9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 21:56
 
Pour info, je vous communique
exceptionnellement
le contenu de ma
dernière newsletters.



Chers fidèles lecteurs,

Comme je vous l'avais annoncé, j'ai retiré les infos provisoires publiées (désormais placées en commentaires dans l'avant-dernier post), une technique que je reprendrai pour attirer l'attention sur certains faits.

Je vous rappelle que vous avez en présentation sur mon blog (celle-ci a changé, j'ai ajouté encore aujourd'hui toutes sortes de liens, regardez !), en haut, un lien pour les pétitions, et un autre pour les rendez-vous de blogueurs. N'oubliez pas de lire la presse alternative, et d'acheter les T-shirts militants d'Arthenice (voir présentation blog, à droite).

Je vous écris afin de vous annoncer que j'ai modifié le post " Résistance, ou terrorisme ? " ;  j'ai ajouté dans le prolongement, le début d'un article (que vous pourrez lire en entier dans le Monde Diplomatique, en lien) auquel je tiens beaucoup, car vous le savez, je suis comme Martin Luther King, adepte de la non-violence active. Il s'agit de la résistance non-violente contre Israël, un entretien de M. Barghouti avec Ignacio Ramonet, du Diplo.

Je vous encourage à le lire.

Vous le savez, je vais alterner mes articles, de fond, d'investigation, de dénonciation, d'alerte (sur des thèmes qui me semblent nécessaires à la compréhension du monde tel qu'il est, et non tel que les médias traditionnels nous le présentent - ou qui ne sont pas traités) avec des contre-infos qui me paraissent décisives. Des liens variés seront joints, pour des papiers intéressants.

Comme je tiens à vous proposer des articles bien documentés, je les alternerai avec des articles écrits par d'autres, sélectionnés en fonction de leur qualité ou parce qu'ils nous permettent de mieux appréhender la réalité. Mes prochains articles parleront de la main-mise des EU sur la France, dans tous les domaines, de Sarkozy fossoyeur de la France, de l'OTAN, des ONG très particulières etc etc. Bien entendu, si l'actualité ne bouscule pas tout ça !  Et sans m'interdire de temps à autre un "coup de colère" contre les maîtres du monde.

Ne soyez pas surpris si à chaque parution, vous êtes alertés deux ou trois fois à la suite : C'est pour prévenir des "communautés" (de blogueurs) différentes, afin de "booster" mon audience. J'ai une parole libre, je tiens à ce qu'elle soit répandue pour, à sa manière, participer à la propagation de la contre-information si nécessaire.

Vous pouvez recommander mon blog à vos amis, il y a une rubrique pour cela, ou, si vous êtes fauchés, leur offrir un abonnement gratuit à mon blog.

Et je vous rappelle que vous pouvez visiter mes autres blogs (liste à droite de l'écran, en haut, sous la présentation de mon blog).

Je vous embrasse bien fort, très amicalement à vous

Eva

Blog créé en juillet 2007. Bientôt 60.000 visiteurs individuels, plus les abonnés, les visiteurs par moteurs de recherche ou par sites (Soit pratiquement le double).



_____________________________________________________________________________________


Reçu à l'instant, ce courriel, d'un correspondant de presse, Igor. Intéressant !


evaresis@yahoo.fr
Objet: Turpitudes:Quand l’armée israélienne soutient les Kurdes




Israël est officiellement un grand allié de la Turquie mais cela
n’empêche pas ses sociétés militaires privées d’entrainer les
groupes paramilitaires kurdes.

En effet, depuis 2004, des anciens membres des forces spéciales
israéliennes sont présents dans le Kurdistan irakien afin d’entrainer
des soldats kurdes (les Peshmerga).

Ils ont ainsi instruit l’unité de protection de l’aéroport de
Hawler, près de la ville d’Erbil. Ils ont aussi formé une centaine de
Peshmerga aux “opérations spéciales”.

La société responsable de ces entrainements s’appellent INTEROP dont l’un des fondateurs, Danny Yatom, est l’ancien patron des services secrets israéliens (le MOSSAD). Il deviendra parlementaire par la suite.

Son successeur à la tête d’INTEROP, M.Michaels, était également
un ancien de l’appareil sécuritaire puisqu’il fut officier dans une
unité anti-terroriste.

La grande question est le pourquoi ? L’argent ?
Sans doute mais tout le monde sait que les sociétés militaires
privées israéliennes ne vont pas là où leur gouvernement ne veut
pas.

Utiliser les kurdes ? Contre l’Iran, sans doute mais tout le monde sait
bien que les ”Peshmerga” ainsi formés s’empresseront de faire
partager leur nouveau savoir à leurs frères du PKK, ennemi juré du
plus grand allié d’Israël dans la région : la Turquie.
Qu’Israël soutienne des groupes terroristes contre l’Iran, tels les
Moudjahidins du Peuple (OMPI/CNRI), est logique pour la politique
israélienne.

Mais pourquoi soutenir, même indirectement, l’ennemi de leur plus
proche allié ?

Et bien d’abord car il existe aussi des indépendantistes kurdes en Iran
et qu’on veut les instrumentaliser contre Téhéran. Mais aussi car les
aéroports situés au Kurdistan irakien pourraient bien servir de base
pour les avions citernes qui devraient ravitailler des avions
israéliens en vol lors d’un raid contre l’Iran.

A ce jour, ni les autorités autonomes du Kurdistan irakien ni l’état
hébreu n’ont reconnu cette collaboration…


Source:
http://geostratos.wordpress.com

in http://be.novopress.info/?p=3995


______________________________________________________________________________________



Et je trouve à l'instant ceci sur http://marcfievet.com,


Petits cadeaux militaires entre amis.....




Les Etats-Unis pourraient offrir à Israël un puissant radar qui renforcerait considérablement les pouvoirs de défenses israéliennes contre les missiles balistiques et l’inclurait directement dans un bouclier de défense américain, selon l’agence

par Rebecca Serfaty
dimanche 11 mai 2008 - 21:35

Le président américain, George Bush, devrait s’entretenir de cette question
pendant son séjour en Israël mercredi 14 et jeudi 15 mai,
séjour qui marquera le 60 a anniversaire de l’Etat d’Israël,
ont déclaré des personnes mêlées à l’affaire.

C’est probablement « la question numéro 2 » qui sera abordée par Bush,
après la question du processus de paix entre Israël et les Palestiniens,
a indiqué le sénateur républicain de l’Illinois, Mark Kirk. Ce dernier a été
un des premiers à appeler à rapprocher les liens entre les systèmes
de défenses anti missiles des USA et d’Israël. C’est l’agence de défense
anti missile du Pentagone qui développe ce bouclier.

Riki Ellison, un des partisans des missiles de défense, proche du Pentagone
et des sociétés participant à la construction de l’engin, a informé
que donner à Israël le système de détéction du missile était
en ce moment à l’ordre du jour.

Le système, connu sous le nom de « forward basic based radar » est
transportable par air et utilise de puissantes impulsions pour
traquer des objets volant, comme des missiles.

Le système de Raython et cie peut traquer et suivre un objet d’une taille
d’une balle de base ball à une distance de 4700 km. Les missiles
menaçant Israël se trouvent à une distance de 1300 km : le temps
de réaction dont disposerait Israël serait de 11 minutes.

Selon Reuters, à partir du moment où un missile Shahab 3 serait tiré d’Iran,
le système américain donnerait l’alerte en Israël très tôt a expliqué Kirk
à Reuters. Des spécialistes américains estiment qu’Israël pourra identifier
 le missile alors qu’il survolera encore l’Iran. Des sources israéliennes ont
indiqué que le système israélien Green Pine était capable
des mêmes performances.

Israël a négocié un série de cadeaux de la part de Bush, y compris
des accords militaires et technologiques, a informé un officiel de la Défense israélienne. En plus de la capacité opérationnelle et technologique du système américain, il s’agirait d’une décision politique qui ferait office de message
au sujet de l’engagement américain pour la sécurité d’Israël.

Le Pentagone prévoit de placer 4 radars X-Bands transportables, y compris
celui déjà mis en place près de Shariki au Japon, afin de protéger contre des
missiles qui pourraient être tirés de la Corée du nord, a déclaré un porte
parole de la défense anti missile américaine.

Un deuxième devrait être placé à proximité de l’Iran, sûrement dans l’est de
la Turquie ou en Georgie, si l’autorisation en est donnée. De plus, les Etats-Unis attendent l’approbation définitive d’un site fixe et étendu de radar en
Tchéquie prévu en 2013.



Le cadeau d’adieu de Bush  (source)



________________________________________________________________________________________



Et toujours sur le site
http://marcfievet.com,

En France,
Rupture avec les
Droits de l' Homme...
Et la Ligue des Droits de l' Homme ?



Les abus de langage de la Ligue des droits de l'homme

Par Philippe Bilger, Magistrat. Pour lequel le dernier rapport de la Ligue des Droits de l'Homme démontre l'engagement partisan de cette association, et le dévoiement de sa noble cause.


Les abus de langage de la Ligue des droits de l'homme
La Ligue des droits de l'Homme (LDH) vient de publier son rapport sur «L'état des droits de l'Homme en France», sous le titre «Une démocratie asphyxiée». On ne sera pas étonné de constater que, pour cette organisation, le bilan est accablant.
Qu'on en juge à partir, notamment, de l'excellente synthèse qu'en a donnée le site de 20 minutes. Pour répliquer à cette charge qui, honnête, n'appellerait aucune réserve, je soutiens que si rien n'est faux, tout est tronqué, partiel et partial dans cette dénonciation. C'est comme si on s'était contenté de décrier la nuit en omettant l'existence du jour.

Il y aurait, selon la LDH, «surtout une rupture avec les droits de l'Homme» et aucune institution, notamment pas le pouvoir judiciaire, n'aurait résisté «au présidentialisme de Nicolas Sarkozy». Je ne crois pas qu'on puisse décréter aussi péremptoirement un recul de l'Etat de droit sauf à avoir de celui-ci une conception figée qui le contraindrait à ne jamais s'adapter aux évolutions sociales et aux transgressions modernes. Quant au pouvoir judiciaire, il ne semble pas qu'il ait été affecté dans son essence et ses pratiques par la première année présidentielle. Certes, Nicolas Sarkozy, pour célébrer Rachida Dati par contraste, a traité les magistrats de la Cour de cassation de "petits pois" et des critiques ont été formulées sur le comportement ministériel du garde des Sceaux, aussi bien à la Chancellerie que dans sa vie mondaine illustrée par certains médias. Il serait abusif de relier ces humeurs intimes, ces traits personnels à l'élaboration d'une politique, à la condition de la magistrature et à la qualité de la justice. Les premiers n'ont pas affecté les secondes. Aussi, la «résistance» du pouvoir judiciaire est demeurée ce qu'elle a toujours été en face de l'autorité politique : fortement corporatiste, très négative, jamais enthousiaste devant les réformes proposées mais totalement libre dans ses expressions professionnelles et syndicales.

Les sans-papiers ne sont pas traqués

Ensuite, à cause de la multiplication des fichiers sur les personnes et de leur croisement, il y aurait un risque pour les libertés publiques et un menaçant quadrillage de la société. D'une part, quelle avancée technique, nécessaire à la sauvegarde de la démocratie, ne constitue pas par elle-même un possible danger mais faudrait-il s'arrêter là et baisser la garde ? D'autre part - et en conséquence directe de l'observation précédente -, le propre d'un Etat républicain est précisément de ne jamais refuser ce qui va permettre de mieux assurer la tranquillité et la sûreté publiques mais de veiller à un contrôle vigilant et permanent des modalités qui seront mises en oeuvre. Le risque qu'invoque la LDH ne doit pas être pris à la légère mais il n'est pas de nature à dissuader une société de se défendre. On sait qu'en amont l'élaboration des fichiers est soumise à des vérifications scrupuleuses au regard, notamment, des préoccupations légitimes de la LDH. En aval, pour peu que l'utilisation des moyens ne soit pas laissée sans surveillance, la fin sera mieux servie, et sa légitimité jamais contestée. Le contraire, qui ressortirait d'un humanisme frileux qu'un principe de précaution éthique ne cesserait pas de nourrir, laisserait la communauté des citoyens, et l'Etat qui en a la charge, dans une situation d'impuissance, certes respectable mais désastreuse.

Par ailleurs, la LDH s'alarme d'un pouvoir qui «prétend définir l'identité nationale(...) sélectionner les immigrés(...) et traquer les sans-papiers jusqu'à déclencher les pires drames humains.» Je ne perçois rien de scandaleux, si on veut bien décaper le débat de la polémique qui le gâte, dans l'exigence d'une identité nationale soumise à certaines règles, dans le désir d'un Etat non pas de "sélectionner" comme des choses mais de choisir et de privilégier telle immigration plutôt que telle autre, sauf à ce que le pays, les bras ouverts, accueille tout le monde en dépit du réalisme. Je déplore l'usage du verbe «traquer» pour dénigrer une politique qui a le droit d'imposer des conditions pour le séjour national et de les faire respecter. Les «drames humains» ne résultent pas de la malignité et du sadisme de l'Etat mais de l'inévitable détresse grosse de tragédies de ces étrangers qui violent nos lois et se voient approuvés par une minorité de nos concitoyens, artistes et donneurs de leçons. C'est la démagogie absurde et facile du "il n'y a qu'à". Les sans-papiers ne sont pas «traqués» mais interpellés, éventuellement poursuivis et condamnés. Et c'est normal.

Il n'y a pas de droit au bonheur

Enfin, le Président de la LDH, Jean-Pierre Dubois, que j'ai connu mais dont la vie m'a séparé - pour lui, une idée n'était acceptable que si elle était conforme au code de «l'humanisme unique» - a résumé le point de vue de son organisation en relevant «qu'il n'y a quasiment pas de sujets sur lesquels nous puissions dire que nous sommes plus heureux qu'il y a un an».
La question du bonheur en politique est une vraie question. Aujourd'hui, être revenu de ses illusions, qu'elles aient été plausibles ou absurdes, ne donne pas une gaîté civique éclatante. La politique déçoit d'autant plus qu'on l'avait cru de retour et l'ancien nous irrite d'autant plus vivement qu'on avait cru au nouveau. Mais, plus spécifiquement, sur le plan des droits de l'Homme et de la politique pénale, le bonheur est un sentiment impossible. Aussi nécessaires qu'aient été les mesures prises - peines planchers, réforme de la carte judiciaire, un droit des mineurs rénové, une politique cohérente pour les étrangers -, aucune ne peut susciter le bonheur. Souhaitables, elles n'aident pas à faire de notre société un paradis, elles lui évitent seulement de devenir un enfer. Et c'est déjà beaucoup.

La LDH, parce qu'elle est une organisation respectable dont le sigle même invite à la congratulation, laisse apparaître sans cesse dans ses constats et dans ce dernier rapport une orientation politique qui est clairement et exclusivement de gauche. Elle n'examine pas, sur le plan des libertés, le pouvoir de droite comme il est mais comme elle le désire. Elle n'hésite pas, sûre qu'elle est de l'approbation dont on la gratifiera dans les cercles éclairés, à remplacer la complexité par le slogan et l'analyse par le réquisitoire. Pour convaincre plus aisément, et sans se gêner, elle exploite seulement une partie du réel qui serait sinon détruite du moins amendée par l'autre. Elle nous propose, par idéologie, une hémiplégie intellectuelle, une sélection éthique. Agissant de la sorte, elle ne fait pas seulement douter d'elle-même mais conduit beaucoup qui refusent ses diktats sommaires à s'opposer vertement à elle au lieu de tirer un meilleur parti de certaines de ses contributions. Excessive, on la fuit. Mesurée, elle pourrait convaincre.

En réalité, l'affrontement met en concurrence deux conceptions de l'Etat de droit. La première le voit fixiste, théorique, inaltérable, bloc de principes et de valeurs au sein de l'écoulement du temps et du bruit et de la fureur du siècle. De sorte que sans cesse dépassé par les transgressions, il ne bénéficie qu'aux transgresseurs. La seconde le perçoit comme une construction constante, inventive, sans cesse légitimée puisqu'elle émane d'une incontestable République. Refusant d'être faible devant les transgressions, il ne sert pas qu'aux transgresseurs. La première croit que l'Etat de droit démontre, une fois pour toutes, la démocratie. Pour la seconde à laquelle j'adhère, la démocratie, chaque jour, le crée.
Aujourd'hui, elle n'est pas asphyxiée.

Dimanche 11 Mai 2008 - 09:00
Philippe Bilger

L' Europe implacable :
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6626

La police de Sarkozy assiège les écoles :
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6622

Le droit à l'alimentation
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6621 
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6617

Greenpeace : Non à 3 nouveaux OGM
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6616

Site à consulter régulièrement pour les Droits de l'Homme
http://www.educationsansfrontieres.org/

Les protestataires anonymes contre l'Eglise de Scientologie
http://www.whyweprotest.net/


PARIS : conf-débat


COLOMBIE, DERRIERE LE RIDEAU DE FUMEE.
HISTOIRE DU TERRORISME D'ETAT 
13 mai 2008

CONFERENCE – DEBAT LES AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE

L' ASSOCIATION CULTURELLE L'ATELIER
LA COORDINATION POPULAIRE COLOMBIENNE DE PARIS
LES EDITIONS « LE TEMPS DES CERISES »

Vous invitent à une conférence–débat
de Hernando CALVO OSPINA,  journaliste au « (...)
 

http://www.legrandsoir.info/spip.php?breve26



________________________________________________________________________________________


Liens intéressants :


Gorbatchev : Impossible de faire confiance aux Américains
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6630

Une journée de siège à Gaza, comme si vous y étiez
http://nouvellesdegaza.over-blog.com/article-19464899.html

Violations Israël
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20080511.
OBS3360/laviation_israelienne_survole_le_sud_du_liban_a_basse_a.html 

Aux USA, certains terroristes sont bien accueillis. Ceux de la CIA ! 
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6646

Un référendum pour ou contre le maintien de Morales en Bolivie
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6641

Le référendum sécessionniste en Bolivie
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6631

Cynisme des EU, Bush accuse l'Inde d'avoir provoqué la crise alimentaire
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6640 

Bolivie, l'apogée de la lutte de classes
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6623

Une flotte US chargée de la surveillance de l' Amérique Latine
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6628 

La tournée européenne de l'émissaire des US contre Cuba
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6619

Compassion substitut au politique
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6609?

Mon mai 68 - mai mondain contre mai social - puis Sarkozy et les fantômes de mai 68
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6280
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6284
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6222


Sarkozy, le fond, la forme, les techniques publicitaires comme gouvernance, D. Bleitrach
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6573

Palestine : l'Alsace-Lorraine des temps modernes ?
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6607

Souveraineté et sécurité alimentaire
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6635

 Envoyez les sous, ou nous envoyons nos clandestins !
http://www.marcfievet.com/article-19457885.html

Respect pour les sodats US tués : Ils sont incinérés avec les animaux !
http://www.marcfievet.com/article-19436280.html

Succes Stories pour le bon peuple
http://www.marcfievet.com/article-19435320.html

Les US ne tolèrent pas de la Russie qu'ils fassent comme eux
http://www.marcfievet.com/article-19435294.html

Les bio-carburants ont fait flamber le prix du maïs
http://www.marcfievet.com/article-19435184.html

Soutiens étrangers du FARC
http://www.marcfievet.com/article-19482176.html

Diviser la gauche pour mieux régner, la nouvelle stratégie
http://www.marcfievet.com/article-19482264.html

Les dessous de l'affaire Kerviel
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6638


Clin d'oeil d'Arthenice à Martin,
administrateur du site la grande conspiration

Vidéo la grande conspiration (Nouvel Ordre Mondial) :
 

...il est un homme de coeur qui fait choeur avec tellement de passion et d'engagement pour combattre l'ignorance, sans aucun sentiment narcissique ou de supériorité, avec tant d'élégance d'esprit et d'âme, choeur avec tous ceux également sentinelles de l'ombre, pour sauver l'âme du monde et des hommes....

http://www.dailymotion.com/video/x3h3y9_la-grande-conspiration_politics
http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/05/12/la-grande-conspiration-4162434




Sur le site de Michel Collon :




_________________________________________________________________________________________

« Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo evaresistons ».

Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 21:21
 
http:/hahids.over-blog.com




Parution Infos pour comprendre le monde tel qu'il est, et non tel qu'on nous le présente :


France : Voici d'abord un Appel de salariés pour les retraites

Appel aux organisations syndicales sur la “réforme” des retraites.
Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

- La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005). Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

2/ Sur les dettes de l"Etat :

- Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

3/ Sur les recettes de privatisations :

- Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait (..).


4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

- 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.

Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

A savoir :

1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

Nous appellons les organisations syndicales du public et du privé à s'emparer de ces questions pour les faire valoir au nom des salariés.

Merci de bien vouloir signer,
divulguer
et faire connaitre
cet appel SVP.

http://www.mesopinions.com/Appel-aux-organisations-syndicales-sur-la-“reforme”-des-retraites-petition-petitions-0511a1ce81db14e2f62fc00bc0e7428f.html

N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.

Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434

voir le commentaire

______________________________________________________________________

Abolition BM et FMI !

Mais la Banque mondiale s’applique surtout à cacher sa propre responsabilité vis-à-vis du peuple palestinien. Le texte de la Déclaration commune de la Conférence internationale des donateurs pour l’Etat palestinien de décembre 2007 prévoyait plus de 7,4 milliards de dollars de promesse de dons internationaux « pour soutenir la construction institutionnelle et la reprise économique des trois années à venir ».

Cependant, ce texte en profitait pour réaffirmer le cadre macro-économique dominant et la volonté des institutions financières internationales de poursuivre sur la voie catastrophique des réformes néolibérales (réduction des dépenses publiques, diminution du nombre de fonctionnaires dans des secteurs aussi importants que l’éducation et la santé, privatisations, suppression des subsides pour les services de base tels que l’électricité |
3|).

En plus de l’annulation de la dette, le CADTM (comité pour l'annulation de la dette du Tiers-Monde) exige l’abandon des politiques d’ajustement structurel, l’abolition du FMI et de la Banque mondiale et leur remplacement par des institutions réellement démocratiques, soucieuses de l’intérêt des populations du Sud et centrées sur la garantie des droits humains fondamentaux. Il s’agit là de la seule manière de permettre aux Palestiniens comme aux autres peuples du Sud de décider enfin de leur propre avenir.

notes articles:

T. HOCINE « Palestine : menace d’un désastre humanitaire » bulletin trimestriel n°33 de l’Association belgo-palestinienne, mai 2007, page 14.

 Service d’information des Nations unies, http://www.un.org / 

| http://www.bicusa.org/en/Article.3706.aspx  


URL:
http://www.cadtm.org  



________________________________________________________________________________________
 

               
               Les USA ? C'est le diable !



Irak : Le machiavélisme des USA 

Ainsi, plus de 80% des éliminations d’intellectuels et d’hommes de sciences ont touché des universitaires, la moitié des victimes portait le titre de professeur ou de professeur adjoint et plus de la moitié d’entre eux exerçait à l’Université de Bagdad, suivie de celles de Bassora, Mossoul et Al Moustansiria. D’autre part plus de 62% des savants assassinés avaient un diplôme de doctorat et le tiers d’entre eux étaient spécialistes de sciences et de médecine. Et le Docteur R’bîi d’ajouter :

« le développement technologique de l’Irak a été un des motifs de l’invasion illégale de l’Irak et ce, en application de l’idée de Madeleine Albright qui avait déclaré (sic) :« Que pouvons-nous faire de l’Irak sauf détruire ses cerveaux,
ce que les bombes atomiques ne sauraient faire ? La destruction des cerveaux irakiens vaut mieux que son bombardement » C’est pour cela que la première action des envahisseurs anglo-américains a été de détruire les organismes de recherche scientifique, les universités et les instituts, l’incendie des bibliothèques et des musées et le pillage systématique de leurs trésors

La menace « de ramener l’Irak au moyen âge », proférée par James Baker au visage des responsables irakiens en 1991, pour les contraindre à coopérer avec son pays, s’est réalisée !

voir http://www.marcfievet.com/article-19457778.html

Trafic de biens culturels, pillages culturels :
http://www.marcfievet.com/article-19435829.html

Au nombre de morts, combien de 11 septembre en Irak ? 
http://www.marcfievet.com/article-19438313.html

Une famille pleure la mort d'un enfant de neuf ans à Bakouba (Reuters).

Beyrouth : Le machiavélisme des USA
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkEpuFyuVuiwlLUBvL.shtml
 

Les émeutes de Beyrouth sont un trompe l’œil. Elles ont été volontairement facilitées par les États-Unis qui espéraient pousser le Hezbollah à tuer les principaux leaders du gouvernement. Car seul un carnage aurait pu justifier une intervention de l’OTAN.

Cependant l’Alliance nationale a fait preuve d’une grande retenue et n’a pas attaqué le palais du gouvernement.

Cherchant à relancer les affrontements, le Premier ministre de facto a dénoncé les deux seules personnalités consensuelles aptes à entreprendre une médiation et a appelé à une contre-grève générale pour créer les conditions de débordements.

En trois jours (7, 8, 9 mai 2008), les cartes ont été entièrement redistribuées au Liban. Si l’on s’en tient à la propagande de l’OTAN déversée par les agences de presse occidentale, le Hezbollah aurait organisé un coup d’État et pris le contrôle de Beyrouth-Ouest. Or, cette version ne tient pas une minute au regard des informations transmises par ces mêmes agences de presse. Premièrement, le Hezbollah a livré de brefs combats contre des intérêts de la famille Hariri à Beyrout-Ouest, mais s’est immédiatement retiré en passant le relais à l’armée, il n’y a donc pas eu de prise de contrôle de la ville.

Deuxièmement, un « coup d’État » est une prise du pouvoir par surprise, mais jamais le Hezbollah n’a tenté de s’emparer du palais du gouvernement ou de liquider l’équipe gouvernementale. Au contraire, le Hezbollah, comme d’aileurs toute l’Alliance nationale, continue à ignorer le gouvernement de facto dont il ne reconnaît pas la légitimité parce que dénué de base constitutionnelle.


4 ans de crise, dont 18 mois de blocage


Les événements de ces trois jours sont un épisode supplémentaire du feuilleton ouvert depuis le vote par le Congrès des États-Unis du Syria Accountability and Lebanese Sovereignty Restauration Act, le 15 octobre 2003. Cette loi, adoptée dans la foulée de l’invasion de l’Irak, donnait au président Bush un blanc-seing pour lancer une nouvelle guerre contre le Liban et la Syrie lorsqu’il le jugerait utile.


J’ai décrit en détail dans L’Effroyable imposture 2 et sur Voltairenet.org,
les plans successifs élaborés par Washington pour parvenir à ses fins et les nombreux rebondissements politiques et militaires de ce projet : l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri au moment où il se rapprochait du Hezbollah, la campagne médiatique pour rendre mensongèrement la Syrie responsable de ce crime, les élections législatives truquées, le retrait de l’armée syrienne hors du Liban, la sous-traitance de la guerre par le Pentagone à Tsahal, l’attaque israélienne et la destruction du Sud du Liban, la victoire militaire du Hezbollah, enfin le maintien illégal au pouvoir du gouvernement Siniora et le blocage de l’élection présidentielle.


Récapitulons un instant les épisodes précédents. (..)  


À Washington, on estime que vu la faiblesse du soutien populaire au gouvernement de facto, toute évolution politique ne pourra se faire qu’à son détriment. Les États-Unis ont donc incité leurs relais locaux à geler la situation. Le blocage s’est étendu à tous les organes constitutionnels. Désormais le pays est sans gouvernement légitime, sans cour constitutionnelle, sans président et sans assemblée législative (le Parlement n’ayant plus de mandat que pour procéder à l’élection présidentielle).


Les administrations ne peuvent plus fonctionner. La crise politique a engendré une crise économique. La misère s’étend. Les gens ne peuvent survivre qu’avec l’aide de leur famille à l’étranger ou des subsides des partis politiques. Dans ce contexte, les œuvres sociales du Hezbollah ont rempli l’espace laissé vacant par un État défaillant.


3 jours de combats sporadiques


Cette situation aurait pu durer encore longtemps, malgré les souffrances qu’endure la population. Mais la victoire du Hezbollah sur Israël continue de propager ses effets dans le monde arabe. Ainsi, une nouvelle génération de résistants palestiniens comme l’Armée irakienne du Mahdi s’inspirent de son exemple. Washington a donc planifié un moyen d’en finir.


Comme je l’ai indiqué sur Al-Manar le 18 avril dernier, l’objectif principal n’est pas d’écraser le Hezbollah (ce qui supposerait une guerre à plus vaste échelle qu’en 2006), mais de
le discréditer en le forçant à retourner ses armes contre d’autres arabes. Pour ce faire, Washington a prévu cyniquement de sacrifier ses principaux alliés politiques au Liban.


Pour s’assurer que cette opération ne dégénère pas en guerre régionale, la CIA a préalablement éliminé les deux chefs militaires du Courant patriotique libre et du Hezbollah : François el-Hajj (assassiné à Beyrouth le 12 décembre 2007) et Imad Mugniyeh (assassiné le 12 février 2008 à Damas).


Voici le détail de l’opération :  du 25 au 26 avril 2008, des commandos US auraient dû débarquer à l’aéroport de Beyrouth et tenter d’éliminer Hassan Nasrallah. Qu’ils réussissent ou non, leur brève action aurait plongé la capitale dans le chaos et poussé les militants du Hezbollah à prendre à partie le gouvernement de facto et la famille Hariri. Plus le sang aurait coulé et plus il aurait justifié une intervention de l’OTAN. L’amiral Ruggiero di Biase, commandant de la FINUL maritime (la force des Nations Unies) aurait soudain changé les drapeaux des navires italiens, français et espagnols de l’Euromarfor et aurait débarqué ses hommes au port de Beyrouth sous les auspices de l’Alliance atlantique, prétendument pour secourir les survivants de l’équipe gouvernementale. Tout cela aurait été accompagné d’une ample propagande dénonçant la violence des chiites contre les sunnites et faisant perdre son aura au Hezbollah parmi les masses arabes. George W. Bush serait alors arrivé à Tel-Aviv pour fêter les 60 ans d’Israël et inviter les « États arabes modérés » sunnites à s’unir avec l’État juif face au péril chiite.


Washington avait prévu de laisser massacrer ses alliés politiques au Liban et de ne garder que ses agents opératifs sur l’échiquier. Ce qui revient à dire, sacrifier le Premier ministre de facto (Fouad Siniora) et le chef de la famille Hariri (Saad), mais conserver les hommes orchestres de la CIA : le leader druze Walid Jumblatt, (vice-président de l’Internationale socialiste) et son bras droit, le très volubile Marwan Hamade (le ministre de facto des Télécoms).

C’est dans ce cadre que le Hezbollah a arrêté le 26 avril le représentant du Parti socialiste français à l’Internationale socialiste dans le quartier Sud de Beyrouth. Le franco-afghan Karim Pakzad prenait des photos juste à côté du lieu où se trouve le bunker d’Hassan Nasrallah. Selon le Hezbollah, qui le suspectait d’être un agent de renseignement participant au soutien logistique de l’opération US visant à assassiner cheik Nasrallah, il avait sur lui un appareil d’interception des communications téléphoniques.


L’opération commando ayant été annulée après la découverte de caméras de surveillance placées à l’aéroport par le Hezbollah, Walid Joumblatt renversa la situation en accusant Hassan Nasrallah d’avoir préparé une action militaire pour détruire un avion sur la piste 17 de l’aéroport utilisée par des personnalités gouvernementales (ce qui n’est pas tout à fait faux, mais il s’agissait de piéger les commandos US, pas les membres du gouvernement de facto). Se croyant visé, le Premier ministre de facto révoqua le commandant de la sécurité de l’aéroport et annonça qu’il allait démanteler le réseau de communication du Hezbollah, outil indispensable de la Résistance.

Simultanément, les syndicats ont appelé à la grève générale pour une revalorisation du salaire minimum, le mercredi 7 mai. Ils ont été rejoints par les partis de l’Alliance nationale qui ont donné un tour politique à la grève en réclamant le départ des putschistes.

Sans que l’on sache de quelle manière, des affrontements armés ont opposé (..) FINUL ne peut intervenir qu’à la requête de l’armée (donc uniquement après que celle-ci ait été mise en difficulté).

Les affrontements ont fait 18 morts et de nombreux blessés. Il ne s’agissait pas de combat en formations rangées, mais plutôt d’une sorte d’Intifada populaire encadrée par le Hezbollah.

Pendant cette action, les syndicats ont fermé l’aéroport et le port pour empêcher un éventuel débarquement des forces de l’OTAN.

Le bilan de ces trois jours est mitigé. D’un côté, le Hezbollah n’est pas tombé dans le piège qui lui était tendu, mais il a mis son doigt dans l’engrenage. De l’autre, le Courant du futur (famille Hariri) est apparu pour ce qu’il est : une coquille presque vide.

Samedi 10 mai, le Premier ministre de facto, Fouad Siniora, s’est adressé à la nation. (..) L’armée, il l’a réprimandée pour son non-interventionnisme, ce qui met un terme au caractère consensuel de la candidature du chef d’état-major, Michel Sleimane. Enfin, ayant ainsi fermé toutes les portes, il a appelé ses concitoyens à manifester en silence leur refus de la violence, dimanche à 10h, dans toutes les rues du pays. Il s’agit évidemment d’une sorte de contre-grève générale visant à créer les conditions pour relancer les affrontements et justifier l’internationalisation de la crise.

Contre toute attente, l’armée a immédiatement répondu au Premier ministre de facto en refusant de limoger le commandant de la sécurité de l’aéroport et en s’opposant au démantèlement du réseau de communication du Hezbollah, considéré comme une arme indispensable à la défense nationale.

Dans les prochains épisodes, Washington va essayer de faire pression sur l’armée pour qu’elle sorte de sa neutralité et requière l’aide de la FINUL contre le Hezbollah. Cela passera probablement par l’élimination physique de certains officiers récalcitrants. De son côté, l’Alliance nationale va chercher à pousser son avantage sans se faire happer par l’engrenage. Elle devrait choisir de faire une pause pour remodeler une scène politique sur laquelle la famille Hariri est la grande perdante. Michel Aoun devrait s’attacher à mettre en avant la composante chrétienne pour invalider la rhétorique du clash chiite-sunnite et par là même désamorcer le piège états-unien.

Le 19 mai se tiendra la 19e session du Parlement pour l’élection du président de la République. Plus que jamais, il sera impossible de dégager une majorité qualifiée.

*Analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage paru : L’Effroyable imposture 2 (le remodelage du Proche-Orient et la guerre israélienne contre le Liban).


Lire aussi l'article sur le Liban de Chahid
http://chahids.over-blog.com/article-19435812.html



Le général chrétien Michel Aoun vient d’affirmer que “la victoire du Hezbollah est une victoire pour le Liban, une victoire de la légalité et annonce un retour à la vie constitutionnelle”. Aoun affirme que la lumière sera faite sur les assassinats qui ont eu lieu au Liban ces dernières années. Michel Aoun crie victoire

http://www.marcfievet.com/article-19457754.html


Le génocide invisible infligé par les Américains :
« Après que les Américains eurent détruit notre village et tué nombre d’entre nous, nous avons aussi perdu nos maisons et n’avons rien à manger. Mais nous aurions supporté ces misères, nous les aurions même acceptées, si les Américains ne nous avaient pas tous condamnés à mort. Quand j’ai vu mon petit-fils malformé

http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/05/09/le-genocide-invisible-4150464


______________________________________________________________________________________


Sarkozy va-t-il entraîner l'Europe dans une guerre au Liban?

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article03/EkEpuVVZpkFUWSzqkf.shtml
inv

Sarkozy voit, avec appréhension, se rapprocher la date du 1er juillet, date à laquelle il devra assurer la présidence de l'Union européenne. Depuis un an, il en rêvait. Monsieur pensait pouvoir présenter des résultats flatteurs aux partenaires européens, et lancer son grand projet "d'union méditerranéenne". Patatras, il sera mis en accusation par les autres du seul fait que les promesses concernant le déficit budgétaire français ne seront pas tenues; il sera donc incapable de faire la leçon, d'apparaître comme le bon élève. Au contraire, il sera le mauvais élève de la classe ! Avec des sondages en chute libre à l'intérieur, ses diatribes contre la presse, ses roucoulements dans les bras de Carla, nos partenaires vont franchement se marrer.


Mais, puisqu'il est nul dans le domaine économique et financier, ne pourrait-il pas apparaître comme un chef de guerre ? N'a-t-il pas déjà envoyé des soldats français en Afghanistan pour la plus grande satisfaction de Bush ? Si l'OTAN permet d'expédier des troupes jusqu'à Kaboul, ne serait-ce pas plus facile encore au "proche-orient" ? Les navires américains ne sont-ils pas déjà en Méditerranée au large des côtes libanaises ?


Jamais l'Élysée et le Quai d'Orsay n'ont été à ce point pro "israélo-américains". Depuis le début, Kouchner soutient l'interventionnisme américain dans la région. Avec Sarko, il a trouvé son "alter ego", totalement soumis à Washington. Sarkozy peut donc maintenant rêver d'entraîner, à la tête de l'Union européenne, toute l'Europe dans une guerre au Liban contre le "terrorisme" !


Voilà une belle diversion, qui ferait de lui "l'homme fort" des Américains de ce côté-ci de l'Atlantique, et qui pourrait, éventuellement, rassembler les États de la Méditerranée autour de l'axe Tel-Aviv-Washington... via Paris ! Avec Sarko, "tout devient possible".

http://wwwkerlegan.blogspot.com 





Docteur Kouchmar, l'Israélien.



Gabriel Enkiri


Docteur Kouchmar, l'Israélien.
inv


Bernard Kouchner, on le sait, est un adepte de l'interventionnisme "tous azimuts".

Même en Birmanie, ravagée par un cyclone, on le sent prêt à partir en campagne, un sac de riz sur le dos, un paquet de grenades en bandoulière. C'est un "médecin de campagne" très particulier.

Mais d'où lui vient cette manie interventionniste ? Il me revient alors en mémoire un souvenir très personnel. Certes, Kouchner fut un étudiant "communiste" qui rejoignit la "Ligue communiste révolutionnaire" d'Alain Krivine, au moment de l'expulsion des étudiants du PC dans les années 60. Il créa alors, avec d'autres, le "secours rouge" qui s'agita beaucoup en Mai 68 et après. Tout le prédisposait donc à revenir... vers Israël !

C'est ici que se situe mon "souvenir". Nous avions un ami qui habitait Courbevoie, Charles Kalflèche, militant de la CFDT de l'édition. Un chic type. On sortait souvent ensemble, avec les anciens de Mai. Malade du coeur, il subit un triple pontage à l'hôpital américain de Neuilly. C'était au lendemain de la guerre du Kippour. Revenu en pleine forme de son opération, il me raconta, connaissant mes sentiments "anti-israéliens" - J'aurais aimé que tu sois là. Figure-toi que j'avais à côté de moi, dans notre chambre de convalescence, la soeur de Bernard Kouchner ! Elle a un grade dans l'armée israélienne. Elle a été blessée pendant la guerre du Kippour, et elle est venue se faire soigner ici. Son frère venait la voir, et la dernière fois, je les ai entendus se disputer. Elle lui reprochait de rester en France - "C'est maintenant que tu dois venir en Israël, c'est notre pays, et il est menacé, comme tu viens de le voir". Il s'est défendu en lui disant "qu'il considérait Israël comme son pays, qu'il y était attaché autant qu'elle, mais qu'il avait compris, depuis Mai 68, que c'est en restant en France qu'il le servirait le mieux". Un détail ? me dira-t-on, des propos échangés avec une petite soeur blessée, qui venait de risquer sa vie, et qui ne comprenait pas pourquoi son frangin restait "à l'abri", loin de son pays qui avait tant besoin d'être défendu, les armes à la main ?  Charles Kalflèche en était tout retourné :" C'est vrai, me dit-il, c'est bien Israël leur pays..."

Peut-on y voir là une explication à cette manie interventionniste qui caractérise le "discours généreux" de Kouchner ?

Se doute-t-il qu'un jour il faudra aller défendre Israël, et qu'il faudra y entraîner la France ? Est-ce cela qui le faisait "rêver" du Quai d'Orsay ? En tout cas, avec Nicolas Sarkozy, il est bien sur la même longueur d'ondes...


http://wwwkerlegan.blogspot.com/ 


Sarkozy va-t-il entraîner l'Europe dans une guerre au Liban?

http://toutsaufSarkozy.com


___________________________________________________________________________________________




France : Vrais chiffres de l'augmentation
des prix depuis 2000

http://sego-dom.over-blog.com/article-19449118.html



Nombre d’experts se sont penchés sur l’inflation, la baisse du pouvoir d’achat, l’augmentation des prix, etc. Parmi eux, certains ont « découvert » que la baisse du pouvoir d’achat était une illusion !  Leurs conclusions sont tout aussi illusoires

Ces calculs ont été faits sur ce qu’achète les « vrais gens », ni experts, ni membres du gouvernement !

- Inflation du prix de 5 Kg de pommes de terre entre 2000 et 2006 : + 1 770 % !! (de 1,50 F à 4,30 euros)
- colomniers + 161 %
- litre de lait : + 183 %
- baguette pain : + 85 %
  etc

- Variation du salaire annuel moyen entre 2000 et 2005 : - 0.5 % (de 16 875 euros à 16 792 euros)

- Variation du salaire mensuel net du président de la République entre 2000 et 2007 : + 218 % (de 6 075,89 euros à 19 331 euros)

- Variation du budget de l'Elysée entre début 2007 et fin 2007 : + 300 % ....


Alors, Monsieur Sarkozy, président du pouvoir d’achat, qu’attendez-vous pour aller le chercher avec vos dents, comme vous l’aviez annoncé ? "

Arlette Laguiller : La colère monte !
http://www.marcfievet.com/article-19457862.html



_______________________________________________________________________________________


LE NOM (le Nouvel Ordre Mondial)

Commentaires sur le blog de http://chahids.over-blog.com

 

« Psychopathes » et marchands d’armes surtout !

Zones de conflits armés = gros bénéfices pour les industriels de l’armement…

_______________________________________________________________________________________



EUGENISME RACIAL/SOCIAL= ESCLAVAGE LEGAL

DOMINATION MONDIALE de la MAJORITE par une minorité auto-proclamée SUPERIEURE habitée par l'AVIDITE

Seuls, les moyens,... Les discours JUSTIFICATEURS DIFFERENT...

L'ARGENT permet la DOMINATION...Mais la seule domination par l'argent ne leur suffit pas...
Cette minorité, a besoin D'ASSERVIR.. Tellement est GRANDE SA SOIF DE DOMINATION

L'ASSERVISSEMENT EST INDISPENSABLE/VITALE aux schémas psychiques, de la dite-minorité...

Limiter l'origine, l'explication des évènements à un seul élèment, est en mon sens, réducteur...

Rien n'est anodin...Rien n'est gratuit...Rien n'est fortuit...

EXEMPLES :

L'ESCAVAGE/COMMERCE DES NOIRS....LA COLONISATION... PASSEE ET PRESENTE AVEC L'ENVAHISSEMENT DE L'IRAK ET LE PROCHAIN SUR L'IRAN... LA PALESTINE...LE LIBAN... LA BOLIVIE DE MORALES..SONT AUTANT DE FAITS QUI DEMONTRENT, si besoin il en était, la DIRECTION voulue et mise en oeuvre par cette minorité autoproclamée SUPERIEURE...

Et, avant de ne mettre en eouvre leur politique EUGENIQUE, cette minorité prépare/MANIPULE les esprits des citoyens de leurs pays soi-disant democratique...
(PEUR, MENSONGES, INCITATION A LA HAINE RACIALE SOCIALE, DESIGNATION DE BOUC EMISSAIRE ETC..)

La dite- MINORITE, MUE PAR LE BESOIN INCESSANT DE DOMINER,doit pouvoir :

ENVAHIR... le pays ciblé (-pour cela elle detruira les leaders- Hommes ou femmes HONNETES/RESISTANT(e)S mus par des valeurs, des principes humanitaires, d'abnégation, pour ne soutenir que les VALETS/SERVILES ASSOIFFES D'ARGENT/DE POUVOIR, ses semblables...QUOI ! etc...)

OCCUPER
DESTRUCTURER - la sociétè, les liens, du pays occupé ainsi elle genere la division
DIVISER, - permet de se maintenir, de MANIPULER etc...
SOUMETTRE ETC...

La question, qui néanmoins demeure est :

  • Qui, compose cette minorité...?
  • Va-telle atteindre ses objectifs ?
  • Qui, peut s'opposer a elle ?

Comment expliquer...Comment JUSTIFIER.... CE SILENCE ASSOURDISSANT DU CITOYEN LAMBDA - de chacun des pays concernés ou pas d'ailleurs -- temoin de ces MASSACRES RECURRENTS ?

Car aujourd'hui, c'est la PALESTINE, LE LIBAN, L'IRAK, LA BOLIVIE, etc...

Demain, A QUI LE TOUR...

Hadria RIVIERE
htt://hadria.over-blog.com/

________________________________________________________________________________________


Ya que des banquiers sans patrie.
 
Le probleme c'est ça,

Tant que l'argent reste placé au dessus de la vie dans l'échelle des valeurs humaine, le merdier continue.
les dés sont pipés. 

________________________________________________________________________________________
 

Benny répond en quelque sorte aux questions de Hadria RIVIERE. Cette « minorité » est un « monstre froid » (expression de Nietzsche reprise par Daniel-Rops et autres) qui suit une logique mercantile. Le profit étant son seul vrai objectif.

Cette « minorité » d’industriels et de ploutocrates ne menace pas seulement des pays comme le Liban ou autres, elle menace l’homme dans sa liberté et réalité.

_______________________________________________________________________________________

Il est révoltant de voir comment certains « médias » tiennent les trois communautés libanaises (maronite, chiite et sunnite) en otage de leurs hallucinations.

Après nous avoir imposé et vendu le funeste « clash des civilisations », on nous impose maintenant le « clash des communautés ».


________________________________________________________________________________________

 
Article paru dans Politis ( extraits, et résumé)


CONTRE-REFORMES
PAR Michel Soudais
jeudi 8 mai 2008
 
À l’occasion du premier anniversaire de l’élection de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, l’examen des contre-réformes en cours dessine une société toujours plus inégalitaire. Voir  Politique.

Quelle est la  ligne directrice dans l’accumulation des lois, décrets et projets promulgués ou en cours d’adoption ? Rappelez-vous son entretien télévisé, pas plus tard qu’il y a deux semaines. En toute immodestie, le président de la République s’était vanté d’avoir « lancé 55 réformes » alors que les gouvernements précédents se seraient contentés d’en faire une seule « quand ils étaient courageux, aucune quand ils n’étaient pas courageux »

Pour notre part, nous avons contacté le service de presse de Matignon pour obtenir la liste de ces 55 réformes (ou plus exactement contre-réformes). Embarras.. Son homologue à l’Élysée : même gêne. A l’UMP, même gêne. qui  Nous attendons toujours. C’est donc par nos propres moyens que nous avons établi la liste... Nous y recensons les lois promulguées, les projets de loi adoptés en Conseil des ­ministres et en cours d’examen parlementaire, quelques décrets et mesures arrêtés… Soit un total de 36 réformes, grandes ou ­petites. Même en y ajoutant le projet de révision constitutionnelle, détaillé dans notre précédente édition, le compte n’y est pas ! Il y avait bien de l’exagération dans le décompte de Nicolas Sarkozy.


Caractéristiques :

- Tous les secteurs ont concernés
- Tout se tient, il y a une cohérence des réformes.

Le service minimum a ainsi été imposé dans les transports afin d’affaiblir la résistance des agents avant la remise en cause de leurs acquis sociaux. De même trouve-t-on dans le projet de révision de la Constitution des dispositions qui, si elles étaient adoptées, autoriseraient des lois jusqu’ici retoquées par le Conseil constitutionnel.
Après le « paquet fiscal », la loi d’autonomie des universités, la remise en cause des régimes spéciaux et l’instauration de la franchise médicale, le souffle « réformateur » n'est pas retombé. Il n’en est rien.  Clef de son activisme : « Il faut au contraire tout faire pour mettre en œuvre la masse critique des réformes qui permettra de changer les comportements et les mentalités »,  a dit Sarkozy

La compilation des réformes engagées que nous présentons dans ces pages n’a certes pas encore réalisé ce projet, au sens propre, totalitaire – quels régimes ont cherché à changer comportements et mentalités ? Des résistances demeurent. Mais, au terme d’une année de sarkozysme, le puzzle dessine déjà distinctement les contours d’une société plus injuste, plus inégalitaire.

Une société où les cadeaux fiscaux aux plus fortunés justifient la réduction des moyens de l’État, obligeant par un impôt nouveau les malades à payer pour les malades, les salariés modestes à financer le retour en activité des plus pauvres.

Une société dans laquelle les plus modestes devront travailler non pour gagner plus mais pour maintenir, et si possible accroître, les privilèges d’une minorité. De gré ou de force.


Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 21:08
ALTER INFO

Un journal hollandais nous apprend que les Bilderberg se réuniront à Washington du 5 au 8 juin prochain -

Faites circuler l' info dans vos blogs !


Un journal hollandais rapporte que le premier ministre des Pays-Bas Jan Peter Balkenende (photo) ainsi que le ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen, sont appelés à assister à la conférence annuelle des Bilderberg à Washington entre le 5 et le 8 juin, confirmant apparemment ainsi que la récente réunion des Bilderberg qui s'est tenue à Athènes en Grèce était simplement une ruse.


Un journal hollandais nous apprend que les Bilderberg se réuniront à Washington du 5 au 8 juin prochain
Par Paul Joseph Watson
Prison Planet
Vendredi, le 16 mai 2008

Tel que nous l'avons signalé mardi, un journal grec affirmait que les Bilderberg s'étaient réunis à Athènes le week-end dernier, mais Jim Tucker et Daniel Estulin qui pourchassent les Bilderberg et qui ont tous deux toujours réussi à déterminer l'emplacement de la réunion des Bilderberg à l'avance pendant des décennies, avaient mis en doute l'exactitude de ce reportage.

Occasionnellement, les Bilderberg tentent de brouiller les pistes aux journalistes d'investigation afin de les diriger sur une mauvaise voie avant la réunion, pour ainsi détourner l'attention loin de l'endroit où leurs intrigues antidémocratiques se dérouleront.

Si le reportage de la presse hollandaise doit être cru, les Bilderberg se réuniront à Chantilly, l'endroit même où s'est tenue leur conférence de 2002. Il y a six ans, l'hôtel Westfields Marriott a été retenu pour servir de lieu à ce brin de causette et il sera probablement sélectionné à nouveau.

Une traduction sommaire du reportage de la presse hollandaise se lit comme suit :

Le premier ministre Jan Peter Balkenende et le ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen seront en visite dans la capitales états-unienne de Washington du 5 au 8 juin.

Le 5 juin, ils seront reçus à la Maison Blanche par le président Bush. Le gouvernement en a fait l'annonce vendredi.

Les thèmes lors de cette rencontre avec Bush porteront sur la situation politique internationale, y compris les développements en Afghanistan, et la coopération économique entre les États-Unis et les Pays-Bas.

Par la suite, Balkenende participera à la réunion annuelle des Bilderberg, qui cette année se tiendra à Chantilly, près de Washington.

Traduit par Dany Quirion pour
Alter Info

Source :
http://prisonplanet.com/articles/may2008/051608_bilderberg_meet.htm


L'article original en néerlandais : http://www.ad.nl/binnenland/2296788/Balkenende_en_Verhagen_bezoeken_Bush.html


Samedi 17 Mai 2008

http://www.alterinfo.net/Un-journal-hollandais-nous-apprend-que-les-Bilderberg-se-reuniront-a-Washington-du-5-au-8-juin-prochain_a19860.html


 Posté par Schumi75 le 17/05/2008 22:54
Dossier à suivre,

Merci à Alterinfo pour l'article !

@ MIJEON Amaury :
Il ne s'agit pas d'un projet des usa mais d'un projet internationaliste(mondialiste) dont les usa comme tous les pays souverains sont victimes.
L'élite us fait partie des élites les plus actives au sein de l'élite internationaliste.

___
________________________________________________________________________________________



Le Groupe de Bilderberg rassemble l'élite mondiale de la finance, de l'économie, de la politique et des médias. C'est le plus puissant des réseaux d'influence, au point d'être considéré comme un véritable gouvernement mondial occulte. Suite à



http://www.syti.net/Organisations/Bilderberg.html



________________________________________________________________________________________


ALTER INFO

Les États-Unis et Israël donnent le signal d'une guerre contre l'Iran


Washington et Tel-Aviv souhaitent poser des « actions tangibles » pour empêcher l'Iran d'acquérir des armes nucléaires, selon les propos d'un porte-parole israélien.


Press TV (Iran)
Vendredi le 16 mai 2008

Mark Regev, le porte-parole du premier ministre israélien Ehud Olmert, a déclaré vendredi que les efforts diplomatiques visant à faire pression sur l'Iran pour qu'il renonce à enrichir de l'uranium ont été jusqu'ici insuffisants.

« Il est clair que des mesures additionnelles devront être prises, » a-t-il ajouté.

« Nous sommes sur la même longueur d'onde. Nous voyons tous les deux la menace... Et nous comprenons tous les deux que des actions tangibles sont nécessaires pour empêcher les iraniens d'aller de l'avant avec une arme nucléaire, » a déclaré le porte-parole israélien.

Regev a alors déclaré que « les dirigeants de nombreux pays ont discuté des perspectives du recours à la force militaire contre l'Iran et il a affirmé qu'Israël est d'accord avec « les options sur la table, » faisant ici allusion à une guerre contre le pays du Moyen-Orient.

Prenant la parole jeudi devant la Knesset israélienne, le président des États-Unis George W. Bush a menacé qu'il s'agirait d'une « trahison impardonnable pour les générations futures » de permettre à l'Iran de poursuivre ses « ambitions d'armes nucléaires. »

Bien que Bush continue de faire pression en faveur d'un acte d'agression contre la République islamique, une évaluation conjointe de 16 agences de renseignement des États-Unis rendue publique le 3 décembre dernier, a reconnu que Téhéran n'est pas en train de développer un programme d'armement nucléaire.

Les experts disent que la rhétorique « va-t-en-guerre » du président des États-Unis est la démonstration de son flagrant mépris face à des preuves concrètes et aux avis des experts.

« J'ai déjà dit que l'Iran est dangereux, et le rapport NIE [NDT : le rapport des 16 agences de renseignement] ne fait rien pour changer mon opinion sur le danger que l'Iran fait peser sur le monde, bien au contraire, » a déclaré Bush en réponse à la divulgation de ce rapport de la US National Intelligence Estimate.

Traduit par Dany Quirion pour
Alter Info

Source : http://www.presstv.ir/detail.aspx?id=56008&sectionid=351020104

NDT :
- Press TV est une chaîne télévisée iranienne d'information internationale en langue anglaise.

- Sur la photo, le premier ministre israélien Ehud Olmert et le président des États-Unis George W. Bush.

Samedi 17 Mai 2008
danyquirion@videotron.ca


Commentaires articles

1. Posté par ledaron le 17/05/2008 09:52
Bonjour,

l'hysterie millénariste bushiste allié au sionisme conquérant et orgueilleux nous mène droit au mur.
Est-il trop tard ?

2. Posté par jacques le 17/05/2008 13:29
Bonjour,

les récents conflits au Liban, et la montée en puissance du hezbollah ne sont-ils pas un moyen supplémentaire pour les Etats-Unis de justifier un conflit en Iran qui, soutiendrais le hezbollah ?

est-ce que le hzbollah est si dangereux que ça sachant que le Liban est assez petit?
Meme si je trouve dramatique qu'une guerre civile éclate dans ce pays fort joli je m'étonne du fait que le Hezbollah puisse prendre une partie de la ville de beyrouth sans probleme.

Merci de me répondre car j'ai du mal a comprendre cette agitation autour du Liban.


3. Posté par ledaron le 17/05/2008 14:27
Re-bonjour,

Le liban est sur la ligne de fracture séparant "l'occident" de "l'orient" avec toutes les implications géo-politiques que cela engendre.
Le grand dessein amercano-sioniste est de mettre au pas toute la région,de la domestiquer.Le hic est que des mouvements ou des pays (Syrie-Iran) ne rentre pas dans le schema directeur des néo-colonialistes.Résultats mise au pilori,campagnes de dénigrement,provocations et tentatives de destabilisation.
Référons-nous au passé pour voir qu'il n'y'a rien de nouveau au royaume de l'empire.

4. Posté par MIJEON Amaury le 17/05/2008 17:55
La crise du Liban peut servir en effet de prétexte pour une guerre contre l'Iran!

Et une guerre contre l'Iran est possible.
Les moyens militaires américains sont exactes pour ce type de projet.

Mais il y a aux USA des voix contre cette politique guerrière.

Ce duo comploteurs-sionistes révèle bien le coté maléfique de ses dirigeants.
Rien d'étonnant au regard du monde arabe qui assistera à cette guerre.
Il ne faut pas être dupe de l'alliance USA-Israël.
Nous savons très bien que l'ONU est l'outil des sionistes.
Comme le fut la SDN.

La paralysie de la Chine par ""miracle"",laisse le libre champ à ces fous.
De plus alors que nous assistons à sa fragilisation temporaire du à la crise du Tibet,et le tremblement de terre dans la région frontalière(HO!ça alors!)comme par hasard,
le cyclone dévastateur sur son allié la Birmanie(dont la Chine fut jusqu'à présent son protecteur) et son début d'ouverture obligé vers les pays de l'OTAN(car il s'agit bien des pays de l'OTAN) avec en outre,l'arrivée d'un premier navire français(?!)...

Bref!

On voit la magouille qui s'est dessinée!

L'Iran est exposée aux frappes américaines et israéliennes.
Tout comme surement va l'être la Syrie!

Mais tout n'est pas joué!
Il reste des facteurs bien indéterminable pour eux!
Le courage et la détermination des gens de fois.
Et l'Iran,même si elle ne peut pas contrer les frappes peut riposter à l'heure qui suit.
Et les conséquence seront dramatique pour elle et pour eux.
Et pour nous!

La crise pétrolière ne fera que renforcer la famine mondial,
le détournement du pétrole vers l'huile de Colza.
Et se sera la principale cause de famine face au manque de terre cultivable.
Une inflation désastreuse et une psychose totalement burlesque.

Bref!
Une guerre qui sera longue et non courte,
au conséquence mondiale importante.
Avec entre autre des assassinats de dirigeants dont certains fesant partie des bilderberg.

Et bien d'autres conséquences.



5. Posté par MIJEON Amaury le 17/05/2008 18:52
Comme moi,
vous pouvez signer les pétitions du site : www.democrats.com
J'ai signé les plus importantes dont celle qui appel au rejet d'une guerre contre l'Iran.
D'ailleurs,
ils ne cessent de dénoncer les crimes et les mensonges de l'administration de Bush et les trucage électoraux et la fin de la liberté.
Et ce,
depuis 2000!

Alors,
si vous avez du courage,
même si cela n'empêchera pas ce que l'on sait,
c'est déjà une bonne phase.
Et que de courage car identifier par votre nom et votre pays.
C'est ça,
la vrais démocratie.
La clarté et le courage!


6. Posté par abdel aqh le 17/05/2008 19:04
de la flute, du pipeau comme dab, sur alterinfo l'info n'est pas toujours precise le jeu est ailleurs qu'en iran le brouillard, le brouillard, en atendant ca fait pas avancer les musulmans et encore moins la uma

7. Posté par benoist le 18/05/2008 01:32
Salam aleïkoum
Le président israelien est accusé de harcelement sexuel, le premier ministre de pots de vin.
Le président US est un ancien alcoolique, cherchez l'erreur !

8. Posté par arisque le 18/05/2008 03:25
Les chiens aboient et la caravane iranienne continue son chemin. Il ne suffit pas au sionistes et leurs larbins de bombarder l'Iran et se sauver, il faut envahir l'Iran et pour cela les nouveaux nazis doivent aligner 1 million d'hommes pour occuper ce pays, il vont les trouver ou les soldats ? Sans conter qu'il faut sécuriser l'acheminement du pétrole, et dont la route longe l'Iran plus de 1000 km a surveiller, et l'Iran n'est pas l'Irak de Bassora à Bagdad il y a 50 mètre de différence autan dire que c'est plat. On voit le mal qu'ils ont à contrôler le pays, alors l'Iran qui avec 7 chaînes de montagne va être très dure pour ceux qui vont y aller. Sans compter les occupants qui seront bloqué en Irak Afghanistan. Les puits de pétrole en feux dans toute la région, à la première bombe qui tombera sur l'Iran tous les puit de la région seront visés. Je trouve qu'il y a beaucoup trop d'inconvénients à attaquer l'Iran tout le monde sera perdant.

9. Posté par arisque le 18/05/2008 03:28
Cette guerre va emmener une grande crise dans le monde et les gens risque de s'en prendre au juifs les accusant d'être les responsables de l'apocalypse.
http://fr.youtube.com/watch?v=Twxmr9Za-WY

10. Posté par ledaron le 18/05/2008 03:40
Bonsoir,

Signer une pétition ne sert malheureusement à rien,les considérations géo-politiques et le cynisme sont les ingrédients principaux des politiques et des militaires pour essayer de mettre aux pas ceux qui refusent le diktat de l'empire.
Espérons qu'il y ait dans les instance dirigeantes des personnes ne se laissent pas dicter par la passion afin d'éviter une catastrophe humaine..
Rêvons un peu.....................




________________________________________________________________________________________



Reçu, à partir d' informations émanant de
spécialistes de l'investissement financier




----- Message transféré ----
De : La Chronique Agora <la-chronique@publications-agora.fr>
À :
Envoyé le : Lundi, 19 Mai 2008, 19h09mn 22s
Objet : Le baril de WTI à 127 $ : quels investissements pour en profiter ?


Un véritable séisme énergétique pourrait mettre fin pour toujours à l'ère du pétrole bon marché, effaçant plus de 150 ans de prospérité occidentale et oblitérant la richesse de millions d'investisseurs...

... quasiment du jour au lendemain.



LE JOUR OÙ LE MONDE
SE RETROUVERA
À COURT D'ÉNERGIE


Le chaos s'installe





Cher Ami,

Il y a quelques mois, l'événement financier le plus dévastateur des 150 dernières années s'est produit.

On n'a entendu aucune sonnette d'alarme.

On n'en a pas parlé au journal de 20 heures... et on n'en parlera pas avant qu'il ne soit trop tard !

On commencera par montrer du doigt les politiciens qui ont ignoré cette terrible menace parce qu'ils savaient qu'elle ferait dérailler les élections.

Ensuite, on accusera les médias, qui ont laissé de côté des preuves effarantes, disponibles depuis des années -- simplement parce que ce n'était pas assez "sexy" pour figurer en première page.
 
Puis on accusera l'OPEP, qui a délibérément dissimulé la vérité sur cette crise pendant plus d'une décennie... simplement pour pouvoir jouer sur les quotas d'exportation et engranger plus de pétrodollars.

Et on accusera les "grandes pétrolières" qui ont non seulement enterré ces preuves dans les années 50 -- mais ont même utilisé d'autres fausses données pour faire grimper le cours de leurs actions.

Mais montrer tout le monde du doigt ne changera rien au séisme énergétique dont je voudrais vous parler.

Un séisme, quel séisme ?

Entre 3 et 4 euros pour un litre de carburant... d'énormes files dans les stations-service... des émeutes autour d'un jerrycan d'essence...

Des aéroports vides parce qu'il revient trop cher de faire voler les avions... des supermarchés vides parce que le transport des marchandises est trop coûteux !

Vous pensez que c'est impossible ? Détrompez-vous !

L'Occident -- et le reste du monde -- est en train de voir ses réserves de pétrole bon marché s'épuiser. Et lorsqu'on aura dépassé le point de non-retour, votre patrimoine... votre santé... et tout votre mode de vie seront mis en danger.

En fait, ça a déjà commencé. Selon certains experts, le point de rupture a eu lieu en juin 2006 , comme je vous le démontrerai dans quelques lignes. Malgré les apparences, nous sommes désormais dans ce qui pourrait devenir l'époque financière la plus cruelle et la plus imprévisible des 150 dernières années de l'histoire mondiale !

Une nouvelle Guerre froide sur les rives de la Mer Caspienne... un renouveau du terrorisme et des massacres en Arabie Saoudite... des conflits militaires concernant le pétrole offshore dans la Mer de Chine du Sud...

Nous SAVIONS tous que cette crise approchait,
mais nous ne l'attendions pas si tôt !

Ne nous voilons pas la face. Tout le monde savait que la "Panne Sèche" arriverait un jour. On ne peut pas consommer une ressource qui ne se renouvelle pas... sans envisager qu'on finira, un jour, par se retrouver à court.

Ce que des centaines de milliers de gens -- et peut-être même des millions de gens -- n'ont jamais réalisé, c'est que cela se produirait aussi tôt !

Même les soi-disant "experts" pensaient que nous nous trouverions un jour confrontés à une crise de ce genre... mais d'après eux, nous n'étions pas censés nous trouver à court d'énergie avant 25-30 ans ! Malheureusement, les choses ne se déroulent pas tout à fait comme prévu...

La course folle a déjà commencé. Les rumeurs circulent. L'équilibre mondial est en train de basculer. Et les optimistes avec leurs lunettes roses doivent s'attendre au choc de leur vie.

Cet événement dévastateur... que personne n'attendait avant des dizaines d'années... est en fait déjà arrivé.

Selon moi, ses effets se feront sentir avant la fin de la décennie... mais vous n'avez pas autant de temps pour vous y préparer : la panique commencera bien avant... lorsque la foule et les marchés se rendront compte des changements historiques qui nous attendent.

Il ne s'agit pas d'un événement mineur !

Nous voyons déjà les symptômes d'un effondrement : le pétrole vient de franchir la barre historique de 100 $ le baril.

L'or noir devient de plus en plus précieux, indispensable et difficile à obtenir. Depuis le début des années 2000, le pétrole s'envole... et ce n'est pas près de s'arrêter.

Réfléchissez-y : la situation au Moyen-Orient est -- c'est un euphémisme -- explosive. La Russie commence elle aussi à faire jouer l'argument énergétique dans ses relations internationales. Les tensions autour du pétrole et du gaz se multiplient, entre des pays de plus en plus assoiffés d'énergie. A cela vient s'ajouter le fait que le Venezuela, le Nigeria, l'Arabie Saoudite... bref, les principaux producteurs pétroliers de la planète... sont plutôt hostiles aux pays occidentaux.

Et si l'on regarde les choses plus en profondeur, on voit bien vite que l'envolée du pétrole n'est pas seulement liée à l'idéologie... mais aussi et surtout à la géologie.
En sous-sol, la source mondiale de pétrole bon marché est sur le point de s'épuiser.

Et rien de ce vous faites pour accroître ou protéger votre capital ne sera plus jamais pareil.

Je peux vous promettre que les temps qui s'annoncent ne seront pas faciles... mais je peux aussi vous promettre autre chose :

Je suis convaincu qu'à la suite de cette crise -- alors même que la plupart des investisseurs perdent des fortunes et que bon nombre de marchés mondiaux sombrent dans le chaos... -- quelques investisseurs avisés feront des profits considérables grâce au secteur des matières premières.
 
Dans les pages qui suivent, j'aimerais vous démontrer que ces investissements -- que vous devriez faire MAINTENANT -- pourraient vous rapporter des gains à deux, voire trois chiffres, lorsque le reste de la foule se rendra compte de ce qui est en train de se produire.

Non seulement ces investissements aideront à vous PROTEGER des conséquences de cette crise... mais je suis également convaincu qu'ils vous rapporteront des profits élevés... très rapidement.

Ce n'est pas tout.  

Ce que vous découvrirez dans les prochaines lignes vous permettra de construire une sorte de "forteresse" autour de votre portefeuille -- tout en engrangeant des plus-values.

Vous découvrirez pourquoi cette crise, loin d'être le scénario du prochain film-catastrophe hollywoodien, est bel et bien réelle.  Les dégâts physiques et financiers qui nous attendent pourraient littéralement réduire à néant un siècle et demi de prospérité occidentale.

Mais vous verrez aussi pourquoi cela n'est pas une fatalité. Je suis absolument persuadé que les investissements que je vous ferai découvrir devraient jouer un rôle essentiel dans TOUTES les stratégies d'investissement efficaces au cours des mois turbulents qui se préparent !

Quelques investisseurs bien informés pourraient devenir considérablement plus riches grâce à ces informations. Vous êtes sur le point de voir pourquoi. Certes, il reste du temps pour vous préparer, mais pas beaucoup.

Mieux vaudrait donc commencer sans plus attendre... et revenir quelques années en arrière.

(..)

Le champ de Ghawar était la plus grande découverte pétrolière d'Arabie Saoudite. En 1948, il renfermait la quantité vertigineuse de 87 milliards de barils de pétrole. C'est incroyable.

Au début des années 70, les quatre plus grandes entreprises pétrolières de la planète -- Exxon, Chevron, Texaco et Mobil -- estimaient qu'il restait 60 milliards de barils de pétrole à Ghawar. C'est toujours incroyable.

Depuis, cependant, le Ghawar a produit 55 milliards de barils de brut. A vous de faire le calcul : 60 milliards moins 55 milliards... ça ne fait plus que 5 milliards de barils de pétrole restants ! Ca ne fait jamais 50 années de pétrole. C'est tout juste assez pour soutenir la demande mondiale pendant encore... trois semaines !

Les Saoudiens le savent parfaitement. Tous les jours, ils injectent en toute discrétion des millions de litres d'eau de mer sous le réservoir pétrolier de Ghawar afin de soutenir la pression de pompage.

Bien entendu, l'Arabie Saoudite a encore 300 autres réservoirs pétroliers où pomper. Mais ils obtiennent 90% du pétrole qu'ils vendent d'une petite poignée de ces réservoirs. Le reste a déjà commencé à s'assécher.

Et cela ne devrait pas vous surprendre, parce que 5 des champs de pétroles d'Arabie Saoudite sont si vieux qu'ils ont été découverts entre 1940 et 1965 ! Si les Saoudiens mentent sur leurs réserves rien que pour stimuler leur part de marché, peut-être que vous vous posez la question suivante...

 

Y'a-t-il d'AUTRES mensonges
sur les réserves pétrolières ?

Qu'en est-il des autres membres de l'OPEP ? Nous mentent-ils aussi sur le total des réserves ?

Oui, absolument

Pétrole fantôme

En 1986, l'OPEP a décrété une nouvelle règle pour ses membres : on ne pouvait pas exporter plus de pétrole qu'il n'y en avait dans les réserves. Quelques semaines à peine après cette règle de quotas, quasiment tous les pays de l'OPEP avaient "étendu" leurs réserves pour pouvoir accumuler plus de revenus pétroliers dans leurs coffres.

Voilà le problème : ces pays avaient gonflé leurs réserves du jour au lendemain... sans qu'une seule découverte pétrolière ait été faite... et sans qu'on ait construit un seul nouveau puit ! C'est un scandale qui a déjà coûté des centaines de milliards de dollars sur le marché de l'énergie.

Bien entendu, on ne peut pas consommer de "pétrole fantôme". On ne peut pas non plus le cacher éternellement. Inutile de voir le monde se retrouver à court de pétrole pour que le désastre se produise. Et plus tôt on découvrira la vérité sur le "pétrole fantôme"... plus les véritables réserves de pétroles s'épuiseront rapidement... et plus la Panne Sèche arrivera vite

Le point de rupture 

Au cours de toute l'histoire de l'Age du Pétrole... qui a commencé en 1859... le monde a brûlé approximativement 950 milliards de barils de pétrole. Certains des géologues les plus respectés de la planète estiment que les réserves restantes se montent à 1 000 milliards de barils.

Cela peut sembler faire beaucoup de pétrole... sauf qu'il y a des chances pour que ces 1 000 milliards de barils représentent à peu près tout l'or noir qui nous reste -- jusqu'à la fin des temps. Vous vous rappelez de l'événement dévastateur dont je vous parlais au début de ce message ? Eh bien, nous y voilà.

Accrochez-vous, parce que ce n'est pas agréable à entendre :

Lorsqu'on fait la moyenne des dates de pic de production pour tous les grands pays producteurs de pétrole... y compris l'Arabie Saoudite et le reste de l'OPEP n'ayant pas encore atteint leur sommet... on obtient une estimation de sommet de production arrivée à la mi-2006 !!

Autrement dit, il se pourrait que le point de rupture soit dépassé depuis plus d'un an!

Voilà pourquoi je pense que nous verrons des changements radicaux dans le domaine de l'énergie et des matières premières d'ici avant la fin de la décennie

Et voilà pourquoi j'espère que vous n'attendrez pas pour agir -- parce qu'avec une telle estimation, vous devez vous préparer maintenant pour ce qui nous attend... tant qu'il en est encore temps !

Prenez par exemple le Dr. Kenneth Deffeyes, géophysicien et professeur à Princeton, qui travaillait avec Hubbert dans les années 50. Selon lui, le pic pétrolier mondial a été atteint il y a déjà quelques années.

A-t-il raison ? C'est possible. La courbe d'Hubbert prévoyait quelques années de production pétrolière stagnante, au plus haut du pic. Et depuis quelques années, selon le Professeur Deffeys, c'est bien ce qu'on constate.

Si le pic s'est déjà produit, la baisse des cours du pétrole que nous voyons actuellement n'est que temporaire. Et les investisseurs risquent de tout perdre... à moins d'être bien informés ; et c'est exactement pour ça que je suis là.  

C'est une occasion monumentale, il n'y a pas d'autre mot.  

Dès le moment où ces nouvelles données atteindront les médias... ce sera comme si une  bombe avait explosé sur les marchés. Dans la crise qui nous attend, les entreprises seront confrontées à des choix importants. Des milliers d'investisseurs perdront des milliards de dollars.

"150 $ le baril", selon deux sénateurs français

Une offre en déclin rapide et une demande grimpant en flèche... c'est la loi économique sous sa forme la plus pure.

Pierre Laffitte et Claude Saunier sont sénateurs ; ils sont également les auteurs d'un rapport présenté en juin 2006 à l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), sur le thème "Changement climatique et transition énergétique : dépasser la crise". Voilà ce qu'on pouvait y lire :

"... Le déséquilibre qui s'est amorcé en 2001 [...] est trop fort pour que l'on n'aboutisse pas, dans un futur plus proche qu'on ne l'imagine, à un choc pétrolier de grande ampleur.

"Il est difficile de conjecturer sur le déroulement de ce choc : accroissement progressif, montée par à-coups plus violents, ou hausse très brutale. Mais on peut raisonnablement penser qu'il portera le baril de pétrole rapidement à 100 $, puis à un niveau proche ou supérieur à 150 $ le baril"...

Nos deux sénateurs ont déjà vu la première partie de leurs prédictions se réaliser. La seconde ne tardera sans doute pas... parce que la crise géologique ne sera pas la seule pression s'exerçant sur le prix du pétrole et les matières premières.

Regardez la Chine, par exemple...

  • La Chine ne comptait que 700 000 voitures en 1993. Elle en a désormais 7 millions. Il n'y avait également que 15 millions de motos, à l'époque. A présent, il y en a plus de 100 millions !
  • La consommation énergétique de la Chine a déjà doublé ces 20 dernières années. Imaginez que la Chine commence à brûler du pétrole au même rythme que le Mexique ?
  • Pour l'instant, la Chine n'utilise que 1,7 barils de pétrole par habitant. Le Mexique en utilise 7. Si la Chine en arrivait au même rythme, la demande quotidienne totale de la Chine grimperait à 24 millions de barils par jour. C'est plus qu'aux Etats-Unis... et cela représenterait près de 30% de la demande de pétrole mondiale !
  • Au cours des 15 prochaines années, la Chine a l'intention d'importer le DOUBLE de la quantité de pétrole importée par les Etats-Unis. Le taux de croissance de la demande pétrolière chinoise représente déjà le double de celle du reste du monde.

Selon l'Agence Internationale de l'Energie, ces dernières années, la demande a augmenté à son rythme le plus rapide depuis 1980. En moyenne elle est de 88,1 millions de barils par jour dans le monde. Là-dessus, environ 20 millions de barils de demande proviennent des Etats-Unis. C'est un chiffre difficile à envisager.

Imaginez une piscine olympique. Videz-la. Remplissez-la de pétrole brut. A présent, refaites cette opération 9 727 fois. Tous les jours de l'année. Ca fait beaucoup de pétrole ! Et rappelez-vous qu'une fois consommé, il a disparu pour de bon...

 

D'accord... mais une énorme découverte ne pourrait-elle
pas se produire, et changer la donne ?

Absolument pas !

Quelles sont les chances de trouver un autre champ de pétrole de 90 milliards de barils ? Ou deux champs de 45 milliards de barils ? Proches de zéro. On pourrait se ruiner à en chercher -- en fait, ça a déjà été le cas de nombreuses compagnies pétrolières !

(Dans les années 50, par exemple, George W. Bush Senior a gagné des millions grâce à ses activités pétrolières au Texas. Au début des années 80, George Junior a dû quitter ses propres activités... après que chaque forage lancé se soit révélé désespérément sec !)

La dynamique a complètement changé. Pourquoi ?

Parce qu'il n'y a eu aucune découverte pétrolière majeure depuis plus de 20 ans !

Dans le monde entier, les découvertes pétrolières nettes ont plongé tous les 5 ans depuis 1980.
Certains des champs les plus grands ont désormais entre 30 et 100 ans... et ils commencent aussi à s'assécher !

Il y a eu 16 grandes découvertes pétrolières en 2000, huit en 2001, trois en 2002, AUCUNE en 2003 -- et à part un gisement de 5 à 8 milliards de barils potentiels découvert fin 2007 dans la baie de Santos, au Brésil, les chiffres actuels restent décevants. Dans le monde entier, le sommet des découvertes a été atteint dans les années 50. Dans les années 90, la moyenne était d'un sixième du total de l'époque... soit neuf milliards de barils par an !

Ce n'est presque rien, comparé à la demande mondiale de pétrole. Et même si l'on trouvait un autre Ghawar... cela ne ferait que retarder l'impact de moins de 24 mois.

Il faut se poser la question... S'il y a encore de l'énergie bon marché à découvrir, où est-elle ? La plupart des énergies alternatives (éolienne, hydrogène, solaire, hydraulique, etc.) présentent un potentiel parfois explosif -- et qui pourrait d'ailleurs vous rapporter des gains eux aussi substantiels, au passage -- mais elles sont trop longues à développer pour éviter totalement le choc pétrolier.

Il y a de meilleures réponses -- des réponses que je partagerai avec vous. Elles aideront quelques investisseurs avisés à faire des profits spectaculaires -- si vous savez quelles actions acheter, et le bon moment où vous positionner...  (..)


Sylvain Mathon
http://www.la-chronique-agora.com


____________________________________________________________________________________


Reçu ce courriel édifiant, d'une personne bien renseignée :


Bonjour Eva,

As tu lu l' article sur la crise du pétrole en entier  ?

Alors, cette crise signifie qu'il faut aussi freiner la consommation en "éliminant" les hommes qui consomment, pour assurer aux industries et aux élites de s'engraisser

Après le tremblement de terre en Chine, l'ouragan en Birmanie, il va falloir s'attaquer à l'Inde, grosse consommatrice aussi

Je te paries que de ce coté là, nous allons voir apparaitre un séisme, une tempête, un truc pour éliminer les populations trop nombreuses et gourmandes en énergie

Il y a des années, une personne haut placée dans la Franc-Maçonnerie m'avait dit que le problème de notre planète c'était la démographie, et qu'il allait falloir éliminer ce problème, sinon nous allions à notre perte

Donc, stérilisation, maladies, famines, séismes et tempêtes sont au service politique d'une démographie que la planète ne peut supporter, le Mexique aussi est un pays où la population trop importante et grand mangeur d'énergie !

C'est du cynisme peut être, mais je crois que malheureusement, nous en sommes là
Tout est possible, je crois que la leçon de tout ça, c'est qu'il faut s'attendre à tout !
Bisou à toi



A lire :


La bulle pétrolière, une arme de destruction massive
de la demande
http://www.marcfievet.com/article-19435389.htm

Partager cet article
Repost0
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 23:48

 





















Et si le choc pétrolier n'était pas seulement pour augmenter les profits ?
Et s'il s'agissait de favoriser un juteux Krach mondial ?
Et s'il s'agissait de se débarrasser des classes moyennes encombrantes ?
Ce sont elles qui, aujourd'hui, justement, commencent à trinquer....

Curieux, cet article trouvé sur nouvelordremondial...
Prémonitoire !
A comparer avec ce qui se passe aujourd'hui...
J'en profite pour vous présenter Bilderberg et ... ses coulisses !

Je vous annonce que j'ai ajouté, sur le post "l'apathie face aux crimes...",
une ébauche de  "Protocole de Toronto",
la lettre d'Arthenice à Sarkozy,
tout savoir contre les machines à voter,
et toutes sortes de liens d'articles à lire,
ainsi que des infos militantes.

Votre Eva





Choc pétrolier - pourquoi ?  Essai d'interprétations...


Cette info date de plus de 7 mois,
 et qui se réalise sous nos yeux lobotomisé....

http://nouvelordremondial.over-blog.org/article-3831835-6.html#anchorComment


ALTER INFO
200 dollars le baril de pétrole est le plan des Bilderberg pour détruire la classe moyenne

Prison Planet, par Paul Joseph Watson, le 17 septembre 2007


Les élitistes utilisent l'arnaque du pic pétrolier, les remous du marché et la menace de
guerre contre l'Iran, pour augmenter les profits et torpiller la classe moyenne

​​​​Suivant leur ordre du jour méthodique pour augmenter leurs profits, occasionner un krach économique mondial et torpiller la classe moyenne, les élitistes mondialistes conspirent pour envoyer la référence des prix pétroliers passer avec fracas à travers les 200 dollars le baril, et pour se donner les moyens de parvenir à ce but, ils ne craignent pas d'attaquer l'Iran.

​​​​Le prix du pétrole brut est revenu près de son plus haut record aujourd'hui après être monté jeudi au delà du point de référence des 80 dollars.

​​​​Il y a maintenant un sérieux débat sur le pétrole qui n'atteindrait pas seulement les 100 dollars, mais le niveau des 200 dollars le baril dans les deux ans à venir.

​​​​Le blog de 247wallst.com, qui est affilié à MarketWatch et à The Wall Street Journal du Dow Jones, a reporté un article du week-end admettant la possibilité que le pétrole fasse basculer la référence des 200 dollars, citant des experts de l'industrie qui s'attendent à ce que le niveau des 95 dollars le baril soit dépassé vers la fin de l'année si la récente agitation du marché boursier se poursuit.

​​​​Le groupe ultra-secret des Bilderberg, un consortium de puissants courtiers bancaires, des affaires, de la politique, du milieu universitaire et pétroliers, se sont réunis à Munich en Allemagne en mai 2005 quand la référence des prix du pétrole brut étaient autour des 40 dollars le baril.

​​​​Lors de la conférence, Henry Kissinger a dit à ses camarades participants que l'élite (sic) avait décidé de s'assurer que les prix pétroliers doublent dans les 12 à 24 mois suivants, ce qui est exactement ce qui est arrivé.

​​​​Au cours de leur réunion de 2006 à Ottawa au Canada, les Bilderberg était d'accord pour faire pression pour 105 dollars le baril avant fin 2008. Cette information a été glanée à l'intérieur des Bilderberg de sources qui ont prouvé leur fiabilité dans le passé.

​​​​Bien que la déclaration des Bilderberg ne tienne lieu que de palabres et ne formule aucune politique, ils étaient aussi responsables de la décision de retarder l'invasion de l'Irak jusqu'à mars 2003 après que son inauguration ait été initialement prévue vers fin 2002.

​​​​Les Bilderberg ont juré d'amener Jose Barroso, président de la commission européenne et membre des Bilderberg, à faire allusion à la « révolution post-industrielle, » ce qui se traduit en termes profanes par un krach économique mondial, une autre grande dépression et la totale élimination de la classe moyenne.


Jose Manuel Barroso, président de la Commission de l'UE


​​​​Cela sera accompli par le battage médiatique de la menace de fin du monde du réchauffement global en association avec la promotion du pic pétrolier.

​​​​L'arnaque du pic pétrolier a été élaborée par les compagnies pétrolières pour créer une pénurie artificielle et pour faire monter les profits des cartels pétroliers transnationaux. Elle a été initiée la première fois en 1956 par M. King Hubbert de la Shell Oil, qui disait qu'il restait seulement 1.250 millions de barils de brut, un chiffre qui était dépassée fin 2006. Selon les calculs initiaux d'Hubbert, la planète aurait déjà produit sa dernière goutte il y a neuf mois.

​​​​En poussant la théorie du pic pétrolier et en la faisant concorder avec la fraude du réchauffement global créé par l'homme, les Bilderberg cherchent à relever le prix du pétrole au point qu'il deviennent insoutenables pour le standard de vie de la classe moyenne et que l'occident soit abaissées au second rang mondial tandis que les gros bonnets élitistes moissonnent les récompenses financières et politiques.

​​​​Une attaque militaire contre l'Iran est aussi essentielle aux mondialistes pour donner un sérieux coup de pouce à l'effondrement économique accompagné d'une hausse massive des prix pétroliers. Bernard Kouchner, ministre français des affaires étrangères, a dit hier sur une station de TV française [sur la radio RTL et retransmis par les TV, NDT] que le monde devrait se préparer à la guerre contre l'Iran pendant que la rhétorique autour de la possibilité de conflit est cultivée de manière belliqueuse.

Des experts ont prévu que si une attaque devait survenir, l'Iran cesserait tout de suite ses exportations pétrolières, poussant presque aussitôt le prix du baril bien au delà des 100 dollars, gonflant les prix de l'essence et démarrant une crise énergétique mondiale et la récession.

Original : http://prisonplanet.com/articles/september2007/170907_middle_class.htm
Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info

Notes du traducteur

Sur l'objectif élitiste de faire monter le prix du pétrole

Greg Palast avait signalé sur la foi d'un document officiel que le but de la guerre en Irak servait aussi à tarir l'approvisionnement pétrolier pour faire monter le prix :

http://www.alterinfo.net/ENCORE-le-petrole-Le-rendez-vous-secret-de-Condi-avant-l-invasion_a7558.html

​​​​Extrait : Et c'était le plan : relever le plancher des prix pétroliers. J'avais cela en écrit. En 2005, après une bataille de deux ans avec les départements d'état et de la défense, ils ont libéré pour mon équipe de BBC Newsnight les « Options pour une industrie pétrolière irakienne durable. » Il se peut présentement que vous pensez que notre gouvernement ne devrait pas écrire le plan pétrolier d'une autre nation. Eh bien, notre gouvernement ne l'a pas écrit, en dépit du seau du département d'état sur la couverture. En fait, nous avons découvert que ce plan de 323 pages a été rédigé à Houston par des cadres et des consultants en matière d'industrie pétrolière.



_________________________________________________________________________________________



Bilderberg :


Constitution :
 

Il a été constitué en 1952 de manière informelle, et appelé, lors de sa première réunion de constitution en mai 1954, sous le nom de "Bilderberg Group", réunion convoquée sur invitation du prince Bernhard des Pays-Bas à l'hôtel Bilderberg à Oosterbeek en Hollande (d'où son appellation). Sa réunion de constitution regroupait une centaine de banquiers, d'universitaires, de politiciens et de fonctionnaires internationaux. Ses membres s'appellent les Bilderbergers. 

 

Objet officiel: 

Construire l'unité occidentale contre l'expansion soviétique. 

 

Fonctionnement secret: 

Ses délibérations restent rigoureusement secrètes et ne donnent lieu à aucun compte rendu. La presse en est exclue et d'ailleurs il n'existe dans la salle aucune possibilité d'enregistrement manuel, mécanique, électrique ou électronique. 

 

Instigateurs et participants: 

Jusqu'en 1976 la présidence était éxercée par le prince Bernhard de Lippe, ami des industriels les plus puissants comme le notait Philippe Bernert (L'Aurore, 27 Aoüt 1976), qui ajoutait que le prince regroupait ceux-ci "au sein de l'association "Bilderberg", extraordinaire franc-maçonnerie du monde international de affaires", le terme "affaires" devant être pris dans son acceptation la plus large. Le scandale des pots-de-vins de Lockheed et le "mea culpa" du prince Bernhard contraignirent le mari de la reine des Pays-Bas à quitter la présidence du Bilderberg Group; mais l'organisation n'en poursuivit pas moins ses activités, son "patron" véritable n'étant pas le prince, mais le milliardaire David Rockefeller. 

Ce financier américain mondialement connu est en effet à l'origine du Bilderberg Group. Son nom figure sur les premières listes de participants, notamment (..) Henry Kissinger, homme d'états américain;  Robert Oppenheimer, le père de la bombe d'Hiroshima et de Nagasaki; et Nelson Rockefeller, futur vice-président des USA. 

Losqu'il prit la tête du Bilderberg Group, David Rockefeller venait de créer la Trilatérale. Il en est aujourd'hui le chairman pour l'Amérique, tout en présidant le Coucil on Foreign Relations (C.F.R. ou Conseil aux relations étangères), organisme considéré comme le promoteur du Bilderberg Group et de la Trilatérale (mais le CFR ne regroupe que des affiliés américains). 

 

Relations avec les 2 autres groupes secrets:

Les liens qui unissent les trois sociétés secrètes sont si étroits qu'on s'est souvent demandé si lesdites sociétés n'étaient pas les tentacules d'un même monstre...ce qui expliquerait la présence de nombreux affiliés du Bilderberg Group au sein du C.F.R. ou de la Trilatérale. 

Nous avons vu que le financier Rockefeller animait les trois organisations. D'autres personnes sont affiliées, en même temps, à deux ou trois de ces sociétés. Par exemple: Georges Bush (CFR, Trilatérale);  Henry Kissinger (CFR, Trilatérale, Bilderberg); Robert  Baron Edmond de Rothschild (Trilatérale, Bilderberg); Thierry de Montbrial, président de l'Institut Français des Relation Internationales (Trilatérale, Bilderberg); Jean-Claude Casanova (Trilatérale, Bilderberg), homme de confiance de Raymond Barre (Trilatérale) et le dernier en date: Lionel Jospin (Bilderberg); etc. 

 

Influence

La grande presse a fait le silence sur les révélations de leurs fréquentes réunions secrètes, si bien que le grand public ignore tout des véritables desseins des politiciens et de financiers qui se réunissent, périodiquement, pour déterminer l'avenir du monde et resserrer leur contrôle sur les rouages essentiels des organismes supranationaux. 

(.) 

Le daily Mirror avait dévoilé, trois semaines plus tôt, le 4 avril exactement, les noms des personnalités qui devaient y participer. Parmi elles, naturellement, le financier David Rockefeller et Henry Kissinger mais aussi, le président Giscard d'estaing (qui n'y est finalement pas allé à cause du grand bruit que le canard enchaîné a fait sur la réunion) . De son côté, la canard Enchaîné indiquait, le 13 avril, que parmi les invités figuraient: Helmut Schmidt; Niarchos, le célèbre armateur grec; Agnelli, le "patron" de Fiat; le Premier ministre britannique; le président de la Chase Manhattan Bank; etc. Coïncidence: la réunion de Torquay précedait de quelques jours seulement deux sommêts de ce mois à Londres, l'un des "grands" de l'économie mondiale et l'autre des membres de l'OTAN. 

 

Que complotent les participants: 

Ainsi, en dépit du secret dont le Bilderberg Group entoure ses réunions, celles-ci sont l'objet d'indiscrétions qui, confirmées par les évènements, ont permis de connaître les principaux sujets proposés aux délibérations des Bilderbergers. 


Jacques Bordiot résume ainsi, dans son livre "Une main cachée dirige", les principaux sujets proposés au cours de ces dicrètes délibérations:
 

- les problèmes financiers internationaux 

- la liberté d'émigration et d'immigration 

- la libre circulation des produits sans entraves douanières 

- l'union économique internationale 

- la constitution d'une force de police internationale avec suppression des armées nationales 

- la création d'un Parlement international 

- la limitation de la souveraineté de états déléguée à l'ONU ou à tout autre gouvernement supranational 

"Cest comme on le voit, le processus vers la constitution d'un Gouvernement mondial", conclut Jacques Bordiot. 

D'ailleurs, Paul Warburg, célèbre financier lié au CFR déclara le 17 Février 1950 devant les sénateurs américains: "Nous aurons un gouvernement mondial, que cela plaise ou non. La seule question est de savoir s'il sera créé par conquête ou par consentement". 

 

Les véritables idéologies: 

Cette organisation recrute des membres qui adhèrent aux idées précédentes, mais toutes les personnes ne sont pas au courant des idéologies profondes de certains des membres principaux qui font aussi partie des 2 autres sociétés secrètes (Trilatérale et CFR). 

Ces membres particuliers et qui sont d'ailleurs les plus puissants font partie de ce que nous appellerons le "cercle intérieur", le "cercle extérieur" étant l'ensemble des hommes de la finance et de la politique qui sont séduits par l'idée de l'instauration d'un gouvernement mondial qui régulera tout (au niveau politique et économique), sans être conscient des véritables motifs qui poussent le "cercle intérieur" à mettre en place un gouvernement mondial (ce sont des "marionnettes" qui sont utilisées par le cercle intérieur parce que ses membres ne peuvent pas tout changer à eux seuls: ainsi le cercle intérieur et le cercle extérieur agissent en concert mais pas pour les mêmes raisons: le cercle extérieur par désir de s'enrichir ou/et par la croyance qu'un gouvernement unique apportera plus de paix et de cohésion qu'une multitude de petits pays; le cercle intérieur dont les membres sont déjà riches et puissants et dont les visées sont toutes autres: elles sont idéologiques). On peut avoir un aperçu des idéologies des membres du "cercle intérieur" dans le document Armes silencieuses pour des guerres sans bruits (armesil.php). 

 

Plus précisément: 

Le cercle extérieur est constitué par les membres des conférences, comportant à la fois des affiliés et des invités en vue de recrutement ou de paravent. 

Le premier cercle intérieur, dont tous les membres sont des Bilderbergers, est le Steering Committee (Comité de Direction), composé de 24 Européens et de 15 Américains. Ces derniers sont à peu près tous-ou ont été- affiliées au CFR. On y retrouve en effet: George W. Ball, Robert Murphy, David Rockefeller, Arthur Dean, Dean Rusk,etc. 

Certains de ses membres font partie d'un second cercle intérieur encore plus fermé, le Bilderberg Advisory Committee (Comité consultatif), dont on sait seulement qu'il comprend des membres européens et américains, ces derniers appartenant tous au CFR, dont le secrétaire général du Bilderberg pour les Etats-Unis, David Rockefeller. 

 

Quel remède? 

La brochure de Robert Camman, Les véritables maîtres du monde, dont le succès a obligé Raymond Barre à avouer publiquement (émission "l'heure de vérité" du 4 décembre 1985) qu'il appartenait bien à la trilatérale a mis en garde le Français contre les puissances politico-financières qui tirent les ficelles de nos politiciens. Nul ne peut ignorer aujourd'hui, malgré le mutisme des media apeurés ou complices, que la plupart de nos politiciens sont tenus en laisse par la Trilatérale ou le Bilderberg group. 

Tous les noms cités à titre de publicité (auquel nous pouvons ajouter Michel Rocard qui a participé à une des réunions du Bilderberg Group) ne sont pas ceux d'agents des forces occultes. Certaines de ces personnalités (..) ne participent que par aveuglement au plan mondialiste de destruction des patries et d'asservissement des peuples. 

Mais nous sommes bien obligés , si elles persévèrent dans leurs erreurs, si elles continuent de pactiser avec l'ennemi et de faciliter sa tâche, de les considérer elles-mêmes comme des adversaires. Un Rocard participant empressé du Bilderberg Group, un Barre affilié influent de la Trilatérale, complices actifs du puissant financier international Rockfeller, seraient impuissants, désarmés, inoffensifs, s'ils n'étaient pas encouragés, épaulés, soutenus, par ces milliers d'honnêtes citoyens de droite ou de gauche qui n'ont pas encore vu le danger qu'ils se représentent. Il est temps de se rendre compte que voter la gauche ou la droite, c'est laisser faire le gouvernement mondial ! 

 

Sources 

Sentinel News n°3 (octobre-novembre-decembre 1996) 

édité par: Groupe sentinelle 

8 rue Bertrand de Vogué 

51100 REIMS 

  http://www.conspirovniscience.com/bilder.php


_________________________________________________________________________________________



Le Groupe de Bilderberg a été fondé par en
1954 à l'Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l'invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, co-fondateur du Groupe avec David Rockefeller.

Le Groupe de Bilderberg est sans doute le plus puissant des réseaux d'influence. Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, des responsables de l'armée ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires.

 suite http://syti.net

 


Voir les "Brèves nouvelles des Maitres du Monde" pour les informations sur les réunions 2005 et 2004 du Groupe de Bilderberg.

Listes complètes par pays des membres du Groupe de Bilderberg:
USA, Canada, France, Grande Bretagne, Belgique, Suisse, Hollande, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Portugal, Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Irlande, Luxembourg, autres pays

The Bilderberg archives Une revue de presse très complète des articles parrus à propos du Groupe de Bilderberg, y compris dans des "grands" quotidiens et magazines. Le site est canadien, et les articles sont en français ou en anglais.

La page à propos du Groupe de Bilderberg sur le site Conspiration.com qui aborde aussi des sujets passionnants comme les recherches du physicien Nikola Tesla

 
© Syti.net, 2004



_______________________________________________________________________________


Infiltration dans le Bilderberg 2005
Par Daniel Estulin

CounterPunch — 27 mai 2005

                               http://questionscritiques.free.fr/Bilderberg/Daniel_Estulin_270505.htm



(..)

Les organes de presse du courant dominant qui se vantent de leurs exploits à mener sans limite des investigations sur des sujets interdits ont été étrangement peu disposés à lever le voile qui cache un événement majeur : la réunion annuelle secrète du Groupe de Bilderberg pour les financiers, industriels et politiciens les plus puissants de la planète
.


2005 fut un mauvais cru pour le groupe de Bilderberg et son avenir semble morose. En effet, les efforts herculéens déployés pour garder secrète la réunion de cette année qui s'est tenue à Rottach-Egern [en Allemagne, à 60 km de Munich] ont lamentablement échoué. Et quand le groupe de Bilderberg est ennuyé, c'est le monde libre qui reprend espoir de contenir un peu plus, à l'aube du nouveau millénaire, ces accapareurs de pouvoir.

Bien que le groupe de Bilderberg ait perdu un peu de son éclat passé, une chose est sûre : le secret traditionnel qui entoure ses réunions fait ressembler la franc-maçonnerie à une cour de récréation. Le personnel de l'hôtel (..) doit prêter serment de garder le silence.


 Les allées et venues au Bilderberg se déroulent à l'abri d'un black-out publicitaire quasi-total.

Les débats qu'ils engageront cette année — de la décision sur la manière dont le monde doit s'accommoder des relations euro-américaines à la poudrière qu'est le Moyen-Orient, en passant par la guerre d'Irak, l'économie globale et comment empêcher la guerre en Iran — et le consensus auquel ils parviendront influenceront le cours de la civilisation occidentale et l'avenir de toute la planète. Cette réunion se déroule à huis clos dans un secret total, protégée par une phalange de gardes armés.


Quel Etait l'Ordre du Jour du Bilderberg 2005 ?

Après trois années complètes caractérisées par les hostilités et les tensions entre les "Bilderbergers" européens, britanniques et américains, à cause de la guerre en Irak, l'atmosphère de sympathie qui régnait entre eux s'est retournée. Toutefois, ils sont restés unis dans leur objectif à long terme — qu'ils ont réaffirmé — de renforcer le rôle de l'ONU dans le règlement des conflits et des relations planétaires.

Cependant, il est important de comprendre que les Américains ne sont pas plus des "faucons" que les Européens ne sont des "colombes". Les Européens se sont joints au soutien de l'invasion de l'Irak en 1991 orchestrée par le Président Bush père. Et puis, les Européens ont aussi soutenu l'invasion de la Yougoslavie orchestrée par le Président Bill Clinton, apportant l'OTAN dans cette opération. Un sujet qui fut grandement discuté à Rottach-Egern en 2005 fut le concept d'imposer une taxe onusienne prélevée sur l'ensemble des habitants de planète par l'intermédiaire d'une taxe sur le pétrole prélevée directement à la source. En fait, ceci crée un précédent car si elle est mise en application, ce sera la première fois qu'une agence non-gouvernementale (les Nations-Unies) bénéficiera directement d'une taxe sur les citoyens des nations libres et des nations asservies.

Cette proposition du Bilderberg appelle, pour commencer, à une minuscule perception par l'ONU que le consommateur remarquera à peine. Jim Tucker, du magazine Spotlight désormais interdit, a écrit il y a des années "Etablir le principe que l'ONU peut directement taxer les citoyens du monde est important pour le Bilderberg. C'est un autre pas de géant vers un gouvernement mondial. Les Bilderbergers savent que promouvoir publiquement une taxe de l'ONU sur tous les peuples de la Terre provoquerait des réactions d'indignation. Mais ils sont patients; le groupe de Bilderberg a déjà proposé, il y a des années, une taxe mondiale directe. Ils célèbrent aijourd'hui le fait que cela fait désormais partie du débat public et que les gens y font peu attention et ne s'en inquiètent guère."

Le groupe de Bilderberg veut une "harmonisation des taxes" pour que les pays ayant un haut niveau d'imposition puissent concurrencer en matière d'investissements étrangers les nations aux taxes "amicales" — y compris les Etats-Unis. Ils "harmoniseraient" les taxes en obligeant les taux américains et ceux d'autres pays à monter afin que la Suède socialiste, au taux de 58%, puisse être "compétitive".

Les ONG

L'ascension des ONG est un progrès que l'ancien Président Clinton décrit soudainement comme l'une des "choses les plus remarquables depuis la chute du Mur de Berlin". L'ironie, c'est que la déclaration de Clinton fut reprise par le Wall Street Journal — quotidien toujours représenté aux réunions du Bilderberg

Les Bilderbergers ont débattu vigoureusement pour que des militants écologiques non-élus et nommés par leurs soins aient, pour la première fois, une position d'autorité gouvernementale au conseil de direction de l'agence qui contrôle l'utilisation de l'atmosphère, l'espace extra-atmosphèrique, les océans, et, pour des raisons pratiques, la biodiversité. Cette invitation à ce que la "société civile" participe à la gouvernance globale est décrite comme une expansion de la démocratie.

Selon des sources au sein du Bilderberg, le statut de ces ONG serait même encore relevé à l'avenir. Leurs activités comprendraient l'agitation au niveau local, le lobbying au niveau national et la production d'études pour justifier une taxation globale par l'intermédiaire d'organismes de l'ONU tels que le Pacte Mondial [Global Plan] — un des projets favoris du Bilderberg depuis plus de dix ans.

La stratégie pour faire avancer le programme de gouvernement mondial comprend spécifiquement des programmes pour discréditer des personnes et des organisations qui génèrent des "pressions politiques internes" ou des "actions populistes" et qui ne soutiennent pas la nouvelle éthique mondiale. L'objectif ultime, selon ces sources, étant de supprimer la démocratie.

Le programme environnemental des Nations-Unies, ainsi que tous les traités environnementaux placés sous sa juridiction, seraient finalement dirigés par un corps spécial de militants écologistes. Ces derniers seraient choisis uniquement parmi les ONG accréditées par les délégués de l'Assemblée Générale, qui sont eux-mêmes nommés par le Président des Etats-Unis, qui est lui-même contrôlé par le directorat enchevêtré Rockefeller/CFR/Bilderberg. [CFR = Council on Foreign Relations, le conseil aux relations étrangères]. Ce nouveau mécanisme apporterait une voie directe vers les plus hauts niveaux de gouvernance mondiale aux ONG locales, "de terrain", affiliées aux ONG nationales et internationales. Par exemple : The Greater Yellowstone Coalition, un groupe d'ONG affiliées, a récemment adressé une pétition au Comité Mondial du Patrimoine de l'UNESCO pour qu'il intervienne dans les plans d'une société privée qui voulait extraire de l'or dans un terrain privé à proximité du Parc National de Yellowstone. Le Comité de l'UNESCO est intervenu et a immédiatement classé Yellowstone comme "Site du Patrimoine Mondial en Danger". Selon les termes de la Convention du Patrimoine Mondial, les Etats-Unis ont l'obligation de protéger ce parc, même au-delà de ses limites, et jusqu'aux terrains privés si nécessaire.

Les idées qui sont discutées, si elles sont mises en application, auront pour conséquence de placer tous les habitants de la planète dans une sorte de banlieue globale, dirigée par une bureaucratie planétaire, sous l'autorité directe d'une toute petite poignée de personnes nommées. Et nous serions tous surveillés par des milliers de personnes, payées par ces ONG accréditées, avec la certitude qu'elles soutiennent le même système de croyance. Bien sûr, pour beaucoup de personnes, cela est incroyable et inacceptable.

Les Elections en Grande-Bretagne

(..) Les Bilderbergers pensent en fait que Blair est un candidat bien plus sûr pour poursuivre le chemin vers l'intégration européenne que son rival conservateur.

Le Programme des Néoconservateurs

La faction, connue sous le nom de "néoconservateurs" est arrivée à grand renfort. Ce sont eux qui ont déterminé que la sécurité d'Israël devait se faire aux dépends de la sécurité des Etats-Unis et qu'elle devait être au centre de toutes les décisions américaines de politique étrangère.

Le plus voyant parmi ce groupe est l'espion israélien Richard Perle, qui a fait l'objet d'une enquête par le FBI pour espionnage au profit d'Israël. Perle a joué le rôle décisif pour précipiter les Etats-Unis dans la guerre contre l'Irak. Il fut forcé de démissionner le 27 mars 2003 du Conseil Politique de Défense du Pentagone, après que l'on apprit qu'il avait conseillé Goldman Sachs International — participant habituel du Bilderberg — sur la manière dont cette société pouvait profiter de la guerre en Irak.

Un autre personnage néoconservateur disponible était Michael A. Ledeen, un "intellectuel parmi les intellectuels". Ledeen travaille pour l'American Enterprise Institute, un groupe de réflexion fondé en 1943, avec lequel Richard Perle est associé de longue date. L'AEI et la Brookings Institution dirigent le Joint Center for Regulatory Studies [Centre Conjoint d'Etudes Réglementaires] (JCRS) dont le but est de tenir les députés et les organismes de contrôle "pour responsables de leurs décisions en leur fournissant des analyses réfléchies et objectives sur les programmes de réglementation existants ainsi que de nouvelles propositions réglementaires". Le JCRS pousse à l'analyse coûts/bénéfices des réglementations, qui entre dans le cadre de l'objectif ultime de déréglementation de l'AEI (et des Bilderbergers).

Cette année, ces néoconservateurs furent aussi rejoints au Bilderberg par une poignée d'autres anciens décideurs et publicitaires de première importance, basés à Washington et connus pour leurs sympathies pour Israël. Il y avait parmi eux : l'ancien haut-fonctionnaire du Département d'Etat, Richard N. Haas, président du CFR et ancien Secrétaire d'Etat adjoint ("père" de l'accord de Dayton
[1]) ; Richard Holbrooke ; Dennis Ross du WINEP [Washington Institute for Near East Policy, l'Institutut de Washington pour la Politique au Proche-Orient] pro-israélien, une ramification du comité israélo-américain aux affaires publiques (l'AIPAC) et de l'institut juif pour les affaires de sécurité nationale (le JINSA) ; ainsi que le tout nouveau président élu de la Banque Mondiale, Paul Wolfowitz.

Dennis Ross, Richard Perle et compagnie meurent d'envie de "faire passer le message" : procéder au nettoyage ethnique d'autant de Palestiniens que possible de la Cisjordanie et de Gaza. Voici ce que déclarait en 1989 l'ancien premier ministre Netanyahou devant des étudiants de l'université Bar-Ilan : "Israël aurait dû exploiter la répression des manifestations en Chine, lorsque l'attention du monde était focalisée sur ce pays, pour procéder à des expulsions massives parmi les Arabes des Territoires". Les résidents de la Communauté Européenne n'avaient peut-être aucune idée sur les intentions des Sionistes vis-à-vis des Palestiniens, mais, en Israël, à mon grand étonnement, le nettoyage ethnique est un sujet populaire de discussion. 50% ou plus des Israéliens pensent que le nettoyage ethnique est une bonne idée. Quand on pense que cela vient d'une nation qui est supposée se souvenir de l'Holocauste ! La réalité dépasse vraiment la fiction !

L'Energie

Un "initié" de l'industrie pétrolière a fait remarquer que la croissance n'est pas possible sans énergie (..) il y a apparemment seulement assez de pétrole pour durer 20 ans. Plus de pétrole signera la fin du système financier mondial. Tout cela a été reconnu par le Wall Street Journal et le Financial Times, deux périodiques qui sont régulièrement présents à la conférence annuelle des Bilderbergers.

En conclusion, attendez-vous à une sévère crise de l'économie mondiale dans les deux prochaines années alors que les Bilderbergers tenteront de protéger les réserves de pétrole restantes en prenant l'argent des mains des gens. Dans une récession ou, au pire, une dépression, les populations seront obligées de diminuer radicalement leurs habitudes de dépenses, assurant ainsi un plus long approvisionnement de pétrole aux riches de ce monde alors qu'ils tenteront de concocter une solution.

(..) Quelqu'un a demandé une estimation des réserves classiques de pétrole accessibles. Le montant cité était d'environ un trillion de barils. Accessoirement, il est intéressant de noter que la planète consomme un milliard de barils tous les 11,5 jours...



La Reine Beatrix de Hollande, l'actionnaire principale de Royal Dutch Shell, est membre à part entière du groupe de Bilderberg. Son père, le prince Bernhard fut l'un des fondateurs du groupe de Bilderberg en 1954 (.) A Rottach-Egern, en mai 2005, les plus hauts dirigeants de l'industrie ont tenté d'imaginer comment cacher au public la vérité sur les réserves de pétrole qui sont en diminution. Que le public prenne connaissance de la diminution des réserves et les actions baisseront, ce qui pourrait détruire les marchés financiers, conduisant ainsi à un effondrement de l'économie mondiale.


.

Le Referendum Constitutionnel en France

Le premier jour des rencontres secrètes au Bilderberg 2005 fut dominé par une discussion sur le referendum constitutionnel en France et pour savoir si Chirac pouvait persuader la France de voter OUI le 29 mai. Un vote pour, selon des sources au sein du Bilderberg, mettrait une grosse pression sur Tony Blair pour confier la Grande-Bretagne aux bras ouverts du Nouvel Ordre Mondial par l'intermédiaire de leur propre referendum sur le traite programmé pour 2006.(..) Les Bilderbergers espèrent que Blair et Chirac, qui ont étalé au grand jour, à plusieurs reprises, leur animosité, peuvent travailler ensemble pour leur bénéfice mutuel et leur survie politique. Un autre Bilderberger européen a ajouté que les deux leaders doivent laisser derrière eux et aussi vite que possible toutes leurs anciennes querelles sur des sujets comme l'Irak, la libéralisation de l'économie européenne et l'avenir du rabais que la Grande-Bretagne a reçu de l'UE ; et qu'ils doivent s'atteler à une intégration européenne complète, qui pourrait se désintégrer
si le peuple français, souvent "têtu et obstiné" (selon les mots d'un Bilderberger britannique) ne font pas ce qu'il faut. Entendez par là : abandonner leur indépendance pour le "plus grand bien" d'un super Etat fédéral européen !

Un Bilderberger allemand initié a déclaré que le vote français pour le OUI était délicat à cause des "délocalisations. Les emplois en Allemagne et en France s'envolent pour l'Asie et l'Ukraine," (pour profiter d'une main d'œuvre bon marché). [L'Ukraine qui se presse à la porte de l'Union Européenne…] Un politicien allemand a demandé comment Tony Blair allait faire pour demander aux Britanniques d'embrasser la Constitution Européenne lorsque, à cause des délocalisations, la France et l'Allemagne connaissent des taux de chômage de 10% et que la Grande-Bretagne se porte économiquement bien.

Les Américains Hors-la-loi

Une loi aux Etats-Unis, Logan Act, stipule de façon explicite qu'il est criminel pour des hauts-fonctionnaires américains de participer à l'élaboration de politiques publiques avec des citoyens du secteur privé. Bien qu'une de ses sommités manquait au Bilderberg 2005 — l'officiel du Département d'Etat américain, John Bolton, témoignait devant la Commission des Affaires Etrangères du Sénat [américain] — le gouvernement américain était bien représenté (..) James Wolfensohn, président sortant de la Banque Mondiale; et Paul Wolfowitz, Secrétaire d'Etat adjoint et président entrant de la Banque Mondiale. En participant à la réunion du Bilderberg 2005, ces personnes
enfreignent les lois fédérales des Etats-Unis.

Auna Telecomunicaciones

Plusieurs Bilderbergers qui se trouvaient au bar avec la Reine Beatrix de Hollande et Donald Graham, le PDG du Washington Post, discutaient de la vente prochaine du géant espagnol des télécommunications et du câble : AUNA. Auna exploite des services de téléphonie fixe (.) L'abondance de crédit bon-marché et les taux d'intérêt bas ont fait d'Auna une cible appétissante pour les investisseurs institutionnels. 

(..)  Dans le passé, les révélations sur les réunions du Bilderberg ont alerté — des mois avant que les grands médias n'en parlent — sur l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis, les augmentations d'impôts et la chute de Margaret Thatcher en tant que premier-ministre de la Grande-Bretagne.

L'Impasse entre l'Indonésie et la Malaisie

Une confrontation politique et militaire entre ces deux nations dans la mer de Sulawesi riche en pétrole (toutes deux proclament que la région d'Ambalat, riche en pétrole, fait partie de leurs droits territoriaux) fut le sujet d'une discussion très animée entre plusieurs Bilderbergers Américains et Européens lors d'un cocktail d'après-midi. Un Bilderberger Américain agitant son cigare a suggéré d'utiliser l'ONU pour "promouvoir une politique de paix dans la région." En fait, les Bilderbergers qui étaient assis autour de la table du salon s'accordaient pour dire qu'un tel conflit pourrait leur donner une excuse pour mettre dans cette région disputée une garnison de "gardiens de la paix" de l'ONU,
et donc assurer leur contrôle ultime sur ce trésor, c'est à dire des réserves pétrolières non exploitées.

La Chine

Les Bilderbergers américains et européens, réalisant l'urgence absolue de s'étendre dans les marchés en développement pour maintenir l'illusion d'une croissance sans fin (..) Les Bilderbergers se sont mis d'accord secrètement sur la nécessité d'obliger les pays pauvres à entrer dans un marché mondialisé pour fournir des biens bon-marché tout en les forçant simultanément à devenir leurs clients. Le désaccord actuel avec la Chine en est un très bon exemple, puisque les Chinois ont inondé les pays occidentaux de marchandises bon-marché, dont les textiles, poussant les prix à la baisse. En échange, les Bilderbergers ont pénétré un marché émergent mûr mais vulnérable au savoir-faire supérieur des occidentaux. Des pays similaires en voie développement acquièrent lentement un meilleur pouvoir d'achat et le monde industrialisé met un pied dans leurs économies intérieures en visant des exportations bon-marché.


* * *

On ne peut rien faire d'autre que de se demander ce qui se passera après que les organisateurs du Bilderberg, Rockefeller, Kissinger, la Reine Beatrix et consorts, auront achevé leur projet de mettre la main sur l'ensemble des biens et des services de la planète.


* * *

Daniel Estulin est un commentateur politique et vit à Madrid. Il est l'auteur de quatre livres traitant de formation en communication.

Traduit de l'anglais par Jean-François Goulon

 

       Lire aussi l'excellent site http://lagrandeconspiration.org   







 



Partager cet article
Repost0
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 04:56

http://fr.wikipedia.org

Image:Council of Europe.jpg



Mes amis,

C'est très grave ! Je vous en ai souvent parlé dans mes différents articles : L' Europe reçoit ses directives de Washington ! Elle n'est pas indépendante, c'est, en quelque sorte, un sous-marin des Etats-Unis ! 

C'est d'autant plus grave que son  fonctionnement n'est pas démocratique : Elle est gouvernée par un collège d'experts ! Et à votre avis, sont-ils indépendants ? Pas du tout, ils dépendent des lobbies (on a vu récemment les conséquences avec les OGM), et  ils sont soumis aux directives américaines !
 
Et à l'OMC, les Européens sont représentés par un commissaire britannique !
Quand on connaît les liens qui unissent les deux pays anglo-saxons, on a compris !

Qu'est-ce que l' Europe ? Un Marché Unique, un libre espace de circulation des marchandises, des capitaux, et acessoirement - on le voit tous les jours - des hommes ! Et cet espace est livré à la concurrence la plus sauvage !

Résultat : Les délocalisations sont encouragées, pour diminuer toujours davantage les coûts salariaux, au bénéfice des entreprises et des actionnaires !

Qui a pris le pouvoir, en France ? Le MEDEF, le grand patronat, qui gouverne contre nos intérêts ! Le politique, je vous l'ai déjà dit, a disparu, nous dépendons de décisions de technocrates, d'experts, de Grands patrons, qui défendent les intérêts du  capital au détriment de ceux du travail !

En un mot comme en cent, les individus sont sacrifiés aux intérêts du grand capital, ils sont au service de l'Economie et pire encore, de la Finance ! Ce sont de simples pions que les chefs d'entreprises placent et déplacent à leur gré !

Mes amis, au secours ! Nos emplois vont être sacrifiés ! Ils seront suprimés, les uns après les autres, ils seront délocalisés, et ceux qui seront encore préservés - pour combien de temps encore ? - seront précarisés, soumis à des cadences toujours plus contraignantes, toujours moins bien protégés et toujours plus mal rétribués, au nom de la sacro-sainte concurrence !

L' Europe est une imposture, un véritable tyran, qui va détruire nos vies les unes après les autres !

Il faut en sortir ! C'est encore possible, grâce à un article du Traité de Lisbonne, lisez ! Dans les papiers que je vous propose, on parle aussi d'un nouveau parti attaché à une réelle indépendance, comme le député Dupont-Aignan d'ailleurs souhaite en voir un accéder au pouvoir, le sien !

Ce qui est sûr, c'est que nous avons été bernés par Sarkozy, par l'Europe, par les médias !

C'est intolérable, et il faut réagir !

Je me suis accordée deux jours de plus après avoir vu "les bréviaires de la haine" sur Arte avant de vous envoyer mon papier sur mai 68 - car il s'enrichira des  réflexions de cette émission -,  mais je tiens à vous envoyer ces articles de
http://verites.org (site auquel je suis abonnée) sans tarder, car ils sont décisifs pour comprendre la société  qu'on nous prépare !

L' Histoire ne se répète pas, certes. Eh bien, mai 2008 doit être encore plus revendicatif que celui que l'on commémore ! Il y va de notre avenir à tous !

Votre Eva



________________________________________________________________________________________


L' Europe ? La fin de nos emplois !





L'actualité n'en finit pas de dresser la terrible litanie des fermetures d'usines pour cause de délocalisations : Salomon, Kleber, ArcelorMittal, Ford, Michelin, etc, etc.




Les patrons annoncent des profits exceptionnels pour leurs entreprises et certains d'entre eux s'octroient des rémunérations faramineuses : des salaires de 5.000 à 10.000 euros PAR JOUR ne sont plus rares chez les dirigeants des grandes entreprises françaises. Comme si cela ne suffisait pas, ils s'accordent aussi des augmentations de revenu phénoménales : +40% au cours de la seule année dernière. Selon une enquête comparative très récente, les patrons français sont désormais les mieux payés du monde, juste après les patrons américains.
 

Tout cela ne les empêche pas d'expliquer sans vergogne à leurs salariés, et notamment à ceux qu'ils licencient, qu'ils ne peuvent plus conserver les usines en France tant que les salaires des Français seront supérieurs à ceux des pays de l'Est de l'Europe… ou à ceux des Chinois et des Indiens.





L'écrasante responsabilité de la construction européenne  


Adieu, les promesses "d'harmonisation sociale" ! Maintenant que le nouveau traité de Lisbonne a été ratifié dans le dos des Français, l'UE révèle son vrai visage : celui de la concurrence anti-sociale, doublée d'une concurrence fiscale exacerbée.

C'est d’ailleurs exactement ce que voulait obtenir le président de la Commission européenne, M. BARROSO, dès son entrée en fonction le 21 septembre 2004. Voilà ce qu'il déclarait à l'agence de presse américaine Associated Press :


Ainsi, avec notre argent, elle distribue des subventions sous forme de FEDER, de Fonds social européen (FSE) et autres Fonds de cohésion.

Et c'est tout à fait officiellement que nos européistes ont programmé la casse de l'industrie française : voir "La programmation 2007-2013" dont, je cite : "L'objectif n°1 s'adressera en priorité aux nouveaux entrants dans l'Union, à savoir les 10 nouveaux Etats membres intégrés en 2004."

La Commissaire européenne de nationalité polonaise Danuta Hübner doit se réjouir en regardant les actualités françaises. Ses vœux ont été parfaitement exaucés. Une à une, toutes les industries françaises quittent le territoire national. Elle a d'ailleurs tout fait pour cela, puisqu’elle avait déclaré sans ambages, le 9 février 2005, au quotidien français La Tribune et au journal allemand Handelsblatt. qu'il « faut faciliter les délocalisations au sein de l'Europe ».

Ni le gouvernement, ni le Président de la République n'osent révèler que c'est cette politique européenne délibérée qui à la véritable cause des délocalisations (..)

Mais que cherche donc l’Europe ? 

 

Contrairement à ce qu’une propagande constante assène au peuple français, la construction européenne n'a nullement pour objectif de bâtir une « Europe puissance ». Tous les cercles du pouvoir bruxellois sont investis par des cabinets de lobbying, les uns proches des très grandes entreprises, dont les alliances et les intérêts sont mondiaux, les autres étant des instruments d’influence des autorités américaines.


En réalité, l’Union européenne a pour finalité d’être l’auxiliaire géostratégique des Etats-Unis et elle a joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre de la politique dite de « mondialisation ». Les 27 Etats-membres de l’Union européenne ne prennent pas part aux négociations cruciales qui se tiennent à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), ils s'y font représenter par M. Mandelson, Commissaire britannique, auquel la France confie donc le soin de protéger ses intérêts industriels et commerciaux les plus fondamentaux….


L’objectif de la Commission européenne est de mettre en concurrence, sans aucune protection, les salariés des pays riches d’Europe (France mais aussi Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Pays Bas, etc.), non seulement avec les salariés des pays pauvres d’Europe (les anciens pays de l’est) mais plus globalement avec les salariés du monde entier.

 

Dans quel but ? Pour peser continuellement sur les salaires et les charges sociales afin de rémunérer toujours davantage le capital, pour permettre ainsi de dégager des profits toujours plus élevés pour les actionnaires, et des salaires de plus en plus élevés pour leurs mandants que sont les dirigeants d’entreprise.

 



Le résultat ? On le constate jour après jour : l’érosion continuelle de notre pouvoir d'achat collectif, la remise en cause, l'un après l’autre, de les acquis sociaux obtenus par nos aïeux au cours des XIXe et XXe siècles, la paupérisation d’une partie croissante de la population, et la destruction, s'il le faut, de  toute l'industrie française.


Il n'y a qu’une seule vraie solution pour sauver la France et son industrie 

  Cela fait maintenant une bonne quinzaine d’années que la France assiste à une véritable hémorragie de son industrie, de ses sites industriels, de ses emplois industriels et de son savoir-faire industriel. La France a ainsi perdu plus d’un million d’emplois industriels au cours de cette période.

 Les partis politiques qui se succèdent au gouvernement depuis quinze ans (RPR, UDF, UMP, MODEM, Verts, PS) tiennent toujours les mêmes paroles convenues. Lorsqu’ils sont au pouvoir, ils ne parlent que « d’adaptation nécessaire », de « réformes indispensables », de « reconversion vers des métiers à plus haute valeur ajoutée » et « d’accompagnement social » ; lorsqu’ils sont dans l’opposition, ils fustigent le gouvernement en place, en lui reprochant de ne rien faire. Mais aucun de ces partis ne révèle aux Français que les vraies raisons de cette auto-destruction consentie sont à chercher du côté de Bruxelles et de la Commission européenne. C'est pourquoi, derrière leurs paroles lénifiantes, tous ces partis laissent détruire bel et bien notre tissu industriel.

 

Il n’y a pourtant pas de mystère : si on laisse la Commission européenne décider dans notre dos de mettre en concurrence frontale les 300 millions de salariés riches de l’ouest européen avec les 3 milliards de salariés extrêmement pauvres, de la Chine, de l’Inde, du Pakistan, du Bangla Desh, du Vietnam, de l’Indonésie, etc., TOUTES NOS INDUSTRIES, y compris à terme celles de services et de haute technologie, devront plier bagage. Le revenu moyen d'un salarié français étant environ 15 à 20 fois plus élevé que celui d'un salariré chinois, aucune mesure ne pourra jamais compenser cette phénoménale différence de compétitivité. Même si l'on supprimait toutes nos protections sociales, la Sécurité sociale, les minimums sociaux et les allocations chômage, et même si l'on remontait le départ à la retraite à 70 ans et la durée hebdomadaire de travail à 50 heures, nos industries ne seraient, et de très loin, toujours pas compétitives.

  La seule solution, c'est donc que les Français reprennent leur destin en mains, cessent de se faire représenter à l’OMC par la Commission européenne, et imposent un retour à une taxation des produits fabriqués dans des pays dont les salaires sont infimes, et où la protection sociale et la législation environnementale sont quasiment inexistantes.

  Ce changement est radical mais il est la seule réponse cohérent et efficace pour empêcher la destruction complète de notre appareil productif.

Ce changement politique majeur implique que la France dénonce les traités européens, en faisant jouer le tout nouvel article 49A du nouveau traité de Lisbonne, qui reconnaît le droit à un Etat de sortir de l’Union et qui fixe d’ailleurs la procédure précise à cette fin.

   Les Etats ont le droit de quitter l'Union européenne.

 

Maintenant, vous avez le choix

D'un côté vous avez tous les partis politiques français, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, des européistes aux « souverainistes » de complaisance, qui se refusent à proposer la sortie de l’Union européenne, qui sont ainsi obligés de cacher la vraie raison du drame que nous vivons, et qui laissent de fait la Commission européenne détruire méticuleusement la France et son industrie.

 

De l’autre côté, il y a maintenant un tout nouveau parti politique, ni extrémiste ni européiste, regroupant des Français de bonne volonté venus de droite et de gauche, qui ont décidé de dire : ASSEZ !

suite à  http://www.verites.org/article-19312526.html



____________________________________________________________________________________________________

L ' Europe est une dictature !


Le prétendu « mini-traité européen » qui vient d’être signé à Lisbonne, a été conçu en secret et dans le dos des peuples européens, dans le seul but de faire ratifier par la France un texte exactement comparable, sur le fond, à celui que le peuple français souverain a rejeté à 55% des suffrages le 29 mai 2005.


La preuve est ainsi faite que le processus de construction européenne est purement et simplement la mise en place d’une dictature, qui a l’astuce de se cacher. Nonobstant la volonté de banaliser ce coup de force des uns et les silences complices des autres, il s’agit d’une affaire d’une exceptionnelle gravité.



Dans ces conditions, la question n’est certainement pas de discuter des modalités de ratification d’un traité dont le principe même est un déni de démocratie. Que ce soit par voie parlementaire ou référendaire, aucun procédé ne peut plus légitimer ni ce nouveau traité, ni le statu quo, après le vote souverain et définitif du peuple français du 29 mai 2005.


La seule question légitime à poser désormais aux Français est de savoir si, oui ou non, nos compatriotes acceptent la mise en place de cette dictature.


C’est le devoir de tous ceux qui respectent les principes démocratiques et le droit international, dont la règle supérieure reste le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, d’exiger dès maintenant la sortie de la France de l’Union européenne.

 


UPR - Libérons la France du piège européen




http://www.verites.org/article-19227260.html


________________________________________________________________________________________


L ' Europe est aux ordres des USA !







LES ETATS-UNIS DONNENT OUVERTEMENT À LA SLOVÉNIE LEURS DIRECTIVES ÉCRITES SUR LA POLITIQUE À SUIVRE PENDANT LA PRÉSIDENCE DE L’UE


La semaine dernière, le quotidien slovène Dnevnik a eu le courage de publier un véritable scoop : il a osé publier un « document interne » du gouvernement américain dans lequel Washington énumérait au gouvernement slovène des « directives » pour exercer la présidence slovène de l'Union européenne.



Ce document a été remis par le secrétaire d'Etat adjoint américain aux Affaires européennes, Daniel Fried, à M.Mitja Drobnic, directeur politique du ministère slovène des Affaires étrangères, lors d’une réunion de travail à Washington le 24 décembre dernier.

 
L’administration américaine  fixe ainsi les grandes orientations de ce que devait être la présidence exercée par la Slovénie sur l’UE. La « directive » précise notamment dans le domaine de la géopolitique ce qu'il faut faire pour être agréable à Washington. Par exemple : 

- la Slovénie doit être « parmi les premiers au sein de l'UE à reconnaître l'indépendance du Kosovo »

- il est de la plus haute importance de déployer, dans cette province de Serbie où les Albanais majoritaires réclament l'indépendance, une mission de policiers et de juristes de l'UE, et ceci « malgré les réticences de Moscou et de Belgrade ».

L’existence des « directives » américaines confirmée par le gouvernement slovène

Après cette sensationnelle divulgation dans la presse, le ministère slovène des Affaires étrangères n'a pas nié l'existence de ce document ni contesté son contenu. Il a seulement annoncé l'ouverture d'une enquête sur l'origine de la fuite et sa publication non-autorisée par la presse.

Mais, la polémique prenant de l’ampleur, le gouvernement slovène s’est résigné à faire payer un lampiste.

Qui ? Eh bien le directeur politique qui était allé à Washington chercher la directive…




Le Premier ministre slovène, M. Janez Jansa, a quant à lui minimisé, dès la parution de l’article, l'impact du document en assurant que son pays n'entendait pas reprendre à son compte les positions américaines pour en faire la politique de l'UE. Il est vrai qu'il pouvait quand même difficilement reconnaître publiquement le contraire. Pourtant, on peut d'ores et déjà remarquer que la Slovénie, en bon petit soldat euratlantiste, vient de ratifier aujourd'hui même le « traité de Lisbonne », étant ainsi le deuxième pays de l’UE après la Hongrie à ratifier ce document chaudement approuvé par Washington.


CONCLUSION : PENDANT CE TEMPS-LA, LE PREMIER MINISTRE FRANÇAIS « RÊVE »

Ces « directives » écrites remises par le Département d’Etat américain au représentant d’un Etat qui exerce la présidence de l’Union européenne montrent à quel point la « construction européenne » est un mot-codé pour désigner ce qui est purement et simplement la vassalisation américaine du continent. Le processus prend d’ailleurs désormais des proportions tellement outrées que l’opinion publique française commence à le comprendre, en dépit du matraquage médiatique incessant dont elle est la victime pour l’empêcher de comprendre qui dirige « l’Europe ».

Comme de juste, les medias français n'ont pas jugé utile d’informer les Français de ce scandale qui a agité la Slovénie au cours des derniers jours.François Fillon préfère continuer à vendre aux Français le bobard éculé qui consiste à nous seriner que l’Europe servirait de contrepoids aux grandes puissances et notamment aux Etats-Unis.

En effet, négligeant de parler à son public des « directives américaines » remises par Washington à la Slovénie pour exercer la présidence de l’UE, le Premier ministre français a décrit aujourd'hui même 30 janvier, devant un colloque de l'UMP le « projet européen » comme « un rêve d'une civilisation originale équilibrant les forces des continents américain, chinois, indien. Une civilisation sachant protéger clairement ses intérêts, mais sachant aussi se faire l'interprète d'un monde mieux équilibré et plus équitable ».


Pauvre M. Fillon !

Il « rêve » et veut endormir les Français, sans se rendre compte à quel point il est pathétique de « rêver » d’une « Europe équilibrant les forces des Etats-Unis » alors qu’elle est au contraire devenue un continent complètement aux ordres de Washington.

    
 
http://www.u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=19


http://www.verites.org/article-19226933.html


________________________________________________________________________________________


FAJARDIE :
____________________

Fajardie est mort. Pour un révolutionnaire comme lui, casser sa pipe un premier mai est un sacré pied de nez.

Fajardie est mort en même temps que Lucien Jeunesse, et depuis quelques heures, les grands médias servent à tour de bras les citations du célèbre présentateur de jeu. Mais citer Fajardie ne leur viendrait évidemment pas à l’idée. Peut-être daigneront-ils commenter rapidement le personnage, puisqu’ils ne savent faire que ça : commenter. Pour mieux faire l’impasse sur les idées, subversives et donc gênantes.

Pendant que les mêmes commémorent à leur façon un mai 68 qu’ils travestissent, dénigrent, caricaturent à souhait, il faut lire ou relire ce bouquin au titre sublime, « Jeunes femmes rouges toujours plus belles ». Le mai 68 de Fajardie. Celui des militants obscurs, qui voulaient vraiment la révolution, tandis que les leaders préparaient déjà la suite de leur carrière politique en bradant l’espoir d’un mouvement.

Pendant que les usines ferment et que l’écologie devient libérale et cotée en bourse, il faut lire ou relire « Metaleurop, paroles ouvrières ». Dans ces entretiens avec les salariés licenciés de Noyelles-Godault, Fajardie montre la mondialisation dans ce qu’elle a de plus abject, quand la recherche de profit brise des vies et que tous les arguments sont bons, y compris celui de préserver l’environnement, pour atteindre l’objectif (1).

En 2008, cinq ans après Metaleurop, c’est au tour d’Arcelor-Mittal de se « restructurer » pour aller chercher ailleurs des salaires de misère et la contrainte environnementale la plus légère possible. En attendant bien-sûr le prochain.

Cinq ans après, l’Agence Nationale Pour l’Emploi publie en France une « offre » de niveau bac+2, pour un poste à Pondichéry payé entre 160 et 320 euros par mois. Les journaux parlent de polémique, mais commentent encore une fois sans jamais expliquer qu’au petit jeu de la compétitivité il y aura toujours pire à quelques heures d’avion... Cinq ans après, rien n’a changé, sauf la vitesse à laquelle les libéraux nous conduisent dans le mur.

Fajardie a traduit cela mieux que bien des experts, quand il écrivait dans ce livre : « Il ne suffit pas au capitalisme international de bouleverser l’infrastructure économique, ni de modifier à son avantage le mode de production : il veut davantage, s’attaquer à la superstructure, changer l’homme, la société, la vie, le quotidien et les valeurs, tout ce qui tendait à la solidarité, au collectif, au bien commun. »  

(1) Lire « Quand l’écologie devient anti-sociale »,

http://abernier.vefblog.net/1.html#Quand_lecologie_devient_antisociale

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19337895.html (source)


_______________________________________________________________________________________



60 ans de dépossession :
http://www.france-palestine.org/rubrique95.html

Stratégie de paix pour le Proche-Orient
http://www.france-palestine.org/article8880.html

Les régimes arabes modernisent l'autoritarisme
http://www.france-palestine.org/article8859.html

Emergence d'un nouveau Moyen-Orient ? Par J. Fischer
http://www.france-palestine.org/article8856.html



Guerre d'Irak-Guerre d' Iran
http://atlasalternatif.over-blog.com/article-19298141.html

Emeutes de la faim dans le monde
http://atlasalternatif.over-blog.com/article-19298088.html



Dernière mise en ligne sur le site de
Manuel de Diéguez :

http://www.dieguez-philosophe.com

 

LETTRES A LA GENERATION DE LA LIBERTE

XXVII - L'or des idoles

 

(.) Vous n'observerez donc et ne pèserez avec des chances de succès le noyau de tous les mythes religieux du monde - celui qui commande les relations de dépendance du serviteur à l'égard de son maître

(.) Ces prémisses vous aideront à résumer les premiers épisodes du scénario qui conduira la civilisation européenne à la décapitation politique , parce qu'ils vous mettront en mesure de comparer la psychophysiologie de la religion latine avec celle de la religion américaine, puis d'observer que leur théologie respective rend leurs politiques incompatibles entre elles.

suite :

http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/europolitique/generation27.htm

 


La famine mondiale
- par Michel Chossudovsky -
La famine est le résultat d'un processus de restructuration en « marché libre » de l'économie mondiale qui prend ses assises dans la crise de la dette du début des années 1980.
Les conséquences des bombardements sur les installations nucléaires de l'Iran
- par Floyd Rudmin -
Regardez attentivement les conséquences qu'auraient des bombardements sur les installations nucléaires de l'Iran et ensuite, priez.  (voir extraits)
Biocarburants et crise alimentaire
- par Salim Lamrani - 
Les émeutes de la faim se sont multipliées à travers le monde suite à la flambée des prix des matières premières alimentaires. La politique des biocarburants est en grande partie responsable de cette hausse des prix.
La Chine et les États-Unis: : PsyOp sur les droits de l'homme au Tibet
- par Michel Chossudovsky -
​​​La question des droits de l'homme est devenue la double page centrale de la désinformation médiatique.


(Extraits conséquences bombardements). Jamais dans toute l'histoire ne s'est produit le bombardement délibéré de centrales nucléaires et d'installations d'enrichissement nucléaire. De telles installations, partout dans le monde, sont exploitées sous de sévères règles de sécurité parce que le rejet de matières radioactives est mortel au moment même où l'événement se produit et longtemps après y avoir été exposé.

Si les États-Unis ou Israël devait bombarder délibérément une centrale nucléaire.. des éléments radioactifs seraient alors rejetés dans l'environnement. Il y aurait d'horribles décès dans la population environnante. 3 millions de décès surviendraient dans les 3 semaines suivant les bombardements des installations nucléaires d'enrichissement près d'Ispahan et la contamination recouvrirait l'Afghanistan, le Pakistan, jusqu'en Inde.

Au cours de la guerre du Golfe de janvier 1991, de nombreux puits de pétrole au Koweït ont été incendiés. Selon le Département d'État américain, « des pluies noires ont été signalées en Turquie et de la neige noire est tombée au pied des montagnes de l'Himalaya. ".. Mais le nuage radioactif pourrait aller vers le nord c'est-à-dire, en Europe. Au cours de l'invasion de l'Irak par les États-Unis qui étaient accompagnés par le Royaume-Uni, l'Australie et d'autres pays en mars 2003, des munitions et des bombes à l'uranium appauvri (U238) ont été utilisées. Il a fallu 9 jours pour que des particules d'uranium provenant de ces armes en Irak atteignent l'Angleterre (..)

Les retombées nucléaires des bombardements sur l'Iran auraient une demi-vie de 700 millions d'années... (..)L'administration Bush et ses conseillers israéliens sont maintenant en train de planifier la contamination de la planète pour 700 millions d'années. Selon la rhétorique des candidats à la présidence John McCain et Hillary Clinton, eux aussi, pensent que c'est une bonne idée. Pour leur part, les médias US semblent applaudir.

Soit les Étatsuniens ne comprennent pas ce qu'ils s'apprêtent à faire ou soit ils se pensent eux-mêmes à l'abri des conséquences. La planète n'est pas si grande. Ce qui se passe quelque part sur le globe fini par se répercuter partout sur le globe. La fumée des puits de pétrole incendiés pendant la guerre du Golfe s'est propagée tout autour de la planète et elle a été détectée en Amérique du Sud...


 
 
Retour sur... Le développement du mouvement national avant la Première Intifada
- par Julien Salingue - 2008-05-05
 
 
  Les transactions financières internationales sous contrôle américain
- par Jean-Claude Paye -
 
  Faut-il craindre que la famine ne déclenche une révolte mondiale?
- par Heinrich Scholler -
 
  Mahmoud Abbas et Salam Fayyad s’occupent de tout : « You can do business in Palestine »
- par Julien Salingue -
 
La guerre d'Irak se métamorphose en guerre d'Iran
- par Paul Craig Roberts -
 
  L'option militaire
- par Uri Avnery
 
Du Nil à l'Euphrate : les « victimes d'une carte géographique »
- par Felicity Arbuthnot
 
 
 
 
 

Amérique latine : la démocratie attaquée
"Les média étaient notre arme secrète"
- par John Pilger
 
  Cuba soutient la Bolivie face à la manœuvre des séparatistes
 
  La balkanisation de la Bolivie et les USA
 
  Le devoir d’indignation
- par Claude Herdhuin





________________________________________________________________________________________


C O M M E N T A I R E S  :  I C I
Partager cet article
Repost0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 14:31



A Beyrouth, le grand nettoyage de la famille Hariri. 





Distinguer
Résistance et terrorisme.
Les amalgames sont si courants !


http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ahmed_Ounaies.110408.htm


Conférence sur le terrorisme et la résistance en Palestine

Résistance nationale et terrorisme
Ahmed A. Ounaïes

Carthage, 11 avril 2008

Deux thèmes constituent une source de divergence dans le dialogue difficile que le monde arabe cherche à nouer avec l’Occident : la confusion entretenue entre terrorisme et résistance et la nature de la résistance palestinienne. Un effort de clarification conceptuelle s’impose afin de mieux cerner la problématique et d’analyser plus au fond une telle divergence qui mine la politique de partenariat entre l’Union Européenne et les pays arabo méditerranéens, ainsi que l’avenir des relations entre l’Occident et les pays islamiques dans leur ensemble, notamment depuis que l’effet déstabilisateur du 11 septembre expose l’islam à une propagande qui vise à l’assimiler à la violence aveugle et au terrorisme. Il est nécessaire et salutaire de dissiper la confusion, de fonder en toute clarté la légitimité de la résistance palestinienne et de définir les bases communes du dialogue. Mais sans doute convient-il de lever d’abord la confusion entretenue entre islam et violence. 


ISLAM ET VIOLENCE.

Un mouvement réactionnaire a sévi en Afghanistan et en Algérie au nom de l’islam et commis des violences injustifiables... Il était nécessaire de le réduire et de préserver ces pays contre un mouvement destructeur et rétrograde. Mais il est certainement abusif de rattacher à l’islam ce phénomène essentiellement politique même s’il s’est donné une étiquette religieuse. Il faut comprendre les raisons de son émergence dans ces pays en particulier. On ne saurait vaincre de tels mouvements sans en saisir la genèse et sans approfondir les conditions historiques.

Il faut également reconnaître que, bien  avant l’apparition du phénomène dans les sociétés islamiques, des mouvements fanatiques s’étaient manifestés en Israël où prospéraient des mouvements religieux d’extrême droite ainsi que dans la communauté juive aux Etats Unis ayant des prolongements en Israël sous forme de partis politiques extrémistes . Les uns et les autres frappent ceux qu’ils désignent comme étant leurs ennemis aussi impitoyablement que les autres fanatismes apparus dans la longue histoire de l’hindouisme, de la chrétienté et de l’islam. 

Sur ce point, il est important de lever une triple confusion qui consiste à réduire aux sociétés islamiques tout le fanatisme qui sévit dans le monde et qui commet des atrocités intolérables, d’autre part à assimiler ce facteur au terrorisme qui, de toute évidence, le dépasse, enfin à pousser la confusion entre terrorisme et résistance nationale. Cette triple confusion témoigne d’une méconnaissance de l’islam, d’une approche superficielle des situations historiques et d’une méthode abusivement réductrice. 

(..) Les méthodes qu’ils ont utilisées dans la lutte pour le pouvoir en Algérie les ont résolument discrédités dans ces pays mêmes et dans l’ensemble de la communauté arabe et islamique. Les témoignages des repentis sont éloquents : ils admettent leur échec.. Ces mouvements réactionnaires, dogmatiques et anachroniques, sont vaincus.

Il faut se garder de confondre ce type de formation qui visait à gouverner au nom de principes théocratiques, avec des mouvements qui se réclament de l’islam pour une finalité essentiellement réformatrice. Ces mouvements en appellent en effet à l’islam libérateur pour mener un combat total contre la régression sociale et politique. Ils trouvent un terreau favorable dans les sociétés islamiques victimes de l’oppression, de la corruption, de la discrimination et parfois de l’occupation étrangère.(..)En outre, l’élan induit par le retour de l’occupation militaire de l’Afghanistan, par l’extension de l’occupation à l’Irak et par l’ampleur des exactions israéliennes dans les territoires occupés, leur confère un rayonnement supérieur appelé à durcir la solidarité communautaire.

 Un effort s’impose pour clarifier les conditions de la réforme politique des sociétés arabes ou islamiques...

TERRORISME ET RESISTANCE.

Si le terrorisme et la résistance font usage de violence, ils s’inscrivent néanmoins dans des contextes politiques et juridiques distincts et obéissent à des définitions radicalement différentes par leur genèse, leur finalité, leur insertion dans le tissu social et politique ainsi que par la nature de leur commandement.

·      Le terrorisme est une action offensive pouvant survenir partout et à tout moment ; imprévisible et délocalisé, il s’exerce à froid et se donne les objectifs les plus divers. La résistance est la réaction à l’invasion et à l’occupation étrangère ; elle est prévisible, essentiellement défensive et guidée par un objectif national. La mobilisation pour la résistance n’obéit ni à un calcul d’opportunité ni à une quelconque idéologie, c’est un acte intime qui exprime le devoir naturel de défendre l’intégrité et l’honneur de la nation.

·      La résistance n’est pas le fait d’un chef, ni d’un parti, ni d’une religion, elle procède de l’âme même du citoyen, en un élan spontané, que le citoyen reçoive l’appel d’un chef ou qu’il ne le reçoive jamais. Le peuple résiste à l’oppression avec ou sans direction politique en place. L’émergence de la direction politique dérive de l’impératif de résistance et non l’inverse. Les directions politiques se constituent et, même décimées, se reconstituent non parce que des chefs en ont décidé mais parce que le peuple, à la base, assume l’impératif de la résistance.   

·      Le terrorisme recherche et recrute ses agents et ses exécutants. La résistance n’a pas à recruter, elle ne fait que canaliser la mobilisation spontanée des militants dans la base nationale la plus large. L’élan de mobilisation est irrésistible parce que, sous l’occupation, la nation n’existe et ne survit que dans la résistance. Hors la résistance, elle cesse d’être et  cesse de représenter une entité pour elle-même et pour les autres nations. La dynamique de la résistance maintient la nation en vie, donne un contenu à la solidarité nationale, ennoblit l’esprit de lutte et investit le militant d’une responsabilité qui dépasse sa personne. Par lui-même, l’esprit de résistance affermit l’espoir. Un jour, grâce à l’abnégation de ses propres enfants, la nation retrouvera la liberté. La résistance maintient cet espoir.

·      La résistance est l’expression du droit de légitime défense inhérent à l’existence d’une nation. En réaction à l’occupation, la nation est en droit d’assurer sa légitime défense, de préserver son intégrité et d’opposer une résistance cohérente dans le but de mettre fin à l’occupation. Le terrorisme, expression d’une stratégie d’intimidation et d’une capacité purement destructrice, ne saurait se prévaloir d’un droit quelconque de défense et ne saurait donc jouir d’aucune légitimité.

·      La base nationale qui, dans toutes ses composantes, subit l’oppression des forces d’occupation, détermine en dernier ressort le contenu politique de la résistance et lui confère son sens, sa finalité et la reconnaissance nationale et internationale. A l’inverse, le terrorisme dérive de la volonté d’un noyau dirigeant qui détermine et modifie à son gré son programme et ses exigences en fonction de ses calculs ou de son idéologie. Le terrorisme, qu’il soit individuel ou de groupe, peut se prévaloir d’une idéologie ou d’un dogme, mais jamais de l’autorité d’une nation.

·      La résistance prévaut tant que sévit l’occupation et cesse avec la fin de l’occupation ; le terrorisme dure autant qu’en décident ses dirigeants et ne disparaît qu’avec la disparition de ses dirigeants.

·      Le principe du terrorisme est le calcul. Le principe de la résistance est l’honneur. C’est pour l’honneur que les résistants acceptent le sacrifice suprême, et pour l’honneur que la nation reconnaissante les porte au Panthéon.    

Au-delà de la distinction théorique entre les deux notions, deux questions subsistent relativement à la violence contre les civils et au principe du martyr.


LA
  VIOLENCE  CONTRE  LES  CIVILS  


La thèse occidentale présente admet la résistance pourvu qu’elle épargne les civils innocents. Or, dans le contexte de l’occupation, quelle place subsiste pour les valeurs civiles ? L’espace social est totalement absorbé par l’administration militaire. La demeure familiale, la rue, l’école, l’hôpital, le lieu de travail sont à la merci des forces d’occupation qui surgissent en tout lieu, à tout moment, qui arrêtent et emportent quiconque leur semble utile à leurs fins ; les notions d’adulte, d’enfant, de vieillard ne sont plus valides. Dans ce face à face, l’ordre civil n’est plus qu’une fiction. Quelle convention internationale, quel scrupule humaniste ont jamais troublé la besogne des forces d’occupation quant au respect des valeurs civiles ? Où se dresse la limite de l’usage légitime de la force ? Quand le destin des prisonniers ne fait pas mystère, que l’assassinat ciblé, les maisons défoncées, les parents outragés et humiliés devant leurs propres enfants sont l’ordinaire des forces d’occupation, le terrorisme d’Etat submerge l’ordre social.
 

Ce régime tend à abolir la notion même de violation. Les forces d’occupation ne s’embarrassent guère de normes ni de principes, elles affichent la force pure, elles tuent à vue, torturent en bonne conscience et humilient par le fait de la dégradation délibérée de la personne humaine. La démarcation entre civil et militaire relève d’une logique de droit ; la logique et la pratique de l’occupation abolissent le droit. Si l’occupant taxe de terroriste l’acte de résistance sous le prétexte qu’il frappe des civils, une telle prétention ne vise qu’à se donner à bon compte l’apparence d’un ordre de légalité.

Lorsqu’en juillet 2006 la résistance libanaise et la résistance palestinienne avaient conduit des opérations contre des militaires des forces d’occupation et fait prisonniers non pas des civils mais des soldats, l’accusation de terrorisme ne les a guère épargnés pour autant. Dans ces circonstances, le déchaînement des gouvernements et des médias occidentaux trahit le caractère flagrant de l’amalgame. La confusion est encore plus manifeste quand on compare le calme total du front syrien à la vivacité de la résistance sur les fronts libanais et palestinien. A l’égard de la Syrie qui veille à conserver le calme sur le front du Golan, on s’attendrait à la recherche active d’un règlement négocié en vue de l’évacuation du Golan. Or, c’est le Sud Liban en mai 2000 et Gaza en août 2005 qui ont fait l’objet de la décision d’évacuation. L’action violente et persévérante de la résistance était donc payante. Mais au-delà de ces retraits ponctuels, c’est la même politique de harcèlement, de sanctions et de bombardements qui se poursuit sans nuance sur les trois fronts.

Ainsi l’enjeu de la politique occidentale n’est-il pas en fait la protection des civils mais le rejet du
droit à la résistance.    

LA  QUESTION  DU  MARTYRE  

Contemplons cet exemple typique, celui du soldat israélien dans son tank ou du pilote israélien dans la cabine du chasseur bombardier ou de l’hélicoptère tueur, assurés l’un et l’autre d’être à l’abri de toute atteinte de la part de la défense palestinienne. Ils ne courent aucun risque, mais les dommages qu’ils provoquent sont incommensurables : ils peuvent bombarder, détruire, tuer à distance puis rejoindre en toute sécurité leur famille dans la conviction du devoir accompli. Est-ce véritablement un fait de guerre ? A quelles normes doit-on rapporter leurs actes ? S’agit-il d’établir la balance des victimes civiles et militaires dans les rangs palestiniens ?
 

Le peuple victime, soumis à l’occupation et confronté à la toute puissance de l’ennemi, est dépourvu de la moindre capacité de défense. Il est en fait éliminé du combat car, dans un tel contexte, il n’y a plus de combat concevable. C’est à partir de ce constat que la victime se donne les ressources de briser l’étau, de percer la cuirasse de l’ennemi et de lui faire subir une partie du mal qu’il inflige. Surprendre et défier l’ennemi, ce n’est pas seulement le vaincre, c’est surtout ébranler son sentiment d’immunité, le ramener à la condition de vulnérabilité à l’égal de sa victime. C’est le ramener à la condition humaine, à l’égal de tous les hommes qui ont en commun l’amour de la vie. Mais il y a plus. Il n’y a pas d’honneur à frapper en lâche. Le militant palestinien qui affronte la mort en sachant qu’il la donne s’impose à lui-même le sort qu’il réserve à l’ennemi. Cette abnégation, on ne l’exige guère des pilotes ni des commandos blindés, comme on ne l’exige pas des tortionnaires. Une telle force d’âme, en effet, n’est pas facile à admettre lorsqu’on croit avoir trouvé dans le terrorisme d’Etat la parade absolue à la résistance du peuple occupé, assiégé et désarmé. Le martyr, au nom de son peuple, s’élève à cette force d’âme. Tant qu’il relève le défi des blindés, des bombardiers et de l’hélicoptère tueur, qu’il ne déserte pas le champ d’honneur et qu’il accepte, en donnant la mort, de mourir pour sa cause, son peuple cesse d’être la victime absolue : le martyre rétablit le combat et les termes du combat. Il n’y a pas de martyre sans une grande cause

La tragédie du martyre tient à la fois à la force d’âme de la victime et à l’impuissance du bourreau à réduire cette force ultime. Le principe du martyre dépasse le fait de la puissance et donne à sentir la mesure de la transcendance humaine. Dénoncer le martyre, c’est fuir les vraies questions. Ces questions posent le problème des limites de la puissance matérielle et de l’usage indéfini de la force. Poser les limites de la puissance, tel est l’enjeu essentiel de l’ordre international.

Un ordre international mou, sélectif et intermittent est un ordre défaillant qui génère la violence et la contre violence. S’il est vrai qu’un certain ordre international existe, qu’il est fondé sur des principes universels, il ne saurait échapper à l’obligation de qualifier et de sanctionner la violation de ses normes et de dénoncer rigoureusement et sans équivoque les violations des principes et des valeurs qui le fondent. La responsabilité de l’Occident est très lourde dans le pourrissement des conflits qui affligent le Proche Orient, notamment dans les territoires occupés.

Pourquoi le Conseil de Sécurité ne sanctionne-t-il pas l’utilisation de moyens militaires disproportionnés contre un peuple désarmé ?

Pourquoi rejette-t-il la présence d’observateurs internationaux dans les territoires ?

Pourquoi les Etats occidentaux refusent-ils les enquêtes sur les bombardements du camp palestinien de Jenine et sur les massacres répétés de Cana et de Beit Hanoun ?

Pourquoi l’occupation doit-elle durer quarante ans, cinquante ans ?

Au-delà des responsabilités du maintien de la paix et de la sécurité internationale, cette défaillance pose un problème de civilisation.


LES
 ENSEIGNEMENTS  DE  L’HISTOIRE

Le Nord et le Sud de la Méditerranée ont traversé l’expérience de l’occupation, de la résistance et de la libération nationale. Ces épreuves ont forgé la conscience politique des peuples. Au-delà des contextes historiques différents, le contenu humain et la portée de civilisation de ces épreuves sont comparables...

Le précédent européen.

Lorsque les
peuples européens subissaient l’occupation, ils étaient soutenus dans leur résistance nationale... De 1940 à 1945, l’Angleterre fournissait l’asile et les moyens de lutte aux dirigeants de la résistance de toute l’Europe occupée.(..)

La résistance palestinienne est réduite au seul front intérieur. Si elle bénéficie de la caution morale et de la reconnaissance politique des Nations Unies, la défaillance du système international et des systèmes régionaux à limiter et à sanctionner les exactions de la puissance occupante et à alléger la charge de la résistance conduit cette résistance à concentrer sur le seul front intérieur la totalité de l’action directe de libération nationale.

La stratégie de libération européenne.

Au cours de la deuxième guerre mondiale, aucun camp n’avait épargné les civils. Les bombardements allemands sur Londres et les représailles alliées contre les villes allemandes n’obéissaient à aucun scrupule....du 14 février jusqu'au 17 avril 1945, ces bombardements avaient fait plus de 100.000 victimes, peut-être 140.000. Pour les Alliés en guerre, résistance nationale et offensive militaire sont destinées à briser l’ennemi par tous les moyens. Sur le front asiatique, l’ordre de bombarder Hiroshima à l’arme atomique obéissait à ce même objectif...

Face à un ennemi imbu de sa supériorité et qui ignore les lois de la guerre, le choix des Alliés pour une stratégie d’escalade offensive signifie, de toute évidence, la volonté de ruiner son potentiel civil et pas seulement militaire, dans le but de lui infliger des dommages intolérables et de le contraindre à mettre fin au conflit. Telle est la stratégie de libération de toute résistance. L’angélisme que ni les européens sous la résistance ni les alliés en guerre n’avaient jamais endossé pour eux-mêmes, deviendrait-il une exigence quand la résistance est palestinienne ou libanaise ? La résistance représente dans la culture des nations une nécessité historique et un devoir supérieur.

Le facteur temps.

 
Si les peuples européens n’ont vécu le régime d’occupation que cinq années, nous comprenons ce qu’il en coûte de subir ce régime pendant plus de quarante ans. L’oppression dans la longue durée altère l’équilibre de l’oppresseur et de la victime. Les rapports exacerbés de violence, la violation banalisée des droits et de la dignité de la personne ne contribuent guère à préserver le sens de la mesure, ni les valeurs de la vie civile, ni les normes du droit. Deux peuples, sur deux générations, sont confrontés à la réalité de la domination et du rejet, à la banalisation des provocations les plus odieuses, à la volonté de destruction réciproque.

Le pourrissement de la situation contribue en définitive à la déshumanisation. La responsabilité politique, dans cette dégradation, ne saurait être égale, car s’il suffit de mettre fin à l’occupation pour mettre fin à toute violence, le choix incombe non pas à la victime mais à la puissance occupante.
 

La responsabilité des puissances mondiales n’est pas moindre dans la mesure où elles perpétuent l’immunité de la puissance occupante en dépit de ses violations flagrantes des normes du droit et qu’elles s’abstiennent de qualifier formellement les faits et de dénoncer les infractions significatives aux Conventions de Genève, aux résolutions des Nations Unies, aux jugements de la Cour Internationale de Justice et aux résolutions du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies : la violation répétée et assumée de la légalité internationale, l’ampleur des dommages infligés aux civils dans les territoires occupés, l’annexion et la confiscation de territoires palestiniens, l’assassinat ciblé élevé au rang d’une politique de gouvernement, les bombardements des villes et des camps de réfugiés dans les territoires occupés et dans les pays voisins, l’usage disproportionné des armes et des munitions létales… La dérobade des puissances mondiales est manifeste.

Au lendemain de l’occupation de la France, le général de Gaulle lançait dans son Appel aux Français le 18 juin 1940 : ‘‘La résistance ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas !’’... La permanence de la résistance affirme, aussi longtemps que dure l’occupation, l’expression nationale du peuple palestinien et l’ultime garantie de ses droits.

La dimension coloniale de l’occupation israélienne.

Dans le contexte palestinien, l’occupation n’est pas seulement matérialisée par l’appareil militaire mais aussi par l’expansion massive de la colonisation. Les colons, venus d’ailleurs et installés par la force dans les territoires occupés, jouissent au milieu des indigènes d’un statut privilégié écrasant. Ces colons armés et retranchés au cœur des territoires occupés sont représentatifs de la nature de l’occupation israélienne. Le régime d’occupation aggravé par la dimension coloniale acquiert un caractère expansionniste qui se prolonge dans les stratégies d’expulsion et d’expatriation du peuple palestinien, parfois dans l’assassinat et l’extermination. De ce fait, la résistance nationale acquiert la charge des mouvements de libération propres aux luttes anticoloniales.

Un facteur distinct complique le problème colonial israélien comparé au problème des Métropoles coloniales européennes, celui de la continuité géographique des territoires. Les colonies européennes étaient distantes du territoire métropolitain... Ce recul offre aux uns et aux autres la faculté de faire appel à l’arbitrage de l’autorité métropolitaine. Les traditions et les mœurs politiques métropolitaines se distinguent par une pondération et une ouverture démocratique qui contrastent avec le fanatisme et le manichéisme caractéristiques des sociétés coloniales. En Israël, cette faculté de recul n’existe pas dans la mesure où les implantations et les concentrations coloniales prolongent le même territoire et que l’interpénétration des colons, des soldats et des agents de l’administration militaire avec la société israélienne forme une seule et même société coloniale, comparable à la société sud-africaine de l’ère de l’apartheid. La violence inhérente à cette société est ainsi aggravée par l’absence d’un recours modérateur...

LA PORTEE  ET LA LEGITIMITE  DE LA  RESISTANCE  PALESTINIENNE

Pour pouvoir qualifier la nature de la violence qui s’exerce dans les territoires occupés, il faut réaliser le caractère discriminatoire de la législation qui privilégie statutairement le colon au détriment de l’indigène. L’inégalité institutionnalisée atteint l’équilibre profond de l’individu et du groupe. Il faut également réaliser l’impact des provocations et des brimades où le zèle des forces d’occupation et l’humeur des colons font loi. Quelle capacité de défense ou de recours peuvent opposer les victimes, individuellement ou collectivement, aux cas d’abus et de violation de leurs droits ? Dans ce tête-à-tête où la présence d’observateurs internationaux est formellement refusée, le déséquilibre est écrasant entre les institutions et les capacités de l’Administration militaire et celles du peuple victime de l’occupation et de la colonisation. Aucune autorité impartiale, ni locale ni internationale, n’existe pour témoigner, ou pour juger et sanctionner les abus commis par les colons, les institutions et l’appareil militaire. C’est à cette violence réelle, dans toutes ses composantes, que répond la résistance nationale palestinienne.

 La doctrine de paix.

Pour éliminer les fondements de la violence et instaurer les conditions de la paix, un consensus international existe, fondé sur le respect de la légalité internationale. Les résolutions du Conseil de Sécurité et les Avis de la Cour Internationale de Justice déterminent en dernier ressort les droits du peuple palestinien et les limites indépassables de la puissance occupante. Sur cette base, le Conseil de Sécurité déclare ‘‘
que les politiques et les pratiques d’Israël consistant à installer des éléments de sa population et de nouveaux immigrants dans les territoires occupés constituent une violation flagrante de la Convention de Genève’’ et demande à la puissance occupante de ‘‘rapporter ces mesures, démanteler les colonies de peuplement existantes et, en particulier, de cesser d’établir, édifier et planifier des colonies de peuplement dans les territoires occupés en juin 1967, y compris Jérusalem’’ (Résolution 465 du 1er mars 1980).

Le 9 juillet 2004, la Cour Internationale de Justice déclare dans son Avis Consultatif : ‘‘L’édification du mur qu’Israël, puissance occupante, est en train de construire .. et le régime qui lui est associé, sont contraires au droit international.’’ Israël est tenu, ajoute la Cour, ‘’de cesser immédiatement les travaux d’édification de ce mur, de démanteler l’ouvrage et d’abroger les actes législatifs et réglementaires qui s’y rapportent.’’  Elle confirme que ‘’les colonies juives en territoire occupé sont contraires au droit international.’’ Or, Israël poursuit l’édification du mur et continue à ce jour de développer les colonies et de les multiplier en usant de violence et de contrainte.

Un lien existe entre l’activité de colonisation, le blocage du règlement négocié et la montée de la résistance. Au cours des négociations de Camp David en juillet 2000, la délégation israélienne tirait argument de l’existence de colonies pour revendiquer la souveraineté sur les territoires correspondants. Au cours des négociations consécutives à la Conférence d’Annapolis, commencées le 12 décembre 2007, la même revendication est reprise à nouveau. Dès lors, et tant qu’aucune autorité ne garantit l’invalidation de la colonisation comme base d’acquisition de territoire, la résistance nationale palestinienne ne saurait se limiter à contester le principe des colonies, elle est acculée à s’attaquer à leur viabilité et à leur sécurité.

Violer délibérément le droit et refuser la paix fondée sur la légalité internationale revient à perpétuer indéfiniment l’occupation. Cette politique n’a d’autre finalité que de contraindre le peuple palestinien par l’intimidation et par la terreur à concéder telles parts de ses droits politiques et territoriaux qu’Israël choisit de spolier.

C’est cette politique de terrorisme d’Etat qui constitue le fond du débat, non la violence qui en est la conséquence.

Quand les décisions du Conseil de Sécurité ne sont pas mises en œuvre, que les mêmes violations sont répétées par la puissance occupante dans l’impunité totale, l’enjeu dépasse le seul peuple victime, c’est le fondement même de la paix et de la sécurité internationales qui est en cause.
 

Le principe de la résistance et l’ordre international.

 
Juger la violence palestinienne en la dissociant de l’occupation confine à la complicité. Cette attitude est inexplicable quand on la rapporte à l’héroïsme des peuples Européens sous l’occupation, aux actes de la résistance, aux chants des partisans. Les Européens libérés ont élevé des monuments à la gloire de la résistance et pérennisé l’épreuve dans la littérature et dans les arts. Les alliés mûris par la tragédie européenne se sont hâtés d’en prévenir la répétition dans l’ordre politique de l’après-guerre en édifiant un système de paix et de sécurité internationale garanti par les Nations Unies. Ils se sont empressés de hâter la révision des Conventions applicables aux conflits armés et de conclure des Conventions nouvelles (les Conventions de Genève du 12 août 1949 et les Protocoles additionnels) afin de développer et de perfectionner les normes du droit à la lumière des souffrances subies par les victimes du conflit. Or, dans le contexte des territoires arabes occupés, la puissance occupante jouit toujours d’une impunité parfaite, en dépit des violations du droit dénoncées par des résolutions formelles des Nations Unies et de la Cour Internationale de Justice.

Quand les puissances mondiales se dérobent à leur obligation de faire respecter la légalité internationale, quand les structures régionales s’abstiennent de tirer les conséquences de cette défaillance, la résistance des peuples opprimés ne saurait ni se dérober ni s’abstenir : elle reste la garantie ultime de la justice, de l’intégrité des valeurs et de la force du droit. Quand le peuple victime de l’agression est résigné, lâche et finalement complice, la loi de la jungle menace. La résistance maintient l’agresseur sous pression et reste la seule force en mesure d’assumer la sanction des abus et de sanctionner le dépassement des limites indépassables. La résistance rappelle, à la face du monde, la limite du tolérable et le sens du juste et de l’injuste. Si elle exige des sacrifices immenses, du moins, à ce prix, contribue-t-elle à préserver au-delà de la dignité de la victime, la défense des valeurs universellement défendables. C’est ainsi que la résistance se substitue aux puissances mondiales défaillantes pour assumer, à sa mesure, une telle obligation.

Au Maghreb, c’est la résistance nationale qui a mené le combat pour la reconquête de la liberté, pour la fin du colonialisme et pour le respect de nos droits et de notre intégrité (..) Aujourd’hui, la résistance palestinienne reste, à la base, la garantie de toutes les garanties, en espérant que les élites israéliennes éclairées lui fassent écho et que la solidarité internationale, en toute responsabilité, soutienne son combat et valide sa légitimité.

Le débat qui nous retient illustre en fait le malaise des Etats collectivement responsables d’un ordre mondial défaillant et qui, à défaut de trancher, préfèrent noyer le débat dans une spéculation indécise sur le thème du terrorisme.

La portée de la résistance transpalestinienne.

 
Dans le contexte présent du déséquilibre qualitatif des forces, une guerre conventionnelle entre Israël et les pays arabes n’est plus concevable. Pour Israël, l’alliance stratégique avec les Etats Unis et la faculté de bénéficier des technologies avancées de la Révolution des Affaires Militaires lui confèrent une domination militaire presque totale et expliquent sa propension à défier le droit, à oser annexer d’autorité des territoires au détriment de ses voisins et à ignorer les offres de règlement négocié sur la base du droit. Ce même déséquilibre explique l’impuissance des armées arabes à se porter au secours des peuples voisins victimes d’exactions flagrantes.

Ce déséquilibre s’aggrave. Le 16 août 2007, un nouvel accord est signé entre Israël et les Etats-Unis pour une aide supplémentaire d’un montant de $30 milliards sur les dix ans à venir (..)

Quelle armée arabe pourrait s’opposer efficacement à une offensive israélienne ? Seul subsiste le recours à l’arme non conventionnelle ou à la résistance populaire.

La guerre du Liban de juillet – août 2006 a illustré la pertinence de la résistance populaire qui avait réussi à défier le surarmement israélien et à empêcher, non pas certes les destructions, mais la victoire de l’armée d’invasion israélienne. Pour l’ensemble des pays voisins d’Israël, ce précédent dicte la nécessité de repenser la doctrine militaire et, à défaut d’induire l’arme non conventionnelle, de revaloriser la stratégie de résistance. Dans ce contexte, la confusion que les Etats occidentaux s’attachent toujours à entretenir entre terrorisme et résistance nationale prend une portée plus vaste et une signification stratégique plus profonde.

CONCLUSION

Dissocier la résistance de l’occupation, amalgamer résistance et terrorisme, ignorer le terrorisme d’Etat pratiqué par la puissance occupante sont loin d’être des actes isolés. Ce sont autant de subterfuges qui participent d’une politique plus large qui vise à dénaturer le conflit, à culpabiliser d’autorité le peuple palestinien et à délégitimer sa cause. La désinformation et l’intimidation s’ajoutent aux manœuvres de paralysie du Conseil de Sécurité et de la Cour Internationale de Justice pour mieux isoler le peuple victime de l’occupation et le rendre impuissant à valider ses droits et, a fortiori, à les reconquérir.   

Le peuple palestinien, poussé à renoncer à la résistance, serait acculé à se soumettre à l’occupation indéfinie ou à la perte de ses droits politiques et territoriaux. Les mêmes Etats qui le poussent dans cette impasse reconnaissent à Israël le bénéfice de la légitime défense comme si Israël était la victime et le peuple palestinien la puissance occupante.

Comment ne pas voir dans cette inversion et dans l’unité de cette politique la volonté de liquider les droits reconnus du peuple palestinien ?

La force brute n’ayant pu aboutir complètement, le jeu de la confusion et de la spéculation s’efforce ainsi d’achever moralement la victime.

Dans ce jeu, la responsabilité des Etats d’Occident est entière.

Le refus de clarification équivaut en fait au reniement de leur propre tradition juridique, à la négation des principes qui fondent la société démocratique et l’Etat de droit
dont ils se réclament et à l’éclipse d’une page héroïque de leur propre histoire. C’est ainsi que la persistance du conflit israélo palestinien pose aujourd’hui un problème de civilisation.

Pour toute nation victime de l’occupation, la libération nationale s’impose dans l’absolu et dans la conscience claire de la lutte à mort. Les héros de la libération choisissent la résistance par devoir, non par réalisme : contre l’ennemi triomphant, les chances sont minces (..) 

Aussi l’effort de clarification conceptuelle, juridique et historique est-il plus qu’un devoir d’intelligibilité, c’est une contribution essentielle à la fin de la violence et à l’avènement de la paix et c’est aussi l’effort indispensable de définition d’une base commune de civilisation.

© Ahmed A. Ounaïes – Carthage, 11 avril 2008



_________________________________________________________________________________



Avec le Monde Diplomatique,

9.5.2008. Un entretien d' Ignacio Ramonet
avec le leader palestinien Moustapha Barghouti

Pour une résistance de masse
non-violente
contre Israël


C'est personnellement ce que j'ai toujours prôné ! Et si ce rêve devenait enfin réalité  grâce à Moustapha Barghouti ? (Eva)

Né en 1954 à Jérusalem, Moustapha Barghouti est médecin, formé dans les universités de Moscou, Jérusalem et Stanford. Il est secrétaire général d’Al-Mubadara (Initiative nationale palestinienne, INP), une organisation politique laïque. Il a été ministre de l’information dans le gouvernement palestinien d’union nationale constitué en 2007 après les élections législatives. Il fut aussi, en 2006, candidat à l’élection présidentielle. Il obtint un tiers des voix et se classa en seconde position, derrière le président actuel de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas.

Leader de la principale organisation de Résistance de masse qui s’appuie sur la force de la non-violence, le Dr Barghouti a pour modèle de référence Gandhi, le Père de l’indépendance de l’Inde, obtenue contre les Britanniques au moyen d’une stratégie de non-violence. Au sein d’une société palestinienne malmenée par six décennies de conflits, lasse de la corruption du Fatah et méfiante à l’égard du fondamentalisme religieux du Hamas, le soutien populaire, en particulier des couches laïques, aux thèses d’Al Mubadara se renforce sans cesse.

Le Dr Barghouti compte aussi sur un appui international de plus en plus considérable, comme en témoigne la visite que lui a rendu, à Ramallah, en avril dernier, l’ancien président des Etats-Unis James Carter. Le mouvement pacifiste israélien lui apporte par surcroît son concours et son soutien.

M. Moustapha Barghouti mise sur une société palestinienne édifiée sur les principes d’une démocratie radicale, elle-même enracinée dans les mouvements sociaux et fondée sur les principes d’éthique et de transparence du bon gouvernement et des droits humains. Pour obtenir la pleine souveraineté de son pays, il est partisan d’une lutte déterminée mais pacifique contre l’occupation.

Nous conversons avec lui dans son moderne bureau de Ramallah, en Cisjordanie, d’où l’on aperçoit, à travers de lumineuses baies vitrées, sur le sommet de collines peu éloignées, la construction d’une nouvelle colonie israélienne...


Suite à http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-05-09-Moustapha-Barghouti

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 18:30

Sionisme :  "Vaincre Hitler", le sionisme paralysant et destructeur !
 
f2cd16e0fb6d45ac5d7f076cba0aef1f.jpg
 
Mes amis,

Avraham Burg est, entre autres,  l'ancien Président de la Knesset et l'ancien Vice-Président du Congrès Juif Mondial. C'est aussi un ancien sioniste notoire. Il a sorti un livre qui fait couler beaucoup d'encre, et qui est controversé. Ce livre est à la fois un peu son histoire, celle du peuple juif, et celle de l'Etat d'Israël.

"Vaincre Hitler"... en nous ? N'est-ce pas là le procès du sionisme, en quelque sorte ? Du sionisme paralysant et destructeur ? Et par un ancien sioniste !

Pour moi, le sionisme est cet "ennemi intérieur" de l'Etat d'Israël  - et j'ajoute, ce mal se propage et gangrène toute la planète à une vitesse fulgurante ! 

Il me semble que le "péché originel" du sionisme, en quelque sorte, 
- est de vivre dans le passé,
- de se complaire dans la Shoa, de ne pouvoir s'en libérer,
- d'être bourreau après avoir été victime. D'où le titre de l'article de l'Aviseur International, "un enfant maltraité devient un enfant maltraitant".

J'ai étudié le phénomène chez un proche : Il a souffert dans son enfance, et il a fait de son vis-à-vis, pourtant très gentil (et innocent, comme les Palestiniens qui
ne sont pas responsables des malheurs vécus par les Juifs à travers la Shoah), son bouc-émissaire au quotidien. C'est pourquoi je dis toujours, pour l'avoir observé : la victime devient ensuite bourreau. C'est une grande vérité psychologique.

Et c'est le drame d'Israël, avec sa complaisance morbide pour le passé (la Shoah).


Parce qu'il a beaucoup souffert, il est devenu imperméable à la souffrance de l'autre.

Terrifiante descente aux enfers qui se retourne contre les Hébreux eux-mêmes, qui ne cessent de répéter : "Tout le monde nous déteste". A être trop gourmand (Grand Israël, colonisation continue au mépris du Droit international...), on risque de tout perdre, et d'abord l'estime des autres....

Nous ne reconnaissons pas le Judaïsme dans ces comportements intolérables !

Et puis, au lieu de se lamenter, qu'ils voient les choses en face, comme Burg, ce sioniste repenti ! Qu'ils se débarrassent une fois pour toutes du culte obsessionnel de la Shoah, qui paralyse leur créativité, les ferme sur eux,  les recroqueville sur leur victimisation perpétuelle, et surtout qu'ils cessent de l'instrumentaliser ! Car elle fait voir l'autre, tous les autres, comme des ennemis potentiels, des "antisémites", avec le risque de guerre inhérent à cette peur maladive !

La solution n'est pas le conflit, mais le regard tourné vers l'avenir. Quelle libération cela serait pour tous ! On en a assez d'entendre parler partout et continuellement des mêmes choses, ou bien de bruits de botte pour soi-disant se protéger de menaces bien plus hypothétiques que réelles ! Comme si la puissance militaire et l'appui inconditionnel des Américains n'étaient pas la meilleure dissuasion possible...

Jamais l'Iran n'attaquera, ça suffit la diabolisation ! Ils ne sont pas suicidaires !
 
J'ai écouté Avraham Burg à la télévision récemment, j'ai apprécié la pertinence de ses analyses. Et son courage salubre !

Puisse-t-il être entendu pour que le peuple Hébreu trouve enfin pleinement sa place au sein de la Communauté humaine, avec sa créativité propre, au lieu d'être montré du doigt comme étant le principal facteur de problèmes dans le monde aujourd'hui !

Votre Eva

L’histoire :

Dans ce livre, Avraham Burg nous livre une analyse critique de la société israélienne actuelle ; de sa philosophie et de sa psychologie, de l’évolution de sa politique et de sa religion...
http://www.marcfievet.com/article-19250105.html




_______________________________________________________________________________________



Surveillance blogueurs ? Risques censure ?



Voici le courriel qu'Arthenice m'a envoyé :

" 9 heures ce matin, coup de sonnette, j'ouvre
Deux gendarmes

"Vous êtes convoquée pour une audition à 11 h 15, sur demande du procureur au sujet de vos écrits"
Je te tiens au courant quand je reviens
Bisou "

Arthénice
Ecrivain - Editeur
Concepteur et Créateur des Editions en ligne "Sans Comment Taire"
http://sanscommenttaire.blog.fr
http://lecarnavaldarthenice.blog.fr


PS Arthenice est rentrée. Procès verbal. A suivre...
Et quel texte a-t-elle envoyé ? Lisez !

J'accuse la communauté des scientifiques d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des médecins d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des journalistes de presse et de média d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des industriels d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des politiques d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des magistrats d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des financiers et des banquiers d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des religieux d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des militaires d'abandon de poste !
J'accuse la communauté des philosophes d'abandon de poste !

Vous tous, n'avez pas seulement négligés, et souvent de manière caractérielle et brutale, de faire et d'informer pour l'intérêt commun des hommes et de la planète.
Non, vous tous, vous avez abandonné machiavéliques, les hommes et la planète à la manipulation, la trahison et le mensonge, la confiscation du savoir et du devenir, habités par l'indignité de l'appât du gain et du pouvoir, assoiffés d'ego et d'arrogance, et...d'indifférence, d'insensibilité totale !!

Il ne s'agit pas d'une simple démission intellectuelle d'une exceptionnelle gravité. Il s'agit de trahison et de mise en danger déterminée et intentionnelle, des hommes et de la planète, alors que vous saviez !

Vous avez falsifié les chiffres, les lettres, les découvertes, les réponses, les lois, le sens et la direction de l'histoire, vous avez fait de nos origines une grande farce, trouant notre mémoire, perforant la vérité, pour vous approprier la connaissance !

Vous avez inventé la peur et la menace, la fracture et le déchirement, l'esclavage et le renoncement, l'agonie et la mort, pour régner sur un troupeau de moutons apeurés et affaiblis par vos piqûres quotidienne d'arsenic, pour tuer le genre, la dimension, la vie !

Vous vous êtes drapés dans les titres, les médailles, les enseignements supérieurs, les institutions, les règles, la morale et la vertu, pour infliger vos expertises et vos analyses réductrices et indignes pour confisquer la parole et réduire au silence !

Vous avez alourdi nos vies de besoins inutiles toujours plus couteux, au nom du bienfait et de la qualité de vie, nous réduisant à n'être que des hommes-fonctions écrasés par leur fonction, des hommes arrachés à leur nature, otages enchainés au travail et à la peur de manquer, nous réduisant à naître serviles et dociles, ignorants et fragiles, fractionnant les hommes en castes économiques qui s'envient et se méprisent !

suite sur son blog
http://lecarnavaldarthenice.blog.fr


______________________________________________________________________________________________


Bolivie :

Et concernant la Bolivie, danger de sécession de la province la plus riche pour qu'elle soit pillée par les multinationales américaines !
Suivez les informations !
C'est un précédent très dangereux !

 
SPECIAL ALERTE BOLIVIE


Les multinationales pétrolières et autres n'acceptent d'avoir "perdu" la Bolivie.

Les Etats-Unis s'efforcent donc de renverser le président légalement élu, Evo Morales.

Après avoir tenté un coup d'Etat militaire contre Chavez en 2002, après avoir saboté
l'échange de prisonniers en Colombie et menacé militairement les pays voisins, Washington utilise à présent le séparatisme pour faire éclater la Bolivie.

L'ambassadeur US parle de la "République de Santa Cruz" dont les riches propriétaires terriens refusent les réformes sociales et l'émancipation des Indiens. Les multinationales pourraient ainsi récupérer une partie des richesses du pays.

Et d'où provient cet ambassadeur US ? Pendant dix ans, Philip Goldberg a servi en
Yougoslavie où il a contribué à provoquer les séparatismes et les guerres civiles
servant les intérêts des Etats-Unis
.

Son expérience ressert. Et rappelons que la CIA déverse des dizaines de millions de dollars en Bolivie à travers ses ONG-paravents : NED, USAID, Freedom House...

Le 4 mai, avec un prétendu 'référendum', se prépare une journée de provocations. Et de désinformation internationale. C'est donc la responsabilité de chacun de nous de faire circuler l'info - avant et pendant - pour déjouer ces manoeuvres. Le 4, de jeunes Français émettront en radio en continu depuis Caracas. En français et en anglais.
"Alerte Bolivie" !



MICHEL COLLON - http://michelcollon.info

Nos cinq articles :

Adolfo Pérez Esquivel, Rigoberta Menchú, Noam Chomsky... - Nous dénonçons la conspiration pour diviser la Bolivie
Des centaines de personnalités internationales dénoncent les plans de déstabilisation
Conspiration

Evo Morales - "Il y a un risque de coup d'Etat"
Evo dresse le bilan de son gouvernement et dénonce les ingérences US dans son pays

Evo Morales

Gaston Cornejo Bascopé - Rapport sur le problème politique actuel que rencontre notre Bolivie
Un sénateur bolivien explique la situation à ses amis étrangers
Rapport Bolivie

Benito Pérez - Des propriétaires prennent les armes contre la réforme agraire
Violences, provocations, coups de force : tout pour maintenir le travail forcé des communautés indiennes

Contre la réforme agraire

Romain Migus - Emission spéciale "Bolivie" sur Radio Venezuela en direct
Légal ou pas, le référendum ? Que cache-t-il ? La Bolivie en voie de balkanisation ? En direct radio.


PETITION BOLIVIE : avec France-Liberté de D. Mitterrand

http://www.marcfievet.com/article-19278424.html



__________________________________________________________________________________________


Iran :

25 février 2007 — La question de la position, voire du “moral” des chefs militaires par rapport aux diverses entreprises bellicistes de l’administration GW est un sujet aujourd’hui classique. Il n’a jamais été aussi insistant et dramatique qu’avec la possibilité d’une attaque de l’Iran. On a déjà lu qu’un analyste et commentateur aussi réputé que William S. Lind recommande rien moins qu’une sorte de
“putsch” des chefs d’état-major pour tenter d’empêcher une telle attaque.

Le Sunday Times donne des échos du climat actuel chez les généraux et amiraux US. L’image est dramatique. Dans l'
article qu'il publie aujourd'hui, le journal signale qu’au moins cinq généraux et amiraux sont prêts à démissionner en cas d’attaque. Cette idée même est, sans aucun doute dans ces circonstances et avec cette publicité, sans précédent dans l'histoire militaire des Etats-Unis.

http://www.dedefensa.org/article.php?art_id=3751


Paralysie du politique :

La situation et les chiffres sont extraordinaires. Jamais le parti républicain n’a été aussi bas dans les sondages (27%) et une majorité d’Américains veut un démocrate comme président en 2009. Tous les sondages donnent une évolution où le candidat républicain McCain ne cesse de remonter et arrive désormais quasiment à égalité avec l’un ou l’autre candidat démocrate. L’affrontement Obama-Clinton est plus que jamais figé dans un échange d’arguments impératifs pour que ni l’un ni l’autre ne soit le “bon” candidat démocrate. Chiffre sans précédent dans l’histoire des sondages d’opinion, 73% des Américains pensent que leur pays est sur la mauvaise voie (“wrong track”).

L’article de Tim Reid, dans le Times de ce jour, est parfaitement révélateur de la situation d’une crise politique qui peut devenir une crise institutionnelle aux USA, en plein cœur d’une campagne pour les élections présidentielles, avec un pouvoir en place complètement discrédité, impuissant, éclaté. L’article prend pour argument l’appel d’un “super-délégué” démocrate très influent, Joe Andrew, ancien président du comité national du parti démocrate, passé hier du camp Clinton au camp Obama et appelant à une désignation rapide de ce même Obama comme candidat démocrate.

suite à
http://www.dedefensa.org/article.php?art_id=5094

Europe du Lobbying :
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19267627.html


_______________________________________________________________________________________________________



Quand jeunes cons et vieux cons se rejoignent :

La publication des ces pamphlets anti-solidarité arrive à point pour un Gouvernement qui s’est attelé à la démolition du système d’assurance-maladie et d’assurance-vieillesse et utilise tous les moyens pour retourner l’opinion contre le système public actuel pour la convaincre de le remplacer par des organismes privés.

http://ehim.over-blog.com/article-17232242.html


La nouvelle civilisation :

Si l’épisode du « Casse-toi, pauvre con ! » proféré par Sarkozy à un visiteur du Salon de l’agriculture était un phénomène isolé, on serait tenté de croire que cela n’a été qu’une perte de contrôle de plus de la part de notre chef d’Etat, mais il semblerait que la grossièreté soit une forme de langage que la Droite a décidé de s’autoriser sans retenue : devant les caméras et les micros, Mme Panafieu, candidate UMP à la mairie de Paris, traite Delanoë de « tocard », Rama Yade traite les journalistes de « charognards » et les socialistes de racistes, aprsè que Devedjian ait traité de « salope » Anne-Marie Comparini, ex-présidente de la région Rhône-Alpes. 

Quand on sait que, selon « le Canard Enchaîné », le manifestant qui, en 2004 au Forum des Halles, avait lancé à Sarkozy «Retourne en Chine, espèce de Hongrois ! » a écopé d’un mois de prison ferme, tout comme celui qui, à Strasbourg, l’année d’après, avait crié « Sarkozy, va niquer ta mère » et que celui qui, à Aubagne, avait lâché « Je nique Sarko, fils de pute » avait pris 4 mois, on se dit que, quand elle est au pouvoir, la Droite « décomplexée » est la seule à avoir le droit de se répandre en insultes sans risquer de sanction pénale. 

Ca doit être ça, « la nouvelle civilisation »…
http://ehim.over-blog.com/article-17416687.html



___________________________________________________________________________________________



(Suite)
   Les dirigeants psychopathes dangereux.


Pour prolonger, voici des liens :


http://futurquantique.org/index.php?view=article&catid=34%3Aponerologie-et-psychopathie&id=109%3Aponerologie-politique--une-science-sur-la-nature-du-mal-adaptee-a-des-buts-politiques&option=com_content&Itemid=57

(EXTRAIT pour vous mettre en appétit) :
Qui sont exactement les "conspirateurs pathologiques,"
et ce qui peut motiver de tels individus pendant les temps qui sont généralement compris par d'autres comme "bons" ? Si les temps sont "bons", pourquoi quelqu'un veut-il comploter et produire le mal ?

Bien, certainement, l'administration américaine actuelle a inventé une réponse : "Ils nous détestent à cause de nos libertés." C'est un exemple principal de "sélection et substitution de données dans le raisonnement" qui est volontairement et volontiers accepté comme une explication par le public à cause de leurs déficits de compétences psychologiques et critique morale.


Les sociopathes au pouvoir :

http://ehim.over-blog.com/archive-2-12-2008.htm


Et encore ceci :

Ponérologie Politique :
une science sur la nature du mal adaptée à des buts politiques


Extrait : Les actions de la pathocratie affectent une société entière, en commençant par les leaders et en infiltrant chaque ville, affaire, et institution. La structure sociale pathologique couvre graduellement tout le pays en créant une "nouvelle classe" à l'intérieur de cette nation. Cette classe privilégiée [de pathocrates] se sent menacée en permanence par les "autres", c'est-à-dire par la majorité des gens normaux.

http://futurquantique.org/index.php?view=article&catid=34%3Aponerologie-et-psychopathie&id=109%3Aponerologie-politique--une-science-sur-la-nature-du-mal-adaptee-a-des-buts-politiques&option=com_content&Itemid=57


___________________________________________________________________________________________



Lu à l'instant, article proposé à la publication sur Oulala.net :

 

Le voyage de Benoît XVI aux Etats Unis
et son nouveau projet d’éradication de l’Islam et des musulmans
à l’aide de l’ONU !


Le Vatican, les Etats-Unis et l’ONU
Un nouveau Complot Trinitaire !

Par Dr Zeinab Abdelaziz, Professeur émérite de civilisation française.


Médiatisé à l’échelle du monde par un vrai marketing, le voyage de Benoît XVI aux Etats-Unis laisse prévoir un complot trinitaire contre l’Islam et les musulmans. Les grandes lignes de cette planification inhumaine le prouvent, que ce soit avant, durant ou après le voyage. La même concertation eut déjà lieu, dans les années quatre-vingts, appuyé aussi par les liges locales, pour éliminer le communisme quoique avec des acteurs différents.


En suivant ces informations citées à titre d’exemples, on trouve certaines phrases qui reviennent, tel un disque fêlé, pointant toujours le "Terrorisme Islamique" : Le 10 juin 2007 le pape reçoit le Président des Etats-Unis. Au cours de l’entretiens ils ont passé en revue les principaux sujets de politique internationale, "s’arrêtant à la préoccupante situation en Iraq et les conditions critiques dans lesquelles se trouvent les communautés chrétiennes" ! S’alarmer sur le sort de quelques centaines de chrétiens, rien de mal, mais que dire du silence sur un million et demi de musulmans éradiqués dans une guerre-boucherie illégitime, et cinq millions de blessés, de handicapés ou d’immigrés ? Cela ne concerne point sa Sainteté ! Pour ne rien dire du génocide des palestiniens, qui se perpétue au vu et au su de tout le monde, et personne ne bouge, car ce sont des "Intouchables" sionistes qui l’imposent , et des prétendus "Terroristes" musulmans qui le subissent !


Avant de se rendre au Vatican, lors d’une entrevue avec le Président italien, Giorgio Napolitano, le président américain avait exprimé sa "reconnaissance" à l’Italie pour sa contribution contre le terrorisme international ! Ce qui souligne la nature du lien qui unit les deux pôles de la politique américano-vaticane, ou l’implacable volonté d’extirper l’Islam, après l’avoir diabolisé, le qualifiant injustement et mensongèrement de Terreur et de Terrorisme, nonobstant toutes les accusations qui prouvent la fabrication locale du 9/11 !


En juillet 2007, le Directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège annonce que le Vatican étudiait l’invitation adressée en avril dernier par le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki Moon, et d’ajouter : "Parmi les évènements programmés pour New York, le Saint Père espère présider une Messe à Central Park, adresser un discours dans la Cathédrale de Saint Patrice et se recueillir sur le lieu de l’attentat terroriste contre les Tours Jumelles de cette ville en 2001" ! Perte de mémoire ou intention implacable d’attaquer Islam et musulmans ? Comment se fait-il que sa Sainteté ait oublié la troisième Tours, le bâtiment de la CIA, qui disparu de la circulation informatique deux jours après l’attaque, ainsi que l’absence de 4000 juifs grippés, tous à la fois, le même jour ? !


Le 12 novembre 2007, la Cité du Vatican (dernier vestige de la "Donation de Constantin") annonce que le Pape visitera Ground Zero et la Maison Blanche où il sera reçu par G.W.Bush, et interviendra aux Nations Unies. Et le communiqué ajoute : "La raison de cette visite est : la solidarité avec ceux qui, dans l’attaque terroriste ont vu les leurs mourir et avec eux, il prie chaque jour pour la fin de la violence dans le monde entier" ! Autrement dit : un voyage qui met en relief et qui maintient une accusation préfabriquée, pour ne pas dire qui jette avec préméditation de l’huile sur le feu !


Le mardi 13 novembre 2007, l’AFP annonce : le pape aux Etats-Unis en avril, une première depuis le scandale des prêtres. Après avoir décrit le programme du voyage, l’agence précise : "Le 19 avril, jour du troisième anniversaire de son élection au Vatican, le pape célèbrera une messe à la cathédrale Saint Patrick à New York, avant d’aller se recueillir sur le site du Ground Zero, où s’érigeaient les deux tours jumelles du World Trade Center détruites dans les attentats du 11 septembre 2001. Benoît XVI se rendra sur ce site en solidarité avec les victimes et leurs familles ainsi qu’avec tous ceux qui veulent en finir avec les violences pour ériger la paix".


Le même jour, mardi 13 novembre 2007, Mgr Sambi déclare la confirmation du voyage et du programme, en soulignant, pour le 20 avril, "Le pape se rendra au Ground Zero, sur le lieu de l’écroulement des Tours Jumelles du World Trade Center, le 11 septembre 2001".


Le 18 février 2008, le Vatican fait savoir que la Maison Blanche précise dans l’annonce officielle de la rencontre : Benoît XVI à la Maison Blanche le 16 avril prochain : la visite sera consacrée au dialogue "sur l’importance de la foi et la raison qui rejoignent des objectifs partagés". Les deux chefs "poursuivront les discutions, commencées lors de la visite du président au Vatican, en juin 2007, sur leur attachement commun à l’importance de la foi et la raison pour atteindre des objectifs partagés, qui incluent l’avancement de la paix au Moyen Orient et dans d’autres régions en difficulté, la promotion de la compréhension entre les religions et le renforcement des droits humains et de la liberté, spécialement la liberté religieuse, dans le monde entier" ! La liberté religieuse, pour sa Sainteté, est ce message explicite de la conversion spectaculaire, telle qu’il la pratiqua triomphalement au dit Magdi Cristiano Allam. Acte qu’il espère imposer à tous les musulmans, en toute clarté, c’est pourquoi il a recours à l’ONU, tel qu’on le verra.


Le 27 mars 2008 la misna annonce, de la Cité du Vatican, que le pape rencontrera un haut représentant de l’ONU, puis d’ajouter les autres activités dont : le dialogue interreligieux, la réforme des Nations Unies, l’alliance des civilisations et le rôle de support du Vatican dans le cadre du dialogue interreligieux souhaité par les Nations Unies ! La réforme des Nations Unis ne revient pas à un Pape, surtout quand par réforme ce Pape pense faire réintégrer, dans les charges et fonctions de l’Organisation, ce qui a été éliminé de la première ébauche de sa Charte, à savoir : la protection de la liberté de conscience . Un vœu qui a été exprimé plus d’une fois dans les textes des sites vaticanais.


Le 4 avril 2008, un des principaux webmasters du Vatican, fait l’analyse de la situation, mettant en relief que le pape prend l’Amérique comme modèle pour l’Europe catholique, précisant : le pape prononcera onze discours, mais deux d’entre eux aux moins s’annoncent déjà les plus palpitant, depuis que, à Ratisbonne, il a montré au monde entier de quelles audaces il était capable. Il s’agit, dit-il, du discours du 17 avril à Washington devant les représentants du judaïsme, de l’Islam et d’autres religions, et de celui du 18 avril, à New York, devant l’assemblée générale des Nations Unies. Puis termine en citant un passage prononcé à Mary-Ann Glendon à l’occasion de la présentation de ses lettres de créance dans laquelle le pape dit : "Je ne peux manquer d’observer avec gratitude l’importance que les Etats-Unis ont attribué au dialogue interreligieux et interculturel comme force concrète au service de la paix. Le Saint-Siège est persuadé du grand potentiel spirituel représenté par ce dialogue, notamment à propos de la promotion de la non-violence et du refus d’idéologie qui manipule et défigure les religions à des fins politiques et qui justifie la violence au nom de Dieu" ! Il est étonnant de voir comment les trois parties de ce complot s’entre félicitent, s’entre encouragent, et s’entre jettent le vœux de l’action ! Si l’Eglise de Rome a largement abondonné ses critiques contre les Etats-Unis, elle, qui avait condamné avec force l’attaque militaire contre l’Irak de Saddam Hussein pour protéger ses adeptes, actuellement, elle ne demande plus le retrait des soldats et souhaite qu’ils restent en Irak "en mission de paix" pour défendre ces minorités chrétiennes ! Ce volte-face vaticanais n’eut lieu que lorsque la politique étasunienne brandit tout haut l’histoire de la pédophilie qui noircie l’Eglise catholique. Crimes à cause desquels l’Eglise américaine a dû verser plus de trois milliards de dollars aux victimes qui dépassent les 14.000 personnes (Le Figaro, 17.4.08) ! Puis, les vues des deux dirigeants convergèrent vers l’évangélisation du monde à travers cette autre mascarade intitulée "le dialogue interreligieux et interculturel", comme moyen "d’instaurer la paix", puisque son but final n’est autre que la christianisation forcée, sous l’appellation "liberté de conscience" secondée par les forces de l’ONU !


Les aspirations du Pape, dans ses discours, ne font aucune exception à ce scénario, même le leitmotiv accusateur des Tours Jumelles s’y trouve ! Le 16 avril, à la Maison Blanche, une déclaration conjointe, annoncée à l’issue de la rencontre entre les deux interlocuteurs, dans laquelle le président a souhaité le meilleur succès au Pape pour son discours à l’ONU, et son appréciation pour la visite qu’il s’apprête à faire au "Ground Zero" à New York. Tous deux ont réaffirmé leur rejet total du terrorisme ainsi que de la manipulation de la religion pour justifier les actes immoraux et violents contre des innocents. Ils ont souligné le besoin de faire face au terrorisme avec des moyens appropriés qui respectent la personne humaine et ses droits, puis exprimèrent leur commune préoccupation pour la situation précaire des communautés chrétiennes au Liban et l’ensemble de la région. Le Saint-Père et le président espèrent la fin de la violence et une solution rapide et globale aux crises qui affectent la région. Cette solution rapide et globale l’Institution Vaticane l’a déjà annoncée dans ses sites, disant : la fierté arrogante des musulmans sera abaissée grâce à une guerre imposée, qu’ils perdront, pour accepter une conversion en masse !


Le 17 avril, au Centre Culturel Jean-Paul II, "fondé expressément pour promouvoir la foi chrétienne et sa vision de la discussion et de l’entente entre fidèles de diverses religions", le Pape propose carrément Jésus-Christ aux musulmans et aux autres religions : "Confronté avec ces questions plus profondes concernant l’origine et la destiné de l’humanité, le christianisme propose Jésus-Christ (...) C’est lui que nous apportons sur le forum du dialogue interreligieux (...) Nous n’avons pas de raison d’avoir peur (...) Nous sommes capables de percevoir que la paix est un don céleste qui nous presse à conformer l’histoire humaine à l’ordre divin" ! Tel qu’on le voit, même le forum du dialogue islamo-chrétien prévu pour le mois de novembre prochain, est classé à l’avance, sous l’égide de l’évangélisation et de la conversion, n’ayant comme choix unique et final que Jésus et la christianisation. Et sa Sainteté n’a sûrement pas besoin d’avoir peur puisqu’elle sera secondée par les casques bleus !


Le 18 avril, à l’ONU, et sous les yeux de Ban Ki Moon, le Pape s’est recueilli devant le mémorial de l’attentat qui provoqua la mort de dix-sept personnes, le 19 août 2003, à Bagdad. Ce qui révèle l’étendue de la volte-face qu’a dû subir l’Institution vaticane par rapport à la guerre illégitime contre l’Irak, qui va du refus à la prière. Ce que le Secrétaire général commente en disant :" Les Nations Unis n’accomplissent pas seulement un travail, mais une mission qui est, par de nombreux aspects, liée à celle du pape", jouant sur le double sens politique et religieux du mot "mission". D’ailleurs la "mission" des casques bleus dans le génocide de Srebrenica, où huit mille musulmans ont été égorgés sous leur surveillance et leur bénédiction, n’est pas oubliée, et ne fut même pas considérée comme "génocide" pour ne pas indemniser des familles musulmanes !


Le discours, quant à lui, condense toute la doctrine catholique en matière de relations internationale, sans contenir des phrases chocs ni des exemples concrets. Par contre, il pose le principe d’une intervention internationale dans les pays où les droits des populations concernant la liberté religieuse seraient menacés, encourageant les règlements multilatéraux des conflits, et insiste sur la protection de la liberté religieuse : "Si les états sont incapables de garantir une telle protection, la communauté internationale doit intervenir avec les moyens juridiques contenus dans la charte des Nations Unies et d’autres textes de loi internationaux" ! Ce qu’il a répété plus d’une fois. Et voilà annoncé le vrai but de ce voyage... Ce type d’interventions flagrantes n’est pas de l’ingérence, aux yeux du Pape, qui s’empresse d’ajouter et "ne devrait jamais être interprété comme une action arbitraire ni une limitation de la souveraineté du pays ! ! Comment donc peut-on appeler une ingérence ou une intervention pareille, une parade militaire entre amis ou un défilé de mode soldatesque ? ! S’il n’a fait que paraphraser le concept de la responsabilité de protection affirmant le droit du Conseil de sécurité d’agir "pacifiquement" par des moyens diplomatiques et humanitaires, pour protéger les populations victimes de génocide, de crimes de guerre, de nettoyage ethnique et de crime contre l’humanité, il aurait été plus probe et plus humain, d’insister pour que cette intervention-là ait lieu en Palestine, pour protéger les Palestiniens qui subissent toutes ces causes d’éradication à la fois, au lieu d’exempter les Juifs de la conversion au christianisme, car "ils n’en ont pas besoin pour leur salut", le Vatican dixit ! ! Pourquoi donc faut-il christianiser les musulmans puisque le salut s’obtient, pour les Juifs, sans conversion ? ! Le droit de vivre, même s’il est aussi important que le droit de croire, il le dépasse de loin, et ces Palestiniens, et tous ces peuples musulmans voués sous vos yeux au génocide, aux crimes de guerre, au nettoyage ethnique et au crime contre l’humanité, ont droit à la vie. Car sans vie il n’est pas moyen de croire !


Le dimanche 20 avril, à l’heure matinale, la cérémonie organisée au mémorial du Ground Zero, a été choisi pour donner le maximum d’audience internationale à l’évènement. Au cours d’une impressionnante mise en scène plus que théâtrale, avec violoncelle et Bach à l’arrière fonds. Le souverain pontife a prié pour la conversion du cœur en disant : "Ramène dans Ton chemin d’amour ceux dont le cœur et l’esprit sont consumés par la haine" !


Si l’on ne tient compte que des deux discours prononcés le 17 et le 18 avril, au cours desquels le pape propose carrément le Christ aux musulmans, et demande sans détour l’ingérence de l’ONU pour mettre cette proposition en pratique, on saisi la visée de ce voyage qui met à nu la concertation actuelle du véritable axe du mal et le complot en préparation ...


Cacophonie vaticane et fraude politico-médiatique, visant à camoufler des mesures inhumaines, dans un flot d’ovations concertées ? Une chose est sûre et certaine : cette haine inébranlable contre l’Islam et les musulmans qui ne cesse de s’intensifier depuis quatorze siècles avec des moyens plus ou moins raffinés.


Si du temps de Solidarnosc, les marchandises disparurent des étalages en un clin d’œil, pour ne les trouver qu’a la porte des églises après avoir assisté à la messe, actuellement, on fait augmenter les prix à des niveaux vertigineux, par rapport au presque inexistant pouvoir d’achat des peuples du tiers-monde, dont la grande majorité, qui n’a même pas les bribes d’un dollars par jour, est musulmane. Ce qui révèle l’impact du nouveau complot qui, outre les génocides perpétués le long des siècles ou qui se mènent à présent, pousse jusqu’à l’infamie la théorie de la carotte et du bâton, transfigurée en "conversion ou ingérence des casques bleus" ! Alors que les médias parlent déjà de l’expulsion des musulmans de l’Europe et signalent les partis anti-immigrants qui se focalisent toujours davantage sur l’Islam et les musulmans. A ne citer que l’américain Ralph Peters, dans le New York Post, qui parle déjà d’un scénario dans lequel "les navires de l’US Navy sont à l’ancre et les Marines sont descendus à terre à Brest, à Bremerhaven ou à Bari pour garantir l’évacuation des Musulmans d’Europe", glorifiant "l’inguérissable méchanceté des Européens", qui, comme il le dit, ont "perfectionné le génocide et le nettoyage ethnique". C’est pourquoi il prédit les jours comptés des musulmans en Europe.


Au lieu de cette flagrante et abominable ignominie, qui ne vise qu’à éradiquer l’Islam et les musulmans, ne serait-il pas plus raisonnable de passer en revue ces innombrables Pages Noires du christianisme, dans lesquelles figurent les éradiqués de cette Institution, qui se comptent par dizaine de millions de personnes, pour saisir qu’il est temps de stopper cette évangélisation forcée secondée par le support militaire ?


Au lieu de continuer à diaboliser Islam et musulmans pour faciliter leur élimination, n’est-il pas plus humain de consacrer tous ces efforts et toutes ces dépenses pour éliminer les affres de la colonisation, les méfaits de l'évangélisation, le vol des matières premières, les guerres injustes et illégitimes, les génocides prémédités, les misères et les famines naturelles ou fomentées, et d’éliminer les vraies causes du Terrorisme, qui n’est en fait qu’une méchante invention américano-vaticane ? !


A voir ce qui se passe sur terre, ce que l’on prospecte de faire, que ce soit dans les coulisses vaticanes, celles de la Maison Blanche ou celles de l’Occident chrétien dans son ensemble, on ne peut certifier qu’une triste réalité : ce ne sont pas les musulmans dont le cœur et l’esprit sont consumés de haine, mais tous ceux qui complotent ces crimes en les imputant à autrui !

 

_______________________________________________________________________________________________________


Union Européennne :


Alerte !
Oui, c'est la vraie nature de l'Union Européennne :
Une monstrueuse tyrannie !
Pire que l'URSS !
Hypocrite, et sans le social !
Il est temps d'en sortir !


Image Hosted by ImageShack.usD’aucuns l’ont classé parmi les héros du XXème siècle. Jeune homme, Vladimir Bukovsky va dénoncer l’usage de la psychiatrie à l’encontre des prisonniers politiques de l’ex-URSS et passera lui-même 12 ans de sa vie (1964-1976) - de 22 à 34 ans – dans les geôles soviétiques, les camps de travaux forcés et les institutions psychiatriques…
Il est finalement expulsé d’Union Soviétique vers l’Occident en 1976 et s’installe en Angleterre. Aujourd’hui âgé de 64 ans, il dit voir renaître dans l’édification de l’Union Européenne, le régime soviétique qu’il a tant combattu. Ainsi, pour lui, s’impose une priorité majeure : « supprimer cette institution sans attendre que ne tombe le masque qui révèlera au monde sa vraie nature - en tous points identiques à la monstrueuse tyrannie endurée par son pays natal » .

suite à
http://www.marcfievet.com/article-19256083.html

_______________________________________________________________________________________________________


Alimentation de demain : Nous sommes les cobayes
http://www.marcfievet.com/article-19250386.html

Qui est en danger ? l'Iran, menacé de plus en plus, ou les USA ?http://www.marcfievet.com/article-19250368.html

Dire la vérité sur le Proche-Orient - Régis Debray
http://www.marcfievet.com/article-19250021.html
 
Le grand tournant asiatique
 
Petites combines pour grands dirigeants financiers
 
Israël labo expérimental pour le monde
 
Standards juridiques européens alignés sur ceux des EU
________________________________________________________________________________________


C O M M E N T A I  R E S  :  I C I
 
Partager cet article
Repost0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 00:58
http://echosdesmontagnes.blogspot.com


 

 Mes amis,

Trop c'est trop.


Nous sommes sur une poudrière.

D'un côté, des hordes de meurt-la-faim asphyxiés par la spéculation, le dumping alimentaire des pays riches, les bio-carburants et notre égoisme ! Ils manifestent, ils cassent tout et ils menacent le confort des repus. Même le dandy milliardaire libéral (socialiste à ses heures, au moment des élections) D. Strauss-Kahn s'en émeut, entre deux réunions au Comité Juif américain ou au Crif Français. Il y a de quoi ! Si ça continue, les émeutiers vont participer à l'embrasement général du joli mois de mai. Ca couve ! Partout, des millions d'êtres humains en ont marre d'être floués. Et nous aussi par Sarkozy.

Est-ce que le FMI ou la BM vont modifier les conditions appliquées aux pays endettés du Tiers-Monde lorsqu'ils reçoivent des crédits ? Pas du tout. De belles paroles, des envolées lyriques, des regrets, des apitoiements, des tergiversations, et tout continue comme avant. La cupidité des nantis n'a pas de limites. Ils  favorisent toujours la culture pour l'exportation, et donc leurs portefeuilles, au détriment de la culture locale qui permet aux populations de se nourrir. Bonne conscience, beaux discours, grands conférences, et des émeutes qui vont s'étendre partout. Strauss-Kahn en tremble. Du haut de son observatoire mondial, il est bien placé pour voir, entendre, et craindre.

De l'autre côté, l'Iran qui envisage d'utiliser l'euro ou le yen au lieu du dollar pour ses transactions, le péché suprême pour Washington. Le pays de la liberté ne tolère pas que les autres puissent user de la leur. Bref, cela fera un bon prétexte de plus pour attaquer.

En effet, ce 29 avril un Haut Fonctionnaire du Ministère iranien du pétrole a annoncé que désormais son pays ne facturerait plus le pétrole en dollars, mais en euros ou en yens. L' Irak a été détruit pour avoir fait une annonce du même type en 2000. Et n'oublions pas que l'Iran est le deuxième pays producteur de l'OPEP.

Bref, on parle de plus en plus de l'imminence d'une intervention usraélienne. Au plus tard à l'automne, voire cet été et même avant.

Les nantis ont toujours bâti leurs empires sur les décombres de la vie des autres.


Depuis que j'ai lu cet article sur les motivations des dangereux psychopathes à la tête du monde, je n'ai plus aucune illusion. Les  autres ne comptent pas pour eux, seul les intéressent leur porte-monnaie et le pouvoir. Je me demande même si ces sadiques n'éprouvent pas une secrète jouissance à voir les autres souffrir, de surcroît à cause d'eux. Ivresse de la puissance maléfique !

Bush est un imposteur, il invoque l'Eternel, prétend être animé du désir de faire le Bien, mais il n'a jamais coupé les ponts avec son club d'adorateurs de Satan Skull and Bones,  pas même une repentance, et il n'invoque jamais Jésus. Un détail qui a son importance : Qu'est-ce qu'un chrétien qui n'invoque pas Jésus son sauveur ? En fait, Bush est manipulé par son entourage, et il sert les intérêts financiers de son clan lié, entre autres, aux multinationales du pétrole.

Nous sommes à la merci d'individus comme Bush qui navigue pêle-mêle entre les crânes, les squelettes et les sépultures, les Gog et  Magog apocalyptiques (voir précédents articles), et qui jongle avec les dollars, le pétrole et les vies humaines : tout cela ne présage rien de bon. Il faut l'envoyer chez un psychiâtre, et le destituer, comme notre gogo à nous qui ne vaut pas mieux. Son ami (pour combien de temps encore ?) Fillon est allé faire la tournée des organisations juives américaines, ne doutons pas qu'il en aura profité pour approcher les agents de la Maison Noire (ne me demandez pas de l'appeler la Maison Blanche), étonnant qu'il n'ait pas amené dans se bagages le sémillant humanitaro-militaire, Folamour-Kouchner. Avec des gens comme ça, les peuples sont bien lotis. Au passage, j'ai appris aujourd'hui que la femme de Fillon était anglaise. Le monde (anglo-saxon) est petit.

Bernard Kouchner à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2007.

http://fr.wikipedia.org

Comment va réagir la France ? Avec l'équipe de néocons français Sarkozy-Kouchner, le pire est à craindre. Comme Bush le cow-boy, ils préfèrent régler les problèmes à coups de révolvers plutôt que par la diplomatie. Vont-ils engager notre pays dans l'aventure impériale aux côtés de l'ami usraélien ? Tout le laisse à penser. Finie la France des Lumières, des Droits de l'Homme, de la Démocratie, de l'Humanisme, de la Justice, de la Paix, celle-là même qui était synonyme d'espoir pour le monde, une référence universelle. Comme au temps du général de Gaulle ou de Chirac-de Villepin.

Nous ne pouvons pas engager la France aux côtés de ceux qui prônent la loi du plus fort, de l'argent, de l'accaparement des ressources entre les mains d'une opulente minorité.

Les Français ne sont pas prêts pour une telle aventure. Ils n'en veulent pas. D'étranges rumeurs circulent en ce moment, le saviez-vous ? Puisque Sarkozy a vendu son âme au diable usraélien, à ses néocons avec en tête la Lagarde formée dans les Thinks-Tanks américains, il ne reste donc plus qu'à susciter l'adhésion du peuple gaulois.

Or, on parle d'un gigantesque attentat (la Tour Eiffel ?) fomenté par des agents usraéliens, et qui serait attribué à Al Quaïda, que je soupçonne d'ailleurs de plus en plus d'être la créature des cerveaux fous néocons, obsédés par l'accaparement des richesses du monde. Avez-vous remarqué comme on le fait parler - lui qui est en réalité probablement mort depuis longtemps - pour faire peur au moment des élections, des projets de guerre, etc ? Là, il est très loquace. Les  psychopathes à la tête des nations manient admirablement le ressort de la peur. Craignez, bonnes gens, ou oubliez vos malheurs en vous distrayant, ou consolez-vous avec la religion... et sinon, c'est le bâton ! La consigne est claire : Se soumettre, ou se démettre. Des fous conduisent les aveugles....

Alors, un attentat fort à propos, ou une intervention terrifiante de l'épouvantail Ben Laden, et ces indisciplinés de Français apporteront leur soutien, eux aussi, aux Folamour de la planète.... Une chose est sûre : Les médias criminels sont prêts à être enrôlés. Leurs propriétaires, tous plus ou moins liés aux industriels de l'Armement, se frottent déjà les mains... leurs actionnaires aussi ! Sans oublier les industriels de la reconstruction.

Pas les ouvriers, ni les jeunes qui serviront de chair à canons. Ni nous tous, d'ailleurs. Car les guerres ne profitent jamais à ceux qui la font, mais seulement à ceux qui les déclarent.

Rien de nouveau sous le soleil, finalement : Les puissants imposent leur loi. Avec cette seule différence que le soleil, aujourd'hui, chauffe davantage....

Le début de la fin ?

A moins que le joli mois de mai (mon prochain article, si, si) ne nous réserve de belles surprises.

Et si on embastillait ceux qui décrètent l'intolérable sur notre dos et derrière notre dos ? Tiens, c'est le nom de mon blog. Abonnez-vous, c'est gratuit, et vous aurez envie de résister.

Car, amis lecteurs, nous avons le nombre avec nous.

Et Internet.

Mobilisons-nous pour, ensuite, faire tous la fête ensemble, sans les ennemis des peuples ! Envoyons-les dans leur paradis artificiel glacé de Norvège, avec leurs bienfaiteurs milliardaires Rockefeller, Bill Gates and Co ! Et laissons-les y définitivement !

Voilà, c'était mon cri du coeur du jour. Ou de la semaine.  A bientôt, avec Aspeta (voyez son blog) et quelques autres, on vous dira comment faire de ce joli mai un mois inoubliable !

Pour les peuples. Pas pour les psychopathes au sommet !

Votre Eva


______________________________________________________________________________

Tags : Guerre, Paix, Justice, droits de l'Homme, Sarkozy, Bush, Empire usraélien, néocons, Kouchner, Cheney, multinationales de la mort, de Gaulle, Chirac, de Villepin, Iran, Irak, Rockefeller, Bill Gates, arche de Noé en Norvège, mai 68...


Abonnements à mon blog, le recommander : à droite (présentation blog). C'est gratuit, il y a de la place pour tout le monde !

Et si vous raffolez de ma prose et que vous voulez passer du bon temps avant les réjouissances du joli mois de mai, voici les coordonnés de mes blogs :



R-sistons à la désinformation
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 


R-sistons à l'actualité
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/


Coups de coeur blogs, d' Eva
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com


________________________________________________________________________________________


Le sida créé pour lutter contre la sur-population ? 
Projet secret H.B. 15090 (Nouvel Ordre Mondial)


(extraits)

Aurelio Peccei a proposé plusieurs projets, tous secrets. Le projet principal consistait à développer un microbe, qui attaquerait le système immunitaire, et pour lequel un vaccin serait presque impossible à développer. L'ordre a donc été donné de développer ce microbe, sans oublier les moyens prophylactiques et une thérapeutique appropriée. Le microbe devait être dispersé dans le population, les moyens prophylactiques seraient réservés à l'élite. Quand la population aurait sffisamment baissé, on pourrait officiellement anoncer la découverte du médicament pour soigner les survivants. Il est clair que le médicament existait depuis le début de l'opération. Ce projet fait partie intégrante du projet Global 2000. Maintenant c'est à vous de deviner comment s'appelle ce microbe? Évidemment, il s'agit du virus du Sida!!

Le projet a été approuvé par le Congrès en 1969, sous le numéro de code H.B.15090. 10 millions $ ont été versés pour la première tranche. Des témoignages devant la commmission de Sénat ont révélé qu'un « agent synthétique et biologique devait être développé, un agent qui n'existe pas dans la nature et contre lequel l'organisme est incapable de produire des anticorps. Il doit être possible de développer ce micro-organisme dans les 5 à 10 ans à venir Il est primordial qu'il soit résistant à tout processus immunologique et thérapeutique connu ». Sir Julian Huxley dit à ce sujet: « La surpopulation est la plus grande menace que notre espèce aura à affronter dans le futur ».

Le projet SIDA, qui porte à ce moment-là le nom de MK-NAOMI, a été élaboré à Fort Dertrick, dans le Maryland. D'après les explications du Dr. Strecker, on a mélangé des rétrovirus mortels, des virus de leucémie, (bovin leikemia) avec des virus « visna » du mouton, et on les a injectés dans du tissu humain.

 Comme il fallait agir sur une grande partie de la population, on a commencé par les populations « indésirables » :  les Noirs, les hispaniques et les homosexuels ont été encouragés d'un côté à exprimer leur différence, d'un autre côté ils se sont retrouvés sur la liste des personnes à éliminer.

http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/05/02/le-projet-sida-4123689

( Eva : A quand un tribunal des peuples pour juger tous les criminels psychopathes
à la tête du monde ? )




__________________________________________________________________________________________




L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous rappelle que le dollar va être en faillite volontairement par la FED


Ces banques sont à l'origine du crash de WALL-STREET et de la
deuxième guerre mondiale.
Aujourd'hui où en sommes-nous?

http://echosdesmontagnes.blogspot.com/2008/04/le-dollar-en-faillite.html

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre la 3ème GUERRE MONDIALE, celle de la FAIM et de la SOIF d'EAU POTABLE.

La ressource qui fera couler
plus de sang que le pétrole

http://echosdesmontagnes.blogspot.com/2008/05/eau-sang-petrole-guerre-du-feu-et-3me.html

L'or bleu : Un élément vital pour la planète... et pour vos investissements

Après la Guerre du Feu...

la Guerre de l'Eau

OGM :
Pour mémoire vos députés nationaux et européens se foutent de nous, du moment qu'ils empochent le fric des industries agro-alimentaires chimiques et industrielles, car ils sont pourris et corrompus, jusqu'à la moëlle
.


http://echosdesmontagnes.blogspot.com/


Monsanto : Des nouvelles...
    http://plumesdecureuil.canalblog.com/


Marie-Monique Robin est journaliste et auteur d'une enquête au long cours sur Monsanto, Le Monde selon Monsanto, qui a donné lieu à un documentaire diffusé sur Arte récemment, à un DVD dans les bacs depuis le 19 mars et à un livre publié à La Découverte depuis cinq semaines. Elle était l'invitée de la neuvième édition de Parlons Net. avec David Abiker de France-Info, David Martin-Castelnau de causeur.fr, Virginie Roels de bakchich.info et Philippe Cohen de Marianne2.fr

Je participe à la création d'un site de lutte contre Monsanto
C'est un paradoxe : alors que Google est à l'information sur Internet ce que Monsanto est à l'agro-business, Marie-Monique Robin a construit son documentaire autour de l'investigation sur internet.
Elle s'en explique et elle
annonce la création d'un site destiné à centraliser
toute l'information indépendante sur Monsanto.

Les députés  sont intoxiqués, manipulés

Marie-Monique Robin dénonce les manipulations auxquelles se serait livré Monsanto pour démontrer les bienfaits et la non toxicité de ses produits. Elle montre, documents à l'appui, que la multinationale a corrompu des acteurs du système dans deux pays, en Indonésie et au Canada.

 Merci de rejoindre cette campagne pour que les décideurs agissent et mettent fin à la crise alimentaire. La communauté internationale doit se mobiliser et réformer le système alimentaire mondial.

La crise alimentaire nous concerne tous, et plus nous aurons de signatures à soumettre au G8 et aux Nations unies, plus puissant nous serons ! Transférez ce lien à vos amis si vous ne l'avez pas déjà fait:

Pétitions (voir avant-dernier post)

http://www.avaaz.org/fr/global_food_crisis/97.php/?cl_tf_sign=1

 lire aussi http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19231538.html


_____________________________________________________________________


Sarkozy dégrade l'image de la France
http://poly-tics.over-blog.com/article-19245598.html

:____________________________________________________________________



palestinechild.jpgNous, filles et fils de résistants au nazisme, affirmons notre soutien a la résistance palestinienne

Source : Al Faraby-Aloufok

jeudi 1er mai 2008

Nous serons toujours là

Filles et fils de Marek Edelman, d’Henri Curiel, de Schmerke Kaczerginski, de Lucien David Fayman, de Jacov Stambul, de Dvoira Vainberg...

A 65 ans du soulèvement du Ghetto de Varsovie, nous rendons hommage a tous ceux, modestes héros et héroïnes qui ont engagé leur vie dans une bataille face à l’armée d’un pouvoir qui contrôlait presque toute l’Europe.

Face à l’oppression, il y a toujours résistance : Contre le nazisme en France, a Vilnius, en Allemagne même et, des années après, en Egypte et en Algérie contre le pouvoir colonial aussi bien qu’en Afrique du Sud contre l’apartheid.

Il en est de même aujourd’hui : Les masques changent mais c’est toujours le même combat.

Nous, filles et fils de résistants au nazisme, affirmons notre soutien a la résistance palestinienne, car le pouvoir sioniste en Israël, a usurpé notre nom collectif (juifs), pour en notre nom disent-ils, mener une politique de répression coloniale féroce et d’apartheid.

L’hommage à nos parents, martyrs ou survivants, est à l’unisson de l’hommage aux résistants du peuple palestinien dont les droits fondamentaux, humains et nationaux sont bafoués, jour après jour depuis 60 ans

Signatures :

Lililane Cordova Kaczerginski, fille de Schmerke Kaczerginski qui a participé à la création de la F.P.O., Fareinigte Partizaner Organizatie (Organization Unifiée des Partisans) dans le ghetto de Vilnius en 1941. Après le départ du ghetto par les égouts, Schmerke Kaczerginski a combattu dans les rangs de la Guérilla Lituanienne en Biélorussie sous commandement soviétique ; a participé à l’explosion des 50 trains de l’armée nazie ; décédée en Argentine.

Sonia Fayman, fille de Lucien David Fayman, membre de la Sixième, réseau de résistance des Eclaireurs israélites de France (cache d’enfants) et du réseau Buckmaster (parachutage d’armes et attentats contre l’occupant nazi), arrêté par la Gestapo à Toulouse, torturé, emprisonné à Fresnes puis à Compiègne. Déporté à Buchenwald, Dora, Hartzungen jusqu’à la libération. Lucien David Fayman a consacré sa retraite à décorer les Justes qui ont caché des enfants au péril de leur vie. Décédé en 2007.

Pierre Stambul, fils de Jacov Stambul (Bessarabien), membre de la MOI et du groupe Manouchian ("triangle" de Boczor). Arrêté en novembre 1943. Torturé par la police française (simulacre d’exécution). Déporté à Buchenwald, libéré en mai 1945.


envoyé par Paor, Juive pro-Palestinenne - Strasbourg


Photo enfant
 
http://chahids.over-blog.com

photo extension colonies:
http://tempsreel.nouvelobs.com/

Colonie juive de Givat Ze'ev (photo), en Cisjordanie. (Reuters)


Olmert à nouveau soupçonné de corruption
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20080502.OBS
2263/ehoud_olmert_est__soupconne_dans_une_nouvelle_affaire_d.html



Pétitition soutien Bruno Guigue :
http://soutienbrunoguigue.info



__________________________________________________________________________________________



Fillon aux USA :

Fillon s'est exprimé hier devant le CRIF américain l'AJC (Lagarde et Barnier étaient de la fête). Il a réïtéré son soutien aux Etats-Unis et à Israël :

"Plus que jamais, les désordres du monde réclament une alliance solide entre nos nations"
 
et la position française vis-à-vis de l'Iran :

"L'Iran ne doit pas disposer de l'arme nucléaire (...) Nous voulons éviter d'être confrontés un jour au choix entre la bombe iranienne et le bombardement de l'Iran",
a-t-il martelé, suscitant l'adhésion pleine et entière de l'assistance.
 
Tolérance ZERO en France sur l'antisémitisme (et sur l'antisionisme ?).

Que l'administration Bush ainsi que le régime sioniste se rassurent donc, la France les soutient !!!
Combien de Français sont-ils d'accord avec cette position ?


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19228015.html


et sur ce même site, j'ai trouvé cet article que j'avais déjà remarqué pour des études que je ferai sur ces questions importantes, déterminantes pour comprendre le monde d'aujourd'hui.

On peut d'ailleurs dire que ces questions sont au COEUR des problématiques d'aujourd'hui (Eva) :


Introduction


L'antisémitisme est un sujet complexe, un peu chausse trappe, mais comme les OGM à propos de l'industrialisation, c'est un levier utile pour comprendre les relations politiques et religieuses de notre monde. 

Parce que la démystification de ce sujet est essentiel pour qui veut comprendre les conflits qui se préparent, je fait l'effort de réécrire cet article aujourd'hui.

Nous verrons d'ailleurs les multiples rapports, parfois surprennants et innatendus, entre les trois monothéismes, l'antisémitisme, le paganisme, les nationalismes, Wall Street et les guerres.

De toute ces facettes, l'accent sera mis sur la dimension religieuse de l'antisémitisme. En effet cette dimension est souvent sous-estimée (pour l'holocauste en particulier) ou trompeuse, du fait de l'amalgame judaïsme - identité juive - sionisme, qui sont trois consepts pourtants très différents.

Il y a bien sur un aspect financier non négligeable, surtout à l'extrême droite où l'affirmation "les juifs contrôlent tout" permet d'expliquer de façon caricaturale la domination financière. Histoire parfois de passer sous silence les rapports de l'extrême droite avec le patronat ou le capital.

Il y a aussi un antisémitisme arabe, lié en partie au conflit du Proche Orient, en partie à certains points de théologie musulmane. Mais également une islamophobie rampante en Occident, qui rappelle l'antisémitisme nazi par de nombreux points.

Autre point important, l'antisémitisme et la liberté d'expression, on a parfois l'impression que l'antisémitisme empêche toute critique de l'état d'Israel, et de permettre de bailloner certaines voix contestataires en criant au loup quand il n'y a pas forcement lieu d'être. Pourtant nous verrons que les critiques les plus perspicaces de l'état d'Israel viennent de manière innatendue de l'interieur même d'Israel, des "hommes en noir" et des nouveaux historiens.

De façon plus subtile, I'antisémitisme contribue à l'idée que les religions sont à l'origine des guerres, et rejoint là l'islamophobie et la christianophobie, notamment dans le contexte du proche orient et du retour de la sémantique des croisades.

J'éspère que cet article permettra d'élucider nombre de questions sur ce sujet pointu. Il est constitué de quatres parties, seules les deux premières sont aboutits pour le moment.

Série "les enjeux de l'antisémitisme" : 
1. Partie I : Le nazisme et le capital - Wottan et Mammon
2. Partie II : Israël et le sionisme - le nationalisme contre la religion
3. Partie III : L'Islam, l'islamophobie et l'antisémitisme
4. Partie IV : le New Age et la fin de la laïcité


______________________________________________________________________________


Flashes d’espoir : le cœur d’un soldat israélien transplanté à un arabe
Jean-Marie Allafort

http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=5881


Yaniv Pozoarik, un jeune soldat de Tsahal de 19 ans et demi a été tué par une balle perdue, tirée par un camarade qui nettoyait son arme, a été inhumé ce jeudi au cimetière militaire de Holon. Hospitalisé dans un état grave à l’hôpital Rambam de Haïfa, le jeune militaire avait subi différentes opérations mais a malheureusement succombé à ses blessures.

Ses parents, en apprenant son décès, ont immédiatement fait savoir qu’ils faisaient don de ses organes. Le cœur de Yaniv Pozoarik a été transplanté à Salim Louayh, un jeune arabe israélien de 25 ans du village de Ibillin en Galilée. La transplantation a parfaitement été réussie. Yafim, le père du soldat mort a déclaré : « Si Yaniv était ici, il m’aurait dit ‘bravo’. Yaniv aimait aider les gens et je suis sûr que si on lui avait posé la question, il aurait voulu secourir. Je ressens que quelque chose de lui vit encore. »

d’organes de Yaniv ont pu être réalisé dans différents hôpitaux du pays sur trois autres malades.

Mis en ligne le 28 mars 08


Coopération Vatican-Israël pour les voyages en terre d'Israël  
http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=5874

Un point de vue israélien, même site, sur Béthléem
http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=6063



_______________________________________________________________________________________


La puce pour nos bambins, ça a commencé ! 

Les dirigeants des US ont la volonté de contrôler la population en puçant tous les individus. Cela a commencé  ! En effet, une loge maçonnique invite tous les Américains à faire pucer leurs enfants sous le prétexte fallacieux qu'il sera plus facile de les retrouver en cas d'enlèvement. Et bien, vous savez quoi ?

Près de 300 000 enfants ont cette puce dans le corps !

Vous verrez qu'au prochain drame qui se produira en France, on nous proposera, avant de nous l'imposer, cette abomination.

Allez voir le site (en Anglais) de cette loge maçonnique
:
michip.org


ATTENTION  A  TOUS  LES PROGRAMMES 
DE  VACCINATION MASSIVE

grippe aviaire, papillomavirus etc...

http://panier-de-crabes.over-blog.com


________________________________________________________________________________________


A lire dans le Jerusalem Post.

Obama n'y est pas apprécié !
http://www.marcfievet.com/article-19239191.html

Nicolas Dupont-Aignan : le dernier des opposants ?
http://www.marianne2.fr/Nicolas-Dupont-Aignan-le-dernier-des-opposants-_a86478.html?PlHPSESSID=fb8fad95df50913035805c17b8d62825

On veut assassiner Moqtada Al Sadr
http://www.marcfievet.com/article-19224160.html

La famine sera-t-elle à l'origine d'une révolte mondiale ?
http://www.marcfievet.com/article-19248116.html

Quels objectifs poursuit l'élite financière opérant au plan mondial ?
http://usa-menace.over-blog.com/article-19164083.html

Ce sont les pauvres qui sont le plus touchés
http://usa-menace.over-blog.com/article-19164921.html

Les EU ont déniché un successeur pour Ben Laden
http://usa-menace.over-blog.com/article-19246436.html  

Pékin cinstruit une base nucléaire secrète
http://usa-menace.over-blog.com/article-19248956.html

Vision commune EU-Europe des menaces à venir ?
http://usa-menace.over-blog.com/article-19248956.html

Problèmes EU-Indonésie
http://usa-menace.over-blog.com/article-19249227.html

Militarisation Chine et la CIA
http://usa-menace.over-blog.com/article-19249281.html

Pour les EU, le Ier Etat terroriste est l'Iran
http://usa-menace.over-blog.com/article-19249542.html

L'islam de france retrouve ses vieux démon
http://www.marcfievet.com/article-19196231.html

Petite histoire du FMI
http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/05/02/petite-histoire-du-fmi-4122819

Pour une nouvelle Laîcité
http://www.verites.org/article-19232080.html



Vous vous souvenez des infos que je vous avais données sur la Slovénie, voici quelques semaines, prouvant que l'Europe était vassale des USA ? Voici une nouvelle confirmation
http://www.verites.org/article-19226933.html

Partager cet article
Repost0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 15:20


http://www.michelledastier.org/index.php/2007/11/14/830-la-fin-est-proche





Sommes-nous gouvernés par des
psychopathes dangereux ?



Mes amis

J'étais en train de préparer mon prochain post, sur mai 68 - de l'inédit sur l'origine de l'extension du mouvement -,  lorsque j'ai reçu un courriel m'annonçant les nouvelles publications de Sceptix. J'ai regardé, et j'ai trouvé l'article suivant, dont je vous joins d'importants extraits.

A l'issue de cet article, il y avait des liens. Et celui qui m'a intéressé, justement, concerne l'article que je publie dans ce post  "Sommes-nous gouvernés par des psychopathes dangereux ?"

Pour moi, la réponse est évidemment oui. Et ce que j'ai écrit sur Gog et Magog, Ezéchiel comme source d'inspiration de la politique étrangère de Bush, le confirme amplement.

Lisez cet article, reproduisez-le, faites-le circuler PARTOUT. Il le faut !

S'il n'y a qu' un SEUL article à connaître pour comprendre, eh bien c'est assurément celui-ci. Il explique tout,

il explique la cause essentielle des malheurs des peuples.

Je me pose la question : Puisqu'il faut mettre hors d'état de nuire ces individus - en les soignant comme des malades plutôt qu'en les jugeant, finalement - seront-ils ausitôt remplacés par d'autres, de la même engeance ?

Autre question : Serons-nous condamnés à les subir éternellement ?

Voici donc des extraits qu'il faut lire absolumlent.

Votre Eva 


__________________________________________________________________________________________


La ponerologie, ou la science du mal  :


Pourquoi, quel que soit le niveau de bonne volonté qui se manifeste dans le monde, y a-t-il autant de guerres, de souffrances et d’injustices? Depuis des milliers d’années, pourquoi rien ne semble améliorer notre sort ?

Vue objectivement, l’histoire de l’humanité est une chose terrible et quasiment insupportable. Les furieux holocaustes des génocides modernes, les guerres, les famines, les terribles épidémies parcourant le globe dans leurs bottes de sept lieues; et plus terribles aujourd’hui que jamais auparavant produisent un intolérable sentiment d’impuissance.

Certain-es diront que tout cela, c’est du passé; que l’humanité est entrée dans une nouvelle phase; que les sciences et les technologies vont bientôt nous permettre de mettre fin à toutes ces souffrances. Beaucoup croient que les êtres humains sont en train d’évoluer; que la société évolue; et qu’à présent nous sommes à même de contrôler le mal arbitraire qui affecte notre environnement, ou du moins que nous le serons quand George Bush et sa bande en auront fini avec leur éternelle guerre contre le "terrorisme". Tout ce qui ne vient pas à l’appui de cette idée est réinterprété ou ignoré alors que jamais nous ne sommes trouvé en position aussi précaire, aussi proche de la destruction totale.

Laura Knight-Jadczyk et Henry See pensaient que la situation terrible à laquelle cette planète et ses habitant-es sont confrontés pouvait avoir un lien avec la question de la psychopathie. Les phénomènes abordés dans La ponérologie politique — en rapport avec les groupes et la façon dont ceux-ci sont corrompus par des déviants pathologiques qui s’y infiltrent sous l’aspect de la normalité (..)

Lobaczewski présente le sujet d’une manière radicalement différente des autres textes sur la psychopathie, en suggérant que l’influence des psychopathes et autres déviant-es n’est pas qu’une simple influence parmi tant d’autres affectant la société, mais que, si les circonstances sont favorables, elle détermine la manière dont nous vivons, ce que nous pensons, et la façon dont nous jugeons ce qui se passe autour de nous.

Quand on comprend la véritable nature de cette influence : qu’elle est sans conscience, sans émotion, égoïste, froide et calculatrice, dénuée de tous standards moraux ou éthiques, on est horrifié, mais en même temps, tout commence à s’éclairer soudainement. Notre société perd de plus en plus son âme parce que les personnes qui la dirigent et qui donnent l’exemple sont sans âme — ils n’ont littéralement aucune conscience. Quand vous en venez à comprendre que les rênes du pouvoir politique et économique sont entre les mains de personnes sans conscience qui ne possèdent pas de faculté d’empathie, cela permet de regarder ce que nous appelons le "Mal" d’une façon totalement nouvelle. Le "Mal" n’est plus seulement une question morale; il peut alors être analysé et compris scientifiquement.

Le mot ponérologie désigne la science du "Mal", de la compréhension scientifique de ses origines, et de la façon dont, telle une maladie, il peut "infecter" les individus et les sociétés. Lorsque les législateurs et les grands patrons du monde des affaires sont des psychopathes, leur façon de penser et de raisonner — leur "moralité" — devient la culture et la "moralité" communes des populations qu’ils gouvernent. Quand cela se produit, le mental de la population est "infecté" de la même façon qu’un agent pathogène infecte un corps physique. La seule manière de nous protéger contre cette pensée pathologique est de nous "vacciner" contre elle, et cela se fait en apprenant le plus possible sur la nature de la psychopathie et sur son influence sur nous. Fondamentalement, cette "maladie" particulière prospère dans un environnement où son existence même est niée, et où ce déni est planifié et délibéré.

La ponérologie politique a été façonnée dans le creuset même du sujet étudié. (..)

Cet ouvrage devrait être lu par tout-e citoyen-ne qui se revendique d’une base morale ou humaniste. Car il est certain que la moralité et l’humanisme ne peuvent longtemps supporter les déprédations du "Mal". La connaissance de sa nature, de la façon dont il crée ses réseaux et s’étend, de la perfidie de son approche pernicieuse, en est l’unique antidote.

Ce livre va vous donner des réponses à de nombreuses questions sur le "Mal" dans notre monde (..) L’accumulation à long terme du "Mal" de tous les jours conduit inévitablement au "grand Mal systémique" qui détruit plus d’innocent-es que n’importe quel autre phénomène sur cette planète.

Ce livre est aussi un manuel de survie. C’est l’ouvrage le plus important que vous lirez jamais, à moins que vous ne soyez vous-même un psychopathe. Comprendre la nature des phénomènes pathologiques macrosociaux permet de les voir dans une saine perspective qui protège le mental de l’empoisonnement par leur contenu délétère et l’influence de leur propagation. Nous ne pourrons vaincre cet énorme cancer social qui se propage que si nous comprenons ce qu’il est et quelles sont ses causes. Voilà qui éluderait le mystère de ce phénomène, mystère qui est son premier atout de survie.

La compréhension de la nature de ces phénomènes conduirait à la conclusion logique que les mesures prises actuellement pour remettre de l’ordre dans le monde devraient être entièrement différentes de celles utilisées jusqu’à présent pour résoudre des conflits internationaux. Elles devraient fonctionner comme des antibiotiques modernes, ou mieux encore, comme une bonne psychothérapie, et non plus comme des armes obsolètes comme des tanks ou des missiles nucléaires.

En ce qui concerne les phénomènes de nature ponérogénique, une connaissance adéquate pourrait déjà commencer à guérir les individus et à restaurer leur harmonie mentale. Ce livre explique aussi comment mettre à profit ce savoir afin d’arriver à des décisions politiques correctes, et comment l’appliquer au monde comme une thérapie générale.

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19224476.html


La ponérologie politique
:
 Préfaces, introduction et bibliographie/Table of Contents, Index, Bibliography, Text
>
Sommes-nous gouvernés par des psychopathes dangereux?, Silvia Cattori, 04.11.2007

> Forums : Ponérologie politique : le mal macro-social 



_________________________________________________________________________________________

Comment la Dgse, avec ou sans l'aval du nabot, a sacrifié Betancourt pour monter une provocation contre le président Hugo Chavez.

Silvia Cattori :
Sommes-nous gouvernés par des dirigeants psychopathes ?
Le Mal à des fins politiques.


4.11. 07

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Silvia_Cattori.041107.htm


Après avoir lu le livre « Ponérologie Politique », Silvia Cattori a voulu s’entretenir avec son auteur, Andrzej LOBACZEWSKI. Celui-ci étant très âgé et malade, n’était plus à même de répondre à ses questions. Finalement, ce sont Laura KNIGHT-JADCZYK et Henry SEE (éditeurs du livre Ponérologie Politique) qui ont répondu à sa place.

Cet ouvrage qui fait la description du « mal » appliqué à des fins politiques nous paraît intéressant car il nous donne les clés nécessaires à la compréhension de phénomènes qui souvent nous dépassent. Il décrit le « mal », sa véritable nature, de façon très parlante, la manière dont il se répand et détruit nos société.

 Ce que M. Lobaczewski affirme sur les comportements pervers/pathologiques — les conflits en entreprise tout comme dans la sphère politique où l’on dénombre de plus en plus de conflits et de plus en plus de pervers caractériels — m’a immédiatement permis de mieux comprendre, par exemple, le fonctionnement de ces individus qui créent des conflits et qui, où qu’ils aillent, polluent l’atmosphère »

 Le terme « ponérologie » est un concept théologique qui signifie « étude du mal ». Andrzej LOBACZEWSKI le savait, et il a décidé de récupérer et de réhabiliter ce mot pour en faire un usage scientifique, puisqu’il se trouve que notre science ne possède absolument aucun mot pour définir l’étude du « mal » en tant que tel

Nous étions préoccupés par cette question : pourquoi, quel que soit le niveau de bonne volonté qui se manifeste dans le monde, y a-t-il autant de guerres, de souffrances et d’injustices ? Peu importe les plans, idéologies, religions ou philosophies conçus par les grands esprits, rien ne semble améliorer notre sort. Et c’est comme cela depuis des milliers d’années

 L’ouvrage "Ponérologie Politique" présente le sujet d’une manière radicalement différente des autres textes sur la psychopathie, en suggérant que l’influence des psychopathes et autres déviants n’est pas qu’une simple influence parmi tant d’autres affectant la société, mais que, si les circonstances sont favorables, elle détermine la manière dont nous vivons, ce que nous pensons, et la façon dont nous jugeons ce qui se passe autour de nous.

Quand on comprend la véritable nature de cette influence : qu’elle est sans conscience, sans émotion, égoïste, froide et calculatrice, dénuée de tous standards moraux ou éthiques, on est horrifié, mais en même temps, tout commence à s’éclairer soudainement.

 Notre société perd de plus en plus son âme parce que les personnes qui la dirigent et qui donnent l’exemple sont sans âme — ils n’ont littéralement aucune conscience.

Quand vous en venez à comprendre que les rênes du pouvoir politique et économique sont entre les mains de personnes sans conscience qui ne possèdent pas de faculté d’empathie, cela permet de regarder ce que nous appelons le « mal » d’une façon totalement nouvelle. Le mal n’est plus seulement une question morale ; il peut alors être analysé et compris scientifiquement.

Lorsque les législateurs et les grands patrons du monde des affaires sont des psychopathes, leur façon de penser et de raisonner — leur « moralité » — devient la culture et la « moralité » communes des populations qu’ils gouvernent.

 Quand cela se produit, le mental de la population est « infecté » de la même façon qu’un agent pathogène infecte un corps physique. La seule manière de nous protéger contre cette pensée pathologique est de nous « vacciner » contre elle, et cela est se fait en apprenant le plus possible de connaissances sur la nature de la psychopathie et sur son influence sur nous.Fondamentalement, cette « maladie » particulière prospère dans un environnement où son existence même est niée, et où ce déni est planifié et délibéré.

Silvia CATTORI : M. LOBACZEWSKI a étudié le fonctionnement de ces personnes non pas d’un point de vue politique, mais psychologique. Ce faisant il est arrivé à déterminer la manière dont des idéologues et des agents disposant de pouvoirs répressifs, malgré leur inhumanité, en arrivent à obtenir l’adhésion de larges populations. Tout le monde n’a-t-il pas un fond pervers / pathologique, des périodes de vie marquées par une existence perverse / pathologique ?

Henry : Tout d’abord, il faut souligner que les «  fous » n’ont pas besoin de l’adhésion de larges populations, mais seulement d’une minorité puissante qui puisse à la fois « orienter » la population et la contrôler.

Regardez les sondages aux États-Unis. Cela fait des années que la popularité de Bush se maintient autour de 30% — et il s’agit de la population dans son ensemble. Mais parce que Bush est soutenu par une minorité très puissante — les gens qui détiennent les médias, l’industrie de l’armement et ses soutiens au sein de l’armée, les compagnies pétrolières, etc. — le mécontentement populaire ne compte pas. Et du moment que la politique de Bush n’affecte pas négativement l’Américain moyen de façon trop flagrante, celui-ci ne se sent pas suffisamment menacé pour vouloir y changer quelque chose.

Laura : Aux États-Unis — et ailleurs dans le monde — même le peuple le plus oppressé et le plus injustement traité est facilement contrôlé par la peur et la crainte de perdre le confort matériel auquel il a accès : divertissements, sports, jeux, etc. Même l’échec du système éducatif, médical et des garanties sociales, ne pousse pas les gens à réellement remettre la situation en question. Nous avons affaire — pour reprendre les termes d’Aldous HUXLEY — à une dictature scientifique : du pain et des jeux.

En bref, la plupart des Américains sont conscients de leur oppression, et l’expriment dans les sondages, mais ceux qui sont au pouvoir ont réussi à les droguer avec une pléthore de distractions — la peur et le plaisir — suffisantes pour les garder sous contrôle.

Henry : Il y a la carotte et le bâton. Tant que les gens peuvent continuer à vivre dans l’illusion, ils le font. Quand l’illusion commence à se fissurer, alors le pouvoir actionne le bâton.

Laura : Les gens ont peur de faire des vagues par crainte de perdre ce qu’ils ont, de perdre leur tranquillité, de devoir faire des efforts pour résister. Après tout, cela leur prend tout leur temps de maintenir l’illusion, ils doivent trimer quotidiennement pour éviter qu’on leur reprenne leur 4x4, et ils veulent avoir du temps pour le match de football du samedi.

Henry : Ils s’imaginent aussi que de toute façon, Bush n’a plus que quelques années devant lui. Le système s’auto-régulera. Le livre de LOBACZEWSKI nous montre pourquoi cette façon de penser est extrêmement naïve. Le système qui est en place est un système pathologique qui est en désaccord profond avec la manière d’être ou la nature de la plupart des gens. Les gens de conscience sont dirigés par des gens sans conscience. Ce fait constitue l’injustice primordiale, et il est la base des autres maux de la société.

Laura : Ce système est resté secret pendant de nombreuses années parce qu’il y avait encore des gens de conscience qui se trouvaient à des postes élevés, mais avec le temps, ils ont tous été remplacés ou mis à l’écart d’une manière ou d’une autre, et maintenant la pathologie du système est à découvert, mais personne ne s’en soucie. Si vous regardez l’Histoire de ces cinquante dernières années, vous découvrirez que pratiquement tous les personnages publics qui sont mort tragiquement avaient une conscience, se souciaient du peuple, et avaient suffisamment d’influence pour causer des problèmes aux individus de type pathologique

Henry : La seconde partie de votre question est très importante, parce que c’est cette idée que nous sommes tous plus ou moins pervers ou pathologiques, que nous avons tous une part d’ombre — selon les termes de JUNG — qui sert de support majeur au système pathocratique et permet aux psychopathes de se cacher parmi la population générale. On nous a convaincus que nous n’étions tous que des animaux et que tout le monde était capable de devenir un HITLER, un BUSH ou un MENGELE, si les circonstances s’y prêtaient... Nous sentons que nous avons cette part d’ombre en nous, une part de nous-mêmes dont nous ne sommes pas fiers. Parce que nous ressentons ce sentiment de honte et de remords concernant cet aspect de nous-même, nous projetons sur les autres cette capacité. Faire une telle projection revient à commettre l’erreur fatale.

Cela soulève deux questions. Premièrement, il existe une différence énorme entre quelqu’un qui, par exemple, dans le feu d’une dispute avec son partenaire, perd son self-control et abuse physiquement ou psychologiquement de cette personne, et quelqu’un qui accomplit la même chose froidement, avec calcul et préméditation. Il s’agit dans les deux cas de mauvaises actions. Je n’essaie pas de minimiser les abus commis dans un moment d’émotion. Mais cette même personne, celle qui perd le contrôle momentanément, serait incapable de calculer et de planifier froidement cet acte. En son for intérieur, quelque chose reculerait face à cette idée. Chez le psychopathe, cette voix de la conscience n’existe pas. Les psychopathes sont capables de comploter le génocide d’un peuple, comme celui des Palestiniens ; les personnes de conscience n’en sont pas capables. Une personne peut être tuée dans le feu d’une dispute. Plusieurs milliers peuvent mourir en raison d’un froid calcul.

Henry : Deuxièment, dans une société dominée par « les valeurs pathologiques », si on peut utiliser cette expression, l’existence d’un petit groupe de gens sans conscience promouvant une culture de la cupidité et de l’égoïsme crée un environnement au sein duquel ce qui est pathologique devient la norme.

Dans une société (comme les États-Unis aujourd’hui), où le président peut mentir en toute impunité sur des questions de vie ou de mort, un environnement pathologique est créé, au sein duquel le mensonge devient acceptable. La violence est acceptable. La cupidité est acceptable. Cela fait partie intégrante de l’idéologie du Rêve américain : tout le monde peut réussir, peu importe ceux à qui vous devrez faire du mal pour y arriver. Et c’est par les actes qu’ils doivent commettre pour réellement réussir que les germes de la pathologie sont semés. Dans cet environnement, les gens de conscience qui sont faibles et influençables endossent les caractéristiques du type pathologique afin de survivre et de réussir. Ils voient que leurs dirigeants mentent et trichent, et ils en déduisent que s’ils veulent avancer, alors ils peuvent eux aussi mentir et tricher.

Laura : J’appelle cela la « Culture officielle ». Linda Mealeyn du Département de psychologie du College of St. Benedict à St Joseph dans le Minnesota, suggère qu’une société fondée sur la compétition — le capitalisme, par exemple — est une société où la psychopathie est adaptative et à des chances de s’accroître.

La psychopathie est une stratégie de vie adaptative qui réussit extrêmement bien dans la société américaine, et qui a donc augmenté au sein de la population. En outre, conséquence d’une société adaptative à la psychopathie, de nombreux individus qui NE sont PAS des psychopathes génétiques se sont adaptés de façon similaire, devenant des psychopathes « dans les faits », ou « sociopathes secondaires ». Autrement dit, dans un monde de psychopathes, ceux qui ne sont pas des psychopathes génétiques sont induits à se comporter comme des psychopathes, simplement pour survivre. Quand les règles sont établies de manière à rendre une société « adaptative » à la psychopathie, elle fait de chacun un psychopathe potentiel.

Si nous étions capables de supprimer l’influence pathologique, nous découvririons peut-être que nos conceptions de la « nature humaine » sont erronées et mal évaluées, parce que nous acceptons en tant qu’« humains » ceux qui sont génétiquement sans conscience. Supprimez-les, eux et leurs actions, de l’ensemble des données, supprimez leur influence de la société dans son ensemble, et les qualités supérieures de la nature humaine douée de conscience pourraient trouver des moyens d’expression que nous n’aurions jamais imaginés possibles.

Silvia CATTORI : Comment peut-on discerner les psychopathes des gens sains ? Pouvez-vous nous faire le portrait du véritable psychopathe ? Pouvez-vous nous donner des exemples permettant de faire le lien avec quelque chose de plus général ? Quelles sont les facultés qui leur font défaut ?

Laura : Le portrait le plus simple, le plus clair et le plus vrai du psychopathe est donné dans les titres de trois riches ouvrages sur le sujet dont l’un s’intitule Without Conscience [3].

Un psychopathe, c’est exactement cela : une personnne sans conscience. La chose la plus importante à retenir est qu’il se dissimule sous un masque de normalité qui est souvent si convaincant que même les experts sont trompés et, en conséquence, ces psychopathes deviennent « les Serpents en costume cravate » qui contrôlent notre monde. C’est la réponse en bref.

Henry : La culture populaire voit les psychopathes comme des personnages tels Hannibal LECTER, héros du « Silence des agneaux », c’est à dire des tueurs en série. Cependant, bien qu’un certain nombre de psychopathes soient des criminels et aient eu affaire à la justice et que certains soient en fait des tueurs en série, un grand nombre d’entre eux n’ont jamais d’ennui avec la justice. Ce sont les plus intelligents, et aussi les plus dangereux parce qu’ils ont trouvé des moyens d’utiliser le système à leur avantage.

Un grand nombre de traits caractérisent les psychopathes : l’un des plus évidents est l’absence totale de conscience. Tout sens de remords ou d’empathie envers les autres est absent chez eux. Ils peuvent être extrêmement charmants et sont experts pour charmer et hypnotiser leur proie par la parole. Ils sont également irresponsables. Rien n’est jamais leur faute ; quelqu’un d’autre ou le monde en général est toujours à blâmer pour tous leurs « problèmes » ou leurs erreurs

Martha STOUT, dans son livre The Sociopath next door [Le sociopatthe d’à côté — NdT], identifie ce qu’elle appelle le stratagème de la pitié. Les psychopathes utilisent la pitié pour manipuler les autres. Ils vous convainquent de leur donner encore une chance, et de ne parler à personne de ce qu’ils ont fait. Ainsi, un autre trait — l’un des plus importants — est leur capacité à contrôler le flux d’information.

Toute notre vie émotionnelle est un mystère pour eux, et en même temps, elle leur fournit un outil formidable pour nous manipuler

Il semble aussi qu’ils n’aient pas de réelle conception du passé ou du futur, vivant entièrement pour leurs besoins et désirs immédiats. En raison de la stérilité de leur vie intérieure, ils recherchent souvent de nouveaux frissons, depuis le sentiment de puissance ressenti en manipulant les autres jusqu’à l’engagement dans des activités illégales pour la simple poussée d’adrénaline qu’elles procurent

Un autre trait du psychopathe est ce que LOBACZEWSKI définit comme leur « connaissance psychologique spéciale » des gens normaux. Ils nous ont étudiés. Ils nous connaissent mieux que nous-ne nous connaissons nous-mêmes. Ils sont experts dans l’art de toucher nos points sensibles, d’utiliser nos émotions contre nous. Mais en plus, ils semblent même avoir une sorte de pouvoir hypnotique sur nous. Quand nous commençons à être pris dans la toile d’un psychopathe, nos facultés de réflexion se détériorent, se troublent. On dirait qu’ils nous jettent un sort.

Ce n’est que plus tard, une fois que nous ne sommes plus en leur présence, fascinés par eux, que la clarté de pensée réapparaît, et nous restons là à nous demander comment nous avons pu être incapables de réagir ou de nous opposer à leurs actes. De nombreux livres écrits en anglais sur la psychopathie mentionnent les psychopathes en tant que groupe qui partage un ensemble de traits communs. L’échelle la plus largement utilisée pour mesurer la psychopathie a été développée par le Dr HARE. Il s’agit du PCL-R [4].

 Il fait remarquer que tout régime constitué principalement de déviants pathologiques ne peut permettre à la psychologie de se développer et de s’épanouir librement, parce que le régime lui-même serait alors diagnostiqué comme pathologique, ce qui révélerait «  l’homme derrière le rideau ».

En se fondant sur des observations de première main du phénomène en question, LOBACZEWSKI déclare que la répression du savoir est entreprise de façon typiquement psychopathique : à couvert et derrière un « masque de santé mentale ».  Ce sont eux qui surveillent les articles scientifiques pour leur « propre idéologie » et qui font tout pour s’assurer qu’un bon spécialiste se verra refuser la documentation scientifique dont il aura besoin.

Robert HARE souligne à quel point il est crucial de comprendre que la psychopathie n’est pas synonyme de criminalité ou de violence ; tous les psychopathes ne s’engagent pas dans des comportements violents ou criminels. En même temps, les personnes violentes ou criminelles ne sont pas toutes des psychopathes.

 Selon Robert HARE, CLECKLEY, LOBACZWESKI et beaucoup d’autres experts en psychopathie, un diagnostic de psychopathie ne peut se baser sur des symptômes comportementaux visibles à l’exclusion des symptômes interpersonnels et affectifs, parce qu’une telle procédure transforme en psychopathes de nombreuses personnes qui sont simplement blessées par la vie ou la société, et permet aux vrais psychopathes qui arborent un « masque de santé mentale » bien construit d’échapper au dépistage. D’après une documentation de plus en plus conséquente, beaucoup (ou la plupart) des psychopathes grandissent dans des familles aisées et stables, et deviennent des criminels en col blanc qui, à cause de leur argent et de leur position, ne subissent jamais la révélation publique de leurs comportements destructeurs privés, et échappent constamment au système judiciaire.

(diagnostic, dépistage)

 D’autres études récentes donnent des résultats et des conclusions similaires : à savoir que les psychopathes ont de grandes difficultés à traiter les éléments affectifs (émotionnels) à la fois verbaux et non-verbaux, qu’ils ont tendance à confondre la signification émotionnelle des événements, et le plus important, que ces déficits apparaissent dans les scanners du cerveau. (..). Aucun autre modèle de psychopathie ne peut expliquer toutes ces anomalies cognitives et affectives, qui peuvent être détectées par des scanners du cerveau.

 Comme LOBACZEWSKI le fait remarquer, si un psychopathe se considère lui-même comme normal, ce qui bien sûr est considérablement plus facile s’il est en position d’autorité, alors il considérera une personne normale comme différente, et donc anormale.

 Les actions et réactions d’une personne normale, ses idées et critères moraux, étonnent le psychopathe, qui les voit comme anormaux. Quelqu’un de normal étonnera le psychopathe par sa naïveté, il considérera cette personne comme partisane de théories incompréhensibles sur l’amour, l’honneur et la conscience ; il ne sera pas loin de la traiter de « cinglé ». Cela explique pourquoi les gouvernements pathologiques ont toujours considéré les dissidents comme étant « mentalement anormaux ».

 Le système judiciaire n’est pas fait pour gérer ce problème, car, évidemment, ce système est souvent la création d’individus pathologiques — ou du moins, ce sont eux qui l’administrent. Une législation bien pensée exigerait d’examiner scientifiquement les individus qui prétendent de façon trop insistante ou spécieuse que quelqu’un d’autre est psychologiquement anormal.

 D’autre part, tout système social (ou tout dirigeant) pathologique au sein duquel la psychiatrie est utilisée pour des raisons politiques présente des problèmes supplémentaires. Toute personne se rebellant contre un système gouvernemental qui le choque par son étrangeté et son immoralité, peut facilement être désigné par les représentants dudit gouvernement comme un individu « mentalement anormal », quelqu’un qui a un « trouble de la personnalité » et qui devrait subir un traitement psychiatrique ; et les représentants de ce gouvernement ont de nombreux moyens à leur disposition pour prendre le contrôle de la procédure d’examen. Ils peuvent faire appel à un psychiatre scientifiquement et moralement dégénéré pour accomplir cette tâche.

 Silvia CATTORI : Pouvez-vous citer certains types identifiés par M. LOBACZEWSKI ?

Henry : Comme la plupart des chercheurs, il opère une distinction initiale entre les déviances héréditaires et les déviances acquises, c’est-à-dire entre ceux qui sont nés pathologiques et ceux qui deviennent pathologiques à cause de blessures des tissus cérébraux ou de traumatismes dans leur enfance. Une blessure du tissu cérébral peut laisser des cicatrices qui changent ensuite la capacité de l’individu à percevoir et à ressentir.

(suivent des exemples comme Staline ou Napoléon)

La psychopathie schizoïde est une déviance qui engendre des personnes hypersensibles et méfiantes qui ne tiennent aucun compte des sentiments des autres. Elles sont attirées par les idées grandiloquentes, mais leur nature psychologique appauvrie limite gravement leurs perceptions et transforment leurs soi-disant « bonnes intentions » en influences favorisant le mal. Leur idée de la nature humaine finit par pervertir leurs tentatives.

Comme le dit LOBACZEWSKI, l’expression typique de leur attitude envers l’humanité se retrouve dans ce qu’il appelle la « déclaration schizoïdique » : « La nature humaine est si mauvaise que dans la société humaine, l’ordre ne peut être maintenu que par un pouvoir fort créé par des individus hautement qualifiés au nom d’une idée supérieure ». Combien de mouvements contemporains, du fascisme au communisme en passant par le néo-conservatisme, sont fondés sur cette idée ! On pourrait facilement imaginer que cette déclaration vient de Leo STRAUSS, par exemple.

LOBACZEWSKI fait cette remarque effrayante : « Ils apprennent à se reconnaître dans une foule dès l’enfance, et ils développent la conscience de l’existence d’autres individus similaires à eux. Ils prennent également conscience de leur différence par rapport au monde des personnes qui les entourent. Ils nous voient avec un certain recul, comme une variété para spécifique ».

Pensez aux implications de cette déclaration : Ils sont, dans une certaine mesure, conscients d’appartenir à un groupe, et ce, même depuis l’enfance ! Reconnaissant leur différence fondamentale par rapport au reste de l’humanité, leur allégeance serait envers ceux de leur espèce, c’est-à-dire les autres psychopathes.

LOBACZEWSKI fait remarquer que, dans toute société, les individus psychopathiques créent souvent un réseau actif de collusions communes, séparé dans une certaine mesure de la communauté des gens "normaux". Ils sont conscients d’être différents. Leur monde est éternellement divisé selon le mode « eux et nous » ; leur monde avec ses propres lois et coutumes, et l’autre « monde étranger » des gens "normaux" qu’ils considèrent comme rempli d’idées et de coutumes présomptueuses sur la vérité, l’honneur et la décence, à la lumière desquels ils se savent moralement condamnés.

Leur propre sens déformé de l’honneur les pousse à tromper et à injurier les non-psychopathes et leurs valeurs. En contradiction avec les idéaux des gens normaux, les psychopathes ressentent comme un comportement normal le fait de rompre les promesses et les accords.

 Non seulement ils convoitent les biens et le pouvoir et les revendiquent comme un droit, simplement parce qu’ils (les psychopathes) existent et qu’ils peuvent se les approprier, mais ils prennent aussi un plaisir particulier à spolier autrui et usurper leurs biens ; ce qu’ils peuvent plagier, escroquer et extorquer sont des fruits bien plus savoureux que ceux qu’ils peuvent récolter par un travail honnête. Ils réalisent aussi très tôt à quel point leurs personnalités peuvent avoir des conséquences traumatisantes sur les personnalités des non-psychopathes, et apprennent comment tirer avantage de cette source de terreur afin d’atteindre leurs objectifs.

 À présent imaginez à quel point les êtres humains qui sont totalement ignorants du sujet pourraient être abusés et manipulés par ces individus s’ils étaient au pouvoir dans différents pays, feignant d’être loyaux envers les populations locales tout en insistant sur les différences physiques évidentes et facilement discernables entre groupes (telles que la race, la couleur de peau, la religion, etc.). Les humains psychologiquement normaux seraient dressés les uns contre les autres sur la base de différences insignifiantes tandis que les déviants au pouvoir, dont la différence fondamentale par rapport au reste d’entre nous est l’absence de conscience, l’incapacité à éprouver des sentiments pour un autre être humain, récolteraient les bénéfices et tireraient les ficelles.

Je pense que cela décrit de façon assez juste la situation à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui.

Silvia CATTORI : Pouvez-vous donner des exemples à même de nous aider à comprendre le problème de manière plus générale ?

 Henry : A. LOBACZEWSKI nous offre une analyse de la manière dont les différents types de psychopathes travaillent de concert pour former un système au sein duquel les personnes cliniquement pathologiques détiennent les clés du pouvoir et dirigent les gens psychologiquement normaux.

 Au début du livre, LOBACZEWSKI décrit ses expériences à l’université, où il rencontra le phénomène pour la première fois. Il se rendit à la bibliothèque pour emprunter quelques livres traitant de la psychopathie et découvrit avec étonnement qu’on les avait tous retirés ! Ce fait démontre qu’ils sont conscients de leur différence, au moins certains d’entre eux.

Comment un tel comportement peut-il être compatible avec un système de croyance qui nous dit que nous avons tous une étincelle divine en nous, ou que tout le monde a une conscience ? Pouvez-vous imaginer faire de telles choses à vos propres enfants ?

Notre système de morale ne nous donne aucun moyen de traiter cette maladie. Elle doit être comprise pour ce qu’elle est. Ces personnes ne peuvent être «  soignées »

Imaginez ce même individu au pouvoir, et vous serez en mesure d’expliquer des scandales comme celui d’Enron. HARE rapporte des cas de psychopathes qui s’en prennent aux personnes âgées. Imaginons qu’une personne âgée ait été escroquée des économies de toute une vie — manifestement par un psychopathe. Un autre psychopathe contactera la victime, se faisant passer pour un avocat qui, moyennant finance, pourra récupérer son l’argent. La victime empruntera alors de l’argent à un ami ou un proche et le perdra au profit de l’avocat marron.

 Laura : Un des facteurs principaux à prendre en compte dans la façon dont une société peut être accaparée par un groupe de déviants pathologiques est que la seule limitation est celle de la participation d’individus prédisposés au sein de cette société. Pour les déviants les plus actifs, LOBACZEWSKI donne le chiffre approximatif de 6% en moyenne sur une population donnée. Bien sûr, ce chiffre varie selon les pays, en fonction de nombreuses variables. La société occidentale offre un large choix d’individus prédisposés.

 Une fois établi, le système psychopathique élitiste ronge tout l’organisme social, gâchant les compétences et pouvoirs de celui-ci. Une fois qu’une pathocratie a été établie, elle suit un certain chemin et possède certains pouvoirs «  attractifs ». Dans une pathocratie, le système socio-économique émane de la structure sociale créée par le système du pouvoir politique, qui est un produit de la vision du monde élitiste propre aux déviants pathologiques. Ainsi, on peut dire que la pathocratie ressemble à un processus de maladie macrosociale créé par des agents pathogènes humains, et elle peut en venir à affecter une nation entière à un degré équivalent à un cancer qui diffuse ses métastases. La maladie macrosociale de la pathocratie suit exactement le même modèle que le cancer qui évolue dans un organisme en suivant un processus pathodynamique caractéristique.

Il est impossible de comprendre un tel phénomène pathologique en utilisant les méthodes des gens « normaux » qui ne prennent pas en compte les processus de pensée déviants des agents pathogènes humains. On pourrait certainement dire que le monde entier est gouverné par une « pathocratie cachée » (ou cryptopathocratie) depuis très longtemps. De nombreux chercheurs suggèrent qu’il y a toujours eu un « gouvernement secret » opérationnel même si le gouvernement « officiel » n’est techniquement pas une pathocratie. On peut suggérer que les psychopathes sont techniquement TOUJOURS en coulisse, même au cours des cycles historiques qui ne sont PAS des pathocraties (c’est à dire les « bonnes périodes » que LOBACZEWSKI décrit comme la fondation d’un cycle hystéroïde qui ouvre la porte à une pathocratie à découvert).

Si nous utilisons le terme pathocratie à la place de « loi du gouvernement secret », alors toute l’Histoire devient une « pathocratie » et le mot perd son sens, il est donc important de noter que le terme « pathocratie » est le phénomène spécifique représentant une conséquence de l’hédonisme des bonnes périodes, et qu’elle est caractérisée par (100) cent% de psychopathes essentiels exerçant ouvertement des fonctions de commandement, comme c’est arrivé en Allemagne nazie, en Russie communiste et en Europe de l’Est. Et, dois-je ajouter, comme cela se produit actuellement.

On ne peut réellement qualifier les questions auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui, qui ont trait aux « politiques », en utilisant les termes usuels des idéologies politiques, car, comme nous l’avons souligné plus haut, les déviants pathologiques opèrent sous un masque, en utilisant la tromperie et autres tactiques de manipulation psychologiques qu’ils pratiquent avec une grande ingéniosité.

Si nous pensons ou croyons qu’un groupe politique portant tel ou tel nom est hétérogène eu égard à sa vraie nature, nous ne serons pas capables d’identifier les causes et propriétés de la maladie. N’importe quelle idéologie sera utilisée pour dissimuler les caractéristiques pathologiques aux experts comme aux gens ordinaires.

Ainsi, tenter de se référer à ceci ou cela comme étant de « gauche » ou de « droite » ou « socialiste », « démocratique », « communiste », « démocrate » ou « républicain », etc., ne nous aidera jamais à comprendre l’autoreproduction pathologique et ses influences externes expansionnistes. Comme le dit LOBACZEWSKI, « Ignota nulla curatio morbi [8] » ! Aucun mouvement ne réussira jamais s’il ne tient pas compte de la psychopathie et de la ponérologie !

 Ceci est la PREMIERE PARTIE d’un texte qui en comporte TROIS  :

Deuxième partie

Troisième partie

Traduit de l’Anglais par Henri R. pour Futur Quantique

Partager cet article
Repost0
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 08:59

 

 

 

 

 

 




Bonjour mes amis,

J'ai reçu aujourd'hui un commentaire qui m'a renvoyée au texte de
Robocup que j'avais publié sur le sionisme, en octobre dernier
http://r-sistons.over-blog.com/article-13053842-6.html 

En  voulant retrouver les textes de Robocup, je tombe sur ces deux articles que je n'ai pas entièrement lus. Mais j'ai vu, en diagonale, de quoi il s'agissait. Et qui a écrit : Un des meilleurs journalistes d'aujourd'hui,

Michel Chossudovsky,

 
rédacteur à
http://mondialisation.ca,

site auquel je rends hommage. Il y a des sites résistants, comme celui-ci, ou Voltaire.net, ou l'Aviseur international, ou michelcollon.info, georgestanechy, lagrandeconspiration.org, oulala.net, aspeta, solidariteetprogres, etc etc... je ne peux les citer tous.

A la fin du 2e texte, on annonce, justement, les guerres du Moyen-Orient, et bien au-delà : contre la Russie et contre la Chine.

Combat titanesque pour la suprématie - pour la domination du monde et de ses ressources.

Plus que jamais, le texte de Silvia Cattori que je viens de publier, est d'actualité : De dangereux psychopathes dirigent le monde.. pour sa perte.

Il est temps de nous réveiller, nous les peuples, et, tous unis (nous avons pour nous le nombre) d'organiser un grand mai 2008 mondial.

Il y a urgence ! Notre combat est existentiel ... pour la survie de l'espèce humaine. Et pour la civilisation.

Votre Eva



http://robocup555.blogs.nouvelobs.com/archive/2007/10/index.html



________________________________________________________________________________________


J'écoute Ripostes sur la V - émission sur l' Economie

Honte aux médias !

Info ? Non. Débat ? Non. Plaidoyer pour le libéralisme, les réformes sarkozystes, le "modernisme" !

L'animateur dit que ça va être chaud ! Tu parles ! C'est le plus modéré des syndicalistes qui est choisi pour défendre les travailleurs ( Chérèque, CFDT) ! Quant aux autres, de Lagarde la néocon aux commentateurs, ce sont des libéraux bon teint !

Médias collabos, ras-le-bol !!! Avec leurs dirigeants aux commandes des Industries de la Mort, de l'armement, on va justifier, puis pousser à la guerre mondiale nucléaire !

Eva, très en colère !

(Marre d'entendre, via les médias serviles,  parler de productivisme, de profit, de compétition, de guerre de civilisation, de guerre nécessaire !)


Dernier article en date sur les médias aux ordres :


Robert Murdoch, suppôt des néoconservateurs, et son empire médiatique
http://www.marcfievet.com/article-19271018.html



_________________________________________________________________________________________




Reçu à l'instant ce commentaire :

Bonjour,Eva. Je n'ai pas pu m'exprimer depuis quelques temps, mais je retrouve ton blog avec toujours autant de bonheur et l'impression de ne plus passer à côté de réalités importantes. Je ne sais pas si je t'ai dit que j'étais présidente d'un section de la Ligue des Droits de l'Homme. Si arthénice a des problèmes de censure, ou d'autres de tes correspondants, je me propose comme intermédiaire pour en informer la LDH.J'espère que ce ne sera pas nécessaire et je t'embrasse. Danièle Dugelay.

J'en profite pour signaler que
le 6 mai Christophe Alévêque fêtera à sa manière le premier anniversaire de Sarko-Président en sketchs et chansons humoristiques devant le Fouquets, vers 17 ou 18 h je crois (voir son site pour les détails).

C'est de la pub totalement gratuite, plutôt un tuyau pour les amis, car j'ai un DVD de cet humoriste qui me fait bien rire...


Réponse :
Merci.
Oui, mon objectif est d'aller à l'essentiel. Toujours. Tu as tout compris.
Bises
Eva



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Autre commentaire envoyé par Danièle, il est trop intéressant, je vous le propose :


"Bonjour. Je crois effectivement à l'objectif des puissances financières mondiales de parvenir à la domination du monde. Je crois qu'elles utilisent toutes les occasions qui surgissent et surtout toutes celles qu'elles provoquent. Je crois que les Etats, les dirigeants politiques et religieux sont utilisés et même manipulés pour mettre en place cette domination d'une ploutocratie mondiale concentrée.

J'imagine bien que ces Etats, après avoir été utilisés, seront détruits : l'UE en est une démarche exemplaire.

Mais je pense aussi qu'à terme les Etats-Unis eux-mêmes et Israel subiront le même sort, sans doute d'une manière différente. Il n'y aura plus ni état, ni surtout nations, ni citoyens et, c'est vrai, ils n'hésiteront pas à avoir recours à la guerre, qu'elle soit d'ingérence, de choc des civilisations, due à la famine...

Les guerres n'ont jamais ruiné la haute-finance qui, au contraire, trouve son bénéfice dans la production d'armement et la rareté des denrées de première nécessité. Le patriotisme n'a jamais existé pour le capital, seuls comptent les profits à n'importe quel prix. Quant aux religions monothéistes, unifiées ou non, elles serviront de "lien social" et éviteront les désordres sociaux. C'est peut-être de la politique-fiction, mais j'ai peur d'avoir raison, peur pour les générations futures.

Aussi, c'est vrai, face à une telle force, seule détentrice du pouvoir financier, seule à être organisée au niveau mondial (avec la religion catholique), toute résistance est forcément dangereuse, mais elle est vitale pour préserver la condition humaine. Je ne sais plus qui a dit :" C'est ce qui sera organisé sur le plan international qui dominera le monde."

Aussi, il faut absolument que nous, résistants, nous nous ouvrions vers l'extérieur, que nous poussions les partis politiques "anti-tout libéral", les syndicats de salariés, les jeunes, les retraités, les associations de défense des droits de l'Homme et des droits sociaux, à se reconnaître conscients du danger et à s'unir, au plan national et au plan international. Nous représentons quand même "les peuples", "le nombre", et aussi nos héritages historiques et culturels.

 Courage à nous tous. R-sistons."




_______________________________________________________________________________________



21.10.2007

Du Sabbataïsme au Sionisme : d'une guerre à l'autre
 
Le Sabbataïsme, responsable de la chute du Califat ottoman ? Le sionisme, celle de la civilisation moderne ?
Le complot juif à l'époque ottomane, mythe ou réalité ?


L'imaginaire turc, à tort ou à raison, attribue au peuple juif, la dislocation du Califat ottoman. Quels sont les fondements de ces croyances, et comment aurait pu se mettre en place une telle cabale ?
Comment savoir si cela relève d'une vision fantasmée ou d'un délire collectif, et si non, comment une telle cabale pouvait avoir lieu à une époque où les non- musulmans avaient le statut de ‘'protégés'' ? Ou, est-ce simplement une de ces nombreuses légendes qui traversent les âges pour justifier les défaites et autres humiliations historiques ?

Mythe ou réalité, quoi qu'il en soit, une convergence d'intérêts et d'objectifs géopolitiques sont visibles à l'aune d'une autre lecture de l'histoire. Un décryptage de l'actualité et son lot de versions officielles sur des évènements comme le 11 septembre (acte déclencheur d'une nouvelle guerre mondiale), permet d'appréhender certaines questions qui remettent en cause les fondements historiques. Ainsi que les mensonges institutionnalisés, afin d'imposer un modele sociétale au nom de la globalisation, qui en fait est instrument juridique et politique dont l'objectif ultime est une concentration du pouvoir politique et financier entre les mains d'une l'élite mondiale autoproclamée.

Le problème, et de taille, réside dans la difficulté de ne pas tomber à la tentation de la facilité : désigner de facto une communauté, en se disant simplement ‘'les juifs sont responsables de beaucoup de choses, et pourquoi il ne seraient pas aussi à l'origine de la dislocation du Califat ottoman ?''
C'est une pratique courante, mais sans gloire aucune. Puisque ce comportement est intrinsèquement lié à une malhonnêteté intellectuelle.

Même si, les accusations souvent portées contre une partie du peuple juif se sont avérées fondées, cela n'est pas une pratique digne, et incompatible avec la réflexion et la volonté de découverte des évidences occultées.

Il est impératif de chercher à vérifier les tenants et les aboutissants, à qui profite le crime, le contexte historique, afin de ne pas tomber dans l'anachronisme, comme il est souvent reproché par l'élite pensante de cette société.

Quel peut être l'intérêt d'une telle démarche ?


Satisfaction personnelle ou volonté d'éclairer des recoins sombres de l'histoire, mettre à jour certains repères historiques, occultés et dénaturés ?

Tenter de dévoiler la face cachée de l'histoire, revient à prendre le risque de tomber sous le courroux du sionisme international. Faut-il pour autant, taire ce que l'on croit être juste et ne pas dénoncer des pratiques lobbyistes connues de tous et qui mettent en péril l'apparente stabilité sociale du monde ?

Ne pouvant m'arrêter à ce genre de considération, ma volonté est de démontrer les risques dans l'utilisation de certains axiomes utilisés dans les critiques contre Israël, les USA ou le sionisme. Une critique dénuée de recherche historique, peut se retourner contre son auteur, mais donne l'occasion aux portes voix de la propagande américano sioniste de créditer leurs thèses racistes, en démontant sans peine les lieues communs et les lapalissades, les armes dialectiques de ceux qui luttent à juste titre contre l'impérialisme US.

Cependant, face à ces manipulateurs, à la rhétorique controuvée et la plume acerbe, qui derrière des façades, sont payés à défendre et parfois sont les zélateurs d'une cause aussi dangereuse que le sionisme, les lieues communs et autres axiomes, sont des armes à double tranchants.

Le plus inculte d'entres les musulmans, vous dira que - le sionisme est responsable de bien des malheurs de l'humanité depuis des siècles
-. Certes, j'adhère à cette idée, mais cela ne reste qu'un aphorisme sans valeur, un point de vue. Présenter les choses de manière aussi laconique et lapidaire, fera de vous, un antisémite aux yeux des gardiens de la bien pensée. Mais surtout vous ne convaincrez que vous-même !

C'est pourquoi, j'ai jugé utile de développer cette hypothèse de complot juif, responsable de la chute du dernier Califat. Laissant ainsi, la communauté musulmane (un milliard cinq cents milles adeptes) sans représentant spirituel et politique depuis presque un siècle.

Si le monde musulman avait encore un califat, ni les américains, ni Israël, n'auraient pu ainsi humilier, massacrer, les musulmans sous des prétextes fallacieux, que nous connaissons tous
?

Après ces quelques précisions nécessaires pour éviter tout procès d'intention, voyons ensemble si cette thèses de complots juifs à l'origine de la chute des ottomans est plausible, et dans quelle mesure nous pouvons faire un parallèle entre l'histoire et les événements internationaux qui actuellement semblent ourdir un complot dont les motivations parfois évoquées ressemblent étrangement à la période sabbataïste, où une vision eschatologique du monde était imposée aux juifs. Cette vision, vecteur de comportements incohérents, a pu parfois pousser l'humanité à la limite du chaos.

Depuis des décennies, des individus se croyant chargés d'une mission mystique, un peu à l'instar de Benoît XVI, et d'autre comme Bush, qui pensent être investis par Jésus lui-même, et commettent des crimes pour le salut de l'humanité, disent-ils ?

Il est certes très délicat d'aborder ce sujets, en particulier, quand il touche de près ou de loin la communauté juive où qu'elle soit. Sans tomber dans les travers de la simple dénonciation crypto antisémite et de l'anachronisme historique, mon objectif est d'essayer de faire un parallèle entre l'histoire et les évènements qui touchent actuellement toute l'humanité, essayer de comprendre les motivations réelles qui se dissimulent derrières toutes les fausses considérations comme l'antisémitisme, la lutte contre le fondamentalisme et le ‘'terrorisme islamique''. Dévoiler la face cachée de certaines pratiques et les accusations iniquement portées à l'encontre d'une religion et de ses pratiquants. Mais plus globalement, dénoncer ceux qui se cachent derrière des façades, qui régurgitent les diatribes et les insultes contre les musulmans et, tous les exclus des sociétés occidentales et les peuples du Sud.

Tous les peuples qui osent afficher une volonté anti-impérialiste, sont combattus pour des raisons aussi obscures que fallacieuses, ils sont les cibles d'un plan politico médiatique qui tire sa genèse des intrigues de palais d'antan et d'autres conspirations occultes.


Il y a actuellement une méthode de déstabilisation des régimes réfractaires ou simplement frileux aux exigences de la mondialisation, et chose étonnante, tous les dirigeants qui s'opposent à la globalisation, ou simplement à l'impérialisme US, sont étiquetés et classés dans un même concept. Celui d'un fantasme occidental, une vision fantasmée de l'Islam et de manière récurrente est proposée, imposée à l'opinion mondiale, les sous-entendus sont à peine dissimulés.

Bien évidemment, le but n'étant pas ici de traiter de la mondialisation et de ses risques, mais de dénoncer ceux qui se cachent derrière, et dévoiler les plans de dominations et de guerres qui y sont inhérents.

Pourquoi certains chefs d'Etats, à l'instar de Chavez, Ahmadinejad, Castro et d'autres hommes politiques courageux et anti-impérialistes, sont-ils accusés systématiquement d'antisémites et d'antiaméricanisme primaire ?

Ne pas vouloir un modèle anglo-saxon mène t-il inévitablement vers le terrorisme ?
A moins que derrière l'impérialisme américain, se dissimule d'autres objectifs moins avouables, des objectifs de gouvernement mondial ?

L'impérialisme US, après avoir prétexté le danger soviétique, et réussir à le péricliter en fomentant un conflit entre ses deux ennemis le communisme et l'Islam. L'Afghanistan d'abord communiste puis ‘'islamiste'' a sonné le glas de l'URSS sous l'impulsion US. Avec un plan étalé sur plusieurs décennies et le nouvel ennemi de la Liberté (le terrorisme ‘'islamique'' et les Etats du Sud, non alignés) Le gouvernement mondial se concrétise. Les origines de ce plan de gouvernement mondial peuvent s'expliquer avec l'indépendance américaine.

Pour ne pas être discrédité sans doute, beaucoup de ceux qui dénoncent l'impérialisme US, n'osent faire le parallèle entre cet empire US et un gouvernement mondial dirigeant dans l'ombre et en phase de se dévoiler à tous les peuples. Les moins courageux iront même jusqu'à nier, que l'empire est orienté de manière à préserver les intérêts sionistes par des pratiques lobbyistes qui notoirement connues et acceptées. Quitte pour cela, à faire des guerres qui n'ont aucun intérêt pour les Américains. Les mêmes pratiques sont coutumières et pléthores en Angleterre et France. On pourrait s'amuser à comptabiliser et à analyser les politiques étrangères de ces pays, et le même constat qu'avec l'empire US est aussi visible dans nos latitudes.

Peut-on être sioniste et être un chef d'Etat, un ministre, un sénateur, un député, un maire, ou simplement occuper des fonctions de représentations publiques et ou médiatique ?

Il faut croire que cela est compatible, puisque qu'une majorité des hommes politiques en Occident et les élites médiatiques et philosophiques dans les pays qui n'ont pas le niveau de vie occidental sont sionistes. Ils le revendiquent ouvertement pour certains ‘'courageusement'' et de manière insidieuse, en envoyant des signaux d'amitiés et de soutiens à Israël et au sionisme international.

En France et avant les présidentielles, les Sarkosy, les De villiers (voir ces dernières déclarations à un journal israélien), en son temps il y avait Jospin aussi qui avait fait preuve d'allégeance à cet international sionisme. D'ailleurs les collusions entre trotskisme et sionisme sont bien réelles et les Olivier Besancenot et autres leader d'extrême gauche sont là pour le prouver…

A l'extrême droite ils ne sont pas en reste, sauf qu'eux dans la théorie affiche un antisémitisme lattant, ce devrait signifier une opposition au sionisme. A contrario, ceux qui se revendiquent fascistes, nationalistes sont les premiers à défendre la cause sioniste. Depuis trop longtemps, on a assimilé l'antisionisme à de l'antisémitisme. Si cela était vrai, comment expliquer alors que des antisémites puissent être des sionistes. Mais surtout, qu'un antisioniste n'est pas fatalement un antisémite ?

Qu'est-ce donc ce gouvernement mondial ?


Sous le prétexte de l'urgence d'un nouvel ordre, raison fondamentale de tout conflit mondial. Depuis des siècles, des groupes d'individus ont fomenté des révolutions sanglantes dans le passé et des révolutions de velours ou colorées qui sont de tendance actuelle, des déboulonnages de régimes, des guerres mondiales ont vu le jour pour la réalisation d'un pouvoir politique mondial.

Mais dans quelle mesure, ce concept de gouvernement mondial est perçu comme la question centrale dans la compréhension de la géopolitique actuelle ?

A l'instar des Sabbataïstes, les évangéliques protestants, les catholiques, et la quasi-totalité des grandes religions ont un point commun, c'est celui de croire en un jour où un pouvoir unique, rempli de justice et d'équité sera, et avant la fin de l'humanité.

A l'opposé des religions et particulièrement du monothéismes, il y surtout une perception ésotérique du gouvernement mondial. On peut décliner ces perceptions en une multitude de sectes, de sociétés secrètes, de groupes et les individus qui adhèrent à cette vision plutôt maléfique sont très éclectique ethniquement, mais animés par une vision commune.

La politique et certains politiciens ainsi que le pouvoir médiatique sont les instruments de cette autre vision messianique et qui oeuvrent pour la réalisation de ce gouvernement mondial.

Parmi les adeptes du messianisme on trouve les néo-conservateurs US et derrière eux les lobbies sionistes et israéliens, et encore derrière eux, une clique de sociétés secrètes, des francs-maçons et leurs affidés. Et, si on pousse un peu la porte, on retrouve quelques centaines de familles, propriétaire des richesses mondiales et à l'origine du système économique et bancaire actuel et qui est sur son déclin programmé.

On peut superposer cette stratification du pouvoir à toutes les nations. Ainsi on peut aisément comprendre que les  réels détenteurs du pouvoir ne sont pas les plus visibles.


Certaines sectes et sociétés secrètes sont aux commandes des marionnettes politiques qui sont placés au pouvoir pour donner l'illusion d'un monde tel qu'il nous ait présenté.


Chaque époque a son florilège de sociétés plus ou moins secrètes, ou plus exactement des sectes, qui ont toujours opéré à l'ombre du pouvoir
, et le Califat ottoman aurait été la cible d'une de ces sectes, les Sabbataïstes.

‘'Les Sabbataïstes, adeptes de Sabbataï Tsevi et descendants des juifs chassés d'Espagne (terre chrétienne), accueillis par les Ottomans (turcs musulmans), ont depuis leur arrivée sur la terre musulmane, occupé des hautes fonctions administratives. Afin de combattre les Ottomans qu'ils pensaient comme un obstacle à leur plan messianique, la communauté juive de Turquie s'adonna à des pratiques de déstabilisation du pourvoir ottoman. […] Voyant en les Turcs, un frein à la réalisation de leur vision apocalyptique prophétisé par un illuminé, la majorité des juifs accueillis par les ottomans, ont entrepris de détruire le Califat''.

Propos de M. Kadir Misiroglu (historien et écrivain turc), tenus lors des commémorations du 553 eme anniversaire de la conquête de Constantinople devenu Istambul.

Il met en cause et de manière sans équivoque les juifs de Turquie dans un article paru dans le Milli Gazete.

Avant de développer le point de vue de M. Misiroglu, il serait utile de placer cet événement dans son contexte historique, et de détailler au mieux les objectif de ce complot sabbataïstes.

Qui était Sabbataï Tsevi, quels étaient ses objectifs ?


Sabbataï est né à Izmir, en Turquie en 1626. Il fut au XVIIe siècle considéré par les Juifs comme le messie. Il est le fondateur de la secte turque des Sabbataïstes ou Dönme (qui veut dire converti). Beaucoup de juifs avaient feint de se convertir à l'Islam, pour, dans un premier temps prouver leur loyauté, puis pour accéder à de très hautes fonctions étatiques dont les motifs sont connus…

Il est mort en exil à Dulcigno en actuelle Albanie (alors ottomane) en 1676. Tsevi est né dans une famille aisée d'origine espagnole. Fils du négociant Mordechaï, et de sa femme, Clara Tsevi, il avait deux frères: Elie et Joseph. Il a été l'étudiant de Joseph Eskapha, le grand rabbin d'Izmir. A 18 ans, il était déjà considéré comme un grand cabaliste.

Création et développement du mouvement sabbataïste [1]


Sabbataï Tsevi se proclama Messie en 1648, à l'âge de 22 ans. Il s'appuyait sur une interprétation contestée du Zohar (un livre de Mystique juive), selon laquelle l'année 1648 devait voir la rédemption du Peuple Juif. En se proclamant Messie, il allait provoquer un schisme profond au sein du judaïsme, entre ceux qui l'accepteraient et ceux qui le refuseraient. Il resta à Smyrne plusieurs années, et sa réputation grandie lentement, jusqu'à ce que ses prétentions messianiques lui fasse subir le <<<, une sorte bannissement de la communauté Juive, qu?on compare parfois à l'excommunication chez les Catholiques.

En 1651, ou en 1654, selon les auteurs, lui et ses partisans furent bannis de Smyrne. Après quelques années, ils s'installèrent à Constantinople, en 1653 ou 1658. Il y rencontra un prêcheur, Abraham ha-Yakini (un disciple de Joseph di Trani), qui accepta Sabbataï Tsevi comme Messie, et affirma même détenir une ancienne prédiction Hébraïque. Celle-ci annonçait la naissance d'un Messie nommé Shabbethai, fils de Mordecaï Zevi, en l'an 5386 (1626 de l'ère chrétienne).

Avec cet important soutien, Sabbataï Tsevi s'installa à Salonique, ville de l'empire Ottoman aujourd'hui en Grèce. C'était alors un important centre juif et Kabbaliste, et il y développa une forte propagande centrée sur sa propre Messianité. Après une nouvelle errance mal connue, il s'installa au Caire, en Égypte, et y resta entre 1660 et 1662. Il y gagna à sa cause une personnalité Juive influente et très riche, Raphael Joseph Halabi (“de Alep” en Syrie). Ce dernier mis une partie de sa richesse à sa disposition, lui permettant de développer ses activités.
En 1663, Sabbataï Tsevi s'installa à Jérusalem, puis revint au Caire, ou il obtint de son mécène des sommes nécessaires pour la communauté de Jérusalem, ce qui semble avoir accrus son prestige. Après son mariage, il revint en Palestine, ou il rencontra Nathan Benjamin Levi, dit Nathan de Gaza, qui devint rapidement son bras droit.

L'année 1663 est une année de bascule pour l'action de Sabbataï Tsevi. Jusqu'alors leader d'un petit groupe suspect, il obtint à compter de cette année un retentissement croissant à travers le monde juif.

Une des explications de cette popularité croissante est sans doute l'approche de l'année 1666.
Chez certains Chrétiens de l'époque, l'année 1666 (666 est le chiffre de la bête dans l'Apocalypse de Saint-Jean) était l'année de l'Apocalypse, ou du moins de grands évènements religieux. Cette idée apocalyptique semble avoir eu une influence sur Sabbataï Tsevi et ses disciples. Sabbataï Tsevi était adepte de sévères mortifications corporelles, comme de fréquents bains dans la mer, même l'hiver, ce qui a sans doute contribué à son prestige comme Messie supposé.

En 1665, Nathan de Gaza annonça que l'année suivante verrait le début de l'ère messianique et que Sabbataï Tsevi ramènerait les 10 tribus perdues d'Israël en terre sainte. L'exaltation religieuse atteignit son comble dans des masses juives, rêvant d'une libération et d'une vie transfigurée. En 1665, Sabbataï Tsevi fut reçu comme le Messie par les Juifs d'Alep (Syrie), puis de Smyrne, sa ville natale. Son pouvoir sur les masses juives devenait immense(..)

La conversion à l'islam


.En 1666, il ‘'accepta'' de se convertir à l'Islam. Il fut mené devant le sultan Mehmet IV, et s'y convertit. Il prit le nom de Aziz Mehmed Efendi. Sabbataï Tsevi eu par la suite une attitude ambiguë, justifiant sa conversion par un ordre divin, mais conservant ses pratiques juives et Kabbalistes qui lui vaudront finalement son exil.

Le choc à l'annonce de la conversion de Tsevi fut immense, et la déception fut à la hauteur de l'espoir qu'il avait soulevé. Beaucoup attendirent quelques temps, pensant à un bref épisode. Mais progressivement, la plupart de ses fidèles abandonnèrent Sabbataï Tsevi. Il y eut dans les années suivantes des reprises en main par les rabbins à travers les nombreuses communautés touchées par les partisans de Sabbataï Tsevi. Une certaine méfiance à l'égard de la mystique juive, la Kabbale, dont Sabbataï Tsevi était un adepte, se développera. Pourtant la Kabbale ne sera jamais interdite.

En Turquie, certains décidèrent de rester fidèles à Sabbataï Tsevi et le suivirent dans sa conversion. Ils pratiquent encore une religion officiellement ‘'musulmane'', mais qui est en fait un mélange d'influences juives et musulmanes, avec même certains apports chrétiens. Ce sont les Sabbataïstes ou Dönme.

Il y a aussi les ‘'alevi'', sectes déviante du chiisme et inspiré par Sabbataï. Les mêmes ‘'alevi'', aujourd'hui sont pour une partie, les militant des mouvements d'extrêmes gauches et autres groupes séparatistes à l'instar du PKK. Et, pour l'autre partie, les fervents défenseurs du kémalisme et de la ‘'laïcité'' à la turque sous couvert de nationalisme turc. Ils sont dans toutes les luttes, quant ils s'agit d'insulter, de jeter l'anathème sur les musulmans pratiquants. Les mouvements de gauche jouent en Turquie le rôle de ceux qui en France, influencent, orientent les débats politiques et occupent à outrances la scène médiatique. Il est tout de même étonnant de retrouver dans un pays considéré comme islamiste, le même plan médiatique qu'en France et en Occident en générale avec les mêmes méthodes. Même si un frein psychologique est imposé à l'opinion, il faut tout de même avoir le courage de dire que la majorité de ces éléments ‘'subversifs'' de la société civile, sont de la même de culture et d'appartenance idéologique où qu'ils soient.

Qu'est-ce qui peut expliquer les insultes, l'ostracisme de la population pratiquante, humiliations, ségrégation latente, les fausses accusations, les provocations continuelles. Pourtant, ceux qui prennent le temps de regarder et lire de manière critique, ne peuvent qu'arriver à ce constant navrant et désolant : résultat de pratiques propagandistes.

Une minorité d'individu, ne peut décider de l'avenir de l'humanité. Cette concentration de pouvoir médiatique et politique ne peut être l'apanage d'un peuple, d'une culture, d'une religion ou de n'importe quel ‘'ism''
.
En Turquie comme en France, les pyromanes de l'antisémitisme, les propagandistes de l'impérialisme US, les sionistes portes voix d'Israël opèrent en toute quiétude, en occultant tous les sujets importants la mass média sous leur contrôle, ils confisquent la parole à toute une nation avec des prétextes fallacieux, occupent les esprits et influencent les politiques intérieurs et étrangères tout en donnant d'eux, l'image de personnes qui oeuvrent pour la paix mondiale

Voici un exemple de propagande qu'utilisent certains ‘'turcs'' de confessions ‘'musulmane''. L'élite intellectuelle, industrielle, médiatique et surtout financière de ce pays, pétitionne contre un hypothétique ANTISÉMITISME DANS LES MEDIAS TURCS.

Pétition d'intellectuels turcs pour une «tolérance zéro face à l'antisémitisme» parue dans le magazine turc Berildim d'octobre 2004.

Voici les griefs de ces personnalités qui se disent être Turcs et en même tant oeuvrent pour des intérêts étrangers : ‘'L'antisémitisme des médias turcs prend pour cible les Juifs de façon générale, mais aussi les citoyens turcs de la petite communauté juive riche d'environ 20 000 membres. Les articles accusant les Juifs turcs de déloyauté, de traîtrise, de se cacher ou de nourrir de sinistres projets sont de plus en plus fréquents dans la presse turque. Les médias turcs ont récemment accusé les Juifs de laïcisme et d'espionnage contre la Turquie. Cet antisémitisme, dont se repose aussi bien le nationalisme turc que l'Islam radical, devient un sujet croissant de préoccupation pour certains intellectuels turcs.(..)

Pourquoi donner la liste des signataires ?

Prouver si besoin en est, que la majorité de ces noms, malgré des consonances turques, appartient à la communauté juive de Turquie. Je suis conscient de la connotation que l'on pourrait imputer à cette présentation de noms et ne me sent pas concerné par de telles considérations.

Un intellectuel musulman de nationalité suisse, avait en son temps, et avec toute la bonne volonté du monde, voulu mettre en exergue cette prééminence d'intellectuels ethnocentriques, qui se sont accaparés la bien pensée en France. Ceux mis en cause par cette liste, qui somme toute n'avait aucun caractère antisémite, ont initiés une cabale contre Tariq ramadan qui osa mettre le doigt sur un système perfide, qui manipule les esprits des citoyens avec les futilités habituelles de nos programmes télés, volontairement débilisants et abrutissants.
Toutes ces élites politico médiatiques autoproclamées semblent avoir le même objectif, qui, il y a moins d'un siècle avait sonné le glas du Califat Ottoman au nom d'une croyance mystique ou diabolique, c'est selon les points de vues… ?

La question qui vient à l'esprit est la suivante : aujourd'hui, les médias occidentaux, voire même ceux de pays dit musulman comme la Turquie (Constitution kémaliste et laïque, mais la population musulmane à plus de 90 %) véhiculent des messages de peurs et de haines, d'antisémitisme (avec son lot de mensonges et d'intox avérées), une sentiment générale d'insécurité, mais dans quel but exactement ?

Cette clique d'accapareur de parole, qui au nom de toutes les minorités, mais surtout de la majorité silencieuse, occupe et monopolise la scène médiatique et politique. Que ce soit en Turquie ou en France, que cherchent exactement ces personnes. Veulent-ils, comme les Sabbataïstes précipiter l'Heure ?

Leur objectif visible semble être de détruire tous systèmes et pouvoirs qui pourraient s'opposer à la réalisation de prophéties annoncées par quelques illuminés, et adoptés par une bande aussi illuminée que la clique de néo-cons US et Européens. Certains, à l'instar des évangéliques américains dont Bush, croient fermement à la Venue prochaine de Jésus. Pourtant, ceux qui ont initiés et qui sont à l'origine des déviances millénaristes dans les sectes évangéliques, sont loin de croire en la version chrétienne véhiculée par les Américains. Eux, pourtant, attendent aussi un sauveur, mais celui d'un peuple élu, pour accomplir la suprématie raciale sur l'humanité, disent-ils !

S'ils voulaient provoquer la violence sociale au sein de tous les peuples (darwinisme social, pogroms et futures guerres urbaines) et les conflits internationaux (en cours et à venir), ils ne s'y prendraient pas autrement !


En 2006, la Turquie célèbre le 553eme anniversaire de la conquête de Constantinople (Istambul). Cet événement fût l'occasion en Turquie pour quelques historiens de se pencher sur l'histoire ottomane, sa naissance, son déclin, et sa fin. Ainsi, certains historiens, comme Kadir Misiroglu qui n'hésite pas à mettre en cause une partie de la communauté juive de Turquie, et le rôle que ceux-ci auraient joués dans l'éclatement du Califat. L'historien affirme aussi, que Fatih, le sultan qui conquît Constantinople, fut empoisonné par un juif. Comme les trois des quatre grands Califes de l'Islam… ?

Fatih mourut à Gebze (..)

 Pas de pogroms comme ce fut le cas en Europe.


Malgré les mensonges médiatiques, le kémalisme et la laïcité version turque qui ont bien travaillé les esprits et inhibés tout sentiment antisémite, les Turcs pensent les juifs comme responsables du déclin ottoman et ne leurs en tiennent pas rigueur et responsables outre mesure.


Il n'est plus à prouver que l'Occident fut et est toujours plus antisémite que ne l'auront été les musulmans et ne le seront jamais. Pourtant, ce même Occident et la France en tête qui en tête de pont, véhiculent le contraire. Que peut cacher un tel comportement, si ce n'est de vivre ses fantasmes à travers l'autre, l'accuser de ce que l'on peut soi même nourrir comme sentiment ?


L'historien turc poursuit en dénonçant ouvertement la cabale montée contre le Califat ottoman. ‘'Depuis l'an 4 de l'ère chrétienne, et presque deux milles ans d'errance de son peuple, le journaliste juif, Théodore Herzl avait souhaité le réunir en terre de Palestine. Pour y parvenir, il a employé toute son énergie et ses relations occultes en 1897 pour la finalisation du congrès de Bâle'' affirme Misiroglu et il poursuit ‘' les Rothschild, impliqués dans les trafics d'armes, organisant des groupes de pressions politiques, pratiquant le lobbying, et Herzl cherchant un mécène pour la réalisation de son projet politique, a amené les Rotchschild à financer son projet.''


La Palestine en échange d'une aide…


L'historien rappelle que Herzl avec la caution financière des Rothschild et à deux reprises, a rendu visite au sultan Abdulhamit, dirigeant accusé ‘'d'homme malade de l'Europe'' afin de lui proposer une aide financière en échange de la terre de Palestine. Face au refus catégorique du Sultan, malgré le besoin financier dans lequel se trouvait la Turquie ottomane, les sionistes mirent au point un autre plan :

Utiliser Hitler pour rassembler la diaspora juive en Palestine, en obligent les juifs d'Europe à émigrer en utilisant la stratégie de la peur et des pogroms organisés sous l'égide et la bienveillance des sionistes
.

L'historien affirme qu'il a visité les camps de concentration pour étayer ses affirmations, même si cela peut paraître cynique de prime abord, délictuel et du ressort du pénal selon la législation française, je me dois de traduire le contenu des propos de Misiroglu afin de ne pas déformer son développement historique. L'historien insiste sur le fait qu'au final, avec ou sans consentement ottoman, Herzl et les sionistes ont réussi au prix de cinq cent mille victimes juives et non cinq millions dit-il, à réaliser un projet politique qui tire ses fondements dans des théories apocalyptiques et cabalistiques.

Il faut souligner ici, que les juifs étaient des Ashkénazes. Ces juifs originaires de l'Europe de l'Est, sont à l'origine des khazars, un peuple turkmène qui s'est converti au judaïsme avant le dixième siècle de l'ère chrétienne.
Selon la croyance juive orthodoxe, la judéité se transmet par le sang et non par la conversion. Et, selon ce dogme juif, les Khazars ne peuvent être considérés comme juifs. Les victimes des nazis étaient des ‘'juifs'' Ashkénazes donc Khazars et génétiquement plus des Turcs que des Juifs. Si cette vérité historique est bien fondée, les sacrifiés au nom du sionisme, seraient des faux juifs ?

Une théorie qui implique le sionisme international, les met en cause dans la montée du nazisme, que ce soit financièrement ou politiquement, des lobbys sionistes ont été des soutiens au parti nazi.

Il faut rappeler qu'un appel international avait été lancé par les sionistes, qui sommaient à toute la diaspora juive à s'installer en terre de Palestine. Les obligeant à utiliser leurs richesses personnelles, et à prendre tous les risques en quittant l'Europe qui les a vu naître. Voyant les réticences de ces derniers, les sionistes ont utilisé le fascisme international pour atteindre leur objectif.

Vous connaissez la suite…

Aujourd'hui, cette stratégie de la peur est utilisée pour d'autres motifs.

Il y a tout de même une similitude entre cette période noire de l'Europe antisémite et la politique internationale, initiée et pensée par les néo-cons US et les sionistes qui se cachent derrière cette idéologie, aussi fasciste et raciste qu'avait pu être le nazisme !

Hitler était une création sioniste et un pantin entre leurs mains, affirme Misiroglu. Cependant, les plans sionistes n'étant pas totalement concrétisés pendant la seconde guerre, toutes les violences et le disfonctionnement dans les relations internationales sont les résultats de la poursuite de ce plan pour la concrétisation finale…

'Les juifs sans patrie ni Etat, ont gagné en pouvoir politique et social. A l'époque de Orhan Gazi, les médecins des hôpitaux étaient des juifs. Que le beau-père de Sari Selim était aussi un juif'' note l'historien. Et de poursuivre ‘'c'est un juif qui a assassiné (empoisonné) le grand Fatih sultan Muhammed, lui qui fut le commandant dans la conquête de Constantinople, le commandant des croyants.

En résumé, l'historien turc, met en cause le degré de sincérité des juifs sabbataïstes qu'il estime à plus de cent mille. Et, les soupçonne même d'ourdir un complot semblable à celui responsable de la fin du Califat.

Il accuse les juifs d'être entre autre à l'origine du mensonge qui fait croire que la vierge Marie puisse être enterrée à Efez, uniquement pour que les chrétiens montrent plus d'intérêt à la Turquie, bien entendu dans le cadre des plans sionistes. Mais surtout pour éloigner les attaches spirituelles des Chrétiens à Jérusalem, conclut Kadir Misiroglu.

Quelles que soient nos affinités idéologiques, nos croyances spirituelles, nos appartenances culturelles, on ne peut décemment occulter une puissance, plus ou moins occulte. Visible par ses méfaits, invisibles pour ses responsabilités, le sionisme est une organisation mystico politique, tentaculaire, polymorphe qui trompe l'humanité. Le vrai est projeté comme un mensonge, les justes décrits et présentés comme des criminels, les menteurs et manipulateurs comme des vertueux. Les peuples sont montés les uns contres les autres. L'humanité en lutte permanente contre elle-même. Tous ces maux sont-ils des accident de parcours de l'histoire, comme il est plus facile de croire, ou simplement des plans qui de temps à autres, n'aboutissent pas dans leur conception initiale ?
 

___________________________________________________________


APOCALYPSE NOW : THE END
LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE DE BUSH

Par Michel Chossudovsky

« Nous avons un leader en Iran qui a déclaré qu'il souhaite détruire Israël. J'ai alors dit aux gens que si vous êtes intéressés à éviter la Troisième Guerre Mondiale, il semble que vous devriez être intéressés à les empêcher d'acquérir les connaissances nécessaires à la fabrication d'armes nucléaires. Je considère la menace de l'Iran possédant une arme nucléaire très au sérieux ... » (George W. Bush, le 17 octobre 2007)

« Je crois que. Je crois que (la révolte des passagers du vol 93 détourné le 11 septembre 2001) a été la première contre-attaque de la Troisième Guerre Mondiale. » (George W. Bush, le 6 mai 2006)

« Cette idée que les États-Unis se prépare à attaquer l'Iran est tout simplement ridicule ... Cela dit, toutes les options sont sur la table. » (George W. Bush, février 2005)

Nous ne vivons pas dans un monde sain et rationnel où les très importantes décisions prises par le président des États-Unis sont basées sur une compréhension de leurs conséquences possibles.

Une Troisième Guerre Mondiale n'est plus un scénario hypothétique.


Pendant la Guerre Froide, la notion de « destruction mutuelle assurée » (MAD en anglais) a été développée. Une compréhension des conséquences dévastatrices d'une guerre nucléaire a largement contribué à éviter le déclenchement de la guerre entre les États-Unis et l'Union Soviétique.

Aujourd'hui, dans l'après guerre froide, aucun discernement prévaut. Le spectre d'un holocauste nucléaire qui hante le monde depuis un demi-siècle a été relégué au statut de "dommages collatéraux".

Sous les Néocons, la politique étrangère des États-Unis est fondée sur un agenda diabolique et criminel. La « guerre contre le terrorisme » est un mensonge; l'Iran ne constitue pas une menace pour la sécurité mondiale tel que l'a confirmé un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). L'Iran ne constitue pas une menace pour Israël.

Le président des États-Unis est un menteur qui croit ses propres mensonges.


Bien que les armes nucléaires inexistantes de l'Iran sont censées constituer une menace mortelle et meurtrière, pour leur part les armes nucléaires tactiques « Made in USA » sont décrites dans les documents du Pentagone comme étant « inoffensives pour la population civile environnante. »

Par une amère ironie, ceux qui décident de l'utilisation d'armes nucléaires croient en leur propre propagande. Une attaque nucléaire préventive contre l'Iran est accueillie comme un véritable engagement humanitaire qui contribue à la sécurité mondiale.

Et maintenant, le chef de l'État US qui a une compréhension limitée de la géopolitique, et encore moins de la géographie, insinue que si l'Iran ne renonce pas à son programme inexistant d'armes nucléaires, nous pourrions être à contrecœur forcés d'entrer dans un scénario de Troisième Guerre Mondiale. Bush a insinué que, en tant que Commandant en Chef, il pourrait décider de déclencher une guerre contre l'Iran qui pourrait nous conduire à la Troisième Guerre Mondiale.

« Le Docteur Folamour refait surface. » (1) Dans une logique complètement tordue, la Troisième Guerre Mondiale est présentée par le président des États-Unis comme un moyen de prévenir des dommages collatéraux.

La guerre serait déclenchée par l'Iran, qui a refusé de se conformer aux « demandes raisonnables » de la « communauté internationale ».

La réalité est faussée et virée sens dessus dessous. L'Iran est accusé de vouloir commencer la Troisième Guerre Mondiale.

Docteur Folamour ou : comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer la bombe

Le Black-out des Médias

L'opinion publique mondiale a les yeux rivés sur le cataclysme du « réchauffement climatique. » En revanche, la Troisième Guerre Mondiale n'est pas en première page de l'actualité. Nous parlons de la perte de dizaines de milliers de vies: les conséquences de l'agenda militaire des États-Unis qui comprend l'utilisation préventive d'armes nucléaires de manière très concrète, menace l'avenir de l'humanité.

À l'heure actuelle, les États-Unis et les forces de la coalition incluant l'OTAN et Israël sont dans un état avancé de préparation pour déclencher une attaque contre l'Iran. Les dirigeants de la coalition ont une pleine et entière connaissance qu'une telle action conduira à un scénario de Troisième Guerre Mondiale. Des scénarios d'escalade militaire ont déjà été envisagés et analysés par le Pentagone. Les exercices militaires parrainés par les États-Unis ont même prévu la possibilité d'une intervention de la Russie et la Chine.

La Troisième Guerre Mondiale a été sur les lèvres des architectes Néocons de la politique étrangère des États-Unis dès les débuts du régime Bush. Elle est contenue dans un document publié en septembre 2000 par le « Project of the New American Century (PNAC) » [Projet pour le nouveau siècle américain].

Les objectifs déclarés du PNAC impliquent une « longue guerre », une guerre mondiale sans frontières:

- « défendre la patrie américaine;

- combattre et de manière décisive remporter de multiples victoires simultanément sur des théâtres de guerres majeures;

- remplir les fonctions « constabulaires » afin de créer un environnement de sécurité dans les régions critiques;

- transformer les forces armées US pour exploiter la « révolution dans les affaires militaires. »

L'ancien Sous-secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, l'ancien Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld et le vice-président Dick Cheney ont commandé le plan au PNAC avant les élections présidentielles de l'an 2000. Le PNAC esquisse une feuille de route de conquête.

La doctrine nucléaire préventive figurant dans le « Nuclear Posture Review » est soutenue par le Parti Républicain et les think-tanks conservateurs de Washington.

George W. Bush est un instrument aux mains de puissants intérêts économiques. Une guerre préventive contre l'Iran reçoit largement l'appui du Congrès des États-Unis, elle est également soutenue par les partenaires et les alliés européens des États-Unis. Les dirigeants républicains ont exprimé leur soutien à un scénario de Troisième Guerre Mondiale préventive. Dans une entrevue de 2006 au moment le plus fort des bombardements israéliens sur le Liban (16 juillet 2007), l'ancien Leader républicain en Chambre Newt Gingrich a reconnu candidement:

« Nous sommes dans les premières étapes de ce que je décrirais comme la Troisième Guerre Mondiale et, franchement, notre bureaucratie ne répond pas assez vite et nous n'avons pas la bonne attitude. C'est la 58e année de la guerre visant à détruire Israël et, franchement, les Israéliens ont tous les droits d'insister pour que chacun des missiles quitte le sud du Liban, et les États-Unis devrait venir en aide au gouvernement libanais pour avoir la force d'éliminer le Hezbollah en tant que force militaire, non pas comme force politique dans le Parlement, mais comme force militaire dans le sud du Liban. »

L'administration Bush a adopté une politique de première frappe nucléaire « préventive »
qui a maintenant reçu l'approbation du Congrès.

Les armes nucléaires ne sont plus une arme de dernier recours, tel que c'était le cas pendant la Guerre Froide.

Dans un document confidentiel du Pentagone (Nuclear Posture Review) présenté au Sénat au début de l'année 2002, l'administration Bush a mis en place ce que l'on appelle « des plans éventuels » pour une « première attaque offensive » avec des armes nucléaires, non seulement contre « l'axe du mal » (l'Irak, l'Iran, la Libye, la Syrie et la Corée du Nord), mais aussi contre la Russie et la Chine.

Traduction de Dany Quirion pour Alter Info

Article original anglais: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7116
Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages