3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:13


sur le blog http://socio13.wordpress.com/

sur lequel, d'ailleurs, vous trouverez deux articles que je vous recommande,
"comment conjurer la catastrophe"
http://socio13.wordpress.com/2008/10/03/la-catastrophe-imminente-et-les-moyens-de-la-conjurer/#more-5397
"USA, crise financière, l'équivalent d'une nouvelle guerre"
http://socio13.wordpress.com/2008/10/03/etats-unis-crise-financiere-l%e2%80%99equivalent-d%e2%80%99une-nouvelle-guerre/




Publication exceptionnelle :
Spécial UPR qui, en particulier,
décortique les choix désastreux,
en France, en Europe, aux USA.
Décapant !

Quelle que soit votre couleur politique,
vous lirez avec intérêt ces articles
que, pour gagner du temps, je vais vous présenter tels quels,
pardonnez-moi pour la présentation ! Eva

Je vous laisse découvrir le nouveau visage de l'Actualité
dans les sites que j'aime citer,
aujourd'hui je choisis une autre démarche.
J'ai réalisé à votre intention une sélection d'articles
qui vont vous montrer l'Actualité autrement.
Où l'on verra que les médias mentent,
qu'en Afghanistan ou dans le Caucase les choses sont très différentes
de ce qu'on nous montre,
qu'on nous trompe au sujet de la crise, des USA, des engagements français,
de la nature de la démocratie aujourd'hui, etc

Tous les articles de cette publication exceptionnelle
sont issus du site UPR, farouchement attaché à l'indépendance nationale.

Bonne découverte de l'Actualité autrement.
A travers des EXTRAITS d'articles.

Par ailleurs, je vous invite à aller sur mon site
R-sistons à la désinformation,

pour y découvrir le décodage de 25 techniques de désinformation
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-23391706.html

Rendez-vous sur mon blog communion-civilisations
à l'heure où on veut nous dresser les uns contre les autres,

"Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots." Martin Luther King
"Puissent les hommes se souvenir qu'ils sont frères"  Voltaire
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/


Et n'oublions pas :
Le scandale du vote électronique
http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=58


NOUVEAUX
CRIMES DE GUERRE
DES TROUPES
EURO-ATLANTISTES
EN AFGHANISTAN


 
Nicolas Sarkozy et les medias jettent une nouvelle fois de la poudre aux yeux avec un projet " d'Union pour la Méditerranée " qui a été vidé de substance par l'Allemagne et une majorité d'Etats-membres de l'Union européenne. En contradiction avec ces beaux discours, les nouvelles qui nous parviennent d'Afghanistan révèlent la nature guerrière et barbare de la coalition euro-atlantiste.

Une commission d'enquête demandée par le chef de l'Etat afghan Hamid Karzaï vient en effet de conclure que 64 civils ont été tués, voici quelques jours, au cours de deux bombardements de la coalition euro-atlantiste sous commandement américain dans l'est de l'Afghanistan. Une première frappe aérienne a touché le district de Waygal, dans la province du Nouristan (est), faisant 17 morts le 4 juillet. Deux jours après, le 6 juillet, ce sont 47 civils participant à un mariage, dont la future mariée, qui ont péri sous les bombes des troupes américaines et européennes dans le district de Deh Bala, province de Nangarhar, à la frontière avec le Pakistan (est de l'Afghanistan).


Des dizaines de femmes et d'enfants massacrés par les troupes euro-américaines
Le responsable de la commission et vice-président du Sénat, Burhanullah Shinwari, a ainsi déclaré à l'Agence France Presse : "Nous avons découvert que 47 civils, pour la plupart des femmes et des enfants, avaient été tués au cours d'une frappe aérienne et que neuf personnes avaient été blessées. Les victimes étaient toutes des civils et elles n'avaient aucun lien avec les talibans ou Al-Qaïda" ". Le haut responsable du gouvernement pro-occidental de Kaboul a conclu en mettant en garde que "si de tels événements se poursuivent, la population va prendre ses distances avec le gouvernement".

" Il n'y avait que trois hommes parmi les victimes. Toutes les autres étaient des femmes et des enfants", a assuré pour sa part Mohammad Asif Shinwari, membre de la commission d'enquête, confirmant que le groupe accompagnait la future mariée lorsqu'il a été frappé par le bombardement, dans une zone montagneuse. " Le dernier corps a été trouvé hier dans les débris, ce qui porte à 47 le nombre de morts, mais d'autres personnes sont toujours portées disparues" ", a-t-il poursuivi.

La coalition internationale sous commandement américain (Operation dite " Enduring Freedom, Liberté immuable ") avait rejeté ces accusations dans un premier temps, affirmant que "plusieurs insurgés " avaient été tués dans cette frappe aérienne. Officiellement, cet "incident du 6 juillet " fait toujours l'objet d'une enquête de la coalition…

COMMENTAIRE


Les nouvelles en provenance d'Afghanistan sont systématiquement passées sous silence par les grands medias occidentaux, ou reprises de la façon la plus anodine possible. Pourtant, ce qui se passe dans ce pays est dramatique et rappelle les heures les plus noires des massacres de civils commis par les Américains au Vietnam.

Car les forces étrangères en Afghanistan, qui comptent environ 70.000 soldats, notamment européens, sous les bannières de l'OTAN, sont très fréquemment accusées de provoquer la mort de civils dans leurs combats ou leurs bombardements contre les insurgés.

Selon le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, John Holmes, ce sont ainsi quelque 700 civils afghans qui ont été anéantis au cours des six premiers mois de 2008, dont au moins 255 par les forces internationales, la plupart au cours de frappes aériennes.

Ces opérations militaires, qui ont par ailleurs entraîné une hausse record de la production et du trafic d'opium, sont cyniquement intitulées "Liberté immuable". Elles sont la preuve tangible que la construction européenne, loin d'être une œuvre de paix, est au contraire une pourvoyeuse de guerre puisqu'elle assujettit les puissances européennes à la vision géostratégique dramatique du Choc des Civilisations qu'appellent de leurs vœux les Docteurs Folamour de la Maison Blanche.

L'Union Populaire Républicaine (UPR) réclame que la France se désolidarise de ces entreprises criminelles, responsables de massacres de femmes et d'enfants à répétition. La France doit retirer immédiatement les quelque 3.000 soldats français que Nicolas Sarkozy a envoyés sur place par solidarité euro-atlantiste et pour obéir aux instructions de George W. Bush et de son clan.
Reproduction autorisée sur Internet en citant la source : Union Populaire Républicaine
et le lien cliquable :
http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=59

Toutes autres reproductions interdites sans l'accord de l'auteur et de l'UPR




Crise Osséto-Géorgienne :
Qui a piégé qui ?

 
Notre ami Jacques Sapir, directeur d’études et professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, spécialiste reconnu du monde russe, nous a donné son accord pour publier sur le site de l‘Union Populaire Républicaine son analyse très intéressante des récents évènements survenus dans le Caucase, entre la Russie et la Géorgie.


Particulièrement bien documentée, cette analyse révèle ce que pressentait tout citoyen français un tant soit peu méfiant devant l’omniprésente propagande médiatique qui étouffe toute pensée libre en France : les Etats-Unis ont joué un rôle majeur dans la crise de l’Ossétie du sud et dans le déclenchement de la riposte russe. Comme d’autres, cette passionnante enquête doit inciter tous les Français à se mobiliser pour exiger que la France se retire de l’aventurisme guerrier dans lequel veulent nous plonger les Etats-Unis, derrière leurs paravents de l’OTAN et de l’Union européenne, et avec la duplicité du président de la République. 

Assez joué avec le feu pour obéir servilement à Washington ! La France doit quitter le commandement militaire intégré de l’OTAN et l’Union européenne, et retirer ses troupes qui mènent des guerres néo-coloniales, comme en Afghanistan.
Crise Osséto-Géorgienne : Qui a piégé qui ?
Jacques Sapir - 5 septembre 2008


Dans le même temps, les troupes russes stationnées au Caucase du Nord (la 58e Armée) a mené, en présence d’observateurs internationaux, l’exercice Kavkaz-2, qui a impliqué des déploiements importants. Le thème de cet exercice était le déploiement rapide de troupes à haute efficacité opérationnelles pour assurer la protection d’une région menacée par une intervention extérieure. On ne pouvait plus clairement indiquer aux autorités Géorgiennes la volonté du gouvernement russe d’intervenir en cas d’attaque contre l’Abkhazie ou l’Ossétie du Sud. Le déroulement de cet exercice, qui a pris fin le 1er août 2008 a souligné le très haut degré de disponibilité des troupes opérationnelles russes, comme l’ont signalé les observateurs de l’OTAN présents.

Ces informations auraient du conduire les autorités Géorgiennes a une appréciation plus réaliste de leurs capacités militaires en cas d’opération contre l’Ossétie du Sud. La question posée est donc de savoir si les Etats-Unis ont transmis ces informations (et s’ils ne l’ont pas fait, pourquoi ?) et si elles ont été discutées au sein de la chaîne de commandement Géorgienne

Un bombardement de cette ampleur ne pouvait pas ne pas provoquer une forte réponse russe.

Notons que les observateurs militaires de l’OSCE ont signalé ces faits comme le rapporte désormais le Spiegel Allemand. Ils ont signalé la possibilité que les Géorgiens aient commis des crimes de guerre lors de l’attaque de Tskhinvali [2].

Compte tenu du nombre de bâtiments touchés, du fait que le bombardement a eu lieu de nuit, et de l’effet de surprise, il est très probable que le chiffre des victimes soit très élevé, et supérieur à 1000 pour cette seule attaque.

On peut penser que le jeu politique interne en Géorgie, le choc des ambitions et des combinaisons politiques, ait conduit à une prise de risque bien excessive de la part des autorités géorgiennes. Et ceci d’autant plus que la chaîne de commandement est fragmentée. Après tout, les dirigeants géorgiens ne seraient pas les premiers à avoir déclenché une guerre sur la base d’une évaluation stratégique erronée…
Je souligne que si le plan géorgien est bien celui indiqué, alors nous retrouvons une cohérence aux actions militaires géorgiennes des 36 premières heures des combats, y compris l’attaque délibérée sur les troupes russes en position d’observateur, ainsi que le meurtrier bombardement de Tskhinvali et de ses environs, qui ne sont pas compréhensibles autrement



Compte tenu de la présence des conseillers militaires intégrés dans les unités géorgiennes, Washington ne peut pas ignorer ce qui se prépare. D’ailleurs, la mission militaire israélienne (qui entraîne les Géorgiens à l’usage des drones) va se retirer le 6 août…Pourtant, les autorités américaines n’interviennent pas pour calmer le jeu, alors qu’elles disposent des rapports montrant l’état de disponibilité des forces russes (rapports envoyés par les observateurs qui ont assisté aux manœuvres Kavkaz-2 déjà évoquées).
À défaut d’une mise en garde, les autorités américaines auraient pu retirer leurs conseillers. Elles n’en font rien, prenant la responsabilité que des officiers américains soient directement impliqués dans plusieurs violations du Droit International et dans des crimes de guerre. Elles prennent aussi la responsabilité que ces officiers puissent être fait prisonniers. De fait, il y a eu deux occasions ou, le dimanche 10 août, des troupes russes ont été à deux doigts de capturer des officiers américains.
Ils semblent que les officiers russes ont volontairement laissé filer l’unité géorgienne encerclée pour ne pas à avoir à gérer un problème politique quelque peu délicat…


Quoi qu’il en soit, le comportement de Washington est ici hautement irresponsable.

Vladimir Poutine a affirmé que le gouvernement américain aurait commandité l’attaque géorgienne pour favoriser l’élection de McCain. Honnêtement ceci semble à première vue peu croyable ; mais, force est de constater que la responsabilité américaine est bien engagée, au moins indirectement.
A-t-on voulu tendre un piège aux Russes en espérant capitaliser sur la réaction anti-russe de certains pays pour faire avancer des dossiers comme celui de l’élargissement de l’OTAN ou le bouclier anti-missiles, voire effectivement pour relancer la candidature McCain ? Est-ce une simple suite d’incompétences dans l’administration US ?
À l’heure actuelle les deux hypothèses, celle impliquant la manipulation et celle impliquant une suite d’erreurs de jugement, sont plausibles.

Ce qui n’est pas plausible est la thèse d’une administration américaine qui n’aurait pas été au courant de ce qui se tramait. La réaction israélienne le montre.

Si « piège » il y eut, il ne vint pas de Moscou.

http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=62


 
LA FRANCE DANS L’ENGRENAGE D’UNE GUERRE A OUTRANCE
c'est le prix de l'euro-atlantisme
C'est le prix de l'euro-atlantisme


des missiles américains s'abattent quasi-quotidiennement sur les zones tribales pakistanaises frontalières avec l'Afghanistan, où Washington assure qu'Al-Qaïda et les talibans afghans auraient "reconstitué leurs forces".


Le silence complice des medias occidentaux

Presque chaque jour, en Afghanistan et maintenant au Pakistan, ce sont ainsi des femmes et des enfants qui périssent sous les bombardements des Américains et de leurs alliés de l’Union dite "européenne". Ces crimes de guerre qui révoltent la conscience sont systématiquement occultés ou minimisés par les medias occidentaux, car la Pensée unique européiste exige que nous admettions sans discuter que les Etats-Unis, l’OTAN et l’Union européenne sont les forces du Bien.
La France a désormais 20.000 soldats à l’étranger …

Ce silence médiatique vise à empêcher que l’opinion publique ne commence à s’inquiéter des conséquences de la politique militaire conduite tous azimuts par Nicolas Sarkozy, tant en ce qui concerne la Paix du monde que la vie de nos soldats et la sécurité collective des Français.

Mais, pendant que l’opinion publique est maintenue dans l’ignorance, c'est une inquiétude croissante qui se fait jour dans les cercles politiques et militaires.

Ainsi, hier 4 septembre, le président UMP de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale, Guy Teissier, n'y est pas allé par quatre chemins pour tirer la sonnette d’alarme au cours de sa conférence de presse. Après avoir rappelé que "la France est engagée dans un nombre d'opérations extérieures très important et nous ne pourrons pas être sur ces terrains d'une manière pérenne", le parlementaire UMP a révélé son angoisse : "Quand on voit le Tchad, le Liban, la Côte d'Ivoire, le Kosovo, est-ce qu'on pourra tenir partout ?"

De fait, et à l’insu des Français, la France compte désormais la bagatelle de 20.000 soldats en opération sur différents points chauds du globe et le député semble penser que le point limite est atteint, en particulier pour l'armée de terre, qu'il juge "terriblement sollicitée".



Les USA et l’Union européenne entraînent la France dans un engrenage de plus en plus meurtrier

Concernant l'Afghanistan, Guy Tessier – en bon UMP tenu de s’aligner sur la position de l’Elysée - a affirmé sa conviction que Kaboul redeviendrait l'épicentre du djihadisme mondial si l'Occident abandonnait le pays. Il a cependant été obligé de reconnaître devant les journalistes que les Occidentaux étaient passés d'une logique de maintien de la paix à une logique de guerre.

En bref, on ne saurait mieux dire que l’inquiétude a gagné les plus hautes sphères politiques et militaires du pays sur le destin de cette armada militaire française envoyée aux quatre coins du globe. Et cette inquiétude ressentie face aux difficultés du terrain amène, comme hélas si souvent dans l’histoire, non pas à reconsidérer l’ensemble des opérations, leur bien-fondé et leurs conséquences, mais à foncer tête baissée dans le renforcement des moyens militaires.

Plusieurs experts français tirent la sonnette d’alarme : cet engrenage meurtrier n’aura pour effet que de répandre partout la haine anti-occidentale

L'UNION EUROPÉENNE, EMPOISONNEUSE DES PEUPLES
 
L’Association Santé Environnement France (Asef), association regroupant environ 900 médecins français, vient de dénoncer les nouvelles normes européennes en matière de pesticides dans les aliments, refusant ces "plafonds toxiques qui peuvent compromettre la santé humaine. Les décisions européennes concernant l'harmonisation des taux de pesticides semblent issues de la politique du nivellement par le bas. Nous, médecins de terrain, refusons ces plafonds toxiques qui peuvent compromettre la santé humaine".
http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=64



SILENCE RADIO SUR L’EFFONDREMENT
DU MODELE AMERICAIN

 
SARKOZY + UMP + MODEM + PS = RIEN
En ce mercredi 17 septembre 2008, alors que les marchés financiers du monde entier continuent de s’effondrer et que les nouvelles de faillites retentissantes de banques et d’assurances s’accumulent, voici quelles ont été les principales déclarations des dirigeants des partis politiques français qui monopolisent environ 95% de l’espace médiatique :
La débâcle économique et financière qui ne cesse de se propager dans le monde et dont l’épicentre est aux Etats-Unis ne provoque qu’un immense silence embarrassé dans tous les grands partis qui se partagent le pouvoir et qui monopolisent les medias en France.

L’exemple le plus spectaculaire de cet effarant silence est probablement celui de Nicolas Sarkozy, pourtant jamais avare de déclarations sur tout et n’importe quoi. Depuis plusieurs jours, le président de la République semble focaliser son attention sur la lutter contre la piraterie à bord des yachts de luxe croisant au large de pays où l'on meurt de faim, comme la Somalie. En revanche, le tsunami financier qui arrive et qui risque d’engloutir toutes les économies de la planète n’a pas trouvé moyen de lui tirer une phrase.

La raison de ce mutisme général ? Les dirigeants de l’UMP et de ses satellites, du MODEM et du PS ont, depuis des années, abdiqué tout esprit de réflexion national, préférant se vautrer dans l’imitation et l’admiration les plus serviles de l’Empire euro-atlantiste. Tous ont admis et déclaré que la mondialisation était "inévitable", tous nous ont donné en modèle la prétendue vitalité américaine, la prétendue modernité britannique, la prétendue nécessité de former les jeunes Français au métier d’avenir qu’était la finance.

Au moment où tout s’effondre, tous ces silences sont des aveux.
Reproduction autorisée sur Internet en citant la source : Union Populaire Républicaine
et le lien cliquable :
http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=66

Toutes autres reproductions interdites sans l'accord de l'auteur et de l'UPR



USA : LA REVOLTE DE LA BASE
CONTRE LE PARTI UNIQUE
"REPUBLOCRATE"


 
L'information, spectaculaire, est tombée dans la soirée de ce lundi 29 septembre 2008 : par 228 voix Contre et 205 voix Pour, les Représentants de la chambre basse du Congrès ont créé la surprise en rejetant le plan Paulson - baptisé «Loi sur la stabilisation économique d'urgence de 2008» - d'un montant de 700 milliards de dollars.

Au cours d'un débat vif et passionné, les parlementaires de la Chambre des représentants, républicains et démocrates, se sont retrouvés pour exprimer leur opposition farouche à ce plan qui consistait à faire financer par le contribuable les pertes phénoménales, se chiffrant probablement en milliers de milliards de dollars, causées par l'ensemble des dirigeants du monde financier avec la connivence des milieux politiques.
Rejeté, selon les sondages, par plus d'un Américains sur deux, ce plan Paulson était devenu de plus en plus critiqué, y compris par de nombreux économistes, au fil des négociations, malgré la multiplication des appels angoissés lancés par un Président Bush aux abois [cf. notre éditorial du 26 septembre].

"Wall Street ne paye même pas un centime ! » .

Sitôt la nouvelle du rejet connue, la bourse de Wall street s'est effondrée à un rythme jamais vu dans toute l'histoire américaine, même au plus fort des guerres et de la crise des années 30 : le Dow Jones, l'indice-phare des principales valeurs, a en effet perdu 6,98%, soit une perte historique de près de 800 points, et l'indice Nasdaq a perdu 9,14%.


  USA : LA REVOLTE DU PEUPLE
CONTRE LE BIPARTISME / PARTI UNIQUE


Le rejet inattendu du fameux « Plan Paulson » par les parlementaires américains est d'une portée historique à deux égards.

D'un point de vue économique, il ouvre la porte à une nouvelle aggravation de la crise financière qui est en train de détruire l'ensemble du système financier international. Les parlementaires ont certes la possibilité de revoter le plan dans les jours qui viennent. Mais, outre qu'il s'est trouvé une majorité importante de parlementaires pour voter Non et dont on ne voit pas pourquoi ils changeraient d'avis, la perte de crédibilité de l'exécutif américain est désormais consommé. Il est maintenant trop tard pour enrayer la fuite en avant vers l'inconnu et les marchés financiers vont très probablement chuter de façon vertigineuse dans le monde entier au cours des tout prochains jours.

D'un point de vue politique, les parlementaires américains ont administré la gifle la plus cinglante que l'on ait vu dans l'histoire américaine, non seulement à l'exécutif sortant, mais aussi aux deux candidats, républicain et démocrate, à l'élection présidentielle qui se tient dans six semaines. Car John Mc Cain et Barack Obama, qui avaient l'un et l'autre obéi servilement aux donneurs d'ordre de Wall street en acquiesçant au Plan Paulson, sont également les principales victimes du camouflet. C'est aussi, et enfin, un geste de défiance sans précédent adressé par les élus de terrain aux appareils politiques des partis Républicain et Démocrate.

Le Plan Paulson, aimablement qualifié de "plan de sauvetage" par les medias à la botte, est en réalité un hold-up monstrueux sur le niveau de vie des contribuables modestes, sommés de payer les dettes des milliardaires de Wall street. La nouveauté tient au fait que le peuple américain l'a compris, et qu'il a exigé de ses représentants qu'ils s'y opposent. C'est donc sous l'effet d'une révolte de la base contre le consensus obligatoire que les parlementaires américains, républicains comme démocrates, ont été amenés à refuser de voter le hold-up prémédité par les appareils de leurs propres partis; dont la complicité saute ainsi aux yeux de tous. Les partis républicain et démocrate ne sont que les deux faces du même système de parti unique à deux visages, exactement comparable au système UMP-PS qui a été mis sur pied en France depuis une quinzaine d'années.

A cet titre, le rejet du Plan Paulson par les parlementaires américains a un aspect salutaire : il sonne pour la première fois comme la remise en cause du système de parti unique imposé dans tous les pays occidentaux par les détenteurs du pouvoir financier. Il est probable que ce rejet ne fait que commencer et va s'étendre, fort heureusement, à l'ensemble des pays occidentaux.
Reproduction autorisée sur Internet en citant la source : Union Populaire Républicaine
et le lien cliquable :
http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=68




DEXIA : LES FRANCAIS S'INTERROGENT
 
Nous recevons de nombreux messages d'internautes au sujet de la crise financière. Le "sauvetage" de DEXIA a suscité quelques vives réactions dont certaines sont si intéressantes qu'elles nous ont donné l'idée de créer une rubrique "Courriers des lecteurs"

J'apprends que l'État va dépenser 3 milliards d'euros pour renflouer Dexia et je trouve sur le site de Dexia un communiqué révélant que Dexia interviendra dans les prêts aux collectivités locales pour 3 milliards d'euros dans le cadre "d'un partenariat inédit (...) pour les travaux réalisés dans le cadre du Grenelle de l'environnement".

Par ailleurs, la presse répète que l'activité principale de Dexia est le financement des collectivités locales. Et de l'Etat ?

Je ne comprenais déjà pas pourquoi l'Etat passait par une banque privée pour financer SES PROPRES DEPENSES, donc payait des intérêts POUR RIEN, alors qu'il pourrait et devrait se financer seul, mais c'est encore plus incompréhensible si l'Etat est obligé de racheter cette banque en déconfiture (laquelle déconfiture n'a rien à voir avec l'activité affichée de la banque, aucune collectivité locale empruntrice n'ayant été défaillante).

Est-ce normal que l'Etat possède une banque dont les seules fonctions sont :

- prélever inutilement des intérêts sur les dépenses publiques ?

- réaliser des placements pourris qui obligent ensuite l'Etat à voler à son secours ?


Ne pourrait-on pas procéder plus simplement et en ne gaspillant pas l'argent public si l'Etat versait directement aux collectivités locales ce qu'il leur doit ?

Ce système aberrant a certainement profité à quelqu'un. A qui ? Sachant que ceux qui l'on mis en place ont toutes les compétences nécessaires, il n'est pas imaginable qu'ils n'aient pas réalisé son aberration.


Dans ce cas, la mise en place de ce système ne s'apparente t-elle pas à du détournement de fonds publics ?


Vous remerciant par avance pour votre réponse,

Un contribuable en colère


http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=69



GEORGE W. BUSH PANIQUE :
"SI L'ARGENT N'EST PAS LACHÉ,
TOUT SERA FOUTU !".



L' EMPIRE AUX ABOIS
 
Dans une allocution télévisée exceptionnelle de moins de deux minutes, le président américain George W. Bush vient d'implorer le Congrès d'adopter rapidement le plan de sauvetage du secteur bancaire proposé par son administration, en affirmant que tout le monde était d'accord pour "que quelque chose d'essentiel" soit fait.

"Nous avons besoin d'un plan de sauvetage du secteur financier, nous devons agir rapidement", a supplié le président Bush, en admettant que "nous avons un gros problème". Il faisait ainsi référence à l'échec d'une réunion sans précédent à la Maison Blanche sur la crise financière, avec les deux candidats à la présidentielle, Barack Obama et John McCain, et les chefs de file des partis démocrate et républicain. Cette déclaration alarmiste et solennelle intervient le jour même où l'on a appris la faillite du groupe financier Washington Mutual, plus grosse faillite bancaire de tous les temps.

Des propos de mafieux

Mais surtout, les médias américains ont relayé toute a journée une déclaration paniquée que George W. Bush a lâché devant ses visiteurs lors de la réunion d'hier. S'exprimant dans un langage de mafieux, le locataire de la Maison Blanche a en effet avoué que "si l'argent n'est pas lâché, tout sera foutu". .

Ces propos stupéfiants dans la forme comme dans le fond n'ont été ni confirmés ni démentis par la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino : "Ce n'est pas quelque chose que j'ai écrit, ni dont je me souvienne précisément", a-t-elle dit. Mais "c'est une façon fleurie et abrupte de décrire la gravité de la situation (...) et cela n'a échappé à personne dans la salle", a-t-elle relevé.

L'EMPIRE AUX ABOIS


Un commentaire est-il utile ? Non, tout le monde comprend désormais l'exceptionnelle gravité et le caractère historique de ce qui se profile. Ce dont il est question, c'est non seulement d'une crise financière puis économique de première magnitude, mais aussi, et plus abruptement, de la fin de l'hégémonie américaine sur le monde.

Si la crise inquiète légitimement à travers le monde, force est de constater que l'hypothèse d'un coup d'arrêt à l'impérialisme et à l'arrogance de l'Empire américain réjouit secrètement des pans entiers de l'opinion publique française et mondiale.

"La Roche Tarpéienne est proche du Capitole." («Arx tarpeia Capitoli proxima») disait le proverbe romain. Le dicton est en train de se vérifier, semble-t-il, pour la suprématie américaine et la fin de la présidence Bush a de fortes probabilités de se transformer en cauchemar.





Reproduction autorisée sur Internet en citant la source : Union Populaire Républicaine
et le lien cliquable :
http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=67

Toutes autres reproductions interdites sans l'accord de l'auteur et de l'UPR


Quelques liens :



Crise systémique globale (selon LEAP/2020)
http://millesime.over-blog.com/article-23360995.html

Récession (sur un  site que j'apprécie beaucoup)
http://poly-tics.over-blog.com/article-23383697.html

Les dessous de la crise financière; échec du capitalisme et de l'impérialisme
http://www.alterinfo.net/index.php?action=breve&id_article=1054317

La Babel du Travail et le Grand Prolétariat européen 
http://www.marcfievet.com/article-23438079.html  







Il a été décidé que les capacités nucléaires d'Israël fassent l'objet d'un examen approfondi lors de la 52eme session annuelle de l'AIEA. Rappelons que les Etats-Unis et le Canada se sont énergiquement opposés à cette mesure qui a été toutefois ratifiée grâce aux voix des représentants de l'UE, des pays non alignés et de l'Iran
http://www.alterinfo.net/index.php?action=breve&id_article=1054317**

Lanceurs d'alerte devant la Justice
http://www.novethic.fr/novethic/v3/dossier.jsp?id=117167&newsletter=ok&cat=nav_gauche

Correa (quateur) : " La dette extérieure est illégitime"
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7192





C O M M E N T A I R E S  :  I C I
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 11:27
 
L'horreur en marche, pour masquer la crise, la déroute américaine, et pour enrichir les industriels de la guerre et les grandes banques ?

Mail reçu à l'instant
pour me faire part de ce communiqué  :




http://fr.altermedia.info/general/la-guerre-contre-liran-extremement-proche_ 16615.html

La crise financière ne les arrêtera pas, bien au contraire. Elle
devrait même précipiter l’aventurisme américain.

Une importante armada alliée est désormais positionnée dans l’Océan indien dans la perspective de frappes imminentes sur l' Iran. 

Cette armada comprend deux des plus gros porte-avions de l’US Navy, deux
porte aéronefs, dont l’un des Marines, un sous marin nucléaire
Français ainsi que l’ensemble de leurs groupes de combat associés.

Des navires d’assaut amphibie des Marines et leurs groupes
expéditionnaires font partie de la Task Force ainsi que des unités des
forces spéciales de l’US Navy.

Les porte-avions USS Ronald Reagan et USS Roosevelt, flanqués de leurs
groupes d’attaque, ont quitté leurs bases respectives du Japon et de
Virginie. Ils se sont déployés dans la zone qui s’étend du Golfe Persique à
l’océan indien occidental.

6 porte avions et l’ensemble de leurs navires d’escorte sont
désormais à proximité du Golfe. Au total, ce sont plus de 100
bâtiments de combat qui sont sur zone et plus de 1500 avions. Il s’agit
là d’une concentration navale sans précédent depuis la première
guerre du Golfe en 1991.


Les essais de la nouvelle bombe anti-bunker américaine (MOP) sont
terminés depuis début juillet ainsi que les exercices de bombardement
réalisés à Guam. Le Koweït a mis ses forces armées en état
d’alerte.

Au vu d’un tel déploiement on est en droit de penser que les USA ont
choisi la fuite en avant !

http://fr.altermedia.info/

28.9.8

Lu ce 28.9.8 à 18 h :

Iran : Israel pourrait agir
devant le refus des sanctions

Un article sur Eva http://r-sistons.over-blog.com eveille mon attention sur une information critique.

Alors que ce matin en radio sur la RTBF on nous précisait que l'administration Bush était totalement opposée à une action militaire sur l'Iran, il semble bien qu'Israel réfléchisse sérieusement à prendre le "taureau par les cornes". Cela fait un moment déjà que plusieurs communiqués de presse internationaux ont rapporté les propos de dirigeants israeliens sur le fait "qu'une intervention armée contre l'Iran était inévitable". Il est vrai que les USA avaient semble t-il mis leur véto sur cette option. Toutefois, les échanges verbaux entre Israel et l'Iran, qui ont lieu aux Nations Unies ces tous derniers jours, nous ont encore montré combien ces deux nations se vouent une haine réciproque. De plus, Nicolas Sarkozy avait déjà prévenu lors d'une récente visite au moyen orient "on pourrait se réveiller un matin avec Israel qui a frappé l'Iran"... C'est dire si c'ette méchante idée plâne dans les esprits. Cela n'a semble t-il pas échappé aux iranniens qui ont multiplié les avertissements sur les répliques immédiates qu'une attaque sur leur territoire entrainerait.

Alors que Tzipi Livni travaille sur un accord de gouvernement bicéphal avec Barak,  le processus d'analyse des possibilités de frappes imilitaires est toujours bien vivant et actif au sein du conseil des ministres israeliens, conseil où un général de brigade est venu faire un exposé sur la situation et même un plaidoyer circonstancié en faveur d'une intervention ... Un créneau "idéal" semble ouvert en ce moment avant l'arrivée d'un prochain Président US. Je vous laisse lire l'article de Jean Tsadik pour Metula News agency...

http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2008/09/iran-israel-p-1.html#more

Et le 25.9, concernant les manoeuvres en Belgique :

Manoeuvres interalliées !

Une personne qui m'est très proche et qui dispose de très bonnes entrées directes dans les cercles bien informés (UE, OTAN, etc.) a demandé à l'un de ses contacts directs si il avait des informations à propos des manoeuvres de la nuit de lundi à mardi dans le ciel belge.

Il a lui a été répondu ceci : "il s'agit de manoeuvres interalliées qui se déroulent chaque année à la même époque".

Donc oui, il y a bien eu une armada dans le ciel belge composée de groupes militaires de différentes nationalités, ce qui explique le volume énorme des mouvements en une seule nuit. "A la même époque chaque année", personnellement je ne me souviens pas d'un tel déballement de forces aériennes dans notre Pays et par ailleurs, mon entourage direct, comme moi même, ne souvient que de celui de 1991... Cela dit, je dois admettre qu'aujourdhui encore ça vole pas mal depuis le matin dans la région.

S'il ne s'agit que de manoeuvres militaires, on peut toutefois regretter que celles ci n'aient pas fait l'objet d'un simple avertissement à la population. Par ailleurs, il est peu probable que les autorités militaires nous informent de leur plan. L'avenir nous dira... sujet clos pour l'instant. La vraie bataille en cours c'est pour cette fin d'apès-midi dans le bureau d'un certain G. Bush.

http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2008/09/manoeuvres-inte.html


_____________________________________________________________________________________________________


Israël et les USA :

Il a souvent été reproché aux USA d'être prisonnier des lobbies israéliens, de faire la politique décidée dans l'intérêt d'Israël avant le leur.  Ce n'est évidemment pas normal qu'un  Etat sacrifie son indépendance, qu'il fasse passer les intérêts d'un autre pays avant le sien. Mais passons.

Je viens de trouver un article qui, s'il dit vrai, illustre parfaitement cette anomalie :

Sarah Palin à Peres: "Le seul drapeau dans mon bureau est le drapeau israélien".

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkkkypuVApvELQTIuh.shtml

Ahurissant, non ? 

____________________________________________________________________________________


Le système libéral implose ! 


En ce moment, les dirigeants US nous vantent nerveusement des accords "tous proches d'être conclus sur le plan Paulson" mais en fait pas encore finalisés et surtout pas encore votés par le congrès ! Donc rien n'est encore fait et mon petit doigt me dit qu'il va encore y avoir l'un ou l'autre imprévus dans ce processus. Pendant ce temps, les citoyens américains commencent à s'agiter... Si cela ne s'arrange pas très vite et très bien, les USA pourraient vivre un effondrement économique mais... aussi social. Certains ont d'ailleurs pronostiqué l'instauration d'une loi martiale dans le courant d'octobre aux USA... Spéculation ou sources bien informées ? Nous le saurons très vite.

Au même moment en Europe, ca chauffe dans les conseils des ministres à propos de banques en grande difficulté qu'il faut refinancer voire nationaliser: Angleterre et Belgique.  Rien qu'en Belgique et à propos de la Fortis, on voit défiler ce dimanche les pontes des institutions financières européennes : "une solution doit être trouvée d'urgence avant l'ouverture des marchés" déclarait le Ministre des finances belges Didier Reynders.  Là aussi, il reste quelques heures avant une catastrophe. En Belgique, on peut être sûr qu'une nationalisation lèverait bien des affrontements politiques et que cela ferait couler des tonnes d'encre et de salive dans les heures qui suivent : fronde des actionnaires, commentaires acides des politiques (sur fond d'affrontement communautaire et partisant), interrogation des citoyens interloqués par une situation inimaginable, etc. L'intervention des Etats s'apparente de plus en plus à un sauvetage en urgence, comme on jetait les canots à la mer quand l'insubmersible Titanic commençait à sombrer dans le froid polaire.

Dans tous les cas, on parle en heure même plus en jours. Quand je pense qu'il y a 15 jours encore d'ici "on" nous disait que tout cela allait s'arranger, qu'il ne fallait pas paniquer, que les banques étaient solides, que dans le cas de la Fortis "ce n'était que des rumeurs" et que le gouvernement allait enquêter (foutaises !!). Quelle accélération ! Quel retournement de situation ! La vérité est que les dirigeants des banques sont dépassés par les événements. Ils ne comprennent plus, ils ne maitrisent plus les situations. Ils sont largués au figuré et parfois virés au propre dans le cas du compte M. Lippens pour la Fortis. La cause ? Rumeurs, sans doute pas et pourquoi un tel remue ménage si il ne s'agissait que de rumeurs infondées ? Manipulation financière à l'échelle mondiale par des mains invisibles fort certainement.

Nous pouvons déjà conclure une chose avec certitude : les marchés financiers sont en panne totale et ne peuvent plus être sauvés sans l'intervention des Etats. Nous assistons à l'implosion du système libéral et c'est une R E V O L U T I O N silencieuse à laquelle nous assistons ! Que et qui va t-il émerger de ces tourments ? 

Si tout cela ne suffisait pas encore à sauver définitivement la paquebot finance (car tous les cadavres ne sont pas encore sortis des armoires bancaires. Pensez aux CDS !) cela signerait-il alors la défaillance des Etats eux-mêmes qui se sont dangereusement engagés ? N'est-ce pas in fine toute notre "société moderne démocratique" qui est déjà en danger immédiat ?
Pour en savoir plus :

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23233048.html 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 14:22
   


Copyright 2008 - AFP - yahoo.com

Article Eva :
On cherche à tuer
l'espérance bolivarienne.

Le cancer de l'Amérique Latine.
Promotion du produit Uribe.
Colombie, Israël de l'Amérique Latine
Utilisation d' Ingrid.
Mensonges répercutés par les Médias.



Mes amis

Bravo pour le retour à la vie, en quelque sorte, d'Ingrid, cette femme courageuse, pugnace, idéaliste (elle a choisi une vie difficile, elle a choisi de déserter le cocon de son milieu de diplomates), enjouée et magnanime.

Mais vous le savez, ce blog aime voir ce qui se passe derrière le décor, et l'analyser. C'est sa fonction. Et là, derrière les lambris dorés, les mots onctueux, les mises en scène médiatisées, transperce une réalité immonde.

D'abord, l'ombre de l'Amérique des néocons se profile derrière ces événements, pour promouvoir "sa" vision des choses : Un monde privé de liberté, à la botte de l'Empire, un monde où les forts écrasent les faibles, un monde où l'on se livre une lutte acharnée pour le pouvoir, l'argent idolâtré, les meilleures places, sans tenir compte du prix payé par la multitude. Sarkozy, en France, en est l'illustre représentant  : Concurrence, compétition acharnée, réussite, profit, guerres préventives illimitées, choc des civilisations, etc.... au détriment de l'humain, tout simplement. Ce n'est pas ma conception de la vie, pour moi la vraie richesse est intérieure, la vraie intelligence est celle du coeur, et la vraie réussite est dans le service rendu à l'autre, dans l'amour du prochain. Et tout être vivant est proche ! 

Ensuite, les médias commencent leur travail de promotion de l'Ordre impérial, manichéen, le bon Uribe, le méchant Chavez. A l'instant, sur FR3, le commentateur, un communautariste convaincu, donne son analyse : "Le grand vainqueur est Uribe, le grand vaincu est Chavez". Non, Monsieur, le grand vainqueur est l'Empire du Mal, matérialiste, cynique, cupide, et le grand vaincu, c'est un idéal de dignité pour tous, ce sont les peuples, c'est l'espérance latino-américaine, bolivarienne - qu'on veut assassiner comme on a tué Allende. Au bénéfice des multinationales américaines, je le dis avec dégoût. Cette Amérique-là est criminelle.

Les USA achètent tout, avec leurs dollars pourris. Même les consciences, même les idéaux. Ils ont acheté la libération d'Ingrid, et des guerrilleros ont vendu leur âme pour un plat de lentilles à la sauce yankee. L'argent pervertit tout. Avec les Américains, on achète, on vend, même des êtres humains. On retrouve la grande époque de l'esclavage. En fait, dans leur mental, il est toujours vivant, prêt à résurgir. Car l'Empire veut faire de chacun de nous ses serfs, soumis et taillables et corvéables à merci. Et il achète des hommes qui étaient prêts à mourir pour leur idéal de Justice. L'Argent corrompt tout. Trahisons en série : Trahison des peuples, trahisons de causes justes, elles-mêmes perverties par le narco-trafic.

Ensuite, on nous ment. Opération 100 % colombienne, faux, mise en scène de l' Empire. Réussite des Renseignements et de l'armée colombiennes, faux, opération montée par les Services secrets américains et israéliens. Héros Uribe, faux : Un ultra-réactionnaire au service des Puissances de l'argent, un narco-trafiquant, un criminel.

Enfin, quel est le but de toute cette mascarade ?

Promotion du produit Uribe.

Je vais vous le dire : Faire la  promotion du produit Uribe. Une valeur forte pour l'Empire. La Colombie, c'est l' Israël de l'Amérique Latine, qu'on voudrait transformer en cancer de cette région du monde. Détruisant peu à peu toutes les cellules d'un corps libre, bolivarien, indépendant, non aligné. Sous-marin d'un  "ordre" au service des multinationales de l'0ccident, de Wall street, de la City de Londres.  Et dépouillant les peuples de leur souveraineté, de leurs prérogatives, de leurs ressources, de leurs solidarités. C'est Chavez, le défenseur des pauvres, qui est visé. J'étais la première à vous alerter sur les motivations réelles de toute cette mise en scène, de toute cette mascarade, la première à vous dire qui étaient les vrais auteurs. Vous voyez, je vous informe. Maintenant, tout - pas vraiment - éclate au grand jour.

Et je pense aussi que, d'une certaine façon, c'est la liberté qu'on est en train de tuer. La liberté pour les peuples de se choisir un destin, au lieu de subir la loi du plus fort, de l'argent-Roi, du Veau d'or. 

Oui, on ne vous dit pas tout, car on ne vous dit pas encore qu'Uribe veut brider un 3e mandat, ce qui est anti-constitutionnel, en profitant de sa popularité, et pour servir l'Empire : Pas son peuple, pas les peuples. Il faut sauver les multinationales, et tuer l'espérance bolivarienne. Il faut offrir au vampire anglo-usraélien le sang de millions d'êtres humains. Pour qu'il prospère, lui. Lui, et lui seul. Au détriment du plus grand nombre.

Maintenant, les médias scélérats vont faire leur boulot d'intoxication. Sarkozy va gagner quelques points, et d'ailleurs hypocritement il vient, devant les caméras du monde entier, d'évoquer "tous ceux qui souffrent dans le monde" tandis qu'à l'Assemblée, dans le silence assourdissant de la presse, les élus travaillent à la démolition du modèle social français. Et le produit Uribe, le principal narco-trafiquant d'Amérique latine, va être promu, afin de commencer à entreprendre méthodiquement la lutte contre les peuples de cette région du monde - contre l'idéal de Justice, donc. 

Ingrid, chère Ingrid, ne vois-tu donc pas que tu es utilisée, tout simplement ? Pour redresser la courbe de popularité de Sarkozy, et pour la promotion d'un Ordre injuste qui n'est pas le tien. En définitive, afin de tuer l'espérance populaire incarnée par les Chavez, les Morales, etc

Oui, je le répète, l'Empire, via les médias collabos, a gagné. Et le peuple a perdu.

Une fois de plus... 

Votre Eva

Abonnez-vous à mon blog libre, humaniste, courageux.

Tags : l'Empire, USA, esclavage, Israël, Uribe, parlement français, modèle social, Chavez, Moralès, espérance bolivarienne, Occident, argent, Wall Street, La City de Londres, concurrence, profit, compétition, médias collabos, narco-trafic, Sarkozy ... 


Ingrid Betancourt:
une libération achetée
par les USA ?
Ingrid Betancourt et 14 otages des FARC n'auraient pas été libérés au cours d'une action militaire, mais achetés au terme d'une opération de retournement et d'infiltration de leurs gardiens. Une information exclusive de la RSR.
Cliquez pour voir l'animation

Une source fiable, éprouvée à maintes reprises au cours de ces vingt dernières années, a fourni des détails à notre collègue Frédéric Blassel. Selon elle, le montant de la transaction est de quelque vingt millions de dollars.

C'est l'épouse du gardien des otages, aperçue par Ingrid Betancourt nue et bâillonnée au pied de l'hélicoptère, qui a servi d'intermédiaire depuis son arrestation par les forces régulières colombiennes. Elle a permis d'ouvrir un canal de négociations avec les preneurs d'otages et d'obtenir de leur gardien, Geraldo Aguilar, qu'il change de camp.

L'opération armée serait une mascarade

A l'origine de la transaction, les Etats-Unis, qui comptaient trois agents du FBI parmi les quinze otages. En principe, le FBI n'intervient pas à l'étranger, mais les trois agents avaient été prêtés par l'agence à la DEA, l'Agence américaine fédérale de lutte contre le trafic de drogues. Avec l'Afghanistan, la Colombie est en effet l'une des deux principales bases d'intervention de la DEA à l'étranger.

Cette libération, arme au poing et façon opération Ninja, ne serait donc qu'une vaste mascarade. L'élément qui a déjà mis la puce à l'oreille de nombreux observateurs, c'est qu'elle s'est déroulée sans la moindre anicroche, on peut dire comme sur du papier à musique. Même les otages ont été dupés, semble-t-il, dans un premier temps, par cette mise en scène.

Enfin, hormis de rares images, aucune vidéo complète de l'opération n'a été diffusée, alors qu'en général ce type d'opération est toujours filmé de bout en bout par un membre du commando. Puisque l'opération a été un succès, pourquoi cette vidéo n'a-t-elle pas été diffusée ?

Les raisons d'une mise en scène

Cette fiction permet au président colombien Alvaro Uribe de s'en tenir, du moins officiellement, à sa ligne dure, qui exclut toute négociation avec les rebelles, aussi longtemps que les otages ne sont pas libérés. Il ne faut pas oublier que les FARC détiennent encore des centaines de personnes, moins fameuses qu'Ingrid Betancourt.

Ensuite, le chef de l'Etat colombien voulait pouvoir décider du Jour J où cette libération interviendrait, et ce en fonction de son propre agenda politique. Il y a dix jours, Alvaro Uribe a en effet demandé au Congrès colombien de convoquer immédiatement de nouvelles élections présidentielles anticipées, et ce coup d'éclat lui permet à présent de redorer son blason d'homme fort du pays.

Le timing est parfait, alors que les rebelles des FARC n'ont jamais été aussi faibles sur leur propre terrain, celui de la guérilla.

RSR

http://info.rsr.ch/fr/news/Ingrid_Betancourt_une_liberation_achetee.html?siteSect=2010&sid=9296449&cKey=1215171254000

Merci à Joke pour cet article.

Très bon article sur le sujet, paru ce vendredi :
http://www.mediapart.fr/journal/france/040708/liberation-d-ingrid-betancourt-ce-que-ne-dit-pas-la-version-officielle


Questions sur
la libération
d' Ingrid :


Le récit de la libération des otages est digne des meilleurs scénarios hollywoodiens. Le président colombien, Alvaro Uribe, a même évoqué une "épopée épique". L'euphorie retombée, des zones d'ombre subsistent quant à la version officielle donnée par l'armée colombienne du déroulement de l'opération.

Les doutes portent notamment sur l'éventuel paiement d'une rançon aux deux guérilleros tombés dans le piège de l'armée colombienne, les geôliers Gerardo Antonio Aguilar, alias "Cesar", et Enrique Gafas, ainsi que sur le degré d'implication des services de renseignement étrangers, israéliens en premier lieu.

Y A-T-IL EU PAIEMENT DE RANÇON ?

La Radio suisse romande affirme que des dirigeants des FARC auraient touché 20 millions de dollars pour la libération et que l'opération de l'armée n'aurait été qu'une "mise en scène". Citant "une source proche des événements, fiable et éprouvée à maintes reprises ces vingt dernières années", la radio publique suisse, dont le pays avait était mandaté par Alvaro Uribe pour une mission de médiation avec les FARC, affirme que les Etats-Unis sont "à l'origine de la transaction". La radio explique que c'est l'épouse de l'un des gardiens des otages qui a servi d'intermédiaire pour la transaction, après avoir été arrêtée par l'armée colombienne. Réintégrée au sein des FARC, elle aurait obtenu de son mari qu'il change de camp. La "mise en scène" de la libération des otages aurait ainsi permis au président Uribe, selon la radio suisse, "de s'en tenir à sa ligne qui exclut toute négociation avec les rebelles tant que les otages ne sont pas libérés". Bogota n'a pas réagi.

"Ceci n'est pas un sauvetage. C'est une opération de remise d'otages pour laquelle une rançon a été versée", affirme également la sénatrice colombienne Piedad Cordoba, ancienne médiatrice entre la guérilla et le président Hugo Chavez.

Interrogée par le quotidien argentin
Clarin, la sénatrice affirme ne pas avoir de preuves tangibles au sujet du paiement d'une rançon, mais se baser sur les déclarations des autorités colombiennes. Après l'annonce de la mort de l'ancien numéro un des FARC, Manuel Marulanda, Alvaro Uribe avait lui-même affirmé qu'un responsable de la guérilla avait contacté les services de renseignement colombiens pour négocier la remise en liberté d'Ingrid Betancourt, à condition de ne pas être extradé.

QUEL RÔLE A JOUÉ LE RENSEIGNEMENT ISRAÉLIEN ?

Immédiatement après sa libération, Ingrid Betancourt a comparé sa libération à une opération israélienne de libération d'otages. Des médias israéliens affirment vendredi que des conseillers hébreux sont impliqués dans l'opération.

Selon la radio militaire israélienne, deux conseillers militaires auraient participé aux préparatifs. Mais aucun détail supplémentaire concernant leur rôle précis n'a été dévoilé.

Selon
Haaretz, l'aide israélienne, qui a impliqué plusieurs dizaines d'experts en sécurité, a été coordonnée par Global CST, une société privée de conseil en sécurité, dirigée à Bogota par deux officiers supérieurs à la retraite depuis peu, Israël Ziv et Yossi Kuperwasser. L'aide israélienne ne serait d'ailleurs pas récente.

Selon le quotidien
Yediot Aharonot, un groupe de conseillers militaires israéliens a reçu l'année dernière l'accord du ministère de la défense d'Israël pour apporter de l'aide à l'armée colombienne, en particulier aux unités spéciales. Et Global CST a d'ailleurs décroché un contrat de 10 millions de dollars en Colombie pour aider les forces spéciales dans leur lutte contre les FARC.

"Nous avons aidé [l'armée colombienne] à combattre le terrorisme, à concevoir des stratégies et leur mise en application", a déclaré une source proche de la société Global CST qui s'est exprimée dans Haaretz.

Pour Israël Ziv, il ne faut pas "exagérer" l'implication de l'armée israélienne dans le succès colombien.


Le Monde.fr (avec AFP)
http://www.marcfievet.com/article-20994580.html



Le point de vue d' Eva : Comme je l'ai déjà dit dans un article, chaque fois qu'il s'agit de destabiliser un pays pour l'offrir à l'Occident,  à ses multinationales, Israël est là, aux côtés du sympathique Oncle Sam (sic). Et aussi pour former les polices les plus pointues et les services de Renseignements les plus sophistiqués, pour bâtir les murs les plus hauts, les prisons les plus "modernes", et pour concevoir des attentats bien ciblés. Les peuples sautent de joie !

Au fait, combattre le terrorisme, comme il est dit plus haut, ou les aspirations des classes populaires ?



Affaire Betancourt (suite)
Manipulations et autres joyeusetés...


A le lire, on se demande si, pour arriver à ses fins,  Alvaro Uribe, le président colombien, n'a pas brillamment manipulé Nicolas Sarkozy.

On apprend, sous la plume du
correspondant diplomatique du Figaro, l'excellent Alain Barluet, que lorsque Nicolas Sarkozy a lancé, le 1er avril, son fameux appel télévisé à "Monsieur Marulenda", le gourou des Farcs, celui-ci était mort depuis quatre jours.

 Etant donné le matériel de renseignement dont la Colombie dispose aujourd'hui grâce aux Américains et aux Israéliens, il y a très fort à parier qu'Uribe était au courant de cette mort, dans les heures qui ont suivi le décès.

 Mais apparemment il s'est bien gardé d'en informer l'Elysée.

http://globe.blogs.nouvelobs.com/


Bravo les Médias Suisses !

(le titre de Drzz est "les médias suisses se couvrent de ridicule" : l'inverse du mien.)
Voici des extraits de leur article
:

Une radio publique suisse qui annonce, sans rire, que la libération d'Ingrid Bétancourt est un coup monté. Un rédacteur du permier magazine francophone de Suisse qui ajoute, sans rire, toujours, que les néo-conservateurs américains vont assassiner Barack Obama après avoir créé le 11 septembre.

Vous connaissiez les médias français ? Découvrez les médias suisses.

Je sais, c'est difficile à croire, mais l'article ci-dessous est publié dans un magazine généraliste suisse.

Par Jacques Pilet,   "L'Hebdomadaire de Lausanne"      

Jamais un candidat à la présidence des Etats-Unis n’a été à ce point protégé. Des policiers entourent Obama en permanence. Lorsqu’il sort, des tireurs d’élite se postent sur les toits. Une petite phrase court et, même assortie d’un point d’interrogation, devient un fait politique: «Ils vont le tuer.»

Les racistes n’ont pas désarmé. Et l’histoire nous a appris ce dont ils sont capables. Les «forces obscures» de la société américaine sont une réalité. L’intense espoir incarné par cet homme, aux Etats-Unis et dans le monde, va de pair avec un lourd suspense. Ce grand pays laissera-t-il le jeu démocratique se dérouler en paix?

La menace d’un attentat raciste n’est pas la seule.

De puissants lobbies se sont formés ces dernières années, mêlant dans une impénétrable nébuleuse l’industrie de l’armement, divers services secrets publics et privés aussi, une frange de politiciens néoconservateurs et va-t-en-guerre. Ils s’inquiètent de la montée de cet homme jeune, intelligent, qui pourrait troubler le projet incarné par George W. Bush.

Tant de livres, tant de films américains ont crûment démonté les embrouilles, les doubles jeux, les coups tordus dont sont capables les plus cyniques tireurs de ficelles. Ces récits ne sont pas nés de la paranoïa des scénaristes, mais ont été pour la plupart inspirés par des faits réels. Ils font partie du paysage mental de l’Amérique. (..)

Autre sujet de perplexité: les points faibles de la version officielle sur les événements du 11 Septembre 2001. Au début, seuls quelques allumés de la théorie du complot l’ont mise en doute. Depuis lors de nombreux milieux professionnels, notamment des spécialistes de la construction et de la démolition d’immeubles, des pilotes, accumulent les études qui posent une foule d’interrogations. Comment les tours ont-elles pu s’effondrer si vite sur elles-mêmes à la suite de l’impact des avions? Et surtout: comment expliquer la destruction du troisième immeuble (WTC 7) qui a suivi? Il abritait des archives de la CIA et de la commission des Bourses. Comment expliquer enfin qu’un amateur ait pu amener un Boeing 747 à percuter avec précision dans un angle perpendiculaire la façade du Pentagone à Washington?

On peut balayer ces questions en traitant ces experts de fous. On peut évacuer le débat en invoquant l’invraisemblance d’un éventuel complot. Mais on peut aussi analyser froidement les affirmations des uns et des autres.

C’est à quoi s’emploient des personnalités au-dessus de tout soupçon. Tel le professeur d’histoire de l’Université de Bâle, Daniele Ganser, qui a fait de cette démarche l’objet d’un séminaire tout ce qu’il y a de plus sérieux. (..)

D’autres sommités
académiques, à l’Université et à l’ETH de Zurich, estiment aussi que la vérité historique n’est pas établie. Le professeur de construction au poly zurichois, Hugo Bachmann, affirme par exemple: «Mon opinion est qu’à une très très forte probabilité, le WTC 7 a été démoli par des professionnels.» Son collègue Jörg Schneider estime aussi qu’«il aurait été très vraisemblablement dynamité».

Ces spécialistes relaient un débat souterrain mais vif aux Etats-Unis même: 42 % des Américains pensent que l’enquête officielle «cache quelque chose».

Cet abcès n’a pas fini d’empoisonner la démocratie américaine. (..)


http://leblogdrzz.over-blog.com/article-20994492.html (merci à ce blog)


Les événements de Carcassonne,
"Secret Defense" :
Une grande manipulation ? Armée en colère !

Il paraît que normalement , quand il y a portes ouvertes au public, aucun militaire n'est porteur de munitions réelles. Les armes portées sont vides !

Lorsqu’il y a  démonstration de tirs à balles réelles, les munitions, paraît-il, sont amenées sur le champ de tir dans des caissons.

On peut se demander comment il se fait que ce sous-officier ait porté sur lui des chargeurs « non balles à blanc » ?

(Reçu ce 6.7.8 cette info :) L’arme était dépourvue de ce fameux BTB. Son absence ne peut pas passer inaperçue ; c’est impossible ! Qui plus est, ce sont les armuriers qui préparent les armes. Si ces derniers avaient équipé ce fusil d’un BTB et de munitions à blanc, il a fallu que le militaire l’enlève et remplace les munitions à blanc par des réelles. Donc en conclusion, il y a anguille sous roche, car autant d’erreurs de la part d’un « pro » me laisse dubitatif. Même un bleu pendant ses classes n’aurait pas commis ces erreurs aussi nombreuses

En tous cas, cet accident arrive à point nommé, en pleine période du Livre blanc de la Défense. Les mauvaises langues diront que l'événement a permis de détourner l'attention du mécontentement de l' Armée, avec les réformes de Sarkozy !
Et entendu sur France Info ce 6.7.8 : "Il peut s'agir d'un acte de sabotage dans un contexte de réforme des armées".

Empire-Iran :

 Le chef des Gardiens de la révolution iraniens, le général Mohammad Ali Jafari, a averti qu'une attaque américaine ou israélienne contre l'un de ses sites nucléaires équivaudrait à une déclaration de guerre, rapporte vendredi l'agence officielle Irna.
Sur yahoo.com



Merci à Francine de m'avoir signalé cet article :

Une arme du futur :
le projet "du Rayon bleu"
(Blue Beam)

Introduction Eva :

Attention, je suis loin de partager toutes les options de cet article !
Et d'abord, comme je l'ai indiqué voici plusieurs semaines dans un article,
je crois moins à une sorte de complot (et d'ailleurs comme déjà dit, je n'aime pas
le mot, je l'emploie fort peu) qu'à des plans politiques élaborés par ceux qui ont
le pouvoir, pour augmenter encore leurs pivilèges et les profits de la caste
financière.
Ensuite, tout ce qui est para-normal, OVNI et autres, ne m'intéresse pas.
Je me cantonne au domaine politique, et géo-politique - pour voir les choses
de plus haut, pour saisir les inter-actions.
Par contre, je suis persuadée que la Science militaire élabore toutes sortes
d'armes sophistiquées pour dominer les peuples réfractaires, les opposants,
les esprits rebelles au Grand Désordre Etabli.

C'est pourquoi je vous propose cet article, sur "les armes du futur !"
Avec les réserves qui s'imposent ! En se souvenant malgré tout que les
Américains sont très croyants, et que chaque domaine de leur vie
porte l'empreinte de cette religiosité exacerbée. Et que leur imagination
est aussi fertile que leur technologie est pointue. Et sournoise.
Eva


LE PROJET DU RAYON BLEU
Une hallucination collective sous contrôle pour une religion mondiale


Ces armes pourraient être utilisées depuis l'espace pour atteindre une personne n'importe où sur la surface de la terre.

Le projet Blue Beam de la NASA est une stratégie pour imposer la religion du Nouvel âge avec " l'Antéchrist " à sa tête et ce en quatre phases. Derrière cette formulation religieuse se dissimulerait un plan scientifique mettant en œuvre des technologies spatiales high-tech. La religion mondiale unique serait la fondation même du nouvel ordre.


Une " théocratie " pour une ordre mondial doit disposer d'une religion et d'un sauveur
unique pour imposer un culte unique sinon un contrôle mondial n'est pas
envisageable.

Le projet technologique " Blue Beam " viserait donc à tromper
les individus par une mystification de pointe en à créant un simulacre énorme
et spectaculaire, à l'échelle mondiale.


 

Sur le plan scientifique, cette thèse conspirationniste
s'appuie sur plusieurs éléments.
Depuis trente ans,
les soviétiques et américains auraient constitué de
gigantesques bases de données relatives aux
particularités physio-psychologiques, à la composition
anatomique et électromécanique du corps humain,
ainsi que les études électromagnétiques, chimiques
et biologiques du cerveau
. Ces bases de données
incluraient également les langues et dialectes de
toutes les cultures mondiales.

Des programmes religieux de type messianique et
autres figureraient aussi dans ces bases. Or,
l'ensemble de ces données pourraient être véhiculées
par relais de satellites.
S
i nous mettons ce spectacle
spatial en parallèle avec le programme de la "guerre
des étoiles", nous constatons que la combinaison
de radiations électromagnétiques avec l'hypnose
a fait l'objet de recherches intensives.

En 1974, le chercheur G.F. Shapits aurait dit à ce sujet :
"Cette recherche a montré que le langage parlé de
l'hypnotiseur peut également être transmis par une
énergie électromagnétique directement dans une
certaine partie du cerveau humain sans utiliser de
moyens mécaniques de réception et de codage, et sans
que la personne exposée à cette influence ne puisse
contrôler consciemment l'entrée de l'information.
On peut en déduire que le comportement volontaire
de la personne a été soustrait à son libre arbitre
".


Selon le psychologue James Mc Connel : "Nous pouvons à présent combiner
la privation sensorielle avec les drogues hypnotiques, et une astucieuse
manipulation de la récompense et de la punition
afin d'obtenir un contrôle
absolu sur le comportement d'un individu
. Il sera alors possible de réaliser
un rapide et efficace lavage de cerveau qui nous permettrait d'effectuer des
changements importants sur la personnalité et le comportement d'une
personne".

Dans son livre "Le Corps Electrique", le prix Nobel Robert Baker décrit une
série d'expériences démontrant qu'on pouvait entendre et comprendre des
messages transmis d'une cabine d'isolation, par audiogramme à pulsions
micro-ondes analogues à la vibration d'une parole envoyée dans le cerveau.
Baker en déduisit "qu'un tel système a une application évidente pour couvrir
des opérations destinées à pousser à la folie une cible humaine à l'aide de
voix inconnues ou pour donner des ordres indétectables à un tueur programmé".
Le livre de James C. Lynn parut en 1978, (L'Effet et l'Application des
Micro-ondes auditives), décrit également comment des voix audibles peuvent
être directement diffusées dans le cerveau
. Ces micro-ondes pourraient
également être utilisées pour brûler la peau, augmenter l'effet des drogues
ou affecter le fonctionnement du cerveau. Ces effets ont tous été reconnus
officiellement par la CIA, le 21 septembre 1977, lors d'un témoignage devant le
Comité de la Santé et de la Recherche. Le Dr Sidney Gottlieb qui dirigeait le
programme MK-Ultra à cette époque fut contraint d'admettre les recherches
de la CIA
en vue de découvrir des techniques affectant l'organisme humain
à l'aide de moyens électroniques.


PREMIERE PHASE

La première phase concerne l'effondrement de toutes les connaissances
archéologiques, religieuses et conceptions scientifiques classiques. De
nouvelles découvertes démontreraient aux gens l'erreur fondamentale des
doctrines religieuses traditionnelles. Cette falsification de l'information aura
pour but de convaincre tous les peuples que leurs enseignements religieux ont
été mal interprétés et détournés depuis des siècles. Il s'agit d'une phase de
préparation psychologique visant à détruire les fondements des religions
traditionnelles. Nous en avons quelques prémices avec l'approche des
religions de David Icke. Beaucoup de théories conspirationnistes sapent
également les fondements des religions traditionnelles préparant le terrain
à une religion mythico-scientifique qui surpasserait et engloberait toutes
croyances y compris l'athéisme dans un très puissant mouvement de pensée
mondialiste. Cette phase consiste à tirer violemment de certaines illusions
les populations, de leur faire perdre pieds en supprimant tous repères, et enfin
de leur offrir "la seule vraie religion qui réconcilie, soulage et apaise tout le
monde". Il s'agirait d'une sorte de religion unitaire absorbant toutes les
disciplines et tous les courants de pensées dans un paradigme très large et
où tous y trouvent leur compte. Ce serait l'équivalent de l'idée de "Science"
de la Grèce Antique, à la seule différence qu'elle n'émergerait pas naturellement
d'un contexte culturel mais
serait artificiellement implantée ou imposée après
une profonde déstabilisation psychique des populations.


suite à http://secretebase.free.fr/complots/techno/bluebeam/bluebeam.htm




vendredi 4 juillet 2008

Dérives de
l’antiterrorisme


Les enjeux du procès des « filières kamikazes », qui se déroule en Belgique, comme celui dit des « filières irakiennes », qui a lieu en France, s’inscrivent dans un nouvel ordre juridique mondial.

La loi antiterroriste américaine, le Military Commissions Act (2006), donne au président des Etats-Unis le pouvoir de désigner comme ennemis ses propres citoyens – ou tout ressortissant d’un pays avec lequel les Etats-Unis ne sont pas en guerre. Cette loi, qui est un acte de portée internationale, n’a été contestée par aucun Etat. Au contraire, nous voyons que l’ordre juridique des autres nations s’adapte pour satisfaire d’éventuelles demandes américaines basées sur cette loi. Tel est l’enjeu de ces procès.

Ainsi, la France, qui a pourtant condamné l’invasion de l’Irak, poursuit des jeunes Français qui sont allés combattre les troupes américaines (1).

Le 14 mai, le tribunal correctionnel de Paris a condamné les sept membres, six Français et un Algérien, de la « filière irakienne du XIXe arrondissement », à des peines de 18 mois à 7 ans de prison ferme pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », c’est à dire pour avoir « formé ou participé à une filière de recrutement et d’envoi de jihadistes en Irak ».

L’accusation, sans apporter de preuve ou d’élément matériel, prétend qu’ils auraient rejoint des groupes relevant d’Al-Qaida, terme générique, improprement utilisé par les Etats-Unis pour qualifier la résistance en Irak. Reprise par le tribunal, cette identification entre la résistance armée à l’occupation américaine et l’organisation terroriste permet de considérer ces combattants – réels ou intentionnels – comme des criminels.

En Belgique s’est terminé le procès en appel de cinq prévenus condamnés en première instance à des peines de 28 mois à 10 ans de prison pour appartenance à un groupe terroriste. Ils sont accusés d’avoir participé à une filière qui aurait recruté, en Belgique, des combattants en vue de faire la guerre en Irak. Dans le jugement belge, l’identification à Al-Qaida n’est même plus nécessaire, tout acte de résistance armée au gouvernement irakien est en soi posé comme illégitime.

Les deux procès présentent de grandes similitudes, non seulement en ce qui concerne leurs enjeux, mais aussi dans leur déroulement.

Bien que la guerre ait été déclenchée en violation du droit international et pour des motifs qui ont été invalidés (liens du régime irakien avec le réseau Ben Laden, et existence d’armes de destruction massive), ces jugements s’inscrivent dans le cadre de « la lutte du bien contre le mal » initiée par Washington.

Dans un conflit dans lequel la Belgique et la France ne sont pas partie prenante, ces tribunaux se donnent la compétence de déterminer, parmi les forces en lutte, celles qui sont légitimes et celles qui sont criminelles. Ces tribunaux désignent les prévenus comme des terroristes et cela pour deux raisons : d’une part, leur combat ne serait pas juste et, d’autre part, les moyens employés les désignent comme des criminels. Ils seraient des combattants illégaux étant donné l’absence de commandement centralisé et leur manque de visibilité, des critères qui permettent de criminaliser toute résistance à une armée d’occupation.

Dans les deux procès, se posent également des problèmes quant à la légalité des moyens de preuve. En France, les pièces à charge sont fondées sur des renseignements d’origine américaine, notamment obtenus sous la torture. En Belgique, des preuves recueillies en Algérie ont aussi été acceptées et ce bien que le Conseil de l’Europe considère que ce pays utilise la torture dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Jean-Claude Paye

(1) NDLR : Aucun gouvernement membre des Nations unies, et aucun groupe irakien de résistance, hormis ceux qui se réclament d’Al-Qaida, n’a fait appel à de tels « volontaires » internationaux.

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-07-04-Antiterrorisme

Israël face à son histoire

A-t-on inventé le « peuple juif » ?

Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au sionisme : tel est le titre provocateur du dernier ouvrage que Shlomo Sand, professeur à l’université de Tel-Aviv, a publié en Israël — et que Fayard proposera en français à l’automne prochain.

L’auteur s’en prend au « mythe » selon lequel les Juifs seraient les descendants des Hébreux, exilés du royaume de Judée. Ce « nouvel historien » s’applique à démontrer qu’ils ne constituent ni une race ni une nation, mais d’anciens païens — Berbères d’Afrique du Nord, Arabes du sud de l’Arabie, Turcs de l’empire des Khazars notamment — convertis au judaïsme entre le IVe et le VIIIe siècle de notre ère. Selon lui, les Palestiniens sont probablement issus d’Hébreux ayant embrassé l’islam ou le christianisme.

Sand ne remet pas pour autant en cause la légitimité de l’existence et de la souveraineté de l’Etat d’Israël ; cependant celui-ci se discrédite, soutient-il, par son caractère exclusivement ethnique, engendré par le « racisme » des idéologues sionistes. En d’autres termes, il ne devrait pas être un « Etat juif », mais celui de tous ses citoyens, démocratique et laïque. (..)

Un ouvrage non moins décapant, présentant la Torah comme étant en bonne partie une collection de mythes et de légendes, a été bien reçu par les médias israéliens et les milieux laïques. Dans leur livre La Bible dévoilée  (2), deux éminents archéologues israëliens, Israel Finkelstein et Neil Asher Silberman, se fondant tout à la fois sur leurs fouilles et sur des documents d’époque, réinterrogent de profondes et anciennes convictions. C’est dire que la société israélienne est beaucoup plus réceptive aux remises en cause qu’on serait tenté de le croire...


COMMENTAIRES :  ICI
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 16:10
Le blog de drzz

















Mes amis,

Confirmation de ce que je pressentais : Au moment même où Uribe, devant la galerie, soutient que l'opération est 100 % colombienne, le blog néo-con Drzz annonce qu'il s'agit d'une opération planifiée en liaison avec la CIA et le Mossad !

D'abord, il faut bien voir que pendant que les Français sont tout à la joie de fêter la libération  de l'icône de la bourgeoisie Ingrid Bétancourt, magnifique héroïne en effet, une libérale, fille de la High Society à l'esprit frondeur et aventureux, "sainte Ingrid" comme l'appelle désormais C dans l'Air, pendant ce temps-là, donc,  les députés débattent à l'Assemblée de l'article "scélérat" du projet de loi "Rénovation de la démocratie sociale" qui autorise le dépassement du plafond légal d'heures supplémentaires.

Notez bien les mots "démocratie sociale". Deux mots chers aux Français, que les spécialistes de la Communication à l' Elysée ont sorti de leur chapeau pour masquer la politique la plus anti-sociale depuis des dizaines d'années, qui nous ramène aux heures les plus sombres de notre Histoire. Souvenez-vous de mon article "des mots et des maux", dans lesquels j'évoquais l'imposture de bien charmants mots, doux à l'oreille des Français, recouvrant en réalité une politique formidablement anti-sociale et anti-démocratique. Qui, aujourd'hui, alors que la Télé nous amuse avec l'arrivée d'Ingrid, ou accessoirement nous parle de la politique nucléaire du Président, qui  analyse les conséquences des mesures ultra-libérales du gouvernement Sarkozy ? On oublie même, et volontairement soyons-en sûrs, de nous entretenir de ce qui se passe à l'Assemblée, de tout ce qui va durcir les conditions de vie des Français, les rendre encore plus précaires. Quels médias avons-nous ? Des médias couchés devant le pouvoir, tout simplement !

Voici donc que toute la France oublie ses soucis en rêvant, comme d'habitude. Car on la fait rêver. De Dallas ou de la vie de milliardaires. De Racines ou d'ailes radieuses !

Et Uribe célèbre sa réussite. En martelant qu'il s'agit là d'une victoire purement colombienne. Ici ou là, cependant, on entrevoit que les USA ont donné le feu vert à l'opération. La télé nous dit que tout a été prévu dans les moindres détails par les Services de Renseignement. Parfaitement. Minutieusement.  A peine connus les événements, je vous le disais : Opération trop parfaite dans ses moindres détails, trop "ciblée" comme les attentats qui ensanglantent la planète, pour ne pas porter la signature du Mossad. Et trop glorieuse pour ne pas évoquer les arrières-pensées de Washington : Faire sauter Chavez, l'ennemi juré de l'Amérique, le Président des couches populaires, non aligné, qui transfère le fruit des ressources pétrolières des portefeuilles des multinationales aux poches de son peuple pour améliorer son niveau de vie. Insupportable pour le monde des Affaires ! Dans l'ombre des salons dorés du Pentagone, dans le silence des cabinets feutrés de la CIA, avec le Mossad, l'allié indéfectible et l'ennnemi des peuples, on prépare la chute du commandante rebelle. En d'autres termes, la destabilisation des régimes non-alignés. En formant, en particulier, l'armée colombienne, devenue l'une des plus efficaces. Et pour cause !

Le blog Drzz des néo-cons nous le dit sans ambages : "Qui sont les acteurs-clés dela libération d' Ingrid et des autres otages ? La CIA et le Mossad" -  comme je l'ai annoncé dès le départ. A terme, pour nuire aux intérêts de Chavez - et des couches populaires. Drzz le dit clairement : Le Président du Venezuela "menace la stabilité de l'Amérique du sud". Mensonges ! Chavez menace les intérêts des multinationales américaines qui pillent les ressources des pays alignés, et font le malheur des peuples spoliés. En particulier des Indiens d'Amazonie, livrés à la convoitise des compagnies pétrolières et acculés à vivre et à mourir dans les jungles de béton qui leur apportent maladies et alcool.

Partout, on claironne que la libération des otages couronne de succès la politique de fermeté d' Uribe : "
"La libération militaire réussie rapporte à Uribe la reconnaissance nationale et internationale et constitue un succès politique et militaire du gouvernement, ainsi qu'un coup militaire et politique très dur pour les Farc (guérilla marxiste) ", a déclaré à l'AFP Alvaro Villarraga, directeur de la Fondation pour la Culture démocratique (ONG)

M. Villarraga est  un ex-guérillero de l'Armée populaire de libération (EPL - guévariste) et membre du Conseil national pour la paix (qui cherche une solution négociée au conflit).

Et il ajoute :  il faut reconnaître que cela constitue un aval au gouvernement d'Uribe". Et la libération tombe bien : "Il s'agit d'une victoire militaire qui va se transformer en une victoire politique", a également déclaré à l'AFP le colonel Gustavo Rosales, directeur de l'Institut des études géostratégiques et politiques à l'Université de Nueva Granada.

M. Uribe a joué très gros, mais cette "opération militaire si parfaite", comme le soulignait l'ex-candidate à la présidence colombienne dans ses premières déclarations, lui confère une plus grande crédibilité dans sa lutte contre les Farc.

"Le sauvetage des otages s'est produit précisément dans une période où le président Uribe, fort du soutien de plus de 80% de la population, traverse pourtant une crise politique dont l'opposition tente de tirer le plus de profit. Uribe cette semaine a demandé au Congrès d'organiser un référendum sur une nouvelle élection présidentielle, un défi lancé aux plus hautes instances de la justice de son pays, qui ont mis en doute la légalité de sa réélection en 2006" (fr.news.Yahoo.com)

"La Cour suprême de justice a pris position à la suite de la condamnation à 47 mois de prison d'une ancienne parlementaire Yidis Medina, qui a récemment confessé avoir été corrompue par le gouvernement d'Uribe pour voter au Congrès en faveur du changement constitutionnel ayant permis sa réélection".

Dans ce contexte, selon M. Herrera, Uribe "doit s'appuyer sur le renforcement de son image pour obtenir un accord national et conjurer la crise politique".

Pourtant, l'opération réussie n'élimine pas pour autant les facteurs à l'origine de la crise politique.

Au contraire, elle amplifie les risques de destabilisation de toute l'Amérique latine au profit des multinationales de l' Occident, elle conforte la victoire d' Uribe le narco-trafiquant ultra-libéral, et, dans l'ombre, des Services de Renseignements anglais, américains et israéliens. Et donc de l' Occident.

Et comme toujours, pour le malheur des couches les plus défavorisées...
Car Uribe, l'allié indéfectible des EU, sera l'Israël de l'Amérique Latine, la tête de pont de la lutte contre le "terrorisme"... contre l'émancipation des peuples de la tyrannie de l'Argent.

La victoire de la libération d' Ingrid est, en réalité, une défaite pour les peuples d'Amérique Latine.

Votre Eva

"Uribe est un personnage central dont on a besoin", déclare à l'instant la Secrétaire d'Etat Rama Yade au micro de France Info. Explicite !




Tags : Amérique Latine, CIA, MOSSAD, Pentagone, services de Resneignement, Ingrid, Bétancourt, Uribe, néocons, Occident, multinationales, Indiens, Compagnies pétrolières,  otages, médias, "article scélérat", projet de loi "rénovation de la démocratie sociale", Chavez...


Mes autres blogs :

R-sistons à la désinformation

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 


R-sistons à l'actualité

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/


Coups de coeur blogs, d' Eva
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com


______________________________________________________________________________


Comment la Colombie,
la CIA
et le Mossad
ont libéré Ingrid Bétancourt


Qui sont les acteurs-clés de la libération d'Ingrid Bétancourt et des autres otages ? A l'heure où le président colombien Alvaro Uribe goûte à sa plus belle victoire personnelle, la question mérite d'être posée.

Depuis début 2008, les FARC connaissent une lente descente aux enfers. La jungle qui leur sert de couverture n'est plus un obstacle pour les forces colombiennes. De même, alors qu'ils se croient maîtres de la lutte clandestine, leurs courriers et leurs déplacements sont constamment pris en filature. Tollé en mars dernier : leur numéro 2, Raul Reyes, est abattu par l'armée colombienne durant une opération héliportée en Equateur. Quelques semaines plus tard, le leader historique des FARC décède d'une crise cardiaque, provoquant un vent de panique dans les rangs d'une organisation n'ayant jamais échafaudé de plans pour se renouveler.

C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre la splendide opération menée par la DAS (services secrets) et le renseignement militaire colombiens, appuyés, nous le verrons, par des forces bien connues des lecteurs du blog drzz. 

Le renseignement colombien

Financée par les Etats-Unis depuis la "guerre contre la drogue" édictée par George Bush père au début des années 1990, l'armée de Colombie n'a jamais cessé de progresser  et de se spécialiser. Ses commandos qui évoluent dans la jungle et sur les plateaux difficiles d'accès, même en hélicoptères, ont été formés par les Etats-Unis, de même que leurs agences de renseignement.

La première d'entre elle, la DAS, a démontré son savoir-faire entre l'élimination de Ruyes et la libération de Bétancourt. Ces deux opérations, d'une grande complexité, étaient osées. La Colombie a gagné sa place dans la cour des grands.



Les Etats-Unis (CIA)

Comme les FARC détenaient Bétancourt ainsi que trois américains, employés de firmes sous-traitant l'armée américaine, les Etats-Unis ont participé activement aux recherches. Ils ont fourni les informations livrées par leurs satellites, ont activé leurs réseaux, fait parler leurs sources...

Le gouvernement colombien n'a pas manqué de noter que les Etats-Unis avaient activement participé à la libération d'Ingrid Bétancourt. La Maison-Blanche a confirmé, ajoutant que les espions américains n'avaient pas pris part à la phase finale de l'opération. 

Globalement, le combat américain en Colombie ne cible pas seulement les preneurs d'otages, mais aussi le régime Chavez qui menace la stabilité de l'Amérique du Sud. Il ne s'agit donc, en aucun cas, d'un coup de pouce passager. D'ailleurs, les Etats-Unis ont dépêché une flotte en Amérique du Sud pour contrôler les échanges entre le Vénézuéla et l'étranger.

Israël (Mossad)

En juin 2006, le renseignement équatorien annonce le démantèlement d'un réseau de trafic de drogue impliquant les FARC. Le destinataire des fonds de ce cartel n'est pas inconnu : il s'agit... du Hezbollah. La nébuleuse terroriste s'appuie sur les communautés arabes de Bogota pour blanchir de l'argent et garnir ses comptes en banques. Ce n'est pas vraiment une surprise. Depuis longtemps, l'Amérique du Sud, particulièrement le régime d'Hugo Chavez au Vénézuéla et ses alliés, servent de base arrière au jihad lancé au Moyen Orient. C'est ici qu'entre en scène un service dont les agents ont activement participé à la libération d'Ingrid Bétancourt : le Mossad israélien. 

En évoquant la libération de Bétancourt, les médias et le gouvernement colombien parlent pudiquement "d'anciens de Tsahal" ou même de "consultants israéliens" mais une simple analyse de l'axe FARC-Hezbollah nous permet de comprendre que le Mossad est impliqué dans cette opération jusqu'au cou. Simple question d'intérêt. La chute des FARC, c'est une belle victoire indirecte contre le Hezbollah.

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-20954145.html


___________________________________________________________________


ecolonews a dit:
Des conseillers israéliens
impliqués dans sa libération


Deux conseillers israéliens ont participé aux préparatifs de la libération par l'armée colombienne des 15 otages détenus par les Farc dont Ingrid Betancourt, a rapporté vendredi la radio militaire israélienne.

La radio ne fournit cependant aucun détail sur leur rôle se bornant à rappeler qu'après sa libération, Ingrid Betancourt a comparé l'opération des forces colombiennes à celles de l'armée israélienne.
 
Selon le quotidien Haaretz, deux officiers supérieurs depuis peu à la retraite, les généraux à la réserve Israël Ziv et Yossi Kuperwasser, dirigent à Bogota une société de conseil en sécurité, employant des dizaines d'anciens membres d'unités d'élite ou des services secrets israéliens.

Cette société, Global CST, a décroché un contrat de 10 millions de dollars en Colombie, après un feu vert du ministère de la Défense, pour aider les forces spéciales dans leur lutte contre les Farc, selon Haaretz. "Nous avons fourni aux forces spéciales des moyens sophistiqués pour combattre" la guérilla, a déclaré M. Ziv au quotidien Yediot Aharonot. Selon cet ancien chef des opérations de l'armée israélienne, sa société "est profondément impliquée" dans l'aide aux forces spéciales colombiennes, mais non dans l'opération spécifique.

"Nous ne voulons pas être crédités pour une action que nous n'avons pas faite", a déclaré à Haaretz une source proche de la société sous couvert de l'anonymat. "Nous les avons aidés à combattre le terrorisme, à concevoir des stratégies et leur mise en application. C'est déjà beaucoup mais il ne faut pas exagérer notre rôle", a-t-elle ajouté. Le porte-parole du ministère israélien de la Défense Shlomo Dror s'est abstenu de confirmer ou de démentir la nouvelle.

"Le ministère ne peut donner aucune information sur l'action de conseillers militaires israéliens", a-t-il déclaré. Il a confirmé toutefois que des "sociétés privées israéliennes dans le domaine de la sécurité opèrent en Colombie avec le feu vert du ministère" tout en déclarant ignorer le détail de leurs opérations.

Les forces spéciales colombiennes seraient équipées des matériels les plus modernes: fusil d'assaut israélien Tavor à visée holographique, fusil M-4 et hélicoptères Blackhawk américains.

Ces unités colombiennes sont conseillées par plus d'un millier de Bérets verts américains, des instructeurs israéliens et des membres des SAS britanniques.
(afp)

04/07/08 10h21

= L'Axe du mal à l'oeuvre : Anglais, Israéliens, et Américains. Pour soutenir les dictateurs et faire le jeu des multinationales. Contre les peuples. Horreur !

http://www.come4news.com/quatorze-otages-liberes-par-qui-921769#comment-31842


_______________________________________________________________________________________


Reçu :

"Eva,

Si je vous dis : Une femme énergique, perspicace, combative, compassionnelle, libre d’esprit, charmante, altruiste et avide de justice… vous penserez logiquement que je parle de vous, eh bien au risque de vous surprendre, je parle d’une autre qui est dans le désarroi dans notre pays, en ce moment même.

 

Et j’ai justement pensé que vous seriez peut-être bien placée pour observer la situation et peut-être faire un petit compte rendu qui contriburait à faire savoir ce qu’il se passe dans notre pays, ou encore lui(elle) donner quelque conseil suite à votre expérience du terrain. Mais bien-entendu, libre à vous de vous forger votre propre opinion.

 

Il s’agit de Béatrice El Beze. Cette femme subit apparement des pressions  très graves (crapuleuses)  On a entrepris d "éliminer" son père par abrutissement médical, embarqué manu militari.  Par ailleurs elle tient régulièrement des propos et des positions fort intéressants  sur un site voisin des Ogres : « LaBanlieueS’exprime ».

 

Cependant, sur son site elle relate le drame qu’elle vit suite à ses prises de positions sur ce que nous sommes de plus en plus nombreux à dénoncer lorsque nous venons sur votre type de site. ( à propos, je ne sais plus si je vous ai connue chez les Ogres ou si c’est moi-même qui occasionnellement vous avait incité à y publier quelques articles l’année dernière; je suis convaincu que la force d’internet passe par un relais solidaire entre gens qui se veulent libres d’esprit, en vue d’une alternative à la non-information du 20h télévisé )

 

Voici son site, très documenté, la presse officielle semble étouffer les faits : http://beatrice.el.beze.over-blog.com/ ( avec résumés audio ; et à propos de résumé, lire les 10 premières lignes ici http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=1856 )

" Maladie juive génétique très rare ",
est-il diagnostiqué au sujet de Béatrice !!! (voir son texte). Qu'est-ce que cette maladie nouvelle, maintenant ??????  De qui se moque-t-on ? Eva





http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=1856


Multinationales, l'horreur économique
Concentration du pouvoir de l' Economie
http://www.mutations-radicales.org/Multinationales-l-horreur.html 



Les députés néo-démocrates canadiens mettent en cause
l'administration Bush dans les attentats du 11 septembre
 



« Nous, les soussignés, citoyen du Canada, voulons attirer l’attention de la Chambre sur ce qui suit :


Que, des témoignages et des preuves scientifiques démontrent que le rapport de la commission d’enquête officielle sur les évènements du 11 septembre 2001 est un document frauduleux et que ses auteurs, consciemment ou inconsciemment, sont coupables d’occulter les évènements réels du 11 septembre 2001. Les preuves amassées démontrent de façon évidente que les tours 1, 2 et 7 du World Trade Center ont été démolies a l’aide d’engins explosifs et que la théorie officielle supportant la thèse que les trois tours se sont écroulées suite à l’impact des avions et de la chaleur des incendies qui suivirent est de façon irréfutable, fausse

.

Nous croyons fermement que des éléments au sein du gouvernement états-unien ont été complices du meurtre de milliers d’innocents le 11 septembre 2001.


Cet évènement a conduit le Canada à s’engager dans la prétendue « guerre au terrorisme » et à changer notre politique nationale et internationale pour le pire.


Le 11 septembre 2001 va continuer à avoir des conséquences néfastes pour tous si nous refusons d’examiner les faits attentivement et de façon objective

http://www.verites.org/article-20776271.html


Les Français bien représentés à Bilderberg 2008 : Valls, Ockrent...
http://www.verites.org/article-20921233.html  


Partager cet article
Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 20:45
Blog Drzz





















Reçu ce courriel, le 1.7.8 :

" Bonjour Eva,
 
 "Le blog drzz"  publie un entretien avec Laurent Murawiec, Français néo-conservateur sioniste qui... avoue :

La politique des Etats-Unis est totalement liée au pétrole.
 
Oui la politique américaine est diverse parce que les compagnies pétrolières n'ont pas toutes les mêmes fournisseurs !!!!
 
Faites suivre ce document autour de vous !
 
Cordialement,
 
H. H.


* Sous ses airs de sites personnels, "Le blog drzz" est en réalité une plateforme financée par les néo-conservateurs états-uniens (à travers le Leadership Institute, basé en Virginie). "Le blog drzz" compte parmi ses soutiens plusieurs néo-cons influents tels Norman Podhoretz et David Frum, et ce site est proche d'Ivan Rioufol, chroniqueur au Figaro, qui participe au blog. 


_____________________________________________________________________

 
Un ami, Français, des néo-cons américains :

 

Entretien avec Laurent Murawiec, diplômé de la Sorbonne, ancien conseiller du Ministre de la Défense français, il a enseigné à l'EHESS (Paris) et à la George Washington University de Washington. 

Exilé aux Etats-Unis, il a publié une étude sur l'islam radical 
 
 
"Nous parlons d'un pays aussi extraordinairement puissant que les Etats-Unis, avec des intérêts mondiaux aussi multiple et une situation nationale aussi  diversifiée,…  Il n’y a pas « une » politique pétrolière américaine, il y en a même plusieurs. Pourquoi ? Parce que les compagnies pétrolières n’ont pas les mêmes objectifs, les mêmes réserves, les mêmes fournisseurs, donc les mêmes intérêts…

  J’essaie toujours de souligner à quel point les simplismes pour le Moyen-Orient ne sont vraiment pas de mise. L'action des Etats-Unis est toujours la résultante de forces et de lignes extrêmement diverses."


http://leblogdrzz.over-blog.com/article-20718929.html


Comment les néo-cons voient le monde.
Interview de Laurent Murawiec.



MARC B. : 

J'aimerais vous poser quelques questions au sujet de la reconfiguration de la carte du Proche et Moyen-Orient, à la veille du départ de G.W Bush de la Maison Blanche :

  



 A posteriori : l'administration Bush a t- elle, selon vous, pris les bonnes options (l'Irak/Afghanistan) ou les seules possibles à l'époque ?

 

L’Afghanistan d’abord :

 

MURAWIEC : On a fait ce qui fallait, on a renversé les Taliban, on les a chassés. On a essayé d’installer dans un pays qui n’a jamais réellement  eu d’Etat central effectif, - parce que c’est une mosaïque de tribus-, un gouvernement central qui marche Cahin-Caha, avec le problème lié aux services de Renseignements de l’armée pakistanaise, qui sont les créateurs des Taliban. (Services) qui ont essayé de reconstruire leur créature, de recréer un mini-Talibanistan au Waziristân, autour de Peshawar. Et, tant que la question, particulièrement difficile, du Pakistan ne sera pas réglée, on aura des problèmes en Afghanistan. Dans ce cadre-là, sachant que le Pakistan est le problème et pas la solution, les options prises sont les bonnes. Rien ne fera de l’Afghanistan un pays stable et bien gouverné ; ce qu’on peut espérer c’est qu’il ne sème pas le désordre partout aux alentours, tant que subsisteront un certain nombre de problèmes, et l’un est particulièrement grave : c’est celui de l’Empire de la drogue, - dont font partie les Taliban-, qui, remonte de tous les côtés, vers l’Asie Centrale notamment, et qui pourrit tout son environnement. Voilà pour l’Afghanistan…

 

MARC B. :  L’Irak ensuite ?

 

MURAWIEC : Concernant l’Irak : on a renversé Saddam Hussein et c’était une bonne chose à faire. On est en train de gagner cette guerre en ayant infligé une défaite écrasante et humiliante à Al Qaeda ; ce qui n’était pas notre objectif au départ, mais ce n’est pas une mauvaise raison même a posteriori.

 

MARC B. : Y a eu plusieurs périodes dans cette guerre, dont certaines n’étaient peut-être pas envisagées ou évaluées correctement au départ ? Dont cet afflux massif d’Al Qaeda…

 

MURAWIEC : Il y a eu au moins trois phases dans cette guerre : la phase militaire de trois semaines, le renversement de Saddam, qui a été brillante ; une période où la stratégie américaine a complètement déraillé et qui nous a coûté très cher, avec des erreurs majeures qui n’étaient pas nécessaires, tenant plus de Washington que de l’Irak ; et une troisième phase, à partir de la nomination du Général Petraeus et du Général Odierno, où cette guerre est gagnée, et où les terribles erreurs et leurs terribles conséquences ont été rattrapées in extremis.

 

La meilleure documentation sur la nature de ces erreurs et leur origine est, sans doute, l’ouvrage de Douglas Faith[1], qui est une documentation assez implacable de la manière dont ça s’est passé. (..)

 

 

MARC B. : Est-ce que cela ne concerne « que » l’Armée du Mahdi (cette infiltration, mise en orbite de relais pro-iraniens), ou d’autres segments ? Je sous-entends, y compris dans les arcanes du pouvoir, je pense à certaines franges du parti Al Dawah, ou encore au SIIC (Conseil suprême Islamique Irakien), ses Brigades Badr[2]

 

MURAWIEC : Ecoutez, il y a une erreur à ne pas commettre, lorsqu’on parle du monde arabe en général et de l’Irak en particulier : c’est, je crois, qu’il faut se garder de considérer les partis arabes comme des structures équivalentes à leur formes européennes. Ce n’est pas un monde wébérien[3], où les partis sont organisés, régulés et représentent des structures permanentes… etc. Les groupes politiques en pays arabes, - lorsqu’il y a de la politique : c’est-à-dire qu’en Arabie Saoudite, il n’y a pas de politique, actuellement ; en Egypte, il n’y a pas de politique (intérieure) ; - Mais, ces partis fonctionnent sur une base clanique, familiale, tribale, à base de qui met la main sur l’argent de la corruption… Et donc quand on regarde, que ce soit Al Dawah ou d’autres, ce sont des regroupements fluctuants. (..)

MARC B. :  C’est ce qui explique les déplacements d’Al Maliki en Iran, qui ne concernent pas les Américains – i.e : qu’on ne peut interpréter comme une façon indirecte pour les Américains de « négocier » avec un Etat désigné comme « voyou » ?

 

MURAWIEC : On négocie en permanence avec le doigt sur la gâchette et le kandjar -la dague recourbée- derrière le dos, en essayant de tirer avantage maximum d’une situation. Mais, je ne blâme pas du tout Al Maliki d’aller rencontrer ce criminel d’Ahmadinedjad, parce que c’est son voisinage. L’Irak a, pour son malheur, comme voisins : l’Iran, la Syrie, l’Arabie Saoudite, la Jordanie et la Turquie, - la Jordanie et Turquie, c’est déjà mieux, mais c’est quand même pas un voisinage très plaisant !

(..)

 

Donc voilà une longue réponse à votre question, je crois !

 

MARC B. : Que peut-on dire aujourd’hui de la fameuse « stratégie des dominos » -a-t-elle vécu ?-, qui consistait à promouvoir par l’exemple l’effondrement des « régimes-voyous » ? Parce qu’au moins deux pays-clés, l’Iran et la Syrie, subsistent aisément et, même pire, continuent d’avancer leurs pions… ? C’est ce qui semble être le lot du futur président, quelles que soient ses options…

 

MURAWIEC : Personnellement, je blâme énormément Bush pour avoir été incohérent, avoir mené une politique en zigzag, sans continuité. En 2003, quand on a pris Bagdad, il faut savoir qu’à Damas, le régime Assad faisait déjà ses valises, tellement il avait peur qu’on lui envoie des tanks… Et puis, à l’époque le secrétaire d’Etat Colin Powell a pris l’initiative, sans en référer à Bush, d’ailleurs, d’aller à Damas l’assurer de nos « bons sentiments ».

 

Alors, primo, on a assuré la pérennité du régime baasiste d’Assad, deuxio, on lui a permis d’assurer la complicité plus qu’active du régime dans l’infiltration d’Al Qaeda contre nous et le gouvernement Irakien ; et tertio, pire que ça, on l’a laissé faire au Liban : on a soutenu la « révolution du Cèdre » et puis, quand les Syriens ont assassiné Hariri - et ce, après toute une ribambelle d’hommes politiques en général maronites - on a laissé faire sans rien dire, on l’a assuré de son impunité. Au Moyen-Orient où c’est encore la force et la puissance qui comptent, l’impunité leur a permis d'agir à sa guise. Aujourd’hui, je blâme l’Occident pour la perte du Liban. Le Hezbollah et les Aounistes ont la quasi-totalité des rênes du pouvoir entre leurs mains…

 

MARC B. : Et sur l’Armée… ?

 

MURAWIEC : L’Armée au Liban, c’est une farce ubuesque de même que son actuel Président, d’ailleurs (Michel Sleiman), c’est « farcesque ». Je blâme donc très vivement Bush d’avoir accepté la coexistence de plusieurs politiques, d’avoir laissé toute une autre politique se développer au sein de son propre gouvernement, de l’avoir laissé faire et, - en rapport aux dominos-, ceux qui auraient dû tombés ne sont pas tombés, au contraire. Le seul domino, éventuellement, à être tombé, c’est le programme nucléaire de Muhamad Khadafi qui a su lire, ce qui était marqué  « sur le mur »[4] pour reprendre l’image de Nabuchodonosor dans la Bible, et en a tiré ses conclusions avec sagesse.

 

Ceux qui commençaient à avoir peur se sont rassurés en disant, « les Américains n’ont pas de suite dans les idées, ou ils ont trop d’ennuis en Irak pour venir nous ennuyer » ; et, hélas, ils ont eu raison.

 

MARC B. : Aujourd’hui, on a un peu l’impression d’un double-encerclement : certes, de l’Iran/Syrie d’un côté, mais aussi par effet de rétorsion, d’Israël, par le Hezbollah, Hamas, Syrie… ? Est-ce une vision qui se tient ? Celle d’un équilibre de la terreur ?

 

MURAWIEC : L’Iran serait encerclé s’il y avait une stratégie américaine visant à écrabouiller, destituer les Mollahs d’une manière ou d’une autre. Il n’y a, d’ailleurs, pas besoin de leur envoyer des bombes ; je pense qu’un mois d’embargo de toutes leurs exportations (notamment pétrolières) serait un coup de semonce terrible pour eux pour les amener à un certain code de comportement (sinon à être « raisonnables »). On cause aux Iraniens et on ne fait absolument rien de sérieux.

 

Mais, actuellement, il n’y a plus aucun équilibre, Bush peut manier une certaine rhétorique, elle ne trouve aucun prolongement dans la politique suivie, aucune cohérence et aucune stratégie. Il y a des bouts de stratégies et autant ne rien faire que de suivre une stratégie incohérente.

 

MARC B. : On peut considérer que Colin Powell, Condi Rice, etc, ont constitué une sorte de minorité de blocage au sein de l’Administration tout au long de ce mandat ?

 

MURAWIEC : Il n’y a eu aucune suite politique logique. Ca fait bien longtemps qu’un certain nombre de secteurs de l’Administration est en insurrection ouverte contre la politique déclarée de Bush, et il ne leur est jamais rien arrivé. Il a choisi les mauvais hommes ou femmes, le Département d’Etat et la CIA sont en mutinerie déclarée depuis 2002. Et si vous avez les 2/3 qui sabotent votre politique par tous les moyens possibles, vous n’arrivez pas à grand-chose. Je ne vois aucune stratégie contre l’Iran, Bush agit au coup par coup.

 

Il y a le second « encerclement » : celui d’Israël, d’abord c’est le problème d’Israël (l’Amérique n’est pas directement en cause). Entre le Liban-Sud, le Golan et Hamas à Gaza, Israël risque de devoir faire face sur 3 fronts.(..) A l’époque, étant partisan du premier Sharon, j’étais plutôt pour ce retrait ; mais il est maintenant d’une évidence criante que ça été une erreur stratégique de première ampleur, on a donné le pouvoir à Hamas et le Hamas s’en sert aujourd’hui. Et Israël ne fera pas l’économie d’une reconquête de Gaza, qui fera couler beaucoup de sang et dont les résultats ne seront pas permanents.

 

MARC B. : Oui, mais, une reconquête, pour quel résultat ? Qui va reprendre et gérer Gaza ? Est-ce qu’Abbas est en mesure de reprendre les choses en main ?

 

MURAWIEC : Abbas est un notable de province sans pouvoir, sans capacité d’imposer quoi que ce soit. Il est une sorte de fonctionnaire qui gère l’héritage (d’Arafat) et réunit tous les mythes de la cause palestinienne de vieille date, si on veut. Mais, il est incapable de gérer Gaza ou quoi que ce soit d’autre. Si son pouvoir tient, en Judée-Samarie, c’est uniquement grâce à l’Armée Israélienne. Il n’a pas les moyens de s’imposer. Il n’y a pas de solution politique ou diplomatique à la clé parce que pour qu’il y en ait une, il faudrait être deux… Or Israël n’a pas d’interlocuteur (de poids). Il n’y a rien - de tangible - de l’autre côté. 

 




Notes, voir l'article.




















http://leblogdrzz.over-blog.com/article-20718042.html






Guerre Iran  ? Le rôle de Khamenei.
L'opinion de Vincent Jauvert, grand reporter au NO



Fin d'un commentaire sur cet article, pertinent :Ce que l’Europe doit proposer :

1) ne jamais s’interposer devant deux fous qui se menace de se détruire ; L'Iran n'a jamais menacé Paris a mois que Paris prennent parti ... Il faut les laisser en face l’un de l’autre… Ils iront jusqu’au bout de leur suicide pour réaliser d’eux mêmes la nécessité de la paix … comme en Afrique du Sud …et vous verrez les juifs et les musulmans revivre ensemble; ils l’ont fait pendant des millénaires …avant que la malédiction du pétrole n’apparaît.

2) Préparer l’après pétrole … pour ne pas dépendre de cette zone qui deviendra anodine …qui s’intéressera

http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/07/02/l-iran-est-il-vraiment-pret-a-un-grand-deal.html

Etats-Unis-Iran : 4 bases avancées US
sur la frontière irako-iranienne


BAGDAD, 26 juin - RIA Novosti. Les troupes américaines en Irak ont créé durant ces quatre derniers mois quatre bases militaires avancées le long de la frontière iranienne, a rapporté jeudi le site Al Jazeera, se référant à une source interne à la sécurité irakienne. Selon cette source, ces bases dont l'une "est située à 30 km de la ville iranienne la plus proche", sont équipées de rampes de lancement de missiles téléguidés et de systèmes de radar. La création de bases [...]

http://www.marcfievet.com/article-20794341.html


Marche à la guerre contre l' Iran :
http://drzz.over-blog.org/article-5443602.html


Vidéo attentat de jérusalem

Drzz : "Je recommande aux autorités israéliennes  de raser Jérusalem-est à la pelleteuse."
suite à
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-20928322.html

Eva : Drzz ne s'interroge pas sur le martyr vécu par les Palestiniens, en territoire occupé ?
Quelle modération, dans la réaction
!



par drzz ,  Coup de colère contre le Point  !



Le dossier spécial consacré à Israël du "Point", le premier magazine français d'actualité, présente bien des erreurs, volontaires semble-t-il....

Comme on peut être ingénu, parfois... Approchant du 60e anniversaire de l'Etat hébreu, il était naturel que je m'intéresse à tout ce qui était publié sur ce pays magnifique que j'ai eu le bonheur de visiter en mars 2007. Ma grande naïveté a été de croire qu'en cette année phare, les journalistes français allaient faire preuve d'un minimum de respect, de celui qui est exigé pour n'importe quel pays ou peuplade étrangère.

undefinedMais voilà. L'élite française est antisémite et elle l'assume plus ou moins bien. Officiellement, elle se dit "antisioniste" mais, comme l'a noté justement Martin Luther King, la haine frénétique à l'encontre d'Israël n'a aucune base rationnelle ; elle prend pour cible l'étoile du drapeau, et non le drapeau lui-même.

Quelle ne fut pas
ma déception, immense, en découvrant le dernier numéro du "Point". J'avais pris soin d'acheter un magazine de droite, supposant que la vague Sarkozy avait calmé les idéologues plus haineux. Je pensais sincèrement lire un dossier décent sur Israël sexagénaire. Même pas élogieux - la France est gravement atteinte mentalement,  je le sais - mais juste décent. Respectueux. Normal.  

Eh bien non... Les "30 pages historiques" (sic) représentent certainement le plus gros travail de propagande que j'aie pu lire depuis longtemps. Très longtemps.


L’histoire d’Israël… selon les Arabes

 
La naissance d'Israël ? "Le Point" commence sans ambiguité : "un coup de poignard dans le flanc du Proche-Orient

La suite, sur

http://www.come4news.com/le-point-diffame-israel-lannee-de-ses-60-ans-875788.html



A la suite de cet article,
ma mise en garde sur Come4news :

Respect des étrangers ? Non, mensonge. Guerres contre les Arabes... et vol de leurs ressources pétrolières !
 

Drzz a un tel respect pour les peuples étrangers, qu'il ne songe qu'à prôner des guerres dites de "civilisation" (barbares !)contre tout ce qui ressemble de près ou de loin...aux peuples arabes !
   
May 23, 2008 | url
Votes: +0




Danger ! Drzz est un néo-con extrémiste au sevice de l'idéologie bushiste

Fan2, il est normal que les Juifs attachés à ce qu'ils considèrent comme leur terre prennent leur distance avec l' israélophobie.

Par contre, votre drzz est un néo-con plein pot,
les néo-cons à l'étranger sont généralement financés par la CIA pour (voir son commentaire révélateur, appeler à les rejoindre) faire du prosélytisme, faire des Français des supporters de Bush, des fans de guerres de colonisation et de vol des ressources pétrolières, etc

Drzz est un peu partout, pour faire de la propagande insidieuse pour les néo-cons, c'est à dire pour une idéologie de fanatiques extrémistes ultra-sectaires, belliqueux, ultra-libéraux, ultra-sionistes.... Ce sont les "ambassadeurs" de Bush sur le Net, pour recruter, convertir etc. Danger ! Il n'y a pas plus extrémiste... et fanatique.. et pro-guerre etc. ils veulent des guerres préventives, qui mèneront la planète à un conflit nucléaire ! Ce sont des millénaristes, etc... Danger !

je les combats sur mon blog. Eva journaliste-résistante


Extraits d'un de mes articles
sur les néo-cons (Je suis très
en "colère" contre eux, ils sont
bushistes, belliqueux,  élitistes...)  :



Quand on n'a plus d'ennemis, "communistes" par exemple, on en crée de nouveaux, artificiellement, hier l' Irak, aujourd'hui l'Iran, demain la Chine, car il faut bien engraisser les marchands de mort et ceux de la reconstruction. Ils sont avides. Et les peuples, trop procréatifs. Du moins du point de vue des Rockefeller et de ses amis néo-cons, de plus en plus déterminés à imposer leurs vues contraires aux intérêts des peuples...

C'est une nouvelle race d'individus fanatiques, sans scrupules, cupides, souvent psychopathes, composée d'évangélistes et de sionistes extrémistes, et de membres de sociétés secrètes plus ou moins sataniques (les adeptes de Skull and Bones, par exemple), ou d' intégristes du  Vatican voire de certaines Congrégations Jésuites . Une abominable pieuvre, sortie tout droit des cerveaux d'une poignée de concepteurs illuminés, passés du trotskysme au fascisme (!), sûrs de leurs bons droits (divins ?) à dominer, asservir, mentir, voler, contrôler, exterminer - et par exemple, ne préparent-ils pas dans leurs cercles fermés, opaques, occultes, l'apocalypse nucléaire pour éliminer une partie de l'humanité, d'abord, et ensuite se partager les butins sur le dos des peuples spoliés ?

Ces gens-là, pétris de haine, d'orgueil, de cupidité, sont les pires ennemis de l'humanité. Leurs plans sont machiavéliques. D'un côté, ils réclament à cor et à cri qu'on commémore la Shoah des seuls Juifs (alors qu'il y a eu d'innombrables génocides au cours de l'Histoire), de l'autre ils élaborent dans leurs thinks-tanks nauséabonds l'élimination de près de 95 % de l'humanité en "surnombre" (voir le livre de David Rockefeller), de nous tous, donc, ou presque, afin d'alimenter leurs phantasmes de pouvoir, d'argent, de domination élitiste. Afin, donc, de procéder à la liquidation des peuples "gêneurs", "pollueurs" par leur nombre, accapareurs de ressources naturelles (par leur nombre toujours), bref de mettre en place une "shoah" planétaire sans précédent dans l'Histoire de l'humanité, à des fins purement égoïstes.

Les néo-cons ont ceci de particulier, entre autres, qu'ils brandissent Dieu en permanence dans leurs discours, l'instrumentalisant, le détournant au service de causes qui n'ont rien de divin et tout de diabolique, on peut dire sans exagérer qu'ils ont la Bible (chrétienne ou hébraïque) dans une main, et la bombe, même nucléaire, de l'autre. Janus, verrue à deux visages, vrais terroristes de la planète, qui devraient plutôt se retrouver devant un Tribunal international pour les crimes qu'ils perpétuent aux quatre coins du monde, en Yougoslavie comme au Moyen-Orient, masqués par une rhétorique hypocrite, relayée par les médias aux ordres.

Le Dieu qu'ils servent, en réalité, est mortifère, porteur de tragédies pour l'ensemble de la planète, de drames humains effroyables, de sang, de mutilations, de larmes... aux antipodes du Dieu d'Amour chrétien ou de Celui que les prophètes juifs servent. Quel scandale ! Au nom de la Liberté, de la démocratie, de Dieu, ils piétinent dans les actes toutes leurs belles professions de foi ou soi-disant civilisatrices. L'Irak, en proie à toutes les convoitises ou avidités, au chaos, aux déchirements, à l'horreur absolue, en sait quelque chose. 

Oui, les néo-cons sont aujourd'hui les pires ennemis de l'humanité, nos ennemis à tous. Nous devons le savoir - et le faire savoir. Et ils gangrènent la planète, la "fascisent". Car en réalité, ce sont d'authentiques fascistes qui ne disent pas leur nom. Avançant masqués. Hideux. Prédateurs. Carnassiers. Mortifères. Diaboliques.  Ils meurtrissent nos vies, les menacent, les salissent, par leur haine communautariste, élitiste, et leur appétit de "guerres de civilisations"...

Quel projet de société ont-ils ? suite à

http://r-sistons.over-blog.com/article-19569430.html





Israël va attaquer l' Iran à l'automne 2008 

LE BLOG DRZZ  ] Lors d'une conférence à Bruxelles, l'ancien chef du Mossad Danny Yatom a expliqué que le gouvernement israélien ne croit plus aux sanctions comme arme pour empêcher l'Iran d'acquérir l'arme nucléaire.

La question cruciale n'est donc plus "si" Israël va attaquer, mais "quand". Un rapport rendu à la Knesset précise que tous les partis israéliens s'accordent sur la nécessité des frappes, mais divergent sur la date.

Nouveau signal d'alarme lancé cette semaine par un autre directeur du Mossad, Shavtaï Shavit : "Israël a un an pour frapper l'Iran".

Cette annonce suivait celle d'un exercice de grande envergure menée par l'aviation israélienne à quelques 1'500 kilomètres à l'ouest des côtes israéliennes, la même distance qui sépare, à l'est, ses bases des centrales nucléaires des mollahs. Plus de 100 chasseurs F-15 et F-16 auraient pris part à ce qui est, sans l'ombre d'un doute, la répétition du prochain raid contre l'Iran.

Des voix anticipent une prochaine opération israélienne. Pour certains, Israël compterait intervenir avant la fin du mandat de Bush afin de s'assurer de la bienveillance américaine. On sait à Jérusalem qu'un McCain fraîchement élu ne voudrait pas engager une opération militaire dans les premiers mois de son mandat, sans parler des complications si Obama-le-défaitiste accède à la Maison-Blanche...

Verra-t-on Israël intervenir à l'automne ? Le Pentagone parle de "fortes probabilités". Comme toutes les dictatures arabes avant de recevoir la fessée, l'Iran joue publiquement au guignol.  C'est bon signe.

La chasse va enfin décoller.

http://www.come4news.com/index.php?option=com_content&Itemid=218&id=19296&task=view&mosmsg=Merci+pour+votre+vote



« Le Monde » met au grand jour la politique
d'intimidation "du régime sioniste "

  " Les militaires sionistes ont, pour la plupart, pour ‎mission de terroriser les Palestiniens", a révélé Le Monde. ‎Dans son reportage spécial sur la Palestine occupée, le ‎quotidien français a récemment publié les aveux des ‎anciens soldats de l'armée sioniste sur leur mission de tenir ‎les Palestiniens dans un état permanent de peur. ‎ ‎" Je suis devenu un homme insensible », a reconnu Doron ‎Efrati, un ancien soldat de l'armée sioniste. Il se dit prêt à ‎massacrer sans sourciller une famille palestinienne. Selon ‎lui, les forces israéliennes lancent une offensive contre les ‎zones résidentielles et en jetant des pierres et des grenades ‎assourdissantes contre les portes des maisons ‎palestiniennes, ils cherchent ainsi à les terroriser. Il ‎regrette ce qu'il a commis dans le passé, se déclarant prêt à ‎témoigner devant l'organisation humanitaire Breaking the ‎Silence (Rompre le silence). L'Organisation a déjà ‎enregistré quelque 500 témoignages des soldats israéliens ‎sur les exactions perpétrées à l'encontre des Palestiniens.


Alter Info l'Information Alternative

Lire la suite : http://www.alterinfo.net/index.php?action=breve&id_article=952972.

  http://www.come4news.com/index.php?option=com_content&Itemid=218&id=17866&task=view&mosmsg=Merci+pour+votre+vote



Enquête sur le virage de la diplomatie française



Au-delà des dysfonctionnements liés à l’exercice solitaire du pouvoir par le chef de l’Etat et à la marginalisation du ministère des affaires étrangères, se dégage une conception diplomatique « occidentalo-atlantiste » fondée sur l’alliance avec les Etats-Unis et sur la perception que les transformations du monde sont menaçantes pour l’Occident. (Eva : Comme les USA !)


Article sur http://www.monde-diplomatique.fr/2008/07/GRESH/16104



 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2008 6 28 /06 /juin /2008 22:05
Oui, on a bien tenté de tuer Sarkozy. Voir l'article...

Bonjour,

Actuellement, les néo-cons représentent le vrai danger pour l'humanité.

 

Il faut remonter à la constitution des Etats-Unis pour comprendre l'état d'esprit de ce pays. Il a été bâti sur le massacre des autochtones, les Amérindiens. Il s'est enrichi sur le dos des Noirs, par l'esclavage. L'Etat modèle de la France pour Sarkozy est un Etat belliqueux, qui substitue la loi du plus fort, du colt, aux lois de la diplomatie. Comme je l'ai déjà dit, c'est le Droit du plus Fort contre la Force du Droit.

 

Et dans ce cadre, les Etats-Unis ont besoin, comme Israël d'ailleurs (lire à ce sujet les déclaration d'un de ses ministres, dans l'une de mes dernières publications),  de guerres pour prospérer. Moralement, et financièrement.

 

Quand ils n'ont pas d'ennemis, ils s'en créent. Après la "guerre froide" contre le communisme, voici la guerre contre un soi-disant islamo-fascisme.

 

Le vrai totalitarisme qui menace la planète, c'est celui de l'Empire anglo-usraélien. Ce blog le démontre sans cesse.

 

Seule une frange d'extrémistes musulmans souhaite établir la Charia dans le monde, par la force. Les fanatiques chrétiens et juifs ne sont pas plus nombreux. Mais eux ont un armement sophistiqué, l'appui de la Finance internationale, et ils sont déterminés. Ils représentent donc le plus grand danger pour l'humanité.

A juste titre, l'Iran cherche à se protéger, en disposant de l'arme atomique, des deux Etats qui le menacent réellement. Stratégie de dissuasion !

 

Si l'on suit les extrémistes néo-cons, pétris de la violente culture américaine, et à l'abri sur leur territoire, nous serons tous entraînés dans un  effroyable CHOC DE CIVILISATION qui ne profitera en définitive qu'aux industriels de l'armement, du pétrole, de la reconstruction, et à la Haute Finance.

 

Il faut impérativement se protéger de la barbarie néo-con. C'est elle qui, aujourd'hui, représente la plus grande menace pour la paix dans le monde, la liberté, la démocratie. Les néo-cons sont de dangereux apprentis-sorciers, de dangereux extrémistes, qu'il faut absolument dénoncer : Si nous ne voulons pas vivre une nouvelle guerre mondiale, qui cette fois sera effroyable, parce que nucléaire.

Eva


Néo-cons, danger !
Ils veulent la IV e guerre mondiale...
Et Israël semble décidé !

Norman Podhoretz, du blog Drzz - extraits

 




 


"Quiconque se penche sur le défi de
la Quatrième Guerre mondiale qui a débuté le 11 septembre 2001
 comprend qu’il n’y a qu’une seule option : adopter les idées néoconservatrices, ou perdre la guerre"
N. PODHORETZ 


Il est l’un des deux pères fondateurs du néoconservatisme
Fondateur de trois think tank américains
Senior fellow à l’Hudson Institute
 Podhoretz a été l’un des cerveaux derrière le Project for a New American Century (PNAC), document crucial de la politique étrangère américaine
pour le XXIème siècle
Ancien rédacteur en chef et actuellement éditorialiste de la première revue intellectuelle des Etats-Unis, Commentary et auteur de nombreux ouvrages, dont le dernier s’intitule"World War IV" (Doubleday, 2007)
Ancien analyste pour le Département d’Etat
Em 2004, N Podhoretz a été décoré par le Président George W. Bush de la "Médaille de la Liberté", la plus prestigieuse distinction octroyée par le gouvernement américain à un civil
En 2007, Norman Podhoretz a été nommé "Gardien de Sion" par l’Université Bar Ilan de Tel Aviv, le titre le plus prestigieux decerné à un étranger par Israël.


DRZZ :  Quel a été le plus grand succès  de la présidence Bush ?

 PODHORETZ : Le Président Bush sera reconnu comme un grand président car il a compris la menace que représente l’islamofascisme et a élaboré une stratégie pour la combattre. 
 

D: Pensez-vous à l’Irak ?

 

P.  : La guerre en Irak est un seul champ de bataille d’une guerre planétaire que j’ai nommée « la Quatrième Guerre mondiale » et qui couvre plusieurs fronts, dont l’Afghanistan et l’Iran.

D : Si je vous comprends bien, vous dites que le plus grand succès de cette administration a été la doctrine Bush elle-même ?

 

P. : Oui. La doctrine elle-même et la manière dont Bush l’a poursuivie malgré les nombreuses critiques émises aux Etats-Unis et à l’étranger.

 

D : Comment définiriez-vous « l’islamofascisme » ? Vous n’incluez pas seulement l’islam radical dans cette équation?

 

P. : Non. Je vois « l’islamofascisme » comme une bête bicéphale. Sa première tête est plutôt laïque et la seconde religieuse. D’un côté se trouvait le régime de Saddam Hussein et de l’autre le fondamentalisme des Talibans, aujourd’hui remplacé par la « mollahcratie » iranienne. Ces deux groupes ont forgé une alliance d’opportunité afin de lutter contre le monde libre. Ils ont l’intention d’utiliser tout ce qui est en leur pouvoir pour détruire les valeurs de nos civilisations, surtout la plus fondamentale, notre liberté.

 

D: Il me semble que le premier mandat de Bush suivait une ligne « néoconservatrice » et le second une ligne « réaliste ». Le pensez-vous également ?

 

 

 P : Je ne pense pas que le premier mandat présidentiel ait été aussi « néoconservateur » que certains le disent, ni que le second ait été particulièrement « réaliste ». Je dirais plutôt que les deux mandats du Président ont été une mixture puisée dans ces deux écoles. Certains ajustements de la doctrine Bush ont été simplement effectués lors du passage de la théorie à la pratique, sans être fondamentalement « réalistes ».

D: Des critiques affirment que l’efficacité de Bush a été réduite du fait qu’il a suivi deux programme idéologiques qu’à moitié..

 

P : Je suis d’accord. Cela dit, les politiciens doivent accepter des concessions stratégiques.  

 

D : Vous êtes l’un des deux pères fondateurs du néoconservatisme. Ce mouvement est souvent mal interprété aux Etats-Unis et encore très mal compris en Europe. Comme le définiriez-vous ?

 

P: Le « néoconservatisme » se définit par son préfixe « néo », pour « nouveau ». Nous étions un groupe relativement petit d’intellectuels affiliés à la gauche qui, à la fin des années 60, est passé à droite parce qu’il s’est révolté contre le pourrissement des idées progressistes. Nous avons reconsidéré nos propres idées et avons décidé de nous ancrer quelque part entre le centre et la droite. Pourquoi « néo » ? Parce que nous représentions la nouveauté pour les conservateurs, et parce que nous leur avons apporté de nouvelles idées. L’essence de notre pensée affirmait que l’Amérique incarnait une puissance de Bien dans le monde et qu’elle n’était pas responsable  de l’antiaméricanisme, cette haine irrationnelle que notre pays inspirait à l’étranger alors qu'elle veut répandre la liberté et la démocratie.

Voyez-vous, nombre de gens qui ont été appelés « néoconservateurs » n’ont rien du tout en commun avec nous. Ils n’ont jamais appartenu à la gauche avant de passer à droite. Aussi ne répondent-ils pas à la définition stricto senso de « néoconservateur ». (..)
     
 

 

 

 D:  Vous avez soutenu – et soutenez encore – des bombardements contre l’Iran. Pensez-vous que le Président va agir dans ce sens ? Le rapport de la National Intelligence Estimate (NIE) de décembre 2007 n’a-t-il pas ruiné cette possibilité ?

 

P : Je voulais encourager l’administration Bush pour qu’elle ordonne des frappes aériennes contre l’Iran. Il est toujours possible qu’elle le fasse, même si cela semble de moins en moins probable. Et ceci à cause du rapport déshonorant de la NIE, lequel a désinformé La seule manière de stopper les Mollahs reste les frappes militaires. Je soupçonne les Israéliens de se préparer activement à cette éventualité, avec ou sans le soutien des Etats-Unis. Israël ne peut pas laisser l’Iran acquérir l’arme atomique. Certes, les conséquences d’une intervention militaire seront sévères, mais une bombe islamiste représenterait une menace plus grave encore.

 

D: En mai 2007, vous avez rencontré le Président Bush en privé et lui avait recommandé d’intervenir en Iran…

 

P : Au printemps 2007.

 

 (..) Je sais que la communauté du renseignement américain sape la doctrine Bush depuis le début, alors que son rôle devrait se limiter à rendre des analyses indépendantes pour aider le Président à faire ses choix. Régulièrement, la CIA et les autres agences secrètes remettent des rapports confidentiels à la presse afin de mettre le Président dans l’embarras.(..)

 

D : Les Israéliens ont fait décoller la chasse en septembre 2007 pour bombarder un site nucléaire syrien bâti avec l’aide nord-coréenne. N’est-ce pas la preuve que les sanctions tout comme les efforts diplomatiques sont vains lorsqu’il s’agit de traiter avec un Etat voyou ?

 

P: Absolument. Les sanctions ne vont pas fonctionner face à la détermination iranienne et la diplomatie ne parviendra pas à maîtriser les velléités nord-coréennes.

 

 

D: Si vous étiez conseiller du premier ministre d’Israël, quels conseils lui  donneriez-vous pour faire face aux dangers que connaît le pays actuellement ?

 

P : Je lui dirais ce que j’ai dit au Président Bush : la seule manière d’empêcher l’Iran d’acquérir la bombe atomique est de bombarder ses sites nucléaires. Ce n’est pas seulement une question de sécurité pour Israël, mais une question de survie.   

 

D: Comment l’Europe, et plus particulièrement la France, pourrait-elle  aider les Etats-Unis à gagner la Quatrième Guerre mondiale ?

 

P : Il est clair que l’arrivée de Sarkozy a changé l’image que nous avions de la France. J’ai trouvé remarquable les paroles de Sarkozy, selon lesquelles « il y a pire que bombarder l’Iran, c’est l’Iran avec la bombe ». Je ne sais pas s’il est prêt à mettre des actes sur les mots, mais il se dirige de toute manière dans la bonne direction. Parallèlement, je veux dire aux Européens : cessez d’apaiser les tenants de l’islamofascisme et alliez-vous aux Etats-Unis pour le combattre, parce que les fanatiques ne veulent pas seulement s’en prendre à notre pays, ils veulent la défaite totale du monde libre.

 

D : Quelle est votre vision de Barack Obama ?

 

P :  Je ne pense pas que l’Amérique puisse porter à la présidence un candidat aussi à gauche que Barack Obama. Un candidat qui tient des discours défaitistes sur l’Irak…

 

  D : McCain est-il celui qui peut faire avancer les idées néoconservatrices aux Etats-Unis et dans le monde ?

 

P : John McCain est imprévisible.  Personne ne sait ce qu’il va dire ou faire. Cela dit, il est un domaine dans lequel il est très fort : la guerre. McCain reconnaît l’importance de la Quatrième Guerre mondiale, non seulement en Irak mais aussi en Iran, et je le soutiens pour cette raison. Il a parlé de l’islamofascisme comme du « défi fondamental de notre temps ».

 

D :  Quels sont vos espoirs pour le futur du néoconservatisme ?  

 

P : Le néoconservatisme comme je le définis a un avenir radieux devant lui. Certains pensent que le mouvement est mort, mais je ne le vois pas. Il n’y a pas d’autres voies pour vaincre l’islamofascisme que celle tracée par les néoconservateurs, et cela se sent dans le débat public. Même Barack Obama réaliserait qu’il n’a pas le choix. Quiconque se penche sur le défi de la Quatrième Guerre mondiale qui a débuté le 11 septembre 2001 comprend qu’il n’y a qu’une seule option : adopter les idées néoconservatrices, ou perdre la guerre.










http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20814784.html
http://www.reopen911.info/11-septembre/interview-dun-neoconservateur-influent/




On a bien essayé de tuer Nicolas Sarkozy
Ce sont des extrémistes israéliens !
 


Sorcha Faal fr

Original : http://www.whatdoesitmean.com/index1111.htm

Le Service de la Sécurité Fédérale de la Fédération de Russie fait savoir ce jour au Premier ministre Poutine et au Président Medvedev que N Sarkozy a « échappé de justesse » à une tentative d’assassinat, lors de son départ de l’aéroport israélien Ben Gourion (à Tel Aviv)  au cours d’une attaque qui s’est soldée par la mort d’un officier de sécurité français et d’un policier israélien.

Quant au récit « aseptisé » que la propagande occidentale fournit à ses peuples, au sujet de cette tentative d’assassinat de Sarkozy, nous pouvons le lire sur le site israélien [du quotidien Yediot Ahronot] Ynet News Service :

« L’incident a causé une grande frayeur durant la cérémonie (d’adieu), amenant des gardes du corps à éloigner précipitamment des lieux de hautes personnalités. Les voitures blindées du Président (israélien) Shimon Peres et du Premier ministre Ehud Olmert ont été très rapidement dépêchées sur le site de la cérémonie, et ces deux personnalités ont été éloignées de l’endroit.

En même temps, le Président français était promptement emmené à l’intérieur de son avion (privé), qui attendait sur la piste, par ses propres gardes du corps. Les circonstances de l’incident ayant été élucidées, les gardes du corps ont autorisé Peres et Olmert à monter à bord de l’avion (français), où ils ont salué Sarkozy. »

Les analystes de la Sécurité russe affirment que cette « première version » des reportages médiatiques de la propagande occidentale, à savoir qu’un Policier des Frontières israélien se serait « suicidé » durant la cérémonie d’adieu à l’issue de la visite du Président Sarkozy est « rocambolesque », et qu’elle ne parvient pas à démentir cette tentative d’assassinat, étant donné que seuls, les policiers les plus formés et ayant le plus de « bouteille » sont autorisés à approcher des chefs d’Etat étrangers par l’Institut Israélien du Renseignement et des Opérations Spéciales, plus connu sous son acronyme hébreu de Mossad.

Ces rapports d’analyse des services russes insistent sur le fait que le Premier ministre israélien Olmert venait tout juste (la semaine passée) de prolonger le mandat du directeur du Mossad, Meir Dogan, pour deux années supplémentaires, en raison de la colère « extrême » de Dagan à l’encontre du dirigeant français, motivée par le fait que celui-ci a rétabli les relations entre son pays et le Liban et la Syrie, deux anciens protectorats coloniaux français.

La « colère » de cet extrémiste de droite israélien contre le président Sarkozy s’est transformée en « haine », poursuivent ces rapports, après le discours de Sarkozy devant la Knesset, au cours duquel il a affirmé que Jérusalem doit être partagée, et, comme nous pouvons le lire dans la dépêche du Washington Post News Service :

«Nicolas Sarkozy a dit, devant le Parlement israélien, lundi, qu’il ne saurait y avoir de paix au Moyen-Orient tant qu’Israël ne serait pas revenu sur son refus de céder sa souveraineté sur certaines parties de Jérusalem revendiquées par les Palestiniens, défiant ainsi une des positions israéliennes les plus intangibles émotionnellement. »

A encore alimenter la colère d’Israël contre le Président Sarkozy fut la demande que celui-ci a adressée aux Israéliens de mettre immédiatement un terme à leur construction de colonies sur le territoire palestinien, ainsi que la précipitation dont la France fait montre, depuis récemment, à fournir des centrales nucléaires à ses alliés arabes (dont, notamment les Emirats Arabes Unis, la Jordanie et le Maroc).

Les analystes stratégistes russes indiquent que les factions de droite du gouvernement israélien sont susceptibles de se sentir « entièrement fondés » à assassiner le Président Sarkozy, étant donné qu’il est lui-même d’origine juive (et qu’il a perdu cinquante-sept membres de sa famille lors du génocide nazi), et qu’en vertu de la législation israélienne, il est un citoyen d’Israël et que, donc, en raison de ses négociations avec des ennemis d’Israël au sein du monde arabe, il est, toujours sous l’empire de cette législation, un traître.

Il convient de rappeler que les forces fanatiques de l’extrême droite israélienne ont souvent recouru aux assassinats par le passé, avec notamment, en 1995, l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin par le juif orthodoxe Yigal Amir, « motivé » par le fait que Rabin avait négocié les accords d’Oslo avec les Palestiniens.

Traduit de l'anglais par Marcel Charbonnier

Merci à nadia pour cet article.


400 ans de militarisme
au Canada :
Il faut que ça cesse !

Venez manifester le JEUDI LE 3 JUILLET à 10H00 AU PARC DE L’AMÉRIQUE FRANÇAISE afin de dénoncer la cérémonie du droit de cité et la parade militaire des Forces armées canadiennes!

La cérémonie du droit de cité donne la permission aux militaires du 22ième régiment d'entrer dans l'enceinte de la ville. Cette mascarade vise à mousser la popularité de l'armée au Québec et à faire la promotion de la mission canadienne en Afghanistan, il est de notre devoir d'agir pour rappeler notre opposition à cette guerre ainsi qu’à cette célébration qui donne le droit aux soldats de circuler librement dans la ville.

La guerre livrée en Afghanistan sous le prétexte de l'aide humanitaire n'apporte pas d’amélioration significative à la situation des Afghans et Afghanes. Motivée par des intérêts stratégiques et économiques, elle ne vise qu’à étendre le contrôle des pays occidentaux sur le Moyen-Orient.

Nous exigeons le retrait du droit de cité
le retrait immédiat des troupes canadiennes d’Afghanistan
la fin du recrutement et de la propagande effectuée par l’armée
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9464



Non prolifération
des armes nucléaires


http://www.armees.com/Non-proliferation-des-armes-nucleaires-Pourquoi-moi-e

Le Traité de non prolifération des armes nucléaires ne fait pas
partie des souvenirs que les soixante-huitards revendiquent. Pourtant,
c’est en 1968 qu’il a vu le jour.

Par Jean-Marc Trappler - extraits

Adopté par l’ONU en juin 1968, ce Traité devait constituer une sorte
d’assurance dont les promoteurs, détenteurs de l’arme nucléaire,
promettaient de tout mettre en œuvre afin de limiter la prolifération
aux seuls membres du club et empêcher par tous les moyens, l’accès au
feu nucléaire par toute autre puissance. Les signataires s’engagèrent
ainsi à ne pas se doter de la bombe ; parmi eux, certains ont succombé
à la tentation. Libye, Irak, Afrique du Sud, Taiwan et Corée du Nord
pour ne nommer que ceux-ci.


L’Inde et le Pakistan se sont calmés en la possédant. 
Tout comme Israël, ils n’étaient pas signataires
du Traité. Des failles ? Pas vraiment puisque l’on peut considérer
que ces pays contribuent,
du fait de leur nucléarisation militaire, au
maintien d’un certain équilibre durable
dans leurs sphères
d’influence à défaut d’une paix jamais acquise.

Ce Traité ne joue plus son rôle premier, il a besoin d’être
revisité et plus précis quant aux conditions de son application.
C’est interdit de « proliférer » – point – cela ne veut plus
dire grand-chose. Il conviendrait donc de réexaminer non pas les
conditions de nouvelles adhésions, voire d’entériner certaines
situations, mais de
réduire en premier lieu les stocks existants
jusqu’à un équilibre rapidement chiffré afin d’en neutraliser les
emplois potentiels
. Cela est utopique, car légiférer sur le nombre et
la puissance des bombes n’est pas un facteur d’équilibre.

Américains et Russes possèdent les arsenaux les plus considérables,
et on ne sent pas vraiment, de leur part, d’engagement à les réduire,
très occupés qu’ils sont à réduire les temps de voyage des
missiles qu’ils se destinent afin d’empêcher toute interception et
deuxième frappe. Au taux du rouble, le dollar prend de l’avance…

Aucun traité ne nous mettra à l’abri de la folie d’un groupe
terroriste ou état voyou qui nous enverra une bombe sale prête à
exploser, à bord d’une barge propulsée par de vieux moteurs Diesel
dans le port de Saint-Tropez. Les cibles ne manquent pas. L’imagination
non plus.


Avec le recul, on peut dire que « ça a marché »

Globalement, ce Traité a été respecté. Il mériterait cependant
quelques rénovations. On a pu observer que des pays se sont retirés du
traité juste après avoir atteint le seuil de réalisation de l’arme
nucléaire, accédant ainsi, « légalement » à la bombe.

Interdire l’enrichissement d’uranium


Au nom de quoi  pourra-t-on s’opposer à ce que l’Egypte et la Turquie
- par exemple - ne décident de se doter de la bombe sous couvert d’un programme 
civil donc légal ? Sans entrer dans les détails,
passer du nucléaire civil
au nucléaire militaire est affaire d’enrichissement d’uranium ; et
c’est sur ce point que la vigilance du traité doit s’exercer.


Quelles sanctions pour les contrevenants ?

On pense bien sûr à l’Iran. De sanctions en sanctions, l’Iran
s’enfonce dans l’irrémédiable. Tout a été tenté. Sanctions
économiques et financières sur les pôles les plus importants de son
économie. Sanctions la privant de ses revenus énergétiques. La gamme
des sanctions est large et ce n’est pas fini. Mais jusqu’où peut-on
ne pas aller ? Si, demain, nous avons, sur le même exemple, non plus deux
mais dix pays tentés par l’aventure du nucléaire militaire, aura-t-on
encore la patience que nous avons développé avec l’Iran ? Faudra-t-il
rapidement intervenir de façon musclée pour empêcher toute
velléité nouvelle d’enfreindre le Traité
? Tout ceci n’est
qu’une question d’évaluation de la menace et repose – aujourd’hui
et pour longtemps – dans les mains seules des américains même si
l’ONU semble diriger les débats.

L’embrasement de la région n’est souhaitable pour
personne, l’Iran abuse de cette crainte, à n’en point douter.
Les américains étaient prêts à bombarder mais, stupeur, la CIA,
jetant sur la table du président un rapport de 2003 attestant de
l’abandon du programme militaire par l’Iran fit rengainer à Bush son
arsenal, penaud mais pas vaincu.

Un remake de l’Irak venait d’être évité avec des conséquences
dont on a même pas idée ici en Europe. Bref, la diplomatie a encore de
beaux jours dans la région si les faucons sont disposés à la laisser
œuvrer. (..)

Une solution : « dénucléariser les régions à problèmes »

C’est une solution qui ne tient que si la région concernée est
exempte de nation détentrice de la bombe. Quid donc d’Israël dans la
région à laquelle on pense, ce sera difficile à moins d’obtenir des
assurances que seules les « grandes puissances » pourraient apporter.
Mais comme personne ne s’entend vraiment, cela restera un casse-tête.
En attendant, le Traité rouille dans les silos. Moscou et Washington
s’entendant à le faire oublier tout en lorgnant les meilleures
positions dans la région, Moscou s’employant à recouvrir des
parcelles de sa puissance passée et Washington à poursuivre l’œuvre
entreprise…

Et la France dans tout cela ?

Loin des énormes stocks des deux super puissances en la matière, Russes
et Américains, elle organise et modernise sa force de dissuasion sans
intention de remettre en cause son format.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte
responsabilité de l’auteur.


Le film "the 4th world war"
sur le réseau Edonkey

 

Le collectif du CMI Marseille a participé l'an dernier à la traduction du film "the fourth world war" http://www.bignoisefilms.com/4ww/http://marseille.indymedia.org/news/2004/09/1237.php  
dans l'objectif d'en proposer une version sous-titrée en français. Après maintes péripéties, il est possible de télécharger ce film sur le réseau Edonkey (utilisateurs de logiciels en xyz"mule" ou xyz"donkey) pour ce faire, copiez les liens e2dk suivants dans votre logiciel de peer to peer. Le film est au format divx, et les sous-titres peuvent être lus par la plupart des logiciels qui permettent de lire les divx (mplayer sous linux, bsplayer sous windows, ? sous mac). En général il suffit de faire "clic droit" puis "charger les sous-titres".
le film:
ed2k://|file|the_4th_world_war__quatrieme_guerre_mondiale__bignoise_production__french_sub_available__vo_.avi|724062208|ff12926cdff6951bd7bbcf1b5618aed8|/

les sous-titres:
ed2k://|file|la_quatrieme_guerre_mondiale__4th_wold_war__sous_titres.srt|66235|12456502674fd326df6df7b4ea21024b|/


Ce film, à travers une approche ésthétique, parcourre les luttes qui se livrent aujourd'hui sur la planète contre le néolibéralisme, des grèves de Corée au soulèvement du Chiapas en passant par les privatisations en Afrique du Sud, Gênes, l'Argentine... La multitude émergeant à l'ombre des partis et des institutions.


Merci au blog panier à crabes pour cette info.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 12:02
Dénonçons l'imposture de la guerre au terrorisme !



















Mes amis,

Il faut dénoncer sans relâche l'une des plus grandes impostures de l'histoire de l'humanité, qui risque de nous conduire dans un choc de civilisations dont les conséquences sont incommensurables pour les peuples, et pour la civilisation même, puisque un chaos d'une barbarie inégalée, nucléaire cette fois (des généraux de l'OTAN l'ont revendiqué) menace de  conduire l'humanité au bord du gouffre ! Ce n'est pas de la science-fiction, c'est la réalité !

Les projets bellicistes de l'administration Bush plongent leurs racines dans une tradition bien américaine, que même un Obama n'exorcisera pas, mais mon propos aujourd'hui n'est pas de vous en parler. Ce que je voudrais souligner, c'est que toute la stratégie anglo-américano-israélienne est basée sur la peur, et c'est ainsi que "la lutte contre un prétendu terrorisme mettant en danger la sécurité du monde", est une pure création de cerveaux malades, de Frankesteins assoiffés de pouvoir, d'argent, de puissance et de domination. Oui, et je l'étudierai plus tard dans un article, le capitalisme financier d'aujourd'hui n'est plus le capitalisme d'entreprise de nos pères, c'est une version totalitaire et spéculative, avec bulles pouvant crever à tout instant (voilà un VRAI danger !). En d'autre termes, le "néo-libéralisme" est une pieuvre tentaculaire qui enserre la planète toute entière, et l'asphyxie progressivement sur le plan des libertés, des droits fondamentaux, tant du Travail que sociaux, et j'en passe....

Je n'hésite pas à le dire aujourd'hui : Le capitalisme que je qualifierai de spéculatif est une menace pour la démocratie, pour toutes les conquêtes sociales acquises au prix de luttes parfois sanglantes,  et j'ose le dire : pour l'humanité toute entière ! Il est temps que nous en prenions concrètement conscience, et que nous dénoncions sans relâche les apprentis sorciers qui pour augmenter leurs profits d'une manière scandaleuse, contrairement à toute éthique, sont prêts à mettre à feu et à sang la planète, et, dès maintenant, à sacrifier nos dernières libertés et nos dernières protections sociales !

Et afin de mieux nous tenir à sa merci, l'oligarchie financière aux commandes du monde a décrété une nouvelle chasse aux sorcières, musulmanes cette fois, arabes (pour commencer, car les Chinois ou les Russes ou les Latino-Américains sont aussi sur la sellette), en brandissant la soi-disant menace terroriste !

Or, cette folle chasse au "terrorisme", illimitée, doublée d'une guerre sans fin (Bush y a fait allusion !) repose sur une immense imposture : les pseudo attentats du 11 septembre ! Et ses conséquences sont incalculables : Recul des libertés par le vote de lois d'exception, devenues permanentes, faux prétextes pour déclencher des guerres (Afghanistan, Irak), etc

Avant son départ, en janvier 2009, l'administration Bush compte encore utiliser cet événement pour attaquer l'Iran, y compris avec des missiles nucléaires, risquant par là même un embrasement généralisé, au pire, et au mieux, si l'on peut dire, une pollution planétaire.

Devant l'opposition des différentes opinions publiques internationales, il se pourrait bien qu'une nouvelle imposture, tout aussi énorme, soit "nécessaire" pour entraîner le monde dans cette course folle. Du genre attentat sur la Tour Eiffel, ou contre les sportifs aux J.O. - vous me suivez ??? Pour convaincre les Européens de s'engager sous la bannière étoilée militaro-financière...

11 / 03
http://basacode.blogspot.com/


Allons-nous laisser faire, alors qu'une chape de plomb hypocrite est toujours posée sur le "11 septembre", à l'origine de tout cela ?

 

« La guerre au terrorisme est un mythe », voilà la réalité ! Et ce mythe, nous devons le combattre, ainsi que leurs auteurs, les néo-conservateurs, ces fous de Dieu (chrétiens ou juifs extrémistes, sur-armés, et assis sur des fortunes colossales, autrement plus dangereux que les fanatiques de la Charia) !

Et ne soyons pas dupes de la gigantesque manipulation que ces obsédés de puissance et de domination sont en train de préparer dans l'ombre, avec l'appui des néo-conservateurs européens, français ou italiens ! Il nous faudra informer sans relâche, nous transformer TOUS comme je ne cesse de le dire, en journalistes, partout, en tous temps ! C'est notre responsabilité, au travail, en famille, dans nos quartiers, au café du coin...

Alors oui, amis opposés à tous les communautarismes abjects, à toutes les guerres impérialistes, à toutes les formes de totalitarisme prédateurs, prenons conscience des menaces qui nous guettent, des manipulations qui nous attendent, particulièrement via une presse que je n'hésite plus à qualifier de criminelle (d'ailleurs aux mains des marchands d'armes), des guerres qu'on veut nous imposer, et partons au combat contre l'intolérable !

Ne cédons jamais à la paranoïa orchestrée artificiellement, rejetons les visions manichéennes artificielles, avec d'un côté une soi-disant démocratie et un libéralisme porteur de toutes les vertus, véhiculant le Bien, et de l'autre tous ceux qui résistent à ce modèle, montrés du doigt et assimilés à des ennemis potentiels voire à des terroristes.

Derrière les beaux discours, se cachent des intérêts économiques et financiers qui ne concernent pas les peuples. Eux sont destinés seulement à devenir de la chair à canon, au profit de ceux qui décident arbitrairement les guerres, et s'en protègent.

Exigeons que l'on substitue la Force du Droit au Droit du plus Fort. Et que la politique de la canonnière ne remplace pas la diplomatie et le Renseignement, particulièrement si elle est  accompagnée du contrôle de chaque citoyen au nom d'une lutte contre le terrorisme créée de toutes pièces.

Résistons, plus que jamais, aux impostures ! Particulièrement à celles de la guerre au terrorisme et à celles d'un soi-disant inévitable choc des civilisations. 

Pour ne pas tomber dans la barbarie. Réelle, cette fois. 

Bon courage,

Votre Eva, à la pointe de ce combat !

TAGS : Totalitarisme, Bush, USA, France, Italie, impérialisme, guerre, chaos, Iran, nucléaire, terrorisme, guerre au terrorisme, néo-conservateurs anglais, américains, israéliens, choc de civilisations, musulmans, arabes, charia, intégrismes, communautarismes, 11 septembre, Afghanistan, Irak, Latino-Américains, Chine, Russie, libertés, démocratie, OTAN, chasse aux sorcières ... 



Le mythe de la guerre
contre le terrorisme



Journaliste états-unien, Webster Tarpley, travaille sur les formes modernes d’ingérence, en particulier sur l’exploitation de la menace terroriste :

« On ne peut pas comprendre la politique actuelle des États-Unis si l’on mésestime la portée réelle du 11 septembre.
Les attentats du 11 septembre ont été un coup d’État.
 

La guerre contre le terrorisme est basée sur un mythe et est devenue une religion d’État obligatoire depuis ces évènements.
 

La seule façon de lutter contre les néo-conservateurs est de détruire ce mythe.


L’ouverture d’une commission de vérité comme celle de Russell après la guerre du Vietnam pourrait contribuer à le détruire. ».

Son dernier ouvrage "La terreur fabriquée" est disponible en France.
Il y démontre que le terrorisme est "toujours" organisé par les Etats eux-mêmes.

 
 
Les députés néo-démocrates canadiens mettent en cause l’administration Bush dans les attentats du 11 septembre
 

Le 10 juin 2008, Libby Davies, a donné lecture à la Chambre des communes du Canada d’une pétition de citoyens appelant à l’ouverture d’une enquête canadienne sur les attentats du 11 septembre 2001.

Députée de Vancouver, Madame Davies, est connue pour son engagement contre la guerre en Irak. Elle préside le groupe parlementaire des 30 députés du Nouveau parti démocratique (membre de l’Internationale socialiste).

Voici le texte de la pétition :

« Nous, les soussignés, citoyen du Canada, voulons attirer l’attention de la Chambre sur ce qui suit :

Que, des témoignages et des preuves scientifiques démontrent que le rapport de la commission d’enquête officielle sur les évènements du 11 septembre 2001 est un document frauduleux et que ses auteurs, consciemment ou inconsciemment, sont coupables d’occulter les évènements réels du 11 septembre 2001. Les preuves amassées démontrent de façon évidente que les tours 1, 2 et 7 du World Trade Center ont été démolies a l’aide d’engins explosifs et que la théorie officielle supportant la thèse que les trois tours se sont écroulées suite à l’impact des avions et de la chaleur des incendies qui suivirent est de façon irréfutable, fausse.

Nous croyons fermement que des éléments au sein du gouvernement états-unien ont été complices du meurtre de milliers d’innocents le 11 septembre 2001.

Cet évènement a conduit le Canada à s’engager dans la prétendue « guerre au terrorisme » et à changer notre politique nationale et internationale pour le pire.

Le 11 septembre 2001 va continuer à avoir des conséquences néfastes pour tous si nous refusons d’examiner les faits attentivement et de façon objective.

Par ces motifs, les signataires de la présente pétition demandent au Parlement :

(1) De lancer immédiatement sa propre enquête sur les évènements du 11 septembre 2001 au nom des 24 citoyens canadiens tués le 11 septembre 2001 à New York City.

(2) Agir de façon légale, à la lumière de sa propre enquête, en aidant à poursuivre en justice les vrais coupables devant les juridictions internationales.
 

Pour la vérité et la responsabilité,  »

Rappelons que le Parlement du Venezuela a adopté une motion demandant au président Bush des explications sur les incohérences de sa version des attentats du 11 septembre 2001, et que le Sénat du Japon a refusé d’envoyer de nouvelles troupes nippones en Afghanistan tant que les allégations de l’administration Bush sur la responsabilité de ce pays dans les attentats du 11 septembre ne seraient pas étayées.

 

Info du Réseau Voltaire

 

 

RAPPEL : L’ancien président de la République italienne, Francesco Cossiga, est connu pour son franc-parler. Dans une déclaration laconique, il a proclamé que « le roi est nu » :

Selon lui, comme tous les dirigeants occidentaux le savent, mais comme aucun ne le dit, ce sont les services US et israéliens qui ont perpétré les attentats du 11 septembre 2001.

Le quotidien italien de grande réputation "Corriere Della Sera" a publié dans sa version en ligne sur internet, la prise de position de l’ancien chef d’Etat italien Francesco Cossiga, selon laquelle le fait que les « attaques » du 11 septembre 2001 sur les tours du World Trade Center à New York ont été mises en scène par les services secrets américains et du Proche-Orient, était et est connu de tous les services secrets dans le monde.

Cossiga fut, de 1983 jusqu’à son élection comme Président de la République, président du Sénat italien. Il passait pour honnête et incorruptible, cela pendant toute la période de ses mandats jusqu’en 1992, ce qui lui valut le respect, même de ses opposants politiques. Il fut contraint de se retirer parce qu’il avait provoqué l’hostilité de l’Establishment politique et de l’OTAN en rendant publique l’existence de "l’Opération Gladio" et son rôle dans cette organisation.

Les révélations de Cossiga avaient provoqué une enquête parlementaire en 2000 sur les activités de Gladio en Italie. Il en ressortit que les services secrets américains et de l’OTAN avaient mené des activités de terreur "sous faux drapeaux", causant de nombreuses victimes parmi la population civile. L’objectif fut alors de mettre sur le dos de groupes de gauche, les actes de terreur, afin d’exciter la colère contre les communistes et de pouvoir exiger plus de moyens de la part de l’Etat.

Cossiga commente la plus grande duperie de l’histoire envers les populations du monde, toujours selon l’article du "Corriere Della Sera", ainsi :

« On nous fait croire que Bin Laden aurait avoué l’attaque du 11 septembre 2001 sur les deux tours à New York, alors qu’en fait les services secrets américains et européens savent parfaitement que cette attaque désastreuse fut planifiée et exécutée par la CIA et le Mossad, dans le but d’accuser les pays arabes de terrorisme et de pouvoir ainsi attaquer l’Irak et l’Afghanistan. »

Cossiga avait déjà en 2001 mis en doute la théorie officielle de complot, propagée par l’administration Bush, et mis l’accent sur le fait que l’attaque n’aurait pu avoir lieu sans l’infiltration du personnel des systèmes radar et de la sécurité aérienne américains. Les spécialistes de la construction mettent le doigt sur le fait que la symétrie et la chronologie de l’effondrement des tours n’a pu avoir lieu qu’à l’aide d’explosifs, l’incendie ne pouvant pas être à l’origine de ce drame.

Il est remarquable que ce journal très apprécié, cite actuellement les dires de ce chef d’Etat hautement respecté ; cela enlève toute crédibilité à la prétention qu’il s’agit d’exagérations d’une théorie de complot. Il semble qu’on veuille plus fermement attirer l’attention des politiciens de haut niveau en Europe, sur le fait que rien ne peut justifier leur soumission envers les Etats-Unis, en ce qui concerne les massacres de populations et les guerres d’agression, y compris la prétendue "Opération liberté immuable" ("Operation Enduring Freedom"), et qu’il s’agit d’un crime contre l’humanité, avec toutes ses conséquences personnelles, comme l’avaient montré les procès de Nuremberg.

Merci à Artemisia et à Floraison 2 pour ces infos



Voir mes derniers articles sur mon blog désinformation
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 
11 septembre, etc...



http://geocities.com/devoyault/actualite/20080120ArabieSaouditePeakOilPaillesMydev.jpg


Servitudes militaires :
Les bases US
Le Muos


Partager cet article
Repost0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 02:03
http://eldiablo.over-blog.org/article-20593053.htmlPour se procurer ces tee-shirts militants,
 http://sanscommenttaire.blog.fr/2008/03/19/
tee-shirts-et-adhesifs-voiture-3906067











Choix d'articles afin d' aider à comprendre le monde qui nous entoure et aussi pour découvrir les projets des véritables décideurs qui agissent dans l'ombre.  Eva


La Trilatérale
en France


18.6.2008 

 Le 16 janvier 1978, Mrs Yves GUENA, conseiller d'Etat, plusieurs fois ministre, éminente personnalité du mouvement gaulliste, reconnaissait devant une quinzaine de journalistes réunis à Paris, qu'il ignorait tout de la Trilaterale.

Lorsque
sa religion fut éclairée par deux journalistes, Paul Dehème et Pierre de Villemarest, il eut un haut-le-corps et s'exclama ; " Eh bien, Messieurs, Je vous assure qu'avec nous il n'y aura pas de Trilatéralistes au gouvernement".

C'était ignorer que le gouvernement soutenu par Mrs Yves GUENA et ses amis était dirigé dans la plus stricte et la plus fidèle ligne trilatéraliste par Mrs Raymond BARRE, membre éminent de la Trilatérale depuis les premiers jours de sa fondation.

Précisément, interrogé quelques jours plus tard, le 9 février 1978, par un auditeur de Radio-France, Mr Raymond BARRE, premier ministre, reconnaissait son appartenance à la Trilatérale. Il s'empressa d'apaiser la curiosité de son interlocuteur en soulignant qu'il s'agissait là que d'une commission mondialiste uniquement appliquée à ce "qu'une bonne compréhension s'établisse entre l'Europe; le Japon et les Etats-Unis" et de préciser que ce faisant, "il n'a pas l'impression de manquer à l"indépendance nationale" en participant aux travaux de cette commission "..."ni de se mettre en état de dépendance à l'égard des puissances d'argent".

C'était laisser ignorer que les plus puissantes forces économiques du monde et les plus importants moyens financiers de l'Occident constituaient le noyau dur de la Trilatérale. La réplique de Mrs Raymond BARRE résonna comme une réponse d'esquive.

Monsieur Raymond BARRE n'a pas cru devoir préciser à la radio que l'un de ses conseillers, M.J.C CASANOVA, inspirateur de "son discours de Blois" appartient à la Trilatérale depuis plusieurs années. Nous n'aurions vu aucun inconvénient à ce qu'il rappelât que M.LECAT, porte-parole de l'Elysée est lui assui membre de la Trilatérale comme le sont à propos de puissances d'argent, MM. Edmond de ROTHSCHILD ou Jacques de FOUCHIER, ancien président de Paribas.

M.Raymond BARRE aurait été parfaitement à l'aise en rappelant qu'à la Trilatérale il se trouve en compagnie de Michel CREPEAU, maire de La Rochelle, président des Radicaux de gauche, et qu'à gauche justement, il se trouve des "trilatéralistes de compréhension " comme Michel ROCARD, Jacques ATTALI, Jean-Pierre COT etc..

A Paris, Electricité de France, service national, met ses locaux à la disposition de la Trilatérale, bd Haussmann, et abrite son personnel sans que personne n'ait cherché à savoir qui supporte les frais de fonctionnement. Tout se passe comme si cela va de soi...!

Comme l'a fort bien perçu l'industriel François MICHELIN, "la crise" qui frappe l'Occident avec son cortège de malheurs est " fabriquée à la main". Devant les actionnaires de sa société, François MICHELIN insiste sur le caractère artificiel de la "crise" pétrolière.

La vision trilatéraliste de notre futur est celle d'un monde organisé par une "élite transnationale" dont l'URSS fera partie. Il s'agit de mettre en place une communauté "globale" des peuples .

Pour que cette ligne politique soit conduite avec succès il importe, à l'intérieur, de réduire les pouvoirs des Etats, des Congrès de ces Etats, et, en même temps anesthésier l'information.

Comme l'affirme avec force la tête pensante de la Trilatérale, "Zbig BRZEZINSKI", il s'agit d'en terminer avec la fiction des souverainetés nationales ( political power  1964)

On comprend dans ces conditions, les mouvements d'humeur de ceux qui accusent la Trilatérale de transformer nos institutions en démocratie restreinte et filoutée.

Théoriquement dans cette perspective de "nouvelle conscience planétaire" la Trilatérale peut être considérée comme une tentative de reprise en mains par les Etats-Unis du monde occidental. Elle serait une sorte de "new-deal" informel à l'échelle mondiale pour assurer la survie du capitalisme grâce à un "réformisme" visant à instaurer un ordre économique mondial .


Le Monde est gouverné par tout autres personnes que ne se l'imaginent ceux dont l'oeil ne plonge pas dans les coulisses. ( Disraëli 1804/1881) ministre des finances britannique de la Reine Victoria.


Note: afin d'aider à préserver le caractère non-officiel de la commission, les membres qui prennent position dans leur administration nationale abandonnent de facto leur appartenance à la Commission Trilatérale. Les membres sont choisis sur une base nationale. La procédure utilisée pour la rotation et l'invitation des nouveaux membres varie en fonction du groupe national.

Quelques personnalités qui sont ou ont été membres :
 Edmond ALPHANDERY, Raymond BARRE, François BAYROU, Georges BERTHOIN, Hervé de CARMOY,  Paul DELOUVRIER, Patrick DEVEDJAN, Laurent FABIUS, Pierre LELOUCHE

pour les Etats-Unis :
Zbigniew BRZEZINSKI, George H.W BUSH, Jimmy CARTER, Dick CHENEY,Tim COLLINS,  Bill CLINTON, Henry KISSINGER,  David ROCKFELLER, Paul VOLCKER
.

http://millesime.over-blog.com/article-20555321.html



____________________________________________________________________________________________________________________________

Préparation du voyage
de Sarkozy en Israël :

Israël est redevenu une destination très populaire. Un nombre exceptionnel de personnalités politiques et d’affaires étaient disposées à suivre pas à pas le Président Sarkozy à Jérusalem. Le plus dur a été de dresser la liste des personnes qui attendront le prochain voyage officiel en Israël (peut-être pour le décès éventuel de Ariel Sharon ?).

La Knesset a mis au point les derniers détails de la prochaine visite du président français Nicolas Sarkozy. Avec son épouse Carla, ils sont attendus le 22 juin en Israël. Ils seront accompagnés de 8 ministres, 7 parlementaires et de 180 personnalités.

http://www.juif.org/go-news-56212.php


______________________________________________________________________________________________________________________________


A lire : La guerre des Bush
transmis par une lectrice


Une enquête explosive sur les dessous de la lutte contre Saddam Hussein. Comment deux générations de présidents américains ont pris comme prétexte le conflit avec l’Irak pour régler des dossiers bien plus secrets…

C’est en 1991 que s’est engagée la croisade contre l’Irak. Menée par George Bush père, la Guerre du Golfe a complètement modifié le paysage politique et diplomatique d’une région déjà déstabilisée. Plus de dix ans plus tard, Georges W. Bush semble s’être donné pour mission de " terminer " le travail du père : en finir avec Saddam Hussein. Mais la future guerre en Irak cache pourtant de biens étranges secrets...

Eric Laurent révèle de manière assourdissante comment deux générations de présidents ont, par leurs amitiés, leurs complicités et leurs intérêts, précipité leurs pays vers une guerre dont personne ne connaît réellement l’issue.

C’est une enquête minutieuse et explosive au cœur des milieux les plus fermés – politiques, industriels, militaires -, sur tous les continents. Pour la famille Bush, la "guerre contre le terrorisme" peut aussi être l’occasion de régler bien d’autres dossiers…

______________________________________________________________________________________________________________________________

 
Les gouvernements en Amérique latine.
Retour au contrôle public des ressources naturelles.
Stratégie, de confrontation et de séparation,
des EU et des capitalistes locaux



En opposition aux traités de libre commerce que signent certains pays d’Amérique latine avec les Etats-Unis ou l’Union européenne, les nouveaux accords qui ont été passés entre les gouvernements du Venezuela, de la Bolivie et de Cuba méritent d’être soulignés. Citons par exemple les 20.000 médecins cubains qui vont travailler volontairement au Venezuela pour fournir une médecine gratuite, en priorité dans les quartiers pauvres, ou les 40.000 opérations de la cataracte ou d’autres problèmes de la vue dont ont bénéficié gratuitement des citoyens vénézuéliens dans des hôpitaux cubains. En échange, principalement sous forme de troc, le Venezuela fournit du pétrole à Cuba. Le même type d’accords s’applique entre le Venezuela et la Bolivie.

En conclusion, les expériences en cours dans ces pays sont très différentes de l’image caricaturale et négative qu’en donne la majorité des medias. Les processus en cours sont complexes et parfois contradictoires, des reflux sont possibles, même probables, les gouvernements n’iront peut-être pas assez loin dans les transformations politiques et sociales favorables au peuple. La déstabilisation orchestrée par les classes dominantes locales et Washington peut réussir à infléchir le processus en cours. Avec l’agression de la Colombie contre l’Equateur en mars 2002, on voit bien que Bogota et Washington sont prêts à utiliser l’arme de la guerre contre les régimes de Quito et de Caracas. Une des dimensions marquantes qui n’ont pas pu être abordées ici, c’est la faiblesse du contrôle des producteurs sur l’ensemble du processus de production (ce qu’on appelle, dans la tradition du mouvement ouvrier, le contrôle ouvrier et l’autogestion).




 http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9369


____________________________________________________________________________________

J'ai intitulé un récent post "La bête"
Pour ceux qui veulent en savoir plus,
voici un lien envoyé par une lectrice abonnée... Libanaise !

Chère Eva,

Je viens de lire l'article que tu as envoyé aujourd'hui:
"la Bête immonde asphyxie la planète"
J'aimerai attirer l'attention des lecteurs, à ce propos, d'un lien qui est très significatif et explicatif!
 Chaleureusement


Essai d'interprétation :
Jésus, les USA, Israël...
Une autre bête....


L'Apocalypse est un livre prophétique qui rapporte les événements et les protagonistes du XXe siècle. Cette époque tumultueuse est celle de la réapparition et de la fin d'une Bête : l'Antichrist, la veille du Retour du Christ (..)

Plus loin, dans le même chapitre, je lus qu'il y a "une autre Bête... au service de la première Bête, elle en établit partout l'empire, amenant la terre et ses habitants à adorer la première Bête dont la plaie mortelle fut guérie... et nul ne pourra rien acheter ni vendre s'il n'est marqué au nom de la Bête" (Apoc 13,11-17). Je déduisis alors que la première Bête étant Israël, la deuxième Bête qui la soutient ne peut être que les U.S.A qui protègent et arment Israël. Je compris encore qui sont ces "ennemis que je m'attirerais" et qui est la "foule de peuples, de nations, de langues et de rois contre qui il me fallait de nouveau prophétiser", puisque le témoignage contre Israël ne se fait plus aujourd'hui comme les Prophètes et Jésus le faisaient autrefois (voir par exemple Isaïe 1,2-4 / Jérémie 2,26-37 / Michée 3,9-14 / Matthieu 23,33-37 / Jean 8,44).

Devant ces détails, j'étais stupéfait ; je sentais la réalité du message et son importance. La peur me menaça. Mais pourquoi est-ce moi qui reçois tout ça ? Je suis impuissant face à de tels ennemis ! Après cette vision et cette lecture, je me sentais comme isolé dans un monde de silence. Une impression de gravité s'abattit sur moi. J'ai éprouvé le besoin de prier, beaucoup et profondément.

Une guerre de pensée se déroula alors en moi : "Je suis un prêtre et, comme tel, je n'ai pas à m'occuper de politique", pensai-je. Mais, d'un autre côté, je réalisais que le phénomène israélien n'était pas que politique puisque Israël refuse de reconnaître Jésus comme le vrai et unique Messie et que, malgré la rupture de la première Alliance (Jérémie 31,31-33), Israël prétend encore avoir un droit divin sur la Palestine, sous prétexte qu'elle demeure la Terre Promise aux Juifs.

Je compris alors que reconnaître à Israël un quelconque droit biblique sur la Palestine signifiait trahir Jésus et représentait un contre-témoignage à son messianisme spirituel et universel.

Le problème était donc bien de dimension spirituelle. Il fallait du discernement et de la subtilité pour reconnaître la Bête : "C'est ici qu'il faut de la finesse ! Que l'homme doué de sagesse calcule le chiffre de la Bête, c'est un chiffre d'homme : son chiffre c'est 666", dit l'Apocalypse (13,18).

Toutes ces pensées m'embarrassèrent beaucoup à cause du courant opposé, puissant et dangereux auquel il fallait faire face. Je compris alors que tel était le secret que Jésus devait me révéler, et qui devait m'attirer des ennemis.

Dans mon cœur, je L'entendis de nouveau me demander : "Pour moi, acceptes-tu ?" J'ai alors re-confirmé mon acceptation, réalisant bien, cette fois, pourquoi "il me fallait de nouveau prophétiser contre une foule de peuples, de nations, de langues et de rois" (..)

La bête, c'est l'antichrist

Tous les interprètes bibliques reconnaissent que la Bête est l'Antichrist dont parle Jean, et l'Impie ou l'Adversaire (du Christ : l'Antichrist) prévu par Paul. Il doit apparaître la veille du Retour du Christ : Jean dit "Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus soit le Christ ? Le voilà l'Antichrist" (1 Jean 2,22).

Les Israéliens sont les seuls à nier "que Jésus soit le Christ", le Messie de Dieu. L'Islam proclame cette Vérité, le Coran reconnaissant, de surcroît, que Jésus est la "Parole de Dieu et l'Esprit de Dieu" (Coran III ; La Famille d'Imran, 45).

Paul dit : "A propos de la Venue (Retour) de notre Seigneur Jésus-Christ... auparavant doit se révéler l'homme Impie, l'Etre perdu, l'Adversaire (l'Antichrist)... Vous vous rappelez qu'étant encore près de vous, je vous disais cela" (2 Thessaloniciens 2,1-5).

Les temps apocalyptiques sont donc reconnaissables par la réapparition de l'Antichrist en Palestine, au cœur même de Jérusalem, pour y mener la bataille finale contre le Christ. Ce dernier le vaincra et l'Antichrist disparaîtra à jamais (Apoc 17,8). Ceci confirme ce que Jésus avait déjà révélé à ses Apôtres concernant la Fin des Temps : "Quand vous verrez Jérusalem investie par les armées, rendez-vous compte que sa dévastation est toute proche" (Luc 21,20). Rendons-nous compte aussi que c'est l'Heure du Retour de Jésus.

(..) La Palestine est le centre principal des événements apocalyptiques.

Suite à  http://www.pierre2.org/fr/cleapoc.htm


_____________________________________________________________________________________________________________________________


Mémoire de la Shoah :
Le projet de Sarkozy abandonné...

Mémoire de la Shoah : le projet de Nicolas Sarkozy abandonné - © Le Monde

Le projet de circulaire du ministre de l'éducation suggère de privilégier "la thématique des enfants victimes", mais ne reprend pas la demande faite par Nicolas Sarkozy, qui avait été très critiquée en février
.

http://www.juif.org/societe-israel/56250,memoire-de-la-shoah-le-projet-de-nicolas-sarkozy-abandonne.php

_________________________________________________________________________________________

(crédit : le blog du Chi) On rigole !!!

http://www.marcfievet.com/article-20574861.html


_____________________________________________________________________________________________________________________________


L'Union européenne
et Israël - extraits



La positon de l’UE sur le partenariat spécifique avec Israël a vite donné lieu à d’innombrables interprétations. L’ambiguïté volontaire qui entoure son calendrier, le manque de visibilité à venir de son rythme de développement, auraient été sciemment mis en avant pour adresser un message en direction des pays arabes qui hésitent encore à s’investir dans le projet de l’Union pour la Méditerranée conçu et porté par le président français Nicolas Sarkozy.

La diplomatie française qui s’apprêtent à piloter doublement et la présidence de l’Union européenne et le lancement de l’UPM est consciente qu’un des obstacles les plus difficiles à surmonter pour garantir la présence  de tous les pays riverains au sommet de Paris touche la très contestable politique israélienne à l’égard des Palestiniens.

http://www.marcfievet.com/article-20561048.html

Eva : C'est pour ça qu'on donne des miettes aux Palestiniens
en ce moment...



____________________________________________________________________________________________________________________________

Modernisation de l' Economie.
Qu'est-ce que ça cache ???

La loi LME ( loi de Modernisation de l’Economie) a été votée à l’Assemblée.

Sensée relancer la croissance, créer des emplois, et améliorer le pouvoir d’achat, cette loi est, en réalité,un formidable cadeau aux grands intérêts économiques. Les mauvaises langues l’ont déjà surnommée la loi M.E.L, loi Michel-Edouard Leclerc, du nom de l’animateur d’un des plus grands groupes de distribution.

Elle prévoit notamment de couvrir le territoire de grandes surfaces soi disant pour développer une saine concurrence et faire baisser les prix. Cette mesure aura pour effet immédiat d’achever la commerce de proximité.

http://www.marcfievet.com/article-20560300.html

La Grande trahison

Les Etats-Unis vont gouverner la France



Stephen Hadley, conseiller de George W. Bush à la sécurité nationale, avait indiqué en avril dernier, lors du sommet de l'Alliance atlantique à Bucarest, que le président américain souhaitait le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN.

Nicolas Sarkozy vient de confirmer aujourd'hui que la France rejoindra bel et bien prochainement le commandement militaire intégré de l'Otan.

" Nous saluons la nouvelle ", a dit un simple porte-parole de la Maison Blanche, Gordon Johndroe, aujourd'hui.

Que ce changement stratégique de la doctrine française en matière de défense soit saluée par un simple porte-parole de la Maison Blanche comme s'il s’agissait d’une question de routine en dit long sur l’avilissement de la France que mène Nicolas Sarkozy de façon consciencieuse et délibérée.

Nous laisserons Charles de Gaulle faire le commentaire qui convient.

Voilà ce que disait le chef de la France Libre au Conseil des ministres tenu à l’Elysée le 19 juin 1963 :

" Le problème, c'est ce que les Européens appellent "l’intégration européenne", sans se préoccuper de savoir s'il y a une politique européenne. Le tout pour que les Etats-Unis puissent mieux gouverner l’Europe. Dans ce cas, l’Europe disparaît, la France est abolie.


Ceux qui ont renoncé à la France depuis longtemps cherchent une situation qui noie la France dans des systèmes politiques où la France n’existerait pas. C'est pourquoi ils sont ivres de l’ONU, de l’OTAN, de " l’intégration européenne ". Ils se ruent pour faire entrer la Grande-Bretagne, alors qu’ils savent qu'il n'y aura pas d’intégration si l’Angleterre est dans l’Europe. Ça leur est égal. Leur instinct est que la France disparaisse."

Et voilà ce que disait le fondateur de la Ve République dans le salon doré de l’Elysée le 13 mai 1964 :

" Nous ne reviendrons pas sur le retrait de nos officiers de marine de l’OTAN. [...] Ces organismes internationaux sont bons pour y attraper la vérole. Nos représentants oublient le devoir d’obéissance à l’Etat. Ils y perdent le sentiment national.

Vous savez ce que ça veut dire, la supranationalité ?

La domination des Américains !

L’Europe supranationale, c’est l’Europe sous commandement américain.

Les Allemands, les Italiens, les Belges, les Pays Bas sont dominés par les Américains.

Les Anglais aussi, mais d’une autre manière, parce qu’ils sont de la même famille.

Alors, il n’y a que la France qui ne soit pas dominée.

Pour la dominer aussi, on s’acharne à vouloir la faire entrer dans un machin supranational aux ordres de Washington.

De Gaulle ne veut pas de ça.

Alors, on n’est pas content, et on le dit à longueur de journée, on met la France en quarantaine.

Mais plus on veut le faire, et plus la France devient un centre d’attraction. "

(Charles de Gaulle, président de la République, en 1963 et 1964, Cité par Alain Peyrefitte dans C’était de Gaulle, Editions de Fallois, Fayard, 1997, tome 2, pp.216-217, 229-230)

La question que pose le cours des événements n’est évidemment plus de savoir si Nicolas Sarkozy et l’UMP sont ou non "gaullistes". Car on ne peut pas concevoir de plus grand reniement du gaullisme que ce qu’ils font.

Non, la vraie question qui se pose désormais aux Français, c'est de savoir où commence la Haute Trahison de la France.
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20559642.html

Reproduction autorisée en citant la source : Union Populaire Républicaine 
 http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=53


USA : Cacher la vérité
sur le 11 septembre

Le gouvernement a demandé mardi à un juge d'empêcher les compagnies aériennes d'interroger cinq employés du FBI dont les transporteurs pensent qu'ils pourraient les aider à prouver que les autorités ont tu des informations cruciales avant les attaques de 2001.

Les avocats ont expliqué qu'il serait impossible d'interroger les employés sans dévoiler des éléments classés confidentiels pouvant "causer d'importants dommages à la sécurité nationale".

"Le mal qui est décrit n'est pas hypothétique et ne peut pas être pris à la légère", peut-on lire dans des documents adressés à la cour par le bureau du procureur Michael Garcia. "Les enquêteurs continuent de chercher les personnes responsables des attaques du 11 septembre qui sont encore en liberté".

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080619/twl-usa-11-septembre-justice-224d7fb.html 



L'arme de destruction massive...
guerre climatique


"...Depuis, un traité des Nations-Unies qui interdit la guerre environnementale,

comme déclencher des tremblements de terre,
faire fondre les calottes glaciaires,
et altérer le climat,
a été signé.

Mais certains experts croient que les travaux
clandestins pour créer l'arme de destruction massive ultime continuent..."

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=1343


Et cette arme-là sera autrement plus dangereuse que celle, soi-disant, de l'Iran. Rejetons la propagande ! Eva


Chevènement : Le refus du peuple Irlandais
OBLIGE à changer de cap....
Réconcilier l'Europe avec la démocratie et avec les nations
http://mrc53.over-blog.com/article-20503599.html

Pour une politique agricole
humaniste face au libéralisme
http://mrc53.over-blog.com/article-20535393.html


Médecine naturelle,
liberté en cause


Pour ceux qui ne savent pas encore et qui desirent un monde diversifie 
et en dehors de la pensee unique...

Sans doute le savez-vous deja ... mais peut-etre n'etes-vous pas encore bien informes...
De nouvelles reglementations europeennes prevues pour 2009 veulent supprimer la vente legale des medicaments homeopathiques (Weleda ?), ainsi que tous ceux relies a l'antroposophie (Rudolf Steiner).
De meme la possibilite de culture biologique en biodynamie (marque Demeter), ainsi que la pedagogie Steiner (dites ecoles libres, ou ecoles Waldorf, ainsi que les centres dedies aux enfants handicapes moteurs ou cerebraux), sont remises en question dans la communaute européenne.
La raison principale en est la force des lobbies pharmaceutiques et cosmetiques qui sont menaces par le developpement et l'interet de plus en plus de citoyens pour les aliments, medicaments et produits anthroposophiques.

La fondation Eliant a ete creee pour soutenir un mouvement international pour le respect de nos libertes en matière d'alimentation, de soins et de pédagogie.
Elle a pour but de rassembler un million de signatures (ce chiffre permet une veritable reconnaissance de la petition a Bruxelles).
Pour une fois, c'est tres facile, il suffit de cliquer sur le drapeau de votre pays pour directement apposer votre nom et adresse e-mail.

http://www.eliant.eu/new/lang/fr/?p=4

L'histoire se répète...
le fascisme se profile à nouveau !
En avril dernier, les partisans du nouveau maire de Rome l’ont salué bras tendu, scandant Duce ! Duce ! 
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-20548173.html


Vous revoteriez Sarkozy ??? 


"Non content que son émolument ait cru dans des proportions bibendiques, il s’est voté,
on le découvre ces jours-ci, une rallonge de son « argent de poche », dont le montant annuel a gonflé de 29 %, passant de 101 125 à 130 638 euros.

 

Pour le dire autrement :

Nicolas Sarkozy dispose tous les mois, pour son divertissement, et en sus de son revenu autogmenté, d’une somme dix fois supérieure
aux gages –bruts- d’un smicard –

 

Et c’est dans ce climat de folle munificence que l’un de ses collaborateurs,

 Du nom de Laurent WAUQUIEZ, secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi,
se prononce, hier, contre les « coups de pouce » au SMIC, au motif –épatant- qu’ils contribueraient à

 

 « Tirer les salaires vers le bas ».

Et que Laurent WAUQUIEZ proclame que « ces coups de pouce -aboutissent - à scotcher tout le monde au niveau du SMIC ». "
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-20516517.html


Affameurs !

http://eldiablo.over-blog.org/article-20444289.html 

 

                  Défense de notre langue !
                 http://eldiablo.over-blog.org/article-20509808.html
              
                   Sarkozy : Conception révisionniste de la laïcité

                http://sego-dom.over-blog.com/article-20563577.html


Populisme pénal en France
Marina Petrella

E
st-ce concevable qu'après 15 ans d'asile de fait, la France, d'un simple décret, balaye la vie d'une femme et de sa famille, sans aucune considération pour tout ce qu'elle a construit au cours de ces années ?

Une fois de plus, la vie d'une personne ne pèse pas bien lourd face aux exigences cyniques des Etats. Qu'il s'agisse de flatter un pays voisin en livrant des anciens militants à un Etat qui, trente ans après les faits, se montre toujours incapable de regarder en face son histoire sociale et de trouver une issue politique au conflit, ou qu'il s'agisse de faire une mascarade d'antiterrorisme pour satisfaire une opinion publique sous l'emprise du discours sécuritaire, cette extradition est totalement inacceptable. Elle ne représente que la poursuite d'une vengeance infinie prônée par le populisme pénal comme mode de gouvernance.
http://eldiablo.over-blog.org/article-20593053.html


Un de mes lecteurs :
"il vaut mieux vivre dans une vraie dictature (comme chez nous) que dans une fausse démocratie
"
___________________________________________________

Lutte contre la pauvreté :
Les engagements de la France
doivent être tenus !
Pétitions...

 

La France est en train de remettre en cause ses engagement en matière de lutte contre la pauvreté. L’aide française risque d’être encore revue à la baisse la semaine prochaine - cliquez ci-dessous et dites à Nicolas Sarkozy que les Français doivent tenir leurs promesses -

Agissez maintenant !
La France a su jouer un rôle majeur dans la lutte contre la pauvreté. Mais Nicolas Sarkozy pourrait remettre en question ces engagements au cours de la semaine.


Avant que le budget ne soit examiné par le Parlement (début juillet) nous devons envoyer à l’Elysée un message clair : les citoyens français attendent de la France qu’elle tienne ses promesses.  La pétition sera remise en main propre à Nicolas Sarkozy en amont du sommet du G8 par Avaaz et Oxfam France - Agir ici – ajoutez dès maintenant votre nom en cliquant sur le lien ci-dessous et faites suivre ce mail à toutes les personnes que vous connaissez :

http://www.avaaz.org/fr/france_solidaire/3.php

En ce qui concerne le VIH/sida, l’aide de la France a permis de sauver la vie de millions de personnes. Renoncer à nos engagements aurait des conséquences dévastatrices sur la vie de millions de personnes en Afrique et dans le reste du monde. La France s’apprête à prendre la présidence de l’Union européenne ; au nom de ses citoyens elle doit montrer la voie à suivre, et non revenir publiquement sur ses promesses.


Cliquez sur le lien ci-dessous pour dire à Nicolas Sarkozy que la France doit agir face à la pauvreté mondiale et que les Français savent tenir leurs promesses.

http://www.avaaz.org/fr/france_solidaire/3.php


 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 20:20
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20442044.html http://www.armedforcesjournal.com/2006/06/1833899/

La politique euro-atlantiste se met en marche

Alerte ! Le Pentagone redistribue toutes les cartes mondiales ! Pure folie !

Blood borders
How a better Middle Eastwould look
By Ralph Peters

International borders are never completely just. But the degree of injustice they inflict upon those whom frontiers force together or separate makes an enormous difference — often the difference between freedom and oppression, tolerance and atrocity, the rule of law and terrorism, or even peace and war. (suite..  à http://www.armedforcesjournal.com/2006/06/1833899/)


__________________________________________________________________________________________


Traduction sur :
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20412183.html

Les tensions et les violences qui secouent le Moyen-Orient depuis l’intervention israélienne au Liban, le 12 juillet 2006, ne sont que la partie visible d’un immense enjeu politique, économique, religieux et philosophique opposant l’Occident aux Etats islamiques de la région. L’occupation américaine de l’Irak en mars 2003 a permis le lancement d’un projet révolutionnaire en vue de remodeler une vaste zone géographique allant du Maroc au Pakistan : le Grand Moyen-Orient. Derrière cette appellation, c’est une recomposition profonde qui attend ces pays musulmans. Beaucoup de théories et de supputations courent sur les ambitions des Etats-Unis et d’Israël au sujet de la politique poursuivie par leurs dirigeants. Cependant, des signes avant-coureurs apparaissent et permettent d’apercevoir concrètement les plans en cours. C’est tout l’enjeu des cartes ci-jointes appelant à recomposer le Moyen-Orient.

 






Ces cartes (« Before » : situation en 2006 et « After » : situation après recomposition) sont parues dans une revue militaire américaine, AFJ (Armed Forces Journal), en juin 2006 [
1] sous la plume d’un lieutenant-colonel américain à la retraite, Ralph Peters. Ce dernier s’est illustré dans une division d’infanterie mécanisée à partir de 1976 pour, ensuite, poursuivre ses activités dans le renseignement militaire en 1980. Auteur de nombreux ouvrages traitant de la stratégie et des relations internationales, Ralph Peters s’est retiré officiellement de l’armée en 1999. Cependant, ses contacts restent étroits avec ce milieu puisqu’il fait partie de l’équipe dirigeante d’AFJ. Cette revue n’est qu’une partie d’un véritable empire de la presse militaire américaine. Fondé en 1863, ce mensuel s’adresse aux officiers des Etats-Unis traitant de sujets aussi variés comme : la technologie militaire, la logistique, la stratégie, la doctrine ou encore la tactique. En fait, AFJ est coiffé par une maison mère, Army Times Publishing Company, dont les publications s’articulent autour de trois axes :

1) The Military Times Media Group qui publie : Army Times, Navy Times, Air Force Times et Marine Corps Times.

2) The Defense News Media Group, groupe mondial des revues de défense et qui publie : Defense News, Armed Forces Journal (AFJ), Training & Simulation Journal et C4ISR Journal (renseignement, surveillance et reconnaissance).

3) The Federal Times, hebdomadaire d’informations traitant des nouvelles technologies et des sujets financiers.

Depuis le 1er août 1997, Army Times Publishing Company est une filiale d’un groupe encore plus puissant, la société Gannett. Fondé en 1906 par Frank Gannett, cet empire de presse et des médias publie aux Etats-Unis près de 90 quotidiens dont les plus connus sont USA Today et USA Weekend et contrôle 22 stations de télévision. Ses activités débordent aussi au Royaume-Uni puisque 17 quotidiens sont sous son influence. L’ensemble génère des revenus financiers colossaux estimés à 7,6 milliards de dollars pour 2005.

Cette présentation permet de mieux saisir dans quel milieu la revue AFJ évolue et la signification des travaux de Ralph Peters. En effet, les propositions de ce dernier et les appels lancés à un changement radical des frontières du Moyen-Orient ne sont évidemment pas le résultat des réflexions d’un seul homme soucieux d’occuper son temps. De nombreuses études ont été lancées au sein des instances militaires américaines comme dans de nombreux think tanks appelant à revoir les limites frontalières de ces Etats. Comme le montre la carte (« After »), les modifications apportées aux frontières sont le fruit d’une lente mais sûre réflexion intellectuelle dont la publication dans une revue militaire américaine de haut rang n’est pas l’effet du hasard. Le but recherché est aussi de tester les réactions en particulier celles des musulmans de la région. Cela dit, il ne faut pas voir ce document comme définitif. En fait, c’est un prototype susceptible de connaître des changements que certains appelleraient des variables d’ajustement. En réalité, l’intérêt majeur de ces travaux est de révéler que les instances militaires et politiques des Etats-Unis se sont résolument engagées dans un domaine en n’hésitant plus à l’officialiser. En même temps, cette entreprise doit se faire en adéquation avec Israël concerné au premier chef par ces bouleversements. A l’égard de ce pays, Ralph Peters se définit comme un ami « de longue date » (New York Post, 22 juillet 2006).

L’article de ce militaire américain, intitulé « Frontières ethniques, que faire pour améliorer le Moyen-Orient », part du principe qu’il faut lever le tabou de la sacro-sainte frontière inamovible. Pour l’auteur, les nouvelles frontières doivent se modeler en fonction du critère ethnique et confessionnel. Même s’il n’est pas possible de tracer des frontières respectant la totalité des particularismes en tout genre nombreux et numériquement très variables, il faut pour Ralph Peters se rapprocher au maximum de ce concept. Comme il le souligne : « Nous parlons de difformités énormes faites par les hommes qui n’arrêteront pas de générer la haine et la violence tant qu’elles n’auront pas été corrigées. » Dans son esprit, il s’agit de remettre radicalement en cause les frontières nées des Accords Sykes-Picot de 1916 préparant le démantèlement de l’Empire ottoman.

bush-pandoras-box.jpg bush3 

En observant l’ensemble de cette zone en partant de la péninsule Arabique, on constate immédiatement le démantèlement du royaume d’Arabie saoudite. Les propos de l’auteur sont très clairs à l’égard d’un pays qui a bénéficié de la protection américaine suite aux discussions entre le président Roosevelt et le roi Ibn Saoud, le 14 février 1945, à bord du croiseur USS Quincy. Désormais, le royaume d’Arabie saoudite passe à la trappe. Deux grandes entités territoriales échappent à l’autorité de Riyad.
Sur la côte Ouest, il s’agit de créer un « Etat sacré islamique ». Comme le précise Ralph Peters dans des propos lourds de conséquences : « La cause principale de la large stagnation du monde musulman réside dans le traitement réservé à la Mecque et à Médine considérés comme leur fief par la famille royale saoudienne. Les lieux saints de l’Islam soumis au contrôle de la police d’Etat de la part d’un des plus bigots et oppressifs régimes au monde ont permis aux Saoud (ndlr : la famille régnante d’Arabie saoudite) de projeter leur croyance wahhabite à la fois intolérante et disciplinée au-delà de leurs frontières. [...] Imaginez comme le monde musulman se sentirait mieux si la Mecque et Médine étaient dirigés par un Conseil représentatif tournant issu des principales écoles et mouvements de l’Islam dans le monde au sein d’un Etat sacré islamique — une sorte de super Vatican musulman — où l’avenir de la foi serait débattu au lieu d’être arbitrairement fixé. »

Ce point est capital puisqu’il révèle la volonté de réformer l’Islam afin de l’adapter aux principes occidentaux. Une sorte « d’Islam des Lumières » élaboré au cœur de cet Etat sacré islamique permettrait de rayonner sur l’ensemble du monde musulman et de remodeler les esprits afin qu’ils épousent pleinement la philosophie mondialiste. Il est vrai que contrôler les esprits a toujours permis de contrôler les hommes. C’est d’ailleurs dans le même ordre d’idée que l’on retrouve ces mesures préconisées par la fondation Bertelsmann, think tank allemand qui, dans ses travaux débattus dans le cadre des « discussions de Kronberg » en 2002 et 2003 (Europe, the mediterranean and the Middle East, strengthening responsibility for stability and development et Die Zukunft der europäischen Politik im Nahen Osten nach dem Irak Krieg), relève l’inadéquation de l’Islam à l’évolution du monde moderne et prône une refonte des mentalités et la remise en cause des frontières. Ces recommandations allemandes soulignent aussi la convergence des buts à atteindre de part et d’autre de l’Atlantique pour refondre entièrement le Moyen-Orient. Il est vrai aussi que les concepts ethno-confessionnels développés par Ralph Peters cadrent parfaitement avec la vision ethniciste germanique.

Sur la côte du golfe Persique, c’est la province de Hassa dont la population est majoritairement chiite qui est détachée de l’Arabie saoudite et intégrée à un « Etat chiite arabe », vestige d’un Irak littéralement explosé. L’application de cette mesure entraînerait la mort économique du royaume car c’est à cet endroit que se concentre l’essentiel de l’extraction des hydrocarbures autour de la triade Dammam-Dharhan-Al-Khobar. L’Etat chiite arabe verrait ses réserves pétrolières et gazières monter en flèche et deviendrait incontournable car, outre les vastes ressources de Hassa et de la production off-shore, il faudrait ajouter celles de la région de Bassora (ex-Irak) et des provinces arabes iraniennes, détachées de Téhéran, riches en hydrocarbures jouxtant le Chatt el-Arab (Arabes chiites du Khouzistan et Arabes sunnites du Bouchir). De plus, Riyad perdrait ses provinces du Sud (Jizrane, Najran et l’Assir) au profit du Yémen, territoires acquis en 1934 lors du Traité de Taëf, et qui ont conservé leur identité yéménite. Enfin, la curée sera complète avec l’octroi d’une façade maritime à la Jordanie, Etat pro-occidental, en arrachant à l’Arabie saoudite les provinces de Tabouk et une partie du Jouf.

La destruction du royaume des Al Saoud affichée par la carte (« After ») de Ralph Peters n’est que la confirmation de projets élaborés au sein de certaines instances américaines. David Rigoulet-Roze, spécialiste du Moyen-Orient, dans son ouvrage Géopolitique de l’Arabie saoudite (Editions Armand Colin) le souligne clairement : « Il y eut notamment la publication le 6 août 2002, par le Washington Post, d’un briefing qui a eu lieu le 10 juillet 2002 au Defense Policy Board [DPB, ndlr : organisme de planification stratégique créé en 1985 par Donald Rumsfeld], alors dirigé par le très influent Richard Perle, surnommé le Prince des ténèbres lorsqu’il officiait au Pentagone entre 1981 et 1987 sous l’administration Reagan. Au cours de ce briefing, l’Arabie Saoudite avait été qualifiée par Laurent Murawiec, un analyste du prestigieux centre de recherches stratégiques de la Rand Corporation, de pays ennemi. [...] Pire encore, Murawiec avait évoqué la légitimité de sanctions, dont le gel des avoirs saoudiens, voire... la scission de la province orientale du royaume renfermant ces gisements et ces réserves pétrolières qui font de l’Arabie le maître du quart des réserves d’or noir. [...] Quelques temps seulement après l’affaire Murawiec, c’était au tour d’un think tank proche des néo-conservateurs, le Hudson Institute — dont Perle est membre, et où officie désormais Murawiec — de reprendre et de développer les idées avancées par le DPB. Etait alors ouvertement évoqué un plan de démantèlement de l’Arabie Saoudite qui, en réalité, existe depuis la fin des années 70, à l’initiative d’Henry Kissinger, alors Secrétaire d’Etat de l’Administration Nixon. [...] C’est également dans le même ordre d’idées que semble s’inscrire un rapport remontant à la fin de l’année 2002, circulant au plus haut niveau dans les milieux officiels de Washington. Il envisagerait rien moins que le démembrement pur et simple de l’Arabie Saoudite selon le scénario suivant : les Lieux saints de la Mecque et de Médine se verraient confiés aux Hachémites qui, en tant que descendants du Prophète, bénéficient d’une légitimité qui fait largement défaut à la dynastie des Al Saoud et la province du Hassa serait poussée à faire sécession dans le but de se constituer en Emirat pétrolier. »

Les révélations de ce spécialiste français continuent sur la même lancée puisqu’il affirme la volonté des Etats-Unis de favoriser une « recomposition politique radicale du Moyen-Orient qui passerait notamment en Irak même par une dévolution du pouvoir à la majorité chiite par les grâces d’une démocratie arithmétique ». C’est justement ce que révèle la carte (« After ») de Ralph Peters où l’Etat irakien a disparu au profit d’un Etat chiite arabe et d’un résidu appelé « Irak sunnite » que le militaire américain propose même d’unifier à la Syrie qui, entre-temps, a perdu sa façade maritime au profit d’un Grand Liban. Il est même évoqué sous sa plume la renaissance de l’antique Phénicie (Phoenecia reborn) tandis que l’Etat d’Israël est conservé dans ses frontières d’avant 1967. Il est étonnant de constater, en raison du véritable chambardement des frontières au Moyen-Orient, que Ralph Peters conserve le territoire de la Cisjordanie (west bank) au rang de statut indéterminé. Peut-être que le statut définitif de Jérusalem, siège de trois grandes religions, nécessite de ne pas révéler tout de suite l’avenir d’une zone éminemment convoitée.

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/

http://www.geocities.com/devoyault/actualite/actualite.htm


En tout cas, la partition de l’Irak sur la carte (« After ») commence à prendre forme sur le terrain. L’ambassadeur britannique à Bagdad, William Patey, et le général américain John Abizaid ont clairement affiché leurs craintes d’une guerre civile suivie d’une division du pays comme l’a révélé un document confidentiel publié par la BBC (Spiegelonline, 3 août 2006). Leurs affirmations ne font que confirmer les propos du journal d’Istanbul, Vatan, qui évoquait les propos tenus à des représentants turques par des responsables américains, début 2006, au sein des think tanks de Washington

 : « Arrêtez de vous soucier de l’intégrité territoriale de l’Irak. En réalité, ce pays est déjà divisé ! Vous [les Turcs] feriez mieux de vous préoccuper maintenant de votre Sud-Est [région à majorité kurde]. Essayez d’imaginer quelles seront les répercussions de l’autonomie du Kurdistan irakien dans votre pays » (Courrier international, n°805). C’est d’ailleurs le même son de cloche de la part des dirigeants européistes de Bruxelles qui susurrent à Ankara que « Si la Turquie se séparait de son Sud-Est, elle entrerait plus facilement dans l’Union européenne » (Courrier international, n°805). L’ethno-régionalisme prôné par les instances bruxelloises ne ferait qu’accélérer le phénomène de décomposition de l’Etat turc. Finalement, les propos de Ralph Peters ne font que confirmer ces prises de position puisqu’il ajoute qu’un cinquième de la partie Est de la Turquie est un « territoire occupé » et qu’un « Kurdistan libre, s’étendant de Diyarbakir jusqu’à Tabriz deviendrait l’Etat le plus occidental entre la Bulgarie et le Japon ».

La création d’un Etat kurde (Free Kurdistan) construit à partir des territoires Sud-Est de la Turquie, du Nord de la Syrie et de l’Irak, et de l’Ouest de l’Iran aboutirait à l’émergence d’un bloc estimé à environ 30 millions d’habitants. Fort des installations pétrolières de Kirkouk, cet Etat kurde pro-américain serait avec l’Etat chiite arabe les deux grands pôles de la production d’hydrocarbures et de gaz du Moyen-Orient. L’importance de cet Etat kurde serait d’autant plus grande que l’oléoduc BTC évacue le pétrole de la mer Caspienne à partir de Bakou (Azerbaïdjan), passe par Tbilissi (Géorgie) pour, ensuite, traverser tout le Sud-Est de la Turquie et aboutir à Ceyhan en Méditerranée. Les Kurdes seraient donc les grands maîtres de ce corridor énergétique voulu par les Américains en 1994. En plus du pétrole, il faut ajouter l’autre grande richesse, l’eau. Le « Grand projet anatolien » (GAP) poursuit l’objectif, grâce à 22 barrages, de dompter le Tigre et l’Euphrate qui prennent leurs sources dans les montagnes kurdes. L’achèvement de ce projet qui doit avoir lieu vers 2013, permettant l’irrigation de 1,7 million d’hectares et la production d’électricité, sera une arme redoutable aux mains de l’Etat kurde et pèsera lourdement sur la vie des habitants de tout le Moyen-Orient.

A
l'Est des Etats kurdes et chiites, l'Iran est remodelé en fonction des critères ethniques. Après avoir cédé sa partie kurde, la zone turcophone du Nord est octroyée à l’Azerbaïdjan. En revanche, la province iranienne du Khorasân s’agrandit vers l’Est en acquérant le territoire Ouest de l’Afghanistan, la région de Hérat, en conformité avec la volonté de Ralph Peters de reconfigurer la région selon les critères ethno-linguistiques. Comme le confirme Bernard Hourcade, directeur au CNRS (équipe de recherche : monde iranien), dans son ouvrage Iran, nouvelles identités d’une République (Editions Belin) : « L’immense province de Khorasân, [...] les limites anciennes incluaient les régions de Hérat dans l’actuel Afghanistan et celles de Samarcande et Boukhara en Ouzbékistan. » Enfin, un « Baloutchistan libre » (Free Baluchistan) est créé à partir des deux entités iraniennes et pakistanaises tandis que l’Afghanistan se voit agrandi au dépens du Pakistan jusqu’au fleuve Indus afin d’y rattacher les populations pachtounes. L’Etat pakistanais réduit de près de la moitié de sa superficie verrait sa puissance économique fortement amoindrie au point d’être incapable de servir d’allié de revers au profit de la Chine face à l’Inde. Sur ce point, les Etats-Unis seraient gagnants. Seuls des Etats comme Oman, le Qatar, les Emirats arabes unis et le Koweït échappent à ces modifications. Cependant, cette carte (« After ») étant un prototype, rien n’interdit à leurs concepteurs de se rattraper.



Click on the Cartoon to send it to a friend!



En tout cas, la finalité américaine est de contrôler tout ce Moyen-Orient par la parcellisation ethnique et religieuse selon le bon vieux principe « diviser pour régner »
. Les Etats-Unis, cherchant à s’assurer la production d’hydrocarbures à leur profit, seraient en mesure de priver la Chine, puissance montante et rivale, de l’arme énergétique si nécessaire à son accession à la cour des grands
.

 

L’impression générale qui se dégage du remodelage annoncé par cet auteur comme de la part de nombreux think tanks américains et allemands est celle d’un bouleversement mettant à feu et à sang ces pays du Moyen-Orient. En effet, on ne voit pas ces Etats se laisser charcuter, voire disparaître, sans se laisser faire. Comment réagira, par exemple, le Pakistan qui possède l’arme nucléaire ? En réalité, l’objectif est d’intégrer ces immenses territoires à la sphère d’influence occidentale. Le discours de Joschka Fischer à la 40e conférence de Munich sur la politique de sécurité dans le cadre de l’OTAN, le 7 février 2004, annonçait la volonté du monde occidental de mettre ces pays du Moyen-Orient aux normes euro-atlantistes. Ces mesures furent confirmées par « l’alliance germano-américaine pour le XXIe siècle » signée, le 27 février 2004, entre le président Bush et le chancelier Schröder à Washington, annonçant la couleur : « Nous devons construire un véritable partenariat qui relie l’Europe et l’Amérique aux Etats du Proche et Moyen-Orient [...]. » Cette immense construction politique et métaphysique doit obligatoirement obéir à des règles communes qui sont politiques, économiques et civilisationnelles. Une logique, mais une logique folle, anime les concepteurs de ce projet. C’est le think tank German Marshall Fund (GMF) qui, indirectement, a révélé l’engagement profond des instances atlantistes. En effet, il s’est engagé sous l’égide du très influent Bruce Jackson à développer une nouvelle politique en mer Noire intitulée « A new euro-atlantic strategy for the Black Sea region ». Il s’agit en liaison avec l’Union européenne de créer une eurorégion de la mer Noire qui doit voir le jour pour 2007 selon les affirmations de Giovanni di Stasi, président du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux d’Europe (CPLRE). Or une « petite » phrase résume tout. Paru en 2004, le rapport du GMF dans sa préface précise que « La mer Noire est la nouvelle interface entre la communauté euro-atlantique et le Grand Moyen-Orient ». Une « interface » géographique obéit aux lois de la physique. Pour fonctionner et jouer pleinement sa mission de charnière, cette interface doit s’articuler entre deux mondes, le bloc euro-atlantiste d’une part, et le bloc moyen-oriental d’autre part, régis par les mêmes lois et les mêmes concepts édictés par la philosophie mondialiste. Cela suppose nécessairement une refonte généralisée de cet espace arabo-perse musulman pour qu’il y ait adéquation. Pour réussir cette entreprise, les moyens mis en œuvre risquent d’aboutir à un chaos inimaginable dans cette région et, par ricochet, à l’échelle planétaire. Tout compte fait, les adeptes de cette politique ne font qu’appliquer les fameux vers du poème de Goethe, « l’apprenti sorcier », qui rappelaient : « Les esprits que j’ai réveillés ne veulent plus m’écouter. »

Pierre HILLARD

_________

[1] http://www.armedforcesjournal.com/2....



Hubert Védrine, l’option atlantiste/occidentaliste
et la politique arabe de la France,  extraits

Dans un rapport remis au président de la République sur la France et la mondialisation, Hubert Védrine revient sur de nombreux aspects de la politique étrangère de la France. Bien que les médias aient mis en avant pour l’essentiel la première partie (« La France doit-elle repenser sa position face à la mondialisation? »), la seconde partie, intitulée « Faut-il changer de posture dans notre politique étrangère et de défense? »), me semble la plus stimulante (au moins pour ce blog). Je voudrais en citer quelques parties, en espérant que ces propositions susciteront un vrai débat à l’heure où Nicolas Sarkozy adopte, sur l’Orient, une vision américaine.

Après avoir exposé les thèses de l’option fédéraliste européenne, il présente l’option (la plus dangereuse à mon avis), l’option atlantiste/occidentaliste :

« Depuis quelques années, une vision du monde "atlantiste" au sens de la droite française d’avant le gaullisme, devenu avec la mondialisation et ses angoisses "occidentaliste", est réapparue et s’est affirmée au fil de livres, de revues, d’articles, de colloques et de déclarations politiques. Il ne s’agit pas là de la politique normale d’amitié et de coopération avec les Etats-Unis, mais d’une réorientation en profondeur qui doit être examinée de près. Ce mouvement s’inscrit, tout en prétendant s’en démarquer, dans le
schéma du clash des civilisations pronostiqué il y a quinze ans par Samuel Huntington. Huntington d’ailleurs injustement décrié : il ne préconisait pas, mais au contraire il mettait en garde ! Les Occidentaux (environ un milliard) seraient confrontés à l’hostilité irrémédiable des cinq milliards et demi d’êtres humains non occidentaux, à commencer par les musulmans et les Chinois (qui pourraient se liguer, partie la moins convaincante des spéculations d’Huntington) sans oublier les Russes, les Indiens, et tous les autres qui voudraient se venger des cinq siècles de domination occidentale. Menacés, les Occidentaux devraient se serrer les coudes. 

« D’abord, le postulat des "valeurs communes" entre l’Europe et les Etats-Unis. Il peut y avoir des désaccords passagers avec George Bush (et encore pas pour tous les membres de ce groupe de pensée), mais au fond nous serions avant tout des démocraties assaillies par les terroristes et menacées par la Chine, le nouveau "monde
libre".

Il est surprenant de constater que cette tentation est forte, comme pour l’européisme, dans les élites – mais quasiment pas dans la population. 

« B. Dans sa logique, ce courant de pensée – fort à l’UMP et dans le monde industriel et de la défense, présent au PS, significatif dans les médias – estime que la position particulière de la France dans l’OTAN est un "problème".

Si cette question n’a pas fait ’l’objet de débats publics, ni pendant la campagne électorale, ni depuis l’élection du président Sarkozy, la tentation du retour dans l’OTAN existe bel et bien. »

Enfin, en conclusion, Hubert Védrine revient sur la politique arabe et africaine de la France.

« Renoncer à la "politique arabe" de la France serait une concession inutile à une partie de la presse américaine et à la droite israélienne.
 
http://blog.mondediplo.net/2007-09-09-Hubert-Vedrine-l-option-atlantiste-occidentaliste



Murdoch et les néo-conservateurs
ciblent la jeunesse arabe


Le magnat anglo-saxon des médias, Rupert Murdoch, est en négociation avec son homologue arabe, le prince Waleed Bin Talal, pour acheter le groupe Rotana, a appris le Réseau Voltaire.

Le prince Waleed est le neveu du roi Abdallah d’Arabie saoudite. Se tenant à l’écart de la politique du royaume, il a constitué un empire financier qui fait de lui la 19e fortune du monde. Il possède des participations dans Citygroup, AOL, Apple Inc., Worldcom, Motorola, Four Seasons Hotels, Eurodisney.

Rotana est le premier premier groupe de divertissement du monde arabe

Issu d’une famille de gauche, Rupert Murdoch joua, en 1974, un rôle central dans le renversement du gouvernement travailliste australien par le Royaume-Uni et les États-Unis. À cette occasion, il se rangea du côté des néo-conservateurs et fut autorisé à étendre ses activités dans les pays anglo-saxons. Sa société, News Corp, comprend notamment les groupes audiovisuels Fox, Skynews, National Geographic, et les journaux The Australian, The Sun, The Times, The New York Post et The Wall Street Journal. Murdoch détient la 33e fortune mondiale. Il incarne une forme de propagande moderne basée sur le journalisme à sensation.

L’achat de Rotana par News Corp permettrait aux néo-conservateurs d’influencer directement la jeunesse arabe

http://www.voltairenet.org/article157265.html


________________________________________________________________________________________
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20442044.html















Exceptionnellement important et à diffuser le plus largement possible. (ndlr
)

Réunion secrète entre
L’Union européenne et Israel :
Lettre de Francis Wurtz
à José Barroso

Francis Wurtz, Président du groupe GUE/GNL au Parlement européen

jeudi 12 juin 2008


"Monsieur le Président,

Permettez-moi de m’adresser à vous au sujet d’un fait relaté dans différents organes de presse européens et qui appelle, à l’évidence, une clarification urgente.

Il apparaît que des négociations secrètes sont en cours depuis un an entre l’Union européenne et les dirigeants de l’Etat d’Israël. Non pas, hélas, pour tenter de débloquer le processus de paix avec les Palestiniens - à cet égard, on ne peut que vivement déplorer l’impunité dont bénéficient les autorités israéliennes, malgré les violations lourdes et permanentes du droit international dont ils se rendent coupables -, mais pour examiner une demande proprement inimaginable de la part de Tel Aviv : celle de conquérir les droits d’un quasi-Etat membre de l’Union européenne !

Selon certaines sources, il semblerait qu’Israël ne demande rien de moins que sa participation à tous les niveaux aux réunions de l’UE sur les questions de sécurité et de dialogue stratégique ; aux délibérations du Conseil sur le Maghreb et le Mashrek comme sur les activités de l’UE au sein de l’ONU ! Tel Aviv demanderait en outre à pouvoir participer aux Conseils traitant de thèmes comme l’économie, les finances, l’énergie, l’environnement, les transports, les medias, la jeunesse, l’enseignement supérieur ; ou encore à voir constituer une structure parlementaire conjointe Union européenne - Israël...

J’ajoute que l’on apprend que la demande israélienne en question date ... du 5 mars de l’année dernière ; qu’un « groupe de réflexion » s’est réuni sur le sujet le ... 4 juin 2007 ; qu’une seconde réunion s’est tenue le 9 octobre dernier pour préparer une Déclaration du Conseil. Et tout cela sans que la moindre information n’en ait été donnée à la représentation parlementaire de l’Union !

Or, le 16 juin prochain, le Conseil d’Association Union européenne-Israël doit se réunir pour examiner officiellement ce dossier. Etant donné le contexte international dans lequel cet examen intervient - je viens de le rappeler - il paraitrait totalement inconcevable qu’une suite favorable puisse être réservée à la demande israélienne. Aussi une information autorisée au sujet de cette affaire extrêmement sensible me semble-t-elle indispensable.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération très distinguée.

Francis WURTZ"

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkEFuZFZVyzOqQeDWN.shtml

http://www.eutopic.lautre.net/coordination/spip.php?article3190


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20442044.html

A noter,
Israël-Union Européennne,
Silence scandaleux des Médias
sur ces informations décisives !
Protestons auprès des Rédactions !
Substituons-nous aux médias défaillants,
et informons partout nous-mêmes !

::  François Costes
 
inv
La France sous le joug de l'empire israélo-américain
(1ère partie actualisée, toutes les références)
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkEFFAZVEpXUMFtzJD.shtml
(ou voir l'article complet en partie commentaires de ce blog)


____________________________________________________________________________________________________________________________
 
L’incroyable histoire de Youssef Nada
Guerre contre le « terrorisme »
 http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9319

Sous couvert de lutte « anti-terroriste », les Etats-Unis et l’Union Européenne ont accordé des pouvoirs illimités aux services de renseignements secrets et aux polices. Des mesures d’exception, hors de toute prérogative judiciaire, instaurées de façon provisoire en 2001, sont devenues permanentes. Depuis septembre 2001, au moins 80’000 personnes de confession musulmane essentiellement, auraient été kidnappées, enfermées dans des prisons secrètes, torturées par des agents de la CIA et du FBI notamment. Des centaines d’autres, ont été inscrites sur la « liste noire » de l’ONU. C’est ce qui est arrivé à l’homme d’affaire Youssef Nada, 77 ans, citoyen italien d’origine égyptienne. Accusé par G.W Bush de financer Al-Qaïda, après deux enquêtes qui ont pourtant débouché sur un non lieu, M. Nada n’arrive pas à faire radier son nom de la « liste noire » (*). Ses avoirs demeurent gelés, tout déplacement hors des frontières nationales lui est interdit. Il ne peut pas sortir de Campione – une enclave italienne en territoire suisse - où Silvia Cattori est allée le rencontrer

Toutes ces campagnes antimusulmanes n’ont-elles pas un ennemi commun : la guerre de dépossession que mène Israël contre ses voisins arabes depuis 1948 ?

Silvia Cattori : L’objectif de ceux qui ont été à l’origine de la cabale contre vous n’était-il pas de viser, en le compromettant par des informations émanant du « Renseignement », un opposant égyptien influent au Président Moubarak - celui-ci est un allié important d’Israël- et qui, last but not least, fait partie des « Frères Musulmans », combattus aussi bien par M. Moubarak que par Israël ? Répandre la rumeur que votre banque « versait de l’argent au Hamas » -qu’Israël qualifie de « branche des Frères musulmans »- n’était-ce pas une manière de fournir à M. Bush de quoi accuser les associations caritatives musulmanes d’être liées au terrorisme, et convaincre les pays européens de les lister ?


Silvia Cattori : La stratégie des Etats-Unis et d’Israël depuis 1990 est claire : entretenir un climat de peur au sujet des « terroristes », quitte à les fabriquer, pour faire accepter la mise en place de mesures situées en-dehors de tout cadre légal.

Silvia Cattori : Mais, si les Etats européens ont accepté avec une telle facilité l’instauration des procédures d’urgence voulues par les Etats-Unis, n’est-ce pas parce qu’il y a eu également, de la part des médias, tout ce travail de mise en condition sur le « danger islamiste » dont vous avez été vous-même la première victime ?


voir http://www.silviacattori.net/article460.html
Partager cet article
Repost0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 21:25


in http://usa-menace.blog , dessin de Mariali
http://www.dieguez.philosophe.com/mariali


Ce qui se trame dans l'ombre
A l'insu des citoyens
et contre leur volonté


Mes amis,

En lisant entièrement un article, que je vous proposai en liens dans mon dernier post, je me suis aperçue qu'il débordait grandement le cadre des premières lignes dans lequelles j'allais le cantonner : Bush VRP en Europe pour vendre sa guerre contre l' Iran.


Oui, je suis en congé, mais ce qui se trame est trop grave, je ne me résigne pas à laisser passer tout cela. Car en définitive, l'article en question est très riche, très édifiant, et il va dans plusieurs directions.

Vous le savez, j'ai conçu ce blog pour dénoncer l'intolérable que l'oligarchie au pouvoir prépare derrière le dos des peuples et sur leur dos.

Or, en lisant cet article, il m'apparaît clairement qu'il évoque de grandes directions de la politique des maîtres du monde.

La réunion de Bilderberg a eu lieu récemment, avec des invités comme à nouveau Christine Ockrent, la journaliste indépendante qui recevait chaque semaine dans son émission-phare, sur FR3, quatre tenants du néo-libéralisme pour un seul représentant de la sociale-démocratie, avec des commentateurs pseudo gauchistes comme Serge July, pleinement rallié à l'idéologie dominante. L'indépendance était donc purement formellle.

Mais je tiens à attirer votre attention sur le fait que Manuel Valls,  un des jeunes loups du PS, dévoré d'ambition,  était à Bilderberg.

Je suis bien étonnée de savoir que le libéralo-socialiste Delanoë n'y était pas; cela viendra, soyons en sûrs. Or, M. Valls ne s'est nullement vanté de sa participation. La presse, en tous cas, est demeurée muette, comme elle a passé sous silence la réunion de Bilderberg, où se prennent pourtant les grandes décisions engageant l'avenir de l'humanité, telles que l'augmentation du prix de pétrole (200 dollars le baril et même davantage), l'eugénisme (la sélection des populations appelées à disparaître, et celles qui ont le droit de vivre), les guerres impérialistes...

De ces événements, à mon avis, il convient de retenir ceci :  

- M. Valls est un pseudo socialiste, plus libéral que socialiste et même pas du tout socialiste. Il est seulement animé du goût du pouvoir, et il a dû penser qu'au PS se présenterait pour lui la meilleurs occasion de réussir. Certaines personnes s'engagent par conviction, d'autres par opportunisme, pour faire carrière.  Et généralement, une fois élus, le divorce est consommé avec les électeurs.

- Un gouffre sépare les élus de leurs électeurs. Le pouvoir transforme, les lobbies façonnent, la Pensée Unique... uniformise.

- Mme Ockrent, qui couvre les Médias Français à l'étranger, ne représente pas la France, les citoyens français. Mais, comme son mari Bernard Kouchner, elle défend des intérêts étrangers, communautaristes, et hautement néo-libéraux.
 
- La presse servile tait les événements essentiels.  Au lieu de poser les vrais enjeux, elle fait, ainsi ce jeudi soir, la promotion des produits 100 % libéraux, tel François Fillon, qui ose d'ailleurs, sans sourciller, se présenter comme gaulliste. Une imposture de plus !!

Ceci étant dit, je voudrais relever dans l'article que je joins, des éléments qui me semblent essentiels. En effet, pour moi ce papier évoque, au détour d'une phrase, les grandes questions de l'heure, au final tout ce qui se trame dans l'ombre, et qui apparaît à la dernière minute - quand il est trop tard pour réagir.


Je vais énumérer ces éléments. Pour les porter à votre connaissance, pour mettre en lumière tout ce qui se prépare derrière notre dos. Et d'abord, une constante : Tout tourne autour d'Israël

Je n'ai jamais supporté les privilèges, je les ai toujours combattus. Or, il faut bien constater qu'un minuscule pays, Israël, bénéfice de toutes les attentions, de toutes les faveurs, et s'octroie les meilleures places. Dans deux articles mis en liens sur mon précédent post, l'un sur Bilderberg, l'autre sur Durban 2, il était dit qu'Israël occupait la place prééminente, à Bilderberg où siégeaient des ressortissants en bonne partie sionistes (Kissinger, Kouchner, Rockefeller.. etc etc), et à Durban, où tout tournait autour de ce pays : Dates de réunions, en pleines fêtes juives, déclarations des uns (Jean Ziegler..) ou des autres (Sarkozy, Rama Yade...)élaboration des contenus, craintes, essais de torpillage, etc. De quoi exaspérer l'adversaire des privilèges que je suis.

Et pour revenir à mon propos initial, donc tout tourne autour d'Israël. Bielderberg, Durban, la guerre, la Finance... on n'en sort pas. Et les lobbies israéliens sont aussi nombreux que les étoiles du ciel ! Voici donc nommé le point de départ de toute politique, d'abord américaine, ensuite européenne ou méditerranéenne, via Sarkozy le sioniste exacerbé et non déclaré ouvertement. La France du Général de Gaulle est tombée entre les mains d'un sous-marin d'Israël, et, prétendent certains, du Mossad. Voilà qui ne réjouit aucunement le défenseur de l'indépendance nationale que je suis.

- En coulisses, donc, les myriades de lobbies ou groupements sionistes, d'une puissance insoupçonnée. Avec des Etats, des peuples, des dirigeants, aux ordres : Etats-Unis, les Américains dans leur grande majorité, Bush...
ou Sarkozy, dont l'un des premiers actes, à peine élu, a été de travailler au renforcement de la puissance d'Israël. Il n'a pas été élu pour ça, mais c'est pourtant sa première priorité. Car la France, il s'en fout : il ne l'aime pas.
Elle est le marche-pied de ses ambitions.

- Bush, officiellement, a fait ses adieux à l'Europe. Pas du tout, il se fout de l'Europe. Non, il a été convaincre ses principaux décideurs de faire la guerre contre l'Iran. Ou, du moins, il est allé s'assurer de leur neutralité bienveillante. Même le Pape a été visité. Pour ses beaux yeux ? Vous n'y êtes pas. Mais pour le convaincre, lui l'adversaire des Musulmans, concurrents directs des Chrétiens, de laisser faire. Si une partie des régions arabes s'embrase, avec de nouveaux morts, de nouvelles ruines, de nouvelles divisions, de nouveaux affaiblissements, c'est tout bénéfice pour l'audience du Pape. Bref, Bush a essayé de "vendre sa guerre". Le cow-boy  texan a besoin de cibles nouvelles pour s'épanouir, et ses affaires avec.

- On ne tient jamais compte de la volonté populaire. Celle-ci, en France, a été contournée. Et on s'apprête, nouveau projet dans les coulisses, à contourner le dérisoire obstacle irlandais, le cas échéant.

- Ce ne sont pas les hommes qui s'agitent sur la scène médiatique qui décident des politiques, mais ceux qui s'affairent en coulisses, au sein de sectes ou de groupements nauséabonds. 

- Les Médias distraient les citoyens avec des fadaises comme celle du mariage cassé pour non-virginité de l'épouse. Dans un support alternatif, on débat, par exemple, sur l'appui que Carla peut apporter à son époux pour remonter dans les sondages. J'ai fait irruption sur le forum, et j'ai ferraillé. L'auteur de l'article est prof. Vous voyez à quoi pensent les profs quand on les distraie ? Et retenez surtout que
les médias vous amusent pendant que le rouleau compresseur s'étend.

- Pendant ce temps se dessine le projet du Grand Orient (confié au gendarme israélien), dont l' Union pour la Méditerranée n'est qu'un sous-ensemble. Tout doit être remodelé en fonction des intérêts du puissant allié des américains, microscopique par la taille et géant par l'influence, et pour affaiblir tous ceux qui oseraient prétendre avoir un rôle sur la scène internationale, Chine, Russie, Iran - hier, l'Irak. Mais vous savez quoi ? J'en viens à regretter Sadam Hussein, cette brute sanguinaire qui  pourtant présentait au moins l'intérêt de maintenir l'unité de son pays, la laïcité, et une certaine prospérité.

- Et ces projets de Grand Orient méditerranéen (on comprend les réticences des pays arabes les plus avisés, ou les moins corrompus) sont déjà bien avancés, avec armadas à l'appui, la fameuse VI e flotte américaine, et de multiples accords stratégiques dont nous ne savons rien, et dont les médias complices se garderont bien de nous entretenir.  Les EU installent leurs bases militaires partout, quitte à provoquer des conflits pour ensuite régner en maîtres, ils prennent possession des mers, et convoitent les planètes extra-terrestres. Cet Etat-là est la plaie du monde. Comme 90 % des citoyens dans le monde, je me suis réjouie quand leur orgueil s'est effondré, à New York. Pff ! Gigantesque manipulation, merci Thierry Meyssan de l'avoir révélée. Une de plus !

 - Après l'espace euroméditerranéen, l'eurafricain pointe son nez. Chut ! Nous n'en saurons rien. Partage du monde. Les médias pourris nous font croire que la Chine croque l'Afrique, alors que l'Empire étend ses tentacules criminelles. Broyant tout sur son passage, Union africaine, Ligue arabe... En attendant de reprendre pied, via la Colombie mafieuse (on a les alliés qu'on peut), en Amérique latine, où se préparent de "dangereuses" ententes bolivariennes sur le dos des multinationales américaines.

- A peine élu, notre cow-boy à nous, bien peu français, s'est précipité pour mettre en branle les projets Euromed et Eurafrique.

- Et pendant ce temps, en Europe, la vassalisation s'étend, avec Sarkozy, Berlusconi, les joyeux libérés de l'Est, Polonais en tête, et même bientôt les Grecs, tentés par les amis russes, chez qui notre président est allé se faire voir récemment, comme par hasard. Vassalisation qui s'accompagnera ensuite d'équipées fantastiques chez les peuples qualifiés de non-amicaux, comprenez "non-alignés", doublées de main-mise sur les ressources. On est loin de l' Europe des pères fondateurs !!!

- Et toujours sans que les peuples soient consultés et même informés, grâce au silence complice des médias puants, sans crier gare, voici qu'Israël est désormais un quasi-membre de l'Union Européenne, prenant part à toutes les décisions et, soyons en sûrs, les modelant toutes. Avec ses copains-coquins yankees. Cela promet de belles réjouissances pour les peuples, avec les concepteurs de la Bourse et de la pieuvre financière à l'origine de la plupart de leurs malheurs. Et tout cela s'est fait, je cite l'article, "dans le silence feutré des chancelleries". Etonnez-vous, après ça, si les Irlandais rejettent cette Europe-là !

- Et quelles sont les finalités réelles de la Construction européennne ? Le démembrement des Etats-souverains avec, à la place, des entités fédérales sur des bases communautaristes.

Comme disait une de mes lectrices, "c'est à en hurler" !

Eh bien, hurlons !!! Ne nous en privons surtout pas ! Et encore une fois, informons, informons, sans relâche, nos amis, nos parents, nos anciens, nos voisins... et même nos élus.

Et soyons prêts pour le Grand Soir qui, tôt ou tard, malgré tous les contrôles, ne manquera pas d'éclater.

Car les peuples ne se laissent pas flouer indéfiniment par les requins.

Et ils finissent par se réveiller.

Eva, toujours en congé.  Tu parles !!!!!


_____________________________________________________________________________________________________




http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/mariali/picrochole/mains/main.htm



Lisbonne via Dublin et Tripoli :
Les défaites du projet euratlantique ?


Alors que le sort de la ratification du Traité de Lisbonne se joue le 12 juin en Irlande à l’occasion d’une consultation référendaire, le Président américain, sous couvert d’une visite d’adieu en Europe, s’est employé ces derniers jours à « faire avancer le dossier iranien » en Europe… Autrement dit et en clair, M. Bush, en fin de parcours, s’est essayé à « vendre la guerre » à ses satellites du Vieux Continent, de Ljubljana à Belfast via Berlin, Rome, Paris, Londres…


Est-ce tout à fait un hasard d’ailleurs si c’est à Belfast que s’achèvera la tournée européenne du président américain ? Que motive cet intérêt pour la verte Erin ? Bien sûr Belfast n’est pas Dublin, mais que l’on se rassure : si d’aventure les Irlandais se montrent réticents à s’engouffrer dans la construction européenne telle qu’imposée par les oligarchies européistes (une construction qui n’est pas autre chose que le mince cache-sexe d’une fusion euratlantique à venir), le dérisoire obstacle d’un vote négatif irlandais serait aussitôt contourné… Si cela est craint, ce n’en est pas moins une sérieuse hypothèse de travail et un obstacle a priori surmonté … Il en va ainsi de la volonté populaire dont il n’est tenu compte que lorsqu’elle ne se cabre pas, c’est-à-dire lorsqu’elle coïncide exactement avec les desiderata et les agendas des nomenklaturas néo-libérales.


Une telle visite du maître américain - sur le départ certes, mais en gardant à l’esprit que ce ne sont pas les hommes s’agitant sur la scène médiatique qui décident des politiques, surtout aux É-U où les mêmes intérêts, les mêmes groupes de pression, continueront d’être actif après le départ de leur catastrophique homme de paille – ne doit cependant pas être interprétée trop vite comme l’une des dernières pirouettes d’un pouvoir déliquescent… Car le destin des peuples se joue et se noue dans la coulisse. Pendant que leurs médias nationaux distraient l’attention des Français avec des fadaises style « mariage cassé pour non-virginité de l’épouse », le rouleau compresseur des grands desseins géostratégiques continue de progresser sous nos yeux, mais sans que la foule des anonymes, le vulgum pecus, la masse ignorante, vous et moi, n’en puissent avoir la moindre idée…


Par exemple the Greater Middle East Initiative, le « Projet Grand Orient » de l’Atlantique à l’Indus, dont « l’Union pour la Méditerranée » n’est à l’évidence qu’un sous-ensemble… Qui en parle vraiment ? Qui en explique les tenants et aboutissants ?


Or, l’intégration de l’espace maritime méditerranéen qui nous concerne au premier chef, est déjà largement engagé grâce à un maillage sécuritaire serré par la VIe Flotte américaine et au moyen d’accords stratégiques croisés passés entre la plupart des États arabes riverains de la Méditerranée, la Turquie et Israël dans le cadre du dispositif Otan Active Endeavour qui se met en place en octobre 2001 et du Dialogue méditerranéen – on appréciera la dénomination de « Dialogue » pour des partenariats en matière de sécurité ! - instauré ou encore depuis 1995, par le truchement de l’UE, à travers le Processus de Barcelone.


Accessoirement, on mesurera à l’aune de cette réalité diplomatique et sécuritaire Otan-UE-Maghreb-Machrek, les réticences affichées à participer à Paris le 13 juillet au lancement officiel de l’Union pour la Méditerranée aux côtés de M. Olmert, Premier Ministre israélien, notamment de la part de MM. Bouteflika et Khadafi dont la collaboration avec l’État hébreu s’est singulièrement accrue depuis 2006 - voir la dernière sortie de M. Khadafi - lorsqu’on sait qu’Algérie et Libye ont, sous l’égide de l’Otan, participé du 8 au 22 avril de cette année, et aux côtés des bâtiments de guerre de la VIe Flotte, à l'opération Phoenix Express 2008…


Ainsi l’unification sous la houlette de l’Amérique-monde, de l’espace euroméditerranéen, puis par la suite sans doute eurafricain – un autre projet de la Présidence française - sont des constructions ou des utopies dont les conséquences prévisibles ne sont guère enthousiasmantes pour personne : ni pour les Européens ni pour les Africains du nord et du Sud… Il est clair que l’Union pour la Méditerranée viendrait marcher sur les brisées d’organisations du Sud telles la Ligue arabe ou l'Union africaine, ce dont M. Khadafi semble en effet avoir pris une conscience tardive et quelque peu tartuffesque, le 10 juin lors d’un sommet arabe restreint à Tripoli ! Le cheval renâcle devant l’obstacle… Reste donc à savoir si l’UPM est un projet mort-né ?


Il faudrait ajouter que bien peu ne semblent avoir trouvé étrange que M. Sarkozy, dès les premiers jours de son mandat présidentiel, se soit précipité pour mettre en branle, cela sans aucune apparence de nécessité prioritaire, les projets Euromed et Eurafrique (ce dernier, pour l’heure, mis en attente), alors même qu’en matière de consolidation européenne proprement dite (sécurité intérieure et extérieure, sécurité énergétique, sanitaire et alimentaire) tout restait encore à faire ! Une Europe précisément sans Défense au moment où les tensions avec la République islamique d’Iran se ravivent et alors que les armées des états membres de l’UE ont été dissoutes ou réduites a quia, c’est-à-dire sans autre défense pour le présent que celle de l’Organisation du Pacte atlantique, l’Otan, sous haut commandement américain… Faut-il une autre preuve de la vassalisation, voire de la servitude, d’une Europe combattant aujourd’hui en Afghanistan au service de Washington dans un conflit à l’issue et à l’intérêt plus que douteux ?


Last but not least, quatre jour après la ratification irlandaise, le 12 juin - si importante pour M. Bush - doit intervenir un autre fait d’une importance capitale et qui éclaire l’ensemble des grandes manœuvres dont la zone Europe-Méditerranée est actuellement le théâtre : le 16 juin à Luxembourg, conseil des ministres des affaires étrangères des Vingt-Sept devrait entériner un partenariat avancé avec Israël. Cela signifie une intégration quasi complète au sein du marché unique, dans les institutions européennes avec la participation des ministres israéliens dans les conseils européens et d'experts dans tous les programmes et groupes de travail, « ce qui équivaudrait à conférer à l'Etat juif un statut de quasi-membre de l'UE » comme le soulignait Le Monde dans son édition du 7 juin.


La chose s’est préparé dans le silence feutré des chancelleries car apparemment rien n’avait filtré dans la grande presse – les archives du quotidien Le Monde sont muettes en 2007 sur cette question - histoire de mettre l’opinion devant le fait accompli. Nous avons ici une preuve supplémentaire que les vraies décisions, celles qui engagent le destin des nations ne sont pas connues du public, qu’elles sont soigneusement tues… Comme fut caché, dès l’origine, au début des années 40, les finalités réelles de la construction européenne… des objectifs pas très éloignés de ceux qui président aujourd’hui à la Greater Middle East Initiative : démembrer des États souverains et créer des entités fédérales sur des bases communautaristes… un prolongement et une amélioration substantielles de l’accord secret Sykes-Picot passé le 16 mai 1916 entre la France, la Grande-Bretagne et la Russie, lequel organisait le partage des dépouilles de l’Empire ottoman...


Est-ce la aussi pure coïncidence si la tournée de M. Bush a démarré par la Slovénie là où justement, en avril dernier, se tint la commission chargée de finaliser cette discrète entrée de l’État hébreu dans la communauté des Vingt Sept ? On comprend mieux alors la hâte de M. Sarkozy à réaliser cette Union pour la Méditerranée si l’on considère avec un peu de recul, et dans son ensemble, l’échiquier géostratégique proche-oriental…


Au final, ce ne sont vraisemblablement pas les objurgations du Premier ministre palestinien, M.Salam Fayyad, par lesquelles il tente de détourner ses homologues européens d’une telle décision lourde conséquence puisqu’à travers elle l’Union deviendra partie prenante des conflits présents et à venir de l’une région les plus chaude, politiquement et militairement parlant, de la planète. Très modéré parce que tributaire de l’aide Européenne, le Premier ministre palestinien demande qu’au moins cette entrée soit soumise à condition, à savoir « qu'Israël se conforme aux lois internationales et aux droits de l'homme, y compris par le gel de la colonisation »… En vérité l’intégration à marche forcée de l’espace géopolitique euroméditerranéen qui s’opère en ce moment même sous nos yeux, rien ne semblant devoir l’arrêter, se fera par conséquent au nez et à la barbe de tous, Européens et Musulmans qui n’en pourront  mais !

Jean-Michel Vernochet*

10 juin 2008
Dernier ouvrage publié : « Manifeste pour une Europe des Peuples ». (collectif) Éd. du Rouvre (pour commander, tel. au 06 8616 2285)

"Lisbonne" via Dublin et Tripoli: les défaites du projet euratlantique?
Lire aussi Plein de bon sens, comme Merkel, Mouammar Kadhafi rejette le projet israélien de Sarkozy d'"Union pour la Méditerranée"


http://www.marcfievet.com/article-20355951.html


_____________________________________________________________________________________________________






Barack Obama,
les droits d’Israël
et les devoirs des Palestiniens





http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9303


Le "terrorisme sacré" :
Israël a constamment besoin
de créer des ennemis
pour acquérir de l'espace
et "garder le moral"



Moshé Sharett fut le premier Ministre israélien des Affaires Etrangères de 1948 à 1956, et Premier Ministre de 1954 à 1956. Ci-dessous un extrait de son Journal, dans lequel il dit qu'Israël doit continuellement créer des "ennemis" pour pouvoir contrôler les masses juives et réussir l'expansion sioniste. Le gouvernement israélien et les sionistes américains ont essayé d'empêcher la publication du Journal, mais sont finalement revenus sur cette décision, jugeant qu'une action en justice ferait encore plus de publicité au Journal. Par Wake Up From Your Slumber
Extraits de la préface du Journal, par Livia Rikach…

Le mouvement sioniste ne peut plus cacher ses véritables intentions. Sa "relation spéciale" avec les Etats-Unis le propulse comme un poids lourd à la poursuite des projets impérialistes.

Les Accords de Camp David, et le Plan Reagan ultérieur introduit en septembre 1982, étaient basés sur les mensonges des "besoins sécuritaires" d'Israël et les soi-disant menaces arabes à cette sécurité.

Le journal de Sharret montre que la politique israélienne met l'accent sur des actes délibérés d'agression, destinés à générer l'hostilité arabe et à créer ainsi les prétextes d'une expansion territoriale armée.


Le massacre de Deir Yassin, en 1948, et le bombardement du 2 juin 1980, sont les produits de ce que les Israéliens appellent "terrorisme sacré".

Plus le monde essaie de comprendre la situation au Moyen Orient et plus les organisations sionistes aux Etats Unies, agissant de concert avec Israël, tentent de la brouiller.

Les guerres d'Israël contre les Arabes en 1967 et en 1982 ont oblitéré l'image de David, et ont confirmé qu'il était le Goliath du Moyen Orient.

Extrait du Journal

"Les conclusions des paroles de Dayan sont claires : Israël n'a pas d'obligations internationales, et pas de problèmes économiques. La question de la paix n'existe pas. Le glaive doit être l'instrument principal, sinon unique, d'Israël pour maintenir son moral élevé et garder sa tension morale. Dans ce but, Israël doit inventer des dangers en adoptant la méthode "provocation-et-revanche". Et, par-dessus tout, souhaitons une nouvelle guerre avec les pays arabes, de manière à ce que nous nous débarrassions de nos problèmes et acquérons notre espace. Comme l'a dit Ben Gourion, cela vaudrait le coup de payer un million de livres à un Arabe juste pour lancer une guerre." (26 mai 1955, 1021)
Il y a bien plus, que vous pouvez lire ici (en anglais).
Selon une enquête d'opinion qui vient d'être ‎publiée sur le site du quotidien « Chargh al Ossat », 90% ‎des Israéliens estiment que leurs dirigeants sont ‎corrompus et que la corruption touchait, sans exception ‎et à tous les niveaux, la classe politique. La plupart des ‎sondés évoquent le cas de l'armée sioniste comme une ‎institution corrompue d'où s'étend la corruption à d'autres ‎secteurs de la société. Les résultats de cette récente ‎enquête montrent que la confiance des Israéliens dans ‎leurs dirigeants est en très net recul, par rapport à 2006. ‎Ni l'armée, ni la justice, ne sont épargnées : la Cour ‎suprême d'Israël n'est accréditée que de 44% d'avis ‎favorables des sondés, quant à son fonctionnement, ‎contre 61%, en 2007 IRIB

http://www.alterinfo.net/index.php?action=breve&id_article=962130



Ce qui s'est dit à Bielderberg - Micropucer les Américains
http://www.alterinfo.net/L-ordre-du-jour-secret-des-Bilderberg-propose-de-micropucer-les-Americains_a20639.html?voir_commentaire=oui#com_518483



Les faucons tournoient toujours au-dessus de l'Iran
http://alterinfo.net/Les-faucons-tournoient-toujours-au-dessus-de-l-Iran_a20643.html

Le gouvernement Français commence à censurer Internet
http://www.alterinfo.net/Le-gouvernement-francais-censure-Internet_a20678.html

http://www.alterinfo.net/Le-vote-du-senat-permet-a-la-France-de-rester
-une-zone-d-impunite-pour-les-auteurs-de-crimes-de-guerre,-crimes-contre-l_a20714.h


Comment londres fait flamber les cours du pétrole
http://www.alterinfo.net/Comment-Londres-fait-flamber-les-cours-du-petrole_a20712.html


Tzipi Livni est dans les starting-blocks. Tous les sondages la placent en tête.
http://www.juif.org/go-news-55632.php


La visite de Nicolas Sarkozy en Israël prévue fin juin pourrait être reportée en raison de la situation sur place, a-t-on appris jeudi dans l'entourage du président français."La situation là-bas est compliquée", expliquait-on, sans préciser de combien de temps la visite pourrait être reportée.Toutefois, "nous n'avons pas encore pris de décision", soulignait-on de même source. AP
http://www.juif.org/go-news-55571.php

Non aux mariages forcés ! Notre devoir, Notre conscience
http://www.tariqramadan.com/spip.php?article1459


_____________________________________________________________________________________________________
www.hifi.nl/gfx/carla-bruni-quelqu.jpg
La came de Carla....



Pour rigoler un coup, notre première dame de France et sa came. Qu'en pense sa camelote à côté ?

Fierté d'être français ! Dirigés par des cameléons.... pff !!!! On n'a pas fini d'en baver, et d'en rire. Ou l'inverse. Eva


BOGOTA - Le gouvernement colombien n'est pas le plus grand fan de la musique de
Carla Bruni-Sarkozy. Ou tout du moins de sa chanson "Tu es ma came", figurant sur le prochain album de la première dame de France "Comme si de rien n'était", qui contient une référence à la cocaïne, célèbre exportation colombienne dont Bogota n'est pas très fière.

Pour le ministère colombien des Affaires étrangères, l'épouse de Nicolas Sarkozy a franchi la ligne blanche avec les paroles "Tu es ma came/ Plus mortel que l'héroïne afghane/ Plus dangereux que la blanche colombienne". Des extraits de ce morceau, dont on ne sait pas s'il est dédicacé à Nicolas Sarkozy, ont été publiés mercredi dans "Le Figaro", la sortie de l'album "Comme si de rien n'était" est prévue le 21 juillet.

"De la bouche de l'épouse du président de la France, ce genre de déclaration est très douloureuse pour la Colombie", a déclaré jeudi Fernando Araujo lors d'une conférence de presse. "Nous présentons nos excuses pour toute consommation de drogue(...) qui se traduit par des morts et de la violence en Colombie".

La Colombie produit 80% de la cocaïne consommée dans le monde, et cette image associée à la drogue exaspère nombre de Colombiens, particulièrement sensibles aux plaisanteries sur le sujet.

Yahoo.com
_____________________________________________________________________________________________________

 

 

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages