23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 05:44

Le mythe du couple franco-allemand

- Traité de l'Elysée

Publié le 20 janvier 2013 dans Dossiers de fond

François ASSELINEAU

 

http://www.u-p-r.fr/dossiers-de-fond/le-mythe-du-couple-franco-allemand-traite-elysee

 

LES 50 ANS DE MYSTIFICATION

DU TRAITÉ FRANCO-ALLEMAND DE L’ÉLYSÉE

Partie 1 - La vidéo explicative

Signature du traité franco-allemand

Signature du traité franco-allemand dit “de l’Élysée” le 22 janvier 1963.   De gauche à droite, assis autour de la table :

  • Gerhrard Schroeder, ministre des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne
  • Konrad Adenauer, chancelier de la République fédérale d’Allemagne, en train de signer le traité
  • Charles de Gaulle, président de la République française, en train de signer l’autre copie du traité
  • Georges Pompidou, Premier ministre de la République française
  • Maurice Couve de Murville,ministre des affaires étrangères de la République française

Une observation minutieuse de la photo donne l’impression que les deux ministres des affaires étrangères, allemand et français, prennent un air absent, ou songeur. Comme s’ils savaient déjà parfaitement, l’un et l’autre, que ce traité serait vidé de sens par la partie allemande lors de sa ratification quelques mois après.

Le 22 janvier 2013 marquera donc le 50ème anniversaire de la signature de ce traité et l’on peut prévoir que les plus hautes autorités françaises vont vouloir « fêter » cet événement.

Les médias vont certainement consacrer quelques émissions ou articles de presse pour relayer ces commémorations, chanter les louanges du prétendu « couple franco-allemand » « malgré-quelques-ratés », et surtout pour en tirer argument sur la prétendue nécessité de « poursuivre-la-construction-européenne-malgré-les-difficultés-actuelles ».

Comme antidote au nouveau déferlement de propagande à prévoir, nous mettons en ligne un dossier spécial sur les « 50 ans du traité de l’Élysée », afin d’expliquer à nos lecteurs :

  • 1) ce que recherchait le fondateur de la France Libre en négociant et signant ce traité : déjouer la stratégie de domination américaine dite de « construction européenne »   en tentant de la faire échapper à la vassalisation par Washington grâce à une alliance franco-allemande,
  • 2) comment les Américains – avec la totale duplicité des Allemands – ont aussitôt contrecarré la stratégie gaullienne, en vidant la substance de ce traité, pour replacer délibérément la « construction européenne » sous les ordres de Washington.

  Dans cette Partie 1, nous présentons une brève vidéo explicative de moins de 12 minutes (11’45”), (montée, illustrée et extraite de la longue conférence de François Asselineau « Qui gouverne la France et l’Europe »).

 

 

 

 

Par ailleurs, nous rappelons à nos lecteurs qu’ils peuvent replacer cette explication dans une perspective plus générale, en visionnant l’ensemble de la conférence.

Le passage concernant plus spécifiquement la question du traité de l’Élysée se trouve dans le 2ème épisode de cette conférence.


Partie 2 – 15 pièces à conviction pour démonter la propagande :

À l’occasion du 50e anniversaire de la signature du traité franco-allemand de l’Élysée le 22 janvier 1963 et du nouveau flot de propagande européiste qui a envahi les médias français à cette occasion, je crois utile de fournir à mes lecteurs un antidote.

Il s’agit d’une chronologie éclairante des événements qui ont entouré ce fameux traité et le non moins fameux “couple franco-allemand” qui est censé en être résulté.

Fondée sur 15 documents sourcés et irréfutables, cette chronologie leur permettra de démasquer minutieusement et précisément les mensonges éhontés dont les médias et les dirigeants politiques les abreuvent.


DOCUMENT N°1

  • 15 mai 1962 = CONFÉRENCE DE PRESSE DE CHARLES DE GAULLE À L’ÉLYSÉE 

Pendant ses quatre premières années passées à l’Élysée (du 13 mai 1958  jusqu’aux Accords d’Évian de 1962), la principale des préoccupations de de Gaulle fut de régler – avec les difficultés et les erreurs que l’on sait – la très grave question algérienne. Pendant cette période, il n’avait les  moyens politiques, ni de s’intéresser de près à la question européenne, ni de heurter frontalement les ministres centristes ( MRP, ultra-européistes) de son gouvernement.

Ayant trop besoin d’unité nationale, il garda donc un profil  bas sur ce sujet. Il pouvait d’autant mieux le faire que la question européenne était encore mineure, puisque le traité de Rome – qui avait été signé et ratifié en 1957 avant son retour au pouvoir – en était encore à ses balbutiements et qu’elle ne concernait encore que Six États.

Mais, dès que la guerre d’Algérie fut finie, Charles de Gaulle prit alors à bras-le-corps la question européenne, sans plus s’embarrasser des états d’âme du MRP. 

La  chronologie des événements en fournit la preuve : les Accords d’Evian  furent signés le 18 mars 1962 et ratifiés par référendum le 8 avril. A  peine cinq semaines après, le 15 mai, Charles de Gaulle mit les pieds  dans le plat de la « construction européenne » lors d’une conférence de  presse restée célèbre.

Avec une justesse d’analyse réellement  prophétique, il y dénonça publiquement l’Europe intégrée, et implicitement la puissance américaine qui en tirait les ficelles, en usant d’un euphémisme : « un fédérateur qui ne serait pas européen ». 

L’impact international de cette déclaration fut énorme et les députés MRP quittèrent le gouvernement sur-le-champ.

Voici ci-dessous à la fois le verbatim de cette déclaration cruciale et le lien vers la vidéo correspondante.


conference_de_gaulle

« Je voudrais parler plus spécialement de l’objection de l’intégration.

On nous l’oppose en nous disant : « Fondons ensemble les six États dans quelque chose de supranational, dans une entité supranationale. Et ainsi tout sera très simple et très pratique. »

Cette entité supranationale, on ne la propose pas parce qu’elle n’existe pas. Il n’y a pas de fédérateur, aujourd’hui – en Europe ! -, qui ait la force le, le crédit et l’attrait suffisants.

Alors on se rabat sur une espèce hybride et on dit : « eh bien tout au moins que les six États acceptent, s’engagent, à se soumettre à ce qui sera décidé par une certaine majorité. »

En même temps, on dit : Il y a déjà six parlements européens, – six parlements nationaux plus exactement -, une assemblée parlementaire européenne, il y a même une assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui, il est vrai, est antérieure à la conception des Six et qui, me dit-on, se meurt aux bords où elle fut laissée.

Eh bien, malgré tout cela, élisons un parlement de plus, que nous qualifierons d’« européen » et qui fera la loi aux six États !

Ce sont des idées qui peuvent peut-être charmer quelques esprits mais je ne vois pas du tout comment on pourrait les réaliser pratiquement, quand bien même on aurait six signatures au bas d’un papier.

Y a-t-il une France, y a-t-il une Allemagne, y a-t-il une Italie, y a-t-il une Hollande, y a-t-il une Belgique, y a-t-il un Luxembourg qui soient prêts à faire, sur une question importante pour eux au point de vue national et au point de vue international, ce qui leur paraîtrait mauvais parce que ça leur serait commandé par d’autres ?

Est-ce que le peuple français, le peuple allemand le peuple italien, le peuple hollandais, , le peuple belge, le peuple luxembourgeois, sont prêts à se soumettre à des lois que voteraient des députés étrangers, des lors que ces lois iraient à l’encontre de leur volonté profonde ?

Mais, ce n’est pas vrai. Il n’y a pas moyen, à l’heure qu’il est, de faire en sorte qu’une majorité puisse contraindre – une majorité étrangère ! -, puisse contraindre des nations récalcitrantes.

Il est vrai que dans cette « Europe intégrée » comme on dit, ben il n’y aurait peut-être pas de politique du tout. Ça simplifierait beaucoup les choses. Et puis, en effet, dès lors qu’il n’y aurait pas de France, pas d’Europe qui auraient une politique, faute qu’on puisse en imposer une à chacun des six États, on s’abstiendrait d’en faire.

Mais alors, peut-être, tout ce monde se mettrait-il à la suite de quelqu’un du dehors, et qui – lui – en aurait une.

Il y aurait peut-être un fédérateur, mais il ne serait pas européen. Et ça ne serait pas « l’Europe intégrée », ce serait tout autre chose, de beaucoup plus large et de beaucoup plus étendu, avec je le répète un fédérateur.

Charles de Gaulle
Conférence de presse du 15 mai 1962

La vidéo correspondante peut être visionnée ici : http://www.dailymotion.com/video/xoc5ev_de-gaulle-sur-le-federateur-etranger-de-l-europe_news#.UPu-Yme6WSo

La démission des ministres MRP du gouvernement, et la crise politique qui en résulta, conduisirent Charles de  Gaulle à changer de tactique, sans changer de stratégie. 

Plutôt que de dénoncer la construction européenne comme une machination ourdie par le « fédérateur qui ne serait pas européen », il se résolut à se proclamer lui-même pro-Européen, afin de subvertir le projet américain.

L’objectif qu’il se fixa, c’était de bâtir une « Europe indépendante » ou une « Europe européenne », c’est-à-dire en réalité une Europe sous influence française, qui se serait  opposée à la fois à l’Europe soviétique située derrière le Rideau de fer  et à l’Europe américaine refoulée dans les limites du seul Royaume-Uni.

Il développa donc une énergie considérable pour tenter de couper les liens de  subordination que les cinq autres États membres de la CEE entretenaient  avec les États-Unis d’Amérique.

Le pari du président français était que, s’il parvenait à opérer ce  découplage autant psychologique que politique et militaire, les cinq  États rechercheraient un autre mentor pour les protéger de l’URSS, et  celui-ci ne pourrait être que la France. Ils se tourneraient d’ailleurs  d’autant plus nécessairement vers Paris que nous disposerions de notre  propre force de frappe nucléaire.

C’est ce calcul de joueur d’échecs que  de Gaulle confia sans fioritures à Peyrefitte : « Dans cette Europe, en réalité, nous tiendrons les rênes parce que nous aurons la bombe [atomique] »  [C’était de Gaulle, Fayard, 1997, tome 2, Partie III, p. 262 ; Charles de Gaulle précise dans la même confidence que « Les Allemands, ça les embête de nous être inférieurs. Dans notre attelage, ils ne sont pas le cheval de tête, ça les embête ».]

C’est en application de ce calcul que Charles de Gaulle proposa aux Allemands, – et au Chancelier Konrad Adenauer – de mettre au point un “traité d’amitié et de coopération” franco-allemand. Ce traité, qui allait être signé à l’Élysée le 22 janvier 1963, visait ni plus ni moins qu’à séparer l’Allemagne de  l’Ouest de son protecteur américain.  

C’est la raison pour laquelle le texte élaboré par les deux parties – mais où la France posait ses conditions – prit un soin tout particulier à ne mentionner ni les États-Unis d’Amérique, ni la Grande-Bretagne, ni la prétendue nécessité de se placer sous la subordination de l’OTAN, ni la prétendue nécessité de démanteler les réglementations des échanges commerciaux dans le cadre du GATT.


DOCUMENT N°2

  • 19 janvier 1963 = TÉLÉGRAMME DIPLOMATIQUE DU COMPTE-RENDU DE L’AUDIENCE DE M. KNAPPSTEIN, AMBASSADEUR D’ALLEMAGNE AUX ÉTATS-UNIS, AVEC LE PRÉSIDENT KENNEDY

Des agents de renseignements, placés probablement dans des postes de responsabilité à  la fois au ministère français des affaires étrangères et dans les  rouages de l’État ouest-allemand, avaient tenu le gouvernement américain informé, à la fois du projet de traité franco-allemand et des exigences de la partie française.

Washington comprit naturellement quel était l’objectif que visait ainsi Charles-de-Gaulle : l’éviction des États-Unis d’Amérique de leur influence sur la “construction européenne”, en procédant à un découplage entre l’Allemagne de l’Ouest et les États-Unis.

C’est la raison pour laquelle, trois jours avant la signature officielle du traité – le 19 janvier 1963 – le président Kennedy convoqua au bureau ovale de la Maison-Blanche l’ambassadeur allemand Karl-Heinrich Knappstein pour lui faire part expressément de ses doléances.

Le télégramme diplomatique envoyé par le diplomate ouest-allemand à ses autorités de tutelle pour rendre compte de cet entretien capital est disponible en ligne sur Internet. En voici l’extrait le plus significatif :

Le président [Kennedy] était visiblement de mauvaise humeur; à plusieurs reprises, il a exprimé clairement ses critiques quant à l’état interne de l’Alliance [Atlantique] et affiché ses préoccupations vis-à-vis de la conclusion du traité [de l'Élysée] .

Au cours de l’entretien, je me suis efforcé plusieurs fois – certes avec un succès mitigé – de persuader le président du bien-fondé de la conclusion du traité; j’ai mis en avant la signification positive du traité pour la politique européenne et l’avenir de l’Alliance, et j’ai évoqué le fait qu’une étroite collaboration franco-allemande était susceptible d’être fructueuse pour l’ensemble de l’Alliance, précisément en ce qui concerne les aspects de la politique du général de Gaulle qui irritaient le président.

Source : http://www.cvce.eu/viewer/-/content/48045302-9605-4905-a37e-96b85fdb9a67/fr

kennedy_traite_elysee

Pour qui sait lire entre les lignes, on voit que l’ambassadeur allemand avait eu pour consigne de rassurer le président des États-Unis d’Amérique, en laissant pointer le double jeu que l’Allemagne de l’Ouest s’apprêtait à mettre en œuvre.

Comme l’écrit l’ambassadeur Knappstein, la collaboration franco-allemande pourrait finir par être fructueuse pour l’ensemble de l’Alliance atlantique parce que les Allemands se faisaient fort d’attirer Paris contre son gré dans une collaboration avec les États-Unis.


DOCUMENT N°3

  • 22 janvier 1963 = TRAITÉ FRANCO-ALLEMAND DE L’ÉLYSÉE
adenauer_de_gaulle

Le 22 janvier 1963, le Général de Gaulle et le Chancelier Adenauer signent le traité de coopération dans le Salon Murat de l’Élysée. La presse présente ce document comme destiné à “sceller la réconciliation entre la France et la République Fédérale d’Allemagne”

Trois jours après l’entretien entre l’ambassadeur allemand et le président des États-Unis à Washington, le traité franco-allemand fut néanmoins signé, le 22 janvier 1963, dans les formes requises par la partie française.

Je joins ici l’intégralité de ce traité mais le lecteur pressé pourra maintenant parcourir que la partie en gras.

Il faut en retenir que, conformément à ce qui avait été prévu, ce traité ne mentionne à aucun moment :

  • ni les États-Unis d’Amérique,
  • ni la Grande-Bretagne,
  • ni la prétendue  nécessité de coopérer avec l’OTAN – ou de se placer sous sa subordination,
  • ni la prétendue  nécessité de démanteler les réglementations des échanges commerciaux  dans le cadre du GATT,

Il n’est question de l’Alliance atlantique qu’à un seul moment, dans le cadre de simple « consultation sur des questions d’intérêt commun ». Tout comme il est prévu que les deux parties ne se consultent sur les activités  du Conseil de l’Europe, de l’OCDE, de l’UEO (Union de l’Europe occidentale – qui a disparu en juin 2011), de l’ONU et de ses institutions spécialisées (FMI, Banque Mondiale etc.)


=======  TEXTE COMPLET DU TRAITÉ =========

.

À la suite de la déclaration commune du Président de la République  française et du Chancelier de la République Fédérale d’Allemagne en date  du 22 janvier 1963, sur l’organisation et les principes de la  coopération entre les deux États, les dispositions suivantes ont été  agréées :


I. – ORGANISATION


1. Les Chefs d’État et de Gouvernement donneront en tant que de  besoin les directives nécessaires et suivront régulièrement la mise en œuvre du programme fixé ci-après. Ils se réuniront à cet effet chaque  fois que cela sera nécessaire et, en principe, au moins deux fois par  an.

2. Les Ministres des Affaires étrangères veilleront à l’exécution du  programme dans son ensemble. Ils se réuniront au moins tous les trois  mois. Sans préjudice des contacts normalement établis par la voie des  ambassades, les hauts fonctionnaires des deux Ministères des Affaires  étrangères, chargés respectivement des affaires politiques, économiques  et culturelles, se rencontreront chaque mois alternativement à Paris et à  Bonn pour faire le point des problèmes en cours et préparer la réunion  des Ministres. D’autre part, les missions diplomatiques et les consulats  des deux pays ainsi que leurs représentations permanentes auprès des  organisations internationales prendront tous les contacts nécessaires  sur les problèmes d’intérêt commun.

3. Des rencontres régulières auront lieu entre autorités  responsables des deux pays dans les domaines de la défense, de  l’éducation et de la jeunesse. Elles n’affecteront en rien le  fonctionnement des organismes déjà existants – commission culturelle  franco-allemande, groupe permanent d’État-major – dont les activités  seront au contraire développées. Les Ministres des Affaires étrangères  seront représentés à ces rencontres pour assurer la coordination  d’ensemble de la coopération ;

a) les Ministres des Armées ou de la  Défense se réuniront au moins une fois tous les trois mois. De même, le  Ministre français de l’Éducation nationale rencontrera, suivant le même  rythme, la personnalité qui sera désignée du côté allemand pour suivre  le programme de coopération sur le plan culturel ;

b) les Chefs  d’État-major des deux pays se réuniront au moins une fois tous les deux  mois ; en cas d’empêchement, ils seront remplacés par leurs  représentants responsables ;

c) le haut-commissaire français à la  Jeunesse et aux Sports rencontrera, au moins une fois tous les deux  mois, le Ministre fédéral de la Famille et de la Jeunesse ou son  représentant.

4. Dans chacun des deux pays, une commission interministérielle sera  chargée de suivre les problèmes de la coopération. Elle sera présidée  par un haut fonctionnaire des Affaires étrangères et comprendra des  représentants de toutes les administrations intéressées. Son rôle sera  de coordonner l’action des ministères intéressés et de faire  périodiquement rapport à son Gouvernement sur l’état de la coopération  franco-allemande. Elle aura également pour tâche de présenter toutes  suggestions utiles en vue de l’exécution du programme de coopération et  de son extension éventuelle à de nouveaux domaines.


II. PROGRAMME


A. – Affaires étrangères

1. Les deux Gouvernements se consulteront, avant toute décision, sur  toutes les questions importantes de politique étrangère, et en premier  lieu sur les questions d’intérêt commun, en vue de parvenir, autant que  possible, à une position analogue. Cette consultation portera entre  autres sur les sujets suivants : Problèmes relatifs aux communautés  européennes et à la coopération politique européenne ; Relations  Est-Ouest, à la fois sur le plan politique et sur le plan économique ;  Affaires traitées au sein de l’Organisation du Traité de l’Atlantique  Nord et des diverses organisations internationales auxquelles les deux  gouvernements sont intéressés, notamment le Conseil de l’Europe, l’Union  de l’Europe Occidentale, l’Organisation de coopération et de  développement économique, les Nations Unies et leurs institutions  spécialisées.

2. La collaboration, déjà établie dans le domaine de l’information,  sera poursuivie et développée entre les services intéressés à Paris et à  Bonn et entre les missions dans les pays tiers.

3. En ce qui concerne l’aide aux pays en voie de développement, les  deux Gouvernements confronteront systématiquement leurs programmes en  vue de maintenir une étroite coordination. Ils étudieront la possibilité  d’entreprendre des réalisations en commun. Plusieurs départements  ministériels étant compétents pour ces questions, du côté français comme  du côté allemand, il appartiendra aux deux ministères des Affaires  étrangères de déterminer ensemble les bases pratiques de cette  collaboration.

4. Les deux Gouvernements étudieront en commun les moyens de  renforcer leur coopération dans d’autres secteurs importants de la  politique économique, tels que la politique agricole et forestière, la  politique énergétique, les problèmes de communications et de transports  et le développement industriel, dans le cadre du Marché commun, ainsi  que la politique des crédits à l’exportation.

B. – Défense

I. – Les objectifs poursuivis dans ce domaine seront les suivants :

1. Sur le plan de la stratégie et de la tactique, les autorités  compétentes des deux pays s’attacheront à rapprocher leurs doctrines en  vue d’aboutir à des conceptions communes. Des instituts franco-allemands  de recherche opérationnelle seront créés.

2. Les échanges de personnel entre les armées seront multipliés ;  ils concerneront en particulier les professeurs et les élèves des écoles  d’État-major ; ils pourront comporter des détachements temporaires  d’unités entières. Afin de faciliter ces échanges, un effort sera fait  de part et d’autre pour l’enseignement pratique des langues chez les  stagiaires.

3. En matière d’armements, les deux Gouvernements s’efforceront  d’organiser un travail en commun dès le stade de l’élaboration des  projets d’armement appropriés et de la préparation des plans de  financement. A cette fin, des commissions mixtes étudieront les  recherches en cours sur ces projets dans les deux pays et procéderont à  leur examen comparé. Elles soumettront des propositions aux ministres  qui les examineront lors de leurs rencontres trimestrielles et donneront  les directives d’application nécessaires.

II. – Les gouvernements mettront à l’étude les conditions dans  lesquelles une collaboration franco-allemande pourra être établie dans  le domaine de la défense civile.

C. – Éducation et Jeunesse

En matière d’éducation et de jeunesse, les propositions contenues  dans les mémorandums français et allemand des 19 septembre et 8 novembre  1962 seront mises à l’étude selon les procédures indiquées plus haut :

1. Dans le domaine de l’éducation, l’effort portera principalement sur les points suivants :

a) Enseignement des langues :

Les deux Gouvernements reconnaissent l’importance essentielle que  revêt pour la coopération franco-allemande la connaissance dans chacun  des deux pays de la langue de l’autre. Ils s’efforceront, à cette fin,  de prendre des mesures concrètes en vue d’accroître le nombre des élèves  allemands apprenant la langue française et celui des élèves français  apprenant la langue allemande. Le Gouvernement fédéral examinera, avec  les gouvernements des Länder, compétents en la matière, comment il est  possible d’introduire une réglementation qui permette d’atteindre cet  objectif. Dans tous les établissements d’enseignement supérieur, il  conviendra d’organiser un enseignement pratique de la langue française  en Allemagne et de la langue allemande en France, qui sera ouvert à tous  les étudiants.

b) Problème des équivalences : 

Les autorités compétentes des deux pays seront invitées à accélérer  l’adoption des dispositions concernant l’équivalence des périodes de  scolarité, des examens, des titres et diplômes universitaires.

c) Coopération en matière de recherche scientifique : 

Les organismes de recherches et les instituts scientifiques  développeront leurs contacts en commençant par une information  réciproque plus poussée, des programmes de recherches concertées seront  établis dans les disciplines où cela se révélera possible.

2. Toutes les possibilités seront offertes aux jeunes des deux pays  pour resserrer les liens qui les unissent et pour renforcer leur  compréhension mutuelle. Les échanges collectifs seront en particulier  multipliés. Un organisme destiné à développer ces possibilités et à  promouvoir les échanges sera créé par les deux pays avec, à sa tête, un  conseil d’administration autonome. Cet organisme disposera d’un fonds  commun franco-allemand qui servira aux échanges entre les deux pays  d’écoliers, d’étudiants, de jeunes artisans et de jeunes travailleurs.


III. – DISPOSITIONS FINALES


1. Les directives nécessaires seront données dans chaque pays pour  la mise en œuvre immédiate de ce qui précède. Les Ministres des  Affaires étrangères feront le point des réalisations acquises à chacune  de leurs rencontres.

2. Les deux Gouvernements tiendront les Gouvernements des autres États membres des Communautés européennes informés du développement de  la coopération franco-allemande.

3. A l’exception des clauses concernant la défense, le présent  Traité s’appliquera également au Land de Berlin, sauf déclaration  contraire faite par le Gouvernement de la République fédérale  d’Allemagne au Gouvernement de la République française dans les trois  mois qui suivront l’entrée en vigueur du présent Traité.

4. Les deux Gouvernements pourront apporter les aménagements qui se  révéleraient désirables pour la mise en application du présent Traité.

5. Le présent Traité entrera en vigueur dès que chacun des deux  Gouvernements aura fait savoir à l’autre que, sur le plan interne, les  conditions nécessaires à sa mise en œuvre ont été remplies.

Fait à Paris, le 22 janvier 1963, en double exemplaire, en langue  française et en langue allemande, les deux textes faisant également foi.

Le Président de la République française
Charles de GAULLE

Le Premier Ministre français
Georges POMPIDOU

Le Ministre français des Affaires étrangères
Maurice COUVE de MURVILLE

Le Chancelier de la République fédérale d’Allemagne
Konrad ADENAUER

Le Ministre fédéral des Affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne
Gerhard SCHROEDER

traite_de_elysee_1963

 *** ***

DOCUMENT N°4

  • 24 avril 1963 = PREMIÈRE RÉACTION DE CHARLES DE GAULLE À L’ANNONCE PAR LES ALLEMANDS QU’ILS VONT AJOUTER UN PRÉAMBULE INTERPRÉTATIF AU TRAITE 

(..)

 

Suite et vidéos ici :

 

http://www.u-p-r.fr/dossiers-de-fond/le-mythe-du-couple-franco-allemand-traite-elysee

 

CONCLUSION : LE “COUPLE FRANCO-ALLEMAND” EST UN MENSONGE FRANÇAIS

Que signifie au juste ce timbre français qui célèbre, comme dans un monde de "bisounours", le 50e anniversaire du traité de l'Élysée de 1963 ? En fait, il ne s'agit que d'une propagande morte, déconnectée de la réalité.

 

Que signifie au juste ce timbre français qui célèbre, comme dans un monde de “bisounours”, le 50e anniversaire du traité de l’Élysée de 1963 ? En fait, il ne s’agit que d’une propagande morte, déconnectée de la réalité.

Le plus pathétique toute cette affaire, c’est que seuls les Français parlent du « couple franco-allemand ». On l’a vu d’innombrables fois – et on le voit encore ces jours-ci en constatant que la presse et les médias français multiplient les commémorations sur le Traité de l’Élysée de 1963, alors que les médias allemands lui consacrent une part beaucoup plus limitée.

Car le problème des Français, c’est que, pour former un couple, il faut que les deux conjoints soient d’accord.

Or les Allemands ont toujours préféré, – et continuent de préférer -, une alliance avec les États-Unis d’Amérique. Pour de très nombreuses raisons, ils se se sentent beaucoup plus proches des Américains que des Français, notamment par les liens migratoires historiques, et aussi par une plus grande proximité de conception du monde.

Les Allemands sont d’ailleurs à  la manœuvre pour mettre sur pied, – à l’insu des peuples et notamment du peuple français -, le « Grand Marché transatlantique » qui devrait consacrer, d’ici quelques années, l’abolition définitive de toute souveraineté politique de l’Europe et de la France vis-à-vis de Washington et de Berlin.

Dès lors, les commémorations officielles des « noces d’or » de ce prétendu « couple franco-allemand » revêtent quelque chose de terriblement artificieux et mensonger. Elles tournent à vide, pendant que la désintégration de notre tissu industriel, la montée en flèche du chômage et l’extension de la pauvreté témoignent de l’absurdité de vouloir « coûte que coûte » que la France ait la même monnaie que l’Allemagne.


Le couple franco-allemand est fondé sur un déni de la réalité et la construction européenne aussi. Or toute l’Histoire mondiale enseigne qu’un système politique qui repose sur un déni de la réalité finit toujours par disparaître.


François ASSELINEAU

 

Nous vous suggérons également

 

________________________________________________________________________________________

 

.

Hans Josef Maria Globke, l'homme qui inspira le "Traité de l'Elysée" par Jean LEVY

Mais qui tirait les ficelles de la politique menée par le chancelier Konrad Adenauer de 1953 à 1963, la période durant laquelle a été élaboré le fameux traité franco-allemand, dit de « l’Elysée », célébré aujourd’hui, cinquante ans après, comme le pillier de « l’amitié entre la France et l’Allemagne » ?

 

Hans Josef Maria Globke 

 

.

Actualité, sélection :

 

.

 

NOM-jeu-images.jpg

 

NOM, alerte ! Bientôt tous les travailleurs seront de vulgaires pions

 

.

 

 

 

honneur-patrie-reseau.png

 

 

http://honneur-patrie.com/

.

 

La grande colère de militaires

Le ras-le-bol contre la France vendue

à l'UE, aux USA, à la GB, à Israël

 

.

 

Russie eternelle - Marina Vlady

.

 

L'espérance russe - Choisir de vivre en Russie. Pourquoi ? - Voyage en images

 

.

stalingrad-index.jpg
strategietotale.com

 

RASSEMBLEMENT

À PARIS POUR LE 70E ANNIVERSAIRE

DE LA VICTOIRE DE STALINGRAD

 

La farouche résistance russe qui terrifia Hitler,

c'est la Russie qui, avec ses + de 20.000.000 de morts,

a sauvé l'Europe du nazisme hitlérien,

et non l'Amérique avec ses 350.000 morts.

Note de chantal dupille

  

SAMEDI 2 FÉVRIER 2013 à 15 HEURES,

place de la bataille de STALINGRAD

 (métro Jaurès)

 

.

 

lL'Atlantisme est un totalitarisme

L’Atlantisme est un totalitarisme

Un devoir d’introspection L’Atlantisme est l’idéologie dominante des sociétés européennes actuelles, celle qui aura sans doute le plus d’influence sur le devenir de nos destinées communes et pourtant elle est de ces idéologies (...)

 

 

 

 

 

News

* Dessinateur Zapiro

http://grigrinews.com/caricature-dessin-de-presse-nicolas-sarkozy-jonathan-shapiro/471/

 

..

Du Traité franco-allemand à l'arrimage docile et pestilentiel aux USA

 

 

.

.

 

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 06:51

 

W-TB-pseudo-pour-exister-sur-W-ringardville.gif

 

Image envoyée par un contributeur de Wikipedia connaissant la Maison... Qu'il soit remercié. Plus bas, une autre illustration envoyée par lui parmi beaucoup d'autres (eva)

.

W-TB-rats_encyclopediestes-et-encyclopeteux-.gif

Il y a les encyclopédistes sincères, honnêtes, et les encyclopéteux...

 

 

Illustration immédiate, ce 30 8 12 à 16 h, de ce qui suit : Avis de Wikimedia de changement de ma fiche (le monde de wikipedia est petit, wikimedia est tenu par une amie d'euterpia, m'a-t-on dit, ce que je n'ai pu vérifier) : "et depuis la crise Syrienne elle prend le parti de Bachar-el-Assad." (sous-entendu d'un "dictateur", en se gardant bien de renvoyer à mon article comme pour les autres mentions, preuve de la malveillance), ainsi 5 ans d'information et de militantisme sur Internet en faveur de la Vérité, sont ravalés à des engagements pro-dictateurs ou pro-négationnistes (sans que j'aie jamais abordé la question du négationnisme !) ! Voilà Wikipedia... avec des Euterpia et via le corporatisme de la Maison ! Je m'y attendais ; le combat pour la Vérité, à tous prix, continue, plus que jamais ! (eva)

 

NB 17 h 12 : Après l'encyclopéteux, voici l'encyclopédiste. Nouvelle péripétie : La mention de Bachar el Assad est suivie du lien de mon article... Le petit jeu continue ! Gageons qu'un encyclopéteux va intervenir pour annuler l'intervention de l'encyclopédiste...

 

A suivre...



bachar-el-assad.jpg

 

 

Bachar-el-Assad réhabilité.

A contre-courant, et dans la vérité !

Par eva R-sistons

.

 

A contre-courant, encore et toujours !

3e réhabilitation...

 

Réhabiliter Roger Garaudy l'humaniste

(croyant sincère, homme de gauche épris de justice,

artiste, militant pour la communion des humains,

libre penseur dissident), à sa mort : 

Disparition de Roger Garaudy,humaniste,artiste,croyant,libre penseur fraternel..

.

Réhabiliter le socialiste Kadhafi : 

Libye : Le vrai Kadhafi, un grand réformateur sauvagement assassiné


Je dédie cette parution à Wikipedia :

 

En fait, à la contributrice-suppressionniste §1 Euterpia, atlantiste en diable, qui après avoir vu qu'une journaliste-écrivain (moi) relayait les vidéos de François Asselineau en admirant son courage, a pris la direction de ma fiche et a juré ma perte, très exactement de me discréditer §2, comme elle disait sur moi dans ses tweets §3 ("j'ai des envies de strangulation", pas moins, une phrase comme celle-ci peut conduire celui, ou celle, qui la prononce publiquement, devant un Tribunal, elle est d'une gravité inouïe). Elle pourra ajouter cette réhabilitation à ma charge ! Naturellement sans conduire à mes articles qui désamorcent ses subtils discrédits, mais aux fiches Wikipedia sur Garaudy ou Kadhafi. Comment les esclaves de la Pensée Unique, du Système imposé via le conditionnement des Médias, peuvent-ils comprendre les chercheurs de Vérité, les dissidents ? J'assume ma position,  et plus que jamais, face à tous les mensonges des Médias aux ordres. Pour moi le journalisme doit être neutre, au service de la Vérité plutôt que des puissants, il doit informer, pas désinformer ! Encore moins faire de la propagande pour les criminels faux démocrates et vrais prédateurs de l'Occident !

 

Et donc, lorsque (du temps où les Médias étaient moins aux ordres que maintenant) j'ai vu le document d'Arte "Bachar-el-Assad à visage découvert", lorsque j'ai suivi les interviews du dirigeant syrien sur les Chaînes françaises, j'ai admiré l'homme : Humaniste (mon mot préféré) rempli de bon sens §4, volontariste, discret, posé, calme, serein, intelligent, cultivé, ouvert, courageux, sincèrement attaché à la paix et au bonheur de son peuple, mari et père modèles. Comment ne pas admirer cet homme si parfait ? Hélas, il reste en partie prisonnier d'un clan, malgré sa bonne volonté, et d'un Système loin des intentions démocratiques affichées par l'Occident menteur - mais d'un Système attaché à l'indépendance du pays, et laïc, soucieux de maintenir la cohésion du pays en dépit de la mosaïque d'origines ethniques ou religieuses ce qui, dans une région aussi tourmentée, est sans prix ! Et Système si courageux, au milieu de Régimes obscurantistes ou au service d'une idéologie nauséabonde axée sur la prétendue supériorité d'un peuple...

 

Et le drame de Bachar-el-Assad est d'être tiraillé entre son sincère désir de modernité, d'ouverture, et sa fidélité familiale, ce que personne ne peut lui reprocher. Prudent, il aura avancé pas à pas entre tous les écueils. Cette prudence, cette sagesse l'honorent aussi.

 

Et ce sont ses qualités (courage, sens de la justice, profond attachement à la Paix et à la souveraineté des Nations...) qui ont conduit ce grand, ce très grand dirigeant, à épouser de justes causes comme celle de la défense des Palestiniens martyrisés, au mépris de sa propre tranquillité, de sa sécurité personnelle. Si Bachar-el-Assad a choisi le camp de "l'Iran, du Hezbollah, du Hamas", comme disent avec mépris les Occidentaux, c'est moins par idéologie, que parce qu'il a eu l'intelligence de comprendre que les Nations devaient demeurer souveraines et ne pas passer sous la coupe de Washington, de Londres, de Tel-Aviv. Bachar-el-Assad est un vrai combattant de la Liberté, ce droit que les pseudo démocrates dénient à l'ensemble de l'humanité... Si l'Histoire n'était pas écrite par les Occidentaux, par les Isaac et les Jacob §5, elle rendrait hommage à cet homme que j'ose qualifier d' "incorruptible", prêt à donner sa vie pour défendre son peuple qui dans sa grande majorité, le plébiscite ! §6 Nos dirigeants sont élus, au mieux, par un citoyen sur deux, Bachar-el-Assad a derrière lui tous les citoyens éclairés, pas les fanatiques et les obscurantistes, voilà la vérité tue par nos Médias larbins vendant leur conscience pour un plat de lentilles.


 

Asma et Bachar el-Assad : deux amoureux à Paris

"Asma et Bachar el Assad, deux amoureux à Paris". C'était le 17 décembre 2010. Depuis, les Occidentaux cherchent à tout détruire, une fois de plus !

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Asma-et-Bachar-el-Assad-deux-amoureux-a-Paris-232170/

 

.

Pour moi, on reconnaît les dirigeants qui aiment vraiment leur pays, comme Salvador Allende, Kadhafi, ou Bachar-el-Assad : Ils ne fuient pas, ils ne se laissent pas acheter ou corrompre, ils meurent les armes à la main pour défendre le pays qu'ils représentent. Allende et Kadhafi ont cru au socialisme, Bachar-el-Assad a cru au progrès éclairé, à la laïcité, à l'unité de son pays, à sa souveraineté, surtout.

 

Lorsque je disparaitrai, Wikipedia retiendra sans doute la présentation caricaturale qu'aura faite une de ses contributrices attachée non à la nécessaire neutralité pour un support qui aurait pu être digne de ce nom, mais à la défense de ses opinions atlantistes, et cela au détriment de la vérité d'une journaliste-écrivain démasquant les mensonges au prix de sa vie personnelle (+ de 15 h par jour au service de la Vérité), de sa réputation (scandaleusement diffamée alors qu'elle est une authentique femme de gauche vomissant l'injustice, le racisme, le mensonge, la guerre, la désinformation, etc), de son honneur. Ceux qui approfondiront mon parcours reconnaîtront sa sincérité, son universalisme, son courage, sa générosité. Les autres ne m'intéressent pas.

 

Le combat politique pour la Vérité, la Justice et la Paix, qui est le mien, continue, plus que jamais ! Quel que soit le prix payé...

 

Eva R-sistons, sur son blog officiel,

Chantal Dupille

http://chantaldupille.over-blog.com

 

§1: Suppressioniste : C'est ainsi qu'elle se définissait elle-même dans sa fiche, avant de se censurer. Le Lecteur dont je parle a tout sauvegardé, comme moi !

 

§2 : Tous mes engagements humanitaires, associatifs ou politiques, si divers, sont passés à la trappe au profit d'une vision cariraturale et diffamante. Une vidéo comme celle-ci, qui devrait figurer sur ma fiche, a été ignorée car elle disait clairement, déjà, que je combattais le fascisme et le racisme - je suis une femme de gauche, et pour moi il n'y a qu'une race, humaine ! Gênant lorsqu'ABUSIVEMENT on souhaite représenter une personne comme "brun-rouge", "raciste", etc !

R-sistons vidéo 7. En 1982, eva interviewée par un journaliste-producteur de FR3, 3 mn

.

 

§3 : J'ai tout sauvegardé avec ce Lecteur, avant que prise de honte ou de peur, la jeune demoiselle ne se censure là aussi. Lorsque je ferai un article sur Wikipedia, je dirai tout... et cela sera décapant ! la vérité doit éclater...

 

§4 : Humaniste, oui: Voir la vidéo "Bachar-el-Assad" à visage découvert, d'Arte. Bachar el Assad déclare : "J'ai choisi d'être médecin. C'est en rapport avec l'être humain, pas avec l' ordi. Le médecin s'occupe de la santé. C'est un métier HUMANISTE, une vocation". Bachar et sa femme sont sincèrement attachés aux idéaux de liberté et de progrès, mais pas au sens caricatural de l'Occident. Et si Bachar voulait ouvrir l'économie de son pays, c'était en la régulant pour qu'elle garde son humanité -  au service de ses concitoyens, encore et toujours ! 

 

§5 : Célèbres manuels scolaires d'Histoire

 

§6 Quel dirigeant se promène librement dans son pays, sans escorte, sans garde du corps, dans une voiture sans vitre blindée et en la conduisant lui-même ? (Document Arte Bachar el Assad à visage découvert) : "On est en sécurité parce que le pays est sûr, pas parce qu'on se promène avec un garde du corps" (Bachar el Assad). Qu'est devenue la Syrie attaquée par les démocraties occidentales ? Un pays en ruine, à feu et à sang comme la Libye, l'Irak, la Côte d'Ivoire, etc. Honte à l'Occident criminel drapé dans des intentions humanitaires ! L'Occident est la PLAIE de l'humanité...

 

A visage découvert (Arte, 2003 ?) : Bachar el Assad avant que l'Occident ne le cible pour aligner la Syrie sur ses diktats, la dompter, la piller (gaz..), et l'utiliser comme rampe de lancement d'attaques contre l'Iran prochaine nation souveraine visée. En embuscade, israêl et son appétit de grand israël

 

 

 

Syrie : Bachar Al-Assad, droit dans ses bottes et plus serein que jamais.

Publié le30 Août 2012

 

Bachar Al-Assad, capture d'écran Addounia TV

Bachar Al-Assad, capture d’écran Addounia TV

 

Le président syrien, égal à lui-même, vient de faire la démonstration de sa force. C’est une force tranquille qu’on vient de voir et d’entendre. Aucune hésitation, une analyse de la situation sur le terrain qui prouve qu’il coordonne avec brio la reconquête de son pays souillé par des terroristes et des mercenaires. Intelligence, sérénité, loin des gesticulations du camp d’en face qui n’a comme unique argumentation, le mensonge à satiété. C’est incontestable, ce soir, entre rage et douleur, gueule de bois et désespérance, le temps a suspendu son vol, et une épée de Damoclès est suspendue sur la tête des terroristes qui, jour après jour, essuient des défaites cuisantes…L’ambiance est visiblement morose chez les roses de Libération qui titrent: “Impitoyable Bachar Al-assad”, s’ensuit alors les “dictateur”, “rester au pouvoir à tout prix” , “refus de zones tampons”et tutti quanti, sans toutefois revenir sur les massacres perpétrés par la soi-disant opposition…des terroristes… 

Petit trackbacks de son interview d’hier soir sur Addounia TV: 

Nous progressons, la situation sur le terrain est meilleure mais nous n’avons pas encore gagné, cela nécessite encore du temps

Nos forces armées font absolument un travail héroïque.”

Nous pouvons utiliser notre force et détruire tous les terroristes en Syrie, mais ce n’est pas raisonnable, car cela fera de lourdes pertes parmi les civils.”

“La Ligue arabe est une imposture qui ne garantie en rien l’arabisme”

Ce qui se passe n’est ni une révolution ni un printemps, il s’agit d’actes terroristes“.

“La Turquie  porte une responsabilité directe dans l’effusion du sang en Syrie“.

C’est le sort d’une patrie qui est en jeu, non pas d’un régime“.

soit la Syrie s’en sort soit elle coule“.

Les patriotes et les vrais gens, ne fuient pas, ni ne quittent leur patrie. Finalement, cette opération est positive, c’est une opération d’auto-nettoyage de l’Etat, en particulier, et de la nation en général

Les Syriens peuvent être fiers d’un président aussi fort et intelligent, contrairement aux Tunisiens qui en ont un, quelconque et pusillanime. Quand on lit les salmigondis qu’assène le président tunisien Marzouki, qui n’est rien du tout sans les salafistes d’Ennhadah, ces derniers qui sévissent en toute impunité en Tunisie, on ne peut qu’avoir pitié de lui, lorsqu’il dit ceci:

« Le président syrien illégitime Bachar Assad doit être traduit devant la Cour pénale internationale (CPI), ainsi que toutes les personnes impliquées dans les massacres perpétrés en Syrie ».

« Le massacre de Daraya constitue un crime contre le peuple syrien qui lutte pour sa liberté », a-t-il indiqué. Il a également condamné vivement les attaques contre les civils par une armée qui « agit comme une armée d’occupation intérieure ».

Le pauvre Marzouki, qui est incapable de condamner l’abjection absolue lorsque ses amis salafistes en Syrie commettent un attentat contre un cortège…funèbre, ne sait-il pas que, à Daraya, ce sont encore eux ?

L’incontournable  Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) affirme, toute honte bue, que les combats du jour (mercredi)  ont fait au moins 52 morts , 32 civils, 15 soldats et cinq rebelles. Vous remarquerez que, chaque fois, il y a plus de soldats tués que de terroristes. Consultez ses chiffres, vous allez plutôt rire tous les jours. C’est une bonne thérapie. Hélas, les grands médias se font complices d’une telle falsification…


Syriens en liesse, après l'interview.

Syriens en liesse, après l’interview.


Damas : Les forces de sécurité syriennes ont attaqué tôt, hier matin,  un repaire situé près d’Abu Baker Al-Sakeek dans Kafar batna, domaine de la campagne de Damas. Elles ont liquidé les 15 terroristes qui s’y trouvaient. Elle se sont  ensuite emparées d’un grand stock d’armes.

Hier soir,  80 terroristes ont été tués à Alep. C’est une unité de l’armée syrienne  qui a donné l’assaut sur leurs bases, en annihilant des dizaines de terroristes dans le quartier de  Seif al-Dawleh.

Homs: Du côté est de la ville, les forces de sécurité syriennes se sont affrontées avec un groupe de terroristes qui tirait des obus de mortier sur le petit village de Al-Mashrafa. Le bilan ne nous a pas été communiqué mais, le groupe a été mis en déroute.

Au moment ou nous bouclons ce papier, de nombreux Syriens, à Lattaquié, Homs, Alep, Damas et ailleurs, sont sortis dans la rue comme un seul homme, contents de la fermeté de Bachar Al-Assad sur Addounia TV. Klaxons, youyous, cris de joie et liesse populaire ont accompagné cette procession improvisée.


Syrie : Bachar Al-Assad, droit dans ses bottes et plus serein que jamais.

.

 

Je suis tombée, en recherchant une image, sur ceci :

Gilles Jacquier: l'enquête confirme la thèse du tir des rebelles -

 

Dernières infos :

.

Un article de Robert Fisk
Déraya - comment un échange de prisonniers raté s’est transformé en massacre

 29 août 2012 | Les hommes et les femmes auxquels nous avons pu parler, dont deux ont perdu des êtres chers dans l’infamie de Déraya qui s’est déroulé il y a quatre jours, ont relaté une histoire bien différente de la version qui a été répétée dans le monde entier : la leur est un récit de prise d’otages par l’Armée Syrienne Libre et de négociations désespérées d’échange de prisonniers entre les opposants au régime armés et l’armée syrienne, avant que les forces gouvernementales de Bachar el-Assad ne prennent la ville d’assaut pour la reprendre des rebelles.

Moscou : En Syrie, l’aide occidentale aux rebelles déstabilise le Proche-Orient

 29 août 2012 | L’aide financière et militaire, ainsi que les renseignements fournis aux rebelles par des pays occidentaux risquent de déstabiliser la situation aussi bien en Syrie que dans l’ensemble du Proche-Orient, indique un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères mis en ligne mardi sur son site.

Un article de Kourosh Ziabari
Les victimes silencieuses des sanctions contre l’Iran

 29 août 2012 | Alors que les États-Unis et l’Union européenne se font farouchement concurrence dans une course apparemment sans fin pour imposer des sanctions à l’Iran, les citoyens iraniens ordinaires subissent de plein fouet les impacts les plus durs de cet impitoyable embargo.

Le journaliste d’investigation face aux manipulations des services
La déstabilisation de la Syrie et du Liban pour atteindre l’Iran

 

29 août 2012 | Cet entretien réalisé en 2007 demeure d’actualité. Le journaliste allemand Jürgen Cain Külbel y révélait les difficultés auxquelles peut se heurter un journaliste honnête dans ses investigations et certaines pratiques utilisées par les divers pouvoirs, en soulignant la façon dont Israël et les États-Unis, en collusion avec des journalistes à leurs ordres, étaient déjà à la manœuvre pour pousser la soi-disant « communauté internationale » à affaiblir le gouvernement de Bachar el-Assad

 

Un article d’Eric Walberg
Le sommet du Mouvement des Non Alignés, l’Egypte, l’Iran...

 28 août 2012 | L’écart entre la réalité au Moyen-Orient et la vision de la presse occidentale est effarant. Le leader égyptien Moubarak était considéré comme un bon garçon et un allié solide jusqu’à ce que, tout à coup, il devienne un méchant, un homme corrompu, un tyran bon à jeter.

Repost 0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 13:27

 

 

 

kadhafi-jeune.jpg

 

 

Kadhafi

 

Introduction d'eva R-sistons


 

Il y a un peu plus d'un an, l'OTAN triomphait enfin du Colonel Kadhafi. Il voulait sa peau, il l'a eue. Prise sous le flot de l'actualité, je n'ai pu faire l'article promis après le début de la guerre contre la Libye. Lorsque Kadhafi prononça son discours à la face du monde, et des Médias, j'étais justement en train de trier mon dossier Libye. J'allais presque tout jeter, en comptant sur Internet pour les recherches. Mais lorsque j'ai vu le décalage entre les mensonges des médias et la réalité que j'avais devant les yeux, j'ai décidé de tout garder. Et tandis que partout l'on fustigeait le dictateur, j'annonçais à mes lecteurs : Kadhafi est un grand bonhomme. Il a sorti son pays de la misère. Il l'a protégé de l'impérialisme de l'Occident.... Quelques temps plus tard, il y eut d'autres voix discordantes. Puis beaucoup d'autres, toujours sur Internet.

 

Voici donc un premier volet du dossier promis. Je l'ai fait en compulsant une énorme quantité de documents notamment du Monde, du Monde Dossiers et Documents, du Courrier International, des Dernières Nouvelles d'Alsace... Voici des extraits. Puisqu'on n'a voulu retenir que les zones d'ombre du personnage et qu'on a même osé faire de ce partisan de la démocratie directe un authentique dictateur, j'ai décidé de ne publier, au contraire, que ce qui était à son honneur. A contre-courant, selon mon habitude. Mais irréfutablement : Les extraits proviennent de journaux réputés sérieux. Ce sera l'originalité de cette parution. Une parution qui lui rend justice, enfin. Pleinement.

 

Eva R-sistons

 

NB J'ai du recopier mot pour mot les extraits.


 

http://s1.lemde.fr/image/2011/02/17/540x270/1481764_3_903d_des-manifestants-pro-kadhafi-exhibent-le.jpg

http://kamitewoman.over-blog.com/article-l-appel-de-kadhafi-aux-opprimes-libye-pays-de-cocagne-meyssan-evacue-par-eva-r-sistons-82514947.html

En cherchant une illustration sur Google, j'ai atterri sur ce site... et finalement

sur un de mes posts sur Kadhafi ! Visitez le site : Il est intéressant ! eva

 

 

Kadhafi, un autre regard

choix de textes par eva R-sistons

 

 

D'emblée, citons Le Monde du 1.9.1976 : "La Libye 7 ans après, le plus fort revenu par habitant de toute l'Afrique" (titre). La Libye, avec ses 2 millions d'habitants, paraissait vouée, il y a quelques années encore, au sous-développement. Aujourd'hui, le pays a le plus fort revenu par habitant de toute l'Afrique: 3500 dollars en 1973 (dernière statistique connue). Le double vraisemblablement aujourd'hui après la hausse des prix du pétrole. En 1974, elle a importé pour 2,7 milliards de dollars. Plus que l'Egypte et ses 40 millions d'habitants. Les projets grandioses de construction de complexes industriels se multiplient".

 

Et sur le Courrier International N°641, 13.2.2003 : "Il serait difficile d'imaginer un pays ayant connu une transformation plus radicale que celle que la Libye a connue sous la direction de Kadhafi. Jusque dans les années 50, elle comptait parmi les pays les plus pauvres du monde - et l'un des plus soumis à la domination étrangère. Les rares richesses disponibles étaient largement accaparées par quelque 110 000 "colons" italiens, tandis qu'un roi docile, mis en place par l'Occident, avait autorisé l'installation dans le pays d'une kyrielle de bases militaires étrangères... Même l'exploitation de vastes gisements de pétrole dans le désert oriental ne fit qu'accélérer la vassalisation de la Libye, dont d'immenses portions de territoires furent louées à des compagnies pétrolières occidentales. Pour un jeune nationaliste arabe comme Kadhafi, fils d'un berger bédouin et premier membre de sa famille à poursuivre des études secondaires, la seule solution était de faire la révolution : "Il était de notre devoir de libérer notre pays des étrangers". "

 

Monde Dossiers et Documents mai 81 N° 81

 

En bien ou en mal, la Libye n'a jamais fait autant parler d'elle que depuis l'accession au pouvoir du Colonel Kadhafi, qui a façonné son visage actuel.... Cet officier aux allures de jeune premier à l'instar de Nasser, dont il se veut l'héritier, se transforme en héraut de l'unité arabe... Au fil des ans, il s'impose sur la scène régionale et internationale par une série de décisions  qui surprennent d'autant plus  que ce vaste désert peu peuplé avait accoutumé le monde à son effacement. Plus encore que l'évacuation de la base de Wheelus - la plus grande dont disposaient alors les Etats-Unis - et des troupes britanniques, la nationalisation des hydrocarbures et la pratique d'une politique pétrolière hardie qui bousculait les habitudes de l'Organisation des pays producteurs de pétrole, c'est l'achat d'une centaine de Mirage à la France, en 1970,  qui fera scandale à la fois parce que Tripoli proclame son hostilité à Israël et que Paris a mis un terme au monopole des ventes d'armes que détenaient Londres et Washington. Parallèlement, le pays entame un programme étonnamment ambitieux - compte tenu du faible potentiel humain du pays - pour fertiliser le désert, créer une industrie locale, scolariser la jeunesse et moderniser les structures. Réformiste musulman mais non intégriste, le Colonel Kadhafi n'entend pas se limiter au domaine matériel : Il veut transformer la société bédouine selon les principes du Livre vert qui expose sa "troisième théorie universelle" en faveur d'un socialisme qui rejette le communisme et le capitalisme. Malgré le soutien de la jeunesse, son dilemme est le suivant : Comment entretenir la flamme révolutionnaire chez un peuple de pasteurs et de commerçants comblés par la manne pétrolière ? (..) Enfin, l'intervention militaire au Tchad et l'intention prêtée à Kadhafi de créer les Etats-Unis du Sahara - rêve que la France a maintes fois caressé depuis le début du siècle - ont ligué contre lui la plupart des capitales voisines. Aujourd'hui, la Libye... irrite tout le monde par une désinvolture qui masque souvent l'oeuvre accomplie à l'intérieur avec sérieux et persévérance. (Introduction au Dossier Libye du Monde Dossier et Documents N°81, mai 1981, Paul Balta

 

 

 

La Libye

 

"Le désert le plus aride et le plus hostile du monde" ... (Lors de ) la première tentative de colonisation italienne... le Général Graziani avait fait déporter dans le désert de Syrte 80.000 bédouins qui y sont morts dans les années 30. "A l'époque moderne, pour attaquer ou pour défendre la Libye, il n'y a qu'un moyen efficace: L'aviation"... Indépendance. Le mot a une signification très concrète pour les Libyens. La constitution du royaume de Libye, en 1951, avec à sa tête le roi Idriss, n'avait apporté qu'une indépendance formelle à ce pays sous-peuplé, sous-développé, démuni de tout. Le revenu annuel moyen par tête d'habitant était le plus faible du monde arabe : 35 dollars. Neuf habitants sur dix avaient le trachome, le dixième était aveugle, mais il n'y avait pas un seul médecin libyen pour les soigner. Découvert en 1959, le pétrole a bouleversé les structures traditionnelles... Pourtant, le Libyen avait l'impression que tout se passait en dehors de lui : La corruption régnait dans les administrations, et seuls les ministres, l'entourage du roi et quelques habiles entrepreneurs profitaient réellement du pactole.... A quoi servaient les logements populaires bâtis dans des villages abandonnés, puisqu'ils n'étaient pas accompagnés de programmes agricoles ou industriels pour inciter les gens à revenir ? ... Le Monde, P.B. 19 avril 1973


 

Mouammar Kadhafi, une personnalité controversée

 

Anti-impérialiste pour les uns... défenseur intrépide de l'indépendance nationale..., moraliste..., réformateur autoritaire..., visionnaire... 

 

Dans le monde arabe, sa jeunesse, sa prestance, son langage direct et franc, parfois brutal, séduisent ceux qui aspirent au renouveau. Certains le voient comme le successeur de Nasser... qui demeure pour le Colonel Kadhafi le symbole de la renaissance arabe à laquelle il rêve.  Le Monde 24 novembre 1973


 

Le loup-garou des Occidentaux.

 

.. Kadhafi : "... Oui, c'est vrai, nous étions idéalistes et nous avons trouvé un monde non idéaliste, un monde hypocrite, menteur, décadent, amoral...  Imperméable décidément à toutes les leçons de réalisme diplomatique quand il s'indigne des arrogances de l'impérialisme, de la connivence des puissants et du désespoir des humbles, le colonel Kadhafi sait ce qu'il se dit. Et le dit bien.... Le colonel Kadhafi se dit dépositaire et garant d'une certaine dignité africaine, que le hasard de la fortune pétrolière donnent à Tripoli le moyen et le devoir de secourir... Enfin, le colonel décrit avec fougue le socialisme libyen. Lisez le petit Livre vert qui jette les bases de la "troisième théorie universelle". On lit attentivement. C'est une interprétation au premier degré, candide et fraîche, de l'utopie rousseauiste. Ni fou, ni naïf, ni Don Quichotte. On y gagne décidément à rencontrer plus longuement ce loup-garou des gouvernements d'Occident. Le Monde Jean-Claude Guillebaud 20 juin 1978.


 

De la monarchie au "pouvoir des masses".

 

1er septembre 1969 : Le colonel Kadhafi, qui n'a alors que 28 ans, renverse le vieux roi Idriss el Senoussi. En s'emparant du pouvoir avec un groupe d'officiers, il secoue la semi-léthargie dans laquelle se trouvait le pays. Les Libyens passent d'une monarchie fortement masquée par l'Islam à une république de type nassérien : Le nouveau pouvoir des "officiers libres" empreinte à l'Egypte son slogan : "Liberté, socialisme, unité", calque sa Constitution sur la sienne et interdit, comme elle, tous les partis politiques pour créer, lui aussi, une Union socialiste arabe.... Il consacre le premier lustre à affirmer la souveraineté du pays et met en chantier d'ambitieux plans de développement. C'est l'euphorie. 15 avril 1973 : le colonel-révolutionnaire change de cap. Dans un discours célèbre prononcé à Zouara, il déclenche une "révolution culturelle" base d'une "véritable révolution populaire" devant instaurer le socialisme. Il incite les masses (jamahir) à installer partout des "comités populaires" pour neutraliser les élites de l'administration et les membres de l'intelligentsia qui contrecarrent ses projets. En revanche, l'armée (source de pouvoir), les sociétés pétrolières et les banques (source des revenus) sont épargnées.... (Suite au "Complot de 1975" - révolution de palais), les structures héritées du nassérisme étant désorganisées, le colonel Kadhafi en profite pour rompre avec le passé et annoncer l'abolition de la dictature du CCR et l'avènement de l'"ère du pouvoir des masses". Le 2 mars 1977, il proclame devant le Congrès général du peuple la "Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste". Le mot est un néologisme signifiant "l'Etat des masses" par opposition à la Joumhouriya (la république) fondée sur le système parlementaire.  


 

kadhafi-lafricain.jpg?w=594

Kadhafi le panafricain


 

Un socialisme islamique. Nationalisme et religion.

 

"Nous refusons l'esprit partisan; nous voulons répandre l'esprit de l'islam, fait de tolérance et de compréhension mutuelle", déclare le colonel Kadhafi au Colloque organisé par Le Monde à Paris, en novembre 1973... Je pense qu'il faut respecter les nationalismes et les religions, ceux des autres aussi, et considérer en particulier les religions comme sacrées (..) Un nationalisme ne doit pas tenter d'en détruire un autre... L'Islam ne fait que continuer les efforts de l'humanité en vue d'arriver à une certaine justice sociale.. Le Judaïsme a négligé tout ce qui n'est pas lui-même. C'est une religion refermée sur elle-même.... L'Islam ne fait aucune distinction de race ou de couleur entre les hommes". Le Monde Roland Delcour 27 novembre 1973

 

Trois mois après sa prise du pouvoir... , il déclarait notamment : "L'Islam a une vocation universaliste, il est la source de tout progrès... Le socialisme serait l'instrument temporel du croyant, l'expression politique de l'enseignement divin, le seul moyen d'aboutir à l'unité arabe et de précipiter la disparition de l'impérialisme, des monopoles et du sionisme qui cherchent tous à détruire l'oumma (la communauté des croyants une et indivisible). Noël Jeandet Le Monde 1.9.1976 


 

Un militantisme mystique

 

Kadhafi lui-même, en avril 1976, prononçait un discours à Misurata où il définissait ainsi sa tâche principale : " Créer un socialisme islamique, émanation d'une nation musulmane basée sur les préceptes du Coran, loin du capitalisme exploiteur et du communisme totalitaire"....  Et dans son allocution inaugurale du 12 décembre 1979, il déclarait notamment : "... L'Islam est plus progressiste que toutes les idéologies révolutionnaires : Il a défini les normes d'une société conçue au service de l'individu et de la communauté; il a découvert avant tous les autres les principes du droit de l'homme et du travailleur, la suppression des classes, etc". Partant ainsi des principes du Coran, la révolution libyenne estime que l'islamisme pousse inéluctablement à se transformer en communauté socialiste. En effet, le dogme musulman vise à la fois l'égalité entre les hommes et l'égalité des chances. Ainsi, le socialisme suivrait un axe rigoureusement  parallèle à celui de l'Islam. Il serait l'instrument temporel du croyant, l'expression politique de l'enseignement divin, le seul moyen d'aboutir à l'unité arabe et de précipiter la disparition de l'impérialisme, des monopoles et du sionisme qui cherchent tous à détruire l'Oumma (la communauté des croyants une et indivisible).  Le Monde Noël Jeandet 1er septembre 1976.


 

Le respect du Coran

 

... En agissant comme il l'a fait (NB en prônant le respect intégral du Coran), Kadhafi a lancé un défi à l'Islam, qu'il somme d'apporter de nouvelles réponses au monde moderne". Le Monde PB 18 avril 1973


 

Le "Livre vert" ou troisième théorie universelle

 

L'influence de Nasser. Le colonel Kadhafi né en 1942 sous une tente bédouine de la Grande-Syrte, a été fasciné par l'exemple du colonel Nasser qu'il a longuement médité pendant ses études à l'académie militaire... Culte exclusif au président égyptien : les grandes options idéologiques choisies entre 1961 et 1969 sont directement issues des réflexions du colonel Nasser... et ce dernier avait pressenti dans le colonel Kadhafi son successeur politique dans le monde arabe... "Mon frère Mouammar Kadhafi est le dépositaire du nationalisme arabe, de la révolution arabe, de l'unité arabe".... Cette expérience de socialisme imposé par le sommet de la hiérarchie a déçu au bout de deux années et le colonel Kadhafi a trouvé un second souffle en lançant la "troisième théorie" et la révolution culturelle. (Il lance) le 15 avril 1973 à Zouara les bases d'une "révolution populaire" appelée à constituer "la troisième théorie". La plus grande perplexité s'empara des observateurs devant ce transfert "torrentiel" du pouvoir aux masses, la création de comités populaires chargés d'extirper la démocratie, de supprimer du jour au lendemain les mentalités réactionnaires et de s'emparer des ministères et des bâtiments publics. Cette irruption du peuple dans les allées du pouvoir devait être le prélude à une "transformation révolutionnaire" de la mentalité et des habitudes hors de laquelle il n'y a qu'enlisement dans les ornières du passé et de la routine. Imparfaitement formulée, la 3e théorie est un agrégat de principes politiques, économiques et sociaux largement empruntés à la charte nassérienne. Elle est fondée sur les préceptes de l'Islam et du socialisme, récusant tout à la fois le capitalisme accapareur et le communisme qui prend sa source dans le matérialisme athée.  Il s'agit selon le colonel Kadhafi d'une "voie médiane" qui pousse à mettre un frein à l'égoïsme excessif de l'individu et à limiter la tendance à la toute-puissance de la société. A l'extérieur, cette "troisième voie" est celle du non-alignement et de la coexistence pacifique.. Le Monde N.J. 1er septembre 1976. 


 

La pensée du désert.

 

... Ce qu'il y a d'universel dans la pensée de Kadhafi (est) dans son pressentiment que seule "une troisième voie", qu'il revient à chaque peuple d'inventer pour lui-même, peut nous soustraie à la fatalité actuelle dont les puissances, de part et d'autre, usent non seulement à l'encontre des droits des hommes, mais aussi à l'encontre de ces droits des peuples dont on parle beaucoup moins, et sans lesquels les droits de l'homme ne sont bientôt plus que la licence d'avoir quelques opinions particulières et des facilités pour voyager.  Le Monde Philippe de Saint-Robert 23 décembre 1980.


 

Le pouvoir du peuple par le peuple

 

... Ainsi est, ou devrait être réalisé, le "pouvoir du peuple par le peuple".  Les comités révolutionnaires : Comment les choses se passent-elles dans la pratique ? Le libyen qui a vingt ans aujourd'hui est passé de la misère à l'opulence. Déjà, en 1970, le PNB par tête atteignait 1 700 dollars - beaucoup plus que dans la plupart des pays du Tiers-Monde - et, en dépassant en 1980 les 10 000 dollars, il se classe parmi les dix plus importants du monde... En outre, les premières années ont été une aubaine pour la bourgeoisie - ancienne et nouvelle - qui a réalisé de fabuleux profits grâce à l'effort de modernisation du pays. Le nouveau système a manifestement pour but de faire sortir les Libyens de leur torpeur ou de leur égoïsme pour les obliger "à participer".... "Surgissant spontanément des masses, nous dit le colonel Kadhafi, ces comités incitent et aident ces mêmes masses à s'emparer du pouvoir". En réalité, ils dépendent de lui... Atmosphère de chasse aux sorcières : ... Le commerce extérieur a été nationalisé... procès publics contre des profiteurs et des personnalités de l'ancien régime, dénonciation des richesses occultes, guerre contre le marché noir.... Le Monde P.B. 28 décembre 1980


 

D'inspiration rousseauiste

 

Le Livre vert ou troisième théorie universelle récuse à la fois le capitalisme et le communisme pour proposer "le véritable socialisme" fondé "sur la seule démocratie qui ait été instaurée au monde puisqu'elle repose sur le contrôle du peuple par le peuple".... "La représentation est une imposture", le référendum et les élections (sont) "un système dictatorial sous un déguisement démocratique" puisque, souligne-t-il, 49 % des électeurs peuvent se voir imposer des gouvernants qu'ils n'ont pas choisis".... Le Livre vert s'inspire moins du Coran , qui n'y est même pas cité, que de Rousseau. Tacticien intuitif qui lit beaucoup, le colonel Kadhafi a pressenti que la télématique allait orienter l'Occident, bon gré mal gré, vers des formes de démocratie directe. Bédouin pragmatique, il a cherché, quant à lui, à moderniser, en les adaptant, des formules de consultation (choura) traditionnelle dans la société arabe qui prend ses décisions par consensus au sein de la Jemaa (Assemblée). Note : La solution du problème de la démocratie : "Le pouvoir du peuple"; la solution du problème économique : "Le socialisme"; les fondements sociaux de la troisième théorie universelle. Editions Cujas, Paris, 1976, 1978, 1980.  Le Monde P.B. 28 décembre 1980.

 

 

 

Une politique de développement ambitieuse. Des investissements de grande ampleur. 


 

"Négligée par les hommes d'affaires occidentaux, oubliée dans les statistiques économiques internationales, la Libye, avec ses 2 millions d'habitants, paraissait vouée, il y a  quelques années encore, au sous-développement. Aujourd'hui, le pays a le plus fort revenu par habitant de toute l'Afrique.

 

Les projets grandioses de construction de complexes industriels se multiplient.

 

Cet argent (du pétrole), la Libye en a un impérieux besoin pour développer rapidement son économie.  Avec en toile de fond un objectif : Ne plus dépendre exclusivement des ventes d'hydrocarbures.

 

Le nouveau plan quinquennal de développement, qui porte sur la période 1976-1980... L'effort principal porte sur l'agriculture.. L'objectif: Fertiliser 700.000  ha... Le sous-sol libyen, outre le pétrole, recèle une autre richesse, l'eau... Dès maintenant, dans l'oasis de Koufra, 10.000 ha de luzerne, de blé et d'orge, émergent du désert. ... Sur la côte... il est prévu l'implantation de 20.000 fermes.

 

Second axe de développement, l'industrie... La Libye a dans ses cartons des projets des projets de complexes sidérurgiques. Les réserves de minerais de fer du pays sont considérables : 5 % des ressources mondiales estimées.

 

L'équipement électrique figure au second rang des préoccupations industrielles. Il est notamment prévu plus de 20 centrales classiques.

 

Plus de 4 milliards de dollars seront consacrés à la construction de logements, près de 2 milliards à l'extension des universités... et 1,3 milliard à la construction de routes... Le Monde Jean-Michel Quatrepoint, 1er septembre 1976

 

M. Friouna, Secrétaire au Plan : "Au cours des dix années écoulées, nous avons restructuré l'économie en vue d'être auto-suffisants dans les secteurs-clés... et nous avons posé les bases d'un développement industriel qui nous permettra d'assurer l'après-pétrole. Nous avons construit 200.000 logements - et en prévoyons autant pour les 5 ans à venir, - scolarisé 99 % des enfants, porté à 4,5 le nombre de lits d'hôpitaux pour 100 personnes. Nous couvrons nos besoins en laine, en cuirs, en fourrage, en farine, en ciment, en briques, en tuyaux plastiques alors qu'en 1970 notre production dans tous ces secteurs était nulle".... Les projets inachevés se poursuivront, tandis que d'autres verront le jour... (comme la) mise en place d'industries lourdes. Enfin, le réseau routier (3000 Kms en moyenne par an depuis dix ans) sera achevé et reliera entre elles toutes les localités du pays, tandis que sera entamée une voie ferrée qui reliera la frontière tunisienne à Tripoli... Le Monde P.B. 30 déc. 1980


 

Irriguer le désert

 

... Lorsque nous étions passés par là, en 1973, les travaux venaient à peine de commencer au milieu d'un paysage de sable, de pierres et de collines. Aujourd'hui, les collines - rasées - ont disparu,  et les 24.000 ha aménagés présentent un aspect verdoyant. L'ensemble, d'un accès aisé grâce à un réseau de 300 Kms de routes asphaltées et bordées d'arbres, a été divisé en quatre zones comprenant chacune son "centre", doté des principales commodités : Mosquée, école, café, marché, dispensaire, bureau de poste, librairie, coopérative...

 

Comme les mille autres fermiers installés là... (il) s'est vu attribuer gratuitement une maison, une vache, vingt moutons, cinquante poules, cinq ruches, un tracteur et le matériel nécessaire à la culture de son lot de 26 ha.


 

Préparer "l'après-pétrole"

 

...... 60 kms plus loin, près de la ville de Homs, en pleine rénovation, nous visiterons une cimenterie, une usine de dessalement de l'eau de mer et un autre projet agricole, encore plus ambitieux, aménagé autour du barrage de l'oued Kaam qui n'existait pas il y a 7 ans. Dans le Sud, la culture en rond - des cercles d'un ha irrigués en plein désert - pratiquée à Koufra  est passée de 5.000 à 40.000 ha et doit tripler d'ici à la fin du plan quinquennal 1981-1985.... Bilan impressionnant dont on retient quelques chiffres au passage :  103 projets réalisés en 10 ans, 400 millions d'arbres plantés dont la moitié ont survécu, 10 millions de têtes de moutons avant 1975 contre 5 millions actuellement et 1,5 million en 1970. Le pays assure sa consommation en fruits et légumes et espère en exporter grâce à l'accroissement des serres.

 

Contrairement à de nombreux pays du Tiers-Monde qui ont négligé l'agriculture, la Libye a mis l'accent sur ce secteur sans ignorer pour autant l'industrie. Les dirigeants admettent que nombre de projets ne sont pas "rentables selon les normes occidentales", mais ils estiment devoir préparer "l'après-pétrole" en transformant l'environnement et les mentalités.  Le Monde P.B. 30 déc 1980

 

"La Grande Rivière Artificielle" : Un réseau de canalisations de 3.500 kms. Courrier International 6.11.2003.

 

Photo d’un réservoir

http://acces.ens-lyon.fr/eduterre-usages/ressources/scenario1/planetebleue/ProjetGRA

La grande rivière artificielle


 

Le jardin sur la lune

 

"Unique en son genre... ce projet est aussi le plus excitant de la période contemporaine dans le domaine agricole.... Il permettra l'élevage d'ovins selon des méthodes d'avant-garde à une échelle sans précédent dans le monde..." (Spécialistes de la firme américaine Tipton et Kalmbach...). "Il faut construire ce pays avec l'argent du pétrole en prévision du jour où l'or noir sera épuisé. Il faut que nous disposions d'une économie solide et permanente dans laquelle l'agriculture jouera un rôle essentiel. Il faut aussi que nous produisions suffisamment pour répondre à la demande locale" (M. Gououd, ministre d'Etat chargé du développement agricole). Le Monde P.B. 19 avril 1973


 

Nucléaire :

 

Tripoli a aussi des ambitions nucléaires... mais Le régime du Colonel Kadhafi a toujours, néanmoins, affirmé ses intentions pacifiques en matière nucléaire. La Libye a d'ailleurs signé et ratifié le traité de non-prolifération nucléaire et a conclu en juillet dernier avec l'Agence internationale de l'énergie atomique un accord de garanties qui place sous contrôle international l'ensemble des activités nucléaires libyennes.  Le Monde 9 janvier 1981.

 

 

Prosélytisme pétrolier :

 

La hausse des taux d'imposition, la suppression des rabais offerts aux Compagnies, les prises de participation majoritaires dans ces compagnies en Libye - après la nationalisation des avoirs de B.P.  en décembre  1971 - , les accords de partage de production à 85 % ... furent autant de "combats" initiés par la Libye et suivis ensuite par l'OPEP, dont la Jamahiriya est toujours apparue comme le membre le plus dur. 


 

Une exigeante logique unitaire arabe

 

La Libye entend s'identifier avec l'arabisme. Toute politique libyenne est donc une politique arabe.... Kadhafi et nombre de ses compagnons ont eu conscience d'un horizon plutôt que d'un terroir ; adolescents, ils ont été enfiévrés par l'épopée de Gamal Abdel Nasser et par les prestiges conjoints de la libération et de l'union arabe... D'où un vif empressement à l'intervention, un souci permanent d'appui aux mouvements de libération... Non seulement en Afrique mais plus loin encore, les efforts d'émancipation sociale, les soulèvements des pauvres et des opprimés, suscitent les sympathies de la Libye et, si c'est possible, une aide au moins symbolique.  Le Monde Pierre Rondot 1er septembre 1976.

 

 

Les grands axes de la diplomatie.

 

Au fil des ans, après avoir pratiqué une politique "tous azimuts", la Libye concentrera ses efforts sur les mondes arabe et africain... Entre temps, elle affirme sa souveraineté en obtenant l'évacuation des bases américaines et britanniques... et devient un des chefs de file de l'OPEP.  Une des constantes - sinon la principale - de la stratégie libyenne est une hostilité militante  envers Israël. Le colonel Kadhafi a déployé des trésors d'arguments et de subsides pour inciter le continent noir à rompre avec Israël. Le Monde P.B. 31 décembre 1980.

 

Kadhafi était le champion de l'unité arabe... IL a également lancé l'idée des Etats-Unis du Sahara et de l'abolition des frontières.  Diplo (Le Monde diplomatique) 12.95

 

Kadhafi a invité les Arabes à se doter de l'arme nucléaire, ce qui est selon lui un acte de légitime défense puisque Israël s'est lui-même doté de l'arme atomique.... Kadhafi se veut l'artisan de l'unité de la nation arabe et de la libération de la Palestine. Mais ses tentatives de fusion avec ses voisins arabes ou africains ont échoué... Il faut, selon lui, défendre à tout prix le Tchad "contre les menées de l'impérialisme américain et du colonialisme français". D.N.A. 2.9.87

 

 

Les frictions avec l'Occident

 

Pendant près d'une décennie, la Libye a eu de nombreuses frictions avec les super-grands... mais elle a toujours su éviter l'irréparable... Tout faux pas risque d'être dangereux pour lui et pour l'immense travail qu'il a réalisé dans son pays. Le Monde P.B. 30 décembre 1980

 

 

Les dangers qui guettent la révolution

 

... Pendant dix ans, avait-il expliqué en substance, la révolution a donné au peuple tout ce dont il avait besoin, des maisons, des voitures, des transistors, des hôpitaux, des usines, des fermes, etc, le tout étant payé par l'argent du pétrole et construit par des étrangers....  "C'est une avant-garde qui, en 1969, a réalisé la révolution, et elle continue à l'animer. C'est là notre point faible"... Le second, selon notre interlocuteur, réside dans le confort matériel qui "favorise ou renforce la mentalité bourgeoise"... Le troisième... "nous nous trouvons devant un dilemme, puisque la révolution qui veut privilégier les valeurs morales et spirituelles voit sa volonté contrecarrée par tout ce qu'elle a réalisé pour le bien-être du peuple". Le Monde P.B. 30 décembre 1980.

 

 

(En Libye), la population est généralement éduquée, et il existe un grand nombre d'universités et de diplômés. Le taux d'analphabétisme est inférieur à 14 % et ne concerne pas les jeunes générations... (Kadhafi) a aussi financé les séjours à l'étranger via de généreuses bourses d'études étatiques (1600 euros par mois..). Diplo 7. 2006

 

 

 

../local/cache-vignettes/L500xH327/798233_a-vie4fd0-dc762.jpg

http://static.lexpress.fr/medias/15...

 

La libye après le passage de l'OTAN - note d'eva 

 

 

 

Quelques précisions supplémentaires,

par eva R-sistons

 

 

 

Incontestablement, Kadhafi est un grand personnage, une très grande figure de l'histoire de l'humanité par ses réalisations, par l'amour de son pays,  par sa générosité, par sa mort, aussi. Un homme paradoxal : Kadhafi avait même institué un Prix international Al-Kadhafi pour les droits de l'homme, alors que tous s'acharnent à le dépeindre comme un affreux tyran.  Kadhafi, d'ailleurs, rejetait toute idéologie extrémiste. Il était même progressiste, puisqu'il autorisa le divorce et qu'il interdit la polygamie.

 

Je voudrais souligner plusieurs choses : On reconnaît l'arbre à ses fruits. Les siens furent colossaux, impressionnants, car il transforma le pays le plus arriéré d'Afrique (sans école et sans dispensaire) en un pays, selon l'avis des observateurs, de cocagne ! En tous cas, il en fit le plus prospère d'Afrique. Au point de pouvoir aider lesEtats voisins, et les Mouvements de libération des peuples. Au point, aussi, de fournir du travail à près de 2.500.000 Arabes et Africains au chômage. Les faits sont là, indiscutables.

 

On doit à Kadhafi d'énorme chantiers, une économie saine, une monnaie stable, et la Libye n'était pas un pays endetté. Au contraire, elle avait d'importantes réserves d'or. Qu'en a fait l'Occident ?

 

Comment ne pas admirer Kadhafi ? Il a entrepris des chantiers colossaux en peu de temps. Il a tout mené à bien. En homme d'Etat avisé et prévoyant, il a agi en pensant au long terme, et par exemple, il a intégré dans ses plans la question de l'après-pétrole. De surcroît, il n'a négligé aucun secteur. La Libye est devenue prospère sur le plan industriel, et avec ses déserts audacieusement irrigués, elle est parvenue, selon les plans du Guide, à l'auto-suffisance. Parfait équilibre entre l'industrie et l'agriculture, ce qui est très rare. La Libye a nourri tous ses habitants, et au-delà. C'est que le Colonel avait une seule idée en tête : Le bien-être des populations. Une denrée de plus en plus rare, aujourd'hui...

 

Et c'était à la fois un socialiste - original, islamique -, un démocrate - partisan du pouvoir populaire - , un combattant engagé dans les luttes contre l'impérialisme, et un visionnaire. Par exemple, il rêvait des Etats-Unis d'Afrique. A défaut de pan-arabisme. Et sur ce plan, il avait un modèle, et non des moindres : L'Egyptien Nasser.

 

Sur le plan de la personnalité, je m'abstiendrai de critiquer les excentricités ou les zones d'ombre du Colonel. Elles seules ont intéressé les grands médias de désinformation. Je veux oser dire toute mon admiration pour Kadhafi. Oui !

 

Voilà une personnalité étonnante, riche en couleurs, à la fois penseur et homme d'action, précurseur et héritier (du nassérisme), sage et prophète, prévoyant et visionnaire, réformateur et stratège, réaliste et audacieux... N'en rajoutez pas, la coupe est pleine. Vraiment ?

 

Non, il était aussi très créatif, inventif, intuitif, généreux, tolérant, pragmatique, et son intelligence était phénoménale. Bref, un homme hors du commun, et un grand homme d'Etat. N'en déplaise à ses misérables adversaires. Allez, je vais être dure : Ces laquais ne méritent même pas de le servir.

 

Pour terminer, je voudrais ajouter quelques précisions ou informations concernant le Colonel Kadhafi.

 

En 1974, il donne le pouvoir au peuple libyen, toutes les décisions étaient prises par le peuple (auto-gestion, pas d'élections) , bref il a mis en place une authentique démocratie dont il était seulement, depuis 1974, un Ministre des Affaires Etrangères. Son souci a toujours été le bien-être des Libyens, qui ont vu leur niveau de vie croître d'une façon exponentielle. Pas de chômeurs en Libye, 2.500.000 travailleurs étrangers employés ("nous avons pu aider nos frères et soeurs africains et arabes à travailler avec nous, ici"), et pour tous, un logement gratuit au mariage, des produits de première nécessité subventionnés, l'éducation et les soins gratuits, l'eau et l'électricité aussi... bref, un pays de Cocagne ! De surcroît, les prêts d'Etat étaient sans intérêt. Cerise sur le gâteau, Kadhafi a toujours aidé les pays africains (routes, écoles, dispensaires.. construits), ainsi que les Mouvements de Libération. Sans rien demander en retour. Est-il erroné de dire que le Colonel sera beaucoup regretté et probablement jamais remplacé en Libye ?

 

Les caisses de l'Etat libyen étaient pleines, et l'Etat possédait une réserve d'or enviable. On n'ose imaginer ce que les Occidentaux vont faire de ce pays, en privatisant tout...

 

Dans son livre "Souvenirs de ma vie", Kadhafi explique qu'il a toujours cherché à garder son peuple libre de toute domination coloniale, "de tous les voleurs qui nous détroussent... Obama mon petit-fils africain veut me tuer, priver notre pays de liberté, nous priver de la gratuité de nos biens : Logement, médecine, nourriture, éducation... et remplacer tout ça par la grivèlerie à la zunienne appelée "capitalisme". Or nous tous, dans le tiers-monde, savons ce que cela veut dire. Cela signifie que les multinationales dirigeront le pays, dirigeront le monde, et le peuple souffrira."

 

Très vite, "le petit Bédouin devient prophète dans sa classe, dans son collège, avant de l'être dans la caserne. Grand consommateur de livres et d'idées, surtout en provenance de Nasser. Il se révèle aussi un propagandiste passionné..." (Mirella Bianco, Kadhafi messager du désert", Editions Stock). Kadhafi voulait aussi redistribuer la richesse (les recettes pétrolières de l'Etat auraient été, chaque mois, distribuées aux Libyens; pour Kadhafi, chaque citoyen doit avoir un accès direct à la richesse nationale).

 

Grand bâtisseur, il avait compris la nécessité de faire verdir le Sahara, de l'irriguer, et plus généralement, de lutter contre la désertification du continent africain. Ses projets, finalement, dépassaient largement le cadre de la Libye, ils étaient universels.

 

Kadhafi incarnait la résistance d'un peuple à l'oppression, à l'injustice, à l'impérialisme, bref il était soucieux de participer à sa libération mais aussi à celle d'autres peuples. Tout Libyen, selon le Livre vert, était le frère de tous, sans hiérarchie politique. Le Colonel était, finalement, l'un des derniers partisans du socialisme. Un non-alignement fait pour déplaire aux mondialistes... D'autant que le bouillant Guide rêvait d'Etats-Unis d'Afrique, avec des institutions financières panafricaines indépendantes !

 

Dans son livre, Kadhafi a promis de se battre jusqu'à son dernier souffle pour garder la Libye libre. Il a tenu parole. Comme avant lui un Allende, il est mort les armes à la main, au lieu de fuir. Sur la terre qu'il avait tant aimée et dont il avait pris tant soin. Frappé, torturé, sodomisé, il a rappelé à ses bourreaux qu'une telle mort n'est pas permise dans l'Islam. Mais pour les armées de l'OTAN, tout est autorisé. 

 

Pour moi, Kadhafi, malgré ses erreurs, ses imperfections, ses excentricités, restera l'une des plus grandes figures de dirigeants. Sa mort en fait désormais un mythe. L'Histoire, si elle est impartiale, tranchera.

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

 

NB Vous pouvez reproduire tout ou partie de cette parution, en mentionnant juste la source.

 

Capture d'écran d'une vidéo d'un membre du CNT, montrant M. Kadhafi mort (AFP PHOTO)

http://republicoin.blogspot.fr/2011/10/kadhafin-de-regime-qui-vit-par-lepee.html

 

.

 

Quelques liens envoyés par Do,

 

Cela fait en effet très longtemps que je prends la défense de Kadhafi et que j'ai écrit des articles sur lui. Le tout premier qui en parle date de l'an 2000 et est ici :

 

 
Mais le premier de mes articles sur Kadhafi relatif à la guerre du Sarkonazi et de l'OTAN  est celui-ci, très court, qui date du 26 janvier 2011, j'avais déjà senti le vent venir :
 

 
Puis, peu après, un autre un peu plus conséquent date aussi du 26 janvier 2011 :
 

Mais c'est seulement le 3 mars 2011 que j'ai envoyé un premier courrier collectif sur le sujet. Puis un autre le 24 mars 2011. D'autres articles ont suivi. Do
.
Repost 0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 13:31

 

 

http://cigalemistralavande.c.i.pic.centerblog.net/gstdtduz.jpg

http://cigalemistralavande.c.i.pic.centerblog.net/gstdtduz.jpg

 

 

En travaillant, j'écoute Public Sénat de ce 21 janvier 2012

(Parlement Hebdo)

 

Soudain, une définition lumineuse,

que je relaie parce qu'elle symbolise en effet

ce que tout dirigeant devrait être.

Il est des évidences qui ont besoin d'être dites !

.

"Le Président

doit être au-dessus des Partis,

au-dessus des intérêts partisans, privés,

il doit gouverner dans l'intérêt supérieur

de la Nation".

Nicolas Dupont-Aignan

 

 

J'ajoute,

dans le sens du Bien commun,

du Bien de chacun

et non du Bien de quelques-uns,

déjà les plus favorisés

par la naissance ou par l'argent.

 

Eva R-sistons

 

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/media/00/02/73ac50dc1b92e33f1b67b6ed0a3d1fcc.jpg

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/media/00/02/73ac50dc1b92e33f1b67b6ed0a3d1fcc.jpg

 

Et  l'Occupant  de  l'Elysée ?

( texte rajouté après avoir publié ce post,

en parcourant l'excellent site Le Liesi )

.

Le président de la République est passé à un autre stade d’explication sur sa manière de voir la crise et de la « gérer ». Après avoir qualifié de « menteurs » ceux qui demandent le rejet des règles de la mondialisation, de la remise en cause des règles de la dérégulation financière, il annonce la couleur.

Lors d’une visite des salariés du fabricant de fers à repasser Calor, N. Sarkozy reprend le discours d’autres politiciens dans l’air du temps. Comme ces gens n’ont pas de solution autre que de garder le système à fabriquer du chômage et des crises en cascade, on fait un peu de « populisme ».
« Il faut que l’on continue à produire en France, on n’a pas le choix », affirme le président qui vient de flairer une bonne idée pour amadouer le citoyen lambda. Il a fait le contraire depuis qu’il est à l’Elysée, mais là, le discours change. Il faut maintenant vendre du « rêve » et de « l’espérance ».

Il faut reconnaître le talent du personnage : un opportuniste, maître dans l’art de la duperie.
Mais là n’est pas le plus important. Le président Sarkozy a surtout dit : « D’ici la fin du mois, des décisions extrêmement lourdes seront prises, concernant vos emplois et votre vie quotidienne ». Là est l’essentiel…


Définition de Sarkoléon par Victor Hugo

.

« Que peut-il ? Tout. Qu’a-t-il fait ? Rien.
Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l’Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire.

Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets. Ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c’est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.

L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère, est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l’argent, l’agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort. Il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse.

Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve pas quelque surprise.
On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l’insulte et la bafoue!

Triste spectacle que celui du galop, à travers l’absurde, d’un homme médiocre échappé . »

Victor HUGO, dans « Napoléon, le petit » (Réédité chez Actes Sud

Les surprises de “Sarkoléon”… quelle bassesse !

.

 

Les grandes citations,

et d'abord celles d'Einstein :

 

 

http://www.retrouversonnord.be/Einstein.htm

.

 

Le fait que les hommes tirent peu de profit des leçons de l'Histoire... c'est la leçon la plus importante que l'histoire nous enseigne..."


"Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Albert Einstein (1879-1955)

 

" Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la science devient criminelle."*


"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire."
George Orwell, (1903-1950), auteur de 1984.

"Pour obtenir le contrôle total, deux ingrédients sont essentiels : une banque centrale, et un impôt progressif, pour que les gens ne s'en rendent pas compte."

 

Le hasard, c’est Dieu qui passe incognito.

 

L'environnement, c'est tout ce qui n'est pas moi.

 

Le problème de notre temps n’est pas la bombe atomique, mais le cœur de l’homme.
 

Le progrès technique est comme une hache qu’on aurait mise dans les mains d’un psychopathe.

 

 

http://a1.phobos.apple.com/us/r1000/055/Purple/62/a8/d8/mzi.tswkgnly.png

http://a1.phobos.apple.com/us/r1000/055/Purple/62/a8/d8/mzi.tswkgnly.png

 

.

Autres citations d'Einstein,

Par ordre alphabétique :

 

 

A l'école, en algèbre, j'étais du genre Einstein. Mais plutôt Franck qu'Albert.

 

C’est le devoir de chaque homme de rendre au monde au moins autant qu’il en a reçu.
 

Ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde.
 

Dieu est subtil, mais il n'est pas malveillant.
 

En apparence, la vie n'a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu'il n'y en ait pas un !

 

Il est étrange que la science, qui jadis semblait inoffensive, se soit transformée en un cauchemar faisant trembler tout le monde.
 

Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu’un atome.

 

Il faut prévenir les hommes qu’ils sont en danger de mort, la science devient criminelle. (1946)
 

Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue.
 

Je méprise profondément ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique: ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau ; une moelle épinière leur suffirait amplement...

 

Je n’ai pas échoué, j’ai trouvé dix mille moyens qui ne fonctionnent pas.

 

Je ne m'inquiète jamais de l'avenir. Il arrive bien assez tôt.
 

Je ne dors pas longtemps, mais je dors vite.
 

Je sais pourquoi tant de gens aiment couper du bois. C’est une activité où l’on voit tout de suite le résultat.

 

Je suis réellement un homme quand mes sentiments, mes pensées et mes actes n'ont qu'une finalité: celle de la communauté et de son progrès.
 

La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent.

 

La gravité n'est pas responsable de ceux qui tombent en amour.
 

La joie de regarder et de comprendre est le plus beau cadeau de la nature.
 

La plus belle chose que nous puissions éprouver, c'est le mystère des choses.
 

La possession de merveilleux moyens de production n'a pas apporté la liberté, mais le souci et la famine.

 

La seule chose absolue dans un monde comme le nôtre, c'est l'humour.

 

La science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle.

 

La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.

 

La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour garder l’équilibre.
 

La vraie valeur d'un homme se détermine d'abord en examinant dans quelle mesure et dans quel sens il est parvenu à se libérer du Moi. 

 

Les amères leçons du passé doivent être réapprises sans cesse.
 

Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres.

 

L'imagination est plus importante que le savoir.
 

N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Devenez un homme qui a de la valeur.
 

Ne fais rien contre ta conscience, même si c’est l’Etat qui te le demande.
 

Nous aurons le destin que nous aurons mérité.
 

Placez votre main une minute sur un poêle et cela vous semble une heure. Asseyez-vous auprès d’une jolie fille une heure

et cela vous semble durer une minute. C’est ça la relativité.

 

Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir, s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux

puisque nous ignorons comment sont réellement les choses et que nous n’en connaissons que les représentations que nous nous en faisons.
 

Se sacrifier au service de la vie équivaut à une grâce.
 

Si vous ne pouvez expliquer un concept à un enfant de six ans, c'est que vous ne le comprenez pas complètement.

 

Trois idéaux ont éclairé ma route et m'ont souvent redonné le courage d'affronter la vie avec optimisme: la bonté, la beauté et la vérité.
 

Un homme qui n'est plus capable de s'émerveiller a pratiquement cessé de vivre.
 

Un problème sans sa solution est un problème mal posé.

 

Une mode domine chaque époque sans que la plupart des gens soient capables de voir els tyrans qui imposent leur volonté.

 

Il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de penser si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé.

 

Chaque période est dominée par une mode, sans que la plupart des gens soient capables de découvrir les tyrans qui l'imposent

 

Notre monde est menacé par une crise dont l'ampleur semble échapper à ceux qui ont le pouvoir de prendre de grandes décisions pour le bien ou pour le mal. La puissance déchaînée de l'homme a tout changé, sauf nos modes de pensées et nous glissons vers une catastrophe sans précédent. Une nouvelle façon de penser est essentielle si l'humanité veut vivre. Détourner cette menace est le problème le plus urgent de notre temps.

 

A force de lire des ouvrages de vulgarisation scientifique, j'ai bientôt eu la conviction que beaucoup d'histoires de la Bible ne pouvaient pas être vraies. La conséquence a été une véritable orgie fanatique de libre pensée accompagnée de l'impression que l'Etat trompe intentionnellement la jeunesse par des mensonges. C'était une impression écrasante. Cette expérience m'a amené à me méfier de toutes sortes d'autorité, à considérer avec scepticisme les convictions entretenues dans tout milieu social spécifique : une attitude qui ne m'a jamais quitté, même si par la suite, parce que j'ai mieux compris les mécanismes, elle a perdu de son ancienne violence.
 

Un être humain fait partie d'un tout que nous appelons "l'Univers" ; il demeure limité dans l'espace et le temps.

Il fait l'expérience de son être, de ses pensées et de ses sensations comme étant séparés du reste -
une sorte d'illusion d'optique de sa conscience. Cette illusion est pour nous une prison,  nous restreignant à nos désirs personnels

et à une affection, réservée à nos proches.
Notre tâche est de nous libérer de cette prison en élargissant le cercle de notre compassion afin qu'il embrasse tous les êtres vivants,
et la nature entière, dans sa splendeur...

 

http://www.retrouversonnord.be/Einstein.htm

 

 

.http://luxettenebrae.l.u.pic.centerblog.net/ykqiiol0.jpg

http://luxettenebrae.l.u.pic.centerblog.net/ykqiiol0.jpg

 

http://toupapier.com/im/articles/Livre%20le%20meilleur%20des%20mondes%20F.jpg

 

Autres citations célèbres,

 

 

Dans le "meilleur des mondes", Aldous Huxley écrit :


"Les anciens dictateurs sont tombés parce qu'ils ne sont jamais parvenus à donner à leurs sujets assez de pain, assez de cirques, assez de miracles ni assez de mystères. Et ils ne possédaient pas non plus un système réellement efficace de manipulation du mental.
Sous un dictateur scientifique, l'enseignement fonctionnerait vraiment -avec pour résultat que la plupart des hommes et des femmes en viendraient à aimer leur servitude et ne rêveraient jamais de révolution. Il semble qu'il n'y ait aucune raison valable pour qu'une dictature scientifique soit jamais renversée."

{Livre, Ces mondes qui nous gouvernent, Laura Knight-Jadczyk, Ed. Pilule rouge}

 

 

 

 

John Swaiton, éditeur du New York Times, dit à ses collaborateurs lors de son discours d'adieu :
"La presse libre n'existe pas. Vous, chers amis, le savez bien, moi je le sais aussi. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes des outils et les laquais des puissances financières derrière nous. Nous sommes les pantins qui servent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous ne sommes rien d'autres que des intellectuels prostitués."

{Livre, Livre Jaune N° 7 (Le), Collectif d'auteurs, Ed. Félix, David Icke, The Robots Ribellion, The Story of the Spiritual Renaissance, Bath 1994, 205}

 

 

John Swinton, l'ancien chef du personnel du New York Times (que ses pairs appelaient "le doyen de la profession") fut prié un jour de porter un toast devant le New York Press Club. Cela se passait en 1953, et il dit :
"Une presse indépendante n'existe pas en Amérique - sauf peut-être dans de petites villes au fin fond de la campagne. Vous savez cela et je le sais aussi. Aucun de nous n'ose exprimer sa propre opinion, honnêtement. Oseriez-vous le faire, vous savez mieux que quiconque qu'elle ne serait jamais imprimée.
"On me paie 150 dollars par semaine pour taire ma propre opinion et ne pas la publier dans les journaux pour lesquels j'écris. Vous aussi vous avez un salaire équivalent, et pour des services équivalents. Si je faisais en sorte qu'un seul numéro de mon journal exprime une opinion honnête, en moins de 24 heures je perdrais ma place. Comme Othello, l'homme qui serait assez fou pour écrire ce qu'il pense réellement se retrouverait aussitôt dans la rue, à chercher du travail.
"La fonction d'un journaliste de New York est de mentir, déformer, insulter, lécher les bottes du dieu argent et vendre son pays et sa race pour son pain quotidien - ou, ce qui es du pareil au même, son salaire.
"Nous sommes les outils et les vassaux des riches derrière les décors. Nous sommes des marrionnettes. Ces hommes tirent les ficelles, et nous dansons. Notre temps, nos talents, notre vie, nos aptitudes sont tous la propriété de ces hommes. Nous sommes des prostitués intellectuels."
(cité par St John Gaffney dans "Breaking the silence", p. 4)

{Magazine, Nexus, No 1, 04/1999, Les Banques Centrales et le Contrôle Privé de l'Argent, www.themoneymasters.com, 1998}

 

 

 

 

Victor Marchetti, ancien cadre supérieur de la CIA, The CIA and the Cult of Intelligence : "Dans notre monde, il existe de nos jours une secte puissante et dangereuse.

 

 

...
Cette secte est parrainée et protégée par les plus hauts officiels gouvernementaux du monde. Ses membres sont ceux qui occupent les centres de pouvoir des gouvernements, des industries, du commerce, de la finance, et du travail. Elle manipule les individus dans des domaines d'importante influence du public, y compris le monde universitaire et des médias. La secte secrète est une fraternité globale d'aristocratie politique dont l'objectif est d'appliquer des politiques de personnes ou agences inconnues. Elle agit en sous-marin et illégalement."

{Livre, Histoire secrète du Monde (l'), un fil d'Ariane, Laura Knight-Jadczyk, Ed. Pilule rouge}

 

 

"L'Etat transfère vers des autorités administratives indépendantes des pans entiers de sa souveraineté : monnaie, budget, politique industrielle, médias, énergie, mais aussi droits des citoyens... Dans ces secteurs, les décideurs sont des experts inconnus nommés dans l'ombre à des postes stratégiques. Les ministres sont de passage, les gouvernements sont éphémères. La caste des décideurs, elle, reste, et saute d'un pouvoir à l'autre. Les gouvernements nationaux se retrouvent privés de toute marge de manoeuvre économique. Qui a tous les pouvoirs ? Les banquiers centraux !"
{Livre, Secret des Etoiles Sombres (Le), Anton Parks, Ed. Nenki, Source: Magazine Marianne N°331, août 2003}

 

 

"Après 25 ans de vie professionnelle, et je ne sais combien de centaines d'interventions devant les tribunaux de Grenoble et de toute la France, j'ai acquis une certitude : dans tout conflit idéologique, ou philosophique, les tribunaux se déterminent d'abord et essentiellement en fonction de leurs propres convictions, même s'ils s'en défendent, et cherchent après coup des arguments juridiques, alors que la logique voudrait qu'ils fassent l'inverse. Dans ce type de problèmes, les juges savent dés le départ qui aura raison ou tort, et le procès leur servira à chercher l'argumentation juridique qui justifiera leur opinion."
{Livre, Radis de la colère (Les), Jean Pierre Joseph, avocat au Barreau de Grenoble}

 

 

 

"Les salauds vivent du travail, de la maladie et de la misère des imbéciles et se servent d'eux pour neutraliser ceux qui s'en rendent compte."
{Citation, Serge Gainsbourg}

 

 

 

"Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la science devient criminelle."
{Citation, , 1946, Albert Einstein}

 

 

 

"Les crises économiques ne sont pas des fléaux de Dieu; elles sont, comme les guerres, l'oeuvre d'un petit nombre d'individus qui en profitent."
{Citation, Henry Ford}

 

 

 

"Notre monde est menacé par une crise dont l'ampleur semble échapper à ceux qui ont le pouvoir de prendre de grandes décisions pour le bien ou pour le mal.
La puissance déchaînée de l'homme a tout changé, sauf nos modes de pensées, et nous glissons vers une catastrophe sans précédent. Une nouvelle façon de penser est essentielle si l'humanité veut vivre. Détourner cette menace est le problème le plus urgent de notre temps."

{Citation, Albert Einstein}

 

 

Jacques Bergier a raconté un jour qu’il existe une série de questions dont il est absolument interdit à la presse de parler et dont la liste se trouve stipulée avec précision sur un petit carnet noir qui –quel que soit le régime politique du pays, car l’interdit est universel, mondial- se trouve remis à tout directeur d’un important organe de presse d’information, qu’il soit tributaire du grand capitalisme ou communiste

 

Note d'eva : Par exemple, la paix. J'ai été censurée à la télévision française (mon employeur de l'époque) quand j'ai voulu en parler... Mais les Grands Médias appartiennent aux Industriels de l'Armement, de mort ! Alors, ils sont pas beaux, nos médias ? La paix n'est-elle pas le premier bien pour les peuples du monde entier ?


 

 

Le romancier André Hardellet, dans son livre "Le seuil du jardin", écrit : "Derrière les gouvernements qui se succèdent, vous avez dû sentir la permanence de certaines forces, de certains principes, cette stabilité ne s'explique que par des puissances occultes qui, en fait, dirigent le pays."



Honoré de Balzac (dans Illusions perdues) a écrit : "Il y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, ... puis l'histoire secrète où sont les véritables causes des évènements, l'histoire honteuse."


...
Le Cardinal de Richelieu déclara un jour que bien des gens seraient très étonnés s'ils savaient qui était le véritable souverain de France.

{Livre, Gouvernants invisibles et sociétés secrètes, Serge Hutin, Ed. J'Ai Lu}

 

 

"Le monde est dangereux à vivre non à cause de ceux qui font le mal

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."
{Citation, Albert Einstein}

 

 

 

"Rien de ce qui touche à la politique ne relève du hasard ! Soyons sûrs que ce qui se passe en politique a été bel et bien programmé !"
{Citation, F.D. Roosevelt}

 

 

"On peut tromper tout le monde pendant un certain temps et certains pour toujours, mais on ne peut pas tromper tout le monde éternellement."
{Citation, Abraham Lincoln}

 

 

"Nous vivons dans un pays superbe. Il nous suffit juste de nous débarrasser des gangsters qui détiennent le pouvoir et l'affaire est réglée."
{Citation, Ian Smith, Fondateur de la Banque des pauvres du Bengladesh}



"Mon gouvernement est le premier pourvoyeur de violence au monde."
{Citation, Luther King (Dr Martin), propos tenu pendant la guerre du Vietnam}



"Les individus sont sortis de l'état sauvage, les nations y sont restées."
{Citation, Alexandre Vinet}

 

 

 

"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement."
{Citation, Saint Just}

 

 

 

"Peuple, ton pire ennemi, ce sont tes dirigeants"
{Citation, Saint Just, Révolutionnaire franc-maçon, sur l'échafaud}

 

 

"Le peuple est le reflet de son gouvernement. Si le gouvernement est honnête, le peuple est honnête."
{Citation, Bouddha}

 

 

Dans une intervention à la chambre des Lords en 1770, Sir William Pitt déclara : "Il y a derrière le trône, quelque chose de plus puissant que le roi lui-même."
{Magazine, Nexus, No 61, 03-04/2009, Physique, Jean Pierre Garnier Malet}

 

 


Le 21/11/1933 le président américain Franklin D. Roosevelt écrivit à un confident :
"La vérité en ce domaine est, comme vous et moi le savons, que dans les grands centres un élément financier possède le gouvernement, et ce depuis le temps d'Andrew Jackson."

{Magazine, Nexus, No 61, 03-04/2009, Physique, Jean Pierre Garnier Malet}

 

 

Benjamin Disraeli, homme d'Etat anglais du siècle dernier, a écrit : "Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne l'imaginent ceux dont l'oeil ne plonge pas dans la coulisse."
{Livre, Gouvernants invisibles et sociétés secrètes, Serge Hutin, Ed. J'Ai Lu}

 

Napoléon a dit : "La main qui donne est au dessus de la main qui prend. L'argent n'a pas de patrie, les financiers n'ont ni patriotisme ni décence, et le gain est leur seul objectif."
{Magazine, Nexus, No 2, 05-06/1999}



Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité.
{Citation, Gandhi}

 

Ce qui est important pour l'homme n'est pas la vérité mais l'idée qu'il s'en fait. Il adulera une encyclopédie même si elle dit des contre vérités (surtout historiques) alors qu'il reniera un texte disant des vérités historiques uniquement parce que l'encyclopédie correspond à l'idée qu'il se fait du monde...

 

 

http://www.infomysteres.com/gvtmondial/gvtmondial2.htm

Alerte ! La science devient criminelle... Citations notamment d'Einstein

.

D'autres citations,

sur le Nouvel Ordre Mondial cette fois,

Citations célèbres (au sujet du Nouvel Ordre Mondial, entre autres)

 

.

.Lire, par ailleurs :

La guerre mondiale contre la démocratie,

John Pilger

La guerre mondiale contre la démocratie

 

http://1.bp.blogspot.com/-PCGm10V6r0I/TvYh9JMib5I/AAAAAAAAAmg/BLYN8k5w3ME/s1600/lennon-citpeace.jpg

http://1.bp.blogspot.com/-PCGm10V6r0I/TvYh9JMib5I/AAAAAAAAAmg/BLYN8k5w3ME/s1600/lennon-citpeace.jpg

 

 

.

 

Repost 0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 02:21

 

  large_824001.jpg

 

3 textes et une vidéo pour comprendre le monde en devenir.

 

Les mécanismes du capitalisme financier à la portée de tous.

L'esprit de Munich qui guette.

 

Le peuple en marche (vidéo).

 

L'alternative Chinoise

 

La Russie tentée par l'atlantisme ?

 

Bonne lecture, votre eva

 

 

liberalisme.gif

 

http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/krach-les-capitalistes-deviendraient-communistes-t136.htm

 

 

Le capitalisme financier pour les Nuls

(titre d'eva)

L'Esprit de Munich, par  Zevengeur 


 

"Vous nourrissez le crocodile en lui jetant les faibles en pâture croyant que vous serez les derniers mangés. Mais plus il bouffe, plus il est gros et plus il est gros plus il a faim"
Aimé Michel in "Lettres à B. Meheust"

En 1938, alors que la France et l'Angleterre ont un traité d'alliance avec la Tchécoslovaquie, Hitler annonce qu'il annexera "quoiqu'il arrive" la région des Sudètes à majorité germanophone
Cette annonce équivaut alors à une déclaration de guerre entre l'Allemagne et les 2 alliés de la Tchécoslovaquie.
Toutefois, pour préserver la paix à tout prix, une conférence de la dernière chance est organisée en septembre 1938 à Munich sous la houlette de Mussolini.

 

Les accords de Munich
La France de Daladier et l'Angleterre de Chamberlain décident alors en violation de leur parole et de l'accord d'assistance au peuple Tchèque d'abandonner la région convoitée à Hitler.
Le 5 octobre 1938, le parlementaire Winston Churchill fit la déclaration suivante devant le parlement Anglais (les Communes) :
“Vous aviez le choix entre la guerre et le déshonneur. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre.” (..)


.

Bundesarchiv_Bild_183-R69173,_Münchener_Abkommen,_Staatschefs

Septembre 1938 : le symbole de la lâcheté et de l'impuissance des états

 

.

PARTIE 1 : LA FINANCE EST EN POSITION DE DOMINATION MONDIALE

 

 

L'ennemi mondialisé


La finance dont la vocation initiale était d'être au service de la société a largement débordé cette fonction pour s'emballer et se mettre à son propre service.

Concrètement cette dernière est constituée d'un petit nombre d'individus regroupés en oligarchie internationale (*) autour de 4 axes :


1. Une croyance : "Tout absolument tout peut se voir attribuer une valeur marchande"
2. Un objectif unique : "Prendre l'argent partout où il se trouve quelqu'en soit le prix"
3. Une arme imparable : La Mondialisation
4. Une stratégie : "Contrôler la planète par le biais d'une pensée unique"


(*) La question que certains se posent est de savoir si cette oligarchie est ou pas organisée avec un objectif long terme précis.


Les faits ne semblent pas le démontrer d'une manière flagrante au vu des catastrophes financières auxquelles on assiste même si l'on note quelques indices suspects comme les réunions périodiques très discrètes des Bilderberg et autres groupes.


La guerre totale


En général, les guerres sont déclenchées pour s'approprier des ressources convoitées que possède le voisin :
. Expansion territoriale (Ex : Israël > Palestine)
. Appropriation des ressources naturelles (Ex : USA > Irak)

Partout où l'on peut définir une valeur marchande, la finance fait tout pour s'approprier cette dernière et sauf accident, sa puissance et son appétit se renforcent sans cesse.


La finance mène donc une guerre totale pour s'approprier les ressources :
- des citoyens
- des entreprises
- des états


Prise de contrôle des cerveaux


La prise de contrôle des cerveaux se fait grâce à l'établissement d'une pensée unique à travers la domination de l'école néolibérale depuis 30 ans. Le Keynésianisme a cédé la place à l'ultralibéralisme économique avec les croyances suivantes :


- Les intérêts particuliers sont prévalents
- L'intérêt général est la somme des intérêts particuliers
- Il faut entretenir la confiance des marchés (faire ce qu'ils demandent)
- Il faut de la croissance pour créer des emplois


Ces croyances sont relayées par les médias, enseignées dans les universités et ce discours reste le même malgré la preuve de son échec cuisant démontré par la crise en cours.


Les médias mainstream contrôlés par une poignée de grands groupes liés à la finance nous matraquent ad nauseam avec les mêmes formules clés :
"Si la la bourse augmente c'est bon pour l'emploi"
"Une inflation trop forte, c'est pas bon !"
"Il faut redonner confiance aux marchés"
etc

Les économistes qui s'opposent à cette doxa ont été muselés durant 30 ans.


On constate cependant que l'étau se desserre un peu depuis quelques mois avec des voix comme celles de Paul Jorion, Frederick Lordon, Jacques Sapir ou Joseph Stiglitz aux USA qui commencent à être relayées.
Car en effet, certains de ces derniers ont tout de même été les seuls à avoir annoncé la crise 2 ans avant qu'elle n'éclate.


Le salut dans la croissance : une contre-vérité


L'idée concernant la croissance qui est le meilleur moteur pour créer des emplois est irréaliste et mensongère :
1. Elle est irréaliste...
...car une croissance de 3% annuelle sur 1 siècle correspond à un coefficient multiplicateur de ...20 ! (1.03E100).
Dit autrement si on continuait sur cette lancée, dans 100 ans la planète subirait 20 fois plus de dégâts qu'aujourd'hui, sans compter que de nouveaux grands pays émergents (Chine, Inde...) sont à leur tour entrés dans la course au pillage des ressources.
Peut on réellement croire que l'on pourrait tirer 20 fois plus de ressources d'une planète déjà exsangue ?
2. Elle est mensongère...
... car les fruits de la croissance ne profitent aujourd'hui qu'à la finance grâce à l'arme des taux.

 

L'arme des taux
L'arme la plus utilisée par la finance pour contrôler ses victimes est celle des taux d'intérêts.
Si une entité qui use de flux financiers (Etat, entreprise, etc) n'a pas une politique qui induit la confiance des marchés, comprendre "dans l'intérêt de la finance" alors cette entité est dite mal gérée.
Si cette entité est décrétée comme étant mal gérée, les agences de notation vont abaisser leur note de confiance.
Or les taux d'intérêts accordés par les marchés sont directement liés aux notes attribuées par les agences, ils vont donc augmenter faisant peser sur l'entité un poids financier qui peut rapidement devenir insupportable.
Par ce biais, l'entreprise ou l'état est "invité" à maitriser ses dépenses, et notamment ses couts salariaux ou sociaux.

 

Prise de contrôle des entreprises
Toute entreprise contracte en permanence des prêts auprès des marchés pour se développer ou pour sa gestion courante.
En gros la valeur ajoutée créée par une entreprise est partagée entre :
- le patron
- les salariés
- les investisseurs


L'apparence


Les patron et les salariés négocient.
Si les salariés arrivent à obtenir des augmentations de salaire, le patron peut alors pour compenser augmenter ses prix l'année suivante.
Ce mécanisme bien connu est celui qui peut provoquer de l'inflation.


La réalité


Rappelons nous que l'inflation est l'érosion du capital, les investisseurs (prêteurs et actionnaires) n'en veulent donc à aucun prix.
Un indicateur appelé NAIRU a donc été imaginé pour contrôler l'inflation car cette dernière est inversement proportionnelle au taux de chômage.
La technique pour l'investisseur va consister faire pression sur le patron à travers l'augmentation de ses taux d'intérêts.
La conséquence est que le pourcentage prélevé par l'investisseur sur les gains de l'entreprise va mécaniquement augmenter.
La part restante réservée aux salaires, aux frais fixes incompressibles et au patron va arithmétiquement diminuer d'autant.
Si l'investisseur décide d'augmenter très fortement ses taux, le patron sera à l'extrême obligé de licencier des salariés pour assurer la survie de son entreprise.


Les salariés restants vont ensuite avoir peur de subir le même sort et ils se tiendront tranquilles en terme de salaire, l'inflation est alors maitrisée et l'investisseur s'est rempli les poches.


Il est dès lors clair qu'un taux de chômage minimum est nécessaire à une bonne maitrise de l'inflation car en période de plein emploi, les salariés sont en position de force pour revendiquer des hausses de salaires.


La conséquence est qu'avec une inflation même faible et avec une productivité maximisée, la part revenue au salarié sur les gains des entreprises s'est réduite au profit de celle des investisseurs.


La mondialisation est également un facteur très favorable à un nivellement par le bas des salaires.


BD_Jorion

 

Tout cela explique la baisse ou la stagnation des salaires dans les entreprises occidentales depuis 20 ans.

Il est remarquable de constater que les improductifs (parasites) ont réussi à phagocyter la plus grande partie de la valeur du travail de ceux qui produisent les richesses.


Ces improductifs ont encore fait plus fort en proposant de prêter aux salariés appauvris une partie de l'argent qu'ils leur ont détourné. Cet argent est une avance sur les futurs gains de ces salariés qui est effectuée moyennant finance à travers des taux d'intérêts !


Prise de contrôle des états
Les états étant les seules entités ayant la taille de s'opposer à elle, la finance a mis en place sur le long terme de nombreux mécanismes pour faire pression sur ces derniers.


Méthode de Clausewitz


Pour contrôler les états, la finance utilise le principe d'escalade des moyens offensifs héritée des techniques établies par Carl Von Clausewitz.
Les armes utilisée par la finance pour la prise de contrôle des états sont les suivantes :
- contrôle du monde politique par l'argent
- arme des taux d'intérêts
- FMI


Financement du monde politique


Le financement des campagnes électorales est le premier moyen de mettre les partis politiques et les élus en position d'être redevables.
Une récente décision de la cour suprême américaine (sous contrôle Républicain) a récemment déplafonné les montants allouables aux campagnes électorales par les entreprises privées.
En clair, cela signifie qu'une barrière très importante vient d'être levée, un budget virtuellement illimité peut donc être alloué dans des opérations de dénigrement ou de soutien politique menés par les lobbies.
Cette mesure loin d'être anodine est passée inaperçue de ce coté de l'atlantique. Elle a fait dire le 1ier mai dernier au président Obama que le pouvoir qui lui est institutionnellement garanti n’est pas de taille vis-à-vis de celui dont disposent les lobbies financiers.


Armes financières d'attaques frontales


Nous avons comment l'arme des taux d'intérêts est utilisée pour attaquer les états. Si cette arme ne suffit pas, la finance dispose d'une force de frappe encore plus puissante à la mesure de la taille d'un état : le FMI.


Le FMI : Font Monétaire International


Lorsque le marché refuse de prêter de l'argent à un état pour cause de risques supposés trop élevés, le FMI est susceptible d'intervenir.
La mission officielle du FMI était à l'origine de lutter contre la pauvreté dans le monde.
Ce dernier propose alors des prêts à des taux très élevés dont les versements sont associés à des conditions drastiques dépendant de la situation du pays concerné.

Le FMI est une institution post Bretton Woods créée en 1944 sous contrôle américain. En effet, les USA disposent du droit de veto pour toute décision importante de cet organisme...!


Le fait que son directeur soit traditionnellement un Européen montre bien qu'il ne s'agit que d'un habillage car ce dernier est inféodé aux américains.


50 ans après sa création, le bilan du FMI est catastrophique avec une paupérisation de la majorité des populations soumises à ce dernier.

 

L'ex rapporteur de la FAO pour l'ONU Jean Ziegler a très bien dénoncé les agissements passés du FMI dans les pays du tiers monde.

 

Les conditions imposées par le FMI tournent en général autour de 2 exigences :


- privatisation des entreprises rentables, en particuliers celles qui exploitent les matières premières. Ces dernières sont alors rachetées par des entreprises transnationales.
- réductions des dépenses de l'état, sous entendu les dépenses sociales comme la santé, l'éducation ou la couverture chômage qui par nature ne sont pas rentables.

 

Les états qui ont commis l'erreur de faire appel au FMI se sont retrouvés dépouillés de leurs richesses et du contrôle de leur politique intérieure.


Dans certains cas, ces arrangements ont eu lieu dans des régimes dictatoriaux qui ont conduit en échange de la bienveillance des chefs d'état à leur enrichissement personnel.


Encore une fois, il y a d'un coté le discours et de l'autre coté les actes qui sont aux antipodes les uns des autres.

 

Les armes de contrôle globales : les banques centrales


La finance possède avec les banques centrales des armes de contrôles globales qui échappent à toute autorité des états .

 

Les plus connues sont la FED aux USA et la BCE en Europe qui déterminent la valeur des taux d'intérêts dits taux directeurs pour ces régions.
Ces taux servent à accélérer ou ralentir le crédit interbancaire, la politique décidée par les banques centrales sans aucun contrôle des peuples n'a qu'un objectif : contrôler l'inflation et assurer les taux les plus élevés possibles.

En cas de crise majeure, les banques centrales peuvent aussi se transformer en usines à billets en effectuant des prêts massifs aux grandes banques agréées qui sont en déroute.
Ces prêts à taux symboliques servent alors à refaire en cascade de nouveaux prêts de la part de ces même banques à des taux très supérieurs, par exemple ceux liés aux appréciations des agences de notation sur certains états très endettés.
Dans le cas de la Grèce, les banques se financent auprès de la BCE à des taux inférieurs à 1% pour lui prêter à leur tour à des taux compris entre 6 et 15% !


Grace à ce mécanisme, les banques refont leurs marges et renflouent leurs déficits dus à leurs erreurs passées et à des prises de risques trop importantes.


L'objectif étant de recommencer comme avant !

 

Le grand jeu de casino mondial


Recommencer comme avant signifie reprendre le grand jeu mondial de la finance sur les marchés en faisant porter les risques sur le dos des états et donc des populations.
C'est pour ce jeu que l'on a inventé le concept d'innovation financière !

 

L'innovation financière


L'"innovation financière" est une expression logomachique inventée par les spéculateurs pour jouer entre eux à la roulette mondiale en faisant prendre les risques par les autres.
Les produits financiers correspondants sont des objets souvent basés sur des concepts mathématiques très sophistiqués et qui ne servent strictement à rien sinon à créer des bulles financières qui finissent toujours par exploser.
Qui plus est l'introduction et l'utilisation de ces produits est complètement libre et incontrôlée.


Voici quelques exemples de produits financiers aujourd'hui médiatisés :
- Titrisation (revente à un tiers de créances ou du risque associé)
- CDS (spéculation sur un risque pris par un autre)
- LBO (Rachat d'une entreprise par emprunt en assurant son remboursement sur le dos de ses salariés)
- VAD (Spéculation à la baisse de la valeur)
- HFT (High Frequency Trading)


High Frequency Trading


Le HFT est l'une des dernières innovation qui consiste grâce à des ordinateurs ultra rapides à lancer des ordres boursiers à hautes fréquences sans intervention humaine.
On considère que 60% des transactions mondiales passent aujourd'hui par ces systèmes. Le seul hic c'est que comme tout logiciel contient des erreurs (les fameux bugs), si l'un d'eux se met à dysfonctionner ou s'il rencontre l'un de ses pairs, il risque de faire exploser le système comme l'a montré le flash krach du 06 mai dernier qui n'a jamais été véritablement expliqué mais où ces algorithmes sont plus que soupçonnés.

 

La majeure partie des produits issus de l'ingénierie financière sont en gros construits pour être revendus en cascade avec des plus values basées sur la tromperie de l'acheteur.
Le résultat se traduit par une augmentation continue des indices boursiers appelées "bulles". Ces hausses sont de plus en plus indépendantes des performances des entreprises puisqu'il s'agit d'une stratégie purement spéculative.


Lorsque la hausse spéculative est brutalement stoppée par un krach, alors des cascades de faillites d'établissements financiers sont annoncées.

Cela se nomme une crise financière.

 

Les états se sentent obligés de couvrir les pertes des banques pour éviter la destruction totale du système économique induite par celle du système financier, on entend alors des expressions telles que TBTF (Too Big To Fail) !

L'innovation financière est donc l'art et la manière de gagner (et perdre) de l'argent entre 2 crises sans travailler !


PARTIE 2 : L'ESPRIT DE MUNICH


La crise de 2007/2008


La dernière catastrophe en date a eu lieu en 2007 où la finance s'est une nouvelle fois pris les pieds dans le tapis avec la crise des subprimes qui continue de provoquer des dégâts aujourd'hui.

La bonne nouvelle pour la finance est que les états (les citoyens) ont épongé les pertes car on les a convaincus qu'ils n'avaient pas d'autres choix.
La moins bonne nouvelle est la médiatisation générale de ses méthodes scélérates aux service d'objectifs enfin visibles de tous.
Les dégâts collatéraux tels que le chômage ou la mort induite de populations réduites à la misère (exigences politiques du FMI) ne la concernent pas.

En 2007, les principales banques auraient du pratiquement toutes faire faillite comme toute entreprise dont le bilan est irrattrapable.
Les états déjà surendettés à cause des taux d'intérêts imposés par le marché ont alors emprunté encore plus pour éponger les déficits des banques, se retrouvant à leur tour en situation de quasi faillite même si cela n'a pas de sens légal pour un état.
Malgré ce sauvetage, les banques ont du jour au lendemain coupé les robinets du crédit aux entreprises (celui qui est utile) induisant alors la crise économique.
Cette crise à son tour a provoqué une forte augmentation du chômage estimée à environ 30 millions de personnes dans le monde.
Ce chômage a contraint les états à plus de dépenses de couverture et une diminution des recettes fiscales les forçant à augmenter leurs dettes par de nouveaux emprunts.
Aujourd'hui, le système se retrouve sous la forme d'une montagne de dettes, ces dettes sont largement supérieures à la capacité de création de richesse qui serait nécessaire pour les rembourser

 

L'impuissance des Européens


A Munich en 1938, la France et l'Angleterre ont abdiqué lâchement devant la puissance de l'Allemagne Hitlérienne, aujourd'hui, le comportement des chefs d'états Européens vis à vis de la finance est complètement similaire.
L'analyse de la crise est faite et les véritables causes sont connues. Les moyens d'une contre attaque contre la finance sont cependant identifiés comme nous le verrons plus loin.

Et à quoi assistons nous dans les faits ?

A une succession de sommets stériles comme les G8, G20 et tutti quanti. Aucune décision n'est prise car les lobbies avec leurs moyens colossaux veillent au grain.
Les seuls résultats de ces sommets sont des déclarations de pure rhétorique qui tentent maladroitement de dissimuler leur vacuité.

.

G20_Londres 2009

G20 2009 : le symbole de la lâcheté et de l'impuissance des états

 

.

En Europe, quelques opérations de diversion telles que les stress tests bidons de quelques grandes banques sont menées et des discussions sans fin sur des mesurettes à apporter sur les règles de gestion des banques dans le cadre de la réforme bancaire de Bâle 3.

La mesure phare en discussion consisterait à relever les fonds propres des banques de 2% à 7% d'ici .... 2019 !

Et le leitmotiv habituel reprend, à savoir comme le dit très bien Paul Jorion :
"...chacun n’a plus qu’une chose à dire : ce qui pourra « rendre confiance aux marchés », en d’autres termes : ce que les marchés lui enjoignent d’affirmer..."

 

USA : La Bérézina d'Obama : Financial overhaul
Aux Etats Unis, le président Obama associé à Paul Volker (Ex directeur de la FED) a semblé montrer une réelle volonté de réguler le système afin d'éviter au minimum une nouvelle crise qui lui serait cette fois fatale si bien sur on arrive déjà par miracle à sortir de celle ci.
Une loi de régulation, le "Financial overhaul" qui devait être une sorte de "Class Steagal Act light" a été proposé au sénat américain.
54 lobbies financiers et 300 Millions de dollars déboursés pour faire des pressions ont vidé cette loi de sa substance, il n'en reste plus que 2500 pages d'arguties truffées de failles rédigées par les banques.

 

La Hongrie : une poche de résistance
Nous avons avec la Hongrie une illustration parfaite de l'ingérence de la finance dans la politique des états.
En effet, ce pays a décidé de taxer les banques à hauteur de 650M€ pour réduire son déficit et refuse la politique d'austérité dictée par le FMI (Directeur : D Strauss Kahn - Socialiste).
En retour le FMI refuse de lui verser la dernière tranche du prêt négocié.
Le FMI est en tout état de cause égal à lui même, il met en avant de grands principes humanistes alors qu'il n'est en réalité que le bras armé des américains dans le dépeçage des états vulnérables.

 

 

PARTIE 3 : LES ARMES D'UNE CONTRE-ATTAQUE

 

Certains économistes indépendants ont cependant déjà réfléchit aux mesures à prendre dans la situation actuelle.


Les principes directeurs ci-dessous pourraient servir de base à l'établissement d'un plan d'action complet :


- interdiction des paris sur les variations de prix (Paul Jorion)
- interdire la spéculation sur les matières vitales (Nourriture, eau...)
- séparer les activités de marché des banques des activités commerciales ("Class Steagall Act like")
- renforcer les fonds propres des banques pour diminuer les risques, les ratios actuels entre les engagements et les fonds propres sont d'un ordre de grandeur de...100 ! (En vague discussion à BALE 3)
- casser le pouvoir monopolistique des agences de notations pour éviter les dérives et les erreurs passées et présentes et à venir
- lutter contre la dictature des taux d'intérêts qui sont l'arme n° 1 de l'ennemi
- autoriser les banques centrales à faire des prêts à taux nuls aux états
- et enfin, sortir de la globalisation qui est un échec démontré par les faits. Cela implique la sortie de l'illégitime Europe actuelle (Jaques Sapir)

 

 

CONCLUSION

 

Une concentration des richesses telle que celle à laquelle nous assistons est sans précédent dans l'histoire de l'humanité.
La finance est une bête féroce et affamée qui ne sera repue que lorsqu'elle aura avalé la planète entière.
Dès lors où elle aura tout détruit, elle se retrouvera à la tête d'un empire en ruine, car comme le cancer, la finance tue à petit feu l'organisme qu'elle parasite.
Comme en 1939, les états sont tétanisés par la puissance déployée en face d'eux, depuis 20 ans la dérégulation systématique a conduit le système financier dans un contexte de non droit total, une véritable anarchie financière.
Une bête féroce ne comprend qu'un seul langage : la force.

 

En 2007, l'animal était blessé à la suite du krach des subprimes et il fallait en profiter pour le museler.
C'est le contraire qui fut réalisé puisque les états ont soigné ses plaies.

 

Il est aujourd'hui beaucoup plus difficile de reprendre son contrôle car la bête a pour un temps repris des forces.
Il ne faut toutefois en aucun cas baisser les bras et poursuivre la lutte en imposant à travers la vox populi à nos représentants de prendre les armes contre cette maladie maligne qui s'est développée dans notre société.

 

Les mesures de contrôle à prendre contre la finance sont identifiées, Il reste à les imposer à cette dernière au besoin par la force sans avoir aucune crainte car...

...après tout, la finance combien de divisions ?

 


Liens


. Jacques Généreux sur France Info
(Merci pour le titre !)
. Comment les banques centrales triomphent de l'inflation (Jorion)
. Jacques Sapir : changer l'Europe, pour rompre avec la globalisation
. L'illégitime traité de Lisbonne
. Déclaration Winston Churchill

 

http://french-revolution-2.blog.fr/2010/10/22/l-esprit-de-munich-9334913/

 

Pour sauver la planète, sortez du capitalisme

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-finance-pour-les-nuls-comprendre-les-mecanismes-l-esprit-de-munich-59455797.html

Hervé Kempf - Pour sauver la planète, sortez du capitalisme
Nicolas Sarkozy engage l’Etat pour la moitié de l’or du monde

L’Etat français, par l’intermédiaire de son premier magistrat, vient d’apporter sa garantie au solde (montant des dépôts bancaires moins montant du fonds de garantie) soit 1 388 615 000 000 euros (..)

Curieusement, c’est également le montant à peu de chose près de la dette de l’Etat français, qui vient donc de doubler, même s'il s’agit (pour l’instant) d’un engagement hors bilan.

... au moment où les plus puissantes banques s’effondrent comme de vulgaires châteaux de cartes et qu’absolument personne ne peut avoir la moindre idée où l’avalanche va s’arrêter.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article71804
.
20080927115.jpg
http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/krach-les-capitalistes-deviendraient-communistes-t136.htm
.
Lire aussi:
.
.
Vidéo (qq mn) à regarder par tous !
La fin du capitalisme
et des dictatures,
le peuple en marche vers sa libération
C'est la fin du système totalitaire marchand, autrement dit le capitalisme, grâce aux mouvements de désobéissance partout dans le pays. Le gouvernement ne sait que faire.
Un petit détournement, basé sur le film La chute, sur le thème de la désobéissance pour l'appel à Création du CinémAligre 2010.
.
Russie: Une caste atlantiste face à Poutine


Medvedv_ramunsen.jpg

Russie : des renards dans le poulailler...


 

.

« Le régime “néolibéral” sape les fondements de la souveraineté populaire en transférant le pouvoir de décision des gouvernements nationaux à un “parlement virtuel” d’investisseurs et de prêteurs, préalablement organisés dans de grandes firmes. »

Noam Chomsky (1)


(..) A Iaroslavl, s’est dévoilée une formidable poussée. Un véritable putsch. Non violent, nous ne sommes pas en Equateur. “Soft”. Feutré. Néanmoins : redoutablement efficace. Car, il ne s’agissait pas d’une horde de policiers voyous et corrompus, instrumentalisés par des services secrets étrangers…

Mais, d’une caste s’autoproclamant “élite du pays”, se revendiquant “atlantiste”. Dans un refrain muet, silencieusement repris en chœur, dans la hargne, la servilité ou la béatitude, suivant les tempéraments, étouffant son hurlement : « L’Intégration à l’Otan ! ».

Se ruant à l’assaut de la doctrine défendue jusqu’à présent par la nation Russe,depuis son redressement succédant à son quasi-naufrage des années 90 : participer aux échanges internationaux, dans un monde « multipolaire ». Ces putschistes ne souhaitant qu’une “intégration” dans un Occident mythique, pôle de “La Civilisation”, la Russie se devant d’admettre la suzeraineté des USA…

Ce putsch va-t-il réussir, durer, prendre racine ?... La Russie est-elle prête à sacrifier son indépendance pour un développement promis par des pays en plein déclin économique ?... (3) Où sont les véritables intérêts de la Russie, pour la fin de ce siècle, et le siècle prochain ?

Ces forces centrifuges qui sont-elles, et sont-elles maitrisables ?  (..)


procession_a_Iaroslavl.bmp

Alexeï Bogolioubov – Procession de Pâques à Iaroslavl - ­1863

:

 

Le président de l’Institut du développement contemporain et modérateur de la section “Systèmes régionaux de sécurité mondiale” du Forum, Igor Iourgens, quant à lui : « … prône la création d’une union Russie-OTAN et l’intégration ultérieure de Moscou à l’Alliance renouvelée. » (7)

On comprend qu’une partie de la classe politique russe soit obsédée par la volonté de désarmer l’hostilité traditionnelle de l’Occident, notamment chez les anglo-américains. (8) Les nostalgiques de la Guerre Froide, manipulés par les lobbies de l’armement. Même fossilisée, “la bête” réapparaît, comme ces mammouths enfouis sous les glaces ressuscitant de vitalité débordante dans les musées, pour une seconde vie.

Subitement, nier le “droit international” pour “intégrer l’OTAN” afin d’assurer sa “sécurité”, ce n’est pas simplement tourner le dos au « multipolaire », c’est plus que verser dans « l’unipolaire »…

Contrer les “menaces”, assurer la “sécurité”, lutter contre le “terrorisme”, que recouvrent ces mots ?...

Le terrorisme, on le sait depuis longtemps, n’est que le mélange explosif de prédateurs gorgés de richesse s’imaginant cohabiter paisiblement avec des populations qu’ils spolient et humilient. Il suffit de respecter le droit des peuples à l’autodétermination, dans l’équité économique et sociale assurant leur prospérité, pour que le problème soit résolu.

L’ennemi de la liberté, c’est la pauvreté imposée. Ni plus, ni moins. Le mythe du terrorisme, succédant à la lutte contre le communisme international, est l’emballage de l’idéologie impériale charpentée par La Loi du Plus Fort, fondant sa prospérité sur la spoliation.

La Russie, issue des cendres de l’URSS, n’a aucune ambition impériale, éprouvant les plus grandes difficultés, avec sa faible démographie aggravée par la saignée de la deuxième guerre mondiale et ses 30 millions de morts, à peupler son immense territoire, aux colossales richesses naturelles. Comment un pays avec une population équivalente à 2 fois celle de la France et à 37 fois son territoire, au sous-sol débordant de trésors, nourrirait-il des volontés de prédation à l’égard d’autres pays ?...

En ce cas, pourquoi s’aligner sur un Occident déclinant, dont les ressources proviennent de pays assujettis et pillés ?... Tenir un même discours, pour quels objectifs communs ?...

Céder, par faiblesse ou par peur, aux pressions de l’OTAN exerçant sans discontinuer son encerclement : fusées à ses frontières avec la Pologne ; tensions entretenues en Ukraine, aux Pays Baltes ; agressions en Géorgie, Tchétchénie et dans l’ensemble du Caucase ; manœuvres hostiles du Japon autour des îles Kouriles et presqu’île du Kamchatka ?...

Apaiser les campagnes de déstabilisation a répétition sous prétexte des “droits de l’homme” et autres fariboles, que l’Empire et ses vassaux sont les derniers à respecter dès que leur soldatesque exerce ses talents de soudards en dehors de leurs propres frontières ?... Par un milieu d’affaires occidental rêvant de s’emparer de l’appareil d’extraction de ses ressources naturelles, et des rentes de situation que sont la privatisation des services publics.


Souscrire au délire de l’Empire de rassembler dans un même bloc avec l’Otan, Russie et Inde, contre la Chine ?... Vision entretenue par des bellicistes travaillant avec fébrilité dans la perspective d’un conflit avec la Chine pour la fin du XXI° siècle, afin de préserver son hégémonie pour le XXII° siècle ?...

Questions que le président Medvedev s’est bien gardé de soulever et, surtout, d’y répondre dans son discours du 10 septembre, devant le Forum réuni. Reprenant la rhétorique de l’idéologie néolibérale, avec l’inévitable couplet sur la démocratie rempart contre le terrorisme, dans ce qu’il a présenté comme un programme en 5 points (9) : (..)

 

Apparaissent en filigrane les “tabous” du Libéralisme : ne jamais évoquer les problèmes fondamentaux de justice économique et sociale, de redistribution des richesses nationales qui sont, en fait, les causes des profondes crises qui déchirent nos sociétés.

Mais, reprendre une rhétorique, une figure de style imposée, n’est-ce pas plier un genou face à celui dont on accepte la règle ? (..)

Dans cet acte d’allégeance, le « monde multipolaire » auquel aspirait la Russie, érigé en principe cardinal de sa politique nationale est fortement, violemment, remis en cause. Par deux forces centrifuges. Leur travail de sape est si acharné, obstiné, puissant, qu’il commence à déstabiliser l’Etat au plus haut niveau.

.

Impact du “lobby des Russes-Israéliens”

Parmi les partisans exaltés de l’intégration de la Russie dans l’OTAN, et sa soumission aux USA, figure le puissant « lobby des Russes-Israéliens ». Idéologie, vision, action : un copié-collé de celles des néoconservateurs US et des extrémistes sionistes.

Un exemple… (..)

 

Corrosion du cynisme affairiste

Une deuxième force centrifuge a pour vecteur le milieu des affaires, du moins une large proportion. Pour être plus précis : un milieu “affairiste”, se livrant à une corrosion des piliers de la nation Russe.

Ce sont les nouveaux riches, non pas ceux de l’ère Eltsine et de l’écroulement de l’URSS qui n’étaient que des mafieux. Déterminés à s’enrichir, par des valises de “cash”, inconscients des enjeux, en bradant les richesses nationales dont ils s’étaient rendus maîtres en cheville avec la nomenklatura décadente, aux groupes internationaux de l’énergie et des mines.

A présent, il s’agit d’une nouvelle génération plus instruite des mécanismes économiques et spéculatifs, moteurs du “Libéralisme” et de la “mondialisation”. Devenus riches, certains immensément riches, ils aspirent à le devenir plus encore. Toujours plus, avec leurs seconds couteaux, leurs médias, leurs courtisans et leurs bouffons.

Une richesse familiale surgissant en moins d’une génération, sans fondement d’une “découverte” répondant aux besoins ou à l’engouement d’un marché, sans spoliation, ne peut avoir pour origine qu’un mix de corruptions, délits d’initiés et trafics de marchés publics.

Le terreau de cet enrichissement rapide et exponentiel est toujours composé, quel que soit le pays, de marchés d’infrastructure (BTP, barrages, ports, aéroports, réseaux ferroviaires, oléoducs, etc.), d’armements (internes ou à l’export), ou de privatisations (notamment, le secteur banques & assurances, énergies, mines, aciéries, etc.). Marchés, ententes, arrangements, octrois de licences ou autres, opaques et générateurs de commissions occultes considérables. En proportion avec le montant des transactions. (..)


Le credo de ces affairistes :

« Le prix de la fortune : une Russie occidentale ».

Evidemment, ils représentent la tête de pont des milieux d’affaires occidentaux qui les bichonnent, les font passer pour des génies dans leurs médias de propagande. A condition de reprendre et réciter la rhétorique souhaitée : « La Russie doit améliorer ses relations »…

C’est-à-dire ?...

Le Forum de Iaroslavl ne vibrait que de ce leitmotiv : “créer des conditions favorables aux investisseurs étrangers”, y compris aux expatriés occidentaux sur place, pour « moderniser » la Russie. Et, bien sûr : intégrer l’OTAN.

En clair : ne pas payer d’impôts sur les bénéfices, si ce n’est symbolique comme l’immatriculation des Rolls et Ferrari, libre circulation des capitaux spéculatifs, ne pas payer ses ouvriers dans la "paix sociale"... En bref : Tout pour nous, « élite ». Et, repris en chœur par les affairistes le poing levé : que les autres crèvent ! (..)

Parlant au nom de tout le pays, ils estiment que la “modernisation de la Russie” passe par l’application des règles du “club” qu’ils veulent rejoindre, impliquant une totale coopération avec les « élites » occidentales. La Russie ne veut pas être un pays du tiers-monde qui enrichit l’Occident. Préférant être une province éloignée de l’Occident que “leader” des pays de l’Est. Assumant un rôle d’auxiliaire au sens où l’entendait les romains. Payer tributs, fournir armes et troupes à l’Empire.

S’il y a une guerre déclenchée par l’Occident ?... Quels qu’en soient les motifs (contre la Chine, l’Iran, la Corée ou autre…), c’est à ses côtés qu’il faut se joindre. Ceux qui gèrent les crises, et non pas ceux qui la subissent, puisque les crises ne sont que l’expression de rapport de forces et de guerres économiques.


La mondialisation n’a pas pour objectif de sauver l’humanité, c’est une domination absolue de l’Occident fondée sur la suprématie militaire et économique. C’est pour cela que jamais il ne tolérera le même niveau de développement de l’Afrique et de l’Asie, etc. (..)


Aussi pragmatique que lucide, Poutine sait qu’il faut du fumier pour faire pousser les plantes. Mais, ce n’est pas au fumier à régenter le jardin (..)


Il n’est ni l’homme providentiel, ni le tsar au pouvoir absolu. Lui-même en est conscient. Trop serein, pour revendiquer ces rôles illusoires. Simplement, un Homme d’Etat au centre d’enjeux, de rapports de force, de conflits entre clans, où le conseil sincère côtoie le mensonge le mieux bétonné.

Mais, dont la force est de croire en l’avenir d’une Russie puissante, indépendante, abordant le siècle prochain dans la paix et la prospérité. Pour tous les Russes. Depuis qu’il est premier ministre, il n’a cessé de sillonner la Russie dans tous les sens, jusque dans les régions les plus reculées de la Sibérie. A la rencontre du “pays réel”, prenant à bras-le-corps les problèmes locaux, au contact des habitants les plus modestes. Sa popularité est immense.

Pour cela, il est craint par une partie de l’oligarchie corrompue. Encore plus en Occident que dans la chorale “atlantiste” de son pays.

Museler les grands oligarques qui dépassent les bornes, oubliant les intérêts premiers de la nation, ne le fait pas trembler. Le maire de Moscou, Luzhkov, se croyant intouchable du fait de la fortune considérable qu’il avait accumulée, de plus marié à une des femmes milliardaires de Russie, une des plus riches du monde, vient de l’apprendre à ses dépens. Se prenant pour un Grand Duc, voulant parler d’égal à égal avec le président de la Fédération Russe, il vient d’être remplacé par le bras droit de Poutine, le vice-premier ministre Sergey Sobyanim authentique gestionnaire incorruptible.

Les affairistes sentent le vent de la steppe siffler à leurs oreilles…(..)

 

 

A l’invitation souriante de Poutine, peut-être qu’en Russie les putschistes, « atlantistes » de tous poils, devront-ils descendre de leur Cité Radieuse perchée sur la colline, prendre pelles et seaux, pour contribuer à éteindre l’incendie du chaos que prédation et bellicisme des prétendues « élites du Grand Occident » ne cessent de répandre dans le monde ?....


(1) Noam Chomsky...

suite liens

 

http://en.rian.ru/valdai_context/20100908/160517335.html

Source : http://stanechy.over-blog.com/

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article907

 

 

 

Sud. La formidable alternative chinoise

face à l'hydre occidentale prédatrice

arton11739-a8115.jpg

 

Ne vous faites aucune illusion : le Prix Nobel de la Paix, accordé cette année (2010) à Liu Xiaobo, le principal rédacteur de la Charte 08, n’a rien à voir avec les droits de l’homme. Il s’agit d’une opération directement dirigée contre le plus grand système économique et socio-politique de dehors de l’occident.

L’Occident n’est absolument pas intéressé par les droits de l’homme en Chine, ni même ailleurs. Comment pourrait-il l’être alors qu’il les viole sur tous les continents ? Les droits de l’homme servent à camoufler le soutien occidental à tout groupe prêt à confronter, affronter ou détruire tout pays ou état communiste ou socialiste, supposé ou réel.


Le soutien aux droits de l’homme est souvent synonyme d’une ingérence dans les affaires intérieures, d’un acte hostile contre un état souverain ou même d’une violation des droits de l’homme ou de pousser un pays vers la guerre civile. Cette technique a déjà été « mise au point » au Nicaragua, Cuba et Chili, entre autres, et il est employé à présent pour tenter de déstabiliser la Chine.


« Le soutien aux droits de l’homme » a joué un rôle dans la chute de l’Union Soviétique, et a réussi à détruire à un moment donné pratiquement toutes les révolutions ou mouvements populaires en Amérique latine (à l’exception de Cuba) et il a été employé comme justification pour certaines des interventions les plus épouvantables (de l’Occident), dont des actes de meurtre en masse/génocides contre les peuples du Vietnam et du Laos.


Les tactiques employées en leur temps – commencer par discréditer puis ensuite tenter de détruire tous les gouvernements ou mouvements communistes et socialistes, progressistes et nationalistes dont l’Union Soviétique, Cuba, le Nicaragua, la Corée du Nord, le Chili, la Tanzanie, et récemment le Venezuela – sont toujours considérées comme valables. Elles ont même été améliorées depuis (avec encore plus de moyens en personnel et en technologie) et sont plus efficaces que jamais auparavant. Après tout, l’objectif que s’est fixé l’Occident et sa dictature globale est de taille : la Chine - le pays le plus peuplé de la planète.


Le fait que la Chine soit un état historiquement pacifique et qui réussit dans de nombreux domaines rend la tâche plus difficile. Et pour compliquer encore les choses, la Chine viole biens moins les droits de l’homme que tous les alliés occidentaux de la région et certainement beaucoup moins que l’occident lui-même. Après tout, l’occident est (indirectement) impliqué dans les massacres du Congo/RDC (où l’on compte au moins cinq millions de morts), dans la déstabilisation de toute la corne de l’Afrique et de certaines parties de l’Amérique latine ainsi que dans des guerres d’agression contre l’Irak et l’Afghanistan, pour ne citer que quelques unes de ses aventures macabres.


Discréditer la Chine demande de très gros efforts, mais il semblerait qu’aucune tâche ne soit insurmontable aux yeux de ceux qui, en Occident, seraient prêts à sacrifier la planète pour assouvir leur soif de conquête et de pouvoir.

 

Maîtrisant la « langue internationale », dotés de fonds illimités et d’un accès total et du contrôle des médias, les promoteurs de la propagande occidentale sont en train de réussir à déformer les faits et manipuler l’opinion publique. Dans le même temps, la Chine se plie aux règles du jeu en espérant que sa bonne volonté, ses actions et son attitude conciliante lui vaudront quelques amitiés ou alliés. (..)


Les populations occidentales sont de plus en plus hostiles à la Chine mais ce n’est pas parce qu’elles connaissent le pays ou qu’elles le comprennent, mais qu’elle est soumise à un bombardement incessante de propagande. Il y a des dizaines de milliers d’hommes et de femmes dans les médias et les universités dont le seul objectif professionnel est de calomnier la Chine, la discréditer ou d’en dresser un portrait maléfique. S’en prendre à la Chine est devenu un bon métier et un des meilleurs moyens pour obtenir des crédits de recherche ou gravir les échelons dans l’industrie des médias.


L’opinion publique n’a pratiquement aucune source d’information alternative. (..) On n’aura droit qu’aux mêmes mensonges, aux mêmes demi-vérités et aux mêmes clichés assénés mille fois sur la Chine, et sur le monde non-occidental et même sur le monde (autoproclamé « démocratique ») occidental. On n’aura plus besoin de se forger une opinion sur le monde – cette opinion sera concoctée par d’autres et nous sera servie comme un plat cuisiné industriel


Il n’y a pratiquement aucun endroit sur terre qui échappe à la propagande produite par le régime occidental globalisé. En Afrique, où la Chine offre une formidable alternative au pillage occidental (en construisant des écoles, des centres sociaux, des hôpitaux, des bâtiments publics, des routes et des chemins de fer), ils sont nombreux à être profondément reconnaissants envers cet énorme pays communiste qui déclare « vouloir être un ami des pays en voie de développement  » Au Kenya, j’ai entendu les témoignages de centaines de travailleurs sur des projets chinois qui disaient qu’ils avaient été « pour la première fois, traités comme des êtres humains par des étrangers », et qu’ils « n’ont jamais eu à négocier leurs salaires avec les patrons chinois puisque ces derniers offraient trois fois plus qu’ils n’espéraient ». Cependant, plus la Chine s’implique d’une manière positive en Afrique (ou en Océanie ou dans de nombreux endroits de par le monde) plus elle doit subir les sarcasmes et les critiques des médias occidentaux qui déforment et salissent toutes les tentatives pour créer un monde alternatif où la solidarité et l’internationalisme priment sur les intérêts bassement matériels.(..)

 

« Les gens voient de leurs propres yeux ce que la Chine est en train de faire, » explique Mwandawiro Mghanga, ancien député du Kenya et membre de la Commission de Défense et des Relations Internationales, poète et prisonnier politique sous le régime brutal pro-occidental de l’ancien dictateur Moi. « Si vous voyagez à travers le pays, vous verrez des Chinois en train de construire des routes et des bâtiments, des stades et des habitations, des projets qui sont excellents. Ils sont aussi très coopératifs malgré toute la propagande diffusée par l’Occident. Les gens voient ce que la Chine fait réellement et l’apprécient. Mais il y a une grande pression exercée sur le gouvernement kényan pour qu’il cesse sa coopération avec la Chine. En fait, il y a même une grande hostilité envers le Kenya – l’Occident nous punit à cause de nos relations étroites avec la RDC. »


C’est comme ça que ça fonctionne – c’est comme ça que nous régnons « démocratiquement » sur le monde (nous imposons notre volonté, nous corrompons et si nécessaire nous renversons les gouvernements), mais ce n’est pas quelque chose que vous entendrez dans la bouche des politiciens locaux. Et Grands Dieux, n’allez surtout pas associer ces méthodes avec des violations des droits l’homme ou de la démocratie !


Il n’a jamais été question de Prix Nobel pour les hommes et les femmes qui ont résisté à la dictature brutale au Chili. (..) A la place, le Prix Nobel de la Paix a été attribué à Henry Kissinger qui fut l’un des cerveaux du carnage chilien. (..)

 

Peut-être devrions-nous donner le Prix Nobel de la Paix à de pauvres indigènes Papous combattants de la liberté ? Leur pays a été annexé par l’Indonésie avec notre aide pour permettre à nos compagnies minières et forestières de piller le pays à loisir (..) Même les militants des droits de l’homme occidentaux ont admis que 100.000 Papous ont été massacrés à ce jour. Récompenser un Papou avec un Prix Nobel de la Paix ? Vous voulez être définitivement banni des médias de masse occidentaux ou quoi ? (..)


En toute logique, la grande et pacifique Chine représente un danger pour l'expansionnisme occidental.


L’Occident panique. Une panique qui vire à l’hystérie. Il ne sait plus quoi faire. Les responsables occidentaux ont eu recours aux mêmes techniques de sape contre la Chine que celles employées contre le Chili en 1973 ou en Indonésie en 1965. Ils la provoquent et l’acculent dans un coin comme ils l’ont fait avec l’Union Soviétique et Cuba. Ils tentent de disséminer la propagande, de discréditer le système à ’lintérieur comme à l’extérieur. Ils tentent des interventions et des infiltrations ; ils tentent les pots-de-vin. Ils tentent d’isoler la Chine, en attirant la Mongolie et ses voisins dans leur sphère d’influence. Ils tentent même de convaincre le Vietnam d’adopter une attitude agressive envers son énorme voisin. Rien ne marche.


Il s’agit d’un jeu où tous les coups sont permis et qui est extrêmement dangereux. Son objectif est d’isoler la Chine, de la provoquer pour enfin la briser, de préférence de l’intérieur.


Mais l’Occident a affaire à une des plus grandes cultures de la terre, qui a plus de 5000 ans d’histoire. Il a affaire à des esprits brillants, des intellectuels et des stratèges – des gens avec qui il ne s’est jamais encore confronté.


Mais plus significatif est que le Dragon chinois refuse la confrontation. Il prête l’oreille à tous ces aboiements autour de ses chevilles, aux provocateurs et aux manipulateurs qui ont régné sur le monde pendant des siècles et qui d’un seul coup se rendent compte qu’ils peuvent perdre. Le Dragon chinois écoute poliment mais poursuit son chemin, certaine de ses choix. Des choix dont l’objectif principal est de sortir tous ses citoyens de la pauvreté et, en faisant cela, montrer l’exemple au reste du monde opprimé comment il a pu se redresser après des siècles de soumission aux colonisateurs occidentaux.


Malgré quelques erreur, l’expérience chinoise est fondée sur la solidarité. Une grande majorité de ses citoyens la soutiennent et cela suffit pour démontrer le caractère profondément démocratique du processus. C’est comme ça que la majorité des Chinois pensent et il n’y a que cela qui compte.


La Chine n’obéira plus jamais aux ordres des marionnettistes de l’Occident. Elle a déjà été envahie, divisée, pillée et violée. Une majorité de la population ne fera plus jamais confiance aux formules occidentales. La Chine a son propre système et si son peuple pense qu’il faut le modifier, ils feront en sorte que le changement s’effectue à leur propre rythme. Ils n’auront pas besoin d’occidentaux pour leur dire quand et comment procéder. (..)


La colère de l’Occident se comprend. Pour la première fois, ses armes, sa propagande et ses tactiques de déstabilisation semblent inefficaces et impuissants. Ils n’ont apparemment pas la capacité ni de conquérir la Chine, ni de la briser. Les tentatives ont été nombreuses : lisez les livres chinois traduits et publiés en Occident : ils sont écrits à 99% par des « dissidents » (en anglais, ce sont pratiquement les seuls à être traduits). Mais ça ne marche toujours pas – la Chine est unie et en paix. L’ancienne colonie de Hong-Kong, aigrie et de plus en plus anachronique, s’est vu autorisée (par l’Occident) de forger l’opinion des étrangers sur un pays de 1,4 milliards d’habitants. Il est de notoriété publique que les librairies de Hong-Kong, particulièrement celles situées dans l’aéroport, ne proposent que de la propagande anti-chinoise. (..)

 


La Chine est patiente. Elle est même scandaleusement patiente. L’Occident ne tolérerait jamais de telles ingérences. Imaginez une Chine Communiste qui d’un seul coup, et ouvertement, soutiendrait un Parti Communiste aux États-Unis qui planifierait le renversement du système politique US. Aux États-Unis et en Europe, de centaines de personnes se retrouvent en prison pour bien moins que ça. (..)


Il semblerait que les citoyens en Europe et en Amérique du Nord sont habitués à de telles injustices commises (par eux) envers n’importe quel pays au monde, mais qu’ils se mettraient à hurler au meurtre s’ils en étaient les victimes. La Chine semble consciente de cette pathologie mentale (Gustav Jung a écrit de nombreux essais sur ce sujet) qui régne en Occident – à savoir son incapacité de restreindre son désir de contrôler et de dominer le monde. A tous points de vue, la Chine est très patiente et compréhensive, du moins pour le moment. Elle comprend que l’Occident est incapable de contrôler son désir de domination globale. Mais il doit exister une limite. Toutes les tentatives visant à déstabiliser le pays se heurteront à la résistance déterminée du Dragon qui n’hésitera pas, si nécessaire, à défendre son peuple et son territoire.


Attribuer un Prix Nobel de la Paix (1,5 millions de dollars puisés des fonds de l’inventeur de la dynamite) à une figure de l’opposition chinoise est grotesque. Il y a des milliers de personnes qui résistent à la terreur occidentale partout dans le monde. C’est eux qu’il faudrait récompenser en priorité. Ne hurlons pas « un cafard dans la cuisine du voisin » alors que nous vivons nous-mêmes dans une porcherie.


André VLTCHEK

écrivain, metteur en scène et journaliste. Auteur de plusieurs livres (romans et essais). Son dernier roman, « Point de non retour » vient d’être traduit en français.


http://andrevltchek.weebly.com/

Traduction VD pour le Grand Soir

http://www.legrandsoir.info/L-Occident-ameliore-ses-techniques-pour-agresser-la-Chine.html
.
Lire aussi:
 http://www.alterinfo.net/La-Chine-change-de-cap_a50935.html
.
.
A lire :
Les trois scénarios du chaos à venir: Rampant, contrôlé, incontrôlable
Refusez le budget militaire 2011 au service des guerres de l'OTAN
Réquisitions:Dans les banques,c’est quand ? - Appel pour une enquête sur la crise
 Pourquoi nous ne céderons pas - Sarkozy casseur - TRACT couleur
.
Résister:
 
 
Repost 0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 12:20

 

 

Note à mes Lecteurs et à mes Lectrices : J'ouvre ce post pour y placer au fur et à mesure les liens qu'à mon avis il faut lire, pour la qualité des analyses ou des dossiers, les propositions avancées, l'intérêt présenté par l'information donnée.... Bonne lecture, votre eva. N.B. : Cliquer sur les liens. Les couleurs des liens ne sont pas de mon fait, ni la présentation: Impossible de travailler correctement avec Mozilla Firefox, c'est une horreur depuis qu'on me l'a installé sans demander mon avis !

 


...
(wikimedia commons - La liberté guidant le peuple- Eugène Delacroix)

 

 

- attaque contre l'euro et démantèlement de l'union européenne

- Aymeric Chauprade nous présente en 4 Volets l'Afghanistan.

- L'inévitable krach

- Programme révolutionnaire cherche homme et parti pour l'incarner 

- Noam Chomsky: Les Etats-Unis sont le plus grand terroriste du monde

   http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14510

- Hugo Chavez a dénoncé un plan militaire contre le Vénézuela

   http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14517 

- Nouvelles prévisions catastrophiste de Gerald Celente. 

- Un scandale étouffé: Les armes à l'uranium appauvri

- Le communisme renaît à l'est de l'Europe...

- Hitler plutôt que le Front Populaire

- Les avocats de 36 pays portent plainte contre le régime sioniste

- "Le travail du journaliste" : un texte prophétique qui date du 25 septembre 1880


Assassinat d’Hariri : La patte d’Israël

- Assassinat d’Hariri : La patte d’Israël 

- Alerte ! Criminalisation des mouvements sociaux et politiques (Canada)    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19975

- L'Egypte ou la pyramide renversée (de Nasser à Moubarak)

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20256

 

.

Alerte ! Bientôt tous puçés,même via nos vêtements ! Big Brother triomphe !

L'Amérique dont on ne vous parle pas: Ses interventions militaires partout

Les Médias ne parlent jamais des vraies intentions de Sarkozy: Détricoter le programme du CNR

L'homme sur la lune : Une imposture américaine (et des médias) de plus ?

Petit voyage dans le monde des amis de Sarkozy, Woerth à Chantill

Et si on devenait tous paysans ?? - Consommer... la vie ! (Pierre Rabhi)

L’IRAK AN VII : Chronique d’un pays en miettes

Qui se souvient encore que Sarko est mouillé AUSSI dans le Karachigate ?

Sarkozy a besoin de la violence des banlieues pour se faire réélire

Alerte! Tendance à criminaliser de + en + mouvements sociaux et politiques

Mort de M. Germaneau: La responsabilité de Sarkozy tue par les Médias

 

(sur mes blogs)

 

emeutes.jpg

 

 

 

Je vous conseille de lire cet article,

et de le relayer PARTOUT !

La vérité doit éclater,

elle passera par les internautes:


Alerte ! Fallujah pire qu'Hiroshima ! Ce que l'on nous cache est terrible !

(Cliquer sur le lien)

 

(JPG)

 

 

Et voici mon dernier article, d'opinion celui-ci,

 

Lettre ouverte d'eva R-sistons aux Palestiniens: La condition de la victoire

(cliquer sur le lien)

 

 

  _salah_hamouri-j.jpg

 

N'oublions pas Salah Hamouri, le jeune Franco-Palestinien en prison pour des "intentions" qu'on lui a prêtées (nouveau délit !), dont Sarkozy, le valet du CRIF, se désintéresse ! eva 

 


Dette publique : Mort des nations contre richesse des nations

.

http://www.alterinfo.net/Dette-publique-Mort-des-nations-contre-richesse-des-nations_a48474.html 

 

 

Les organisations syndicales françaises appellent à une grande journée de grève le 7 Septembre contre la réforme des régimes de retraite.

 

 

7 Septembre 2010: Journée Internationale d’Action

La Fédération Syndicale Mondiale – FSM- appelle le mouvement syndical et les organisations progressistes du monde à agir pour participer en se joignant à nous le 7 Septembre 2010 pour participer à cette journée d’action.

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article758

 

 

 

 

Une survivante d’inceste a révélé l’existence des Illuminati satanistes (extraits) 

 

L'affaire Dutroux, en Belgique n'est que l'arrestation (et encore, difficile !), d'un rabatteur de bas niveau et cache l'essentiel d'un trafic pour "honorables" personnalités de haut rang, voire de très très haut rang. 

 

Lire ici:

http://sos-crise.over-blog.com/article-trafics-d-humains-pour-honorables-personnalites-dutroux-simple-rabatteur-54570058.html

 

 

bourrage-crane.jpgVoix-de-son-maitre-copie-1.jpg


 

Un comportement inadmissible:

Le commandant militaire israélien de la Cisjordanie, le général Gadi Shamni, a reçu une lettre contenant des menaces de mort de la part de colons extrémistes, annonce, jeudi 4 juin, la radio militaire Galatz. Dans ce courrier, le général, responsable notamment d'avoir démantelé quelques petites colonies sauvages ces dernières semaines, est accusé dêtre "contaminé par l'antisémitisme et la haine des juifs" et qualifié de "fils de Satan" ainsi que de "suppôt du nazisme".

 

suite ici :  http://www.juif.org/go-news-99781.php

 

 

Roumanie: Qu'y font les Israéliens ?

 

Le major B., un pilote vétéran de l’escadron 118 de l’armée de l’air israélienne, escadron connu sous le nom « oiseaux de nuit », survolait les montagnes des Carpates, lundi, dans ce qui était censé être un vol d’entraînement intense, mais également de routine. (..)

« Nous ne pouvions pas recevoir de mission plus complexe, » dit-il. « Nous avons eu à coopérer avec des militaires étrangers, voler en terrain difficile, dans des vastes zones que nous ne connaissions pas, et où le temps change tout le temps. Cela nous oblige à fonctionner de la meilleure manière possible. »
 « Nous savions que ce que nous faisions était nécessaire, et avons aidé à faire ce que devait être fait, » a-t-il ajouté.
http://www.juif.org/defense-israel/134312,sur-la-tragedie-en-roumanie-ils-etaient-nos-amis.php
Et voici 2 commentaires :

        - Comprend pas israel faire des manoeuvres militaires dans un pays antisemite on devrait les laisser dans leur misere ces cons de roumains quils restent dans leur pauvreté helas ce pays que j ai jamais aimé auparavent me degoute encore plus maintenant, meme entre eux ils savent pas se blairer faut voir comment les gens du voyage la bas sont persecutés
        -  Incroyable,qu'avons nous fait aux roumains pour générer une telle haine,je suis sur que la plupart,des vieux apparemment,n'ont jamais vu d'Israéliens et n'imaginent les juifs qu'en pyjamas rayés!Alors les imaginer en treillis ça a du les terroriser les pauvres vieux cons de paysans dégénérés du fin fond des Carpates.Et ils imaginent qu'on vient bouffer leur petit pays de merde?Non mais ils se sont regardé?Ils se prennent pour une puissance mondiale c'est ça?Production?Des sauvages a moitié dingues,3 poireaux,4 choux et des patates?Qu'ils la gardent leur steppe vide de tout.Ils pourront continuer a se bourrer la gueule comme ils le font depuis leur naissance.Et qu'ils sachent bien...Ils n'intéressent personne!
http://www.juif.org/defense-israel/134312,sur-la-tragedie-en-roumanie-ils-etaient-nos-amis.php

 

Guerre Liban bientôt ?


finul-liban-troupes-fra-esp-ita.jpg

Liban en danger: Bientôt attaqué ? Casques Bleus Finul: Quelle mission ? (Cliquer sur le lien, article sur mon blog No-War).

Soldats français de la FINUL (Liban)

Lire aussi (Liban) :  

Par ailleurs, le Tribunal spécial pour le Liban, créé par le Conseil de Sécurité – dont on connaît l'indulgence à l’égard d’Israël – s’efforce de lancer des accusations volontairement provocatrices à l'encontre du Hezbollah, au sujet de l’assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri (assassinat dont les présumés coupables varient selon les besoins de la politique d’USraël). (..) Le but est d’isoler le Hezbollah afin de permettre une agression israélienne,  qui sera alors présentée comme un conflit Israël - Iran par Hezbollah interposé.
On reconnaît là le procédé bien connu : Israël menace, Sarkozy relaie et amplifie la menace  (..)  Une agression contre le Liban pourrait s’étendre à toute la région,  jusqu’à  l’Iran, véritable cible d’USraël et de son complice Sarkozy.
Ainsi, la France pourrait se retrouver entraînée dans une guerre aux conséquences incalculables. Une guerre qui ne serait certainement pas celle de ces millions de Français qui se débattent dans la crise économique, mais une guerre pour Tel Aviv, voulue par son lobby sioniste en France.

http://www.partiantisioniste.com/communications/menaces-de-guerre-au-liban-0469.html

 

Eva R-sistons:

Les Médias, en particulier France24 d'Ockrent (femme de... Kouchner !) parlant de l'assassinat de Hariri, après le dédouanement du Syrien Assad (l'accusation, évidemment fausse, puisque c'est la CIA et le Mossad qui ont orchestré cette mort, avait servi à obliger les Syriens à quitter le Liban) évoquent maintenant le Hezbollah (nouvelle cible bien commode pour se débarrasser de celui-ci, et fournir un prétexte pour attaquer à nouveau le Liban) et les conflits inter-ethniques. Hé non, Mme Ockrent (sioniste, "cliente" du Bilderberg), les vrais coupables sont vos zamis usraéliens, pas le Président de Syrie, le Hezbollah, les conflits inter-ethniques !

 

 

Vincent Reynouard nous offre une conférence extraordinaire et déchirante sur l'uranium appauvri, cet empoisonnement organisé.

 

.

 

Partie 3

 

Partie 4

 

Partie 5

 

http://changementclimatique.over-blog.com/article-un-scandale-etouffe-les-a-armes-a-l-uranium-appauvri-54307097.html

 

 

Ils font tout pour déclencher

une guerre nucléaire, ces ordures !

Sur mon blog No-War:

 

Sur mes autres blogs,

 

 

 

 

 

 

Quelques images du pays que l'Empire s'apprête à détruire comme l'Irak, avec sa culture. eva R-sistons à l'intolérable


http://www.ameinfo.com/static/images/countryguides/gallery/iran-1.jpg

www.ameinfo.com/iran/

 

http://www.resimlerden.com/iran/iran.jpg

www.must-web.com/Photos-Images/iran-resimleri...

 

http://www.3jokes.com/images/2008/Data50/IRAN/3Jokes_Iran%20(15).jpg

 

www.3jokes.com/images/2008/07/iran_photos_1.htm

 

"L'autre" Iran, les vraies déclarations d'Ahmadinejad, ses discours à l'ONU

Des vérités à savoir sur l'Iran, sur Ahmadinejad, sur les paroles prononcées (Cliquer sur le lien)  

et pour Ahmadinejad, la guerre contre l'Iran devrait avoir lieu en novembre (article sur le même lien)

 

 

A suivre...

Repost 0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 13:56

colombe-globe-cigalette.jpg

 

 

"Sans cesse épris d'un dessin sublime..."

Paroles d'Eva

pour  temps de toujours, 

mais surtout pour temps difficiles.

Confidences...

 

 

Mes amis,

 

je viens de rentrer de déplacement,

en attendant de publier à nouveau,

je trouve dans ma boîte courriels

ce poème de Victor Hugo,

il a bercé mon enfance

sous le titre "VIVRE".

Oui cela me ramène des années en arrière,

à l'adolescence, à l'âge où l'on s'entichait des vedettes.

Moi je m'entichais de Victor Hugo.   

 

C'était mon texte préféré,

je l'avais accroché au-dessus de mon lit,

et je n'avais qu'une idée en tête:

Le but sublime.

Pour moi, il passait alors

par le service des lépreux avec le Dr Schweitzer,

par le service des plus malheureux, des plus souffrants,

des plus rejetés, des plus délaissés...

Je voulais leur offrir ma vie, mais hélas

j'étais nulle en maths, et pour être médecin

il fallait être fort dans cette discipline.

Or j'étais bonne en gym, en dessin, et en Français,

mais je me fermais à la géométrie et à l'algèbre

comme une huître importunée.

 

Vocations contrariées,

la danse à l'Opéra par ma mère,

le dessin de mode par moi-même qui n'aimait pas la couture,

et le service des lépreux par mon incapacité

à comprendre les Maths.

Voilà comment je me suis retrouvée

dans la section Belles Lettres,

non pour y enseigner mais comme tremplin

à la carrière de journaliste,

journaliste parce que je suis curieuse, ouverte,

universaliste bien sûr.

Aveu: Aujourd'hui,

je ne pourrais plus exercer ce beau métier.

Pour diffuser l'info officielle ?

Pour me faire l'écho des projets des puissants ?

Pour désinformer ou mentir ?

NON !  

 

L'info aujourd'hui ? La contre-info, Internet.

Boycottez les Médias officiels ou courtisans !

 

Si je devais refaire ma vie, ce serait autour

du plus beau des programmes, double:

Un grand Amour ET un grand dessein,

 au service des autres bien sûr,

à deux au service des plus malheureux.

 

Aujourd'hui, la politique est avilie,

les idéaux s'estompent.

Mais à vous qui êtes jeune,

je vous dis, comme Hugo:

Soyez épris d'un but sublime,

et ne cédez pas face à l'intolérable.

Soyez comme un chêne, ne pliez jamais

face à l'adversité, ne laissez pas

les événements vous dominer,

mais dominez-les.

En poursuivant toujours ce qui est beau,

Amour et service de l'autre.  

 

Que ce poème soit gravé dans votre coeur,

qu'il soit un phare pour votre existence !

 

Votre eva  

 

  

 

     Vivre, poème de Victor Hugo

 

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent

 

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l'âme et le front,
Ceux qui d'un haut destin gravissent l'âpre cime,
Ceux qui marchent pensifs, épris d'un but sublime,
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour.
C'est le prophète saint prosterné devant l'arche,
C'est le travailleur, pâtre, ouvrier, patriarche,
Ceux dont le coeur est bon, ceux dont les jours sont pleins.
Ceux-là vivent, Seigneur! les autres, je les plains.
Car de son vague ennui le néant les enivre,
Car le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.

 

Victor Hugo, Les Châtiments / L'homme a ri (extrait)

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/06/20/18362921.html

(un de mes blogs préférés, qu'on se le dise !)

 
Derniers messages de ce blog :

 

 

suez1Une armada de navires américains et israéliens

se dirigent vers l'Iran

 

Douze navires de guerre américains et israéliens, dont deux porte-avions, ont franchi le Canal de Suez vendredi et se dirigent vers la mer Rouge, itinéraire le plus direct vers le golfe Persique depuis la méditerranée, et dont l’objectif serait d’acheminer des troupes, des munitions et des véhicules blindés, dans cadre d’ultimes préparatifs avant d’engager un conflit militaire avec l’Iran.

 

Aucun média occidental n’a pour l’heure relayé cette information, pourtant confirmée par le journal israélien Haaretz, qui indique que plusieurs milliers de soldats égyptiens ont été déployés le long du canal de Suez, de sorte à veiller à la « sécurité du passage des navires ».

Selon la version anglaise du quotidien hébreu Yedioth Ahronoth, le trafic dans le canal a été interrompu pendant plusieurs heures pour permettre le passage des navires de guerres, de même que la totalité des activités de pêche dans la zone ont été arrêtées ainsi que la circulation sur les ponts au-dessus du canal. Le Yedioth ajoute, en citant le général égyptien Amin Radi, qu’Israël « ne désire une guerre avec l’Iran que pour rester l’unique puissance nucléaire de la région ».

Des membres de l’opposition égyptienne ont critiqué le gouvernement Moubarak pour sa coopération avec les États-Unis et les forces israéliennes, et permettre le passage de ces navires dans les eaux territoriales égyptiennes.

Des députés du parti politique des Frères Musulmans ont également indiqués qu’ils considéraient l’événement comme une allégeance de plus du président Hosni Moubarak envers l’État juif et les États-Unis, et que la participation égyptienne à ces préparatifs de guerre étaient « un scandale international ». Ces députés ont encore ajouté qu’ils ne comptaient pas « s’asseoir les bras croisés » pendant que « le pays collabore a une guerre contre l’Iran ».

Le 12 juin dernier, le Sunday Times avait révélé qu’Israël avait la permission de l’Arabie saoudite d’utiliser son espace aérien pour attaquer l’Iran.  « Dans la semaine qui a suivit les nouvelles sanctions imposée par le Conseil de sécurité de l’ONU à Téhéran, Riyad a accepté de permettre à Israël d’utiliser un couloir étroit de son espace aérien dans le nord du pays pour raccourcir la distance pour un bombardement de l’Iran », indique le journal. Une information catégoriquement démentie deux jours plus tard par l’ambassadeur d’Arabie saoudite au Royaume-Uni, le Prince Mohammed ben Nawaf.

Interrogé par le Teheran Times, le ministre de la Défense iranienne, Ahmad Vahidi, a indiqué que « Les Américains nous ont dit qu’ils allaient utiliser toutes les options contre l’Iran, nous vous annonçons que nous allons, nous aussi, utiliser toutes les options pour nous défendre ».

Spencer Delane, pour  Mecanopolis

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=13663 

Lire aussi ce point de vue sur la question,

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4615 

 

Comme nous l'avons déjà dit, "ils" utilisent toujours les grands événements comme le Mondial de foot (du 11 juin au 11 juillet !), pour faire leurs sales coups.

Nous verrions bien une attaque lancées le 11 juillet... L'Histoire retiendra-t-elle cette date comme ayant été le début de la 3e guerre mondiale ?

En tous cas, les grands médias les y aident bien en se focalisant sur des "informations-poubelle"...

http://www.mecanopolis.org/?p=18191&type=1 - artemisia-college.org

 

 

 

Vers un Sarkogate ?  

En tant que lecteur, c'est le grand bonheur de la semaine, on ne s'en lasse pas : lire les conversations privées de Liliane Bettencourt, sur le site de Mediapart, ou dans le Point de la semaine, c'est entrer dans un univers balzacien, ou plutôt simenonien, où tout est vrai : c'est dur, méchant, impitoyable pour tous les protagonistes. Du jamais lu nulle part. Et en prime, on y découvre comment Eric Woerth, en tant que ministre du budget, traitait avec les milliardaires : la propriétaire de l'Oréal a-t-elle vraiment du engager sa femme, sur demande du ministre, pour gérer sa fortune ? Madame Woerth  a-t-elle aidé à favoriser l'évasion fiscale que combat officiellement son mari ? Eric Woerth se contente de démentir, c'est un peu léger comme réaction.  

 

suite ici: 

http://claude-soula.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/06/18/liliane-bettencourt-quand-l-information-prend-tous-les-droit.html    

 

 

 

 valmy-moulin-j-copie-2.jpg 

Comité Valmy    www.comite-valmy.org     

 

info@comite-valmy.org


                                               Nouveautés
         
Entretien avec Jacques Sapir: la mort annoncée de l'euro, une bonne nouvelle pour la Russie?
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article707

             Honneur, Patrie, mensonge et radio publique! - Frédérik Brandi
             + Voix et relais de la France Libre: les "Français parlent aux Français" la BBC
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article705

             Célébration du 70 éme anniversaire du 18 juin 1940 à Pékin - F. de la Chevalerie
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article704

             Lettre ouverte à Dominique de Villepin  - par Francis Choisel
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article703

             "Feu vert" de l'ONU à une attaque préventive américano-israélienne contre l'Iran? par M Chossudovsky
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article702

             Autour de la notion de "Développement durable" - par Serge Portejoie
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article696

             Congrès du PCF... Ce que pensent les communistes de Vénissieux
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article698

             Congrès du PCF : contribution collective des communistes du Pas de Calais
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article706

             Flotille de Gaza: les citoyens du monde doivent réagir là où les gouvernements ont échoué - Stéphane Hessel
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article701

             Pourquoi nos "élites" ignorent-elles que le PIB double en 40 ans? Jean François Autier et Michel Peyret
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article700

             Chavez pointe le cynisme des sanctions contre l'Iran - RIA Novosti
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article699

             Perses et Ottomans au XXIème siècle - Par Comaguer
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article697

             Ce que signifie Monsieur Van Rompuy - par Christian Darlot
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article694

             Unir dans l'action tous les communistes de France - André Gérin
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article693

             Daniel Estulin: dénonciation du Groupe de Bilderberg au Parlement européen
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article692

             Le Pentagone des démocrates: la guerre est là mais elle ne se voit pas - Manlio Dinucci
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article695

             L'ÉTÉ 40, IL Y A 70 ans: le 18 juin (5) - Jean Lévy
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve377

             L'ETE 40, il y a 70 ans: du 15 au 17 juin (4) - Jean Lévy
            
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve374
      

 

La réforme des retraites, la trahison du peuple français

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=13666

 

 

                  
                   Le football à l'israélienne :

 

Je viens de recevoir ces règles du jeu de championnat de football au Moyen Orient... et ça m'a bien fait rire :

Règles du jeu de Foot au Proche-Orient

Règle n°1 : Les Israéliens ont le droit de jouer sur les deux parties du terrain ; en revanche, les Palestiniens joueront uniquement sur la leur.

 

Règle n°2 : Pour des raisons de sécurité, il est interdit aux Palestiniens de faire des passes au sein de leur équipe, le ballon étant en effet susceptible de blesser un joueur israélien.

 

Règle n°3 : Il n’y aura pas de cage de buts sur le terrain israélien.

 

Règle n°4 : l’équipe israélienne est autorisée à marquer un but à n’importe quel moment, y compris à la mi-temps.

 

Règle n°5 : Aucun supporter palestinien ne sera admis parmi les spectateurs. Seule l’équipe israélienne a le droit d’être supportée.

 

Règle n°6 : C’est aux Israéliens de choisir les journalistes de la presse sportive et le contenu de leurs articles.

 

Règle n°7 : L’équipe israélienne encourage les joueurs palestiniens à marquer des buts dans leur cage. Ceux qui s’y refuseront seront qualifiés de terroristes et seront interdits de jeu.

 

Règle n°8 : Les joueurs palestiniens sont autorisés à quitter le terrain ; il leur est en revanche impossible d’y retourner, mais ils peuvent se faire remplacer par des joueurs israéliens.

 

Règle n°9 : L’équipe israélienne choisit les arbitres et elle leur indique là où ils doivent regarder.

 

Règle n°10 : Le capitaine de l’équipe palestinienne sera nommé par l’équipe adverse.

 

Règle n°11 : Ni les fautes des Israéliens, ni les exploits des Palestiniens ne pourront être retransmis à la télévision.

 

Règle n°12 : Israel est autorisé à récupérer l’argent donné par les sponsors des clubs palestiniens.

 

Règle n°13 : Seuls les joueurs israéliens ont droit à des rafraîchissements.

 

Règle n°14 : L’équipe palestinienne devra jouer où et quand Israel le décidera.

Règle n°15 : Naturellement, ces règles ne valent que pour les Palestiniens. L’équipe israélienne est autorisée à changer les règles à tout moment. Il n’est pas nécessaire d’avertir les Palestiniens des changements.

 

 

Auteur : anonyme

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=13661

 

 

 arton4618-867cf.jpg

 

Stephane Hessel appelle au boycott d’Israël

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4618

 

 

Le tortionnaire de la Bataille d'Alger est mort

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4620 

 

Armée1.jpg

http://laplote.over-blog.fr/ext/http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

 

 

A cause de l’occupation marocaine du Sahara Occidental, 165.000 Sahraouis vivent l’exil dans le désert algérien. Pendant que les réfugiés souffrent de malnutrition, le Maroc vend illégalement leur poisson à l’Union (...) 

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4615 

 

 

Un monde au syndrôme de haine,

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4612

 

                                     Mossadegh, Ahmadinejad : 60 ans après, l’histoire se répète

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4609

 

 

 

Nous devenons des "individus-crêpes"  

 

Plusieurs articles, parus notamment dans la presse américaine, parfois traduits en français, ont entrepris de décrire et d’analyser l’influence des nouvelles technologies (Internet, SMS, flux RSS, Facebook, Tweeter, disponibles sur les PDA, téléphones portables et autres iPhone et iPad) sur notre comportement (voir Is Google Making Us Stupid?, Hooked on Gadgets, and Paying a Mental Price et An Ugly Toll of Technology: Impatience and Forgetfulness). Leurs conclusions sont véritablement effarantes – pour ne pas dire effrayantes – tant les changements induits semblent profonds et irréversibles.
  
  
Êtes-vous encore capable de lire un livre ?
  
Tout commence par un simple constat : « Depuis que j’utilise Internet de façon assez intensive, j’ai de plus en plus de mal à me concentrer pour lire un article un peu long, a fortiori un livre. » Sur Internet, on zappe d’une page à une autre, d’un article à une autre, en s’interrompant de temps à autre pour jeter un œil sur un mail qui vient d’arriver ou un SMS qu’on vient de recevoir … rien d’extraordinaire ni d’inquiétant en apparence. Mais, insensiblement, notre rapport au monde extérieur a été modifié.
  

Si l’on prend un peu de recul, advancedmatrixphp.gifon se rend compte que notre capacité d’analyse, notre habileté intellectuelle à manier des concepts, des idées, des raisonnements complexes, est érodée par ce flux d’informations qui nous « bombarde » en permanence. L’explication de cette évolution est très simple : chaque information nouvelle stimule chez nous un réflexe primitif, celui du chasseur qui a vu « quelque chose bouger dans le buisson », qui nous pousse à réagir en priorité à la sollicitation immédiate.

  
L’envie de lire le dernier mail ou le dernier SMS qui vient d’arriver sur notre iPhone et s’est signalé par un message sonore ou visuel est donc quasiment irrésistible : nous interrompons l’article que nous sommes en train de lire, la conversation que nous tenons, pour concentrer notre attention sur l’élément d’information le plus récent qui, dans 95 % des cas, n’a qu’une importance très relative.
  
Les implications de ce comportement sont beaucoup plus importantes qu’on ne le perçoit : les nouveaux médias reconfigurent non seulement notre comportement et nos habitudes mais également notre cerveau. Celui-ci ne pense plus « comme avant » : il est de moins en moins capable d’effectuer le travail de synthèse, de réflexion maturée, de « pensée profonde », fruit de la « configuration » auquel la lecture de longue durée avait abouti

suite ici:

http://lalettredulundi.fr/2010/06/20/welcome-to-the-machine/

 

 

Guerre civile en France : De Villepin dispose de plus de fonds que Sarkozy pour 2012, de sources musulmanes tres fiables .

 

Sur mon blog eva-désinformation,

Liste complète

 

Olivier Delamarche, ancien trader, parle sans langue de bois :

http://www.dailymotion.com/video/xdpz7d_olivier-delamarche-17juin2010-bfm_news (5 mn)

 

 

On nous signale :

La télévision La Locale propose de diffuser des vidéos libres de droits sur des sujets qui passent difficilement ou pas du tout dans les grands médias.
La Locale est diffusée nationalement via l'ADSL sur un réseau qui regroupe 8 millions de connections :
- Free, canal 206.
- Bouygues, canal 168.
- Le Neuf, canal 335.
- Alice, canal 406.
Donc si vous avez des vidéos déjà disponibles que vous voulez envoyer ou que vous voulez proposer vos propres réalisations vous pouvez joindre le directeur de la chaîne au 06 22 32 49 59 .
Image Locale Multimedia - 13 rue Gambetta - 93500 Pantin

 

artemisia-college.org

 

 

 

Sélection de liens à venir

Repost 0
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 08:24


3 textes essentiels pour comprendre notre monde:


Iran-monument.jpg
Au-delà des attaques, que penser de l'Iran?
Quelle est la situation géopolitique aujourd'hui?


Que doit faire Ahmadinejad
pour recevoir le prix Nobel?


SERIE « COMPRENDRE LE MONDE MUSULMAN » : L’IRAN

INTERVIEW DE MOHAMED HASSAN

PAR MICHEL COLLON ET GREGOIRE LALIEU

 

La menace iranienne gronde-t-elle aux portes de l’Occident? Les élections étaient-elles truquées? Quels en étaient les véritables enjeux? Pourquoi les Etats-Unis ont-ils soutenu le mouvement d’opposition? Pour notre dossier “Comprendre le monde musulman”, Mohamed Hassan répond à ces questions. Le spécialiste éclaire les différentes forces qui s’affrontent en Iran, pourquoi Ahmadinejad fait si souvent la une des journaux et comment la république islamique pèsera sur l’avenir de l’empire US, affaibli.

 



Les médias nous disent que l’Iran est une grande menace. A preuve les déclarations d’Ahmadinejad sur Israël et son programme nucléaire. L’Iran est-il réellement un pays dangereux ?


Tout d’abord, vous devez savoir que ce fameux programme nucléaire a débuté à l’époque du régime précédent, celui du Chah. Avec le soutien des Etats-Unis ! De plus, une campagne est menée par les opposants d’Ahmadinejad à l’intérieur et à l’extérieur du pays, prétendant que l’Iran veut entrer en guerre avec Israël. C’est faux. L’Iran ne veut entrer en confrontation avec personne. Il veut juste affirmer sa souveraineté nationale. L’enjeu nucléaire doit être abordé sous cet angle. Pour le peuple iranien, c’est une question de droit à l’auto-détermination. 




Mais Israël se dit menacé. Car Ahmadinejad nie l’Holocauste, non ?


Non. Il a reconnu que l’Holocauste était un événement terrible mais il a surtout souligné le fait que les personnes qui ont commis ce génocide n’en ont pas payé le prix alors que les Palestiniens l’ont fait. Durant la Première Guerre mondiale, l’Allemagne a attaqué ses voisins et en a payé le prix. Par exemple, la Belgique a été dédommagée par l’Allemagne.


Quelle est la vraie position d’Ahmadinejad ? Il dit que pour établir quelles sont les personnes responsables de l’Holocauste et les faire payer, nous devons étudier cet événement tragique et rendre ce débat public. Cet élément essentiel est caché par la campagne anti-Ahmadinejad : certaines personnes lui posent des questions et puis sortent ses réponses de leur contexte. De plus, la question de la responsabilité dans l’Holocauste est devenue un tabou. Toute cette propagande contre Ahmadinejad vise à déstabiliser l’Iran.

 


Pourquoi ?


Noam Chomsky a expliqué dans son livre The Fateful Triangle comment Israël, à l’époque du Chah, voulait construire une alliance avec l’Iran, la Turquie et l’Ethiopie pour briser le nationalisme arabe dans la région. Aujourd’hui, Israël voudrait que l’Iran soit dirigé par un gouvernement complaisant.
L’objectif immédiat de la campagne contre Ahmadinejad, c’est de faire cesser les relations entre l’Iran d’un côté, et le Hezbollah et le Hamas de l’autre. Cela consoliderait la position d’Israël sur deux points. D’abord, les pays pro-occidentaux de la région en bons termes avec Israël (comme l’Egypte ou la Jordanie) seraient renforcés. Ensuite, en Palestine, la position d’Abbas serait confortée et les éléments qui veulent résister à Israël seraient affaiblis. Voilà les raisons de la campagne israélienne contre Ahmadinejad.

 


La question palestinienne et le programme nucléaire n’ont-ils pas servi de prétextes électoraux à Ahmadinejad pour rallier la population autour de sentiments nationalistes ?


C’est ce qu’ont aussi prétendu certains opposants d’Ahmadinejad durant la campagne. Bien sûr, le peuple iranien, qui a connu les privations avec le Chah, a de la solidarité pour les Palestiniens. Mais ça ne pouvait être un élément crucial pour déterminer le résultat des élections : ce n’est pas la Palestine qui va donner du travail et à manger aux Iraniens. En fait, la vision politique d’Ahmadinejad porte sur l’Etat : pour lui, il doit tout contrôler. C’est pour cela qu’il a été élu par les travailleurs, les paysans et les ouvriers des villes : ces personnes bénéficient de l’intervention de l’Etat et de sa politique économique. Par contre, les réformistes comme Moussavi (qui était soutenu par l’Occident) ne sont pas d’accord avec cette vision.



Quelle est leur position ?


Ces réformistes proviennent de ce qu’on appelle la « bourgeoisie du Bazar », une bourgeoisie qui existe depuis très longtemps dans les pays islamiques. Elle est composée des producteurs artisans associés à la paysannerie. A l’époque du Chah, la bourgeoisie du Bazar n’était pas si importante. Car le pays était dominé par la bourgeoisie compradore, qui utilisait l’appareil d’Etat et les finances du gouvernement pour commercer avec les pays impérialistes à travers l’import-export. Les compradores ne produisaient rien, ils ne faisaient que vendre des produits. C’est pourquoi l’économie iranienne était très dépendante des forces étrangères.

A cette époque, la bourgeoisie du Bazar n’était pas soutenue par les compradores, si bien qu’elle manquait de capitaux et de technologies. C’est pourquoi elle a soutenu Khomeiny durant la révolution islamique de 1979. Le système économique iranien fut ainsi transformé et avec le développement de la bourgeoisie du Bazar au détriment de celle des compradores, le pays passa d’un statut néocolonial à un modèle indépendant.

Les gens issus de la bourgeoisie du Bazar virent dans la révolution une opportunité d’utiliser le capital de l’Etat pour se faire beaucoup d’argent. Et aujourd’hui, certains d’entre eux sont milliardaires ! Les réformistes tels Moussavi, Rafsandjani ou Khatami proviennent de ce groupe. On les appelle « réformistes » non parce qu’ils ont des idées progressistes mais parce qu’ils veulent changer le système économique actuel, avec moins d’intervention de l’Etat et plus de privatisations. Cela permettrait à certains d’entre eux de devenir encore plus riches, l’Iran représentant un énorme marché. Tel était l’enjeu principal des dernières élections et comme je l’ai dit, la plupart des Iraniens, qui bénéficient de l’intervention de l’Etat, ont choisi Ahmadinejad au lieu du « réformiste » Moussavi.

 


Selon vous, ces élections n’ont pas été manipulées ?


Bien sûr que non. L’idée qu’elles ont été truquées vient de la propagande menée pour marginaliser Ahmadinejad et placer en Iran un gouvernement pro-occidental. Il suffit d’analyser certains éléments pour voir que cette idée de fraude n’est pas sérieuse. Tout d’abord, la Fondation Rockefeller a financé une ONG pour réaliser un sondage d’opinion deux semaines avant les élections : Ahmadinejad était donné vainqueur à trois contre un. Deuxièmement, nos médias n’ont jamais montré les débats qui ont été organisés durant la campagne en Iran : n’importe qui aurait pu voir qu’il s’agissait de débats très ouverts et aurait pu mieux comprendre pourquoi Ahmadinejad a été élu par les travailleurs. Troisièmement, nous pourrions demander: qui sont ceux qui prétendent qu’il y a eu une fraude en Iran ? Pourquoi les Etats-Unis ne s’intéressent-ils pas à la démocratie dans les Emirats ? Pourquoi n’y a-t-il pas de campagne contre l’Afghanistan où les élections ont été manifestement truquées ? Etc.

Pour répondre à ces questions, nous devons comprendre que selon les intérêts impérialistes, des certificats sont donnés pour définir où sont les bonnes élections et où sont les mauvaises. Enfin, le peuple iranien a vu ce que les forces impérialistes ont fait en Irak, en Afghanistan et au Pakistan. C’est aussi une des raisons pour lesquelles les Iraniens ont choisi Ahmadinejad, qui construit une alliance anti-impérialiste avec des pays comme la Chine ou la Russie. Par contre, les réformistes, dits plus « pragmatiques », sont en fait prêts à établir de bonnes relations avec les pays impérialistes pour commercer avec eux.

 


Hillary Clinton a récemment avoué que les Etats-Unis avaient encouragé le mouvement d’opposition iranien après les élections. Mais ce n’était pas la première fois que Washington intervenait dans la politique de l’Iran, n’est-ce pas ?


En 1953, en effet, la CIA a renversé le premier ministre iranien Mossadegh. Il avait été élu pour ses idées nationalistes et progressistes. En 1951, il nationalisa l’industrie pétrolière, ce qui provoqua la colère des intérêts anglo-saxons dans la région. Une opération orchestrée par la CIA le remplaça par Mohammad Reza Pahlavi, le Chah, qui défendra les intérêts impérialistes dans la région pour un long moment.

Pour les Etats-Unis, il était très important d’avoir un allié en Iran. Car le Golfe avait été longtemps dominé par l’Empire britannique. Mais après les années soixante, ce dernier déclina et les Britanniques n’eurent plus les moyens de financer leurs positions stratégiques dans cette région. Alors qu’ils quittaient le Golfe, les Etats-Unis craignirent que l’influence des Soviétiques et que le nationalisme arabe en profitent pour se renforcer. C’est pourquoi Washington utilisa le Chah pour jouer le gendarme dans la région et défendre ses intérêts. Le Chah profita de l’argent du pétrole pour construire une énorme puissance militaire et un service de renseignements solide et impitoyable : la Savak. A ce moment, deux forces s’affrontaient dans la région : les révolutionnaires, qui acquéraient de plus en plus de légitimité auprès des masses, comme le gouvernement de Nasser ou la révolution républicaine au Yémen; de l’autre côté, les pro-impérialistes comme le régime saoudien wahhabite, le gouvernement du Koweït ou la Jordanie. La dictature militaire établie par le Chah avec l’aide des Etats-Unis contribua sérieusement à la victoire des forces pro-impérialistes.

 


Quelle était la situation en Iran sous la dictature du Chah ?


Le peuple iranien souffrit beaucoup de ce régime. Comme je l’ai dit, le pays était dominé par la bourgeoisie compradore, menée par des royalistes féodaux et un régime militariste, dans un Etat semi-colonial sans la moindre vision de construire une industrie nationale. La bourgeoisie nationale pour sa part était très faible et la majorité de la population était composée par la paysannerie, la petite bourgeoisie et le petit prolétariat. Les différences sociales étaient énormes. Certains étaient encore plus riches que tout ce que vous pourriez voir à Beverly Hills; par contre, beaucoup d’Iraniens n’avaient jamais vu la couleur d’une chaussure. C’est pour cela que la grande majorité du peuple iranien soutint la révolution islamique de 1979 qui renversa le Chah. Les enjeux des diverses classes sociales, voilà en fait l’unique moyen de comprendre l’Iran avant et après la révolution.

 


Comment la révolution s’est-elle produite ? Comment l’Iran a-t-il été transformé ?


Bien sûr, à cause des énormes différences entre les classes sociales, des partis et des associations voulaient changer de régime. Le plus important de ces partis a longtemps été le parti communiste « Toudeh ». Le Chah les a vigoureusement combattus, mais sa plus grande erreur a probablement été de laisser se développer l'Organisation des Moudjahiddines du Peuple Iranien (OMPI). Celle-ci s’inspirait de la théologie de la libération (en Amérique latine), combinant une analyse marxiste des classes avec la pensée islamique. Le Chah pensait que si un groupe apportait une nouvelle théorie mélangeant Marx et l’Islam, l’influence de son principal ennemi, le communisme, déclinerait. Mais l’OMPI était en fait bien plus qu’un parti car ces gens avaient une véritable vision, comme les sandinistes au Nicaragua. Ils sont devenus populaires et très forts. Cependant, pour parvenir à renverser le Chah, il leur manquait un leader. C’est pourquoi ils voulurent se servir de Khomeiny (qui était alors exilé en France), car c’était un leader religieux charismatique et anti-impérialiste. Mais Khomeiny avait sa propre vision. Si bien que lorsque le Chah fut renversé, Khomeiny affirma aussitôt son idéologie et prit le pouvoir. Cela créa des tensions avec les Moudjahiddines du peuple. Les deux camps s’affrontèrent et finalement Khomeiny s’imposa parce qu’il bénéficiait du soutien de la bourgeoisie du Bazar.

 


Quelle était la vision de Khomeiny ?


Pour Khomeiny, c’est aux peuples du tiers monde, oppressés par l’impérialisme, que devait revenir le pouvoir. Il voulait créer un front uni des peuples et soutint par exemple les sandinistes du Nicaragua. De cette façon, l’Iran passa du statut d’Etat néocolonial à celui d’Etat indépendant. La première mesure du gouvernement fut de nationaliser le pétrole tout comme Mossadegh l’avait fait plus tôt. Khomeiny changea également le système politique dictatorial du Chah. Il déclara qu’il fallait un parlement et quelqu’un pour le contrôler sur base de la religion et de l’indépendance nationale : le Guide Suprême.

 


Etant donné que la candidature aux élections doit être approuvée par le Guide Suprême, le système politique iranien est-il vraiment démocratique ?


La définition de la démocratie est elle-même une grande question. Y a-t-il en Iran une démocratie de type occidental, une démocratie d’Etat bourgeois ? Bien sûr que non. Le Guide Suprême contrôle en effet le système politique iranien mais il serait naïf de croire que les élections des pays occidentaux sont un exemple d’une meilleure démocratie. Les élections par ici se font sur la base de forces qui se trouvent derrière les partis et que l’on ne voit pas directement. L’Iran pour sa part est une république islamique et tous les partis doivent donc se baser sur la religion. Les partis laïques y sont vus comme une invention de l’Occident qui pourrait diviser le peuple et menacer la souveraineté nationale du pays.


C’est précisément cette indépendance iranienne qui frustre les pays impérialistes. Ceux-ci n’ont en réalité aucun problème avec le fait que l’Iran soit un Etat islamique. L’Arabie Saoudite est un Etat islamique où il n’y a même pas d’élections, et les pays impérialistes n’ont aucun problème avec ça car l’Arabie Saoudite est un pays ami. Le vrai problème, c’est que l’Iran a une vision indépendante sur sa souveraineté nationale. Imaginons qu’Ahmadinejad abandonne sa vision d’indépendance nationale et adopte un système où les intérêts impérialistes seraient défendus comme en Arabie Saoudite : il recevrait certainement le Prix Nobel !

 


Il y a quelques jours, Zbigniew Brzezinski, le conseiller d’Obama, a déclaré que si Israël attaquait l’Iran, les Etats-Unis devraient intercepter ses bombardiers. N’est-ce pas surprenant ?


Brzezinski constate que les Etats-Unis ont été gravement affaiblis sur le plan économique et militaire pour deux raisons. Tout d’abord, les néoconservateurs, quand ils sont arrivés au pouvoir, ont utilisé le 11 septembre comme prétexte pour faire la guerre et ont transformé l’ensemble du monde musulman en ennemi. C’était totalement fou et contre-productif pour les Etats-Unis. De plus, l’invasion de l’Irak était une lourde erreur : elle n’a pas renforcé les Etats-Unis, mais les a plongés dans de sérieux problèmes.

Dans ce contexte, Brzezinski essaie de trouver des solutions tout en gardant à l’esprit que l’objectif le plus important pour son pays est de contenir le développement de son principal rival : la Chine. (Eva: Russie et Chine sont des adversaires redoutables, car ils ne s'alignent pas sur l'Ocident, ils sont forts et ils gênent lesOccidentaux dans leur unique souci de dominer le monde. Concernant les chinois, l'adversaire est de taille: Ils ont deux qualités qui font cruellement défaut aux yankees: La sagesse et la patience. Ils ne se feront pas avoir facilement ! Quant aux Russes, avec Poutine-Medvedev, et non Eltsine, ils ont appris à se méfier). Une partie de la solution consiste à renforcer l’Otan, car cette institution peut apporter une réponse aux problèmes de l’Occident en général et des Etats-Unis en particulier. C’est d’ailleurs pour cette raison que Brezinski a approuvé la proposition de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France de tenir une nouvelle conférence internationale sur l’Afghanistan : il est primordial que l’Otan ne connaisse pas une défaite afghane comme en ont connue les Soviétiques car l’Otan est la seule clé qui permettra aux Etats-Unis de jouer un nouveau rôle important dans le monde.


Une autre partie de la solution repose sur de nouveaux partenariats pour construire une alliance plus forte contre la Chine. Dans cette optique, Brzezinski considère que la politique à l’égard de l’Iran en particulier, mais aussi à l’égard des autres pays musulmans et même de la Russie, ne devrait pas être agressive. Elle devrait être basée sur le dialogue et ne pas se retrouver piégée par la propagande sioniste d’Israël.

Voilà qui explique le discours d’Obama au Caire. Les Etats-Unis doivent convaincre les musulmans, les hindous et la bourgeoisie russe qu’ils ont plus d’intérêt à s’allier avec les forces occidentales plutôt qu’avec la Chine. C’est pour cela que Brzezinski a dit que la colère des pays qui avaient été considérés comme des ennemis par l’administration Bush devait maintenant être prise en considération. Ces pays devraient maintenant avoir le droit d’utiliser leurs propres ressources. Les raisons de ce changement politique sont claires: les Etats-Unis doivent empêcher ces pays de construire un autre système mondial pour les garder dans un système dominé par Washington.


Est-ce le signe que les relations entre les Etats-Unis et Israël ne sont plus si bonnes ?


Tout d’abord, ce n’est pas Israël qui fait la politique aux Etats-Unis. C’est la bourgeoisie américaine qui décide. Mais c’est un fait : il existe une profonde division au sein de l’impérialisme US. Vous avez ce premier courant, arriéré, qui persiste à croire qu’ils peuvent continuer sur la voie militaire. Mais ce n’est pas réaliste : le pays va connaître un problème démographique et une confrontation militaire avec la Chine est perdue d’avance. L’autre tendance, où vous trouvez Brzezinski et Obama, sait par contre qu’il faut faire preuve de tactique et se montrer réaliste pour maintenir l’hégémonie US. Ils disent : « Nous devons connaître notre force et nos limites et travailler sur cela. Afin d’être certains que notre force ne soit pas perçue de manière négative mais positive. Notre force doit constituer une garantie pour nos partenaires. »


Les Etats-Unis ont évidemment des liens très forts avec Israël, mais l’enjeu euro-asiatique (le contrôle de l’Eurasie) est le plus important : c’est là que se décidera l’avenir de l’humanité. Brzezinski veut donc contrôler la marmite. Il sait que la température de cette marmite doit être décidée par des cuisiniers très malins, pas par des lunatiques. En effet, si la marmite déborde, ça va brûler tout le monde et les Américains seront boutés hors de la région. Voilà qui explique la déclaration de Brzezinski sur les bombardiers israéliens et le fait que pour la première fois, les Etats-Unis font des concessions et autorisent d’autres forces occidentales à venir dans le Golfe. C’est le cas par exemple de la France avec une base militaire dans les Emirats Arabes Unis. Mais cela témoigne aussi de la faiblesse dans laquelle se trouvent maintenant les Etats-Unis. 


Quelques lectures sur l’Iran,
recommandées par Mohamed Hassan :

- The Persian Puzzle, par K. Pollack (ancien conseiller de Clinton et analyste de la CIA), Brookings Institution, 2004

- Ervand Abrahamian, Iran Between Two Revolutions, Princeton Studies, 1982

- Ervand Abrahamian, The Iranian Mojahedin, Yale University Press, 1989

- Trita Parsi , Treacherous Alliance: The Secret Dealings of Israel, Iran and the United States, Yale University Press, 2007

- Noam Chomsky, Fateful Triangle: The United States, Israel, and the Palestinians, South End Press, 1983.

- Zbigniew Brzezinski, An agenda for Nato, Foreign Affairs, septembre –octobre 2009

- Michel Collon, Quelle sera, demain la politique internationale des USA ?

http://www.michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2288:que-doit-faire-ahmadinejad-pour-recevoir-le-prix-nobel&catid=1:articles&Itemid=2




arton186-7ab01.jpg

Si de Gaulle revenait...
Que se passerait-il ??


Le général de Gaulle représente pour une immense majorité de Français la référence en matière de pratique politique. Le libérateur de la France, le fondateur de la Vème République, n’est plus là pour œuvrer pour le bien-être des Français, mais il inspire encore, de par son action passée, un certain nombre d’entre nous. S’il est difficile de concevoir dans le détail ce que serait aujourd’hui la politique du général de retour aux affaires, il est possible d’envisager sans trop de risque de se tromper ce que serait son action dans les grands domaines qui nous préoccupent et sa réaction face aux dangers qui nous menacent.

Dans un attendu qui a fait date, le tribunal correctionnel de Nanterre jugea en 2004 qu’un ancien premier ministre, aujourd’hui édile d’une grande ville, avait, du fait de ses mandats électifs, « trompait la confiance du peuple souverain ! ». On apprit il y a peu, avant que les médias aux ordres ne soient sommés par le pouvoir en place de faire silence, que la vente de sous marins militaires à une puissance étrangère avaient donné lieu à des rétrocommissions assurant le financement de la campagne présidentielle d’un autre ancien chef de gouvernement. L’accord conclu n’ayant pas été honoré jusqu’au bout, un attentat frappa la France à Karachi au Pakistan, entrainant la mort de onze ingénieurs français des arsenaux de la direction de la construction navale. La société-écran qui avait été créée pour recevoir l’argent des rétro commissions à été autorisée par le ministre budget de l’époque, l’actuel président de la République.

Dernière affaire de corruption en date, on apprend qu’une association financée par les deniers publics, SOS Racisme, a participé au train de vie somptuaire d’un dirigeant socialiste, plus habitué à donner des leçons de morale qu’à devoir se défendre dans une affaire de corruption particulièrement honteuse.

La douzième circonscription des Yvelines n’a malheureusement pas été épargnée par les affaires de corruption. Son ancien député maire a été condamné des 2006 pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux. La décision de la cour de cassation de confirmer les jugements des cours de première instance et d’appel aboutit à cette élection législative partielle. Cette affaire, comme beaucoup d’autres, concerne la passation et l’attribution de marchés publics, en l’occurrence dans le secteur du nettoyage industriel pour ce qui nous préoccupe.

Les lois de décentralisation, de 1982 jusqu’à nos jours aboutissent à faire de la France un État dont l’organisation est décentralisée. Gravée dans le marbre constitutionnel, cette règle donne aux élus locaux des pouvoirs considérables. Mais la loi n’a pas prévu de gardes fous suffisants permettant de dissuader nombre d’élus de la tentation de la corruption. Le général de Gaulle, adepte de l’État unitaire, avait coutume de dire que le «  pouvoir ne se divise pas ! » Il était naturellement hostile à la dilution de l’autorité de l’État. À ses yeux, le préfet, représentant de l’État dans le département, devait concentrer l’essentiel du pouvoir. Il ne pouvait pas alors être question de corruptions des élus, sachant que ces derniers ne jouissaient pas à l’époque d’une autonomie susceptible de leur permettre de profiter de leurs charges publiques pour passer des marchés avec des entreprises leur garantissant en retour le financement de leurs activités politiques et parfois même un enrichissement personnel. De Gaulle croyait dans l’État, dans sa neutralité vis-à-vis de tous les administrés, dans la probité des grands commis et des serviteurs du pouvoir. Il se faisait une haute idée d’une administration qui devait veiller à servir chacun et à empêcher que ne s’installent les faveurs et le clientélisme.

Le général de Gaulle était aussi le premier à donner l’exemple. Pensez donc qu’il fit installer un compteur électrique à l’Élysée pour pouvoir régler ses factures lorsqu’il rentrait le soir dans ses appartements de fonction plutôt que de les faire payer aux contribuables. Aujourd’hui, autres temps, autres mœurs, le budget de la présidence de la République explose littéralement. C’est le prix à payer pour satisfaire les amis de la jet set de Madame et mobiliser des escadrons entiers de force de l’ordre garantissant la sécurité d’un chef de l’État impopulaire et contesté.

En tout, le général de Gaulle donnait l’exemple, inspirant le respect et l’admiration de ses collaborateurs. Il refusa toujours de percevoir sa retraite de chef de l’État, se contentant de celle d’officier supérieur de l’armée. Aujourd’hui, les hommes politiques cumulent leurs différents revenus, l’actuel président a réussi le tour de force de multiplier par dix son salaire une fois arrivé au pouvoir et de percevoir six mois durant à la fois ses revenus d’ancien ministre de l’Intérieur et d’actuel président. Si le mauvais exemple vient du sommet, il ne faut pas s’étonner des dérapages auxquels nous assistons maintenant ! Et c’est toujours au final le contribuable qui paie l’addition !

 



LA CRISE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE, CONSÉQUENCE DE POLITIQUES LIBÉRALES ET MONÉTAIRES ERRONEES

Le général de Gaulle avait lancé en son temps cette formule en guise d’avertissement : « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille ! » C’était une manière de dire que lorsque le gouvernement avait une décision à prendre, la première question qu’il devait se poser ne devait pas être celle de la réaction des marchés boursiers, mais plutôt celle de l’intérêt général et supérieur de la nation.

Depuis le milieu des années 80, les différentes majorités, de droite comme de gauche, ont par idéologie libérale et européenne, fait tout le contraire. Au nom de la crédibilité des politiques publiques et de la confiance des marchés financiers, nous avons assisté au démantèlement complet des pouvoirs régaliens de l’État en matière de politique monétaire et de contrôle douanier. Pour complaire au nouveau maître, le capitalisme financier, la Banque de France a est devenue indépendante, ses pouvoirs ont été transférés à la Banque des communautés européennes et aux banques d’affaires et de dépôts qui se sont vus autorisées une création monétaire illimitée par la suppression de l’encadrement du crédit. La nouvelle anarchie financière prônée par les ultras libéraux a débouché sur de nombreuses bulles spéculatives (des télécommunications jusqu’à l’immobilier) et au final sur la plus grande crise économique mondiale depuis au moins 1929.

Au laxisme financier s’est ajouté l’aveuglement du libre commerce et de la concurrence non faussée. Les barrières douanières, sensées nous protéger de la concurrence déloyale ont été abaissées au prétexte que toute limitation au libre commerce nuisait à l’économie mondiale. Il fallait faire confiance à la main invisible ! Cette politique se fit au final au profit exclusif de notre partenaire allemand et de ses satellites d’Europe de l’est et du nord au sein de la communauté européenne, et des grandes puissances mondiales émergentes dont bien évidemment la Chine ! Abandonnant la préférence nationale au profit d’une préférence communautaire qui nous dessert et d’une idéologie de la concurrence libre et non faussée, l’État français a ouvert le pays aux quatre vents sans tirer le moindre bénéfice de cette folie politique. Le désastre est bien au rendez-vous, avec la casse industrielle, son cortège de plans sociaux et de délocalisations.

L’usine Peugeot de Poissy est touchée comme l’ensemble de l’industrie automobile nationale. L’ajustement en terme d’emploi de la baisse d’activité s’effectue d’abord à Poissy avec la suppression de nombreux postes d’intérimaires et l’augmentation du chômage technique avant d’être répercuté sur les usines espagnoles et slovaques. Une conséquence de plus des délocalisations, qui hors de l’Europe, profite à la Tunisie et …à la Chine ! La concurrence des modèles indiens et chinois pousse à ces délocalisations par une industrie nationale que nos frontières ne protègent plus.

Cette concurrence sauvage induit aussi une forte pression sur les salaires qui entament le pouvoir d’achat et fait chuter la consommation des ménages, sans parler des menaces qu’elle fait peser sur notre protection sociale. Fini la logique du fordisme qui voulait qu’il faille payer cher les ouvriers pour qu’ils puissent acheter leur production. Les industriels rêvent de nouveaux eldorados pour écouler leurs marchandises et réduisent leurs employés à l’emprunt, seule manière de conserver aujourd’hui un certain niveau de vie. Cette augmentation de la dette des ménages alimente à son tour la crise financière et bancaire, générant un cercle vicieux qui menace de faire verser dans le précipice l’économie de notre pays.

L’association du capital et du travail, au-delà du socialisme et du capitalisme, voulu par le général de Gaulle, assurant la représentation des salariés dans les conseils d’administration devient alors la seule voie permettant d’éviter les délocalisations sauvages et de sauvegarder l’entreprise à l’échelle humaine.

De Gaulle était avant tout un défenseur de l’industrie nationale. Il déclarait l’urgente obligation du plan, il initiait des projets nationaux de haute technologie qui garantissait l’indépendance nationale par l’investissement public. Il n’y aurait pas eu de grandes industries automobiles, d’aérospatiale sans la politique volontariste du général de Gaulle. Et que l’on ne nous dise pas que cette politique a fait son temps, sinon comment expliquer la nationalisation par le pouvoir américain de Général-Motors ? Il faut que l’intérêt national prime sur les aberrations idéologiques. Il faut que la politique prime sur l’économique. La survie sociale est à ce prix.

Ceci est vrai aussi d’une immigration économique non maîtrisée socialement qui risque à tout instant de mettre le feu à nos banlieues. Comme Poissy a du payer aussi pour cela, pour ce prima donné à l’économique sur le social, avec ces vagues successives de populations immigrées que l’on savait pourtant parfaitement ne pas pouvoir intégrer à terme !

 



LE HARCÈLEMENT DES CITOYENS OU LA FIN DE L’HUMANISME
A LA FRANCAISE

Pour le Général de Gaulle, «  il n’y a de querelle qui vaille que celle de l’Homme, c’est lui qu’il faut éduquer, protéger, développer ». Le gaullisme vrai est un humanisme et sûrement pas l’individualisme forcené auquel s’est converti l’ensemble de la classe politique. Et si le citoyen est devenu un consommateur, il est aussi pour l’État et bon nombre de groupes d’intérêt et de pressions un tiroir-caisse dans lequel il est aisé de puiser. Prélèvements obligatoires en hausse constante, surtout au niveau local, pour satisfaire une armée de groupes identitaires qui se revendiquent victimes de la société pour mieux percevoir quelques dédommagements, Taxes qui viennent sanctionner de grandes entreprises de culpabilisations nationales (tabac, alcool), Amendes pour punir des automobilistes systématiquement présentés comme coupables et contrevenants ! On en arrive à ce parfait scandale que des contribuables, de plus en plus nombreux, paient aujourd’hui des impôts pour entretenir une police nationale dont la mission principale n’est plus de protéger les honnêtes citoyens contre les atteintes aux biens et aux personnes, mais de les traquer pour leurs faire payer tous les jours plus chers le droit d’aller travailler avec leur véhicule personnel. Ils sont de plus en plus nombreux ceux qui après avoir subi une atteinte à leurs biens ou à leurs personnes à qui l’on a expliquait et sur quel ton que la police ne pouvait rien faire se sont fait ensuite quand ce n’est pas dans la même journée faite verbaliser pour excès de vitesse ou autres menues infractions. La police a déserté les cités, zones de non-droit, mais nous attendent par contre sur les autoroutes histoires de nous faire passer de bonnes vacances et se rappeler à notre bon souvenir ! Et attention au délit de grandes vitesses et à l’alcoolémie, car c’est alors le tribunal correctionnel qui s’occupera des nouveaux délinquants.

Cette situation sans précédent est la conséquence de la désagrégation de la communauté nationale si chère au général de Gaulle. Chacun devient ennemi de chacun dans un monde régulé par un État dont la dernière obsession est de s’attacher une clientèle d’obliger. Les politiciens professionnels font leurs bénéfices électoraux de cette nouvelle donne. On ne parle plus alors au peuple, mais à des catégories de population représentées par des leaders démagogues et prébendiers. Cette nouvelle société de rentier qui se dessine sous nos yeux est aux antipodes de la société participative prônée par le général de Gaulle. Elle marque la disparition du peuple et l’exploitation de la majorité silencieuse au bénéfice de petits groupes revendicatifs et procéduriers.

 



LA FRANCE FRACTUREE

La France, notre patrie, est aujourd’hui doublement fracturée. Elle connaît une fracture sociale de très grande ampleur ou non seulement le nombre de laisser pour compte n’a de cesse de croître, mais aussi ou la classe moyenne, c’est-à-dire la très grande majorité d’entre nous, subit des sollicitations financières qui la laissent exsangue. À l’autre bout de l’échelle, une élite mondialiste et apatride déconnectée de la réalité quotidienne trouve pratique d’entretenir de petits groupes de pression qui procèdent par intimidation pour arriver à ses fins. C’est alors la France, pays longtemps riche et prospère, grâce aux efforts et au travail des générations passées, qui est fracturée comme on fracture un coffre fort, livré au pillage des puissances de l’étranger, état prédateur, multinationales, spéculateurs de tout poil et à des groupements identitaires et religieux qui veulent faire main basse sur notre système de protection sociale et s’assurer une rente à vie au prétexte d’un statut de victimes reconnu par un État qui entretient en son sein une nouvelle classe de politiciens corrompus.

C’est l’œuvre libératrice du général de Gaulle, assurant l’indépendance nationale et la cohésion sociale qui est menacée. C’est la restauration d’une République authentique en 1958 qui est aujourd’hui remise en cause. Les nouveaux marchands du temple sont dans la place, alors il faut que se lève un grand mouvement d’essence gaulliste pour remettre de l’ordre dans les affaires de la France. Tous les Français, quels que soient leurs origines, leurs attaches et leurs passés, doivent y contribuer


Eva: Cet article n'a pas étudié la question principale, celle de l'indépendance nationale, si chère au Gl de Gaulle.


http://www.r-p-f.org/SI-DE-GAULLE-REVENAIT-par-Nicolas-Stoquer.html



Lire aussi (Hadopi-Lopsi) :
http://www.r-p-f.org/La-diplomatie-francaise-prise-la-main-dans-le-sac-suedois-par-C-Scherler.html




arme-faim-dees.jpg 
Les troupes américaines occupent
maintenant l’Amérique



Les militaires préparent les postes de contrôle pour la pandémie de la grippe porcine après que les citoyens soient acclimatés à accepter la présence de soldats en uniformes à des fonctions d’application de la loi.

Par Paul Joseph Watson
Le 23 septembre 2009
 
Sous le prétexte « d’aider » les collectivités locales à court de polices dans cette période de difficultés économiques, ainsi que pour des préparatifs d’une pandémie potentielle de grippe porcine, les troupes américaines occupent maintenant l’Amérique pendant que le pays sombre dans un état de loi martiale de facto.
 
Nous avons été inondés de rapports, au cours des dernières semaines, mentionnant des soldats en uniformes et des membres de la Garde Nationale en train d’opérer des postes de contrôles internes dans tout le pays.
 
Les militaires sont maintenant appelés à exercer des fonctions normalement assignées à la police pendant que les Américains sont progressivement acclimatés à accepter la présence de troupes dans les rues comme si c’était un événement quotidien.
Le dernier cas s’est produit à Kingman, en Arizona, où des membres de la Garde Nationale ont été filmés en « assurant la sécurité » et en dirigeant la circulation.
Un autre exemple semblable a eu lieu à Newport, dans le Kentucky, au début du mois, lorsque des points de contrôles militaires sont soudainement apparus dans le centre-ville le 6 septembre. La police militaire de l’armée nationale des États-Unis, ainsi que des Marines, effectuaient prétendument « le contrôle de la circulation » car la ville était à court de fonds et n’avait pas assez de policiers pour faire le travail.
 
L’excuse selon laquelle les troupes interviennent pour aider en cas de manque de policiers ne tient pas la route. La criminalité est au plus bas depuis les vingt dernières années ; il y a environ trois fois plus de policiers et les États ne font pas appel à la Garde Nationale. Ils sont mis dans les rues à la suite d’une harmonisation entre les policiers et les militaires, un processus qui a été en cours depuis des décennies, bien avant que la récession économique ne frappe. Les troupes ont aussi des armes et leur fonction principale est de fouiller les personnes et les véhicules, et non de diriger le trafic.
 
Des membres du groupe Ohio « WeAreChange » ont interrogé certains soldats, qui, lorsqu’on leur a demandé s’ils seraient prêts à « confisquer des armes à feu, tirer sur les résistants derrière la tête, ou jeter des gens dans des fours pour incinération leurs corps », ont refusé de nier catégoriquement qu’ils suivraient de tels ordres.
Toutefois, ce n’était pas vraiment la première fois que des troupes étaient utilisées pour accomplir des rôles normalement attribués à la police dans le Kentucky.
 
Pendant le Derby du Kentucky, le 2 mai de cette année, la police militaire était en patrouille pour faire face au contrôle de la foule. Une image d’Associated Press montre un membre armé de la police militaire détenant un homme qui avait couru sur la piste après la course de chevaux du 135ème Derby du Kentucky, à Churchill Downs.
« Les militaires n’avaient pas à faire la police contre les citoyens, sauf pendant les périodes extraordinaires d’urgences nationales par un ordre exécutif. C’est très inquiétant et totalement non-américain. Ce qui me semble peut-être encore plus troublant, c’est que personne ne semble se soucier de la façon dont nous avons accepté discrètement et facilement l’installation de l’état policier », a déclaré un répondant à la photo.
Comme nous l’avons signalé l’année dernière, des soldats américains revenant d’Irak occupent maintenant l’Amérique, opérant des postes de contrôle et se familiarisant avec les « désordres civils et le contrôle des foules », sous les auspices du programme Northcom que, d’ici 2011, il y aurait au moins 20 000 soldats en service actif déployés à l’intérieur de l’Amérique pour « aider » les États et les responsables locaux pendant les périodes d’urgence.

 

 
Au cours des deux dernières années, nous avons rapporté de nombreux exemples d’engagements militaires avec les forces policières locales, en totale violation du Posse Comitatus.
En janvier, des soldats de la garde nationale de la Virginie, les soldats du Premier Bataillon basé à Lynchburg, l’équipe de combat de la 116ième Brigade, ont été utilisés pour effectuer des recherches à caractère personnel aux postes de contrôles de Washington DC pour l’inauguration de Barack Obama.
En mars, nous avons signalé que les troupes américaines avaient été envoyées pour patrouiller les rues de Samson, en Alabama, après une flambée meurtrière.
...
 

_



Vue satellite de l'Irlande.
Wikipedia, Irlande vue satellite

Irlande: Grand peuple, ou petite Europe ?

Par Gérard Privat, Président d’Avenir Solidaire

Publié le mardi 29 septembre 2009

;

Le 13 juin 2008, le Peuple irlandais s’est prononcé, à une large majorité, contre le Traité de Lisbonne. Ce libre choix a déplu aux dirigeants européens, à tel point que certains membres de ce clan ont déclaré que le choix de ce petit pays n’était pas significatif.


Le Peuple irlandais doit à nouveau se prononcer ce 2 octobre 2009 sur le même Traité de Lisbonne. Pour appâter le Peuple irlandais, les dirigeants européens lui promettent un commissaire à la Commission européenne et quelques autres amusements. Le Peuple irlandais se laissera-t-il manipuler ? Quel sera le choix du Peuple irlandais, entre un poste de Commissaire dans une Europe impuissante face à la crise économique et la dignité d’un peuple qui ne se laisse pas acheter ? Quel sera le choix du Peuple irlandais, entre la main qui caresse pour mieux étrangler et la reconnaissance des peuples d’Europe ? Le Peuple irlandais choisira-t-il de se vendre pour un Commissaire européen ?

Ou bien, le Peuple irlandais choisira-t-il d’être un grand peuple, un peuple digne, un peuple debout ?

Gérard Privat
Président d’Avenir Solidaire


http://www.avenir-solidaire.net/blog/2009/09/29/grand-peuple-ou-petite-europe%c2%a0/


_________________________________________________________________________________________



Actualité : d'autres sons de cloche




• Une analyse critique très pertinente du rapport de la commission Stiglitz sur les indices de mesure se trouve sur le site de la CGT. L'argument de départ est décisif: "La commission était composée uniquement d’experts".


• Il faut s'attendre à pire que des suicides, dit Christophe Dejours à propos des suicides au travail (France-Télécom et autres). Et il sait de quoi il parle.


• La police scientifique, ça n'existe pas, les experts se trompent et maquillent. C'est scientifiquement prouvé, lisez bien ce papier, la somme d'arguments est impressionnante.


• Un militant communiste, c'est un "guerrier de la lutte des classes", qui organise les travailleurs, travaille à dépasser le capitalisme et défendre le socialisme existant. Du moins, c'était ça avant, de nos jours ça n'a plus cours. Eh, est-ce bien si certain? Quand le capitalisme plonge dans la crise, l'autre son de cloche redevient audible. Par exemple, celui de Bob Crow, le "class warrior".


• Sur la guerre contre le terrorisme, Jacques Baud, ancien membre des services secrets suisses, ne raconte pas la même chose ques les autres.


• Si vous vous intéressez aux événements réellement importants plutôt qu'à la dernière flatulence verbale de Hortefeux ou au fond d'écran du site de Ségolène, alors vous devez, contrairement à nos medias, vous informer sur le dernier congrès de l'AFL-CIO qui s'est tenu à Pittsburgh du 13 au 17 septembre. Voici le meilleur compte-rendu que j'en ai trouvé (en anglais).


• On n'a pas lutté en vain pour le maintien du service public de La Poste. La privatisation de la Banque Postale, qui faisait tant saliver les requins, vient d'être bloquée par le gouvernement.



Jean-Yves BOURDIN




Un nouvel article vient d'etre écrit sur le blog revelations4.
Pour le consulter, il suffit de cliquer sur ce lien:
http://revelations4.blogs.fr/


Plus de mensonges et de tromperies Ahamdinejad dit tout haut ce que les autres n'osent même pas aborder en pensée. La mauvaise foi des sionistes (USA+Israel+Europe) atteint son paroxysme.…

Pour lire la suite cliquez ici
A l’image de Rome, l'Amérique ne sera pas rassasiée avant qu’elle ait plus d'ennemis et plus de guerres qu'elle ne peut en supporter pour sa survie.
Traduction Alter Info
 http://www.infowars.com/more-lies-more-deception/
A LIRE ICI  L'ARTICLE ET LES COMMENTAIRES SOUS CETTE ARTICLE : http://www.alterinfo.net/Plus-de-mensonges-et-de-tromperie_a37334.html


A lire: Vaccins
LISEZ CE BLOG pour les vaccins !!!
http://artdevivresain.over-blog.com/article-36039409.html

baillonner-la-pens-e--.-non-juive.jpg

                                          

 

                  Iran, Palestine et Israël:

                  3 mensonges et une vérité

 

               Qui peut déloger Israël de la Cisjordanie ?

 

Lorsque les dirigeants sionistes israéliens se déclarent représentants des survivants de l’Holocauste ou héritiers du martyre juif, c’est un mensonge grotesque. En effet, le sionisme, en tant qu’idéologie constitutive de l’Etat israélien, prône la conquête territoriale et la pureté ethnique, ce que le commun des mortels qualifie de racisme. Ce sont, bien entendu, les Palestiniens (en Cisjordanie, en Israël et à Gaza) qui en font les frais. Le dernier rapport du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dirigé par Richard Goldstonejuif et s

ioniste» selon sa fille) accuse Israël de crimes de guerre à Gaza en 2009. Selon le rapport, l’objectif de Tsahal était de «punir, humilier et terroriser». Les survivants juifs de l’Holocauste et ceux militants des droits de l’homme, condamnant les agissements anti-palestiniens des sionistes, se battent pour la cause palestinienne et refusent de voir en l’Etat d’Israël le représentant des juifs du monde entier.

 

Lorsque les dirigeants israéliens prétendent que critiquer l’Etat d’Israël et ses crimes en Palestine, relève de l’antisémitisme, c’est vouloir placer l’antisionisme au même niveau que l’antisémitisme. Il s’agit d’un deuxième mensonge inacceptable au service du sionisme conquérant, raciste et adepte de l’apartheid en Palestine, qui essaie de brouiller les pistes pour justifier l’injustifiable: le non respect de toutes les résolutions des Nations unies et le crime permanent contre le peuple palestinien.

 

Lorsqu’Ahmadinejad, président iranien, qualifie l’Holocauste de mythe, il raconte un mensonge, en confondant intentionnellement Israël, état sioniste, et les juifs qui ont subi humiliation, expropriation et un atroce génocide pendant la deuxième guerre mondiale.

 

Ces trois mensonges voilent une réalité, celle d’un changement de rapports de forces planétaire qui se déroule progressivement sous nos yeux depuis le 27 septembre 2007. A cette date, Condoleezza Rice, secrétaire d’état de l’administration Bush avait annoncé la tenue d’une conférence internationale destinée à discuter des moyens de garantir la stabilité politique de l’Irak. La Syrie et l’Iran étaient invités à participer à cette conférence. Dans l’article «le chant du cygne de l’unilatéralisme» (Communiqué n°23 du 4 mars 2007), nous avons analysé cette conférence comme étant le signe de l’impasse de l’unilatéralisme et la naissance de l’ère multilatérale, l’ère des puissances relatives.

 

Deux ans plus tard, le reflux de la puissance américaine se fait sentir partout dans la région. L’Irak ne connaît toujours pas la paix et le régime irakien se maintient grâce à la décomposition du pays. «Sachant que, dans la région autonome du Kurdistan irakien, seuls les peshmergas kurdes (sous uniforme irakien) sont habilités à manœuvrer et que, dans le Sud chiite, la presque totalité des troupes sont chiites, on peut conclure que l’armée irakienne reste loin du symbole de la réconciliation nationale» appelée de ses vœux par M. Maliki (premier ministre irakien) (1). Pendant ce temps-là, les attentats meurtriers continuent en Irak et on peut s’attendre à ce que le peuple irakien ne tarde pas à se ressaisir.

 

L’enlisement des armées occidentales en Afghanistan n’est plus un secret et selon certains analystes, pour sécuriser le pays «il aurait fallu pour cela environ 400 000 hommes, contre 100 000 aujourd’hui»(2). Comme au Vietnam.

 

Comme en Irak, en Afghanistan les mensonges les plus grotesques entourent l’intervention et les opérations militaires. Dans un entretien avec le journal Le Monde, Anders Fogh Rasmussen, le nouveau secrétaire général de l’OTAN, prétend que «la lutte contre la drogue est un succès». Il parle de la construction de 3500 écoles et affirme que «désormais 85% des Afghans ont accès aux services de santé essentiels»(3).

 

Concernant les «succès» contre la drogue, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, n’est pas du même avis et qualifie l’Etat afghan de «narco-state»(4).

 

Quant aux efforts de «construction», dont l’objectif serait d’attirer les faveurs des Afghans à l’égard de la présence militaire occidentale, Natalie NOUGAYREDE, journaliste au Monde, parle clairement de «l’hostilité des populations pachtounes à toute présence occidentale, quels que soient parfois les apports de la reconstruction»(2). D’autant plus que les armées occidentales sont prises dans une nasse qui pourrait se transformer en un nouveau Diên Biên Phu de l’OTAN (voir analyse 4 du 1er février 2009). Le ravitaillement des armées occidentales, par le Pakistan (Passe de Khyber) et par le Nord, sont constamment sous le feu de la résistance afghane et pakistanaise. «Depuis 2008, plus de 700 camions ont été détruits» à la Passe de Khyber(5).

 

Face à la Russie, les Etats-Unis ont préféré faire marche arrière et abandonné leur projet d’installation de bouclier antimissile en Europe orientale.

 

Le même phénomène s’observe avec l’Iran dont les propositions furent acceptées comme base de négociation avec l’Occident. Finies les conditions préalables pour discuter avec l’Iran, qui impose désormais son agenda.

 

Dans un article d’analyse intitulé : «le déclin annoncé des Etats-Unis», Marie-France TOINET livre quelques indices économiques du déclin de l’Amérique. De créditeurs jusqu’en 1985, les Etats-Unis sont devenus, pour la première fois depuis 1913, débiteurs. La chute fut très rapide: leur «stock» de dette extérieure (…) est devenu le plus élevé du monde, atteignant quelque 800 milliards de dollars en 1990. «Si l’on inclut les investissements en portefeuille dans la définition de la dette extérieure, les Etats-Unis sont de très loin le pays le plus endetté du monde»(5). Ou encore: «Les caisses d’épargne américaines (…) laissent une «ardoise» de plusieurs centaines de milliards de dollars.(…) Bref, l’appareil financier est en plein désarroi (…) L’infrastructure nationale a été laissée à vau-l’eau. La Federal Highway Administration estime que 23% des cinq cent soixante-quinze mille ponts sont structurellement défectueux et que le quart du réseau autoroutier est en mauvais état (...) Au total, les excès reaganiens ont accéléré le déclin américain».

 

Il est à souligner que les dépenses militaires colossales américaines en Irak et en Afghanistan, qui coutent chaque jour quelques 500 millions de dollars à la trésorerie américaine, aggravent d’autant plus le poids de ses dettes.

 

Faut-il souligner que le déclin est un phénomène qui peut s’étaler sur plusieurs dizaines d’années.

 

Actuellement, le rapprochement économique et financier se développe entre l’Amérique Latine et l’Afrique. Leur l’objectif serait de s’émanciper de l’asservissante domination des institutions financières euro-américaines.

 

Force est de constater que depuis l’ère Bush, deux camps se font face: l’Occident, mené par les Etats-Unis et l’Orient, au sein duquel sont présents différents pays, allant de la Russie, de la Chine, de l’Iran, jusqu’aux pays d’Amérique Latine tels que le Venezuela, la Bolivie et le Nicaragua. L’Iran constitue le fer de lance du camp Orient.

 

Signe des temps : la Colombie, avec qui le Venezuela a une frontière commune, a octroyé sept bases militaires aux Etats-Unis, provoquant l’inquiétude du Venezuela, de la Bolivie, du Brésil et de l’Argentine. Le Venezuela et la Bolivie, en dénonçant une menace pour la stabilité régionale, ont déclaré que cet accord «masque une stratégie globale de domination des Etats-Unis»(7).

 

Pour l’instant, les deux camps Occident-Orient sont dans un équilibre instable. Mais, la situation évoluant vite, dans un futur proche, la naissance d’une nouvelle alliance militaire, concurrente de l’OTAN, n’est pas à écarter. Cette nouvelle alliance militaire reposera-t-elle sur le traité de Shanghai? Affaire à suivre.

 

Le Moyen-Orient (Liban et Palestine) est le principal champ de bataille de l’affrontement Est-Ouest. C’est dans un tel climat qu’il faut analyser les impasses des «pourparlers de paix» israélo-palestiniens. Impasses, car la situation se débloquera le jour où les rapports de force militaire tourneront à l’avantage de l’Orient. Sinon, Israël continuera le blocus inhumain de Gaza, le massacre des Palestiniens et la colonisation de la Cisjordanie. La pureté ethnique, si chère aux sionistes, est à ces prix-là. Mahmoud Abbas n’en ignore rien.

 

De même, un blocage entre les partisans des deux camps empêche le Liban de former son gouvernement. Pour débloquer la situation, un clash militaire (où et de quelle ampleur?) serait-il indispensable? A suivre.

 

(1)  Cécile Hennion et Sylvain Cypel- Le Monde du 23-24 août 2009.

(2)  Natalie NOUGAYREDE- Le Monde du 10 septembre 2009.

(3)  Le Monde du 05 septembre 2009.

(4)  Le Monde du 18 septembre 2009.

(5)  Le Monde du 10 septembre 2009.

(6)  Manière de voir- Octobre-novembre 2009.

(7)  Le Monde du 30-31 août 2009.

http://geopolitiquedumoyen-orient.blogspot.com




Publication non terminée

C O M M E N T A I R E S  :  I C I



Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 17:43



Requin - et citoyen broyé !

Sommaire :

Editorial d'Eva :
La guerre est belle... pour les ennemis de l'humanité.

Mourir pour la Patrie ?  Une imposture !
Médias criminels.
Fondations de la société pourries.
Dénoncer le scandale de la guerre.

La guerre pour faire des affaires.
Les peuples sacrifiés au business;
Economie de guerre.


Mes amis

Parce que nous devons connaître le ressort profond des événements, parce que nous essayons tous de comprendre pourquoi il y a toujours des guerres, toujours des prétextes, de bonnes raisons pour déclencher les conflits, et plus que jamais aujourd'hui, à travers des guerres désormais préventives et permanentes, parce que nous avons envie de saisir les vraies raisons d'un état de guerre généralisé, en tous points du globe, je vous présente ce texte qui répond à de nombreuses questions.  Ce faisant, nous arrivons au coeur du Mal qui gangrène toutes nos sociétés. Mes amis, la guerre est nécessaire. Oui, elle est le moteur essentiel de la croissance, de la richesse de certaines nations et de certains individus, peu nombreux. Elle est nécessaire pour engraisser les requins occidentaux. Et les valets serviles de cet immense scandale, les Médias, font la propagande pour la guerre. Je cite à nouveau Benoît Duquesne, dont la récente émission Complément d'Enquête était annoncée sur FR2 avec ces mots : Mourir pour la patrie. Quelle imposture ! Je suggère qu'on retire à  Duquesne sa carte de presse, parce qu'il en est indigne. Il se sert de sa fonction au profit des industriels de la mort. Nos jeunes ne meurent jamais pour leur pays, mais pour le Charbon et l'Acier, pour le Pétrole, pour les multinationales. Leur vie est offerte en sacrifice vivant aux vampires de la Finance et de l'Industrie.

Imagine-t-on ce que cela signifie ? Ceci, par exemple. Mon professeur de Français préféré, Melle Anne le Chevallier, par fidélité à son fiancé, tué sur un champ de bataille, ne s'est jamais mariée. Elle a vécu seule, le coeur amputé de son amour. Privée d'un foyer, d'une vie de couple, de sa maternité. Privée de sa vie de femme, privée d'une vie normale.

Je présentais les informations à l'ORTF. Tous les matins devant mon micro à 5 heures. Un jour, j'ai envisagé d'interviewer la Présidente de l'association Internationale des Femmes pour la Paix. Le Rédacteur en Chef a opposé son veto. Censure ignorée des auditeurs. Démocratie piétinée - à l'insu de tous. Voilà les coulisses de l'information, son vrai visage. 

Des années plus tard, j'ai compris pourquoi. Les grands Médias sont aux mains des multinationales de l'armement. La première réforme nécessaire est de soustraire le secteur de l'information aux marchands de mort, aux industriels de l'armement : Parce qu'ils nous habituent à l'idée d'offrir notre vie à ceux qui vont la tuer, pour leur seul profit.

Mes amis, je ne suis pas une extrémiste, je ne suis pas une aventurière ou une dangereuse révolutionnaire, je suis simplement une citoyenne indignée par la main-mise des industriels de la mort sur l'information, sur les politiciens, sur la société, sur notre esprit, sur nos existences. Une femme qui aime la vie, et qui a de l'empathie pour ceux qui souffrent. Une militante attachée aux valeurs humanistes, de vie, de justice, de partage, de solidarité, de paix. Tout simplement. Révoltée par le fait que nos existences soient confisquées pour le seul profit d'une poignée de gens cupides et sans crupules.  Attachée au respect de la vie, moins à celle des embryons à peine conçus comme les fanatiques évangélistes américains, qu'à l'existence de mon prochain, quel qu'il soit - et dans ce mot, il y a "proche" : Alter-ego humain. Et mon combat, dans ce blog, est de plus en plus existentiel. Aujourd'hui, c'est d'abord la survie de l'espèce humaine qui doit nous mobiliser, la pérennisation de la civilisation. Car la barbarie militaro-financière est à nos portes, la barbarie qui soumet l'individu à l'Economie et pire encore au Capital, la barbarie qui sacrifie l'humain à l'Argent. 

Notre société est viciée à la base. Ses fondations sont aux mains d'une oligarchie de prédateurs, uniquement animés par le souci  du toujours plus, quel que soit le prix payé par tous. Ses fondations sont pourries. C'est pourquoi la maison s'effondre aujourd'hui. 

Et ce qui est pire encore, c'est que le meilleur moyen de faire des affaires, aujourd'hui, est d'investir dans la guerre. Tant pis pour nous. Sur France 2, au Journal de 20 heures, ce Ier octobre, on tape sur les Chinois, coupables d'avoir étouffé un scandale pendant les J.O. (qu'auraient fait les Occidentaux à leur place ?) , et sur les Russes, présentés comme les bourreaux de la Georgie, alors qu'ils n'ont fait que défendre leurs ressortissants attaqués. Voici désignés à notre vindicte, ceux qui doivent être nos futurs ennemis, avec les Musulmans, ceux contre lesquels, artificiellement, nous devrons mourir. Pour permettre aux milliardaires de s'enrichir davantage. C'est tout simplement abominable, intolérable, criminel.

La société d'aujourd'hui est basée sur une vaste imposture. 

Il est temps de dénoncer le scandale des guerres, présentées comme nécessaires alors qu'elles ne sont qu'un moyen pour les plus nantis de s'enrichir toujours plus, au mépris de la vie humaine, au mépris du respect de la vie, au mépris des lois internationales ou de celles de Dieu.

La dénonciation de la guerre doit être notre premier combat. Avec l'indépendance des Médias par rapport au Secteur militaro-financier.

A l'instant, FR2 annonce le programme d'Envoyé Spécial.  Au menu, le nouveau visage de la contrefaçon. Et l'histoire d'un mec qui fait revivre Coluche.

Cette émission est une contrefaçon. Comme celles de Calvi, de Duquesne, et de tant d'autres. Destinée à nous distraire, à nous manipuler, à nous détourner des problèmes essentiels. Scandaleux ! Moi je vous ramène au réel.

D'autant que la guerre du Moyen Orient accapare les moyens financiers, avant d'engloutir nos économies et bientôt nos vies, quand elle s'étendra partout, tandis que les patrons des grands médias et des actionnaires se frotteront les mains.

Pour comprendre les vraies raisons des événements, des guerres, des malheurs qui s'abattent sur l'humanité, je vous invite à lire l'article que j'ai sélectionné pour vous. Il éclaire l'Actualité. Et il nous invite à refuser l'intolérable. Comme moi dans ce blog. Parce que chaque vie est précieuse, parce que la civilisation doit triompher de la barbarie, parce que nos enfants et les générations futures ne doivent pas voir leur vie confisquée, détruite, broyée, par une oligarchie apatride et abjecte.

Votre Eva

TAGS : Secteur militaro-financier, guerres, Moyen Orient, FR2, médias, Duquesne, Complément d'Enquête, Calvi, Georgie, Russes, Chinois, Occidentaux, Envoyé Spécial, J.O., Civilisation, Barbarie, ORTF, information, armement, Pétrole, Charbon Acier, Coluche,  contrefaçon


La guerre pour les Affaires
Les peuples sacrifiés au business
Economie de guerre




Effondrement financier global

.
La folle course mondiale pour s’approprier la richesse par la « manipulation financière » est la force motrice derrière cette crise. l

La guerre est la source du tourbillon économique et de la dévastation sociale.« La guerre, c’est bon pour les affaires » ; Les puissants groupes financiers qui manipulent de façon quotidienne les valeurs boursières, les marchés de la monnaie et ceux des matières premières font aussi la promotion de la poursuite de la guerre et de son escalade au Moyen-Orient. La crise financière est liée à la structure des investissements publics états-unienne dans l’économie de guerre par le moyen des impôts, au lieu des programmes sociaux. « Plus largement, ceci soulève également l’enjeu du rôle du trésor et du système monétaire états-uniens, dans le financement incessant du complexe militaro-industriel et de la guerre du Moyen-Orient aux dépends des secteurs le l’activité économique civile".

L’économie civile états-unienne est en crise étant donné que les ressources de la nation, incluant les impôts, sont détournés pour financer une guerre au Moyen-Orient qui coûtent plusieurs milliards de dollars


(Première partie)


Mondialisation.ca, Le 30 septembre 2008
 

Sanglant lundi, 15 septembre 2008. La moyenne industrielle du Dow Jones (DJIA selon le sigle anglais) a perdu 504 points (4.4%), sa plus grosse chute depuis le 17 Septembre 2001, depuis que les activités commerciales ont repris après les attaques du 11 septembre.

La glissade financière a continué inexorablement, menant jusqu’à une diminution de 800 points du Dow Jones en moins d’une semaine. Les marchés boursiers sont interconnectés « sur tous les fuseaux horaires » à travers l’instantanéité les liens instantanés que permet l’Internet. La volatilité des transactions de Wall-Street se répand donc immédiatement sur les marchés boursiers asiatiques et européens et de là rapidement sur le système financier tout entier.



 


La plus sérieuse crise financière depuis le « crash » de Wall Street en 1929

Replacé dans son contexte global, et tenant compte de l’instabilité généré par la spéculation, les implications de cette crise sont de très grande envergure.

La crise, cependant, n’a pas encore d’aucune façon atteint son apogée. Elle a le pouvoir de disloquer les fondations même du système monétaire international. Les répercussions sur la vie des gens vivant en Amérique et tout autour du monde sont dramatiques.

La crise n’est pas limitée à l’effondrement des marchés financiers. L’économie réelle aux niveaux national et international, ses institutions, ses structures de production sont aussi en danger.

Quand les valeurs de la Bourse s’effondrent, les épargnes des ménages de toute une vie sont érodées, ainsi que les fonds de pension.

L’effondrement financier, inévitablement se répercute sur les marchés de consommation, le marché de l’habitation, et plus largement, sur le processus d’investissement des biens et services.

La guerre et la crise économique

Ce qui est le plus significatif dans cette plongée des valeurs boursières se produit de manière combinée à une aventure militaire majeure. La crise financière globale est intimement liée à la guerre.

La spirale du budget de défense se répercute sur les secteurs civils de l’activité économique. L’économie de guerre a un rapport direct sur les politiques monétaires et fiscales. Les dépenses militaires dépassent les 500 milliards de dollars. En outre, 70 milliards supplémentaires sont destinés « à couvrir les coûts de la guerre dans les premiers mois de la nouvelle administration. La combinaison de ces montants représente le plus niveau des dépenses militaires depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, (ajustée aux coûts de l’inflation) . (Csmonitor.com, 6 février 2008)

« La guerre, c’est bon pour les affaires » ; Les puissants groupes financiers qui manipulent de façon quotidienne les valeurs boursières, les marchés de la monnaie et ceux des matières premières font aussi la promotion de la poursuite de la guerre et de son escalade au Moyen-Orient. La crise financière est liée à la structure des investissements publics états-unienne dans l’économie de guerre par le moyen des impôts, au lieu des programmes sociaux. « Plus largement, ceci soulève également l’enjeu du rôle du trésor et du système monétaire états-uniens, dans le financement incessant du complexe militaro-industriel et de la guerre du Moyen-Orient aux dépends des secteurs le l’activité économique civile. » (Voir Michel Chossudowsky, The Democrats endorse the « Global War on Terrorism » : Obama « goes after » (Les démocrates endossent la « guerre mondiale au terrorisme » : Obama « pourchasse » Osama.Osams), Mondialisation/Global Reserach, publié en anglais le 29 août et  en français le 4 septembre 2008)

La guerre est génératrice de profits et est financée à travers l’expansion mondiale massive de la dette publique. Guerre et globalisation vont main dans la main. Wall Street, les compagnies pétrolières, et les contrats militaires ont des intérêts concurrents qui se chevauchent également. Les compagnies pétrolières sont derrière la poussée spéculative des prix du pétrole brut sur le marché londonien de l’énergie.

En conséquence, et résultant de l’agenda militaire, l’économie civile états-unienne est en crise étant donné que les ressources de la nation, incluant les impôts, sont détournés pour financer une guerre au Moyen-Orient qui coûtent plusieurs milliards de dollars.

L’assaut spéculatif

La folle course mondiale pour s’approprier la richesse par la « manipulation financière » est la force motrice derrière cette crise. C’est la source du tourbillon économique et de la dévastation sociale.

Quelles en sont les causes sous-jacentes ? Un milieu financier totalement déréglementé et caractérisé par un intensif commerce spéculatif.

L’histoire de la déréglementation remonte au commencement de l’administration Reagan.

Dans le sillage de l’effondrement du marché boursier de 1987, le trésor états-unien fut avisé par Wall Street de ne pas s’immiscer dans les marchés financiers. Libre de l’empiètement gouvernemental, les bourses de New-York et de Chicago, furent invitées à établir leurs propres procédures réglementaires.

L’autorité pour réglementer les marchés boursiers ne reposait plus désormais sur l’État mais sur les directives du marché financier au service directement des intérêts des spéculateurs institutionnels.

La crise de Wall Street fait partie du processus de la guerre financière.

Depuis la crise de 1987, s’est déployée une nouvelle ère d’intense rivalité financière.

La déréglementation financière aux États-Unis a créé un environnement qui favorise une concentration sans précédent du pouvoir financier global.

Ce à quoi nous faisons face est un affrontement majeur entre conglomérats financiers en concurrence les uns avec les autres.

L’effondrement financier est intimement relié à la croissance incontrôlée d’opérations fortement spéculatives.

Les fonds de placement à risque.

Les fonds de placement à risque jouent un rôle crucial dans le processus de restructuration. Ces transactions spéculatives (la panoplie des produits dérivés, des options, des contrats à terme, des fonds d’investissement liés à des indices du marché, etc) souvent transigées à travers les fonds de placement à risque éclipsent le fonctionnement des transactions des marchés boursiers et leur relation à l’activité économique réelle.

Les fonds de placement à risque sont des fonds d’investissement privés, lesquels gèrent des regroupements de fonds ou fonds mutuels de riches investisseurs. Bien qu’ils soient souvent liés à des institutions financières majeures, ils sont totalement déréglementés. Ils fonctionnent avec un large bassin de capital monétaire, lequel est utilisé pour entreprendre des transactions fortement spéculatives.

Ventes à découvert

Un effondrement du marché boursier peut être une opération hautement profitable. A partir de connaissances et d’informations privilégiées un effondrement dans les valeurs boursières constitue ( à travers des ventes à découvert) l’opportunité d’un lucratif mouvement d’argent pour une catégorie sélecte de puissants spéculateurs capables de manipuler le marché dans la direction appropriée et au temps opportun.

Il y a des indications d’une conspiration soigneusement orchestrée pour déclencher un effondrement de plusieurs institutions financières majeures et ce par une totale manipulation.

Les « ventes à découvert » aussi bien que la diffusion de fausses rumeurs furent utilisés comme stratégie pour déclencher l’effondrement d’actions ciblées sur Wall Street incluant Lehman, Morgan Stanley et Goldman Sachs.

« Les vendeurs à découvert aspirent à profiter des baisses d’action, habituellement en empruntant une valeur, la vendant et la rachetant après que son prix a diminué. Dans les abusives ventes à découvert, le vendeur n’emprunte pas l’action et échoue à la délivrer à l’acheteur.

Quelques marchés participants disent que des vendeurs à découvert abusifs ont contribué à la chute de compagnies telles que Lehman Brothers en les obligeant à baisser les prix partagés.

Mercredi dernier, John Mack, le directeur général de Morgan Stanley, a dit aux employés, dans un memo interne : Qu’est-ce qu’il arrive ici ? C’est très clair pour moi, -nous sommes dans le milieu d’un marché contrôlé par la peur et les rumeurs, et les vendeurs à découvert sont en train de faire baisser nos actions.» (Financial Times, 17 septembre 2008)

« Les autorités régulatrices ont reconnu que l’effondrement de Bear Stearns en mars dernier fut attribué aux ventes à découvert. « Les autorités régulatrices ont examiné une combinaison de ventes à découvert et de fausse rumeurs comme étant partie du problème. » (Wall Street Journal, le 18 septembre 2008)

Merrill Lynch est acheté, Lehman Brothers est poussé vers la banqueroute. Ce ne sont pas des coïncidences fortuites. C’est le résultat de manipulation par de puissantes et compétitives institutions financières, utilisant des opérations hautement spéculatives pour atteindre leur objectif qui consiste soit dans un déplacement ou l’acquisition du contrôle sur l’institution financière rivale.

Le présent effondrement financier n’a rien à voir avec les forces du marché : il est caractérisé par la guerre financière entre les spéculateurs institutionnels compétitifs.

Le marché du pétrole brut

Le commerce hautement spéculatif a poussé le prix du pétrole brut à des niveaux excessifs, atteignant un sommet en juillet 2008. Un point tournant fut atteint. La tendance du commerce spéculatif s’est rapidement renversée, menant à une plongée dramatique des prix du pétrole brut. (Voir la charte ci-dessous).

Ces institutions financières et/ou les investisseurs capables de manipuler le mouvement des prix du pétrole brut, ayant des connaissances antérieures et l’habileté pour déterminer le laps de temps de la montée spéculative et son effondrement subséquent, purent récolter de gros montants de profits durant le mouvement ascendant et descendant des prix du pétrole brut.

« Le mouvement des prix globaux sur les marchés commerciaux de New-York de Chicago n’a aucun rapport avec les coûts pour produire le pétrole brut. La spirale du prix du pétrole brut n’est pas le résultat d’un manque de pétrole. Il est estimé que le coût d’un baril de pétrole au Moyen-Orient ne dépasse pas $15. Le coût d’un baril de pétrole extrait des sables bitumineux de l’Alberta, au Canada, est de l’ordre de $30. » ( Pour plus de détails voir, Michel Chossudovsky, The Global Crisis : Food, Water and Fuel. Three Fundamental Necessities of Life in Jeopardy, Global Reserach, 5 juin 2008)



La restructuration de l’économie globale

Cette crise économique est la conséquence d’un processus de restructuration macroéconomique et financière qui a commencé au début des années 1980. C’est le résultat d’une structure politique : la réforme du commerce et du secteur financier sous l’Organisation mondiale du commerce, sans nommer l’imposition des réformes macroéconomiques mortifères du Fond Monétaire International, communément nommés : les programmes d’ajustement structurel. Cette restructuration a comme conséquence l’appauvrissement d’importants secteurs de la population mondiale.

La crise de la dette au début des années 1980 a déclenché une vague de fusions corporatives, achat d’actions et des banqueroutes. Ces changements à leur tour ont pavé la voie à la consolidation d’une nouvelle génération de financiers groupés autour de grandes banques marchandes, d’investisseurs institutionnels, de sociétés de courtage d’actions, d’importantes compagnies d’assurances, etc. Dans ce processus, les fonctions des banques commerciales se sont unis à celles des banques d’investissement et des courtiers d’action menant à la consolidation d’une poignée de conglomérats financier global

L’utilisation déréglementée d’instruments spéculatifs complexes a fourni à Wall Street les moyens d’étendre son empire financier global. Le motif principal de ce processus ne consiste pas dans la surveillance du marché boursier en soi. Il vise plutôt à contrôler les marchés lucratifs à travers des instruments spéculatifs : —produits dérivés, options, futures, fonds de placement à risque, etc.—où la possibilité de manipulation et de commerce interne est beaucoup plus grand.

La domination financière de Wall Street fut complétée à travers son contrôle institutionnel des canaux du commerce spéculatif. Ce contrôle lui fournit aussi, comme dans le cas de la crise asiatique, la base pour affaiblir le rôle des banques centrales, prenant ainsi contrôle des rennes de la politique monétaire, des marchés boursiers et des marchés de change. En 1997, pour la crise Asiatique seulement, plus de $100 milliards furent confisqués en quelques mois des voûtes des banques centrales d’Asie. Des assauts spéculatifs similaires furent ainsi réalisés en Russie en 1998 et au Brésil en 1999.

Ces événements furent suivis par des bulles spectaculaires et l’éclatement des actions de dot.com quand l’indice composé du NASDAQ a atteint un somment à plus de 5,000 en Mars 2000 et s’effondra par la suite, déclenchant un mouvement de vente de panique. (voir le graphique)



La suite de l’article la semaine prochaine.


Article original en anglais, Global Financial Meltdown, publié le 18 septembre 2008.

Traduction de l’anglais, Françoise Breault,
Presse gauche.


 Articles de Michel Chossudovsky publiés par Mondialisation.ca


http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=10394

Vous avez aussi des articles sur les médias et la guerre, dans mon blog  contre la désinformation
R-sistons à l'actualité
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

et des articles pour la COMMUNION des individus au lieu de la guerre, sur l'autre blog :
R-sistons au choc de civilisations
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/


Crise financière en France :

Le crédit hypothécaire, par S. Royal

Nous sommes fort aise d’entendre Nicolas Sarkozy déclarer, à l’ouverture de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York : « Nous devons nous interroger sur nos responsabilités. Aujourd’hui, des millions de gens à travers le monde ont peur pour leurs économies, pour leur appartement, pour l’épargne qu’ils ont mise dans les banques.
Notre devoir est de leur apporter des réponses claires. Qui est responsable du désastre ? Que ceux qui sont responsables soient sanctionnés et rendent des comptes et que nous, chefs d’Etat, assumions nos responsabilités ».


La réponse est toute trouvée : l’un des responsables est Nicolas Sarkozy, qui fut ministre de l’
Economie et des Finances de mars à novembre 2004. Il n’a rien fait pour réguler les banques et les marchés financiers et a fui ses responsabilités après 9 mois d’exercice.


Ca ne s’arrête pas là. Pendant la campagne présidentielle 2007
, Nicolas Sarkozy proposait d’importer en France ce qui a causé la chute de l’économie mondiale : des crédits hypothécaires pour les personnes à revenus modestes.


« Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C’est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages (...).
Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement.


Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les revenus fluctuant, comme les intérimaires et de nombreux indépendants.
 ».


Aux Etats-Unis, tout allait bien tant que le marché immobilier était élevé mais, ce fut la catastrophe lorsqu’il a baissé et l’on connaît la suite de l’histoire.


Dans son récent discours de Toulon, Sarkozy a-t-il fait son mea culpa ? Pas du tout. A-t-il l’intention « d’assumer ses responsabilités » ? On peut en douter. Il s’en est fallu de peu, si la crise n’avait pas éclaté très rapidement, que nombre de nos concitoyens se fussent fait piéger.


Fini l’argent fiduciaire,
bienvenue dans l’ère du crédit !

La dette des USA est de 8 000 000 000 000 de dollars et il n’y a que 650 000 000 000 dollars en circulation alors comment espèrent-t-ils rembourser la dette ?? Il ne compte pas rembourser la dette! A la place ils vont éradiquer l’argent physique pour introduire un nouveau système financier basé sur le vent, sur le crédit! Tout cela sera géré par les technologies RFID, puces électroniques.

L’élite Européenne va laissé couler le dollar pour l’amener au même niveau que le pesos et ainsi les USA vont devenir le nouveau Guatemala. Un pays ou les travailleurs ne couteront rien du tout pour les PDG Européens! Il y a énormément plus d’informations sur le sujet, mais ce qui se passe est ultra grave pour les USA.

Vidéo

http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-23279653.html


Francs-Maçons et Sénat

Habituellement dirigé par un élu socialiste membre du GO, ce réseau discret aura donc à sa tête un élu UMP, membre de la Grande loge nationale française, obédience déiste aimant recruter des hommes de pouvoir. Du jamais-vu, de mémoire de maçon!

Mais il est très loin, le temps où la puissante fraternelle faisait et défaisait les lois de la République. Elle demeure néanmoins une amicale de complicités et un lieu de débats, sur la laïcité ou les tests ADN, la bioéthique ou la gestation pour autrui.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/au-senat-les-freres-menent-ils-le-bal_568502.html
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-23240564.html 


Crise financière, ou agonie du capitalisme ?
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2209

Le système est en chute libre
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2206

Crise financière : Punir les coupables, chiche !
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-23239921.html

Le but des USA : Destabiliser l'Europe, et même la détruire !
http://bridge.over-blog.org/article-23328133.html


Eva : On vole un oeuf, on va en taule; on vole un boeuf, on vous déroule le tapis rouge.  Ca suffit, l'Injustice ! Les gros coupables doivent répondre de leurs actes. Plus que les petits délinquants ! Et Justice doit être faite dans l'affaire du fils Sarkozy ! Le Palais de l'Injustice mérite bien le nom que je lui donne...



C O M M E N T A I R E S  : I C I

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Grands textes ou grandes figures
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 01:06

Jean Ziegler 
Jean Ziegler
http://www.evene.fr/celebre/biographie/jean-ziegler-17815.php


Je n'ai jamais fait cela. Une parution pour conseiller un livre ! Jean Ziegler est l'un des grands prophètes de notre temps, un des grands Sages. Il est immense ! Lisez-le. Ecoutez-le quand il parle. Il est l'une des rares consciences de notre temps. Eva



Une civilisation qui fonctionne suivant un dogme - la religion de l'économie - qui condamne à mort une grande partie de sa population, ne mérite pas son nom, il s'agit d'un monde où règne la loi de la jungle,
nous vivons en réalité dans une barbarie et rien n'a vraiment changé depuis l'antiquité.


Jean Ziegler "L'empire de la honte"

 

zieglerhttp://french-revolution-2.blog.fr/2008/09/29/la-dette-odieuse-4507219



Jean Ziegler, né le 19 avril 1934 à Thoune dans le canton de Berne en Suisse, est un homme politique, sociologue, écrivain et polémiste suisse.




Sommaire
 


Biographie
 

Il est marié et a un enfant. Son père était président du tribunal de Thoune et colonel d'artillerie. Il a un doctorat en droit et un doctorat en sociologie [1].

Il fut le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies de 2000 à 2008, poste auquel lui a succédé Olivier De Schutter. Il est actuellement membre du comité consultatif du conseil des droits de l'homme des Nations unies.

Il fut professeur de sociologie à l'Université de Genève jusqu'en 2002 et à l'université de la Sorbonne à Paris. Il a aussi publié de nombreux livres. Il fut conseiller municipal (socialiste) de la ville de Genève de 1963 à 1967 [2]. Il fut membre du parlement fédéral suisse (canton de Genève) du 4 décembre 1967 au 27 novembre 1983 et du 30 novembre 1987 au 5 décembre 1999 (parti socialiste) [3]. Il est le premier dirigeant de la communauté d'Emmaüs genevoise. Il rencontra l'abbé Pierre à Paris en 1952.

We Feed the World est un documentaire sorti en avril 2007 inspiré par "L'empire de la Honte", un livre de Jean Ziegler. Ce documentaire de l'autrichien d'Erwin Wagenhofer contient, en forme de conclusion, une interview de Jean Ziegler.


Nations Unies


Il est le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation (des populations) du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies de 2000 à mars 2008. Il fut choisi en 2000 et en 2003 mais il ne se présentera pas à sa succession en 2008 car il postule à l'un des (3 sur 18) postes 'réservés' au groupe occidental au sein du Conseil des droits de l’homme. Sa candidature est officiellement soutenue par la Suisse [4].

En tant que rapporteur spécial, il a étudié le niveau d'alimentation des populations de nombreux pays (Niger, Éthiopie, Inde, Bangladesh, Mongolie, Brésil, Palestine, Guatemala, ...). Les rapports sur la situation de l'alimentation et de la malnutrition dans ces pays sont disponibles sur le site des Nations Unies [5],[6].

Jean Ziegler a qualifié de "crime contre l'humanité" le fait d'abandonner les cultures vivrières au profit des biocarburants.[7].

Il est actuellement membre du comité consultatif du conseil des droits de l'homme des Nations unies.


Écrivain


Jean Ziegler a participé aux travaux de reconnaissance de la spoliation de comptes bancaires (en Suisse) de déportés aux profit de l'Allemagne nazie [8]. Son travail est décrit dans son livre : "La Suisse, l'or et les morts" (1997, éditions Seuil). Il explique comment les banquiers suisses ont aidé à financer la machine de guerre des nazis.

Jean Ziegler est l'auteur de plusieurs livres sur la mondialisation et sur ce qu'il appelle les crimes commis au nom de la finance mondiale et le capitalisme, condamnant en particulier le rôle de la Suisse.

Il écrit en français et en allemand.


Controverses
 

Une controverse est née au début des années 1980 lorsque Jean Ziegler a suggéré que le gouvernement fédéral invite Mouammar Kadhafi en Suisse. Lorsqu'on lui a demandé, Ziegler confirme que Khaddafi l'a invité plusieurs fois "parce que mes livres sont traduits en arabe et qu'il les lit". Il a reconnu avoir été consulté, tout comme d'autres intellectuels européens, quand la Libye a voulu créer un prix pour les Droits de l'Homme en 1989. Aujourd'hui Ziegler dit qu'à l'époque, "il appuyait le prix car cela représentait une étape vers une ouverture."

Time Magazine l'a décrit (en 1989) comme membre du jury du Prix Kadhafi des droits de l'homme[9]. Jean Ziegler a démenti avoir créé ce prix, l'avoir financé, avoir reçu le prix ou avoir fait parti du jury [10].


Bibliographie
 

  • Sociologie de la nouvelle Afrique (Gallimard, 1964
  • Sociologie et Contestation, essai sur la société mythique (Gallimard, 1969)
  • Le pouvoir africain (Seuil, 1973, nouvelle édition revue et augmentée 1979)
  • Une Suisse au-dessus de tout soupçon en collaboration avec Délia Castelnuovo-Frigessi, Heinz Hollenstein, Rudolph H. Strahm (1976, nouvelle édition 1983)
  • Contre l'ordre du monde, les Rebelles, (Seuil, 1983)
  • Main basse sur l'Afrique (1978, nouvelle édition 1980)
  • Retournez les fusils ! Manuel de sociologie d'opposition (Seuil, 1980, nouvelle édition revue et augmentée 1991)
  • Vive Le Pouvoir! Ou les Délices de la Raison D'État (Seuil, 1985)
  • La victoire des vaincus, oppression et résistance culturelle (Seuil, 1988)
  • Les Vivants et la Mort ; Essai De Sociologie (Seuil, 1973, nouvelle édition revue et augmentée 1978)
  • La Suisse lave plus blanc (1990)
  • Le bonheur d'être Suisse (Seuil et Fayard, 1994)
  • Charles Baudelaire (1996) avec Claude Pichois
  • L'Or du Maniema (Seuil, 1996)
  • La Suisse, l'or et les morts (Seuil, 1997)
  • Les Rebelles. Contre L'Ordre du Monde (1997)
  • Les Seigneurs du Crime : Les Nouvelles Mafias contre La Démocratie (Seuil, 1998)
  • Le Livre noir du capitalisme, co-auteur (Edition Le Temps des Cerises, 1998)
  • La Faim dans le monde expliquée à mon fils (2000)
  • Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur resistent (Paris, Editions Fayard, 2002)
  • L'empire de la honte (Paris, Editions Fayard, 2005)
  • Le droit à l'alimentation (Fayard) 


Citations
 

Tout enfant qui meurt de faim dans le monde d'aujourd'hui a été assassiné. (26 octobre 2006)


Notes et références


Articles
 


Liens externes
 


Décorations
 



http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ziegler


________________________________________________________________________________________



Au fait, vous ne comprenez rien à la crise ?

Cet article est pour vous...

La crise financière expliquée aux nuls...


"LA CREATION MONETAIRE NOUS APPARTIENT"


Extrait de
Bankster:
Tout argent ‘naît que dès lorsqu’il est emprunté’. L’argent n’existe pas jusqu’à ce que quelqu’un l’emprunte.

C’est de ‘l’argent basé sur une dette’, par conséquent ce n’est pas vraiment de l’argent puisque le véritable argent est basé sur une substance – l’or, l’argent, etc. Si l’« argent » naît que dès lors qu’il est emprunté, alors cela signifie qu’il n’existe pas.

Ainsi, où est l’« intérêt » ?

Il n’existe pas.

Comment peut-il être payé ?

Il ne peut pas être payé parce qu’il ne fait pas partie de ce qui est créé. Il n’existe simplement pas.

(..)

Ainsi nous sommes assis sur une montage de dettes artificielles dont les conséquences sont dramatiques :

Diminution générale du pouvoir d'achat, extension de la pauvreté et misère absolue pour une majeure partie de la population terrestre.

Comment peut-on perdre à ce point le plus élémentaire bon sens pour vouloir légitimer le fait qu’un Etat paye un intérêt à un système bancaire privé pour l’usage de sa propre monnaie, qu’il pourrait émettre lui-même, sans intérêt ?

 

EN SAVOIR PLUS ET VISIONNER LA VIDEO LIEN SOURCE :

http://www.bankster.tv/

http://hadria.riviere.over-blog.com/article-23222306.html


neverblog.jpg


Et pendant qu'on y est,
voici l'intégralité du débat
Obama-Mac Cain

26.9.08
merci Hadria pour le tuyau !

http://www.lemonde.fr/web/vi/0,47-0@2-829254,54-1099250,0.html



Un radar anti-missile
américain en Israël

28 septembre 2008 03:59

JERUSALEM - Les Etats-Unis ont livré la semaine dernière à Israël un radar antimissile sophistiqué qui permettra de détecter précocement une éventuelle attaque iranienne, a-t-on appris auprès de responsables israéliens.

Arrivé avec environ 120 techniciens américains, ce radar a été installé sur la base aérienne de Nevatim, dans le désert du Néguev, ont précisé ces responsables ayant requis l'anonymat.

Le radar peut détecter un missile balistique très vite après son lancement, ce qui va raccourcir le temps de réaction du système Arrow, conçu pour intercepter les missiles.

http://www.juif.org/go-news-67655.php


413354_8.jpg


Dialogue israélo-palestinien
en panne
L'Egypte tente de réconcilier
Fatah et Hamas

En début de semaine, Tzipi Livni a pris congé de son interlocuteur palestinien l’ancien Premier Ministre Abu Allah. Les deux ont dirigé les équipes de négociateurs, chargés de donner corps aux promesses d’Annapolis. Aucun bilan n’a été dressé au cours de cette rencontre. Et pour cause : en dehors du climat de confiance qui s’est instauré entre les deux, aucun progrès sensible n’a été enregistré quant aux questions essentielles : Jérusalem, le tracé des frontières et le statut des réfugiés palestiniens.

Amjad Rafeeq Shihab, professeur de sciences politiques à l’université Al-Kuds, un proche d’Abu Allah, n’est guère optimiste. ” Tzipi Livni, dit-il, a manifesté une capacité d’écoute remarquable, une volonté de faire bouger les choses, mais elle n’avait aucun pouvoir de décision. Qu’en sera-t-il si elle devient Premier Ministre? Je suis pessimiste. Ce n’est pas que je doute de ses intentions, mais de la liberté de manœuvre que lui laisseront ses partenaires de la coalition, en particulier Shass. Ce parti, vous le savez bien, s’oppose à ce que la question de Jérusalem soit débattue. Et sans Jérusalem, aucun accord n’est envisageable.”

En raison des tractations pour la formation d’un nouveau gouvernement en Israël, le dialogue est donc suspendu. La terre, cependant, continue de tourner. Il faut prêter attention aux propos tenus justement par Abu Allah, dans une interview accordée au quotidien Yédiot Aharonot, vendredi. ” Il est important de se rappeler, a-t-il dit, qu’un peuple vivant sous occupation étrangère ne peut se taire indéfiniment. Un tel peuple marquera son opposition par des protestations diverses et utilisera tous les moyens pour faire admettre ses droits fondamentaux. Ce qui relève de la légitimité élémentaire.” Abu Allah étant connu pour son rejet de la violence, son propos prend valeur d’avertissement. Et de fait, la rue palestinienne gronde de plus en plus.

Cependant, le souci majeur des Palestiniens n’est pas, du moins dans l’immédiat, le gel relatif des discussions avec les Israéliens, mais la nouvelle initiative égyptienne. Les délégations du Fatah et du Hamas en discuteront au Caire, cette semaine. Le plan concocté sur les bords du Nil repose sur trois points : libération du soldat israélien Guilad Shalit contre des centaines de prisonniers palestiniens (et du Hamas et du Fatah); mise sur pied d’un gouvernement d’union nationale, retour de la bande de Gaza dans le giron de l’Autorité palestinienne. Ce qui permettra un retour à la normale avec réouverture de tous les points de passage, israéliens et égyptiens.

Un plan qui ne cadre guère avec la situation qui règne dans la bande de Gaza. Pour faire court, disons que l’aile dure du Hamas s’est singulièrement renforcée ces derniers temps au détriment des pragmatiques, que les principaux leaders de la branche militaire ont été élus au sein du “Politburo” de l’organisation. De plus, la branche armée a procédé à un redécoupage de la région en zones et cantons militaires, bénéficiant d’une large autonomie de manœuvre. Ce qui autorise, à l’échelon local, des alliances avec des groupuscules relevant d’autres tendances – El Qaïda, par exemple – sans que la direction générale soit affectée par ces “mésalliances”.

Dans ce contexte, l’élection d’un nouveau président de l’Autorité palestinienne, début janvier 2009, s’annonce on ne peut plus problématique. ” Quelle élection ? Mahmoud Abbas prolongera son mandat et voilà tout”, dixit Amjad Rafeeq Shihab.—

http://www.juif.org/diplomatie-moyen-orient/67634,israel-palestine-le-dialogue-israelo-palestinien-est-en-panne.php



Un berger Palestinien
tué par des colons

Un berger palestinien de 19 ans a été retrouvé mort, tué par balles, en Cisjordanie, rapportent les autorités palestinienne et israélienne.

Deux adolescents ont vu une voiture appartenant à des colons juifs poursuivre hiersoir Yihya Atta Bani Minya, du village d'Aqrabeh, et ont ensuite entendu des coups de feu, rapporte Ghassan Daglas, un responsable local palestinien.

Le cadavre du jeune homme présente des traces de blessures par balles, selon le porte-parole de la police israélienne Danny Poleg. Il a été confié pour autopsie à un centre israélien de médecine légale.

http://www.juif.org/go-news-67647.php




Le Hamas demande des actes, pas des déclarations
http://www.juif.org/go-news-67652.php




Olmert : Il faut nous retirer
de tous les territoires,
y compris du Golan et de Jérusalem

C’est ce qu’affirme le Premier Ministre Ehoud Olmert, dans une interview exclusive accordée au quotidien Yédiot Aharonot, à l’occasion du Nouvel an du calendrier liturgique hébraïque.

Ehoud Olmert y précise que ce retrait comportera des rectifications du tracé des frontières actuelles, mais des rectifications mineures.

Ce crédo, le premier du genre depuis 1967 à être exprimé aussi clairement par un Premier Ministre israélien, crée un désarroi certain dans la classe politique israélienne.

http://www.juif.org/politique-israel/67721,ehoud-olmert-au-yediot-il-nous-faut-nous-retirer-de-tous-les.php


ehoud-olmert-au-yediot-il-nous-faut-nous

Lire aussi  : http://www.juif.org/blogs/10360,les-soldes-d-olmert.php




"Dictature législative" aux USA


Vidéo

La loi martiale est en force, depuis hier, parce que les procédures légales
pour faire voter une loi dans un délai minimum de 24hres ont été violées.  
Les projets de loi peuvent donc être présentés à la toute dernière minute et
les représentants sont alors forcés de voter une loi qu'ils ne connaissent pas!

C'est de la dictature législative et le prélude à la dictature civile !

Vidéo, voir
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23267721.html



Mondialisation :
Un choix entre la peste et le choléra ?
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23267189.html



Autriche : L'antisémitisme menace

"Ces partis (d'extrême droite) professent un antisémitisme avoué, demandent l'autorisation des symboles nazis, nient la Shoah et adoptent une attitude ouvertement raciste envers les immigrés", écrit le Crif dans un communiqué.

(Eva : A relayer, à dénoncer !)
http://www.juif.org/go-news-67758.php



jacques attali lexpresshttp://blogs.lexpress.fr/attali/about.html

Attali, celui qui est chargé de préfigurer ce qui va arriver,
de nous y préparer :

Attali plaide pour le NOM,
le Nouvel Ordre Mondial

Mettre en place une vraie  gouvernance mondiale, aujourd’hui si nécessaire,  exigerait de prendre trois décisions  simultanées :
 
1°. Elargir le G8 à la Chine, l’Inde, le Nigéria, l’Egypte, le Brésil, un représentant de l’OPEP  et deux  représentants des pays les plus pauvres.

2°. Fusionner  le  nouveau G16 et le Conseil de sécurité en un « Conseil de Gouvernance »,   regroupant puissance économique et légitimité  politique.

3°. Placer  le Fonds Monétaire,  la Banque Mondiale et les autres institutions financières internationales  sous l’autorité de ce  Conseil de  Gouvernance,  lui donnant les moyens d’agir.    

Tout  cela peut être décidé en moins d’une heure.     

                                                                                                                                    j@attali.com
 
http://blogs.lexpress.fr/attali/2008/07/le-dernier-g8.html



Dangereux passe-droit pour l' Inde :
C'est le "Kosovo du nucléaire " !

singh.jpg


Pour pouvoir avoir le droit de se fournir en France, aux Etats-Unis ou en Russie, l'Inde bénéficie, depuis début septembre, d'un traitement dérogatoire.

 Et ce passe-droit est un précédent dangereux.

 Une sorte de Kosovo du nucléaire.

 Je m'explique.

 L'Inde s'est dotée, illégalement, de l'arme nucléaire en 1975.

 Et elle n'a pas signé le traité de non-prolifération.

 Pour ces deux raisons, l'accès au nucléaire civil sur le marché mondial lui est, juridiquement, interdit.

 Mais les Grands ont fait une exception pour elle (..)

http://globe.blogs.nouvelobs.com/


Derniers articles sur le blog
Affaires Etrangères


Voici mon commentaire sur "Loukechenko":

Une bonne nouvelle ! Du renfort pour la Russie, qui a été suffisamment spoliée par l'Occident. Voici qui arrange les affaires de la Russie, et... les nôtres ! Car tout ce qui fortifie la Russie, fortifie la paix. Les Russes sont actuellement le seul contre-poids à l'hyper-puissance totalitaire américaine. Le bloc russe (Chine, Vénézuela etc) se renforce ! Basta le monde unipolaire ! Les USA ne pourront plus tout se permettre : il y aura désormais une limite, la Russie ! Eva


C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Grands textes ou grandes figures
commenter cet article

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages