13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 00:42


Expansion-Russie-et-URSS.png
Wikipedia

L'"assassinat" de l'URSS par l'Occident
et la résurrection de la Russie
par Eva R-sistons


L'assassinat méthodique de l'URSS ? L'Occident a dépecé cette fédération d'Etats, il a pillé ses ressources, et il a appauvri toute la population.  Mais depuis Poutine, en s'affranchissant de la tutelle de l'Etranger, la Russie a retrouvé son statut, si nécessaire pour l'équilibre du monde, de grande puissance.

Mes amis

En ces temps de célébration  de la chute du Mur de Berlin, alors que tant de murs s'élèvent partout, comme en Israël ou au Mexique, et même virtuels, et surtout celui de l'Argent indestructible, en ces temps-là, donc, je voudrais accuser l'Occident. Oui, une fois de plus. L'Occident dominateur, impérial, assassin. L'Occident qui a décrété qu'il devait régner sans partage, décider de tout et se défaire de tout ce qui se met au travers de ses ambitions. Se défaire ? Allons, osons le mot: Bombarder. Les Irakiens ont des prétentions nationales ? On bombarde. Les Yougoslaves regardent du côté de la Russie ? On dépèce. Les Afghans ont un opium juteux ? On bombarde. Les Iraniens ont le nucléaire ? On va bombarder. Les Gazaouis ont du gaz offshore ? On bombarde et on asphyxie. Les Libanais s'arment ? On a bombardé, et on va bombarder. Les Syriens sont copains avec les Iraniens ? On va bombarder. Le Pakistan a le nucléaire ? On dépèce, on bombarde. La Russie redevient puissante ? On va bombarder. La Chine se pique de faire de l'ombre aux USA ? On va bombarder... Les Anglais sont des gentlemen qui formentent tous les coups fourrés de la planète, au nom de la cité, pardon, de la City. Les Américains sont des cow-boys qui dégainent avant d'avoir trouvé un ennemi. Les Israéliens ont besoin de tuer, ça leur est aussi indispensable que l'air (pollué par tous les bombardements) qu'ils respirent. Sarkozy adore les bastons, et Berlusconi est viril. Le monde est joli joli avec tous ces énergumènes !

Et c'est ce même Occident qui a décidé de disloquer la puissante Union des Républiques socialistes soviétiques, son rival en matière d'idéologie ou de puissance militaire. Objectif atteint en 1991 (1). Le champ est libre pour dominer la planète, agir en toute impunité, s'emparer des ressources convoitées, anéantir les récalcitrants, liquider les gêneurs, et entreprendre à loisir toutes les guerres préventrices, offensives, nucléaires, permanentes, totales... nécessaires pour écouler les armes et contrôler économiquement ou géo-politiquement des régions entières.

L'URSS, notamment par sa puissance militaire (2), son étendue géographique, le nombre de ses habitants, et surtout la variété de ses ressources, est une cible de choix. Comment l'affaiblir ? En la disloquant, en la fragmentant, en l'émiettant. Tout simplement. Diviser, pour régner, la méthode est éprouvée; Et en effet, le bloc soviétique, monolithique tant sur les plans politique (tous les pays qui le composaient étaient membres du Pacte de Varsovie), économique, qu' idéologique, s'effondra, explosa :
 "Plus vaste État du monde (22 402 200 km²), l'URSS occupait le 1/6 des terres émergées, s'étendant sur 11 fuseaux horaires, de la mer Baltique à la mer Noire et à l'océan Pacifique, c'est-à-dire toute la partie nord de l'Eurasie. À sa dissolution, sa population comptait 293 millions de personnes " (3)

Après avoir trouvé une marionnette docile, viscéralement anti-communiste et gros amateur de vodka, Boris Eltsine (il quitte le Parti en juin 1990), l'Occident avait poussé les Républiques constituantes de l'URSS à faire sécession, et au cours de l'automne 1991, elles proclamèrent l'une après l'autre leur indépendance, sans que Gorbatchev puisse s'y opposer par la force. Lorsque l'Union soviétique fut amputée de ses Républiques, on ironisa en disant que l'URSS se limitait désormais au Kremlin ! L'esprit de changement s'était propagé de la Russie de Gorbatchev à tous les pays satellites, qui avaient réclamé leur souveraineté pleine et entière. Même les Républiques baltes recouvrèrent leur indépendance, dans la foulée des bouleversements fondamentaux, et les forces soviétiques quittèrent la Tchécoslovaquie et la Hongrie, puis, plus tard, en 1994, la Pologne et l'Allemagne (4).

250px-Reagan_and_Gorbachev_signing.jpg
Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan signent un accord de désarmement en 1987, wikipedia

La Russie à genoux

Affaibli, ce qu'il restait de l'URSS, c'est-à-dire le noyau russe (en perdant le quart de son territoire, il avait perdu la moitié de ses habitants), ne constituait plus une menace pour l'Occident. La fin de la "guerre froide", idéologique, devait être le corollaire de l'éclatement de l'URSS. La détente Est-Ouest se profilait à l'horizon, puisqu'il ne restait plus qu'une puissance, américaine, et le Pacte de Varsovie liant militairement les Républiques soviétiques, n'avait plus de raison d'être.

Tout cela avait été facilité par le fait que le jeune et fringant premier Secrétaire du parti Communiste, Gorbatchev (5), face à l'étendue des problèmes économiques de sa nation (beaucoup liés à la militarisation croissante, dans un contexte d'âpre rivalité avec les Etats-Unis, et aux effets de la catastrophe de Tchernobyl), décida de mettre en place un vaste plan de réformes pour corriger les failles du Système: La Perestroïka et la Glasnost. La Perestroïka, ou restructuration, tenta de moderniser l'économie, en instituant la propriété privée et en recherchant la performance, et la Glasnost, qui signifie transparence, essaya, elle, de démocratiser le système, par exemple en adoptant la liberté d'expression et de l'information, l'ouverture des frontières, la levée de la censure, la libération des prisonniers politiques - même les Archives Nationales furent ouvertes au public... (6) . Mais très vite, celui que certains appellèrent plus tard le "fossoyeur de l'URSS, le destructeur de l'Empire créé par les Tsars" (7), sera dépassé par les événements, abandonné de tous, alors que son rival pro-occidental, Boris Eltsine, bénéficiera de l'appui du bloc anti-soviétique pour accomplir le démantèlement de l'URSS, et pour libéraliser l'économie le plus vite possible, avec l'aide des conseils du FMI. Sous son égide, des transformations économiques et sociales vont se succéder à une cadence infernale, brisant le tissu social et projetant dans une grande misère des pans entiers de la société russe. Les Moscovites furent chassés du centre de la ville (8), au profit d'intérêts étrangers raflant à bas prix des appartements somptueux, et parmi eux beaucoup de retraités furent jetés impitoyablement à la rue. Tous les avantages sociaux disparurent les uns après les autres, le travail ne fut plus garanti à tous, la rue devint le refuge des victimes du libéralisme à l'occidentale, on vit même des hordes d'enfants, pour la première fois depuis la mise en place du communisme au début du 20 e siècle, vivre dehors, et la délinquance fit son apparition, durement réprimée. Le Système occidental avait triomphé sur les décombres de l'ancienne URSS, entraînant soudain des disparités insupportables entre les citoyens, avec l'émergence d'une classe de nouveaux riches sans scrupules, très minoritaire, et la projection de la plus grande partie de la population dans des abymes de pauvreté. Ceux qui tirèrent leur épingle du jeu, sous la Présidence Eltsine et le début du mandat de Poutine, furent ceux qui pouvaient se réfugier dans une pitoyable économie de subsistance, par exemple en cultivant des pommes de terre sur leur lopin de terre. Et
l’espérance de vie moyenne des hommes chuta de dix ans. (A noter qu'aujourd'hui, deux tiers des  Russes, même s'ils sont plus libres qu'à l'époque du communisme, regrettent l'ancien système social soviétique, et ils ont la nostalgie de leur puissance passée (9)).

180px-Long_live_the_universal_October_-_
affiche vive la révolution mondiale, wikipedia

Libéralisation à marche forcée  

En effet, pour mieux asphyxier la Russie, pour mieux la tenir à sa merci, l'Occident imposa la libéralisation à marche forcée, sans tenir compte des acquis sociaux, des traditions, de la culture du pays. Le FMI supervisa la transformation, c'est tout dire. Une classe de super-riches apparut, insolente, carnassière, et la masse russe sombra dans une misère indicible, le désespoir, l'alcool, le suicide. Après avoir détruit l'URSS, l'Occident tenta de mettre à genoux la Russie, économiquement, et de s'emparer des secteurs les plus juteux, en favorisant les oligarques locaux acquis à la cause du libéralisme le plus sauvage. Ce fut l'époque
des richissimes hommes d’affaires - appelés dans le monde postsoviétique «oligarques» - très liés à l'Occident, ainsi, les hommes d'affaires russes du scandale Ioukos: " Quand le régime a changé, et que les actions des usines ont été données aux ouvriers, eux ont eu l'idée de tout ratisser. A un ou deux dollars l'action, ils ont fait le tour des usines et ont acheté ce qui était encore pour les Russes de la rue un simple bout de papier... En quelques mois, ils sont devenus propriétaires de pans entiers de l'économie. Puis ils ont créé une banque privée, Menatep, puis une filiale à Chypre, qui leur a permis de sortir des capitaux. En dix ans, ils sont devenus multimilliardaires en dollars. Le patron de Ioukos se vantait d'avoir bâti « en dix ans un empire que les Rockfeller ont construit en plusieurs générations. » En russe, il y a une expression qui veut dire « perdre le toit », en Français on dit « perdre la tête ». Ils se sont crus intouchables..." (10).

L'ingérence de l'étranger pour affaiblir la Russie

Plus tard, Poutine, à l'origine d'un grand "nettoyage" économique (et politique, contre ses opposants liés à l'Etranger), fustigera l'ingérence des puissances étrangères dans les affaires de la Russie, en insistant sur le rôle obscur des Ambassades: "Malheureusement, il y a toujours dans notre pays des personnes qui s'infiltrent par le biais des ambassades étrangères, qui comptent sur le soutien de fonds et de gouvernements étrangers, mais pas sur leurs propres concitoyens." Ces opposants "veulent que la Russie soit faible et impuissante (...) pour pouvoir jouer de mauvais tours dans notre dos" (11). Le
jeudi 26 avril 2007, le Président Poutine s'en prend ouvertement à l'"ingérence" des "colonisateurs" occidentaux en Russie : "Sous couvert de promotion de la démocratie, ils font preuve d'ingérence "directe" dans les affaires de l'Etat russe en finançant l'opposition et les ONG de défense des droits de l'homme". Soucieux de répondre à l'expansion militaire de l'Otan à ses frontières et notamment au projet américain de déploiement d'un bouclier antimissile, il a menacé de sortir du Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), un des textes clés régissant la sécurité sur le Vieux Continent après la Guerre froide. Dans son 8e discours à la Nation, le dernier avant la fin de son mandat en mai 2008, le maître du Kremlin a défendu un bilan qui a permis de faire de la Russie "une des dix plus puissantes économies dans le monde". "Le flux d'argent venant de l'étranger, utilisé pour une ingérence directe dans nos affaires intérieures, augmente", a-t-il déploré.. "Il y a ceux qui, en utilisant habilement une phraséologie pseudo-démocratique, aimeraient revenir à un passé proche: les uns pour piller comme avant, les richesses du pays, voler les gens et l'Etat, sans être châtiés; les autres pour priver notre pays de son autonomie économique et politique", a-t-il ajouté à l'adresse des Occidentaux. "A l'époque du colonialisme, on parlait du rôle civilisateur des Etats-colonisateurs", a ironisé M. Poutine, reprenant un argument auquel il avait déjà recouru dans le passé. Les Occidentaux "utilisent des slogans sur la démocratisation, mais le but est le même: l'acquisition de manière unilatérale d'avantages destinés à assurer leurs intérêts propres"  (12).

Aujourd'hui, l'Occident se permet encore de tenter de s'ingérer dans les affaires russes, et il soutient l'ancien champion d'échec, Garry Kasparov, qui s'est engagé en politique avec l'appui des Américains (13) . Mais
"Les Etats-Unis ont perdu de l'efficacité du point de vue de leur capacité à critiquer le gouvernement russe. Aujourd'hui, quand ils formulent des critiques, les autorités russes leur répondent de balayer devant leur porte" (14)

Garry Kasparov - GlamSpeak communication evenement personnalités publicitésG
asparov 

La chance de la Russie est d'être passée des mains d'Eltsine à celles de Poutine, qui a redressé le pays à une vitesse fugurante, et avec une poigne de fer bien nécessaire dans le contexte particulier d' un Etat en pleine désintégration et téléguidé en sous-mains, pour sa perte et pour le profit de la Finance internationale, par l'Occident. La Russie s'est désormais affranchie des griffes de l'Etranger, elle conduit seule ses affaires, et concernant le passé récent, Vladimir Poutine,  dans un discours à la Nation prononcé en 2005  alors qu'il était président de la Russie, a pu dire que "la chute de l'URSS en 1991 avait été "la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle "(15). Et aujourd'hui, le Président Medvedev déplore que la chute du Mur de Berlin n'aie pas justifié tous ses espoirs. "Les relations entre la Russie et l'Europe auraient pu se développer selon un scénario différent", a-t-il déclaré. Après la chute du Mur, nous espérions que la disparition du Pacte de Varsovie entraînerait un autre niveau de l'intégration de la Russie en Europe. Et qu'est-ce qu'on a eu finalement? L'Otan, une alliance militaire, dont les missiles visent la Russie", a lancé le président russe.

La Russie n'a cessé de dénoncer l'élargissement de l'Alliance atlantique aux pays de l'Europe de l'Est et voit d'un très mauvais oeil les aspirations atlantistes d'ex-républiques soviétiques comme la Géorgie ou l'Ukraine".  (16)


Même affaiblie politiquement et économiquement, la Russie reste une importante puissance militaire, dotée d'un formidable arsenal nucléaire sur fond de résurgence de nationalisme exacerbé par l'unilatéralisme agressif de l'Occident, rappelant le contexte de guerre froide. Washington voit en effet d'un fort mauvais oeil la Russie renaître de ses cendres, retrouver son statut de grande puissance et aspirer à retrouver la place qu'elle n'aurait jamais dû perdre dans le contexte international.

La chance d'une grande Europe avec la Russie

Pourtant, la ré-émergence de la Russie est une chance pour un monde qui aspire au multilatéralisme, au ré-équilibrage des puissances, des nations, et, surtout, elle devrait constituer une formidable espérance pour tous ceux qui aspirent à la paix. Mais la vision gaullienne d'une grande Europe avec la Russie demeure néanmoins le meilleur atout, aujourd'hui, pour une paix durable. Dans le cas contraire, c'est à dire dans un contexte où l'UE  pourtant née de l'aspiration des peuples à la paix serait à la remorque des Etats-Unis, à travers notamment l'OTAN, dans ce cas-là, l'Europe pourrait être entraînée malgré elle à servir de supplétif pour les guerres impériales de Washington, et même à permettre aux Etats-Unis de faire une sale guerre par procuration contre la Russie, désormais considérée par l'Occident comme une rivale, comme une voix non-alignée, indépendante, menaçant par là-même l'hégémonie de l'Empire.

La seule voie possible, aujourd'hui, pour favoriser la paix, reste la concrétisation du rêve du Gl de Gaulle: La mise en place d'une grande Europe économique, culturelle, et pour la paix, avec la Russie retrouvant enfin son rang de grande puissance - avec d'autres pays comme la Chine, l'Inde, le Brésil... -, afin de permettre l'émergence d'un monde nouveau, multipolaire, équilibré et pacifiant. 

Eva R-sistons   
 


(1)
http://fr.wikipedia.org/wiki/URSS : L'URS st un État fédéral de 15 républiques soviétiques qui a existé de 1922 jusqu'à sa dissolution en 1991.

(2)
Ses chercheurs et ses ingénieurs ont mis au point entre 1965 et 1976 deux fois plus d'armes et de systèmes de destruction et de protection que les États-Unis ; Ses forces armées totalisèrent 5 millions de combattants actifs et 25 millions de réservistes entraînés et représentait la plus vaste armée en temps de paix du XXesiècle ; L'armée soviétique était capable d'aligner 50 divisions susceptibles d'être engagées sans délai et 30 autres mobilisables dans de brefs délais. Elle fut totalement motorisée et constamment rééquipée en fonction de l'innovation technologique, en chars, canons, véhicules de transport et systèmes de communication ; Elle disposa de la plus grande flotte aérienne de tous les temps, de la plus grande flotte de sous-marins nucléaires du monde, et d'une flotte de navires de surface largement supérieure en tonnage à celle des États-Unis, à l'exception des porte-avions. Le
complexe militaro-industriel soviétique représentait entre 1985 et 1990 : plus de 14 millions d'employés, 6 000 entreprises. L'industrie de défense proprement dite absorbait durant les années 1970/1980 20 % du revenu national, 8 % du PIB et 47 % des dépenses publiques pour les besoins de l'Armée soviétique. La production d’armes soviétiques était la plus importante du monde. En 1981 : 2 500 chars, 3 500 canons, 1 700 avions de combat, 750 hélicoptères, 9 sous-marins, 475 missiles balistiques (IRBM, ICBM). Après la chute de l'URSS en 1991, c'est l'armée de la fédération de Russie qui hérita de la quasi totalité de l'équipement de l'Armée soviétique en particulier l'arsenal nucléaire et les différentes flottes (..) Après la chute de l'URSS en 1991, c'est l'armée de la fédération de Russie qui hérita de la quasi totalité de l'équipement de l'Armée soviétique en particulier l'arsenal nucléaire et les différentes flottes"
(http://fr.wikipedia.org/wiki/URSS), mais "Après la dissolution de l'URSS, à la fin de 1991, à elle seule, l'Ukraine hérita sur son territoire de la troisième force nucléaire stratégique mondiale et d'un nombre important d'armes nucléaires tactiques (Sécurité ukrainienne et dilemne nucléaire d'ANATOLY ZLENKO - août 1993)". http://www.clham.org/050573.htm

(3)  
http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:URSS

(4)
http://www.clham.org/050573.htm

(5)
"Après la rapide succession de
Andropov (1982-1984) et de Tchernenko (1984-1985), Gorbatchev, un jeune et énergique dirigeant de 53 ans, devint premier secrétaire du Parti". http://fr.wikipedia.org/wiki/URSS

(6) 
http://www.publicsenat.fr/vod/evenement/emission-speciale-sur-la-chute-du-mur-de-berlin/63913

(7)
http://www.publicsenat.fr/vod/evenement/emission-speciale-sur-la-chute-du-mur-de-berlin/63913

(8)
Du temps où la télévision française programmait encore des sujets d'investigation sur les grands enjeux de notre temps, du temps, disons-le, où la télé se permettait encore des libertés, j'avais vu un documentaire qui m'avait beaucoup frappée: On y voyait la main-mise d'investisseurs étrangers sur les immeubles du centre ville, en jetant dehors les habitants à peine indemnisés, c'était choquant. Je crois que le documentaire avait été diffusé sur Arte. Aujourd'hui, grâce à cette scandaleuse razzia qui montre au grand jour le cynisme de l'Occident prédateur, Moscou est devenu l'une des villes les plus chères du monde (Eva) 

(9)
Bien que les Russes soient plus libres qu'ils n'ont jamais été de leur histoire, un sondage récent indique que près des deux tiers des russes ont la nostalgie pour l'aide sociale soviétique, l'ordre social et la fierté d'être une superpuissance mondiale, tous perdus lors de la chute le l'empire soviétique. 
http://www.guerrefroide.net/pages/chute 

(10)
Par exemple,le groupe des sept banquiers qui s'étaient unis pour faire réélire Boris Eltsine à la présidence, et qui contrôlaient 50 % de l'économie russe, comprenait: Mikhaïl Friedman, 39 ans, et Piotr Aven, 48 ans. A l'écart de la politique, ils se consacrent à leurs affaires. Leur holding Alfa-Groupe compte notamment la banque Alfa, les supermarchés Perekriostok, la chaîne de télé de divertissements STS et, surtout, la firme pétrolière TNK, qui a conclu en février le contrat du siècle avec le britannique BP (acheteur, pour 7 milliards de dollars, de la moitié de TNK). Vladimir Goussinski, 51 ans. Réfugié à l'étranger depuis l'été 2000, le magnat de la presse s'était rangé dans l'opposition à Vladimir Poutine, critiquant notamment la guerre en Tchétchénie. Poursuivi pour «crime économique», il a fait de la prison. Son empire de presse a été saisi et le fleuron, la chaîne de télé NTV, a été normalisée. Il vit depuis en Israël (..).  http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#7%20banquiers.
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#31%20juillet%202007%20petrole
Et aujourd'hui ? 260 milliards de dollars : c’est le montant des pertes subies par les milliardaires russes en janvier dernier. Soit presque autant en quatre semaines qu’au cours des cinq derniers mois de l’année 2008. Vite faites, les fortunes des nouveaux riches se défont tout aussi promptement depuis le début de la crise. Ainsi, le club des milliardaires russes a-t-il perdu 55 membres. Ceux qui restent peinent à se maintenir dans la liste de Forbes. Les oligarques russes sont-ils une espèce en voie d’extinction ? Les exemples de débâcle ne manquent pas. Même Mikhail Prokhorov, le roi du nickel russe, a finalement renoncé à l’achat (500 millions d’euros !) de la splendide Villa Léopolda à Villefranche-sur-Mer. Il cherche même à récupérer les 38 millions d’euros versés au propriétaire actuel lors de la signature de la promesse de vente, c’est dire. Les malheurs des oligarques ont inspiré les humoristes. Ainsi de l’une des blagues les plus populaires sur le Net russe. Un fils demande a son père : « Papa, c’est vrai que la crise va toucher les nouveaux riches ? – Oui, elle va seulement les toucher. Quant à nous, nous allons simplement crever »
http://www.marianne2.fr/Apres-le-champagne,-les-oligarques-russes-boivent-la-tasse_a177260.html  

(11)
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#22%20novembre%202007%20Poutine%20ingérence

(12)
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#31%20juillet%202007%20petrole

(13)
Soutenant dans les années 1980-90
Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine, il est un farouche opposant à Vladimir Poutine et crée en 2005 le Front civique unifié, qui regroupe les opposants à Poutine pour les élections présidentielles de 2008. Considéré comme le meilleur joueur d'échec de tous les temps, Garry Kasparov a été brièvement emprisonné en avril et novembre 2007 -http://www.evene.fr/celebre/biographie/garry-kasparov-24020.php

(14) 
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#13%20octobre%20rice%20russie

(15)  et (16):
http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-11-07/medvedev-regrette-l-effondrement-de-l-urss-mais-pas-autant-que/924/0/393173

 


340px-USSR_Republics_Numbered_Alphabetic
Les 15 républiques fédérées soviétiques
 


_____________________________________________________________________________________________


Croustillant :  La FNAC vend Dieudonné


le pitch de la FNAC :

Après "Le divorce de Patrick", DIEUDONNÉ nous reviens avec "Sandrine". Un spectacle qui traite de la violence conjugale. Patrick est une bête blessée qui n'a jamais pu accepter sa rupture avec Sandrine. Il est entré dans une spirale infernale faite de haine et de violence. Cela va le conduire à un procès qui constitue le fil conducteur de ce nouveau spectacle.
C'est dans le cadre austère du tribunal que viennent s'intercaler des scènes humoristiques qui nous éclairent sur la personnalité de Patrick et sa nature humaine en général.
Ce dispositif permet à DIEUDONNÉ de nous offrir une savoureuse galerie de personnages. On y retrouve un avocat africain qui en fait trop, un docteur chinois misogyne, un curé prônant l'abstinence et bien d'autres encore. Les sujets évoqués dans ce spectacle restent sensibles mais demeurent plus sociaux que politiques, ce qui donne à l'univers DIEUDONNESQUE une agréable atmosphère de printemps.

Faut-il boycotter la FNAC ?



Dieudonne_spectacle-sandrine.jpg


Sur cette affiche, trouvé le commentaire suivant, signé MATHUSALEM, auquel je n’ai pas compris grand-chose :

« De mieux en mieux. Finalement, ça devient vraiment insupportable de voir encore le même Dieudonné, l’homme qui fait un spectacle par an, revenir en juin, toujours avec ses provocations antisémites. Nous en avons marre. Son talent on vous le met là où vous savez bande d’abrutis qui le suivent sans retenue malgré nos avertissements. Nous vous ferons un procès collectif.

D’abord, il choisit pour son nouveau spectacle, un prénom très utilisé chez nous à Tel Aviv ces derniers temps, Sandrine. Vous ne mesurez pas le degré de provocation que ça fait. Continuons à décrypter cette affiche et vous comprendrez pourquoi nos agents en France doivent tout faire pour l’interdire.

Nous nous en fichons de priver ceux qui rient avec lui ou qui remplissent les salles ou les bus dans lesquels il joue, comme hier soir à la Rochelle. C’est leur problème, nous sommes plus puissants, même comme nous outrepassons la loi, surjouons sur le droit, violons tous les codes de bonne conduite et mentons comme des arracheurs de dents.

L’ennemi ne dort jamais comme dit l’adage mais lui, il dort, couché sur une belle pelouse qui nous appartient sans doute, pendant que nous souffrons et luttons en cherchant par tous les subterfuges du monde pour le bannir. Mais où ça devient de plus en plus insupportable, c’est au niveau des fleurs. Regardez bien comment elles ressemblent à l’étoile de David qu’on collait aux juifs. De couleur jaune de surcroît. J’ai envie de pleurer mais je me retiens même comme aucun membre de ma famille n’a été déporté.
Le choix de ces coquelicots jaune a une signification antisémite. Lors de la libération des camps, nous en avons offert aux survivants alors, lui, il n’a pas le droit de s’en servir, de près ou de loin. La chemise bleu ciel a une autre signification antisémite. Un goy n’a pas le droit d’en porter et de se coucher avec sur une pelouse. C’est un sacrilège. Seul, nous, avons le droit de le faire.

Pour finir, la barbe qu’il porte sur cette affiche, est une provocation supplémentaire car, elle est dessinée comme celle des Rabbins, surtout les Rabbins des bois qui recommandent courageusement qu’on tue des innocents, même comme la Torah l’interdit. On s’en fout.

Mes chers amis, boycottez Sandrine, boycottez Sandrine, n’allez pas au théâtre de la Main d’Or. D’ailleurs, je cherche le moyen de le priver de cet ultime lieu de la liberté d’expression.

Abat la liberté d’expression qui ne me plaît pas ! »


http://revuedepresse.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/11/09/la-fnac-vend-dieudonne.html


vaccination-poster-j.jpg

Les nouvelles d'Artemisia (spécial santé)
le site détruit parce que trop bien informé

Les premiers résultats des vaccinations, pourtant encore peu nombreuses, sont effectivement dramatiques.
Or, un embargo sur ces informations est évidemment effectué !
La question de pose : jusqu'où vont pouvoir agir impunément ces ordures, avant que la société civile ne se lève ?
Où sont les "Greenpeace" financés par les Rockefeller ? Où sont les syndicats ? où sont les "grandes gueules médiatiques" ?
Dans peu de temps, le mal sera fait et, en plus, nous nous retrouverons dans un système (Traité de Lisbonne), où la peine de mort "virtuellement" sera rétablie (droit à la police de tirer), notamment pour les récalcitrants manifestant contre les vaccins...
Certains doivent penser que l'on va trop loin, que l'on exagère, regardez plutôt :
 
Allez, c'est le moment de rappeler que la révolte fait partie intégrante de l'identité nationale...
 
 
Petit garçon suédois de 4 ans, proche de la mort après avoir reçu le vaccin contre la "grippe porcine"

 


download?mid=1%5f11019744%5fAOKxktkAAAqO


En Suède, les tentatives d'étouffement concernant les décès et les effets secondaires graves faisant suite à la vaccination contre la grippe porcine, sont effrayantes.

Quelques récits parviennent cependant à "percer", comme l'histoire du petit Kévin, 4 ans, vivant à Stockholm.

"J'étais certaine qu'il était mort" dit la maman.

Alors que Kévin était avec son père dans un café 2 jours après la vaccination, son petit corps fut pris de convulsions, se yeux se révulsaient, ses lèvres étaient devenues blanches. Il ne respirait plus. Deux infirmières qui se trouvaient là par hasard entreprirent de lui pratiquer la respiration artificielle avant que l'ambulance arrive.

Quand l'enfant se réveilla dans l'ambulance qui l'emportait, il ne put qu'exprimer son angoisse: " Maman, je ne veux plus de vaccin !"

Les médecins de l'hôpital ne purent qu'arriver à la conclusion que la seule explication possible était le vaccin que Kévin avait reçu deux jours auparavant.

Les médecins ajoutèrent : "c'est le deuxième cas aujourd'hui" !

Et la maman de préciser : "Que serait-il arrivé si tout ceci s'était passé à la maison pendant que Kévin jouait seul et que je faisais le nettoyage de l'étage inférieur ?".

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1711%3Aswedish-boy-aged-4-close-to-death-from-qswine-fluq-vaccine&catid=41%3Ahighlighted-news&Itemid=105&lang=en

 

 
Nous arrivons dans une phase cruciale, où les coups les plus "dégueux" vont tomber.
Nous balancions entre arguments scientifiques contre complot génocidaire.
A ce jour, nous sommes à présent certains que ce débat est obsolète.
Non seulement TOUS les arguments scientifiques ont été utilisés, mais nous avons largement démontré que nous sommes bien devant un complot criminel organisé de longue date.

Nos informations ont perturbé leurs plans, les retardant et obligeant ses "hommes de main" à des adaptations, comme de revenir sur l'obligation prévue dès le début, comme de demander l'accord des parents pour les enfants (pour le moment), et au point d'en venir à des réquisitions pour le personnel médical...

Celui qui n'a pas compris que nous avons à faire à une opération "pandémie artificielle" avec un virus artificiel, sans AUCUN rapport avec la santé publique, soit il sort d'un long et profond coma, soit il est tout indiqué pour subir la vaccination !
Pour les buts réels, nous aurions à faire à :
- Une opération financière (aucun doute sur ce point).
- Une stérilisation de la population en âge ou en potentialité de procréer (ce qui expliquerait la focalisation sur les plus jeunes, et vu les effets du squalène utilisé en masse dans ces vaccins, c'est une forte probabilité).
- Un objectif de rendre malade et handicapé, un maximum de gens (c'est ce que font depuis toujours les vaccins, et vu la composition de ceux utilisés actuellement, la présomption est forte et logique).
- Une élimination physique délibérée d'un certain nombre (toujours au vu de la composition, on est en droit de ce poser la question).
- Un contrôle politique, par fichage, traçabilité des vaccinés (c'est évident).
- Un contrôle politique, par inoculation de micropuces RFID, voire de nanopuces, qui était encore au niveau de la supputation, mais se rapproche de la certitude (le traitement spécial des seringues et aiguilles par une officine créée à cet effet, pouvant dépendre du ministère de l'Intérieur, et intrigant, tout comme les normes exigées pour leur taille et les consignes spéciales pour l'injection).
- Une crise sanitaire organisée, qui est un des éléments, avec la crise financière, la crise économique, et d'une certaine façon, la crise écologique (taxe carbone...), pour conduire à l'instauration prochaine d'un gouvernement mondial non démocratique, dans le cadre du Nouvel Ordre Mondial (le doute n'est plus de mise).
 
Tous ces points ayant été traités abondamment depuis ces derniers mois, nous ne reviendrons pas dessus.
 
Le piège va donc se refermer sur nous, avec mutation réelle ou fictive d'une grippette en grippe mortelle grave, et cela, suite aux premières vaccinations et très probablement à des épandages aériens, sans parler du rôle du Tamiflu.
Le pire, c'est que scientifiquement, le vaccin devient, de fait, plus que jamais sans raison d'être*, si le gentil virus devient méchant, donc a muté (ou si c'en est un autre)...
Mais comme on marche sur la tête depuis le début, ne cherchons ni logique, ni bon sens, ni esprit scientifique dans leur démarche.
 
 
*Rappelons que JAMAIS une pandémie (vraie au fausse), n'a été enrayée avec une vaccination de masse, et que JAMAIS un vaccin "contre" la grippe n'a montré son efficacité !
C'est même tout l'inverse, vacciner est au minimum inutile, et au maximum, provoque la diffusion de la grippe ou d'autres maladies par abaissement des défenses immunitaires, et empoisonne les organismes jusqu'à provoquer de graves séquelles irréparables, et même le décès.

La vaccination est donc inutile et très dangereuse, pour soi ET pour son entourage ! Ceux qui disent le contraire le savent très bien, et vous trompent !
 
Appeler un chat un chat
Evidemment, tout ce que nous savons, "ILS" le savent aussi !
Pire, en sabotant nos sites et nos messageries, en organisant leur propagande, "ILS" font tout pour ne pas informer et pour tromper la grande masse de la population, chair à canon depuis toujours, et là, chair à poisons !
Donc, ceux qui sont à l'origine de cette opération, connaissant parfaitement ses tenants et aboutissants, ils ne sont pas des salopards, ni des ordures, mais bien des empoisonneurs, donc des criminels, et concernant les décès prévisibles, vu la préméditation patente, aux termes de la loi, des assassins.
Tous les autres acteurs étant leurs complices.

vacciner-b-b--4--f---j.jpg


Mais voici les dernières infos, qui, bien que confirmant en tous points nos dires, sont simplement... folles...

 

1) En Norvège, la campagne de vaccinations contre la "grippe porcine" a dû être postposée parce que les hôpitaux devaient attendre des aiguilles et des seringues spéciales.

Il est dit que les aiguilles spéciales qui doivent être envoyées par le gouvernement doivent absolument être utilisées, parce qu'elles contiennent une "nanochip" (puce relevant de la nanotechnologie).

 

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.theflucase.com%2Findex.php%3Foption%3Dcom_content%26view%3Darticle%26id%3D1698%253Aneed-for-special-needles-delays-vaccination-campaign-in-norway%26catid%3D1%253Alatest-news%26Itemid%3D64%26lang%3Den&sl=en&tl=fr&hl=fr&ie=UTF-8 (traduction)

 

Toutes les grandes entreprises pharmaceutiques disposent de contrats pour les puces RFID avec Verichip.

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.theflucase.com%2Findex.php%3Foption%3Dcom_content%26view%3Darticle%26id%3D1698%253Aneed-for-special-needles-delays-vaccination-campaign-in-norway%26catid%3D1%253Alatest-news%26Itemid%3D64%26lang%3Den&sl=en&tl=fr&hl=fr&ie=UTF-8 (traduction)



Ceci va dans le sens de nos informations, et expliquerait encore le pourquoi du sabotage de notre site :


RAPPEL : "Un autre aspect est la volonté de contrôler la population par un "puçage" généralisé.                                          

Or, « ILS » ne peuvent pas intervenir via le vaccin, car étant présenté en fioles multi doses, c'est impossible.

Si nous ne pouvons pas dire que cette opération de "puçage" sera menée à l'occasion de la vaccination, notre devoir est de tout imaginer.

Ainsi, l'utilisation des seringues et des aiguilles, qui seront à usage unique, et préparées par l’EPRUS, organisme créé en 2007 pour la « pandémie », est-il à suspecter.

Mais peut-on techniquement utiliser la technique RFID à ce niveau ?

Il faut donc aussi chercher de ce côté-là, et exiger une transparence totale sur ce matériel !


Pour info, voici un extrait de la circulaire officielle « vaccination » :

http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Circulaire_vaccination_090824.pdf

« L'adaptation du matériel d'injection à la personne à vacciner. Les trois vaccins achetés s'injectent par voie intra-musculaire, ce qui nécessite des aiguilles de 25 mm de long pour les personnes de plus de 60 kg, alors que des aiguilles de 16 mm suffisent pour les personnes de poids inférieur (dont les enfants).

L'EPRUS* est en train de compléter son stock de seringues et aiguilles dans la perspective de la campagne envisagée à I'automne. La logistique sera nécessairement plus complexe avec quatre types de vaccin et deux types de matériels d'injection qu'avec un produit nique injecté dans des conditions uniques ; ».

* http://www.eprus.fr/ établissement public administratif créé par la loi du 5 mars 2007 (donc fait partie du PLAN !)."

 

 

2) Les vaccins approuvés pour utilisation en Allemagne et dans d'autres pays européens contiennent des nanoparticules sous une forme qui serait susceptible d'endommager les cellules saines et qui pourraient être mortelles.
(liens, en Anglais, très longs, je les fournis sur demande - Eva) 
  



3)
Une enfant paralysée après le vaccin H1N1 (spray nasal) aux Etats-Unis
.


Dans la demi-heure qui a suivi l'administration du vaccin, la fillette s'est sentie mal et a ensuite fait de la fièvre. Il y eut une amélioration le jeudi.

Le lendemain matin les jambes de l'enfant étaient paralysées.

Les parents ont conduit l'enfant à l'hôpital et craignent un Guillain-Barré qui pourrait s'étendre à tous les membres et au visage.

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1706%3Achild-paralysed-by-flu-mist-in-the-us&catid=1%3Alatest-news&Itemid=64&lang=en



4) De nombreux médecins italiens rejettent le vaccin contre la grippe

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1701%3Amany-italian-doctors-reject-swine-flu-vaccine&catid=1%3Alatest-news&Itemid=64&lang=en

 

 

5) L'OMS a publié ses "lignes directrices pour l'ensemble de la Société dans le cadre de la pandémie" ("Whole of Society Pandemic Readiness Guidelines").

Ces lignes directrices ont en fait déjà été préparées depuis avril 2009 et revues en juillet 2009, le même mois où le virus de la grippe porcine est mystérieusement apparu à Mexico City.

Ces lignes directrices expliquent comment l'OMS prendra la relève, prendra en charge (take over) les principaux services des pays, y compris le système sanitaire, l'hygiène publique, la gestion de l'eau, des carburants, de la nourriture, des soins de santé, des télécommunications, de la finance, de la législation, de l'ordre, de l'éducation et des transports, sous prétexte d'urgence et de pandémie.

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1704%3Awho-publishes-plans-to-take-over-the-whole-of-society-in-pandemic-emergency&catid=41%3Ahighlighted-news&Itemid=105&lang=en

 

 

6) Des rapports concernant des femmes enceintes, qui ont été vaccinées contre la "grippe porcine" H1N1, affluent de tous les coins du pays (USA)...
Des histoires choquantes de fausses couches après les vaccins contre la " grippe porcine" H1N1
Voir VIDEO même lien
Dites à vos médecins que les vaccins et la grossesse ne font pas bon ménage !
NOTE: La vidéo de cet article a été rejetée et censurée par daylimotion.
 
8) Des artistes et la vaccination :


9) L'étau se resserre, "ils" vont faire appel à l'armée :

http://fonzibrain.wordpress.com/2009/11/07/hihihihi-vaccination-contre-la-grippe-a-au-canada-les-militaires-a-la-rescousse/

Toujours aussi fou !
Étant donné que les médecins et les infirmiers refusent de se faire vacciner, c’est évident que ça va finir comme ça.
Liisez cet
article :

A l’heure où l’on annonce 6 millions de français à faire vacciner pour la première vague, l’organisation des centres sous l’autorité des préfets entre en pleine débandade.

C’est bien le terme de réquisition du personnel médical qui a été employé. Réquisition « en vertu de la loi du 5 mars 2007 sur la préparation du système de santé aux menaces sanitaires de grande ampleur, qui prévoit un dispositif dénommé “plan blanc élargi” ». Pour chaque centre de vaccination, il faut 2 médecins, 3 infirmières diplômées, et 2 élèves infirmiers.

Problème : mobiliser les volontaires tourne à la Bérézina, comme à Boulogne, où la préfecture, devant la désaffection massive des volontaires, commence à paniquer :

« De toute façon, le préfet va devoir réquisitionner ».

Bérézina, également, les volontaires hospitaliers ayant demandés à se faire vacciner : largement moins de 10%, 40.000 à 50.000 sur 800.000 en 2 semaines, un véritable camouflet à Bachelot qui « n’osait pas imaginer ça ».

Problème : comment le gouvernement va-il justifier que du personnel non vacciné soit accrédité pour pratiquer la piqûre à la population, voire pour de simples consultations – 6 millions de personnes à passer dans la moulinette d’un personnel médical en grande partie non vacciné, c’est une défiance à toute logique sanitaire, et en contradiction avec l’annexe 7 de la circulaire Bachelot du 24/8/09 : « toute équipe de vaccination devra s’auto-vacciner lors de sa première vacation ».

Lisez la suite, c’est très bien.Les dirigeants sont dépassés par l’ampleur du refus du vaccin par le personnel médical.Il semblerait donc que des personnes, voire l’armée vont être réquisitionnées pour vacciner la population, laissez tomber l’ambiance.


Je pense que ça va mal se passer, ce n’est pas pour rien que le traité de Lisbonne sera appliqué le 1er décembre, les nouvelles prérogatives permettront un controle accru
des populations et il semblerait même que les forces de l’ordre pourront tuer des manifestants en étant couverts par la loi


Tout s’imbrique parfaitement, et même le refus massif de la vaccination ne les empèchera pas de tout faire pour injecter le poison.


Le traité de Lisbonne va soviétiser l’Europe, la nouvelle maladie en Ukraine va faire flipper tout le monde et même si il s’agit d’un autre virus, je vois bien l’OMS dire que c’est juste une mutation du H1N1.

La lutte ne fait que commencer, et même si nous avons gagné la guerre des esprits, rien n’est joué, la nouvelle maladie ukrainienne tombe à pic.

Les esprits se travaillent, les PSYOPS sont là pour ça, et si la manipulation ne marche pas, c’est pas grave, ils agiront dans le réel en lâchant d’autres virus.


Ils veulent absolument nous injecter ce poison, ” allez juste une dose ” osent-ils nous dire ! C’est pathétique.
Nous allons vivre des moments fous, ces gens sont prêts à tout. Attendons-nous au pire.

 

 

RAPPEL : COMMENT SE SERVIR DES VACCINS COMME ARMES BIOLOGIQUES: DES MÉMORANDUMS DE L’OMS DATANT DE 1972 L'EXPLIQUENT !


29 octobre 2009
Des mémos datant de 1972 de l’Organisation mondiale de la santé expliquent COMMENT UTILISER LES VACCINS COMME DES MACHINES À TUER.

Deux principaux mémorandums de l’OMS, découverts par Patrick Jordan, prouvent que l’OMS a délibérément créé le vac

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 00:24

Parodie, 2 mn de rire :
http://www.dailymotion.com/video/xaxcrh_la-campagne-de-vaccination-parodie_news

Superbe vidéo à voir par tous (10 mn)
http://www.youtube.com/watch?v=9Y9BmOBhTy8


  http://www.communisme-bolchevisme.net/images_urss_albanie_ddr.htm

Sur le gratte-ciel en haut à droite "Wall Street".

A gauche, en haut "liberté de la presse" à travers un porte-voix qui produit tous les journaux (les canards) ; en bas "liberté d'opinion" sur un arrière plan de prison...

À droite, en haut "liberté individuelle" devant un arbre auquel est pendu un noir, des membres armés et cagoulés du Ku-Klu-Klan ; en bas "liberté de réunion et de manifestation" un camion bourré de policiers et de soldats fonce sur une manifestation.



       




 

Nos médias sont "staliniens" !
Anticommunisme primaire.
La guerre froide rallumée
Par Eva R-sistons


Nous savions que les médias sont aux ordres de l'oligarchie financière et militaire. Nous savions qu'ils utilisent la redevance, donc nos sous, contre nos intérêts, en faveur de l'ultralibéralisme meurtrier et des guerres néo-coloniales, afin d' enrichir les plus nantis. Mais jamais, même dans l'URSS "stalinienne", de tels moyens n'ont été déployés pour dénoncer le communisme qui a constitué une alternative sociale au capitalisme qui opère un immense transfert du Sud vers le Nord, et des citoyens les plus modestes vers les plus favorisés, quitte à entraîner des tragédies effroyables sur toute la planète.

Et aujourd'hui, afin de réaliser encore plus de profits, le libéralisme sollicite les citoyens pour renflouer les banques, il s'en prend aux dernières protections sociales, il diminue les salaires (avec un prétexte tout trouvé, la crise), il aggrave les conditions de travail, il ponctionne les classes moyennes, et cynisme suprême, il ose désormais s'attaquer au secteur alimentaire, en spéculant sur les matières premières et en investissant dans les bio-carburants, qui alimenteront les réservoirs d'essence du Nord en aggravant la famine au Sud. 

Les citoyens sont de plus en plus spoliés, écrasés, piétinés, pressurés, sacrifiés, et ils commencent à réaliser que la Mondialisation présentée comme horizon incontournable pour l'humanité, et soi-disant bénéfique pour tous, est en réalité un piège pour tous ceux qui ne sont pas au sommet de la société.  

Tous les jours, les peuples subissent les effets négatifs, pervers, destructeurs, d'un capitalisme d'ailleurs de moins en moins réel, d'entreprise, et de plus en plus financier, spéculatif; Et d'instinct, ils se méfient de plus en plus du libéralisme. Bref, ils commencent sérieusement à comprendre qu'ils ont été floués, que le capitalisme ne peut leur valoir que des malheurs, et qu'il faut trouver une solution alternative.  De quel côté se tourner ? La tentation est de plus en plus grande de redécouvrir Marx, le socialisme, et même le communisme tant décrié par l'Occident. Les financiers qui, bien que non élus, se sont arrogés le droit de diriger les affaires du monde, ont flairé le danger. Et c'est ainsi qu'ils se saisissent de l'anniversaire de la chute du Mur de Berlin pour lancer une campagne sans précédent contre le communisme, rival potentiel du capitalisme, qui recouvre des couleurs, et pour cause: De plus en plus de citoyens regrettent l'heureux temps où TOUS avaient un travail, un toit, et les équipements sociaux nécessaires à la bonne marche d'une société et à l'épanouissement d'un individu.  Qui leur laisse la parole ? Qui organise des débats, des confrontations entre tenants des deux systèmes ? Personne. Au contraire ! Nos médias sont colonisés par les partisans du libéralisme le plus débridé, et ils se sont lancés dans une campagne permanente, d'une rare violence et d'une rare mauvaise foi, contre tout ce qui de près ou de loin pourrait donner une image positive du communisme, rétablir la vérité, permettre au citoyen de se faire lui-même une idée. 

Il faut d'ailleurs noter  que très judicieusement, les livres d'histoire - comme l'industrie du cinéma - ont été pris en mains, écrits, supervisés, pilotés, par des citoyens juifs, libéraux, pro-américains, et hantés par la Shoa (de leur communauté seulement, alors que les Tsiganes ont été plus meurtris qu'eux, ainsi que les personnes handicapées mentales ou les homosexuels). Ainsi, toute l'Histoire est-elle réecrite de façon à dresser nos chères têtes blondes contre les gouvernements populaires, communistes ou apparentés. Il s'agit, comme aujourd'hui dans les Médias à l'occasion de la chute du Mur de Berlin, de discréditer tout ce qui n'est pas l'Occident, le capitalisme, l'Amérique.... au mépris de la vérité, de la neutralité, du pluralisme, de l'honnêteté la plus élémentaire. Et en utilisant comme actuellement les procédés les plus "staliniens" ... tant décriés !
 
A l'occasion de la Chute du Mur de Berlin, au moment où les journalistes courtisans font l'apologie du monde "libre", nous assistons en réalité, paradoxalement, à une campagne sans précédent de dénigrement du système rival. En utlisant les procédés que l'on reproche au Système communiste ! Rarement les Médias n'auront autant fait preuve de mauvaise foi, de complaisance, de duplicité. Il faut impérativement dénoncer partout l'imposture, alerter les citoyens, rétablir la vérité ! Non, le communisme n'est pas un système pervers, j'ai moi-même été, en URSS, témoin de ses innombrables bienfaits ! (voir mon article
http://r-sistons.over-blog.com/article-du-mur-de-berlin-au-mur-de-l-argent-le-vrai-communisme-mediamensonges-38715238.html)

Des citoyens ont pris l'initiative d'écrire au CSA pour demander que Justice soit faite en matière de temps de parole, de droits de l'opposition, de droit de réponse. Car l'identité française, ce sont d'abord les valeurs républicaines de liberté, d'EGALITE, de fraternité.

Au-dessus de nos têtes, dans les coulisses, une terrible bataille a commencé. Idéologique. Pour nous dire comment penser, pour nous priver de notre liberté d'appréciation.

Le Système capitaliste ne cesse de se déconsidérer. Il épouse, en les aggravant, les inconvénients du Système soviétique, sans en offrir les innombrables avantages. 

Il est temps de désamorcer cette bombe à retardement sur nos vies, sur nos libertés, et de rétablir la vérité. 

Et la vérité, c'est qu'aucun Système n'est aussi dangereux pour les citoyens que le capitalisme, surtout financier comme aujourd'hui.  En pleine désinformation, j'ose le dire: Les commémorations de la Chute du Mur de Berlin devraient au contraire nous ouvrir à d'autres perspectives. Et nous inciter à redécouvrir le système communiste si décrié dans les Médias. Faut-il d'ailleurs rappeler que le christianisme le présente comme le système le plus adapté à la condition humaine ? "Les (premiers) chrétiens n'avaient qu'un seul coeur et qu'une seule âme. Ils mettaient tous leurs biens en commmun, et les répartissaient à chacun selon ses besoins" (Bible, Actes 3). 

En tous cas, l'intense campagne médiatique de propagande contre le communisme, prouve que le capitalisme est aux abois. Ayant fait la preuve de sa perversité, de sa nocivité, concrètement, il ne peut plus se maintenir que par le mensonge, la désinformation, la manipulation.










Les Russes ont libéré le monde du nazisme (20 millions de morts), les Américains (300.000 morts en 44) veulent l'imposer aujourd'hui à la planète,  totalitarisme bancaire, raciste, eugénique, militaro-financier.



Une fois de plus, nous devons nous improviser nous-mêmes journalistes, et informer nos concitoyens. La vérité doit éclater ! De même que ceux qui nous ont sauvé du nazisme ne sont pas Américains mais bien Russes, le communisme ne mérite pas d'être diabolisé. Au contraire, malgré ses défauts, il a représenté une immense espérance et une formidable alternative.  

Il est temps que l'imposture éclate au grand jour !

Eva R-sistons aux médiamensonges et à la propagande.  




 








Harcèlement médiatique anticommuniste :
Une lettre adressée au CSA  


La lettre de citoyens excédés au CSA


Vous lirez, ci-dessous, la lettre adressée par le Comité Internationaliste pour la Solidarité de Classe (CISC)
à Monsieur  le président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel 
 


Objet: protestation contre la campagne anticommuniste sur les médias publics. Demande d’intervention du CISC dans les médias au titre du pluralisme et du droit de réponse.


Monsieur le Président,

Une indécente campagne totalitaire(1)et grossièrement manichéenne de diffamation contre l'histoire, les idéaux et les militants du Mouvement communiste international, est actuellement menée à l'occasion du 20ème anniversaire de la rupture de la frontière berlinoise de la RDA. A notre connaissance, le CSA, pourtant charger de faire régner le pluralisme sur les ondes, est resté silencieux devant cette infamie.




Affiche soviétique
: La'liberté' de la presse bourgeoise (1931)


Tous les jours, à chaque heure de la journée, sur toutes les chaînes privées et publiques payées par l'argent de tous les citoyens et de tous les consommateurs, est propagée une présentation caricaturale, foncièrement partiale et dénuée d’objectivité historique, des évènements qui entourèrent  l’érection puis la chute du mur de Berlin. Nul souci de montrer que ce mur, dont la signification tragique renvoie aux tensions planétaires des années soixante, fut érigé dans les conditions d'une guerre froide qui pouvait à tout moment dégénérer en conflit nucléaire mondial. Rien à notre connaissance, dans les présentations caricaturales qui ont été proposées jusqu’ici dans les médias, ne permet aux Français de savoir que la division de l'Allemagne résulta du refus des Occidentaux d'accepter la proposition soviétique de mettre en place une Allemagne unifiée, démilitarisée et sérieusement dénazifiée. Rien qui permette de comprendre que le "mur" fut une réponse tardive de la RDA et du camp socialiste à la tentative permanente de l'Occident de déstabiliser l'Allemagne socialiste. Rien qui permette de comprendre que la RDA était alors un pays pauvre, qui finissait de régler ses dettes de guerre à l'URSS, alors que la RFA fut dispensée par l’Ouest de régler ses réparations et que le "miracle allemand" dut beaucoup au plan Marshall et à la remilitarisation de l’Allemagne capitaliste en tant que pays de la « ligne de front » antisoviétique. Rien qui permette à la jeunesse d’apprendre que la création de l'OTAN a précédé de loin celle du Pacte de Varsovie, de même que la création unilatérale de la RFA par ses occupants occidentaux, suivie du rattachement illégal de Berlin-Ouest à la RFA capitaliste, a précédé et suscité la création de la RDA sur l'ex-zone d'occupation soviétique. Rien non plus pour indiquer aux usagers du service public que les acquis sociaux, éducatifs, sanitaires, culturels (le pays de Brecht !) et civilisationnels de la RDA (égalité hommes/femmes garantie par l’emploi massif des femmes et par les crèches d’entreprise) étaient très importants : c’est pourquoi la majorité d’« Ossis » qui juge positivement le bilan du socialisme, n’est pas constituée de "nostalgiques" sentimentaux ; comme en Russie, où selon les sondages, 80% des citoyens jugent le « socialisme supérieur au capitalisme », ces Allemands de l’est comparent, expérience faite, ce que leur a apporté le capitalisme (chômage de masse, destruction acharnée de leur mémoire, disparition des solidarités, réunification vécue comme une annexion, chasse aux sorcières et licenciement pour délit d'opinion de milliers d' enseignants et de cadres "Ossis" remplacés par des "Wessis", « retraites de punition » pour les vétérans communistes, etc.) à ce que leur assurait le socialisme en matière de solidarité sociale.

Et cela ne signifie pas qu’ils ferment les yeux sur les manquements, contradictions, défauts et déformations (E. Honecker a livré ses propres analyses sur ce point dans ses "Moabiter Notizen") dont ce socialisme de première génération fut porteur dans les conditions très
difficiles que l'Occident lui a constamment faites (course aux armements incessante, concurrence entre deux camps inégaux du point de vue de la puissance économique, pression anticommuniste permanente, pression permanente sur Berlin qui était la « ville-front » où s’affrontaient le plus directement le système capitaliste et le système socialiste).





N
ous sommes tout spécialement outrés de la décision des chaînes publiques de transformer le lundi 9 novembre en lundi brun de l'anticommunisme d'Etat obligatoire : ce jour-là, en tout « pluralisme anti-totalitaire», les auditeurs auront le « choix » entre l'anticommunisme et l'anticommunisme, toutes les chaînes offrant le même programme. Jamais dans ces ex-pays socialistes qu'on accuse de totalitarisme on n'est allé si loin dans le conditionnement idéologique. Cette charge totalitairement anticommuniste contre le "communisme totalitaire" serait risible si elle ne cachait une entreprise continentale de criminalisation du communisme, de chasse aux sorcières et de réhabilitation insidieuse du fascisme, qui prend de l'ampleur dans toute l'Europe supranationale et dans nombre d'Etats de l'UE, dont la France.

On assiste en effet ces derniers temps, sans que les médias en disent rien, à la mise en place de lois scélérates amalgamant le communisme au nazisme, quitte à banaliser le second tout en avilissant le premier. Ce n'est pas seulement une insulte aux Soviétiques (près de 30 millions !), et spécialement de communistes soviétiques, qui donnèrent leur vie pour permettre à l'Armée rouge d'écraser les nazis, de prendre seule Berlin et d’y faire flotter le drapeau rouge, mais c'est une injure aux communistes français qui moururent par milliers pour libérer la France des nazis, et dont de nombreux monuments portent trace de Chateaubriand au Mont-Valérien en passant par la Citadelle d’Arras. C’est aussi une insulte aux victimes du génocide hitlérien qu’il est indigne de banaliser et dont maint survivant doit la vie aux libérateurs de l’Armée rouge. C'est une insulte aussi le Général De Gaulle qui déclara en 1966 : "les Français savent que la Russie soviétique a joué le rôle principal dans leur libération".

Enfin, c'est une menace pour les libertés car à l'abri de cette campagne de négation de l'histoire, qui permet à Hitler de prendre une revanche posthume sur les "rouges" allemands qui furent ses opposants les plus déterminés, des mesures liberticides sont prises partout, ou sont sur le point d’être prises dans l’Europe de Maastricht, pour réprimer les partis communistes.

A terme de telles mesures menaceront toute opposition à l'U.E., toute forme de syndicalisme de classe, toute forme de militance anticapitaliste, comme c’est déjà le cas en ex-RDA, en Hongrie, en Tchéquie, dans les pays baltes où les ex-Waffen SS bénéficient de la complaisance scandaleuse des autorités.

Et quand chez nous on honore Guy Moquet, c’est en cachant aux lycéens qu’il fut réprimé en vertu de lois anticommunistes antérieures à l’Occupation (le décret Sérol), du même genre que celle que voudraient raviver en Europe des dirigeants italiens ouvertement nostalgiques de Mussolini.




D
e manière plus générale, comme de très nombreux citoyens,
nous sommes excédés par ces campagnes médiatiques harcelantes qui durent des semaines et où un seul thème bien-pensant est martelé en violation du droit à la différence, à la pensée libre et au droit de chacun d'entendre des arguments contradictoires pour forger sa propre conviction politique.

Qui donc décide en haut lieu que pendant des semaines on martèlera sur les ondes, tantôt que le communisme est intrinsèquement pervers, tantôt (après le 11 septembre) que "nous sommes tous américains", tantôt que les Français doivent toutes affaires cessantes se passionner pendant des jours aux présidentielles américaines, etc.
Qui décide d’embrigader ainsi notre jeunesse ? Trouverait-on en haut lieu que cette jeunesse est encore trop rebelle, trop anticapitaliste et insuffisamment « européenne » comme elle l’a certes montré lors du référendum de mai 2005, des luttes anti-CPE et des européennes…?

Quand les médias se décideront-ils à laisser les gens penser par eux-mêmes au pays de Descartes ?
Qu'est-ce qui fait que, par ex., on consacre des milliers d'heures d'émission à sens unique au mur de Berlin alors qu'on évoque à peine, et sans les dénoncer franchement, ces "murs de la honte » bien réels et très actuels qu’ont érigés les puissances dominantes du monde capitaliste- : mur construit par Israël pour ghettoïser le peuple de Palestine, mur érigé pour empêcher la réunification pacifique des deux Corée, barbelés séparant les riches USA des pauvres du Mexique, murs invisibles protégeant « l’Europe-forteresse » des « dangereux immigrés » qui fuient la faim créée chez eux par les spéculateurs du monde capitaliste…

Pourquoi ce
« deux poids, deux mesures » permanent, sinon parce que les grands médias ne défendent pas les droits de l’homme, mais le CAPITALISME ?




 

Dans ces conditions, nous exigeons, en tant que citoyens ayant droit à la libre expression de leurs opinions, que l’opération totalitaire de lundi 9 novembre (une journée entière sur le mur de Berlin avec programme unique et à sens unique de toutes les radios de Radio-France !), soit annulée et qu’un débat contradictoire et « à armes égales » soit organisé à une heure de grande écoute sur les médias publics à propos du bilan comparatif du « socialisme réel » et de la restauration capitaliste à l’Est. Et qu’on n’inverse pas les choses en disant que notre modeste organisation, constamment censurée ou caricaturée depuis sa fondation, appelle à la censure : elle appelle au contraire au respect du PLURALISME et à la RUPTURE DE LA CENSURE qui frappe les communistes (exceptés ceux qui font profession d’autoflagellant !).



  


N
ous demandons aussi que l'un ou plusieurs d'entre nous soi(en)t invité(s) à une heure de grande écoute lundi 9 novembre pour présenter le "livre noir de l'anticommunisme
"
édité par notre comité avec la participation de plusieurs PC : au nom de quoi les auteurs très controversés du « livre noir du communisme » (sic) bénéficieraient-ils d’un quasi-monopole d’expression ? Y aurait-t-il une vérité historique officielle en France ? Et qu'on ne nous dise pas que le harcèlement médiatique anticommuniste est mené sous le contrôle scientifique d’historiens au-dessus de tout soupçon : à notre connaissance, aucun historien NON ANTISOVIETIQUE n'a été récemment accueilli sur les chaînes ; à aucun moment on n'a entendu à une heure de grande écoute d’anciens dirigeants NON REPENTIS de la RDA évoquer leur bilan.

Qu'est-ce donc que ce procès anticommuniste permanent où la parole n'est jamais accordée qu'à l'accusation,
sauf à dose homéopathique et en dehors des heures de grande écoute ? 




N
ous demandons aussi que
les médias permettent à ses organisateurs d’annoncer le rassemblement du 7 novembre à Paris à 15 heures, devant le métro Stalingrad, en l'honneur du 92ème anniversaire de la Révolution d'Octobre et avec le soutien du PRCF, de l'URCF, du RCC, de G. Hage, de dirigeants locaux ou nationaux du PCF, et la participation des PC de Grèce, de Cuba, d’Algérie, du PC Brésilien, des défenseurs allemands du Mémorial Ernst Thälmann, le président du KPD assassiné par les nazis, un monument dont le démontage est en cours.


Cela ne compensera pas pour autant l'énorme déséquilibre médiatique qui est créé pour discréditer le communisme à une époque où le capitalisme fait chaque jour un peu plus, y compris dans notre pays, la preuve de sa nocivité pour les acquis sociaux, l'emploi, les conditions de vie des travailleurs, le pouvoir d’achat populaire, la souveraineté des peuples, les libertés et la paix.

On connaît le mot célèbre: "quand ils s'en sont pris aux communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste... Quand ils ont arrêté les Juifs, je n’ai pas bougé, je n’étais pas juif  (…) ; quand ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour me défendre"...


Que nul ne dise à nouveau un jour qu'il ne savait pas, surtout parmi ceux qui sont payés pour défendre le pluralisme et la liberté et qui propagent en réalité jusqu’à l’écoeurement la « pensée unique » anticommuniste. 


(1) Au sens que l’idéologie dominante donne à ce mot.
 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de notre vigilance indignée.

pour le CISC, Vincent Flament et Georges Gastaud, avec le soutien de Landini Léon - Officier Lég. d'honneur – Méd. de la Résistance - Grand Mutilé de Guerre - décoré par L'URSS - Officier FTP-MOI. Roussel René – Chev. Lég. d'Honneur – Méd. de la Résistance - Croix de Guerre – Resp. cadres FTP Zone Sud - Liquidateur Nat. auprès du ministère des Armées du Front National pour la Libération de la France - des FTPF et FTP-MOI. Tchakarian Arsène – Chev. de la Lég. d'Honneur -  Croix de Guerre – Compagnon de Manouchian aux seins des FTP-MOI de la RP. Pranchère Pierre, a. député, a. FTPF des Maquis de Corrèze ; Hage Georges, a. député du nord ; Hemmen Jean-Pierre,  fils de Jean Hemmen membre du C.C. des J.C., commissaire pol. des Brigades Internationales, commandant FTPF fusillé au Mont Valérien (médaille de la Résistance, médaille de C.V. de la Résistance à titre posthume). 

http://eldiablo.over-blog.org/article-harcelement-mediatique-anticommuniste-une-lettre-adressee-au-c-s-a--38909345.html



Pouvoir populaire, ou des financiers ??? 






http://www.communisme-bolchevisme.net/images_photos_communisme_socialisme.htm



_____________________________________________________________________________


Spécial L' "ami" américain :






























American way of life























http://www.communisme-bolchevisme.net/images_imperialisme.htm



Lire aussi :


Par quoi remplacer le capitalisme ?

http://www.legrandsoir.info/Le-Mur-de-Berlin-Encore-un-mythe-de-la-Guerre-Froide.html

Le Mur de Berlin ET le mur d'Israël
http://www.dailymotion.com/video/xb20f5_mur-de-berlin-y-mur-disrael_news .

http://eldiablo.over-blog.org/article-un-entretien-avec-egon-krenz-dernier-president-de-la-r-d-a--38929901.html

liste complète 

                                          

Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 07:25
moldavie.jpg
Photo Le Monde
Alerte !
L'Occident en Moldavie :
Tentative de coup d'Etat
pour annuler les élections démocratiques.
Et rafler la mise...
Le Président Moldave a raison
de menacer de recourir à la force.
Les média-mensonges battent leur plein...

______________________________________________________________________________

Désamorcer la propagande des Médias :
Tentative de coup d'Etat
de l'Occident en Moldavie.
Editorial d' Eva


Révolution orange ! Les Médias nous célèbrent ces fameuses révolutions, où, en douceur, le pouvoir change de mains, passant de la zone d'influence russe à l'Empire usraélien.

Les Médias atlantistes fanfaronnent : Comme pour la Georgie et l'Ukraine, les peuples doivent se libérer de la tutelle de l'ogre russe ! Pour goûter enfin les douceurs de la mondialisation libérale heureuse (avec disparités scandaleuses à la clef) ...

Tout est fait pour restreindre l'influence du futur rival russe, et ensuite, les Médias menteurs parlent de politique agressive de l'Etat encerclé et dépossédé ! Doit-il se laisser faire sans réagir ? Deux poids deux mesures, encore et toujours !

Il n'y a pas de problème moldave. Les citoyens ont voté, en présence des observateurs internationaux, et il n'y a pas eu d'irrégularités. Mais la démocratie ne convient à l'Occident, que lorsqu'elle lui est favorable. En réalité, ce que veulent les Anglo-Saxons et leurs alliés, c'est la reddition de la Russie : Qu'elle accepte de perdre toute son influence dans la région. Sans murmurer ! 

En sous-mains, l'Empire manoeuvre, comme en Georgie et en Ukraine : Tentative de coup d'Etat. De l'intérieur, à l'aide d' ONG  vicieuses, officiellement humanitaires, en réalité sous-marins de l'Occident anti-démocratique et impérialiste.

L'Empire cherche à étendre son influence, au détriment de la Russie. Seulement voilà : La Russie de Poutine ne se laisse pas faire comme celle de Gorbatchev, l'homme de la chute du Mur de Berlin. Celui-ci, fort opportunément, refait d'ailleurs surface, mis en avant, choyé, dorloté, par les médias sionistes de désinformation, honteusement collabos de l'Empire. Tout est bon pour affaiblir Poutine. Et justement, comme son homologue américain Al Gore,  il enfourche la cause de la Défense de l'Environnement. Comme si elle restait le refuge de tous les ratés de la politique....

En attendant, ONG américano-sionistes et missionnaires néo-évangéliques, de concert, s'implantent dans les secteurs stratégiques, pour organiser, bien peu démocratiquement, la résistance au pouvoir en place pro-soviétique. Comme en Georgie et en Ukraine qui d'ailleurs, s'ils intègrent l'OTAN, peuvent nous conduire directement vers un conflit nucléaire planétaire : L'Empire confiant à l'Europe vassalisée le soin de faire ses guerres par procuration.... contre la Russie, puis contre la Chine.

Nous avons frôlé la catastrophe avec la guerre du Caucase, provoquée par l'Occident. Heureusement, la Georgie n'avait pas encore intégré l'OTAN. En vertu de l'article V, un pays attaqué (en réalité, c'est la Georgie qui a mené l'offensive) reçoit aussitôt le renfort des pays membres de l'OTAN.

Sarkozy nous a fait rentrer dans l'Alliance atlantique. Si la Georgie et l'Ukraine intègrent à leur tour l'Organisation du  bras armé de l'Occident, adieu la paix en Europe !

Ainsi, les citoyens européens seront doublement floués : Perte de la maîtrise de leur destin (oubliés, les Etats souverains, choisissant eux-mêmes leur politique !), tout se décidant à Bruxelles, à leur détriment d'ailleurs; et renoncement à la Paix, pourtant objectif premier de l'Union Européenne.

Ce qui se joue en Moldavie, c'est donc non seulement l'avenir du pays, son indépendance, mais aussi le partage d'influence russo-américain, et la paix dans la région. La Russie perdra-t-elle un nouveau territoire ? Et sans réagir ? L'Empire se rapprochera-t-il encore un peu plus de la Russie, pour mieux l'encercler, l'affaiblir, et au final, la dévorer ? C'est la domination du monde qui se joue, encore et toujours, pour l' Occident, nullement décidé à renoncer à son hégémonie.

Autant dire qu'une nouvelle poudrière vient de s'ouvrir. Si Washington ne peut parvenir à ses fins coloniales en provoquant, en douceur, de l'intérieur, une nouvelle révolution orange, gageons qu'il sera prêt à passer à la vitesse supérieure en employant la force. Nul ne doit lui résister. De son côté, la Russie de Poutine a relevé la tête; elle n'est plus décidée à se laisser broyer par les stratèges de l'Empire.

Pour préserver les chances de paix, il faut parvenir à l'édification d'un monde multipolaire. Equilibré. Si la Russie perd un nouveau territoire, nous nous éloignons de celui-ci. Et nul ne sait comment se terminera cette nouvelle lutte d'influence.

Résistons à la désinformation ! Oui, lecteurs, on nous ment.  La Russie, légitimement, doit maintenir son pré-carré. Sa politique est mesurée. La Moldavie, quant à elle, a voté démocratiquement. Nous ne devons pas tolérer de voir le verdict des urnes remis en cause par des étudiants remontés à bloc par les agents de l'Occident, vendant de manière éhontée le "paradis" libéral, prêts à tout pour discréditer la Russie.

La propagande doit cesser, en Moldavie comme dans les Médias. 

C'est toujours dans la zone des Balkans ou du Caucase qu'éclatent les guerres mondiales. Soyons sur nos gardes. 

L'étincelle pourrait partir du flanc oriental de l'Europe.

Et nous avons tout à perdre de cette pseudo Révolution orange. 

Eva 

N.B. L'article du Monde est infâme. "Fraude, mensonges", etc - la propagande éhontée commence !!!

http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/04/08/moldavie-les-resultats-des-elections-nous-ont-brises-une-rage-folle-s-est-reveillee-en-nous_1178349_3214.html


TAGS : Caucase, Russie, Moldavie, ONG, Poutine, Gorbatchev, OTAN, Al Gore, Révolution range, ONG, Occident, Empire usraélien, Europe, UE, guerre, médiamensonges, Frédéric Delorca, Georgie, Ukraine, Balkans, démocratie, sioniste, défense de l'environnement, coup d'Etat, Sarkozy, paix ...


Alerte !
Ca bouge en Georgie aussi.

Mais cette fois, contre le tyran à la tête du pays, fanatiquement pro-Occident, pro-Atlantiste, pro-Sioniste... et terriblement va-t-en guerre ! Trop extrémiste, et donc gênant pour les Maîtres du monde. Gageons que ces troubles sont eux aussi provoqués par les dignitaires occidentaux, mais cette fois pour placer à la tête du pays une marionnette plus docile, et moins belliqueuse. Eva

__________________________________________________________________________

bear_and_eagle2.jpg



Je trouve à l'instant l'article du journaliste Frédéric Delorca. Il n'est pas dupe, lui non plus... évidemment !


Mercredi 8 avril 2009

Une nouvelle "révolution orange" en Moldavie ?

par Frédéric Delorca



P1010118-copie-1.JPGLa Moldavie était jusqu'ici avec Kaliningrad (qui appartient à la Russie) et la Serbie (toujours retenue aux portes de l'UE et qui a signé récemment un accord gazier avec Moscou) une des trois enclaves sur lesquelles la Russie pouvait jouer pour faire pression sur les Occidentaux en Europe. C'est aussi la plus fragile : c'est un petit pays pauvre, rural, à l'identité culturelle peu marquée (les russophones y sont nombreux, même hors de Transnistrie, et la langue roumaine n'y est pas très "académique").

Le président communiste Voronine (au pouvoir depuis 2001) après avoir pendant un temps joué la carte de l'adhésion à l'Union européenne s'était rapproché de Moscou, renonçant à la perspective d'un rattachement avec la Roumanie, voulu par les nationalistes de ce pays. Mais ce rêve du rattachement (qui a provoqué la sécession de la Transnistrie en 1991, aujourd'hui en passe de se réconcilier avec Voronine), un rêve qui mêle l'aspiration à rejoindre l'Union européenne à de vieux relents russophobes (dont les effets les pires se manifestèrent dans les années 1940), est loin d'être épuisé, à Chisinau comme à Bucarest, d'autant que beaucoup de Moldaves depuis 2002 ont acquis la double nationalité moldave-roumaine, tolérée par le gouvernement (notamment pour faciliter les perspectives de migration vers l'Union européenne).

Dimanche dernier à l'issue de la victoire du parti communiste (au pouvoir) au terme d'élections jugées régulières par l'
OSCE. A l'annonce des résultats, des manifestants protestant contre la victoire du Parti communiste aux législatives de dimanche avaient pénétré en force dans les bureaux de la présidence et dans l'enceinte du Parlement. D'emblée l'idée qu'il pouvait s'agir d'une "révolution colorée" manipulée de l'extérieur, comme en Ukraine ou en Géorgie, est venue à l'esprit des observateurs. Un député russe, Vladimir Pekhtine, a proposé de l'appeler la "révolution des lilas". Reuters hier témoignait de l'arrivée massive par bus entiers de gens de Roumanie pour soutenir les manifestations à Chisinau, une façon d'organiser des manifestations "spontanées" comme on en vit déjà à Belgrade, à Kiev, à Tbilissi.

Le président moldave Vladimir Voronine
a accusé la Roumanie d'être impliquée dans les violentes émeutes. Il a expulsé l'ambassadeur de Roumanie, et approuvé dans la foulée l'introduction d'un régime de visas avec la Roumanie (la Roumanie a introduit un régime de visas pour les Moldaves après son adhésion à Union européenne en 2007).  Il a déclaré aujourd'hui que les "sponsors des troubles" de Chisinau avaient quitté le pays et que 118 organisateurs des violences avaient été arrêtés tout en évitant de réprimer violemment les collégiens et lycéens mobilisés par les opposants. Les médias atlantistes français, à commencer par Le Monde, donnent la parole ce soir aux partisans des insurgés. La BBC qui rapporte les propos du responsable de son service Russie Mark Grigoryan estime toutefois que le PC moldave bénéficie du soutien populaire et que les émeutiers ont peu de chances d'obtenir gain de cause.

FD

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-30022500.html


Les manifestants moldaves attaquent le Parlement et le palais présidentiel
Les faits Moldavie : le président dénonce une tentative de coup d'Etat

http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/04/08/moldavie-les-resultats-des-elections-nous-ont-brises-une-rage-folle-s-est-reveillee-en-nous_1178349_3214.html


Mercredi 8 avril 2009
  p1000118.jpg Quand on regarde la carte de l'Europe, on se rend compte que la Russie dispose de trois enclaves "non européisables à court terme", tributaires de son aide économique (des fournitures de gaz notamment) : Kaliningrad, qui lui appartient, la Moldavie de Voronine, et la Serbie (dont l'adhésion à l'UE reste problématique).

Le mâillon faible du dispositif est la Moldavie, petit pays pauvre, rural, à l'identité culturelle peu marquée (les russophones y sont nombreux, même hors de Transnistrie, et la langue roumaine n'y est pas très "académique").

Il n'est pas étonnant que certains aient songé à y mener une petite "révolution orange" à l'issue des élections législatives de dimanche. "Certains", c'est à dire peut-être certains éléments nationalistes roumains de Bucarest... peut-être aussi certains lobbies occidentaux (européens, voire états-uniens) ? Il est trop tôt pour le dire, mais on voit bien qui cette insurrection de l'opposition moldave favorise...  (certainement, c'est signé, comme d'habitude. eva)

http://delorca.over-blog.com/article-30015788.html



Victoire écrasante des communistes aux élections législatives en Moldavie



L'Union européenne s'inquiète de la crise moldave, dernier exemple en date de l'instabilité des pays frontaliers de l'UE à l'Est, mais cherche avant tout à ne pas en faire un nouveau sujet de friction avec la Russie.

 

 

 

1377445022-l-union-europeenne-s-inquiete

 

 

Pour des diplomates en poste à Bruxelles, il est trop tôt pour dire si le conflit entre le pouvoir et l'opposition à Chisinau débouchera sur un changement de régime, comme ce fut le cas en Ukraine, en Géorgie et dans d'autres anciennes républiques soviétiques.

Mais le soutien bruyant apporté par la Russie au président communiste moldave, qui a accusé le voisin roumain d'ingérence, illustre les risques d'escalade internationale du conflit.

Pour Andrew Wilson, du Conseil européen en relations internationales (ECFR) basé à Londres, l'Union européenne ne peut se contenter du rôle d'observateur dans cette crise.

"L'UE doit y aller, et elle doit y aller maintenant", dit-il en suggérant l'envoi sur place de Javier Solana, porte-parole de la diplomatie européenne, pour une mission de médiation.

"C'est vrai que ça mettrait sacrément en colère la Russie", concède-t-il, au moment où Washington tente de faire redémarrer les relations américano-russes sur de nouvelles bases.

La Moldavie est un enjeu géopolitique au même titre que cette demi-douzaine d'anciennes républiques soviétiques que Moscou appelle "l'étranger proche" et que l'UE qualifie de voisins de l'Est.

La Russie et les Occidentaux n'ont cessé ces dernières années de se lancer des accusations autour de cette question. Moscou peste contre l'élargissement de l'Otan à l'Est, qu'elle perçoit comme une agression, tandis que l'UE et les Etats-Unis reprochent à Moscou d'utiliser sa puissance pour faire pression sur ses anciens satellites.

La réaction européenne aux évènements de Chisinau a pour l'instant été très prudente. Les Vingt-Sept ont juste convenu d'envoyer un émissaire sur place pour observer l'évolution de la crise, mais on n'envisage à ce stade aucun autre rôle pour lui, explique un diplomate européen.

COMME EN UKRAINE?

Dans une déclaration publiée mardi, l'Union européenne a lancé un appel au calme, tout en rappelant au gouvernement moldave le droit des opposants, pour beaucoup d'entre eux pro-européens, à manifester librement.

Les Européens s'en tiendront là pour l'instant, estime-t-on dans les milieux diplomatiques à Bruxelles, même si la crise moldave a pris une tournure internationale mercredi avec les accusations lancées par Chisinau contre Bucarest.

Pour plusieurs analystes, la comparaison avec la "révolution orange" en Ukraine est inopportune. "Pour nous, cela n'a pas de sens", juge Luis Costa, de la Commerzbank, en soulignant que l'affaire moldave n'a suscité que peu de réactions dans la région.

Il n'empêche que toute impression d'apaisement serait trompeuse.

Joanna Gorska, d'Eurasia Forecasting, insiste sur le fait que la crise économique mondiale a durement frappé la Moldavie, en réduisant sensiblement les investissements et en diminuant les mandats envoyés par les immigrés moldaves, source essentielle de revenus dans le pays le plus pauvre d'Europe.

La prudence des Européens s'explique aussi par les négociations en cours pour tenter de résoudre l'épineuse question de la Transnistrie, région russophone de l'est de la Moldavie qui a fait sécession.

La Moldavie, la Transnistrie et la Russie ont convenu le mois dernier du déploiement d'un contingent européen qui remplacerait la force de paix russe déployée dans la province autonome, mais seulement après la conclusion d'un accord de paix global.

"Pour régler cette question, on a besoin de stabilité en Moldavie", note Joanna Gorska.

A plus court terme, la tension en Moldavie pourrait renforcer le flou qui entoure le lancement prévu le 7 mai à Prague du "Partenariat oriental" visant à renforcer les liens politiques et économiques entre l'UE et six anciennes républiques soviétiques - Ukraine, Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Moldavie et Biélorussie.

D'ores et déjà, des doutes existent quant à la présence à Prague du président biélorusse Alexandre Loukachenko, compte tenu des réserves européennes sur la situation des droits de l'homme à Minsk.

"Les invitations n'ont pas été lancées", se contente de commenter une porte-parole de la Commission européenne.

Version française Pascal Liétout

(article intégralement reproduit - Lu sur Vigi-Infos)

arton3121.jpgPas de partage ! Monde unipolaire ?


La mission mondiale nauséabonde de l’OTAN

L’OTAN, le bras principal à l’étranger du complexe militaro-industriel des Etats-Unis, ne fait que s’étendre. Sa raison d’être originale, le bloc soviétique supposé menaçant est mort depuis 20 ans. Mais à l’instar du complexe militaro-industriel lui-même, l’OTAN est maintenue en vie et continue de croître par des intérêts économiques bien établis, l’inertie institutionnelle et un état d’esprit officiel proche de la paranoïa, avec des groupes de réflexion qui cherchent désespérément des « menaces ».

Suite à http://www.michelcollon.info/index.php?view=article&catid=1%3Aarticles&id=1991%3Ala-mission-mondiale-nauseabonde-de-lotan&option=com_content&Itemid=2

banques.jpg

Nationaliser les banques ?

Le mal qui ronge la finance dévore à présent l’économie mondiale dont elle a tiré sa substance. Quand une banque s’écroule, une autre la rachète, garantissant ainsi que l’Etat devra la sauver, elle, puisqu’elle devient « too big to fail » (« trop grosse pour faire faillite »). Un peu partout, dans la précipitation et le couteau sur la gorge, le contribuable paie des milliers de milliards de dollars pour secourir les plus grandes institutions financières. Or nul ne sait combien d’« actifs toxiques » demeurent dans leurs entrailles, ni combien il va falloir encore payer pour acquérir la pile montante de leurs créances avariées. Le bilan de la déréglementation financière, le voilà.

suite à http://goudouly.over-blog.com/article-29957938.html


Succession confuse en Arabie saoudite 
Succession confuse
en Arabie saoudite

En Arabie saoudite, le roi Abdallah Ier (85 ans) donne des signes de fatigue. Il avait désigné son demi-frère Sultan (81 ans), ministre de la Défense et vice-Premier ministre, pour lui succéder. Mais celui-ci est atteint d’un cancer. Il est soigné depuis cinq ans et serait en phase terminale. Plusieurs autres prétendants sont atteints de la maladie d’Alzheimer.

Dans ces circonstances, le roi a nommé un de ses autres demi-frères, le jeune Nayef (76 ans) 2ème vice-Premier ministre en plus de ses fonctions de ministre de l’Information et de l’Intérieur (appréciez le cumul).

La rumeur n’a pas tardé à se répandre que le prince
Bandar (60 ans), fils biologique de Sultan et fils spirituel de George Bush Sr., que l’on dit en disgrâce pour avoir aidé au financement de l’attaque israélienne contre Gaza et dont on est sans nouvelles depuis des semaines, projetterait d’assassiner le roi pour faire monter son père sur le trône avant qu’il ne meure et laisse la couronne filer à Nayef et ses enfants.

Ces nouvelles ont suscité l’inquiétude, d’autant que le prince Nayef étant connu pour son rigorisme et son intransigeance, et le prince Bandar pour son implication dans presque tous les coups tordus de la CIA au Proche-Orient. Aussi le prince Talal, un autre prétendant, a-t-il demandé au roi de bien vouloir confirmer que le titre de vice-Premier ministre ne signifiait pas « prince héritier ».

L’étalage public de ces divergences affaiblit un peu plus la dynastie des mille princes alors que la majorité d’entre eux ont sombré dans la toxicomanie et que la révolte gronde dans plusieurs provinces.


http://www.voltairenet.org/article159489.html
.
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-29939225.html

 
Articles récents
 
 
 
 
Le rattachement de la gendarmerie au Ministère de l'Intérieur : Quels enjeux ?
 



PARIS (AFP) — L'humoriste controversé Dieudonné a annoncé samedi qu'il serait candidat "anti-sioniste" aux élections européennes du 7 juin, appelant tous les "infréquentables" à rejoindre sa liste en Ile-de-France.

Il a résumé son positionnement, lors d'une conférence de presse dans son théâtre parisien de la Main d'Or, par "l'anti-communautarisme et l'anti-sionisme".

"Les électeurs auront le choix d'un vote anti-sioniste clairement affirmé, qui ne se cache pas", a-t-il ajouté.

"Il faut se battre contre le système béké. On l'appelle comme ça en Guadeloupe. En France c'est le système sioniste, c'est exactement la même chose. Ce sont les esclavagistes et on est des esclaves. Il faut qu'on se libère!", a-t-il lancé, disant son admiration pour le leader du mouvement social en Guadeloupe Elie Domota.

"Le sionisme gangrène la France, c'est un danger", a-t-il affirmé. Selon lui, il faut également se battre "contre ce repli communautaire. Il faut que la République retrouve son sens et que nous chassions toutes les organisations mafieuses du type le Crif, de la République".

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-29316376.html

   

liste complète 

 


 

Procès en Israël pour corruption au Congo : des diamants en échange d'un contrat de défense Par Yitzhak Danon, Globes (Israël) 18 février 2004 Un ancien officier de l'Unité Antiterroriste soutient que des responsables militaires, des hommes d'affaires et des personnalités politiques israéliens sont impliqués [dans cette affaire]. Yossi Kamisa, un ancien officier de l'Unité Antiterroriste de la Police des ...


 

Nourrir 9 milliards d'humains sans OGM, c'est possible

 




liste complète 
Les avoirs toxiques atteindraient 4.000 milliards de dollars 



Le piège d'Internet

Hugo Chavez :  
"Prenez la décision d'accorder 500 milliards
de dollars au FMI et à la Banque mondiale.
Cela revient à jeter de la viande aux vautours:
la situation ne fera qu'empirer"




L’OTAN soutient l’escalade de la guerre en Afghanistan
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13084






NS-Z-stop.jpg
Selon un proche de Dominique Strauss-Kahn,
le chef de l'Etat aurait demandé au président
du FMI d'être son premier ministre.

La proposition de Sarkozy à DSK
C'est un proche de Dominique Strauss-Kahn qui raconte l'histoire. Il y a
deux mois et demi environ, «le président de la République a demandé
à DSK s'il voulait être son premier ministre». Le directeur,
socialiste, du Fonds monétaire international a décliné l'offre.
«Si cela était arrivé, ça nous aurait achevés totalement»,
ajoute ce responsable du PS.


 

Le Premier ministre moldave, Zinaida Greceanii, a averti jeudi que les autorités de cette ancienne république soviétique majoritairement roumanophone n'hésiteraient pas à utiliser tous les moyens, y compris les armes, en cas de nouvelles manifestations violentes de la part de l'opposition.

 

 

 

684067073-le-premier-ministre-moldave-av

Dans une allocution télévisée à la nation, elle a accusé l'opposition de préparer de nouveaux rassemblements, vendredi et samedi, pour contester la victoire du Parti communiste au pouvoir aux élections législatives du 5 avril.

"Les organisateurs du plus grand crime jamais commis dans l'histoire de la Moldavie s'apprêtent à utiliser de nouveau nos enfants pour mettre à sac le siège du gouvernement dimanche", a déclaré le Premier ministre.

"Si nous autorisons cela, ce sera difficile d'éviter des victimes. Les policiers useront de tous les moyens, y compris les armes, pour préserver l'ordre constitutionnel dans notre pays".

Auparavant, la Russie a demandé à l'Union européenne et à la Roumanie de garantir la souveraineté de la Moldavie, où des émeutes post-électorales ont embrasé la capitale

Sur le blog de Sly (article cité en entier)

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 06:34
Une région de la plus haute importance
sur le plan géo-stratégique, et
qui va être âprement disputée.

Et si la guerre mondiale partait de là ?
C'est juste une opinion personnelle.

Quoiqu'il en soit, l'enjeu est de taille.
Débouché maritime pour la Russie
et espace très convoité.

Comment va réagir la Russie ?
Et l'Ukraine ? Et les USA ?
Et aussi l' Europe
(normalement inféodée à l'Empire).

Comme moi, découvrez ce futur point chaud...

Eva





Peuplée majoritairement de Russes, La Crimée rattachée depuis 1954 à l’Ukraine pourrait être le prochain théâtre d’une crise grave. Le port de Sébastopol, loué à la Russie constitue un dangereux point de friction entre Moscou et Kiev, qui a soutenu la Géorgie.
 
L’enjeu ? Une flotte russe de 20 000 militaires et d'une quarantaine de bâtiments basés à Sébastopol, moyennant un loyer annuel de 93 millions de dollars versé à l’Ukraine. Sur le papier les forces russes doivent plier bagage en 2017. Mais Moscou pourrait en décider autrement. Et réaliser un vieux rêve : Annexer la Crimée.

Récemment le maire de Moscou a appelé la Crimée à la sécession. Les russes y ont déjà distribué 20 000 passeports (le même procédé avait été utiliser en Ossétie du sud et en Abkhazie) Du coup, la peur s’installe face à la monté des tensions entre Kiev et Moscou.

http://www.geostrategique.net/viewtopic.php?t=6479&sid=bdfc5ca4a7dfe3360cd9fdec584f8a1d


Sur Wikipedia, extraits :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Crim%C3%A9e



La région devînt russe en 1774, après la guerre russo-ottomane (1768-1774). Le traité de Iassy qui fut signé fit sortir le khanat de Crimée du giron ottoman pour le transférer dans l'Empire russe. Dès lors les Tatars Nogays de Crimée devinrent minoritaires dans ce qui était devenu leur pays depuis 5 siècles.

La Russie colonisa les territoires qu'elle venait d'enlever à l'Empire Ottoman de Slaves (Grands-Russiens et Petits-Russiens, c'est-à-dire Russes et Ukrainiens). Les Cosaques furent chargés de pacifier les Tatars. La Crimée fut intégrée dans le Gouvernement de Tauride; des villes aux noms grecs antiques furent élevées et peuplées, des voies ferrées construites, des marais assainis. Cependant, la Guerre de Crimée, qui eut lieu entre 1854 et 1856, ruina l'économie et les structures sociales de la Crimée.

En 1921 fut créée la République socialiste soviétique autonome de Crimée, partie de la République socialiste fédérative soviétique de Russie.


La Crimée fut la scène des batailles parmi les plus sanglantes de la Seconde Guerre mondiale. Les Allemands subirent de nombreuses pertes lors de leur progression vers la Crimée, notamment lors du passage liant l'Ukraine à la Crimée par l'étroite bande de l'isthme de Perekop durant l'été 1941. Une fois passés, les Allemands occupèrent en grande partie la Crimée, à l'exception de la ville de Sebastopol, à qui fut décerné le titre de Ville Héros par la suite. Sebastopol résista au siège d'octobre 1941 jusqu'au 4 juillet 1942. En mai 1944, les troupes soviétiques libérèrent la ville.


Le 18 mai 1944, Staline lança la déportation des Tatars de Crimée comme forme de punition collective. Trois jours plus tard, le nettoyage ethnique était fini. Il est estimé que 46 % des déportés moururent de faim ou de maladie. En 1967, les Tatars de Crimée furent réhabilités mais leur exil ne prit pas fin pour autant avant les premiers retours massifs à partir des années 1980.


La République socialiste soviétique autonome de Crimée fut abolie en 1945 et transformée en province de Crimée, toujours partie de la République socialiste fédérative soviétique de Russie. En 1954, Nikita Khrouchtchev lui-même ayant longtemps vécu en Ukraine, offrit la province à la République socialiste soviétique d'Ukraine pour marquer le 300e anniversaire de la réunification de la Russie et de l'Ukraine.

Avec l'effondrement de l'Union soviétique, il devient difficile à accepter pour une grande partie de sa population, d'origine russe ou russophone, que la Crimée soit dorénavant une partie intégrante de l'Ukraine indépendante. Cette situation provoqua de nombreuses tensions entre la Russie et l'Ukraine, exacerbées par la présence de l'ex-flotte soviétique (devenue russe) de la mer Noire sur la péninsule, laissant planer le risque d'un conflit armé.

Avec les défaites des partis nationalistes ukrainiens les plus radicaux, les tensions se sont momentanément apaisées. La Crimée proclama ses propres lois le 5 mai 1992, mais décida plus tard de rester dans l'Ukraine en tant que république autonome. La ville de Sebastopol possède aussi un statut spécial en Ukraine. Les langues officielles de la Crimée sont le russe et l'ukrainien. Le tatar de Crimée n'a pas de statut officiel. On y parle aussi le grec, l'arménien et le roumain.


Le débarquement de matériel militaire américain dans le port de Théodosie le 27 mai 2006 en prévision de l'exercice Sea Breeze 2006 a ravivé les passions. Le rattachement de la Crimée à l'Ukraine n'avait été reconnu qu'en 1997 par la Russie, pour dix ans seulement et uniquement compte tenu du statut autonome de la république de Crimée. Il en est résulté un clivage à l'intérieur-même de l'Ukraine entre les pro-russes et les pro-occidentaux.

La Russie exerce une influence certaine dans les affaires intérieures de l'Ukraine, en particulier, à travers la distribution des passeports russes à la population russophone de la Crimée. Cette situation perdure depuis 1996-1997 et évolue selon le même modèle qu'en Géorgie (la "passeportisation" des Ossètes du Sud et des Abkhazes).[réf. nécessaire] Les tensions autour du statut de la ville de Sebastopol et les questions relatives au retrait de la flotte russe de la mer Noire y stationnant ravivent de nombreuses inquiétudes quant aux relations entre la Russie et l'Ukraine.





Crimée: Iouchtchenko redoute
le "scénario abkhaze" (Gazeta.ru)



MOSCOU, 11 décembre - RIA Novosti. Viktor Iouchtchenko a menacé de déchoir de leur nationalité les Ukrainiens ayant obtenu des passeports russes; les experts estiment que le président ukrainien redoute la répétition du "scénario abkhaze" en Crimée, tout en ne voyant pas comment cette idée pourrait être mise en pratique, indique jeudi le quotidien Gazeta.ru.

Des discussions houleuses autour de la double nationalité ont fait rage en Ukraine suite à la guerre qui a opposé en août la Russie et la Géorgie. Kiev et Bruxelles redoutaient que les autorités russes ne cherchent à détacher de l'Ukraine la presqu'île de Crimée, à l'instar de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie.


La quasi-totalité des habitants de ces territoires, dont l'indépendance a été reconnue par Moscou, s'étaient vu délivrer des passeports russes au cours des années 2000. Avant le conflit d'août, on ne faisait que "dire et parfois écrire" que les normes constitutionnelles concernant l'interdiction de la double nationalité n'étaient pas respectées, raconte Vladimir Fessenko, directeur du centre d'études politiques appliquées Penta de Kiev. Mais après la guerre russo-géorgienne, le pays a plongé dans une "hystérie objective et subjective".


Selon M. Fessenko, la réaction du président ukrainien est "plutôt empreinte d'émotion". "L'envergure de ce problème a bien sûr été exagérée. On ne peut pas parler de centaines de milliers, mais seulement de milliers de personnes ayant la double nationalité, et ce moins en Crimée que dans la région de Tchernovtsy, où les Ukrainiens obtiennent des passeports roumains, et en Transcarpatie, où la population cherche activement des moyens de partir en Europe à l'aide de papiers hongrois", raconte l'expert.


Alexeï Vlassov, directeur du centre d'étude de l'espace postsoviétique de l'Université d'Etat Lomonossov de Moscou, coïncide avec le point de vue de son collègue ukrainien: "Il s'agit d'une déclaration politique du président, car il n'existe guère d'instruments réels de vérifier si ses concitoyens détiennent vraiment des passeports étrangers".


D'après M. Vlassov, l'initiative de Iouchtchenko fait écho à une autre nouveauté, débattue depuis un certain temps dans les couloirs du parlement russe. La Douma d'Etat et le Conseil de la Fédération (chambres basse et haute du parlement russe) évoquent depuis l'été dernier la possibilité d'introduire une "carte de Russe" qui donnerait aux Russes résidant à l'étranger le droit de jouir d'avantages sur le territoire de la Russie. Moscou ne cache pas que cette carte serait principalement destinée aux Russes ethniques habitant en Ukraine.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

 
http://fr.rian.ru/world/20081211/118805605.


L’Union des officiers soviétiques de la Crimée
déclare la "guérilla" à l’OTAN
(JPEG)


SIMFEROPOL, 23 mars - Les participants à un meeting vendredi à Simféropol (Crimée) ont exigé de l’
OTAN qu’elle renonce à ses manoeuvres conjointes avec l’Ukraine, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.


"Si l’OTAN refait son apparition sur notre sol, nous ne perdrons pas notre temps en palabres. Nous frapperons. Si les otaniens viennent en avions, nous les abattrons. S’ils arrivent sur des navires, nous les coulerons. S’ils essaient de déployer sur le territoire de l’Ukraine des systèmes de défense antimissile (DAM/ABM), nous les détruirons. Il y a parmi nous suffisamment d’hommes expérimentés et possédant les aptitudes appropriées, reçues au sein de l’Armée soviétique. Ainsi, les otaniens n’auront alors qu’à s’en prendre à eux-mêmes"
, a notamment déclaré le président de l’Union des officiers soviétiques de la Crimée, Sergueï Nikouline.

Selon la police, plus de 150 personnes participent aujourd’hui au rassemblement anti-OTAN en face de la Représentation permanente du président de l’Ukraine en Crimée.


Les manifestants brandissent des drapeaux rouges et des banderoles où on lit : "Le fascisme ne passera pas" et "L’OTAN - une guerre contre les Slaves".


Ils ont déjà brûlé des dizaines  d’emblèmes de l’OTAN
en papier.


"Le corps des officiers de Crimée, toutes les forces patriotiques de gauche de l’autonomie (de la Crimée) se déclarent en état de guerre avec l’OTAN"
, lit-on en substance dans la résolution du meeting.

Selon les organisateurs de cette action de protestation, "ce meeting est une réaction à la volonté proclamée de l’Alliance de l’Atlantique Nord de déployer un bouclier antimissile dans les pays d’Europe Centrale et au projet de Loi sur le renforcement de la liberté, adopté récemment par le congrès des Etats-Unis.

Des exercices conjoints des forces armées de l’Ukraine et des troupes de l’OTAN sous le nom de code "See Breez-2007" sont prévus pour le mois de juillet prochain dans la région d’Odessa.

Comme l’a fait savoir le 22 mars dernier le ministre de la Défense de l’Ukraine, Anatoli Gritsenko, la semaine prochaine, la Rada Suprême (parlement ukrainien) examinera la question de l’accès des troupes étrangères sur le territoire du pays pour participer aux manoeuvres évoquées.

Selon le "référendum populaire" qui s’était déroulé en Crimée le 19 décembre 2006, ainsi que d’après le sondage-scrutin, organisé à Simféropol le 18 mars dernier, plus de 98% des habitants de ces régions ne soutiennent pas la politique extérieure de l’Ukraine tendant à l’adhésion du pays à l’Alliance de l’Atlantique Nord.

(Source :RIA Novosti)

http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=1619




La Crimée hostile à l'adhésion de l'Ukraine
à l'OTAN (auditions parlementaires)



SIMFEROPOL (Crimée), 24 septembre - RIA Novosti. Dans leur écrasante majorité, les participants aux auditions au Parlement de Crimée ont désapprouvé mercredi la politique de Kiev tendant à faire adhérer l'Ukraine à l'OTAN, rapporte le correspondant de RIA Novosti.

La demande ukrainienne de participation au Plan d'action pour l'adhésion à l'OTAN a été déposée malgré le désaccord de plus de la moitié de la population du pays. Même si elle n'a pas été acceptée au sommet de l'Alliance en avril, son examen a été reporté à décembre prochain.
Quatorze personnes sont intervenues pendant les auditions, dont deux seulement ont appuyé le pouvoir ukrainien dans sa volonté de faire de l'Ukraine un membre de l'Alliance atlantique. Pour les autres, cette politique nuit au pays.
 
"L'Ukraine fait déjà partie d'un système de sécurité collective: l'Accord de Budapest a fait des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Russie et de la Chine les garants de l'intégrité territoriale et de l'indépendance de notre pays. Alors pourquoi aurions-nous encore besoin des garanties de l'OTAN?", s'est interrogé le député du Parti socialiste Valeri Ivanov.
Efim Fiks, du bloc de partis d'opposition "Ne Tak!", a estimé qu'une fois membre de l'OTAN, l'Ukraine porterait atteinte au Traité d'amitié et de coopération avec la Russie et "radierait automatiquement la Russie de la liste des pays garantissant sa sécurité et l'intangibilité de ses frontières".


Selon M. Fiks, l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance "mettra un terme à l'amitié des peuples ukrainien et russe, brisera leurs liens culturels et de parenté qui se sont formés en trois cents ans".

 
"La Russie cessera de coopérer avec l'Ukraine dans les industries de défense. Selon les experts, les pertes de l'Ukraine pourraient s'élever au cours de la première année qui suivra cette rupture à 7 à 10 milliards de dollars, et des centaines de milliers d'ouvriers se retrouveront sans emploi", a indiqué l'élu ukrainien.


Au cours des auditions, un piquet composé de près de 150 militants de partis politiques de Crimée a exigé que soit condamnée la politique tendant à entraîner l'Ukraine dans l'Alliance.
Aux termes de "référendums populaires" (leurs résultats ne sont pas pris en compte par Kiev), menés notamment en Crimée, dans la région de Nikolaïev (sud) et à Kiev, 84% à 99% de la population a dit désapprouver la politique d'adhésion à l'OTAN. Entre janvier et septembre 2008, une dizaine de meetings anti-OTAN ont eu lieu en Crimée. En revanche, l'adhésion à l'Alliance est appuyée par une grande partie de la population des régions occidentales du pays. Selon Oleg Slioussarenko qui représente le Parti des Régions au parlement criméen, "la politique entraînant l'Ukraine dans l'OTAN accélère la dislocation du pays".
 
http://fr.rian.ru/world/20080924/117074974.html




___________________________________________________________________________________




Merci à Frédéric Delorca qui m'a aidée
à constitiuer cette parution sur la Crimée,
suite à ma demande.
Voici ses derniers posts,
son livre est en présentation de mon blog.



Je vous conseille la lecture de http://www.tlaxcala.es/pp.asp?lg=fr&reference=6586, à propos de la proposition de loi 1080 « visant à interdire le port de signes ou de vêtements manifestant ostensiblement une appartenance religieuse, politique ou philosophique à toute personne investie de l'autorité publique, chargée d'une mission de service public ou y participant concurremment » du groupe de 65 députés (dont 63 UMP ). Un sujet compliqué sur lequel j'ai déjà dit un mot dans mon bouquin. Le regain d'intérêt de l'UMP pour la Turquie à cette occasion est intéressant à noter.



http://delorca.over-blog.com/article-25857926.html






Ainsi parlait Robespierre :
Une citation de Robespierre
qui garde toute son actualité :


" La déclaration des droits n'est point la lumière du soleil qui
éclaire au même instant tous les hommes ; ce n'est point la foudre qui frappe en
même temps tous les trônes.
La plus extravagante idée qui puisse naître dans la tête d'un
politique, est de croire qu'il suffise à un peuple d'entrer à main armée chez un
peuple étranger, pour lui faire adopter ses lois et sa constitution. Personne
n'aime les missionnaires armés ; et le premier conseil que donnent la nature
et la prudence, c'est de les repousser comme des ennemis "
  
http://zebrastationpolaire.over-blog.com



Quelques liens :



A lire :
Le dernier article de notre ami
Salim Lamrani
Venezuela : de la victoire électorale
à l’amendement constitutionnel

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11390


Victoire des ouvriers de Republic Windows & Doors aux Etats-Unis : « Cela montre que l’on peut se battre et que l’on doit se battre. »

Réflexions du companero Fidel: l’injustifiable destruction de l’environnement

Affaire Madoff : la malhonnêteté ordinaire, par Paul Jorion

André Gérin soutient le mouvement lycéen, exige le retrait définitif du projet Darcos et condamne les casseurs “qui en ont rien à foutre de l’Ecole de la République”…

RAOUL CASTRO à Caracas par Lazaro Barredo MEDINA, envoyé spécial de Granma international

Sur Changement de Société



________________________________________________________________________________________




Le suicide au boulot :

(..) A sa manière, Ph. a contribué à la résolution du "problème" de la retraite : à quand l'euthanasie organisée, méthodique, systématique… des vieux et vieilles travailleurs-euses ?
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-25851177.html



 
  

"Un des blocages à la paix est clairement le problème des  colonies", a estimé Brown
,
ajoutant que "J'espère qu'au cours des  né gociations dans les prochaines semaines ou les prochains mois,  ce sera reconnu comme une barrière à franchir".  
"Etablir un Etat palestinien viable avec une économie stable et un secteur privé prospère est une partie cruciale de ce processus", a ajouté M. Brown. 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 22:40

Statistiques R-sistons, visiteurs individuels  hier (ça représente I/3 des lecteurs,
sans compter les abonnés) :
1 047 pages vues -
580 visiteurs uniques  - commentaires : 2775







Alertes !
FR2 - T.V. poubelle !
Avec nos sous, cette chaîne
vraiment communautariste
ose faire une propagande éhontée
contre la Russie, au mépris de la vérité,
pour nous préparer à une guerre
qui bénéficiera à Israël,
aux USA, et aux marchands de mort.


Arme de l'information pour nous
inciter à la confrontation militaire !
Comment on manipule les citoyens.

L'Europe est appelée par FR2

à s'opposer à la Russie,

au moment même où Israël
étend son influence dans l' U.E,
à l'insu des citoyens, et sans vote.

Démocratie assassinée.
Indépendance et pluralisme presse tués.
Tout est scandaleusement inversé !


Contre la propagande éhontée
et les manipulations,
soyons tous journalistes !

 
J'accuse FR2 de salir le métier de journaliste,
et la Russie, pour des raisons communautaristes


Mes amis,

FR2 vient de nous offrir une des pages les plus sombres de l'histoire du journalisme ! Honte à cette chaîne soi-disant publique, financée avec nos sous, pour servir les intérêts, tenez-vous bien... d'Israël ! C'est une journaliste attachée au pluralisme et à la neutralité de la presse qui vous parle, et une journaliste attachée, aussi, à l'indépendance nationale. Or, notre pays est avec Sarkozy vassal des USA, et colonisé par le CRIF, qui défend les intérêts d'Israël. Le Général de Gaulle doit se retourner dans sa tombe : La France n'est plus libre ! Et en particulier sur FR2 télé communautariste, les journalistes, les animateurs etc, ont presque tous la même origine, sans le dire ouvertement. C'est hypocrite ! Même l'émission littéraire du lundi au vendredi, est confiée à Monique Atlan, qui fait ouvertement campagne pour la guerre contre l'Iran !!! C'est très grave, car les sujets proposés, les prises de position, le choix et le traitement de l'information, découlent de cette main-mise par un seul groupe, au service d'un seul pays qui n'est pas le nôtre, et dont les intérêts sont dangereusement liés à ceux des Anglo-Saxons qui ravagent la planète.  Le libéralisme est défendu, avec ses promoteurs tous ennemis des intérêts du peuple, et en favorisant leur élection ; l'Occident est mis en valeur, au détriment de tout le reste ; le martyr des Palestiniens est ignoré ; la Shoah est servie quotidiennement, sur tous les tons, comme un leit-motiv lancinant ; les guerres impériales sont présentées comme une nécessité ; les pays non-alignés sont dépeints sous leur plus mauvais jour, ou défigurés, etc, la liste est interminable...

Curieusement, l'émission à l'origine de mon article, "Un oeil sur la planète : Russie", n'est pas présentée par le journaliste habituel, mais par une personne au nom sonnant comme presque tous ceux défilant à FR2. Et bien entendu chargée de discréditer la Russie, à coups de falsifications et de mensonges, à coups de slogans simplificateurs et haineux, et même pire encore, en insinuant que la politique "apaisante" de l'Europe à l'égard de la Russie est sans doute bien naïve. L'objectif de cette émission étant en réalité de dresser les Français contre les Russes, et de les inciter à considérer ceux que le Général de Gaulle voyait pourtant prolonger l' Europe, comme des ennemis potentiels. Loin d'informer ou de pousser les peuples à s'entendre, cette chaîne prône ouvertement la confrontation, la rend souhaitable, l'attise même, au bénéfice des seuls intérêts des Anglo-Saxons et des Israéliens, et au mépris des règles déontologiques.

Cette chaîne, encore plus que toutes les autres, propose des programmes uniformes, à sens unique, et elle fait de la propagande à longueur d'antenne, en réalisant par ex des télé-films favorables à Sarkozy, à l'Occident, à Israël. La nécessaire neutalité de l'information est bafouée à chaque instant. Quand les médias ne sont plus libres mais exclusivement de propagande comme FR2, disons-le clairement, la démocratie est assassinée, la liberté est assassinée, la France, patrie des Droits de l'Homme et des Lumières, est assassinée. C'est intolérable !

Tout est inversé

Tout en écrivant, je regarde d'un oeil l'émission de propagande contre la Russie. Tout est inversé.  Et cela prouve qu'une télévision aux mains d'un seul groupe (de surcroît dont les intérêts sont aux antipodes de ceux des Français), déforme la réalité, de façon malsaine, perverse.  En mentant ! Par exemple, il est fait état des menaces potentielles sur l'approvisionnement en énergie de l'Europe.  Faux ! Russie et U.E. alliées, l'indépendance énergétique est assurée. Par contre, cette solution menacerait... les intérêts d' Israël, qui préfère dominer la région avec ses amis anglo-saxons. Est-ce que nous devons défendre les intérêts de l'Empire usraélien ? Un Empire d'ailleurs outrageusement dépeint dans cette émission sous les traits... de la Russie !  Oui, tout est inversé. 

Brefs rappels. L'affaire georgienne ? L'agression de l'Ossétie par la Georgie a été menée de concert avec les USA, dont on a retrouvé des soldats... noirs, morts au "champ d'honneur" (des  multinationales criminelles), et avec Israël, qui armait et formait les militaires georgiens. Les Russes ont défendu leurs ressortissants attaqués. Et le nettoyage ethnique n'est pas le fait de la Russie, mais de la Georgie, jusqu'à ce que ses visées criminelles soient stoppées par ... les Russes. 

L'Occident veut rester maître du jeu caucasien. Après avoir démantelé l'Empire russe en détachant une partie de son territoire, après avoir encerclé la Russie et limité sa puissance, il voudrait aussi prendre le contrôle des richesses pétrolières de la région, et de ses oléoducs. Par ailleurs, Israël craint d'être à la portée des tirs russes si le Caucase est, sinon aux mains des Russes, du moins partagé. Tout doit être fait pour affaiblir la Russie. C'est là qu'entrent en jeu des médias comme FR2, presque entièrement aux mains des supporters de ce pays, et chargés de déverser la propagande haineuse à l'encontre des Russes. Je rappelle par ailleurs qu'Israël a un autre but, peu connu du grand public, grâce au silence complice des médias :  Son adhésion à l'UE, sinon officiellement, du moins officieusement. Afin, ensuite, de la phagocyter. Avec les conséquences que l'on imagine, entre autres la confrontation avec la Russie qui, depuis Poutine, retrouve sa place dans le monde, et des guerres impériales de domination de la planète, pour le seul bénéfice de la Haute Finance et des multinationales de mort.  Vous voyez les ramifications d'une émission comme celle-là, soi-disant d'information, en réalité de propagande contre la Russie, et donc contre nos intérêts réels à nous Français, et pour le bénéfice de Puissances étrangères qui se servent seulement de nous, et qui nous utiliseront un jour comme chair à canons dans une immense confrontation contre la Russie, dont l'Empire ensuite se partagera le cas échéant toutes les richesses. Sordide !

Une gigantesque destabilisation

Au nom de la vérité, nous devons savoir que comme la Colombie est un sous-marin des USA en Amérique Latine, Israël est l'instrument de la politique américaine en Europe. Ce pays est derrière chaque étape décisive. Un exemple ? Les fameuses révolutions "oranges", présentées comme une réussite de la démocratie, et qui ont permis en réalité de faire passer l'Ukraine et la Georgie de la dépendance à la Russie, à la dépendance à l'Occident impérialiste et conquérant (dans l'émission, c'est la Russie qui est présentée comme "conquérante", alors qu'elle cherche juste à stopper son encerclement, et à retrouver, légitimement, une part de son influence confisquée), les Révolutions Oranges, donc, ont été patronnées par Israël. Je rappelle son rôle auquel j'ai déjà fait allusion, après avoir un jour assisté en direct aux manipulations de la télévision "publique" :  A midi, on voit les ONG juives servir des soupes chaudes aux manifestants ukrainiens pour la "démocratisation" de leur pays, afin de leur permettre de continuer leur révolution malgré le froid ; le soir même, cette "précision" cruciale (comme quoi, tout ce qui est décisif nous est caché - qu'est devenu le journaliste ayant laissé passer une telle information, au fait ?) avait disparu des écrans. Et elle seule... Chers lecteurs, vous conviendrez avec moi que les dites ONG n'étaient pas là toutes les nuits pour faire oeuvre de charité... Je ne vois pas souvent ce type d'associations venir en aide à des personnes qui ne sont pas de leur communauté !

Quant à la Yougoslavie, elle constituait pour les Usraéliens un enjeu de taille sur la route de la domination des territoires caucasiens, enjeu stratégique, géographique, politique (trop forte, trop proche des Russes, trop communisante). Et c'est ainsi que des populations entières ont été sacrifiées à la soif de domination de quelques-uns, et qu'une entité forte s'est retrouvée, elle aussi, comme sa soeur russe, démantelée, affaiblie, divisée, nettoyée ethniquement (une autre inversion des faits, puisque dans l'émission ce sont les Russes qui sont présentés comme des nettoyeurs), privée de ses libertés, de sa souveraineté, au profit de la Démocratie occidentale "irréprochable", pour parler comme le sieur Sarkozy, et d'une base militaire américaine gigantesque au Kosovo.

Ah, que la démocratie est jolie quand elle est exportée, imposée, et bombardée !

Derrière Oeil sur la Planète, une partie décisive

Or donc, ce qui se joue maintenant est crucial. Via des médias poubelles comme FR2, on nous prépare à une gigantesque confrontation contre la Russie en nous la présentant comme on devrait présenter l'Empire usraélien, anglo-saxon et israélien : C'est à dire conquérant, raciste, destabilisateur, carnassier, en un mot, dangereux. Oui, tout est inversé. Celui qui vient au secours de ses ressortissants en Ossétie est présenté comme l'agresseur de la Georgie, celui qui a fait preuve de maîtrise et de modération est dépeint comme annonciateur de grandes catastrophes, celui qui n'aspire qu'à une réorganisation plus juste des rapports planétaires est représenté comme cynique, colonisateur, celui qui n'aspire qu'à redevenir un acteur influent est présenté comme une menace pour tout l'Occident. Comme quoi, Fr2 travaille au rapprochement des peuples, à la paix ! Quelle ignominie...

Morceaux choisis, parmi d'autres : "La Russie défend ses citoyens à l'étranger mal dans leur peau", "l'invasion" russe est mise sur le même plan que "la nazie", la Russie est qualifiée, tenez-vous bien, d'Empire, en Ukraine c'est la Russie qui "mène le jeu" (alors que le divorce est complet entre les dirigeants inféodés à l'Occident, et le peuple russophone), il faut "craindre" les ambitions russes, en Estonie on doit voir "l'ombre de la Russie" avec d'inquiétantes "cyber-attaques", les Russes "font payer à la Georgie leur ralliement à l'Europe", ou encore cette perle : "L'Armée Rouge a envahi la Georgie et détruit ses infrastructures", le pays "est en morceaux". Oui, vous avez bien lu, l'Armée Rouge !!!! C'est de la terreur intellectuelle, non ? FR2 est un "média terroriste", pour reprendre l'expression à la mode, car spécialisé dans la désinformation, l'intoxication, et la propagande. 

L'accent est d'ailleurs mis sur la peur à l'égard de la Russie. Voudrait-on inoculer ce sentiment aux télespectateurs, qu'on ne s'y prendrait pas autrement !

Pour une politique européenne plus musclée

Mais ce n'est pas tout ! Le but, au final, est d'amener les Européens à changer leur politique, jugée par FR2 "trop apaisante". Allons, amis télespectateurs, réagisez, prenez parti contre les Russes, et priez vos gouvernements de durcir leur politique, au risque d'une guerre et même d'un conflit planétaire !

Que dit cette émission, en effet : " A-t-on vraiment pris la mesure de ce qui s'est passé en Georgie ? On ne se pose pas assez de questions sur les visée du Kremlin". "Si le monde ne nous aide pas, nous ne pourrons pas faire face à ces "BARBARES",  la Georgie n'existera plus". "Au mépris de la vérité, l'Europe fait marche arrière. L'EMPIRE est de retour, l'Europe finira par avoir de graves problèmes". "L'Europe ne veut rien savoir, le temps viendra où l'Europe aura honte de ce qui se passe en Georgie". 

Et le journaliste, après cela, ose parler de "guerre de propagande permanente", de la "nécessité de la véracité des faits" ? Caucase, non ? Pardon, cocase ! Ou plus exactement, criminel. Car ce n'est pas de l'information neutre, c'est de la désinformation, de la manipulation, du mensonge, et c'est même une incitation à la confrontation, à la haine. Est-ce le rôle d'un média digne de ce nom ?

Concrètement, que faut-il en extrapoler  ?

- 1 - Quand on voit ce que signifie un média aux mains d'un groupe, et d'un groupe défendant les intérêts d'un pays étranger, on ne peut que redouter la main-mise de ce groupe sur l'Europe. 

Mes amis, si nous nous taisons, l'Europe sera bientôt une colonie de l'Empire usraélien, dirigée par Israël en liaison avec les Anglo-Saxons qui sévissent sur la planète. Avec tout ce que cela implique de souffrances pour les peuples, et aussi, j'insiste là-dessus, de guerres effroyables, et d'abord contre la Russie qui devrait être notre meilleur allié pour une Europe forte, de paix, indépendante.

- 2 - Face à une désinformation aussi dévastatrice, aussi criminelle - le mot convient si l'on songe aux conséquences de cette incitation au troc d'une politique d'apaisement contre une politique de confrontation -, il ne nous reste plus qu'à devenir nous-mêmes des journalistes, si vous préférez, à nous transformer en informateurs. A temps, et à contretemps.

Il y va de notre intérêt à tous, et de la paix.

Eva

Voyez mon spécial "tous journalistes",  
http://r-sistons.over-blog.com/article-18915143.html

TAGS : Guerre, Révolutions Orange, désinformation, médias menteurs, FR2, Un oeil sur la planète, Occident, Yougoslavie, Russie, Caucase, Ukraine, Georgie, communautarisme, propagande, paix, Anglo-Saxons, barbarie, Europe, UE, Armée rouge, ONG, multinationales, Kosovo, finance, Poutine, Ossétie, Israël, démocratie, Sarkozy, USA, Droits de l'Homme, Général de Gaulle, Palestiniens, CRIF, Shoah...

UKRAINE - RUSSIE • Moscou compte-t-il annexer la Crimée ? 15.12.08
 
L'Ukraine se trouve au cœur des préoccupations de la communauté internationale après le conflit en Géorgie. En pleine crise politique intérieure, le camp du président pro-occidental Viktor Iouchtchenko dénonce l'impérialisme de Moscou, qui délivrerait de nombreux passeports russes en Crimée.
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=89285




Un point chaud : La crimée
Ce que ne dit pas la presse occidentale :
La population bloque l' OTAN (2006)



de Sarah Pétrovna Struve

Depuis maintenant plus d’une semaine le port de Théadossia en Crimée est bloqué par la population, suite à l’arrivée d’un navire de la marine américaine. Des manifestations ont lieux simultanément dans les principales villes de Crimée ainsi qu’à Odessa et Donetsk. La population de Théadossia tante de bloquer le déchargement de contenaires de matériels pour l’aménagement du polygone militaire dit « Starokrymskii » pour l’OTAN. Certains contenaires ont été déchargés et ont disparus du port.


Parallèlement ,110 « conseillers » américains sont arrivés par avion le 1° juin à Simféropol. L’aéroport de la ville a été bloqué par d’importantes manifestations de la population locale avec l’aide du parti communiste d’Ukraine et de l’union des Cosaques, drapeaux rouges et russes en tête. La population de Crimée refuse de laisser s’installer des troupes américaines, les considérants comme des troupes d’occupation.

Un bus avec des "conseillers" américains à bord à failli être renversé par la foule, puis le convoi est parti pour la ville d’Aouch où il a été également accueilli par des manifestations hostiles de la population locale... La population de la ville, quant à elle, bloque tout ravitaillement.

Les partis socialiste, communiste ainsi que le bloc progressiste de Nathalia Vitrenko, ont interpellé le gouvernement, considérant que cette irruption des troupes de l’OTAN sur le territoire ukrainien était en contradiction avec la constitution ukrainienne... L’accord de gouvernement stipulant que les troupes Otanusiennes ne pourraient s’installer qu’en cas de victoire du « oui » au référendum, posant la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Référendum qui pour l’instant n’a pas eu lieu.

Cette accélération de l’offensive américaine par l’intermédiaire de son bras armé, l’OTAN, liée à la politique de construction d’un « cordon sanitaire » autour de la Fédération de Russie, s’inscrit à la suite du vote d’indépendance du Monténégro.

Les Etats Unis ne veulent surtout pas que les républiques d’Abkhazie et d’Ossétie du sud qui vivent de facto séparés de la Géorgie se déclarent indépendantes à l’instar du Monténégro, pour, plus tard, intégrer la fédération de Russie .

Par ailleurs, la Transnistrie qui constitue un état indépendant de facto depuis 1992, demande sa séparation de la Moldavie...

Tant l’Ukraine de Youchtchenko, la Géorgie de Sakashvili, que la Moldavie, sont devenus des territoires réservés des Etats Unis. Leur morcellement (Il existe un risque réel de partition de l’Ukraine entre le Sud-Est russophone et l’Ouest Ukrainophone.) remettrait en cause l’hégémonie américaine qui est actuellement mise à rude épreuve tant en Irak qu’en Afghanistan ou encore en Amérique du sud.



De : Sarah Pétrovna Struve
mardi 6 juin 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=29022




L' Union européenne capitule devant Israël

Alain Gresch, du Monde Diplomatique - 11.122008 - extraits


Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont adopté,
les 8 et 9 décembre, un texte intitulé « 
Council Conclusions Strengthening of the EU bilateral relations with its Mediterranean partners - upgrade with Israel ». Sous l’impulsion de la présidence française, le principe de rehausser les relations entre Israël et l’Union européenne a été accepté. Déjà, avant la tenue du sommet méditerranéen, Paris avait essayé de faire adopter cette mesure, mais avait dû reculer devant la levée de boucliers de certains régimes arabes, notamment l’Egypte (lire « Enquête sur le virage de la diplomatie française », Le Monde diplomatique, juin 2008).


Ce texte a été adopté après de nombreuses discussions. La première version présentée par la France faisait la part belle à Israël et a suscité des réserves chez certains des partenaires - notamment le Royaume-Uni et la Belgique - qui ont demandé un « rééquilibrage (..)

Finalement, le texte adopté par l’Union européenne intègre des références à la politique de voisinage européenne, au Maroc, à la Tunisie, et à presque tous les Etats arabes, références purement formelles qui permettent de faire passer l’essentiel : le point 9, qui affirme la détermination du Conseil à rehausser les relations avec Israël. Il est toutefois souligné que ce rehaussement doit avoir lieu dans le contexte de « nos intérêts communs », qui incluent la résolution du conflit israélo-palestinien sur la base de la coexistence de deux Etats.


Une longue annexe comprend les lignes directrices pour renforcer les structures du dialogue politique avec Israël.
 

D’abord, la tenue régulière de réunions des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne et d’Israël, un privilège qui n’était accordé jusque-là qu’à quelques grands Etats, Chine, Russie, Inde, etc. La première réunion devrait avoir lieu sous la présidence de la République tchèque, pays qui, selon la formule d’un haut fonctionnaire à Bruxelles, « ne défend pas la politique du gouvernement israélien, mais celle du Likoud ».
 

Ensuite, la tenue régulière, au moins trois fois par an, de réunions entre ministres des affaires étrangères (ce qui n’est pas nouveau, et existait déjà de facto). De telles réunions sont étendues à d’autres secteurs que les affaires étrangères.


L’invitation régulière de responsables du ministère des affaires étrangères israélien aux comité pour la politique et la sécurité de l’Union. Inviter aussi plus systématiquement des experts israéliens dans les comités travaillant notamment sur le processus de paix, les droits humains, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, etc.
 

Organiser des consultations informelles plus larges sur les problèmes stratégiques.

Intensifier les échanges sur des points précis, notamment les droits humains et l’antisémitisme.

Encourager Israël à s’associer aux politiques étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne.

Permettre la coopération sur le terrain dans le cadre des politiques de sécurité et de défense commune. Des experts israéliens pourront ainsi participer à des missions extérieures de l’Union, que ce soit en Afrique ou ailleurs.


Dans la mesure où Israël, aux Nations unies, ne peut participer au groupe Asie, l’Union européenne tentera de l’intégrer au groupe Western European and other groups (WEOG), une vieille demande de cet Etat qui lui permettrait d’être élu dans différentes instances, dont le Conseil de sécurité.

(..) Dans un article de Haaretz du 9 décembre, « 
EU votes to upgrade Israel relations despite Arab lobbying », Barak Ravid rapporte que la semaine précédente, « la ministre des affaires étrangères israélienne Tzipi Livni s’est rendue à Bruxelles pour faire son propre lobbying auprès des ministres des affaires étrangères, et en premier lieu de Bernard Kouchner. A un moment de la rencontre, elle a demandé à le voir en tête à tête et à ce que les autres sortent de la salle. Durant cette conversation, les deux sont tombés d’accord sur le fait qu’il n’y aurait pas de “lien” (linkage) (entre le rehaussement des relations UE-Israël et les négociations de paix), mais que l’Union européenne publierait une déclaration séparée appelant à la poursuite de conversations de paix sur le statut final ».

(..° On peut noter que toute la stratégie française (et européenne) de rapprochement avec Israël est justifiée par le fait qu’une amélioration des relations permettrait à l’Union européenne et à la France d’influer sur la politique israélienne. Il suffit de voir ce qui se passe à Gaza, l’extension des colonies, les pogroms anti-arabes, pour mesurer le succès de cette stratégie.

En revanche, Israël a subi une importante défaite au Parlement européen (lire « Israël devra attendre », La valise diplomatique, 5 décembre 2008). Ce refus du Parlement européen aura des conséquences concrètes sur un certain nombre de projets de coopération. Notons, pour l’anecdote, que le vote négatif a été provoqué à la fois par le lobbying d’un certain nombre de pays arabes et par l’arrogance et les pressions israéliennes, qui ont suscité le ras-le-bol d’un certain nombre de députés européens.

D’autre part, on lira deux textes intéressants sur le conflit, l’un de Barak Ravid et Anshel Pfeffer dans Haaretz du 4 novembre, « Britain to EU : Clamp down on imports from settlements », qui souligne la manière dont Israël tente d’exporter les produits des colonies vers l’Union européenne ; l’autre, d’Yves Aubin de La Messuzière, publié dans Le Monde (10 décembre) : « Pourquoi l’Europe doit parler au Hamas ».

10 décembre 2008 - Les blogs du Diplo
Vous pouvez consulter cet article à :
http://blog.mondediplo.net/2008-12-...



http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5528


Le prix du franc-parler

Je signalais il y a dix jours l'audace Miguel d'Escoto Brockmann, président de l'Assemblée générale des Nations-unies qui avait comparé ouvertement Israël régime de l'apartheid en Afrique du Sud. On apprend aujourd'hui par Reuters que le vieux prêtre nicaragüayen a fait l'objet, de ce fait, de menaces de mort sur Internet, selon son porte-parole qui ajoute que "l'équipe de sécurité de l'ONU les prend au sérieux."

http://delorca.over-blog.com/article-25835930.html


Droits de l'Homme : Une bonne nouvelle !
Il vient de se passer un fait important, le 10 décembre 2008, où était célébré le soixantième anniversire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’Assemblée Générale des nations unies a enfin élargi la conception des droits de l’homme. Elle a reconnu les droits économiques, sociaux et culturels au même titre que les droits civils et politiques, en adoptant le protocole facultatif au PIDESC.
suite à
http://socio13.wordpress.com/2008/12/15/les-droits-de-lhomme-oui-le-monde-change-il-va-dans-le-bon-sens-mais-il-a-besoin-de-lintervention-des-peuplespar-danielle-bleitrach/


Tchèques et Russes  : Ouïe !
On attend maintenant les Tchèques, c’est-à-dire un gouvernement archi anti-russe et par certains côtés archi anti-européen, quasiment minoritaire et détesté dans son pays, qui apporte comme priorité de sa “politique européenne”:

• Un accent sur les rapports de l’UE avec Israël (dont, de toutes les façons, nul ne sait le destin pour ces prochains mois, avec une nouvelle administration US et des élections en février d’où les durs de la droite israélienne pourraient bien sortir vainqueurs).

• Un accent sur la politique énergétique de l’UE, surtout, surtout, sans aucune concession pour les Russes, et le moins de contact possibles avec eux.
http://socio13.wordpress.com/2008/12/15/leurope-en-attendant-le-gouvernement-mondial/


Qui finance les guerres ?

Fabriquer des billets ça peut rapporter gros, très gros. Si gros qu'ils sont devenus les maîtres de l'univers...
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-25839205.html


La crise actuelle ? Une dangereuse opportunité pour le crime organisé
http://www.marcfievet.com/article-25840195.html


L'apocalypse, stade suprême du capitalisme
http://www.causeur.fr/l%e2%80%99apocalypse-stade-supreme-du-capitalisme,1477?cp=all





Les médias à la botte, on n'en veut pas !

http://ripouxblicain.hautetfort.com/archive/2008/12/11/les-medias-a-la-botte-on-n-en-veux-pas.html



La désobéissance pédagogique:

http://ripouxblicain.hautetfort.com/archive/2008/12/14/l-insoumission-c-est-deja-un-acte-de-resistance.html




Accueil

Réponse au Figaro : Complot mondial ?

Soyons clair, penser qu’une société secrète aurait la main mise sur le monde pourrait relever de l’utopie.

Cela dépend toutefois de la façon dont nous regardons le monde et du déroulement du calendrier global… nous y reviendrons.

 

Il est patent que des groupes industriels et financiers font fléchir le destin du monde vers leur objectif. Il est patent qu’ils y mettent les moyens. Il est patent que leurs ramifications avec le monde politique n’a rien avoir avec du mécénat. Il s’agit de stratégie.

Il est également patent que le monde est gouverné par des gens amenés par et donc issus d’intérêts financiers et industriels, surtout financiers. Il est patent que les services spéciaux et secrets sont à l’œuvre dans le destin des peuples de la terre, prêt à servir certains intérêts. Nous venons de le voir encore sur Bombay. J’ai des dizaines de sources à produire mais le sujet n’est peut-être pas là précisément.
http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2008/12/rponse-au-figar.html

Lorsque le Figaro (groupe Dassault) décide de s’intéresser au Grand complot mondial, il n’y va pas par le dos de la cuillère : et l’article en lien ci-dessous est une caricature à lui toute seule de l’idéologie disséminée par médias interposés les cercles élitistes, sponsorisés par les grands fabricants d’armes mondiaux.
http://911nwo.info/2008/12/13/le-grand-complot-mondial-et-les-gardiens-du-temple/

L'Amero nouvelle monnaie quand le dollar s'effondrera ?
http://911nwo.info/2008/12/14/lamero-va-telle-devenir-la-nouvelle-monnaie-des-etats-unis-lorsque-le-dollar-seffondrera/




 

Notre époque me fait pensait à la planète des singes

 

 

 

 


Krach et effondrement du shitstem (par Gerard Filoche)
16 déc
De:
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=1399

Réchauffement climatique plus rapide que prévu
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=1386

Communiqué du DAL
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=1401


dal

Israël a expulsé lundi un émissaire des Nations unies pour les droits de l'Homme soupçonné de ne pas être objectif. Richard Falk, rapporteur spécial de l'ONU sur la situation dans les Territoires palestiniens, a comparé l'Etat hébreu à l'Allemagne nazie et l'a accusé de crimes contre l'humanité dans le traitement des Palestiniens.

http://www.juif.org/diplomatie-moyen-orient/75410,israel-refoule-un-emissaire-de-l-onu-juge-partisan.php

Cisjordanie: la cour suprême d' Israël ordonne de modifier le tracé d'une partie du mur ... Le Monde
http://www.juif.org/politique-israel/75423,la-cour-supreme-d39israel-ordonne-de-deplacer-une-partie-du-mur.php

On ne parle plus vraiment du « mur »… - Source InconnueHumour juif.


Casier judiciaire en accès libre
http://patricehenin.over-blog.com/article-25840495.html


Les huit organisations syndicales françaises (CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FO, FSU, Solidaires et Unsa) réunis à Paris ont appelé aujourd’hui les salariés du privé et du public, les chômeurs et retraités à une "journée nationale de mobilisation interprofessionnelle le 29 janvier" avec "dans tout le pays des grèves et des manifestations". Dans un communiqué commun, elles estiment que "surmonter la crise implique des mesures urgentes d’une autre nature que celles prises par l’Etat et les entreprises, pour être au service de l’emploi et des rémunérations".
http://alainindependant.canalblog.com/archives/2008/12/15/11764673.html

Retrait immédiat d'Afghanistan.Pourquoi ?
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11389

guenon
http://crodoff.canalblog.com/archives/2008/12/15/11757065.html

On m'a envoyé ce lien : Pour les personnes intéressées,
Les mensonges sur l'URSS du temps de Staline
http://www.communisme-bolchevisme.net/Joseph_Staline_et_les_mensonges_de_la_bourgeoisie.htm

Une analyse du début de l'ère Obama
http://geopolitiquedumoyen-orient.blogspot.com/


Partager cet article
Repost0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 17:54


Sommaire.
La Russie se réveille.
Notre rempart, un modèle ?
Un autre bloc. Pour l'équilibre.

Les néocons : De dangereux idéologues,
instigateurs des pires politiques américaines.

Il devient urgent de changer de pion...
Et de découvrir la nouvelle Russie.
C'est aussi l'objet de cette parution.

La guerre pour l'Arctique ?
Le 11/9 russse.




Mes amis, 

L'humanité est aujourd'hui menacée par un grave péril, une sorte de cancer qui est en train de gangréner de nombreux états, notamment européens. L'Europe ne mérite même plus son nom; elle n'a rien à voir avec la vision des Pères fondateurs. Elle n'est plus qu'une tête de pont, sur le continent, d'une Amérique complètement folle, dont la désintégration est proportionnelle aux ambitions hégémoniques. Je n'hésite pas à le dire, l'Europe des Sarkozy et des Barroso n'est plus qu'un relais servile des projets impérialistes américains, le supplétif de leurs ambitions, et cela jusqu'à la lisière de la Russie acculée à se protéger.

Or, le visage de l'Amérique est devenu hideux. Car il est modelé par une nouvelle idéologie,  un courant qui souhaite voir les Etats-Unis dominer le monde, asseoir un nouvel ordre international, imposer sa suprématie commerciale et militaire comme sa civilisation à l'ensemble de la planète, décider seul de ce qui est bon pour l'humanité, même au prix de guerres préventives, nucléaires, permanentes, contre tous ceux qui oseraient s'élever contre cette hégémonie orgueilleuse, totalitaire et prédatrice.
 
Ce courant, c'est celui des néo-conservateurs.  Il est raciste - car il repose sur la suprématie de la race blanche judéo-chrétienne -, et même eugéniste (doivent être éliminés sans pitié ceux qui ne correspondent pas à ce schéma, ou les plus faibles), ultra-libéral, haineux notamment envers les islamistes, guerrier, partisan du fameux "choc de civilisations" contre le monde arabo-musulman, d'abord, puis eurasiatique, russe et chinois, ensuite, et surtout il est obsédé par l'émergence d'une puissance rivale. Et là, nous touchons au coeur d'un conflit qui peut menacer l' Europe, dans la mesure où celle-ci, sous la houlette d'individus comme Barroso ou Sarkozy, d'ailleurs dûment formés aux USA, s'est mise au service des intérêts américains, oui, servilement, comme s'il n'y avait pas d'alternative pour elle, ni bien sûr d'autonomie possible.

C'est la nature même de l'U.E. qui est changée, en incluant les ex-républiques soviétiques et en mettant à sa tête de simples valets de la CIA.

Aujourd'hui, l'Europe libérale sacrifie ses citoyens aux multinationales. Ce faisant, elle s'aliène de plus en plus les peuples, d'ailleurs de moins en moins représentés par leurs élus. Et elle les conduit vers un affrontement direct d'abord avec le monde arabo-musulman, ensuite avec la Russie puis avec la Chine, au seul profit de l'Amérique exsangue et de la City londonienne.

Or, si les Etats-Unis sont en plein effondrement, la Russie modelée par Poutine et son nouveau dirigeant, renaît. Et même en tant que puissance capable de s'opposer aux visées américaines sur le monde ! Cette Russie-là a la sagesse d'entretenir de bons rapports avec son voisin chinois, et elle fait partie d'une organisation dont les Médias parlent peu, l'OCS, l'Organisation de la Coopération de Shangaï, une alliance militaire qui regroupe près de la moitié de la planète. De surcroît, la Russie d'aujourd'hui attire nombre de pays non-alignés, qui voient en elle une chance de résister à l'emprise américaine et à ses aventures hasardeuses, une opportunité pour l' équilibre du monde, et donc pour la paix. Mais pas seulement : La Russie de Poutine, débarrassée des oligarques prêts à brader le pays aux plus offrants, représente une espérance pour le monde. Et cela, c'est nouveau.

Dmitri Medvedev a clairement affiché la couleur. La Russie d'aujourd'hui plaide pour un monde multipolaire plus juste, plus équilibré, soucieux de dialogue, de coopération, de consensus.  Est-il sincère ou opportuniste ? En tous cas, le pays fait aujourd'hui preuve de mesure, dans ses réponses aux attaques ou aux provocations américaines, et son approche est défensive, nullement agressive. Ce nouveau visage ne peut que séduire les Etats spoliés par la puissance dominante, ou menacés par elle, venant se placer, spontanément, sous le giron de la Russie redevenue forte et respectée : Des Etats de tous horizons, comme le Vénézuela, l'Iran, l'Afrique du Sud. Et plus la Russie montrera sa force tranquille, plus elle fera preuve de mesure, de sagesse, de concertation, plus les Etats, et les peuples, seront attirés par elle. Il y a là une nouvelle approche de la politique qui ne peut que séduire les déçus de l'hégémonie américaine. Et si les dirigeants européens manifestent peu d'empressement, il n'en va pas de même des peuples lassés de l'arrogance, de la cupidité, et du machiavélisme des Etats-Unis, toujours prêts à dresser les individus, et les Etats, les uns contre les autres. La Russie, par son comportement, marque des points, tandis que les uns après les autres, des pans entiers de sociétés se détachent, ou se méfient, de la malfaisante hydre américaine. Les Empires sont condamnés, tôt ou tard, à s'écrouler : La démesure se paie toujours. 

Les idéologues néo-cons sont en train de perdre la partie. S'ils ne sont pas rapidement désavoués, les faits, de toutes façons, leur donneront tort. Les tyrans finissent toujours par être rejetés !

De ce fait, les Russes, paradoxalement, sont aussi une chance pour la démocratie. Car ils substituent peu à peu, par leur seule présence, un monde bi-polaire au monde uni-polaire rêvé par Washington et ses inspirateurs néo-cons. La donne est de taille. Surtout si les Européens, dans un élan de lucidité, raccrochent leurs wagons à ceux des Russes, pour commercer avec ce pays riche en ressources, pour étudier ensemble les réponses communes à apporter aux défis de notre temps, pour encourager le désarmement, et pour, au final, faire échec aux projets militaires et prédateurs des Américains sur le continent, notamment dans le Caucase, projets souvent uniquement mûs, d'ailleurs, par le désir d'affaiblir le rival potentiel. 

Les Européens ont une spécificité, une image, à défendre, sous peine de disparaître, ils sont condamnés, tôt ou tard,  à cesser de s'aligner sur les diktats de l'Empire en train de déchoir sur tous les plan, aussi bien financier que militaire.

Le réveil russe est la clef d'une redistribution des cartes entre les grandes puissances, la clef d'un futur monde multipolaire  plus équilibré et moins prédateur, la clef, surtout, de la paix dans le monde. Nous aurions tort de faire d'elle un adversaire, alors qu'elle constitue une chance à saisir pour nous Européens. Le Général de Gaulle ne s'y était pas trompé. Et d'ailleurs, il avait le don d'anticiper les événements.

Ne nous trompons pas d'adversaires, si nous ne voulons pas revivre les horreurs passées. La Russie, aujourd'hui, est le meilleur rempart contre les aventures américaines, personnelles, hasardeuses, militaro-financières, violant les lois internationales.

Il est temps de retrouver la Sagesse. Ou de se préparer au pire !

Eva

TAGS : Europe, U.E., Russie, Poutine, D. Medvedev,  Sarkozy, Eurasie, Caucase, Empire, Washington, monde bi-polaire, néocons, idéologues, Iran, Vénézuela, Afrique du Sud, OCS, Organisation de la Coopération de Shangaï, arabo-musulman, Londres, City, libéralisme, CIA, Barroso, Médias, choc de civilisations, Gl de Gaulle ...


Spécial Russie
Mieux connaître la Russie d'aujourd'hui
pour faire bloc avec elle
dans le respect de la souveraineté des Etats,
dans l'intérêt même de la paix dans le monde.


02/10/08

Pour Serguei Lavrov !

Depuis la tentative de déstabilisation du Caucase par le pantin de Washington (porté au pouvoir par une revolution Orange), tentative avortée car gérée de facon magistrale par le trio « Medvedev-Poutine-Lavrov », pas une journee ne passe sans que le troisième ne fasse des déclarations qui si l'on les lit attentivement sont de loin les plus constructives qu'un homme d'etat est proposee pour la sécurité et l'harmonie de la zone Euro-Russe, mais aussi du monde, depuis le Général de Gaulle.

Serguey Ivanovitch Lavrov (biographie ici) (..)

A la fin du mois de septembre 2008, Sergei Lavrov a mis en garde, contre la "privatisation" de la coalition antiterrorisme et affirmé que : « la coalition antiterrorisme née dans les ruines des attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, fait face maintenant à une crise, puisqu'elle manque d'arrangements collectifs ou d'égalité entre ses membres dans la décision de stratégies et de tactiques opérationnelles, dans l'analyse conjointe et aussi dans la coordination ».

« Les mécanismes conduisant à un monde unipolaire ont commencé à être utilisés, cela signifie que toutes les décisions sont à prendre dans un seul centre tandis que le reste du monde doit les suivre » a indiqué M. Lavrov.

Selon lui, la guerre irakienne déclenchée sous le prétexte infondé de la lutte contre le terrorisme et la prolifération des armes nucléaires a violé le droit international.

« Quels sont les prix acceptables pour autant de morts parmi les civils dans les opérations contre le terrorisme en Afghanistan? Qui décide les critères sur la proportionnalité de l'usage de la force? Pourquoi les forces internationales ne veulent pas s'engager dans la lutte contre la prolifération de la drogue qui cause des souffrances croissantes dans les pays d'Asie centrale et d'Europe ? », a demandé le ministre russe.

Quant aux derniers développements de la situation au Caucase et des relations entre la Russie et l'Occident, M. Lavrov a réaffirmé que tous les pays ont des partenaires avec lesquels ils partagent les relations amicales traditionnelles, l'histoire et la géographie. Il a qualifié de "nuisibles" les tentatives de changer artificiellement ces relations au profit de la géopolitique.

M. Lavrov a déclaré que Moscou continuerait à travailler ensemble avec tous les pays voisins,

- Les membres de la Communauté des Etats indépendants (CEI).
- L'Organisation de coopération de Shanghai (OCS)
- Le groupe BRIC ( Brésil, Russie, Inde et Chine),
- L'U.E.
- L'Organisation des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean)
- L'Organisation de la conférence islamique
- Ligue arabe
-
Les organisations régionales en A. latine

Déclarant que les capacites de defense et de securite Europeene n'ont pas passé le test de l'epreuve en Géorgie, Sergei Lavrov a réitéré la proposition du président Dmitri Medvedev de
juillet dernier concernant un : « nouveau traité sur la sécurité européenne proposant d'organiser pour cette occasion un sommet pan-européen. Il permettrait notamment de renforcer la paix et la stabilite entre états membres, proscrirait le recours a la force et défendrait le reglement pacifique des conflits, la souveraineté, l'intégrité territoriale et la non ingerence dans les affaires nationales. Ce traité devant en outre permettre une meilleure integration de tous les etats au sein du vaste 'espace euro-atlantique. Ce traite a rajoute Mr Lavrov pouvant etre compare a un « Helsinki 2 », en reference au traite d'Helsinki de 1975 entre les Etats Unis, le Canada et l'Europe ayant evolue vers l'actuelle OSCE, principale structure continentale de prevention des conflits ».

Cette initiative Euro-Atlantique a vivement ete condamnée (le jour même) par Washington mais Sergueï Lavrov a qualifié « d'inconsistantes » les allégations selon lesquelles, avec son initiative de sécurité euro-atlantique, la Russie chercherait à créer une alternative à l'OTAN.

"Nous n'avons rien proposé de tel. Nous sommes réalistes et nous comprenons que l'OTAN est une réalité (..)

En réaction a la crise financiere internationale, il a estimé que le : « L'enjeu prioritaire le plus urgent est de moderniser et de démocratiser le système financier. Le second est de remédier aux dérives économiques, et d'y remédier en privilégiant l'émergence d'une économie socialement orientée. Ce sont justement ces thèmes qui seront soulevés prochainement dans les discussions internationales ».

« Le ministre allemand des Finances l'a mentionné, en appelant à reconnaître l'existence d'un système financier multipolaire. Et  Sarkozy a rappelé la nécessité de mettre en place un capitalisme régulé », a indiqué M. Lavrov.

« L'ordre du jour financier international doit être traité de manière collective. Il convient que tous les pays reviennent vers une économie socialement orientée. C'est le modèle qui est apparu en son temps en Europe et qui constituait d'ailleurs pour beaucoup une réponse à la politique sociale de l'Union soviétique. Les congés payés, les retraites, la limitation du temps de travail, la médecine et l'enseignement gratuits - tout cela a incité l'Europe à mettre en place son modèle socio-économique », a-t-il poursuivi.

« les Etats-Unis doivent participer aux débats non plus en tant que pays déterminant l'ordre du jour et les conclusions auxquelles il faut arriver, mais sur un pied d'égalité, aussi puissant soient-ils ».

*Il faudrait sans doute conseiller à nos Kouchner et autres Barroso et Solana d'écouter S Lavrov et de prendre des leçons de gestion des afffaires étrangères au lieu de recevoir leurs seules idées par fax directement du Pantagone, comme ce fut le cas pour l'affaire du Kosovo au moment de la présidence Slovène.

http://alexandrelatsa.blogspot.com/2008/10/pour-serguei-lavrov.html


 Retranscription d'une interview que Natalia Narochnitskaya a accordé au Réseau Voltaire en 2006,  le texte ici ..


Réseau Voltaire
: L’administration Bush a réorienté l’essentiel des ressources budgétaires fédérales pour développer ses forces armées au détriment des dépenses sociales. La Stratégie de sécurité publiée par la Maison-Blanche érige le terrorisme international en ennemi principal.
Pourtant, au même moment, dans un article publié par Foreign Affairs, le Council of Foreign Relations évoque la possibilité d’une première frappe nucléaire US contre la Russie. Selon vous, à quel ennemi les États-Unis doivent-ils faire face ?

Natalia: Le plus grand ennemi des États-Unis, c’est leur pseudo-universalisme politique. Renouant avec une longue tradition, ils se présentent comme « la Nation rédemptrice » (Redeemer Nation). Dèja à l’issue de la Première Guerre mondiale, le président Woodrow Wilson avait choqué le président de la Conférence de Versailles, le Français George Clemenceau, en affirmant que les États-Unis avaient eu l’honneur de sauver le monde.

Comme à l’époque de la IIIe Internationale communiste, ils rêvent d’imposer un modèle au monde, sans égard pour les autres formes de civilisation. Loin de chercher l’harmonie dans la diversité, ils pensent l’humanité en termes simplistes. Ils ignorent le doute cartésien et les angoisses d’Hamlet pour se contenter de Mickey Mouse.

C Rice s’exprime avec la même assurance que Nikita Kroutchev à la tribune du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique. Elle ignore les échecs économiques et militaires de son pays pour promettre au monde un avenir qu’elle estime radieux. Pourtant leur système est en faillite. Ils impriment des montagnes de papier-monnaie pour combler des déficits abyssaux. Par le biais du dollar, ils font payer leurs dépenses à leurs alliés comme jadis l’Empire romain collectait un tribu dans ses provinces. Leurs armées essuyent des défaites quotidiennes en Afghanistan et en Irak. Tandis que Cuba, le Venezuela et la Bolivie s’insurgent victorieusement contre leur impérialisme en Amérique latine. Leur impérialisme est trop lourd, il s’essoufle, mais ils sont les derniers à en avoir conscience. (..)

Cet universalisme de pacotille, qu’il s’exprime en termes marxistes scientifiques ou néo-conservateurs, va de pair avec un super-globalisme. Toutes les différences doivent disparaître et le monde doit être gouverné par un organe unique.

Réseau Voltaire : Vous appartenez à un parti politique, Rodina, que la presse occidentale dénigre volontiers en le qualifiant de « nationaliste » et l’on présente aujourd’hui votre pays comme un obstacle à la démocratisation des nouveaux États d’Europe orientale et d’Asie centrale. Quelle est votre conception de l’universalisme ?

Natalia  : Reconnaître les aspirations communes du genre humain, ce n’est pas nier les cultures. La Fédération de Russie doit contester cette philosophie politique. Et nous sommes légitimes à proposer une cohabitation des identités.

Notre fédération est eurasienne. Notre emblème est l’aigle à deux têtes. Depuis des siècles, nous sommes à la fois Européens et Asiatiques, Russes et Tatars, chrétiens et musulmans. Nous sommes aujourd’hui majoritairement des Russes orthodoxes, mais aux temps médiévaux nous étions (...)

Réseau Voltaire : Si le projet anglo-saxon de démocratisation globale n’est pour vous qu’une imposture, comment analysez-vous la politique étrangère des États-Unis ?



Natalia  : La politique étrangère des États-Unis est anglo-saxonne. Elle poursuit, sous une forme modernisée, la politique de l’Empire britannique. C’est un expansionnisme obsédé par la question des détroits. Une première ligne de pénétration part des Balkans à l’Ukraine pour le contrôle de la mer Egée et de la mer Noire. Une seconde ligne part de l’Égypte à l’Afghanistan pour le contrôle de la mer Rouge, du Golfe persique et de la mer Caspienne. Il n’y a rien de nouveau dans cette stratégie, sinon l’enjeu pétrolier qui l’a relancée.

Réseau Voltaire : Comment expliquez-vous que l’Union européenne se soit ralliée à cette stratégie qui sert uniquement les intérêts anglo-saxons ?

Natalia  : C’est un aveuglement collectif. Les Européens n’ont rien à gagner et tout à perdre dans ce schéma. Le seul moyen pour l’Europe occidentale de continuer à jouer un rôle politique de premier plan sur la scène mondiale, c’est de s’allier à la Russie. C’est d’autant plus facile que nous sommes beaucoup plus proches culturellement les uns des autres que vous ne l’êtes des Anglo-saxons.

Réseau Voltaire : Certes. Cependant, les Européens n’ont rien à gagner non plus à quitter la suzeraineté d’un impérialisme pour tomber sous la coupe d’un autre.

Natalia : Vous vous méprenez. Nous ne sommes pas une autre puissance belliciste. Nous ne cherchons de confrontation avec personne, et surtout pas avec les États-Unis. Comme vous, nous voulons être libres de nos décisions et avoir de bonnes relations avec les États-uniens.

Au demeurant, notre intérêt est d’être pacifique. Notre économie ne réclame pas que nous fassions la guerre.

Et dans la situation actuelle, une puissance forte et paisible sera toujours plus attractive qu’une autre belliqueuse.

Le monde est interdépendant et le moment est venu de retrouver un équilibre des puissances.

Réseau Voltaire : Permettez-moi de revenir à la question de l’adoption par les Européens de la politique étrangère anglo-saxonne. Comment analysez-vous l’engagement de l’OTAN en Yougoslavie ?

Natalia : La politique anglo-saxonne sur le continent européen est un va et vient perpétuel entre la France et l’Allemagne. Elle s’est toujours appuyée alternativement sur l’une et l’autre pour combattre la Russie et les a poussé au conflit l’une contre l’autre pour les affaiblir. (..) À l’époque, les Anglais avaient artificiellement créé des États balkaniques pour satisfaire l’Allemagne. Ils avaient séparés des populations mélangées pour créer des États éthniques et ils avaient en outre décidé de créer une colonie juive en Palestine. De la même manière l’OTAN a pulvérisé la Yougoslavie pour en finir avec les vestiges du bloc soviétique. Elle a créé artificellement des États ethniques. Elle vient de recréer le Monténégro de 1878 et bientôt le Kosovo.

Dans cette stratégie, l’Allemagne n’est qu’un jouet, un État à souveraineté limitée. Il existe en effet un Traité germano-états-unien imposé à l’Allemagne de l’Ouest pendant la période d’occupation et qui n’a pas été abrogé lors de la réunification. Celui-ci comprend des clauses secrètes subordonnant la politique étrangère et de défense de l’Allemagne au bon vouloir de Washington. Ces clauses n’ont été publiquement appliquées que lors de la Guerre du Kippour. Les Etats-Unis avaient installé un pont aérien pour soutenir Israël contre les Arabes. Ils avaient utilisé pour cela leurs bases aériennes en Allemagne. Lorsque Walter Scheel s’y est opposé en faisant valoir la neutralité allemande dans ce conflit, Henry Kissinger l’a remis à sa place. Et l’Allemagne a cédé.

Réseau Voltaire : Pensez-vous que la Fédération de Russie puisse ébranler la domination anglo-saxonne sur le monde ?

Natalia : Pour reprendre la célèbre formule du Prince Alexandre Gortchakov, « La Russie se recueille ». Nous modernisons notre société. Nous relevons notre économie. Nous nous préparons.

http://alexandrelatsa.blogspot.com/2008/09/natalia-narotnitcheskaa-et-la-continuit.html





L'axe Moscou-Caracas 

Extraits. La semaine qui vient de s'écouler marque le rapprochement des liens entre la Russie et le Vénézuela. Le président CHAVEZ, après sa visite triomphante de l'été dernier vient encore une fois de prouver qu'il maitrise parfaitement la situation et donne une "lecon de géopolitique mondiale".

En effet celui ci après avoir pris le pouvoir dans un pays en faillite et rongé par la corruption en 1999 à grace à l'argent du pétrole (explosion des cours du brut après le 11 septembre dont le Vénézuela est le 3ième exportateur mondial) relevé l'économie du pays (
historique complet ici). Chavez a également subi une tentative de révolution Orange en 2002 qui a lamentablement échoué. Réélu en 2006 avec une large majorité, celui ci a notamment entamé et réussi de grandes réformes contre la corruptio, la faim, dans le domaine de la santé, des infrastructures ... Pour un détail complet de ces réformes : cliquez ici ..

Mais la grande réussite de Hugo Chavez est d'avoir placé le Vénézuela comme un pion essentiel du Nouvel Ordre Multipolaire qui est en train de se dessiner. Le Vénézuela est en effet dopé par son économie fondée sur l'or noir et également en première ligne des "pays émergeants" qui contestent le leadership Américain sur la planète.


http://alexandrelatsa.blogspot.com/2008/09/laxe-moscou-caracas.html


 
Le 11/9 russe



(extraits) La première chaine de télévision Russe a diffusé vendredi dernier une émission une émission exceptionnelle sur les attentats du 11 septembre 2001. Après la diffusion du documentaire "Zéro", mettant en cause la version bushienne du complot islamique mondial, Giulietto Chiesa (député europeen), Leonid Ivashov (ancien chef d'état-major des armées russes) et Thierry Meyssan (président du Reseau Voltaire) ont été confrontés à un panel de 10 experts et à diverses personnalités.

 l'émission
ici


 les intervenants sont membres du comité "axis for peace"

Chavez a signé un gigantesque contrat de livraison d'hydrocarbures avec la Chine mais également le Japon. Il a également entamé la création d'un projet de gazoduc transcontinental reliant le Venezuela à l'Argentine, au Brésil, à l'Uruguay et au Paraguay, long de 8.000 km, avec l'appui de Gazprom.


Vers la guerre au-dessus
du continent blanc ?
Bataille pour l'Arctique

En juillet, je tentais d'expliquer via mon article "
bataille pour l'arctique" l'intêret grandissant que portait les grandes puissances au grand nord a cette zone cruciale d'un point de vue énergétique (Un quart des ressources d’hydrocarbures non découvertes de notre planète se situerait dans l’Arctique, selon l’US Geological Survey et 84% de ces réserves se situent au large) mais aussi géostratégique, CF la carte ci dessous.


Il semble que la situation se détériore très rapidement. Les principaux pays concernés prenants des mesures radicales concernant cette zone. Comme l'afirmait BBC récemment un
risque réel de conflit se dessine dans cette zone, notamment à cause de la non définition précise des frontières. La Russie, les Etats-Unis, le Canada, le Danemark et la Norvège sont tous engagés - à différents degrés - dans une course pour exercer et étendre leur souveraineté sur l'Arctique pour des raisons stratégiques, politiques et énergétiques Le 11/9 russe

(..) - Pour le général
Léonid Ivashov : "Pendant des siècles la Russie a été préservée d'une menace au nord. Il est  important que du côté de l'Arctique n'apparaissent pas de nouvelles menaces pour nous, disons de la part de submersibles ou d'aeronefs appartenant à nos ennemis potentiels.

Le grand nord : "c'est là que se prépare la guerre de demain, la guerre au dessus du continent blanc " .


http://alexandrelatsa.blogspot.com/2008/09/var-gajshost-https-document.html




Partager cet article
Repost0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 22:39




La "démocratie" ne s'exporte pas.
Surtout quand elle est imposée,
et qu'elle fait le malheur des peuples...



Bonjour !

L'Occident est d'une arrogance incroyable. Non content de se mêler de tout et de s'immiscer dans les Etats, il tente d'imposer son modèle, et ses hommes, partout. On a vu ce que cela a donné dans l'ancienne URSS. Avec, entre autres, l'aide du Vatican - qui lui aussi se mêle de tout, sortant continuellemment de son rôle -, et un pape encensé par les foules et pourtant fieffé hypocrite. Polonais, et obsédé par le communisme matérialiste, rejetant Dieu. Ses efforts, en sous-mains - loin de ce que l'on attend d'un serviteur de Dieu qui devrait marcher dans la Lumière - ont largement contribué à la chute du communisme. Puis à l' émiettement de l'URSS. Chute du mur, exit la guerre froide.... ?

Mais les Occidentaux ont continué à se méfier des Russes. Trop gâtés par la richesse de leur sous-sol. Et donc à affaiblir par tous les moyens. Hégémonie oblige !

Et la Russie a été dépecée, au profit de ses ex adversaires : Les anciennes républiques soviétiques, à peine émancipées, se sont mises sous le giron américain. Exit les avantages du communisme : Le libéralisme a fait son entrée, créant d'énormes disparités.

Imbus de leur modèle, les Occidentaux se croient obligés de l'imposer. Ils ont même mis en place une association, Reporters sans Frontières, pour garantir la liberté de l'information et le respect des journalistes. Le problème,  c'est qu'on est si occupé à vérifier que les autres - les pays pauvres ou rivaux ou dont le modèle ne convient pas -, ne malmènent pas la démocratie, qu'on oublie de balayer devant sa porte. Et lorsqu'on a mis à terre le mur de Berlin, on s'est empressé de plaquer le libéralisme, de surcroît le plus débridé, le plus sauvage, sur la terre "conquise" idéologiquement. Résultat : Un pays démantelé, la misère partout, des citoyens non payés, et une oligarchie transnationale faisant main basse sur les richesses, au profit des multinationales étrangères. Et les Moscovites, pour ne citer qu'eux, se sont retrouvés à la rue, avec la vodka pour seule consolation. Du joli travail.

Puis Poutine est venu, redressant son pays. Il a mis de l'ordre. Au grand dam des prédateurs occidentaux. Dehors le FMI, les ONG étrangères, les agents très spéciaux, les vampires de la City, les multinationales américaines, et les sociétés de bienfaisance israéliennes. Et quand l'Occident a commencé à se lamenter sur l'indépendance des Russes, leur pouvoir fort (et c'était nécessaire, en effet, pour rebâtir ce qui avait été consciencieusement détruit et pillé par lui), leur absence de démocratie, le peuple a répondu : "Votre modèle, on n'en veut pas ! Gorbatchev voulait améliorer notre système, vous nous avez imposé à marche forcée le libéralisme de Reagan et de Thatcher. On a vu, on a compris. La misère d'un côté, la mafia de l'autre. Merci bien ! Maintenant, on s'occupe de nos affaires nous-mêmes. A notre façon, et à notre rythme".  Une jolie claque envoyée à l'Occident !

Et on n'a pas compris ? On veut encore imposer notre démocratie, si démocratique qu'elle ne tolère même pas l'indépendance de l'information, ce premier critère de liberté ? Il faudra bien qu'on se rende à l'évidence. Notre modèle, notre sujétion, les peuples n'en veulent pas. Et les pouvoirs fantoches qu'on installe à la tête de certains Etats finiront par sauter comme la confiance est morte. La liberté, la démocratie, le Bien à la sauce américaine, ne sont que des mots masquant une politique totalitaire, inégalitaire, créant frustrations et animosités, et même divisions, chaos et guerres. Inutile d'insister : Nous avons perdu la bataille de l'opinion. Plus personne ne veut de ce sale modèle qui se déconsidère lui-même chaque jour par ses actes en opposition complète avec les belles proclamations de foi ! Le fossé est tel entre les mots et la réalité, que des pans entiers de l'humanité se tournent vers d'autres modèles, comme en Amérique Latine, ou s'unissent pour se protéger de la démocratie à l'américaine. La Russie est isolée ? Pas du tout. Elle a de plus en plus d'alliés, en Asie, en Amérique Latine, en Afrique, dans les pays arabes....

Et en Europe même, le fossé se creuse entre les citoyens et leurs dirigeants, qui ne les représentent plus du tout. Ainsi, certains élus ont installé dans leur pays des boucliers anti-missiles, sans consulter leurs électeurs. La crise est latente : Messieurs les décideurs, les peuples ne veulent ni de vos bases militaires, ni de vos politiques de constantes régressions sociales, craignez donc leurs réactions ! Tôt ou tard, votre politique vous condamne. Ceux qui sèment le vent, récoltent la tempête ! 

En tous cas, les premiers, les Russes ont compris. Et le deux poids, deux mesures - l'occupation militaire par l'Occident de pays agressés, d'un côté, et de l'autre le refus de voir les Etats non-alignés défendre leurs intérêts menacés, ou encore l'invocation de l'intégrité territoriale pour certains et pas pour d'autres, par exemple -, les peuples n'en veulent plus ! La coupe déborde!

Pour l'Occident, d'ailleurs en pleine crise, le compte à rebours a commencé. Et c'est tant mieux !

La révolte des peuples pointe à l'horizon.

Les jours de l'Occident triomphant, arrogant, prédateur, menteur, et va-t-en guerre, sont comptés.

Eva

TAGS :  Occident, Russie, USA, France, City, Israël, Poutine, URSS, anciennnes républiques soviétiques, démocratie, libéralisme, totalitaire, liberté, médias, boucliers anti-missiles, pays arabes, Chine, Asie, Amérique Latine, Afrique, Moscovites, Thatcher, Gorbatchev, mur de Berlin, Reagan, Reporters sans Frontières... 

Retour sur l'expérience de l'Union soviétique et sur les raisons de son échec
Roger Garaudy a le verbe tranchant. Il écrit en noir et blanc. La peinture qu’il dresse d’emblée des vestiges actuels de l’URSS avertit son lecteur : « La restauration du capitalisme en Russie a fait en trois ans de l’ancienne Union soviétique un nouveau tiers-monde. L’intervention étrangère dans tous les domaines, de l’économie à la culture, a conduit, à l’intérieur, à la naissance d’une mafia de spéculateurs dont les fortunes poussent du jour au lendemain comme des champignons vénéneux. Pour les multitudes s’étend une misère allant jusqu’à la mendicité et à la faim » (page 3). Tiers-mondisation, financiarisation, mafiosisation, paupérisation, ainsi va « la braderie eltsinienne ».
http://alainindependant.canalblog.com/archives/2008/09/03/10431859.html


_____________________________________________________________________________  


Avec la Georgie,
que veut l'Amérique
en Europe ?
 

  • .
    «Le coup de force en Ossétie de Saakachvili a été préparéavec les conseillers américains.»
    «Le coup de force en Ossétie de Saakachvili a été préparéavec les conseillers américains.» Crédits photo : Le Figaro

    Par Marek Halter, écrivain.

    L'indépendance de l'Europe ne s'accorde pas
    avec son appartenance à l'OTAN.

    L'Amérique ?  Au détriment
    de la solidarité et de l'intégrité de l'Europe.


    La Russie n'a pas bonne presse en Occident. Malgré la fin de l'Union soviétique, l'in­troduction de l'économie de marché et la diversification de la presse, la patrie de Soljenitsyne reste, aux yeux de la plupart des Occidentaux, «l'archipel du goulag». Et le président de la Russie, aujourd'hui premier ministre, Vladimir Poutine, un ancien du KGB. Rien n'y fait. Chassez les préjugés par la porte, ils rentrent par la fenêtre. Ne rappelait-on pas à propos du président américain Carter, même après qu'il a obtenu la signature d'un accord de paix entre l'Égypte et Israël, qu'il était un marchand de cacahuètes ?

    Aussi, pour la presse occidentale, il est évident que le 8 août 2008, le jour de l'ouverture des JO de Pékin, c'est la méchante Russie qui, par surprise, a attaqué la Géorgie, un petit pays démocratique du Caucase, en y semant la panique. Pays dirigé de surcroît par un homme jeune et sympathique, parlant l'anglais et le français, et qui a fait ses études à l'université de Columbia aux États-Unis.

    Or, même les plus acharnés des adversaires de Moscou sont obligés de reconnaître aujourd'hui que ce sont les forces militaires géorgiennes qui ont attaqué la province séparationiste prorusse d'Ossétie du Sud, en bombardant sa capitale et en tuant des soldats russes qui y stationnaient depuis quinze ans par la décision de l'ONU pour le maintien de la paix. Que la revendication d'indépendance des Ossètes et des Abkhazes soit légitime ou non, cela mérite un débat, pas un coup de force. Surtout si, comme le prétendent les Géorgiens, les Russes s'y préparaient depuis longtemps. Alors pourquoi cette initiative de Mikhaïl Saakachvili ? L'a-t-il prise seul ou avec la complicité des États-Unis ?

    Il ne s'agit pas, pour moi, de défendre les Russes, dont la brutalité dans la riposte à toute agression contre leurs intérêts est connue (Afghanistan, Tchétchénie…). Mais d'essayer de comprendre la stratégie et les objectifs du président Saakachvili en provoquant une guerre qui a permis aux Russes de détruire en trois jours le potentiel militaire de la Géorgie. De cela, le président géorgien aura certainement à répondre devant ses électeurs une fois les morts enterrés et les ruines déblayées. Mais quel fut dans cette affaire le rôle du président George W. Bush ?

    J'ai été frappé en regardant la télévision, par l'attitude du président américain à l'annonce des combats en Ossétie et par celle de Vladimir Poutine. Tous les deux assistaient à l'ouverture des Jeux. Le premier ministre russe a pris aussitôt l'avion pour le Caucase sans même passer par Moscou ; le président américain, lui, s'est contenté de quelques déclarations, presque désinvoltes, à partir de Pékin.

    Il faut rappeler que Bush n'a pas cessé, depuis son accession à la présidence, d'œuvrer à l'isolement de la Russie aussi bien sur le plan économique que géographique. Les vraies raisons m'en échappent. Sauf à considérer, comme le font ses conseillers néoconservateurs, qu'en­tre l'Union soviétique d'hier et la Russie d'au­jourd'hui, il n'y a pas de différence. La bataille pour l'hégémonie du monde entre les deux superpuissances n'a pas perdu de son actualité.

    Poutine a cru un moment à l'amitié de Bush et a tenté de lui donner quelques gages de bonne volonté. N'a-t-il pas démantelé les bases militaires russes à Cuba et au Vietnam ? N'a-t-il pas intégré l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) ? Quelle ne fut sa désillusion et sa colère en voyant les États-Unis pendant ce temps installer des bases militaires en Asie centrale, en Géorgie, en Tchéquie et en Pologne ?

    J'en viens à l'Europe. Il s'agit là du deuxième conflit sur son continent, après celui qui a embrasé l'ex-Yougoslavie. C'est donc à elle de le résoudre. C'est bien ainsi que l'a compris Nicolas Sarkozy, en se rendant immédiatement sur le terrain. Mais face à cette confrontation, il faut le dire anachronique, entre la Russie et l'Amérique, que peut l'Europe ? D'abord exister. Comme l'auraient aimé un Stefan Zweig et tant d'autres avec lui. Pour exister, l'Europe peut-elle s'ac­commoder sur son sol de la présence des forces de l'Otan, créée en 1949 à Washington, afin de s'opposer aux visées expansionnistes de l'Union soviétique ? On peut, et c'est mon cas, ne pas être antiaméricain et considérer que l'indépendance de l'Europe ne s'accorde pas avec son appartenance à l'Otan. Leurs intérêts ne sont pas toujours identiques. Rappelons-nous la guerre d'Irak.

    Bref, que veut George W. Bush en Géorgie ? Je crois, pour ma part, que le coup de force en Ossétie de Saakachvili a été préparé avec les conseillers américains et approuvé par Condolezza Rice lors de son dernier séjour à Tbilissi. Ni Bush ni Saakachvili n'ont été surpris par la violence de la riposte russe. Leurs stratégies misaient sur la réplique russe et sur la mobilisation médiatique qu'elle allait provoquer. Même la réunion des dirigeants russophobes - polonais, ukrainien et baltes - du 12 août à Tbilissi a été programmée. Je parie que, dans les jours à venir, «le danger» que représente pour ses petits voisins la force militaire et économique du pays de Gazprom sera fortement utilisé. Ce «danger» justifiera a posteriori l'ex­pansion de la présence américaine dans ces régions. Au détriment de la solidarité et de l'intégrité de l'Europe.

    Vladimir Poutine n'est pas un joueur d'échecs comme tous les dirigeants russes avant lui. C'est un judoka. Le judoka n'a pas besoin d'être le plus fort pour gagner, il doit savoir utiliser la force de son adversaire pour le mettre à terre.

    http://www.lefigaro.fr/debats/2008/08/15/01005-20080815ARTFIG00001-avec-la-georgie-que-veut-l-amerique-en-europe-.php
     


    ____________________________________________________________________________________







    POUR AFFIRMER NOTRE SOLIDARITE...
    AU PEUPLE RUSSE...
    DANS LE COMBAT QU'IL MENE 
    CONTRE L'HEGEMONIE IDEOLOGIQUE AMERICAINE...EUROPEENNE :


    LA RUSSIE REFUSE UN MONDE DOMINE PAR LES SEULS
    ETATS-UNIS


    ..."La Russie "ne peut pas accepter un système mondial où toutes les décisions sont prises par un seul pays, même aussi important que les États-Unis.

    Un tel monde est instable et porteur de menaces de conflits", a déclaré, dimanche 31 août, le président russe Dmitri Medvedev dans une interview à trois chaînes de télévision russes.


    "Le monde doit être multipolaire, un monde unipolaire est inacceptable", a-t-il ajouté.


    À la veille d'un sommet extraordinaire de l'Union européenne sur la crise géorgienne, il n'a pas exclu de prendre des sanctions contre les pays qui lui sont hostiles, même s'il a déclaré ne pas les souhaiter.

    Il a rappelé que sa décision de reconnaître l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud était "irrévocable".

    Medvedev a détaillé les "cinq principes" fondateurs de la politique étrangère russe :

    "primauté" du droit international ;

    "multipolarité" du monde ; désir "d'éviter les conflits et l'isolement" ; "défense de la vie et de la dignité des citoyens russes où qu'ils se trouvent" ; "protection des entrepreneurs à l'étranger"
    et,
    enfin, reconnaissance pour la Russie "de zones de ses intérêts privilégiés".


    vidéo - euronews - interview - DMITRI MEDVEDEV -
    Président RUSSE du peuple Russe :


    ... »L'Union européenne n'a "pas entièrement compris" les motifs de l'offensive russe contre la Géorgie, mais elle a bien réagi en rejetant l'option des sanctions, c'est la réaction de Dmitri Medvedev au lendemain du sommet extraordinaire de l'Union européenne sur la Géorgie...


    Le président russe, actuellement à Sotchi dans sa résidence d'été, a reçu une équipe d'euronews, il répond à nos questions.


    http://www.euronews.net/fr/article/02/09/2008/medvedev-the-eu-did-not-fully-understand-russias-motives-in-georgia/


     


    La chasse aux tigres de Poutine
    http://laplote.over-blog.fr/



    "Je demande à nos très respectables partenaires de prêter attention au fait que ce n'est pas nous qui élargissons les frontières de notre présence militaire en Europe, mais l'OTAN. Ce n'est pas nous qui créons de nouvelles bases militaires, mais l'OTAN. Ce n'est pas nous qui installons de nouveaux missiles intercepteurs, mais l'OTAN", a-t-il souligné.

    Selon M. Medvedev, la Russie n'y a pratiquement pas réagi jusqu'à présent. "Au contraire, nous avons maintenu le dialogue", a-t-il poursuivi. "Puisque la décision d'installer des missiles a été prise, et que le radar sera activé, nous serons amenés à réagir, parce qu'on ne nous a présenté aucun motif raisonnable."

    POUR EN SAVOIR PLUS-LIEN SOURCE :

    http://fr.rian.ru/world/20080903/116501314.html


    ..."TACHKENT (Ouzbékistan), 2 septembre - RIA Novosti. La Russie répondra sans hystérie à la présence de bâtiments de guerre étrangers en mer Noire, a déclaré le premier ministre Vladimir Poutine.

    "Nous réagirons calmement, sans hystérie, mais nous ne manquerons pas de répondre", a-t-il affirmé, interrogé sur la présence de navires de l'OTAN en mer Noire.

    POUR EN SAVOIR PLUS - LIEN SOURCE :


    http://fr.rian.ru/world/20080902/116488298.html


    "Nous devons bien analyser ce que sera la prochaine crise, car il ne fait aucun doute qu'elle se produira un jour", a-t-il fait savoir, ajoutant qu'il pouvait s'agir des relations russo-européennes, des évènements en Ukraine, de tentatives d'éliminer des sites nucléaires iraniens où de détrôner Hugo Chavez, le président vénézuélien...."

    POUR EN SAVOIR PLUS- LIEN SOURCE :

    http://fr.rian.ru/world/20080902/116487398.html

    http://hadria.riviere.over-blog.com/article-22493587.html



     
    http://www.politique.com/ressources/dessins/vintage/selection-mariali-1.htm


    _________________________________________________________________________________


    L'actualité en France





http://blogsperso.orange.fr/web/jsp/blog.jsp?userID=626786

________________________________________________________________________________________


Une curiosité : BHL et Glucksmann réunis,
l'actualité vue par eux, 
un sommet de mauvaise foi !


Extrait :
l’Europe telle qu’elle s’est construite contre le rideau de fer, contre les fascismes d’antan et d’aujourd’hui, contre ses propres guerres coloniales, l’Europe qui a fêté la chute du Mur et salué les révolutions de velours, se retrouve au bord du coma. 1945-2008… Verra-t-on la fin de notre brève histoire commune se sceller dans les olympiades de l’horreur au Caucase ?

Hé, hé, ces deux-là veulent l'Europe dominée par les USA ! Tiens donc ! Vous remarquerez que cet article sort sur Libération, et celui de Marek Halter, sur le Figaro ! Le monde renversé ! (Eva)

http://www.liberation.fr/rebonds/345021.FR.php?rss=true&xtor=RSS-479

_______________________________________________________________________________________


http://www.politique.com/images/dessins/vintage/20060301-bush-messie-gf.gif

(1) Alerte ! Renaissance de l'antisémitisme en Ukraine !
Bush a-t-il soutenu des néo-nazis ? !
Révisionnisme !
A savoir, pour dénoncer :
http://ukraines.fr/spip.php?article1

Ukraine : Pétlioura, responsable de pogroms antisémites, honoré par la "révolution orange"
Symon Pétlioura, grand massacreur de Juifs, aura sa statue à Kiev
Développement, sous couvert de la « révolution orange »« » financée par les USA, d’une vague de racisme antirusse et antisémite en Ukraine.
Les dernières élections ont montré l’effondrement de la popularité des "oranges" qui cherchent maintenant à se partager le gâteau ukrainien dans une coalition incertaine.
http://ukraines.fr/spip.php?article3


UkraineS.fr : l’édito.

Alerte !
L’Ukraine au centre
des crises à venir
...

De la crise du gaz à la résurgence du nazisme :
La main cachée de
Bush.

La peste orange

vendredi 14 juillet 2006, par
claude rainaudi (ukraine s.fr)

L’Ukraine présente, aujourd’hui, un vrai risque d’éclatement.

Le premier effet géopolitique d’un tel éclatement serait la coupure du gaz en direction de l’Europe, gaz vital pour l’industrie de plusieurs pays. Le second serait, on peut le craindre, un ralentissement de l’intégration économique entre la Russie et l’Union européenne.

George W Bush, George Soros, la CIA et un lot d’autres crapules s’en sont aperçus et ont financé la "Peste orange", médiatiquement rebaptisée "Révolution".

Aujourd’hui, les Ukrainiens commencent à prendre conscience de l’escroquerie dont ils ont été victimes

Nul ne sait, à ce jour, si les choses vont se calmer, si on va vers une crise grave, ni même si la situation pourrait se détériorer jusqu’à un affrontement généralisé que seuls les USA peuvent vraiment souhaiter.

Tout cela se passe dans le plus total silence médiatique.

La résurgence du nazisme et de l’antisémitisme passent, elles aussi, inaperçues.

L’Ukraine est le nouveau centre des crises.




Passage du gaz vers l’Europe, porte sur la
Mer Noire, verrou de la Mer d’Azov, contiguë au Danube, irriguée par le Dniepr, dotée d’une base industrielle importante, peuplée de 50 millions d’habitants, l’Ukraine, dont Kiev, la capitale était la troisième ville de l’Union soviétique dispose d’un potentiel géopolitique à prendre au sérieux.

Divisée entre un Est plutôt agricole, surtout influencé par les invasions polonaises, lithuanienne, hongroise et nazie et un Ouest industrialisé, comprenant la Crimée de vieille tradition russe et principal berceau de la Résistance aux forces hitlériennes, l’Ukraine comporte un vrai risque d’éclatement.

Le premier effet géopolitique d’un tel éclatement serait la coupure du gaz en direction de l’Europe, gaz vital pour l’industrie de plusieurs pays. Le second serait, on peut le craindre, un ralentissement de l’intégration économique entre la Russie et l’Union européenne.

Aujourd’hui, les Ukrainiens commencent à prendre conscience de l’escroquerie dont ils ont été victimes, le débarquement illégal de troupes US en mission spéciale ayant ouvert les yeux à certains. Ces troupes ont dû rembarquer face aux manifestations populaires.

Depuis quelques jours, la Rada suprême (le Parlement) a vu sa majorité basculer du camp des pro-US à celui des pro-ukrainiens. Les nervis de George Bush et de Soros ne l’entendent pas de cette oreille : des bagarres et des émeutes sont organisées dans l’enceinte de la Rada et à ses alentours mais, cette fois, les Ukrainiens, eux aussi, se mobilisent, pour défendre leur parlement dont Ioulia Timochenko demande la dissolution en appellant des hooligans à moto dirigés par son beau fils à la recousse.

Nul ne sait, à ce jour, si les choses vont se calmer, si on va vers une crise grave, ni même si la situation pourrait se détériorer jusqu’à un affrontement généralisé que seuls les USA peuvent vraiment souhaiter.

Tout cela se passe dans le plus total silence médiatique.

La résurgence du nazisme et de l’antisémitisme passent, elles aussi, inaperçues.

Pourtant :

- on va ériger une statue au pogromiste Pétlioura ;

- on parle de verser des pensions de guerre aux anciens SS ;

- une université privée organise des colloques sur le thème "expulser les Juifs d’Ukraine"...

Il est temps, il est vraiment temps, de briser l’étouffoir médiatique qui s’abat sur l’Ukraine. D’où l’idée de ce site.

Tous liens, syndications, idées, aide en temps de travail... sont les bienvenus. La petite équipe de http://ukraines.fr est bénévole et ne suffit pas à la tâche.

Fichiers de
syndication :

- http://www.ukraines.fr/spip.php?pag... pour les articles ;

- http://www.ukraines.fr/spip.php?pag... pour les brèves.

http://ukraines.fr/spip.php?article8#forum257


Ukraine : Effondrement de la coalition au pouvoir
http://www.marcfievet.com/article-22477024.html

______________________________________________________________________________________


L'Iran aurait acheté des armes à Israël ! Vrai, ou intox ,

Info ? Intox ? La presse israélienne vient de l’annoncer avec beaucoup d’emphase : une firme israélienne aurait fourni dernièrement des systèmes de sécurité à l’Iran. Même si cette information semble annoncée par les meilleurs organes de presse israéliens , elle doit quand même être doublement vérifiée (..)
http://www.juif.org/go-news-64647.php

La morale juive, c'est quoi?
D'après les Juifs, on doit s'en prendre aussi aux civils. Il y a des guerres faites entre armées et parfois toute une population soutient la guerre en participant très activement à l'action (..)
http://www.juif.org/go-news-64659.phphttp://www.juif.org/go-news-64659.php

Kibboutz : En Israël, les villages collectivistes sont en voie de privatisation.
http://www.juif.org/societe-israel/64652,mon-kibboutz-se-privatise-sde-nehemia-acheve-la-liquidation-de-68.php

Armada humanitaire ????

M. Poutine a répondu laconiquement: "S'il s'agit de l'aide humanitaire à l'une des parties en conflit, il est clair qu'il faut d'abord l'octroyer à la victime de l'agression c'est-dire à l'Ossétie du Sud".
"En l'ocurrence, on ne comprend pas très bien ce que font les bateaux américains près de la côte géorgienne", a-t-il poursuivi.
"Pourquoi faut-il amener de l'aide humanitaire à bord de bateaux militaires armés de systèmes de missiles ultramodernes ?", s'est-il interrogé.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/europe/20080902.OBS9749/poutine__
moscou_va_repondre_a_la_presence_de_lotan_en_m.
html
 


Le couloir eurasien: Géopolitique des pipelines et la nouvelle guerre froide
La crise actuelle dans le Caucase est étroitement liée au contrôle stratégique des oléoducs de ressources énergétiques et les couloirs de transport.  Il est évident que l'attaque géorgienne du 7 août dernier en Ossétie du Sud avait été soigneusement planifiée.  Des consultations de haut niveau ont été tenues avec les États-Unis et l'OTAN dans les mois qui ont précédé les attaques.  Les attaques contre l'Ossétie du Sud sont survenues une semaine après que les États-Unis et la Géorgie aient terminé leurs imposants exercices militaires
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=10025 


Pour un vote transparent - le vote électronique....

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-22496281.html

Sarkozy et Bush contre leurs populations ?
Plus
de 600 centres d'internement de civils laissés vides et construits aux USA par les gouvernements successifs ces 12 dernières années, des milliers de wagons de prisonniers... L'élite US se prépare t'elle a mettre en oeuvre l'esclavage du peuple US selon un plan bien ficelé que N. Sarkozy suivrait en Europe à travers les centres de détention ? Allons-nous basculer dans un Etat fasciste au niveau planétaire à travers le nouvel "Ordre" ou "Gouvernement" mondial que nos gouvernants appellent de leurs voeux ? Le choc des civilisations pourrait bien être celui qu'ils prévoient de nous faire subir, et non l'affrontement Occident-Musulmans qui est là pour faire diversion...
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-22469617.html

Sarkozy homme d'Etat de l'année pour une fondation proreligieuse américaine
http://www.marianne2.fr/Sarkozy-homme-d-Etat-de-l-annee-pour-une-fondation-proreligieuse-americaine_a90841.html

Georgie : L'UE jugée trop clémente
Mais son initiative peut-elle être qualifiée, pour autant, d’agression constituant une violation du droit international (d’aucuns observent en effet qu’elle intervenait en Ossétie du Sud donc encore, de jure, à l’intérieur de ses frontières).
C’est oublier qu’elle était liée par l’accord russo-géorgien de 1992, qu’elle a violé de façon consciente et organisée, accord qui l’obligeait, faut-il le répéter, à trouver une solution politique à l’irrédentisme ossète et à garantir la paix, alors que la Russie, de son côté, a respecté tous ses engagements, y compris, ceux de fermer dans les délais fixés, ses point d’appui militaires, séquelles de l’ère soviétique.
 La Géorgie est donc  l’agresseur, un agresseur qui a prémédité de longue date et manigancé avec beaucoup de duplicité et de mauvaise foi son agression. Il y a bien agression de sa part, agression délibérée
.
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-22467171.html

Guerre Iran proche ?
D'après un journal hollandais, les services secrets des Pays-Bas auraient suspendu toute opération d'espionnage en Iran en raison d'une attaque américaine imminente. Depuis des mois, les Etats-Unis et Israël prévoient d'effectuer une attaque aérienne contre les équipements nucléaires de l'Iran. Samedi, un commandant militaire iranien a averti que toute attaque sur l'Iran pourrait être à l'origine d'une troisième guerre mondiale.01/09/08 - VIDEO
http://www.juif.org/video/3801,attaque-imminente-sur-l-iran-selon-un-quotidien-hollandais.php

Le livre noir de la judéophobie
Un entretien avec Pierre-André Taguieff paru dans le mensuel Information juive, septembre 2008 (propos recueillis par Victor Malka, revus par P.-A. T.).
http://www.juif.org/go-news-64725.php

La chute d'un dictateur au Pakistan. Situation
http://www.marcfievet.com/article-22498552.html

Qu'est-ce que les lIluminati ?
http://www.conspirovniscience.com/illumi.php
 

Recrudescence des violences des colons contre les Palestiniens
http://www.marcfievet.com/article-22476837.html

Pillages et génocides blancs en Chine
http://www.marcfievet.com/article-22439948.html

Suppression de Ce soir ou jamais sur FR3 ? La fin de la dernière émission de débats ?
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-22469809.html

Les médias sont les ennemis des peuples
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-22263435.html

Juifs, chrétiens, musulmans : Bâtir ensemble la terre promise
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/article-22483635.html

Israël Projetait Une Opération
Sous Faux Pavillon
Contre l'Iran
A Partir De La Georgie

Sous l'intitulé « Israël et l'attaque contre Téhéran », un journaliste d'investigation américain, Brian Harring, révèle un plan d'attaque israélien de l'Iran à partir du territoire georgien.
http://www.planetenonviolence.org/Israel-Projetait-Une-Operation-Sous-Faux-Pavillon-Contre-l-Iran-A-Partir-De-La-Georgie_a1665.html?PHPSESSID=986b9f4f62c5815b2db5f67dc0d94b15


ABONNEZ-VOUS  A  MON  BLOG
c'est gratuit (voir présentation du blog),
et recommandez-le autour de vous !


C O M M E N T A I R E S : I C I

Partager cet article
Repost0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 05:45
http://www.poupees-russe.com/


Mes amis,

Juste quelques lignes pour introduire des textes qui vous permettront de vous faire une opinion sur la situation.

Vous devez savoir que je viens de lire un post d' Hadria Riviere, elle cite, comme moi voici quelques jours, l'excellent article de Michel Collon, "
Quand, pourquoi et comment l'Otan a commencé à s'intéresser à la Géorgie", mais en
l'introduisant par la partie que je vous présente maintenant. En effet, comme Hadria, j'espère en la Russie. La Russie inspirée, pas celle d'Eltsine, mais celle qui a bouté dehors les armées napoléonienne et nazie ! Ne cédons pas à la propagande hystérique des médias contre cet Etat. Réjouissons-nous : La Russie est de retour, et c'est tant mieux. La Grande Russie, l'éternelle, qui nous donnera des leçons de liberté. La vraie. Celle d'un peuple qui ne se laisse pas dominer, impressionner, et surtout pas écraser. Et qui ne s'agenouille pas devant la Pensée Unique conformiste, prédatrice, égoïste, bornée.

La Russie est en marche vers son destin. Elle tient tête, alors que nous nous couchons, nous Européens, et de façon ridicule, caricaturale, devant la Bête qui sévit sur la planète et la désorganise. Jusqu'au mimétisme le plus grotesque, via des médias ayant complètement perdu la tête, tordant complètement la réalité. Encore à l'instant, FR2 nous montre une Georgie dévastée par la Russie, en ruines, avec par exemple cet interview d'un habitant : "La Russie nous a bombardés, elle a volé, tué..."  Et la Georgie en Ossétie ??? Chut !

Soyons vigilants, amis lecteurs. Ne cédons pas aux sirènes trompeuses. L'Amérique n'est pas notre amie, elle cherche seulement son  intérêt, quel que soit le prix payé par les peuples. Orgueilleuse Amérique ! Et elle se dit chrétienne ? Le plus grave péché n'est-il pas l'orgueil ?

La Russie agit avec sagesse, mesure, pragmatisme. Unissons nos destins, au lieu de la considérer, de façon absurde, comme notre ennemie. Elle demande quoi ? Qu'on  lui accorde pour ses deux Etats russophones ce que le Kosovo a obtenu, et ce qu'on voudrait réaliser au Tibet. Le deux poids deux mesures, ça suffit ! L'Occident ne peut continuer impunément à tout se permettre. Il y a désormais une limite : La Russie !

Mes amis, je compte sur vous pour regarder autrement la Russie. Nous avons besoin d'elle pour un monde plus équilibré et, partant, pour la paix.

La Russie est de retour, elle n'a pas fini de nous étonner. 

Bien à vous, Eva

TAGS : Russie, Amérique, Napoléon, nazis, guerre, liberté, Hadria Riviere, Michel Collon.



La "grande guerre patriotique" est le nom que Staline donna au conflit opposant l'Allemagne nazie à l'URSS. Nécessitant un sacrifice énorme pour les populations, le pays fut celui qui versa le plus de sang pour obtenir la victoire de 1945. Afin de mobiliser les effectifs de l'Armée rouge saignée à blanc par les premières batailles contre la Wehrmacht, la propagande soviétique en appelle au patriotisme et à la défense de la nation face à l'ennemi en nommant ainsi la guerre. Photo prise le 7 novembre 1941 du défilé célébrant la Révolution russe. Les fantassins partaient au front directement après leur passage sur la place Rouge.
La "grande guerre patriotique" est le nom que Staline donna au conflit opposant l'Allemagne nazie à l'URSS. Nécessitant un sacrifice énorme pour les populations, le pays fut celui qui versa le plus de sang pour obtenir la victoire de 1945. Afin de mobiliser les effectifs de l'Armée rouge saignée à blanc par les premières batailles contre la Wehrmacht, la propagande soviétique en appelle au patriotisme et à la défense de la nation face à l'ennemi en nommant ainsi la guerre.
Photo prise le 7 novembre 1941 du défilé célébrant la Révolution russe. Les fantassins partaient au front directement après leur passage sur la place Rouge.

Wikipedia.org


P
euple RUSSE, sois nationaliste jusqu'au bout et ainsi que tu as su  le faire avec les Dictateurs,  qui ont eu la prétention de vouloir t'asservir et pour ne citer que le dernier : HITLER...

JETTE..HORS de tes frontières ces manants NECROPHILES OCCIDENTAUX...et leurs complices, tes anciens valets,

Utilise pour ce faire tes armes et tous les moyens à ta disposition;
si, la diplomatie ne suffit pas, à leur  faire entendre raison !!!!

Mais surtout...,MAINTIENS-LES  dehors... MONTRE-LEUR ce qu'est l'HONNEUR  et la FORCE Russes.

Fais-leur une démonstration de ta puissance, de ta  force;  c'est le seul langage qu'ils -Les GOUVERNANTS OCCIDENTAUX NECROPHILES et leurs zélés serviteurs ex-valets du bloc de l'Est- comprennent !!

De nombreux peuples - d'Europe, d'Asie, d'Arabie, du Maghreb etc... se sont soumis, se sont couchés devant la SANGSUE Américaine; décervelés, abrutis par de nombreuses années de propagande.

Propagande Néolibérale - ULTRALIBERALE, dés qu'il s'agit de voler, spolier les peuples des richesses de leur pays - mais CONSERVATRICE/INTEGRISTE RELIGIEUSE - dés qu'il s'agit de la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes en profitant pleinement et sans entrave des richesses de leur terre - a réussie pleinement ce que même STALINE, le spécialiste es goulag et exécutions,  n'avait pas réussi à obtenir de toi, peuple RUSSE !! (..)

Washington prétend s'installer là pour mettre fin aux haines ethniques et nationales.

Pourtant, les grandes puissances n'ont jamais hésité à exciter les pires extrémistes
pour prendre le contrôle de l'ex-Yougoslavie.


Et Zbigniew Brzezinski a
reconnu -voir page 126- avoir financé de tels extrémistes pour faire éclater l'URSS. (..)

http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2008-08-25%2017:14:40&log=articles
Panorama du quai du Kremlin avec la silhouette de la cathédrale du Christ Sauveur (à gauche). Panorama du quai du Kremlin avec la silhouette de la cathédrale du Christ Sauveur (à gauche).  Wikipedia.org.

 

Ce curieux besoin de s’inventer des ennemis,
parce que le système libéral est en faillite
 

Menace Les diplomaties occidentales, avec leurs cris de vierges effarouchées, n’auront fait que précipiter l’inéluctable issue de la crise géorgienne. Très logiquement, la Russie a reconnu hier l’indépendance des provinces sécessionnistes d’Ossétie du sud et d’Abkahzie. En dépit de toute rationalité comme de ses propres intérêts, la communauté internationale s’insurge depuis contre « cet acte irresponsable qui bafoue le sacro-saint principe d’intégrité territoriale », relayé en cela par un appareil de presse hystérique qui n’hésite plus à présenter la Russie comme la nouvelle grande menace géopolitique de ce siècle.

L’affaire géorgienne n’est pourtant qu’une réplique light du Kossovo où il est bien difficile de reprocher grand chose à la Russie. Contrairement au Kossovo, les provinces étaient déjà, de fait, indépendantes depuis une quinzaine d’années. Contrairement à l’OTAN en 1999, la Russie n’a pas inventé de toute pièce une menace contre les populations civiles pour intervenir. Elle n’a pas provoqué de nettoyage ethnique ni bombardé la capitale de l’ennemi, ni même destitué le responsable de l’agression. La Géorgie est toujours un état souverain. Saakachvili est toujours au pouvoir. Le pays n’est pas occupé militairement. Et les territoires séparatistes ne sont pas moins géorgiens aujourd’hui qu’ils ne l’étaient hier.

La Russie n’a même pas renié sa parole. Sa position sur cette affaire a toujours été d’une extrême clarté et d’une parfaire constance. En Mai dernier j’indiquais déjà que « Le message de la Russie à l'égard de ses voisins est très clair. L'adhésion à l'alliance atlantique ne pourra s'envisager qu'au prix d'un éclatement de ces pays. La Géorgie devra faire son deuil de l'Abkhazie et de l'Ossetie du sud ». Et au moment de la négociation du plan de paix par Sarkozy je n’avais pas manqué de souligner que « Quand Sarkozy insistait sur la souveraineté de la Géorgie, Medvedev en appelait à l’auto-détermination des républiques séparatistes, faisant explicitement référence au précédent du Kossovo »

Instant20080812000000418x281022 En renonçant à intégrer le principe d’intégrité territoriale dans les 6 points du plan de paix, la France a de fait accepté l’indépendance des régions séparatistes. Medevev a beau jeu d’affirmer aujourd'hui qu’il a respecté les principes du plan de paix négocié par Sarkozy.

Les commentateurs évoquent le risque de contagion. Ce risque est un pur fantasme. Il n’y a qu’un cas similaire dans toute l’ancienne URSS de région autonome ouvertement pro-russe, c’est le cas de la Transnistrie aux frontières de la Moldavie. Mais le président Moldave ne sera jamais assez fou pour lancer ses chars à la reconquête de ce territoire perdu depuis 15 ans ! 

Article_cpshir21210208214032photo0 L’Ukraine avec le cas de la Crimée : il n’y a pas ici d’autonomie que le pouvoir central pourrait chercher à reconquérir par la force. Et d’ailleurs, le rapport de forces en Ukraine a bien changé depuis la révolution orange. Le président Youchenko, ami personnel de Saakachvili et aussi américanophile que lui, est totalement marginalisé. La premier ministre, l'ancienne égérie de la révolution, Yulia Timochenko s’est montré beaucoup plus prudente dans cette affaire, au point de s’être fait accuser de haute trahison.

Il y a fort à parier que cette affaire aura mis un terme définitif au tropisme occidental de l’Ukraine. Les Ukrainiens, tout autant que les Russes, sont nostalgiques de la grandeur passée de l’Union soviétique. Il suffit que la Russie retrouve son rang et elle retrouvera sa force d’attraction à l’égard de ses voisins, d’autant plus sûrement dans le même temps l’Europe s’enfoncera dans la récession.

En réalité, malgré les menaces réciproques et les propos martiaux des dirigeants, la situation de crispation actuelle satisfait tout le monde.

080819_medved Le Kremlin a pu montrer à l’opinion publique mondiale qu’il était capable de tenir tête, avec une détermination impressionnante, aux pressions de ceux qui n’ont eu de cesse que de l’humilier et de l’affaiblir depuis quinze ans. En agissant de manière aussi unilatérale que les américains, la Russie s’est hissée à leur niveau, retrouvant ainsi son rang perdu de superpuissance.

De leur coté, les occidentaux ont également atteint leur objectif : s’inventer un nouvel ennemi pour recréer de toute pièce un manichéisme rassurant opposant des gentils et des méchants. Car aujourd’hui la nervosité est essentiellement de leur coté.

En Europe, l’occident s’évertue à restaurer un climat de guerre froide avec la Russie.

Au moyen orient il s’amuse à livrer des guerres de nature coloniale sous prétexte de lutter contre le terrorisme et pour la défense de la démocratie et les droits de l’homme.

L’occident est confronté à une crise profonde qui le laisse désemparé. Son système économique produit toujours plus d’inégalités, sans plus créer de richesses. Le niveau de vie se dégrade. La crise systémique menace, sans que quiconque puisse l’éviter faute d'être en mesure d'imaginer des solutions alternatives. L’Horizon est bouché et le déclin est inexorable.

C’est pourquoi l’occident panique. Les gouvernants cherchent par-dessus tout à éviter le tête à tête avec leur opinion publique, qui pourrait les conduire devant le tribunal de l’histoire. Pour cela, rien de mieux que de s’inventer des ennemis et de livrer des guerres. Plus symboliques d’ailleurs que militaires car l’ouest n’a plus les moyens de ses ambitions, et plus guère de moyens de pressions sur ses nouveaux ennemis. La mondialisation qu’il a mis en place pour ses multinationales, fonctionne désormais au bénéfice exclusif des pays esclavagistes à bas coûts de main d’œuvre et des exportateurs d’hydrocarbures. Aujourd’hui c’est eux qui ont l’argent. L’occident n’a plus que des dettes et des besoins non satisfaits.

Taliban7_4 Puisque la guerre économique est perdue et qu’elle fera des dégâts que l’on fera tout pour cacher, il faut réinvestir le terrain des valeurs, le seul qui puisse encore accréditer l’idée de la supériorité intrinsèque de l’occident. Le clash des civilisations, voilà la solution pour demeurer, dans l’esprit de tous, le camp du progrès, de la liberté, des droits de l’homme et de la démocratie.

Medevdev n’y trompe pas lorsqu’il appelle les américains à s’occuper d’avantage de leur économie et moins de politique internationale « parce que l’économie américaine est au cœur de très nombreux problèmes »

En attendant, la figure de l’odieux taliban, terroriste international et barbare sanguinaire, comme celui de l’ours russe, mal élevé, imprévisible et brutal sont deux bénédictions pour les dirigeants occidentaux.

Malakine

http://horizons.typepad.fr/accueil/2008/08/ce-curieux-beso.html#more

__________________________________________________________________________________________
 


Bernard Kouchner n’a pas ménagé ses mots à l’égard de la Russie, fustigeant son attitude hors la loi internationale, déplorant la reconnaissance de l’indépendance des deux régions séparatistes incluses dans le territoire géorgien, mais auxquelles l’ONU reconnaissait un statut d’autonomie, accusant même les Russes de préparer une purification ethnique. Quelle mouche a donc piqué Kouchner pour qu’il fasse preuve d’un zèle si appuyé que même les Américains s’en étonnent ? A lire la presse officielle (Le Figaro, Le Monde, Libération) puis quelques analyses sur le net, il paraît que la Russie, à l’occasion de cette drôle de guerre en Géorgie, montre ses crocs, son visage de guerre froide et change la donne géopolitique du monde. Les historiens savent y faire pour façonner des interprétations. BHL, autoproclamé reporter officiel en Géorgie,  dont le témoignage a été mis [...]
 
 

Le président géorgien a rendu, malgré lui, un grand service à la Russie 13/08/2008 Par Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française. La guerre russo-géorgienne qui marquera l’été 2008 est certes un conflit traditionnel entre deux États autour d’un enjeu apparemment clair, le sort de l’Ossétie du Sud, mais elle découle, avant tout, de la volonté impitoyable des deux parties de remettre en cause les équilibres géopolitiques existants depuis près de vingt ans. Pour comprendre l’événement, et ce qui pèsera sur les efforts de pacification, il n’est pas inutile d’en revenir aux origines - ou au prétexte - de la guerre. En investissant l’Ossétie du Sud, le président Saakachvili a revendiqué son droit à rétablir l’intégrité territoriale de son pays. Or celle-ci avait, dès 1990, volé en éclats. Les peuples minoritaires - ossètes, abkhazes, adjars, etc. - avaient reçu en 1922 de Lénine et Staline, soucieux de briser le sentiment national géorgien, un statut d’autonomie culturel et administratif au sein de la République. Ce statut n’était pas une simple fiction et il leur a permis de( [...])
 

L’accusation est d’une gravité extrême.  Vladimir Poutine soupçonne les Etats-Unis d’avoir incité la Géorgie à déclencher les hostilités en Ossétie du Sud, d’avoir délibérément provoqué la crise géorgienne. L’un des dirigeants politiques les plus puissants du monde dénonce donc publiquement ce qu’il considère être un complot américain. Un complot ourdi, selon l’ancien agent du KGB, dans le but de faire gagner l’un des candidats à la Maison Blanche.   Après les sorties déjà musclées de son président, Dimitri Medvedev, qui a notamment déclaré ne pas craindre une nouvelle guerre froide, le Premier ministre russe a lancé, jeudi 28 août, un monumental pavé dans la mare. Il a, ni plus ni moins, accusé Washington d’avoir provoqué la guerre en Ossétie du Sud. Et devinez pourquoi : pour favoriser l’un des candidats à la Maison Blanche ! "Le camp américain a en fait armé et entraîné l’armée géorgienne"..

Hubert Védrine,

Ancien ministre des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis et leurs alliés européens se sont montrés, selon lui, trop arrogants vis-à-vis des Russes : la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo, la relance du bouclier anti-missiles (suite à la sortie du traité ABM), et l’élargissement menaçant de l’Otan mené par les Américains, sont autant d’imprudences qui expliquent le coup de force actuel des Russes.

Dans cette crise, Hubert Védrine condamne l’administration Bush et le président géorgien, le premier, rappelle-t-il, à avoir attaqué. Il tient là un discours proche de : Dominique de Villepin. Beaucoup plus éloigné de celui de Bernard Kouchner, dont il condamne implicitement la "provocation".

L’excitation de Bernard Kouchner, affirmant que Moscou pourrait avoir, après l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie en Géorgie, "d’autres objectifs" dont "la Crimée, l’Ukraine, la Moldavie", lui avait valu, jeudi 28 août, une réaction acide de la part de son homologue russe, Sergueï Lavrov, qui avait raillé son "imagination maladive".

 
 
C'étaient 4 extraits du blog de marcfievet.com,  29.8.8
 

_________________________________________________________________________________________

http://vladimir-poutine.activblog.com/article-250615.html

 

http://vladimir-poutine.activblog.com/


                                                          

Quand Poutine répond à CNN
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/quand-poutine-repond-a-cnn_557683.html

Certains pays arment la Géorgie sous le couvert de l'aide humanitaire (MEDVEDEV)
http://chiron.over-blog.org/article-22564273.html 

 
KIEV, 22 août - RIA Novosti. L'Ukraine ne doit pas devenir l'otage des intérêts des Etats-Unis dans leur confrontation avec la Russie, a déclaré vendredi devant les journalistes à Kiev le leader du Parti des régions (opposition), Viktor Ianoukovitch.

"Nous devons penser à notre propre sécurité et à nos intérêts nationaux", a indiqué M. Ianoukovitch.

Et d'ajouter que le président ukrainien Viktor Iouchtchenko n'avait pas le droit de soutenir de son propre chef la Géorgie en conflit avec l'Ossétie du Sud

Dans mon blog
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/,
parmi les derners
articles :


- Ici, c'est une réponse pour que politique et religion s'entr'aident pour bâtir un monde plus humain et plus juste. Non pas un lien politique-religion pervers, ambigu, dangereux, mais un lien où les deux se prolongent  harmonieusement. 

- L'ancien pilote, militant pacifiste
et fondateur de la radio "Voix de la Paix",

est mort mercredi à Tel Aviv, à l'âge
de 81 ans.



Sur mon blog désinformation, les derniers posts :

  • Selon que vous serez B.H. Lévy ou Tariq Ramadan.. - Presse hystérique
  • Siné - R.Labévière - Le prêt-à-penser dans la presse à grand tirage
  • Les médias sont les ennemis des peuples. Médias-relais du NOM
  • Alerte,faire son métier devient passible de licenciement ! - Pétition

    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

    Sélection
    Liens



    Alors que la polémique fait rage sur la présence de l’armée
    française en Afghanistan, où une nouvelle « bavure » de
    l’aviation américaine aurait causé la mort de plus de 90 civils, NDA
    signe dans le quotidien Le Monde une tribune sous forme de lettre ouverte
    au président de la République, lui demandant de choisir clairement
    entre l’alignement sur les Etats-Unis et une politique étrangère et
    de défense indépendante.
    http://debout-la-republique.fr/La-France-ou-l-Amerique-il-faut.html


    Dérapage des tarifs autoroutiers : NDA demande un gel et une enquête
    parlementaire
    Dénoncé sans fard par la Cour des comptes il y a quelques mois, le
    dérapage des tarifs sur les autoroutes privatisées il y a deux ans,
    suscite la colère grandissante des Français. NDA a demandé
    aujourd’hui au gouvernement de geler ces tarifs pendant un an, le temps
    qu’une enquête parlementaire puisse enfin faire toute la lumière sur
    ce dossier.
    http://debout-la-republique.fr/Derapage-des-tarifs-autoroutiers.html


    La menace terroriste : un instrument pour limiter les libertés
    Les Services de Renseignements suisses se seraient-ils laissé influencer, comme leurs voisins, par ces puissances étrangères belliqueuses qui exagèrent la « menace islamique », pour entraîner d’autres Etats - qui n’ont jamais été confrontés à des attentats - à adopter des mesures « antiterroristes », à entrer dans leur guerre ; et à accorder aux services de renseignements des pouvoirs accrus, pour surveiller de manière plus intense et systématique les populations ?
    Entretien Silvia Cattori et B. Glattli
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9973


    Défense Anti Missile : Le Monde Se Rapproche d'une Guerre à Cause de Washington et de la Pologne



    Le monde se rapproche d'une guerre
    à cause de Washington et de la Pologne
    Défense anti-missile

     
    La signature le 14 août d'un accord entre les gouvernements des États-Unis et la Pologne pour déployer sur le territoire polonais des « intercepteurs de missiles » US est l'action la plus dangereuse entreprise en direction d'une guerre nucléaire dont le monde est témoin depuis la crise des missiles de Cuba en 1962. Loin d'être une action défensive pour protéger les états européens de l'OTAN d'une attaque nucléaire russe, comme l'ont fait remarquer les experts militaires, le système anti missile US en Pologne pose une menace existentielle totale pour le futur de la nation russe. Le gouvernement russe a prévenu à maintes reprises de cela depuis la révélation des plans US début 2007. Maintenant, malgré des tentatives diplomatiques de la Russie pour obtenir un accord avec Washington, l'administration Bush, suite à l'humiliante défaite en Géorgie, a fait pression sur le gouvernement de Pologne pour que le pacte soit finalement signé. Les conséquences pourraient être impensables pour l'Europe et la Planète (..).(.(

    Maintenant, cette signature garantit une escalade des tensions entre l'OTAN et la Russie et une nouvelle course totale aux armements type Guerre Froide . Il est important pour les lecteurs de comprendre que, comme je l'ai détaillé minutieusement dans mon livre qui sera publié cet automne « Full Spectrum Dominance : The National Security State and The Spread of Democracy », la capacité de l'un des deux partis de stationner des missiles intercepteurs (missiles anti-missiles) à 150 km du territoire de l'autre, même avec des missiles intercepteurs primitifs de première génération, fournit à ce parti une victoire certaine en matière de balance nucléaire des pouvoirs et oblige l'autre à envisager une capitulation inconditionnelle ou une réaction préventive en lançant une attaque nucléaire avant 2012. Des parlementaires russes ont dit vendredi que l'accord endommagera la sécurité de l'Europe, et ont réaffirmé que la Russie devrait maintenant prendre des mesures pour assurer sa sécurité.

    La Réponse russe

    Le projet étasunien de déploiement d'un radar en République Tchèque et dix intercepteurs de missiles dans le Nord de la Pologne comme faisant partie d'un bouclier anti-missile contrôlé par les États-Unis pour l'Europe et l'Amérique du Nord, a été vendu officiellement avec l'argument fallacieux que c'est contre de possibles attaques d'« états voyous » dont l'Iran. Au printemps dernier, le Président russe, Vladimir Poutine, a démontré le caractère superficiel de la propagande étasunienne en faisant une offre au Président Bush étonné, celle de l'utilisation par les États-Unis d'installations de radar russes louées en Azerbaïdjan à la frontière de l'Iran afin de bien mieux contrôler le lancement de missiles iraniens. L'Administration Bush a simplement ignoré l'offre, montrant par là que la véritable cible c'est la Russie et non des « états voyous comme l'Iran ».
    La Russie considère, à juste titre, le déploiement du bouclier anti-missile US comme une menace pour sa sécurité.

    Le dernier accord polonais s'attire une réponse russe.

    Des responsables russes avaient dit préalablement que Moscou pourrait déployer des missiles tactiques et des bombardiers stratégiques en Biélorussie et dans l'enclave la plus à l'ouest de la Russie celle de Kaliningrad si Washington réussissait dans ses plans d'implantation de bouclier antimissile en Europe. Moscou a également prévenu qu'il pourrait cibler la Pologne avec ses missiles.

    La Russie discute également de la possibilité de mettre en orbite un système de missiles balistiques en réponse aux plans étasuniens de système de défense anti-missile pour l'Europe Centrale, selon un expert militaire russe de haut niveau.


    « Un programme pourrait être appliqué pour créer des missiles balistiques mis en orbite, capables d'atteindre le territoire des États-Unis via le Pôle Sud, contournant les bases de défense aériennes US, » a dit le général Viktor Yesin, ancien chef d'état major des forces stratégiques russes de missiles, actuellement vice président de l'Académie de Sécurité, et des Études de Défense et d'application des lois.

    Auparavant, faisant partie des accords post Guerre Froide avec les États-Unis, accords qui ont été significativement ignorés de Washington alors qu'il poussait les frontières de l'OTAN encore plus près du pas de porte de Moscou, l'Union Soviétique avait abandonné de tels missiles en accord avec le Traité START I.

    Obama soutient également le système de défense anti-missile.

    Cet accord divisera encore plus les pays européens entre ce que le conseiller aux affaires étrangères d'Obama, Zbigniew Brzezinski, a appelé ouvertement, les « vassaux » des US, et ceux poursuivant une politique plus indépendante.

    Toute illusion qu'une présidence de Barak Obama pourrait vouloir dire un recul de telles actions provocatrices de l'OTAN et des États-Unis des dernières années doit être rejetée comme un voeux pieux dangereux. L'équipe de politique étrangère d'Obama en plus du père, Zbigniew Brzezinski, comprend le fils Brzezinski, Ian, qui est un ferment supporter de la politique de défense anti missile des États-Unis, de même que de l'indépendance du Kosovo et de l'expansion de l'OTAN en Ukraine et en Géorgie. 

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9980




A Lire :
 


L'Imbroglio politico-maçonnique
Ou la Franc-Maçonnerie dévoyée

Par Paul - Jean Girard
Thème : Franc-maçonnerie
Genre : Essai / Critique / Chronique
14,90 elivre papier, 4,90 à télécharger


Mes lecteurs publient :


Le dernier d'ARTHENICE
La Repasseuse du 19 août

Par Arthenice
Thème : Roman de société / actualité
Genre : Roman
16 euros (papier), 4,90 à télécharger

Livre d'un lecteur, humoriste
http://fr.youtube.com/watch?v=RVua93fls74
http://www.abseditions.com/
http://laplote.over-blog.fr/


Livre écrit par une lectrice :
Le Monde de Rita
RP_001.JPG
Eloge de la
spiritualité



Vous pouvez le commander aux Éditions l'Originel

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 17:24


Intégration de la Russie dans l'Europe,
ou désintégration de l'Europe
dans une guerre mondiale ?
Il faut choisir. Rapidement.

Nous devons dénoncer
le prétendu choc Occident-Russie
dans lequel le NOM carnivore
veut nous entraîner pour son
seul bénéfice : Elimination d'une
partie de la population en surnombre
par la guerre, guerre par procuration
contre la puissance émergente russe
par l'Europe sur son sol, à ses frais,
juteux bénéfices pour les industriels
de l'armement (essais et ventes d'armes),
du pétrole, de la reconstruction.

La Russie attise les convoitises du NOM :
Celui-ci  rêve de faire main-basse sur ses ressources
en installant des gouvernements-fantoches,
au service des multinationales occidentales.
La Russie défend son territoire, son indépendance,
ses ressources - et son dernier pré-carré
que lui disputent les Occidentaux, notamment
dans le Caucase, après l'avoir dépecée sous
Eltsine. Elle est donc affaiblie, à leur avantage.
Mais elle redresse la tête, aujourd'hui.
Ce que ne peuvent supporter les Occidentaux,
qui refusent de voir leur suprématie partagée.

La région est une zone stratégique,
particulièrement pour l'or noir.
Israël, en particulier, veille au grain. Avec
son allié turc, pour le transport du pétrole.
L'Empire veut étendre sa domination sur
le monde, avoir une tête de pont en Europe.
La Russie veut s'affirmer à nouveau,
ne pas se laisser encercler ou menacer
par les boucliers anti-missiles qui
hypothèquent sa défense.

Les uns, les Occidentaux, veulent étendre
leur domination, affermir encore un peu plus
leur hégémonie. Les autres, les Russes,
tentent de défendre leur pré-carré, et de
consolider leur puissance renaissante.
Choc de deux types d'intérêts. Les uns
impérialistes, les autres de préservation.

Alors, les Médias s'acharnent contre la
puissance russe émergente. En nous
dressant jour après jour contre elle,
insidieusement. Pour nous préparer
au grand affrontement contre le futur
rival, avec la Chine, du NOM., de l'
Empire, de l'Occident. Artificiellement !
Car ce n'est pas notre intérêt. Soyons
vigilants !


La Russie n'est pas notre ennemie,
c'est nous, à cause des médias,
qui le décidons arbitrairement. 
La Russie a sa place en Europe, pleinement.
Dans son prolongement géographique,
historique, culturel, économique, géo-stratégique.

Pour une grande Europe,
indépendante, forte économiquement.
Pour un monde multipolaire, équilibré.
Et pour la paix
.




Par curiosité, j'ai voulu découvrir le pays de ma mère, voici une trentaine d'années. Je suis partie pleine de préjugés contre la Russie communiste, ceux qu'on vous plante dans la tête à longueur de désinformation : Pas de liberté, la dictature, la pauvreté pour tous...

Au risque de décevoir tous les grincheux, j'ai pu circuler partout à Moscou et dans les alentours, ouvrir toutes les portes. Peut-être avais-je derrière moi un agent du KGB, en tous cas il a été très discret puisque je ne m'en suis pas aperçue. Et j'ai vu un pays où il n'y avait pas de chômage, pas de délinquance, pas de clochards, pas de misère. Tout le monde avait un toit, certes exigu, mais pour le prix d'une voiture, parce que les Russes considéraient que c'était l'équipement le plus nécessaire. Oui, pas l'automobile ! 

Le métro ne coûtait presque rien, et chaque citoyen pouvait bénéficier de la crèche, de l'école, de l'université, des soins, des équipements de loisirs, gratuitement. Les produits de première nécessité étaient subventionnés. Cerise sur le gâteau, les écrivains étaient rémunérés, à condition de ne pas critiquer le gouvernement. Normal, non ?

L'Occident a tout fait pour contenir le communisme - et la Russie. Victorieusement. Et la puissance russe s'est désintégrée, avec Eltsine au pouvoir. Les vampires des pays  "démocratiques" se sont emparés, à bas prix, des richesses des Russes.  Ainsi, le centre de Moscou s'est vidé de ses habitants, relégués à la périphérie et surtout à la rue, au profit des oligarchies du monde "libre". Le pays a été pillé. La mafia s'est installée, des grosses fortunes sont nées, souvent fruits de la pire corruption, et la pauvreté a gangréné le pays. Des hordes d'enfants ont pris possession de la rue, partageant le bithume avec les retraités privés de leurs pensions, bientôt rejoints par les fonctionnaires sans fonction. La Russie a dévalué sa monnaie et s'est retrouvée en rupture de paiement. Ses habitants se sont consolés avec la Wodka, et la durée de vie a décliné dangereusement. L'ogre américain jubilait : L'ancien rival communiste était exsangue.

Et Poutine est arrivé, Poutine, la coqueluche des Russes, leur idole ! On les comprend. Joueur d'échec, sportif, musclé, une volonté de fer et une détermination sans faille, le nouveau maître du Kremlin se moque des honneurs, de l'argent, des prébendes. Il a accepté le pouvoir par amour pour son pays, pour redresser la Russie, pour servir son peuple. Une denrée rare, aujourd'hui, où l'on se saisit du pouvoir à des fins personnelles, pour accroître sa fortune ou son prestige, sinon les deux. En s'aplatissant à qui mieux mieux devant les Américains.

Et la Russie s'est redressée, et la Russie a reconquis sa place dans le monde. Au premier rang. Désormais, il faut compter avec elle, avec ses compétences scientifiques et techniques, une croissance économique forte, une armée réorganisée et modernisée, une assurance et un dynamisme retrouvés, une parfaite maîtrise spatiale, et bien sûr des ressources minières à rendre jaloux ceux qui sont moins gâtés - comme les Américains, justement. Terriblement dépités.

Le terrain d'affrontement est moins idéologique, aujourd'hui, bien qu'on reproche à la Russie son autoritarisme centralisateur aux relents totalitaires, son absence de goût pour la démocratie selon les critères occidentaux : Il s'est déplacé. Les Etats-Unis ne tolèrent pas d'autre puissance que la leur. Le monde, pour eux, doit rester unipolaire, dominé, bien peu démocratiquement, par eux, encore eux, toujours eux, et personne d'autre. Les prétentions hégémoniques n'ont pas changé. Les Russes doivent être contenus - c'est ce que l'on appelle la politique de "containment", d'encerclement : Géographiquement, bien sûr, car la Russie, une par la culture et la langue, a la taille d'un Empire; militairement, en installant des bases américaines sur sa périphérie; économiquement, en la privant, notamment, de son monopole du transport du gaz et du pétrole. 

L'arrogante Amérique a provoqué le chaos georgien. Ce pays du Caucase, en réalité dirigé par Washington, et en partie formé militairement par Israël, a attaqué l'Ossétie, au mépris des lois internationales, en bombardant des civils, et même un hôpital, et en tuant des Casques bleus russes.

Les médias occidentaux ont fustigé la barbarie russe. La guerre de propagande a pris le relais. Le nouvel ennemi des Européens, c'est désormais la Russie. Comme au temps de la guerre froide. Et tant pis pour le ridicule. Un ridicule qui peut tuer....

Mais la Russie a triomphé. Par sa rapidité, par son efficacité, par sa retenue, par sa maîtrise parfaite des événements. On sent la main de Poutine. Oui, désormais il faut compter avec la Russie. Elle a retrouvé sa place, la première, dans le concert des grandes nations.  Et c'est une bonne chose, pour l'équilibre du monde. Un monde unipolaire, dominé par l'hégémonique Amérique, est dangereux. Inhumain. Condamné, à terme.

Alors, doit-on craindre la bouillonnante Russie ? Personnellement, je dis non. Un non franc et massif. Et motivé.

La Russie peut-être une chance pour le monde, et pas seulement pour son équilibre. Mais aussi pour la paix. A condition qu'on n'entretienne pas l'idée, artificielle et pernicieuse, du choc de civilisations. Du choc Est-Ouest, et plus seulement barbarie (arabe, ou musulmane) - civilisation (occidentale) comme on le prétend.

Si la guerre contre la terreur hitlérienne a été gagnée, contrairement à ce qu'on laisse croire, ce n'est pas à cause des Américains. C'est essentiellement grâce à la Russie, qui a marqué un coup d'arrêt à l'expansion nazie. Historiquemeent, comme culturellement d'ailleurs, la Russie est liée à l'Europe.

Cet Etat, contrairement aux Américains, ne menace personne, et surtout pas les Européens; Il défend son dernier pré-carré, ses débouchés, ses voies de communication, son indépendance stratégique, sans cesse amputés par l'agressivité jalouse des Américains et par la menace que constitue l'installation de boucliers anti-missiles à sa lisière, l'empêchant, le cas échéant, de protéger ses propres intérêts.

Gardons-nous de tomber dans le bellicisme des anciens pays satellites de l'URSS, hélas membres de l'Union européenne. Leur esprit de revanche ne peut être que source de problèmes.

Gardons-nous des mauvaises intentions des Etats-Unis, pétris de jalousie envers la puissance retrouvée de la Russie, et du désir, infiniment malsain, de dominer la planète.

Gardons-nous de nos faux amis, et vrais dirigeants européens, viscéralement, fondamentalement, soumis à Washington. Ils nous conduisent à une pente fatale. Celle de l'affrontement, tôt ou tard, avec la Russie. Pour le seul profit des Américains, et de leurs multinationales de mort ou de la reconstruction.

Nous avons mieux à faire : Pour affermir nos intérêts économiques (la Russie est grand fournisseur de matières premières dont nous avons tant besoin, et elle est appelée à constituer un puissant débouché pour nos produits), pour consolider la vocation de puissance européenne dans le monde, pour assurer la paix sur la planète, pour ces trois grandes raisons, nous devons impérativement coopérer avec la Russie, au lieu de chercher à la contourner, à l'encercler, ou pire encore à l'affronter comme on souhaiterait nous y conduire. Mieux, nous devons l'intégrer à l'Union européenne.

En accomplissant une telle intégration, nous ferions un immense pas vers la consolidation de notre propre puissance, l'indépendance de l'Union Européenne et sa spécificité, et la paix dans le monde qui passe, inévitablement, par le refus de l'unilatéralisme et par l'équilibre des intérêts et des pouvoirs.

L'occasion peut nous en être fournie le Ier septembre prochain, lors du sommet européen qui aura lieu à Bruxelles sous l'égide de Nicolas Sarkozy, consacré à l'avenir de l'Europe... et de la Russie.

Ensemble, pour un avenir commun complémentaire, serein, fort, indépendant, multipolaire, et de paix.

Il est temps de faire prévaloir l'intérêt des peuples, l'audace de la pensée, et la Sagesse.

Alors, l'humanité aura fait un grand pas... pour l'accomplissement du meilleur. Pour une fois !





wikipedia.org

TAGS :

Russie, URSS, Union Européennne, Poutine, Etats-Unis, choc est-ouest, choc barbarie-civilisation, Ossétie, Caucase, wodka, Ukraine, pays satellites de l'URSS, hégémonie américaine, Eltsine, médias, désinformation, occident...



Les vrais terroristes

Comparons, les besoins humains - listés dans la Pyramide de MASLOW avec ce que cherche a nous IMPOSER l'idéologie ultra libérale et conservatrice dont sont adeptes les technocrates EUROPEENS soutenus par les gouvernements Nationaux... Européens....
N'y-a-t-il, pas dans cette comparaison comme un hiatus ?

De nombreuses contradictions impossibles a relier en elles parce trop antinomiques; entre les besoins réels, indiscutable de l'être humain et, les intérêts financiers et de »puissance » prônés et mis en œuvre par la minorité « possédante » ?

Un RAPIDE RAPPEL DES CONSEQUENCES DE L'IDEOLOGIE ULTRALIBERALE ET CONSERVATRICE MADE IN USA :

Liste non exhaustive et dans le desordre  :

Famine, pauvreté, absence de soins, stress - insécurités psychologique, physique,  guerres, retour des cadavres de soldats français, chômage, fichage, emprisonnement arbritraire, l'institution judiciaire et les medias aux bottes du pouvoir politique qui, lui-même est  sous la tutelle de la HAUTE FINANCE , qui lui-même fonctionne dans l'opacité totale avec à sa tête de nombreux incompétents (Crise des surbrimes, faillites de banques, fermetures d'entreprises égale licenciements etc...

Les dangereux et VERITABLES terroristes ne sont ni Ben LADEN et ses "poulains", ni les talibans et leurs adeptes, ni le Hezbollah et ses Kamikazes suicidaires

Mais certainement :

les gouvernants des pays Occidentaux et leur amis de la Haute finance
Qui, sans fléchir sacrifient - dans l'opacité totale - l'avenir de milliers d'individus -

 
Dés qu'il s'agit de nommer, qualifier les forfaitures de leurs amis , les  -auto-affirmés- democrates, qui sont, comme chacun le sait d'une  pudeur extrême- désignent ces comportements DICTATORIAUX, aux seuls service d'intérêts particuliers et partisans - du terme de  lobbing-

Ces Necrophiles, qui aiment tant jongler, jouer avec la vies de nombreux habitants de cette planéte, confortablement installés à  l'ombre et sous la haute protection de nombreux politiciens, élus du peuple ne sont, en fait que  :


"les Chefs d'un gang Maffieux - d'un systéme bancaire qu'ils ont organisé de telle maniére, qu'ils en sont et en resteront  toujours les seuls bénficiaires

De véritables sangsues

Ils sont là, les TERRORISTES !!!!

http://hadria.riviere.over-blog.com/article-22287481.html


  __________________________________________________________________________________________

 

Ne leur reste-t-il plus que la guerre face à leur
crise économique et de civilisation ?

Bush, Merkel, Barak poursuivent dans leur logique de guerre
http://socio13.wordpress.com/2008/08/26/barak-bush-et-merkel-poursuivent-
dans-leur-logique-de-
guerre/


L'OTAN, une alliance de papier
il devient parfaitement évident que la Géorgie n’adhérera jamais à l’OTAN et que le rapport des forces dans le monde a radicalement changé à la suite de cette petite guerre de cinq jours.
http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/lotan-une-alliance-de-papier-par-john-laughland/


Une révolution ne peut naître que de la culture et des idées -
Castro

Extraits : Il faudra continuer de livrer une bataille plus difficile contre cet empire si puissant:
la bataille idéologique
Nous avons accompli de dignes missions internationalistes. Plus d’un demi-million de nos compatriotes ont participé à des missions de ce genre, dures et difficiles, des enfants de ce peuple qui ne savait pas lire ni écrire et qui a atteint un degré de conscience si élevé qu’il est capable de verser son sueur et jusqu’à son sang pour d’autres peuples
On parle de blocus économique. Non, il s’agit d’une vraie guerre économique,
Il est démentiel, et même chaotique et absurde, le modèle de consommation que ces gens-là sont en train d’imposer au monde
http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/une-revolution-ne-peut-naitre-que-de-la-culture-et-des-idees/


Ce qu'on n'a pas dit de Cuba

http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/reflexions-du-companero-fidel-ce-qu%e2%80%99on-n%e2%80%99a-pas-dit-de-cuba/


Russie : Déclaration officielle
concernant la reconnaissance  de l'Abakhazie et de l'Ossétie

http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/declaration-officielle-du-ministere-des-relations-exterieures-de-russie-a-propos-de-la-reconnaissance-de-l%e2%80%99abakhazie-et-de-l%e2%80%99ossetie-du-sud/


Au bord d'un conflit majeur :
Les USA auraient testé une intervention contre l'Iran, en Georgie

MOSCOU, 27 août - RIA Novosti. Les E.U. ont armé la Géorgie et l'ont poussée à un conflit en Ossétie du Sud pour tester un projet d'opération militaire contre l'Iran, a estimé jeudi le général Leonid Ivachov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, lors d'une conférence de presse à Moscou.

"Nous sommes au bord d'un conflit majeur: les Etats-Unis et les pays de l'OTAN préparent une offensive stratégique. L'opération menée par l'OTAN sur le territoire géorgien a été dirigée contre la Russie, et les Sud-Ossètes en sont des otages. Nous la considérons comme une répétition de frappes sur l'Iran. Il y a beaucoup de "nouveautés" qui sont testées aujourd'hui dans cette région", a-t-il indiqué.

Selon M. Ivachov, la probabilité d'une guerre contre l'Iran se renforce de jour en jour. "Finalement, la situation sera entièrement bouleversée dans la région. Le chaos et l'instabilité deviennent les objectifs de la politique officielle de Washington", a-t-il estimé.
http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2008/aug/20/usforeig
En substance, l'auteur pense que la claque que vient de subir les USA en Géorgie va pousser le régime Bush à bombarder l'Iran, pour ne pas quitter sur cet échec.
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-22291909.html




L'énigme russe :

Extraits : Les Russes ne rechignent certainement pas à élargir la crise, à l’aggraver...(“la puissance russe est de retour”) .

• Les Russes élargissent la crise à l’Afghanistan, en activant leur position menaçante de la rupture de la voie de renforcement des forces de l’OTAN en Afghanistan par la Russie. C’est plus qu’une mesure de rétorsion, c’est une mesure offensive d’élargissement de la crise.

• Le Parlement russe demande, à l’unanimité, la reconnaissance de l’indépendance des territoires de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie.

…Certes, les Russes sont habiles. Ils n’ont pas été complètement intoxiqués par les coutumes occidentales, l’espèce de paralysie des esprits et des volontés produite par le virtualisme, le médiatisme, l’abdication complète des autorités politiques devant les conditions imposées par la crise systémique et ainsi de suite. Pour autant, la Russie n’est pas exempte de conceptions et perceptions qu’on jugerait irrationnelles

L’on peut d’autre part avancer l’hypothèse que les Russes sont arrivés à une appréciation de la crise plus fondamentale, plus radicale que la coutume, et nécessitant plus qu’une “tactique habile”.

les USA sont aujourd’hui dans une situation structurelle similaire à celle de l’URSS avant son effondrement. Certaines remarques, notamment de Zogorine, l’ambassadeur russe à l’OTAN, montrent que la Russie a bien une analyse radicale et assez originale du phénomène américaniste, bien plus qu’aucune des directions des peuples “évolués” de notre Occident qui s’en tiennent aux analyses des dîners en ville.

Poutine, après Chirac (et avant le Turc
Gür), est l’un des rares hommes politiques à avoir conclu qu’un système unipolaire n’était plus possible, – et, ajouterions-nous, plus tenable, lorsque le détenteur de l’unipolarité peut être observé comme irresponsable et erratique dans son comportement, et conduisant le reste à l’abîme. Les Russes ont-ils conclu que le système international ne peut plus continuer d’une façon cohérente avec les USA dans leur position d’influence actuelle et ont-ils commencé à agir pour tenter de briser sa structuration actuelle dans le chef du système américaniste? L’hypothèse est à retenir pour suivre la crise telle qu’elle va se développer
http://www.dedefensa.org/article-l_enigme_russe.html



Afghanistan : Discours hypocrites et réalité sociale :

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-22291118.html


Le site du ministère des Affaires Etrangères piraté par une équipe russe
http://www.limmediat.com/article/international/00237-le-site-du-ministere-affaires-etrangeres-pirate-une-equipe-russe


Effet domino séparatiste
pouvant menacer la Fédération de Russie ?


MOSCOU (Reuters) - La décision russe de reconnaître l'indépendance des provinces géorgiennes séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud pourrait réveiller des velléités indépendantistes sur le propre territoire de la fédération de Russie et créer un effet domino. (..)

La Tchétchénie. En Ingouchie et au Daguestan voisins.. En Ossétie du Nord (..)

Le traitement intransigeant de la crise géorgienne par Moscou devrait cependant refroidir toute tentative de suivre les exemples abkhaze et sud-ossète.

Il est devenu évident que la Russie est forte
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080827/twl-russie-georgie-separatisme-bd5ae06.html



Du Sud au Nord, la crise bascule
25 août 2008 — Décidément, l’affaire géorgienne apparaît d’une importance considérable. Rien ni personne dans le monde des autorités politiques, notamment en Occident, ne semble capable d’en prendre la mesure, a fortiori d’envisager une initiative ou l’autre qui puisse relancer la marche des choses vers une matière plus constructive. Effectivement, comme l’écrivait d’une plume angoissé le Britannique Michael Binyon du Times (le 16 août), la crise n’évolue nullement comme font d’habitude les crises lorsqu’on est parvenu à les contenir sur le terrain et sa tension reste plus que jamais active et proliférante («This conflict threatens to trigger a struggle that, if badly handled, could consume an entire continent», dit Binyon). Simon Jenkins a publié une remarquable tribune, hier dans le Times également, qui se termine par ses observations sur la situation et, précisément, sur les dirigeants européens: «Yet history shows that “going to war” is never an intention. It is rather the result of weak, shortsighted leaders entrapped by a series of mistakes. For the West’s leaders at present, mistake has become second nature.»

L’“Ouest”, c’est-à-dire les USA principalement puisque les autres ne font que courir derrière en se donnant ainsi l’impression d’exister, n’a strictement aucune politique pour cette circonstance extraordinaire qu’il a pourtant tout fait, depuis 17 ans, pour susciter. L’“Ouest” a prévu les JO de Pékin, la visite du Dalaï Lama en France, les débats pompeux sur l’adhésion de la Géorgie à l’OTAN, l’installation du BMDE en Pologne et toute cette sorte de choses, mais pas de politique qui prenne en compte la réaction de la Russie. La Russie est soumise depuis 17 ans à un traitement qui aurait dû suggérer, ou pour le moins faire envisager qu’elle réagirait un jour ou l’autre; rien de cela mais beaucoup de gémissements et de jérémiades. Dans cet article qui devrait devenir fameux de l’International Herald Tribune sur le thème “oh là là, nous avons beaucoup à perdre avec la Russie”, un Strobe Talbott, vétéran des rapports avec la Russie de la fin des années 1980 et des années 1990, s’insurge contre les réactions de Washington qui semblent se réduire justement à ces gémissements et à ces jérémiades:
http://www.dedefensa.org/article-du_sud_au_nord_la_crise_bascule.html



Les guerres de l’opium
ou l’écrasement de la Chine.
Génocides coloniaux :
la face cachée du
négationnisme occidental

par Michel Tibon-Cornillot, écrivain

L'étendue des désastres liés aux guerres de l'opium, et plus généralement, à la destruction des institutions impériales chinoises est massivement ignorée par la plupart des chercheurs et des hommes politiques français. Ces pillages, famines, répressions, durèrent un siècle, de 1840, la défaite chinoise devant les troupes anglaises, à 1949, l'arrivée des communistes au pouvoir. Les chercheurs anglo-saxons, bien meilleurs connaisseurs de cette période, évaluent le nombre des victimes dans une fourchette oscillant entre 120 et 150 millions en un siècle.

Cette ignorance cynique est à l'origine de la déroute française lors du passage de la flamme olympique à Paris, le 7 avril 2008. On en connaît les grandes lignes :

• L'alignement du président Sarkozy sur les consignes de Robert Ménard, président de l'ONG Reporter Sans Frontières, créée avec l'argent des contras de Miami et le soutien de la CIA.  (..)
http://www.dedefensa.org/article-les_guerres_de_l_opium_ou_l_ecrasement_de_la_chine_10_08_2008.html



Qui veut tuer la SS solidaire ?

http://socio13.wordpress.com/2008/08/26/qui-veut-tuer-la-securite-sociale-
solidairepar-nicolas-pomies/




Visiter l'excellent site
Solidariteetprogres :


27 août 2008   

Afghanistan : comment les britanniques et Cheney protègent l’opium

 
Géorgie, Pologne, Pakistan, Xinjiang... :
L’Empire britannique lance la guerre

« La guerre au terrorisme ne peut être gagnée que par des initiatives économiques recréant les conditions d’une croissance mondiale partagée et en tarissant la source des provocations qui se trouve dans les allées du pouvoir anglo-américain et en particulier dans les officines de l’oligarchie financière installée à Londres »

Jacques Cheminade, 21 août 2008
Retirons les combattants français d’Afghanistan















Mais que se passe t-il ?

  • Pourquoi Gordon est en boule : L’EMPIRE S’ECROULE
  • La ruse géorgienne des britanniques : Ainsi Hitler envahit la Pologne
  • Poutine a infligé une défaite décisive à l’Empire britannique



  • L’Empire britannique,
    comment ça marche ?


    La défaite de l’Empire britannique :

    • La conférence internationale de Kiedrich de septembre 2007
    • Asie du Sud-Ouest : La doctrine LaRouche
    • Rabelais et l’art de la guerre
    • http://www.solidariteetprogres.org/sp_HP-Aout.php3



    • Vers une 3e guerre mondiale ?


      26 août 2008 (Nouvelle Solidarité) — Dans un article rédigé le 22 août, Helga Zepp-LaRouche analyse la gravité de la situation stratégique :

      « Soit on arrête immédiatement les provocations géopolitiques contre la Russie (comme l’attaque menée contre l’Ossétie du Sud par le régime britannique fantoche en Géorgie ou l’accord américano-polonais sur l’installation de systèmes de défense anti-missiles et d’une base américaine en Pologne), soit la situation stratégique risque d’évoluer très rapidement vers une Troisième Guerre mondiale. Face à la désintégration progressive du système financier mondial, la tentative de la faction impériale d’encercler la Russie et la Chine pour les obliger à capituler revient à jouer avec le feu. C’est un jeu dangereux de risque-tout qui pourrait mener à la destruction de la civilisation humaine. Cette politique, conçue à Londres et exécutée avec l’aide américaine, comprend une éventuelle frappe militaire contre l’Iran, et ce danger reste réel.

      « Lorsqu’on pense à la destruction et aux horreurs monstrueuses provoquées les deux guerres mondiales du XXe siècle, il est incompréhensible que nos dirigeants politiques fassent preuve de si peu de courage face ce danger. (...)

      « L’ambassadeur russe auprès de l’OTAN, Dmitri Rogozine, a bien posé le problème lorsqu’il a demandé aux journalistes, à Bruxelles : "Etes-vous prêts à risquer votre richesse, votre vie et celle de vos enfants pour Saakachvili ?" Il aurait pu l’appeler par son surnom, "Sorosvili", car George Soros et Mark Malloch Brown (son partenaire au sein du Quantum Fund pendant des années, et actuel ministre britannique chargé de l’Afrique, l’Asie et l’ONU) ont financé en Géorgie chaque membre du gouvernement, depuis les ministres jusqu’aux fonctionnaires de police, depuis la Révolution des Roses. »

      Après avoir évoqué le danger d’une crise des missiles de Cuba en Europe centrale, Helga Zepp-LaRouche insiste sur la nécessité de stopper l’expansion de l’OTAN. « Aujourd’hui, nous serions déjà en guerre contre la Russie, si la Géorgie et l’Ukraine avaient pu adhérer à l’OTAN lors du sommet de cette année à Bucarest, et ce constat devrait suffire en lui-même à renoncer définitivement à toute expansion future de l’OTAN en Europe de l’Est. Il est utile aussi de se rappeler pourquoi la Russie (et la Chine) sont devenues si soudainement le grand ennemi.


      « C’est lorsque le président Poutine parvint à réduire l’influence des structures mafieuses, renforçant la Russie sur les plans économique et politique et défendant les intérêts souverains de la nation, que la Russie a été déclarée l’ennemi. Par sa réaction déterminée contre la Géorgie, le gouvernement russe a montré que l’ère de la mondialisation, c’est-à-dire de l’empire anglo-américain, était terminée. »

      « Après la dissolution de l’Union soviétique, on a manqué la chance d’asseoir les relations Est-Ouest sur une nouvelle base, la politique occidentale consistant, pour des raisons géopolitiques, à transformer la Russie en pays du tiers monde producteur de matières premières, grâce à la thérapie de choc. A l’époque, les oligarques occidentaux éprouvaient une grande sympathie pour leurs partenaires russes et le clan Eltsine ; ensemble, ils pillaient le pays. Une Russie fournissant indéfiniment des matières premières pour l’Occident et pleinement intégrée dans la mondialisation, ne posait pas de problème. A Moscou, on n’a jamais oublié le rôle de George Soros.

                          http://www.solidariteetprogres.org/article4487.html

Les investisseurs étrangers n'ont pas l'intention de quitter la Russie
http://www.marcfievet.com/article-22297421.html

Uribe devant la Cour Pénale Internationale ?
http://www.marcfievet.com/article-22293907.html

Partager cet article
Repost0
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 02:20
Une guerre mondiale prenant
sa source à l'Est plutôt qu'en Iran ??





 Vladimir Poutine, un homme d'envergure

"Les Etats-Unis sortent de leurs frontières nationales dans tous les domaines
et cela est très dangereux. Personne ne se sent plus en sécurité
parce que personne ne peut plus trouver refuge derrière le droit international"

"L’usage de la force n’est légitime que sur la base d’un mandat des Nations unies, pas de l’OTAN ou de l’Union européenne"

"Un monde unipolaire ne signifie en pratique qu'une chose, un centre de pouvoir, un centre de force, un centre de décision agissant comme un maître unique, un souverain unique, qui s'effondrera de l'intérieur.
Cela n'a rien de commun avec la démocratie."

Propos de Vladimir Poutine à la Conférence de Munich

Signez la pétition
L'indépendance du Kosovo est illégitime


http://vladimir-poutine.activblog.com/album-15400.html

Poutine, un dirigeant adulé par son peuple !
Un dirigeant qui aime son peuple,
et qui travaille pour lui !


SPECIAL  EUROPE DE  L' EST 

  Photo : 37 Photo : 48 Photo : 49 Photo : 125-2000-plisetskaya Photo : 124-2000-medalist Photo : 211
 

Bonjour

Spécial Europe de l'Est-Russie.
Pourquoi ? Parce que pour l'Europe, pour nous donc,
parler de la Russie et de l'Europe de l'Est,
c'est aborder un sujet chaud,
 qui va devenir brûlant à mon avis,
et qui peut-être même sera l'étincelle
qui va déclencher une nouvelle guerre mondiale.


Il faut savoir que les Etats-Unis vont mal, très mal,
ils sont en proie à toutes les crises, et d'abord
vous le savez financières, avec le risque de voir
d'autres monnaies plus solides supplanter le dollar.
Crises aussi sur le plan militaire, car toutes
leurs interventions se soldent par de graves échecs,
en Afghanistan comme en Irak, où ils s'enlisent lamentablement.
On peut posséder les armes les plus sophistiquées et, sur le terrain,
Israël l'a expérimenté au Liban, être mis en échec
par des autochtones nationalistes, mobiles, déterminés  et exaspérés
par les interventions prédatrices de puissances étrangères.
Par ailleurs, les USA souffrent d'un déficit de crédit dans le monde entier,
leur image s'est considérablement détériorée,
et ce n'est pas la popularité du sympathique Obama qui pourra
changer le cours des choses. Elu, il sera sûrement assassiné, et la situation
est telle, aujourd'hui, que les Américains, au dernier moment,
préfèreront confier leur sort à un homme qui leur semblera
plus fiable, plus expérimenté, un vétéran de la guerre.
On en reparlera. Car Mac Cain est encore plus dangereux
que ce pauvre Bush, parce qu'il est viscéralement
anti-arabe et pire encore pour nous Européens, anti-Russe.
Là, nous arrivons dans une zone de hautes turbulences.
Mc Cain représente aujourd'hui un immense danger
pour la paix dans le monde, pour sa stabilité.


Or, les USA ne laisseront pas d'autres nations
leur disputer la direction du monde.
Le géant ne se laissera pas détrôner.
Quitte à dévaster la terre entière.

De son côté, son meilleur allié, Israël,
des observateurs réputés ne cessent de le dire, et de le dénoncer,
Israël, donc, est devenu le principal inspirateur de la politique américaine.
Ce pays, de par sa situation, a de gros intérêts dans la région du Caucase,
d'abord pétroliers, ensuite géo-stratégiques.
Je vous l'ai expliqué récemment, en évoquant les interventions
en Ukraine,  Israël est le vrai instigateur des Révolutions Orange,
et sans doute aussi du démembrement de la Yougoslavie fatal aux peuples,
révolutions qui ont redessiné la carte de la région,
et modifié les donnes géo-stratégiques.
Génératrices de tensions futures.

Je pense pour ma part que cet Etat est aussi derrière
la chute du mur de Berlin, et le démantèlement de la Russie,
mais la diplomatie du Vatican, pour d'autres intérêts,
plus spirituels ceux-là, a apporté un appui décisif.
Ce qui est d'ailleurs un scandale, car le spirituel
ne doit pas s'occuper du temporel. Il y a là,
certainement, un abus caractérisé, et pour ma part,
bien que croyante, mais indépendante, je dénonce
une immixtion intolérable. Le Vatican, on ne le répètera
jamais assez, intervient en sous-mains, comme
n'importe quelle puissance, et ses visées, bien que déterminées
par d'autres motifs, sont elles aussi hégémoniques,
surtout avec le nouveau Pape, qui rêve de voir
l'Eglise catholique mener une vaste croisade
pour retrouver la place d'antan.
Croisades des chrétiens évangéliques ou des catholiques crispés
pour modeler le monde à leur façon,
croisades des islamistes en faveur de l'établissement d'une charia universelle,  croisades hégémoniques des sionistes.
Le monde est mal barré avec tous ces fanatiques !

Ceci étant posé, Israël comme les USA sont directement impliqués
dans la nouvelle redistribution des cartes qui s'opère à nouveau,
grâce à une Russie enfin redevenue efficace, sûre d'elle,
crédible, et pas du tout décidée à se laisser
davantage déposséder, pire encore, à se laisser
encercler par des puissances hostiles à sa puissance retrouvée.

Les USA n'ont pas l'intention de permettre à la Russie
de jouer un rôle majeur sur l'échiquier international,
et ils sont décidés à tout faire pour l'en empêcher.
Israël, en coulisses, y travaille, en envoyant armes et experts,
et en minant de l'intérieur certains pays à l'aide
de sous-marins associatifs, ces fameuses ONG qui sont
de moins en moins au service des peuples, et de plus en plus
au service d'intérêts financiers peu avouables, en tous cas
préjudiciables au destin des citoyens.

Aujourd'hui, les USA ne peuvent occuper tous les terrains militaires
à la fois, c'est pourquoi des ONG prennent le relais pour destabiliser
les pays, comme en Ukraine ou en Georgie, et les offrir
à des pantins obséquieux, dûment formés aux Etats-Unis,
coulés dans le moule néo-libéral, pire encore néo-conservateur,
et prêts à servir les intérêts de l'Occident plutôt que ceux
de leur pays.
Les Révolutions Orange ne représentent
pas une victoire pour les peuples, mais une défaite.
Car les pays qui en ont été victimes, sont passés de l'Europe
au giron atlantiste. Ils ont changé de camp, de servitude,

exactement comme la France gaullienne est en train
de passer de l'indépendance, à la dépendance vis-à-vis
de puissances étrangères, via Sarkozy.

Alerte ! Danger !
Via l'action de l'Empire
dûment relayée par les
ex-Etats de l'Est,
l'Europe cesse d'être une Union de pays Européens,
elle est en train de devenir un avant-poste de Washington,
son pré-carré, le 51 e Etat américain.

Au détriment de ses citoyens, jamais consultés,
au détriment de l' indépendance de l'Europe,
de sa spécificité, de son Histoire.
Surtout avec des dirigeants comme Sarkozy,
inconditionnel de la culture américaine si étrangère à la France,
ou Angela Merckel, farouche adversaire de l'Allemagne de l'Est,
du temps de l'ancienne URSS.


Et l'une des raisons qui font que nous entrons
dans une grave zone de turbulences, imprévisible,
est que nous avons introduit
le loup anti-soviétique dans la bergerie européenne.

 
Le loup, vous l'avez compris, ce sont les ex-pays de l'Est,
ceux qui sont viscéralement anti-communistes, comme les USA,
prêts à se réfugier sous n'importe quel bouclier américain,
par peur de voir la Russie retrouver la puissance perdue. 
En acceptant ces pays au sein de l'Europe historique,
nous avons pris un très grave risque.
L'Europe est minée de l'intérieur !

Et aujourd'hui, alors que les USA et Israël ne sont pas décidés à lâcher
le morceau caucasien, ni même à accorder l'autonomie
aux "provinces" russes comme l'Ossétie,
alors qu'ils se sont empressés de reconnaître l'indépendance
de l'Etat mafieux kosovar (un précédent dangereux,
et un cadeau, finalement, pour la Russie, qui pourra exiger
la même chose pour le Caucase), les USA et Israël, donc
veilleront au grain. Et la Russie aussi.

Dans un contexte aussi tendu, alors que les USA vont être occupés en Iran
 avec les Israéliens décidés à en découdre, coûte que coûte,
au risque de provoquer une nouvelle guerre mondiale
(comment ce peuple obsédé par "sa" Shoah peut-il
manquer à ce point de Sagesse !),
dans ce contexte de surcroît de crise financière,
grande sera la tentation d'ouvrir un nouveau foyer de guerre
en Europe, ce qui permettra de faire d'une pierre,
deux coups : D'abord, affaiblir la Russie en plein renaissance,
ensuite affaiblir l'allié concurrent par la santé éclatante, l'Europe.

Si l'Europe se laisse entraîner contre la Russie
par les anciens pays soviétiques
qu'elle a acceptés en son sein, cela risque de lui être fatal.
Comme Israël contre l'Iran, eux aussi sont prêts à en découdre,
pour éviter à tout prix de voir la Russie redevenir puissante.
Ainsi, ces pays risquent de devenir un piège pour l'Europe.
En d'autres mots, les USA peuvent être tentés de se servir
de ces pays européens, et du Caucase, pour engager l'Europe
à leur place dans un conflit contre la Russie. Nécessairement,
l'Europe et la Russie sortiront affaiblis d'une guerre. 
Et les USA (et leurs alliés) verront leur puissance renforcée.

Une situation de guerre - le coût humain et matériel  ne compte pas pour
les salauds qui sont à la tête des grands Etats - est hautement
bénéfique pour les USA, en proie à une grave crise financière,
et au risque de voir un démocrate élu,
alors que les Républicains, fort peu démocratiquement
(sauf en paroles) ne sont pas prêts à lâcher le pouvoir. 
Au final, une situation de guerre ne peut que renforcer, à terme,
la puissance des USA protégés sur leur propre territoire, 
et affaiblir la Russie, l'Europe, l'Iran seul Etat fort du Moyen Orient, 
et ensuite, la  voie sera libre pour affronter la Chine.

Tandis que de son côté Israël, cet Etat nain, 
mais furieusement ambitieux (comme on est loin
du Livre dont ils se réclament, de ses préceptes,
de ses commandements, de sa vocation réelle),  Israël, donc,
pourra dans l'indifférence générale des Etats exsangues
disséquer complètement les territoires palestiniens,
anéantir définitivement ses voisins,
et former un grand Israël sur les territoires arabes
arrachés à leurs propriétaires et annexés
dans l'illégalité complète.

Ainsi, le triomphe du cynisme, de l'égoïsme, de l'immoralité,
sera total, un Etat usraélien se partagera le grand gâteau
du monde, pour en faire un vaste Empire libéral, 
où les citoyens, nous tous, du moins les rescapés des guerres,
auront le choix entre devenir des serfs, des esclaves modernes,
ou être enfermés dans d'immenses prisons
comme celles que le pays de la liberté, de la démocratie proclamée, 
les Etats-Unis, prépare pour ses citoyens récalcitrants
au nouveau totalitarisme et à la précarité
juteuse pour ses promoteurs et leurs valets.

Science-fiction ? Non, réalisme.
Les Usraéliens sont prêts à tout pour servir leurs desseins, 
et les Russes comme les Chinois, eux, ne sont pas disposés
à se laisser faire. Ce qui nous vaudra, au final, 
un embrasement général, dont se protègeront les nantis dans
leurs bunkers quatre étoiles, et qui verra sans doute l'extinction
sinon de la race humaine, du moins de la civilisation. 

Quant à nous, profitons de la vie, chaque instant est précieux,
achetons des pastilles d'iode, et troquons nos économies
contre des lingots d'or. Que faire d'autre ? Les médias menteurs
et criminels ne laissent ni l'information circuler,
ni les vrais débats se mettre en place. Tout est verrouillé. 
Au service de la caste qui s'apprête à nous projeter tous
dans un enfer que l'humanité n'a encore jamais connu.

Ma seule consolation, à moi qui suis croyante, 
c'est de savoir que Justice (divine) sera un jour faite.
Et là, comme dit la Bible, il y aura des pleurs et des grincements
de dents. Pour l'éternité ! Le châtiment sera exemplaire
pour ces ennemis de l'humanité, qui nous privent toujours
du bonheur auquel nous avons droit. 

Pour finir, je vous conseille, si vous êtes Européens, 
de suivre attentivement la situation dans le Caucase,
d'étudier les réactions des uns - Etats-Unis et leurs alliés - 
et des autres, Russes, Européens, mais peut-être
surtout, en ce moment, celles des ex-Etats de l'Est.
Elles seront, soyons-en sûrs, déterminantes.
Les circonstances, les lieux, nous ramènent étrangement
à la situation d'avant 39. Je sais en tous cas une chose,
c'est que je ne supporterai plus jamais, désormais,
d'entendre parler de commémoration de la Shoah passée.
Question de cohérence entre les paroles et les actes !
Car ses victimes risquent fort de nous précipiter, avec les USA,
et via l'Iran comme le Caucase, dans une "shoah" universelle,
une catastrophe à nulle autre pareille pour l'humanité.

Et je suis triste de voir qu'aucune voix reconnue ne s'élève,
fortement, prophétiquement, pour dénoncer
l'innommable qui se prépare. Pire encore :

Des prix Nobel de la Paix comme Elie Wiesel, souhaitent
ouvertement une guerre contre l'Iran ! 

Le monde est devenu fou, personne ne crie,
tout le monde se tait, l'irréparable est en marche.
Pauvre humanité.
Moi, je ne me résignerai jamais.
Jusqu'à mon dernier souffle.
Parce que j'aime, envers et contre tout, passionnément la vie.
Et jusqu'au bout, je crierai contre l'intolérable.

C'est la vocation de ce blog, justement, 
de dénoncer l'intolérable, qu'on nous prépare
derrière notre dos, et sur notre dos.

Bon courage à tous,
et la seule chose que nous puissions vraiment faire d'utile,
outre le fait de militer pour une union Europe-Russie
(voir
http://r-sistons.over-blog.com/article-21998358.html),
c'est d'aimer notre prochain comme nous-mêmes, 
de lui tendre la main en toutes circonstances,
quel qu'il soit, même prétendu adversaire
(créé de toutes pièces d'ailleurs).

Liberté, Egalité, Fraternité.
Pardon : Fraternité, liberté, égalité.

Fraternellement à vous tous, Eva




Tags : Europe, Europe de l'Est, Russie, URSS, Etats-Unis, Israël, Caucase, Iran, guerre, totalitarisme,  Elie Wiesel, Shoah, Chine, Bible, Kosovar, ONG, Ukraine, Georgie, Mac Cain, Obama, Sarkozy, paix, Berlin, Merckel, libéralisme, Vatican, Pape, Musulmans, sionistes, islamistes, charia, croisades, Bush, catholiques, évangéliques


de l'Atlantique au Caucase
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7027


L'Europe de l'Est cherche
à se protéger de la Russie


VARSOVIE - La Pologne se place sous le bouclier antimissile américain, l'Ukraine tente de limiter les mouvements de la flotte russe en mer Noire et la République tchèque dit craindre d'être aspirée à nouveau dans l'orbite russe. L'intervention russe en Géorgie n'en finit pas d'inquiéter les anciens satellites d'Europe de l'Est, qui s'efforcent de consolider leurs liens avec l'Ouest.

Le général russe Anatoli Nogovitsine, chef d'état-major adjoint, a alimenté les peurs de la région vendredi en menaçant d'attaquer la Pologne, au lendemain de la signature d'un impopulaire accord de défense antimissile avec Washington.

Condoleeza Rice se rend en Europe ce lundi et ira à Varsovie, où elle signera l'accord formel pour l'installation d'une partie du bouclier antimissiles américain en Pologne.

Au moment où la République tchèque s'apprête à commémorer mercredi le 40e anniversaire de l'invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968, qui écrasa le mouvement réformateur du Printemps de Prague, l'intervention russe en Géorgie a un air de déjà-vu. "Les chars russes dans les rues des villes géorgiennes nous rappellent (...) l'invasion de 1968, mais ce n'est pas que de l'histoire. La question de savoir si nous appartenons ou pas à la sphère d'influence russe reste d'actualité", écrit ainsi le Premier ministre polonais Mirek Topolanek dans le quotidien "Mlada Fronta Dnes".

Dans toute l'Europe de l'Est, le conflit russo-géorgien fait la "Une" et déclenche des manifestations de soutien à la Géorgie. Mardi, le président polonais Lech Kaczynski et ses homologues lituanien, estonien, ukrainien et letton ont manifesté à Tbilissi la solidarité de Varsovie et de ces anciennes républiques soviétiques avec la Géorgie.

"L'Etat russe a une fois de plus montré son vrai visage, ce visage que nous avons connu pendant des siècles", a lancé Lech Kaczynski. L'Allemagne et l'URSS alliées s'étaient partagé la Pologne au début de la Seconde Guerre mondiale, puis après la guerre elle est devenue l'un des pays satellites de l'Union soviétique en Europe de l'Est.

Moscou a ravivé les peurs ces dernières années en employant l'arme de l'énergie contre ses anciens vassaux. Juste après la Révolution orange pro-occidentale, à l'hiver 2004, la Russie a par exemple coupé le gaz à l'Ukraine.

"J'ai peur de ce qui se passe en Géorgie en ce moment", confiait Juste Viaciulyte, un étudiant de 23 ans en manifestant jeudi à Vilnius, la capitale lituanienne. Et de noter que l'enclave russe de Kaliningrad, coincée entre son pays et la Pologne, "est bourrée de soldats russes, de missiles et de chars". "Il ne leur faudrait que quelques heures pour déclencher un cauchemar semblable en Lituanie si les choses tournaient vraiment mal".

Mais de toutes les nouvelles démocraties d'Europe de l'Est, l'Ukraine, bloquée entre la Russie et des Etats membres de l'OTAN qu'elle aimerait rejoindre, est probablement la plus vulnérable, d'autant plus qu'elle n'appartient pas encore à l'Union européenne et l'Alliance atlantique, souligne Eugeniusz Smolar, directeur du Centre des relations internationales à Varsovie. L'Ukraine "est politiquement très instable, il y a une forte composante politique pro-russe, et le renseignement russe y est très actif", analyse-t-il.

L'Ukraine est stratégiquement importante pour la Russie car le pétrole et le gaz russes destinés à l'Ouest y transitent, et que Sébastopol est le port d'attache de la flotte russe de la mer Noire. A l'expiration de l'accord en 2017, Kiev ne veut plus des bâtiments russes. Le gouvernement a d'ailleurs manifesté son soutien à Tbilissi en restreignant les mouvements de la flotte russe participant à l'intervention millitaire en Géorgie.

Le lien émotionnel entre l'Ukraine, qui abrite une vaste population russophone dans l'Est et le Sud de son territoire, et la Russie reste puissant, et Moscou n'a toujours pas digéré les efforts de Kiev pour intégrer l'OTAN, considéré comme l'ennemi. Dans ce contexte, Kiev craint que sa candidature à l'Alliance atlantique ne soit refusée par peur de la réaction de la Russie.

Et même l'appartenance à l'OTAN n'apparaît pas comme une protection suffisante à certains pays d'Europe de l'Est. L'accord de défense conclu jeudi à Varsovie comprend ainsi une garantie d'intervention américaine rapide. "Rien ne sert de prêter assistance à des morts. La Pologne veut appartenir à des alliances où l'aide arrive dans les toutes premières heures" d'un éventuel conflit, a expliqué le Premier ministre Donald Tusk.

Les Etats baltes, qui abritent d'importantes minorités russes, redoutent pour leur part que Moscou ne répète le scénario de l'Ossétie du Sud, en accordant des passeports russes à la population et en intervenant ensuite au nom de la protection de ses ressortissants.

Choisir son camp n'est cependant pas facile pour les anciens satellites de Moscou, qui se demandent si le principal effet du renforcement des liens militaires avec les puissances occidentales consiste à les protéger, ou à nourrir les tensions avec la Russie (AP)

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080818/twl-europe-est-russie-091cf94.html

 

Russie-USA-Europe : une nouvelle donne

 
http://mrc53.over-blog.com/

 

 

- Bernard Guetta, Rebonds Libération, 14 août La vraie raison de cette guerre

 

- Charles Urjewicz, rebonds Libération, 14 août La route de l’Ossétie du Sud passe par le Kosovo

 

- Hélène Carrère d’Encausse, Le Figaro, 13 août Le président géorgien a rendu, malgré lui, un grand service à la Russie

- Malakine, Marianne, 14 août Medvedev offre une victoire diplomatique au «président de l'Europe»


17.08.2008 19:06 A. Merkel est allée à Tbilissi apporter son soutien à la Géorgie. La chancelière allemande a appelé au retrait russe. Elle a promis que la Géorgie avait vocation d'intégrer l'OTAN, ce qui hérisse Moscou. La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a quant à elle jugé que la Russie n'honorait pour le moment pas ses engagements pris en signant l'accord. L'OTAN doit tenir mardi une réunion sur le conflit russo-géorgien, alors que l'OSCE se retrouve lundi pour parler de l'envoi d'observateurs internationaux. (SWISS TXT)   http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200002&sid=9547745&cKey=1218992771000



BERLIN, 16 août - RIA Novosti. Les hostilités qui ont éclaté le 8 août dernier dans le Caucase ont été provoquées par "l'invasion géorgienne de l'Ossétie du Sud", a estimé l'ex-chancelier allemand, Gerhard Schröder, chef du conseil des actionnaires du consortium Nord Stream, dans une interview que le journal allemand Spiegel publiera lundi prochain. M. Schröder a qualifié le président géorgien Mikhaïl Saakachvili de "joueur frénétique" et a mis en garde contre l'admission rapide de la Géorgie à l'OTAN, lit-on samedi dans l'annonce de l'interview dans Spiegel online. Selon l'ex-chancelier allemand, "les chances de Tbilissi d'adhérer à l'Alliance de l'Atlantique Nord ont été repoussées par les derniers événements".. [...]


   [...]



Ossétie du Sud: Paris oeuvre pour que la Géorgie signe les principes de règlement des conflits (Kouchner)  MOSCOU, . Le Kazakhstan et la Biélorussie ont décidé de venir au secours des victimes du conflit osséto-géorgien dans le cadre du Conseil [...]



Pour l’humanité et pour l’occident, conspuons tous l’occidentalisme ! Ossétie, authenticité géopolitique des Russes.     La réplique (russe) est admirable par son ironie : faire sécession au cœur des sécessionnistes et leur montrer le goût amer et contre-nature de leur choix de mésalliance avec l’ennemi de leur allié naturel, trahi pour des miettes. L’actualité de cette semaine nous met, dans l’occurrence du conflit russo-géorgien en Ossétie, face à un casus belli (cas de guerre) que nous considérons néanmoins comme une justus causam (juste cause) russe. Malgré les braiements du baudet de la Maison Blanche qui, éhonté, ose encore parler de paix au monde, le soutien russe à l’Ossétie rebelle demeure géopolitiquement et géostratégiquement légitime. En effet, au nom de quel principe, la Russie - que l’Occident a voulu émietter après les difficultés du socialisme dénaturé du kremlin et surtout, sa sinistre « gestion » par [...]


      BRUXELLES, 13 août - RIA Novosti. Washington a demandé la convocation d'une réunion extraordinaire des chefs de diplomatie des 26 pays membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord, par jalousie pour le rôle politique actif de Paris  [...]


Nouvelle attaque de l’internationale noire
 
COMAGUER
Après le « latino » URIBE, l’internationale noire a mandaté le « caucasien » SAAKASHVILI pour franchir une nouvelle étape dans la préparation du grand assaut contre le bloc « eurasiatique » constitué autour de la Russie et de la Chine.
La question ossète est bien connue de tous les diplomates. Dans la mosaïque ethnique caucasienne, elle occupe une place particulière en ce sens que le peuple ossète – unifié autour d'une langue voisine du persan et qui n'a rien de commun avec le géorgien, majoritairement de confession orthodoxe contrairement aux géorgiens chrétiens « indépendants » - est installé des deux côtés de la barrière caucasienne et il est le seul groupe caucasien dans ce cas. Tant que l'Ossétie du Nord et l'Ossétie du Sud n'étaient que deux divisions administratives de l'URSS, les Ossètes ne se sentaient pas étrangers les uns aux autres. La disparition de l'URSS les a séparés politiquement, l'Ossétie du Nord devenant une république de la fédération de Russie et l'Ossétie du Sud se voyant ravalée au (...) Lire la suite »

 http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7003

 

Les provinces séparatistes de Géorgie, comme le Kosovo

 

Poutine avait prévenu : il ne laisserait pas passer le précédent kosovar sans agir en Géorgie. La Russie a préparé son intervention militaire et attendu les circonstances favorables.

 

Le président géorgien Saakachvili, de son côté, s’étant engagé à reconquérir les provinces dissidentes, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, ne pouvait plus accepter les provocations qui minaient son autorité politique. Il comptait sur ses alliés américains et européens pour renégocier le statut de ces territoires.

La Russie va se servir de ses positions de force pour renforcer son influence sur les territoires qui ne sont pas intégrés à l’Alliance atlantique et à l’Union européenne.

Son objectif principal est de neutraliser l’Ukraine et la Géorgie (voir l’article paru sur ce blog le 9 août Guerre en Ossétie du sud : la fracture est-ouest passe en Géorgie). Elle veut reconquérir une partie de la puissance passée de l’URSS.

 

Je propose des liens avec des articles de presse, qui permettent de mieux comprendre les évènements de Géorgie.

 

D’abord, Le Monde, le 11 août :

 

Les dates-clés d'un conflit latent depuis 1989 

 

Cinq questions sur le conflit en Géorgie 

 

Géorgie, OTAN, Kosovo : la revanche russe, par Nathalie Nougayrède 

 

Puis, Marianne, le 11 août (la conclusion d’Eric Dupin) :

Les vraies raisons de la guerre en Géorgie 

 Ce pays fait des pieds et des mains pour intégrer l'OTAN. Une perspective insupportable pour Vladimir Poutine. Une Géorgie déstabilisée serait, à coup sûr, dans l'incapacité de rejoindre l'alliance atlantique. Or Moscou cherche à réaffirmer son influence sur ce Caucase qui faisait partie de son empire à l'époque soviétique.


Restent de triviales considérations économiques qu'on ne saurait oublier. De par sa situation géographique, la Géorgie permet de contourner la Russie par voie d'oléoduc ou de gazoduc. Ce pays est devenu un axe de transport pétrolier avec l'inauguration de l'oléoduc Bakou (Azerbaïdjan)-Tbilissi (Géorgie)-Ceyhan (Turquie). La trop fameuse société russe Gazprom s'intéresse de très près à ce qui se trame sur le territoire géorgien…

 

 

Et, enfin, Rue89, le 11 août :

 

Guerre en Ossétie: Moscou tente de rompre son encerclement

 

 

Voir articles sur La Russie parus sur ce blog.

Bernard Guetta, dans Libération, le 23 avril 2008 :

Pour empêcher l’entrée de l’Ukraine et de la Géorgie dans l’Otan, la Russie menace de favoriser leur éclatement
. Elle en aurait tous les moyens. Une crise couve en Europe, grave, mais parfaitement évitable. Une crise, une vraie, politique et potentiellement militaire. On peut la circonscrire, mais le temps presse car un engrenage s’est enclenché, mercredi dernier, quand la Russie a annoncé sa décision de «coopérer avec les autorités de fait» de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, les régions sécessionnistes de Géorgie.

C’était un message aux Occidentaux. La Russie vient de leur dire que, s’ils n’abandonnaient pas l’idée de faire entrer l’Ukraine et la Géorgie dans l’Otan, elle favoriserait l’éclatement de ces deux anciennes républiques soviétiques qui bordent ses frontières. Ce n’est pas une menace en l’air. (..)

http://mrc53.over-blog.com/article-21856148.html


______________________________________________________________





Georges Soros: portrait par Wikipedia


La guerre secrète du misanthrope George Soros

Brésil : George Soros veut légaliser la drogue

L'ancien évêque Fernando Lugo investi à la présidence du Paraguay

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages