5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 02:12
Où il apparaît, dans cette parution, que les dirigeants catalogués "voyous"
sont plus sages que les Grands donneurs de leçons
démocratiques !
                            


http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkpuEVkFFVhZQUOHgp.shtml

                                       Comment le nucléaire peut devenir une arme banale, et sans doute souhaitable pour certains. Des militaires aussi fous que Sarkozy!

Enfin quelqu'un s'engage
contre l'intolérable !
Mac Govern écrit à l'Amiral Fallon
contre la guerre qui "obsède" Bush




 Je joins seulement des textes au sujet de ce qui nous préoccupe tous : La guerre nucléaire contre l'Iran. Eva


Cher Amiral Fallon,

Comme il ne m’a pas été possible de vous joindre directement je vous écris cette lettre en espérant qu’elle sera portée à votre connaissance.

Je voudrais tout d’abord vous remercier de respecter le serment que nous, officiers récemment nommés, prêtons afin de protéger et défendre la Constitution des États-Unis contre tous ses ennemis, à l’étranger comme à l’intérieur de nos frontières. Par ailleurs, vous avez fait savoir que vous n’aviez pas l’intention de vous exprimer, officiellement ou officieusement, sur l’Iran.

Mais notre serment n’a pas de date de péremption. Alors que vous êtes extrêmement conscient des dangers d’une attaque contre l’Iran, il semble que vous manifestiez une réticence toute naturelle à défier le commandant en chef des armées pour contourner ce serment, et pour vous empêcher de permettre au peuple américain d’avoir connaissance de la catastrophe qui risque de lui arriver si, comme c’est probable, notre pays attaque l’Iran.

Il y a deux ans, j’ai donné une conférence à l’École Navale d’Annapolis. J’ai trouvé très inquiétant que plusieurs aspirants que l’on questionnait sur le serment qu’ils prêtent en entrant dans l’École pensaient que ce serment s’adressait au commandant en chef des armées.

Ceci me remémora des photos de généraux et amiraux allemands (ainsi que celles d’autorités religieuses et de hauts magistrats) jurant fidélité à Hitler en personne. Rien à voir avec notre tradition. Et pourtant…

Je fus horrifié de constater que le tiers seulement des aspirants que j’interpellais connaissait la bonne réponse, à savoir que le serment vise à défendre et protéger la Constitution, et non le président.

Attaque contre l’Iran, Constitution piétinée.

Aucun doute : vous savez parfaitement qu’une attaque contre l’Iran serait un viol flagrant de notre Constitution. Celle-ci stipule que les traités ratifiés par le Sénat deviennent des lois suprêmes pour notre pays ; que la Charte des Nations Unies, ratifiée par le Sénat le 28 juillet 1945 par 89 voix contre 2, interdit expressément des attaques contre d’autres pays sauf s’ils présentent un danger immédiat ; qu’il n’existe aucune disposition légale permettant tout autre attaque « de barrage » ou « préventive » contre une nation ne présentant pas un danger immédiat ; et que l’Iran ne présente aucun danger de cette sorte pour les États-Unis ou pour ses alliés.

Peut-être serez-vous pardonné de penser que « 41 ans de service, cela suffit peut-être ; que je pourrai démissionner pour me retirer d’une chaîne de commandement qui risquerait de faire de moi un criminel de guerre en cas d’agression contre l’Iran ; que parler aux journalistes suffit à rendre publique mon opposition active à la guerre ; que tout cela suffirait peut-être ? »

Avec tout le respect que je vous dois, amiral, cela ne suffirait pas.

Les enjeux en présence sont très élevés, et l’intégrité dont vous avez fait preuve accroît votre responsabilité. Malheureusement, la grande majorité de vos collègues officiers généraux ont, pour de multiples raisons, esquivé cette responsabilité. Vous partagez largement cette attitude.

Dans leur désir d’attaquer l’Iran, des fonctionnaires de l’administration feront tout pour vous marginaliser. Et vu l’éminence de votre position, les grands médias feront de même. De fait, il est clair que les médias ont reçu leur feuille de route pour soutenir l’agression contre l’Iran.

Lorsque je travaillais à la CIA, j’analysais la presse soviétique. Vous comprendrez donc que, pour moi, le Washington Post et le New York Times sont la Pravda et les Izvestia de la Maison Blanche.

Force est de constater qu’il est aussi facile qu’à l’époque de la presse soviétique aux ordres de suivre les évolutions de la ligne politique du gouvernement de notre pays en lisant notre presse quotidienne. Bref, cela fait un bon moment que nos journaux ont mis le turbo pour justifier la guerre contre l’Iran.

À certains égards, la manipulation et la dissimulation de l’information dans ce qui nous conduit actuellement à une attaque contre l’Iran sont encore plus flagrantes et répandues qu’avant l’invasion de l’Irak au début de 2003.

Il est fort probable que vous n’êtes pas conscient de cela, justement parce que les médias ont mis l’étouffoir sur tous ces problèmes. Permettez-moi d’invoquer ici un exemple frappant de ce qui se prépare.

Je voudrais mentionner les efforts, très concertés, mais complètement fourbes, ces derniers mois, visant à imputer les problèmes que connaît le sud de l’Irak à l’influence “ malfaisante ” de l’Iran.

Un fiasco, quel fiasco ?

L’amiral Mike Mullen, qui copréside l’état-major, a déclaré le 25 avril à des journalistes que le général David Petraeus apporterait « dans les prochaines semaines des preuves détaillées des menées de l’Iran en Irak afin d’y fomenter des troubles. » Des armes iraniennes saisies à Karbala seraient montrées puis détruites.

Petit problème. Lorsque des experts américains se rendirent à Karbala pour inspecter les caches où étaient censées se trouver les armes iraniennes, ils ne trouvèrent rien qui puisse être relié de manière crédible à l’Iran.

Cela vous étonne ? Les médias ne parlèrent quasiment pas de cet épisode très embarrassant.

Mullen et Petraeus continuent, sans complexes, sans aucune gêne, à rechercher des armes iraniennes afin que les médias puissent proposer une histoire plus crédible pour soutenir les efforts visant à noircir l’Iran. Un fiasco n’est un fiasco que lorsqu’on en entend parler.

Pendant ce temps, on nous dit que le Premier Ministre Irakien Nouri al-Maliki a constitué sa propre commission officielle pour enquêter sur les allégations des Etats-Unis, et pour «  trouver des informations tangibles et non des informations reposant sur des spéculations. »

Les analyses des services secrets dénigrées

Des hauts fonctionnaires ont rejeté les conclusions radicalement nouvelles du Centre National de Renseignements publiées le 3 décembre 2007, conclusions corroborées par les 16 départements de renseignements de notre gouvernement, selon lesquelles l’Iran a abandonné les applications militaires de son programme nucléaire au milieu de l’années 2003. Hélas ! Voulant jouer son rôle, le très docile chef de la CIA, Michael Hayden, nous a gratifié, le 30 avril, de son « opinion personnelle » : l’Iran met au point un armement nucléaire, quoique puisse penser le Centre National de renseignements. Pour faire bonne mesure, Hayden ajouta : « Selon moi, la politique du gouvernement iranien est de faciliter le massacre de soldats américains. Qu’on se le tienne pour dit. » Faut-il vous dire ce que je pense des Hayden et des autres généraux qui se mettent au garde à vous avec tant d’élégance à Washington ?

Je vous propose d’avoir une conversation sérieuse avec le général Anthony Zinni, l’un de vos prédécesseurs au Centre de Commandement, de 1997 à 2000. Comme vous le savez mieux que moi, ce général des marines est un officier d’une intégrité exceptionnelle. Mais, placé dans des circonstances quasi identiques à celles où vous vous trouvez maintenant, il n’a pas pu se faire entendre. Il n’est pas parvenu à interrompre le mouvement irrésistible qui a amené à la guerre en Irak. Zinni fut l’un des soldats honorés à la Convention des Anciens Combattants du 26 août 2002 durant laquelle le vice-président Dick Cheney prononça un discours incroyablement alarmiste, sans l’aval de nos services de renseignements, sur la menace nucléaire et les autres dangers que nous faisait courir Saddam Hussein. Prélude à une campagne publique de sept mois qui allait mener à la guerre contre l’Irak, ce discours servit de référence aux renseignements qu’allaient inventer– je dis bien inventer de toutes pièces – nos services d’espionnage pour convaincre le Congrès de se prononcer en faveur de la guerre. Trois ans et demi après le discours de Cheney, lors de l’émission “ Face à la Presse ”, Zinni affirma qu’il n’y avait « aucune preuve sérieuse que Saddam possédait des armes de destruction massive. » Zinni et les officiels qui partageaient son point de vue auraient pu empêcher, non pas une guerre préventive, mais une guerre d’agression, définie par le Tribunal de Nuremberg comme « le crime international suprême. »

Bien sûr, Zinni aurait dû sortir la tête du bois, s’exprimer seul puisque la plupart des officiels, tel George Tenet, alors directeur de la CIA, manquèrent de courage et d’honnêteté. Dans ses mémoires publiés en 2007, Tenet affirme que Cheney, avant de prononcer son discours de 2002, n’avait pas fait le point avec la CIA, et que George Bush lui-même avait été surpris par la teneur des propos de son vice-président. Il est difficile de croire que ce discours honteux prit Tenet complètement par surprise. Par les services du 10 Downing Street, nous savons que Tenet avait informé ses collègues britanniques que le président américain avait décidé de se lancer dans la guerre pour changer le régime politique irakien.

Iran : bis repetita

Amiral Fallon, il ne fait aucun doute que, comme moi, vous avez pris la mesure de Robert Gates, le Secrétaire d’État à la défense. Malgré l’analyse de nos 16 agences de renseignement qui établissent que l’Iran a mis un terme à son programme d’armement nucléaire, Gates affirme que l’Iran met le paquet pour acquérir ce type d’armes. Dans une interview au New York Times du 11 avril, Gates affirmait être exactement sur la même ligne que le président. Il faut que le peuple des États-Unis le sache.

Un précédent courageux

Se peut-il, Amiral Fallon, que vous soyez seul ? Se peut-il que vous soyez l’unique officier supérieur à démissionner par principe ? Heureusement, d’autres officiers supérieurs, en activité ou à la retraite, ont pris le risque d’informer les Américains sur la volonté obsessionnelle du président Bush de faire la guerre à l’Iran. Le général Brent Scowcroft, ancien conseiller national à la sécurité de l’ancien président Bush, homme rompu à la discrétion, se décida à accorder, en octobre 2004, une interview au Financial Times de Londres. Il critiqua très sévèrement le président, l’accusant d’avoir été « hypnotisé » par l’ancien Premier ministre d’Israël Ariel Sharon. Inutile de préciser que Scowcroft fut éjecté de la présidence du Comité Consultatif pour les opérations de renseignement à l’étranger et prié de ne jamais plus se présenter à la porte de la Maison Blanche. Il est clair que les successeurs de Sharon pensent que le président Bush s’est engagé à « s’occuper de l’Iran » avant la fin de son mandat. Le 18 mai, Bush déclara à Charm el-Cheikh, de manière tout à fait gratuite : « Permettre au principal commanditaire des terroristes d’acquérir l’arme de mort suprême serait trahir de manière impardonnable les générations futures. »

Une rhétorique qui mûrit

À moins que les Américains trouvent des armes authentiquement iraniennes en Irak, la rhétorique va se concentrer sur ce que j’appelle Le Grand Mensonge, selon lequel le président Iranien a menacé de « rayer Israël de la carte. » Dans un discours controversé de 2005, Ahmadinejad reprenait en fait ce que l’Ayatollah Khomeini avait déclaré au début des années 80 : il espérait qu’un régime qui traitait les Palestiniens de manière si injuste serait remplacé par un autre régime plus équitable. Ce qui n’était pas tout à fait la même chose. Traduit du farsi, Ahmadinejad déclara textuellement : « Le régime qui occupe Jérusalem doit disparaître des pages du temps. »

Le président Bush est complètement largué face à ce problème. C’est évident lorsqu’il improvise, lorsqu’il ne lit pas un discours. Le 17 octobre 2007, toujours aussi « hypnotisé », il affirmait : « Mais ça, on a un leader en Iran qui a annoncé qu’il voulait détruire Israël. Alors j’ai dit aux gens, si ça vous intéresse d’éviter la Troisième Guerre mondiale, vous devriez vous soucier de les empêcher qu’ils auraient [sic] la connaissance nécessaire pour fabriquer une arme nucléaire. Je prends la menace de l’Iran et de son armement nucléaire très au sérieux. »

Certains pensent que Bush ne croit pas vraiment ce qu’il dit. Je suis persuadé du contraire : il semble que les Israéliens l’entendent de leur bonne oreille, alors qu’avec leur mauvaise oreille ils écoutent les services de renseignements américains qu’ils dénigrent.

Il est en votre pouvoir, amiral Fallon de vous exprimer avec autorité sur ce qui risque d’arriver – aux forces américaines en Irak, par exemple – si Bush ordonne à vos successeurs de procéder à des bombardements et de lancer des missiles sur l’Iran. Si vous usez de votre influence, comme votre serment (toujours valide) de protéger et de défendre la Constitution vous l’impose, il est concevable que vous puissiez inciter d’autres personnages sérieux à s’exprimer.

Au bout du compte, si par ignorance crasse et par idéologie, notre pays, encouragé par la grande presse et par nos deux grands partis politiques sous la pression des lobbies israéliens, lançait une attaque contre l’Iran, et si les Iraniens pénétraient dans le sud de l’Irak et prenaient des milliers de nos soldats en otage, vous pourriez vous regarder dans la glace et vous dire qu’au moins vous avez essayé.

Vous n’auriez pas à vivre avec le remords de celui qui ne savait pas ce qui aurait pu se passer, dès lors que vous auriez pu surmonter votre réticence à vous exprimer.

Là-bas en Iran, il y a une grande Poupée de Goudron. Un renard rusé et un ours l’ont fabriquée. Jeannot Lapin a voulu saluer la poupée, mais comme elle n’a pas répondu, il lui a filé un grand coup de pied. Seulement, il est resté collé à la poupée de goudron. Moralité, dans une situation poisseuse, plus on essaie de s’en sortir, plus on s’emmêle les pinceaux et plus on est pris au piège.

Un “ Renard ” Fallon qui a juré de défendre la Constitution ne peut pas garder un profil bas. Pas maintenant.

Avec mes plus respectueuses salutations.

Par Ray McGovern, 19 mai 2008

Officier en retraite des services secrets et analyste à la CIA pendant 27 ans, McGovern collabore aujourd’hui Tell the Word (La Bonne Parole), publication de l’Église oecuménique du Sauveur, à Washington.

Traduction Bernard Gensane pour le Grand Soir

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6731


________________________________________________________________________________________________________


Dirigeants incompétents,
ou psychopathes ???



ROME, 3 juin - RIA Novosti. Les personnes qui dirigent le monde manquent des compétences nécessaires, estime le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

"Le monde est gouverné par des personnes incompétentes. Elles ne respectent ni la vie, ni la propriété, ni la réputation d'autrui. Elles occupent les territoires d'autres pays afin de contrôler leurs ressources. Dominer le monde, voilà ce qui les intéresse",
a-t-il affirmé mardi lors d'une conférence de presse à Rome.

Selon le président iranien, les personnes de ce genre n'ont foi ni en la morale ni en Dieu et ne songent qu'à faire fructifier leur fortune.

M. Ahmadinejad s'est rendu à Rome pour prendre part à la Conférence internationale sur la sécurité alimentaire qui se déroule au siège de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

http://fr.rian.ru/world/20080603/109170551.html



________________________________________________________________________________________________________
hhhhh.


Résumé d'un rapport stratégique
absolument effrayant
signé par plusieurs sommités
du monde militaire.



« Vers une grande stratégie pour un monde incertain ». C'est sous ce titre que cinq anciens responsables militaires occidentaux ont rédigé un rapport de 150 pages. Ses recommandations et perspectives devaient être examinées lors du dernier sommet de l'Otan, à Bucarest.

Ce document doit être considéré avec sérieux et attention. Tout d'abord parce qu'il n'est pas rédigé par n'importe qui : le général américain John Shalikashvili, ancien commandant en chef de l'Otan en Europe, le maréchal britannique Lord Peter Inge, le général allemand Klaus Naumann, ancien président du comité militaire de l'Otan, le général néerlandais Henk van den Breemen, l'amiral français Jacques Lanxade, ancien chef d'état major de l'armée française. Autrement dit des militaires confirmés ayant exercé des responsabilités au plus haut niveau de la hiérarchie des forces armées de leur pays.

Mais ce document est passionnant, voire effrayant, en ce qu'il révèle de la vision et de la perception du monde de ces hommes.

Leurs analyses s'appuient sur quatre constats :


1- Des bouleversements sociaux gigantesques causés par le changement climatique et les transferts de populations qu'il induira;


2-Un développement du terrorisme international, du crime organisé et de la prolifération des armes de destruction massive.


3-Un affaiblissement des Etats nations et des organisations internationales comme l'ONU, l'Otan et l'Union européenne.


4-La montée des fanatismes religieux.

Afin de faire face à ces nouvelles menaces « asymétriques », ils proposent un « sursaut stratégique » qui envisage l'utilisation préventive de l'arme nucléaire « en premier », même s'il est dit qu'elle doit être un « instrument ultime ».


Face aux nouveaux risques,
la réponse des militaires:
la bombe atomique !



Une pareille annonce, à un tel niveau est un évènement majeur. Pourquoi ? Parce qu'il veut affirmer la fin de la doctrine classique de la dissuasion nucléaire, même si la France y reste officiellement attachée (avec la notion d'ultime avertissement), ainsi que la Russie qui vient de la réaffirmer par une déclaration du chef d'état major général des forces armées russes, le général Iouri Balouïevski. Mais la Russie n'a pas été associée à cette réflexion (elle n'est pas membre de l'Otan, tandis que la France met tout en œuvre pour rejoindre le commandement intégré de l'Alliance)

L'arme nucléaire, de fait, n'est plus une arme à part. Elle est simplement la dernière d'une gamme d'armement allant de la baïonnette à la bombe atomique. Elle quitte ainsi son statut d'arme essentiellement politique. Il s'agit là d'une révolution copernicienne, rendue nécessaire selon les auteurs par la multiplication des nouvelles menaces. Menaces qui seraient d'un niveau de dangerosité supérieur à ce que furent les menaces de la guerre froide. Mais quel est donc, selon ces militaires, le nouveau bloc soviétique surarmé qui nous tient en joue et nous maintient dans la terreur ? Le Terrorisme international, la dissémination et la prolifération nucléaire, le fondamentalisme religieux.


Une OPA des USA sur l'Europe


Ce texte contient surtout un véritable projet d'organisation politique qui s'articule parfaitement avec l'idéologie dominante et les projets actuellement à l'œuvre pour nous imposer ce modèle et son fonctionnement politique.
L'Occident serait assiégé et affaibli de l'intérieur et de l'extérieur. De l'intérieur, par la disparition de la volonté de défendre ses valeurs et le règne du relativisme, par le manque de volonté politique de la part de certains pays européens (notamment l'Allemagne, encore gênée par son histoire du siècle dernier) de s'investir plus avant dans le fonctionnement de l'Otan, qui manquerait de relais et de volonté politiques. A ce titre l'Union Européenne doit cesser de jouer les empêcheurs de tourner en rond et accélérer son rapprochement avec l'Otan, pour en devenir en fait le bras politique qui manque si cruellement à l'Alliance Atlantique.


On voit bien le dessin qui se profile à plus ou moins long terme, d'une « fusion » institutionnelle de l'Union Européenne et de l'Otan. Les avantages politiques seraient énormes pour les tenants de cette vision du monde et de l'ordre dominant : une organisation politique multilatérale dotée d'une personnalité juridique et morale (par le Traité de Lisbonne) et d'une organisation militaire. Les choses peuvent aussi se lire en sens inverse : une organisation militaire sous domination des États-Unis organiquement reliée à un pouvoir politique européen, à la merci des volontés et intérêts américains. Nous serions là clairement face à un pouvoir politique complètement exempt d'une légitimité fondée sur la souveraineté des peuples. Ce qu'illustre parfaitement ce qui est prévu en termes de modalités pratiques de ce « directoire », composé des États Unis, de l'Union européenne et de l'Otan qui composeraient un « directoire » occidental
.


Des propositions inquiétantes


Le rapport propose en effet deux règles de fonctionnement, pour plus d'efficacité, qui viendraient officialiser des pratiques en réalité déjà en cours :


1-La fin du vote majoritaire, et donc de la recherche permanente du consensus, ce qui entrainerait la fin du droit de véto. On remarquera ici encore que le même mécanisme sera mis en œuvre au sein des Institutions européennes avec le Traité de Lisbonne, qui prévoit par ailleurs que la défense des pays membres doit être compatible avec l'Otan.


2-L'usage de la force pourrait être requis sans autorisation de l'ONU « si un grand nombre de vie sont en danger », une notion très élastique (comment être sûr qu'à cette aune là, 50 citoyens d'Afghanistan valent 50 citoyens américains ?), d'ordre plutôt moral que politique et stratégique. L'Otan n'avait pas fait autre chose en Serbie en déclenchant une campagne de bombardements aériens. En reconnaissant l'indépendance du Kosovo, l'Union européenne fera un choix politique crucial, participant ainsi de manière totalement illégale au dépeçage d'un Etat aux frontières internationalement reconnues et membre de l'ONU. Par ailleurs on se souvient encore du déclenchement de la guerre en Irak par les États-Unis, sans l'aval de l'ONU, qui a fait des centaines de milliers de morts. A ce titre, pourrait-on envisager que l'Otan bombarde Washington étant donné qu'en Irak « un grand nombre de vie sont en danger » ?

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkpuEVkFFVhZQUOHgp.shtml



________________________________________________________________________________________________________




http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/mariali/picrochole/mains/main.htm


La politique cynique de l' Empire
Fidel Castro


Il ne serait pas honnête de ma part de faire silence après le discours qu’Obama a prononcé, le 23 mai dans l’après-midi, devant la Fondation nationale cubano-américaine créée par Ronald Reagan. Je l’ai écouté, comme je l’ai fait pour ceux de McCain et de Bush. Je n’ai aucun ressentiment envers lui dans la mesure où il n’est pas responsable des crimes que son pays a commis contre Cuba et contre l’humanité. Si je le défendais, je rendrais un énorme service à ses adversaires. Je ne crains donc pas de le critiquer et d’exprimer en toute franchise mes points de vue sur son discours.

Qu’a-t-il affirmé devant les annexionnistes ?

« Durant toute ma vie, l’injustice a régné à Cuba. Durant toute ma vie, le peuple cubain n’a jamais connu la vraie liberté. Deux générations durant, le peuple cubain n’a jamais connu la démocratie. ...en cinquante ans, nous n’avons jamais vu d’élections libres et honnêtes à Cuba... nous ne supporterons pas cette injustice ; nous chercherons ensemble la liberté de Cuba... Voilà la parole que je vous donne ; voilà l’engagement que je prends devant vous... Il est temps que l’argent des Cubano-Américains rende leurs familles moins dépendantes du régime castriste. Je maintiendrai l’embargo. »

La teneur du discours de ce fort candidat à la présidence des Etats-Unis m’exempte d’avoir à expliquer les motifs de ces Réflexions.

José Hernández, l’un des dirigeants de la Fondation nationale cubano-américaine auquel Obama tresse des couronnes dans son discours, était le propriétaire du fusil automatique calibre 50 à lunette et à viseur infrarouge que la police a saisi par pur hasard, ainsi que d’autres armes tout aussi meurtrières, quand des membres de cette FNCA les transportaient dans une vedette à l’île Margarita (Etat de Nueva Esparta, au Venezuela) où ils pensaient assassiner l’auteur de ces lignes à l’occasion d’une réunion internationale.

Le groupe de José Hernandez souhaitait renouer le pacte passé avec Clinton que le clan Más Canosa [président de la FNCA pendant de nombreuses années] avait trahi en offrant à Bush par la fraude électorale, la victoire présidentielle en 2000, parce que ce dernier avait promis de m’assassiner, une perspective que tous ces gens-là avaient accepté avec joie. Ce sont là des magouilles politiques propres au système décadent et contradictoire des Etats-Unis.

Je peux traduire le discours du candidat Obama par la formule suivante : plus de faim pour notre pays ; liberté aux envois de fonds familiaux à titre d’aumônes ; liberté aux visites à Cuba à titre de publicité pour l’hyperconsommation et le mode de vie intenable qui le sous-tend.

Comment Obama va-t-il se colleter avec le problème gravissime de la crise alimentaire ? Les grains, il faut les distribuer entre les êtres humains et les animaux domestiques, mais aussi les poissons qui, d’année en année, sont toujours plus petits et toujours moins abondants dans les mers surexploitées par les grands chalutiers pêchant à la traîne, une méthode qu’aucun organisme international n’a été capable de freiner. Il n’est pas facile de produire de la viande à partir du gaz et du pétrole. Obama surestime les possibilités de la technique dans la lutte contre les changements climatiques, quoiqu’il soit plus conscient que Bush des risques encourus et du peu de temps disponible. Il pourrait consulter Gore, qui est lui aussi démocrate et qui a renoncé à être candidat, et qui sait bien, lui, à quel rythme les changements climatiques s’accélèrent. Son proche rival politique, bien que non aspirant, Bill Clinton, expert en lois extraterritoriales telles que la Helms-Burton et la Torricelli, peut le conseiller, lui, sur un thème comme le blocus qu’il avait promis de lever et qu’il n’a jamais fait.

Qu’a dit dans son discours de Miami celui qui est incontestablement, des points de vue social et humain, le candidat à la candidature présidentielle étasunienne aux idées les plus avancées ?

« Pendant deux cents ans, les Etats-Unis ont affirmé sans ambages qu’ils ne permettraient pas une intervention étrangère sur le continent. Or, nous sommes témoins d’une grave intervention : la faim, les maladies, le désespoir. D’Haïti au Pérou, nous pouvons faire mieux les choses et nous devons le faire : nous ne saurions accepter la mondialisation des ventres creux. »

Magnifique définition de la mondialisation impérialiste que ces « ventres creux » ! Soyons-en reconnaissants. Mais, voilà deux cents ans, Bolívar luttait pour l’unité de l’Amérique latine, et voilà plus de cent ans, Martí donnait sa vie pour combattre l’annexion de Cuba par les Etats-Unis. Quelle différence y a-t-il entre ce que proclamait Monroe et ce que, deux siècles plus tard, Obama proclame et revendique dans son discours ?

Il a dit presque à la fin :

« Je réinstallerai un Envoyé spécial pour les Amériques dans ma Maison-Blanche [comme l’avait Bill Clinton]... Nous étendrons le Peace Corps et demanderons à davantage de jeunes Etasuniens d’aller à l’étranger pour renforcer la confiance et les liens entre nos peuples... Nous pouvons forger notre avenir, au lieu d’être forgés par lui. »

Belle formule, à nouveau, parce que c’est reconnaître par là l’idée, ou la crainte, que l’Histoire fait les personnages, et non à rebours.

Les Etats-Unis d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec les Treize Colonies qui formulèrent la Déclaration de Philadelphie quand elles se soulevèrent contre le colonialisme anglais. Ils constituent à présent un Empire gigantesque dont les fondateurs ne pouvaient avoir la moindre idée. Rien n’a changé toutefois pour les autochtones et les Noirs. Les premiers furent exterminés à mesure que la nation s’étendait ; les seconds continuèrent d’être vendus à l’encan sur les marchés - hommes, femmes, enfants - pendant encore presque un siècle, malgré la fameuse petite phrase : « Tous les hommes naissent libres et égaux », de la Déclaration d’Indépendance. Les conditions objectives en place sur notre planète ont favorisé l’essor de ce système.

Dans son discours, Obama juge que la Révolution cubaine est antidémocratique et ne respecte pas les libertés et les droits de l’homme. Exactement l’argument que les administrations étasuniennes ont avancé, presque sans exception, pour justifier leurs crimes contre notre patrie. Le blocus est en soi génocidaire. Je ne souhaiterais pas que les petits Etasuniens continuent de s’éduquer dans cette éthique honteuse.

La révolution armée n’aurait peut-être pas été nécessaire sans l’intervention militaire des Etats-Unis [dans la guerre d’Indépendance cubaine], sans l’amendent Platt et sans le colonialisme économique que tout ceci a entraîné dans l’île.

La Révolution a été le fruit de la domination impériale. On ne saurait nous accuser de l’avoir imposée. Les vrais changements auraient pu et auraient dû démarrer aux Etats-Unis dont les ouvriers eux-mêmes lancèrent, voilà plus d’un siècle, la revendication de la journée de huit heures, fille de la productivité du travail.

La première chose que les dirigeants cubains ont apprise de Martí, c’est créer une organisation appelée à faire la Révolution et à agir en son nom. J’ai toujours disposé de facultés préétablies et, une fois la Révolution institutionnalisée, j’ai toujours été élu dans le cadre d’élections auxquelles participent - selon une coutume désormais courante chez nous - plus de 90 p. 100 des électeurs, à la différence de la participation ridicule de moins de 50 p. 100 qu’affichent bien souvent d’autres pays, dont les Etats-Unis. Aucun autre petit pays, soumis comme le nôtre à un blocus, n’aurait été capable de résister si longtemps - rien qu’à partir d’ambitions, de vanités, de duperies ou d’abus d’autorité de ses dirigeants - à un voisin aussi puissant. L’affirmer constitue une insulte à l’intelligence de notre peuple héroïque.

Je ne conteste pas la vive intelligence d’Obama, ses dons de polémiste et son esprit de travail. Il maîtrise les techniques de la communication et dépasses ses rivaux en matière de concurrence électorale. J’observe avec sympathie sa femme et ses filles qui l’accompagnent et l’encouragent tous les mardis ; c’est là sans doute un tableau humain réconfortant.

Je me vois toutefois contraint de lui poser plusieurs questions délicates, sans attendre pour autant des réponses de lui :

1. Est-il correct que le président des Etats-Unis ordonne l’assassinat de personnes dans le monde, sous quelque prétexte que ce soit ?

2. Est-il éthique que le président des Etats-Unis ordonne de torturer d’autres êtres humains ?

3. Le terrorisme d’Etat est-il vraiment un instrument que doit utiliser un pays aussi puissant que les Etats-Unis pour instaurer la paix sur la planète ?

4. Une Loi d’ajustement, appliquée pour punir un seul pays, Cuba, et le déstabiliser, même si cela coûte la vie d’enfants et de mères innocents, est-elle bonne et honorable ? Si elle est bonne, pourquoi ne donne-t-on pas le droit de séjour automatique, non seulement aux Cubains, mais aussi aux Haïtiens, aux Dominicains et autres Caribéens, et ne fait-on pas pareil à l’égard des Mexicains, des Centraméricains et des Sud-Américains qui tombent comme des mouches sur le mur érigé à la frontière mexicaine ou dans les eaux de l’Atlantique et du Pacifique ?

5. Les Etats-Unis peuvent-ils se passer des immigrants qui cultivent des légumes, des fruits, des amandes et d’autres gâteries pour les Etasuniens ? Qui balaierait les rues, qui servirait de domestique, qui réaliserait les travaux les plus rudes et les plus mal payés ?

6. Les descentes de police contre les sans-papiers, qui touchent même des enfants nés aux Etats-Unis, sont-elles justes ?

7. Le vol de cerveaux et les saignées continuelles des meilleures intelligences scientifiques et intellectuelles des pays pauvres sont-ils moraux et justifiables ?

8. Vous affirmez, comme je l’ai noté au début des mes Réflexions, que votre pays avait, voilà bien longtemps, averti les puissances européennes qu’il n’admettrait pas d’intervention de leur part dans le continent. Or, votre pays, tout en rappelant cette mise en garde, réclame le droit d’intervenir partout dans le monde, fort de ses centaines de bases militaires, de ses forces navales, aériennes et spatiales disséminées à travers la planète. Est-ce là la façon dont les Etats-Unis expriment leur respect de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme ?

9. Est-il juste d’attaquer par surprise et à titre préventif une soixantaine de sombres recoins du monde, comme les appelle Bush, quel qu’en soit le prétexte ?

10. Est-il honorable et sensé de gaspiller des billions de dollars dans le complexe militaro-industriel rien que pour fabriquer des armes qui peuvent liquider plusieurs fois la vie sur la Terre ?

Vous feriez mieux d’apprendre, avant de le juger, que notre pays, grâce aux programmes d’éducation, de santé, de sports, de culture et de science qu’il applique non seulement chez lui, mais encore dans d’autres pays pauvres du monde, et au sang qu’il a versé par solidarité avec d’autres peuples, malgré le blocus économique et financier et les agressions de votre puissant pays, constitue la preuve qu’on peut faire beaucoup avec très peu. Nous n’avons même pas permis à notre meilleure alliée, l’URSS, de tracer notre destinée.

Quand ils coopèrent avec d’autres pays, les Etats-Unis ne peuvent dépêcher que des spécialistes liés au secteur militaire, tout bonnement parce qu’ils n’ont pas les personnels capables de se sacrifier pour d’autres et d’apporter un appui significatif à un pays en difficultés, bien que nous ayons connu à Cuba d’excellent médecins étasuniens et qu’ils aient coopéré avec nous. Ils ne sont pas coupables du fait que votre société ne les éduque pas massivement dans cet esprit.

Nous n’avons jamais subordonné la coopération de notre pays à des conditions idéologiques. Nous l’avons même offerte aux Etats-Unis quand le cyclone Katrina a durement frappé la Nouvelle-Orléans. Notre brigade médicale internationaliste porte le nom glorieux d’Henry Reeve, un jeune homme né dans votre pays qui s’est battu et qui est mort pour la souveraineté de Cuba lors de notre première guerre d’Indépendance.

Notre Révolution peut convoquer des dizaines de milliers de médecins et de techniciens de la santé. Elle peut aussi convoquer massivement des enseignants et des citoyens disposés à partir vers n’importe quel recoin du monde pour remplir n’importe quel noble objectif. Non pour usurper des droits ni s’emparer de matières premières.

La bonne volonté et la bonne disposition des personnes offrent des ressources infinies qui ne se conservent pas ni ne tiennent dans les coffres-forts des banques. Et qui n’émanent pas de la politique cynique d’un Empire.

Fidel Castro Ruz
25 mai 2008


La propagande militaire : Disneyland s'installe en Irak
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9184



_________________________________________________________________________________________

 

La conférence de l'Aipac

Les rendez-vous avec l’AIPAC - American Israel Public Affairs Committee - principal lobby juif américain - sont généralement incontournables pour les politiques israéliens et américains. Depuis lundi, John McCain, Condolizza Rice et, pour la première fois, le Premier ministre israélien, Ehoud Olmert, y ont pris la parole, pour évoquer les thèmes majeurs au cœur de relations israélo-américaines.


Crée en 1951, l’AIPAC, acronyme d’American Israel Public Affairs Committee, est le lobby juif américain le plus influent des Etats-Unis , s’appuyant sur un réseau de plus de 70 organisations.


 http://www.marcfievet.com/article-20181353.html

 
Obama et l' Aipac

 L'intégralité de son discours est disponible sur le site du Washington Post.

Disponible sur le site du Washington Post, c'est atterrant de bout en bout.
Mais quelques détails dépassent le «consensus» habituel américain :

"Mais tout accord avec le peuple palestinien doit préserver l'identité d'Israël en tant qu'État juif, avec des frontières sûres, reconnues et défendables

" Et Jérusalem doit demeurer la capitale d'Israël, et doit rester unifiée. Pour rappel, l'ONU refuse que Jérusalem soit la capitale d'Israël, et considère que Jérusalem Est est un territoire occupé.

Nous avons, selon Obama, la tentative de développer des armes de destruction massive par la Syrie. Mais Obama n'étant pas Bush, on est donc prié, cette fois-ci, d'y croire.

Ne pas rire, Obama évoque de grands prédécesseurs pour sa manière de gérer la «menace» que représente, selon lui, l'Iran (..) Il cite Reagan... Celui de l' Irangate ?


http://www.marcfievet.com/article-20181237.html



Israël a besoin de son mai 68 !
http://www.marcfievet.com/article-20151796.html



Les Palestiniens renoncent à construire légalement

Photo: Shabtai Gold/IRIN
Bilal Jaber devant sa maison à Beqaa. Il est à l'inquiet à l'idée que sa maison puisse être démolie, car il n'aura pas les moyens d'en construire une autre
JERUSALEM, 4 juin 2008 (IRIN) - Les Palestiniens qui vivent dans la Zone C, une région de Cisjordanie placée sous autorité israélienne, construisent sans permission, ayant renoncé à obtenir des permis de construire auprès des autorités, et de ce fait, 3 000 constructions sont constamment menacées de démolition sur ce territoire, selon un rapport des Nations Unies.

« Plus de 94 pour cent des demandes de permis de construire déposées auprès des autorités israéliennes par des Palestiniens de la Zone C entre janvier 2000 et septembre 2007 ont été rejetées », d’après le rapport
(en anglais), publié par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et intitulé « Les démolitions faute de permis et les déplacements qui en résultent dans la Zone C ».

Au cours du premier trimestre de 2008, 124 constructions palestiniennes, construites sans permis, ont été détruites par les autorités israéliennes ; sur l’ensemble de l’année 2007, environ 208 bâtiments ont été démolis. Enfin, entre 2000 et septembre 2007, quelque 1 600 structures ont été rasées, selon le rapport
.


suite à http://www.marcfievet.com/article-20181188.html

Débat Ségolène Royal - Olivier Besancenot, sur Marianne
http://sego-dom.over-blog.com/article-20169692.html


Présidence Française de l' Union Européenne
http://www.marcfievet.com/article-20181180.html 
Tout aussi miraculeux, cette façon bien spéciale dont l’exécutif français s’apprête à célébrer les quarante ans de Mai 68. En principe, l’université de la Sorbonne, haut lieu des « Événements », devrait accueillir début juillet une réunion de flics européens. En l’occurrence, la task force des chefs de police ! Dans le même registre ubuesque, la présidence française sera l’occasion — c’est ce qu’espère le gouvernement — de montrer que les technologies high tech de flicage n’ont pas que du mauvais. C’est même l’objectif de cet étonnant séminaire prévu les 23 et 24 octobre à Paris et à Charleville sur « la valorisation des nouveaux titres biométriques en Europe ». « La biométrie est une priorité de la France.



Un point de vue sur le Tiers-Mondisme
http://www.marcfievet.com/article-20181176.html




Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 21:08
ALTER INFO

Un journal hollandais nous apprend que les Bilderberg se réuniront à Washington du 5 au 8 juin prochain -

Faites circuler l' info dans vos blogs !


Un journal hollandais rapporte que le premier ministre des Pays-Bas Jan Peter Balkenende (photo) ainsi que le ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen, sont appelés à assister à la conférence annuelle des Bilderberg à Washington entre le 5 et le 8 juin, confirmant apparemment ainsi que la récente réunion des Bilderberg qui s'est tenue à Athènes en Grèce était simplement une ruse.


Un journal hollandais nous apprend que les Bilderberg se réuniront à Washington du 5 au 8 juin prochain
Par Paul Joseph Watson
Prison Planet
Vendredi, le 16 mai 2008

Tel que nous l'avons signalé mardi, un journal grec affirmait que les Bilderberg s'étaient réunis à Athènes le week-end dernier, mais Jim Tucker et Daniel Estulin qui pourchassent les Bilderberg et qui ont tous deux toujours réussi à déterminer l'emplacement de la réunion des Bilderberg à l'avance pendant des décennies, avaient mis en doute l'exactitude de ce reportage.

Occasionnellement, les Bilderberg tentent de brouiller les pistes aux journalistes d'investigation afin de les diriger sur une mauvaise voie avant la réunion, pour ainsi détourner l'attention loin de l'endroit où leurs intrigues antidémocratiques se dérouleront.

Si le reportage de la presse hollandaise doit être cru, les Bilderberg se réuniront à Chantilly, l'endroit même où s'est tenue leur conférence de 2002. Il y a six ans, l'hôtel Westfields Marriott a été retenu pour servir de lieu à ce brin de causette et il sera probablement sélectionné à nouveau.

Une traduction sommaire du reportage de la presse hollandaise se lit comme suit :

Le premier ministre Jan Peter Balkenende et le ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen seront en visite dans la capitales états-unienne de Washington du 5 au 8 juin.

Le 5 juin, ils seront reçus à la Maison Blanche par le président Bush. Le gouvernement en a fait l'annonce vendredi.

Les thèmes lors de cette rencontre avec Bush porteront sur la situation politique internationale, y compris les développements en Afghanistan, et la coopération économique entre les États-Unis et les Pays-Bas.

Par la suite, Balkenende participera à la réunion annuelle des Bilderberg, qui cette année se tiendra à Chantilly, près de Washington.

Traduit par Dany Quirion pour
Alter Info

Source :
http://prisonplanet.com/articles/may2008/051608_bilderberg_meet.htm


L'article original en néerlandais : http://www.ad.nl/binnenland/2296788/Balkenende_en_Verhagen_bezoeken_Bush.html


Samedi 17 Mai 2008

http://www.alterinfo.net/Un-journal-hollandais-nous-apprend-que-les-Bilderberg-se-reuniront-a-Washington-du-5-au-8-juin-prochain_a19860.html


 Posté par Schumi75 le 17/05/2008 22:54
Dossier à suivre,

Merci à Alterinfo pour l'article !

@ MIJEON Amaury :
Il ne s'agit pas d'un projet des usa mais d'un projet internationaliste(mondialiste) dont les usa comme tous les pays souverains sont victimes.
L'élite us fait partie des élites les plus actives au sein de l'élite internationaliste.

___
________________________________________________________________________________________



Le Groupe de Bilderberg rassemble l'élite mondiale de la finance, de l'économie, de la politique et des médias. C'est le plus puissant des réseaux d'influence, au point d'être considéré comme un véritable gouvernement mondial occulte. Suite à



http://www.syti.net/Organisations/Bilderberg.html



________________________________________________________________________________________


ALTER INFO

Les États-Unis et Israël donnent le signal d'une guerre contre l'Iran


Washington et Tel-Aviv souhaitent poser des « actions tangibles » pour empêcher l'Iran d'acquérir des armes nucléaires, selon les propos d'un porte-parole israélien.


Press TV (Iran)
Vendredi le 16 mai 2008

Mark Regev, le porte-parole du premier ministre israélien Ehud Olmert, a déclaré vendredi que les efforts diplomatiques visant à faire pression sur l'Iran pour qu'il renonce à enrichir de l'uranium ont été jusqu'ici insuffisants.

« Il est clair que des mesures additionnelles devront être prises, » a-t-il ajouté.

« Nous sommes sur la même longueur d'onde. Nous voyons tous les deux la menace... Et nous comprenons tous les deux que des actions tangibles sont nécessaires pour empêcher les iraniens d'aller de l'avant avec une arme nucléaire, » a déclaré le porte-parole israélien.

Regev a alors déclaré que « les dirigeants de nombreux pays ont discuté des perspectives du recours à la force militaire contre l'Iran et il a affirmé qu'Israël est d'accord avec « les options sur la table, » faisant ici allusion à une guerre contre le pays du Moyen-Orient.

Prenant la parole jeudi devant la Knesset israélienne, le président des États-Unis George W. Bush a menacé qu'il s'agirait d'une « trahison impardonnable pour les générations futures » de permettre à l'Iran de poursuivre ses « ambitions d'armes nucléaires. »

Bien que Bush continue de faire pression en faveur d'un acte d'agression contre la République islamique, une évaluation conjointe de 16 agences de renseignement des États-Unis rendue publique le 3 décembre dernier, a reconnu que Téhéran n'est pas en train de développer un programme d'armement nucléaire.

Les experts disent que la rhétorique « va-t-en-guerre » du président des États-Unis est la démonstration de son flagrant mépris face à des preuves concrètes et aux avis des experts.

« J'ai déjà dit que l'Iran est dangereux, et le rapport NIE [NDT : le rapport des 16 agences de renseignement] ne fait rien pour changer mon opinion sur le danger que l'Iran fait peser sur le monde, bien au contraire, » a déclaré Bush en réponse à la divulgation de ce rapport de la US National Intelligence Estimate.

Traduit par Dany Quirion pour
Alter Info

Source : http://www.presstv.ir/detail.aspx?id=56008&sectionid=351020104

NDT :
- Press TV est une chaîne télévisée iranienne d'information internationale en langue anglaise.

- Sur la photo, le premier ministre israélien Ehud Olmert et le président des États-Unis George W. Bush.

Samedi 17 Mai 2008
danyquirion@videotron.ca


Commentaires articles

1. Posté par ledaron le 17/05/2008 09:52
Bonjour,

l'hysterie millénariste bushiste allié au sionisme conquérant et orgueilleux nous mène droit au mur.
Est-il trop tard ?

2. Posté par jacques le 17/05/2008 13:29
Bonjour,

les récents conflits au Liban, et la montée en puissance du hezbollah ne sont-ils pas un moyen supplémentaire pour les Etats-Unis de justifier un conflit en Iran qui, soutiendrais le hezbollah ?

est-ce que le hzbollah est si dangereux que ça sachant que le Liban est assez petit?
Meme si je trouve dramatique qu'une guerre civile éclate dans ce pays fort joli je m'étonne du fait que le Hezbollah puisse prendre une partie de la ville de beyrouth sans probleme.

Merci de me répondre car j'ai du mal a comprendre cette agitation autour du Liban.


3. Posté par ledaron le 17/05/2008 14:27
Re-bonjour,

Le liban est sur la ligne de fracture séparant "l'occident" de "l'orient" avec toutes les implications géo-politiques que cela engendre.
Le grand dessein amercano-sioniste est de mettre au pas toute la région,de la domestiquer.Le hic est que des mouvements ou des pays (Syrie-Iran) ne rentre pas dans le schema directeur des néo-colonialistes.Résultats mise au pilori,campagnes de dénigrement,provocations et tentatives de destabilisation.
Référons-nous au passé pour voir qu'il n'y'a rien de nouveau au royaume de l'empire.

4. Posté par MIJEON Amaury le 17/05/2008 17:55
La crise du Liban peut servir en effet de prétexte pour une guerre contre l'Iran!

Et une guerre contre l'Iran est possible.
Les moyens militaires américains sont exactes pour ce type de projet.

Mais il y a aux USA des voix contre cette politique guerrière.

Ce duo comploteurs-sionistes révèle bien le coté maléfique de ses dirigeants.
Rien d'étonnant au regard du monde arabe qui assistera à cette guerre.
Il ne faut pas être dupe de l'alliance USA-Israël.
Nous savons très bien que l'ONU est l'outil des sionistes.
Comme le fut la SDN.

La paralysie de la Chine par ""miracle"",laisse le libre champ à ces fous.
De plus alors que nous assistons à sa fragilisation temporaire du à la crise du Tibet,et le tremblement de terre dans la région frontalière(HO!ça alors!)comme par hasard,
le cyclone dévastateur sur son allié la Birmanie(dont la Chine fut jusqu'à présent son protecteur) et son début d'ouverture obligé vers les pays de l'OTAN(car il s'agit bien des pays de l'OTAN) avec en outre,l'arrivée d'un premier navire français(?!)...

Bref!

On voit la magouille qui s'est dessinée!

L'Iran est exposée aux frappes américaines et israéliennes.
Tout comme surement va l'être la Syrie!

Mais tout n'est pas joué!
Il reste des facteurs bien indéterminable pour eux!
Le courage et la détermination des gens de fois.
Et l'Iran,même si elle ne peut pas contrer les frappes peut riposter à l'heure qui suit.
Et les conséquence seront dramatique pour elle et pour eux.
Et pour nous!

La crise pétrolière ne fera que renforcer la famine mondial,
le détournement du pétrole vers l'huile de Colza.
Et se sera la principale cause de famine face au manque de terre cultivable.
Une inflation désastreuse et une psychose totalement burlesque.

Bref!
Une guerre qui sera longue et non courte,
au conséquence mondiale importante.
Avec entre autre des assassinats de dirigeants dont certains fesant partie des bilderberg.

Et bien d'autres conséquences.



5. Posté par MIJEON Amaury le 17/05/2008 18:52
Comme moi,
vous pouvez signer les pétitions du site : www.democrats.com
J'ai signé les plus importantes dont celle qui appel au rejet d'une guerre contre l'Iran.
D'ailleurs,
ils ne cessent de dénoncer les crimes et les mensonges de l'administration de Bush et les trucage électoraux et la fin de la liberté.
Et ce,
depuis 2000!

Alors,
si vous avez du courage,
même si cela n'empêchera pas ce que l'on sait,
c'est déjà une bonne phase.
Et que de courage car identifier par votre nom et votre pays.
C'est ça,
la vrais démocratie.
La clarté et le courage!


6. Posté par abdel aqh le 17/05/2008 19:04
de la flute, du pipeau comme dab, sur alterinfo l'info n'est pas toujours precise le jeu est ailleurs qu'en iran le brouillard, le brouillard, en atendant ca fait pas avancer les musulmans et encore moins la uma

7. Posté par benoist le 18/05/2008 01:32
Salam aleïkoum
Le président israelien est accusé de harcelement sexuel, le premier ministre de pots de vin.
Le président US est un ancien alcoolique, cherchez l'erreur !

8. Posté par arisque le 18/05/2008 03:25
Les chiens aboient et la caravane iranienne continue son chemin. Il ne suffit pas au sionistes et leurs larbins de bombarder l'Iran et se sauver, il faut envahir l'Iran et pour cela les nouveaux nazis doivent aligner 1 million d'hommes pour occuper ce pays, il vont les trouver ou les soldats ? Sans conter qu'il faut sécuriser l'acheminement du pétrole, et dont la route longe l'Iran plus de 1000 km a surveiller, et l'Iran n'est pas l'Irak de Bassora à Bagdad il y a 50 mètre de différence autan dire que c'est plat. On voit le mal qu'ils ont à contrôler le pays, alors l'Iran qui avec 7 chaînes de montagne va être très dure pour ceux qui vont y aller. Sans compter les occupants qui seront bloqué en Irak Afghanistan. Les puits de pétrole en feux dans toute la région, à la première bombe qui tombera sur l'Iran tous les puit de la région seront visés. Je trouve qu'il y a beaucoup trop d'inconvénients à attaquer l'Iran tout le monde sera perdant.

9. Posté par arisque le 18/05/2008 03:28
Cette guerre va emmener une grande crise dans le monde et les gens risque de s'en prendre au juifs les accusant d'être les responsables de l'apocalypse.
http://fr.youtube.com/watch?v=Twxmr9Za-WY

10. Posté par ledaron le 18/05/2008 03:40
Bonsoir,

Signer une pétition ne sert malheureusement à rien,les considérations géo-politiques et le cynisme sont les ingrédients principaux des politiques et des militaires pour essayer de mettre aux pas ceux qui refusent le diktat de l'empire.
Espérons qu'il y ait dans les instance dirigeantes des personnes ne se laissent pas dicter par la passion afin d'éviter une catastrophe humaine..
Rêvons un peu.....................




________________________________________________________________________________________



Reçu, à partir d' informations émanant de
spécialistes de l'investissement financier




----- Message transféré ----
De : La Chronique Agora <la-chronique@publications-agora.fr>
À :
Envoyé le : Lundi, 19 Mai 2008, 19h09mn 22s
Objet : Le baril de WTI à 127 $ : quels investissements pour en profiter ?


Un véritable séisme énergétique pourrait mettre fin pour toujours à l'ère du pétrole bon marché, effaçant plus de 150 ans de prospérité occidentale et oblitérant la richesse de millions d'investisseurs...

... quasiment du jour au lendemain.



LE JOUR OÙ LE MONDE
SE RETROUVERA
À COURT D'ÉNERGIE


Le chaos s'installe





Cher Ami,

Il y a quelques mois, l'événement financier le plus dévastateur des 150 dernières années s'est produit.

On n'a entendu aucune sonnette d'alarme.

On n'en a pas parlé au journal de 20 heures... et on n'en parlera pas avant qu'il ne soit trop tard !

On commencera par montrer du doigt les politiciens qui ont ignoré cette terrible menace parce qu'ils savaient qu'elle ferait dérailler les élections.

Ensuite, on accusera les médias, qui ont laissé de côté des preuves effarantes, disponibles depuis des années -- simplement parce que ce n'était pas assez "sexy" pour figurer en première page.
 
Puis on accusera l'OPEP, qui a délibérément dissimulé la vérité sur cette crise pendant plus d'une décennie... simplement pour pouvoir jouer sur les quotas d'exportation et engranger plus de pétrodollars.

Et on accusera les "grandes pétrolières" qui ont non seulement enterré ces preuves dans les années 50 -- mais ont même utilisé d'autres fausses données pour faire grimper le cours de leurs actions.

Mais montrer tout le monde du doigt ne changera rien au séisme énergétique dont je voudrais vous parler.

Un séisme, quel séisme ?

Entre 3 et 4 euros pour un litre de carburant... d'énormes files dans les stations-service... des émeutes autour d'un jerrycan d'essence...

Des aéroports vides parce qu'il revient trop cher de faire voler les avions... des supermarchés vides parce que le transport des marchandises est trop coûteux !

Vous pensez que c'est impossible ? Détrompez-vous !

L'Occident -- et le reste du monde -- est en train de voir ses réserves de pétrole bon marché s'épuiser. Et lorsqu'on aura dépassé le point de non-retour, votre patrimoine... votre santé... et tout votre mode de vie seront mis en danger.

En fait, ça a déjà commencé. Selon certains experts, le point de rupture a eu lieu en juin 2006 , comme je vous le démontrerai dans quelques lignes. Malgré les apparences, nous sommes désormais dans ce qui pourrait devenir l'époque financière la plus cruelle et la plus imprévisible des 150 dernières années de l'histoire mondiale !

Une nouvelle Guerre froide sur les rives de la Mer Caspienne... un renouveau du terrorisme et des massacres en Arabie Saoudite... des conflits militaires concernant le pétrole offshore dans la Mer de Chine du Sud...

Nous SAVIONS tous que cette crise approchait,
mais nous ne l'attendions pas si tôt !

Ne nous voilons pas la face. Tout le monde savait que la "Panne Sèche" arriverait un jour. On ne peut pas consommer une ressource qui ne se renouvelle pas... sans envisager qu'on finira, un jour, par se retrouver à court.

Ce que des centaines de milliers de gens -- et peut-être même des millions de gens -- n'ont jamais réalisé, c'est que cela se produirait aussi tôt !

Même les soi-disant "experts" pensaient que nous nous trouverions un jour confrontés à une crise de ce genre... mais d'après eux, nous n'étions pas censés nous trouver à court d'énergie avant 25-30 ans ! Malheureusement, les choses ne se déroulent pas tout à fait comme prévu...

La course folle a déjà commencé. Les rumeurs circulent. L'équilibre mondial est en train de basculer. Et les optimistes avec leurs lunettes roses doivent s'attendre au choc de leur vie.

Cet événement dévastateur... que personne n'attendait avant des dizaines d'années... est en fait déjà arrivé.

Selon moi, ses effets se feront sentir avant la fin de la décennie... mais vous n'avez pas autant de temps pour vous y préparer : la panique commencera bien avant... lorsque la foule et les marchés se rendront compte des changements historiques qui nous attendent.

Il ne s'agit pas d'un événement mineur !

Nous voyons déjà les symptômes d'un effondrement : le pétrole vient de franchir la barre historique de 100 $ le baril.

L'or noir devient de plus en plus précieux, indispensable et difficile à obtenir. Depuis le début des années 2000, le pétrole s'envole... et ce n'est pas près de s'arrêter.

Réfléchissez-y : la situation au Moyen-Orient est -- c'est un euphémisme -- explosive. La Russie commence elle aussi à faire jouer l'argument énergétique dans ses relations internationales. Les tensions autour du pétrole et du gaz se multiplient, entre des pays de plus en plus assoiffés d'énergie. A cela vient s'ajouter le fait que le Venezuela, le Nigeria, l'Arabie Saoudite... bref, les principaux producteurs pétroliers de la planète... sont plutôt hostiles aux pays occidentaux.

Et si l'on regarde les choses plus en profondeur, on voit bien vite que l'envolée du pétrole n'est pas seulement liée à l'idéologie... mais aussi et surtout à la géologie.
En sous-sol, la source mondiale de pétrole bon marché est sur le point de s'épuiser.

Et rien de ce vous faites pour accroître ou protéger votre capital ne sera plus jamais pareil.

Je peux vous promettre que les temps qui s'annoncent ne seront pas faciles... mais je peux aussi vous promettre autre chose :

Je suis convaincu qu'à la suite de cette crise -- alors même que la plupart des investisseurs perdent des fortunes et que bon nombre de marchés mondiaux sombrent dans le chaos... -- quelques investisseurs avisés feront des profits considérables grâce au secteur des matières premières.
 
Dans les pages qui suivent, j'aimerais vous démontrer que ces investissements -- que vous devriez faire MAINTENANT -- pourraient vous rapporter des gains à deux, voire trois chiffres, lorsque le reste de la foule se rendra compte de ce qui est en train de se produire.

Non seulement ces investissements aideront à vous PROTEGER des conséquences de cette crise... mais je suis également convaincu qu'ils vous rapporteront des profits élevés... très rapidement.

Ce n'est pas tout.  

Ce que vous découvrirez dans les prochaines lignes vous permettra de construire une sorte de "forteresse" autour de votre portefeuille -- tout en engrangeant des plus-values.

Vous découvrirez pourquoi cette crise, loin d'être le scénario du prochain film-catastrophe hollywoodien, est bel et bien réelle.  Les dégâts physiques et financiers qui nous attendent pourraient littéralement réduire à néant un siècle et demi de prospérité occidentale.

Mais vous verrez aussi pourquoi cela n'est pas une fatalité. Je suis absolument persuadé que les investissements que je vous ferai découvrir devraient jouer un rôle essentiel dans TOUTES les stratégies d'investissement efficaces au cours des mois turbulents qui se préparent !

Quelques investisseurs bien informés pourraient devenir considérablement plus riches grâce à ces informations. Vous êtes sur le point de voir pourquoi. Certes, il reste du temps pour vous préparer, mais pas beaucoup.

Mieux vaudrait donc commencer sans plus attendre... et revenir quelques années en arrière.

(..)

Le champ de Ghawar était la plus grande découverte pétrolière d'Arabie Saoudite. En 1948, il renfermait la quantité vertigineuse de 87 milliards de barils de pétrole. C'est incroyable.

Au début des années 70, les quatre plus grandes entreprises pétrolières de la planète -- Exxon, Chevron, Texaco et Mobil -- estimaient qu'il restait 60 milliards de barils de pétrole à Ghawar. C'est toujours incroyable.

Depuis, cependant, le Ghawar a produit 55 milliards de barils de brut. A vous de faire le calcul : 60 milliards moins 55 milliards... ça ne fait plus que 5 milliards de barils de pétrole restants ! Ca ne fait jamais 50 années de pétrole. C'est tout juste assez pour soutenir la demande mondiale pendant encore... trois semaines !

Les Saoudiens le savent parfaitement. Tous les jours, ils injectent en toute discrétion des millions de litres d'eau de mer sous le réservoir pétrolier de Ghawar afin de soutenir la pression de pompage.

Bien entendu, l'Arabie Saoudite a encore 300 autres réservoirs pétroliers où pomper. Mais ils obtiennent 90% du pétrole qu'ils vendent d'une petite poignée de ces réservoirs. Le reste a déjà commencé à s'assécher.

Et cela ne devrait pas vous surprendre, parce que 5 des champs de pétroles d'Arabie Saoudite sont si vieux qu'ils ont été découverts entre 1940 et 1965 ! Si les Saoudiens mentent sur leurs réserves rien que pour stimuler leur part de marché, peut-être que vous vous posez la question suivante...

 

Y'a-t-il d'AUTRES mensonges
sur les réserves pétrolières ?

Qu'en est-il des autres membres de l'OPEP ? Nous mentent-ils aussi sur le total des réserves ?

Oui, absolument

Pétrole fantôme

En 1986, l'OPEP a décrété une nouvelle règle pour ses membres : on ne pouvait pas exporter plus de pétrole qu'il n'y en avait dans les réserves. Quelques semaines à peine après cette règle de quotas, quasiment tous les pays de l'OPEP avaient "étendu" leurs réserves pour pouvoir accumuler plus de revenus pétroliers dans leurs coffres.

Voilà le problème : ces pays avaient gonflé leurs réserves du jour au lendemain... sans qu'une seule découverte pétrolière ait été faite... et sans qu'on ait construit un seul nouveau puit ! C'est un scandale qui a déjà coûté des centaines de milliards de dollars sur le marché de l'énergie.

Bien entendu, on ne peut pas consommer de "pétrole fantôme". On ne peut pas non plus le cacher éternellement. Inutile de voir le monde se retrouver à court de pétrole pour que le désastre se produise. Et plus tôt on découvrira la vérité sur le "pétrole fantôme"... plus les véritables réserves de pétroles s'épuiseront rapidement... et plus la Panne Sèche arrivera vite

Le point de rupture 

Au cours de toute l'histoire de l'Age du Pétrole... qui a commencé en 1859... le monde a brûlé approximativement 950 milliards de barils de pétrole. Certains des géologues les plus respectés de la planète estiment que les réserves restantes se montent à 1 000 milliards de barils.

Cela peut sembler faire beaucoup de pétrole... sauf qu'il y a des chances pour que ces 1 000 milliards de barils représentent à peu près tout l'or noir qui nous reste -- jusqu'à la fin des temps. Vous vous rappelez de l'événement dévastateur dont je vous parlais au début de ce message ? Eh bien, nous y voilà.

Accrochez-vous, parce que ce n'est pas agréable à entendre :

Lorsqu'on fait la moyenne des dates de pic de production pour tous les grands pays producteurs de pétrole... y compris l'Arabie Saoudite et le reste de l'OPEP n'ayant pas encore atteint leur sommet... on obtient une estimation de sommet de production arrivée à la mi-2006 !!

Autrement dit, il se pourrait que le point de rupture soit dépassé depuis plus d'un an!

Voilà pourquoi je pense que nous verrons des changements radicaux dans le domaine de l'énergie et des matières premières d'ici avant la fin de la décennie

Et voilà pourquoi j'espère que vous n'attendrez pas pour agir -- parce qu'avec une telle estimation, vous devez vous préparer maintenant pour ce qui nous attend... tant qu'il en est encore temps !

Prenez par exemple le Dr. Kenneth Deffeyes, géophysicien et professeur à Princeton, qui travaillait avec Hubbert dans les années 50. Selon lui, le pic pétrolier mondial a été atteint il y a déjà quelques années.

A-t-il raison ? C'est possible. La courbe d'Hubbert prévoyait quelques années de production pétrolière stagnante, au plus haut du pic. Et depuis quelques années, selon le Professeur Deffeys, c'est bien ce qu'on constate.

Si le pic s'est déjà produit, la baisse des cours du pétrole que nous voyons actuellement n'est que temporaire. Et les investisseurs risquent de tout perdre... à moins d'être bien informés ; et c'est exactement pour ça que je suis là.  

C'est une occasion monumentale, il n'y a pas d'autre mot.  

Dès le moment où ces nouvelles données atteindront les médias... ce sera comme si une  bombe avait explosé sur les marchés. Dans la crise qui nous attend, les entreprises seront confrontées à des choix importants. Des milliers d'investisseurs perdront des milliards de dollars.

"150 $ le baril", selon deux sénateurs français

Une offre en déclin rapide et une demande grimpant en flèche... c'est la loi économique sous sa forme la plus pure.

Pierre Laffitte et Claude Saunier sont sénateurs ; ils sont également les auteurs d'un rapport présenté en juin 2006 à l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), sur le thème "Changement climatique et transition énergétique : dépasser la crise". Voilà ce qu'on pouvait y lire :

"... Le déséquilibre qui s'est amorcé en 2001 [...] est trop fort pour que l'on n'aboutisse pas, dans un futur plus proche qu'on ne l'imagine, à un choc pétrolier de grande ampleur.

"Il est difficile de conjecturer sur le déroulement de ce choc : accroissement progressif, montée par à-coups plus violents, ou hausse très brutale. Mais on peut raisonnablement penser qu'il portera le baril de pétrole rapidement à 100 $, puis à un niveau proche ou supérieur à 150 $ le baril"...

Nos deux sénateurs ont déjà vu la première partie de leurs prédictions se réaliser. La seconde ne tardera sans doute pas... parce que la crise géologique ne sera pas la seule pression s'exerçant sur le prix du pétrole et les matières premières.

Regardez la Chine, par exemple...

  • La Chine ne comptait que 700 000 voitures en 1993. Elle en a désormais 7 millions. Il n'y avait également que 15 millions de motos, à l'époque. A présent, il y en a plus de 100 millions !
  • La consommation énergétique de la Chine a déjà doublé ces 20 dernières années. Imaginez que la Chine commence à brûler du pétrole au même rythme que le Mexique ?
  • Pour l'instant, la Chine n'utilise que 1,7 barils de pétrole par habitant. Le Mexique en utilise 7. Si la Chine en arrivait au même rythme, la demande quotidienne totale de la Chine grimperait à 24 millions de barils par jour. C'est plus qu'aux Etats-Unis... et cela représenterait près de 30% de la demande de pétrole mondiale !
  • Au cours des 15 prochaines années, la Chine a l'intention d'importer le DOUBLE de la quantité de pétrole importée par les Etats-Unis. Le taux de croissance de la demande pétrolière chinoise représente déjà le double de celle du reste du monde.

Selon l'Agence Internationale de l'Energie, ces dernières années, la demande a augmenté à son rythme le plus rapide depuis 1980. En moyenne elle est de 88,1 millions de barils par jour dans le monde. Là-dessus, environ 20 millions de barils de demande proviennent des Etats-Unis. C'est un chiffre difficile à envisager.

Imaginez une piscine olympique. Videz-la. Remplissez-la de pétrole brut. A présent, refaites cette opération 9 727 fois. Tous les jours de l'année. Ca fait beaucoup de pétrole ! Et rappelez-vous qu'une fois consommé, il a disparu pour de bon...

 

D'accord... mais une énorme découverte ne pourrait-elle
pas se produire, et changer la donne ?

Absolument pas !

Quelles sont les chances de trouver un autre champ de pétrole de 90 milliards de barils ? Ou deux champs de 45 milliards de barils ? Proches de zéro. On pourrait se ruiner à en chercher -- en fait, ça a déjà été le cas de nombreuses compagnies pétrolières !

(Dans les années 50, par exemple, George W. Bush Senior a gagné des millions grâce à ses activités pétrolières au Texas. Au début des années 80, George Junior a dû quitter ses propres activités... après que chaque forage lancé se soit révélé désespérément sec !)

La dynamique a complètement changé. Pourquoi ?

Parce qu'il n'y a eu aucune découverte pétrolière majeure depuis plus de 20 ans !

Dans le monde entier, les découvertes pétrolières nettes ont plongé tous les 5 ans depuis 1980.
Certains des champs les plus grands ont désormais entre 30 et 100 ans... et ils commencent aussi à s'assécher !

Il y a eu 16 grandes découvertes pétrolières en 2000, huit en 2001, trois en 2002, AUCUNE en 2003 -- et à part un gisement de 5 à 8 milliards de barils potentiels découvert fin 2007 dans la baie de Santos, au Brésil, les chiffres actuels restent décevants. Dans le monde entier, le sommet des découvertes a été atteint dans les années 50. Dans les années 90, la moyenne était d'un sixième du total de l'époque... soit neuf milliards de barils par an !

Ce n'est presque rien, comparé à la demande mondiale de pétrole. Et même si l'on trouvait un autre Ghawar... cela ne ferait que retarder l'impact de moins de 24 mois.

Il faut se poser la question... S'il y a encore de l'énergie bon marché à découvrir, où est-elle ? La plupart des énergies alternatives (éolienne, hydrogène, solaire, hydraulique, etc.) présentent un potentiel parfois explosif -- et qui pourrait d'ailleurs vous rapporter des gains eux aussi substantiels, au passage -- mais elles sont trop longues à développer pour éviter totalement le choc pétrolier.

Il y a de meilleures réponses -- des réponses que je partagerai avec vous. Elles aideront quelques investisseurs avisés à faire des profits spectaculaires -- si vous savez quelles actions acheter, et le bon moment où vous positionner...  (..)


Sylvain Mathon
http://www.la-chronique-agora.com


____________________________________________________________________________________


Reçu ce courriel édifiant, d'une personne bien renseignée :


Bonjour Eva,

As tu lu l' article sur la crise du pétrole en entier  ?

Alors, cette crise signifie qu'il faut aussi freiner la consommation en "éliminant" les hommes qui consomment, pour assurer aux industries et aux élites de s'engraisser

Après le tremblement de terre en Chine, l'ouragan en Birmanie, il va falloir s'attaquer à l'Inde, grosse consommatrice aussi

Je te paries que de ce coté là, nous allons voir apparaitre un séisme, une tempête, un truc pour éliminer les populations trop nombreuses et gourmandes en énergie

Il y a des années, une personne haut placée dans la Franc-Maçonnerie m'avait dit que le problème de notre planète c'était la démographie, et qu'il allait falloir éliminer ce problème, sinon nous allions à notre perte

Donc, stérilisation, maladies, famines, séismes et tempêtes sont au service politique d'une démographie que la planète ne peut supporter, le Mexique aussi est un pays où la population trop importante et grand mangeur d'énergie !

C'est du cynisme peut être, mais je crois que malheureusement, nous en sommes là
Tout est possible, je crois que la leçon de tout ça, c'est qu'il faut s'attendre à tout !
Bisou à toi



A lire :


La bulle pétrolière, une arme de destruction massive
de la demande
http://www.marcfievet.com/article-19435389.htm

Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 06:03




















Re-bonjour

J'ajoute ceci à ma précédente publication, car je n'ai plus de place sur mon dernier post, or je voudrais partager avec vous cette analyse qui me semble utile pour la compréhension du monde où Sarkozy l' Américain nous entraîne, pour notre perte et la perte de l'identité française. 

Vous avez bien lu : La perte de notre identité française. Ce n'est pas rien, c'est terrible !

Donc, il faut se souvenir que Sarkozy était dans sa jeunesse membre, ou au moins sympathisant, je ne me souviens plus,  d'un groupe d'extrême-droite appelé : " Occident ".

Comme son nom l'indique, il prônait la supériorité - raciste, en quelque sorte - de l'Occident sur tout le reste.

L' Afghanistan : Les Russes qui en réalité sont les vrais vainqueurs de la guerre de 39-44, contrairement à un autre mythe voulant nous faire croire que les Américains étaient les "sauveurs", sont réputés pour leur opiniâtreté. Or, ils se sont embourbés en Afghanistan. En réalité, les Américains ne feront pas mieux, même avec l'aide du bataillon français symbolique ... d'un petit millier d'hommes. Cette guerre, outre qu'elle est coloniale, impérialiste, ne sera pas gagnée.

Et pourtant Sarkozy le cow-boy fanatiquement épris du modèle de vie américain, matérialiste, axé sur la réussite, l'opulence, la force, le clinquant - toutes valeurs d'ailleurs incompatibles avec la foi chrétienne dont se réclament nos voisins d' Outre-Atlantique -, tient absolument à impliquer nos troupes.

Il est clair que pour lui, ce pas a une grande valeur, symbolique : En l'accomplissant, Sarkozy se place délibérement dans une optique de défense des valeurs de l'Occident, aux côtés de l'homme le plus discrédité et le plus haï dans le monde : Georges Bush.

En faisant cela, le Président français prépare notre pays non seulement à intégrer l' OTAN dont les Français ne veulent pas, mais à promouvoir la fameuse guerre de civilisation chère à la bande d'illuminés néo-cons américains, maquillée en guerre contre le terrorisme. En d'autres termes, Sarkozy va impliquer les Français dans une intégration à une organisation militaire sous commandement américain dont ils ne veulent pas, mais pire encore, dans une guerre idéologique contre un ennemi fabriqué de toutes pièces (ne serait-ce que pour détourner l'attention des vrais problèmes) : islamique. En amalgamant, au passage, Islamisme et Islam, alors que presque tous les Musulmans sont parfaitement intégrés et opposés à des guerres de prestige, de colonisation, préventives, etc.

L'Iran ne veut pas la guerre, entouré de pays hostiles il cherche, au pire,  à se doter de  l'arme nucléaire comme simple instrument de dissuasion. On le comprend, c'est son Droit le plus absolu, et une nécessité vitale, face à ses voisins belliqueux et prêts à n'importe quoi pour s'emparer de  ses ressources ( c'est du vol ), et pour contrôler cette zone stratégique. De surcroît, l'OTAN souhaitera tôt ou tard, et probablement plutôt tôt que tard, s'en prendre à la Syrie, coupable de non-alignement. De quoi attiser la haine contre l' Occident, le terrorisme qu'on veut combattre... et même l'Islam que cette croisade judéo-chrétienne qui ne dit pas son nom (j'aimerais d'ailleurs connaître le rôle exact de ce Pape) souhaiterait pourtant, au fond, éradiquer.  

Autant dire que la Syrie, comme l'Irak laïcs, sombrerait dans le chaos, les guerres intestines entre confessions différentes, tribus différentes, etc - ce que recherchent certainement les décideurs du monde, heureux de dresser les habitants, les régions, les peuples, les uns contre les autres, pour mieux les affaiblir, les contrôler, les dominer.

L'heure est très grave : En envoyant des troupes en Afghanistan, en rapprochant la France contre son gré de l'OTAN, en réalité Sarkozy prépare notre entrée en guerre, au nom de la défense d'une certaine civilisation - occidentale. Notez d'ailleurs qu'il nous a en quelque sorte préparés, non avant les élections, hypocritement et avec la complicité de médias très coupables, mais en parlant de "civilisation", un mot important pour lui, et pour nous générateur de souffrances, de racisme, de colonialisme, de barbarie - oui, de barbarie, justement, le mon antynomique de civilisation.

Ainsi, on nous aura trompés sur toute la ligne : avant les élections, maintenant en nous cachant les motifs véritables et en nous entraînant contre notre gré dans des aventures lourdes de risques, et demain en nous faisant rentrer probablement dans une guerre nucléaire sinon mondiale - aux premières loges, derrière des capitaines infâmes, lourdement protégés dans leurs bunkers dorés.

Cet homme-là est très dangereux. Il trahit la France, sa spécificité, le général de Gaulle dont il ose se réclamer, il agit en parvenu qui se croit tout, absolument tout, permis, comme si notre pays était sa propriété - même de nous entraîner dans les plus effroyables aventures, contraires à notre volonté d'indépendance et à nos traditions. La France a une Histoire, des valeurs, une vocation, totalement contraires à l'aventurisme du nouveau Président : Il n'a rien compris à notre mentalité, à notre génie propre. Et il piétine nos aspirations.

Il faut empêcher cet homme de nuire à nos intérêts en prétendant les incarner, alors qu'il n'est qu'un homme de mains des néocons au pouvoir, américains, anglo-saxons, israéliens, français. Nous ne voulons pas être un simple rouage de la machine de guerre américaine, nous ne voulons pas mener la guerre de l' Occident judéo-chrétien contre les Musulmans.

Il est urgent d' exiger la destitution de Sarkozy avant que le point de non-retour ne soit atteint, avant que nous ayons mis le pied dans un engrenage qui nous emportera tous.

J'ai improvisé  ce papier en quelques minutes,  à la suite de l'autre publication,  sans lien, sans rien. Seulement parce que j'éprouvais le besoin  de partager avec mes lecteurs, de plus en plus nombreux, ce que je ressentais - comme d'habitude prophétiquement, pardonnez-moi cette expression, elle convient en effet. Mon tort aura été souvent d'avoir raison trop tôt. Comme lorsque je mettais en garde tout le monde AVANT les élections sur la personnalité de Sarkozy, et son atlantisme outrancier.

Bonne journée,

Eva

A noter, trois néocons français à l' OTAN : Sarkozy, Kouchner, Lévy.  Pas au service de la France !

MEDIAS, la honte, suite (voir mon blog désinformation...)
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

Au journal de 2O h sur FR2, hier, seulement un court mot anodin de Pujadas sur le sommet de l'OTAN, glissé, pardon, perdu, au milieu d'annonces sans importance. Et tenez-vous bien, Calvi, dans son C dans l'Air, nous a entretenus du terreau du terrorisme, l'islamisme - au lieu de nous parler des changements vitaux qui se préparent en matière de politique étrangère ! Sans doute perfidement, machiavéliquement, pour nous amener à la croisade de l'Occident contre les nouveaux ennemis qu'Il s'invente après les communistes.... et qu'Israël ne cesse d'appeler de ses voeux, pour protéger son territoire en faisant le vide autour de lui. Effrayant retournement de l'Histoire pour ceux qui ont tant souffert et qui s'apprêtent, aujourd'hui, à exterminer ceux qui les gênent, comme les Nazis avant eux. Alors que leurs propres citoyens aspirent pour beaucoup à la paix, et plongent dans la misère.

Ainsi, là comme ailleurs, les dirigeants ne représentent jamais les aspirations de leurs peuples. Les équipées guerrières coûtent fort cher, et rapportent beaucoup aux industriels de l'Armement ! Qu'on remerciera d'ailleurs en leur offrant sur un plateau d'argent les Médias, des mandats électifs, des  fortunes immorales, et même des rues à leur nom. Au lieu de les traduire devant un Tribunal pour crimes contre l' humanité !

Eva

http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/04/02/la-lettre-de-sarkozy-aux-leaders-de-l-otan.html


reçu d'une mère :


Ma fille vient de m'appeler, elle se trouve dans un immense centre commercial du coté de Croissy sur Marne
L'armée y a installé un stand pour recruter des volontaires pour l'Afganistan
J'invite à écrire au procureur !
Bisou à toi
 Arthénice


TV  -  Ce soir ou jamais, 3.4.8. Sujet Afghanistan, pas un mot sur le renversement de la politique étrangère française. Tous les invités sont du même bord, à part une comédienne qui a vécu sur place.  Désinformation, toujours ! La honte..


L'idéologie extrême-droitière de l'Union européenne !

Très pertinente interview d?Emmanuel Todd pour qui « le renforcement des troupes françaises en Afghanistan est une erreur diplomatique et stratégique, et...

suite cliquez ici
________________________________________________________________________________________

Sarkozy est surtout proche d'anciens d'Occident comme Devedjian ou le relativement discret de nos jours Alain Madelin. Il n'a pas lui même été membre de ce groupuscule fascisant, adepte du matraquage de gauchistes et d'actions musclées dans la vieille tradition d'Assas. On retrouve cette fascination dans son rejet de tout ce qu'il assimile à Mai 68 ainsi que l'adoration vers une Amérique mythifiée rempart contre le péril bolchévique. Cette fascination qui le pousse à rejoindre la campagne de contre l"'Axe du Mal, agrégat de gens poursuivant chacun leur but mais qui est toujours de favoriser Israel. Lieu de retour du Messie pour les nouveaux cons, euh, néo cons. Quand aux anciens d'Occident c'est leur vieux rêve d'une Europe blanche et chrétienne qui se manifeste refusant ce qu'ils voient comme une "islamisation" de l'Europe, sans parler de leur refus naturel de laicité.
Je vais mettre ce blog en lien sur le mien.

En commentaire sur mon blog. Merci à Rébus ( http://sarkobasta.over-blog.com/ )


_________________________________________________________________________________________


Affaire slovène, l'Europe dirigée par les USA 

 (voir précédente parution)
Réponse d'un traducteur des balkans :

 

Bonjour à tous, (M.Collon, et moi-même)
 
Malheureursement je ne maitrise pas la langue slovène pour pouvoir la traduire car elle est assez éloignée du serbo-croate.
Par contre j'ai eu aussi des échos de ce scandale des directives américaines sur l'Europe par le biais de la présidence slovène, ce qui prouve à quel point l'Europe est inféodé aux USA.
 
Amitiés.

JE  CHERCHE UN TRADUCTEUR SLOVENE pour ce document prouvant que l'Europe est inféodée aux USA (Eva)
 
----- Original Message -----
From: Michel Collon
To: eva..
Sent: April 02, 2008
Subject: Re: A mon avis, affaire à creuser : Un joli scandale dont on n'a pas parlé... EU et Europe- SCOOP SLOVENE (message que j'ai envoyé à M. Collon)

En effet, il serait bien de pouvoir trouver quelqu’un qui traduirait l’article slovène !

Je transmets ceci à un ami spécialiste des balkans.

Merci, Eva!

Michel (COLLON)





_________________________________________________________________________________________

yahoo.com
LE SOMMET DE L'OTAN À BUCAREST FERA DATE ...



Roland Dumas : La fin de la voix de la France, du Gaulisme, bientôt le terrorisme ici aussi !

http://lesogres.info/article.php3?id_article=3895


Roland Dumas : "J’alerte les Français !"

Propos recueillis par Thomas de Rochechouart,

3.4.8

Alors que s’ouvre le sommet de l’Otan, Roland Dumas dénonce « l’alignement » de la France sur Washington : « La responsabilité du gouvernement sera immense devant l’histoire », redoute-t-il.

FRANCE-SOIR. Que pensez-vous du rapprochement France - Etats-Unis à l’occasion du sommet de Bucarest ?

Roland Dumas. L’annonce à grand fracas de ce sommet laisse penser que nous sommes sur la voie d’un alignement avec les Etats-Unis. C’est un changement cardinal de la politique étrangère française depuis le général de Gaulle. Tous les présidents successifs avaient veillé jusqu’à présent à ne pas modifier notre politique. Ainsi, durant la guerre du Golfe, j’ai assisté à des entretiens entre François Mitterrand et George Bush père, où le président avait insisté sur la nécessité pour la France de garder son autonomie. C’est lui-même qui a donné l’ordre aux soldats français d’attaquer au Koweït. Cela ne sera plus possible. C’est la mort du gaullisme.

Pourquoi ?

Si, comme on l’annonce, la France va rejoindre le commandement intégré de l’Otan, elle va perdre son autonomie d’action, à l’image de la Grande-Bretagne. Elle sera un partenaire de l’Alliance, assigné à telle ou telle mission, et elle devra s’y plier. Sa voix n’existera plus. Ce que la France a fait en 2003, lors du déclenchement de la guerre en Irak, ne sera plus possible. En vertu des accords, elle n’aura plus la faculté d’adopter une autre position que celle de l’alignement.

Quelles sont les contreparties pour la France ?

Celle de bénéficier de ce qui se prépare actuellement : une réorganisation de l’ordre mondial autour des Etats-Unis. Un processus dangereux qui se fera au détriment de l’Europe. A partir du moment où l’on s’inscrit dans un contexte atlantiste, à quoi bon une défense européenne ? A ce titre, il faut noter les propos ce matin (hier, NDLR) du président Bush qui a vanté chaudement la position défendue par Nicolas Sarkozy, la semaine dernière à Londres, de se rapprocher de la Grande-Bretagne. Si l’on se réfère au proverbe « dis-moi qui t’encense, je te dirai qui tu es », c’est signé.

Pourtant, une majorité de Français semble hostile à cette politique...

Les Français sont des gens prudents et sensés. Ils se demandent quel est notre intérêt à aller se battre en Afghanistan. Le général de Gaulle avait fondé sa politique sur un principe : « La France ne doit pas se laisser entraîner dans un conflit qui ne la concerne pas. » D’autant que durant le débat à l’Assemblée, aucune réponse n’a été donnée aux questions essentielles : combien de renforts ? Quelle mission : organiser la circulation des routes ou participer aux combats dans les montagnes ? Et surtout : quels objectifs ?

Craignez-vous que la France ne soit désormais la cible du terrorisme ?

C’est la question que l’on doit se poser. Nous avons réussi jusqu’à présent à ne pas être mêlés au terrorisme qui a touché la Grande-Bretagne ou l’Espagne. En allant jouer les gendarmes dans cette région tourmentée, difficile, le risque est très grand de devenir la cible des attentats.

La décision du gouvernement sera lourde de conséquences ?

C’est une décision totalement irresponsable. Et la responsabilité du gouvernement sera immense devant l’histoire. C’est pourquoi je veux alerter aujourd’hui les Français. Qu’ils sollicitent leurs parlementaires, qu’ils fassent pression sur eux et leur demandent pourquoi nous envoyons des renforts. Il faut que le débat public s’ouvre sur ce sujet grave.

Edition France Soir du jeudi 3 avril 2008 n°19762 page 4

Le président français vient lui-même d’annoncer que son pays enverra plutôt 700 soldats



________________________________________________________________________________________


A l'instant, je trouve ceci, sur un excellent "media" http://marcfievet.com
( l'Aviseur International ),
qui éclairera notre lanterne.


Afghanistan : Pour Fillon, une " guerre juste ", au service des Etats-Unis !

Les renforts français en Afghanistan devraient être de "quelques centaines de soldats supplémentaires", a annoncé, mardi 1er avril, le premier ministre, François Fillon, devant l'Assemblée nationale. "Les modalités de cet effort ne sont pas encore arrêtées. (...)

Le retrait des forces françaises d'Afghanistan "serait le signe que nous n'assumons plus nos responsabilités vis-à-vis de l'ONU et que nous rompons la solidarité qui nous unit à nos plus fidèles alliés", a expliqué M. Fillon. "Cette paix pour l'Afghanistan conditionne largement une part de notre sécurité, et donc de notre liberté. C'est un combat difficile, mais c'est un combat qui est juste", a souligné le chef du gouvernement.

Il faut retenir de ce triste discours:

-que M.Fillon, Premier ministre, ne connaît pas le nombre de soldats français qui seront envoyés en renfort. Bref, à la veille du sommet de l'OTAN à Bucarest, il n'est pas vraiment au courant, ou il a honte.

-que la France ne peut prendre le risque "de rompre avec ses plus fidèles alliés" américains. Il faut comprendre "avec ses maîtres les plus attentifs" à ce qu'une Europe indépendante ne voit jamais le jour.

-"cette paix pour l'Afghanistan", il faut comprendre "cette guerre contre le peuple afghan".

-"c'est un combat qui est juste": pour qui? pour quoi? Aucune explication, et pour cause !


inv Afghanistan: pour Fillon,

Fillon est l'exemple parfait du politicien servile, prêt à tout et surtout au pire. Après avoir servi de giton à son défunt maître Joël Le Theule dans la Sarthe, cet homme sans convictions et sans idées, mais avec une ambition, après avoir beaucoup rampé et s'être beaucoup renié pour avancer, est devenu le valet zélé de la politique nauséeuse du nabot élyséen. Belle carrière! Félicitations François! Un Premier ministre à la mesure dela France...
http://toutsaufsarkozy

_______________________________________________________________________________________

D'après un sondage BVA publié aujourd'hui dans Sud-Ouest, plus de deux Français sur trois (68 %) sont opposés à l'envoi de renforts français en Afghanistan.
________________________________________________________________________________________



FILLON, MENTEUR DE PROFESSION:


"La France n'a rien payé" au Tchad, assure François Fillon le 1er avril.


"Il est hors de question que le contribuable français paie six millions d'euros pour des erreurs que la France n'a pas commises", déclare le Premier ministre, au lendemain de la libération d'Eric Breteau et de cinq autres membres de l'association, condamnés en décembre dernier à N'Djamena à huit ans de travaux forcés pour tentative d'enlèvement de 103 enfants.

Le 2 avril:
Selon un courrier du gouvernement tchadien en date du 28 décembre 2007, que Le Figaro s'est procuré, Paris se serait engagé à garantir le paiement des 6,3 millions d'euros aux parties civiles tchadiennes.

//www.lefigaro.fr/assets/photo/scan_zoe.jpg

Notre article:

http://www.toutsaufsarkozy.com/cgi-bin/cogit_content/coranto.cgi?session=ctadcudaitSaBjqYVk&x=78&action=modify-edit&nid=EkpyAZZFFkVmVmpLBj

 
Notes :

Quand Sarkozy voulait se retirer d'Afghanistan, le 26 avril 2007, ce n'est pas vieux !


http://www.lepost.fr/video/2008/04/01/1175560_afghanistan-quand-sarkozy-jugeait-la-presence-militaire-francaise-

pas-decisive.html



Afghanistan : «Notre pays devient le petit soldat de l'Amérique»


Interview de Nicolas Dupont-Aignan,

député indépendant,
à l’occasion du débat parlementaire, le mardi 1er avril, sur l’engagement militaire de la France en Afghanistan.


Nicolas Sarkozy souhaite renforcer la présence militaire française en Afghanistan. Y êtes-vous favorable?


Non, l'Afghanistan est un bourbier militaire. Tous les chefs d'Etat-major étrangers s'accordent à dire que la manière dont les Etats-Unis mènent la guerre conduit à l'échec. Et fait le jeu des talibans. Nicolas Sarkozy ne peut pas ne pas le savoir. Il s'agit donc d'une décision politique dont le seul objectif est de donner des gages aux Etats-Unis avant le sommet de l'Otan de Bucarest. Il s'agit d'un contre-sens historique majeur qui rompt avec 50 ans de politique étrangère indépendante de la France. Notre pays devient le petit soldat de l'Amérique. L'Allemagne, plus sage, refuse, elle, cette aventure militaire qui nous mène au casse-pipe. Nous avons besoin au contraire d'une politique de défense européenne indépendante dans un monde qui devient multipolaire. Il nous faut nous détacher de l'Otan, renforcer nos relations avec la Russie et éviter le choc des civilisations.


Il existe une réelle présence de réseaux terroristes en Afghanistan. Que préconisez-vous donc pour les combattre ?


Il faut un mini-plan Marshall pour l'Afghanistan et non pas une armée d'occupation. Des crédits sont nécesssaires pour assurer le développement. Sur le plan militaire, il faut une armée beaucoup plus en liaison avec la population et qui cesse de soutenir les seigneurs de la guerre. De surcroît, la situation aujourd'hui se joue davantage au Pakistan qu'en Afghanistan. Les Etats-Unis, trop occupés en Irak, ont échoué à aller jusqu'au bout de la mission que leur a confiée l'ONU: remettre sur pied l'Afghanistan.


Cela signifie-t-il que vous êtes favorable à un désengagement définitif de l'armée française?


Non, il faut trouver un juste milieu et organiser une conférence internationale. Mais, en tous les cas, ne prenons pas d'initiative avant de savoir qui sera le prochain président américain. Nicolas Sarkozy doit cesser de s'aligner sur les positions de monsieur Bush.



'Le Président n'est que l'incarnation de la dissolution' de l'Etat"


Invité de l’émission Sous les pavés, La télé libre le 3 mars 2008 , Jacques Attali a confirmé ce que les souverainistes ne cessent de déplorer en particulier depuis Maastricht : le Pouvoir n'a plus le pouvoir : "Sur la fonction [de Président de la République]qui s’abîme, c’est évident. Elle s’abîme institutionnellement. Si vous regardez le président actuel, il a perdu au moins six des pouvoirs deFrançois Mitterrand : Il n’y a plus la monnaie, donc la dévaluation ça n’existe plus. Il n’y a plus les nationalisations, il n’y a plus la politique industrielle. La globalisation fait que tout le monde est maître de ce qui se passe en France. La décentralisation a fait perdre l’essentiel des pouvoirs de la France. L’UnionSoviétique ayant disparu, le grand pouvoir de thaumaturge du Présidentde la République qui était le droit de vie ou de mort [via la bombeatomique] a disparu, et enfin la construction européenne." Et l'ancien conseiller de François Mitterrand, auteur des "316 propositions" commandées par le Président Sarkozy, de conclure : "Progressivement,l’État s’est dissous dans la réalité de la globalisation.

Le Président n’est que l’incarnation de cette dissolution, quel qu’il soit." Jean-Yves Crevel (Decapactu) s'interroge : Pourquoidans ces conditions, réunir une commission de 43 "experts", si c’estpour conseiller quelqu’un qui n’a plus aucun pouvoir ? Pourquoi intimer à ce même Président - réduit à l’impuissance - de mettre enœuvre l’ensemble de ces "propositions" dont la ligne directriceconsiste à faire disparaître les spécificités françaises pour en faireune société anglo-saxonne de plus ? Commentprétendre que ces propositions pourraient avoir le moindre impact surla croissance si celui qui devrait les mettre en œuvre ne serait qu’unectoplasme " incarnation de cette dissolution", démuni de tout réel pouvoir ? Et d'esquisser la réponse suivante :

Pour duper les Français par la mise en scène du pouvoir factice et, parallèlement, contribuer - modestement ou non - à accélérer la dissolution précitée
.




_________________________________________________________________________________________




Sarkozy :  " ce serait une tragédie humaine, si je ne pouvais ramener, au moins, le corps de la milliardaire  Ingrid betancourt " !



Le  nabot continue à amuser la galerie avec l'affaire de la pauvre milliardaire colombo-française Ingrid Bétancourt. Un sujet inusable pour détourner l'attention des Français. "Une véritable tragédie humaine" on vous dit! A voir et à entendre le gouverneur s'agiter sur ses talonnettes, Uribe, les Farc et la CIA sont pliés en deux de rire. Ils vont bien finir par nous restituer les restes! Bon appétit les media (et en particulier Paris-Match)!


Voir la dernière intervention désopilante de Sarko:

http://www.lemonde.fr/web/video/0,47-0@2-3222,54-1029896,0.html



Notre article du 29 février 2008:
Il faut bien que quelqu'un le dise...alors: Ingrid Betancourt nous fait chier, et Sarkozy encore plus!


De plus en plus de Français pensent que l'on devrait balancer Sarkozy au dessus de la forêt colombienne sans parachute et nous lâcher un peu la grappe avec la milliardaire colombienne Bétancourt dont on ne voit pas très bien le rapport avec l'état de la France et les préoccupations réelles de ses habitants. Depuis des mois maintenant, une véritable entreprise de sidération et d'abêtissement compassionnel des populations se poursuit au travers des grands media, en particulier télévisuels. Dans quel but? En quoi cette triste affaire concerne-t-elle l'Etat français? N'est-ce-pas curieux à l'heure où des centaines de femmes, d'hommes et d'enfants meurent sous les bombes et les balles d'Israël et des Etats-Unis?


Il s'agit simplement d'une nouvelle manifestation, mais qui dépasse cette fois toute mesure, de cette "démocratie compassionnelle" développée sans relâche pour faire oublier à nos concitoyens les problèmes qui les préoccupent réellement, d'une manière quasi scientifique de détourner le plus longtemps possible leur attention sur un sujet en réalité parfaitement anecdotique. Comme "Survivre avec les loups", il s'agit d'une véritable escroquerie aux "bons sentiments" par "lacrymalisation", ou "vaporisation" comme le dirait, avec compassion Rama Yade-Ben Zimet (à propos des SDF)...


Nous souhaitons donc que le nabot parte effectivement en Colombie à la recherche de cette milliardaire colombienne sub-claquante, et qu'il y reste définitivement par les bons soins du camarade Manuel Marulanda Velez, qui, comme chacun le sait, est aussi un peu canibale!


"Alors que quatre nouveaux otages des Farc ont été libérés mercredi , la France intensifie ses efforts pour obtenir la libération d'Ingrid Betancourt. Le Président français, en visite officielle en Afrique du Sud, a réagi aux nouveaux témoignages alarmants sur l'état de santé d'Ingrid Betancourt , otage des Farc depuis plus de 6 ans dans la jungle colombienne.


"J'appelle les Farc à libérer sans délai Ingrid Betancourt, c'est une question de vie ou de mort. C'est une question d'urgence humanitaire. Je suis prêt à aller moi-même chercher Ingrid Betancourt à la frontière entre le Venezuela et la Colombie, si ça devait être une condition. La France reste mobilisée jusqu'à la sortie du dernier otage, je m'y engage. Il faut qu'on arrive à la faire libérer", a insisté le chef de l'État.
___________________
A lire absolument:
"L'homme compassionnel" de Myriam Revault d'Allonnes aux éditions du Seuil, 10€ seulement.

*******************************************************************

Notes : Voir aussi notre article du 6 mars 2008:
Comment la Dgse, avec ou sans l'aval du nabot, a sacrifié Betancourt pour monter une provocation contre le président Hugo Chavez.


Vous trouverez ci-dessous un article fort intéressant de Danielle Beltraich qui apporte un éclairage assez juste sur cette affaire (puisqu'elle est en rapport avec des proches du président Chavez).
En réalité, selon nos propres sources, ce sont bien les services américains qui ont localisé précisément Reyes, mais sur la base d'une information donnée par un membre de la Dgse délégué auprès de l'équipe spéciale mise en place par le président Chavez. Celui-ci connaît parfaitement les accointances américaines de Sarkozy mais a crû, avec hélas une certaine naïveté, que la volonté du nabot de réussir un coup purement politicien à usage interne, en ramenant, "triomphalement", la milliardaire colombienne, lui ferait oublier qu'il a été commandité pour servir avant tout les intérêts de l'empire. Les gens de Sarkozy sur place sont là prioritairement pour faire tomber Chavez dans le piège d'une réaction militaire provoquée contre la Colombie. Or, attaquer la Colombie, c'est attaquer les Etats-Unis, avec les conséquences que l'on imagine pour le régime d'Hugo Chavez. A l'heure qu'il est, Bétancourt est très probablement morte.
VL
_______________________

Il est clair que la Colombie et les Etats Unis ont beaucoup de mal à expliquer qu’il y aurait connivence entre Chavez , Correa et les FARC pour pratiquer le terrorisme international. D’abord parce que d’autres pays étaient impliqués non seulement la France mais, les Espagnols et les Suisses. Nous allons voir jusqu’à quel point. Et d’autre part la thèse de la lutte contre le terrorisme international, qui justifierait tout de la part des Etats-Unis, a du mal à passer dans le continent d'Amérique latine. Ce sous continent ne cesse de subir le terrorisme d’Etat des Etats-Unis, qui soit directement, soit par le biais d’hommes de main qu’ils protègent comme Poasada Carriles, assassinent des hommes d’Etat, destabilisent des gouvernements élus et installent des assassins formés à leur école.


Il faut bien mesurer que ce qui s’est passé en Equateur a soulevé l’indignation générale .En France, les média aux ordres ont bien tenté de faire porter le chapeau de la crise andine à Chavez, aux FARC ou à tout autre victime (1) mais de toute la planète est venue la réprobation. Les Etats-Unis paraissent bien isolés avec leurs alliés criminels et voyous .


Notre presse servile tente encore de nous cacher ce qui paraît de plus en plus évident: il y avait des négociateurs français à proximité de Reyes, ils préparaient la venue de Sarkozy....
la suite
:


Sarkozy: "Ce serait une tragédie humaine si je ne pouvais ramener, au moins, le corps de la milliardaire Bétancourt!"


http://www.marcfievet.com/article-18401760.html


________________________________________________________________________________________


Non à la sanction politique qui frappe Bruno Guigue !

Le gouvernement a limogé brutalement un sous-préfet, M. Bruno Guigue, coupable à ses yeux d’avoir écrit quelques vérités sur l’occupation des territoires palestiniens par Israël. Ce faisant, il n’aurait pas respecté le "devoir de réserve", a indiqué à la presse Madame Alliot-Marie.

L’intéressé ne s’est pourtant pas exprimé en sa qualité de sous-préfet, il n’a livré aucun secret professionnel, il n’a pas mis en cause la sécurité de l’Etat. Il a écrit, en tant qu’analyste et écrivain, un papier sur le site « oumma.com » en réaction à un article paru dans « Le Monde » dans lequel les auteurs condamnaient violemment l’ONU accusée par eux de mettre en cause, ni plus ni moins, les droits de l’homme. Dans sa démonstration, M. Guigue a « osé » parler d’un aspect du vrai visage de l’occupation israélienne. Les réalités dénoncées par Bruno Guigue sont des faits établis, connus de tous. (NB Eva, confirmé par un témoin de ces atrocités, qui m'a écrit, voir commentaires ajoutés récemment)

« L’obligation de réserve » invoquée pour le limoger sur le champ est en outre un concept à géométrie particulièrement variable. Régulièrement en effet des hauts fonctionnaires expriment des opinions politiques sur Israël sans pour autant être l’objet de sanctions. Mais toute la différence tient en ce que leurs propos viennent en soutien à des actions de cet Etat pourtant tenues hors la légalité internationale.

Monsieur Bruno Guigue est donc l’objet d’une décision clairement politique.

Et au travers le cas du sous-préfet de Saintes,

le gouvernement souhaite aussi faire un exemple destiné à intimider l’ensemble de la fonction publique.

Aujourd’hui, c’est la situation de Bruno Guigue qui est en jeu mais c’est aussi l’avenir de tous qui se joue. Ne pas réagir, nous ferait assumer la responsabilité de jours encore plus sombres demain.

C’est pourquoi nous exprimons notre solidarité à Bruno Guigue, nous saluons son courage, et nous nous élevons contre la sanction prise à son encontre car elle est de nature politique tandis que ses propos sont salutaires. C’est pour nous une façon d’exiger qu’en la matière, comme en d’autres, il ne saurait y avoir en aucun cas de politique dite du "deux poids, deux mesures".


Pour signer la pétition :
Pétition de soutien à Bruno Guigue
http://www.verites.org/article-18374478.html

Eva : c'est moi qui ai souligné en bleu.

________________________________________________________________________________________

A lire aussi :
Discrédit sur la fonction présidentielle :
http://www.verites.org/article-18373185.html


08:12 From: simonnns

Un bêtisier sur les chats


F U N  !


__________________________________________________________________________________________ 

 

C O M M E N T A I R E S    :    I C I
 

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 19:35




. Arab Summit 2007 Riyad

Bonjour chers lecteurs, 

Il ne fait pas bon être non-aligné, aujourd'hui ! Nos pseudo démocraties pro-occidentales font tout pour "normaliser"  les récalcitrants, quitte à tenter de faire assassiner leurs dirigeants (cas, encore récemment, de Chavez, lors du dernier vote,  ou de Poutine sur la Place Rouge), quitte à essayer de saboter par tous les moyens ces pays qui tentent d'échapper à l'alignement sur les diktats de Washington ! On infiltre des agents, on fomente de l'intérieur des révoltes - notamment par l'intermédiaire des étudiants, plus maléables, ou encore par le truchement de pseudo-ONG, soi-disant installées pour veiller au respect des Droits de l'homme et qui en réalité, en sous-mains, ne songent qu'à destabiliser de l'intérieur le gouvernement indépendant...

C'est précisément ce qui se passe actuellement au Tibet, dont la superficie représente presque le tiers de celle de la Chine, et qui sans doute récèle des trésors dans ses sous-sols ! Peu peuplé, mais situé à un endroit stratégique pour Washington et ses "démocrates" alliés, le Tibet représente un enjeu décisif  pour l'encerclement de la Chine et la "normalisation" de la région au service des seuls intérêts de la clique pro-américaine.  Et quand je dis clique, c'est volontairement : car les peuples ne profitent jamais de tous ces arrangements ! Les seuls bénéficiaires sont les dirigeants, et leus copains-coquins peu soucieux de l'intérêt des populations qu'ils prétendent représenter  !

La Pensée Unique, soigneusement distillée insidieusement dans les médias totalitaires Français, nous incline à penser que le Venezuela, la Chine, la Russie, la Serbie, la Syrie, sont des Etats qui menacent  la démocratie, l'ordre du monde, et même la paix.   Alors que le Kosovo, le Tibet, le Pakistan,  ou encore la Georgie et l'Ukraine, seraient des parangons de démocratie - parce qu'inféodés à la maison Blanche. En réalité, dans ces Etats, les dirigeants sont de simples marrionnettes au service des intérêts de la Clique mondiale occidentale.


Or, aujourd'hui il faut rentrer dans le rang... ou vivre le pire : La contestation, sinon la destabilisation et même la guerre. 



http://aipas.over-blog.org
La présence américaine dans le monde
 

  
 
Le Kosovo est l'un des Etats les plus mafieux du monde, son dirigeant actuel a fait partie de l'UCK, classée organisation terroriste jusqu'à ce qu'on s'aperçoive qu'elle pouvait collaborer avec l' Occident et, une fois l'indépendance obtenue, servir avec reconnaissance ses intérêts; la Georgie a à sa tête un homme fort prétenduement démocrate, mais qui en réalité travaille en liaison directe avec la Maison Blanche; Israël est, avec les Etats-Unis, le plus grand Etat terroriste du monde; l'Arabie saoudite est un pays dirigé par une féodalité en plein obscurantisme, mais qui, pour asseoir et consolider son pouvoir anti-démocratique, se soumet à Washington et gagne ainsi le droit de figurer dans la Cour des "Grands";  le Tibet, quant à lui, est un ancien Etat féodal à structure socio-politique théocratique, "gagné" à la démocratie pour perpétuer son pouvoir inique.
 
Je reviens un instant sur le conflit tibétain. L' Etat qui fait aujourd'hui la "Une" des Médias occidentaux, était il y a peu une entité féodale, aux mains d'une caste de moines et de nobles tibétains locaux, pratiquant le servage avec une cruauté rare : Serfs  représentant 95 % de la population, opprimés, exploités, sans aucun droit humain, régulièrement soumis aux pires châtiments (yeux arrachés, organes coupés, noyades etc). Et c'est pour échapper à  la Démocratie, précisément, que le chef de cette féodalité brutale, le Dalaï-Lama, a déclenché une rébellion armée en 1959 et choisi l'exil après son échec. Et c'est cet homme-là que  les médias nous présentent aujourd'hui comme un démocrate et un homme de paix. Quelle imposture ! Pour le Tibet, il s'agit simplement de défendre les moines et les nobles propriétaires. Le choix de la démocratie n'est que le moyen de perpétuer la domination du pays par une caste de privilégiés.
 
Pourtant, c'est le Tibet que l'Occident, et ses valets les Médias, défend aujourd'hui. Comme naguère Mme Bhutto, au service d'un Pakistan.... aux ordres de Washington. Et qui a payé de sa vie le prix de sa soumission à l' Ogre américain.
 
La Yougoslavie était un Etat fort, uni, socialiste. Les "démocrates" occidentaux ne veulent ni d'un régime socialiste privilégiant les intérêts de masse, ni d'un Etat fort, homogène. Ils ont donc fomenté les événements qui ont conduit à l'éclatement d'une Entité jugée inamicale pour eux, trop indépendante. Comme ils ont conduit à la sécession l'Ukraine et la Georgie pour affaiblir la Russie. Comme ils se servent désormais de la Colombie pour propager la terreur contre les peuples latino-américains. Commme ils tentent de déstabiliser la Russie, aujourd'hui, ou la Chine, en grignotant leur territoire - et leur puissance.
 
Et c'est ainsi, également, que la mafia occidentale ennemie des peuples, tente de discréditer, puis d'encercler, de contourner, d'isoler, et de déstabiliser la Syrie, état laïc, indépendant, et ... ami des résistants Palestiniens et Libanais à l'oppression.
 
Le contournement, l'encerclement, la division des peuples, la déstabilisation, sont quelques-unes des stratégies employées par l'Occident pour "normaliser" les dernières régions indépendantes, les soumettre à sa Puissance totalitaire, prédatrice et inique. Bref, pour dominer, encore et toujours.

Et la stratégie de contournement est si à la mode aujourd'hui, que le candidat Républicain John Mc Cain propose tout simplement de mettre en place une Ligue des Démocraties pour contourner, et même supplanter, l' ONU. Pas moins !

 http://aipas.over-blog.org   

Le destroyer Ross et le croiseur Philippine Sea ont remplacé l'USS Cole au large du Liban 

Les moines tibétains ne sont pas seulement de doux religieux, les Américains ne sont pas les bons génies de la planète qu'ils prétendent être, ni les Israéliens une entité morale parfaite, ni les Français à l'ère du tandem Sarkozy-Kouchner les démocrates irréprochables ou les grands humanitaires qu'ils s'évertuent à défendre en paroles.
 
Derrière le décor idyllique représenté par les Médias esclaves, se cachent des réalités très inquiétantes. Pour le choix des peuples, pour l'équilibre du monde, pour l'avenir de la paix.

Votre Eva

Je vous joins 2 articles décisifs pour la compréhension des événements, peu connus :

L'un sur la Syrie, sur le blog de géopolitique Aipas,
http://aipas.over-blog.org

l'autre sur le Tibet féodal, sur les blogs http://michelcollon.info   et http://eldiablo.over-blog.org


CONTRE-INFOS  à lire : voir commentaires, en bas de cette publication, dont Tibet et CIA



J'ai envoyé un papier sur Juifs, Israéliens, Sionistes : la foire d'empoigne,

sur le blog que je viens juste de créer

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/


sur le site national de l'Afps une pétition pour la levée immédiate du blocus de Gaza :
http://www.france-palestine.org/article8434.html.



Dernière mn :

REARMEMENT  NUCLEAIRE,

voir les commentaires, faute de place.

APPEL....




______________________________________________________________________________________


Syrie-Sommet arabe: Le contournement du dernier récalcitrant arabe


L’éternel trouble fête de la politique arabe fait l’objet d’une manoeuvre de contournement de la part des grands pays arabes en vue de provoquer sinon l’effondrement du régime baasiste, à tout le moins à le forcer à rompre avec son allié iranien et à annoncer sa reddition au nouvel ordre américain que les Etats-Unis et leurs grands alliés régionaux, l’Arabie saoudite et l’Egypte, tentent vainement d‘instaurer au Moyen-Orient depuis le début de la présidence de George Bush il y a huit ans.



Unique pays se réclamant de la laïcité dans le Monde arabe, mais partenaire stratégique de l’Iran, l’unique régime théocratique se réclamant du chiisme, la branche rivale du sunnisme, segment dominant dans les pays arabes, la Syrie est simultanément et cumulativement accusée d’être un foyer du terrorisme international, un pivot de l’axe du mal, le phagocytaire du Liban et de la Palestine, le fossoyeur du leadership libanais. En un mot le grand perturbateur d’une paisible et riante zone par excellence: le Moyen-Orient. Une thèse relayée sans retenue et avec une belle unanimité par les grands médias occidentaux tant dans la presse audiovisuelle que dans la presse écrite, tant par les intellectuels médiatiques que par les scribouillards besogneux.

Pointée du doigt pour sa responsabilité présumée mais non avérée dans l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, la Syrie est mise en quarantaine diplomatique par les Etats-Unis, frappée d’un boycottage de fait des grands pays arabes qui lui imputent la vacance du pouvoir au Liban, régulièrement soumise de surcroît, en toute impunité, à des coups de butoir d’Israël, tantôt par un mystérieux raid aérien au dessus du nord syrien, à l’automne 2007, tantôt par l’assassinat sur son sol d’un chef militaire du Hezbollah Imad Moughniyeh, le Maître d’oeuvre des opérations anti-occidentales au Moyen-orient depuis vingt ans.

Mais ce paria là, selon le schéma occidental, se trouve être en phase avec la multitude des «laissés pour compte» de la paix, à tout le moins perçu comme tel au delà des turpitudes dont il peut être à tort ou à raison crédité, qui voient en lui l’ultime porteur de la revendication nationaliste arabe, à une période de l’histoire marquée par une déperdition identitaire et une religiosité régressive. Redoutable honneur qui lui vaut l’hostilité sans nuances des pays qualifiés de «modérés » dans le jargon diplomatique et médiatique occidental, principalement l’Arabie saoudite, l’Egypte, la Jordanie c'est-à-dire les régimes affligés des mêmes tares d’autoritarisme, de népotisme et de corruption que le régime syrien mais que leur alignement docile au camp occidental exonère de toute critique.
 

1ère séquence (1966-1976): Le Roi Saoud et le coup de force anti-baasiste du colonel Salim Hatoum

D’emblée, le régime baasiste syrien dirigé par les Alaouites, une secte minoritaire de l’Islam, a été perçu comme un usurpateur, comme frappé d’une tare congénitale et fera l’objet de menées hostiles en conséquence. A sa naissance en 1966, alors qu’Israël entreprenait le détournement des eaux du Jourdain pour anticiper ses besoins hydrauliques futurs, opération qui relevait théoriquement d’un acte manifeste de casus belli, le Roi Saoud d’Arabie, hanté par le prestige du président égyptien Nasser et désireux de détourner les regards sur la corruption du Royaume, se lance dans une opération de déstabilisation de la jeune équipe baasiste de Syrie fraîchement parvenue au pouvoir... Puis éviction de Saoud au profit de Fayçal au trône d’Arabie.. Victime collatérale des conflits de puissance, Kamel Mroueh, le fondateur du journal «Al-Hayat», le chantre de la coopération saoudo-américaine, est assassiné en 1966 .. à l’occasion du 10me anniversaire de l’agression tripartite franco-anglo-israélienne de Suez contre Nasser, le chef charismatique du nationalisme arabe et adversaire résolu de la dynastie wahhabite.

Une trêve de seize ans s’installe à la faveur de la guerre de 1967 et la montée en puissance de la guérilla palestinienne qu’il importait de juguler, que la Syrie s’appliquera à mettre au pas d’ailleurs, puis celle d’octobre 1973 et de la montée en puissance des pétromonarchies du Golfe consécutif à l’embargo pétrolier et au quadruplement du prix du pétrole. Une période au cours de laquelle le nouveau maître de la Syrie, le général Hafez al-Assad, apparaît comme le meilleur garant des intérêts occidentaux au Liban: Appelée en renfort des milices chrétiennes au Liban, l’armée syrienne participe au siège du camp palestinien de Tall Zaatar, favorisant son éradication, en Août 1976, n’hésitant pas un instant à briser l’élan révolutionnaire du camp palestino-progressiste avec l’assassinat dans une zone sous contrôle syrien du chef de la coalition, le dirigeant druze du parti socialiste progressiste, M. Kamal Joumblatt.

Curieusement les pays occidentaux continueront de couvrir d’éloge l’irakien Saddam Hussein, malgré ses turpitudes et d’opprobre son rival syrien Hafez al-Assad, malgré ses gestes de bonne volonté répétitives à l’égard de l’Occident.


2ème séquence (1976-1986) Fahd et la révolte des Frères Musulmans de la ville syrienne de Hama
.


Faysal, réservé à l’égard des Américains ... sera assassiné par l’un de ses neveux, en 1976. Son successeur effectif .. Fahd, à la jeunesse débridée, donnera libre cours à son amour immodéré pour son protecteur américain et les délices de la vie occidentale... que de signalés services rendus à son maître américain, au détriment  de la plus élémentaire solidarite arabe !







Prise en tenaille par Israël et la Turquie, barrée par son rival baasiste l’Irak de Saddam Hussein, la Syrie s’appliquera à desserrer l’étau dans une alliance de revers avec l’Iran, l’ancien gendarme américain du Golfe, devenu sous le régime Khomeiniste, le nouveau croquemitaine des pétromonarchies du Golfe. Mal lui en prit. En 1982, dans la foulée de l’annexion de Jérusalem, en décembre 1981, alors qu’Israël se préparait à porter au pouvoir son protégé libanais le chef phalangiste Bachir Gemayel, une révolte est fomentée, à Hama, dans le nord de la Syrie, par les «Frères Musulmans», l’organisation clandestine financée par l’Arabie Saoudite, en février 1982, à quatre mois de l’invasion israélienne du Liban, déclenchant une sévère répression qui fera selon des informations de presse plusieurs milliers de morts. C’est Damas qui sera blâmée par la communauté internationale pour sa férocité et non l’Arabie saoudite qui attisait le feu intégriste. C’est le président Hafez al-Assad en personne qui sera pointé du doigt et non son propre frère, le Général Rifaat al-Assad, le chef des brigades de la défense, la garde prétorienne du régime, l’ordonnateur des massacres.

Ce frère cadet du président syrien, un homme aux multiples ramifications et trafics qui sera banni par la suite de son pays, mais continuera de bénéficier curieusement de la mansuétude occidentale sans doute en raison de ses alliances matrimoniales avec la famille Fustock qui fera de lui, le beau frère de l’actuel roi Abdallah d’Arabie et du député maronite libanais Nassib Lahoud, perpétuel candidat à la présidence libanaise. C’est la Syrie alaouite enfin qui sera déclarée «ennemi de l’Islam» pour avoir maté une rébellion fondamentaliste que toutes les armées du monde aussi bien arabes qu’occidentales pourchassent désormais au nom de la «guerre contre le terrorisme». La Syrie couverte de plumes et de cendres, alors que l’Algérie, l’Egypte, le Maroc et la Tunisie, sont magnifiés pour avoir éradiqué l’intégrisme tandis que l’Arabie fondamentaliste est couverte d’éloges pour ses présumés progrès dans de parcimonieuses réformes démocratiques.

Dans ce climat d’opprobre généralisé, la Syrie présente au Liban depuis 1976 à la demande des chefs maronites en mauvaise posture à l’époque, sera contrainte à retirer se troupes, en juin 1982, dans la foulée de l’invasion israélienne du Liban. Une décennie infernale (1979-1989) s’ouvre alors à l’Occident au Moyen Orient: Destitution du chah proaméricain et assaut contre les Lieux Saints de la Mecque, en 1979, assassinat de l’égyptien Sadate, pactiseur d’Israël, en 1981, mise en échec du traité de paix libano-israélien, en 1983, attentats contre les QG occidentaux à Beyrouth, en 1984, spirale des otages occidentaux au Liban (1984-1988), attentats de Paris (1986-1988). Une décennie infernale qui s’achève avec la chute du Mur de Berlin (1989) l’implosion de l’Union soviétique et l’affirmation de l’Imperium américain sur le plan mondial, l’hégémonie israélienne sur le plan régional et, sur le plan arabe, la prépondérance saoudienne sous la tutelle des Etats-Unis.


3ème séquence (1986- 2006) - L’Arabie redécouvre les vertus de l’Arabisme


L’Arabie saoudite, le plus intransigeant ennemi d’Israël sur le plan théorique, aura opéré le plus grand détournement du combat arabe, soutenant l’Irak contre l’Iran dans la plus longue guerre conventionnelle de l’histoire contemporaine (1979-1988), le détournant du coup du champ de bataille principal, la Palestine, déversant des milliards de dollars, et, surtout, déroutant la jeunesse arabe et musulmane vers l’Afghanistan, à des milliers de km du champ de bataille palestinien, contre un ennemi athée certes mais allié des Arabes, l’Union soviétique, le principal fournisseur d’armes de pas moins de six pays arabes (Syrie, Irak, Algérie, Libye, Soudan et Yémen), un utile contrepoids en somme à l’hégémonie américaine.

L’Organisation de Libération de la Palestine, éradiquée du Liban, cède la place à des guérilleros d’un type nouveau les combattants islamistes chiites, le Jihad islamique, puis le Hezbollah, galvanisés par les succès de la révolution iranienne sur le front irako-iranien. La Syrie, boutée hors du Liban, en 1982 s’y redéploie progressivement avec le consentement américain pour neutraliser la région frontalière libano-israélienne. Désireuse d’obtenir la caution de la Syrie pour une intervention contre l’Irak envahisseur du Koweït, en 1990, Washington lui donnera même le feu vert à l’éviction du chef militaire chrétien libanais le général Michel Aoun, qui assurait intérimaire de chef de gouvernement, et son remplacement par Elias Hariri, un président sans relief face au flamboyant nouveau premier ministre Rafic Hariri (1992), nouveau parvenu sur la scène libanaise à la faveur de la financiarisation de la vie publique internationale. Le milliardaire libano-saoudien, à la carrière météorique, exercera le pouvoir pendant dix ans, plus qu’aucun président libanais, à coups de menaces de démission (4 en dix ans), soit en moyenne une menace tous les 30 mois, dans un rare exemple de confusion entre la gestion du domaine public et de son de son patrimoine privé avec les encouragements admiratifs des dirigeants occidentaux en tête desquels le Président français Jacques Chirac.

L’attentat du 11 septembre 2001 contre les symboles de l’hyperpuissance américaine démasque les complicités saoudiennes dans la montée en puissance de l’intégrisme antioccidental. Bien que quinze des dix neuf kamikaze ayant participé au raid du 11 septembre soient de nationalité saoudienne, l’administration Bush, plutôt que de frapper le Royaume Wahhabite, le foyer et le terreau du fondamentalisme, va répliquer en Afghanistan et en Irak, les deux points de percussion de la coopération saoudo-américaine dans la sphère arabo-musulmane à l’époque de la guerre froide soviéto-américaine, gommant ainsi au passage toute trace de leurs forfaits antérieurs, se faisant à bon compte une nouvelle virginité politique sous la bannière de la lutte pour la promotion de la démocratie dans le monde musulman. Mais la destruction de l’Irak place paradoxalement la Syrie et l’Iran en vainqueurs a posteriori d’un Saddam Hussein leur plus implacable ennemi depuis deux décennies, et, par effet d’aubaine, consacre l’Iran comme puissance régionale de fait. Un résultat inacceptable pour George Bush, le grand ordonnateur de ce chaos destructeur pour la population locale et corrosif pour l’Amérique elle-même.

La Syrie et l’Iran sont placés dans l’axe du mal, Yasser Arafat est méthodiquement confiné dans son complexe de Ramallah dans une sorte d’étouffement symbolique de la revendication nationale palestinienne. Le décès du chef historique de la Résistance palestinienne au terme de trois ans de confinement hideux (novembre 2004) , l’élection dans la foulée deux mois plus tard à Bagdad, l’ancienne capitale des abbassides, d’un Kurde à la tête d’un Etat irakien doté d’un nouvel emblème aux couleurs kurdo-israéliennes (Bleu jaune) (Janvier 2005), le basculement dans le camp américain de Jacques Chirac, le principal opposant mondial à l’invasion américaine de l’Irak, accrédite à tort ou à raison l’idée d’une vaste conjuration occidentale visant à mettre au pas tout récalcitrant à l’ordre américano-israélien dans la zone (septembre 2004).

Rafic Hariri, le meilleur ami du président français Jacques Chirac, l’homme lige des Saoudiens qui symbolisait par excellence le ralliement au camp occidental, sera à son tour une victime collatérale du conflit des puissances. Il périra carbonisé dans un attentat le 14 février 2005, terrible séisme politique qui met en branle une mécanique inéluctable contre la Syrie et l’Iran.



Le Président de la Syrie

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2d/Syria.BasharAlAssad.01.j

Pour la deuxième fois de son histoire, l’armée syrienne est contrainte de se retirer du Liban. Le principe d’un tribunal à caractère international est décidé pour juger les assassins de l’ancien premier ministre libanais, au terme d’une enquête diligentée par un fonctionnaire missionné par les Nations Unies. Un tel dispositif, singulier dans les annales judiciaires internationales, ne sera curieusement pas Israël et les alliés Libanais de l’Amérique subiront cumulativement revers militaires et camouflets politiques depuis 2006, entravant considérablement la mise au pas du Liban, au-delà, la Syrie, l’Iran et la portion palestinienne sous l’autorité du Hamasimposé au Pakistan lors de l’assassinat de l’ancien premier ministre Benazir Bhutto, en décembre 2007. Le président pakistanais, il est vrai, est gratifié du titre d’ «allié majeur des Etats-Unis» dans sa guerre contre le terrorisme, qui confère à son titulaire une immunité et le dispense de fastueuses explications. Ce qui n’est pas le cas de la Syrie et de l’Iran.

Le tribunal international pour le Liban et la menace potentielle nucléaire iranienne constituent les deux instruments de la diplomatie occidentale pour amener à résipiscence les deux réfractaires à l’ordre américain, quand bien même la menace nucléaire iranienne se trouve au stade virtuel et sa réalité contestée par les services américains, quand bien même elle est postérieure de soixante ans à la menace nucléaire israélienne, bien réelle, qui hypothèque tout règlement qui ne souscrirait pas au diktat israélo américain.

. C’est ainsi que dans une démarche symétrique mais non synchronisée, le Hezbollah infligera en effet à Israël, l’été 2006, un retentissant camouflet militaire, dont le Hamas s’en inspirera avec succès en mars 2008 au moment de l’invasion de la bande par les forces d’occupation israéliennes, alors que parallèlement les dirigeants maronites, Nassib Lahoud et Amine Gemayel étaient battus répétitivement dans une compétition électorale, dans leur propre fief du Metn, par le principal allié chrétien du Hezbollah le Général Michel Aoun, un échec comparable au revers électoral du président palestinien Mahmoud Abbas face à ses opposants islamistes. Une séquence à tous égards calamiteuse pour l’administration néo-conservatrice américaine.

Le Royaume wahhabite vit comme une rente de situation l’Islam et le pétrole, les deux vecteurs de sa puissance. Puisant son magistère moral de la présence sur son sol des principaux Lieux Saints de l’Islam (La Mecque et Médine), et sa puissance financière de ses gigantesques réserves énergétiques, il consacrera l’essentiel de ses efforts à combattre plus qu’aucun autre pays le nationalisme arabe, mettant sur pied l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), une structure de diplomatie parallèle concurrente de la Ligue arabe. Dans la foulée du revers militaire israélien au Liban, l’été 2006, il se muera, à la grande stupéfaction de la quasi-totalité des observateurs internationaux, en parangon de l’Arabisme. Le chantre de la fraternité islamique pendant trois décennies, accusera, sans vergogne, la Syrie d’avoir pactisé avec l’Iran, la perse antique, pays musulman certes mais non arabe. Une tare indélébile pour le nouveau porte-étendard de l’arabisme

Le «péril chiite» succède alors au «péril rouge» qu’Américains et Saoudiens avaient combattu sans relâche, les décennies précédentes. Dans la foulée du revers militaire israélien au Liban, l’été 2006, l’Arabie se redécouvre arabe pour se démarquer du triomphe du Hezbollah, la milice chiite Libanaise. Négligeant son premier vecteur transnational MBC (Middleast Broadcasting Corporation), elle se sera dotée auparavant d’une chaîne transfrontière du nom d’«Al-Arabiyah» comme pour mieux revendiquer son arabité, un terme qu’elle avait pourtant banni de son lexique diplomatique pendant un demi-siècle. Ce comportement s’apparente à une mystification. Mais le Royaume qui aura lancé deux plans de paix pour le règlement du conflit israélo-arabe (Plan Fahd, en 1982, Plan Abdallah, en 2002), sans rencontrer le moindre écho tant du côté américain que du côté israélien, ne déviera jamais, malgré cette rebuffade, de sa ligne, à savoir l’alliance privilégiée avec le grand protecteur du principal ennemi des Arabes, Israël, l’usurpateur de la Palestine au regard d’une large fraction de la population saoudienne et arabe, faisant droit à toutes ses requêtes sans hésitation sans la moindre retenue.

Et pour cause. La dynastie wahhabite aura été le principal bénéficiaire du travail de sape opéré depuis trente ans par les Américains et les Israéliens pour réduire la résistance du noyau dur du Monde arabo-islamique: neutralisation de l’Egypte par le Traité de paix avec Israël (1979), destruction de l’Irak (2003), étranglement de la Syrie (2004), caramélisation de la Libye (2005), isolement de l’Iran (2006) au point qu’Israël apparaît en fin de compte comme le meilleur allié objectif des Wahhabites, rare conjonction de deux régimes théocratiques dans le Monde, l’Etat Hébreu n’étant démocratique que pour la fraction juive de sa population.

Dans ce contexte, l’Organisation clandestine «Al-Qaida» d’Oussama Ben Laden et la chaîne transnationale arabe «Al-Jazira» apparaissent, rétrospectivement, comme une excroissance rebelle à l’hégémonie saoudienne sur l’ordre domestique arabe, tant dans le domaine politique que sur le plan médiatique


Le sommet de Damas et la concentration navale américaine au large du Liban


Le Sommet arabe de Damas, le premier de l’histoire contemporaine à se tenir dans la capitale le syrienne, devrait symboliquement réunir la Syrie face à tous ses adversaires réunis. Mais les deux patriarches octogénaires arabes, l’égyptien Hosni Moubarak hanté par l’obsession de sa sécurité du fait des nombreux attentats dont il a été l’objet, une vingtaine en 27 ans de règne, et le saoudien Abdallah, tous deux préoccupés de leur succession pourraient le boycotter arguant du blocage de la situation libanaise dont ils imputent la responsabilité à la Syrie, exclusivement à la Syrie, et non également à leurs interférences permanentes sur la scène libanaise d’une intensité comparable à celle de la Syrie, matérialisée par les injections financières régulières de l’Arabie pour le réarmement des milices privées sunnites, leur entraînement en Jordanie et leur encadrement par l’Egypte (2).

La concentration navale américaine au large de Beyrouth a officiellement pour objet de faire pression sur la Syrie et l’opposition libanaise pour faciliter l’élection d’un président de consensus pro-occidental au Liban.

Elle vise en fait à percer la carapace du noyau dur du monde arabo-musulman par son maillon faible, le Liban où les pays occidentaux disposent d’une large gamme d’alliés recrutés parmi les anciens chefs de guerre féodaux et claniques, les Chrétiens Samir Geagea et Amine Gemayel, le druze Walid Joumblatt ainsi que leur principal bailleur de fonds, le sunnite Saad Hariri, tous opportunément reconvertis dans la défense de la Démocratie qu’ils n’ont jamais pratiqué et la défense des Droits de l’Homme qu’ils ont constamment bafoués.

Détail piquant qui illustre l’indigence de la «diplomatie du carnet de chèques» maniée de tous temps par les Saoudiens: l’homme en charge du dossier libanais en Syrie pendant trente ans, .M. Khaddam, le bien nommé, dont le patronyme en arabe signifie littéralement «le serviteur», reniera singulièrement son militantisme après avoir abusivement ponctionné le Liban, opérant par cupidité la plus retentissante reconversion de l’histoire politique récente, finissant sa vie en factotum de son coreligionnaire sunnite libanais Rafic Hariri. Le millardaire libano-saoudien gratifiera amplement ce transfuge de son reniement (..)

D’autres trahisons valent certes leur pesant d’or mais accablent le renégat d’un discrédit à vie.

Ramollir le noyau dur du Monde arabe par l’invasion répétitive de Gaza, fief du mouvement islamiste Hamas, le harcèlement du Hezbollah par des opérations de diversion des politiciens libanais, la neutralisation de la constellation du Douwal al Moumanah, l’alliance de fait entre le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais, la Syrie et l’Iran qui se considère comme le système de pré alerte visant à immuniser le monde arabo-musulman contre le virus de la soumission à l’hégémonie israélo-américaine.

Epuiser le dernier îlot de résistance en prélude à une éventuelle offensive contre l’Iran qui donnera la possibilité à George Bush d’opérer une magistrale culbute, passant, de par son piètre bilan, de pire président des Etats-Unis, au plus grand génie politique de l’histoire contemporaine.

Donne crédit supplémentaire à cette hypothèse, la démission à la mi-mars de l’amiral William Fallon, commandant en chef du commandement central, la zone couvrant l’arc de crise allant de l’Afghanistan au Maroc, en désaccord avec la stratégie de l’administration néo-conservatrice.

Le Monde arabe constitue avec l’Amérique latine l’une des rares de zone de contestation de l’hégémonie américaine.

Au delà des vives critiques fondées et justifiées sur les turpitudes syriennes, l’hermétisme de son régime, son autarcie, sa bureaucratie et son népotisme, comparables en cela aux autres régimes arabes même les plus proches de la grande démocratie américaine, si l’implosion du Liban venait à surgir entraînant dans son sillage le collapsus de la Syrie, une longue période de servitude et de tribalisation s’ouvrirait alors pour les Arabes, Sunnites et Chiites, Salafistes ou Soufistes, Malekites, Chaféites, Hanafites ou Hanbalites, Kurdes et Druzes, Alaouites et Wahhabites, voire même Maronites.

Et Le Liban chéri ne sera plus qu’un «Hariristan» à l’image du Kurdistan irakien, voire même du bantoustan palestinien que les Israéliens et les Américains s’appliquent à édifier sur les lambeaux de la Palestine. Et la perte du Liban sera alors pleurée comme l’aura été la perte de la Palestine, comme auparavant la perte de l’Andalousie: abondamment

(..)



__________________________________________________________________________________________


T I B E T     F E O D A L

Lorsque le Dalaï Lama et la classe des propriétaires étaient au pouvoir au Tibet, 95% de la population étaient des serfs féodaux, sans aucun droit humain. Ils pouvaient être vendus comme des marchandises. Ils étaient fréquemment insultés et battus ou devaient même affronter des châtiments d’une rare violence : par exemple, on leur arrachait les yeux, on leur coupait la langue ou les oreilles, les mains ou les pieds, on leur arrachait les tendons, à moins qu’on ne les noyât ou qu’on ne les projetât dans le vide depuis le sommet d’une falaise. Il était interdit de sortir de sa classe.

 

le-tibet-800px-historic_tibet_map.1205935681.png


          
Titre original : La « démocratie », la parure trompeuse du dalaï-lama

Afin de conférer au 14ème dalaï-lama une apparence de respectabilité, sa clique le présente, lui, l’ancienne figure de proue principale du servage féodal à structure sociopolitique théocratique, comme un « représentant de la démocratie » et elle prétend que « la démocratie a de tous temps été son idéal » et qu’il « fait la promotion de la démocratie parmi les Tibétains en exil ».
(..)


suite à

http://eldiablo.over-blog.org/article-17900393.html

img508.1205944913.jpg



















Illustrations de http://come4news -  article d' ANIDOM


_________________________________________________________________________________________



Autres exemples de normalisation

LE CAPITAINE JERRY RAWLINGS FACE AUX URNES

Fin de l’exception ghanéenne
DANS la patrie de Kwame Nkrumah, fondateur du Ghana indépendant, les élections législatives et présidentielle du 7 décembre s’annoncent comme une épreuve cruciale non seulement pour les institutions et les politiques d’ajustement structurel, mais aussi pour le président, le capitaine Jerry Rawlings, lui-même. Au pouvoir depuis quinze ans à la suite d’un coup d’Etat, l’homme s’était voulu à la fois l’héritier du père du panafricanisme, un modèle d’officier progressiste et l’enfant choyé du Fonds monétaire international (FMI).

Par Martin Verlet


Du panafricanisme à la normalisation
nov. 1996
http://www.monde-diplomatique.fr/1996/11/A/7403

________________________________________________________________________________________

 
http://www.culture-amerindiens.com/

Eva, mes autres blogs :

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/



______________________________________________________________________

INFO : NOUVEAU  PARTI  DE  GAUCHE :

Message de Paul Quilès et Marie-Noëlle Lienemann

 


ET MAINTENANT, UN PARTI FEDERANT TOUTES LES FORCES DE GAUCHE !

Les résultats des élections municipales ont été un réel succès pour la gauche. Ils peuvent être un levier pour son renouveau ou servir de prétexte pour ne rien changer en profondeur..Il ne faudrait pas non plus que le débat politique soit réduit au choix d’un futur présidentiable
Pour nous, le renouveau de la gauche viendra à la fois de sa capacité à défendre sans complexe ses valeurs, à formuler un projet pour le 21ème siècle et à engager une nouvelle étape de son unité.

Ce grand parti fédèrera toutes les forces de la gauche : les partis, mais aussi les clubs, les associations, les mouvements et les milliers de militants syndicaux, associatifs ou citoyens qui veulent apporter leur contribution à l’affirmation d’une gauche décomplexée, capable de porter leur espoir et d’agir.

Nous avons rédigé une brochure intitulée : « la création d’un grand parti consacrant l’unité de la gauche est attendue, nécessaire et possible ».


Vous pouvez prendre connaissance de notre initiative, soutenir notre démarche et commander ces brochures en contactant le site :


www.lepartidelagauche.fr

____________________________________________________________________


MILITER :




  • Les syndicats européens dénoncent la montée des emplois "précaires"    suite
  • Communiqué de presse des syndicats CGT ET FO DE L’AP-HP     la suite
  • L’employeur doit consulter le CE avant de dénoncer un accord d’entreprise   la suite
  • Interrompre une formation sans autorisation constitue une faute grave     la suite
  • Fléxisécurité pour les fonctionnaires   la suite 
  • Tract SNUI : Mobilité un projet de loi....qui sonne le glas du statut des fonctionnaires  la suite
  •    Avenir de la Caisse des dépôts     la suite


  • _________________________________________________________________

 

  sortir de l' Euro ?    http://www.verites.org/article-17962093.html



Regardez ces images :   http://www.alterinfo.net/

Vigilance !  :   
http://poly-tics.over-blog.com/article-17953292.html



_____________________________________________________________________


C O M M E N T A I R E S   :    I C I

______________________________________________________________

Partager cet article
Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 23:43
palestine2.jpg




 Mes amis, bonjour

En promenant mon chien en bord de mer, en humant l'air du large, j'ai été prise d'un irrésistible besoin de faire comme l'administrateur du site Aspeta, de "crier" ("je pense donc je crie"), de crier contre la barbarie qui vampirise la planète.
 Je crois que nous n'avons pas véritablement pris conscience de ce que le monde est en train de devenir sous la férule des apprentis-sorciers qui gèrent nos vies pour leur profit - et pour notre malheur à tous. Résistons à la barbarie sera le titre du quatrième et dernier blog que je vais mettre en place. 

Le titre est éloquent : Jamais l'humanité n'a à ce point plongé dans l'horreur, à grande échelle, méthodiquement, rationnellement, scientifiquement installée partout. Nous allons tous droit dans le mur - même nos bourreaux, qui seront emportés dans la tourmente. Et par exemple, toutes les bombes qu'ils envoient pour un oui ou pour un nom - surtout d'ailleurs pour voler les biens qui ne leur appartiennent pas - , pourrissent l'air que nous respirons tous. Oui, TOUS sans exception . Ce n'est pas faire preuve de Sagesse que d'agir comme on le fait. Ce n'est pas faire preuve de sagesse, aussi, que de préférer le "toujours plus" au "toujours mieux".

En marchant le long de l'eau, donc, je repensais à ce qu'étaient en train de devenir les Etats-Unis : pas seulement le cancer de l'humanité, avec ses alliés - mais pour eux mêmes. Au nom du Bien, de la Liberté. Quelle escroquerie ! Quelle infâmie ! Quelle imposture ! Comment peut-on être sot au point d'imaginer qu'on va berner la terre entière avec des paroles si contraires aux actes ? 

Et les actes sont là. Encore tout à l'heure, un superbe reportage d'Arte sur les lycéens d'Irak : Vies cahotiques, angoissées, meurtries, brisées, et même prématurément sacrifiées.  Au milieu des explosions, des enlèvements, des  expulsions, des attentats, des assassinats. En un an, plus de sept cent cinquante mille Irakiens ont perdu leur foyer. Et déjà plus d'un million de victimes.Voilà le vrai visage de la barbarie américaine, exportée sous couleur de démocratie, de lutte contre le terrorisme ou de défense de la Liberté. 

Et voilà un pays, l'Amérique, censé lutter contre le terrorisme, qui au contraire l'implante durablement. Voilà un pays censé donner des leçons de démocratie au monde entier, et qui bafoue tous les principes les plus élémentaires du Droit. En toute impunité. Effrayant d'imaginer
que parce qu'elle est une grande puissance, l'orgueilleuse Amérique ( qui se dit chrétienne, alors que le plus grand péché est l'orgueil) 
jouit d'une totale impunité. Aucun pays, dans le monde, n'a jamais nui autant à l'humanité, sur tous les plans. Aucun pays n'a jamais autant violé le Droit et accompli autant de crimes, et pourtant il ne paie jamais pour ses forfaits. L'abomination est telle, que pour échapper au Jugement qu'ils réclament pour tous les autres citoyens, les Etats-Unis, désormais, paient des pays pour exécuter leurs basses besognes. Pour détenir sans procès ni inculpation des individus. Ce sont eux qui devront répondre des crimes accomplis par le Grand Satan américain. Machiavélique, non ? On sous-traite les pires saloperies. Délocalisations à l'américaine....

Les prisons secrètes à l'étranger ? Une invention de l'ogre yankee. Enlèvements, séquestrations, interrogatoires musclés, incarcérations sans jugement, terrrorisme d' Etat... en toute impunité. Bien sûr, cette politique est illégale au regard des lois américaines. Puisque les méthodes sont inacceptables, qu'à cela ne tienne, on les confie aux autres. L'Honneur est sauf. Pas si sûr !  Quand on trahit ses propres principes, quand on commet des crimes à grande échelle, cela vous retombe un jour sur le nez. Aujourd'hui, les Etats-Unis, ces grands donneurs de leçons, sont haïs dans le monde entier. Comment pourrait-il en être autrement ? Comment peut-on avoir du bon sens, et approuver les méthodes américaines ?


Oui, Arte a montré ce soir des gamines de huit à douze ans considérées par les Américains comme des suspects dont il faut se protéger, comme des terroristes susceptibles de menacer leur sécurité. Un peu comme Israël qui offre au monde le visage d'une vierge effarouchée par son puissant voisin Palestinien ! De qui se moque-t-on ? Deux géants ménacés par des nains ? Et il y en a pour se laisser berner ?

Je repensais à Israël en promenant mon chien. Et aussi aux Etats-Unis, dont la faillite imminente suscite des réflexes de panique, l'impérieux besoin de construire partout des prisons pour les citoyens récalcitrants au Désordre établi. J'ai ressenti brusquement l'envie de noter l'idée qui m'a traversé l'esprit concernant ces frères siamois : Les projets du gouvernement américain diabolique dont je vous ai entretenu dans mon dernier post, je suis sûre qu'ils ont été établis en liaison avec le Mossad et Tsahal, spécialistes du quadrillage carcéral, de l'édification de murs, des interrogatoires musclés, des éliminations ciblées d'individus. Oui, le pouvoir sioniste a fait de la lutte contre les citoyens son fond de commerce. 




http://echosdesmontagnes.blogspot.com/


Les Etats-Unis sont sur le point de devenir un immense goulag. Bush fait construire des prisons partout : pour ses propres citoyens, pour ceux qui ne se résigneront pas à être bientôt sacrifiés à l'appétit de quelques-uns. Avant, il a dû demander conseil à ses chers amis. Qui peut rivaliser avec l'Etat hébreu, aujourd'hui, pour la conception d'attentats ciblés, de prisons géantes à ciel ouvert, de ghettos en tous genres ? Le mur de Berlin est tombé, les compères Américano-Israéliens se sont chargés de le remplacer, en en édifiant ... un peu partout, même au Mexique désormais. On n'aime pas son voisin ? Il est trop encombrant ? Hop, on édifie un mur de protection. C'est tellement mieux, n'est-ce pas, de séparer les hommes les uns des autres, plutôt que de les rassembler ? Plus expéditif, en tous cas. 

Israël est le champion de la Morale, et les Etats-Unis de la Démocratie, de la Liberté et du Bien. Olé ! Les peuples paient le prix de ces généreux idéaux. Et les requins de la Finance se frottent les mains. A la City, particulièrement. 

Mais les anglais, rassurez-vous, je les ai dans le collimateur, je m'occuperai d'eux prochainement. Ils n'échapperont pas à ma plume ! Parole d'Eva ! Arthenice vient d'ailleurs de m'envoyer quelques documents. Je suis à l'affût, et j'ai déjà un stock sur les sujets de Sa Majesté. Et une sacrée dent contre eux ! Car mine de rien, ils sont derrière les pires coups fourrés de la planète. Il ne faut pas croire que Bush, Olmert et Sarkozy sont tous seuls. Blair et son successeur les valent largement. Heureusement, Aznar a cédé la place, mais Barroso est toujours là, et Berlusconi est sur le point d'arriver . A point nommé pour la guerre contre l'Iran, avant septembre paraît-il. Du joli monde ! Les peuples sautent de joie... en attendant d'être sacrifiés sur l'autel des marchands de canons.

Nouvelle recrue pour cet aéropage : Sarkozy a rejoint le groupe de ces beaux messieurs. Oui, en France nous avons cet énergumène. Rien à envier à Bush and Co ! Un sincère, lui . Voyez comme il commémore avec émotion le communiste Guy Moquet, les résistants au nazisme, et ceux qui font la guerre au bénéfice des industriels de la mort, ou du Charbon et du Pétrole. 


L'axe de la haine
http://www.toutsaufsarkozy.com

A propos, ce soir j'ai regardé l'une des dernières émissions un peu libres de la télévision, Ce Soir ou jamais. Patatra ! La liberté s'arrête à la diplomatie. Sujet tabou. Gisèle Halimi, qui elle n'a pas déroulé le tapis rouge devant les champions de la Morale toutes catégories confondues, je veux parler d'Israël, a lancé un mot sur le sujet : " Nicolas Sarkozy amorce un changement radical de la politique étrangère... " Glupp ! Interruption immédiate. Top secret. Les Français ne doivent surtout pas savoir la vérité : L'indépendance de la France, c'est terminé; la soumission servile aux Etats-Unis et à Israël, voilà le nouveau credo. Mais chut ! Les apparences doivent être sauvegardées. Il y a des réveils qui seront douloureux... comme aux Etats-Unis. 

Et justement, Sarkozy a entendu le message des Français aux élections. Il va changer... la communication. Pas sa politique. Au contraire, les réformes anti-sociales décrétées par le Medef, le vrai maître du jeu, vont s'accélérer. Simplement, la communication va changer : la potion amère sera enrobée de miel. On sera bernés avec le sourire. Une bonne communication pour mieux nous tromper !

A peine désavoué,  voici Sarkozy qui commémore les poilus et les résistants. Des valeurs sûres. D'autant qu'il n'a pas dit de bêtises, qu'il ne s'est pas mis en colère, et qu'il a essayé de conserver une certaine diginité à la fonction présidentielle. Du grand art. Compte-rendu de FR2 propagande : " Tout est parfait (dans la cérémonie), il a pris de la hauteur, il nous a renvoyé aux fondamentaux, le remaniement est plus important que prévu (sic !), bonne nouvelle il y a moins de Rmistes ", cocorico, tout va très bien Mme la Marquise. Le paquebot France coule, mais tout va bien. 

Et comme les conseillers Elyséens le lui ont suggéré, Sarkozy est décidé à nous bourrer de leçons du passé pour oublier le présent, de commémorations pour nous faire pleurer sur ses amis Hébreux ou pour nous inciter à devenir de bons patriotes, mourant avec le sourire pour les industriels de la mort ou du pétrole, enfin de religion pour nous résigner au présent en pensant à l'avenir radieux qui s'ouvrira à nous là-Haut. 

Et comme notre Président est un grand sincère, à peine hypocrite, il utilise Guy Moquet pour avoir les voix des communistes, il se sert de l'Histoire pour nous faire avaler sa politique, pour supplanter l'économique et le social, il joue sur le ressort de l'émotion, de la compassion, comme son modèle Bush, pour faire passer ses mesures impopulaires. Une jolie récupération  de l'Histoire, du courage, de la souffrance ! Sans jamais tirer les leçons du passé : Les guerres n'ont d'autre fondement que d'enrichir la mafia au gouvernement, elles sont inutiles et coûteuses en vies humaines, l'accueil de l'étranger est un devoir sacré et une richesse pour la Nation (le dernier poilu était Italien), le racisme est abominable et l'on ne doit pas plus aujourd'hui exterminer les Musulmans que les Juifs hier, est-ce qu'on ne doit pas préférer les idéaux de Paix, de Justice, de Liberté, à  la concurrence exacerbée entre les individus, etc. Bâtir la fraternité universelle, c'est un idéal démodé. La modernité réclame la concurrence entre les individus....



http://basacode.blogspot.com

Et comme les dirigeants devant qui les peuples doivent dresser les tapis rouges ne songent qu'à abuser de leur pouvoir, il faut empêcher les citoyens de penser. Sarkozy s'y attelle, en diminuant à l'école le temps d' enseignement, en réduisant les horaires d'histoire, en appauvrissant les programmes au profit du sport et de la morale.  La tête bien pleine chère aux philosophes d'antan, doit céder la place aux biceps bien musclés et aux leçons de morale pour ôter tout esprit critique. 

La télé a bien joué son rôle, Sarkozy est formidable, et sa politique étrangère énigmatique. Gageons qu'elle nous conduira directement aux côtés des va-t-en guerre, devant qui on déroulera le tapis rouge du sang des citoyens. Au nom de la démocratie, les Etats-Unis poursuivront la politique qui la tuera, et Israël aidera ses alliés à bâtir des murs, à liquider les opposants, à procéder à des interrogatoires musclés, à des enlèvements massifs ou à des rafles d'ennemis, à construire de gigantesques prisons pour les récalcitrants, à élargir les espaces de non-droit, à concevoir les plans d'extermination des peuples installés sur les zones riches en ressources, etc.... L'imagination des néo-cons au pouvoir est fertile quand il s'agit de faire le bonheur des peuples !

Chers lecteurs, l'intolérable est à nos portes. Les dirigeants ne nous représentent pas, ils sont nos ennemis. Ne leur faisons jamais confiance. Et refusons de dérouler devant eux le tapis rouge du sang  de nos vies. C'est le moins que l'on puisse faire. 

Et le plus, résister à leurs plans machiavéliques. 

Eva


NB  Tibet : On vous ment ! Bildelberg veut faire tomber la Chine dans le giron capitaliste mondial normalisé, en exerçant un chantage au boycott des Jeux Olympiques !


palestine1.jpghttp://eldiablo.over-blog.org


 ______________________________________________________________________________________


 
Les crimes qui ont été perpétrés contre le peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie sont une honte  pour l'humanité.

Ces derniers jours, et dès son début, cette guerre d’agression contre Gaza a fait des dizaines de martyrs et des centaines de blessés, enfants et femmes pour la plupart. Dans cette guerre, Israël utilise des armes universellement prohibées. Israël occupe toujours plus de terres palestiniennes, poursuit l’établissement de nouvelles colonies, la destruction d’arbres et de plantations, la construction du mur de séparation, et continue à défier les décisions internationales légitimes. Toute cette tyrannie israélienne est approuvée et soutenue par l’administration américaine dont l’appui est révélé par l’envoi de navires de guerre américains en Méditerranée orientale, le long des côtes de la Syrie et du Liban.

Contrairement à ce qu’elle proclame,  cette mesure américaine n’a évidemment pas pour but le maintien de la sécurité régionale, mais bien l’ingérence directe dans les affaires des pays de la région et la préparation d’une guerre d’agression dont l’objectif est d’imposer par la force ses conditions à la région arabe par l’intermédiaire du Conseil de Sécurité.

Nous dénonçons la guerre brutale et agressive à l’effet dévastateur tant sur le plan humain que pour les infrastructures de Gaza et de la Cisjordanie, nous dénonçons également la politique de siège et de blocus, et nous appelons les groupes palestiniens à s’unir face à l’agression et à faire cesser le bain de sang. Nous demandons également aux gouvernements des Etats arabes de sortir de leur mutisme et de donner au peuple palestinien leur soutien financier, moral et informationnel.

Nous appelons les mouvements populaires, les syndicats, les mouvements de solidarité et de jeunesse et les partis politiques du monde entier à dénoncer les massacres quotidiens de Gaza et de Cisjordanie aussi bien que  le siège impitoyable et meurtrier imposé au peuple de Gaza qui ne peut obtenir ni médicaments, ni nourriture, ni combustible.

Nous demandons aux gouvernements d’adopter de toute urgence une attitude politique et humaine de soutien au peuple palestinien et de dénoncer la mobilisation des navires de guerre américains. 

http://eldiablo.over-blog.org 

____________________________________________________________________________________


Violence et Politique :


 

En quelques jours entre fin janvier et début février, les forces israéliennes ont abattu un déluge de feu contre la population palestinienne de Gaza, assiégée depuis des mois. Plus de cent morts, des centaines de blessés, des maisons et des oliveraies détruites. Autant de crimes d’Etat.

Comment imaginer un instant que ce terrorisme d’Etat, qui se répète régulièrement, ne susciterait pas de la colère, de la haine, et même des volontés de vengeance ?

L’attentat qui a eu lieu à Jérusalem contre une école talmudique d’extrême droite en découle. La résistance, fut-ce la résistance armée, est totalement légitime et parfaitement légale. Mais il ne s’agit pas d’un acte de résistance palestinienne à l’occupation et à la barbarie des dirigeants et de l’armée d’Israël. Prenant pour cible des civils, cet attentat s’inscrit dans le piège de la stratégie israélienne de violence et de déshumanisation de l’autre considéré pour son appartenance nationale ou confessionnelle et, en ce sens, il est condamnable. La disproportion incroyable des moyens et du nombre de victimes ne saurait faire argument.

Mais la « communauté internationale », la France qui reçoit Shimon Pérès comme un invité d’honneur, doivent cesser de faire semblant de ne pas comprendre qu’à force de laisser Israël dans l’impunité la plus totale, à force de ne pas soutenir les droits et la résistance du peuple palestinien, à force de laisser impunis les crimes de guerre, ils laissent aussi la voie ouverte aux réactions de désespoir de cette nature. Pour les arrêter et pour pouvoir ouvrir une perspective politique fondée sur le droit, il faut mettre un terme au terrorisme d’Etat d’Israël.


  http://www.france-palestine.org/article8426.html



____________________________________________________________________________________



autres blogs E V A : 

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/ 
L'Info sans info...

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/
Un si joli monde....

____________________________________________________________________________________



Invitation
mercredi 26 mars à 19h 30
à l'ambassade de Cuba, à Paris
présentation du livre
 
de Salim Lamrani
 
Double Morale.
Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
En décembre 1996, l’Union européenne s’alignait sur la position d’ingérence étasunienne et exigeait de Cuba « des progrès tangibles sur la voie d’une transition pacifique vers le pluralisme démocratique, le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales ». C’est ainsi qu’est née la position commune européenne vis-à-vis de La Havane, qui est devenue le pilier de la politique étrangère de l’Union européenne à l’égard de Cuba (1).(...)
Dans cet ouvrage, la situation des droits de l’homme au sein de l’Union européenne est disséquée et comparée à celle de Cuba. Le continent américain, du Canada jusqu’en Argentine, est également passé à la loupe. Cette étude est intéressante à plusieurs égards. Tout d’abord, elle démontre que la représentation idéologique que l’on se fait de certains pays est souvent différente de la réalité. Ensuite, elle met en question l’autorité morale de l’Union européenne, qui se pose en juge suprême en matière des droits de l’homme. Enfin, elle remet en cause la légitimité des sanctions contre Cuba officiellement dues à la « situation des droits de l’homme » dans ce pays. Le constat est simple : la crédibilité de l’Europe sur cette épineuse question est relativement faible, pour ne pas dire inexistante.
Introduction au livre de Gianni Mina
 
Le but de cet ouvrage est de montrer au public que la question des droits de l’homme est utilisée de manière arbitraire par les puissants de ce monde, pour des raisons politiques et idéologiques. Les principales victimes de ces campagnes politiques, diplomatiques et médiatiques sont les nations qui ont choisi un modèle de développement différent du néolibéralisme – farouchement défendu par les puissances occidentales, en particulier les Etats-Unis et l’Union européenne –, et qui subissent ainsi un lynchage médiatique et des sanctions imméritées. L’opinion publique, qui endure depuis des décennies cette constante désinformation, est également une victime inconsciente.
Ambassade de Cuba - 16 rue de Presles- Paris 15ème métro Dupleix
__________________________________________________________________________
http://atlasalternatif.over-blog.com/article-17848474.html

 

 

(..) (http://www.b92.net/eng/news/region-article.php?yyyy=2008&mm=03&dd=17&nav_id=48515). De l’avis de beaucoup, cette crise gouvernementale, qui intervient à l'heure où la Macédoine doit négocier son entrée dans l'OTAN, résulte directement de la sécession du Kosovo qui encourage les aspirations des nationalistes albanais en Macédoine. Les partis albanais font aussi pression sur le gouvernement macédonien pour qu'il reconnaisse le régime de Pristina.

daliwhitehouse.jpgAu Tibet des violences ont éclaté à la veille des Jeux Olympiques. Selon les autorités chinoises, le 10 mars plus de 300 moines du monastère de Zhaibung Monastery partisans du Dalaï lama ont fait irruption à Lhassa et manifesté un comportement agressif cherchant la confrontation avec les forces de police. Les violences se seraient ensuite étendues à d’autres monastère (http://english.peopledaily.com.cn/90001/90776/90785/6374438.html). Le Dalaï Lama a été reçu à la Maison blanche l’an dernier. Ses partisans manifestent dans de nombreuses capitales pour denoncer la répression du mouvement indépendantiste par la Chine.

A Moscou, on fait explicitement le lien entre le Kosovo et le Tibet. "Des forces politiques influentes aux Etats-Unis (...) manipulent le mouvement indépendantiste des Tibétains pour empêcher le renforcement impétueux des positions géopolitiques de la Chine dans le monde", a estimé le sinologue Alexeï Maslov dans un entretien accordé à RIA Novosti lundi (http://fr.rian.ru/russia/20080317/101526999.html). 

La dépêche parle de « scénario kosovar » dans l’Himalaya. Dans une interview publiée dans Rossiiskaya Gazeta mardi 18 mars, le ministre des affaires étrangères russe Serguei Lavrov a explicitement repris cette thèse. Il a mis en garde en particulier les pays musulmans contre l'appel à la solidarité islamique lancée « par des pays non arabes et non musulmans » (c’est-à-dire occidentaux), en vertu de laquelle ceux-ci seraient incités à reconnaître l'indépendance du Kosovo. À ce jour seulement 29 pays principalement des pays européens, les États-Unis, le Japon et cinq alliés des États-Unis dans le monde musulman (l'Afghanistan, l'Albanie, l'Arabie Saoudite, la Turquie et le Sénégal) ont reconnu cet Etat autoproclamé (Itar-Tass, 18 mars).

___________________________________________________________________________________


L’agriculture millénaire irakienne détruite par les multinationales agro-alimentaires américaines.

“Contrôlez le pétrole, et vous contrôler des nations entières; contrôlez le système alimentaire, et vous contrôlez les populations.” — Henry Kissinger

suite à

http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/03/11/monsanto-3856770

___________________________________________________________________________________




Le gouvernement fédéral US aurait plus de 100.000 (?) wagons de transport de prisonniers (en stock ou/et en commande)

http://artemisia-college.org/O_ugrave__vont_les_USA__-00-050-01-0189-01.html


voir  http://r-sistons.over-blog.com/article-17821611.html

Nazification des E.U.  - des prisons partout pour les victimes du désordre établi ?

_________________________________________________________________________________


Article:
CE QUE LIESI AVAIT ANTICIPE

Evoquant la Seconde Guerre mondiale, LIESI a déjà fait référence aux
cercles occultes entourant Bertrand Russell, l’un des doctrinaires
favoris de l’Establishment de l’époque et inspirateur de la « guerre
nucléaire préventive ». Selon lui, Hiroshima et Nagasaki étaient ...

 message complet:
http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/03/18/lettre-dainformations-economiques-geopol-3900756


extrait

Les agissements de M. Poutine nous intéressaient bien avant que l’affaire Yukos n’éclate au grand jour. Parce que les liens économiques et financiers tissés entre les pays islamiques et la Russie vont s’avérer lourds de conséquences pour l’Amérique dans les mois à venir.



______________________________________________________________________________________

Madame,

J'ai le plaisir de vous contacter afin de vous faire part d'une manifestation à venir qui,  pourrait vous intéresser.

il s'agit  du  Festival International du Film des Droits de l' Homme (FIFDH) qui se tiendra du 25 mars au 1er avril 2008,  mis en œuvre par l'association Alliance.

Le FIFDH est organisé grâce aux soutiens du Secours- Catholique, de la Mairie de Paris, du Conseil Régional d' Ile de France, l' Acsé, la Vie et FRI.

Par ce mail donc, nous nous permettons donc de vous contacter afin de vous  transmettre une invitation à notre conférence de Presse qui aura lieu le 20 mars prochain. Merci de nous confirmer votre venue si vous le pouvez.

Depuis son origine, le FIFDH s'est donné pour ambition de présenter chaque année au public un panorama de la production cinématographique documentaire la plus récente traitant des droits humains et de donner au public l'occasion de rencontrer les réalisateurs de ces films et, acteurs issus du milieu associatif / ONG , du Monde de la recherche,etc...

- 32 films documentaires présentés en avant-première en France
- Des rencontres-débats après chaque projection, avec des réalisateurs français et étrangers, rejoints en soirée par des intervenants venus de nombreux horizons: chercheurs, journalistes, ONG et défenseurs des droits de l'Homme
- Un temps privilégié de rencontre et de dialogue
- Une occasion rare de voir d'autres images et d'entendre d'autres voix.

Quelques temps forts de la programmation:

- "Triage" dimanche 30 à 18H, en présence de Rony Brauman, président d'honneur de Médecins Sans Frontières pour évoquer l'action humanitaire, ses enjeux et ses ambiguités.
- "War made easy: la guerre pour les Nuls", "Paix, propagande et Terre Promise", "Hollywood et les Arabes", trois films inédits présentés par Sut Jhally, réalisateur, producteur et fondateur de la Media Education Foundation (USA), l'un des principaux acteurs de la critique des médias aux Etats-Unis.
- "Terriens" le film événement de Shaun Monson qui relie enfin le rapport que nous entretenons avec les animaux avec celui que les hommes entretiennent entre eux
- "Technocalyps" la fresque magistrale de Frank Theys sur l'impact prévisible des prochaines évolutions technologiques sur l'espèce humaine
- "Chasseur de dictateurs" de Klaartje Quirijns, en présence du protagoniste principal du film Reed Brody de l'ONG américaine Human Rights Watch,

Pour connaitre les films proposés plus en détail, 
 Site Internet du Festival:
www.festival-droitsdelhomme.org

Tarif: 6e / tarif réduit: 5 e / tarif de groupe: 4e / carnet de 10 entrées: 45 e

Cinéma Action Christine, 4 r Christine, 6ème (M° Odéon - St. Michel)



______________________________________________________________________________________


Salut !
 
Will you please comment about the Segolene Royal affair at Harvard regarding her reported support for the independence of the US territory of Porto Rico?
 
 
Merci

______________________________________________________________________________________



Un lobbyiste pour deux Eurocrates
http://www.marcfievet.com/article-17859567.html

_______________________________________________


Le quotidien italien de grande réputation Corriere Della Sera publie dans sa version en ligne sur Internet, la prise de position de l’ancien chef d’Etat italien Francesco Cossiga, 

selon laquelle le fait que les « attaques » du 11 septembre 2001 sur les tours du World Trade Center à New York ont été mises en scène par les services secrets américains et du Proche-Orient, 

était et est connu de tous les services secrets dans le monde.




L’ancien Président de la République italienne, Francesco Cossiga, est connu pour son franc-parler. Dans une déclaration laconique, il a proclamé que « le roi est nu » : selon lui, comme tous les dirigeants occidentaux le savent, mais comme aucun ne le dit, ce sont les services US et israéliens qui ont perpétré les attentats du 11 septembre 2001.

http://artemisia-college.org/EXTRAORDINAIRE-00-03-01-0185-01.html

______________________________________________

Comme l'a calculé Edward O. Wilson, chercheur à l'université de Harvard aux États-Unis, nous provoquons la disparition de 1 à 10 % des espèces tous les vingt ans, soit environ 27 000 espèces chaque année. Entendons-nous bien : chaque année, 27 000 espèces, et non 27 000 spécimens de ces espèces ! À tel point que sur les 10 millions d'espèces supposées exister, plus du tiers d'entre elles pourrait avoir disparu dans cinquante ans !"

suite :
Son laboratoire ? La Terre !

http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?


__________________________________________________________________




 
 
Lettre à Eva
 

 

.
 
Très chère Eva,
.
avant de changer de directions,
.
ASPETA voudrait te remercier de
ton bienveillant soutien,
tu as été un modèle indispensable a la réalisation de ce projet
qui visait a informer le plus grand nombre
qu'un ordre nouveau se construit au quotidien.
.
La résistance citoyenne, militante, individuelle ou collective
est porteuse de luttes légitimes lorsqu'elle s'engage résolument
comme une sentinelle permanente des dérives, avec une volonté farouche,
pour tenter de dénoncer les dangers qui menacent la République,
.
mais elle n'a finalement que des effets mineurs
pour parvenir à changer le cours des évènements,
c'est un constat qu'il faut accepter,
même si cela parait impensable.
.
Tout d'abord parce cette résistance n'est considérée
que par une minorité de convaincus préalables
et que ce qu'elle leur apporte ne sert qu’à conforter des idéaux
qu'ils partagent déjà, quant aux autres,
beaucoup plus nombreux, ils ne s'informent jamais,
de ce qu'ils jugent comme subversif ou obsolète
et ne peuvent donc être alertés par les doutes soumis
à leurs consciences politiques.
.
Ces conditions rendent impossible que se propagent efficacement
les idées et les projets de sociétés contraires a ceux
dictés par les pouvoirs en place,
et d'autant plus lorsque ces pouvoirs sont validés
par une large majorité silencieuse
qui espère obscurément dans le bien fondé de son suffrage
démocratiquement exprimé.
.
Ensuite parce que les lois se décident à l'Assemblée Nationale
et que malgré toutes les bonnes volontés citoyennes,
l'unique moyen de les rejeter sans crise majeure
est du ressort des députés élus par le peuple,
le gouvernement qui détient cette majorité
peut alors promulguer des lois sans aucune opposition,
le contester serait remettre en cause la démocratie elle même..

Alors,
à quoi sert elle cette résistance sinon à hurler avec les loups
que l'impensable est en cours pendant que des élites mercantiles
décident d'un futur qui leur convient,
ne devrait elle pas consacrer son énergie
a d'autres méthodes plus efficaces,
il faut s'interroger.
.
Dans de telles conditions espérer un vaste mouvement
populaire qui suive des directions révolutionnaires
réclame forcément d'autres moyens que ceux proposés
par la brillante diffusion des analyses de société,
d'autres actions, plus aptes à faire vaciller les certitudes des dirigeants
et de de leur électorat, d'autres résistances appliquées cette fois
à des actes qui deviendraient les conséquences des mots.
.
Mais qui de nos jours est prêt pour ces engagements de terrains
ou ces activismes condamnables ?,
la rue est vide de toute revendication depuis longtemps
et rien ne laisse supposer que cette perspective existe encore,
malgré l'urgence de la situation.

En d'autres temps, les peuples avaient des courages
que notre époque n'a pas su relayer,
ils manifestaient leur mécontentement
jusqu'à obtenir gain de cause,
ils défendaient leurs identités
face aux obscurantismes de l'ordre,
ils croyaient au changement,
ils avaient aussi des leaders qui fédéraient leurs colères,
des organisations qui soutenaient leurs combats,
des médias qui diffusaient leurs causes,
tout ceci a disparu dans les individualismes récurents
et des peurs souvent justifiées.
.
Faudra t-il une catastrophe d'envergure pour que se mobilisent
enfin les populations devenues conscientes
que la situation est désespérée,
une immense bavure qui révèle l'absurdité d'un présent
devenu tragique ou un chaos qui arrivera trop tard
pour garantir un équilibre déjà précaire,
c'est à craindre même si personne ne le souhaite.
.
Hélas, de nos jours, la sincérité citoyenne est confrontée
aux vacarmes mensongers de ceux qui manipulent les opinions,
elle est étouffée et bâillonnée pour ne finalement plus être audible,
elle est censurée et réprimée lorsqu'elle parvient à se faire entendre
pour couper court aux lucidités qui dérangent.
.
C'est donc un combat sans fin face a un ennemi puissant
ayant pour lui la légitimité des institutions
et l'aval d'une population fascinée par des rêves
qui ne sont pas encore devenus des cauchemars,
c'est une lutte stérile dont les fruits avorteront immanquablement
avant de nourrir les appétits de la nation.
.
Il faut alors se résoudre à déposer en partie les armes de l'information
et leur substituer celles de l'action qui consistera à proposer
des alternatives réelles, des solutions concrètes
et des projets cohérentsqui puissent persuader ceux qui doutent,
que c'est encore possible.

Les partis politiques n'en sont visiblement plus capables
et les syndicats n'existent plus, seuls des résistants de l'ombre
pourront parvenir a imaginer ensemble un futur différent,
leurs engagements doivent maintenant aller dans cette voie.
.
Si l'on veut éviter le pire,
et si l'on veut que la raison l'emporte sur la violence.
.
Je sais, Eva, l'immensité de tes motivations et je les partage amplement,
je suis néanmoins persuadé que les conséquences
de celles-ci seraient décisives
si elles se consacraient à inventer ces propositions
porteuses d'espoirs qui manquent à notre actualité.
.
Entre deux constats des lieux.
.
Encore merci et à bientôt sur d'autres chemins,
qui tenteront de proposer plus et de dénoncer moins ...
.
ASPETA

http://aspeta.blogspot.com/

Quand l'Amérique juge un Américain
 

 

Il n'y a pas si longtemps, la chaine CBS à diffusé un 60 minutes pour faire le portrait du nouveau président des Français.

Ce reportage était sensé présenter aux Américains celui qui s'annonçait comme un des leurs.

Un document qui nous montre la manière dont notre chef d'état conçoit ses relations atlantistes récurentes.

.

Vous pourrez le voir en cliquant ce lien





L’Observatoire Politique
 

 

Vous vous demandez si Nicolas Sarkozy respecte ses promesses présidentielles ?

 

 

Vous voudriez juger par vous-même le travail du nouveau Président de la République ?

 

 

L’Observatoire Politique est fait pour vous !

 

 

 





C O M M E N T A I R E S   :    I C I 

_______________________________________________________



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 18:44

lunettes.JPGBonjour,

Vous souvenez-vous, mes amis, de mon article sur le cri de la terre chaque jour piétinée par l' homme (et la femme) ? Aujourd'hui, dans le prolongement de ce que j'ai écrit pour défendre une autre manière de vivre et de consommer, je vous livre ces lignes extraites du quotidien l' Indépendant du 19 octobre 2007. Elles sont imprégnées d'une sagesse dont nous devrions nous inspirer dès maintenant, pour éviter le pire ! (Titre article : Pierre Rabhi, " remettre en cause le modèle dominant ")

" Rencontre avec un sage de l'écologie pour qui le sacro-saint mythe du progrès nous mène à la catastrophe. Un regard lucide mais non désespéré sur notre futur, et celui de nos enfants.

" J'aborde la question de l' écologie d'une manière globale. Tout part de la terre. Elle est de moins en moins vivante à cause des activités agricoles modernes. Les nappes phréatiques elles aussi sont polluées, la bio-diversité a disparu à 60 %. Ajoutez à cela l'extinction des petits paysans, et vous avez la situation catastrophique devant laquelle nous sommes. La production  nourricière est mal gérée, elle crée un dysfonctionnement du système vivant qui apparaît sous nos yeux. La terre produit nos aliments qui sont alors contaminés. Le problème c'est que l'on a maintenant très peu de temps pour rattraper les choses.

" Il faut d'abord prendre conscience que l'écologie n'est pas une matière subsidiaire, mais une donnée fondamentale. Je pense que tout est lié et  qu'il faut, pour s'en sortir, remettre en cause le modèle dominant : celui de la mondialisation. La fausse bonne idée de la mondialisation est une absurdité totale, elle nous a conduit à la catastrophe. Je préfèrerais par exemple avoir à côté de chez moi un petit fabricant de chaussure plutôt que de voir des industries à l'autre bout du monde fabriquer des tonnes de chaussures. Pareil pour les producteurs éloignés de fruits ou de légumes qu'il faut transporter, congeler, décongeler, et qui au final demandent une consommation énorme d'énergie. Nous devons repenser notre société de fond en comble, car nous sommes au bord d'un dépôt de bilan généralisé. Il faut s'engager dans une autre logique, sur une base nouvelle : celle de la modération, ce que j'appelle la " sobriété heureuse ".
 
" ( D. Dupont : Bien des civilisations ont périclité, mais la vie a continué. Pourquoi serait-ce aujourd'hui différent ? " ). Parce qu'aujourd'hui la situation s'est planétisée. Si tout le monde se mettait à consommer comme les habitants des Etats-Unis (soit 5 % de la population), il nous faudrait six ou sept planètes. Nous sommes dans une situation où une petite partie des habitants de la terre, à savoir les pays riches, pillent les réserves de toute l' humanité. Vous comprenez que cette boulimie ne pourra pas durer, que nous ne pouvons indéfiniment continuer sur ce train de vie. C'est la première fois dans l' histoire de l'humanité que nous sommes si près de la falaise. Maintenant, il est vrai que la vie a une puissance de résistance extraordinaire et qu'elle peut s'en sortir. Je n'ai pas de soucis particuliers pour la planète ou pour la vie en général, je suis par contre plus réservé sur l' avenir de l'humanité, en tous cas si elle ne réagit pas immédiatement. Mon action est d' éveiller les consciences.  "

" P. Rabhi, auteur de nombreux livres sur l'écologie, et éveilleur de conscience. Pour lui, le progrès n'est qu'un mythe. Il en appelle à l' insurrection des consciences pour enrayer un processus de consommation qui met en danger l'avenir de la planète. Et pour celui qui milite depuis 45ans dans ce sens, le temps presse " ( l' Indépendant ).

Il y a quelques articles, j'ai appelé à " l' insurrection des peuples ". Lisez.

Eva, résistante à l'intolérable qu'on prépare aux peuples sur leur dos et souvent derrière leur dos. Résistez vous aussi, à chaque instant. Et abonnez-vous (gratuit) à mon blog, voyez newsletters à droite de l'écran, et la rubrique  " recommandez " . Bonsoir, bonjour, comme vous voulez, et à bientôt mes amis connus ou inconnus ! Je vous embrasse.

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages