12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 07:16



nouvel-ordre-mondial-singe.jpg


Non-alignement, par Eva R-sistons

Bonjour à tous,

Je reçois à l'instant ce communiqué sur le scandale de la S.S., à relayer, je le fais bien volontiers. Les individus courageux, audacieux, indépendants, sont trop rares pour qu'on ne les salue pas, pour qu'on ne soit pas à leur côté quand ils le demandent ! Aujourd'hui, il y a bien sûr les veaux, comme dirait de Gaulle, et puis de plus en plus de courtisans, de laquais, moi je les appelle les rampants, et puis il y a l'élite, la vraie, celle du coeur et du courage, qui refuse.... l'intolérable, la deshumanisation, l'injustice, le mensonge ! C'est à dire vous, moi... hein, on est les meilleurs ! Supercontent


Donc, hier j'ai donné la parole à Aline de Dieguez qui parle si bien des suppliciés de Gaza, auxquels je ne pouvais pas ne pas faire allusion à l'heure où l'on célèbre la chute du mur communiste, en oubliant tous ceux du capitalisme qui poussent comme des champignons, sans parler des ghettos de riches de plus en plus fortifiés. Oui, au moment où l'on célèbre la victoire du capitalisme sur le communisme - qu'en pensent toutes les victimes du Système qui sacrifie le travail au capital ? -, de façon indécente on oublie que le plus scandaleux mur de tous les temps, enferme TOUT un peuple sur ses terres, des terres de plus en plus réduites, privées d'eau, bombardées, asphyxiées, amputées de leurs richesses agricoles ou, en mer, du gaz offshore confisqué, volé, par les adorateurs du Veau d'Or, comme du temps de la Bible (hébraïque). Dieu reconnaîtra les siens ! Il a pesté contre ceux qui délaissaient ses Préceptes pour se prosterner devant l'idole d'or, en appelant clairement à choisir entre Lui ou Mâmon. Israël a encore et toujours "la nuque raide" (ce qui provoque, dans la Bible, la fureur de Dieu), il ne veut encore et toujours rien entendre, tant pis pour lui s'il subit ensuite les conséquences de ses actes, il l'aura cherché. Personne ne versera une larme sur ses malheurs, la coupe est pleine. Un pays qui se donne pour dirigeants des individus qui ne songent, comme Liberman, qu'à reproduire l'horreur d'Hiroshima sur des affamés nullement responsables de la Shoa, se discrédite lui-même et il provoquera tôt ou tard la colère de Celui dont pourtant ils se réclament, mais en piétinant tous les Préceptes divins confiés. Peuple "élu", faut-il le rappeler, pour adorer le Créateur et le réfléter, et qui aujourd'hui se fourvoie dans les crimes les plus abominables aux quatre coins de la planète, en organisant partout la répression contre les peuples avides de liberté, de Justice, en pulvérisant tous les gouvernements populaires, en destabilisant des régions entières, en bâtissant partout des murs, des miradores, en organisant des attentats ciblés contre ceux qui en savent trop ou qui résistent aux abominations du NOM, en formant les gouvernements aux luttes antipopulaires, en formentant conflits ou guerres, en dressant les individus les uns contre les autres pour mieux régner, s'emparer des ressources, contrôler les gazoducs, etc, n'en rajoutez pas, la coupe est pleine. Des voix juives, et non des moindres, s'élèvent prophétiquement pour dénoncer les dérives, pour empêcher les désastres, sauver l'honneur, et même un sioniste pourtant notoire, le juge sud-africain Richard Goldstone, a rédigé un rapport très critique vis-à-vis des méthodes d'Israël (1). 

Donc, comme ce blog n'est pas aligné sur l'information officielle, toujours plus officielle et même caricaturalement comme en ce moment contre le communisme à la faveur de la commémoration de la chute du Mur de Berlin - fort opportunément exploitée en pleine crise du capitalisme -, je me devais de rétablir la vérité et de défendre le système si décrié qui, au moins, avait le mérite de donner à tous du travail, un toit et les nécessaires protections sociales. Mais pas seulement, puisque j'ai aussi écrit un "Les médiaux occidentaux sont... "staliniens"", ce qui est un comble à l'heure où les Médias aux ordres des Dassault ou des Lagardère nous chantent à longueur de reportages les joies de la Liberté. Laquelle, au fait ? Celle des Médias ? On se fout du monde ! Je ne rencontre plus un citoyen qui ne soit dupe - sauf peut-être les vieillards parqués dans les hospices, les mouroirs, dont on se souvient seulement au moment des élections -, même le veau le plus veau reconnaît qu'on ne raconte que des bobards à la télé, ouf ça fait plaisir de voir que les aveugles entr'ouvrent les yeux. Quant à la liberté d'expression, on en découvre, ahuris, tous les jours les limites, même notre charmante Prix Goncourt est rappelée à l'ordre parce qu'elle a la langue trop bien pendue, trop critique à l'égard de Sarkozy "vulgaire et à la mentalité de flic", à l'égard de la nouvelle France "monstrueuse" (comme on la comprend, je vais la quitter pour la même raison, la France des parvenus, vassale et américanisée, ne me convient pas plus qu'à elle), passons sur le reste... Et pour ce qui est des élections "libres", on verra le résultat quand le redécoupage sera effectif, le vote à un tour institué, et les machines électroniques falsifiables en vigueur. Tout cela nous promet des suites épiques, avec un 2e tour dans la rue, thumb-pascontent157.gif
    et, via le Traité de Lisbonne rejeté par les citoyens, des condamnations à mort à la pelle. C'est ça, l'identité de la France via Sarkozy ? Vous la reconnaissez, vous ? Sauve qui peut, comme Marie Ndiaye ! Entre nous, avec ce qu'elle a dit, vous ne la verrez pas à la Télévision de la Pensée Unique staliniennement sarkozienne, mais son livre va se vendre comme des petits pains. Une femme qui a un jugement aussi pertinent, ne peut qu'être pertinente... et impertinente. Salut, petite soeur !!! 0079.gif 

Eh voilà, j'étais partie pour vous dire que ce soir, je laissais la parole à la courageuse spécialiste de la S.S., et à Jean Lévy (encore un Juif qui en a marre des dérives actuelles, vous voyez, ils ne sont pas tous comme Avigdor Liberman ! Et donc, gare aux simplifications abusives pouvant nuire à toute une Communauté,  en mettant tous les Juifs dans le même panier, alors que beaucoup sont de plus en plus réservés face aux crispations du moment). Et puis comme d'habitude de digression en digression... Supercontent

Je vous joins donc les excellents textes trouvés sur le blog d'un militant hors pair, Jean Lévy, dont la soif de justice honore sa Communauté. Découvrez son blog, il vaut le détour. Une parole juste et tranchante, et ça fait du bien. Ce qu'il dit sur les Murs change du concert à sens unique de nos médias de plus en plus "staliniens" !!! Rafraîchissant... applaus.gifapplaus.gifapplaus.gif

Alors bonne plongée, ici dans le Sud on est passé en quelques jours des baignades au froid presque polaire. Les porcs vont donc pouvoir nous apporter leur grippette... Ca fera marcher l'industrie pharmaceutique qui pompe les sous de la S.S. ! Le malheur des uns fait le bonheur des autres.... ranting.gif
ranting.gifranting.gif

Prochain article, toujours à contre-courant: Le débat sur l'identité française. Pfff ! Avec Sarkozy, l'identité française, c'est fini ! A moins bien sûr, comme à l'accoutumée, que l'Actualité ne vienne bousculer mes plans...    smilie   

Au fait, mon camping-car je vais le chercher ce week-end. Bonjour les escapades loin de la douce France de Sarkozy et d'Hortefeux ! En attendant de tout rapatrier ailleurs, comme  la Marie Goncourt.  Mais pas à Berlin ! Au fait, Berlin est, ou ouest ????  Qui lui a posé la question ??? Quelle idée, entre nous, de choisir la grisaille de Berlin !!!! Rien ne vaut le Sud, hein ? Supercontent

Grosses bises à tous, votre Eva qui vous envoie son plus gracieux sourire  ii.gif 



paradis--le.jpg Loin de Berlin, au soleil....

(1) Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu a adopté, vendredi, le rapport de la Mission d'établissement des faits des Nations unies sur l'attaque israélienne contre Gaza, présidée par le juge sud-africain Richard Goldstone.

Le Conseil a adopté à cet effet une résolution par 25 voix pour, 6 contre et 11 abstentions lors d'une session extraordinaire consacrée à «la situation des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés, y compris Al-Qods-Est», tenue à la demande de la Palestine appuyée par 19 Etats membres du Conseil et par de nombreux membres observateurs.


Les pays européens se sont abstenus


L'ambassadeur israélien avait demandé le rejet de la résolution, qui, selon lui, «fait le jeu des extrémistes».

La France avait demandé un report du vote pour discuter d'amendements de l'Union européenne, mais cette demande a rencontré l'objection du représentant de l'Egypte.

Cette douzième session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme, ouverte jeudi, a été convoquée à la demande de la Palestine, appuyée par 19 Etats membres du Conseil, à savoir le Bahreïn, le Bangladesh, la Bolivie, la Chine, Cuba, Djibouti, l'Egypte, le Gabon, l'Indonésie, la Jordanie, Maurice, le Nicaragua, le Nigéria, le Pakistan, les Philippines, le Qatar, l'Arabie Saoudite et le Sénégal.

La demande a été, également, soutenue par de nombreux pays observateurs.

Le CDH avait, rappelle-t-on, décidé le 2 octobre de reporter à sa 13e session de mars prochain le vote du projet de résolution sur le rapport Goldstone adopté aujourd'hui, avant de décider d'examiner ce texte lors de la session extraordinaire, qui s'achève ce vendredi.

http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Article.asp?id=121295  



                                                  m-ecin-SS-b.jpg



Il faut à la signataire une bonne dose de courage pour avoir écrit ce texte en se nommant.

Merci de faire circuler !!
 
Assurance maladie
 

A TRANSFERER AUTANT DE FOIS QUE VOUS POUVEZ.


L'ASSURANCE MALADIE, 50 secondes de lecture à couper le souffle.


Pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, c'était encore de nous faire payer...

a) Dorénavant, sur une consultation médicale, nous versons 1 euro,

b) Nous sommes restreints lors de nos arrêts maladie ...

c) Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste ...

d) Pour tout traitement de plus de 91 euros, nous en sommes de 18 euros de notre poche,

e) Taxe de 0,50c sur les boîtes

 f) etc.

Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce jour de 11 milliards. Or, savez-vous que :

a) Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu, n'est pas reversée. 7.8 milliards

b) Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu, n'est pas reversée. 3.5 milliards

c) Une partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécu, n'est pas reversée 1. 6 milliards

d) La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu, n'est pas reversée 1,2 milliards

e) La part de TVA destinée à la Sécu n'est pas reversée. 2.0 milliards

 f) Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés 2.1 milliards

g) Retard de paiement par les entreprises 1.9 milliards
 
En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d'euros.


Conclusion, si les responsables de la Sécu et nos gouvernants avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui  9 milliards d'excédent.

Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu.


Faites circuler ce message.

A force de tourner, il arrivera peut-être un jour sur le bureau d'une tête pensante censée passer son temps à gérer l'argent des contribuables. Si les pouvoirs publics étaient vraiment convaincus qu'il nous faut consommer 5 fruits et légumes par jour pour sauver notre santé et donc l'assurance maladie, ils supprimeraient la TVA sur ces produits !

Cordialement.

Evelyne DUBIN
Secrétaire Générale
Adjointe au Directeur Général
INDL
Institut National du Développement Local
Avenue Michel Serres
BP 32
47901 AGEN Cedex 9
 e.dubin@indl.fr



2605007073554040_1.jpgGo to fullsize image4000380174154040_8.jpg92px-%C3%89pinal_-_L%E2%80%99Oiseau_bleu87px-%C3%89pinal_-_Cendrillon_14.jpg

Images d'Epinal

 

Les « images d’Epinal » étaient, au XIXe siècle, les ‘bandes dessinées’ de l’époque. Elles ‘dessinaient’ l’actualité pour le bon peuple. Par exemple, cette ‘imagerie’ célébrait l'empereur Napoléon Bonaparte, sa famille, ses maréchaux, ses armées et ses victoires.


Ce faisant, l'expression image d'Épinal a pris au fil du temps un sens figuré, qui désigne une vision emphatique, traditionnelle et naïve, qui ne montrait que « le bon côté des choses », telles que les autorités souhaitaient  qu’elles fussent vues. Les colporteurs se chargeaient, ensuite, de diffuser à travers tout le pays, ces ‘bandes dessinées’ coloriées pour la plus grande joie de la population.

 

En cette matière, grâce aux révolutions des sciences et des techniques, l’information visuelle est passée du simple dessin à l’image photographiée et filmée. Et, de nos jours, le pouvoir s’en sert sans compter pour donner à l’actualité le sens qui convient à sa politique.

 

Autant, pour les citoyens,  les paroles « s’envolent » et n’ont plus de crédit, autant l’image fait foi de l’authenticité. Et sans même la truquer, par le truchement de la télé, l’image dûment choisie, impose une vision uniforme de l’actualité, grâce au commentaire parlé ou sous-titré.


Le documentaire récent « Apocalypse » prétend ainsi « nous faire vivre » la ‘réalité’ de la Seconde Guerre mondiale, en exposant des « images d’archives », incontestables, à peine retouchées par la couleur.
Et pourtant, avec les mêmes images, mais avec d’autres commentaires, le sens serait inversé ! Ainsi, dans le film cité, rien qu’en chiffrant les atrocités allemandes  (et pas seulement ‘nazies’), commises en Russie ou en Yougoslavie, le téléspectateur se ferait une opinion sur la guerre, différente de celle donnée par le documentaire dans sa version passée à la télé.


Et, quotidiennement, dans les journaux télévisés, les fameux JT, images et commentaires de l’actualité sont choisis avec soin, pour imposer une seule et même vision des évènements.

 

Imaginons un instant la télé au temps de Vichy et de l’Occupation.


Certes, les images du « Maréchal », auraient tenu des « images d’Epinal », à l’égal des affiches obligatoires du ‘Pétain-aux-yeux-bleus’, qui ornaient bâtiments publics, boutiques et murs de nos villes.
Mais au-delà de cette « saintsulpicerie » larmoyante, comment aurait-on présenté Montoire et la Collaboration ? Sûrement, avec les mêmes mots, utilisés aujourd’hui pour justifier ce qu’on appelle « la réconciliation franco-allemande ». Et nous « montrer » « nos deux grands peuples, jusque là divisés et opposés », l’intérêt « d’agir ensemble dans une Europe unifiée ». Peut-être aurions-nous pu voir des « images de Verdun », pour célébrer la fin de telles « boucheries ». Et le Chef de l’Etat avec le Chancelier se congratuler.

 

Faisons un bond de soixante cinq ans dans le temps.

 

Si aujourd’hui, sur nos écrans de télé, pour évoquer la dernière guerre, nous étaient proposées des « images d’archives », authentiques et non contestées, d’Oradour, la brûlée vive avec la photo du général SS, qui l’a suppliciée, et qui fut, jusqu’aux derniers jours de sa vie, en Allemagne fédérale, totalement protégé… quelle serait notre réaction aux ébats Sarkozy-Merkel, au son de « Deutschland über Alles » (« l’Allemagne au dessus de tout »), l’hymne officiel allemand débaptisé et débarrassé de ses deux premiers couplets ? (1)

  

On pourrait évoquer aussi le « Mur »(2), en montrant une Allemagne de l’Est, la RDA, entièrement dénazifiée, où l’on conduisait les enfants des écoles visiter systématiquement les camps de concentration, transformés en lieu de pèlerinage, et visionner la montée d’Hitler au pouvoir et la foule allemande déferlante qui l’encensait. Et de l’autre, en  République Fédérale, la RFA, où régnait un Blobke, un dignitaire nazi, second du chancelier Adenauer, un ancien chef SS diriger les services de Renseignements, les maîtres de forges, les Krupp, les Thyssen, tous ceux qui ont porté Hitler au pouvoir, diriger toujours l’économie. Devant un tel spectacle, librement exposé, que penseraient les Français ?

 

« Sage comme une image » n’est plus l’expression adaptée à notre temps.

 

(1) Depuis 1991, l’hymne officiel allemand se compose donc uniquement du troisième et dernier couplet. Celui-ci commence par les paroles « Einigkeit und Recht und Freiheit » (Unité et Justice et Liberté). En Allemagne, bien que cela ne soit pas passible de poursuites, utiliser le premier couplet est généralement perçu comme l'expression de vues politiques très à droite. (Wikipédia)

 

(2) Selon une étude récente de l’institut Forsa, alors qu’en 1989, 71% des Allemands de l’Est estimaient que leur vie allait s’améliorer suite à la chute du mur, ils ne sont plus que 39 % à juger leur situation meilleure aujourd’hui.

 

Jean LEVY 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article---39196130.html
http://eldiablo.over-blog.org/article-les-images-d-hier-et-d-aujourd-hui--39199937.html
 

300px-Images_d%27Epinal.jpg300px-Images_d%27Epinal.jpg
wikipedia.
L'expression image d'Épinal a pris au fil du temps un sens figuré, qui désigne une vision emphatique, traditionnelle et naïve, qui ne montre que le bon côté des choses.


10 millions de morts, c'est le prix de la chute du mur de Berlin et du retour du capitalisme à l'Est ... personne n'en parle

Mardi 10 Novembre 2009 

 

Article de Mara Gergolet dans le Corriere della Sera du 23 janvier 2009
Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Combien de morts peuvent causer les privatisations? Ou mieux – si on peut faire le compte – quel a été le coût en vies humaines du passage du communisme au capitalisme?

Ou encore: peut-on mesurer les effets des recettes économiques dictées par les Eltsiniens (et les Clintoniens) dans le cadre de la transition des années 1990?  Le compte a été fait. Publié dans une des plus prestigieuses revues médicales internationales, la revue anglaise Lancet, 4 ans de travail, des modèles mathématiques complexes, se basant sur les données de l'Unicef sur la période 1989-2002. La conclusion: les politiques de privatisation de masse dans les pays d'ex-URSS et en Europe de l'Est ont abouti à augmentation de la mortalité de 12,8%. Ou encore, elles ont causé la mort prématurée d'1 million de personnes.

Cela ne veut pas dire que des estimations n'avaient pas déjà été faites. L'agence de l'ONU pour le développement, l'Undp, en 1999 avait compté 10 millions de personnes disparues dans le choc du changement de régime, et l'Unicef même avait parlé de 3 millions de victimes.

L'étude de Lancet (réalisée par David Stucker, sociologue à Oxford, Lawrence King, de l'Université de Cambridge, et Martin McKee, de la London School of Hygiene and Tropical Medecine) part au contraire d'une question différente: pouvait-on éviter un nombre aussi important de victimes, et sont-elles à mettre sur le dos de stratégies économique précises? La réponse est oui. Et c'est la « vitesse » des privatisations qui – selon Lancet – explique les différences de taux de mortalité entre les pays étudiés. On mourait plus là où a été adoptée la « shock therapy »: en Russie entre 1991 et 1994 l'espérance de vie a diminué de 5 ans.

Dans les pays plus « lents », au contraire, comme en Slovénie, Croatie, Pologne, elle a augmenté de quasiment un an.(..)

Et le cas russe, où ont été « vendues 112 000 entreprises d'Etat » entre 1991 et 1994 contre 640 en Biélorussie, et où le taux de mortalité a augmenté quatre fois plus vite [qu'en Biélorussie]?
La faute au mode d'alimentation russe (sic), déclare Sachs, mais plus encore à l'effondrement de l'empire, et « aux aides refusées par les occidentaux à Moscou », « de sorte qu'en 1994 j'ai démissionné de mon poste de conseiller du Kremlin ».Son vieil ennemi, le Prix Nobel Joseph Stiglitz, ne se prive pas de l'enfoncer :« Lancet a raison, la Pologne a été un exemple de politiques graduelles. Quant à la shock therapy, si on y regarde de plus près, cela a été un désastre. De la pure idéologie, qui a déformé de bonnes analyses économiques. ».

Il y a également un autre élément qui sort de l'enquête: le lien chômage/mortalité en ex-URSS.

« Le pourquoi est évident: c'était les usines qui souvent garantissaient les soins médicaux », déclare Stuckler. Avec leurs fermetures en ex-URSS, c'est aussi le système de protection sociale qui s'est écroulé. Des chiffres impressionants de morts dûs à l'alcool, de suicides. « Alors que là où existaient de forts réseaux sociaux – comme en République Tchèque où 48% des personnes soient faisaient partie d'un syndicat soit allait à l'Église – l'impact a été quasi nul. »( ..)

A Ljubljana, le sociologue Vlado Miheljak rappelle que « parmi les raisons du succès slovène, à part la plus intégration à l'Ouest, il y avait surtout la lenteur. Alors, tout le monde nous critiquait parce que nous ne privatisations pas comme les hongrois, comme les tchèques. Alors que c'est sûrement ce qui nous a sauvé. »

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article--le-prix-de-la-chute-du-mur-de-berlin-10-millions-de-morts-39166816.html, publié sur le blog de Jean Lévy

 


conditionnement-j.jpg

Médias occidentaux "staliniens", suite :

On rappelle qu’il n’y a pas d’alternative à l’ordre social existant si dur soit-il. Il reste le meilleur. La preuve ? La chute du mur de Berlin !

Ne pas oublier qu’il ne se franchissait que dans un seul sens, d’Est en Ouest, preuve s’il en est que le système communiste de la RDA était bien pire que le capitalisme de l’Ouest qui connaît, sans doute, des crises, mais sait se rétablir et se régénérer. Comment oublier la liesse des Allemands de l’Est se ruant vers l’Ouest au soir du 9 octobre 1989 ?

Ainsi, pour ceux qui souhaiteraient un changement économique et social, le régime de la RDA est-il donc agité comme un épouvantail pour nier toute possibilité d’une autre voie que celle de l’ultra libéralisme. Qui souhaiterait, en effet, vivre dans un tel régime policier ? Mais l’ultra-libéralisme est-il pour autant le seul avenir de l’homme ?

Le comble, tout de même, dans cette mobilisation insensée de toutes les chaînes de Radio France, n’est-il pas, par le symbole de ce programme unique, d’avoir offert, pour dénoncer le régime de liberté d’expression muselée qu’était la RDA, une imitation du fonctionnement de ses médias réduits à n’être que la voix unique de son maître unique, le parti communiste ?

Paul Villach, sur le blog de Jean Lévy


http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article--radio-france-et-le-leurre-de-la-vaccine-39168031.html


250px-Bundesarchiv_Bild_183-K1102-032%2C
Arafat à Berlin en 1971, Wikipedia

Reçu ces lignes à propos de l'anniversaire de la mort d'Arafat:

La Résistance à l'occupation est un droit légitime, c'est pourquoi la Nation
Palestinienne ne devrait jamais accepter un Bantoustan en Palestine. UNIISSONS NOUS POUR LA PAIX DANS LA JUSTICE POUR TOUS, CAR LE NÉOFASCISME NE PASSERA JAMAIS PLUS !



L'indifférence des uns et la connivence et ou la lâcheté des autres devant le chantage et les menaces d'Adolphe HITLER ont facilité la signature du traité de MUNICH le 30 septembre 1938 ce que lui a laissé le champ libre pour déclencher la 2ème Guerre Mondiale suite à laquelle presque 60 millions d'êtres humains ont perdu la vie dont plus de 25 millions de Russes (URSS) et 18 millions de Chinois, des personnes de confession chrétienne, juive, musulmane, hindouïste, boudhiste et surtout des noirs et ceux de teints basanés : les tziganes...


Aujourd'hui, si les forces de la paix et de la justice cèdent devant le chantage et les menaces des malfaiteurs, des terroristes et des dictateurs néo-fascistes de tout acabit qui veulent créer une APOCALYPSE, quel sort réserverons-nous aux générations futures ?


L'empire du mal qui est né de la haine vis-à-vis les Indiens et les Noirs occupe plusieurs pays dans le monde par l'intermédiaire de ses bases militaires stationnées dans ceux-ci. Cet empire croit pouvoir dominer la planète avec ses 7 flottes navales et ses 7 commandements militaires régionaux.


La véritable Communauté internationale laissera-t-elle les mains libres aux néo-fascistes qui gouvernent les États-Unis d'Amérique mettre notre planète à feu et à sang et créer ainsi une apocalypse sans qu'elle ne réagisse face à leurs crimes ? J'ose espérer que non !


C'est pourquoi,  je crois qu'il est de l'obligation des Peuples occidentaux et du devoir des Peuples du Sud et de l'Est d'aider les forces progressistes des États-Unis d'Amérique dans leur lutte contre les néo-fascistes qui gouvernent leur pays afin de pouvoir se débarrasser pacifiquement d'eux et ce, avant même qu'ils ne commettent l'irréparable et qu'il n'y ait plus de possibilité de réparer les dégâts pour sauver notre petite Planète d'une Apocalypse certaine...


Ali Dahan, Ph.D. , Défenseur des Droits Humains, Apolitique

Pacifiste mais jamais passif face à l'injustice



Silence médias: Anniversaire, le 11 novembre,
de la mort d'un grand résistant: ARAFAT


180px-Arafat-young.jpgArafatEconomicForum.jpg250px-Husayni.jpg
Wikipedia, Arafat



Discours de Yasser Arafat devant l’Assemblée générale des Nations unies, Genève, 13 décembre 1988

 

« Quand je désespère, je me souviens que tout au long de l’Histoire, la voie de la vérité et de l’amour a toujours triomphé. Il y a dans ce monde, des tyrans et des assassins et pendant un temps, ils peuvent nous sembler invincibles mais à la fin, ils tombent toujours. Pensez toujours à cela » Mahatma GANDHI

Monsieur le Président, Messieurs les représentants (..)

 

Ma rencontre avec vous aujourd’hui à Genève, après qu’une injuste décision américaine m’eut empêché d’aller vous rencontrer à New York, est donc pour moi source de fierté et de joie.. Fierté d’être avec vous, parmi vous, vous qui êtes la plus haute des tribunes pour toutes les causes de justice et de paix dans le monde. (..)

 

Notre peuple palestinien se souviendra toujours de cette auguste assemblée, de ces nations amies debout ici avec le droit et la justice, défendant les valeurs et les principes au service desquels l’Organisation des Nations Unies a été fondée. Tous les peuples qui subissent l’injustice, l’oppression et l’occupation et qui comme notre peuple palestinien, luttent pour la liberté, la dignité et la vie, y puiseront confiance et assurance (..)

 

J’affirme ici aussi notre solidarité et notre appui aux mouvements de libération en Namibie et en Afrique du Sud, dans leur lutte, ainsi que notre appui aux pays africains de la ligne de front face aux agressions perpétrées par le régime raciste d’Afrique du Sud.

(..)  Me voici de nouveau devant vous, après toutes ces années riches en événements dramatiques, et je constate que de nouveaux peuples occupent désormais leur place parmi vous, couronnement de leurs victoires dans les combats de la liberté et de l’indépendance.(..) J’affirme que l’Etat de Palestine...fera respecter la Déclaration des droits de l’homme, pour mettre fin aux tragédies endurées par l’humanité et jeter les bases du droit, de la justice, de la paix et de la liberté pour tous.

 

Il y a 14 ans, lorsque vous nous avez dit, dans la salle de l’Assemblée générale : « Oui à la Palestine et au peuple de Palestine, oui à l’Organisation de libération de la Palestine, oui aux droits nationaux inaliénables du peuple Palestinien », certains s’étaient imaginés que vos résolutions ne seraient suivies d’aucun effet notable. Ils ne comprenaient pas que ces résolutions allaient devenir une des sources les plus vives à laquelle s’abreuverait le rameau d’olivier que je portais ce jour-là (.. ) Vous nous avez offert l’espoir du triomphe de la liberté et de la justice (..) 

 

A vous tous, je transmets le salut des enfants de la pierre qui défient l’occupation, ses avions et ses chars, et font revivre dans les mémoires l’image nouvelle du David palestinien aux mains nues face à Goliath l’Israélien bardé d’armes.

 

(..) Nous ne voulions pas que soit versée une seule goutte de sang, juif ou arabe. Je m’étais adressé à vous, dans l’espoir que nous Parviendrions à hâter la mise en place des bases d’une paix juste fondée sur la garantie des droits de notre peuple, de ses aspirations et de ses espoirs, comme des droits de tous les peuples, sur un pied d’égalité. (..)

 

 

Le rêve que nous caressions alors était d’établir un Etat palestinien démocratique au sein duquel vivraient musulmans, chrétiens et juifs sur un pied d’égalité, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs, dans une seule société unifiée, à l’instar d’autres peuples sur cette terre dans notre monde contemporain.

 

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous entendîmes les responsables israéliens expliquer que ce rêve palestinien, inspiré de l’héritage des messages divins qui ont illuminé le ciel de la Palestine ainsi que des valeurs humaines qui fondent la coexistence au sein d’une société démocratique et libre, était un plan visant à les détruire et à les anéantir.

 

Il nous fallait tirer les leçons d’un tel état de fait, constater la distance qui le séparait du rêve. Nous prîmes alors, au sein de l’OLP, l’initiative de procéder à la recherche de formules alternatives réalistes et praticables pour apporter à ce problème une solution fondée sur une justice possible, et non pas sur une justice absolue. Une solution qui puisse garantir les droits de notre peuple à la liberté, la souveraineté et l’indépendance, et qui puisse également garantir à tous la paix, la sécurité et la stabilité, évitant à la Palestine et au Moyen-Orient la poursuite des guerres et des combats qui s’y déroulent depuis 40 ans.

 

Ne sommes-nous pas ceux qui ont pris l’initiative d’invoquer la Charte des Nations Unies et leurs résolutions, la Déclaration universelle des droits de l’homme et la légalité internationale en tant que références de base pour la solution du conflit arabo-israélien ?

 

N’avons-nous pas fait bon accueil à la déclaration commune Vance-Gromyko en 1977, en tant qu’initiative qui pouvait servir de base à un projet de solution pour ce conflit ?.

 

.N’avons-nous pas donné notre accord pour participer à la Conférence de Genève sur la base de la déclaration soviéto-égyptienne de 1977, de façon à progresser vers une solution de paix dans la région ?

 

N’avons-nous pas adopté1e Plan de paix arabe de Fès, en 1982, puis le projet de convocation d’une conférence Internationale de paix sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies et conformément à ses résolutions ?

 

N’avons-nous pas appuyé le Plan Brejnev pour la paix au Moyen-Orient ?

 

N’avons-nous pas accueilli et appuyé la Déclaration de Venise des pays de la Communauté économique européenne concernant les. bases d’une paix juste dans la région ?

 

N’avons-nous pas accueilli et soutenu l’initiative des deux Présidents Gorbatchev et Mitterrand au sujet de la commision préparatoire de la conférence internationale ?

 

N’avons-nous pas fait bon accueil aux dizaines de déclarations et d’initiatives politiques émanant des groupes régionaux, des pays africains, des pays islamiques, des pays non alignés, des pays socialistes, des pays d’Europe et d’autres pays, dans le seul but de parvenir à un règlement pacifique fondé sur la légalité internationale, afin d’instaurer la paix et de résoudre le conflit ?

 

Quelle fut la position d’Israël face à tout cela ? Bien que chacune de ces initiatives, chacun de ces plans, chacune de ces déclarations ait été inspiré par la volonté de prendre en considération le rapport de force politique de même que les revendications et les intérêts de l’ensemble des parties au conflit arabo-israélien, l’attitude d’Israël devant tout cela fut l’escalade de ses projets de colonisation et d’expansion. Elle consista à élargir le champ des destructions et des ruines, et à faire à nouveau couler le sang. Elle consista à multiplier les fronts, jusqu’à y inclure le Liban frère, que les troupes d’occupation envahirent en 1982, avec les conséquences que l’on sait, les massacres comme ceux de Sabra et de Chatila, et les boucheries perpétrées à l’encontre des deux peuples, libanais et palestinien. Israël continue d’occuper une partie du Sud-Liban, et ce pays doit quotidiennement faire face aux raids de l’aviation et aux agressions aériennes, terrestres ou maritimes qui frappent ses villes et ses villages comme elles frappent nos camps dans le sud.

 

Il est triste et regrettable que seul le Gouvernement des Etats-Unis continue à soutenir et à appuyer ces plans israéliens d’agression et d’expansion, et continue à soutenir Israël dans la poursuite de son occupation de nos territoires palestiniens et arabes, dans la poursuite de ses crimes et de sa politique de main de fer contre nos enfants et nos femmes.

 

Il est également douloureux et regrettable que le Gouvernement américain s’obstine à refuser de reconnaître à six millions de Palestiniens le droit à l’autodétermination, qui est un droit sacré pour le peuple américain comme pour tous les peuples de la terre.

 

Je rappelle au peuple américain la position du Président Wilson, père de ces deux principes universels qui régissent les relations internationales que sont l’inadmissibilité de l’acquisition du territoire d’autrui par la force, et le droit des peuples à l’autodétermination. Lorsque notre peuple palestinien fut consulté, en 1919, par l’entremise de la Commission King-Crane, ce sont les Etats-Unis qu’il avait alors choisi pour puissance mandataire mais les circonstances ont fait que ce fut la Grande-Bretagne qui vint prendre cette place. Et je m’adresse aujourd’hui au peuple américain, et je pose cette question : est-il équitable que les principes énoncés à ce propos par le Président Wilson ne soient pas appliqués au peuple palestinien ?

 

Les administrations américaines qui se sont succédées au cours de ces années savent pourtant pertinemment que l’unique acte de naissance de l’Etat d’Israël, c’est la résolution 181 (11) de l’Assemblée générale des Nations Unies, adoptée le 29 novembre 1947 avec le soutien des Etats-Unis et de l’Union soviétique et qui recommandait l’établissement de deux Etats en Palestine, l’un arabe palestinien et l’autre juif. Comment le Gouvernement américain peut-il expliquer sa position, qui consiste à reconnaÎtre la moitié de cette résolution relative à Israël tout en rejetant l’autre moitié relative à l’Etat palestinien ? Mieux encore, comment le Gouvernement américain peut-il expliquer son manque d’empressement à faire appliquer une résolution qu’il a lui-même adoptée et dont il a plus d’une fois réaffirmé la validité face à votre auguste assemblée, à savoir la résolution 194 (111), qui reconnaÎt le droit des Palestiniens au retour dans les foyers dont ils ont été chassés et au recouvrement de leurs biens ou à l’indemnisation de ceux qui ne.souhaiteraient pas revenir ?

 

Le.Gouvernement des Etats-Unis sait bien qu’il ne peut, pas plus qu’aucun autre Etat, s’arroger le droit de fractionner la légalité internationale ni vider de leur sens les jugements du droit international.

 

La lutte continue de notre peuple pour ses droits remonte à des dizaines d’années, au cours desquelles il a consenti des centaines de milliers de martyrs et de bléssés, enduré toutes sortes de souffrances, traversé des tragédies sans jamais défaillir et sans que sa volonté ne s’émousse. Au contraire, il n’a cessé de renforcer sa détermination à demeurer attaché à sa patrie palestinienne et à son identité nationale.

 

Les dirigeants israéliens, en proie à une euphorie trompeuse, s’étaient imaginé qu’après notre départ de Beyrouth l’OLP allait être engloutie par la mer. Ils ne s’attendaient pas à ce que le départ vers les exils se transforme en chemin du retour à la patrie, au véritable champ de bataille, à la Palestine occupée.

 

C’est alors qu’advint l’héroÏque soulèvement populaire à l’intérieur de notre terre occupée, cette Intifada qui s’est levée pour se poursuivre jusqu’à la réalisation de nos objectifs de liberté et d’indépendance nationale.

 

Je m’enorgueillis d’être l’un des fils de ce peuple qui trace avec le sang de ses enfants, de ses femmes et de ses hommes l’admirable épopée de la résistance populaire, réalisant des miracles quotidiens, frisant la légende pour que son Intifada continue, pour qu’elle se développe et s’étende, jusqu’à ce qu’elle impose sa volonté et fasse la preuve que le droit peut l’emporter sur la force.

 

Chaleureuses salutations aux masses de notre peuple qui forgent aujourd’hui cette expérience révolutionnaire et démocratique unique en son genre !

 

C’est cette foi que la machine de guerre israélienne n’a jamais pu ébranler, que les balles de toutes sortes n’ont jamais pu réduire ni terroriser, dont l’ensevelissement des vivants, les os brisés, les avortements provoqués par les gaz et la mainmise sur les ressources en eau n’ont jamais pu venir à bout, et que ni les arrestations, ni les prisons, ni les exils, ni les expulsions hors de la patrie n’ont affaiblie. Quant aux châtiments collectifs, aux dynamitages de maisons, à la fermeture des universités, des écoles, des syndicats, des associations et des institutions, quant à l’interdiction des journaux et au blocus des camps, des villages et des villes, tout cela n’a fait que raffermir cette foi, jusqu’à ce que la révolution embrasse chaque foyer, jusqu’à ce qu’elle s’enracine dans chaque pouce de la terre de la patrie.

 

Un peuple qui a parcouru cet itinéraire, un peuple héritier de cette histoire ne peut être défait. Nulle force et nulle terreur ne sauraient lui faire renier sa foi parfaite en son droit à une patrie comme en son adhésion aux valeurs de la justice, de la paix, de l’amour et de la coexistence tolérante. Et comme le fusil du révolutionnaire nous a protégés, empêchant notre liquidation et l’annihilation de notre identité nationale sur le champ brûlant des combats, nous avons une totale confiance en notre capacité à défendre notre rameau d’olivier sur le champ des batailles politiques. Le ralliement mondial à la justesse de notre cause et en faveur de l’instauration de la paix basée sur la justice démontre sans ambiguïté que le monde sait aujourd’hui qui est le bourreau et qui est la victime, qui est l’agresseur et qui est l’agressé, qui mène la lutte pour la liberté et pour la paix et qui est le terroriste. Et voici que les pratiques quotidiennes des forces d’occupation et des bandes de colons fanatiques et armés contre notre peuple, ses enfants et ses femmes mettent à nu le visage hideux de l’occupation israélienne, le révèlent dans sa vérité d’agresseur.

 

Cette conscience mondiale grandissante a fini par toucher des groupes juifs eux-mêmes, à l’intérieur comme à l’extérieur d’Israël, dont les yeux se sont ouverts à la réalité du problème et à l’essence du conflit, et qui ont pris conscience des pratiques quotidiennes inhumaines qui détruisent la tolérance dans l’âme même du judaïsme. Il est désormais bien difficile, voire impossible, pour un Juif de déclarer son refus de l’oppression raciste et son attachement aux libertés et aux droits de l’homme et de se taire face aux violations israéliennes des droits de l’homme, face aux crimes commis à l’encontre du peuple et de la patrie palestiniens, et plus particulièrement face aux pratiques quotidiennes odieuses des Occupants et des bandes de colons armés.

 

Nous faisons une claire distinction entre le citoyen juif dont les milieux israéliens au pouvoir tentent d’étouffer et de dénaturer la conscience, d’une part, et les pratiques des dirigeants israéliens, d’autre part.

 

Plus encore, nous réalisons qu’il y a en Israël comme hors d’Israël des Juifs nobles et courageux qui n’approuvent pas la politique de répression et les massacres, qui réprouvent la Politique d’expansion, de colonisation et d’expulsion du Gouvernement d’Israël et qui reconnaissent à notre peuple un droit égal à la vie, à la liberté et à l’indépendance. Au nom du peuple palestinien, je les remercie tous pour cette position courageuse et honorable.

 

Notre peuple ne revendique aucun droit qui ne soit le sien, qui ne lui soit reconnu par le droit et les lois internationales. Il ne veut pas d’une liberté au détriment de la liberté d’un autre peuple ni d’un destin qui annulerait celui d’un autre peuple. Notre peuple refuse tout privilège dont il pourrait jouir aux dépens d’un autre peuple, comme il refuse qu’un autre peuple jouisse de privilèges à ses dépens. Notre peuple aspire à l’égalité avec tous les autres peuples, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. J’adresse cet appel à tous les peuples du monde, et particulièrement à ceux qui ont subi l’occupation nazie, et qui ont alors considéré que leur devoir consistait à tourner la page de la tyrannie et de l’oppression exercées par un peuple sur un autre, et d’apporter aide et soutien à toutes les victimes du terrorisme, du fascisme et du nazisme. J’en appelle à ces peuples pour qu’ils prennent clairement conscience de la responsabilité que l’histoire leur a fait porter à l’égard de notre peuple martyrisé qui réclame pour ses enfants une place au soleil de leur patrie, pour qu’ils puissent y vivre comme les enfants du monde entier, libres sur une terre libre. (..)

 

Nous nous accordons tous ici sur le fait que la question palestinienne constitue le problème des problèmes du monde contemporain. C’est la question la plus anciennement inscrite à l’ordre du jour de vos travaux. C’est le problème régional le plus complexe, le plus ramifié, le plus dangereux pour la paix et la sécurité mondiales. (..)

 

Notre Conseil national palestinien, par une pratique démocratique totalement libre avait adopté une série de résolutions sérieuses, constructives et responsables. Ces résolutions ont frayé le chemin de l’approfondissement et de la manifestation de notre désir de contribuer à la recherche d’un règlement pacifique garantissant les droits nationaux et politiques de notre peuple ainsi que la sécurité et la paix pour tous.

 

La première et la plus décisive des résolutions prises par notre conseil, c’est la proclamation de l’Etat de Palestine avec pour capitale Al Qods Al Charif, Jérusalem.. en vertu des sacrifices de générations successives (..) et du  droit à l’autodétermination, à l’indépendance politique et à la souveraineté sur son sol, conformément à vos résolutions successives.  

 

Cet Etat de Palestine est l’Etat des Palestiniens où qu’ils soient. Ils pourront y développer leur identité nationale et culturelle. Ils y jouiront de la pleine égalité des droits et de leurs convictions religieuses et Politiques, ainsi que de leur dignité humaine. Ils y seront protégés par un régime parlementaire et démocratique fondé sur les principes de la liberté d’opinion, la liberté de constituer des partis, la prise en considération par la majorité des droits de la minorité et le respect par la minorité des décisions de la majorité, la justice sociale, l’égalité et l’absence de toute discrimination dans les libertés publiques sur la base de la race, de la religion, de la couleur, ou entre la femme e l’homme, à l’ombre d’une constitution qui assure la primauté de la loi et l’indépendance de la justice, en totale fidélité à l’héritage spirituel de la Palestine, patrimoine fait de tolérance et de cohabitation entre les religions à travers les siècles.

 

L’Etat de Palestine est un Etat arabe, son peuple fait partie intégrante de la nation arabe, de son patrimoine, de sa civilisation et de ses aspirations au progrès social, à l’unité et à la libération. Il se réclame de la Charte de la Ligue des Etats arabes, de la Charte de l’ONU, de la Déclaration universelle des droits de l’homme et des principes du non-alignement..

 

Cet Etat est épris de paix et attaché aux principes de la coexistence pacifique ; il oeuvrera de concert avec tous les Etats et tous les peuples pour instaurer une paix permanente basée sur la justice et le respect des droits.


Notre Conseil national a également affirmé la nécessité du retrait d’Israël tous les territoires palestiniens et arabes qu’il a occupés en 1967, y compris la Jérusalem arabe, l’établissement de l’Etat palestinien et l’abolition de toutes 1es mesures de rattachement et d’annexion, ainsi que le démantèlement des colonies édifiées par Israël dans les territoires palestiniens et arabes depuis 1967. Toutes ces exigences ont été formulées par les sommets arabes (..)
Le Conseil national a renouvelé sa conviction que le Conseil de sécurité des Nations Unies devait établir et garantir les dispositions de la sécurité et de la paix entre tous les Etats parties au conflit dans la région. (..) Ces résolutions apportent une réponse claire et ferme à tous les alibis et les prétextes colportés par certains Etats au sujet de la position et de la politique de l’Organisation de libération de la Palestine. Alors que notre peuple, par son soulèvement comme par l’intermédiaire de ses représentants au Conseil national, votait pour la paix (..),  le Gouvernement israélien, pour sa part, alimente les tendances agressives et expansionnistes.  La partie palestinienne a formulé de son côté des positions politiques claires et responsables. l’administration américaine se refuse toujours à appliquer des critères uniques pour toutes les parties au conflit (..) Je tiens ici à rappeler que reconnaître aux deux parties au conflit l’égalité des droits sur la base de la réciprocité constitue la seule approche  (face à un) Etat d'Israël bardé des armes les plus modernes, y compris  nucléaires. Notre Conseil national a renouvelé son engagement vis-à-vis des résolutions des Nations Unies qui affirment le droit des peuples à résister à l’occupation étrangère, à la colonisation et à la discrimination raciale ainsi que leur droit à lutter pour l’indépendance. Il a également renouvelé son

refus du terrorisme sous toutes ses formes, y compris le terrorisme d’Etat (..) Je salue tous ceux que je vois face à moi dans cette salle, qui ont un jour été accusés d’être des terroristes par leurs bourreaux et leurs colonisateurs au cours des combats menés dans leurs pays pour les libérer du joug de la colonisation. Ce sont aujourd’hui des dirigeants investis de la confiance de leurs peuples et de fidèles et sincères partisans des principes et des valeurs de la justice et de la liberté. (..) Le Conseil national palestinien a fondé ses résolutions sur le réalisme, prenant en considération les circonstances particulières aux Palestiniens et aux Israéliens ainsi que la longue histoire de tolérance qui les a unis dans le passé. Les Nations Unies ont à l’égard de notre peuple et de ses droits une responsabilité historique exceptionnelle. Voici plus de 40 ans que les Nations Unies ont décidé, sur la base de la résolution 181 (Il), d’établir deux Etats en Palestine, l’un arabe palestinien et l’autre juif. Et nous voyons qu’en dépit de l’injustice historique qui a frappé notre peuple, cette résolution assure aujourd’hui encore les conditions de légitimité internationale qui garantissent le droit du peuple arabe palestinien à la souveraineté et à l’indépendance nationale. L’accélération du processus de paix dans la région requiert un effort exceptionnel de la part de toutes les parties concernées et de leurs partenaires internationaux. Je citerai plus précisément les Etats-Unis d’Amérique et l’Union soviétique, investis d’une grande responsabilité vis-à-vis de la cause de la paix dans notre région. Premièrement, que de sérieux efforts soient déployés pour réunir le Comité préparatoire de la Conférence internationale de paix au Moyen-Orient (..) Deuxièmement, partant de notre foi en le rôle vital des Nations Unies et fort de la confiance que nous accordons à la légalité internationale, nous réclamons une action visant à mettre notre terre palestinienne occupée sous la tutelle momentanée des Nations Unies : que s’y déploient des forces internationales qui protègent notre peuple en même temps qu’elles supervisent le retrait des troupes israélien de notre patrie. Troisièmement, l’Organisation de libération de la Palestine recherchera un règlement pacifique global avec les parties concernées au conflit arabo-israélien (..) le respect du droit de toutes les parties (..) à exister dans la paix et la sécurité (..) J’affirme que nous sommes un peuple qui aspire à la paix, comme tous les peuples de la terre, peut-être avec un peu plus d’ardeur, étant donné la longueur de cette épreuve tout au long de ces années et la dureté de la vie que mènent notre peuple et nos enfants, qui ne peuvent jouir d’une vie normale, à l’abri des guerres, des malheurs, de la souffrance et de l’exil, de la dispersion et des difficultés de la vie quotidienne. Que s’élèvent des voix pour soutenir le rameau d’olivier, pour appuyer la pratique de la coexistence pacifique et pour renforcer le climat de détente internationale (..) Je suis venu à vous au nom de notre peuple, la main ouverte, pour que nous œuvrions à instaurer une paix véritable, une paix bâtie sur la justice. (..).Je m’adresse ici tout particulièrement aux Israéliens de toutes les catégories, de tous les courants et de tous les milieux et, avant tout, aux forces de la démocratie et de la paix, et je leur dis : Venez ! Loin de la peur et de 1a menace, réalisons la paix Je dis : « O gens du Livre, retrouvez-vous en une seule parole », pour que nous établissions la paix sur la terre de la paix, la terre de Palestine.


Les Juifs en Palestine,
par le Mahatma Gandhi



Mohandas Karamchand Gandhi, août 1942Wikipedia.

 

[Extrait de "Ma Non-Violence" par le Mahatma Gandhi, édité par Sailesh Kumar Bandopadhaya - Ahmedabad : Navajivan Publishing House - 1960] (SEGAON,  Vol. 74, pp. )  (Texte écrit le 26 novembre 1938, Harijan,  [traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier*]


 

(Extraits) J'ai reçu plusieurs lettres dans lesquelles on me demande d'exposer mes vues sur la question arabo-juive en Palestine et la persécution anti-juive en Allemagne. Ce n'est pas sans quelque hésitation que je me risque à offrir mes opinions sur cette question très délicate.

Toute ma sympathie est acquise aux Juifs. J'ai connu certains d'entre eux, d'une manière très intime, en Afrique du Sud (..) La similarité entre le traitement que les Chrétiens leur ont infligé et celui que les Hindous infligent aux Intouchables est frappante.

A part les amitiés qu'il m'a été donné de nouer avec certains d'entre eux, ma sympathie pour les Juifs ressortit donc à des raisons de caractère universel.

Mais ma sympathie ne me rend pas sourd aux exigences de la justice.

L'appel à un foyer national pour les Juifs ne me séduit guère.

La légitimité en est recherchée dans la Bible et dans la ténacité dont les Juifs ont depuis tout temps fait preuve dans la formulation de leur attachement à un retour en Palestine. Pourquoi ne pourraient-ils pas, comme les autres peuples sur Terre, faire de cette contrée leur pays où naître et où gagner sa vie ? La Palestine appartient aux Arabes de la manière dont l'Angleterre appartient aux Anglais ou la France aux Français. Il serait injuste et inhumain d'imposer (une domination par) les Juifs aux Arabes.

Ce qui se passe en Palestine, de nos jours, ne saurait être justifié au nom d'un quelconque code moral de conduite.

Les mandats n'ont pas d'autre justification que la dernière guerre mondiale (la Première). Ce serait à n'en pas douter un crime contre l'humanité de contraindre ces Arabes si justement fiers à ce que la Palestine soit restituée aux Juifs en tant que leur foyer national, que ce soit partiellement, ou en totalité.


Une alternative bien plus noble serait d'insister sur un traitement équitable des Juifs où qu'ils soient nés et où qu'ils aient été élevés.

.

Si les Juifs n'ont pas d'autre foyer national que la Palestine, vont-ils accepter l'idée de devoir être contraints à quitter les autres parties du monde où ils sont installés ? Ou bien voudront-ils une double patrie, où ils puissent demeurer selon leur bon plaisir ?

La revendication d'un foyer national pour les Juifs ne fait qu'offrir sur un plateau une justification présentable à l'Allemagne qui expulse ses Juifs.

Mais la persécution allemande des Juifs semble ne pas avoir de parallèle dans l'histoire. Les tyrans de jadis n'étaient jamais allés aussi loin dans leur folie que semble l'avoir fait Adolf Hitler.

Mais je ne crois en aucune guerre. L'Allemagne est en train de démontrer au monde entier comment la violence peut être utilisée efficacement lorsqu'elle n'est entravée par aucune hypocrisie ni aucune faiblesse se faisant passer pour de l'humanisme.

 
Les Juifs peuvent-ils résister à cette persécution planifiée et éhontée ?

Ont-ils un moyen de préserver leur dignité, et de ne pas tomber dans le désespoir et l'abandon d'eux-mêmes ? Je fais le pari que c'est possible.

Nul être humain croyant en un Dieu vivant ne doit se sentir impuissant ou abandonné.

Jéhovah, le Dieu des Juifs, est un Dieu plus personnel que celui des Chrétiens, des Musulmans ou des Hindous, bien qu'il s'agisse, en fait, par essence, du Dieu commun à tous ces croyants

Mais comme les Juifs attribuent à Dieu une personnalité et croient qu'Il commande chacun de leurs actes, ils ne devraient pas se sentir impuissants.

… Et maintenant, un mot aux Juifs de Palestine.

Mais s'ils doivent absolument considérer la Palestine de la géographie comme leur foyer national,

c'est un péché inexpiable d'y pénétrer à l'ombre du canon britannique. Un acte de nature religieuse ne saurait être posé avec l'assistance des baïonnettes et des bombes. Ils ne peuvent s'installer en Palestine qu'en respect de la bonne volonté des Arabes. Ils devraient s'efforcer de se gagner le coeur des Arabes. C'est le même Dieu qui commande aux coeurs des Arabes et à ceux des Juifs…

Ils trouveront le monde à leurs côtés dans leur aspiration religieuse.

Il y a des centaines de manières de s'entendre avec les Arabes, pour peu qu'ils écartent résolument l'aide que leur apporte la baïonnette britannique.

Telles que les choses se déroulent actuellement, ils sont co-responsables avec les Britanniques de la spoliation d'un peuple qui ne leur a jamais porté un quelconque tort.

Je ne défends pas les excès des Arabes. J'eusse aimé qu'ils eussent adopté la non-violence dans leur résistance à ce qu'ils considèrent à juste titre comme une agression inqualifiable contre leur pays.

Mais si l'on se réfère aux lois généralement admises du bien et du mal, rien ne peut être dit contre la résistance des Arabes à une injustice massive.

Laissons les Juifs qui prétendent être le peuple élu en apporter la preuve par choix qu'ils feront de la non-violence afin de revendiquer une place sur cette terre. Tout pays est le leur, Palestine y comprise, non pas en conséquence d'une agression, mais en vertu d'un service altruiste envers leur prochain. Un ami juif m'a envoyé un livre intitulé "La contribution juive à la civilisation", écrit par un Cecil Roth. Ce livre énumère tout ce que les Juifs ont apporté à la littérature, aux arts, à la musique, au théâtre, à la science, à la médecine, à l'agriculture etc… de part le monde. Avec un tel héritage, les Juifs sont fondés à refuser d'être traités comme les déchets de l'Occident, d'être méprisés ou traités avec condescendance.


Ils peuvent obtenir le respect et l'attention du monde en se montrant dignes d'avoir été choisis par Dieu, au lieu de tomber dans la déchéance des brutes oubliées de Dieu.


Ils peuvent ajouter à leurs contributions, innombrables et inestimables, (à l'Humanité) celle, suprême, de l'action non-violente.


Note de M. Marcel Charbonnier qui a traduit le texte du Mahatma Gandhi


Une grande figure de ce monde, réputée pour sa sagesse et sa non-violence, était clairement anti-sioniste, sans mâcher ses mots et sans langue de bois.
Deuxièmement, je veux montrer qu'au début et jusqu'à la moitié du 20è siècle la communauté internationale était loin d'être favorable au projet sioniste. Contrairement à aujourd'hui ou leur propagande a très bien fonctionné et où tout le monde a accepté cet état de fait. Nous voyons même des arabes dire "Après tout c'est chez-eux" et autres foutaises. Je veux montrer qu'il n'y a rien de choquant à soutenir que l'État appelé Israel est illégitime et qu'il n'y a rien d'antisémite à penser cela. A moins que Gandhi soit antisémite.




Partager cet article

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article

commentaires

R-sistons à l'intolérable 14/11/2009 00:24


J'avais remarqué ce texte, Nara, tu fais bien de le citer

bien à toi, eva


R-sistons à l'intolérable 14/11/2009 00:23


Merci cher Nara pour ce rappel  (Hertzl)

je n'ai rien compris, ici :


Chaotique musique sur tas de fausses notes...
Manque peut-être aussi d'une pensée profonde...





 Of "Kissing" par exemple !

On the road again ?

cordialement, eva



R-sistons à l'intolérable 14/11/2009 00:17


Marie, chère Marie, je viens de réceptionner mon camping-car, c'était comme le soir de Noël une petite fille qui reçoit sa maison de poupée ! je t'embrasse, eva


R-sistons à l'intolérable 14/11/2009 00:15



Et Alain, avec la crise, ils ont de moins en moins l'envie de s'intéresser aux autres ! Cordialement, eva



naradamuni 13/11/2009 12:09


Je me permet un copier/coller :

Les libertés publiques ne sont plus enserrées dans des murs en béton. Depuis la chute du symbole de l’étouffement des
libertés qu’était Le Mur de Berlin.


 


Du moins, sous nos latitudes…


 


En Palestine, il est deux fois plus haut et plus solide. Il ne cesse de s’étendre.


 


Ailleurs, coups d’Etat, tortures, exécutions, enlèvements, élections truquées, bombardements, occupations militaires, en sont un substitut encore plus atroce.
Mais, il convient de ne jamais l’évoquer…


  Vingt ans !… Ne cessent de s’extasier les médias, célébrant cette disparition en chœur.
Coordination, déploiement, ratissage, impeccables. Gros budgets. Tambours et trompettes. Pluies diluviennes d’euros et de dollars…


  Nous l’avons tous compris.
Une de leurs grandiloquentes campagnes de propagande. Nous
agrippant par les oreilles et le col, nous matraquant dès le petit-déjeuner, pour endormir les citoyens que nous sommes.


  Nous convaincre de notre
état paradisiaque de « citoyen libre ».


  Restons
lucides.


  Dans nos pays
« riches », « développés », les progrès techniques de communication et de désinformation rendent obsolètes, archaïques, ces excroissances de béton et de fil de fer
barbelé.


  Pour étouffer la liberté
d’expression et l’esprit critique, s’élèvent des murs virtuels qui ne se perçoivent pas à première vue. Encore plus efficaces.


  Lentement, implacablement,
s'érigeant dans le silence complice des politiciens. Pour ne pas changer…


  De nombreux piliers pour
le soutenir. Dont l’architecture et la mise en œuvre sont élaborées par des officines spécialisées qui ne font que cela à longueur d’années. Concevoir stratagèmes, désinformations et
contrevérités.


  Nous faire croire que la
lune est carrée, qu’un dictateur sanguinaire est un démocrate. Qu’un dirigeant régulièrement élu est un dictateur, à partir du moment où il n’accepte pas ce qu’une « grande puissance »
lui dicte.  Qu’il y a des élections truquées où il n’y en a pas. Ou, vice-versa, qu’il n’y en a pas, là où il y en a. Même si l’arnaque crève les yeux, comme on vient de le voir en
Afghanistan.


 


L’étape ultime étant « la censure ».


  Censure déguisée, bien
sûr. Nous sommes en « démocratie ». Comment transformer des citoyens en consommateurs, muets et autant que possible apeurés ? La peur renforçant leur mutisme.


  Pour les castes au
pouvoir, « la peur » n’est pas le commencement de la sagesse des sujets qu’ils gouvernent. C’est l’instrument qui leur cloue le bec.


  Un des meilleurs
artifices, pour étouffer liberté d’expression et esprit critique, est « l’arsenal juridique ». Sans cesse travaillé, modernisé, actualisé. Avoir la « justice » avec soi, pour
bâillonner son peuple, le rêve de tout autocrate…


  Connaissez vous le
SLAPP ?… Une pandémie, dans nos pays occidentaux.


  Le Strategic Lawsuit
Against Public Participation. On pourrait traduire par : Action Judiciaire Stratégique contre la Mobilisation Citoyenne.


  Ce sont des actions en
justice, dont le modèle est anglo-saxon à l’origine, destinées à intimider, dissuader, entraver, bloquer les actions menées par des groupes de citoyens, de consommateurs, de médias, qui ont le
courage de dénoncer des produits, ou des services, qu’ils estiment contraires aux intérêts de la collectivité.


  Notamment, sur le plan des
risques sanitaires que font prendre des groupes financiers de l’Agro-Business, de l’Industrie, de la Grande Distribution. Publics ou privés.


  L’objectif premier est
d’étrangler financièrement, par le coût des procès à répétition et l’enjeu des sommes demandées, l’action des citoyens ou des médias se mobilisant pour une cause, dans l’intérêt d’une
collectivité.


  Dans mon billet précédent,
je vous ai cité un cas, Afrique : Pillage et
Pollution… Il mettait en cause une société britannique pratiquant la mondialisation de la pollution.. (1)



R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages