25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 10:05

 

 

.

.

Syrie : La vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

 

.

 

Bonjour ! Me revoici.

Déménagement presque terminé, je me remets au travail...

Vidéo à relayer

auprès de tous les mal informés,

des conditionnés, des manipulés...

Votre eva R-sistons

 

Au Menu :

 

Tout sur la guerre contre la Syrie

et Bachar-el-Assad


L'Axe du Mal

les vraies menaces


Le vrai Kadhafi


3 vidéos eva R-sistons


.

 

 

.
.
Voir aussi :

 

 

 

bachar-el-assad.jpg.

 

.

 

L' Axe du Mal,

les vraies menaces

 

Vidéo eva R-sistons

 

 

.

.

.

Le vrai Kadhafi

 

Vidéo eva R-sistons

 

.

.
.

 

.
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 15:29

 

 

UN BLOG DEDIER AUX AMERINDIENS...LE GENOCIDE...L IMAGE PARLE D ELLE MEME..MA PASSION.

 

Les arbres ont besoin d'amour, parle-leur

 

Aimons la création de Dieu

 

Le temps est venu d'adopter un mode de vie

respectueux de l'environnement,

par l'éducation

et par la réduction de la consommation d'énergie

 

On est tous responsables de la sauvegarde de la planète

 

Les arbres sont offerts à tous les hommes,

noirs, blancs, jaunes, rouges,

chaque parcelle de terre est sacrée

 

La terre est la mère 

l'animal est le frère

la bête, l'arbre, l'homme

partagent le même cycle

exaltons les merveilles de la nature

 

La terre n'appartient pas à l'homme,

l'homme appartient à la terre

 

Aujourd'hui les hommes sont devenus tyrans,

l'amour de posséder est devenu une maladie

 

Le peuple a fait des lois que les riches peuvent briser

et non les pauvres,

ils prélèvent des taxes sur les pauvres

pour entretenir les riches qui gouvernent

 

Ils revendiquent contre notre mère à tous

la terre pour eux seuls,

ils se barricadent contre leurs voisins,

ils défigurent la terre avec les constructions

 

Cette nation est comme un torrent

de neige fondue

sortant de son lit

et détruisant tout

 

indiens

http://notreterre.wordpress.com/category/amerindiens/page/4/

 

 

Grand Esprit écoute-moi,

laisse-moi marcher dans la beauté

et faisons que nous respections

les choses que tu as créées

 

Que je puisse comprendre les leçons

que tu as cachées dans chaque feuille

dans chaque roche

 

Fais que je sois toujours prêt

à me présenter devant toi

avec des mains propres

et un regard droit

 

Notes prises par eva R-sistons

en écoutant

"Des arbres et deux testaments"

Présence Protestante

(Virginie Crespeau)

septembre 2005

 

 

oajdaep6.jpg?w=535&h=384

 

 

Une belle prière amérindienne pour la terre :


Pieds nus sur la terre sacrée

Chant iroquois :


Nous rendons grâces à notre mère la terre, qui nous soutient.
Nous rendons grâces aux rivières et aux ruisseaux

qui nous donnent l’eau.
Nous rendons grâces à toutes les plantes

qui nous donnent les remèdes contre nos maladies.
Nous rendons grâces au maïs et à ses soeurs les fèves et les courges,

qui nous donnent la vie.
Nous rendons grâces aux haies et aux arbres

qui nous donnent leurs fruits.
Nous rendons grâces au vent qui remue l’air et chasse les maladies.

Nous rendons grâces à la lune et aux étoiles

qui nous ont donné leur clarté après le départ du Soleil.
Nous rendons grâces à notre grand-père Hé-no,

pour avoir protégé ses petits-enfants des sorcières et des reptiles,

et nous avoir donné sa pluie.

Nous rendons grâces au Soleil qui a regardé la terre d’un oeil bienfaisant.
Enfin, nous rendons grâces au Grand Esprit en qui s’incarne toute
bonté et qui mène toutes choses pour le bien de ses enfants.

 

 

http://idacestmoi.wordpress.com/category/les-amerindiens/

 

 

 

ss1.jpg?w=260&h=194

 

Sagesse amérindienne


DEUX LOUPS


Un soir, un vieux Cherokee parlait à son petit-fils du combat

qui a lieu à l’intérieur des gens. Il disait :

« Mon petit, il y a une lutte entre deux loups à l’intérieur de chacun de nous.
« L’un est le Mal – c’est la colère, l’envie, la jalousie, le chagrin, le regret,

la cupidité, l’arrogance, l’apitoiement, la culpabilité, l’amertume,

le sentiment d’infériorité, le mensonge, l’orgueil, la supériorité et l’égo.
« L’autre est le Bien – c’est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité,

la bonté, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité,

la compassion et la foi. »
Le petit-fils a réfléchi pendant quelques instants,

puis il a demandé à son grand-père :« Quel loup va gagner? »
Le vieux Cherokee a simplement répondu : « Celui que tu nourris. »

 

 

ccccccc.jpg?w=300&h=200

 

Pensée navajos

 

«Les Navajos enseignent à leurs enfants que, chaque matin,
quand le jour se lève, il y a un nouveau soleil flamboyant et neuf.
Il naît chaque matin, il vit une journée et disparaît chaque soir

pour ne plus revenir.
Dès que les enfants sont en âge de comprendre,

les adultes les emmènent à l’aube et disent:
« Le soleil ne possède qu’une journée, tu dois bien vivre cette journée
pour qu’il n’ait pas gaspillé son temps précieux.
 » Reconnaître que chaque jour est précieux

est une bonne manière de vivre,
d’entrer en contact avec notre joie fondamentale.»

Pema Chödrön

 

http://idacestmoi.wordpress.com/category/les-amerindiens/

 

 

http://dc.img.v4.skyrock.net/dc3/amerindiens/pics/552143050_small.jpg

amerindiens.skyrock.com

 

Terre sacrée, le trésor dilapidé

 

 


L'homme blanc devra traiter les bêtes de cette terre comme ses frères...


Le Grand Chef de Washington nous a fait part de son désir d'acheter notre terre.
Le Grand Chef nous a fait part de son amitié et de ses sentiments bienveillants. Il est très généreux, car nous savons bien qu'il n'a pas grand besoin de notre amitié en retour.
Cependant, nous allons considérer votre offre, car nous savons que si nous ne vendons pas, l'homme blanc va venir avec ses fusils et va prendre notre terre.

Mais peut-on acheter ou vendre le ciel, la chaleur de la terre ? Etrange idée pour nous !
Si nous ne sommes pas propriétaire de la fraîcheur de l'air, ni du miroitement de l'eau, comment pouvez-vous nous l'acheter ?
Le moindre recoin de cette terre est sacré pour mon peuple. Chaque aiguille de pin luisante, chaque grève sablonneuse, chaque écharpe de brume dans le bois noir, chaque clairière, le bourdonnement des insectes, tout cela est sacré dans la mémoire et la vie de mon peuple. La sève qui coule dans les arbres porte les souvenirs de l'homme rouge. Les morts des hommes blancs, lorsqu'ils se promènent au milieu des étoiles, oublient leur terre natale. Nos morts n'oublient jamais la beautée de cette terre, car elle est la mère de l'homme rouge; nous faisons partie de cette terre comme elle fait partie de nous.
Les fleurs parfumées sont nos soeurs, le cerf, le cheval, le grand aigle sont nos frères; les crêtes des montagnes, les sucs des prairies, le corps chaud du poney, et l'homme lui-même, tous appartiennent à la même famille.
Ainsi, lorsqu'il nous demande d'acheter notre terre, le Grand Chef de Washington exige beaucoup de nous. Le Grand Chef nous a assuré qu'il nous réserverait un coin, où nous pourrions vivre confortablement, nous et nos enfants, et qu'il serait notre père, et nous ses enfants.
Nous allons donc considérer votre offre d'acheter notre terre, mais cela ne sera pas facile, car cette terre pour nous, est sacrée.
L'eau étincelante des ruisseaux et des fleuves n'est pas de l'eau seulement; elle est le sang de nos ancêtres. Si nous vendonc notre terre, vous devez vous souvenir qu'elle est sacrée, et vous devrez l'enseigner à vos enfants, et leur apprendre que chaque reflet spectral de l'eau claire des lacs raconte le passé et les souvenirs de mon peuple. Le murmure de l'eau est la voix du père de mon père.
Les fleuves sont nos frères: ils étanchent notre soif. Les fleuves portent nos canoës et nourrissent nos enfants. Si nous vous vendons notre terre, vous devrez vous souvenir que les fleuves sont vos frères et les vôtres, et l'enseigner à vos enfants, et vous devrez dorénavant leur témoigner la bonté que vous auriez pour un frère.
L'homme rouge a toujours reculé devant l'homme blanc, comme la brume des montagnes s'enfuit devant le soleil levant. Mais les cendres de nos pères sont sacrées. Leurs tombes sont une terre sainte, ainsi, ces collines, ces arbres, ce coin de terre sont sacrés à nos yeux. Nous savons que l'homme blanc ne comprend pas nos pensées. Pour lui un lopin de terre en vaut un autre, car il est l'étranger qui vient de nuit piller la terre selon ses besoins. La sol n'est pas son frère, mais son ennemi, et quand il l'a conquis, il poursuit sa route. Il laisse derrière lui les tombes de ses pères et ne s'en soucie pas. Les tombes de ses pères et le patrimoine de ses enfants sont oubliés. Il traite la terre, sa mère, et le ciel, son frère, comme des objets qu'on achète, qu'on pille, qu'on vend, comme des moutons ou des perles brillantes. Son appétit va engloutir la terre et ne laissera derrière lui qu'un désert.
Je ne sais. Nos voies diffèrent de vos voies. La vue de vos villes blessent les yeux de l'homme rouge. Peut-être parce que l'homme rouge est un sauvage qui ne comprends pas.
Il n'y a pas de lieu calme dans les villes de l'homme blanc, pas de place où entendre les feuilles qui se déroulent, au printemps, ou le bruissement des ailes d'insectes. Mais peut-être est-ce parce que je suis un sauvage qui ne comprend pas. Le fracas qui règne seul insulte l'oreille. Et à quoi bon vivre, si l'homme ne peut écouter le cri solitaire de l'engoulevent ou les palabres des grenouilles autour de la mare ? Je suis un homme rouge, et je ne comprends pas. L'Indien préfère le doux bruit du vent effleurant la surface d'un étang, et le parfum du vent, lavé par la pluie de midi ou chargé de la senteur des pins.
L'air est précieux à l'homme rouge, car toutes choses partagent le même souffle; les bêtes, les arbres, l'homme, tous participent au même souffle. L'homme blanc paraît indifférent à l'air qu'il respire. Comme un homme à l'agonie depuis des jours, il est insensible à la puanteur. Mais si nous vendons notre terre, vous devez vous souvenir que l'air nous est précieux, qu'à tous les êtres qu'il fait vivre il fait partager son esprit. Le vent qui a donné son premier souffle à notre aïeul reçoit aussi son dernier soupir. Et le vent doit aussi donner à nos enfants l'esprit de la vie. Si nous vendons notre terre, vous devez la conserver comme un lieu à part et sacré, où l'homme blanc lui-même puisse goûter la douceur du vent parfumé par les fleurs des prairies.

Nous allons donc considérer votre offre d'acheter notre terre. Si nous décidons de l'accepter, ce sera à une condition : l'homme blanc devra traiter les bêtes de cette terre comme ses frères.
Je suis un sauvage et ne comprends pas les autres usages. J'ai vu mille buffles pourrir sur la prairie, abandonnés par l'homme blanc qui les avait abattus d'un train en marche. Je suis un sauvage qui ne comprends pas que le cheval de fer fumant puisse être plus important que le buffle, lui que nous tuons que pour rester en vie.
Qu'est l'homme sans les bêtes? Si toutes les bêtes disparaissaient, l'homme mourrait de grande solitude de l'esprit. Car tout ce qui arrive aux bêtes ne tarde pas à arriver à l'homme. Toutes choses sont liées. Vous devez enseigner à vos enfants sur la terre, sous leurs pieds, est faite des cendres de nos grands-parents. Afin qu'ils la respectent, dites à vos enfant que la terre est riche de la vie de notre peuple. Apprenez à vos enfants ce que nous apprenons à nos enfants, que la terre est notre mère. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre. Lorsque les hommes crachent sur la terre, ils crachent sur eux-mêmes.
Nous le savons: la terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre. Nous le savons: toutes choses sont liées comme par le sang qui unit une même famille.
Toutes choses sont liées.
Tout ce qui arrive à la terre arrive au fils de la terre. L'homme n'a pas tissé la toile de la vie. Il n'est qu'un fil de tissu. Tout ce qu'il fait à la toile, il le fait à lui-même.
Mais nous allons considérer votre offre d'aller dans la réserve que vous destinez à mon peuple. Nous vivrons à l'écart et en paix. Qu'importe où nous passerons le restant de nos jours. Nos enfants ont vu leurs pères humiliés dans la défaite. Nos guerriers ont connu la honte; après la défaite, ils coulent des jours oisifs et souillent leurs corps de nourritures douces et de boissons fortes.
Qu'importe où nous passerons le reste de nos jours ? Ils ne sont plus nombreux. Encore quelques heures, quelques hivers, et il ne restera plus aucun enfants des grandes tribus qui vivaient autrefois sur cette terre, ou qui errent encore dans les bois, par petits groupes; aucun ne sera là pour pleurer sur les tombes d'un peuple autrefois aussi puissant, aussi plein d'espérance que le vôtre. Mais pourquoi pleurer sur la fin de mon peuple ? Les tribus sont faites d'hommes pas davantage. Les hommes viennent et s'en vont, comme les vagues de la mer.
Même l'homme blanc, dont Dieu marche avec lui et lui parle comme un ami avec son ami, ne peut échapper à la destinée commune. Peut-être sommes-nous frères malgré tout; nous verrons. Mais nous savons une chose que l'homme blanc découvrira peut-être un jour: notre Dieu est le même Dieu. Vous avez beau penser aujourd'hui que vous le posséder comme vous aimeriez posséder notre terre, vous ne le pouvez pas. Il est le Dieu des hommes, et sa compassion est la même pour l'homme rouge et pour l'homme blanc.
La terre est précieuse à ses yeux, et qui porte atteinte à la terre couvre son créateur de mépris. Les Blancs passeront, eux aussi, et peut-être avant les autres tribus. Continuez à souiller votre lit, et une belle nuit, vous étoufferez dans vos propres déchets.
Mais dans votre perte, vous brillerez de feux éclatants, allumés par la puissance de Dieu qui vous a amenés dans ce pays, et qui, dans un dessein connu de lui, vous a donné pouvoir sur cette terre et sur l'homme rouge. Cette destinée est pour nous un mystère; nous ne comprenons pas, lorsque tous les buffles sont massacrés, les chevaux sauvages domptés, lorsque les recoins secrets des forêts sont lourds de l'odeur d'hommes nombreux, l'aspect des collines mûres pour la moisson est abîmé par les câbles parlants.
Où est le fourré . Disparu. Où est l'aigle ? Il n'est plus. Qu'est-ce que dire adieu au poney agile et à la chasse ? C'est finir de vivre et se mettre à survivre.

Gardez en mémoire le souvenir de ce pays, tel qu'il est au moment où vous le prenez. Et de toute vos forces, de toute votre pensée, de tout votre coeur, préservez-le pour vos enfants, et aimez-le comme Dieu nous aime tous.
Ainsi donc, nous allons considérer votre offre d'acheter notre terre. Et si nous acceptons, ce sera pour être bien sûrs de recevoir la réserve que vous nous avez promise. Là peut-être, nous pourrons finir les brèves journées qui nous restent à vivre selon nos désirs. Et lorsque le dernier homme rouge aura disparu de cette terre, et que son souvenir ne sera plus que l'ombre d'un nuage glissant sur la prairie, ces rives et ces forêts abriteront encore les esprits de mon peuple. Car ils aiment cette terre comme le nouveau-né aime le battement du coeur de sa mère. Ainsi, si nous vous vendons notre terre, aimez-la comme nous l'avons aimée. Prenez soin d'elle comme nous en avons pris soin.
Nous savons une choses: notre Dieu est le même Dieu. Il aime cette terre. L'homme blanc lui-même ne peut pas échapper à la destinée commune. Peut-être somme-nous tous frères.
Nous verrons.


("Discours de 1854" - Chef Sealth dit Seattle in Vers un développement solidaire, Lausanne, 1976)

 


baniiereforumez8.gifhttp://www.culture-amerindiens.com/

 

 

Le message prémonitoire 
des Indiens d'Amérique 



"Nous avons toujours eu beaucoup; nos enfants n'ont jamais pleuré de faim, notre peuple n'a jamais manqué de rien... Les rapides de Rock River nous fournissaient un excellent poisson, et la terre très fertile a toujours porté de bonnes récoltes de maïs, de haricots, ce citrouilles, de courges... Ici était notre village depuis plus de 100 ans pendant lesquels nous avons tenu la vallée sans qu'elle nous fût jamais disputée. Si un prophète était venu à notre village en ce temps-là nous prédire ce qui allait advenir, et ce qui est advenu, personne dans le village ne l'aurait cru."

Black Hawk, chef indien


"Nous aimons la tranquillité; nous laissons la souris jouer en paix; quand les bois frémissent sous le vent, nous n'avons pas peur."

Chef indien au gouverneur de Pennsylvanie en 1796


"Nous le savons: la terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre. Nous le savons: toutes choses sont liées. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre. L'homme n'a pas tissé la toile de la vie, il n'est qu'un fil de tissu. Tout ce qu'il fait à la toile, il le fait à lui-même."

Seattle, chef indien Suquamish


"Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la nature, et son attachement grandissait avec l'âge. (...) C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement. Ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le coeur de l'homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l'oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l'homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature."

Standing Bear, chef Lakota (Sioux)




"Nous voyons la main du Grand Esprit dans presque tout: le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes; parfois nous l'approchons par leur intermédiaire. (...) Nous croyons en l'Etre Suprême, d'une foi bien plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traité de païens... Les Indiens vivant près de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas d'ans l'obscurité.

Saviez-vous que les arbres parlent? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous écoutez. L'ennui avec les Blancs, c'est qu'ils n'écoutent pas ! Ils n'ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu'ils n'écouteront pas non plus les autres voix de la nature. Pourtant, les arbres m'ont beaucoup appris: tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit."

Tatanga Mani (ou Walking Buffalo), indien Stoney (Canada)


"Les Blancs se moquent de la terre, du daim ou de l'ours. Lorsque nous, Indiens, cherchons les racines, nous faisons de petits trous. Lorsque nous édifions nos tipis, nous faisons de petits trous. Nous n'utilisons que le bois mort.

L'homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. L'arbre dit « Arrête, je suis blessé, ne me fais pas mal ». Mais il l'abat et le débite. L'esprit de la terre le hait. Il arrache les arbres et les ébranle jusqu'à leurs racines. Il scie les arbres. Cela leur fait mal. Les Indiens ne font jamais de mal, alors que l'homme blanc démolit tout. Il fait exploser les rochers et les laisse épars sur le sol. La roche dit « Arrête, tu me fais mal ». Mais l'homme blanc n'y fait pas attention. Quand les Indiens utilisent les pierres, ils les prennent petites et rondes pour y faire leur feu... Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc?... Partout où il la touche, il y laisse une plaie."

Vieille sage Wintu (Indiens de Californie)


"Je peux me rappeler l'époque où les bisons étaient si nombreux qu'on ne pouvait les compter, mais les Wasichus (hommes blancs) les ont tués tant et tant qu'il ne reste que des carcasses là où ils venaient paître auparavant. Les Wasichus ne les tuaient pas pour manger; ils les tuaient pour le métal qui les rend fous et ils ne gardaient que la peau pour la vendre. Parfois ils ne les dépeçaient même pas. Ils ne prenaient que les langues et j'ai entendu parler de bateaux-de-feu descendant le Missouri chargés de langues de bison séchées. Parfois ils ne prenaient même pas les langues; ils les tuaient simplement pour le plaisir de tuer. Ceux qui ont fait cela étaient des fous. Quand nous chassions le bison, nous ne le faisions que selon nos besoins."

Hehaka Sapa, grand chef Sioux




"Vous avez remarqué que toute chose faite par un indien est dans un cercle. Nos tipis étaient ronds comme des nids d'oiseaux et toujours disposés en cercle. Il en est ainsi parce que le pouvoir de l'Univers agit selon des cercles et que toute chose tend à être ronde. Dans l'ancien temps, lorsque nous étions un peuple fort et heureux, tout notre pouvoir venait du cercle sacré de la nation, et tant qu'il ne fut pas brisé.

Tout ce que fait le pouvoir de l'Univers se fait dans un cercle. Le ciel est rond et j'ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle et que toutes les étoiles le sont aussi. Les oiseaux font leur nid en cercle parce qu'ils ont la même religion que nous. Le soleil s'élève et redescend dans un cercle, la lune fait de même, et tous deux sont rond.

Même les saisons forment un grand cercle dans leur changements et reviennent toujours là où elles étaient. La vie de l'homme est dans un cercle de l'enfance jusqu'à l'enfance, et ainsi en est-il pour chaque chose où l'énergie se meut."

Hehaka Sapa, ou Black Elk, indien Oglala, branche des Dakotas (Sioux)


"La vie dans un tipi est bien meilleure. Il est toujours propre, chaud en hiver, frais en été, et facile à déplacer. L'homme blanc construit une grande maison, qui coûte beaucoup d'argent, ressemble à une grande cage, ne laisse pas entrer le soleil, et ne peut être déplacée; elle est toujours malsaine. Les Indiens et les animaux savent mieux vivre que l'homme blanc. Personne ne peut être en bonne santé sans avoir en permanence de l'air frais, du soleil, de la bonne eau. Si le Grand Esprit avait voulu que les hommes restassent à un endroit, il aurait fait le monde immobile; mais il a fait qu'il change toujours, afin que les oiseaux et les animaux puissent se déplacer et trouver toujours de l'herbe verte et des baies mures.

L'homme blanc n'obéit pas au Grand Esprit. C'est pourquoi nous ne pouvons être d'accord avec lui."

Flying Hawk, chef Sioux du clan des Oglalas


"Les vastes plaines ouvertes, les belles collines et les eaux qui serpentent en méandres compliqués n'étaient pas « sauvages » à nos yeux. Seul l'homme blanc trouvait la nature sauvage, et pour lui seul la terre était « infestée » d'animaux « sauvages » et de peuplades « sauvages ». A nous, la terre paraissait douce, et nous vivions comblés des bienfaits du Grand Mystère. Elle ne nous devint hostile qu'à l'arrivée de l'homme barbu de l'Est qui nous accable d'injustices insensées et brutales."

Standing Bear, chef Lakota (Sioux)

 


"Notre terre vaut mieux que de l'argent. Elle sera toujours là. Elle ne périra pas, même dans les flammes d'un feu. Aussi longtemps que le soleil brillera et que l'eau coulera, cette terre sera ici pour donner vie aux hommes et aux animaux. Nous ne pouvons vendre la vie des hommes et des animaux. C'est pourquoi nous ne pouvons vendre cette terre. Elle fut placée ici par le Grand Esprit et nous ne pouvons la vendre parce qu'elle ne nous appartient pas."

Chef indien Blackfeet (Pieds-Noirs)


598163-730393.jpg



"Mes jeunes gens ne travailleront jamais.
Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver. Et la sagesse nous vient des rêves."

Smohalla, chef indien Sokulls


"Le Grand Esprit nous a donné une vaste terre pour y vivre, et des bisons, des daims, des antilopes et autres gibier. Mais vous êtes venus et vous m'avez volé ma terre. Vous tuez mon gibier. Il devient dur alors pour nous de vivre.
Maintenant vous nous dites que pour vivre, il faut travailler. Or le Grand Esprit ne nous a pas fait pour travailler, mais pour vivre de la chasse.

Vous autres, hommes blancs, vous pouvez travailler si vous le voulez. Nous ne vous gênons nullement. Mais à nouveau vous nous dites « pourquoi ne devenez-vous pas civilisés? » Nous ne voulons pas de votre civilisation ! Nous voulons vivre comme le faisaient nos pères et leurs pères avant eux."

Crazy Horse, grand chef Sioux du clan Oglalas


"Vous êtes déjà si misérables que vous ne pouvez le devenir plus. Quels genre d'homme doivent être les Européens? Quelle espèce de créature choisissent-ils d'être, forcés de faire le bien et n'ayant pour éviter le mal d'autre inspiration que la peur de la punition? (...) L'homme n'est pas seulement celui qui marche debout sur ses jambes, qui sait la lecture et l'écriture et montrer mille exemples de son industrie...

En vérité mon cher frère, je te plains du plus profond de mon âme. Suis mon conseil et devient Huron. Je vois clairement la profonde différence entre ma condition et la tienne. Je suis le maître de ma condition. Je suis le maître de mon corps, j'ai l'entière disposition de moi-même, je fais ce qui me plaît, je suis le premier et le dernier de ma nation, je ne crains absolument aucun homme, je dépends seulement du Grand Esprit.

Il n'en est pas de même pour toi. Ton corps aussi bien que ton âme sont condamnés à dépendre de ton grand capitaine, ton vice-roi dispose de toi. Tu n'as pas la liberté de faire ce que tu as dans l'esprit. Tu as peur des voleurs, des assassins, des faux-témoins, etc. Et tu dépends d'une infinité de personne dont la place est située au-dessus de la tienne. N'est-ce pas vrai ?"

Kondiarionk, chef Huron, s'adressant au baron de Lahontan, lieutenant français en Terre-Neuve



"Les hommes blancs annonçaient bien haut que leurs lois étaient faites pour tout le monde, mais il devint tout de suite clair que, tout en espérant nous les faire adopter, ils ne se gênaient pas pour les briser eux-mêmes.

Leurs sages nous conseillaient d'adopter leur religion mais nous découvrîmes vite qu'il en existant un grand nombre. Nous ne pouvions les comprendre, et deux hommes blancs étaient rarement d'accord sur celle qu'il fallait prendre. Cela nous gêna beaucoup jusqu'au jour où nous comprîmes que l'homme blanc ne prenait pas plus sa religion au sérieux que ses lois. Ils les gardait à portée de la main, comme des instruments, pour les employer à sa guise dans ses rapports avec les étrangers."

Pachgantschilhilas, chef des Delawares



"Chaque année notre envahisseur blanc devient plus avide, exigeant, oppressif et autoritaire... La misère et l'oppression, tel est le lot qui nous échoit... Ne sommes-nous pas dépouillés jour après jour du peu de liberté qui nous reste ?

A moins que les tribus ne se liguent unanimement pour modérer les ambitions et l'avidité des Blancs, ils nous auront bientôt tous conquis et désunis, nous serons chassés de notre pays natal et éparpillés comme les feuilles d'automne par le vent."

Tecumseh, chef Shawnee, en 1812




"Nous ne voulons pas des chariots de feu qui font du bruit (trains à vapeur) sur les terrains de chasse au bisons. Si les Visages Pâles s'avancent encore sur nos terres, les scalps de vos frères seront dans les wigwams des Cheyennes. J'ai dit !"

Roman Nose, chef-guerrier des Cheyennes, s'adressant au général Palmer en 1866 dans le Kansas



"Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C'est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C'est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu'à nous d'habiter cette terre.

Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l'ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd'hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l'esprit la volonté de cultiver le sol, et l'amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage."

Tatanka Yotanka, ou Sitting Bull, grand chef Sioux


"Frère, notre territoire était grand et le vôtre était petit. Vous êtes maintenant devenus un grand peuple, et il nous reste à peine l'espace pour étendre nos couvertures. Vous avez notre pays, mais cela ne vous suffit pas. Vous voulez nous forcer à épouser votre religion.

Frère, continue à écouter. Tu te dis envoyé ici pour nous apprendre à rendre le culte au Grand Esprit d'une manière qui lui soit agréable. Et tu prétends que si nous n'adoptons pas la religion que vous les Blancs vous prêchez, nous seront malheureux ici-bas. Tu dis être dans le vrai et que nous sommes perdus. Comment pourrions-nous vérifier la vérité de tes paroles? (...)

Frère, tu dis qu'il n'y a qu'une seule façon d'adorer et de servir le Grand Esprit. Si il n'y a qu'une religion, pourquoi le peuple blanc est-il si partagé à ce sujet? Nous savons que votre religion est écrite dans un livre. Pourquoi n'êtes-vous pas tous d'accord, si vous pouvez tous lire le livre?

Frère, nous ne comprenons pas ces choses. On nous dit que ta religion a été donnée à tes ancêtres, et s'est transmise de père en fils. Nous aussi nous avons une religion que nos ancêtres ont reçue et nous ont transmise, à nous, leurs enfants. Nous rendons le culte de cette manière. Il nous apprend à être reconnaissants pour toutes les faveurs que nous recevons, à nous aimer les uns les autres et à être unis. Nous ne nous querellons jamais à propos de religion parce que c'est un sujet qui concerne chaque homme devant le Grand Esprit."

Sa-go-ye-wat-ha, ou Red Jacket, chef Seneca (Iroquois) et grand orateur des Six Nations

amerindiens2.gif


"J'assiste avec tristesse au déclin de notre noble race. Nos pères étaient forts et leur pouvoir s'étendait sur tout le continent américain. Mais nous avons été réduits et brisés par la ruse et la rapacité de la race à peau blanche. Nous sommes maintenant obligés de solliciter, comme une aumône, le droit de vivre sur notre propre terre, de cultiver nos propres terres, de boire nos propres sources.

Il y a de nombreux hivers, nos sages ancêtres ont prédit qu'un grand monstre aux yeux blancs viendrait de l'Est, et qu'eu fur et à mesure qu'il avancerait il dévorerait la terre. Ce monstre, c'est la race blanche, et la prédiction est proche de son accomplissement."

O-no'-sa, chef indien


"Le changement du costume tribal pour celui de l'homme blanc fut brutal. Les effets sur la santé et le confort des enfants furent considérables. Notre premier grief fut d'avoir les cheveux coupés. Les hommes Lakotas ont toujours porté les cheveux longs. Plusieurs jours après avoir été tondus, nous nous sommes sentis bizarres et mal à l'aise. Si l'argument avancé était vrai, à savoir l'élimination des poux, pourquoi les filles n'avaient-elles pas subi le même traitement que les garçons?

La vérité, c'est qu'ils voulaient nous transformer. Les cheveux courts étant la marque distinctive de l'homme blanc, on nous l'imposa, alors que lui-même conservait sa propre coutume de se laisser pousser les poils du visage."

Standing Bear, chef indien Lakota


"Les Wasichus nous ont mis dans ces boites carrées (maisons), notre pouvoir s'en est allé et nous allons mourir parce que le pouvoir n'est plus en nous.

Nous sommes des prisonniers de guerre tant que nous attendons ici. Mais il y a un autre monde."

Hehaka, ou Black Elk (Wapiti Noir), indien Sioux



"Enfant, je savais donner. J'ai perdu cette grâce en devenant civilisé. Je menais une existence naturelle, alors qu'aujourd'hui je vis de l'artificiel. Le moindre joli caillou avait de la valeur à mes yeux. Chaque arbre était un objet de respect. Aujourd'hui, j'admire avec l'homme blanc un paysage peint dont la valeur est exprimée en dollars !"

Chiyesa, écrivain indien contemporain


"Je suis allé à l'école des hommes blancs. J'y ai appris à lire leurs livres de classe, les journaux et la bible. Mais j'ai découvert à temps que cela n'était pas suffisant. Les peuples civilisés dépendent beaucoup trop de la page imprimée. Je me tournai vers le livre du Grand Esprit qui est l'ensemble de sa création. Vous pouvez lire une grande partie de ce livre en étudiant la nature.

Si vous preniez tous vos livres et les étendez sous le soleil, en laissant pendant quelque temps la pluie, la neige et les insectes accomplir leur oeuvre, il n'en restera plus rien. Mais le Grand Esprit nous a fourni la possibilité, à vous et à moi, d'étudier à l'université de la nature les forêts, les rivières, les montagnes, et les animaux dont nous faisons partie."]i

Tatanga Mani (ou Walking Buffalo), indien Stoney (Canada)
 

 

"L'homme blanc, dans son indifférence pour la signification de la nature, a profané la face de notre Mère la Terre. L'avance technologique de l'homme blanc s'est révélée comme une conséquence de son manque d'intérêt pour la voie spirituelle, et pour la signification de tout ce qui vit. L'appétit de l'homme blanc pour la possession matérielle et le pouvoir l'a aveuglé sur le mal qu'il a causé à notre Mère la Terre, dans sa recherche de ce qu'il appelle les ressources naturelles. Et la voie du Grand Esprit est devenue difficile à voir pour presque tous les hommes, et même pour beaucoup d'Indiens qui ont choisi de suivre la voie de l'homme blanc.

Aujourd'hui, les terres sacrées où vivent les Hopis sont profanées par des hommes qui cherchent du charbon et de l'eau dans notre sol, afin de créer plus d'énergie pour les villes de l'homme blanc. On ne doit pas permettre que cela continue. Sans quoi notre Mère la Nature réagirait de telle manière que presque tous les hommes auraient à subir la fin qui a déjà commencé. Le Grand Esprit a dit qu'on ne devait pas laisser cela arriver, même si la prédiction en a été faite à nos ancêtres. Le Grand Esprit a dit de ne pas prendre à la terre, de ne pas détruire les choses vivantes.

Aujourd'hui, presque toutes les prophéties se sont réalisées. Des routes grandes comme des rivières traversent le paysage; l'homme parle à travers un réseau de téléphone et il voyage dans le ciel avec ses avions. Deux grandes guerres ont été faites par ceux qui arborent le swastika ou le soleil levant.

Le Grand Esprit a dit que si une gourde de cendres était renversée sur la terre, beaucoup d'hommes mourraient, et que la fin de cette manière de vivre était proche. Nous interprétons cela comme les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki. Nous ne voulons pas que cela se reproduise dans aucun autre pays pour aucun autre peuple; cette énergie devrait servir à des fins pacifiques, non pour la guerre.

Nous, les chefs religieux et porte-parole légitimes du peuple indépendant des Hopis, avons été chargés par le Grand Esprit d'envoyer au président des Etats-Unis et à tous les chefs spirituels une invitation à nous rencontrer pour discuter du salut de l'humanité, afin que la Paix, l'Unité et la Fraternité règnent partout où il y a des hommes."

Lettre des Indiens Hopis au président Nixon en 1970


Ces textes sont extraits du livre de T.C.Mac Luhan, "Pieds nus sur la terre sacrée", une anthologie de la philosophie, du mode de vie et de la destinée des Indiens d'Amérique du Nord.

copie-1-indienaiglefond1.jpg

 

 

"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." Prophétie d'un Amérindien Cree

 

  

.

 


 

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 23:10
arton9366-350x258.jpg

Gaza : il y a quelque chose d’empoisonné dans l’eau...

http://www.info-palestine.net/rubrique.php3?id_rubrique=15

PCHR Gaza

Des milliers de Palestiniens fréquentent les plages de Gaza alors qu’ils savent qu’elles sont lourdement polluées.

 

Gaza : il y a quelque chose d’empoisonné dans l’eau... 

 

Pour une population piégée dans un minuscule territoire et subissant quotidiennement les effets intenables de l’occupation et du blocus, la mer, cette compagne de toujours, reste le seul lieu capable d’offrir un peu de répit.


Tout au long de la plage de Gaza-Ville sont plantés des écriteaux portant les mots : « PLAGE POLLUEE ». La mise en garde est on ne peut plus claire : se baigner dans ces eaux équivaut à exposer sa santé à de graves dangers. Ces écriteaux pourtant ne semblent pas avoir d’autre fonction que de servir de décor vaguement ludique aux nombreux enfants qui se ruent vers la mer.


Pour se convaincre du sérieux de la mise en garde, il suffit de marcher un peu. A environ deux cents mètres vers le nord, une conduite d’eau d’égout brute se déverse dans la Méditerranée. Elle n’est que l’un des seize sites de décharge qui polluent la côte de Gaza. Cette pollution n’empêche cependant pas des milliers de gens d’envahir les plages et de se baigner. Pour le million et demi de Palestiniens piégés à gaza, privés de leur liberté de mouvement et subissant dans leur vies quotidienne les effets épuisants du blocus, la mer reste un des rares lieux capables d’offrir un peu de détente. A peu de frais, il faut le souligner, pour cette population qui a, dans sa majeure partie, été privée de ses moyens de subsistance. A la mer, on joue, on pêche, on se rencontre en famille, on rit. C’est là qu’on se sent vivre un peu. « Gaza ne serait pas Gaza sans la mer » nous dit Abdel Halim Abou Samra, chargé des relations publiques pour la Branche de Khan Younis du Centre Palestinien des Droits de l’Homme de Gaza.


Il faut connaître le lien intime entre les Gazaouis et la mer pour comprendre la profonde tristesse qu’ils ressentent face à l’état actuel du littoral. A cause du blocus complet qui leur est imposé depuis 2007, il n’y a ni matériaux pour entretenir ou construire des stations de traitement des eaux usées, ni pièces détachées pour assurer leur entretien ni suffisamment de carburant et d’électricité pour opérer correctement les cycles de traitement des eaux usées. La conséquence de cette situation est qu’environ 20 000 mètres cubes d’eau d’égouts non-traitées sont directement déversées chaque jour dans la Méditerranée selon l’estimation de Monther Shablack, Directeur général du Service des Eaux des Municipalités du Littoral, estimation qui ne manque pas de noter que le chiffre atteint par endroits de 70 000 à 80 000 mètres cubes/jour.


Les conséquences de la défaillance, due au blocus, des systèmes de traitement des eaux usées ne se limitent pas à lourdement souiller ces eaux jadis limpides. Les choses sont plus graves : la Bande de Gaza subit un véritable empoisonnement. 90% de l’eau disponible à Gaza, laquelle provient d’une seule source, à savoir l’aquifère côtier, est non-potable. Ses teneurs en chlore et en nitrates, en effet, atteignent, respectivement, six et sept fois celles que fixent les normes pour la sécurité de l’eau potable définies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Directeur du Service des Eaux, Monther a pour devoir de lutter contre cet empoisonnement mais il ne peut pas faire grand-chose parce que le blocus multiforme mis en place par Israël depuis 1991 le prive du minimum de moyens nécessaires.


Comme la plupart des Palestiniens de Gaza, Monther et son personnel du Services des Eaux des Municipalités du Littoral doivent faire avec les moyens de bord. Peu de gens pourraient faire autant avec si peu de moyens, car leur mission ne se limite pas à évacuer les eaux usées que produit une population de un million et demi de personnes enfermée dans un minuscule territoire. Ils doivent aussi assurer l’approvisionnement en eau potable pour tous, une eau propre et qui réponde autant que possible aux normes de sécurité internationales. Un défi, semble-t-il, insurmontable mais qui doit être relevé en dépit de tout car il faut vivre. Il s’agit de faire face à une situation où près de 80% des habitants vivent dans des camps de réfugiés, un des lieux les plus densément peuplés au monde, où les équipement collectifs de base- tels que des réseaux de distribution d’eau- en bon état de fonctionnement sont rares et où toutes sortes de maladies- dont ceux à transmission hydrique- trouvent les meilleures conditions pour se répandre.


Monther compare le combat dans lequel sont engagés les Services de l’Eau de Gaza à celui que mènerait une vieille voiture forcée chaque jour de parcourir de longues distances alors qu’il n’y a pas de pièces de rechange pour l’entretenir. Cet engin se met alors à dégager d’épaisses et polluantes fumées noires- une image familière à Gaza où, à cause des restrictions sévères dues au blocus, les véhicules roulent au carburant frelaté.


Pour encore ajouter à l’ampleur du défi, Monther et son personnel doivent faire face, avec des installations de traitement des eaux qui ne cessent de se dégrader, à l’augmentation continuelle, due à la croissance démographique, du volume des eaux usées. Les installations actuelles ont une capacité de 32.000 mètres cube/jour. Avec un taux de croissance démographique de 3,6 % -l’un des plus élevés au monde- taux cumulé pendant des années, le volume quotidien des eaux usées atteint maintenant, selon l’estimation de Monther, au moins 65.000 mètres cubes/ jours. Submergées par ces flux, les installations n’en traitent que la moitié, le reste étant directement transporté vers la mer où il y est déversé tel quel. Ces eaux d’égout, retournées au rivage par le ressac polluent lourdement les plages et empoisonnent ces eaux dans lesquelles des milliers de Gazaouis, enfants comme adultes, se baignent pour fuir l’intense chaleur estivale.


Nulle part cependant la situation n’est aussi critique qu’à Beit Lahia, dans le nord de la Bande de Gaza . La station de traitement des eaux usées de Beit Lahia -une des trois que possède l’ensemble du territoire- reçoit 25.000 mètres cubes/ jour, le double de sa capacité. Mais là, pour encore aggraver les choses, la station est coupée de l’accès à la mer, avec pour conséquence que les eaux usées sont tout simplement déversées dans les terres alentour créant une sorte de lac nauséabond qui s’étend sur 450 dunums.

 

La situation de Beit Lahia constitue l’un des exemples les plus extrêmes des effets désastreux du blocus israélien sur la santé et l’environnement.

 

En mars 2007, cinq personnes périrent entraînées par l’inondation causée par la rupture des digues du « lac ». Mais cet incident n’est qu’une des parties visibles du drame. Les matières polluantes, en effet s’infiltrent et contaminent la nappe phréatique. Par endroits, comme nous l’avons dit plus haut, la teneur en nitrates est sept fois plus élevée que celle fixée par les normes de sécurité de l’eau potable de l’OMS.


« Les nitrates sont des tueurs silencieux » nous dit Monther. Ils n’ont ni couleur, ni odeur ni goût mais quand on en prend de façon continuelle, même à des niveaux beaucoup plus bas que ceux de l’eau de Gaza, ils réduisent la capacité de transport de l’oxygène vers les différents tissus de l’organisme, dont les organes vitaux tels que le cerveau. L’ingestion de nitrates est particulièrement dangereuse pour les nourrissons chez lesquels elle peut entraîner des dégâts dans le cerveau, voire la mort. Pour l’heure, on ignore totalement les effets à long terme de cet état de fait. Mais comme l’a remarqué un donateur pour Gaza « nulle part au monde une population aussi importante n’a été sujette à des niveaux de nitrates aussi élevés pendant une aussi longue période. Il n’ y a tout simplement pas de précédent et donc pas d’études pour nous dire ce qui arrive aux gens dans le long terme quand ils subissent un tel empoisonnement et dans de telles conditions. »


La croissance rapide de la population de la Bande de Gaza entraîne, comme on peut s’en douter, une croissance rapide de la demande en eau potable. C’est un des deux grands défis auxquels doivent faire face Monther et son équipe. L’aquifère côtier, qui s’étire sur une grande partie du territoire, n’est pas seulement la seule source d’eau potable, c’est la ressource naturelle la plus importante pour les Gazaouis. Cette nappe est comme l’artère qui irrigue leur vie et cela, pas seulement aujourd’hui mais depuis les temps plus reculés, car c’est elle qui a rendu l’agriculture, et notamment les célèbres plantations de citronniers, possible. « Il y eut un temps, nous dit Monther, avant le blocus imposé par Israël au début des années 90, où il suffisait de creuser dans la limite d’environ cent mètres à partir de la plage pour trouver de l’eau potable. Maintenant, nos services ont été contraints d’adresser à la population un avertissement contre le creusement de puits à moins de 2 kilomètres de la plage. Quand on y ajoute la zone-tampon unilatéralement imposée par les Forces de Défense Israéliennes à la frontière, zone dont la profondeur tacitement reconnue est de 300 mètres mais qui, dans la pratique, est parfois très largement dépassée, il ne reste que très peu d’espace pour creuser de nouveaux puits. »


Aussi douloureuse que soit cette décision, elle est dictée par des raisons dont on ne peut ignorer la gravité : la nappe phréatique, outre qu’elle est lourdement polluée est, du fait des besoins croissants qu’elle ne peut plus couvrir, exploitée à un rythme qui la menace d’épuisement. A présent, seulement 10% de l’eau de la nappe répond aux normes internationale autorisant sa consommation. Mais si rien n’est fait, s’inquiète Monther, ce chiffre va vite descendre à 0%. Un rapport du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) publié en septembre 2009 a établi que la nappe était exploitée à un rythme double de sa capacité de renouvellement. Devant cette situation, les Gazaouis sont contraints de creuser de plus en plus de puits et à des profondeurs de plus en plus grandes, poussant toujours plus loin la pollution provoquée par la remontée des eaux de l’aquifère salin situé à l’est de Rafah (sud de la Bande Gaza ) et de la mer.


Devant une situation qui ne cesse de se dégrader et alors qu’Israël les prive des moyens nécessaires, Monther et son équipe sont forcés de recourir à des méthodes peu conventionnelles pour faire face au problème des eaux usées. A Rafah et Khan Younis, villes du Sud de la Bande de Gaza, « le problème des eaux usées, explique Monther, a atteint un seuil critique ». Comme c’est le cas à Beit Hanoun, en l’absence d’installations de traitement des eaux d’égouts et de matériaux pour en construire, ces eaux sales étaient directement déversées dans les terres environnant les villes, menaçant de priver d’eau potable une population de 350 000 personnes.


Pour affronter cette situation, Monther et son personnel ont eu recours à une pratique répandue chez les Palestiniens vivant dans les décombres causées par la dernière attaque israélienne. Ils se sont mis à collecter les agrégats parmi les ruines de la Route de Philadelphie. (Il faut rappeler que cette route, située à proximité et faisant frontière entre la Bande de Gaza et l’Egypte, fut partiellement détruite en 2008 quand des milliers de Palestiniens affluèrent vers l’Egypte à la recherche d’approvisionnements). Avec ces matériaux de seconde main, le Service des Eaux de la Bande de Gaza est arrivé à construire une installation de traitement des eaux « presque de pointe » comme nous le dit fièrement Monther. En dépit de sa teneur élevée et toujours croissante dans les eaux (6 fois la norme internationale), l’autre grand polluant qu’est le chlore « sauve » la population de Gaza en atténuant les effets des nitrates et en « traitant » les eaux usées des agglomérations urbaines densément peuplées.

Ainsi se battent Monther et son équipe pour préserver la propreté de l’eau potable de Gaza mais « ce que nous faisons n’est pas suffisant, la qualité de l’eau de Gaza se détériore rapidement et tant que nous n’aurons pas trouvé une autre source d’approvisionnement, de graves menaces continueront de peser sur la santé de la population. » En dépit des efforts et de toute l’ingéniosité déployées, peu de choses peuvent être faites tant que le blocus est maintenu. Aucune amélioration du traitement des eaux usées n’est possible tant qu’Israël continuera de restreindre l’entrée des matériaux de construction, de l’électricité et des carburants. Et avec l’augmentation rapide de la population, la situation ne pourra que continuer à se dégrader. Dans les conclusions du rapport de la Mission d’Etablissement des Faits sur le Conflit de Gaza, Desmond Travers, un membre de cette mission, note : « si rien n’est fait, Gaza risque de devenir inhabitable selon les normes de l’OMS. » Par ailleurs, le rapport, publié en septembre, du Programme des Nations Unies pour l’environnement avertit : « A moins que la tendance ne soit inversée immédiatement, les dégâts pourraient être ressentis pendant des siècles. » Tant que le blocus dure, cependant, les gens de Gaza restent impuissants devant ces problèmes. Passer des moments à la plage leur permet d’oublier un peu cette pollution qui ne cesse de s’accumuler.


jeudi 9 septembre 2010  

PCHR Gaza 

 http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9366

 

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

(JPG)
Gaza, 27 décembre 2008 (palestine-info.cc)
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5620

 

 

Le mot d'eva R-sistons

 

Voici un génocide qui ne dit pas son nom ! Gaza meurt dans l'indifférence générale... Privé de tout, de façon barbare, bombardé avec des armes de destruction massive interdites (uranium appauvri..), et maintenant en butte à une situation sanitaire scandaleuse: Alerte, eau polluée ! Alerte, mer polluée ! La Communauté internationale s'est tue quand on exterminait les Juifs. Va-t-elle aussi se taire quand on extermine les Palestiniens ? Il s'agit d'un crime effroyable contre l'humanité, d'un génocide de masse volontaire.... Pour se débarrasser d'un peuple indésirable, gênant pour ceux qui rêvent de domination, et aussi pour ceux qui veulent faire main-basse sur le gaz off-shore !

 

Il s'agit sans doute du plus grand crime de notre temps, de surcroît perpétué par ceux qui ont été victimes de l'indicible ! La "Shoah" lente des Palestiniens est aussi intolérable que la Shoah des Juifs...

 

Il nous appartent de la dénoncer, et de l'empêcher, sous peine de perdre notre humanité !

 

eva R-sistons

 

 

campagne-60-ans-palestine.jpg

 


En clair, Israël veut que les Palestiniens, à qui il a volé le patrimoine et cherché à mettre fin à leur survie nationale, reconnaissent que l'État sioniste a le droit d'être raciste, voleur, assassin et menteur.

 

http://desirsdavenir31100.over-blog.com/article-israel-palestine-60-ans-de-violence-1-24-19-gaza-genocide-48149154.html

.

.

 

 

 

.
.

http://desirsdavenir31100.over-blog.com/article-israel-palestine-60-ans-de-violence-1-24-19-gaza-genocide-48149154.html
 

937860192514475223714521220228140198226.

 

.


2918370135171189532815454166192180191183

 

.

.


3220146109114130200238171235311893721581

 

 

.

.

1782501069823817243911525513279259716770

 

 

.

 

 

2341822051903324017222411571502211016716

 


.

 

 

2637879861129802431281242496012613715619

 

.

 

.

2718114379-l-onu-epingle-israel-sur-les-

 

..



israel_war_crime.jpg

 

.

 

gaza_by_latuff.jpg

 

 

.

.

1972511291111161682420217912522710981123

 

 

.

 


2551191952121715714911907817252155123180

 

 


 

.

1261782517820723421513236209162141992011

http://desirsdavenir31100.over-blog.com/article-israel-palestine-60-ans-de-violence-1-24-19-gaza-genocide-48149154.html

 

 

Assez de morts !

 

Assez de sang !

 

Assez de destructions !

 

Assez de crimes !

 

Assez d'inhumanité !

 

Assez de larmes !

 

Notre indifférence tue autant que les bombes !

 

Eva R-sistons

 

 

com-civilisations-religions.jpg

 

 

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a affirmé mercredi que son mouvement respectera les termes d'un accord avec "Israël" s'il était approuvé par référendum.

http://www.alterinfo.net/Haniyeh-le-Hamas-pret-a-un-accord-avec-Israel-valide-par-referendum_a52267.html


STOP AU RASISME !!!!!!
.
___________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________
.

« La crise grecque révèle une zone euro à deux vitesses »
http://www.cafebabel.fr/article/33509/la-crise-grecque-revele-une-zone-euro-a-2-vitesses.html
.

ARTE Journal - 2 décembre 2010

Vers une zone euro à 2 vitesses ?

Zone euro bientôt disloquée.

Vers un FMI européen ?

Le sauvetage de l'Irlande n'a pas calmé les attaques sur l'euro.

.

 

D'autres maillons faibles

.

Les 27 ont adopté dimanche dernier le plan de 85 milliards d'euros pour sauver l'Irlande. Après la Grèce au printemps dernier, l'ancien Tigre celtique est donc le 2e pays de la zone euro à bénéficier de cette aide. Toutefois, le sauvetage de Dublin n'a pas suffi à rassurer les marchés. Les spéculations ont continué autour d'une possible contagion de la crise de la dette à d'autres pays fortement endettés : le Portugal et l'Espagne d'abord...mais on évoque aussi l'Italie, la Belgique et pourquoi pas la France. Lisbonne a répliqué en adoptant un plan d'austérité sans précédent, le 3e du nom. Madrid assure que tout va bien et lance un vaste plan de privatisations pour alléger sa dette publique. Rome se défend d'avoir besoin d'aide et Paris clame à tout va que ses finances sont solides et méritent bien sa note AAA.


Malgré ces dénégations, les marchés ont continué de dégringoler, anticipant une nouvelle défaillance dans la zone euro. Aujourd'hui encore, Dominique Strauss-Kahn a dit qu'il ne fallait pas « sous-estimer l'importance de la crise de la dette européenne ». Selon lui, plusieurs pays européens doivent réduire leur déficit public pour éviter une situation difficile. "Même de petites économies peuvent causer beaucoup de dommages".

Alors pourquoi cette crise de confiance ?

Selon les experts, ce qui fait flancher les marchés, c'est une décision adoptée par les ministres de l'Economie des 27, et sur pression de l'Allemagne, censée calmer le jeu. A savoir, la création d'un fonds d'aide permanent à partir de 2013, quand l'actuel fonds d'aide européen sera arrivé à échéance. Cette mesure stipule qu'à partir de 2013, si un Etat ne peut plus rembourser ses dettes, l'Europe ne sera plus la seule à jouer les pompiers. Les banques et les investisseurs privés seront aussi mis à contribution, autremement dit, ils devront aussi passer à la caisse. L'Union a donc levé un tabou en reconnaissant qu'un Etat européen pouvait faire faillite. Ce qui veut dire que cet Etat demanderait une restructuration de sa dette, c'est-à-dire d'étaler ses remboursements dans le temps, voire de les réduire. Conséquence : les banques et autres investisseurs qui auraient prêté de l'argent à cet Etat pourraient perdre une partie de leur mise. Et perdre de l'argent, c'est précisemment ce que détestent les marchés et les banques qui détiennent une partie de la dette grecque, irlandaise, portugaise, etc...


Une zone euro qui se disloque

Aujourd'hui, l'écart entre les différents taux d'intérêts ne cesse de se creuser. Quand elle emprunte, l'Allemagne paye un taux d'intérêt de 2,6% tandis que ces taux flambent pour des pays à la santé plus fragile, comme l'Italie, la Belgique ou l'Espagne qui paie 5,4%. De fait, les marchés dessinent les contours d'une zone euro à 2 vitesses. Ils sont en train de reconstituer une « zone mark ». Un état de fait qui vient soutenir les propos très provocateurs de certains analystes financiers qui décrètent que les maillons faibles doivent sortir de la zone euro. Une thèse que défend notamment Hans-Olaf Henkel, l'ex-chef du BDI, le Medef allemand.

Quoi faire face à l'urgence ?

Là, les avis divergent. Christine Lagarde affirme que "les Européens sont déterminés à défendre leur monnaie et la zone euro ». La ministre de l'Economie met en avant le principe de solidarité qui prévaut au sein de l'Eurozone. D'autres avancent des mesures plus radicales pour éteindre l'incendie et parlent de renforcer l'Europe politique.

  • L'économiste belge Paul de Grauwe propose de transformer l'actuel Fonds de stabilité de la zone euro en un véritable Fonds monétaire européen car il faut « une assistance mutuelle en temps de crise ». L'idée est de faire payer les pays dont les déficits dérapent et de verser des aides à ceux qui sont en crise en échange de conditions strictes (NB Eva: Les peuples paieront pour les Banques). Ce Fonds pourrait aussi organiser un défaut de paiement d'un pays de la zone euro.
  • Guy Verhofstadt va plus loin. Pour l'eurodéputé, "Il n'existe nulle part ailleurs, à travers le monde, une devise unique sans gouvernement unique". Lui plaide pour des transferts de compétences afin de créer un véritable pouvoir économique européen et un "marchéunique des obligations en euros". L'hypothèse d'emprunts lancés en commun par plusieurs Etats pour mutualiser les risques a été jusqu'ici toujours rejetée par l'Allemagne, qui jouit des taux obligataires les plus faibles en Europe. Berlin refuse de payer pour les autres.
  • Pour l'économiste Daniel Gros, il faut que la BCE intervienne et achète la dette publique de tous les pays concernés.
  • Enfin, pour d'autres, la priorité doit rester à l'urgence. Renforcer les fondations de la zone euro, il en sera toujours temps une fois la crise passée. "Les responsables européens devraient s'unir derrière un grand programme de redressement solidaire et responsable afin d'écarter durablement l'épée de Damoclès qui continue de menacer la zone euro", juge ainsi l'économiste Bernard Delbecque. Il suggère de renforcer l'actuel Fonds de stabilitéde la zone euro, dotéde 440 milliards d'euros.


http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/arte-journal/3575382.html

MF, 02.12.2010 (sources AFP, Le Monde, Les Echos, le Figaro)

 

 

.

Les Secrets de la Réserve Fédérale

Créer des dettes inextinguibles

pour contrôler le monde

par Eustace Mullins
préface de Michel Drac
traduction : Jean-François Goulon
éditeur : le retour aux sources
436 pages

Secrets.jpg

 

 

La plupart des gens, aux Etats-Unis, en Europe et dans le reste du monde, pensent que les dollars en circulation sont créés par le gouvernement américain. Que le nom de « Réserve Fédérale », mentionné sur chaque billet, désigne une administration gouvernementale. Or, il n’en est rien : la « Réserve Fédérale » est une institution privée, possédée par des banques commerciales.


Ce livre, traduit pour la première fois en français, a représenté quarante années de travail pour son auteur. C’est probablement un des ouvrages les plus importants du XX° siècle. C’est le seul livre brûlé en autodafé, par décision de justice, en Europe après 1945. C’est une enquête minutieuse, servie par l’honnêteté et la compétence. C’est, aussi et surtout, une révélation sur la manière dont fonctionne réellement le monde, depuis un siècle.


Dans ce livre, vous apprendrez, entre autres choses, que : Le système de Réserve Fédérale n’est pas fédéral. En outre, il ne possède pas les moindres réserves. C’est un syndicat de l’émission monétaire, dont les membres se sont octroyé le privilège exorbitant de fabriquer l’argent que vous gagnez durement. Sans ce système, il est très probable que les deux guerres mondiales n’auraient pu être déclenchées, ni financées.


Et surtout, vous apprendrez que, pour citer Henri Ford, un grand capitaine d’industrie et un VRAI américain : « L’unique objectif de ces financiers est le contrôle du monde par la création de dettes inextinguibles. » Des mots qui, à l’heure actuelle, prennent une actualité brûlante…

.

 

Table des matières :

 

Préface de Michel Drac
Avant-propos de l’auteur
Introduction
Chapitre I - Jekyll Island
Chapitre II - Le Plan Aldrich
Chapitre III - The Federal Reserve Act
Chapitre IV - Le Comité Consultatif Fédéral
Chapitre V - La Maison de Rothschild
Chapitre VI - La Connexion Londonienne
Chapitre VII - La Connexion Hitlérienne
Chapitre VIII - La Première Guerre Mondiale
Chapitre IX - La Crise Agricole
Chapitre X - Les Créateurs de Monnaie
Chapitre XI - Lord Montagu Norman
Chapitre XII - La Grande Dépression
Chapitre XIII - Les Années 30
Chapitre XIV - Exposé Parlementaire
Addenda
Appendice 1
Biographies



http://questionscritiques.free.fr/edito/les_secrets_de_la_reserve_federale_291110.htm

 

Extrait...  http://sos-crise.over-blog.com/article-la-verite-sur-la-reserve-federale-creer-dettes-inextinguibles-pour-controler-le-monde-62282304.html    link

.

 

A lire aussi :

 

 

.

 

9782867815744FS.gif
http://www.decitre.fr/livres/La-Tiers-Mondialisation-de-la-planete.aspx/9782867815744
.


 

800px-LocationAfrica.png

.

 

Les élections en Afrique

et l'impérialisme français :

 

(extrait) Le regain d'influence de la France dans ces trois pays est favorisé par la communauté d'intérêts qui se dessine entre les Etats-Unis et la France (après les rivalités de l'époque de George W. Bush), notamment face à la Chine, malgré quelques nuances tactiques en ce qui concerne le Sahel. F. Delorca

 

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-guinee-burkina-faso-cote-d-ivoire-des-elections-favorables-a-la-fran-afrique-62256759.html

 

.

 

Oui, mais en Côte d'Ivoire la situation a tourné !!!!!

Les citoyens avaient le choix entre un dictateur et un ancien responsable du FMI. Et ils se battent entre eux pour ces sires-là ?

 

Il faut savoir qu' Israël, toujours à la recherche de sources juteuses de profit, a pris pied en Afrique, face à la Chine.  La France de Sarkozy étant aux ordres d'Israël (et des USA), elle se met naturellement dans le sillage d'israël contre la Chine. Une victoire de la France sarkozienne aux ordres, alignée, vassale de l'Etranger, est une victoire pour Israël et pour les USA, frères siamois.

 

eva R-sistons

 

 


http://images.doctissimo.fr/photo/hd/9326083932/private-category/chien_et_chat-43861734bd.jpg
..

Les associations AC!, APEIS, MNCP et CGT-Privés d'emploi vous invitent à participer à cette huitième manifestation nationale contre le chômage et les précarités, pour la justice sociale, qui se déroulera samedi prochain à Paris de Stalingrad à la place Clichy.

chomeursmanif.jpgIl y a eu des milliards pour sauver les banques et leur permettre, une fois renflouées, de continuer à boursicoter et licencier. Mais rien pour les victimes de la crise qui doivent, elles, en payer le prix.

  La Chômeurs Pride 
4 décembre à 14 heures
Place Stalingrad, Paris
.
.
Spécial chômeurs, vos droits, les infos, les tuyaux, lesadresses...


DSC_0065_2507.jpg

 

leur montrer pourquoi le « Global Glass-Steagall Act », loi promulguée en 1933 par le Président américain Franklin Roosevelt, séparant les banques de dépôt des banques d’affaires, permettra la mise en liquidation judiciaire des spéculateurs et dégagera le terrain pour des politiques de développement économique réelles.


Face à face, les Maires et le dragon financier - Global Glass-Steagall Act

 

.

Irlande, Etats-Unis : l’enfer de la globalisation néolibérale   http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/archive/2010/12/03/irlande-etats-unis-l-enfer-de-la-globalisation-neoliberale.html 

 

Crise : l'Europe ponctionne les peuples pour sauver les banques -L’Europe contre les peuples http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/archive/2010/12/02/l-europe-contre-les-peuples.html 

Les milliardaires vous remercient  http://www.zinfos974.com/Les-milliardaires-vous-remercient_a22157.html?com 

 

 

Jean-Luc Mélenchon - Strauss-Kahn et l'arnaque socialiste http://www.jean-luc-melenchon.com/2010/12/strauss-kahn-et-larnaque-socialiste/#more-4902

 

 

 

Excusez-moi pour la présentation

trop de liens,

je n'arrive pas à faire ce que je veux

il y a des problèmes techniques

eva  

 


 



 

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 22:50

2009_dees1.jpg

Voici un extrait du livre "Mon père était un combattant de la liberté, l’histoire de Gaza telle qu’on ne vous l’a jamais racontée"

Ramzy Baroud Tu écris avec quelle main ?

Dans notre camp de réfugiés, les écoles étaient fermées pendant de longues périodes tout comme les autres écoles de la bande de Gaza. Un matin d’une de ces journées sans école, mes frères et moi faisions la grasse matinée. Ma mère s’apprêtait à regarder une rediffusion matinale de “MacGyver”, une série US qui passait à la télévision jordanienne. Parfois, elle me demandait de lire les sous-titres, mais ce matin-là, elle se contenterait de regarder MacGyver transformer des événements quotidiens banals en prouesses impressionnantes qui stupéfiaient ses adversaires, en se passant de mes commentaires. Mon père repérait la chaîne pendant que ma mère partait préparer le thé.

Brusquement, j’ai été réveillé par une grosse botte appuyée contre mon visage. Mes frères aînés étaient particulièrement casse-pieds, mais mettre leur pied sur mon visage pendant que je dormais aurait été trop cruel, même pour eux. En me réveillant, je me suis trouvé entouré d’une foule de soldats qui avaient envahi la maison. Ils avaient poussé la grande porte, étaient entrés silencieusement et s’étaient frayés un chemin jusqu’à la chambre à coucher principale où mes frères et moi étions endormis. Anwar avait le sommeil lourd et il ne s’est réveillé que lorsque deux soldats ont commencé à le bourrer de coups de pied et à s’en prendre à son matelas.

Ma mère est arrivée en courant de la cuisine, pensant que le chahut venait d’une bagarre entre ses cinq fils, et elle est tombée sur une unité de l’armée israélienne passant les menottes à ses enfants qu’ils traînaient vers la rue. La scène était courante. Les soldats envahissaient souvent les maisons et cassaient les bras et les jambes des hommes et des garçons de manière à envoyer un avertissement sévère aux autres habitants du voisinage pour que ceux-ci comprennent que le même sort leur serait réservé s’ils poursuivaient leur intifada.

Mon père parlait un bon hébreu ; il l’avait appris pendant les années où il avait fait des affaires en Israël. Ma mère ne le parlait pas du tout, mais même si elle avait connu la langue, elle n’aurait pas été capable d’articuler la moindre phrase. Après un moment de silence, elle a poussé un cri et les a interpellés : « Je t’en supplie, soldat. Mes fils dormaient. Ils n’ont rien fait de mal. Je te baise la main, ne leur casse pas le bras. Je t’en supplie, qu’Allah te rende à ta famille sain et sauf. Que dirait ta mère si quelqu’un venait casser les bras de ses enfants ? Ô Allah, viens à mon secours. Mes enfants sont la seule chose que j’ai dans cette vie. Ô Allah, j’étais orpheline et j’ai grandi dans la pauvreté et je ne mérite pas cela ».

Au début, les soldats n’ont pas prêté attention aux supplications de ma mère et lui ont simplement répliqué : « Ferme-la et rentre », mais ses pleurs ont alerté les femmes du voisinage qui servaient de première ligne de défense dans de telles circonstances. Celles-ci se sont rassemblées devant leur maison en hurlant et en criant alors que les soldats nous alignaient contre le mur et apportaient leurs battes. Les soldats avaient pour habitude de demander à celui qui avait été désigné pour un tabassage : « Tu écris avec quelle main ? » et lui cassaient ce bras-là d’un coup de batte, puis ils cassaient l’autre bras et ensuite les jambes.

Quand le soldat a posé l’horrible question à un de mes frères, les supplications de ma mère se sont transformées en cris inintelligibles ; elle est tombée à terre et elle serrait les jambes du soldat comme dans un étau. Le soldat essayait de se dégager et deux autres sont venus à sa rescousse. Ils frappaient la frêle femme dans la poitrine avec la crosse de leur mitraillette tandis que mon père s’interposait entre le soldat en colère et ma mère désespérée.

Encouragées par la violence du spectacle, d’autant plus que ma mère semblait se noyer dans le flot de sang s’écoulant de sa bouche, les femmes du voisinage se sont rapprochées en jetant des pierres et du sable sur les soldats. Ce qui devait être un tabassage ordonné de plusieurs garçons s’est transformé en une scène chaotique dans laquelle les femmes bravaient les fusils et le gaz lacrymogène et les insultes lancées par les soldats israéliens, lesquels ont finalement battu en retraite dans leurs véhicules militaires et ont quitté la zone.

Grâce à ma mère, nos os sont restés intacts ce jour-là, mais elle en paya le prix. Elle était couverte de coups et saignait. Sa poitrine était meurtrie et elle avait plusieurs côtes cassées. On l’a emmenée d’urgence à un hôpital local et elle est restée immobilisée pendant plusieurs jours. Sa santé se détériorait au grand étonnement des médecins de l’hôpital Ahli qui espéraient qu’elle finirait par se remettre. Quelques jours plus tard, les médecins ont découvert que ma mère avait un myélome multiple. Apparemment, elle était malade depuis un certain temps, mais sa maladie avait été exacerbée par la violence de l’affrontement, ce qui n’augurait pas bien de la suite.

Elle a alors annoncé à la famille qu’elle souhaitait mourir à la maison car il n’y avait rien que les hôpitaux locaux, sous-équipés, puissent faire pour elle. Mon père ne voulait même pas en entendre parler. Mais comment soigner une malade atteinte de cancer qui a des côtes cassées, sans assurance-maladie, avec peu d’argent, dans une zone paralysée par les grèves, les couvre-feux et la violence quotidienne ?

Odyssée

Mon père a utilisé ce qui restait des économies de la famille pour soigner la maladie agressive de ma mère. Il a loué un taxi qui les accompagnait dans les dispensaires, les hôpitaux et les pharmacies. Les jours où on annonçait une grève générale, ils devaient marcher parfois pendant des heures. Ils étaient fréquemment absents, et ils rentraient épuisés. Ma mère se jetait sur son lit et mon père restait assis pendant de longues périodes entre quintes de toux et larmes.

Mais ma mère s’est encore affaiblie et avec le temps elle ne pouvait pas bouger sans de terribles douleurs. Mes parents ont décidé qu’ils ne pouvaient plus nous laisser seuls dans notre quartier qui était devenu très dangereux. Ils nous ont donc envoyés vers des endroits « sûrs » : la maison de parents ou d’amis, et à un moment, dans une petite hutte au milieu d’un verger sans eau courante, sans électricité, où nous vivions dans la peur continue d’être découverts et peut-être tués par des soldats israéliens.

Mes deux grands frères sont partis chez des amis, près de Gaza-Ville, tandis que moi-même et mes deux jeunes frères restions dans la hutte du verger à Gaza. Ma mère a été hospitalisée en ville et mon père partageait son temps entre elle et nous. Quand il arrivait, chargé de sacs de pains, de pommes, de bananes et d’eau, nous courions à sa rencontre pour le saluer. Les nouvelles étaient de plus en plus mauvaises. « Le sort de votre mère est entre les mains de Dieu », répétait-il en guise de pronostic médical. Il a finalement décidé de l’emmener en Égypte pour la faire soigner à l’hôpital Palestine au Caire. Zarefah a refusé ; elle a dit qu’elle préférait mourir dans sa maison, dans le camp de réfugiés. Mais lui insistait : il restait de l’espoir et il ne renoncerait jamais, jusqu’à son dernier souffle. Ils sont partis en Égypte avec mes jeunes frères. Mes frères aînés et moi avons été logés dans une petite chambre sur le toit d’un bâtiment à Deir Al Balah. Nous n’avions pas de téléphone et bientôt nous n’avions plus d’argent. Deux mois plus tard mes parents sont revenus.

La voiture dans la rue

J’ai été réveillé par un ami qui m’a dit d’une voix sombre que mes parents étaient rentrés. Il allait en dire davantage, mais je ne lui en ai pas laissé l’occasion ; j’ai rejeté la couverture et j’ai couru pour leur faire des signes depuis le toit. Mon père recevait l’accolade des voisins devant un pick-up. À l’intérieur il y avait un cercueil enveloppé dans le drapeau palestinien. C’était ma mère. Mon père a bientôt monté les escaliers. Il nous a serrés dans ses bras et nous pleurions tous. Il m’a remis un petit sac en plastique rempli de babioles que ma mère avait achetées pour moi en Égypte. « Elle vous envoie son amour et beaucoup de baisers », a dit mon père. J’ai caché ses cadeaux sous mon matelas et j’ai rejoint les autres dans le camp de réfugiés pour l’enterrer.

Nusseirat était sous couvre-feu et l’armée israélienne a autorisé l’enterrement à condition que seule la famille immédiate y assiste sous la surveillance des soldats israéliens. Nous sommes arrivés au cimetière chargés du cercueil et avons bientôt été rejoints par Mariam, la mère de Zarefah, qui est arrivée en courant en appelant le nom de sa fille. Nous avons commencé à creuser, mais les voisins qui guettaient par la fenêtre ont rapidement compris que Zarefah était morte et que nous étions en train de l’enterrer. Ma mère était très aimée dans le voisinage, particulièrement par les femmes âgées du camp qu’elle traitait avec une extrême gentillesse. « Allahou Akbar” a lancé une voix venant d’une des maisons des réfugiés. « Oum Anwar est morte », a crié une autre.

En quelques minutes, des cris de « Dieu est grand » ont résonné dans tout le camp. Des gens arrivaient de partout portant le drapeau palestinien ; des femmes, des enfants, des vieux et des vieilles, et des jeunes, descendaient tous vers le cimetière. Les réfugiés étaient indignés de ce qu’une pauvre femme doive être enterrée selon les instructions des militaires et était suivie, même jusqu’à la tombe, par les yeux des occupants, leurs fusils, leurs tanks et un hélicoptère militaire survolant la scène. Des jeunes ont commencé à lancer des pierres et les soldats ont riposté en tirant des balles et des gaz lacrymogènes. Mais les gens n’allaient pas se disperser facilement cette fois-ci. Des milliers d’entre eux ont fait en sorte que Zarefah quitte la terre et entre au paradis en compagnie de ses amis, traitée comme une martyre devrait être traitée. Alors que l’ambulance emmenait les blessés vers le dispensaire local, Zarefah a été descendue en terre parmi les chants et les versets coraniques récités en masse. Les cris de « Allahou Akbar » se mêlaient aux gémissements et aux prières de la foule, le son des bombes, les gaz lacrymogènes et l’hélicoptère qui nous survolait. À sa mort ma mère avait 42 ans.

 

30800_1337068421612_1078144090_30922998_
 
Israël à l’OCDE ? Un mauvais coup contre la paix !

Le « club des riches » : l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) regroupe les trente Etats les plus développés du monde. Or Israël y présente sa candidature, qui plus est avec les territoires qu’il occupe, Cisjordanie palestinienne et Golan syrien. Et l’OCDE s’apprête à l’accueillir en son sein !

Cette nouvelle est purement et simplement incroyable. A l’heure où le rapport Goldstone accuse Israël de « crimes de guerre, voire contre l’humanité », où les dirigeants politiques et militaires américains considèrent que la politique de Benyamin Netanyahou menace les « intérêts vitaux » des Etats-Unis, où des institutions européennes publiques et privées prennent de premières sanctions contre la colonisation, accepter l’adhésion d’Israël à l’OCDE, ce serait agir contre la paix. Ce serait en effet l’encourager à poursuivre sa politique d’occupation et de colonisation qui foule aux pieds le droit international.

Les Etats membres de l’OCDE se trouvent donc au pied du mur : il suffit qu’un seul refuse l’adhésion d’Israël pour que celle-ci soit repoussée. C’est dire la responsabilité de chacun d’entre eux, à commencer par la France, de surcroît dépositaire des instruments de ratification. Si Paris est, comme toujours depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, du côté d’Israël, d’autres Etats ont condamné, à des degrés divers, la politique israélienne.

Or il y a urgence : la question figure à l’ordre du jour des réunions de l’OCDE à Paris, durant ce début du mois de mai. C’est pourquoi l’AFPS appelle toutes les forces attachées au droit, à la justice et à la paix à manifester leur opposition ferme à cette adhésion auprès des autorités françaises, mais aussi auprès des autres pays membres. Elle se prononce pour l’organisation rapide d’une manifestation aussi large que possible devant le siège de l’OCDE – le Château de la Muette - à Paris. Elle invite tous ses groupes locaux à faire entendre partout, par des rassemblements,  l’opposition de nos compatriotes à ce mauvais coup contre la paix.

L’AFPS, le 30 avril 2010
 
 
 

Antisioniste--liste-tous-les-candidats.jpg

 
Veau d'or, vache sacrée:
Les deux mamelles de la France occupée,
Par eva R-sistons
 
 
Pauvre France ! Via Sarkozy, le candidat  d'Israël et des Etats-Unis pour notre pays afin d' extirper tout ce qui de près ou de loin ressemble au Gaullisme altier, souverain, rayonnant, via Sarkozy, donc, la France est en voie de liquidation avec toutes ses traditions, ses valeurs, ses spécificités. Je ne m'étendrai pas sur ces sujets, j'y reviendrai longuement dans un article bien documenté.
 
Aujourd'hui, je voudrais juste dire que les deux mamelles de la France colonisée, occupée, sionisée, sont la vache sacrée (intouchable, donc) et le veau d'or. Triste destin pour la France éternelle, livrée à une clique de parvenus à l'appétit féroce, dévorant tout ce qui protège socialement de près ou de loin les citoyens, et favorisant sur le plan économique,  financier, juridique, diplomatique etc, les nantis, démultipliant leurs moyens et leurs prébendes.
 
Aujourd'hui, ces nouveaux riches, ces adorateurs de Mâmon, comme au temps du Veau d'Or qui valut au peuple de la Bible la colère de  Yahvé, tous ces parvenus par l'argent et par le pouvoir prônent la compétition la plus féroce, la guerre économique impitoyable, les guerres préventives, permanentes et même nucléaires contre des ennemis inventés de toutes pièces, mais occupant des zones stratégiques ou riches de ressources énergétiques se raréfiant et devenant donc des trésors à conquérir à n'importe quel prix. Bonjour le libéralisme le plus débridé, l'alignement sans condition sur les diktats de Washington et d'Israël, bienvenus les lois les plus brutales, les plus liberticides, et l'impérialisme le plus offensif ! Voici le visage de cette nouvelle France couchée, avilie, humiliée, piétinée, brisée - occupée ! L'ombre d'elle-même. A l'étranger, lorsqu'on voit la terre de Voltaire et des Droits de l'Homme défigurée, on s'étonne, on se gausse, on déplore. La France gaullienne affirmée est devenue un nouvel Etat impérial, flétri et deshonoré.
 
Et à l'intérieur, une vache sacrée a fait son apparition: Les agents et les sympathisants du CRIF ont pris place dans le paysage français, reléguant tous ceux qui voulaient une France forte, libre, non-alignée à des strapontins, quand ils ne sont pas écartés, oui le fleuron de la France, tous les Chauprade, les hauts fonctionnaires d'Etat épris d'indépendance, remplacés par des inconditionnels, mais aussi les grands journalistes comme Enderlin condamnés à faire de la figuration, les Edgar Morin éloignés des plateaux de télévision, au profit d'une cohorte de béni oui-oui à l'Empire, fervents supporters d'Israël devant Yahvé, songeant à investir la France, comme DSK, pour servir l'Etat hébreu D'ABORD ! Et gare aux indépendants, aux intellectuels, aux humanistes, aux patriotes, ils sont désignés à la vindicte, écartés du pouvoir et de la parole, calomniés, dénigrés, taxés d'antisémitisme parce que la tête haute, courageusement, ils défendent la France, l'indépendance, la liberté de parole et de pensée, un Etat fort, souverain ! Oui, malheur à eux, ils sont ostracisés, écartés, censurés, dénigrés, inquiétés, traités comme des pestiférés et des ennemis ... des ennemis de la Nation, eux les citoyens attachés à une France libre, forte, indépendante, souveraine - quel paradoxe ! Tout est inversé !
 
Pas touche mon sioniste, pas touche mon inconditionnel de la politique israélienne et de la politique militaro-financière, il est sacralisé ! Y aura-t-il un jour deux France, celle des patriotes, et celle des vassaux, alignés, collabos ?
 
Alerte ! Faudra-t-il tous, un jour, que nous prenions notre carte au Parti antisioniste qui a eu la sagesse prophétique d'interpeller sur la principale menace pour la France, faudra-t-il que nous militions dans ce Parti pour libérer la France occupée ? Jusqu'à quand allons-nous tolérer que notre pays soit colonisé par des agents de l'Etranger israélo-américain ?
 
Prendre conscience du péril, c'est déjà, d'une certaine manière, commencer à le circonscrire... Il est temps de faire l'union sacrée autour de la France plutôt, comme aujourd'hui, qu'autour de la lutte contre les Musulmans diabolisés et contre les Catholiques eux aussi montrés du doigt !
   
Si nous voulons retrouver notre autonomie et nos valeurs, notre première préoccupation et notre engagement prioritaire doivent être de nous délivrer des chaînes que le Gouvernement sarkozy a posées sur notre pays. La France doit être libérée, ou mourir à elle-même !  
   
eva R-sistons  à la  France occupée
 

valmy-moulin-j-copie-1.jpg

Un ami m'a envoyé cela.

A lire, à méditer, à relayer.
 
Nous, citoyens, décidons que les dettes n'existent plus.
 

  Grâce aux institutions européennes, et en particulier au traité de Lisbonne, qui détient la plus grande partie des dettes, et des intérêts colossaux de celles-ci ? Les banques d'affaires. Comment peuvent-elles en être arrivées là ? C'est simple, autrefois les États créaient de l'argent, c'était leur prérogative régalienne. Si ces États étaient démocratiques, ce sont les représentants du Peuple qui votaient des budgets en déficit. L'expansion se chargeait de combler ces déficits.

  Maintenant, et cela partout dans le monde, ce sont des banques privées, ou des organismes soit-disant indépendants qui distribuent la manne à des taux importants, et souvent incompatibles avec de saines finances. Les États, tous les États sont pris à la gorge. Leurs émissions institutionnelles, bons, emprunts, leur reviennent cher également. Sinon ceux qui possèdent des liquidités, souvent les banques ou des fonds de placements privés, n'en veulent pas.

   Quelle pourrait être la solution ? Elle va faire se dresser des lobbies multiples, ceux qui sont payés par les riches apporteurs d'argent évoqués plus haut. En revanche, elle est simple. Il faut et il suffit que les États, en séance solennelle de l'ONU (car c'est une décision politique), décident que dorénavant toutes les dettes contractées auprès des banques, des fonds de placements, des compagnies d'assurances en chasse à la bonne affaire financière (pour elles, et non leurs clients), que ces dettes n'existent plus, non plus que les intérêts correspondants. Pour faire moins brutal, appelons cela un moratoire, mais voté à titre définitif. 
   A cette nouvelle, je vois déjà les pays du Sud, qui sont plus que pris à la gorge, relever la tête. Incidemment, leurs dirigeants risquent d'en faire les frais, ayant probablement massivement joué le jeu spéculatif eux aussi. Bon débarras. Quant aux banques d'affaires, c'est simple, elles n'existent plus, puisqu'elles n'ont plus de raison d'être. Ne se retrouveront au chômage que des traders, de gras dirigeants déjà largement pourvus, des parasites en somme. 

   Qui aura le courage, ou l'énergie du désespoir, parmi les responsables de gouvernements, pour proposer une pareille idée à ses pairs ? Sans doute, avec le recul, sera-t-il considéré comme un bienfaiteur de la terre entière (moins les quelques-uns qui vivent actuellement aux crochets des nations). Ce sera une nouvelle donne, qui pourra aller de pair avec une mise au ban de l'humanité du Profit, et des crimes qu'il engendre souvent en toute impunité.

  Alors, chiche ? BO

 

Les dettes sont le pire boulet. Je rappelle ce que j'ai entendu de la bouche d'Attali, récemment: La tentation, quand les Etats sont trop endettés, c'est de résoudre cela dans la guerre (mondiale)... Vous voyez l'enjeu ? Notre monde est infâme. Les salauds de décideurs nous imposent des chaînes ! NB Je regarde des images de la 2e guerre mondiale. C'est immonde ! Un mot : "L'Europe s'est suicidée".  Mes amis, l'Histoire, atroce, se répète ! eva.

 

 

Sur mon blog sos-crise:

liste complète

 

 

1268262963

 

Bientôt des universités de riches ?

 

Extraits. Les droits d'inscription se montent à 226 euros actuellement. La direction veut les porter jusqu'à 4000 euros par an, selon les revenus de la famille.

 

L'université justifie sa réforme par le «coût de la qualité»: «Dauphine entend porter la valeur et la notoriété de ses diplômes au meilleur niveau international. A cette fin, elle doit diversifier ses ressources financières.»

 

D'où la tentation de requalifier un diplôme national en diplôme de grand établissement histoire de faire rentrer de l'argent dans les caisses. C'est ce qu'avait tenté le président Laurent Batsch il y a deux ans, pour le cycle de licence. Plantant une belle épine dans le pied de la ministre Valérie Pécresse, qui s'échinait alors à répéter que non, les frais de scolarité à l'université n'augmenteraient  pas

 

Il y a là un test, qu'il revient à Valérie Pécresse de trancher. Si cette augmentation passe, c'est une brèche qui s'ouvre vers la création d'universités de riches.»

 

http://forget.e-monsite.com/rubrique,le-prix-des-etudes-superieures,1128661.html

(Un site à visiter absolument, eva) .

 

 

Herman Van Rompuy portrait.jpgVan Rompuy

Reçu de notre amie Danièle Dugelay, à lire absolument:

 

UE: Fin des Etats-Nations,

découpage en régions pseudo-ethniques ?

Van Rompuy (Pt Conseil UE) et Bilderberg

 

Bonjour. Merci de m'avoir adressé ce texte auquel j'adhère parfaitement. Je suppose que tu connais les divers projets de découpage de l'UE en régions pseudo-ethniques. Il serait bien plus facile de contrôler ces mini-territoires que des Etats-Nations, dotés d'une histoire, d'une mémoire, d'une culture et d'un idéal.

Je ne sais pas si cette offensive radicale flamande est totalement étrangère au fait que Van Rompuy, le nouveau président du Conseil de l'UE, est un militant séparatiste flamand qui participe régulièrement à la manifestation annuelle de ce mouvement. Cet auguste inconnu des Européens non Belges est aussi un grand catholique qui a fait au moins une conférence sur le Personnalisme, philosophie politique chrétienne dont l'UE a adopté les grands principes dans ses traités internes. Par ailleurs, un député européen anglais souverainiste l'a dénoncé en pleine assemblée comme proche du groupe des Bilderberg où il serait aller faire un discours au moment de son élection (une vidéo en témoigne). Ce personnage, plutôt effacé, mais dont chacun reconnaît les talents de négociateur, habile comme un jésuite, n'est certainement pas un choix de consensus neutre, mais une option très politico-religieuse. Cordialement. Danièle Dugelay.

 

 

BELGIQUE: du risque d'éclatement

aux graves effets domino possibles

 

On peut rire irresponsablement des rebondissements de la crise politique
> récurrente qui opposent les partis bourgeois belges, de la droite à
> la social-démocratie et aux écolos, profondément divisés entre
> "flamands" et "wallons". Comme si ce n'était pas
> une richesse pour un pays de posséder deux langues et deux
> cultures... à condition que chacun étudie la langue de l'autre et
> que les deux langues, le néerlandais et le français, ne se laissent
> pas rapidement phagocyter par le Raminagrobis de l'anglo-américain,
> qui aura tôt fait, en les avalant toutes les deux, de "mettre
> d'accord" Dame Belette néerlandophone et le Jeannot Lapin
> wallon... Mais en réalité, ces querelles ont un autre but,
> dénoncé par le PTB: celui de diviser profondément la classe
> ouvrière belge en proie à de lourdes régressions sociales et aux
> suppressions d'emploi à répétition (par ex. Opel/Anvers après
> Renault/Vilvoorde), de désosser la Sécu belge au profit du grand
> patronat. Et cela alors qu'une majorité de Belges reste très
> attachée à la Belgique.

Mais au-delà du Barnum politicien,
l'ingouvernabilité belge est lourde de menaces pour la Belgique,
pour la France et pour l'Europe. Pour la Belgique: si le patronat
flamand, qui est derrière les partis indépendantistes et
semi-indépendantistes, finit par l'emporter en transformant l'Etat
fédéral belge en coquille vide, la situation deviendra explosive à
Bruxelles (francophone, mais dont la périphérie est
néerlandophone).

Dans le pire des cas, si la Belgique éclate, si
la Flandre "indépendante" devient un nouveau confetti
d'Empire de la R.F.A., qui plus est dominé par des partis
franchement xénophobes (rappelons que depuis que l'Allemagne s'est
réunifiée sur des bases contre-révolutionnaires en absorbant la
RDA, ses voisins proches ou moins proches ont bizarrement été
presque tous démantelés: Tchécoslovaquie, Yougoslavie, partie
balte de l'URSS; et la Ligue du nord italienne regarde plus vers
les grands voisins nordiques que vers le "pouilleux" (sic)
Mezzogiorno...), resterait-il alors d'autres ressources à la
> Wallonie que d'être satellisée par la France ou rattachée au
> voisin francophone? Paradoxalement, une telle annexion pourrait
> accélérer le démembrement de notre pays. Il est évident que la
> Wallonie négocierait son entrée dans la République en obtenant un
> statut spécial de type alsacien mosellan  Mais plus gravement
> encore, ce rattachement "linguistique" activerait les
> revendications séparatistes ou ulra-régionalistes dans les régions
> françaises dont la langue d'origine n'était pas le français. Et
> comme la pression de l'Europe des régions, relayée par l'UMPS est
> très forte, la République "une et indivisible" déjà
> très affaiblie par les "décentralisations" successives,

n'y résisterait sans doute pas. Ajoutons que la France
> aurait immédiatement des problèmes avec Strasbourg, l'autre
> "capitale" européenne, car une partie de la bourgeoisie
> alsacienne ne cache pas son vœu de transformer cette ville, jadis
> "ville d'Empire", en ville européenne découplée du
> territoire français.

  

Bref, c'est l'Europe issue de la Révolution
française qui se détricote, pendant que réapparaît l'Europe
impériale et vaticane d'avant 1789... au nom de la "modernité"!

 

180px-2007-02-27_Bruxelles_Grand_place.j

Quant à Bruxelles, que deviendrait-elle?
Un territoire "indépendant" où la guerre entre
francophones et néerlandophones serait de moins en moins larvée?
Et, cerise sur ce gâteau maastrichien, le territoire bruxellois ne
serait-il pas "idéal" pour devenir la capitale...
anglophone, du nouvel Etat fédéral et supranational
maastrichien, sur le modèle du district fédéral de Mexico

ou de Washington DC ? Bref, les peuples ont tout à perdre,

en Flandre, en Wallonie, en France et en Europe, à un éclatement belge,

car la mise en place d'un ETAT européen serait une avancée majeure pour l'impérialisme, y compris pour l'impérialisme US qui,

avec son acolyte allemand, domine le port d'Anvers.

Certes ce scénario reste aujourd'hui de
l'ordre des hypothèses, car la crise de l'UE et de l'euro est
éclatante. Mais ces gens ont l'habitude de régler leurs problèmes
par la fuite en avant... et la devise de Gramsci doit nous
préoccuper: "pessimisme de l'intelligence, optimisme de la
volonté".

C'est pourquoi nous sommes solidaires de ceux qui,
sur des bases de classe, par ex. en demandant une circonscription
électorale unique pour la Belgique (pour casser le monopole des
partis pseudo-"linguistiques"), veulent sauver l'unité
belge et nous invitons les Français frontaliers qui travaillent en
Belgique, à soutenir nos camarades belges, tout en prenant très
au sérieux le danger euro-séparatiste, car il se pourrait qu'un
jour la "blague belge" finisse par tourner très mal! 
George Gastaud

 

A l'instant, je m'aperçois qu'il est publié ici (eva) : 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article626

 

belgique-png.png

 

 

         Crise de l'euro: un cocktail explosif !         

         http://www.comite-valmy.org/spip.php?article623

          A réfléchir pour une vraie solidarité avec le peuple grec         

          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article625

          Matelly: radiation suspendue par le Conseil d'État - Indépendance des chercheurs
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article624

          L'insanité de notre époque - Fidel Castro
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article622

          Chine: Pour l'Armée Populaire de Libération, la plus grande menace vient des États-Unis

         http://www.comite-valmy.org/spip.php?article619

          Le Japon, entre les États-Unis et la Chine 
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article618

          La Cour de Justice européenne a tous les droits y compris de permettre...  

          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article621

          La conférence sur le nucléaire proposée par l'Iran soulève les vraies questions
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article617

          Il faut sauver le soldat Chamil 
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article620

          Le Comité Valmy membre de l'ARP, appelle à célébrer le 5ème anniversaire du vote non au traité constitutionnel européen. Rassemblement le 29 mai à la Bastille
          
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article605

          L'Eurocorps: officiellement au service de l'OTAN
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve323

          Actualité: La Preuve par la Belgique
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve324

          L'Europe au pied du mur  http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve325

          Exclusif: un rapport démontre la pression à la baisse de l'immigration sur les salaires - Le Vrai Débat

          http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve327

          Rencontre entre la Fédération Syndicale Mondiale et le Front Syndical de Classe
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve326

 

Israël a déclaré la guerre à l’Islam et au monde arabe 

344885101.jpg
Le juge des juges palestiniens a estimé que les politiques d’Israël à  Qods et la Mosquée d’Al-Aqsa sont une déclaration  de guerre au monde arabe et à l’Islam.
Tayssir Al-Tamimi dans un communiqué et en réaction au plus récent plan du régime sioniste au sujet de Qods, a déclaré que cette ville sainte est victimes des mesures sévères pour y mener une épuration ethnique en vue de détruire le patrimoine arabo-islamique.
http://chiron.over-blog.org/article-israel-a-declare-la-guerre-a-l-islam-et-au-monde-arabe-49063496.html

 http://french.irib.ir/ 

 

 

Aux sources du chaos mondial actuel

2ème Partie : Aux sources du sionisme

II – L’invention du « peuple élu » et de la « terre promise »

http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/mariali/chaos/inventions/invention.html  

 


Soutien à nos policiers municipaux:

Ils appellent à la grève des PV

Par cette action qu'ils veulent mettre en place à partir du 1er mai, ils entendent réclamer de meilleures salaires et retraites

http://chiron.over-blog.org/article-les-policiers-municipaux-appellent-a-la-greve-des-pv-49349054.html

 

 

 

L'expo universelle de Shanghaï : 

  

shanghai

Le pavillon chinois de Shanghai dans le cade de l'exposition universelle 2010 (ctédit photo : AFP China Xtra) http://www.youtube.com/watch?v=TXTsqKxDHfo&feature=player_embedded

http://www.durable.com/actualite/article_buzz-inattendu-autour-de-l-exposition-universelle-shanghai-2010_874

 

.

OGM : L'étude russe qui pourrait "déraciner" une industrie :

« Des scientifiques qui découvrent que des OGM provoquent des effets inattendus sont régulièrement attaqués, tournés en ridicule, voient leurs crédits de recherches coupés, et sont mêmes licenciés »

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12525

 

 

 

1er-mai-drapeau-rouge.jpg

 

 

PREMIER MAI 2010 À PARIS

CÉLÉBRATION DE LA FETE DU TRAVAIL

DEFILE UNITAIRE 14h00

 

                                                                Rendez-vous à 13h00 

                                                           PLACE DE LA REPUBLIQUE

                                            A HAUTEUR DU BOULEVARD SAINT MARTIN

 

 PREMIER MAI A PARIS TOUS UNIS POUR UN MONDE SOLIDAIRE ET COMPLEMENTAIRE

 

 

 

 

 

Pour la comptabilisation du vote blanc aux élections.
Voir l'article de Mesopinions : PETITION

 http://www.mesopinions.com/petition/infos-pratiques.html

 


Les OGM, une arme au service de la dépopulation?
http://www.sebastienportal.eu/#/echantillonssonores/3514933

 

 

L' ONU ne remplit pas son rôle !

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18902 

 

 

Ukraine: La Russie retrouve son pré carré. Bonne nouvelle !

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkZkuluVEFunwPwBee.shtml 

 

 

 crise-chute.jpg

Des subprime à l'effondrement des dominos européens

Crise financière, les six étapes d'un désastre

par Pierre Rimbert
L'agence de notation Standard & Poor's a dégradé, mardi 27 avril, la dette souveraine grecque au rang d'obligation douteuse, et abaissé celle du Portugal. Le lendemain, l'Espagne entrait dans le collimateur - à qui le tour ?

Dans les trois cas, l'agence dit fonder son appréciation sur les perspectives macroéconomique des pays concernés : une croissance faible ne leur permettrait pas d'acquitter leurs engagements. Mais quels facteurs assombrissent ainsi leur horizon économique ? On peut facilement identifier l'un d'entre eux : les coupes budgétaires mises en oeuvre sous la pression... des investisseurs et des agences de notation.

La boucle est ainsi bouclée. Avec le recul, les pièces éparses des krachs économiques à répétition survenus ces trois dernières années composent peu à peu le thème d'un puzzle bien connu. Son cadre : la vague de déréglementation financière des années 1980. Son nom : à crise de marché, remèdes de marché.

Première étape : en 2007 les ménages américains, dont les revenus stagnent, notamment sous l'effet de la concurrence internationale, se trouvent dans l'incapacité de rembourser des prêts immobiliers attribués sans souci de garantie par les banques saisies d'ivresse. Depuis l'éclatement de la « bulle Internet » en 2000, la Réserve fédérale américaine maintient en effet des taux d'intérêts très bas, favorisant l'aventurisme des investisseurs.

Deuxième étape : en septembre 2008, la crise des subprime dégénère en crise bancaire, les bilans des établissements financiers se révélant farcis de crédits immobiliers insolvables ventilés aux quatre coins de la planète dans des produits financiers sophistiqués. Lehman Brothers chute ; la panique gagne ; les banques cessent d'accorder du crédit : l'économie est au bord de l'asphyxie.

Troisième étape : plutôt que de placer l'intégralité d'un secteur financier failli sous contrôle public, les gouvernements acceptent de le renflouer en l'état. Les Etats s'endettent hors de proportion pour sauver les banques et relancer l'économie. Mais, après vingt ans de baisse continue de la fiscalité, les recettes ne suivent pas. Entre la fin de l'année 2008 et le milieu de l'année 2009, la crise de la finance privée se convertit en gonflement de la dette publique et en crise sociale. Dans les pays occidentaux, le chômage grimpe en flèche (...)

Lire la suite de cet article inédit de Pierre Rimbert :

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-04-30-Crise-financiere

 

liste complète

 

liste complète

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/politique/20100430.OBS3252/absenteisme-vers-une-suspension-immediate-des-allocations-familiales.html

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/economie/20100430.OBS3243/personne-n-evitera-la-rigueur-assure-alain-minc.html

 

Si Jésus revenait dans ce monde il combattrait l’ordre mondial

http://www.facebook.com/note.php?note_id=119641821395903

 

Lettre à un Irakien inconnu

http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=10290&lg=fr

 

 http://static.koreus.com/flvplayer.swf?file=http:/... 

 

Pétition contre l’admission d’Israël au sein de l’OCDE

Appel pales
tinien à protester contre l’admission d’Israël au sein de l’OCDE.

Communiqué du Comité national palestinien BDS :


  "Israël est sur le point d’être admis au sein de l’OCDE (organisation pour la coopération et le développement économique). Bien que le gouvernement israélien ne respecte pas les critères d’intégration au sein de ce club « exclusif », l’organisation a annoncé en janvier 2010 qu’elle validerait l’adhésion d’Israël cette année (décision attendue en Mai).

   L’adhésion d’un nouvel état membre nécessite cependant l’unanimité au sein de l’OCDE. Il suffit donc de l’opposition d’un seul pays pour stopper l’intégration d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte les standards en matière de droit de l’homme international. Israël ne doit pas être autorisé à devenir membre de l’OCDE tant qu’il n’appliquera pas les recommandations Glodstone.

    Vous pouvez soutenir cette action en signant la pétition ci-dessous, et en la faisant suivre à vos amis et collègues.

   Le comité national palestinien BDS appelle les citoyens et gouvernements des pays membres de l’OCDE à repousser la candidature d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte la loi internationale, les droits de l’homme du peuple Palestinien et applique les valeurs fondamentales proclamées par les membres de l’OCDE.

   Pourquoi devons-nous stopper Israël :

   1.L’adhésion au sein de l’OCDE récompensera Israël pour ses crimes de guerre et ses violations des lois internationales.

   2. l’OCDE a admis qu’Israël ne respectait pas l’un des engagements clé pour devenir membre de l’organisation, en incluant les colonies dans son rapport économique. En acceptant Israël, l’OCDE donnera son approbation officielle à l’occupation illégale des territoires occupés palestiniens et syriens.

« Ce faisant, l’OCDE fait comme si Israël avait sept millions de citoyens alors qu’en réalité, elle en compte 11 millions, parmi lesquels quatre millions sont des Palestiniens vivant sous occupation », a déclaré l’économiste israélien Shir Hever.

   3.Seules des démocraties pluralistes sont censées être admises comme membres de l’OCDE. Israël est une ethnocracie, avec une trentaine de lois accordant des privilèges exclusifs aux Juifs, alors que les Non-Juifs représentent 20% des citoyens israéliens.      Ainsi, en admettant Israël, l’OCDE violerait ses propres principes fondateurs.

   La pression marche ! L’an dernier, l’Union européenne est revenue sur sa décision de relever le statut de ses relations avec israël suite à une action similaire de protestation.    Envoyez cette alerte à vos contacts.

   Poursuivez les pressions pour mettre fin au siège de Gaza.

- Pétition : http://salsa.wiredforchange.com/o/6207/t/6210/petition.jsp ?petition_KEY=769 (Essayons d’obtenir 100 000 signatures en provenance de 30 pays, d’ici le 11 mai.)

- Envoyez un message à tous les pays membres de l’ OECD http://salsa.wiredforchange.com/o/6207/t/6210/campaign.jsp ?campaign_KEY=3132

Source : http://holdisraelaccountable.net

CAPJPO-EuroPalestine

   Nous rassemblons le maximum de signatures possibles pour protester contre l’intégration d’Israël au sein de l’OCDE. Elles seront déposées auprès du Conseil de l’OCDE lors de sa réunion du 11 mai 2010 ainsi qu’à la réunion ministérielle des 28 et 29 mai 2010. 
  Pétition : http://salsa.wiredforchange.com/o/6207/t/6210/petition.jsp ?petition_KEY=769 (Essayons d’obtenir 100 000 signatures en provenance de 30 pays, d’ici le 11 mai.) .

 

 

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 07:33

J'ai publié des extraits du sujet dans le précédent post, mais finalement je préfère vous livrer la version complète, car il s'agit de documents d'importance. Eva R-sistons

                                   2-enfats-tank.jpg



La Résistance à l'occupation est un droit légitime, c'est pourquoi la Nation

Palestinienne ne devrait jamais accepter un Bantoustan en Palestine
UNIISSONS NOUS POUR LA PAIX DANS LA JUSTICE POUR TOUS
CAR LE NÉOFASCISME NE PASSERA JAMAIS PLUS !

 



L'indifférence des uns et la connivence et ou la lâcheté des autres devant le chantage et les menaces d'Adolphe HITLER ont facilité la signature du traité de MUNICH le 30 septembre 1938 ce que lui a laissé le champ libre pour déclencher la 2ème Guerre Mondiale suite à laquelle presque 60 millions d'êtres humains ont perdu la vie dont plus de 25 millions de Russes (URSS) et 18 millions de Chinois, des personnes de confession chrétienne, juive, musulmane, hindouïste, boudhiste et surtout des noirs et ceux de teints basanés : les tziganes...

 

Aujourd'hui, si les forces de la paix et de la justice cèdent devant le chantage et les menaces des malfaiteurs, des terroristes et des dictateurs néo-fascistes de tout acabit qui veulent créer une APOCALYPSE, quel sort réserverons-nous aux générations futures ?

 

L'empire du mal qui est né de la haine vis-à-vis les Indiens et les Noirs occupe plusieurs pays dans le monde par l'intermédiaire de ses bases militaires stationnées dans ceux-ci. Cet empire croit pouvoir dominer la planète avec ses 7 flottes navales et ses 7 commandements militaires régionaux.

 

La véritable Communauté internationale laissera-t-elle les mains libres aux néo-fascistes qui gouvernent les États-Unis d'Amérique mettre notre planète à feu et à sang et créer ainsi une apocalypse sans qu'elle ne réagisse face à leurs crimes ? J'ose espérer que non !

 

C'est pourquoi,  je crois qu'il est de l'obligation des Peuples occidentaux et du devoir des Peuples du Sud et de l'Est d'aider les forces progressistes des États-Unis d'Amérique dans leur lutte contre les néo-fascistes qui gouvernent leur pays afin de pouvoir se débarrasser pacifiquement d'eux et ce, avant même qu'ils ne commettent l'irréparable et qu'il n'y ait plus de possibilité de réparer les dégâts pour sauver notre petite Planète d'une Apocalypse certaine...

 

Ali Dahan, Ph.D. , Défenseur des Droits Humains, Apolitique

Pacifiste mais jamais passif face à l'injustice




180px-Arafat-young.jpgArafatEconomicForum.jpg250px-Husayni.jpg



Discours de Yasser Arafat devant l’Assemblée générale des Nations unies — Genève, 13 décembre 1988

 

« Quand je désespère, je me souviens que tout au long de l’Histoire, la voie de la vérité et de l’amour a toujours triomphé. Il y a dans ce monde, des tyrans et des assassins et pendant un temps, ils peuvent nous sembler invincibles mais à la fin, ils tombent toujours. Pensez toujours à cela » Mahatma GANDHI


Monsieur le Président, Messieurs les représentants, Jamais je n’aurais imaginé que ma première rencontre depuis 1974 avec votre auguste assemblée aurait lieu dans cette bonne et hospitalière ville de Genève. Je pensais que les acquis et les nouvelles positions politiques auxquelles est parvenu notre peuple palestinien lors de la tenue du Conseil national, à Alger, qui ont toutes reçu un accueil international très favorable, m’obligeraient sans nul doute à me rendre à New York, au Siège de l’Organisation internationale, pour vous y présenter nos résolutions politiques et la vision que nous avons de l’avenir de la paix dans notre patrie, telles qu’elles ont été élaborées par notre Conseil national palestinien, la plus haute instance législative de nos institutions politiques.

 

Ma rencontre avec vous aujourd’hui à Genève, après qu’une injuste décision américaine m’eut empêché d’aller vous rencontrer à New York, est donc pour moi source de fierté et de joie.. Fierté d’être avec vous, parmi vous, vous qui êtes la plus haute des tribunes pour toutes les causes de justice et de paix dans le monde. Ma joie, c’est d’être à Genève, là où la justice et la neutralité sont un flambeau et une constitution dans un monde où ceux qui croient à l’arrogance de la force brute perdent la neutralité et le sens de la justice qu’ils portent en eux. C’est pour cela que la décision de votre auguste assemblée, adoptée à la majorité des 154 Etats, de tenir ici même cette réunion, n’est pas une victoire sur une décision américaine. C’est la victoire du consensus international en faveur de la liberté, c’est un plébiscite sans précédent en faveur de la paix, et c’est la preuve que la juste cause de notre peuple s’est définitivement enracinée dans la structure même de la conscience universelle.

 

Notre peuple palestinien se souviendra toujours de cette auguste assemblée, de ces nations amies debout ici avec le droit et la justice, défendant les valeurs et les principes au service desquels l’Organisation des Nations Unies a été fondée. Tous les peuples qui subissent l’injustice, l’oppression et l’occupation et qui comme notre peuple palestinien, luttent pour la liberté, la dignité et la vie, y puiseront confiance et assurance.

Je saisis cette occasion pour adresser mes profonds remerciements à tous les Etats, forces, organisations internationales et personnalités mondiales qui ont soutenu notre peuple et appuyé ses droits nationaux. Tout particulièrement à nos amis en Union soviétique et en Chine populaire, dans les pays socialistes, les pays non alignés, les pays islamiques, les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, ainsi que dans tous les autres pays amis. Je remercie aussi les pays d’Europe occidentale et le Japon pour les positions qu’ils ont récemment adoptées à l’égard de notre peuple, et je les convie à aller de l’avant, pour que ces positions se développent davantage encore, et que s’ouvre la perspective de la paix et d’une solution juste au conflit dans notre région, le Moyen-Orient.

 

J’affirme ici aussi notre solidarité et notre appui aux mouvements de libération en Namibie et en Afrique du Sud, dans leur lutte, ainsi que notre appui aux pays africains de la ligne de front face aux agressions perpétrées par le régime raciste d’Afrique du Sud.

 

Je saisis cette occasion pour exprimer mes remerciements et ma reconnaissance à l’égard de tous ces pays amis qui ont pris l’initiative de nous soutenir, d’appuyer les décisions de notre Conseil national et de reconnaître l’Etat de Palestine.

 

Et je ne manquerai pas de souligner notre immense gratitude envers S. E. M. Javier Peréz de Cuéllar, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, ainsi qu’envers ses adjoints, pour les efforts inlassables qu’ils n’ont cessé de déployer pour édifier ce à quoi l’humanité aspire en matière de détente internationale, de solution des conflits, et tout particulièrement au sujet de la question de Palestine. J’adresse de même mes remerciements et ma considération au Président et aux membres du Comité pour l’exercice des droits nationaux inaliénables du peuple palestinien pour leurs efforts en faveur de la cause de notre peuple. Je salue et remercie également le Comité spécial des neuf pays non alignés pour la question de Palestine, pour le travail constructif qu’il a accompli pour la cause de notre peuple.

 

Permettez-moi enfin, Monsieur le Président, de vous adresser mes plus chaleureuses félicitations à l’occasion de votre élection à la présidence de cette assemblée. J’ai pleinement confiance en votre sagesse et en votre rigueur. Je salue également votre prédécesseur, qui a dirigé avec clairvoyance les travaux de l’Assemblée précédente.

 

J’exprime enfin au Gouvernement et au peuple suisses mes salutations et ma profonde gratitude pour l’assistance considérable qu’ils nous ont fournie, les facilités dont ils nous ont fait bénéficier et les efforts qu’ils ont accomplis dans ce but.

 

Il y a 14 ans, le 13 novembre 1974, j’avais reçu de vous une gracieuse invitation à exposer, devant cette auguste assemblée, la cause de notre peuple palestinien. Me voici de nouveau devant vous, après toutes ces années riches en événements dramatiques, et je constate que de nouveaux peuples occupent désormais leur place parmi vous, couronnement de leurs victoires dans les combats de la liberté et de l’indépendance. Aux représentants de ces peuples, j’adresse les félicitations de notre peuple, et je proclame devant vous tous que je reviens à vous la voix plus haute, la détermination plus ferme et la confiance plus assurée pour affirmer que notre lutte, inévitablement, portera ses fruits. J’affirme que l’Etat de Palestine, dont nous avons proclamé l’établissement lors de notre Conseil national, prendra inévitablement sa place parmi vous pour participer à vos côtés à l’application de la Charte de cette organisation et pour faire respecter la Déclaration des droits de l’homme, pour mettre fin aux tragédies endurées par l’humanité et jeter les bases du droit, de la justice, de la paix et de la liberté pour tous.

 

Il y a 14 ans, lorsque vous nous avez dit, dans la salle de l’Assemblée générale :

 

« Oui à la Palestine et au peuple de Palestine, oui à l’Organisation de libération de la Palestine, oui aux droits nationaux inaliénables du peuple Palestinien », certains s’étaient imaginé que vos résolutions ne seraient suivies d’aucun effet notable. Ils ne comprenaient pas que ces résolutions allaient devenir une des sources les plus vives à laquelle s’abreuverait le rameau d’olivier que je portais ce jour-là, ce rameau qui s’est transformé, après que nous l’ayons arrosé de notre sang, de nos larmes et de notre sueur, en un arbre qui prend ses racines dans la terre, dont les branches s’élancent vers le ciel et qui promet le fruit de la victoire sur l’oppression, la tyrannie et l’occupation. Vous nous avez offert l’espoir du triomphe de la liberté et de la justice. Nous vous avons offert en retour une génération entière des enfants de notre peuple, qui a consacré sa vie à la réalisation de cet espoir, la génération de l’Intifada bénie, qui brandit aujourd’hui la pierre de la patrie pour défendre sa dignité et l’honneur d’appartenir à un peuple assoiffé de liberté et d’indépendance.

 

A vous tous ici présents, je transmets les salutations des enfants de notre peuple héroïque, hommes et femmes, des masses de notre Intifada bénie qui entre dans sa seconde année avec ce grand élan, cette organisation minutieuse et cette pratique éminemment civilisée et démocratique jusque dans la confrontation avec l’occupation, l’exploitation, la tyrannie et les crimes monstrueux quotidiennement commis à leur encontre par les occupants israéliens.

 

A vous tous ici présents, je transmets le salut de nos garçons et de nos filles dans les prisons et les camps de détention collective de l’occupation. A vous tous, je transmets le salut des enfants de la pierre qui défient l’occupation, ses avions et ses chars, et font revivre dans les mémoires l’image nouvelle du David palestinien aux mains nues face à Goliath l’Israélien bardé d’armes.

 

Lors de notre première rencontre, j’avais conclu mon intervention en affirmant, en ma qualité de président de l’OLP et de commandant de la révolution palestinienne, que nous ne voulions pas que soit versée une seule goutte de sang, juif ou arabe, et que nous ne voulions pas que les combats se poursuivent, ne fut-ce qu’une minute. Je m’étais adressé à vous, dans l’espoir que nous Parviendrions à abréger la douleur et les souffrances, à hâter la mise en place des bases d’une paix juste fondée sur la garantie des droits de notre peuple, de ses aspirations et de ses espoirs, comme des droits de tous les peuples, sur un pied d’égalité.

 

Je m’étais adressé à vous pour que vous vous teniez aux côtés de notre peuple en lutte pour l’exercice de son droit à l’autodétermination, pour que vous lui donniez les moyens de retourner de son exil imposé par la force des baïonnettes et de l’arbitraire, pour que vous nous aidiez à mettre fin à la tyrannie imposée à tant de générations de notre peuple, depuis tant de décennies, afin qu’il puisse enfin vivre dans sa patrie, retrouver ses maisons, libre et souverain, jouissant de la Plénitude de ses droits nationaux et humains. Et j’avais, pour finir, affirmé du haut de cette tribune, que la guerre surgissait de Palestine, et que la paix commençait en Palestine.

 

Le rêve que nous caressions alors était d’établir un Etat palestinien démocratique au sein duquel vivraient musulmans, chrétiens et juifs sur un pied d’égalité, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs, dans une seule société unifiée, à l’instar d’autres peuples sur cette terre dans notre monde contemporain.

 

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous entendîmes les responsables israéliens expliquer que ce rêve palestinien, inspiré de l’héritage des messages divins qui ont illuminé le ciel de la Palestine ainsi que des valeurs humaines qui fondent la coexistence au sein d’une société démocratique et libre, était un plan visant à les détruire et à les anéantir.

 

l nous fallait tirer les leçons d’un tel état de fait, constater la distance qui le séparait du rêve. Nous prîmes alors, au sein de l’OLP, l’initiative de procéder à la recherche de formules alternatives réalistes et praticables pour apporter à ce problème une solution fondée sur une justice possible, et non pas sur une justice absolue. Une solution qui puisse garantir les droits de notre peuple à la liberté, la souveraineté et l’indépendance, et qui puisse également garantir à tous la paix, la sécurité et la stabilité, évitant à la Palestine et au Moyen-Orient la poursuite des guerres et des combats qui s’y déroulent depuis 40 ans.

 

Ne sommes-nous pas ceux qui ont pris l’initiative d’invoquer la Charte des Nations Unies et leurs résolutions, la Déclaration universelle des droits de l’homme et la légalité internationale en tant que références de base pour la solution du conflit arabo-israélien ?

 

N’avons-nous pas fait bon accueil à la déclaration commune Vance-Gromyko en 1977, en tant qu’initiative qui pouvait servir de base à un projet de solution pour ce conflit ?.

 

.N’avons-nous pas donné notre accord pour participer à la Conférence de Genève sur la base de la déclaration soviéto-égyptienne de 1977, de façon à progresser vers une solution de paix dans la région ?

 

N’avons-nous pas adopté1e Plan de paix arabe de Fès, en 1982, puis le projet de convocation d’une conférence Internationale de paix sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies et conformément à ses résolutions ?

 

N’avons-nous pas appuyé le Plan Brejnev pour la paix au Moyen-Orient ?

 

N’avons-nous pas accueilli et appuyé la Déclaration de Venise des pays de la Communauté économique européenne concernant les. bases d’une paix juste dans la région ?

 

N’avons-nous pas accueilli et soutenu l’initiative des deux Présidents Gorbatchev et Mitterrand au sujet de la commision préparatoire de la conférence internationale ?

 

N’avons-nous pas fait bon accueil aux dizaines de déclarations et d’initiatives politiques émanant des groupes régionaux, des pays africains, des pays islamiques, des pays non alignés, des pays socialistes, des pays d’Europe et d’autres pays, dans le seul but de parvenir à un règlement pacifique fondé sur la légalité internationale, afin d’instaurer la paix et de résoudre le conflit ?

 

Quelle fut la position d’Israël face à tout cela ? Bien que chacune de ces initiatives, chacun de ces plans, chacune de ces déclarations ait été inspiré par la volonté de prendre en considération le rapport de force politique de même que les revendications et les intérêts de l’ensemble des parties au conflit arabo-israélien, l’attitude d’Israël devant tout cela fut l’escalade de ses projets de colonisation et d’expansion. Elle consista à élargir le champ des destructions et des ruines, et à faire à nouveau couler le sang. Elle consista à multiplier les fronts, jusqu’à y inclure le Liban frère, que les troupes d’occupation envahirent en 1982, avec les conséquences que l’on sait, les massacres comme ceux de Sabra et de Chatila, et les boucheries perpétrées à l’encontre des deux peuples, libanais et palestinien. Israël continue d’occuper une partie du Sud-Liban, et ce pays doit quotidiennement faire face aux raids de l’aviation et aux agressions aériennes, terrestres ou maritimes qui frappent ses villes et ses villages comme elles frappent nos camps dans le sud.

 

Il est triste et regrettable que seul le Gouvernement des Etats-Unis continue à soutenir et à appuyer ces plans israéliens d’agression et d’expansion, et continue à soutenir Israël dans la poursuite de son occupation de nos territoires palestiniens et arabes, dans la poursuite de ses crimes et de sa politique de main de fer contre nos enfants et nos femmes.

 

Il est également douloureux et regrettable que le Gouvernement américain s’obstine à refuser de reconnaître à six millions de Palestiniens le droit à l’autodétermination, qui est un droit sacré pour le peuple américain comme pour tous les peuples de la terre.

 

Je rappelle au peuple américain la position du Président Wilson, père de ces deux principes universels qui régissent les relations internationales que sont l’inadmissibilité de l’acquisition du territoire d’autrui par la force, et le droit des peuples à l’autodétermination. Lorsque notre peuple palestinien fut consulté, en 1919, par l’entremise de la Commission King-Crane, ce sont les Etats-Unis qu’il avait alors choisi pour puissance mandataire mais les circonstances ont fait que ce fut la Grande-Bretagne qui vint prendre cette place. Et je m’adresse aujourd’hui au peuple américain, et je pose cette question : est-il équitable que les principes énoncés à ce propos par le Président Wilson ne soient pas appliqués au peuple palestinien ?

 

Les administrations américaines qui se sont succédées au cours de ces années savent pourtant pertinemment que l’unique acte de naissance de l’Etat d’Israël, c’est la résolution 181 (11) de l’Assemblée générale des Nations Unies, adoptée le 29 novembre 1947 avec le soutien des Etats-Unis et de l’Union soviétique et qui recommandait l’établissement de deux Etats en Palestine, l’un arabe palestinien et l’autre juif. Comment le Gouvernement américain peut-il expliquer sa position, qui consiste à reconnaÎtre la moitié de cette résolution relative à Israël tout en rejetant l’autre moitié relative à l’Etat palestinien ? Mieux encore, comment le Gouvernement américain peut-il expliquer son manque d’empressement à faire appliquer une résolution qu’il a lui-même adoptée et dont il a plus d’une fois réaffirmé la validité face à votre auguste assemblée, à savoir la résolution 194 (111), qui reconnaÎt le droit des Palestiniens au retour dans les foyers dont ils ont été chassés et au recouvrement de leurs biens ou à l’indemnisation de ceux qui ne.souhaiteraient pas revenir ?

 

Le.Gouvernement des Etats-Unis sait bien qu’il ne peut, pas plus qu’aucun autre Etat, s’arroger le droit de fractionner la légalité internationale ni vider de leur sens les jugements du droit international.

 

La lutte continue de notre peuple pour ses droits remonte à des dizaines d’années, au cours desquelles il a consenti des centaines de milliers de martyrs et de bléssés, enduré toutes sortes de souffrances, traversé des tragédies sans jamais défaillir et sans que sa volonté ne s’émousse. Au contraire, il n’a cessé de renforcer sa détermination à demeurer attaché à sa patrie palestinienne et à son identité nationale.

 

Les dirigeants israéliens, en proie à une euphorie trompeuse, s’étaient imaginé qu’après notre départ de Beyrouth l’OLP allait être engloutie par la mer. Ils ne s’attendaient pas à ce que le départ vers les exils se transforme en chemin du retour à la patrie, au véritable champ de bataille, à la Palestine occupée.

 

C’est alors qu’advint l’héroÏque soulèvement populaire à l’intérieur de notre terre occupée, cette Intifada qui s’est levée pour se poursuivre jusqu’à la réalisation de nos objectifs de liberté et d’indépendance nationale.

 

Je m’enorgueillis d’être l’un des fils de ce peuple qui trace avec le sang de ses enfants, de ses femmes et de ses hommes l’admirable épopée de la résistance populaire, réalisant des miracles quotidiens, frisant la légende pour que son Intifada continue, pour qu’elle se développe et s’étende, jusqu’à ce qu’elle impose sa volonté et fasse la preuve que le droit peut l’emporter sur la force.

 

Chaleureuses salutations aux masses de notre peuple qui forgent aujourd’hui cette expérience révolutionnaire et démocratique unique en son genre !

 

C’est cette foi que la machine de guerre israélienne n’a jamais pu ébranler, que les balles de toutes sortes n’ont jamais pu réduire ni terroriser, dont l’ensevelissement des vivants, les os brisés, les avortements provoqués par les gaz et la mainmise sur les ressources en eau n’ont jamais pu venir à bout, et que ni les arrestations, ni les prisons, ni les exils, ni les expulsions hors de la patrie n’ont affaiblie. Quant aux châtiments collectifs, aux dynamitages de maisons, à la fermeture des universités, des écoles, des syndicats, des associations et des institutions, quant à l’interdiction des journaux et au blocus des camps, des villages et des villes, tout cela n’a fait que raffermir cette foi, jusqu’à ce que la révolution embrasse chaque foyer, jusqu’à ce qu’elle s’enracine dans chaque pouce de la terre de la patrie.

 

Un peuple qui a parcouru cet itinéraire, un peuple héritier de cette histoire ne peut être défait. Nulle force et nulle terreur ne sauraient lui faire renier sa foi parfaite en son droit à une patrie comme en son adhésion aux valeurs de la justice, de la paix, de l’amour et de la coexistence tolérante. Et comme le fusil du révolutionnaire nous a protégés, empêchant notre liquidation et l’annihilation de notre identité nationale sur le champ brûlant des combats, nous avons une totale confiance en notre capacité à défendre notre rameau d’olivier sur le champ des batailles politiques. Le ralliement mondial à la justesse de notre cause et en faveur de l’instauration de la paix basée sur la justice démontre sans ambiguïté que le monde sait aujourd’hui qui est le bourreau et qui est la victime, qui est l’agresseur et qui est l’agressé, qui mène la lutte pour la liberté et pour la paix et qui est le terroriste. Et voici que les pratiques quotidiennes des forces d’occupation et des bandes de colons fanatiques et armés contre notre peuple, ses enfants et ses femmes mettent à nu le visage hideux de l’occupation israélienne, le révèlent dans sa vérité d’agresseur.

 

Cette conscience mondiale grandissante a fini par toucher des groupes juifs eux-mêmes, à l’intérieur comme à l’extérieur d’Israël, dont les yeux se sont ouverts à la réalité du problème et à l’essence du conflit, et qui ont pris conscience des pratiques quotidiennes inhumaines qui détruisent la tolérance dans l’âme même du judaïsme. Il est désormais bien difficile, voire impossible, pour un Juif de déclarer son refus de l’oppression raciste et son attachement aux libertés et aux droits de l’homme et de se taire face aux violations israéliennes des droits de l’homme, face aux crimes commis à l’encontre du peuple et de la patrie palestiniens, et plus particulièrement face aux pratiques quotidiennes odieuses des Occupants et des bandes de colons armés.

 

Nous faisons une claire distinction entre le citoyen juif dont les milieux israéliens au pouvoir tentent d’étouffer et de dénaturer la conscience, d’une part, et les pratiques des dirigeants israéliens, d’autre part.

 

Plus encore, nous réalisons qu’il y a en Israël comme hors d’Israël des Juifs nobles et courageux qui n’approuvent pas la politique de répression et les massacres, qui réprouvent la Politique d’expansion, de colonisation et d’expulsion du Gouvernement d’Israël et qui reconnaissent à notre peuple un droit égal à la vie, à la liberté et à l’indépendance. Au nom du peuple palestinien, je les remercie tous pour cette position courageuse et honorable.

 

Notre peuple ne revendique aucun droit qui ne soit le sien, qui ne lui soit reconnu par le droit et les lois internationales. Il ne veut pas d’une liberté au détriment de la liberté d’un autre peuple ni d’un destin qui annulerait celui d’un autre peuple. Notre peuple refuse tout privilège dont il pourrait jouir aux dépens d’un autre peuple, comme il refuse qu’un autre peuple jouisse de privilèges à ses dépens. Notre peuple aspire à l’égalité avec tous les autres peuples, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. J’adresse cet appel à tous les peuples du monde, et particulièrement à ceux qui ont subi l’occupation nazie, et qui ont alors considéré que leur devoir consistait à tourner la page de la tyrannie et de l’oppression exercées par un peuple sur un autre, et d’apporter aide et soutien à toutes les victimes du terrorisme, du fascisme et du nazisme. J’en appelle à ces peuples pour qu’ils prennent clairement conscience de la responsabilité que l’histoire leur a fait porter à l’égard de notre peuple martyrisé qui réclame pour ses enfants une place au soleil de leur patrie, pour qu’ils puissent y vivre comme les enfants du monde entier, libres sur une terre libre.

 

Il est encourageant de constater que le chemin de notre lutte a atteint ce sommet qu’est l’Intifada dans un climat international caractérisé par des efforts soutenus et sérieux en faveur de la détente et de l’entente internationales et pour le progrès des peuples. C’est avec une grande joie que nous sommes témoins des succès remportés par les Nations Unies et leur secrétaire général dans le cadre de leur contribution efficace à la solution de nombreux problèmes et à l’extinction de nombreux foyers de tension dans le monde, dans ce nouveau climat de concorde internationale.

 

Assurément, il n’est pas possible de consolider ce climat international nouveau et positif sans se tourner vers les problèmes et les foyers de tension éparpillés de par le monde. C’est d’autant plus nécessaire que cela permettra à la conscience humaine de réaliser avec plus d’acuité un bilan de l’activité des hommes et des Etats, et d’entrevoir avec plus de transparence ce que le siècle qui s’approche nous réserve de défis et de responsabilités nouvelles, loin de la guerre et de la destruction, sur le chemin de la liberté, du bien-être, de la paix et du progrès de l’humanité.

 

Nous nous accordons tous ici sur le fait que la question palestinienne constitue le problème des problèmes du monde contemporain. C’est la question la plus anciennement inscrite à l’ordre du jour de vos travaux. C’est le problème régional le plus complexe, le plus ramifié, le plus dangereux pour la paix et la sécurité mondiales. La question palestinienne constitue également une priorité pour les deux superpuissances et tous les Etats conscients de la nécessité d’efforts particuliers pour tracer le chemin d’une solution, sur la base de principes de justice qui constituent en eux-mêmes la meilleure des garanties pour l’extension de la paix à l’ensemble du Moyen-Orient.

 

Nous, dans l’OLP, en tant que direction responsable du peuple de Palestine et de son destin, par fidélité à sa lutte et en hommage au sacrifice de nos martyrs, soucieux de répondre au climat de détente et de concorde et conscients de l’importance de notre contribution aux efforts pacifiques pour trouver une solution politique susceptible de mettre un terme au malheur des guerres et des combats et d’ouvrir la voie à une coexistence pacifique régie par le droit international, nous avons convoqué notre Conseil national palestinien en une session extraordinaire à Alger, entre le 12 et le 15 novembre dernier, et ce dans le but de préciser et de clarifier notre position en tant que protagoniste principal du conflit arabo-israélien, sans la participation et l’accord duquel il ne peut y avoir de solution.

 

J’ai la joie de vous annoncer en toute fierté que notre Conseil national palestinien, par une pratique démocratique totalement libre, assumait ses hautes responsabilités nationales et avait adopté une série de résolutions sérieuses, constructives et responsables. Ces résolutions ont frayé le chemin de l’approfondissement et de la manifestation de notre désir de contribuer à la recherche d’un règlement pacifique garantissant les droits nationaux et politiques de notre peuple ainsi que la sécurité et la paix pour tous.

 

La première et la plus décisive des résolutions prises par notre conseil, c’est la proclamation de l’Etat de Palestine avec pour capitale Al Qods Al Charif, Jérusalem, et ce sur la base du droit naturel, historique et légal du peuple arabe Palestinien à sa patrie, la Palestine. En vertu des sacrifices de générations successives pour la défense de la liberté et de l’indépendance de leur patrie et partant des résolutions des sommets arabes de la force de la légalité internationale telle qu’elle est incarnée dans les résolutions de l’ONU depuis 1947, et en exercice, par le peuple arabe palestinien, de son droit à l’autodétermination, à l’indépendance politique et à la souveraineté sur son sol, conformément à vos résolutions successives.

 

Il m’importe ici, au moment de répéter cette proclamation historique devant famille des nations et maintenant qu’elle est devenue un document officiel des Nations Unies, d’affirmer qu’il s’agit d’une décision sur laquelle nous ne reviendrons jamais et que nous n’arrêterons pas d’oeuvrer à sa réalisation pour venir à bout de l’occupation et pour que notre peuple exerce sa souveraineté dans son Etat.

 

Cet Etat de Palestine est l’Etat des Palestiniens où qu’ils soient. Ils pourront y développer leur identité nationale et culturelle. Ils y jouiront de la pleine égalité des droits et de leurs convictions religieuses et Politiques, ainsi que de leur dignité humaine. Ils y seront protégés par un régime parlementaire et démocratique fondé sur les principes de la liberté d’opinion, la liberté de constituer des partis, la prise en considération par la majorité des droits de la minorité et le respect par la minorité des décisions de la majorité, la justice sociale, l’égalité et l’absence de toute discrimination dans les libertés publiques sur la base de la race, de la religion, de la couleur, ou entre la femme e l’homme, à l’ombre d’une constitution qui assure la primauté de la loi et l’indépendance de la justice, en totale fidélité à l’héritage spirituel de la Palestine, patrimoine fait de tolérance et de cohabitation entre les religions à travers les siècles.

 

L’Etat de Palestine est un Etat arabe, son peuple fait partie intégrante de la nation arabe, de son patrimoine, de sa civilisation et de ses aspirations au progrès social, à l’unité et à la libération. Il se réclame de la Charte de la Ligue des Etats arabes, de la Charte de l’ONU, de la Déclaration universelle des droits de l’homme et des principes du non-alignement..

 

Cet Etat est épris de paix et attaché aux principes de la coexistence pacifique ; il oeuvrera de concert avec tous les Etats et tous les peuples pour instaurer une paix permanente basée sur la justice et le respect des droits.

 

Cet Etat croit à la résolution des conflits régionaux et internationaux par des moyens pacifiques, en application de la Charte des Nations Unies et de leurs résolutions. Il rejette la menace de l’usage de la violence, de la force et du terrorisme, leur utilisation contre la sécurité de son propre territoire ou contre son indépendance politique, ou contre l’intégrité territoriale de tout autre Etat, sans porter atteinte à son droit naturel à défendre son territoire et son indépendance. Cet Etat croit que l’avenir ne réserve que la sécurité à ceux qui auront agi justement, ou auront aspiré à la justice.

Voici l’Etat de Palestine que nous avons proclamé et que nous oeuvrerons à concrétiser, pour qu’il prenne sa place entre les autres pays, qu’il participe et innove dans l’édification d’un monde libre oÙ règnent la justice et la paix. Notre Etat aura son gouvernement provisoire, avec l’aide de Dieu, dans les plus brefs délais. Le Conseil national palestinien a chargé le Comité exécutif de l’OLP d’assumer les responsabilités de ce gouvernement provisoire en attendant sa formation. Pour concrétiser cette décision, notre Conseil national palestinien (CNP) en a adopté une série d’autres dont il importe de souligner ici les plus importantes, pour confirmer notre détermination à aller de l’avant avec sérieux dans la voie de la juste solution pacifique, et à déployer les plus grands efforts pour sa réussite.

Notre Conseil national a affirmé la nécessité de la tenue de la conférence internationale sur la question du Moyen-Orient, dont le coeur est la question de Palestine, sous l’égide des Nations Unies et avec la participation des cinq membres permanents du Conseil de sécurité ainsi que de toutes les parties au conflit dans la région, y compris l’OLP, unique représentant légitime du peuple palestinien, sur un Pied d’égalité. Ceci en considérant que la conférence internationale se tiendra sur la base des deux résolutions du Conseil de sécurité 242 (1967) et 338 (1973), ainsi que sur la base de la garantie des droits nationaux et politiques légitimes du Peuple palestinien, au premier rang desquels son droit à l’autodétermination.

Notre Conseil national a également affirmé la nécessité du retrait d’Israël tous les territoires palestiniens et arabes qu’il a occupés en 1967, y compris la Jérusalem arabe, l’établissement de l’Etat palestinien et l’abolition de toutes 1es mesures de rattachement et d’annexion, ainsi que le démantèlement des colonies édifiées par Israël dans les territoires palestiniens et arabes depuis 1967. Toutes ces exigences ont été formulées par les sommets arabes, et particulièrement par les sommets arabes de Fès et d’Alger.

Notre Conseil national a affirmé la nécessité d’oeuvrer pour placer les territoires palestiniens occupés, y compris la Jérusalem arabe, sous la tutelle des Nations Unies pour une Période limitée. Ce pour protéger notre peuple et créer un climat propice à la réussite des travaux de la conférence internationale, ce pour parvenir à un règlement Politique global et instaurer la sécurité et la paix pour tous, peuples et Etats, au Moyen-Orient, à travers l’acceptation et le consentement mutuels, et afin de permettre à l’Etat de Palestine d’exercer son autorité effective sur ces territoires. Tout ceci également a été affirmé dans le 8 décisions issues des sommets arabes. Notre conseil a aussi affirmé la nécessité de résoudre la question des réfugiés palestiniens, conformément aux décisions des Nations Unies. Il a également affirmé qu’il garantirait la liberté de croyance et de culte dans les Lieux saints de Palestine pour les adeptes de toutes les religions. Notre Conseil national a également confirmé ses décisions précédentes concernant les relations spéciales et privilégiées entre les deux peuples frères, jordanien et palestinien, et que la relation future entre l’Etat de Palestine et 1e Royaume hachémite de Jordanie se fera sur une base confédérale, selon le principe du choix volontaire et libre des deux pays frères. Ceci pour consolider les liens historiques et les intérêts vitaux qui les réunissent.

Le Conseil national a renouvelé sa conviction que le Conseil de sécurité des Nations Unies devait établir et garantir les dispositions de la sécurité et de la paix entre tous les Etats parties au conflit dans la région. Je tiens à souligner ici que ces décisions, ainsi qu’il ressort clairement de leur contenu et de leur formulation, reflètent la fermeté de notre foi dans la paix et la liberté, ainsi que notre profonde conscience du climat de détente internationale, et de l’attachement de la communauté internationale à des solutions équilibrées qui répondent aux aspirations et aux intérêts fondamentaux des parties au conflit. Ces décisions reflètent également le degré de sérieux de la position palestinienne au sujet de la paix, son attachement à la paix et la nécessité de la garantir et de la préserver par le biais du Conseil de sécurité, et sous l’égide des Nations Unies.

Ces résolutions apportent une réponse claire et ferme à tous les alibis et les prétextes colportés par certains Etats au sujet de la position et de la politique de l’Organisation de libération de la Palestine. Alors que notre peuple, par son soulèvement comme par l’intermédiaire de ses représentants au Conseil national, votait pour la paix, confirmant son accord avec la tendance dominante elle-même consolidée par la détente nouvelle dans les relations internationales, propice à la Solution des conflits régionaux et mondiaux par des moyens pacifiques, le Gouvernement israélien, pour sa part, alimente les tendances agressives et expansionnistes ainsi que le fanatisme religieux, confirmant son obstination à choisir l’agression et à nier les droits de notre peuple.

La partie palestinienne a formulé de son côté des positions politiques claires et responsables, conformes à la volonté de la communauté internationale pour aider à la tenue et à la réussite des travaux de la Conférence internationale de paix.

L’appui international, courageux et bienvenu, à la reconnaissance de l’Etat Palestine est la preuve éclatante de la justesse de la voie que nous avons choisie de la crédibilité de nos résolutions et de leur conformité avec la volonté et l’amour de la paix qui animent la communauté internationale.

En dépit de notre grande estime pour ces voix américaines libres qui ont pris l’initiative d’expliquer et de justifier notre position et nos résolutions, l’administration américaine se refuse toujours à appliquer des critères uniques toutes les parties au conflit et continue à nous imposer -et à nous seuls - l’acceptation de positions qui ne sauraient être tranchées avant la négociation et le dialogue dans le cadre de la conférence internationale.

Je tiens ici à rappeler que reconnaÎtre aux deux parties au conflit l’égalité des droits sur la base de la réciprocité constitue la seule approche qui réponde aux diverses interrogations, d’où qu’elles viennent. Et si les Politiques pratiquées sur le terrain reflètent les intentions de ceux qui les conduisent, 1a partie

Palestinienne a plus de raisons de s’inquiéter et de s’interroger au sujet de son propre sort et sur son avenir face à un Etat d’Israël bardé des armes les plus modernes, y compris des armes nucléaires.

Notre Conseil national a renouvelé son engagement vis-à-vis des résolutions des Nations Unies qui affirment le droit des peuples à résister à l’occupation étrangère, à la colonisation et à la discrimination raciale ainsi que leur droit à lutter pour l’indépendance. Il a également renouvelé son refus du terrorisme sous toutes ses formes, y compris le terrorisme d’Etat, confirmant par là son adhésion aux décisions prises à ce sujet : la résolution du sommet arabe d’Alger en 1988, les deux résolutions des Nations Unies, 42/159 de 1987 et 40/61 de 1985, ainsi que ce qui figure à ce sujet dans la Déclaration du Caire du 7 novembre 1985. Cette position est claire et sans équivoque. En dépit de cela, je réaffirme ici une fois encore, en ma qualité de président de l’OLP, que je condamne le terrorisme sous toutes ses formes.

Je salue tous ceux que je vois face à moi dans cette salle, gui ont un jour été accusés d’être des terroristes par leurs bourreaux et leurs colonisateurs au cours des combats menés dans leurs pays pour les libérer du joug de la colonisation. Ce sont aujourd’hui des dirigeants investis de la confiance de leurs peuples et de fidèles et sincères partisans des principes et des valeurs de la justice et de la liberté. Un grand salut aux martyrs qui sont tombés, victimes du terrorisme et des terroristes, au premier rang desquels le compagnon de ma vie, mon adjoint, le martyr-symbole Khalil el Wazir, ainsi que tous les martyrs tombés dans les massacres infligés à notre peuple dans les lieux les plus divers, dans les villes, les villages et les camps de Cisjordanie, de Gaza et du Liban.

La situation dans notre patrie palestinienne ne souffre plus l’attente. Les masses de notre peuple et nos enfants sont à la tête du cortège, portant le flambeau de la liberté, tombant quotidiennement dans la lutte pour chasser les occupants et consolider les fondements de la paix dans leur patrie libre et indépendante aussi bien que dans la région tout entière. Le Conseil national palestinien a ainsi fondé ses résolutions sur le réalisme, prenant en considération les circonstances particulières aux Palestiniens et aux Israéliens ainsi que la longue histoire de tolérance qui les a unis dans le passé.

Les Nations Unies ont à l’égard de notre peuple et de ses droits une responsabilité historique exceptionnelle. Voici plus de 40 ans que les Nations Unies ont décidé, sur la base de la résolution 181 (Il), d’établir deux Etats en Palestine, l’un arabe palestinien et l’autre juif. Et nous voyons qu’en dépit de l’injustice historique qui a frappé notre peuple, cette résolution assure aujourd’hui encore les conditions de légitimité internationale qui garantissent le droit du peuple arabe palestinien à la souveraineté et à l’indépendance nationale.

L’accélération du processus de paix dans la région requiert un effort exceptionnel de la part de toutes les parties concernées et de leurs partenaires internationaux. Je citerai plus précisément les Etats-Unis d’Amérique et l’Union soviétique, investis d’une grande responsabilité vis-à-vis de la cause de la paix dans notre région.

A cette étape, le rôle des Nations Unies et des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, celui des blocs et des instances internationales est vital et crucial. C’est pourquoi, j’ai l’honneur, en ma qualité de président du Comité exécutif de l’OLP, qui assume momentanément les responsabilités du gouvernement provisoire de l’Etat de Palestine, de vous présenter l’initiative de paix palestinienne suivante.

Premièrement, que de sérieux efforts soient déployés pour réunir le Comité préparatoire de la Conférence internationale de paix au Moyen-Orient, sous l’égide du Secrétaire général des Nations Unies, et ce, sur la base de l’initiative des deux Présidents, Gorbatchev et Mitterrand, qui a reçu l’appui de nombreux Etats et que le Président Mitterrand a eu l’obligeance d’exposer devant votre assemblée à la du mois de septembre  dernier - initiative préludant à la tenue de la Conférence internationale, qui est appuyée par la totalité des Etats dans le monde, à l’exception du Gouvernement d’Israël.

Deuxièmement, partant de notre foi en le rôle vital des Nations Unies et fort de la confiance que nous accordons à la légalité internationale, nous réclamons une action visant à mettre notre terre palestinienne occupée sous la tutelle momentanée des Nations Unies : que s’y déploient des forces internationales qui protègent notre peuple en même temps qu’elles supervisent le retrait des troupes israélien de notre patrie.

Troisièmement, l’Organisation de libération de la Palestine recherchera un règlement pacifique global avec les parties concernées au conflit arabo-israélien, y compris l’Etat de Palestine, Israël et ses autres voisins, dans le cadre de la conférence internationale de paix au Moyen-Orient, sur la base des résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de sécurité, de façon à garantir l’égalité et l’équilibre des intérêts et, tout particulièrement, le droit de notre peuple à la liberté et à l’indépendance nationale, ainsi que le respect du droit de toutes les parties au conflit, comme je viens de le dire, à exister dans la paix et la sécurité.

Si ces bases sont adoptées lors de la conférence internationale, nous aurons franchi une étape essentielle en direction de la solution juste, ce qui permettrait de parvenir à un accord sur l’ensemble des dispositions et des arrangements de sécurité et de paix.

J’espère qu’il est bien clair que notre peuple palestinien, qui aspire à la réalisation de ses droits nationaux légitimes, à l’autodétermination, au retour et à la fin de l’occupation de la terre de sa patrie palestinienne, tient à réaliser ces objectifs en continuant à avancer sur la voie pacifique, dans le cadre de la conférence internationale tenue sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies et conformément à sa charte et à ses résolutions.

J’affirme que nous sommes un peuple qui aspire à la paix, comme tous les peuples de la terre, peut-être avec un peu plus d’ardeur, étant donné la longueur de cette épreuve tout au long de ces années et la dureté de la vie que mènent notre peuple et nos enfants, qui ne peuvent jouir d’une vie normale, à l’abri des guerres, des malheurs, de la souffrance et de l’exil, de la dispersion et des difficultés de la vie quotidienne.

Que s’élèvent des voix pour soutenir le rameau d’olivier, pour appuyer la pratique de la coexistence pacifique et pour renforcer le climat de détente internationale. Joignons nos mains et nos efforts pour ne pas laisser passer une occasion historique, qui pourrait ne pas se représenter, de mettre fin à un drame qui n’a que trop duré et qui a coûté le sacrifice de milliers de vies et la destruction de centaines de villages et de villes.

Et si nous tendons la main vers le rameau d’olivier, le rameau de la paix, c’est parce que celui-ci se répand dans nos coeurs à partir de l’arbre de la patrie et de la liberté.

Je suis venu à vous au nom de notre peuple, la main ouverte, pour que nous œuvrions à instaurer une paix véritable, une paix bâtie sur la justice. Sur cette base, je demande aux dirigeants d’Israël de venir ici, sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies, pour que nous accomplissions cette paix. Et leur dis, tout comme je vous le dis : notre peuple désire la dignité, la liberté et la paix. Il désire la sécurité pour son Etat tout comme il la désire pour tous Etats et parties au conflit arabo-israélien.

Je m’adresse ici tout particulièrement aux Israéliens de toutes les catégories, de tous les courants et de tous les milieux et, avant tout, aux forces de la démocratie et de la paix, et je leur dis : Venez ! Loin de la peur et de 1a menace, réalisons la paix, loin du spectre des guerres ininterrompues depuis 40 dans le brasier de ce conflit, loin de la menace de nouvelles guerres, qui n’auraient d’autre combustible que nos enfants et vos enfants, venez, faisons la paix, la paix des braves, loin de l’arrogance de la force et des armes de la

destruction, loin de l’occupation, de la tyrannie, de l’humiliation, de la tuerie et de la torture.

Je dis : « O gens du Livre, retrouvez-vous en une seule parole », pour que nous établissions la paix sur la terre de la paix, la terre de Palestine.

« Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! »

Mon Dieu, Tu es la Paix. La Paix vient de Toi. la Paix aboutit à Toi. Seigneur, fais-nous vivre dans la paix et accéder au Paradis, ta demeure, la demeure de la Paix.

Enfin, je dis à notre peuple : l’aube, inéluctablement, vient, et la victoire elle aussi, est déjà en chemin. Je vois la patrie dans vos pierres sacrées ; je vois le drapeau de notre Etat palestinien indépendant flotter sur les hauteurs d la patrie bien-aimée.

Je vous remercie et vous salue, avec la miséricorde de Dieu, et ses bénédictions.




Mohandas Karamchand Gandhi, août 1942Wikipedia

«La parole n'est pas faite pour couvrir la vérité, mais pour la dire ». José Marti

Les Juifs en Palestine,
par le Mahatma Gandhi

[Extrait de "Ma Non-Violence" par le Mahatma Gandhi, édité par Sailesh Kumar Bandopadhaya - Ahmedabad : Navajivan Publishing House - 1960] (SEGAON,  Vol. 74, pp. )  (Texte écrit le 26 novembre 1938, Harijan,  [traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier*]



J'ai reçu plusieurs lettres dans lesquelles on me demande d'exposer mes vues sur la question arabo-juive en Palestine et la persécution anti-juive en Allemagne. Ce n'est pas sans quelque hésitation que je me risque à offrir mes opinions sur cette question très délicate.

Toute ma sympathie est acquise aux Juifs. J'ai connu certains d'entre eux, d'une manière très intime, en Afrique du Sud, et certains d'entre eux sont devenus des amis pour la vie. Grâce à ces amis, j'ai pu mieux connaître la persécution à laquelle ils ont été soumis depuis la lointaine histoire. Ils ont été, en quelque sorte, les intouchables de la Chrétienté. La similarité entre le traitement que les Chrétiens leur ont infligé et celui que les Hindous infligent aux Intouchables est frappante. Un jugement de nature religieuse a été invoqué dans les deux cas pour justifier les traitements inhumains qui ont été infligés aux uns comme aux autres.

A part les amitiés qu'il m'a été donné de nouer avec certains d'entre eux, ma sympathie pour les Juifs ressortit donc à des raisons de caractère universel.

Mais ma sympathie ne me rend pas sourd aux exigences de la justice.

L'appel à un foyer national pour les Juifs ne me séduit guère.

La légitimité en est recherchée dans la Bible et dans la ténacité dont les Juifs ont depuis tout temps fait preuve dans la formulation de leur attachement à un retour en Palestine. Pourquoi ne pourraient-ils pas, comme les autres peuples sur Terre, faire de cette contrée leur pays où naître et où gagner sa vie ? La Palestine appartient aux Arabes de la manière dont l'Angleterre appartient aux Anglais ou la France aux Français. Il serait injuste et inhumain d'imposer (une domination par) les Juifs aux Arabes.

Ce qui se passe en Palestine, de nos jours, ne saurait être justifié au nom d'un quelconque code moral de conduite.

Les mandats n'ont pas d'autre justification que la dernière guerre mondiale (la Première). Ce serait à n'en pas douter un crime contre l'humanité de contraindre ces Arabes si justement fiers à ce que la Palestine soit restituée aux Juifs en tant que leur foyer national, que ce soit partiellement, ou en totalité.

Une alternative bien plus noble serait d'insister sur un traitement équitable des Juifs où qu'ils soient nés et où qu'ils aient été élevés.

Les Juifs nés en France sont Français dans l'exact sens où les Chrétiens nés en France le sont.

Si les Juifs n'ont pas d'autre foyer national que la Palestine, vont-ils accepter l'idée de devoir être contraints à quitter les autres parties du monde où ils sont installés ? Ou bien voudront-ils une double patrie, où ils puissent demeurer selon leur bon plaisir ?

La revendication d'un foyer national pour les Juifs ne fait qu'offrir sur un plateau une justification présentable à l'Allemagne qui expulse ses Juifs.

Mais la persécution allemande des Juifs semble ne pas avoir de parallèle dans l'histoire. Les tyrans de jadis n'étaient jamais allés aussi loin dans leur folie que semble l'avoir fait Adolf Hitler. Et il continue à le faire avec un zèle religieux.

N'est-il pas, en effet, en train de prôner une nouvelle religion faite d'un nationalisme militant et exclusif, au nom duquel toute inhumanité devient un acte d'humanité devant être récompensé, ici et maintenant.

Le crime d'un jeune leader certes intrépide, mais non moins complètement dément, est en train d'être imposé à l'ensemble de son ethnie avec une férocité absolument incroyable. Si jamais une guerre pouvait être justifiée, au nom de l'humanité, et pour elle, une guerre contre l'Allemagne, destinée à prévenir la persécution délibérée d'une race humaine toute ent

ière serait totalement justifiée.

Mais je ne crois en aucune guerre. Discuter le pour et le contre d'une telle guerre est, par conséquent, complètement hors de propos pour moi.

Mais s'il ne peut être question d'une guerre contre l'Allemagne, même avec l'énormité du crime commis contre les Juifs, il ne saurait être question, non plus, d'une alliance avec ce pays.

Comment une alliance pourrait-elle être conclue entre une nation qui revendique la défense de la justice et de la démocratie et une nation qui est l'ennemi déclaré de l'une comme de l'autre ? Ou bien, alors, peut-être l'Angleterre est-elle en train de glisser vers une dictature armée avec tout ce que cela comporte ?

L'Allemagne est en train de démontrer au monde entier comment la violence peut être utilisée efficacement lorsqu'elle n'est entravée par aucune hypocrisie ni aucune faiblesse se faisant passer pour de l'humanisme.

Elle montre aussi à quel point sa violence est hideuse et terrible dans son horrible nudité.

Les Juifs peuvent-ils résister à cette persécution planifiée et éhontée ?

Ont-ils un moyen de préserver leur dignité, et de ne pas tomber dans le désespoir et l'abandon d'eux-mêmes ? Je fais le pari que c'est possible.

Nul être humain croyant en un Dieu vivant ne doit se sentir impuissant ou abandonné.

Jéhovah, le Dieu des Juifs, est un Dieu plus personnel que celui des Chrétiens, des Musulmans ou des Hindous, bien qu'il s'agisse, en fait, par essence, du Dieu commun à tous ces croyants, c'est leur Dieu unique, sans associé et échappant à toute description.

Mais comme les Juifs attribuent à Dieu une personnalité et croient qu'Il commande chacun de leurs actes, ils ne devraient pas se sentir impuissants. Si j'étais juif et né en Allemagne, si j'y gagnais ma vie, je proclamerais que l'Allemagne est mon pays, autant qu'elle peut être le pays de l'aryen gentil le plus baraqué, et je le défierais de me tuer ou de m'enfermer dans sa forteresse ; je refuserais d'être expulsé ou soumis à un traitement discriminatoire.

Et pour ce faire, je n'attendrais pas que mes coreligionnaires juifs viennent me rejoindre dans la résistance civile, mais j'aurais la certitude qu'à la fin du compte les autres seraient amenés à suivre mon exemple…

… Et maintenant, un mot aux Juifs de Palestine.

Mais s'ils doivent absolument considérer la Palestine de la géographie comme leur foyer national,

c'est un péché inexpiable d'y pénétrer à l'ombre du canon britannique. Un acte de nature religieuse ne saurait être posé avec l'assistance des baïonnettes et des bombes. Ils ne peuvent s'installer en Palestine qu'en respect de la bonne volonté des Arabes. Ils devraient s'efforcer de se gagner le coeur des Arabes. C'est le même Dieu qui commande aux coeurs des Arabes et à ceux des Juifs…

Ils trouveront le monde à leurs côtés dans leur aspiration religieuse.

Il y a des centaines de manières de s'entendre avec les Arabes, pour peu qu'ils écartent résolument l'aide que leur apporte la baïonnette britannique.

Telles que les choses se déroulent actuellement, ils sont co-responsables avec les Britanniques de la spoliation d'un peuple qui ne leur a jamais porté un quelconque tort.

Je ne défends pas les excès des Arabes. J'eusse aimé qu'ils eussent adopté la non-violence dans leur résistance à ce qu'ils considèrent à juste titre comme une agression inqualifiable contre leur pays.

Mais si l'on se réfère aux lois généralement admises du bien et du mal, rien ne peut être dit contre la résistance des Arabes à une injustice massive.

Laissons les Juifs qui prétendent être le peuple élu en apporter la preuve par choix qu'ils feront de la non-violence afin de revendiquer une place sur cette terre. Tout pays est le leur, Palestine y comprise, non pas en conséquence d'une agression, mais en vertu d'un service altruiste envers leur prochain. Un ami juif m'a envoyé un livre intitulé "La contribution juive à la civilisation", écrit par un Cecil Roth.

Ce livre énumère tout ce que les Juifs ont apporté à la littérature, aux arts, à la musique, au théâtre, à la science, à la médecine, à l'agriculture etc… de part le monde. Avec un tel héritage, les Juifs sont fondés à refuser d'être traités comme les déchets de l'Occident, d'être méprisés ou traités avec condescendance.

Ils peuvent obtenir le respect et l'attention du monde en se montrant dignes d'avoir été choisis par Dieu, au lieu de tomber dans la déchéance des brutes oubliées de Dieu.

Ils peuvent ajouter à leurs contributions, innombrables et inestimables, (à l'Humanité) celle, suprême, de l'action non-violente.


Note de M. Marcel Charbonnier qui a traduit le texte du Mahatma Gandhi


Tout d'abord je m'excuse pour ce long copier-coller que j'ai tenté de rendre moins austère en mettant en gras quelques passages.
Ce que je veux montrer par ce copier-coller, c'est qu'une grande figure de ce monde, réputée pour sa sagesse et sa non-violence était clairement anti-sioniste, sans mâcher ses mots et sans langue de bois.
Deuxièmement, je veux montrer qu'au début et jusqu'à la moitié du 20è siècle la communauté internationale était loin d'être favorable au projet sioniste. Contrairement à aujourd'hui ou leur propagande a très bien fonctionné et où tout le monde a accepté cet état de fait. Nous voyons même des arabes dire "Après tout c'est chez-eux" et autres foutaises. Je veux montrer qu'il n'y a rien de choquant à soutenir que l'État appelé Israel est illégitime et qu'il n'y a rien d'antisémite  à penser cela. A moins que Gandhi soit antisémite.






Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 07:16



nouvel-ordre-mondial-singe.jpg


Non-alignement, par Eva R-sistons

Bonjour à tous,

Je reçois à l'instant ce communiqué sur le scandale de la S.S., à relayer, je le fais bien volontiers. Les individus courageux, audacieux, indépendants, sont trop rares pour qu'on ne les salue pas, pour qu'on ne soit pas à leur côté quand ils le demandent ! Aujourd'hui, il y a bien sûr les veaux, comme dirait de Gaulle, et puis de plus en plus de courtisans, de laquais, moi je les appelle les rampants, et puis il y a l'élite, la vraie, celle du coeur et du courage, qui refuse.... l'intolérable, la deshumanisation, l'injustice, le mensonge ! C'est à dire vous, moi... hein, on est les meilleurs ! Supercontent


Donc, hier j'ai donné la parole à Aline de Dieguez qui parle si bien des suppliciés de Gaza, auxquels je ne pouvais pas ne pas faire allusion à l'heure où l'on célèbre la chute du mur communiste, en oubliant tous ceux du capitalisme qui poussent comme des champignons, sans parler des ghettos de riches de plus en plus fortifiés. Oui, au moment où l'on célèbre la victoire du capitalisme sur le communisme - qu'en pensent toutes les victimes du Système qui sacrifie le travail au capital ? -, de façon indécente on oublie que le plus scandaleux mur de tous les temps, enferme TOUT un peuple sur ses terres, des terres de plus en plus réduites, privées d'eau, bombardées, asphyxiées, amputées de leurs richesses agricoles ou, en mer, du gaz offshore confisqué, volé, par les adorateurs du Veau d'Or, comme du temps de la Bible (hébraïque). Dieu reconnaîtra les siens ! Il a pesté contre ceux qui délaissaient ses Préceptes pour se prosterner devant l'idole d'or, en appelant clairement à choisir entre Lui ou Mâmon. Israël a encore et toujours "la nuque raide" (ce qui provoque, dans la Bible, la fureur de Dieu), il ne veut encore et toujours rien entendre, tant pis pour lui s'il subit ensuite les conséquences de ses actes, il l'aura cherché. Personne ne versera une larme sur ses malheurs, la coupe est pleine. Un pays qui se donne pour dirigeants des individus qui ne songent, comme Liberman, qu'à reproduire l'horreur d'Hiroshima sur des affamés nullement responsables de la Shoa, se discrédite lui-même et il provoquera tôt ou tard la colère de Celui dont pourtant ils se réclament, mais en piétinant tous les Préceptes divins confiés. Peuple "élu", faut-il le rappeler, pour adorer le Créateur et le réfléter, et qui aujourd'hui se fourvoie dans les crimes les plus abominables aux quatre coins de la planète, en organisant partout la répression contre les peuples avides de liberté, de Justice, en pulvérisant tous les gouvernements populaires, en destabilisant des régions entières, en bâtissant partout des murs, des miradores, en organisant des attentats ciblés contre ceux qui en savent trop ou qui résistent aux abominations du NOM, en formant les gouvernements aux luttes antipopulaires, en formentant conflits ou guerres, en dressant les individus les uns contre les autres pour mieux régner, s'emparer des ressources, contrôler les gazoducs, etc, n'en rajoutez pas, la coupe est pleine. Des voix juives, et non des moindres, s'élèvent prophétiquement pour dénoncer les dérives, pour empêcher les désastres, sauver l'honneur, et même un sioniste pourtant notoire, le juge sud-africain Richard Goldstone, a rédigé un rapport très critique vis-à-vis des méthodes d'Israël (1). 

Donc, comme ce blog n'est pas aligné sur l'information officielle, toujours plus officielle et même caricaturalement comme en ce moment contre le communisme à la faveur de la commémoration de la chute du Mur de Berlin - fort opportunément exploitée en pleine crise du capitalisme -, je me devais de rétablir la vérité et de défendre le système si décrié qui, au moins, avait le mérite de donner à tous du travail, un toit et les nécessaires protections sociales. Mais pas seulement, puisque j'ai aussi écrit un "Les médiaux occidentaux sont... "staliniens"", ce qui est un comble à l'heure où les Médias aux ordres des Dassault ou des Lagardère nous chantent à longueur de reportages les joies de la Liberté. Laquelle, au fait ? Celle des Médias ? On se fout du monde ! Je ne rencontre plus un citoyen qui ne soit dupe - sauf peut-être les vieillards parqués dans les hospices, les mouroirs, dont on se souvient seulement au moment des élections -, même le veau le plus veau reconnaît qu'on ne raconte que des bobards à la télé, ouf ça fait plaisir de voir que les aveugles entr'ouvrent les yeux. Quant à la liberté d'expression, on en découvre, ahuris, tous les jours les limites, même notre charmante Prix Goncourt est rappelée à l'ordre parce qu'elle a la langue trop bien pendue, trop critique à l'égard de Sarkozy "vulgaire et à la mentalité de flic", à l'égard de la nouvelle France "monstrueuse" (comme on la comprend, je vais la quitter pour la même raison, la France des parvenus, vassale et américanisée, ne me convient pas plus qu'à elle), passons sur le reste... Et pour ce qui est des élections "libres", on verra le résultat quand le redécoupage sera effectif, le vote à un tour institué, et les machines électroniques falsifiables en vigueur. Tout cela nous promet des suites épiques, avec un 2e tour dans la rue, thumb-pascontent157.gif
    et, via le Traité de Lisbonne rejeté par les citoyens, des condamnations à mort à la pelle. C'est ça, l'identité de la France via Sarkozy ? Vous la reconnaissez, vous ? Sauve qui peut, comme Marie Ndiaye ! Entre nous, avec ce qu'elle a dit, vous ne la verrez pas à la Télévision de la Pensée Unique staliniennement sarkozienne, mais son livre va se vendre comme des petits pains. Une femme qui a un jugement aussi pertinent, ne peut qu'être pertinente... et impertinente. Salut, petite soeur !!! 0079.gif 

Eh voilà, j'étais partie pour vous dire que ce soir, je laissais la parole à la courageuse spécialiste de la S.S., et à Jean Lévy (encore un Juif qui en a marre des dérives actuelles, vous voyez, ils ne sont pas tous comme Avigdor Liberman ! Et donc, gare aux simplifications abusives pouvant nuire à toute une Communauté,  en mettant tous les Juifs dans le même panier, alors que beaucoup sont de plus en plus réservés face aux crispations du moment). Et puis comme d'habitude de digression en digression... Supercontent

Je vous joins donc les excellents textes trouvés sur le blog d'un militant hors pair, Jean Lévy, dont la soif de justice honore sa Communauté. Découvrez son blog, il vaut le détour. Une parole juste et tranchante, et ça fait du bien. Ce qu'il dit sur les Murs change du concert à sens unique de nos médias de plus en plus "staliniens" !!! Rafraîchissant... applaus.gifapplaus.gifapplaus.gif

Alors bonne plongée, ici dans le Sud on est passé en quelques jours des baignades au froid presque polaire. Les porcs vont donc pouvoir nous apporter leur grippette... Ca fera marcher l'industrie pharmaceutique qui pompe les sous de la S.S. ! Le malheur des uns fait le bonheur des autres.... ranting.gif
ranting.gifranting.gif

Prochain article, toujours à contre-courant: Le débat sur l'identité française. Pfff ! Avec Sarkozy, l'identité française, c'est fini ! A moins bien sûr, comme à l'accoutumée, que l'Actualité ne vienne bousculer mes plans...    smilie   

Au fait, mon camping-car je vais le chercher ce week-end. Bonjour les escapades loin de la douce France de Sarkozy et d'Hortefeux ! En attendant de tout rapatrier ailleurs, comme  la Marie Goncourt.  Mais pas à Berlin ! Au fait, Berlin est, ou ouest ????  Qui lui a posé la question ??? Quelle idée, entre nous, de choisir la grisaille de Berlin !!!! Rien ne vaut le Sud, hein ? Supercontent

Grosses bises à tous, votre Eva qui vous envoie son plus gracieux sourire  ii.gif 



paradis--le.jpg Loin de Berlin, au soleil....

(1) Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu a adopté, vendredi, le rapport de la Mission d'établissement des faits des Nations unies sur l'attaque israélienne contre Gaza, présidée par le juge sud-africain Richard Goldstone.

Le Conseil a adopté à cet effet une résolution par 25 voix pour, 6 contre et 11 abstentions lors d'une session extraordinaire consacrée à «la situation des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés, y compris Al-Qods-Est», tenue à la demande de la Palestine appuyée par 19 Etats membres du Conseil et par de nombreux membres observateurs.


Les pays européens se sont abstenus


L'ambassadeur israélien avait demandé le rejet de la résolution, qui, selon lui, «fait le jeu des extrémistes».

La France avait demandé un report du vote pour discuter d'amendements de l'Union européenne, mais cette demande a rencontré l'objection du représentant de l'Egypte.

Cette douzième session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme, ouverte jeudi, a été convoquée à la demande de la Palestine, appuyée par 19 Etats membres du Conseil, à savoir le Bahreïn, le Bangladesh, la Bolivie, la Chine, Cuba, Djibouti, l'Egypte, le Gabon, l'Indonésie, la Jordanie, Maurice, le Nicaragua, le Nigéria, le Pakistan, les Philippines, le Qatar, l'Arabie Saoudite et le Sénégal.

La demande a été, également, soutenue par de nombreux pays observateurs.

Le CDH avait, rappelle-t-on, décidé le 2 octobre de reporter à sa 13e session de mars prochain le vote du projet de résolution sur le rapport Goldstone adopté aujourd'hui, avant de décider d'examiner ce texte lors de la session extraordinaire, qui s'achève ce vendredi.

http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Article.asp?id=121295  



                                                  m-ecin-SS-b.jpg



Il faut à la signataire une bonne dose de courage pour avoir écrit ce texte en se nommant.

Merci de faire circuler !!
 
Assurance maladie
 

A TRANSFERER AUTANT DE FOIS QUE VOUS POUVEZ.


L'ASSURANCE MALADIE, 50 secondes de lecture à couper le souffle.


Pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, c'était encore de nous faire payer...

a) Dorénavant, sur une consultation médicale, nous versons 1 euro,

b) Nous sommes restreints lors de nos arrêts maladie ...

c) Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste ...

d) Pour tout traitement de plus de 91 euros, nous en sommes de 18 euros de notre poche,

e) Taxe de 0,50c sur les boîtes

 f) etc.

Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce jour de 11 milliards. Or, savez-vous que :

a) Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu, n'est pas reversée. 7.8 milliards

b) Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu, n'est pas reversée. 3.5 milliards

c) Une partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécu, n'est pas reversée 1. 6 milliards

d) La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu, n'est pas reversée 1,2 milliards

e) La part de TVA destinée à la Sécu n'est pas reversée. 2.0 milliards

 f) Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés 2.1 milliards

g) Retard de paiement par les entreprises 1.9 milliards
 
En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d'euros.


Conclusion, si les responsables de la Sécu et nos gouvernants avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui  9 milliards d'excédent.

Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu.


Faites circuler ce message.

A force de tourner, il arrivera peut-être un jour sur le bureau d'une tête pensante censée passer son temps à gérer l'argent des contribuables. Si les pouvoirs publics étaient vraiment convaincus qu'il nous faut consommer 5 fruits et légumes par jour pour sauver notre santé et donc l'assurance maladie, ils supprimeraient la TVA sur ces produits !

Cordialement.

Evelyne DUBIN
Secrétaire Générale
Adjointe au Directeur Général
INDL
Institut National du Développement Local
Avenue Michel Serres
BP 32
47901 AGEN Cedex 9
 e.dubin@indl.fr



2605007073554040_1.jpgGo to fullsize image4000380174154040_8.jpg92px-%C3%89pinal_-_L%E2%80%99Oiseau_bleu87px-%C3%89pinal_-_Cendrillon_14.jpg

Images d'Epinal

 

Les « images d’Epinal » étaient, au XIXe siècle, les ‘bandes dessinées’ de l’époque. Elles ‘dessinaient’ l’actualité pour le bon peuple. Par exemple, cette ‘imagerie’ célébrait l'empereur Napoléon Bonaparte, sa famille, ses maréchaux, ses armées et ses victoires.


Ce faisant, l'expression image d'Épinal a pris au fil du temps un sens figuré, qui désigne une vision emphatique, traditionnelle et naïve, qui ne montrait que « le bon côté des choses », telles que les autorités souhaitaient  qu’elles fussent vues. Les colporteurs se chargeaient, ensuite, de diffuser à travers tout le pays, ces ‘bandes dessinées’ coloriées pour la plus grande joie de la population.

 

En cette matière, grâce aux révolutions des sciences et des techniques, l’information visuelle est passée du simple dessin à l’image photographiée et filmée. Et, de nos jours, le pouvoir s’en sert sans compter pour donner à l’actualité le sens qui convient à sa politique.

 

Autant, pour les citoyens,  les paroles « s’envolent » et n’ont plus de crédit, autant l’image fait foi de l’authenticité. Et sans même la truquer, par le truchement de la télé, l’image dûment choisie, impose une vision uniforme de l’actualité, grâce au commentaire parlé ou sous-titré.


Le documentaire récent « Apocalypse » prétend ainsi « nous faire vivre » la ‘réalité’ de la Seconde Guerre mondiale, en exposant des « images d’archives », incontestables, à peine retouchées par la couleur.
Et pourtant, avec les mêmes images, mais avec d’autres commentaires, le sens serait inversé ! Ainsi, dans le film cité, rien qu’en chiffrant les atrocités allemandes  (et pas seulement ‘nazies’), commises en Russie ou en Yougoslavie, le téléspectateur se ferait une opinion sur la guerre, différente de celle donnée par le documentaire dans sa version passée à la télé.


Et, quotidiennement, dans les journaux télévisés, les fameux JT, images et commentaires de l’actualité sont choisis avec soin, pour imposer une seule et même vision des évènements.

 

Imaginons un instant la télé au temps de Vichy et de l’Occupation.


Certes, les images du « Maréchal », auraient tenu des « images d’Epinal », à l’égal des affiches obligatoires du ‘Pétain-aux-yeux-bleus’, qui ornaient bâtiments publics, boutiques et murs de nos villes.
Mais au-delà de cette « saintsulpicerie » larmoyante, comment aurait-on présenté Montoire et la Collaboration ? Sûrement, avec les mêmes mots, utilisés aujourd’hui pour justifier ce qu’on appelle « la réconciliation franco-allemande ». Et nous « montrer » « nos deux grands peuples, jusque là divisés et opposés », l’intérêt « d’agir ensemble dans une Europe unifiée ». Peut-être aurions-nous pu voir des « images de Verdun », pour célébrer la fin de telles « boucheries ». Et le Chef de l’Etat avec le Chancelier se congratuler.

 

Faisons un bond de soixante cinq ans dans le temps.

 

Si aujourd’hui, sur nos écrans de télé, pour évoquer la dernière guerre, nous étaient proposées des « images d’archives », authentiques et non contestées, d’Oradour, la brûlée vive avec la photo du général SS, qui l’a suppliciée, et qui fut, jusqu’aux derniers jours de sa vie, en Allemagne fédérale, totalement protégé… quelle serait notre réaction aux ébats Sarkozy-Merkel, au son de « Deutschland über Alles » (« l’Allemagne au dessus de tout »), l’hymne officiel allemand débaptisé et débarrassé de ses deux premiers couplets ? (1)

  

On pourrait évoquer aussi le « Mur »(2), en montrant une Allemagne de l’Est, la RDA, entièrement dénazifiée, où l’on conduisait les enfants des écoles visiter systématiquement les camps de concentration, transformés en lieu de pèlerinage, et visionner la montée d’Hitler au pouvoir et la foule allemande déferlante qui l’encensait. Et de l’autre, en  République Fédérale, la RFA, où régnait un Blobke, un dignitaire nazi, second du chancelier Adenauer, un ancien chef SS diriger les services de Renseignements, les maîtres de forges, les Krupp, les Thyssen, tous ceux qui ont porté Hitler au pouvoir, diriger toujours l’économie. Devant un tel spectacle, librement exposé, que penseraient les Français ?

 

« Sage comme une image » n’est plus l’expression adaptée à notre temps.

 

(1) Depuis 1991, l’hymne officiel allemand se compose donc uniquement du troisième et dernier couplet. Celui-ci commence par les paroles « Einigkeit und Recht und Freiheit » (Unité et Justice et Liberté). En Allemagne, bien que cela ne soit pas passible de poursuites, utiliser le premier couplet est généralement perçu comme l'expression de vues politiques très à droite. (Wikipédia)

 

(2) Selon une étude récente de l’institut Forsa, alors qu’en 1989, 71% des Allemands de l’Est estimaient que leur vie allait s’améliorer suite à la chute du mur, ils ne sont plus que 39 % à juger leur situation meilleure aujourd’hui.

 

Jean LEVY 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article---39196130.html
http://eldiablo.over-blog.org/article-les-images-d-hier-et-d-aujourd-hui--39199937.html
 

300px-Images_d%27Epinal.jpg300px-Images_d%27Epinal.jpg
wikipedia.
L'expression image d'Épinal a pris au fil du temps un sens figuré, qui désigne une vision emphatique, traditionnelle et naïve, qui ne montre que le bon côté des choses.


10 millions de morts, c'est le prix de la chute du mur de Berlin et du retour du capitalisme à l'Est ... personne n'en parle

Mardi 10 Novembre 2009 

 

Article de Mara Gergolet dans le Corriere della Sera du 23 janvier 2009
Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Combien de morts peuvent causer les privatisations? Ou mieux – si on peut faire le compte – quel a été le coût en vies humaines du passage du communisme au capitalisme?

Ou encore: peut-on mesurer les effets des recettes économiques dictées par les Eltsiniens (et les Clintoniens) dans le cadre de la transition des années 1990?  Le compte a été fait. Publié dans une des plus prestigieuses revues médicales internationales, la revue anglaise Lancet, 4 ans de travail, des modèles mathématiques complexes, se basant sur les données de l'Unicef sur la période 1989-2002. La conclusion: les politiques de privatisation de masse dans les pays d'ex-URSS et en Europe de l'Est ont abouti à augmentation de la mortalité de 12,8%. Ou encore, elles ont causé la mort prématurée d'1 million de personnes.

Cela ne veut pas dire que des estimations n'avaient pas déjà été faites. L'agence de l'ONU pour le développement, l'Undp, en 1999 avait compté 10 millions de personnes disparues dans le choc du changement de régime, et l'Unicef même avait parlé de 3 millions de victimes.

L'étude de Lancet (réalisée par David Stucker, sociologue à Oxford, Lawrence King, de l'Université de Cambridge, et Martin McKee, de la London School of Hygiene and Tropical Medecine) part au contraire d'une question différente: pouvait-on éviter un nombre aussi important de victimes, et sont-elles à mettre sur le dos de stratégies économique précises? La réponse est oui. Et c'est la « vitesse » des privatisations qui – selon Lancet – explique les différences de taux de mortalité entre les pays étudiés. On mourait plus là où a été adoptée la « shock therapy »: en Russie entre 1991 et 1994 l'espérance de vie a diminué de 5 ans.

Dans les pays plus « lents », au contraire, comme en Slovénie, Croatie, Pologne, elle a augmenté de quasiment un an.(..)

Et le cas russe, où ont été « vendues 112 000 entreprises d'Etat » entre 1991 et 1994 contre 640 en Biélorussie, et où le taux de mortalité a augmenté quatre fois plus vite [qu'en Biélorussie]?
La faute au mode d'alimentation russe (sic), déclare Sachs, mais plus encore à l'effondrement de l'empire, et « aux aides refusées par les occidentaux à Moscou », « de sorte qu'en 1994 j'ai démissionné de mon poste de conseiller du Kremlin ».Son vieil ennemi, le Prix Nobel Joseph Stiglitz, ne se prive pas de l'enfoncer :« Lancet a raison, la Pologne a été un exemple de politiques graduelles. Quant à la shock therapy, si on y regarde de plus près, cela a été un désastre. De la pure idéologie, qui a déformé de bonnes analyses économiques. ».

Il y a également un autre élément qui sort de l'enquête: le lien chômage/mortalité en ex-URSS.

« Le pourquoi est évident: c'était les usines qui souvent garantissaient les soins médicaux », déclare Stuckler. Avec leurs fermetures en ex-URSS, c'est aussi le système de protection sociale qui s'est écroulé. Des chiffres impressionants de morts dûs à l'alcool, de suicides. « Alors que là où existaient de forts réseaux sociaux – comme en République Tchèque où 48% des personnes soient faisaient partie d'un syndicat soit allait à l'Église – l'impact a été quasi nul. »( ..)

A Ljubljana, le sociologue Vlado Miheljak rappelle que « parmi les raisons du succès slovène, à part la plus intégration à l'Ouest, il y avait surtout la lenteur. Alors, tout le monde nous critiquait parce que nous ne privatisations pas comme les hongrois, comme les tchèques. Alors que c'est sûrement ce qui nous a sauvé. »

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article--le-prix-de-la-chute-du-mur-de-berlin-10-millions-de-morts-39166816.html, publié sur le blog de Jean Lévy

 


conditionnement-j.jpg

Médias occidentaux "staliniens", suite :

On rappelle qu’il n’y a pas d’alternative à l’ordre social existant si dur soit-il. Il reste le meilleur. La preuve ? La chute du mur de Berlin !

Ne pas oublier qu’il ne se franchissait que dans un seul sens, d’Est en Ouest, preuve s’il en est que le système communiste de la RDA était bien pire que le capitalisme de l’Ouest qui connaît, sans doute, des crises, mais sait se rétablir et se régénérer. Comment oublier la liesse des Allemands de l’Est se ruant vers l’Ouest au soir du 9 octobre 1989 ?

Ainsi, pour ceux qui souhaiteraient un changement économique et social, le régime de la RDA est-il donc agité comme un épouvantail pour nier toute possibilité d’une autre voie que celle de l’ultra libéralisme. Qui souhaiterait, en effet, vivre dans un tel régime policier ? Mais l’ultra-libéralisme est-il pour autant le seul avenir de l’homme ?

Le comble, tout de même, dans cette mobilisation insensée de toutes les chaînes de Radio France, n’est-il pas, par le symbole de ce programme unique, d’avoir offert, pour dénoncer le régime de liberté d’expression muselée qu’était la RDA, une imitation du fonctionnement de ses médias réduits à n’être que la voix unique de son maître unique, le parti communiste ?

Paul Villach, sur le blog de Jean Lévy


http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article--radio-france-et-le-leurre-de-la-vaccine-39168031.html


250px-Bundesarchiv_Bild_183-K1102-032%2C
Arafat à Berlin en 1971, Wikipedia

Reçu ces lignes à propos de l'anniversaire de la mort d'Arafat:

La Résistance à l'occupation est un droit légitime, c'est pourquoi la Nation
Palestinienne ne devrait jamais accepter un Bantoustan en Palestine. UNIISSONS NOUS POUR LA PAIX DANS LA JUSTICE POUR TOUS, CAR LE NÉOFASCISME NE PASSERA JAMAIS PLUS !



L'indifférence des uns et la connivence et ou la lâcheté des autres devant le chantage et les menaces d'Adolphe HITLER ont facilité la signature du traité de MUNICH le 30 septembre 1938 ce que lui a laissé le champ libre pour déclencher la 2ème Guerre Mondiale suite à laquelle presque 60 millions d'êtres humains ont perdu la vie dont plus de 25 millions de Russes (URSS) et 18 millions de Chinois, des personnes de confession chrétienne, juive, musulmane, hindouïste, boudhiste et surtout des noirs et ceux de teints basanés : les tziganes...


Aujourd'hui, si les forces de la paix et de la justice cèdent devant le chantage et les menaces des malfaiteurs, des terroristes et des dictateurs néo-fascistes de tout acabit qui veulent créer une APOCALYPSE, quel sort réserverons-nous aux générations futures ?


L'empire du mal qui est né de la haine vis-à-vis les Indiens et les Noirs occupe plusieurs pays dans le monde par l'intermédiaire de ses bases militaires stationnées dans ceux-ci. Cet empire croit pouvoir dominer la planète avec ses 7 flottes navales et ses 7 commandements militaires régionaux.


La véritable Communauté internationale laissera-t-elle les mains libres aux néo-fascistes qui gouvernent les États-Unis d'Amérique mettre notre planète à feu et à sang et créer ainsi une apocalypse sans qu'elle ne réagisse face à leurs crimes ? J'ose espérer que non !


C'est pourquoi,  je crois qu'il est de l'obligation des Peuples occidentaux et du devoir des Peuples du Sud et de l'Est d'aider les forces progressistes des États-Unis d'Amérique dans leur lutte contre les néo-fascistes qui gouvernent leur pays afin de pouvoir se débarrasser pacifiquement d'eux et ce, avant même qu'ils ne commettent l'irréparable et qu'il n'y ait plus de possibilité de réparer les dégâts pour sauver notre petite Planète d'une Apocalypse certaine...


Ali Dahan, Ph.D. , Défenseur des Droits Humains, Apolitique

Pacifiste mais jamais passif face à l'injustice



Silence médias: Anniversaire, le 11 novembre,
de la mort d'un grand résistant: ARAFAT


180px-Arafat-young.jpgArafatEconomicForum.jpg250px-Husayni.jpg
Wikipedia, Arafat



Discours de Yasser Arafat devant l’Assemblée générale des Nations unies, Genève, 13 décembre 1988

 

« Quand je désespère, je me souviens que tout au long de l’Histoire, la voie de la vérité et de l’amour a toujours triomphé. Il y a dans ce monde, des tyrans et des assassins et pendant un temps, ils peuvent nous sembler invincibles mais à la fin, ils tombent toujours. Pensez toujours à cela » Mahatma GANDHI

Monsieur le Président, Messieurs les représentants (..)

 

Ma rencontre avec vous aujourd’hui à Genève, après qu’une injuste décision américaine m’eut empêché d’aller vous rencontrer à New York, est donc pour moi source de fierté et de joie.. Fierté d’être avec vous, parmi vous, vous qui êtes la plus haute des tribunes pour toutes les causes de justice et de paix dans le monde. (..)

 

Notre peuple palestinien se souviendra toujours de cette auguste assemblée, de ces nations amies debout ici avec le droit et la justice, défendant les valeurs et les principes au service desquels l’Organisation des Nations Unies a été fondée. Tous les peuples qui subissent l’injustice, l’oppression et l’occupation et qui comme notre peuple palestinien, luttent pour la liberté, la dignité et la vie, y puiseront confiance et assurance (..)

 

J’affirme ici aussi notre solidarité et notre appui aux mouvements de libération en Namibie et en Afrique du Sud, dans leur lutte, ainsi que notre appui aux pays africains de la ligne de front face aux agressions perpétrées par le régime raciste d’Afrique du Sud.

(..)  Me voici de nouveau devant vous, après toutes ces années riches en événements dramatiques, et je constate que de nouveaux peuples occupent désormais leur place parmi vous, couronnement de leurs victoires dans les combats de la liberté et de l’indépendance.(..) J’affirme que l’Etat de Palestine...fera respecter la Déclaration des droits de l’homme, pour mettre fin aux tragédies endurées par l’humanité et jeter les bases du droit, de la justice, de la paix et de la liberté pour tous.

 

Il y a 14 ans, lorsque vous nous avez dit, dans la salle de l’Assemblée générale : « Oui à la Palestine et au peuple de Palestine, oui à l’Organisation de libération de la Palestine, oui aux droits nationaux inaliénables du peuple Palestinien », certains s’étaient imaginés que vos résolutions ne seraient suivies d’aucun effet notable. Ils ne comprenaient pas que ces résolutions allaient devenir une des sources les plus vives à laquelle s’abreuverait le rameau d’olivier que je portais ce jour-là (.. ) Vous nous avez offert l’espoir du triomphe de la liberté et de la justice (..) 

 

A vous tous, je transmets le salut des enfants de la pierre qui défient l’occupation, ses avions et ses chars, et font revivre dans les mémoires l’image nouvelle du David palestinien aux mains nues face à Goliath l’Israélien bardé d’armes.

 

(..) Nous ne voulions pas que soit versée une seule goutte de sang, juif ou arabe. Je m’étais adressé à vous, dans l’espoir que nous Parviendrions à hâter la mise en place des bases d’une paix juste fondée sur la garantie des droits de notre peuple, de ses aspirations et de ses espoirs, comme des droits de tous les peuples, sur un pied d’égalité. (..)

 

 

Le rêve que nous caressions alors était d’établir un Etat palestinien démocratique au sein duquel vivraient musulmans, chrétiens et juifs sur un pied d’égalité, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs, dans une seule société unifiée, à l’instar d’autres peuples sur cette terre dans notre monde contemporain.

 

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous entendîmes les responsables israéliens expliquer que ce rêve palestinien, inspiré de l’héritage des messages divins qui ont illuminé le ciel de la Palestine ainsi que des valeurs humaines qui fondent la coexistence au sein d’une société démocratique et libre, était un plan visant à les détruire et à les anéantir.

 

Il nous fallait tirer les leçons d’un tel état de fait, constater la distance qui le séparait du rêve. Nous prîmes alors, au sein de l’OLP, l’initiative de procéder à la recherche de formules alternatives réalistes et praticables pour apporter à ce problème une solution fondée sur une justice possible, et non pas sur une justice absolue. Une solution qui puisse garantir les droits de notre peuple à la liberté, la souveraineté et l’indépendance, et qui puisse également garantir à tous la paix, la sécurité et la stabilité, évitant à la Palestine et au Moyen-Orient la poursuite des guerres et des combats qui s’y déroulent depuis 40 ans.

 

Ne sommes-nous pas ceux qui ont pris l’initiative d’invoquer la Charte des Nations Unies et leurs résolutions, la Déclaration universelle des droits de l’homme et la légalité internationale en tant que références de base pour la solution du conflit arabo-israélien ?

 

N’avons-nous pas fait bon accueil à la déclaration commune Vance-Gromyko en 1977, en tant qu’initiative qui pouvait servir de base à un projet de solution pour ce conflit ?.

 

.N’avons-nous pas donné notre accord pour participer à la Conférence de Genève sur la base de la déclaration soviéto-égyptienne de 1977, de façon à progresser vers une solution de paix dans la région ?

 

N’avons-nous pas adopté1e Plan de paix arabe de Fès, en 1982, puis le projet de convocation d’une conférence Internationale de paix sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies et conformément à ses résolutions ?

 

N’avons-nous pas appuyé le Plan Brejnev pour la paix au Moyen-Orient ?

 

N’avons-nous pas accueilli et appuyé la Déclaration de Venise des pays de la Communauté économique européenne concernant les. bases d’une paix juste dans la région ?

 

N’avons-nous pas accueilli et soutenu l’initiative des deux Présidents Gorbatchev et Mitterrand au sujet de la commision préparatoire de la conférence internationale ?

 

N’avons-nous pas fait bon accueil aux dizaines de déclarations et d’initiatives politiques émanant des groupes régionaux, des pays africains, des pays islamiques, des pays non alignés, des pays socialistes, des pays d’Europe et d’autres pays, dans le seul but de parvenir à un règlement pacifique fondé sur la légalité internationale, afin d’instaurer la paix et de résoudre le conflit ?

 

Quelle fut la position d’Israël face à tout cela ? Bien que chacune de ces initiatives, chacun de ces plans, chacune de ces déclarations ait été inspiré par la volonté de prendre en considération le rapport de force politique de même que les revendications et les intérêts de l’ensemble des parties au conflit arabo-israélien, l’attitude d’Israël devant tout cela fut l’escalade de ses projets de colonisation et d’expansion. Elle consista à élargir le champ des destructions et des ruines, et à faire à nouveau couler le sang. Elle consista à multiplier les fronts, jusqu’à y inclure le Liban frère, que les troupes d’occupation envahirent en 1982, avec les conséquences que l’on sait, les massacres comme ceux de Sabra et de Chatila, et les boucheries perpétrées à l’encontre des deux peuples, libanais et palestinien. Israël continue d’occuper une partie du Sud-Liban, et ce pays doit quotidiennement faire face aux raids de l’aviation et aux agressions aériennes, terrestres ou maritimes qui frappent ses villes et ses villages comme elles frappent nos camps dans le sud.

 

Il est triste et regrettable que seul le Gouvernement des Etats-Unis continue à soutenir et à appuyer ces plans israéliens d’agression et d’expansion, et continue à soutenir Israël dans la poursuite de son occupation de nos territoires palestiniens et arabes, dans la poursuite de ses crimes et de sa politique de main de fer contre nos enfants et nos femmes.

 

Il est également douloureux et regrettable que le Gouvernement américain s’obstine à refuser de reconnaître à six millions de Palestiniens le droit à l’autodétermination, qui est un droit sacré pour le peuple américain comme pour tous les peuples de la terre.

 

Je rappelle au peuple américain la position du Président Wilson, père de ces deux principes universels qui régissent les relations internationales que sont l’inadmissibilité de l’acquisition du territoire d’autrui par la force, et le droit des peuples à l’autodétermination. Lorsque notre peuple palestinien fut consulté, en 1919, par l’entremise de la Commission King-Crane, ce sont les Etats-Unis qu’il avait alors choisi pour puissance mandataire mais les circonstances ont fait que ce fut la Grande-Bretagne qui vint prendre cette place. Et je m’adresse aujourd’hui au peuple américain, et je pose cette question : est-il équitable que les principes énoncés à ce propos par le Président Wilson ne soient pas appliqués au peuple palestinien ?

 

Les administrations américaines qui se sont succédées au cours de ces années savent pourtant pertinemment que l’unique acte de naissance de l’Etat d’Israël, c’est la résolution 181 (11) de l’Assemblée générale des Nations Unies, adoptée le 29 novembre 1947 avec le soutien des Etats-Unis et de l’Union soviétique et qui recommandait l’établissement de deux Etats en Palestine, l’un arabe palestinien et l’autre juif. Comment le Gouvernement américain peut-il expliquer sa position, qui consiste à reconnaÎtre la moitié de cette résolution relative à Israël tout en rejetant l’autre moitié relative à l’Etat palestinien ? Mieux encore, comment le Gouvernement américain peut-il expliquer son manque d’empressement à faire appliquer une résolution qu’il a lui-même adoptée et dont il a plus d’une fois réaffirmé la validité face à votre auguste assemblée, à savoir la résolution 194 (111), qui reconnaÎt le droit des Palestiniens au retour dans les foyers dont ils ont été chassés et au recouvrement de leurs biens ou à l’indemnisation de ceux qui ne.souhaiteraient pas revenir ?

 

Le.Gouvernement des Etats-Unis sait bien qu’il ne peut, pas plus qu’aucun autre Etat, s’arroger le droit de fractionner la légalité internationale ni vider de leur sens les jugements du droit international.

 

La lutte continue de notre peuple pour ses droits remonte à des dizaines d’années, au cours desquelles il a consenti des centaines de milliers de martyrs et de bléssés, enduré toutes sortes de souffrances, traversé des tragédies sans jamais défaillir et sans que sa volonté ne s’émousse. Au contraire, il n’a cessé de renforcer sa détermination à demeurer attaché à sa patrie palestinienne et à son identité nationale.

 

Les dirigeants israéliens, en proie à une euphorie trompeuse, s’étaient imaginé qu’après notre départ de Beyrouth l’OLP allait être engloutie par la mer. Ils ne s’attendaient pas à ce que le départ vers les exils se transforme en chemin du retour à la patrie, au véritable champ de bataille, à la Palestine occupée.

 

C’est alors qu’advint l’héroÏque soulèvement populaire à l’intérieur de notre terre occupée, cette Intifada qui s’est levée pour se poursuivre jusqu’à la réalisation de nos objectifs de liberté et d’indépendance nationale.

 

Je m’enorgueillis d’être l’un des fils de ce peuple qui trace avec le sang de ses enfants, de ses femmes et de ses hommes l’admirable épopée de la résistance populaire, réalisant des miracles quotidiens, frisant la légende pour que son Intifada continue, pour qu’elle se développe et s’étende, jusqu’à ce qu’elle impose sa volonté et fasse la preuve que le droit peut l’emporter sur la force.

 

Chaleureuses salutations aux masses de notre peuple qui forgent aujourd’hui cette expérience révolutionnaire et démocratique unique en son genre !

 

C’est cette foi que la machine de guerre israélienne n’a jamais pu ébranler, que les balles de toutes sortes n’ont jamais pu réduire ni terroriser, dont l’ensevelissement des vivants, les os brisés, les avortements provoqués par les gaz et la mainmise sur les ressources en eau n’ont jamais pu venir à bout, et que ni les arrestations, ni les prisons, ni les exils, ni les expulsions hors de la patrie n’ont affaiblie. Quant aux châtiments collectifs, aux dynamitages de maisons, à la fermeture des universités, des écoles, des syndicats, des associations et des institutions, quant à l’interdiction des journaux et au blocus des camps, des villages et des villes, tout cela n’a fait que raffermir cette foi, jusqu’à ce que la révolution embrasse chaque foyer, jusqu’à ce qu’elle s’enracine dans chaque pouce de la terre de la patrie.

 

Un peuple qui a parcouru cet itinéraire, un peuple héritier de cette histoire ne peut être défait. Nulle force et nulle terreur ne sauraient lui faire renier sa foi parfaite en son droit à une patrie comme en son adhésion aux valeurs de la justice, de la paix, de l’amour et de la coexistence tolérante. Et comme le fusil du révolutionnaire nous a protégés, empêchant notre liquidation et l’annihilation de notre identité nationale sur le champ brûlant des combats, nous avons une totale confiance en notre capacité à défendre notre rameau d’olivier sur le champ des batailles politiques. Le ralliement mondial à la justesse de notre cause et en faveur de l’instauration de la paix basée sur la justice démontre sans ambiguïté que le monde sait aujourd’hui qui est le bourreau et qui est la victime, qui est l’agresseur et qui est l’agressé, qui mène la lutte pour la liberté et pour la paix et qui est le terroriste. Et voici que les pratiques quotidiennes des forces d’occupation et des bandes de colons fanatiques et armés contre notre peuple, ses enfants et ses femmes mettent à nu le visage hideux de l’occupation israélienne, le révèlent dans sa vérité d’agresseur.

 

Cette conscience mondiale grandissante a fini par toucher des groupes juifs eux-mêmes, à l’intérieur comme à l’extérieur d’Israël, dont les yeux se sont ouverts à la réalité du problème et à l’essence du conflit, et qui ont pris conscience des pratiques quotidiennes inhumaines qui détruisent la tolérance dans l’âme même du judaïsme. Il est désormais bien difficile, voire impossible, pour un Juif de déclarer son refus de l’oppression raciste et son attachement aux libertés et aux droits de l’homme et de se taire face aux violations israéliennes des droits de l’homme, face aux crimes commis à l’encontre du peuple et de la patrie palestiniens, et plus particulièrement face aux pratiques quotidiennes odieuses des Occupants et des bandes de colons armés.

 

Nous faisons une claire distinction entre le citoyen juif dont les milieux israéliens au pouvoir tentent d’étouffer et de dénaturer la conscience, d’une part, et les pratiques des dirigeants israéliens, d’autre part.

 

Plus encore, nous réalisons qu’il y a en Israël comme hors d’Israël des Juifs nobles et courageux qui n’approuvent pas la politique de répression et les massacres, qui réprouvent la Politique d’expansion, de colonisation et d’expulsion du Gouvernement d’Israël et qui reconnaissent à notre peuple un droit égal à la vie, à la liberté et à l’indépendance. Au nom du peuple palestinien, je les remercie tous pour cette position courageuse et honorable.

 

Notre peuple ne revendique aucun droit qui ne soit le sien, qui ne lui soit reconnu par le droit et les lois internationales. Il ne veut pas d’une liberté au détriment de la liberté d’un autre peuple ni d’un destin qui annulerait celui d’un autre peuple. Notre peuple refuse tout privilège dont il pourrait jouir aux dépens d’un autre peuple, comme il refuse qu’un autre peuple jouisse de privilèges à ses dépens. Notre peuple aspire à l’égalité avec tous les autres peuples, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. J’adresse cet appel à tous les peuples du monde, et particulièrement à ceux qui ont subi l’occupation nazie, et qui ont alors considéré que leur devoir consistait à tourner la page de la tyrannie et de l’oppression exercées par un peuple sur un autre, et d’apporter aide et soutien à toutes les victimes du terrorisme, du fascisme et du nazisme. J’en appelle à ces peuples pour qu’ils prennent clairement conscience de la responsabilité que l’histoire leur a fait porter à l’égard de notre peuple martyrisé qui réclame pour ses enfants une place au soleil de leur patrie, pour qu’ils puissent y vivre comme les enfants du monde entier, libres sur une terre libre. (..)

 

Nous nous accordons tous ici sur le fait que la question palestinienne constitue le problème des problèmes du monde contemporain. C’est la question la plus anciennement inscrite à l’ordre du jour de vos travaux. C’est le problème régional le plus complexe, le plus ramifié, le plus dangereux pour la paix et la sécurité mondiales. (..)

 

Notre Conseil national palestinien, par une pratique démocratique totalement libre avait adopté une série de résolutions sérieuses, constructives et responsables. Ces résolutions ont frayé le chemin de l’approfondissement et de la manifestation de notre désir de contribuer à la recherche d’un règlement pacifique garantissant les droits nationaux et politiques de notre peuple ainsi que la sécurité et la paix pour tous.

 

La première et la plus décisive des résolutions prises par notre conseil, c’est la proclamation de l’Etat de Palestine avec pour capitale Al Qods Al Charif, Jérusalem.. en vertu des sacrifices de générations successives (..) et du  droit à l’autodétermination, à l’indépendance politique et à la souveraineté sur son sol, conformément à vos résolutions successives.  

 

Cet Etat de Palestine est l’Etat des Palestiniens où qu’ils soient. Ils pourront y développer leur identité nationale et culturelle. Ils y jouiront de la pleine égalité des droits et de leurs convictions religieuses et Politiques, ainsi que de leur dignité humaine. Ils y seront protégés par un régime parlementaire et démocratique fondé sur les principes de la liberté d’opinion, la liberté de constituer des partis, la prise en considération par la majorité des droits de la minorité et le respect par la minorité des décisions de la majorité, la justice sociale, l’égalité et l’absence de toute discrimination dans les libertés publiques sur la base de la race, de la religion, de la couleur, ou entre la femme e l’homme, à l’ombre d’une constitution qui assure la primauté de la loi et l’indépendance de la justice, en totale fidélité à l’héritage spirituel de la Palestine, patrimoine fait de tolérance et de cohabitation entre les religions à travers les siècles.

 

L’Etat de Palestine est un Etat arabe, son peuple fait partie intégrante de la nation arabe, de son patrimoine, de sa civilisation et de ses aspirations au progrès social, à l’unité et à la libération. Il se réclame de la Charte de la Ligue des Etats arabes, de la Charte de l’ONU, de la Déclaration universelle des droits de l’homme et des principes du non-alignement..

 

Cet Etat est épris de paix et attaché aux principes de la coexistence pacifique ; il oeuvrera de concert avec tous les Etats et tous les peuples pour instaurer une paix permanente basée sur la justice et le respect des droits.


Notre Conseil national a également affirmé la nécessité du retrait d’Israël tous les territoires palestiniens et arabes qu’il a occupés en 1967, y compris la Jérusalem arabe, l’établissement de l’Etat palestinien et l’abolition de toutes 1es mesures de rattachement et d’annexion, ainsi que le démantèlement des colonies édifiées par Israël dans les territoires palestiniens et arabes depuis 1967. Toutes ces exigences ont été formulées par les sommets arabes (..)
Le Conseil national a renouvelé sa conviction que le Conseil de sécurité des Nations Unies devait établir et garantir les dispositions de la sécurité et de la paix entre tous les Etats parties au conflit dans la région. (..) Ces résolutions apportent une réponse claire et ferme à tous les alibis et les prétextes colportés par certains Etats au sujet de la position et de la politique de l’Organisation de libération de la Palestine. Alors que notre peuple, par son soulèvement comme par l’intermédiaire de ses représentants au Conseil national, votait pour la paix (..),  le Gouvernement israélien, pour sa part, alimente les tendances agressives et expansionnistes.  La partie palestinienne a formulé de son côté des positions politiques claires et responsables. l’administration américaine se refuse toujours à appliquer des critères uniques pour toutes les parties au conflit (..) Je tiens ici à rappeler que reconnaître aux deux parties au conflit l’égalité des droits sur la base de la réciprocité constitue la seule approche  (face à un) Etat d'Israël bardé des armes les plus modernes, y compris  nucléaires. Notre Conseil national a renouvelé son engagement vis-à-vis des résolutions des Nations Unies qui affirment le droit des peuples à résister à l’occupation étrangère, à la colonisation et à la discrimination raciale ainsi que leur droit à lutter pour l’indépendance. Il a également renouvelé son

refus du terrorisme sous toutes ses formes, y compris le terrorisme d’Etat (..) Je salue tous ceux que je vois face à moi dans cette salle, qui ont un jour été accusés d’être des terroristes par leurs bourreaux et leurs colonisateurs au cours des combats menés dans leurs pays pour les libérer du joug de la colonisation. Ce sont aujourd’hui des dirigeants investis de la confiance de leurs peuples et de fidèles et sincères partisans des principes et des valeurs de la justice et de la liberté. (..) Le Conseil national palestinien a fondé ses résolutions sur le réalisme, prenant en considération les circonstances particulières aux Palestiniens et aux Israéliens ainsi que la longue histoire de tolérance qui les a unis dans le passé. Les Nations Unies ont à l’égard de notre peuple et de ses droits une responsabilité historique exceptionnelle. Voici plus de 40 ans que les Nations Unies ont décidé, sur la base de la résolution 181 (Il), d’établir deux Etats en Palestine, l’un arabe palestinien et l’autre juif. Et nous voyons qu’en dépit de l’injustice historique qui a frappé notre peuple, cette résolution assure aujourd’hui encore les conditions de légitimité internationale qui garantissent le droit du peuple arabe palestinien à la souveraineté et à l’indépendance nationale. L’accélération du processus de paix dans la région requiert un effort exceptionnel de la part de toutes les parties concernées et de leurs partenaires internationaux. Je citerai plus précisément les Etats-Unis d’Amérique et l’Union soviétique, investis d’une grande responsabilité vis-à-vis de la cause de la paix dans notre région. Premièrement, que de sérieux efforts soient déployés pour réunir le Comité préparatoire de la Conférence internationale de paix au Moyen-Orient (..) Deuxièmement, partant de notre foi en le rôle vital des Nations Unies et fort de la confiance que nous accordons à la légalité internationale, nous réclamons une action visant à mettre notre terre palestinienne occupée sous la tutelle momentanée des Nations Unies : que s’y déploient des forces internationales qui protègent notre peuple en même temps qu’elles supervisent le retrait des troupes israélien de notre patrie. Troisièmement, l’Organisation de libération de la Palestine recherchera un règlement pacifique global avec les parties concernées au conflit arabo-israélien (..) le respect du droit de toutes les parties (..) à exister dans la paix et la sécurité (..) J’affirme que nous sommes un peuple qui aspire à la paix, comme tous les peuples de la terre, peut-être avec un peu plus d’ardeur, étant donné la longueur de cette épreuve tout au long de ces années et la dureté de la vie que mènent notre peuple et nos enfants, qui ne peuvent jouir d’une vie normale, à l’abri des guerres, des malheurs, de la souffrance et de l’exil, de la dispersion et des difficultés de la vie quotidienne. Que s’élèvent des voix pour soutenir le rameau d’olivier, pour appuyer la pratique de la coexistence pacifique et pour renforcer le climat de détente internationale (..) Je suis venu à vous au nom de notre peuple, la main ouverte, pour que nous œuvrions à instaurer une paix véritable, une paix bâtie sur la justice. (..).Je m’adresse ici tout particulièrement aux Israéliens de toutes les catégories, de tous les courants et de tous les milieux et, avant tout, aux forces de la démocratie et de la paix, et je leur dis : Venez ! Loin de la peur et de 1a menace, réalisons la paix Je dis : « O gens du Livre, retrouvez-vous en une seule parole », pour que nous établissions la paix sur la terre de la paix, la terre de Palestine.


Les Juifs en Palestine,
par le Mahatma Gandhi



Mohandas Karamchand Gandhi, août 1942Wikipedia.

 

[Extrait de "Ma Non-Violence" par le Mahatma Gandhi, édité par Sailesh Kumar Bandopadhaya - Ahmedabad : Navajivan Publishing House - 1960] (SEGAON,  Vol. 74, pp. )  (Texte écrit le 26 novembre 1938, Harijan,  [traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier*]


 

(Extraits) J'ai reçu plusieurs lettres dans lesquelles on me demande d'exposer mes vues sur la question arabo-juive en Palestine et la persécution anti-juive en Allemagne. Ce n'est pas sans quelque hésitation que je me risque à offrir mes opinions sur cette question très délicate.

Toute ma sympathie est acquise aux Juifs. J'ai connu certains d'entre eux, d'une manière très intime, en Afrique du Sud (..) La similarité entre le traitement que les Chrétiens leur ont infligé et celui que les Hindous infligent aux Intouchables est frappante.

A part les amitiés qu'il m'a été donné de nouer avec certains d'entre eux, ma sympathie pour les Juifs ressortit donc à des raisons de caractère universel.

Mais ma sympathie ne me rend pas sourd aux exigences de la justice.

L'appel à un foyer national pour les Juifs ne me séduit guère.

La légitimité en est recherchée dans la Bible et dans la ténacité dont les Juifs ont depuis tout temps fait preuve dans la formulation de leur attachement à un retour en Palestine. Pourquoi ne pourraient-ils pas, comme les autres peuples sur Terre, faire de cette contrée leur pays où naître et où gagner sa vie ? La Palestine appartient aux Arabes de la manière dont l'Angleterre appartient aux Anglais ou la France aux Français. Il serait injuste et inhumain d'imposer (une domination par) les Juifs aux Arabes.

Ce qui se passe en Palestine, de nos jours, ne saurait être justifié au nom d'un quelconque code moral de conduite.

Les mandats n'ont pas d'autre justification que la dernière guerre mondiale (la Première). Ce serait à n'en pas douter un crime contre l'humanité de contraindre ces Arabes si justement fiers à ce que la Palestine soit restituée aux Juifs en tant que leur foyer national, que ce soit partiellement, ou en totalité.


Une alternative bien plus noble serait d'insister sur un traitement équitable des Juifs où qu'ils soient nés et où qu'ils aient été élevés.

.

Si les Juifs n'ont pas d'autre foyer national que la Palestine, vont-ils accepter l'idée de devoir être contraints à quitter les autres parties du monde où ils sont installés ? Ou bien voudront-ils une double patrie, où ils puissent demeurer selon leur bon plaisir ?

La revendication d'un foyer national pour les Juifs ne fait qu'offrir sur un plateau une justification présentable à l'Allemagne qui expulse ses Juifs.

Mais la persécution allemande des Juifs semble ne pas avoir de parallèle dans l'histoire. Les tyrans de jadis n'étaient jamais allés aussi loin dans leur folie que semble l'avoir fait Adolf Hitler.

Mais je ne crois en aucune guerre. L'Allemagne est en train de démontrer au monde entier comment la violence peut être utilisée efficacement lorsqu'elle n'est entravée par aucune hypocrisie ni aucune faiblesse se faisant passer pour de l'humanisme.

 
Les Juifs peuvent-ils résister à cette persécution planifiée et éhontée ?

Ont-ils un moyen de préserver leur dignité, et de ne pas tomber dans le désespoir et l'abandon d'eux-mêmes ? Je fais le pari que c'est possible.

Nul être humain croyant en un Dieu vivant ne doit se sentir impuissant ou abandonné.

Jéhovah, le Dieu des Juifs, est un Dieu plus personnel que celui des Chrétiens, des Musulmans ou des Hindous, bien qu'il s'agisse, en fait, par essence, du Dieu commun à tous ces croyants

Mais comme les Juifs attribuent à Dieu une personnalité et croient qu'Il commande chacun de leurs actes, ils ne devraient pas se sentir impuissants.

… Et maintenant, un mot aux Juifs de Palestine.

Mais s'ils doivent absolument considérer la Palestine de la géographie comme leur foyer national,

c'est un péché inexpiable d'y pénétrer à l'ombre du canon britannique. Un acte de nature religieuse ne saurait être posé avec l'assistance des baïonnettes et des bombes. Ils ne peuvent s'installer en Palestine qu'en respect de la bonne volonté des Arabes. Ils devraient s'efforcer de se gagner le coeur des Arabes. C'est le même Dieu qui commande aux coeurs des Arabes et à ceux des Juifs…

Ils trouveront le monde à leurs côtés dans leur aspiration religieuse.

Il y a des centaines de manières de s'entendre avec les Arabes, pour peu qu'ils écartent résolument l'aide que leur apporte la baïonnette britannique.

Telles que les choses se déroulent actuellement, ils sont co-responsables avec les Britanniques de la spoliation d'un peuple qui ne leur a jamais porté un quelconque tort.

Je ne défends pas les excès des Arabes. J'eusse aimé qu'ils eussent adopté la non-violence dans leur résistance à ce qu'ils considèrent à juste titre comme une agression inqualifiable contre leur pays.

Mais si l'on se réfère aux lois généralement admises du bien et du mal, rien ne peut être dit contre la résistance des Arabes à une injustice massive.

Laissons les Juifs qui prétendent être le peuple élu en apporter la preuve par choix qu'ils feront de la non-violence afin de revendiquer une place sur cette terre. Tout pays est le leur, Palestine y comprise, non pas en conséquence d'une agression, mais en vertu d'un service altruiste envers leur prochain. Un ami juif m'a envoyé un livre intitulé "La contribution juive à la civilisation", écrit par un Cecil Roth. Ce livre énumère tout ce que les Juifs ont apporté à la littérature, aux arts, à la musique, au théâtre, à la science, à la médecine, à l'agriculture etc… de part le monde. Avec un tel héritage, les Juifs sont fondés à refuser d'être traités comme les déchets de l'Occident, d'être méprisés ou traités avec condescendance.


Ils peuvent obtenir le respect et l'attention du monde en se montrant dignes d'avoir été choisis par Dieu, au lieu de tomber dans la déchéance des brutes oubliées de Dieu.


Ils peuvent ajouter à leurs contributions, innombrables et inestimables, (à l'Humanité) celle, suprême, de l'action non-violente.


Note de M. Marcel Charbonnier qui a traduit le texte du Mahatma Gandhi


Une grande figure de ce monde, réputée pour sa sagesse et sa non-violence, était clairement anti-sioniste, sans mâcher ses mots et sans langue de bois.
Deuxièmement, je veux montrer qu'au début et jusqu'à la moitié du 20è siècle la communauté internationale était loin d'être favorable au projet sioniste. Contrairement à aujourd'hui ou leur propagande a très bien fonctionné et où tout le monde a accepté cet état de fait. Nous voyons même des arabes dire "Après tout c'est chez-eux" et autres foutaises. Je veux montrer qu'il n'y a rien de choquant à soutenir que l'État appelé Israel est illégitime et qu'il n'y a rien d'antisémite à penser cela. A moins que Gandhi soit antisémite.




Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 15:27

250px-Rodin_Jardin_des_supplices.jpg
Auguste Rodin, lithographie pour Le Jardin des supplices, Ambroise Vollard, 1902

"" Ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité, c'est qu'on la trouve."
Rémy de Gourmont

"Nul ne colonise innocemment. (…) Une nation qui colonise, une civilisation qui justifie la colonisation - donc la force - est déjà une civilisation malade, une civilisation moralement atteinte, qui, irrésistiblement, de conséquence en conséquence, de reniement en reniement, appelle son Hitler, je veux dire son châtiment."
Aimé Césaire

 

Les grands écrivains sont des prophètes. Ils voient l'avenir dans les signes du présent, car l'art est réalité et symbole confondus, mais il faut savoir lire les symboles.

J'ai donc mis mes pas dans les pas de Franz Kafka (voir La métamorphose d'un être humain en vermine), puis d' Octave Mirbeau et j'ai lu à livre ouvert l'histoire de la Palestine telle qu'ils l'avaient vue et racontée depuis des dizaines d'années.

Tout avait été dit : la politique d'Israël a été décrite par le menu depuis des lustres. Des voix nombreuses nous avaient prévenus. Meurtres, génocide, crimes de guerre, tout peut recommencer . "C'est arrivé et tout cela peut arriver à nouveau "avait averti Primo Levi dans Les naufragés et les rescapés .

Il avait raison, c'est arrivé de nouveau.

*

Pendant que les Laval et les Pétain palestiniens se vautrent sur de moelleux divans en compagnie des assassins de leur peuple et incitent ces derniers à une manière de "solution finale" censée dégoûter les Gazaouis de soutenir les dirigeants qu'ils ont démocratiquement élus, les bourreaux israéliens ont de nouveau gratifié l'univers du spectacle d'une de ces tueries dont ils ont le secret. S'étant spécialisés dans les massacres de populations civiles et les dévastations d'infrastructures, d'hôpitaux et d'écoles et ayant démontré leur savoir-faire en 2002 à Jénine, puis en 2006 au Liban, le monde entier a pu constater au cours de la dernière bacchanale sanglante à laquelle ils se sont livrés durant l'hiver 2008-2009 à Gaza, à quel point ils viennent d'améliorer leurs performances .

Mais la brutalité n'est pas leur seul registre. S'il existait un festival de Cannes destiné à récompenser le tourmenteur le plus vicieux et le plus imaginatif, il est assuré que l'Etat d'Israël remporterait haut la main la palme d'or du scénario, ainsi que celle de la mise en scène. Ces deux trophées salueraient les inventions les plus cruelles et les plus agressives, certes, mais aussi les plus imprévues, les plus dérisoires, les plus hypocrites et les plus perverses de cet Etat, qui toutes convergent vers un seul but: désécuriser, déstabiliser et créer une atmosphère d'angoisse et de précarité destinées à affoler en permanence les victimes et donc à les fragiliser psychiquement, avant de tenter de les éliminer physiquement. Pour le bourreau, ce préliminaire correspond à la phase dite d'"attendrissement de la viande" .

La capacité de résilience, l'énergie et l'intelligence du peuple palestinien sont si étonnantes qu'en même temps qu'elles soulèvent l'admiration de tous les hommes normaux et dotés de la capacité innée d'empathie envers son semblable souffrant, elles font enrager l'occupant qui, visiblement, ne sait plus à quelle exaction se livrer et auprès de quel démon renouveler son inspiration. La corruption à grande échelle des dirigeants, en vertu de l'adage populaire bien connu , "Le poisson pourrit toujours par la tête" , est l'une de ses dernières trouvailles.

 

mofaz_Dahlan.gif
Dahlan, l'évincé de Gaza, en compagne de l'ancien chef d'état-major de tsahal, Mofaz (doc.assez ancien, mais révélateur de l'intimité des relations entre ces deux individus)

Sur les pas d'Octave Mirbeau dans le Jardin des supplices de Gaza...

Le sol était jonché de corps déchiquetés, de têtes arrachées, de bras et de jambes orphelins de leur tronc. Des blessés gémissaient, des fantômes de femmes, des ombres d'hommes, hurlaient leur douleur. Je compris en un éclair que je venais de pénétrer dans le jardin des supplices de Gaza.


tete_cadavre.jpg
Tête de toute petite fille au milieu des gravas


Partout ruines, destructions , sang et meurtres … meurtres… meurtres.

Je me souvins de la dédicace de mon guide à son ouvrage sur les tortures et les tortionnaires de l'histoire : " Aux Prêtres, aux Soldats, aux Juges, aux Hommes, qui éduquent, dirigent, gouvernent les Hommes, je dédie ces pages de Meurtre et de Sang " . Octave Mirbeau avait prévu l'enfer de Gaza .

Larguant sciemment bombes incendiaires ou à fragmentation, obus au phosphore blanc et à l'uranium appauvri, missiles meurtriers et bombes à fléchettes sur des milliers de maisons, le parlement, le ministère de la Justice, le ministère de l'Intérieur, les tribunaux, la prison, l'unique moulin à farine, le principal élevage de volailles, l'équipement de traitement des eaux usées, les citernes, les puits, les écoles, les réserves de nourriture, la centrale électrique, les assassins ont amplement prouvé que "le meurtre est bien la plus grande préoccupation humaine".

C'est pourquoi, "l'universelle barbarie" dans laquelle nous sommes plongés permet de massacrer le plus de monde possible en le moins de temps possible. Tels sont les fondements sur lesquels les cités et les nations concentrent leur politique.

Ainsi, les deux Etats les plus belliqueux de la terre - les Etats-Unis et Israël - possèdent à eux seuls un arsenal suffisant pour faire exploser plusieurs fois la planète tout entière: "Avec notre état d'universelle barbarie [...] nous vivons sous la loi de la guerre ... Or en quoi consiste la guerre ? ... Elle consiste à massacrer le plus d'hommes que l'on peut, en le moins de temps possible ... Pour la rendre de plus en plus meurtrière et expéditive il s'agit de trouver des engins de destruction de plus en plus formidables ... et c'est aussi le progrès moderne ...", écrivait Octave Mirbeau, l'un des plus virulents écrivains anti-colonialistes de la fin du XIXe siècle, dans un ouvrage d'un humour grinçant et dérangeant, "plus noir que le noir", pour paraphraser Jonathan Littell, et intitulé Le jardin des supplices . Il y décrivait minutieusement les tortures inventées par un bourreau particulièrement inspiré dans le bagne de Canton. Il s'agissait de symboliser et de stigmatiser d'une manière "swiftienne" les méfaits et les horreurs des Etats colonialistes. Méfaits et horreurs que le dernier Etat ouvertement colonialiste de la planète continue de pratiquer avec une impudence qu'il n'est pas exagéré de qualifier de "chuzpah politique et morale".

Il est 11h30, les enfants sortent de l'école. A cet instant, l'artillerie se déchaîne. Cinquante avions de combat lâchent leurs bombes alors que plus de cinq cents enfants terrorisés et en pleurs grouillent encore dans les rues et que des parents désespérés arrivent en courant. Une promotion entière de plus de deux cents jeunes policiers en train de prêter leur serment d'entrée en fonction est exterminée en un éclair. Les morgues débordent. Trois jeunes enfants d'une même famille gisent entassés l'un sur l'autre. Des bombes partout, de la fumée, de la poussière, du sang, des cris, des pleurs. La peur, la rage, nul refuge, nul secours. Gaza tout entière transformée en un gigantesque jardin des supplices.



cadavres_enfants.jpg
Alignement de cadavres d'adultes et d'enfants


Les stocks de l'aide humanitaire brûlés au phosphore blanc. Même les morts sont bombardés et les cimetières ravagés par l'artillerie. Puanteur des cadavres en décomposition exhumés de leurs tombes. Exhalaisons de sang et de mort. Lambeaux de chairs, fragments de membres éparpillés. Les victimes tuées une deuxième fois. Odeur de mort du jardin des supplices de Gaza.

Les bâtiments abritant les médias, pulvérisés. Terroriser les journalistes et les prendre sciemment pour cibles afin de priver les victimes de nouvelles et de conseils et surtout, priver le monde de témoins. La censure perverse dans le jardin des supplices de Gaza.

Massacres de civils fuyant les zones de combat et agitant des drapeaux blancs, civils carbonisés au hasard par le phosphore blanc déversé sur des zones peuplées, fours crématoires portatifs et intentions génocidaires, nul besoin de zyklon, on n'arrête pas le progrès, bombes à l'uranium appauvri larguées sur des écoles, la mort inhalée durant des jours et des jours, utilisation de civils et même d'enfants comme boucliers humains. D'autres enfants foudroyés d'une balle en plein front par d'habiles snipers et visés comme des lapins mécaniques dans une fête foraine. "C'est cool de tuer"! Bonheur de devenir une bête. Soldats visant délibérément des civils désarmés à partir des tanks; des enfants, des nourrissons le front troué d'une balle, tous rebaptisés "terroristes". Ravager les maisons désertées par leurs occupants, voler ce qui peut l'être, détruire les meubles, souiller, déféquer et uriner partout, tel fut l'incroyable cruauté ainsi que l'invraisemblable manque de dignité de l'armée des assassins, tueuse méticuleuse dans le jardin des supplices de Gaza.


Gaza_attaque_ecole_UNWRA.jpg


Obus au phosphore blanc sur une école de l'UNWRA

Les habitants de Gaza traités comme des animaux et leurs maisons transformées en bauges, pillées et vandalisées lorsqu'elles n'étaient pas rasées, ainsi s'est comportée "l'armée la plus morale du monde" dans le jardin des supplices de Gaza.

Les pauvres animaux du zoo ne sont pas épargnés par les bombes et la folie meurtrière qui s'est abattue sur le camp de concentration hermétiquement clos et livré à une rage destructrice. Les écoles , les hôpitaux, les ambulances sont attaqués et incendiés, les blessés agonisent en se vidant de leur sang. Les oliveraies déracinées dressent vers le ciel leurs racines désespérées, les serres réduites en miettes afin de survienne la famine. Le terrain labouré en profondeur au bulldozer pour que rien ne repousse. Le désert et la désolation. L'horreur et la dévastation dans le jardin des supplices de Gaza.

phosphore.jpg
Pluie d'obus de phosphore blanc arrosant la ville de Gaza


Et les assassins l'avouent : "Tu ne vois pas les Palestiniens comme des être humains, tu les vois comme des animaux. Tu entres dans leur maison, la nuit, tu les réveilles, les femmes d'un côté, les hommes de l'autre, et tu casses tout. C'est le genre de choses que tu ne ferais pas ici, en Israël, mais tu le fais chez eux. Et, pour ce faire, tu refuses la réalité. C'est la seule manière. Tu crées entre toi et la réalité un mur de silence". Tel est le témoignage révélateur de l'un des participants de la si glorieuse équipée de Tsahal dans la souricière de Gaza.

Des supplices d'un raffinement cruel décrits par Octave Mirbeau, que le bourreau fait subir aux détenus du bagne de Canton, aux supplices collectifs et au déchaînement de barbarie mécanisée d'une brutalité inouïe infligés à toute une population piégée comme des rats et harcelée par terre, par mer et par les airs, on retrouve encore et toujours le même instinct de meurtre. S'y ajoute le sentiment jouissif de puissance et la jubilation de pouvoir infliger impunément une souffrance illimitée et gratuite : "Tu les fais avancer, reculer. Tu les rends fous. Tu as dix-huit ans et tu te sens puissant", ainsi s'exprime l'un des jeunes bourreaux repentants.

*

Et depuis lors, le camp de concentration de Gaza demeure toujours aussi hermétiquement bouclé, l'occupant interdisant l'entrée des outils et de tout matériau qui permettraient de reconstruire ou de réparer les infrastructures détruites. Mais la liste des interdictions ne se limite pas aux matériaux de construction. Et c'est là où l'imagination sadique du bourreau donne toute sa mesure et rappelle celle du bourreau chinois d'Octave Mirbeau.

Ne pouvant décemment, comme dans le bagne de Canton, se livrer aux supplices, horribles, certes, mais, somme toutes, artisanaux, de la cloche, de la caresse, ou le fameux supplice du rat qui obsédait un des patients de Freud, ou se spécialiser dans le maniement de la scie, de la tenaille ou du scalpel, le bourreau israélien s'est spécialisé dans des harcèlements physiques et moraux permanents et massifs. Il compte sur les ravages engendrés par la durée de la souffrance. Il espère assister au spectacle jubilatoire de voir les victimes s'entre-dévorer, se retourner contre leurs dirigeants et ramper devant lui, enfin domptées.

En effet, une véritable liste à la Prévert des privations cerne et harcèle les suppliciés dans tous les aspects de leur vie quotidienne.

Ainsi, aujourd'hui encore, sont interdits d'entrée dans le bagne de Gaza : les crayons pour les écoliers, les cahiers et les livres, tous les instruments de musique et les partitions, les bougies et les allumettes, tout matériel électrique - câbles, fils, prises, boîtes de dérivation, ampoules, le verre plat, pour fermer avant l'arrivée de l'hiver les milliers de fenêtres dont les vitres ont volé en éclats.

Sont également interdits d'entrée dans la prison de Gaza les vêtements, les tissus, le fil à coudre, les aiguilles, les chaussures, les matelas, les draps, les couvertures, les couettes, toute la vaisselle - assiettes, tasses, casseroles, couteaux, fourchettes, cuillères- tout produit d'entretien et de lavage - une dérogation partielle vient d'être accordée sur certains produits d'hygiène corporelle, mais le papier hygiénique sous tous ses conditionnements continue d' être considéré comme un produit dangereux. Des Gazaouis ingénieux sont sûrement susceptibles d'accrocher des missiles à des avions en papier hygiénique et de pilonner Sderot!

Sont interdits d'entrée tous les jouets, ainsi que les poupées.

poupee.jpg

Est évidemment interdite toute importation de réfrigérateurs, de machines à laver et de tout autre appareil électroménager, matériel de toutes manières inutilisable, puisque l'occupant coupe, selon son bon plaisir, le peu d'électricité qu'il laisse fonctionner après avoir détruit la seule centrale électrique du ghetto et empêché sa réparation. De plus, il vole la majeure partie de l'eau des nappes phréatiques et ne laisse aux bagnards de Gaza qu'un mince filet à peine suffisant pour remplir des jerricans .

Est interdite l'importation de véhicules de toute nature - voitures particulières, camions, ambulances et même fauteuils roulants pour les innombrables blessés et infirmes que "l'armée la plus morale du monde" a laissés sur le carreau.

Sont interdits d'entrée tous les animaux - vaches, ânes, chèvres, volailles, etc. , et le remplacement des quelques pauvres animaux du zoo de Gaza - impitoyablement abattus, eux-aussi, pendant le carnage ou morts de faim - est impossible. On n'insistera jamais assez sur les capacités militaires des vaches ou des poules.

Aux dernières nouvelles, l'Organisation Mondiale de la Santé informe le monde que les bourreaux moraux de la "seule démocratie du Moyen-Orient" viennent d'interdire, pour la quatrième fois, l'entrée des appareils et des accessoires médicaux indispensables au fonctionnement des hôpitaux et, pour faire bonne mesure, les gentils "démocrates" préposés au contrôle des marchandises ont pris soin de ravager les appareils et de les rendre inutilisables par ces sous-hommes de Palestiniens - ces "animaux à visage humain", comme les désigne le Talmud - avant de les retourner à l'envoyeur. Et c'est ainsi que Jahvé est grand. Alleluia!

La seule interdiction que la fameuse "communauté internationale" a réussi à lever est celle des coquillettes et des nouilles... dont le danger qu'elles représentaient pour la sécurité de l'occupant n'est plus à démontrer; mais sont toujours interdits d'entrée dans le ghetto de Gaza le thé, le café, toutes les semoules, le lait en grands conditionnements, toutes les patisseries et gâteaux secs, le chocolat, les graines de sésame et les semences, toutes matières qui risquent d'être utilisées par les inventifs démons gazaouis dans la fabrication des roquettes meurtrières qui "terroriseraient" les pauvres habitants de Sdérot. Les Gazaouis réussissent à construire des maisons avec de la boue, alors, pourquoi ne mettraient-ils pas au point des bombes à la semoule!

*

La "loi du meurtre" et "l'école de l'assassinat" illustrées à Gaza par l'Etat qui se proclame une "lumière pour les nations", ne constituent pas une explosion irrationnelle, comme pourraient le laisser croire les interdits sadiques énumérés ci-dessus. De même que celui du bagne de Canton, le bourreau bureaucratique israélien est un véritable artiste qui traite la souffrance comme un des beaux-arts. Un an après la fin du déchaînement génocidaire contre la population civile, les privations continuent d'être mises en œuvre au nez et à la barbe des démocraties "morales", avec la rigueur et la méticulosité propres à toutes les administrations dictatoriales. Elles témoignent de la mise en oeuvre d'un plan particulièrement raffiné, mûrement conçu dans le but de faire souffrir les victimes au maximum tout en essayant de préserver - grâce à une machine de propagande bien huilée et fonctionnant sur toute la planète - un statut de victime éternelle. En réalité il s'agit de rien de moins que d'une application quasi littérale des recommandations biblico-talmudistes acceptées et approuvées par plus de 85% de la population de la nouvelle colonie de peuplement, fondée sur des critères raciaux et implantée sur la terre palestinienne.

Voici quelques citations, parmi des dizaines d'autres, issues, non pas même du Talmud - dont certains passages traduisent un autisme pathologique et un racisme si ingénu et si arrogant que son excès même en devient comique et ne mériterait qu'un haussement d'épaules méprisant ... s'il n'était mis en pratique, ouvertement par les fameux IDF (Israël Defense Forces) et insidieusement par tous les règlements administratifs de l'Etat colonial. Les recommandations de haine, de destruction, de vol et de meurtres figurent dans les textes bibliques majeurs et sont prônés par de nombreux rabbins dans l'armée. C'est pourquoi ce sont les recommandations bibliques qui sont appliquées au pied de la lettre et le coeur léger par la soldatesque - en dépit de l'existence d'un code officiel flatteur, uniquement destiné à leurrer l'étranger candide sur la nature d'un Etat qui se proclame une "démocratie occidentale". Mais il se comporte en réalité avec la brutalité et l'arbitraire propres à toutes les dictatures militaires envers ceux qui ne peuvent exciper de leur "pureté religieuse et raciale", les deux éléments étant indissolulement liés dans cette religion. En effet les recommandations officielles de "l'armée la plus morale du monde"... sur le papier ... sont superbement ignorées non seulement par la base, mais par toute la haute hiérarchie militaire.

"Lorsque Jahvé, ton dieu, t'aura amené dans le pays où tu vas entrer pour en prendre possession et qu'il aura délogé devant toi de nombreuses nations (…) alors, Jahvé ton dieu les aura livrées à ta merci et que tu les livreras à l'anathème (à la destruction) . Tu ne concluras pas d'alliance avec elles, tu n'en auras point pitié ! " (Deutéronome 7:1-2)

"Des villes de ces peuples que Jahvé, ton Dieu, te donne en héritage, tu ne laisseras rien vivre de ce qui a souffle de vie. Détruisez-les jusqu'au derniercomme Jahvé, ton Dieu, vous l'a ordonné… " (Deutéronome 20.16)

"Vous poursuivrez vos ennemis, et ils tomberont devant vous sous votre glaive. Cinq des vôtres en poursuivront cent des leurs, cent d'entre vous en poursuivront dix mille, et vos ennemis tomberont devant vous par le glaive. " (Lévitique, 26, 7-9)

"Ce jour est au Seigneur Jahvé des armées, jour de vengeance, où il se venge de ses adversaires. Le glaive dévore et se rassasie. Il s'abreuve de leur sang." (Jérémie 46.10) (trad. Osty)

Deir Yassine Haïfa, Jaffa, Acre, Oum Al Fahem et AL-Ramla, Al-Daouayma, Abou Shousha, Qazaza, Jaffa à plusieurs reprises, Tannoura, Tireh, Kfar Husseinia, Haïfa encore et encore, Sarafand, Kolonia, Saris, Biddu, Lod, Bayt Surik, Sasa, Balad al-Cheikh, hier Jenine , Gaza hier et aujourd'hui ont expérimenté dans leur chair la mise en pratique des directives vétéro-testamentaires en usage dans l'armée.

Déjà, une première fois, il y deux millénaires environ, une tribu de nomades en voie de sédentarisation rationalisait ses meurtres et ses rapines en les attribuant à la volonté et aux directives de son dieu personnel - un dieu qui aurait eu la chuzpah de priver le peuple autochtone de sa terre et de propulser ses chouchous, se qualifiant d'"élus", sur un territoire qu'ils trouvaient à leur goût. Pour la deuxième fois dans l'histoire, un groupe humain qui se réclame de la même divinité s'installe sans complexes dans des " grandes et belles villes qu'il n'avait pas bâties", habite avec bonne conscience , dans des "maisons pleines de toutes sortes de biens qu'il n'avait pas remplies" et utilise tranquillement des "citernes creusées qu'il n'avait pas creusées". Sans le moindre regard pour la population expropriée et volée, il jouit des récoltes de "vignes et d'oliviers qu'il n'avait pas plantés". (Deutéronome, 6,10, trad. Osty) "Cette terre est à nous, c'est notre Dieu qui nous l'a donnée", hurlent à tue-tête des colons déchaînés, la kalachnikov à portée de main.

Les scribes du VI e siècle ont eu non seulement la candeur d'avouer les spoliations de la population autochtone auxquelles a procédé cette tribu lors de la première invasion, mais de s'en faire un titre de gloire. Or, pas plus à cette époque qu'aujourd'hui, ce territoire n'était "vide" et en attente d'envahisseurs. Un minimum de connaissances historiques permet de balayer les prétentions des hagiographes de cette religion qui rêvent de transformer leurs propres écrits mythologico-théologiques en registres cadastraux ou en actes notariaux.

Les légendes et les récits mythiques datant d'un millénaire pour certains, transmis oralement puis collationnés et mis en forme par des scribes à partir du VIe siècle avant notre ère dans une perspective d'auto-justification politique, puis triturés, ruminés et délayés par des rabbins autoritaires dans les plaines de Russie ou d'Ukraine à partir du Xème siècle - date de la conversion au judaïsme de groupes de populations d'Europe orientale ou de territoires asiatiques - ces récits légendaires, dis-je, ainsi que la glose talmudique qui en découle, nourrissent le terreau sur lequel a prospéré l'arrière-monde psycho-religieux des nombreux immigrants originaires d'Europe de l'Est et de Russie. Ce sont eux qui composent la strate dominante du mille feuilles de la colonie de peuplement en passe de conquérir la Palestine tout entière. Ainsi, sur les quinze premiers ministres de l'actuel Etat Israël, treize sont issus d'Ukraine, de Pologne, de Russie, de Lithuanie, de Bielorussie, de Moldavie et seuls deux sont nés en dans la Palestine sous mandat anglais, sans précision sur la provenance des parents, mais ceux-ci étaient probablement natifs des mêmes régions d'Europe orientale.

Il en résulte des cerveaux bunkerisés par un mélange d'arrogance - liée à une auto-proclamée "élection" divine - et de victimisation professionnelle brandie comme un bouclier à chaque critique de leurs exactions. L'idéologie biblico-victimaire des dirigeants de cet Etat et d'une grande majorité de la population les rend incapables de communiquer avec leurs voisins autrement que par la violence, le mépris et la domination. C'est pourquoi seule une anthropologie critique permet d'ouvrir l'interprétation de la politique des nations à la psychophysiologie des peuples qui les composent. (Voir les nombreuses analyses de théopolitique de Manuel de Diéguez sur ce thème )


 

Ashklenazi.jpg

Le général Gaby Ashkenazi, chef d'état major de la glorieuse "guerre" contre les civils de la bande de Gaza.

 


Primo Lévi semble avoir perdu confiance dans un possible sursaut moral de l'Etat d'Israël. Et pourtant "j'étais un homme", écrivait pudiquement, mais avec un chagrin si insurmontable qu'il l'a conduit au suicide, un rescapé de l'avant-dernier jardin des supplices.

Que dirait aujourd'hui Primo Levi aux suppliciés de Tsahal à Gaza traités comme on n'ose plus traiter les animaux? Peut-être leur lirait-il le Discours sur le colonialisme de notre grand poète martiniquais, Aimé Césaire :


"Nul ne colonise innocemment. (…) Une nation qui colonise, une civilisation qui justifie la colonisation - donc la force - est déjà une civilisation malade, une civilisation moralement atteinte, qui, irrésistiblement, de conséquence en conséquence, de reniement en reniement, appelle son Hitler, je veux dire son châtiment."


le 11 novembre 2009



http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/mariali/palestine/supplices/supplice.htm


http://www.soueich.info/article--le-jardin-des-supplices-de-gaza-39162219.html



jambe-pulv-ris-e.jpg2-fr-res.jpg


La vidéo de François Cluzet est présente sur de nombreux site, sur de nombreuse pages de Facebook, sur des blogs, etc. Beaucoup aussi utilisent leurs carnets d'adresses pour envoyer à un ou plusieurs amis les liens ci-dessous qui à eux seuls comptent à cette heure (23h30) pas moins 15.000 personnes qui ont visionné la vidéo. Environ 1.000 à l'heure. On est pas loin du buzz, autrement dit de la vidéo "événement" car regardée par de nombreux internautes et donc qui doit être prise en compte. Il reste toutefois beaucoup d'espaces pour multiplier les contacts de toute nature afin de faire partager ces liens et inciter à cliquer dessus.
 
Un clic = un point enregistré.
 
Multiplions les initiatives pour que cela "explose"... Il en sera ainsi forcément tenu compte.... C'est certain !
 
Nous comptons sur vous. Amitiés.
 
 
 

http://www.dailymotion.com/video/xb30qi_francois-cluzet-parle-de-salah-ham_news 


Actualités :

Les Palestiniens orphelins d’Arafat
R.I. | 11 novembre 2009

Laurent Zecchini | 11 novembre 2009

Chems Eddine CHITOUR | 11 novembre 2009

Communiqué des Verts + communiqué de Génération Palestine | 10 novembre 2009

Entretien avec Ian Brossat | 10 novembre 2009

Mohamed Assadi et Douglas Hamilton | 10 novembre 2009

Erika Solomon | 9 novembre 2009

Karim Lebhour | 9 novembre 2009

Gilles Paris | 9 novembre 2009

Michel Warschawski | 9 novembre 2009




Accès direct aux nouveautés
- depuis 7 jours
- depuis 30 jours




AFPS
 

Vous aidez une famille palestinienne dans le besoin


Vous exprimez votre soutien à tout un peuple

Cet enfant dont vous aurez le dossier, vit dans une famille choisie par nos partenaires sur place.

"Je m’appelle Saïd, du camp de Balata. Je suis né en 1977. La première Intifada a commencé quand j’avais 10 ans. Ma famille est nombreuse : six garçons et filles. Mon père travaillait comme ouvrier dans une fabrique d’huile. Le salaire de mon père ne suffisait pas pour nous tous. A cette époque, j’avais toujours au moins un frère en prison quand l’un sortait, un autre y entrait ... L’association El Usra a donné mon dossier à M. Bernard et tous les mois il m’a envoyé une somme d’argent. Avec cet argent, j’achetais ce qui m’était nécessaire des livres, des stylos et aussi des vêtements. Moi en tant qu’enfant, j’étais profondément touché et fier qu’un adulte que je n’avais jamais vu pense à moi."

(Témoignage d’un ancien filleul)


parrainage04.jpg 


Alors qu’au départ les parrainages étaient un soutien pour permettre à un enfant de faire des études, aujourd’hui le parrainage est un soutien alimentaire pour toute la famille. "Près de 60% des Palestiniens vivent aujourd’hui dans une pauvreté aiguë". (Rapport de l’ONU)

Le père est au chômage, parfois blessé, mort ou en prison. C’est une famille entière qui peut mieux vivre grâce à ce parrainage.

Comment fonctionne le parrainage ?


parrainage05.jpg

- Sur place

Nos partenaires, associations palestiniennes, vont régulièrement dans les camps et les villages. Elles connaissent bien la situation des familles qu’elles sélectionnent pour un futur parrainage.

Nous entretenons des relations suivies avec elles et nous avons entièrement confiance dans la façon dont elles gèrent les fonds reçus.

Ce sont :

A El Bireh (près de Ramallah), l’association de femmes "Inash El Usra".

A Gaza, l’Union des femmes Palestiniennes

Au Liban, Beit Atfal Assoumoud est une association qui anime des centres sociaux dans les camps de réfugiés.
 

parrainage03.jpg

- Ici

Dès réception de votre engagement de parrainage nous vous envoyons le dossier de l’enfant. L’argent que vous versez alors régulièrement à l’AFPS (déduction faite de 7% pour les frais de fonctionnement et de gestion) est transmis chaque mois à ces associations qui le répartissent entre les familles. La correspondance avec les familles est rare et très difficile, mais on peut au cours d’un voyage aller visiter celle que l’on soutient.

Déduction fiscale : Les sommes versées donnent droit à une réduction d’impôt. Un reçu fiscal vous est adressé en fin d’année.

Le parrainage d’une famille se monte à 57 € par mois, mais vous pouvez souscrire à l’une des deux autres formules : un versement de 38€ par mois ou de 19 € par mois ; dans ces deux derniers cas, vous serez associé à un ou deux co-parrains, que vous pouvez choisir vous-même ou que l’AFPS désignera.

 

François Cluzet en mettant sa notoriété de comédien au service d’une cause juste étouffée politiquement et dans les media français, a agi en citoyen responsable et en intellectuel digne de ce nom. Il a dénoncé à la télévision, le scandale de la condamnation et de l’emprisonnement d’un citoyen franco- palestinien par un tribunal israélien illégal au regard du droit international puisque siégeant dans les territoires illégalement occupés.

Netanyahou reçu par Sarkozy: La France a mieux à faire !

Nicolas Sarkozy a choisi le 11 novembre, symbole de paix, pour accueillir à Paris un homme de guerre : le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Cette décision confirme la relation privilégié...


le blog nouvellesdegaza

liste complète

mur-j.jpgmur-Gd-soir-copie-1.jpg


Bonjour: vous  trouverez tout le programme du festival Strasbourg Méditerranée en cliquant sur le lien ci-dessous.
 
 
Il  y a des soirées magnifiques prévues, retenez vos places !
 
Nous vous  signalons en particulier les  2 soirées programmées  par  le  Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Paix:
- Lundi 23 novembre, Tarek Halaby, danseur palestinien - Voir en pièce jointe l'annonce  du spectacle à 20h30
-- Mardi 1er décembre : L'archéologie à Gaza - 18h30 Médiathèque A. Malraux - Voir en pièce jointe l'annonce de la conférence 
 
 
Nous vous signalons également,  Marcel Khalife, libanais, joueur d'Oud et interprète de Mahmoud Darwish, le 22 novembre ainsi que Kamilya
Jubran, Palestinienne, jeune chanteuse et joueuse d'Oud, le 2 décembre.



N'oubliez pas de réserver le samedi 28 novembre à 16h, rassemblement place Kléber , à  l'occasion de la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien:

A l'heure où l'on célèbre la chute du mur de Berlin,  l'enfermement de la Cisjordanie et de Gaza, de tout le  peuple palestinien, n'en finit  pas de s'aggraver.
L'enfermement des Palestiniens,  le blocus de Gaza, le mur, les colonies, ça suffit !


Une dernière information: Dimanche,  François Cluzet a parlé à Antenne 2 de la détention de Salah Hamouri, franco-palestinien emprisonné en Israël depuis plusieurs années, pour un délit d'intention. Ne manquez pas de regarder la vidéo ci-dessous indiquée.


Copie de la page http://wolnemedia.net/?p=18147&lang=fr avec nos corrections de traduction :


Le 1er août 1989, le journal britannique "The Sun" a publié un article intitulé "Big Brother est à venir", qui révèle les plans secrets du gouvernement, d'établir la vaccination obligatoire de toute la société, de sorte que chacun ait une micro puce implantable (ou NanoChip).

La raison de la vaccination de masse serait la protection contre la pandémie de grippe... !

Selon "The Sun", l'objectif véritable de l'élite au pouvoir, serait toute autre chose, à savoir : prendre le contrôle total sur ses citoyens.

Remarquable est le fait que plus tard, exactement 20 ans, ce scénario est effectivement réalisé.


Même le nom de la maladie est le même.


L'article parle de "vaccins contre la grippe porcine, où est caché la NanoChip".

Les médecins ne seront pas conscients de ce fait.

Dans le cas de la découverte de la puce implantée, il serait dit qu'il s'agit d'un implant génétique, conçu pour aider l'organisme à combattre le virus.

Il y a 20 ans, cet article a été négligée par la plupart des lecteurs, car "The Sun" était considéré alors comme « tabloïd » et personne ne prenait ses révélations au sérieux.


La pandémie de la grippe porcine, IBM : savait, dès 2006 !

Aux Etats-Unis, selon un document, il est clair que le géant international - IBM, savait déjà en 2006, que dans les 5 ans, le monde devrait se prémunir en cas de pandémie de grippe.

Dans le bulletin « Global Procurement Service & M. ITO Europe / Aperçu du plan de lutte contre la pandémie », qui est distribué aux dirigeants français d'IBM, c'est littéralement dessus.

Le bulletin informe leurs gestionnaires qu'avec la durée de la pandémie, on arrivera à une situation où seulement 30% des travailleurs seront en mesure d'effectuer leur travail.


Le bulletin dit ce qui suit
:

Il y a un 100% de chances qu'une pandémie éclate au cours des 5 prochaines années.

Au cours de la pandémie, jusqu'à seulement 30% des travailleurs seront en mesure de travailler.

Sont prévues 2 vagues de pandémie, chacun de 12 semaines, séparées par une période de 12 semaines de "repos".

En premier lieu, l'entreprise (IBM), sera prévenue, sans doute, quelques jours avant l'appel officiel à ce sujet par l'OMS.

Dans chaque pays où nous avons notre siège, nous allons répondre positivement à tous les besoins de l'administration locale.

Ce document prouve que certaines au moins des sociétés internationales ont été notifiées à l'avance de la pandémie prévue, et aussi qu'elles ont été impliquées dans sa préparation.

Basé sur : sensibilisation à la mondialisation

Source : Service d'information sur papier

 

 
INFO  ARTEMISIA

vaccin-ministre-de-Finlande-b-copie-1.jp
http://www.youtube.com/watch?v=oKMmuHpXwPY&feature=player_embedded
Mme Kilde, ancien Ministre de la Santé de Finlande,
parle de génocide !
.

(Eva) : Et voici ce que je reçois à l'instant d'un Lecteur:
Et j'ajoute que cette page wikipédia manifestement calomnieuse consacrée à notre ministre Finlandaise a été modifiée ...devine quand ?....hier soir à 22h39...si on ne sous fout pas de monde...parce qu'elle a parlé et qu'il a fallu la discréditer d'urgence...???



1) Moshe, Agent du Mossad spécialiste en guerre biologique, dit que Baxter a préparé une arme bactériologique dans ses labos d'Ukraine. 
On comprend mieux les faits troublants en Ukraine... (voir le RAPPEL en fin de mail)
Joseph Moshe (Mossad microbiologiste) : "le vaccin contre la grippe porcine est arme biologique"


2) Pas de vaccin pour la police fédérale belge  10/11/09 23h13

Contrairement à la France, la Belgique ne veut pas de mal à ses policiers  (ou à ses gendarmes, eva):

La vaccination contre le virus de la grippe A/H1N1 programmée pour les militaires belges en opération à l'étranger et pour les policiers fédéraux est supprimée, indique mardi De Tijd sur son site internet, sur base de documents de la cellule Ecosoc, chargée du suivi socio-économique de l'épidémie.
Le 17 septembre dernier, la décision avait été prise de faire vacciner les militaires belges en Afghanistan, au Liban et en Afrique, ainsi que ceux à bord de la frégate Louise-Marie, engagée dans l'opération européenne Atalanta de lutte contre la piraterie.
Les agents de la police fédérale étaient concernés eux aussi, au motif que l'on ne pouvait courir le risque de voir jusqu'à un tiers d'entre eux tomber malade.
Mais la cellule Ecosoc est revenue sur cette décision, jugeant qu'aucune catégorie professionnelle ne pouvait être retenue pour une vaccination systématique.
Les demandes de vaccination de détenus et de gardiens de prison, du personnel des ambassades belges, du personnel enseignant ou médical, y compris les crèches et les maisons de repos, sont également rejetées. (belga/th)

http://www.7sur7.be/7s7/fr/4331/Grippe-mexicaine/article/detail/1027845/2009/11/10/Pas-de-vaccin-pour-la-police-federale.dhtml


3) Encore et toujours des décès après vaccination (exemples significatifs)
Une dame de 42 ans décède des complications dues au virus H1N1. Il s'agit du 3ème décès dans la province depuis septembre.
La dame avait été vaccinée contre la "grippe porcine" H1N1 le 29 octobre, soit deux jours avant l'apparition des symptômes de la grippe.
 

4) Marie NDiaye, Prix Goncourt 2009, n'aime pas la "Sarkozye"

Après avoir gagné son prestigieux prix, elle donnait une interview aux Inrocks (le journal culturel du banquier d’affaires multimillionnaire qui se prétend “socialiste”, Matthieu Pigasse), répondant à la question « Vous sentez-vous bien dans la France de Sarkozy ? », elle répondit ces propos délectables :

“Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d’être étranger à ça. Nous sommes partis juste après les élections, en grande partie à cause de Sarkozy (...). Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité… Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux (...). Pour moi, ces gens-là, ils représentent une forme de mort, d’abêtissement de la réflexion, un refus d’une différence possible...”.

Ça donne envie de lire son livre… (cadeau pour Noël ?)

download?mid=1%5f11127058%5fAOCxktkAAUGm
Marie NDiaye, Prix Goncourt 2009
pour Trois femmes puissantes, publié chez Gallimard.
 
Ce ne sont pas ses propos à elle qui sont scandaleux, mais le fait q'ILS envisage ntde la faire taire, ça devient une manie ! A lire :
http://allainjules.wordpress.com/2009/11/10/eric-raoult-un-hors-la-loi-contre-marie-ndiaye-prix-goncourt-2009/

5) Le président vénézuélien Hugo Chavez
Il dit à son armée de se "préparer à une attaque" (des USA, via la Colombie) et met en garde la Colombie et les États-Unis qu'ils sont "prêts à tout".
...où il est dit que David Rockefeller (et son CFR) veut "s'occuper" de Chavez et aussi, "puçer" la population mondiale.
 
6) La vidéo a été effacée de nombreuses fois et à chaque fois on la remet...
 
7) Financement de Greenpeace par la Fondation Rockefeller
Voici encore un d'autres éléments de preuve :

Petits conseils aux professionnels de santé
pour résister à la réquisition :

http://www.rolandsimion.org/spip.php?article73

Ce sont aussi nos craintes :
http://www.alterinfo.net/Grippe-A-Les-vaccines-pourraient-devenir-vecteurs-de-la-mutation-du-virus_a39049.html

 

En Norvège, la campagne de vaccinations contre la "grippe porcine" a dû être postposée parce que les hôpitaux devaient attendre des aiguilles et des seringues spéciales.

Il est dit que les aiguilles spéciales qui doivent être envoyées par le gouvernement doivent absolument être utilisées, parce qu'elles contiennent une "nanochip" (puce relevant de la nanotechnologie).

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1698%3Aneed-for-special-needles-delays-vaccination-campaign-in-norway&catid=1%3Alatest-news&Itemid=64&lang=en  



Toutes les grandes entreprises pharmaceutiques disposent de contrats pour les puces RFID avec Verichip.

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.theflucase.com%2Findex.php%3Foption%3Dcom_content%26view%3Darticle%26id%3D1698%253Aneed-for-special-needles-delays-vaccination-campaign-in-norway%26catid%3D1%253Alatest-news%26Itemid%3D64%26lang%3Den&sl=en&tl=fr&hl=fr&ie=UTF-8 (traduction)


Ceci va dans le sens de nos informations, et expliquerait encore le pourquoi du sabotage de notre site :


RAPPEL : "Un autre aspect est la volonté de contrôler la population par un "puçage" généralisé.
http://www.eprus.fr  établissement public administratif créé par la loi du 5 mars 2007 (donc fait partie du PLAN !)."

Or, « ILS » ne peuvent pas intervenir via le vaccin, car étant présenté en fioles multi doses, c'est impossible.

Si nous ne pouvons pas dire que cette opération de "puçage" sera menée à l'occasion de la vaccination, notre devoir est de tout imaginer.

Ainsi, l'utilisation des seringues et des aiguilles, qui seront à usage unique, et préparées par l’EPRUS, organisme créé en 2007 pour la « pandémie », est-il à suspecter.

Mais peut-on techniquement utiliser la technique RFID à ce niveau ?

Il faut donc aussi chercher de ce côté-là, et exiger une transparence totale sur ce matériel !

Pour info, voici un extrait de la circulaire officielle « vaccination » :

http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Circulaire_vaccination_090824.pdf

« L'adaptation du matériel d'injection à la personne à vacciner. Les trois vaccins achetés s'injectent par voie intra-musculaire, ce qui nécessite des aiguilles de 25 mm de long pour les personnes de plus de 60 kg, alors que des aiguilles de 16 mm suffisent pour les personnes de poids inférieur (dont les enfants).

L'EPRUS* est en train de compléter son stock de seringues et aiguilles dans la perspective de la campagne envisagée à I'automne. La logistique sera nécessairement plus complexe avec quatre types de vaccin et deux types de matériels d'injection qu'avec un produit nique injecté dans des conditions uniques ; ».

 

 

Les vaccins approuvés pour utilisation en Allemagne et dans d'autres pays européens contiennent des nanoparticules sous une forme qui serait susceptible d'endommager les cellules saines et qui pourraient être mortelles.

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1598%3Adeadly-nanoparticles-in-swine-flu-jabs-for-europe&catid=1%3Alatest-news&Itemid=64&lang=en  


L'OMS a publié ses "lignes directrices pour l'ensemble de la Société dans le cadre de la pandémie" ("Whole of Society Pandemic Readiness Guidelines").

Ces lignes directrices ont en fait déjà été préparées depuis avril 2009 et revues en juillet 2009, le même mois où le virus de la grippe porcine est mystérieusement apparu à Mexico City.

Ces lignes directrices expliquent comment l'OMS prendra la relève, prendra en charge (take over) les principaux services des pays, y compris le système sanitaire, l'hygiène publique, la gestion de l'eau, des carburants, de la nourriture, des soins de santé, des télécommunications, de la finance, de la législation, de l'ordre, de l'éducation et des transports, sous prétexte d'urgence et de pandémie.

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1704%3Awho-publishes-plans-to-take-over-the-whole-of-society-in-pandemic-emergency&catid=41%3Ahighlighted-news&Itemid=105&lang=en


Info   ARTEMISIA

 arton2470.jpg


http://sego-dom.over-blog.com/article-walter-retour-en-resistance-un-film-que-l-ump-n-apprecie-pas-38528778.html
Bande-annonce du film Personnage principaux : Walter Bassan, John Berger, Stéphane Hessel et Constant Paisant.




Stéphane Hessel : « un véritable crime contre l’humanité » à Gaza
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2470


L'emploi des personnes handicapées, Du 13 au 22 novembre 2009  se déroule la 13ème semaine pour l'emploi des personnes handicapées
http://www.tessolidaire.com/PAR_TPL_IDENTIFIANT/797/TPL_CODE/TPL_EDITO_FICHE/PAG_TITLE/Handicap+et+Humanisme/1530-handicap-solidarite-insertion-sociale.htm 

 




Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 05:22
                             daclar10-cdts.jpg

Ah qu'il est doux de vivre dans la France crifienne ! Une France modelée par le CRIF, avec un  Président qui dit "Cirf-Crif" comme nos gentils toutous font "ouahf ouahf"  !! Voyage dans la CRIFsphère, pour mieux connaître cette Institution qui modèle notre doux pays... eh oui, subrepticement la France gaullienne est devenue la France crifienne ! C'est ça, le modernisme, sans doute !!!
Avec notre cher CRIF, voici quelques textes pour avancer dans la compréhension de questions brûlantes. Ah, comme le CRIF brûle d'envoyer nos jeunes mourir en Iran pour les beaux yeux des multinationales américaines et des sympathiques dirigeants israéliens !!!  Que les guerres crifiennes sont belles ! Qu'il est bon de vivre à l'heure sarkozienne !
Votre Eva, toujours aussi espiègle...

Illustration :  La Table de la Loi hébraïque : Les dix commandements, vous savez, "Tu ne tueras point, tu ne convoiteras point", etc.  Toujours d'actualité ???

Le CRIF: Peut-on échapper à la guerre contre l' Iran ??
 

 

 
strategiespogg.jpg

 

Dans un rapport qu’a publié le « Centre pour les Etudes Internationales et Stratégiques (CSIS) » de Washington en  mars 2009, Abdullah Toukan et Anthony Cordesman se demandent comment Israël pourrait frapper les sites nucléaires iraniens.  Selon eux Tsahal aurait intérêt à frapper non pas avec son aviation, mais avec ses missiles balistiques Jéricho 3 d'une portée de 2600 à 3500 kilomètres.  Cela aurait l’avantage d’éviter l'utilisation de bombardiers, dans une opération très risquée et aléatoire. En revanche, il serait possible pour Israël de détruire la plus grande partie des trois installations principales iraniennes en utilisant une quarantaine de missiles.  En effet, l’Iran ne possède pas encore les batteries sol-air anti-missiles qui lui permettraient de les intercepter.
 
Abdullah Toukan s’alarme toutefois des risques de « dégâts collatéraux »
 
De telles frappes, précise-t-il, surtout si elles incluent le réacteur nucléaire à eau légère de Bushehr, théoriquement civil mais qui peut aussi, si l’Iran le souhaite, permettre d’obtenir du combustible nucléaire militaire, pourraient coûter la vie à des milliers de civils immédiatement et d'autres milliers de morts plus tard, en Iran mais aussi dans les Etats du Golfe limitrophes (Bahrein, Qatar, EAU).
 
Sans compter, bien sûr, les immenses risques politiques que de telles frappes feraient courir à Israël et à ses amis.  Ces risques l’effraient plus que ceux que l’Iran fait peser sur Israël que le régime dictatorial et fanatique au pouvoir à Téhéran a annoncé vouloir éradiquer.
 
Un correspondant militaire du quotidien israélien Haaretz, Reuven Pedatzur, après s'être livré à une analyse complète du rapport des deux experts, conforte leurs opinions et leur  "prudence". Il va même plus loin et souligne "l'erreur qu'a commise Israël en agitant la menace iranienne".  Pour Reuven Pedatzur, il est urgent d'attendre.
 
Il prend néanmoins acte de l’analyse des experts du CSIS concernant la capacité de l’Iran de développer un armement nucléaire.  Il confirme les délais nécessaires pour qu’il soit réalisé et devienne opérationnel, comme sur la capacité d’Israël de réagir.
 
Mais le problème  est-il bien là?  La problématique d’Israël se réduit-elle à aligner quelques considérations sur les quelques dizaines de kilos d’uranium 235 nécessaires pour fabriquer une bombe, et les quelques milliers de centrifugeuses à mettre en série, pour obtenir de l’uranium enrichi au-delà de 80 % pour un usage militaire en quantité suffisante.  Il faut rappeler qu’un uranium enrichi à 4 % suffit pour les applications civiles et que c’est l’étape la plus difficile, aller au-delà pose peu de problèmes une fois ce seuil dépassé.
 
Le fait de savoir calculer si l’Iran saura se doter de l’arme nucléaire dès 2009 ou seulement en 2012 change-t-il la donne pour Israël vis-à-vis d’une dictature qui le menace de destruction totale ?  Le temps pour passer de l’explosion expérimentale d’une bombe à un système d’armes opérationnel est relativement court.
 
Il est vrai, par ailleurs, qu’une destruction totale d’Israël n’est pas acquise.  Une ou deux bombes sur le pays feraient beaucoup de morts immédiats et futurs, juifs et arabes, mais n’anéantirait pas totalement le pays et n’empêcherait pas Tsahal de riposter violemment.  Cela aussi se calcule.  Mais les fanatiques font moins cas de leurs morts que les démocraties.  Ils se servent souvent de leurs propres populations comme bouclier humain.
 
En fin de compte, il est à peu près sûr que grâce à l’aide de pays proliférant, l’Iran aura tôt ou tard l’arme nucléaire.  Le pays est trop avancés et a acquis une grande partie du savoir-faire pour qu’on puisse sérieusement penser l’en empêcher définitivement s’il en a la volonté, tout au plus peut-on en retarder l’échéance.  
 
Par contre, le risque de prolifération terroriste de l’arme nucléaire, au niveau d’un groupe de la mouvance d’Al Qaïda, par exemple, et l’usage spectaculaire qu’il pourrait en faire,  par ce qu’il touche aux terreurs plus ou moins fantasmées des populations, ne présente aucun intérêt dans le cadre d’une stratégie d’état.  Le terrorisme influence les décisions de gouvernements lâches et pusilanimes et peut éventuellement influencer les résultats d’une élection, comme cela s’est produit après les attentats de Madrid,  mais il n’a jamais permis de gains majeurs et définitifs.
 

S’il en est ainsi, quelles options stratégiques
reste-t-il à Israël et … à l’Occident ?
 
Cinq voies ont été expérimentées lors des guerres passées avec plus ou moins de succès et des limites connues :

 
-          La riposte graduée, stratégie développée par les Américains au début de la guerre du Viêt-Nam et par Israël contre l’intifada : généralement sans succès car cela ne fait que renforcer la haine entre les ennemis et accroît « l’engrenage de la violence et des représailles ».  Sa durée et son issue dépendent de la capacité des ennemis à accepter des pertes.  La seule méthode qui donne, temporairement, quelques résultats est, en fait, une riposte « disproportionnée », qui hérisse tant les occidentaux à l’égard d’Israël.  Ce pays a compris que les leaders fanatiques, s’ils font peu de cas des pertes parmi leur population, détestent être visés en personne.  Ils sont aussi sensibles à la perte de leurs terres lorsque celle-ci paraît irréversible.

-          L’équilibre de la terreur et la dissuasion du faible au fort : les stratèges occidentaux considèrent pragmatiquement que cela  a permis de ne pas passer de la guerre froide à l’anéantissement de l’humanité.  Mais tous les partenaires de ce jeu étaient des gens rationnels qui passaient leurs temps à renforcer les outils, la communication entre chefs d’états ce qui amélioraient cette rationalité. Les dictatures fanatiques, elles, ne sont pas rationnelles, même si certains pensent que le fait de posséder l’arme nucléaire peut rendre rationnel, compte tenu des destructions réciproques massives qu’entraînerait une guerre entre deux puissances nucléaires ;  on ne peut toutefois en être sûr.

-          Les « dômes » de protection, la « guerre des étoiles » de Reagan, la Grande Muraille de Chine, la ligne Maginot, Bar Lev, la barrière de sécurité, etc. : ces artifices n’ont jamais démontré une efficacité élevée à long terme, même s’ils rendent plus difficiles les opérations terroristes dans un environnement géopolitique précis.  L’attaquant peut néanmoins toujours saturer les défenses de l’attaqué ou contourner ces « murs ».

-          L’attaque préemptive, qui fait si peur aux occidentaux, surtout quand elle vient d’Israël, pour être efficace doit être entreprise très tôt dans l’évolution de la menace.  Les tergiversations des occidentaux vis-à-vis de l’Iran et de la Corée du Nord, les sanctions molles ou inefficaces, mal ou partiellement appliquées ont renforcé l’irréductibilité des extrémistes.  Dans le cas de l’Iran, l’effet de surprise est devenu inexistant, rendant toute opération coûteuse en vies amies.  D’autre part, l’acquisition d’un savoir-faire, à moins d’éradiquer totalement la population qui le détient, est un fait irréversible.  La destruction de l’arsenal militaire nucléaire iranien, outre le fait qu’Israël ne peut être sûr que des bases plus secrètes ne seraient pas à même de poursuivre les travaux, ne ferait que les raidir dans leurs convictions, même si cela retardait l’actualité de la menace.

-          La négociation, bien sûr toujours souhaitable, n’est possible que si tous les ennemis ont pris conscience  du caractère insupportable de leurs pertes en cas d’échec.  La dictature des mollahs iraniens ne paraît pas sensible à ce risque et pour discuter, il faut être au moins deux et ne pas uniquement considérer la négociation comme un moyen d’abuser l’adversaire et de gagner du temps.
 
L’énumération des options stratégiques qui s’offrent à Israël ne paraissent pas très encourageantes et, dans tous les cas, comportent de grands et nombreux risques.
 
Finalement, l’idéal serait de restaurer la démocratie en Iran. Cela ne paraît pas immédiat « sui generis », la dictature des mollahs est trop puissante et les forces populaires ne sont pas prêtes à relever le défi, même si les optimistes croient ça et là déceler de telles velléités dans les classes bourgeoises et chez les étudiants.
 
Peut-on imaginer un rétablissement de l’état de droit par les Iraniens de l’extérieur,  aidé éventuellement par l’étranger, comme les Etats-Unis et leurs alliés ont tenté de le faire en Irak et en Afghanistan.  La réussite de telles entreprises n’a pas encore été démontrée depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
 
De plus, seuls les Américains ont les moyens de le tenter mais le Président Obama, dans une Amérique affaiblie par la crise économique et deux guerres en cours à l’étranger, ne paraît pas l’envisager.
 

Alors que peut faire Israël
pour éloigner la menace iranienne ?
 
Une attaque préemptive serait une solution temporaire, à condition que tous les paramètres soient favorables, et avec l’accord bien compris des Américains et plus ou moins tacite des Européens.
 
Il se peut que la seule possibilité réelle ne se limite qu’à l’usage de la menace, ouverte et largement diffusée, par Israël, de déclencher des hostilités dont les conséquences seraient dramatiques bien au-delà du Proche et du Moyen-Orient.
 
Par analogie, les prises d’otage les plus efficaces ne sont-elles pas celles où les victimes ne sont pas des ressortissants des puissances impliquées, mais celles où ils sont membres d’un pays tiers ?  Dans ces cas, le pays qui est indirectement visé est généralement condamné avec autant de force et de véhémence que les preneurs d’otages.
 
Dans cette optique, il se pourrait qu’Israël, convaincu que l’Iran est sur le point de posséder l’arme nucléaire, décide de pratiquer une expérimentation nucléaire au vu et au su de tout le monde.  Le pays s’en était jusqu’à présent privé, alors que tout le monde lui en reconnait la capacité et émet des hypothèses sur son arsenal nucléaire.  Israël ne veut pas servir de prétexte à la prolifération nucléaire dans la région, mais cette « réserve » est largement obsolète. 

Pratiquement, lorsqu’un état veut tenter de dissuader ses ennemis, il faut bien qu’il les menace ouvertement et avec précision pour être crédible.
 
En résumé, ne pouvant entrevoir de possibilité de dialogue honnête et sérieux, la marge de manœuvre d’Israël est étroite et se doit probablement d’être violente, sauf miracle sous la forme d’une démocratisation surprise du régime iranien, comme l’appelle de ses vœux Reza Pahlavi, fils du dernier shah d’Iran, ou de la prise de conscience par le régime actuel des maux immenses vers lesquels son pays est entraîné.
 
Jacques Leibovici
 
Photo : D.R.



http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=15889&returnto=accueil/main&artyd=10


apocalypse-bleue-ruines-copie-2.jpgarton5300-520x240.jpg

http://chahids.over-blog.com/

 


___________________________________________________________________________________________________________




L'antisémitisme est une abomination, et doit être combattu.
Mais là où le bât blesse,
c'est qu'aujourd'hui on veut criminaliser l'antisionisme (Loi ML King, j'en ai parlé, http://r-sistons.over-blog.com/article-33312160.html)

Voici une nouvelle pièce à ajouter au dossier du combat du CRIF contre l'antisionisme:


Saada : l’antisionisme doit être combattu par égard
pour les valeurs françaises
21/07/09
transparent.gif
transparent.gif
     
transparent.gif
transparent.gif
- - Thème: Crif

 

 
saadaGG.jpg

 

Daniel Saada, a occupé à l’Ambassade d’Israël plusieurs fonctions au cours de ces deux dernières années : il a assuré l’intérim du Ministre plénipotentiaire et dirigé le service politique. Il a coordonné la visite d’Etat du président Peres en mars 2008, puis accompagné l’organisation des festivités du 60ème Anniversaire organisées au Trocadéro à Paris en mai 2008. Ces derniers mois, il a assuré la direction du Service d’Information. Avant son retour en Israël, il dresse un bilan de son séjour parisien.
 
Les relations France-Israël ont-elles évolué depuis l’accession au pouvoir du Président Sarkozy ?
Oui sans conteste, même si cette évolution positive a été entamée avant mai 2007. La France et Israël entretiennent aujourd’hui des relations apaisées, un dialogue - notamment politique et diplomatique - serein, une coopération fructueuse dans de nombreux domaines (les sciences, la technologie, la médecine, le commerce, les arts, la culture etc.). Les divergences existent toujours mais sont gérées avec responsabilité de part et d’autre. Incontestablement, l’empreinte personnelle de l’amitié qu’exprime régulièrement le Président Sarkozy vis-à-vis d’Israël et du peuple juif influence le cours de ces relations.
 
Donc tout va bien ?
C’est un constat sans doute trop ambitieux pour l’accepter comme tel. Et puis une telle affirmation risquerait de démobiliser tous ceux qui œuvrent à entretenir et approfondir les relations entre nos deux pays. Ceci dit, il me semble que l’année 2008 restera dans les mémoires comme le symbole très fort du renouveau de ces relations : la visite d’Etat du président de l’Etat d’Israël  en mars (la troisième en France d’un président israélien !) que le président Sarkozy a rendue en juin en Israël ; la littérature israélienne à l’honneur du prestigieux Salon du Livre de Paris ; la soirée du 25 mai 2008 place du Trocadéro aux pieds de la Tour Eiffel pour fêter les 60 ans d’Israël aux côtés des plus hautes autorités de la France et d’Israël, en présence de 40000 personnes et autour d’une kyrielle d’artistes, d’animateurs et de personnalités. A ces événements à fort retentissement public, il convient aussi d’ajouter les échanges politiques et professionnels entre nos deux pays qui se maintiennent à un rythme soutenu : des dizaines de ministres de chaque côté se rencontrent régulièrement pour approfondir et renforcer la coopération bilatérale.
 
Et pourtant Israël continue d’alimenter la polémique et la critique notamment dans la presse.
Il faut en effet distinguer entre les relations d’Etat à Etat et les manifestations publiques d’hostilité à Israël qui sont le fait de militants qui imprègnent une atmosphère délétère – teintée de relents nauséabonds - autour de la question palestinienne. La réprobation d’Israël, pour reprendre la formule d’Alain Finkielkraut, perdure et se développe de manière inquiétante dans de nombreux cercles de la société française. De nouveaux lieux communs s’établissent dans lesquels se plongent des militants en quête d’émotion ou des médias en chasse de sensation. Il est inacceptable qu’Israël soit le seul pays qui subisse de tels débordements. Où sont ces militants et ces journalistes face à tant de tragédies et tant de misère sur la surface du globe. Pourquoi des manifestations de soutien au Hamas dans les rues de France pendant l’Opération « Plomb durci » à Gaza mais aucune pour dénoncer les crimes en Algérie, en Tchétchénie, au Congo ou au Sri Lanka ?
 
Israël communique-il bien et suffisamment ?
Assurément nous pouvons nous améliorer. Cependant je reste convaincu que l’essentiel n’est pas dans la qualité du message que nous pouvons apporter mais dans l’évolution des sociétés européennes sur la question d’Israël. L’antisionisme est aujourd’hui une réalité acceptée comme telle malgré la monstruosité du message qu’une telle idéologie sous-tend. Disons que si « Hitler avait déshonoré l’antisémitisme » comme l’avait écrit Bernanos, l’antisionisme - sous toutes ses formes -  lui redonne ses lettres de noblesse. A l’aube de ce nouveau siècle, sur ce continent témoin et acteur de la Shoa, l’antisionisme doit être combattu non pas par souci de la défense des intérêts israéliens mais surtout par égard pour les valeurs de la République française.
 
Un souvenir particulier qui vous vient à l’esprit ?
Celui de ces centaines de Justes parmi les Nations, Français de toutes souches et toutes conditions que nous continuons à honorer semaine après semaine dans la France entière et qui contribuent à donner un autre versant du visage de la France – celui de l’honneur sauvé, de l’humanité, de la fraternité et de l’égalité, valeurs rares en ces temps d’ignominie mais qui ont contribué à épargner l’essentiels des Juifs de France à cette époque.
 
Photo (Daniel Saada) : D.R.



http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=15806&returnto=articles_display/detail&artyd=11

 

 

 

 

Prasquier : pourquoi nous ne garderons pas le silence !
27/07/09
 
- - Thème: Crif

  (Le CRIF alimente-t-il l'antisémitisme ???)

 
rprprpgg.jpg

 

Richard Prasquier, une partie de la presse se déchaine contre le CRIF au lendemain du procès des assassins d'Ilan Halimi. Que s'est-il passé pour qu'au lieu de parler d'un  assassinat antisémite, on soit passé à des attaques contre le lobby juif ?
 
Ces attaques violentes ne proviennent que d'une partie de la presse: pour dire les choses en clair, il s'agit de Marianne  et du Nouvel Observateur. Ces journaux sont depuis longtemps hostiles au CRIF et ne manquent pas une occasion de le déclarer non-représentatif, alors qu'il représente une variété d'opinions et d'institutions et que sa représentativité est surtout mise en cause, et encore que par  ceux des Juifs, et c'est leur droit, qui réclament de n'être représentés par personne.
 
Il y a là des raisons politiques qui touchent Israël: les amitiés de ces journaux depuis plusieurs années vont aux Juifs qui sont  hostiles aux divers gouvernements israéliens, alors que ces gouvernements représentent l'expression démocratique de la société israélienne. Ils refusent de voir que les grands noms des pacifistes en Israël même ont  aujourd'hui des positions plus réticentes et plus sécuritaires que dans le passé, et que ceux qui vivent en France, les plus virulents, ne représentent guère qu'eux-mêmes.
 
La campagne en faveur du livre de Shlomo Sand est un exemple: un historien sans qualification sur le sujet, à peu près inconnu dans son pays, mais violemment antisioniste, est mis en vedette par ces journalistes comme un représentant de "l'autre Israël". Shlomo Sand dit que le peuple juif n'existe pas. Cette construction fantasmagorique tient sa logique: si le peuple juif n'existe pas, le CRIF, représentant non religieux des Juifs, ne représente rien! CQFD.
 
Les positions se sont  durcies depuis la mise en place du nouveau gouvernement israélien qu'il est de bon ton de critiquer, sans même écouter ses arguments et ses propositions.
 
Mais il ne faut pas oublier non plus, en amont, l'affaire Al Dura où ces deux journaux se sont distingués par une étonnante pétition de protestation contre un arrêt de la Cour d'appel déboutant Charles Enderlin de sa mise en cause de Philippe Karsenty pour diffamation: quand on a un tel comportement corporatiste et qu'on émet une telle critique de la chose jugée on est assez mal placé pour donner des leçons en matière d'intrusion judiciaire.
 
Le deuxième motif de ces journalistes est le rejet du communautarisme: c'est un rejet que nous partageons tous, mais c'est une accusation facile et gratuite: la France ne doit surtout pas devenir une juxtaposition de tribus plus ou moins indifférentes au bien commun. Mais précisément la mission du CRIF, et je considère qu'il la remplit, est de promouvoir les valeurs de la République, liberté, égalité, laïcité -avec le rêve de la fraternité.
 
La société d'aujourd'hui n'est plus celle de 1791, la notion d'appartenance identitaire est devenue moins univoque, plus complexe. Elle n'est plus exclusive comme dans le passé: l'identification au peuple juif et au peuple français ne sont pas contradictoires. Et il est entendu que la loi du pays où nous vivons est la loi.
 
Les tentations de mettre sur le même pied les expressions d'appartenance au monde juif d'une part, à l'intégrisme islamique et d'autres mouvements anti-démocratiques et antirépublicains d'autre part comme autant de manifestations de communautarisme sont des signes de myopie "politiquement correcte".
De là vient l'occultation de l'antisémitisme dans ce procès. S’il n'y a pas à chercher l'antisémitisme là où il n'est pas, il n'y a pas non plus à nier qu'un antisémitisme primaire et potentiellement féroce s'est développé ces dernières années, pas seulement en France, sur fond d'antisionisme, ce qui ne le rend pas moins inquiétant. J'ai dit continuellement que j'espérais que le procès d'appel pourrait se tenir en public pour mieux analyser le rôle de l'antisémitisme dans ce meurtre. Certains préfèrent le minimiser, parmi eux mon admiré prédécesseur à la tête du CRIF, Theo Klein. Ils craignent que, à trop mettre l'accent sur ce facteur, on ne durcisse encore les rapports dans une exacerbation du communautarisme.
 
Je pense au contraire que la République est assez forte pour imposer des règles et des interdictions.
 
Ce n'est pas la critique de la position du CRIF que je réprouve: c'est là le prix vital de la démocratie, et certaines critiques sont fort utiles, lorsque leurs intentions ne sont pas a priori hostiles.
 
Je suis surpris que, alors qu'ils ne remettent pas en cause la légitimité de tel ou tel groupement professionnel ou autre à s'exprimer lorsque son domaine est en cause (les paysans, les médecins, les enseignants, ....) ces journalistes refusent aux Juifs le droit d'exprimer leurs sentiments devant un crime antisémite d'une exceptionnelle abjection.
 
C'est tellement inconcevable que je suis bien obligé de penser qu'il y a d'autres motivations sous-jacentes, et que ces motivations sont politiques.
 
Quand on vous accuse d' « alimenter l'antisémitisme », que répondez-vous ?
 
C'est un grand classique: ne parlez pas trop fort car vous allez réveiller les antisémites.....Je pense à la phrase du philosophe Gabriel Marcel en 1946 enjoignant aux Juifs, pour leur bien, de "modérer leurs revendications"! Ces temps sont révolus.
Ce qui ne signifie pas qu'il faut parler comme si le reste du monde n'existait pas. Nous devons être responsables et certaines expressions ne l'ont pas été. La surenchère dans ce domaine est particulièrement néfaste, et il n'est pas acceptable que sous prétexte de donner libre cours à sa colère, même justifiée on en arrive à dire n'importe quoi.
Nous avons acquis, comme les autres Français et plus chèrement que beaucoup, le droit à la libre expression. Que cela alimente l'antisémitisme signifie bien que l'antisémitisme continue de ramper sous la surface: alors, autant le débusquer.

Le procès des assassins était à huis-clos. Comment avez-vous pu rapporter des propos que vous n'avez pas entendus ?
 
C'est tout le problème du huis clos. Le huis clos qui ne pouvait pas être évité puisque les deux intéressés anciens mineurs l'ont demandé et que pour des raisons pratiques le tribunal n'a pas voulu disjoindre leur cas de celui des autres accusés a plombé ce procès.
 
Deux questions me tourmentaient: est-ce que le fonctionnement de ce gang pouvait nous donner des indications sur les raisons qui font que dans un groupe on peut être amené à commettre l'ignominie pour essayer d'en tirer des leçons?  Est-ce que l'antisémitisme a été traité de façon approfondie, alors que pour des raisons de circonstance, les organisations antiracistes n'ont pas pu plaider, comme cela aurait été normal?
 
Le rôle de l'avocat général représentant la société était de ce point de vue particulièrement important. Comme d'autres, je n'ai pu que me renseigner indirectement et les informations aussi concordantes soient-elles sont sujettes à caution. Que faire d'autre?  J'ai pensé nécessaire de faire part de mes troubles à l'issue du procès sur le traitement de l'antisémitisme au cours des débats.
 
Photo : © 2009 Alain Azria


http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=15890&returnto=accueil/main&artyd=11


Affaire Fofana : les véritables intentions du Crif
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5252


Le Crif, une officine de propagande. Le gouvernement français, un complice
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5234



_________________________________________________________________________________


ALERTE !

paysage-campagne.jpg

Tadjikistan: le président appelle la population à faire des stocks de nourriture pour les 2 prochaines années. Troublant, n'est-ce pas ??

 
13:28 | 28/ 07/ 2009
Version imprimée

DOUCHANBE, 28 juillet - RIA Novosti. Le président tadjik Emomali Rakhmon a appelé la population à constituer des stocks de denrées alimentaires pour les deux prochaines années.


"Chaque famille doit avoir un stock de deux ans de produits alimentaires", a-t-il déclaré lundi soir dans un message télévisé au peuple tadjik.

Selon le président, le gouvernement du pays cherche à atténuer les effets de la crise économique et financière.


A la suite de la crise, de catastrophes naturelles et d'autres facteurs, l'approvisionnement en produits alimentaires est devenu un problème aigu dans de nombreux pays du monde, et cette situation persiste, a rappelé M. Rakhmon.


"Il est évident que dans ces conditions, nous devons prendre appui sur nos propres forces", a-t-il souligné, ajoutant que "tous les habitants du pays, en premier lieu ceux qui possèdent un lopin de terre, devaient être pleinement conscients de cette nécessité".


http://fr.rian.ru/world/20090728/122483556.html

merci à CHIRON
http://chiron.over-blog.org/


___________________________________________________________


La vie avant... et aujourd'hui !

Attention, chef d'oeuvre ! A lire par tous...

Léon est mort...
rien.gif

contadino_1-74bbd.jpg

 

Notre maréchaussée au service du grand marché


de Lisa SION

 


En arrivant dans ce petit hameau en impasse qui donnait l’impression de paix un peu lugubre, après les premiers pas dans ce silence pesant vers cette sombre entrée, je découvris notre hôte. Il était seul derrière sa porte ouverte, comme prêt à la refermer, assis mais redressé dans son fauteuil usé, le bras gauche installé au repos et tranquille sur l’accoudoir noirci, mais le droit agrippé sur son fusil caché, juste derrière la porte.

Après avoir scandé sur un ton appuyé son nom à la volée, mon accompagnateur s’arrête comme pour vérifier qu’il l’a bien entendu et observe sa réaction en attendant le geste de sa reconnaissance. Le vieux Léon, dégage sa main droite à notre vue et d’un signe nous invite à approcher. Il est le dernier d’une longue lignée de paysans autarciques qui ont tout produit du fruit de leur riche terre. Sa dernière activité consistait à réchauffer une fois par semaine son four à pain classique. Celui-ci, construit plein vent dominant contre le pignon lui chauffait toute la maison. Il avait d’ailleurs installé son lit au dos exact dans la pièce principale, et le vent qui frappait le four en premier, dissipait sa chaleur dans les murs attenants et enroulait toute la bâtisse dans un cocon douillet.

Il était d’ailleurs encore chaud la semaine suivante et ne nécessitait qu’un maigre feu type cheminée, pour atteindre sa température idéale. Il y confectionnait des miches si tendres et si compactes, si lourdes pour les mains mais pas pour l’estomac, qu’elle se conservaient ainsi prêtes à être savourées durant sept longues journées. Se donnaient rendez vous une trentaine d’amateurs qui du bout du canton, arrivaient le dimanche, les habitués de leur tournées hebdomadaires dans leur famille, et passaient d’un détour par chez lui, au bout de son impasse.

Il ratissait de longues journées les céréales naturelles mûres qui poussaient dans ses champs, les laissait sécher au soleil des meilleures journées, après les avoir savamment étalées, et les battait dans le vent pour les séparer de leurs gangues légères. Il pilait cette farine dans son moulin à vent, une simple éolienne au toit d’un atelier, qui entrainait un axe fixé à une poulie dont une seule large courroie de cuir renvoyait l’énergie à différents outils. Il fabriquait la plus pure matière qu’il mélangeait à l’eau se sa source et un peu d’huile de noix chaude et ventilée, avant de la pétrir jusqu’à maturité. Son pain était si bon, si lourd et parfumé, si riche en qualité, qu’une seule miche dans ta musette, tu peux partir à l’aveuglette jusqu’à l’autre bout du pays sans manquer d’énergie, et chercher à partager l’amour avec cette miche dorée. Le seul fait de l’ouvrir, d’y planter son couteau, et d’en couper la première tranche, s’en extrait un fumet qui ressemble à rien d’autre, mais qui donne à lui seul une envie indomptée d’y planter droit son nez. En un mot, une invitation.

La plupart de ses client habitués échangeaient leurs services contre une part semblable de leurs activités réciproques, ce qui faisait d’eux, non pas des clients mais des participants. Ils apportaient une fois l’an une barrique de vin, collection de clous ou tirefonds, confitures et conserves, planches sciées ou savons artisanaux. Ainsi, les quelques clients qui le rétribuaient en monnaie, lui assuraient de payer ses factures d’électricité, d’assurances et l’essence de sa quatre ailes qui d’origine depuis trente ans affichait vingt huit mille kilomètres.

Il y eut un moment où tout était encore possible. L’homme, seul et fatigué, qui rencontrait tous les jours quelques jeunes pêcheurs habitués à passer par chez lui pour rejoindre la rivière toute proche, n’aurait eu qu’à accepter de donner son feu vert au plus dévoué d’entre eux, en courageux confrère. Notre homme aurait bien pu ainsi continuer jusqu’à la fin de sa belle vie, parce qu’un de ces jeunes rompu ou passionné, aurait entrepris de le seconder voire ensuite de s’installer, dans ce hameau abandonné qui abritait autrefois cinq familles, et lui appartenait dans sa totalité. Mais peut-être que la veille même de ce jour, une disparition fortuite d’un vélo ou d’une pendule, derrière un volet fracturé, l’a contraint à se refermer sur sa terre recroquevillée. Et cela d’autant plus qu’il dut faire appel à l’autorité pour se plaindre de ce forfait, prendre sa voiture et quitter son quartier pour porter sa plainte sur le cahier de main courante, et demander la protection de l’organe majeur de défense et de surveillance central du pays.

Mais c’est ce geste qui l’a achevé et l’a perdu à jamais. La maréchaussée, auprès de laquelle il venait demander protection, en profita pour enquêter sur son activité qu’il décrivit fièrement, bien mal lui en prit.

Ils lui interdirent d’effectuer sa dernière activité traduite comme un marché parallèle non déclaré, et s’est vu obligé de déclarer devant l’impôt, ce revenu illégal après l’avoir organisé dans la transparence la plus aux normes, dans les règles du grand marché. C’est à dire, n’acheter que de la farine agrémentée, ne la mélanger qu’avec des produits assermentés à de l’eau du réseau commun qu’il dédaignait pour son puits, et tenir une comptabilité sous la surveillance d’un fonctionnaire d’État. L’obliger ainsi à œuvrer pour une Société dont il n’avait qu’une mince conscience, et naturellement qu’une partielle confiance, n’ayant même pas la télé.

C’était lui demander, à son age avancé de se plier au règlement, d’entrer de plein gré, comme un maillon articulé, dans la grande chaine sociale légale, de devenir marchand, et il a dû s’exécuter...

Léon a cessé d’opérer, se coupant là de son filon, de son réseau sans prétentions, des ses amis de passage, de sa raison de se lever tous les matins pour s’activer, pour son bien-être quotidien, et la reconnaissance des voisins. Au bout de son impasse, où plus personne ne passe, que les vautours de brocanteurs, de rôdeurs, de chasseurs, et autres formes de menteurs, de voleurs patentés et de touristes immobiliers, cinq ans durant il a tenu, discutant avec son moral avant d’oser s’engager dans un dernier dialogue oral, un tête à tête frontal, un bouche à bouche fatal, avec son seul ami. Notre homme est mort, seul, tué par son plus fidèle ami...son fusil.

Léon s’est exécuté...

Les rouages du mécanisme de l’économie de marché, vers lesquels nous sommes tous tentés de nous tourner, contraints par l’autorité, tue par milliers, l’espoir perdu de retraités restés en leur terres et racines, et de par le monde entier.


De : via pilhaouer

 
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article89549



image001-copie-1.gif 

Le boycott des produits israéliens est-il légal ?
Jean-Claude Willem, 75 ans, raconte dans cet entretien comment, alors qu’il était maire (PCF) de Seclin, une bourgade française de 12’000 habitants, il a été emporté par une tornade judiciaire de sept ans et condamné à 1’000 euros d’amende pour avoir déclaré son intention d’écarter des cantines de l’école communale les jus de fruit provenant des colonies illégales israéliennes. En définitive, son recours vient d’être rejeté par la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg (CEDH). suite ici :
http://www.silviacattori.net/article904.html (merci Charlotte)



fillette-carton.jpg


« Abir Aramin a 10 ans. Elle sort paisiblement de son école en compagnie de ses compagnes. Une jeep fortifiée des célèbres "garde-frontières " d'un pays qui refuse de se donner des frontières , effectue lentement des allers et retours devant l'école, provoquant la panique des petites écolières qui s'égayent comme une nuée de moineaux. Un des rambos qui sévissent habituellement aux check-points et dont la présence à cet endroit à l'heure de la sortie n'a évidemment d’autre justification que celle de terroriser les enfants, vise la tête de l'enfant blottie contre le mur d'une boutique à travers un trou spécial fait dans la vitre de sa jeep. Le carton est réussi, comme dans une fête foraine, et la balle enrobée de caoutchouc fait exploser le cerveau d'Abir. La jeep poursuit tranquillement sa route. »  Aline de Diéguez. Lire la suite

http://chahids.over-blog.com/




jeune-lance-pierres.jpg


« Face à l'expansion guerrière d'un empire, il n'y a que deux logiques possibles : celle de la soumission et celle du combat. L'existence même du joug de l'OTAN frappe la civilisation européenne de déshérence (…) Platon explique dans la République qu'une génération vaincue engendre nécessairement deux générations d'aveugles, mais que la troisième se réveille non moins nécessairement» Manuel de


http://chahids.over-blog.com/


________________________________________________________________________________________


Ni-F1o5-copie-1.jpg


Des soldats israéliens
dénoncent des atrocités

Catherine Frammery



L’ONG «Briser le silence» publie 54 témoignages édifiants de soldats qui ont participé aux opérations dans la bande de Gaza en décembre-janvier. Recours à des civils comme boucliers humains, tirs à vue, violence gratuite dans une atmosphère délétère: l’armée a déjà rejeté le constat accablant de ces pratiques.


L’opération «Plomb durci» a été déclenchée le 27 décembre par des bombardements et des raids aériens israéliens dans la bande de Gaza, suivis d’une offensive terrestre qui a pris fin avec la déclaration d’un cessez-le-feu par Israël le 18 janvier, deux jours avant l’intronisation aux Etats-Unis de Barack Obama.

L’intervention israélienne a fait 1400 morts dont 900 civils estime-t-on côté palestinien, le bilan officiel pour les Israéliens étant de 13 morts dont 3 civils.

Très critiquée pendant son déroulement par les Européens et l’ONU, l’opération avait déjà suscité un rapport très dur d’Amnesty International en juillet, avant la nouvelle salve que l’armée israélienne essuie aujourd’hui: un rapport de l’organisation non gouvernementale israélienne «Shovrim Shtika» (Briser le silence) qui expose cinquante-quatre situations racontées par trente militaires.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/230cd7ce-7133-11de-bff0-905cd73c8a64/Des_soldats_israéliens_dénoncent_des_atrocités

175px-Archbishop-Tutu-medium.jpg
magnify-clip.png
L'archevêque Desmond Mpilo Tutu - Wikipedia.org

Israël Etat voyou ?
Même des prix Nobel ostracisés !!!
Ce sont les américains qui sont les premiers à avoir utilisé le terme : "Rogue state". Un état voyou était au début : un état qui manifeste une incapacité chronique à traiter avec le monde extérieur. Une définition établie en 1994 aux USA et qui visait des pays comme la Libye. Ensuite, on a parlé d’état voyou pour celui dont on suppose qu’il appuie des actions terroristes et cherche à se doter d’armes de destruction massive. On visait l’Irak, on vise l’Iran mais aussi la Corée du Nord.   Une incapacité chronique à traiter avec le monde extérieur. Pas mal comme définition! Que pensez d’un pays qui met en prison un Prix Nobel de la Paix après avoir refusé l’accès à son sol à un autre quelques années [...]
Suite ici : http://miltondassier.over-blog.com/article-33903997.html


Sarkozy engage militairement
la France aux côtés des émirats

Le "Traité du Fou" avec Abu Dhabi
Rafale

publié par roland (Dazibaouebmaster) le 28/07/2009 12H11
Sarkozy engage militairement la France aux côtés des émirats
Sarkozy a installé en douce pendant la campagne électorale européenne une base militaire à 220 Kms des côtes iraniennes dans un pays totalitaire, raciste, sexiste auquel il lie le sort de la France. Choix honteux et risque grave.



Bling-bling n’est pas seulement un danger pour tout ce qu’il y a de social dans notre République française, il est un danger pour la République tout court. À peine avaitil nommé en 2007, le transfuge Bernard Kouchner, comme ministre des affaires étrangères, celui-ci avait annoncé qu’il « fallait se préparer à la guerre contre l’Iran ». C’était clair. Foutu criminel potentiel ! Ils rêvaient alors, eux qui avaient la nostalgie d’avoir « raté » l’Irak, d’accompagner Bush dans une nouvelle croisade d’ingérence contre les « armes de destruction massive ».

Depuis janvier 2009, Barak Obama propose une autre approche au Moyen-Orient, mais il n’y a pas que le gouvernement israélien qui fait tout pour s’y opposer, il y a aussi le très guerrier et incontrôlable Sarkozy.

Le lobbying pour faire échouer toute négociation avec l’Iran tourne à plein régime à Tel-Aviv comme à Paris. Et le voyage à Abu Dhabi pour essayer d’y vendre 60 Rafales, d’y installer 500 militaires français à demeure, d’y construire une centrale nucléaire, d’y créer pour la première fois depuis 60 ans une base militaire française, une base navale avec un quai de 300 mètres, de type impérialiste dans une région où règnent les plus fortes tensions au monde, ce n’est pas une petite affaire.

Car Sarkozy va jusqu’à déclarer aux Emirats arabes unis, (6 millions d’habitants, 1/5e des réserves d’hydrocarbures, proche du détroit d’Ormuz, où passent 40% du pétrole du monde), que « la France, dans le long terme est aux côtés de ses amis : s’il devait leur arriver quoi que ce soit, nous serions à leurs côtés » !

Pareil engagement vis-à-vis d’un pays au centre de l’œil du cyclone est à peine pensable – sauf par un fauteur de guerre délibéré. Sarkozy qui a déjà envoyé 1000 jeunes hommes de plus se faire tuer en Afghanistan, engage, en plus, la France dans un accord de défense, « un partenariat de sécurité », contre l’Iran si « la souveraineté, l’intégrité territoriale, et l’indépendance des Emirats arabes unis sont affectés ». Rien que cela ! « Si l’Iran vous attaquait, nous serions attaqués aussi ». « Ça flatte son ego » persifle le Canard Enchaîné, mais ce n’est pas drôle car cela peut éventuellement nous entraîner vers le gouffre ! Claude Angeli fait parler des officiers et experts militaires qui discernent un « comportement à risque ».

Tout cela pour vendre les avions Dassault ? Une note du Ministère de la défense (Hervé Morin) précise que cela n’a pas vocation « à être ratifié par la voie parlementaire » même pas à faire l’objet d’un débat.

Ainsi sans contrôle démocratique, la « main invisible » non pas du marché, mais de Sarkozy nous enferme dans un possible et terrible piège. Le Monde (éditorial du 28 mai) souligne que la France va se trouver au centre « des plaques tectoniques qui font trembler la région » : retrait annoncé des Etats-unis d’Irak, renforcement de l’engagement de l’OTAN en Afghanistan, volonté de l’Iran de devenir une puissance nucléaire, enfin risque de déstabilisation du Pakistan, autre puissance nucléaire, (ainsi qu’Israël - NDR) sans oublier le conflit israélo-palestinien. Le risque pris par la France est à la hauteur de ces menaces » conclut Le Monde qui ne trouve qu’une chose à regretter, c’est que cette démarche n’entraîne pas toute l’Europe…

Les EAU sont barbares et moyen-âgeux


Les Nations unies réclament d’eux :
- 1) d’aller vers l’élimination des discriminations raciales et vers la liberté des religions et des croyances ;
- 2) d’adopter des mesures permettant la création d’associations de syndicats et de partis politiques ;
- 3) d’abolir la peine de mort (toujours en vigueur) ;
- 4) de rompre avec le refus de signer les conventions pour les droits des femmes ;
- 5) de cesser de refuser toute tolérance à l’égard de l’homosexualité ;
- 6) de cesser de refuser le droit de grève et d’action collective des salariés ;
- 7) de cesser de refuser d’étendre les règles du travail aux domestiques étrangers (esclavage forcé) ;
- 8) de cesser de refuser une législation sur le mariage et le divorce.

Les EAU sont accusés de discrimination raciale systématique contre leur population immigrée (90% de leur population travailleuse). Voilà le pays totalitaire, raciste, sexiste, auquel Sarkozy nous lie à la vie, à la guerre !


Source: Démocratie & Socialisme

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5182



liste complète

Eva: 3 questions sur lesquelles je ne cesse de vous alerter
(promettant même un article sur les ONG
instruments de l'impérialisme de
l'Occident,
que je n'ai pas eu le temps de faire encore).
Ces 3 questions sont Soleil Vert, la société qui nous attend,
les ONG sous-marins de l'occident prédateur,
et l'euthanasie des vieux, des retraités.
Voilà des articles sur ces sujets....
et pendant ce temps FR2 Télé-Matin, que j'écoute
par curiosité, et avec dégoût,
nous chante sous tous les tons,
que la Vie est belle ! Bande de menteurs !!!
(Et l'Invité des 4 vérités est 3 fois sur 4... du Gouvernement !)
Eva R-sistons à l'intolérable



alerte_a_babylone.jpg

Eugénisme: On achève bien les vieux...

29 juillet 2009 (Nouvelle Solidarité) - La réforme de la santé poussée par Obama consiste à couvrir davantage de citoyens américains avec des budgets moindres. Il va donc bien falloir rationner quelque part. Dans les 1000 pages du projet de loi que la Maison Blanche veut faire voter au Congrès de manière expéditive, avant les vacances parlementaires d’août, se cache une clause confirmant que cette différence sera payée par les vieux… de leur vie.

Le quotidien Politico, distribué gratuitement dans tout Washington, expose cette politique de triage humain en donnant la parole à l’ancienne lieutenant-gouverneur de l’Etat de New York, Betsy McCaughey, qui dénonce la section 1233 du projet de loi Obama. Cette clause obligera les assurés du programme Medicare (les plus de 65 ans et les malades chroniques) a subir tous les cinq ans une consultation sur la fin de vie. « Bien que le projet de loi présente cela comme un "service" de Medicare, lorsqu’un docteur ou une infirmière vient voir une personne âgé en mauvaise santé pour soulever ce sujet, ce n’est pas vraiment lui rendre service. Cela s’appelle plutôt faire pression sur les gens. Je ne voudrais pas que cela arrive à mes parents lorsque je ne suis pas avec eux. »

Lors de sa conférence avec l’association des retraités américains (AARP), Barack Obama a dû se justifier devant une audience remontée. « J’espère que ceux qui voterons le projet de loi sur la santé lirons attentivement chaque page, lui a demandé quelqu’un dans l’assistance. J’ai entendu dire que toutes les personnes éligibles pour Medicare recevront une visite pour décider comment ils veulent mourir. Cette clause me dérange profondément et je voudrais que vous me promettiez qu’au final elle ne figurera pas dans la loi. » Obama répondit alors : « Je vous garantis avant tout que nous n’avons pas assez d’employés gouvernementaux pour aller voir tout le monde et leur demander comment ils veulent mourir. » Puis il affirma que cette clause ne figurait pas dans le projet de loi. Il fut repris par le modérateur qui lui confirma que cette clause figure bien dans le projet de loi et qu’elle semble dire que « tous les cinq ans, on vous dira comment vous pouvez mourir » , à quoi Obama a répondu un peu gêné « ce serait un peu morbide ».

Dans la section 1233 du projet de loi, intitulée « Consultation pour la planification des soins anticipés », on peut lire au paragraphe E que ces consultations obligatoires incluent « une explication par le praticien du continuum des services de fin de vie et des supports disponibles, dont les soins palliatifs et les hospices, et des avantages qu’ils procurent sous ce titre » , ce qui inclut la signature d’un testament biologique.
De surcroît, la loi oblige à raccourcir le délai de cinq ans dès lors que « l’état de santé de la personne change, ce qui inclut le diagnostic d’une maladie chronique, progressive, incurable, limitant l’espérance de vie ou déjà en phase terminale, ainsi qu’un accident où le pronostique vital est réservé, ou lorsque la personne est admise dans un centre de soins médicalisé, ou de long séjour ou bien à l’hospice. »

Le vent se lève contre les projets de triage de l’administration Obama, après que le LaRouche PAC ait dénoncé la nature hitlérienne de cette réforme. La popularité du président est désormais négative (-11) dans un pays au bord de la rupture économique et sociale où seul Wall Street bénéficie de la compassion des autorités. Il ne reste plus que 29% des américains pour approuver Obama contre 40% qui le réprouvent.

Rendez-vous Le Webcast de Lyndon LaRouche samedi 1er

 Source : Solidarité et progrès


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-34406571.html

soleil-vert.jpg

VIDEOS  SOLEIL VERT

New York, en l’an 2022. Pollution et surpopulation : 41 millions d’habitants mènent une existence misérable. Un brouillard empoisonné recouvre la surface du globe, d’où la végétation à pratiquement disparue. La nourriture véritable atteint des prix si élevés que seule une minorité de privilégiés peut se l’offrir; les autres doivent se contenter d’aliments synthétiques, rationnés par le Gouvernement et fabriqués par la ‘Soylent Company’, qui nourrit ainsi la moitié du monde à l’aide de tablettes dérivées du plancton, baptisées selon les jours « Soylent Yellow » (jaune), « Red » (rouge) ou « Green » (vert) mais qui sont en réalité composés d’êtres humains recyclés.

Ce film, réalisé en 1966, anticipe largement une part de notre réalité d’aujourd’hui (alimentation falsifiée, euthanasie, réchauffement climatique) et celle de demain : un monde totalitaire financièrement et moralement en faillite, manipulé par une « élite » qui détient tous les pouvoirs.

Mecanopolis

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-34406571.html

_____________________________________________________________
 




Quelle civilisation ! On est loin de Léon !
Texas : évacuations
après un feu dans une usine chimique

L'entrepôt stocke d'énormes quantités de nitrate d'ammonium, un mélange hautement inflammable et explosif utilisé pour la fabrication d'engrais. «Cela peut prendre des heures pour que tout soit consumé», a annoncé un porte-parole de la ville. Jeudi soir, l'incendie se poursuivait mais semblait maîtrisé. Selon la télévision locale KBTX, le feu s'est déclenché à la mi-journée par des étincelles d'un appareil à souder.

L'ordre d'évacuation n'étant pas obligatoire, de nombreux habitants ont préféré rester chez eux mais les autorités de la ville leur ont enjoint de garder fermées portes et fenêtres, et d'éteindre l'air conditionné.

http://fr.news.yahoo.com/80/20090731/twl-texas-vacuations-aprs-un-feu-dans-un-554568f.html



A suivre attentivement ....

Camps de concentration aux Etats-Unis: réalité ou fiction ?
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2242

Le projet de gouvernement mondial serait bloqué
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2224#comment-1431

Le réchauffement planétaire est la première religion des élites urbaines du monde
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2239

Russie-Iran: Exercice naval conjoint dans la Mer Caspienne
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2232

Conséquence de la crise: La Chine pourrait agresser l'Inde (????)
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2227

La Sécu peut-elle exploser ?
http://www.marcfievet.com/article-34394335.html


Se pourrait-il que « l’excès » de Tamiflu rende le virus de la grippe porcine résistant ?
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2248

Grippe Porcine aux Etats Unis: L’armée pourrait être mobilisée !
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2245

H1N1 : Niveau 6 d'alerte possible à la rentrée selon R.Bachelot
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-34422661.html

Plan national de prévention et de lutte « Pandémie grippale » mis en oeuvre par le ministère de........la défense
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-34433645.html

La Russie a conclu samedi un accord provisoire lui permettant d'ouvrir une seconde base au Kirghizistan, où les Etats-Unis disposent aussi d'une importante base aérienne.
http://fr.news.yahoo.com/3/20090801/twl-kirghizistan-russie-base-091cf94.html

Dernière mn: La Grèce décidée à vacciner toute sa population contre la grippe A
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ijfPupqHuy9Sy0noUdpi_ilDqdWw 



Sur mon blog sos-crise:

liste complète



vaccin-poison-panneau.jpg
Vaccins, vidéos et liens:


L'OMS prépare une vaccination de masse forcée
http://www.alterinfo.net/L-OMS-avance-e ... 34965.html

A ecouter absolument conférence de Sylvie Simon a Marseille sur la vaccination:
http://www.dailymotion.com/user/tonino1 ... e-sur_news

Un médecin Canadien déclare que la la vaccination de masse est une arme eugénique pour reduire la population :
http://www.globalresearch.ca/index.php? ... &aid=14312

Silence On Vaccine-Vidéos en 4 parties: :
http://www.dailymotion.com/group/157376 ... rt-14_news

Vaccins, vaccinations obligatoires, tout ce que vous devez savoir :
http://r-sistons.over-blog.com/article-33454289.html

http://www.planetemuscle.com/phpBB2/viewtopic.php?f=18&t=37596


Alerte dernière mn:
La Russie menace de recourir à
la force en Georgie !



Democr---rep--dees.jpg

L’Union Transtatlantique sera t’elle
l’organe executif du gouvernement mondial ?
http://sos-crise.over-blog.com/article-34470174.html
http://www.spreadthetruth.fr/


Vaccinations: Les dernières nouvelles, dont
Grippe Porcine: L’ombre de la loi martiale plane au-dessus des Etats-Unis
Dix choses que vous n’êtes pas censés savoir au sujet de la grippe porcine

http://sos-crise.over-blog.com/article-34469860.html
http://www.spreadthetruth.fr/

 

Publication non terminée, sélection de liens à venir

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 02:13

apocalypse-USA-copie-1.jpg

L' Occident sombre dans la barbarie.
Démocratie blessée. Soleil Vert.
Par Eva R-sistons

La stratégie d'appauvrissement de l'Etat.

Alerte ! Epuration rampante.
Il faut aujourd'hui, avec Sarkozy,
être atlantiste et sioniste
(reniement des traditions françaises,
gaulliennes, d'indépendance nationale).

_________________________________________________________________


L'Occident sombre dans la barbarie,
par Eva R-sistons


Mes amis,

J'ai reçu d'une Lectrice, Annie, un commentaire qui m'a bouleversée: " Les autorités israéliennes ont essayé de nous faire confesser que nous avions commis un crime .. Je suis maintenant connue comme la prisonnière d’Israël numéro 88794. Comment puis-je être en prison pour avoir rassemblé des crayons pour les enfants ? "

Sincèrement, je suis triste. De quelque côté qu'on regarde, c'est l'abomination. Et par exemple, l'Union européenne de nos Pères fondateurs, fondée pour la paix et pour la liberté, est devenue une entité totalitaire au service de l'Empire - donc de ses guerres impériales, que nous ferons bientôt sur notre sol pour le compte des USA et d'Israël. L'OTAN a trouvé ses futurs supplétifs contre l'Iran et la Russie (et plus tard la Chine), en nous dépeignant sous un jour obscur ces pays pourtant moins menaçants que ceux pour lesquels nous allons nous sacrifier. Et qui toutes comptes faits, ne sont pas pires sur le plan de la démocratie que nos Etats prétendûment démocratiques, dont la bannière principale est le mensonge permanent. Les Anglo-Saxons, nantis de leurs fidèles alliés israéliens, destabilisent l'Iran, ou des territoires pro-russes ou chinois, et, machiavéliquement, ensuite, les présentent comme sources de tensions, de risques. Les armes de destruction massive sont d'abord entre les mains des Occidentaux qui, eux, ne se privent pas de les utiliser comme bon leur semble, et même sur un territoire minuscule où la population affamée n'a aucun moyen de se protéger, comme à Gaza prise pour cible-cobaye alors qu'elle n'est pour rien dans les malheurs d'Israël. Une injustice qui est sans doute la pire des abominations de notre temps, le sommet de l'horreur, et qui tôt ou tard nous explosera à la face pour l'avoir tolérée: " Pendant "Opération Plomb Durci", des avions F-16, fournis par les États-Unis, ont lâché leurs feux infernaux sur un peuple pris au piège. Le nettoyage ethnique s’est transformé en un génocide généralisé, purement et simplement. Du phosphore blanc, de l’uranium appauvri, de la technologie robotique, des munitions DIME et des armes à sous-munitions, fournis par les États-Unis - des nouvelles armes provoquant des blessures encore jamais traités par les médecins jordaniens et norvégiens. Les médecins, qui présents à Gaza pendant le massacre israélien, m’ont dit plus tard que Gaza était devenue le vrai laboratoire d’Israël pour tester ses armes, les personnes étant utilisées comme cobayes pour tester et améliorer l’efficacité du taux de mortalité de ses armes."

Ces quelques lignes ne suffisent-elles pas à prouver que cet Occident auto-érigé et proclamé modèle, dépasse en cynisme tout ce que l'on peut concevoir de pire ? Oui, notre société est bien malade puisqu'elle tolère de telles infâmies. Et non seulement elle tolère, en fermant les yeux - ce qui est une effroyable forme de complicité -, mais elle soutient, en déroulant des tapis rouges devant l'infâme et pire encore, en se prosternant devant les Nazis des temps modernes. Hitler pas mort ? Hitler dénoncé, mais perpétué par ceux-là mêmes qui en ont souffert, et par leurs alliés déguisés, oh suprême imposture, en bienfaiteurs de l'humanité.


Lieberman-Kouchner-souriants.jpg
L'intolérable,France:Tapis rouge devant fasciste criminel !

Lorsqu'on  arrive à de telles perversions, à de telles hypocrisies, à de tels mensonges, à une telle inhumanité, cela pose question sur notre société. Civilisation, ou... barbarie ??? Les peuples ont tranché. Ils se liguent contre ce Nouvel Ordre Mondial totalitaire et criminel. De tous côtés, les alliances se forment, comme en Asie ou en Amérique Latine, pour résister à l'intolérable qui prétend dominer la planète, ses ressources, ses peuples, sans concertation et en toute impunité. 

L'Occident se pare de vertu. Vertu outragée, en Iran alors même qu'il formente les troubles, au Honduras en rappelant la légalité, officiellement, et en réalité en concevant le coup d'Etat qui prive le peuple de son choix. Cette duplicité n'est qu'une des monstruosités enfantées par la "civilisation" judéo-chrétienne, car partout la planète porte les stigmates de l'enfer du libéralisme, des crises et des pandémies artificielles. Tout en subissant les multiples conflits et guerres de prédation. N'en rajoutez pas, la coupe est pleine ! Les assassins de la vie rendront un jour compte pour leurs forfaits innombrables, insensés, intolérables.


Nous ne pouvons rester spectateurs de l'horreur qui jour après jour étend ses ravages sur chacun de nous en nous privant de liberté, de joie, de travail, de dignité, de vieillesse, de respect, d'avenir... L'horreur est palpable. Ainsi, lorsqu'un pays dit "démocratique" comme Israël met en prison ceux qui apportent des crayons aux enfants Palestiniens privés de tout (afin qu'ils puisssent dessiner leur désespoir et apprendre à écrire), alors oui nous savons que l'homme a perdu son humanité. Comme il est étrange qu'on nous demande presque quotidiennement, finalement, de commémorer la Shoah des seuls Juifs, alors que la guerre d'extermination de l'humanité est lancée, pour le seul profit de gens qui ne savent même plus quoi faire de leur argent. Oui, nous sommes tous tombés sur la tête: D'un côté, en organisant méthodiquement, pan par pan, le malheur des peuples, de l'autre en restant les bras croisés face à l'intolérable. Veaux promis à l'abattoir "moderne", "démocratique", pour le seul "bon" plaisir d'une capricieuse Oligarchie jamais repue et ivre de puissance. Triste tableau.

petit-prince-copie-3.jpg

Comment réagirait le visiteur d'une autre planète en nous voyant ? Je crains fort que le spectacle de nos turpitudes dûment provoquées ne fassent fuir tous ceux qui voudraient entrer en contact avec notre "civilisation". Parce que nous sommes devenus les champions de la barbarie. Et monstruosité suprême, en toute bonne conscience. N'est-ce pas, M. Attali ??? Ah, qu'il est beau ce Nouvel Ordre Mondial dont on sent déjà les prémices paupérisantes et nucléaires... Mon coeur saigne en voyant ce qu'est devenue notre humanité, par la faute de tous les apprentis sorciers et aussi, des résignés, ou des aveugles, repus de valeurs fallacieuses. Et soyons sûrs que si Dieu, comme je le crois, existe, il doit pleurer sur son humanité déchue.

Il nous reste très peu de temps pour choisir un autre destin. Alerte, amis lecteurs, Soleil Vert se lève....


Eva R-sistons à l'intolérable qui s'amoncelle...

voir mon blog http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-33601874.html

Que ce site soit l'un des modestes soutiens à Cynthia, et aux autres prisonniers d'un Israël dépeint faussement par tout l'appareil politico-médiatique mondial ! http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4788


Parmi les autres personnes arrêtées en même temps que Cynthia McKinney, se trouve l’Irlandaise prix Nobel de la Paix Mairead Maguire. Vous vous rendez compte qu'Israël emprisonne une députée US et une prix Nobel de la Paix sans que la presse n'en parle ? Qu'attend le maire de Paris pour mettre une banderolle devant l'hôtel de ville ?

  soleil-vert.jpg 


   Le commentaire d'Annie :


Sur le Grand Soir encore, je tiens à signaler cette lettre de McKinney
http://www.legrandsoir.info/Lettre-de-Cynthia-McKinney-depuis-une-prison-israelienne.html, aujourd'hui en taule dans la grande démocratie israélienne :

"Je suis Cynthia McKinney et je parle depuis ma cellule, dans une prison israélienne à Ramle. [Je fait partie] des 21 activistes des droits humains du Free Gaza Movement incarcérés actuellement pour avoir essayé de transporter de l’aide médicale, des matériaux de reconstruction - et même des crayons pour enfants ; j’avais une valise remplie de crayons pour les enfants. Pendant notre traversée, en route pour Gaza, les israéliens ont menacé de tirer sur notre bateau, mais nous n’avons pas fait demi-tour. Les israéliens ont arraisonné le bateau et nous ont détenus parce que nous voulions offrir des crayons aux enfants de Gaza. Nous sommes détenus et nous voulons que les citoyens du monde sachent comment on nous a traités parce que nous voulions livrer de l’aide humanitaire au peuple de Gaza.

Ni-F1o6-copie-1.jpg

 

 

Au début de l’opération israélienne, intitulée « Plomb Durci » [en décembre 2008], je suis montée à bord d’un bateau du Free Gaza Movement, avec un jour de préavis, et j’ai essayé, en tant que représentante des États-Unis dans une délégation multi-nationale, de livrer 3 tonnes d’aide médicale à Gaza déjà assiégée et ravagée.

Ni-F1o15-copie-1.jpg

Pendant "Opération Plomb Durci", des avions F-16, fournis par les États-Unis, ont lâché leurs feux infernaux sur un peuple pris au piège. Le nettoyage ethnique s’est transformé en un génocide généralisé, purement et simplement. Du phosphore blanc, de l’uranium appauvri, de la technologie robotique, des munitions DIME et des armes à sous-munitions, fournis par les États-Unis - des nouvelles armes provoquant des blessures encore jamais traités par les médecins jordaniens et norvégiens. Les médecins, qui présents à Gaza pendant le massacre israélien, m’ont dit plus tard que Gaza était devenue le vrai laboratoire d’Israël pour tester ses armes, les personnes étant utilisées comme cobayes pour tester et améliorer l’efficacité du taux de mortalité de ses armes.


2-enfats-tank.jpg

Grâce à Al Jazeera, diffusée en arabe et en anglais, et à Press TV, diffusée en anglais, le monde a pu voir la violence méprisable d’Israël. J’ai vu ces transmissions, jours et nuits en direct, non pas aux États-Unis mais au Liban où ma première tentative pour rentrer à Gaza s’était terminée car les militaires israéliens avaient éperonné, dans les eaux internationales, le bateau à bord duquel j’étais... C’est un miracle si je suis ici pour écrire sur ma deuxième rencontre avec les militaires israéliens, une autre mission humanitaire avortée par les militaires israéliens.


enfant-ensevelie.jpg

Les autorités israéliennes ont essayé de nous faire confesser que nous avions commis un crime .. Je suis maintenant connue comme la prisonnière d’Israël numéro 88794. Comment puis-je être en prison pour avoir rassembler des crayons pour les enfants ?


Le sionisme est sûrement arrivé au terme de sa légitimité si ceci est sa réponse aux personnes croyant tellement profondément dans les droits humains pour tous qu’ils mettent leur propre vie en jeu pour les enfants de quelqu’un d’autre. Israël est l’expression du sionisme à son summum, mais si Israël a peur pour sa sécurité car des enfants de Gaza ont des crayons, alors non seulement Israël a perdu son dernier lambeau de légitimité mais Israël doit aussi être déclarée un état défaillant.

Je risque d’être déportée par un état qui m’a amenée ici sous la menace des armes après avoir réquisitionné notre bateau. J’ai été amenée en Israël contre mon gré. Je suis retenue dans une prison car j’avais un rêve, celui que les enfants de Gaza puissent colorier et peindre, que les blessures de Gaza puissent être soignées et que les maisons bombardées de Gaza puissent être reconstruites.

Ni-F1o13-copie-1.jpg

Mais j’ai appris une chose intéressante en étant dans cette prison. Premièrement, la population est majoritairement noire : peuplée principalement par des éthiopiennes qui, elles aussi, avaient un rêve... comme mes compagnes de cellule, dont une d’elles est enceinte. Elles ont toutes une vingtaine d’années. Elles pensaient qu’elles venaient en Terre Sainte. Elles avaient un rêve, que leurs vies soient meilleures... L’Éthiopie, autrefois fière et jamais colonisée, [s’est retrouvée] sous la coupe des États-Unis et est devenue un lieu de torture, de "rendition" (transfert et détention secrète) et d’occupation. Les éthiopiens doivent libérer leur pays car les politiques des super-puissances [sont] devenues plus importantes que les droits humains et l’autodétermination.


Ni-F1o14-copie-1.jpg

Mes compagnes de cellule sont venues en Terre Sainte pour se libérer des exigences des politiques des super-puissances. Elles n’ont commis aucun crime à part celui d’avoir eu un rêve. Elles sont venues en Israël car elles pensaient qu’Israël leur offrait un espoir. Leur voyage pour Israël, passant par le Soudan et l’Égypte a été très ardu. Je peux seulement imaginer ce que se fût pour elles. Et il n’était pas donné. Beaucoup d’entre elles sont le symbole des efforts collectifs importants de leurs familles. Elles se sont frayées un chemin jusqu’à la Haute Commission aux Réfugiés de l’ONU. Elles ont reçu leurs papiers d’identité jaunes. Elles ont eu leurs certificats pour la protection de la police. Elles sont des réfugiées de la tragédie et elles sont arrivées en Israël et seulement après qu’elles soient arrivées, Israël leur a dit "il n’y a pas d’ONU en Israël".


Ni-F1o2-copie-1.jpg

La police, ici, est libre de les attraper et de les donner en pâture à un semblant de système judiciaire. Chacune de ces femmes, superbes, diligentes et fières, est l’espoir de toute sa famille. L’image d’Israël les a bien eu et nous avec. Dans une campagne de publicité astucieuse et diffusée à grande échelle, Israël s’est représentée elle-même comme le premier lieu de refuge et de sécurité pour les juifs et les chrétiens. Moi aussi, j’ai cru en cette publicité et j’ai manqué de regarder plus en profondeur.


2-fr-res.jpg

La vérité est qu’Israël a menti au monde. Israël a menti aux familles de ces jeunes femmes. Israël a menti aux femmes elles-mêmes qui maintenant sont prises au piège dans le centre de détention de Ramle. Et qu’allons nous faire ? Une de mes compagnes de cellule a pleuré aujourd’hui. Elle est ici depuis 6 mois. En tant qu’américaine, pleurer avec elles n’est pas assez. La politique des États-Unis doit être améliorée et alors que le président Obama donne 12.8 billions de dollars aux élites financières des États-Unis, il devrait être clair que l’espoir, le changement et le "oui, nous pouvons" furent de très fortes images de dignité et d’accomplissement de soi, individuellement et nationalement en lesquelles, de partout, les personnes assiégées ont réellement crues.


2-G-ds-ruines.jpg

 


C’était une campagne de publicité rondement menée, habilement vendue au monde et aux électeurs américains, tout comme la publicité d’Israël le fût au monde. Nous nous sommes tous fait avoir, mais plus tragiquement, ces jeunes femmes.

Nous devons voter en toute connaissance de cause pour de meilleurs candidats désireux de nous représenter. J’ai lu et relu la lettre du Dr. Martin Luther King Junior écrite depuis une prison de Birmingham. Jamais dans mes rêves les plus fous, je n’aurais imaginé que moi aussi, un jour je devrais en écrire une. Il est clair que les contribuables en Europe et aux États-Unis ont beaucoup à se repentir pour ce qu’ils ont fait à d’autres autour du monde.

Quelle ironie ! Mon fils rentre à l’école de droit sans moi car je suis en prison, en essayant de faire de mon mieux, à ma manière, pour les enfants d’autres personnes. Pardonne moi, mon fils. Je suppose que je suis en train de connaître la dure réalité, la raison pour laquelle les gens ont besoin de rêver. [Mais] j’ai de la chance. Je sortirai de cet endroit. Est-ce qu’Israël est devenue le lieu où les rêves meurent ?


enfant-fille-t-te-sang.jpg

Demandez-le au peuple palestinien. Demandez-le à la file ininterrompue d’hommes noirs et asiatiques que je vois arriver à Ramle. Demandez-le aux femmes de ma cellule. [Demandez-vous :] Qu’êtes-vous prêts à faire ?

Changeons le monde ensemble et réapproprions-nous ce dont nous avons tous besoin en tant qu’êtres humains : la Dignité. Je demande aux Nations Unies que ces femmes, qui n’ont rien fait de mal sinon d’avoir cru en Israël comme gardienne de la Terre Sainte, soient réinstallées dans des maisons paisibles. Je demande au département d’État des États-Unis d’inclure la situation désespérée des réfugiés certifiés par le HCR et détenus dans le rapport sur Israël lors de son rapport annuel sur les droits humains. Je demande, une fois encore, au président Obama d’aller à Gaza : dépêchez votre envoyé spécial, Georges Mitchell, là-bas pour qu’il rencontre le Hamas en tant que parti élu par les palestiniens.

Je dédicace ce message à celles et à ceux qui se battent pour une Palestine libre, et aux femmes que j’ai rencontrée à Ramle. Je suis Cynthia McKinney, connue comme prisonnière de Ramle numéro 88794, le 2 juillet 2009."<

Pour le cas sioniste, heureusement que le net existe pour nous informer de la récente agression de la librairie indépendante Résistances par des faschos de la LDJ
http://www.legrandsoir.info/PARIS-des-fanatiques-sionistes-pratiquent-le-vandalisme-en.html

(suite ici :  http://r-sistons.over-blog.com/article-33533679-6.html#anchorComment)

Commentaire n° 1 posté par Annie hier à 19h32


b-b--copie-1.jpg

Cynthia Ann McKinney est une femme politique américaine née le 17 mars 1955. Elle est candidate pour le parti écologiste américain, le Green Party (Parti vert) à l'élection présidentielle américaine de 2008.

Elle a été élue à la chambre des représentants des États-Unis avec l'étiquette du Parti démocrate de 1993 à 2003 et de 2005 à 2007. Elle y représentait le 4e district de Géorgie.


LA DÉPUTÉE U.S. CYNTHIA MCKINNEY, incarcérée actuellement dans une prison israélienne à Ramle pour avoir essayé de transporter de l’aide médicale, des matériaux de reconstruction – et même des crayons pour enfants

Cynthia_McKinney_Congressional_photo.jpg http://fr.wikipedia.org/wiki/Cynthia_McKinney



_________________________________________________________________________________________



Un  autre commentaire d'Annie
qui nous apporte beaucoup :


 

Eva, je rebondis sur l’article « gloire aux pauvres » pour parler à nouveau de la récente intervention de Jean-Luc Mélenchon (cf dailymotion

http://www.lateledegauche.fr/index.php?pge=emission&id_departement=19&id_video=123&tag=Melenchon), et où il disait beaucoup de choses très sensées (et faisait le boulot d’analyse que les journaleux de merde sont sensés faire !), les militants du PG lui ont demandé de coucher ça par écrit (notamment sur l‘emprunt de Sarko), ce qu’il fait sur son blog http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=695#comments

:

feddees.jpg Dees


Une rente nommée emprunt



" Après mon passage sur France Inter, j’ai eu pas mal d’appels personnels, de mails et de SMS. Sans que j’en prenne la mesure sur le moment, mon argumentation à propos de l’emprunt a paru très intéressante à de nombreux amis. Ils m’ont donc demandé de reprendre par écrit mes arguments de manière à ce que chacun puisse les utiliser de son côté. Je le fais avec plaisir car je me suis bien amusé d’apprendre la pauvreté des arguments présentés par le PS sur le même sujet, Quand il dit quelque chose, bien sûr, et quand celui qui parle n’approuve pas Sarkozy! Ma ligne argumentaire est la suivante. Je pars du fait. Un emprunt va être lancé. Mais on ne sait pas pourquoi faire. D’habitude on sait d’abord ce qu’on va faire, non? Puis on cherche le moyen de le financer. Cette inversion fait sentir le loup dans la bergerie. Mais avant de le désigner il faut faire une pause et reprendre la réflexion. Si l’on emprunte c’est qu’on n’a pas. Ou pas tout. Pourquoi l’État de la sixième puissance économique du monde n’a-t-il pas de quoi? Réponse: parce qu’il a été méthodiquement appauvri. Bon. De tout cela je donnerai plus loin des détails chiffrés. Et maintenant venons en au loup. Qui va acheter des emprunts de l’État? Ceux qui ont de quoi. Ceux qui ont des réserves qu’ils peuvent immobiliser. Vu? Ça veut déjà dire qui ce ne sera pas. Qui n’a pas de réserve a immobiliser dans un emprunt? Je ne fais pas un dessin, tout le monde a compris. Donc je peux renverser la question: qui a des réserves? Devinez. Ceux là ont pourtant déjà été servis avec le bouclier fiscal, non? Justement. C’est là le moche de l’opération. Ceux qui ont reçu un chèque de l’État pour leur rembourser des impôts du fait du bouclier fiscal contribuent moins à l’effort commun. Ceux là vont maintenant recevoir davantage de la collectivité. Non seulement ils continueront comme les autres à bénéficier des services publics et de tout ce qui est payé par l’impôt de tous, mais en plus ils vont recevoir davantage. Ils vont recevoir quelque chose de plus que tous les autres qu’ils aident moins. Et que tous les autres vont se cotiser pour leur donner. Quoi? L’intérêt de l’emprunt auquel ils vont pouvoir souscrire avec l’argent reversé par l’État du fait du bouclier fiscal. 3 506 contribuables les plus aisés ont touché un chèque moyen de 116 000 euros. Ils peuvent s’en servir pour acheter de l’emprunt Sarkozy. Donc qu’est ce que cet emprunt? Une rente de l’Etat servie aux riches contribuables.

 


LA STRATEGIE D’APPAUVRISSEMENT DE L’ETAT



Nicolas Sarkozy sait parfaitement à quoi s’en tenir car c’est déjà lui qui avait supervisé en 1993 l’emprunt Balladur comme ministre du budget. Un emprunt qui a coûté en intérêts servis plus de 4 milliards de francs à l’État et qui a été remboursé grâce à des privatisations entre 1993 et 1995 (BNP et Elf Aquitaine notamment)! Pour bien comprendre le côté combine irresponsable de cette affaire, il faut savoir que depuis 30 ans, tous les gouvernements de droite ont été les champions de l’endettement car ils ont organisé l’appauvrissement de l’État. Le gouvernement Balladur dans lequel siégeait le petit Nicolas a multiplié par quatre la dette de l’État. En euros constants, les intérêts de la dette ont été multipliés par trois depuis 30 ans. Dans le même temps les investissements de l’État ont été divisés par 2. Depuis 2002, alors que la dette avait diminué sous Jospin, la dette est passée de 57 % du PIB à 67 % du PIB aujourd’hui. Car contrairement aux idées reçues, les recettes de l’État reculent depuis 20 ans! Elles représentaient 21 % du PIB dans les années 1980. Elles n’en représentent plus que 17 % aujourd’hui. Cela constitue une perte de recettes de 60 milliards annuels. Cette érosion des recettes de l’État a été organisée via des baisses régulières d’impôts. Mais aussi par la vente des entreprises nationales qui rapportaient à l’État d’importants revenus.

Voyons cela. Depuis 2002, les réformes fiscales cumulées ont amputé de 30 milliards de recettes annuelles l’impôt sur le revenu, l’ISF et les droits de succession. Rien que le paquet fiscal 2007 de Sarkozy fait perdre 7 milliards par an à l’État: 2 milliards de droits de succession, un demi milliard de bouclier fiscal … Les niches fiscales ont atteint un montant de 73 milliards annuels de manque à gagner pour l’État via des exonérations ou réductions d’impôts sur le revenu ou d’ISF! 85 % des réductions d’impôts bénéficient aux 10 % des foyers les plus riches. Exemple de niches fiscales discutables: exonérations des revenus d’actions possédés par les salariés et mandataires sociaux, exonérations des revenus d’actions avec pacte d’actionnaires, exonération et abattement pour investissement immobilier locatif …réductions d’impôts pour emploi de personne à domicile. Résultat: l’impôt sur le revenu ne représente plus que 17 % environ des recettes fiscales, contre près de 22 % en 1993. Vient a présent mon deuxième argument concernant l’appauvrissement de l’État. On en parle jamais. Il s’agit des privatisations. Les privatisations qui amputent l’État de revenus durables.

De 2002 à 2007, les gouvernements de droite ont vendu pour 47 milliards d’euros en privatisations. C’est le double de la période 1997-2002. Le record absolu de privatisation a été atteint en 2006 avec 17 milliards de ventes annuelles. Aujourd’hui il ne reste plus qu’une centaine de milliards (essentiellement EDF) et l’État s’est privé de ressources annuelles considérables. Quelques exemples de profits annuels d’ex entreprises publiques :


GDF Suez 6,5 milliards de profits 2008 (privatisé par Sarkozy en 2007)

France Télécom 4 milliards de profits 2008 (privatisation lancée par DSK en 1998 et achevée par les gouvernements Raffarin et Villepin)

Total 10,4 milliards de profits 2008 (privatisation débutée en 1986 et achevée en 1993-1995 par Balladur-Sarkozy)

Et même la BNP (privatisée en 1993 par Balladur-Sarkozy) 3 milliards de profits 2008.

 

Cette liste incomplète représente 23 milliards de moins dans les caisses de l’État pour 2009. Deux fois le déficit de la sécu. Vous avez bien lu? Et pour quel mieux collectif tout cela a-t-il été vendu, et perdu ? Dès que je reprends la plume sur ce blog je vais traiter de ce sujet: nos marges de manoeuvres financières. »


Comme tu vois, démonstration impeccable : appauvrissement méthodiquement voulu de l’Etat (après on nous dit que les caisses sont vides), mise aux enchères de nos entreprises publiques, bouclier fiscal, lancement d’un emprunt qui attirera ceux qui ont de l’argent, à savoir ceux qui bénéficient du bouclier fiscal, qui non seulement ont été scandaleusement remboursés mais toucheront des intérêts de nos impôts par cet emprunt ! Voilà comment on se fait entuber encore une fois !!!

 

Je veux juste dire que la démonstration impeccable et très pédagogique de Mélenchon (comme par hasard, aucun grand quotidien ne l'a reprise) montre bien que la vente aux enchères de nos entreprises publiques (la privatisation) appauvrissant l'état, l'oblige à emprunter sur les marchés privés du fait du manque à gagner, notamment pour faire face aux dépenses courantes, alors qu'il a largement de quoi payer le soi-disant "trou de la sécu" (il faudrait que l'état déjà paye toutce qu'il dot à la sécu avant de parler de trou) ou nos retraites (manque compensé par une énième amputation du travail du salarié). L'emprunt (EDF et Sarko) permet des revenus aux très riches protégés par le bouclier fiscal grâce aux intérêts payés par nos impôts.

run_dees.jpg 

L'appauvrissement volontaire de l'état (comme ça a été fait en Argentine qui a connu la faillite totale en 2001) permet aussi son affaiblissement qui le fait abandonner des tas de missions qui sont de son ressort, et qui seront reprises par des partenaires privés : cf le cas US où l'argent est de plus en plus absent pour la défense et donc la prolifération d'entreprises militaires privées (comme DynCop) et paramilitaires qui reprennent une grande partie du travail, ou le racket sur la santé des américains fait par les mutelles privées.



_____________________________________________________________________________________

skullnation_dees.jpgDees
USA et Honduras :


L’administration Obama s’est officiellement jointe aux critiques en condamnant le coup d’Etat et en appelant à la réinstallation de Zelaya (des représentants américains ont participé aux votes à l’OEA et à l’ONU) mais elle a exprimé son hostilité envers Zelaya. A 56 ans, propriétaire terrien et magnat de l’industrie forestière qui fut élu en 2005 sur la base d’un programme de droite en tant que candidat du Parti libéral, un parti de l’establishment bourgeois, Zelaya s’est attiré au cours des dernières années l’hostilité de Washington en adoptant une position populiste et en s’alliant à Chavez. 


Les Etats-Unis se sont abstenus de qualifier officiellement l’expulsion de Zelaya un « coup d’Etat », une dénomination qui, selon le droit américain, forcerait Washington à cesser tout envoi d’aide militaire au pays et imposer des sanctions. De plus, ils n’ont pas rappelé leur ambassadeur.


Le Honduras est le seul endroit en Amérique centrale où les Etats-Unis maintiennent une base militaire permanente.
Huit cents  militaires sont en poste à une base aérienne située à une centaine de kilomètres de la capitale. Washington a durant des décennies appuyé les forces les plus à droite du pays afin de s’en servir comme d’une base pour ses opérations contre-révolutionnaires à travers la région. Les deux officiers qui ont dirigé le coup d’Etat de dimanche, le général de l’armée Roméo Vásquez Velásquez et le général de l’Air Force Luis Javier Prince Suazo, furent formés à l’Ecole militaire des Amériques à Fort Benning en Géorgie.


En 1954, la CIA a utilisé le Honduras comme une base pour orchestrer le coup qui a renversé le président élu du Guatemala, Jacobo Arbenz Guzmán et, en 1980, le pays a servi de base pour les opérations d’une guerre en sous-main menée par les Etats-Unis contre le régime sandiniste au Nicaragua. Ces crimes ainsi que d’autres de l’impérialisme américain ont coûté la vie à des centaines de milliers de personnes au Honduras et dans les régions avoisinantes.


Il y a amplement de preuves qui démontrent que l’administration Obama était fortement impliquée dans des plans des opposants de Zelaya de l’élite dirigeante du Honduras (des sections de la grande
entreprise, de l’armée, de l’establishment politique et de l’Eglise) pour déstabiliser ou renverser son gouvernement

suite ici :
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4791#4791


________________________________________________________________________




_____________________________________________________________________________




HONDURAS:


ORGANISATION QUÉBÉCOISE DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE POUR LES
DROITS HUMAINS (O.Q.S.I.D.H.) ET

LES PARTISANS DE LA PAIX DANS LA JUSTICE POUR TOUS LES DJIBOUTIENS (P.P.J.D.)


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

LE HONDURAS, PAYS DE L'AMÉRIQUE CENTRALE,

EST SOUS LA LOI MARTIALE DEPUIS DIMANCHE, LE 28 JUIN 2009

« Il est une chose qui prit fortement racine en moi : la conviction que la morale est le fondement de tout et que la vérité est la substance de toute morale ». Mahatma Gandhi

 

L'O.Q.S.I.D.H. et les P.P.J.D. appellent les Chefs d'État et de gouvernement participant au XVìème Sommet du Mouvement des pays Non Alignés (MNA) ainsi que tous les Peuples épris de justice et de paix de par le monde, plus particulièrement : les organisations sociales, syndicales, estudiantines à manifester leur solidarité vis-à-vis le Peuple frère du Honduras qui vit sous la loi martiale, depuis le 28 juin 2009.


En effet, ce jour-là, une horde d'extrême droite et des militaires récalcitrants, avec l'aide de l'administration étasunienne qui détient des bases militaires au Honduras, ont perpétré un coup d'État contre Manuel Zelaya, président démocratiquement élu en 2006, en le kidnappant et en l’expulsant vers le Costa Rica. Ils ont aussi kidnappé le même jour, les ambassadeurs de Cuba, du Venezuela, du Nicaragua ainsi que le chancelier de ce pays. Cela démontre, une fois de plus, que les bases militaires étatsuniennes dans les pays en développement sont un danger permanent pour les peuples des dits pays qui aspirent à la liberté, à la justice et à la paix. C'est d'ailleurs, depuis la présence des bases militaires américaines à Djibouti, que le Bassin de la Mer Rouge (Corne de l'Afrique et le Yémen) est devenu la plus grande poudrière de la planète: occupation étrangère de la Somalie, démantèlement du Soudan, agressions répétées de l'Érythrée, violation de la souveraineté du Yémen...

Ce « Coup d'État » a permis à la horde de putschistes militaires sous l'ordre du gouvernement fantoche « de facto » de Roberto Micheletti, de suspendre les droits fondamentaux et démocratiques des Honduriens, droits qui sont garantis par la Constitution du Honduras. La violence qui s'en est suivie nous rappelle l'époque sombre où les États-Unis d'Amérique imposaient des dictatures militaires en Amérique Latine pour servir ses intérêts et piller leurs richesses, tout en perpétrant des crimes abominables contre les populations civiles.


Après l'enlèvement du Président, Manuel Zelaya et de ses ministres par les forces armées militaires, voici qu'à présent, cette horde militaire impose un couvre-feu afin de mieux perpétrer ses crimes sauvages contre la population civile qui réclame pacifiquement la restauration du Président Manuel Zelaya dans ses fonctions. La répression brutale des militaires n'a épargné ni les leaders syndicaux, ni les étudiants, ni les journalistes, ni même les simples citoyens qui ne font que réclamer pacifiquement le respect de la Constitution et le retour du Président, démocratiquement élu, Manuel Zelaya.


Le gouvernement putschiste de Roberto Micheletti a été dénoncé par la véritable Communauté internationale, y compris, par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies (ONU) qui réclame le retour à l'ordre constitutionnel. Quant aux présidents des pays du Système d'intégration centraméricain (SICA), ceux de l'Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA), plus particulièrement, ceux des trois pays ayant une frontière terrestre avec le Honduras (Salvador, Guatemala et Nicaragua) ont tous d'un commun accord décidé de prendre des moyens de pression contre la junte qui s'est accaparée illégalement du pouvoir et ce, jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel. Les États-Unis d'Amérique qui ont pourtant appuyé du bout des lèvres la résolution de l'Organisation des États américains (OÉA) du 28 juin 2009 qui imposait un ultimatum sévère à « leur » gouvernement putschiste, ont conseillé à ces derniers de se retirer de l'OÉA, avant l'expiration du dit ultimatum, le samedi 4 juillet 2009...En agissant de la sorte, cette unique superpuissance croit pouvoir se laver les mains des crimes commis par ses marionnettes et ainsi prétendre qu'ils n'ont plus de moyens de pression légaux pour les déloger!

NOUS EXIGEONS

Que le gouvernement illégal et anticonstitutionnel de Roberto Micheletti abandonne son attitude sauvage et criminelle contre son Peuple et nous exigeons le retour immédiat de Monsieur Manuel Zelaya Gonzalez dans ses fonctions à la tête de la magistrature suprême jusqu'à l'expiration de son mandat, en janvier 2010 et cela dans le respect des droits institutionnels et du droit souverain du Peuple Hondurien qui ne demande que la paix et la justice

NOUS EXHORTONS

Les Peuples épris de justice et de paix de par le monde et plus particulièrement, ceux des Amériques d'être vigilants et de continuer à mener des campagnes contre la dictature en place au Honduras et pour la restauration de l'ordre constitutionnel représenté par le gouvernement du Président, démocratiquement élu, Monsieur Manuel Zelaya Gonzalez.


NOUS IMPLORONS

Les chefs d'État et de gouvernement du Mouvement des pays Non Alignés (MNA) qui participeront au XVe Sommet, à Charm El Cheik (Égypte), du 11 au 16 juillet 2009, de prendre les mesures qui s'imposent pour déloger la dictature en place et pour réintégrer le Président, Manuel Zelaya Gonzalez, à son poste légitimement acquis, grâce au Peuple souverain du Honduras, comme Président du Honduras.

Fait à Québec,( Canada), le 5 juillet 2009

Pour l'O.Q.S.I.D.H. Pour les P.P.J.D.

aldahan@oricom.ca  


boycott-produits.jpg



Reçu ce communiqué :

 

POURQUOI NOUS, associations JUIveS, BOYCOTTONS LES PRODUITS ISRAÉLIENS


 

En tant qu’associations juives attachées aux droits des peuples et en tant que citoyens mobilisés pour l’égalité, la justice et la liberté, nous ne pouvons pas supporter :


Ø  que l’Etat d’Israël poursuive sa politique sioniste de colonisation, d’exclusion, de dépossession, de répression, d’humiliation, d’apartheid et d’épuration ethnique contre le peuple palestinien


Ø  qu’il bénéficie d’une impunité politique sur la scène internationale alors qu’il bafoue constamment le droit international et notamment les résolutions de l’O.N.U., dont celle pour le droit au retour des réfugiés


Ø  que face à ceux qui s’opposent à sa politique il se livre à l’odieux chantage à l’antisémitisme, à la manipulation honteuse de la mémoire du génocide, chantage et manipulation relayés par ses agents dans divers pays, dont en France le CRIF (« Conseil Représentatif des Institutions Juives de France ») et soutenus activement par la politique de Sarkozy.

 

Parce que tous les autres moyens d’action, si utiles soient-ils (condamnations verbales, interventions auprès des élus et des gouvernements, témoignages, pétitions…) ne suffisent pas à faire plier l’Etat d’Israël, nos deux associations, l’Union Juive Française pour la Paix et le Réseau International Juif Antisioniste appellent à participer activement à la

 

CAMPAGNE INTERNATIONALE B.D.S.

Boycott Désinvestissement Sanctions jusqu’à la fin de l’occupation

et jusqu’à ce qu’Israël respecte le droit international

 

Cette campagne, initiée par une énorme coalition d’organisations de la société civile palestinienne et soutenue par les réfugiés palestiniens, les Palestiniens d’Israël et la minorité juive anticolonialiste israélienne, commence à porter ses fruits : ainsi la société Véolia est en train de se retirer de la construction du tramway reliant Jérusalem aux colonies israéliennes.

Aujourd’hui, des mobilisations se développent contre la vente de produits israéliens dans des grandes surfaces et contre le projet de Georges Frêche, président du Conseil Régional de la région Languedoc Roussillon, de transformer le port de Sète en tête de pont pour la vente en Europe des produits agricoles issus des colonies israéliennes

 

Les « plans de paix » cyniques, version Netanyahou, Kadima ou Parti travailliste, ça suffit !

 

Nous ne tolérerons pas qu’Israël écrase le peuple palestinien et menace par sa politique belliqueuse la paix dans le monde !

N’oublions pas les horreurs perpétrées à Gaza, exigeons la levée immédiate du blocus : face à la lâcheté des autorités politiques, un sursaut moral et politique de la société civile s’impose.

 

Le boycott de l’Afrique du Sud avait contribué à mettre fin au régime d’apartheid : aujourd’hui cette politique est nécessaire et possible contre Israël

 

 

Paris le 7 Juillet 2009

 

Union Juive Française pour la Paix (UJFP)                             International Jewish Anti-zionist Network (IJAN)   

21 ter rue Voltaire 75011 PARIS                                                Email : europe@ijsn.net 

Téléphone : 06 61 33 48 22  -  Email : contact@ujfp.org

 Site : www.ujfp.org            

____________________________________________________________________________________



Alerte ! Silence Médias sur l'épuration rampante en France concernant ceux qui ne vont pas dans le sens des intérêts américains et israéliens !

Aymeric ChaupradeInterview d’Aymeric Chauprade


Éditeur de science politique et d’histoire depuis 1994 et professeur de géopolitique depuis 1999, Aymeric Chauprade est également consultant international pour de grands groupes français ou pour des États sur les contentieux géopolitiques.

Il a publié plusieurs ouvrages, notamment « Géopolitique, constantes et changements dans l’histoire » (Éd. Ellipses), devenu un manuel de référence, et plus récemment « Chronique du choc des civilisations » (février 2009, Éd. Dargaud), qui a provoqué son éviction brutale de sa chaire de géopolitique. 6 juillet 2009


http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-33561572.html

Source: Silvia Cattori

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4799 




TV-homme.jpg


Notre fil rouge pour décoder l'info :
les 5 règles de la propagande de guerre

 

A chaque guerre, coup d’Etat ou agression menée par l’Occident, les grands médias appliquent ces cinq « règles de la propagande de guerre ». Employez vous-même cette grille de lecture lors des prochains conflits, vous serez frappé de les retrouver à chaque fois : 1. Cacher l'Histoire. 2. Cacher les intérêts économiques. 3. Diaboliser l’adversaire. 4. Blanchir nos gouvernements et leurs protégés. 5. Monopoliser l'info, exclure le vrai débat.

 

Application au cas du Honduras
Juillet 2009...


1. Cacher l'Histoire.

Le Honduras est l’exemple parfait de la « république bananière » aux mains des USA. Dépendance et pillage colonial ont provoqué un énorme fossé riches-pauvres. 77% de pauvres selon l’ONU. L’armée hondurienne a été formée et encadrée - jusque dans les pires crimes - par le Pentagone. L’ambassadeur US John Negroponte (1981-1985) était surnommé « le vice-roi du Honduras ».




2.  Cacher les intérêts économiques.


Aujourd’hui, les multinationales US (banane Chiquita, café, pétrole, pharmacie…) veulent empêcher ce pays de conquérir son indépendance économique et politique. L’Amérique du Sud s’unit et vire à gauche, et Washington veut empêcher l’Amérique centrale de suivre la même voie.




3. Diaboliser l’adversaire.


Les médias ont accusé le président Zelaya de vouloir se faire réélire pour préparer une dictature. Silence sur ses projets sociaux : augmentation du salaire minimum, lutte contre l’hyperexploitation dans les usines-bagnes des firmes US, diminution du prix des médicaments, aide aux paysans opprimés. Silence sur son refus de couvrir les actes terroristes made in CIA. Silence sur l’impressionnante résistance populaire.




4. Blanchir nos gouvernements et leurs protégés.


On cache le financement du putsch par la CIA. On a présenté Obama comme neutre alors qu’il refusait de rencontrer et de soutenir le président Zelaya. S’il avait appliqué la loi et supprimé l’aide US au Honduras, le coup d’Etat aurait été vite arrêté. Le Monde et la plupart des médias ont blanchi la dictature militaire en parlant de « conflit entre pouvoirs ». Les images de répression sanglante ne sont pas montrées au public. Bref, un contraste frappant entre la diabolisation de l’Iran et la discrétion sur le coup d’Etat hondurien « made in CIA ».




5. Monopoliser l’info, exclure le vrai débat.


La parole est réservée aux sources et experts « acceptables » pour le système. Toute analyse critique sur l’info est censurée. Ainsi, nos médias empêchent un vrai débat sur le rôle des multinationales, des USA et de l’UE dans le sous-développement de l’Amérique latine. Au Honduras, les manifestants crient « TeleSur ! TeleSur ! » pour saluer la seule télé qui les informe correctement.


http://www.michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2181:notre-fil-rouge-pour-decoder-linfo-les-5-regles-de-la-propagande-de-guerre&catid=1:articles&Itemid=2

liste complète


Superbe ! A ne pas manquer ! Pour le plaisir !
http://www.youtube.com/watch?v=xgHmSdpjEIk



Les Israéliens veulent la guerre contre l ' Iran
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-33606360.html



2vkbux5.jpg 

Les amis passent, et toujours rien à se mettre sous la Lang- http://laplote.over-blog.fr






Publication non terminée 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 22:02

premier-mai-manif.jpg les 8 Organisations syndicales franciliennes CGT, CFDT, FO, CFE/CGC, CFTC, FSU, UNSA, Solidaires appellent les salariés, les demandeurs d'emploi et les retraités à participer à la manifestation régionale qui se tiendra, le vendredi 1er mai 2009, à 14 heures, à Paris, de Denfert-Rochereau à la Bastille. 

     Crise : qui va payer les pots cassés?


Sommaire :

A propos de Durban 2 :
Armes de destruction massive de l'Occident
Violations du droit international
Boucherie de Gaza
Racisme, colonialisme, génocide.
Complaisance des médias envers l'intolérable.
Deux poids deux mesures.
Est-il permis de critiquer Israël ?
Médiamensonges et vérité des faits.
Impunité de l'Empire.
Divorce Etats-peuples.

Durban 2, l'émancipation des peuples !
Editorial d'Eva

Armes de destruction massive, interdites, sur Gaza.

Tous victimes d'une pensée totalitaire,
par Rita Pitton.

Les images qui accusent l'Occident partisan.

La démocratie-mensonge.

Le Lobby: Terrorisme intellectuel !

Tramway à Jérusalem-Est.

Sélection de liens.

Pour tout ce qui touche la crise,
notamment l'article à lire :
"L'Europe dans cette crise",
consulter mon blog complémentaire :
http://sos-crise.over-blog.com.

Pour la désinformation, c'est mon blog :
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com

Et contre le choc de civilisations,
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com

Abonnez-vous à mes blogs,
c'est gratuit !

_______________________________________________________________________________


napalm-gaza.jpg




(Genève) « Israël utilise des bombes incandescentes contre la population civile de Gaza » dénonce le Centre palestinien pour les droits de l'homme, ONG basée à Ramallah. « Au seizième jour de l'offensive israélienne, au moins une centaine de civils de la région de Khan Younis souffraient de brûlures de la peau, spasmes et sérieuses difficultés respiratoires imputables à ces bombes. Le Centre est en train de mener une enquête sur l'utilisation et les composantes de ces armes létales par la force d'occupation israélienne. » S'agit-il du phosphore blanc, reconnaissable aux nuages de fumée qu'il provoque et à l'odeur d'ail qu'il dégage ? « Oui, assure Raji Sourani, directeur de l'organisation, de passage à Genève pour la session spéciale du Conseil des droits de l'homme sur Gaza. L'utilisation de phosphore blanc contre des civils, dans des zones d'habitation très peuplées, est interdite par le droit international. »

De son côté, Human Rights Watch appelait Israël, le 10 janvier, à « arrêter l'utilisation illégale de phosphore blanc à Gaza. »

                              carte-postale-gaza-copie-4.jpg

La France renchérissait deux jours plus tard, demandant à l'Etat hébreu de ne pas utiliser ce genre d'obus. A noter que des médecins norvégiens ont aussi soupçonné l'armée israélienne d'utiliser un nouveau type d'armes dites DIME, selon le quotidien Le Monde. Comme à Fallouja ? L'ONG italienne Un Ponter per… avait réalisé l'un des rares documentaires sur l'usage et les conséquences du phosphore blanc à Fallouja en Irak. Dans un article intitulé « Phosphore blanc à Gaza : Israël nie, mais les accusations se multiplient » et publié sur son site Internet, l'ONG fait remarquer qu'en l'absence de journalistes et d'observateurs internationaux, les blogueurs palestiniens de Gaza ont été les premiers à accuser Israël d'utiliser ce produit. Martina Pignatti, responsable des programmes à Gaza pour l'ONG, commente : « Nous ne sommes pas des experts militaires. Mais les témoignages concordent et les images sont les mêmes qu'à Fallouja. Dans les faits, le phosphore blanc est utilisé comme une arme chimique, une arme de destruction massive. C'est très grave qu'il n'y ait pas encore de condamnation ferme d'Israël pour ces crimes de guerre. Et que l'opinion publique internationale soit si peu informée. »

             enfant-d-chiquet--dos-copie-1.jpgbr-l-s-enfants-la-pire.jpg

« Une attaque au phosphore blanc ne peut pas être considérée comme une frappe chirurgicale, assène Kasra Mofarah, ancien coordinateur de la plate-forme des ONG en Irak, joint par téléphone. Elle provoque des brûlures terribles qu'aucun service hospitalier n'est capable de soigner. » Un nouveau napalm ? Le phosphore blanc serait-il un nouveau napalm ? « Non », assure Ludovic Monnerat, rédacteur en chef adjoint de la Revue militaire suisse : « Le napalm, c'est de l'essence gélifiée et mise à feu. Le phosphore blanc n'est pas aussi dangereux, même si c'est une sale arme. Il n'est pas considéré comme une arme chimique au sens de la convention du même nom et n'est donc pas interdit. Mais différents acteurs estiment le contraire et la controverse fait rage. » Où Israël se procurerait-il cette substance ? L'expert militaire répond : « J'imagine qu'ils la fabriquent eux-mêmes.

Paradoxalement, certains pays soumis aux embargos sur les armes finissent par développer une industrie indigène et produire localement le matériel militaire qu'on voulait interdire. L'Afrique du Sud et Israël sont devenus de grands exportateurs d'armes. La Suisse ne vend d'ailleurs quasiment pas d'armes à Israël et la coopération militaire entre les deux pays profite surtout à la Suisse. » Droit humanitaire violé ?

Palestine-sous-grillage--APFS.jpg

Les conventions de Genève 

Les quatre conventions de Genève et leurs protocoles additionnels sont au cœur du droit international humanitaire, connu aussi comme le droit des conflits armés. Le DIH vise à réglementer les conflits pour en limiter les effets, notamment sur les civils, mais aussi sur les prisonniers de guerre. Les quatre conventions ont été adoptées en 1949. La première porte sur l'amélioration du sort des blessés et des malades dans les forces armées en campagne ; la deuxième vise à l'amélioration du sort des naufragés, des malades et des forces armées sur mer ; la troisième porte sur le traitement des prisonniers de guerre ; la quatrième sur la protection des civils en temps de guerre. Les deux protocoles additionnels de 1977 visent la protection des victimes des conflits armés internationaux (I) et la protection des victimes des conflits armés non internationaux (II). Un troisième protocole a été adopté en 2005, portant sur l'adoption d'un signe distinctif additionnel.

L'armée israélienne a assuré que l'utilisation de ses armes « s'exerçait dans le cadre des limites légales du droit international ». Anyssa Bellal, de l'Académie de droit international humanitaire de Genève, explique : « Les munitions au phosphore blanc ne sont pas interdites par le DIH [droit humanitaire international], contrairement à d'autres armes comme les bombes à fragmentation, les mines anti-personnel et les armes chimiques. Mais leur utilisation est soumise aux principes de ce même droit : elles ne doivent pas causer de maux superflus et il faut distinguer entre civils et combattants. » Daniel Klingele, chef de la section DIH au ministère suisse des Affaires étrangères, renchérit : « Quand une armée utilise du phosphore blanc dans des zones densément peuplées, elle doit prendre des précautions particulières, renchérit afin de réduire au minimum les pertes et blessures sur la populations civile et les dommages aux biens matériels. »

         desolation.jpgbis.jpg

Human Rights Watch considère que le droit international coutumier interdit l'utilisation des armes au phosphore blanc dans un endroit aussi peuplé que la bande de Gaza, d'autant plus que d'autres armes, moins nuisibles, sont disponibles. Le CICR refuse de s'exprimer sur l'utilisation présumée de ce produit par l'armée israélienne, faute d'avoir vérifié directement la véracité des allégations. Mais Dominique Loye, conseiller juridique, accepte de nous livrer une analyse légale, sans se prononcer sur le cas spécifique d'Israël. « Cela dépend de ce qu'on fait du phosphore blanc. Si on l'utilise comme arme fumigène, il faut prendre les précautions nécessaires pour que les civils ne soient pas blessés ou, s'ils le sont, pour que leurs blessures ne soient pas disproportionnées par rapport à l'avantage militaire. Son utilisation contre des civils est clairement interdite. Si le produit est utilisé contre des combattants ennemis, il faut s'assurer qu'il n'existe pas d'autres moyens moins horribles. » N'est-ce pas du relativisme cynique et macabre ? Dominique Loye répond : « L'idéal, c'est qu'il n'y ait pas de guerre. Mais quand une guerre éclate, le DIH cherche à en limiter les effets sur la population civile : garantir l'accès aux civils, ne pas les bombarder. »

http://www.rue89.com/2009/01/16/guerre-de-gaza-phosphore-blanc-le-nouveau-napalm
http://www.aidh.org/Racisme/Durban_fr.pdf



Lobby.jpg

Reçu ce texte, fort pertinent,
d'une Lectrice-écrivain :
Est-il permis de critiquer Israël ? Non !
Vive la démocratie !
(NB Eva :
Manque entre autres, le nom de Dieudonné...)

Le problème c'est aussi ici, et ce n'est pas seulement avec le président Iranien

- Pascal Boniface directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques a critiqué israel, résultat sanction
- Alain Ménargues  journaliste a critiqué Israel, résultat sanction
- Richard Labévière journaliste  a critiqué Israel ,résultat sanction
- Jimmy Carter  ancien président des USA prix Nobel de le paix, a critiqué Israel ,résultat on a voulu lui interdire de vendre son livre
- Jean Marie Bigard humoriste ne croit à la version des avions sur le Pentagone, résultat sanction


d-mocratie.jpg

- Alain Hertoghe journaliste a donné sa version sur l'invasion de l'Irak, résultat sanction
- Marion Cotillard comédienne ne croit pas à la version du 11 septembre !!!!! Résultat....
-  Bruno Guigue  préfet a critiqué Israel, résultat sanction
- Aymeric Chauprade Professeur de géopolitique au Collège Interarmées de Défense Directeur de la Revue française de géopolitique. ne croit pas à la version du 11 septembre,  résultat sanction


Rita Pitton
Le Monde de Rita
RP_001.JPGEloge de la
spiritualité
Vous pouvez le commander aux Éditions l'Originel

http://ritapitton.hautetfort.com/ 
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/article-22440788.html
http://ritapitton.hautetfort.com/archive/2008/08/31/communion-des-civilisations.html






Tous couchés devant un Etat de 6 millions d'individus...
Pourquoi ? Par Eva

Serait-ce parce qu'il occupe tous les postes-clefs de l'Economie, de la Finance, du Pouvoir, des Médias ? Est-ce cela la démocratie, le cumul entre les mains de quelques-uns ? Le fait que l'on ne puisse critiquer cet Etat, et le punir pour ses crimes et ses violations du Droit, et qu'au contraire ses détracteurs soient montrés du doigt, n'est-il pas la preuve de la réalité de sa toute-puissance ? Et dans ce cas, est-il permis de dire la vérité, ou est-on antisémite parce que l'on dit ce qui se passe réellement ?

Les peuples, et les Justes, en ont assez de ce deux poids deux mesures intolérable ! Eva, éprise par-dessus tout de Paix, de Vérité, de Justice. Au risque du non-alignement à la Pensée Unique, bien sûr ! Et d'être traitée à tort d'antisémite, alors qu'elle combat farouchement le racisme (portant en elle tant d'influences géographiques, religieuses, culturelles ! Et donc universaliste, citoyenne du monde, humaniste), le communautarisme, les extrémismes, les fanatismes, et les fondamentalismes religieux (voir en particulier son blog http://eva-communion-civilisations.over-blog.com ). Et toujours prête à dénoncer les POLITIQUES militaro-financières, libérales et va-t-en guerre, et les ATTITUDES sectaires, arrogantes, prédatrices, contraires à l'éthique, à la solidarité, au respect de tous ! 


antisemitisme.jpg

Exemple de vassalisation, au P.S. atlantiste et néo-sioniste (Mme Martine AUBRY):

Je demande au Président de la République de donner instruction à la délégation française de quitter cette conférence et d'appeler officiellement ses homologues européens à faire de même", déclare Mme Aubry dans un communiqué, condamnant "avec la plus grande vigueur" les propos "racistes et antisémites" de Mahmoud Ahmadinejad.


60-ans-non.jpg



Le tribunal de Nanterre se déclare compétent
sur la procédure engagée par l'AFPS
contre Véolia transport, Alstom et Alstom transport
concernant la construction et l'exploitation
d'un tramway à Jérusalem-Est



Au mois de février 2007, l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) a fait assigner les Sociétés VEOLIA TRANSPORT et ALSTOM devant le Tribunal de Grande Instance de NANTERRE afin de faire reconnaître le caractère illicite du contrat signé par ces sociétés, au mois de juillet 2005, avec le gouvernement d’Israël, dans le cadre du consortium City Pass, chargé de la construction et l’exploitation d’un tramway à Jérusalem-Est.

L’AFPS a demandé également au Tribunal d’interdire à ces sociétés de poursuivre l’exécution Ė du contrat qui viole notamment les dispositions de la Convention de Genève du 12 août 1949 relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, et favorise l’expansion de la colonisation illicite de Jérusalem Est par l’Etat d’Israël, le tracé de la ligne de tramway qui en est l’objet tendant à relier le Centre de Jérusalem Ouest à des colonies de l’Est, installées sur des terres confisquées au Palestiniens.

L’O.L.P. est intervenue à cette procédure et s’est jointe aux demandes de l’AFPS.

Les sociétés ALSTOM et VEOLIA TRANSPORT, pour éviter tout débat au fond, ont soulevé devant le Tribunal divers moyens d’incompétence et d’irrecevabilité qui ont donné lieu à différents jugements (11 janvier 2008, 6 juin 2008) qui ont condamné ALSTOM ET VEOLIA TRANSPORT à communiquer la traduction jurée en français de la totalité du traité de concession et de ses annexes.

Les pièces communiquées à nos Conseils ont révélé que les sociétés ALSTOM et VEOLIA TRANSPORT participent directement à l’exécution de ce contrat, bien qu’elles ne soient pas signataires du contrat de concession signé le 22 septembre 2004 entre la société City Pass de droit israélien et l’Etat d’Israël.

Il en est de même pour la société ALSTOM TRANSPORT qui au surplus bénéficie d’un contrat d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction.

C’est la raison pour laquelle l’OLP et l’AFPS ont également assigné le 18 novembre 2008 la société ALSTOM TRANSPORT devant le Tribunal de Grande Instance de NANTERRE aux fins de faire constater le caractère illicite de son contrat et d’interdire à ladite société de poursuivre l’exécution de ses engagements.

L’ensemble des affaires concernant les sociétés ALSTOM, ALSTOM TRANSPORT et VEOLIA TRANSPORT a été plaidé sur les questions de compétence et les irrecevabilités de procédure à l’audience du 2 février 2009.

Le Tribunal a rendu sa décision le 15 avril dernier.

Le jugement, reprenant en grande partie l’argumentation de nos Avocats, nous donne satisfaction concernant la compétence du Tribunal de Grande Instance de NANTERRE et la recevabilité de l’AFPS même si, pour des raisons de forme, le Tribunal a déclaré l’OLP en l’état irrecevable, cette irrecevabilité pouvant être régularisée pour l’avenir.

Le Tribunal a tout d’abord constaté, au regard des pièces que les sociétés ont été contraintes de verser aux débats, que VEOLIA TRANSPORT, ALSTOM et ALSTOM TRANSPORT participent à l’exécution du contrat de concession et qu’en conséquence elles étaient bien en situation de parties défenderesses, contrairement à ce que soutenaient les trois sociétés.

Le Tribunal s’est par ailleurs déclaré matériellement compétent, considérant notamment que les sociétés mises en cause ne pouvaient soulever l’incompétence au motif que l’Etat d’Israël bénéficierait de l’immunité de juridiction d’un Etat étranger.

Le Tribunal a en effet jugé : « outre que l’Etat d’Israël n’est pas partie à cette instance, cet Etat ne saurait en tout état de cause sérieusement soutenir et agir au titre des contrats querellés en qualité d’Etat souverain puisqu’il est en réalité puissance occupante de la partie de la Cisjordanie où est construit et où sera exploité le tramway litigieux, partie reconnue par la Communauté des Nations et la Cour internationale de justice comme relevant du territoire palestinien ».

Le Tribunal s’est également déclaré territorialement compétent, les sociétés défenderesses ayant leurs sièges sociaux dans son ressort.

Il a au surplus motivé sa compétence de la façon suivante : « compte tenu du risque de déni de justice inhérent à la nature de ce litige, la juridiction française est bien, de prime abord, compétente pour son règlement dans le souci de garantir le libre accès à la justice des parties en cause, au visa des dispositions de l’article 6 § 1 de la convention européenne des droits de l’homme. Il est de jurisprudence constante que le risque de déni de justice est un critère de compétence des juridictions françaises dès lors que le litige présente un rattachement avec la France, ce qui est bien le cas dans les circonstances de la présente espèce, les défenderesses étant des entreprises françaises domiciliées en France, ALSTOM TRANSPORT reconnaissant notamment que ses usines de LA ROCHELLE, du MANS, LE CREUSOT, VILLEURBANNE et TARBES fabriquent 46 voitures du métro de Jérusalem ».

ALSTOM, ASTOM TRANSPORT et VEOLIA TRANSPORT avaient également plaidé l’irrecevabilité de la demande introduite par l’AFPS en soutenant que celle-ci, partie tiers au contrat querellé, n’établissait pas sa qualité pour agir.

Là encore, le Tribunal a rejeté l’argumentation des défenderesses en reconnaissant la qualité de l’AFPS d’ester en justice, compte tenu de ses statuts.

Le Tribunal a par ailleurs rappelé : «  il est désormais de principe qu’une association, peut même hors habilitation législative, agir en justice au nom d’intérêts collectifs dès lors que ces derniers entrent dans son objet social. En l’espèce une atteinte à l’objet social de l’AFPS du fait de l’exécution de contrats supposés illicites en référence au droit humanitaire international serait manifestement susceptible de lui causer à tout le moins un préjudice moral. »

C’est dans ces conditions que le Tribunal a renvoyé l’examen du dossier à une audience de procédure le lundi 8 juin 2009 pour fixation de la date des plaidoiries au fond.

Néanmoins, il convient de préciser que les sociétés ont la possibilité de faire appel du jugement rendu.

L’AFPS ne manquera pas de donner toutes informations utiles sur la suite de la procédure.

Paris le 20 avril 2009

 

 Association France-Palestine Solidarité (AFPS) 21 ter Rue Voltaire 75011 Paris Tél: 01.43.72.15.79 Fax: 01.43.72.07.25 afps@france-palestine.org www.france-palestine.org




octopus-copie-copie-1.jpg

Durban, l'émancipation des peuples.
Editorial d' Eva


Durban 2. Une bouffée d'air frais, attendue par les peuples victimes de discriminations, et ulcérés par la politique du "deux poids, deux mesures" menée par les Occidentaux ivres de domination. La fête de la Parole retrouvée. Un souffle de liberté....  pour les Etats exclus des G7, G8, G20 et autres rencontres des "Grands" entre eux - et contre les peuples, toujours, quoiqu'en dise la presse complice, parce que néo-sioniste et aux mains des Grand Groupes de l'Armement.

Hélas, l'Occident a gâché la fête des peuples avides d'émancipation. Une mise en scène savamment, machiavéliquement préparée, avec coup d'éclat et pantomine grotesque à la clef. Une France qui accepte l'invitation, pour mieux la saboter, en organisant le départ, très médiatisé, des délégations européennes, afin de discréditer l'Iran, de le déconsidérer (avant de l'attaquer, sans doute, bientôt). Tout était prévu, de Paris, avec la présence de quelques étudiants juifs français, costumés en clowns, pour en définitive mieux souligner la dérision, le mépris dans lequel les peuples sont tenus. Et ces militants, comme ceux, avant les jeux Olympiques, de Reporters sans Frontières, ont pu agir en toute impunité grâce à la complicité des participants Occidentaux. Triste spectacle offert par nos "Démocraties" !

stan--tank-et-sang-P.jpg 

Durban 1 s'est achevée sur une déclaration finale consensuelle, respectable. Son tort a été d'user de sa liberté pour rappeler aux "Grands" les souffrances infligées aux Palestiniens, pour rappeler, aussi, les violations et les exactions d'Israël. Le crime suprême... Pas touche Israël, vache sacrée de l'Occident. Et tant pis pour la Justice!

Qu'a dit le Président iranien ? A-t-il nié l'holocauste ? A-t-il appelé à rayer Israël de la carte, comme bien des élus, et non des moindres, de ce pays, rêvent de le faire pour l'Iran, la Cisjordanie et Gaza - pour commencer... Eh bien, pas du tout. Non, Mahmoud Ahmadinejad a dit tout haut ce que les peuples du monde entier pensent tout bas, des choses de bon sens, très justes : Les lobbies sionistes font la loi partout; Ils ont incité les alliés américains à attaquer l'Irak et l'Afghanistan, sous des prétextes totalement fallacieux, et en provoquant des dégâts effroyables pour le plus grand bénéfice des industriels de l'Armement; Ce qui s'est passé à Gaza est un génocide déguisé; Les  Sionistes pillent les richesses des Nations en contrôlant les Centres de pouvoir du monde (la journaliste que je suis est la première à dénoncer, au nom du nécessaire pluralisme, l'intolérable confiscation de la liberté de la presse par ce Clan au service de la politique occidentale la plus brutale); Les effets de ces politiques effroyables pèsent sur les habitants du monde entier; Tout est fait pour étouffer les voix libres, non alignées, refusant la tyrannie qui s'étend sur le monde; L'Etat d'Israël est un Etat raciste...

Mais quel citoyen normalement constitué, épris de justice, connaissant les fondements de la politique mondiale, pourrait nier ces accusations ? Elles sont fondées, FONDEES ! Toute assimilation à de l'antisémitisme, tout amalgame, est un contre-sens complet, de la mauvaise-foi, une atteinte à la vérité des faits ! Oui, des faits, établis, vérifiables, dénoncés par les Organisations de Défense des Droits de l'Homme !

le-monde-musulman-et-les-caricatures-122

L'Occident se targue de défendre des valeurs. Mais quelles valeurs ? La démocratie ? Elle est sans cesse piétinée dans les faits ! Et le Nouvel Ordre Mondial menace les dernières libertés, au profit d'un Désordre Totalitaire Planétaire ! Il suffit de voir comment les Médias traitent l'information, en la déformant à des fins de pure propagande, pour comprendre à quoi ressemble véritablement notre démocratie, celle-là même qu'on veut imposer par la force aux autres peuples, sinistre violation des principes proclamés ! Le droit de vote, alors ? Tiens donc ! Il est sans cesse bafoué par le bourrage de crâne permanent des Médias aux ordres !

Et de quel droit l'Occident donnerait-il des leçons au monde entier ?  Au nom de la lutte contre le racisme, contre les discriminations ? Et dans ce cas, pourquoi toujours exonérer Israël de ses crimes abominables, de ses violations du Droit international comme bon lui semble, oui sans être inquiété, comme s'il pouvait tout se permettre, même ce que l'on ne tolère pas de la part des autres peuples moins puissants ??? 


Vous avez dit racisme ?


L'Occident, chevalier blanc ? Tiens donc !  Israël , qui se targue d'être un Etat juif, est mal placé pour s'offusquer, lui qui discrimine en permanence ses concitoyens lorsqu'ils ne sont pas de confession juive; lui qui a mis en place un Etat juif ne traitant pas de la même façon ses habitants, dans bien des domaines et notamment en matière d'emploi ou d'acquisition de terres (Seul le Peuple "élu" en a le droit). Les Nouveaux Historiens Juifs ne parleront pas différemment. D'ailleurs, Israël s'apprête à chasser des Arabes de Jérusalem pour "juiviser" la Ville Sainte. Et que dire de la politique d'Apartheid envers les Palestiniens, pour moi la plus grande abomination de notre siècle ? Les Sud-Africains, il était permis de les critiquer, de les dénoncer, de boycotter leurs produits. La tête haute. Rien de tel lorsqu'il s'agit des Israéliens : Eux ont tous les Droits. Honte à ceux qui les critiquent ! Ce sont eux qui sont dénoncés. Et combien de Juifs refusent de tendre la main à un Non-Juif, de peur de se "salir" ? Je l'ai expérimenté. Et j'ai personnellement participé à des Forums où, à mon grand regret, je constatais que la plupart des intervenants parlaient de "peuple à part", et qu'ils insultaient avec mépris ceux qui n'avaient pas l'heur d'être nés Juifs, les excluant de fait de la Communauté humaine. Moi qui ai du sang juif, mais aussi orthodoxe et catholique, je souffrais de tant d'intolérance, de tant de sectarisme. Ne sommes-nous pas citoyens du même monde, enfants du même Dieu, frères et soeurs en humanité ? 

affiche-horreur-P-ali.jpg

Horreur des Camps, "Shoah" des Tsiganes d'abord (la moitié de la population), des Juifs ensuite (le tiers de la population), et de tant d'autres, certes. Mais aussi extermination des Amérindiens, des Noirs, des Arméniens, des Indiens d'Amazonie, et de beaucoup encore... qui en parle ? Pas la presse occidentale, sauf exception. Et aujourd'hui, camps de l'abomination en Palestine !  C'est à dire une extermination lente, et non brutale, claire, nette comme dans le cas de la Shoah. Mais aussi tangible: Au final, le but est de se débarrasser des gêneurs palestiniens, pour pouvoir s'emparer du gaz offshore. Un crime absolu, dans l'indifférence complète des dirigeants occidentaux, avec des armes prohibées utilisées en masse sur des citoyens sans défense, ne pouvant fuir, et condamnés à concevoir, ensuite, des enfants malformés, atteints mentalement, etc ! Des occidentaux complices, donc... Et pourtant donnant des leçons de morale au monde entier, un monde consterné par le fossé existant entre les proclamations et les actes !

Poursuivons. Racisme ? A l'injuste, horrible, indéfendable racisme anti-juif qui a trop longtemps perduré, a succédé, aujourd'hui, l'antisémitisme envers les citoyens musulmans, l'islamophobie. Justement, j'écris cet article en écoutant l'émission d'Arte sur Durban, l'ONU, les Droits de l'Homme. Que croyez-vous qu'il arrivât ? Eh bien, celle-ci est un prétexte pour fustiger l'Islam, les Musulmans, la Charia, encore et toujours : A un racisme, succède un autre; Sans bruit. Lentement, mais sûrement. Propagé par les Médias infâmes, au service du grand Capital et des Industriels de Mort ! C'est si commode pour détourner l'attention des problèmes socio-économiques et de leurs concepteurs...

zionism-terrorism.jpg

Liberté d'expression, également au menu de l'émission d'Arte. Fort bien. Mais de quelle liberté parle-t-on, quand il n'est pas permis de critiquer Israël ? C'est d'ailleurs le thème d'un livre, écrit par un grand, un vrai démocrate : Pascal Boniface. Ostracisé lui aussi pour avoir osé aborder le sujet tabou, le peuple "intouchable", la vache sacrée de l'Occident... Démocratie à géométrie variable ! Selon que vous serez puissant ou misérable, n'est-ce pas ... Honte à cet Occident arrogant, bourreau de tant de peuples, et si exigeant envers les autres ! Et en même temps si prompt à diffamer le Sacré...

Et la question coloniale, alors ? Qui, sinon l'Occident, a semé aux quatre coins de la panète douleurs, injustices, larmes, ruines, morts innombrables ? Le colonialisme, l'impérialisme, ne sont-ils pas les formes les plus abouties du racisme, du mépris envers des êtres différents, considérés comme inférieurs, à éduquer, par exemple ? A exploiter, aussi, du même coup.... car la "civilisation" des "barbares" se double toujours du pillage des ressources des peuples "à ré-éduquer" !

colonialisme-ogre.jpg

N'oublions pas non plus la façon dont les auto-proclamés démocrates, chevaliers du Bien, de la Liberté, du Droit, traitent les migrants, les réfugiés, les citoyens d'autres pays attirés par les mirages généreusement médiatisés et finissant misérablement dans les entrailles de l'Occident, tantôt entre les griffes des trafiquants d'individus, tantôt derrière les barreaux des prisons de l'Europe démocrate, quand ils ne s'échouent pas, tout simplement, sur une plage qui recueillera leurs derniers râles... Encore aujourd'hui, l'Occident indigné par le racisme fait la Une des journaux à Calais (comme par hasard, juste avant l'arrivée d'un Ministre ayant trahi ses "amis" socialistes pour un plat de lentilles gastronomiques), en envoyant ses policiers armés traquer les réfugiés afghans ou irakiens, à coups d'hélicoptères, de chiens, de grenades, de gazs... Quel accueil universaliste ! Vous avez dit liberté, égalité, fraternité ? Egalité, toute relative d'ailleurs, entre citoyens européens (à condition qu'ils ne soient pas Tsiganes, par exemple), à l'exclusion des autres... Racisme, ou non ??? Et ne parlons pas de la Liberté et de la Fraternité républicaines, constamment bafouées dans les faits.... Et pourtant, ne sommes-nous pas si exigeants envers les autres, et en même temps si prompts à fermer les yeux face à nos propres crimes ? Ceux d'un Israël arrogant, bien sûr, mais aussi ceux d'une Amérique condescendante, dominatrice, prédatrice, carnassière, prête à sacrifier toutes les libertés et même les vies, pour faire prospérer ses Entrepreneurs, ou afin de faire passer un pipe-line de plus, ou encore pour s'emparer de richesses nouvelles... Souvenez-vous : Lois liberticides, Patriot Act, Guantanamo... et tant d'autres !  Quelle crédibilité accorder à des Etats, certes beaux-parleurs, mais si piètres défenseurs des Droits de l'Homme, dans les faits, puisqu'ils oublient l'universalité, puisqu'ils piétinent sans hésiter les Droits humains les plus élémentaires quand ceux-ci empiètent sur les appétits des Financiers si voraces, puisqu'ils osent attaquer des pays ne menaçant personne, au nom de prétextes fallacieux, hypocrites, mensongers, et en utilisant les armes les plus effroyables ? Ce sont ces gens-là qui se permettent d'accuser d'autres Etats, comme l' Iran bien peu démocratique certes, mais qui, lui, n'envahit aucun pays, et qui a droit à l'auto-défense comme son voisin israélien ou palestinien.... Le deux poids deux mesures est un poison, le plus sûr allié des adversaires des Droits de l'Homme, puisant dans ces entorses abominables un argument pour continuer leurs politiques iniques ! C'est un mur entre les peuples, comme celui, éminemment raciste, que construit Israël pour se protéger des Palestiniens, ou l'Amérique des Mexicains pauvres !

antis-mitisme-ogre.jpg

Des prix Nobel sont mis sur un pied d'Estal par les Médias : Elie Wiesel, par exemple, ou le Président d'Israël. Et pourtant, ils prèchent la guerre contre l'Iran, pour des raisons insoutenables. Et trompeuses, en caricaturant l'Adversaire. Ceux qui veulent réellement rayer un pays de la carte, et même deux, et même bien davantage par souci expansionniste, ce sont les Israéliens. Et eux ont les moyens de leurs objectifs. Ainsi, tout est inversé : Ceux qui menacent réellement la paix sont présentés comme moraux, et ceux qui se contentent de fanfaronner sont présentés comme réellement dangereux. Et diffamés. Et ostracisés. Avant d'être, un jour, peut-être, anéantis sans remords, puisqu'Israël poursuit en réalité un seul but : Dominer la région, et ses ressources, éventuellement par procuration. Quel que soit le coût pour les populations sinistrées, comme pour les Palestiniens attaqués sans fin, dès qu'ils reconstruisent; Les réunions de diplomates ne sont là que pour faire diversion. Israël ne veut pas la paix, c'est un Etat militaire, expansionniste (occupation, colonisation ou guerres). Comme son allié américain.  Le mensonge, la haine, la convoitise, l'arrogance, de quel  côté sont-ils ? Pas là où on voudrait nous le faire croire. Honte à l'Occident cupide, qui pourtant s'érige en modèle universel de vertu ! Honte aux Médias qui, sciemment, désinforment les populations pour mieux les asservir aux Puissants devant lesquels ils se couchent en toute impunité. 

drapeau-UE-EU.jpg


Les peuples ne sont plus dupes. Ce qui se passe à Durban est révélateur : Le fossé ne cesse de se creuser entre Dirigeants et Peuples, entre le Nord et le Sud, entre l'Occident prétendûment démocratique et le reste du monde, spolié, méprisé, montré du doigt, piétiné, écrasé, pillé, exterminé... - on assiste même à des alliances contre-nature, par exemple entre la Chine et les Etats islamiques. Le divorce est sans doute consommé, et Durban ne fait que le consacrer.

Le règne de l'Occident touche à sa fin. Et ses coups d'éclat ne font plus illusion, malgré la propagande éhontée des Médias serviles. 

Les chaînes finissent toujours par se briser. Tôt ou tard, les Empires s'écroulent, et les peuples s'émancipent.

C'est la leçon de l'Histoire. Et sans doute celle, aussi, de Durban II.

Eva

NB Je reçois deux heures après la parution de cet article, ce courriel de Juif.org, annonçant ce papier de Libération au titre identique au mien : Vous voyez que votre Eva est perspicace ! : "Un désaccord Nord-Sud de plus en plus profond..." 

http://www.juif.org/go-news-95209.php

Chine-et-US-pr-dateurs-Bleistrach.jpg

TAGS : Durban I, Durban II, racisme, démocratie, Etats-Unis, Israël, Occident, néo-sionisme, apartheid, Gaza, impérialisme, Chine, Iran, Irak, Médias, Nord, Sud, Etats islamiques, Palestiniens, Mur, Mexicains, Ele Wiesel, Droits de l'Homme, Guantanamo, Patriot Act, lois liberticides, Afghans, Calais, Droit, impérialisme, réfugiés, migrants, Droits de l'Homme, ONU, Arte, Shoah, Tsiganes, Juifs,  Amérindiens, Noirs, Arméniens, génocides, catholique, orthodoxe, universalisme, Ahmadinejad, Cisjordanie, G8, G7, G20, jeux Olympiques, Reporters sans Frontières, discriminations, deux poids deux mesures...




Sélection de Liens :
 

Les cultivateurs de fruits israéliens déplorent
que l’étranger annule ses commandes et
 laissent leurs produits pourrir dans les entrepôts. 
[...]


Quand le pouvoir devient ouvertement criminel, il est temps de faire taire les gens. A travers l’Empire, ce moment semble arriver. La liberté d’expression est de plus en plus menacée, tant aux Etats-Unis que dans la « vieille Europe », bien que ces attaques viennent d’angles différents. Aux Etats-Unis, l’assaut est clairement mené par des fanatiques d’extrême droite comme David Horowitz, qui incite les étudiants à dénoncer les professeurs qui osent tenter de [...]


Organisées sous l'égide de l'OTAN, les manoeuvres multinationales auront lieu en Georgie du 6 mai au1er juin 2009.
Si des provocations se produisent lors des prochains exercices de l'OTAN,l'alliance en sera la seule responsable,a mis en garde le représentant permanent de la Russie.
"Nous avertissons qu'il est très probable que des incidents surviennent,car on peut s'attendre a tout du Président georgien,Saakachvili.
Trouvé sur Ria Novosti.
 
 

La dinguerie nucléaire 

Le monde est sans doute parvenu à un carrefour de crises où la doctrine nucléaire revient à l'avant plan des stratégies militaires. A l'heure où la Corée du Nord se fait menaçante et relance son programme nucléaire, à l'heure où l'état Israelien ne cache pas ses intentions de prochainement "régler le problème" Iranien, il n'est pas inintéressant de se tourner vers les médias Russes pour connaitre leur point de vue sur cette menace montante. LIRE ICI en anglais.


Je peux lire dans sur Pravda.com que les russes s'émeuvent considérablement du déploiement de missiles prévu aux abords de leurs frontières et que surtout les américains auraient redéfinis 12 cibles stratégiques russes à portée de missiles . Leurs services de renseignements décodent derrière ces gesticulations la mise en oeuvre d'une nouvelle doctrine nucléaire US et ce, malgré la rhétorique étasunienne toujours vaguement apaisante. Des théoriciens de la stratégie nucléaire commentent cette poussée velléitaire. En gros, le concept stratégique de base est de frapper les cibles stratégiques pour détruire les centres névralgiques économiques et logistiques d'un pays, qu'il soit russes ou américains, selon le camps dans lequel on se trouve. "Il n'est pas nécessaire de détruire tout un pays pour le renvoyer à l'âge de la pierre" peut-on lire sur le site de pravda.com. LIRE ICI  

Sommes nous promis à l'étang de feu ? Certains observateurs vont jusqu'à dire que ces choses sont inscrites et qu'il est déjà trop tard pour faire un demi tour salvateur.
http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2009/04/la-dinguerie-nucl%C3%A9aire.html



L’architecture invisible de la Mondialisation et du Nouvel Ordre Mondial

Classé dans: Organisations secrètes — admin @ 8:24 le Lundi 20 avril 2009arton3121.jpg09

 Voici une vidéo très intéressante issue d’un article d’Agoravoxt.gif

Dans cette vidéo, le géopoliticien Aymeric Chaupradet.gif pointe du doigt l’organisation occulte néo-mondialiste qui propulse les grands noms de ce monde à leurs postes suprême.  A ne pas manquer pour mieux comprendre ce que les médias alignés cachent au peuple souverain.

A voir également le rôle occulte des grandes ONG atlantistes qui sont incontournables dans ce dispositif “discret”.
suite à
http://911nwo.info/2009/04/20/larchitecture-invisible-de-la-mondialisation-et-du-nouvel-ordre-mondial/



Pas touche Israël ! 



dead-hero-2006-11-8-visage-de-pr-s.jpgb-b--ds-landau-mort.jpg

L’asphyxie de Gaza continue. Daniel Vanhove
Le silence autour de la situation à Gaza n’empêche pas que se poursuive l’asphyxie de ses habitants...
bien au contraire !
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11648.html

Sur l’antisémitisme, les boycotts et l’affaire Hermann Dierkes.
Une lettre ouverte de militantes et militants juifs pour la paix
Nous sommes des militant/es pour la paix d’origine juive. Certains parmi nous s’identifient de cette façon ; d’autres pas. Mais nous nous opposons tous/tes à ceux qui prétendent parler au nom de tous les Juifs ou qui utilisent des accusations d’antisémitisme pour essayer de réprimer la contestation légitime.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11650.html

Le gouvernement égyptien contre le Hezbollah. Alain Gresh
Les accusations égyptiennes s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie d’une partie des pouvoirs arabes pour faire de l’Iran (et aussi de la Syrie, du Hezbollah et du Hamas) l’ennemi principal, au détriment de la lutte contre Israël.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11666.html


woman-children.jpgoppression-in-palestine.jpg

Une idée : Demandez le jumelage de votre ville
avec une ville palestinienne !

l’Association de jumelage entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises (AJPF) ....

http://www.france-palestine.org/article11660.html
    

fille-gaza-pleure.jpg11_x-copie-1.jpg

Naïvetés arabes par K. Selim
Le choix « stratégique » de la paix assumé par les Etats arabes n’a comme réponse
du côté israélien qu’un choix stratégique de guerre.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11667.html


dessin-anim--main-mur-copie-1.jpgooooocoupe-mur.jpg

La démocratie israélienne :
Olivier Besancenot empêché de se rendre à Gaza.
Communiqué du NPA

Trois mois après l’intervention israélienne à Gaza, le gouvernement israélien tente d’empêcher les anticapitalistes et anti-impérialistes français de manifester leur solidarité avec le peuple palestinien.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11679.html


destruction.jpgcamp-concentration-pour-arabes.jpg

Pourquoi le sionisme se comporte-t-il tellement mal
vis-à-vis de sa propre création ?
Entretien avec Shlomo Sand
L’historien israélien, Shlomo Sand remet en question les mythes fondateurs d’Israël et même l’existence d’un peuple juif. Dans cet entretien à l’Humanité [1], il développe les idées essentielles de son livre, Comment le peuple juif fut inventé.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11644.html            

     

b-b--balle-ds-ventre-mort.jpgcadavres-enfants-meilleure-photo.jpg

Horizon bouché en Palestine. Kharroubi Habib
Si les Etats-Unis et la communauté internationale laissent faire
Benjamin Netanyahu et son équipe,
le processus de paix va être totalement enterré.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11656.html

Israël esquive la pression des Etats-Unis en faveur
de la solution des deux Etats.
Michel Bôle-Richard
Pour esquiver les pressions de la nouvelle administration américaine, qui s’est clairement prononcée en faveur de la solution des "deux Etats pour deux peuples" pour régler le conflit israélo-palestinien, Benyamin Nétanyahou, le nouveau premier ministre israélien, a trouvé, jeudi 16 avril, une parade. A l’occasion de sa première rencontre avec George Mitchell, émissaire de Barack Obama pour le Proche-Orient, il a demandé que les Palestiniens "reconnaissent l’Etat d’Israël comme l’Etat du peuple juif".
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11669.html

3-br-l-s.jpgenfants-pr-ts----tre-enterr-s.jpg

Communiqué du Bureau national de l’AFPS concernant l’assassinat de Basem Abu Rahme
à Bil’in lors d’une manifestation non-violente.
Le Bureau national de l’AFPS
Le Bureau national de l’AFPS a appris avec colère et stupeur l’assassinat à Bil’in (Palestine), par l’armée israélienne, d’un jeune Palestinien qui comme chaque vendredi depuis quatre ans participait à une manifestation non-violente contre le mur qui a déjà enlevé plus de la moitié de ses terres à son village.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11675.html

_Images_gaza-massacre3.jpgOOOOOcadavrers-enfants-ali.jpg

Denise Hamouri : « Le gouvernement français donne du crédit à un tribunal militaire ».
Denise Hamouri continue de se battre pour obtenir la libération de son fils. Salah, elle l’a vu dimanche dernier (12 avril) lors de la visite de 45 minutes qui a lieu tous les 15 jours. « Il va bien, il garde le moral » confie t-elle. ‘’La solidarité avec ses huit autres camarades de cellule permet de tenir le coup plus facilement’’.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11659.html


Pour la libération immédiate de Salah Hamouri. FSU Nord

Motion de la Fédération syndicale unitaire
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11658.html




check-point-Tsahal.jpgenfants-P-contre-char-stanechy.jpg


Quatrième conférence internationale sur la résistance non violente
en Palestine occupée ;
Message au Comité populaire de Bi’lin. Bureau national de l’AFPS
A l’occasion de la quatrième conférence internationale sur la résistance non violente à l’occupation israélienne de la Palestine, notamment par le Mur d’annexion, l’Afps adresse sa solidarité aux Palestiniens de Bil’in et de toute la Palestine occupée.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article11653.html

r />gaza_carrtoons5-52fbf.jpgP-par-Hadria-copie-1.jpg


Pétition internationale
adressée à l’Assemblée Générale des Nations unies,
pour mettre en place
un tribunal pénal international ad hoc
afin de juger les crimes de guerre israéliens,
notamment à Gaza.
AFPS
Les signatures proviennent maintenant
d'une centaine de pays différents.
Les 30 000 signatures approchent,
ne relâchons pas l'effort,
faites circuler et faites signez la pétition.
Disponible en français, Arabe, Hébreu, Russe, Espagnol,
Italien, Turc, Portugais, Anglais, Allemand...
Signez la pétition : http://www.france-palestine.org/article11097.html

enfants-ds-ruines.jpgisraeli-soldier-sunglasses.jpg

Comité Valmy    www.comite-valmy.org      
info@comite-valmy.org
 nouveautés:

siteon0.jpg

   
Vive la Nation!  Par Georges Gastaud
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article236

    Un "torche-cul" le drapeau tricolore? Par Léon Landini
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article235

    L'ALBA:  Alternative Bolivarienne pour les Amèriques Par Eva r-sistons
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article234

    Abstention record aux "européennes"? Cela dépend de vous!  Par Jean Lévy
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article233

    Vers la démédicalisation de la santé au travail? Par Sauvons la Médecine du Travail
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article232

    Nouvelle doctrine militaire des États-Unis: Quelle réponse pourrait donner Moscou?
    Par Ilia Kramnik  RIA Novosti
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article231

    Pierre Lefranc: Déclaration à l'occasion du sommet de l'OTAN à Strasbourg
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article230



irak-puits_pf.jpg

 

Dans un article paru le 16 avril,
le quotidien algérien Ennahar
affirme que l’Etat hébreu forme,
dans des camps d’entraînement installés en Israël,
des islamistes d’Al-Qaïda recrutés en Europe
parmi la communauté maghrébine,
afin de les utiliser dans des attentats terroristes
durant l’été prochain.

Cette information, qui pourrait sembler incroyable de prime abord, doit être mise en parallèle avec l’isolement d’Israël qui ne cesse de se creuser, et plus particulièrement encore avec la brutale dégradation des ses relations avec les États-Unis depuis l’accession de Barack Obama à la Maison Blanche. L’Etat hébreu, qui s’est directement fait menacer par le vice-président Joe Biden au cas ou ce pays entreprendrait une action militaire contre l’Iran, pourrait  bien être tenté d’utiliser l’arme du terrorisme islamiste afin de déstabiliser toute la région.

Mecanopolis

 

Article du quotidien Ennahar :

Selon des sources bien informées du dossier et des activités d’El Qaïda, Israël aurait créée depuis environ une année, des camps sur son territoire pour entraîner des éléments venus de pays arabes.

Ces entraînements militaires et d’espionnage sont fournis en préparation à d’éventuelles opérations terroristes contre les intérêts des pays étrangers dans les pays arabes qui sont considérés par Israël comme un danger pour sa sécurité et sur ses intérêts stratégiques, notamment la région du Maghreb Arabe.

Selon les mêmes sources, ces camps incluent des arabes d’Algérie, du Maroc et du Yémen avec de faux passeports venus d’Europe et portant des noms juifs. Ces derniers ont été recrutés par les services généraux du Mossad dans différentes capitales pour activer au sein de l’organisation El Qaïda après avoir été sélectionnés par les services de renseignement européens. Ces gens sont généralement recherchés pour appartenance aux groupes terroristes.

Ces camps secrets d’entraînement entretiennent des relations avec les cellules dormantes d’El Qaïda en Europe où leurs éléments sont recrutés pour d’éventuelles opérations terroristes dans les pays arabes en coordination avec les branches de l’organisation notamment les groupes terroristes armés du grand Sahara

Le Mossad aurait des relations avec les branches d’El Qaïda et les opérations contre les intérêts étrangers, essentiellement américaines, et en rapport avec les évènements en Irak et au Moyen Orient.

Selon ces mêmes sources, le Mossad pourrait même recourir à l’utilisation des Harraga algérien en Italie pour les recruter dans ces camps d’entraînement à travers le réseau logistique des marins travaillant sur l’axe Sardaigne Naples à la recherche d’éléments à envoyer en Israël secrètement essentiellement après l’apparition d’informations presque confirmées sur la préparation des hommes recrutés dans le but de commettre des opérations contre les intérêts étrangers durant l’été prochain et qui seront attribuées à El Qaïda sous une direction centrale du Mossad et des services de l’armée israélienne.

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30378699.html

Israël se dit prêt à attaquer
les installations nucléaires de l’Iran. NouvelObs
L’armée israélienne se tient prête à lancer des frappes aériennes sur les installations nucléaires iraniennes, selon The Times. Il y aurait eu "récemment plusieurs opérations de préparation". suite : http://www.france-palestine.org/article11664.html

L'armée israélienne se tient prête à lancer des frappes aériennes sur les installations nucléaires iraniennes, selon The Times. Il y aurait eu "récemment plusieurs opérations de préparation".

L'armée israélienne se tient prête à lancer des frappes aériennes sur les installations nucléaires iraniennes au cas où le nouveau gouvernement lui en donnerait l'ordre, affirme le quotidien britannique The Times samedi 18 avril, citant des sources israéliennes.
"Israël veut être sûre que si son armée recevait le feu vert, elle pourrait frapper l'Iran en quelques jours, ou même heures", a indiqué un haut responsable de la défense israélienne au Times . Elle se prépare à cette éventualité à tous niveaux. Le même responsable a précisé que cette menace n'était pas seulement "verbale".
Israël a déjà mis en place certaines mesures de préparation, notamment l'acquisition de trois avions radars Awacs et le pays envisage également des exercices à l'échelle nationale qui permettraient de préparer la population à d'éventuelles représailles. Plus d'une douzaine de cibles devraient être visées en Iran, dont des convois mobiles, selon les responsables israéliens.

 

Israël aurait les moyens de réaliser ses menaces


Plusieurs milliers de centrifugeuses enrichissant de l'uranium ou des tunnels abritant 250 tonnes de gaz se situent sur les sites visés, notamment à Atanz ( à l'est) et Ispahan (centre). Arak (à l'est), où l'Iran fait construire un réacteur à eau lourde fait également partie des villes en ligne de mire.
Un responsable lié aux renseignements a précisé au Times qu'Israël ne proférerait pas de menaces si elle n'avait pas "les moyens de les réaliser". Il ajoute qu'il y a eu "récemment un progrès, plusieurs opérations de préparation, qui indiquent une volonté (…) d'agir". Cette même source admet cependant que cette attaque est peu probable sans un accord au moins tacite de l'administration américaine, qui vient d'adopter un ton plus conciliant envers Téhéran.
 
http://www.juif.org/go-news-94818.php
 
Je publie ci-dessous un article de David Samuels intitulé « Pourquoi Israël attaquera l'Iran », article paru sur http://www.slate.fr.
http://www.juif.org/blogs/15042,pourquoi-israel-attaquera-l-iran.php


 
L'armée israélienne se tient prête à lancer des frappes aériennes sur les installations nucléaires iraniennes, selon The Times. Il y aurait eu "récemment plusieurs opérations de préparation".
Articles connexes

 

liste complète

 

    

Cher NDA, quand à l’époque, vous demandiez le blocage de l’OPA de MITTAL sur ARCELOR, le gouvernement vous expliquait que l’on ne pouvait rien faire car l’Union Européenne nous aurait accusés de patriotisme économique excessif et nous aurions été condamnés par la Cour de Justice.
Prenons en acte et révoltons nous contre cette Union Européenne destructrice de notre pays. Exigeons que notre gouvernement propose aux 26 autres de la changer rapidement de font en comble et à défaut exigeons d’en sortir.
 Exiger, ça veut dire par tous les moyens telle une grève générale à durée indéterminée.
 Il vaut mieux souffrir un bon coup comme entre 1940 et 44 que laisser un champ de ruines à nos enfants et petits enfants. Vive le patriotisme économique, à la haute cours de justice les traîtres
 


Des avocats norvégiens ont annoncé qu’ils allaient déposer plainte contre de hauts responsables israéliens, y compris...

Que serait le calendrier d'une attaque israélienne contre l' Iran ?
http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=6373
 

  
26 avril : journée internationale des semences 


                                                                    colombe-globe-cigalette.jpg

          

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages