10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 17:38

Europe-dictature-copie-1.jpg  

 

L'Union Européenne est l'ennemie des peuples !

Par eva R-sistons

 

Les Citoyens ne voulaient pas du Traité de Lisbonne, en France comme ailleurs. Instinctivement, ils se méfiaient. On le leur a imposé de force !

 

Coup de force de Sarkozy, avec un traité édulcoré, soi-disant, alors que rien n'avait vraiment changé, tout était en place pour sacrifier les citoyens au Nouvel Ordre Mondial (dictature planétaire des Grandes banques).

 

Bref, les godillots de l'Assemblé Nationale, trahissant la volonté de leurs électeurs, l'ont voté. C'est une catastrophe historique !

 

La démocratie, ou ce qu'il en restait, est morte.

 

Sur le plan local, voyez ici :

Cantonales (les dernières), alertes pour la démocratie et pour le social

 

Sur le plan national, nos Elus ne servent plus à rien, qu'à faire de la figuration, à nous coûter très cher (ils se votent des salaires et des prébendes en hausse. Qu'en pensent les citoyens toujours plus pressurés tout en étant toujours moins  payés ?).

 

Les Etats souverains n'existent plus. Tout est décidé, désormais, à Bruxelles. De façon anti-démocratique. D'autant plus qu'au final, ce sont les valets du Nouvel Ordre Mondial d'essence nazie qui décident !

 

Contre les intérêts des citoyens, contre leurs besoins et contre leurs désirs, des mesures sont imposées qui vont toutes dans le même sens : Un pouvoir toujours plus concentré, entre les mains de non-élus, et de non-élus au service des Grandes banques qui mettent en coupe réglée le monde.

 

Les mesures ? Non seulement anti-démocratiques, mais anti-sociales, toujours au nom de la "modernité" (c'est à dire dans le sens de la compétition qui étrangle les PME, les citoyens, les peuples, les Etats. Bref, une compétition qui favorise seulement les plus nantis, les plus forts, les plus puissants, et une compétition dont les citoyens ne veulent pas, car ils en sont toujours victimes). Toutes les protections sociales sautent les unes après les autres, tout le Droit du Travail, tous les services publics, tout est nivelé par le bas, le plombier polonais est revenu par la petite porte, les derniers emplois encore disponibles seront confiés aux moins payés et aux plus taillables et corvéables à merci, importés des pays les plus pauvres, et flexibilisés. Esclavage pas mort ! On voudrait conduire au désespoir ou au suicide les citoyens, qu'on ne s'y prendrait pas autrement !

 

Il faut sortir de cette U.E. le plus vite possible, elle est au service des étrangleurs de peuples, au service du Nouvel Ordre Mondial, au service des intérêts d'une poignée d'individus milliardaires et malfaisants !!

 

Il s'agit là d'une urgence incontournable: Pour retrouver la liberté, les emplois, nos protections sociales ! En n'oubliant jamais que l'U.E. d'aujourd'hui est le TREMPLIN du Nouvel Ordre Mondial assassin !

 

Votre eva R-sistons 

 

NB : Les milliardaires ne se sont jamais aussi bien portés ! Dans quel monde vivons-nous ?

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

Tags: Nouvel Ordre Mondial, UE, esclavage, Droit du Travail, protections sociales, plombier polonais, PME, démocratie, nazis, Sarkozy, Traité de Lisbonne

 

Et à l'instant, les Médias aux ordres de la Nouvelle Gouvernance Mondiale anglo-saxonne plaident pour l'Anglais: Pour décrocher un travail, "on n'a pas le choix, c'est une obligation de s'y mettre". (France24 10 mars 2011 18 h).
Tout doit être soumis au Nouvel Ordre Mondial totalitaire anglo-saxon, pour mieux nous aligner, nous uniformiser, nous étouffer - étouffer identité, idiome, culture, Histoire, traditions, passé, Etat souverain... C'est effrayant et monstrueux ! Refusons ce servage abominable (eva)

 

 

Loi Scellier, nouvelle cible de Bruxelles


Algirdas-semeta Il y a quelques jours, Bruxelles a rappelé à l'ordre la France pour quatre de ses dispositifs fiscaux en faveur des investissements locatifs dans le neuf, les jugeant non conformes aux lois européennes. Aujourd'hui, la Commission européenne se penche sur un autre produit de défiscalisation immobilière, la loi Scellier.

Battre le fer tant qu'il est chaud. Ainsi peut-on résumer l'offensive que lance la Commission Européenne à l'égard de la France.

Souvenez-vous, la semaine dernière, Bruxelles demandait à Bercy de revoir sa copie s'agissant des dispositifs fiscaux proposés dans le cadre d'investissements locatifs dans le neuf. Elle pointait alors du doigt les mesures fiscales Périssol, Robien, Besson et Borloo, qui ne sont plus proposées aux investisseurs, les jugeant « discriminatoires «  et « contraires à la libre circulation des capitaux au sein de l'Europe », un Français ne pouvant bénéficier de cet allègement fiscal pour l'achat d'un logement hors de France. La Commission exigeait donc une modification de ces mesures de défiscalisation, à défaut de quoi elle saisirait la Cour de Justice européenne.  

Le gouvernement français n'a pas courbé l'échine et a contesté la position prise par Bruxelles sur cette question, se voulant tuotefois rassurante à l'égard des contribuables : "On ne vous demandera pas de rembourser les réductions d'impôt dont vous avez bénéficié" a alors expliqué Bercy.

Le Scellier dans le collimateur

La loi Scellier, autre dispositif fiscal permettant une réduction d'impôt dans le cadre d'un investissement locatif, et toujours d'actualité, est à son tour dans le viseur de la Commission qui en étudie la conformité avec la législation de l'UE. Dans une interview accordée au quotiden Les Echos, le commissaire européen à la fiscalité, Algirdas Semeta, vient d'expliquer que la Commission examine actuellement de près le dispositif Scellier, précisant que si son examen "démontre qu'il viole aussi les règles européennes, nous ne pourrons qu'ouvrir une procédure à son encontre".

La perspective d'une nouvelle injonction de Bruxelles vis à vis du Scellier a de quoi inquiéter promoteurs et investisseurs. On ne peut en effet minorer l'impact sur les ventes de ce dispositif qui représentait 63% des ventes de logements neufs en 2010, et sa modification serait sans aucun doute un frein à ce type d'investissement.


La perspective d'une nouvelle injonction de Bruxelles vis à vis du Scellier à de quoi faire trembler promoteurs et investisseurs quand on connaît l'impact sur les ventes de ce dispositif ces deux dernières années.

http://www.infos-immobilier.fr/2011/03/loi-scellier-nouvelle-cible-de-bruxelles.html#xtor=EPR-32
 
Dijon : Un rassemblement pour dénoncer la précarité dans la fonction publique jeudi 20 janvier
http://mobile.dijonscope.com/010560-dijon-un-rassemblement-pour-denoncer-la-precarite-dans-la-fonction-publique-jeudi-20-janvier



L’Etat, ce grand pourvoyeur de pauvres


Le Ministre du Budget a présenté le 7 mars ses conclusions dans le cadre de la résorption de la précarité dans la fonction publique. L’occasion de mettre en lumière l’abus de contrats précaires par les services de l’Etat.

 

Les statistiques sont honteuses. Plus de 870 000 personnes, étaient employées par les différentes fonctions publiques sous des contrats précaires. EVS / AVS ou profs contractuels dans l’Education Nationale, agents de services ou personnels techniques dans les hôpitaux, on les retrouve à tous les postes dans la fonction publique territoriale.

Outre la précarité leur point commun est qu’ils occupent généralement des postes représentant un besoin des institutions. Alors qu’un contrat à durée déterminée doit dans le privé correspondre à un besoin temporaire, l’administration se complait à maintenir en contrats précaires des emplois correspondant à des postes de titulaires.

Face à cette situation le gouvernement avait promis de mettre en place des dispositifs de « résorption de l’emploi précaire ». Pourtant, alors que 23% des postes de la fonction publique sont occupés par des précaires et qu’une bonne partie d’entre eux reçoit un salaire inférieur au seuil de pauvreté, le gouvernement ne propose aucune avancée concrète. La promesse de 40 000 titularisations (sous conditions) ne garantit en rien la résorption de la précarité. En effet, le refus de remplacer les départs en retraites par des titularisations aura tôt fait de ramener les effectifs de précaires au stade actuel, si ce n’est pire !


A l’opposé de toute politique de création de postes de titulaires, le gouvernement prévoit de mettre en place un véritable parcours du combattant avec à l’issue de nombreuses années de CDD, un passage par 6 années de CDI avant une possible titularisation suite à des concours généralement déconnectés de la réalité des emplois occupés.


Encore pire, alors que ces contrats continuent à paupériser des pans entiers de la population, le gouvernement teste le Contrat d’Activité (CDA). Ce nouveaux contrat est limité dans le temps à la réalisation de la mission confiée au salarié sans aucune possibilité de déboucher sur une titularisation. C’est une véritable mise en place d’une précarité à vie.


La CNT condamne cette précarisation des travailleurs

et réclame :


- l’arrêt du Contrat d’Activité
- la création de nouveaux corps pour les emplois correspondant à des besoins (AVS / EVS dans l’Education Nationale...)
- la titularisation des CDI de la fonction publique
- la titularisation sans condition de tous les contrats précaires de la fonction publique


CNT - secrétariat média

http://www.cnt-f.org/spip.php?article1517

http://www.lesmotsontunsens.com/l-etat-ce-grand-pourvoyeur-de-pauvres-10029

 

 

De plus en plus d'emplois très mal payés, avec à la clef flexibilité, précarité, et durée limitée. Sans parler de la souffrance au travail, aujourd'hui, au nom de la rentabilité. L'esclavage moderne, voici le vrai visage de l'UMP, de l'UE et du Nouvel Ordre Mondial. Basta ! eva R-sistons

 

 

 

 

Xavier Mathieu et la crise. Décapant !

 

 

LES RACINES NAZIES DE L'UNION EUROPEENNE DE BRUXELLES

Le projet principal de la coalition des Nazis et du Cartel :
un plan directeur pour mener à « l’Union européenne de Bruxelles »
WALTER HALLSTEIN (Chapitre 2) :

Eminent juriste nazi – Et architecte principal de l’Union européenne de Bruxelles




EXTRAITS :


Walter Hallstein (1901-1982)


Walter Hallstein fut un éminent juriste impliqué dans la planification légale et administrative d’une Europe d’après-guerre placée sous le contrôle des
Nazis et de leurs alliés de l’industrie, le cartel du pétrole et des médicaments IG Farben.

Hallstein représentait la nouvelle génération des membres de la coalition nazie et du cartel. Il avait été formé par des professeurs en droit, dont le but principal était de saboter le ‘Traité de Versailles’ définissant les paiements pour réparation imposés à l’Allemagne après que celle-ci ait perdu la première guerre mondiale.

Au début de sa carrière, Hallstein reçut une formation spéciale au ‘Kaiser Wilhelm Institute’, à Berlin. Cet institut privé était largement financé par le cartel d’IG Farben afin d’augmenter ses cadres scientifiques et légaux, dans l’objectif de servir les tentatives ultérieures du Cartel visant à conquérir et à contrôler l’Europe et le monde.

Alors que le règne des Nazis avait pris fin en 1945, le règne de leurs complices, le Cartel IG Farben et ses successeurs, BAYER, BASF, et HOECHST, venait seulement de commencer. Dans le cadre stratégique de leur projet visant à lancer la troisième tentative pour conquérir l’Europe, ils placèrent – une décennie à peine après que leur tentative précédente eut échoué – un des leurs à la tête du nouveau ‘politburo’ du Cartel, à Bruxelles: Walter Hallstein.

Ce chapitre documente le fait que la construction fondamentalement non-démocratique de ‘l’Union européenne de Bruxelles’ n’est pas une coïncidence. Hallstein, un éminent juriste nazi – et expert des affaires d’IG Farben – avait été choisi par ces intérêts industriels afin de devenir le premier président de la Commission de l’Union européenne, tout en ayant une mission spécifique: modeler ‘l’Union européenne de Bruxelles’ d’après les plans originels de la coalition des Nazis et d’IG Farben afin de régner sur l’Europe via un « Bureau Central du Cartel ».

L’objectif des intérêts pétroliers et de l’industrie des médicaments, aussi bien alors qu’aujourd’hui, était la création d’un ‘Bureau Européen du Cartel’ [c’est-à-dire, ‘l’Union européenne de Bruxelles’] avec une junte de bureaucrates non-élus du cartel [c’est-à-dire, la ‘Commission européenne’] pour régner sur les populations européennes au nom des intérêts mondiaux de l’industrie, à savoir, le cartel de l’industrie des produits chimiques, pétrolifères et médicamenteux.


Un maître dans l’art de la tromperie
suite ici :
Nouveaux emplois, CDA..: Précarité à vie ! Etat aujourd'hui pourvoyeur de pauvres
.
.
.

Les vices cachés du plan européen:

Véritable bombe à retardement !

.

Les États européens doivent constituer le fameux fonds de stabilisation. Chaque État doit participer mais le magazine allemand Bild a eu une copie de l’accord. Il stipule que si un État ne peut emprunter à moins de 5% sur les marchés il ne doit pas verser de l’argent au fonds (mais peut l’utiliser si sa situation devient critique).
Cela va inciter certains États à ne pas faire d’efforts pour éviter de devoir contribuer au fonds. In fine seuls les États les plus riches vont payer pour les autres, autrement dit ce plan va échouer (*). De plus cette situation devrait rapidement inciter l’Allemagne à quitter la zone euro.

De ce plan, il faut également retenir qu’en vertu de l’article 123 du traité de Lisbonne, obligeant les pays, les collectivités locales, territoriales à emprunter auprès des banques privées, cette incitation aux dérapages budgétaires est une manne de plus pour les banksters. Les Hedge Funds auraient tort de ne pas jouer encore une fois sur les CDS des pays proches de ces taux, libérateurs de contraintes !

Comment des chefs d’États, entourés d’une cohorte d’experts, de ministres, peuvent-ils accoucher de plans aussi débiles ? Est-il possible que ce genre de décision ne soit délibéré ?

Le temps des nations semble tenir à la solvabilité de ses dettes souveraines, autant dire à un fil.

 

Cette crise ne tire pas ses racines d’hier, mais de bien avant ; ce n’est pas être prophète de l’avoir prévenu de longue date, il suffisait d’écouter nos dirigeants nous vendre a hue et a dia cette nouvelle gouvernance mondiale. Une crise de cette ampleur conduisait inévitablement a la ruine des particuliers et des États, cherchez a qui le crime profite. Souvenez-vous des propos lénifiants de nos ministres des finances, des dirigeants du G-20, quand ils jetaient des milliers de milliards par les fenêtres pour sauver les banquiers privés, empêtrés dans leurs spéculations.

C’est la main sur le cœur, qu’ils nous imposeront comme ultime solution une nouvelle Banque Mondiale, comme jadis fut imposée la création des banques centrales… privées ! La Réserve Fédérale Américaine (institution privée) a été fondée, pour ne pas dire imposée, suite a la panique bancaire de 1907, par un cartel de 7 banques privées, au prétexte spécieux d’empêcher les faillites bancaires… Depuis sa création, ce ne sont pas moins de 16.000 banques qui ont fait faillite.

La création de la Banque d’Angleterre (privée), est encore plus scabreuse, car le pacte à signer en plus de la ruine des uns, incluait le sang des autres.

Vous avez aimé la loi scélérate du tandem Giscard/Pompidou, qui a ce jour a coûté près de 1500 milliards d’intérêts depuis 1973 aux français, et cela au seul profit des banquiers ?

Vous avez aimé l’article 104 du traité de Maastricht, transformé 123 du traité de Lisbonne, incroyable privilège concédé au banques privées ? Vous souvenez-vous que ce traité de Lisbonne rejeté par les urnes, a été imposé contre la volonté populaire ?

Vous avez apprécié la crise des subprimes qui a jeté à la soupe populaire plus de 35 millions d’américains, dormez braves gens, la vague arrive en Europe… Elle a pris naissance en Grèce, au plus grand profit de certains banquiers véreux.

La crise des dettes souveraines, ne fait que commencer. L’Europe pourra jeter autant de milliards qu’elle le peut par les fenêtres, pour sauver ses banquiers, inventer autant de plans qu’elle le veut, leurs éponymes parlent d’eux-mêmes : vous avez aimé les plans de relance, vous raffolerez des plans de sauvetage… jusqu’au plan sauve qui peut.

Denissto

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Totalitarisme
commenter cet article

commentaires

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages