22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 20:43

Sommaire :
- L'emprise diabolique d' Israël, principal Etat terroriste de la planète, passe par les médias
  par Eva
- Gaza est le laboratoire des méthodes de soumission des peuples, sous l'égide d'Israël
- La doctrine israélienne du ravage, article de mondialisation.ca
- Sélection de liens

-hotos-gaza-arr-t-sur-images.jpg


Vigilance !
L'emprise diabolique d' Israël
passe par les médias, par Eva

Mes amis,

Je choisis de porter à votre connaissance un article de mondialisation.ca, "la doctrine israélienne du ravage", à lui seul il suffit à démontrer la monstruosité de cet Etat que les blogueurs qualifient de plus en plus de "cancer", de "sida" de l'humanité. Quel sentiment éprouver en lisant ces lignes ? Le dégoût ? Le mot est trop faible. Car l'entité israélienne est épouvantablement maléfique, à Gaza comme dans le reste du monde, en programmant l'enfer pour tous les pays qui ne se soumettent pas à la dictature militaro-financière qui s'étend peu à peu sur la planète. Un continent comme l'Amérique Latine sait : Les gouvernements favorables aux intérêts des peuples, comme celui du Chili, ont été renversés et remplacés par des dictatures. En sous-mains, Israël, puissance ravageuse, implacable, une sorte d'entité supra-humaine qui se permet tout, le pire surtout, dans l'impunité la plus totale. Avec ses alliés américains, et maintenant européens - avec des dirigeants comme Sarkozy, "leur homme".
11.9.-Chili.jpg

Les méthodes d'Israël sont ignobles. Personnellement, je ne pourrai plus jamais entendre prononcer le mot Israël, Shoah, sans l'associer au Mal que fait cet Etat dans le monde, sans qu'aucune voix de dirigeants ne s'élève, au contraire, avec des agents comme  Sarkozy, il est récompensé en recevant pour prix de ses forfaits le rehaussement de sa présence en Europe, afin de l'influencer de l'intérieur et au final, de la broyer dans des aventures impériales qui feront le malheur des peuples.

Je propose non seulement un boycott absolu des produits (qui commencent par 729) de cet Etat "diabolique" , il n'y a pas d'autre nom, mais aussi des protestations à chacune de ses commémorations : La pire Shoah, c'est celle que vous imposez aux peuples de la planète, à Gaza la martyrisée d'abord, ensuite aux quatre coins du monde, en organisant une stratégie de la tension, en dressant les peuples les uns contre les autres, en suscitant partout conflits et guerres, comme en Yougoslavie, dans le Caucase, en Amérique Latine, en Afrique, etc.

Si vous lisez mon blog R-sistons à la désinformation,   http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com , vous verrez que je consacre de nombreux articles à France 2, totalement investi par le CRIF, au service des intérêts ultra-sionistes dans le monde. 

J'ai mis le doigt sur un chancre, et une honte : La colonisation de France 2, et plus généralement des médias, par cette entité dont le programme est de sacrifier les peuples à ses intérêts militaro-financiers. Comme Israël est le cancer de l'humanité, FR2 est le cancer des médias.

Et c'est grâce à cette colonisation des médias par les ultra-sionistes que nous sommes désinformés en permanence, que nos esprits sont anesthésiés chaque jour au bénéfice de l'Empire dont les intérêts sont radicalement opposés à ceux des peuples, que nous nous habituons au pire, que nous compatissons aux prétendus malheurs de ceux qui, en réalité, conçoivent en particulier toute la casse sociale, que nous sommes conduits à voter pour des individus qui serviront les intérêts des Usraéliens, comme Sarkozy l'anti de Gaulle, et pire encore, que nous allons un jour, avec Marie Drucker la va-t-en-guerre, nous enrôler "pour la patrie" sous la bannière du drapeau américain et israélien, contre la moitié de l'humanité, de l'Iran à la Chine en passant par la Syrie, la Russie, etc...

octopus-copie.jpg

Vigilance ! La pieuvre américano-israélienne étend ses tentacules sur le monde pour l'enserrer, prendre le contrôle de chaque vie et l'anesthésier, l'asservir, en faire de la chair à canon, et cette emprise passe d'abord par la main-mise sur les médias qui chaque jour nous disent comment penser, c'est-à-dire en fait contre tous nos intérêts. Et c'est ainsi que nous avons voté pour celui qui est en train de casser toutes les valeurs françaises, toutes ses spécificités, aussi bien sociales qu'en matière de politique étrangère. Sarkozy est le fossoyeur de la France, et... des Français.  Au seul bénéfice de l'Empire qui SE SERT DE NOUS pour accroître sa puissance démoniaque sur le monde.

Plus que jamais, il faut espérer en des pays comme la Russie, la Chine, l'Inde, qui, loin d'être nos ennemis, représentent un futur contrepoids à l'entité diabolique qui entrave la vie des humains. C'est pourquoi les médias s'acharnent contre eux : Afin, là encore, de nous amener à penser dans l'intérêt de ceux qui, au final, programment les politiques et les guerres qui nous broient toujours davantage.

Vous voyez l'enjeu des médias ? Ils sont le criminel instrument de nos malheurs. Ne vous étonnez pas si, aujourd'hui, France 2 ou C dans l'Air nous parlent de "sarkomania" à l'heure où la colère monte dans le pays, de la Shoah comme référence absolue afin de nous faire accepter l'intolérable, de l'Iran, la Russie et de la Chine comme des puissances dangereuses, et des USA, qui en ont fini avec l'ère Bush et vont ouvrir de nouvelles pages de bonheur pour les peuples avec le souriant Obama, en réalité façonné en sous-mains par les stratèges d'un Ordre Mondial totalitaire, au seul service des secteurs militaro-financiers.

J'insiste, chers lecteurs, pour vous amener à réaliser à quel point les médias sont utilisés contre nos intérêts, en étant colonisés par les pires ennemis de nos vies : Israéliens, et néoconservateurs pro-Américains. N'acceptons pas de voir nos pensées modelées par d'autres.

arton3121.jpg

Et pour vous rappeler que ce qui se joue à Gaza est en réalité le premier acte, monstrueux, d'une tragédie planétaire qui nous concerne tous. Les stratèges des politiques et des guerres actuelles ne reculent devant rien lorsqu'il s'agit de grossir l'épaisseur de leurs portefeuilles et d'accroître leur emprise sur la planète. Les Palestiniens en sont les victimes les plus pitoyables. Leur résistance à la Shoah programmée par ces monstres israéliens à visage humain, est un acte qui doit non seulement être salué, mais devenir modèle pour le monde s'il ne veut pas sombrer dans la barbarie avec les apprentis sorciers israéliens et américains de la planète, secondés par de nombreux dirigeants et par les médias criminels.

La vraie terreur n'est pas là où on veut nous le faire croire.

Eva

En ce moment, je regarde Envoyé Spécial sur FR2-télé sioniste : Un reportage sur la guerre de Gaza, pour en réalité exonérer Israël de ses actes criminels ! "Le Hamas a choisi de combattre au milieu des populations civiles, il faut dire la vérité, la volonté de l'Armée est d'épargner les civils, les vidéos prouvent que les civils sont épargnés, et que les bavures sont liées à la présence de combattants, l'armée israélienne est morale, etc....". Une émission de reportage présentée comme une émission d'information, est en réalité une émission de pure propagande ! FR2 est la lie  de nos médias !

TAGS : Shoah, Israël, Gaza, Etats-Unis, Europe, Iran, Russie, Chine, Ordre Mondial, NOM, FR2, C dans l'Air, médias, Sarkozy, Marie Drucker, de Gaulle, Syrie, l'Empire, CRIF, Yougoslavie, Caucase, Chili, Afrique, Amérique Latine, Bush, Obama...


desolation-copie-1.jpgenfants-ds-ruines.jpg

Les méthodes israéliennes de "pacification" du peuple palestinien, seront bientôt utilisées contre d’autres peuples.

milliards de dollars des États-Unis sont consacrés à la recherche de nouvelles méthodes et de nouvelles armes de contrôle des populations.

Nous sommes dans un contexte de crise économique mondiale du capitalisme, la hausse des prix des aliments, de guerres d’invasion et d’occupation et de résistance de tous les peuples contre le capitalisme et contre l’État capitaliste (machine de répression - armées, polices, paramilitaires, système judiciaire, mensonges systématiques et mondiaux des médias, des politiciens, des chercheurs universitaires, des "think tanks" (centres de recherche, de stratégie et de diffusion politique des capitalistes), des ONG de déstabilisation de régimes. ..
Jeff Halper a rapidement sorti six concepts, l’un après l’autre, sans hésiter.

1 - le concept de « Global pacification system », système de pacification globale :
- recherche sur les armes modernes ;
- méthodes de contrôle des populations ;
- méthodes de répression de toute opposition au système dominant
   criminalisation de toute opposition
- utilisation de méthodes anti-insurrectionnelles contre toute opposition dans le monde
- criminalisation des mouvements de révendications, d’opposition à la guerre, de dénonciation des politiques anti-démocratiques, etc. ;


2 - le concept de « surplus humanity »,
d’"humanité excédentaire" - Israël considère le peuple palestinien comme un peuple excédentaire. Les États capitalistes du monde entier, et à leur tête les États-Unis, ont décidé que certaines populations comme devant être dispersées ou exterminées. Le peuple palestinien est un cobaye sur lequel Israël et les États-Unis essaient de nouvelles méthodes d’expulsion de population (Penser aux paramilitaires en Colombie qui ont expulsé par la terreur, avec l’appui de l’armée et le silence total de la justice, cinq millions de paysans pauvres et d’autochtones de leurs terres.)


3 - le concept de « warehousing »,
c’est-à-dire le parquage - comment parquer les "humains excédentaires" dans des camps de réfugiés, dans des zones de déportation, dans des réserves amérindiennes, dans des bidonvilles, etc. ;


4 - le concept de « counter-insurgency »,
contre-insurrection :
Israël fait des tests sur le terrain d’armes et de méthodes.
Le peuple palestinien sert de cobaye à ces tests.

Ces méthodes seront utilisées au Canada et dans les autres pays 

a -
développement des méthodes, des armes et des technologies contre-insurrectionnelles.
(seulement pour la recherche d’armes nouvelles les États-Unis ont dépensé 1,4 trillions de dollars) :
- balles qui traversent le béton ;
- appareil permettant de voir à travers les murs ;
- chaque arbre, maison, immeuble, mur, est maintenant simulé sur des écrans d’ordinateurs, ce qui permet aux militaires de "voir" ou de diriger les soldats.
- technologies de surveillance électronique, de détection et de destruction ;
   drones (avions télécommandés, c’est-à-dire sans pilote, des robots de surveillance et de destruction) ;
- techniques d’empoisonnement de militants, etc.
- méthodes de l’armée israélienne pour attaquer les villes : les soldats ne circulent plus dans les rues, ils traversent les murs des maisons, d’une maison à l’autre (..)

b -
exportation de spécialistes israéliens en méthodes contre-insurrectionnelles, testées en Palestine. Ces spécialistes sont très demandés.
- techniques d’assassinats sélectifs de personnes et de massacres pour expulserr les populations ;
- techniques de contrôle des populations 

Exemples :
  contre les militants anti-Apartheid en Afrique du Sud (..)
-pour aider les mouvements séparatistes de zones riches et exclure les autochtones comme dans certains pays d’Amérique latine, etc. 

Les États du monde veulent transformer la guerre d’Israël contre les Palestiniens en un système mondial de soumission des peuples. 

Jeff Halper a parlé du triangle de légitimité (1) du contrôle par État ; (2) du contrôle de l’économie ; et (2) du contrôle des mouvement de populations :
 

1 - le contrôle par État et légitimisation de tout ce que l’État fait : Un État peut bombarder, torturer, assassiner, il est légitimisé par les médias, par l’idéologie, mais un mouvement insurrectionnel qui défend les droits d’un peuple est considéré comme terroriste ; L’ONU légitimise l’usage de la force par les États ; l’usage de la force par les mouvements de Résistance des peuples (peuple palestinien) est considérée comme étant du terrorisme, parce que ce n’est pas un État qui emploie la force ;


2 - le contrôle de l’économie
 : l’État a le droit de fixer les mesures de crise économique, etc.


3 - le contrôle des mouvements de population
 : L’État a le droit de déporter, de bombarder, de terroriser, de parquer des populations.

Jeff Halper
est un anthropologue engagé, auteur et militant.
Il est coordonnateur du Comité israélien contre les démolitions de maisons (CICDM)
Postulant au Prix Nobel de la Paix en 2006 avec Ghassan Andouni, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le conflit israélo-palestinien et intervient fréquemment sur ce sujet.
suite, notamment comment réagir ? à
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-27041528.html


Israël est à la pointe du combat contre les peuples. Et il ose nous demander de nous apitoyer sur leur Shoah (qui n'est d'ailleurs pas leur apanage, puisque, par ex, davantage de Tsiganes ont été exterminés !) ?

enfants-pr-ts----tre-enterr-s-copie-5.jp
La doctrine israélienne
du ravage

par Jonathan Cook
22 janvier 2009

Dans les derniers jours avant qu'Israël impose un cessez-le-feu unilatéral à Gaza pour éviter d’embarrasser la future administration Obama, ce pays a renforcé son agression, poussant ses troupes plus profondément dans la ville de Gaza, intensifiant ses tirs d'artillerie, entraînant le déplacement de milliers d'autres personnes.

Antonio Artuso

La stratégie militaire d'Israël à Gaza, même dans ce que ses responsables ont appelé l’« acte final » poursuivait un plan établi lors de la guerre du Liban, il y a plus de deux ans.

 

À cette époque, en un mois de frappes aériennes intenses, Israël avait détruit une grande partie de l'infrastructure du Liban. Même dans les dernières heures de la guerre, alors que le cessez-le-feu était en cours de finalisation, Israël a lancé plus d'un million de bombes à fragmentation au Sud Liban, apparemment dans l'espoir de rendre la région aussi inhabitable que possible.

 

De même, la destruction par Israël de la Bande de Gaza s’est poursuivie avec une vigueur acharnée jusqu’au tout dernier moment, même si, selon des articles dans les médias israéliens, l'armée de l'air avait épuisé ce qu'elle appelait sa « collection de cibles du Hamas » dès les premiers jours de combat.

 

Les militaires ont éludé le problème en élargissant la définition des immeubles affiliés au Hamas. Ou, comme un haut fonctionnaire l’a expliqué : « Il y a de nombreux aspects concernant le Hamas, et nous essayons de les frapper dans leur intégralité, car tous sont lié et tous soutiennent le terrorisme contre Israël. »

 

Cela a permis d’inclure dans les cibles les mosquées, les universités, la plupart des bâtiments gouvernementaux, les tribunaux, 25 écoles, 20 ambulances et plusieurs hôpitaux, aussi bien que les ponts, les routes, 10 centrales électriques, les égouts, et 1500 usines et 1500, ateliers et magasins.

 

Les responsables de l'Autorité Palestinienne à Ramallah évaluent les dégâts jusqu’ici à 1,9 milliard de dollars, en faisant remarquer qu’au moins 21.000 immeubles résidentiels ont besoin d’être réparés ou reconstruits, ce qui pousse une fois de plus 100.000 Palestiniens dans des camps de réfugiés. Par ailleurs, 80 pour cent de la totalité de l'infrastructure agricole et des cultures ont été détruits. L'Autorité Palestinienne a précisé que son estimation est « prudente. »

 

Israël ne regrettera rien de tout cela. En fait, loin d'être des dommages collatéraux malchanceux, la dévastation généralisée était l'objectif implicite de l'offensive. Israël, tout comme les militaires, ont cherché cette politique de neutralisation du Hamas par la destruction généralisée des infrastructures et de l'économie de Gaza.

 

Cette politique est connue sous le nom de « Doctrine Dahiya, » du nom d'une banlieue de Beyrouth, pratiquement rasée lors de l'attaque d'Israël contre le Liban en été 2006. Cette doctrine a été résumée dans une phrase de Dan Halutz, chef d'état-major d’Israël à l'époque. Il a dit que le bombardement du Liban pourrait le « faire retourner 20 ans en arrière. »

 

Le commandant du sud d'Israël, Yoav Galant, s’est fait l’écho de ces sentiments le premier jour de l'offensive sur Gaza : l'objectif, a-t-il dit, c’est « d'expédier Gaza à des décennies dans le passé. »

 

Au-delà de ces petites phrases, Gadi Eisenkot, chef du commandement du nord d'Israël, a clarifié en octobre les aspects pratiques de la stratégie : « Ce qui est arrivé dans le quartier de Dahiya à Beyrouth en 2006 arrivera dans tout village sur lequel Israël tirera. Nous emploierons une force disproportionnée contre eux et nous provoquerons là-bas beaucoup de dommages et de destructions. De notre point de vue ce ne sont pas des villages civils, ce sont des bases militaires. Ce n'est pas une recommandation. C’est un plan. »

 

Dans l'interview, le général Eisenkot parlait de la prochaine reprise des hostilités contre le Hezbollah. Cependant, cette doctrine a été aussi conçue pour servir dans la Bande de Gaza.

 

Gabriel Siboni, un colonel de réserve, a exposé le nouveau « concept sécuritaire » dans un article publié par l'Institut des Études sur la Sécurité Nationale de l'Université de Tel Aviv, deux mois avant l’attaque contre Gaza. Les stratégies militaires conventionnelles pour faire la guerre contre les États et les armées, écrivait-il, ne peuvent pas vaincre les mouvements de résistance du socle national, comme le Hezbollah et le Hamas, qui ont des racines profondes dans la population locale.

 

L'objectif est plutôt d'utiliser la « force disproportionnée, » de façon à « infliger des dommages et de mettre en face d’un châtiment d’une ampleur telle qu’il exigera de longues et coûteuses procédures de reconstruction. »

 

Le colonel Siboni a reconnu, comme les « décideurs et l'élite au pouvoir, » que la principale cible du déchaînement d’Israël comporte les « intérêts économiques et les centres du pouvoir civil qui soutiennent l’organisation [ennemi]. »

 

Le colonel Siboni a concédé que, le mieux que puisse espérer Israël contre le Hamas et le Hezbollah, c’est un cessez-le-feu dans des conditions favorables pour Israël, et de repousser la prochaine confrontation en laissant « l'ennemi se démener dans de coûteuses et longues procédures de reconstruction. »

 

Cependant, dans le cas de la longue reconstruction de Gaza, Israël a dit espérer ne pas répéter les erreurs du Liban. À l’époque, le Hezbollah, avec l'aide de fonds iraniens, a encore renforcé son prestige dans la population locale en avançant rapidement le financement de la reconstruction des maisons libanaises détruites par Israël.

 

Selon les médias israéliens, le Ministère des Affaires Étrangères a déjà rassemblé un groupe de travail pour « le lendemain, » afin d'assurer que ni le Hamas ni l'Iran n’apportent de crédit pour la reconstruction de Gaza.

 

Israël veut que toute l’aide soit acheminée par l’intermédiaire de l'Autorité Palestinienne ou d’organismes internationaux. Le bouclage de la Bande de Gaza, pour empêcher la contrebande à travers les tunnels sous la frontière avec l'Egypte, fait partie intégrante de cette stratégie.

 

À la grande satisfaction d’Israël, la reconstruction de Gaza risque d'être encore plus lente que ce à quoi l'on aurait pu s’attendre.

 

Les diplomates font remarquer que, même si l’aide occidentale afflue vers l'Autorité Palestinienne, elle aura peu d'effet si Israël maintient le blocus, freine les importations d'acier, de ciment et d'argent.

 

Et les donateurs internationaux ont déjà signalé être fatigués de financer des projets de construction à Gaza seulement pour les voir détruits par Israël peu de temps après.

 

La semaine dernière, manifestant bien plus que de l'exaspération, le Ministre des Affaires Étrangères de Norvège, Jonas Gahr Stoere, a résumé l'opinion générale des bailleurs de fonds : « Donnerons-nous encore une fois pour la construction de quelque chose qui est détruit, reconstruit et détruit ? »

 


Texte original en anglais, Israel’s Doctrine of Destruction, Bombs to ‘send Gaza back decades’,

 

publié le  21 janvier 2009.

Traduction: Pétrus Lombard.

 

 
ada42810-1620-439a-b734-cf0cbfd547b1.jpgb-b--balle-ds-ventre-mort.jpg

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11960


Gaza

MANIFESTATION NATIONALE
du 24 janvier 2009
à Paris DENFERT-ROCHEREAU - 14 h

Pétition contre le rehaussement des relations
de l'UE avec Israël

UJFP, Union Juive Française pour la Paix
le 21.01.2009

Pétition à signer sur le site :
http://www.thepetitionsite.com/1/Suspend-EU-Israel-Trade-Agreement

Nous demandons a l'UE de suspendre l'Accord d'Association UE - Israël jusqu'a ce qu' Israël respecte des droits de l'homme et le droit international.

Israël est le plus grand importateur de marchandises de l'UE, et son deuxième plus grand exportateur. En 2006 le total commercialise entre l'UE et Israël s'est élevé a 23.5 milliards d'euros. L'Accord d'Association UE-Israël forme la base juridique de cette relation donnant a Israël un cadre commercial préférentiel avec des pays de l'UE.

L'article 2 de l'Accord mentionne que ces relations doivent être basées sur le respect des droits de l'homme et des principes démocratiques qui doivent guider la politique interne et internationale.

L'UE est donc obligée selon cet Article de suspendre l'accord d'association UE-Israël tant qu' Israël est en infraction vis a vis des droits de l'homme.


Pétition diffusée par Les vélos de la paix, http://www.thepeacecycle.com/

Eva : Je plaide pour des sanctions contre Israël


Sélection de liens :

Les services de renseignement américains vont devoir trouver des moyens de

favoriser une amélioration des contacts avec les dirigeants du monde musulman et avec des pays comme l'Iran sur les questions d'intérêt commun, a déclaré Dennis Blair, choisi par le président Barack Obama pour diriger la CIA.
http://fr.news.yahoo.com/4/20090122/twl-usa-obama-iran-musulmans-38cfb6d.html


Appel des Appels :
« Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention des Pouvoirs Publics et de l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses des Réformes hâtivement mises en place ces derniers temps.

A l’Université, à l’École, dans les services de soins et de travail social, dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s’accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions.

Au nom d’une idéologie de "l’homme économique", le Pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois "naturelles" du Marché. Cette idéologie s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue.

Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, refusons qu’une telle idéologie mette maintenant en "faillite" le soin, le travail social, l’éducation, la justice, l’information et la culture.

Nous appelons à une Coordination Nationale de tous ceux qui refusent cette fatalité à se retrouver le 31 janvier 2009 à Paris. »

Le 22 décembre 2008,

Roland Gori et Stefan Chedri
http://www.appeldesappels.org/?lang=fr

Alors que nos métiers respectifs, qu’il s’agisse de la santé, du soin, du travail social, de l’éducation, de la recherche, de la justice, de l’information et de la culture, subissent une attaque sans précédent de la part du gouvernement - alors que des appels de réaction et de protestations sont lancés par dizaines dans le pays - le temps est venu, nous semble-t-il, de coordonner ces différents mouvements et d’en tirer tout le sens politique.

Si cette initiative rencontre votre adhésion, nous vous proposons :
--  de signer cet appel
--  de le faire signer en le relayant dans tous les cercles et réseaux auxquels vous avez accès. Mais aussi et afin "d’étendre le domaine de la lutte :
- de participer à la réunion de coordination du 31 janvier, qui aura lieu, de 10 h à 18 h, au "104 rue d’Aubervilliers", à Paris, au cours de laquelle le pays réel se fera entendre à travers les témoignages des professionnels en lutte et devrait faire émerger des propositions d’actions transversales pour l’avenir.

- S’inscrire à la journée du 31 janvier par courriel (Entrée libre)

- Soutenir l’appel

- Voir les autres signataires

Les meilleurs moments de George Bush, vidéos
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/international/linvestiture_dobama/20090
119.OBS0407/les_meilleurs_moments_de_george_w._bush.html


La Chine s'est dite prête "à travailler avec la France à améliorer les relations bilatérales", mises à mal par la rencontre de Nicolas Sarkozy et du dalaï lama.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/europe/20090122.OBS0968/
pekin_souhaite_ameliorer_les_relations_avec_paris.html


terrible---cadavres.jpg

Le quotidien par des habitants de Gaza
La plupart des personnes avec lesquelles j’ai parlé avaient retrouvé leurs maisons et leurs biens détruits sous un amas de gravats. Des maisons qu’ils avaient mis des années à construire de leurs mains. Qui va dédommager ces gens ?
Je pensais aujourd’hui au fait que la plupart des prisonniers européens sont mieux lotis que nous à Gaza
Pour plus d'informations : www.oxfamfrance.org/israelpalestine/violences_gaza_1801.php


Entretien avec Elias Sanbar,
Observateur Permanent de la Palestine
auprès de l'UNESCO :

Ben Gourion,  citation du fondateur d'Israël :
je suis convaincu qu'un Etat juif partiel n'est pas une fin, mais un début. [...] Car nous savons que l'acquisition que nous venons défaire est importante pas seulement en tant que telle, mais aussi parce qu'elle nous permet d'accroître notre force, tout accroissement de force nous rapprochant de l'acquisition du pays tout entier. La création d'un Etat, même partiel, constituerait aujourd'hui un puissant levier dans notre effort historique pour la rédemption du pays tout entier.» "Instaurer l'Etat. Mais il nous restera à instaurer le Foyer national.»
Cela étant dit, deux questions demeurent, fondées, justifiées, têtues.

Les Palestiniens pouvaient-ils accepter en 1947 l'idée même du partage, pourtant pierre angulaire aujourd'hui de leur offre de paix et de leur adhésion à la formule des deux Etats ?
La direction palestinienne de l'époque aurait-elle dû se montrer aussi habile que Ben Gourion, accepter le plan de partage et sauver ainsi son pays de la noyade qui s'ensuivit ? Ces questions sont essentielles, car elles permettent de comprendre les politiques et les attitudes à l'époque des événements et échapper ainsi aux propos propagandistes, de quelque bord qu'ils viennent.

35613330636136343439363038333130?&_RM_EM
Du point de vue palestinien, le partage est littéralement impensable en 1947. Pourquoi ? Parce que son principe même est contrebalancé non par la seule analyse politique qu'en fait le leadership palestinien, mais surtout par l'incroyable force des évidences qui s'imposent aux Palestiniens, peuple et société.
Ces évidences, quelles sont-elles ? Une population palestinienne qui se bat depuis le début du siècle pour son indépendance et ses droits nationaux; le sentiment d'une présence «naturelle», séculaire, chez eux, des 1 400 000 Palestiniens, face à une communauté de 600 000 juifs arrivés dans leur majorité écrasante durant la colonisation britannique de la Palestine (1917-1948) : un territoire de 26 323 kilomètres carrés, dont 6,58% seulement sont, selon les chiffres de l'ONU préparés pour l'application du partage, en propriété juive; un plan de partage impraticable, qui, prévoyant un statut de corpus separatum pour Jérusalem, allouait 56,5% du territoire à l'Etat juif avec une population de 498 000 juifs et 407 000 Palestiniens, contre 43,5% à l'Etat arabe avec une population de 993 000 Palestiniens et 1 52 000 juifs; l'impossibilité, enfin, pour les Palestiniens de même imaginer, en 1947, qu'au terme de ce plan et de la guerre qui allait immanquablement suivre, une expulsion, un déplacement forcé en masse interviendrait, qui ferait des centaines de milliers d'entre eux d'alors les six millions de réfugiés et d'exilés qu'ils sont aujourd'hui.

Bref, la guerre était inscrite dans le plan de partage et les affrontements qui débuteront dès sa proclamation le montreront : sur les treize offensives militaires d'envergure lancées par la Haganah, huit, décisives, se dérouleront dans le territoire alloué en principe à l'Etat palestinien. La Palestine conquise verra disparaître jusqu'à son nom.

http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2247/dossier/a361261-la_guerre_%C3%A9tait_in%C3%A9vitable.html


affiche-horreur-P-ali.jpg
La Justice (Belge...) s'en prend à Israël
Arrestation de Tzipi, de barak... ????

Des mandataires européens ont sollicité une court belge pour arrêter le ministre des affaires étrangères Tzipi Livni dès son arrivée à Bruxelles, selon le site Web de Jawalan.com.


Les plaintes ont été apparemment déposées au nom des ressortissants belges et français par les parents qui ont été blessés ou tués à Gaza, et réclament l'arrestation de Mme Livni pour crimes de guerre.


Le ministère des affaires étrangères examine le rapport et l'ambassade israélienne à Bruxelles n'a pas été encore impliquée, selon certaines sources.


La loi belge ne permet pas réellement l'arrestation d'un fonctionnaire étranger d'une position aussi élevée, mais la chose pourrait 'embarrasser Israël (et surtout la petite Belgique) et pourrait représenter la première action concrète sur la question des tentatives de procès qui se préparent dans le monde et qui sont initiés par des éléments pro-Palestiniens.

Les activistes israéliens de droits de l'homme demandent l'arrestation d'Olmert, de Livni, et de Barak pour crimes de guerre.


Le 10 décembre 2008, une plainte officielle a été déposée contre Ehud Barak au Tribunal Pénal international à la Haye, Hollande… sur le soupçon des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité en raison du siège de Gaza."

Source Haaretz.

http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2009/01/la-justice-belg.html

La prison pour les bourreaux des peuples ! Sanctions internationales, et boycott des produits israéliens et américains ! (Eva)

cadavrers-enfants-ali.jpg


Entendu dans le commentaire d'un sujet financier diffusé lors de ce Journal Télévisé de 13 heures sur la RTBF : "Selon l'économiste Roubini, l'un des rares économistes à avoir prévu l'ampleur de la crise actuelle, les dettes des banques américaines atteindraient 3600 milliards us$. Si, c'est le cas, le système est tout simplement INSOLVABLE" (dixit le commentateur).

Ils commencent à dire la vérité, c'est une bonne chose. Mais ils ne l'avoueront que quand il sera hélas trop tard.

http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2009/01/linfo-officiell.html

G-U-E-R-R-E Gideon Lévy (Haaretz)
Gaza: Moscou prône le respect de la trêve et le retrait de Tsahal  


bless--carbonis-.jpg

Les Palestiniens : De futurs calcinés, et nous aussi ????
http://www.dazibaoueb.fr/index.php


C O M M E N T A I R E S  :  I C I


Partager cet article
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 04:41
Editorial d' Eva : La mort du politique !

http://chiron.over-blog.org/article-26788101.html

Dans cette parution :
Ce qu'on ne vous dit pas
sur les massacres de Gaza
et sur l'Actualité :


- Sarkozy est complice d'Israël,
ses gesticulations sont destinées à retarder la paix.
- L'opération israélienne a été menée en liaison avec
l'Arabie Saoudite et l' Egypte, deux Etats traîtres à la cause arabe.
Oui, des Arabes vont combattre des Palestiniens ! On est loin du nationalisme arabe d'antan. En sous-mains, les peuples sont dressés les uns contre les autres.... au profit des mêmes, l'Empire et ses alliés arabes corrompus, des féodaux assoiffés d'argent et de pouvoir.
- Le Renseignement français collabore avec les Néo-cons
pour la consolidation du Grand Désordre Mondial

Les révélations
de Thierry Meyssan

et de Roland Dumas

Gaza, analyse de Thierry Meyssan, Vidéo
Cet entretien peut être complété par la lecture du dernier article de Thierry Meyssan
http://www.mecanopolis.org/?p=2869
http://bridge.over-blog.org/article-26788356.html


L’aviation israélienne a préparé le terrain à une pénétration terrestre, laquelle ouvre la voie à des paramilitaires arabes. Selon nos informations, environ 10 000 hommes sont actuellement massés prés de Rafah. Entraînés en Égypte et en Jordanie, ils sont placés sous le commandement de l’ex-conseiller national de sécurité de Mahmoud Abbas, le général Mohammed Dahlan (l’homme qui organisa l’empoisonnement de Yasser Arafat pour le compte des Israéliens, selon des documents rendus publics il y a deux ans). Ils sont appelés à jouer le rôle qui avait été dévolu à la milice d’Elie Hobeika à Beyrouth lorsque les troupes d’Ariel Sharon encerclèrent les camps de réfugiés de Sabra et Chatila.


Cependant, la troïka sioniste hésite à lancer ses « chiens de guerre » tant que la situation militaire à l’intérieur de la bande de Gaza reste incertaine. Depuis deux ans, de nombreux résistants palestiniens ont été formés aux techniques de guérilla du Hezbollah. Bien qu’ils soient en théorie dépourvus des armes nécessaires à ce type de combat, on ignore quelles sont leurs capacités exactes. Une défaite au sol serait une catastrophe politique pour Israël après la défaite de son armée de terre au Liban, en 2006, et de ses instructeurs en Géorgie, en 2008. Il est toujous possible de retirer rapidement ses blindés de Gaza, il n’en sera pas de même pour retirer des paramilitaires arabes.


 

Th. Meyssan : L’Égypte, l’Arabie saoudite et
10 000 paramilitaires arabes avec Israël

C’est là le point nouveau au Proche-Orient. Pour la première fois, une guerre israélienne n’est pas financée par les États-Unis, mais par l’Arabie saoudite. Riyad paye pour écraser le principal mouvement politique sunnite qu’il ne contrôle pas, le Hamas. La dynastie des Séoud sait qu’elle doit anéantir toute alternative sunnite au Proche-Orient pour se maintenir au pouvoir. C’est pourquoi elle a fait le choix du sionisme musulman. L’Égypte quand à elle craint une extension via les Frères musulmans de la révolte sociale.

La stratégie militaire reste cependant états-unienne, comme lors de la guerre de 2006 contre le Liban. Les bombardements ne sont pas conçus pour éliminer les combattants, ce qui je l’ai indiqué plus haut n’a pas de sens en milieu urbain, mais de paralyser la société palestinienne dans son ensemble. C’est l’application de la théorie des cinq cercles de John A. Warden III.


En définive, toujours selon Haaretz, Ehud Olmert, Ehud Barack et Tzipi Livni ont pris la décision de la guerre le 18 décembre, c’est-à-dire la veille de l’expiration de la trêve.
Le National Information Directorate a organisé une simulation, le 22 décembre, pour mettre au point les mensonges qui serviraient à justifier le massacre.

L’opération a débuté le 27 décembre de manière à éviter que la papauté puisse s’en mêler. Benoît XVI a néanmoins évoqué dans son message de Noël « un horizon qui semble redevenir sombre pour les Israéliens et les Palestiniens ».


Revenons-en au théâtre d’opération. L’aviation israélienne a préparé le terrain à une pénétration terrestre, laquelle ouvre la voie à des paramilitaires arabes. Selon nos informations, environ 10 000 hommes sont actuellement massés prés de Rafah. Entraînés en Égypte et en Jordanie, ils sont placés sous le commandement de l’ex-conseiller national de sécurité de Mahmoud Abbas, le général Mohammed Dahlan (l’homme qui organisa l’empoisonnement de Yasser Arafat pour le compte des Israéliens, selon des documents rendus publics il y a deux ans).

Dans chacune des guerres qu’Israël a conduit en violation du droit international, une avant-scène diplomatique a été organisée pour lui permettre de gagner du temps, tandis que les Etats-Unis bloquent toute résolution du Conseil de sécurité. En 2006, c’était Romano Prodi et la conférence de Rome. Cette fois, c’est le président français, Nicolas Sarkozy, qui produit le divertissement. Il a annoncé qu’il consacrerait deux jours de son précieux temps pour régler un problème où les autres ont échoué depuis 60 ans. Ne laissant guère de doute sur sa partialité, M. Sarkozy a d’abord reçu à l’Élysée la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, et le leader sunnite saoudo-libanais Saad Hariri, et s’est entretenu par téléphone avec le président égyptien Hosni Moubarak, le président fantoche de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et le Premier ministre israélien Ehud Olmert. (extraits, à lire au complet)

http://www.mecanopolis.org/?p=2869


Pour Roland Dumas, Sarkozy est complice
du "nettoyage ethnique" accompli par Israêl


Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien Président du Conseil constitutionnel de la République Française (1), était interrogé par « Radio-Orient », ce jeudi 8 janvier 2009.
Au micro de Marie-Jo Sader, il a dénoncé la politique française au Proche-Orient, affirmant que « Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak ont manœuvré avec leurs va-et-vient pour laisser le temps à l’armée israélienne de commettre le nettoyage humain à Gaza. C’est une terrible catastrophe quand on voit les résultats des massacres intervenus (…) sans qu’il y a une révolte autre que verbale (…). L’attitude de Monsieur Moubarak avec son complice, le président de la République française consiste à laisser le temps de la discussion, par des allers-retours, à l’armée israélienne de faire son travail, comme elle a l’habitude de le faire tous les deux ou trois ans, c’est-à-dire le nettoyage ethnique et inadmissible, je trouve que c’est amuser la galerie pour rien (…). La diplomatie est complice de l’administration américaine et de l’administration égyptienne… ».


http://www.dailymotion.com/related/x80rvt_guerre-gaza-analyse-de-thierry-meys_news/video/x7z05t_roland-dumas-sarkozy-est-le-complic_news

Collusion Renseignements Généraux
et Néocons - La toile investie

Reçu ce courriel : 

"Que celui qui n'avait pas compris que les DRZZ étaient un site-miroir des SERVICES SECRETS me jette la première pierrre !!!!!
 
http://www.drzz.info/article-26765858.html
 
Vous assistez à un contrôle de la TOILE par la mouvance NEOCON-SIONISTE avec l'assentiment des BARBOUZES FRANCAIS."

Message reçu aujourd'hui de la part d'Eric Dénécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement. Docteur ès sciences politiques, M. Dénécé a servi en tant qu'analyste dans les services secrets français (SGDN).

Au printemps 1999, il crée la revue Renseignement et opérations spéciales et la collection Culture du renseignement puis en 2000 le Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), dont il assure la direction.


"Le site du CF2R ne diffuse que des produits "maison", mais si cela vous dit parfois d'y écrire, je vous ouvre mes colonnes "





Massacrer pour remporter les élections,
le comble du cynisme !
Les armes "sales" à Gaza

Il faut le reconnaître, les dirigeants de l’UDMO n’ont pas lésiné sur les moyens pour lancer la campagne électorale. Qu’on en juge plutôt : leurs principaux moyens de campagne sont :
- le phosphore blanc
- le phosphore rouge
- l’uranium appauvri
- le DIME (Dense Inert Metal Explosive) [1].
À ces moyens s’ajoutent les plus traditionnels F-16, Apache, drones, Merkava, M-1 et autres Uzi.
Au gouvernement français qui lui demandait de ne pas employer de bombes au phosphore, le porte-parole du Premier ministre de l’UDMO a répondu froidement : « l’UDMO n’utilise que des armes utilisées par les autres démocraties occidentales », sous-entendu en Irak et en Afghanistan.(...) Lire la suite de l'article :
http://kayman-coupsdedent.blogspot.com/2009/01/n97-une-campagne-lectorale.html
http://bridge.over-blog.org/article-26788275.html


Colère au parlement britannique contre le "boucher" Ehud Olmert

Colère au parlement britannique contre le boucher Ehud Olmert


Les temps changent pour l'entité sioniste. Et ce changement a plusieurs causes.

 

L'une d'entre elles, c'est tout simplement le temps qui passe et nous éloigne de la tragédie de la deuxième guerre mondiale et renvoyant vers l'effacement ou l'abstraction les camps de concentration nazis.


Ce processus est irréversible
malgré la pléthore de productions cinématographiques, télévisuelles, de livres et d'injonctions à l'enseignement de l'holocauste.

Oui, mais quel rapport avec la Palestine et l'entité sioniste ?

Simplement, que les persécutions qui ont visé les Juifs dans les années 1930 et 1940 sont, avec l'antisémitisme de manière plus générale, le fonds de commerce de l'entité sioniste, la justification profane de son droit à exister (car il n'y a aucune raison que des non Juifs, en dehors de certaines sectes chrétiennes aux USA, admettent une justification biblique).


Ceci est un point même si, pour l'heure, il n'est pas encore le plus important.

L'autre raison, c'est que propagande ou pas, les opinions publiques ont de plus en plus de mal à s'expliquer qu'un Etat possédant une armée sophistiquée prétende être menacé dans son existence par des organisations qui, elles, sont dotées d'équipements plutôt rudimentaires. Et les gens comprennent bien qu'un agresseur qui constate que son adversaire peut lui faire subir ce qu'ont l'habitude de faire subir les sionistes aux palestiniens cesse ses agressions.


Seule une victime se défend jusqu'au bout avec l'énergie du désespoir.
 

Et enfin, du moins provisoirement, les sionistes ont beau exercer leur mainmise sur la presse, cette mainmise est fortement battue en brèche par des médiats qui ont émergé récemment comme la TV Al Jazeera (en arabe mais aussi en anglais) et de nombreuses chaînes satellitaires comme par l'internet avec ses sites institutionnels mais aussi les sites partisans, associatifs et les blogs et autres forums. Ce n'est pas pour rien que le muselage d'internet est à l'ordre du jour depuis quelques temps.


En passant, contrairement à ce que certains pensent, le problème palestinien n'est pas un problème complexe, au sens où il serait difficile à comprendre.


Et contrairement à ce que certains croient ou affirment, la vérité existe dans ce dossier comme dans d'autres et ce n'est pas un point de vue « équilibré » qui fera progresser un citoyen vers l'intelligence de cette vérité.

Illustration de ces temps qui changent, ce qui vient de se passer au parlement britannique et qu'on n'oserait même pas imaginer au parlement français.


Certes, le Royaume Uni, à la différence de la France, n'a pas à se reprocher d'avoir collaboré avec Hitler, ni d'avoir mis ses Juifs dans des wagons à destination des camps de concentration...


Appréciez la réponse bancale de D. Miliband, le ministre britannique des affaires étrangères  : Voir plus bas, la colère des parlementaires anglais

http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-26770502.html



Bernard Kouchner à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2007.Kouchner, wikipedia.org

 

Eva : Kouchner-Sarkozy font tout pour retarder la paix en prétendant la hâter ! Vous auriez entendu comme moi sur la Chaîne Parlementaire les pieuses déclarations du néocon Kouchner, vous auriez compris que les hypocrites Français feraient bien de voir ce qui se passe en ce moment chez leurs voisins anglais... En tous cas, Israël commence à faire l'unanimité contre ses crimes odieux perpétués pour des motifs de puissance et d'argent ! Vous verrez qu'on va bientôt commencer à poursuivre toutes ces pourritures usraéliennes ou de la Finance !  Tous de corrompus criminels ! 
  

La colère des parlementaires anglais
contre Israël


Par Gerri Peev, The Scotsman (UK)
13 janvier 2009 traduit de l'anglais par Djazaïri


Les députés Britanniques ont été nombreux hier à affirmer leur condamnation la plus forte jamais exprimée à ce jour des actions d'Israël dans la Bande de Gaza, qualifiant les membres du gouvernement d'Ehud Olmert "bouchers" et appelant à des sanctions contre ce pays [l'entité sioniste).


David Miliband, le ministre des affaires étrangères, a été confronté à des demandes interpartis pour l'expulsion de l'ambassadeur Israélien à Londres et pour que la Grande Bretagne rappelle son représentant à Tel Aviv.


La plus forte critique émise au cours de cette session d'une heure, consécutive à une déclaration du ministre des affaires étrangères, est venue de Sir Gerald Kaufman, un ancien ministre travailliste et qui est Juif.


Dirigeant sa colère vers le premier ministre, le ministre des affaires étrangères et le ministre de la défense israéliens, il a déclaré : « Olmert, [Tzipi] Livni et [Ehud] Barak sont des bouchers, des criminels de guerre et font peser la honte sur le peuple Juif dont ils utilisent l'étoile de David comme insigne à Gaza. »


Il a laissé entendre que le gouvernement britannique aurait adopté un ton beaucoup plus véhément si c'était le Hamas qui avait « massacré 900 Israéliens ».


Peter Kilfoye, un ancien ministre travailliste de la défense, a également accusé Israël de « terrorisme d'Etat » et pressé le gouvernement de s'assurer qu'aucune arme ne soit exportée dans ce pays.


Sir Menzies, l'ancien leader du parti Libéral Démocrate a affirmé que si n'importe quel autre pays démocratique s'était conduit de la sorte, il aurait été l'objet de sanctions économiques.


Michael Howard, ancien leader conservateur, s'en est pris vivement à l'administration Bush sortante et à son absence d'avancées dans le processus de paix au Moyen-Orient et a déclaré qu'il y avait « une petite lueur d'espoir » avec l'élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis.


« Seul le président des Etats-Unis a les moyens d'obtenir les concessions de part et d'autre qui sont nécessaires pour aboutir à un Etat palestinien viable et à un règlement durable, » a-t-il dit.


(..)

M. Miliband a rejeté les appels à une rupture des relations diplomatiques et à l'imposition de sanctions, expliquant que cela ne ferait simplement qu'isoler Israël. Cependant, il a appelé à ce que les allégations sur des abus commis de part et d'autre fassent l'objet d'enquêtes.


Il a ajouté qu'il n'y avait « pas de preuves » que des armes britanniques aient été utilisées par l'armée israélienne au cours des attaques récentes.


http://mounadil.blogspot.com/

http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-26770502.html


Madoff est-il le sommet de l'iceberg
du blanchiment d’argent en Israël ?

Madoff est-il le sommet de l'iceberg du blanchiment d’argent en Israël ?

Wayne Madsen Report, Wayne Madsen, 14 janvier 2008


      Le tribunal du district Sud de New York semble déterminé à maintenir Bernard Madoff, ancien président du NASDAQ et escroc de la magouille à la Ponzi de 50 milliards de dollars, confiné dans sa luxueuse résidence de Upper East Side à Manhattan et non pas dans une prison fédérale. (..)


      Wayne Madsen Report a signalé auparavant que Madoff est soupçonnée d’avoir transféré une grande partie de ses gains acquis malhonnêtement vers des banques israéliennes, dont l'une, la Banque Leumi, avait été achetée par Madoff associé à Ezra J. Merkin au gouvernement israélien à l’époque où Ariel Sharon était Premier Ministre et quand l’actuel Premier Ministre Ehud Olmert était Ministre des Finances.


      L’affaire Madoff englobe un autre scandale presque oublié, dans lequel Morris « Moshe » Talansky, un homme d'affaires de New York, avait admis avoir donné à M. Olmert 150.000 dollars en espèces contenus dans des enveloppes. Ce scandale a obligé Olmert d'annoncer sa démission du poste de Premier Ministre, mais pas avant qu’il lance l’attaque génocide contre Gaza.


      Sheldon Adelson, le milliardaire de Las Vegas, qui est l'un des principaux bienfaiteurs du Parti Républicain, est aussi un généreux mécène du chef du Likoud et aspirant Premier Ministre, Benyamin Netanyahu, qui espère succéder au Premier Ministre Olmert.


      Madoff, Talansky, Merkin, Olmert, Netanyahu, Adelson, l’ancien premier lobbyiste républicain Jack Abramoff et ses associés Adam Kidan, Rahm Emanuel, et tous leurs camarades de Washington, Tel-Aviv, Jérusalem, Londres, Ottawa et Paris, font penser à l'Hébreu disant, « ha'mea Ba'al Ba'al ha'dea » ou « ceux qui ont l'argent font la pluie et le beau temps, » ou encore plus révélateur, « celui qui possède l’or fait la loi. »


Original :
onlinejournal.com/artman/publish/article_4234.shtml
Alter Info
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-26768974.html

Il est temps de tous se mettre à la Finance islamique, éthique, elle ! Le capitalisme usraélien est putride.... (Eva)

 Gaza, http://laplote.over-blog.fr

Le leader du parti démocrate anglais
demande l’arrêt des exportations d’armes à Israël

 

Publié le 12-01-2009

Plus que condamner Israel, arrêtons d’exporter des armes à Israel, demande à Georges Brown, Nick Clegg, leader du parti démocrate anglais, dans un article publié ce jour par le quotien britannique le Guardian.

Le leader démocrate libéral Nick Clegg lance lundi un appel dans ce journal, pour imposer un embargo à Israël sur les armes britanniques et appelle l’Europe à se joindre au boycott.
 

"Brown doit cesser de s’asseoir sur ses mains, arrêter l’exportation d’armes Britanniques en Israël et convaincre l’union européenne d’en faire autant."


Nick Clegg dénonce notamment l’utilisation des bombes au phosphore et à sous-munitions, interdites par le droit international, et il s’insurge violemment contre le suivisme de la Grande-Bretagne par rapport à la politique américaine.

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article3613

http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-26762502.html


La bombe atomique
sur Gaza (suite)
avidgor"Nous devons combattre le Hamas comme les Etats-Unis ont combattu les Japonais pendant la Deuxième Guerre mondiale", déclare le député israélien Avigdor Lieberman, "la conquête du (...)
Dans une intervention à l’Université Bar Ilan près de Tel-Aviv, Lieberman a fait une allusion directe à l’usage de la bombe atomique à Hiroshima et à Nagasaki, les 6 et 9 août 1945. “La conquête du Japon alors n’avait pas été nécessaire”
“Nous devons continuer à combattre le Hamas comme les Etats-Unis ont combattu les Japonais pendant la Deuxième Guerre mondiale”, a affirmé mardi le député Avigdor Lieberman, ancien ministre des Affaires stratégiques dans le gouvernement d’Ehoud Olmert, et chef du parti d’extrême droite Israël Beitenou.

Radical
“Les déclarations des hommes politiques israéliens sont aussi disproportionnées que leurs actions sanglantes contre le peuple à Gaza”, a rétorqué Le député palestinien et ancien ministre Moustapha Barghouthi
http://www.mecanopolis.org/?p=3089&type=1


Apartheid

Rappel : Conférence, vers un gouvernement mondial
Conférence de Pierre Hillard
http://www.mecanopolis.org/?p=3070&type=1

Gaza : La revue médicale the Lancet accuse Israël d'atrocités
http://www.romandie.com/ats/news/090114162456.bjpv5ljo.asp


Comité invisible

Chaque secteur spécialisé de la connaissance fait à sa manière le constat d’un désastre.
Les psychologues attestent d’inquiétants phénomènes de dissolution de la personnalité, d’une généralisation de la dépression qui se double, par points, de passages à l’acte fou.
Les sociologues nous disent la crise de tous les rapports sociaux, l’implosion-recomposition des familles, et de tous les liens traditionnels, la diffusion d’une vague de cynisme de masse ...
Nous percevons intuitivement l’étendue de la catastrophe, mais nous manquons de tout moyen pour lui faire face....

http://www.mecanopolis.org/?p=2071


: Le temps de boycotter Israël est venu, par Naomi Klein

Mecanopolis

Sources : Radio-Orient et Médiarabe.info

(1) Son père, Georges Dumas, a été une des grandes figures de la Résistance française. Membre du Parti socialiste clandestin et de l’Armée secrète, il sera dénoncé à la Gestapo, puis fusillé fin mars 1944.
Vidéo sur
http://www.mecanopolis.org/?p=2951
http://www.dailymotion.com/video/x7z05t_roland-dumas-sarkozy-est-le-complic_news





Eva : La mort du politique 

Triste époque ! Il n'y a pas si longtemps, l'Etat jouait un rôle important, d'ailleurs on parlait d'Etat Providence, les nations étaient souveraines, l'Europe était une noble idée, entrer en politique était considéré comme un service, presque un sacerdoce, on croyait en un monde nouveau, on refaisait le monde, on avait un idéal, on se battait pour la justice, on luttait ensemble pour un mieux-vivre, la solidarité n'était pas un vain mot, les services publics étaient réellement au service du public, on s'engageait pour que l'économie soit au service des citoyens, on militait pour la paix, les politiciens étaient utiles, ils pouvaient modeler la société...

Aujourd'hui, tout est mort ! Les élus ne pensent qu'à leur carrière, ils courent après l'argent comme presque tous les citoyens, l'Etat perd peu à peu tous ses attributs, et l'Etat-providence fait faillite, les nations cèdent la place à de grandes entités impersonnelles, bureaucratiques et tyranniques, ou bien se morcellent, l'Europe n'est plus qu'un monstre froid, un conglomérat supplétif de l'Empire, les utopies et les idéaux sont morts, les individus sont sacrifiés à l'économie, et l'économie à la finance, la Finance elle-même repose sur du vent, l'égoïsme et l'individualisme se substituent au collectif et aux solidarités, les services publics sont au service du privé, on prépare la paix en faisant la guerre, le politique n'a plus prise sur la réalité, tout se décide sans lui, et derrière son dos..

Est-ce cela, la modernité ?

Alors, elle est abjecte ! Vite, retrouvons notre bon sens, avant qu'il ne soit trop tard !

Eva




Le Hamas résiste courageusement !
Israël surpris par la résistance de rues !


http://www.liberez-les.info/


Une source israélienne a admis ce matin que « la résistance palestinienne et les forces armées du Hamas, sont de redoutables adversaires dans le combat de rues. Nous combattons des forces prêtes à mourir et à se sacrifier ». « Malgré les bombardements intensifs et ciblés Terre-Air-Mer, le Hamas et les forces associées, n'ont pas subit les pertes escomptées, nos troupes sont préparées à la guérilla urbaine depuis des années mais elles sont surprises de la violence de cet affrontement avec des combattants très mobiles et aussi préparés à ce type de guerre. De plus, les pièges sont très nombreux, le Hamas a préparé l'entrée des troupes israéliennes dans Gaza City, et pour chaque pas franchi, le prochain peut être fatal. Tsahal a des pertes humaines mais aussi de très nombreux blessés, pour des raisons de récupération à des fins de propagande, le gouvernement et le Ministre de la Défense, ne communiqueront pas le nombre de ces pertes humaines et celui des blessés rapatriés dans nos hôpitaux »

Le 14 janvier 2009 par A-D. K (NYP)



Observez que G Bush a instauré l'état d'urgence... mais on nous assure que c'est juste une formalité... On flirte avec le danger de meurtre sur la démocratie.
http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2009/01/je-naime-pas-a.html
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 22:46
Les bailleurs de fonds de l’ombre : Signification de la politique de prêt à taux zéro 


Manipulations, mensonges, argent, pouvoir, guerres...


Toutes les banques centrales agissent de concert.


La désinformation véhiculée par la presse financière crée de la confusion parmi la population.


Lorsque la vérité sortira au sein du peuple malheureux, il y aura du sang dans les rues.


Il s’agit ici d’un avertissement lancé par le FMI !


INTRODUCTION


La désinformation véhiculée au cours des douze derniers mois par la presse financière mondiale sur la cause du tsunami financier mondial obéit au même objectif que celui de la presse marchande mondiale, lorsque cette dernière perpétue les mensonges visant à endormir le peuple afin qu’il soutienne les criminels de guerre, en l’occurrence Bush, Blair et Howard, pour lancer les guerres barbares contre l'Irak et l'Afghanistan ayant abouti au génocide de millions de personnes, à la mutilation de centaines de milliers d’autres, physiquement et psychologiquement, et la destruction complète d’une nation. 

Les guerres déchaînées jusqu’ici, plus précisément la « guerre contre le terrorisme, » ont été lancées pour préserver le pouvoir politique et militaire des bailleurs de fonds de l’ombre.

Cette guerre contre le terrorisme est le plus grand show militaire qui permet de distraire le peuple états-unien du vol et du pillage de son économie et de la destruction de sa Constitution. 

Depuis l'été 2007, nous sommes témoin d’un effort concerté des banques mondiales, centrales, commerciales et d’affaires, dans le but de préserver le pouvoir financier des bailleurs de fonds de l’ombre, un pouvoir établi sur la tromperie, et dont chaque détail est organisé à la manière d’une infâme chaîne de Ponzi (NDT : « 
Chaîne de Ponzi » se réfère à monsieur Charles Ponzi, une figure emblématique d’un système de vente pyramidale adroitement maquillé). 

Au cours des sept dernières années, ce système de Ponzi s’est mondialisée grâce aux bailleurs de fonds de l’ombre, siphonnant ainsi des centaines de milliards à de soi-disant investisseurs avertis et à des fonds souverains. À son apogée, cette magouille à la Ponzi était estimée valoir plus de 500 mille milliards de dollars, avec une part d’un peu moins de 60 mille milliards de dollars en Credit Default Swap (CDS,
Swap sur défaillance) !

Derrière les gros titres sur la destruction financière balayant toute la planète, se cache une autre histoire. Une sombre histoire d'hommes qui ont orchestré la crise, accumulant d’énormes richesses et pouvoirs au détriment de millions de gens aujourd’hui sans emploi et dont la maison a été saisie. Ce groupe d'hommes privilégiés maîtrise totalement l'évolution de la situation. Qui sont-ils ?

LE POUVOIR OCCULTE


Ce pouvoir occulte est pratiquement indestructible car, à travers les âges, toute tentative visant à dévoiler ses intentions secrètes et à démasquer les hommes cachés derrière la scène a été qualifiée de « théorie de conspiration, » et ceux qui risquent leur richesse et leur réputation en le dévoilant sont accusés d'être des « théoriciens de conspiration. » 

Et ce, en dépit du fait que plusieurs initiés, séduits auparavant par ce pouvoir et qui s’en sont par la suite éloignés, ont écrit au sujet de ces hommes et de leurs plans mondiaux. 

Certaines « âmes charitables » ont visité mon site Internet et sont intervenues auprès de moi pour que je ne fasse aucune référence au pouvoir caché, car « je serai alors stigmatisé de théoricien de conspiration et je perdrais toute crédibilité. » Ce sont ces âmes charitables qui sont les alliés inconscients et les outils de propagande du pouvoir caché. Ce sont les soldats du pouvoir de l’ombre et les premiers à être abattus. Ils n’apprennent jamais et, s’ils persistent, ils doivent être considérés comme des collaborateurs.

J'ai donné des références détaillées sur le pouvoir occulte dans mes livres. Je vais résumer ci-dessous ce que les initiés ont déclaré au fil des ans. Pour ceux qui connaissent ces écrits, il serait bon qu’ils les relisent pour renforcer leur détermination à démasquer ce pouvoir occulte jusqu'à la victoire totale.

En substance, le pouvoir caché est le mystérieux bailleur de fonds mondial, les hommes et femmes qui contrôlent et gèrent le système de prêt occulte. Et ils contrôlent aussi tout dirigeant politique, directement et indirectement, dans chaque partie du monde, dans tout pays, Malaisie incluse ! 

Dans notre optique, toute personne niant cela est un folle, mais une alliée indispensable du point de vue des bailleurs de fonds de l’ombre. 

Veuillez considérer les révélations suivante de célèbres initiés.


Napoléon Bonaparte

Quand un gouvernement dépend de l’argent des banquiers, ce sont ces derniers et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. L'argent est sans patrie, les financiers sont sans patriotisme et sans éthique, leur seul but est le gain.

Nicolas Machiavel

      L’universalité des hommes se repaît de l’apparence comme de la réalité ; souvent même l’apparence les frappe et les satisfait plus que la réalité même.

James Madison (4ème Président des États-Unis)

L'histoire révèle que les banquiers utilisent toute forme d'abus, d'intrigue, de supercherie et de tout moyen violent possible afin de garder leur emprise sur les gouvernements en contrôlant la monnaie et son émission.


Abraham Lincoln (16ème Président des États-Unis)

Le pouvoir des financiers tyrannise la nation en temps de paix et conspire contre elle dans les temps d'adversité. Il est plus despotique qu'une monarchie, plus insolent qu'une dictature, plus égoïste qu'une bureaucratie.


James Garfield (20ème Président des États-Unis)

Celui qui contrôle la masse monétaire d’un pays est le maître de ses industries et de son commerce.


Le Très Honorable Reginald McKenna, Chancelier de l'Échiquier

 J’ai bien peur que le citoyen ordinaire n’aimerait pas qu’on lui dise que les banques peuvent créer la monnaie, et qu’elles le font. La quantité d'argent existant dépend seulement de l'action des banques, en augmentant et diminuant les dépôts et les achats bancaires. Chaque prêt, découvert, ou achat bancaire crée un dépôt, et chaque remboursement de prêt, de découvert ou de vente bancaire détruit un dépôt. Et ceux qui contrôlent le crédit de la nation dirigent la politique du gouvernement et portent au creux de leurs mains la destinée du peuple.


Sir Josiah Stamp, Gouverneur de la Banque d'Angleterre

La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.


Woodrow Wilson (28ème Président des États-Unis)

Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes arrivés à être l’un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé, l’un des plus contrôlés et dominés, non pas par la conviction et le vote de la majorité, mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants.

 Je suis le plus malheureux des hommes. J’ai inconsciemment ruiné mon pays.

      (Woodrow Wilson regrettait d’avoir signé la loi sanctionnant la création de la Fed)

Felix Frankfurter, Juge à la Cour Suprême

 À Washington les vrais dirigeants sont invisibles et ils exercent leur pouvoir en coulisses.

Louis T. McFadden, Président du Comité sur les banques et les devises

En 1932 :

En vérité, la Réserve fédérale a usurpé le gouvernement des États-Unis. Elle contrôle tout ici et elle contrôle l'ensemble de nos affaires étrangères. Elle fait et défait à volonté les gouvernements...

En 1933 :

Roosevelt a ramené avec lui de Wall Street James P. Warburg, le fils de Paul M. Warburg, fondateur et premier président du conseil d'administration du Système de la Réserve fédérale...

En 1950 :

Ce même Warburg a eu l'audace et l'arrogance de proclamer devant le Sénat des États-Unis : « Nous aurons un gouvernement mondial que nous l'aimions ou pas. La question est seulement si nous l'aurons par consentement ou par conquête. »


Barry Goldwater, Sénateur

La plupart des étasuniens n'ont aucune compréhension réelle de la façon dont les bailleurs de fonds internationaux procèdent. Les comptes de l'organisation de la Réserve fédérale n'ont jamais été vérifiés. Elle opère indépendamment du contrôle du Congrès et... elle manipule le crédit des États-Unis.


Henry Ford

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si ce n’était pas le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Les citations précédentes représentent la pure vérité braquée devant vos yeux et pour laquelle les bailleurs de fonds de l’ombre ont investi des milliards au fil des ans pour contrôler la presse marchande internationale, et ils ont grassement payé en particulier des économistes, des historiens et des politiciens, pour qu’ils véhiculent des mensonges afin de détourner l'attention et dissimuler leur plan caché.

La citation suivante indignera la plupart d'entre-vous et transformera votre point de vue sur plusieurs problèmes mondiaux… Elle a été écrite par un juif courageux à un autre juif courageux.


Benjamin H. Friedman, lettre au Dr David Goldstein du 10 octobre 1954

L'histoire du monde des derniers siècles et les événements actuels ici et à l'étranger confirment l'existence d'une telle conspiration (visant à détruire la chrétienté et à s’approprier le pouvoir mondial). Le réseau mondial de conspirateurs diaboliques met en œuvre ce complot contre la foi chrétienne, alors que les chrétiens semblent ne pas en avoir conscience. Le clergé chrétien semble être encore plus ignorant ou plus indifférent face à cette conspiration que ne le sont les autres Chrétiens... Tout cela semble navrant.


PETIT DÉTOUR HISTORIQUE


Pour assurer leur ordre du jour mondial, les bailleurs de fonds de l’ombre ont besoin d'une base nationale, pour d'abord consolider leur pouvoir et promulguer les lois leur permettant d'assurer leur monopole d'émission de monnaie et de crédit. La première cible fut l'Angleterre, et c'est pourquoi la première banque centrale fut la Banque d'Angleterre. Presque chaque loi garantissant aux bailleurs de fonds leur pouvoir économique et politique débridé peut être retracée jusqu’aux bases juridiques de l’instauration de la Banque d'Angleterre en tant que banque centrale et à son droit à créer du « crédit » sans entrave. 

La livre sterling était la devise de choix pour la conquête du monde et elle a permis de faire naître le puissant Empire Britannique, sur lequel le soleil ne se couche jamais ! C’était un empire basé sur la dette. Quand la combine à la Ponzi de la livre sterling s’est effilochée, la Grande-Bretagne n’était plus d’aucune utilité et les bailleurs de fonds de l’ombre ont changé de pays pour organiser un nouveau système de Ponzi. 

Le pays devenu la cible suivante fut les États-Unis, et le moyen fut le Système de la Réserve fédérale. Ce fut une longue lutte, mais les bailleurs de fonds de l’ombre ont finalement eu gain de cause. Par la suite, ils créèrent le plus grand empire financier de l'histoire, mais ils étaient encore loin de leur ultime objectif secret, tel qu’il fut proclamé avec arrogance James P. Warburg : L’instauration d'un gouvernement mondial par soumission ou consentement ! 

Aujourd'hui, les bailleurs de fonds de l’ombre ont acquis une puissance militaire inégalée, mais, ce faisant, ils ont mis en péril le système de la monnaie fiduciaire. C'est à cause de la masse d’argent nécessaire pour entretenir et prolonger la puissance militaire des États-Unis, ainsi que leurs bases militaires dans les pays satellites partout dans le monde en plus de l’occupation de l'Allemagne et du Japon depuis leur défaite en 1945. 

Il est important de comprendre que les bailleurs de fonds de l’ombre sont par nature des parasites qui doivent se nourrir continuellement de dettes. Le financement des aventures militaires garanti un flot continu de dettes et d’intérêts composés. Les dettes engendrent d’autres dettes ! 

Dès que les dettes atteignent le point de saturation, la pyramide de Ponzi s’effondre. D'où la nécessité de relancer ou de recréer une autre magouille, à défaut de quoi l’empire financier des bailleurs de fonds de l’ombre ne pourrait plus être sustenté.

BRETTON WOODS (I) : LA COMBINE À LA PONZI DE L’APRÈS DEUXIÈME GUERRE MONDIALE


À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis étaient la super-puissance incontestée et le plus grand créancier. 

Les bailleurs de fonds de l’ombre ont créé différentes formes de prêts gigantesques, tels que le Plan Marshall, sous prétexte de relancer l'économie dévastée de l'Europe et de l'Asie. Sous couvert dudit plan économique altruiste de l'après guerre se dissimulait le projet visant à faire du dollar US la seule et unique monnaie remplaçant la livre sterling. 


Après la Deuxième Guerre Mondiale, les bailleurs de fonds de l’ombre avaient sous leur contrôle les pays débiteurs suivants :

Le Canada,

les pays du continent d’Amérique du Sud,

les pays d’Europe, à l'ouest de l'ancien « Rideau de Fer, »

les pays du continent d’Afrique,

les pays du Moyen-Orient,

les pays d'Asie, à l'ouest de l'ancien « Rideau de Bambou, »

l’Australie et la Nouvelle-Zélande. 

Afin de s’assurer du consentement des pays débiteurs à se servi du dollar comme monnaie de réserve, il fut convenu que le dollar serait convertible en or, au prix de 35 dollars l’once.

Jamais les bailleurs de fonds de l'ombre n’avaient été aussi bien. Puis, ils sont devenus gourmands. 

Comme les orfèvres d'antan, les bailleurs de fonds de l’ombre ont créé plus de crédits qu’il n’y avait d'or pour soutenir le dollar à titre de monnaie de réserve. Il y avait aussi les nombreuses guerres nécessitant finance, en particulier la guerre du Vietnam et les guerres par procuration en Afrique et en Amérique Latine. Il y avait une énorme fuite dans les avoirs en or de Fort Knox. 

Cela a donné lieu à une crise de confiance dans le système dollar de Bretton Woods (I).

Pour résoudre cette crise et maintenir le statut exclusif du dollar US, les bailleurs de fonds de l’ombre imaginèrent une combine brillante, une variante de Bretton Woods (I).



BRETTON WOODS (II) – LE SUBLIME SYSTÈME DE LA MONNAIE FIDUCIAIRE

Tel que le décréta le Président Nixon, le dollar ne pourrait plus être convertible en or.

Pour atteindre sa plénitude, le plan d’ensemble de la magouille comportait deux parties.

La première partie fut le recours à la tactique d'intimidation simple. La Guerre Froide fut manigancée et intensifiée pour créer le mythe d’une Union Soviétique capable de déclencher une guerre nucléaire contre les « pays libres, » ce qui nécessitait par conséquent une défense que seuls les États-Unis étaient en mesure de fournir, puisqu’ils étaient la nation la plus puissante au monde. 

La contrepartie à la protection des États-Unis garantissant la défense collective était que les pays devraient continuer à recourir au dollar dans tout échange international.

Nonobstant le fait que les pays débiteurs approuvaient le nouvel accord, les bailleurs de fonds de l’ombre craignaient toujours que, tôt ou tard, les débiteurs en viennent à comprendre qu'ils ne détiennent que du papier sans valeur. Si cette situation devait se produire, le dollar serait délaissé comme s’il s’agissait de déchets toxiques, et ce serait la fin du système des bailleurs de fonds de l'ombre. 

La deuxième partie a donc été lancée et l'homme choisi pour mettre en œuvre cette escroquerie n’était autre qu’Henry Kissinger. Il a obtenu un accord avec le monarque saoudien corrompu ainsi qu’avec d’autres tyrans de moindre importance de la région afin que le prix du pétrole soit manipulé de manière à faire exploser les cours et, en échange de leur incalculable richesse et de leur puissance financière, tout le commerce pétrolier devraient dorénavant se négocier en dollars, et les pétrodollars devraient être rapatriés aux États-Unis pour y être investis dans des actifs en dollars.

De façon pervertie, le dollar était désormais soutenu par le pétrole brut au lieu de l'or, puisque, sans dollars, aucune nation ne pourrait acheter de pétrole. 

En une nuit, le dollar-papier-hygiénique retrouvait son prestige et sa qualité de monnaie de réserve mondiale. 

Pourtant, une fois encore les bailleurs de fonds de l’ombre sont devenus avides. Ils en sont venus à la folle conclusion qu’ils pourraient créer des crédits illimités (des dettes sans fin) sortis du néant, et que rien ne pouvait être plus intelligent !

À la fin des années 80, il devenait évident pour les bailleurs de fonds de l’ombre que la demande et l’utilisation du pétrole brut seraient insuffisants pour maintenir le niveau de crédit nécessaire au soutien de la pyramide de dettes.

Le Plan B, le Yen Carry Trade, a été mis en action. L'emprunt en yen à taux d'intérêt zéro, réinvesti dans des actifs en dollar portant des taux d'intérêt élevés. Les Japonais, un peuple conquis et toujours sous occupation militaire, ne pouvaient se plaindre, et, de cette manière, ils ont souffert en silence pendant plus de dix ans. Le dollar en tant que monnaie de réserve mondiale était sauvé, mais pas pour longtemps.

L'instabilité au Moyen-Orient est devenue une préoccupation majeure. Saddam Hussein avait des idées de grandeur. Il aspirait à devenir la puissance régionale, mais l’opération Tempête du Désert saborda ses grands espoirs. L’Iran, après s’être remis des ravages de la guerre de huit ans avec l'Irak, a commencé à s'affirmer et sa force grandissante a été perçue comme une menace au désir de sécurité des bailleurs de fonds de l'ombre et de leurs compères mafiosi, les grandes compagnies pétrolières.

Un Plan C était nécessaire. La carte de la Chine a dû être jouée !



LE FACTEUR CHINE


Dans les années 80, Deng Xiaoping a annoncé au monde entier que la Chine pratiquait un Socialisme à la sauce chinoise. Être Rouge est sans importance, pour un chat peu importe sa couleur tant qu’il attrape des souris !

La Chine souhaitait se moderniser et rattraper l'Occident. Elle avait une main-d'œuvre abondante, bon marché et disciplinée. Mais le développement était lent et les investissements étrangers se limitaient à certaines régions. 

Chez eux, aux États-Unis, les industriels concernés étaient définitivement vaincus par les Japonais et les Coréens. L’une après l'autre les industries sont devenues moins compétitives, et les coûts montaient. Une solution devait être trouvée.

Les bailleurs de fonds de l’ombre avaient leur part de soucis. Comment accélérer la dynamique de création du crédit dans une économie déclinante ? Moins de dettes signifie moins d'intérêts composés et donc moins de profits. CQFD.

Les bailleurs de fonds de l’ombre ont réalisé assez tôt que, si la dette était tirée par la consommation, ce serait la solution. Il devrait y avoir une base industrielle qui pourrait produire d’énormes quantités de marchandises répondant aux exigences de la dette. 

La Chine a pesé lourd globalement dans la manigance de l’affaire. 

Les bailleurs de fonds de l’ombre ont conclu avec la Chine un marché sur le modèle de l'accord du pétrodollar. Il y aurait d’immenses délocalisations industrielles vers la Chine, d’énormes investissements dans les usines et les équipements de production de marchandises pour le marché étasunien et européen en échange du commerce libellé en dollars. Et, plus important encore, il fut convenu que les dollars des excédents commerciaux seraient réinvestis dans des actifs en dollars.

C’était une offre que la Chine pouvait difficilement refuser. C’était le moyen de développer rapidement son économie et de se moderniser à toute allure. La Chine a accepté et la suite, tout le monde la connaît !

Les consommateurs ont emprunté plus que jamais pour acheter des produits de Chine. Les dollars recyclés en provenance de Chine ont financé la bulle de la consommation : accession à la propriété, à l’automobile, au matériel électronique, aux jouets, aux vêtements etc. La Chine est devenue l'usine du monde et son économie a fait un bond de géant. En une décennie, la Chine a accumulé des réserves en dollars s'élevant à 2.000 milliards de dollars. D’autres pays d'Asie ont sauté dans le train en marche et ont accumulé d'énormes réserves de dollars. Ces immenses réserves devaient être investies et les États-Unis les ont attirées dans des placements exotiques, créés par des lauréats du prix Nobel et des scientifiques en montée exponentielle.



LE CASINO DES PRODUITS DÉRIVÉS

L'ingénierie financière des bailleurs de fonds de l’ombre a accéléré le développement du crédit. Les États-Unis ont ouvert la voie. Au cours des dix dernières années, alors que les revenus stagnaient, les dépenses de consommation atteignaient le record de 8.340 milliards de dollars, alimentées par le prêt à la consommation bon marché : prêt hypothécaire, prêt sur carte de crédit, prêt automobile, prêt vacances, etc. 

La titrisation du flux croissant des intérêts composés d'un large éventail de dettes à la consommation était naturelle et logique dans la partie suivante de création de crédit pour le casino des produits dérivés. Les dettes ont été tranchées en rondelles et en cubes pour former les CDO, les CDO synthétiques, les CLO, les MBS, les CDS etc., vendus dans le monde entier. La demande de titrisation était si grande que les banques et les courtiers en hypothèques étaient même disposés à faire des prêts aux emprunteurs sans prendre d’information sur leur solvabilité. Avec à propos, ils ont été appelés « Liars’ Loans » (prêts des menteurs) ! 

En 2004, 157 milliards de CDO ont été émis. Puis ils ont augmenté en flèche, atteignant la somme extraordinaire de 557 milliards de dollars en 2006. Et quand il n'y a plus eu assez de crédits hypothécaires titrisés en CDO, Wall Street a créé le « CDO synthétique, » une obligation sans prêt ni titre sous-jacent, mais ayant prétendument un flux de revenu basé sur un contrat parallèle et sur des fonds de prévoyance qui pourraient ou non engendrer quelque paiement d'intérêts. L'investissement est risqué, abruti ! Aux plus grands risques les plus grands gains ! 

Au cours du premier trimestre de 2007, la création de CDO a déferlé plus avant, dirigée par Merrill Lynch qui en a vendu pour près de 29 milliards de dollars en février et mars, soixante pour cent de plus que dans la période de deux mois précédente ; Goldman Sachs en a vendu pour 10 milliards de dollars en mars, plus du double de la valeur de février, et Citigroup en a vendu pour 9 milliards de dollars en mars, un tiers de plus que le mois précédent. Les CDO étaient en vogue, ils représentaient le billet pour la richesse radieuse. 

Les États-Unis, en particulier Wall Street était devenus « La Mecque de la dette. » 

Le reste du monde a sauté dans le train en marche. Tant de CDO ont été empaquetés et vendus si vite, que personne n’a eu le temps de déterminer quelles valeurs étaient titrisées sous forme de CDO. « Juste faire du commerce, juste faire du commerce, » était le refrain du ballet des traders.

Le tableau ci-dessous parle de lui-même du fiasco du subprime.


(..)

Le monde était devenu accro à la dette !

Ensuite la bulle immobilière s’est crevée, et avec elle la gigantesque magouille à la Ponzi.

Les créanciers sont désormais confrontés à un dilemme. Que faire des tombereaux de dollars sans valeur, maintenant appelés par dérision « déchets toxiques. » Refuser de faire tout échange, brader, continuer à être remboursé en dollar-papier-hygiénique ou arrêter la planche à billets ?

Nous sommes maintenant dans cette situation critique.



LE DERNIER STRATAGÈME DES BAILLEURS DE FONDS DE L’OMBRE


La décision de la Fed de réduire le taux directeur à 0,25 pour cent signifie qu’elle s’est embarquée dans une politique d’intérêts à taux zéro (ZIRP) et met en œuvre la politique du Quantitative Easing (QE [politique d’intérêts minimums, mise en œuvre au Japon lors de la déflation des années 2000, NDT]), pour ouvrir le robinet de l’« offre du crédit sans borne. »

En jargon profane, pour encourager plus de dettes : créances hypothécaires, dettes de cartes de crédit, prêts automobiles et, plus important, relancer le casino des produits dérivés, actuellement en survie. C’est la toxicomanie qui a soutenu le système financier mondial dans les vingt dernières années et de manière plus marquée depuis les sept dernières années !

La politique ZIRP/QE annoncée est la dernière balle de l'arsenal de la Fed ou, comme je l'ai déjà exposé en utilisant une autre analogie, le dernier jeu, le dernier jeton de la table de paris. Après ça, il ne restera pas de munitions.

Cet énorme pari prendra six mois à se jouer, mais il s’achèvera par un fiasco aussi sûrement que le Soleil se lèvera à l'Est demain.

Mais un aspect plus menaçant de la politique d’intérêt à taux zéro, qui n'a été souligné par aucun commentateur économiste ou financier, est que les États-Unis sous l’actuel régime Bush ont fait savoir au monde entier qu’ils ne peuvent ni ne veulent plus couvrir le paiement des intérêts de la dette du pays, qui se chiffrent en billions.

Bush a déclaré que les États-Unis sont en banqueroute dans tous leurs projets et objectifs, et qu'ils n'ont pas les moyens de couvrir les intérêts dus, qui dépassent la somme principale.

Bush, Bernanke et Paulson ont donc d’un commun accord fait un bras d’honneur aux créanciers mondiaux, déclarant sans aucune ambiguïté que :

Vous, créanciers, vous les trous du c#&, vous pouvez vous branler. Vous savez, je sais et tout le foutu monde sait que les supers États-Unis n'ont même pas le revenu pour couvrir les intérêts dont le montant s'élève à quelques centaines de milliards de dollars par an.

Alors arrêtons les faux-semblants. Nous devons des billions et en plus de ça les intérêts courent en centaines de milliards de dollars, qui sont capitalisés en cas d’impayé. Et chaque année nous devons emprunter auprès de vous, juste pour payer les intérêts, afin d'éviter un rappel pour défaillance. Il y a eu tellement d'occasions où nous avons manqué à nos engagements, mais vous nous avez permis de prolonger pour maintenir la façade des supers États-Unis toujours à flot.

Nous ne flottons pas comme un morceau de bois, nous sommes plutôt en train de sombrer rapidement ! Cessons les foutaises et soyons réalistes.

Voici donc l'offre. Et vous crétins écoutez bien car ce sera dit une fois et une fois seulement.

Vous devriez être plus que satisfaits d’avoir déjà perçu tant d’intérêts sur les dettes. Toutes ces années vous n'étiez que trop heureux de nous voir imprimer du papier sans valeur pour payer vos produits et servir des intérêts. C’est une arnaque incroyable et pas fatiguante dont nous avons bénéficié toutes ces années. Vous faisiez aussi partie de l’escroquerie

Si vous insistez pour que je continue à vous payer en papier sans valeur, pourquoi insistez-vous pour que nous émettions encore du papier sans valeur pour payer les intérêts ? C’est juste un peu plus de papier hygiénique. Vous regorgez de papier hygiénique !

Le papier hygiénique est sans valeur. Ainsi, c’est le moment de payer « le papier hygiénique des intérêts » de la dette de papier hygiénique 

Ça y est ! Nous ne paierons dorénavant plus d'intérêt en papier hygiénique. Nous allons imprimer plus de papier hygiénique pour payer ce que nous voulons acheter. Si vous voulez faire commerce avec nous, vous obtiendrez du papier hygiénique, mais sans intérêt. Un point c’est tout !

Il s'agit de la plus grande ironie qui soit. La Fed, le plus grand bailleur de fonds ainsi que ses comparses mafiosi disent à leurs créanciers d’aller se faire foutre ! Lorsque les débiteurs ne peuvent plus payer les intérêts exorbitants ni le principal, les prédateurs financiers exigent que les débiteurs leur donnent leur peau en guise de remboursement. Mais quand ils empruntent ils remboursent en monnaie-papier-hygiénique et s’en tire avec ça !

Et maintenant, ils ont même l'audace de donner un ultimatum :

Nous sommes les plus grands acheteurs de la ville. Si vous ne voulez pas de notre papier hygiénique, ça nous convient. Vous pouvez obtenir du papier de soie des Européens, du papier de bambou des japonais et tout ce qui est proposé. Qui va prétendre que le papier de soie fait un meilleur boulot que le pur papier hygiénique ? Hé, c’est un marché libre. Faites votre choix ! 

C’est la partie de poker finale. Bush, Bernanke et Paulson font le pari que personne ne les prendra au mot, qu’ils abandonneront et cesseront de vendre des produits aux États-Unis d’Amérique. Bush espère que la crainte de la récession et des troubles sociaux dans les pays créanciers les forceront à capituler. 

Malheureusement, ce subterfuge échouera. La raison en est simple. Les États-Unis ne peuvent pas fournir les produits désirés par le consommateur étasunien, même les choses les plus élémentaires. Les industries manufacturières sont anémiques, tandis que les autres ne font que vivoter. Sans les importations les États-Unis vont devoir fermer dans un délai de six mois. 

Il y aura d’énormes émeutes partout aux États-Uni, avec des meurtres de gens pour la nourriture et les autres produits de première nécessité. Les matières premières, les marchandises de base et autres biens destinés à la fabrication ne seront plus disponibles. Il n'y aura plus de voitures sur les autoroutes ! Des millions d'Étasuniens autorisés à avoir des armes traqueront dans les rues tout ce dont ils pourront s’emparer. 

Vous pouvez parier votre dernier dollar que les bailleurs de fonds de l’ombre et son acolyte militaire imposeront la loi martiale. 

Les préparatifs sont déjà en cours.



LE SOBRE AVERTISSEMENT DU PRESIDENT BUSH


Mardi le 9 décembre 2008, le président Bush a déclaré dans un discours fasciste, « J'ai abandonné les principes du marché libre pour sauver le système du marché libre. » 

Si vous, les gars là-bas, ne l’avez pas encore compris, ce qu’a dit Bush est : J'impose la dictature ! 

C'est parce que, selon la sagesse populaire, le contraire du « marché libre » est le « contrôle étatique de l'économie. » En un mot, le Socialisme, l’État fort. 

La Fed et le Trésor, de connivence avec le Congrès, ont d'ores et déjà approuvé et financé les temps forts, l'acquisition des grandes banques de Wall Street, grâce au Troubled Asset Relief Program (TARP), au Term Asset-Backed Securities Loan Facility (TALF) et au plan de renflouage de 700 milliards de dollars. Plusieurs commentateurs financiers étasuniens ont déjà reconnu que c’est purement et simplement une nationalisation des institutions financières.

Bientôt, ce sera la nationalisation des grandes sociétés telles que General Electric, GM, Ford et Chrysler, trop grosses pour avoir la permission de faire faillite.

C’est trop exagéré ? Il suffit de regarder les événements qui ont mené à la Première et à la Seconde Guerre Mondiale et aux dictatures en Amérique Latine dans les années 70.

Comment aurait fait Franklin Roosevelt pour sortir de la pagaille des années 30 sans les grandes politiques gouvernementales et l'entrée en guerre en Europe, contre l'Allemagne, et contre le Japon en Asie ? Il a même décrété que les étasuniens ne pouvaient plus posséder d'or sous quelque forme. Tout l’or a été confisqué. Le Président Roosevelt gouvernait d’une poigne de fer, ne croyez pas le contraire.

Maintenant que le monde entier sait que le dollar de la Réserve fédérale n’est que du papier hygiénique, et même si c’est la « monnaie légale » selon la loi (c'est-à-dire que de par la loi, le papier hygiénique doit être accepté pour le paiement intégral de toute dette, faute de quoi la dette est considérée réglée), les prêteurs de l’ombre ne peuvent pas se permettre le risque d’une rébellion armée ouverte et de l’abolition du système de monnaie fiduciaire. Dans ces circonstances, il est donc nécessaire d'imposer l'utilisation du dollar-papier-hygiénique par la force militaire et la brutalité. 

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le « parler dictatorial, » il n'y a pas de message plus clair pour préparer les élitistes à la prochaine catastrophe que l'annonce de l’abolition des principes du marché libre. L'accent est mis sur le mot « libre » et non pas sur « marché. » 

Nous pouvons discutailler de la justesse de mon interprétation jusqu’à la saint-glinglin. Le temps sera seul juge.



UN GOUVERNEMENT MONDIAL PAR SOUMISSION OU PAR CONSENTEMENT


James P. Warburg, fils de Paul M. Warburg (premier président du conseil d'administration du Federal Reserve System), a déclaré que leur objectif ultime est un gouvernement mondial. Mais cet objectif ne peut être réalisé tant que les États-Unis se sont pas complètement soumis. Un gouvernement mondial ne peut advenir qu’en créant une crise embrasant le monde entier depuis les États-Unis. Cette crise ne sera pas résolue par un seul pays, il ne le pourrait pas. Il faudra que ce soit une résolution mondiale. Et, puisque les pays ne peuvent œuvrer qu’à travers un mécanisme commun, il y a donc besoin d’une institution ou d'un mécanisme international.

L'Organisation des Nations Unies est le précédent à partir duquel un nouveau gouvernement mondial verra le jour. 

Depuis le début de la crise, Henry Kissinger appelle les dirigeants du monde entier et les persuade de se soumettre à cette tentative s’ils veulent éviter un fléau généralisé.

Et ce sera un gouvernement socialiste mondial. Avant de protester et de déclarer que je suis fou, laissez-moi dire ici une fois pour toutes que je suis en pleine possession de mes facultés. J'ai fait des recherches.

Le Capitalisme et le Socialisme sont deux faces d’une même pièce de monnaie frappée par les mêmes bailleurs de fonds. Ces deux idéologies ne servent qu’un seul maître : les bailleurs de fonds de l’ombre.

Pour les sceptiques, veuillez considérer les faits suivants : 

1) La Révolution d'Octobre russe, dirigée par Lénine, a été financée par les banquiers, et de manière plus précise, par des banquiers de New York et de Berlin. À New York, le financement a été organisé par la firme bancaire Kuhn, Loeb & Co, dont la direction comptait M. J. Schiff et M. Warburg, le fondateur de la Réserve fédérale. À Berlin, le banquier allemand était le frère de M. Warburg de New York. 

2) Le 16 janvier 1962, le magazine Look and Life a publié la déclaration suivante de David Ben Gourion, le tout premier Premier Ministre d'Israël, alors encore en fonction : 

L'image du monde de 1987 se dessine dans ma tête : La guerre froide est chose du passé. En Russie, la pression interne toujours croissante de l'intelligentia pour davantage de liberté, et la pression des masses pour élever leur niveau de vie, peuvent amener la démocratisation progressive de l'Union Soviétique. D'autre part, l'influence croissante des travailleurs et des agriculteurs, et la montée de l'importance politique des hommes de science peut transformer les États-Unis en État providence avec une économie planifiée. L’Europe de l’Est et de l’Ouest deviendront autonomes en tant que fédérations d'États dotés d’un régime démocratique et socialiste... les pays seront réunis dans une alliance mondiale, disposant de forces de police internationales. Toutes les armées seront supprimées et il n'y aura plus de guerres. À Jérusalem, l'Organisation des Nations Unies (une véritable union de nations) construira le sanctuaire des prophètes pour servir l’union fédérée de tous les continents ; ce sera le siège de la Cour Suprême de l'humanité qui réglera toute dispute entre les continents fédérés, comme le prophétisa Isaïe.

3) Suite au succès de la Révolution d'Octobre russe et de l'abdication du tsar Nicolas II, le Premier Ministre britannique David Lloyd George a déclaré au Parlement que la Grande-Bretagne avait atteint l'un de ses principaux objectifs de guerre. 

4) Le principal objectif du Capitalisme et du Socialisme est la centralisation de l'autorité d’un groupe d’élite politique qui possède ou qui contrôle tous les moyens de production et l'émission de la monnaie et du crédit ; l’ancien objectif ayant été obtenu grâce à diverses formes de monopole et le nouveau grâce au monopole public.



POURQUOI LA GUERRE EST INÉVITABLE


Pour prouver ce point de vue, permettez-moi d'utiliser une simple analogie.

Les journaux rapportent souvent qu'une certaine personne a été sauvagement battue pour avoir omis de rembourser ses dettes à un bailleur de fonds. En Malaisie, les prêteurs sont souvent qualifiés de « Ah-longs » (NDT : Un bailleur de fonds généralement issu du crime organisé à des taux d’intérêt élevés). C'est même le cas lorsque la dette est dérisoire. Si le prêteur d'argent adoptait la « méthode douce » pour se faire rembourser un prêt, il pourrait encourager les non-paiements. La brutalité assure le plein respect des engagements !

Il en va ainsi pour les nations. Lorsque la survie même d'une nation est en jeu pour cause économique et/ou de guerre monétaire, pensez-vous vraiment que ce pays en danger ne partirait pas en guerre ?

Les États-Unis ont envahi l'Irak non pas à cause d’une menace d’armes de destruction massive de Saddam Hussein, mais pour le pétrole brut et parce que Saddam vendait le sien en euro plutôt qu’en dollar-papier-hygiénique. 

Les bailleurs de fonds de l’ombre sont dans une situation désespérée et ils lanceront une guerre mondiale pour éviter l'effondrement du système de la monnaie fiduciaire. La guerre sera financée par les grandes banques centrales et leurs mandataires, les 8 à 10 banques mondiales commerciales et d’investissement. Comme pour la Guerre Mondiale I et II, les élitistes de la City de Londres et de Wall Street seront les principaux instigateurs de ce complot insidieux.

Quiconque doute de ce scénario devrait se poser une simple question : Pensez-vous que les puissances financières centralisées en Occident accepteraient et toléreraient la perte de leur pouvoir financier ? 

J'utilise ces termes imagés parce que le citoyen moyen ne s’est pas encore rendu compte de la portée réelle des dernières annonces du Président Bush, sur l’abandon des « principes du marché libre » aux États-Unis, et de Bernanke de la Fed sur la politique d’intérêt à taux zéro. Pire encore, la majorité des dirigeants politiques des pays du tiers monde sont tout aussi ignorants. C’était évident lors du Sommet de l'APEC au Pérou. À l'instar du citoyen moyen, ces dirigeants n'ont aucune idée de la façon dont fonctionne le système de la monnaie fiduciaire. Quand Washington et Londres disent « imprimez », « ouvrez les robinets », « baissez les taux d'intérêt », ou l’inverse, il leur suffit de suivre aveuglément. Il y a eu une seule exception, lorsque la Malaisie s’est désengagée au cours de la crise financière de 1997. Mais cette situation ne fut que temporaire, car le nouveau régime Badawi a succombé à l'ancien système.

Pourra-t-on empêcher que cette guerre ne se produise ? 

Il existe une petite chance. Si les patriotes étasuniens, qui sont légalement armés, se rebellent et résistent à l'imposition de la loi martiale, la guerre mondiale pourrait être évitée. 

Le FMI a déjà prévenu que, si les États-Unis ne parvenaient pas à résoudre la crise, il y aura d’énormes troubles sociaux.

Le sang coulera dans les rues ! La force militaire aurait pour adversaire de courageuses milices ayant la fière tradition d'avoir vaincu autrefois la grande puissance coloniale britannique.

Oserons-nous espérer une seconde Révolution Américaine ?



http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11692



Partager cet article
Repost0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 20:22

 


Dessin de Mariali


Editorial d' Eva :
Vassalisation au capitalisme et à l'Empire ?


Mes amis,

Dans cette parution, je laisse surtout la parole au Comité Valmy,
qui donne un éclairage particulièrement pertinent sur la situation
du monde aujourd'hui. Le texte joint attire notamment
l'attention sur la destruction de l'Etat-Nation.

Je vous l'avais déjà annoncé : Sarkozy sera le fossoyeur
de la France. Tout ce qui fait sa spécificité  est en voie
de destruction par un homme qui a une mentalité de
parvenu, de nouveau riche, se croyant tout permis, et
en abusant de la crédulité des Français. Sa rhétorique
est dangereuse, elle masque des intentions totalement
contraires à l'intérêt des Français, et plus généralement des
citoyens du monde, car l'homme entend jouer un rôle majeur
sur la sphère internationale. Il souhaite modeler le monde
à sa façon, selon ses caprices. En ayant d'ailleurs toujours
à ses côtés un membre du CRIF, et présent à l'esprit
le modèle américain qui pourtant a fait faillite. Ce qui
évidemment ne présage rien de bon pour les Français
comme pour les citoyens de la planète.

Sarkozy ne souhaite pas rendre plus moral le capitalisme,
sauf en paroles. Il désire le sauver - et le conforter. Avec
ses amis atlantistes, anglo-saxons, israéliens et européens,
surtout allemands. Je vous avais mis en garde sur le
risque de renaissance du pangermanisme. Ou sur l'entrée
progressive d'Israël dans les instances dirigeantes de l'Europe,
très discrètement, ce qui est fort peu démocratique, avec le risque,
à terme, de le voir diriger cette instance. Au nom de quoi, et
pour quels intérêts ? J'étais aussi une pionnière en vous
alertant sur la main-mise des USA sur l'Europe, à travers
par ex un scandale resté largement ignoré du public,
lorsque des documents ont clairement établi l'emprise
des Etats-Unis sur la Slovénie (avec à sa tête un gouvernement
social-démocrate qui a présidé l'UE à l'époque), au grand
scandale de son Opinion quand elle l'a appris. Oui, la
Slovénie Etat soi-disant souverain, attendait des Etats-Unis,
pourtant aux mains des néo-conservateurs, qu'ils lui dictent
sa conduite. Une directive l'a clairement établi.

Cette main-mise de l'étranger, anglo-saxonne ou israélienne,
sur l'Europe, est particulièrement scandaleuse. Elle nous
conduira tous à cautionner, tout aussi scandaleusement,
les aventures impériales des Usraéliens, le moment venu,
à notre détriment, et au profit exclusif du Grand Capital
ennemi de nos vies.

Par ailleurs, de même que Sarkozy sacrifie nos intérêts
et ceux des peuples à une compétition impitoyable, à
une guerre économique dont nous ne voulons pas, ses
gesticulations diplomatiques narcissiques, sur la scène
internationale, masquent mal des ambitions et des
visées plus conformes aux intérêts de l'Empire, de l'
oligarchie qui conduit l'humanité à sa perte, qu'aux
intérêts des nations.

Ainsi, sa tournée au Proche-Orient ne nous rapprochera
absolument pas de la paix. Sous couleur de trève,
notre grand Manipulateur cherche avant tout d'une part,
à assurer une sortie honorable à son allié israélien,
d'autre part, à anéantir la résistance palestinienne
aujourd'hui incarnée, aux yeux des peuples du monde entier,
par le Hamas : Il est actuellement celui, qu'on le veuille ou non,
qui incarne courageusement, dans des conditions
effroyables, la lutte de libération des peuples à
la domination purement égoïste, et non démocratique,
de l'Occident capitaliste. En effectuant sa tournée médiatique, 
Sarkozy joue en réalité la carte du Fatah, aujourd'hui
incarné par Abbas, docile marionnette aux mains
des Usraéliens, comme les Dirigeants de Georgie, du
Pakistan, d'Afghanistan, d'Irak.... 

A travers Sarkozy, c'est le choix, ou non, de la 
vassalisation à l'Empire et au capitalisme, qui se dessine.
Si nous refusons ce modèle-là, broyant les peuples,
les asservissant toujours plus et les conduisant à un
choc de civilisations carnassier et sanglant, si nous
souhaitons un autre avenir, libre, réellement démocratique,
de justice et de paix, alors le moment est venu de dire
non, et de nous engager pour un autre monde, réellement
soucieux du Bien commun.

La lecture du texte du Comité Valmy, choisi à votre
intention,  est très enrichissante.

Eva 

TAGS : Sarkozy, pangermanisme, Empire, capitalisme, Israël,
Anglo-Saxons, Etats-Unis, démocratie, Bien commun, Hamas,
Proche-Orient, Pakistan, Afghanistan, Irak, Slovénie, Europe,
Etat-Nation, U.E., Comité Valmy, France, Crif, néoconservateurs
Abbas, Fatah...

J'avais déjà donné le lien de l'article qui suit dans mon blog, voici presque un mois, mais 
je souhaite le mettre en valeur :
 




Pour le développement de la Résistance républicaine patriotique, démocratique et sociale !


Pour l’amitié et la solidarité entre les peuples,
leur droit à disposer d’eux-mêmes,
leur unité anti-impérialiste
et pour la paix mondiale !

Non à la contre-révolution !
Non à l'impérialisme allemand !

S’UNIR, S’ORGANISER,
S’ARMER POLITIQUEMENT,
SE BATTRE !



Le Comité Valmy présente à ses amis et lecteurs ainsi qu’au peuple de France, ses meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2009, malgré Nicolas Sarkozy et l’UMPS, l’Euro-dictature et les menaces de guerre américano-sionistes.


Est-il possible de transformer positivement l’année 2009 catastrophique que nous ont préparée le capitalisme financier, ainsi que l’oligarchie occidentaliste sous hégémonie germano-américaine qu’il a installée en France, en Europe fédérale, aux USA et partout dans le monde ?


Nous pouvons le faire. Le peuple de France résistant est solidaire de tous les peuples du monde qui, notamment en Irak ou en Palestine, en Irlande et en Afghanistan, comme partout ailleurs luttent pour la liberté, le progrès et la paix, et perçoivent leur intérêt à constituer un front uni contre leur ennemi commun impérialiste. Notre peuple détient cette capacité de s’unir, de s’organiser et la détermination de combattre, pour faire de 2009 une année décisive dans la reconquête de sa souveraineté et de la démocratie.


Depuis la Libération, notre pays, à l’exception de la parenthèse gaulliste, est dans les mains des partisans et des complices organisés de l’impérialisme américain en France. Cela s’est fait au nom de l’alibi d’une prétendue menace soviétique, l’URSS étant pourtant sortie exsangue de la guerre, et sous le couvert anti-communiste de l’atlantisme.

Ce contrôle politique, militaire idéologique et culturel, a installé depuis la deuxième guerre mondiale un Cheval de Troie à son service : l’intégration européenne. Celle-ci a été décidée par les USA et ses agents.


A son stade actuel, l’Euro-dictature du capitalisme financier se perpétue notamment grâce à des médias domestiqués, à des élus souvent achetés voire prostitués, et surtout aux visions supranationales et libérales, identiques sur le fond, du couple formé par les dirigeants de l’UMP et du PS.

Il existe une symbiose entre la social-démocratie et la droite officielle qui, reniant la nation, la République et la souveraineté populaire, ont élaboré un programme commun résumé par les traités de Maastricht et de Lisbonne qui leur a permis jusqu’ici, de conserver le pouvoir dans une alternance du pareil au même et de le partager entre euroatlantistes d’accord sur le système.


Le chef de l’État n’est plus que le fondé de pouvoir de l’oligarchie euro-occidentale. Pourtant, dans le cadre de cette réalité de la France vassalisée, Nicolas Sarkozy démontre une grande capacité de nuisance en abusant du pouvoir résiduel de l’État, auquel il impose illégitimement une contre-révolution liberticide, anti-démocratique, autoritaire, policière, fascisante et de régression sociale.

Cette pratique est facilitée par une guerre idéologique féroce et par le conditionnement totalitaire des citoyens soumis à la pensée unique.





L’une des prochaines étapes, inacceptable, de la destruction méthodique de l’État-nation républicain, est le projet de rejet de l’organisation de notre pays en départements, issue de la Révolution.

Cette nouvelle félonie doit se dérouler à travers leur fusion avec les régions. De plus, certaines de ces régions fusionneraient entre elles afin de constituer des euro-régions. Cette nouvelle trahison est annoncée pour bientôt. Il s’agit pour l’euro-supplétif de l’Élysée d’établir un nouveau fait accompli anticipant les progrès de la prise de conscience populaire du caractère délétère de la "construction" européenne.

 Il est urgent pour lui, avant de passer à la phase suivante, d’accélérer la mise en place de l’Europe fédérale des Länder,
qu’impose la feuille de route de l’impérialisme allemand suzerain, lequel construit méthodiquement son hégémonie nationaliste sur l’Europe. Là encore les dirigeants du PS ont en général une vision et une volonté communes avec Nicolas Sarkozy et ses amis.


Le Comité Valmy est armé d’une confiance fondamentale envers le peuple de France. Notre peuple, héritier d’une longue et riche Histoire nationale, et qui conserve dans sa mémoire collective les expériences et les enseignements de la Révolution Française, de la Commune de Paris et de la Résistance patriotique et antinazie, ne se laissera jamais réduire en esclavage.


Depuis plus de quinze ans nous appelons à prendre en exemple l’union de la Résistance, son esprit et à adapter à la situation actuelle le programme du Conseil National de la Résistance, qui demeure sur ses grandes options d’une véritable modernité. En ce sens, notre comité est l’un des fondateurs et animateurs de l’Arc Républicain de Progrès, qui entend contribuer à ouvrir le chemin d’un vaste front républicain, patriotique, social et anti-impérialiste : l’union du peuple de France. Malgré le poids de la censure et de la manipulation de type orwellien, les progrès accomplis sont réels au niveau de la prise de conscience, par le peuple, du nécessaire rejet du carcan que représente l’Union européenne supranationale, et de son caractère irréformable. Rien n’est irréversible.


En renouvelant nos vœux les meilleurs pour cette nouvelle année, au nom du Comité Valmy permettez-moi de lancer à nouveau un appel urgent à la mobilisation, au rassemblement républicain patriotique et social, à l’action, à la Résistance.

Pour le Comité, Claude Beaulieu le 01 01 2009

 

Carte de l’Europe établie par les Waffen SS en 1944


Voir http://www.comite-valmy.org/spip.php?article134

 



À l’image de ce qui s’était produit aux États-Unis en 1929, le spectre d’une crise sociale majeure se profile. Mais cette fois-ci, elle pourrait toucher le monde entier. Comité Valmy


A noter ce nouveau mot, Bankster  : ce terme anglo associe Banque et grand banditisme .


________________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________________


Communiqué de l’UJPR : Gaza,

du blocus à l’assassinat collectif
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article130

Permis de tuer
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article135

  
Obama et les projets de guerre néoconservateurs
pour le Proche-Orient

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article133


La République laïque française assujettie
à l’Etat théocratique du Vatican !
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article132

LA GRANDE CONSPIRATION CONTRE LA RUSSIE
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article129
La propagande occidentale refabrique un « péril russe » pour mieux masquer l’énorme pression militaire que les Etats-Unis et leurs vassaux de l’OTAN exercent sur les frontières de la Fédération de Russie,

_______________________________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________________________



Sélection de liens :




Le Sionisme une malédiction pour l’Humanité !!!








Silence des intellectuels
et des artistes français


De nuit comme de jour, Gaza se meurt dans l’indifférence de la communauté internationale. Il y a une évidence qui est devenu immuable en occident, c’est que le sang des palestiniens est moins important que celui des Israéliens ou des Américains.

L’euphémisme médiatique des occidentaux restera la preuve de leur complaisance et de leur complicité. Qui osera dire qu’il ne savait pas ? Quelle aurait été la réaction de la Communauté internationale si cette agression était l’œuvre d’un pays arabe sur un autre peuple ?

Où sont les humoristes engagés, les intellectuels courageux, les humanistes et philosophes déterminés pour les causes telles que la Géorgie, le Tibet, le Darfour ? Sont-ils morts ? Oui c’est vrai j’ai oublié que là il s’agit d’Israël, ils sont tous dans la psychose et terrifié à l’idée qu’ils n'aient plus accès aux plateaux de télévision et à la presse people !! La peur d’être taxés d’antisémites !!! Dénoncer le politique et la vision sioniste n’a rien à voir avec l’antisémitisme, la preuve certains juifs sont antisionistes.

Il fut un temps où l’esprit de l’homme épris de justice s’élevait au dessus de ses propres intérêts pour défendre la justice et rien que la justice. Après le 11 septembre, une minute de silence a été décrété dans tous les établissements pour le sang des américains… pourquoi pas une minute de silence en hommage aux victimes palestiniens ?

(Extraits) http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/

ou cet article :
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-26607157.html
http://labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=3120
article=3120



                                  Solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah,

militant communiste libanais,

combattant pro-palestinien,

prisonnier en France depuis bientôt un quart de siècle
Arrêté en 1984 à Lyon, Georges Abdallah est condamné en juillet 1986 à quatre ans de détention. Suite à une cascade de rebondissements politico-judiciaires, avec notamment des pressions du gouvernement des États-Unis, il est condamné en mars 1987 à la réclusion criminelle pour des actions revendiquées par son organisation, les FARL (Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises). Il a terminé sa peine de sureté en 1999 et il peut demander sa libération depuis cette date, ce qu’il a fait 7 fois, sans succès.
http://liberonsgeorges.over-blog.com



arton1096
9 juin 2007Abraham Burg, ancien président de la Knesset, vient de publier un livre extrêmement sévère sur les dérives et les excès du sionisme qui selon lui font aujourd’hui d’Israel un « ghetto sioniste » dominé par la peur, n’ayant confiance que dans la force, gagné par le racisme, refusant le dialogue et s’enfermant derrière un mur. Traduction intégrale d’un entretien avec l’auteur, publié par Haaretz.


Abraham Burg a été président du parlement israelien, il a également dirigé l’Agence Juive [1] , et détenu le portefeuille de l’intérieur.

A l’occasion de la publication de son livre intitulé « Defeating Hitler » (vaincre Hitler), il s’est entrenu avec le journaliste d’Haaretz Ari Shavit, qui se déclare « choqué » par un ouvrage qu’il interprète comme un abandon de « l’israelité » par son ancien camarade qui décrit maintenant Israel comme un état brutal et impérialiste, cherchant la confrontation et pratiquant l’insulte, manquant d’âme.






 
La stratégie cachée d'Israel

Gaza : l'armée israélienne n'assistant pas les blessés palestiniens,
le CICR demande d'urgence l'accès à ces derniers

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11720



Mieux que des mots, en image, voici la stratégie d'Israel. Merci au site
Futur Quantique d'avoir déniché cette vidéo. Il faut qu'un maximum de monde sache...
http://www.dailymotion.com/video/k7ltEsHlGLZFX8U940
http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2009/01/la-stratgie-cac.html







Des attentats en Europe ?

Les affirmations qui sont formulées sur ce blog font état d'attentat sous fausse bannière en vue de casser le mouvement anti-israelien qui monte en Europe dans la population. Ce site met en cause des dirigeants européens qui seraient associés aux visées de l'Etat hébreux. Ce sont évidemment des affirmations très graves. Je mets le lien à votre disposition mais je ne peux en aucun cas vous indiquer si il s'agit d'une vraie ou d'une fausse information. 

Je ne peux quand même que faire le lien avec le tir de roquettes d'hier à partir du territoire libanais. Tant le Liban que le Hezbollah rejettent toute intention guerrière avec Israel à ce stade. On ne peut toujours pas à cette heure déterminer qui sont les auteurs de ces tirs
http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2009/01/des-attentats-e.html


Le truc du psychopathe : nous faire croire que le Mal vient des autres (Rappel, à lire absolument)
http://futurquantique.org/ponerologie-et-psychopathie/233-le-truc-du-psychopathe--nous-faire-croire-que-le-mal-vient-des-autres


p valmy  Comité Valmy           www.comite-valmy.org

             Nouveautés sur le site:

    Qui importe le conflit ?
    Qui veut communautariser  la société française?

    Com. de l'UJFP.  Plus une vidéo: Roland Dumas dénonce le génocide à Gaza
    
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article143

    Stéphane Hessel: "un véritable crime contre l'humanité " à Gaza
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article142

    Monsieur le Président... Angoulême, une lettre ouverte à Nicolas       Sarkozy expression d'une solidarité claire et politiquement lucide
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article141

    Gaza, la Histadrout et la CGT   par Jean-Pierre Page ancien responsable
    du département international de la CGT
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article140

    Israël a manqué un rendez-vous avec l'histoire Par Uri  Avnery  
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article138

    Démocratie sanglante par Comaguer
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article136

    Ban-Ki-Moon: Trouble compromission avec  l'OTAN 
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article139

"Personne ne peut imaginer combien c'était terrible. Même le diable n'aurait pu créer un endroit aussi mauvais", a expliqué M. Idir par téléphone, deux jours après son retour en Bosnie, pays dont il possède la nationalité.
http://fr.news.yahoo.com/2/20081218/twl-meme-le-diable-n-aurait-pu-creer-un-f8fd361.html


Sabotage SNCF: la police a fait «un pur montage»
http://www.mediapart.fr/journal/france/ ... ur-montage

Alerte ! Sabotage SNCF, pur montage ?
Benjamin Rosoux et Mathieu Burnel, tous deux désignés par la police comme faisant partie du « premier cercle » de la Cellule invisible responsable des sabotages de caténaires de la SNCF, contestent en détail le rapport de la Sous-direction de la police antiterroriste, révélé par Mediapart. C'est un montage, un «pur ouvrage de scénarisation», assurent-ils. Ils reviennent aussi sur les conditions de leur garde à vue. Au même moment, une autre piste, venue d'Allemagne, évoquée par Mediapart dès le 22 novembre, fragilise encore un peu plus cette enquête de police qui n'a pu rassembler aucun élement de preuve matérielle
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-25909239.html





Lettre ouverte au Président de la république par
Lionel Collet,
Président de la Conférence des Présidents d’université

Chronique d’une crise annoncée dans les universités.
http://goudouly.over-blog.com/article-26567633.html




Nous sommes trop sur Terre,
cette année et les prochaines
risquent d'être dures
.
http://r-sistons.over-blog.com/article-26606111-6.html#anchorComment
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/01/09/sommes-nous-trop-nombreux_1140067_3244.html#xtor=RSS-3244



Le monde libre est-il attaqué ?
latuff_anti_semitism1
Ollivier m’écrit parce qu’il a la même préoccupation que moi et ce depuis longtemps, dénoncer le sionisme sans pour autant donner aliment à l’antisémitisme ou plutôt à la judéophobie. Non seulement parce que c’est inique mais parce que c’est justement ce que veulent les sionistes, et disons aujourd’hui certains sionistes qui sont carrement fascistes et qui dirigent l’Etat d’israël.

Ils veulent créer un front de l’occident, mettre en oeuvre le choc des civilisations. 

Les capitalistes occidentaux n’ont aucune culpabilité face à la Shoa et ils recommenceraient volontiers avec quiconque.

Si les Occidentaux soutiennent Israël c’est parce que ce pays est devenu l’éxecuteur des basses oeuvres du capital au Moyen orient et plus loin si nécessaire.  La source réelle de cette alliance :  La volonté de piller les peuples dits inférieurs en imaginant une culpabilité fondant l’alliance entre le capital aux etats-unis, les evangélistes, les racistes créationnistes et les sionistes(1).

Donc Ollivier m’écrit :
Avoir un petit article tout simple, de base, qui explique rapidement  le sionisme,
et parler de la colonisation de la Palestine
ce qui provoque ce que les palestiniens vivent.
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 02:05


Un texte essentiel à méditer.
Stratégie de la tension anti-peuples
au profit des Financiers de la City
et de Wall-Street.
Les effets de l'impérialisme britannique. Comment sortir de cette logique infernale
qui broie les peuples au profit  de la
Haute Finance et de l'Armement.



Gaza : sauver la paix par
le développement mutuel
3 janvier 2009

 

 

par Jacques Cheminade

C’est avec tristesse et colère que j’écris ces lignes, au moment où menace une opération terrestre israélienne contre Gaza. Pour quiconque aime la paix et l’humanité, le peuple palestinien comme le peuple israélien, c’est quelque chose au plus intime de soi-même qui s’insurge avec tout son cœur et toute sa raison.


Tristesse vis-à-vis de deux peuples qui sont victimes des provocations de dirigeants eux-mêmes incapables de discerner leur intérêt, aveuglés comme ils sont par la loi du plus fort et, qu’ils en soient ou non conscients, par la logique destructrice des accords Sykes-Picot de 1916.

Ceux qui refusent de voir les effets de l’impérialisme financier britannique ont là, devant leurs yeux, un exemple hélas pour l’instant réussi de sa volonté de diviser pour régner en créant des conflits meurtriers à durée indéfinie.

C’est comme un cauchemar qui se répète en devenant chaque fois pire, dans lequel aucun des deux ennemis ne peut l’emporter faute de reconnaître l’humanité de l’autre, car tous deux ont acquiescé à leur manière à une idéologie qui réduit l’autre, et par conséquent soi-même, au niveau de l’animal.


Colère, car les dirigeants israéliens n’ont pas l’excuse de ne pas savoir, en déclenchant un feu du ciel qui ne peut que frapper les pères, les mères et leurs enfants dans un territoire si densément peuplé. Ce dont les leurs ont été victimes et les principes mêmes du judaïsme devraient, à partir de la position qu’ils occupent, leur inspirer une autre politique.

Celle qu’ils pratiquent aujourd’hui vis-à-vis du peuple palestinien, réduisant Gaza à un enfer terrestre après en avoir fait une prison à ciel ouvert, est intolérable.

Entendre un Dov Weisglass dire que « notre idée est de mettre les Palestiniens à la diète, sans toutefois les laisser mourir de faim », est incompatible avec le message universel du judaïsme.

Ce qu’ils font va en même temps directement contre l’intérêt de leur propre peuple, car qui sème la haine recueille la vengeance. Plus encore, cette intervention est de nature à déclencher dans le monde terrorisme et guerre irrégulière, un cycle de la haine alimentant partout la haine.


Les Israéliens doivent immédiatement arrêter ce qu’ils ont eu la folie de commencer. Ils doivent se souvenir que ce sont les errements de leurs dirigeants qui ont enfanté Hamas, lorsque l’administration militaire de ce qui était alors le territoire occupé de Gaza, favorisa les entreprises de Ahmad Yassine pour contrecarrer celles de l’OLP.

S’ils continuent aujourd’hui à jouer le même jeu destructeur, ils doivent comprendre que leur peuple en recueillera les mêmes fruits amers. Un occupant ne peut jamais gagner une guerre contre un peuple occupé, et c’est bien de cela qu’il s’agit, à Gaza comme en Cisjordanie.

Le pire est à venir, si les militaires et les politiques israéliens continuent leur aventure mortelle et suicidaire : Benjamin Netanyahou, maintenant allié à toute l’extrême-droite de son pays, l’emportera le 10 février, et alors rien ne pourra arrêter une machine infernale, quelles que soient les illusions de ceux qui, se trouvant loin du terrain, espèrent que la droite israélienne pourra assurer la paix mieux que la gauche.

Car il ne s’agit pas ici d’une droite nationaliste politiquement condamnable mais attachée à son peuple, mais d’une extrême-droite qui est l’émanation d’intérêts extérieurs, relevant des influences que trahit la prononciation de Netanyahou lui-même lorsqu’il parle hébreu, ou la nature de ceux qui le financent.


Certes, de nombreux éléments chez « l’autre » sont devenus ce que les fanatiques israéliens entendaient qu’ils deviennent. Les attentats suicides hier et les roquettes lancées aujourd’hui contre les civils israéliens à Sderot, Netivot ou Ashkelon, témoignent du même mal que celui de leurs occupants.

Pire et plus révélateur, les imprécations racistes lancées par une partie du « clergé » wahabite saoudien, un Awad Al-Karni ou un Salman Fahad Al-Odeh, qui appellent dans leurs fatwas à « répandre le sang israélien partout dans le monde », ne relèvent pas d’une colère irréfléchie, mais d’une volonté d’anéantir l’autre.


De cette guerre sans fin, ne peut sortir que plus de sang et de larmes. A l’échelle mondiale.

Car l’on doit la situer dans un contexte plus général de stratégie de la tension, visant à empêcher l’émergence d’un nouvel ordre économique international de paix par le développement mutuel. Le conglomérat d’intérêts financiers installés à Londres, qui oriente aujourd’hui l’économie prédatrice mondiale, met partout où il le peut les feux de la guerre car, comme le voyait Jaurès en 1914 lorsqu’il fut assassiné, son pouvoir devient absolument destructeur lorsqu’il sait qu’un nouvel ordre de paix le condamnerait.

Il porte en lui la guerre « comme la nuée porte l’orage », jetant les uns contre les autres ceux qui devraient s’unir pour lui survivre. Le terrorisme fomenté au Londonistan en est aujourd’hui l’exemple patent, tout comme le comportement de l’oligarchie saoudienne ou les forces rassemblées autour de Netanyahou. Il est donc nécessaire de condamner le comportement criminel, irresponsable ou imbécile des branches du conglomérat, mais bien plus essentiel de viser celui-ci au centre de son dispositif.


En aucun cas il ne faut se compromettre avec lui, car rechercher un cessez-le-feu avec l’une de ses branches tout en jouant des jeux diplomatiques avec son dispositif central, revient à se faire hara-kiri, aussi habile soit-on.

La priorité pour obtenir la paix en Asie du sud-ouest est donc de mettre en œuvre une politique anti-City et anti-Wall Street à l’échelle du monde. On pourrait répéter, à la manière de ce que disait un conseiller de Clinton : « C’est l’Empire, imbécile ! ».


En même temps, il faut que la France offre une perspective dans la région y inscrivant la logique d’un nouvel ordre mondial, redonnant priorité au travail humain et à l’équipement de l’homme et de la nature, pour y créer une communauté de dessein.

Cela suppose d’aider le Président Obama à entreprendre rapidement cette politique de paix par le développement mutuel entre la Syrie et Israël, au bénéfice ensuite du Liban et de l’Iran.

 C’est ce qu’ont compris les dirigeants jordaniens qui proposent la construction d’un canal mer Morte-mer Rouge pour l’alimentation en eau de tous. C’est ce qu’a compris le général Aoun en se rendant à Damas. C’est ce que la France doit comprendre en exigeant l’arrêt de l’opération israélienne contre une politique de garantie des frontières de 1967, le partage de Jérusalem et la vie de deux Etats côte à côte, en se détachant enfin de l’illusion coloniale ou impériale de pouvoir détruire l’autre.


Il faut pour cela enclencher la logique de projets mutuellement bénéfiques aux deux parties. C’est de cette approche dont nous devrions être le catalyseur, en entraînant les Etats-Unis, la Russie, l’Inde et la Chine, comme nous devons les aider à définir un Nouveau Bretton Woods.


La tristesse et la colère ne servent à rien si elles se limitent à des exclamations romantiques. La paix exige un projet, qui définisse pour chacun l’autre comme un humain créateur, et non comme un animal dressé pour mordre.

http://www.solidariteetprogres.org/article4984.html




La responsabilité
des Régimes Arabes
est aussi grande
que celle des Israéliens


(..) Il serait plus exact de la nommer « la guerre des élections ».

Dans le passé, également, des actions militaires ont été lancées lors de campagnes électorales. Ménacem Begin a bombardé le réacteur nucléaire irakien [Osirak] durant la campagne de 1981. Lorsque Shimon Peres a affirmé qu’il s’agissait d’un gadget électoral, Begin a répliqué lors du meeting suivant : « Juifs, croyez-vous que je voudrais envoyer nos braves garçons à leur mort, ou pire, être fait prisonnier par des animaux, afin de gagner une élection ? » Begin a gagné.

Peres n’est pas Begin. Lorsqu’au cours de la campagne électorale de 1996 il a ordonné l’invasion du Liban (opération « Raisins de la colère »), tout le monde était convaincu qu’il l’avait fait afin de gagner des élections. La guerre a été un échec, Peres a perdu les élections et Benyamin Nétanyahou est arrivé au pouvoir.

Barak et Tzipi Livni recourent aujourd’hui à la même vieille ficelle. En 48 heures, selon les sondages, le résultat des votes pour Barak lui assurerait cinq sièges supplémentaires à la Knesset. Soit environ 80 morts Palestiniens pour chaque siège. Mais il est difficile de marcher sur un tas de cadavres. Ce succès pourrait s’évaporer en une minute si la guerre était considérée comme un échec par l’opinion publique israélienne. Par exemple, si les roquettes continuent de frapper Beersheba ou si l’attaque au sol provoque de lourdes pertes israéliennes.

Le calendrier a également été choisi méticuleusement sous un autre angle. L’attaque a commencé deux jours après Noël, lorsque les dirigeants américains et européens sont en vacances jusqu’au nouvel an. Avec pour calcul : même si quelqu’un voulait essayer de mettre fin à la guerre, nul ne peut renoncer à ses vacances. Cela garantissait de disposer de plusieurs jours à l’abri des pressions.

Une autre raison a présidé au choix du moment : ce sont les derniers jours de George Bush à la Maison Blanche. On pouvait s’attendre à ce que cet abruti sanguinaire soutienne la guerre avec enthousiasme : c'est ce qu’il a fait, bien sûr. Barack Obama n’est pas encore entré en fonction et a eu à sa disposition un prétexte tout fait lui permettant de garder le silence : « il n’y a qu’un seul président ». Ce silence n’est pas de bon augure pour le mandat du président Obama.

La préoccupation principale était de ne pas répéter les erreurs de la deuxième guerre du Liban. Cela a été répété sans cesse sur toutes les ondes et durant tous les talk-shows.

Cela ne change rien aux faits : la guerre de la bande de Gaza est une réplique presque identique de la deuxième guerre du Liban.

Le concept stratégique est le même : terroriser la population civile par des attaques aérienne sans relâche, semant mort et destruction. Il n'y a aucun danger pour les pilotes : les Palestiniens ne disposent d'aucune arme antiaérienne. Voici le calcul : si toutes les infrastructures nécessaires à la vie quotidienne dans la Bande de Gaza sont totalement détruites et que l’anarchie généralisée s’y installe, la population se soulevera et renversera le régime du Hamas. Mahmoud Abbas reviendrait alors dans la Bande de Gaza dans les chars israéliens.

Au Liban, ce calcul n’a pas fonctionné. La population prise sous les bombardements, y compris les chrétiens, s’est ralliée derrière le Hezbollah, et Hassan Nasrallah est devenu le héros du monde arabe. Quelque chose de semblable va probablement se produire à nouveau cette fois-ci. Les généraux sont des experts en armement et en manoeuvre de troupes, mais pas en psychologie des masses.

Il y a quelque temps, j’ai écrit que le blocus de Gaza était une expérience scientifique visant à savoir jusqu’où on peut affamer une population et transformer sa vie en enfer avant qu’elle ne cède. Cette expérience a été menée avec l’aide généreuse de l’Europe et les États-Unis. Jusqu’à présent, elle n’a pas réussi. Le Hamas s’est renforcé et la portée des Qassams s’est accrue. La guerre d’aujourd’hui est une poursuite, par d’autres moyens, de cette expérience.

Il est possible que l’armée « n’ait pas d’autre choix » que de reconquérir la bande de Gaza, car il n’y a pas d’autre moyen d’arrêter les Qassams - sauf à parvenir à un accord avec le Hamas et qui est contraire à la politique du gouvernement. Lorsque l’invasion terrestre commencera, tout dépendra de la motivation et des capacités des combattants du Hamas vis-à-vis des soldats israéliens. Personne ne peut savoir ce qui va se passer.

Jour après jour, nuit après nuit, la chaîne en arabe Al Jazeera diffuse des images atroces : des piles de corps mutilés, des parents en larmes à la recherche de leurs proches parmi les dizaines de cadavres étendus sur le sol, une femme tirant sa petite fille de sous les décombres, des médecins sans médicaments tentant de sauver la vie des blessés. (Al Jazeera en langue anglaise, contrairement à son homologue en arabe, a effectué une étonnante volte-face, diffusant seulement des images aseptisées et reprenant la propagande du gouvernement israélien. Il serait intéressant de savoir ce qui s’est passé là-bas.)

Des millions de spectateurs voient ces terribles scènes, image après image, jour après jour. Ces images sont inscrites dans leurs esprits à jamais : Israël est horrible, Israël est abominable, Israël est inhumain. Toute une génération d’ennemis. C’est un prix terrible que nous seront obligés de payer, longtemps après que les autres résultats de cette guerre auront été oubliés en Israël.

Mais une autre image s’imprime également dans l’esprit de ces millions de spectateurs : celle des régimes arabes, passifs, misérables, corrompus.

Comme le voient les Arabes, un élément ressort au-dessus de tous les autres : le mur de la honte.

Pour le million et demi d’Arabes dans la bande de Gaza, qui souffrent terriblement, la seule ouverture sur le monde qui ne soit pas contrôlée par Israël est la frontière avec l’Égypte. C’est seulement par là que peuvent parvenir la nourriture vitale et les médicaments pour les blessés. Cette frontière reste fermée au pire moment de l’horreur. L’armée égyptienne a bloqué la seule issue permettant à l’alimentation et aux médicaments d’entrer, alors même que les chirurgiens doivent opérer les blessés sans anesthésie.

Les paroles de Hassan Nasrallah résonnent d’un bout à l’autre du monde arabe : Les dirigeants égyptiens sont les complices de ce crime ; ils collaborent avec l’« ennemi sioniste » en tentant de briser le peuple palestinien. On peut supposer qu’il ne désignait pas uniquement Moubarak, mais aussi tous les autres dirigeants, depuis le roi d’Arabie saoudite jusqu'au président palestinien. En voyant les manifestations dans le monde arabe et en écoutant les slogans, on a l’impression que pour de nombreux Arabes leurs dirigeants sont au mieux pathétiques et misérables, au pire des collabos.

Cela aura des conséquences historiques. Toute une génération de dirigeants arabes - cette génération imprégnée de l’idéologie du nationalisme arabe laïque -, les successeurs de Gamal Abd-al-Nasser, Hafez al-Assad et Yasser Arafat, pourrait être balayée de la scène. Dans le monde Arabe, la seule alternative viable est celle de l’idéologie fondamentaliste islamique.

Cette guerre l’écrit en lettres capitales : Israël a manqué une chance historique de faire la paix avec le nationalisme arabe laïque. Demain, Israël pourra se retrouver face à un monde arabe uniformément fondamentaliste, un Hamas à la puissance mille.

L’autre jour, mon chauffeur de taxi à Tel-Aviv réfléchissait à voix haute : Pourquoi ne pas mobiliser les fils des ministres et des membres de la Knesset, les rassembler en une unité de combat et les envoyer à la tête de la prochaine attaque terrestre sur la bande de Gaza ?


http://bridge.over-blog.org/article-26447721.html
                 
                                                          Sur   http://questionscritiques.free.fr/contact.htm :

Les Origines du Conflit Israélo-Palestinien

Le Projet pour un Nouveau Siècle Américain

La Russie et la Question Nucléaire Iranienne

La Guerre d'Irak a été conçue en Israël

Qui est Ahmed Chalabi ?

Richard Perle = Le Prince des Ténèbres

Qui est John Negroponte, au juste ?

Israël est anachronique

Un Prince Jordanien met en garde contre
la 3ème Guerre Mondiale


Les Années Reagan



Le futur de la guerre globale contre le terrorisme
prochaine cible : L'Iran



Financer la guerre du Vietnam
Lorsque Fannie Mae, qui en est issue, connut un changement de statut, passant du secteur public au secteur privé, ce n’était pas véritablement pour des raisons d’idéologie économique. Son introduction en Bourse fut en effet décidée par Lyndon Johnson en 1968 en vue de récolter des fonds pour financer la guerre du Vietnam.
http://goudouly.over-blog.com/article-26279203.html



Tragédies
Les chrétiens ont voté Hamas ! La majorité n’étaient pas des gens du Hamas, ils voulaient un gouvernement propre.  Donc tous les combattants de Gaza, les gens bien, car il ya eu une petite guerre civile qui a liquidé les corrompus, y compris les gens des tribus, qui bien sûr sont armés, Tous ces gens-là vont aussi combattre. Ils (les Israéliens, NDR) sont en train de frapper pour écraser la population civile, mais les gens sont habitués à souffrir, malheureusement, et puis où iraient-ils ? L’important c’est que ça va avoir des répercussions internationales, pas pour Israël – eux ils se torchent le cul avec nous tous, Israël est un pays fondé sur le mensonge, sur la falsification historique…

Il y a une question : la deuxième guerre mondiale, la persécution des juifs est une des pages les plus noires de l’histoire contemporaine et l’on ne sait pas encore le nombre de victimes, mais des centaines de milliers de gens ont disparu, on ne sait pas encore exactement combien, parce qu’ils ne permettent pas qu’on fasse des recherches, qu’on fasse la liste des noms des victimes des persécutions nazies. Et ces gens, ces sionistes, qui sont en Israël, sont complices de cette persécution (…), ces gens sont racistes, contre les autres juifs, les juifs venus d’Iran, du Maroc, sont mal vus par les Blancs, les Ashkénazes, qui n’ont même pas une goutte de sang sémite (…)

La seule manière de faire, c’est celle de Saddam. Il ne faut pas oublier que c’est Saddam qui entretenait  les Palestiniens de Gaza, surtout de Gaza. L’agression contre l’Irak est liée à Gaza. Il entretenait Gaza, tout l’argent qui affluait à gaza…en fin de compte, aussi de l’Iran. Durant la première Intifada, le premier argent arrivé en Palestine, c’est l’Iran qui l’a envoyé à l’organisation d’Abou Nidal. Et Saddam a aussi donné beaucoup d’argent à la résistance.


De toute façon, les Palestiniens, maintenant vont bien sûr être frappés, mais ils ne seront pas écrasés. Et en fin de compte, c’est ne question internationale. Si des milliers de personnes descendent dans les rues de Paris et de Londres, les gens vont dire :bon sang, c’est un problème très grave, un crime contre l’humanité, des crimes de guerre permanents, quotidiens, ininterrompus, devant les caméras de télévision du monde entier, de CNN  et Al Jazeera…


Ils vont donc frapper les responsables de la résistance palestinienne à Gaza, surtout les gens du Hamas, mais pas seulement eux, mais ils auront besoin d’entrer Dans Gaza, pour des combats a corps à corps, et à ce moment-là, les Israéliens vont être en position de faiblesse, il va leur arriver la même chose qu’au sud-Liban, mais il va y avoir des milliers de morts civils palestiniens, naturellement. On verra bien.  Ce qu’il y a de bien, pour les Palestiniens et pour la résistance arabe, c’est que les peuples arabes sont solidaires. Et le gouvernement traître égyptien va apparaître comme ce qu’il est. Pourquoi ferme-t-il la frontière ? Pourquoi ?

http://www.alterinfo.net/Depuis-sa-prison-francaise,-le-commandant-Carlos-analyse-la-situation-en-Palestine-Ce-qu-est-en-train-de-faire-le-Hamas,_a28009.


Complexe souterrain du Hezbollah découvert par l'armée isaélienne au Sud-Liban en août 2006  


Modèle d'un complexe souterrain du FNL au Sud-Vietnam


Résistants arabes, et dictateurs arabes soumis au diktat occidental
La rengaine est connue. Il y a eu d'abord Nasser, le Bickbachi, comparé en son temps à Hitler, puis Yasser Arafat, le "terroriste" prix Nobel de la Paix, confiné dans sa résidence de Ramallah, puis le paralytique cheikh Ahmad Yassine, fondateur du Hamas et son successeur Abdel Aziz al-Rantissi, objet d'une élimination extrajudiciaire, auparavant l'iranien Mossadegh, premier artisan de la nationalisation pétrolière dans un pays du tiers-monde.


Tous ont en commun l'immense défaut d'être des patriotes nationalistes soucieux des intérêts supérieurs de leurs pays et de leurs peuples. Non des factotum désireux de complaire à l'Occident comme les transfusés arabes; Fouad Siniora (Liban), Noury Malki (Irak) ou Mamoud Abbas (Palestine) voire Hamid Karzaï (Afghanistan), que la presse occidentale sans crainte du ridicule désigne par la risible apellation d' "axe de la modération". L'axe de la modération est un axe de soumission au diktat occidental. Un axe de dictateurs corrompus.

Il n'appartient pas au Monde arabe de servir de thérapie au complexe de persécution des Juifs ni aux Palestiniens de payer par délégation pour les crimes commis par les pays occidentaux, particulièrement l'Europe, plus précisément l'Allemagne et la France de même que le Royaume Uni (promesse Balfour).

Unique état du Monde à avoir été créer par une décision de l'ONU, Israël, est l'unique etat du monde s' affranchir en toute impunité de la légalité internationale.

Le Hamas n'est pas responsable du malheur du peuple Palestinien. Ce malheur est antérieur de soixante ans à la naissance du Hamas qui en est la résultante, la résultante de la spoliation du peuple palestinien, de la spoliation de son identité nationale, de sa souveraineté et de sa dignité.

.
En cette heure douloureuse, fasse que Nicolas Sarkozy, orphelin de sa plateforme européenne, ne commette pareille méprise si préjudiciable au rôle de la France et à son crédit moral et que dans sa gesticulation démagogique la France ne redevienne une partie du problème et non de la solution.
 
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11617

NB Eva : Israël a toujours de bonnes excuses pour ne pas faire la paix. Arafat n'était pas fréquentable (comme il a été humilié, maltraité alors qu'il était malade ! Abject !) et d'autres... aujourd'hui, c'est le Hamas.
En réalité, Israël ne veut pas la paix. Il se complait dans la guerre, c'est la réalité (voir sur mon blog l'article "Israël a besoin de la guerre pour exister"), et elle lui permet d'amputer toujours plus le territoire palestinien à son profit, appellons les choses par leur nom : C'est du vol. Tout cela discrètement, sournoisement.. Quelle éthique ! Et les préceptes juifs ??? Israël, par son comportement, engendre pire que le dégoût à son  égard : Le ressentiment et la haine ! Les VRAIS TERRORISTES sont anglais, américains, israéliens, européens.... Les autres ne sont que des dommages collatéraux, provoqués par ces Etats terroristes !



sarkozy-abbas-olmert



Entretien avec Balthasar Glättli
La menace terroriste : un instrument pour limiter les libertés

 


par Silvia Cattori | 29 août 2008 L’affaire Glättli, du nom de ce parlementaire placé à on insu sous surveillance politique, secoue la Suisse. La Confédération, qui se targue d’un sens pointilleux de la démocratie, s’est laissée contaminer par les États-Unis du Patriot Act et Israël. Elle a commencé à en adopter les méthodes sécuritaires. Première victime du système, le député Balthasar Glättli répond à nos questions.

Une pétition d’intellectuels US contre Eva Golinger et Thierry Meyssan
Impérialistes de droite et impérialistes de gauche

par Thierry Meyssan | 25 août 2008 Depuis la publication sur Voltairenet.org d’un article de Thierry Meyssan sur le rôle de l’Albert Einstein Institution dans les pseudos « révolutions » colorées organisées par la CIA, cet organisme et ses représentants ont été exclus des principaux forums anti-impérialistes. Niant en toute mauvaise foi les éléments à charge, des intellectuels de la gauche états-unienne tentent de réhabiliter cet institut si utile à la domination « soft » du reste du monde. À défaut d’être un débat, c’est un moment de vérité.

Fanatisme
Le Falun Gong, arme de la CIA contre le « Grand dragon rouge »

par Thierry Meyssan | 20 août 2008 L’une des principales personnalités soutenues par le département d’État pour le Prix Nobel de la Paix est un maître d’art respiratoire chinois, Li Hongzhi, qui a coordonné les manifestations anti-communistes sur le passage de la flamme olympique. Peu connu du grand public, l’homme a fondé une puissante secte qui étend l’influence états-unienne sur la diaspora chinoise, le Falun Gong. Avec l’aide de Washington, il dispose désormais d’une vaste infrastructure médiatique et mène une croisade contre le Parti communiste chinois.

Édition spéciale
Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française

par Thierry Meyssan | 19 juillet 2008 Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir. Thierry Meyssan a décidé d’écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l’exception de deux imputations, signalées par l’auteur qui en assume seul la responsabilité




Voltairenet.org
 Réseau de presse non-alignée

L'Empire britannique a voulu se débarrasser de la Russie

Avec l’effondrement du bloc soviétique en 1989-91, les maîtres du jeu impérial britannique ont vu se présenter l’occasion de réaliser un de leur vieux rêve : en finir avec la superpuissance russe. Ils ont ainsi déployés leurs forces à l’intérieur de la Russie, dans les ex-pays soviétiques et dans le reste du monde. Mais le risque existe toujours que cette confrontation avec la deuxième puissance thermonucléaire finisse en conflit mondial.

Cependant le 8 août 2008, la réponse décisive et courageuse du Premier ministre Vladimir Poutine à l’attaque géorgienne sur l’Ossétie du Sud, a contrecarré les plans britanniques.

Les idiots qui écrivent dans la presse européenne et américaine continuent d’expliquer que la Russie est paranoïaque lorsqu’elle s’imagine que « l’Occident » (lire « les britanniques ») tente de l’encercler et de la soumettre. Cette chronologie devrait en calmer plus d’un.
http://solidariteetprogres.org/article4525.html


Des vérités sur la Palestine et Israël
Le machiavélisme d'israël


Israël a fait en sorte de mettre en selle le Hamas, faisant tout pour disqualifier les laïcs au profit d’islamistes, tellement commodes à haïr

 Israël négocie d’une main mais poursuit la colonisation de l’autre en multipliant les entraves pour retarder la création d’un Etat palestinien prévu alors au plus tard pour… la fin 1998. »


« Israël entreprend de détruire les infrastructures de l’Autorité palestinienne qui préfigurent les contours du futur Etat palestinien. Le port et l’aéroport de Gaza, des édifices publics, la radio-télévision, soit 2000 institutions (80% des infrastructures palestiniennes) financées par l’UE, sont ainsi détruits. Ce à quoi s’ajoutent l’arrachage de 950000 arbres fruitiers et oliviers, le dynamitage de 62000 habitations, les morts civils… et en arrière-plan les assassinats ciblés de cadres connus de l’OLP. » Ce qui restait debout, c’était donc le Hamas.

Ainsi, c’est grâce aux échecs successifs du processus de paix, du refus d’Israël d’appliquer ses propres résolutions et celles de l’ONU, ainsi que d’autres feuilles de route, que le Hamas a pu « prospérer » avant de prendre le pouvoir à Gaza en juin 2007.

http://www.solidariteetprogres.org/article4983.html


Dans ce contexte, le projet de la Tchéquie de concentrer sa présidence sur un renforcement des relations de l’UE avec Israël témoigne d’une impressionnante capacité intuitive. D’une façon plus générale, il s’agit d’un pas de plus dans la voie de la désagrégation du système imposé à l’Europe au travers de structures et de politiques théoriques de type confédéral à tendance bureaucratique et supranationale

http://www.marcfievet.com/article-26462509.html

Gidéon Lévy - Haaretz
Si les pilotes israéliens pouvaient voir Maria Aman, âgée de 7 ans, devenue tétraplégique et condamnée pour la vie à faire avancer son fauteuil avec son menton ? écrit Gidéon Lévy.

 

(JPG)
Un des enfants de Nizar Rayyan, dirigeant du Hamas massacré avec sa famille le 2 janvier - Photo : Hatem Omar/MaanImages

La fine fleur de notre jeunesse est en train de bombarder Gaza actuellement. Garçons de bonnes familles faisant des choses répréhensibles dans les bonnes familles.

http://www.marcfievet.com/article-26464276.html


URGENT Medvedev ordonne une aide humanitaire aux Palestiniens (Kremlin

Quelques réflexions d'Eva
sur ce conflit, en vrac :

Comment les dirigeants occidentaux peuvent-ils être crédibles alors qu'ils ne font que mentir ?
Ex, ce n'est pas pour faire cesser les tirs de roquettes qu'Israël agit.
Il n'est pas vrai qu'il n'a pas la bombe, etc, pareil pour les autres pays occidentaux.
Comme les armes de destruction massive en Irak...

Que plus jamais on ne demande aux peuples de commémorer la Shoah ! Le comportement d'Israël est inqualifiable, et il équivaut à celui de leurs bourreaux en 40 ! Nous n'aurons plus jamais pitié de leurs souffrances, car celles qu'ils occasionnent aux quatre coins de la planète n'ont rien à envier à celles infligées par les nazis, et ils violent toutes les règles internationales en toute impunité !
Les privilèges dont jouit cet Etat, son impunité, sont un scandale, une injure au monde entier, et privilèges comme impunité et 2 poids 2 mesures ne feront, bien évidemment, que renforcer l'antisémitisme, dont Israël ne pourra pas se plaindre ensuite, pour l'avoir lui-même provoqué par ses actes ignobles, de nettoyage ethnique entre autres.  Tout est fait pour détruire les Palestiniens pourtant non responsables de la Shoah. L'Occident à l'origine, ou complice de tout cela, doit rendre compte de ses forfaits !

Celui qui tue le plus de Palestiniens, sera élu aux prochaines élections d' Israël !

Le responsable du "terrorisme" du Hamas, est Israël Etat terroriste par excellence !
Les premiers terroristes ont d'ailleurs été les Israéliens, précurseurs en la matière,  et des dirigeants comme Begin ou Shamir le pratiquaient couramment.

L'Occident est une verrue à la face du monde.
Heureusement que la Russie, la Chine, l'Amérique Latine, se réveillent !
Et qu'avec de nombreux autres pays, notamment asiatiques, ils scellent entre eux toutes sortes d'accords comme ceux de Shangaï ! C'est excellent pour l'équilibre du monde ! Une nouvelle géographie du monde se met en place, une nouvelle répartition  !

Enfin, la véritable finalité de tout cela est l'Iran, le but pour Israël étant de glisser vers une confrontation générale...
C'est la politique du pire pour prévenir une menace imaginaire (nucléaire venant d'Iran)

Une autre abjection, c'est qu'on accorde à Israël le droit de se défendre, pas aux Palestiniens, pourtant condamnés à vivre l'enfer ! Dès qu'ils se défendent, ils sont qualifiés de terroristes !

Ce conflit non résolu deviendra un cancer pour l'humanité.
Israël prend ce risque, à terme il sera le premier à pâtir des calamités qu'il occasionne avec ses alliés anglo-saxons aux quatre coins de la planète.
Nous allons TOUS droit dans le mur, par la faute de dirigeants irresponsables !
L'apocalypse est en marche... Gaza en est le premier acte.

eva


Le poker menteur de N Sarkozy :
Comment, pourquoi Israël peut-il aimer faire de la peine, attirer de la haine ?
En dépit de sa puissance militaire, Israël est un Etat faible et mourant qui souhaite s’autodétruire. Les plus puissantes nations au monde assistent à ce processus suicidaire.

Avec la crise américaine et la suspension probable des crédits alloués à Israël, engager une nouvelle guerre, après celle de l’humiliation au Liban, est une conduite à tombeau ouvert.

De voir Nicolas Sarkozy aussi, s’engouffrer benoîtement dans la brèche du « m’as tu vu », simplement pour apparaître comme un homme de paix, est d’un ridicule abyssal. 

http://www.marcfievet.com/article-26438734.html
 

 


Partager cet article
Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 05:11





Gaza, Dieudonné, C4N, la démocratie, l'Apocalypse
Voici un commentaire que j'ai publié sur
http://www.come4news.com/vers-un-boycott-des-spectacles-de-dieudonne-83663#



"Faut-il pleurer ? Faut-il en rire ?
Israël est en train de faire de Gaza un second Oradour sur Glane, mais c'est Dieudonné qui est scandaleux !

N'oublions quand même pas qu'il lui est interdit de pratiquer son métier pour un sketch portant sur un colon d'extrême droite (pléonasme)et non pour un sketch antisémite
" (Guy)

C'est tellement vrai, bravo, merci ! (Eva)

New Reporter : "On peut critiquer des individus, des groupes d'individus mais on n'a pas le droit de s'en prendre à un peuple dans son ensemble. "

On n'a pas le droit quand il s'agit de ce peuple-là, et LUI SEUL. Voilà la source de l'antisémitisme, des frustrations, ce 2 poids 2 mesures

Voilà la source de mon dégoût, de + en +, pour ce site qui pratique le 2 poids 2 mesures : Je peux tout dire contre - mais AUCUNE critique contre CE peuple, c'est la vache sacrée de l'Occident, il peut tout se permettre même les crimes les plus abjects, même les pires injustices, même les pires terreurs intellectuelles, on s'aplatit, en fait on s'aplatit devant l'Argent, honte aux Zélus, aux puissants, aux arrivistes, aux parvenus, à ceux qui essaient de parvenir, je crois que c'est une des pires choses de notre humanité

qui nous conduit à une inhumanité complète, voir "La démocratie mensonge"


« La démocratie mensonge » de Daniel Vanhove

jeudi 25 décembre 2008 - 09h:16

Un ouvrage de Daniel Vanhove


 

Comment rester confiant en notre modèle de société présenté comme exemplaire, quand il gaspille en un peu plus d’un siècle au profit de quelques privilégiés, ses réserves millénaires ?


Comment rester serein quand tout indique que le rythme imposé à la planète nous précipite vers l’abîme ?

Comment concilier les contradictions de plus en plus évidentes entre une minorité de nantis qui osent (presque) tout se permettre, et une majorité de démunis qui s’enfoncent jour après jour dans une pauvreté endémique dont on sait qu’elle n’est ni le fruit du hasard, ni inéluctable, mais qu’elle résulte au contraire d’une scandaleuse et injuste redistribution des richesses ?

Il semble que nous soyons de plus en plus nombreux à nous interroger, confrontés à l’information quotidienne qui nous ressasse la dégradation évidente de notre environnement tant politique que social, économique, professionnel, écologique, culturel, moral ... et confirmant par ailleurs, pour ceux qui en doutaient encore, que tout paraît bien être lié.

Alors que la " globalisation " - comme seule loi du marché - est prônée par les plus nantis comme LA solution à tous nos problèmes, le désarroi et le questionnement qui en résulte semble gagner de plus en plus d’individus.

Des citoyens, fragilisés, se sentent dépassés, écrasés par le projet de société qui leur est imposé. Malgré leurs beaux discours, éloquemment adaptés aux circonstances, les classes dirigeantes ne s’embarrassent plus guère de principes ni de déontologie. Seul ce qui sert leurs intérêts prévaut.

L’idéal qui au départ animait parfois les plus dévoués, a tôt fait de céder sa place aux calculs égoïstes et aux plans de carrière. Ces élites - ou qui se croient telles - ne sont plus au service de la collectivité, mais strictement au leur et à celui de leurs partenaires financiers. Leur ambition n’est jamais satisfaite. Qu’ils s’autoproclament de gauche ou de droite, les problèmes du citoyen ne les intéressent qu’occasionnellement, à quelques semaines des élections.

Tout occupés par leur ascension personnelle, ils n’ont d’yeux, d’oreilles et d’agenda que pour ceux qui pourraient y contribuer, ceux qui ont le pouvoir de l’argent et de l’influence. Et tout est bon pour y parvenir... La Palestine l’illustre fort bien. Depuis toujours, tous les principes " démocratiques " y sont bafoués par l’occupant israélien.

Cela n’empêche pas les autorités de nos Etats occidentaux, pourtant chantres des Droits de l’homme, de continuer de commercer avec Israël dont le lobbying politique parfaitement organisé démontre la force de ses réseaux d’influence patiemment tissés.

Sans risque de se tromper, l’on peut déclarer que notre monde se déshumanise lentement mais irrémédiablement, résultat d’une brutalité inouïe s’exerçant sur nous à tous niveaux.

Avenir incertain, déséquilibres de tous ordres dont nous prenons (trop) lentement conscience, risques écologiques grandissant à un niveau planétaire... N’est-il pas essentiel de prendre le temps pour répondre à certaines questions urgentes ?


http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5595


 

Suite aux évènements terribles qui ont touché Gaza ces derniers jours un site plate-forme a été crée à l'initiative des mouvements de solidarité pour la Palestine. Ce site a pour objectif de mobiliser et informer les citoyens de France, Belgique et Suisse en temps réel de la situation sur la bande de Gaza. Il y'a même un kit du militant pour permettre aux citoyens d'agir à distance.
http://www.urgence-gaza.com/index.php?option=com_frontpage&Itemid=1
Nous vous invitons à visiter ce site et à en parler autour de vous.
 

 



Des Juifs Justes s'élèvent
contre les événements actuels

Communiqué du BN de l'Union Juive Francaise pour la Paix


Attaque terrestre contre Gaza.

Les dirigeants israéliens devront répondre de leurs crimes.

Après des années d'un blocus inhumain, après une semaine de bombardements qui ont tué 450 personnes et blessé des milliers d'autres, (Eva : ne pouvant être soignés, et privés d'anti-douleurs !), l'armée israélienne vient de lancer ses troupes terrestres (samedi 3 janvier) contre la bande de Gaza. Ce crime était annoncé de longue date. La rage et la colère de ne pas avoir pu l'empêcher n'en sont que plus grandes.


Ainsi donc en 2009, une des plus puissantes armées au monde peut attaquer un territoire surpeuplé et y massacrer impunément qui bon lui semble.

Le crime a été rendu possible par un consensus tragique dans la société israélienne. Tous les partis sionistes ont été avertis à l'avance de l'attaque contre Gaza et tous l'ont approuvée. Seule une petite minorité d'anticolonialistes continue inlassablement de s'opposer, de manifester, de témoigner.

Cette situation de l'opinion est le résultat d'une propagande permanente en Israël visant à « déshumaniser » les habitants de Gaza ou le Hamas et à rendre licite ou normal leur assassinat.

Le crime a été rendu possible par la complicité de l'Union Européenne. La décision du Conseil sous présidence française du « rehaussement » des relations entre l'Union et Israël alors que la classe politique israélienne est lancée dans une surenchère électorale guerrière a été comprise comme un « permis de tuer » (Eva : Les mots cachent mal les maux). La réception de Tzipi Livni à Paris par Sarkozy et Kouchner était un encouragement à l'agression.

Le crime a été rendu possible par la complicité des Etats-Unis qui n'ont jamais cessé de surarmer Israël et de le renflouer financièrement et par celle enfin de certains dirigeants arabes qui, comme Moubarak, ont donné leur accord à cette invasion. Le crime a été rendu possible en raison de l'impunité des dirigeants israéliens, civils ou militaires, qui violent sans arrêt le droit international et se rendent coupables régulièrement de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Dans le monde entier, des manifestations d'une ampleur rare ont eu lieu contre l'attaque israélienne, notamment aujourd'hui. Aussi bien dans les pays arabes qu'aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, ou même à Tel-Aviv. Dans toutes les villes de France, des manifestations gigantesques ont mobilisé des forces nouvelles qui s'engagent contre cette barbarie.

L'Union Juive Française pour la Paix s'honore d'avoir participé à ces manifestations. Elle dénonce la tentative du CRIF d'enrôler tous les Juifs de France derrière la politique criminelle de l'Etat d'Israël.

Il y a urgence, il faut continuer la mobilisation et les manifestations.

Pour arrêter le massacre en cours, il faut exiger du gouvernement français, de l'Union Européenne et de la communauté internationale qu'elles cessent immédiatement leur complicité avec l'agression. Elles doivent exiger l'arrêt immédiat de l'invasion. Elles doivent mettre en place une politique de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël, à l'image de la campagne qui a fait céder autrefois l'Apartheid en Afrique du Sud. Elles doivent exiger que les dirigeants israéliens soient traduits en justice pour répondre de leurs crimes.

Le BN de l'Union Juive Française pour la Paix
(3 janvier 2009
)



L’impasse criminelle de la solution militaire www.mvtpaix.org Israël-Palestine,    L ...
Pour lire la suite cliquez ici


Gaza et Israël : le droit légitime à la défense
et quelques faits importants samedi 3 janvier 2009
par Zone-7 (Source : Les 7 du Québec ...
Pour lire la suite cliquez ici

  
Si...

le dépeçage et la destruction systématiques de la bande de Gaza continuent ;

si la volonté d’Israël est celle des Etats-Unis ;

si l’Union européenne, la Russie, les Nations-Unies et toutes les organisations juridiques ou autres disséminées autour du globe restent assises comme des pantins creux et impassibles, ne faisant rien d’autre que de lancer d’incessants “appels au cessez-le-feu“ aux “deux camps“ ;

si les lâches, obséquieux et serviles Etats arabes continuent d’attendre en regardant leurs frères se faire massacrer inlassablement pendant que la superpuissance mondiale d’intimidation les fixe menaçante de Washington pour qu’ils ne disent la moindre chose qui lui déplaise ;

alors disons au moins la vérité sur l’enfer qui se déroule sur terre.

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5690

Lavrov-Abbas: la Russie soutient l'initiative du dialogue Palestinien


Windows devient un système dangereux

(Extraits)
La délinquance électronique augmente-t-elle ?

Les cyberattaques réussies étant par définition indétectables, il est très difficile d'évaluer leur portée réelle. D'autant que les entreprises comme les banques ne s'en vantent pas, et ne déposent pas plainte tant que le préjudice n'est pas supérieur au bénéfice. Tout ce que l'on peut dire, c'est que n'importe quel bon informaticien, en n'importe quel point du monde, est une menace potentielle. Et qu'il est beaucoup plus rentable et moins risqué de pratiquer le rapt de données informatiques que le rapt d'enfant. Ou que d'aller braquer une banque.

Quelle est l'arme la plus efficace pour les pirates du Web ?
La grande menace, ce sont les "botnets" : un ensemble de machines zombies tombées sous le contrôle d'un attaquant, via un "ver" ou un cheval de Troie, et exploitées de manière malveillante. Les plus gros botnets découverts dans le monde impliquaient la prise de contrôle de trois à quatre millions de machines : avec ça, un seul pirate peut faire ce qu'il veut. Attaquer l'Estonie, par exemple, comme ce fut le cas en mai 2007. Le botnet responsable de cette cyberguerre étatique a été dirigé vers l'ensemble des serveurs estoniens, qu'il a bombardés de paquets numériques. Résultat : tous les services du pays ont été paralysés. De la même façon, une entreprise peut très bien louer les services d'un botnet pour paralyser une entreprise concurrente.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/01/01/internet-l-impossible-securite-du-reseau-mondial_1136896_3244.html

 

liste complète



Gaza-Varsovie

-    Construction d’un mur de séparation.
-    Accès interdit et passage obligé par des points gardés.
-    Terreur sur  la population.
-    Interdiction  du regroupement des familles.
-    Spoliation des biens
-    Coupures d’eau et d’électricité
-    Affamement et assoiffement  de la population.
-    Répression – arrestations- condamnations contre les insurrections et la résistance à l’occupant.
-    Propagande mensongère et utilisation des média.
-    Bombardements aériens
-    Emploi de matériels militaires expérimentaux.
-    Bombardements terrestres
-    Assaut et démolition totale par la dynamite et les bulldozers.

Ainsi, Gaza est bien aujourd’hui « le Varsovie de Palestine »,

Ainsi, comme lors de la guerre d’Irak, où les étasuniens avaient visionné le film « La bataille d’Alger » pour répondre à l’insurrection populaire, les sionistes se servent des stratégies de ceux qui ont massacrés jusqu’au dernier les leurs à Varsovie.

Comment un Etat, une Nation comme la France, peut elle laisser une telle barbarie sanguinaire se produire devant les yeux effarés de Peuples du monde, sans intervenir avec les seuls moyens possibles et tant redoutés par les sionistes : les sanctions économiques et financières… ?

Sommes-nous à l’aube d’une 3ème  guerre mondiale, sommes-nous à l’aube d’une 2ème « Shoah », cette fois contre le peuple palestinien ?

Oui si nous laissons faire !


article complet sur  http://www.liberez-les.info/

Eva :
A qui le tour ? Cisjordanie, Liban, Iran, Syrie...
Hypocrisie de Sarkozy : Actes pour soutenir Israël,  paroles pour le condamner, pour tromper les Français.
Qui sont les vrais terroristes ?
De surcroît, des malformés vont naître comme au Vietnam,
et d'innombrables handicapés vivront un enfer.

Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729
Les produits des entreprises qui soutiennent l’Etat d’Israël
(américaines ou européennes) :
COCA-COLA .
DANONE
NESTLÉ La firme
est accusée depuis les années 50 de détruire l’économie et la
santé des peuples du Tiers-Monde, notamment par l’imposition de ses
laits en poudre pour bébés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Friskies
Buitoni
Liste complète en commentaires
http://r-sistons.over-blog.com/article-26395780.html#anchorComment


Journée de solidarité avec la Bolivie
samedi 17janvier
de 17 h à 22 h


à l'initiative du collectif national de solidarité avec la Bolivie

 

complexe sportif Nelson Mandela

 La Plaine Saint Denis (93)

http://cbparis.over-blog.com/article-26379921.html


Les dirigeants arabes
sont des lâches, ils sont vendus
aux Puissances militaro-financières, par Amour de l'Argent !


Les peuples ne sont pas représentés par leurs gouvernements !
Ils sont trahis par eux !
Ils ne veulent pas de l'Europe,
pas du libéralisme,
pas des guerres,
on leur IMPOSE le tout !


Evangélistes criminels

De nombreux dirigeants militaires et politiques états-uniens depuis 1947,
notamment les Bush, appartiennent à un groupe évangélique secret,
dit « La famille », dont le siège est situé à proximité du Pentagone,
dans la propriété des cèdres. Cette organisation,
après s’être alliée avec le Vatican en Amérique latine contre
les théologiens de la libération, conduit aujourd’hui
une double offensive contre les catholiques et contre les musulmans
.
Elle fournit désormais le principal encadrement politique aux États-Unis,
et étend son influence dans le monde via ses missionnaires.

La responsabilité des Églises protestantes
qui contribuent à radicaliser le conflit...

http://bridge.over-blog.org/article-26368250.html

Quelques semaines après le 11 septembre,
je mettais déjà en garde
contre les TROIS religions monothéistes,
chrétiens (évangélistes)
juifs (sionistes)
musulmans (islamistes),
je les renvoyais dos à dos.
Une fois de plus, j'avais le tort
d'avoir raison trop tôt !
Basta les néocons,
et les communautarismes
fanatiques
sectaires
extrémistes !
Basta le Vatican qui se mêle de tout
et combat les peuples luttant pour leur libération !
J'ai plusieurs fois sur CE blog
dénoncé les pseudo-missionnaires américains,
en réalité agents de l'impérialisme yankee !
Lisez mon blog
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com   
Eva

http://bridge.over-blog.org/article-26368250.html


Rappelez-vous de ce que Joe Biden, Collin et d'autres ont annoncé
http://lapromo.neufblog.com/leveilleur/2009/01/janvier-2009-in.html

Alerte !
L' ONU est une imposture !


Tout est décidé en dernier ressort par Israël
(entendu par ex sur Kiosque, TV5 Monde)
car il a le droit de véto sur tout,
à travers ses alliés américains,
l'ONU est une escroquerie !
Elle ne sert pas la paix,
mais les intérêts des Occidentaux
ultra-libéraux, impérialistes,
colonialistes, prédateurs, criminels !

Soulèvement mondial des peuples
tous unis contre l'oligarchie planétaire,
leurs oppresseurs du NOM
qui ne songent qu'à éliminer
la moitié d'entre eux au moins !
Et à les asservir, en les paupérisant
pour augmenter l'épaisseur de leurs portefeuilles !
Les décideurs sont des hypocrites,
Sarkozy condamne officiellement l'opération à Gaza,
pour plaire aux Français hostiles,
et en sous-mains la soutient et l'encourage !


http://www.info-palestine.net/...ticle=5595

Bravo Dieudonné pour ta liberté, ton indépendance désaltérante, ton courage,
les peuples vont faire de toi un nouveau héros de notre temps,
comme LE lanceur de chaussures
car tu es un des derniers a oser la Liberté de pensée et de parole,
c'est SALUBRE,
c'est toi qui devrait être décoré pour ton audace de braver les lobbies !

Mais non, un Delanoeë "socialiste" décore les auteurs du nouveau Guernica, du nouveau ghetto de Varsovie,
le monde est abject
les peuples vont le renverser

et voyez mon article les enfants d'Abraham sur mon blog
http://r-sistons.over-blog.com, abonnez-vous à ce blog de la Liberté, courageux,

cet article est censuré par C4N qui fustige la censure en Tunisie et la pratique ici envers Olivier Bonnet quand il se permet une critique de CE peuple, ou envers moi-même

comme Dieudonné, toujours la même chose, lui, moi, parce qu'on ose une parole de liberté, au nom d'une démocratie qui n'en est plus une, en voie de disparition, honte à nous,

ou ce grand Préfet courageux réduit à néant parce qu'il ose dire la vérité, la vérité pourtant est toujours salubre,

ou le grand Boniface, parce qu'il écrit, scandale suprême aux yeux des courtisans, "Est-il permis de critiquer Israël ?"

C'est parce qu'il n'est pas permis, aujourd'hui, de critiquer Israël, que l'extermination des innocents Palestiniens a commencé sans réaction, vraie barbarie moderne, car la modernité d'aujourd'hui est barbarie,

et que cette barbarie quotidienne, honteuse, nous deshumanise toujours plus,

attention, le monde coule parce qu'il a des idoles au lieu d'être fidèle au Sage suprême, le Créateur, à ses Commandements dont les premiers sont "tu ne tueras point", "tu ne voleras point" (les terres riches en pétrole), ces Occidentaux iront en enfer pour l'éternité, ce sera le SALAIRE de leurs ignominies,

attention le monde coule parce qu'il se vautre encore et toujours devant le
Veau d'Or

attention le monde coule parce qu'il déroule le tapis rouge devant ceux qui ensanglantent la planète, anglais, américains, israéliens ou français,

attention nous sommes au bord de l'abîme parce que nous disjonctons,

parce que nous nous aplatissons devant les tyrans et les assassins,

parce que nous piétinons les sages commandements divins,

parce que le 2 poids 2 mesures est toléré,

et alors aujourd'hui

voici
Ouradour
Sebrejnica
Guernica
Varsovie

les ïnnocents Palestiniens de la Shoah en sont les victimes
et les bourreaux, ceux qui nous demandent sans cesse de commémorer leur propre Shoah,

où est la Justice ?

Nous sommes devenus fous, nous manquons de bon sens, de clairvoyance, d'intelligence, de sagesse, d'humanité.



Les Palestiniens ? Ce sont les prémices de l'intolérable qui va s'abattre sur nous,

parce que nous avons toléré les Philippe Vals de Charlie Hebdo et ce qui arrive à Dieudonné,

parce que nous avons toléré l'extermination des Palestiniens,

maintenant nous allons avoir le
choc de civilisations

qui fera de notre monde un enfer, programmé par les sinistres néocons ces ennemis de la moitié de l'humanité et de tous les faibles,

qui fera de notre monde un champ de souffrances, de larmes, de désolation, de ruines,

voyez-vous mes amis, Gaza est le premier acte de la tragédie planétaire qui se prépare

parce que nous avons toléré l'intolérable, l'injustice, le 2 poids 2 mesures, l'inhumanité, la barbarie,

tout commence avec Dieudonné, on ne peut plus rire,
et avec Gaza la martyrisée,

alors oui maintenant nous allons pleurer, 

les Veilleurs sont peu nombreux,

les résistants aussi,

il y a des courtisans ou des collabos,

et au final, avec Dieudonné et Gaza,

c'est la fin de la liberté, de la démocratie, de l'humanité,

Premier acte d'une grande tragédie,

voici venir l'apocalypse,

tant pis pour nous,

les Justes, les Sages, les Pauvres, les croyants... seront préservés,

les autres subiront le châtiment éternel

pour leur lâcheté ou pour leurs crimes.

Que celui qui a des oreilles entende,
que celui qui a des yeux voie,
ce sont des paroles "prophétiques", tout simplement, qui annoncent et mettent en garde,

il faut choisir,
maintenant,

C4N va-t-il publier "mes enfants d'Abraham" ?

S'il ne les publie pas, et c'est un beau texte, tandis qu'il publie ET surtout met en avant le plus sinistre des néocons,
alors oui nous saurons qu'il appartient à la cohorte des courtisans,

pire encore, par son favoritisme,

qu'il est là pour, insidieusement, favoriser cette idéologie néoconservatrice anglo-saxonne haineuse, barbare, raciste, eugénique, qui conduit au CHOC de civilisations qui signera la fin de l'humanité... et de la vie sur terre.

Je copie ce texte et je le publie sur mon blog

en soutien à la
Liberté, pour tous,

en soutien à la Vérité, décapante,

en soutien à la Justice, et d'abord sociale,

en soutien à l'humour libre, même ravageur,

en soutien à la tolérance pour toutes les opinions,

en soutien à la
Paix universelle

et à la fraternité des peuples.

Eva
http://r-sistons.over-blog.com

N.B. Quant à Faurrisson, je l'avais oublié,

il a le droit de chercher,
il a le droit de publier,
il a le droit de se tromper.






http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5595


Un texte que je dédie
aux fonctionnaires des R.G.,
et plus généralement de la Police

en leur disant :

Vous qui me lisez,
vous qui peut-être bientôt ne serez plus fonctionnaires
privé de stabilité mais aussi peut-être un jour privé d'emploi,
et donc peut-être de toit et même de famille,
vous qui risquez de ne plus avoir de retraite
ou seulement capitalisée avec tous les risques que cela suppose,
comme toutes les victimes d'Enron et des folies américaines
notre modèle aujourd'hui à travers Sarkozy l'Américain,
vous qui pire encore, dans le monde "moderne", néo-capitaliste
(où l'on s'enrichit démesurément, scandaleusement, ... en dormant)
risquez  d'être épuisé à l'âge du repos bien mérité,
ou même euthanasié, car un retraité ça coûte cher aux Libéraux,
vous qui aurez bientôt à payer
pour votre Santé, et les écoles et les facs de vos enfants,
vous qui vous épuiserez toujours plus en gagnant toujours moins,
vous qui passerez vos dimanches au super-marché à faire vos courses
ou à tenir les caisses,
s'il reste encore des emplois de caissiers,
s'ils ne sont pas robotisés,
vous qui verrez vos protections sociales,
et vos services publics,
et votre Droit du Travail,
toujours plus restreints,
et même un jour supprimés,
vous qui serez épié, pucé, contrôlé, suivi, partout et en tous temps,
vous qui serez désinformé à la télé
et diverti, abêti, anesthésié,
et même asservi,
vous qui serez envoyé faire les sales guerres,
cet affreux choc des civilisations
si cher aux sinistres néocons,
pour l'Apatrie des Multinatinationales,
le Pétrole, la Chimie, l'Industrie de l'Armement ou de la Reconstruction,
Bush, Cheney, Rockefeller, Rothschild,
et toutes les Grandes banques,
vous qui serez délocalisé, dégraissé, intermittentisé, précarisé,
avec toujours plus de travail et moins de salaire
et moins de garantie de travail et moins de protection,

dites merci aux militants comme nous,
nous travaillons pour vous et pour vos enfants,
pour la justice, la solidarité, la fraternité, la communion des civilisations, la paix,
pour aussi les générations futures,
et même la survie de l'espèce humaine,

dites merci et rejoignez-nous,
soyez actifs avant d'être radio-actifs,
résistez à la dictature du Grand Capital qui se prépare
pour ne pas être broyé par elle,
asservi ou transformé en chair à canon, ou condamné à la rue,
privé d'avenir et en tous cas d'une existence normale,
vous et vos enfants,

je vous dédie ce texte que je trouve à l'instant,
nous tavaillons pour vous, pour vos familles,
pour l'avenir,
vous avez besoin de nous,

nous avons besoin de vous,
rejoignez-nous,
je vous embrasse fraternellement
Eva

                  
Pour la grève reconductible


Partager cet article
Repost0
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 14:15


Sommaire :

L'apocalypse prévisible.

Gaza-Varsovie : Un texte d'Eva

Sélection de liens (à venir)


Apocalypse now :


Voici une courte réalité fiction du futur proche... ce texte est écrit par un ancien agent spécial de contre-espionnage de l'US Army en juin 2008... Il n'était ni au courant de la crise à venir, ni au courant des problèmes rencontrés à Gaza aujourd'hui ! A prendre avec recul, sans toutefois perdre de vue que rien n'est impossible et qu'Obama s'est clairement dit prêt à attaquer l'Iran si cela s'avérait nécessaire...

« Israël a déclaré qu'une attaque contre l'Iran sera "inévitable" si le régime islamique continue à aller de l'avant dans ses intentions de construire une bombe atomique. » (LondonDaily Telegraph, 11 juin 2008)

« La chancelière de l'AllemagneAngela Merkel s'est jointe mercredi au président Bush en appelant à de nouvelles sanctions contre l'Iran s'il ne suspend pas son programme d'enrichissement de l'uranium. » M. Bush a souligné à nouveau que « toutes les options sont sur la table, y compris la force militaire.» (NewYork Times, 11 juin 2008)

« Le danger iranien est grave et réel et mon but sera d'éliminer cette menace » (Obama, juin 2008, 7s7 "Obama promet d'"éliminer" la menace iranienne")

Nous approchons rapidement de la dernière période de six mois de l'administration Bush. Le bourbier en Irak est dans sa sixième pénible année alors qu'il n'est toujours pas possible d'en anticiper la fin et la guerre oubliée en Afghanistan en est aussi dans sa septième année. Les « dead enders » et autres factions armées sont toujours bien vivantes en Irak alors que les Taliban en Afghanistan ont à nouveau pris le contrôle de la majorité du pays. Le prix de l'essence a maintenant atteint une moyenne de 4 $ le gallon au niveau national [USA] et plusieurs analystes prédisent que le prix augmentera à 5 $ ou 6 $ dollars le gallon avant la fête du travail [NDT : Aux USA et au Canada, la fête du travail est célébrée le premier lundi du mois de septembre]. Cela, malgré les assurances données par certains des principaux partisans à la décision d'envahir l'Iraq voulant que la guerre en Irak « se paiera par elle-même » (Paul Wolfowitz) ou que nous verrions le pétrole à « 20 $ le baril » si nous envahissons l'Irak (Rupert Murdoch).

Une chose que le Pentagone fait régulièrement (et il le fait très bien) est de réaliser des exercices de guerre. Les hauts gradés sont constamment en train d'élaborer des stratégies pour réaliser un grand nombre de missions théoriques fondées sur des menaces réelles ou présumées à notre sécurité nationale ou à des intérêts vitaux. Cela fut également réalisé avant l'invasion de l'Iraq, mais l'administration Bush a préféré ne pas écouter les mises en garde contre cette mission qui lui avaient été données par les dirigeants du Pentagone voire même, par ses propres conseillers du renseignements. Néanmoins, encore une fois les exercices de guerre battent actuellement leur plein avec, dans la mire, le voisin oriental à notre actuel bourbier – l'Iran.

Ce n'est pas un secret que les États-Unis sont actuellement à mettre la touche finale à plusieurs plans dressés pour attaquer les installations nucléaires et militaires iraniennes. Avec nos forces terrestres au bord du gouffre en Iraq et en Afghanistan, aucun des scénarios les plus plausibles ne prévoit une invasion terrestre. Non pas que cette administration ne préfèrerait pas marcher sur le siège de l'islam chiite derrière une solide ligne de chars M1 Abrams et d'y proclamer la démocratie pour le pays. Le fait est que même le président sait que nous ne pouvons nous permettre d'en faire plus et par conséquent, lui-même et les néo-conservateurs devront se contenter d'une opération « Choc et stupeur. »

Si nous envahissons l'Iran cette année, cette invasion se fera par des centaines de sorties d'avions basés sur les porte-avions déjà stationnés dans le golfe Persique et par des avions basés en Iraq et au Qatar. Ils vont attaquer les installations nucléaires connues situées dans et autour de Téhéran et dans le reste du pays, ainsi que les bases contenant les principales unités militaires iraniennes, les installations anti-aériennes et les unités de la Garde Révolutionnaire (une entité distincte et une puissante organisation paramilitaire iranienne).

Est-ce que cette action militaire arrêtera l'Iran dans ses efforts visant à développer des armes nucléaires? Probablement pas. Elle ne parviendra sans doute même pas à détruire la totalité de leurs installations de recherche nucléaire, les plus importantes étant celles qui sont souterraines, protégées par des tonnes de terre et de béton armé et d'acier conçus pour résister à presque toutes les attaques conventionnelles. Les militaires iraniens et la Garde Révolutionnaire pourront vraisemblablement survivre, bien qu'ils devront subir d'importantes pertes en vies humaines alors que les grandes bases et les centres de commandement seront sans doute détruits. Toutefois, puisque l'Iran possède des forces aérienne et navale fonctionnelles (y compris des sous-marins) et des installations modernes de défense anti-aérienne, les bombardiers chasseurs US essuieront inévitablement de grandes pertes. Ce ne sera pas « chose simple » telle que lorsque les États-Unis ont dirigé l'invasion de l'Iraq en 2003, alors que l'armée irakienne s'est tout simplement dispersée et que les forces aériennes iraquiennes n'ont jamais fait voler un seul appareil.

Il n'y en aurait plus pour longtemps.

Si les États-Unis attaquent l'Iran soit cet été ou cet automne, le peuple des États-Unis serait mieux d'être prêt à faire face à un choc qui puisse être encore plus grand à la psyché nationale (et à l'économie) que ne le fut le 11 septembre 2001. Tout d'abord, il y aura d'importantes pertes US dès la première invasion. Des avions chasseurs américains seront abattus et les pilotes américains qui ne seront pas tués seront fait prisonniers, y compris les femmes pilotes. Les missiles iraniens Yakhonts 26, les Sunburn 22 et les Exocet vont se diriger et attaquer les forces navales américaines regroupées dans les étroites eaux du golfe Persique avec des résultats très meurtriers. Des marins américains seront tués et des navires américains seront gravement endommagés et peut-être même coulés. Nous serons peut-être témoins de la première attaque d'un porte-avions américain jamais survenue depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Il ne s'agit là que du début

Israël (qui était jusque-là demeuré hors de la mêlée en laissant l'armée américaine faire la première grande charge) est attaqué par le Hezbollah dans une action coordonnée et à grande échelle. L'étendue considérable et effroyable de pertes en vies humaines paralyse la nation, une chose que l'on croyait impossible. Le tout dernier allié de l'Iran dans la région, la Syrie, déclenche alors une avalanche de plus de 200 missiles Scud B, C et D sur Israël, chacun armé de gaz VX. Étant donné que le territoire d'Israël est à la portée de ces armes de fabrication russe, Haïfa, Tel-Aviv, Jérusalem et pratiquement la totalité des grands centres ainsi que plusieurs bases militaires seront frappés, souvent avec pour résultat des pertes énormes en vies humaines.

Les forces aériennes israéliennes ordonnent à leurs trois escadres de bombardiers de combat F-16I Sufa de prendre la voie des airs avec l'ordre de bombarder Téhéran et de nombreuses bases militaires et nucléaires autant qu'ils le peuvent avant d'être soit abattu ou à court de carburant. Il s'agit d'un aller simple pour certains de ces pilotes. Leur antique patrie tombe en ruine. Beaucoup ont des parents qui sont déjà morts ou mourants. Ils n'attendent pas d'avoir la permission de Washington, ou des commandants militaires américains régionaux. Les avions israéliens transportent la majorité de l'arsenal nucléaire de leur pays sous leurs ailes.

Juste après les premières vagues de bombardiers US lancés dans l'espace aérien iranien, la marine iranienne, utilisant les bases côtières de missiles, attaque rapidement les vaisseaux et coule plusieurs pétroliers dans le détroit d'Ormuz, coupant ainsi le golfe Persique et tout son pétrole du reste du monde. Ils minent alors la région, rendant ainsi difficile et même mortelle le nettoyage du détroit par les dragueurs de mines américains. Tout ce qui reste de la Marine et de la Force aérienne iranienne harcèle notre Marine alors qu'elle tente de réaliser des opérations de déminage. Encore d'autres victimes US.

Le jour suivant l'invasion, Wall Street (et dans une moindre mesure, Tokyo, Londres et Francfort) font ce qu'ils font toujours lors d'une crise internationale – de la spéculation irrationnelle et ils achètent avec une grande fébrilité en faisant flamber les prix du pétrole à des sommets jamais inégalés. Au lendemain de l'invasion américaine de l'Iran, le prix du pétrole augmente à 200 $ ou 300 $ le baril sur les marchés. Si la guerre n'est pas terminée dans quelques semaines, ce prix pourrait augmenter encore bien plus. Cette situation fera immédiatement grimper le prix de l'essence à la pompe dans le pays [USA] à 8 $ ou à 10 $ le gallon, et subséquemment à des niveaux encore plus impensables.

Si cela se produit, le pays s'arrête net. La plupart des américains ne sont plus en mesure de s'offrir de l'essence pour aller travailler. Les camionneurs abandonnent leurs poids lourd sur le côté de la route et disparaissent. La nourriture, les médicaments et d'autres produits indispensables ne sont plus transportés aux magasins. L'essence et l'électricité (pour le peu qu'il en reste de disponible) sont trop onéreuses pour que la plupart des gens puissent se les offrir. Les enfants, les malades et les personnes âgées meurent au cours de l'été par manque d'air climatisé dans les maisons et les hôpitaux. Les enfants, les malades et les personnes âgées meurent en hiver en raison du manque de chauffage. Il y a des émeutes de la faim partout à travers le pays. Un système de troc se développe à mesure que l'économie s'effondre et que les banques ferment ou qu'elles limitent les retraits. Les troubles civils se développent.

La police est incapable de contenir la violence et ils sont eux-mêmes victimes de la même crise que le reste de la population subie. Le régime civil se dissout et la loi martiale est déclarée en vertu des dispositions approuvées dans le cadre de la loi « Patriot Act. » Les troupes régulières de l'US Army et de la Marine patrouillent dans les rues. L'appareillage du gouvernement fédéral est déplacé vers une destination inconnue mais dans un endroit sûr. Les États-Unis sombrent dans le chaos et ils deviennent un pays du tiers monde. L'époque où les États-Unis était la seule superpuissance est révolue. (...)

David DeBatto est un ancien agent spécial de contre-espionnage de l'US Army, un vétéran de la guerre en Irak et le co-auteur de "CI" une série de livres édités par Warner Books et auteur d'un prochain livre "Counter to Intelligence" chez Praeger Security International.

http://mondialisation.skyrock.com/








Gaza :
Le nouveau ghetto de Varsovie

Le ghetto de Varsovie, l'horreur abolue.
Mémoire entretenue par ceux qui ont survécu,
pour que plus jamais cela ne recommence.

Mes amis, cela recommence !
Avec ceux qui l'ont vécu !
Mais qui l'imposent à l'innocent peuple palestinien,
sans réaction,
comme en 40 !
L'horreur est-elle donc inscrite dans les gènes humains ?
Ne peut-on imaginer d'autres avenirs pour les peuples ?

Mes amis, le carnage va commencer.
S'est-il jamais arrêté ?
Les héroïques Palestiniens
n'ont plus de chauffage
plus d'eau
plus de nourriture
plus de médicaments
ils sont bombardés tous les jours
ils sont dans un ghetto
dont seuls les étrangers peuvent sortir.

Sarkozy déroule le tapis rouge devant Tipi.
Le rouge est la couleur en effet.
Et nous, nous sommes rouges de honte
d'être impuissants
comme ceux qui étaient, en 4O,
à l'extérieur de l'enfer polonais.

Mes amis, la barbarie est perpétuée par ceux
qui l'ont vécue au plus profond
de leur chair et de leur âme.

Gaza se meurt sous nos yeux.
Gaza l'héroïque.

Mes amis,
Manifestons.
Ecrivons à nos élus.
Soutenons les ONG qui ont des contacts avec eux.
Soyons tous journalistes,
et racontons la vérité.
Demain, les mères palestiniennes
vont enfanter des monstres, difformes.
Fruits de la barbarie nucléaire
de dirigeants fous.

Le monde a perdu son humanité.
L'apocalypse est en marche.
Nous ne pourrons l'arrêter
que tous unis,
tous solidaires,
tous déterminés.

L'intolérable ne doit pas être commémoré,
il doit être combattu !

Au secours, mes amis,
un peuple innocent est en danger,
la civilisation est en danger,
l'avenir de l'espèce humaine est en danger !

Résistons comme nous pouvons !
C'est un devoir universel
au nom de la Vie, tout simplement.
Résistons comme nous pouvons !
Ce sera notre honneur et notre dignité.

Eva


Sélection de liens


Mouvement « ensemble pour une santé solidaire »

Communiqué de presse

« hôpital : la politique de Sarkozy et Bachelot tue ! »

Un petit garçon est mort le soir de Noël. Un homme de 53 ans ce week-end.

Erreur « humaine » dans le premier cas Trop de temps pour trouver une place libre dans un service compétent, pour le second.

Deux morts qui n’auraient pas dû être. Nous partageons la peine et la colère de ces deux familles, qui aujourd’hui doivent affronter à la fois le désespoir et le sentiment d’injustice.

Nous pensons aux soignants aussi. Des femmes et des hommes dont le métier est de sauver des vies, et qui n’y arrivent plus. Ou qui, à force de fatigue, commettent une erreur. Fatale.

Alors que, au cours des 50 dernières années, la médecine a repoussé les limites de la science, aujourd’hui nous pleurons un enfant et un homme qui ne sont pas les victimes de l’impuissance médicale face à la maladie.

Cet enfant et cet homme sont les victimes d’une politique délibérée d’un gouvernement qui casse l’hôpital public, pour créer une pénurie médicale. Cette pénurie obligera les français à accepter la privatisation dont ils ne veulent pas.

Les arguments d’économies, de « rentabilité », de « réorganisation » ne trompent plus personne, quand l’Etat qui démantèle l’hôpital public arrive à trouver en quelques jours, dans des « caisses vides » des milliards pour renflouer les banques victimes de leur folie des grandeurs.

Pendant ce temps, Roselyne Bachelot pérorait chez Drucker ce dimanche, ne s’inquiétant que de l’éventuelle « récupération d’un drame aussi épouvantable » tandis que le secrétaire de l’UMP, lui, « mettait en garde » contre une récupération « politicienne » de cette « affaire ».

Voici ce que nous écrivions le 15 décembre :

« Nous rappelons au Chef de l’Etat et au gouvernement que les mesures et réformes qu’ils décident et mettent en place sont des choix politiques. Leurs choix.

Faut-il attendre que, demain, des malades privés de soins meurent, comme aux USA, du fait de décisions gouvernementales (fermetures hospitalières, déremboursements, forfaits, franchises etc…) visant à favoriser les actionnaires de cette belle source de profits qu’est la santé, pour que le mot, « responsabilité » prenne alors tout son sens ?

Faudra-t-il que cette réalité heurte de plein fouet tous ceux qui ont encouragé ou laissé faire, par intérêt personnel ou par désintérêt de ce qui ne les concerne pas directement, pour qu’ils mesurent la gravité de leur faute morale ? »

Aujourd’hui Mme Bachelot juge « incompréhensible » qu’il ait fallu plusieurs heures pour trouver un lit à un malade…

Et nous, nous jugeons inacceptable, que la ministre de la santé s’obstine dans une politique qui fait de plus en plus la preuve de son inefficacité et de sa dangerosité. Nous jugeons indécent qu’elle refuse d’endosser la moindre responsabilité en cas de problème ou de drame. Nous jugeons immoral qu’elle fasse semblant de ne pas comprendre que c’est SA politique qui est dangereuse.

Deux morts, c’est déjà trop. N’attendons pas qu’il y en ait d’autres pour obliger le gouvernement à arrêter de casser l’hôpital public et la sécurité sociale.

Pour le Mouvement Ensemble pour une Santé Solidaire

 http://ensemblepourunesantesolidaire.



Ci-dessous la carte des suppressions d’emploi

déjà annoncées.

Je vous laisse imaginer l’effet en chaîne que cela va produire...

Carte médiapart


http://www.etatsgeneraux2009.fr/spip.php?article157




HISTORIQUE ! Pour la première fois un syndicat de médecins hospitaliers appelle non pas à faire grève pour protester mais a entrer en résistance.



Samedi 3 janvier 2009 - MARCHE Pour la Palestine

*****************************************************************

Annecy : 14h, devant la Préfecture

Bordeaux : 15h, place de la Victoire

Grenoble : à 15h, Rue Félix Poulat.

Lyon : à 14h départ place Bellecour

Marseille : à 15h00 de la Porte d’Aix au Vieux port.

Metz : à 14h30 - Colonne de Merten - rue Serpenoise (devant le Virgin)

Montpellier : 15h, place de la Comédie (côté Théâtre)

Mulhouse : à 14h place de la Réunion.

Nantes : 15h, Place du Commerce

Nîmes : à 14h, départ devant Carré D’Art

Orléans :à 15h place du Martroi

Paris : à 15h, Place de la République

Perpignan : à 15h place Catalogne

Poitiers : 10h30 devant le porche de l'Eglise

Rodez : 11h, devant la Préfecture

Toulon : à 10H30 - Place du MURIER (devant l’entrée du centre Mayol)

Toulouse : à 14h00 place du Capitole
 
 
 
**************************************************
Jeudi 29 janvier 2009 - MARCHE CONTRE LA CASSE ORGANISEE DU SYSTEME SOCIAL FRANCAIS
*******************************************************************

A SUIVRE [...]

 

 

Le Hamas incarne la résistance d’un peuple colonisé
par Sivia Cattori
http://vigicitoyen.canalblog.com/archives/2009/01/02/11939217.html#comments


Spécial Gaza sur www.michelcollon.info

Michel Collon participera au débat "Palestine, comprendre pour mieux agir" avec Tariq Ramadan, Cheikh Mohamed Tojgani et Nahil Chabib à Bruxelles ce samedi 3 janvier. A 15 heures, au 40 rue Delaunoy, 1080 Bruxelles. Organisé par Présence Musulmane de Belgique. Infos : pmb.secretariat@gmail.com

Michel Collon - Gaza : témoignages, réactions, commentaires
Ayant reçu des centaines de messages sur la situation à Gaza, j'en ai rassemblé quelques brefs extraits en ce 1er janvier 2009.
THEMES : Contre des cibles militaires ou pour punir la population civile ? Pour gagner les élections ? La faim. Qui a vraiment rompu la trêve ? Préparé de longue date. La définition du ghetto ? Mais d'où viennent les Gazaouis ? Uranium appauvri. Que veut vraiment Israël ? Médiamensonges. Boycott ? Que faire ? Des barils de colère dans le monde arabe. La colonisation, un crime contre l'humanité.

Gaza

POUR SUIVRE REGULIEREMENT LES MESSAGES DE ET SUR GAZA,
SURFEZ SUR LA RUBRIQUE "MES INVITES" DE

www.michelcollon.info

Un habitant de Gaza - Lettre de Gaza, ce 28 décembre
"Mon cousin qui a douze ans se cache en criant et en pleurant..."
Lettre de Gaza

Yousef Mousa - “La communauté internationale se tait alors que nos enfants meurent”
Interview d'un médecin en direct de Gaza
Nos enfants meurent

Tariq Ramadan - Au nom des Palestiniens
"La trêve était soumise à des conditions dont aucune n'a été respectée par Israël"
Ramadan

Silvia Cattori - "Le Hamas incarne la résistance d’un peuple colonisé"
Interview : "Après la barbarie que nous venons de subir, plus personne n'est neutre à Gaza"
Hamas

Rannie Amfiri - Le véritable risque que pose Gaza : la démocratie
Pourquoi l'Egypte, l'Arabie saoudite, la Jordanie aident Israël
Risque de démocratie ?

Tom Seguev - "Donner une leçon aux Palestiniens" ?
Un Israélien expose les préjugés et les mythes illusoires d'une certaine façon de penser
Une leçon ?

ATTENTION, MEDIAS !
Mohamed Tahar Bensaada
- Ce que les médias occidentaux ne diront jamais sur Israël
Tous ont repris la fable de la "riposte aux roquettes"
Médias occidentaux

Michel Warschawski - Hamas, Fatah, quelques contre-vérités
"Le Hamas s'est emparé du pouvoir" ? Faux. "Il commet des attentats" ? Faux. Et cetera, et cetera...
Contre-vérités

L'AUTRE HISTOIRE :
Henry Cattan
- 1947 : les Nations-Unies n'avaient pas compétence pour partager la Palestine
Les mémoires révélateurs d'un des négociateurs internationaux de l'époque
ONU pas compétente

VIDEO :
Chris Den Hond - Brisez le siège de Gaza
La traversée en bateau de Chypre à Gaza et le nouveau projet 'Ferry pour Gaza'
Vidéo Gaza


 

Les Musulmans et la Palestine

A l’écoute des sentiments exprimés par les musulmans à travers le monde, on perçoit une émotion de colère et de révolte mêlée à une profonde expression d’impuissance. Les massacres actuels ne sont que la confirmation de ce qui est bien connu : la « communauté internationale » s’intéresse très peu au sort des Palestiniens et tout se passe comme si l’Etat d’Israël, avec le soutien des Etats-Unis et de quelques Etats européens, avait imposé un état de terreur intellectuelle. Parmi les présidents et les rois personne n’ose parler, personne n’est prêt à dire la vérité. Tous sont paralysés par la peur…

http://www.tariqramadan.com/spip.php?article10492

 

 

 


 


Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 00:51
Marie Drucker

Un sourire enjôleur pour mieux nous séduire
et nous faire adhérer à son idéologie mortifère
au service d'intérêts communautaristes
qui n'osent pas dire leur nom !
Eteignez votre télévision quand vous voyez
cette soubrette des marchands d'armes
et des prédateurs de l'Empire qui dévaste la planète ! 



Mes amis,

L'incitation à la guerre continue. Cette fois, c'est un milliardaire anglais militaro-financier, patron de presse pour abuser de la crédulité de ses lecteurs, qui milite pour l'Apocalypse qui décuplera les ventes de son sale canard. Il ne suffit pas de diaboliser l'Iran, la Russie ou la Chine, voici maintenant qu'on désigne à la vindicte publique un nouveau pays, le Pakistan. Tant il est vrai que certains, pour faire travailler les industriels de mort et mieux dominer le monde, ne songent qu'à embraser l'ensemble de la planète, dans le silence et l'indifférence générales. Qui dira après cela que le Pakistan est responsable des attentats de Bombay ? Les fans de guerre (pour les autres, dont ils s'exonèrent eux-mêmes, lâchement, comme Bush), qui certainement, en sous-mains, programment les attentats qui mobiliseront l'opinion publique contre les ennemis choisis. Il est fort à craindre que le terrorisme attribué au Pakistan soit en réalité une nouvelle manipulation pour nous pousser à faire les guerres dont nous ne voulons pas. Bien des dirigeants choyés par la presse-torchon et les élus rampants devant le Pouvoir (quel qu'il soit), méritent la potence, et pourtant on déroule devant eux le tapis rouge et on leur dédie des rues. Tout est inversé. Ceux qui contribuent à faire revivre un village sont en prison, mais ceux qui poussent à la guerre ou fabriquent des engins de mort, sont adulés. Oui, le monde est tombé sur la tête. Pas étonnant qu'on nous prédise l' Apocalypse !

Marie Drucker se sert de sa fonction de journaliste pour faire l'apologie de la guerre. La honte ! (voyez mon post sur mon blog R-sistons à la désinformation,
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-25474704.html).

En sous-mains, donc, certains préparent l'embrasement de la planète. Ainsi, les uns font de la propagande de guerre, comme Duquesne ou la Drucker, d'autres travaillent à transformer le monde en champ de ruines et de souffrances pour satisfaire les appétits monstrueux de la machine de guerre.

Voici les dernières nouvelles concernant  ceux qui, dans l'ombre, préparent les plans du malheur pour l'humanité. Comme disait Rita Pitton, croyante et militante pour la vie, sur mon blog R-sistons à la désinformation, que ces ennemis du genre humain "aillent au diable" !  A défaut d'être traduits devant un Tribunal des peuples pour propagande de guerre, incitation au pire qui puisse arriver à l'humanité. Eva, en colère de voir l'impunité de ces apprentis sorciers. Au fait, jusqu'à quand ???

TAGS : Marie Drucker, Robert Murdoch, Benoït Duquesne, médias, propagande de guerre, Pakistan, Iran, ussie, Chine, Rita Pitton, attentats de Bombay, Apocalypse, machine de guerre, intérêts militaro-financiers.


Avec Murdoch,
la propagande pour la
guerre contre le Pakistan se met en marche 

 


4 décembre 08, (Nouvelle Solidariteé) Le premier quotidien d’Australie, The Australian, propriété du milliardaire d’obédience britannique Rupert Murdoch (Wall Street Journal, The Times, MySpace), a ouvertement lancé un appel à la guerre contre le Pakistan, le qualifiant d’unique responsable des attentats de Bombay, omettant évidemment de mentionner le rôle du
Londonistan.

« Le Pakistan est peut être le plus grand Etat parrainant le terrorisme, devançant même l’Iran », écrit le rédacteur international du journal, Greg Sheridan. « Légalement et moralement, l’Inde aurait probablement le droit de frapper le Pakistan. En représailles des attaques contre les soldats de l’Otan en Afghanistan, les Etats-Unis ont mené des frappes sur les Talibans situés à la frontière pakistanaise. L’Inde aurait une raison plus urgente : protéger ses civils»
 
Sheridan s’en prend ensuite à l’idée avancée par Obama de nommer un négociateur spécial pour le Cachemire : « C’est une initiative stupide et dangereuse. Du point de vue des attentats de Bombay, ce serait récompenser politiquement les atrocités terroristes. »  


Sheridan reprend également de fausses accusations véritablement provocatrices :
« Le Pakistan refuse d’extrader les suspects vers l’Inde ». Pourtant, le Président pakistanais Asif Ali Zardari avait réfuté ces accusations sur CNN, indiquant que son pays « fait partie des victimes », soulignant que ces derniers jours, des attentats venaient de faire 45 morts et des centaines de blessés à Karachi. Il a également déclaré que si le gouvernement indien fournissait les preuves de la culpabilité des personnes figurant sur la liste communiquée, le gouvernement pakistanais les poursuivrait immédiatement. Zardari a ajouté qu’à l’heure actuelle, aucun élément tangible ne lui était parvenu pour confirmer ou non que le seul terroriste capturé vivant par les autorités indiennes soit pakistanais.


Des sources indiennes ont rapporté à l’EIR, que des manifestations anti-gouvernementales ont été soigneusement orchestrées dans toute l’Inde (dans « le style Bollywood », selon une source), dénonçant l’incapacité des autorités à arrêter le terrorisme et excitant le sentiment anti-pakistanais.

http://www.solidariteetprogres.org/article4894.html


La duplicité britannique :


4 déce. 2008, (Nouvelle Solidarité). Dans une tribune publiée par le Guardian de Londres, l’écrivain et journaliste, John Pilger, a vivement dénoncé la politique britannique de soutien au terrorisme islamique, tout en soulignant l’hypocrisie du gala du Foreign Office pour les droits de l’homme. Après avoir énuméré de nombreuses atrocités commises avec le soutien britannique en Inde, en Iran, en Irak et ailleurs, Pilger écrit :

 

« Dans les archives et les bibliothèques britanniques, il y a des dossiers officiels et non-classifiés qui disent la vérité sur la politique britannique et les droits de l’homme (…) En ce moment, les « experts en sécurité », qui sont d’anciens militaires britanniques, nous rebattent les oreilles d’un ton moralisateur sur les évènements de Bombay, mais nous devrions rappeler le rôle historique de la Grande-Bretagne comme sage-femme de l’extrémisme violent dans l’Islam moderne, depuis l’ascension des Frères Musulmans en Egypte dans les années 50, en passant par le renversement du gouvernement démocratique d’Iran, et jusqu’à l’équipement en armes des moudjahiddines afghans – et futurs Talibans - par le MI6. L’objectif de cette politique était, et reste, la négation du nationalisme pour les peuples combattant pour leur liberté, et particulièrement au Moyen-Orient où le pétrole est « un enjeu vital pour toute puissance désireuse d’exercer une influence et une domination mondiale », comme le dit un document secret du Foreign Office de 1947. ».


Pilger s’en prend aussi au rôle de BAE Systems et la politique britannique de vente d’armes aux pays africains les plus dévastés. « Qu’est-ce que [le ministre des affaires étrangères] Miliband va dire au gens qui souffrent de cette violence sponsorisée par la Grande-Bretagne ? Peut-être va-t-il parler, comme il en a l’habitude, d’une « meilleure gouvernance » pour les régions lointaines, alors que son propre régime a suspendu une enquête du Serious Fraud Office sur le contrat de 43 milliards de Livres entre BAE et la tyrannie corrompue d’Arabie Saoudite, avec qui les britanniques ont des « valeurs communes », comme l’a dit en 2007 Kim Howells, du Foreign Office ? ».


http://www.solidariteetprogres.org/article4890.html


Jacques Attali
Dramatique alerte Attali :
Menace d'un fascisme à venir
La Gauche doit se mobiliser d'urgence


Paris, le 3 décembre (Nouvelle Solidarité)—L’avertissement de Jacques Attali dans sa dernière chronique de L’Express (27/11) est dramatique. « Si les socialistes européens ne sont pas capables » de faire face à la crise économique gravissime qui arrive, « la faillite de l’économie libérale ouvrira la voie, une fois de plus, à des caricatures de socialisme, c’est-à-dire, à des Etats totalitaires empruntant à la social-démocratie ses idées économiques (grands travaux et nationalisations) et en lui ajoutant des privations de liberté et des boucs émissaires. »


Cherchant à mettre fin aux tendances « suicidaires » de l’actuelle direction du Parti socialiste, Jacques Attali dresse un tableau brutal de la situation et dénonce la « solution du pire » adoptée par un certain nombre. « Ceux qui sont plus informés que les autres des catastrophes à venir prennent des dispositions, encore très discrètes, dont les effets désastreux seront bientôt visibles », avertit Attali. « Ainsi, les banques utilisent tous les prétextes pour se faire rembourser par anticipation leurs prêts aux PME – les contraignant à la faillite – et aux particuliers – détruisant le secteur du logement. Les grandes entreprises arrêtent les recrutements et préparent de vastes plans de licenciement. (…) Et comme on compense tout cela par d’immenses injections monétaires, sans contrepartie, s’annoncent des menaces épouvantables. Dans l’ordre, un chômage considérable, une dépression puis une inflation massive. C’est-à-dire, à l’échelle du monde, ce qui s’est passé en Allemagne dans les années 1920. »

« Les partis sociaux-démocrates devraient n’avoir qu’une idée en tête : se doter d’un programme commun très ambitieux pour les prochaines élections européennes », fondé sur « un fonds souverain continental de 1 trillion d’euros pour financer de grands travaux ; une politique industrielle et une reconversion écologique majeure », qui, seule, « pourra sauver la démocratie. Mais qui s’en soucie ? »


Bien que nous partagions entièrement l’analyse de Jacques Attali concernant à la fois la gravité de la situation et la folie suicidaire du Parti socialiste, son projet nous laisse songeurs à deux titres :

suite à http://www.solidariteetprogres.org/article4888.html


drapeau_israel.jpgIsraël planifierait actuellement d'attaquer les installations nucléaires de l'Iran et le pays serait prêt à lancer des frappes sans l'accord américain


Par ailleurs, d'autres responsables de la défense d'Israël soutiennent au Times qu'une attaque des forces israéliennes seules risque d'échouer à éliminer les sites nucléaires iraniens, qui sont dispersés et dont plusieurs sont creux sous terre.

voir
http://vigicitoyen.canalblog.com/


Pourquoi 500.000 cercueils
sont stockés par la FEMA?

Souvenez-vous de mes parutions (sur alerte du "krach démocratique"
http://krach.democratique.free.fr/etats-unis/index.html),
au printemps, concernant les "camps de concentration" aux USA, les projets obscurs de la FEMA, puis la préparation de cercueils.
Plan pour contrôler les masses et emprisonner les dissidents, voir en commentaires de cet article http://r-sistons.over-blog.com/article-25466270-6.html#anchorComment
Voir
http://vigicitoyen.canalblog.com/

 


La grande escroquerie du Téléthon
Le professeur Testard dénonce une "mystification"

 source alterinfo.info

 

jt

 

 

 

 

 

"C’est scandaleux. Le Téléthon rapporte chaque année autant que le budget de fonctionnement de l’Inserm tout entier. Les gens croient qu’ils donnent de l’argent pour soigner. Or la thérapie génique n’est pas efficace. Si les gens savaient que leur argent va d’abord servir à financer des publications scientifiques, voire la prise de brevets par quelques entreprises, puis à éliminer des embryons présentant certains gènes déficients, ilschangeraient d’avis.  

http://vigicitoyen.canalblog.com/ 



Sélection de liens :



Sur le blog Chiron,  

Poutine bat son propre record de direct: trois heures et huit minutes

   

 

Sur le blog de Bridge :


Sur Panier à crabes :


 
Sur Hadria Riviere :

 


Le génome humain présente de grandes similitudes avec le génome de la drosophilia melanogaster plus célèbre sous le nom de mouche ; Il lui manquerait toutefois le gène de la barbarie pour être notre semblable !

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 06:17


Editorial d' Eva :
Pour un nouveau monde,
pour un nouveau Système.
Effondrement du modèle américain.
La Finance islamique : Une alternative. 

Bonjour,

Deux événements se télescopent : L'effondrement des USA, et la bonne santé de la finance islamique.

A propos du premier, notons que plus les USA s'enfoncent, victimes de leur folie des grandeurs et de leur cupidité, plus ils durcissent leur politique. Le financier trouve un exutoire dans le militaire; Les USA tentent de destabiliser le monde à leur profit; Et ils essaient, de manière bien peu démocratique, de mettre les Institutions internationales à leur service, même l'ONU. Quoiqu'ils fassent, leur politique est malsaine, égoïste, prédatrice, machiavélique, criminelle. Il est temps que le monde se détourne de leur monnaie - et de l'OTAN.

Aujourd'hui, des régions entières se désolidarisent du géant américain, trouvant le salut dans une autonomie croissante (Russie, Amérique Latine, par exemple). Il est temps que l'Europe se détache du tyran américain, et, comme je l'ai déjà dit, qu'elle se rapproche de la Russie. Ne serait-ce que pour éviter une guerre que les USA feraient sur son sol par procuration (contre la Russie), et qui lui serait fatale. 

A propos du 2e événement, il convient de noter, en toute indépendance, que la supériorité du modèle financier islamique sur l'occidental, est incontestable. Au moins sur le plan de l'éthique, ce qui n'est pas rien. Il y a plusieurs années, déjà, je m'étais intéressée à la finance islamique après avoir lu un article à ce sujet, et alors que le libéralisme occidental, le Marché, était présenté comme le seul système viable. J'ai voulu en savoir plus, mais je n'ai trouvé aucun ouvrage sur le sujet, en Français. Le temps a passé. Et aujourd'hui, l'actualité met la finance islamique au premier plan. Je m'en réjouis.

Pour moi qui suis seulement une littéraire, je pense que la Bourse est une institution malsaine, inutile, dangereuse. Elle est à l'origine de la dégradation constante du niveau de vie des travailleurs, toujours plus pressurés pour permettre aux actionnaires de s'enrichir toujours davantage. Et la spéculation repose, si je puis m'exprimer ainsi, sur... le vide. Le virtuel. C'est intolérable !

Je crois sincèrement qu'il faudra à l'avenir se passer de la Bourse, ce monstrueux parasite-vampire,  sortir du dollar, nationaliser les banques, et... se tourner davantage vers la finance islamique, qui à l'heure actuelle représente une alternative intéressante. 

Il est temps de trouver d'autres perspectives. Le modèle américain a fait son temps. L'heure ne doit pas être à l'EURAMERIQUE, à une Europe dépendante des USA, mais à l'autonomie.

Les pays qui s'en sortent le mieux sont justement ceux qui ont pris leur distance vis-à-vis du modèle américain. Une leçon à méditer aujourd'hui.

Eva

TAGS : Eurasie, dollar, libéralisme, Marché, Finance islamique, Bourse, Europe, USA, ONU, OTAN, Banques...


Info : Grave tournant géopolitique
Ban Ki-Moon, l'Euramérique, l'ONU prolonge l'OTAN,  les médias silencieux



Voici une info que je n'ai pas encore eu le temps d'exploiter dans le cadre du blog de l'Atlas alternatif : selon l'AFP du 10 octobre, la Russie réclame une enquête contre le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, après la signature d'un accord qui reconnaîtrait l'Alliance atlantique comme une organisation "de maintien de la paix", a dit l'ambassadeur russe à l'Otan. L'accord aurait été signé sans information des membres du Conseil de sécurité Le secrétaire général de l'ONU "risque de subir une destitution. Ses actions sont honteuses", s'est emporté M. Rogozine. Selon lui, ce document "réhabilite" l'Otan pour ses bombardements en Serbie lors de la guerre du Kosovo, et juge que l'accord a été signé pour que "l'ONU partage le fiasco en cours en Afghanistan", où l'Otan commande la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), sous mandat des Nations unies (AFP http://groups.google.fr/group/fr.soc.politique/browse_thread/thread/0af82f76b7916022, également repris par L'Humanité http://www.humanite.fr/-+2008-10-11_International+-) . En fait les premiers remous contre la manoeuvre de Ban Ki-Moon remontent au début du mois d'octobre. L'accord entre Ban Ki-Moon et le Général Jaap de Hoop Scheffer aurait été signé en secret le 23 septembre. Le ministre des affaires étrangères russes s'en est indigné le 9 octobre (http://en.rian.ru/russia/20081009/117635210.html).

J'avais déjà évoqué dans un article sur le Darfour les liens entre Ban Ki-Moon et l'administration Bush (
http://atlasalternatif.over-blog.com/article-6756462.html). Voilà un bon sujet d'investigation pour les journalistes professionnels, mais, pour l'heure, la grande presse semble se désintéresser complètement du sujet. De même on ne sent pas un grand enthousiasme des journalistes à aller enquêter sur les rumeurs de corruption par la mafia albanaise (http://www.svd.se/nyheter/utrikes/artikel_1863409.svd) de M. Martti Ahtisaari, émissaire de l'ONU appointé par M. Ban Ki-Moon, qui, l'an dernier, valida la déclaration unilatérale d'indépendance du Kosovo et depuis lors a été brillamment récompensé pour ce geste par en obtenant le prix Nobel de la Paix (ce n'est pas la première fois que ce prix revient aux semeurs de désordre et de guerre).

Ce qui est aussi désagréable en ce moment dans cette affaire de police de l'OTAN au Kosovo, c'est qu'on voit se mettre en oeuvre  le rêve d'Edouard Balladur, à savoir une "Euramérique" fusionnée. Quelque 80 Américains - essentiellement des policiers, plus quelques juges et procureurs - contribueront à la mission européenne (illégale car non avalisée par l'ONU) de police et de justice au Kosovo, marquant ainsi la première participation des Etats-Unis à une opération de l'Union européenne (UE), aux termes d'un accord signé mercredi à Bruxelles (source AFP 22 octobre 
http://www.france24.com/fr/20081022-kosovo-quelque-80-americains-vont-participer-a-mission-lunion-europeenne). Mais là encore, grand silence de nos chers médias "professionnels" sur le sujet.

Pour mémoire, rappelons que, pour l’année 2008, 282 millions d’euros ont été prélevés sur vos impôts pour être distribués à la grande presse sous forme de subventions diverses, sans parler des exonérations fiscales à ces groupes  (
http://danielegiazzi.typepad.fr/ump/files/septembre_2008rapport_giazzicomplet.pdf). Vous pouvez demander des comptes sur l'usage qui est fait de votre argent.

http://delorca.over-blog.com/article-24172272.html



Ban Ki-Moon aurait placé
les forces de l'ONU
au service de l'OTAN

 


Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, et celui de l’OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, ont signé un mémorandum secret entre leurs deux organisations, le 25 septembre 2008 à New York (photo).


En violation de la Charte de San Francisco, fondatrice de l’Organisation des Nations Unies, ce document n’a pas été soumis au Conseil de sécurité, ni préalablement à sa signature, ni postérieurement.


Son existence a été rendue publique avec une froide colère par le représentant de la Russie auprès de l’OTAN et confirmée par le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.


Sous couvert d’assistance technique, le mémorandum rendrait possible un engagement commun des forces de l’ONU et de celles de l’OTAN non seulement en application de résolutions de l’ONU, mais aussi de directives de l’OTAN.

Un tel accord n’aura forcément que des conséquences pratiques limitées, les casques bleus n’étant pas réquisitionnables sans l’autorisation de leur État d’origine. Mais il augmentera la confusion, déjà palpable sur certains théâtres d’opération entre l’ONU et l’OTAN, comme ce fut la cas en ex-Yougoslavie ou aujourd’hui au Liban.
 

http://www.voltairenet.org/article158268.html
http://www.marcfievet.com/article-24132808.html




Et à propos de l'ONU, ce curieux article sur


Al Gore, l'ONU, le contrôle de la population..

J'ai trouvé ce texte sur http://www.evangelium-vitae.org/

Asianews nous propose un regard particulièrement intéressant sur Al Gore, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix 2007.

Al Gore : ex vice-président des USA est tête de file de ceux qui prônent l'idéologie du "catastrophisme", à propos du climat, que les scientifiques définissent "très improbable". En fait, se cache derrière cela, le culte de GAIA, la Terre ; et au final, d'attaquer le christianisme. Pour Al Gore, la réponse aux problèmes de pollution est toute simple : le contrôle de la population, aussi à travers l'avortement.

Prenons le temps d'entrer mieux dans l'enjeu du choix d'Al Gore, comme Prix Nobel de la Paix 2007 : (traduction EDV)" La Commission de l'ONU (Intergovernmental Panel on Climate Change, Ipcc), dans ses rapports, continue de revoir à la baisse le chiffre sur les possibles désastres sur l'environnement : en février dernier, par exemple, à la Conférence sur le climat, on a suggéré que d'ici à 2100, les mers s'élèveront de 38 centimètres. Il y a 6 ans, une prédiction d'un élévation du niveau des mers allait jusqu'à 48 cm et en 1990, de 68 cm. Le Président de la Commission Rajendra Pachauri, a souvent déclaré qu'il voulait se servir des chiffres pour "bousculer les personnes et les gouvernements à faire quelque chose". Alarmisme donc.

Un alarmisme extrêmement puissant est celui qui caractérise l'ex vice-président Al Gore, dans son film : "une vérité qui dérange", où il prédisait une élévation du niveau des mers jusqu'à 7 mètres (contredisant ainsi l'ONU), qui summergerait ainsi Shanghai, la Floride, la Hollande. Il prédisait, en outre, comme conséquence, que toute l'Europe plongerait dans une nouvelle aire glaciale.

Les climatologues affirment que tout ceci est "très improbable". A cause de cela, le film d'Al Gore, même s'il a été applaudit dans bien des festivals du cinéma, a été considéré "non scientifique" et sa diffusion rejetée dans les écoles d'Angleterre.

Justement, Stockholm n'a pas décerné à Al Gore le Nobel de la Science. Mais pourquoi a-t-il obtenu le Nobel de la Paix ?

Quel est donc la contribution qu'apporte à la paix un politicien-recyclé-écologiste, qui voit les êtres humains comme la cause d'une apocalypse imminente et trouve que la meilleure manière pour l'arrêter soit le contrôle à tout prix sur la population ?

Al Gore est un pro avortement. Il en est convaincu. Pour lui, l'avortement est présent dans le contrôle démographique. Comme celui qui est pratiqué en Chine. Il est pour l'avortement aussi à cause de motifs "religieux" ...

En réalité, comme Benoît XVI le met en lumière depuis un moment, le christianisme a libéré l'homme du poids du mythe et de la nature, ouvrant au progrès scientifique et de dominer sur le cosmos. Mais les désastres écologiques sont davantage à attribuer à une société qui est allée contre Dieu, vers un monde illuministe qui s'érige "patron" et non "gardien" de la terre.

Le résultat de tout cela, comme le dit un missionnaire à Asianews, est que beaucoup de responsables de l'ONU en mission en Afrique, distribuent des préservatifs et la spirale pour freiner les naissances, donnant en même temps des leçons d'anti-christianisme.

Nous craignons que ce Prix Nobel pour la Paix décerné à Al Gore, soit davantage une manière de déclencher une guerre contre l'homme et contre Dieu"

http://david.cabas.over-blog.fr/article-24131762-6.html

A lire :
(Al GORE et ses projets - mais aussi :)

L'Agenda de l'ONU
http://consciencedupeuple.com/html/l_agenda_de_l_onu.html

Trouvé également, cette traduction :

NATIONS UNIES -
L’HEURE DE LA RÉFORME A-T-ELLE ENFIN SONNÉ ?

 

 

Par John Barry – Paru dans Newsweek                                                     

Traduit édité par Courrier international - n° 753
- 7 avr. 2005           


Kofi Annan a présenté le 21 mars dernier un ambitieux plan de réforme de l’ONU. Mais tout dépendra de la bonne volonté de Washington. D’autant qu’Annan est éclaboussé par le scandale qui touche son fils.                                

La nomination de John Bolton au poste d’ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies a suscité des réactions allant de la perplexité à l’effondrement. Le choix du président Bush pourrait pourtant être plus opportun qu’il n’y paraît. Le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, vient de proposer les réformes les plus radicales depuis la création de l’organisation, il y a soixante ans. Certaines répondent aux critiques américaines, d’autres plairont moins à Washington mais bénéficient d’un soutien important au sein de l’ONU.
Kofi Annan a présenté une “offre globale”, un ambitieux train de mesures visant à satisfaire tout le monde. Selon lui, une bonne partie des réformes pourraient être réalisées dans le courant de l’année, à condition toutefois que le gouvernement Bush accepte l’idée de globalité. Les propositions de Kofi Annan reposent sur un rapport publié fin 2004 par un comité de sages de divers pays, qui a répertorié les changements trop longtemps différés dans tous les secteurs, de l’aide au développement aux mesures de lutte contre la prolifération des armes, en passant par l’opportunité de reconsidérer les cas où l’usage préventif de la force se justifie.
 
Un retour aux sources de l’organisation

C’est un sentiment de crise qui a poussé Kofi Annan à proposer ces réformes. L’ONU se trouve en effet dans une situation très inconfortable : après la confusion suscitée par la mauvaise gestion du programme Pétrole contre nourriture, il y a eu les révélations sur les abus sexuels commis par des Casques bleus [au Congo]. Au Congrès, les républicains parlent de subordonner la contribution américaine au budget de l’ONU à une liste de réformes souhaitables. Aux yeux de Kofi Annan, la situation actuelle constituerait une bonne occasion pour réformer. “Quand vous voulez changer une institution, toute crise est votre alliée”, commente un de ses collaborateurs.

Dans un document très dense de 63 pages, le secrétaire général propose un retour aux sources. Pour les pères fondateurs de l’organisation, les trois piliers d’un monde nouveau étaient la paix et la sécurité, la justice et les droits de l’homme, et le développement. Dans tous ces domaines, Kofi Annan propose des changements radicaux, et notamment:

– l’élargissement du Conseil de sécurité aux nouveaux géants d’Asie, d’Amérique du Sud et peut-être d’Europe ;

– le remplacement de l’actuelle Commission des droits de l’homme (où siègent la Libye et le Zimbabwe, deux Etats répressifs) par un conseil plus puissant, dont l’accès sera soumis à l’approbation de l’Assemblée générale et interdit aux pays connus pour leurs atteintes aux droits de l’homme ;
– la restructuration du Conseil économique et social en vue d’axer davantage son action sur le développement ;
– le renforcement des opérations de maintien de la paix à l’échelle mondiale afin d’avoir des troupes mieux entraînées, plus rapidement déployées et soumises à un contrôle plus strict sur le terrain, ainsi que la création d’une Commission pour l’établissement de la paix qui intégrerait les missions de reconstruction et de mise en place d’institutions démocratiques à l’issue d’un conflit ;
– et un dégraissage des effectifs au siège de l’ONU.
Pour lutter contre les nouvelles menaces, Kofi Annan propose également :
– une convention de lutte contre le terrorisme basée sur une définition beaucoup plus large du terrorisme, conformément aux vœux du gouvernement Bush ;
– de nouveaux accords pour limiter la prolifération des armes nucléaires, dont l’adhésion de l’ONU à l’Initiative de sécurité contre la prolifération d’armes de destruction massive (ISP) lancée par Bolton durant le premier mandat de George Bush ;
– la reconnaissance du fait que la “légitime défense” contre des “menaces imminentes” et le droit à un usage préventif de la force ont peut-être besoin d’être revus, compte tenu des possibles menaces de terrorisme et de prolifération des armes nucléaires et biologiques.
C’est à dessein que Kofi Annan propose des mesures préconisées par Bush. Le secrétaire général a passé de longues heures à convaincre des Etats membres que, pour survivre, l’ONU devait conserver le soutien de son plus gros bailleur de fonds (les Etats-Unis financent 22 % du budget de l’ONU). Ainsi que le note un haut fonctionnaire de l’organisation, Kofi Annan est également persuadé que “le point de vue des Etats-Unis sur l’ONU correspond en partie à la réalité”.

C’est là que Bolton entre en scène. Pendant que des journaux comme The Nation proclamaient que le choix de Bush “était un bras d’honneur fait à l’ONU”, Bolton passait quelques coups de téléphone, dont un à Richard Holbrooke, ambassadeur à l’ONU sous Bill Clinton. Ayant eu l’occasion de voir de près, à New York et dans les Balkans, le fonctionnement de l’organisation, Holbrooke connaît bien ses faiblesses, mais aussi ses points forts. Quand Bolton lui a dit que sa mission était de réformer l’ONU, il a lui répondu du tac au tac : “Vous voulez réformer les Nations unies ? C’est le souhait de tout le monde, de [l’ancien président ultraconservateur de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain] Jesse Helms à Kofi Annan. Pour moi, la question est la suivante : faut-il la rendre plus efficace et plus puissante ?” Mi-mars, Bolton a remis à Holbrooke un document de quatre pages en lui disant : “Voilà ce que je pense.”
Le document en question était un discours de Hillary Clinton, qui commençait ainsi : “En dépit de leurs faiblesses et de leur manque d’efficacité, les Nations unies sont une organisation indispensable à tous. Cela veut dire que […] nous devons décider s’il est plus bénéfique pour le monde de la renforcer, de la réformer, de la débarrasser de ses carences administratives et de gestion, et d’augmenter sa capacité de réaction aux crises humanitaires et politiques.” Les Etats-Unis, poursuivait-elle, doivent prendre l’initiative : “Notre pays a intérêt à ce que l’ONU soit plus puissante et plus performante. […] Les Etats-Unis ont beaucoup plus à gagner qu’à perdre d’un appel à la réforme, à la transparence et à l’efficacité.”

Cet échange entre Bolton et Holbrooke donne une vision assez différente de l’intention dans laquelle Bush a envoyé Bolton à New York, en l’occurrence tirer parti de l’hostilité bien connue du gouvernement vis-à-vis de l’organisation pour lui imposer des réformes. Ce qui rend la nomination de Bolton et ses déclarations à Holbrooke d’autant plus curieuses. Bush verrait-il dans la réforme des Nations unies un élément majeur de son second mandat ?  

http://www.nuitdorient.com/n2514.htm


A lire :

ONU,  forum :
ONU, force d'interposition pacifiste

http://forumonu.forumactif.fr/


Va-t-on laisser l'UE achever l'ONU
le 15 juin prochain au Kosovo ?
http://marcfievet.com/article-19059425.html


Vers une réforme
du Conseil de sécurité de l'ONU ?
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/ameriques/20080322.OBS614


Commentaires reçus,
réponses, pour prolonger le sujet :




C'est moins de placer l'onu au service de l'OTAN qu'il s'agit que de reconnaître à l'OTAN un rôle de gendarme du monde en lieu et place du conseil de sécurité, lorsque l'accord entre grandes puissances fait défaut
commentaire n° : 1 posté par : fred le: 29/10/2008

En fait il ne s'agit pas tant de mettre l'ONU au service de l'OTAN que d'employer l'OTAn comme gendarme du monde à la place du conseil de sécurité en cas de véto russe ou chinois, c'est de cela qu'il s'agit.
commentaire n° : 2 posté par : fred le: 29/10/


Fred, merci de ton intervention
J'ai mis "prolonge" au lieu d'au service, dans le titre. C'est mieux ainsi ?
Bien à toi Eva
commentaire n° : 3 posté par : eva (site web) le: 29/10/
 
Oui, Fred, les Occidentaux sont de faux démocrates. En Palestine, ils ont voté librement, mais le résultat ne convenait pas à l'Empire, qui s'est donc retourné contre les électeurs. Même chose à l'ONU, on vote à condition que tous votent comme les Occidentaux le veulent. Sinon, on contourne comme ici avec l'ONU-OTAN.

Quelle imposture ! Tout n'est qu'hypocrisie : fausse démocratie, fausse liberté, votes truqués acquis d'avance aux desirata de l'Empire, etc. C'est ignoble. Au final, les peuples sont toujours floués, on ne tient pas compte de leurs avis, désirs, besoins. Révoltant !
bien à toi Eva
commentaire n° : 4 posté par : eva
(site web) le: 29/10/


______________________________________________________________________________________



Info à l'attention des lecteurs
A relayer svp...

ATTENTION !
Nouvelle façon de voler une voiture -

A diffuser autour de vous. Ce message vient d'une personne qui travaille à la MACIF et qui enregistre ce genre de plainte de plus en plus fréquemment. Soyez avisés qu'une nouvelle façon de voler une voiture est en opération.

Vous marchez dans un parking, déverrouillez votre auto et montez. Vous verrouillez toutes les portes, mettez le contact et embrayez pour reculer. Soudain vous regardez dans votre rétroviseur pour reculer et remarquez un morceau de papier collé sur la vitre arrière. Vous vous remettez au point mort, vous déverrouiller les portes et vous sortez de votre véhicule pour enlever ce papier qui vous cache la vue. Lorsque vous êtes derrière l'auto, c'est là qu'apparaissent les voleurs qui sortent d'on ne sait où, sautent dans votre voiture et partent ! Le moteur tournait. La plupart des personnes laissent leurs papiers, leur sac à main... dans la voiture. De plus, ils vous passent presque sur le corps lorsqu'ils démarrent.

SOYEZ AVISÉS QUE CE NOUVEAU STRATAGÈME EST DE PLUS EN PLUS UTILISÉ. Si cela vous arrive, démarrez et enlevez ce papier plus tard. Faites parvenir ceci à tous vos amis et votre famille... et spécialement aux femmes, car un sac à main contient en général toutes vos identifications. Et ils ont alors clefs et adresses... Alors faites attention !  

Cordialement. Franck BEZOT Siège Social MACIF





Crise financière : on vous ment !

Contrairement à ce qui est dit et écrit, les Etat occidentaux ne sont pas en train de nationaliser des banques

mais c’est le système financier international qui est en train d’avaler les dernières résistances du secteur public.

Le capitalisme fait sa mue du siècle (..)

Il faut plus d’argent pour le capitalisme, c’est sa logique. Pour combien de temps encore ?

http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=3694


La mort de l’Empire américain
Les États-Unis s’autodétruisent
et entraînent le reste du monde
avec eux.
La finance islamique
est saine et éthique.


«
Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que le sont les armées» (Thomas Jefferson, président américain. 1743-1826)

 

Les États-Unis se meurent. Ils s’autodétruisent et entraînent le reste du monde avec eux.

 

(..) L’ampleur de cet effondrement financier est due au fait que tout était basé sur du vide (..)

Après le 11 septembre, George Bush a dit à la nation de dépenser et, en pleine guerre, c’est ce que la nation a fait. Elle a emprunté à des niveaux sans précédents afin de payer non seulement sa guerre au terrorisme au Moyen-Orient (coûts estimés à quatre billions de dollars), mais aussi ses baisses d’impôts au moment même où ces impôts auraient dû être haussés. (..) C’était, comme l’a dit une économiste, une « orgie d’excès ».

 

C’était de l’excès de dépenses en temps de guerre. Jamais dans l’histoire un pays n’a été impliqué dans un conflit sans sacrifice, sans réductions budgétaires, sans augmentation d’impôts et sans conservatisme économique (..)


L’Europe a alors décidé qu’elle ne serait plus jamais ruinée par les excès des États-Unis. La « vieille Europe » en avait peut-être assez de se faire dicter sa conduite par les États-Unis, qui ont refusé de faire des compromis sur les prêts qu’ont contractés leurs pays détruits après la Seconde Guerre mondiale. Le 13 octobre, les nations autrefois divisées de l’Europe ont approuvé unilatéralement un plan de sauvetage totalisant 2,3  billions de dollars. C’est trois fois plus que le plan américain pour une catastrophe que seul les États-Unis ont créée.

 

À la mi-octobre, le Dow, le NASDAQ et le S&P 500 ont effacé tous les gains accumulés dans la dernière décennie. Le stratagème frauduleux pyramidal de l’argent facile à partir de rien a résulté en une surabondance du crédit, une exagération des prix des maisons, ainsi qu’en une incroyable évaluation des actions, due au fait que les investisseurs ne retireraient pas leur argent tous en même temps. Mais tout s’effondrait à une vitesse casse-cou, sans solution à l’horizon. Le président Bush a dit que les gens ne devraient pas du tout s’inquiéter parce que les « États-Unis sont la destination la plus attrayante pour les investisseurs du monde entier ».

 

(..) Ce n’est que lorsqu’il y a une guerre que les États-Unis en profitent.

 

La Russie ne tolèrera pas une nouvelle guerre froide avec la multiplication des missiles balistiques. Pour sa part, le Moyen-Orient a vu son allié historique se transformer en son pire cauchemar, qu’il soit militaire ou économique. Ces nations ne continueront plus à appuyer le dollar comme monnaie internationale. Les États-Unis ne contrôlent plus l’économie mondiale et sont redevables au reste du monde. Ils ne pourront plus demander à leurs plus grands fournisseurs de pétrole du Moyen-Orient d’ouvrir leurs portefeuilles bancaires afin d’être transparent et démontrer l’absence de corruption ou de connexions terroristes sans qu’il n’y ait de conséquences : la plus grande corruption criminelle de l’histoire vient d’être perpétrée par les États-Unis.

 

C’était la meilleure escroquerie en ville : être bien payé pour vendre du risque en grande quantité, échouer, et laisser les gouvernements régler le problème au détriment des contribuables qui n’ont jamais même vu un sous de la richesse commune.

 

Il n’y a pas de solution facile à la crise, ses effets se multiplient comme une maladie contagieuse.

 

Ironiquement, les banques islamiques sont celles qui sont le moins affectées par la crise.

.Elles ont été largement à l’abri de l’effondrement, car elles prohibent l’acquisition de richesses par le jeu (ou l’alcool, le tabac, la pornographie ou les actions dans les compagnies d’armement) et interdisent l’achat et la vente d’une dette, ainsi que l’usure. De plus, les lois bancaires de la Charia interdisent d’investir dans une compagnie dont les dettes excèdent 30 %.

 

Même si les banques islamiques font partie de l’économie mondiale, l’impact d’une exposition directe aux investissements dans le crédit hypothécaires à risque a été négligeable.

 

Il y a huit ans, en mai 2000, le banquier islamique saoudien Son Altesse Dr. Nayef Bin Fawaz al Chaalan a donné une série de conférences dans les États du golfe. À l’époque, ses recherches démontraient que les investissements arabes aux États-Unis, se chiffrant à 1,5  billions de dollars, étaient effectivement pris en otage et il recommandait de les retirer et de les réinvestir dans des actifs tangibles du marché arabe et islamique. « Pas dans des actions par contre, car la bourse peut être manipulée à distance, comme nous l’avons vu ces dernières années dans les marchés arabes, où des milliards de dollars se sont évaporés. »

 

Il a alors annoncé qu’il était certain que le système économique étasunien était au bord de l’effondrement, en raison de ses dettes cumulatives, de l’accroissement constant de son déficit, et de l’intérêt sur cette dette.

 

« Les banques islamiques, affirmait le Dr. al Chaalan, protègent toujours la richesse des individus tout en mettant un bouchon sur l’égoïsme et l’avarice. Il possède le meilleur du capitalisme, en filtrant ce qu’il a de négatif, et le meilleur du socialisme, en filtrant aussi ce qu’il a de négatif ». Les deux systèmes devaient inévitablement échouer.

 

« La différence fondamentale entre le système économique islamique et le système capitaliste, poursuit-il, est que dans l’Islam, la richesse appartient à Dieu, l’individu n’étant que son administrateur. C’est un moyen et non une fin. Dans le capitalisme, c’est l’inverse : l’argent appartient à l’individu et est un but en soi. Aux États-Unis, spécifiquement, l’argent est vénéré comme un Dieu. »

 

En somme, le krach du système économique mondial est le résultat de l’arrogance fiscale des États-Unis, fondée sur un type de règlements pour eux, et un autre pour le reste du monde. Sa finance créative accrue a leurré son peuple en lui donnant un faux sentiment de sécurité, et le pays ressemble désormais à l’échec total du capitalisme.

 

Tout l’exercice de la démocratie par la force contre les nations arabes musulmanes a presque mis les États-Unis en faillite. La guerre froide est terminée et les États-Unis n’ont rien à offrir : pas d’exportations, pas de production, peu de ressources naturelles, ni d’économie dans le secteur des services.

 

Les marchés ayant résisté le plus aux politiques américaines, en restreignant les investissements directs aux États-Unis, sont ceux-là même qui se débrouilleront le mieux et finiront premiers.

 

Mais pas avant d’avoir payé un prix très élevé.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=10746
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-25875154.html



Il faut organiser la banqueroute
du système financier international

De plus en plus de responsables politiques réclament la tenue d'un nouveau Bretton Woods. Jacques Cheminade n'a pas attendu la crise financière pour appeler à une refondation complète du système financier international
Jacques Cheminade : Nous subissons aujourd'hui les effets de la dérégulation financière mondiale entamée en 1971 avec la fin de la convertibilité du dollar en or. Cette décision a sonné la fin de l'ordre monétaire international mis en place à la fin de la seconde guerre mondiale lors de la conférence de Breton Woods

http://www.capital.fr/actualite/Default.asp?interview=O&numero=71347&Cat=ACT
http://david.cabas.over-blog.fr/article-24231261.html


Liste des paradis fiscaux :
http://r-sistons.over-blog.com/article-23714094.html

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 03:37
R-sistons, hier : 479  visiteurs

Sommaire :
Déclin de l'Occident
"Emancipation" de l'Amérique Latine,
entre autres !
La haine de l' Occident parmi les peuples.
Editorial d'Eva : Le monde change !
Nouvelle géo-politique.
____________________________________________________

Repli de l' Empire occidental ?

Eva : Cet article est important pour la compréhension des changements en cours. Je le publie en entier :

Les articles sur le déclin de l'Empire euro-états-unien se multiplient.

Dans un texte sur l'avenir de la politique étrangère des Etats-Unis, Michel Collon liste les échecs de Washington sur les différents continents (
http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2008-09-20%2019:47:47&log=articles) : enlisement en Afghanistan et en Irak, recul en Amérique latine où des gouvernements anti-états-uniens ont consolidé leurs positions, échec à étendre l'OTAN à l'Ukraine à la Géorgie, défaite dans le Caucase, incapacité à installer un centre opérationnel en Afrique (refusé par tous les pays, y compris, finalement par le Maroc), abandon du projet de guerre contre l'Iran.

De sorte, estime Michel Collon, qu'on peut se demander si Washington optera pour une forme d'impérialisme plus astucieuse, misant moins sur la violence (à l'image de ce que propose Brzezinski, dans l'équipe d'Obama) ou pour une fuite en avant guerrière (comme le suggèrent encore les néo-conservateurs proches de Mc Cain).

Chaque jour de nouveaux exemples du repli de l'Empire occidental nous sont donnés. En septembre, l'Ouest a dû accepter (même si ce n'est que provisoirement) le maintien au pouvoir de Mugabe au Zimbabwe, au terme d'un accord national sous le patronnage de l'Afrique du Sud. Il n'y a pas eu de grande campagne médiatique contre les élections législatives du 26 septembre en Biélorussie - les révolutions colorées subventionnées par l'Occident ne sont plus de saison, spécialement à l'heure où Minsk unifie sa défense anti-aérienne avec Moscou (l'Occident a de plus en plus besoin de Loukachenko). Les Etats-Unis ont dû retirer cette semaine la Corée du Nord de la liste des Etats soutenant le terrorisme (
http://www.french.xinhuanet.com/french/2008-10/12/content_738182.htm).

En Mauritanie, après le coup d'Etat, on en vient à se demander sérieusement si la Russie et la Chine pourraient supplanter l'Europe dans le financement des besoins du pays (
http://www.click4mauritania.com/mauritanie-de-l-aide-au-developpement-a-l-autosuffisance.html). Le chef du département de l'information du comité central du Parti Communiste Chinois (PCC) Liu Yunshan a appelé vendredi 10 octobre à ce que les échanges dans le domaine de la presse soient renforcés entre la Chine et l'Afrique :"Notre coopération aidera aussi à sauvegarder les intérêts communs des pays en voie de développement au sein de la voix de la communauté internationale et à faire connaître au monde chacun de nos pays de manière plus complète et objective.", a-t-il déclaré  (prémisse d'une agende de presse des pays du Sud ?).  Peut-être un sujet de réflexion pour le Forum mondial des Alternatives qui se réunit à Caracas la semaine prochaine (http://www.forumdesalternatives.org/FR/viewpage.php?page_id=8&banner_id=5).

La crise financière américaine ne fait qu'accentuer l'impression de débâcle du camp occidental - voir par exemple l'article de René Naba (
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=6024&lg=fr).

Toutefois il est trop tôt pour savoir si cette crise annonce un rééquilibrage effectif des rapports de force internationaux sur le long terme. Le Monde le 11 octobre rappelait que " selon China Newsweek, quelque 1 200 milliards de dollars des réserves chinoises sont placés aux Etats-Unis, pour moitié dans Freddy Mac et Fanny Mae, et pour moitié en bons du Trésor", ce qui crée une forte interdépendance entre les économies de la Chine et des Etats-Unis. La bourse de Moscou s'est effondrée à mi-septembre, ce qui a forcé le gouvernement et la banque centrale à injecter 70 milliards de dollars pour arrêter la chute libre des marchés (
http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/09/18/la-bourse-de-moscou-victime-collaterale-de-la-debacle-des-subprimes_1096491_3234.html). Des jeux de bascules s'effectuent, notamment entre l'Europe et les Etats-Unis (voir par exemple l'article http://www.alterinfo.net/Derriere-la-panique,-la-guerre-financiere-pour-le-futur-pouvoir-bancaire-mondial-_a24773.html), mais l'issue globale pour le monde demeure encore incertaine.

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-23651097.html

Néstor Kirchner et Hugo Chávez en juillet 2004
Néstor Kirchner et Hugo Chávez en juillet 2004
wikipedia.org

En face, en Amérique Latine, déconnexion partielle du Système mondial prédateur ?


Nouvel axe stratégique en Amérique Latine
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article91


A Latine :
Pour une intégration continentale et
une déconnexion partielle
du Marché mondial capitaliste


http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=10512 :


La crise économique et financière internationale, dont les Etats-Unis constituent l’épicentre, devrait être mise à profit par les pays latino-américains pour mettre en œuvre à la fois une intégration favorable aux peuples, et une déconnexion partielle.

 Il faut tirer les leçons du 20e siècle pour les appliquer au début du 21e. Affectés directement par la crise qui avait éclaté en 1929 à Wall Street, 12 pays d’Amérique latine avaient suspendu de manière prolongée le remboursement de la dette extérieure due principalement aux banquiers d’Amérique du Nord et d’Europe occidentale. Certains d’entre eux comme le Brésil et le Mexique avaient imposé à leurs créanciers, dix ans plus tard, une réduction de leur dette de l’ordre de 50 à 90%.

Dans les années 1930, le Mexique est allé le plus loin dans les réformes économiques et sociales. Sous le gouvernement de Lazaro Cardenas, l’industrie du pétrole a été entièrement nationalisée sans que les trusts nord-américains n’aient été indemnisés. De plus, 16 millions d’hectares ont également été nationalisés et remis pour la plupart aux populations indiennes sous la forme de biens communaux.

Au cours des années 1930 jusqu’au milieu des années 1960, plusieurs gouvernements latino-américains ont mené des politiques publiques très actives visant un développement partiellement autocentré, connues plus tard sous le nom de modèle d’industrialisation par substitution d’importation (ISI).

A partir de 1959, la révolution cubaine a tenté de donner un contenu socialiste au projet bolivarien d’intégration latino-américaine. Ce contenu socialiste pointait déjà dans la révolution bolivienne de 1952. Il a fallu l’intervention militaire brutale des Etats-Unis, appuyée sur les classes dominantes et les forces armées locales, pour mettre fin au cycle ascendant d’émancipation sociale de cette période.

Blocus de Cuba à partir de 1962, junte militaire à partir de 1964 au Brésil, intervention nord-américaine à Saint-Domingue en 1965, dictature de Banzer en Bolivie en 1971, coup d’Etat de Pinochet en 1973, installation de dictatures en Uruguay et en Argentine. Le modèle néolibéral a été mis en pratique d’abord au Chili sous Pinochet avec l’aide intellectuelle des Chicago boys de Milton Friedman puis s’est imposé à l’ensemble du continent à la faveur de la crise de la dette qui a éclaté en 1982.

A la chute des dictatures des années 1980, le modèle néolibéral a été renforcé notamment grâce à l’application de nombreux plans d’ajustement structurel et du Consensus de Washington. Les gouvernements d’Amérique latine ont été incapables de constituer un front, la plupart ont appliqué docilement les recettes dictées par la Banque mondiale et le FMI. Cela a fini par provoquer un profond mécontentement et une recomposition des forces populaires qui ont abouti à un nouveau cycle d’élection de gouvernements de gauche ou de centre gauche, en commençant par Chavez en 1998 qui s’est engagé à mettre en place un autre modèle basé sur la justice sociale.

 

Au début du 21e siècle, le projet bolivarien[1] d’intégration des peuples de la région
a connu une nouvelle impulsion. Si l’on veut pousser plus loin ce nouveau cycle ascendant, il faut tirer les leçons du passé. Ce qui a notamment manqué à l’Amérique latine au cours des décennies 1940 à 1970, c’est un authentique projet d’intégration des économies et des peuples, combiné à une véritable redistribution de la richesse en faveur des classes travailleuses.

Or, il est vital de prendre conscience qu’aujourd’hui, en Amérique latine, sont en dispute deux projets d’intégration qui ont un contenu de classe antagonique. Les classes capitalistes brésilienne et argentine (les deux principales économies d’Amérique du Sud) sont favorables à une intégration qui favorise leur domination économique sur le reste de la région. Les intérêts des entreprises brésiliennes surtout mais aussi argentines sont très importants dans toute la région : pétrole et gaz, grands travaux publics, industries minières, métallurgie, agrobusiness, industries alimentaires… La construction européenne qui a abouti à un marché unique dominé par le grand capital est leur modèle. Les classes capitalistes brésilienne et argentine veulent mettre en concurrence les travailleurs des différents pays de la région pour en tirer un maximum de profit et être compétitives sur le marché mondial. Du point de vue de la gauche, ce serait une erreur tragique de mettre en oeuvre une politique étapiste : soutenir une intégration latino-américaine sur le modèle européen dominé par le grand capital dans l’espoir illusoire de lui donner plus tard un contenu socialement émancipateur. Un tel soutien signifie se mettre au service des intérêts capitalistes. Il ne faut pas essayer de jouer au plus malin avec les capitalistes en leur laissant dicter les règles du jeu.

 

La deuxième option s’inscrit dans la tradition bolivarienne et veut donner un contenu de justice sociale au projet d’intégration continentale. Cela implique de récupérer le contrôle public sur les ressources naturelles de la région et sur les grands moyens de production, de crédit et de commercialisation. Il faut niveler vers le haut les acquis sociaux des travailleurs et des petits producteurs tout en réduisant les asymétries entre les économies de la région. Il faut améliorer substantiellement les voies de communications entre les pays de la région tout en respectant rigoureusement l’environnement (par exemple, développer le chemin de fer et d’autres moyens de transport collectif plutôt que les autoroutes). Il faut soutenir les petits producteurs privés dans de nombreuses activités : agriculture, artisanat, commerce, services. Le processus d’émancipation sociale que poursuit le projet bolivarien du 21e siècle veut libérer la société de la domination capitaliste en soutenant les formes de propriétés qui ont une fonction sociale positive : petite propriété privée, propriété publique, propriété coopérative, propriété communale et collective…


L’intégration latino-américaine implique de se doter d’une architecture financière, juridique et politique commune.

 

Il faut profiter de la conjoncture internationale actuellement favorable aux pays en développement exportateurs de matières premières avant que la situation ne change radicalement. Les pays d’Amérique latine ont accumulé près de 400 milliards de dollars de réserves de change. C’est une somme non négligeable qui est aux mains des banques centrales latino-américaines et qui doit être utilisée à bon escient pour favoriser l’intégration régionale et blinder le continent face aux effets de la crise économique et financière qui se développe en Amérique du Nord et en Europe en menaçant l’ensemble de la planète.

 

Or, il ne faut pas se bercer d’illusions : l’Amérique latine est en train de perdre un temps précieux et des gouvernements poursuivent au-delà de la rhétorique une politique traditionnelle : signature d’accords bilatéraux sur les investissements, acceptation ou poursuite de négociations pour certains traités de libre commerce, utilisation des réserves de change pour acheter des bons du Trésor des Etats-Unis (c’est-à-dire prêter des capitaux à la puissance dominante) ou des credit default swaps dont le marché s’est effondré avec Lehman Brothers, AIG, etc., paiements anticipés au FMI, à la Banque mondiale et au Club de Paris, acceptation du tribunal de la Banque mondiale (CIRDI) pour régler les différends avec les transnationales, poursuite de la négociation commerciale dans le cadre de l’agenda de Doha, maintien de l’occupation militaire d’Haïti. Après un démarrage bruyant en 2007, les initiatives annoncées en matière d’intégration latino-américaine semblent marquer le pas en 2008.

 

Beaucoup de retard a été pris au niveau du lancement de la Banque du Sud. Les discussions ne sont pas menées à fond. Il faut sortir de la confusion et donner un contenu clairement progressiste à cette nouvelle institution dont la création a été décidée en décembre 2007 par sept pays d’Amérique du Sud.


La Banque du Sud doit être une institution démocratique (un pays = une voix) et transparente (audit externe). Plutôt que de financer avec l’argent public de grands projets d’infrastructure peu respectueux de l’environnement réalisés par des entreprises privées dont l’objectif est de faire un maximum de profit, il faut soutenir les efforts des pouvoirs publics pour promouvoir des politiques telles que la souveraineté alimentaire, la réforme agraire, le développement de la recherche dans le domaine de la santé et la mise en place d’une industrie pharmaceutique produisant des médicaments génériques de haute qualité, renforcer les moyens de transport collectif par voie ferrée, utiliser des énergies alternatives en limitant l’épuisement des ressources naturelles, protéger l’environnement, développer l’intégration des systèmes d’enseignement…

 

Contrairement à une idée reçue, le problème de la dette publique n’est pas surmonté. Certes la dette publique externe a diminué mais elle a été largement remplacée par une dette publique interne qui dans certains pays a pris des proportions tout à fait démesurées (Brésil, Colombie, Argentine, Nicaragua, Guatemala) au point de dévier vers le capital financier parasitaire une partie considérable du budget de l’Etat. Il convient de suivre l’exemple de l’Equateur qui a mis en place une commission d’audit intégral de la dette publique externe et interne afin de déterminer la part illégitime, illicite ou illégale de la dette. A l’heure où, suite à des opérations aventureuses, les grandes banques et autres institutions financières privées des Etats-Unis et d’Europe effacent des dettes douteuses pour un montant qui dépasse de loin la dette publique externe de l’Amérique latine à leur égard, il faut constituer un front des pays endettés pour obtenir une annulation de la dette, d’autant que les créanciers sont mobilisés sur d’autres fronts bien plus inquiétants pour eux.


Il faut aussi auditer et contrôler strictement les banques privées car elles risquent d’être emportées par la crise financière internationale. Il faut éviter que l’Etat soit amené à nationaliser les pertes des banques comme cela s’est passé tant de fois dans le passé (Chili sous Pinochet, Mexique en 1995, Equateur en 1999-2000, etc.). S’il faut nationaliser des banques au bord de la banqueroute, cela doit se faire sans indemnisation et en exerçant un droit de réparation sur le patrimoine de leurs propriétaires.

 

Par ailleurs, de nombreux litiges ont surgi ces dernières années entre les Etats de la région et des multinationales, qu’elles soient du Nord ou du Sud. Au lieu de s’en remettre au CIRDI dominé par une poignée de pays industrialisés, les pays de la région devraient suivre l’exemple de la Bolivie qui en est sortie. Ils devraient créer un organe régional de règlement des litiges en matière d’investissement. En matière juridique, les Etats latino-américains devraient appliquer la doctrine Drago en refusant de renoncer à leur juridiction en cas de litige avec des Etats ou des entreprises privées. Comment peut-on encore signer des contrats d’emprunt ou des contrats commerciaux qui prévoient qu’en cas de litige, seules sont compétentes les juridictions des Etats-Unis, de Grande Bretagne ou d’autres pays du Nord ? Il s’agit d’un renoncement inacceptable à l’exercice de la souveraineté.

 

Il convient aussi de rétablir un contrôle strict sur les mouvements de capitaux et sur les changes afin d’éviter une fuite des capitaux et des attaques spéculatives contre les monnaies de la région. Il est nécessaire d’avancer vers une monnaie commune entre les Etats qui veulent concrétiser le projet bolivarien d’intégration latino-américaine pour plus de justice sociale.

 

Bien sûr, il faut une dimension politique de l’intégration : un parlement latino-américain élu au suffrage universel dans chaque pays membre et doté de véritables pouvoirs législatifs. Dans le cadre de la construction politique, il faut éviter de reproduire le mauvais exemple européen dans lequel la Commission européenne (c’est-à-dire le gouvernement européen) dispose de pouvoirs exagérés par rapport au parlement. Il faut aller vers un processus constituant démocratique afin d’adopter une Constitution politique commune. Là aussi, il faut éviter de reproduire le processus antidémocratique utilisé par la Commission européenne pour tenter d’imposer un traité constitutionnel sans la participation active des citoyens et sans soumettre le projet à un référendum dans chaque pays membre. Au contraire, il faut suivre l’exemple des assemblées constituantes du Venezuela (1999), de Bolivie (2007) et d’Equateur (2007-2008). Les avancées démocratiques importantes qui ont été acquises au cours de ces trois processus devraient être intégrées dans un processus constituant bolivarien.

 

Il est également nécessaire de renforcer les compétences de la Cour interaméricaine de justice notamment en matière de garantie du respect des droits humains qui sont indivisibles.

 

Jusqu’ici, plusieurs processus d’intégration coexistent : Communauté andine des Nations, Mercosur, Unasur, Caricom, Alba… Il est important d’éviter la dispersion et d’adopter un processus intégrateur avec une définition politico-sociale basée sur la justice sociale. Ce processus bolivarien devrait réunir tous les pays d’Amérique latine (Amérique du Sud, Amérique centrale et Caraïbe) qui adhèrent à une telle orientation. Il vaut mieux commencer la construction commune avec un noyau restreint et cohérent qu’avec un ensemble hétéroclite d’Etats dont les gouvernements appliquent des politiques sociales et politiques contradictoires, voire antagoniques.

 

L’intégration bolivarienne doit aller de pair avec une déconnexion partielle par rapport au marché capitaliste mondial. Il s’agit de supprimer progressivement les frontières qui séparent les Etats qui participent au projet, en réduisant les asymétries entre pays membres notamment grâce à un mécanisme de transfert de richesses des Etats les plus « riches » vers les plus « pauvres ». Cela permettra d’élargir considérablement le marché intérieur et favorisera le développement des producteurs locaux sous différentes formes de propriété. Cela permettra de remettre en vigueur le processus de développement (pas seulement l’industrialisation) par substitution d’importation.

Bien sûr, cela implique par exemple de développer une politique de souveraineté alimentaire. Dans le même temps, l’ensemble bolivarien constitué par les pays membres se déconnectera partiellement du marché capitaliste mondial. Cela impliquera notamment d’abroger des traités bilatéraux en matière d’investissement et de commerce. Les pays membres de l’ensemble bolivarien devraient également sortir d’institutions comme la Banque mondiale, le FMI et l’OMC tout en promouvant la création de nouvelles instances mondiales démocratiques et respectueuses des droits humains indivisibles.


Comme indiqué plus haut, les Etats membres du nouvel ensemble bolivarien se seront dotés de nouvelles institutions régionales comme la Banque du Sud qui développeront des relations de collaboration avec d’autres institutions similaires regroupant des Etats dans d’autres régions du monde.


Les Etats membres du nouvel ensemble bolivarien agiront avec un maximum d’Etats tiers pour une réforme démocratique radicale du système des Nations unies afin de faire passer dans la pratique la Charte des Nations unies et les nombreux instruments internationaux favorables à l’application des droits humains tels le Pacte international de droits économiques sociaux et culturels (1966), la Charte sur les droits et les devoirs des Etats (1974), la Déclaration sur le droit au développement (1986), la Résolution sur les droits des peuples indigènes (2007). De même, ils prêteront leur concours à l’action de la Cour pénale internationale et à la Cour internationale de justice de La Haye. Ils favoriseront l’entente entre les Etats et les peuples afin d’agir pour limiter au maximum le changement climatique car celui-ci représente un terrible danger pour l’humanité.

 

La tâche est ardue, mais les perspectives sont tracées et elles sont particulièrement enthousiasmantes car elles ouvrent les champs du possible, dans un monde enfin basé sur le respect absolu de l’humain et de l’environnement. Il faut s’y précipiter sans tarder.



[1] Simón Bolívar (1783-1830) a été l’un des premiers à tenter d'unifier les pays d'Amérique latine afin d'en faire une seule et même nation indépendante. Après de longues luttes, il réussit à libérer le Venezuela, la Colombie, l'Équateur, le Pérou et la Bolivie de la domination espagnole. Étant considéré comme un véritable héros, son nom se trouve rattaché à bien des lieux dans toute l'Amérique latine.





Editorial d' Eva :
Faillite de l'Occident, 
"émancipation" d'autres pays.
Le monde change ! 



Le déclin de l'Occident, tangible, irréversible, s'accompagne de l'émancipation de nombreux pays émergents, ou ré-émergents, comme la Chine, la Russie, l'Inde, l'Afrique du Sud.... Le monde change ! Le Système Occidental a démontré son incapacité, d'une part, évidemment, à faire le bonheur des peuples, mais aussi à perdurer dans des conditions sûres pour ses promoteurs eux-mêmes. Le Marché est devenu fou, le capitalisme financier, spéculatif, a supplanté le capitalisme d'entreprise, hypothéquant le Travail humain, et l'équilibre même des sociétés, les apprentis sorciers ne maîtrisent plus rien, victimes de leur mégalomanie.

L'Occident s'effondre sur tous les plans. Le monde ne lui fait plus confiance.  Il a fait la preuve, concrètement, de son incapacité à gérer les problèmes de la planète. L'environnement est saccagé, les peuples sont sacrifiés, le Système est en perdition, les guerres impériales s'enlisent et privent la planète des ressources financières indispensables, la démocratie s'essouffle et vire au totalitarisme policier. La faillite est totale !

Verdict des peuples ? Le rejet. Et même la haine, le ressentiment (voir Ziegler, "la haine de l'Occident"). Rejet de l'U.E., méfiance envers les médias menteurs, manque de confiance dans l'Occident, et même répulsion pour ses valeurs, pour le décalage entre les mots (liberté, modernité, démocratie...) et les actes... La démocratie "totalitaire" des grandes puissances ne fait plus recette.

Tout change, d'ailleurs. Et par exemple, en Islande qui va peut-être dépendre de la Russie en s'écroulant, ou en Ukraine, de plus en plus écartelée, ou encore en Chine, qui résiste à la tempête et s'affirme ; à terme, les Marchés asiatiques pourraient même remplacer la bourse de New York ! Bref, les rapports de force économiques évoluent, le nouvel équilibre  international est modifié, au profit de l'Asie et de la Russie, et en devenant multipolaire, le monde devient plus stable.

Il est clair que l'Occident est en train, tout naturellement, de perdre la grande bataille idéologique. Les peuples, instinctivement, commencent à se tourner vers les pays émergents, qui aujourd'hui représentent un espoir. Bonne santé financière (Chine, Russie, créanciers...), pas de guerres impériales, multilatéralisme, etc... L'Amérique Latine s'émancipe, la Chine et la Russie, comme l'Inde ou d'autres pays, cherchent leur voie propre, et, d'une certaine façon, à se désolidariser de la Pensée Unique.

Oui, un nouveau monde se dessine devant nos yeux, il évolue, et le déclin de l'Occident prédateur, néo-colonial, militaro-financier, est une excellente nouvelle pour les peuples.

Soyons attentifs, chaque jour apporte son lot de surprises.

Votre Eva

TAGS : UE, Chine, Russie, Occident, Inde, Afrique du Sud, environnement, Finance, Capital, Entreprise, Travail, démocratie, totalitarisme...


N.B. :

1 -  L' Occident jaloux tente de couler la Russie :
La crise financière russe vient aussi d'une action concertée des médias occidentaux.
(Déjà, du temps de Clinton) : Nos prises de décisions visant à écarter l’une des plus grandes puissances du monde… Nous avons réussi ce que s’apprêtait à faire le président Truman à l’aide de la bombe atomique…
http://socio13.wordpress.com/2008/10/12/la-crise-financiere-russe-vient-aussi-d%e2%80%99une-action-concertee-des-medias-occidentaux/ 

Dans cet  article, on voit aussi comment l'Occident a asservi la Russie AVANT Poutine

L’installation de l’économie de marché et de ses institutions a été entièrement remise entre les mains du FMI, qui représente les intérêts des USA et de l’UE. Dans la Constitution russe de 1993 a été inscrite cette clause : « Si des accords internationaux de la Fédération de Russie prévoient d’autres règles que celles qui sont fixées par la loi, on appliquera les règles des accords internationaux "

Le gouvernement de Tchernomyrdine a confié aux USA et à l’UE les réserves en or et en devises (ROD) de la Russie.

Les compagnies pétrolières et autres de Russie ont vendu des matières premières à l’Occident et auraient du logiquement s’enrichir. Cependant, l’argent reçu pour les matières premières est retourné dans les banques européennes. C’est le résultat direct de la politique de Koudrine, la façon dont il a « stérilisé » la masse monétaire. Le résultat est que l’argent ne travaillait pas pour nous, mais pour l’oncle Sam et ses copains.

(aujourd'hui) : Près de 70 % des investisseurs sur le marché des valeurs russes étaient des étrangers. Et leur fuite de « l’îlot de stabilité » s’est produite jour pour jour après le discours virulent de Condoleeza Rice qui appelait à punir la Russie de sa reconnaissance de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie. Nous en voyons les conséquences. La Russie ne pouvait être touchée que par l’effondrement de son marché boursier. Les autres ripostes possibles, exclusion du G8 ou sanctions économiques n’auraient eu sur nous aucun effet.

La Russie renforce ses partenariats aux 4 coins du globe, afin de renforcer sa présence
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-23578214.html

2 - Le procès du capitalisme


Pas le temps en ce moment de vous rédiger l'article de mes rêves : Le procès du capitalisme financier  (finance, spéculation, Bourse ... voilà les ennemis des peuples !) Qui fera cet article ? Eva

_______________________________________________________________________________________


lisez le blog http://globe.blogs.nouvelobs.com/ "Affaires étrangères". Analyses souvent différentes des miennes. Mais intéressant.

Nouvelle stratégie US en Afghanistan : Etendre le pouvoir des milices tribales
http://www.marcfievet.com/article-23679696.html

Derrière la panique, la guerre financière pour le futur pouvoir bancaire mondial
http://www.marcfievet.com/article-23679378.html

Sarkozy, un Président visionnaire ????
http://www.marcfievet.com/article-23679428.html

L'Eurogroupe suit les préconisations de DSK
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23695626.html

Bons baisers de Russie
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-23692491.html

Evénements à venir ???  Les EU aujourd'hui et demain : Ouïe !
Si les élus n'acceptent pas de dépouiller les citoyens pour engraisser les banquiers alors la loi martiale sera promulguée et cette extortion de fonds sera imposée par la force. Ahhh, les Etats-Unis, grand modèle de démocratie encensé par notre cher président."
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-23690612.html

Un espoir au Proche-Orient (via la Russie) ?
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-23636442.html



La Haine de l' Occident
Dans La Haine de l'Occident, son dernier ouvrage qui vient de paraître chez Albin Michel, le Suisse Jean Ziegler analyse les raisons de la récente poussée antioccidentale dans les pays du Sud et leurs conséquences sur les relations internationales.
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-23699335.html
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-23699893.html
Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages