9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 02:16

 

Notre  terre-mère,  peinture

.

terre-mere-1-peinture.jpg

 

..

Voyez aussi :

 

 

Comment s'opposer à la mondialisation militaro-financière

quand on est non-violent

 

Comment résister, sans violence, à la mondialisation militaro-financière ?

 

.

 

Sur mon blog officiel,

la suite de


2020, 2030.. A quoi ressemblera notre avenir ? Imaginons demain

.

* rural-paturages-verts-TB.jpg

 

 

Le choix de la terre,

le choix de la vie !

Par Chantal Dupille

.

 

Paysan ! Un mot qui m'est si cher, à moi qui ai un amour irlandais de la terre. Dans mon logement, il y a un tableau, mon préféré d'ailleurs, qui représente le poulailler que mes parents avaient. On le voit ici derrière moi, dès la première image, et c'est ma mère qui, en plein bombardements de la Normandie en 44, trayait les vaches et nourrissait les poules alors, les bienheureuses, en liberté :  http://www.dailymotion.com/video/xvdxwi_la-bouffonnerie-du-11-septembre-2001-en-2-mn-r-sistons-video-13_fun#.UOyohKzeEa8

 

Et j'aime parler de nos villages si beaux : http://www.dailymotion.com/R-sistons#video=xl9tpd


Terrible ! 50 exploitations agricoles disparaissent chaque jour en France ! A-t-on pris conscience du DRAME que vit notre pays, une terre de paysans ? Et du drame que vivent ceux et celles qui ont tout donné pour perpétuer ce mode de vie, 365 jours par an !

 

 

rural-mitterrand-force-tranquille-2.1266760769.jpg


 

Mitterrand a enfin réussi à devenir Président grâce à l'inspiration de ses conseillers en publicité et en communication :  Formule géniale, "la force tranquille", et à l'arrière, la France... éternelle. Telle qu'elle est ! Ancrée dans le terroir, sa véritable identité ! Et avec un art de vivre ancestral, simple, naturel, solidaire, plus que jamais nécessaire aujourd'hui, alors que les emplois seront de plus en plus rares, et que nous aurons de plus en plus besoin d'être autonomes.. et de manger sain pour préserver notre santé.

 

Lorsque la 2e guerre mondiale a éclaté, les citadins ont été pris au piège. Mais la France était d'abord rurale, et elle a pu traverser cette sombre période grâce à son mode de vie lié à la terre. Et demain ? Les promoteurs du Nouvel Ordre Mondial redoutent plus que tout l'autonomie des citoyens, leurs jardins potagers, la culture naturelle. Ils préfèrent nous imposer l'alimentation industrielle mortifère. Et la dépendance ! Comme aux Etats-Unis autoproclamés "plus grande démocratie du monde", et où les dirigeants commencent à interdire... les jardins potagers, pour mieux tenir à leur merci les populations.

 

Art de vivre qui a fait ses preuves, osmose avec les éléments naturels, conjoncture internationale problématique, risques de guerre mondiale, traditions françaises... tout concourt à nous pousser à retrouver le goût, le sens et la volonté de plonger dans nos vraies racines. Retour à la terre pour tous, ou... survivre dans un monde inhumain ! Le choix est vite fait. Osons la nouveauté ! Ou plutôt, la redécouverte de l'ancien... tous ensemble ! Et dans la solidarité retrouvée...

 

Nous n'aurons jamais à regretter ce choix ! Il est celui de la vie, tout simplement...

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

.

 

Le commentaire d'un Lecteur,

à lire absolument :


 

Terrible ! 50 exploitations agricoles disparaissent chaque jour en France !

Pas tout à fait,

en fait on perd 50 agriculteurs qui se répartissent comme suit :
petit % de suicides ;
% qui deviennent retraités,
% qui trouvent un boulot dans l’agro alimentaire du coin, et qui iront rejoindre assez vite les rangs de chômeurs.
% qui part directement au RSA après cessation mal préparé.
(Tu sais qu’il y a un RSA spécial agricole où les gens le touchent, mais continuent à travailler pour sauver ce qui est sauvable)
Au niveau des surfaces on en perd un peu, mais pas proportionnellement…
(chez nous de 50 vrais agriculteurs on est passé à 2 hypers dépendants de la banque plus 4 ou 5 en double activité et cela en 30 ans).
Mais le drame c’est aussi la ruralité l’occupation de l’espace.
Au siècle dernier les petits artisans ruraux Charrons Forgerons étaient devenus des petites PME  10 à 30 personnes reconverties dans : le tournage, fraisage, câblage, machine outils, qui étaient sous-traitantes des grosses boites nationales de l’automobile et agro-alimentaire, comme en Allemagne ou Italie qui les ont conservées jusqu’à maintenant.
Aujourd’hui elles disparaissent les unes après les autres…
Entre Villemur, Reynies, Labastide St Pierre on a perdu 1000 emplois en 20 ans. (Note d'eva, c'est un petit périmètre)
Les enfants de ces gens sont devenus étudiants sans fin puis chômeurs ou bien travailleurs plus ou moins précaires dans le tertiaire à Toulouse ou à Paris.
Mais pour combien de Temps… Une nation peut elle vivre que du tertiaire ?
Mais doit on encore parler de NATION dans un monde qui prône la GLOBALISATION ?
Jorion le dit cela fait 50 ans que l’on travaille à supprimer les emplois aujourd’hui on y est arrivé.

.

 

 

ruralite-tableau-1.jpg

 

 

 

Un thème qui m'est cher :

La ruralité

 

 

Il était une fois les paysans, il était une fois les villages, il était une fois hier

 

 

Le drame vécu par les paysans. La France rurale est-elle en train d'agoniser ?


Retour à la terre, à la simplicité de vie, à la solidarité.. ou mourir !


Déclaration Universelle des Droits de la Terre Mère... blessée


Foin de la "modernité", de la compétition, de la barbarie ! Hymne à la vie


Laisserons-nous nos agriculteurs,comme les oiseaux,mourir en silence ?


L'avenir est-il à la dépopulation, ou à la simplicité de vie ? Barbarie ou Sagesse ?

 

 


interieur--fe-enfants-chat.jpg

 

 

Hier et aujourd'hui,

par Chantal Dupille

 

 

Il y avait des enfants qui riaient ensemble

en montant dans les cerisiers ou en jouant à la marelle.

 

Il y avait des enfants qui chantaient en allant à l'école,

il y aura des enfants tristes devant la Télé-Enseignement

 

Il y avait des Tsiganes qui sillonnaient nos chemins,

avec leurs roulottes chatoyantes, on veut brider leur liberté.  

 

Il y avait des paysans qui travaillaient la terre,

et qui enchantaient les paysages comme nos villages.

 

Il y avait des ouvriers spécialisés,

ils se sont battus pour que nous vivions mieux...

 

Il y avait des pêcheurs qui bravaient la mer

pour remplir nos assiettes,

la marée noire de l'Argent va les engloutir. 

 

Il y avait les fonctionnaires de l'Etat,

ils sont privatisés, livrés à la rentabilité meurtrière.

 

Il y avait des apprentis qui aimaient leur travail,

et qui valorisaient chaque geste. Ils deviennent un souvenir.

 

Il y avait des médecins de famille

qui étaient nos amis, avec dévouement,

il n'y a plus que des cabinets médicaux où l'on travaille à la chaîne.  

 

Il y avait un employé à la station service, dans le bus,

dans les couloirs des métros. Où sont-ils ?

 

Il y avait des gendarmes et des gardes-champêtres,

il y aura des caméras de surveillance.

 

Il y avait des soldats de la République pour défendre la France,

il y aura des mercenaires sans foi ni loi ni racines.

 

Il y avait des artisans pour perpétuer, pour parfaire.  

Il y aura des multinationales anonymes.

 

Il y avait nos petits boutiquiers accueillants,

nos petits marchés colorés,

il y aura des super et des hyper marchés

protégés comme des forteresses.

 

Il y avait des villageois qui faisaient la fête, 

il y aura des déserts mélancoliques.   

 

Il y avait des anciens sur le pas de leurs portes,  

que tout le monde cajôlait.

Sont-ils promis à l'épuisement et à l'euthanasie ?

 

 

C'était la vie hier,    

aujourd'hui il y aura

des numéros, des consommateurs, des robots,

des cobayes, des esclaves, de la chair à canons.

C'est la modernité, que voulez-vous...

On n'arrête pas le progrès. 

 

Et ....... 

Et si on l'arrêtait, tous ensemble ?

 

Il était une fois les paysans, il était une fois les villages, il était une fois hier

   

 

  interieur-naturel.jpg.

.

 

A voir ou à revoir :

Témoignages du temps de nos grands-parents (2). Appel à tous les témoins

Témoignages du temps de nos grands-parents (1). Appel à tous les témoins

.

 

  ruralite-paysans-BlomaertPaysans.jpg


Paysage avec paysans au repos, par Abraham Blomaert.
Repost 0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 22:21

 

 

 

 

france rurale 1900
L'ouvrage "Visages d'une France rurale" présente des images des campagnes françaises et de leurs habitants datées du début du XXe siècle. De vraies pépites historiques. Ici, dans les Landes, les animaux et les familles paysannes partagent la pièce à vivre. En 1929, une loi a interdit de faire dormir le personnel dans les mêmes pièces que les animaux. © Coll Christian Le Corre
http://www.linternaute.com/actualite/magazine/france-rurale-1900/

 

 

Bonjour !

 

Voici un récent échange de commentaires sur mon blog R-sistons.

Je lance maintenant un Appel à tous ceux et à toutes celles

qui voudraient contribuer 

au projet de faire revivre nos anciens, nos grands-parents,

à tous ceux qui ont connu la vie autrement,

eux-mêmes ou par transmission, 

tout un autre monde, finalement, dont nous avons la nostalgie..

 

Merci d'envoyer vos textes ici,

et même vos vidéos :


evaresis@yahoo.fr,

et je publierai sur ce blog pour commencer !

 

Chantal Dupille

 

1900.jpg

  http://freeriders2.over-blog.com/article-je-me-souviens-la-devise-du-quebec-va-t-elle-devenir-celle-de-nice-65305898.html

 

 

Là où les anciens étaient de vrais bon vivants, aimant faire la fête, aimant voir les autres s'amuser, solidaires. Qui aimaient la charcuterie, plein de cholestérol, de gras, le bon vin et les gnoles fabriquées maison... Et qui vivaient allègrement plus de 90 ans malgré les guerres et ses conséquences ( pour ceux qui n'éataient pas assassinés sur le champ de bataille ou indirectement). Ours des Pyrénées

 

Eva ! je voudrais m'adresser à Ours des Pyrénées ! Rien que son pseudo me le rend sympathique car je suis persuadé qu'il est pour la réintroduction de ce plantigrade dans les Pyrénées comme moi , n'en déplaise aux éleveurs de brebis qui larmoient sur le sort d'un agneau qui a été dévoré par un ours . L'agneau en question est bien vendu et j'ai rarement vu un mouton devenir centenaire ! Qu'il finisse sous les crocs d'un ours mal léché ou dans un abattoir kacher ou pas ou dans un camion de transport parcequ'il n'a pas eu à boire (je l'ai vu de mes propres yeux) je ne vois pas la différence si je me place du côté "mouton"! J'arrête là ma digression pour en revenir à son grand-père qui est devenu presque centenaire bien qu'ayant fumé comme un pompier mais vraisemblablement sans se faire enfumer ! J'ai moi aussi eu deux grands pères. L'un avait fait Verdun ; l'autre avait vu son cheval mourir sous lui à Ypres . Les deux fumaient comme des pompiers . On leur avait appris dans les tranchées comme on a appris aux soldats américains à fumer du hash quelques années plus tard au Viet Nam ! Ils ne fumaient pas de la merde de MAR........... mais du gris ! que du gris , que l'on prend dans ses doigts et que l'on roule"  ! et ils buvaient du vin ... et de l'eau de vie....pas de Ricard et pas de whysky ! surtout pas  ! Ils n'ont jamais vu le dentiste et le toubib seulement quand la faucheuse a pensé à eux ....mais il n'a rien pu faire ! Les deux ont eu leur jeunesse gâchée par cette guerre qu'on pensait la dernière. Ils ont consacré leur vie à travailler : l'un penché sur son pétrin, l'autre sur les manches de sa charrue . Ils parlaient rarement de la guerre alors qu'ils en avaient vécu deux ! Parfois je me pose la question de savoir si j'aurais eu leur courage ou si j'aurais pu fermer ma g...... ! Ahura

 

Image 4

http://passedautrefois.canalblog.com/albums/france_rurale_1900/photos/74306881-image_4.html

 

 

 

Réponses aux commentaires :

 

 

Bonjour à tous

 

Oui cet ours-là est appétissant, et la description de l'ancien temps aussi... Un ami Lecteur va mettre en place une Maison d'Edition en ligne (version papier et pdf) avec des livres à moi pour commencer, si vous voulez écrire un livre qui fleure bon le mode de vie passé, je crois qu'on sera preneur... Alors ? Cordialement, eva

 

Un Lecteur informaticien-comptable-juriste va publier (Edition en ligne, papier et pdf), ensuite, des ouvrages de moi, dont mon roman sur les gangs, sans doute un "Le monde selon eva" (regroupant mes meilleurs posts), mon autobiographie que Fayard voulait publier, etc comme non plus un roman, mais un reportage sur le sujet que je connais bien (ayant vécu sur leurs territoires), les gangs de rues. ET d'autres auteurs pourront se greffer. Notamment sur le sujet "témoignages du passé", dont j'ai eu l'idée en vous lisant, Ours, toi Ahura...

Mais évidement on peut imaginer un ouvrage collectif de témoignages du passé  croustillants comme les vôtres, il faudrait peut-être prévoir un site pour regrouper les textes et ensuite voir comment publier (droits d'auteur etc).

On va voir tout cela, pour l'instant je prépare les premiers projets, post sur Wikipedia, ma fiche à ma façon, un nouveau site officiel (mon domaine propre) regroupant tout, etc

A plus, en attendant songez à des textes comme les quelques lignes envoyées en commentaires, savoureuses, et relayez. On a tous + ou - la nostaligie d'un passé recent avec un monde plus humain.. Amitié eva

 

 

france rurale 1900 chanteuse bretonne exploits vie artisanale dentelières schlitteurs charrettes et charrons
France rurale 1900 Chanteuse bretonne Exploits Vie artisanale Dentelières Schlitteurs Charrettes et charrons

 


J'adhère à ton projet quelle qu'en soit la forme ! L'essentiel est que des témoignages du passé restent pour les générations à venir et que beaucoup de personnes y participent . Ca va être très intéressant . Nous allons apprendre plein de choses en provenance de la France profonde . Je suis impatient de lire ce que mes compatriotes vont produire .Ahura

 

----

 

A vos plumes, maintenant ! Participation de tous les témoins... Voici les premiers résultats :

 

Marseille : la Canebière.
Marseille au début du XXesiècle. Ci-dessus la Canebière
en bas : la rue de Noailles (auj. Boulevard de la Libération).
Marseille : rue de Noailles.
http://www.cosmovisions.com/monuMarseille.htm

 

Eva ! je constate que tu es vraiment une femme d'action et que quand tu as quelque chose dans la tête tu ne mets pas une éternité pour le concrétiser . Donc tu as lancé le projet de témoignages du temps passé dans la nuit . Je souhaite qu'il y ait beaucoup de personnes qui se lancent dans l'aventure. Je vais récupérer des menus de conscrits (avec une vingtaine de plats) et des cartes postales chez mon fils qui est antiquaire et je te les ferai parvenir .

Toute la nuit je me suis remémoré des "tranches de vie" avec mes grands parents. Du côté paternel ils étaient agriculteurs, du côté maternel boulangers.

Chez mes grands parents agriculteurs j'ai revu la ferme qui avait appartenu à un fermier qui s'était pendu un jour de fête au village (la corde est toujours là  en bout de l'échelle
pour aider à grimper au dessus de l'écurie des chevaux afin de distribuer le foin dans les rateliers). Elle se compose d'une maison d'habitation, d'une grange abritant à une aile l'écurie des chevaux, à l'autre l'étable. A l'un des pignons de cette grande bâtisse se trouve une pompe et une énorme auge en pierre longue comme un sarkophage  où les chevaux venaient s'abreuver trois fois par jour, à l'autre un hangar pour ranger le matériel agricole et le bois de chauffage , les soues à cochon, les poulaillers et les clapiers. Tous ces bâtiments sont implantés autour d'une cour où évoluent des poules, des dindes, des canards et des pintades et d'un jardin clôt où poussent des herbes aromatiques (thym, laurier, ciboulette, persil et oseille), des fraisiers, des frambosiers, des carottes, des haricots, des petits pois, des choux, des salades, des radis  etc ...Derrière cet ensemble s'étend sur un hectare ce qu'on appelait le "mée"(je ne garantis pas l'orthographe). Sur ce terrain partagé en deux par une rangée d'arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers) mon grand-père plantait des pommes de terre , des betteraves fourragères pour les chevaux et les lapins, de la luzerne et du chanvre pour mes tourterelles. J'ai oublié le tas de fumier implanté vers les soues à cochon où je revois un magnifique coq au plumage somptueux . Il symbolisait bien les français d'aujourd'hui qui chantent alors qu'ils ont les pieds dans la m.....).

Voilà le décor planté maintenant il me reste à vous raconter des scènes qui s'y sont déroulées. Je vais commencer par le battoir . Ce mot désigne à la fois la machine et l'évènement . La machine appartenait à la famille LOUILLAT . Elle se déplaçait de ferme en ferme avec la main d'oeuvre indispensable à son fonctionnement : 4 ou 5 hommes qui munis de fourches à 3 dents tendaient les gerbes entreposées dans les "châs" pendant la moisson, vers le haut de la machine en direction de celui qui coupait les ficelles et de celui qui étalait la gerbe vers la "gueule" de la machine. Devant celle-ci il y avait encore 2ou 3 ouvriers : un pour mettre les sacs qui recueillaient le grain et deux pour monter les dits sacs au grenier. Derrière la machine, à la presse 2ou 3 hommes récupéraient les bottes de paille qui serviraient de litière au bétail et la "bouffe" 'l'enveloppe des grains de blé, d'orge ou d'avoine)qui serait incorporée au repas des vaches durant l'hiver.

 

Je revois ces journées de dur labeur et de fête comme si j'y étais. Je revois le préposé à la mise en route de la machine le matin vers 5h 30 s'acharner sur la manivelle (capable par un retour de te briser l'avant bras) qui permettait de mettre en route le tracteur "Société Française" de Vierzon dont la poulie transmettait par un longue courroie son énérgie à la poulie de la batteuse. La formidable explosion qui ponctuait la mise en route du tracteur donnait le signal du départ aux ouvriers qui avalait d"une gorgée leurs dernier verre de gnôle avant de rejoindre leurs poste de travail et à partir de ce moment c'était une véritable fourmilière qui se mettait au travail, chaque membre avait sa spécialité . Je me revois enfant porter à boire à ces hommes suants, habillés d'un pantalon de toile ou de velours , d'un "marcel" ou d'une chemise et d'un foulard autour du coup pour éviter les démangeaisons dûes aux barbes d'orge et une casquette ou un bérêt vissé sur le crâne. Je les revois : le "Braillard" maigre comme un clou mais toujours volontaire pour porter les sacs et qui couchait parfois sous la machine car incapable de rentrer chez lui et ayant trop peur de ne pas être là le lendemain, "Saverio" un italien qui chantait jusqu'à l'extension des feux , le "Badaud", le "Coucou" ,le "Milo" etc . Je les revois en train de s'affairer dans unn bruit d'enfer, dans une chaleur étouffante puis discuter haut et fort tout en mangeant et en buvant, tenez vous bien, du Pommard tiré au tonneau puis après le café la "goutte" (de la prune distillée quelques années auparavant). J'ai essayé de me rappelar ce qu'il y avait aux menus des différents repas : du poisson (mais pas plus de deux fois... c'était une exigence des ouvriers) , de la viande de cochon, de la volaille, du gibier et des légumes du jardin, de la salade, des fruits et du fromage, le tout copieusement arrosé faisant mentir le proverbe qui affirme qu'un veau qui tète bien n'a pas besoin de manger !... Ahura.

 

passe-veillee-1.jpg

http://duvergerjb.e-monsite.com/album/tableaux-acrylique-scenes-de-vie/1 - Veillée

 

Ou encore :

 

http://i40.servimg.com/u/f40/11/40/28/12/mai_4010.jpg

1940, les chevaux réquisitionnés, les anciens et les femmes dressaient vaches et bœufs pour continuer le travail

http://i40.servimg.com/u/f40/11/40/28/12/battag10.jpg

scène de battages années 50

http://i40.servimg.com/u/f40/11/40/28/12/petit_10.jpg

1920 : le petit train à voie étroite passe toujours, pendant que les paysans transportent en barques le bois de chauffage en hiver. .

 

lavandieres-1_Sir_Samuel_Luke_Fildes_Simpletons_The_Sweet_.jpg.. 

 

 

Lavandieres_Charles_Frederic_Ulrich______Washerwomen__Sevi.jpg


http://ruminanc.blogspot.fr/2011/11/les-lavandieres.html

http://ruminanc.blogspot.fr/2011/04/la-coussotte.html

http://ruminanc.blogspot.fr/2011/02/college-college.html

http://ruminanc.blogspot.fr/2011/01/retour-aux-sources.html

Merci à Jean-Claude pour tous ces liens

 

Millet, Les lavandières  sur francophonia.net

 

lavandieres-Jean-Francois_Millet.jpg

..

Sur les 4 liens suivants, cliquer sur les espaces vides, l'illustration apparaît !

.

Les lavandières

download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29044880%5f
C'est de loin qu'on les entendait. Les lavandières étaient alignées, le long des bords en pente du lavoir, et paf ! paf paf ! elles battaient le linge avec leurs battoirs de bois, grosses spatules épaisses, blanchies et polies par le travail. Elles se faisaient face, car deux lignes de ces blocs de granit noir bordaient le bassin d'eau claire et courante. Une source alimentait ce bassin, source qui alimentait un ruisseau en amont et en aval de ce lavoir sûrement ancien. Abondante, une partie de son cours régulée par une sorte de petit barrage longeait à l'extérieur le lavoir, se déversant dans un lit serpentant. Juste à la hauteur de l'entrée du lavoir, une rangée de pierres délimitait une profondeur un peu plus importante. Juste au-dessus une sorte de barrière métallique empêchait les animaux de remonter le ruisseau, et régulièrement bovins et caprins venaient là boire avant de rentrer à la ferme. Il était même amusant de rencontrer ces troupeaux faisant la queue vers sept heures du soir, maintenus par leurs bergers en attendant que le troupeau précédent ait terminé. Chacun de ces groupes d'animaux ne comportait guère que de trois ou quatre unités, jusqu'à une douzaine pour les "grosses fermes".
download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29044880%5f

Et pendant ce temps (enfin, c'était en général plus tôt dans la journée) ces dames maniaient avec détermination leurs battoirs, retournant et retournant le linge qu'il fallait rincer dans l'eau froide. Un passage dans l'eau, elles tordaient un peu, paf ! paf ! un retour à l'eau, elles battaient à nouveau, puis passaient à la pièce suivante. Malgré la roideur des tissus, parfois filés et tissés sur place, les chemises, jupons, et autre pièces de lingerie n'arrivaient pas au poids des draps, épais et cartonneux souvent. C'est pourquoi elles n'avaient pas vraiment des silhouettes de mode : au contraire, leurs bras robustes se comparaient avantageusement avec ceux des hommes, malgré le côté essentiellement manuel des travaux des champs.

download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29044880%5f
Bien entendu, ces assemblées, qui duraient des heures, étaient l'occasion de discussions animées, puisque c'était le seul moment où elles avaient le temps d'échanger ragots et nouvelles locales. Il fallait les voir bla bla, paf paf, bla bla, les paroles rythmées par les mouvements des bras ! C'était ainsi que se constituait la gazette, seulement orale bien entendu.

Ce passage au lavoir n'était que presque la fin d'un long processus. Dans un coin de pièce de la ferme, une énorme "pouëloune" de fonte était chauffée par un feu de bois dans une sorte de gros réchaud adapté, de fonte également. L'eau y bouillait, additionnée de lessive plus ou moins artisanale, et de "boules de bleu" qui gardaient la blancheur au linge, alors que naturellement il avait tendance à jaunir. Quand l'ensemble avait bouilli deux ou trois heures, c'est là que les ménagères essoraient sommairement literie et vêtements, et les entassaient dans une brouette, avec leur genouillère, cette sorte de caisse où elles posaient leurs genoux le long de la pierre à laver. Elle y mettaient en général un coussin, pour que l'épreuve soit moins rude.

Au retour de l'expédition, une fois par semaine, ou par mois, selon les besoins, le linge était essoré le mieux possible - à la main bien entendu - et étendu sur de longues cordes étendues dans les jardins, ou sous des hangars quand ils étaient vidés de leur paille. Il y restait souvent plusieurs jours, s'il ne pleuvait pas. Sinon, il fallait le rentrer précipitamment s'il était dehors, puis l'étendre à nouveau dès que l'averse avait cessé. En hiver, ces travaux étaient pénibles, avec le froid, bien que l'eau de source fût souvent plus "chaude" que l'air, le bassin "fumait" par les petits matins gris quand les écoliers le longeaient.
download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29044880%5f
Dans mon village, pourtant bien petit, quatre lavoirs se partageaient la faconde des lavandières, chacun alimenté par une source différente. L'employé municipal, périodiquement, en nettoyait fond et bords afin que l'eau reste propre. Les sources existent encore aujourd'hui, mais les nappes phréatiques sont désormais beaucoup plus profondes en raison de l'eau courante pour tous, alimentée par un château d'eau couvrant douze communes. C'est pourquoi, désormais, les lavoirs ne sont plus abreuvés que par des filets d'eau, et le fond des bassins s'est un peu embourbé avec le temps. Qui, aujourd'hui, oserait encore s'en servir comme les "dames du temps jadis" ? Ce n'est pourtant pas si ancien, puisque pendant des années j'ai vu et entendu ces gestes sans doute millénaires.

"Mais où sont les neiges d'antan ?"



Illustrations pour compléter :
download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29044880%5f

lavoir "Du Rat Bianc"


download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29044880%5f

lavoir Grand'Faintane

download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29044880%5f

lavoir des Bicanes

 

.http://ruminanc.blogspot.fr/2011/11/les-lavandieres.html


.

Retour aux sources

download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29048850%5f« All' ont ben changé, les affaires, oui dame, dans nos coins pardus.

Si nos défunts grands-pères retourniont, le s'y reconneuteriont pus. »
Yves Rabault, poète patoisant, Barde poitevin, que j'ai bien connu, avait écrit ce petit sketch il y a pas loin de cinquante ans. Je me souviens mal de la suite, dommage !
Il y a peu, j'ai eu enfin la chance de revenir sur les lieux de mon enfance. C'était l'époque où la télévision n'existait pas, où l'eau venait du puits de chaque maison. Il fallait pomper, avec la pompe à balancier. Chaque matin, le premier travail en hiver consistait en l'allumage du feu, dans la grande cheminée. Keuff ! Keuff ! Keuff ! Au départ, cela fumait, toute la maison était imprégnée de cette odeur, au fil du temps.
Pour se déplacer, à part de bonnes chaussures ou un vélo soigneusement révisé, la seule façon de se déplacer était le char à bancs, attelé sur le petit cheval de la ferme. Par temps de pluie, on relevait la capote, qui ne protégeait guère quand le vent poussait les gouttes presque à l'horizontale. Mais n'y avait-il pas le « grand parapuie biu », cette immense ombrelle bleu charrette dont les « baleines » étaient vraiment taillées dans des fanons de baleine ?
Tout le monde connaissait tout le monde, dans le village et les autres communes environnantes. On ne se déplaçait pas, les mariages (obligatoires) se concluaient entre voisins, à quelques kilomètres à la ronde. Tout le monde était un peu le cousin de tout le monde. Et si par hasard il fallait aller plus loin, n'y avait-il pas le petit train à voie étroite, qui rejoignait la « grande ligne » à une dizaine de kilomètres ? Si l'on était un peu en retard, il suffisait de courir : un peu plus loin que la gare veillait la « côte de la beurrerie », qui obligeait la poussive locomotive à rouler presque au pas. Qui perdait son chapeau (tout le monde était couvert) en raison du vent descendait en marche, et remontait un peu plus loin, le galurin vissé sur le crâne. Hasard des correspondances, pour faire les vingt kilomètres aller et autant au retour vers la préfecture, il fallait prévoir une nuit d'hôtel. Autant aller à pied...
Dans cette fameuse « beurrerie » était traité le lait de la commune. Quelques ouvriers s'en occupaient, l'un d'eux allait collecter le lait chez les habitants. Avec sa carriole à cheval, il s'arrêtait à chaque ferme. Le précieux liquide avait été transvasé du seau de traite dans d'autres seaux plus grands, en aluminium épais. Le laitier versait le contenu de ces récipients dans de grands bidons, après avoir mesuré la quantité fournie avec son décalitre. Oui, cela faisait beaucoup de transvasements. Mais le beurre qui en résultait était excellent, il avait même obtenu la médaille d'or au salon de l'agriculture de Paris, en 1902. Comme il était vivant jusqu'au bout, il se défendait très bien contre les agressions microbiennes, à la différence du lait industriel qui est tué tout de suite.
download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29048850%5fLe temps n'avait pas la même valeur qu'aujourd'hui. Plus jeune, mon grand-père n'hésitait pas, une fois par an, à prendre à pied le chemin d'un village éloigné, à une trentaine de kilomètres, pour la foire aux bestiaux. Il partait très tôt, bien avant le lever du soleil. A la nuit tombée, il était revenu. Les journées étaient longues, dès six heures c'était la traite du matin, et on ne se couchait guère avant vingt-trois heures. Sieste recommandée.
Aujourd'hui, les lieux n'ont pas tellement changé. La petite ferme où je suis né, ainsi que ma grand-mère, son propre père le menuisier-charpentier, et ainsi de suite, abrite aujourd'hui de jeunes artistes qui font des cours de dessin, de peinture. Cela s'appelle « Le balet des Arts ». Avec un seul L, c'est le mot local pour un hangar. Les volets ont tous été repeints au fameux « bleu charrette » célébré par une autre maison placée au bord de la Sèvre, que l'on retrouve sur tant de dépliants touristiques.
download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29048850%5f
Juste à côté de la maison, une fuye se dresse toujours là, restaurée à l'initiative de l'ancienne députée du coin (SR) : elle n'abrite plus de pigeons « fuyants » (sauvages) depuis longtemps. Maintenant, elle se visite librement, mais autrefois elle appartenait à la vieille voisine de l'autre côté de la rue, une rentière qui n'avait jamais travaillé, qui avait appris le maintien, la broderie, toutes ces choses si importantes auxquelles s'adonnaient les jeunes filles « de bonne famille » de la fin du XIXe siècle.
Cette vieille dame, chez qui j'étais toujours très bien accueilli par elle, et sa servante à tout faire, habitait une demeure typique des grandes fermes saintongeaises. C'est entouré de grands murs, on aperçoit difficilement le corps principal du bâtiment. Les ouvertures très chiches côté rue sont compensées par celles, bien plus abondantes, du côté jardin. Pendant que la maîtresse lisait son journal, passait avec délicatesse un chiffon sur les meubles et les bibelots, priait, recevait des « personnalités », élus locaux, notables, même un sénateur, la servante gérait l'immense jardin potager, celui d'agrément avec ses pelouses et ses allées, le poulailler, les lapins, faisait la cuisine, cirait les escaliers (une savonnette), ne s'arrêtait presque jamais. C'était presque l'autarcie. Dans une dépendance, l'alambic dont une partie avait été confisquée par les allemands pour son cuivre, était de la taille de ses cousins d'un petit peu plus au sud, là où le vin local a le droit d'être transformé en Cognac. Sans doute la fortune des maîtres des lieux venait-elle de là.
download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29048850%5f
Même la lessive était une affaire importante, et peu fréquente. Le linge et la literie étaient enfournés dans de grandes « ponnes » de pierre, des récipients de plus d'un mètre de large, sous lesquelles on allumait du feu. En guise de lessive, c'est de la cendre qui était ajoutée au linge. Une fois la « cuisson » terminée, le tissu lourd et trempé était sommairement tordu, puis déposé sur une brouette en direction du lavoir le plus proche. Mon village, pourtant bien petit, en comptait quatre, qui ont été récemment restaurés comme la fuye. Les femmes, qui ne manquaient pas de muscles, s'y déplaçaient, et pièce par pièce plongeaient leur chargement dans l'eau souvent glacée, puis le battaient comme les lavandières de partout afin de le rincer. De retour chez elles, elles l'étendaient pendant des jours. Le tissu des draps, souvent de fabrication locale, était généralement très lourd, très épais et très rêche. Elles l'avaient filé à la veillée avec leur rouet, et des tisserands installés dans des moulins à eau transformaient ce fil, de laine, de chanvre, en toile.
download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29048850%5f
Dernier point remarquable, près du vieux château féodal qui autrefois prévenait les incursions des Vikings, quand la mer arrivait pratiquement jusque-là, le port était un point de passage obligé pour les paysans allant chercher du bois dans les marais. Des bestiaux empruntaient les « batais » comme les humains, mais plus grands, pour changer de pré. Des chasseurs aussi avaient leur petit « six pieds » pour le gibier d'eau. C'était, si l'on se réfère à des photos dont je ne sais pas ce qu'elle sont devenues, des allées et venues continuelles. Ces photos avaient été prises par mon arrière-grand-père, à une période où peu de gens pratiquaient ce loisir.
J'ai pratiquement connu tout cela. Peut-on seulement imaginer combien les conditions de vie ont évolué depuis ?

 

 

.

Collège collège

download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29047533%5f

Il faut avoir une idée de ce que voulait dire, il y a plus de 50 ans maintenant, "aller en Sixième". Seuls quelques-uns, ceux qui avaient les meilleures notes, pouvaient espérer sauter le pas. Les autres continuaient après le Cours Moyen, à suivre ce qu'on appelait le Cours Supérieur pendant trois ans, jusqu'au légendaire Certificat d'Études Primaires. Dans le cas le plus simple les gamins se retrouvaient au Cours Complémentaire, au chef-lieu de canton, pour quatre ans. Un car de ramassage faisait donc le tour de toutes les communes, une douzaine, qui le composaient.
Pour ceux, nettement moins nombreux encore, qui "optaient" (comme si on leur demandait leur avis) pour "l'école libre" (traduisez confessionnelle, qui de toute façon dans ma région n'existait pas en Primaire), il fallait aller jusqu'à la ville, en l'occurrence le chef-lieu du département (mazeeeette). Vingt kilomètres, le bout du monde, quoi, pour des enfants qui ne connaissaient au mieux leur environnement qu'à sept ou huit kilomètres de rayon, ce qu'on peut faire en vélo.
Ce fut pour mes parents, qui ne démordaient pas de leur "école libre", l'occasion d'acheter leur première voiture, une 4CV d'occasion. Ce fut pour moi, à qui il fallait toutes les chances de mon côté, l'occasion de découvrir l'anglais chez une fille qui en connaissait un peu plus, et qui m'a fait des cours pendant toutes les "grandes vacances" deux fois par semaine. Je dus aussi, sur le conseil appuyé du directeur en soutane du futur collège, m'astreindre à des pages et des pages d'écriture, que dis-je, de calligraphie, en anglaise droite, seule façon d'écrire correctement selon ses dires.
Pendant ce temps-là, tout le "trousseau" imposé fut avec minutie étiqueté avec mon nom en toutes lettres, par ma mère qui souvent râlait à ce propos. Il y en avait, des pièces obligatoires !
Arriva le jour de l'emménagement. Arrivée dans ce vieux collège froid et encore désert (il était tôt). Les rares parents déjà arrivés montrèrent à des parents plutôt désorientés les différents endroits où aller, la "salle des chaussures" aux relents indélébiles, le dortoir immense avec les lits tout petits (quelque chose comme 140x70) alternant avec de petits meubles à vêtements, le réfectoire aux noms déjà indiqués sur une pancarte, par tables de 6...
Tout ce chambardement terminé, il ne resta plus qu'à prendre congé, avec des au revoir un peu mouillés. Direction la cour de récréation, où déjà je portais la tenue obligatoire, la grande blouse grise si gaie et si sympathique. Tout le monde se regardait avec curiosité, sachant que les habitués arrivaient plus tard.
C'est ainsi que je me suis retrouvé en pension. Tout était minuté par la sonnerie déclenchée par la grande horloge électrique. Tous les matins à 6h30, c'était le réveil et la toilette, à 7 heures la descente en étude jusqu'à 7h30 : direction la messe. A 8 heures, c'était le petit déjeuner, puis la récréation. 8h30, les cours commençaient jusqu'à midi, avec une pause d'un quart d'heure. Dès le déjeuner fini, c'était le retour en étude pour encore une heure. Une demi-heure de récréation faisait la coupure, jusqu'à la fin des cours à 17h. Encore une "récré" d'une demi-heure, et c'était la "grande étude" jusqu'à 19h. Le repas du soir terminé, soit on repartait en étude, soit une fois par semaine (le jeudi) c'était le retour à la chapelle (du couvent?) pour les Complies. Puis à 21 heures, après une brève toilette, c'était l'extinction des feux. Été comme hiver.
Le samedi était un jour comme les autres. Le jeudi (pas le mercredi), après les cours du matin et le déjeuner, certains profitaient d'une brève sortie avec les parents qui pouvaient venir. A 17h 30 il fallait être rentré. Il y avait aussi la possibilité d'une sortie pour le dimanche, après 17 heures le samedi, avec rentrée là aussi pour 17h 30 le dimanche.
Ceux qui ne partaient pas avec leurs parents avaient "droit" à aller jouer au football le jeudi après-midi, sur un stade assez proche. Je détestais le "foot". Je préférais me geler sur le bord du terrain. Je n'étais pas le seul. Le dimanche, c'était le matin la grand-messe, et l'après-midi la promenade. Elle nous emmenait un peu n'importe où. Parfois on atterrissait au stade de foot où des "grands" jouaient "pour de bon". L'équipe locale était selon les années en première ou seconde division amateur. Il arrivait aussi que nos pas nous portassent au stade de Rugby : c'était déjà plus amusant. Mais bah ! je n'ai jamais été sportif.
Quand on sortait le dimanche, il fallait enfiler l'uniforme : costume bleu, chaussures noires type "richelieu". Parfois on croisait le troupeau des filles, d'un autre collège-lycée voisin, en bleu elles aussi avec une sorte de... bouse ? bleue sur la tête. Gloussements de part et d'autre. Mais attention ! Pas trop fort, sinon on rentrait directement au pas cadencé à l'étude !
Une fois par an, c'était la fête, les Portes Ouvertes. Stands débiles, musique... on connaît la chanson ! Nous étions tous ce jour-là en culotte courte, chemise blanche, petit ruban bleu noué en guise de cravate. Cette fête permettait de financer des améliorations, comme la télévision qui est apparue un jour, vers la fin de mon "séjour". Le matin, comme c'était en mai, le collège entier défilait en ville, par rangs de trois espacés de deux mètres en largeur et en profondeur, au pas cadencé. Un petit orchestre placé en tête, que les méandres des rues ne permettaient pas toujours d'entendre, donnait la mesure comme il le pouvait. Heureusement, les voitures étaient encore assez rares.
Je ne garde pas du tout un souvenir ému de mes quatre ans chez les "frères Quat'Bras", comme on les appelait. C'est au contraire pour une sorte de catharsis que je rapporte ici ces quelques souvenirs. Brrrr...

.

La coussotte

download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f29046601%5fAh petits malins ! J'en vois ouvrir des yeux ronds : mais qu'est-ce donc qu'une coussotte ? Je parie que lapecnaude sait, mais des difficultés de santé la privent momentanément de clavier.

Comment réglait-on l'absence d'eau courante, autrefois ? Cela obligeait à utiliser plusieurs ustensiles dont certains ne seraient guère nécessaires aujourd'hui. Il fallait un puits, avec de l'eau potable dedans. En raison des captages urbains, qui aspirent les nappes phréatiques, ces puits aujourd'hui sont quasi secs, et souvent infestés de nitrates. Il fallait un seau. On en trouve encore. Il fallait un manche, pour y accrocher ce seau avec une sûreté anti-décrochage. Les paysans savaient en fabriquer eux-mêmes, à partir d'une petite branche bien droite. On plongeait le seau dans le puits, pour ramener cette eau, bien fraîche même en été, dans la cuisine familiale.
Là, comment faire, pour tout simplement se laver les mains, ou boire à la régalade, ou... ? Intervenait cet instrument que, dans le Poitou récemment encore (une bonne quarantaine d'années), l'on nommait la coussotte. Il s'agissait d'une sorte de petite casserole métallique (on en a même faites en plastique) à laquelle était fixé un manche rond, long, effilé et creux. A la soudure entre les deux, la casserole était percée.
Cette coussotte , il suffisait de la plonger dans l'eau pour la remplir, et de la poser sur les deux bords opposés du seau, lui-même installé dans l'évier familial. S'échappait un mince filet d'eau, comme d'un robinet. Il suffisait de replonger la chose dans l'eau, pour la remplir à nouveau. Combien de fermiers autrefois, pressés par le labeur, se contentaient le plus souvent de ce robinet primitif pour leurs ablutions quotidiennes, et ne se lavaient sérieusement que le dimanche le plus souvent !
La coussotte, c'était plus qu'un petit ustensile, c'était un élément de civilisation.

.

Le boucher de campagne allait de ferme en ferme pour tuer le cochon, le débiter et le saler. Cet ancien métier à pratiquement disparu avec l'arrivée de nouveaux moyens de conditionnements (congélateur, conserve) Les habitudes alimentaires ont également évoluées ainsi que l'élevage des porcs. Rares sont les porcs élevés naturellement.

http://brazey-en-morvan.mairie.pagespro-orange.fr/Les%20metiers%20d%27hier%20et%20d%27aujourd%27hui/les%20metiers%20d%27hier/les%20bouchers%20de%20campagne.htm

cochon.gif

Récupération du sang pour fabriquer le boudin

Retour au sommaire des" métiers d'hier "

 


Dans les temps forts de la vie à la ferme il en est un dont je me rappelle très bien : celui du jour où l'on sacrifiait le cochon. Il avait été acheté à la foire encore porcelet. Il avait été nourrit de "lavure" (patois local) et de petites pommes de terre cuites dans une chaudière . J'en prélevais chaque fois quelques unes pour ma consommation personnelle tant elles étaient délicieuses. Quand son poids dépassait les 100 kg je pense il était décidé de le tuer. Le tueur arrivait à l'aube et les cris de la pauvre bête me réveillait . Je me fourrais la tête sous l'oreiller pour ne plus entendre ses cris de détresse. Mon grand-père de son côté avait trouvé une excuse pour ne pas être témoin. Un quart d'heure plus tard je me levais et je fonçais sur les lieux du drame. Lee armes du crime étaient là bien en évidence : le pistolet d'abattage et un couteau avec la lame maculée de sang. Le corps de la pauvre bête gisait sur une sorte de civiére en bois tandis que le "tueur" aidé par ma grand-mère préparait un feu sur lequel on allait allongé la dépouille du porc afin de le "friller" (comprenez enlever les soies). Dès que cette opération était terminée le boucher  récupérait les abâts et les viscères car dans le cochon tout le monde le sait tout est bon. Il séparait la tête du tronc et la déposait sur un grand plat en attendant de faire du fromage de tête. Le tronc était alors suspendu par les pattes arrière à 2m du sol, puis fendu en deux puis découper en jambons, en tranches de grillades et de lard qui finissaient dans le saloir en grés,  en côtelettes et  en bien d'autres délices. Avec le foie et les reins je pense, il confectionnait , enveloppés dans la coiffe des "atreaux". Avec le sang et les boyaux soigneusement nettoyés et échaudés il fabriquait de longs chapelets de boudin, lovés comme un serpent sur de grands plats ronds en attente d'être dégustés le soir même avec les voisins et les amis ! Ma grand-mère ne laissait à personne le soin de faire le jambon persillé . Je la regardais faire . Dans un grand saladier elle disposait un morceau de "singalette" (toile fine en provenance du tissage local)puis son mélange de viande et de persil haché finement. Elle rabattait les pans de tissus débordant du récipient pour recouvrir la préparation et mettait dessus un poids . Après quelques jours d'attente , elle enlevait le poids, dépliait la fine toile comme un pansement et armée d'un couteau extrêmemnt pointu et extrêmement affûté elle nous faisait déguster sa spécialité. Une boucherie locale a plusieurs fois remporté un premier prix à la foire gastronomique de Dijon pour son jambon persillé. Sans chauvinisme déplacé ma grand-mère aurait été hors concours ! si elle avait participé à ce concours !  Ahura .
.
Cinémas d'antan :

1Club80_Sept79Villers-Cotterets.jpg
La façade du cinéma de Villers-Cotterets après avoir été baptisé du nom de Club 80 (Sept 79)

9CinemecaniccaVictoriaV5.png
Cinémecanicca Victoria V5
La salle était équipée d'un appareil de projection au top, acheté par Mr Jost au début des années 70.

 

6LesClubsSalle2BVillers-Cotterets-.jpg

La salle 2 et ses 97 fauteuils rouges

 

3 - Villiers Juin 2009

 

.

3---Soissons-gaumont.jpg

Le Gaumont à sa réouverture (Collection Privée) 

http://ramocblogsalledecinema.over-blog.com/categorie-12045168.html
.
http://forums.marieclaireidees.com/static/mesimages/64438/DSCN0944.JPG
Mercerie ancienne
http://forums.marieclaireidees.com/static/mesimages/64438/DSCN0944.JPG
herboristerie.jpg
Herboristerie ancienne .
 
tracteur-bolinder.jpg
Tracteur (via un Lecteur, Claude)

A mesure que j'écris, les souvenirs affluent et je ne sais où donner de la plume ! Je vais donc enchaîner par un autre temps fort de la vie à la ferme à savoir la moisson. Mon grand-père s'était levé à l'aurore pour donner à boire et à manger à ses trois chevaux ( Pierrot, Filou et Coquette) deux heures avant d'aller au travail  et ce afin qu'ils ne fassent pas des coliques . Mon père l'aidait à harnacher les chevaux. Il mettait en place d'abord la bride avec le mors, le collier avec les grelots, le reculoir puis il les attelait les trois de front comme une troïka devant la faucheuse lieuse de marque Mac Cormick repliée pour aller de la,ferme au champ. Après avoir passé du "Terrible" une sorte de liqueur puante sur le corps de chevaux afin de repousser les attaques des "tavins" lisez des taons, il grimpait sur le siège de la machine et direction le champ à faucher dans lequel il avait fallu faire le pourtour à la faux pour ouvrir le passage à la machine. Arrivé dans le champs il fallait déplier la faucheuse et disposer le tablier et les rabatteurs perpendiculairement au sens de fauche. Cette opération réalisée la ronde infernale débutait. Je revois mon pèré jugé sur son siège le paquet de rênes dans les mains, les chevaux avançant sous un soleil de plomb et moi grimpé juste derrière le tablier de la machine je regardais les tiges de blé coupées monter en un flot continu pour être regroupées jusqu'à former une gerbe liée avec une ficelle puis éjectée au sol en attendant d'être rassemblées par mon grand-père , ma grand-mère et ma mère par 5 ou 6  pour former une  "maillette". Il n'était pas rare que l'on ne débusque pas un lièvre ou que l'on trouve de petits levreaux durant la journée comme il n'était pas rare que l'on tombe en panne, souvent à cause de la ficelle qui cassait. Les chevaux devaient être heureux par contre les hommes pestaient car il fallait se fourrer sous la machine et dans la poussière . Les seules pauses prévues étaient pour casser la croûte. Tandis que les chevaux mangeaient leur avoine dans une musette , les hommes se regroupaient sous des ormes , à l'ombre et déballaient le pique nique et les bidons d'eau fraîche, bidons rapportés du front  ... et les bouteilles de vin (pas de bière). Tous les acteurs ayant repris des forces le travail reprenait jusqu'à ce que la rosée monte et empêche le fauchage de se poursuivre . Il fallait alors replier la machine et reprendre le chemin de la ferme . Les chevaux étaient dételés, brossés, abreuvés, nourris puis les hommes après s'être lavés , rechangés se retrouvaient autour de la table. Je revois mon grand-père qui sans goûter la soupe aux vermicelles la salait , la poivrait (avec de l'avoine de curé) et quand il n'en restait plus que quelques cuillers au fond de son assiette y versait du vin rouge ! Il ne regardait pas la télé puisqu'avant les Jeux Olympiques de Rome (je me souviens que la première chose que j'ai vue à la télé de mes grands parents c'était l'arrivée triomphale de Bikila Abebe ce devait être en 1960 date à laquelle un c.. de toubib avait affirmé à ma grand mère que j'avais la poliomyélite moi qui était tout le temps dans la rivière)ils n'avaient pas la télé et que par la suite le petit écran ne l'attirait pas
du tout. A 8h il allait voir ses chevaux puis à 8h 30 il allait se coucher. Aujourd'hui certains trouveraient ridicules qu'on se soucie tant de ses chevaux mais lui savait bien que si l'un d'entre eux tombait malade en pleine moisson par exemple ou au moment des betteraves cela aurait été une catastrophe. Ses chevaux étaient comme la prunelle de ses yeux et lorsque l'heure de la retraite a sonné et que le maquignon a embarqué ses fidèles compagnons, il est mort une première fois ! Ahura .
faucheurs.jpg
Eva ! Dans ma galerie de portraits des saisonniers qui oeuvraient autour de la machine à battre j'en ai oublié trois : le "grand Nénese", le "Titou" et le "Maraud". Ce dernier, vieux garçon me voyant en admiration devant une voiture de course pilotée par Fangio dans la vitrine d'un magasin les veilles de Noël me l'avait achetée malgré le prix élevé (plusieurs journées de travail je pense) ! Me remémorer cet épisode de ma vie m'a fait penser à Cosette et à Jean Valjean et m'a fait monter les larmes aux yeux ! J'ai retrouvé cette voiture en tôle sur Internet . Elle vaut très cher pour des collectionneurs avertis. Ahura .
.

passe-bergeres.jpg

http://duvergerjb.e-monsite.com/album/tableaux-acrylique-scenes-de-vie/1 - Bergères

  

Que d'émotion ! Merci cher Ahura, en notre nom à tous... (eva) .
.
laboureurs.jpg
http://duvergerjb.e-monsite.com/album/tableaux-acrylique-scenes-de-vie/1 - Laboureurs

Eva ! en écrivant j'ai l'impression de faire revivre tous les animaux de la ferme et tous les personnages qui y ont travaillé. Tant qu'il y aura quelqu'un pour penser à eux , ils ne seront pas totalement morts. Cette citation n'est pas de moi et elle s'adressait aux poilus de 14-18 mais elle me parait très bien convenir à ces hommes et à ces femmes qui vivaient du travail de la terre , sans subventions, sans assurances , avec leurs tripes (je ne veux pas être vulgaire) et leur couteau ! Leur rendre hommage est la moindre des choses . Je vais donc poursuivre mon ouvrage (en allant plus doucement et en évitant les fautes d'orthographe) et en évoquant une journée consacrée au labour ! La journée débutait comme d'habitude pour mon grand-père vesr 5h du matin. Il se précipitait à l'écurie pour vois si ses 3 chevaux avaient bien passé la nuit et leur donnait à boire et à manger, avant de venir prendre son petit déjeuner. Ma grand-mère préparait sa musette et mon petit déjeuner (café au lait de chèvre) pendant que lui attelait les chevaux au chariot derrière lequel était attaché le brabant réversible. Le soleil n'était pas encore levé lorsque le convoi sortait de la cour de la ferme en direction du champ à labourer. Je me souviens qu'il fallait traverser un passage à niveau . Pour cela il fallait à l'aide d'une sonnette avertir la garde barrière qui habitait à moins d'un kilomètre en amont je pense et celle ci faisait lever les barrières afin que nous puissions continuer notre route en direction d'une pièce de champ de plusieurs hectares au lieu dit " La Miotte" sur le cadastre "la Mieutte" en patois local. Je me rappelle d'un jour où le brouillard commençait à se lever et où nous avions vue un groupe de lièvres en train de "bouquiner"  ! (faire les fous au moment de la saison des amours). Arrivé dans le champ mon grand-père détachait le brabant, dételait les chevaux du chariot et les attelait en file indienne sur la brabant. Une chienne nommée Rita nous accompagnait souvent et partait chassé toute seule dans les bois environnants . La séance de labour pouvait commencer. Les trois chevaux (Coquette en tête, Filou au centre et Pierrot) obéissaient à la voix de leur propriétaire qui appuyait de tout son poids sur la charrue afin que le soc s'enfonce plus dans la terre grasse et généreuse. Le premier sillon devait être droit et la jument de tête avait son importance. En bout, mon grand-père me demandait de la prendre par la bride et de la guider ? Parfois elle me posait son sabot large comme une poêle à frire sur le pied . Je ne me plaignais pas de peur que mon grand père ne fasse plus appel à moi et parceque j'aimais beaucoup cette jument qui m'aimait aussi beaucoup. (Je vous raconterai une anecdote qui vous le prouvera si vous en doutez ). Arrivé au bout du champ il fallait retourner le brabant et repartir dans l'autre sens. Les chevaux devaient marcher dans le sillon tracé précédemment d'oùu l'importance du premier sillon) et ainsi de suite pendant toute la journée . Il y avait trois pause une à 10 h pour casser une crôûte et boire un canon, une à midi pour déjeuner d'une tranche de lard avec de la moutarde et du pain, de fromages et de fruits et une à 16 heures où j'avais droit à des crans de chocolat Lanvin et du beurre. Mon grand-père, à ma demande me roulait une minuscule cigarette . Je n'en suis pas devenu pour autant un fumeur invétéré puis que je n'ai par la suite jamais fumé de ma vie ! En une journée nous labourions à peu près un journal de terre (soit approximativement 34 ares 284). Nous rentrions à la ferme assis sur le côté du chariot, les jambes pendant dans le vide. La chienne nous avait rejoint comme par enchantement et avait sauté sur le chariot sans demander son reste. Je ne me rappelle pas avoir été fatigué mais fier d'être avec ce grand-père qui m'apprenait beaucoup, bien que ne parlant pas beaucoup et surtout pas de guerre. Une fois il m'avait parlé du chemin des Dames...une seule fois ! par contre il m'apprenait le nom des plantes (en patois), des arbres et des oiseaux. Il m'a fait aimer les chevaux . Il aurait été fier de savoir que j'ai consacré plusieurs années de ma vie à dresser des chevaux et que j'ai descendu les Champs Elysées avec une jument que j'avais éduquée en suivant  quelques uns de ses principes. Ahura. 
 
passe-apres-bain.jpg
http://duvergerjb.e-monsite.com/album/tableaux-acrylique-scenes-de-vie/1 - Sortie de bain
.


La suite ici :

 

Témoignages du temps de nos grands-parents (1). Appel à tous les témoins

 

avec en particulier le film d'un Lecteur :

 


  Cami des Encantats

 

passe-expo.jpg

.

lavandiere-sur-tabouret.jpg

John Sloan [1871-1951] - Travail de femme

francophonia.net

 

 

John Sloan [1871-1951] - Travail de femme - http://www.francophonia.net/viewtopic.php?p=566366

.

 

Cliquer sur les images, celle-ci est très belle :

 
3223

.

 

A150/3223
ANDREAS SCHELFHOUT
(1787 La Haye 1870)
Paysage hivernal. Vers 1850. Huile sur toile.
65x93 cm

 

 

 
3076

 

A150/3076
JOHANN CONRAD SEEKATZ
(Grünstadt 1719-1768 Darmstadt)
Enfants de paysans avec canards et oies.
Huile sur toile. 42x32 cm.

 

 
3017

 

 

A150/3017
DAVID TENIERS le jeune
(Anvers 1610-1690 Bruxelles)
Scène de village avec joueurs de boules. Vers 1660.
Huile sur panneau. 29,4x25,3 cm.

 

 

La suite dans un 2e post,

 

allez-y, c'est très beau ! Ah, la nostalgie... Eva

 

Témoignages du temps de nos grands-parents (2). Appel à tous les témoins

 

 


Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 18:33


Wikipedia.org

Ours et dresseuse d'ours,
la société en 2010.
Bonne année !
Par Eva R-sistons 


Mes amis,

Trop beau, trop mignon, je ne peux m'empêcher de vous joindre ces lignes du médecin "juste après dresseuse d'ours",  "les histoires d’une jeune généraliste, brutes et non romancées. Sinon c’est pas rigolo". Alors, elle est pas belle la vie ? Elle est pas belle, notre société ?    

Allez, croquez à pleines dents dans cette tranche de vie, toute crue, la médecine (féminin de médecin) et son "patient", très patient, vraiment patient, un Pakistanais qui tousse, qui tousse, qui tousse... et qui n'a pas de Kleenex et surtout pas de papiers !  

Allez, lisez le récit de la "dresseuse d'ours". Ils sont pas marrants, nos médecins, quand ils sont comme cette médecine ???

Bienvenue en France, citoyens "étrangers", citoyens d'ailleurs, citoyens de couleur, citoyens sans papiers... Bienvenue dans notre douce France, terre d'accueil, terre d'asile... Bonne année 2010, voici le Nouvel Ordre Mondial ! Et sur C dans l'Air, on parle justement de chant du cygne du travail industriel... adieu les ouvriers ! Sarkozy aime le travail industriel, il le défend, mais oui mais oui, la preuve il va s'atteler à la mise en place du "travail à haute valeur ajoutée"... et tant pis pour nos ouvriers, tant pis pour les non-qualifiés, tant pis pour les jeunes à la recherche d'un premier emploi... "Travail à haute valeur ajoutée" ! Travail pour les employés modèles, à la cervelle de haute valeur, sur-diplômés... le gratin, quoi !!!! Du pur Sarkozy, la société qui choie les plus doués, les plus méritants, les mieux nés, les plus riches...

Et les autres ? Les pas trop doués, les pas trop futés, les pas trop diplômés, les pas trop bien nés ? A la casse ?

Hé hé, là ça relève de Roselyne et des vaccins de Big Pharma, ou de Dassault et de ses jou-jou de guerre. Vous avez dit dépopulation ? Eugénisme ?

Hitler pas mort ? Dans notre jolie jolie société démocratique, si vantée dans nos jolis jolis médias ?

Vive la société des ours et des dresseurs d'ours !

Mieux vaut en rire, pour ne pas en pleurer !

Eva r-sistons 


Voici le texte:

17 janvier, 2010


Jaime bien la neige. Parce que c’est joli, et parce que les gens réfléchissent à deux fois avant de sortir de chez eux.
Parce qu’en arrivant le matin dans la cour du Dr Carotte, elle n’est pas déjà pleine à craquer de gens qui m’attendent dans le froid.

Une après-midi calme, donc.
Dans ma salle d’attente, un seul type. Qui ressemble à peu près à
lui.



http://blog.lefigaro.fr/inde/assets_c/2008/06/Zardari-thumb-325x385.jpg

C’est rigolo tout ce qu’il y a dans le non-verbal. Comment on peut savoir qu’un type ne parle pas un mot de français avant même qu’il ouvre la bouche, juste à ses yeux et à son air, à sa façon de se lever quand on l’appelle dans la salle d’attente, à sa façon de serrer la main.
Il n’a donc pas encore ouvert la bouche que je me dis « Et merde, bordel, encore un
pénisalgique »

Parce que la tendance s’est largement confirmée depuis. Je crois que comme je m’en veux un peu de les détester (je déteste tous mes patients qui ne parlent pas français, moi qui suis si mauvaise en anglais, si médiocre en examen clinique et pour qui la discussion est tellement importante), je redouble d’efforts pour compenser, et qu’en définitive, alors même que j’essaie désespérément de leur faire savoir que je suis mauvaise, que je ne sais pas faire de la bonne médecine si je ne peux pas parler, qu’il y a des endroits plus adaptés pour la médecine des migrants, avec des traducteurs et des gens qui s’y connaissent, en définitive disais-je donc, je leur accorde plus d’attention que ce à quoi ils sont habitués et on se refile mon adresse sous le manteau.
C’est flagrant. J’en vois un, je lui dis qu’il faut absolument qu’il vienne avec un traducteur la prochaine fois, et dans la demi-heure, j’en ai un autre dans la salle d’attente qui bosse au même restaurant que le premier et qui ne parle pas davantage français.
Va la voir ! qu’ils doivent se dire en pakistanais pour une raison qui m’échappe totalement.

Et c’est toujours la même chose. Enfin, j’ai un peu complété le tableau syndromique depuis : la pénisalgie n’est pas constante. Fréquente, mais pas inévitable. Deux autres grands motifs de consultation : la fatigue et la jambalgie. Ils ont mal au pénis ou à la jambe, ou les deux. Et ils sont fatigués fatigués. Tous. Tout le temps.
Je ne suis toujours pas sûre de ce qu’il y a derrière. Demande de recherche de MST ? De Viagra ? De check-up ?
En tout cas ça fini à peu près toujours de la même façon : vaccinations, « check-up » et paracetamol.

Celui-là parlait aussi mal anglais que tous les précédents (c’est peut-être ça qui leur plait chez moi, réflexion faite : je parle anglais encore plus mal), il était fatigué et il avait mal à la jambe.
En tout début de consultation, j’ai eu un espoir : il m’a tendu une radio de poumons et un bilan biologique qui avaient été prescrits par le Dr Carotte. Qui n’avait pas ouvert de dossier, bien sûr, ça fait un an que je lui crie dessus pour qu’il le fasse. J’ai déduit que le monsieur devait tousser, et, la radio et le bilan étant normaux, j’ai cru dans un moment de grande naïveté que j’allais pouvoir m’en sortir à bon compte, d’autant qu’il ne toussait plus depuis les antibiotiques. J’ai cru pouvoir dire « Tout va bien, c’est bien, les examens sont normaux, allez, bisous ».
Et puis non, bien sûr.
« Et puis je suis fatigué-fatigué… », il a dit. Et puis il a dit qu’il avait mal à la jambe. J’ai demandé qui était son médecin, qui il avait vu en France depuis son arrivée il y a 8 mois, il a dit qu’il n’avait vu personne et que c’était moi son médecin.
Ma salle d’attente était vide, le bougre était sympathique, et voilà, c’était moi, son médecin.
J’ai ouvert le logiciel à la page « créer un dossier » en ravalant un soupir.

Je lui ai demandé ses papiers d’assurance maladie, j’ai copié son nom, j’ai vérifié que l’AME était toujours valable : jusqu’en Mai 2010.
Soit, allons-y.

Interrogatoire laborieux, examen clinique laborieux. On a bien passé 5 minutes pour que je puisse tester le releveur du pied, et j’ai échappé de justesse à un ou deux coups de pied dans le menton. « Push ! Push ! No ! Not this way ! »
Examen normal, jambe normale, à la surprise générale.
Et puis, à la toute toute fin, quand j’ai voulu finir de remplir le dossier, j’ai dû taper la date de naissance. 23/11/1978.
Pour un type qui ressemblait à
lui, je le rappelle.
- Vous êtes né en 78 ? j’ai dit.
- Oui oui, il a dit.
- Vous avez 31 ans ?
- Oui oui.
- Vous, vous avez 2 ans de plus que moi ?
Je ne sais pas bien ce qui m’a pris, moi qui me refuse toujours à répondre à la question trop fréquente des patients sur mon âge. (« Vous avez l’air très très jeune pour être médecin ! » qu’ils s’ébaubissent… « Ta gueule », que je réponds, en me jurant de me raser les couettes)

Oui oui oui qu’il me dit. Et puis il ajoute qu’il a une disease qui lui fait des cheveux gris.
Au bout de deux fois la disease qui blanchit les cheveux, j’ai dit : « Bon. »

Et puis, dans mon anglais terrible, j’ai commencé une longue tirade. J’ai essayé de dire qu’on ne pouvait pas travailler comme ça. Que s’il voulait que je sois son médecin, je voulais bien, mais que ça ne pouvait pas fonctionner de cette façon là. Qu’il fallait que je connaisse son âge, qu’il fallait qu’il ait deux fois le même nom pour que je puisse retrouver son dossier et savoir ce qu’on avait déjà dit et fait. Que le bilan n’était pas urgent, et qu’il pouvait revenir me voir une fois qu’il aurait ses papiers, qu’il pouvait demander l’AME pour lui, et que quand il reviendrait, il faudrait qu’il me donne son vrai nom, qu’il faudrait qu’il me redonne le faux nom auquel on avait ouvert le dossier, et qu’on remettrait tout ça à plat.
Et pendant ce temps-là, pendant que je lui expliquais pourquoi je n’allais rien lui prescrire, qu’il n’aurait pas d’examens ni de médicaments tant qu’il n’aurait pas ses papiers, pendant, qu’en somme, j’étais en train de le mettre à la porte, pour la première fois depuis le début de la consultation j’ai senti qu’il devenait vraiment mon patient et que je devenais vraiment son médecin.
Merci merci merci, il a dit. Plein de fois.

Bien sûr, il n’avait pas de quoi payer la consultation, en dehors de son faux-papier.
Et puis une fois qu’il a été parti, je me suis retrouvée devant la copie de son AME et ma feuille de soins.
J’ai passé 30 minutes avec lui, j’ai fait mon taf, j’ai fait une vraie putain de consultation. Davantage, peut-être.
Je méritais mes putains de 22 euros, et je pouvais me les faire payer en disant à la sécu que j’avais fait, ce jour-là, une consultation pour un pakistanais né le 23 novembre 1978.

Qu’auriez-vous fait ?

http://www.jaddo.fr/


medecin-infirmiere-j.jpg

Publié à la suite de ce courriel reçu:



Bonjour,
Toutes mes félicitations pour votre travail fantastique.
Continuez, la vérité vaincra, elle a d'ailleurs commencé à vaincre (cf grippe A, sommet de Copenhague...)
Voilà, en surfant sur le net j'ai découvert à tout hasard un blog, mais pas n'importe quel blog :
www.jaddo.fr
Il s'agit d'un blog faussement innocent utilisant , bien sûr, les faux-beaux sentiments à la france 2 ou à la M6 pour endoctriner les jeunes médecins mais surtout les innocents étudiants en médecine.
Dans ce blog le secret médical, le serment d'Hippocrate et le serment de l'ordre des médecins y sont constamment violés et la vie des clients est étalée sur la table sans manquer, bien entendu, de les humilier (mais c'est de l'humour vous dis-je!!)
Le pire c'est que, en lisant les commentaires, j'ai appris que ce blog était "enseigné" et " vivement conseillé aux étudiants" par de nombreux enseignants de différentes facs de médecine (ce n'est pas une blague hélas)...
Je précise également que des "articles" de ce blog sont publiés dans une revue pharmaceutique :
http://www.revue-medecine.com

Voilà, je vous laisse vérifier par vous-même les ravages de l'abêtissement généralisé, de la vulgarité et de la perte des valeurs, toute notre société en est imprégnée...


J'ai bien entendu pollué leur forum pour leur dire quelques vérités comme le backchich de 22 E qu'ils perçoivent avant la consultation d'un spécialiste, leur appartenance à la FM ou encore les % qu'ils touchent sur les médicaments prescrits. Bien entendu je n'ai eu aucune réponse précise de leur part à part les habituels "théorie du complot bla bla bla"...
Vous pouvez regarder sur ce blog de propagande cité ci-dessus, au dernier article publié intitulé "17 janvier" ou quelque chose du genre...  j'ai cassé leur petit train train entre amis, c'est assez drôle ! Mon pseudo est "cart", enfin vous l'auriez deviné de toute façon.. Lisez un peu les autres articles dégoulinants de faux-beaux sentiments mais aussi de racisme déguisé ou de haine des pauvres, c'est très très intéressant de voir l'image qu'ont ces pseudo-médecins mais vrai commerciaux du monde qui les entoure...
Je précise que j'ai écrit au conseil national de l'ordre des médecins pour leur signaler cette violation continue du secret médical, du serment d'hippocrate ou du serment de l'ordre des médecins mais, bien entendu, aucune réponse de leur part(on ne touche pas à ce qui rapporte).
Voilà, je vous félicite encore pour vos actions et vous souhaite une très bonne année 2010 offensive et pleine de réussite!
Amicalement,
(..)


medecin-caric-medicaments-j.jpg

liste complète

 

  • Haïti, son histoire, son pétrole et les Etats-Unis


    levy2


    Entendu à l'Instant, sur Paroles du Monde (Public Senat)

    Gidon Lévy - "J'ai honte d'être israélien"
    (J'ai pris quelques notes)

    "Israël use et abuse de sa force militaire, sur des populations civiles sans défense; il utilise des armes interdites, j'ai honte d'être israélien, c'est une société totalement endoctrinée, très favorable à l'armée, qu'elle croit la plus morale du monde. Ils sont totalement aveugles  !  Tous les nouveaux plans de paix se ressemblent depuis le début, ils ne servent à rien, il est urgent d'agir, il faut la volonté, Israël n'est rien sans les Etats-Unis,  ils devraient utiliser leur pouvoir pour sortir de cette situation illégale et inhumaine".

    Voir aussi :
    http://fatahelbab.over-blog.com/article-gideon-levy-israel-et-gaza-43190357.html


 

Ingrid Betancourt,
la face sombre du personnage


Peu à peu, l'icone a perdu de sa superbe. Il y eut les déclarations de sa directrice de campagne Clara Rojas, elle aussi prisonnière des Farc, et puis plus récemment l'ouvrage "Out of Captivity" des trois otages américains, compagnons de captivité. Keith Stansell, Thomas Howes et Marc Gonsalves décrivaient une Ingrid Betancourt arrogante, égoïste, n'hésitant pas à mettre la vie d'otages en danger...
Le livre de Juan Carlos n'épargne pas Ingrid. "Oui, mon épouse est devenue une star. Une femme inaccessible qui n'a pas daigné m'accorder plus de trente minutes en mémoire du bon vieux temps....
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-mais-quelle-femme-est-donc-ingrid-betancourt--43391377.html

Haïti: expulsion de journalistes étrangers par les GI's (médias)
Expulsion de journalistes
à Haïti par les GI's
Pas de soins, occupation du pays !
Inquiétude de gouvernements latino-américains

  Les militaires américains ont exigé, sans fournir d'explications, que tous les journalistes étrangers couvrant les événements en Haïti quittent jeudi l'aéroport de Port-au-Prince avant 8h00 heure locale (13 h00 GMT), rapportent les médias européens.
  L'aéroport de la capitale haïtienne, complètement détruite par un séisme dévastateur, abrite un groupe international de journalistes et de militants d'organisations humanitaires.
  L'aéroport, dont une seule piste d'envol et d'atterrissage est actuellement en service, est entièrement contrôlé par les forces aériennes des Etats-Unis.
  Le quotidien britannique Telegraph a annoncé mercredi que les militaires américains ne laissaient pas passer l'aide humanitaire envoyée par les pays étrangers aux sinistrés haïtiens.
  L'ONG internationale "Les médecins sans frontières" a pour sa part déclaré que les Américains avaient empêché l'atterrissage d'un avion transportant un hôpital mobile. Les pilotes ont été obligés de se poser en République dominicaine, ce qui a retardé de près de 24 heures l'arrivée de la cargaison sur place.
  Après que les militaires américains eurent interdit l'atterrissage d'un avion français avec une cargaison humanitaire à bord, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a émis des critiques au sujet du comportement des Etats-Unis en Haïti. Evoquant le rôle de Washington dans ce pays meurtri, le secrétaire d'Etat français à la coopération Alain Joyandet a martelé: "Il s'agit d'aider Haïti, pas d'occuper Haïti".
  Près de 12.000 militaires américains ont été déployés sur l'île depuis le séisme. Selon les médias, d'ici la fin de la semaine, leur nombre sera porté à 16.000 personnes. Le Pentagone explique cette décision par la situation en Haïti.
  L'augmentation de la présence américaine dans la région ne manque pas d'inquiéter les Etats d'Amérique latine qui considèrent cette tendance comme une menace à leur sécurité nationale.
  Le président bolivien Evo Morales a déclaré mercredi que son gouvernement exigerait la convocation d'une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l'ONU afin de dénoncer "l'occupation militaire d'Haïti par les Etats-Unis".
  "La situation est très dangereuse: on trouve des bases militaires des Etats-Unis en Colombie, on constate leur présence militaire au Pérou et désormais en Haïti où ils augmentent leur contingent, sans aider les victimes ni sauver les malades et les blessés", a fait remarquer le vice-président bolivien Alvaro Garcia Linera, cité par l'agence espagnole EFE.
  Les gouvernements brésilien, vénézuélien, nicaraguayen et uruguayen ont également exprimé leur inquiétude au sujet des démarches de Washington.
http://www.alterinfo.net/Haiti-expulsion-de-journalistes-etrangers-par-les-GI-s-medias_a41698.html



Haïti: qui commande? l'ONU? Les USA? Les Brésiliens? Les Haïtiens?
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10184


Les tragédies humaines, Haïti étant la dernière en liste, nous permettent de constater tous les dégâts causés par l’homme et sa folie à vouloir exploiter, dominer, conquérir d’autres hommes et à étaler une puissance néfaste pour l’ensemble de l’humanité. Tous les systèmes échafaudés par l’homme depuis la Révolution industrielle du 19e siècle nous amène sur le bord d’un précipice qui s’approfondit à tous les jours. 

Sur près de deux cents pays reconnus par l’ensemble des nations, nous retrouvons à peine cinquante pays ayant un régime démocratique. Les autres vivent sous une quelconque dictature. Sur la cinquantaine de pays dits démocratiques TOUS appliquent le même système économique, à quelques nuances près ; c’est-à-dire, l’exploitation de l’homme par l’homme où les richesses sont redistribuées au compte-gouttes, où les profits font foi de tout, où le paraître est synonyme de réussite personnelle, où le titre est plus important que la personne. Imaginons maintenant les pays totalitaires.
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10190


Nous devons nous assurer que l’aide qui va en Haïti
est un don, pas un prêt.

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10201


La Turquie donne une leçon d'humanité
au monde résigné au pire

En  visite en Arabie Saoudite, Recep Tayeb Erdogan a déclaré qu'il n'est désormais plus question de permettre que les enfants et les femmes de Gaza soient bombardés au phosphore. En allusion à l'utilisation par l'entité sioniste des bombes à phosphore durant son offensive meurtrière Plomb durci contre la Bande de Gaza. Suite ici:
http://www.alterinfo.net/notes/La-Turquie-n-acceptera-pas-que-les-Palestiniens-soient-bombardes_b1832358.html


http://www.alterinfo.net/Selon-les-armees-russes,-les-Etats-Unis-ont-provoque-le-tremblement-de-terre-a-Haiti_a41765.html
http://www.alterinfo.net/Chavez-accuse-les-USA-d-avoir-provoque-le-seisme-d-Haiti-a-l-aide-d-armes-nouvelles_a41732.html
http://www.alterinfo.net/Haiti-regorge-de-ressources-en-matieres-premieres_a41739.html
http://www.alterinfo.net/Consequence-de-L-Operation-Plomb-Durci-La-Societe-Israelienne-Manifeste-Une-Tendance-Fasciste-Croissante_a41757.html
http://www.alterinfo.net/Le-renflouement-secret-des-Banques-des-Elites_a41745.html .


On me demande de signaler ce blog, né de l'indignation, semble-t-il,  contre des propos sur les Italiens, lors d'une émission:
http://laveritecontrelemonde.blog4ever.com/blog/index-381152.html



La farce du sommet de Copenhague sur le Changement Climatique a confirmé la réalité d'une guerre mondiale menée par les riches contre la majorité de l'humanité. Elle a aussi révélé l'existence d'une résistance qui grandit comme jamais auparavant : un internationalisme qui associe la sauvegarde de la planète terre avec les droits de l'homme universels, et exige que justice soit faite pour tous ceux qui envahissent et dépossèdent en toute impunité.
La résistance (...) 
http://www.legrandsoir.info/Israel-un-bilan-The-New-Statesman.html


http://www.legrandsoir.info/Tous-ces-murs-de-la-haine.html
http://www.legrandsoir.info/Le-Monde-Jean-Pierre-Langellier-procede-a-une-nouvelle-devaluation-du-journalisme.html
http://www.legrandsoir.info/Retraites-2010-une-annee-decisive.html
http://www.legrandsoir.info/Et-quand-fera-t-on-l-inventaire-des-terroristes-installes-aux-Etats-Unis.html
En plus d'avoir initié, orienté, financé et géré le terorisme contre Cuba avec ses agences de renseignement ou ses groupes mafieux de Miami qu'ils ont eux-mêmes créés, les États-Unis ont encouragé, parrainé ou inspiré des activités (...)

http://www.legrandsoir.info/ARTE-m-a-tuer.html
http://www.legrandsoir.info/L-humanitaire-au-service-du-capital-le-cas-de-Haiti.html
http://www.legrandsoir.info/L-autodestruction-du-Capitalisme.html

Après le renversement des gouvernements communistes de l'Europe de l'est,
le capitalisme a été brandi comme l'invincible système qui apporte
prospérité et démocratie, le système qui allait s'imposer jusqu'à la fin
des temps. Cependant, la crise économique actuelle
a fini par convaincre même
quelques éminents partisans du libre marché qu'il y a quelque chose qui
cloche sérieusement.
En vérité, le capitalisme n'a pas encore réglé ses
comptes avec (...)


liste complète 

       
Valmy site moulin logo-copie-1


Tour du monde politique vu de Chine 
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article494

La technique du coup d'État coloré          
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article493

La doctrine Obama: "dans une humanité imparfaite,
la guerre perpétuelle est de mise 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article489
  

Haïti: quelques éléments... Jean Lévy
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article490

Soins psychiques et indépendance professionnelle
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article488

Haïti: la "malédiction" n'existe pas
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article487

Tremblement de terre à Haïti: un laboratoire
et une "formidable opportunité" pour un Kosovo des Caraibes 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article486


C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Repost 0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 19:46

                                          trois-coeurs-mde-copie-1.jpg


                                                          Mes amis,

Sur ce blog, par souci de la vérité, je suis obligée, moi la passionaria, l'artiste, la sensible, la fraternelle, l'amante de la vie... de vous détailler toutes les laideurs pour que vous soyez informés et pour que vous puissiez dire non à l'intolérable. A l'occasion du commentaire de Brigitte :

Posté par Brigitte le 08/11/2009 13:54

Le blog d'Éva " http://r-sistons.over-blog.com/ " est un blog vraiment génial, qu'il faut recommander à toutes celles et à tous ceux épris de justice, de liberté et de fraternité.
http://www.soueich.info (http://www.alterinfo.net/La-guerre-froide-rallumee-dans-les-Medias_a38992.html?com),

à cette occasion, donc, je découvre ce merveilleux blog et je tombe sur cette page.

A elle seule, cette page nous dédommage de toutes nos peines ! Oui, la vie est belle, regardez ce village, regardez ces femmes, regardez cet enfant bichonné avec amour, regardez le charme des saisons qui passent, regardez, regardez... toute la beauté du monde !

Alors oui, décidément, la vie est belle, très belle... et elle vaut la peine d'être vécue ! NOM ou pas !

Eva ne r-sistons pas à tant de beauté ! icon_lol.gif


Présentation de Soueich

Il n’est pas évident pour un habitant des terres australes qui, naviguant sur l sans_titre-1_copie1.jpg e Net, tombe par hasard sur ce blog, de pouvoir situer Soueich dans notre vaste monde. Aussi, ai-je pensé, pour eux, mais aussi pour d’autres moins éloignés, de présenter, en quelques images, notre beau petit village d’un peu plus de 200 foyers. Bien sur, la chose la plus importante est de le situer sur le globe. Pour cela, les habitants des terres australes doivent faire tourner leur mappemonde de 180°. Trouver le continent que l’on appelle Europe, aller totalement à l’ouest de celui-ci et y trouver le pays qu’on nomme France. Au sud de la France , les montagnes des Pyrénées. Au pied des Pyrénées, à peu près au centre, trouver la ville de Saint-Gaudens, et de là, partir vers le sud en direction d’Aspet. A 4km avant d’arriver juin_001__18_b.jpg à Aspet, se trouve Soueich.

 

 

 

 

 

 Le Ger

 

 

   juin_001__23_b.jpg

 

 

 Le ger près de l'église

 

 

    juillet_008b.jpg

 

 

 

  Vue depuis Campagne

 

    janv2006_114b.jpg

 

 

 

 

 

 

 Sur les bords du Ger   100_1116bisb.jpg  

 

 

 

 

 

    210303-19bisb.jpg

 

 

 

  Promenade à Daüsse

 

 

    photo_114bisb.jpg Pont sur le Ger en été

 

 

  036.jpg  Pont sur le Ger en Hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pour plus d’information connectez-vous sur le site de Soueich

Par brigitte
Jeudi 23 février 2006

   
   http://www.soueich.info/article-1954351-6.html#c


Deux ou trois choses que je voudrais partager avec vous
à propos de ce village enchanté, par Eva


Je ne serais pas étonnée qu'on vienne du bout du monde visiter ce village enchanté, féérique été comme hiver, et les grâces sculpturales que l'on voit jaillir de l'eau ou de la forêt, totalement en harmonie avec la nature - tout, d'ailleurs, n'est que douceur, pureté - partagent intégralement leur intimité, le précieux trésor de leur beauté parfaite, quelle générosité de s'offrir ainsi aux autres !

Un bijou caché ne peut briller de tous ses feux, et là, le trésor est offert à tous pour enchanter, pour émerveiller ! Toute cette pureté, toute cette beauté, quel régal pour les esthètes ! Et quand on voit la manière dont est présenté ce blog, et quand on lit le contenu, si élaboré, si choisi, on ne peut que s'écrier : Attention, chef-d'oeuvre !

Et regardez ce qu'il y a en bas des pages, pour parfaire le sentiment de béatitude:

100_1053w.jpg Que la paix règne en votre coeur ! 

 

 



Elle est pas belle, la vie ?

Et tout cela, le Nouvel Ordre Mondial ne pourra jamais le tuer... c'est de l'ordre de la perfection divine, lorsque le Créateur de tout ce qui vit nous a fait à son image !

Une Parole de la Bible me revient: "Je te loue Père de ce que je suis une créature merveilleuse !".

Nous sommes tous des créatures merveilleuses, à notre façon ! L'Elite autoproclamée telle, ce ne sont que des monstres à visage humain. Mais nous, nous tous, tendons-nous la main, nous sommes faits pour nous aimer !  Parce que nous sommes créés à l'image de notre Créateur, beaux ! Et comme me disait dans le post précédent l'architecte avec qui j'ai correspondu - il m'a envoyé une photo, lui aussi sa beauté est sculpturale, grecque -, même en prison nous pouvons faire surgir la beauté !

La beauté est partout, en nous, en l'autre, dans la nature, chez nos amis les animaux, dans la musique, partout, et cela, personne ne peut nous l'ôter !

Et pour les croyants, Dieu est une lampe à notre chevet !

Oui, Père, je te loue de ce que je suis une créature merveilleuse, de ce que nous sommes des créatures merveilleuses quand nous SAVONS le voir...

Et chaque instant peut être émerveillement, chaque instant, même le plus sombre, contient sa part de lumière !

Alors, si nous savons ouvrir les yeux sur les mille occasions de bonheur qui s'offrent à nous, nous sommes des bienheureux, quelles que soient les circonstances...

QUELLES QUE SOIENT LES CIRCONSTANCES !

 

Votre Eva




colombe-globe-cigalette.jpgcolombe-globe-cigalette.jpgcolombe-globe-cigalette.jpg



                                Après le village idyllique, 
                 retour à la réalité du Nouvel Ordre Mondial :


Commentaire reçu, et publié, sur Cuba,
suite à l'article sur Delahousse.

Eva : Quant aux murs, j'ai envoyé un lien, précédemment, sur le mur d'Israël, mais pas sur celui du Mexique (je comptais en parler). Voici le commentaire :


Bonsoir,

Ton blog est une incroyable source d'information que l'on ne lit nulle part ailleurs.

Personnellement je connais un tout petit peu ce pays Cuba pour y avoir fait trois séjours de 2 semaines de vacances. le dernier séjour date de 2003.

Je ne vais aller jusqu'à dire que ce Pays est un Paradis, non bien sûr personne ne me croirait. J'ai fait notamment un séjour près de Santiago de Cuba au sud Est de l'Ile où la pauvreté regne, mais pas la misère, pas la faim, pas d'inquisition ( visible) pas de voitures ou trés peu mais nombreux transport en commun, les routes principales potables et entretenues sauf de rares endroits, Ici l'enseignement est gratuit partout et pour tout, les hopitaux et chaine de soins surement un des meilleurs du monde, malgré les appareils d'investigations laissés par les Russes un peu vieillissants.

Du côté de La Havane le tourisme regne partout, mais on peut se balader partout , photographier tout ce que l'on veut, parler avec des gens dans des endroits populaires en ville, emprunter n'importe quel transport en commun.

Naturellement sauf les produits de première necessité qui sont trés peu chers, comme le riz, la farine, le pain, les pates, les fruits et les légumes etc.. que l'on trouve dans certains
magasins , les produits occidentaux y sont rares et chers mais le blocus Américain y est pour beaucoup. Mais ici, pas de suicides au travail, pas de chomage, il y a du travail ( mal payé certes), mais pour tout le monde, pas famine, pas de délinquance les jeunes ici vont à l'école.pas de tourisme sexuel non plus. 

Si on voulait faire une comparaison avec un pays hispanique aussi qu'est la République Dominicaine totalement a l'inverse de Cuba, où regne l'opulence dans les endroits touristiques prés des hotels, mais où les hopitaux et les écoles sont réservés a une classe sociale générée par le tourisme et le commerce mais  à côté de cela certains quartier de Puerto Plata, de Santo Domingo la capitale sont dangereux , misereux sales etc...Dans les villages retirés en montagne tout y est trés pauvre De tous mes voyages c'est à Punta cana que je me suis fait voler mon portefeuille et papiers. Boca Chica la banlieue de la capitale est "réputée" pour .. son tourisme sexuel et ses voyoux.

A choisir d'un de ces deux Pays je ne suis pas certain que j'irai en République dominicaine pour y vivre sauf si j'étais riche.Mais si mes moyens étaient limités j'irai surement à Cuba.
Cela n'a rien à voir mais on nous bassinne depuis plusieurs jours sur les 20 ans de la chute du mur de Berlin, as tu entendu parler des murs a la frontière Mexicaine, ou la "fabuleuse" muraille en Cisjordanie, non! bien sûr et pourtant c'est aussi honteux que le mur de Berlin qui arrangeait bien l'Est et l'Ouest pendant la guerre froide. JG

L'Assemblée Générale de l'ONU condamne le blocus des Etats Unis contre Cuba. Par la dix-huitième année consécutive, le blocus des Etats Unis contre Cuba a reçu une nouvelle et large (...)  http://www.legrandsoir.info/+Les-Etats-Unis-condamnes-a-l-ONU-pour-le-blocus-contre-Cuba+.html



Us-mexico-border.jpg



Mexique/Etats-Unis
Un mur de 1100 kilomètres


George Bush a signé jeudi le texte de la loi autorisant la construction d'une barrière de 1126 kilomètres le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour combattre l'immigration clandestine. La nouvelle soulève la colère des Mexicains et de l'opposition démocrate

George Bush a promulgué jeudi la loi autorisant la construction d'une barrière de 1126 kilomètres le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour combattre l'immigration clandestine. La nouvelle suscite la colère des Mexicains et de l'opposition démocrate.

"Nous avons la responsabilité de sécuriser nos frontières. Nous prenons cette responsabilité sérieusement", a souligné le George Bush lors de la cérémonie de signature du texte à la Maison blanche. Le président des Etats-Unis a essayé pendant plusieurs mois de convaincre le Congrès d'approuver un plan global sur l'immigration, mais les républicains de la Chambre des représentants s'y sont opposés.


"Mur de Berlin"

Le nouveau président mexicain Felipe Calderon, qui se trouvait à Ottawa où il a rencontré le Premier ministre canadien Stephen Harper, a déploré cette décision. "La clôture ne résout rien", a-t-il déclaré. Elle ne fera que causer davantage de morts mexicains à la frontière. "L'humanité a commis une grave erreur en construisant le mur de Berlin. Je suis sûr que les Etats-Unis commettent une grave erreur en construisant cette clôture", a conclu Calderon.

Les démocrates américains accusent de leur côté les républicains de laxisme en ce qui concerne les contrôles aux frontières. "Cette loi est un cache-misère qui, espèrent les républicains, offrira une couverture pour leur échec retentissant à mettre en place une réforme globale de l'immigration", a observé Edward Kennedy, sénateur démocrate du Massachusetts.


Pour ou contre

A Lukeville, en Arizona, ville frontière au coeur de la zone de trafic de drogue, les habitants ne sont pas tous sûrs qu'une barrière doive les séparer de l'Etat du Sonora au Mexique. "Qu'ils la construisent", estime Beatriz Trevino, une habitante. "Les trafiquants de drogue et de personnes passent la frontière nuit et jour. Il faut faire quelque chose." "Le mur de Berlin et la Grande muraille de Chine n'ont fait aucun bien; cela n'en fera pas non plus. Les étrangers en situation illégale la traverseront, ou se glisseront dessous. C'est tout simplement gaspiller de l'agent", estime au contraire Alfred Gay, un autre habitant. "Cela va aussi ruiner nos relations avec nos voisins mexicains."

De l'autre côté de la frontière, Hector Ontiveros, vendeur, estime que "c'est vraiment déplaisant". "Les bons voisins n'érigent pas de clôture", estime-t-il. La clôture de 1126 km passera dans quatre Etats du sud des Etats-Unis, la Californie, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et le Texas. Au total, la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique s'étend sur 3200 kilomètres.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/un-mur-de-1100-kilometres_460947.html

Fichier:Mexican-American border at Nogales.jpg

Nogalès. Le Mur. A Gauche, les Etats-Unis, à droite le Mexique.

Le 26 octobre 2006, le président des Etats-Unis George W. Bush fait publier officiellement la loi du Secure Fence Act (en) destinée à renforcer la surveillance de la frontière avec le Mexique et à lutter contre l'immigration illégale. Totalisant 1 200 kilomètres, soit un tiers de la frontière[1], un mur haut de 4,50 mètres doit être construit. Il devrait être éclairé par des miradors et balayé de caméras high-tech afin de prévenir les migrations illégales des Latinos vers les États-Unis. Il devait être achevé avant la fin de l'année 2008 et traverserait notamment le désert d'Arizona.

Selon les sondages, les Américains sont hostiles à ce projet à 53 %[2], et cette construction répond à un besoin d'hermétisation du territoire vu qu'un million de migrants franchissent chaque année la frontière de façon irrégulière

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fronti%C3%A8re_entre_les_%C3%89tats-Unis_et_le_Mexique



Fichier:Stahlbetonmauer-Bethlehem.jpg

Fichier:Près de Qalandia.jpg


180px-Mur_separation_jerusalem_est.jpg180px-Le_Mur.jpg180px-Le_Mur_pr%C3%A8s_de_J%C3%A9rusalem
Wikipedia


Marquant le 20e anniversaire depuis la chute du mur de Berlin, les Palestiniens ont démoli ce vendredi dans le village cisjordanien de Ni’lin, un pan de mur [d’Apartheid] construit par Israël.
Ma’an News Agency

Lors de la manifestation hebdomadaire contre le mur, qui traverse le centre du village situé dans la région de Ramallah et isole les habitants de 60% de leurs terres agricoles, quelque 300 manifestants ont méthodiquement démantelé une section en béton avant que les forces israéliennes n’ouvrent le feu.


« Alors qu’une partie du travail de démolition avait commencé, l’armée israélienne est arrivée et a commencé à tirer de grandes quantités de gaz lacrymogènes, de balles en acier et caoutchouc et même de véritables balles », a déclaré l’organisateur Ahmad Mesleh.


« Des dizaines de soldats sont entrés par la porte et poursuivent actuellement la manifestation dans le village. »


Mesleh nous apprend que les manifestants se sont d’abord rassemblés devant la clinique de Ni’lin, où ils ont préparé ce dont ils avaient besoin puis ils ont ensuite marché vers le mur.


Ils ont brûlé des pneus et abattu une dalle de béton de huit mètres de haut en s’aidant d’un verin mécanique pour voiture.


grande-1692235-2285244.jpg?ibox


Article, et vidéo de l'événement :

http://www.alterinfo.net/20-ans-apres-la-chute-du-mur-de-Berlin,-les-Palestiniens-abattent-un-pan-du-Mur-d-Apartheid_a38976.html


Il y a 11 murs dans le monde
http://www.alterinfo.net/Berlin,-Bilin,-Nilin-Ces-onze-murs-murant-le-monde-qui-rendent-le-monde-murmurant_a39075.html


Dans le monde, 21 000 km de murs en construction et quel responsable politique en a parlé hier ?



On parle seulement du Mur de Berlin car c'est une occasion de discréditer le communisme. Et parler du passé permet de ne pas parler du présent. Eva


Sarkozy et le mur : seulement en rire ?




Coup d'Etat contre le Paraguay ?


arton9422-8ca5f.jpg
« En ce moment, un coup d’État politique et militaire est en préparation au Paraguay, fomenté par le Congrès d’extrême-droite, à travers une mise en accusation du président Fernando Lugo de violer la Constitution et d’entreprendre rien de plus que la bataille contre la pauvreté qu’ils interprètent comme étant une lutte de classes » : c’est ce qu’a déclaré Carolus Wimmer, vice-président du groupe vénézuélien au Parlement latino-américain, à l’Agencia Bolivariana de Noticias.

« ce n'est pas un putsch militaire mais un moyen constitutionnel pour écarter Lugo de son poste ».

http://www.legrandsoir.info/Un-coup-d-Etat-se-prepare-t-il-au-Paraguay.html



Par hasard, je tombe sur une de mes anciennes parutions 
A relire - ou à découvrir pour les nouveaux  Lecteurs !
Le "tittytainment" - Faire-part de mariage: USA-Europe, voté en secret
http://r-sistons.over-blog.com/article-31299858.html


Appel d'Eva R-sistons
à boycotter tous

les hyper-marchés
qui remplacent les caissières
par des caisses automatiques.
Pour l'emploi,
pour le contact humain.
Non à l'Economie de Marché,
oui à l'Economie des marchés
(et des commerces de proximité)


Appel au peuple de France

Sermentdujeudepaume-copie-1-copie-2.jpg 15 septembre 2008, faillite de Lehman Brother suivi d’inquiétantes révélations sur différentes institutions bancaires américaine (défaillance des banques comme Merrill Lynch et Citigroup ou encore AIG) ont semé un vent de Terreur à travers le monde. Est-ce que ma banque va résister ? Que vont devenir mes économies ? Etc.

 

suite ici :
http://david.cabas.over-blog.fr/article-appel-au-peuple-de-france-38651442.html

- A la colère qui vient

- Appel à mettre le Plan LaRouche sur la table pour sauver l’économie mondiale

- Lettre ouverte à tous les députés !


SANTE :

Cancer:

Les parasites rendent les cellules cancéreuses La Doctoresse Hulda Clark a déjà fait remarquer, depuis le début des années quatre-vingt-dix, que les parasites peuvent libérer des facteurs de…

Pour lire la suite cliquez ici

http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/tarifs-des-protheses-dentaires-64413


La Russie, la Chine et l’Inde suivent des voies séparées 

La Russie, la Chine et l’Inde suivent des voies séparées
http://www.alterinfo.net/La-Russie,-la-Chine-et-l-Inde-suivent-des-voies-separees_a38988.html .



A Diomande René :
Si ce n'est pas un spams, merci de me recontacter. J'ai jeté en bloc plusieurs spams, et j'ai eu un doute - trop tard ! Il y avait juste marqué en objet : Bonjour. (Eva) .



Dernières Nouvelles  de Conscience du Peuple :

Il ne s'agit pas d'un fait confirmé, mais il semble que l'armée canadienne
pourrait être utilisée en renfort pour vacciner la population canadienne.
Cette ingénieuse idée vient d'un député fédéral et d'un conseiller
municipal, lesquels ont fait parvenir une lettre à la ministre fédérale de
la santé pour qu'elle puisse retenir cette option.  Heureusement qu'ils y
ont pensé.  Quel génie!

http://expressottawa.ca/article-398188-Vaccination-contre-la-grippe-AH1N1-les-militaires-a-la-rescousse.html

Le dossier d'un virus mystérieux en Ukraine commence à se préciser.
Plusieurs informations tentent de démontrer qu'il ne s'agit aucunement de
la grippe H1N1, mais bien de la peste pulmonaire.  Plusieurs relient
l'apparition de ce virus avec les chemtrails (épandage par avions),
opération potentiellement menée lors d'exercices de prévention contre une
attaque bioterroriste...

D'ailleurs, les chemtrails pourraient servir à faire l'épandage de la
H1N1...  Qui pourra le prouver???

Pour lire une introduction à ce qui se passe en Ukraine, commencez ici:

Peste pulmonaire en Ukraine par voie aérienne? (français)
http://www.news-assurances.com/peste-pulmonaire-grippe-h1n1-lukraine-tombe-dans-une-panique-generale/016719682

Tout ces faits sont encore du domaine de l'hypothèse, mais des
coïncidences accumulées peuvent éventuellement s'avérer des faits
indiscutables.  Suivons ce dossier.

Interpol de l'Europe de l'Ouest a eu un exercice antiterroriste fin
septembre 2009 ayant pour thème une attaque biologique de peste
pulmonaire par pulvérisation aérienne:
http://www.interpol.int/Public/BioTerrorism/tabletop/default.asp

Lien trouvé sur un blogue consacré à l'épidémie de peste pulmonaire en
Ukraine:
http://ukraineplague.blogspot.com/2009/11/update-11709-920am-est-interpol-had.html

Ukraine Mutated Swine Flu is a Bioweapon
http://www.youtube.com/watch?v=ekZG7D8YkNA

Chemtrails over Ukraine
http://www.youtube.com/watch?v=q8ni7Tw8VrU
http://www.youtube.com/watch?v=Z084JvXXSkY

Poland prime minister refuses officailly to buy swine flu vaccine
http://www.youtube.com/watch?v=Z084JvXXSkY

Isabelle
webmaster@consciencedupeuple.com



Alerte, guerre ? Le Hezbollah s'arme
pour un conflit imminent avec Israël


Extraits. « Evidement nous réarmons, nous avons aussi déclaré avoir bien plus de roquettes et de missiles que nous en avions en 2006, » déclare un commandant du Hezbollah s’exprimant sous anonymat.
 
Un expert militaire du Hezbollah pense que le groupe terroriste chiite à la solde de l’Iran se prépare pour une nouvelle guerre avec Israël.
 
« Il est clair que le Hezbollah ne contrôle plus la frontière avec Israël comme par le passé, ce qui est du à la présence des troupes internationales de la FINUL, » explique Andrew Exum, expert militaire du Hezbollah au « Center for New American Security ».
 
« Ils semblent par contre se renforcer dans les villages, se préparant à un prochain cycle de combats, et poussent leurs positions loin au nord des éléments de la FINUL, dans les faubourgs de Beyrouth et dans la vallée de la Bekaa. »
 
Des experts israéliens des renseignements et de l’armée ont déclaré que des frappes militaires contre les facilités nucléaires iraniennes devront êtres précédées par un affaiblissement du Hezbollah, donc de sa capacité à perturber la vie dans le nord d’Israël avec ses missiles et ses roquettes.

http://www.juif.org/defense-israel/112839,le-hezbollah-s-arme-pour-un-conflit-imminent-avec-israel.php

NB: Le Hezbollah n'est pas un mouvement terroriste, mais de résistance. L'Etat terroriste, c'est Israël. Eva R-sistons


Levi-strauss-by-pablo-secca.png
wikipedia.org 

Lévi-Strauss, judaïsme flou

(..) Révoqué par les autorités de Vichy, Lévi-Strauss n'a jamais caché son judaïsme, mais il l'a souvent occulté. Sa famille, issue de la vieille bourgeoisie alsacienne, représentait cette noblesse juive qui tenait à se distinguer de celle de l'Est, d'essence plus ouvrière. Ses origines diversifiées tenaient au fait que son grand-père maternel était rabbin tandis que [...]

Le judaïsme et Israël n’ont jamais été ses préoccupations majeures. Il avait d’ailleurs affirmé ses convictions de manière tranchée : « Je me sens concerné par le sort d’Israël de la même façon qu’un parisien conscient de ses origines bretonnes pourrait se sentir concerné par ce qui se passe en Irlande : ce sont des cousins éloignés. » Pourtant, en tant qu’ d’anthropologue, il aurait eu beaucoup de choses à écrire sur la question dans la mesure où Israël a fondé ses bases sur l’Histoire et sur ses relations privilégiées avec la terre du Livre.

Réfugié pendant la guerre aux Etats-Unis, il retourne en France à partir de 1950 pour occuper la chaire des religions comparées des peuples sans écriture à l’Ecoles des Hautes Etudes. C’est dire que les religions constituaient pour lui un domaine privilégié qu’il traitait en s’affranchissant de ses origines juives (..)

http://www.juif.org/go-news-112817.php


Shaul Mofaz.jpgwikipedia.org.

Shaoul Mofaz présente un plan de paix alternatif
et se dit prêt à parler au Hamas

Le numéro deux de Kadima a présenté dimanche un nouveau plan pour la formation d’un état palestinien sur 60% de la Judée Samarie, qui sera suivie de négociations sur les frontières définitives.
 
« Le gouvernement et le premier ministre n’ont aucun plan, » a déclaré Mofaz lors d’une conférence à Tel Aviv. « Nous avons attendu, mais il n’y a pas de voie (vers la paix) et il n’y en aura pas. En six mois le premier ministre n’a rien fait pour changer les choses. Un premier ministre sans horizon diplomatique nuit à la capacité d’Israël d’atteindre la sécurité et la paix. En tant qu’ancien chef de l’état major et ancien ministre de la défense, je peux vous dire que c’est dangereux. Le temps ne joue pas en notre faveur. L’Iran se renforce, le Hezbollah se réarme, le Hamas se tient prêt pour la prochaine étape et Al-Qaïda construit des bases dans la région. De plus en plus de pays envisagent la solution d’un état binational. Israël est vu comme un élément insubordonné, s’opposant à une solution au conflit palestinien. Le temps est venu de prendre des décisions. En tant que candidat pour diriger le pays, j’ai pensé que je devais présenter un plan. Un leader ne peut rester assis pendant que le premier ministre ne fait rien pour présenter une vision à long terme. »
 
Mofaz a appelé à la création d’un état palestinien démilitarisé et à une définition des frontières permanentes d’Israël.
 
« Nous arrêterons d’occuper une autre nation. Nous devons renforcer la position d’Israël au plan international. Comme premier pas, un état palestinien sera créé sur 60% de la Cisjordanie (Judée Samarie, ndlr) et à Gaza. 90% des palestiniens seront dans cet état et aucune colonie (villes et villages juifs de Judée Samarie ndr) ne sera évacué. »
 
Lors de la création de cet état démilitarisé, Mofaz rajoute que des frontières permanentes et défendables seront négociées pendant que des compensassions seront pour les résidents israéliens de la Cisjordanie seront adoptées. Après ces négociations et la mise en place d’accords, les deux états entameront les discussions sur des problèmes comme celui des réfugiés (…), de Jérusalem, etc.
 
La première étape pourrait être unilatérale mais la seconde demandera un referendum avant sa mise en œuvre.
 
« Je pense qu’il n’y a pas d’autre chemin que le dialogue et que toute tentative pour l’éviter sera un mal pour le pays, » déclare Mofaz.
 
L’ancien chef d’état major se dit prêt à parler au Hamas.
 
« Si le Hamas est élu et veut négocier en acceptant es conditions du Quarter, alors ce n’est plus la Hamas. Les leaders israéliens responsables s’assiéront avec ceux qui changent leur agenda. J’attends des palestiniens d’êtres courageux et de considérer ce plan, et de réaliser qu’il y a matière à discussions. »
 
Voila pour les quelques idées exprimées hier par Shaoul Mofaz, susceptible de ravir la place de Tzipi Livni à la direction du parti de centre-gauche Kadima.
 
Ce qui est étonnant c’est que subitement, une fois dans l’opposition, Mofaz a des solutions magiques pour régler le conflit. Même le Hamas se dit intéressé par son « plan de paix ».
Malheureusement, rien n’a été vu, dit ou fait lorsque Kadima, donc Mofaz, était au pouvoir.
Je ne serai pas surpris si un jour une expression comme « les solutions de l’opposition » devienne banale. Il est en effet facile d’avoir des solutions, et de ne pas être obligé de les confronter avec la dure réalité que nous connaissons…

http://www.juif.org/politique-israel/112825,shaoul-mofaz-presente-un-plan-de-paix-alternatif-et-se-dit-pret-a.php



Les médias occidentaux et l'avilissement des autres

«Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz-de-marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie.»

Houari Boumediene "(Discours à l’ONU 1974)"

Chems Eddine CHITOUR
Vendredi 6 Novembre 2009

Il est bien connu que le quatrième pouvoir, celui des médias est une force importante qui permet, en principe, dans les1689098-2280355.jpg?v=1257513348 démocraties, de tenir le peuple informé du fonctionnement des institutions. Cette force peut, cependant, être au service d’une cause et de ce fait, s’avérer dangereuse aussi bien en temps de paix qu’en temps de guerre, notamment «la guerre permanente» qui consiste à diaboliser continuellement l’Autre quand il s’est agi de l’Empire soviétique: l’Empire du Mal pour Reagan, et les Autres quand il s’est agi des colonisés et plus tard des Arabes et de l’Islam. Joseph Pulitzer, le fondateur d’un Journalisme éthique, déclarait à juste titre:
«Notre République et sa presse prendront de l’essor ou s’effondreront ensemble.» Une presse compétente, désintéressée, dévouée à la chose publique, intelligente, exercée à discerner le bien et ayant le courage de le faire, peut préserver la morale publique sans laquelle un gouvernement populaire est une imposture et une parodie. Une presse cynique, mercenaire et démagogue finira par produire une population aussi vile qu’elle-même.  
suite ici : http://www.soueich.info/article-les-medias-occidentaux-et-l-avilissement-des-autres--38917960.html


Dieudonne-Emission Spéciale Grippe H1N1



Israël accroît sa présence militaire en Amérique Latine

arton162741-b1622.jpg

Global CST vient de signer un contrat de 10 millions de dollars avec le gouvernement péruvien d’Alan García pour former et encadrer l’armée péruvienne contre le Sentier lumineux. En outre, Global CST a déjà vendu pour 3 millions de dollars de matériel de vision nocturne à l’armée péruvienne.

Global CST, qui dément tout lien de subordination au gouvernement de Tel-Aviv, est une pièce essentielle du complexe militaro-industriel israélien. Il s’agit d’une structure légère, n’employant qu’une poignée d’individus, mais rattachée au groupe Mikal (marques : Soltam, ITL, Saymar), la seconde compagnie privée israélienne d’armement. Présidé par Avraham (Miko) Gilat, Mikal vend toute une gamme de produits allant des pièces d’artillerie aux blindés légers en passant par l’optronique.

Global CST est dirigé par le généra Israël Ziv (ancien chef des opérations de l’armée israélienne), qui échoua face au Hezbollah en 2006.

En 2008, Global CST a réalisé le sauvetage d’Ingrid Betancourt en Colombie (Operation Jaques) et, simultanément, la planification de l’attaque géorgienne contre l’Ossétie du Sud (une opération qui fit plus d’un millier de morts).

Le déploiement de Global CST en Colombie et au Pérou doit être mis en perspective avec l’encadrement de la junte hondurienne par d’autres sociétés militaires « privées » israéliennes.

 

Source : Réseau Voltaire

http://www.soueich.info/article-israel-accroit-sa-presence-militaire-en-amerique-latine-38985018.html


L'AIPAC et son extrême nuisance

Un nouvel article de Paul Craig Roberts qui brosse un tableau complet de la situation américaine, et dont je ne reprends pas le titre car ce qui me semble saillant dedans est la nuisance de l'AIPAC. Autrement dit, si je partage tout ce qui est décrit et analysé, je pense fondamental de mesurer la toxicité du lobby pro-israélien, déjà signalée, puisque sollicitée lundi une réunion de la chambre des représentants se déroulaient mardi pour voter avec empressement contre le rapport Goldstone.
Autant dire que le venin que distille ce lobby a pour caractéristique ou résultant d'enlever toute dignité, tout sens du devoir même civique aux représentants, ce qui me semble infiniment grave, et ce d'autant plus que James Petras a très clairement montré comment Obama a été repéré et pris en mains par le lobby pro-israélien.
Le même Obama, on s'en souvient sera demain à l'UJC :

suite ici :

http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-l-aipac-et-son-extreme-nuisance-38983229.html


emanuel-obama-israel.jpg



liste complète


panier-de-crabes

ns pas encore)
http://www.alterinfo.net/Une-grande-chaine-de-television-enquete-sur-le-lobby-sioniste-pas-en-France,-du-moins-pas-encore_a38997.html

CIA-b.jpg 


Attentats aveugles, la marque de la CIA !


Les USA commanditent des attentats en Afghanistan et au Pakistan, et font croire que ce sont les "Résistants" qui les ont commis, afin de justifier leurs guerres.


Salut à toutes et à tous,

Le 28 octobre 2009, alors que le Beau Bama fait semblant de se demander s’il va oui ou non envoyer quelques dizaines de milliers de soldats de plus en Afghanistan et au Pakistan, ces deux pays furent marqués par des attentats sanglants attribués par la télé-propagande du pouvoir aux "Résistants".

Les "Résistants" auraient assassiné d’un seul coup plus de 90 personnes au hasard dans un maché de Peshawar au Pakistan, exactement comme s’ils avaient voulu justifier auprès des Pakistanais et des Occidentaux la levée en masse de l’armée pakistanaise pour aider l’armée US à les combattre au waziristan. On nous prend pour des cons. En effet :

Le Waziristan, couramment appelé "zone tribale" dans les médias occidentaux, est contrôlé par les prétendus "Résistants", c’est-à-dire par la résistance locale à l’impérialisme US.

Le Waziristan est la clef de la guerre d’Afghanistan, puisque c’est la route quasiment obligatoire pour la logistique de la guerre US contre l’Afghanistan. Cette route passe par un célèbre col nommé Khyber pass qui est le plus souvent contrôlé par la résistance. L’impérialisme US a par conséquent bien du mal à approvisionner ses troupes en Afghanistan. C’est pourquoi il aimerait bien que l’armée pakistanaise l’aide à faire la guerre au Waziristan qui, il ne faut pas l’oublier, est tout de même une région du Pakistan ! L’article dont le lien est juste ci-dessous vous donnera bien du plaisir en vous faisant constater l’efficacité de la résistance dans ses attaques contre les convois américains qui essaient chaque jour de franchir la Khyber pass : http://mai68.org/ag/1506.htm

De la même façon, les "Résistants" auraient assassiné une dizaine d’employés dans une attaque contre l’ONU à Kaboul en Afghanistan, exactement comme s’ils avaient voulu justifier auprès de l’ONU la guerre du pétrole menée par la grrrande Amérique contre les Afghans. Là aussi, on nous prend pour des cons.

Bien sûr, le triste spectacle de ces deux attentats terroristes va servir à justifier la guerre sur le plan international auprès de l’ONU et sur le plan national auprès des Américains. Il est clair que, comme ça, le Beau Bama n’aura aucun mal à faire accepter aux Américains et à l’ONU l’envoi de nouvelles troupes pour faire la guerre dans ces deux pays. Sauf si tout le monde fait passer ce message partout où il le peut !

Par conséquent, à QUI profitent ces deux crimes ? à la résistance anti-impérialiste en Afghanistan et au Pakistan ? ou bien plutôt à l’impérialisme US et à sa guerre pour les hydrocarbures (pétrole et gaz) de la mer Caspienne ?

Bien sûr, vous l’aurez compris, ces deux attentats servent les intérêts des USA. Ils portent donc la marque de la CIA !

Bien à vous,
do
http://mai68.org

Post-scriptum :

1°) Le terrorisme sous faux drapeau est une technique de guerre très courante. Elle fut employée notamment par les Français en Indochine puis en Algérie ; et aussi, bien sûr, par les Américains au Vietnam et plus tard en Irak. Cette tactique classique, qui est une partie essentielle de la "guerre psychologique", a déjà été employée par les Américains au Pakistan. Souvenez-vous de l’attentat contre l’Hôtel marriott :

http://mai68.org/ag/1506.htm

3°) IRAK - Spectacle meurtrier de guerre civile destiné UNIQUEMENT à l’Occident :

http://mai68.org/ag/1123.htm

3°) Esquisse d’une bibliographie de la manipulation du terrorisme :

http://mai68.org/ag/1056.htm

4°) À la fin de la vidéo, on apprend qu’un soldat s’est suicidé suite à la guerre d’Afghanistan. Soyons bien sûr qu’il n’a pas supporté les horreurs qu’il y a vu et auxquelles on l’a obligé à participer :

http://mai68.org/s

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-journaux-de-guerre-de-marc-lemaire-39009870-comments.html#comment50854297

Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants ....


Bonne nouvelle (suite info vaccination gendarmes):
La vaccination ne serait plus obligatoire pour nos gendarmes !
(Il y a des "faveurs" dont les citoyens se passeraient bien ! Eva)

n169924782803_5437.jpg
n169924782803_5437.jpgn169924782803_5437.jpg


C'est bizarre car selon Secret Défense du 04.11.2009, la vaccination ne sera pas obligatoire chez les militaires

Grippe H1N1 : la vaccination ne sera pas obligatoire pour tous les militaires

Selon nos informations, le ministère de la Défense s'oriente vers l'idée de ne pas rendre obligatoire la vaccination contre la grippe H1N1 pour tous les militaires. Les décisions définitives sont attendues pour la semaine prochaine, mais on sait déjà que seule une partie des militaires sera concernée. Ceux-ci seront prioritaires, en fonction du nombre de vaccins qui sera livré au Service de santé des armées (SSA).

Lire la suite : http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2009/11/grippe-h1n1-la-vaccination-ne-sera-pas-obligatoire-pour-tous-les-militaires.html

http://gendarmes-en-colere.forum2discussion.net/gendarmes-et-citoyens-le-forum-principal-f1/info-grippe-a-t16944-30.htm .

  • marsou10.gif



  • Le vrai visage du capitalisme français :

    Lu dans l'hebdomadaire Marianne
    Derrière leur façade respectable, nos grands dirigeants, s'adonnent toujours, malgré la crise, à leur travers :
    la collusion avec le monde politique et le trafic d'influence.

    C'est un pavé de plus de 700 pages pour raconter l'histoire du capitalisme français, du compromis social de 1945 à "l'ere des tueurs" celle des patrons des années 2000, adeptes du toujours plus de fric et du toujours moins de règles. Sept cents pages pour dresser le portrait du patronat tricolore, des trente glorieuses à la crise financière de septembre 2008, ses méthodes, ses réseaux, ses lobbies, sa consanguinité aussi et, bien sûr, ses dérives et ses excès.

    Histoire secrète du patronat : le vrai visage du capitalisme français
    (éditions La Découverte) - la suite ici :

    http://millesime.over-blog.com/article-le-vrai-visage-du-capitalisme-francais-39003608.html


    Israël en Afrique, à la quête d’un paradis perdu .La Chine, un frein à la progression israélienne  

    Après Jean, un coup de pouce de l’Elysée pour Pierre Sarkozy (Rue89 07/11)


    Pierre Sarkozy (à gauche) avec son frère Jean, Eric Besson et Bruno Lemaire à Colleville en juin 2009 (Ph. Wojazer/Reuters) 



    Je suis l'une des très rares personnes qui ont prédit sans équivoque il y a plusieurs années la fin des États-Unis en tant que superpuissance globale. L'idée que les États-Unis suivraient le chemin de l'Union soviétique semblait absurde à l'époque. Elle ne semble plus si absurde.

    Dmitry Orlov
    La théorie comparative
    des effondrements de superpuissances

    S'il y a une chose que j'aimerais revendiquer comme mienne, ce serait la théorie comparative des effondrements de superpuissances. Pour l'instant, cela reste une simple théorie, bien qu'elle soit en train d'être très minutieusement testée. La théorie affirme que les États-Unis et l'Union soviétique se seront effondrés pour les mêmes raisons, à savoir : un déficit sévère et chronique de la production de pétrole brut (cet élixir magique, générateur de dépendance, des économies industrielles), un déficit du commerce extérieur sévère et empirant, un budget militaire incontrôlable, et une dette extérieure se boursouflant. J'appelle cette liste d'ingrédients particulière : la soupe d'effondrement de superpuissance. D'autres facteurs, tels que l'incapacité à fournir une qualité de vie acceptable à ses citoyens, ou un système politique systématiquement corrompu, incapable de réforme, n'aident certainement pas, mais ils ne mènent pas automatiquement à l'effondrement, car ils ne mettent pas le pays sur une trajectoire de collision avec la réalité. Ne soyez pas trop préoccupés, cependant, car, comme je l'ai mentionné, ce n'est qu'une théorie. Ma théorie.

    Je travaille sur cette théorie depuis environ 1995, quand il m'est apparu que les États-Unis retraçaient la même trajectoire que l'Union soviétique.

    Long article à lire ici :

    http://www.orbite.info/traductions/dmitry_orlov/les_meilleures_pratiques_de_l_effondrement_social.html


    sharon-sionisme-j-sa-phrase.jpg

    L’armée israélienne prépare
    une nouvelle offensive sur Gaza

    Gabi Ashkenazi, chef d’état major de l’armée israélienne, a fait une déclaration cette semaine selon laquelle « l’armée va revenir pour détruire les sites de lancement de roquettes dans les zones surpeuplées, combattre dans les villes, les villages, les mosquées, les hôpitaux, les garderies d’enfants et les écoles, parce que l’ennemi veut nous imposer ce mode de combat. »

    http://www.alterinfo.net/L-armee-israelienne-prepare-une-nouvelle-offensive-sur-Gaza_a39022.html



    -glise-catho-sabre-goupillon-j.jpg
    Scandale par l'Institut Catholique



    Paris, le 5 novembre 2009

    Monsieur le Cardinal André Vingt-Trois
    Chancelier de l’Institut catholique de Paris

     

    Monsieur le Chancelier,

     

    Un groupe de syndicats, partis politiques, associations et organes de presse s’est vivement ému de la remise, le 24 novembre prochain, d’un doctorat honoris causa de l’Institut catholique de Paris au Cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga et à M. Michel Camdessus. Ce groupe s’est constitué en collectif dont il a confié la coordination à l’association Mémoire des luttes.

    C’est donc au nom de ce collectif que je m’adresse à vous pour vous demander de reconsidérer la décision de l’Institut de remettre les insignes de docteur honoris causa à ces deux personnalités. L’une et l’autre ont en effet pris des positions en totale rupture avec les aspirations démocratiques et sociales de la société. La distinction dont elles pourraient faire l’objet dans un lieu académique choque profondément les consciences.

    A l’initiative du Cardinal Maradiaga, et au mépris de la totalité de la communauté internationale, la Conférence épiscopale du Honduras a pris position en faveur du coup d’Etat contre le président légitime du pays, M. Manuel Zelaya. Le gouvernement légal a d’ailleurs inscrit le nom du Cardinal dans la liste des putschistes qui devront un jour ou l’autre rendre des comptes à la justice.

    Le fait qu’un processus de réconciliation, du moins de façade, semble être en cours au Honduras n’exonère en rien le Cardinal Maradiaga de ses responsabilités dans la légitimation du coup de force ni n’excuse son silence sur les multiples violations des droits de l’homme commises par le régime de facto.

    Quant à M. Michel Camdessus, il devrait être disqualifié d’emblée par son action à la tête du Fonds monétaire international, dont les politiques ont provoqué des ravages sociaux partout où il est intervenu. Comme a pu l’écrire dans divers médias, et à fort juste titre, M. François Houtart, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain et conseiller spécial du Président de l’Assemblée générale de l’ONU en 2008-2009, « s’il existait une Cour pénale internationale pour les crimes économiques, M. Michel Camdessus se trouverait sur le banc des accusés pour crime contre l’humanité ».

    C’est donc, selon M. Houtart et aussi selon nous, un « contre-témoignage parfait » que s’apprête à organiser l’Institut catholique de Paris. Ce qui serait vécu comme un scandale par de très nombreux citoyens, chrétiens ou non.

    J’espère que ces éléments d’information, dont certains n’avaient sans doute pas été portés à votre connaissance, vous conduiront à remettre en question la cérémonie du 24 novembre.

    Pour compléter votre information, je suis à votre disposition pour vous rencontrer, avec deux ou trois autres membres du collectif, à votre meilleure convenance.

    Je vous prie, Monsieur le Chancelier, de croire à l’assurance de mes sentiments très respectueux.

     

    Bernard Cassen
    Secrétaire général de Mémoire des luttes

    http://www.medelu.org/spip.php?article296
    http://cbparis.over-blog.com/article-lettre-au-cardinal-andre-vingt-trois-un-archeveque-putschiste-re-u-a-la-catho--39074044.html


      
    Sarkozy Yalta 


    http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-sarkozy-et-le-mur-seulement-en-rire--39104291.html

     

    Repost 0

    R-Sistons

    • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
    • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
    • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
    • Contact

    Recherche

    Archives

    Pages