30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 22:50

2009_dees1.jpg

Voici un extrait du livre "Mon père était un combattant de la liberté, l’histoire de Gaza telle qu’on ne vous l’a jamais racontée"

Ramzy Baroud Tu écris avec quelle main ?

Dans notre camp de réfugiés, les écoles étaient fermées pendant de longues périodes tout comme les autres écoles de la bande de Gaza. Un matin d’une de ces journées sans école, mes frères et moi faisions la grasse matinée. Ma mère s’apprêtait à regarder une rediffusion matinale de “MacGyver”, une série US qui passait à la télévision jordanienne. Parfois, elle me demandait de lire les sous-titres, mais ce matin-là, elle se contenterait de regarder MacGyver transformer des événements quotidiens banals en prouesses impressionnantes qui stupéfiaient ses adversaires, en se passant de mes commentaires. Mon père repérait la chaîne pendant que ma mère partait préparer le thé.

Brusquement, j’ai été réveillé par une grosse botte appuyée contre mon visage. Mes frères aînés étaient particulièrement casse-pieds, mais mettre leur pied sur mon visage pendant que je dormais aurait été trop cruel, même pour eux. En me réveillant, je me suis trouvé entouré d’une foule de soldats qui avaient envahi la maison. Ils avaient poussé la grande porte, étaient entrés silencieusement et s’étaient frayés un chemin jusqu’à la chambre à coucher principale où mes frères et moi étions endormis. Anwar avait le sommeil lourd et il ne s’est réveillé que lorsque deux soldats ont commencé à le bourrer de coups de pied et à s’en prendre à son matelas.

Ma mère est arrivée en courant de la cuisine, pensant que le chahut venait d’une bagarre entre ses cinq fils, et elle est tombée sur une unité de l’armée israélienne passant les menottes à ses enfants qu’ils traînaient vers la rue. La scène était courante. Les soldats envahissaient souvent les maisons et cassaient les bras et les jambes des hommes et des garçons de manière à envoyer un avertissement sévère aux autres habitants du voisinage pour que ceux-ci comprennent que le même sort leur serait réservé s’ils poursuivaient leur intifada.

Mon père parlait un bon hébreu ; il l’avait appris pendant les années où il avait fait des affaires en Israël. Ma mère ne le parlait pas du tout, mais même si elle avait connu la langue, elle n’aurait pas été capable d’articuler la moindre phrase. Après un moment de silence, elle a poussé un cri et les a interpellés : « Je t’en supplie, soldat. Mes fils dormaient. Ils n’ont rien fait de mal. Je te baise la main, ne leur casse pas le bras. Je t’en supplie, qu’Allah te rende à ta famille sain et sauf. Que dirait ta mère si quelqu’un venait casser les bras de ses enfants ? Ô Allah, viens à mon secours. Mes enfants sont la seule chose que j’ai dans cette vie. Ô Allah, j’étais orpheline et j’ai grandi dans la pauvreté et je ne mérite pas cela ».

Au début, les soldats n’ont pas prêté attention aux supplications de ma mère et lui ont simplement répliqué : « Ferme-la et rentre », mais ses pleurs ont alerté les femmes du voisinage qui servaient de première ligne de défense dans de telles circonstances. Celles-ci se sont rassemblées devant leur maison en hurlant et en criant alors que les soldats nous alignaient contre le mur et apportaient leurs battes. Les soldats avaient pour habitude de demander à celui qui avait été désigné pour un tabassage : « Tu écris avec quelle main ? » et lui cassaient ce bras-là d’un coup de batte, puis ils cassaient l’autre bras et ensuite les jambes.

Quand le soldat a posé l’horrible question à un de mes frères, les supplications de ma mère se sont transformées en cris inintelligibles ; elle est tombée à terre et elle serrait les jambes du soldat comme dans un étau. Le soldat essayait de se dégager et deux autres sont venus à sa rescousse. Ils frappaient la frêle femme dans la poitrine avec la crosse de leur mitraillette tandis que mon père s’interposait entre le soldat en colère et ma mère désespérée.

Encouragées par la violence du spectacle, d’autant plus que ma mère semblait se noyer dans le flot de sang s’écoulant de sa bouche, les femmes du voisinage se sont rapprochées en jetant des pierres et du sable sur les soldats. Ce qui devait être un tabassage ordonné de plusieurs garçons s’est transformé en une scène chaotique dans laquelle les femmes bravaient les fusils et le gaz lacrymogène et les insultes lancées par les soldats israéliens, lesquels ont finalement battu en retraite dans leurs véhicules militaires et ont quitté la zone.

Grâce à ma mère, nos os sont restés intacts ce jour-là, mais elle en paya le prix. Elle était couverte de coups et saignait. Sa poitrine était meurtrie et elle avait plusieurs côtes cassées. On l’a emmenée d’urgence à un hôpital local et elle est restée immobilisée pendant plusieurs jours. Sa santé se détériorait au grand étonnement des médecins de l’hôpital Ahli qui espéraient qu’elle finirait par se remettre. Quelques jours plus tard, les médecins ont découvert que ma mère avait un myélome multiple. Apparemment, elle était malade depuis un certain temps, mais sa maladie avait été exacerbée par la violence de l’affrontement, ce qui n’augurait pas bien de la suite.

Elle a alors annoncé à la famille qu’elle souhaitait mourir à la maison car il n’y avait rien que les hôpitaux locaux, sous-équipés, puissent faire pour elle. Mon père ne voulait même pas en entendre parler. Mais comment soigner une malade atteinte de cancer qui a des côtes cassées, sans assurance-maladie, avec peu d’argent, dans une zone paralysée par les grèves, les couvre-feux et la violence quotidienne ?

Odyssée

Mon père a utilisé ce qui restait des économies de la famille pour soigner la maladie agressive de ma mère. Il a loué un taxi qui les accompagnait dans les dispensaires, les hôpitaux et les pharmacies. Les jours où on annonçait une grève générale, ils devaient marcher parfois pendant des heures. Ils étaient fréquemment absents, et ils rentraient épuisés. Ma mère se jetait sur son lit et mon père restait assis pendant de longues périodes entre quintes de toux et larmes.

Mais ma mère s’est encore affaiblie et avec le temps elle ne pouvait pas bouger sans de terribles douleurs. Mes parents ont décidé qu’ils ne pouvaient plus nous laisser seuls dans notre quartier qui était devenu très dangereux. Ils nous ont donc envoyés vers des endroits « sûrs » : la maison de parents ou d’amis, et à un moment, dans une petite hutte au milieu d’un verger sans eau courante, sans électricité, où nous vivions dans la peur continue d’être découverts et peut-être tués par des soldats israéliens.

Mes deux grands frères sont partis chez des amis, près de Gaza-Ville, tandis que moi-même et mes deux jeunes frères restions dans la hutte du verger à Gaza. Ma mère a été hospitalisée en ville et mon père partageait son temps entre elle et nous. Quand il arrivait, chargé de sacs de pains, de pommes, de bananes et d’eau, nous courions à sa rencontre pour le saluer. Les nouvelles étaient de plus en plus mauvaises. « Le sort de votre mère est entre les mains de Dieu », répétait-il en guise de pronostic médical. Il a finalement décidé de l’emmener en Égypte pour la faire soigner à l’hôpital Palestine au Caire. Zarefah a refusé ; elle a dit qu’elle préférait mourir dans sa maison, dans le camp de réfugiés. Mais lui insistait : il restait de l’espoir et il ne renoncerait jamais, jusqu’à son dernier souffle. Ils sont partis en Égypte avec mes jeunes frères. Mes frères aînés et moi avons été logés dans une petite chambre sur le toit d’un bâtiment à Deir Al Balah. Nous n’avions pas de téléphone et bientôt nous n’avions plus d’argent. Deux mois plus tard mes parents sont revenus.

La voiture dans la rue

J’ai été réveillé par un ami qui m’a dit d’une voix sombre que mes parents étaient rentrés. Il allait en dire davantage, mais je ne lui en ai pas laissé l’occasion ; j’ai rejeté la couverture et j’ai couru pour leur faire des signes depuis le toit. Mon père recevait l’accolade des voisins devant un pick-up. À l’intérieur il y avait un cercueil enveloppé dans le drapeau palestinien. C’était ma mère. Mon père a bientôt monté les escaliers. Il nous a serrés dans ses bras et nous pleurions tous. Il m’a remis un petit sac en plastique rempli de babioles que ma mère avait achetées pour moi en Égypte. « Elle vous envoie son amour et beaucoup de baisers », a dit mon père. J’ai caché ses cadeaux sous mon matelas et j’ai rejoint les autres dans le camp de réfugiés pour l’enterrer.

Nusseirat était sous couvre-feu et l’armée israélienne a autorisé l’enterrement à condition que seule la famille immédiate y assiste sous la surveillance des soldats israéliens. Nous sommes arrivés au cimetière chargés du cercueil et avons bientôt été rejoints par Mariam, la mère de Zarefah, qui est arrivée en courant en appelant le nom de sa fille. Nous avons commencé à creuser, mais les voisins qui guettaient par la fenêtre ont rapidement compris que Zarefah était morte et que nous étions en train de l’enterrer. Ma mère était très aimée dans le voisinage, particulièrement par les femmes âgées du camp qu’elle traitait avec une extrême gentillesse. « Allahou Akbar” a lancé une voix venant d’une des maisons des réfugiés. « Oum Anwar est morte », a crié une autre.

En quelques minutes, des cris de « Dieu est grand » ont résonné dans tout le camp. Des gens arrivaient de partout portant le drapeau palestinien ; des femmes, des enfants, des vieux et des vieilles, et des jeunes, descendaient tous vers le cimetière. Les réfugiés étaient indignés de ce qu’une pauvre femme doive être enterrée selon les instructions des militaires et était suivie, même jusqu’à la tombe, par les yeux des occupants, leurs fusils, leurs tanks et un hélicoptère militaire survolant la scène. Des jeunes ont commencé à lancer des pierres et les soldats ont riposté en tirant des balles et des gaz lacrymogènes. Mais les gens n’allaient pas se disperser facilement cette fois-ci. Des milliers d’entre eux ont fait en sorte que Zarefah quitte la terre et entre au paradis en compagnie de ses amis, traitée comme une martyre devrait être traitée. Alors que l’ambulance emmenait les blessés vers le dispensaire local, Zarefah a été descendue en terre parmi les chants et les versets coraniques récités en masse. Les cris de « Allahou Akbar » se mêlaient aux gémissements et aux prières de la foule, le son des bombes, les gaz lacrymogènes et l’hélicoptère qui nous survolait. À sa mort ma mère avait 42 ans.

 

30800_1337068421612_1078144090_30922998_
 
Israël à l’OCDE ? Un mauvais coup contre la paix !

Le « club des riches » : l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) regroupe les trente Etats les plus développés du monde. Or Israël y présente sa candidature, qui plus est avec les territoires qu’il occupe, Cisjordanie palestinienne et Golan syrien. Et l’OCDE s’apprête à l’accueillir en son sein !

Cette nouvelle est purement et simplement incroyable. A l’heure où le rapport Goldstone accuse Israël de « crimes de guerre, voire contre l’humanité », où les dirigeants politiques et militaires américains considèrent que la politique de Benyamin Netanyahou menace les « intérêts vitaux » des Etats-Unis, où des institutions européennes publiques et privées prennent de premières sanctions contre la colonisation, accepter l’adhésion d’Israël à l’OCDE, ce serait agir contre la paix. Ce serait en effet l’encourager à poursuivre sa politique d’occupation et de colonisation qui foule aux pieds le droit international.

Les Etats membres de l’OCDE se trouvent donc au pied du mur : il suffit qu’un seul refuse l’adhésion d’Israël pour que celle-ci soit repoussée. C’est dire la responsabilité de chacun d’entre eux, à commencer par la France, de surcroît dépositaire des instruments de ratification. Si Paris est, comme toujours depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, du côté d’Israël, d’autres Etats ont condamné, à des degrés divers, la politique israélienne.

Or il y a urgence : la question figure à l’ordre du jour des réunions de l’OCDE à Paris, durant ce début du mois de mai. C’est pourquoi l’AFPS appelle toutes les forces attachées au droit, à la justice et à la paix à manifester leur opposition ferme à cette adhésion auprès des autorités françaises, mais aussi auprès des autres pays membres. Elle se prononce pour l’organisation rapide d’une manifestation aussi large que possible devant le siège de l’OCDE – le Château de la Muette - à Paris. Elle invite tous ses groupes locaux à faire entendre partout, par des rassemblements,  l’opposition de nos compatriotes à ce mauvais coup contre la paix.

L’AFPS, le 30 avril 2010
 
 
 

Antisioniste--liste-tous-les-candidats.jpg

 
Veau d'or, vache sacrée:
Les deux mamelles de la France occupée,
Par eva R-sistons
 
 
Pauvre France ! Via Sarkozy, le candidat  d'Israël et des Etats-Unis pour notre pays afin d' extirper tout ce qui de près ou de loin ressemble au Gaullisme altier, souverain, rayonnant, via Sarkozy, donc, la France est en voie de liquidation avec toutes ses traditions, ses valeurs, ses spécificités. Je ne m'étendrai pas sur ces sujets, j'y reviendrai longuement dans un article bien documenté.
 
Aujourd'hui, je voudrais juste dire que les deux mamelles de la France colonisée, occupée, sionisée, sont la vache sacrée (intouchable, donc) et le veau d'or. Triste destin pour la France éternelle, livrée à une clique de parvenus à l'appétit féroce, dévorant tout ce qui protège socialement de près ou de loin les citoyens, et favorisant sur le plan économique,  financier, juridique, diplomatique etc, les nantis, démultipliant leurs moyens et leurs prébendes.
 
Aujourd'hui, ces nouveaux riches, ces adorateurs de Mâmon, comme au temps du Veau d'Or qui valut au peuple de la Bible la colère de  Yahvé, tous ces parvenus par l'argent et par le pouvoir prônent la compétition la plus féroce, la guerre économique impitoyable, les guerres préventives, permanentes et même nucléaires contre des ennemis inventés de toutes pièces, mais occupant des zones stratégiques ou riches de ressources énergétiques se raréfiant et devenant donc des trésors à conquérir à n'importe quel prix. Bonjour le libéralisme le plus débridé, l'alignement sans condition sur les diktats de Washington et d'Israël, bienvenus les lois les plus brutales, les plus liberticides, et l'impérialisme le plus offensif ! Voici le visage de cette nouvelle France couchée, avilie, humiliée, piétinée, brisée - occupée ! L'ombre d'elle-même. A l'étranger, lorsqu'on voit la terre de Voltaire et des Droits de l'Homme défigurée, on s'étonne, on se gausse, on déplore. La France gaullienne affirmée est devenue un nouvel Etat impérial, flétri et deshonoré.
 
Et à l'intérieur, une vache sacrée a fait son apparition: Les agents et les sympathisants du CRIF ont pris place dans le paysage français, reléguant tous ceux qui voulaient une France forte, libre, non-alignée à des strapontins, quand ils ne sont pas écartés, oui le fleuron de la France, tous les Chauprade, les hauts fonctionnaires d'Etat épris d'indépendance, remplacés par des inconditionnels, mais aussi les grands journalistes comme Enderlin condamnés à faire de la figuration, les Edgar Morin éloignés des plateaux de télévision, au profit d'une cohorte de béni oui-oui à l'Empire, fervents supporters d'Israël devant Yahvé, songeant à investir la France, comme DSK, pour servir l'Etat hébreu D'ABORD ! Et gare aux indépendants, aux intellectuels, aux humanistes, aux patriotes, ils sont désignés à la vindicte, écartés du pouvoir et de la parole, calomniés, dénigrés, taxés d'antisémitisme parce que la tête haute, courageusement, ils défendent la France, l'indépendance, la liberté de parole et de pensée, un Etat fort, souverain ! Oui, malheur à eux, ils sont ostracisés, écartés, censurés, dénigrés, inquiétés, traités comme des pestiférés et des ennemis ... des ennemis de la Nation, eux les citoyens attachés à une France libre, forte, indépendante, souveraine - quel paradoxe ! Tout est inversé !
 
Pas touche mon sioniste, pas touche mon inconditionnel de la politique israélienne et de la politique militaro-financière, il est sacralisé ! Y aura-t-il un jour deux France, celle des patriotes, et celle des vassaux, alignés, collabos ?
 
Alerte ! Faudra-t-il tous, un jour, que nous prenions notre carte au Parti antisioniste qui a eu la sagesse prophétique d'interpeller sur la principale menace pour la France, faudra-t-il que nous militions dans ce Parti pour libérer la France occupée ? Jusqu'à quand allons-nous tolérer que notre pays soit colonisé par des agents de l'Etranger israélo-américain ?
 
Prendre conscience du péril, c'est déjà, d'une certaine manière, commencer à le circonscrire... Il est temps de faire l'union sacrée autour de la France plutôt, comme aujourd'hui, qu'autour de la lutte contre les Musulmans diabolisés et contre les Catholiques eux aussi montrés du doigt !
   
Si nous voulons retrouver notre autonomie et nos valeurs, notre première préoccupation et notre engagement prioritaire doivent être de nous délivrer des chaînes que le Gouvernement sarkozy a posées sur notre pays. La France doit être libérée, ou mourir à elle-même !  
   
eva R-sistons  à la  France occupée
 

valmy-moulin-j-copie-1.jpg

Un ami m'a envoyé cela.

A lire, à méditer, à relayer.
 
Nous, citoyens, décidons que les dettes n'existent plus.
 

  Grâce aux institutions européennes, et en particulier au traité de Lisbonne, qui détient la plus grande partie des dettes, et des intérêts colossaux de celles-ci ? Les banques d'affaires. Comment peuvent-elles en être arrivées là ? C'est simple, autrefois les États créaient de l'argent, c'était leur prérogative régalienne. Si ces États étaient démocratiques, ce sont les représentants du Peuple qui votaient des budgets en déficit. L'expansion se chargeait de combler ces déficits.

  Maintenant, et cela partout dans le monde, ce sont des banques privées, ou des organismes soit-disant indépendants qui distribuent la manne à des taux importants, et souvent incompatibles avec de saines finances. Les États, tous les États sont pris à la gorge. Leurs émissions institutionnelles, bons, emprunts, leur reviennent cher également. Sinon ceux qui possèdent des liquidités, souvent les banques ou des fonds de placements privés, n'en veulent pas.

   Quelle pourrait être la solution ? Elle va faire se dresser des lobbies multiples, ceux qui sont payés par les riches apporteurs d'argent évoqués plus haut. En revanche, elle est simple. Il faut et il suffit que les États, en séance solennelle de l'ONU (car c'est une décision politique), décident que dorénavant toutes les dettes contractées auprès des banques, des fonds de placements, des compagnies d'assurances en chasse à la bonne affaire financière (pour elles, et non leurs clients), que ces dettes n'existent plus, non plus que les intérêts correspondants. Pour faire moins brutal, appelons cela un moratoire, mais voté à titre définitif. 
   A cette nouvelle, je vois déjà les pays du Sud, qui sont plus que pris à la gorge, relever la tête. Incidemment, leurs dirigeants risquent d'en faire les frais, ayant probablement massivement joué le jeu spéculatif eux aussi. Bon débarras. Quant aux banques d'affaires, c'est simple, elles n'existent plus, puisqu'elles n'ont plus de raison d'être. Ne se retrouveront au chômage que des traders, de gras dirigeants déjà largement pourvus, des parasites en somme. 

   Qui aura le courage, ou l'énergie du désespoir, parmi les responsables de gouvernements, pour proposer une pareille idée à ses pairs ? Sans doute, avec le recul, sera-t-il considéré comme un bienfaiteur de la terre entière (moins les quelques-uns qui vivent actuellement aux crochets des nations). Ce sera une nouvelle donne, qui pourra aller de pair avec une mise au ban de l'humanité du Profit, et des crimes qu'il engendre souvent en toute impunité.

  Alors, chiche ? BO

 

Les dettes sont le pire boulet. Je rappelle ce que j'ai entendu de la bouche d'Attali, récemment: La tentation, quand les Etats sont trop endettés, c'est de résoudre cela dans la guerre (mondiale)... Vous voyez l'enjeu ? Notre monde est infâme. Les salauds de décideurs nous imposent des chaînes ! NB Je regarde des images de la 2e guerre mondiale. C'est immonde ! Un mot : "L'Europe s'est suicidée".  Mes amis, l'Histoire, atroce, se répète ! eva.

 

 

Sur mon blog sos-crise:

liste complète

 

 

1268262963

 

Bientôt des universités de riches ?

 

Extraits. Les droits d'inscription se montent à 226 euros actuellement. La direction veut les porter jusqu'à 4000 euros par an, selon les revenus de la famille.

 

L'université justifie sa réforme par le «coût de la qualité»: «Dauphine entend porter la valeur et la notoriété de ses diplômes au meilleur niveau international. A cette fin, elle doit diversifier ses ressources financières.»

 

D'où la tentation de requalifier un diplôme national en diplôme de grand établissement histoire de faire rentrer de l'argent dans les caisses. C'est ce qu'avait tenté le président Laurent Batsch il y a deux ans, pour le cycle de licence. Plantant une belle épine dans le pied de la ministre Valérie Pécresse, qui s'échinait alors à répéter que non, les frais de scolarité à l'université n'augmenteraient  pas

 

Il y a là un test, qu'il revient à Valérie Pécresse de trancher. Si cette augmentation passe, c'est une brèche qui s'ouvre vers la création d'universités de riches.»

 

http://forget.e-monsite.com/rubrique,le-prix-des-etudes-superieures,1128661.html

(Un site à visiter absolument, eva) .

 

 

Herman Van Rompuy portrait.jpgVan Rompuy

Reçu de notre amie Danièle Dugelay, à lire absolument:

 

UE: Fin des Etats-Nations,

découpage en régions pseudo-ethniques ?

Van Rompuy (Pt Conseil UE) et Bilderberg

 

Bonjour. Merci de m'avoir adressé ce texte auquel j'adhère parfaitement. Je suppose que tu connais les divers projets de découpage de l'UE en régions pseudo-ethniques. Il serait bien plus facile de contrôler ces mini-territoires que des Etats-Nations, dotés d'une histoire, d'une mémoire, d'une culture et d'un idéal.

Je ne sais pas si cette offensive radicale flamande est totalement étrangère au fait que Van Rompuy, le nouveau président du Conseil de l'UE, est un militant séparatiste flamand qui participe régulièrement à la manifestation annuelle de ce mouvement. Cet auguste inconnu des Européens non Belges est aussi un grand catholique qui a fait au moins une conférence sur le Personnalisme, philosophie politique chrétienne dont l'UE a adopté les grands principes dans ses traités internes. Par ailleurs, un député européen anglais souverainiste l'a dénoncé en pleine assemblée comme proche du groupe des Bilderberg où il serait aller faire un discours au moment de son élection (une vidéo en témoigne). Ce personnage, plutôt effacé, mais dont chacun reconnaît les talents de négociateur, habile comme un jésuite, n'est certainement pas un choix de consensus neutre, mais une option très politico-religieuse. Cordialement. Danièle Dugelay.

 

 

BELGIQUE: du risque d'éclatement

aux graves effets domino possibles

 

On peut rire irresponsablement des rebondissements de la crise politique
> récurrente qui opposent les partis bourgeois belges, de la droite à
> la social-démocratie et aux écolos, profondément divisés entre
> "flamands" et "wallons". Comme si ce n'était pas
> une richesse pour un pays de posséder deux langues et deux
> cultures... à condition que chacun étudie la langue de l'autre et
> que les deux langues, le néerlandais et le français, ne se laissent
> pas rapidement phagocyter par le Raminagrobis de l'anglo-américain,
> qui aura tôt fait, en les avalant toutes les deux, de "mettre
> d'accord" Dame Belette néerlandophone et le Jeannot Lapin
> wallon... Mais en réalité, ces querelles ont un autre but,
> dénoncé par le PTB: celui de diviser profondément la classe
> ouvrière belge en proie à de lourdes régressions sociales et aux
> suppressions d'emploi à répétition (par ex. Opel/Anvers après
> Renault/Vilvoorde), de désosser la Sécu belge au profit du grand
> patronat. Et cela alors qu'une majorité de Belges reste très
> attachée à la Belgique.

Mais au-delà du Barnum politicien,
l'ingouvernabilité belge est lourde de menaces pour la Belgique,
pour la France et pour l'Europe. Pour la Belgique: si le patronat
flamand, qui est derrière les partis indépendantistes et
semi-indépendantistes, finit par l'emporter en transformant l'Etat
fédéral belge en coquille vide, la situation deviendra explosive à
Bruxelles (francophone, mais dont la périphérie est
néerlandophone).

Dans le pire des cas, si la Belgique éclate, si
la Flandre "indépendante" devient un nouveau confetti
d'Empire de la R.F.A., qui plus est dominé par des partis
franchement xénophobes (rappelons que depuis que l'Allemagne s'est
réunifiée sur des bases contre-révolutionnaires en absorbant la
RDA, ses voisins proches ou moins proches ont bizarrement été
presque tous démantelés: Tchécoslovaquie, Yougoslavie, partie
balte de l'URSS; et la Ligue du nord italienne regarde plus vers
les grands voisins nordiques que vers le "pouilleux" (sic)
Mezzogiorno...), resterait-il alors d'autres ressources à la
> Wallonie que d'être satellisée par la France ou rattachée au
> voisin francophone? Paradoxalement, une telle annexion pourrait
> accélérer le démembrement de notre pays. Il est évident que la
> Wallonie négocierait son entrée dans la République en obtenant un
> statut spécial de type alsacien mosellan  Mais plus gravement
> encore, ce rattachement "linguistique" activerait les
> revendications séparatistes ou ulra-régionalistes dans les régions
> françaises dont la langue d'origine n'était pas le français. Et
> comme la pression de l'Europe des régions, relayée par l'UMPS est
> très forte, la République "une et indivisible" déjà
> très affaiblie par les "décentralisations" successives,

n'y résisterait sans doute pas. Ajoutons que la France
> aurait immédiatement des problèmes avec Strasbourg, l'autre
> "capitale" européenne, car une partie de la bourgeoisie
> alsacienne ne cache pas son vœu de transformer cette ville, jadis
> "ville d'Empire", en ville européenne découplée du
> territoire français.

  

Bref, c'est l'Europe issue de la Révolution
française qui se détricote, pendant que réapparaît l'Europe
impériale et vaticane d'avant 1789... au nom de la "modernité"!

 

180px-2007-02-27_Bruxelles_Grand_place.j

Quant à Bruxelles, que deviendrait-elle?
Un territoire "indépendant" où la guerre entre
francophones et néerlandophones serait de moins en moins larvée?
Et, cerise sur ce gâteau maastrichien, le territoire bruxellois ne
serait-il pas "idéal" pour devenir la capitale...
anglophone, du nouvel Etat fédéral et supranational
maastrichien, sur le modèle du district fédéral de Mexico

ou de Washington DC ? Bref, les peuples ont tout à perdre,

en Flandre, en Wallonie, en France et en Europe, à un éclatement belge,

car la mise en place d'un ETAT européen serait une avancée majeure pour l'impérialisme, y compris pour l'impérialisme US qui,

avec son acolyte allemand, domine le port d'Anvers.

Certes ce scénario reste aujourd'hui de
l'ordre des hypothèses, car la crise de l'UE et de l'euro est
éclatante. Mais ces gens ont l'habitude de régler leurs problèmes
par la fuite en avant... et la devise de Gramsci doit nous
préoccuper: "pessimisme de l'intelligence, optimisme de la
volonté".

C'est pourquoi nous sommes solidaires de ceux qui,
sur des bases de classe, par ex. en demandant une circonscription
électorale unique pour la Belgique (pour casser le monopole des
partis pseudo-"linguistiques"), veulent sauver l'unité
belge et nous invitons les Français frontaliers qui travaillent en
Belgique, à soutenir nos camarades belges, tout en prenant très
au sérieux le danger euro-séparatiste, car il se pourrait qu'un
jour la "blague belge" finisse par tourner très mal! 
George Gastaud

 

A l'instant, je m'aperçois qu'il est publié ici (eva) : 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article626

 

belgique-png.png

 

 

         Crise de l'euro: un cocktail explosif !         

         http://www.comite-valmy.org/spip.php?article623

          A réfléchir pour une vraie solidarité avec le peuple grec         

          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article625

          Matelly: radiation suspendue par le Conseil d'État - Indépendance des chercheurs
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article624

          L'insanité de notre époque - Fidel Castro
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article622

          Chine: Pour l'Armée Populaire de Libération, la plus grande menace vient des États-Unis

         http://www.comite-valmy.org/spip.php?article619

          Le Japon, entre les États-Unis et la Chine 
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article618

          La Cour de Justice européenne a tous les droits y compris de permettre...  

          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article621

          La conférence sur le nucléaire proposée par l'Iran soulève les vraies questions
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article617

          Il faut sauver le soldat Chamil 
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article620

          Le Comité Valmy membre de l'ARP, appelle à célébrer le 5ème anniversaire du vote non au traité constitutionnel européen. Rassemblement le 29 mai à la Bastille
          
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article605

          L'Eurocorps: officiellement au service de l'OTAN
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve323

          Actualité: La Preuve par la Belgique
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve324

          L'Europe au pied du mur  http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve325

          Exclusif: un rapport démontre la pression à la baisse de l'immigration sur les salaires - Le Vrai Débat

          http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve327

          Rencontre entre la Fédération Syndicale Mondiale et le Front Syndical de Classe
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve326

 

Israël a déclaré la guerre à l’Islam et au monde arabe 

344885101.jpg
Le juge des juges palestiniens a estimé que les politiques d’Israël à  Qods et la Mosquée d’Al-Aqsa sont une déclaration  de guerre au monde arabe et à l’Islam.
Tayssir Al-Tamimi dans un communiqué et en réaction au plus récent plan du régime sioniste au sujet de Qods, a déclaré que cette ville sainte est victimes des mesures sévères pour y mener une épuration ethnique en vue de détruire le patrimoine arabo-islamique.
http://chiron.over-blog.org/article-israel-a-declare-la-guerre-a-l-islam-et-au-monde-arabe-49063496.html

 http://french.irib.ir/ 

 

 

Aux sources du chaos mondial actuel

2ème Partie : Aux sources du sionisme

II – L’invention du « peuple élu » et de la « terre promise »

http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/mariali/chaos/inventions/invention.html  

 


Soutien à nos policiers municipaux:

Ils appellent à la grève des PV

Par cette action qu'ils veulent mettre en place à partir du 1er mai, ils entendent réclamer de meilleures salaires et retraites

http://chiron.over-blog.org/article-les-policiers-municipaux-appellent-a-la-greve-des-pv-49349054.html

 

 

 

L'expo universelle de Shanghaï : 

  

shanghai

Le pavillon chinois de Shanghai dans le cade de l'exposition universelle 2010 (ctédit photo : AFP China Xtra) http://www.youtube.com/watch?v=TXTsqKxDHfo&feature=player_embedded

http://www.durable.com/actualite/article_buzz-inattendu-autour-de-l-exposition-universelle-shanghai-2010_874

 

.

OGM : L'étude russe qui pourrait "déraciner" une industrie :

« Des scientifiques qui découvrent que des OGM provoquent des effets inattendus sont régulièrement attaqués, tournés en ridicule, voient leurs crédits de recherches coupés, et sont mêmes licenciés »

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12525

 

 

 

1er-mai-drapeau-rouge.jpg

 

 

PREMIER MAI 2010 À PARIS

CÉLÉBRATION DE LA FETE DU TRAVAIL

DEFILE UNITAIRE 14h00

 

                                                                Rendez-vous à 13h00 

                                                           PLACE DE LA REPUBLIQUE

                                            A HAUTEUR DU BOULEVARD SAINT MARTIN

 

 PREMIER MAI A PARIS TOUS UNIS POUR UN MONDE SOLIDAIRE ET COMPLEMENTAIRE

 

 

 

 

 

Pour la comptabilisation du vote blanc aux élections.
Voir l'article de Mesopinions : PETITION

 http://www.mesopinions.com/petition/infos-pratiques.html

 


Les OGM, une arme au service de la dépopulation?
http://www.sebastienportal.eu/#/echantillonssonores/3514933

 

 

L' ONU ne remplit pas son rôle !

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18902 

 

 

Ukraine: La Russie retrouve son pré carré. Bonne nouvelle !

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkZkuluVEFunwPwBee.shtml 

 

 

 crise-chute.jpg

Des subprime à l'effondrement des dominos européens

Crise financière, les six étapes d'un désastre

par Pierre Rimbert
L'agence de notation Standard & Poor's a dégradé, mardi 27 avril, la dette souveraine grecque au rang d'obligation douteuse, et abaissé celle du Portugal. Le lendemain, l'Espagne entrait dans le collimateur - à qui le tour ?

Dans les trois cas, l'agence dit fonder son appréciation sur les perspectives macroéconomique des pays concernés : une croissance faible ne leur permettrait pas d'acquitter leurs engagements. Mais quels facteurs assombrissent ainsi leur horizon économique ? On peut facilement identifier l'un d'entre eux : les coupes budgétaires mises en oeuvre sous la pression... des investisseurs et des agences de notation.

La boucle est ainsi bouclée. Avec le recul, les pièces éparses des krachs économiques à répétition survenus ces trois dernières années composent peu à peu le thème d'un puzzle bien connu. Son cadre : la vague de déréglementation financière des années 1980. Son nom : à crise de marché, remèdes de marché.

Première étape : en 2007 les ménages américains, dont les revenus stagnent, notamment sous l'effet de la concurrence internationale, se trouvent dans l'incapacité de rembourser des prêts immobiliers attribués sans souci de garantie par les banques saisies d'ivresse. Depuis l'éclatement de la « bulle Internet » en 2000, la Réserve fédérale américaine maintient en effet des taux d'intérêts très bas, favorisant l'aventurisme des investisseurs.

Deuxième étape : en septembre 2008, la crise des subprime dégénère en crise bancaire, les bilans des établissements financiers se révélant farcis de crédits immobiliers insolvables ventilés aux quatre coins de la planète dans des produits financiers sophistiqués. Lehman Brothers chute ; la panique gagne ; les banques cessent d'accorder du crédit : l'économie est au bord de l'asphyxie.

Troisième étape : plutôt que de placer l'intégralité d'un secteur financier failli sous contrôle public, les gouvernements acceptent de le renflouer en l'état. Les Etats s'endettent hors de proportion pour sauver les banques et relancer l'économie. Mais, après vingt ans de baisse continue de la fiscalité, les recettes ne suivent pas. Entre la fin de l'année 2008 et le milieu de l'année 2009, la crise de la finance privée se convertit en gonflement de la dette publique et en crise sociale. Dans les pays occidentaux, le chômage grimpe en flèche (...)

Lire la suite de cet article inédit de Pierre Rimbert :

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-04-30-Crise-financiere

 

liste complète

 

liste complète

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/politique/20100430.OBS3252/absenteisme-vers-une-suspension-immediate-des-allocations-familiales.html

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/economie/20100430.OBS3243/personne-n-evitera-la-rigueur-assure-alain-minc.html

 

Si Jésus revenait dans ce monde il combattrait l’ordre mondial

http://www.facebook.com/note.php?note_id=119641821395903

 

Lettre à un Irakien inconnu

http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=10290&lg=fr

 

 http://static.koreus.com/flvplayer.swf?file=http:/... 

 

Pétition contre l’admission d’Israël au sein de l’OCDE

Appel pales
tinien à protester contre l’admission d’Israël au sein de l’OCDE.

Communiqué du Comité national palestinien BDS :


  "Israël est sur le point d’être admis au sein de l’OCDE (organisation pour la coopération et le développement économique). Bien que le gouvernement israélien ne respecte pas les critères d’intégration au sein de ce club « exclusif », l’organisation a annoncé en janvier 2010 qu’elle validerait l’adhésion d’Israël cette année (décision attendue en Mai).

   L’adhésion d’un nouvel état membre nécessite cependant l’unanimité au sein de l’OCDE. Il suffit donc de l’opposition d’un seul pays pour stopper l’intégration d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte les standards en matière de droit de l’homme international. Israël ne doit pas être autorisé à devenir membre de l’OCDE tant qu’il n’appliquera pas les recommandations Glodstone.

    Vous pouvez soutenir cette action en signant la pétition ci-dessous, et en la faisant suivre à vos amis et collègues.

   Le comité national palestinien BDS appelle les citoyens et gouvernements des pays membres de l’OCDE à repousser la candidature d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte la loi internationale, les droits de l’homme du peuple Palestinien et applique les valeurs fondamentales proclamées par les membres de l’OCDE.

   Pourquoi devons-nous stopper Israël :

   1.L’adhésion au sein de l’OCDE récompensera Israël pour ses crimes de guerre et ses violations des lois internationales.

   2. l’OCDE a admis qu’Israël ne respectait pas l’un des engagements clé pour devenir membre de l’organisation, en incluant les colonies dans son rapport économique. En acceptant Israël, l’OCDE donnera son approbation officielle à l’occupation illégale des territoires occupés palestiniens et syriens.

« Ce faisant, l’OCDE fait comme si Israël avait sept millions de citoyens alors qu’en réalité, elle en compte 11 millions, parmi lesquels quatre millions sont des Palestiniens vivant sous occupation », a déclaré l’économiste israélien Shir Hever.

   3.Seules des démocraties pluralistes sont censées être admises comme membres de l’OCDE. Israël est une ethnocracie, avec une trentaine de lois accordant des privilèges exclusifs aux Juifs, alors que les Non-Juifs représentent 20% des citoyens israéliens.      Ainsi, en admettant Israël, l’OCDE violerait ses propres principes fondateurs.

   La pression marche ! L’an dernier, l’Union européenne est revenue sur sa décision de relever le statut de ses relations avec israël suite à une action similaire de protestation.    Envoyez cette alerte à vos contacts.

   Poursuivez les pressions pour mettre fin au siège de Gaza.

- Pétition : http://salsa.wiredforchange.com/o/6207/t/6210/petition.jsp ?petition_KEY=769 (Essayons d’obtenir 100 000 signatures en provenance de 30 pays, d’ici le 11 mai.)

- Envoyez un message à tous les pays membres de l’ OECD http://salsa.wiredforchange.com/o/6207/t/6210/campaign.jsp ?campaign_KEY=3132

Source : http://holdisraelaccountable.net

CAPJPO-EuroPalestine

   Nous rassemblons le maximum de signatures possibles pour protester contre l’intégration d’Israël au sein de l’OCDE. Elles seront déposées auprès du Conseil de l’OCDE lors de sa réunion du 11 mai 2010 ainsi qu’à la réunion ministérielle des 28 et 29 mai 2010. 
  Pétition : http://salsa.wiredforchange.com/o/6207/t/6210/petition.jsp ?petition_KEY=769 (Essayons d’obtenir 100 000 signatures en provenance de 30 pays, d’ici le 11 mai.) .

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article

commentaires

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages