12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 13:58

 

Il vaut mieux un adversaire clair (Sarkozy), qu'un faux ami de "goche" Bilderberg  inutilement ménagé ! Eva R-sistons

 

SIONISTES+ET+CRIF.jpg

http://echosdesmontagnes.blogspot.com/2010/02/nicolas-sarkosy-de-nagy-bocsa-crif-bois.html

 

 

Le CRIF mène la danse.

Sarkozy-Aubry, c'est blanc bonnet-bonnet blanc.

Droite et gauche, une même politique,

libérale, atlantiste, sioniste, alignée.

par eva R-sistons

 

 

 

Après avoir dénoncé, comme de Gaulle l'aurait fait, l'imposture sarkozienne, c'est à dire l'imposture d'une Droite vichysante, servile (envers le monde des Affaires et envers l'Etranger), osant se réclamer du Gaullisme historique, je vais braquer le projecteur, aujourd'hui, sur une autre imposture, plus subtile celle-là, mais toute ausi pernicieuse. Cela m'est d'autant plus difficile que je suis une ancienne militante du P.S. (aile gauche, CERES, car les courants ont toujours été la marque de fabrique du P.S.), et que je répugne à ne pas voter pour un parti. Et pourtant, pour la première fois, sauf s'il y a au 2e tour une Eva Joly réellement indépendante des groupes de pression (et débarrassée de Cohn-Bendit) ou une Ségolène Royal hostile aux intrigues de partis et décidée à oeuvrer pour le Bien de la France, je suis bien décidée à ne pas voter. On ne choisit pas entre la peste et le choléra. On ne choisit pas entre Sarkozy et DSK-Aubry (ou Hollande).

 

 

Anne-Sinclair-et-DSK.jpg

 

Quelle différence faites-vous entre Sarkozy et DSK ? Aucune, bien entendu: Même milieu, mêmes intérêts, mêmes appuis, même arrière plan, mêmes préoccupations, même soumission à Israël et à Washington... Pour moi, malgré tout, DSK est pire: Car il est hypocrite. Il ose se prétendre de gauche ! Et Anne Sinclair, sa femme, encore récemment, enfonçait le clou (Yahoo.com): "Et quand on lui demande si DSK est de gauche, elle répond, agacée : "C'est une question qui me sidère quand on a été 35 ans au Parti socialiste, ministre de Mitterrand (...), candidat à la primaire socialiste (pour la présidentielle de 2007, ndlr), il faut vraiment être tordu pour se dire que Dominique n'est pas de gauche". Tiens donc ! Parce qu'on est membre d'un parti, on épouse pour autant ses orientations ? Et Manuel Valls, par exemple, client comme DSK du Bilderberg ? La vérité, c'est qu'Israël place ses pions dans tous les partis pour les orienter vers toujours plus de libéralisme, toujours plus de mondialisation anglo-saxonne, toujours plus de défense de l'Occident impérial, toujours plus de soumission à ses directives. On a vu cela avec le trublion Cohn-Bendit, agent du sionisme international pour abattre politiquement l'homme, de Gaulle, qui incarnait l'indépendance de la France, puis Ségolène Royal attachée à une certaine idée de la souveraineté, puis celui qui représentait une voix originale, Bayrou, aimant son pays, tout en inclinant les Verts-Rouges vers toujours plus de libéralisme et d'écologie molle, et finalement en semant la zizanie partout et en discréditant tout et son contraire. Trublion, je vous dis. Pour ne pas dire plus ! 

 

aubry-crif.jpg?w=285&h=249 

Aubry soumise au lobby sioniste.

http://lesouffledivin.wordpress.com/2010/11/10/aubry-denonce-le-communautarisme-a-un-diner-du-crif/       

 

Donc, DSK ose se réclamer du "socialisme" (Défense de rire ! Car il est celui qui, au FMI, programme l'austérité, la régression sociale et les sacrifices pour les peuples, afin de sauvegarder la grande Finance internationale - cherchez l'erreur, et le P.S. ose le mettre en avant ??? Ce fait, à lui seul, suffit à discréditer ce parti qui n'a plus rien de populaire et encore moins de socialiste), alors qu'il est comme les radis, rouge à l'extérieur, blanc (même pas immaculé !) à l'intéreur. Mais la fille du centriste Jacques Delors (libéral avec un vernis social), malgré son côté militant, épouse finalement la même idéologie. Eh oui, chers Lecteurs ! La France ne vaut pas mieux que les Etats-Unis, notre modèle actuel via Sarkozy  l'Américain. Deux grands partis se disputent le pouvoir, l'un très libéral détruisant toute trace de social, comme les Républicains Outre-Atlantique, l'autre masquant son libéralisme et son alignement sur les Anglo-Saxons et les Israéliens derrière des discours prétendûment sociaux, aux accents populaires pour mieux berner l'électorat modeste. Comme leurs homologues démocrates ! Alors, Msieurs-Dames, choisissez: Mondialisation dure, ultra-libérale, militaro-financière, ou mondialisation soft, très libérale, militaro-financière ? La devanture change, la boutique est la même; Les marionnettes se suivent, et, finalement, se ressemblent ! Et en coulisses, les marionnettistes se frottent les mains. Le Nouvel Ordre Mondial ultra-libéral, militaro-financier, au service du Grand Capital, des Grandes familles, des Oligarchies, progresse, inexorablement, et tant pis pour les protections sociales, tant pis pour les peuples, tant pis pour la démocratie, tant pis pour nos descendants, tant pis pour la paix... tant pis pour le devenir de l'humanité, aussi !

 


Dîner du CRIF : il y a des invitations que les communistes peuvent s’honorer de ne pas recevoir !
http://www.alterinfo.net/Diner-du-CRIF-il-y-a-des-invitations-que-les-communistes-peuvent-s-honorer-de-ne-pas-recevoir-_a42223.html
Malheur aux Non-alignés

 

Et justement, le CRIF peut se réjouir. Les films hollywoodiens nous servent tous les jours des tonnes de pellicules pour que nous versions des larmes sur les éternelles victimes de la Shoah, l'Histoire est ré-écrite, les Médias répercutent la "Bonne parole" (alignée, aux ordres), les Zélus font leur courbette devant les groupes de pression pro-israéliens, le Président exécute les ordres du CRIF et ne fait pas un pas sans un de ses membres, bref tout va pour le mieux, en France, dans le meilleur (?) des mondes néo-sionistes. Et Martine, à Lille, est allée, comme ses pairs, prêter serment d'allégeance, le CRIF est le passage obligé, aujourd'hui, sur les ex-terres gaulliennes, pour réussir en politique comme dans tous les domaines. En un mot, plus l'on se soumet au CRIF, plus l'on désigne les Arabes, les Musulmans, et surtout l'Iran, comme ennemis Numéro 1, plus l'on peut-être sûr de voir toutes les portes s'ouvrir. Malheur aux non-alignés ! La démocratie n'est pas pour eux. Une des plus grandes consciences de notre temps, Stéphane Hessel, en sait quelque chose, comme le grand journaliste Charles Enderlin, au service de l'information, lui, ou comme le militant Salah Hamouri: Pour ce dernier, les Elus ne se mobilisent pas. On préfère se ranger, ouvertement, derrière un soldat de Tsahal, Gilad Shahit, prisonnier de guerre. Notre monde a perdu la tête ! Ainsi, il est permis de violer le Droit international, mais il est interdit de boycotter les contrevenants. Tout est inversé ! Babylone la prostituée, encore et toujours...

 

Oui, mais la "Babylone" occidentale prêche ouvertement pour le choc de civilisations, plus exactement, pour la guerre contre l'Iran, pays millénaire qui n'a JAMAIS attaqué personne. Parce que ce pays, légitimement, refuse de s'aligner sur l'Occident ultra-libéral, inique, prédateur et assassin ! Parce qu'il regorge de richesses ! Parce qu'il faut le soustraire à l'influence du rival chinois, la vraie hyper-puissance du nouveau siècle ! Au grand jeu des rivalités, des appétits, les peuples sont sacrifiés. Encore et toujours. Surtout avec une Amérique décidée à défendre jusqu'au bout les vestiges de sa puissance !

 

Martine Aubry, sans doute future candidate en 2012 pour le PS, est appelée à se soumettre: Libéralisme, guerre contre l'Iran, alignement complet sur les diktats d'Israël et des Anglo-Saxons. Se soumettre, ou se désister ! Et tant pis pour la France gaullienne, attachée à son indépendance, à la maîtrise de son destin, à la défense des Français. Pour l'emporter, il faut passer par le CRIF. Par Israël. Par le néo-sionisme. Par l'ultra-libéralisme. Et par la guerre contre l'Iran ! Une guerre qui, au final, parce que globale et nucléaire, risquera de sceller le sort de l'humanité... Effrayant !

 



dessin591_titom_israel_palestine.jpg

http://echosdesmontagnes.blogspot.com/2010/03/paul-eric-blanrue-licra-crif-front.html

 

 

Autant dire que l'alternative de "Gôche" passe par le renoncement aux préoccupations populaires, sociales, par la mise à mort des idéaux de justice, de paix, de fraternité. Et nous devrions fuir la peste de Droite pour nous réfugier vers le choléra de Gauche ?

 

Amis Lecteurs, la réponse est simple. Les faux choix, les impostures, les impasses, les pièges, et même l'apocalypse militaire ET financière, nous les refuserons. Le moment venu. Et pas pour nous jeter dans les bras de fausses solutions !

 

Le Pouvoir au service d'une Oligarchie militaro-financière ne se conquiert pas, il se combat. Les racines du mal sont profondes, et particulièrement préoccupantes.

 

Si nous voulons assurer un avenir digne de ce nom à nos enfants, il faut impérativement sortir des prisons dans lesquelles on veut nous enfermer. Notre combat doit être celui de la Vie, de la Justice, de la Paix. Tout le reste est imposture malfaisante...

 

Eva R-sistons

 

 

http://levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/archive/2009/06/23/television-c-dans-l-air-ou-c-sous-l-o.htmlfd1.jpg

 

Calvi pris en flagrant délit de STIGMATISATION des Musulmans.

 

Scandaleux ! Je viens d'écouter un ancien enregistrement que j'ai fait, C dans l'Air du 20 avril 2005, "Dans la peau de Benoît XVI". Calvi OSE demander ceci: "Est-ce que ça va être un Pape de combat (il hésite)... par exemple... face aux Musulmans... je ne dirais pas face aux Musulmans... face à l'Islam ?"  Et plus loin: "La rivalité notamment face à l'Islam de plus en plus "conquérant" est perçu comme tel par beaucoup de Catholiques même s'ils ne veulent pas le reconnaître...". Calvi, bien connu pour ses positions en faveur du Pouvoir libéral, atlantico-sioniste, est pris en flagrant délit de partialité, de racisme anti-Musulman, c'est avec ce genre de déclarations pointant du doigt le Musulman, l'Islam, comme l'ennemi, qu'on PORTE ATTEINTE à la paix sociale, et qu'on entretient le désir de partir en guerre contre les Arabes, contre les Musulmans, contre l'Iran...  Je pose gravement, solennellement, la question suivante (et je suis moi-même journaliste, attachée à l'indépendance de la presse, à la neutralité, au pluralisme, à l'impartialité): Peut-on se servir des Médias, de la Télévision, d'une Chaîne publique, financée par les Français eux-mêmes, pour attaquer un groupe d'individus, quel qu'il soit (hier le Juif, aujourd'hui le Musulman), pour inciter au choc de civilisations, à la guerre de religion, à la guerre ? Ce qui est dit, ici, est très grave, et devrait intéresser tous les défenseurs de la différence, du pluralisme, du bien-vivre ensemble, de la fraternité, du respect, et plus généralement, du... bien vivre !

Que font les défenseurs des Droits de l'Homme ? Que font les militants anti-racistes ? Que font les BHL ? Leur indignation est elle à sens UNIQUE ? La question doit impérativement être posée. Aujourd'hui, le racisme anti-Musulmans remplace le racisme d'hier, anti-Juifs. Tous deux sont aussi abominables. Alerte ! Si nous ne réagissons pas, demain nous serons emportés vers la guerre civile, et vers un choc de civilisations aux conséquences incalculables, car planétaires et nucléaires !

Eva R-sistons

 

Je joins un courriel reçu ce matin, significatif.

 

Bonjour,

Un nouveau commentaire vient d'être posté sur la note "http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/archive/2010/01/26/lettre-ouverte-d-un-medecin-a-nicolas-sarkozy-et-a-la-justic.html" du weblog "R-sistons.actu" :

"J'ai pu constaté autant que ex-étudiant nord africain en France, l'état psychique névrotique des immigrés et des étudiants nord africains. j'ai vu des doctorants qui passent plus de 4 ans dans des boulots minables et dégradants et avec le racisme qui sape leur équilibre psychique, ils sont devenus des névrotique en plus j'ai vu même certains étudiants faisant des hallucinations et développant une impulsivité , bref c'est ce que j'appelle le Syndrome Nord Africain ou le Syndrome de l'exilé d'une manière générale. d'en haut le pouvoir avec ces lois discriminatoires et d'en bas le citoyen moyen raciste viennent achèvent complètement et parfaitement ces jeunes cadres. Le poids est lourds pour ces gens là et les conséquence sont dramatiques. des étudiants nord africains assimilés aux jeunes de banlieue , des jeunes médecins africains assimilés à des voyous et des avocats à des voleurs..etc. La France perd sa réputation et je le confirme: j'ai entendu des diplômés nord africains dire nous sommes devenus racistes une fois en France ( contre racisme) , d'autres contre tout ce qui est français et pire "si nous aurons affaire à des français hors métropole, ça va faire mal" ajoutent-ils ! En Algérie, J'ai vu un responsable ( un ex-étudiant en France ) refuser d'attribuer des marchés aux seules sociétés françaises ! Voilà un constat authentique et un témoignage alarment..."

Bien cordialement,

L'équipe des Skynet Blogs

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xb9tr1_paul-eric-blanrue-les-reseaux-pro-i_news#from=embed

L'emprise des réseaux israéliens correspond à la montée de Sarkozy 

 

§§§

 

 

 Suite à l’acte de piraterie (10 morts) commis par la marine israélienne, le CRIF et M. Prasquier (son président) ont continué à manifester leur soutien total à Israël, en demandant à ce que l'on « n’importe pas en France le conflit israélo-palestinien »…
Le CRIF, lui, n’importe pas le conflit en France ?  Il est Israël en France !  Il est la véritable ambassade de l’entité sioniste, exerçant son contrôle à tous les niveaux de la société française (politique, médiatique, judiciaire, etc.). Malgré cela, des « élus » du peuple français osent encore se laisser inviter au dîner annuel du CRIF, cautionnant ainsi le sionisme, Israël et ses crimes.

(..) http://www.partiantisioniste.com/communications/bientot-des-revelations-sur-nos-hommes-politiques-0433.html

 

 

Aubry dénonce le communautarisme…à un dîner du CRIF!

Bientôt des révélations sur nos hommes politiques

        .

Je me demande si notre oligarchie se rend compte de sa duplicité parfois. Appeler à refuser la montée des communautarismes en participant à un dîner du CRIF il faut quand même le faire non? A croire que pour elle le CRIF n’est pas un lobby communautariste pro-sioniste. Et elle voudrait nous le faire croire à force de montrer combien nous sommes liés par le sang avec Israël.

Mais le peuple est lui à des années lumières de ces considérations. Il vit au milieu de noirs, de musulmans, de juifs, de blancs et voudrait que tout le monde soit respecté sur un même pied d’égalité. Or il semble acquis pour notre oligarchie que le communautarisme sioniste doit être défendu et soutenu coûte que coûte. On se demande bien pourquoi? Peut-être est-il utile en agitant le danger de l’islamisation de la France et ainsi permet-il de justifier nos atrocités contre les peuples orientaux. Quoi qu’il en soit c’est scandaleux de voir que le parti socialiste qui se dit de gauche se complaît à être au côté des sionistes en oubliant le sort des palestiniens, ou bien en ignorant les atteintes morales aux “nègres” qui sont faites en France en toute impunité pour le coup. Ce parti est en train de se couper de sa base électorale à force de vouloir défendre des causes qui ne le concernent pas. Israël c’est le problème des sionistes pas celui du peuple français. Ou alors on aimerait s’en emparer à bras le corps pour vérifier pourquoi certains dénoncent l’histoire telle qu’elle a été écrite après la guerre sur l’existence des chambres à gaz, sur le nombre de juifs réellement massacrés etc…Lorsqu’on se veut être une communauté à part entière de la république on accepte de rentrer dans le débat public. Or le fait de le refuser et de stigmatiser comme fachiste celles et ceux qui dénoncent le sionisme montre bien que cette communauté se vit comme étant au-dessus des lois et entend le rester. Cette visite de Martine Aubry au CRIF de Lille montre bien que le PS entend se soumettre une fois au pouvoir au communautarisme sioniste dans notre pays qui sème la haine et le désordre républicain.

A croire que pour envisager une campagne électorale dans notre pays  il est bon de mettre de son côté le lobby sioniste car il détient les leviers du pouvoir.

 

http://lesouffledivin.wordpress.com/2010/11/10/aubry-denonce-le-communautarisme-a-un-diner-du-crif/

 

§§§


 

Invitée à un dîner organisé par le CRIF à Lille le 8 novembre 2010, Martine Aubry a condamné le boycott d'Israël…Invitée à un dîner organisé par le CRIF à Lille le 8 novembre 2010, Martine Aubry a condamné le boycott d'Israël…

Élections présidentielles : Martine Aubry déjà investie par le CRIF ?


En cette période de mécontentement profond des Français à l’égard de Nicolas Sarkozy et de sa politique, les ambitions s’aiguisent en vue de l’élection présidentielle de 2012. Bien-sûr, le Parti Socialiste (PS que beaucoup appellent « Parti Sioniste ») se voit déjà à l’Élysée, utilisant le mécontentement justifié des salariés pour mieux les tromper et les trahir ensuite…

Ainsi les primaires socialistes ont déjà commencé. Cela signifie-t-il que Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal, François Hollande, etc. sont déjà en campagne auprès de leurs militants ?  Hélas non, vous nous avez mal compris. Nous voulons parler ici des vraies élections primaires : celles de l’allégeance au lobby sioniste et à Israël.

Il est vrai que pour Dominique Strauss-Kahn, il y a longtemps que cela est fait, et qu’il n’a plus besoin de donner de gages à Tel Aviv et au lobby. Il faut donc que Martine Aubry, Première secrétaire du PS, ne soit pas en reste. Et bien c’est désormais fait. Lors d’un repas organisé le 8 novembre 2010 par le CRIF – Conseil Représentatif des Institutions juives de France – à Lille (c’est aussi ça la décentralisation !), Martine Aubry a condamné le boycott de l’entité sioniste et de ses produits. Elle a en outre déclaré : « J’ai toujours combattu avec la plus grande détermination les tentatives faites par certains de vouloir importer le conflit du Proche-Orient dans notre ville ». Martine Aubry a tenu ce discours devant les plus hauts représentants du CRIF. Or, tout le monde sait que le CRIF est l’ambassade bis de l’entité sioniste en France, et se caractérise par son soutien permanent et inconditionnel à la politique de Tel Aviv. Une autre de ses fonctions est la pression et la surveillance de la classe politique française, des gouvernements successifs et des médias. L’une de ses tâches consiste ainsi à décerner des bons points aux personnages politiques français alignés sur Israël, et à leur indiquer les axes de la politique à suivre. Et c’est bien ce qui a été fait à Lille, ce 8 novembre 2010.

Martine Aubry et Charles Sulman (Président de la délégation régionale Nord Pas de Calais du CRIF) se sont réjouis du jumelage entre la ville de Lille et celle de Safed en Israël, instauré en 1988 par Pierre Mauroy (qui bien-sûr assistait lui aussi au dîner). On a ainsi appris qu’un partenariat avait été signé par ces deux villes il y a quelque mois, portant sur la santé, l’emploi des jeunes, la culture, le développement durable et des micro-projets. Une insulte de plus à la souffrance palestinienne, montrant bien de quel côté se trouve comme toujours le PS, à savoir aux côtés du sionisme. Il est vrai que lorsque l’on connaît l’usage répété de la guillotine contre des dizaines de patriotes algériens entre 1956 et 1958, avec M. François Mitterrand alors Garde des Sceaux, on ne s’étonne pas de cette continuité du Parti Socialiste dans le soutien de toutes les politiques coloniales anti-arabes. Et aujourd’hui, Israël est à l’avant-garde dans ce domaine. Pourtant, le lobby sioniste n’en a jamais assez, et Charles Sulman a dit espérer encore plus de coopération entre la ville de Lille et celle de Safed. Comment Martine Aubry pourrait-elle le lui refuser ?

On aurait pu croire que ce dîner se limiterait à des questions régionales, voire nationales, mais pas du tout. Charles Sulman était là pour désigner une fois de plus la République islamique d’Iran comme cible. Il a ainsi repris les arguments habituels du lobby sioniste pour tenter de conditionner l’opinion française, et la préparer psychologiquement à des agressions contre l’Iran, la Syrie ou le Liban, bref contre tous ceux qui forment le Front de la Résistance et ne se couchent pas devant Tel Aviv. M. Sulman (Président de la délégation régionale Nord Pas de Calais du CRIF), a donc indiqué lors de ce dîner à l’éventuelle candidate à l'élection présidentielle Martine Aubry, quelle devra être la politique étrangère de la France !  A savoir : faire de l’Iran notre ennemi principal, afin d’exécuter fidèlement les ordres de Tel Aviv… !

Pour l’occasion, Richard Prasquier (président du CRIF), avait lui aussi fait le déplacement, confirmant que ce dîner avec Martine Aubry dépasse largement le cadre régional. Et, comme à son habitude, il a agité l’épouvantail de l' « antisémitisme », qui selon lui « se fixe chez les jeunes générations, dans certaines zones prioritaires, certains groupes scolaires ». En cas de victoire du PS en 2012, les futurs ministres socialistes de l’Intérieur (« certaines zones prioritaires » signifiant les banlieues) et de l’Éducation nationale (« certains groupes scolaires ») ont ainsi déjà leur feuille de route, fixée par le CRIF et le lobby sioniste.

Toujours selon Richard Prasquier, « la vérité, c’est qu’on accorde en France une importance anormale à ce conflit. Ces discours sont repris par des courants bien-pensants, droits-de-l’hommiste ». Nous notons que selon M. Prasquier, l’expulsion de tout un peuple de sa terre ancestrale, ainsi que la colonisation qui se poursuit et s’accentue chaque jour en Palestine, sont un « conflit » qui ne mérite pas qu’on lui donne en France « une importance anormale ». Ce message vise directement les journalistes honnêtes et certains médias, qui font connaître aux Français le drame du peuple palestinien, la réalité de l’entité sioniste (un système d’apartheid et de domination) et les menaces permanentes que représente Tel Aviv pour la paix mondiale. Ordre est donc donné par le CRIF aux socialistes, une fois au pouvoir, de trouver les personnes et les moyens pour faire taire tous ces gens-là. Pauvre Charles Enderlin, journaliste et correspondant de France 2 en Palestine : vos ennuis et vos procès avec le lobby sioniste, dans le but de vous faire taire, ne risquent pas de s’arranger avec le PS à l’Élysée !

Quant aux « courants bien-pensants, droits-de-l’hommiste » désignés par Richard Prasquier, il s’agit tout simplement du tissu associatif de sensibilisation et d’aide au peuple palestinien. Gare aux subventions, quand il y en a, et aux difficultés diverses à l’horizon (comme les refus de salles de réunion par exemple) !

Martine Aubry et le PS ont bien compris tous ces messages. Ils les connaissaient d’ailleurs déjà très bien, depuis tout le temps qu’ils les mettent en pratique. Bien-sûr, le candidat socialiste à l'élection présidentielle – quel qu’il soit – continuera comme par le passé à être soumis au lobby sioniste, et à aider Israël (à qui, ne l’oublions jamais, des dirigeants socialistes français ont donné l’arme nucléaire en 1956). Nous continuerons pour notre part à dénoncer le PS (Parti Sioniste), en particulier quand celui-ci essaie, auprès des couches sociales les plus touchées par la politique de Sarkozy, de dissimuler son alignement sur Tel Aviv derrière un programme « social » des plus fumeux qui ne fait guère d’illusions. Il faudra que tous ceux qui n’acceptent pas la domination insolente d’Israël et de son lobby en France ne se laissent pas enfermer dans le dilemme UMP ou PS. Mais, le moment venu, il leur faudra combattre les deux avec la même intransigeance et fermeté. Car dans les deux cas, la ligne directrice est donnée par le même chef d’orchestre : le CRIF. Et si l’élection présidentielle française était finalement devenue une élection interne au CRIF ?


Parti Anti Sioniste

 

http://www.partiantisioniste.com/communications/elections-presidentielles-martine-aubry-deja-investie-par-le-crif-0529.html

________________________________________________________________________________________

http://mecanopolis.wordpress.com/category/antagonisme-de-classe/ - (Image illustrant le post "La mondialisation de l'idéologie islamophobe")

otoons_war.jpg


LA LONGUE MARCHE DE TRAHISON NATIONALE DES MARIONNETTES US et L’ERRANCE STRATEGIQUE DES PARTISANS D’UNE FRANCE LIBRE, REPUBLICAINE ET SOCIALE
Claude Beaulieu

vendredi 12 novembre 2010, par Comité Valmy


Pendant la guerre patriotique et antinazie de notre peuple, les dirigeants étasuniens se sont ingérés en permanence, dans la politique de la France résistante. Ils ont souhaité écarter De Gaulle, empécher l’alliance des gaullistes et des communistes, notamment à travers le CNR dont ils ne voulaient pas. -Ils ont d’ailleurs pu obtenir que le CNR et son programme ne survivent pas à la Libération. En effet, même si des réformes importantes inspirées de son programme furent appliquées, le CNR, l’élan politique, l’esprit de Résistance et le chemin qu’ils traçaient, furent écartés- L’ hostilité stratégique américaine envers Jean Moulin et sa mission unificatrice était telle, que l’on peut envisager l’hypothèse qu’ils aient joué un rôle décisif, dans la trahison qui a conduit à la mort de celui-ci. Ce qui est certain, c’est que les dirigeants étasuniens ont organisé en France pendant les années de guerre, une cinquième colonne de politiciens à leur service : les futurs fédéralistes euro-atlantistes. Ceux-ci, depuis la Libération et en dehors des parenthèses gaullistes, depuis plus de 60 ans, ont accaparé l’essentiel du pouvoir politique dans notre pays. Aujourd’hui encore, cette réalité perdure.


Voir en ligne : Comment l’Ouest fut conquis - Frances Stonor Saunders — Who Paid the Piper ?

MIitterrand_recoit_la_Francisque.jpg Comment en est-on arrivé là ? A Sarkozy et à son culte de la personnalité omniprésent, à un pouvoir personnel en apparence tout puissant mais en réalité, à un Président de la République disposant certes contre la France et son peuple d’une immense capacité de nuire, tout en étant cependant vassalisé et sous contrôle, enserré dans le carcan euro-atlantiste.

Contribuer au décryptage de l’engrenage politique qui, depuis la Résistance, a conduit à l’actuelle situation d’échec du peuple laborieux, des forces réellement progressistes et anti-impérialistes, attachées à la souveraineté populaire et nationale, à la République et à la démocratie , impose quelques rappels historiques, nécessairement limités.

Dès le 6 juin 1942, dans une note accompagnant des documents et envoyée à Molotov par l’intermédiaire de l’Ambassadeur d’URSS à Londres, de Gaulle démontre que la priorité du combat antinazi ne l’empêche pas de percevoir très tôt, le danger que la politique concurrente d’hégémonie mondiale des Etats Unis, représente déjà pour l’indépendance, la souveraineté de la France et pour la paix dans le monde :

« L’impérialisme américain se manifeste sous des formes multiples et diverses. Certains de ses représentants raisonnent en terme de domination des USA sur le monde occidental… D’autres représentants, tenant de l’impérialisme économique, désirent que les USA instaurent un mode de vie pour le monde entier, qu’ils contrôlent et gèrent partout les ressources et le commerce ».

En mai 1942, en réaction à l’occupation britannique de Madagascar qui s’est faite à son insu, de Gaulle reçoit Bogomolov puis rencontre Molotov à Londres. Celui-ci l’assure du soutien de l’URSS dans cette épreuve. Le Général renforce, en accord avec Molotov, le partenariat stratégique franco-soviétique. La constitution de l’escadrille Normandie Niémen, élément symbolique de cette coopération, est accélérée à cette occasion.

En 1942 encore, le Front National est créé par les communistes et les FTP qui, par leur patriotisme et leur osmose avec la classe ouvrière, « restée seule dans son ensemble, fidèle à la France profanée » ( François Mauriac), ont conquis une position forte parmi les forces essentielles de la Résistance intérieure.

Fernand Grenier, ex-député communiste démobilisé en août 1940, a immédiatement repris ses activités militantes. Il est arrêté dés le 5 octobre et parviendra à s’évader du camp de Châteaubriant en juin 1941. Jacques Duclos le charge courant 1942, pour le Comité Cental clandestin du PCF, d’établir des relations avec les formations de la Résistance non communiste, et notamment avec les gaullistes. Fernand Grenier et Rémy arrivent à Londres, le 11 janvier 1943 où Grenier va rencontrer le Général de Gaulle. Il est porteur d’une lettre du Comité Central donnant « l’adhésion du PCF à la France Combattante pour la libération de la France » et, d’une seconde lettre signée Charles Tillon au nom des FTP. L’objectif du Parti Communiste, souligne Fernand Grenier, est de contribuer à l’unification de la Résistance. Le PCF et la CGT participeront à la création sous l’impulsion de Jean Moulin, du Conseil National de la Résistance, le 27 mai 1943.

Le 10 décembre 1944, après que De Gaulle et Staline aient eu à Moscou, des entretiens politiques, un traité franco-soviétique d’alliance et d’assistance mutuelle est signé par Molotov et Georges Bidault « dans le but d’éliminer toute menace de l’Allemagne et de faire obstacle à toute initiative de nature à rendre possible une nouvelle tentative d’agression de sa part ». Il est prévu que l’Allemagne de l’Ouest aurait la capacité de reconstituer rapidement ses forces et sa capacité de nuisance, le traité devra donc être reconduit 20 ans plus tard. Si ce traité est clairement orienté contre la traditionnelle volonté d’hégémonie allemande, il est probable que de Gaulle y ait également vu un élément d’équilibre par rapport à l’impérialisme américain, sorti seul renforcé de la guerre.

rencontre.jpg

L’alliance franco-soviétique, qui s’était déjà exprimée à travers l’envoi sur le front de l’Est de l’escadrille Normandie- Niémen, ne résistera pas à la promotion de la guerre froide symbolisée, avant la lettre, par les bombardements atomiques américains d’Hiroshima et de Nagasaki.

Les vainqueurs des nazis refusent aux Allemands de l’Ouest un Etat unitaire et lui imposent un système fédéral. Les américains jouent un rôle moteur dans cette décision qui renforcera les partisans d’un fédéralisme mondialisé, contre les Etats Nations. Depuis, l’Allemagne utilise ce fédéralisme, qui était censé l’affaiblir, pour construire méthodiquement sa domination sur l’Europe fédérale des Länder, atlantiste et néo-libérale, qu’elle entend imposer aux peuples de notre continent. Dans cette démarche historique, liée à la mondialisation, elle est aussi secondairement, rivale des Etats-Unis.

Formé le 13 novembre 1945, le deuxième gouvernement de Gaulle comprend quatre ministres communistes. Deux participaient déjà au GPRF à Alger. Celui-ci avait dû imposer aux américains sa souveraineté sur les territoires à libérer. En effet, Roosevelt et Churchill craignaient l’union du peuple de France. Les Américains, comme de Gaulle l’avait vu dès 1942, entendaient tout comme aujourd’hui gouverner la planète. Ils redoutaient que l’alliance patriotique, républicaine et progressiste que représentait le Conseil National de la Résistance perdure après la libération et se traduise politiquement par une sorte de compromis historique. Ils tentèrent d’installer le Général Giraud, leur allié, à la tête du CFLN et préparèrent la mise en place en France de L’AMGOT, un gouvernement militaire américain d’occupation. La souveraineté et l’indépendance de la France ne devaient pas être rétablies, tandis qu’une monnaie supranationale, précurseur de l’Euro, serait imposée aux Français, dans une perspective euro- atlantique en gestation.

Le CNR adopte le 15 mars 1944 son Programme, plateforme politique clairvoyante et réaliste, pour la France libérée. Ce texte affirme que la « mission de combat (de la Résistance) ne doit pas prendre fin à la Libération ». C’est un programme républicain, d’indépendance nationale, de rénovation et de démocratie sociales, prévoyant une planification économique, des nationalisations, (celle des banques en particulier), la Sécurité Sociale, une presse libérée du pouvoir de la finance …

De_Gaulle_1945-3.gif

Photographie : 1945, avec Charles de Gaulle sur les Champs Elysées, le résistant communiste Georges Marrane.

Les acquis sociaux importants de la libération découlent pour l’essentiel de l’application de ce programme qui aurait dû servir de fondation à un vaste front uni majoritaire. Les bases objectives pour ce rassemblement existaient, en contradiction avec la politique des blocs que tramaient les dirigeants américains et leurs alliés ou agents, et qui allait se traduire par l’application du Plan Marshall, la création de l’OTAN en 1949 et la stratégie de construction à marche forcée de l’Europe fédérale.

Ces acquis de la Libération ainsi que d’autres conquêtes populaires, seront systématiquement remis en cause par le pouvoir de la finance lié aux grandes banques américaines. La construction par étapes de l’Europe du capitalisme à perpétuité et de la concurrence libre et non faussée, accéléra cette régression économique, sociale et démocratique, qui fut d’abord masquée. Elle devint cynique et massive à partir de l’Acte unique, de Maastricht, d’Amsterdam et de Nice.

Elle fut menée à travers une forme de compétition -émulation ou dans une collusion sans fard, entre les gouvernements fédéralistes de droite et ceux qui se prétendaient de gauche. (cette collusion politique, cette complicité de classe des artisans de la politique du « pareil au même » s’afficha en particulier lors du sommet de Barcelone qui parmi d’autres décisions antisociales, vit le couple Chirac- Jospin voter la privatisation rampante d’ EDF – GDF).

moulincouleur.png Le CNR a été constitué à l’initiative de Jean Moulin, malgré l’opposition affirmée d’Henri Frenay ( membre du 2ème Bureau de Pétain) dont les relations avec Vichy ne cessèrent qu’en fin 1942 et qui fut en relation politique et stratégique dès le 4 avril 1943, avec le centre américain de l’OSS (future CIA ) à Berne, en Suisse, notamment pour le financement du réseau Combat. ( "Un coup de poignard dans le dos du Général" estima Jean Moulin qui accusa Frenay d’être un agent des américains. )

vienouvelle1942_avril.jpg

Photographie : inauguration le 18 avril 1942, de l’exposition "la vie nouvelle" au Grand Palais à Paris à la gloire de l’Europe et de la collaboration franco-allemande.

Après la Libération, Henri Frenay combattra les idées du CNR et en particulier, sa politique d’indépendance et de souveraineté. Il deviendra Président d’une organisation hostile à la souveraineté populaire et nationale, l’Union Européenne des Fédéralistes dont il reconnaîtra en 1988 qu’avec de nombreuses autres officines elle fut, elle aussi, largement financée par les services américains à l’origine de la "construction" européenne et atlantiste.

Par anticommunisme, le CNR a très rapidement été sabordé, en particulier par son Président démocrate chrétien Georges Bidault créateur, du MRP, qui allait participer à la démarche supranationale européiste dont il fut l’un des promoteurs. Il devait d’ailleurs soutenir ensuite la tentative de coup d’Etat d’Alger en 1961.

Après la démission de Bidault, Louis Saillant lui succèdera le 15 septembre 1944 à la tête du CNR. En réalité, cet outil exceptionnel d’unité nationale et républicaine, de progrès social et démocratique, est volontairement écarté de la réalité politique, alors que l’esprit de la Résistance s’estompe chez certains anciens résistants. La responsabilité historique de ceux qui adoptèrent ce choix, soit pour des objectifs de classe et la mise en pratique d’une politique de trahison nationale, soit par cécité politique et crainte du peuple, s’avère aujourd’hui considérable.

Le Général de Gaulle démissionne de la Présidence du Conseil le 20 janvier 1946. Il désapprouve les institutions en préparation qui établiront un régime d’Assemblée alors qu’il souhaite, non sans raison face aux manigances des Américains et de leurs agents, un exécutif fort. Malgré son grand prestige populaire, de Gaulle est à ce moment isolé face aux partis politiques. Aucun d’eux ne le soutient.

Lui qui, à Londres avait demandé à Fernand Grenier si le PCF allait prendre le pouvoir, semble obsédé par l’influence et la puissance des communistes en effet considérables à cette époque. Le Général de Gaulle probablement influencé un temps, par la stratégie de la tension déjà développée par les Américains, s’est fourvoyé quand il n’a voulu voir dans les communistes que des « séparatistes », des agents de Moscou prêts à livrer la France à une Union soviétique souhaitant occuper notre pays. L’URSS exsangue n’était manifestement pas capable d’envahir la France et Maurice Thorez , en faisant déposer les armes aux milices patriotiques, avait démontré avec l’appui de Staline, que la direction du PCF n’avait aucune intention de sortir du légalisme.

Les communistes resteront au gouvernement jusqu’à leur exclusion en mai 1947 (par le socialiste Ramadier). Cette posture de Charles de Gaulle était aussi manifestement erronée et subjective que celle de Maurice Thorez l’accusant lui-même plus tard, devant le CC du PCF, d’être un fasciste aux ordres de la CIA. Des responsables communistes lucides, et qui avaient eu un rôle éminent dans la Résistance, tels que Laurent Casanova, Marcel Servin, Maurice Kriegel-Valrimont et d’autres, furent écartés de leurs responsabilités pour avoir notamment, contesté cette analyse non fondée de Maurice Thorez affaibli par la maladie. Kriegel-Valrimont, au cours d’un entretien avec la direction du Parti, s’est élevé contre l’idée que le gaullisme entrainerait la France dans une dépendance toujours plus grande à l’égard des Etats-Unis...

Dans les faits, cette vision non fondée allait entraîner le PCF dans l’engrenage d’une stratégie contre nature d’alliance privilégiée avec des dirigeants socialistes euro-atlantistes forcenés et, ultérieurement, à la promotion politique de François Mitterrand dont l’un des buts avoués était de marginaliser les communistes.

Ami de Frenay, Mitterrand qui a participé en mai 48, au congrès de La Haye qui allait consacrer la naissance sous direction américaine du Mouvement européen, allait, fidèle à son atlantisme sans rivage, être le promoteur du traité de Maastricht. Dans les derniers mois de son existence, il déclarait pourtant, dans un entretien accordé au journaliste Georges Marc Benamou : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans morts. Apparemment [...] Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. »

Cette lucidité étrangement tardive, n’enlève rien au fait que ses choix politiques concrets en ont fait, par anticommunisme, l’un des principaux agents de l’euro-atlantisme supranational en France.

L’interminable persévérance des dirigeants communistes, dans leur erreur stratégique, en le privant de son rôle d’avant-garde liant les questions sociale et nationale, conduira le PCF pas à pas, à devenir un supplétif d’un PS de plus en plus investi par les trotskystes, dont l’idéologie antinationale accentuera le dogmatisme fédéraliste.

Elle l’amènera inéluctablement à son état de déliquescence actuel, malgré le dévouement souvent admirable de ses militants. Sans qu’il n’y ait eu le moindre débat sur cette question dans les organisations de base du parti, et pour l’essentiel à l’insu des militants, les dirigeants du PCF se sont progressivement, dans les années qui suivirent le traité de Maastricht, alignés sur le fédéralisme sans nuance et dogmatique de la social-démocratie.

Pourtant, depuis la guerre et l’alliance dans la Résistance des gaullistes, des communistes et des autres républicains authentiques, les conditions existent -malgré la complexité des situations qui se sont succédées- qui permettraient une autre politique conforme aux réalités géo- politiques et aux conditions de la lutte en France comme dans le domaine international : celles du rassemblement autour du programme du CNR actualisé. Elles ne sont pas obsolètes.

Jacques_Duclos_en_1959.jpg Ainsi, un moment important de la politique du PCF tend à être occulté. Il confirme que cette question cruciale s’est bien posée pour les dirigeants communistes. Le 3 septembre 1952, lors de la réunion du Comité Central à Montreuil, pendant la guerre de Corée, et devant le risque d’extension du conflit, Jacques Duclos lance un appel à constituer « un puissant front national uni ». Il affirme très justement alors, dans les « Cahiers du communisme » : « C’est seulement l’existence d’un puissant Front national développant son action de masse à travers le pays, qui peut imposer les changements correspondants aux exigences de la situation et faire triompher une politique nouvelle ».

Cette démarche sera abandonnée, à ma connaissance sans explications critiques ou autocritiques, quelques mois plus tard. Ce renoncement semble correspondre chronologiquement au retour, en avril 1953, de Maurice Thorez d’URSS où il était soigné. Cette coïncidence pose la question du rôle éventuel du PCUS.

Le 29 octobre 1953, Maurice Thorez estime pourtant dans une interview :"...la question de l’indépendance nationale est maintenant posée avec force et se trouve placée au centre de toute la vie politique de la France... C’est pourquoi le front de lutte tend à englober toutes les classes laborieuses et en même temps d’autres milieux, c’est à dire tous les Français qui veulent reconquérir l’indépendance et la souveraineté nationales... L’union et l’action de toutes les énergies nationales et démocratiques constituent le problème décisif de l’heure, l’unité de la classe ouvrière étant la condition d’un tel rassemblement." (histoire du PCF page 551 - Editions Sociales- 1964).

thor_et_Duclos_CNR.jpg

Photographie : Maurice Thorez et Jacques Duclos le 1er mai 1945

En réalité, les conséquences de la démission de Charles de Gaulle en 1946, de son obsession anticommuniste, celles également de l’incapacité du PCF à promouvoir une stratégie durable, fondée sur le programme du CNR actualisé, et construit dans l’alliance des forces patriotiques, progressistes et républicaines, seront totalement délétères.

Elles conduiront à un quasi monopole du pouvoir, sur une très longue période historique, de l’ennemi de classe principal, le parti américain. Celui-ci, représenté par les organisations et les personnalités politiques les plus dangereuses, celles qui appliquent en France depuis la guerre et sous hégémonie germano-américaine, la politique stratégique de domination euro- atlantique et d’intégration européenne, tout en imposant un capitalisme de plus en plus barbare. Les mêmes atlantistes ou leurs continuateurs disposent aujourd’hui en France d’un pouvoir au totalitarisme grandissant.

En 1954, l’alliance de fait entre les députés gaullistes et communistes, qui voteront ensemble et unanimes, a permis à l’Assemblée Nationale de rejeter la CED le 30 août, et confirmé alors leurs convergences sur cette question essentielle de la souveraineté... Guy Mollet secrétaire général de la SFIO et son parti (en tant que tel) de même que François Mitterrand, sont naturellement lors de ce choix crucial, dans le camp atlantique du renoncement national.

Le retour du Général de Gaulle à la tête de l’Etat en juin 1958, ouvrit une parenthèse qui réinstalla l’intérêt national et pour l’essentiel, l’esprit républicain, au poste de commandement. La politique d’indépendance et de souveraineté réaffirmée, fut notamment traduite par le rejet des bases militaires américaines de notre pays, le retrait de la France du commandement militaire intégré de l’Otan en 1966, l’établissement de relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine, la politique de détente, d’entente et de coopération avec l’URSS et les pays socialistes. Autres mesures clés : la condamnation de la guerre américaine contre le Vietnam, le discours de Pnom-Penh, la conversion en 1964, en leur valeur or, des réserves en dollars détenues par la Banque de France ainsi que la dénonciation du système monétaire américain qui lui permettait de faire financer par d’autres son déficit…

Les gaullistes, les communistes et d’autres républicains convergeront à nouveau en 1961 pour mettre en échec le putsch, à Alger, de généraux soutenus par la CIA, qui entendait favoriser l’éloignement du Général de Gaulle du pouvoir. Le parti communiste lança un appel à la grève générale qui fut suivi par 12 millions de Français. Lors de la crise de mai 1968, le PCF ne souhaita pas voir les atlantistes dits de gauche, toujours soutenus par les services américains et déjà conduits par Mitterrand, profiter des circonstances pour accéder au pouvoir.

vie033.jpg

Plus tard, face aux contradictions de la politique de programme commun, Georges Marchais dès l’automne 1974, et le 21 ème congrès du PCF, revint à plusieurs reprises, mais de manière velléitaire, sur l’hypothèse d’un rassemblement populaire liant la question sociale et la question nationale. Il lança le mot d’ordre d’union du peuple de France qui s’adressait aussi aux gaullistes, et aurait pu ouvrir une perspective et une alternative crédibles à la politique suicidaire d’union de la gauche, qui à toujours consisté à mener au pouvoir la fraction social- libérale des représentants de la bourgeoisie financière pro américaine et atlantiste.

Parmi les dirigeants politiques qui refusèrent la démarche de renoncement national et républicain, il faut citer Pierre Mendès France qui , s’abstint lors du vote sur la CED puis s’opposa au Marché Commun, avec une argumentation lumineuse, le 18 janvier 1957 à l’Assemblée Nationale :

« Le projet de Marché Commun tel qu’il nous est présenté est basé sur le libéralisme classique du XXème siècle selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes. L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique au sens le plus large du mot nationale et internationale. »

Aujourd’hui, les ralliements des Kouchner et autres Strauss-Kahn à Sarkozy, confirment qu

’il n’y a rien à attendre de nouvelles variantes d’une politique dite d’union de la gauche autour des sociaux libéraux, ou d’alter- mondialistes souvent hostiles à l’Etat, à la Nation et à la République.

La majorité populaire, patriotique et de progrès social, du non à la constitution européenne, n’indique-t-elle pas la direction à prendre, celle du rassemblement et du renouveau de l’esprit de la Résistance, de l’exemple du CNR et de son programme aux principes si actuels ? C’est le chemin de l’union du peuple de France !


Monde : Pour une stratégie populaire internationale solidaire, un front uni d’endiguement de la menace étasunienne et occidentaliste. Refus et rejet du nouvel ordre mondial impérialiste, dictatorial, et manipulateur des peuples. Pour le retrait de la France de l’OTAN.

Europe : Retrait de la France de l’UE intrinsèquement perverse, néolibérale, antisociale et atlantiste. Dénonciation et mise en échec de toute démarche nécessairement belliciste, de construction transatlantique, c’est à dire de fusion des Etats-Unis et de l’Union Européenne en un seul bloc impérialiste et occidentaliste intégré.

Etablir en Europe et à travers le monde, des alliances et coopérations mutuellement avantageuses entre peuples libres et nations souveraines.

France : Pour un retour à l’Union et à l’Esprit de la Résistance. Actualisation du programme du CNR.

Construire un rassemblement républicain progressiste et de progrès économique et social : l’union du peuple de France, afin de rétablir la souveraineté populaire et l’indépendance de notre pays, solidaire du front uni anti-impérialiste en construction à l’échelle du monde !

Claude Beaulieu - juillet 2007

.

Pour aller plus loin, lire également :

LE FACTEUR DE TRAHISON - Alexandre Zinoviev

Comment l’Ouest fut conquis - Frances Stonor Saunders — Who Paid the Piper ?

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article19

 

 

.

Source : Le blog de la section d’Hénin-Beaumont du PCF

 

André Gérin : L’armée française aux ordres ? Après l’OTAN, la Grande Bretagne et les USA

jeudi 11 novembre 2010, par Comité Valmy


andre_Gerin2.bmp Monsieur André GERIN attire l’attention de M. le ministre de la défense sur les traités de partenariat qui viennent d’être conclus avec la Grande-Bretagne.

Il s’agit de la création d’une « force expéditionnaire conjointe » de plusieurs milliers d’hommes, mobilisable pour des opérations extérieures bilatérales ou sous drapeaux de l’OTAN, de l’ONU ou de l’Union européenne.

S’il est rappelé que chacune des nations contractantes demeure libre de ses choix, nous sommes en droit de nous demander de quels types d’opérations extérieures il peut s’agir.

Nul n’ignore les approches géostratégiques différentes de la Grande-Bretagne et de notre pays. Nos voisins d’Outre-Manche se sont ainsi engagés sans réserve aux côtés des Etats-Unis pour conduire la guerre en Irak, sous des prétextes initiaux – la présence d’armes de destructions massives – aujourd’hui démentis. La France non seulement ne s’est pas rangée aux côtés de cette coalition mais a combattu à l’ONU cette décision de guerre.

Certes notre pays a rejoint le commandement intégré de l’OTAN en rupture avec tout ce qui avait fondé sa stratégie originale et sa vision du monde.

Ces accords de défense avec la Grande-Bretagne font craindre des allégeances encore plus grandes à l’égard de l’OTAN et des Etats-Unis, l’engagement de notre pays dans des aventures militaires que nous avons jusqu’à présent combattues. Le maintien de notre présence en Afghanistan est un exemple de cette dérive.

En plus de la force conjointe, Paris et Londres partageront, à partir de 2020, leurs deux porte-avions afin de permettre à l’un des pays d’opérer à partir du navire de son voisin, ce qui revient à dire que nous serions susceptibles d’intervenir, par la mise à disposition du Charles de Gaulle, dans des opérations où nos forces ne seraient pas engagées et que nous pourrions ne pas approuver.

Plus grave encore est le second traité concernant la coopération technologique sur le nucléaire militaire. La France va ainsi permettre aux Britanniques de vérifier l’état des matières destinées à leurs ogives en leur offrant l’accès aux technologies du site de Valduc en Bourgogne, rattaché à la direction des applications militaires du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). De la matière fissile sera ainsi transportée au Royaume-Uni vers Valduc pour y être testée, soumise à des simulations, puis rapatriée. Un centre de recherche sera en parallèle ouvert aux spécialistes des deux pays, dans le Sud-Est de l’Angleterre.

Il serait infiniment plus souhaitable que la coopération se déploie en vue du désarmement nucléaire et non d’un renforcement de l’arsenal.

L’inquiétude est d’autant plus vive que, comme dans le domaine conventionnel, la France et la Grande-Bretagne, cette dernière dépendante des Etats-Unis, n’ont pas les mêmes approches du rôle et de la place de l’armement nucléaire dans leur stratégie de défense.

Nous apprêtons donc à opérer des transferts de technologies dont nous ne maîtrisons pas les éventuelles finalités d’utilisation.

Le député demande à M. le ministre de la défense de lui préciser le contenu de ces accords qui seront, au final, au nombre de dix sept, et de prévoir un débat au Parlement sur ce sujet.

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article956

 

 

A lire et à voir aussi (Sélection d'une Lectrice, Maria):

.
Vidéos: Comment nourir tout le monde
.
.
.
Les terres rares (éléments rares) par H. Fouquereau
la possession de certaines matières premières entraînent des guerres
.
La tragédie des Chrétiens d'Orient : La responsabilité de l’Occident
carte-chretiens-orient
Chrétiens d'orient
.
L'UE veut modifier le Traité De lisbonne
(derrière le dos des Européens)
.
.

pieuvre_us.jpg

L’Union européenne envoie vos données bancaires aux Etats-Unis

Tous les virements entre banques européennes situées dans des pays différents passent par SWIFT, un organisme de compensation qui garantit la validité de ces échanges. SWIFT dispose de tout le détail des transactions dès lors que des banques situées dans deux pays différents sont concernées : émetteur, destinataire, montant, date (cf. l’article SWIFT chez Wikipedia)... Ce sont près de 90 millions de transactions qui sont enregistrées ainsi chaque mois...

Depuis fort longtemps, les Etats-Unis ont reconnu qu’ils espionnaient ces transactions. S’ils peuvent suivre ainsi tous les échanges commerciaux entre sociétés européennes, qui pourrait y trouver à redire ?

Visiblement pas l’Union européenne, qui vient de valider ce dispositif, contre quelques garanties ridicules des Etats-Unis. Ainsi les données ne seront conservées, en principe, 5 années seulement. Il est certain qu’un tel délai ne permet pas de copier les données ailleurs... Et un système va être mis à l’étude (d’ici à ce que ce dossier soit confié à Courroye...) pour qu’à l’avenir ce ne soient pas toutes les données qui soient systématiquement copiées mais seulement celles pour lesquelles des investigations sont en cours. Autant dire qu’une commission va se pencher sur la question. Enfin, un représentant européen aux Etats-Unis s’assurerait du bon usage des données. On parle du juge Bruguière, défenseur bien connu des libertés publiques (dans un rapport récent il admet qu’il ne sait pas à quel niveau sont diffusées les données SWIFT parmi les 1271 agences américaines participant à la lutte contre le terrorisme).

Il faut noter donc que face à une attitude totalement unilatérale et méprisante de la part des Etats-Unis, l’Union européenne n’a arraché que quelques concessions de surface. Un tel événement devrait suffire à mépriser définitivement cette organisation. La plupart des européens s’interdisent pourtant de trouver l’Union méprisable. Les Etats-Unis, eux, ne s’en privent pas puisqu’à peine un nouvel accord SWIFT validé, ils ont annoncé en septembre dernierqu’ils comptent s’asseoir dessus.


Au delà des questions économiques, financières et sociales, l’appartenance d’une démocratie à une institution aussi méprisable et soumise que l’Union européenne devrait susciter chez tout citoyen normalement constitué - et informé -, un sursaut de dignité. Sortir de ce carcan est une question qui finit par relever de la morale plus que de toute autre considération.

*

(les propagandistes de l’Union européenne chez Toute l’Europe ont traité ce sujet en brève, en juillet dernier, lors de la validation du dispositif par les députés européens. Ils sont payés pour dire du bien de l’Europe, pas pour informer... Un courageux a cependant conclu cette brève en interogeant un député européen hostile à l’accord, lui laissant ainsi le dernier mot.)

Par ailleurs, l’exemple de SWIFT montre que les Etats-Unis et leurs filiales sont parfaitement à même de suivre l’ensemble des transactions financières lorsqu’il s’agit de lutte antiterrorisme. Ce sont sûrement des raisons techniques insurmontables qui empêchent que l’on fasse de même avec la fraude fiscale...

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article947

 

 

Un siècle de coopération coloniale entre les sionistes et les organisations « socialistes »
MSRPP

Dans le cadre de la deuxième réunion du Conseil de l’Internationale Socialiste (IS) qui s’est tenue du 15 au 16 novembre à Paris, Martine Aubry, a accueilli Ehud Barak, président du Parti Travailliste « israélien » et vice-président de l’IS. Cette réception d’un haut responsable sioniste, qui occupait les fonctions de ministre de la « défense » lors de l’attaque israélienne contre Gaza en décembre 2008-janvier 2009 qui a fait plus de 1.350 morts et 5.450 blessés, est un évènement qui illustre les liens étroits unissant le PS français aux dirigeants sionistes.

Militaire de carrière, Ehud Barak a activement participé aux guerres de 1967 et 1973 contre les Arabes. Surtout, il fut commandant adjoint des forces « israéliennes » lors de l’invasion sioniste du Liban en 1982 et s’est illustré dans les assassinats et attentats perpétrés contre de nombreux cadres de la résistance palestinienne en Palestine, au Liban et ailleurs.

L’accueil chaleureux réservé par les socialistes français à Ehud Barak, s’inscrit dans une longue tradition de politique coloniale commune :

Dans les années 1930, à la demande de Haïm Weizmann (premier président de l’entité sioniste en 1948), le socialiste Léon Blum s’est impliqué dans la colonisation sioniste de la Palestine pendant le mandat britannique. Après la guerre 1939-1945, l’ancêtre du PS, la SFIO, a continué de soutenir le mouvement sioniste tout en s’efforçant de préserver l’empire colonial français.

Le 29 novembre 1947, au moment du vote pour le partage de la Palestine et la création de l’entité sioniste aux Nations Unies, approuvé par la France, la République française était présidée par le socialiste Vincent Auriol et la SFIO participait au gouvernement.

Le 15 mai 1948, au lendemain de la proclamation de l’Etat d’« Israël », l’organe de la SFIO, « Le Populaire », écrivait : « Le monde a trop à se faire pardonner à leur égard pour disputer aux juifs le droit de se grouper et de vivre selon leurs traditions et la possibilité de ne plus se sentir une minorité chez les autres. Ce droit et cette possibilité, la Société des Nations les leur avait reconnus. Ils l’ont, depuis, mérité par l’extraordinaire effort qui les a conduits à une victoire à la fois sur eux-mêmes et sur une nature hostile. La collectivité juive de Palestine était un fait. Elle entre, depuis cette nuit, dans la réalité juridique. De l’Europe où ils sont encore maintenus dans des camps, des milliers de juifs vont maintenant se diriger vers leurs camarades qui les accueilleront à bras ouverts. Ce nouvel Etat, nous lui souhaitons bonne chance. Car nous savons qu’il est essentiellement démocratique et que le socialisme y a implanté des racines solides. Ce n’est d’ailleurs que dans la mesure où il persévérera dans la voie du socialisme qu’il pourra se consolider. La plupart des postes-clés du gouvernement provisoire sont tenus par des ouvriers, des socialistes membres de notre internationale. Le monde doit accueillir l’Etat d’Israël par le souhait même qui est le "bonjour" des juifs palestiniens : " Que la paix soit avec toi " » [1].

A cette date, la Palestine est déjà occupée par les sionistes, et les Palestiniens qui ont laissé 14 813 morts sur le terrain sont en grande partie expulsés de leur terre. « Le Populaire »n’a pas évoqué ce nettoyage ethnique...

Reprenant les rênes du pouvoir le 1er févier 1956, le gouvernement dirigé par le socialiste Guy Mollet a préparé avec ses alliés sionistes et britanniques l’agression tripartite lancée contre l’Egypte nassérienne en octobre-novembre 1956 pour contrôler le canal de Suez. C’était l’occasion pour les socialistes français, qui avaient voté les « pouvoirs spéciaux », c’est-à-dire la torture généralisée, le 12 mars 1956 pour mater la Révolution algérienne, de renverser un gouvernement arabe qui soutenait activement le FLN algérien. Politique qui concordait parfaitement avec celle de l’entité sioniste et qui consistait à mettre à genoux le seul Etat arabe menaçant son hégémonie au Machrek.

Le même gouvernement de Guy Mollet a mis en œuvre la collaboration nucléaire entre la France et l’entité sioniste, avec la construction du réacteur nucléaire à Daymona dans le désert du Néguev. Cette arme sert jusqu’à aujourd’hui aux sionistes à maintenir l’ensemble du Machrek sous la menace d’une attaque nucléaire avec le soutien des puissances occidentales.

En 1991, la France gouvernée par les socialistes, entre en guerre contre l’Irak pour démanteler ce pays, affaiblir un des plus puissants pays arabes de la région, mettre la main sur ses richesses et ainsi protéger l’entité sioniste.

En accueillant Ehud Barak, le PS montre qu’il poursuit sa politique historique d’alignement sur le mouvement sioniste et l’entité qu’il a créée. Le PS reste dans le camp de l’oppression et de la colonisation. Si demain il était amené à gouverner le pays, le PS mènera la même politique de soutien inconditionnel à l’entité sioniste que Nicolas Sarkozy. Il n’y a rien à attendre du PS en matière de soutien à la cause du peuple palestinien et plus généralement en matière de soutien aux luttes de libération des peuples colonisés.

Nous condamnons aussi l’affiliation de partis « arabes » [2] à l’Internationale Socialiste, dont l’un des vice-présidents est responsable de massacres et de la spoliation du peuple palestinien. Nous nous demandons au nom de quoi ces partis acceptent de participer à une Internationale aux cotés du Parti Travailliste « israélien », qui participe activement depuis plus de soixante ans à la colonisation de la terre de Palestine ? Au nom de quoi ces partis acceptent-ils de se placer volontairement sous la tutelle des responsables du massacre de Gaza ?

La dénonciation des positions sionistes de l’Internationale Socialiste n’est pas pour nous une condamnation de la notion même de socialisme, qui est porteuse d’un désir de justice sociale et d’égalité réelle. Il est évident que ces désirs de justice et d’égalité ne peuvent être que dévoyés par des organisations défendant le projet colonial sioniste fondamentalement raciste et au service du système capitaliste et des grandes puissances.

S’il est désormais clair que la Palestine n’a rien à attendre du PS, elle n’en a guère plus à attendre des autres forces politiques de l’Hexagone, dont la politique oscille entre un alignement total sur la politique sioniste et une gestion humanitaire de la question palestinienne ponctuée par des appels incantatoires à une « paix » fausse et falsificatrice.

Pour le Mouvement de Soutien à la Résistance du Peuple Palestinien (MSRPP), le salut du peuple palestinien se trouve uniquement dans sa résistance et dans la capacité des peuples, notamment arabes, à la soutenir.

http://msrpp.blogspot.com/


[1] Dalloz Jacques, La création de l’Etat d’Israël, Paris, La Documentation française, 1993

[2] Partis membres de plein droit : Front des Forces Socialistes (Algérie), Parti Socialiste Progressiste (Liban), Union Socialistes des Forces Populaires (Maroc), Rassemblement des forces démocratiques (Mauritanie), Rassemblement constitutionnel démocratique (Tunisie) – Partis membres consultatifs : Fatah (Palestine), Forum démocratique pour le travail et les libertés (Tunisie), Parti socialiste yéménite (Yémen) – Partis observateurs : Parti démocratique jordanien de la gauche (Jordanie), Initiative nationale palestinienne (Palestine), Front Polisario (Sahara Occidentale).

URL de cet article 12076
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 10:58

2x2.gif
2x2.gif

daumier_gargantua-j.jpg

Daumier, Gargantua

 

Sommaire:

 

- Le Printemps des Sayanim (avec introduction d'Eva)

: Informateurs, en hébreu, collaborateurs occasionnels, volontaires, du Mossad

- Discours de l'Etat de l'Union

- Geab N° 47

- La rue peut réclamer la dissolution du Parlement ! (C. Delarue)

- Quelques jour en Sarkozie

- La grande misère de la police nationale

- Liens

NB C. O'Donnel élue, il faudra suivre la progression du mouvement extrémiste US, les Tea Parties !

 

 

Sayanim, Mossad, néo-évangéliques...

Introduction d'eva R-sistons


Un Lecteur, Jacob Cohen, m'envoie aujourd'hui un lien vers le Printemps des Sayanim.

 

Qui ne se pose pas de questions sur le Mossad, les services secrets israéliens ?

 

Pour moi, il tisse une toile d'araignées partout, comme les missionnaires évangéliques, l'un pour servir Israël, les autres les Etats-Unis (sous couvert d'évangélisation). Dans ma résidence à Marseille, il y a encore 4 ans, il y avait deux familles au service de Dieu - en réalité chargées de transmettre "la bonne parole" américaine, chargées de modeler les esprits pour les aligner sur la Pensée de l'Empire anti-démocratique, prédateur et guerrier.  Ce sont des soldats, non de Dieu, d'ailleurs le mot est incompatible, mais du Royaume temporel de Mâmon (Rappel, Bible: "Dieu, ou Mâmon, il faut choisir").

 

Le Mossad, lui, a des activités encore plus souterraines mais tout aussi politiques. Il recrute partout des agents, qui doivent tout savoir sur tout le monde, ce quadrillage des territoires est très anti-démocratique et inquiétant. J'en ai un pas loin de chez moi, nous nous connaissons, et je l'ai identifié comme tel. Notre relation est amicale. Mais son attachement à Israël, viscérale, surpasse toute autre considération. C'est ainsi, il faut le savoir. Au final, c'est malsain. Décidément, les intérêts des Etats et des puissants ne coïncident guère avec ceux des citoyens du monde entier ! C'est le moins que l'on puisse dire.

 

Donc, je vous joins ce texte à titre d'information, car je suis là pour vous informer, certes avec mon tempérament (passionné, gouailleur, frondeur, mutin... très français finalement, malgré l'origine russe de ma mère; mon héros préféré est Gavroche faisant un pied de nez aux puissants), mais en tous cas bien décidée à creuser avec vous tous les sujets dont on ne parle jamais alors qu'ils nous concernent tellement. Et certains engagent le présent et l'avenir des peuples, ils sont donc incontournables.

 

Voici donc quelques réponses aux questions que vous vous posez. Pour autant qu'elles soient sincères ! Mais là, c'est une autre affaire !

 

Bonne lecture, votre eva

 

TAGS: Sayanim, Mossad, évangéliques, services secrets, Israël, Etats-Unis, Bible, Marseille

 

 

"Le printemps des sayanim"

de Jacob Cohen, entretien
2x2.gif
2x2.gif
2x2.gif
par J. Cohen
2x2.gif
2x2.gif
arton1041-194x300.jpg2x2.gif
2x2.gif
2x2.gif

Jacob COHEN, LE PRINTEMPS DES SAYANIM, éditions l’HARMATTAN

Interview de l’auteur.  

 

Pourquoi ce titre ?

J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires.

Voulez-vous nous la rappeler ?

Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora qui, par « patriotisme », acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes, leur apportant l’aide nécessaire dans le domaine de leur compétence.

Comment avez-vous eu l’idée d’écrire sur les sayanim ?

C’est la conjugaison de plusieurs éléments. La lecture de tout livre sérieux sur le Mossad montre l’importance essentielle de ces citoyens juifs qui décident de travailler pour les services secrets israéliens. Imaginez des dizaines de milliers d’agents, occupant des fonctions dans toutes les couches sociales, et qui obéissent au doigt et à l’œil au Mossad. Il est à noter que les auteurs anglo-saxons sont beaucoup plus prolifiques sur ce sujet. Je suis d’assez près l’actualité proche-orientale, et je consulte les médias des 2 bords. Et je suis sidéré, presque fasciné, par la puissance médiatique du lobby pro-israélien. Et comment il arrive à faire rentrer dans les esprits, jusqu’à devenir des banalités admises, des concepts comme « la seule démocratie de la région », ou tellement aberrants, comme « assurer la sécurité d’Israël ». Le fait de savoir que des sayanim sont en grande partie le moteur de cette propagande permet une lecture plus lucide et plus pertinente de l’actualité.

Est-ce une réalité ?

Je comprends le sens de la question. Je cite Gordon Thomas au début du livre. C’est un spécialiste reconnu des services secrets, en particulier du Mossad. Tellement reconnu qu’il a interviewé tous les chefs du Mossad depuis les années 60, et tous ont admis, en s’en glorifiant, l’apport crucial des sayanim à travers le monde. Je cite également Victor Ostrovsky, l’un des rares agents du Mossad à avoir publié, après son départ de l’institution, un témoignage unique et inédit sur le service secret, ses méthodes, ses objectifs, ses ressources. Quel est leur nombre ?

En France ils seraient près de 3000. Ostrovski, ex-agent du Mossad, estime leur nombre à 3000 rien qu’à Londres. On peut imaginer leur importance aux Etats-Unis. Mais le « réservoir » est infini. Si on associe le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale), la WIZO (organisation internationale des femmes sionistes), les organisations judéo-sionistes nationales, comme l’UPJF, l’UEJF, le CRIF... en France, et dans les autres pays, ainsi que les sympathisants, on arrive facilement au chiffre de un million de juifs prêts à travailler pour le Mossad. Evidemment ils ne sont pas tous recrutés à cette tâche. Car il faudrait des centaines d’agents pour les traiter. Le Mossad se contente d’en avoir dans tous les secteurs d’activité, avec un accent particulier sur les plus sensibles : les médias, les grands hôtels et les agences de voyage (pour surveiller les allées et venues des Arabes en général, des agents de renseignement, des hommes d’affaire, enfin de toute personne susceptible d’atteindre les intérêts israéliens), les secteurs économiques et commerciaux, en particulier les sociétés d’importation qui leur servent souvent de couverture.

Un cas concret pour en comprendre le mécanisme ?

Pour revenir à Victor Ostrovsky. Lorsque la France a construit une centrale nucléaire en Irak dans les années 70, des scientifiques irakiens étaient venus à Saclay pour se perfectionner. Le Mossad était bien sûr intéressé à les connaître pour pouvoir agir sur eux. N’importe quel autre service secret aurait eu besoin de moyens en hommes, de filature, d’argent pour corrompre, peut-être de tentatives d’effraction, et de temps, pour y arriver éventuellement. Le Mossad, et c’est sa supériorité, s’est tout simplement adressé à un informateur juif (sayan) qui travaillait à Saclay. Et a demandé que lui fussent fournis les dossiers complets originaux. Car il se méfiait des photocopies. La majorité des renseignements étant en arabe, c’est lui-même qui s’est acquitté de cette tâche. Quel autre service de renseignements peut bénéficier de telles complicités ? Après, ce fut un jeu d’enfant pour piéger l’un de ces scientifiques, remonter jusqu’à leur responsable, et l’assassiner lors de sa visite à Paris.

Ces agents juifs n’interviennent-ils que dans des cas d’espionnage ?

Pas du tout. Les sayanim interviennent aussi et surtout dans les manipulations médiatiques. D’ailleurs le Mossad possède un département important, appelé le LAP, pour « guerre de propagande ». Il me revient un exemple historique. Rappelez-vous le film EXODUS. Il a réécrit l’histoire de 1948 et imposé la vision sioniste pour au moins une génération. En 1961, c’est le premier ministre israélien en personne qui a accueilli l’équipe du film à l’aéroport. C’est dire l’importance qu’on lui accordait. Rappelons l’importance du Bnai Brit. 500 000 membres dans le monde, probablement 400 000 aux Etats-Unis, dont 6 000 dans le secteur du cinéma. Comment imaginer qu’un film ou qu’une série défavorable à Israël puisse voir le jour ?

Et plus récemment ?

Le cas le plus flagrant est celui du soldat israélien enlevé par le Hamas. Le réseau des sayanim à travers le monde a fait en sorte que son nom soit tellement matraqué que personne ou presque n’ignore son nom. Par ailleurs, son père a été reçu à plusieurs reprises par tous les dirigeants occidentaux, par Sarkozy, Merkel, Blair, Berluscuni, Zapatero, Barroso, par le secrétaire général de l’ONU, par le parlement européen, par l’assemblée de l’UNESCO, enfin le gratin mondial. Comment est-ce possible sans l’intervention de sayanim bien placés dans les instances gouvernementales, économiques, culturelles, médiatiques ? Je rappelle qu’il s’agit d’un caporal d’une armée d’occupation. Quel autre prisonnier peut bénéficier d’une telle sollicitude internationale ? Et avoir son portrait géant sur l’édifice de la Mairie du 16e arrondissement ? Des hommes politiques français, dont Sarkozy et Kouchner, ont exigé sa libération pour raisons humanitaires. Sans dire un mot des milliers de prisonniers palestiniens. Dans quel but ?

Il s’agit de faire pénétrer dans l’opinion internationale qu’Israël a un « otage » (un seul !) aux mains du Hamas. Cela fait oublier les 11 000 prisonniers palestiniens détenus dans les geôles israéliennes. L’écrasante majorité d’entre eux sont des prisonniers politiques, c’est-à-dire condamnés pour leur lutte pacifique pour l’indépendance. Rappelons qu’Israël est le seul pays « démocratique » au monde qui applique la détention administrative : pouvoir emprisonner n’importe quel citoyen, même étranger, sans avocat, sans jugement, sans motif, sans limitation dans le temps. Et c’est sur cette base que les forces d’occupation ont kidnappé, juste après l’enlèvement du soldat, 45 personnalités politiques du Hamas, en majorité des élus du peuple. Sans qu’elles n’aient rien à leur reprocher. Cela s’appelle des « représailles collectives » condamnées par le droit international, et rappelle le comportement de l’occupant nazi en France. Ainsi, pendant que les médias nous matraquent avec le soldat « otage », on oublie le plus important, et le plus horrible. Une expérience personnelle : Le 26 juin, le journal du matin de TV5 avait encore fait un reportage sur le drame de ce soldat « otage ». J’ai écrit en rappelant que l’honnêteté journalistique aurait exigé de mentionner les prisonniers soumis à la détention administrative et le kidnapping des 45 élus du Hamas. Aucune réponse, aucun correctif.

Comment se fait-il qu’on ne parle pas beaucoup des sayanim ?

Cela reste un mystère. Comment des journalistes aguerris ont pu disserter sur Israël sans mettre sur le doigt sur cet aspect capital ! Je mets cela sur la puissance des sayanim qui ont réussi l’exploit de ne pas faire parler d’eux. Il ne faut pas oublier que la chape qui écrasait les médias pour diffuser la pensée unique favorable à Israël n’a commencé à se fissurer que depuis quelques années.

Pourquoi des citoyens juifs français par exemple deviennent des sayanim ?

Vous savez, l’idéologie sioniste, jusqu’en 1948, était loin d’être majoritaire dans les communautés juives. Je me souviens qu’au Maroc, dans les années 50, les rabbins vilipendaient les sionistes. Et puis la création d’Israël, la propagande, la hantise d’un nouveau génocide, ont fait en sorte que les institutions juives ont basculé dans un appui inconditionnel à l’Etat juif. Aujourd’hui en France il n’est pas admissible d’exprimer la moindre réserve dans le cadre des institutions juives. La propagande est telle que les citoyens juifs qui vivent dans le cadre de ces institutions développent un second patriotisme et un nationalisme hors du commun. Au besoin, comme illustré dans le roman (l’épisode du cardiologue), le Mossad fera appel au chantage patriotique pour amener un citoyen français à trahir son serment de médecin pour satisfaire les visées du Mossad.

Vous donnez une grande importance à la franc-maçonnerie dans votre livre. Pourquoi ?

La franc-maçonnerie me paraît une illustration parfaite du travail d’infiltration et de propagande mené par les sayanim. D’abord pour montrer qu’aucun domaine ne leur échappe. Il n’y a pas de « petits profits ». Là où on peut pousser à la défense d’Israël, on le fait sans états d’âme. Par ailleurs, cela montre que les juifs sionistes ne reculent devant rien. Car peu de gens ignorent - même si on n’est pas familier avec la franc-maçonnerie - que celle-ci est d’abord laïque, ouverte à tous sans distinction de race, de religion, ou d’orientation politique. Et voilà que des franc-maçons juifs et sionistes créent en 2002 une loge spécifiquement juive, et sioniste pour défendre Israël. Je l’ai vécu personnellement, car j’ai été franc-maçon pendant près de 17 ans. Cela s’est passé en 2002, au plus fort de la seconde intifada. Cela n’était pas dit expressément, car c’est contraire à l’éthique maçonnique, mais dans les faits cela revenait au même. Ne devinant pas de quel bord j’étais, ces frères m’ont mis au parfum sans ambages. Et à mon avis c’était couvert par les instances supérieures. Tout ce qui se disait dans la loge était favorable à Israël (voir le 1er chapitre et la conférence tendant à faire un parallèle entre les réfugiés palestiniens et les juifs partis des pays arabes, souvent à l’instigation du Mossad). Et chaque année, la loge organise un « voyage d’information » en Israël, encadré par des fonctionnaires du ministère israélien des Affaires étrangères. Un de mes personnages principaux, Youssef El Kouhen, va subir les foudres des sayanim franc-maçons. Fils d’immigrés maghrébins, il pense faire un pas décisif dans son intégration républicaine en étant admis au sein du Grand Orient. Mais ayant découvert l’existence de cette loge « judéo-sioniste », il va tenter, avec d’autres frères arabes de contrer leur propagande en créant une loge pro-palestinienne. Mais là il va se heurter à la puissance du lobby sioniste implanté au Grand Orient de France et subira une défaite cinglante. Ce lobby va agir au mépris de toutes les lois de l’Obédience.

En parcourant le livre, on s’aperçoit que certains personnages ressemblent étrangement à des personnes connues, surtout pour leurs sympathies sionistes.

Parmi les 3 000 sayanim français, certains sont connus. Pas en tant que sayanim. Par définition, ce sont des agents secret. Mais étant donné leur soutien constant à Israël et leur participation active à des campagnes savamment orchestrées, il est probable qu’ils agissent dans ce cadre. J’ai voulu les montrer en action, par exemple pour recruter un nouvel agent, ou pour monter en épingle une rencontre sportive israélo-palestinienne à Paris, sans autre finalité que de donner l’illusion d’un processus de paix.

Et plus explicitement ?

Il y a plusieurs années, un match de football a eu lieu au Parc des Princes entre des jeunes israéliens et palestiniens. Ce qui avait donné lieu à un battage publicitaire démesuré. J’ai repris cet événement en tentant d’imaginer les coulisses, les pressions, les manipulations, les interventions. Pour obtenir gratuitement le stade, pour le remplir avec des jeunes de banlieue en faisant intervenir le rectorat, en sollicitant des subventions de l’Union européenne et de la Mairie de Paris, en faisant pression sur les dirigeants musulmans « modérés » pour qu’ils apportent leur caution. Une opération de propagande rondement menée grâce aux sayanim, et leurs alliés, dont les plus indéfectibles : SOS Racisme et la Mairie de Paris.

On retrouve souvent SOS Racisme. Pourquoi ?

Pour moi, cette organisation sert de courroie de transmission aux idéologies sionistes. Sa proximité incestueuse avec l’UEJF, un des piliers du soutien à Israël, en est une illustration. Jamais SOS Racisme n’a lancé par exemple une campagne contre l’occupation israélienne, alors qu’elle se démène contre le Soudan. En occupant le terrain, grâce à des subventions généreuses, SOS Racisme empêche l’émergence d’autres organisations anti-racistes plus proches des exigences de la majorité de ses membres. On entend d’ailleurs plusieurs voix, dont celle de Joey Star, réclamer une autre organisation anti-raciste, issue des quartiers, et les représentant légitimement.

Dans le roman, je développe un point de vue qui ne doit pas être loin de la réalité. C’est-à-dire la dépendance de SOS Racisme vis-à-vis de l’UEJF et de ses alliés. Lorsque ces derniers par exemple cherchent un successeur au président actuel, un noir qui finit son mandat. Ils cherchent un beur présentable, qui a bien assimilé les rapports de force et les consignes. Celui qui est approché subira des « tests » pour montrer sa fidélité aux idéaux sionistes (qu’on appelle pudiquement des « positions modérées et pacifistes"). En l’occurrence Moulay Elbali, doctorant d’origine banlieusarde, qui veut sortir de sa condition à n’importe quel prix. Un détail : Lorsqu’un président de l’UEJF quitte ses fonctions, il devient vice-président de SOS Racisme. Pour mieux les contrôler ?

Tout un chapitre est consacré à la Mairie du 16e arrondissement. Pour quelle raison ?

Cette Mairie est un des châteaux forts des sionistes. Le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale) s’y réunit régulièrement et y organise son salon du livre. Son maire est un ardent défenseur d’Israël. Dans sa croisade pour l’Etat juif, il n’hésite pas à utiliser les symboles coloniaux (défense de la civilisation judéo-chrétienne, avant-poste de la démocratie) à l’instar de l’ancien premier ministre espagnol qui avait déclaré récemment : « Il faut défendre Israël à tout prix, car s’il tombe, l’Europe aussi tombera ». D’ailleurs un portrait géant du soldat israélien enlevé par le Hamas orne la façade de la Mairie.

Il y a ce personnage, MST, qui traverse tout le roman, et qui ressemble furieusement à BHL...

Je vous laisse la responsabilité de ce constat. Il est vrai qu’il y quelques ressemblances, mais en principe ce n’est pas lui. Ceci dit, il ne me déplait pas que certains fassent ce rapprochement. Michel-Samuel Taïeb est effectivement un personnage central, correspondant à son rôle flamboyant, à ses nombreux réseaux, à son implication sans réserve en faveur d’Israël, à l’acharnement avec lequel il recrute d’autres sayanim. C’est lui qui va recruter le cardiologue, qui va intervenir à l’Elysée pour donner l’ordre aux rectorats de remplir le stade de jeunes beurs, qui va appeler un responsable d’émission à Canal Plus pour humilier en direct des militantes de SOS Palestine, qui va faire pression sur le recteur de la Mosquée de Paris pour soutenir ce prétendu « match pour la paix », etc. Le chef du Mossad à l’ambassade d’Israël à Paris de lui : « Il vaut plus que 100 sayanim ».

On a l’impression que vous vous êtes pas mal amusé avec les noms des sayanim.

Je n’ai pas pu m’en empêcher. Le fait de trouver ces noms, que d’aucuns pourraient rapprocher de personnages réels, me remplissait de joie (sarcastique) à chaque fois. Delanoix, Fauderch, Idler, MST, Goldnavet, Vil-Neuf, j’en passe et des meilleurs. Il est vrai que mes sympathies vont là où vous savez. Je n’avais aucune raison de les épargner.

Est-ce à dire que c’est un roman politique ?

Si on entend par là qu’il prend position de façon claire et nette, tout en dénonçant les pratiques de chantages et de manipulations au profit d’une politique impérialiste, alors oui, c’est un roman politique. D’ailleurs il est dédié « à tous ceux qui se battent pour la justice en Palestine ». La forme romanesque n’est qu’une méthode pour y arriver. Bien qu’une grande partie du livre se base sur des faits réels, ou exprime une réalité telle qu’elle pourrait se dérouler. Lorsque MST appelle Canal Plus, je n’étais pas à l’écoute, mais la façon dont la plupart des grands médias lui déroulent le tapis rouge me fait penser que c’est sa manière d’agir. Et d’être obéi.

Est-ce qu’on vous mettra des bâtons des les roues ?

Certainement. Les sayanim et leurs complices, et ils sont nombreux et occupent des postes stratégiques, feront tout pour élever un mur de silence. Ou bien ce sera le déni. Ou enfin le recours à ces vieilles méthodes de l’amalgame. Une critique d’Israël équivaut à de l’antisémitisme. Parler des sayanim, c’est revenir à cette accusation de « complot » que certains antisémites au tournant du 20e siècle lançaient aux juifs pour les discréditer. Le discours du déni, et d’un certain terrorisme intellectuel, est bien rodé. Que peut-on vous souhaiter ?

J’espère d’abord que ce livre ouvrira les yeux sur cette force puissante et insidieuse mise au service d’une idéologie de domination. Qu’il permette ensuite un décryptage plus pointu des événements. Et enfin qu’il favorise l’émergence de contre-pouvoirs.

Email de l’auteur : yacobous@yahoo.fr

Jacob COHEN, LE PRINTEMPS DES SAYANIM, éditions l’HARMATTAN, 2010

Source : http://www.info-palestine.net/article.php3 ?id_article=9047


http://www.dailymotion.com/video/xevhol_franck-abed-recoit-jacob-cohen-1-3_news

(Vidéo à regarder)

Franck ABED reçoit Jacob COHEN pour un entretien évoquant le livre : Le printemps des sayanim. Ce livre qui se veut un roman traite des sayanim - informateurs en hébreu - qui sont des juifs de la diaspora et par " patriotisme ", ils acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes. En France, leur nombre serait évalué à 3000....

 

Ma photo

Dernier texte de Jacob Cohen:

Apartheid scolaire:

 

Devinette: Dans quel pays démocratique, forcément démocratique, existe-t-il 2 structures d'éducation, de la maternelle jusqu'au bac, structures hermétiquement séparées et imposées, en fonction de la RACE et de la RELIGION? En Israël évidemment. D'abord ça permet de favoriser le circuit scolaire juif en lui octroyant un budget double de celui que reçoit le circuit arabe. Ca fait des juifs plus intelligents que les arabes. Ensuite et surtout, il empêche le mélange, la hantise des sionistes. Imaginez que des jeunes juifs et arabes étudient ensemble, se comprennent, deviennent copains, peut-être même amoureux. Quelle catastrophe! et la pureté biblique! Et le nationalisme qui se nourrit de la haine et du mépris des arabes! Comment les juifs, maîtres chez eux, se dispenseraient-ils de crier dans les stades "Mort aux arabes!" (israéliens bien entendu) ou de coller des stickers sur leurs voitures avec le même slogan?
D'où ce sondage édifiant sur le virus de l'apartheid dans la jeunesse israélienne:
Selon un sondage effectué par le département des statistiques de l'université de Tel-Aviv, 50 % des Israéliens de 15 à 18 ans ne souhaitent pas se retrouver avec des Arabes israéliens dans la même salle de classe", rapporte Ha'Aretz. Alors que 64 % de ces jeunes constatent que les Arabes israéliens ne bénéficient pas de tous les droits accordés aux citoyens israéliens, 59 % estiment que, de toutes façons, ils ne devraient pas y avoir accès.
Et ces jeunes vont bientôt porter l'uniforme et la mitraillette en bandoulière, et on imagine comment ils se comporteront dans les barrages, les interrogatoires, les fouilles des maisons, etc. la routine de l'occupant.

yacobous@yahoo.fr

http://jacobdemeknes.blogspot.com/2010/09/apartheid-scolaire-en-terre-sioniste.html (son blog)

.
Discours de l’État de l’Union - Comme le traité, le ridicule TUE Jean Yves Crevel

Discours_du_t.jpg Telle une bête de compagnie imitant son maître, l’Union européenne s’est imposée par le traité de Lisbonne l’obligation d’une mise en scène qui n’a pas manqué de se retourner contre ses promoteurs, le fameux discours de l’État de l’Union.


Ce spectacle américain avait lui-même été instauré par George Washington dans sa logique de singer l’Empire britannique et son discours de la couronne, « the Speech from the Throne », écrit par le 1er ministre et lu par le souverain. Il consiste à rappeler aux parlementaires britanniques démocratiquement élus qu’une autre autorité, non élue, incarne la souveraineté. [1]


La boucle est bouclée, le traité imposant aux peuples la dictature européenne donne au président de la Commission le même rôle que sa très gracieuse majesté face aux représentants élus par ses sujets. [2]


Ce qui devait être un grand moment d’europolâtrie collective a tourné à la pantalonnade, il a fallu menacer d’amendes les eurodéputés pour qu’ils y assistent (ils auraient du presser 3 trois le buzzer pendant le discours, afin de prouver qu’ils ne dormaient pas), pour finalement retirer cette pitoyable menace.


Le seul eurodéputé à avoir parlé dignement lors de ce sinistre spectacle, à mettre en lumière l’effondrement du mythe européen, fut, encore, Nigel Farage. (Notons qu’il a lui aussi été menacé d’amende pour oser dire simplement la vérité)


À la dictature européenne, le traité TUE a imposé cet exercice ridicule, souhaitons que le ridicule tue la dictature. Que renaissent les démocraties européennes, que revive la liberté, que revive la France.

Selon la formule empruntée à Nigel Farage, "le plus tôt sera le mieux".


Nigel Farage sur l’état de l’UE

http://www.telegraph.co.uk/telegraph/multimedia/archive/01001/barroso_1001942c.jpg

Notes

[1] Le grand président, Thomas Jefferson, respectueux du droits des peuples (celui qui disait que "Pour tout homme, le premier pays est sa patrie, et le second, c’est la France"), avait mis fin à cette mise en scène qui ne fut réinstaurée qu’après son départ.

[2] A la différence - de taille - que, contrairement au Royaume-Uni, L’UE n’a aucune Déclaration des droits pour limiter les pouvoirs de la Commission et de sa bureaucratie ( Selon Neelie Kroes : 32.000 fonctionnaires directement sous les ordres de la Commission et 138.000 salariés de groupes d’études, de sous-commissions, de groupes de pression et de lobbies) ou limiter le pouvoir de la Commission au profit de celui du Parlement fantoche et condamné à le rester, attendu qu’il n’y a PAS de peuple européen Pour l’élire.

(L’Allemagne, puissance dominante, a rappelé par sa Cour Constitutionnelle de Karlsruhe qu’elle veillera toujours aux droits du peuple allemand éternel, condition expresse de sa ratification du traité TUE. Il n’y aura donc JAMAIS de peuple européen, sauf à appeler ainsi, par un abus de langage, tous les peuples qui auront accepté la soumission résultant de l’abandon de leur souveraineté dans un ensemble où le dominant se garde bien, lui, de se fondre et de disparaître.

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article842

 

Valmy-site-moulin-logo-copie-1.jpg

 

GEAB N°47 est disponible  

Vers la très grande panne du système économique et financier mondial

Communiqué public GEAB N°47 (15 septembre 2010)

Comme anticipé par LEAP/E2020 en Février dernier dans le GEAB N°42, le second semestre 2010 est bien caractérisé par une aggravation brutale de la crise marquée par la fin de l'illusion de reprise entretenue par les dirigeants occidentaux (1) et les milliers de milliards engloutis par les banques et des plans de « stimulation » économiques sans efficacité durable. Les prochains mois vont dévoiler une réalité simple mais particulièrement douloureuse : l'économie occidentale, et en particulier celle des Etats-Unis (2), n'est jamais vraiment sortie de récession (3). Les sursauts statistiques enregistrés depuis l'été 2009 n'ont été que les conséquences passagères d'une injection massive de liquidités dans un système fondamentalement devenu insolvable à l'image du consommateur américain (4). Au cœur de la crise systémique globale depuis son origine, les Etats-Unis vont donc démontrer dans les prochains mois qu'ils sont à nouveau en train d'entraîner l'économie et la finance mondiales au « cœur des ténèbres » (5) car ils ne parviennent pas à sortir de cette « Très Grande Dépression US » (6). Ainsi, à l'issue des soubresauts politiques des élections américaines de Novembre prochain, sur fond de taux de croissance redevenus négatifs, le monde va devoir affronter la « Très Grande Panne » du système économique et financier mondial fondé depuis plus de 60 ans sur l'absolue nécessité pour l'économie américaine de ne jamais se trouver durablement en récession. Or, la première moitié de 2011 va imposer à l'économie américaine une cure d'austérité sans précédent plongeant la planète dans un nouveau chaos financier, monétaire, économique et social (7).  

 

Dans ce GEAB N°47, notre équipe anticipe donc pour les mois à venir différents aspects de cette nouvelle évolution de la crise notamment la nature du processus d'austérité imposée qui va toucher les Etats-Unis, l'évolution du couple infernal « inflation/déflation », l'évolution réelle du PNB US réel, la stratégie des banques centrales, les conséquences directes pour l'Asie et l'Euroland. Nous présentons comme chaque mois nos recommandations stratégiques et opérationnelles. Et exceptionnellement ce numéro du GEAB présente un extrait du nouveau livre de Franck Biancheri « Crise mondiale : En route pour le monde d'après – France, Europe et Monde dans la décennie 2010-2020 » dont la version française sortira le 7 Octobre prochain aux Editions Anticipolis.

Dans ce communiqué public du GEAB N°47, nous avons choisi de présenter un extrait de l'anticipation portant sur la prochaine austérité imposée aux Etats-Unis à partir du Printemps 2011 :
 

 

« Welcome to the United States of Austerity ».

 Les trimestres à venir vont être particulièrement dangereux pour le système économique et financier mondial. Le patron de la Fed, Ben Bernanke, a d'ailleurs fait passer le message aussi diplomatiquement que possible lors de la récente réunion des banquiers centraux mondiaux à Jackson Hole dans le Wyoming : bien que la politique de relance de l'économie américaine ait échoué, soit le reste du monde continue à financer à perte les déficits US et espère qu'à un moment donné ce pari sera payant et aura évité un effondrement du système global, soit les Etats-Unis vont monétiser leur dette et transformer en monnaie de singes l'ensemble des Dollars et Bons du Trésor US possédés par le reste de la planète. Comme toute puissance acculée, les Etats-Unis sont désormais ainsi obligés de joindre la menace à la pression pour pouvoir obtenir ce qu'ils veulent. Il y a à peine plus d'une année, les dirigeants et responsables financiers du reste du monde s'étaient portés volontaires pour « remettre à flot le navire USA ». Aujourd'hui pourtant les choses ont bien changé car la belle assurance de Washington (celle de la Fed comme celle de l'administration Obama) s'est avérée n'être qu'une pure arrogance fondée sur la prétention d'avoir compris la nature de la crise et l'illusion de posséder les moyens de la maîtriser. Or, la croissance américaine s'évapore trimestre après trimestre (8) et redeviendra négative dès la fin 2010; le chômage n'en finit pas de croître entre la stabilité des chiffres officiels et la sortie en six mois de plus deux millions d'Américains du marché de l'emploi (pour LEAP/E2020, le chiffre réel de chômage est désormais d'au moins 20%) (9); le marché de l'immobilier américain continue à être déprimé à des niveaux historiquement bas et va reprendre sa chute dès le quatrième trimestre 2010; enfin, comme on peut aisément l'imaginer dans ces conditions, le consommateur US reste et restera durablement aux abonnés absents puisque son insolvabilité perdure voire s'aggrave (10) pour l'Américain sur cinq qui n'a pas de travail.

Derrière ces considérations statistiques se cachent deux réalités qui vont radicalement modifier le paysage politique, économique et social américain et mondial des prochains trimestres au fur et à mesure de leur émergence dans la conscience collective.

 

La colère populaire va paralyser Washington à partir de Novembre 2010

Tout d'abord, il y a une réalité populaire très sombre, un vrai voyage « au cœur des ténèbres », qui est celle de dizaines de millions d'Américains (près de soixante millions dépendent désormais des bons de nourriture) qui n'ont désormais plus d'emploi, plus de maison, plus d'épargne et qui se demandent comment ils vont survivre dans les années à venir (11). Jeunes (12), retraités, noirs, ouvriers, employés des services (13),... ils constituent cette masse de citoyens en colère qui va s'exprimer brutalement en Novembre prochain et plonger Washington dans une impasse politique tragique. Supporters du mouvement « Tea-Party » (14), nouveaux sécessionnistes (15),… ils veulent « casser la machine washingtonienne » (et par extension celle de Wall Street) sans pour autant avoir de propositions réalisables pour résoudre la multitude de problèmes du pays (16). Les élections de Novembre 2010 vont ainsi être la première occasion pour cette « Amérique qui souffre » de s'exprimer sur la crise et ses conséquences. Et, récupérés ou pas par les Républicains ou bien les extrêmes, ces votes vont contribuer à paralyser encore plus l'administration Obama et le Congrès (qui basculera probablement du côté Républicain), ne faisant qu'enfoncer le pays dans un immobilisme tragique au moment où tous les indicateurs passent à nouveau au rouge. Cette expression de colère populaire va par ailleurs entrer en collision dès Décembre avec la publication du rapport de la commission sur le déficit mise en place par le Président Obama, qui va automatiquement placer la question des déficits au cœur du débat public du début 2011 (17).

A titre d'exemple, on peut déjà voir une expression bien particulière de cette colère populaire contre Wall Street dans le fait que les Américains ont déserté la bourse (18). Chaque mois, ce sont toujours plus de « petits actionnaires » qui quittent Wall Street et les marchés financiers (19) laissant aujourd'hui plus de 70% des transactions aux mains des grandes institutions et autres « high frequency traders ». Si l'on garde en mémoire l'image traditionnelle que la bourse serait le temple moderne du capitalisme, alors on assiste à un phénomène de perte de foi qui pourrait être comparable à la désaffection des grandes manifestations populaires qu'a connu le système communiste avant sa chute.

 

La Réserve fédérale sait désormais qu'elle est impuissante

Enfin, il y a une réalité financière et monétaire tragique car ceux qui en sont les acteurs ont conscience de leur situation peu enviable : la Réserve fédérale US sait désormais qu'elle est impuissante. Malgré les actions exceptionnelles (taux d'intérêt à zéro, quantitative easing, soutien massif du marché des prêts immobiliers, soutiens massifs aux banques, multiplication par trois de son bilan,…) qu'elle a mises en œuvre à partir de Septembre 2008, l 'économie US ne repart pas. Les dirigeants de la Fed découvrent qu'ils ne sont qu'une composante d'un système, même si c'est une composante centrale, et qu'ils ne peuvent donc rien contre un problème qui affecte la nature même du système, en l'occurrence, le système financier américain, conçu comme le cœur solvable du système financier mondial depuis 1945. Or, le consommateur US est maintenant insolvable (20), lui qui au cours des trente dernières années est devenu progressivement l'acteur économique central de ce cœur financier (avec plus de 70% de la croissance US dépendant de la consommation des ménages). C'est sur cette insolvabilité des ménages US (21) que se sont brisées les tentatives de la Fed. Habitués au virtualisme, et donc à la possibilité de manipuler les évènements, les processus et les dynamiques, les banquiers centraux américains ont cru qu'ils pouvaient « tromper » les ménages, leur donner à nouveau l'illusion de richesse et les pousser ainsi à relancer la consommation et derrière elle toute la machine économique et financière des Etats-Unis. Jusqu'à l'été 2010, ils n'ont pas cru à la nature systémique de la crise, ou bien ils n'ont pas compris qu'elle générait des problèmes hors de portée des instruments d'une banque centrale aussi puissante soit-elle. C'est seulement au cours des dernières semaines qu'ils ont dû constater une double évidence : leurs politiques ont échoué et ils n'ont plus ni armes ni munitions. D'où le ton particulièrement déprimé des discussions de la réunion des banques centrales à Jackson Hole, d'où l'absence de consensus sur les actions à venir, d'où les débats sans fin sur la nature des dangers à affronter dans les prochains mois (inflation ou déflation par exemple alors que les instruments internes au système utilisés pour mesure les conséquences économiques de ces tendances ne sont même plus pertinents comme nous l'analysons dans ce GEAB N°47) (22), d'où les oppositions de plus en plus violentes entre tenants d'une relance de la croissance par l'endettement et adeptes de la réduction des déficits,… et finalement d'où le discours plein de menaces voilées de Ben Bernanke à ses collègues banquiers centraux ; en termes alambiqués, il a fait passer le message suivant : « nous allons tenter tout et n'importe quoi pour éviter un effondrement économique et financier, et vous allez continuer à financer ce « tout et n'importe quoi », sinon on laisse filer l'inflation et on dévalue ainsi le Dollar tandis que les Bons du Trésor US ne vaudront plus grand chose (23) ». Quand un banquier central s'exprime comme un vulgaire extorqueur de fond, c'est qu'il y a péril en la demeure (24). La réaction des grandes banques centrales mondiales se dévoilera dans les deux trimestres à venir. Déjà la BCE a fait comprendre qu'elle pensait qu'une nouvelle politique de stimulation via une hausse des déficits US serait suicidaire pour les Etats-Unis. Déjà la Chine, tout en déclarant qu'elle ne ferait rien pour précipiter les choses, passe son temps à vendre des actifs US pour acheter des actifs japonais (le niveau historique du cours Yen/Dollar reflète ce processus). Quand au Japon, il est désormais contraint de s'aligner simultanément sur Washington et Pékin … ce qui va probablement neutraliser toute sa politique en matière financière et monétaire. La Fed, comme le gouvernement fédéral, vont découvrir dans les prochains trimestres que lorsque les Etats-Unis ne sont plus synonymes de profits juteux et/ou de puissance partagée, leur capacité à convaincre leurs partenaires décline rapidement et fortement, surtout quand ces derniers mettent en doute la pertinence des politiques retenues (25).

  

La conséquence de ces deux réalités qui s'imposent peu à peu dans la conscience collective américaine et mondiale va donc se concrétiser, pour l'équipe de LEAP/E2020, par l'entrée des Etats-Unis au Printemps 2011 dans une ère d'austérité sans précédent depuis que le pays est devenu le cœur du système économique et financier mondial. Blocages politiques fédéraux sur fond de ras-le-bol électoral de Washington et Wall Street, forte dépendance au financement fédéral de l'ensemble de l'économie US et impuissance de la Fed sur fond de réticences croissantes internationales à financer les déficits US vont se conjuguer pour précipiter le pays dans l'austérité. Une austérité qui a d'ailleurs déjà commencé à toucher de plein fouet au moins 20% de la population, et qui influe directement sur au moins un Américain sur deux, inquiet de rejoindre les rangs des sans-abris, des sans-travail et autres chômeurs de longue durée. Pour ces dizaines de millions d'Américains, l'austérité est bien là et elle s'appelle paupérisation durable. Ce qui va se jouer d'ici le Printemps 2011, c'est donc surtout la transposition dans le discours officiel, dans les politiques budgétaires et dans la conscience internationale que les Etats-Unis ne sont plus « the land of plenty », mais « the land of few ». Et au-delà des choix politiques internes, c'est aussi la découverte d'une limitation nouvelle pour le pays : les Etats-Unis n'ont plus les moyens d'une nouvelle relance (26). Plutôt que d'un enlisement multidécennal dans une situation à la japonaise, nombre de décideurs vont être tentés par la thérapie de choc… cette même thérapie qu'avec le FMI, les Etats-Unis ont recommandé aux pays d'Amérique latine, aux pays asiatiques et à l'Europe de l'Est.

Cela constitue normalement une bonne raison pour les agences de notation, toujours si prompte à voir la paille dans l'œil de la plupart des pays de la planète, pour menacer les Etats-Unis d'une forte dégradation de leur note s'ils ne mettent pas en œuvre au plus vite un vaste plan d'austérité. Mais de toute manière, pour LEAP/E2020, du fait des conditions internes et externes au pays présentées précédemment, c'est bien au printemps 2011 que les Etats-Unis ont rendez-vous avec l'austérité : un rendez-vous que leur imposera le reste du monde s'ils sont paralysés politiquement.

D'ici là, il est probable que la Fed tentera une nouvelle série de mesures « non conventionnelles » (mot technique signifiant « tentatives désespérées ») pour essayer d'éviter d'en arriver là car, à ce stade, une seule chose est certaine concernant les conséquences de l'entrée des Etats-Unis dans un vaste programme d'austérité : ce sera le chaos sur les marchés financiers et monétaires accoutumés depuis des décennies à l'exact contraire, c'est-à-dire le gaspillage américain ; et un choc économique et social interne sans équivalent depuis les années 1930 (27).

 

Suite ici :

 

 http://www.leap2020.eu/GEAB-N-47-est-disponible--Crise-systemique-globale-Printemps-2011-Welcome-to-the-United-States-of-Austerity-Vers-la_a5153.html

 

 

A lire:

 

ALAIN BAUER – DE LA S.A.I.C. ET LA CIA, AU G.O.D.F. ET LA « CRIMINOLOGIE » DE SARKOZY

 

Afghanistan: Sarkozy s'acharne à cacher la réalité de la guerre

 

 

Revolution-ass.nle.jpg

La rue peut réclamer la DISSOLUTION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE ET DU SENAT ! perte de légitimité forte (71 % )

 

La rue peut réclamer un retour aux urnes pour changer de représentants élus. Si cela ne vient pas spontanément, ce peut être provoqué.

DISSOLUTION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE ET DU SENAT !


1) Il ne faut pas prendre les gens pour des demeurés. Ils sont très nombreux à critiquer ce gouvernement qui est en perte de légitimité forte (71 % d'après les sondages ). Entre les roms et la retraite pro-capitaliste il y matière ! Ce gouvernement défend bec et ongle le MEDEF et les fonds de pension  à un point jamais connu. Il fait fort.

2) Le problème est que le peuple-classe (pas tout le peuple avec la bourgeoisie) ne s'exprime pas par un délégué du fait de sa pluralité interne. Autrement dit lorsqu'il s'oppose c'est à un parti de faire des propositions. C'est ce qu'à fait Christian Picquet à ma connaissance ce week-end en demandant la dissolution du parlement.

3) Que cette proposition tombe trop tôt ou trop tard me parait un débat secondaire. L'essentiel est qu'elle soit formulée.

4) Peu importe qu'en pratique ce soit le Président de la République qui doivent y procéder. Ce qui compte c'est d'approfondir la délégitimation de ce gouvernement anti-populaire.

Christian DELARUE, (Resp Nat ATTAC, et MRAP)

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15837

 

 

J'habite un pays... Quelques jours en Sarkozie...

 

sarkozie1.jpg 

 

13 septembre 2010. J’allume ma radio. Il est 11h30. J’habite un pays dans lequel le président de la république utilise les services de l’état pour faire espionner un magistrat suspecté d’être à l’origine de fuites dans la presse sur une affaire de trafic d’influence touchant – au moins – un ministre et – probablement – le chef de l’état lui-même.

Il est 13h. Flash Info. J’habite un pays dans lequel on apprend que le magistrat qui fut aussi la “source” des journalistes est, soudainement, muté en Guyanne.

Il est 14h. Lecture du journal. J’habite un pays que l’ONU et le parlement Européen condamnent pour sa politique menée à l’égard des Roms. J’habite un pays dans lequel le ministre de l’intérieur édicte une circulaire illégale, inconstitutionnelle et raciste.

13 Septembre 2010. Il est 15h. Flash Infos. J’habite un pays dans lequel le ministre de l’intérieur réécrit à la hâte, la même circulaire illégale, inconstitutionnelle et raciste.

Il est 17h. J’habite un pays où le ministre de l’immigration et de l’identité nationale dit n’avoir aucune connaissance d’une circulaire illégale et raciste pendant que ses collègues parlementaires expliquent que la France n’a pas de leçons à recevoir de l’Europe ou de l’ONU et qu’elle continuera de régler le problème de la pauvreté et de l’immigration avec des circulaires illégales et racistes.

J’habite un pays ou pendant que l’un ignore les circulaires relevant de son ministère, les autres les assument et les revendiquent, et le troisième les réécrit à la hâte. Faut dire aussi que j’habite un pays ou le ministre de l’immigration et de l’identité nationale était occupé à se marier quand on a découvert cette circulaire illégale et raciste. J’habite un pays où on ne peut pas être à la fois au four et au moulin. Jean Dutour et Jean Moulin.

J’habite un pays dans lequel un ancien cadre du parti socialiste désormais ministre de l’identité nationale d’un gouvernement de droite, se marie avec une jeune étudiante tunisienne, au ministère de l’immigration, ledit mariage étant célébré par une ancienne garde des sceaux elle-même “issue de l’immigration” et ayant – avant sa disgrâce – longtemps servi de quota de minorité visible d’un gouvernement de droite. J’habite un pays dans lequel même les symboles sont compliqués.

 J’habite un pays dans lequel une affaire touchant un ministre est confiée au parquet plutôt qu’à un juge d’instruction, ledit parquet n’ayant de comptes à rendre qu’au … ministre.

J’habite un pays dans lequel les journaux qui expliquent tout cela sont dirigés par de dangereux gauchistes à l’obscur passé trotskyste et dont la seule motivation est d’attenter à l’intégrité et à l’honneur de Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa. J’habite un pays où, quand à quelques mois d’intervalle, 2 puis 2,5 millions de salariés descendent dans la rue pour défendre leurs droits, ils ne sont, selon la police, représentatifs de rien du tout.

J’habite un pays ou des milliers d’écoliers n’auront plus devant eux que des étudiants à qui l’on a expliqué que le métier d’enseignant pouvait s’apprendre en quelques heures de formation.

J’habite un pays où l’éducation, la santé publique, l’accès aux soins pour chacun et surtout pour les plus pauvres est, chaque jour, plus difficile, plus lointain.

Cela avait commencé il y a longtemps déjà. Je me souviens. 18 Mai 2007. J’allume ma radio. Le flash de 19 heures. J’habite un pays qui se dote d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale. Comme une pelote de haine, de morgue, de mensonge, et de bêtise que l’on s’applique à dérouler et à dérouler encore. Flash info. J’habite un pays où l’on expulse des enfants à la sortie de l’école. Flash info. Encore. J’habite un pays où l’on expulse même des poly-handicapés. J’habite un pays dans lequel à chaque nouveau flash d’information, je dois me pincer pour me dire que je ne rêve pas, que tout cela va s’arrêter, que la raison va l’emporter.

Je pense à ceux, je pense aux luttes. Qui ont permis que 3 mots figurent aux frontons des mairies. Je pense aux frontons fissurés. Je pense au sens, perdu dans ces lézardes. Je pense à ceux qui ont, un temps, habité le pays des droits de l’homme.

J’habite un pays. J’habite un pays dans lequel je voudrais, trop souvent, ne faire que passer.

affordance.info

 

http://www.futurquantique.org/?p=11274

  

police_materiel-telepolic</div>
                          </div>

                
                							                							<div class=

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 19:18
 
sionisme-colombe.jpg
En route vers un scénario de Troisième Guerre mondiale? Le rôle d’Israël dans le déclenchement d’une guerre contre l’Iran
Deuxième partie : La feuille de route militaire
.
Par Michel Chossudovsky
Le 10 septembre 2010

Pour lire la première partie de cet essai cliquez sur le lien ci-dessous

 

La Troisième Guerre mondiale se prépare : Objectif Iran

1ère partie : La guerre planétaire

 

Le stockage et le déploiement de systèmes d'armes perfectionnés visant l'Iran a commencé dans la foulée du bombardement et de l'invasion de l'Irak en 2003. Dès de le début, ces plans de guerre étaient menés par les États-Unis, avec la participation de l'OTAN et d’Israël.

 

Après l'invasion de l'Irak en 2003, l'administration Bush a identifié l'Iran et la Syrie comme les prochaines étapes du « plan d'action pour la guerre ». Des sources militaires étasuniennes ont indiqué qu'une attaque aérienne contre l'Iran pourrait impliquer un déploiement d'une envergure comparable aux raids étasuniens de mars 2003 en Irak, baptisés « choc et stupeur » :

 

« Des attaques aériennes des États-Unis contre l'Iran excéderaient largement l'ampleur des attaques israéliennes de 1981 contre le réacteur nucléaire d'Osirak en Irak et ressembleraient davantage aux premiers jours de la campagne aérienne de 2003 contre ce pays ». (Voir Globalsecurity)

 

« Theater Iran Near Term »

 

Les planificateurs militaires étasuniens ont donné aux simulations d'une attaque en Iran le nom de code TIRANNT, « Theater Iran Near Term » (Théâtre Iran court terme). Ces simulations ont débuté en mai 2003 « lorsque les spécialistes du renseignement et les modéliseurs ont rassemblé les données nécessaires à l'analyse d'un scénario de guerre de théâtre (c’est-à-dire de grande envergure) en Iran ». (William Arkin, Washington Post, 16 avril 2006).

 

Dans les scénarios, plusieurs milliers de cibles en Iran ont été identifiées et sont incluses dans une guerre éclair « choc et stupeur » :

 

L'analyse, appelée TIRANNT, pour « Theater Iran Near Term », a été jumelée à un scénario d'invasion par le corps de la Marine étasunienne et une simulation du nombre de missiles iraniens. Au même moment les planificateurs étasuniens et britanniques ont mené des jeux de guerre sur la mer Caspienne et Bush a ordonné au Commandement stratégique des États-Unis d'établir un plan d'attaque globale contre les armes de destruction massives iraniennes. Tout cela alimentera en bout de ligne un nouveau plan de guerre pour « des opérations de combat majeures » contre l'Iran, déjà esquissé, selon ce que confirment maintenant des sources militaires [avril 2006].

 

[...] Dans le cadre de TIRANNT, les planificateurs de l'armée et l'U.S. Central Command ont examiné des scénarios de guerre contre l'Iran, à court terme et pour les années suivant la période visée, lesquels comprennent tous les aspects d'une opération de combat majeure, de la mobilisation au déploiement de forces, en passant par les opérations de stabilité d'après-guerre à la suite d'un changement de régime. (William Arkin, Washington Post, 16 avril 2006)

 

Divers « scénarios de théâtre de guerre » relatifs à une attaque contre l'Iran ont été envisagés : « L'armée, les marines et les forces aériennes des États-Unis ont tous préparé des plans de bataille et passé quatre ans à construire des bases et à s'entraîner pour l’"Opération libération de l'Iran".  L'amiral Fallon, le nouveau chef du Commandement central des États-Unis (USCENTCOM), a hérité des plans informatisés sous le nom de TIRANNT (Theatre Iran Near Term). » (New Statesman, 19 février 2007)

 

En 2004, en faisant usage des scénarios de guerre initiaux de TIRANNT, le vice-président Dick Cheney a donné l’ordre à l’USSTRATCOM [Commandement stratégique étasunien] de rédiger un « plan de contingence » d’une opération militaire à grande échelle contre l’Iran, « à utiliser en riposte à une autre attaque terroriste de type 11-Septembre en sol étasunien », en supposant que le gouvernement de Téhéran serait derrière le complot terroriste. Le plan incluait l’usage préemptif d’armes nucléaires contre un État ne possédant pas d’armes nucléaires :

 

Le plan comprend un assaut aérien de grande envergure contre l’Iran à l’aide d’armes conventionnelles et d’armes nucléaires tactiques. En Iran, il y a plus de 450 cibles stratégiques majeures, dont de nombreux sites soupçonnés de servir au développement d’un programme d’armement nucléaire. Bien des cibles sont durcies ou enfouies profondément sous terre et ne pourraient être démolies au moyen d’armes conventionnelles, d’où l’option du nucléaire. Comme dans le cas de l’Irak, la réaction n’est pas conditionnelle à l’implication réelle de l’Iran dans l’acte terroriste visant les États-Unis. Plusieurs officiers de la Force aérienne impliqués dans la planification sont apparemment consternés par les conséquences de ce qu’ils font – préparer une attaque nucléaire délibérée contre l’Iran –, mais personne n’est prêt à nuire à sa carrière en émettant des objections. (Philip Giraldi, Deep Background,The American Conservative août 2005)

 

La feuille de route militaire:" D'abord l'Irak, ensuite l'Iran"

 

La décision de cibler l'Iran en vertu de TIRANNT relevait d'une planification militaire et d'un enchaînement d'opérations militaires élargis. Sous l'administration Clinton, l’USCENTCOM avait déjà envisagé d'envahir d'abord l'Irak et ensuite l'Iran dans « les plans de théâtre de guerre ». L'objectif stratégique déclaré était l'accès au pétrole du Moyen-Orient:

 

Les vastes intérêts liés à la sécurité nationale et les objectifs énoncés dans la Stratégie de sécurité nationale du président (SSN) et la Stratégie militaire nationale du président [de l'Instance collégiale des chefs d'état-major] (SMN) constituent le fondement de la stratégie opérationnelle du Commandement central des États-Unis. La SSN dirige l'exécution d'une stratégie de double endiguement des États voyous que sont l'Irak et l'Iran, du moment que ces États posent une menace aux intérêts des États-Unis, aux autres États de la région, ainsi qu'à leurs propres citoyens. Le double endiguement est conçu pour maintenir l'équilibre des forces dans la région sans que cela dépende de l'Irak ou de l'Iran. La stratégie opérationnelle de l'USCENTCOM est basée sur les intérêts et centré sur la menace. Le but de l'engagement étasunien, tel qu'adopté dans le SSN, est de protéger les intérêts fondamentaux des États-Unis dans la région : un accès ininterrompu et sécurisé au pétrole du Golfe pour les États-Unis et leurs alliés. (USCENTCOM, http://www.milnet.com/milnet/pentagon/centcom/chap1/stratgic.htm#USPolicy, le lien n'est plus fonctionnel, mais il est archivé au http://tinyurl.com/37gafu9)

 

La guerre contre l'Iran était vue comme une étape dans une succession d'opérations militaires. Selon le commandant (l'ancien commandant) de l'OTAN, le général Wesley Clark, la feuille de route militaire du Pentagone était composée d'une série de pays : « [Le] plan de campagne de cinq ans [comprend] [...] sept pays au total, en commençant par l'Irak, ensuite la Syrie, le Liban, la Lybie, l'Iran, la Somalie et le Soudan. » Dans L'Irak, le terrorisme et l'Empire américain (page 130), le général Clark déclare ce qui suit:

 

Lorsque je suis retourné au Pentagone en novembre 2001, un officier d’état-major de haut rang avait du temps pour discuter. Oui, nous nous dirigions toujours vers une confrontation avec l’Irak, a-t-il affirmé. Mais il y avait plus. Cela faisait l’objet de discussions et constituait une phase d’un plan projetant une campagne de cinq ans disait-il, où l’on trouvait en tout sept pays en commençant par l’Irak, ensuite la Syrie, le Liban, le Lybie l’Iran, la Somalie et le Soudan. (Voir Secret 2001 Pentagon Plan to Attack Lebanon, Global Research, 23 juillet 2006) 

 

Le rôle d'Israël

 

Il y a eu beaucoup de discussions sur le rôle d'Israël dans l'initiative d'une attaque contre l'Iran.

 

Israël est membre d'une alliance militaire. Tel Aviv n'est pas un instigateur et n'a pas de programme militaire distinct.

 

Israël est intégré dans le « plan de guerre pour des opérations de combat majeures » contre l'Iran, formulé en 2006 par l’USSTRATCOM. Dans le contexte d'opérations militaires de grande envergure, une action militaire unilatérale non coordonnée entreprise par un partenaire de la coalition, à savoir Israël, est presque impossible d'un point de vu stratégique. Israël est un membre de facto de l'OTAN et toute action de sa part nécessiterait un « feu vert » de Washington.

 

Une attaque par l'État hébreux pourrait toutefois être utilisée comme « mécanisme déclencheur » d'une guerre totale contre l'Iran, ainsi que des représailles par l'Iran contre Israël.

 

À cet égard, il existe des signes indiquant que Washington pourrait envisager l'option d'une attaque initiale par Israël (soutenue par les États-Unis), au lieu d'une opération militaire catégorique menée par les États-Unis contre l'Iran. L'attaque israélienne, quoique menée en liaison étroite avec le Pentagone et l'OTAN, serait présentée à l'opinion publique comme une décision unilatérale de Tel Aviv. Elle serait ensuite utilisée par Washington pour justifier, aux yeux du monde, une intervention militaire des États-Unis et de l'OTAN visant à « défendre Israël » plutôt qu'à attaquer l'Iran. En vertu des accords de coopération militaires actuels, à la fois les États-Unis et l'OTAN seraient « obligés » de « défendre Israël » contre l'Iran et la Syrie.

 

Il convient de noter à cet égard qu'au début du second mandat de Bush, le (l'ancien) vice président Dick Cheney a indiqué très clairement que l'Iran figurait « en tête de liste [des] voyous ennemis » des États-Unis et que, pour ainsi dire, Israël « bombarderait pour [eux] » sans que les États-Unis soient impliqués militairement ni qu'ils aient à faire de pression sur Israël pour qu'« il agisse » (Voir Michel Chossudovsky, Planned US-Israeli Attack on Iran, Global Research, 1er mai 2005). Selon Dick Cheney :

 

Les gens craignent entre autres qu’Israël agisse sans qu’on le lui demande […] Comme l’Iran préconise la destruction d’Israël, les Israéliens pourraient bien décider d’agir d’abord et de laisser ensuite le reste du monde s’occuper de nettoyer les dégâts diplomatiques. (Dick Cheney, en entrevue à MSNBC, janvier 2005)

 

En commentant l’affirmation du vice-président, l’ancien conseiller à la Sécurité nationale, Zbigniew Brzezinski a confirmé avec une certaine appréhension qu’en effet, Cheney désire que le premier ministre Ariel Sharon agisse au nom des États-Unis et qu’il « le fasse » pour eux :

 

Je crois que la question de l’Iran est davantage ambiguë et là-bas, le problème n’est certainement pas la tyrannie, ce sont les armes nucléaires. Et aujourd’hui, dans une étrange déclaration parallèlement à cette déclaration en faveur de la liberté, le vice-président a indiqué que les Israéliens pourraient le faire et il a en fait utilisé un langage qui ressemblait à une justification ou même un encouragement, invitant les Israéliens à passer à l’acte.

 

Nous avons affaire à une opération militaire conjointe des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël pour bombarder l’Iran, dont la planification est entamée depuis 2004. Des représentants du département de la Défense, sous Bush et Obama, ont travaillé assidûment à identifier avec soin des cibles iraniennes avec leurs homologues israéliens de l’armée et du renseignement. Sur le plan militaire, toute action par Israël devrait être planifiée et coordonnée par les plus hautes instances de la coalition menée par les États-Unis.

 

Une attaque par Israël nécessiterait également un soutien logistique coordonné par les États-Unis et l’OTAN, particulièrement en ce qui a trait au système de défense aérienne israélien, lequel est complètement intégré dans celui des États-Unis et de l’OTAN depuis janvier 2009.

(Voir Michel Chossudovsky,  Unusually Large U.S. Weapons Shipment to Israel: Are the US and Israel Planning a Broader Middle East War?  Global Research, janvier 2009 ; en français : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient?)

 

Le système radar bande X d’Israël, implanté au début 2009 avec le support technique des États-Unis, a « intégré la défense antimissile israélienne au réseau mondial de détection de missiles étasunien [basé dans l’espace], lequel comprend des satellites, des croiseurs Aegis sur la Méditerranée, la mer rouge et dans le golfe Persique ainsi que des radars terrestres et des intercepteurs Patriot ». (Defense Talk.com, 6 janvier 2009,)

 

Cela signifie qu’en bout de ligne, c’est Washington qui mène la barque. Ce sont les États-Unis, non pas Israël, qui contrôlent le système de défense aérienne : « ''Cela demeurera toujours un système radar étasunien'', a déclaré le porte-parole Geoff Morrell. ''Ce n’est pas quelque chose que nous donnons ou vendons aux Israéliens et il s’agit d’un système qui nécessitera probablement du personnel étasunien sur place pour l’opérer. » (Cité dans Israel National News, 9 janvier 2009).

 

L’armée étasunienne supervise le système de défense aérienne d’Israël, intégré au système mondial du Pentagone. Autrement dit, Israël ne peut pas lancer une guerre contre l’Iran sans le consentement de Washington, d’où l’importance de la fameuse législation « feu vert » au Congrès étasunien appelée House Resolution 1553, soutenue par le Parti républicain et appuyant explicitement une attaque israélienne contre l’Iran :

 

La mesure présentée par le républicain du Texas Louie Gohmert et 46 de ses collègues cautionne l’utilisation par Israël de « tous les moyens nécessaires » contre l’Iran, « dont l’usage de la force militaire. […] Il faut que ce soit fait. Nous devons démontrer notre appui à Israël. Nous devons cesser de jouer avec cet allié crucial dans une région si difficile. (Voir Webster Tarpley, Fidel Castro Warns of Imminent Nuclear War; Admiral Mullen Threatens Iran; US-Israel Vs. Iran-Hezbollah Confrontation Builds On, Global Research, 10 août 2010)

 

En pratique, la législation proposée est un « feu vert » à la Maison-Blanche et au Pentagone plutôt qu’à Israël. Elle constitue une approbation à une guerre contre l’Iran sous l’égide des États-Unis et qui utilise convenablement Israël pour perpétrer une attaque. Elle sert par ailleurs de justification pour mener une guerre dans le but de défendre Israël.

 

Dans ce contexte, Israël pourrait en effet fournir le prétexte pour mener la guerre en réaction aux prétendues attaques du Hamas ou du Hezbollah et/ou au déclenchement d’hostilités à la frontière israélo-libanaise. Il est essentiel de comprendre qu’un « incident » mineur pourrait être utilisé comme prétexte pour provoquer une importante opération militaire contre l’Iran.

 

Les planificateurs militaires des États-Unis savent qu’Israël (plutôt que les États-Unis) serait la première cible des représailles de l’Iran. De manière générale, les Israéliens seraient les victimes des machinations et de Washington et de leur propre gouvernement. À cet égard, il est absolument nécessaire que les Israéliens s’opposent fermement à toute attaque de l’Iran par le gouvernement Netanyahou.

 

Guerre mondiale : le rôle du Commandement stratégique des États-Unis (USSTRATCOM)

 

Les opérations militaires mondiales sont coordonnées par le quartier général de l’USSTRATCOM à la base aérienne d’Offutt au Nebraska, en lien avec les commandements régionaux des commandements unifiés (par exemple, le Commandement central en Floride, responsable de la région du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, voir la carte ci-dessous) ainsi que par les unités de commandements de coalition en Israël, en Turquie, dans le golfe Persique et à la base militaire Diego Garcia dans l’océan Indien. La planification militaire et la prise de décision au niveau national et sur une base individuelle par des alliés des États-Unis, de l’OTAN et des « pays partenaires » sont intégrées à un plan militaire mondial, comprenant la militarisation de l’espace.

 

En vertu de son nouveau mandat, l’USSTRATCOM a la responsabilité de « superviser un plan d’attaque mondial » au moyen d’armes conventionnelles et nucléaires. Dans le jargon militaire, il est désigné pour jouer le rôle d’un « agent d’intégration chargé des missions d’opérations dans l’espace, d’opérations d’information, de défense antimissile intégrée, du commandement et du contrôle mondial, du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance, des attaques mondiales et de dissuasion stratégique [...] ».

 

Les responsabilités de l’USSTRATCOM comprennent : « la gestion, la planification et l’exécution d’opérations de dissuasion stratégique » au niveau mondial; « la synchronisation des plans et des opérations de défense antimissile planétaires, ainsi que des plans de combat régionaux, etc. L’USSTRATCOM est l’organisme principal de coordination des guerres modernes.

 

En janvier 2005, au début du déploiement militaire et de l’accroissement du potentiel militaire visant l’Iran, l’USSTRATCOM a été identifié comme « le principal commandement pour l’intégration et la synchronisation des efforts à l’échelle du département de la Défense dans la lutte contre les armes de destruction massive ». (Michel Chossudovsky, Nuclear War against Iran, Global Research, 3 janvier 2006 ; en français : Guerre nucléaire contre l'Iran).

 

Cela signifie que la coordination d’une attaque à grande échelle contre l’Iran, comprenant divers scénarios d’escalade à l’intérieur et à l’extérieur de la vaste région du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, serait menée par l’USSTRATCOM.

 

centcommapMidEast.jpg

Carte : Zones de responsabilité du Commandement central des États-Unis

 

Armes nucléaires tactiques visant l’Iran

 

Le fait que les États-Unis et Israël envisagent l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Iran est confirmé à la fois par des documents militaires et des déclarations officielles. En 2006, l’USSTRATCOM a annoncé qu’il était parvenu à une capacité opérationnelle lui permettant de toucher rapidement des cibles autour du globe à l’aide d’armes nucléaires ou conventionnelles. Cette annonce a été faite à la suite de simulations militaires relatives à une attaque nucléaire menée par les États-Unis et visant un pays fictif. (David Ruppe, Preemptive Nuclear War in a State of Readiness: U.S. Command Declares Global Strike Capability, Global Security Newswire, 2décembre 2005)

 

En ce qui concerne l’époque Bush-Cheney, il y a continuité : le président Obama a largement appuyé la doctrine préconisant l’utilisation préemptive d’armes nucléaires formulée par l’administration précédente. Dans le 2010 Nuclear Posture Review (examen de la position concernant le nucléaire), l’administration Obama a confirmé qu’« elle se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires contre l’Iran » en raison du non-respect des demandes étasuniennes concernant son prétendu programme nucléaire (inexistant). (U.S. Nuclear Option on Iran Linked to Israeli Attack Threat - IPS ipsnews.net, April 23, 2010). L’administration Obama a également indiqué qu’elle utiliserait des armes nucléaires advenant des représailles de l’Iran en réaction à une attaque israélienne. (Ibid.). Israël a aussi élaboré ses propres « plans secrets » pour bombarder l’Iran avec des armes nucléaires tactiques :

 

Les commandants de l’armée israélienne croient que les frappes conventionnelles pourraient ne plus suffire pour anéantir des installations d’enrichissement de mieux en mieux défendues. Plusieurs d’entre elles ont été construites en dessous d’au moins 70 pieds de béton et de pierres. Toutefois les armes antiblockhaus équipées d’ogives nucléaires seraient employées seulement si une attaque conventionnelle était écartée et si les États-Unis refusaient d’intervenir, ont affirmé des sources de haut rang. (Revealed: Israel plans nuclear strike on Iran - Times Online, 7 janvier 2007)

 

Les déclarations d’Obama relativement à l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Iran et la Corée du Nord concordent avec la doctrine des armes nucléaires post-11-Septembre, laquelle permet l’usage d’armes nucléaires tactiques dans un théâtre de guerre conventionnel.

 

Par une campagne de propagande s’étant assuré l’appui de scientifiques de l’énergie nucléaire « faisant autorité », on justifie l’usage de mini-bombes nucléaires comme instrument de paix, notamment comme une façon de lutter contre le « terrorisme islamique » et d’établir une « démocratie » à l’occidentale en Iran. « L’utilisation sur le champ de bataille » d’armes nucléaires de faible puissance a été autorisée. Il est prévu qu’elles soient employées avec des armes conventionnelles contre l’Iran et la Syrie dans la prochaine phase de la « guerre au terrorisme » étasunienne.

 

Des représentants de l’administration soutiennent que les armes nucléaires de faible puissance sont des instruments de dissuasion nécessaires contre des États voyous [l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord]. Leur logique est que les armes nucléaires existantes sont trop destructrices pour être employées dans une guerre nucléaire générale. Les ennemis potentiels le réalisent, donc ils ne croient pas en la menace de représailles nucléaires. Les mini-bombes nucléaires sont cependant moins destructrices, en conséquence, leur usage est concevable. Cela rendrait l’effet dissuasif des armes nucléaires plus efficace. (Opponents Surprised By Elimination of Nuke Research Funds Defense News 29 novembre 2004)

 

Les armes nucléaires privilégiées dans une attaque contre l’Iran seraient les armes nucléaires tactiques (fabriquées aux États-Unis), à savoir, les bombes antiblockhaus équipées d’ogives nucléaires (par exemple B61.11) possédant une capacité explosive dépassant de trois à six fois la bombe d’Hiroshima. La B61-11 constitue la « version nucléaire » des bombes « conventionnelles » BLU 113 ou Guided Bomb Unit GBU-28 (bombe guidée). Elle peut être livrée sensiblement de la même façon que les bombes antiblockhaus conventionnelles. (Voir Michel Chossudovsky, http://www.globalresearch.ca/articles/CHO112C.html, et http://www.thebulletin.org/article_nn.php?art_ofn=jf03norris). Alors que les États-Unis n’envisagent pas l’usage d’armes thermonucléaires stratégiques contre l’Iran, l’arsenal nucléaire d’Israël est largement composé de bombes thermonucléaires, lesquelles sont déployées et pourraient être utilisées advenant une guerre avec l’Iran. Tout l’Iran serait accessible au système de missile israélien Jericho III, dont la portée varie entre 4800 km et 6500 km.

 

 

GBU-27_xxl.jpg

Bombe guidée antiblockhaus conventionnelle Guided Bomb Unit GBU-27

 B-61_bomb.jpg

 

Bombe antiblockhaus B61

 

Retombées radioactives

 

Alors que les analystes militaires des États-Unis et de l’OTAN n’en tiennent simplement pas compte, le problème des retombées radioactives et de la contamination serait dévastateur et affecterait possiblement une vaste zone de la région élargie du Moyen-Orient (incluant Israël) et de l’Asie centrale.

 

Les armes nucléaires sont présentées, dans une logique tordue, comme un moyen de consolider la paix et de prévenir les « dommages collatéraux ». Les armes nucléaires iraniennes inexistantes constituent une menace à la sécurité mondiale, alors que celles des États-Unis et d’Israël sont des instruments de paix, sans danger pour la population civile des environs.

 

Usage de la « Mère de toutes les bombes » (MOAB) prévu contre l’Iran

 

L’« arme monstre » de 21 500 livres surnommée « mère de toutes les bombes » est significative dans l’arsenal d’armes conventionnelles des États-Unis. Détenant la plus grande portée de cet arsenal, la GBU-43/B or Massive Ordnance Air Blast bomb (MOAB) a été qualifiée d’« arme non nucléaire la plus puissante jamais conçue ». La MOAB a été testée au début mars 2003 avant d’être déployée dans le théâtre de guerre irakien. Selon des sources militaires étasuniennes, avant que la « mère de toutes les bombes » ne soit lancée, l’Instance collégiale des chefs d'état-major avait avisé le gouvernement de Saddam Hussein qu’elle serait utilisée contre l’Irak. (Des reportages non confirmés mentionnent qu’elle l’a été.)

 

Le département de la Défense étasunien a confirmé en octobre 2009 qu’il a l’intention d’utiliser la « mère de toutes les bombes » contre l’Iran. On dit de la MOAB qu’elle est « idéale pour frapper des installations nucléaires enfouies profondément sous terre, comme celles de Natanz et de Qom en Iran ». (Jonathan Karl, Is the U.S. Preparing to Bomb Iran? ABC News, 9 octobre 2009). En vérité, la MOAB, étant donné sa capacité explosive, entraînerait un nombre extrêmement élevé de victimes civiles. Il s’agit d’un « engin meurtrier » conventionnel provoquant un nuage en champignon de type nucléaire.

L'acquisition de quatre MOAB a été autorisée en octobre 2009 au coût élevé de 58,4 millions de dollars (14,6 millions pour chaque bombe). Ce montant inclut les coûts de développement, d’essai et d’intégration des MOAB sur des bombardiers furtifs B-2. (Ibid.). Cette acquisition est directement liée aux préparations de la guerre concernant l’Iran. La notification était contenue dans un « memo de reprogrammation » de 93 pages, comprenant les instructions suivantes :

 

« "Le département a un urgent besoin opérationnel (UBO), soit d’avoir la capacité de frapper des cibles dures et enfouies profondément sous terre dans un environnement très dangereux. La MOP [Massive Ordnance Penetrator] est l’arme de choix pour satisfaire les exigences de l’UBO." On mentionne par ailleurs que la demande est approuvée par le Commandement du Pacifique (responsable de la Corée du Nord) et le Commandement central, (responsable de l’Iran). » (ABC News,  op cit, c’est l’auteur qui souligne). Pour consulter la demande de reprogrammation (pdf), cliquer ici.

Le Pentagone planifie un processus de destruction considérable des infrastructures de l’Iran et des pertes civiles massives par l’emploi combiné d’armes nucléaires tactiques et de bombes conventionnelles monstres provoquant des nuages en champignon, incluant la MOAB et la GBU-57A/B ou Massive Ordnance Penetrator (MOP), encore plus massive que la MOAB et supérieure à celle-ci en termes de capacité explosive.

La MOP est décrite comme « une nouvelle bombe puissante¸ visant directement les installations nucléaires souterraines de l’Iran et de la Corée du Nord. La bombe gargantuesque est plus longue qu’onze personnes se tenant épaule contre épaule [voir l’image ci-dessous], ou plus de 20 pieds de long ». (Voir Edwin Black, "Super Bunker-Buster Bombs Fast-Tracked for Possible Use Against Iran and North Korea Nuclear Programs", Cutting Edge, 21 septembre 2009)

Ces bombes sont des armes de destruction massive (ADM) dans le vrai sens du terme. L’objectif à peine voilé de la MOAB et de la MOP, y compris le surnom étasunien utilisé pour décrire la MOAB (mère de toutes les bombes), est la « destruction massive » et la perte massive de civils dans le but d’inculquer la peur et le désespoir.

MOAB%20AFAM.jpg
« Mère de toutes les bombes » (MOAB)

MOP1.jpg

GBU-57A/B Mass Ordnance Penetrator (MOP)

 

 moabmother_of_all_bombs.gif
MOAB: scènes d’un test : explosion et nuage en champignon

Armement de pointe : « La guerre devenue possible grâce aux nouvelles technologies »

 

Le processus décisionnel de l’armée étasunienne relativement à l’Iran est soutenu par la Guerre des étoiles, la militarisation de l’espace et la révolution des communications et des systèmes d’information. Vu les avancées de la technologie militaire et le développement de nouveaux systèmes d’armes, une attaque contre l’Iran, si on la compare à la guerre éclair de mars 2003 lancée contre l’Irak, pourrait être significativement différente en raison de la combinaison des systèmes d’armes. L’opération contre l’Iran prévoie l’usage des systèmes d’armes les plus avancés pour appuyer ses attaques aériennes. Selon toute probabilité, de nouveaux systèmes seront testés.

 

Le document du Project of the New American Century (Projet pour un nouveau siècle étasunien, PNAC) intitulé Rebuilding American Defenses (Rebâtir les défenses des États-Unis), expose brièvement le mandat de l’armée étasunienne en ce qui a trait aux guerres de théâtre à grande échelle qui doivent être menées simultanément dans différentes régions du monde :

 

« Lutter et vaincre résolument dans de multiples théâtres de guerre majeurs et simultanés »

 

Cette formulation équivaut à revendiquer une guerre de conquête mondiale par une seule superpuissance impériale. Le document du PNAC réclame également la transformation des forces étasuniennes pour exploiter la « révolution des affaires militaires », c'est-à-dire mener dorénavant une « guerre devenue possible grâce aux nouvelles technologies ». (Voir Project for a New American Century, Rebuilding Americas Defenses, Washington DC, septembre 2000, pdf). Celui-ci consiste à développer et perfectionner un engin meurtrier de pointe basé sur un arsenal de nouvelles armes sophistiquées, lesquelles remplaceraient tôt ou tard les paradigmes existants.

 

« L’on peut donc prévoir que le processus de transformation aura en réalité deux étapes : d’abord une transition, ensuite une transformation plus approfondie. Le point de rupture se fera lorsque les nouveaux systèmes d’armes mis en service seront prédominants, peut-être, par exemple, lorsque des engins sans pilote commenceront à être plus nombreux que ceux nécessitant un équipage. À cet égard, le Pentagone devrait hésiter à faire de gros investissements dans de nouveaux programmes – des chars d’assaut, des avions, des porte-avions par exemple – lesquels maintiendraient les forces étatsuniennes dans les paradigmes de guerre actuels pendant bien des décennies. » (Ibid.), c’est l’auteur qui souligne)

 

La guerre contre l’Iran pourrait en effet constituer ce point de rupture crucial. De nouveaux systèmes d’armes basés dans l’espace sont introduits et visent à invalider un ennemi dont les capacités militaires sont considérables et les forces terrestres dépassent le demi-million.

 

Les armes électromagnétiques

 

Des armes électromagnétiques pourraient être utilisées pour déstabiliser les systèmes de communications iraniens, paralyser la production d’électricité, miner et déstabiliser le commandement et le contrôle, les infrastructures gouvernementales, le transport, l’énergie, etc. Les techniques de modification de l’environnement (CNMOD) (guerre météorologique), développées dans le cadre du programme HAARP et membres de la même famille d’armes, pourraient également être employées. (Voir Michel Chossudovsky, "Owning the Weather" for Military Use, Global Research, 27 septembre 2004). Ces systèmes d’armes sont totalement opérationnels. Dans ce contexte, le document de l’Armée de l’air étasunienne AF 2025 a explicitement admis les applications militaires des technologies de modification de l’environnement.

 

La modification de l’environnement deviendra un élément de la sécurité intérieure et internationale […] Ses applications pourraient être offensives ou défensives et même être utilisées comme moyen dissuasif. La capacité de générer des précipitations, du brouillard et des tempêtes sur la terre ou de modifier les conditions climatiques, d’améliorer les communications par la modification de l’ionosphère (l’utilisation de miroirs ionosphériques) et la production de conditions climatiques artificielles font toutes partie d’un ensemble de technologies intégrées pouvant augmenter considérablement la capacité des États-Unis, ou diminuer celle d’un adversaire, d’acquérir une vision, une portée et une puissance mondiale, (Air Force 2025 Final Report, See also US Air Force: Weather as a Force Multiplier: Owning the Weather in 2025AF2025 v3c15-1 | Weather as a Force Multiplier: Owning... | (Ch 1) atwww.fas.org).

 

Le rayonnement électromagnétique permettant de « détériorer la santé à distance », pourrait aussi être envisagé dans un théâtre de guerre, (Voir Mojmir Babacek, Electromagnetic and Informational Weapons:, Global Research, 6 août 2004) ainsi que de nouvelles utilisations des armes biologiques par l’armé étasunienne, tel que suggéré par le PNAC : « Des types d’armes biologiques perfectionnées capable de "cibler" des génotypes spécifiques pourrait transformer l’instrument de terreur qu’est la guerre biologique en un outil politique utile. » (PNAC, op cit., p. 60).

 

Les capacités militaires de l’Iran : des missiles de moyenne et longue portée

 

L’Iran a un potentiel militaire de pointe, comprenant des missiles de moyenne et de longue portée capables de toucher des cibles en Israël et dans les États du Golfe. D’où l’accent mis par l’alliance des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël sur les armes nucléaires, qu’ils prévoient utiliser de manière préemptive ou en réaction à une attaque au missile de l’Iran lancée en guise de représailles.

 

iranshahabrange.gif
Portée des missiles iraniens Shahab. Droits d’auteur Washington Post 

En novembre 2006, suite à une planification précise, des missiles terrestres iraniens ont été testés dans le cadre d’une opération soigneusement mise en scène. Selon un expert en missiles étasunien de haut niveau (cité par Debka), « les Iraniens ont fait la démonstration d’une technologie récente de lancement de missile et l’Occident ignorait qu’ils possédaient celle-ci. » (Voir Michel Chossudovsky, Iran's "Power of Deterrence"  Global Research, 5 novembre 2006 ; en français : « Le Pouvoir de Dissuasion » de l'Iran) Israël a reconnu que le Shehab-3, avec une portée de 2000 km, peut atteindre Israël, le Moyen-Orient et l’Europe. (Debka, 5 novembre 2006)

 iran%20missile%20tests1.jpg

 

 

iran%20missiletests2.jpg

 

Selon Uzi Rubin, l’ancien chef du programme de missiles antibalistiques israélien, « l’intensité de l’exercice militaire était sans précédent […] Il était destiné à impressionner et il a impressionné ». (www.cnsnews.com 3 novembre 2006)

 

S’ils ont créé de l’agitation politique aux États-Unis et en Israël, les exercices de 2006 n’ont modifié d’aucune manière la détermination des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël de s’en prendre à l’Iran.

 

Téhéran a confirmé dans plusieurs déclarations que l’Iran répliquerait s’il était attaqué et a soutenu qu’Israël serait la cible immédiate d’attaques au missile de l’Iran. La question du système de défense aérien d’Israël est donc fondamentale. Des installations militaires des États-Unis et de leurs alliés dans les États du Golfe, en Turquie, en Arabie Saoudite, en Afghanistan et en Irak pourraient être également ciblées par l’Iran.

 

Les forces terrestres iraniennes

L’Iran, encerclé par des bases militaires des États-Unis et de leurs alliés, a tout de même un potentiel militaire considérable. (Voir la carte ci-dessous) Il est important de reconnaître cependant la taille absolue des forces iraniennes en termes de personnel (armée de terre, marine, force aérienne) lorsque comparée à celles des États-Unis et de l’OTAN servant en Irak et en Afghanistan.

 

Confrontées à une insurrection bien organisée, les forces de la coalition sont déjà débordées en Afghanistan et en Irak. Ces dernières seraient-elles en mesure de faire face à la situation si les forces terrestres iraniennes entraient dans les champs de bataille actuels de ces deux pays? La force du mouvement de résistance contre l’occupation des États-Unis et de leurs alliés serait inévitablement affectée.

Les forces terrestres iraniennes sont de l’ordre de 700 000, desquelles 13 000 sont des soldats professionnels, 220 000 des conscrits et 350 000 des réservistes. (Voir Islamic Republic of Iran Army - Wikipedia). En outre, il y a 18 000 personnels dans la marine et 52 000 dans la force aérienne. Selon l’Institut international d’études stratégiques, « les Gardiens de la révolution ont approximativement 125 000 personnels répartis dans cinq branches : ils ont leurs propres Marines, leurs Forces aériennes et terrestres, ainsi que les Forces Qods (Forces spéciales) ». D’après le CISS, la force paramilitaire de volontaires Basij, contrôlée par les Gardiens de la révolution, « comprend environ 90 000 membres en service actif à temps plein, 300 000 réservistes et en tout 11 millions d’hommes pouvant être mobilisés si nécessaire ». (Armed Forces of the Islamic Republic of Iran - Wikipedia) Autrement dit, l’Iran peut mobiliser jusqu’à un demi-million de troupes régulières et plusieurs millions de milices. Ses forces spéciales Qods sont déjà en fonction en Irak.

new_us_bases.png 


Iran-encircled2.gif

Installations militaires de l’armée étasunienne et de ses alliés entourant l’Iran.

 

Depuis plusieurs années l’Iran procède à ses propres exercices de guerre. Si sa Force aérienne a des faiblesses, ses missiles à longue et moyenne portée sont totalement opérationnels. L’armée iranienne est en état d’alerte. À l’heure actuelle, ses troupes sont concentrées à quelques kilomètres des frontières irakiennes et afghanes, ainsi qu’à proximité du Koweït. La Marine iranienne est déployée dans le golfe Persique, près des installations militaires des États-Unis et de leurs alliés aux Émirats arabes unis.

Il convient de noter qu’en réaction à l’accroissement de la puissance militaire iranienne, les États-Unis ont transféré de grandes quantités d’armes à leurs alliés de l’OTAN dans le golfe Persique, y compris au Koweït et en Arabie Saoudite.

 

Bien que les armes de pointe iraniennes ne soient pas à la hauteur de celles des États-Unis et de l’OTAN, les forces iraniennes seraient en mesure d’infliger de lourdes pertes aux forces de la coalition dans un théâtre de guerre conventionnel et sur le terrain en Irak ou en Afghanistan. En décembre 2009 les troupes terrestres et les chars d’assaut iraniens ont traversé la frontière irakienne sans être confrontées ou opposées par les forces alliées et ont occupé un territoire contesté dans le champ pétrolifère de l’est du Maysan.

 

Même en cas de guerre éclair efficace ciblant les installations militaires, les systèmes de communications, et d’autres infrastructures de l’Iran avec des bombardement aériens massifs, des missiles de croisières, des bombes antiblockhaus conventionnelles et des armes nucléaires tactiques, une guerre contre l’Iran, une fois commencée, pourrait tôt ou tard mener à une guerre de terrain. Les planificateurs militaires étasuniens l’ont sans aucun doute envisagé dans leurs scénarios de guerre.

 

Une opération de cette nature provoquerait des pertes civiles et militaires considérables, surtout si des armes nucléaires sont utilisées.

 

L’augmentation du budget pour la guerre en Afghanistan actuellement à l’étude au Congrès étasunien, est aussi prévue en cas d’attaque contre l’Iran.

 

Dans un scénario d’escalade, les troupes iraniennes pourraient traverser les frontières de l’Irak et de l’Afghanistan.

 

Par ailleurs, une escalade militaire dans laquelle des armes nucléaires seraient employées pourrait nous mener à un scénario de Troisième guerre mondiale et s’étendre au-delà de la région du Moyen–Orient et de l’Asie centrale.

 

En réalité, ce projet militaire sur la planche à dessin du Pentagone depuis plus de cinq ans menace l’avenir de l’humanité.

 

Dans cet essai, nous nous sommes concentrés sur les préparatifs de guerre. Que ceux-ci soient à un stade avancé n’implique pas que ces plans de guerre seront mis à exécution.

 

L’alliance des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël réalise que l’ennemi est amplement en mesure de riposter. Dans les cinq dernières années, ce facteur en soi a été déterminant dans les décisions des États-Unis et de leurs alliés de reporter une attaque contre l’Iran.

 

La structure des alliances militaires représente un autre facteur décisif. Si l’OTAN est devenue une force redoutable, l’alliance entre la Russie, la Chine et certaines anciennes républiques soviétiques, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), a été gravement affaiblie.

 

Les perpétuelles menaces de l’armée étasunienne envers la Chine et la Russie visent à affaiblir l’OCS et à décourager toute forme d’action militaire de la part des alliés de l’Iran en cas d’attaque par les États-Unis, l’OTAN et Israël.

 

Quelles sont les forces compensatoires qui pourraient empêcher cette guerre? Il existe de nombreuses forces travaillant continuellement au sein de l’appareil d’État étasunien, du Congrès, du Pentagone et de l’OTAN.

 

Mais en bout de ligne, la force centrale faisant obstacle à la guerre provient de la base de la société et nécessite des fortes actions antiguerre auxquelles participent des centaines de millions de personnes, aux niveaux national et international.

 

Les gens doivent non seulement se mobiliser contre ce programme militaire diabolique, mais aussi contester l’autorité de l’État et celle de ses représentants.

 

Cette guerre peut être évitée si les gens confrontent vigoureusement leurs gouvernements, font pression sur leurs représentants élus, s’organisent au niveau local, dans les villes, les villages, les municipalités, passent le message, informent leurs concitoyens sur les implications d’une guerre nucléaire, entament le débat et discutent au sein des forces armées.

 

Faire des manifestations antiguerre massives ne suffit pas. Il faut développer un vaste réseau antiguerre populaire, bien organisé, s’opposant aux structures de pouvoir et aux autorités.

 

Il faut un mouvement de masse confrontant vigoureusement la légitimité de la guerre, un mouvement planétaire criminalisant la guerre.

 

 

(..)

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20978

 

 


 

 

On m'envoie cette plaisanterie:

 

Pour quelles raisons les hommes mariés grossissent-ils  alors que les hommes célibataires maigrissent...?
En fait c'est très simple :
- Le célibataire va au frigo, n'y trouve rien d'intéressant et retourne au lit.
- L'homme marié va au lit, n'y trouve rien d'intéressant et retourne au frigo...!.

 

Supercontent

 

 

 

Un tribunal spécial pour de Villepin ?

 

 

Clearstream, rivalité de deux hommes.

 

Sarkozy a tout fait pour couler un rival dangereux, aidé par les médias aux ordres.

 

Ces Médias aux ordres du Président ont a

ttaqué de Villepin, pas Sarkozy: Pour

tuer politiquement de Villepin, héritier de Chirac et de la famille gaulliste,

partisan de l'indépendance nationale (donc homme à abattre pour les

Anglo-Saxons et pour Israël qui ne veulent pas qu'on conteste leur domination

sur le monde).

 

Sarkozy, lui, est un agent de l'Etranger (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Israël)

chargé de casser le gaullisme français  attaché à la souveraineté nationale.

Et à titre personnel, il voit en de Villepin un rival à éliminer.

 

Voici donc, maintenant, bientôt, une sorte de tribunal "d'exception" pour  

rejuger de Villepin et le neutraliser avant 2012.

 

Si de Villepin peut se présenter, on risque d'avoir au 2e tour, face-à-face, la

Gauche et le FN, une fois Sarkozy éliminé par la multiplicité des candidatures

à droite (De Villepin et Bayrou sont crédités chacun de 7 % de voix) ! 

 

Un procès à suivre... attentivement !

 

eva R-sistons à l'intolérable

 

 

Launch Republique Solidaire 2010-06-19 n05.jpgWikipedia

 

 

 

Retraites:

 

Manifester encore ? A quoi bon ? Les syndicats ne défendent

pas nos intérêts. Ils sont vendus aux dirigeants ! C'est la grève

générale qui fera avancer la cause des peuples floués.   Ceci dit,

moi je plaide pour le boycott du capitalisme, le boycott de la consommation au moins superflue, pour commencer !

J'en reparlerai...  Eva

 

 

 

 

11 septembre:

Ne commémorons pas

l'imposture de l'ignoble mise en scène

pour nous faire accepter les guerres impériales

et les lois liberticides ! Souvenons-nous plutôt

du complot de la CIA au Chili contre le Président socialiste

élu démocratiquement, Salvador Allende, le 11/9 1973 !

Eva R-sistons

Chili1973P.jpg

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I


 


 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 00:17

voeux-palestiniens-j.jpg
Contacter http://www.france-palestine.org/
 (parrainage enfant palestinien, etc)


Début janvier: Triste anniversaire
de l'Opération Plomb Durci

Occident deux fois coupable,
de la Shoah des Juifs, hier,
de la "Shoah" des Palestiniens, aujourd'hui.
Par Eva R-sistons à l'intolérable
du mépris de la vie humaine. 

Attention, images difficiles ! 


naji17.jpg


Le reflet des étoiles

sur l’acier de nos fusils

éclaire notre chemin

et lors de nos haltes

nous pensons à nos femmes

que nous avons serrées

d’une étreinte si brève

aussi brèves que nos haltes

 Alors nous repartons

pour mourir

                     encore une fois

et puis ressusciter

                     encore une fois


Extraits de Chants palestiniens


naji19.jpg

Notre réserve est inépuisable

Les enfants de nos enfants

les enfants du RPG

s’entraînent déjà

la tétine à la bouche

Extraits de Chants palestiniens


Palestinian_refugees.jpg
Réfugiés palestiniens....

Maintenant que tu sais l’heure

tu ne peux ignorer le temps

alors sois désormais

de ceux qui marchent nu-pieds

sur le sable brûlant

où l’asphalte éventré

de ceux qui ne craignent

ni la hauteur des barbelés

ni la béance des prisons

ni le canon des Uzi

 

Sois surtout

de ceux que les Arabes

ne peuvent trahir qu’une fois

A mon enfant,
extraits de Chants Palestiniens


naji24.jpg

Pardonnez-moi vos lâchetés

et notre résistance

mais on m'attend

J’emporte comme viatique la nostalgie

d'une griffure de mon épouse

à l’épaule gauche

une odeur de galette chaude

un poème de Darwiche

quelques olives

et un chargeur supplémentaire

L'Adieu aux Arabes


Poèmes proposés par Djamal Benmerad


bebe-ds-ruines-et-ballon.jpg 

Mépris intolérable de la vie humaine sacrée !

La "shoah" des Palestiniens,
par Eva R-sistons

Le peuple juif était disséminé sur la terre,
errant, nomade, stigmatisé,
ostracisé, persécuté,
ou fécondant la terre d'asile, 

et puis certains, des Rothschild par exemple,
et des Américains, beaucoup trop d'Américains,
ont décidé qu'il devait être sacrifié, 
Juifs offerts en holocauste vivant 
sur l'autel diabolique de l'Argent,
pour satisfaire les requins de la Finance
et ceux des Industries de Mort,
IG Farben en tête. 

Et Mâmon, l'idole des Occidentaux, créa Hitler,
et Mâmon créa les camps de la honte,
où furent parqués, pêle-mêle,
Tsiganes, Juifs, handicapés mentaux, homosexuels, 
communistes ou opposants à la tyrannie nazie,
pour ensuite justifier l'installation
sur une terre lointaine sainte, hélas habitée,
qui alors devint une terre maudite, sanglante,
cheval de Troie de tous les impérialismes racistes et prédateurs,
terre instrumentalisée pour conquérir
les territoires si riches en pétrole. 

Hélas, sur cette terre vivait déjà un peuple,
de Palestiniens,  qui tendaient la main
à leurs frères juifs et chrétiens.
Un microcosme harmonieux du monde
riche de sa multiplicité ! 

Rideau ?   


Ni%F1o7

Le peuple persécuté a pris goût à son nouveau foyer.
On lui a donné un doigt, il veut toute la main.
Maintenant il rêve de Grand Israël,
il convoite le gaz offshore des Gazaouis,
il brûle de dominer toute la région.
Le démon de la cupidité, de la corruption,
du fascisme intolérant et fanatique,
s'est emparé de ses citoyens
et même de certains de ses rabbins. 
Ils se sont à nouveau prosternés devant le Veau d'or,
"nuque raide" (Bible) encore et toujours,
n'écoutant pas les avertissements de leurs Prophètes,
des Sages, des clairvoyants.  
Les voici désormais rendant un culte à Mâmon,
l' idéal socialiste s'est mué en cauchemar colonial,
la terre sainte est devenue du diable, 
prisonnière d'un conflit meurtrier sans fin,
menaçant la paix du monde et même 
l'avenir de l'Homme sur terre. 



jalal16jl6.jpg

Les requins ont lâché leurs obus !
Leurs engins de mort ! Leurs bombes !
Leurs armes les plus meurtrières ! 
Oh scandale suprême,
même celles interdites par le Droit de la guerre !
Toutes les lois humaines, internationales,
sont désormais violées, bafouées ! 
Les Principes bibliques sacrés sont piétinés !

L'HORREUR PLEUT DU CIEL,
l'horreur s'abat sur le territoire le plus peuplé
de toute la planète,
et il n'y a pas d'abris,
et il n'y a pas d'échappatoire,
les frontières sont fermées,
des murs hors-la-loi sont érigés, 
la mer elle-même se referme,
avec l'appui de la France sarkozienne,
sur tous ceux qui tentent d'échapper
à la mort qui pleut du ciel, partout,
jour et nuit, nuit et jour,
sur tous indistinctement, 
hommes, femmes, enfants, journalistes,
ambulanciers, militants d'ONG...
tous prisonniers, résistants comme civils innocents !

Et les Palestiniens sont tous condamnés

à subir le déluge de feu ! ! 

Ni-F1o3.jpg


C'est le plus grand camp de la mort jamais édifié,
car il enferme un peuple tout entier, 
mes amis, comment est-ce possible ?
Le peuple de la Bible élu pour sanctifier le monde,
le détruit à Gaza et même partout ailleurs !
Quel démon s'est soudain saisi de lui ? 
Le persécuté devient le persécuteur d'innocents !  
La victime s'est muée en bourreau !   
 
crane-enfant.jpg



enfant-dechiquete-dos.jpg


enfant-calcine-tronc.jpg

jambe-pulverisee-copie-1.jpg

gaza_funeraille_shamir.jpggaza_funeraille_shamir.jpggaza_funeraille_shamir.jpggaza_funeraille_shamir.jpg


Mes amis, voici que l'on a osé faire sur un territoire minuscule
ce qui a été fait au Vietnam, hypothéquant la vie de tout un peuple !

Mes amis, on a lancé tant de bombes, et tant de bombes interdites,
et tant de bombes expérimentales,
que maintenant les mamans palestiniennes accouchent
d'enfants difformes, handicapés, malformés, monstrueux !
Quand elles accouchent, car combien d'entre elles
seront à jamais dans l'impossibilité de transmettre la vie !

Mes amis, on nous parle de 1400 ou 1500 morts à Gaza,
l'an dernier, à cause de Plomb durci et du coeur endurci des Israéliens,
mais on oublie tous les blessés, les handicapés, physiques ou mentaux,
et puis tous les meurtris, tous les angoissés, tous les stressés,
et puis toutes ces enfances volées, toutes ces vies envolées,
et puis, et puis... et puis le pire de tout !

Ni-F1o15.jpg


Mes amis, on est en train d'exterminer tous les Gazaouis,
mes amis, on est en train d'anéantir tout un peuple, toute vie à venir,
lentement mais sûrement, bientôt il ne restera plus un Gazaoui !
Oui, voici la "Shoa" des Palestiniens pendant qu'on honore ses auteurs
en déroulant le tapis rouge devant eux, en sablant le champagne
dans les salons dorés des Chancelleries,
pendant que l'Europe s'ouvre à Israël
pendant qu'elle se lave les mains des crimes accomplis sur les Palestiniens, 
pendant qu'elle se donne bonne conscience en envoyant
l'émissaire de l'inutile, Blair l'ami de Bush, 
pendant qu'elle songe à criminaliser
ceux qui s'élèvent contre les crimes !


Ni-F1o.jpg


Sarkozy et Kouchner les belliqueux néocons,
non contents d'être complices de l'intolérable,
s'en font les avocats et les soutiens !
Ici un navire destiné à armer la résistance légitime est intercepté,
là des instructeurs français aident les Egyptiens à construire
un mur souterrain pour asphyxier les Palestiniens,
les priver même du strict nécessaire !
Notre pays est complice, et même acteur,
d'un génocide qui ne dit pas son nom !


Ni-F1o5.jpgNi-F1o5.jpgNi-F1o5.jpg


Où sont les Nasser d'aujourd'hui ? Que font les Arabes ?
Pour une poignée de lentilles, leurs dirigeants corrompus
arment le bras criminel, l'encouragent, le soutiennent !
Que fait le Pape, héraut de la chrétienneté,
porte-parole du Dieu de l'Evangile, juste, aimant, miséricordieux ?
Il s'enferme dans ses salons dorés, pérore de son balcon,
se laisse encenser par ses adorateurs, se tait scandaleusement
pendant qu'on extermine les Palestiniens
(comme jadis un autre Pape  pendant qu'on exterminait les Juifs) 
au lieu de tonner contre les criminels,
au lieu de brandir la colère de Dieu contre les assassins de la vie... sacrée ! 
Que font nos Zélus ? Ils accourent au moindre signal du CRIF,
ils s'agenouillent devant l'intolérable,
ils sacrifient leur âme à leur carrière, à leur ré-élection ! 
Que font les Médias ? Ils sont les veules laquais
d'un Chaos planétaire inique, sanguinaire, immoral,
contraire à tous les Principes divins confiés à Abraham
et à ses descendants sémites juifs et  musulmans,
ainsi qu'aux chrétiens !
Que font les citoyens, que faisons-nous,
sommes-nous anesthésiés, abêtis, paralysés,
au point de tolérer l'intolérable ? 

Mais alors, de quoi sera fait demain ?
Et s'il n'y a plus d'avenir pour les Palestiniens
innocents boucs-émissaires de la folie générale,  
y aura-t-il un avenir pour l'humanité ?

Et si la tragédie qui se joue au Proche-Orient
était le prélude à la tragédie planétaire
qui emportera l'humanité ?

Eva R-sistons à l'intolérable 

uranium-appauvri-sr-gaza.jpg
Uranium appauvri sur Gaza

Vous pouvez reproduire mes articles en citant la source,
et pour plus de commodité, publier celui-ci en noir,
les couleurs étant trop disparates ! Eva

Alain Badiou à propos de la question juive et de l’Etat d’Israël

Je ne prétends pas faire ici une étude détaillée du livre de Badiou mais simplement présenter ses fondements et, par là, relever l’importance de son œuvre dans un temps où l’esprit d’extrême-droite vise à effacer l’esprit de 68, et même celui des Lumières, en vue d’encourager les guerres, de ravager les droits des plus faibles et des plus démunis, et tout ceci en promouvant ces médias et ces pseudo-intellectuels qui travaillent à l’anéantissement de notre planète, des peuples et de leurs cultures.

(..)


Badiou est très clair quand il indique que l’unité de son recueil tient à un point limite qui unifie l’universalisme en surmontant toute injonction à la sacralisation des noms communautaires, religieux ou nationaux. Ainsi, dès le début, il annonce une voie pour que le ressentiment du peuple juif ne le fasse pas cheminer vers la guerre. Loin de nier la souffrance et les morts pendant l’extermination nazie, il critique le ressentiment et la haine qui font en sorte que de nouvelles méthodes encourageant la destruction de la Palestine se mettent en place. Sa position personnelle n’admet pas qu’au nom des victimes de l’holocauste perpétré par l’Allemagne nazie s’instaurent un impérialisme et un colonialisme de l’Etat israélien qui permettraient d’accepter et faciliter les crimes contre les Palestiniens : « J’affirme qu’à mes yeux, la politique de conquête, de liquidation physique des Palestiniens, de massacre de lycéens arabes, de maisons dynamitées, de tortures, que mène aujourd’hui l’Etat d’Israël, est la plus grave menace qui puise peser sur le nom des juifs »[1].

 


Sa critique tout au long du texte laisse voir qu’il est contre le militarisme, l’invasion et le massacre sous prétexte de l’identification d’un peuple qui comme victime pourrait légitimer les pires atrocités. Il ne s’agit pas pour lui d’encourager la vengeance mais une possible réconciliation des juifs avec leur passé et avec les Palestiniens.

La question dans ce livre n’est donc pas de nier l’identité juive, loin de là, ni non plus l’extermination du peuple juif pendant les guerres, mais de comprendre qu’il n’est pas question de continuer à propager la destruction au nom du peuple juif (lequel est répandu dans toute la planète).

Ce qui est tout à fait intéressant dans le propos de sa pensée, c’est de mettre en place un nouveau sens de la question de l’Etat juif en montrant la tâche de l’imaginaire sur la subjectivité et les consciences. Par exemple, en parlant du film de Udi Aloni l’Ange du lieu, il montre l’espoir d’un nouveau brassage entre le peuple juif et le peuple palestinien : « Le film croit en la possibilité de trouver dans la situation quelque chose qui soit pour tous un symbole existentiel de paix […] Ce n’est pas la forme classique que semble imposer la situation : résistance, combat, agression. Comme Udi n’est pas un simple pacifiste, il sait aussi bien que moi qu’une nouvelle conception politique à propos des situations conflictuelles ne se trouve pas du côté de la vieille idée qui consiste à se battre sans trêve pour déboucher sur la victoire finale ou la mort. Il s’agit de trouver un autre chemin...
http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/01/09/16435187.html


mur-free-P.jpg
 


Sélection de liens :

OMS : le « pape de la grippe A » accusé de corruption

F. William Engdhal relate comment un expert peu scrupuleux a pu manipuler l’opinion publique internationale, surévaluer l’impact de la grippe H1N1, et faire la fortune des laboratoires qui l’emploient
suite:

http://ledessousdescartes.blogspot.com/2009/12/oms-le-pape-de-la-grippe-accuse-de.html



Wolfgang Wodarg

Président de la commission santé du Conseil de l’Europe, l’allemand Wolfgang Wodarg accuse les lobbys pharmaceutiques et les gouvernants.

Il a obtenu le lancement d’une enquête de cette instance sur le rôle joué par les laboratoires dans la campagne de panique autour du virus. Extrait d’un entretien sans détour sont réellement exclus. ».

 La fausse pandémie

http://vtele.ca/emissions/dumont360/archives/2010/01/2814/8355.php (2 mn)


 
Terrorisme ??

Abdulmutallab: comment a-t-il pu monter à bord d’un avion en direction de Détroit? Son nom figurait sur la liste noire du terrorisme des États-Unis après que son propre père ait averti des officiels hauts placés du Département d’État qu’il était inquiet à propos des croyances radicales et des connexions que son fils partageait avec des extrémistes. Si son père avait été un plombier, pas certain que cela aurait laissé eu un grand impact. Mais la réalité est que son père,  Dr. Umaru Mutalla, est un ancien directeur d’une importante banque nigérienne, un ministre, tête de l’industrie nationale de l’armement, un proche associé de l’ambassadeur américain et une des personnes la plus riche du monde. Il s’est donc fort probablement directement adressé à l’ambassadeur lui-même, en place à Abjua, Nigeria. Il est aussi confirmé que Mutallaha a rencontré le chef de la station de la CIA de son pays.

Umaru Mutalla a ainsi donc mené l’industrie nationale de l’armement (DICON) en partenariat avec Israël et particulièrement le Mossad. Il était en contact avec eux quotidiennement. Ils dirigent presque tout au Nigéria, de la production d’armement en passant par le contre-terrorisme. La piste ne s’arrête pas là. Notre ami Abdulmutallab est passé au Yémen pour rencontrer quelques copains à la tête de la cellule Al Qaïda que Bush avait libéré de Guantanamo et remis à l’Arabie Saoudite en 2007. Il est rapporté par SITE Intelligence Group que des groupes se disant être de l’Al Qaïda au Yémen, que l’attaque contre le vol vers Détroit était en réponse des attaques militaires américaines sur leurs bases dans ce pays. Mais le gouvernement du Yémen, tel que rapporté par BBC, soutient que les terroristes Al Qaïda, mené par ceux relâchés par Bush, sont en fait des agents israéliens. Le président yéménite, Ali Abdullah Sale, a déclaré que les forces de sécurité ont arrêté un groupe de militants dits musulmans, liés au service secret israélien. (Source)

SITE Intelligence Group est géré par une “ancienne” membre des Forces de la défense israélienne, Rita Katz, qui a un long passé de propagande favorable à l’agenda israélien.

Al Qaïda n’existe pas vraiment, selon la BBC. En réalité, ce groupe existe peut-être, mais il n’est pas ce que nous sommes induits à en penser, et surtout, pas dirigé et financé par ceux qu’on pointe du doigt de la part des autorités et des médias.

Le plus qu’on lit sur ce dernier attentat terroriste, plus on sent que c’est du tout faux, du préfabriqué.

La débâcle pour couvrir cette histoire va en crescendo. Chaque nouveau mensonge crée de nouveaux problèmes et contradictions, requérant de nouveaux mensonges, qui créent de nouvelles contradictions, etc. Plus on apprend au sujet du terroriste islamique Umar Farouk Abdulmutallab, plus l’absurdité de cette entière situation nous crève les yeux parce que non seulement cet incident aurait-il pu être prévenu, mais aussi parce que chacune des agences et autorité impliquées se sont comportées avec la plus complète incompétence.

Et pour palier à tout cela, on nous dit qu’il va falloir augmenter la sécurité dans les aéroports, se soumettre à des fouilles à nu virtuelles, faire du profilage ethnique à fond, attendre en file des heures, le temps de nous créer de nouveau une illusion de sécurité et de nous faire frire aux rayons X potentiellement mutagènes et cancérigènes.

http://les7duquebec.wordpress.com/2010/01/05/le-terroriste-nigerien-abdulmutallab-prend-le-vol-253-de-northwest-sans-passeport-fiche-dans-la-base-de-donnees-sur-le-terrorisme/#comments

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16831



Que faisons-nous des leçons du passé ?


En août 1947, deux ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, vingt-quatre dirigeants du cartel chimio-pharmaceutique I.G. Farben ont été jugés par un
tribunal international à Nuremberg, en Allemagne. Ils étaient accusés de crimes de guerre, de massacres collectifs et de crimes contre l'humanité.


 

Les dirigeants du cartel chimio-pharmaceutique d'I.G. Farben* assis au banc des accusés du Tribunal International de Nuremberg et jugés pour les crimes de guerre perpétrés pendant la deuxième guerre mondiale.

http://www4fr.dr-rath-foundation.org/nouvelles/2008_05_may_14_cochrane.html

Faut-il, par lâcheté, par facilité, par faiblesse, par indifférence, reproduire systématiquement les mêmes erreurs, sans que jamais le passé ne serve de leçon ?

 

Ainsi, dans cette affaire de vaccins, ont retrouve les grands labos de l'époque.
Des labos qui, de nos jours, utilisent les femmes enceintes en prison, pour voir si leur "médicaments" ne risquent pas de faire des malformations.
*Le géant chimique IG. Farben, fut au cœur de la machine de guerre d'Hitler.
IG. Farben avait une branche US, contrôlée par les Rothschild, par l'intermédiaire des Warburg (Paul Warburg, qui dirigeait durant sa création, la banque privée "Central Bank of America", la Réserve Fédérale, en 1913, siégeait comme directeur d'American IG).
I.G Farben, était chargé de l’organisation du camp des travaux forcés à Auschwitz (tests pharmaceutiques sur les déportés, pour les grands labos du Monde), et était en réalité une division de la Standard Oil, laquelle appartenait officiellement aux Rockefeller (l'empire des Rockefeller fut fondé par les Rothschild).
"Tout le mode le savait en haut-lieu", mais à l'époque déjà, ILS mentaient, ILS trompaient avec leur propagande, comme aujourd'hui pour les vaccins, pour le "11 septembre", pour les faux attentats, pour le réchauffement climatique et tant d'autres choses, tant que beaucoup se laissent abuser, tellement c'est "gros" et "incroyable" ! 
 

Zemmour accuse l’OMS

C'est marrant comme les langues se délient maintenant qu'on s'est mouillés à leur place... Ils étaient où ces gens quand il fallait l'ouvrir ?
http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/zemmour-experts-de-l-oms-et-24795

www.artemisia-college.org


Pacelli-sort-Chancellerie.jpg



"Vénérable" Pie XII, par Antoine Casanova
http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/01/08/16387283.html



Ce que
nous devons faire
en 2010 :  


Que le scénario catastrophique et diabolique que je décris ci-dessus se réalise ou non n’a, pour moi, aucune importance.

Ce qui est important de retenir, c’est que tout indique, à travers les annonces des responsables de santé publique, qu’ils vont continuer à essayer de nous faire croire que nous sommes confrontés à une pandémie, là où le simple bon sens nous prouve qu’il n’y a jamais eu de pandémie (12.000 morts en huit mois, alors que la grippe saisonnière qui n’a jamais déclenché le moindre programme d’urgence en fait 250.000 à 500.000 chaque année). À ce propos, vous souvenez-vous que j’avais prédit 13.000 morts pour le 31 décembre 2009, dans mon courriel n° 6 daté 13 octobre 2009 ( http://www.jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=105:courriel-6&catid=65:grippe-a-h1n1&Itemid=98 ) ? Une fois de plus, j’avais visé juste !

Ce qui est important aussi de retenir, c’est que la probabilité de nous voir imposer de plus en plus de vaccins est loin d’être nulle.

Ce qui est important de retenir, enfin, c’est que derrière les faux attentats du 11 septembre, derrière les fausses origines du réchauffement climatique, derrière la menace de la fausse pandémie, la même logique sécuritaire est à l’oeuvre : celle de restreindre de plus en plus nos libertés de choix, d’opinion, de déplacement, d’information, d’expression, de réunion, etc. Et la probabilité de nous retrouver tous pucés dans quelques années est un des scénarios les plus plausibles, quand on voit la convergence de toute une série d’innovations technologiques se réaliser. Je rappelle que presque toutes nos cartes d’identification se dotent à présent d’une puce RFID : carte d’identité, permis de conduire, carte d’assurance maladie, carte bancaire, carte de crédit, etc. De là à transférer les informations de ces différentes puces dans un seule puce implantée dans
le corps, il n’y a qu’un pas que nos dirigeants sont prêts à franchir.


Si nous ne voulons pas d’un monde pareil, il ne nous reste que quelques mois pour transformer ce formidable éveil des consciences provoqué par les événements de 2009 pour mettre en place des actions concrètes. Si nous voulons contrecarrer définitivement les velléités totalitaires de l’élite mondiale, nous devons axer nos priorités sur les actions suivantes :
 

- continuer de nous informer personnellement et apprendre à décrypter les informations que les médias nous donnent, pour comprendre les scénarios qui se mettent en place à notre insu ;
- aller chercher des sources alternatives d’informations, pour mieux comprendre la logique qui se cache derrière les événements apparents ;
- constituer des alliances citoyennes dans chaque ville, pour coordonner des actions d’information et de formation, mais aussi pour interpeller les responsables politiques, pour lancer des actions juridiques et pour organiser des manifestations et des actions de désobéissance civile non-violente ;
- faire pression sur chaque élu politique de notre région et de notre pays pour que les corruptions et les conflits d’intérêt soient dénoncés et condamnés ;
- faire pression sur chaque élu politique de notre région et de notre pays pour exiger que notre pays sorte définitivement de toutes les instances internationales qui lui ont volé sa souveraineté (à commencer par l’OMS, par la Communauté Européenne ou l’ALENA et par l’OTAN) ;
- devenir, chacun et chacune, des diffuseurs d’information dans notre entourage immédiat (collègues de travail, familles, voisins, amis). Car si nous ne réunissons pas une masse critique de gens bien informés, la prochaine offensive de soi-disant grippe ou de soi-disant peste pulmonaire nous mettra en position minoritaire dans un troupeau apeuré, face aux actions gouvernementales et aux manoeuvres de l’OMS.


En fait, pour notre liberté individuelle (motivation égoïste), nous ne pouvons plus faire l’économie d’aider les autres à ouvrir les yeux (motivation altruiste). Autrement dit, nous ne pourrons pas nous sauver seuls. Et c’est là, la dernière bonne nouvelle de ce qu’ont déclenché les événements de l’année 2009 : pour reconquérir nos libertés et nos souverainetés individuelles, nous sommes obligés de reconstruire le tissu social et les réseaux de solidarité qui ont été savamment détricotés ces cinquante dernières années.

Sans ces alliances à reconstruire entre nous, entre voisins, entre collègues, nous sommes condamnés à vivre dans la peur et dans l’impuissance.


N’oublions jamais que la devise des dictateurs de l’Empire Romain était : divide et impera, divise pour régner. C’est parce que nous sommes trop divisés qu’il est possible, aujourd’hui, à un dirigeant de diriger, à un garde de sécurité d’imposer des mesures idiotes auxquelles nous nous soumettons tous, à l’ordre des médecins de menacer ses membres d’exclusion, etc. Quand nous serons dix mille à dire non à une mesure d’interdiction, que pourrait faire le maire de notre ville ? Nous mettre tous en prison ? Les prisons sont déjà tellement pleines !

http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2010/01/08/courriel-n-11-2009-rien-ne-sera-plus-comme-avant-7713472/ 



180px-Paktopo_de.jpg
Wikipedia.

Le Pakistan s'alarme
de la nouvelle stratégie de l' Inde

Plus d'un an après l'assaut terroriste sur Bombay (166 morts), le processus de paix entre l'Inde et le Pakistan, les deux puissances nucléaires d'Asie du Sud, demeure plus que jamais dans l'impasse. A défaut d'un affrontement armé, la guerre des mots continue d'opposer les deux Etats rivaux nés de la sanglante partition, en 1947, de l'empire britannique des Indes, nourrissant une crise de confiance qui n'en finit pas d'empoisonner le climat stratégique dans la région. La tension est à nouveau montée ces derniers jours à la suite de la révélation par la presse indienne de la révision de la doctrine militaire engagée par l'armée indienne. Selon le quotidien Times of India, l'état-major des forces indiennes réuni en conclave fin décembre 2009 à Simla, une localité de l'Himachal Pradesh agrippée aux contreforts de l'Himalaya, a décidé d'améliorer sa capacité d'ajustement à un environnement régional jugé de plus en plus menaçant.

Les stratèges militaires ont notamment affiné la doctrine du "double front", euphémisme désignant le double péril présenté par le Pakistan et la Chine. Les chefs de l'armée indienne veulent pouvoir mener simultanément des offensives sur leur frontière occidentale, théâtre historique de la rivalité avec le Pakistan, mais aussi dans le nord himalayen, où les contentieux territoriaux avec la Chine (Ladakh, Arunachal Pradesh) ont gagné en gravité tout au long de l'année 2009. Les Chinois n'ont pas encore officiellement réagi à cette révision doctrinale de New Delhi, même si des analystes proches du régime de Pékin avaient déjà décodé dans des termes alarmistes le glissement stratégique indien illustré par une hausse de 29 % des dépenses militaires pour l'année 2009-2010. De leur côté, les Pakistanais ne se sont pas privés de s'émouvoir bruyamment de cette évolution. Outre le concept de "double front", qui vise en fait surtout la Chine, ils s'inquiètent de la notion de "démarrage à froid" (cold start) débattue par le conclave des chefs […]

http://www.blogdeniszodo.com/article-le-pakistan-s-alarme-de-la-nouvelle-strategie-de-l-inde-42534169.html


liste complète




monsanto.jpg?w=298&h=207

Selon le gouvernement Indien, ce sont 200 000 paysans que se sont suicidés à causes des dettes et du controle des semences.

Le projet d’un chemin de fer sous le détroit de Béring programmé en Russie


bering-strait.jpg?w=450&h=333


le consumérisme et le matérialisme sont les véritables causes de la crise climatique, par Mahmoud Ahmadinejad.

Gaza : la France supervise le prolongement du Mur de séparation sous terrain entre Gaza et l’Egypte.

http://www.alterinfo.net/Comment-les-riches-detruisent-la-planete_a41162.html

http://www.alterinfo.net/Face-a-la-crise-le-risque-de-la-xenophobie_a41168.html

http://www.alterinfo.net/Mahmoud-Ahmadinejad-le-destin-du-monde-se-jouera-au-Moyen-Orient_a41171.html

Nos portables cointre la maladie d'Altzheimer ?
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9857



bachelot1.jpg
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

Nous préparent-ils d'autres épidémies ???


Extraits. Plutôt que de verser des compensations aux laboratoires pour les annulations de commandes de vaccins anti-grippe A, l'Etat s'engagerait, selon le JDD, à leur acheter des vaccins lors de futures épidémies "en versant dès aujourd'hui des arrhes".


"Avec les laboratoires, un accord serait en passe d'être trouvé" qui convertirait la commande initiale du gouvernement en "un droit de tirage futur auprès des trois laboratoires" Pasteur-Sanofi, GlaxoSmithKline (GSK) et Novartis, croit savoir le quotidien. Une information toutefois non confirmée par les services du ministère de la Santé ni les trois laboratoires. Mais selon le JDD, "l'Etat prendrait l'engagement de commander auprès de ces trois firmes ses prochains vaccins, en versant dès aujourd'hui des arrhes pour des livraisons futures".

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, avait annoncé lundi sur TF1 que le gouvernement résiliait les commandes de 50 millions de doses vaccinales sur 94 millions, alors que seuls 5 millions de Français se sont fait vacciner. Une annulation qui permettrait d'économiser plus de la moitié des 712 millions d'euros que l'Etat aurait payés pour sa commande initiale aux trois fabricants. L'Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni cherchent aussi à se défaire de leurs surplus.

Autre annonce faite lundi dernier par la ministre de la Santé et précisée jeudi : l'autorisation pour les médecins généralistes de vacciner, à partir de mardi prochain. (..)  "Habituellement, du 15 octobre au 31 décembre, on vaccine entre 10 et 14 millions de personnes" (contre la grippe saisonnière), "sans qu'on en entende jamais parler",

http://lci.tf1.fr/science/sante/2010-01/vaccins-resilies-la-contrepartie-de-l-etat-vis-a-vis-des-labos-5630658.html




Un ami Gaulliste de Gauche m'envoie ce courriel :

Je viens de recevoir une video extraordinaire de Jean GABIN, un autre géant :

Jean GABIN visionnaire : il faudrait envoyer cette video
à tous les européestes,
hommes politiques, gouvernement...                                                                                                                                                                                   

http://www.dailymotion.com/video/x970st_europe-gabin-visionnairey_news

 

Aussi :                                                                                                                         http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=m92a_lavoixestlibre1&video_number=0
" La hauteur des hommages est à la hauteur de leur mauvaise conscience" ( NDA).
"Il n'aimait pas les compromis"( NDA)



Valmy-site-moulin-logo-copie-4.jpg
Site Valmy : 
      Hommage à Philippe Seguin et son discours anti- Maastricht du 5 mai 1992
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article477

          Colombie: riposte politique des guérillas à la politique agressive des Etats-Unis - Comaguer http://www.comite-valmy.org/spip.php?article476

          Endiguer la menace américaine. Retirer la Francede l'Union Européenne et de l'OTAN! Claude Beaulieu et Jean Lévy http://www.comite-valmy.org/spip.php?article469

          Réflexion à propos du "débat sur l'identité nationale" Jacques Maillard
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article474

          Quel tribunal pour les Anglo- Saxons et leurs laquais - Jacques Milhas
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article475

          La Scop: un modèle de reprise alternatif, les salariés de Philips Dreux devraient y penser - Clotilde Mathieu http://www.comite-valmy.org/spip.php?article473

          Avenir écologique de la planète: le vrai principe de précaution, c'est le communisme! -Georges Gastaud http://www.comite-valmy.org/spip.php?article472

          Tony Blair, la guerre en Irak et la ligue internationale des criminels de guerre - par Chris Marsden http://www.comite-valmy.org/spip.php?article471

          Quelle attitude les communistes de l'année 2010 peuvent -ils avoir vis-a-vis de Staline? Par Gilles Questiaux http://www.comite-valmy.org/spip.php?article470

         
Presse : Plus jamais ça ! André Bellon
          http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve235

         
PHILIPPE SEGUIN EST MORT communiqué du Collectif National des Gaullistes de Gauche  http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve234


grippe-A-cochon.jpg

Pandémie finie ? Non, tout commence ????

 

Prenez le temps de lire ce courriel et de le méditer, ainsi que d’examiner les nombreuses références que j’y ai placées.
Et surtout, transmettez ce texte à tous vos contacts, reproduisez-le sur vos sites Internet et sur vos blogs, traduisez-le dans d’autres langues.

NE CROYEZ SURTOUT PAS QUE NOUS SOMMES HORS DE DANGER AVEC CETTE SOI-DISANT PANDÉMIE DE GRIPPE H1N1 ! Le temps n’est vraiment pas à baisser la garde et à se rendormir. L’OMS et nos gouvernements préparent leur prochaine offensive. Je vous en apporte quelques indices supplémentaires dans ce courriel.

Donc, si vous voulez savoir :

  • pourquoi l’année 2009 fut finalement une excellent année
  • comment la vérité est en train d’éclater à propos de la pandémie de grippe H1N1, du réchauffement climatique, des attentats du 11 septembre et des médias
  • pourquoi nous avons réussi à saboter, tous ensemble, les projets de vaccination obligatoire
  • pourquoi on ne nous parle pas des centaines de morts provoqués par la vaccination (et ce n’est qu’un début, malheureusement)
  • pourquoi on peut craindre que le Tamiflu ait tué davantage que la grippe H1N1 elle-même
  • pourquoi nous allons assister à une épidémie de problèmes de fertilité et de stérilité dans les trois ans qui viennent
  • ce qui nous attend en 2010 et quels sont les scénarios probables qui risquent de nous tomber dessus
  • pourquoi le puçage des populations va devenir un enjeu majeur dans les années à venir

Mais surtout, si vous voulez savoir quelles actions entreprendre pour contrecarrer cette folie criminelle et liberticide,

LISEZ CE COURRIEL ET PARTAGEZ-LE. PLUS NOUS SERONS NOMBREUX À CONNAÎTRE LES PLANS QUE NOUS PRÉPARE L’ÉLITE MONDIALE, MIEUX NOUS POURRONS NOUS PRÉPARER ET NOUS ORGANISER.

C’est aussi la raison pour laquelle je reprends mes activités de formateur et de conférencier, dès le début du mois de mars, en Europe et au Québec. En attendant de recevoir par courriel mon programme détaillé (la semaine prochaine), je vous invite à prendre connaissance du calendrier qui sera mis à jour régulièrement. Je serai de passage en Belgique, en Suisse et en France à partir du 10 mars jusqu’au 15 avril. Je reprendrai également mes activités au Québec après le 15 avril.

SI VOUS N’AVEZ PAS REÇU DIRECTEMENT CE COURRIEL DE MA PART, INSCRIVEZ-VOUS DÈS À PRÉSENT SUR MA LISTE D’ENVOI (http://www.jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=85&Itemid=76) (VOUS ÊTES DÉJÀ PLUS DE 18.000 À RECEVOIR CETTE COURRIEL DIRECTEMENT, ET DES CENTAINES DE MILLIERS À LE RECEVOIR INDIRECTEMENT).

IL Y VA DE NOTRE VIE, DE NOTRE LIBERTÉ, DE NOTRE SOUVERAINETÉ. LE TEMPS PRESSE ! METTEZ-VOUS DEBOUT, DE GRÂCE.




Soigner le cancer avec du bicarbonate du soude ?
http://cancer-soinsalternatifs.over-blog.net/article-le-cancer-est-champignon-42534240.html



Un conseiller municipal de Jerusalem affirme le rôle
« démographique » du mur de séparation.

 

Au cours d'une conférence à l'Université hébraïque de Jerusalem, consacrée à la question de l'égalité dans la Ville Sainte, Yair Segev, chargé du dossier de Jerusalem-Est au sein de la municipalité de Jerusalem, a déclaré que les quelque 50 000 résidents palestiniens des quartiers situés désormais à l'est (c'est-à-dire côté palestinien) du mur et de la barrière de séparation n'appartiennent plus désormais à Jérusalem.

Ces Palestiniens, qui détiennent des cartes de « résidents » à Jérusalem, dont les enfants fréquentent des établissements scolaires de  Jerusalem, et qui se font soigner dans les hôpitaux de Jerusalem se retrouvent aujourd'hui de fait dans une situation très difficile. En raison de la régulation mise en place parallèlement à la construction du mur, il leur faudra désormais, pour continuer à bénéficier de ces services, solliciter des permissions de franchissement du mur ou de la barrière dont la délivrance par les autorités israéliennes est aléatoire.

Par ailleurs, il est difficile à l'Autorité palestinienne de se substituer à la ville de Jerusalem et à l'Etat israélien, dans les quartiers en question : ils sont en effet situés dans une zone, qui, en vertu des accords d'Oslo, relève de la municipalité de Jerusalem. Elle n'est donc - par définition - pas placée sous la juridiction de l'Autorité palestinienne et ses représentants ne sont pas autorisés à y entrer. Le résultat, dans certains secteurs, comme autour du faubourg de Shuafat, au nord de Jerusalem, est l'instauration d'un véritable chaos administratif et sécuritaire. Autour de Jerusalem, comme ailleurs, en Cisjordanie, le tracé du mur ou de la barrière de séparation obéissait en effet à des choix politiques et démographiques au moins autant qu'à des ambitions sécuritaires.

Sur une partie du parcours, il s'écarte de la limite municipale de Jerusalem, pour annexer de fait à la ville de larges zones de Cisjordanie, qui abritent pour la plupart des colonies ou des terrains prévus pour l'extension des colonies. En d'autres points, comme au nord de Jerusalem, il rejette en Cisjordanie, des agglomérations palestiniennes, dans un visible souci de modifier la répartition démographique de la ville en réduisant la proportion des habitants palestiniens et en accroissant celle des habitants juifs.

Cette politique de « judaïsation » de la ville, dénoncée par les Palestiniens a été à plusieurs reprises critiquée par l'Union européenne. Elle est désormais publiquement revendiquée par la municipalité de Jérusalem. « Nous voulons protéger le droit des Juifs à vivre ici, tout comme nous voulons  protéger le droit des Arabes à vivre ailleurs » a en effet déclaré Yair Segev lors de sa conférence.

uveau système de défense
  • Israël muscle sa riposte sur le Net
  • Un an après le massacre de Gaza
  • Zemmour : "Experts de l’OMS et laboratoires pharmaceutiques, même combat !"
  • Nouveau sur michelcollon.info
  • Explosions dans Gaza
  • Vol 253: Obama va-t-en guerre malgré le témoignage obstiné (bientôt désespéré) de Kurt Haskell
  • L’Europe ne sait plus que faire de ses vaccins
  • liste complète


    bachelot1.jpg
    http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

    "Marianne", n° du 17 octobre 2009 (page 56) :
    (A)HA1N1. UNE VACCINATION COÛTE QUE COÛTE

    En début de semaine, l'OMS annonçait qu'une injection suffisait pour
    lutter contre la grippe A (H1N1). Une bien mauvaise nouvelle pour le
    gouvernement, qui, misant sur une stratégie de vaccinations à deux coups,
    a déjà payé 840 millions d'euros pour 94 millions de doses.
    Au moins deux fois trop...

    La ministre de la Santé Roselyne Bachelot pourrait-elle annuler une partie
    des commandes ? La question, posée par le député (PS) Gérard Bapt,
    n'a pas trouvé de réponse.

    Selon les observateurs, la ministre préparerait
    une opération de dramatisation pour
    pousser à la vaccination
    et vider son armoire à pharmacie :
     
    - annonce d'un prochain retour dévastateur du virus,
    - campagne "d'information" massive,
    - généralistes officieusement autorisés à vacciner dans leur cabinet....

    Histoire de ne pas gâcher le milliard et demi investi dans un plan qui,
    selon un membre de l'Académie de médecine, aurait plutôt coûté 3 milliards,
    quand le gouvernement annonçait la hausse du forfait hospitalier et des
    déremboursements massifs.



    Crimes de guerre à Gaza
    La pétition internationale
    remise aux Nations unies


    CONTINUEZ A SIGNER LA PETITION !


    Forte de plus de 45 000 signatures (dont des signatures papiers) émanant de 118 pays, début janvier 2010, la pétition internationale adressée à l’Assemblée Générale des Nations unies, demande la mise en place d’ un tribunal pénal international ad hoc afin de juger les crimes de guerre israéliens, notamment à Gaza.
    http://www.france-palestine.org/article11097.html#sp11097




    J'ai dû retirer mon post le Père Noël l'été,
    rien n'apparaissait (problèmes techniques),
    j'ai juste pu sauver ça :

     
    noel pere nu été j  




    Partager cet article
    Repost0
    4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 22:41


          alliance-d-abraham-Ismael-et-isaac.jpgalliance-d-abraham-Ismael-et-isaac.jpgalliance-d-abraham-Ismael-et-isaac.jpg


          Lettre ouverte d' Eva R-sistons à Me Gilles-William Goldnadel,
                 chantre de la criminalisation de l'anti-sionisme. 


    Cher Maître,

    En exerçant leur droit légitime de critique et de boycott, des citoyens épris de justice ont jadis fait reculer intelligemment, pacifiquement, le régime sud-africain d'apartheid, jusqu'à ce qu'il s'écroule. L'Afrique du Sud elle-même, aujourd'hui, compare son passé au présent d'Israël.

    Le deux poids deux mesures est intolérable, vous en conviendrez, il est source de frustrations périlleuses. Pourquoi la lutte contre l'apartheid sud-africain aura-t-elle pu être encouragée dans le monde entier, alors que cette même lutte serait dénoncée quand il s'agit d'Israël ? Cet Etat jouit-il de privilèges particuliers, uniques dans l'Histoire de l'humanité - et dans ce cas, pourquoi ??? Pouvez-vous répondre à cette question si pertinente?

    boycott-israel-j.jpg
           Et l'Oréal, Danone....
    http://www.michelcollon.info/index.php?view=article&catid=6&id=2461&option=com_content&Itemid=11

    La criminalisation de la critique d'un Etat aujourd'hui considéré par la plupart des observateurs impartiaux comme étant criminel, hors-la-loi, bafouant le Droit et toutes les résolutions internationales, serait-elle donc devenue, soudain, intolérable ? Cela ne signerait-il pas la fin de la liberté, de la démocratie, de la Justice, auxquelles, précisément, les humanistes du monde entier sont si attachés ?

    Le combat pour la liberté de critiquer et de boycotter est une nécessité prioritaire. Si par malheur il devait être perdu, cela signifierait que nous sommes sous l'inquiétante domination d'un seul Etat (je sais, il s'agit du vôtre, mais voyez-vous ce qui compte pour moi, c'est le Bien commun, le Bien universel, le droit de chacun et non d'un seul) qui impose un joug étouffant, qui impose ses vues, voire des diktats, même les plus opposés à la culture occidentale. Il ne faudrait plus jamais nous parler, alors, de démocratie. Une telle criminalisation du droit de critique scellerait définitivement la mort de nos libertés élémentaires. Et vous souhaiteriez cela au pays de Voltaire ? Mais cher ami,voyons,  quel manque de culture, quel manque de sagesse, quelle indécence !


    Cocotier (Cocos nucifera)
    Wikipedia


    Il est urgent de réagir, cher Maître. Allons, secouez votre cocotier, secouez le cocotier de vos convictions communautaristes.

    Ne vous en déplaise, et surtout au pays de Gavoche, une partie cruciale se joue sous nos yeux. Quelle société voulons-nous ? Celle de la Pensée Unique, décrétée arbitrairement par un Etat - ayons l'honnêteté, la décence, de le reconnaître, Maître - de plus en plus fasciste, extrémiste, fanatique, castrateur, étouffant ? Celle de la soumission aveugle ? Ou sommes-nous attachés, vous comme moi, à la liberté ?  S'arrêterait-elle aux portes d'Israël ?

    Or la liberté ne se négocie pas, ne se partage pas.  M. Goldnadel, voulez-vous, avec ma gracieuse personne, apprendre la tolérance ?  Vos combats si scrupuleusement communautaristes n'en seraient que plus crédibles. La tolérance est une si délicieuse vertu... et si éprouvée à travers les âges ! Même votre sionisme militant et affirmé deviendrait presque charmant s'il se teintait enfin de tolérance !

    Vous vivez en France, n'est-ce pas ? Alors pourquoi ne pas en accepter ses règles, ses traditions, à l'heure du débat sur l' identité nationale voulu par votre ami Sarkozy ? Le Français, par définition, dois-je vous le rappeler ? Est frondeur; Le droit de critiquer lui est cher. Au fond de lui, voyez-vous, il cultive l'amour de la liberté, l'attachement aux Droits fondamentaux de l'homme, non négociables. La France, comme dirait l'autre, il faut l'aimer comme elle est, ou la quitter... Et d'ailleurs, la patrie si chère à votre coeur ne vous tend-elle pas, par avance, les bras ??? Ah lya lya !!!


      daclar10-cdts.jpg daclar10-cdts.jpg daclar10-cdts.jpg daclar10-cdts.jpg daclar10-cdts.jpg 

    La politique d'Israël est dénoncée par les humanistes du monde entier. Vous ne supportez pas qu'on la critique ? Eh bien, battez-vous pour la changer, battons-nous ensemble pour la changer, voulez-vous ? Inspirez-vous de la Sagesse de Salomon, écoutez vos Prophètes, appliquez les principes que Yahvé a d'abord confiés à votre peuple. Et alors, vous verrez, oui vous verrez, Israël ne sera plus jamais critiqué et vous n'aurez plus besoin de critiquer ses pourfendeurs, et même de les conduire devant un Tribunal, car il me semble que vous êtes un champion de la judiciarisation, un grand amateur des Tribunaux devant l'Eternel, même pour un soupçon d'embryon de risque de pseudo trace d'esquisse d'ébauche d'anti-sionisme. 

    Allons, cher Maître, ne gaspillez plus votre énergie, et sans doute votre talent, en joutes inutiles, en combats d'arrière-garde. Acceptez avec le sourire que l'on puisse critiquer le pays de votre coeur, la Jérusalem presque céleste, la politique un brin anachronique et si peu respectueuse des droits humains de l'Etat qui vous est si cher. Après tout, vous êtes un homme de Loi, le Droit, vous connaissez, n'est-ce pas.  Pourquoi le défendriez-vous seulement pour Israël ?

                         antisemitisme-accusation-car-defend-paix.jpg

    Ne sommes-nous pas tous frères et soeurs en humanité, enfants du même Dieu, citoyens de même monde ? Alors, pourquoi ne pas défendre ensemble le Droit universel plutôt que le Droit particulier, d'un seul contre tous, même si l'Etat de votre coeur vous est si doux, si agréable, si délicieusement charmant ? Allons, un petit effort, et je suis sûre qu'au lieu de nous retrouver un jour, vous et moi, devant un Tribunal pour nous quereller, épuiser une énergie autrement utile même si elle est diamétralement opposée, nous pourrions communier dans un même amour de la vérité, de la justice, de la paix. Et nous retrouver ensuite à partager des béatitudes éternelles autour du Dieu d'Abraham, de Jésus et de Mahomet.

    En ce début d'année, cher Gilles-William, je ne puis que souhaiter un avenir commun à l'humanité, cimenté par le respect de tous, le respect de toutes les convictions, et surtout de celles qui aspirent au bien universel.  Pour un avenir partagé et radieux ! Pour des lendemains qui chantent plus qu'ils ne déchantent... Alors, ensemble, voulez-vous, entamons le doux refrain de l'unité bienveillante et tolérante !

    Eva R-sistons à la criminalisation de la liberté

    Avocats sans frontières est une association française de loi 1901 fondée le 22 août 1983 par l'avocat Gilles-William Goldnadel et présidée depuis par son fondateur.[réf. souhaitée] Sa vice-présidente est Me Aude Weill-Raynal.

    Domiciliée à la Maison du Barreau à Paris, l’association a pour vocation la défense des droits de l'homme et la lutte contre toutes les discriminations, en particulier le racisme et l'antisémitisme, la défense de l'individu face à l'arbitraire judiciaire, administratif ou économique et la défense de l'individu face à la violence et au terrorisme. Son président est cependant accusé par le MRAP d'entretenir des liens avec l'extrême-droite et de harcèlement judiciaire envers les journalistes antisionistes.[1

    « Me Golnadel et ses amis emploient une arme bien connue de la guerre économique, qu'ils appliquent à la liberté d'expression, en limitant celle-ci le plus possible lorsqu'elle touche aux juifs. cette arme, la destabilisation, trouve l'une de ses formes dans la multiplication de procès puis dans leur médiatisation. »[8

    (Sur Wikipedia)

    Mon objectif ? Qu'il limite la liberté d'expression le moins possible. Au fait, on a lui et moi, quatre points communs: Nos origines russes, nos racines juives communes, l'un beaucoup plus, l'autre beaucoup moins, et puis notre sympathie pour la Serbie, enfin des études à la Sorbonne. De bonnes bases pour discuter, non ????  Mais c'est vrai, je reconnais que mon indépendance d'esprit, et mon impertinence, ne sont pas faits pour plaire à tous ! (Eva)


                                                       ensemble-3-religions.jpg 



    Pétition contre la criminalisation du boycott d'Israël

     

    Auteur : Ligue des Droits de l'Homme, section de Talence, Bègles et Villenave d'Ornon (Gironde)
    Association pour la défense des libertés


    A l'attention de : Mr le Président de la République


    La Ligue des Droits de l'Homme (section Talence) et les associations de soutien
    soussignées ont été stupéfaites d'apprendre qu'en France, un procureur de la République
    ait pu poursuivre une adhérente de la LDH pour incitation à la haine raciale contre les
    Israéliens, ceci à l'encontre d'une militante défendant les droits de l'homme en Palestine
    occupée, Madame Sakina Arnaud.

    En effet, le seul motif est qu'elle prône le boycott contre des produits israéliens importés
    dans des conditions illégales au regard du droit international.

    Ces poursuites confondent le racisme avec la critique et le refus de soutenir
    économiquement un Etat étranger, en l'occurrence Israël, parce que la politique de ce
    pays ne respecte pas les droits internationaux, entre autres ceux du peuple palestinien.

    Une association s'est portée partie civile, il s'agit d'Avocats sans frontières, de Gilles-
    William Goldnadel, connu pour ses plaintes, entre autres, contre Daniel Mermet et contre
    Edgar Morin. Cette association ne poursuit, pour l'essentiel, qu'un but, celui d'entraver
    l'action des associations qui s'opposent, ici en France, à la politique d'Israël, quitte pour
    cela à instrumentaliser la justice française.

    La situation devient inquiétante quand on apprend qu'à la suite d'un "hasard malheureux
    de l'informatique" (!!), le président de la 5ème chambre du Tribunal correctionnel de
    Bordeaux s'apprêtait à juger cette affaire en présence des requérants, mais sans la
    prévenue ni son avocat, lesquels avaient été assurés que l'affaire n'était pas inscrite à
    l'audience, et ils n'étaient évidemment pas en possession du dossier à charge !

    La manipulation n'a pu réussir, grâce à la présence d'esprit de Maître Landete et du
    responsable de la LDH de Bègles, Talence, Villenave d'Ornon, qui se sont rendus au
    Tribunal. Ainsi l'avocat a pu faire repousser l'audience au 13 janvier 2010 à 14h.

    La campagne politique d'action directe non violente, appelée BDS (Boycott,
    Désinvestissement, Sanctions), initiée par les organisations palestiniennes elles-mêmes,
    s'inspire très clairement du boycott organisé contre l'Apartheid d'Afrique du Sud.

    Nous invitons toutes les associations respectueuses du droit international, qu'elles soient
    ou non d'accord avec cette campagne internationale particulière, à nous rejoindre pour
    déclarer que cette campagne n'a rien à voir avec l'antisémitisme comme essaient de le
    faire croire ces soutiens de la politique israélienne dès lors que l'on critique cette dernière,
    et donc qu'elles soutiennent dans ce procès Madame S. Arnaud adhérente de la LDH.

    La libre expression politique, le droit à la critique de la politique d'un Etat étranger, la
    défense des droits des Palestiniens, la liberté de choisir l'origine des produits que nous
    consommons sont ainsi gravement menacés en France si l'issue de ce procès devait
    donner raison aux plaignants. C'est pourquoi, chacun doit se mobiliser pour obtenir que
    les organisations requérantes soient déboutées.

    D'ores et déjà, nous vous invitons à nous retrouver nombreux
    le mercredi 13 janvier à partir de 11 heures
    devant le Tribunal sur le Parvis des Droits de l'Homme.

    Bordeaux, le 20 décembre 2009

    Les premières organisations signataires avec
    la Ligue des Droits de l'Homme section de Bègles, Talence et Villenave d'Ornon (33)
    et la Ligue des Droits de l’Homme Gironde :
    Association France Palestine Solidarité de Pau,
    ATTAC 32,
    ATTAC 33,
    ATTAC Sète Bassin de Thau,
    ATTAC Toulouse,
    Cercle Jean Barrué (Fédération Anarchiste 33),
    Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Paix - Strasbourg,
    Confédération Générale du Travail - Université Bordeaux I,
    Europalestine 33,
    Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE) 33,
    Fédération Syndicale Unitaire 33,
    Génération Palestine 33,
    Gauche Unitaire 33,
    Hacktivismes,
    Ligue des Droits de l'Homme Cannes-Grasse,
    Ligue des Droits de l'Homme Uzès-Ste Anastasie,
    Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP),
    Nouveau Parti Anticapitaliste 33,
    Palestine33,
    Parti Communiste Gironde
    Parti de Gauche Gironde,
    Repères,
    Section Universitaire du PCF33,
    Union syndicale Solidaires 33,
    Union Juive Française pour la Paix Aquitaine, ...

    et des soutiens individuels :


    Pour signer cette pétition, cliquez içi

    http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/01/04/16382774.html


                                            Droits-fondamentaux--OMC-pas-touche--.gif

                                                    

    Le même jour, deux adorables messages,
    merci à leurs auteurs ! Eva

    Posté par Saint Just le 04/01/2010 14:00
    Eva, c'est l'honneur du journalisme. Heureusement qu'elle existe !
    Son blog est une mine d'or. Ses analyses et ses articles toujours richement documentés, constituent le meilleur moyen d'accéder à une information fiable.
    Chère Eva, vous nous êtes indispensable.
    http://www.alterinfo.net/2009,-la-retrospective-d-Eva-R-sistons_a40933.html?com#com_1125239

    Bonjour Eva,
    J'ai découvert ton blog (d'Eva), ton engagement et ta générosité... Loin d'avoir tout lu, j'apprécie cependant de ton écrit l'impertinente pertinence, la vibration, la colère, l'amour... l'humain qui manque si fort dans la presse tarifée. Donc merci.
    Il me semble que plusieurs détails nous rapprochent, mais le principal aujourd'hui me semble être le refus du militaire, du crime organisé, autorisé, et de tout ce qui tourne autour. Le militaire s'est aussi emparé de l'information et la manipule à merveille, relayé par les médias serviles ou irresponsables. Ton travail de journaliste honnête est donc important, même si ce n'est qu'un petit grain de sable... Merci.
    La poésie aidant, on peut espérer qu'avec quelques autres (grains de sable), il puisse un jour coincer quelque mécanique guerrière...
    Sans doute cet espoir là me fera-t-il vieillir un peu moins vite, mais il faudra la dose : ma vie a été très engagée (sans résultat !) et j'ai maintenant bien entamé la descente... raide ! Donc merci  cet espoir aussi !
    José.



                                   48185199.jpg

                                   
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9732



    Banques : Attention aux frais cachés !!!

    Savez-vous combien vous coûte exactement votre banque chaque année ? Pour le savoir, encore faut-il pouvoir additionner tous les frais qui vous sont facturés... parfois à votre insu ! Revue de détail, à partir de l’enquête annuelle de la CLCV, association de défense des consommateurs.


    Gare aux appels surtaxés

    Toutes les banques proposent l’accès à un serveur vocal pour connaître l’état de son compte. Présenté comme gratuit, ce service a cependant un coût : celui de la communication téléphonique. En effet, les numéros sont en général surtaxés. Ils sont facturés à l’appel (forfait) ou à la durée (de 0,12 €/minute à 0,34 €/minute).
    L'association CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) a calculé que la note à payer pouvait s’élever jusqu’à 37,80 € pour 60
    minutes de communication par an. Qu’en est-il pour vous ? Faites le calcul grâce à vos relevés téléphoniques.
    Un conseil : abandonnez l’usage de ces serveurs vocaux pour leur préférer une consultation de vos comptes sur Internet (gratuite, ou en tout cas moins chère !).


    Retraits : pas toujours gratuits

    Aujourd’hui, les banques facturent (souvent au-delà d’un certain nombre, 5 par mois, par exemple) les retraits d’argent aux distributeurs de billets (DAB) effectués en-dehors de leur propre réseau d’agences. Généralement, le prix à payer s’élève à 1 € par retrait. Si vous avez l’habitude d’effectuer de multiples petits retraits au gré de vos déplacements, sans vous soucier de l’enseigne bancaire, la note à payer finira par être élevée.
    Sachez également que si vous souhaitez retirer du liquide au guichet de votre banque (sans utiliser votre carte), cette prestation aura souvent un coût (de 5 à 7 €).


    A l'étranger, des coûts en cascade
    (..)

    Virements, prélèvements : attention (..)

    Incidents de paiement (..)

    Vivre à découvert coûte cher (..)

    Packages bancaires : au prix fort ! (..) .

    Frais annexes : non négligeables (..)

    Crédit revolving : gare aux intérêts ! (..)

    Des tarifs à étudier de près (..)

    Pour en savoir plus sur l’enquête de la CLCV : www.clcv.org

    http://mouriroudevenirsdf.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/01/05/abus-bancaires-les-frais-caches-des-banques.html



    Lhasa de Sela 29r.jpgLhasa de Sela 29r.jpgLhasa de Sela 29r.jpg

    Lhassa de Sela nous a quittés trop tôt...

    La mort de la chanteuse des suites d'un cancer du sein ,a été officialisée sur son site officiel.

     

    Après une lutte de plus d'une vingtaine de mois contre la maladie,Lhassa s'est éteinte le lundi 1er janvier à son domicile de Montréal.L'artiste américano-méxicaine souffrait d'un cancer du sein  qui l'aura finalement emportée à lâge de 37 ans.En trois albums,"La Liorona"(1997),"The living road"(2003) et enfin "Lhassa"(2009),vendus à plus d'un million d'exemplaires à travers le monde,elle aura conquis un public amateur de sonorités traditionnelles latino-américaines,teintées d'influences blues,rock ou encore country.

     

    Lhassa de Sela préparait une grande tournée internationale,qui devait débuter à l'automne 2009,avant de devoir jeter l'éponge en raison de son état de santé.Les deux concerts donnés en mai dernier en Islande resteront les derniers de sa carrière.Elle était par ailleurs en train de travailler sur un nouvel album,sur lequel elle souhaitai reprendre des chansons des artistes chiliens Victor Jara et Violeta Parra.

    http:// www.youtube.com/watch?v=g4g4erGGHD0&feature=player_embedded
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9724



    Jean-Yves Bourdin nous a aussi quittés
    Souvenez-vous de ses Webzine,
    "clique là-dessus" - Hommage d' Eva :  


    Actualité : d'autres sons de cloche

    • La machine à laver les cerveaux nous l'a rappelé avec assez d'insistance, Novembre 2009 est bien le 20e anniversaire d'un événement important survenu en novembre 1989. Cliquez ici pour faire l'indispensable travail de mémoire.

    • A l'évidence, ce bombardement médiatique sur le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin [une réaction communiste ici] avait pour but d'esquiver la vraie question: quel est, après 20 ans, le bilan du capitalisme dans les pays d'Europe de l'Est? Voici la réponse du site WSWS à cette question. La réponse est orientée, ce sont des trotskystes. Mais les faits sont les faits, et ici les faits sont tirés d'un rapport de la Banque Mondiale.

    • En 2008, de mystérieux spéculateurs ont inondé les marchés financiers d'énormes quantités d'actions de contrefaçon, ce qui a contribué à tuer Bear Stearns et Lehman Brothers. Bien entendu, le gouvernement américain ne se presse pas pour enquêter. Voici la traduction résumée (en français) d'une longue et complète enquête de Matt Taibbi (en anglais) pour Rolling Stone.

    • Sur l'Angola et l'"Angola Gate", on peut se contenter des minauderies de Pasqua. On peut aussi étudier sérieusement ce conflit, et en particulier le rôle de Cuba. C'est ce que fait ce PDF de 72 pages de Maxime Boyer. On y verra aussi la différence entre les foutaises colonialistes du débat de comptoir de Hortefeux sur l'identité nationale (française) et une réelle réflexion sur l'identité internationaliste (de Cuba).

    • La Pologne refuse pour l'instant d'acheter des vaccins contre la grippe H1N1, estimant qu'ils n'ont pas encore été suffisamment testés. Une dépêche AFP explique la magouille des sociétés pharmaceutiques.

    • Si vous vous demandez pourquoi la Chine a tant de mal pour renoncer à la peine de mort, la réponse est ici.

    Paul Craig Roberts - Novembre 2009

    Craig1.jpg

    Pour en savoir plus sur Paul Craig Roberts, Chevalier de la Légion d'Honneur qui fut secrétaire adjoint au Trésor au sein de l’administration Reagan, consultez les éditions précédentes de ce webzine. J'ai rassemblé ici ses papiers de novembre 2009 en normalisant leur présentation et en intégrant l'éventuelle traduction française ("VF").

    • Une info inquiétante: Israël et les USA se livrent à des maneuvres militaires qui incluent le test d'un système anti-missile en haute altitude. Or, inutile dans le cadre d'une guerre en Palestine ou au Liban, ce système ne peut servir qu'en cas de guerre avec l'Iran. Donc...

    • Dans le billet "Une république d'idiots (VF)", Paul Craig fait un bilan détaillé de la politique extérieure américaine. Même si le ton est celui de la dénonciation, on sent bien la tristesse de fond de l'homme politique qui constate que, dans son pays, le pouvoir n'a plus le pouvoir.

    • Le billet du 11 novembre formule le paradoxe des rapports entre les USA et Israël de la façon suivante: "Officiellement, les USA sont une super-puissance et Israël est un Etat-client dont la simple existence dépend totalement de l'aide militaire et économique et de la protection diplomatique des USA. Mais en réalité, ça marche dans l'autre sens: Israël est la super-puissance et les USA sont leur Etat-client."

    • Le billet du 12 novembre développe une intéressante discussion avec le marxisme à propos du rôle de la morale dans l'histoire. La plupart des gens partagent l'explication marxiste de la défaite américaine au Vietnam: la cause fondamentale serait la conscription, le service militaire. Les familles américaines se sont opposées à la guerre pour défendre la vie de leurs enfants, leurs intérêts matériels. C'est oublier, dit Paul Craig, le rôle de la conscience morale et de la compassion pour les victimes (vietnamiennes). Il y avait de vrais médias indépendants à l'époque de la guerre du Vietnam, et qui peut nier le rôle décisif de cette image de l'enfant vietnamienne nue fuyant terrorisée le long de la route bombardée au napalm ? Le matérialisme marxiste risque de fonctionner, ici, comme une excuse pour l'immoralité. "The United States is an immoral country, with an immoral people and an immoral government. Americans no longer have a moral conscience". Cette immoralité doit être dénoncée et stigmatisée, il ne saurait être question de la rationaliser en discutant des intérêts matériels

    le 15 novembre 2009 / 1 /

    le 30 octobre 2009 / 2 /

    Webzine No 18 - 28 octobre 2009

    le 18 octobre 2009 / 3 /

    Webzine No 17 du 17 octobre 2009

    le 9 octobre 2009 / 4 /

    Webzine No 16 - 8 octobre 2009

    le 3 octobre 2009 / 5 /

    Webzine No 15 - 2 octobre 2009

    le 23 septembre 2009 / 6 /

    Webzine No 14

    le 16 septembre 2009 / 7 /

    Webzine No 13

    1 214 visiteurs uniques

    Médias fous, démocratie bafouée !

    2x2.gif2x2.gifRichard Labévière2x2.gif
    2x2.gif2x2.gifLe 8 novembre 2009, l’acteur François Cluzet, invité sur le plateau du 13-Heures de la chaîne télévisée française France 2, appelle à la libération du jeune étudiant franco-palestinien Salah Hamouri, qui croupit dans une prison israélienne pour délit d’opinion depuis plus de quatre ans. Il interpelle Jean-François Copé, également invité du journal. Le président du groupe UMP (parti présidentiel) à l’Assemblée nationale tombe des nues, le présentateur aussi. Ce dernier, vraisemblablement journaliste professionnel, est le même qui, le 13 juillet 2008, dans le 20-Heures de sa chaîne, avait relancé à trois reprises le président syrien Bachar al-Assad sur le sort du soldat franco-israélien Gilat Shalit, détenu par le Hamas palestinien. Les prisonniers français à l’étranger sont tous égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres...  

    Le 12 décembre 2009, s’est tenue à la Sorbonne une rencontre consacrée à « Gaza, un an après ». Pour analyser les perspectives du territoire palestinien et plus généralement de l’arc des crises proche et moyen-orientales, le Mouvement des indigènes de la République a invité plusieurs experts, dont le député libanais Ali Fayad, membre du groupe parlementaire du Hezbollah. En préambule des débats, le nom de Salah Hamouri est à nouveau cité lorsqu’une jeune femme se met à hurler : « Le Hezbollah nepeut s’exprimer dans l’enceinte de la Sorbonne ! » Telle une possédée de Loudun, elle se jette à terre en déchirant ses vêtements avant d’être évacuée par un service d’ordre parfaitement calme et très professionnel devant une assistance médusée par la grossièreté de la provocation.

    Les débats reprennent aussitôt après ce léger incident qui a duré, montre en main, trois minutes trente. Ali Fayad peut alors faire un intéressant parallèle entre la guerre asymétrique menée par l’armée israélienne contre le Liban en juillet-août 2006 et l’agression particulièrement sanglante que cette même soldatesque a fait subir à la population de Gaza en décembre 2008-janvier 2009. Ces deux opérations ont été des échecs militaires qui n’ont atteint aucun de leurs objectifs initiaux. Sur le plan politique, le fiasco est encore plus désastreux pour l’image d’un gouvernement israélien incapable de modifier une donne stratégique qui lui est désormais organiquement défavorable, sans compter une série de violations des conventions de Genève, l’emploi d’armes interdites et des bombardements répétés d’hôpitaux et d’écoles des Nations unies. Le politologue Walid Charara dresse ensuite une typologie des menaces qui planent sur la région, notamment celle d’une nouvelle guerre israélienne contre le Liban, tandis que plusieurs parlementaires français et belges s’étonnent du silence, sinon de la complicité, de la communauté internationale.

    La réunion se termine dans le calme et la convivialité d’un moment de solidarité passé ensemble sous le parrainage du philosophe Gaston Bachelard. La directrice de cabinet du président de la Sorbonne est rassurée. Tout s’est bien passé. Extinction des feux vers 18 heures, chacun se dispersant dans les rues illuminées d’un Paris qui prépare les fêtes de fin d’année. Quelques minutes plus tard, une dépêche de l’Agence France Presse (AFP) reprise par le site du Figaro titre : « Sorbonne/conférence : des échauffourées. » En une vingtaine de lignes, la dépêche relaie fidèlement un communiqué de l’Union des étudiants juifs de France. Toujours selon l’information de notre agence nationale, dix de ses étudiants auraient été insultés et agressés physiquement. L’AFP ajoute que des dépôts de plainte sont en cours avant de concéder trois petites lignes à la porte-parole des Indigènes de la République, Houria Bouteldja : « Il y avait des provocateurs dans la salle, qui se sont mis à hurler avant même que les débats ne commencent. Ils ont fait du grabuge et nous avons un service d’ordre qui les a sortis. C’est tout. »

    Hormis le déséquilibre asymétrique de mots, donc de l’information, évidemment pas une ligne sur l’objet de la réunion, le contenu des débats et la qualité des différents intervenants. Dans une France des droits de l’homme qui s’interroge au plus haut niveau sur la nature de son identité, les informations de l’AFP demeurent pluralistes, factuelles et équitables, mais certaines sont plus équitables que d’autres...

    Dès lors, on comprend et partage aisément l’agacement de François Cluzet devant l’inégalité de traitement dont est, structurellement, victime notre compatriote Salah Hamouri qui a le tort d’être à moitié palestinien.

    On comprend mieux le mépris avec lequel notre étrange ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a traité la famille Hamouri depuis le début de l’incarcération arbitraire de Salah. On comprend mieux les brillantissimes prestations de notre très jeune ambassadeur.

    Par Richard Labévière

    Source : Afrique-Asie


    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9735


    http://www.alterinfo.net/La-debauche-sexuelle-est-un-instrument-satanique-du-Nouvel-Ordre-Mondial_a41060.html

    http://www.alterinfo.net/SELON-L-ONU-C-EST-L-ARGENT-DE-LA-DROGUE-QUI-A-SAUVE-L-ECONOMIE-DE-LA-CRISE_a41061.html

    http://www.alterinfo.net/Que-cache-la-croissance-de-la-dette-publique_a41055.html

    http://www.alterinfo.net/Iran-des-etrangers-parmi-les-personnes-arretees_a41056.html

    http://www.alterinfo.net/Iran,-De-La-Confrontation-A-La-Reconciliation_a41045.html

    http://www.alterinfo.net/Il-etait-une-fois-la-depeche-d-agence_a41040.html

    Aucune voix ne doit aller au pseudo socialiste Delanoë !

    Dis donc Bertrand, les Gazaouis, c'est quoi ? Tu en parles ? Indignation sélective ? Je vais te dire, moi: C'est un peuple en voie d'extermination. Ancienne militante PS, au 2e tour pour la Ie fois je m'abstiendrai. Pour ne pas faire le lit d'individus comme toi, vendus à l'étranger, offrant des fontaines à cent mille euros aux Israéliens avec l'argent des Français tandis que l'eau des Gazaouis est volée ou empoisonnée. Honte à toi !

    PS = UMP. Et c'est une ancienne militante du PS qui parle !!! Tu me fais horreur ... L'Iran est destabilisé par l'Etranger qui rêve d'y installer une marionnette pour piller ses ressources ! Tu es socialiste ? Imposture !!!

    VENDU, VENDU, VENDU... Eva (commentaire d'Eva sur l'article)

    http://www.alterinfo.net/Le-Maire-de-Paris-met-de-son-fiel-contre-l-Iran_a41065.html#last_comment



    Le socialisme comme démocratie et démarchandisation du monde.

    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9741&rech=15253#15253


    Le gouvernement truande le droit des handicapés !!!

    9399.jpgCe que vient de faire le gouvernement à l’encontre des personnes handicapées est d’une malhonnêteté rare. Une loi de 2005 imposait des normes d’accessibilité pour les logements neufs. Un décret de 2006 a créé des dérogations illégales pour favoriser les cadors du bâtiment. Ce mois de juillet, le Conseil d’Etat a annulé le décret, et le gouvernement a cherché à refourguer sa camelote, planquée dans une loi de finances rectificative. Heureusement, le Conseil constitutionnel vient d’annuler cette manœuvre, qui était une atteinte aux droits des handicapés.

    Tout part de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, qui était la grande loi sur le handicap. Le pays avait salué cette loi progressiste, qui incluait notamment dans le Code de la construction et de l'habitation un article L. 111-7 imposant que les constructions neuves soient « accessibles à tous, et notamment aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap, notamment physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique ». On a envie de dire : enfin ! Le principe d’égalité de 1789 devenait la loi pour les personnes handicapées, et la France faisait un grand pas vers la modernité. Le problème, c’est que ce n’était qu’un discours, et le gouvernement a cherché depuis à vider la loi de son contenu en instaurant la discrimination négative à l’encontre des handicapés.  

    Examinons cette manoeuvre, qui.....LIRE LA SUITE

    http://www.soueich.info/article-quand-le-gouvernement-truande-les-droits-des-handicapes-42378190.html



    Le terrorisme pour Washington : Cuba !
    http://www.alterinfo.net/LE-TERRORISME-POUR-WASHINGTON_a41021.html


    Une nouvelle visite officielle israélienne annulée en Grande-Bretagne après des plaintes pour crimes de guerre

    Lire ici :Une délégation militaire israélienne a annulé une visite officielle en Grande-Bretagne, ont annoncé mardi des responsables israéliens. C'est la dernière d'une série d'annulations de visites de politiques ou militaires israéliens, apparemment liées à des plaintes pour crimes de guerre déposées devant la justice britannique. Lire la suite l'article

    http://fr.news.yahoo.com/3/20100105/twl-israel-gb-visites-plaintes-951b410.html



    ministre_sante1.jpg





    H1N1: Les erreurs qui nous font prendre Roselyne…en Grippe!



    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9757&rech=15282#15282











    Alerte Eva: On est en train de créer un personnage.
    Coup de Bluff en vue !

    On nous la présente dans les Médias comme Premier ministrable.
    On la maquille en douceur.
    Mes amis, chers Lecteurs,
    puisque les femmes sont à la mode,
    (sauf Ségolène car elle risquait de faire revenir l'Opposition au Pouvoir
    et que les machos du PS en étaient jaloux),
    et qu'il faut faire oublier la politique désastreuse de Sarkozy,
    on prépare Christine Lagarde pour faire passer la pilule Sarkozy,
    pour occuper le poste de Ier ministre.
    Alerte ! C'est un pur produit américain, de l'oligarchie,
    et une néoconservatrice bon teint !
    Eva R-sistons à C Lagarde


    Christine Lagarde - Université d'été du MEDEF 2009.jpg
    Wikipedia




    http://www.holodent.com/article-plombage-aucun-danger-d-apres-la-secu-42291629.html !!!!!


    Carte de la SomalieSERIE "COMPRENDRE LE MONDE MUSULMAN": SOMALIE

    INTERVIEW DE MOHAMED HASSAN*
    PAR GREGOIRE LALIEU & MICHEL COLLON

     

    La Somalie avait tout pour réussir : une situation géographique avantageuse, du pétrole, des minerais et, fait plutôt rare en Afrique, une seule religion et une seule langue pour tout le territoire. La Somalie aurait pu être une grande puissance de la région. Mais la réalité est toute différente : famine, guerres, pillages, pirates, attentats… Comment ce pays a-t-il sombré? Pourquoi n’y a-t-il pas de gouvernement somalien depuis presque vingt ans?  Quels scandales se cachent derrière ces pirates qui détournent nos navires? Dans ce nouveau chapitre de notre série « Comprendre le monde musulman », Mohamed Hassan nous explique pourquoi et comment les puissances impérialistes ont appliqué en Somalie une théorie du chaos.


     

    Comment la piraterie s’est-elle développée en Somalie? Qui sont ces pirates?
    Depuis 1990, il n’y a plus de gouvernement en Somalie. Le pays est aux mains de seigneurs de guerre. Des navires européens et asiatiques ont profité de cette situation chaotique pour pêcher le long des côtes somaliennes sans aucune licence et sans respecter des règles élémentaires. Ils n’ont pas respecté les quotas en vigueur dans leurs propres pays pour préserver les espèces et ont employé des techniques de pêche – notamment des bombes! – qui ont créé d’énormes dégâts aux richesses des mers somaliennes. 
    Ce n’est pas tout ! Profitant également de cette absence d’autorité politique, des compagnies européennes, avec l’aide de la mafia, ont déversé des déchets nucléaires aux larges des côtes somaliennes. L’Europe était au courant, mais a fermé les yeux car cette solution présentait un avantage pratique et économique pour le traitement des déchets nucléaires. Or, le tsunami de 2005 a déposé une grande partie de ces déchets jusqu’aux terres somaliennes. Et d’étranges maladies sont apparues pour la première fois au sein de la population. Voilà le contexte dans lequel la piraterie s’est principalement développée. Les pêcheurs somaliens, qui disposent de techniques rudimentaires, n’étaient plus en mesure de travailler. Ils ont donc décidé de se protéger ainsi que leurs mers. C’est exactement ce que les Etats-Unis ont fait durant la guerre civile contre les Britanniques (1756 – 1763): ne disposant pas de forces navales, le président Georges Washington passa un accord avec des pirates pour protéger les richesses des mers américaines.

    Pas d’Etat somalien depuis presque vingt ans! Comment cela est-il possible?
    C’est le résultat d’une stratégie américaine. En 1990, le pays est meurtri par les conflits, la famine et les pillages, et l’Etat s’effondre. Face à une telle situation, les Etats-Unis, qui ont découvert quelques années auparavant des réserves de pétrole en Somalie, lancent l’opération Restore Hope en 1992. Pour la première fois, des Marines US interviennent en Afrique pour essayer de prendre le contrôle d’un pays. Pour la première fois aussi, une invasion militaire est déclenchée au nom de l’ingérence humanitaire.

    Source: PPCCLe fameux sac de riz exhibé sur une plage somalienne par Bernard Kouchner ?
    Oui, tout le monde se souvient de ces images soigneusement mises en scène. Mais les véritables raisons étaient stratégiques. En effet, un document du département d’Etat US préconisait que les Etats-Unis se maintiennent comme seule et unique superpuissance mondiale suite à la chute du bloc soviétique. Pour accomplir cet objectif, il recommandait d’occuper une position hégémonique en Afrique, très riche en matières premières.

    Restore Hope sera pourtant un échec. Le film hollywoodien La chute du faucon noir a marqué les esprits, avec ses pauvres G.I.’s « assaillis par de méchants rebelles somaliens »…
    En effet, les soldats US seront vaincus par une résistance nationaliste somalienne. Depuis lors, la politique des Etats-Unis a été de maintenir la Somalie sans véritable gouvernement, voire de la balkaniser. La vieille stratégie britannique, d’ailleurs appliquée en de nombreux endroits : mettre en place des Etats faibles et divisés pour mieux tirer les ficelles. Voilà pourquoi il n’y a pas d’Etat somalien depuis presque vingt ans. Les Etats-Unis ont une espèce de théorie du chaos afin d’empêcher toute réconciliation somalienne et maintenir le pays divisé.

    Au Soudan, suite à la guerre civile, Exxon a dû quitter le pays après y avoir découvert du pétrole. Alors, laisser la Somalie plongée dans le chaos n’est-ce pas contraire aux intérêts des Etats-Unis qui ne peuvent y exploiter le pétrole découvert?
    L’exploitation du pétrole somalien n’est pas leur objectif prioritaire. Les Etats-Unis savent que les réserves sont là et n’en ont pas besoin dans l’immédiat. Deux éléments sont beaucoup plus importants dans leur stratégie. Tout d’abord, empêcher les compétiteurs de négocier avantageusement avec un Etat somalien riche et puissant. Vous parlez du Soudan, la comparaison est intéressante. Le pétrole que des compagnies pétrolières y ont découvert il y a trente ans, le Soudan le vend aujourd’hui aux Chinois. La même chose pourrait se produire en Somalie. Lorsqu’il était président du gouvernement de transition, Abdullah Yusuf s’était d’ailleurs rendu en Chine, bien qu’il fût soutenu par les Etats-Unis. Les médias US avaient vivement critiqué cette visite. Le fait est que les Etats-Unis n’ont aucune garantie sur ce point : si un gouvernement somalien voit le

    jour demain, peu importe sa couleur politique, il pourrait très bien adopter une stratégie indépendante des Etats-Unis et commercer avec la Chine. Les impérialistes occidentaux ne veulent donc pas d’un Etat somalien fort et uni. Le deuxième objectif poursuivi par cette théorie du chaos est lié à la situation géographique de la Somalie, qui est stratégique pour les impérialistes des Etats-Unis et de l’Europe réunis.

    Stratégique pourquoi?
    Le contrôle de l’Océan Indien, regardez la carte. Comme je l’ai dit, les puissances occidentales portent une lourde part de responsabilité dans le développement de la piraterie en Somalie. Mais plutôt que de dire la vérité et payer des compensations pour ce qu’elles ont fait, ces puissances criminalisent le phénomène afin de justifier leurs positions dans la région. Sous prétexte de combattre la piraterie, l’Otan positionne sa marine militaire dans l’Océan Indien.

    634px-arabian_sea_map.jpgLe véritable objectif?
    Contrôler le développement économique des puissances émergentes, principalement l’Inde et la Chine. En effet, la moitié de la flotte mondiale des porte-conteneurs et 70% du trafic total des produits pétroliers passent par l’Océan Indien. De ce point de vue stratégique, la Somalie occupe une place importante : le pays a la plus vaste côte d’Afrique (3.300 kilomètres) et fait face au Golfe Arabe et au détroit d’Hormuz, deux centres névralgiques de l’économie de la région. De plus, si une réponse pacifique était apportée au problème somalien, les relations entre l’Afrique d’une part, et l’Inde et la Chine d’autre part, pourraient se développer à travers l’Océan Indien. Ces concurrents des Etats-Unis pourraient alors avoir de l’influence dans cette région de l’Afrique. Le Mozambique, le Kenya, Madagascar, la Tanzanie, Zanzibar, l’Afrique du Sud… Tous ces pays connectés à l’Océan Indien pourraient avoir un accès facile au marché asiatique et développer des relations économiques fructueuses. Nelson Mandela, lorsqu’il était président de l’Afrique du Sud, avait d’ailleurs évoqué la nécessité d’une révolution de l’Océan Indien avec de nouvelles relations économiques. Ce projet, les Etats-Unis et l’Europe n’en veulent pas. C’est pourquoi ils préfèrent maintenir la Somalie dans le chaos.   

    Vous dites que les Etats-Unis ne veulent pas d’une réconciliation en Somalie. Mais quelles sont les origines des divisions somaliennes?
    Pour bien comprendre cette situation chaotique, nous devons remonter plus loin dans l’histoire de la Somalie. Ce pays a été divisé par les forces coloniales. En 1959, la Somalie devient indépendante par la fusion des colonies italienne au Sud et britannique au Nord. Mais des Somaliens vivent également dans certaines parties du Kenya, d’Ethiopie et de Djibouti. Le nouvel Etat somalien adopte d’ailleurs comme drapeau une étoile, dont chaque branche représente une des parties de la Somalie historique. Le message derrière ce symbole étant : « Deux Somalies ont été réunies mais il en reste trois colonisées ».
    Devant la légitimité de ces revendications, les Britanniques - qui contrôlaient le Kenya - organisèrent un référendum dans la région de ce pays revendiquée par la Somalie. 87 % de la population, provenant essentiellement d’ethnies somaliennes, se prononcèrent pour l’unité de la Somalie. Mais lorsque les résultats furent publiés, Jomo Kenyatta, leader d’un mouvement nationaliste kenyan, menaça les Britanniques d’expulser les colons s’ils cédaient une partie du territoire à la Somalie. La Grande-Bretagne décida donc de ne pas tenir compte du référendum et aujourd’hui encore, une importante communauté de Somalis vit au Kenya. Il faut bien comprendre que ces frontières coloniales ont été une véritable catastrophe pour la Somalie. Cette question avait d’ailleurs fait l’objet d’un débat important sur le continent africain.

    Quel était l’enjeu de ce débat ?
    Dans les années soixante, alors que de nombreux pays africains étaient devenus indépendants, un débat opposa ceux qu’on appelait les groupes de Monrovia et de Casablanca. Ce dernier, comportant entre autres le Maroc et la Somalie, souhaitait qu’on rediscute les frontières héritées du colonialisme. Elles n’avaient aucune légitimité à leurs yeux. Mais la plupart des pays africains et leurs frontières sont le produit du colonialisme. Finalement, l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), ancêtre de l’actuelle Union Africaine, mit un terme au débat en décrétant que les frontières sont indiscutables : revenir sur ces délimitations provoquerait des guerres civiles partout sur le continent. Plus tard, l’un des architectes de l’OUA, le Tanzanien Julius Nyerere, confessa que cette décision était la meilleure mais qu’il la regrettait pour le cas somalien. 

    Quel sera l’impact de ces divisions coloniales sur la Somalie ?
    Elles vont créer des tensions avec les pays voisins. Durant ces années où la Somalie réclamait la révision des frontières, l’Ethiopie était devenue un bastion de l’impérialisme des Etats-Unis, qui tenaient également des bases militaires au Kenya et en Erythrée. C’est alors que la Somalie, jeune démocratie pastorale, émit le désir de bâtir sa propre armée. Le but était de ne pas être trop faible face aux voisins armés, de soutenir les mouvements somalis en Ethiopie voire même de récupérer par la force certains territoires. Mais les puissances occidentales s’opposèrent à la création d’une armée somalienne.

    Donc, la Somalie entretenait des relations tendues avec ses voisins. N’était-il pas raisonnable de s’opposer à ce projet d’armée somalienne ? Cela aurait provoqué des guerres, non ?
    Ce qui préoccupait l’Occident, ce n’était pas les conflits entre pays africains mais ses propres intérêts. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne équipaient et formaient des militaires en Ethiopie, au Kenya et en Erythrée. Des pays qui vivaient encore sous le joug de systèmes féodaux très oppressifs. Mais c’était des régimes néocoloniaux dévoués aux intérêts des Occidentaux. En Somalie, par contre, le pouvoir en place était plus démocratique et indépendant. L’Occident n’avait donc pas d’intérêt à armer un pays qui pouvait échapper à son contrôle.
    En conséquence, la Somalie décida de se tourner vers l’Union Soviétique. Cela inquiéta hautement les puissances occidentales qui redoutaient que l’influence de l’URSS s’étende en Afrique. Ces craintes vont s’accentuer avec le coup d’Etat de 1969.

    C’est-à-dire ?
    Des idées socialistes s’étaient répandues dans le pays. En effet, une importante communauté somalienne vivait à Aden dans le Sud du Yémen. Or, c’est dans cette ville que la Grande-Bretagne avait pris pour habitude d’envoyer en exil toutes les personnes qu’elle considérait comme dangereuses en Inde : communistes, nationalistes, etc. Ils étaient tous arrêtés et envoyés à Aden où se développèrent rapidement des idées nationalistes et révolutionnaires qui affecteront plus tard les Yéménites mais aussi les Somaliens. Sous l’impulsion de civils aux idées marxistes, un coup d’Etat fut organisé en 1969 par les militaires et Siad Barré prit le pouvoir en Somalie.

    Quelles étaient les raisons de ce coup d’Etat ?
    Le gouvernement somalien était corrompu. Il avait pourtant tous les ingrédients en mains pour ériger le pays au rang de grande puissance de la région : une position stratégique, une seule langue, une seule religion et d’autres éléments culturels communs. Ce qui est plutôt rare en Afrique. Mais en ratant le développement économique du pays, ce gouvernement a créé un climat favorable à la division entre clans. Sous prétexte de faire de la politique, les élites somaliennes se sont divisées, chacune créant son parti sans véritable programme et en recrutant son électorat selon les clans existants. Cela accentua les divisions et se révéla totalement inefficace. Une démocratie de type libéral n’était en fait pas adaptée à la Somalie : il y avait à un moment 63 partis politiques pour un pays de trois millions d’habitants ! Et le gouvernement n’était même pas capable d’adopter une écriture officielle ce qui créait de sérieux problèmes dans l’administration. Le niveau d’éducation était faible. On établit malgré tout une bureaucratie, une police et une armée. Qui va d’ailleurs jouer un rôle fondamental dans le coup d’Etat progressiste.

    « Progressiste » ! Avec l’armée ?
    L’armée était la seule institution organisée en Somalie. En tant qu’appareil de répression, elle était supposée protéger le soi-disant gouvernement civil et l’élite. Mais pour de nombreux Somaliens provenant de familles et de régions différentes, l’armée était aussi un lieu de rencontres et d’échanges où il n’y avait pas frontières, pas de tribalisme, pas de divisions claniques… C’est comme cela que les idées marxistes héritées d’Aden vont circuler au sein de l’armée. Le coup d’Etat sera donc mené par des officiers qui étaient avant tout nationalistes et qui, sans avoir de très bonnes connaissances du socialisme, éprouvaient de la sympathie pour ces idées. De plus, ils étaient au courant de ce qui se passait au Vietnam et nourrissaient des sentiments anti-impérialistes. Les civils qui connaissaient bien Marx et Lénine mais qui n’avaient pas de parti politique de masse, appuyèrent le coup d’Etat et devinrent les conseillers des officiers lorsque ceux-ci prirent le pouvoir.

    Quel changement apporta le coup d’Etat en Somalie ? 
    Un aspect positif important : le nouveau gouvernement adopta rapidement une écriture officielle. De plus, l’Union Soviétique et la Chine aidaient la Somalie. Les étudiants et la population se mobilisaient. L’éducation ainsi que les conditions sociales s’améliorèrent. Les années qui ont suivi le coup d’Etat furent ainsi les meilleures que la Somalie ait jamais connues. Jusqu’en 1977.

    Qu’est-ce qui a changé ?
    La Somalie, qui avait été divisée par les puissances coloniales, attaqua l’Ethiopie pour récupérer le territoire de l’Ogaden, majoritairement peuplé de Somalis. A cette époque pourtant, l’Ethiopie était elle-même un Etat socialiste soutenu par les Soviétiques. Ce pays avait été longtemps dirigé par l’empereur Sélassié. Mais durant les années septante, la mobilisation était forte pour le renverser. Les mouvements d’étudiants - auxquels j’ai personnellement participé - posaient quatre revendications majeures. Tout d’abord, résoudre les tensions avec l’Erythrée de manière pacifique et démocratique. Deuxièmement, établir une réforme agraire qui distribuerait des terres aux paysans. Troisièmement, établir le principe d’égalité des nationalités : l’Ethiopie était alors un pays multinational dirigé par une élite non représentative de la diversité. Quatrièmement, abolir le système féodal et établir un Etat démocratique. Tout comme en Somalie, l’armée était la seule institution organisée en Ethiopie et les civils s’associèrent aux officiers pour renverser Sélassié en 1974.

    Comment se fait-il que deux Etats socialistes soutenus par l’Union Soviétique se soient fait la guerre ?
    Après la révolution éthiopienne, une délégation regroupant l’Union Soviétique, Cuba et le Yémen du Sud organisa une table ronde en présence de l’Ethiopie et de la Somalie en vue de résoudre leur différend. Castro se rendit à Adis Abeba et à Mogadiscio. Selon lui, les revendications somaliennes étaient tout à fait justifiées. Finalement, la délégation éthiopienne accepta d’étudier sérieusement la demande de son voisin somalien et les deux pays signèrent un accord stipulant qu’aucun acte de provocation ne serait commis le temps de prendre une décision. Les choses semblaient donc bien parties, mais la Somalie ne respecta pas cet accord…
    Deux jours après que la délégation éthiopienne soit retournée au pays, Henry Kissinger, ancien ministre du président Nixon, débarqua à Mogadiscio. Kissinger représentait une organisation officieuse : le Safari Club qui regroupait notamment l’Iran du Chah, le Congo de Mobutu, l’Arabie Saoudite, le Maroc ainsi que les services secrets français et pakistanais. L’objectif de cette organisation était de combattre la prétendue infiltration soviétique dans le Golfe et en Afrique. Sous les pressions et les promesses d’aides du Safari Club, Siad Barré va commettre un désastre, une grave erreur stratégique: attaquer l’Ethiopie.

    Quelles seront les conséquences de cette guerre ?
    Les Soviétiques quittèrent la région et la Somalie, toujours présidée par Siad Barré, intégra le réseau néocolonial des puissances impérialistes. Le pays avait été sérieusement endommagé par le conflit et la Banque Mondiale et le FMI furent chargés de le « reconstruire ». Ceci allait aggraver les contradictions au sein de la bourgeoisie somalienne. Chacune des élites régionales voulant posséder son propre marché. Elles ont accentué les divisions entre clans et contribué à la dislocation progressive du pays jusqu’à la chute de Siad Barré en 1990. Depuis, aucun chef d’Etat ne lui a succédé. 

    Mais, trente ans après la guerre de l’Ogaden, le scénario va s’inverser : l’Ethiopie sera appuyée par les Etats-Unis pour attaquer la Somalie...
    Oui, comme je l’ai dit, depuis l’échec de l’Opération Restore Hope, les Etats-Unis préfèrent maintenir la Somalie dans le chaos. Cependant, en 2006, un mouvement spontané se développa sous la bannière des tribunaux islamiques pour combattre les seigneurs de guerre locaux et ramener l’unité dans le pays. C’était une sorte d’intifada. Pour empêcher ce mouvement de reconstruire la Somalie, les Etats-Unis décidèrent brusquement de soutenir le gouvernement de transition somalien qu’ils  n’avaient jamais voulu reconnaître. En fait, ils se rendirent compte que leur projet d’une Somalie sans Etat effectif n’était plus possible et qu’un mouvement était sur le point d’aboutir à une réconciliation du pays, islamique qui plus est ! Dans le but de saboter l’unité somalienne, ils décidèrent donc d’appuyer ce gouvernement de transition. Mais comme celui-ci ne disposait ni d’une base sociale, ni d’une armée, ce furent les troupes éthiopiennes commandées par Washington qui attaquèrent Mogadiscio pour faire tomber les tribunaux islamiques.

    Ca a marché ?
    Non, l’armée éthiopienne a été défaite et a dû quitter la Somalie. De leurs côtés, les tribunaux islamiques se sont dispersés en divers mouvements qui aujourd’hui encore, contrôlent une bonne partie du pays. Quant au gouvernement de transition d’Abdullah Yussuf, il s’est effondré et les Etats-Unis l’ont remplacé par Sheik Sharrif, l’ancien porte-parole des tribunaux islamiques.

    Sheik Sharrif est donc passé dans « l’autre camp » ?
    Il occupait la fonction de porte-parole des tribunaux islamiques, car c’est un bon orateur. Mais il n’a pas de connaissances politiques. Il n’a aucune idée de ce qu’est l’impérialisme ou le nationalisme. C’est pour ça que les puissances occidentales l’ont récupéré. C’était le maillon faible des tribunaux islamiques. Il préside aujourd’hui un faux gouvernement, créé à Djibouti. Qui n’a aucune base sociale ni autorité en Somalie. Il existe seulement sur la scène internationale parce que les puissances impérialistes le soutiennent.

    En Afghanistan, les Etats-Unis se disent prêts à négocier avec des talibans. Pourquoi ne cherchent-ils pas à dialoguer avec les groupes islamiques en Somalie ?
    Parce que ces groupes veulent renverser l’occupant étranger et permettre une réconciliation nationale du peuple somalien. Du coup, les Etats-Unis veulent briser ces groupes, car une réconciliation – que ce soit à travers les mouvements islamiques ou à travers le gouvernement de transition - n’est pas dans l’intérêt des forces impérialistes. Elles veulent juste le chaos. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, ce chaos s’étend aussi à l’Ethiopie, très faible depuis l’agression de 2007. Un mouvement de résistance nationale y a vu le jour en lutte contre le gouvernement pro-impérialiste d’Addis Abeba. Avec leur théorie du chaos, les Etats-Unis ont en fait créé des problèmes dans toute la région. Et maintenant, ils s’en prennent à l’Erythrée.

    Pourquoi?
    Ce petit pays mène une politique nationale indépendante. L’Erythrée a aussi une vision pour toute la région : la corne de l’Afrique (Somalie, Djibouti, Ethiopie, Erythrée) n’a pas besoin de l’ingérence des puissances étrangères, ses richesses doivent lui permettre d’établir de nouvelles relations économiques basées sur un respect mutuel. Pour l’Erythrée, cette région doit se prendre en mains et ses membres doivent pouvoir discuter de leurs problèmes. Bien évidemment, cette politique effraie les Etats-Unis qui craignent que d’autres pays suivent cet exemple. Alors, ils accusent l’Erythrée d’envoyer des armes en Somalie et de fomenter des troubles en Ethiopie.

    Selon vous, l’Erythrée n’envoie pas d’armes en Somalie ?
    Pas même une cartouche ! C’est de la pure propagande, comme celle qu’on mena contre la Syrie à propos de la résistance irakienne. La vision de l’Erythrée rejoint le projet de révolution de l’Océan Indien que nous évoquions plus haut. Les puissances occidentales n’en veulent pas et souhaitent ramener l’Erythrée dans le cercle des Etats néocoloniaux sous contrôle, tels que le Kenya, l’Ethiopie ou l‘Ouganda.

    N’y a-t-il pas de terroristes en Somalie ?
    Les puissances impériales présentent toujours comme terroristes les peuples qui luttent pour leurs droits. Les Irlandais étaient des terroristes jusqu’à ce qu’ils signent un accord. Abbas était un terroriste. Maintenant, c’est un ami.

    On parle pourtant d’une présence d’Al Qaeda ?
    Al Qaeda est partout, de la Belgique à l’Australie ! Cet Al Qaeda invisible est un logo destiné à justifier auprès de l’opinion publique des opérations militaires. Si les Etats-Unis disaient à leurs citoyens et soldats : « Nous allons envoyer nos troupes dans l’Océan Indien pour éventuellement combattre la Chine », les gens auraient peur bien entendu. Mais s’ils disent qu’il s’agit de combattre des pirates et Al Qaeda, cela ne pose pas de problèmes. En réalité, le véritable objectif est tout autre. Il consiste à installer des forces dans la région de l'Océan Indien qui sera le théâtre de conflits majeurs des années à venir. C'est ce que nous analyserons dans le chapitre suivant…

     

    hassan_mohammed26-2003.jpg

    Mohamed Hassan* est un spécialiste de la géopolitique et du monde arabe. (..) C’est un des meilleurs connaisseurs contemporains du monde arabe et musulman.

    (..)

    -
    Michel Caraël, La ruine du pansomalisme, in Le Monde diplomatique, octobre 1982



    Déjà paru dans notre série "Comprendre le monde musulman":

    - Comment expliquer le succès du Hamas?

    - Réponse à vos questions sur le Hamas: "Gaza est un endroit normal avec des gens normaux"

    - Crise au Darfour: le sang, la faim et le pétrole

    - Afghanistan-Pakistan: Le trou noir de l'Empire

    - Que doit faire Ahmadinejad pour recevoir le Prix Nobel?

    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9760&rech=15291#15291

    (article petit cadeau pour Me Goldnadel qui adore Michel Collon ! Ils ont eu l'occasion de ferrailler sur FR3 - Ce Soir ou Jamais) Eva)



    Photo-couverture-GA.jpg
    Jacques Tourtaux

     
     
    REBELLE EN GUERRE D'ALGERIE (cliquer sur le lien)
     
     
     
    3ème livre : LES APPARATCHIKS
     
    MON QUATRIEME LIVRE : L'ENFANT DE LA MISERE L'ETAT COLONIAL ET SA JUSTICE DE CLASSE



    http://www.marianne2.fr/Serbie-et-Bosnie-et-si-le-mechant-n-etait-pas-celui-qu-on-croit_a183252.html


    Thierrey Meyssan: Qui est vraiment Sarkozy ? Quelle France ?

    Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays. Ils espéraient une rupture avec des années d’immobilisme et des idéologies surannées. Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française. Ils ont été stupéfaits par cet « hyper-président », se saisissant chaque jour d’un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu’à créer une complète confusion.

    Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l’ampleur des dégâts et leur naïveté. Ils refusent d’autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu’ils auraient dû s’en rendre compte depuis longtemps.

    suite ici : http://www.marcfievet.com/article-retour-sur-l-histoire-recente-de-la-france-42291861.html


    Police1.jpg

    http://laplote.blogs.courrierinternational.com/


    http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-fmi-gouvernement-mondial--42400298.html



    http://www.bloguez.com/uploads/img_17/179036/chronicsaddict_primeurs-fruits-legumes-bio-ecologique_basket_of_fruit_and_veg.gif




















    La recette consiste à manger intelligemment, a pratiquer de l'exercice physique, à bien se reposer et à vivre dans l'action (..)

    Les sujets qui y ont été soumis ont presque uniformément augmenté leur vitalité, leurs capacités fonctionnelles et leur longévité (parfois de plus de 300 % pour certaines espèces) ; ils ont aussi atténué l'incidence et/ou guéri de maladies aussi graves que le ou de maladies auto-immunes (dans les cas rares de participants atteints de telles affections).

    http://mariereveuse.over-blog.com/article-nourrir-votre-longevite-manger-moins-41495865.html



    Partager cet article
    Repost0
    2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 02:56

    Défense de la Liberté d'opinion: "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" (Voltaire) 

     

    Loz-s-patrick-j.jpgDieudo.jpg

     

    Lettre ouverte aux censeurs de l'humoriste Dieudonné, à travers
    la Lettre que j'ai envoyée à Patrick Lozès, président du CRAN *



    Bonjour Patrick,

     

    La liberté d'expression ne se divise pas. Elle n'est pas à géométrie variable: On peut tout dire contre les Musulmans, et rien contre les Juifs, de plus en plus chatouilleux, susceptibles.. Dans ce dernier cas, on est aussitôt taxé d'antisémitisme. Et de quoi, dans le premier ? On peut même cracher sur le Prophète de l'Islam... Que n'aurait-on pas dit, à juste titre, si on crachait sur Abraham le Père des croyants !


    L'humour juif est légendaire. Mais se peut-il qu'on puisse rire de tout - sauf précisément des Juifs ? Et pourquoi ce privilège ?


    Patrick, as-tu vu le sketch de Dieudonné qui a mis le feu aux poudres, sur les Juifs ultras ? Moi, c'était il y a pas mal de temps, et alors je ne savais même pas ce qu'est le sionisme, j'ai bien ri. Regarde-le, sincèrement: Est-il vraiment si terrible que ça, ou seulement un sketch drôle ? Les Juifs seraient-ils devenus intouchables comme les vaches sacrées en Inde ? N'oublie pas que le même Dieudonné a eu la dent aussi dure contre les Musulmans. Sans que cela ne dérange personne. Pourquoi ? Vois-tu, cher Patrick, l'une des causes du terrorisme est la frustration d'une frange d'individus face au deux poids deux mesures. Un attentat tue deux Israéliens, on crie au scandale. Les Israéliens tuent jour après jour les Palestiniens, même les écoliers, même les paysans dans leurs champs pour voler le fruit de leur travail, même les ambulanciers... et aujourd'hui, suite aux bombardements même avec des armes interdites, les Palestiniennes mettent au monde des enfants malformés. Qui s'en émeut ? La compassion est-elle toujours du même côté ? Or il s'agit là d'une extermination qui ne dit pas son nom. Terrifiant ! Et silence criminel de la communauté, complice... Et tout cela alors que les Palestiniens sont les victimes innocentes de la Shoah commise par NOUS Occidentaux ! D'ailleurs, je pose une question: Le terrorisme d'Etat de l'Occident, de l'OTAN en particulier (En Yougoslavie, en Irak, ou aujourd'hui en Afghanistan ou au Pakistan, sans bruit...), n'est-il pas plus grave que le terrorisme du pauvre qui n'a que son corps pour arme ?


    Ceci étant dit, Dieudonné a fait son travail de comique, il a fait rire. Mais voilà: Des Musulmans, on rit. Des Juifs, on dénonce. Est-il à ostraciser, à dénoncer, à poursuivre, à haïr pour cela ?


    C'est une injustice historique.


    Par ailleurs, concernant l'affaire Faurisson, je ne la connais pas bien. Je dirais seulement que Dieudonné a, semble-t-il, remis le prix de l' INFREQUENTABILITE à Faurisson. Il n'a pas remis le prix de la fréquentabilité, que je sache. Alors, je pose une question: S'il avait remis le prix de la fréquentabilité, que se serait-il passé ??? Aurait-il été lynché voire traîné sur un bûcher - pour un délit d'opinion ?


    Patrick, le racisme est une abomination. Anti Noir, Rouge, Jaune, Blanc, antisémite contre les Sémites Juifs ou Musulmans etc. Mais en ton âme et conscience, ne crois-tu pas, toi le porte-parole de minorités opprimées, ostracisées, que l'indignation de "l'Elite" est déplacée ?  On déplore toujours la moindre trace de début de soupçon d'embryon de critique des Juifs, et on s'acharne, aujourd'hui, contre les Musulmans, au point de rêver de chocs de civilisations contre eux. Toi qui à travers tes frères a subi l'inique, ne peux-tu te battre pour que l'équité préside aux décisions ? Aujourd'hui, dans un même élan - servile ? - toutes les personnalités se croient obligées de dénoncer la moindre attaque d'Israël, même humoristique, et en même temps, de tirer à boulets rouges sur les Musulmans. "Est-il permis de critiquer Israël", se demandait à juste titre Pascal Boniface dans un livre désormais célèbre ? Non, apparemment. Et c'est très grave, car on amalgame tout. Pire encore, aujourd'hui l'inexcusable antisémitisme a fait place à la non moins excusable islamophobie. Alerte, terrain glissant !


    Quand un humoriste du talent de Dieudonné subit une véritable chasse aux sorcières, quand un homme comme lui est littéralement excommunié et ostracisé simplement parce qu'il s'est moqué aussi des Juifs (comme du reste), c'est que quelque chose ne tourne plus rond dans le Royaume de France. Vas-tu donner ton aval à cela ?


    La France, d'ailleurs, n'a jamais été aussi proche de la dictature; Le CRIF, intransigeant, y est pour beaucoup. L'atmosphère, aujourd'hui, est malsaine. Moi-même, je vais très vite arrêter d'écrire sur mon blog r-sistons à l'intolérable, et seulement envoyer de temps à autre un article sur différents sites comme Alterinfo, Oulala, Mondialisation.ca, Agora Vox, Nouvelobs, Le Grand Soir, etc . Car on sent de plus en plus une chape s'abattre sur notre pays, peser sur nos précieuses libertés. On n'a plus autant envie d'écrire. C'est effroyable, pour un auteur, pour le public, pour un pays, surtout comme celui de la patrie des Droits de l'Homme !


    Patrick, toi le défenseur des Noirs ostracisés, tu ne peux, tu ne dois pas te prêter à cette injustice historique. Dieudonné n'est pas un pestiféré, il est un humoriste de talent, et un homme libre. La liberté connaît-elle une limite ?


    Quand on commence à étouffer et à fustiger la liberté parce qu'elle touche des gens particulièrement puissants, alors la tyrannie est proche.
    Au secours, Voltaire !


    Patrick, au nom du combat que tu mènes, justice doit être faite. Pour tous. Il n'y a pas d'exception. Ce sera ton honneur.


    De toutes façons, l'Histoire, et la postérité, jugeront. Et ceux qui aiment l'humour, un humour vraiment libre, ont déjà jugé...


    Eva R-sistons à l'inique... 

    *
    CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France).


    http://patricklozes.blogs.nouvelobs.com/

    Dieudonné indésirable...mais autorisé à Grenoble  


      arton1650.jpg 


    Un texte de Jean Bricmont,
    l'un des derniers vrais intellectuels,
    réellement libre ! Jean Bricmont,
    militant de la Liberté et de la Justice


    Antifascistes encore un effort..
    si vous voulez l'être vraiment ! 


    Comment ne pas voir que le discours sur l'holocauste est instrumentalisé pour soutenir Israël et pour faire taire les critiques (la question n'étant pas de « mettre en cause » l'holocauste, mais de se demander pourquoi cet événement doit déterminer notre politique étrangère) ? Le temps où une majorité de gens aimait réellement Israël, « la seule démocratie au Moyen-Orient », « la villa au milieu de la jungle » etc. est passé. Mais l'étape qui reste à franchir, pour qu'une autre politique envers le Moyen-Orient soit possible, est de libérer la parole et de faire cesser l'intimidation et la culpabilisation à propos de tout ce qui concerne Israël et le sionisme. 

    « Pour guérir radicalement la censure, il faudrait la supprimer car l'institution est mauvaise et les institutions sont plus puissantes que les hommes. » Karl Marx (1)

    Divers amis se sont inquiétés du fait que mon nom soit cité dans un article (non signé) de REFLEX, intitulé «
    Procès Dieudonné - Faurisson : la Cour des Miracles négationnistes » et relayé par l'AFPS , Bellaciao.

    J'ai donc lu l'article avec attention ; il s'attaque à un certain nombre de gens qui ont assisté au procès de Dieudonné et Faurisson, suite au spectacle du Zénith (2) et particulièrement à Paul-Eric Blanrue, auteur du livre «
    Sarkozy, Israël et les juifs » dont j'ai recommandé la lecture. Cet article est intéressant parce qu'il illustre tous les défauts d'une certaine « gauche antifasciste ».

    Le fond de l'affaire tourne autour de la liberté d'expression. Ayant expliqué
    ailleurs mon point de vue à ce propos, je ne vais pas y revenir en détail. Et, avant de continuer, je voudrais souligner (même si cela devrait être inutile) que défendre la liberté d'expression de X ne signifie nullement approuver les idées de X. Cette défense découle seulement d'une réflexion sur les principes de droit sur lesquels repose une société démocratique. Et, dans une société réellement démocratique, il y aura nécessairement une telle multiplicité d'opinions qu'il est impossible de les approuver toutes - mais on peut néanmoins considérer que l'expression de toutes ces idées, aussi folles et mutuellement contradictoires qu'elles soient, doit être légale. La liberté d'expression est un principe fondamental de la démocratie, et pas, comme on le dit trop souvent, un « prétexte » pour « soutenir » X ou Y. Il est pour le moins étrange que des « antifascistes » approuvent le fait que l'on rende, comme l'a dit Chomsky à propos de l'affaire Faurisson, un triste hommage aux victimes de l'holocauste en adoptant la doctrine centrale de leurs bourreaux, à savoir qu'il appartient à l'Etat de déterminer la vérité historique et de condamner ceux qui ne s'y conforment pas.

    Mais, même si l'on ne partage pas ce point de vue, la question de la pente glissante se pose : jusqu'où ira-t-on dans la répression des opinions « scandaleuses » ? On requiert un an de prison (avec sursis) contre Dieudonné pour un sketch. On est évidemment libre d'estimer ce sketch de très mauvais goût, insultant, et le condamner moralement (3). Mais un an de prison (même avec sursis) ? Que répondra-t-on aux Noirs et aux Musulmans qui pourraient se sentir insultés par d'autres sketches (y compris certains sketches de Dieudonné) ? Comment éviter que les Musulmans, qui se considèrent insultés par les caricatures du Prophète, et l'impunité dont elles jouissent (heureusement), n'y voient une nouvelle preuve du « deux poids, deux mesures » à leur égard (4) ? Aujourd'hui, divers courants au sein de l'Union Européenne veulent sacraliser la mémoire des « victimes du communisme ». Où s'arrêtera-t-on? Une partie de la gauche s'inquiète de cette dernière sacralisation - mais peut-être aurait-elle été mieux avisée de ne pas entrer, justement à propos des victimes du fascisme, dans le jeu de la sacralisation.

    A mon humble avis, c'est cette constante restriction de la liberté d'expression qui devrait donner « froid dans le dos » aux antifascistes véritables.

    Par une pure coïncidence, cette affaire Dieudonné se produit en même temps que la levée de boucliers du monde intellectuel et artistique en faveur de Roman Polanski. Alors que, dans cette dernière affaire, le « talent artistique » semble tout permettre, même des miracles, comme le fait de commettre une erreur de jeunesse (dixit BHL) à 43 ans, ou d'avoir des rapports sexuels avec une mineure non consentante sans commettre de viol (dixit Costa-Gavras), pas un mot n'est prononcé par ce même monde intellectuel et artistique en faveur de Dieudonné qui, au cours de toute sa carrière, n'a jamais été « coupable » que de délit d'opinion. Dans le cas de Polanski, le fait qu'une fille pose nue (Finkielkraut) ou paraisse plus âgée qu'elle n'est (Costa-Gavras), ou que le violeur soit une victime (du nazisme et du communisme-Finkielkraut et BHL) sert de circonstance atténuante. Finkielkraut vit dans « l'épouvante ». Lelouch compare la police suisse à la Gestapo. BHL en appelle à l'esprit de tolérance suisse, mentionnant Voltaire, comme si c'était Polanski et non Dieudonné qui était poursuivi pour délit d'opinion. Etrange époque où la lutte contre « l'ordre moral » et contre le « fascisme », ou encore le « il est interdit d'interdire », mènent simultanément à la complaisance à l'égard du viol et au rejet de la simple liberté d'expression.

    L'article de REFLEXes soulève aussi le problème du « guilt by association », de la culpabilité par association, fortement dénoncée aux Etats-Unis, surtout dans la gauche, parce que c'était une des armes favorites du Maccarthysme. Que viennent faire dans cet article Michel Collon, la librairie Résistances et moi-même ? Michel Collon rien, à part le fait que j'en suis « proche ». Mais pourquoi le citer lui et pas Noam Chomsky, Alan Sokal, Régis Debray, Anne Morelli, ou quantité d'autres, dont je suis tout aussi « proche » ?

    La Librairie Résistances, elle, a été attaquée par des nervis sionistes et a tenu un meeting en plein air suite à cette agression, au cours duquel Me Bastardi Daumont, avocat de Blanrue et de Faurisson, a pris la parole. Où est le crime ? Que reproche-t-on à Me Bastardi Daumont ? Suggère-t-on que Faurisson ne doit pas avoir d'avocat, contrairement aux pires assassins ? S'il doit bien en avoir un, est-ce un crime d'être celui-là ? Pense-t-on qu'un avocat partage nécessairement les vues de son client ? Pourquoi cette coïncidence (être à la fois l'avocat de Blanrue, de Faurisson et participer au meeting de soutien à la librairie) ? Sans doute parce que, précisément à cause du climat de terreur intellectuelle « antifasciste » qui règne en France, les avocats prêts à défendre le principe de la liberté d'expression ne se bousculent pas au portillon.

    Et moi-même ? J'ai lu le livre de Blanrue et je l'ai trouvé salutaire. Bien que moins complet, il est un peu le « Mearsheimer et Walt » français, en ce sens qu'il met, pour la première fois, le doigt sur un problème fondamental de nos sociétés, à savoir l'extraordinaire influence sur notre vie politique des réseaux pro-israéliens (ou du lobby pro-israélien, comme disent Mearsheimer et Walt). Je le lui ai dit et je l'ai autorisé à me citer sur son site. Je ne lui ai pas trouvé d'éditeur, contrairement à ce qu'affirment nos spécialistes de l'antifascisme (et du renseignement), même si j'aurais été heureux de pouvoir le faire. Comme le dit Alain Gresh, le livre de Blanrue « mérite débat » ; mais le livre a été de facto censuré en France, vu que le diffuseur français de son éditeur belge a refusé de le distribuer (initiative extraordinaire de la part d'un diffuseur, si on y réfléchit : qu'est-il advenu du bon vieux capitalisme et de la « soif de profit » ?). De plus, bien que Blanrue soit un auteur relativement connu, aucun grand média ne parle de son livre. La puissance des réseaux sionistes est accrue par le tabou qui empêche de parler d'eux. Le terrorisme intellectuel « antifasciste » ne fait que renforcer ce tabou. Le grand mérite de Blanrue est de tenter de sortir de ce cercle vicieux qui, comme il le souligne d'ailleurs, n'est pas, à terme, « bon pour les juifs ».

    Bref, j'apprécie le livre de Blanrue et je le dis. Quelle relation entre cela et le fait qu'il assiste au procès Dieudonné-Faurisson (ce qui, vu les enjeux juridiques de cette affaire, est tout à fait compréhensible) ou qu'il ait eu dans sa jeunesse des activités « suspectes » (aux yeux de la police de la pensée) en Moselle ? Il a été chrétien ? Je vais l'avouer : moi aussi (ainsi, il existe encore des chrétiens en France et en Belgique ; quelle horreur ! Que fait la police ?). Il a été royaliste ? Moi pas, mais en tant que Belge, j'en ai rencontré beaucoup et je n'ai pas remarqué qu'ils mangeaient des enfants au petit déjeuner. Et j'ai connu assez de gens qui ont, dans leur jeunesse, fait une apologie sans nuance de Staline, de Mao, ou de toute forme de violence, pourvu qu'elle soit « révolutionnaire » (et dont certains se sont recyclés dans l'antifascisme), pour que le genre d'accusations portées contre Blanrue me laisse froid (est-il vraiment si fréquent de trouver des gens en France dont le parcours est, comme dit REFLEXes, « politiquement limpide et irréprochable » ?).

    De plus, quand il s'agit d'auteurs comme Heidegger, Céline ou Foucault (oui, oui, même Foucault), il est permis de citer, d'étudier, d'admirer une partie de leur œuvre sans se soucier de ce qu'ils ont dit ou fait par ailleurs, et qui est souvent plus étrange que ce que l'on reproche à Blanrue. Pourquoi ne pourrait-on pas avoir la même attitude par rapport au citoyen Blanrue ? Existe-t-il un principe de Polanski généralisé qui veut que pour des gens suffisamment célèbres (Heidegger et Co.), on puisse parler de leur œuvre ou d'une partie de celle-ci sans parler de la personne ou de l'ensemble de l'œuvre, mais pour les moins célèbres, non ?

    J'avoue également avoir un petit problème avec la notion d'extrême droite en France. Pour les « antifascistes », l'extrême droite, ce sont exclusivement les gens qui sont supposés être nostalgiques de Vichy, de la monarchie, de l'Algérie française, qui sont trop souverainistes à leur goût, ou encore, pour certains, les « islamo-fascistes ».

    Mais pourquoi la censure n'est-elle pas d'extrême droite ? Pourquoi l'apologie de la guerre (et la négation de crimes de guerre) à Gaza, au Liban, en Afghanistan et en Irak ne l'est-elle pas ? Pourquoi le fait de considérer qu'un peuple a le droit de s'installer sur la terre d'un autre et de l'en chasser à jamais (c'est-à-dire en lui refusant tout droit au retour) n'est-il pas d'extrême droite ? Pourquoi n'est-il pas d'extrême droite de célébrer comme démocratique (avilissant ainsi ce concept) un Etat défini explicitement sur une base ethnique (5) ? Pourquoi la notion de culpabilité collective (appliquée au peuple allemand, français etc.) n'est-elle pas de « l'essentialisme raciste » et donc d'extrême droite ? N'est-ce pas encore plus le cas quand cette culpabilité devient transmissible aux descendants ?

    Si l'on veut bien élargir ainsi la notion d'extrême droite (ce qui me semble justifié d'un point de vue conceptuel et historique), on se rend compte que le gouvernement français, la plupart des médias et des intellectuels, et bien sûr, une bonne partie de la « gauche antifasciste » sont d'extrême droite, ce qui complique considérablement la nécessaire « lutte contre l'extrême droite ». Il ne suffit pas de ne pas « ouvrir son antenne » à Soral ou à de Benoist, mais il faudrait la refuser à pratiquement tout le monde. De plus, l'extrême droite la plus dangereuse est-elle celle de la « nostalgie », ou celle qui influence la politique et la pensée occidentale actuelles ?

    Finalement, il est regrettable de voir que des articles comme celui de REFLEXes sont repris par des associations pro-palestiniennes comme l'AFPS (ou Bellaciao). Bien sûr, ils ont le droit de le faire, là n'est pas la question. Mais le fait de diffuser certains articles plutôt que d'autres est un choix politique, et ce choix peut être discuté. Or ce choix signifie que la priorité, pour ces organisations, n'est pas de défendre la liberté d'expression mais bien de hurler avec les loups dans la dénonciation des « méchants » (Dieudonné, Blanrue etc.).

    Comment ne pas voir que le discours sur l'holocauste est instrumentalisé pour soutenir Israël et pour faire taire les critiques (la question n'étant pas de « mettre en cause » l'holocauste, mais de se demander pourquoi cet événement doit déterminer notre politique étrangère) ? Le temps où une majorité de gens aimait réellement Israël, « la seule démocratie au Moyen-Orient », « la villa au milieu de la jungle » etc. est passé. Mais l'étape qui reste à franchir, pour qu'une autre politique envers le Moyen-Orient soit possible, est de libérer la parole et de faire cesser l'intimidation et la culpabilisation à propos de tout ce qui concerne Israël et le sionisme.

    La « solidarité avec la Palestine » commence ici, principalement dans la lutte contre les réseaux pro-israéliens. Diffuser et faire connaître le livre de Blanrue, ou celui de Mearsheimer et Walt, défendre la liberté d'expression, aider à libérer le discours et à ouvrir le débat, c'est réellement « aider la lutte des Palestiniens », et c'est l'aider de façon essentielle.

    Nous ne devons pas montrer aux sionistes que nous sommes « gentils », en nous « démarquant » sans arrêt de X ou de Y qui a eu une parole trop dure ou trop franche, mais montrer que nous sommes libres et que le temps de l'intimidation est passé. Heureusement, de même que les Palestiniens résistent, il existe encore des gens en France qui défendent les principes les plus élémentaires de la République et de la laïcité. Il ne reste plus qu'à souhaiter que les « antifascistes » se joignent à eux.


    Notes de lecture :

    1. Remarque sur la récente réglementation de la censure prussienne, 1842, Textes philosophiques, 1842-1847, Cahier Spartacus, no 33, 1970.

    2. Au cours duquel (en décembre 2008) Dieudonné fit remettre un « prix de l'infréquentabilité et de l'insolence» à Robert Faurisson, par son assistant déguisé en costume de déporté. Suite à cela, Dieudonné est poursuivi, entre autres, pour insultes à caractère raciste.

    3. Il faut néanmoins rappeler que si la liberté d'expression était respectée en France, il n'y aurait jamais eu d'affaire Faurisson, ce dernier serait probablement inconnu et il n'y aurait probablement pas eu le show du Zénith. La censure incite toujours à la transgression et il n'y a aucune raison de penser que l'affaire du Zénith soit la dernière du genre, quelles que soient les peines qui seront prononcées.

    4.
    Voir la vidéo pour une illustration de ce sentiment d'injustice.

    5. Par exemple, où faut-il situer sur le spectre politique la citation suivante : « Si l’on regarde une carte du monde, en allant vers l’est : au-delà des frontières de l’Europe, c’est-à-dire de la Grèce, le monde démocratique s’arrête. On en trouve juste un petit confetti avancé au Moyen-Orient : c’est l’État d’Israël. Après, plus rien, jusqu’au Japon. [...] Entre Tel-Aviv et Tokyo règnent des pouvoirs arbitraires dont la seule manière de se maintenir est d’entretenir, chez des populations illettrées à 80%, une haine farouche de l’Occident, en tant qu’il est constitué de démocraties. » Elle est de Philippe Val (dans Charlie-Hebdo, 26 juillet 2006), ancien directeur de Charlie-Hebdo et actuel directeur de France Inter. Voir Le plan B,
    Frappes médiatiques sur le Liban, 5 janvier 2009 ; ce journal précise : « selon le Rapport des Nations unies sur le développement humain de 2003, seuls trois pays au monde avaient alors un taux d’illettrisme supérieur à 80%. Et aucun d’entre eux n’était situé entre Tel-Aviv et Tokyo, puisqu’il s’agissait du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Ailleurs, entre Tel-Aviv et Tokyo, le taux d’illettrisme était de 23% en Iran, de 9% en Chine, de 7% aux Philippines. Et... de 13% au Liban. »

    Jean Bricmont, 21.10.2009

    bricmont

     

     

    http://alainindependant.canalblog.com/archives/2009/10/21/15521494.html


    Commentaire de Luc Collès :
    Critiquer Israël

    Vous avez raison: il n'est pas permis de critiquer Israël (pour paraphraser le titre d'un livre fort connu). N'oublions pas que Garaudy fut condamné pour cette raison. Dans "Les mythes fondateurs de la politique israélienne", il montre que Israël instrumentalise la Bible ( "la Terre promise") et la Shoa (le sentiment de culpabilité de la conscience occidentale) pour justifier sa politique impérialiste à l'égard des Palestiniens.

    Le lynchage médiatique dont a été victime Garaudy est sans précédent. Plus moyen de trouver un seul de ses livres dans une librairie, alors qu'il a été un des plus grands penseurs de notre temps.


    Commentaire d' Eva, chercheuse de vérité, éprise de liberté et de justice (comme J. Bricmont) :

    Au secours, Voltaire ! C'est un fait sans précédent, inique, scandaleux ! Honteux pour la France, la patrie de Voltaire ! Cordialement, eva
    NB : Par Internet, tu trouves tout. Un ami Canadien m'a tout procuré, mais je n'ai pas eu le temps de lire !



    Découvrir Jean Bricmont :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bricmont


    rubon1823.jpg

    Face à l’hégémonie intellectuelle de la droite
    An 01 de la gauche, on arrête tout, on réfléchit


    Un texte de Jean Bricmont, août 2007 :

    La défaite subie par la gauche française lors de l’élection présidentielle et, à un moindre degré, lors des élections législatives du printemps 2007 a sanctionné son absence de vision, de projet et de programme. Et pour cause : le modèle keynésien, dont la social-démocratie s’inspire encore, reposait sur l’exploitation du tiers-monde. La décolonisation ayant rendu ce mode de développement obsolète, l’Europe doit modifier de fond en comble ses rapports avec le Sud.

    La catastrophe des élections de 2007 a dissipé les illusions engendrées par la victoire du « non » au référendum de 2005 et a dévoilé la profondeur de la crise de la gauche française, qui trouve sa source dans l’échec de ses propositions consécutif à la victoire de 1981. Ayant dû tourner le dos à son programme, après deux ans de gouvernement, la gauche n’a plus rien eu à proposer en matière de politiques socio-économiques. Elle a fait, au mieux, du néolibéralisme sans enthousiasme, et son discours est devenu purement moralisateur, mettant en avant des « valeurs » antiracistes, féministes, antifascistes, etc., qui sont supposées la distinguer de la droite.

    Sur le plan pratique, la principale initiative de la gauche a été de se lancer dans la « construction européenne ». Laquelle a eu pour principal effet de rendre impossible toute alternative au néolibéralisme. Les socialistes et les Verts, en encourageant cette construction au nom de leurs « valeurs », principalement l’antinationalisme, ont mis en place un dispositif institutionnel visant à les prémunir contre leurs propres audaces, ou plutôt contre celles de leur base. L’idée étant d’isoler le processus politique de l’influence des citoyens, en confiant un maximum de décisions à une bureaucratie non élue et ouverte à l’influence de tous les groupes de pression privés. Les élections peuvent continuer à avoir lieu, elles n’ont que peu d’importance : aucune alternative politique sérieuse ne peut être proposée, aucun « New Deal », aucune « réforme de structure », aucun « programme commun de la gauche », aucune « voie italienne vers le socialisme ».

    Il n’est pas étonnant qu’à ce jeu-là la droite la plus dure l’emporte. Elle possède son propre discours sur les « valeurs », la discipline, l’ordre, la nation, etc., qui est bien plus populaire que celui de la gauche sur les minorités. Après tout, les discours sur les valeurs ont le plus souvent pour fonction de permettre à ceux qui les tiennent de se donner bonne conscience à bon marché, sans se poser trop de questions sur la nature réelle des rapports de forces dans le monde. Et, pour la plupart des gens, il est plus facile de se dire qu’on est un « bon Français » plutôt qu’un « bon antiraciste ». Au demeurant, la politique économique de la droite est en parfait accord avec celle des structures européennes mises en place par la gauche et les Verts. Sur les deux plans – l’Europe et les valeurs –, c’est la droite qui gagne, mais c’est en grande partie la gauche qui a choisi ces terrains de bataille, sur lesquels elle ne pouvait que perdre.

    Tous les mouvements politiques couronnés de succès sont ceux qui croient à ce qu’ils disent. A droite, ce ne sont pas les conservateurs « mouillés », comme les appelait Mme Margaret Thatcher, ceux qui étaient plus ou moins keynésiens, qui ont gagné, mais bien les avocats d’une droite pure et dure. Dans la mesure où la gauche ne fait que plaider pour une politique de droite modérée, elle n’a aucune chance de l’emporter. Pour changer cela, il faut commencer par revenir à ce qui est la racine du conflit entre la gauche et la droite – et qui ne porte pas sur les « valeurs », et surtout pas sur le féminisme ou l’antiracisme, que la droite moderne est parfaitement prête à accepter –, la question fondamentale du contrôle de l’économie.

    Les penseurs libéraux du XVIIIe siècle envisageaient une société de petits producteurs indépendants et, dans ce contexte, la notion de « marché libre », ainsi que l’hostilité au pouvoir de l’Etat féodal et de l’Eglise, avait parfaitement un sens. Mais, avec le développement de la grande entreprise, la production est devenue de plus en plus socialisée, ce qui a rendu caduque la justification du caractère privé de la propriété des moyens de cette production. L’idée fondamentale du socialisme est qu’à partir du moment où le processus de production est de fait socialisé, son contrôle doit l’être aussi, si du moins on veut réaliser les espoirs d’émancipation exprimés par le libéralisme classique.

    Si les moyens de production et, comme cela s’est produit au XXe siècle, les moyens d’information sont entre les mains de quelques-uns, ceux-ci possèdent alors un pouvoir énorme sur le reste de la population, qui n’est pas très différent du pouvoir de la féodalité. Les véritables successeurs actuels des libéraux classiques sont en fait les partisans du socialisme, et ceux qui se disent « libéraux » en France aujourd’hui sont simplement les adeptes d’une forme particulière de tyrannie, celle des patrons, et, en plus, très souvent, d’une forme violente d’étatisme, à savoir la domination militaire américaine sur le reste du monde.

    Le socialisme, au sens utilisé ici, est une réponse tellement naturelle aux problèmes liés au développement du capitalisme que le fait qu’il ne soit pratiquement plus discuté explicitement témoigne de l’efficacité du système spécifique d’endoctrinement appelé dans nos sociétés « éducation » et « information ».

    La question du socialisme n’a rien à voir avec celle des crises du capitalisme ou de la destruction (réelle ou supposée) de la nature, ou de l’embourgeoisement (réel ou supposé) de la classe ouvrière. Au contraire, précisément parce que le contrôle sur sa propre existence est une aspiration fondamentale de l’être humain, cette question ne disparaît pas avec l’élévation du niveau de vie et ne nécessite aucune catastrophe (comme les deux guerres mondiales) pour être soulevée. En fait, plus nos besoins biologiques, de survie, sont satisfaits, plus nos besoins proprement humains, d’autonomie et de liberté, exigent de l’être.

    Par ailleurs, c’est une erreur de croire que le socialisme n’intéresse plus personne. Au contraire, s’il y a une position de gauche qui reste populaire, c’est bien la défense des services publics et des droits des travailleurs, qui sont les principaux moyens de lutte existants aujourd’hui contre le pouvoir des détenteurs du capital. En fait, tout le programme implicite de la construction européenne est d’arriver à détruire, en sauvant les apparences démocratiques, le « paradis social-démocrate » fait de sécurité sociale, d’enseignement généralisé, de soins de santé publics, qui est une forme embryonnaire de socialisme et qui demeure extrêmement populaire.

    Que la perspective du socialisme ait pratiquement disparu du discours politique change malheureusement beaucoup de choses dans les luttes concrètes : il y a une grande différence entre protester contre les « abus » d’un pouvoir dont on accepte la légitimité et lutter, pour des objectifs « à court terme », contre un pouvoir patronal considéré comme fondamentalement illégitime. C’est toute la différence qui a existé dans le passé entre la réforme de l’esclavage et son abolition, entre la monarchie éclairée et la république, entre la gestion des colonies par des collaborateurs autochtones et l’indépendance nationale.

    La décolonisation, transformation majeure

    En faisant remarquer que la transition vers le socialisme ne s’est pas produite comme prévu dans les pays capitalistes développés, les penseurs « libéraux » ne se privent pas de critiquer Karl Marx. Un élément de réponse, c’est que notre système n’est pas seulement capitaliste, mais aussi impérialiste. L’Europe ne s’est développée que grâce à un immense hinterland. Pour le comprendre, imaginons un instant que l’Europe soit la seule terre émergée du monde, et que tout le reste, l’Afrique, l’Asie, l’Amérique, soit remplacé par des océans. Il n’y aurait alors pas eu de traite des Noirs, pas d’or d’Amérique latine, pas d’émigration en Amérique du Nord. Et que seraient nos sociétés sans un flux constant de matières premières, de travail bon marché, sous forme d’immigration ou d’importations venant de pays à bas salaires, sans une fuite des cerveaux du Sud vers le Nord, suppléant à l’effondrement croissant de nos systèmes d’enseignement ? Sans tout cela, nous devrions économiser drastiquement l’énergie, le rapport de forces entre les travailleurs et le patronat serait radicalement différent, et la « société de loisirs » serait impossible.

    Si le socialisme ne s’est pas réalisé au XXe siècle, c’est en grande partie parce que les pays où le capitalisme avait engendré un certain développement culturel et économique, où existaient des éléments de démocratie et où, par conséquent, le dépassement du capitalisme était à la fois possible et nécessaire, étaient aussi les pays dominateurs dans le système impérialiste. Or l’impérialisme a un double effet : économique d’une part, parce qu’il permet aux pays dominants de transférer sur la « périphérie » une partie des difficultés qui surgiraient si celle-ci n’existait pas ; un effet de division des travailleurs au niveau mondial d’autre part, parce que les travailleurs occidentaux, ayant toujours eu des conditions d’existence bien meilleures que celles qui règnent dans les pays du Sud, acquièrent ainsi un sentiment de supériorité qui tend à stabiliser le système.

    C’est pourquoi la transformation majeure du XXe siècle a été la décolonisation. Elle a tout d’abord permis à des centaines de millions de personnes en Asie et en Afrique d’échapper à une forme particulièrement raciste de domination. De plus, cette transformation prolongera sans doute ses effets au XXIe siècle, et mettra définitivement fin à l’époque historique commencée lors de la « découverte » de l’Amérique. Cette fin aura des répercussions importantes pour nos sociétés, qui devront revoir leur fonctionnement lorsqu’elles seront sevrées des bénéfices liés à leur position privilégiée dans le système impérial. Pour le dire brutalement, aujourd’hui les Chinois doivent vendre des millions de chemises pour acheter un Airbus. Mais quand ils construiront des Airbus, qui fabriquera nos chemises ?

    De nouvelles révisions déchirantes

    On peut par conséquent s’attendre à une aggravation du conflit entre ceux qui, grâce à leur contrôle sur le capital, ont la possibilité d’exploiter la force de travail en Asie et qui sont les « gagnants » de la mondialisation, et l’immense majorité de la population occidentale qui n’a pas cette possibilité. Vivant ici, elle est obligée de vendre sa force de travail à un prix qui n’est plus compétitif sur le marché mondial. Ce qui implique plus d’« exclusions », une crise croissante de l’Etat-providence, mais aussi un retour, sous une forme très nouvelle, de la lutte des classes.

    L’autonomisation du Sud continue aussi sur d’autres plans : les Etats-Unis sont embourbés en Irak dans une guerre qu’ils ne peuvent pas gagner, mais dont ils ne peuvent pas non plus sortir aisément, à moins de renoncer à leurs ambitions impériales. Sur le dossier du nucléaire iranien, les pays occidentaux devront en rabattre ou se lancer dans une guerre catastrophique. Sur un plan plus symbolique, mais important, Israël a été vaincu militairement en 2006, pour la seconde fois, par le Hezbollah. Les victoires politiques et militaires du Hamas indiquent que la voie de la collaboration de certaines élites palestiniennes avec Israël, instituée lors des accords d’Oslo, a échoué. Tous ces événements imprévus provoquent une crise de confiance grave dans les milieux dirigeants à l’échelle mondiale.

    Le problème principal de notre temps, en Europe, est de nous adapter à notre déclin, non pas à celui, imaginaire, par rapport aux Etats-Unis, mais à celui, bien réel, par rapport aux pays du Sud. La classe dirigeante américaine essaie de maintenir l’hégémonie par la force, mais son échec ne fait qu’accentuer la crise de l’Empire, tandis que la droite européenne imagine encore qu’imiter les Etats-Unis serait la solution à nos problèmes. La gauche « radicale » ignore en général la question du déclin et défend en fait, au-delà de sa rhétorique, une politique sociale-démocrate et keynésienne classique, que la mondialisation a rendue difficilement applicable.

    Dans l’immédiat, il faut éviter à tout prix que les populations occidentales ne versent dans les fantasmes américano-israéliens de guerre « à la terreur » ou à l’« islamo-fascisme », et auxquels succombe déjà, en France, une bien trop grande partie de la gauche féministe, républicaine ou laïque, qui s’inscrit ainsi dans une longue tradition d’incompréhension de la gauche occidentale par rapport aux luttes de la périphérie.

    Pourtant, c’est souvent de là que proviennent les changements. La révolution d’octobre 1917 ainsi que la part prise par l’URSS dans la victoire sur les puissances de l’Axe ont eu un énorme impact sur la décolonisation et sur la possibilité de créer ici le « paradis social-démocrate ». La victoire des peuples colonisés a favorisé nombre de transformations progressistes des années 1960 en Europe. A condition de la comprendre et d’en tenir compte, la révolte actuelle en Amérique latine et au Proche-Orient fournira peut-être aux dominants l’occasion de nouvelles révisions déchirantes. Et aux autres, des lendemains qui pleurent un peu moins ?


    Jean Bricmont Lire aussi, de J. Bricmont
    http://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/BRICMONT/15051


    Lire aussi, de Jean Bricmont :


    Pourquoi est-il important de bloquer Sarkozy ?
     http://www.legrandsoir.info/article4987.html
    Guerres « humanitaires », les nouvelles croisades.
    Un monde plus juste et la « responsabilité de protéger ».
    Sur le retour du ni-ni, l’islamisme et l’antisémitisme dans les manifestations.
    Interview de Jean Bricmont, par Leila Lallali

    ordre_usa-ff764.jpg
    Sélection de liens :

     

    La politique étrangère de la France
    dessinée par J.D Levitte
    et le commentaire réprobateur d'Eva R-sistons

    Le nouveau monde selon Jean-David Levitte

    De la World Policy Conference à Marrakech,

    Hier soir, lors du dîner de la World Policy Conference, le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte, a présenté les idées de l'Elysée pour une nouvelle organisation du monde multipolaire.

     

    De l'avis de tous, son exposé fut excellent.

     

    Qu'en retenir?

     

    - Sur l'ONU.

    "Il faut que le Japon, l'Inde, le Brésil, l'Allemagne et un grand pays africain [il s'est bien gardé de dire lequel] deviennent membres permanents du Conseil de Sécurité."

     

    Comment faire accepter à la Chine les candidatures du Japon et de l'Inde - ses deux ennemis héréditaires?

    "En instituant une période transitoire de dix à quinze ans, comme l'ont conjointement proposé la France et la Grande-Bretagne."

     

    Jean-David Levitte a également évoqué la proposition française de regrouper d'une manière ou d'une autre tous les organismes internationaux qui luttent contre la faim dans le monde (la FAO, la Banque Mondiale....), celles qui s'occupent de la santé et celles qui protègent l'environnement.

     

    - Sur le G20. "C'est un succès phénoménal, à cause de la panique créé par la faillite de Lehman Brothers."

     

    "En fait, le G20 se fait à 24. Et à Pittsburg nous étions 34 si on compte les organisations représentées. Cela fait environ deux cents personnes autour de la table. C'est trop. Cela fait hall de gare."

     

    Comment régler ce problème?

     

    "Pour l'instant nous avons improvisé des règles de fonctionnement. Nous réfléchissons à d'autres plus stables. On se demande, par exemple, s'il ne faut pas instituer un secrétariat permanent du G20."

     

    A quoi va-t-il servir? "A Pittsburg nous avons décidé que le G20 serait désormais le principal groupe informel où l'on parle d'économie et de finances internationales."

     

    - Sur le G8.  Que lui reste-t-il? "Nous sommes dans une période de transition. Avant de tout basculer dans le G20, nous devons demander s'il ne faut pas traiter certains dossiers en G8."

     

    Lesquels?

     

    "La liste des possibles est longue: l'aide au développement (le G8 représente 80% de celle-ci), la santé, la sécurité alimentaire, la non prolifération, des questions politiques...."

     

    En dehors de la prolifération, Levitte n'évoque pas les questions de sécurité et de défense alors que le sherpa russe, Arkadi Dvorkovitch, pense, lui, que le G8 doit servir d'abord à parler de ces dossiers là, géopolitiques.

     

    La France, qui a réintégré le commandement de l'OTAN, ne peut souscrire à la création d'un tel directoire avec la Russie et la Chine.

     

    -Sur le G2.

    Beaucoup d'observateurs disent que demain le lieu du pouvoir international ne sera pas le G8 ou le G20 mais un G2, un condominium entre la Chine et les USA.

     

    Levitte n'y croit pas.

     

    "Le G2, cela n'existera pas. Un tel duo ne pourra pas régler seul les problèmes globaux, tels le réchauffement climatique, les questions économiques ou de pandémies. C'est juste un fantasme..."


    levitte sarkozy.jpg

    Commentaire d' Eva R-sistons :

    J.D. Levitte: Conseiller diplomatique de Sarkozy, donc de la France. Donc ayant la haute main sur les Affaires étrangères de la France. Moi qui suis Gaullienne (de Gauche), pour l'indépendance nationale, et fidèle aux idées du grand Général, je pose la question: Comment aurait réagi le Gl de Gaulle ? En d'autres termes, peut-on laisser un sioniste, un agent d'Israël (Etat criminel hors-la-loi), diriger les affaires diplomatiques de la France ?

    Pour moi, c'est insensé ! Et c'est une trahison vis-à-vis des traditions (gaulliennes) de la France, bref de la France (à travers LE Conseiller de Sarkozy), désormais vassale d'Israël !!!  De Gaulle doit se retourner dans sa tombe... Et tous ceux qui sont attachés à l'indépendance de la France, sont ulcérés. Eva R-sistons au bradage de l'indépendance de la France et de ses traditions

    http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/11/01/g8-g20-g2-h8-le-monde-selon-jean-david-levitte.html 


    Qu'est devenu le blog Opinions libres de notre ami robocup555 ? Voyez vous-même ce qui se passe ! Nouveau cas de censure sur le Nouvel Obs ???

    Le Coran : Extraits Choisis - Islam, Judaïsme et Christianisme Sourate XXIX, 46 46. Ne discute avec les gens du...

    robocup555 le 02/11/2009 à 04h52


    Vite, lisez mon article contre la censure, pour les libertés ! (Eva)
    http://r-sistons.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/11/02/bizarre-bizarre.html




    Atlas alternatifAtlas alternatif


                            Le dernier Delorca :
    La gauche anti-impérialiste peut-elle créer une alliance durable avec l'immigration postcoloniale ?


    labos-j.jpg
    Les effets de la chimiothérapie

    La chimiothérapie nous vient de la recherche sur les armes chimiques de la Seconde Guerre mondiale, et a fait son apparition dans les années cinquante.

    Il fut découvert ensuite que le gaz moutarde et autres produits chimiques dangereux du même genre freinaient la croissance des tumeurs.

    Cette découverte arrivait à point à un moment où la recherche piétinait dans ce domaine (ça n’a pas changé depuis). Le problème, évidemment, est que ces produits tuent autant de cellules saines que de cellules cancéreuses et, en particulier, les cellules à reproduction rapide, c’est-à-dire le sang. C’est ainsi que ce traitement est capable de mettre dans un état pitoyable n’importe quelle personne en pleine santé.
    Le fait d’utiliser des poisons dangereux et mortels en médecine n’est pas nouveau. Dans son ouvrage Cancer: médecine traditionnelle et médecine alternative, Jane Heimlich rappelle que, tout au long du XIXe siècle, l'on a prescrit une potion de mercure appelée Calomel, et ceci pour soigner à peu près toutes les maladies. Ce traitement administré au long cours était souvent fatal. L'on recommandait 5 à 10 grains à prendre la nuit. Ceci représentait 320 à 640 mg de chlorate de mercure. Des études menées en 1984 précisèrent que 500 mg de ce sel pouvait entraîner la mort. Donc, pendant près d’un siècle, les médecins ont allègrement «exécuté» leurs malades par empoisonnement, sans trop se poser de questions .(..)

    Plus "cocasse" encore, un scoop relevé dans le Figaro il y a une dizaine d’années m’a été rapporté: trois morts dans une salle d’opération parmi le personnel médical suite à l’ouverture de l’abdomen d’une patiente. Elle venait de recevoir une chimio, et des gaz très toxiques ont été libérés (..).

    Enfin, j’ai pu avoir connaissance de la facture d’une seule séance de chimio «douce»: 2600 €uros. Mais selon le cocktail, la facture peut atteindre dans certains cas, paraît-il, plus de 6000 €uros.

    Par ailleurs, sachant que le coût de fabrication de ce type de produits initialement à vocation militaire doit être dérisoire, l'on imagine les profits colossaux générés dans la chaîne de distribution et l’on comprend que personne n’a intérêt à ce que le cancer soit éradiqué. Alors, malheur aux Géo-trouv’tout!

    Dernière minute: J’ai rencontré un haut responsable de grands laboratoires pharmaceutiques dont l’épouse a été guérie «illégalement» d’un cancer de la langue, et qui m’a avoué que, depuis plus de 30 ans, ils avaient des «recommandations» pour n’orienter aucune recherche en ce qui concerne le cancer !!!

    Suite ici :
    http://cancer-soinsalternatifs.over-blog.net/article-lorsque-le-remede-est-pire-que-le-mal--38531965.html

    En France, 350.000 nouveaux cancers par an, paraît-il ! Nous sommes presque tous condamnés à tomber malades ! Nourriture chimique, médicaments chimiques, pesticides, amiante, OGM, etc, tout est fait pour nous empoisonner pour le profit de quelques-uns ! Il faut revenir à la simplicité de vie, à une vie saine, naturelle ! Eva R-sistons à l'industrie de la Chimie meurtrière


    Maîtrise prochaine des «petites affaires » pénales par le gouvernement ?






    Hollywood et les Arabes
    Comment le cinéma américain et celui d'Hollywood, en particulier, prépare
    les esprits - à l'échelle planétaire - pour que s'accomplisse
    l'"œuvre" de la plus grande démocratie autoproclamée. Le projet de
    société pensé et planifié par les "maîtres du monde" passe par un
    conditionnement sournois qui utilise l'industrie cinématographique, de
    longue date, comme arme de propagande.
    Suite ici :
    http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4273


    La démocratie participative - La participation au concret
    http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4271


    Discours prononcé par le ministre des Affaires étrangères, M. Bruno
    Rodríguez Parrilla, à l'Assemblée générale des Nations Unies sur la
    question : "Nécessité de lever le blocus économique, commercial et
    financier appliqué à Cuba par les États-Unis d'Amérique" (New York, 28
    octobre 2009).
    http

    ://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4270


    Impunité et mépris
    par  Prof. Chems Eddine Chitour
    http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4254

    La seule posture harmonieuse du non-violent, est celle du guerrier
    intraitable de la justice et de l'équité qui préviennent la plupart des
    violences en enrayant l'injustice que garantissent le droit et les chartes.
    L'injustice et ses manques d'équité, est la violence générative qui,
    diaboliquement, génère la plupart des réponses brutales qu'adressent les
    victimes violentées par les ordres politique, économique ou religieux les
    agressant
    http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4267



    En Isère, un groupe de neuf personnes a porté plainte contre X
    en dénonçant le vaccin contre le grippe A qui selon eux, est « une
    véritable tentative d'empoisonnement de la population ». Leur
    avocat, Me Jean-PierreJoseph, affirme que cette plainte risque
    d'être bientôt suivie par d'autres.

    Cette plainte avec constitution de partie civile, également déposée pour
    "tentative d'administration de substances (...) de nature à entraîner la
    mort", a été remise au doyen des juges (...)

    http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4266




    liste complète  


     
    copsoldiers_dees.jpg

    De Dien Bien Phu à Kaboul

    (..) En réalité, Barack Obama s’interroge sur la nécessité d’engager plus de troupes sur le théâtre afghan, donc il s’interroge sur l’opportunité de poursuivre cette guerre.
      
    Cet échec militaire se double d’un échec politique.
      
    En effet, les États Unis ne sont plus en mesure d’assumer leur tentative de domination sur l’exploitation et le transport du pétrole et du gaz d’Asie centrale et de la Caspienne vers l’Europe. (..)

    Les attentats du 11 septembre 2001 à New-York et Washington vont changer la donne : George Bush décide d’envahir l’Afghanistan, officiellement pour y chercher Ben Laden.
    En réalité, les USA et leurs alliés occidentaux, en mettant la main sur l’Afghanistan, voulaient contrôler toutes les voies régionales de transport de gaz et de pétrole vers le nord (Russie) et l’ouest, mais aussi vers la Chine et l’Inde.

    (..) Dans cet écheveau de complexité, la question simple que la France doit se poser est la suivante : avons-nous encore intérêt à rester dans cet épicentre de violence où ne comptent que les Russes, les Américains, les Indiens, les Pakistanais, sous le regard attentif des Chinois placés en embuscade 
    ?
      
    Car si nous Européens sommes dépendants de la Russie sur le plan énergétique, il est non moins vrai que 80 % des investissements en Russie sont européens.
    L’Union européenne doit donc s’entendre avec la Russie.
      
    L’hypothèse de se dégager de cette dépendance à l’égard des Russes avec l’aide des États-Unis en soutenant leur guerre en Afghanistan a vécu : cette guerre est perdue. Dans ce contexte, pourquoi rester plus longtemps en Afghanistan, échec militaire, échec politique, tombeau de nos ambitions infondées (voir notre billet L’Afghanistan, tombeau de nos ambitions infondées) ? D’ailleurs, nous ne sommes déjà plus rien en Afghanistan : des cibles faciles, c’est tout.(..)


    http://lalettredulundi.fr/2009/11/01/de-di%e1%bb%87n-bien-ph%e1%bb%a7-a-kaboul/




    Grippe, le Préfet et Baxter :
    A écouter avant que la vidéo ne disparaisse !
    http://www.dailymotion.com/swf/xaoqcj


    Désinformation: Ce qu'on ne vous dit pas sur la RDA :
    L'assourdissante campagne contre la RDA, ce pays que j'ai un peu connu,  à l'occasion du 20° anniversaire de sa disparition, est tellement insupportable que je ne résiste pas à vous donner ces quelques vidéos avec  la déclaration ci-dessous  de Margot Honecker.(U cursinu rossu)

    "Il y a actuellement en Allemagne une campagne contre la RDA socialiste", déplore Margot Honecker, vieille dame de 82 ans au Chili où elle vit en exil.
     "Mais ils ne réussiront pas. 50 % des Allemands de l'Est disent que la vie est pire dans le capitalisme. De plus en plus de gens se souviennent de ce qui était bien pour eux en RDA." Elle se réjouit toutefois du succès de Die Linke, le parti de gauche dont certains leaders sont d'anciens responsables politiques en RDA, qui a obtenu presque 12 % lors des législatives de septembre dernier. 
    Videos :

    http://pcfcapcorse.over-blog.com/article-la-rda-en-video-38631387.html



    La parole aux jeunes !
    On m'envoie ce texte, écrit par Kochise de Toulouse

    DEMOCRATIE

    La démocratie on a bien failli y croire
    C'est mauvais de marcher contre le " sens de l'histoire "
    A coups de matraques, à coup de résignation
    Tous les moyens sont bons pour forcer la soumission
    Des ultra-libéraux aux sociaux-démocrates
    Le pouvoir reste aux mains des même bureaucrates
    Il nous feront trimer ou nous jettent une obole
    Mais en réalité c'est la vie qu'il nous vole.

    Travailler, réussir, par n'importe quel moyen
    Ceux qui s'y essayent ne vont jamais très loin
    Préparer un diplôme ou gratter un millionnaire
    Pour un ou deux qui s'en sort, y en a combien derrière ?
    100% des perdants ont tenté leur chance
    mais ceux qui ont le pouvoir l'ont à la naissance.
    Dans ce système cynique n'attends rien de leur " droit "
    Parce qu'ils ont le fric et qu'ils font les lois.

    Démocratie-très peu pour moi !
    Mon pouvoir ne se délègue pas
    Ils offrent des droits accessibles
    Dans la limite des stocks disponibles

    Viennent les élections, l'illusion de choisir
    Cautionnant un système qui nous force à subir
    Sois attentif aux chiffres de la participation
    Ils révèlent le niveau de notre soumission.
    Et pendant qu'ils décident, pendant qu'ils légifèrent,
    Forts du pouvoir abdiqué par le reste de nos congénères,
    La liberté promise par le mythe démocratique
    Tu peux la mesurer entre deux rangs de flics.

    Ils nous traitent d'extrémistes, ils nous traitent de menteurs,
    Ils peuvent même nous prouver qu'il y a pire ailleurs.
    C'est vrai ! mais d'où cela vient-il ?
    Qui profitent des famines et des ventes de missiles ?
    Démocratie ici, aux autres les dictatures
    A les écouter, c'est une question de culture.
    Pour agrandir leurs marchés, maintenir notre train de vie,
    Ils assassinent là-bas ce qu'ils prêchent ici.

    KOCHISE 


    bourse-ou-vie-j.jpg

    La lettre de Jacques Daudon


    Serres le 2 Novembre 2009

     


    Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs les Ministres, Députés, Sénateurs,

    Monsieur, Madame le Maire, Messieurs les Conseillers municipaux,

    Citoyens français.

     


    Face aux méfaits variés et profondément délétères du contexte économique actuel, nous ne pouvons que réagir avec réflexion devant tant d'incohérences et de misères.


    Le contexte économique actuel est moribond et il est vain de s'acharner à maintenir en vie un système entraînant toujours plus de pauvreté, n'ayant jamais assuré une honnête répartition des biens de consommation.


    En effet, l'Economie de marché, dite capitaliste, ne peut vivre sans profit. Or, depuis plus de trente ans, l'avènement du machinisme met hors circuit du processus de production l'ouvrier. Celui-ci, privé de travail donc d'un salaire décent, ne peut écouler une production capable d'assurer les besoins vitaux de chacun. Le paradoxe est nettement visible. La misère dans l'abondance !


    Ceux qui ne peuvent acheter ruinent ceux qui veulent vendre.

     


    Un seul exemple pour ne pas alourdir ce texte si important pour notre avenir : Un ouvrier soudait à la main 350 boîtes de conserves il y a moins d'un siècle; aujourd'hui dans la même journée une machine en réalise 50.000 !


    Ce régime, logique en temps de rareté, ne peut donc plus exister dans l'abondance matérielle actuelle puisqu'elle supprime le profit. Trop de biens pour un nombre toujours moindre de consommateurs virés de leurs postes de travail par des machines toujours plus productives. Les prix fléchissent alors, aidés par une concurre
    nce féroce.

     
    La production ne s'est jamais inspirée du désir de satisfaire la consommation mais de celui de réaliser un profit. Quand le profit devient impossible la production s'arrête.


    On dit alors qu'il y a crise, même si beaucoup de consommateurs manquent du strict nécessaire.


    Pour sortir de ce marasme parfaitement démontré, l'Etat face à des stocks de marchandises invendables — ne doit pas assainir les marchés en détruisant ou dénaturant les diverses productions pour tenter de sauver les profits mais bien de tenir compte de cette situation d'abondance — ou restaurer le profit par la production d'armement, entraînant à brève échéance le fascisme et les guerres. Voir "l'Economie distributive de l'abondance" de Jacques Duboin, ancien sous-secrétaire d'Etat au Trésor. 3 ème Edition - OCIA -


    Il est donc nécessaire de reconsidérer le problème économique présent et d'effectuer les réformes de structures adéquates.

    1.                Les moyens de production fonctionneront pour la satisfaction des besoins réels de tous les consommateurs,

    2.                Les travailleurs fourniront à tour de rôle un service social aux fins d'assurer la pérennité de la production, inspirée et contrôlée par la demande citoyenne.

    3.                La distribution des richesses s'effectuera au moyen d'une monnaie de consommation, uniquement chargée de permettre l'écoulement de cette production aux consommateurs.

     
    Ceci n'a rien d'utopiste mais n'est que la simple et logique analyse d'une situation excessivement alarmante. Je n'ai rien inventé puisque divers économistes, présents et passés, l'ont bien découverte et démystifiée bien avant moi.   Jacques Daudon.

     
    Fait le 28 octobre 2006. Ceci s'ajoute en complément de notre Charte de survie.
    Les responsables : Régis Danse, Irène Freeman & Jacques Daudon
    http://daudon.free.fr



    Très beau commentaire qui rejoint le texte sur Dieudonné:

    Très belle photos de famille en haut de l‘article,tous les membres de la Cosa nostra sioniste sont là,il ne manque que Le parrain Richard Pasquier ,"Certus odor dictaturae" comme l’avait bien écrit M.De Diueguez dans sa lettre adressé aux juifs de son pays dont voici des extraits:

    "Le texte que je mets en ligne ce 1er septembre et celui qui suivra le 7 septembre ont été rédigés au cours de la trêve estivale, bien avant que Maurice Szafran dans Marianne, aussitôt soutenu avec vigueur par Jean Daniel eussent, pour la première fois en France, soulevé la question de fond de la légitimité idéologique du CRIF, dont on sait qu'il voudrait valider le principe de la double identité politique des juifs dans notre pays en ce sens qu'ils jouiraient de la liberté souveraine de défendre corps et âme les intérêts nationaux d'un État étranger, serait-ce au détriment de ceux de la France sur la scène internationale."

    "Français juifs, je vous en conjure, ne changez pas en un cadeau empoisonné celui que l'abbé Grégoire vous a fait, ne trahissez pas, deux siècles plus tard, la transterritorialité de l'esprit de la France, ne vous attachez pas corps et âme à un territoire mythique, ne vous mettez pas en suspension entre deux fidélités, sinon le certus odor dictaturae de Cicéron vous demeurerait indélébilement attaché."

    " Et vous, juifs français, pensez-vous que la nation dont la sonde spatiale s'appelle Einstein et la sonde psychique Sigmund Freud ne mérite pas mieux que de se trouver défendue par un conseil d'administration représentatif des intérêts militaires et économiques de l'Etat d'Israël en France?".

    L’analyse,intéressante et pointue, de De Dieguez de l’etat d’esprit des juifs de France d’avoir deux identités politiques,Française et Israélienne, est à lire absolument car cette double identité n’est en réalité qu’un double jeu, donc double discours et visage, de cette communauté qui consiste à se proclamer français tout en défendant corps et âme les intérêts d’Israel au détriment de ceux de la France (voir DSK, article suivant - Eva).

    L’article est disponible dans la Rubrique "France" à l’adrese suivante:

    http://www.alterinfo.net/Certus-odor-dictaturae-Lettre-ouverte-aux-Francais-juifs-de-mon-pays_a36117.html
    Partager cet article
    Repost0
    9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 10:52


    Varsovie-ghetto.jpgVarsovie-ghetto.jpg
    Ghetto juif

    Mes amis,

    Parmi les courriels, heureusement rares, d'ultra-sionistes mécontents de mes prises de position, j'ai reçu récemment une lettre fort longue, faisant l'analyse de mon profil (Simon se reconnaîtra). Après avoir lu les deux premiers paragraphes qui, malgré leurs prétentions scientifiques, ne ressemblaient en rien à ce que je suis réellement (et par ex, me dépeignant comme dominatrice alors que, dans la vie courante, je n'ai pas un gramme d'autorité), j'ai tout laissé tomber. Mais ce courrier m'a donné l'envie de devenir, à mon tour, le temps d'un article, psychanalyste. Je vais faire le procès de mes censeurs, ou plus exactement, tenter d'expliquer... l'intolérable. C'est une façon d'aimer mes censeurs, à ma façon: parce qu'ils sont mes frères et soeurs en humanité, parce que nous devons aux Juifs des textes magnifiques et des principes universels, et peut-être, aussi, parce que la famille de ma défunte mère d'origine russe, comptait des Juifs (et également des orthodoxes, d'ailleurs) en son sein. C'est sans doute pourquoi les actions des Israéliens, et plus généralement des Juifs, ne me laissent pas indifférente, au contraire, je me sens concernée, avec tendresse, même - mais chaque fois qu'un Israélien, ou un sioniste, commet des atrocités, j'ai mal, j'ai honte, et je dénonce. Et tant pis si ça déplaît: Je suis une femme de conviction, chercheuse de vérité, prête à mourir pour la paix, la justice, la liberté, bref une idéaliste égarée dans un monde odieux, qui absout les pires criminels anglo-saxons, israéliens, européens, entre autres, ou les pervers pourvu qu'ils soient cinéaste, Ministre de la Culture ou écolo-libéral atlantico-sioniste. Pour une fois, je comprends Marine le Pen. Son combat, aujourd'hui, est juste ! Alors, vas-y, Mme l'avocate, et pan ! Frappe fort, on applaudit...

    vuul0.jpg
       
    http://laplote.over-blog.fr



    Psychanalyse du Juif d'aujourd'hui,
    par Eva R-sistons

    Il y a Juif, et Juif. Vous mettez plusieurs citoyens juifs ensemble, et c'est aussitôt la foire d'empoigne: Pas un n'est d'accord avec l'autre, tous ont leur vision des choses. Ceux qui aiment le sport, ne sont pas déçus: Le combat est vivant, musclé et tous les coups sont permis. Vous en voulez une preuve ? C'est ici : http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/archive-day/20080321.

    Or donc, je suis en fait mieux que quiconque à même de disséquer la pathologie juive. Car je sais combien un passé non digéré peut être synonyme de destruction. Je vais donc un instant parler de moi: J'ai été mariée à un homme qui avait souffert dans son enfance, cet homme avait d'énormes capacités intellectuelles que son père, devenu alcoolique à la fin de la 2e guerre mondiale (on oublie toujours les dommages collatéraux des guerres), n'avait pas mises en valeur, bref il ne lui avait pas donné confiance en lui, il n'avait pas su l'aimer. Nous étions vraiment faits l'un pour l'autre, parfaitement complémentaires. Et pourtant, une vingtaine d'années plus tard, cela s'est terminé par un divorce. J'avais été l'injuste bouc-émissaire des souffrances vécues dans l'enfance; même une conversion dans les milieux évangéliques, avec à la clef "l'amour qui croit tout, espère tout, pardonne tout, supporte tout" (Bible, Corinthiens), ne suffit pas. J'avais affaire à un "puits sans fond", insatisfait de tout, exigeant toujours plus, et au final, ramenant tout à son passé.

    Le Juif, aujourd'hui, généralement, est plus que jamais plongé dans son passé. Ce passé est douloureux: Pendant des siècles, parce que l'enfant d'Abraham a tenté de sauvegarder sa foi propre, ses traditions, et parce qu'il avait une personnalité très originale, il a été ostracisé, rejeté, parqué, humilié, dépouillé, maltraité, persécuté. Et bien sûr comme tant d'autres réfugiés aujourd'hui, il ne pouvait être fonctionnaire, exercer les métiers de son choix, et au final, il était contraint de s'investir dans le négoce, les affaires, avec ce que cela implique... Avez-vous vu "Un violon sur le toit" ? C'est une reconstitution, en musique, de la vie d'une famille juive en Ukraine - le pays de ma mère, justement. Et à la fin, on y voit tous les membres, ainsi que ceux de leur communauté, chassés de chez eux, contraints de prendre la route, avec leurs biens empilés dans des charettes, pour on ne sait quelle destination et quel destin...

     
    Un Violon sur le toitUn Violon sur le toitUn Violon sur le toitUn Violon sur le toitUn Violon sur le toitUn Violon sur le toitUn Violon sur le toitUn Violon sur le toit


    Voilà ce qu'a été, souvent, le destin du Juif. Et vous imaginez que cela ne laisse pas des traces, de l'amertume ? Et lorsque de surcroît on fait vivre à cette communauté une Shoah, une tentative d'éradication de tout un peuple, vous croyez qu'il n'y a pas de quoi être fou de rage ?
     


    Et ce qui devait arriver, arriva. Bon nombre de Juifs, aujourd'hui, sont littéralement englués dans leur passé, pétris de colère, de rancoeur, de fureur, au point de ressasser sans fin leurs souffrances, et de les faire payer en trouvant des boucs-émissaires - même innocents des crimes commis. Les Palestiniens, aujourd'hui, paient pour ce que les Juifs ont vécu - mais pas seulement. Car - et c'est le coeur serré que je le dis, étranglé d'émotion mais aussi de dégoût - ce sont les Hébreux qui, actuellement, sont enrôlés chaque fois qu'il y a de sales besognes à exécuter aux quatre coins de la planète, pour destabiliser un pays progressiste et installer un dictateur, pour dresser les communautés les unes contre les autres, pour commettre des attentats ciblés, édifier des murs ou des miradores, pour bombarder, pour provoquer des conflits, des guerres, de faux attentats, et même procéder à l'extermination des "gêneurs" (les mères qui, à Gaza, désormais, mettent au monde des enfants malformés, savent ce que ce mot veut dire...).


    Le nouveau quartier (nouvelle ville) Aller chercher de l'eau à la pompeBuroch et Itzak Ryfman faisaient des tiges pour chaussures (Photo Alter Kacyzne)
    http://www.unlivredusouvenir.fr/shtetl.html


    Le drame de la plupart des Juifs, aujourd'hui, c'est qu'ils n'ont pas digéré leur passé, et qu'ils le font payer à toute l'humanité, perçue comme hostile, menaçante, dangereuse. Le drame de la plupart des Juifs, aujourd'hui, c'est aussi qu'ils ressassent indéfiniment leurs malheurs, au point que cela en devient pathologique, malsain, nauséabond - et que nous devons subir en permanence l'évocation de la Shoah, alors que, justement, trop de Shoah tue la Shoah: Il y a saturation, intoxication, indigestion... Et par-dessus tout, le passé est instrumentalisé, à des fins bassement mercantiles et de domination. Ainsi, la douleur de la Shoah débouche-t-elle sur un impérialisme militaro-financier abject, totalement impuni parce que, fort habilement, on joue sur la corde sensible, sur le passé - encore lui -, sur la culpabilité...


    juifs-avant-tableau--j.jpg

    Aujourd'hui, à cause des médias aux mains des sionistes, l'antisémitisme a fait place à l'islamophobie, aussi scandaleuse. Et pourtant, je suis sûre qu'il y a un antisémitisme larvé, rampant, dû à l'exaspération liée aux deux poids deux mesures, à l'impunité des crimes, à la liberté laissée aux Israéliens d'accomplir leurs forfaits partout, de trangresser le Droit et même de violer toutes les lois internationales comme bon leur semble... 


    2241595283_small_1 


    Tant que la communauté juive se complaira dans le souvenir et l'évocation des souffrances subies, tant qu'elle se permettra tout au nom des persécutions endurées, alors elle entretiendra l'antisémitisme qu'elle veut, à juste titre, éradiquer, et elle provoquera partout amertumes, destructions, ruines, dommages, souffrances, malheurs, blessures, morts... Un passé non digéré peut mener au divorce - d'avec soi-même, et d'avec les autres. Et les frustrations s'accumuleront, de part et d'autre. 

    efsuccoth.jpgYann LesacherHaggadah AniméeChasseriau Théodore - Reproduction d'art et peintures sur toile : Juives au balcon , Alger  
    http://www.cjl-paris.org/nitsa/yakin/yakin3.htm
    http://www.premieregalerie.com/artistgallery/?theme=2
    http://www.biblieurope.com/category.php?id_category=22
    http://www.muzeocollection.com/fr/reproduction-tableau.html?oeuv_id=299737&decouv_mocl_id=86


    En se complaisant dans la contemplation et l'évocation de malheurs anciens, la communauté juive entretient des forces paralysantes, de mort même, en tous cas destructrices. Elle vit dans la peur de l'autre, au risque de sombrer dans la paranoïa - envers l'Iran, par exemple, qui n'a jamais attaqué personne et n'attaquera personne; ses préoccupations, et on le comprend, sont uniquement défensives -, elle mûrit des projets de destruction des peuples qui la gênent, elle devient intolérante, agressive, belliqueuse, et au final, elle risque de provoquer l'étincelle qui mettra le feu à la planète, avec des conséquences incalculables pour tous - et d'abord pour elle-même, puisqu'elle en sortira probablement anéantie.

    Le Juif a d'immenses capacités, il est intelligent, créatif, travailleur, mais son capital est littéralement sclérosé, paralysé, par le poids, hautement pathologique, du passé sur lui, au point qu'il entrave ses relations avec les autres, qu'il sème alentour crainte et dégoût, qu'il fausse la vie et menace la planète toute entière. Un passé mal vécu, non pardonné, non digéré, entraîne des conséquences fâcheuses pour tous, et même mortifères, tôt ou tard. La méfiance s'installe, le malentendu aussi, et parfois la haine, dévastatrice.


    En conclusion, je dirais que la Communauté juive est à la croisée des chemins: Ou bien elle se libère du poids du passé et elle concourt au bien commun, elle participe avec son génie propre à l'élaboration d'un monde enfin humanisé, ou elle s'enfonce dans la mémoire, la rancoeur, la haine, et dans ce cas, le pire est à craindre: Pour l'humanité, détentrice d'armes de destruction massive, et... pour elle !  

    Eva R-sistons au poids du passé et aux rancoeurs paralysantes

    TAGS: Juifs, Shoah, Ukraine, russe, mémoire, armes de destruction massive, Iran, antisémitisme, islamophobie, Marine Le Pen, Bible...

    sionisme4.jpg

    Lire aussi, d' Eva, J'accuse le CRIF :
    http://r-sistons.over-blog.com/article-36186594.html
    et
    Lettre ouverte aux Français Juifs de mon pays
    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/actualite/fofana2.htm 



    Racisme ?
    NAZARETH. Une municipalité israélienne a formé une équipe spéciale de conseillers et de psychologues dont la tâche sera d’identifier les jeunes femmes juives qui sortent avec des hommes arabes afin de les « sauver ». Suite ici :
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=6938



    Burg-Vaincre-Hitler-humanisme-universel-   Burg-j.jpgjuive-gravure-j.jpg

     

    Commentaire écrit sur un blog :


    Mes ancêtres ? Une partie de mes ancêtres. Mère ukrainienne, famille juive et orthodoxe; Père, toute sa famille catholique. Moi, Protestante, par choix (simplicité biblique). Copine préférée, Musulmane. Et sympathie pour la foi baha'i, SYNCRETISTE. L'auberge espagnole ! Tout ça mixé, ça donne une citoyenne du monde, croyante en Dieu, universaliste. Surtout aucune étiquette ! Je les ai toutes...  Amitiés à toi,  Eva
                                

    _______________________________________________________________________________________


    L’insurgé perpétuel


    “Quand on a voulu vivre au milieu de millions d’Arabes, on doit laisser le métissage faire son œuvre.”
    Marek Edelman



    Le dernier survivant des commandants de l’insurrection du ghetto de Varsovie, Marek Edelman, nous attend sur le pas de sa porte, au bout d’une ruelle encore enneigée, dans le centre de Lodz [une ville dont 34 % des 665 000 habitants étaient juifs avant la Shoah]. Je lui apporte une bouteille de Rémy Martin, cadeau de son camarade d’insurrection Simcha “Kazik” Rotem, aujourd’hui installé à Jérusalem. Nous entrons. Les murs sont recouverts de vitraux réalisés par son ami d’enfance [le surréaliste] Yosl Bregner, ainsi que de portraits de ses compagnons d’insurrection : Mordechai Anielewicz, Icchak “Antek” Cukierman et Zivia Lubetkin.
    Il y a quelques semaines, à la fin du mois de janvier, la Pologne a célébré le souvenir de la Shoah et l’extermination des 3 millions de Juifs du pays. De nombreuses commémorations ont été organisées. Mais Marek Edelman a refusé d’y participer, car il ne déteste rien tant que les cérémonies et les symboles officiels. Lorsque je lui demande s’il ne craint pas que la mort du dernier témoin ne fasse tomber dans l’oubli l’insurrection du ghetto de Varsovie, il répond, sûr de lui : “Non. Cet événement a laissé trop de traces dans l’histoire, la musique, la littérature et l’art. C’est en Israël qu’on risque d’effacer notre souvenir.” “Pour vous, Israéliens, me dit-il, la guerre des Six-Jours [1967] a été l’événement le plus important de l’histoire juive contemporaine. Vous pouvez vous appuyer sur un Etat, des chars et un puissant allié américain. Nous, nous n’étions que 200 jeunes avec 6 revolvers pour tout armement, mais nous avions la supériorité morale.”
    Tout dans les propos de Marek Edelman exprime sa relation d’amour-haine envers l’Etat d’Israël. Quand il ne s’inquiète pas de son avenir (“Israël ne pourra survivre dans une mer de 100 millions d’Arabes”), il campe sur son opposition implacable à l’éthique israélienne. Edelman, c’est avant tout un Juif qui a choisi de rester en Pologne après la Shoah – “parce qu’il faut bien garder les sépultures” –, un Juif qui vit à la fois sur deux terrains : la perpétuation d’un monde juif disparu et la lutte contre l’entité sioniste.
    La biographie d’Edelman n’est qu’une succession de drames. Un an avant sa naissance à Varsovie, en janvier 1919, douze de ses oncles avaient été exécutés pour cause d’opposition socialiste à la dictature léniniste. Ses parents ont dû fuir la Russie soviétique pour la nouvelle Pologne indépendante. Alors qu’il avait 6 ans, son père mourut. Comme lui, sa mère était une militante du Bund [Union générale juive des travailleurs], le grand parti juif socialiste et non sioniste d’Europe orientale, un parti farouchement opposé à la renaissance hébraïque en Palestine. La guerre et le génocide ont rayé de la carte le cimetière où était enterrée sa mère.
    Début 1942, les informations sur l’existence des chambres à gaz avaient fini par filtrer dans le ghetto. Les responsables des mouvements de jeunesse des différents partis juifs de Pologne avaient alors décidé de tomber les armes à la main. “Nous avions été marqués par les Juifs de Chelmno, qui s’étaient laissé déporter sans résister. Il n’était pas question que ça se reproduise à Varsovie”, rappelle Edelman dans son livre Mémoires du ghetto de Varsovie (Liana Levi, 2002). Mais les Juifs n’étaient pas parvenus à obtenir des armes de leurs camarades polonais. Ces derniers ne pouvaient pas croire que les Juifs allaient se soulever et n’avaient pas voulu gaspiller le peu d’armes dont ils disposaient. Fin juillet 1942, les dirigeants des mouvements de jeunesse juifs avaient mis sur pied l’Organisation juive de combat (OJC) et leurs premières actions avaient visé la police juive du ghetto, dont les membres avaient multiplié les exactions. “C’étaient des traîtres. Ils n’étaient pas obligés de collaborer avec les nazis, mais ils pensaient que c’était une bonne manière de gagner de l’argent et de sauver leur peau.” N’est-il pas logique que des Juifs fassent tout pour survivre ? “Ça, c’est votre philosophie d’Israélienne, m’assène-t-il, celle qui consiste à penser qu’on peut tuer vingt Arabes pourvu qu’un Juif reste en vie. Chez moi, il n’y a de place ni pour un peuple élu ni pour une Terre promise.”
    Les Allemands avaient autorisé l’ouverture d’un dispensaire dans le ghetto pour traiter les cas urgents, mais il s’agissait en fait pour eux d’y pratiquer une sélection en amont et d’envoyer les malades dans les camps d’extermination. Marek Edelman a profité de l’occasion pour se faire engager comme infirmier afin de recruter ceux qu’il jugeait aptes à rejoindre la résistance. N’a-t-il pas l’impression d’avoir contribué à sa façon à envoyer 400 000 personnes à la mort ? “Je ne ressens aucune culpabilité, seulement un chagrin immense”, concède-t-il. Dans l’ombre de la mort, les gens s’efforçaient de vivre comme si de rien n’était et les rabbins célébraient des mariages pour que les couples envoyés au supplice meurent mariés. En octobre 1942, plus des trois quarts des 400 000 Juifs du ghetto de Varsovie avaient déjà été déportés et exterminés. Parmi les survivants, 30 000 personnes travaillaient comme esclaves dans les usines allemandes et 30 000 autres se cachaient dans les souterrains. Regroupant la plupart des organisations juives de gauche, l’OJC avait élu à sa tête Mordechai Anielewicz, un dirigeant de l’Hashomer Hatzaïr [Le Jeune Gardien, mouvement sioniste socialiste, dont le Meretz est l’héritier]. Son bras droit était Antek Cukierman, responsable du mouvement sioniste He’haloutz ; le chef des renseignements était Marek Edelman, responsable du Bund ; enfin, l’émissaire auprès de la partie “aryenne” [non juive] de Varsovie était Jurek “Arieh” Wilner. Le Betar [mouvement de jeunesse de la droite nationaliste juive] ne s’était quant à lui pas intégré à l’OJC et avait conservé sa propre organisation clandestine, l’Organisation militaire juive (OMJ).
    Le chapitre final de la liquidation du ghetto de Varsovie s’ouvrit la veille du jour de Pâques, le 19 avril 1943. Quand les Allemands pénétrèrent dans le ghetto, ils se heurtèrent à une forte résistance de la part de combattants qui tiraient des appartements déserts. Les Allemands commencèrent alors à incendier les immeubles les uns après les autres et les abris dans lesquels s’étaient réfugiés de nombreux civils se transformèrent en pièges géants. Le 8 mai 1943, Anielewicz et plusieurs dizaines de combattants de l’OJC s’étaient repliés dans le QG du 18 rue Mila, assiégé par des unités spéciales composées d’Allemands et d’Ukrainiens. Après deux heures de combats acharnés, les Allemands comprirent qu’ils ne réussiraient jamais à s’emparer du bunker et ils y lancèrent des bonbonnes de gaz. La plupart des combattants préférèrent se suicider. Anielewicz abattit sa compagne, Mira, avant de se tirer une balle dans la tête. Lutek Rotblatt abattit sa mère et sa sœur. Une combattante se tira sept balles dans le cœur.
    Aujourd’hui encore, Edelman ne cache pas son malaise face à ce suicide collectif. “Un chef n’a pas le droit de se suicider. Il doit se battre jusqu’au bout. D’autant qu’il était possible de fuir le ghetto, malgré les barrages. La preuve, c’est que nous sommes quinze à être parvenus à prendre la fuite. L’idée du suicide collectif n’est pas venue d’Anielewicz, mais de Jurek Wilner. Peu de temps auparavant, Jurek était revenu d’une mission dans un camp de concentration. Se faisant passer pour un Aryen, il y avait néanmoins vécu des choses atroces et avait failli perdre l’usage de ses jambes. Sans l’aide d’Henryk Grabowski, un socialiste polonais qui finançait la résistance juive, il serait mort en déportation. Jurek était diminué physiquement et moralement. Lorsque est arrivé le moment le plus difficile, il n’a pas vu d’autre issue que la mort.”
    Il n’en reste pas moins que le suicide d’Anielewicz et de ses compagnons s’est rapidement intégré dans la mémoire collective du jeune Israël. Perçu comme un Massada du XXe siècle [les Juifs assiégés par les Romains dans la forteresse de Massada s’étaient suicidés collectivement], il a donné naissance à des slogans comme “Nous n’irons pas comme des agneaux à l’abattoir” ou “La liberté ou la mort”. Mais, pour Marek Edelman, le suicide collectif du 18 rue Mila n’est qu’un accès d’“hystérie collective”. Il n’a pas de mots assez durs contre ceux qu’il appelle les “professionnels de la mémoire” et qu’il accuse de glorifier une “éthique trop israélienne” à son goût. Ce n’est sans doute pas un hasard si le cinéaste Claude Lanzmann a choisi de ne pas l’évoquer et de ne pas lui donner la parole dans son film Shoah, en dépit du fait qu’Edelman a joué un rôle déterminant dans l’insurrection du ghetto et qu’il a été le premier à l’évoquer dans un livre bref et sec publié au sortir de la guerre. En même temps et toujours en s’opposant aux sionistes, Edelman considère que “ceux qui ne se sont pas soulevés sont tout autant des héros que ceux qui ont pris les armes. Celui qui a choisi de ne pas laisser sa mère monter seule dans les convois de la mort a fait preuve d’autant d’héroïsme que celui qui est mort les armes à la main.”
    Quand on lui demande si l’insurrection, vouée à l’échec, n’était pas un suicide collectif, la réponse fuse. “En nous soulevant, nous avons rappelé notre appartenance au genre humain. En prenant les armes contre ceux qui voulaient nous anéantir, nous nous sommes raccrochés à la vie et nous sommes devenus des hommes libres. La meilleure preuve en est que beaucoup de combattants de l’OJC ont pu fuir le ghetto après la bataille. Ceux qui sont tombés par la suite, c’est en combattant avec les partisans polonais.”
    Les quelques centaines d’insurgés n’ont-ils pas risqué la vie des 60 000 Juifs encore présents dans le ghetto ? “Non, le dilemme n’existait pas. Nous étions tous condamnés à mort, quoi qu’il advienne. Nous savions que tous ceux qui étaient envoyés à Auschwitz et à Treblinka étaient promis à la chambre à gaz.”
    C’est sur le soutien reçu du monde extérieur que Marek Edelman se montre le plus amer. Pas seulement envers le gouvernement polonais en exil, mais surtout envers les Juifs de Palestine. “L’OJC avait informé Ignacy Szwarcbart [dirigeant sioniste et député polonais en exil] et le gouvernement polonais de Londres. Le Mossad savait aussi ce qui se passait ici. Ses agents se sont pourtant contentés d’évacuer les gens disposant d’argent, et encore, jamais pendant la guerre et uniquement vers la Palestine. Le fondement de l’idéologie de Ben Gourion et des siens, c’était la rupture avec la diaspora [juive]. Il en était arrivé à refuser de s’exprimer dans sa langue maternelle, le yiddish [langue germanique mêlée de slavismes et d’hébraïsmes], la langue des 11 millions de Juifs d’Europe et d’Amérique.” Ben Gourion avait en effet déclaré lors d’une réunion de responsables du Mapaï [le Parti ouvrier d’Israël, ancêtre du Parti travailliste], le 8 décembre 1942 : “Le désastre qu’affronte le judaïsme européen n’est pas mon affaire” [cité aussi par Tom Segev dans Le Septième Million – Les Israéliens et le génocide, Liana Levi, 1993]. Pour Marek Edelman, ces propos sont ceux d’un dirigeant qui était prêt à sacrifier des millions de Juifs du moment qu’allait naître un Etat juif. “Il n’aurait évidemment pas pu sauver des millions d’entre nous, mais certainement des milliers. Il n’a pas bougé. Ici, personne n’aimait Ben Gourion, pas même les plus fervents sionistes.”
    Lorsqu’on lui demande si Ben Gourion et les sionistes ont commis une erreur en créant l’Etat des Juifs en Palestine, il n’hésite pas : “Il eût mieux valu créer un Etat juif en Bavière !” Exactement ce qu’a récemment proposé le président de l’Iran, Mahmoud Ahmadinejad… ! “Il a raison”, me répond-il en s’esclaffant, “le climat y est excellent !”
    En 1943, Edelman a échappé aux flammes du ghetto en compagnie de Simcha Rotem en gagnant par les égouts le côté aryen de Varsovie. En août 1944, Antek Cukierman, Simcha Rotem et les derniers combattants de l’OJC ont rejoint la résistance polonaise. La guerre terminée, Edelman a achevé ses études de médecine en Pologne, un pays qu’il considère comme sa seule patrie. Ses propos deviennent encore plus crus. “Si Israël a été créé, c’est grâce à un accord passé entre la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’URSS. Pas pour expier les 6 millions de Juifs assassinés en Europe, mais pour se partager des comptoirs au Moyen-Orient.”
    Quant à l’identité juive de l’Etat d’Israël, Edelman en doute et estime que c’est une culture moyen-orientale qui y prédomine. “De quel peuple juif parle-t-on ? Aujourd’hui, Israël est un Etat culturellement arabe. Israël s’est coupé de Yitzkhok Leybush Peretz [écrivain et poète yiddish, 1852-1915], de Chagall, du yiddish. Israël s’est créé sur la destruction de cette immense culture juive multiséculaire qui s’était épanouie entre la Vistule et le Don. La culture israélienne, ce n’est pas la culture juive. Quand on a voulu vivre au milieu de millions d’Arabes, on doit se mêler à eux et laisser l’assimilation, le métissage, faire son œuvre.” Comment, dans ces conditions, Edelman explique-t-il que les rescapés juifs ne soient pas restés, comme lui, en Pologne ? “Ils ont eu peur. Ils ont voulu placer un océan entre la Russie et eux. Mais seule une minorité de Juifs ont émigré en Israël : l’écrasante majorité des Juifs se sont exilés au Canada et aux Etats-Unis.”
    La vision du monde d’Edelman est un pur produit du bundisme. Avant la guerre, le Bund croyait en la possibilité d’édifier une société socialiste juive en Pologne. Partisan d’une autonomie culturelle juive, il s’opposait à l’émigration des Juifs d’Europe vers Israël ou vers le continent américain. Plus que l’indifférence des sionistes de Palestine, la conception bundiste, en militant contre l’émigration des Juifs vers la Palestine, n’a-t-elle pas livré ces derniers à leurs bourreaux nazis ? “Seuls ceux qui n’avaient nulle part où aller sont partis pour la Palestine. Avant la guerre, des millions d’autres Juifs avaient émigré en Argentine, en Amérique ou en Australie, et c’est ça qui les a sauvés. Je ne parle pas des Halutzim [pionniers], qui étaient un petit groupe plein de détermination.”
    Edelman a visité Israël pour la première fois au début des années 1950. Son ami Antek Cukierman, un héros de l’insurrection, espérait qu’il se prendrait d’affection pour les réalisations du sionisme. Quelle ne fut pas sa déception de découvrir que son ami bundiste était surtout impressionné par la beauté du désert et par la mer Morte ! Il s’ensuivit des disputes à répétition que relate Edelman dans un livre d’entretiens paru en Pologne. Ces disputes n’ont pourtant jamais eu raison de l’amitié entre les deux hommes, ni empêché Edelman de revenir plusieurs fois, le plus souvent pour rendre visite à des proches ou leur rendre un dernier hommage. Sa dernière visite remonte à 2002. “En Israël, je me sens comme un touriste en terre étrangère. Tant que j’y ai des amis, je m’y sentirai bien. Quand ils auront disparu, ça n’ira plus.”
    A Lodz, beaucoup de murs sont recouverts de graffitis antisémites et d’étoiles de David. C’est l’oeuvre de supporters de foot particulièrement excités. “Il y a un an, explique mon traducteur, le jeune Piotr Goldstein, la communauté juive de Lodz a choisi de faire du 21 mars une journée contre le racisme. C’est précisément ce jour-là que des abrutis ont inscrit des slogans racistes et une croix gammée sur la maison d’Edelman !”
    En 1968, lors de la campagne antisémite menée par le Parti ouvrier unifié de Pologne, la plupart des derniers milliers de Juifs polonais ont fui le pays. Alors que sa femme, son fils et sa fille se sont réfugiés en France, Edelman a décidé de rester. Aujourd’hui, ses deux enfants sont des scientifiques renommés, tandis que son ex-femme, Alina Margolis, est une pédiatre réputée et une des fondatrices de l’ONG française Médecins du monde.
    Edelman, quant à lui, a participé à la création de Solidarnosc. En décembre 1981, lors du coup d’Etat du général Jaruzelski, il fut arrêté par les services de sécurité. L’indignation soulevée par l’incarcération du héros de l’insurrection du ghetto fut telle, en Pologne comme à l’étranger, qu’Edelman fut relâché au bout de cinq jours. En 1988, il a été fait chevalier de l’ordre de l’Aigle blanc, la plus haute distinction en Pologne.
    Toujours actif, Edelman a appelé les Occidentaux, dans les années 1990, à faire cesser le bain de sang en Yougoslavie. Et, en octobre 2002, ce n’est pas en appelant au renversement de la dictature de Saddam Hussein qu’il a fait sensation, mais en adressant une lettre ouverte aux groupes armés palestiniens pour qu’ils cessent les attentats suicides. “Nos armes n’ont jamais été tournées contre une population civile sans défense. Nous n’avons jamais tué de femmes ni d’enfants.” Comme il fallait s’y attendre, beaucoup d’Israéliens ont été scandalisés par une initiative qui, émanant du héros du ghetto de Varsovie, ne pouvait qu’assimiler les insurgés juifs aux kamikazes palestiniens. Entre Edelman et Israël, le malentendu ne se dissipera donc jamais

    http://www.courrierinternational.com/article/2006/04/13/l-insurge-perpetuel

    Marek Edelman, le 8 avril 2003 à Lodz

    Le Bund

                            


    De la fin du XIXe siècle au génocide, les bourgades juives d’Europe orientale sont frappées de plein fouet par la modernisation industrielle, l’explosion de l’antisémitisme et l’émigration (4 millions de Juifs fuient vers l’Europe de l’Ouest et l’Amérique). C’est dans ce contexte qu’est fondé à Vilnius, en 1897, le Bund, Union générale juive des travailleurs de Lituanie, de Pologne et de Russie. Social-démocrate, le Bund est combattu par les                             

    communistes bolcheviques et ses cadres seront éliminés sous Staline. Partisan de la doïkeyt (en yiddish l’“icitude”, c’est-à-dire le refus de fuir) et d’une autonomie culturelle en Russie et en Pologne, le Bund s’oppose à l’émigration et à l’implantation juives en Palestine prônées par les militants sionistes. Ce puissant mouvement politique n’a pas survécu à l’extermination de sa base sociale par l’Allemagne nazie et ses alliés.






















    La victoire d’Hitler ?

    “Nous nous imaginions que tout ce que nous avons connu – la guerre, le génocide, les chambres à gaz – allait influencer l’Histoire et la marche du monde”, avait déclaré Marek Edelman dans une interview accordée en 2003 au Soir de Bruxelles. “Or il suffit de rappeler le Cambodge, le Rwanda, l’ex-Yougoslavie, pour comprendre que les hommes sont incurables. Le nationalisme, le chauvinisme,                         

    le martyre de certaines minorités auxquels nous assistons sans réagir, c’est la victoire posthume d’Hitler.” Interrogé sur son rapport à la Pologne, il répond : “Nous avons rêvé d’un monde meilleur et d’une Pologne meilleure, sans antisémitisme ni racisme. Hélas ! les rêves ne se réalisent jamais. Les Juifs sont partis et les antisémites sont restés.”


















    Merci à Jean-Yves BOURDIN d'avoir signalé ce texte sur le Courrier International

     

    Clique là-dessus - No 43 - 8 octobre 2009

    [Tu es l'heureux destinataire de ce webzine qui se diffuse par courrier privé. C'est une sorte de carnet de notes d'un flâneur du web. Tout se consulte, s'écoute ou se parcourt assez rapidement, sauf la dernière rubrique, les articles de Paul Craig (que je recommande d'imprimer).]

     



    Oui, il faut changer notre mode de vie
    Planete.jpg

    J'ai longtemps cru que cette injonction de changer son mode de vie pour sauver la planète, adressée au consommateur lambda, était du bidon, juste un moyen de nous culpabiliser en dédouanant les vrais coupables. C'est faux. Notre mode de vie et de consommation est bel et bien responsable, et nous pouvons le changer. Par exemple:

    • Ton 118 WallyPower consomme 3100 litres aux 100 kilomètres, tu peux faire moins.

    • Tu peux parfaitement continuer à maintenir ta piscine à la température de baignade nuit et jour toute l'année, dans ta villa au bord de la Tamise, mais tu n'es pas forcé de dépenser 3300 € de fuel par mois pour ça: installe une pompe à chaleur pour piscine!

    C'est vrai, l'essentiel de la pollution se fait dans la production et non dans la consommation. Il faut aussi rappeler régulièrement qui est le plus gros pollueur de la planète (précisions ici). Mais, cet article l'explique bien, la consommation y contribue aussi, il faut le reconnaître: la consommation des riches.

     

    Actualité : d'autres sons de cloche

    • Marek Edelman était un des commandants de l’insurrection du ghetto de Varsovie. Il vient de mourir, et la guimauve médiatique a coulé. Avec l'absence d'Edelman dans le film de Lanzmann "Shoah", cela fait un destin médiatique assez écoeurant. J'ai cependant réussi à retrouver un texte convenable à son sujet, ici. Edelman, c'était avant tout un projet politique pour les juifs d'Europe, le projet qui aurait dû gagner, celui qui aurait gagné si le projet de Hitler et des sionistes n'avait pas tout détruit: ce projet s'appelait le Bund.

    • Un haut représentant de l’ONU congédié pour ses critiques de la fraude électorale en Afghanistan. Prière de ne pas comparer avec l'Iran.

    • Si les discussions sur les centrifugeuses iraniennes vous donnent mal au crâne, voici les explications d'un journaliste. Au Figaro, le vrai travail journalistique existe encore - dans les blogs!

    • Des médecins et des psychologues américains ont pris part aux tortures de prisonniers par la CIA. Résumé en français, source en anglais, et rapport complet en PDF.

     


    Note sur les journaux et le journalisme

    Lors de notre dernière beuverie conversation, Gilbert et moi sommes tombés d'accord pour dire qu'en matière de presse quotidienne, il ne restait plus qu'un seul journal, où les lecteurs peuvent trouver de l'information (et non du bidonnage, du matraquage ou du commentaire): à savoir le Parisien. Eh bien, c'est fini, comme le montrent la lettre de démission de Noël Couedel adressée aux rédactions du groupe Amaury du 28 septembre et la motion unanime de l'assemblée générale des journalistes.
    Les journaux ne sont pas "en danger", ils ne sont pas "menacés de mort": ils sont morts, c'est fait. Internet n'y est pour rien, le quotidien-papier s'est déjà suicidé: au lieu de vendre un journal à ses lecteurs, il a choisi de vendre ses lecteurs à ses annonceurs, exactement comme TF1 vend du temps de cerveau disponible à Coca-Cola. Le journal est devenu une marque. Evidemment, il suffit qu'un jour Coca-Cola trouve un meilleur support publicitaire, et c'est l'enterrement.

    Le journalisme existe pourtant toujours, voyez par exemple:

    • Denis Robert, le seul travail sérieux de l'affaire Clearstream.

    • Roberto Saviano

    • John Pilger

    • Edwin Black. Lisez bien ce résumé de son oeuvre par Wikipedia, même si c'est en anglais: je suis certain que vous allez apprendre des choses que vous ne saviez pas.

    Cela dit, quand je fais le tour de la presse-papier à laquelle je suis abonné, il y a encore un journal où je trouve de vraies informations, un journal qui dépend de ses lecteurs et n'est pas un simple support publicitaire: c'est le Monde Diplomatique, le Diplo, un mensuel. Serge Halimi nous explique ici pourquoi. Mais, pour continuer à dépendre de nous, le Diplo a besoin d'un peu plus d'argent: alors, adhérez aux "Amis du Diplo", abonnez-vous, abonnez vos dentistes, vos mamans, vos enfants, vos amants, vos maïtresses. En plus, le Diplo a réussi à entrer dans la combine-Coluche, celle qui permet de déduire du montant de votre impôt 66% des dons faits au journal. Imprimez ce PDF, et versez-leur un bon paquet, c'est le percepteur qui paie.


    Jean-Yves BOURDIN 


    vaccin-caricature-g.jpg

    Vendredi 9 octobre 2009
    L’avocat Jim Turner vient de déposer plainte en urgence ce vendredi midi à Washingon pour arrêter la vaccination contre la grippe porcine !
     
    Gary Null, ainsi que le personnel des soins de santé de l’Etat de New-York accusent la FDA d’avoir violé la loi en approuvant à la va-vite quatre vaccins contre la grippe porcine sans avoir pris les mesures pour déterminer scientifiquement et la sécurité et l’efficacité des vaccins…
     
    La plainte ne cherche pas uniquement à annuler «  l’autorisation » illégale de ces quatre vaccins contre la grippe H1N1. La demande est également faite au tribunal d’émettre une ordonnance (injunction) qui interdirait toute exigence de vaccination obligatoire.

    Turner précise que « la FDA est obligée de déterminer si un vaccin est sûr et efficace avant de pouvoir être administré au public ».
    « Nous témoignons du fait que la FDA n’a pas établi que ce vaccin était efficace ; elle n’a pas non plus établi que ce vaccin était sans danger (safe). » précise l’avocat.

    suite ici :

    MIKE ADAMS , Natural News, 9 octobre 2009.
    (Traduction, extraits)

    ________________________________________________________________________________________


    obamamessie.jpg

    Obama Prix Nobel

    Qu'en pensent les Honduriens, les Afghans, les Irakiens, les Palestiniens... ??? eva


    eb390k.jpg 
    http://laplote.over-blog.fr




    Effet de "Serres" et
    révolution verte eugénique


    Sur le site de Liberterre. Effet de "Serres" et révolution verte eugénique:
    Un article de 27 pages de Dominique Guillet.

    A la suite de mes articles dénonçant l'imposture climatique "Caniculs-bénis" et "Carbone, mon Amour", je souhaite dénoncer, en longueur, le danger extrême qui menace tous les pays “en voie de développement” (ou plutôt en voie d’occidentalisation) en Asie, en Afrique et en Amérique Latine: l’imposition d’une “révolution verte eugénique”, déguisée très ingénieusement en une seconde révolution verte, “transgénique” cette fois. Cet article comprend plus de 200 liens référencés.


    Sous le parapluie du “réchauffement climatique anthropique”
    , les multinationales de l’agrochimie, de la pharmacie et de la semence, ainsi que les divers cartels pétroliers, banquiers, agro-alimentaires, automobiles, assistés de leurs complices dans les organisations internationales (ONU, FMI, Banque Mondiale...) et dans les instituts agricoles (CGIAR, IRRI...) et soutenus par les plus grosses fondations du monde (Fondation Rockefeller, Fondation Bill Gates...) lancent une seconde révolution verte transgénique - avec des variétés génétiquement manipulées - pour “refroidir la planète” par les nécro-carburants et pour accroître la production alimentaire industrielle. Tout cela sur fond de mensonges climatiques. Mais les mensonges climatiques de Mr Al Gore sont peu de choses eu égard au fait qu’il fut l’homme de Monsanto, de 1993 à 2000, et qu’il est l’un des principaux responsables de l’invasion planétaire par les OGMs. Les mensonges climatiques de Mr Kofi Annan sont peu de choses eu égard au fait que son organisation AGRA est l’un des principaux vecteurs de l’invasion actuelle de l’Afrique par les chimères génétiques. L’objectif non avoué de cette seconde “révolution verte”, et bien vaccinée, ne serait-il pas d’intensifier le processus de délestage démographique planétaire que les élites globalistes jugent présentement trop lent (à savoir 35 000 décès par faim tous les jours)?

    Les personnes souhaitant réagir par rapport à cet article peuvent le faire sur le blog de Kokopelli.


    Ouvrage "Bidoche"

    Le nouvel ouvrage de Fabrice Nicolino "Bidoche: L'industrie de la viande menace le monde" est disponible en boutique Kokopelli. Vous en trouverez l'introduction sur le blog de Kokopelli .

     

    Ouvrage "OGM: Semences de Destruction"

    Cet ouvrage de William Engdahl "OGM: Semences de destruction. L'arme de la faim est l'un des meilleurs sur le sujet. Il est disponible en boutique Kokopelli.

    Au-delà des controverses scientifiques sur les bienfaits ou les dangers des OGM, William Engdahl retrace la saga du projet malthusien défendu par de puissants intérêts privés qui, dès les années trente, visaient au contrôle des populations, et qui se trouvent à l'origine de la diffusion et de la prolifération des OGM. À coups de pressions politiques, de fraudes et de mensonges, ces intérêts sont maintenant à une ou deux décennies d'atteindre une complète hégémonie sur les capacités nourricières de la planète. « Semences de destruction » mène le lecteur au cœur du pouvoir américain, dans les laboratoires où sont expérimentées les semences génétiquement modifiées et brevetées, derrière les portes soigneusement verrouillées des conseils d'administration de Monsanto et d'autres multinationales qui contrôlent le monde à l'égal des compagnies pétrolières. La crise alimentaire qui ravage le tiers-monde sera-t-elle pour ces géants aux ambitions sans limite l'occasion d'imposer partout les semences OGM brevetées? Si ce livre se lit comme un roman noir, c’est qu’il en est un. 

    William Engdahl est l'auteur de nombreux articles sur:

    - le tombeau des semences dans l'Arctique

    - les vaccins: autisme, paralysie, nano-particules...

    - les chimères génétiques

    - le pic pétrolier

    Il est également l'auteur de "Pétrole, une guerre d'un siècle : l'ordre mondial anglo-américain" aux Editions J. C. Godefroy. Son troisième livre "Full spectrum dominance" n'est pas encore traduit.

     

    Ouvrage: "Printemps Silencieux"

    L'Association Kokopelli a le plaisir de vous proposer une réédition de cet ouvrage célèbre de Rachel Carson avec la préface originale de Roger Heim, président de l'Académie Nationale des Sciences. Aux Editions Coyote. Il est disponible en boutique Kokopelli.

     

    Colibris de Pierre Rabhi

    Nous vous invitons à découvrir le site internet et les dynamiques de "Colibris": le Mouvement pour la Terre et l'Humanisme de Pierre Rabhi, le vice-président de l'Association Kokopelli.

     

    Fièvre du Goret

    De nombreux amis de Kokopelli nous ont demandé de faire passer des informations sur les "vaccins" relatifs à la grippe H1N1 dite "grippe du Goret", "grippe du cochon volant", "grippe charcutière", etc. Cela fait de nombreuses années que nous nous sommes exprimés sur les méfaits de la mafia qui contrôle les semences, l'agrochimie, la pharmacie... Que pouvons-nous dire de plus?

    Nous invitons tous les lecteurs intéressés à consulter la rubrique "pandémie H1N1" sur Liberterre qui présente une trentaine d'articles.

     

    ____________________________________________________________________________



    Rapport explosif sur la France
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=6954&rech=9986#6954


    Israël tombera-t-il dans 5 ans ?
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=6945




    sarkozy-nepotisme-epad-sarkostique-3.jpg 
    Sarkozy et le népotisme sans complexe
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=6937


    Création du Syndicat de la presse indépendante d'info en ligne
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=6932

    Une nouvelle affaire Mitterrand
    http://www.marcfievet.com/article-f-mitterrand--directeur-de-la-villa-medicis--projette-ici-d-utiliser-les-moyens-de-l-etat-pour-se-porter-au-secours-de-deux-violeurs-condamnes--37267028.htm

    Sarkozy père et fils
    http://www.marcfievet.com/article-nepotisme-pas-mort-37209959.html

    La retraite d'office à 55 ou 60 ans qui s'imposait pour certains fonctionnaires, comme les policiers, douaniers ou infirmières, va être supprimé, et l'âge maximal de la retraite sera repoussé à 65 ans pour tous les agents, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de la Fonction publique.
    http://www.marcfievet.com/article-la-retraite-d-office-a-55-ou-60-ans-qui-s-imposait-pour-certains-fonctionnaires-comme-les-policiers-douaniers-ou-infirmieres-va-etre-supprime-et-l-age-maximal-de-la-retraite-sera-repousse-a-65-ans-37193898.html

    Partager cet article
    Repost0
    7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 15:43

    Crimes de guerre
    israéliens à Gaza


    Des mères horrifiées par la naissance
    d’enfants difformes suite à l’usage,
    par Israël, d’armes prohibées


    Stats r-sistons visiteurs hier : 1 761 pages vues
    893 visiteurs uniques  
    • phosphore-gaza.jpg
      Colère d' Eva !

      Les sionistes qui se plaignent de mes prises de position
       anti-sionistes, alors que je suis une humaniste éprise
      de vérité, de paix, de justice, ont avec cette publication,
      de quoi amplement comprendre mes engagements.
      Et s'ils osent me critiquer, je leur brandirai cet article,
      à lui seul il JUSTIFIE tous les engagements
      anti-sionistes, anti-israéliens.
      Nécessaires !

      Et je n'hésite pas à le dire: Les atrocités commises
      par Israël n'ont rien à envier à celles des Nazis.
      En voici la preuve, abjecte ! Les dirigeants israéliens
      sont monstrueux, Tsahal n'est pas une armée morale,
      comme elle se plaît à le dire hypocritement,
      mais une entité réellement criminelle.

      NOM-chippedamericadees.jpg

      Voilà la vérité ! Voilà Gaza !

      Jamais dans l'Histoire de l'humanité
      un peuple n'a été mis tout entier en prison,
      alors qu'il n'est pas responsable des crimes imputés,
      ce sont les Européens qui les ont accomplis,
      en toute impunité, eux !
      Et ce peuple est maltraité, affamé, humilié,
      volé, assassiné, empêché de vivre !
      EXTERMINE QUOTIDIENNEMENT,
      sans Tribunal de Nuremberg... où sont les Klarsfeld
      pour poursuivre les responsables d'atrocités
      comparables à celles commises par les Nazis ?
      Silence Médias ?
      Tapis rouges devant les monstres
      qui accomplissent les pires crimes ? 
      Comment peut-on tolérer de telles abominations ? 
      Notre civilisation est-elle barbare ? 

      Et cette extermination ne dit pas son nom !
      Elle est sournoise, masquée !

      Aujourd'hui, j'apprends que ce que j'avais annoncé 
      au moment de la "boucherie" de Gaza 
      (expression reprise par une Juive juste,
      Sophie Ernst, fidèle à l'éthique juive,
      scandalisée par la façon dont certains de ses pairs
      se comportent avec les êtres humains),
      s'est réalisé, dans toute son horreur !
       
      Les mères, à Gaza, suite aux bombardements, 
      accouchent d'enfants malformés,
      monstrueux, qui renvoient à la face
      des criminels israéliens, leur propre monstruosité !

      Car non seulement, comme l'affirme Mme Cattori,
      auteur de l'article joint, 
      Israël expérimente de nouvelles armes
      sur des êtres vivants,
      sur des hommes, des femmes, des enfants, 
      oui, sur des êtres VIVANTS, 
      comme à Auschwitz (et on nous demande
      constamment de nous apitoyer sur la Shoah ?),
      mais j'ose le penser,
      on est en train d'exterminer les Gazaouis,
      de toutes les façons !
      Même les plus inhumaines,
      même en employant les méthodes qui rappellent 
      les plus horribles crimes nazis !

      Les dirigeants israéliens
      convoitent le gaz offshore de Gaza,
      et ils préparent la mise en place du Grand Israël !

      En bombardant Gaza avec des armes
      prohibées, dévastatrices, entraînant des malformations,
      Israël savait que les futurs Gazaouis seraient handicapés.
      Et donc incapables de résister à l'occupation !
      C'est machiavélique, c'est abject,
      c'est encore pire qu'à Auschwitz !

      Honte aux dirigeants serviles, laquais,
      complices, finalement, par leur silence,
      des pires crimes contre l'humanité,
      honte à eux de se prosterner devant 
      des dirigeants israéliens
      qui devraient répondre de leurs méfaits
      devant un Tribunal !
      Un Tribunal qui juge les crimes contre l'humanité ! 

      Nos élus de Droite comme de Gauche
      complaisants, courtisans, complices,
      ne méritent que notre mépris !

      Quant aux assassins sans foi ni lois,
      toujours scandaleusement impunis,
      il faut les dénoncer et les combattre sans répit !
      Ce sera notre honneur,
      pas seulement notre devoir !

      Eva R-sistons à l'intolérable absolu      

      2-enfants-calcin-s-copie-1.jpg


    L’annonce par le Ministère de la Santé sous autorité du gouvernement élu du Hamas a jeté l’effroi ces jours-ci à Gaza. En effet, dix mois après la guerre lancée contre sa population par le gouvernement israélien – guerre appelée cyniquement « Plomb durci » par les stratèges militaires de Tel Aviv - des Palestiniennes vivant dans des zones lourdement frappées par les bombardements accouchent de bébés monstrueux.


    30 septembre 2009 | Thèmes :
    Gaza Crimes de guerre israéliens Droit international Rôle des médias Enfants victimes


     A l’hôpital Shifa on nous a parlé d’une demi-douzaine de nouveaux nés victimes de graves malformations : organes incomplets, malformations du cerveau, visages défigurés.

    Les médecins et les scientifiques qui cherchent à en déterminer la cause pensent qu’il y a là un lien direct avec les armes au phosphore, DIME, ou armes à l’uranium appauvri, utilisées par l’armée israélienne dans des zones très habitées où des cas de malformation sont apparus, comme Al-Zayton, Al-Zahra, Ezzbet Abed Rabbo, et Wadi Gaza.

    L’État Major israélien a-t-il choisi délibérément de contaminer ces zones densément peuplées pour expérimenter in vivo, les effets de ces armes sur les populations qui y sont exposées ?

    Une douzaine de métaux extrêmement toxiques ont été détectés et sont actuellement toujours à l’étude ; des chercheurs italiens et français ont fait des prélèvements et les examinent pour établir si ces armes sont à l’origine de maladies nouvelles et des malformations des bébés.

    Ces bébés nés malformés s’ajoutent à tous ceux qui, depuis longtemps déjà, meurent peu après leur naissance ou survivent avec de graves séquelles parce que leur mère a été sous alimentée pendant sa grossesse en raison du siège imposé à Gaza [1].

    Où sont les journalistes d’investigation ? Leur silence quand il s’agit de porter à la connaissance du monde -de manière détailée- les actes de barbarie de l’armée israélienne, et les énormes souffrances qu’ils génèrent, n’est-il pas troublant ?

    Ce qui est sûr, c’est que la désinformation bat à nouveau son plein et que les tambours de la guerre roulent à nouveau contre la principale cible actuelle des dirigeants israéliens : l’Iran.

    Comme l’écrivait le Dr. Oren Ben Dor au lendemain de la guerre israélienne contre Gaza, « Israël a besoin d’un cycle permanent de violence. Aussi longtemps que ce cycle est provoqué par une oppression quotidienne, les Israéliens arrivent à maintenir ce havre où ils peuvent s’unir derrière leur incapacité à regarder leur mentalité d’apartheid. » [2]

    Ainsi Israël, coupable de tant de crimes et de n’avoir jamais appliqué aucune des résolutions de l’ONU, incrimine les voisins qu’il veut anéantir, les uns après les autres.

    Hier le Liban, puis l’Irak, puis le Liban, puis Gaza, demain l’Iran ? Tout cela avec la complicité des gouvernements occidentaux qui rechignent maintenant à apporter leur appui au rapport Goldstone [3] accusant Israël de crimes de guerre à Gaza, rapport qui devrait conduire à traduire enfin cet État en justice devant la Cour pénale internationale.

    Silvia Cattori



     

    [1] Voir : « Gaza meurt dans l’indifférence, au su et au vu du monde », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 3 juin 2008.

    [2] Voir : « Israël : le suicide par l’autodéfense », par Oren Ben Dor, 1er janvier 2009.

    Voir également : « Les racines profondes de la terreur exercée par l’État juif », par Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 19 janvier 2009.

    [3] Voir : « Pourquoi le rapport Goldstone est important », par Richard Falk, info-palestine.net, 26 septembre 2009.

    http://www.silviacattori.net/article974.html


    La « responsabilité de protéger » :
    une façade légale pour légitimer l’ingérence ?
    http://www.silviacattori.net/article967.html

    P-par-Hadria-copie-1.jpg

    Pour s'engager,
    voici justement un courriel que je trouve à l'instant :


    Suite à votre demande, nous vous envoyons régulièrement la lettre d’information électronique de l’association. Cette lettre est un des moyens que nous utilisons pour mieux faire connaitre la cause palestinienne, en vous apportant informations et analyses, mises à jour de façon quotidienne sur le site
    http://www.france-palestine.org/


    La consultation du site vous permet également de connaitre les actions menées par l’AFPS : à travers les communiqués de presse, les documents pédagogiques sur l’histoire et les questions clés de la question palestinienne, l’agenda des manifestations sur l’ensemble de la France…


    Après l’attaque israélienne meurtrière sur Gaza en début d’année, et les manifestations massives de protestation qu’elle a provoquées, l’AFPS a mené de nombreuses actions : demande d’un tribunal pénal international pour juger les crimes de guerre de Gaza, avec plus de 40 000 signataires aujourd’hui, participation active au lancement du tribunal Russell pour la Palestine, interpellation des candidats aux élections européennes de juin, renforcement de l’action dans le cadre BDS (boycott, désinvestissement, sanctions)…

    L’ensemble de ces actions ont pour objectif de faire comprendre que la paix exige à la fois la reconnaissance de la vérité historique et l’application du droit international


    L’ensemble de ces actions sont menées par l’AFPS en propre mais également dans le cadre des coordinations créées, avec des associations, partis, syndicats… autour de la question palestinienne : il s’agit en France principalement du Collectif pour une paix juste et durable et de la Plateforme des ONG pour la Palestine, et au niveau européen de la Coordination européenne des comités Palestine (CECP)

    Depuis 2001, l'AFPS s'est construite et consolidée, devenant un outil essentiel de la défense de la cause palestinienne en France


    Elle compte aujourd’hui plus de 3000 adhérents répartis en 80 groupes locaux dans toute la France.


    C’est pour renforcer ce mouvement de solidarité que nous vous proposons de nous rejoindre, si ce n'est déjà fait naturellement,en adhérant à l’AFPS. Nous joignons à cet effet la plaquette qui rappelle les revendications de l’association (
    http://www.france-palestine.org/article2113.html), ses modes d’action, et…un bulletin d’adhésion


    Dans l’attente de vous compter parmi nous

    Le président,

    Jean Claude Lefort

    Eva : Sur ce site, vous trouverez les dernières informations concernant nos courageux amis palestiniens.
    Vous pouvez aussi PARRAINER un petit Palestinien,
    tous renseignements ici :

    http://www.france-palestine.org


    enfant-d-chiquet--dos-copie-1.jpg 

    Infos vaccins

    Infos et archives du site Artémisia Collège, détruit par censure, pour empêcher la divulgation d'informations vitales pour le public
     
     

     

    Le grand nettoyage de l'OMS

    Nos dernières infos laissent à penser qu'un des buts de cette opération "pandémie bidon" + "vaccin-poison", est de rendre stériles (et malades), un grand nombre de gens, dans le but de réduire la population mondiale, pour le confort et la sauvegarde d'une " élite " (suite au dérèglement climatique, etc.).
    D'où la priorité donnée aux jeunes pour les vacciner, contrairement à l'habitude pour une grippe.
    http://www.rense.com/general87/immu.htm
    Traduction :

    http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.rense.com%2Fgeneral87%2Fimmu.htm&sl=en&tl=fr&hl=fr&ie=UTF-8


    Le conseiller de Gordon Brown veut réduire la population britannique à 30 millions d'habitants


    D'après Porritt, la population de la Grande-Bretagne doit tomber à 30 millions d'habitants.
    Jonathan Leake et Brendan Montague Jonathan Porritt, les principaux conseillers écologistes de Gordon Brown, soulignent que la Grande-Bretagne doit considérablement réduire sa population pour former une société durable.
    Porritt a lancé cet appel lors de la conférence annuelle de l'Optimum Population Trust (OPT) qu'il présidait.
    Le Trust publiera des résultats de recherche afin de démontrer la nécessité de réduire la population britannique à 30 millions d'habitants si le pays veut garder son autosuffisance sur le long terme.
    Cela fait partie de l'idéologie qui est à la base de cet appel à une réduction de la population à 30 millions d'habitants – ce qui correspond à peu près au nombre d'habitants à l'époque victorienne.
    Source: The Sunday Times du 22/3/09
    (Traduction Horizons et débats)
    Note du traducteur :
    Optimum Population Trust est l'un des principaux groupes de réflexion du Royaume-Uni, qui, selon sa propre description, s'intéresse à l'impact de la population croissante sur l'environnement. (Source: google: Windows live).



    VOUS DEVEZ PRESERVER VOS ENFANTS

    Aussi, vous devez savoir que par défaut, sans cette déclaration d'opposition, la vaccination sera la règle.
    Pour espérer l'empêcher, c'est une instruction expresse interdisant la vaccination de son enfant qui sera nécessaire (ce qui change tout et permettra toutes les dérives) !
    Un parent négligent, mal informé, une consigne mal donnée ou "perdue", et l'enfant sera vacciné par défaut...
    D'où l'importance de ce qui suit :
    Vous devez faire 3 exemplaires originaux de cette déclaration, les 3 ayant les mêmes signatures et tampon (sauf si envoyé par la Poste).
    Premier cas, vous envoyez un exemplaire signé par vous, par Poste, en recommandé avec AR (dans une enveloppe à fenêtre ou sans enveloppe).
    Second cas, vous faites signer en "main propre", les 3 exemplaire, avec le tampon de l'établissement (qui n'engage pas l'établissement, mais indique seulement une bonne réception), ET VOUS EN PROFITEZ pour dire au responsable que cette démarche n'est pas contre lui, mais au contraire pour le décharger de sa responsabilité (dans la mesure où il respecte vos directives).
    Cette démarche est conseillée, même avec le "premier" cas (envoi par poste).
    D'une façon générale, le "second" semble donc préférable. A condition d'avoir un rendez-vous TRES RAPIDEMENT.
    Attention, ce faisant, vous ne demandez pas l'avis du responsable de l'établissement, c'est VOUS qui lui donnez VOTRE avis !
    Vous devez conserver chez vous 1 des exemplaires, et l'enfant doit avoir le sien sur lui lorsqu'il est dans l'établissement (et aussi souvent que possible).

    Vous pouvez télécharger ce modèle de déclaration d'opposition :
    Déclaration d'opposition au vaccin H1N1

    Modèle de certificat de contre-indication

    Voici un modèle de certificat, concernant le vaccin DTP, et accessoirement le vaccin A/H1N1
    C'est à un médecin "à vous" (ou si vous prenez rdv avec le Dr Vercoutère), de recopier (de s'inspirer), de ce document, et d'y mettre les références de votre enfant, et les siennes, en remplacement de celles du Dr Vercoutère.

    Télécharger ce modèle :

    Extrait de la conférence de Jean-Jacques Crèvecoeur

    Le Premier ministre français avait interdit la projection de son film sur le Dr Hamer, lors d'une tournée de conférence en France.
    Le voici au Canada, et vers la seconde minute de cet extrait, vous comprendrez mieux pourquoi "ils" ont attaqué le site d'Artémisia Collège, et nos e-mailings...
    http://www.youtube.com/watch?v=EOIWdLzDBDQ&feature=PlayList&p=CF3B916768B8D783&index=26

    Ou télécharger ce fichier RealPlayer
    Extrait conférence Jean-Jacques Crevecoeur

    Archives du site d'Artémisia Collège

    En fonction des demandes, un certain nombres d'articles puisés dans la capture du site d'Artémisia Collège, du 20/09/2009, pourra être publié ici même... à suivre...

    MESSAGE AUX BONNES VOLONTES

    Nous vivons maintenant dans un temps d'une extrême importance et d'une grande urgence pour l'humanité, une période très dangereuse.
    Méfiez-vous de ceux qui, à partir de positions de pouvoir et d'autorité, vous font des promesses et continuent de vous décevoir encore et encore. Leurs promesses envers l'humanité sont vides et creuses et elles sont destinées uniquement à abuser de vous.
    Ils essayent d'introduire leur plan de domination mondiale.
    Ne vous laissez pas tromper par vos dirigeants qui ont de mauvaises intentions, celles de dominer le monde entier.
    Ne vous laissez par berner par leurs tentatives de vous contrôler et d'instiller la peur.
    Faites attention à votre santé ainsi qu'à celle des membres de votre famille et de vos amis.
    Méfiez-vous des « alertes dangers » que les personnes au pouvoir génèrent, afin de vous contrôler avec de sombres intentions.
    Dans vos réponses, utilisez votre discernement quand elles lancent des alertes de risques de dangers pour votre santé ; elles ont l'intention de mettre vos vies en grand péril.
    Faites attention aux toxines et aux poisons qui sont présentés comme des remèdes car ils sont exactement le contraire et ne sont pas destinés à la guérison mais à apporter dans le futur des maladies et des maux aux populations du monde entier.
    Méditez pour avoir du discernement et savoir comment diriger vos vies d'une façon saine. Sachez comment éviter les traitements que vous ne comprenez pas et faites en sorte d'être assurés que de telles prescriptions vous procurent réellement un bénéfice pour votre bien-être spirituel, physique et émotionnel.
    Ils se préparent à un contrôle des peuples du monde entier avec de sombres et sinistres « produits de synthèse chimique ».
    Vous qui êtes préparés, vous aurez une grande responsabilité afin de prendre soin des autres qui ne sont pas préparés, qui ne comprennent pas et qui vivent dans l'obscurité.
    Cependant, vous devez vous tempérer pour faire ce travail à cause du poids de la mission qui vous ai donnée, elle peut devenir trop lourde à porter et il est nécessaire de la tempérer en trouvant un équilibre dans votre vie.

    http://vivresansogm.org/archivesartemisi/index.html

    s5gysp.jpg vuul0.jpg 



    2807fc9.jpg 



    Levée de l'immunité de S. Berlusconi - http://laplote.over-blog.fr
    Bientôt un nouveau Grenelle pour Sarkozy ! Encore Laplote, visitez son site hilarant !
    France, terre d'accueil... pour les taxes !


    ___________________________________________________________________________________________


    http://www.vieuxauchomage.com 

     

    propose une «votation»

     

    à propos des SEXAS délestés au chômage non indemnisé depuis que quinquas.

     

    Voulez-vous leur :

     

    imposer du travail forcé jusqu'à compenser la dizaine d'années de chômage non indemnisé et subie.

     

    accorder 5 années d'équivalences "retraite" pour qu'ils aient eux aussi une retraite vivable comme les préservés du chômage non indemnisé qui eux, la touchent depuis les 57-60 ans (sans amputation de leurs rémunérations).

     

    Sans avis

     

    Merci de répondre via le site ou ici en retour de courriel.

     

    Si vous ne désirez plus me recevoir, ne plus êtres destinataire de cette liste d’adresses, vous pouvez le préciser. 




    BDS à Montmartre !


    Communiqué de l'AFPS - Paris, le 9 octobre 2009

    La campagne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) contre la politique d’Israël, menée par le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, vient de remporter un nouveau succès.

    L’Association France Palestine Solidarité avait appris la participation à la Fête des Vendanges de Montmartre, ce week-end, de la société Soda Club, qui fabrique des appareils de gazéification de l'eau. Or celle-ci est installée à Maale Adoumim, la plus grande colonie israélienne de Cisjordanie. Les douanes allemandes ont bloqué récemment tous ses produits, au titre de l'article 83 de l'Accord d'association Union européenne-Israël.

    Après des interventions de l’AFPS auprès de responsables de la Mairie de Paris, puis de celle du XVIIIe arrondissement, soulignant la responsabilité des décideurs politiques, la société ACDP, mandatée pour organiser la Fête, a fait savoir vendredi que, « ne souhaitant aucunement que la Fête des vendanges soit perturbée par quelque trouble à l'ordre public et souhaitant avant tout préserver son caractère populaire, convivial et festif, Soda Club ne sera pas présente sur l'événement ».

    L’AFPS se félicite de ce succès et appelle ses militants à redoubler d’initiatives pour que la campagne BDS permette d’exprimer haut et fort l’exigence populaire d’une paix juste et durable, fondée sur le droit international.



    http://www.france-palestine.org


    sarkosy_israel.jpg 

    Un voyou de la LDJ en fuite en Israël,
    en toute impunité

    Publié le 9-10-2009


    L’un des voyous se réclamant de la Ligue de Défense Juive (LDJ), auteur du saccage de la Librairie Résistances en juillet dernier à Paris, a déjà pris tranquillement la poudre d’escampette, et s’est "installé" en Israël, a-t-on appris cette semaine.

    David Ben Aroch, 19 ans, est l’un des cinq hommes ayant participé au saccage, qui furent tous arrêtés dans les jours suivants. Comme ses trois comparses majeurs (le cas du mineur a été disjoint par la justice, qui n’a à ce jour communiqué aucune information quant à son éventuel jugement), Ben Aroch a été condamné à 4 mois de prison avec sursis assortis d’une "mise à l’épreuve" pendant un an et demi (en substance, le respect d’une "parfaite conduite" et la justification de l’acquittement des sommes dues aux victimes).

    Outre sa participation reconnue aux violences et dégradations commises en réunion, avec préméditation, à l’occasion de l’attaque de la librairie, Ben Aroch a été reconnu coupable d’infraction à la législation sur les armes (une arme interdite a été retrouvée sur lui par les policiers qui l’ont arrêté), et avait reconnu lors de l’audience de juillet dernier, déjà se trouver, antérieurement au saccage de la librairie Résistances, soumis à une mesure de "contrôle judiciaire" : il a en effet été mis en examen pour violences volontaires à caractère racial, suite à l’agression de participants à une soirée culturelle palestinienne, à Paris XIème au mois d’avril !

    Cela ne l’a pas empêché de ressortir les mains dans les poches du Palais de Justice au mois de juillet.

    Et mardi 6 octobre, alors que le tribunal devait statuer sur les dommages et intérêts devant être payés par les auteurs à l’une des victimes (la librairie), l’avocat de Ben Aroch, M° Alain Uzan, a sans vergogne annoncé que son client "était parti s’installer en Israël", sans que l’on sache s’il avait, ne serait-ce qu’informé, le juge d’instruction chargé de son contrôle judiciaire.

    "Et pour les sommes auxquelles il sera condamné, vous pourrez toujours aller faire exécuter le jugement à Jérusalem, au Mur des Lamentations", s’est esclaffé Uzan, à l’adresse de l’avocate de la librairie. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Uzan a ensuite déversé sa bile de Dupont Lajoie, se targuant d’apporter la solution au conflit israélo-palestinien : "Leur problème, c’est qu’ILS ne veulent pas travailler, c’est comme en France, en France non plus, ILS ne veulent pas travailler », ceci en salle d’audience en présence du public qui attendait l’arrivée du Tribunal et donc en dehors de toute immunité de plaidoirie*, comme le lui a rappelé l’avocate de la librairie, en l’invitant à apporter des précisions sur les personnes visées par le terme « ILS » dans le cadre de tels propos relevant de la discrimination raciale.

    L’audience elle-même, pour le chiffrage des dommages et intérêts, a été reportée au 1er décembre prochain.

    Pour ce qui est de l’indemnisation, M° Uzan a déjà indiqué à quoi il fallait s’en tenir.

    (*) : L’article 41 de la Loi sur la presse prévoit sous certaines circonstances l’immunité pour les propos tenus devant le Tribunal

    CAPJPO-EuroPalestine

     

    Source

     

    http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-ldj---bravo-sarko---merci-au-53-----37286982.html

     



    Ecouter absolument ces 2 vidéos :
    Aymeric Chauprade sur l'Iran : revue de géopolitique du 30/04/09



    Quel pays au moyen-orient détient-il des armes de destruction massive ?
    Quel pays au moyen-orient refuse à l'ONU et ses agences le controle de ses installations nucleaires ?
    Quel pays au moyen-orient a des capacités de production d'armes chimiques et bactériologiques ?
    Quel pays au moyen-orient a emprisonné plus de 18 ans un de ses techniciens nucleaires qui denoncait son arsenal atomique effrayant, menace apocalyptique pour toute la région ?
    OUI c'est Israel !!

    Les armes secrètes d' Israël, vidéos ici :
    http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-vanunu-dimona-arme-de-destruction-massive-reportage-quebecois-37222093.html


    Denis Sieffert, sur l'Iran : qui veut la guerre ?

    Missing Links ou l'implication israélienne dans le 9/11

    Grippe A : elle arrive pas, mais on veille ; pas de panique...

    Le principe est innovant et intéressant car aujourd’hui il devient possible d’accéder à une vision internationale ou à un nombre précis de cas suspectés et avérés par état.

     

    Source : Google : www.google.org/flutrends

    Nucléaire : le danger est israélien

    water-crisis-0_300_0.jpg

    Gaza : Problème d'eau

    Les enfants deviennent bleus 
    Gaza : catastrophe écologique annoncée
    http://sergeadam.blogspot.com/ 



    sionisme4.jpg
    Partager cet article
    Repost0
    29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 08:15
    Jack Lang IEP Toulouse 0109 2007-03-28 cropped infobox.jpg 
    "J Lang a décidé de voter en faveur de la révision constitutionnelle portée par la majorité de Nicolas Sarkozy".

    Jack Lang, parfait Janus,
    infiltration des partis.
    Par Eva R-sistons



    Je viens d'entendre le sieur Lang à Télé Matin de Leymergie, je rappelle que c'est lui qui, par son vote, a évité que Sarkozy ne voie son projet constitutionnel refusé à l'Assemblée, et il a aussi voté la Loi Hadopi. C'est aussi lui qui, au moment de la Présidentielle, a joué contre son propre camp, en dénigrant Ségolène Royal. Et c'est lui qui ce matin encore, ne s'oppose pas vraiment à Sarkozy en matière de politique intéreure, et surtout pas dans le domaine des affaires étrangères, en bon sioniste attaché à défendre Israël, l'Empire, l'Occident.  Autant dire que non seulement il affaiblit "son" camp, en confortant l'adverse, mais qu'il contribue à le discréditer. Par son ambiguité, il sème le trouble dans l'esprit des Français, comme son compère à l'Elysée. Et tant pis pour l'alternance, la démocratie ! 

    J'ai écrit un article: Janus, politique de l'imposture:
    http://r-sistons.over-blog.com/article-35281001.html. Deux faces d'une politique presque identique !

    Je voudrais juste, à travers ces quelques lignes, alerter sur un grave danger: Il n'y a plus d'UMP, de Verts ou de PS, il y a trois partis aux orientations légèrement différentes. Presqu'un seul parti ! Sarkozy a tué le Gaullisme cher aux Français, il a déconsidéré la Gauche en intégrant dans son gouvernement des ambitieux étiquetés PS, moins traîtres à une idéologie qui n'est en réalité pas la leur, que perturbateurs d'un jeu politicien pour déconsidérer l'Adversaire du capitalisme. Et ne parlons pas des Verts sous la houlette de Cohn-Bendit, désormais simples roues de secours d'un capitalisme en faillite, aux abois. Ils finiront comme les Green allemands, ni à droite ni à gauche ! Ambigus, incolores, inodores, sans saveur, sans idéaux... Cohn-Bendit a pris la direction des Verts pour qu'ils ne soient plus rouges, aussi, mais une simple variante écologiste des libéraux. En bon valet du capitalisme ! Et comme Sarkozy, en grand mystificateur pour brouiller les repères. Aucun des deux ne se présente comme il est réellement: Au service du libéralisme le plus libéral ! Les maîtres du monde choisissent de bons communiquants, de bons acteurs, pour faire accepter des politiques inacceptables... 

    Pourquoi la Gauche socialiste a-t-elle perdu ses idéaux, en se noyant dans la Pensée unique, le libéralisme atlantico-sioniste ? Parce qu'elle est infiltrée par des individus attachés à la perdre, à l'aligner sur le modèle dominant. Les Sionistes sont très forts pour s'emparer des leviers des partis politiques, comme des autres instances, pour les modeler selon leurs valeurs: En un mot, militaro-financières, nuisant aux intérêts des peuples. Lang, comme Kouchner, Besson  ou Strauss-Kahn, sont de parfaits prototypes de cette espèce en expansion : Les perturbateurs du jeu politique traditionnel, brouillant les repères, les frontières.... et au final non seulement les idéaux de Gauche, mais aussi la démocratie et même les valeurs de la France, aujourd'hui privée de sa personnalité, alignée, vassalisée. Au profit de l'Etranger...

    Actuellement, donc, les partis sont infiltrés au point, presque tous, de perdre leur âme, leur spécificité, complètement édulcorées. Et c'est pourquoi, minés par cette main-mise d'un clan, les socialistes, avec à leur tête des Hollande, Strauss-Kahn, Lang, Dray, Kouchner... ne se distinguent plus vraiment des militants de l'UMP -leur libéralisme est "soft", au lieu d'être dur.  

    Ainsi, un même mal ronge la France: Sa politique est décidée par un clan au service de l'Etranger, et tous les partis politiques sont infiltrés par des tenants du sionisme qui militent pour Israël, l'Occident, le libéralisme le plus rigoureux. 

    Il est temps de se libérer de toutes les entraves, de tous les liens avec l'étranger, et de retrouver non seulement notre indépendance, mais notre modèle social, et le libre choix de nos orientations en matière de politique étrangère. 

    Lang, sous une apparence affable, n'est que le sous-marin d'intérêts qui n'ont rien à voir avec les idéaux de Gauche, et même avec les valeurs de la France. Le comprendre, comprendre ce qui mine la politique française, est faire un premier pas vers la libération nécessaire.

    Eva R-sistons à la colonisation par l'Etranger


        


    _____________________________________________________________


    Grippe A: Ce qu'il faut savoir,
    la circulaire officielle.
    Ce qui nous attend bientôt, réellement :


    Alors qu'en France, nos ministres disent qu'il n'y aura "pas d'obligation vaccinale pour l'instant", nous vous engageons à consulter et à télécharger la circulaire officielle du 21 août 2009 envoyée aux Préfets de zone de défense (1), de région et de département.
    http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Circulaire_vaccination_090824.pdf

    Nous attirons plus particulièrement l'attention des personnels de Santé et de l'Education nationale. Ils figurent parmi les trois groupes particulièrement ciblés (cf. circulaire).
    A vous de vous informer sur les conséquences, pour vous et pour votre famille, de l'acceptation de ce programme.

    la suite ici :

    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-36648122.html




    liste complète


    ______________________________________________________________________________________



     

    Cynthia McKinney, Députée et candidate du parti Vert aux élections présidentielles américaines de 2008 sera à Paris les 10 et 11 octobre prochains.
    Nous vous invitons à venir la rencontrer :
     

    Le Samedi 10 octobre 2009 à partir de 19h30
    La Bellevilloise, dans le Loft (voir plan)
    19-21 rue Boyer  75020 PARIS (métro Gambetta ou Ménilmontant)
    Les inscriptions se font en ligne ici :
    http://www.verslaverite.org


    Et

    Dimanche 11 Oct 2009 à 11h00
    "Truth Action" Rendez-vous place du Trocadéro
    Marche jusqu'au Monument de la Paix. 
     


    Élue à 6 reprises comme représentante au Congrès américain pour la ville d'Atlanta (Géorgie), Cynthia McKinney fut la candidate du parti Vert aux élections présidentielles de 2008. Attachée aux valeurs de responsabilité, de citoyenneté et des droits de l’homme, elle pose inlassablement les questions qui fâchent, soulevant des problèmes comme celui de la fraude des machines à voter, l’inaction de l’administration après l’ouragan Katrina, et l’échec catastrophique de l’appareil de Défense et de renseignements US aux attaques du 11/9. En 2006, elle a soumis une demande de destitution (« impeachment ») contre George W. Bush pour son non-respect de la Constitution et sa justification de la guerre en Irak. L’année dernière, elle a tenté de se rendre par deux fois à Gaza pour apporter de l’aide humanitaire à la communauté palestinienne. La 1ère fois son bateau a été arraisonné par l’armée israélienne. La 2ème, elle et les autres humanitaires furent arrêtés, jetés en prison pendant 7 jours et finalement expulsés.

    Association ReOpen911
    www.ReOpen911.info




    Et aussi dans l'actualité du 11 Septembre :
    - Un jeudi noir de l'information !, film réponse de ReOpen911 à Canal+
    -
    Attaqué pour ses propos sur le 11-Septembre, Mathieu Kassovitz poursuit en diffamation

    - Jean-Marie Bigard
    chez Paul Amar.
     

    _________________________________________________________________________________________



    Nouvelles menaces:
    Conflit avec la Russie (suite de mes articles)



    Alors que Washington annonce, en paroles et en gestes, qu’il planifie d’éventuelles frappes militaires contre l’Iran, la tension monte sur la mer Noire avec la menace d’un autre conflit entre les États-Unis, la Géorgie, État client de l’OTAN, et la Russie.

     

    Le 9 septembre on pouvait lire dans le New York Times qu’« un an à peine après qu’ils sont allés en guerre, la tension croissante entre la Russie et la Géorgie concernant des droits de visite dans une région séparatiste de la Géorgie a créé un nouveau théâtre potentiel pour un conflit [1] ». L’article faisait référence à la récente saisie de plusieurs navires par la Géorgie au large des côtes abkhazes de la mer Noire, apparemment 23 au total cette année.

    suite ici :
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15404



    Rappel
    :



     

    Une guerre contre l'Iran.
    Le compte à rebours s'accélère

     

    , 27.9.9.


    Les maîtres du monde se préparent pour une autre conquête: une guerre contre l’Iran afin de reprendre le contrôle de ce pays. Les nombreux gestes posés récemment en ce sens par les grandes puissances nucléarisées, les Déclarations sur le désarmement nucléaire global dans l’enceinte de l’ONU, les justificatifs pour des sanctions additionnelles invoqués tels que la construction en secret annoncée d’une nouvelle usine de production de combustible nucléaire, la poursuite du processus de diabolisation du régime de Téhéran et de son président sont autant d’indices précurseurs d’une mobilisation sans précédent des pays nucléarisés contre l’Iran. Quel est le scénario le plus vraisemblable en préparation? Une attaque ciblée des installations nucléaires iraniennes? Une série de raids aériens effectués contre les principales villes du pays afin de détruire les actifs industriels? Une infiltration dans les milieux politiques afin de déstabiliser les institutions nationales? Créer une atmosphère propice aux violences urbaines? L’imposition de sanctions encore plus sévères? Voilà autant de voies qui sont sans doute susceptibles d’être examinées depuis un certain temps par les stratèges occidentaux.

    http://sos-crise.over-blog.com/article-36644167.html





    A suivre :

    Charles Enderlin, correspondant permanent de France 2 à Jérusalem et auteur de ‘’Rêve brisé’’ et ‘’Années perdues’’, sort bientôt un nouveau livre intitulé « Le grand aveuglement. Israël et l’irrésistible ascension de l’Islam radical »



    Le rêve américain : un cauchemar !
    Plus d'un million et demi d 'enfants sans abri


    Pour nos amis (?) des Etats-Unis , l' American Way of Life devient un quotidien misérable. Le fossé entre richesse et pauvreté s'élargit et se creuse davantage chaque jour mais il est de bon ton de ne pas en parler car, Obama regnant, tout est censé être plus beau et meilleur qu'hier...



    Le "Quart-Monde"  a pris ses quartiers d'hiver de New-York à Los Angeles et de Détroit à la Nouvelle-Orléans...
    Trente-sept millions d'américains, 12,5 % de la population, vivent sous le seuil de pauvreté. Plus d'un tiers d'entre-eux sont des enfants (soit un jeune américain sur quatre!).

    Concernant les enfants, ils sont près de treize millions a être sous-nourris et un million et demi sont sans abri.

    Six millions de familles ont vu leur maison saisie. La population qui ne dispose pas d'un logement  a explosé et est difficilement  chiffrable. Certains avancent le chiffre de  vingt-deux à vingt-cinq millions de personnes sans abri . Les villages de toiles se multiplient à travers le pays, c'est le grand retour des "Hoovervilles" comme lors de la grande dépression il y a soixante-dix ans.

    Le pays totalise près de seize millions de chômeurs. Plus de trente millions de bons alimentaires sont distribués chaque mois et le taux des suicides a augmenté de 28 % en un an.

     

    GOD BLESS AMERICA !

    http://www.lepost.fr/article/2009/09/09/1689037_le-reve-americain-a-tourne-au-cauchemar.html




    Cohn-Bendit: L'indécence !
    http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-36657233.html



    C O M M E N T A I R E S  :  I C I

    Partager cet article
    Repost0
    20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 22:12
    Sommaire:
    - Guerre Iran prochainement ? Intense propagande de guerre.
    - Analyse d'Eva: La "Shoah" des Iraniens bientôt.. planétaire, dans la foulée ?
    - Sélection de liens (à venir)




    Intense propagande de guerre, déjà...

    Préparez-vous mesdames et messieurs, regagnez vos places, le spectacle va bientôt commencer. Ce spectacle, vous n'en vouliez pas au départ, mais nous vous avons démontré qu'il était dans votre intérêt. Accrochez-vous, ça va secouer, mais à la fin, le Bien vaincra. Vous ne serez pas déçus du voyage !

     

    Ce spectacle, c'est la guerre en Iran. Et les spectateurs, ce pourrait bien être nous, les opinions publiques des pays occidentaux.

     

    Revenons un instant en effet sur les derniers mois. Que constate-t-on ? Que l'Iran est régulièrement présent dans l'actualité médiatique, et qu'il y occupe systématiquement la place d'accusé numéro 1.

    Toutes les deux semaines environ, une nouvelle affaire fait la une des médias pour nous prouver que le régime actuellement au pouvoir à Téhéran est particulièrement infréquentable, et que, pis, il nous prépare quelque chose de vraiment très méchant. Avec comme perspective bien sûr, la guerre. Elle n'est jamais souhaitée dans les discours, mais à force de ne pas la souhaiter, on finit toujours par y aller. 

    Avant la guerre du golfe, en 1990, la même mécanique s'était déjà mise en place.
    Il y avait le méchant, le quasi-diable, Saddam Hussein (aujourd'hui Ahmadinejad, le président iranien). Il y avait une menace, l'armée irakienne, "4ème armée du monde" nous disait-on à l'époque (aujourd'hui le supposé programme nucléaire iranien), il y avait des exactions épouvantables (les fameux bébés koweitiens arrachés à leurs couveuses dans les hôpitaux. On apprendra bien plus tard que cette histoire avait été montée de toutes pièces par une agence de communication. La jeune témoin venue en faire part les larmes aux yeux devant le Congrès était en réalité la fille de l'ambassadeur du Koweit aux Etats-Unis...on l'a su plusieurs années après). Aujourd'hui, il y a un régime iranien qui truque les élections, et menace chaque jour de vitrifier son voisin Israël.

    On pourrait faire exactement le même exercice avant la guerre d'Irak, en 2003.
    A l'époque, on nous parlait d'armes de destructions massives, on nous montrait à la tribune de l'ONU des fioles au contenu effrayant. Et puis le drame du 11 septembre 2001 vaut à lui seul laisser-passer permanent pour la guerre "contre le terrorisme international".

    La forte actualité autour de l'Iran nous amène à penser que nous sommes peut-être dans une phase pré-guerrière. Il y eut en effet l'élection contestée d'Ahmadinejad en juin dernier, avec près de 64% des suffrages. Rien ne prouve qu'un camp ou l'autre ait raison, mais pour les médias occidentaux la messe fut dite très vite : le président iranien n'avait pu que tricher.

    Il y eut en France l'affaire Clotilde Reiss, dont la captivité, le procès et la libération sous caution ont étrangement occupé l'actualité médiatique pendant une bonne partie de l'été, sous l'effet de l'agitation de l'Elysée et du Quai d'Orsay. Encore une fois, les arguments iraniens, rarement exposés, furent immédiatement jugés irrecevables, dans un parfait unanimisme médiatique dont les journalistes français ont le secret.

    Il y a les discours d'Ahmadinejad, excessifs et choquants il est vrai, qu'on nous ressort régulièrement, dans une traduction souvent approximative (le meilleur exemple de cette manipulation date du 25 octobre 2005. Depuis cette date, à peu près tout le monde croit qu'Ahmadinejad a dit "qu'Israël devait être rayé de la carte", comme l'ensemble des médias occidentaux l'ont répété en boucle, alors qu'il avait dit que le "régime actuellement au pouvoir à Jérusalem devait disparaître de la page du temps". Les mots "carte" et "rayé" n'ont jamais été prononcés, et surtout il y a une différence de taille entre un pays nommé comme tel et le terme "régime", qui désigne un mode de gouvernement ponctuel. Par exemple, dire que la France doit être rayée de la carte, ou dire que le régime républicain qui la dirige doit disparaître, ça n'est pas la même chose.).

    En avril dernier, à Genève, la quasi totalité des ambassadeurs des pays membres de l'Union européenne avait d'ailleurs quitté la salle pendant le discours du président iranien, après que celui-ci avait qualifié de "raciste" le pouvoir actuellement en place en Israël. L'indignation était feinte, la mise en scène ayant été programmée bien avant le début de la conférence en question. Les caméras de télévision du monde entier avaient bien sûr été convoquées.

    Il y a enfin ce dernier rapport de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique, qui dépend de l'ONU) chargée de contrôler le programme nucléaire iranien, civil et/ou militaire. Ce rapport ne contient pas d'élément véritablement à charge contre l'Iran. "Parce que l'Iran dissimule des preuves"
    ont immédiatement déclaré les Etats-Unis, Israël, et la France...Notons d'ailleurs le -triste- revirement de la France, en pointe en 2003 avant la guerre d'Irak pour soutenir l'AIEA, qui déclarait alors qu'il n'y avait pas de preuve de l'existence d'armes de destruction massive en Irak, alors que les Etats-Unis et Israël portaient déjà les mêmes accusations contre l'organisation onusienne. On sait maintenant qui avait raison...

    Nous ne sommes pas là pour apporter un quelconque soutien à l'Iran, comme les opposants à la guerre d'Irak en 2003 n'étaient pas là pour soutenir le régime de Saddam Hussein.

    Nous souhaitons alerter l'opinion
    , à partir d'une simple analyse de l'actualité médiatique de l'Iran dans les médias occidentaux ces derniers mois. Nous constatons que les ficelles utilisées pour d'autres guerres sont de sortie. La diabolisation du régime iranien gagne chaque semaine en puissance, au gré de nouveaux événements s'inscrivant toujours dans la même dynamique.

    Nous espérons nous tromper, mais nous pensons, comme d'autres, que cette campagne médiatique n'est pas due au hasard. Il s'agit de préparer les opinions publiques à la guerre, de leur présenter l'attaque de l'Iran comme une issue indispensable pour rétablir la sécurité du monde. Pendant ce temps, la diplomatie fait toujours semblant de s'agiter, comme elle le faisait avant 2003 en Irak. Mais nous avons l'intuition que la messe en réalité est dite.

    Contrairement à 2003, cette fois-ci la France est en première ligne. Le régime sarkozyste, secondé par Kouchner l'ultra-atlantiste, a totalement rompu avec les restes d'indépendance gaullienne. Sarkozy, Kouchner et Lellouche le secrétaire d'Etat aux affaires européennes, c'est à dire les 3 figures de la diplomatie française, étaient tous les 3 favorables à la guerre d'Irak en 2003. Cela doit nous conduire à être très prudents sur l'Iran, à déjouer les pièges médiatiques, et à utiliser la seule mais redoutable arme que nous avons : la puissance de l'opinion publique.


    http://www.levraidebat.com/article-36313907.html





    L'opinion d' Eva :


    La "Shoa" des Iraniens
    "Shoah" de la Syrie, du Liban, aussi ?
    Et même planétaire, dans la foulée ?


    L'Iran maîtrise de mieux en mieux les techniques du nucléaire. Il approche du moment "fatidique" où il saura fabriquer une bombe atomique - peut-être ce moment est-il déjà arrivé ?  

    Israël va se croire obligé d'agir. Sarkozy le cow-boy sera au premier rang -  Il brûle d'avoir sa guerre... plaisir sadique ! Une façon d'extérioriser ses complexes... besoin de bouc-émissaire, aussi... gare aux attentats en France (biologiques ?) !

    Le but officiel d'Israël est d' empêcher l'Iran d'utiliser la bombe: Bref, d'assurer la sécurité du "monde libre" ! Mensonges, une fois de plus.

    En réalité, le but est de dominer la région, et de s'emparer des ressources de l'Iran, et aussi d'empêcher un Etat voisin d'être réellement souverain, fort, lui faisant ombrage. Accessoirement, il s'agit aussi de nuire à ses concurrents, notamment russes... Et tant pis pour les vies humaines sacrifiées, les drames provoqués... cela ne compte pas pour cet Etat sans foi ni loi !

    Comme 60 % des Européens le pensent (sondage réalisé il y a quelques années), Israël constitue aujourd'hui la plus grande menace pour l'humanité, avec ses armes de destruction massive incontrôlables (non honnêtement avouées) et son besoin d'hégémonie, son racisme, sa haine de toute ce qui n'est pas lui.  


    Vous voulez mon avis ? Tel que j'imagine Israël, son désir de domination, son jusqu'au boutisme, son besoin de faire des guerres (un enfant dès le plus jeune âge est dressé pour tuer,  cliquer sur ce magnifique témoignage de mère juive: 
    http://r-sistons.over-blog.com/article-15346613.html ), le pays s'apprête quoi qu'il en coûte à attaquer l'Iran, Etat n'ayant jamais attaqué personne, et s'il réagit (bien évidemment), à le rayer de la carte, comme toujours après avoir accusé les autres de ses prores forfaits. 

    Oui mes amis, je fais le pari qu'Israël accomplira le crime le plus monstrueux de l'histoire de l'humanité, qu'il va, lui pas en paroles, finir par rayer l'Iran de la carte. Sans état d'âme ! Exactement comme cet aviateur de Tsahal qui, quand il largue une bombe sur les populations civiles, ne ressent rien d'autre que le bruit du largage. Les Nazis avaient autant de remords !  

    Israël paiera les conséquences de ses actes, tôt ou tard, il aura la monnaie de sa pièce ! Effet boomerang garanti, car celui qui sème le vent, récolte la tempête... Et là, je crains le pire: Pour se venger, Israël risque d'envoyer ses 300 ou 400 bombes aux quatre coins de la planète, vrai baroud d'honneur.. Je suis sûre qu'Israël méprise la vie humaine, on est aux antipodes de sa vocation biblique !  Hier, j'ai entendu sur un Judaïca d'il y a deux ans, que le Juif doit pardonner (étude d'un texte de la Torah, la Bible hébraïque). Comme il y a loin des paroles aux actes !   

    La "Shoa" des innocents Iraniens est pour bientôt. Au moment où les écoliers français sont appelés à compatir à la Shoah de cinq ou six millions de Juifs, c'est peut-être la "Shoah" de six milliards d'individus qui va commencer... Quand les apprentis sorciers jouent avec le feu, on peut en effet craindre le pire !

    Au secours, l'homme est devenu fou !!! Il ne mesure pas les conséquences de ses actes ! Et nous, si nous tolérons le nouveau carnage, si nous laissons Israël accomplir ses crimes en toute impunité, sans protester, sans réagir, un jour nous en subirons les conséquences.. A vouloir pactiser avec le diable, comme en 40, on le paie tôt ou tard !

    eva R-sistons aux abominations en préparation




    Tee-shirt vendu en Israël appelant à tuer des Palestiniennes enceintes !!
    Un sommet dans l'horreur !!!


    Sélection de liens


    Vaccin H1N1 : Résultats de la consultation auprès des infirmières de France

     

    Source et lien de l'article : http://www.syndicat-infirmier.com

    Nous avons enregistré 4.107 réponses au 16.09.09 : 26% acceptent la vaccination H1N1 (sondages précédents à l'étranger 37% en Angleterre, 48% à Hong Kong).

    http://www.lamaisondelautonomie.com/index.php/Dernieres-news/syndicat-infirmier-2009.html





    A lire absolument 
    sur mon blog désinformation:




    et sur sos-crise, entre autres:

    L'OMC a du sang sur les mains ! Instrument de dictature et d'esclavage



    Procès Clearstream:
    l'enjeu démocratique

    MEDIAPART.FR- L'affaire Clearstream, dont le procès s'ouvre au tribunal de Paris lundi 21 septembre, ne se réduit pas à l'affrontement de deux personnalités, Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, issus de la même famille politique. L'admettre, ce serait cautionner la privatisation de la justice à laquelle a donné lieu ce dossier, au service d'une seule des 228 victimes de la falsification de listings de la chambre de compensation luxembourgeoise. Tout au contraire, cette histoire simple que le pouvoir a sciemment embrouillé concerne bien plus que cela: la démocratie, tout simplement. La démocratie entendue comme une haute conception de la justice, garante des libertés individuelles et collectives. Or, en pesant de tout son poids institutionnel sur ce procès, la présidence de la République ne garantit pas aux prévenus, quels que soient leurs fautes par ailleurs, une procédure équitable. Lire la suite l'article .

     


     

    Clearstream, Sarkozy a le croc... http://laplote.over-blog.fr



    Le président russe Dimitri Medvedev
    dit avoir reçu l'assurance
    qu'Israël n'envisageait pas d'attaquer l'Iran.


    Dans un entretien accordé à CNN, il confirme par ailleurs que le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a effectué ce mois-ci une visite secrète à Moscou, au cours de laquelle il l'a rencontré.

    Le Kremlin a publié dimanche une retranscription de cette interview. Interrogé sur la réaction qu'aurait la Russie si Israël attaquait l'Iran, Dimitri Medvedev rappelle qu'aucun accord de défense ne lie Moscou et Téhéran.

    "Cela ne signifie pas qu'un tel événement nous laisserait indifférents", déclare le président russe. "Mais mes collègues israéliens m'ont dit qu'ils n'envisageaient pas d'agir de la sorte et je leur fais confiance". AP


    http://fr.news.yahoo.com/3/20090920/twl-russie-israel-iran-medvedev-951b410.html

    Eva: peut-on se fier aux déclarations ? J'en doute !!!



    Lune de miel d'Obama
    et des musulmans d'Amérique ?


    Le 25 septembre prochain, entre 4 heures du matin et 7 heures du soir, près de 50 000 musulmans devraient converger vers la colline du Capitole pour y «prier pour l'Amérique». Du jamais vu. C'est à l'initiative de la mosquée Dar-ul-Islam, dans le New Jersey, que cet événement sans précédent dans l'histoire du pays a été imaginé en juillet par un groupe d'imams. «Jamais la communauté islamique n'a encore prié au Capitole pour l'âme de l'Amérique. Nous sommes américains. Nous voulons changer le visage de l'islam de telle sorte que les gens ne pensent plus que chaque musulman voit l'Amérique comme le grand Satan. Parce que nous aimons l'Amérique», a expliqué le président de Dar-ul-Islam, Hassen Abdellah.
    Suite :
    http://fr.news.yahoo.com/80/20090921/twl-la-lune-de-miel-d-obama-et-des-musul-554568f.html



    Sélection non terminée



    C O M M E N T A I R ES  :   I C I

    Partager cet article
    Repost0

    R-Sistons

    • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
    • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
    • Contact

    Recherche

    Archives

    Pages