26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 04:56

 

 

Le coup final de l´esclavage des peuples,

par l’endettement

mod_article4678205_1

 

mod_article4678205_1


 

Diffusez et faites diffuser aux citoyens, juristes et experts « intègres », d´urgence les informations, explications et documents ci-dessous, ne serait-ce que pour exiger un accès adéquat en langue française à ces documents afférents à la « BANQUE-MES ». Merci !

« Ils » – (en l’occurrence, TOUS les politiques) - veulent à tout prix finaliser, mettre en œuvre, et ceci sans retour possible, ce projet scélérat dans les prochains jours et semaines, sous prétexte d’urgence, et avant que la résistance des peuples enfin informés ne devienne trop importante. 

Vous trouverez ci-dessous des explications, dans les grandes lignes, rédigés de manière synthétique, et des conclusions de personnalités, référentes en la matière, dans les documents joints, dont TOUS les politiques nationaux, – quel que soit leur parti – ainsi que ceux de l’UE, disposent depuis au moins MAI 2011…, et auxquels ils ont déjà donné leur accord !

 

Pour le lecteur « pressé »…. – veuillez s.v.p. au moins lire la dernière partie de ce long article : les informations et explications du passage « Contrat et Banque-MES »



Étapes des « coups d’État » expliqués ci-dessous [2a – 2d,5]



1. 07/06/2010 : installation du FESF, « Fonds Européen de Stabilité Financière »

2. 25/03/2011 : les États membres de la zone euro mettent en place le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) après signature de l’accord modifiant l’article 136 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, afin de contourner, sans avoir notamment à passer par un referendum, l´article 125 du traité UE, interdisant explicitement l´aide financière d´un pays à l´autre ( clause de « non-renflouement »)

3. 24/06/2011 : signature de l’accord « Contrat BANQUE-MES » sur la création et installation d’une Institution que nous appellerons ici, n’ ayant pas accès à une version française du contrat , et pour éviter la confusion avec des termes déjà existants, la « BANQUE-MES ».

Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) [1]

Comme la « BANQUE-MES » est un élargissement du FESF, et que le FESF doit être intégré en 2013 dans la « BANQUE-MES » , nous devons tout d’abord présenter le FESF dans ses grandes lignes :

Supposez, pour mieux comprendre ce qui suit, que votre pays, A, est comme une maison, dont vous, le peuple, assurez l’entretien, - et sur la valeur de laquelle une banque peut accorder un crédit, par inscription d’hypothèque (la valeur de la maison est donc la garante d’ une dette ).
Surtout ne pas confondre montant d’un crédit, et montant garanti  : la banque accorde/met à disposition par exemple 100 € de crédit, mais elle exigera, d´après ses propres estimations de la valeur de votre maison, l´inscription d´une hypothèque = garantie, qui régulièrement dépasse le montant du crédit accordé en contrepartie, ici par exemple 500 € de garantie, pour le crédit de 100 €.

EN 06/2010

1. Les pays A (le vôtre…), B, C , D, (etc) créent une Société Anonyme (SA) luxembourgeoise - le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF, une Société Privée, qui possède la personnalité juridique d’après le droit luxembourgeois), et s’engagent par contrat envers elle. Chaque pays devient par ce contrat un actionnaire, en fournissant à la SA des engagements de garantie inconditionnelle et irrévocable (une inscription d’hypothèque sur votre maison), à hauteur du taux de participation à la SA qu’ils ont acceptée

2. La mission du FESF (en tant qu´intermédiaire/fournisseur de crédit entre pays et banques), est limitée dans le temps, et prend fin à l’échéance au 30/06/2013.
Jusqu´à cette date, le FESF doit veiller à ce qu’à tout moment un volume de disponibilités financières (contractuellement, des crédits jusqu´à globalement un plafond de 440 milliards d’euros – montant maximal global plafonné) puisse être mobilisé, au cas où votre pays A, et/ou le pays B, C , D, soi(en)t diagnostiqué(s) comme « en difficultés économiques » par les marchés financiers privés (banques, agences de notation etc) : dans ce cas, le FESF organisera un « Plan d’Austérité  » pour ce pays, et lui accordera ensuite, après son acceptation de ce Plan d’Austérité, un crédit « très avantageux », obtenu avec l’ « aide » et auprès d’organismes de capitaux privés ( Banques, Assurances, Industrie, Fonds divers, etc - nommés ci-après génériquement « Banques »).

3. Or, ce sont précisément ces Banques qui décident AUSSI à quelle hauteur doit se situer la garantie (l´inscription d’hypothèque sur votre maison) à laquelle s’engagent, inconditionnellement et irrévocablement, les pays ABCD,
 
a) pour sécuriser le crédit accordé au pays en « difficulté »

b) ainsi que pour le restant des disponibilités mobilisables du FESF (soit 440 milliards d’euros, moins la somme de(s) credit(s) déjà accordé(s) au(x) pays en difficulté). En conséquence, le montant de l’hypothèque grevant les « maisons » ABCD croît (théoriquement jusqu´à un montant illimité) en permanence, sans pour autant que le plafond de crédit, limité à 440 milliards d’euros, s’élève. (pensez ici aux fameuses mises en scène, et lancements d´alertes des banques , agences de notation, etc - toujours au « bon moment » - et vérifiez les diverses interventions, et augmentations des garanties, depuis juin 2010). Par suite, les propres notations « de fiabilité économique » (la valeur de la maison) des pays ABCD sont, en tout état de cause, affaiblies, ce qui fait donc aussi évoluer à la hausse le coût de leurs propres crédits ( dettes publiques ) dejà existants.

4. Garantir de manière inconditionnelle et irrévocablement :

a) inconditionnellement signifie que les pays ABCD, en cas d’insolvabilité d’un pays débiteur, devront payer (selon leurs taux de participation au FEFS) la dette de celui-ci auprès des Banques, sans pouvoir à aucun moment s’en défendre juridiquement.
 
b) irrévocablement : Les pays ABCD doivent supporter cette charge des garanties d’emprunts, jusqu’à l’apurement total de la dette du pays débiteur –
lequel apurement n´est bien sûr pas du tout souhaïté par les banques , bien au contraire. Donc, au bas mot, ce sont NOS hypothèques éternelles…

Ce sont donc toujours les banques, qui établissent le « Diagnostic » de faiblesse économique , et qui fournissent les « Remèdes », dont ils sont les seuls profiteurs !
Les Nations et les Peuples concernés sont ainsi, avec l’aide active de leurs dirigeants et représentants, dépossédés de tout pouvoir de décision et de gestion pour leur propre pays.

Le peuple Grec l´a bien compris en disant : « Nous ne voulons pas de votre argent !  »

Et, puisque ce premier coup bas fonctionne comme prévu, et qu’entre temps les peuples s’occupent, comme voulu, à s’entre-déchirer, la prochaine étape du plan devrait passer relativement inaperçue :

==> le FESF, à DURÉE LIMITEE d’existence de par son contrat fondateur, à relative visibilité de fonctionnement, et avec un MONTANT de dette « relativement » LIMITÉ,

sera remplacé par

==> la création et installation PERMANENTE d´une organisation supranationale, dont le capital et les garanties, inconditionnels et irrévocables, supportés par les peuples , seront à HAUTEUR ILLIMITEE ==> la « BANQUE-MES »

UE

Cela ne marche pas, selon vous ? C’est anticonstitutionnel ?..... Eh bien, voilà longtemps que les dirigeants et représentants des peuples ABCD – quelle que soit leur couleur politique, et avec participation active de chacun - ont abdiqué de la souveraineté de ceux-ci, petit à petit, au profit d’une entité nommée Union Européenne.

Aujourd´hui, plus de 80 % des lois et règlements qui s’imposent à nous, dans tous les domaines (social dont retraite, énergie, affaires étrangères, sécurité, santé, alimentation, éducation, etc etc), sont décidés au niveau de l’Union Européenne (UE), et sachez que
 
==> le Droit de l’UE s’impose au Droit National !

L´organigramme de L´UE n´est rien d´autre que celui d´une grande Multinationale, et votre pays n´en est qu´une filiale – une dépendance de la maison de Maitre !


Nos « représentants » élus ne sont TOUS que des chefs de division - des exécutants d’ordres venus d’ailleurs, ils n’ont aucun pouvoir réel de décision.

(Pensez donc une seconde à la Belgique – qui perdure sans gouvernement ! – prenant ses ordres de l’UE directement, et finit même, sans autorité supérieure propre……par « décider » d’entrer en guerre….)

Le 25/03/2010, l’UE a communiqué aux représentations gouvernementales des pays membres les projets de contrat et statuts de création de la « BANQUE-MES », et de modification du contrat FESF, avec pour instructions d’en bricoler des textes susceptibles d’être signés avant fin juin 2011 (fin du « semestre européen ») , ce qui s’est effectivement produit le 24/06/2011 !

Toujours le 25/03/2011, les traîtres aux peuples des pays de la zone euro se sont engagés à l’ínscription d´un « frein à l´endettement » (réduction des déficits, et interdiction de toute dette supplémentaire destinée à subventionner des besoins sociaux) dans chacune des Constitutions Nationales actuelles,– tous processus à exécuter à une vitesse record, et, dans la mesure du possible, sans que les Peuples – nous – s’en aperçoivent. [3a+3b]

Et nous en arrivons là au Contrat de création de la « BANQUE-MES », - signé le 24/06/2011 conformément aux instructions de l’UE, - et auquel nous, les peuples, n’avons officiellement à ce jour toujours pas accès.

Le « Contrat BANQUE-MES  » et la « BANQUE-MES » [4]

Les développements qui suivent reposent sur un document au périmètre très large, que nous nommerons « Contrat BANQUE-MES », document disponible uniquement en langues allemande et anglaise, qui a été publié sur internet depuis quelques semaines seulement.

Nous n’évoquerons ici , - afin que cette note reste lisible, mais également afin que vous, le peuple, puissiez réagir le plus rapidement possible - que quelques points non-exhaustifs des processus : « ENTRÉE EN VIGUEUR » , « ESCLAVAGE POUR DETTE » et « FORME INSTITUTIONNELLE ».



ENTRÉE EN VIGUEUR

L´entrée en vigueur de ce contrat ne dépend PAS du nombre de pays qui ratifient OU approuvent OU intègrent celui-ci .


Il suffit théoriquement qu´un seul partenaire contractant signataire ait souscrit au 31/12/2012, pour rendre possible l`installation de la « BANQUE MES ».

La diabolique construction du texte ouvre non seulement une mise en œuvre anticipée (et non pas tributaire de la date-butoir du 31/12/2012 ainsi que l’apparence en est donnée) mais PREVOIT la possibilite d´un RÉAJUSTEMENT des critères et seuils de participation, afin que l’entrée en vigueur du texte se fasse bien dans l’espace-temps qu’ils ont prévu [notamment voir Art.42+43]

Ne restez par conséquent pas sans réagir, dans l’espoir de blocage du processus, du fait qu´un ou quelques Etats refuse(nt) de l’intégrer, ou que des dirigeants traîtres à leur Nation ne parviennent pas à l’imposer – c´est ainsi que nous avons perdu notre souveraineté au profit de l’UE ! Chaque nation doit faire acte de résistance – tant que nous sommes encore des nations différenciées !



L´ESCLAVAGE POUR DETTE



1. La « BANQUE-MES » est créée sous clause de DUREE ILLIMITEE – et un Etat signataire n’a aucune possibilité de sortir du processus ! – votre « maison » appartient à jamais aux Banques, les peuples sont à jamais, inconditionnellement et irrévocablement, les garants et cautions des dettes auprès des banques – lesquelles ont un intérêt majeur à ce que cet endettement ne prenne jamais fin.

2. La « BANQUE-MES » est explicitement destinée à augmenter en permanence et de manière illimitée sa capacité de prêt, fixée prévisionnellement à 500 milliards d’euros ! (Note d'eva : Prêt = Endettement = Etranglement-esclavage des peuples ! Déjà, les milliards dont nous avons besoin sont donnés aux Grandes Banques, au prix, peu à peu,  de nos  services publics, de nos retraites, de nos protections sociales, de notre S.S., etc !

3. Le montant de départ des garanties exigées des pays membres est à hauteur de 700 milliards d’euros (voir ci-dessus les explications sur les garanties, qui en théorie peuvent croître de manière illimitée).

4. La « BANQUE-MES » annonce qu’elle a pour mission de « garantir la stabilité financière de l’ensemble de l’Eurozone » ET que son but est d’ « obtenir et maintenir la plus haute notation des Agences, pour les principaux organismes bancaires  ». Le besoin en capitaux sera donc énoncé….  par les banques (sur notre dos, donc, note d'eva. Et les banques-casinos pourront prospérer, spéculer, offrir des rémunérations folles à leurs traders, etc, mais leurs erreurs et leurs frasques seront payées par nous !)

5. Les Etats doivent ensemble verser (et devront donc pour ce faire contracter des dettes supplémentaires envers les banques) à cette « Architecture Financière », à partir de 2013, un montant de départ de liquidités de 80 milliards d’euros - qui devra être en permanence réabondé en cas d’utilisation. La « BANQUE-MES » doit explicitement engager ces fonds sur les marchés financiers, afin de faire croître « avec discernement » notre argent ainsi risqué….

6. La « BANQUE-MES » a tout pouvoir pour réquisitionner AUTOMATIQUEMENT et selon sa propre appréciation, auprès de chacun des Etats membres, le montant des capitaux qu’elle décrètera nécessaires pour éviter qu´un accident de paiement (catégorie à laquelle appartiennent aussi les échéances de versement d’intérêts d’emprunts !) ne porte préjudice… aux banquiers créanciers, ce qui signifie que la "BANQUE-MES" a le contrôle sur tous les budgets des Etats membres, budgets constitués de l’argent des peuples, et de leurs impôts.



+++++



Comprenez-vous maintenant ce que signifie l’exigence d’inscription d’un « Frein a l´Endettement », et d’une « Maîtrise des Déficits et des Dettes Souveraines », dans les législations supérieures des Etats membres : Les peuples devront, de par la Loi, « épargner »…. au meilleur service des banques… !

Et comme toutes ces belles personnes savent très exactement quels ravages ils commettent envers les peuples, ils se construisent, avec la « BANQUE-MES », un espace de non-droit, un petit Etat en soi (Nota : les textes créateurs sont de même architecture que ceux de la Banque de Règlements Internationale, et ceux du FMI) :

FORME INSTITUTIONNELLE [ notamment voir art.26-33]

1. Le siège de la « BANQUE-MES », une Organisation Internationale, est situé au Luxembourg, et dans son périmètre physique ne sera en vigueur que le corpus de Droit de la « BANQUE-MES » , et non pas celui d’autres pays, non plus, expressément, que celui des Etats membres de la « BANQUE-MES ».

2. La « BANQUE-MES » détient la personnalité et la capacité juridiques, peut donc contractualiser, transiger, etc.

3. Toutes les propriétés matérielles – où que ce soit dans le monde – de la « BANQUE-MES », bénéficient d’immunité et d’inviolabilité (par exemple, un immeuble appartenant à la « BANQUE-MES » ne peut être saisi, on ne peut y pénétrer sans consentement, ni le perquisitionner, même pour des recherches ordonnées par une décision judiciaire – et aucun document ou dossier appartenant à la « BANQUE-MES » ne peut être communiqué sous contrainte).

4. La « BANQUE-MES » est libre de toute imposition et taxation, - droits de douane et TVA éventuellement acquittés doivent leur être « restitués »….

5. Les collaborateurs de la « BANQUE-MES » n’acquittent pas d’impôt sur le revenu dans leur pays d’origine, sur leurs salaires et indemnités - financés par les peuples ! - versés par la « BANQUE-MES » en tant qu´ employeur.

6. Tous les collaborateurs de la « BANQUE-MES » sont assignés à vie à la confidentialité sur leurs missions. Ils jouissent d’une immunité juridique, ainsi qu’EXPLICITEMENT LES REPRÉSENTANTS des Etats membres (Ministres des Finances , etc) qui travaillent avec la « BANQUE-MES », ou sont missionnés auprès d’elle….

Concrètement, cela signifie que, lorsque le peuple aura enfin compris qu’il a été pillé et vendu, et qu’il voudra faire payer leur ardoise aux traîtres à la nation, ceux-ci pourront se réfugier dans les propriétés de la « BANQUE-MES », acquises avec l’argent du peuple, et sous la protection de forces de sécurité, payées par le même peuple…

+++++

Tout au long de l'histoire de l'humanité, la création de dissensions et rivalités entre les peuples a été un ingrédient indispensable pour gagner ce « jeu », dont le but ultime est qu’au bout du compte, les banques possèdent TOUT, que ce TOUT soit « grec », « allemand », « français »…..


Cet article a été publié sur le site d'Agora Vox,

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/07/02/24621631.html

 

.

Le mystère de la création monétaire

 

.

picsou

.

 

Le système financier se retrouve aujourd'hui dans un état de délabrement que l'on avait plus observé depuis presque 1 siècle. Les responsables tant opérationnels que législatifs ont donc complètement échoué dans la préservation de ce système. Leur responsabilité est d'autant plus grande que ce dernier est vital pour l'ensemble de la société.

Les "profanes" doivent donc s'intéresser à la question en devenant eux-mêmes compétents. Deux tendances se dégagent parmi ceux qui possèdent une expertise sur la finance :
- les orthodoxes dont les théories dominantes sont enseignées dans toutes les écoles de la planète
- les non orthodoxes qui ont déterminé par l'observation et l'analyse leurs propres hypothèses sur le fonctionnement de la finance


De plus, comme rien, n'est simple, il n'y a pas de consensus même parmi les représentants de l'une des 2 tendances !

En particulier le mystère de la création monétaire est un sujet non trivial qui fait l'objet de controverses sans fin.
Ce dernier est lié comme on va le voir au domaine des prêts et des dettes associées qui ont proliféré sans limites depuis environ 20 ans.

Avant d'évoquer la création monétaire, il faut tenter de savoir ce que l'on entend au sujet du concept de monnaie, c'est en effet la première question sur laquelle il n'existe pas de consensus.


A. LE CONCEPT DE MONNAIE


La définition originelle fut comme pour beaucoup de sujet établie par les Grecs de l'antiquité. C'est Aristote qui proposa la définition de la monnaie qui reste valable de nos jours [1].
Selon Aristote, la monnaie est définie par trois fonctions :
1. Unité de compte
2. Intermédiaire des échanges
3. Réserve de valeur

La monnaie est une unité de compte car un bien ou un service peut être exprimé en nombre d'unités de monnaie (1 kg de tomates vaut 3€).
Elle est un intermédiaire des échanges car elle permet d'être échangée contre tout ce qui est à vendre (avec des €, je peux aussi bien acheter des tomates qu'un ticket pour un concert d'AC/DC).
La notion de réserve de valeur indique que la monnaie garde sa valeur dans le temps, hors inflation (je peux acheter mon kg de tomates aujourd'hui ou bien dans un mois avec mes 3€).

La quantité de monnaie nécessaire à une zone économique est liée à l'ensemble des richesses échangeables dans cette zone à un instant donné.
Chaque richesse de cette zone possède alors un équivalent en valeur monnaie : le prix.


Les différents types de monnaie
Dans le système actuel, la monnaie se présente sous 2 formes :
1. Fiduciaire : billets et pièces (du latin fides, la confiance)
2. Scripturale : sous forme de jeux d'écritures bancaires

Pour la monnaie fiduciaire, il n'y a pas d’ambiguïté, le consensus est à peu près universel sur le fait qu'un billet de 100 € représente bien de la monnaie.
Une banque commerciale reçoit des dépôts et effectue des prêts, dans les 2 cas la banque effectue une opération par un jeu d'écriture à son bilan.
Dès l'énoncé de ce concept de base, les controverses commencent...


Les dépôts bancaires sont ils tous de la monnaie ?
Pour les orthodoxes, la réponse est triviale : tous les dépôts bancaires sont de la monnaie [2][3], les non orthodoxes par contre estiment que ce n'est pas le cas [4][9].
Lorsqu'une banque reçoit un dépôt, alors ce dépôt devient sa propriété associé à une dette de la banque envers le déposant.
Ce déposant peut alors régler un fournisseur à l'aide de cette dette de banque grâce à un virement ou à un chèque.
Les orthodoxes admettent alors comme une évidence que cette dette de banque est bien de la monnaie car elle semble répondre aux 3 critères Aristotéliciens.


Les crédits font les dépôts
Lorsqu'une banque émet un prêt bancaire (actif de la banque), alors il y a mise à disposition du montant correspondant à l'emprunteur (passif de la banque).

=> Interprétation 1
Lorsque la banque effectue un prêt, les orthodoxes pensent que ce dernier est indépendant des dépôts existants et donc qu'elle crée de la monnaie en échange d'une dette : les crédits font les dépôts.

=> Interprétation 2
D'autres (Jorion [4], Creutz [9],...) pensent différemment, à savoir que la banque ne prête que des montants qu'elle possède déjà dans ses actifs.
Cependant les sommes prêtées se retrouvent dans un premier temps en dépôt et peuvent donc être prêtées à nouveau vérifiant également l'adage précédent.
Ces questions seront développées plus bas.

Voyons d'abord les dangers d'une trop forte création monétaire.


Théorie quantitative de la monnaie
La théorie quantitative de la monnaie est une théorie économique fondée sur la relation de causalité entre la quantité de monnaie en circulation et le niveau général des prix.
Il semble que le précurseur dans ce domaine soit Martín d'Azpilcueta qui établit un lien entre l'arrivée de métaux précieux des Amériques au 16e siècle et une inflation qui en a découlé en Europe.
D’autres économistes célèbres ont développé cette théorie comme David Ricardo au 19e siècle.

En gros, cette idée est basée sur le fait qu'il y a un lien entre les richesses produites et la vitesse de circulation de la monnaie.

(Quantité de monnaie) x (Vitesse de circulation) = (Production) x (Prix)

D'après cette formule, une augmentation de la quantité de monnaie en circulation provoque une augmentation des prix à production et vitesse de circulation constantes.

A l'expérience, cette théorie s'est avérée exacte...dans des cas simples !
En effet, lorsque toute la monnaie créée est immédiatement utilisée dans une zone économique, alors on constate une apparition d'inflation et dans un cas extrême d'hyperinflation.

L'hyperinflation est la grande peur des économistes de tous bords !

Cependant, le système actuel étant très complexe, une création monétaire n'aura pas forcément d'effets visibles car cette monnaie ne sera pas obligatoirement utilisée partout et immédiatement.

Et enfin, la création monétaire n'est pas la seule cause génératrice d'inflation, le plein emploi mesuré via l'indicateur NAIRU en est une autre [5], mais c'est un autre sujet !


La création monétaire
En première approche, s'il y a augmentation de la richesse, alors il doit y avoir création monétaire associée pour faciliter les échanges de cette richesse.
Le système monétaire étant devenu très complexe et très entrelacé, aucun modèle prévisionnel n'est capable de déterminer un seuil de risque à la création monétaire, sachant qu'il y a déjà ambiguïté sur ce qui rentre ou pas dans la définition de la monnaie.
De plus, les effets d'une création monétaire dépendent de l'usage qui est fait de cette monnaie, en effet si elle n'est pas utilisée dans une certaine sphère comme l'économie courante, il n'y a pas de raison qu'elle induise des effets néfastes.


La destruction de la monnaie
Un élément fondamental est à noter, si une institution effectue des prêts massifs de monnaie par création de cette dernière, alors cette monnaie sera détruite lors du remboursement.
Au final, il n'y aurait eu un afflux de nouvelle monnaie que durant un temps limité.
C'est d'ailleurs l'un des rôles d'une banque centrale de faire des prêts courts termes aux banques commerciales par création de monnaie centrale.


B. QUI A LE DROIT DE CRÉER DE LA MONNAIE ?


Le système bancaire européen est constitué de 2 types de banques dont les statuts sont différents :
- les banques commerciales
- les banques centrales (BC Européenne et BC nationales)

La Banque Centrale Européenne (BCE) possède dans ses statuts le pouvoir légal de créer de la monnaie, il n'est par contre écrit nulle part que les banques commerciales possèdent également ce pouvoir.
La grande question est donc de déterminer si les banques commerciales effectuent ou non de la création monétaire.


Les banques commerciales
Les principales fonctions d'une banque commerciale sont les suivantes :
- collecte des dépôts clients (particuliers et entreprises)
- assurer les virements et autres retraits de liquidités demandés
- prêts sur demande à la clientèle
- gestion de l'épargne

La question qui divise est de savoir s'il y a un lien direct entre les prêts et les dépôts.

Vision orthodoxe
Dans tous les cours d'université sur la finance, il est expliqué que les prêts font les dépôts.
Cela signifie qu'une banque peut prêter des montants presque illimités (*) à l'aide d'un simple jeu d'écriture à son bilan :
. ACTIF = dette du client à la banque, montant M
. PASSIF = création monétaire du montant M, dette de la banque au client
Le passif de cette transaction se retrouve donc sous forme de dépôt d'un montant M sur le compte du client emprunteur (Actif du client).

(*) A la limite technique près des ratios de fonds propres obligatoires dans le bilan des banques (4 à 8%) et des 1% de réserves fractionnaires (également obligatoires) à la banque centrale.

Vision non orthodoxe
D'après Paul Jorion [4] et Helmut Kreuz [9], une banque commerciale ne peut faire un prêt que s'il correspond une somme déposée dans cette même banque ou emprunté à une autre banque, on dit qu'il y a "conservation des quantités" monétaires.
L'illusion que d'autres défendent, à savoir que les mêmes sommes sont utilisées plusieurs fois par "recopies monétaires" est fausse.
Les prêts se font en cascade à partir d'une masse monétaire existante.

Si par exemple je dépose 1000 € sur un compte courant, la banque peut sur cette somme prêter 900 € à un tiers et placer 100 € à la banque centrale sous la forme de réserve obligataire (vision simplifiée car c'est de la monnaie centrale).
Si le tiers est à la même banque que moi, alors il peut déposer ces 900 € sur un autre compte courant.
En apparence, on se retrouve avec 1900 € déposés à la banque, cependant, la masse monétaire reste bien de 1000 € car je ne possède plus les 1000 € de mon compte, ces derniers se sont transformés en reconnaissance de dette de la part de la banque, or une reconnaissance de dette n'est pas tout à fait de la monnaie, même si on le laisse entendre ! [4]

Cette illusion fonctionne tant que je règle mes dépenses à l'aide d'un chèque ou d'un virement, en fait je ne fais que transférer à mon fournisseur une reconnaissance de dette de la banque.

Le risque de "bank run"
Un bank run est un contexte où la plupart des clients d'une banque se présentent au guichet pour récupérer leur argent sous forme de billets (fiduciaire).
La banque est alors incapable de rendre tout l'argent des comptes courants, car une grande partie de ce dernier a été prêté avec intérêts, il faudrait donc détricoter instantanément tous les prêts en cascades effectués avec l'argent déposé.
De plus, la quantité de monnaie fiduciaire (billets et pièces) ne suffirait pas à répondre à une telle demande. Cette monnaie fiduciaire représente environ 15% de la masse monétaire en circulation (*), le reste est de la monnaie dite scripturale (jeux d'écritures).

Le système ne fonctionne donc que tant que ses utilisateurs lui font confiance, un bank run correspond donc à la perte de cette dernière.

(*) Si tant est que l'on soit capable de l'évaluer !


Les Banques Centrales
Une banque centrale est une institution qui est chargée par un ou plusieurs états d'appliquer les objectifs monétaires décidés par ces mêmes états.
Par exemple, pour la zone Euro, la Banque Centrale Européenne (BCE) est chargée d'appliquer la politique monétaire pour l'Euro (€).
Les rôles de la BCE sont les suivants :
- définition des orientations monétaires de la zone Euro
- mise en œuvre de ces orientations
- émission de monnaie
- virements interbancaires
- ...

Émission de monnaie
En particulier, la BCE est chargée d'émettre de la monnaie fiduciaire (Billets et pièces) et de la monnaie scripturale dite "centrale" (*).
Cette monnaie centrale est différente de la monnaie présente dans les banques commerciale qui est dite monnaie secondaire.
Cette monnaie secondaire est celle que chacun possède sur ses comptes courants (**).

Une limitation fondamentale est à noter, la BCE et les BC nationales ont pour interdiction de prêter directement aux états (Article 123 du traité de Lisbonne) [6].
Cette interdiction a pour but d'éviter le risque d'inflation lié à un trop important afflux de nouvelle monnaie dans l'économie, mais elle a également pour conséquence une charge de la dette des états qui est devenue aujourd'hui insupportable et qui s'autoalimente [6].

(*) En fait la BCE sous-traite l'émission de monnaie fiduciaire aux banques centrales nationales.

(**) Cette appellation "monnaie secondaire" qui ne représente en réalité que des reconnaissances de dettes est à prendre avec les réserves précédentes


C. MONNAIE CENTRALE ET MONNAIE SECONDAIRE


Un client de banque commerciale peut être un particulier, un commerçant, une entreprise, etc..
Lorsque 2 clients veulent effectuer un virement bancaire entre eux, différents cas de figure peuvent se présenter.


Les différents cas de virements bancaires
. Cas 1 : clients la même banque
. Cas 2 : clients de banques différentes du même pays
. Cas 3 : clients de banques différentes de pays différents

Cas 1 : même banque
Lorsqu'un particulier effectue un virement vers un autre particulier qui est dans la même banque (banque A), alors la banque A n'a qu'à effectuer un virement interne, c'est une reconnaissance de dette de la banque qui change de main.
Il n'y a transfert que de monnaie scripturale dite secondaire.
C'est le cas le plus simple.

Cas 2 : banques différentes du même pays
Si un virement doit avoir lieu d'un compte d'une banque A vers un compte d'une banque B, alors il faudrait par exemple que les banques s'échangent chaque soir des valises de billets (ou plus généralement de valeurs) !
En réalité, chaque banque possède un compte spécial à la BCE un peu comme un compte courant "spécial banque", mais ce compte est libellé en "monnaie centrale" : compte BC (Banque Centrale).
C'est au niveau de la banque centrale que le virement a lieu du "compte BC de A" vers le "compte BC de B".
La contrainte fondamentale est qu'il est impossible de faire un virement de monnaie secondaire vers la BC [7] ni l'inverse.
La monnaie centrale sert donc principalement à gérer les virements interbancaires.

Cas 3 : banques différentes de pays différents
. Dans le cas où les 2 banques sont dans 2 pays différents de la zone Euro, le principe est identique au cas 2, à la différence près qu'il existe un système de suivi détaillé de ces échanges appelé TARGET 2 [8].
. Dans le dernier cas où les banques appartiennent à des pays de zones monétaires différentes (ex : Euro et Dollar), les banques centrales procèdent par achats de devises de la zone d'en face.


Les fuites entre les 2 types de monnaie
Il y a presque étanchéité complète entre les 2 types de monnaie qui n'ont pas vocation à se mélanger, cependant, il existe plusieurs possibilités de "fuites" réciproques [7] :
. Fuites en billets
. Obligations d'état
. Circuit du trésor public

Fuites en billets
Une banque a besoin de monnaie fiduciaire pour ses clients (ex : DAB), elle peut donc échanger à la banque centrale de la monnaie centrale contre des billets de banque. Ces billets se retrouvent donc naturellement dans le circuit secondaire.
Les montants correspondants sont relativement faibles en proportion des masses monétaires en circulation car on ne peut échanger des milliards pas ce biais !

Circuit du trésor public
L'état est la seule entité économique qui pour des raisons historiques est gérée par sa banque centrale, c'est le seul vrai client de cette dernière.
Le trésor public possède son compte à la banque centrale nationale qui utilise donc exclusivement de la monnaie centrale.
Les recettes de l'état (impôts) lui sont versées en monnaie secondaire, cette dernière est alors transformée en monnaie centrale par la banque centrale nationale.
Puis comme l'état dépenses en général toutes ses recettes (!), la transformation inverse a lieu, équilibrant à peu près ce circuit.
La "a peu près" se traduisant par le déficit "éventuel" de l'état !
Ledit déficit étant couvert par les emprunts d'état sous forme de bons du trésor ou d'obligations d'état...

Obligations d'état
D'une manière générale, les obligations d'états sont achetées par les fonds spécialisés qui placent ainsi l'épargne de leurs clients.
Une banque commerciale a également le droit d'acheter des obligations d'état avec de la monnaie centrale, mais ce n'est pas sa vocation.
Ces obligations sont alors utilisées dans le cadre du budget de l'état pour le règlement de ses factures vers le système économique, donc sous forme de monnaie secondaire qui a été convertie par la banque centrale.
Il y a alors conversion de monnaie centrale en monnaie secondaire.


Liquidités
La liquidité correspond à de l'argent immédiatement disponible.
Lorsqu'une banque en manque de liquidités effectue un emprunt à une autre banque, le mécanisme revient de la même manière à un virement de monnaie centrale effectué par la banque centrale (BC) entre les comptes BC des 2 banques commerciales.
Lorsqu'une banque commerciale se voit refuser un prêt pas ses consœurs, alors elle n'a d'autre choix que de se tourner vers la banque centrale.
C'est l'une des fonctions de la banque centrale (BC) d'effectuer des prêts de liquidités (moyennant contreparties) aux banques qui lui font appel.
Ces prêts permettent alors à ces banques (éventuellement mal en point) de régler ce qu'elles doivent aux autres banques, elles ont emprunté de la monnaie centrale à la BC au lieu d'emprunter à leurs consœurs.
Il y a bien dans ce cas création de nouvelle monnaie centrale qui sera en principe détruite lors du remboursement (s'il a lieu !).


Lorsque les banques ne se font plus confiance
Lorsque de très nombreuses banques ne se font plus confiance, alors elles ne se prêtent plus entres elles : c'est une crise de liquidité.
Si elles ne se font plus confiance c'est parce qu'elles sont en très mauvaises santé à cause des actifs dits pourris qui sont présents dans leurs bilans, les premiers actifs de ce type sont issus de la première crise de 2007 liées aux prêts subprimes qui se sont écroulés avec l'immobilier US.
Si une banque en bonne santé prête à une banque gavée d'actifs pourris, alors le remboursement risque de ne jamais avoir lieu.

De nombreuses banques sont donc en faillite virtuelle mais ce phénomène est masqué par des opérations de colmatage de la banque centrale (ex : LTRO) qui évitent l'effondrement du système.


Les masses monétaires M0 à M3
Le système financier a définit différentes masses monétaires (M0, M1, M2, M3) qui permettent de définir un référentiel commun.

Masses monétaires

M0 = billets, pièces + la monnaie centrale des banques commerciales
M1 = billets, pièces + dépôts à vue
M2 = M1 + dépôts à terme
M3 = M2 + titres long termes

La logique de cette classification est liée à la liquidité des masses monétaires. Plus l'indice i (Mi) est élevé, moins l'argent est facilement mobilisable (moins il est liquide.


C. CONCLUSION


En synthèse, il existe 2 types de monnaie :
- la monnaie centrale scripturale et fiduciaire
- la "monnaie" secondaire scripturale uniquement

La monnaie centrale émise par la banque centrale est subdivisée en 2 catégories :
- monnaie scripturale (jeu d'écritures) qui sert principalement aux virements interbancaires dans la zone Euro
- monnaie fiduciaire (fides/confiance) sous la forme de billets de banque

La monnaie secondaire est présente sur les comptes courants (Dépôts A Vue) des particuliers.
Elle correspond à des reconnaissances de dettes émises par les banques commerciales et induit des querelles d'écoles sur le fait qu'il s'agisse de monnaie créée ex-nihilo ou pas.

Il y a en théorie étanchéité entre les circuits correspondant à ces 2 types de monnaie, il existe cependant des possibilités de fuites entre ces derniers à travers la monnaie fiduciaire et le trésor public des états.

La monnaie centrale est utilisée par les banques commerciales afin qu'elles effectuent leurs virements interbancaires.
Si une banque commerciale est en manque de monnaie centrale pour effectuer ses règlements, alors elle tentera de faire un emprunt de cette dernière sur le marché interbancaire.
Si le marché refuse de lui prêter, elle n'aura d'autre possibilité que de demander l'aide de la banque centrale qui lui accordera elle même le prêt nécessaire à la poursuite de son activité.

 

Liens :


[1] Lexique BNS - M
[2] La monnaie banque centrale 2/3 - Les-Crises.fr
[3] Création monétaire centrale - Alain Grandjean
[4] "L'argent mode d'emploi" Paul Jorion
[5] Le NAIRU ou pourquoi le chômage ne baissera jamais
[6] Traité de Lisbonne, article 123 : le coup d’état de la finance
[7] La monnaie banque centrale 3/3 - Les-Crises.fr
[8] Les soldes TARGET2 - Les-Crises.fr
[9] "The Money Syndrome" Helmut Creutz

 

.

http://french-revolution-2.blog.fr/2012/07/25/le-mystere-de-la-creation-monetaire-14097388/

 

.

133260083738.gif

 

- Les Six Etapes Cruciales Pour Publier Votre Livre

- Lulu.com, le premier éditeur en ligne

ouvert à tous les manuscrits

 

- Initiation à la mise en page.

 

Mon dossier ici :

 

Auteurs, 6 Etapes Cruciales Pour Publier Votre Livre (vidéo) - Lulu.com

 

.

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 18:40

 

Et Zorro-Hollande arriva... 

 

zorro-wallpaper

 

http://fond-d-ecran-gratuit.org/zorro-wallpaper/

 

 

Crise, Mondialisation financière, Europe de Bruxelles.

Quel rôle pour François Hollande ?

Des clefs pour comprendre l'imbroglio actuel.

Les questions qu'il faut se poser.

Par eva R-sistons

 

 

 

Une nouvelle page d'Histoire s'écrit sous nos yeux, puisque François Hollande nous a promis "le changement maintenant". Nous allons donc retrouver la croissance, promis, juré. Et certes, si on programme seulement l'austérité, la rigueur, on casse la machine, on casse la paraît-il précieuse croissance.

 

Pour l'instant, ce que nous voyons dans notre si belle Europe, ce sont des Etats plus ou moins en faillite, des plans sociaux en cascade, des délocalisations à tour de bras, des déficits d'Etats dus à des accroissements continus de dettes, avec des intérêts qui ne cessent de se multiplier et de se péreniser, et un capital qu'on ne rembourse évidemment jamais - pour ne citer que ces exemples d'actualité. Vous avez dit modèle européen ? Vous avez dit capitalisme, mondialisation, libéralisme ? Et on veut nous faire croire que notre seul horizon est ce Système-là ?

 

Mais bon, Zorro-Hollande arrive, et "le changement c'est maintenant", vraiment maintenant. Accrochez vos ceintures !

 

 

le changement c est tout le temps thatcher à londres mitte

 

 

 

Nous saurons bientôt si la Grèce sortira de l'euro, ce qui aurait d'ailleurs des répercussions importantes sur tous les pays européens ("mauvais" signal donné, effet contagion, dit-on). Si la Grèce sort de l'euro, elle ne recevra plus d'aides internationales, elle sera en défaut de paiement (en faillite), et elle reviendra à la  drachme, et là, elle pourra enfin dévaluer sa monnaie, devenir plus compétitive (I drachme pourra valoir 2 euros, par ex) et attirer plus de touristes. Pour mémoire, les pays (comme l'Argentine des époux Kirchner) qui ont repris leur indépendance, après certes des sacrifices, ont retrouvé la santé. Les Médias se gardent bien d'évoquer les Etats ayant choisi de décider eux-mêmes de leur politique, comme l'Islande, la Bolivie, le Vénézuela, l'Argentine...

 

Le futur grand marché transatlantique et l'Eurogendfor

 

marche-transatlantique-1.jpg

 

marche-transatlantique-2-USA-Israel.jpg

 

Transatlantique, en fait atlantico-israélien,

car les USA exécutent les ordres du Lobby juif

sur son territoire, l'AIPAC, groupe de pression

au pouvoir démesuré, au détriment des USA

et de tous, d'ailleurs. Note d'eva, qui a emprunté

ces 3 images au post ci-dessous

(Huffingtonpost) :

LE GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE: l'APOCALYPSE ECONOMIQUE ET SOCIALE COMMENCE EN 2010 EN FRANCE! MERCI TF1,FRANCE TV,Canal+,M6! Merci l'UMP,le PS,le MODEM et les verts! Merci SARKOZY,BARROSO ET OBAMA! http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/06/04/1564363_le-grand-marche-transatlantique-l-apocalypse-economique-et-sociale-commence-en-2010-en-france-merci-tf1-france-tv-canal-m6-merci-l-ump-le-ps-le-modem-et-les-verts-merci-sarkozy-barroso-et-obama.html

 

 

La Construction européenne voulue par les Américains pour servir leurs intérêts (n'oublions jamais en effet qu'à l'horizon se dessine le Grand Marché transatlantique § ) est d'abord, comme je l'ai annoncé sur ce blog voici environ 4 ans, "le tremplin du Nouvel Ordre Mondial", une étape vers la Dictature du Cartel bancaire sur le monde - on en voit déjà les effets en Grèce.  Selon les plans des mondialistes, c'est aussi la substitution du financier et de la technocratie (le fameux "Marché", triomphe de l'ultra-libéralisme) au politique. 

 

La Construction européenne entraîne la mise en place de réformes implacables pour les peuples, impliquant à terme la disparition du modèle social, de l'Etat-Providence protecteur, et puis le Droit du Travail n'existera plus (le salarié, taillable et corvéable à merci, sera d'ailleurs toujours plus "flexible", un simple pion qu'on place et déplace à volonté..), le coût du travail et les salaires diminueront sans cesse, les licenciements seront facilités, les services publics seront supprimés, bref tout, absolument tout, sera libéralisé, privatisé, marchandisé. Le Marché décrètera ce qui est bon ou ce qui ne l'est pas pour les peuples, il imposera ses solutions et les Elus n'auront plus qu'à les appliquer : Leur rôle, avec les Médias, sera de présenter ces mesures aux  peuples sous leur meilleur jour, en taisant toutes les conséquences désastreuses, puis de les mettre en place de gré ou de force -  avec le concours de la Force publique européenne, le cas échéant : Comprenez l'Eurogendfor §§, la troupe policière de l'UE, qui n'ayant pas de racine avec le pays dans lequel elle interviendra, n'hésitera pas à tirer sur les victimes des politiques décidées par l'Elite mafieuse. Les Maîtres du monde ont tout prévu, même les réactions à leur politique !

 

§ Le futur grand marché transatlantique [Réseau Voltaire]

§§ Qu'est-ce qu'Eurogendfor qui va intervenir contre les Grecs et même leur armée ?

eurogendfor.jpg

On comprend mieux pourquoi il fallait que Sarkozy soit imposé aux Français, et plus généralement aux Européens, car son volontarisme sans scrupules et aux ordres des tenants du NOM, a obligé les citoyens à subir ce dont ils ne voulaient pas, un Traité prenant en charge tous les aspects de la vie, le fameux Traité de Lisbonne qui se révèle finalement encore plus pernicieux que tout ce que ses opposants avaient dénoncé (ex, rétablissement de la peine de mort pour les insurgés). L'Oligarchie savait que les citoyens n'accepteraient pas d'être sacrifiés toujours plus à son enrichissement sans limites, et elle a tout conçu : Même un Sarkozy, même une Police européenne. Ce qui est effrayant, c'est que tous les Elus, ou presque, ont souscrit à ces horreurs, qu'ils viennent bien sûr de la Droite, mais aussi de la Gauche dite abusivement "socialiste", ou même du FN (acceptant le Grand Marché Transatlantique) comme des Verts devenus Europe-Ecologie sous l'influence d'un Cohn-Bendit antinationaliste et partisans du fédéralisme §, à l'image du MODEM !  Les Elus sont-ils tous des imbéciles, facilement manipulables, ou le goût du pouvoir les pousse-t-il à tout accepter ?  


§ http://wiki.les-verts.infini.fr/index.php/Motion_%22Les_Verts_pour_un_projet_f%C3%A9d%C3%A9raliste_de_d%C3%A9centralisation_solidaire_et_citoyenne,_fond%C3%A9_sur_les_r%C3%A9gions%22. . 

 

En réalité, à travers l'Europe, c'est le machiavélique Nouvel Ordre Mondial qui se met en place, en étendant chaque jour un peu plus ses tentacules à l'insu même de la plupart des citoyens. Car évidemment, les Médias se gardent bien d'évoquer la réalité...

 

R-sistons vidéo 4 : Le Nouvel Ordre Mondial pour les "Nuls"  
12:12

R-sistons vidéo 4 : Le Nouvel Ordre Mondial... (octobre 2011)

  .

 

Les questions à se poser

 

Or donc, le débat que nous devrions avoir pendant cette campagne électorale, c'est : Quelle Europe voulons-nous ? Où va l'Europe, quelle est sa finalité ? François Hollande a lancé une idée: L'Europe par la croissance. De quelle croissance s'agit-il ? De la financière, avec par exemple ses bulles immobilières, ses dettes exponentielles ? De la croissance par la dérèglementation libérale, ou par l'investissement keynesien ? Autrement dit, de la croissance à l'Allemande, à l'Anglaise, à l'Espagnole de Rajoy (donc toujours plus libérale et synonyme d'austérité, reposant sur des réformes structurelles imposées aux citoyens, les privant peu à peu de tous leurs acquis sociaux au profit du Marché-Roi)  - ou à la keynesienne par l'investissement productif, les dépenses publiques, la consommation, la stimulation de l'économie en augmentant la quantité de monnaie en circulation... ? François Hollande semble privilégier l'investissement, l'emploi. Or, l'OCDE soutient le nouveau Président français et son souhait de mutualiser les moyens financiers. Ne s'agit-il pas là d'un pas de plus vers la mise en commun des moyens, au détriment des Nations et en vue de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial "mutualisant" tout ? Le supra-national et le national (assorti de protectionnisme) sont incompatibles.

 

François Hollande, lui aussi pion de l'Oligarchie, nous prépare-t-il à sa façon à une plus grande intégration de la politique budgétaire, à une plus grande "solidarité" des Etats, et ce faisant, à une plus grande soumission aux Marchés ? Que sont les eurobonds, en effet ?  Il s'agit d'un outil permettant de mutualiser la dette de la zone euro. En fait, c'est une imposture, juste une trouvaille pour détourner l'attention des vrais défis à affronter, bref c'est un gadget pour masquer l'acceptation du Pacte de stabilité budgétaire (avec sa fameuse Règle d'Or, "la camisole budgétaire"  d'ailleurs assortie de Plans "sociaux" et de renoncement à tous les droits acquis par nos ancêtres parfois au prix de leur vie).

 

flamenco-flamenco-130611_HH_160.png.jpg

 

Flamenco bancaire 

 

Si l'on va plus loin, n'est-il pas inquiétant de voir M. Hollande trouver que Mariano Rajoy et lui ont des points de convergence ? Le dirigeant espagnol plaide certes pour la croissance, mais passant par des réformes structurelles du Marché du Travail, la baisse des salaires et des retraites, des licenciements plus faciles, la remise en cause du Droit syndical... bref toute la panoplie des réformes les plus libérales et anti-sociales. Le nouveau Président français laisse entendre que nous devons nous diriger vers un assouplissement de l'austérité, contrairement à M. Rajoy qui a nommé au Ministère de l'Economie un ancien Président de Lehman Brothers, Luis de Guindos.

 

L'Espagne, c'est la 4e puissance de la zone européenne, et donc une mise en défaut  ou une sortie de la zone euro auront des conséquences plus graves que pour la Grèce, le Portugal et même que pour l'Italie. L'Espagne aujourd'hui, c'est une jolie Bulle immobilière,  300 milliards d'euros de crédits immobiliers qui pèsent sur les banques espagnoles : La banque espagnole Bankia, en grandes difficultés demande à l'Etat une aide record de 19 milliards d'euros

 

La 4e banque du pays a déjà été partiellement nationalisée.  Là encore, une fois de plus, le Système capitaliste qui privatise les profits, a mutualisé les pertes - prises en charge par les citoyens eux-mêmes pourtant non responsables des excès ou de la cupidité des dirigeants, et des erreurs de gestion.

 

Le gouvernement conservateur de Rajoy écarte toute intervention extérieure de l'UE, pour ne pas l'entraîner dans sa chute. Notons d'ailleurs que des banques françaises, qui ont prêté de l'argent à des emprunteurs non solvables, subiront directement le contrecoup des événements espagnols ou grecs. Concernant la seule Espagne, on évalue par exemple a au moins 40 milliards d'euros la facture pour notre pays - et elle peut atteindre 65 milliards ! En attendant, on parle déjà de "bankrun", les files d'attente s'allongent devant les banques grecques ou espagnoles, les gens préfèrent récupérer leur argent.

 

http://www.observatoiredeleurope.com/photo/art/default/3416187-4914059.jpg?v=1320750693

http://www.observatoiredeleurope.com/photo/art/default/3416187-4914059.jpg?v=1320750693


La Règle d'or - de l'austérité pour les uns, du profit pour les autres

 

Mais revenons au voisin français de l'Espagne et à son Président qui plaide pour moins d'austérité. Peut-il  raisonnablement accepter le carcan terrible de la Règle d'or budgétaire, inscrite dans les Constitutions nationales § ? Les budgets des Etats, décrétés par les dirigeants des Grandes banques comme Lehman Brothers, seraient totalement soustraits au contrôle des peuples, et gravés une fois pour toutes dans le marbre des Constitutions. Alors, F. Hollande va-t-il "voter" la Règle d'Or ? Avec Pierre Moscovici à la tête des Finances de la France, le pire est à craindre... D'ailleurs, celui-ci a été Président de l'Association "A gauche, en Europe" fondée par D. Strauss-Kahn et Michel Rocard bien connus pour leur plus grande allégeance au libéralisme qu'au socialisme.

 

Hollande et Moscovici ne vont-ils pas se soumettre, en réalité, aux décisions de la "Troïka" européenne, c'est-à-dire à la Commission européenne (CE), à la Banque Centrale européenne (BCE) et au Fonds Monétaire International  (FMI) ? 

 

§ Règle d'Or,  Le nouveau Traité Européen de tous les dangers, gravé hors de ...

MES: Ratification accélérée en France sans concertation. Les ...

 

 

 

Autres questions, dont l'une est chère à M. Arnaud Montebourg (le Ministre le plus prometteur du Gouvernement Hollande), c'est de savoir si nous allons accepter plus de protectionnisme pour protéger notre industrie et nos emplois ?  L'ancien Député et Président du Conseil Général de la Corrèze F. Hollande se contentera-t-il juste d'atténuer la politique d'austérité ?

 

Et si le couple MerckHollande ne fonctionne pas, va-t-on se diriger vers une Europe du Sud orchestrée par la France (cocorico), avec une cure d'austérité adoucie par le soleil du Sud ?

 

Tragédie grecque

 

En tous cas, si par bonheur la Grèce sort du carcan assassin de l'euro, gageons que cela donnera des idées aux autres Etats (Italie, Portugal, Espagne..) et qu'à défaut d'évoquer l'Islande ou l'Argentine, les Médias seront bien forcés d'expliquer la nouvelle donne grecque... A propos de la Grèce, d'ailleurs, comment M. Hollande qui a promis "le changement maintenant", peut-il oser envoyer les Grecs à l'abattoir, en demandant avec son nouvel ami le très conservateur Rajoy, qu'ils restent dans la zone euro ? C'est ça, la démocratie ? Sarkozy a imposé le Traité de Lisbonne aux Européens qui n'en voulaient pas, Hollande va-t-il à sa façon, plus subtile et plus diplomatique mais finalement aussi contraignante, obliger les Grecs à accepter une politique dont ils ne veulent plus ? De qui se moque-t-on ? Le Marché est-il le Maître du nouveau champion français du "changement maintenant" ? La politique de Gauche serait-elle plus hypocrite que celle de la Droite ? Car oui, je ne rêve pas, j'ai bien entendu, et lu : "Berlin et Paris vont TOUT faire pour garder la Grèce dans la zone euro". Tout ? Vraiment tout comme Sarkozy imposant aux Français et au Européens, à la hussarde, ce qu'ils fuient ?

 

En somme, le changement est-il seulement dans la sauce qui accommode les plats ? Mais si les Français s'aperçoivent qu'on leur sert finalement les mêmes plats, présentés différemment, ne vont-ils pas finir par réagir violemment ?

 

12 05 15 Europe

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2012/05/et-si-la-gr%C3%A8ce-d%C3%A9cidait-de-faire-faillite-en-restant-dans-leuro.html


 

Quel changement maintenant pour la Grèce avec Hollande, si la même politique doit continuer pour eux ?

 

Tragédie grecque, bref rappel :

- Chômage de masse

- Travail précaire et temps partiel

- Pauvreté

- Licenciements des fonctionnaires

- Droits sociaux supprimés

- Retraite diminuée

- La Police force les gens à laisser leur argent en banque. Bonjour la démocratie !

- Soins payants, pénurie de médicaments, on ne peut plus se soigner. 

- Salaires de misère (minimum 200 euros)

- Déclin du niveau de vie

- Augmentation du nombre de sans-domicile

- Faim

- Enfants sous-alimentés

- Suicides, désespoir...

 

Et pendant ce temps, les dépenses en armement augmentent, les armateurs et l'Eglise ne paient pas d'impôts, les banques sont renflouées au lieu du pays, le patrimoine de la Grèce est saisi, les réserves d'or partent à l'étranger, de juteux prêts supplémentaires sont accordés, la dette ne cesse de s'amplifier, et tout va de mal en pire pour les malheureux cobayes grecs de la Mondialisation revue et corrigée par les apprentis-sorciers du Nouvel Ordre Mondial.

 

Joli tableau ! C'est ça, l'Europe ? La barbarie, oui ! Voilà qui en tous cas signe la faillite d'un Système, celui qu'on tente de nous imposer comme repère incontournable, le capitalisme si libéralisé qu'il n'est plus d'entreprise, mais financier, virtuel... Le simple mot de "Capital" n'est-il pas à lui seul, d'ailleurs, un vrai repoussoir ? Capital ou travail, il faut choisir ! Spéculation ou emploi, il faut choisir ! Et le travail est le premier des droits de tout être humain.... Si l'on ne peut plus fournir de travail aux humains, que restera-t-il ? A se débarrasser des gêneurs, des inutiles, des nuisibles, que sais-je encore ? Direction l'eugénisme cher à la Couronne d'Angleterre que les Médias vont célébrer bientôt au lieu de fustiger ses crimes, ou l'euthanasie chère aux Attali et Consort.... Lorsqu'on ne saura plus quoi faire des populations, et que la crise artificiellement provoquée sera trop inextricable, se dirigera-t-on comme en 1929 vers une "bonne" guerre (Caler l’attaque de l’Iran dans le calendrier de la déconfiture européenne) de dépopulation comme celle que les Maîtres en Finance sortis de la cuisse sinon de Jupiter, du moins de celles des Hébreux, nous préparent via l'attaque de l'Iran qui leur démange tant ?

 

Jacques Attali. Les Juifs, le monde et l'argent

 

Les inventeurs du Capitalisme

 

La Finance folle telle que nous la vivons, avec son usure sans fin et sa brutale rapacité, est une trouvaille du "génie" juif avec ses lois sur l'usure qui asphyxient les peuples. Et malheureusement, évidemment on oublie l'ultime loi : La remise des dettes au bout de 50 ans !

 

Voici ce que dit Jacques Attali ici : http://www.ledevoir.com/non-classe/3381/jacques-attali-les-juifs-et-l-argent-le-deboulonneur-de-mythes ? " (..) Dans l'histoire, les relations des Juifs avec l'argent s'est démarquée de celle des autres religions monothéistes. D'abord, parce que «du point de vue des fondateurs du monothéisme, la création de richesse est une bonne nouvelle», dit-il. (..) Plus précisément, la religion juive permettait que ses membres s'accordent des prêts sans intérêt entre eux, et qu'ils accordent des prêts avec intérêts aux non-juifs, alors que chez les chrétiens et les musulmans, le prêt, avec ou sans intérêt, est interdit. Durant des siècles, donc, les Juifs sont seuls à pouvoir prêter de l'argent. Ils prêtent alors un argent dont tout le monde a besoin, et chacun d'entre eux, du plus pauvre au plus riche, est forcé de le faire sous peine d'être chassé du pays où il vit. Confinés à ce rôle imposé de prêteur, les Juifs inventent des éléments de base du capitalisme: on leur attribue l'invention du chèque, du billet de banque, de la lettre de change. Fondamentalement nomade, circulant dans différents pays, souvent chassé des terres qu'il habite, le peuple juif a tout intérêt à investir dans les valeurs mobilières, partage ce qu'il fait fructifier et participe du coup à la circulation de l'argent et à la circulation des idées. Plus tard, c'est un Juif lui-même, Karl Marx, qui deviendra malgré lui l'inspiration d'une certaine forme d'antisémitisme, en associant le judaïsme au capitalisme, dans un essai publié quatre ans avant Le Manifeste, et intitulé Sur la question juive.   «Pour Marx, écrit Attali, le Juif est la matrice du capitalisme (..) Aujourd'hui, alors que le prêt usuraire et le nomadisme, par l'immigration et le déplacement des individus, sont des pratiques universelles, la distinction juive est moins marquée qu'elle ne l'était autrefois" (..). 

 

Il n'est pas possible de parler de la situation financière, sans évoquer au moins une fois ceux qui ont tant contribué à la mettre en place par leurs choix usuriers qui désormais font école, pour le malheur de ceux qui les subissent. Le type de société que nous vivons est le fruit de traditions qui se sont progressivement imposées. Connaître les causes (en l'occurrence moins idéologiques, apparemment, que religieuses) d'une maladie permet de mieux la soigner. Nous ne pouvons pas tolérer une société usurière ! 


 

Grèce travaux d'hercule

Mediapart.fr

 

Quel monde ?

 

Bien évidemment, une question essentielle est de savoir si nous voulons toujours plus d'Europe, toujours plus d'intégration européenne (donc fédérale) sur les plans monétaire, économique, social, politique...  Si nous répondons oui, nous nous dirigeons directement vers le Nouvel Ordre Mondial dont l'Europe, comme je l'ai analysé il y a quelques années, est le tremplin... Et si nous nous dirigeons vers ce "paradis" mondialiste, devrons-nous encore voter pour leurs valets labellisés alternativement Droite et Gauche, bref pour les Copé ou pour les Valls de service ? Que nous apporte le bipartisme imposé par Médias et Sondeurs ? Et à quoi servira-t-il de voter pour des représentants français d'une politique décidée à Bruxelles et plus largement, estampillée Nouvel Gouvernance Mondiale ? Et si nous ne votons pas comme "Ils" veulent, nous feront-ils revoter jusqu'à ce que l'on vote comme il faut pour le menu proposé ? A moins que ne surgisse un nouveau Sarkozy providentiel ne s'embarrassant de rien pour faire passer la pilule en force...

 

Au fait, pourquoi acceptons-nous que le G8 ou le G20, ce Club de riches et de puissants, se réunisse pour chapeauter toutes les décisions ? Quelle légitimité ce cirque, dument encadré de policiers bardés d'équipements high tech, a-t-il ? De quel droit y scelle-t-on le sort de l'humanité ? Et que penser de ces nouvelles venues, les Agences de Notation, qui surveillent la politique des Etats et les notent sans être mandatées par personne ? Quel crédit apporter à ces soi-disant experts neutres ? Pourquoi se substituent-ils aux Etats, pourquoi les dirigeants se croient-ils obligées de s'agenouiller devant eux ? De quel droit dictent-ils aux gouvernements la politique à mener ? Qu'est-ce que c'est que cette mascarade ?

 

Une autre grande vraie question devrait être posée, et rapidement : Un pays peut-il être tenu responsable des agissements de ses Décideurs, de ses "Elites" ? Les conséquences des politiques financières menées doivent-elles être supportées par ceux qui n'en sont nullement responsables et qui de surcroît plongent à grande vitesse dans la pauvreté ?

 


La Dictature Des Usuriers Goldman Sachs Deutsche Bank - La Grèce Ruinée Israël Veut La Piller

http://www.planetenonviolence.org/La-Dictature-Des-Usuriers-Goldman-Sachs-Deutsche-Bank-La-Grece-Ruinee-Israel-Veut-La-Piller_a2609.html

 

Et finalement, on pourrait aussi poser deux grandes questions : Puisque l'Europe est un échec complet, et la mondialisation aussi, jusqu'à quand va-t-on tolérer cette Europe-là (qui n'est pas celle des peuples mais des gangsters de la banque), et jusqu'à quand supporterons-nous le capitalisme financier qui n'entraîne que des disparités insupportables, avec d'un côté un tout petit groupe de nantis, et de l'autre une masse de plus en plus précarisée, appauvrie, sans emploi, sans perspectives, désespérée ?  Parce qu'au-delà des questions essentielles comme le retrait de la zone euro et le refus du carcan budgétaire de Bruxelles, se posent, finalement, de vraies questions existentielles : Dans quel monde voulons-nous vivre ? Pré-déterminé, inique et suicidaire - ou donnant à tous le moyen de vivre dans la dignité ?

 

Il est temps de dépasser le schéma, étriqué, dans lequel les tenants du "Changement, c'est maintenant" veulent nous enfermer. Car plus que de croissance ou d'eurobonds, c'est de l'avenir de l'Europe et des Européens qu'il s'agit. Et plus généralement, de la paix, puisqu'en définitive, l'Europe "transatlantique", arrimée à l'Oncle Sam, et chapeautée par l'OTAN, c'est la guerre. Tôt, ou tard. Et de cela, évidemment, on ne parle jamais, car aucun Média n'a le courage de poser les bonnes questions...

 

eva R-sistons

http://r-sistons.over-blog.com

 

NB Sous peu, je complèterai ce post qui m'a demandé beaucoup de travail et de réflexion, par des liens permettant de poursuivre l'analyse.

© Chappatte – www.globecartoon.com

dessin humour cartoon

© Olivier Ménégol – www.ledessindelasemaine.fr

Cliquez ici (ou sur les graphiques) pour lire le billet complet :
Le programme de Syriza / Hollandréou

http://www.les-crises.fr/

 

 

TAGS : Europe, Sarkozy, Angela Merckel, François Hollande, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Marché transatlantique, Pacte budgétaire, Règle d'Or, Verts, PS, Modem, Nouvel Ordre Mondial, MES, Mariano Rajoy, Eurogendfor, Lehman-Brothers, Juifs, Attali, mondialisation, bankrun, Pierre Moscovici, D Strauss-Kahn, M. Rocard, protectionnisme, politique d'austérité, Europe du Sud, couple Merckhollande, G8, G20, Iran, eugénisme, euthanasie, agences de notation, OTAN

 

jeudi 27 octobre 2011

REVUE - MANIERE DE VOIR n°119 - CRISE BANCAIRE

 

LE CASSE DU SIECLE

 

-

 

Terriblement d'actualité.....

 

-

 

"Comme l'Alchimie, le commerce débridé de l'argent repose sur le mythe de la création de richesse ex nihilo. Il ne s'amende pas, il ne se régule pas. Il s'effondre."



(Pierre Rimbert - Editorial)
http://jcmemo-34.blogspot.fr/2011/10/revue-maniere-de-voir-n119-crise.html
.
.
C O M M E N T A I R E S  :  I C I
.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 02:25

Dernière mn : Je vous conseille la lecture de ceci,

Geab 64: L'élection de Hollande va provoquer un séisme géo-politique

 

pc.jpg

http://partenia2000.over-blog.com/article-lettre-ouverte-aux-peuples-d-europe-par-mikis-theodorakis-87610004.html

Lettre ouverte aux peuples d'Europe par Mikis Théodorakis

 

 

 

L'Europe, c'est l'austérité et le sacrifice des citoyens ! Sortons de l'Europe, de l'euro, des Institutions internationales assassines (et évidemment aussi de l'OTAN) ! Il faut que Mélenchon soit fort pour que F. Hollande ne capitule pas devant les Marchés meurtriers ! De toutes façons, il faut voter pour ceux qui sortent la France de cette UE tueuse de souveraineté nationale, d'emplois, de pouvoir d'achat, de protection du travail et des salaires, de droit des travailleurs ! Ayons enfin le courage de l'Islande et de l'Argentine, qui retrouvent leur croissance ! Cette audace, c'est le prix de la sortie de crise et de la prospérité retrouvée ! Il n'est plus tolérable de voir les citoyens, les peuples, l'humanité entière, sacrifiés au Marché-Roi abstrait, cupide et criminel ! Citoyens, Citoyennes, libérons-nous des chaînes imposées par la mondialisation financière dès maintenant, demain il sera trop tard et les générations futures seront condamnées ! eva R-sistons à l'intolérable, à l'imposture d'un Hollande n'ayant rien réellement promis et qui poursuivra ainsi l'oeuvre mortifère d'un Sarkozy aux ordres du grand capital financier !  Il faut choisir entre le Marché fou et  les êtres humains !

 

NB : Hélas, je crains que le seul qui clairement, s'engageait à sortir de l'euro, de l'UE, des Institutions internationales et de l'OTAN, était François Asselineau. Plus que jamais il faut le soutenir ! (note d'eva)

 


 

Le plan de bataille des marchés : entretien avec le stratège


http://www.fakirpresse.info/Le-plan-de-bataille-des-marches,359.html

Par Adrien Levrat, François Ruffin, 12/04/2012


 

Le journal Fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !


« Les gens de marché s’expriment de façon très directe. » Dans sa note (largement traduite ici), le « chief economist de Cheuvreux » conseille en effet à François Hollande de « tromper le peuple » pour mettre fin au « fameux CDI ». « On ne s’embarrasse pas de finasseries », poursuit-il dans un entretien diffusé dans l’émission Là-bas si j’y suis. Raison de plus, cette franchise, pour aller rencontrer ce « senior advisor », Nicolas Doisy. Car il ne faut pas mépriser l’adversaire : il est prêt à livrer bataille. Il a déjà son plan. Présentation.

 

François Ruffin : On se trouve au siège de la Corporate Investment Bank du Crédit agricole. Premier broker indépendant sur actions européennes, Cheuvreux possède quatorze bureaux à travers le monde, y compris New york, San Francisco, Tokyo, Zurich… Donc Cheuvreux conseille 1200 banques, fonds de pension et ainsi de suite.

Nicolas Doisy : Tout à fait.

F.R. : Mais pourquoi une société de courtage comme Cheuvreux a un département recherche ? Et pourquoi cette recherche s’intéresse à la politique française ?

Nicolas Doisy : Pourquoi la politique ? Parce qu’en fait, ce dont on se rend compte, c’est que dans politique économique, eh bien, il y a « politique », y a pas qu’économique. Depuis finalement le début de cette crise, la crise de Lehman en 2008, le cycle économique, financier, est beaucoup dirigé et conduit par la politique, et du coup, tout ce qui est politique prend énormément d’importance, et détermine beaucoup des événements sur lesquels les investisseurs gardent leurs yeux.

Hollande : le choix

F. R. : Vous avez publié un papier là, dont le titre est, en anglais, « François Hollande and France’s labour-market rigidity : the market will rock both ». François Hollande et la rigidité du marché du travail : le marché va chahuter, bousculer les deux.

N. D. : Tout à fait. Quand on regarde un petit peu la façon dont se déroulent les élections, dont les marchés perçoivent le problème européen, on se rend compte qu’il y a des chances non négligeables que François Hollande se trouve pris entre deux forces contradictoires : les marchés qui attendent de lui un certain nombre de réformes dites structurelles, qui vont porter sur l’assainissement des comptes publics évidemment, mais aussi des réformes qui sont appelées à rendre l’économie française plus performante. Or, c’est le type de réforme dont très vraisemblablement une partie de l’électorat de François Hollande se méfie, et si vous regardez bien, pour l’instant, François Hollande s’est abstenu de clarifier de façon nette sa position sur ce sujet.
Et pour cause : il sait qu’il sera pris à terme, à un moment, entre la pression de ses électeurs et la pression des marchés. Déjà on a des investisseurs qui s’étonnent du faible détail des candidats dans leurs programmes, les anglo-saxons que je rencontre me demandent souvent : « Où est le programme ? » Je leur dis : « Il n y en a pas ! », et pour cause, c’est un jeu tactique pour l’instant, le programme on le saura une fois l’élection finie. Et en fait on le connaît déjà, il sera imposé par l’appartenance à la zone Euro.

La fin du CDI

F.R. : Vous dites non seulement François Hollande ne va pas tenir ses promesses, mais en plus c’est lui qui va devoir flexibiliser le marché du travail, c’est lui qui doit remettre en cause ce que vous appelez « the famous CDI » le fameux CDI, contrat à durée indéterminée.

N.D. : C’est lui qui va devoir le faire dans la mesure où c’est lui qui sera élu. En d’autres termes, de toute façon, qui que soit le prochain président de la république française, c’est un travail qu’il va devoir faire, parce que tout simplement il y aura la pression des pairs dans la zone euro, c’est-à-dire de l’Italie, de l’Allemagne, de tous les autres pays. Quand vous regardez bien l’Allemagne au milieu des années 2000 a fait ce genre de réformes, l’Italie, l’Espagne sont obligés de le faire aujourd’hui, la Grèce aussi. Pourquoi la France pourrait-elle s’en dispenser ?

F.R. : Quel type de réforme ?

N.D. : Quelles réformes ? J’y viens. C’est le package typique de réformes qui a été imposé à la Grèce, qui est demandé aussi à l’Italie, qui est demandé aussi à l’Espagne, et c’est, si vous voulez, si on fait référence aux années 80, c’est ce qu’on appelle l’économie de l’offre, c’est ce qu’avaient fait en leur temps Reagan et Thatcher. L’Europe continentale a estimé qu’elle pouvait ne pas adopter ce modèle, c’est un choix de société, c’est un choix politique. Il se trouve qu’aujourd’hui le modèle traditionnel français, le modèle du CDI que vous mentionnez est en train d’arriver en bout de course. Il est à bout de souffle, quelque part. Et donc ce qu’il faut faire maintenant, c’est tout simplement le genre de réformes qui a été faite en Espagne récemment.

F.R. : Vous avez un encadré pour dire, en gros, le Royaume Uni et l’Irlande ont flexibilisé leur marché du travail, et ça a marché. En revanche, en Europe continentale, et notamment en France on a fait de la résistance, et finalement, on obtient des moins bons résultats.

N.D. : Oui, tout à fait. En Europe continentale, on a voulu s’épargner l’idée de faire un contrat de travail unique qui soit suffisamment flexible, et tout est dans le « suffisamment », c’est une question de bon dosage de la flexibilité, mais l’important c’est un contrat de travail unique, donc le CDI tel que nous l’avons connu, nous ne le connaîtrons plus normalement, ça c’est clair.

F.R. : Alors vous dites, « ça ne s’est pas fait en Europe continentale, alors que ça s’est fait au Royaume-Uni et en Irlande, donc aujourd’hui le moment est venu de flexibiliser le marché du travail en Europe continentale, on le voit en Espagne, on le voit en Italie, on le voit en Grèce… La France ne peut pas être le seul ilot à maintenir une rigidité sur son marché du travail dans une Europe qui flexibilise. »

N.D. : L’idée c’est de permettre aux entreprises d’avoir une plus grande flexibilité dans la gestion de leurs ressources humaines, de façon à ajuster au mieux leur personnel, leur force de travail, de façon a être les plus performantes. En d’autres termes, ça revient finalement à réduire substantiellement un certain nombre de garanties dont bénéficient, dont ont bénéficié jusqu’à présent les titulaires de CDI notamment. Et donc à imposer plus de flexibilité aussi sur les travailleurs. C’est là que ça va coincer, c’est là que ce sera problématique, parce que je ne suis pas certain qu’on pourra maintenir le modèle français tel qu’il est. C’est ça le point important. C’est que le conflit d’objectifs que va avoir François Hollande, c’est rester dans la zone euro et satisfaire les demandes de son électorat naturel. Les deux ne sont plus compatibles maintenant, on le voit depuis la crise grecque, il faudra qu’il fasse un choix. C’est pourquoi il est resté très prudent jusqu’à présent dans son expression publique.

F.R. : Juste une question qui vient comme ça… Vous vous êtes en CDI ou vous êtes pas en CDI M. Doisy ?

N.D. : Je suis en CDI, bien évidemment… Euh voilà… (Rires.)


L’Eurozone

F.R. : Alors dans votre papier vous écrivez : « C’est regrettable pour François Hollande, mais la nécessité d’une libéralisation du marché du travail est le résultat direct d’une appartenance de la France à la zone euro, aussi ne peut-on avoir l’une sans avoir l’autre. » Donc la seule question est de savoir si François Hollande va ne serait-ce qu’essayer de respecter ses promesses, ou s’il va volontairement revenir dessus aussitôt élu.

N.D. : C’est exactement ça, et effectivement je vous remercie de citer ce passage, c’est probablement un des plus importants de la note – en passant la traduction est très bonne – c’est exactement ça, on est au pied du mur, alors beaucoup de français penseraient « c’est la victoire du modèle libéral »… Oui en quelque sorte, mais ensuite effectivement, la France sera au pied du mur, tout au temps que l’Espagne l’est, tout autant que l’Italie, tout autant que la Grèce, tout autant que tous les pays qui n’ont pas fait ce genre de réformes…

F.R. : Ce que vous dites dans votre note, c’est, y aura quelqu’un de déçu.

N.D. : Oui, le marché ou les électeurs seront déçu.
Quelque part c’est un peu une répétition de 81-83. Pour ceux qui n’étaient pas nés à cette époque on va faire un petit point d’Histoire : en 81, alors qu’on venait d’avoir le choc pétrolier de 73- 74 et puis de 79, la France avait besoin précisément d’être plus flexible, mais François Mitterrand est élu sur un programme on va dire vraiment de gauche, très de gauche, très socialiste keynésien, relance par la consommation, etc. etc. Et tout ça pour qu’au bout de deux ans à peine, trois dévaluation du franc, en mars 83, après avoir perdu les élections municipales, François Mitterrand soit obligé de faire un complet demi-tour, et d’adopter les politiques de Madame Thatcher, de Monsieur Reagan à l’époque… Évidemment pas aussi ambitieuse, mais tout de même.

Qu’est-ce qui s’est passé à cette époque ? Le choix avait été très simple pour François Mitterrand, la question c’était : rester dans la construction européenne, dans le projet européen, ou en sortir. Et après avoir hésité, et apparemment failli quitter le SME, et donc le projet européen, la France a décidé d’y rester. Et donc la traduction de ça, ça a été ce qu’on a appelé la politique d’austérité, qui a duré des années, des années, des années, de désinflation compétitive…

Eh bien là la situation est un peu la même, si la France veut rester dans la zone Euro, il faudra très vraisemblablement qu’elle se plie à un certain nombre de programmes de réformes qui sont maintenant imposés, ou sinon l’idée sera que la France devra quitter la zone euro. Autant en 83 il était peut-être moins compliqué de quitter le projet de construction européenne, autant aujourd’hui ça risque d’être beaucoup plus compliqué. On l’a vu : si l’idée même de la sortie d’un petit pays comme la Grèce a causé une crise comme nous l’avons connue l’an dernier, je vous laisse imaginer pour la France…

La confiance

F.R. : Dans un premier temps vous dites, en gros, les marchés peuvent avoir confiance en François Hollande, parce que d’abord c’est quelqu’un de pragmatique, c’est un européen de cœur, donc il ne va pas remettre en cause l’appartenance de la France à la zone Euro et ainsi de suite… Et le troisième point : il était conseiller de François Mitterrand lorsque François Mitterrand a négocié le tournant de la rigueur en mars 1983, donc il en a gardé le souvenir de ça, donc il ne va pas commettre la même erreur aujourd’hui.

N.D. : Il me semblerait inconcevable qu’un homme de la formation et de l’intelligence de François Hollande qui a vécu l’expérience dont on vient de parler, c’est-à-dire 81-83, ne s’en souvienne pas. En gros l’alzheimer peut pas être aussi précoce que ça, et du moment où il s’en souvient, je ne vois pas comment à partir de là il serait capable de ne pas prendre en compte la réalité du marché telle qu’elle s’imposera à lui. Parce qu’il faut pas l’oublier : le marché s’imposera.
Donc je dis « ne vous inquiétez pas : a priori même si je ne suis pas dans le cerveau de François Hollande, ce que je vois ce qu’il y a tous les éléments nécessaires pour qu’il ait une approche tout à fait pragmatique… »
Et en plus, c’est visible pour ceux qui prennent le temps de scruter, François Hollande n’a pas promis le Grand soir. François Hollande n’a rien promis, parce que dans votre phrase y avait, l’hypothèse la plus optimiste, c’est celle où François Hollande prend ses fonctions et « revient sur ses promesses », mais il n’en a pas fait ! C’est ça mon point : il n’en a pas fait, ou il en a fait si peu que, finalement, de toute façon c’est comme si ça comptait pas. Donc il a gardé les mauvaises nouvelles pour plus tard.

Le danger

N.D. : Maintenant il y a un danger qui se présente, c’est la semaine qui vient de s’écouler, en particulier le week-end qui vient de s’écouler : on voit que Mélenchon est vraiment en phase ascendante, on a bien entendu ce week-end, François Hollande qui dit « oui, croyez moi, ça va être du sérieux ma renégociation du traité ». Mais bien sûr, il est bien obligé, parce que avant de gagner le deuxième tour, ceux qui ont connu 2002 savent qu’il faut gagner le premier, donc il est bien obligé de faire quelques concessions verbales à son électorat. Mais là encore je suis pas sûr qu’il ait été très spécifique sur sa renégociation. Et c’est pour ça, j’en reviens à ce point, il n’a pas fait de promesses, parce qu’il sait qu’il va devoir se renier par la suite, donc il essaie d’en promettre le moins possible pour que le retour de bâton soit le moins violent possible.

On voit la montée en puissance de Mélenchon. Ce qu’on se dit tout simplement, c’est que à partir de maintenant, il va bien falloir que Hollande commence à donner quelques gages à sa gauche, et c’est là que ça va devenir un peu plus compliqué pour lui, parce que les marchés vont commencer à comprendre, vous commencer à le sentir, c’est pour ça qu’il est resté très prudent jusqu’à présent dans son expression publique.

Tromper le peuple

F.R. : François Hollande dit « je vais demander la renégociation du dernier traité européen », vous, vous écrivez ça :

« François Hollande va avoir à naviguer à travers des forces dans la gauche, notamment à cause du référendum manqué de 2005, et dans cette perspective, vous écrivez, il serait politiquement intelligent que ses pairs de l’eurozone, ses partenaires allemands, belges italiens et ainsi de suite, permettent à François Hollande de prétendre qu’il leur a arraché quelques concessions, même si c’est faux en réalité. La demande de renégociation du traité serait alors utilisée pour tromper le public français, pour rouler – j’ai lu to ‘trick’ : rouler, tromper – pour tromper le public français, en lui faisant accepter des réformes convenables, dont celle du marché du travail. »

N.D. : Oui, alors, avant d’entrer dans le fond du sujet je voudrais préciser un point : les gens de marché s’expriment de façon très directe, donc le vocabulaire que j’ai pu choisir dans la citation que vous venez de lire, ça paraîtra peut être excessif a beaucoup de vos auditeurs. Maintenant, c’est vrai que voilà, on ne va pas s’embarrasser de finasserie, on va aller directement au point.
De « rouler » les électeurs français, c’est peut être un mot quand même excessif, l’idée c’est de dire : ce sera une concession en quelque sorte de façade qui aura été faite à François Hollande et au peuple français entre guillemets, de façon à ce que tout le monde constate qu’à la fin des fins, il les faut bien les autres réformes, les fameuses réformes structurelles dont personne ne veut entendre parler.
Le mot rouler les électeurs est peut être un peu fort, je regrette qu’il soit traduit comme ça en français, peu importe, c’est pas très grave, mais à défaut de les rouler, ça va leur permettre de peut-être prendre conscience qu’il y a un certain nombre d’idées qu’ils ont en tête, qui ne peuvent pas marcher, même s’ils en sont convaincus. Ce que je suis en train de dire, c’est qu’il y a un petit théâtre, le script est un peu écrit, si on est malin on s’écartera pas trop du script, et de cette façon là on arrivera peut être à faire passer la pilule de façon un peu plus simple que ça n’avait été le cas au début des années 80.

F.R. : Alors je reviens sur cette phrase. Ce que vous dites c’est, admettons, y a un sommet à Bruxelles, François Hollande demande une partie sur la croissance, les autres européens ils vont faire comme si « bon ben d’accord, on t’accorde ça », il rentre ici en France en disant « regardez ce que j’ai obtenu », et du coup il peut dire derrière « eh ben, en échange nous on va libéraliser notre marché du travail ».

N.D. : Vous avez parfaitement compris le sens de mon propos, c’est exactement ça. C’est une petite mise en scène, c’est un petit théâtre, alors faut pas avoir l’impression que je fais de la théorie du complot et qu’on manipule tout le monde, et c’est juste que vous avez un électorat qui a un certain nombre d’idées préconçues. Elles sont fausses peut être, n’empêche que c’est les idées que l’électorat porte, et là y a de la pédagogie à faire.

F.R. : C’est déjà un peu ce qu’il s’est passé en 1997 : en 1997, Lionel Jospin est élu avec la gauche plurielle en disant ce pacte de stabilité je n’en veux pas, donc il va à Amsterdam, on lui fait rajouter Pacte de stabilité et de croissance, et il revient en disant « regardez y a le mot croissance dans le titre ».

N.D. : Vous avez tout compris. C’est pas l’exemple que j’avais en tête quand j’ai écrit la note, mais oui vous avez raison, c’est exactement ça. J’avais pas en tête l’exemple, mais vous avez entièrement raison, c’est exactement ça. C’est… Alors certains pourraient considérer que c’est une manipulation, moi je pense pas que ce soit une manipulation, c’est juste une façon d’arrondir les angles, on va dire, voilà.

La formule

F.R. : Vous concluez sur les deux mesures nécessaires. C’est :
1) couper dans les dépenses publiques
2) libéraliser le marché du travail ; et vous dites le vrai défi pour François Hollande est de trouver la formule politique pour le vendre au public français.

N.D. : Bien entendu, il faut trouver la formule pour vendre ça au peuple français. Je suis pas le conseiller de François Hollande, c’est pas mon rôle de définir le message qu’il doit porter. Mais je voudrais quand même citer un exemple historique, c’est celui de la Pologne qui quitte le communisme et qui fait sa transition vers l’économie de marché au début des années 90. La Pologne est connue pour avoir subie ce qu’on appelait la thérapie choc, c’est-à-dire que eux ils se sont pas embarrassés de beaucoup de précautions, ils y sont allés franco d’un seul coup dès le début. Ils ont fait la totale des réformes quasiment en un an ou deux. Ça a été extrêmement douloureux pour la population polonaise, mais ce qu’il faut savoir c’est que la Pologne est le pays qui s’en est sorti le mieux, le plus vite, quand on le compare à ses pairs.

Le sujet n’est pas là, le sujet c’est comment cela est il possible ? Pas seulement parce qu’il y avait la détestation des communistes, mais parce qu’il y avait aussi un gouvernement où il y avait un ministre des affaires sociales et du travail qui allait régulièrement à la télévision expliquer à la population pourquoi on fait ces réformes, que certes c’est douloureux, certes ça fait mal aujourd’hui, mais les bénéfices viendront plus tard. Que si on ne fait pas ce genre de travail aujourd’hui, demain ce sera encore pire qu’aujourd’hui, et ainsi de suite. C’est un effort de pédagogie.
Regardez maintenant Monti. Mario Monti aux affaires en Italie, c’est quand même assez frappant. C’est un homme qui fait les réformes les plus impopulaires que le peuple italien pouvait imaginer, et qui se trouve être le Premier ministre le plus populaire de l’après guerre ou presque. Donc y a vraiment un sujet sur la communication avec l’électorat, le peuple, et une façon de faire passer les messages. Ça, moi j’ai envie de dire, c’est ce pourquoi les hommes politiques sont payés, c’est leur métier, j’espère juste que François Hollande trouvera la bonne formule.

L’angoisse

F.R. : Si je fais un récapitulatif, je me suis amusé à faire des cas à partir de votre document :
Le cas n°1, c’est François Hollande est conciliant et il revient de lui même sur ses maigres promesses de campagne et il libère le marché du travail et en finit avec le CDI comme norme de travail.
Cas n°2, il lui faut une petite pression de ses partenaires européens, une petite concession qui lui sert de prétexte, et derrière il libéralise le marché du travail.
Cas n°3, il refuse de se plier à ce programme, à cette injonction, et alors les marchés vont le punir, le rappeler sérieusement à l’ordre.

N.D. : Oui.

F.R. : Donc là, jusque-là dans les trois cas, quand vous dites, « soit les électeurs, soit les marchés seront déçus », dans les trois cas c’est toujours les électeurs qui seront déçus et les marchés qui gagnent ?

N.D. : Oui oui. Eh bien regardez la Grèce, regardez l’Espagne, regardez l’Italie, regardez tout ce qui se passe en Europe depuis 2010, on a bien vu que de toute façon, à la fin, c’est le marché qui l’emporte. Je ne vais pas encore dire que le marché a nécessairement raison au sens moral du terme, en tout cas il aura raison factuellement puisqu’il s’imposera, c’est clair. Donc, c’est de ce point de vue-là que je le dis, oui en effet. Vous avez raison, les électeurs risquent d’être plus perdants que les marchés.

F.R. : Je propose un quatrième cas, l’irruption du peuple sur la scène de l’Histoire.

N.D. : La prise de la Bastille numéro 2.

F.R. : Hier, à Paris, y avait, bon, on va pas chipoter, 80 000, 90 000, 100 000, 120 000 manifestants à l’appel du Front de gauche. Si, comme en 1936, on avait une élection qui s’était suivie de mouvements de masse, de manifestations, de grèves…

N.D. : Qu’est-ce qui se passerait en Europe ? Ben là je crois que c’est le gros coup d’angoisse, parce que si, quand les grecs manifestent, on a déjà une Europe qui se sent sur le point d’exploser, je vous laisse imaginer pour la France. C’est bien pour ça que je passe mon temps à répéter dans cette note que j’espère bien que François Hollande se souvenant de ses années de formation en 81-83 auprès de François Mitterrand évitera précisément de laisser se développer ce genre de scénario à nouveau, ou en d’autres termes trouvera la formule politique qui lui permet de vendre les réformes à la population française d’une façon qui soit acceptable…

À la revoyure…

F.R. : Je vous propose quelque chose pour terminer : qu’on se retrouve dans six mois, par exemple, à l’automne, et on fait le point pour voir où on en est dans votre scénario.

N.D. : Lequel des trois...

F.R. : Voilà, lequel des trois advient ?, où est ce qu’on en est ?, est-ce qu’effectivement y a eu des négociations ?, on a rajouté croissance dans le titre à la fin ?, vous voyez, ce genre de choses là.

N.D. : Eh pourquoi pas, avec plaisir, on a une conférence je crois à Paris au mois de septembre, je vous recevrai à ce moment là avec plaisir.

 

 

Europe-contre-les-peuples--ecrit-.jpg

L’Europe contre les peuples

L'Europe contre les peuples - L'Europe du chaos - La dette européenne


http://www.fakirpresse.info/Le-plan-de-bataille-des-marches,359.html

 

 

L'horreur du nucléaire :

Une Française témoigne

avant les Elections

 

La femme qui résiste ne s'appelle pas Anne Lauvergeon !

  Victime dans sa chair et ruinée, cette femme - Mme Pauchard de Bollène - illustre la situation de millions de victimes anonymes de la contamination radioactive dispersée par toutes les installations nucléaires. Ce que vit cette vauclusienne est emblématique de ce qui nous attend TOUS. Écoutez son témoignage en ligne sur Internet réalisé grâce aux Réseau Zéro Nucléaire (RZN) avec le soutien de la Coordination Antinucléaire SudEst (CAN84) :

 

 

 

 

La femme qui résiste ne s'appelle pas Anne Lauvergeon !

 

Engageons-nous dans une Blitzkrieg médiatique solidaire pour l’arrêt immédiat, définitif et inconditionnel de toutes les installations nucléaires, en diffusant très largement ce message citoyen ! Pour en savoir plus :

 

www.sanurezo.org/lafemmequiresiste.pdf www.sanurezo.org/communique_lfqr.pdf http://www.facebook.com/pages/La-femme-qui-résiste/278526112233628 www.coordination-antinucleaire-sudest.org

 

http://www.alterinfo.net/La-femme-qui-resiste-ne-s-appelle-pas-Anne-Lauvergeon-_a74833.html

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 08:58

 

http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/nicolas-sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-elysee/7597186-1-fre-FR/Nicolas-Sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-Elysee.jpg

http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/nicolas-sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-elysee/7597186-1-fre-FR/Nicolas-Sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-Elysee.jpg

.

 

Nicolas Sarkozy a déclaré la guerre aux Français

Pourquoi ? Par eva R-sistons

.

 

Nicolas Sarkozy a repris l'initiative, en prononçant un discours d'une violence sociale inouïe. Tout en se préparant à la candidature ("J'ai RV avec les Français", donc  candidature implicite), l'Occupant de l'Elysée... semble déclarer la guerre aux Français, ce qui apparaît contradictoire. Pourquoi ce "jeu" double ? Pour moi, une seule réponse, presque machiavélique.

 

Voyons d'abord les propositions, d'une rare violence  sociale : Car en misant plus que jamais sur la logique de la compétitivité (qui ne produit en réalité que désindustrialisation et perte d'emplois comme du pouvoir d'achat pour tous au lieu de lutter contre le chômage), Nicolas Sarkozy opère un immense transfert des ressources du patronat aux salariat, très exactement : Un transfert massif des cotisations sociales qui  pèseront désormais, à travers la TVA "sociale", sur les seuls salariés (et sur les retraités comme sur les chômeurs et les ménages), au lieu d'être réparties équitablement entre patronat et travailleurs, ce qui augmentera encore le pouvoir du Capital, et des capitalistes, sur le dos des travailleurs (et des retraités). Et la dérégulation du Marché du Travail laissera libre cours à la loi de la Jungle. Plus que jamais !

 

Plus que jamais, en effet, Nicolas Sarkozy impose ses propres thématiques, ultra-libérales, qui pourtant, et c'est un comble, choquent même un Madelin : "Il s'agit d'un hold-up patronal sur le pouvoir d'achat des salariés", assure-t-il. Si Madelin, le champion du libéralisme, le dit, cela doit être vraiment très grave, en effet.

 

Le prétexte, on le connaît : Si on diminue le coût du travail, on évite la destruction des emplois et les délocalisations, on permet la croissance. En théorie seulement, parce qu'en pratique, les choses ne sont pas si simples.

 

Que propose Nicolas Sarkozy ?

 

Passons sur la création d'une banque d'entreprises (encore un cadeau au MEDEF, il ne s'agit pas d'une banque nationale mais d'une banque pour... les entreprises), sur la flexibilité du temps de travail chère aux ultra-libéraux (finie la durée légale du Travail, l'Etat se désengage), ou sur une augmentation de 30 % de la surface constructible  soi-disant pour abaisser le coût du logement ("le propriétaire architecte" pourra faire n'importe quoi, construire plus sur un même terrain ou ajouter des étages), passons sur tout cela, et même sur la fin inexorable (ou tout au moins la très grande limitation) des emplois publics, sur la suppression des droits de succession (encore une mesure pour favoriser les plus nantis),  sur la politique familiale (il ne s'agira pas de redistribution sociale mais de favoriser la natalité chère à l'électorat le plus traditionnel) ou sur la taxation symbolique (0,1 % !) des transactions financières §... Passons sur tout cela,  pour arriver au coeur du dispositif Sarkozy : La TVA dite sociale, en réalité anti-sociale, ou si l'on préfère, "patronale".

 

La TVA sociale... anti sociale

 

On connaît le refrain, "il faut s'adapter au monde nouveau", en oubliant de dire que ce monde-là est décidé unilatéralement, anti-démocratiquement (et mis en oeuvre  servilement par les pseudo Elus de la Nation) par le Grand patronat, celui du MEDEF, et au seul service du Grand Capital. Dérégulons, dérégulons, une fois l'Etat protecteur démantelé il ne restera rien pour les travailleurs, ni Droit ou protection du Travail ni durée légale du travail ni même un jour, le salaire minimum... Désormais, si l'employé n'accepte pas la réduction de son salaire ou l'augmentation des heures de travail, on considèrera qu'il commet une faute grave et il sera licencié. C'est cela, la "modernisation", l'"adaptation au monde nouveau" : Une régression générale des droits !

 

Donc, morceau de choix, la TVA Sarkozy, dite abusivement "sociale" - ou "anti-délocalisations". Elle passera par la réduction du coût du travail, qui profitera aux entreprises puisqu'elles ne financeront plus comme avant (c'est-à-dire en partie, conjointement avec les travailleurs) notre protection sociale, notre modèle social si original et auquel nous tenons tous tant. Pour l'Occupant de l'Elysée, le raisonnement est simple : "Si nous perdons des emplois, c'est parce que le coût du travail est trop élevé, en tous cas plus élevé qu'ailleurs". Ce qui compte, avec l' "accord compétitivité-emploi", c'est la sacro-sainte compétitivité, qui passe toujours par la réduction des salaires ou la réduction des emplois. En réalité, tout cela entre dans un vaste plan d'ensemble, d'ailleurs favorisé par la crise provoquée de toutes pièces pour favoriser le transfert massif du public au privé, et du salarié au patron - plus précisément, du salarié au grand patron, celui du MEDEF. Mais pour faire passer la pilule du désengagement de l'Etat (il n'interviendra plus, la durée du travail et les salaires se négocieront entreprise par entreprise), du démantèlement du Droit du Travail et de sa protection, de l'abaissement des salaires et donc du pouvoir d'achat, du nivellement général par le bas, on invoque abusivement... la sauvegarde des emplois et de la croissance !

 

En réalité, en réduisant le coût du travail pour les entreprises, en favorisant la régression générale pour les travailleurs et en instituant en France une politique de "rigueur" (car c'est bien de cela qu'il s'agit, puisqu'avec la TVA sociale le prix des produits augmentera de 1,6 % pour tous, salariés comme chômeurs ou retraités), en instaurant, donc, la TVA dite abusivement "sociale", on ne créera ni entreprises ni emplois, on ne favorisera pas la croissance, au contraire - puisque le pouvoir d'achat diminuera pour tous. Il est pratiquement sûr, comme pour les restaurateurs, que les entreprises ne répercuteront pas sur le prix de leurs produits, la cotisation payée en moins pour les travailleurs. La TVA dite "sociale" augmentera les profits, elle ne créera ni emplois ni croissance. C'est le MEDEF, et lui seul, qui inspire cette politique anti-sociale, pénalisant les plus modestes et les classes moyennes, et c'est lui qui, aujourd'hui, triomphe.  Face à cela, les inégalités et la pauvreté vont exploser, comme au Portugal, en Grèce, en Espagne, et les prix vont augmenter...  La nouvelle politique de Sarkozy aggravera encore un peu plus la situation. A travers l'Occupant de l'Elysée, les plus favorisés déclarent la guerre aux Français. Comme partout ailleurs en Europe, les peuples seront plus que jamais spoliés, piétinés, sacrifiés !

 

http://www.urtikan.net/wp-content/uploads/2012/01/120127-sarkozy-dimanche.jpg

http://www.urtikan.net/wp-content/uploads/2012/01/120127-sarkozy-dimanche.jpg

 

 

La guerre est déclarée aux Français - aux peuples !

 

Le Gouvernement prétend ne pas augmenter les impôts : Quelle hypocrisie ! La TVA "sociale" est un impôt, indirect, et le plus injuste de tous, car au lieu de peser sur les plus nantis, il pèse sur tous, salariés comme familles, retraités ou chômeurs ! Nous ne devons pas nous laisser abuser par le chantage aux délocalisations : Si les entreprises ne paient plus avec nous notre protection sociale, si nous sommes seuls à la payer en particulier par l'impôt indirect de la TVA "sociale", il n'y aura pas moins de délocalisations - mais plus d'inégalités, plus de pauvreté ! Et la taxe symbolique sur les transactions financières est une imposture : Le financement de la protection sociale sera assuré, en gros, à 85% par les ménages, et seulement à 15 % par les revenus financiers.

 

L'ultra-libéralisme, la mondialisation, c'est ça : La dérégulation du Marché du Travail, la déréglementation, le démantèlement de l'Etat protecteur, le nivellement par le bas, l'alignement sur le moins disant, le désengagement des entreprises comme de l'Etat, la destruction du droit du Travail... Il s'agit d'un plan concerté, auquel sont soumis tous les peuples d'Europe. Le modèle social européen qui était envié dans le monde, est en train de mourir sous nos yeux ! Il ne reste plus que des nations sacrifiées, des Etats moribonds, des PME en difficulté, des peuples en voie de paupérisation complète, pour le seul profit des plus grandes entreprises, des multinationales, des actionnaires, des spéculateurs, de la haute finance ! Notre monde est devenu fou, et avec des dirigeants au service du MEDEF comme Nicolas Sarkozy, la loi de la jungle s'étend, ravageuse !

 

Le modèle allemand imposé aux Français. Sarkozy l'Etranger

 

Comment vont réagir les Français aux nouvelles dispositions de Nicolas Sarkozy ? Certainement très mal, car avec l'Occupant de l'Elysée, qui n'aime pas la France et qui la dessert, c'est un modèle étranger qu'on tente d'imposer, modèle qui profite certes aux grosses entreprises, à la "compétitivité" (les plus gros absorbant les plus faibles), mais qui par ses inégalités, de plus en plus d'ailleurs comme aux Etats-Unis, précarise l'ensemble des travailleurs et donc des ménages.

 

Il est très grave en effet de voir que Nicolas Sarkozy ne parle jamais des Français, mais des Américains, des Allemands... S'il voulait tuer le modèle français, l'Histoire de notre pays, sa culture, il ne s'y prendrait pas autrement ! En agissant ainsi, le Président heurte de plein fouet le patriotisme français. En plus d'accroître les inégalités, la précarité déjà très préoccupante ! A terme, le mécontentement va grandir et gagner les couches moyennes...

 

 

Pourquoi la stratégie de la rigueur avant les Elections ?

 

En réalité, si Nicolas Sarkozy ose défier les Français à trois mois des élections, c'est qu'il a, pour moi, un plan - que je qualifierais de machiavélique. Car il sait que ses mesures ne peuvent que heurter les Français !

 

Dès aujourd'hui, gouvernement, patrons et syndicats vont se rencontrer. Les Syndicats, évidemment, sont très remontés. Des manifestations sont déjà annoncées .

 

Et si tout cela, en effet, était une stratégie délibérée du gouvernement, avant les Elections ? Nicolas Sarkozy est très impopulaire : Sa personnalité comme sa politique sont très décriées. Alors, pourquoi proposer aux Français, maintenant, et alors même que François Hollande a le vent en poupe, une aggravation de leur sort ? Comme si on voulait les provoquer ! Pour la Presse aveugle ou complice, la cause est entendue; Ainsi, la Croix annonce une explication saugrenue : "Nicolas Sarkozy veut rester dans les mémoires" !  Et un autre Editorialiste : "Ce que Sarkozy veut faire, c'est aller plus vite que François Hollande" ! Vraiment ?

 

Car pour moi, en effet, c'est plutôt de cela qu'il s'agit : Nicolas Sarkozy mise sur un mécontentement populaire grandissant, et donc sur des manifestations. Souvenez-vous : Mai 68, la colère des manifestants, les émeutes, et pour finir, le défilé des Champs-Elysées. Et la France profonde qui réagit en votant pour le pouvoir en place... Machiavéliquement, à mon avis, Nicolas Sarkozy joue sur le mécontentement à venir, puis sur la peur de la France profonde, pour se poser en Protecteur énergique de la paix "sociale" et être... réélu. Envers et contre tout ! Car les lendemains déchanteront terriblement pour ceux qui, à chaud, auront réagi en confiant à nouveau leur avenir au Fossoyeur de la France et en particulier de son modèle social.

 

A nous de déjouer la manoeuvre et d'informer nos concitoyens pour qu'ils ne tombent pas dans le piège tendu...

 

Eva R-sistons

 

http://sos-crise.over-blog.com

 

http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/une_article_vertical/une_4.jpg

http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/une_article_vertical/une_4.jpg

 

 

§  Monsieur Sarkozy a décidé unilatéralement, contre l’avis de ses partenaires européens, d’adopter la taxe Tobin.

    Il faut savoir que l’idée de cette taxe a été lancée par James Tobin en 1972.

    A cette époque là, il y a quarante ans, la taxe Tobin aurait eu une réelle utilité dans l’économie mondiale.

    Cette taxe aurait pu, à cette époque là, limiter et réguler la spéculation financière qui s’annonçait, suite à l’abandon des accords internationaux de Bretton Woods en 1971.

    Mais maintenant la taxe Tobin est dépassée.

     Nicolas Sarkozy propose cette taxe Tobin paradoxalement car souvenons-nous qu’en arrivant au pouvoir il a fait supprimer la taxe sur les transactions boursières.

     De plus, il a déjà affirmé son opposition à cette taxe de manière virulente.

     Mais vu son double langage habituel, il peut très bien dire au peuple qu’il appliquera une taxe conséquente et rédhibitoire tout en rassurant en coulisses les spéculateurs qui verront la taxe compensée et donc réduite à zéro.

     Par ailleurs…

     La spéculation financière est maintenant poussée à l’extrême.

     Elle appauvrit chaque jour davantage le monde du travail.

     Elle est maintenant assimilable à du vol organisé et donc à du grand banditisme.

      Taxer cette spéculation équivaut à la rendre définitivement légale.

      Or, la spéculation financière internationale ne doit pas être taxée mais interdite. 

Taxe Tobin ? Non, la spéculation financière doit être mise hors-la-loi

.http://a34.idata.over-blog.com/0/53/69/44/998/urtikan.jpg

http://a34.idata.over-blog.com/0/53/69/44/998/urtikan.jpg

 

 

Sur AgoraVox,

suivez le débat  sur Sarkozy a déclaré la guerre... :

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pourquoi-nicolas-sarkozy-a-t-il-109102

 

.

 

 

La sale guerre contre la Syrie

et les Médias

 

Boycottons  les  Médias  menteurs,

appuis  des  dissidents  aux  Etats  souverains,

fauteurs  de  troubles  et  de  guerres !


 

Encore hier soir, Arte ose dire contre toute vérité, que Bachar-el-Assad ne pense qu'à "massacrer les civils" ! Ceux qui "égorgent", ce ne sont pas les Syriens fidèles au Pouvoir, mais les Syriens vendus à l'Etranger (Américain, Anglais, Israélien, Français...) et les Libyens du CNT - plus que jamais, et pour autant les Médias pourris comme Arte et France24 font silence sur leurs exactions quotidiennes, comme d'ailleurs en Côte d'Ivoire avec les tenants de l'usurpateur Ouattara, l'homme du FMI installé à la tête du pays via la France de Sarkozy !

Quelle mauvaise foi ! Un ramassis de menteurs ! Ces chaînes sont seulement là pour appuyer les dissidents des Etats souverains, afin qu'ils tombent dans l'escarcelle des multinationales ! Et là, maintenant, elles commencent à évoquer les dissidents russes et cubains, pour contribuer à déstabiliser ces Etats, et pour nous conditionner ! C'est une haute trahison, c'est criminel ! Les journalistes n'informent plus, ils deviennent de vulgaires agents de déstabilisation ! Eva R-sistons, après les Infos d'Arte du 29 janvier 2012 ! 

 

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/screen-investiture-ouattara-france24_0.jpg

 

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/screen-investiture-ouattara-france24_0.jpg

 

 

Arte et France24 sont des instruments de l'Empire,

de simples relais  de l'Oligarchie militaire et financière,

à la solde des intérêts anglo-saxons et israéliens.

ils sont donc les ennemis de nos intérêts

par eva R-sistons

 

 

Il suffit que l'on regarde attentivement les informations de ces Médias pour comprendre qu'ils roulent pour l'Empire. Tout est fait pour discrediter les Etats souverains, indépendants, non-alignés sur les diktats de l'Occident, qu'il s'agisse du Vénézuela ou de Cuba ou encore de la Russie, de la Chine, de l'Iran, de la Syrie, du Liban, de la Biéolorussie, du Zimbawe etc, comme avant eux, l'Irak, la Côte d'Ivoire,  la Libye déstabilisés, bombardés, ruinés, dépecés... 

 

Les Américains sont représentés comme des défenseurs de la démocratie, alors que leur pays plonge peu à peu dans la dictature (interdiction des potagers, citoyens arrêtés et torturés sans procès etc) et qu'ils attaquent des pays souverains en les déstabilisant, en les bombardant, en les ruinant, en les pillant; la Couronne d'Angleterre est dépeinte sous les traits les plus favorables, alors qu'elle orchestre les politiques les plus criminelles dans le monde, comme son homologue américain; Sarkozy est représenté comme super-Sarko ou comme sauveur de la Libye, alors qu'il en est le fossoyeur; l'Etat voyou israélien est présenté comme menacé, alors qu'il met en péril non seulement les Etats alentour mais l'ensemble de l'humanité par ses projets mortifères risquant d'entraîner une conflagration nucléaire; l'Europe n'est jamais  montrée sous son vrai visage, instrument de soumission et de dépossession de ses citoyens au profit des prédateurs du Cartel bancaire;  jamais un débat de fond sur les vrais problèmes n'est organisé, et surtout pas avec des partisans de l'Iran, du Hamas, du Hezbollah, de la Syrie souveraine, de Poutine, etc... Donc tout est truqué.

 

Arte et France24 sont des Chaînes dirigées par de fervents sionistes soutiens d'Israël et plus généralement, par des ultra-libéraux, des mondialistes partisans de la domination des Anglo-Saxons sur le monde, avec tout ce que cela implique : Mort des Etats-Nations, destruction des libertés, privatisation des services publics, dislocations des protections sociales, appauvrissement de tous les peuples, saccage de la nature par le grand Capital, nucléarisation de la planète, guerres impériales monstrueuses ruinant les pays non alignés au Club de Bilderberg, etc etc. Les Russes - menés par Poutine, un authentique patriote aimant son pays - ou les Chinois sont sans cesse discrédités, comme l'Iran millénaire, les résistants palestiniens, le démocrate socialiste Chavez, etc...

 

Pour tout dire, dirigés par des sionistes notoires comme la femme de Kouchner, ces Médias aux ordres nous inondent d'interviews partiaux (comme celui d'Ouattara, l'homme du FMI qui grâce à la France, a supplanté par la force le dirigeant élu Gbagbo, pour offrir le pays à l'Occident, appauvrir les populations, les diviser, et piller les ressources), de fausses informations, de mensonges de propagande, etc. C'est très grave ! Car c'est un détournement de l'information, une confiscation des chaînes publiques au service d'intérêts qui sont opposés à ceux des peuples;  Dit autrement, Arte et France24 sont nos ennemis.

 

Exemple de conditionnement : France 24 va insister sur la mort d'un enfant en Syrie (en réalité tué par des snippers aux ordres des déstabilisateurs de l'Occident), mais jamais sur les innombrables gamins assassinés par l'OTAN en Irak ou en Libye, ou sur les petits Palestiniens qui osent braver les chars à mains nues;  Il va braquer la caméra, comme son compère Arte, sur un Observateur de la Ligue arabe en Syrie critique envers la Mission, et scandaleusement (comme Arte et les autres chaînes de désinformation), il va censurer les résultats du Rapport de ces Observateurs :

 

La présidence de la Ligue Arabe cherche à étouffer le rapport de ses experts

 

Orchestrés par des néo-sionistes au service des intérêts d'Israël (passant par les anglo-saxons), ils poussent à la guerre (c'est criminel), ils poussent au choc de civilisations, ils incitent à la haine raciale - contre les Arabes et contre les Musulmans -, et afin d'arriver à leurs fins (la domination de la coalition des Anglais, des Israéliens et des Européens - vassaux - sur le monde), ils mentent en permanence, ils falsifient l'information comme pour la Syrie, où seuls les anti-Bachar-el-Assad, très peu nombreux et manipulés de l'extérieur, ont droit à la parole, et les séquences sont elles-mêmes sujettes à caution : Comme pour celle, symbolique, de la guerre en Irak, où l'on voyait des habitants déboulonner la statue de Sadam Hussein, en réalité il s'agissait de figurants payés par l'Armée américaine. Et c'est ainsi que des plans sont tournés, aujourd'hui encore, avec des figurants, et même dans les studios du Qatar, pays arabe qui trahit les intérêts de son peuple pour servir ceux des américains ! Et la réalité est complètement falsifiée : Les morts sont en effet plus des soldats fidèles au régime syrien ou des civils (notamment des enfants) tués par des snippers payés par les Services de Renseigements américains ou israéliens, que des civils par l'Armée régulière défendant la Syrie (dégâts collatéraux), ou des "volontaires" de la prétendue Armée libre (armée en réalité financée par l'Occident pour déstabiliser la Syrie, donc au service des projets israéliens de "Grand Israël" concoctés avec les Américains soucieux de piller les ressources des pays qui en ont, et qui refusent de se soumettre, c'est-à-dire de brader leurs richesses au profit des multinationales prédatrices et mortifères comme celles du nucléaire, par exemple, ou de la Chimie, du Pétrole...) !

 

Ainsi, tout est imposture, pas seulement désinformation volontaire, mais mensonges, et pire encore, propagande contre les intérêts des peuples, notamment en poussant constamment à la guerre et aux Révolutions de couleurs privant les Etats de leur souveraineté et les peuples de leurs ressources, puisque celles-ci sont confisquées par les multinationales étrangères !

 

http://plumedebarbare.files.wordpress.com/2011/05/islamophobie-en-france-pourquoi-elle-est-notre-ennemie.jpg

http://plumedebarbare.files.wordpress.com/2011/05/islamophobie-en-france-pourquoi-elle-est-notre-ennemie.jpg

 

En servant des intérêts criminels, le Veau d'or, les guerres de dépopulation ruinant les Etats, en faisant circuler de fausses informations, en falsifiant la vérité, en conditionnant les électeurs comme les citoyens, ils contribuent à faire de nos médias les pires d'Europe, et ce qui est encore plus grave, en diabolisant une catégorie d'individus, en l'occurrence les Arabes ou les Musulmans, ils incitent à la haine raciale et au choc de civilisations !

 

Les Observateurs, sur France24, prétendent laisser la parole aux citoyens, mais en réalité ils se servent de l'émission pour promouvoir les Révolutions orange provoquées par la CIA et les autres Services Secrets.

 

Arte et France24, en manipulant constamment l'information, en conditionnant sans cesse les citoyens, en incitant à accepter les guerres criminelles et même à les soutenir, constituent un vrai danger pour la France et ses habitants. Leurs dirigeants devraient non seulement ne pas détenir la carte de presse, pour des raisons déontologiques, mais ils devraient être traduits devant un Tribunal pour haute trahison et pour incitation au choc de civilisations et aux guerres qui finiront par conduire à l'embrasement planétaire final, nucléaire.

 

Quant à nous, nous avons l'impératif devoir de cesser de regarder ces chaînes infâmes au service des pires prédateurs et criminels de la planète, et nous devons mettre en garde nos concitoyens. Avant qu'il ne soit trop tard !  Si ces Chaînes, comme leurs homologues France2, TF1 etc, continuent à sévir, à prostituer l'information, nous devons être prêts à faire le siège de leurs Rédactions pour imposer, enfin, une information digne de ce nom : Neutre, impartiale, honnête, plurielle. Evidemment !

 

Eva R-sistons, journaliste non alignée sur l'Information officielle, mensongère et même criminelle

 

Ouattara est en France, pour "booster" l'homme qui l'a marié à Neuilly au moment où il ne décolle pas dans les sondages. Les événements de Côte d'Ivoire sont une honteuse tache pour la France. Et pourtant, les médias collabos des Pouvoirs en place, surtout va-t-en guerres, s'évertuent à faire passer les  crimes de notre pays pour des faits d'armes. Et à présenter l'homme du FMI qui par la force, a supplanté l'Elu Gbagbo, comme un dirigeant au service de son pays, alors qu'il est juste là pour offrir les richesses ivoiriennes au Cartel bancaire et aux multinationales. A vomir !

 

 

Désinformpation sur FR2, même style qu'Arte ou France24 !

Comment une télé sioniste manipule l'opinion...

 

 

 

 

 

arte

 

http://laregledujeu.org/2010/10/07/3020/arte-cest-leurope/

 

Alerte, Arte et France24 mentent en permanence (eva R-sistons) + Vidéo

 

 

Le Réseau Vercors pour redresser la France

 

RV.png

 

La France connaît aujourd’hui une vraie faillite républicaine.


Tous les partis politiques institutionnels entretiennent un système électoral corrompu qui détruit le pays.

La seule alternative présentée par le Front National est inadaptée.

Une véritable action de redressement républicain s’impose.


Hommes de droite comme de gauche, amoureux de la France et de la République – militaires et policiers, magistrats, hauts fonctionnaires, syndicalistes, anciens militants de tous bords – nous appelons l’ensemble du pays à se tenir prêt.


La rupture républicaine de 100 jours que nous devons mettre en œuvre en 80 points est une nécessité pour la France. Elle débouchera sur l’objectif ultime de notre projet républicain : « remettre le pouvoir au peuple de France ».

C’est à une véritable œuvre de redressement national et républicain à laquelle nous appelons aujourd’hui l’ensemble des français dans l’esprit de nos prédécesseurs glorieux, ceux du CNR.

 

***Mesures d’application immédiate :


- Nous proclamons « la République en danger » ;

- Installation d’un Comité de salut public national ;

- Mise en place de Comité de salut public dans tous les villages et toutes les villes de France

- Mise en place d’une garde patriotique nationale ;

- Création de tribunaux populaire de citoyens tirés au sort par canton ;

- Création d’une Haute cour de citoyens élus pour juger ministres et chef d’Etat ;


Mesures politiques :


- Dissolution de l’Assemblée nationale;

- Dissolution du Sénat ;

- Assignation à résidence de tous les parlementaires français ;

- Présentation des parlementaires devant des tribunaux populaires ;

- Présentation de tous les membres du corps préfectoral français en poste depuis vingt ans devant les Tribunaux populaires, chargés d’évaluer leur mérite républicain ;

- Présentation de tous les magistrats français devant les tribunaux populaires chargés d’évaluer leur mérite républicain

- Inéligibilité à vie de tous les parlementaires ayant voté l’adoption du traité de Lisbonne en 2008 ;

- Inéligibilité à vie de tous les députés européens français ayant exercé un mandat depuis 1992, portant ainsi atteinte à la souveraineté de la France ;

- Présentation de Nicolas SARKOZY devant la Haute Cour pour haute trahison;

- Déferrement devant les tribunaux populaires de l’ensemble des membres des exécutifs français ayant exercés des fonctions gouvernementales depuis 1992 ;

- Dissolution de l’ensemble des partis politiques français – UMP, PS, PCF, MODEM, et FN – pour avoir autant dénaturé le caractère républicain de la France ;

- Lancement d’une procédure d’élection d’une Assemblée Constituante sous 100 jours ;

- Dissolution des Conseils régionaux ;

- Renforcement du rôle des nouveaux Préfets ;

- Renforcement du rôle des maires ;

- Dissolution de toutes les organisations intercommunales sauf les syndicats ;

- Ordonnance sur la nouvelle coopération territoriale ;


Mesures économiques et fiscales :


- publication de toutes les déclarations patrimoniales de l’ensemble des élus français nationaux et locaux ;

- transparence fiscale : publication de toutes les déclarations de revenus en France avec les montants exacts des impôts acquittés par tous les ménages ;

- transparence fiscale : publication de toutes les déclarations de revenus en France avec les montants exacts des impôts acquittés par toutes les entreprises françaises ;

- déchéance de la nationalité française immédiate pour tous les exilés fiscaux ;

- Lutte contre la corruption : Mise en place de tribunaux exceptionnels à compétences financières dotés de 100 magistrats et d’un corps d’un millier d’agent de police à disposition ;

- Rétablissement du franc et de tous les pouvoirs de la Banque de France ;

- Nationalisation des 20 premières médias français (chaînes de radio, télévision française, presse écrite) ;

- Nationalisation des 10 plus grandes banques françaises ;

- Nationalisation des cinq plus grands laboratoires pharmaceutiques français ;

- Nationalisation des cinq plus grands opérateurs de télécommunication français ;

- Nationalisation des cinq plus grandes entreprises d’armement français;

- Initiatives auprès des autres Nations européennes pour instaurer un système monétaire commun avec parité appréciable ;

- Suspension de tous les plan sociaux en cours en France;


Mesures diplomatiques et militaires :


- La France dénonce les traités instituant l’Euro et l’Union Européenne ;

- La France dénonce les accords Schengen ;

- La France rétablit dans son intégralité le contrôle à ses frontières ;

- La France dénonce le Traité de l’Atlantique Nord et sort de l’OTAN ;

- Initiative diplomatique immédiate de renforcement des liens entre la France et l’Allemagne – signature d’un nouveau traité franco-allemand ;

- Fermeture des ambassades des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne en France ;

- Rappel de nos ambassadeurs en poste à Washington et à Londres;

- Initiatives de coopérations militaires avec la Russie et la Chine ;

- Initiatives diplomatiques visant à instaurer des accords entre la Zone Franc et la Zone Yen-Yuan ;

- Initiatives diplomatiques majeures vers les pays arabes pour travailler à émanciper le monde arabe de tout contrôle OTAN ;

- Initiative immédiate pour renforcer l’amitié entre les peuples français et israélien ;

- Initiative internationale immédiate de la France en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien ;

- Initiative diplomatique immédiate de renforcement des liens entre la France et l’Algérie ;

- Rappel de nos troupes engagées sur tous les théâtres étrangers hormis ceux de l’Afrique et du Liban où la France a su établir de véritables liens de coopération ;

- Initiatives diplomatiques majeures en direction des pays d’Amérique du sud et de l’Alba pour renforcer notre coopération économique et militaire ;

- Initiatives diplomatiques majeures en direction des pays de l’Afrique aspirant légitimement à gagner leur liberté et construire leur démocratie ;


Mesures diverses :


- Dissolution de l’ensemble des grandes centrales syndicales françaises ayant bénéficié du financement occulte des organisations patronales et siégeant au sein du CES;

- Suppression de l’ENA ;

- Disparition de la double nationalité ;

- Mise en place d’un service national obligatoire d’une durée de deux ans, dont une année consacrée à l’instruction militaire, pour les citoyens français des deux sexes ;

- Dissolution de toutes les congrégations religieuses présentes en France ;

- Dissolution des deux plus grandes obédiences maçonniques françaises – le Grand Orient de France et la Grande Loge Nationale Française – pour avoir porté atteinte au jeu libre de la démocratie parlementaire ;

- Inéligibilité à vie de tous les hauts dignitaires franc-maçon français ayant exercé leur mandat à compter de 1992 ;

- Ordonnance encadrant les religions et congrégations religieuses en France ;

- Ordonnance encadrant les associations de Libres pensées en France ;

- Ordonnance sur l’organisation des Partis politiques;

- Ordonnance sur l’organisation des syndicats en France ;

- Ordonnance d’orientation nationale pour relancer la grande tradition de la Mutualité en France ;

- Ordonnance d’orientation sur le fonctionnement de la Sécurité sociale ;

- Mise en place d’un grand service public à la jeunesse avec encadrement de la jeunesse – patronage laïque, clubs de sports, arts & musiques – obligatoire pour l’ensemble des jeunes de notre pays ;

- Déploiement de près de 150.000 adultes – salariés à temps plein – référents auprès des jeunes dans les établissements scolaires et dans les quartiers en difficultés ;

- Tout étranger qui s’engage à servir la Patrie – et qui aura bien mérité d’elle – bénéficiera d’une procédure accélérée d’acquisition de la Nationalité française ;

- Mesure d’urgence pour renforcer l’ordre des savoirs au sein des établissements scolaires ;

- Rétablissement du respect total du maître dans sa classe ;

- Dissolution de toutes les associations 1901 dirigées par des ressortissant étrangers et interdiction de toute association étrangère en France ;

- Mise en place d’un revenu parental équivalent au SMIC à compter du troisième enfant versé jusqu’à l’âge de 18 ans du dernier des enfants ;

- Instauration d’une journée nationale de la Laïcité et d’une fête de la Laïcité;


Peine de Mort & sécurité :


- Référendum pour le rétablissement de la Peine de Mort réservée aux récidivistes ou aux auteurs de crimes ayant entraînés plusieurs homicides;

- Elargissement de la peine capitale aux crimes d’origine sanitaire, écologique (chimique, nucléaire…) ayant entraîné le décès de plusieurs personnes ;

- Réouverture des procédures pour les crimes suivants : sang contaminé ; hormones de croissance ; farine animale ; rejet industriel de dioxine ; fuite nucléaire ; trafics de déchets hospitaliers …

- Ouverture d’établissement fermé pour la jeunesse délinquante sous encadrement sportif sévère;

- Ouverture de centre fermé pour la jeunesse récidiviste encadrée par des éducateurs judiciaires et des militaires ;

- Renforcement des pouvoirs de la Justice par un accroissement du nombre de magistrats et des corps de contrôles (d’inspecteurs du travail, d’inspecteur sanitaire et social …)

 

Après les 100 jours :

 

- Premier rendu des travaux de l’Assemblée constituante pour accoucher d’une nouvelle constitution avec pour base de travail, la constitution de 1962 ;

- Dès l’élaboration de la nouvelle constitution, il sera procédé à l’élection de nouveaux représentants de la Nation;

- Sont déclarés inéligibles tant au sein de la Constituante que du nouveau Parlement tous les anciens parlementaires ou ayant exercé un mandat dans les trente dernières années ;

- Election au scrutin à la proportionnelle ;

- Totale parité entre les sexes et les âges ;


http://www.mecanopolis.org/?p=24777

 

Article placé le 27 jan 2012, par Mecanopolis

 

 

Réseau Vercors: Lire le précédent communiqué du Réseau Vercors
 

LA FRANCE A BESOIN DE NOUS !Tenez-vous prêts ! Aux Armes pour la France ! Vive la France ! Vive la République !

« 100 jours pour redresser la France » (communiqué du Réseau Vercors)

vercors

 

La France est décidément un pays étonnant.

La déréliction de l’appareil d’État français; la corruption et la vulgarité étalées au plus haut sommet de l’État; la désorganisation police-gendarmerie-armée; la destruction programmée de la Justice; le climat pré-insurrectionnel dans les banlieues où les livraisons d’armes se multiplient via des services étrangers de pays dit « amis » … le tout sur fond de crises économique et sociale dures, il n’en fallait pas plus pour que quelques hommes décident de s’organiser.

Le Réseau VERCORS le sait bien, un Homme décidé plus un Homme décidé égale une force.


Pour le Réseau VERCORS, il s’agit de « stopper » le processus de « solution finale » appliquée à la Nation France.


Ne s’agit-il d’ailleurs pas, des mêmes forces financières et industrielles qui – ayant soutenu l’accession de Hitler au pouvoir en 1933 puis l’ayant lâché quelques années plus tard – cherchent aujourd’hui à détruire les Nations en Europe et en premier lieu celle primordiale de la France ?


Le Réseau VERCORS l’affirme : " Si la France tombe, toute l’Europe tombe " ! C’est dire que le réseau revendique également des appuis au delà des frontières françaises.


Dans une logique de résistance totale, le Réseau VERCORS proclame la nécessité de restaurer la France, la République dans l’esprit du programme du CNR.


Réunissant d’après nos renseignements – Magistrats, Officiers d’actives, hauts fonctionnaires, militants et syndicalistes – le Réseau opérationnel « VERCORS » s’inscrit dans la vieille tradition française – celle des comités de Salut public, des Comités insurrectionnels et des Comités de grèves générales – de quoi prendre très au sérieux les informations qui nous parviennent.

La récente réorganisation de la sécurité autour de N.SARKOZY n’est d’ailleurs pas étrangère à ces bruissements qui inquiètent au plus haut sommet de l’État.

La candidature de N.SARKOZY en 2012 – actée depuis son récent voyage aux États-Unis – ne peut que renforcer la détermination de ceux qui s’inscrivent dans un processus de libération de la France, notamment en se fixant pour objectif, la sortie immédiate de l’OTAN.

Enfin, les tensions dans l’entourage de N.SARKOZY, les inquiétudes grandissantes sur son état de santé psychique ne peuvent qu’accroître la volonté d’en finir au plus tôt. Le Réseau VERCORS est-il prêt ? Difficile à dire.

Réseau jeune, il progresse depuis des mois dans un maillage territorial qui – d’après nos informations – est d’ores et déjà bien avancé.

Inutile de préciser que nous suivons de très près cette actualité de la plus haute importance …

.

Vers un coup de force prochain en France ? (Réseau Vercors)

 

Note d'eva : Je laisse notre ami Babel s'exprimer à ma place,

je pense comme lui sur presque tout :

 

Qui l'a lancé, cet Appel ? Car il y a nécessairement quelqu'un. C'est assez marqué à droite, semble-t-il. Je note que les banquiers, les spéculateurs ne sont pas touchés. Pour cette raison ces mesures risquent de frapper à côté. Car jusqu'à présent le crime financier n'existe pas, il convient de le créer. Je pense aux patrons briseurs volontaires d'entreprises,  ou délocalisateurs, et bien sûr aux spéculateurs. Y compris sur les matières premières (sucre, charbon, pétrole, blé...)

En revanche, il est hors de question, à mon sens, de rétablir la peine de mort, alors que nous dénonçons son retour implicite dans le traité de Lisbonne pour les insurgés (Note d'eva : ce sont des manifestants parmi lesquels on aura glissé des provocateurs armés). Il y a des peines pires que la mort, mais c'est plus propre, et moins définitif en cas d'erreur judiciaire.

 

A force d'être précautionneux, cet Appel perd de sa force. En même temps, s'afficher ainsi le rend vulnérable à des infiltrations massives. Ce n'est pas pour rien que j'ai lu et relu le témoignage de Pierre Nord, ancien grand résistant, "Mes camarades sont morts". Selon lui, militaire, compétent, gaulliste, déjà condamné par contumace par les Allemands avant même la déclaration de guerre, l'approche de nouveaux membres pour un réseau était (et est toujours bien sûr) une manœuvre éminemment dangereuse, la plus dangereuse sans doute pour un agent de renseignement ou de résistance. Je connais bien cet homme, qui écrivit énormément de romans d'espionnage basés sur des faits réels après la guerre : j'en possède une cinquantaine.

 

Bab7, qui est l'administrateur d'un excellent blog :

http://bab007-babelouest.blogspot.com/

 

En gras, c'est exactement ce que je pense, note d'eva R-sistons (et j'ajoute qu'il y a dans cet Appel un souffle gaullien)

 

 

http://noe-education.org/appel_juin_degaulle.jpg

 

 

 

Derniers posts sur mon blog désinformation :

 

 

Derniers posts sur mon blog sos-crise :

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 02:42

 

 

patrick-le-hyaric-la-terre-ledito1.jpg?wJour après jour on a l’impression d’une inquiétante fuite en avant dans la crise qui ronge l’Union européenne. Celle-ci ne cesse d’imposer des sacrifices insupportables aux peuples, les uns après les autres.


 

Loin de protéger nos concitoyens de la crise, elle les livre à la voracité des puissances d’argent. C’est le système financier lui-même, qui, après avoir obtenu la « liberté totale de circulation des capitaux », l’interdiction pour toute puissance publique d’intervention, ne cesse de générer des dettes des Etats. Pourtant, ce sont les Etats qui ont renfloué et renflouent encore des banques.

 

Ceci est une donnée très importante : l’augmentation des dettes publiques ne provient pas d’une exagération des dépenses sociales ou publiques, mais bien du renflouement des banques par les Etats, donc par les recettes de fiscalité, payées par les citoyens et des taux d’intérêt élevés qu’imposent les mêmes  banques aux Etats eux-mêmes.


Ainsi, en France, toutes les recettes de l’impôt sur le revenu servent à payer les intérêts de la dette, soit cinquante milliards d’euros ! Une augmentation arbitraire de 1,5 à 2% des taux d’intérêt sur la dette actuelle aboutit à prélever 15 millions de plus sur le budget de l’Etat. Voilà la raison essentielle du second plan d’austérité de M. Fillon.

 

Il n’y a donc qu’une solution pour s’en sortir : déclarer la guerre à la haute finance. Désarmer ces marchés financiers. Et l’un des moyens de le faire est de changer les statuts et les missions de la Banque centrale européenne afin de lui permettre de reprendre tout ou partie de la dette de certains Etats et de fournir du crédit à taux quasi nul aux Etats. Aujourd’hui elle fournit du crédit à 1% aux banques et celles-ci prêtent cet argent aux Etats avec des taux d’intérêt qui vont de 3,5% à 19% selon les pays. Plus un pays est en difficulté, plus le taux d’intérêt est élevé. Ainsi sa dette augmente d’elle-même.

 

Et c’est aux peuples qu’on demande de payer la note qui enrichit les requins de la finance.

 

Ceci pousse les pays européens à la ruine. Les inquiétudes ne cessent de grandir sur l’avenir même de l’Union européenne et de la monnaie. Elles sont d’autant plus légitimes que, la semaine passée, de nouveaux pays ont été placés dans l’œil du cyclone, dont l’Allemagne, dont on nous disait qu’elle était solide. En vérité, il n’en est rien. Pourtant, la chancelière allemande impose ses vues, sommet après sommet, tandis que le Président français obéit aux ordres.

 

Voilà maintenant qu’ils veulent modifier les traités européens pour donner les pleins pouvoirs à la Commission de Bruxelles pour décider des budgets des Etats et des systèmes de protection sociale qui devront être des budgets de super austérité permanente, cassant les droits sociaux des citoyens.

 

Une attaque sans précédent contre la démocratie et les droits des peuples à disposer d’eux-mêmes est en train de se préparer en Europe.

 

Plus que jamais soyons vigilants. Plus que jamais il est nécessaire de refuser l’austérité. C’est au contraire la satisfaction des besoins humains qui permettra de faire reculer la crise

 

L’Europe livre les peuples à la loi de la finance

.

http://files.myopera.com/stangrof/blog/1Trust%20me,%20i%20am%20a%20bankster..gif.gif

 

De mal en pire,

par eva R-sistons

 

 

On assiste à une accélération des événements sur tous les plans: Economique, financier, (anti-)social, militaire... Pour moi c'est clair, les concepteurs des politiques diaboliques du Nouvel Ordre Mondial ont lancé une course de vitesse afin de mettre en place leurs projets mortifères avant que les citoyens, de plus en plus éveillés surtout d'ailleurs via Internet, ne se soient organisés pour les contrer. Ainsi, que voit-on ? Coup sur coup, guerres partout sous la direction du prix Nobel de la Paix l'imposteur Obama (et en coulisses, d'Israël et de ses alliés inconditionnels notamment en France), crises à répétition, racket planétaire au profit du Cartel bancaire, dépossession des peuples, austérité généralisée sauf pour les banksters et leurs amis, lois liberticides, mise en place de marionnettes dans tous les pays...

 

Au moyen d'une arme terrible, l'usure, la dette (fabriquée de toutes pièces), les agents du NOM préparent la mise en esclavage des peuples du monde entier, avec à la clef la perte des emplois et une paupérisation galopante. Tout est bon pour renflouer les banques au détriment des citoyens, tout est bon pour opérer un racket planétaire des ressources et des biens des nations. Même les banques les plus pourries sont renflouées, pardon "recapitalisées" (les termes sont choisis pour ne pas être compris), au détriment de ce qui reste des Etats et des territoires d'ailleurs les uns après les autres pressurés et ruinés. Bref, des fortunes colossales pour quelques-uns, l'austérité pour tous les autres ! C'est fou, et personne ne bouge réellement ! Les Syndicats, vraies courroies de transmission des pouvoirs en place, paralysent les actions. Alors qu'il faut aller vers la grève générale, sans tarder !

 

C'est fou, oui, parce que les Elus chargés de représenter les peuples confortent les politiques les plus injustes, les plus nauséabondes, les plus pourries, avec une seule idée en tête : Rassurer les Marchés, Bruxelles, l'Euro, au lieu de rassurer leurs électeurs ! Et pour les gangsters de la finance, pour les élus corrompus, impunité totale ! Les sanctions tomberont automatiquement sur les pays asphyxiés par les dettes imposées frauduleusement. Ils sont de plus en plus pauvres, endettés ? On leur prête davantage, toujours plus, à des taux toujours plus élevés, toujours plus usuriers ! C'est la spirale infernale - et personne ne peut sortir de ce cercle vicieux: Les intérêts sont remboursés, mais jamais le Capital ! Ainsi, les citoyens sont spoliés de leur travail et de leurs biens, avant d'être dépossédés de leurs économies, et en plus, tout le patrimoine des nations, et même les terres, tombent dans l'escarcelle de l'Oligarchie monstrueuse ! Et ce n'est pas tout : Désormais, on commence à priver les Etats de leur droit de choisir leur politique, et même leurs dirigeants, pour les préparer à accepter la dictature suprême se superposant à celle de l'UE, celle de la gouvernance unique, mondiale ! Et tout cela avec la complicité des journaleux de tous bords, car la presse de Gauche sous une devanture progressiste, sous un vernis social, promeut exactement les mêmes politiques ! Ainsi, le Nouvel Observateur a "boosté" le candidat de la gauche molle, celui du CRIF, François Hollande (en remplacement de DSK le Patron du FMI qui broie les peuples), et il a tout fait pour neutraliser celui qui tentait d'amorcer une nécessaire démondialisation, Arnaud Montebourg ! Nous  sommes donc floués de tous les côtés, par les Zélus corrompus, par la fausse Presse de Gauche, par les Syndicats aux ordres ! 

 

Comme je l'ai écrit voici deux ans, l'UE est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial. C'est une authentique machine à broyer les peuples, une dictature déguisée en démocratie, et de surcroît ce carcan bureaucratique et technocratique est au service des guerres impériales criminelles de Washington, de la City et de Tel-Aviv !

 

Ce n'est pas tout, comme je l'ai annoncé voici plus de deux ans, le pan-germanisme refait surface, et en dépit des lauriers décernés par la Presse complice, l'Occupant de l'Elysée ne fait que coucher notre pays devant l'Allemagne ! Au point d'accepter que l'on modifie les Traités dont ne voulaient pas les citoyens, au point de placer notre pays sous la tutelle de l'Allemagne, des banquiers, et du Nouvel Ordre Mondial ! Et gare aux frondeurs: Ils seront sanctionnés, matés !

 

Bientôt l'échéance de 2012. Et si Nicolas Sarkozy, machiavéliquement, pour garder la Présidence, ne laissait pas sciemment la crise s'accentuer pour au dernier moment, annuler les élections et s'octroyer pleins pouvoirs ? Avec lui, tout est possible...

 

Surtout le pire !

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Nouvel Ordre Mondial, banksters, City, Syndicats, Cartel bancaire, Presse, Nouvel Observateur, Sarkozy, DSK, Hollande, Montebourg, Allemagne, UE, la City, Washington, Tel-Aviv, Bruxelles, usure, CRIF, Obama..

 

.

L’Allemagne ne pliera pas le genou devant les marchés anglo-saxons

L’Allemagne ne pliera pas le genou devant les marchés anglo-saxons
Angela Merkel, comme n’importe qui, est spectateur du bras de fer qui se joue entre les Etats et les marchés. La Chancelière allemande se rend bien compte qu’il n’existe qu’une seule solution pour calmer les spéculateurs: les Etats-Unis d’Europe. Mais l’Allemagne n’en veut pas ! Chaque mesure est suivie d’une nouvelle attaque du Marché.  Les marchés anglo-saxons  veulent que la Banque centrale européenne (BCE) rachète durablement la dette des pays en difficulté, et que l’on aboutisse à la création d’euro-obligations. Mais A. Merkel répond par la négative. Pour elle, il n’est pas question de remettre en cause les principes fondateurs adoptés en 1991 à Maastricht : la BCE veille à la stabilité monétaire tandis que chaque Etat doit gérer ses finances en père de famille. «Le pacte de stabilité s’étant révélé insuffisant, la surveillance et les sanctions vont être durcies fortement pour que tous retrouvent sur vingt ans un endettement inférieur à 60 % du PIB. La faillite de la Grèce ayant été le talon d’Achille de l’euro, le mécanisme d’aide sera conservé, mais il n’y aura pas de solidarité illimitée. Ainsi, nul ne prévoit de transformer la BCE en Reserve fédérale américaine, susceptible d’acheter indéfiniment de la dette publique. A force de soutenir les pays en difficulté, la BCE devrait être renflouée par le contribuable allemand, sans qu’il ait son mot à dire sur les gouvernements fautifs : non démocratique pour la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, inacceptable par la Bundesbank».
Dans ce contexte, Attali et bien d’autres reviennent sur la solution fédérale, mais toute nouvelle délégation de souveraineté doit être soumise à référendum, comme l’a exigé la cour de Karlsruhe. « Ce saut fédéral ne passera ni chez nous, ni en France », estime-t-on à Berlin.
On en revient donc aux méthodes classiques mais non appliquées depuis Maastricht : prévenir tout dérapage des économies, à l’aune de critères multiples ; sanctionner automatiquement les pays qui ne respectent pas la trajectoire de réduction de la dette. La Commission assurera cette surveillance, et les décisions seront soumises au verdict de la Cour de justice de Luxembourg, propose Berlin. Quant au Parlement européen, il n’est pas question qu’il ait son mot à dire sur les budgets, qui restent du ressort des Parlements nationaux. Dès lors, les marchés vont poursuivre leurs attaques à partir des comptes numérotés…
Liesi
http://www.alterinfo.net/L-Allemagne-ne-pliera-pas-le-genou-devant-les-marches-anglo-saxons_a67246.html
 

BCE+Francfort-300x225.jpg

http://sos-crise.over-blog.com/article-le-systeme-financier-est-pourri-jusqu-a-la-moelle-ex-corruption-bce-90675482.html

Tout ce qu'il faut savoir sur la dette :

http://altergamers.net/wp-content/uploads/2011/07/triple-aaa.jpg

http://altergamers.net/wp-content/uploads/2011/07/triple-aaa.jpg

 

Triple A – mon amour

Par Edrobal le vendredi 25 novembre 2011

 

Un amour de dette

 

Et voici le feuilleton de l’année – une sitcom dirait-on sur TF1 – qui risque bien de continuer en 2012.

Le titre en a été donné par les médias : « la crise de la dette » et le scénario en a été écrit par la finance internationale. La trame en est très simple – voire simpliste – en apparence : un pays voit sa dette extérieure enfler, les instituts de notation jouent les pères fouettards, les marchés s’affolent, les taux d’intérêt grimpent ce qui fait enfler d’autant plus la dette et la spirale infernale est enclenchée. Ensuite, dans un réflexe quasiment pavlovien, les gouvernements reculent l’âge de la retraite, réduisent les dépenses sociales, diminuent le nombre de fonctionnaires etc. (Lisez votre quotidien préféré ou regardez le 20H à la TV pour la liste exhaustive).

La version française est juste un peu différente : les banques françaises s’étant largement gavée avec les emprunts d’États aujourd’hui en difficulté, certaines risquent la banqueroute pure et simple. Heureusement, le Nain est là et joue les Zorros pour les sauver sous prétexte de sauver l’€uro, l’Europe et même le Monde. En fait, le Nain pense que son destin – et quoi donc l’intéresse plus que cela – est lié au triple A de la France. Donc, toute la politique économique est orientée vers ce seul but – le Graal de cette époque – conserver le « Triple A » de la France. Le budget de la France n’est plus rédigé par le gouvernement ni voté par le parlement, il est dicté par les agences de notation.

 

Comme dit le Canard Enchaîné, on ne dit plus « a voté » mais « a noté ».

Il est bien possible que vous n’ayez pas vraiment compris cette histoire, qui est une vraie prise de dette. Ou alors, vous pensez avoir compris, mais seulement ce que l’on voulait vous faire croire. Il faut bien comprendre, en effet, que la crise que l’on agite tant et plus n’est pas une affaire de gros sous mal dépensés par des pouvoirs publics incompétents comme on veut nous le faire admettre pour faire passer la potion amère d’une politique d’austérité déguisée. Nous sommes, en fait, devant l’aboutissement d’une politique menée de main de maître et de longue date. Oui ce que certains à gauche appelle une crise du capitalisme n’en est pas une. Ce n’est pas un accident de l’histoire mais une démarche voulue et programmée. La reprise par une oligarchie de tous les acquis sociaux que la classe ouvrière avait conquis au cours d’un siècle de luttes.

Cette histoire commence dans les années 1970. On assiste dans ces années à ce que Susan Georges appelle : « un glissement tellurique de la pensée américaine vers la droite ». Depuis les années 1930, ce sont les idées économiques de John Maynard Keynes qui ont dominé non seulement la théorie mais aussi la pratique, à commencer par le New Deal de Franklin D. Roosevelt et ses interventions gouvernementales volontaristes pour surmonter la Grande Dépression. Alors, sous l’influence des économistes de l’école de Chicago inspirés par les écrits de Friedrich Hayek, la doctrine néolibérale va petit à petit s’imposer dans les classes dirigeantes. Cette doctrine peut se résumer en quelques points 

  • Les mécanismes du marché sont toujours préférables à la régulation et à l’intervention étatiques.
  • L’entreprise privée est supérieure au secteur public en termes d’efficacité, de qualité et de prix.
  • Le libre-échange sera toujours en définitive avantageux pour l’ensemble de la population par rapport au protectionnisme.
  • Il est normal et souhaitable que les activités de service publique y compris les soins médicaux ou l’éducation appartiennent au secteur marchand et génèrent du profit.
  • Une fiscalité allégée, en particulier pour les riches, garantira un investissement supérieur et par là même une plus grande prospérité.
  • Les inégalités sont un fait intrinsèque à toute société et, en conséquence, doivent être acceptées.
  • Si certaines personnes sont pauvres, elles ne peuvent s’en prendre qu’à elles-mêmes car le travail est toujours récompensé.
  • Une société vraiment libre ne peut exister sans libre marché ; il s’ensuit que capitalisme et démocratie se soutiennent mutuellement.

Il est clairement avéré qu’aujourd’hui, dans les démocraties occidentales, tout ou partie de ce dogme a été intégré par la classe politique tant dans les partis de droite que dans les partis sociaux-démocrates. La France fait encore un peu « exception culturelle » en ayant des partis de gauche refusant ces dogmes tout en ayant un poids électoral non négligeable bien qu’en diminution. Pire encore, grâce à la main-mise de l’oligarchie néolibérale sur les médias, cette pensée est quasiment devenue la pensée dominante à tel point que beaucoup de nos concitoyens ont admis que nous n’avons plus les moyens de financer nos dépenses sociales et acceptent la politique de rigueur comme étant inéluctable.

La « Loi n°73-7 », la « Loi Rotschild »

Revenons à l’année 1973. Georges Pompidou est Président de la République et Valéry Giscard d’Estaing, ministre de l’Économie et des Finances. La « Loi n°73-7 » sur la « Banque de France » (aussi appelée « loi Pompidou-Giscard », et parfois, péjorativement, « loi Rothschild », allusion au fait quePompidou fut directeur général de la Banque Rothschild), est votée.

Cette loi modifie l’organisation de la « Banque de France » et affaiblit les droits du « Trésor Public » par rapport à celle-ci. L’article 25 interdit en effet au « Trésor Public » d’emprunter directement à la « Banque de France » à un taux d’intérêt faible ou nul (par création monétaire), comme il en avait jusqu’alors le droit. Cet article stipule : « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France  ».

Cette formule assez obscure pour le commun des mortels, interdit en fait à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts ; alors qu’avant cette loi, quand l’État empruntait de l’argent, il le faisait auprès de la banque de France qui, lui appartenant, lui prêtait sans intérêt.

Autrement dit, avant cette loi de 1973, l’État français avait le droit de battre monnaie pour financer ses dépenses. Avec cette nouvelle loi, l’État français perd ce droit qu’il lègue aux banques privées qui en profitent pour s’enrichir à ses dépends en lui prêtant - avec intérêt - l’argent dont il a besoin pour financer ses politiques publiques.

Interrogé en 2008, Valéry Giscard d’Estaing déclare sur son site internet : « La réforme des statuts de la Banque de France, adoptée sous le mandat de Georges Pompidou et lorsque j’étais ministre des Finances, est une réforme moderne qui a transposé en France la pratique en vigueur dans tous les grands pays : il s’agissait à l’époque de constituer un véritable marché des titres à court, moyen et long terme, qu’il soit émis par une entité privée ou publique ». Quel aveu cynique que cette loi était bien destinée à permettre à la finance de s’enrichir sur le dos de l’État et des contribuables. Rappelons que dans le même temps, Valéry Giscard d’Estaing lancera « l’Emprunt Giscard », emprunt national à un taux d’intérêt de 7% qui s’avérera particulièrement ruineux pour la France puisque pour 7,5 milliards de francs emprunté pour 15 ans, l’État dut rembourser (en intérêts et capital) plus de 90 milliards de francs.

En 1981 le « programme commun » aurait dû se réapproprier le droit gouvernemental de créer la monnaie. Mais au lieu de saisir cette chance la gauche a, en 1992, abdiqué encore plus en signant le traité de Maastricht (et tout particulièrement l’article 104 — devenu article 123 du 0199:fr:PDF">traité de Lisbonne — et l’article 107).

L’article 123 du traité de Lisbonne

Cet article stipule que : « Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales des instruments de leur dette est également interdite ».

En clair les États signataires s’interdisent de se financer directement à taux zéro auprès de leur banque centrale ou de la BCE. Ils sont obligés de s’adresser aux banques privées qui leur proposent les taux qu’elles décident tout en se finançant actuellement elles-mêmes à un taux quasi nul auprès de la BCE. En empruntant aux banques privées ou en lançant des emprunts nationaux (dernièrement le « grand emprunt » lancé par NS), les gouvernements surenchérissent mécaniquement le financement des politiques publiques car, redisons le tant c’est l’endroit précis où tout se joue, là où la banque centrale de France prêtait directement à l’État à des taux faibles ou nuls, les banques privées appliquent des taux variables pour une part fonction du « sérieux » de l’État emprunteur.

Et qui en juge ? Non pas notre Parlement ou la Cours des comptes ni même la BCE ou le Parlement européen mais les trois fameuses agences de notation, parties intégrantes de cette manigance, de cette machinerie, de ce système. Elles sont aujourd’hui détentrices de fait d’un monopole de l’appréciation de la politique des États. Elles se nomment Moody’s, Standards & Poor’s mais aussi la très française Fitch Ratings, certes basée à Londres, mais contrôlée par Marc Eugène Charles Ladreit de Lacharrière via une holding française (Fimalac) dont il est le principal actionnaire… toutes plus ou moins sous la coupe réglée de la banque « d’affaires », Goldman Sachs [1] .

Inflation – BCE – politique monétaire et croissance

Il faut maintenant revenir sur la question de l’inflation. Rappelons que la BCE a pour strong>unique mandat de lutter contre l’inflation. La gauche quant à elle, dès 1982 sous l’influence d’un Jacques Delors  aussi initiateur du tournant de la rigueur, va aussi diaboliser l’inflation sous prétexte de défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Rappelons quand même qu’avec l’indexation des salaires et des retraites justement sur l’inflation[2], ce pouvoir d’achat se portait bien mieux qu’aujourd’hui.

On voit bien ici comment la main de la finance parvient à imposer son diktat : si l’inflation n’est pas en réalité un préjudice pour les salariés, elle provoque en revanche une érosion de la valeur de la rente et du capital. Dès lors l’inflation est inacceptable pour un capitalisme qui est en train de changer de paradigme. En effet, sous l’influence néolibérale, le capitalisme entrepreneurial va être supplanté par un capitalisme financier nécessairement de plus en plus spéculatif. Pour ce capitalisme, la monnaie devient une marchandise que l’on échange et dont la valeur doit être maintenue – sauf si la spéculation y trouve son intérêt – quel qu’en soit le coût social.

Pour bien comprendre la puissance de ce capitalisme spéculatif, il suffit de savoir que la Banque des règlements internationaux fait état d’échanges sur le marché des changes atteignant 4 trilliards (ou 4000 milliards) de dollars par jour en avril 2010. Le montant total des transactions interbancaires était de 3 478 trillions de dollars ou 3 478 000 milliards de dollars en 2008. Sur ce chiffre, seulement 1,6% portent sur les biens et les services, ce que l’on appelle par ailleurs, l’économie réelle. Le reste, soit plus de 98% de cette somme surréaliste, représente ce « Big casino » où les gagnants empochent leurs gains et où les gros perdants se voient rembourser leur mise !

Vous comprenez donc que la lutte contre l’inflation n’est pas l’intérêt premier de la France et des Français, mais qu’elle est dictée par des considérations étrangères à l’économie.

Le rôle de la croissance

Croissance, c’est ce mot que l’on trouve dans tous les discours politiques de droite ou de gauche. C’est l’alpha et l’oméga de leur programme économique. À les entendre, sans croissance pas de solution. Il est facile de comprendre que dans un monde fini, la croissance éternelle n’existe pas et donc que cette solution ne peut être qu’à court terme. Mais voyons plutôt le vice fondamental de la politique monétaire menée ces dernières décennies.

Il ne peut y avoir de croissance économique sans croissance de la masse monétaire. En effet, n’importe qui peut comprendre que si les échanges économiques augmentent en quantité et/ou en valeur, il faut bien que le quantité d’argent en circulation augmente. Or, comme avec les règles édictées par la Loi n°73-7 ou le traité de Lisbonne, seule les banques peuvent mettre de la monnaie en circulation, la croissance économique ne peut plus se faire qu’avec une croissance de l’endettement. Parallèlement et inéluctablement, il se produit une concentration de la propriété dans les mains d’une oligarchie. Mais, ne serait-ce pas là la finalité de la doctrine néolibérale ?<

«Laissez-moi émettre et contrôler la monnaie d’une nation, et je me fiche de qui fait ses lois.»[3]


Maintenant, vous commencez, peut-être, à comprendre le piège dans lequel sont enfermées les démocraties occidentales et la France en particulier. Ne comptons pas, pour en sortir, sur le duo Sarkozy-Hollande. Ces deux-là que les médias ont déjà adoubés comme seuls présidentiables et qualifiés d’avance pour le second tour de l’élection de 2012 sont les candidats du système car il n’ont aucune intention de le mettre en cause. Et nous voilà peuple héritier de 1789 nous retrouvant en proie au bon vouloir du système financier et bancaire international.

Pourquoi voter si nous acceptons par notre vote la confiscation de notre liberté ? Car ne nous le cachons pas, c’est bien la démocratie et, à terme, notre liberté qui est en jeu. Il n’est qu’à voir les réactions scandalisées qui ont accueilli la décision de Papandréou d’organiser un référendum sur le plan d’aide de l’Union Européenne. La démocratie n’est pas compatible avec le néolibéralisme, le fascisme oui. Faisons le parallèle avec une sombre période de notre histoire : la montée du nazisme. Les démocraties ont refusé l’affrontement jusqu’au moment où il ne pouvait plus que tourner à la catastrophe. Ne refaisons pas la même erreur. Ne suivons pas les Chamberlain dans un nouveau Munich.

Voter pour le sarkozisme pur jus ou pour le sarkozisme vaseliné c’est la même chose au final. D’ailleurs, ils ont tous deux tellement peu d’arguments à faire valoir qu’ils sont en train de nous faire un remake de la dernière campagne et cela finira par l’argument choc du « vote utile ». Un vote utile qu’un média se prétendant de « gauche » a même osé qualifié d’ « impératif moral ». Jusqu’où descendront-ils dans l’abject mépris d’un électorat considéré comme une simple cible marketing !

Et bien non ! Le vote utile c’est de lutter contre la finance apatride, c’est le patriotisme économique. Voter utile c’est voter pour les candidats qui refusent le déclin que l’on nous annonce inéluctable et qui acceptent d’affronter la bête : les marchés. Allons-nous faire comme les Espagnols qui, déçus par la rigueur de gauche, se sont jetés dans la rigueur de droite comme on se jetterais à l’eau pour ne pas être mouillé par la pluie ? Voter pour un autre candidat que les deux « présidentiables » serait un risque ? Allons donc. Le vrai risque sera de ne pas prendre de risque.


  • Doit-on rembourser la dette et comment ? Le calcul est simple si on ne laisse pas les économistes la compliquer : entre 1979 et 2010, la dette a augmenté de 1348 milliards d’euros et nous avons payé 1408 milliards d’euros d’intérêts.[*] Conclusion : nous avons largement payé. Cessons d’engraisser le cochon. Il est temps de le tuer.
  • Comment lutter contre le chômage sans retrouver la croissance ? Cessons d’exporter nos postes de travail et relocalisons. Pour cela, il faut combattre le dogme de la concurrence libre et non faussée. Bien sûr, il faut abandonner les règles de l’OMC, revenir sur le libre-échange et mettre en vigueur un protectionnisme social et environnemental. Recréons des services publiques, des hôpitaux, des écoles de qualité. Mettons en chantier une politique active de protection de l’environnement … Cela devrait largement suffire à retrouver le plein emploi.
  • Où trouver l’argent pour faire tout cela ? L’argent n’est pas le problème que l’on voudrait nous faire croire. À condition que la monnaie retrouve son rôle premier de moyen d’échange. Lisez à ce propos « Les chroniques de la monnaie ». Le seul facteur limitatif, ce sont les ressources : énergie, matières premières, main d’œuvre. L’énergie, les matières premières on les gaspille. Économisons, recyclons le problème se réglera. Pour la main d’œuvre, il y a des millions de chômeur qui ne demande qu’à travailler. Utilisons-les, formons-les si nécessaire.
  • On ne peut agir seuls. Il faut agir dans le cadre de l’UE. Bon cela, c’est l’argument massue de ceux qui ne veulent pas agir. Si on attend que les autres se décident, comme ils risquent d’en faire autant, on va tous se regarder et compter les crises jusqu’à la crise finale. Est-ce que nos ancêtres de 1789 ont attendu que d’autres fassent la révolution pour commencer ? Agissons et si d’autres veulent nous suivre, tant mieux. N’est-il pas préférable d’être une locomotive plutôt qu’un wagon ?
  • La mondialisation est un fait accompli, comment pourrait-on, nous petit pays, revenir en arrière ? Voilà un autre argument de la pensée unique. En 1940 on aurait dit « défaitisme » aujourd’hui, on dit « déclinisme ». On voit où nous ont mené les politiques du passé. Aucun des deux candidats que l’on nous présente comme seuls « présidentiables » n’ont d’alternative à nous proposer. Renvoyons-les à leurs études. Essayons autre chose.

On dit qu’au premier tour de l’élection on élimine et qu’au second, on choisit. Et bien, éliminons au premier tour les candidats du système que les médias veulent nous imposer pour avoir un vrai choix d’avenir au second :

« La désertion du terrain des « valeurs », le travail méprisé, la laïcité trahie, le largage de la morale et le bradage de la raison, la soumission à tous les oukases culturels d’une nomenklatura autoproclamée, la restauration d’une aristocratie possédante légitimée par une cléricature cooptée font immanquablement le jeu des néostalinismes et des néofascismes. Il s’agit donc de réapprendre à penser librement. » - La pensée unique, Jean-François Kahn - 1995

Notes :

[1]

[2] Et non pas sur la croissance comme le gouvernement actuel veut le mettre en place

[3] Mayer Amschel Bauer alias Mayer Amschel Rothschild, père fondateur de la finance internationale et fondateur de la Réserve Fédérale États-Unienne (banque centrale des Etats-Unis)

 

.

http://www.netoyens.info/index.php/contrib/25/11/2011/triple-a-mon-amour

 

Lire aussi :

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-ce-qu-il-faut-savoir-sur-la-dette-90660011.html

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-crise-le-plan-a-ne-marche-pas-le-plan-z-non-plus-rien-ne-va-plus-90607544.html
link
Et les USA ?

usafaillite.png?w=645

Vidéo :  http://envoye-special.france2.fr/les-reportages-en-video/carnet-de-route-lamerique-en-faillite-24-novembre-2011-4004.html

 

 

BCE+Francfort-300x225.jpg

 http://sos-crise.over-blog.com/article-le-systeme-financier-est-pourri-jusqu-a-la-moelle-ex-corruption-bce-90675482.html

 

 

La France rame, l'Espagne souque, l'Italie colmate, la Grèce écope... mais cela suffira-t-il à éviter le naufrage général ? Non, selon la Grande-Bretagne, qui se prépare au pire, y compris au rapatriement d'urgence de ses citoyens pris au piège de la zone euro.

Crise: La G-B se prépare à évacuer ses ressortissants.. de

 

 

 

Voir aussi :

http://sos-crise.over-blog.com/article-pourquoi-la-situation-est-inquietante-chronique-agora-90481180.html

http://sos-crise.over-blog.com/article-banques-fran-aises-foutues-cela-finira-dans-le-sang-pierre-jovanovic-90318485.html
http://sos-crise.over-blog.com/article-les-banquiers-ont-pris-possession-de-l-europe-avec-goldman-sachs-90300136.html

   

Printemps arabe rime donc avec FMI

economiefmi.jpg?w=160&h=240

Printemps arabe / FMI… un couple explosif

Les grands donneurs de leçons que sont l’Occident et les Etats-Unis, ont contribué à une situation qui justifie aujourd’hui une dégradation de la note égyptienne. L’agence de notation Standard and Poor’s vient de  dégrader la note égyptienne de BB- à B+, assortie d’une perspective négative. C’est la seconde fois en un mois que l’agence dégrade l’Egypte. Si bien que maintenant, près de 40 millions d’Egyptiens – soit 51% de la population – vivent actuellement sous le seuil de pauvreté avec moins de 2 dollars par jour.

 

Donc oui, au train où vont les choses, le recours au FMI pour des pays comme l’Italie, l’Espagne, voire même la France, n’est plus du tout irréaliste.

 

 

L'Euro-Titanic va sombrer aux pieds 
des falaises glacées de la perfide Albion.
 
La City : 51 mn 47 sec
.
___________________________________________________________________________________________
.

Voici maintenant des extraits de ce post : 

http://sos-crise.over-blog.com/article-les-agences-de-notation-decideront-qui-de-l-euro-ou-du-dollar-plongera-le-premier-90227961.html

 

Jacques Attali: «Une chance sur deux pour que l'euro n'existe plus à Noël»

Jacques Attali: «On va au désastre»


jdelors.jpg?w=606&h=341

 

Interview Jacques Delors : "Si l'euro saute, l'Allemagne trinquera"

.

http://storage.canoe.ca/v1/blogs-prod-static/mediam/amrica.jpg

http://storage.canoe.ca/v1/blogs-prod-static/mediam/amrica.jpg

 

▪ Les conditions économiques aux Etats-Unis sont "terrifiantes" a déclaré cette semaine Mohamed El-Erian. M. El-Erian est, comme vous le savez peut-être, le bras droit de Bill Gross chez Pimco, le plus grand fonds obligataire au monde. Il estime que les Etats-Unis ont une chance sur deux de repartir en récession.

"Qu'est-ce qui est le plus terrifiant ?" a demandé pour la forme El-Erian lors d'une interview sur Bloomberg TV. "Nous discutons à propos du risque de récession à un moment où le chômage est déjà trop haut, à un moment où un quart des propriétaires n'arrivent plus à rembourser leurs emprunts, à un moment où le déficit fiscal est à 9% et à un moment où les taux d'intérêt sont nuls".

"La grande inquiétude est que les Etats-Unis basculent avec l'Europe. Or la situation en Europe empire".

 

 

avatar26.jpg?w=50&h=50Pourquoi le témoignage de Danielle Mitterrand est-il si important? Parce qu’on a la preuve (supplémentaire), par quelqu’un du Système, que les politiciens ne sont que des marionnettes. D’une manière générale, on illusionne les peuples sur un pouvoir qu’il n’a pas. La démocratie est même devenue la nouvelle religion des Etats-Unis, qu’ils ont exportée partout, en cachant soigneusement qu’ils tiraient les ficelles, derrière, via de multiples officines. Et si, par malheur, un dirigeant arrive et ne joue pas le jeu, il lui arrive un « problème ».

 

marionnette.jpg?w=300&h=300Aujourd’hui, personne ne contredira ce qui devient une évidence : les choses ne vont pas très bien ! Que font les banquiers internationaux du cartel bancaire dans une telle circonstance ? Changer les dirigeants des Etats démocratiques. Deux options : contraindre à la démission et amener une nouvelle équipe sous contrôle (ce fut le cas de la Grèce et de l’Italie récemment) ; produire des élections démocratiques avec deux équipes qui annoncent la couleur. Voilà ce qui vient de survenir en Espagne. Le nouveau leader espagnol, Mariano Rajoy, est sorti des urnes, choisi par un peuple comme un nouvel espoir… Comme l’a très bien résumé un électeur : « On peut choisir à quelle sauce on va être mangés mais on va être mangés, de toute façon ».

En tout cas, en quelques trimestres, les gouvernements des économies européennes chancelantes sont remplacés les uns après les autres.

 

Espagne: incroyable gâchis, et le pire est à venir à cause de la corruption des élites

Les Espagnols s’attendent à des coupes budgétaires notamment dans l’éducation et les retraites. Ce qui importe ce n’est pas de relancer la croissance mais de rassurer les marchés. Or ces « marchés » sont sous la coupe des comptes numérotés ! Et nous savons de quoi nous parlons. Cela ne sera JAMAIS explicité sur un plateau de télévision, sans quoi le bel idéal du système matérialiste athée que l’on nous sert depuis des lustres s’effondrerait dans l’esprit de nos contemporains. On va donc rester dans le mensonge dans lequel est formaté la grande partie de la population : on va serrer la ceinture des peuples pour payer les intérêts de la dette dont le taux est dépendant des MARCHES et de LEURS agences de notation. Pour l’heure, l’Espagne se refinance à environ 7% contre 1,8 pour l’Allemagne. Viendront ensuite, mais très rapidement, les négociations avec le FMI et le Fonds Européen de Stabilité Financière… des institutions déjà très sollicitées… et chapeautées par les employés de Goldman Sachs. Nous verrons tout cela dans le numéro 243 de LIESI, et il y aura des surprises car… le montage de cette crise n’est que la reprise du scénario de 1929…

 

Olivier Sarkozy annonce la fin du bal pour l’euro

"L'euro explosera avant 3 mois"

 

Suite de l’article Quand Danielle Mitterrand avoue que le chef de l’Etat n’a pas LE pouvoir.

avatar27.jpg?w=50&h=50Ces aveux sont très intéressants. Ils prouvent que le personnage important de la période mitterrandienne n’était peut-être pas le président lui-même, mais certaines éminences grises qui le conseillaient adroitement dans le sens voulu par les banquiers synarchistes que côtoyait un J. Attali. Ces mêmes banquiers, à l’origine de la crise actuelle et qui ont décidé de briser les Etats-Unis dont ils ont pleinement le contrôle depuis décembre 1913… date de la création de la banque centrale américaine par quelques familles constituant un cartel bancaire supranational. Depuis décembre 1913, ce cartel utilise les Etats-Unis comme un instrument de conquête du pouvoir mondial. Réalisant cet état de fait tout au long de ses deux mandats présidentiels, F. Mitterrand dira :

fmitterrand.jpg?w=196&h=300 « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. […] Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort »[1].

trong>


Lorsque F. Mitterrand dit des Américains qu’« ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde », il oublie de préciser que ces derniers ne sont que les pions d’un autre pouvoir, celui de l’Argent anonyme et vagabond. Ce pouvoir, comme nous le répétons inlassablement dans la Lettre d’Informations Economiques Stratégiques Internationales, est entre les mains d’un CARTEL de familles oligarchiques. Et cela ne date pas d’aujourd’hui puisque nous évoquions l’année 1913.  Par exemple, le président américain F.D. Roosevelt dira : « Il existe un cartel bancaire au sein de grands centres financiers qui contrôle le gouvernement depuis Andrew Jackson ».


[1] Propos du président Mitterrand exprimés lors d’un entretien privé à la fin de sa vie et cité par le Courrier International du 13 avril 2000.

 

 

 ______________________________________________________________________________

 

L'Argent dette de Paul Grignon, Money as debt, extrait
En 2008 Paul Grignon, un informaticien Canadien, réalise un film d’animation documentaire pour expliquer le processus de création monétaire par la dette. Diffusé sur internet, « L’Argent dette »
http://sos-crise.over-blog.com/article-l-argent-dette-le-film-a-revoir-en-ces-temps-de-crise-de-la-dette-89863596.html
.
http://storage.canalblog.com/79/65/127673/33825305.jpg

http://storage.canalblog.com/79/65/127673/33825305.jpg 

 

Fermeture généralisée des banques après Noël ?

 

 

 

 

http://a31.idata.over-blog.com/600x424/4/01/58/91/2011-06/actu-juin-2011.jpg

http://a31.idata.over-blog.com/600x424/4/01/58/91/2011-06/actu-juin-2011.jpg

 

 

(..) C'est pour cela que la crise grecque est devenue une crise de l'euro. En fait, la totalité du système des monnaies garanties sur du vent pourrait sombrer dans la crise.

Seule la faillite débarrasse complètement de la pourriture. Rien d'autre.

Mais puisque la faillite est devenue la non-option ultime, les plus grandes banques centrales impriment toutes de l'argent  . Le pire est que ces interventions de plusieurs milliers de milliards de dollars n'ôtent pas la pourriture du système financier ; elles ne font que la faire passer du secteur privé au secteur public.

Une faillite de l'euro est-elle possible ?

 

 

 

.
.
XXX

http://www.france.attac.org/sites/default/files/imagecache/imagespourvues/images/pap_monopoly_web.jpg

  http://www.france.attac.org/sites/default/files/imagecache/imagespourvues/images/pap_monopoly_web.jpg

 

Le chef de la lutte antidrogue russe veut liquider le système financier


L'Allemagne risque bel et bien de sortir de l'euro

 http://sos-crise.over-blog.com/article-l-allemagne-risque-bel-et-bien-de-sortir-de-l-euro-chronique-agora-89533583.html

 

 

Rappel: La faillite de la France est proche,

voici pourquoi, voici les conséquences

http://sos-crise.over-blog.com/article-v-89069242.html

 

Ô toi Milton Friedman, merci pour tous tes bienfaits

Je ne pouvais manquer de répercuter ici un appel qui a été envoyé à des personnalités, politiciens, journalistes, économistes... qui soutiennent le $Y$T€M dont nos pays meurent.
.
Lire aussi :
.
.

Pourquoi une fin du monde

le 21 décembre 2012 ? (Rappel)

.

tombe_banques-d900c.jpg

 

Nous nous sommes posé la question de savoir pourquoi était véhiculée l’idée de fin du monde pour le 21 décembre 2012. Tout d’abord nous avons cru qu’il s’agissait d’une date issue du calendrier Maya. Manque de chance, la fin du calendrier Maya se situe le 28 octobre 2011. En somme, nous vivons déjà la nouvelle ère. Le 21 décembre 2012 correspond au solstice d’hiver, soit la nuit la plus longue de l’année. C’est une symbolique d’initié qui n’a rien à voir avec les Maya. Alors pourquoi cette date ?


Au lieu de rechercher des raisons ésotériques, il faut en revenir à plus de pragmatisme. Nous avions évoqué dans Morphéus l’usurpation en 1913 de la souveraineté monétaire US par le cartel bancaire. Fut établi alors un bail de 99 ans, qui remettait le destin de la Réserve Fédérale américaine entre les mains de ces faux-monnayeurs. Or, l’échéance de ce bail se termine le 22 décembre 2012. En clair, le 21 décembre 2012 quand minuit aura sonné, ce sera la fin du monde pour le cartel bancaire privé. Soit il aura mis en place un système mondialisé de contrôle total de la monnaie au-dessus de toutes les banques centrales (type BRI), soit il perdra le contrôle total, libérant enfin la souveraineté monétaire des peuples.


On peut comprendre que des banques à coût de milliards de dollars, lancent des films et séries hollywoodiennes de fin du monde. Sans doute pour rappeler à leurs agents du Nouvel Ordre Mondial que tout peut être perdu le 21 décembre 2012, s’ils ne font pas leur besogne.


Frédéric Morin

http://www.morpheus.fr/spip.php?article175


..

 

inconnu.jpg

.

Exclusivité Wikistrike : mutinerie d’un banquier suisse

qui parle pour les peuples…

 

http://www.wikistrike.com/article-exclusivite-wikistrike-mutinerie-d-un-banquier-suisse-qui-parle-pour-les-peuples-88547884.html

 

.

Et si on mettait
POMPIDOU AU BAN DE LA NATION



PompidouOn a traîné dans la boue Louis-Ferdinand Céline, pour les pamphlets qu'il a commis, et dont vous trouveriez aujourd'hui difficilement un exemplaire : les ayant-droits s'opposent à toute réédition. Cette période de sa vie est considéré comme une tare dans sa vie de grand auteur littéraire, l'un des plus grands du XXe siècle, au point qu'aujourd'hui encore des esprits chagrins refusent de lui rendre ce mérite.

A côté de cela, un homme, délibérément, a mis en place avec la complicité de quelques autres la ruine financière de notre pays. Il lui a interdit de garder son indépendance financière, celle que lui donnait la Banque de France. Il a obligé le Trésor à emprunté au seul marché qui restait : le privé. Cela sous-entend les banques d'affaires (il était comme par hasard l'ancien directeur général de la maison Rotschild), et des émissions de Grands emprunts. On sait ce que coûtent ces initiatives, si un État veut en émettre suffisamment il doit servir un intérêt intéressant. Seul l'impôt et les taxes permettent alors de tenter de combler ce gouffre.

Or, l'emprunt de 1973 fut particulièrement désastreux pour les Finances : en fait, nous ne nous en sommes jamais remis. Selon l'Express du 27 mai 1993, cité par Wikipedia, « L'emprunt Giscard 7%, 1973. Indexé à partir de 1978 sur le cours du lingot d'or. D'un montant de 6,5 milliards sur quinze ans, il a coûté à l'Etat, en 1988, 92 milliards (capital et intérêts), soit, en francs constants, plus de quatre fois et demie sa valeur d'origine »

Car bien entendu, de l'argent, il en a fallu d'autre, Aujourd'hui, nous en sommes à emprunter pour payer la dette et servir les intérêts de celle-ci, qui grandissent toujours.
Et tout cela, pour satisfaire cette décision du banquier qui nous servait alors de président, de ne plus faire appel à la Banque de France pour financer les projets à long terme, ceux qui justement, à long terme, paient. Ce fut une faute, assumée, et dont le ministre des finances de l'époque, Valéry Giscard d'Estaing, ne regrette aucune des décisions la mettant en place. N'a-t-il pas écrit sur son site internet en 2008 cette déclaration :« La réforme des statuts de la Banque de France, adoptée sous le mandat de Georges Pompidou et lorsque j'étais ministre des Finances, est une réforme moderne qui a transposé en France la pratique en vigueur dans tous les grands pays : il s'agissait à l'époque de constituer un véritable marché des titres à court, moyen et long terme, qu'il soit émis par une entité privée ou publique »

Georges Pompidou n'en est pas resté là. Néolibéral avant la lettre, c'est lui qui poussa à la roue pour permettre à la jeune Europe encore cohérente et malgré tout fragile, d'accueillir déjà la candidature de la Grande Bretagne et de son ex-Commonwealth (vu le mouton néo-zélandais ?). Les velléités d'intégration politiques étaient dorénavant définitivement compromises, balayées par les redoutables prétentions britanniques, uniquement commerciales, à recevoir le plus possible en payant le moins possible.

A la lumière de ces considérations, il est essentiel de retirer Georges Pompidou de la liste des festivités prévues pour 2011, avec beaucoup plus de raisons que pour Céline encore. C'est vraiment un indigne prédécesseur de Sarkozy, celui-ci s'est contenté d'enfiler ses bottes pour aller encore plus loin, plus fort, plus bas.
C'est vraiment l'occasion de clamer à son égard toute l'indignation de nos concitoyens contre ce précurseur de la Grande Finance Voleuse et Perfide.

IL FAUT METTRE GEORGES POMPIDOU AU BAN DE LA NATION - BO
sabre au clair

 

http://bab007-babelouest.blogspot.com/2011/06/pompidou-au-ban-de-la-nation.html
.
 

.

.


 

eurogenflor-armee-UE.jpeg
http://euro-police.noblogs.org/gallery/3874/IMG_4537.jpeg
.
Rappel. « Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis » Thomas Jefferson (1802)
.

.

grece2_REDUIT.jpg

Grèce : "La clé est sous le paillasson", faillite inévitable - Eric Fry ...

.

 

.

jefferson


 

 

.

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 19:45

http://image.spreadshirt.net/image-server/image/composition/10621939/view/1/producttypecolor/1/type/png/width/190/height/190/france-en-faillite_design.png

http://image.spreadshirt.net/image-server/image/composition/10621939/view/1/producttypecolor/1/type/png/width/190/height/190/france-en-faillite_design.png

 

France 2012 :
LA FAILLITE

 

Cher Concitoyen,


Selon moi, l'année 2012 marquera un tournant dans l'Histoire de France.


Notre pays, déjà en déclin, devrait voir sa chute s'accélérer et son rang dans le monde se dégrader. Nous pourrions même basculer dans un chaos social et économique tel que nous n'en avons pas connu depuis 1968... voire depuis la Révolution de 1789.


Ne vous y trompez pas : la faillite de la France est proche. Et elle est bien réelle.


Si mes prévisions se réalisent, elle commencera avec les élections présidentielles de mai 2012. Mais le processus pourrait même s'enclencher avant, comme nous le verrons dans quelques lignes.


Si je vous écris aujourd'hui, c'est pour tirer la sonnette d'alarme.


En tant que citoyen français, vous avez le droit de savoir ce qui se passe... mais aussi de connaître les mesures qui pourraient vous aider à vous protéger.


Parce qu'il ne faut jamais perdre de vue une chose très importante : dans des périodes aussi troublées que celles que nous vivons en ce moment, des fortunes se défont... et se font.

Tandis que certains voient leur épargne partir en fumée, d'autres parviennent à protéger leur patrimoine -- et même à l'accroître. (..)



Avant ça, j'aimerais que vous compreniez une chose très importante. Ce que vous allez découvrir dans ce message ne sont pas de simples prophéties d'oiseaux de malheur, qui n'ont aucune chance de se réaliser.

Si vous pensez que nos dirigeants ont le pouvoir de tout régler d'un coup de baguette magique, vous pouvez arrêter votre lecture ici... et tant pis pour vous.

Les chiffres que je vais vous révéler sont réels. Ce sont des données publiques, accessibles à tous. Il suffit de voir au-delà de la langue de bois et du politiquement correct pour s'apercevoir que ces informations pointent tous vers une réalité implacable.(..)

 

Il faut dire que nous avons un long historique de prévisions auxquelles bien peu de gens croyaient... et qui font aujourd'hui la Une des journaux.

 

Des années passées à servir la cause
des investisseurs particuliers et épargnants individuels


(..) C'est simple, nous avons été parmi les premiers à nous intéresser à l'or et à prédire sa hausse continue. Nous avons annoncé avant qu'ils ne fassent la une des journaux grand public l'explosion de la bulle internet en 2000... les dérèglements financiers mondiaux de l'après-11 septembre 2001... la bulle des junk bonds de 2001...la bulle immobilière américaine en 2007... Et j'en passe, la liste serait trop longue (..)

 

 

Le pire est à venir. Je suis convaincue que la crise que nous traversons aujourd'hui affectera profondément notre niveau de vie en France et notre rang dans le monde.

 

Quatre critères objectifs pour une faillite annoncée

 

Savez-vous à quand remonte le dernier budget à l'équilibre de notre pays ?


1973. La France est dans le rouge depuis plus d'une génération ! De 1974 (élection de Valéry Giscard d'Estaing) à aujourd'hui, la dette française est passée de 21,2% du PIB à 86,2% du PIB.


Tenez, un graphique vaut mieux qu'un long discours :


Graphique de la dette en milliards d'euros

Source : INSEE

Ce sont désormais 1 692,7 milliards d'euros de dette que nous nous traînons... soit plus de 26 000 euros à rembourser pour chaque homme, femme et enfant habitant notre pays.

Et c'est terrible à dire, mais ce n'est pas le plus grave.

Non : ce qui est en train de couler notre pays aussi sûrement qu'un boulet entraîne un corps sous les eaux, ce sont les intérêts sur cette dette.


 

Critère de faillite n°1 :

 
Savez-vous à quoi servent vraiment vos impôts ?


C'est logique : chaque fois que notre déficit s'aggrave, l'Etat doit emprunter de l'argent. Et qui dit emprunt, dit intérêts. Plus la somme empruntée est conséquente, plus les emprunts sont élevés.


Or actuellement, l'emprunt est colossal... et les intérêts sont gigantesques.


Quelques chiffres pour vous donner la mesure du problème :

  • En 2010, les intérêts se montaient à plus de 42,5 milliards d'euros.

  • En 1980, il fallait un tiers des impôts sur le revenu pour s'acquitter de ces intérêts.

  • En 2004, c'était l'intégralité de nos impôts qui passait dans ces remboursements !

Désormais, vos impôts ne servent plus à assurer un service public digne de ce nom. Education, recherche, défense, infrastructures, logements... tous les services de l'Etat sont financés à crédit -- tandis que le produit de votre travail est taxé de plus en plus lourdement pour rembourser une dette qui s'alourdit d'année en année.


Nous sommes entrés dans un cercle vicieux... et nous ne pourrons pas en sortir sans d'immenses sacrifices.

 

Voyez-vous, un gouvernement ne peut pas s'approprier toute la richesse de la France. Il faut bien qu'il vous reste de quoi vous nourrir, vous vêtir, vous loger.


Pour payer ses dettes et rembourser, l'Etat ne peut donc prendre que sur ses recettes : ce qu'il prélève comme impôt sur les entreprises et ses citoyens.


En 2010, les recettes fiscales s'élevaient à 271,8 milliards d'euros.


Rappelez-vous à combien se monte notre dette : 1 692,7 milliards d'euros. Il faudrait donc à l'Etat plus de cinq années de recette pour rembourser la dette nationale, ceci en arrêtant tout service public : plus de justice, de police, d'école, d'armée, de musées, d'hôpitaux, de médecins... ni même de fonctionnaires pour faire rentrer les impôts ! Et ce n'est pas tout...

 

 

Critère de faillite n°2 :

 
Où diable notre gouvernement va-t-il trouver
33% de recettes fiscales supplémentaires ?


Comme tout contribuable, vous avez dû recevoir avec votre déclaration de revenus la note annuelle "Budget 2011 - A quoi servent nos impôts ?" (Bonne question...)


Cette note détaille avec précision la répartition des dépenses publiques -- je la reprends ci-dessous ligne par ligne :


Dépenses en milliards d'euros

363,4

Enseignement et recherche

87,0

Collectivités territoriales

58,0

Charge de la dette

45,4

Défense

37,4

Union européenne

18,2

Sécurité

16,8

Solidarité, insertion et égalités de chances

12,4

Gestion des finances publiques et des ressources humaines

11,7

Travail et emploi

11,6

Ecologie et développement durable

9,5

Ville et logement

7,6

Justice

7,1

Autres missions

40,7

 

Et voici maintenant, toujours selon la même source, les recettes de l'Etat français :


Recettes en milliards d'euros

271,8

TVA

130,9

Impôt sur le revenu

52,2

Impôt sur les sociétés

44,8

Taxe d'Importation des Produits Pétroliers (TIPP)

14,1

Autres recettes fiscales

12,9

Autres recettes

16,9

 

 

C'est parfaitement clair : le remboursement de la dette est devenu le troisième poste de dépenses de l'Etat. Il absorbe 16,5% des recettes et 80% de l'impôt sur le revenu.


Vous avez noté que j'ai également surligné le poste "Union européenne". Tout simplement parce qu'il devrait exploser cette année compte tenu de la faillite de la Grèce et du renforcement du tristement célèbre FESF... pour lequel la France va contribuer à hauteur de 159 milliards d'euros (alors qu'elle n'a pas un sou en poche !)


Le calcul est simple : notre déficit fiscal se monte à :

(363,4 – 271,8)/271,8 milliards d'euros...

... soit 33,7% des recettes fiscales.


Il faut trouver un tiers de recettes fiscales supplémentaires.


Et n'oubliez pas le plus important ! Même si nous trouvions ces milliards supplémentaires, nous n'aurons même pas commencé à rembourser le principal. Nous aurons simplement arrêté l'hémorragie.


Où trouver un tiers de recettes fiscales en plus ?

 


 

Critère de faillite n°3 :

 
Pour tondre un mouton,
encore faut-il qu'il lui reste de la laine sur le dos...


La pression fiscale en France est déjà l'une des plus élevée d'Europe. Les dépenses publiques de notre pays représentent 54% du PIB. Ces dépenses publiques sont financées par les impôts. La pression fiscale est donc de 54%.


Selon l'étude de l'Institut Economique Molinari et d'Ernst & Young :

Le taux d'imposition réel du salarié moyen augmente dans l'Union européenne de 0,24% en 2011. Il est passé de 43,99% en 2010 à 44,23%, en grande partie en raison de l'augmentation de la TVA dans 13 états membres depuis 2009.


Dans six pays, plus de la moitié des revenus liés au travail sont prélevés au titre des impôts et taxes retenus dans le périmètre de notre étude (Belgique, Hongrie, France, Autriche, Allemagne, Suède).

Le graphique ci-dessous est très clair à cet égard :


Graphique des impôts en Europe

 

Pour classer la pression fiscale qui s'exerce sur les salariés, l'Institut Molinari a également procédé au calcul du "jour de libération fiscale" -- c'est-à-dire le jour de l'année civile où vous commencez à travailler pour votre compte.

Le constat est sans appel : un Français ne travaille que pour l'Etat jusqu'au 26 juillet de l'année civile !

Plus de la moitié de votre année se passe à travailler pour le gouvernement... sans que votre labeur ne vous rapporte quoi que ce soit.


Et ne vous faites pas d'illusions : ce n'est pas parce que vous faites déjà partie des citoyens les plus taxés du monde que l'Etat ne va pas augmenter sa pression : il y va de sa survie, après tout...

Les deux plans d'austérité annoncés depuis le début de l'année en sont la preuve. Soyez prêt à travailler encore plus... pour payer plus.


 

Préparez-vous à l'écrasement de la classe moyenne


Eh bien, clament pas mal de personnes bien intentionnées, il n'y a qu'à taxer les plus riches ! Avec toutes ces niches fiscales, c'est bien le diable si on ne débusque pas assez de milliards pour résoudre nos problèmes !

Détrompez-vous.


Déjà, la notion de "riches" est franchement fluctuante.

Selon l'INSEE en 2009, si vous aviez plus de 2 987 euros par mois de revenus net, vous faisiez partie des riches.


Selon François Hollande, lors de la campagne présidentielle de 2007 était riche celui qui disposait de plus de 4 000 euros / mois de revenus.

 

Pour le moment, vous êtes considéré comme riche à partir de 250 000 euros par an de revenus imposables. C'est en tout cas le seuil qu'a arrêté le gouvernement en 2011.


Mais surtout, le calcul est implacable... Selon la chaîne télévisée TF1, voici ce que donne l'idée d'une taxe de 3% sur les revenus des présumés riches :


Revenus annuels
en euros

Nombre de foyers touchés

Recette fiscale annuelle en millions d'euros

500 000 euros

30 000

200

150 000 euros

300 000

1 500

 

Taxer les riches procurerait donc entre 200 millions et 1,5 milliards d'euros de recettes...


C'est dérisoire : n'oubliez pas que nous parlons d'une dette de 1 692,7 milliards dont les seuls intérêts nous coûtent plus de 45 milliards !


Supposons maintenant que l'Etat confisque 90% des revenus des présumés riches gagnant plus de 150 000 euros. Ils verraient leurs revenus disponibles ramenés à 15 000 euros annuels, soit 1 250 euros par mois, donc sous le SMIC (1 350 euros par mois).


Malgré cette confiscation, l'Etat n'encaisserait que 45 milliards d'euros, pas tout à fait de quoi faire face aux intérêts de sa dette... qui grossirait encore.

Il faudra trouver d'autres riches... Et le moyen le plus simple consistera à abaisser toujours plus le seuil de richesse.


De cette manière, la France pourrait ne compter bientôt que des riches, donc taxables. Les pauvres, eux, auront disparu des statistiques, de la même façon qu'on raye les chômeurs découragés des statistiques de l'emploi.

En pratique, ce serait tout simplement l'écrasement de la classe moyenne : elle deviendrait la victime systématique des politiques d'austérité, provoquant son appauvrissement... Tandis que les plus modestes, ployant eux aussi sous le fardeau fiscal, seraient bien en peine de grimper dans l'échelle sociale. Il est d'ailleurs dramatique de constater que la jeune génération actuelle est la première depuis le 20ème siècle à savoir que son niveau de vie ne sera pas supérieur à celui de ses aînés.


Un pays sans classe  moyenne est un pays pauvre. Un pays dont la classe moyenne diminue est un pays qui s'appauvrit !


 

Et la croissance, alors ?


Honnêtement, j'ai hésité à ajouter ce chapitre. Parce qu'il me semblait presque indécent de parler de "croissance" dans le contexte actuel.


Il est vrai que, classiquement, la seule autre façon de rembourser les dettes serait que l'Etat augmente ses recettes fiscales grâce à la croissance.

Mais quelle croissance ? Elle était de -0,1% au deuxième trimestre 2011, et se traîne péniblement à +0,4 au troisième trimestre. Elle devrait être de... 0,0% (tout rond) au quatrième trimestre.


Et on l'attend à -- royalement -- 0,5% en 2012. C'est avec ça (et 4,2 millions de chômeurs) qu'on va regonfler notre budget national ?

Soyons sérieux.

Année après année, les budgets de la France ont été élaborés comme si le baby boom et les gains de productivité de l'automatisation puis de l'informatisation étaient éternellement garantis. Ce n'est pas le cas. La population vieillit ; les gains de productivité sont désormais marginaux.


Jamais un pays n'est devenu riche en levant des impôts. Mais comme l'absence de croissance ne permet pas d'augmenter les recettes, c'est la seule voie possible. Hélas, partant d'une pression fiscale record, elle deviendra vite insoutenable.


 

Critère de faillite n°4 :

 
Le secteur public pèse trop dans la balance (Note d'eva. C'est une spécialiste de la Finance qui parle)


A cette situation, l'Etat rajoute un handicap bien français : des pans entiers de l'économie qui restent sous contrôle étatique.


Ceci est également mauvais pour la croissance (..)


 

L'arithmétique est implacable : pour se tirer d'affaire, la croissance doit dépasser le déficit ! Dès que la croissance est inférieure au déficit, l'insolvabilité augmente.

Là, je vais devoir vous infliger un peu de mathématiques. Mais le raisonnement est simple... et il est très important.

Imaginez :

- Un ratio dette/PIB aux environ de 80% (la réalité est pire).

- Un déficit de 3% (ce qui est devenu inaccessible -- pour l'instant, on espère déjà réduire le chiffre actuel, qui est de 11%).

- Une croissance du PIB de 3% -- ce qui est devenu un Graal, puisqu'on sait que la croissance de la Zone euro sera inférieure à 1,5%.

Nous partons donc d'un PIB de 100 qui devient 103. La dette (qui valait 80) passe à 83 puisque le déficit vaut 3.

Votre ratio dette sur PIB devient 83 ÷ 103 = 80,58. Ou encore 80,58% comme vous l'avez appris sur les bancs de l'école primaire.

Ces chiffres vous prouvent qu'il faudrait une croissance de l'ordre de 4% (supérieure au déficit de 3%) pour nous tirer d'affaire ! Nous n'avons pas connu une telle croissance depuis 30 ans !!

Et nos problèmes pourraient bien être multipliés dans les mois (voire les semaines) qui viennent...

 

 

Taux d'intérêt : catastrophe en vue...


Jusqu'à présent, nous avons "de la chance" : les créditeurs de l'Etat français ne réclament qu'un taux d'intérêt de 3,5% environ.

Mais ne vous leurrez pas : ça ne va pas durer. Et les conséquences pourraient être catastrophiques.

Si notre taux moyen d'emprunt n'augmentait ne serait-ce que de 0,5% -- c'est-à-dire à 4% --, plus de la totalité des recettes de l'impôt sur le revenu passerait dans la charge de la dette.


Chaque 1% d'intérêt supplémentaire nous coûterait 15 milliards d'euros -- le tiers de la recette de l'impôt sur le revenu.

Faut-il vous rappeler que la situation de la France est extrêmement précaire en ce qui concerne les taux d'intérêt ?

Le 18 octobre 2011, l'agence Moody's a indiqué qu'elle avait la France à l'oeil... et qu'elle pourrait la placer sous "surveillance négative" d'ici début 2012. En règle générale, sauf redressement spectaculaire, la surveillance négative précède de quelques mois la dégradation de la note.


(..) Croyez-moi, la perte de notre triple A n'est plus une vague idée -- c'est une hypothèse dont les journaux parlent de plus en plus. Un tel événement propulserait immédiatement les taux à plus de 6%, comme cela a été le cas pour la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Italie. Cela nous coûterait donc 30 milliards d'euros !

Il faut en être conscient : la France est un zombie financier, tout juste capable de faire face aux remboursements des intérêts de sa dette, mais incapable d'assumer le remboursement du principal.

Nous sommes déjà financièrement MORTS.


La situation a désormais dépassé le stade auquel elle était politiquement gérable. Nous ne pouvons plus redresser La trajectoire grâce à un effort prolongé collectivement supportable.


Jusqu'au 18 octobre, date à laquelle Moody's a mis sous surveillance la France, les marchés avaient encore les yeux tournés vers l'Irlande, la Grèce, l'Espagne, le Portugal. Nous avions encore un petit temps d'avance. Ce n'est plus le cas.


A présent, la situation va empirer, et surtout, va s'accélérer. Il est plus que temps de réagir et de mettre votre patrimoine à l'abri dans les plus brefs délais.


C'est URGENT -- c'est même une question de mois.


 

31 mars 2012 :
Début du compte à rebours de la faillite ?


Sortie de la Grèce de la Zone euro... aggravation de la situation en Italie... crise bancaire façon Dexia... Si un seul de ces phénomènes se produisait, cela suffirait à faire basculer la situation (et selon moi, ce n'est pas une question de "si", mais bien une question de "quand").


Au fur et à mesure que la contamination se ferait, le processus de défauts en cascade irait en s'accélérant. Après la Grèce, l'Irlande, le Portugal, il y aurait de moins en moins de volontaires pour des plans de sauvetage douteux. Acheter du temps coûtera de plus en plus cher.


Le 25 septembre 2011, le Sunday Telegraph rapportait des "bruits de couloir" du FMI concernant un plan en trois étapes :

- Recapitalisation des banques allemandes et françaises en danger
- Puis grossir le fonds de sauvetage européen FESF
- Puis laisser la Grèce faire défaut

A peine quelques semaines plus tard, la France et l'Allemagne se mettaient enfin d'accord sur la nécessité de recapitaliser les banques, et de passer la capacité du FESF de 400 à plus de 1200 milliards d'euros.


Notez déjà une chose très importante : ce beau plan ne peut voir le jour que si la France conserve son triple A. Car les capacités d'emprunt du FESF ne tiennent qu'à la note de la France et celle de l'Allemagne. Or, en ce qui concerne la France, rien n'est moins sûr.


Je suis convaincue que le début de la campagne présidentielle de 2012 -- qui commence officiellement début avril prochain, pourrait servir de détonateur à cette bombe, dont la mèche est de plus en plus courte.


Eh oui ! Quel politicien aura assez de tripes pour regarder la situation en face ? Prédire la crise, annoncer des mesures d'austérité, inciter la population à se serrer la ceinture... comment se faire élire sur un tel programme ?

Il apparaîtra au grand jour que tous les politiques ont en commun une chose : une impuissance à régler un problème qu'ils ont fait naître et grossir. Ils ne contrôlent plus la situation.

La route vers le redressement financier sera une route vers l'enfer. La démagogie voudra que l'on sacrifie "les riches", c'est-à-dire la classe moyenne.

Et si l'on en juge par la manière dont les choses se sont passées dans d'autres pays, vous pouvez probablement vous attendre à de nouvelles mesures d'austérité... voire un passage sous la tutelle du FMI et de l'Union européenne.

Et tout cela pourrait naturellement s'accompagner de manifestations et de scènes d'émeutes comme on en a constaté à Athènes, en Italie ou à Londres.


Comment saurez-vous que l'engrenage de la faillite est lancé ?


 

Surveillez ces 4 symptômes avant-coureurs


1 - La fin du Triple A

 
J'ai déjà parlé des conséquences d'une dégradation de la note française : elles seraient catastrophiques. Or cette menace se précise. Il faut savoir que...

... un "changement de perspective" conduit une fois sur trois à une dégradation de la note dans les 12 à 24 mois qui suivent.


... une "mise sous surveillance négative" signifie que la note peut se retrouver dégradée dans un délai de trois mois.

Nous sommes au bord du gouffre, et les choses pourraient aller très vite si notre note était abaissée.


Surveillez les communiqués des agences de notation comme du lait sur le feu (..)


2 - Attention aux augmentations de capital de nos banques...

 
Le 22 septembre 2011, une note du FMI chiffrait les pertes potentielles des grandes banques européennes à 200 milliards – 300 milliards d'euros en incluant les banques locales des six pays en difficulté notoire : Grèce, Portugal, Irlande, Belgique, Italie, Espagne.


(Au passage, rappelez-vous que cinq milliards d'euros -- et un trader nommé Jérôme Kerviel -- ont suffi à mettre en danger la finance européenne lors de la faillite de Lehman Brothers).

Les banques seront obligées de se recapitaliser. Mais n'oubliez pas qu'elles seront en concurrence directe avec les Etats sur le marché obligataire, pour lever des fonds qui se font de plus en plus rares.

Là encore, je ne peux que vous conseiller de garder un oeil sur ces augmentations de capital : au moindre signe de difficultés, renforcez immédiatement vos mesures de protection financière.


3 - ... sans parler du placement de nos obligations d'Etat !

 
Là encore, c'est un signal de faillite fort : le jour où le marché rechignera à nous prêter de l'argent en achetant nos obligations souveraines.


Nos dettes souveraines sont détenues à 65% par des étrangers ; nous sommes donc dépendants de leur bon vouloir à continuer d'acheter nos titres -- et donc financer nos déficits.

Or avez-vous remarqué que ces derniers temps, malgré leurs belles promesses, les fonds souverains chinois ou qatari ne sont pas si pressés d'acheter notre papier ?

Si le FESF n'attire pas les foules empressées, cela laisse mal augurer des prochaines levées de fonds de l'Etat français qui est –- répétons-le -– garant du FESF.


4 - Le seuil fatal des 6%

 
Là encore, nous avons vu cela plus en détail il y a quelques lignes. Dès l'instant où le rendement de l'emprunt dépasse les 6%, la situation bascule.

Le seuil a été fatal à la Grèce et au Portugal. Il a plongé l'Italie dans la tourmente. C'est à ce niveau que le point de non retour est officiellement atteint et que l'on appelle le FMI à la rescousse.

Dans notre cas, il en coûterait 30 milliards d'euros supplémentaires.


Nous en sommes à 3,71% à l'heure où j'écris ces lignes. Comme je vous le disais plus haut, les signes de basculement se multiplient. Nous sommes sur le fil du rasoir : restez attentif à tout frémissement à la hausse de cet indicateur extrêmement important

.

Il est vital de vous tenir informé, afin de pouvoir agir rapidement et efficacement en cas de faillite déclarée de notre pays.


Parce que, comprenez-moi bien, les conséquences potentielles sont dramatiques pour vous, votre argent et votre mode de vie. Elles vont au-delà de l'inévitable effondrement du CAC 40, ou même de l'inflation galopante qui s'ensuivrait, laminant votre pouvoir d'achat.

 

Etes-vous vraiment prêt ?


La conséquence la plus immédiate et la plus visible serait bien sûr une augmentation radicale de la pression fiscale. Elle est déjà entamée : si vous êtes fumeur ou si vous buvez des boissons sucrées, vous en avez une petite idée... Sans parler des multiples autres mesures d'austérité qui nous ont été imposées depuis le début de l'année.


Regardez aussi ce qui s'est passé au Royaume-Uni : le pays a augmenté sa TVA de 2,5 points au 4 janvier 2011 pour faire face à son déficit. Nos politiques en parlent déjà eux aussi : "pour arriver aux 40 milliards de recette supplémentaires nécessaires, j'ai la conviction qu'un augmentation de deux points de la TVA s'imposera", estimait le centriste François Bayrou dans Le Point du 11 août 2010.

Augmentation de la TVA, réduction des niches fiscales, recul de l'âge de la retraite, redéfinition du niveau de "richesse" pour augmenter le niveau de taxation des classes moyennes... Je pense que nous pouvons nous attendre à tout cela dans les mois qui viennent.

Nos dirigeants n'auront pas le choix : ce sera l'austérité... ou la Grèce. Je pense même qu'ils pourraient aller plus loin.

 

Le jour où votre épargne sera réquisitionnée


Ce n'est pas inédit. En 1914, par exemple, la Nation en avait appelé au civisme de ses concitoyens pour déposer leur or à la Banque de France afin de participer à l'effort de guerre.

 

Plus récemment, Henri Regnault, professeur d'économie à l'université de Pau, a évoqué l'idée d'un gel des contrats d'assurance vie dans son Journal de Crise numéro 16 :

"La dette souveraine n'est plus gérable en mode 'marché', elle va passer en mode 'administré'. Cela ne sera pas sans conséquence pour votre épargne", explique-t-il.

Une telle mesure aurait deux avantages pour un gouvernement aux abois : nationaliser ce gisement d'épargne et éviter une faillite d'un assureur incapable d'assumer de trop nombreuses sorties. Avouez que c'est diablement tentant !

"Ce ne sont pas tant nos liquidités qui seront rationnées... encore que... si ça tourne vraiment très mal on ne peut pas l'exclure. Mais, plus sûrement, c'est notre épargne longue (assurance-vie, fonds de pension, et bien des formes de placements collectifs aux noms variables suivant les pays) qui risque d'être corralisée, parquée dans des enclos à créances souveraines dont nous ne pourrons sortir qu'à petite dose... une fois tondus [...]", écrit Henri Regnault.

 

Bien sûr, on n'appellerait pas ça une réquisition ou une confiscation. On ferait seulement un "appel au civisme", au "devoir citoyen"... qui consiste à payer pour les années de mauvaise gestion de nos gouvernants.


Vous trouvez que j'exagère, que tout ceci n'est qu'élucubrations anxiogènes ?

Regardez ce qui se passe en Grèce, ou à nos frontières, en Italie et en Espagne.


Voyez la détresse sociale engendrée par des politiques d'austérité drastiques mises en place en catastrophe.


Pensez au taux de chômage à deux chiffres chez les jeunes, au mécontentement qui bouillonne et monte parmi les populations.


N'oubliez pas les bouleversements politiques qui ont également eu lieu (souvent au mépris des règles les plus élémentaires de la démocratie).

Et surtout... gardez en tête les manifestations qui se multiplient partout dans le monde... les grèves qui paralysent la Grèce... les scènes d'émeute et de pillages à Londres.


La France n'en est pas si loin qu'on veut bien nous le faire croire.


Et il vous faut dès maintenant penser à organiser votre patrimoine pour affronter au mieux tout ceci.


Il y a tout de même une bonne nouvelle : il existe...

 

 

Une arme secrète contre le chaos qui menace


Mieux encore : cette arme secrète, vous pouvez vous la procurer aujourd'hui même, simplement et rapidement.

Voyez-vous, dans les temps de crise aiguë, l'avantage va à celui qui possède un atout essentiel -- l'information.

Et plus précisément, la BONNE information, au BON moment.

En matière d'investissement et de préservation du patrimoine, il faut savoir ce qui se passe vraiment... comprendre et décrypter les informations qui arrivent... et parvenir à en anticiper les conséquences pour vous.(..)

 

 

Il s'agit tout simplement de miser sur des choses tangibles -- des actifs qui ne s'évaporent pas en temps de crise... et qui sont indispensables au fonctionnement de nos sociétés modernes, ralentissement ou pas. Je veux parler bien entendu des matières premières... mais pas n'importe lesquelles (..).

 

Chronique Agora

 

 

http://a10.idata.over-blog.com/329x500/0/54/09/82/Livres-2/--La-France-en-faillite---de-Philippe-HERLIN.jpg

 

  http://a10.idata.over-blog.com/329x500/0/54/09/82/Livres-2/--La-France-en-faillite---de-Philippe-HERLIN.jpg

 

Vendredi 25 novembre 2011

Autarcies : le livre.
http://www.autarcies.com/Pourquoi-/Pourquoi.html
4.00 € 

livreautarcies200.jpg 
http://www.autarcies.com

 

Introduction d'eva R-sistons

 

 

Voici un extrait de l'article précédent,


- pour attirer votre attention sur la nécessité impérieuse de quitter les villes (il y a un an je vous avais promis un article très fouillé, très novateur - car j'y faisais une analyse originale et prémonitoire, des plans du Nouvel Ordre Mondial  pour inciter les populations à s'agglomérer dans les villes afin de mieux les y  étouffer - sur le sujet, mais suite à des préparatifs de déménagement, je n'ai toujours pas retrouvé mes notes)

- pour au fur et à mesure, ajouter les conseils, les tuyaux, et les bonnes adresses de survie. Vous trouverez ce post en présentation de mon blog, en haut, A savoir absolument
  en temps de crise
  (posts sur ce blog):

 

j'y adjoindrai une liste d'entreprises conseillées, d'appareils utiles pour accéder au maximum à l'autonomie nécessaire.

 

Comme déjà écrit dans plusieurs posts, si vous êtes en ville, soit trouvez-vous famille ou amis pour vous accueillir "au vert" le moment venu, soit troquez votre voiture contre un fourgon (à partir de 1000 euros) que vous aménagez en camping-car, ou encore mettez une boule à votre véhicule, et ajoutez une remorque pour mettre une caravane (à partir de 250 euros) que vous aménagerez au fur et à mesure avec les équipements utiles que je vous conseillerai après les avoir expérimentés.

 

A bon entendeur, salut !

 

Cordialement votre eva

 

 

http://us.123rf.com/400wm/400/400/garycookson/garycookson0811/garycookson081100001/3945161-simple-style-voiture-et-caravane-avec-un-vert-sur-le-th-me-de-la-position-de-vacances.jpg

http://us.123rf.com/400wm/400/400/garycookson/garycookson0811/garycookson081100001/3945161-simple-style-voiture-et-caravane-avec-un-vert-sur-le-th-me-de-la-position-de-vacances.jpg

 

 

CHOISISSEZ ENTRE L'EXODE URBAIN

OU LES EMEUTES DE LA FAIM

 

 

 

Si vous parlez aux témoins de la Grande dépression encore vivants, leurs récits ont une chose en commun : ceux qui étaient à la campagne s'en tiraient mieux que les autres.

Ma propre mère (née en 1923 et élevée en province) me racontait que les retours à la ferme se sont multipliés lors de la crise de 1929. L'artisan ou ouvrier en ville retrouvait le chemin de la ferme familiale. Le frère resté rural voyait revenir celui qui, il y a peu, le traitait de haut comme un bouseux ou péquenaud. Pas rancunier pour autant, il mettait une bêche ou une fourche dans les mains du citadin qui réapprenait vite comment gagner son vivre et son couvert. "On a vu réapparaître la vraie solidarité, pas celle du Secours populaire, celle de la solidarité rurale", se souviennent mes oncles et tantes.


Bien sûr, de nos jours c'est impossible. L'agriculture est bien trop mécanisée. Aujourd'hui, il n'y a plus qu'un million d'exploitants agricoles en France, représentant à peine 4% de la population active. Ils étaient 10 millions d'actifs agricoles en 1945...


De plus, l'agriculture de subsistance a été remplacée par une agriculture modernisée, liée à l'industrie agroalimentaire, et dépendante d'un approvisionnement permanent en pétrole pour les machines, et en engrais chimiques et pesticides.


Cela va dire que si notre système social venait à disparaître, des millions de citadins se retrouveraient sans aucune solution de repli. Et le monde agricole serait aussi profondément ébranlé.

De graves troubles sociaux éclateraient immédiatement, avec, à la clé, des émeutes, des pillages, le retour au couvre-feu et l'intervention de l'armée -- si elle existe encore...

La guerre civile serait à nos portes.


Nous serions piégés.


A ce moment-là, j'espère que vous aurez pris vos précautions.


Même si nous n'en arrivons pas à des situations aussi extrêmes, il est aujourd'hui évident que l'augmentation de la population mondiale va provoquer dans les années à venir une hausse considérable des prix des denrées alimentaires.


C'est ce qu'annonce déjà la FAO (l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture). Se nourrir coûtera encore plus cher au cours des prochaines années en raison des prix élevés des produits alimentaires de base, de la forte diminution des stocks et de la faible production de la plupart des cultures.


Ajoutez à cela la volatilité et la hausse des matières premières qui vous obligeront à abandonner voiture et autres conforts modernes... et vous aurez une idée de la chute du niveau de vie en France dans les années à venir. L'appauvrissement sera généralisé. La classe moyenne, pilier de la démocratie, se diluera au profit d'une classe pauvre. C'est alors l'ordre social qui sera profondément bouleversé et la démocratie menacée.

 


Retrouvez-nous en ligne sur :

 
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 

Blog de pixelman :Pixelman Photographies, Caravane écolo...
http://pixelman.blogzoom.fr/707867/Caravane-ecolo/
.
.

 

  http://storage.canalblog.com/79/65/127673/33825305.jpg

http://storage.canalblog.com/79/65/127673/33825305.jpg 

mardi 22 novembre 2011

Fermeture généralisée

des banques après Noël !


D'après Celente ce sera après Noël en Europe et aux USA. Apparemment il n'est pas le seul, si on en croit Propagandafront (la source), des grosses banques et des analystes financiers s'attendent également à un meltdown financier généralisé.
La Maison Blanche avait déjà pensé en 2008 à fermer les banques. Biden a déclaré qu'il était question de cette fermeture lorsque ils ont pris leurs postes.

 
D'après Celente il y a de fortes chances pour que après Noel ou au début de la nouvelle année les banques ferment leur portes provisoirement. "Bien sur ils vous diront que votre avoir est garanti, comme ils ont dit que l'argent déposé à MF Global était garanti. Je vous garantie : Vous reverrez votre argent quand vous serez morts, parce c'est le temps que ça va prendre. Et si vous le revoyez un jour, il ne vaudra plus rien".

 
"Ici le scénario actuel : Le système entier est en train de s'effondrer. Je pense qu'il vont le soutenir jusqu'à Noël, pour que tous les idiots dépensent l'argent qu'ils n'ont pas pour acheter des merdes de Noël dont ils n'ont pas besoin. Et quand ce cirque sera fini - boum ! ça va crasher parce que le système entier s'effondre".

 
Fin de traduction


 

COMMENTAIRES :


 

Encore faudrait il que le système tienne jusqu'à Noël :-)
Voilà pourquoi ils ne font rien... Avant Noël, vider les comptes et laisser un euro symbolique ;-)
Noël sent le sapin, c'est normal !

Pour les cons qui ne savent pas lire : C'est Celente qui prédit cela, pas moi. Et le danger de fermeture des banques existe depuis 2008, comme le confirme d'ailleurs la déclaration de Biden, et ce n'est pas de ma faute non plus. Alors avant d'écrire des commentaires débiles : On lit, et on réfléchit. Et ne me remerciez pas surtout de vous informer et de vous traduire des info. Quand ça me fera ch... je ferai autre chose à la place, no problem.


L'historique des billets sur la fermeture des banques, pour Ducon, et ceux que ça intéresse :

- 4 octobre 2009 au sujet d'une prévision de Webbot, avec des points d'interrogation et la phrase finale : Si les signes se précisent, je mettrai mes comptes à zéro pour la semaine qui suit.
[ils ne se sont pas précisé]

- 16 mars 2011 Citation d'un article de Zerohedge avec le commentaire suivant:
Depuis le temps qu'on nous le promet celui-là...
Bank Holiday Imminent?
Submitted by Tyler Durden on 03/16/2011 16:08 -0400

- 12 septembre 2011
"Préparez vous à une fermeture prochaine des banques et des magasins. Pas encore sure, j'observe."

- 23 octobre 2011
Citation d'un article de 24hGold qui annonce la fermeture pour dans quelques semaines If Europe Should Fail
interessant à relire ...We are likely to see a lengthy unscheduled "bank holiday" - banks will slam their doors and if your money is still inside their vaults then you are out of luck.

Alors Ducon, tu la fermes, j'ai même pas envie de lire tes excuses. Tu me fais perdre mon temps avec ta trouille ridicule, va la projeter ailleurs. Merci

Heureux qui se prépare depuis longtemps... Ce n'est pas évident de retirer une grosse somme et de la transformer discrètement en métal, mieux vaut s'y prendre tôt.

Et si c'est pas encore pour Noël ou le 1er de l'an, libre à tous les anonymes de ce monde d'aller foutre une claque à Celente.

http://mahamudras.blogspot.com/2011/11/fermeture-generalisee-des-banques-apres.html


 

 

Commentaire :  

 

Gerald Celente est un des rare économiste à avoir prévu le krach de 2008 et depuis des années il alerte les gens sur ce qui va se passer dont la guerre. 2012 est une année électorale pour de nombreux pays et la fermeture des banques pour restructuration (qui durera plusieurs mois) permettra de créer le chaos et d'annuler les élections et aux hommes actuels de rester en place (c'est pour cela que Sarko ne s'en fait pas). Donc renforcez vos réserves de nourriture, d'eau, de gaz pour au moins un an et prévoyez un regroupement pour mieux résister. 

 

.

Fermeture généralisée des banques après Noël ?

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 02:18

manif-grece
  Photo sur http://jmdinh.net/

2011-06-06T053958Z_01_APAE7550FQO00_RTROPTP_2_OFRWR-GRECE-MANIFESTATION-20110606
(c) Copyright Thomson Reuters 2011 / Pascal Rossignol

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2011/11/01/22548696.html

 

..

La libération de la Grèce sera notre libération.

Si nous le voulons !

Par eva R-sistons

 

 

Stupéfiant ! Les événements vont encore plus vite que nous ne l'imaginions; Tout s'accélère avec la décision, salutaire et démocratique,  de Papandréou ! Nous en rêvions, cela arrive ! Les Grecs vont repousser les combinaisons des dirigeants européens contre les peuples, "les fils de Spartes et de la Grèce n'ont jamais accepté l'asservissement, comme en témoigne l'histoire du roi Léonidas il y a environ 2491 ans"(http://attention-crash-mondial.blogspot.com)

 

Décidément, l'Histoire réserve toujours des surprises. On croyait l'affaire bouclée, mal bouclée évidemment en dépit des cris de victoire de la Presse servile, avec à la clef privatisations supplémentaires, nouveaux cadeaux aux banques, austérité croissante pour les Grecs, et des Médias décrivant Sarkozy en homme providentiel (alors que c'était "Angela Merckel qui portait la culotte", France 24), seul capable, en 2012, d'affronter les crises et de les résoudre - et voilà qu'un grain de sable fait capoter les beaux plans de l'Oligarchie !  La Bourse ne cesse de dégringoler, les Marchés dévissent (on s'y attendait - car de mauvais traitements ne sauvent pas un malade -, mais plus tard !), les peuples sont dans la rue, et tous unis, y restent, un pays retrouve le courage de l'audace, de la liberté, il nargue l'Establishment, et ce qui a été ôté aux Européens avec la confiscation de leurs votes à Maastricht puis à Lisbonne, ils vont le retrouver dans la rue, grâce à l'Article 50 permettant la sortie de l'UE  ! Au pas de charge et bien peu démocratiquement, Sarkozy avait imposé l'UE aux peuples qui n'en voulaient pas,  et vlan ! L'édifice s'écroule, les Grecs vont tirer la langue au Marché et à ses suppôts infernaux, l'Europe va perdre un de ses membres et d'autres vont suivre, d'ailleurs les Allemands ne pensent qu'à abandonner le Titanic, pangermanisme pas mort s'il vous plaît, joli joli monde, bref bientôt l'euro ne sera qu'un mauvais souvenir, et l'Europe des financiers tremplin du Nouvel Ordre Mondial va exploser ! Joie pour les peuples ! Quand on voit ce que donne le "rêve européen", avec ses casseroles comme la mort des Etats-Souverains, le chômage pour presque tous, la destruction des conquêtes sociales de nos pères,  la tyrannie imposée, l'asservissement à l'Empire assassin.. on se dit que finalement, rien ne vaut un bon protectionnisme, au moins pour sauver nos emplois et notre indépendance !

 

Voici ce que j'ai écrit mardi sur mon blog sos-crise : " Annonce du référendum grec, l'occasion de dire oui ou non à l'Europe de l'Oligarchie : Enfin une bonne nouvelle ! D'ailleurs, les places financières plongent, c'est bon signe; quand elles montent, cela signifie austérité, chômage, pauvreté pour les peuples.


Bonne nouvelle ? En effet, les Grecs, comme les Islandais, vont certainement choisir de se libérer du carcan de l'euro, de Bruxelles, les privant de leur souveraineté et d'une vie normale, pour le seul profit des banksters. Souhaitons que d'autres pays suivent leur exemple, et que l'UE tremplin du Nouvel ordre Mondial diabolique, éclate définitivement.

Quant à Sarkozy qui fanfaronnait après son intervention devant les Français (en réalité, ses choix européens vont seulement dans le sens du soutien de ses amis de l'oligarchie), face aux journaleux Calvi et Pernaut, aux ordres -, il est bien embêté. Sa stratégie de reconquête de l'opinion, relayée par les Médias collabos, en vue de 2012, s'écroule. Autre bonne nouvelle ! Fidèle à lui-même, il va tenter d'imposer le Plan qu'il a concocté sous la direction d'Angela Merckel (hé oui), comme il l'a fait, bien peu démocratiquement avec les Français, pour le Traité de Lisbonne.

Notons d'ailleurs que les Médias (comme C dans l'Air du sieur Calvi) s'ingénient à détourner notre attention des véritables coupables de la crise financière (assortie du racket sur les Etats et sur les populations), les banksters, au profit des Chinois, désignés comme prédateurs. Non, économes, prévoyants, ces derniers  profitent seulement de la situation. Et eux, ne bombardent pas les pays, ils ne les ruinent pas pour ensuite les piller, les contrôler et faire profiter les Industriels de la Reconstruction de leurs crimes - comme en Libye ! " (Sortie de l’euro de l’Allemagne, un scénario de plus en plus probable. Et la Grèce ?)

 

Et maintenant ? Ou les peuples retrouvent leur liberté et se débarrassent de leurs bourreaux en cravates, ou nous entrerons tous, je dis bien tous, dans une zone de turbulence indescriptible, avec récession générale, chaos, guerres civiles, et j'en passe de pires comme les guerres permanentes, nucléaires et même totales... personne ne pourra plus rien maîtriser, même pas les apprentis sorciers qui finiront eux aussi par subir les conséquences de leurs forfaits insensés.

 

L'Histoire s'accélère, l'heure de vérité approche. Amis Lecteurs, tenez-vous prêts ! Avec les psychopathes au pouvoir, on peut s'attendre à tout ! Faites des provisions,  par exemple..

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

NB : Un référendum ? La Vox Populi ? C'est ce que redoute le plus l'Oligarchie ! Comme elle gouverne contre le peuple, elle craint son jugement. Maastricht a été imposé. L'Occident parle de démocratie, notament pour asservir les peuples comme en Libye, mais dans les faits, il gouverne de façon dictatoriale. Donc, TOUT sera fait pour empêcher la voix populaire de s'exprimer - donc la démocratie !  Ou alors, on fera revoter jusqu'à obtention du résultat souhaité.... Tout n'est qu'imposture, l'Oligarchie commande et les peuples doivent se soumettre ! (eva)

 

TAGS : Nouvel Ordre Mondial, Grèce, crise, Angela Merckel, Allemagne, France, Sarkozy, Traité de Lisbonne, Maastricht, UE, pangermanisme, euro, Bruxelles, banksters, protectionnisme, Chine

 

 

http://www.dijonscope.com/files/posts/14349-2010-11-europe-economie-allemagne-euro-crise-thibault-roy-dessin-dijonscope.jpg

http://www.dijonscope.com/files/posts/14349-2010-11-europe-economie-allemagne-euro-crise-thibault-roy-dessin-dijonscope.jpg

LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET LES INTÉRÊTS DES PEUPLES DU MONDE

Essence de la crise : économie de « casino », concentration du revenu, déséquilibre mondial et logique spéculative

Europe : le temps des désillusions.

G20 : Ils se payent nos têtes, on ne payera pas leur dette !

http://www.u-p-r.fr/actualite-facebook/sortie-de-leuro-et-de-lue-de-la-grece-les-consequenses-du-referendum-annonce-par-papandreou 

Le referundum grec etant prévu de longue date et cette 'quenelle Grecque' a la dictature monarchique mondialiste sioniste européene. Apres l'Islande, le peuple Grec dira non a l'austerité, les guerres et l'appauvrissement et l'endettement (pillage) organisé des peuples pour favoriser l'enrichissement des cartels terroristes financiers bancaires sionistes en occident

 

Que le NON grec retentisse dans toute l’Europe !

.

Le peuple grec debout contre l'Union européenne.

M Papandréou annonce qu'il va consulter le peuple grec et c'est la panique et l'effroi dans toutes les capitales européennes.

Sarkozy est consterné, ce qui est une excellente nouvelle et une marque de lucidité, les Dieux de la Grèce vont le foudroyer.

Une nuit entière à comploter, un accord de brigands entre Sarkozy et Merkel, les banques sauvées et les peuples d'Europe condamnés à payer pour la ruine de la Grèce, tout est à refaire, tout est annulé.

Ils avaient tout prévu, privatisations, licenciements de fonctionnaires, baisse des salaires et des pensions,un pays entier vendu aux enchères et tout un peuple plongé dans la misère.

Ils avaient tout prévu, sauf le soulèvement du peuple grec, sauf deux jours de grève générale insurrectionnelle, le 19 et le 20 Octobre.

Pendant ces 48 heures où le destin de l'Europe a basculé, la grève a été totale, jusque dans les plus petites îles, le pays entier paralysé et soulevé, entreprises, commerces, administrations, pendant ces deux jours tout s'est arrêté.

.

photo_syntagma-926bf.jpg

.

La presse la plus hostile doit le reconnaître, les manifestations ont été les les plus importantes de l'Histoire du pays ; pas une horde, pas une populace excitée, des cortèges massifs, en rangs serrés derrière les banderoles des syndicats, tous unis, sans qu'aucun ne puisse s'opposer à la volonté puissante de l'unité, une leçon à méditer pour nous tous.

La puissance de ces manifestations n'était pas seulement dans le nombre, les mêmes mots d'ordre parcouraient tous les cortèges et sont devenus le manifeste du peuple grec.

-Prenez votre mémorandum et barrez-vous ! Ouste !

-A bas le FMI ! A bas l'Union européenne !

-Le peuple en colère exige le départ du gouvernement,de l'Union européenne et du FMI !

Ces mots d'ordre n'étaient pas ceux d'une bande d'agités, mais ceux qui rassemblaient tous ceux qui manifestaient ; ils étaient repris dans les cortèges des syndicats du Public et du Privé, ADEPY et GSEE et même dans ceux de la fraction syndicale du PKE

Une foule immense est rassemblée Place Syntagma,face au Parlement qui doit voter un nouveau Plan de restrictions et de sacrifices

-Traitres, traitres ! hurle la foule en direction des députés qui arrivent, le PASOK se disloque, il est passée en quelques mois de 200 000 à 20 000 militants, sa fraction syndicale s'est solidarisée avec les manifestants et réclame le retrait du Plan.

Ce n'est pas seulement le PASOK qui est au bord de l'explosion, c'est tout l'appareil de l'État, les ministères sont occupés et paralysés, dont certains depuis des semaines

Les syndicats du Ministère de l'Intérieur ont pris le contrôle du bâtiment, ils en bloquent l'accès et paralysent son activité.

Dans les écoles, les lycées et les universités, chaque journée commence par une assemblée générale.

Le Vendredi 28 Octobre est appelé en Grèce le jour du Non, le Non à l'agression fasciste et nazie, c'est le jour de la Fête Nationale qui commémore l'entrée du peuple grec dans la résistance, ce fut ce 28 Octobre, le jour du Non au diktat de la Troïka, à Thessalonique la foule a empêché le déroulement du défilé militaire, envahi la tribune officielle, obligeant le Président Papoulias à fuir sous les huées et les crachats...

Oui, c'est bien d'un soulèvement qu'il s'agit en Grèce, contraignant Papandréou à organiser un referendum.

Dans les sommets de l'Union européenne et à la direction des Partis qui se sont soumis à la dictature de la Dette, tous expriment leur crainte de voir le peuple grec se rassembler dans le NON qui ébranlerait toute l' Europe.

Pour les travailleurs d' Europe au contraire, les évènements de Grèce sont un encouragement et un signal, celui du soulèvement général contre l'Union européenne.

Depuis des mois, les travailleurs inquiets voyaient leur avenir dans le sort qui était fait à la Grèce, nous regardons maintenant vers la Grèce avec l'espoir que le chemin qui s'ouvre est celui de la victoire.

Nous regardons vers la Grèce et nous que la peur est en train de changer de camp, que nous pouvons gagner, nous pouvons les faire reculer, les chasser avec tous leurs plans de misère et de pillage.

 

VIVE LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE GREC !

QUE LE NON RETENTISSE DANS TOUTE L' EUROPE !

 

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/que-le-non-grec-retentisse-dans-103378

 

20111101-161818_h379261.jpg

Syrie, la France s'apprête-elle à entrer

dans une nouvelle guerre?

 

 

Lors d’une interview accordée à la télévision syrienne mardi 18 octobre, le colonel français Alain Corvez a tenté de répondre à cette question. D'embéle, il a affirmé que la France ne devrait pas chercher à déclencher une nouvelle guerre. Aux dires du général, le complot qui se trame contre la Syrie vise son rôle clé dans la région.
{C}« L'adoption de la politique américaine par le président français Nicolas Sarkozy porte préjudice à la renommée de la France censée ne pas s'ingérer dans les affaires des autres pays. Quels sont les vrais motifs de Sarkozy à changer ses positions vis-à-vis de la Syrie ? », s’est-il demandé, soulignant que l'intérêt de la France suppose le respect des droits des peuples et la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays. Soulignant la nécessité de distinguer les manifestants qui appellent à la réforme des groupes armés qui cherchent à s’emparer du pouvoir par la force, le colonel a accusé l’entité sioniste d’avoir participé aux événements en Syrie, ce qui confirme l’existence d’un complot extérieur visant la Syrie. Il a évoqué la situation stratégique de la Syrie, son héritage culturel et patrimonial qui font d'elle un pays incontournable dans la politique arabe et dans les solutions à plusieurs problèmes dans la région.
Corvez a ajouté que dès son accession au pouvoir, le président Bachar al-Assad voulait mettre en place des réformes en faveur du développement de son pays, suivant les impératifs de l’époque moderne, mais les circonstances extérieures l’en avaient empêché : l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafiq Hariri puis la guerre opposant l’entité sioniste au Liban en 2006…
Il a souligné qu'en dépit des événements qui agitent la Syrie depuis des mois, le président Bachar al-Assad a montré sa disposition à mener des réformes et a annoncé l'organisation d'élections prochainement.
Le colonel a précisé qu'il n'y aurait pas d'intervention militaire de l'OTAN contre la Syrie pour différentes raisons, entre autres parce que l'Occident n'avait pas les moyens d'ouvrir un nouveau front alors qu’il est impliqué en Libye et ne parvient pas à se sortir de l’impasse afghane. Il a ajouté que les sanctions économiques imposées à la Syrie visaient à étouffer les Syriens. Ces sanctions pourront être un obstacle mais n'empêcheront pas la Syrie de survivre.
Alain Corvez a enfin appelé les autorités françaises à considérer que ce qui se déroulait en Syrie n'était pas une révolution démocratique mais une tentative violente de certaines forces extrémistes d’imposer un nouveau régime en Syrie.
 
Il a invité la France à garder ses distances à l’égard des événements qui ont lieu en Syrie et dans la région, et à ne pas intervenir dans les affaires intérieures des peuples. Il espère visiter prochainement la Syrie qui « jouit d'une culture ancienne et accueille l'un des plus anciens peuples du monde antique ».
Source : Al Manar


http://www.alterinfo.net/Syrie-la-France-s-apprete-elle-a-entrer-dans-une-nouvelle-guerre_a65864.html

 

caravane---auvent-en-dur.jpg
http://images02.olx.fr/ui/2/60/50/36916050_1.jpg

Caravane avec auvent en dur Chalet

 

Soutenir l'habitat précaire !

 

 

homepage_book_presentation.jpg

.

 

 

 

2 vidéos : Le chaos bientôt

 

 

 

.

 

 

 

 

 

La Grèce vient de décider de changer la "totalité" de l'Etat-major de son armée.

 

URGENT- Information de dernière minute : la Grèce vient de décider de changer la « totalité » de l’état-major de son armée (source : ministère de la défense), en précisant qu’il ne sera recomposé que de militaires « sûrs », c’est-à-dire patriotes et n’appartenant à aucune organisation suspecte, y compris « la franc-maçonnerie. » (source : hebdomadaire grec To Vima)

Les grecs craignent un risque de coup d’État militaire, un coup de force des agents de l’étranger infiltrés dans la société, agents de la CIA, etc, ou autres corrompus.

Un coup d’Etat pour éviter le référendum ?

Tout est possible, ou un conflit armé avec la Turquie financée lourdement par des banques américaines et européennes, il faut suivre de près et avec attention ce qui va se dérouler dans les prochains jours dans cette région de l’est méditerranéen qui risque d’exploser en zone de conflit incontrôlable.

Source : Wikistrike.

 

http://attention-crash-mondial.blogspot.com/

 

http://lasserpe.blogs.sudouest.fr/media/02/02/972445353.jpg

http://lasserpe.blogs.sudouest.fr/media/02/02/972445353.jpg


 

Assassinats ciblés : La presse danoise plus libre qu’en France ?

Zone euro: Les banques pourront-elles résister à la crise de la dette ? (Dossier)

La crise : Petit résumé (opinion de la Chronique Agora)

S'initier à la culture quechua, à un mode de vie plus respectueux

Commerce des Noirs, esclavage : Evocation de vérités cachées (vidéo)

La Russie livre des détecteur de radars à l'Iran

UE: Accord mort-né. Le Plan B capote. Chute de l'Euro et des bourses. Le piège se referme !

L'égérie d'Alice ADSL, très liée à un fils Kadhafi : Une voix discordante

Kadhafi assassiné aussi car il avait un projet de redistribution de la richesse

Crise sans solution,Empire US vacillant,inflation,guerre,départ Allemagne de l'UE ?

Quelles banques et entreprises ont un pouvoir disproportionné ? - Maîtres du monde

 

 

Palestine : Le vote de Sarkozy à l'UNESCO, pourquoi ? (eva R-sistons)

 

 

Le vrai G20, dont les Médias ne parlent jamais !

 

 

Refusez le budget militaire 2012, signez la Cyber-Lettre aux Parlementaires

 

.

 

http://www.bakchich.info/IMG/jpg_jpg_francafrique-pakman.jpg

http://www.bakchich.info/IMG/jpg_jpg_francafrique-pakman.jpg

Les vieux vautours de la Françafrique

ont atterri en Libye

En autres indices peu rassurants sur l’évolution de la Lybie, la nomination d’un mercenaire français, ancien membre de la garde personnelle de Jean-Marie Le Pen à la tête de la sécurité pour l’Union européenne donne une indication sur la manière dont seront menées les affaires : françafricaines.

 

Extraits. La Libye est son jack pot et sa bouée électorale. Le pétrole et les affaires qu’il rapportera à son entourage, à son ami intime, Vincent Bolloré : la reconstruction du pays, les transports et les télécommunications, le marché de la sécurité et la vente d’armes. La contribution française à la chute de Kadhafi a été décisive. Le président français fut reçu triomphalement à Tripoli.

 

Selon la rumeur, la France pourrait réussir à contrôler 35 % du pétrole libyen. La diligence avec laquelle cette possibilité fut publiquement démentie est très significative. Comme l’est le fait que le gouvernement a déjà réactivé les postes clefs de la « Françafrique » (ou « Mafiafrique »), c’est-à-dire les réseaux secrets initiés par le général De Gaulle pour que les entreprises françaises puissent continuer d’exploiter l’Afrique après leur accession à l’indépendance. Un conglomérat d’entreprises publiques et d’État intégrant des ramifications plus ou moins discrètes qui regroupent mercenaires, militaires, affairistes, banquiers, politiciens français et des présidents africains. L’économiste et militant anticolonialiste français François-Xavier Verschave a défini la « Françafrique » comme l’altération permanente produite par la propagande officielle. La « Françafrique », c’est 90 % de la réalité franco-africaine qu’on nous cache. Le pire, cependant, n’est pas la malhonnêteté flagrante mais l’incompétence des principaux acteurs, qui a provoqué des génocides et des guerres dévastatrices. C’est comme si, écrit Verschave pour décrire les réseaux de la Françafrique, un groupe de techniciens ivres était au commandement de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

 

Ancien commandant d’infanterie de marine français, Jean-Pierre Chabrut vient d’être nommé chef de la sécurité pour l’Union européenne à Bengazi. Proche des soldats de fortunes comme Bob Denard, ce Chabrut-là est un pur produit du vivier de mercenaires français, la garde personnelle de Jean-Marie Le Pen, dont il fut le chef de la sécurité. Mais en Angola, entre 1995 et 1999, Chabrut dirigeait la Société internationale d’assistance (SIA), qui assurait la sécurité d’Elf [1] ; justement à l’époque où la compagnie française finançait les deux camps de la guerre civile [2].


Quel fut le véritable rôle de Chabrut dans le conflit libyen et en particulier dans la liquidation de Kadhafi ? Cette nomination est-elle une récompense ou une nouvelle mission ? Que se passera-t-il dans une Libye divisée en clans se déchirant pour le pétrole et le pouvoir ? Difficile de ne pas voir tous les ingrédients réunis pour engendrer une nouvelle Somalie.

 

http://blog.agone.org/post/2011/10/28/Les-vieux-vautours-de-la-Francafrique-ont-atterri-en-Libye

.

 

Alerte ! Faire-part de naissance à l'Elysée !

NS-Merckel.png

 

 

Grèce, suite,

par eva R-sistons.

 

Sarkozy est le "sauveur de l'Europe" (hélas !) !

Cocorico, merci les Médias collabos !

La Grèce (pas le peuple,

mais les Elus qui ne le représentent pas !)

va accepter le joug IMPOSE.

Démocratie irréprochable oblige,

elle sera privée de toute souveraineté,

entièrement soumise aux diktats des banksters,

et des Américains comme des Allemands,

(avec à la clef le sacrifice des peuples)

et tout cela sous peine de voir ses vivres coupées !

Joli chantage, comme ceux d'Israël !

Joli, joli monde sous la coupe de l'Occident terroriste !

 

Pas de sortie de l'euro

sans sortie de l'Europe !

Encore la démocratie irréprochable !

 

Et Sarkozy-Obama, le couple glamour !

Toujours d'accord !

Si d'accord, que Sarkozy l'agent de la CIA

(eh oui, voyez TOUS ses actes)

fait même les guerres de l'Amérique,

en toutou bien obéissant !

Merci, super Sarko !!!


eva R-sistons

 

.

http://www.cpolitic.com/cblog/wp-content/uploads/2008/05/lordofwar2.jpg

 

 

 

 

J'ai ajouté quelques lignes

car l'Actualité évolue à grande vitesse,

 

le couple franco-américain fonctionne à merveille

(Trop ! Au détriment de l'indépendance

et de la spécificité de la France),

on parle "d'analyse commune"

et aussi... tenez-vous bien,

d' " ultimatum posé par l'Europe à la Grèce " !

 

Et on dramatise les enjeux,

pour que la Grèce reste dans le giron européen,

par exemple on menace de couper les vivres à la Grèce !

Et on ose parler de démocratie ?

L'Europe est un carcan, une dictature

- celle de l'Argent-Roi !

Oui à une Europe des peuples,

non à une Europe des Banques !

 

eva R-sistons

 

.

Attention ! Les Médias

profitent des circonstances

pour préparer la campagne de 2012,

en mettant en avant "Super-Sarko",

alors que celui-ci est entièrement soumis aux Etats-Unis,

aux Grandes Banques et aux multinationales,

bref au Nouvel Ordre Mondial

contre nos intérêts à tous,

 

et il est entièrement sous la coupe de l'Allemagne !

 

eva

 

 

NS-Merckel.png

 

 

 

GVAIN (G 20) :

 

Une cacophonie qui promet….

g20cannes2011.jpg?w=245&h=163Devant la perspective d’un référendum en Grèce, la chancelière a estimé que les conditions « psychologiques » avaient été bouleversées et exigeaient désormais une « accélération » de la mise en oeuvre des décisions « justes » du sommet européen de la fin octobre.

On appréciera les mots choisis pour le sommet de Cannes : NOUVEAU MONDE (voir sur la photo)… tout un programme sur fond de mésentente, de rivalités, d’austérité et d’effondrement des bancaires européennes.

 

Le nouveau patron de la BCE inaugure son règne avec de l’impression massive de papier électronique pour faire remonter les indices, en chute libre ce matin. Cela changera t-il quelque chose? Non.

 

Comme l’exprimait il y a quelques années avec sérénité le président Sarkozy : « On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne,je dis bien
personne, ne pourra s’y opposer. »  Pas même la Grèce…

 

C’est cela le NOUVEAU MONDE selon la lecture de la présidence du GVAIN.

Evoquant le dîner de travail qui venait de s’achever avec le Premier ministre grec Georges Papandréou, les responsables européens et la directrice générale du FMI Christine Lagarde, Angela Merkel a parlé d’une « session difficile ». « C’était dur », a-t-elle déclaré sur un ton inhabituellement grave.

 

 

.

Les Bodin's : Face de Bouc pour les Nuls !

Facebook expliqué par Maria Bodin, vieille paysanne coriace de 87 ans à son benêt de fils Christian !!

 

 


 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 05:09

http://3.bp.blogspot.com/-g2Sx4pO07z8/Tfzr1LrS9bI/AAAAAAAAIQk/c_X7uXHwY8g/s400/francais+demondialisation.jpg

http://3.bp.blogspot.com/-g2Sx4pO07z8/Tfzr1LrS9bI/AAAAAAAAIQk/c_X7uXHwY8g/s400/francais+demondialisation.jpg

 

Sommaire :

Elections du PS :

Non au conditionnement,

par eva R-sistons

 

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial ?

(Pour vos tracts)

Comment le contrer ?

Par eva R-sistons

 

Sélection d'articles

(guerres, Finance, Nucléaire, Société)

 

 

 

http://s.tf1.fr/mmdia/i/53/2/les-candidats-a-la-primaire-ps-en-haut-martine-aubry-jean-michel-10495532ukbgu_1713.jpg?v=1

 

http://s.tf1.fr/mmdia/i/53/2/les-candidats-a-la-primaire-ps-en-haut-martine-aubry-jean-michel-10495532ukbgu_1713.jpg?v=1

 

 

 

Elections du PS :

Non au conditionnement,

par eva R-sistons

 

 

 

Six candidats pour un poste !


  Six candidats, vraiment ? Eh bien, non. UN seul, déterminé par le Pouvoir en place, lui-même choisi par une puissance occupante de la France.  Car c'est le CRIF, au nom d'Israël, qui dirige la France aujourd'hui, avec le MEDEF (détricotage de tout le social, guerres etc), et avec les Anglo-Saxons.

 

Citoyens, militants socialistes, ne vous laissez pas abuser ! Les faux sondages (voir en particulier ici : Ségolène Royal s'emporte à nouveau, avec raison, contre les sondages ! ) ne doivent pas faire illusion. Les Instituts de Sondage sont aux mains du Pouvoir, et ils sont là afin de vous dire comment voter : Pour Sarkozy, pour DSK, maintenant pour Hollande, demain pour Valls, et cela non seulement contre vos intérêts, mais aussi contre votre volonté : Car vous voulez le changement, vous voulez une politique de Gauche, et ce qu'on vous propose est une authentique politique de Droite, clone de l'autre, ultra-libérale, maquillée en politique de Gauche ! Or, au fond vous le savez bien, il n'y a pas moins socialiste que DSK, Hollande ou Valls.

 

En réalité, si on vous martèle que vous les préférez, c'est parce que le CRIF (qui à travers son poulain Sarkozy occupe la France, les principaux centres de pouvoir et les médias) les a, lui, choisis pour vous, vous privant de votre liberté et au final, de la démocratie. DSK, Hollande, demain Valls (mais on vous y prépare, écoutez par ex Jocelyne la Chroniqueuse politique de France24 vous dire : Vall est raisonnable, lui, Montebourg est déraisonnable) sont les créatures du CRIF, ils sont là pour perpétuer une politique anti-sociale, contraire à vos intérêts, en un mot: Ultra-libérale. Et atlantiste, et néo-sioniste ! Et européiste, avec tout ce que cela implique de tyrannie, de privation de souveraineté, et d'austérité pour les peuples.

 

Non seulement le Parti Socialiste n'a plus rien de socialiste, ce qui est déjà un scandale en soi (car il trahit ses origines, ses idéaux, sa raison d'être), mais il est désormais infiltré par les créatures du CRIF, il est au service d'un Clan et de ses politiques - celles-là même qui font le malheur des Israéliens eux-mêmes, car militaro-financières, sacrifiant les intérêts des citoyens à ceux de la Haute Finance et des Industriels de mort.

 

François Hollande et Manuel Valls sont les chou-chou des médias, des sondeurs, et doivent devenir les vôtres, car ils sont les hommes du CRIF. Pas Martine Aubry, catholique sociale, ou Ségolène Royal, cultivant une certaine indépendance. Quant à Arnaud Montebourg, si vous êtes de vrais sympathisants socialistes, reconnaissez, s'il vous plaît, qu'il est le seul à incarner un certain changement, une amorce de la nécessaire démondialisation. De surcroît, il est sympathique, énergique, dynamique, et il a à son crédit d'avoir toujours pourfendu la corruption. Comme Ségolène, d'ailleurs, qui aurait dû être la patronne du PS si de sombres manigances ne l'avaient empêché, frauduleusement, d'accéder à ce poste.

 

Alors, de grâce, votez pour Ségolène Royal ou surtout pour Arnaud Montebourg, ne vous laissez pas abuser par les faux sondages et par la propagande des Médias menteurs, ne vous laissez plus conditionner en faveur d'un candidat pâlot (François Hollande), inconsistant, émotif, mou, qui ne fera pas le poids face à une Droite aujourd'hui particulièrement musclée, et qui est un simple relais, encore et toujours, du CRIF ne défendant pas les intérêts de notre pays. Retrouvez votre bon sens, votre liberté, ouvrez les yeux sur la réalité, refusez le conditionnement qui vous tient captif !

 

Quand retrouverons-nous la maîtrise de notre destin, et, dès maintenant, la possibilité de choisir réellement ? Déjà en nous libérant des candidats abusivement présentés comme devant être les meilleurs.

 

Ils sont les meilleurs, comme Valls, pour le groupe Bilderberg (eh oui, il y a été), pour les ennemis des peuples, et pour le CRIF, qui roule pour un Etat étranger (en l'occurrence Israël). Ainsi, l'imposture est multiple ! La voir en face est déjà retrouver une parcelle de liberté..

 

Et alors, on s'apercevra que selon ses penchants, seuls deux candidats méritent réellement un bulletin de vote : Celle qui est incorruptible et qui a fait ses preuves dans sa Région, et qui n'est pas la femme d'un Clan (Ségolène Royal), et surtout celui qui veut commencer à soustraire la France à l'impasse tragique de la mondialisation, Arnaud Montebourg. Il est temps de voir enfin en face la réalité, le conditionnement d'une part, et d'autre part le risque pour la France d'une candidature comme celle de François Hollande, simple joviale marionnette d'un Système financier qui n'a que trop nui aux peuples. 

 

Citoyens, ne votez pas pour Hollande ! Vous le regretterez amèrement, comme pour Sarkozy !

 

Tout, plutôt que lui et Valls ! Ou alors, n'allez pas voter ! Pour refuser la mascarade d'une élection truquée, celle de 2012 qui verra s'affronter deux versions d'une même politique, finalement...

 

Eva R-sistons

 

http://sos-crise.over-blog.com

 

TAGS : P.S., Sarkozy, Valls, Montebourg, Aubry, Hollande, Bilderberg, CRIF, Israël, Finance, DSK, MEDEF, démondialistaion, France24, Jocelyne, Médias

 

 

 

Sondages bidons :

 

Primaires socialistes : " Battez les sondages..." (S. Royal, vidéo)

 

Sondages-bidons, mises au point étonnantes... pour nous conditionner

 

Ségolène Royal s'emporte à nouveau, avec raison, contre les sondages !

 

Quelle est l'objectivité des sondeurs pour le choix du candidat de la gauche qui affrontera la droite sarkozyste en 2012 ?

BVA = Vincent Bolloré (actionnaire majoritaire), ami de Nicolas Sarkozy.

CSA = Vincent Bolloré (actionnaire à 100%).

TNS Sofres = Martin Sorrell
, patron très libéral, proche de Nicolas Sarkozy.

Ipsos = Didier Truchot et Jean-Marc Lech, de notoriété publique, proches de Nicolas Sarkozy.

Ifop = Laurence Parisot, présidente du Medef.

OpinionWay = Hugues Cazenave, ancien UMP et d’Occident, proche de Nicolas Sarkozy.

Chaque année, l’Élysée et le gouvernement commandent, pour plusieurs millions d’euros et sans aucune transparence, une multitude de sondages à ces instituts qui vivent donc largement de ces commandes publiques et de leurs liens privilégiés avec le pouvoir sarkozyste.
 

L'Equipe de Ségolène Royal 

 

Adhérer à Désirs d'avenir en cliquant ICI

 

Voir aussi :

Aveu de Manuel Valls : "Je suis lié de manière éternelle à Israël"

 

 

http://rupturetranquille.over-blog.com/article-du-bon-usage-des-primaires-socialistes-85863387.html

Du bon usage des primaires socialistes

 

 


 

Pour vos tracts, pour vos posts, à relayer !

 

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial ?

Comment le contrer ?

Par eva R-sistons

 

.

Nouvel Ordre Mondial ! Les Médias de désinformation se gardent d'en parler. Pourtant, Sarkozy a dit qu'on y viendrait, "de gré ou de FORCE", démocratie irréprochable oblige, sans doute !


Le NOM est une invention des Anglo-Saxons, les Francs-Maçons y jouent un rôle important. Qu'est-ce que le NOM ? C'est la dictature du cartel bancaire sur la planète. Avec tout ce que cela implique, entre autres:


- Mort des Nations, fin de la souveraineté des Etats. Vassalité obligée, sous peine d'être traités comme un Etat ennemi, rebelle, non-aligné - et donc à terme déstabilisé (Irak, Cöte d'Ivoire, Libye, bientôt Syrie, Liban, Iran, Venezuela, Bolivie, Biélorussie, Russie, Chine - avec le Tibet - etc) sinon attaqué, bombardé !

 

- Fin de l'Etat-Providence et donc du Social, des Services publics, du droit du Travail etc.


- Emplois rares, souffrance au travail, flexibilité, délocalisations, dégraissages etc. Rentabilité, concurrence obligent, les actionnaires sont prioritaires, le travail est sacrifié au Capital ! Crises à répétition, provoquées, endettement des nations, racket planétaire, mise à sac des ressources, marchandisation du vivant, accaparement des ressources, du patrimoine, de tout - comme en Grèce. Tout doit être privatisé, rentabilisé, au détriment des populations. Le Cartel bancaire s'empare des richesses des nations et les privatise ! Les Etats et les populations sont dépouillés. Quelques familles possèdent une grande partie des territoires, comme, dit-on, les Rothschild, qui seraient désormais propriétaires de 30 % des terres de la planète. Avec dans le sous-sol des ressources juteuses, ou l'assurance de faire jouer l'arme alimentaire. Vous avez dit famines ? Le but, à terme, est "d'esclavagiser" la population... en supprimant la classe moyenne (action en cours)

 

- Dictature, contrôle des populations, des nations, des médias, des politiques... Immenses prisons pour les rebelles au désordre planétaire (camps FEMA aux USA par ex), lois liberticides, peine de mort pour les insurgés-manifestants ( inscrite dans le Traité Lisbonne), implantation de micro-chips, vidéo-surveillance, pardon "vidéo-protection",  etc.

 

- Imposition à l'humanité de nourritures industrielles, frelatées, irradiées même, avec l'ajout de substances chimiques, interdiction en cours ou future de la médecine ou de l'alimentation naturelles (semences, potagers..) ou des compléments alimentaires, Codex  Alimentarius... Médicaments qui rendent malade autant qu'ils soignent, dissimulation des traitements naturels (cancer etc), pandémies provoquées (comme le SIDA) avec à la clef vaccins toxiques et participant d'un programme de dépopulation,  OGM ruinant les paysans, ou la future euthanasie des retraités non productifs, inutiles, coûteux, piètres consommateurs, ou encore chemtrails, morgellons, gaz de Schiste, industrie nucléaire... mortifères (comme la future religion unique, d'ailleurs, d'inspiration satanique)


- Détricotage de tout ce qui existe, comme les Collectivités territoriales... Uniformisation de la culture, une langue unique (anglaise), une monnaie mondiale, liquidation de la diversité..


- Guerres préventives, de conquêtes, planétaires, nucléaires, et même mondiales...


- Institutions ou Unions aux ordres comme l' Union Européenne, le FMI, la BM, l'ONU, et même les pseudo Tribunaux comme celui de la Haye, ou les pseudo Prix Nobel attribués à ceux qui défendent les intérêts de l'Occident..

 

En trois mots, dictature, génocide, mise en esclavage des humains. Pour le profit d'un petit nombre de familles et de leurs valets, se réunissant une fois l'an dans des réunions comme celles de Bilderberg.

 

Vous ne le croyez pas ? Le NOM, c'est comme un PUZZLE. Mettez le premier morceau, par ex le récent déremboursement des médicaments pour ceux qui ont de l'hyper-tension. Les plus modestes ne pourront plus se soigner. Eugénisme déguisé ! Les autres morceaux du puzzle se mettront les uns après les autres, et un jour, le puzzle sera complet. Trop tard pour revenir en arrière ! Lisez l'histoire de la cuisson de la grenouille (nous) ou voyez ma vidéo ici : R-sistons, vidéo 2: La grenouille Sarkozy qui voulait être aussi grosse que le boeuf

 

L'humanité va droit dans le mur. En fait, le monde tel que nous l'avons connu est en train de disparaître, sous nos yeux, progressivement (politique des petits pas, dangereuse). Et nous faisons comme les autruches, nous refusons de voir en face la réalité. Un exemple, encore ? L'Opéra, trop coûteux, est appelé à disparaître, lui aussi, remplacé par un piano et un ou deux chanteurs (Cf "Conversations d'avenir" de Jacques Attali, vidéos sur Chaînes Parlementaires)

 

Nous avons non seulement le DROIT, mais le DEVOIR, de nous opposer à l'intolérable. Comment ? Il y a plusieurs moyens:

 

- Faire comme l'Islande. Voyez sur votre moteur de recherche. Les Islandais ont dit non à l'intolérable, à la dette, à la tyrannie, ils se sont libérés du joug (démocratie directe, Constituante, nationalisations...)

 

- Soutenir le Mouvement International de Démosophie, prônant un Système anti-Système sans politiciens corrompus, démocratie directe, etc. C'est ici : http://www.demosophie.com

 

- Comme je ne cesse de le demander, se mettre en mouvement partout, tous, en même temps, et par exemple en exigeant une information neutre, digne de ce nom.  D'ailleurs, soyons tous journalistes, informons partout (amis, famille, collègues, voisins...). Apparemment, je ne suis pas la seule à espérer cela. Voyez ce que je viens de poster aujourd'hui :

 

 

Nous avons le devoir de nous opposer aux plans fous d'une poignée d'individus ayant pris le contrôle total de nos vies (sans le moindre mandat), d'une poignée de psychopathes qui se sont octroyés le droit de vie et surtout de mort sur chacun de nous. Résistons, pour nous, mais aussi pour les générations futures, en pensant au long terme. Bref, retrouvons le sens des responsabilités et le souci du bien commun, dans la durée.

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Nouvel Ordre Mondial, Cartel bancaire, dictature, esclavage, guerres, génocide, chemtrails, morgellons, OGM, JacquesAttali, Codex Alimentarius, eugénisme, Bilderberg, Islande, Démosophie...

.

 

Sélection d'articles :

 

 

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/IMG/arton1703.jpg

 

La résistance s'organise

contre la mondialisation !


 

 

http://www.ababord.org/local/cache-vignettes/L227xH142/arton532-9bc9b.jpg

http://www.ababord.org/local/cache-vignettes/L227xH142/arton532-9bc9b.jpg

 

 

Les guerres impériales et françaises

 

La guerre mondiale a commencé: Contre la Yougoslavie (pour encercler la Russie et installer la base militaire US au Kosovo), contre l'Irak, l'Afghanistan, la côte d'Ivoire, la Libye, puis contre la Syrie avec bientôt un scénario à la Libyenne et à l'Irakienne (en attendant le Pakistan, l'Iran, le Vénézuela, la Russie, la Chine, tous pays non-alignés sur la politique du Nouvel Ordre Mondial). Et destabilisés de l'intérieur, ou bombardés. Les dirigeants de l'Occident, et leurs amis comme BHL, devraient répondre de leurs crimes... En Libye, le génocide a commencé comme en Irak, avec à la clef une guerre civile, car l'Occident , fidèle à ses habitudes machiavéliques, divise pour mieux régner...  (eva R-sistons)

 

L'imposture de Tripoli reconnue par le Président du CNT (vidéo)

 

Comment Washington déstabilise un pays - Exemple de la Bolivie

 

La guerre de l’OTAN contre la Libye est dirigée, aussi, contre la Chine

 

Vers la guerre contre le Pakistan nucléaire - et la guerre mondiale ?

 

10.000 missiles sol-air perdus en Libye ? L'OTAN est préoccupée..

 

L'armée française commet-elle des crimes de guerre à Syrte ?

 

Timisoara bis, désinformation : le faux charnier d’Abu Salim (Libye)

 

Désormais, l'ennemi des peuples a un nom (John Pilger)

 

Qui se dresse derrière le remplacement du pouvoir en Libye ?

 

.

 

Les guerres de Sarkozy sont celles que les USA et Israël lui ordonnent de faire.  Pauvre France au service de l'Empire !

 

 

http://his.nicolas.free.fr/Ressources/Biblio/BManuelHdF1969/HdF1969_30APriseBastille_WEB.jpg

http://his.nicolas.free.fr/Ressources/Biblio/BManuelHdF1969/HdF1969_30APriseBastille_WEB.jpg

 

.

Le Racket financier, suite

 

Fin de l'Etat-Providence ? Vers une nouvelle prise de la Bastille ? (Chronique Agora)

 

Et si le cartel bancaire voulait se débarrasser du système libéral ?

 

Y aura-t-il un Octobre Rouge pour les banques ?

 

UE: De l'argent pour les banques, pas pour les + pauvres (P. Le Hyaric)

 

Sauver l’euro à tout prix nuit gravement à la santé des Européens !

 

Témoignage d'un "insider" sur l'apocalypse financère qui vient - Mort de l'euro

 

La faillite de l’Europe pourrait redynamiser l’OTAN

 

« La grande peur fait triompher des intérêts particuliers »

 

Survivre à l'effondrement économique

 

Quand le Krach s'annonce...

.

 

La loi Pompidou 1973

 

 

 

 

 

Santé, Société, nucléaire...

 

 

Evitez les médicaments qui ruinent la santé autant qu'ils soignent ! Mangez sain ! Prenez chaque jour du Gerblé et des graines de lin (magasins bio, en vrac, utile, aussi, depuis la catastrophe de Fukushima). Eva R-sistons

 

 

Fukushima: Suicidaire censure - Survie pour nous ? Comment se protéger

 

Des antibiotiques et des pesticides dans le miel, selon 60 millions de consommateurs

 

Vaccin grippe saisonnière: Avec les vieilles souches virales et les vieux adjuvants ?

 

La mort des valeurs

 

Mediator : En finir avec un Système meurtrier


 

 

L'horreur absolue !

 

Théorie du gender : Jusqu’où va-t-on aller ? Expériences sur enfants ?

 

Théorie du gender : jusqu’où va-t-on aller ?

En Californie, deux lesbiennes juives adoptent un enfant blanc de souche chrétienne et le transforment en rat de laboratoire pour leurs expériences sur le « gender ». A 8 ans, le petit Thomas subit un traitement hormonal afin de se transformer en Tammy.
Pour rappel : 50% des « transgenres » ont fait au moins une tentative de suicide avant 20 ans …

 

Avant :


 

Après :

 

 

 

 

Le chanteur M. Jackson :


 

Je l'ai dit après sa mort, déjà ! Le Médecin a été payé pour le liquider. Trop dangereux ! Il commençait à dénoncer le Nouvel Ordre Mondial, et il venait de se convertir à l'Islam si décrié par la pseudo Communauté internationale, alors qu'il était l'idole des jeunes et pouvait faire des émules ! (eva R-sistons)

 

.

 

 

http://media.rtl.fr/online/image/2011/0915/7718527081_les-six-candidats-socialistes-au-debut-du-premier-debat-des-primaires-le-15-septembre-2011-sur-france-2.jpg

http://media.rtl.fr/online/image/2011/0915/7718527081_les-six-candidats-socialistes-au-debut-du-premier-debat-des-primaires-le-15-septembre-2011-sur-france-2.jpg 

.

Un PS qui n'a plus de socialiste que le nom...

 

 

Six candidats pour un seul fauteuil... Qui va incarner le changement en France ? Au fait, vous avez dit changement ? Avec une Europe toujours aussi étrangère aux préoccupations et aux besoins des citoyens, avec un ultra-libéralisme accommodé à la sauce sociale-démocrate,  avec une politique étrangère furieusement impérialiste, coloniale, et une même allégeance aux Lobbies et à l'Empire...  Rien de nouveau sous le soleil de la pseudo démocratie qui prône l'alternance et fait tout pour l'éviter, et qui s'emploie à neutraliser toutes les libertés prises face à la Pensée Unique mondialisée... au service des vampires du Nouvel Ordre Mondial.

 

Hollande, le chéri des Sondeurs et des Médias modelés par le CRIF, après DSK et avant Valls (adulé par les Bilderberg, quel atout pour le MEDEF !), est imposé à notre subconscient, car il doit gagner, il va gagner ! Naturellement, puisqu'on nous le dit. Tant pis pour Martine Aubry la catholique sociale (et fossoyeuse de Ségolène au PS, au risque d'une grossière manipulations des chiffres), et tant mieux pour Sarkozy, qui serait alors confronté à un adversaire faible, malléable, émotif, inconsistant, sans personnalité, et si joliment social démocrate, qu'il en est terne. Droite pour Droite, autant préférer l'original à la copie, n'est-ce pas ?

 

Exit le Radical et son fédéralisme cher aux tenants du Nouvel Ordre Mondial, restent trois candidats.  Valls, plus énergique que son compère Hollande, mais tellement peu socialiste et même social qu'on se demande ce qu'il fait au PS, sinon pour infléchir sa politique dans le sens du renforcement de l'austérité, des sacrifices populaires, et de la vassalisation à l'Empire. Il a de l'avenir, le petit ! Puisque le Nouvel Ordre Mondial le veut... pour la continuation de sa prospérité.

 

Ségolène Royal, encore elle ! Toujours aussi déterminée, aussi déconcertante, aussi accrochée aux convictions de la France profonde attachée au modèle social et à l'autorité. A la lisière du PS, de ses scléroses, de ses rivalités et de ses déchirements étouffés avant chaque élection - et c'est à son honneur.  Drapée dans son incorruptibilité, comme Arnaud Montebourg, le pourfendeur de la corruption, justement !

 

Oui, mais Arnaud Montebourg, lui, a diagnostiqué le Mal. Et il veut le combattre à la source. Courageusement, avec détermination, et en prônant sa différence. Un "socialiste" qui, enfin, ose proclamer que les licenciements boursiers doivent être proscrits ! Et qu'il faut démondialiser. Oui, la sacro-sainte mondialisation enfin écornée ! Y aurait-il donc autre chose que la Pensée Unique ultra-libérale ?

 

Arnaud Montebourg a osé s'en prendre à la citadelle de l'Argent !  Rien que pour cela, nous lui écrivons notre reconnaissance. Et nous l'encourageons à persévérer... et à terrasser ses adversaires d'un parti qui n'a plus de socialiste que le nom.

 

Mais les Médias, les Sondeurs et le PS lui-même, le laisseront-ils prendre son envol pour notre plus grande espérance ? Pas sûr !

 

Notre soutien doit d'autant moins lui manquer...

 

eva R-sistons

.

 

Je vous invite à découvrir ma dernière vidéo,

posée à l'instant même,

Un génocide, ou des génocides ? :


http://www.dailymotion.com/video/xlk4sq_r-sistons-video-5-un-genocid...

 

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

 

.

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 18:31

Note pour mes Lecteurs et pour mes Lectrices : Je vais enregistrer prochainement des vidéos à votre intention (j'improviserai sur différents thèmes, Esclavage, génocides, Nouvel Ordre Mondial, revitalisation de nos territoires, Sarkozy, géopolitique..etc)

http://www.librairiemonet.com/blogue/wp-content/uploads/assiette-au-beurre-capitalisme.jpg

 

http://www.librairiemonet.com/blogue/wp-content/uploads/assiette-au-beurre-capitalisme.jpg

 

 

L'analyse d'eva R-sistons

(Racket planétaire)

précédée et suivie d'autres analyses

+ liens à visiter

( infos alternatives et Liesi )

Droits des riches et devoirs des pauvres

 

 

La "Une" de " 20 minutes" daté du 14/09/11
La "Une" de " 20 minutes" daté du 14/09/11 

Compte-tenu du niveau sonore un

En ce 14/09/2011,... voici le titre en gros à la Une du quotidien "20 minutes" pour son édition de Strasbourg, je cite : " Si la Grèce était ruinée ". A noter, en arrière plan derrière ce titre, la photo grand format du Parlement européen de  Strasbourg représentant l'oeil d'Horus.


 

Parallèllement à cela, voici un extrait significatif des propos tenus en cette matinée du 14 septembre 2011 depuis l'hémicycle de ce Parlement européen réuni en session pléniaire, par le ministre polonais des Finances (dont la nation assure actuellement la présidence tournante de l'Union européenne), je cite : l'Europe toute entière est en danger du fait de la crise de la dette en zone Euro" et de rajouter, je cite : " Si la zone Euro se fissure, l'Union Européenne ne sera pas capable de survivre, avec toutes les conséquences que l'on peut imaginer".

 


LE MESSAGE AUDIO EXPRESS CORRESPONDANT :  

 

http://www.blog-video.tv/video-1063110bcc-Archive-tele-du-14-09-2011-13-50-27.html

 

 

.

 

http://mouvement-citoyen.hautetfort.com/media/00/00/3985401898.png

http://mouvement-citoyen.hautetfort.com/media/00/00/3985401898.png

 

.

Racket planétaire

L'analyse d'eva R-sistons

 

.

Les Elus qui ne nous représentent pas, mais seulement les banksters, ne peuvent rien faire pour nous, évidemment. Ils veulent à tous prix sauver l'euro - car si l'Europe de l'euro s'effondre, c'est le tremplin, une première étape vers le Nouvel Ordre Mondial, qui saute. Et tant pis pour les conséquences pour les peuples, sacrifiés aux folies des banksters, sacrifiés pour permettre à une toute petite minorité - et à leurs laquais au Pouvoir comme dans les Médias ou dans les Industries de mort - de racketter toujours plus la planète. Car c'est de cela qu'il s'agit, n'hésitons pas à le dire : Un Racket sur l'ensemble des ressources et des biens des populations du monde entier. Tandis que les banksters détournent à leur profit les biens, le patrimoine (édifices, terres, entreprises publiques, îles grecques, monuments etc...) des pays désormais privés de leur souveraineté, la Mafia des plus nantis, véritables terroristes de la planète, s'empare de l'ensemble des terres au détriment des autochtones (subsistance, ressources du sous-sol...), soit en achetant à vil prix, soit en pillant comme en Libye, en Irak, en Côte d'Ivoire, après avoir au préalable bombardé les peuples offerts en sacrifice vivant pour qu'une minorité accapare toujours plus ressources, biens, argent (or).

 

Sur Arte, aux Infos, à l'instant, on annonce que la Grèce envisage de supprimer TOUS ses services publics ! Au bénéfice de qui, à votre avis ? 

 

Les Médias parlent de "crise", mais jamais il ne leur vient à l'esprit de dire, clairement, honnêtement, que personne ne pourra rembourser ses dettes, que la spirale de l'endettement est sans fin, que les peuples sont complètement sacrifiés aux appétits d'une oligarchie d'une avidité pathologique, alors qu'ils ne sont pas responsables de la crise (exactement comme les Palestiniens sont sacrifiés pour un holocauste qu'ils n'ont pas commis, eux, mais les Européens), et surtout, que ce qui est en cause, c'est un Système fou, toléré et même accentué par des Elus qui trahissent leur mandat électoral : Celui du Capitalisme financier - disons-le, celui du Capitalisme !

 

Faut-il rappeler une remarque de simple bon sens ? Dans le mot Capitalisme, il y a "Capital", et Capital, c'est le contraire du Travail ! Le Travail, les travailleurs sont sacrifiés à la boulimie spéculative de ceux qui ramassent les fruits de leurs mises simplement en cliquant sur leur souris, spéculations qui elles-mêmes corrompent tout, même les biens vitaux de l'humanité, car on spécule sur chaque aspect de l'existence, même sur les pays les plus faibles (la France est potentiellement ciblée, eh oui !), même sur les denrées alimentaires dont les prix explosent, au détriment des populations de plus en plus privées d'emplois, de terres, de ressources...  Je rappelle en effet que l'Occident, le Nord, a imposé au Sud la monoculture, au profit des multinationales de l'agro-alimentaire, au détriment de l'auto-suffisance locale - et de la santé des consommateurs, à terme.

 

On cherche à "rassurer les Marchés", jamais les peuples ! Quel symbole ! Et on a détruit tous les organes de régulation ! C'est du SUICIDE !

 

En somme, afin d'enrichir les plus nantis, ce qui suppose la ruine des peuples  (en opérant un transfert des poches des citoyens aux coffre-forts de l'Elite mafieuse, car pour payer les dettes reposant sur le vent du papier-monnaie, il faut sacrifier emplois, services publics, protections sociales, patrimoine etc... et souveraineté nationale, au moment même où le prix des denrées de base flambe et où les emplois traditionnels sont supprimés dans l'agriculture, l'industrie, la fonction publique, le petit commerce...), tout est fait pour  s'emparer des richesses de la planète,  tout contrôler, et au final,  faire accepter, comme dit Sarkozy, "de gré ou de force", le Nouvel Ordre Mondial assassin, totalitaire, esclavagiste, génocidaire.

 

Système fou, Elite mafieuse, Elus et Médias corrompus, notre monde va à la dérive. § Et pour colmater les brèches, au lieu de changer de Système, les politiques qui essaient de reprendre la main sur le Marché, osent parler de nationalisations et de mutualisation des risques ! Des nationalisations, pourquoi ? Pour que les pertes pèsent sur les citoyens, donc sur nous tous pourtant exsangues, tandis que les profits sont toujours privatisés. Et la  mutualisation des dettes, au niveau européen (en imposant la Règle d'Or asphyxiant les peuples), afin qu'elle pèse elle aussi sur les SEULS citoyens. Une injustice de plus ! Et les Zélus laissent faire ? Pratiquement tous vendus, corrompus ! Droite et Gauche confondues... assumant pratiquement les mêmes politiques (et ne parlons pas de l'Extrême-Droite, anti-sociale et xénophobe, impuissante).

 

Qu'attendent les peuples du monde entier, tous unis, au même moment - grâce à Internet - pour bloquer la machine infernale enclenchée par la pègre capitaliste et ses laquais ?

 

Eva R-sistons

 

§ A titre d'information, voyez la corruption de l'Occupant de l'Elysée  - ce qu'il déclare au Fisc, ce qu'il possède réellement, et ce qu'il paie comme impôts (rien !), c'est ici :

 

Sarkozy: Son patrimoine réel (sous-évalué), ses revenus, et pas d'impôts !

 

.

http://i20.servimg.com/u/f20/16/40/97/87/parlon12.jpg

http://i20.servimg.com/u/f20/16/40/97/87/parlon12.jpg

 

.

 

 Comment Wall-Street et la City

préparent la guerre en Europe ?

.

La guerre financière fait rage et tous les coups sont permis pour faire sombrer l'Europe dans le chaos ! L'élite financière américaine accélère son rouleau-compresseur à exterminer les banquiers du Vieux Continent. Votre conseiller-clientèle doit sûrement venir au bureau avec un gilet pare-balles !

Un ancien chef de gang de la City balance une grenade dans les bureaux de la BNP. 

La Tribune nous informe que, "hier matin, Howard Davies, l'ex-gouverneur adjoint de la Bank of England, lançait une petite bombe en affirmant que dans les deux ou trois prochains jours, le gouvernement français devra recapitaliser ses banques".

Quelques heures avant, les services de propagande de la finance américaine ont parfaitement miné le terrain avec leurs complices du « Financial Times » et du « Wall Street Journal » "qui ont, chacun, mis en avant à la une les attaques contre les banques françaises, et diffusé, pour le second, de mauvaises rumeurs sur la situation de liquidité en dollars de BNP Paribas".

Criblée de balles (et de dettes...), "la banque va par ailleurs arrêter certaines activités de crédit hypothécaire dans certains pays comme les Pays-Bas, la Hongrie, l'Espagne, la Suisse et la Norvège". A lire sur le  Figaro et France24.

D'après cet article sur TradingSat, Moody's déclare qu'une Grèce en mort clinique, une Irlande et un Portugal à l'agonie ne suffisent pas à couler BNP. L'agence de notation prépare donc un prochain champ de bataille à la sauce bolognaise aux traders anglo-saxons en déclarant que "la solvabilité de BNP Paribas serait vulnérable à une détérioration de celle de l'Italie".
En bref, la dette souveraine italienne est la cible suivante et suivez bien son CDS qui devrait entrer en fusion nucléaire les prochains jours...

La flamboyante BNP ne tiendra plus longtemps puisqu'elle ne peut déjà plus : 

- faire de prêts immobiliers aux hollandais, hongrois, espagnols, suisses et norvégiens

- faire du courtage hypothécaire en France

- financer l'achat de yachts et avions privés (ben oui, çà coûte cher !)

Son bilan est tellement pourri en dettes souveraines qu'elle doit se séparer d'une partie de ses actifs pour régler ses factures en dollars... 

Sans compter les déclaration d'un employé de Goldman Sachs qui estime que le besoin en liquidités des banques européennes est de 1'000 milliards de dollars (info ici) ! Alan Brazil aurait-il lu mon article d'hier sur les initiales de la mort ?

 
La banqueroute du système bancaire est tellement proche que même les milliardaires émirs se cachent pour investir leur argent dans........ des charcuteries françaises (A lire ici) ! Je trouve çà absolument ÉNORME !!!

 

 

.

..

 

Même le FMI ?…

avatar11.jpg?w=50&h=50Une note interne du FMI traduit le souci des responsables de cette institution supranationale d’une aggravation de la crise. Il y est notamment reconnu que la crise de la dette pourrait entraîner le FMI dans de graves difficultés financières très prochainement. Comme les Etats sont de plus en plus nombreux à faire la queue pour obtenir de plus en plus d’argent du FMI, il est temps de préciser que l’institution n’a pas des moyens illimités.  C’est du moins ce qu’ils disent ! Selon les documents diffusés, le FMI ne peut attribuer que 390 milliards de dollars de prêts sans mettre en péril son bilan.
Là aussi, on pousse à une réforme globale… Tout tombe en même temps : les banques, les Etats, maintenant le FMI.

 

 

.

Le tapis continue de se dérouler sur fond de krach du secteur bancaire européen

avatar10.jpg?w=50&h=50Hier, tandis que le ministre des Finances français, M. Baroin, était en visite de 48 heures à Pékin, on a pris connaissance de l’un des principaux sujets du prochain rendez-vous du groupe des principaux pays riches et émergents, les 3 et 4 novembre à Cannes : la réforme monétaire. La présidence française du G20 a souhaité que les équipes du ministère des Finances français et les équipes proposées par le gouvernement chinois collaborent afin d’obtenir un résultat concret lors du prochain sommet. Des arrangement seraient trouvés pour faire du yuan une monnaie internationale librement convertible, « dont l’usage reflèterait son ouverture commerciale et son poids économique », a expliqué M. Baroin. On a ainsi appris qu’à terme, le yuan va faire son entrée « dans le panier de monnaies composant les droits de tirage spéciaux (DTS) ». Actuellement, le panier des DTS du Fonds monétaire international (FMI), inventé en 1969 pour servir d’actif de réserve international, à côté de l’or et du dollar, est composé de quatre monnaies (dollar, euro, livre et yen).

20-reich-mark-guillaume.gif?w=390&h=390Sans le dire ouvertement, les politiciens occidentaux ont enfin avoué que cette « bonne crise majeure » dans le secteur financier, aboutira à une réforme monétaire où les DTS (qui ont jusque-là joué un rôle bien modeste) seront un élément important de la prochaine réforme du système monétaire international ! Les autorités chinoises ont compris à la fois le message et l’urgence de collaborer en commentant leur « confiance dans l’euro », malgré l’emballement des déficits budgétaires dans l’eurozone. Le ministre français des Finances a pu rencontrer le gouverneur de la Banque centrale Zhou Xiaochuan, le ministre des Finances Xie Xuren et le vice-Premier ministre Wang Qishan, chargé des questions économiques.

 

« Nous sommes à la veille d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial. » (David Rockefeller)

Les DTS comme meilleurs candidats pour une nouvelle monnaie

Par Pascal Roussel – Est-ce que la crise actuelle est propice à la naissance d’une monnaie mondiale ? Pour le savoir tournons-nous vers F. Bergsten le directeur de l’Institut Peterson qui gravite autour du CFR et de la Commission Trilatérale. Ce dernier publie en décembre 2007, un intéressant article dans le Financial Time How to solve the problem of the dollar. Il propose d’instaurer des comptes de substitution au sein du FMI. L’idée n’est pas neuve, sa mise en place a déjà échoué en 1974 et avait pratiquement failli réussir en 1980 alors que Jacques de Larosière était le directeur du FMI. Mais F.Bergsten pense que cette fois le contexte est vraiment propice.

De quoi s’agit-il ? Rien d’autre que la mise en pratique du plan décrit dans le fameux rapport de la commission trilatérale de 1973. On part du même constat, il y a une crise de confiance grandissante dans la solidité du dollar et des autres grandes monnaies. Il n’y a aucune monnaie pour remplacer le dollar comme monnaie de réserve mondiale. Pourquoi ne pas en créer une nouvelle? Le FMI ouvrirait des comptes de substitutions permettant aux grands détenteurs de USD, tels les fonds souverains ou fonds de pension de les échanger contre des DTS tandis que le FMI utiliserait ces USD pour acheter des titres américains. Ces DTS pourraient être utilisés pour financer des balances de paiements déficitaires ou toutes autres transactions entre détenteurs de DTS. Ces DTS deviendraient rapidement liquide. Les gros détenteurs de USD qui souhaitent diversifier leur portefeuille monétaire, on pense par exemple à la Chine, pourraient le faire sans induire de pressions supplémentaires sur les grandes monnaies existantes. Les comptes de substitutions permettraient d’éviter une crise systémique. Pour le dire simplement, les DTS permettraient de recycler les monnaies actuelles et de les échanger contre une monnaie nouvelle et libre de toute influence politique partisane. En 1980, l’idée a échoué de peu et Volcker la patron de la Fed a resserré les “prime rate” jusqu’à 21.5% pour “sauver” le USD. Mais avec un crash de l’immobilier US, une crise bancaire sans précédent et une dette publique américaine abyssale, Bernanke n’est pas près d’utiliser un tel traitement de choc pour sauver le dollar. Ce qui fait dire à F.Bergsten que « L’architecture financière internationale serait grandement renforcée par un compte de substitution. A la veille des crises du dollar de l’après guerre, les membres du FMI ont adopté les DTS comme pièce centrale d’une stratégie pour construire un système monétaire international qui ne dépendrait plus d’une seule monnaie ». La fin d’un système financier centré sur une monnaie nationale (le USD) pour le remplacer par un système centré sur une monnaie mondiale gérée par une institution internationale, dans un monde global ? La solution pour « libérer » toutes les banques centrales dans le monde qui luttent pour maintenir leur devise face à une masse de USD qui a littéralement explosé ces 10 dernières années ?

Quels pourraient être les risques pour les participants d’un tel système ?

Essentiellement un risque de taux de change : celui qui échange des USD contre des DTS risque d’en recevoir moins en retour s’il décide d’échanger ses DTS contre des USD quelques temps plus tard. Mais le but premier des DTS n’est pas de les reconvertir en leur monnaie d’origine mais plutôt de les dépenser. Rappelons que le FMI est une des institutions financières qui possède théoriquement avec ses 3200 tonnes d’or la plus grande quantité de ce métal précieux dans ses coffres. On pourrait donc imaginer que cet or pourrait compenser le dépositaire, dans le cas hautement improbable, où celui-ci souhaiterait clôturer son compte de substitution et endurerait des pertes de change. Un deuxième risque serait un manque de liquidité des DTS mais là encore ce n’est pas un véritable risque car justement le cours du DTS ne dépend pas de sa liquidité et les détenteurs de DTS garderaient certainement toujours une bonne part en monnaie « classique ». Force est donc de reconnaître que l’idée peut paraître séduisante pour certains mais sa mise en place nécessite une véritable perte de confiance dans le dollar ou dans les grandes monnaies. Bien entendu on n’en est pas encore là mais on y viendra…

Conclusion

Depuis maintenant plus de deux ans, des personnalités de premiers plans multiplient les déclarations sur les avantages de créer une monnaie mondiale à partir des DTS. Impossibles de les citer toutes mais la machine est lancée. Ceci étant j’imagine qu’il y en a qui doute fortement de cette possibilité comme il y en avait certains qui ne pouvaient croire que l’Allemagne lâcherait un jour son Deutsche Mark ou les français leur franc. Et pourtant… il y a une forte volonté dans les plus hautes sphères financières de voir cette monnaie mondiale mais pour cela, je le répète, il faudra d’abord attendre l’aggravation de la crise. Pour conclure je voudrais juste vous donner mon opinion personnelle sur ce bancor à partir des DTS. Un monde global devrait idéalement être dirigé selon des principes universels qui trouvent leur source en Dieu. Malheureusement, de mon point de vue personnel, le FMI actuel est bien loin de cette vision. De plus ce bancor adossé aux dettes sera en réalité l’aboutissement suprême d’un monde dirigé par la dette. Je suis conscient que ce que je vais affirmer mériterait tout un exposé mais les dettes sont à l’origine du monde que nous connaissons basé sur la compétition plutôt que l’entraide et sont absolument en opposition avec les principes universels que je viens d’évoquer. Donc un bancor basé sur des DTS et émis par un FMI tel qu’il est actuellement ne serait, de mon point de vue personnel, pas une bonne chose. (Source)

Pascal Roussel est l’auteur de Divina Insidia, le Piège Divin

 

 

La faillite des banques précédera-telle de peu celle des Etats ?

avatar9.jpg?w=50&h=50Hier soir, la chaîne M6 diffusait un reportage (Capital) sur la situation des banques, mettant tout particulièrement en évidence les investissements très risqués réalisés ces dernières années avec une partie conséquente de l’argent déposé par leurs clients. Le plus étonnant est le « message » véhiculé par les créateurs de ce reportage. Nous avons interrogé plusieurs personnes de différents âges et qui ne se doutent absolument pas de ce que traite LIESI et ce blog. Toutes ont dit la même chose : on a compris qu’il faut retirer ses économies de la banque et les placer dans un investissement plus sécurisé comme l’or. Ces gens vont-ils maintenant passer à l’acte ? C’est une autre affaire. Cela dit, ce que font les journalistes de grands médias est intéressant. Car n’oublions pas la déclaration que fit John Swinton (rédacteur en chef du New York Times), lors d’un banquet donné en son honneur à New York à l’occasion de sa retraite :

pressebaillonnee1.jpg?w=300&h=223« Quelle folie que de porter un toast à la presse indépendante! Chacun, ici présent ce soir, sait que la presse indépendante n’existe pas. Vous le savez et je le sais. Il n’y en pas un parmi vous qui oserait publier ses vraies opinions, et s’il le faisait, vous savez d’avance qu’elles ne seraient jamais imprimées. Je suis payé pour garder mes vraies opinions en dehors du journal pour lequel je travaille. D’autres parmi vous, sont payés le même montant pour un travail similaire. La fonction d’un journaliste est de travestir la vérité, de mentir radicalement, de pervertir, d’avilir, de ramper aux pieds de Mammon, et de se vendre soi-même, de vendre son pays et sa race pour son pain quotidien. Vous savez cela et je le sais ; quelle folie donc que de porter un toast à la presse indépendante. Nous sommes des outils et les vassaux d’hommes riches qui commandent derrière la scène. Nous sommes les marionnettes, ils tirent sur les ficelles et nous dansons. Nos talents, nos possibilités et nos vies sont la propriété de ces hommes. Nous sommes des prostitués intellectuels ». (Vers le Nouvel Ordre du Monde, de D. Manifold, Téqui, 1995, pp. 15 et 16.)


groupe-bilderberg.jpg?w=300&h=250Une citation que nous rapprochons de ce que déclarait D. Rockfeller, lors de la réunion du Bilderberg Group à Baden-Baden, en juin 1991 :

« Nous remercions le Washington Post, le New York Times, Times Magazine et les autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion pendant au moins 40 ans… Il aurait été impossible pour nous de développer notre place mondiale s’il avait été l’objet d’une publicité quelconque pendant ces années-là. Mais le monde est vraiment plus sophistiqué et préparé à marcher vers un Gouvernement Mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est certainement préférable aux décisions nationales qui se pratiquent depuis des siècles ».

Le meilleur moyen de clore le chapitre de ces décisions NATIONALES n’est-il pas de ruiner les Etats, via leurs banques ? Cela ressemble étrangement à ce que l’on voit…

Pourtant, le fait que les grands médias disent maintenant que les banques sont à fuir, est un message confirmant les analyses de Trader Noé, dont le cursus explique l’extrême qualité des analyses. Il est tout à fait normal que l’accélération de la bonne crise majeure appelée par David Rockefeller en 1994 se réalise dans un contexte d’impuissance de dirigeants, finalement très satisfaits des étapes (sociales) imposées pour intégrer ce fameux Nouvel Ordre Mondial, si cher au président français.

Il n’y a plus de MUNITIONS pour empêcher l’attaque des pièces d’artillerie du cartel bancaire

denis-kessler.jpg?w=300&h=164Dans ce contexte d’accélération, le commentaire de Denis Kessler, PDG du réassureur Scor, arrive comme un cheveu sur la soupe… Denis Kessler estime qu’une explosion de la zone euro ne peut désormais être exclue et que les dirigeants mondiaux ont perdu un temps précieux pour lutter contre la crise, qui peut encore s’aggraver (elle va bien sûr s’aggraver), alors qu’ils sont démunis pour la combattre. « Au rythme actuel, les opinions publiques des pays les plus forts de la zone euro vont devenir hostiles à la monnaie unique« , craint-il. « En France, le sauvetage de la Grèce représente 40 milliards d’engagements supplémentaires pour notre pays », relève-t-il. « Résultat: alors que la crise pourrait à nouveau s’aggraver, nous n’avons plus de munitions et avons perdu un temps précieux ». Ces propos sont très lourds de signification. Depuis des années, ces politiciens dont la reptation ventrale devant Mammon est le sport préféré, n’ont cessé de faire comme si. Si tel n’est pas le cas, alors leur incompétence leur interdit de faire le métier qu’ils font.

Attendons que le cartel bancaire, c’est-à-dire les créanciers des Etats, impose ses volontés… Une source du Groupe Bilderberg nous confiait, il y a quelques mois, qu’il y avait une volonté d’harmonisation sociale entre le salaire de l’occidental et celui du Chinois. Relevons qu’en Chine, on conseille au peuple d’acheter de l’or et de l’argent métal, tandis qu’en France, on passe en boucle des messages : « Vendez votre or, nous le rachetons et on vous donnera du beau papier monnaie ». Cela n’interpelle pas les « responsables »… qui annoncent une bonne nouvelle : grâce aux contrôles routiers, il y a moins d’accidents… et plus d’argent qui rentre…

 

.http://a3.idata.over-blog.com/283x300/0/02/03/33/photos-d--article/cerveau1.jpg

http://a3.idata.over-blog.com/283x300/0/02/03/33/photos-d--article/cerveau1.jpg


 

Quelques Liens alternatifs

 

Après les bombes les réformes du FMI

 

Un étalon-or qui ne l’est pas

 

L'OTAN sauve l'euro en Libye.

 

Dans l’œil du cyclone : la crise de la dette dans l’Union européenne

 

Les leçons de l’Argentine pour la Grèce

 


http://www.alterinfo.net/Mensonges-et-tromperies-dans-la-partie-de-poker-a-propos-de-l-euro_a63660.html

 

 

http://www.alterinfo.net/Faut-il-nationaliser-les-banques_a63621.html

.

 

 

http://a6.idata.over-blog.com/0/44/43/00/mes-peintures-au-salon-de-lyon-et-sud--est/marcher-dans-l--eau-145x102.jpg.

http://a6.idata.over-blog.com/0/44/43/00/mes-peintures-au-salon-de-lyon-et-sud--est/marcher-dans-l--eau-145x102.jpg

 

Droits et devoirs :

 

ON parle d'imposer une journée de travail par semaine

(tout bénéfice pour le MEDEF)

pour les bénéficiaires du RSA,

"droits... et devoirs", évidemment.

Mais Sarkozy remplit ses devoirs,

LUI, quand il ne paie pas d'impôts ?

Il y a des scandales qu'il ne faut pas étouffer...

au moment où les inégalités explosent !

 

Eva R-sistons

 

 Pauvreté et inégalités en hausse: Nous sommes en plein scénario catastrophe

 

Un avenir sombre pour l’Euro et l’Europe

 

Tout pour comprendre la crise (vidéos..). L'endettement. Hyperinflation..

 

 

.

 

http://4.bp.blogspot.com/-Nq3mAyXSdk4/Tdtq_okI_sI/AAAAAAAAOc4/pK1MqEkrZLs/s1600/Salauds+de+pauvres+1.png

 

 

NOM-Capital-j-copie-2.jpg.

 

 

.

 

http://a7.idata.over-blog.com/0/07/76/29/faujour4.jpg

http://a7.idata.over-blog.com/0/07/76/29/faujour4.jpg

  .

 

.

Citations sur les banques et l’argent


http://www.bankster.tv/ressource.htm


« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis »

 

Thomas Jefferson (3ième président des Etats Unis,1802)

 

 

 

Libye :

 

Libye: Glorieux voyage de Sarkozy-Cameron ? Non, crimes contre l'humanité

 

BHL dicte SA politique (celle d'Israël) à la France sans passer par l'Assemblée (vidéos)

 

.

.

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 08:04

http://s4.e-monsite.com/2011/04/04/07/resize_550_550//europe-dictature003.jpg

http://s4.e-monsite.com/2011/04/04/07/resize_550_550//europe-dictature003.jpg

 

Pourquoi cet entêtement fou

à défendre coûte que coûte l'euro ?

Par eva R-sistons

.

Quelques mots pour introduire cette parution, improvisée (en plein préparatifs de déménagement d'une partie de mes affaires, dans quelques jours) afin de relayer un Appel EUROPEEN contre la dictature financière qui va nous ruiner tous bientôt si nous restons les bras croisés. Je reviendrai plus longuement, prochainement, sur toute l'actualité, en donnant des avis très personnels sur les événements, comme celui-ci : Certes, les politiciens sont incompétents, mais ils sont surtout PARALYSES. En effet, s'ils sont tolérés là aux postes de commande par les vrais décideurs des politiques, c'est parce qu'ils ont accepté de se couler dans le moule des plans du Nouvel Ordre Mondial qui, selon N. Sarkozy entre autres, sera imposé de gré ou de force. 

 

Or donc, pour moi les dirigeants européens ne sont pas assez sots au point de croire que l'euro PEUT être sauvé (et qu'il est nécessaire, juste, etc), mais ils se disent qu'il DOIT être sauvé. Et ils font tout pour le sauver, quitte à sacrifier tous les citoyens (sauf ceux des plus hautes sphères, surtout financières). Pourquoi ? C'est là que j'ose cette interprétation qui, à mon avis, doit être la bonne. J'avais écrit sur R-sistons un post (repris sur le site Legrandsoir, entre autres), "L'Europe, le tremplin du Nouvel Ordre Mondial". L'Europe a été conçue par les Américains en tant qu'instrument de leur puissance (pour imposer leurs vues : Austérité pour les peuples, soumission au Cartel bancaire, intégration dans l'OTAN afin, ensuite, d'être le supplétif de leurs guerres sur le continent, etc..) et premier échelon vers le Nouvel Ordre Mondial. Les Nations souveraines et les Etats-Providence sont en train de disparaître, et à travers l'Europe, ce sont les politiques mortifères, destructrices, qui sont imposées partout, ainsi le budget - favorable au Cartel de la finance - sera décidé pour tous, et Von Rumpuy le chapeautera. Lorsqu'on sait que ce sinistre individu est un membre du Groupe Bilderberg qui détermine les politiques mondiales, dévastant populations, environnement, animaux etc.. on voit où cela mènera.

 

Bref, si l'euro tombe, l'édifice européen (conçu par les promoteurs anglo-saxons du Nouvel Ordre Mondial) s'écroulera. Sachant que l'Europe est le tremplin, ou si vous préférez, une ETAPE vers la dictature planétaire du NOM, l'enjeu est de taille pour les apprentis sorciers qui, sans mandat, décident du sort de toute l'humanité.

 

Donc, au prix de tous les désordres, de toutes les crises, de toutes les faillites, de toutes les misères, de toutes les guerres civiles ou planétaires.. l'euro doit être défendu, coûte que coûte ! Et les énergumènes qui, à la tête de ce qui reste des Nations, sont chargés d'exécuter les basses besognes, feront tout pour sauver l'euro, quel que soit le coût pour tous ! C'est de la démence ! De l'irresponsabilité ! 

 

Vous avez une autre explication ? Moi je ne vois que celle-là pour justifier les politiques folles mises en oeuvre en dépit du bon sens, de la réalité, des faits, du présent, de l'avenir...

 

Et l'offensive du NOM est sur tous les fronts ! Economique (démantèlement des industries, délocalisations juteuses..), financier (crise provoquée pour transférer les ressources des poches des citoyens, des peuples, des pays, aux coffre-forts des Grands financiers), social (démantèlement de toutes les protections sociales ou du Travail, et des Services publics), politique (lois répressives, sécuritaires, etc), géo-politique (déstabilisation des Etats non inféodés au NOM comme la Syrie ou la Libye, attentats sous faux drapeau pour susciter des changements, incitations aux conflits religieux, ethniques, politiques, Révolutions de couleurs, guerres, bombardements..)... Plus les citoyens sont conscientisés et mobilisés, plus les exécutants des politiques décidées par les Bilderberg se dépêchent de réaliser leurs plans mortifères, totalitaires, esclavagistes, génocidaires... 

 

Alerte, citoyens ! Notre sort à tous est entre les mains au mieux des valets irresponsables du NOM, au pire entre les mains de criminels et de fous !

 

eva R-sistons

http://r-sistons.over-blog.com

 

  

 

http://www.jacqueslerichomme.fr/wp-content/uploads/2011/08/Plenel_Edwy-150x150.jpg

Médiapart

http://www.jacqueslerichomme.fr/wp-content/uploads/2011/08/Plenel_Edwy-150x150.jpg

 

APPEL EUROPÉEN

CONTRE LA DICTATURE FINANCIÈRE

Blog  Médiapart


 

Une crise sans précédent aggrave les inégalités sociales et la pauvreté

et entraîne l’Europe vers une catastrophe imminente


Nous, citoyennes et citoyens d’Europe, affirmons que cette crise n’est pas fatale comme on voudrait nous le faire croire : des solutions existent et elles doivent aujourd’hui être imposées par les peuples. Devant l’irresponsabilité de nombreux gouvernements qui font payer aux citoyens la folie des vrais responsables de la crise de la dette, à savoir les Marchés financiers, nous appelons à refuser la dictature de la spéculation financière et ses terribles conséquences sur nos vies.

 

Les politiques actuelles conduisent à une impasse économique

 

Prétextant la crise de la dette, les gouvernements imposent partout des plans de réduction des dépenses publiques qui détruisent des institutions vitales pour le bien commun : École, Hôpital, Justice, Recherche, Sécurité sociale...

Après la crise de 2008, nos dirigeants nationaux et européens s’étaient fermement engagés à limiter les effets dévastateurs de la spéculation financière : ces engagements n’ont pas été tenus ! Pire : la spéculation la plus débridée se déchaîne impunément et mine toute chance de relance économique et de réduction du chômage.

 

Nous refusons que la finance soit une arme qui broie les peuples au profit des plus riches

 

Les organismes financiers doivent être au service de la vie sociale et de l’économie, et non l’inverse. Aussi, nous affirmons qu’il faut aujourd’hui changer de politique et de modèle économique.

Nous appelons les citoyennes et citoyens des pays européens à user de tous les moyens démocratiques et pacifiques dont ils disposent pour imposer les cinq premières mesures suivantes à leurs gouvernements et aux institutions européennes :

 

– l’annulation des plans d’austérité;

– l’interdiction de toute spéculation financière aux banques de dépôts ;

– une taxe substantielle sur les transactions financières harmonisée à l'échelle européenne ;

– l’audit indépendant des dettes publiques en vue de leur résorption ou de leur annulation ;

– des réformes fiscales visant à redistribuer équitablement les richesses.

 

Nous nous déclarons solidaires de tous les Indignés et nous appelons à soutenir, développer et fédérer au niveau européen tous les mouvements de protestation.

 

À cette fin, nous appelons à occuper chaque dimanche, massivement et pacifiquement, les places publiques des grandes villes. Ces rassemblements hebdomadaires se répéteront aussi longtemps que la volonté des peuples n’aura pas été entendue et respectée. Ils ont vocation à se transformer en véritables forums citoyens pour la reconquête de la souveraineté des peuples. Reprenons en main nos destins pour lutter de façon unie et

solidaire contre la dictature financière !

 

Mille rassemblements populaires pour une Europe des citoyens !

Mille  forums  citoyens contre la dictature financière ! 

 

Pour signer l'appel :


http://blogs.mediapart.fr/blog/les-invites-de-mediapart/180811/appel-europeen-contre-ladictature-financiere

.

 

Relevé sur Capital ce matin :

Le 18/08/2011 à 13:57
Le gendarme de la Bourse américaine

aurait détruit des milliers de documents

 

Un parfum de scandale souffle sur la Securities and Exchange Commission (SEC). Le gendarme de la Bourse américaine est accusé par l'un de ses employés d'avoir détruit des milliers de documents liés à des enquêtes préliminaires sur des grands noms de Wall Street, selon la presse anglo-saxonne.

Entre 1993 et juillet 2010, environ 9.000 fichiers auraient disparu. D'après les accusations de cet employé, révélées par le sénateur américain Charles Grassley, certains seraient en connexion avec Goldman Sachs, Lehman Brothers, Citigroup, ou encore l'escroc Bernard Madoff,

L'autorité des marchés financiers a reconnu avoir détruit des documents lors de la période concernée. Cependant, cette pratique serait légale, l'agence n'ayant pas l'obligation de conserver tous ses fichiers, et n'aurait plus cours depuis l'an dernier.
© Capital.fr

Lien : http://www.capital.fr/bourse/actualites/le-gendarme-de-la-bourse-americaine-aurait-detruit-des-milliers-de-documents-620337?xtor=EPR-226

 

 

http://sarkopitheque.files.wordpress.com/2008/09/afrique.jpg

sarkopitheque.wordpress.com

 

Eva, au nom des citoyens opprimés,

pastiche volontairement le post :

 

SYRIE. Barack Obama réclame le départ de Bachar al-Assad

 

Eva R-sistons (au nom des citoyens conscientisés et aimant la Vérité, la Paix, la Justice),  a exigé pour la première fois, jeudi 18 août, le départ des dirigeants corrompus de l'Occident, se prosternant devant le Veau d'Or et sacrifiant les citoyens au nom d'un amour dément de l'Argent.

 

Eva R-sistons a appelé les dirigeants corrompus, accomplissant toutes sortes de crimes contre l'humanité, à "se retirer" du pouvoir et à respecter la volonté de changement de leur peuple.


Eva R-sistons a annoncé un renforcement des sanctions déjà mis en place depuis le début des répressions s'abattant sur tous les citoyens en France et dans le monde, qui a fait plus de 2.000 morts. Pardon, qui fait des millions de morts dans le monde.

 

Eva R-sistons a déclaré qu'elle interdisait l'importation de produits des Etats-Unis, d'Angleterre, d'Israël, de France et qu'elle gelait tous les avoirs que ces Etats pourraient avoir dans les territoires sous leur juridiction.


Le Trésor bénéficie d'un arsenal de mesures de rétorsion

 

Ces nouvelles sanctions économiques contre les régimes occidentaux pourrissant la vie des citoyens ont été annoncées par le département du Trésor.


"Répondant à l'escalade ininterrompue de la violence contre les peuples du monde entier", les nouvelles sanctions ont pour but "de faire en sorte qu'aucun actif des Etats sus-nommés  soumis à la juridiction des peuples ne puisse être utilisé pour prolonger la campagne de violence et de répression menée par l'Occident contre les citoyens de la planète", écrit le Trésor dans un communiqué.

 

suite ici :

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/monde/20110818.OBS8748/syrie-barack-obama-reclame-le-depart-de-bachar-al-assad.html 

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-eva-r-sistons-reclame-le-depart-d-obama-de-cameron-de-sarkozy-81839027.html

 

 

.

Les dernières nouvelles du Liesi :

 

Trader Noé – LIESI Agency va probablement DEGRADER l’agence de notation MOODY’S

trader29.jpg?w=259&h=194Concernant les analyses d’hier soir sur les indices (SP 500, CAC 40, DAX et Dow Jones), cela reste inchangé (malheureusement) par rapport à l’évolution des contrats à terme cette nuit.

Depuis notre dernier commentaire de lundi sur l’or qui était sur son support des 1730 points, il reste très bien orienté à la hausse et vient de battre un nouveau record à 1854 dollars l’once.

Goldman Sachs évolue également malheureusement dans une tendance baissière. Tant que le cours évolue sous les 118, les prochains supports sont à 107 et 92.

LIESI Agency pourrait abaisser la notation de Moody’s !
Tant que le titre évolue sous les 29, le tendance de fond reste baissière et sous les 28 une accélération baissière pourrait avoir lieu. Dans ce cas, les prochains supports sont à 24 – 22 et 18.

Pour Air France, la tendance reste orientée à la baisse. C’est une très belle compagnie, cependant les prochains supports sont à 5.8 et 3.3 euros.

 
 

La déconfiture de la Société Générale et les « incapables majeurs » qui croient mener le pays

avatar41.jpg?w=50&h=50Hier, en pleine séance boursière de débâcle sur le secteur bancaire, on a assisté à une glissade panique du cours de la Société Générale, puis à un rebond de court instant. Cela n’a bien évidemment pas empêché le cours de plonger fortement en clôture. Peu de temps après, le journal Le Point révélait que, pour la première fois depuis février, la Banque centrale européenne (BCE) avait accordé un prêt en dollars, d’un montant important et destiné à une seule banque. L’information fut publiée à l’origine sur le site internet de la BCE. Pas besoin de chercher très loin pour comprendre que la Société Générale glisse vers la faillite et que ce prêt lui fut destiné. Un indice supplémentaire de la fébrilité des banques européennes. Dans l’article précédent, nous disions que les politiques n’avaient plus de pouvoir sur les événements.

lagardebaroin.jpg?w=645&h=374

Le 4 juillet 2010, la ministre de l’Economie C. Lagarde estimait que les tests bancaires prouveront que « les banques en Europe sont solides et en bonne santé ». On en a la preuve sous les yeux ! Mme Lagarde a été placée à la direction de l’institution supranationale (FMI) au service du cartel bancaire pour imposer un nouvel ordre sur le chaos actuellement généré par les « force de marché » au service de la cause mondialiste.

Communiqué du 11 juillet 2011 : « En France, quatre banques, BNP Paribas, Groupe BPCE, Groupe Crédit Agricole et Société Générale, qui représentent plus de 80 % de l’ensemble des actifs du secteur, ont participé au test de résistance. François BAROIN se félicite du fait que les résultats du test montrent que toutes ces banques sont adéquatement capitalisées et maintiennent, même dans un scénario de stress, un niveau de fonds propres de la meilleure qualité (c’est-à-dire un ratio Core tier 1 significativement supérieur à 5 %). Ces résultats démontrent la solidité du système bancaire français ». C’était pratiquement l’époque où, sur ce blog, nous annoncions l’effondrement de ces mêmes sociétés bancaires… Malgré toutes ces évidences, nous trouvons encore des braves gens qui ne croient pas au complot d’Etat.

Quelles leçons doit-on tirer à la lumière de ce que nous voyons et avions anticipé, quitte à passer pour des pessimistes alors qu’il n’y avait que réalisme dans nos commentaires de l’époque ? Ces gens sont des incapables, des beaux-parleurs et, malheureusement, ils nous mènent à la guerre civile.

Retour sur la Société Générale

sgle2.jpg?w=80&h=80La BCE lui a prêté 500 millions de dollars pour 7 jours.
« C’est la première fois depuis février 2011 que cet instrument de politique monétaire, que la banque avait réactivé en mai 2010 en pleine crise sur la dette grecque, est utilisé. En février, la BCE n’avait prêté que 70 millions de dollars et les mois précédents, sporadiquement des sommes équivalentes. Il faut remonter à octobre 2010, et surtout au printemps 2010, pour retrouver des traces de prêts en dollars de grande ampleur, par exemple 5 milliards de dollars le 27 mai 2010, ou 9,2 milliards le 12 mai 2010. Ce prêt important en dollars s’ajoute à une série d’annonces de la BCE révélant la fébrilité des banques, comme le montant toujours élevé des liquidités que ces dernières confient à l’institution de Francfort, quitte à être faiblement rémunérées, plutôt que de les prêter à leurs consœurs ». (Source: Le Point)

 
 

Le couple franco-allemand n’a plus aucune crédibilité pour les marchés

avatar40.jpg?w=50&h=50Selon les commentaires lus depuis trois jours dans la presse européenne, les résultats du sommet franco-allemand n’ont rien apporté de concret pour résoudre la crise. « En voyant Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, lors de leur conférence de presse mardi dernier, il est apparu clairement qu’ils sont tous les deux à des années-lumière de saisir le champ immense des possibilités décisionnelles dont disposent leurs deux nations. Il faudra que la crise se dégrade davantage pour qu’ils envisagent seulement les solutions nécessaires ».


merkel-sarkozy.jpg?w=460&h=287L’idée que l’Europe pourrait facilement résoudre ses problèmes en confiant la coordination budgétaire à Herman Van Rompuy, le pantin du Groupe Bilderberg (au même titre que Barack Obama), et en taxant les transactions financières, est presque risible. « Un projet qui a été conçu en principe pour dompter l’Allemagne et l’intégrer au cœur de l’Europe vient de connaître un échec retentissant ».


En parcourant la presse européenne, nous avons l’impression de lires nos analyses d’il y a quelques mois. Les journalistes des grands médias disent clairement que l’économie européenne glisse vers un naufrage dramatique. Les statistiques macro-économiques de l’Allemagne ne sont pas bonnes du tout et l’on s’attend maintenant, pour l’ensemble de l’Europe, à une stagnation de l’économie. Pas vraiment encourageant pour le baromètre de l’emploi. Ce problème s’ajoute donc maintenant à celui de la monnaie unique. Autre mauvaise nouvelle : les politiciens ne sont plus du tout pris au sérieux et il n’y a donc plus personne pour impressionner les « forces de marché » qui s’en donnent à cœur joie en précipitant les plus grosses banques françaises vers la faillite. C’est le moment de rappeler ce qu’une source du cartel bancaire avait dit à LIESI dans le numéro qui a annoncé la crise des SUBPRIME, au début de juillet 2007, juste avant que cela ne soit inscrit sur les graphiques boursiers : « Ce système et ses banques vont aller à la cave ! » Quatre ans après, on en comprend bien mieux le sens et sans doute que cela sera encore plus limpide prochainement.

 

Cette même source avait annoncé à notre rédaction un mois d’août calamiteux et Trader Noé avait la même conclusion. C’est malheureusement ce qui arrive, pendant que les gens sont, pour une bonne partie, en vacances. C’est un carnage ! A cela s’ajoute le racket des automobilistes. Le prix de l’essence à la pompe est toujours affiché pour un cours pétrole/euro proche de 140 dollars le baril alors que nous sommes bien en dessous des 100 dollars. C’est un exemple d’austérité voulu par les banquiers internationaux. Les gens ne s’en rendent même pas compte…


Comme le disait l’économiste américain Paul Krugman, on a l’impression que les politiciens rivalisent entre eux pour trouver le meilleur moyen d’agir le plus maladroitement possible que son voisin dans la sphère économique…  Bien souvent, les conseillers choisis sont bardés de diplômes, formatés dans des écoles où l’on tue l’intelligence et ils n’ont aucun sens de la réalité et du concret. Nous pensons à ce mot que nous confiait un ancien agent de la CIA qui l’avait entendu de De Gaulle : « TOUT EST LIQUEFACTION ».

 

Le résultat ?

 

Vendredi 19 août. 09:54

Les places européennes s'effondrent : Paris cède plus de 4%, Londres et Francfort chutent de plus de 3%.

 

 

Rappel :

Les documents Takieddine ou la sale vérité du sarkozysme

.

 

http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2010/05/dette.jpg
http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2010/05/dette.jpg

 

 

Sélection de liens :

 

 

 

Des artistes se mobilisent pour soutenir Action Citoyens Solidaires

 

 

http://a3.idata.over-blog.com/300x255-ffffff/1/18/15/06/D-10--23-11-9/Europe-dictature.jpg

http://a3.idata.over-blog.com/300x255-ffffff/1/18/15/06/D-10--23-11-9/Europe-dictature.jpg

 

 

 

 

 

 

http://lespetitesplumes.free.fr/images/Poulaillers/Poulailler%20Mobile%20Chabo%20queue%20noire%202.jpg

 

  Poulailler mobile

.http://lespetitesplumes.free.fr/images/Poulaillers/Poulailler%20Mobile%20Chabo%20queue%20noire%202.jpg

 Survie: Ayons nos poules - sans coq bruyant ! Voici le poulailler idéal,mobile 

 

 

.

 

 

 



 

.

le-pacte-des-rapaces-.jpg
6,00€
commander ici :

  

 

http://www.humanite.fr/node/471636

 

Le Pacte des Rapaces

.

Dans l’indifférence quasi générale, dans le silence et le secret des instances européennes, un grave et dangereux scénario contre les peuples a été écrit : un Pacte diabolique baptisé « Pacte pour l’Euro plus » , anciennement « Pacte pour la compétitivité ». 

 

Il engage la vie des familles populaires et celle des générations à venir. Pourtant il est caché. C’est un pas au-delà du Traité de Lisbonne pour constitutionnaliser des politiques antisociales qui devront être déclinées dans un plan national de réformes dans chaque pays.

 

On n’imagine pas l’extrême gravité des projets en cours. Voilà pourquoi Patrick Le Hyaric a entrepris de le révéler et de le décrypter dans ce livre.

 

Patrick le Hyaric est directeur de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche. Il est également député européen, Vice-président du groupe de la Gauche unitaire européenne, Gauche verte nordique, membre des commissions emploi, affaires sociales et spéciale crise du Parlement européen.

 

 

Le Pacte des Rapaces

Éditions de L’Humanité

Mai 2011 – 230 pages 

 

 

http://www.humanite.fr/node/471636

 

 

Michele_Bachmann_73.jpg L'égérie des Tea-Parties

 

Tea-Parties, Note d'eva :

 

Alerte, danger ! Néo-conservatrice extrémiste, ayant le soutien des évangéliques les plus conservateurs et fanatiques (ultra-sionistes, plus sionistes que les sionistes israéliens eux-mêmes), très réactionnaire, ancienne spécialiste du Renseignement, pour le moins d'Etat possible, le moins d'impôts pour les plus riches (avocate des plus nantis, conseillère fiscale pour qu'ils ne paient pas d'impôts), partisan de la suppression des aides sociales, c'est l'ultra-libéralisme anglo-saxon le plus brutal qui soit, indifférent au sort des couches populaires, et de surcroît, comme Sarah Palin, en matière de politique étrangère elle serait très dangereuse, certainement anti-communiste primaire ayant en aversion la Russie, par exemple, même si celle-ci est rentrée dans le rang des échanges mondiaux. Je suis persuadée que comme Sarah Palin, elle serait une dangereuse va-t-en guerre, risquant de conduire le monde à l'affrontement planétaire nucléaire. A surveiller de près ! Votre eva

.

Michele Bachman, l'égérie des Tea-Parties - Alerte, danger ! (+ eva R-sistons)

.

 

Dalai-Lama - Pas si ZEN

.

Sur mes blogs, depuis des années je dis que le Dalaï-Lama est financé par la CIA - pour aboutir à la séparation du Tibet de la Chine (I/3 du territoire de la Chine, je crois) et que les moines bouddhistes du Tibet étaient les pires féodaux qui soient, pratiquant avec cruauté le servage. Si le Tibet se sépare, la Chine est affaiblie, et plus vulnérable... avec une base américaine à ses portes ! L'enjeu est de taille !

eva R-sistons

 

Pas si zen le Dalaï-lama ? Utilisé par la CIA pour affaiblir la Chine (eva)


Voir aussi :

Dalai Lama et la CIA, l'histoire d'une vieille alliance

et surtout :

 

http://www.michelcollon.info/TIBET-Vrai-ou-faux-Reponses.html

.

 

Delors 01.jpg
 

L'Europe tout comme l'euro sont au bord du gouffre (Jacques Delors)

.

.

Rafraichissons la mémoire, cela peut se reproduire prochainement.
 
Grande Dépression 1929
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_D%C3%A9pression

.

 

Grande Dépression en France
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_D%C3%A9pression_en_France#La_situation_avant_la_crise

 

 

..

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages