12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 18:56
http://payre.typepad.com/photos/uncategorized/2007/05/07/352781731_915003aa1f.jpg
http://payre.typepad.com/photos/uncategorized/2007/05/07/352781731_915003aa1f.jpg
.

 

Guerre Libye menée par les terroristes de l'Occident

.

"Avec moi, c'est le changement !"

a promis Hollande.

Et il l'a prouvé aussitôt en votant pour la continuité

des guerres sales (Libye, Afghanistan..).

 

Installer la démocratie en bombardant :

"Démocratie irréprochable" ?

Ou démonNcratie ?

 

"On va sortir du bourbier lybien par la diplomatie"

nous chantent les Médias.

Laquelle ? Celle des diplomates musclés

comme l'homme de Sarkozy en Tunisie ?

 

"La guerre ne répond jamais aux enjeux

du vivre ensemble"

("Ca vous regarde", LCP, J.P. Lecoq, PC)

 

eva R-sistons

 

 

.

La guerre "humanitaire" contre la Libye

est une guerre "sale" pour la domination du monde

par eva R-sistons

 

 

Au début de la guerre contre la Libye, j'ai écrit : Attention ! Kadhafi dérange car il est un non-aligné ! En triant mes archives pour mon futur déménagement, je venais en effet de trouver un "Dossier et Documents" du Monde, ancien, comprenant des articles sur tout ce que le dirigeant libyen a entrepris pour moderniser son pays, en faire un Etat prospère (Education, Soins, accueil de migrants - presque la moitié de la population -, subvention des produits de première nécessité, promotion des femmes, etc) et même aider les pays africains. En réalité, Kadhafi, révolutionnaire romantique, influencé par Nasser, rêvait d'abord de pan-arabisme, puis de favoriser le "pan-africanisme". Au lieu d'offrir les ressources pétrolières du pays aux Compagnies occidentales, moyennant leur reconnaissance sonnante et trébuchante, le dirigeant libyen a préféré nationaliser - et élever le niveau de vie de son peuple. Bref, il dérangeait ! C'est la vraie raison de cette guerre sale et banalement coloniale contre Kadhafi, contre un homme qui, de surcroît, avait osé fermer les bases américaines.

 

Il ne s'agit en aucun cas de protéger les populations, mais de faire main-basse sur le pays, d'y installer un pantin soumis et aussi des bases militaires - à l'heure, justement, où les "Révolutions arabes" inquiètent les Occidentaux. Derrière cette sale guerre comme derrière l'Irakienne (et toutes les autres, d'ailleurs) il y a évidemment la main d'Israël, le principal déstabilisateur de la planète avec Anglais et Américains et - désormais - les Français. N'oublions pas, à ce sujet, le rôle de BHL, d'ailleurs une rumeur circule : Il souhaiterait se porter candidat à la Présidence d'Israël. Vrai, ou faux ? Significatif, en tous cas...

 

Quels sont donc les enjeux de cette sale guerre impérialiste ? Outre le pillage des ressources et le contrôle des révolutions arabes voisines, la future conquête du continent africain et de ses richesses, au détriment des Etats souverains et des populations locales. C'est un CRIME de plus de l'Occident, maquillé en guerre humanitaire, avec l'aide des Médias collabos. 

 

Ce qu'il faut retenir, surtout, c'est que Sarkozy, placé à la tête de la France par Israéliens et Anglo-Saxons (en faisant croire aux Français qu'ils avaient le choix entre deux candidats alors que tout a été fait pour déconsidérer Ségolène Royal), conduit la France dans une politique étrangère  diamétralement opposée à la sienne, d'essence gaullienne, pour l'aligner sur celle de l'Empire, au détriment de notre indépendance et de nos traditions. L'Histoire jugera cette haute trahison... comme celle d'un PS qui promet le changement, et qui, en réalité, cautionne la politique néo-conservatrice de Sarkozy, clone de Bush. Nous n'avons rien à attendre d'un tel PS ! Et avez-vous vu l'image de N. Dupont-Aignan bâillonné, au Parlement, empêché d'exprimer l'autre voix de la France ? Tout cela est minable. La liquidation de la France, avec l'UMP comme avec le PS, est en marche !

 

Et la deuxième chose que je voudrais souligner, c'est la direction que l'UMPS a donnée à la France, en matière de politique étrangère. Non seulement aux antipodes de celle du Gl de Gaulle, mais dans la droite ligne de la honteuse politique d'ingérence de notre Dr Jekyll and M. Hyde, le très néoconservateur Bernard Kouchner. Ce faux humaniste, ce faux humanitaire, est un authentique va-t-en guerre animé d'une idéologie messianique qui rappelle étonnamment celle des pires Républicains américains. Avec les conséquences que l'on sait pour les peuples, sacrifiés aux intérêts financiers et industriels assassins de l'Occident. Il faut démasquer les impostures, qu'il s'agisse de faux prétextes de guerres ou de faux humanitaires !

 

Cette guerre est une guerre Otanesque de plus, pour la domination du monde et de ses ressources vitales. Ses promoteurs devraient se retrouver devant la CPI - comme peut-être un jour le sieur Bush, si la plainte d'une Association de Défense des Droits de l'Homme se concrétise...

 

L'Occident persiste et signe. Dans le mensonge et les crimes !  Le vrai Axe du Mal est Anglo-Américain-Israélien et Français. Ce sont les vrais Etats terroristes de la planète ! Ils dévastent la planète et ils hypothèquent l'avenir de l'humanité...

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

.

 

Guerre contre la Libye :

 

NS-escalier.jpg

 

Nicolas Sarkozy  bat des niveaux record d'impopularité et feint de croire qu'il peut être réélu en 2012 .Pourtant, même les plus fervents supporters de l'intervention en Libye reconnaissent que pour le président frnaçais il s'agit pour une grande part d'une opération de politique intérieure destinées à tenter de regonfler sa cote de popularité. Il est probablement le dernier dirigeant d'un grand pays européen formaté par les américanistes de l'époque G.W.Bush, avec pour caractéristique d'être aisément manipulé par les services de renseignement, d'adhérer aux visions du monde néoconservatrice stipulant que l'usage de la force façonne l'Histoire pour le meilleur quand elle est le fait de l'Occident.

.

  • Sur le fond il fournit à Washington et Londres un déguisement permettant d'affubler du drapeau français (celui de l'opposition à l'invasion en Irak) une attaque sur un pays arabe. En échange, on l'a laissé jouer au chef de guerre quelques jours. Et si les choses se passent mal, il fera pour Washington un responsable idéal.

  • (D'ailleurs, les esprits commencent à être préparés à une telle évolution via  des articles qui évoquent les risques pris par Sarkozy). 

  • Barak Obama qui vient d'annoncer sa candidature pour 2012, est dans une configuration très "sarkozienne". Même si sa cote de popularité n'atteint pas les profondeurs de son homologue français, il est en très nette difficulté pour obtenir un second mandat puisqu'il a perdu le soutien des électeurs indépendants et que la gauche du parti démocrate ne lui pardonne pas la trahison de plusieurs de ses engagements de campagne ( dont la fermeture de Guantanamo n'est pas le moins symbolique).

Cette configuration explique pourquoi il est réticent à faire apparaître les Etats-Unis au premier plan de l'opération libyenne, alors qu'ils en sont les orchestrateurs comme l'a confirmé la présence d'agents de la CIA sur le terrain avant le déclenchement de la révolte. Il n'a pas les liens privilégiés à l'industrie pétrolière et à l'industrie de défense qu'avait le famille Bush. Les mensonges surl'Irak ont aussi dû peser dans les hésitations d'Obama à se lancer dans une sorte de "Baie des Cochons" à la libyenne et forger son choix de surtout ne pas apparaître en première ligne,surtout que la France et Sarkozy faisaient l'affaire en la matière.

 

David Cameron

 

sans aucune expérience internationale ( et donc soumis aux analyses des multiples services de renseignement et autres lobbies pro-intervention), doit affronter une chute de sa popularité simultanément à un risque d'implosion de sa coalition devant l'échec de son pari consistant à amputer massivement le budget britannique tout en affirmant que la croissance économique n'en serait pas affectée. (C'est bien entendu tout le contraire qui se passe.;!) Ainsi David Cameron est à la merci d'une crise politique majeure. Alors pourquoi refuserait-il une diversion bienvenue pour son opinion publique...?

 

On peut ainsi constater que parmi les acteurs principaux, il n'y a que Kadhafi à être en fin de course. En fait c'est un scénario conçu et joué par des "has been". Et cela ressort d'autant plus si l'on considère les autres acteurs/spectateurs essentiels à savoir :

 

Les pays arabes

 

qui sont à priori opposés aux interventions occidentales sur leurs territoires respectifs, sauf danger collectif. Or il y a bien un danger collectif à leurs yeux : pas Kadhafi, mais les révolutions populaires arabes. Tout ce qui peut affaiblir ce mouvement populaire est donc bienvenu pour les dirigeants arabes, même s'il faut pour cela faire une entorse à la solidarité inter-dictatoriale. Les dirigeants arabes ont eu plaisir à voir les Occidentaux s'engager dans un conflit qui les empêche désormais d'apporter le moindre soutien effectif aux mouvements révolutionnaires qui agitent les autres pays du monde arabe, puisque Paris, Londres et Washington ont besoin à tout prix de la "caution arabe", même uniquement formelle, pour éviter un fisco de leur intervention libyenne.

 

Les Brics

 

se sont abstenus au Conseil de Sécurité de l'ONU. Chine et Russie auraient pu bloquer l'intervention en usant de leur droit de veto. Ils ne l'ont pas fait car ils n'avaient pas envie d'apparaître comme les soutiens du régime Kadhafi et surtout parce qu'ils avaient très envie de laisser les Occidentaux s'enliser dans un nouveau confilt, au moment même où, avec la crise, les rapports de force deviennent de plus en plus directs au niveau mondial. nLes coûts financiers, diplomatiques et politiques de l'opération libyenne affaiblissent en effet encore plus la position des trois pays qui al conduisent dans le grand jeu de réorganisation du système mondial.

 

Israël

 

au première loge, dans tous les sens du terme ! L'intervention décisive des néocons européens et américains dans cette aventure, tous favorables à une vision idéologique de l'Occident sur un axe Washington/Tel Aviv, illustre le fait que derrière la discrétion officielle de l'Etat hébreu, il y a bien une forte influence israélienne derrière l'intervention libyenne. Kadhafi étant l'une des bêtes noires d'Israël, l'occasion était en effet très tentante, d'autant plus qu'elle permettait d'affaiblir le processus des révolutions populaires arabes qui inquiète beaucoup les actuels dirigeants israéliens. 

 

à suivre ...

 

Opération militaire en Libye - La politique néoconservatrice de Sarkozy

L'opération militaire en Libye, accélérateur de la dislocation géopolitique

 

Nous avons franchi les bornes de la responsabilité de protéger, nous sommes dans l’ingérence

Intervention de Jean-Pierre Chevènement sur la Libye au Sénat, mardi 12 juillet 2011.


 

 

 

http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/picrochole/conspirateurs/CoursedeChevaux.jpg

http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/picrochole/conspirateurs/CoursedeChevaux.jpg

.

 

 

Vous avez dit hasard... ou complot ?

 

 

Voici deux citations éclairantes au moment où l’on veut faire croire au brave citoyen que cette guerre des monnaies où l’euro est dynamiter par ces mêmes forces qui l’on créé, est fruit du pur HASARD.

« Depuis que je suis entré en politique, j’ai eu surtout les vues des hommes qui se confiaient à moi en privé. Certains des plus grands hommes aux USA, dans le domaine du commerce et de l’industrie, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si attentif, si puissant, si complet, si dominant, que le mieux est de ne pas parler trop fort quand ils parlent en le condamnant ».

Woodrow Wilson, 28ième président des États-Unis 1913-1921

 

thomas-jefferson.jpg?w=225&h=225

 

« Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout.. »

Thomas Jefferson, président des États-Unis de 1800 à 1808.

 

Que dire quand des présidents américains parlent comme des COMPLOTISTES ?

Il faudrait peut-être, à la lumière de cette crise monétaire absolument ORCHESTREE (des intiés l’ont annoncé en 2001 à LIESI), que les « anticomplotistes » sortent de la bulle du mensonge dans lequel ils végètent.

 

 

Le club des complotistes

 

 

lawrence-patton-mcdonald.jpg?w=128&h=150« Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. (…) Est-ce que j’entends par là qu’il s’agit d’une conspiration? Oui, en effet. Je suis convaincu qu’il y a un tel complot, d’envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique. »

Lawrence Patton McDonald Congressiste américain tué dans l’attaque d’un vol de la Korean Airlines. Message public diffusé en 1976.

N’existe t-il pas des confidences relatives à un Nouvel Ordre Mondial depuis des lustres ?

Encore un complotiste… un vrai celui-là qui est de l’autre côté de la barrière…

james-paul-warburg.jpg?w=204&h=247« Nous aurons un gouvernement mondial, qu’on le veuille ou non. Reste à savoir si le gouvernement mondial sera établi par consentement ou par conquête ».
— James Paul Warburg, 17 février 1950, au Conseil des Relations Internationales des États-Unis.

Et voilà qu’aujourd’hui les Bush, Obama, Attali, Sarkozy et Cie nous parlent de la nécessité d’un Gouvernement mondial parce que LES ETATS SONT INCAPABLES DE RESOUDRE UNE CRISE QUI ECLATE PAR HASARD.

Hasard ?

David Rockefeller, le 23 septembre 1994 :

« Tout ce dont nous avons besoin est une crise majeure appropriée, et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial ».

Justement, nous y voici… Alors, malgré l’évidence qui aveugle, il n’y a vraiment pas de COMPLOT ! On ne doit pas savoir lire les phrases des « grands hommes » de la même manière. La pire calamité qui puisse arriver à l’homme du XXI° siècle, est d’être aveuglé par l’évidence et la vérité. Nous sommes « complotistes » parce que nous disons tout simplement la vérité. Et ceux qui prétendent le contraire sont nécessairement dans le mensonge et des menteurs. Au fait, le Père du mensonge n’est-il pas le Prince de ce monde ?

Ah oui, la mystique… Mais nos mondialistes ne se gênent pas pour affirmer :

« Personne n’entrera dans le Nouvel Ordre Mondial à moins qu’il ou elle ne fasse le serment de vénérer Satan. Personne ne fera parti du Nouvel Age sans recevoir une initiation Luciférienne. »

David Spangler, directeur de l’Initiative Planétaire, un projet des Nations Unies.

Vive donc l’occulte et la magie pour les enfants  sous forme de distraction…

Alors franchement, ne trouvez-vous pas magnifique que les ETATS-NATIONS soient en train de SAUTER comme par magie aujourd’hui, tout en emmenant l’ensemble de la classe moyenne occidentale vers la paupérisation ?

Il y aura 41 ans, sous le règne du Président Georges Pompidou, dans un entretien accordé à la revue Entreprise (ancêtre de la revue l’Expansion) et publié en page 62 à 65 du n°775 de cette revue en date du 18 juillet 1970, Edmond de Rothschild, aujourd’hui décédé, quatre ans avant qu’il ne fonde la section européenne de l’aujourd’hui célèbre Commission Trilatérale, créée aux Etats-unis par David Rockefeller et Zbignew Brzezinsky (mentor d’un cartin Barack Obama), et quatre mois avant le décès brutal et inopiné (rupture d’anévrisme) du Général de Gaulle à Colombey, déclarait déjà (en haut de la seconde colonne de la page 64 de cet entretien :

« Le verrou qui doit sauter à présent, c’est la nation ! »

 Un authentique visionnaire ? Bien sûr…

Et la paupérisation de la classe moyenne se traduira par la perte des assurances-vie et le cash en banque… Tiens, ces mêmes groupes oligarchiques qui rêvent de gouvernement mondial depuis des décennies, ont réussi à instruire le petit Lénine (le Ben Laden de l’époque) qui nous dit en 1919 à Bakou :

lenine-obama.jpg?w=314&h=161« Dans un premier temps, nous détruirons les empires des pays capitalistes. (Ceci fut réalisé à la suite des deux Guerres mondiales, n.d.l.r.)
Dans un second temps, nous occuperons ces empires. (Pour réaliser ce second point il importait que la France abandonnât ses colonies à Staline ! n.d.l.r.)
Dans un troisième temps, nous créerons une crise économique sans précédent.
Dans un quatrième temps, nous créerons une crise sociale telle que l’Europe tombera comme un fruit mûr. »

Mais au fait : dans Europe n’y a t-il pas EURO ?

Mais alors, il n’y a aucune surprise à relever que les agences de notation dépendent de WALL STREET et que le marxisme comme la révolution bolchevique furent financés par… WALL STREET. Marx fut un employé du cartel bancaire et il fut reçu à Wall Street avec grande pompe.

Donc Lénine n’invente rien… ce n’est qu’un perroquet… un de ces révolutionnaires haineux manipulés par des gens bien plus intelligents que lui.

Excusez ces délires… je vais vraiment finir par me croire complotiste. Heureusement, N. Sarkozy est là pour me rappeler ce qu’est le monde REEL :

« C’est un véritable New Deal à l’échelle planétaire qui est nécessaire. Un New Deal écologique et économique. Au nom de la France, j’appelle tous les États à se réunir, pour fonder le nouvel ordre mondial du XXIème siècle« .

Allocution de Nicolas Sarkozy devant l’Assemblée générale de l’ONU, 25 septembre 2007, Assemblée générale de l’ONU.

Il faut voir le monde tel qu’il est et arrêter de se mentir à soi-même.

 

Le club des complotistes – Hasard… vous avez dit hasard ou COMPLOT ?

 

..

Supposons que tout ce que vous savez n'est pas seulement faux, mais qu'il s'agit de mensonges soigneusement rédigés. Supposons que votre esprit est rempli de fausses croyances - sur vous même, sur l'histoire, sur le monde qui vous entoure - implantées là par des forces puissantes, de façon à vous leurrer dans la complaisance. Votre liberté est par conséquent une illusion. Vous êtes en fait un pion dans ce complot, et votre rôle est celui d'un crédule qui doit prendre son rang, si vous faites parti des chanceux.
                                            - Charles Paul Freund
.

« À défaut d’avoir recours à la force pour contrôler les populations, on peut parfaitement les contrôler par l’opinion » Harold Laswell, spécialiste des médias.

"La presse libre n'existe pas. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des intellectuels prostitués. Le travail du journaliste est la destruction de la verite, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l opinion au service des Puissances de l Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses". John Swaiton, l'éditeur du New York Times, lors de son discours d'adieu.

 

  .

.

 

Nouvelles  du  site  Eveil2011 :

 

Courriel de Jonathan:
cosmos_2012@live.ca

12 juillet 2011

Il semble que Sylvain Jonathan, Éveil 2011, a eu des problèmes de connexion depuis les derniers jours parce que l'achalandage sur son site est trop imposant pour son forfait d'hébergement actuel.
Son hébergeur lui demande donc un supplément pour augmenter la bande passante.
J'invite donc Sylvain à m'envoyer son adresse postale pour que nous puissions collaborer à la remise en ligne de son site.  Consultez à nouveau cet article pour voir, éventuellement, les coordonnées de Jonathan.

Isabelle (Conscience du Peuple)


Le site Éveil 2011 est hors connexion depuis quelques heures et plusieurs s'interrogent sur la raison de cette faille technique (erreur 403).  Je n'ai aucune nouvelle, alors si quelqu'un peut nous informer sur ce qui se passe, ce serait apprécié.  Merci.
.

 

La répression qui vient :

 

.

Publics concernés : administrations centrales des ministères de l’intérieur et de la défense, représentants de l’Etat, militaires et fonctionnaires en charge des missions de maintien de l’ordre public.
Objet : modification du régime juridique relatif à la dispersion des attroupements.
Entrée en vigueur : immédiate.
Notice : en application de la loi n° 2009-971 du 3 août 2009 relative à la gendarmerie nationale qui a supprimé la réquisition à l’égard de la gendarmerie nationale, le présent décret précise les modalités d’emploi de la force et les conditions d’usage des armes à feu pour le maintien de l’ordre public. Lien

On peut constater que les autorités sont conscientes de ce qui va arriver… Derrière le discours de la « reprise » on se prépare plutôt à la « catastrophe » et aux insurrections.

 

Préparer la répression…

 

Voir aussi :

 

 Arrêté publié au JO le 1er juillet, signé François Fillon.


 François Fillon Arrêté publié au J.O le 1er juillet tire a bal réel ....
Article 3 En savoir plus sur cet article...


En application du V de l'article R. 431-3 du code pénal, outre les armes à feu prévues à l'article précédent, est susceptible d'être utilisée pour le maintien de l'ordre public, à titre de riposte en cas d'ouverture du feu sur les représentants de la force publique

 


Pourquoi le gouvernement se donne-t-il aujourd'hui le droit de tirer à balles réelles sur les citoyens qui manifestent ?

Pourquoi un tel arrêté maintenant ?
 
La Nation est-elle en péril, en guerre civile ?.

Ou bien les gouvernants et autres "dilapideurs" prévoient-ils après d'autres pays d'Europe, la "faillite" (comme ils disent ) de la France, et craignent-ils des révoltes sociales, des émeutes ?

Ne voient-ils pas trop de pays où les citoyens se révoltent contre un pouvoir abusif ?

Ne voient-ils pas, en France même, trop de citoyens en rupture avec un système qu'ils cherchent à maintenir coûte que coûte et qui est en train de s'effondrer?

 

extraits de :

http://tenfiotenwo.skyrock.com/3011932663-Francois-Fillon-Arrete-publie-au-J-O-le-1er-juillet-tire-a-bal-reel.html

 

 

              La gendarmerie intégrée au ministère de l'Intérieur au 1er janvier 2009
 On est loin ici de la police de proximité

 

Et je vous laisse méditer sur l'ensembleDéCLASSIFICATION 2 : ETAT D'URGENCE!

 

.

 

Joseph Stiglitz: Livre, analyses et prévisions
.
153435413541.jpg12/07/2010 - La crise idéologique du capitalisme occidental

Il y a seulement quelques années, une idéologie à la mode - la croyance dans l'efficacité de l'économie de marché libre de toute entrave - a mené la planète au bord de la ruine. 

Même à son apogée, entre le début des années 1980 et 2007, le capitalisme américain orienté vers la dérégulation n'a permis qu'à une poignée de gens, les plus fortunés du pays le plus riche de la planète, de s'enrichir encore davantage. 


En réalité, durant les 30 ans de montée en puissance de cette idéologie, année après année, le revenu de la grande majorité des Américains a stagné ou baissé.

La croissance de l'économie américaine n'avait pas de caractère durable. Elle ne pouvait se prolonger qu'au moyen d'une consommation financée par une montagne de dettes toujours croissante, une grande partie du revenu national bénéficiant uniquement à une petite minorité.

Je faisais partie de ceux qui espéraient que la crise financière apprendrait aux Américains et à d'autres une leçon sur la nécessité de plus d'égalité, plus de régulation et un meilleur équilibre entre le marché et l'Etat. Malheureusement cela n'a pas été le cas. Bien au contraire, une résurgence des idées économiques de droite, suscitée comme toujours par des considérations idéologiques et la défense d'intérêts particuliers, menace à nouveau l'économie mondiale - ou à tout le moins l'économie de l'Europe et de l'Amérique où ces idées continuent à prospérer.

Aux USA, cette résurgence droitière qui nie les lois fondamentales des mathématiques et de l'économie menace d'entraîner le pays à la faillite. Si le Congrès décide de dépenses qui dépassent les revenus, le budget connaîtra un déficit, un déficit qu'il faudra financer. Plutôt que de comparer les programmes de dépenses publiques avec le coût d'une hausse d'impôt pour les financer, la droite veut agir sans discernement. Refuser toute hausse de la dette publique contraint à financer les dépenses exclusivement par la fiscalité.

Cela ne répond pas à la question de savoir quelles dépenses doivent être prioritaires. Si le payement des intérêts de la dette publique ne l'est pas, un défaut est inévitable. Par ailleurs une baisse des dépenses en ce moment, en pleine crise due à une idéologie qui soutient aveuglement  l'économie de marché, va prolonger le ralentissement.

Il y a 10 ans, au milieu d'un boom économique, les USA avaient un tel excédent qu'il pouvait pratiquement combler la dette publique. Des réductions d'impôt et des guerres inappropriées, une récession majeure et la hausse des dépenses de santé publique (alimentées en partie par l'administration Bush qui voulait donner toute liberté à l'industrie pharmaceutique pour fixer les prix, alors que l'argent public était en jeu) a rapidement transformé un large excédent en un déficit record en temps de paix.

Cette situation indique comment remédier au déficit américain : il faut remettre le pays au travail en stimulant l'économie, mettre fin à des guerres stupides, limiter les dépenses militaires, brider le prix des médicaments et enfin augmenter les impôts, au moins pour les plus riches. Mais la droite ne veut rien de tout çà et réclame au contraire davantage de baisses d'impôt pour les entreprises et les contribuables les plus riches, ainsi qu'une baisse des dépenses d'investissement et de protection sociale, ce qui mettrait en danger l'avenir de l'économie américaine et réduirait à rien ce qui reste du contrat social. En même temps le secteur financier américain exerce un maximum de pression pour échapper à toute réglementation, de manière à revenir à la situation antérieure alors même qu'elle conduit au désastre.

La situation est à peine meilleure en Europe. Alors que la Grèce et d'autres pays de l'UE sont confrontés à une crise de la dette, la solution en vogue consiste simplement à les pousser à adopter des mesures d'austérité et de privatisation auxquelles on a tant eu recours dans le passé, avec pour seul effet de rendre les pays concernés plus pauvres et plus vulnérables. Cette politique a échoué en Asie de l'Est, en Amérique latine et ailleurs et elle échouera aussi en Europe - d'ailleurs elle a déjà échoué en Irlande, en Lettonie et en Grèce.

Il existe une alternative : une stratégie de croissance soutenue par l'UE et le FMI. La croissance donnerait l'espoir que la Grèce remboursera sa dette, de ce fait les taux d'intérêt baisseront et l’Etat aura plus de latitude pour faire des investissements stimulant la croissance. La croissance en elle-même accroît les revenus fiscaux et réduit les dépenses sociales telles que les indemnités de chômage. Et la confiance retrouvée dope encore davantage la croissance.

Malheureusement les marchés financiers et les économistes de droite prennent le problème à l'envers : ils croient que l'austérité va générer la confiance et que la confiance va générer la croissance. En réalité l'austérité mine la croissance, ce qui affaiblit la position budgétaire de l’Etat ou à tout le moins se traduit par une amélioration bien moindre que celle promise par les partisans de l'austérité. Quoi qu'il en soit, la confiance est ébranlée, ce qui met en mouvement une spirale descendante.

Avons-nous besoin d'une autre expérience qui sera chère payée si nous appliquons  des idées qui ont déjà échoué à de multiples reprises ? Si l'Europe ou les USA ne parviennent pas à restaurer une croissance saine, cela aura des conséquences négatives pour toute l'économie mondiale. Si les deux échouent ce sera désastreux - même si les principaux pays émergents atteignent une croissance durable. Malheureusement si la sagesse ne l'emporte pas, c'est la direction vers laquelle se dirige le monde.

Project Syndicate



17/01/2010 - "L’austérité ne fait que retarder la solution des problèmes"

Marianne : Vous mettez en cause les politiques de rigueur adoptées par les pays européens. Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et la Commission européenne présentent ces politiques comme indispensables pour les pays de la zone euro. Pensez-vous qu’une autre politique est possible avec la monnaie unique ?
Joseph Stiglitz : Certains pensent que l’austérité est le prix à payer, un mal passager mais nécessaire. Mais non. L’austérité ne fait que retarder la solution des problèmes.
Les économies seront plus faibles, les rentrées fiscales aussi, et le chômage sera plus élevé. La question politique se pose à des pays comme la Grèce, l’Espagne, l’Irlande d’assumer des taux de chômage de 20 %, voire de 30 %, sur une longue durée.
C’est intenable, sauf à prier que quelque chose arrive qui modifie la situation, une guerre par exemple ! En fait, par les tensions qu’elle génère, l’austérité est une menace pour les démocraties. Vous pouvez faire en sorte que l’économie croisse plus vite en investissant davantage. La Grande-Bretagne, la France et d’autres pays peuvent emprunter de quoi investir dans l’éducation, les infrastructures, la santé et les technologies. Ils obtiendront un retour sur investissement supérieur au coût de la dette. L’Allemagne a des excédents qui lui permettraient d’augmenter sa consommation, d’importer davantage et d’aider ainsi les autres pays européens. Une telle solidarité permettrait à l’euro de survivre, et soutiendrait les pays comme la Grèce et l’Irlande qui sont réellement contraints à l’austérité. Il existe donc une alternative économique. Mais ce n’est pas un problème économique, c’est un problème politique.
M. : Vous envisagez la sortie de certains pays de l’euro, en vous fondant sur l’expérience de l’Argentine dans les années 90. Mais l’Argentine, en dévaluant, a imposé au peuple argentin une austérité dramatique pendant plusieurs années. Quel responsable politique peut faire un tel pari économique ?
J.S. : L’Argentine est un bon exemple. Après avoir dévalué, et surtout restructuré sa dette, elle a payé le prix fort. Mais elle a connu ensuite six années de croissance, qui lui ont permis de réduire à 13 % un taux de pauvreté qui atteignait auparavant 40 % de la population. Le chômage est aujourd’hui inférieur à celui que connaissent les Etats-Unis. Tous les problèmes de l’Argentine n’ont pas été résolus, mais la situation est objectivement meilleure aujourd’hui qu’auparavant. En sortant de l’euro et en restructurant leur dette, la Grèce et l’Espagne retrouveraient leur compétitivité. Ces pays n’auraient évidemment plus accès aux marchés de capitaux. Mais c’est déjà le cas de la Grèce aujourd’hui. La pire des punitions, c’est ce qui leur arrive en ce moment…
M : Dans votre livre Le Triomphe de la cupidité, vous souhaitez qu’une autre vision de l’économie permette l’avènement d’une nouvelle société. Mais on a l’impression que rien n’avance et que les responsables politiques cherchent surtout à retrouver « le monde d’avant » 2007…
J.S. : Dans l’esprit de beaucoup de citoyens, la crise a ancré l’idée que l’ancien cadre conceptuel de l’économie ne fonctionne pas et qu’il faudrait en trouver un nouveau. Hélas, les gouvernants de certains pays demeurent dominés par leur système financier. Les idées orthodoxes, l’idéologie du libre marché ont repris le dessus. La volonté de régulation des marchés et de réduction des inégalités faiblit. La victoire des républicains aux élections de midterm et les compromis que passe le président Obama avec le Congrès paraissent condamner toute idée de rupture avec le règne du capitalisme financier.
M : Finalement, est-ce qu’on ne va pas assister à un nouveau « triomphe de la cupidité » ?
J.S. : Lors des élections de novembre 2010, de nombreux citoyens américains étaient en colère contre leur gouvernement, parce qu’il a préféré protéger les banques plutôt que les citoyens. Il y a donc eu un mouvement vers la droite, car les électeurs étaient déçus par Obama. Mais les citoyens n’adhèrent pas au Tea Party. Lorsqu’on leur demande qui est responsable de la crise, ils répondent : c’est Bush ! C’était donc un vote de protestation. Le compromis que passe le président Obama avec les républicains est très mauvais. C’est un renoncement à taxer les plus riches, le 1 % des citoyens qui concentrent 40 % de la richesse. Je crois qu’un moment politique important, favorable à une réforme de fond du capitalisme, a été raté. Les compromis vont retarder le retour de la croissance aux Etats-Unis, ce qui rendra les électeurs encore plus furieux. En 2012, la question sera alors : les citoyens iront-ils davantage encore vers la droite ? Personne ne le sait encore.
M : En 2011, la France préside le G20. Croyez-vous que Nicolas Sarkozy soit en mesure d’imposer ses vues pour un nouveau Bretton Woods - un nouveau système de régulation monétaire international à la Chine et aux Etats-Unis ?
J.S. : Le G20 est à un tournant. La crise avait provoqué la peur dans le monde entier et avait conduit les dirigeants à prendre des mesures très fortes : stimulation de la croissance, assistance aux pays en voie de développement, discussion sur une réforme de la finance… Mais, une fois que la peur s’est éloignée, la motivation s’est évaporée, chaque pays est retourné à ses propres problèmes, et chacun a établi un diagnostic différent. L’Europe et les Etats-Unis stagnent, mais les uns ont fait le choix de l’austérité, l’autre de la relance. Le monde diverge sur les solutions.
M : La Chine promet d’aider l’Union Européenne à affronter la crise de la dette, en achetant des emprunts d’Etat espagnols, grecs, portugais. Est-ce une bonne chose, la Chine est-elle capable de remplacer les Etats-Unis, d’ici à une vingtaine d’années ?
J.S. : L’influence de la Chine sera supérieure dans ce siècle à ce qu’elle était dans le précédent. Il n’y a aucun doute là-dessus. Il n’y a pas de doute non plus que ses réserves financières considérables vont accroître cette influence, comme l’avait fait le dollar avec les Etats-Unis pendant les cinquante dernières années. Mais l’influence des Etats-Unis provenait aussi de leurs idées, comme la démocratie et l’égalité. Le problème, c’est que l’économie américaine ne fonctionne plus et que nos idées se perdent. La démocratie est un bon principe selon lequel « un homme égale une voix ». Mais, hélas, aujourd’hui les banques disposent de 51 % des votes, car elles achètent les gouvernements. Les Etats-Unis et l’Europe retrouveront leur place dans le monde lorsqu’ils auront non seulement rebâti leurs économies, mais aussi renoué avec leurs idées fondatrices.
Propos recueillis par Marie-Eve Bourgois et Hervé Nathan - Marianne2
* Économiste, professeur à l’université de Columbia. Représentant célèbre du courant néokeynésien, il a reçu le prix Nobel d’économie en 2001. Son dernier livre, Le Triomphe de la cupidité (2008), vient d’être réédité en poche par Bab
06/01/2011 - "L'euro peut disparaître"
Selon le prix Nobel d'économie, la voie de l'austérité choisie par l'Europe, sous la pression des marchés, va retarder la sortie de crise.
Le fonds de soutien de la zone euro, décidé par les pays de l'Union européenne, "bien qu'essentiel (...), n'est qu'un palliatif temporaire pour les petits pays attaqués", affirme le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz dans le journal Libération daté de mercredi. Ce fonds doit prolonger au-delà de 2013 le système de secours provisoire doté de 750 milliards d'euros qui a été mis en place dans l'urgence en mai et qui est déjà intervenu pour soutenir la Grèce et l'Irlande.

Toutefois, "le péril demeure" pour la zone euro, selon M. Stiglitz. "L'incertitude reste la même qu'il y a six mois. On savait alors que l'Irlande allait connaître une crise violente. On savait que les réformes indispensables pour la viabilité à la long terme de la zone euro devaient être réalisées", ajoute-t-il. Et si "l'Espagne a eu la chance d'entrer dans la crise avec un excédent budgétaire et un faible pourcentage de dette par rapport à son produit intérieur brut" et que l'Italie, "très endettée, a pu limiter son déficit budgétaire", la situation "reste précaire", affirme l'économiste.


Selon lui, "si l'Europe s'affaiblit encore, l'étau se resserrera. Et l'anxiété grandira" sur la capacité des pays attaqués à faire face à leurs dettes. Or, estime M. Stiglitz, "la voie de l'austérité choisie par l'Europe, sous la pression des marchés, va retarder la sortie de crise, affaiblir les maillons les plus vulnérables de la zone euro et de l'Union européenne". Selon lui, "l'idéologie du libre marché, qui a permis les bulles financières, lie les mains des politiques".
"Beaucoup de leaders européens n'ont pas compris qu'il fallait s'attaquer à la régulation du système et remettre l'énergie de la finance, qui ne connaît rien à l'économie, dans ce qu'elle doit faire", affirme-t-il. Et, met-il en garde, "l'euro, faute de politiques appropriées et d'institutions équilibrées (...), peut disparaître".
.
suite ici :
.
.
.

 

  A lire :

Elle vit sans utiliser d'argent depuis 15 ans

http://fr.news.yahoo.com/vit-utiliser-dargent-depuis-15-ans-175500379.html

.

.

.

Sarkozy, combien d'enfants
as-tu tués cette nuit ?
(Michel Collon - vidéo)
.

Non il n'existe pas de « guerre propre » ! Michel Collon nous envoie un reportage depuis la Libye. Il nous montre ce que les bombes de l'OTAN peuvent faire loin des caméras de télévision.

.

 

ATTENTION, CERTAINES IMAGES PEUVENT CHOQUER.

 

voir ici si la vidéo ne s'affiche pas : http://vimeo.com/26309684

 

.

BIENTOT DISPONIBLE :

.

CLL_cover_projet_1_CR-2ce8f.jpg

.
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 07:08

  http://www.islamenfrance.fr/wp-content/uploads/2010/12/population-en-afrique-colonisation-occident.jpg

http://www.islamenfrance.fr/wp-content/uploads/2010/12/population-en-afrique-colonisation-occident.jpg

 

 

Le message de Lula aux Africains

par eva R-sistons

 

.

Lula vient d'adresser aux Africains, et à travers eux au monde, un message d'une importance capitale. Il est temps, en effet, que ce continent se libère de l'ingérence de l'Etranger, en particulier de l'Occident, donc du néo-colonialisme, et qu'il mène lui-même son propre développement. L'Afrique est riche (terre fertile, gisements..), et à cause de cela elle suscite toutes les convoitises avec à la clef, des guerres interminables. A l'heure de la mondialisation, à l'heure d'Internet, les Africains ont tous les moyens pour comprendre qu'ils doivent jeter dehors aussi bien dictateurs ou marionnettes au service de l'Etranger, que multinationales prédatrices. Le message de Lula n'est évidemment pas relayé par les Médias, alors même qu'il est d'une importance historique. L'Amérique Latine s'est (en partie) libérée de ses dictateurs et des requins de l'Occident, elle est en pleine croissance, et ce qu'elle a fait, l'Afrique peut le faire. A condition de le vouloir !

 

Par ailleurs, l'Occident qui se croit TOUT permis, utilise toutes les techniques pour satisfaire sa cupidité maladive et criminelle : Bombardements, pseudos révolutions (de couleurs), destabilisations, et aussi.. scissions. Diviser pour régner, la technique machiavélique est éprouvée ! L'exemple parfait en est la Yougoslavie, avec la plus grande base militaire américaine au Kosovo, aux portes de la Russie. Ou dans plusieurs régions du monde, comme en Afrique. Le dernier exemple est le Soudan, avec une partie riche en ressources (que pillera l'Occident) et l'autre,  pauvre, livrée à elle-même. Et n'oublions pas la Côte d'Ivoire, d'abord scindée, puis réunifiée sous l'égide de l'agent du FMI, Ouattara. La Libye connaîtra sans doute le même sort : Avec mandat de l'ONU, complice des pires exactions, et au risque, une fois de plus, de porter atteinte à un Etat souverain de surcroît faisant bloc (jusqu'aux provocations de la France et de la GB) derrière un dirigeant, Kadhafi,  qui a porté très haut son pays. Le cynisme de l'Occident, voulant faire croire à une opération humanitaire, est monstrueux. Les peuples doivent se libérer de leurs tortionnaires !

 

http://1e.img.v4.skyrock.net/1e6/bountydefrance/pics/2906834015_1.jpg

http://1e.img.v4.skyrock.net/1e6/bountydefrance/pics/2906834015_1.jpg

 

Et pendant ce temps, cet Occident qui utilise, lui, des armes réellement de destruction massive, projette sur la Libye des particules d'uranium appauvri qui se répandent jusqu'en Europe, via le Sirocco.

 

Qu'attend-on pour poursuivre les assassins de l'humanité ?

 

eva R-sistons 

 

Bonne lecture, et n'oubliez pas de relayer ce formidable message !

 

 

 

http://presidence.bf/uploads/tmp/php8Z5bsG-PHOTO%20FAMILLE%20SOMMET.jpg

http://presidence.bf/uploads/tmp/php8Z5bsG-PHOTO%20FAMILLE%20SOMMET.jpg 

 

 

Suivant l'exemple de l'Amérique Latine , l'Afrique devrait décider de prendre sa vraie indépendance qui est aux mains des occidentaux. Le continent Africain qui est riche de gisements minéraux et de terre fertile , aurait en effet toutes les potentialités pour devenir la première puissance économique planétaire , mais elle est encore opprimée sous la coupe coloniale des grandes puissances de la terre. Ce sont les parole de l'ex -président brésilien LULA DA SILVA, qui était la semaine dernière en Guinée Equatoriale pour la réunion des chefs d'états africains .


Lula a invité les chefs d'Etat à ouvrir les yeux sur ce qui se passe en Afrique ces derniers mois , en Libye et en Côte d'Ivoire : l'interférence de la France et des Etats-Unis constitue un sérieux danger pour la souveraineté africaine et pour les futures générations.


Durant l'assemblée générale sur le rôle des jeunes africains, une session détachée de la réunion avec pour thème la crise libyenne, Lula a accusé les chefs africains d'être avides , assoiffés de pouvoir , de trahir leurs propres pays et surtout d'être les serviteurs de l'occident, qui saccagent le continent noir et déciment sa souveraineté. La devise de ces chefs d'Etat étant "chacun pour soi , Dieu pour tous" ne portera pas loin l'Afrique. Il faut le sens de responsabilité, d'humilité, de dignité et d'Unité pour bien gouverner ! Critiquant le fait que les leaders africains qui sont arrivés au pouvoir par un coup d'état ou par le vouloir des puissances occidentales, il a ensuite dénoncé le monopole des 5 pays du monde. ajoutant que: L'UNION AFRICAINE a 1,4 milliard d'habitants...et c'est inconcevable que les USA, LA FRANCE,LA CHINE,LA RUSSIE ET LA GRANDE BRETAGNE dictent la loi au conseil de securité de l'ONU ! Surtout que la crise économique mondiale provient des Etats-Unis .


  Il a déploré le fait que l'UNION AFRICAINE soit financée seulement par 5 pays africains et le reste par des dons occidentaux. Par conséquent, pour cela , l'UA ne peut pas défendre les interéts de l'Afrique et avoir un poids au niveau international. C'est cette mème U.A qui légitime les coups d'ètats, les rebellions ou actions illégales pour l'obtention du pouvoir en Afrique, ignorant la volonté du peuple et la finalité des élections. Beaucoup de chefs d'Etat présents avaient la tête basse, à qui il a rappelé l'invasion francaise dans le continent noir ! LA FRANCE nourrit et arme les rebelles dans les pays qui ont cessé d'ètre leurs colonies . avec des interférences dans les affaires internes des pays africains ! C'est clair la référence avec le cas de la Côte d'Ivoire, où Paris avec l'utilisation de la force a enlevé le president GBAGBO pour mettre à son poste Ouattara.


Si pour la Cote d'Ivoire, rien a été fait pour arréter le coup d'état, l'union Africaine peut demander le cessez le feu immédiat en LIbye. En soutien s'est ajouté le président Jacob Zuma, un des chefs opposants qui tient tête à l'Occident disant qu'ils n'ont pas le droit d'assassiner KHADAFI.

 

Un silence d'ombre dans la salle de l'UA où les présidents qui sont les talons de l'occident étaient nombreux, en l'occurrence ABDOULAYE WADE du Sénégal qui a séjourné à Benghasi pour reconnaitre le gouvernement des rebelles , BLAISE COMPAORE du Burkina Faso qui a soutenu la rebellion de OUATTARA en Côte d'Ivoire contre GBAGBO, YOWERI MUSEVENI de l'Uganda qui combat les AL Shabaab en Somalie , PAUL KAGAME du Rwanda qui saccage pour le compte de l'Occident et puis SASSOU N'GUESSO du Congo Brazzaville, IDRISS DEBY du TCHAD, PAUL BIYA du Cameroun, FAURE GNASSINGBE du Togo, ODINBA ALI BONGO du Gabon et le dernier recruté qui s'est ajouté à la dépendance des puissances de l'oppression ALLASSANE OUATTARA de la Côte d'ivoire !

 

TEXTE ITALIEN TRADUIT EN FRANCAIS  PAR KOUAME CELESTIN N'BRAH

http://afrohistorama.over-blog.com/

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2011/07/09/21576909.html

 

 

.

.

UA : Lula da Silva enflamme le sommet de Malabo avec ses attaques contre l'Occident  30/06/2011

UA : Lula da Silva enflamme le sommet de Malabo avec ses attaques contre l'Occident

MALABO, 30 juin (Xinhua) -- Invité spécial du 17e sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) ouvert jeudi pour deux jours à Malabo en Guinée équatoriale, l'ex-président brésilien Lula da Silva a enflammé la salle du Centre de conférences de Sipopo avec ses attaques contre l' Occident. L'ancien dirigeant qui se déclare actif pour la défense de la cause africaine et en particulier celle des pauvres a reçu un « standing ovation » au terme d'un long réquisitoire dans lequel il a appelé une réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies en faveur de l'Afrique comme membre permanent et devant donner à une Onu capable de favoriser un cessez-le-feu en Libye. Tribun hors pair, Lula s'est engagé à « travailler à faire du continent africain vu d'une autre manière », car « la photographie qu'on montre est photographie de préjugés », présentant une Afrique de misère, de pauvreté et de maladies. Après avoir réuni récemment les ambassadeurs des pays du continent accrédités au Brésil, il se propose d'organiser le mois prochain une autre réunion avec des investisseurs brésiliens intéressés par l'Afrique. Face à la marginalisation de ce continent dans l'économie mondiale, il a affirmé oeuvrer afin de faire partager la richesse produite dans le monde. L'ex-leader brésilien qui s'est félicité de l'élection d'une femme comme son successeur à la tête de son pays s'est clairement positionné comme un défenseur des pauvres. « On a créé une théorie dans le monde qui veut que ce qu'on fait avec les pauvres, c'est du gaspillage, mais ce qu'on fait avec les richesses, c'est un investissement », a-t-il laissé entendre. Il a plaidé pour que le Fonds des Nations unies pour l' alimentation et l'agriculture (FAO) soit au service de l' amélioration des conditions de vie des populations africaines à travers le développement de l'agriculture.

http://french.news.cn/afrique/2011-06/30/c_13959173.htm http://french.news.cn/afrique/2011-06/30/c_13959173.htm

 

http://www.alterinfo.net/notes/UA-Lula-da-Silva-enflamme-le-sommet-de-Malabo-avec-ses-attaques-contre-l-Occident_b3097820.html

 

.


arton192-eff4d.jpg

.

.

.

L'article complet ici + vidéo Doc Génocido

 

Lula aux Africains: Cessez de baisser votre pantalon devant les Occidentaux

 

Voir aussi ici, Sirocco :

 

Alerte ! Particules d'uranium appauvri de la Libye à l'Europe via le Sirocco

 

 

.

.

Intervention militaire française en Libye :

Lettre ouverte aux députés et aux sénateurs.

France de Sarkozy contre celle de de Gaulle

 

Intervention militaire française en Libye : lettre ouverte aux députés et aux sénateurs
.
Monsieur/Madame le Député,
Monsieur/Madame le Sénateur,

   Ayant séjourné une semaine à Tripoli du 8 au 14 juin dernier dans le cadre d’un reportage sur la situation en Libye pour le magazine Afrique Asie (1), j’estime être de mon devoir de témoigner de ce que j’y ai vu et entendu, et de vous communiquer des informations qui n’ont pas été rapportées par les médias français.

   D’emblée, je tiens à souligner que cette lettre n’est pas un plaidoyer pour le colonel Kadhafi ou son régime. Je pense, comme beaucoup de Français, que l’avenir de la Libye est uniquement du libre choix du peuple libyen, que le conflit doit être réglé par la négociation, sans ingérence ni française ni étrangère. De plus, force est de constater que l’intervention « humanitaire » de la France et de l’OTAN en Libye, censée protéger la population en vertu de la résolution 1973 de l’ONU, provoque la mort de centaines de civils. La  poursuite de cette immixtion dans les affaires libyennes est dangereuse pour la stabilité en Méditerranée.

____________

 

   Je suis arrivé à Tripoli le 8 juin, au lendemain du plus important bombardement qu’ait connu la ville depuis le début de la guerre : 60 frappes dites ciblées causant la mort de 31 civils et de nombreux blessés. J’y ai appris que cette opération n’avait pas seulement été lancée pour détruire des sites dits militaires, mais parce que le 7 juin est… le jour anniversaire du colonel Kadhafi.

 

La France de Sarkozy

contre celle du Général de Gaulle

 

   Il est vrai que de nombreux Libyens faisaient la queue au poste frontière pour se réfugier en Tunisie, mais je n’ai pas constaté d’agitation particulière ou de déploiements policiers à mon arrivée à  Tripoli.

   Les informations selon lesquelles les Libyens vivraient calfeutrés chez eux, de peur de la répression des forces du régime, sont fausses. Sur le front de mer, des familles se promènent. Aux terrasses des cafés, on fume le narguilé. Les discussions s’arrêtent lorsqu’un vrombissement d’avion - volant à 5000 mètre d’altitude - se fait entendre. Les regards tentent de l’apercevoir, en vain. Est-ce un Rafale français, ou un Tornado britannique ? Quelques secondes plus tard,  une bombe explose au loin, puis une autre. Tous se demandent où sont tombés les missiles. Certains téléphonent à leur famille, puis rassurés, reprennent leur conversation. Je n’ai constaté nulle part de panique, mais de la colère rentrée chez ceux qui me demandaient qui j’étais et pourquoi j’étais là. Ils n’en voulaient pas, disait-ils, à « la France du général de Gaulle », mais, à Nicolas Sarkozy – et à Bernard Henri Lévy – à l’origine de cette guerre et de ses conséquences meurtrières pour la population civile.

 

Plus d’un millier de civils tués

 

   L’intervention militaire en Libye - le tiers des frappes est effectué par des avions français - n’a rien « d’humanitaire ». Le bombardement d’un pays étranger, quel qu’il soit, est un acte de guerre. Plus d’un millier de civils a été tué, trois fois plus sont gravement blessés. D’autres, en plus grand nombre, mourront de cancers dans les années à venir, car les têtes des missiles ou leurs ailerons sont en uranium appauvri. Dans Tripoli, des affiches traitent Nicolas Sarkozy … de « tueur d’enfants ».

   J’ai visité un hôpital et vu des civils – et bien sûr des enfants - blessés par les « bombes intelligentes » de l’OTAN. J’ai posé quelques questions à une fillette de 12 ans, traumatisée par le fracas du missile qui a détruit le siège du Comité anti- corruption, situé près de chez elle. Son père, éploré, m’a raconté que sa fille n’avait pas supporté les dernières explosions. Terrifiée par le bombardement massif du 7 juin, elle avait avalé des médicaments prescrits pour sa mère. Malgré un lavage d’estomac, ses membres inférieurs sont paralysés.

   Je m’étais rendu dans son quartier la veille et avais vu les dégâts causés aux deux immeubles détruits et à leur voisinage. Le gardien des ruines du Comité anti- corruption et les habitants des alentours m’ont dit que le tir du missile avait pour but de réduire en cendres les dossiers d’un certain nombre de membres du CNT de Benghazi, impliqués dans des scandales.

 

Plainte

devant la Cour Pénale Internationale


   Les avocats Roland Dumas, ancien ministre français des Affaires étrangères, et Jacques Vergès sont allés à Tripoli, fin mai, pour rencontrer des familles de victimes des bombardements. Une plainte sera déposée à la Cour Pénale Internationale contre Nicolas Sarkozy pour « crime contre l’humanité ». D’autres plaintes l’ont été aussi à Paris et à Bruxelles par Aïcha Kadhafi contre Sarkozy, Gérard Longuet – actuel ministre de la Défense - et l’OTAN, pour la mort de sa fille Moustoura - un bébé de 4 mois - dans le bombardement de la maison familiale du colonel Kadhafi. Tués ce jour-là aussi : un des fils du colonel et trois de ses petits-enfants. La frappe est attribuée à un Rafale français. Le leader libyen avait quitté son domicile, avec son épouse, une demi-heure plus tôt. L’OTAN appliquait-elle la fatwa du cheikh extrémiste Yusuf al-Qardaoui, prédicateur attitré d’Al-Jazeera, qui appelle à assassiner Kadhafi ?  

 

Siphonner les voix du Front national

 

   En 2008, Nicolas Sarkozy déclarait que les caisses de l’Etat étaient vides… Depuis, la situation économique de la France s’est détériorée, mais cela ne l’a pas empêché de se lancer dans une guerre qu’il croyait éclair contre la Libye. Il s’agissait pour lui, dit-on, de montrer à certains électeurs de Marine Le Pen que la France était toujours capable de « casser de l’Arabe ». L’idée serait de Patrick Buisson, ancien directeur de Minute, son conseiller chargé de siphonner les voix du Front national. Bernard Henry Lévy a, ensuite, joué le petit télégraphiste entre les rebelles de Benghazi et l’Elysée et mobilisé les réseaux pro-israéliens en faveur du Conseil National de Transition (CNT). Cet organisme de circonstance, sans réelle représentativité, ne survit que par la grâce de l’OTAN. Enfin, Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, a enfoncé le clou en assimilant …. à une Croisade l’appel lancé par Sarkozy aux membres de l’ONU…. C’est l’utilisation de ce terme, à forte connotation historico-religieuse – employé par George W. Bush et Oussama Ben Laden - qui permet au leader libyen de désigner ses agresseurs comment de nouveaux Croisés.

 

Coût de la guerre :

facture salée pour les contribuables

 

   En février 2011, le CNT donnait à Kadhafi… 72 heures, puis une semaine pour quitter le pouvoir. Cinq mois plus tard, il y est toujours. La coalition est l’alliée d’Al-Qaïda en Cyrénaïque et l’avenir de la Libye est de plus en plus incertain. Le 21 juin, Gérard Longuet, ministre de la Défense, a estimé le surcoût des trois premiers mois de frappes aériennes à 100 millions d'euros. L’opération Harmattan – nom de code de l’intervention française - serait d’un peu plus d’un million d’euros par jour. Certes, la guerre contre la Libye est une bonne opération publicitaire pour Dassault et les fabricants d’armes, mais pour les contribuables français – à qui personne n’a demandé leur avis – la facture est salée. Une heure de vol de Rafale ou de Mirage se situe entre 10.000 et 13.000 euros, le coût du nouveau missile Scalp entre 500 000 et 800 000 euros.

 

Faire retourner la Libye à l’ère pré-industrielle ?

 

   La Libye était le pays le plus développé d’Afrique au regard de l’Indice de développement humain (IDH) créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). L’IDH tient compte du PIB par habitant, du niveau d’éducation et de l’espérance de vie des habitants. Dans un rapport de 2011, le FMI louait la bonne gestion du pays, encourageant le colonel Kadhafi à « continuer d'améliorer l'économie ». Des centaines de milliers d’Africains qui travaillaient sur les chantiers libyens sont aujourd’hui parqués en Tunisie et en Egypte, avec pour seul espoir d’atteindre l’île italienne de Lampedusa. Qui peut le leur reprocher, puisque la France et l’OTAN sont à l’origine de leur désespoir ?

   L’agression dont est victime la Libye a-t-elle pour but de la « renvoyer à l’ère pré-industrielle », pour reprendre les menaces prononcées par James Baker, secrétaire d’Etat américain, en 1989, à Tarek Aziz avant le déclenchement de  la 1ère guerre du Golfe ? Le général Wesley Clark, ancien commandant en chef de l'OTAN, a révélé, en 2007, que la Libye figurait, depuis 10 ans, sur une liste de pays à envahir qu’il a consultée dans un bureau du Pentagone (4). C’est fait, en partie, avec l’aide de la France.

 

En guerre sur de fausses informations

 

   Une mission indépendante, composée notamment de Yves Bonnet, ancien directeur de la DST, s’est rendue en mai à Benghazi et à Tripoli. Elle affirme que la France est entrée en guerre sur de fausses informations. Avant de débattre de l’intervention française au Parlement (2) vous devez absolument lire le rapport qu’elle a publié. Des questions méritent d’être posées sur l’origine des informations et du battage médiatique appelant à intervenir en Libye. Ces informations, de sources incontrôlées n’ont jamais été recoupées, comme il se doit, par des témoignages de terrain contradictoires. Comment a-t-on pu prendre pour argent comptant les reportages tendancieux de la chaîne de télévision Al-Jazeera, dont le propriétaire – l’émir du Qatar, cousin d’un des principaux chefs de tribus de Cyrénaïque – a un compte à régler avec le colonel Kadhafi ? Comment se fait-il que le soulèvement armé se soit produit alors que des réformes démocratiques allaient être annoncées, notamment la rédaction d’une nouvelle constitution et des élections ? Nicolas Sarkozy a-t-il mesuré les dangers qu’une alliance avec Al-Qaïda - et les organisations qui lui sont proches en Cyrénaïque – feront peser sur la Libye et ses voisins ? Les armes sophistiquées dont les djihadistes disposent aujourd’hui menacent les deux rives de la Méditerranée et l’Afrique sub-saharienne.

 

Vous avez dit complot ?

 

   Selon le quotidien italien de droite Libero, appartenant au groupe de presse Berlusconi, le président Sarkozy aurait préparé le renversement du colonel Kadhafi dès le mois d’octobre 2010, en liaison avec l’ancien chef du protocole de ce dernier, réfugié politique en France. Mi-novembre, une mission économique française s’est rendue à Benghazi, avec des agents spéciaux déguisés en hommes d’affaires, pour prendre contact avec des opposants. Fin novembre, une réunion s’est tenue à Paris, à l’hôtel Concorde Lafayette, avec des Libyens venus de Benghazi, pour mettre la dernière main à ce qu’il faut bien appeler un complot. Selon le magazine arabe Al-Kifah al-Arabi, des armes ont ensuite été introduites clandestinement dans un port libyen. Les milliers de drapeaux de l’ancien régime libyen royaliste, de toutes tailles, apparus soudainement en Cyrénaïque, dés le début du soulèvement, rappellent les « révolutions oranges » déclenchées par le milliardaire Georges Soros.

   Est-ce un hasard si un exercice militaire franco-britannique, de grande ampleur, était prêt pour attaquer Southland, un pays affublé d’un « régime dictatorial » situé au sud de la Méditerranée ? Date de l’opération : entre le 21 et le 25 mars 2011… Pour agresser - pour de vrai - la Libye, il ne manquait que l’habillage diplomatique, c'est-à-dire une résolution de l’ONU et une coalition comprenant « nos bons vieux amis arabes ».

 

Monsieur/ Madame le Député,

Monsieur/ Madame le Sénateur,

 

   Au-delà des plaintes déposées contre Nicolas Sarkozy, c’est la France qui est salie. Ce sont aussi les principes du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et, de la non immixtion dans les affaires des autres Etats qui sont bafoués d’un revers de main.

   En avril 2011, 66% des Français étaient favorables à l’intervention militaire française en Libye (5) parce qu’elle leur était présentée comme une opération humanitaire. Le Parlement n’avait pas été consulté. Aujourd’hui, mieux informés grâce à Internet, les Français sont 51% à s’opposer à cette guerre injuste et inepte (6). Ils vous sauront gré, le 12 juillet, de mettre un terme aux massacres de civils libyens, à la dilapidation des deniers publics et à l’instrumentalisation de l’Armée française pour faire réélire le Président de la République.

 

   La guerre contre la Libye ne sent pas seulement le pétrole, elle préfigure – sait-on jamais - de nouvelles aventures coloniales. La livraison récente d’armes de guerre françaises aux rebelles berbères du Djebel Nefoussa, au sud de Tripoli, a des répercussions en Algérie (Kabylie) et au Maroc (Rif). Après la Libye et la Syrie, la France et l’OTAN vont-elles déstabiliser et partitionner les pays du Maghreb ?


Rennes, le 7 juillet 2011

 

(1) Dans Tripoli martyrisée, par Gilles Munier (Afrique Asie – juillet 2011)
http://www.afrique-asie.fr/ (..)
 

 

http://www.france-irak-actualite.com/ http://www.france-irak-actualite.com/

 

.http://www.alterinfo.net/Intervention-militaire-francaise-en-Libye-lettre-ouverte-aux-deputes-et-aux-senateurs_a60809.html

 

 

.

Les preuves d'une machination

contre DSK s'accumumlent

 

A mon humble avis, DSK n'est pas innocent,

mais tombé dans un piège tendu, comme je l'ai souvent dit,

pour l'écarter du FMI au profit de C.Lagarde
(au service des intérêts américains).
La politique est sale, très sale.
L'Argent mène le monde
- et nous allons tous droit dans le mur !
eva R-sistons
.
25554.jpg
Les preuves d'une machination
contre Dominique Strauss Kahn
s'accumulent

 

par Michel Chossudovsky

 

 

Alors que les médias ont tout fait pour éclipser la question, les preuves voulant que Dominique Strauss Kahn soit victime d’une machination s’accumulent.

 

Selon les reportages, la femme de chambre du Sofitel, une Guinéenne de 32 ans, a reçu la modeste somme de 100 000 dollars, versée dans son compte bancaire. Le New York Times (NYT) reconnaît l’existence du paiement mais omet d’en analyser la source. Dans une déclaration complètement confuse, le NYT suggère que l’argent a été déposé dans le compte de la femme de chambre par son copain guinéen, lequel est incarcéré dans une prison à haute sécurité :

 

Selon les deux représentants, moins d’une journée après sa rencontre avec M. Strauss-Kahn, la femme a eu une conversation téléphonique avec un homme incarcéré, au cours de laquelle elle a discuté des possibles avantages à engager des poursuites contre lui. La conversation a été enregistrée.

 

Les enquêteurs ont appris que cet homme avait été arrêté pour possession de 400 livres de marijuana. Il figure parmi un certain nombre d’individus ayant fait de multiples dépôts en espèces totalisant environ 100 000$ dans le compte de la femme au cours des deux dernières années. Les dépôts ont été effectués en Arizona, en Géorgie, à New York et en Pennsylvanie.

 

Les enquêteurs ont également appris qu’elle payait des centaines de dollars mensuellement en frais de téléphone à cinq compagnies. La femme avait insisté qu’elle n’avait qu’un téléphone et dit qu’elle ne savait rien des dépôts sauf qu’ils avaient été faits par un homme qu’elle a décrit comme étant son fiancé, ainsi que ses amis. (NYT, 1er juillet 2011, c’est l’auteur qui souligne)

 

Les relevés de transactions de la femme de chambre, sans compter ceux de ses appels, sont connus des enquêteurs de police, toutefois ni les médias ni les procureurs n’ont révélé l’identité des personnes à l’origine de ces transferts d’argent.

 

Les reportages suggèrent qu’ils pourraient être « liés à la drogue », excluant ainsi simplement la possibilité que l’argent ait pu servir à monter le coup contre DSK. Les reportages mentionnent également que les dépôts en espèces ont été effectués « au cours des deux dernières années », donnant alors l’impression qu’ils n’ont aucun lien avec l’affaire DSK.

 

Les enquêteurs de police connaissent le moment exact de ces transferts d’argent, y compris l’identité des expéditeurs. Pourquoi cette information n’a-t-elle pas été publiée?

 

Si les 100 000 dollars avaient bel et bien été déposés dans son compte bancaire au cours des deux dernières années, pourquoi donc travaillerait-elle comme femme de chambre?

 

Changement de régime au FMI

 

Pourquoi la nature des fausses accusations de la femme de chambre n’a-t-elle pas été publiée plus tôt? Qui la protégeait?

 

Pourquoi les médias ont-ils attendu pour révéler des informations confirmant l’innocence de DSK?

 

Cette information était connue des procureurs au début de l’enquête et pourtant elle a été publiée seulement après la nomination de la ministre française des Finances Christine Lagarde comme directrice générale du FMI.

 

La candidature de Mme Lagarde a été confirmée et acceptée le 26 juin. Son mandat a été confirmé le 28 juin après une décision du Conseil d’administration du FMI comptant 24 membres.

 

Mme Lagarde est une personne désignée par Wall Street et l’establishment bancaire étasunien. Sa candidature a été approuvée le 28 juin par le secrétaire au Trésor des États-Unis Timothy Geithner.

 

« Il me fait plaisir d’annoncer notre décision d’appuyer Christine Lagarde pour diriger le FMI », a déclaré Geithner des heures avant la décision attendue du Conseil d’administration de 24 membres de la choisir comme directrice générale.

 

Le moment est opportun. Ironie amère du sort, le rapport du procureur prouvant l’innocence de DSK a été publié le jour suivant la décision du Conseil d’administration du FMI de donner un mandat de cinq ans à Mme Lagarde.

 

La machination a visiblement fonctionné. Qui a ordonné aux procureurs de ne pas publier cette information avant la nomination de Christine Lagarde comme chef du FMI?

 

Si cette information avait été révélée quelques jours plus tôt, on aurait peut-être questionné la candidature de Mme Lagarde comme chef du FMI.

 

Un changement de régime au FMI a été rapidement mis en place, sans parler des implications de l’affaire DSK relativement aux élections présidentielles françaises.

 

Christine Lagarde a commencé son mandat de cinq ans comme directrice générale du FMI le 5 juillet, au plus fort de la crise de la dette grecque.

 

Jusqu’à maintenant, l’hypothèse d’un coup monté contre DSK n’est pas abordée par les médias dominants.

.

 

Article original en anglais : BREAKING NEWS: Mounting Evidence that Dominique Strauss Kahn was Framed

 

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=25554

 

..

Article conseillé,

l'info alternative sur DSK :

 

Pourquoi DSK a perdu la partie - Il restera dans... la petite histoire !

 

.

 

Le message d'une députée européenne

 

 

 

 

Le message de Rabbins fidèles à leur religion (juive)

..
.
.
Le message d'Asselineau : Qui gouverne réellement la France ?
.
.
Le pathétique message de citoyens de Fukushima
.
.
.
.
http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2010/07/stresstest.png

  http://www.mecanopolis.org/

.

.

 

11-9.jpg

 

Que peut transporter, aussi, un diplomate israélien ?

Une valise bourrée d'explosifs

pour attentat sous faux drapeau

( contre son ambassade, par implosion,

ensuite attribué aux Islamistes ! ),

comme en 2006, au Chili !

 

Eva : Reçu dans un courrier récent ce témoignage :

"Info cachée de nos chers journalistes de pacotille, quand j'étais au chili avant pinera
sous bachelet, les douanes de l'aéroport bien renseignées ont fouillé illégalement la
valise diplomatique israélienne de leur ambassadeur, elles contenaient 200 kgs
d'explosifs genre C4 visiblement pour commettre des attentats sous fausse bannière. ils
l'ont arrêté et renvoyé. Israel a émis de très vives protestations, la valise étant
normalement exempt de fouilles aux douanes.
Le Chili est bourré de richesses et les colons aimeraient bien mettre la main dessus.
Tu comprends mieux qui est derrière tous ces attentats et pourquoi j'aime le Chili, une
info comme ça ne serait jamais passée chez nous. 

Complément de ce message : Génocide invisible

 J'étais au Chili à ce moment là. Il ne s'agissait pas d'une valise
mais de la valise diplomatique, genre grosse malle qui contenait si je me souviens bien
quelque chose comme 100kgs de semtex ou de C4,

ce genre d'info ne ressort pas dans les journaux NWO,

LCI fox et compagnie, personne ne regarde les infos africaines.
Les valises diplomatiques transportent également de la drogue, certains pharmaciens
français servent d'intermédiaire, étant fournisseurs de drogue légale pour raison
médicale ils font d'une pierre deux coups en organisant le traffic illégal.
la Somalie sert de poubelle pour les déchets nucléaires américains, le commerce est tenu
par des italiens mafieux experts en déchets jetés n'importe ou. Les Somaliens ont
empoché le pognon et rejettent les déchets à la mer

au lieu de les enterrer comme convenu,
les eaux sont tellement radioactives genre Fukushima dans le détroit de mozambique

que le poisson est impropre à la consommation,

c'est leur seul moyen de subsistance, que leur reste t'il,

le piratage pour survivre. partout ou les zuniens sionistes ont débarqué,
c'est un désastre, j'étais en Somalie un an avant leur arrivée, y'avait pas de problèmes.
A Madagascar, le poisson est consommé sans aucune mesure de protection,

on s'achemine vers un génocide invisible.
Il faut à tout prix stopper la folie nucléaire, le commerce de la drogue, la vente
d'armes. La France interdit l'utilisation des bombes à sous munitions et des mines mais
elle est le deuxième fabricant mondial de ces saloperies, hypocrisie quand tu nous tiens.
Moi aussi je suis en colère mais que faire contre ces foutus salopards qui pourrissent la
planète, contre ces gens qui acceptent de travailler dans des usines d'armement, des
centrales nucléaires, pour mille euro par mois, ils vont tuer tes gamins ou ceux des
autres, c'est infâme.

 

J'ai regardé sur Google, voici :

 

forum.aufeminin.com   

 

Ils ont bon dos, les Musulmans ! (eva)

 

La presse locale n’en a rien fait savoir ; le réseau Kalki s’est renseigné à des sources directes et fiables.

Le mercredi 9 août dans l’après-midi, un important diplomate israélien a été arrêté par la Police de sécurité aéroportuaire (PSA) en possession d’une quantité considérable d’explosifs dans une mallette. Il était en partance pour le Chili, et il a été arrêté quelques minutes avant de monter dans l’avion.

Vers l’invention d’un « troisième attentat »

Depuis des années, des journalistes et des personnalités indépendantes proclament leur conviction sur la manipulation des attentats contre l’ambassade d’Israël et contre le centre communautaire AMIA [qui eurent lieu à Buenos Aires en 1992 et 1994 respectivement, faisant une centaine de morts]. En juin 1997, la revue électronique Libertad de Opinión diffusait les résultats de son enquête exclusive : selon les rapports présentés par les ingénieurs chargés de l’expertise, il n’y eut aucune voiture piégée dans l’attentat contre l’ambassade, dont le bâtiment a été le siège d’une implosion (comme le 11/9, note d'eva), survenue à l’intérieur des locaux ; on y aurait même fabriqué a posteriori un cratère pour justifier la théorie d’un véhicule chargé d’explosifs, version soutenue par les dirigeants sionistes locaux.

En mai 1999, la version papier de la revue Libertad de Opinión diffusait un autre article expliquant pourquoi de nombreux enquêteurs renonçaient à l’hypothèse islamique et envisageaient la probabilité que dans le second attentat aussi, il s’agisse d’une implosion, produite par l’explosion d’une caisse chargée d’explosifs, envoyée par la Communauté Israélite de Córdoba (Argentine).

Nous mettons en ligne ces deux informations :

1 - On constate que malgré les intérêts puissants qui ont tenté d’étouffer ces conclusions, aujourd’hui les faits confirment l’analyse de Libertad de Opinión : les personnes poursuivies au départ ont toutes été relâchées, faute de preuves, et l’ex-juge Galeano [responsable de l’instruction] est mis en accusation ; l’ex-président de la DAIA (Délégation Amitié Israël Argentine) Rubén Beraja, escroc reconnu coupable de plusieurs faillites bancaires, fait également l’objet de poursuites, ainsi que le journaliste de Página 12 Raul Kollman, fabriquant de mensonges soutenu par le sionisme local.

2 - Quelques semaines avant qu’Israël ne déclenche sa nouvelle agression contre la Palestine et le Liban, la DAIA et le Centre Wiesenthal ont émis des communiqués de presse alertant sur la préparation d’un « troisième attentat » en Argentine. Parallèlement, depuis les États-Unis, le Pentagone et la Maison Blanche, partaient des rumeurs d’enquêtes présumées concluant aux "dangers latents" localisés dans la région de la Triple Frontière [Argentine, Paraguay, Brésil] du fait de la présence d’une importante communauté arabe « islamique », évoquant même l’arrivée de combattants d’al Qaida sur les lieux.

 

Extraits, la suite ici :

http://www.africamaat.com/Un-diplomate-israelien-arrete-avec

25 août 2006

 

sur ce site :

 


Esclavage : les ports français se souviennent.

 

Esclavage : Le crime oublié

 

.

 

2803458765_small_1.jpg.
http://rashbrax.blogs.nouvelobs.com/media/00/02/1715676315.jpgs.com/media/00/02/1715676315.jpg" height="207" width="129" />
http://rashbrax.blogs.nouvelobs.com/media/00/02/1715676315.jpg
La «Françafrique» version Sarkozy

 

Il y a le printemps, arabe et/ou africain, mais il y aussi les stocks d'hiver, ces fortunes colossales, biens mal acquis par les dictateurs africains et arabes, qui pour la plupart dorment d'un paisible sommeil dans des banques européennes. Ces fortunes ont alimenté la colère des peuples du Sud et poussé timidement les Européens du Nord à soutenir les révolutions, mais, le 9 juin 2011, contre toute attente, le parquet de Paris a refusé aux enquêteurs de poursuivre leurs investigations sur les avoirs de trois despotes africains du Congo-Brazzaville, du Gabon et de la Guinée équatoriale.

Ce n'est pas vraiment une surprise, puisque sur la base d'une enquête de 2007 de l'Office central de répression de la grande délinquance financière à propos du patrimoine immobilier et de multiples comptes bancaires de chefs d'État africains, la plainte déposée en 2008 par Transparency International France et l'ONG Sherpa avait été classée sans suite par le parquet de Paris.

L'affaire ressurgit en novembre 2010, lorsque la Cour de cassation française juge recevable l'ouverture d'une enquête judiciaire contre les chefs d'État congolais Denis Sassou-Nguesso, gabonais Omar Bongo (décédé depuis) et Teodoro Obiang Nguema, de Guinée équatoriale, actuel président en exercice de l'Union africaine.

En République du Congo, l'un des principaux partis d'opposition, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) soutient la procédure en France. Selon Transparency International, le patrimoine immobilier des ces trois chefs d'Etat sur le territoire français serait estimé à 160 millions d'euros. Selon le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD), ces chefs d'État auraient détourné ces dernières années entre 75 et 135 milliards d'euros. Enfin, pour Tax Justice Network - Africa, membre du réseau international pour la justice fiscale, l'Afrique a déjà perdu près de 556 milliards d'euros (...) Lire la suite sur Slate.fr
http://fr.news.yahoo.com/fran%C3%A7afrique-version-sarkozy-133852938.html
.

 

http://www.syti.net/blog/Images/Hitler_dark.jpg

http://www.syti.net/blog/Images/Hitler_dark.jpg

 

11 députés votent le fichage de 45 millions d'honnêtes gens
 6 "oui", 4 "non", une abstention

.

Les députés ont voté hier en fin de journée, la proposition de loi relative à la carte nationale d’identité sécurisée. Cette carte nationale d’identité organise le fichage administratif de 45 millions de personnes de plus de 15 ans en France. Une proposition de loi qui aura été votée en session extraordinaire, un 7 juillet, dans un hémicycle fort de 11 députés.

La future carte, gratuite, comprendra deux puces. L’une régalienne, avec les données biométriques de la personne. L’autre sur option, afin de permettre aux internautes de s’identifier en ligne via signature électronique même dans des opérations d’achat à distance. « La carte nationale d’identité électronique, ce sont donc deux composants, pour une identité mieux protégée et une vie simplifiée » résumera d’un trait, Claude Guéant.

La majorité parlera d’un fichage des potentielles victimes, l’opposition, des potentiels délinquants. Guéant insistera : « sans fichier central, nous ne trouverons pas les usurpateurs. »

Une base centrale de 45 millions de personnes


La carte reposera sur une base unique et centralisée, la base TES, « titres électroniques sécurisés » dans laquelle on retrouvera les informations concernant la personne. Cette base est déjà utilisée par les passeports. Elle sera donc commune à ces deux titres, du moins pour les personnes qui disposaient déjà d’un tel document… « Les personnes n’ayant pas besoin d’un passeport et ne souhaitant pas donner leurs empreintes – hors enquête de police – pouvaient simplement demander une carte nationale d’identité. Désormais, il n’y aura plus de choix : pour obtenir un titre d’identité ou de voyage, la collecte de données biométriques sera systématique » expliquera le député PS Serge Blisko.

Ce texte « inscrit surtout notre pays dans une modernité positive, capable à la fois de protéger et de simplifier la vie quotidienne de nos concitoyens » estimera pour sa part Claude Guéant. Une inscription sur la durée puisque le fichage s’étendra sur 15 ans.

11 députés 45 millions de français

Exploitation pro active du fichage central

Le Sénat avait interdit que le fichier central puisse être utilisé en matière de recherche criminelle, par exemple (fichage par « lien faible » entre les données fichées et les identités). La technique du lien faible empêche l’identification automatique à partir de données biométriques. Elle permet cependant de confirmer un lien entre une empreinte et un état civil, si une vérification d’identité est nécessaire. La Commission des lois de l’Assemblée et les députés ont estimé pour leur part que cette recherche devait au contraire être possible, sur réquisition judiciaire. L’État pourra donc remonter à l’identité d’une personne à partir d’une empreinte.

L’opposition fustigera le choix du « lien fort », « le fait que chaque empreinte soit reliée directement à une identité » puisque cela « revient à créer un fichier exhaustif de la population française ». Se dessine aussi un avenir sombre, comme « la possibilité de reconnaissance faciale des individus dans la rue, dans les transports en commun ou lors de manifestations ».

Sur ce point, Guéant admettra sans rougir que « la reconnaissance faciale, qui n’apporte pas, à l’heure actuelle, toutes les garanties de fiabilité nécessaires, est une technologie qui évolue très rapidement : on peut donc penser que, très bientôt, elle sera aussi fiable que la reconnaissance digitale ».

Technique criminologique

  (..) il faudra donner les empreintes de huit de ses doigts par la technique des empreintes roulées et non pas posées. Elle est très différente de celle de l’empreinte posée car c’est une technique criminologique. Nous ne sommes plus alors dans une démarche de reconnaissance d’identité, mais dans la logique d’un fichier de recherches criminelles. Il y a eu un glissement. »

1984 et 1940 en 2011 et les honnêtes gens

Un glissement qui résonne : « la France n’a créé qu’une seule fois un fichier général de la population, c’était en 1940. Il fut d’ailleurs détruit à la Libération » se souviendra encore le député Blisko qui citera un extrait de la loi du 27 octobre 1940 de l’État français : « Obligation de détenir une carte d’identité à partir de seize ans, comportant les empreintes digitales et la photographie, et de déclarer tout changement d’adresse. Institution d’un fichier central de la population et d’un numéro d’identification individuel. » Le fichier créé sous Vichy avait été détruit à la Libération. « C’est donc bien depuis la période de Vichy que la France n’a pas connu et n’a pas voulu un tel fichage de sa population. Je regrette que vous nous le proposiez aujourd’hui, par le biais d’une proposition de loi ».

Le député Christian Vanneste (UMP) : « Ce n’est pas parce qu’il y a eu hier une dictature à Vichy qu’il ne faut pas protéger aujourd’hui les honnêtes gens ».

Une puce « service en ligne » gérée par le ministère de l’Intérieur
(..)

La CNIL, l’étude d’impact et le Conseil d’Etat « hackés » par le gouvernement

Le PS a regretté que cette proposition de loi n’a pas été soumise au Conseil d’Etat pour avis. (..)

Sécurité du système central ? L’exemple de Sony…et de TMG

« Que se passerait-il si le fichier contenant les empreintes digitales, ou, pis, les empreintes biométriques complètes de millions de Français venait à tomber entre des mains malveillantes ? » se demandera Lionel Tardy, qui rappellera la douloureuse aventure de TMG ou de Sony.

Sécurité au niveau nucléaire

(..)

Une puce pour accéder au « réseau »
(..)
Rédigée par Marc Rees le vendredi 08 juillet 2011 à 10h09
http://www.pcinpact.com/actu/news/64541-carte-didentite-securisee-puce-biometrie.htm?vc=1&#vc  .

 

.
Service-Public.fr : Le site officiel de l’administration française

Quelles sont les règles en matière de contrôle

et de vérification d'identité ?

Mis à jour le 23.05.2011 par Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Le contrôle d'identité est exercé seulement par une personne habilitée et selon des règles précises.

 

Qui peut effectuer un contrôle d'identité ?

Seuls les policiers ou gendarmes (qui sont officiers, agents ou agents-adjoints de police judiciaire) et, dans certains cas, les douaniers peuvent effectuer un contrôle d'identité.

Quels sont les différents types de contrôles d'identité ?

Contrôle de police administrative

Le but du contrôle d'identité de police administrative est de prévenir toute atteinte à l'ordre public (sécurité des personnes et des biens notamment).

Il peut avoir lieu dans une rue ou une gare et concerner toute personne, quel que soit son comportement.

Contrôle de police judiciaire

Le contrôle d'identité de police judiciaire est lié aux recherches ou poursuites d'infractions. C'est le procureur de la République qui en précise le cadre et les limites (lieux et période).

Il est pratiqué seulement s'il existe des raisons plausibles laissant penser que la personne contrôlée :

·         a commis ou tenté de commettre une infraction,

·         se prépare à commettre un crime ou un délit,

·         est susceptible de fournir des renseignements sur un crime ou un délit,

·         fait l'objet de recherches ordonnées par une autorité judiciaire.

Contrôle d'identité dans le cadre de la convention de Schengen

Pour vérifier le respect de l'obligation de détention, port et présentation des titres et documents obligatoires, des contrôles d'identité peuvent être opérés dans les lieux suivants :

·         Zones situées à moins de 20 kilomètres des frontières des États signataires,

·         Portions et aires d'autoroutes localisées jusqu'au 1er péage situé après la limite de 20 kilomètres,

·         Trains jusqu'au 1er arrêt situé après la limite de 20 kilomètres. Pour les trains internationaux, la zone de contrôle est étendue jusqu'à l'arrêt suivant, dans la limite de 50 kilomètres après le 1er arrêt.

·         Ports, aéroports, gares routières et ferroviaires ouverts au trafic international.

Justification d'identité

La personne soumise au contrôle a l'obligation de justifier de son identité.

La carte d'identité n'est pas un document obligatoire.

L'identité peut être justifiée par un autre titre (passeport ou permis de conduire), une autre pièce (document d'état civil indiquant la filiation, livret militaire, carte d'électeur ou de sécurité sociale), voire un témoignage. 

Par ailleurs, une personne étrangère doit établir la régularité de son séjour en France (passeport, visa, carte de séjour).

Si la personne contrôlée ne peut pas justifier de son identité, ou si les documents produits paraissent insuffisants pour établir l'identité (document sans photo), une vérification d'identité peut être demandée.

Vérification d'identité

Déroulement de la vérification

Un officier de police judiciaire peut retenir - sur place ou dans ses locaux - une personne dont il chercher à établir l'identité.

La vérification ne doit pas excéder 4 heures depuis le début du contrôle.

Au cours de cette période, la personne contrôlée peut présenter de nouveaux papiers, faire appel à des témoignages, faire prévenir le procureur de la République, ou toute personne de son choix.

S'il s'agit d'un mineur, son représentant légal doit être averti préalablement, et l'assister lors de la vérification (sauf impossibilité). Le procureur de la République doit également être informé.

Prise d'empreintes digitales

La prise d'empreintes digitales ou de photos est pratiquée sur autorisation du procureur ou du juge d'instruction seulement s'il n'existe aucun autre moyen d'établir l'identité.

La vérification d'identité doit donner lieu à un procès-verbal.

 

http://www.syti.net/blog/Images/Hitler_dark.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 00:19

http://sarkopitheque.files.wordpress.com/2008/09/afrique.jpg

sarkopitheque.wordpress.com

 

 

 

Article en trois volets (publiés intégralement sur mon blog No-War)

A lire absolument pour découvrir tout ce qu'on vous cache.

Avec cette demande : "Il est indispensable de rendre justice à l’Afrique en traduisant  devant la CPI  les Chefs d’états (Sarkozy, Obama, Cameron) des puissances impérialistes pour crimes contre l’humanité à l’encontre des peuples africains" (Actu/prpe)

Voici une partie du premier volet.

A relayer absolument.

Article écrit par des observateurs locaux.

 

Voici aussi mon introduction

 

 

 

 
Sarko73.jpg
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

 

 

 

 

Figures d'Afrique et crapules de l'Occident

par eva R-sistons


 

 

Actualité trop chargée, trop de posts à écrire,

et je suis en pré-déménagement

(tri de tous mes dossiers, vidéos etc).

Donc, je n'ai pas eu le temps d'écrire l'article promis sur Kadhafi

(au moment où son pays venait de subir

les premières attaques coloniales).

Mon intention, alors, était de rétablir la vérité sur le Colonel Kadhafi

actuellement diabolisé par l'Occident menteur et criminel.


En effet, en triant mes documents, je venais de découvrir

un " Dossier et Documents" du Monde, détaillant tout ce que

le Colonel Kadhafi a fait pour le bien de son peuple.

Impressionnant ! Et quelques jours après cette découverte,

j'ai pu écrouter un "Dessous des Cartes" (Arte)

faisant état, en effet, du haut niveau de vie des Libyens.

La Libye était le pays le plus riche du continent africain !

Aujourd'hui, elle est déstabilisée, meurtrie, assassinée.

Comme en Irak, la région sera ramenée longtemps en arrière.

Grâce à l'Occident anglo-saxon,

mené cette fois par le pire des va-t-en guerre, Nicolas Sarkozy,

avec encore et toujours cet acteur maléfique

de la scène internationale, la GB, dont les Médias, actuellement,

vantent le mariage du siècle.

Bonnes gens, rêvez, jubilez, oubliez, fantasmez,

comme vous voulez,

pendant que l'Angleterre, en compagnie de la France de Sarkozy

et de l'Amérique du Prix Nobel de la Paix, Obama

(par Europe interposée), se lance dans une nouvelle aventure

coloniale, dont elle est coutumière.

 

Sarkozy se délecte : Muscles, bastons, guerres,

et occuper le devant de la scène.

Tant pis si les populations sont sacrifiées.

Chacun trouve son bonheur comme il peut !

De surcroît, ses amis, tous les Bolloré, ou Total, ou Areva,

se frottent les mains grâce à lui.

Colonialisme pas mort ! Grâce à notre Président,

il est plus vivant que jamais.

Obama, englué dans la crise économique de son pays,

et dans plusieurs guerres coûteuses,

a demandé à Sarkozy le zélé valet des intérêts anglo-saxons,

de faire la guerre à sa place, avec la caution de quelques pays.

 

http://1.bp.blogspot.com/_uSw6BieVIHg/SeQFYD5OM6I/AAAAAAAAAEw/3QOmtUbVxfo/s400/Que+fait+Sarko+en+Afrique.jpg

survielero.blogspot.com

 

 

L'OTAN va prendre pied en Afrique,

occuper ses terres,

les ravager, les meurtrir, les piller,

placer des pions aux ordres,

comme le sinistre Ouattara, un ancien du FMI,

et son anglaise de femme, si sulfureuse,

et puis le continent africain sera truffé

de nouvelles bases militaires.

Le pillage va commencer, les masacres vont se multiplier

(déjà les troupes d'Ouattara sèment la terreur,

en prêchant hypocritement la réconciliation,

car le sieur du FMI tient à sa peau),

et les crimes se feront dans la plus habituelle des impunités.

 

Et tout cela au nom de la protection des peuples,

au nom de la démocratie.

Merci les Médias complices des criminels !

 

En réalité, la destabilisation de l'Afrique est le fruit

de l'Occident machiavélique,

les résolutions de l'ONU sont piétinées,

le résultat du vote favorable à Gbagbo (51%) est masqué,

la popularité de Kadhafi (comme celle de Bachar el Assad)

est diabolisée, les pires crimes leur sont imputés

alors que le trio infernal GB-France-USA

fait à lui seul plus de morts que tous les dictateurs,

et puis les bombardements,

comme en Irak ou en Yougoslavie,

provoquent malformations et cancers,

bombardements, soit-dit en passant,

avec des armes de destruction massive plus réelles

que celles d'Irak ou d'Iran,

et puis les massacres imputés au chrétien Gbagbo

ou au Musulman (d'origine juive, d'ailleurs) Kadhafi

sont en réalité perpétrés par l'Occident cupide,

enfin sous la direction d'Ouattara,

la macabre chasse aux opposants a commencé.

 

Ainsi tout n'est que mensonges.

Encore et toujours, avec un Lord très british

et un shérif américain, mais aussi cette fois

avec un "Français" jamais aussi heureux

que lorsque ça chauffe, jolie revanche sur un passé mal digéré,

encore et toujours, donc, l'Occident sévit.

Cette fois en terres africaines.

Il s'agit d'accaparer les dernièrs sols vierges

pour mieux en extraire toutes les ressources.

 

Dans le post que je n'ai pas eu le temps de faire,

dès le début des événements en Libye

je voulais vous dire combien, malgré ses zones d'ombre,

Kadhafi était un grand bonhomme.

Non seulement il a partagé avec son peuple

les fruits de l'extraction du pétrole,

en élevant le niveau de vie des Libyens,

en aidant les Africains

et en nourrissant de nombreux immigrés,

mais il a promu le Pan-Africanisme.

 

Son idée était d'unir les peuples du Sud

pour les arracher à la domination du Nord.

Comme Nasser, il a porté très haut la dignité

des éternels spoliés. Nasser, Kadhafi, Lunumba,

voilà des dirigeants attachés à l'indépendance.

Assurément, il s'agit là de projets intolérables

pour la mafia de l'Occident

qui ne pense qu'à priver les peuples

de leur terre, de leurs ressources, de leur liberté.

 

C'est avec des hommes comme Cameron, Obama, Sarkozy,

que les peuples avancent toujours plus

dans la misère et le désespoir.

Vous avez dit Printemps arabes ?

Les loups, les prédateurs rôdent.

Pour détourner à leur profit des Révolutions,

pour instituer des faux Pouvoirs,

comme le Conseil libyen si cher à Sarkozy.

Jusqu'à quand les peuples seront-ils dupes ?

 

Ouattara la créature de l'Occident

parle de TPI pour Gbagbo...

Mais ceux qui devraient se retrouver devant cette Cour

pour crimes contre l'humanité,

sont ceux qui soutiennent les dictateurs à leurs ordres,

ceux qui destabilisent pays et continents,

ceux qui font massacrer ou ceux qui bombardent,

tout cela afin de satisfaire quelques grandes familles richissimes

ou quelques amis à l'origine de leur bonne fortune.

 

Amis Lecteurs, la terre est à feu et à sang.

Alors que les Médias entretiennent mirages et rêves anglais,

nos dirigeants préparent les cauchemards de demain.

Le monde dessiné par les Anglo-Saxons et leurs alliés

est inhumain, malsain, tragique, scandaleux, monstrueux.

 

Lorsque les chaumières seront rassasiées de la féerie anglaise,

à laquelle des malfaiteurs de l'humanité sont conviés

- comme M. Thatcher ou J. Major -,

moi je vous préparerai un article dont le titre sera :

" Les crimes de la couronne anglaise".

 

Et nous, nous aurons bientôt un nouveau Sarkozy ? Un de plus ?

Veut-on nous attendrir ? A peine Sarkozy élu, sur ce blog

j'entrevoyais une descendance politique...

Quoi, un Sarkozy ça ne suffit pas à la France et au monde ?


 

http://4.bp.blogspot.com/_uZTNVdbG1YE/TD6kgdxirBI/AAAAAAAAI5Y/ddEDHtG3Yhw/s1600/sarkozy-afrique-gf.gif

 

solidmar.blogspot.com

 

 

Amis Lecteurs, les Médias vous trompent,

les dirigeants vous trompent,

et les Royaumes anglais sont les fossoyeurs de l'humanité...

 

En Afrique, les David qui défendent leur pays

contre les Goliaths surarmés

contre les insurgés manipulés par l'Occident

contre les valets du FMI...

sont en train d'agoniser !

 

Stop ! L'Afrique a assez souffert !

L'Occident lui a envoyé son sang contaminé, pour faire du profit,

il continue à déposer ses déchets nucléaires 

ou à répandre ses armes de destruction massive,

sous la bannière des Gracieuses Majestés anglaises.

Et maintenant, il dissémine ses OGM,

et il se prépare à piller toutes ses ressources.

 

Comme disent les Indiens crews, que restera-t-il quand

il n'y aura plus un arbre à couper,

plus un ruisseau où pêcher,

plus un poisson à manger ?

 

Citoyens, les Anglo-Saxons sont nos vraies ennemis.

Ne vous laissez pas engourdir par les contes de fées,

par les histoires de Princes Charmants

qui épousent des bergères.

N'écoutez pas les sirènes des Médias.

Les Anglais et leurs alliés préparent nos tragédies de demain.

 

Et vous, citoyens africains,

et vous, citoyens arabes,

ne laissez pas les Occidentaux ravir

vos révolutions, vos terres, vos ressources ou vos vies.

Bon sang, levez-vous, tous ensemble,

et boutez dehors les vrais criminels,

ceux qui endorment vos consciences

ou les manipulent pour multiplier palais, yachts,

orgies, ou noces fastueuses !

 

Citoyens, Lecteurs, boycottez ce mariage

à la sauce anglo-saxonne,

préparez vos lendemains sans l'Occident cupide et assassin !

 

Vore soeur en humanité, eva R-sistons

 

Http://r-sistons.over-blog.com


TAGS : Occident, Afrique, Libye, Kadhafi, Gbagbo, Bachar El Assad, Obama, Prix Nobel, Sarkozy, Cameron, Angleterre, mariage princier, Arabe, média, révolutions, OGM, sang contaminé, déchets radioactifs, TPI, Pan-Afrique, Lunumba, Nasser, Ouattara, Yougoslavie, OTAN...

 

 

http://img.over-blog.com/300x276/0/38/73/31/repertoire-4/dossier-5/Sarkozy-Afrique-1.jpg

 

http://lintegral.over-blog.com

 

 

.

 

La croisade contre la Libye :

une recolonisation impérialiste de l’Afrique.

.


DÉCLARATION  DE  ACTUS / prpe  (Tchad) SUR  LES BOMBARDEMENTS  DE  LA LIBYE  LA FRANCE ET PAR L’OTAN

.

 

 

 

Articles complets ici, suite  (à ne pas manquer, passionnant et instructif

sur le rôle de l'Occident, en particulier) :

 

 

 

 L’histoire des offensives militaires impérialistes contre les régimes insoumis se répèterait immuablement  depuis la chute du mur de Berlin  en 1989.

Après avoir fomenté et exécuter le président Ceausescu et son épouse Helena en 1989, après le dépeçage de la Yougoslavie de Slobodan Milosevic en 2000 et après l’occupation de l’Irak de Saddam Hussein  en 2003, c’est  aujourd’hui 2011 le tour d’un état africain, la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste du Colonel et guide Mouammar Kadhafi. À qui demain le tour, l’Iran, le Venezuela, la Corée du Nord, Cuba, la Bolivie, Zimbabwe, Belarus…? L’impérialisme français a bombardé le 11 avril le palais présidentiel de Côte d’Ivoire et d’autres cibles civiles faisant 2307 morts. Les Forces d’occupation ont ensuite   kidnappé le président légitime Laurent Gbagbo.


Tous ces pays possèdent en effet, un point commun : leur insoumission aux diktats des impérialistes et  ils mènent une  politique indépendante, anti-impérialiste et nationaliste.


 Notre parti ACTUS/prpe condamne avec force l’agression militaire impérialiste avec l’aval de la scélérate résolution 1973 du 17 mars 2011 du Conseil de sécurité de l’Onu. Ce dernier toujours dominé par les mêmes puissances  occidentales ne défend que leurs intérêts contre la volonté  des peuples. Nous exprimons ici toute notre solidarité militante et notre compassion au peuple libyen, aux parents de nombreuses victimes des bombardements criminels de l’aviation et/ou de la marine, française, étatsunienne, britannique depuis le 19 mars 2011.

Dans la foulée des révolutions sociales en Tunisie et en Egypte qui ont conduit à la fuite des dictateurs Ben Ali et Hosni Moubarak, des manifestations ont agité le 17 février 2011, la ville de Benghazi à l’Est de la Grande Jamahiriya Arabe populaire et Socialiste de Libye, dirigée par le Guide Mouammar Kadhafi.                 

Une mobilisation sans précédent des puissances impérialistes occidentales et des médias est observée. Pourquoi La Libye et son dirigeant  le Colonel Kadhafi suscitent-ils autant de branle bas de combat voire une surenchère et concurrence effrénée inter-impérialiste? Le peuple libyen serait-il plus en danger de déni de démocratie et de mort que ceux du pré-carré français d’Afrique du Tchad, de Centrafrique, du Burkina, du Togo, du Cameroun? du Gabon, du Congo Brazzaville…? Pourquoi le président Sarkozy continue t-il à soutenir les dictateurs  successifs de son arrière cour,  imposés  à ces pays par la France depuis cinquante ans ? 

L’Afrique et l’Union africaine seraient-elles le terrain de prédilection des états impérialistes occidentaux au crépuscule de leur puissance d’affirmer leur force chancelante, de s’octroyer une envergure de puissance internationale ou pour certains de retrouver leur statut de puissance coloniale et leur grandeur d’antan?  Les dirigeants africains continueraient-ils à humilier le continent en  s’alignant systématiquement sur les positions  des impérialistes  ou en exécutant leurs oukases et autres diktats ? Pourquoi le pacte colonial d’asservissement ne devrait-il pas être rompu ?

 Après le complot impérialiste contre le président légitime de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, c’est aujourd’hui le tour du Guide de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste, le Colonel Mouammar Kadhafi de subir l’ire de la Françafrique dirigée par le président français Sarkozy. À qui le tour parmi les dirigeants du pré-carré insoumis ou ceux qui auraient les velléités de crime de lèse majesté de vouloir bousculer l’ordre impérialiste de domination et de recolonisation de l’Afrique par la France?

 

Le contrôle du  Pétrole, de la Banque centrale et de l’Eau par le Colonel Kadhafi : la cause  principale de la furie guerrière impérialiste.


 La Libye est connue pour ses colossales réserves de pétrole et d’excellente qualité. Selon US Energy Information Administration de février 2011, ces réserves de pétrole libyennes sont estimées à  46,4 milliards de barils. La croisade militaire impérialiste dirigée par le président Sarkozy contre le Guide Kadhafi et le peuple libyen, ne vise pas à s’accaparer uniquement de l’Or noir, mais aussi de prendre le contrôle de  l’Eau et de la Banque centrale (monnaie). Cette mainmise de l’impérialisme occidentale sur la Libye après neutralisation de l’insoumis guide Kadhafi, permettrait aux néo colonisateurs d’anéantir aussi tous les grands projets initiés par le Colonel Kadhafi en faveur de l’Afrique, lesquels sortiraient notre continent de la domination et de l’exploitation des puissances occidentales.

 ♦ Les 46,4 milliards de barils  de réserve de pétrole  d’excellente qualité qui gisent sous le sous sol libyen, aiguisent les appétits insatiables des puissances occidentales qui voudraient sans approprier. Nous y reviendrons ultérieurement dans les paragraphes suivants.

 ♦ L’eau c’est la vie. Cette vérité a conduit les experts en géopolitique d’affirmer que les futures guerres entre les états seraient celles pour le contrôle des ressources en eau.

Les recherches pétrolières en Libye en 1953 ont permis de découvrir quatre (4) grands bassins aquifères d’eau douce, dont l’un d’eux a une superficie de 350000 Km² et 2000 mètres de profondeur[Source: water-technology]. Faisant preuve d’une vision grandiose de l’avenir de son pays et du continent, le Colonel Kadhafi nationalisa l’industrie pétrolière en 1969.Ce qui lui permettrait de disposer des ressources financières  importantes afin de financer tous les grands projets nationaux et panafricains, sans recourir aux prêts des banques internationales dirigées par les impérialistes. De plus, ces institutions financières occidentales posent des conditions d’octroi de crédit qui conduisent à l’asservissement des pays et portent atteinte à leur souveraineté. Cette première décision de nationalisation du secteur pétrolier est dès lors à l’origine de la guerre et du complot impérialiste contre  le Guide.  (..)
      

 

N’en déplaise aux puissances impérialistes, elles doivent faire preuve d’honnêteté intellectuelle  afin de reconnaître qu’en Afrique il y a au moins un dirigeant visionnaire, bâtisseur de « pyramides contemporaines » et  mécène de développement. Le Guide Mouammar Kadhafi  est incontestablement ce Leader qui a des grandes ambitions et  projets  pour le continent, lesquels sont susceptibles de le propulsé au rang de puissance mondiale à la fin 21ème début 22ème siècle.

Les néo colonisateurs mettent tout en œuvre pour anéantir  tous les dirigeants africains insoumis  porteurs de tels projets de renaissance du continent. Les patriotes doivent être solidaires d’eux et notamment du président Gbagbo et du Guide Kadhafi qui sont victimes des croisades impérialistes dirigées par le président français Sarkozy depuis quelques mois.

 ♦La crise financière mondiale de 2008 a été un échec du système capitaliste qui  le pousse à déclencher  des guerres  de rapine pour s’accaparer  des ressources minières mais aussi  à s’emparer des  réserves d’or  et  de devises de la Libye. 

La Banque Centrale libyenne possède environ 144 tonnes d’or dans ses coffres. Ce qui fait d’elle une institution monétaire solide, crédible et indépendante des grandes institutions financières internationales telles que la Bank of International Settlements (BIS), le FMI, le  Foreign Direct Investment (FDI). [Le Figaro  2 mars 2011]

Les institutions financières internationales, dirigées par un noyau des puissances capitalistes, accordent des prêts aux pays africains en imposant des conditions d’octroi  (Plan d’ajustement structurel du FMI) qui  appauvrissent les masses populaires et maintiennent les états africains emprunteurs sous domination impérialiste. La servitude coloniale se poursuit.   

               

Le Colonel Kadhafi, dans sa vision  d’indépendance et de développement harmonieux  et constant de la « Jamahiriya » ou «Etats des Masses » et de  toute l’Afrique, applique la « Théorie de la Monnaie d’état », c'est-à-dire  la monnaie créée par les gouvernements et  non par les banques privées qui  dépouillent les emprunteurs par leurs profits exorbitants. La Banque centrale libyenne est cet effet l’instrument principal de cette politique d’indépendance  nationale et  l’antidote à cette politique de paupérisation des états africains et masses populaires.


La Banque centrale est une institution de la Jamahiriya. Ses principales  prérogatives  sont « d’imprimer, de  frapper et de réguler les billets et pièces de monnaies du Dinar libyen, de gérer et accorder des prêts». Ayant la  maîtrise absolue de sa monnaie, la  Grande Jamahiriya Arabe populaire et Socialiste de Libye est un état africain réellement indépendant dans ses choix politiques, économiques et militaires et ne dépend pas de l’aide occidentale.

La Jamahiriya  peut ainsi résister aux diktats des puissances impérialistes. Cette souveraineté de la Jamahiriya suscite tant d’admiration en Afrique et surtout auprès de la jeunesse.                                   

Grâce à cette politique monétaire de la Banque centrale, la Libye peut accorder facilement des prêts et financer à faibles coûts donc rentables et sans recourir aux prêts des banques étrangères ses projets de développement économiques conformes aux objectifs de « l’état des masses ».

 Le Bank of International Settlements (BIS) est une puissante institution bancaire internationale basée en suisse. Il regroupe 56 grandes banques. Le BIS est donc le régulateur des Banques centrales des états membres par conséquent leurs gouvernements, dépendants des décisions du BIS n’ont pas les coudées franches de mener une politique monétaires indépendante liée à une politique économique d’intérêt national. La Banque centrale libyenne n’étant pas membre du BIS  est indépendante des contraintes des puissances capitalistes et leur bras armé, le BIS. Le Colonel Kadhafi utilise par conséquent librement les revenus du pétrole dans les grands projets de développement du pays et le bien-être social des masses populaires libyennes.   

           

Le contrôle des Banques centrales des états par le système capitalisme financier impérialiste, demeure au cœur de la guerre que ce dernier livre contre certains pays du  sud non membre du BIS : Libye,  Irak de Saddam Hussein, Syrie, Soudan, Iran…


Notons que cette liste non exhaustive, regroupe essentiellement les états que l’impérialisme étatsunien ont déjà inscrits sur la liste des états terroristes. La coïncidence n’est  pas fortuite car les dirigeants des ces pays mènent une politique indépendante et anti-impérialiste qui irrite les  puissances impérialistes. 


 Cette indépendance monétaire de la Jamahiriya donne des insomnies aux puissances occidentales principalement la France, qui craint l’effet de contamination dans son pré-carré d’Afrique,  sur lequel  elle maintient l’immuable  et abjecte domination coloniale.

En effet, l’embastillement  des anciennes Colonies Françaises d’Afrique (CFA), dans la Zone franc  appelée FCFA, depuis le 26 décembre 1945, n’a jamais permis aux 14 états africains membres de mener une politique de développement économique et d’échanges commerciaux avec les états hors Zone Franc sans le contrôle et l’intervention du trésor français. Avec l’instauration de l’Euro le 1er janvier 1999, et de manière impériale, la France a amarré toute la Zone FCFA  à la  zone monétaire de l’UE. Une  dévaluation du FCFA  sans précédent a eu lieu au détriment des producteurs africains. (..)

La France affirme ainsi ostensiblement  sa domination coloniale. Dans son esprit, les 14 états de la zone FCFA demeurent encore des colonies. Ce comportement s’est traduit récemment par les bombardements du palais présidentiel de Côte d’Ivoire  par les troupes françaises,  suivis  par le kidnapping du président insoumis et légitime Laurent Gbagbo. Selon certaines sources, la France serait passée à la phase ultime de son agression  contre la Côte d’Ivoire lorsque le Gouvernement Gbagbo aurait envisagé de battre une monnaie nationale suite aux mesures de rétorsion monétaires contre le pays instaurées par la France et suivies par les autres dirigeants serviles.                       

Les profits financiers et économiques exorbitants tirés par l’hexagone au détriment des 14 pays africains de la Zone FCFA, incitent l’impérialisme français à tuer si nécessaire des milliers de noirs afin de conserver cette aubaine coloniale. La vie d’un nègre n’a aucune valeur s’il faudrait garantir les intérêts des capitalistes. 

Pour ce terrorisme d’état  ordonné par le président Sarkozy  en violation flagrante du droit international et resté impunis par les dirigeants africains et l’UA, le conduirait-il  à diriger un second kidnapping du Colonel Kadhafi, après plus d’un mois de bombardements  en cours de Tripoli ? L’absence de réactivité de l’organisation continentale , le mutisme malsain et complice de certains chefs d’états africains, jettent un discrédit sur l’Afrique, qui devient ainsi un territoire où les impérialistes iraient dorénavant  piller, tuer à volonté en toute quiétude.

La crise financière de 2008 du système capitaliste, a mis en alerte les dirigeants occidentaux qui montrent un intérêt accru au système bancaire. Le contrôle des banques centrales nationales par les gouvernements semble être la meilleure solution contre les spéculateurs. Cependant, le principe de  la libre concurrence, et du marché libre demeurent la charpente idéologique du néolibéralisme. Les états capitalistes  sont  par conséquent limités dans leurs interventionnismes. Le contrôle immédiat, à bon marché et sans risques  du système bancaire de la Jamahiriya par les puissances impérialistes est devenu un enjeu «économique. La prise de contrôle de la Banque centrale libyenne et des ressources pétrolières, permettrait aux impérialistes de combler leurs déficits publics. Après la Côte d’Ivoire, c’est sur la Libye que s’abattent les bombes des puissances occidentales afin de s’emparer des immenses réserves d’or de la Banque centrale libyen.            Le Post publie un article d’Eric Encina posté sur le Market Oracle qui confirme l’origine du contrôle monétaire de la guerre impérialiste contre la Libye en ces termes: « L’un des problèmes majeurs pour les cartels bancaires mondialistes c’est que pour faire des affaires avec la Libye ils doivent passer par la Banque Centrale de Libye et sa monnaie nationale un endroit ou ils n’ont absolument aucun pouvoir ou capacité de prendre le pouvoir. Donc, détruire la Banque Centrale de Libye n’apparaît probablement pas dans les discours d’Obama Cameron et Sarkozy mais c’est certainement au sommet de l’agenda mondialiste d’absorber la Libye dans son giron de nations dociles» [Sources : opinion-maker cité par  Le Post]

 L’hostilité des états impérialistes capitalistes aux nationalisations notamment du secteur  bancaire  s’explique par la perte des profits financiers et le contrôle économique des états africains. À  ce sujet,  M. Henri Liu écrit : « En appliquant la Théorie de la Monnaie d’Etat tout gouvernement peut financer avec sa propre monnaie tous ses besoins de développement domestiques pour maintenir le plein emploi sans inflation» [Source: Asia Times Online 2002 in La Post 2011]. Dans ce même article intitulé : «The BIS vs national banks» M. Henri Liu affirmait : « Les règles de la BIS servent un seul but celui de renforcer le système bancaire privé international en mettant même en danger l’économie des nations. La BIS fait aux systèmes bancaires nationaux ce que le FMI a fait aux systèmes monétaires nationaux. Les économies nationales ne servent plus les intérêts nationaux à cause de la mondialisation financière. (..)


Outre le métal précieux jaune de la Banque centrale, la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste du Colonel du guide Mouammar Kadhafi, dispose d’environ 200 milliards de dépôts de réserves de pétrodollars libyens  dans les pays occidentaux. En déclenchant cette guerre de rapine « décomplexée » avec la complicité du Conseil de sécurité, les puissances impérialistes feront main basse sur l’argent liquide, les dépôts libyens dans leurs banques. C’est du vol impérialiste à ciel ouvert et  institutionnalisé par le Conseil de sécurité dirigé par ces mêmes états guerriers et belliqueux. Leurs trésors publics deviendraient alors excédentaires, leurs déficits et dettes publiques colossales disparaitraient. L’argent facile volé, la prospérité des états impérialistes occidentaux au détriment des pays d’Afrique sont des crimes contre l’humanité pour lesquels les victimes ont le droit de s’opposer par tous les moyens. C’est une question de survie des peuples.

 Les puissances impérialistes  brûlaient d’impatience pour en découvre militairement avec le Guide Kadhafi qui mène une campagne très active, en vue de la création d’une monnaie unique africaine. Les révoltes sociales en Tunisie et  en Egypte voisines  ont  été le détonateur pour déclencher la guerre. Si les Camarades Communistes, révolutionnaires, socialistes et autres forces progressistes triomphaient, ils imposeraient une orientation socialiste aux révoltes socialistes. Les deux pays formeraient avec la Jamahiriya un axe anti impérialiste et socialiste puissant qui porterait atteinte aux intérêts capitaliste des puissances occidentales, qui ont maintenu  au pouvoir pendant plusieurs décennies leurs amis dictateurs Ben Ali et Moubarak.


Cet axe se renforcerait  et s’étendrait incontestablement en Afrique subsaharienne et dans le monde Arabe. Le projet du Guide Kadhafi de la création d’une Banque centrale et d’une monnaie communes  en Afrique se concrétiserait.

La course contre la montre est engagée. En effet, le Commandant  en Chef de la croisade impérialiste contre la Libye voudrait à tout prix conserver sa Zone monétaire du FCFA . Il ordonna et ouvrit la campagne de bombardement de la Libye par l’aviation de la coalition depuis le 19 mars, faisant plusieurs centaines de morts civils et blessés. 

 Dans sa quête de l’indépendance totale de l’Afrique de la domination monétaire du « Dollar US et de l’Euro », le Colonel Kadhafi suggère la création d’une Zone monétaire « Dinar Or » Selon un article russe intitulé « Bombing in Libye-Punishment for Kadhafi for His Attempt to Refuse US Dollar » ou  Bombardement en Libye - Punition pour Kadhafi pour avoir essayé de refuser le dollar US , Kadhafi a osé prendre l’initiative de refuser le Dollar et l’Euro et a appelé les nations arabes et africaines à utiliser une nouvel monnaie à la place le « Dinar Or ». Kadhafi a suggéré d’établir un continent africain unifié dont les 200 millions d’habitants utiliseraient une seule monnaie [Sources : opinion-maker cité par  Le Post]

Ce pertinent projet du Guide Kadhafi réitérée en 2010  a toujours été approuvé par les populations notamment par la jeunesse et la plupart des Chefs d’états d’Afrique. Dans le monde arabe, cette idée a aussi reçu  un écho favorable. Force est de constater avec amertume que les seuls opposants à ce projet sont la République d’Afrique du Sud et le Secrétaire Général de la ligue arabe, Amr Moussa. Pour la France, c’est un projet très dangereux qui lui ferait perdre son pré carré d’Afrique et sa Zone FCFA, véritable « vache à devises » c'est-à-dire  pourvoyeuse  de devises étrangères au trésor français et à la Banque de France par un pacte colonial d’asservissement. À ce sujet, dans un article de Julien N’kolo Reteno d’Attac Gabon paru en mai 2010 sur le site d’Attac France et intitulé « Le Franc CFA, monnaie ou instrument de domination ? », nous pouvons lire le pillage monétaire de l’Afrique par la France et son enrichissement sur le dos des africains : «…Tous les pays de la zone CFA, selon le texte originel, se voient dotés d’un compte d’opérations au Trésor Public Français, compte sur lequel leurs réserves externes sont créditées en cas d’excédent, ou débitées dans le cas contraire. Et au prétexte qu’elle garantit tout risque de change sur le franc CFA, la Banque de France prélève 65% des réserves de chaque compte d’opérations, en n’hésitant donc pas à s’enrichir sur le dos de pays pourtant dits pauvres ! Accessoirement, il conviendrait de rappeler que les 35% restant sur les réserves des comptes d’opération, sont d’officie alloués au remboursement de la dette, ce qui limite les marges de manœuvres le cas échéant dans les Pays de la Zone Franc, quand il est question de mener des politiques volontaristes en matière de santé ou d’éducation par exemple. Il s’agit de se rendre compte que la politique monétaire, et donc la politique économique des pays de la zone CFA se décide à Paris, et seulement par Paris !!! »

 Les impérialistes assènent  au public les contre-vérités suivantes : «l’aide généreuse de la France à l’Afrique pour enrayer la pauvreté ». Cependant face à ce pillage monétaire institutionnalisé le 26 décembre 1945, nous sommes en droit d’affirmer que cette litanie de la Françafrique est une imposture intellectuelle afin de  se donner bonne conscience.


 L’initiative du Colonel Kadhafi de créer une Zone monétaire africaine trouve donc une opposition acharnée des impérialistes étatsunienne et européenne.


Pour ces derniers, les plus durs de ces états insoumis  seraient la Libye et l’Irak , les deux qui ont  été attaqués. Kenneth Schortgen, Jr, qui écrit dans  Examiner.com, a noté que : « 6 mois avant que les US n’entrent en Irak pour déloger Saddam Hussein ce pays producteur de pétrole avait accepté des Euros à la place de Dollars en paiement du pétrole et cela est devenu une menace à la domination mondiale du Dollar comme monnaie étalon et son empire du pétro dollar. »[Source: Le Post, http://ellenbrown.com]

Au sein de l’UE, le président Sarkozy est le plus déterminé et hargneux dans la croisade militaire qu’il dirige contre le Colonel Kadhafi. Le dirigeant français qui a accueilli avec faste le Guide libyen en 2007 a dit de la Libye qu’elle était une menace pour la sécurité financière de l’humanité

[http://kir-t34.livejournal.com/14869.html   ou   http://kir-t34.livejournal.com/14140.html].   

 

Il est évident que si le projet de la zone « Dinar Or » se concrétisait puis suivi de la création des Etats-Unis d’Afrique autre projet cher au Guide Kadhafi, le Continent africain deviendrait  la future hyper puissance du siècle prochain. La fin des pillages et de l’exploitation coloniale de l’Afrique par les puissances impérialistes actuelles amorceraient leur « déclin ».Cette perspective sombre soulève l’ire de ces dernières.  Les guerres qu’elles ont déclenchées successivement en Côte d’Ivoire et en Libye seraient le début de leur baroud d’honneur ? 

La perte des empires  monétaires euro et dollar, mobilise les deux entités impérialistes du monde qui se sont liguées aujourd’hui pour la circonstance contre la Libye. Cependant, les rivalités peuvent surgir entre les alliés en cas de concurrence entre pétro-dollar et pétro-euro. Ce fut le cas en 2003  lors de la guerre impérialiste cintre l’Irak. 

Les Africains conscients de l’avenir du continent se doivent d’être solidaires du Guide Kadhafi contre les impérialistes guerriers. Hurler avec ces derniers, c’est hurler avec les loups, c’est faire preuve de  haute trahison.

 Le contrôle des Banques centrales par les puissances impérialistes contre la Libye, se traduit par  le soutien monétaire apporté par  ces dernières au CNT de Benghazi.                                                                                    

À peine après avoir occupé Benghazi, nous apprenons que les insurgés  « ont crée » leur Banque centrale qui est en réalité une création des impérialistes envahisseurs qui la contrôle et la gère. Ils l’utiliseraient comme plate forme afin d’exploiter et de piller les ressources du pétrole de la zone  sous administration déléguée du CNT. Les importantes réserves de pétrole de la Cyrénaïque conduiraient les occupants impérialistes à proclamer une république bananière dans l’hypothèse d’une incapacité à évincer militairement le Colonel Kadhafi du pouvoir. La tribune des trois Chefs d’états Obama-Sarkozy-Cameron parue dans plusieurs journaux en Anglais, français et Arabes martèle: « Mais il est impossible d'imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi (...) » [Le Figaro du 15 mars 2011].

Ces dirigeants, qui représenteraient à eux trois la prétendue «Communauté internationale » décident de violer la résolution 1973  qui ne vise que la protection des populations civiles, en y adjoignant pour les besoins de leur objectif de recolonisation de l’Afrique,  l’élimination du Guide Kadhafi en  fomentant une rébellion armée le CNT,  en vue d’une éventuelle scission du pays dotée d’une Banque centrale.

Dans le Journal « Economic Policy Journal » Robert Wenzel écrit : «Je n’ai jamais entendu parler auparavant d’une banque centrale créée juste après quelques semaines d’un soulèvement populaire. Ceci veut dire que nous avons à faire à autre chose qu’un groupe de rebelles déguenillés courant partout et qu’il y a derrière des influences plutôt subtiles ».

Qui oserait encore nier les faux prétextes humanitaires de la guerre impérialiste de recolonisation et de contrôle des ressources naturelles de la Jamahiriya ?

 L’Afrique  serait-elle génétiquement immature pour la démocratie ?

 Les révoltes des peuples contre les régimes autocratiques et criminels sont un fait indéniable que tout être humain à le devoir moral de soutenir quelle que soit son appartenance idéologique, géographique ou confessionnelle. Cependant, au nom de la prétendue « défense de la démocratie », force est de constater que les soutiens à ces  manifestations populaires sont  sélectifs et à géométrie variable chez les puissances impérialistes occidentales.

Dans le pré carré français d’Afrique, des centaines de manifestations, des révoltes populaires  des luttes armées ont  lieu mais elles  ont été systématiquement réprimées dans le sang par les dictateurs imposés par la France aux peuples africains. Certains tyrans par exemple le Général Président Déby au Tchad  au pouvoir depuis 20 ans possède un palmarès sinistre avec plus de 31000 tchadiens assassinés selon les rapports des associations des Droits de l’Homme. Il fut sauvé à plusieurs reprises grâce aux interventions militaires de l’Armée française contre les Forces de résistance nationale. Le dernier  et spectaculaire sauvetage  du soldat Déby  fut celui du 3  février 2008 où les patriotes des Forces de résistance nationale ou  le bras armé du peuple tchadien insurgé, ont encerclé le palais présidentiel avant d’être délogées par le Commandos d’opérations spéciales de l’Armée française [Cf. La Croix du 10  fév. 2008]

 

(..) Les dirigeants des puissances occidentales qui se font le chantre et défenseurs de la démocratie et leurs médias occidentaux  sont aphones et aveugles  pour les révoltes populaires dans ces contrées ou les habitants ont la peau d’ébène. Il y aurait en filigrane  une philosophie raciste qui attesterait que le noir serait immature pour la démocratie. L’ancien  président français Jacques Chirac déclarait lors d’une conférence de presse en 1990 à Abidjan : « L’Afrique n’est pas mûre pour la démocratie » et son successeur Nicolas Sarkozy dans son discours à Dakar en juillet 2007 affirmait : « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ».Ces propos humiliants et méprisants reflètent exactement le profond sentiment des impérialistes occidentaux à l’encontre des populations noires et du continent africain.

 

 Parallèlement aux révoltes populaires en Tunisie puis en Egypte, des  manifestations des jeunes, étudiants, élèves ont embrassées plusieurs grandes villes dont la capitale Ouagadougou en février dernier. Le gouvernement françafricain du président Blaise Compaoré à violemment réprimé les jeunes avec un bilan provisoire de 5 morts. [Cf. San Finna du 23 Février 2011]  Pour les impérialistes, n’y a rien à voir, circuler !

Sous prétexte de protéger les populations civiles et de soutenir la « révolution  démocratique » dans l’Est libyen, les puissances impérialistes ont déversé des bombes sur les populations civiles de Tripoli  faisant de nombreux morts civiles. Le président Sarkozy qui arborait fièrement un sourire après les bombardements en soutien à ses alliés et insurgés de Bengazi depuis un mois, serait-il aveugle à l’insurrection armée contre le régime dictatorial de Deby au Tchad, qui est vieux de 21 ans? Mieux encore la France a reconnu après trois semaines d’insurrection le Conseil National de Transition(CNT) siégeant à Benghazi, comme étant le représentant légitime du peuple libyen, alors que les Forces de résistance nationale tchadiennes existent depuis deux décennies. Quelle contradiction de constater que la France qui affirme à satiété sa ferme opposition contre la prise de pouvoir par les armes, soit  le premier pays démocratique à reconnaître le CNT? Que cacherait cette précipitation ? Serait6elle diplomatico-militaro-financière?

Comparativement aux révoltes sociales en Tunisie et en Egypte, les peuples étaient pacifiques  et sans armes, tandis qu’en Libye, les reportages des télévisions montraient des hommes lourdement armés  qui marchaient vers l’Ouest à la conquête de Tripoli. Une fraction de l’armée séditieuse serait impliquée dans ce mouvement  d’insurrection?

La situation géostratégique de la Libye entre la Tunisie et l’Egypte deux états dont les dirigeants Moubarak et Ben Ali étaient alliés des impérialistes, inciteraient ces puissances à éliminer  le régime anti impérialiste et insoumis du Colonel Kadhafi.

Dans ces deux pays, il est à craindre  que ces révoltes populaires ne soient accaparées par les agents de l’impérialisme car les puissances occidentales aimeraient avoir irréversiblement  une mainmise sur ces deux pays en contrôlant l’évolution  et le contenu de ces mouvements. Dans cette hypothèse, la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste  dont le dirigeant  révolutionnaire le Colonel Kadhafi reste insoumis, devrait être éliminé comme l’était Saddam Hussein par les  puissances guerrières. À cet effet, ne seraient-elles pas impliquées  directement ou indirectement aux manifestations de Benghazi, car le grain de sable libyen dans l’axe Tunisie-Egypte risquerait de bloquer leur mainmise complète  et totale dans cette région africaine.

La crise économique mondiale provoquée par  le système capitaliste a accentué la paupérisation des masses populaires dans les pays du Sud. Les recettes du néolibéralisme  imposées  aux peuples par ses bras armés que sont le FMI et la Banque mondiale ont causé des dégâts sociaux  incommensurables. Les jeunes en première ligne, ont déclenché les révoltes populaires sociales en Tunisie et en Egypte dont les gouvernements sont les nervis des puissances occidentales.

Dans ces deux pays, les mouvements  étaient initiés et dirigés par les  peuples et ne sont pas pilotés de l’étranger. Leurs légitimes révoltes sociales étaient véritablement populaires, nationales et organisées. Ce qui a permis des victoires rapides sur les dictateurs Ben Ali  et Moubarak qui ont pris la poudre d’escampette. En revanche pour la Libye, le complot impérialiste contre le Colonel Kadhafi est évident. En effet, il y a 42 ans quand les USA et la Grande Bretagne ont perdu leur mainmise sur le pays après la révolution du 1er septembre 1969, leur revanche et rancœur  contre leur tombeur demeurent tenaces. De plus, les impérialistes tenteraient de contrôler et d’orienter les révoltes en Tunisie et en Egypte qui devraient assurer la préservation de leurs intérêts dans ces deux pays. Ce qui serait probable car ils disposeraient encore de nombreux agents dans les rouages administratifs. En revanche, l’existence du Colonel Kadhafi, un nationaliste et révolutionnaire entre ces deux pays magrébins, risquerait de susciter des réflexes de révolution radicale et nationaliste en Tunisie et en Egypte, par conséquent, l’élimination du guide devient l’obsession des puissances impérialistes.   

De ce qui précède, pourrait-on véritablement parler de révolte sociale ou de révolution déclenchée à Benghazi en Libye eu égard à la misère des populations tunisiennes et égyptiennes?  (..) le Professeur d’histoire et de sciences politiques, Pierre PICCININ écrit :  « le gouvernement libyen, au moyen de l’armée régulière, pour dictatorial qu’il soit (la légitimité d’un gouvernement, selon le droit international, ne repose nullement sur le critère démocratique), ne vise en aucun cas à massacrer des civils, mais à réprimer une rébellion, armée, qui tente de renverser par la force l’ordre établi, et ce, en outre, dans un contexte tribal qui oppose le nord-est du pays (Benghazi et Tobrouk) aux tribus, majoritaires, qui soutiennent le clan Kadhafi. » [Le post  21 mars 2011]

 

Les nouvelles guerres impérialistes de rapine ou les pillages « décomplexés » et « certifiés Onu » de l’Afrique. 

 

Afin de couvrir leurs actes de terrorisme, de piraterie et de pillages des états du sud, les puissances impérialistes  justifient leurs criminels actes de guerre d’occupation et de contrôle des pays africains par les applications des résolutions du Conseil de sécurité sur la « protection des vies humaines » et « la défense de la démocratie ». C’est notamment le cas de l’impérialisme français  et ses alliés qui  continuent de bombarder  la Libye. Quant à la Côte d’Ivoire, le président Sarkozy a mené une véritable expédition militaire punitive coloniale et d’occupation le 4 avril, 2011 par des bombardements massifs par air et par terre par les troupes d’élites de l’armée française. Le palais présidentiel a été partiellement détruit, et ainsi que de nombreuses cibles civiles. Les bombardements français en Côte d’Ivoire ont fait provisoirement au « moins 2307 morts civils et des milliers de blessés ». Selon le Président  de l’Union Africaine Teodoro Obiang Nguema. À ces crimes contre l’humanité il faudrait y ajouter le kidnapping  du président légitime Laurent Gbagbo, de son épouse Simone et de ses proches collaborateurs. Une première en Afrique où la puissance coloniale enlève un Chef d’état africain en exercice pour imposer son poulain Ouattara.  Cela est insupportable !

 

L’Afrique combattante  se doit de réagir  énergiquement face à  ce mépris du président Sarkozy et les crimes contre l’humanité qu’il a commis. Nous osons espérer que la CPI  serait impartiale et interpellerait le coupable pour le juger. Elle démontrerait ainsi à la face du monde son visage « antiraciste »  que les africains mettent  fermement en cause et à juste titre au vu de son acharnement à juger les noirs. Nombreux sont les peuples du continent  voire certains dirigeants qui continent qui n’hésitent pas à qualifier la CPI  de « Cour Pénale contre les Africains ou les Insoumis». Pour les opprimés du monde, la CPI a un comportement raciste et à géométrie variable selon que vous appartenez à un état puissant du nord ou en développement du sud. Cette institution internationale a laissé en toute liberté l’ancien président des USA, Georges Bush, ce criminel de guerre qui a ordonné l’occupation militaire de l’Irak et le pillage de son pétrole par les compagnies étatsuniennes  à partir de 20 mars 2003. Une

sanglante guerre de rapine qui avait déjà fait  600.000 morts  en octobre 2006 soit 3 ans après l’occupation du pays par l’US Army (..)


La France  de Chirac, qui courageusement s’était opposée à cette guerre par la voix de son ministre des Affaire étrangères Dominique De Villepin, les médias hexagonales, les Bernard Henri Lévy et autres ONG, si soucieux de la « défense de la démocratie » et du « droit d’ingérence humanitaire pour sauver les peuples » n’avaient  pas non plus saisi la CPI  pour crimes contre l’humanité  commis par Georges Bush.                                 

En Libye, à peine la rébellion éclatée à Benghazi pour un problème strictement interne, nous avons assisté à une mobilisation générale de guerre lancée par le président Sarkozy contre la Jamahiriya et son Guide Kadhafi. Combien de problèmes internes similaires existent quotidiennement dans le monde ? Les gendarmes impérialistes sont-ils intervenus ?

Ces quelques faits précités, démontrent si besoin est, du mensonge érigé en dogme  politique internationale et qui cache les objectifs réels de la guerre impérialiste dirigée par le président Sarkozy contre le Guide Mouammar Kadhafi et le peuple libyen. Il ne fait aucun doute que l’odeur du pétrole enivre les guerriers occidentaux, qui rêvent de faire main basse sur le deuxième pays africain producteur du pétrole après le Nigéria et devant l’Algérie. De plus, le brut libyen  est d’excellente qualité et situé à proximité de l’Europe. Selon US Energy Information Administration de février 2011, les réserves de pétrole libyennes sont estimées à  46,4 milliards de barils. La Libye dispose également de d’importantes réserves de gaz naturel (1 548 milliards de m3).  Enfin, l’impérialisme tremble et rêve déjà à l’idée de mettre sous sa coupe  cette région d’Afrique dont les réserves prouvées sont évaluées à 103,2 milliards de tonnes d’or noir en 2009, soit 55,6 % du total des réserves prouvées mondiales de pétrole. [Hindustan Times du 21 mars 2011].

Les mesures de sanctions économiques contre le régime du  Colonel Kadhafi  ont été mises en œuvre par la France et ses alliés bien avant la résolution 1973 du Conseil de sécurité. C’est ainsi que les USA ont bloqué les avoirs libyens dans les banques étatsuniennes. La Libye dispose d’environ 200 milliards de dépôts de réserves de pétrodollars libyens dans les pays occidentaux. En bloquant ces fonds, les puissances impérialistes ont ainsi opéré le hold-up du siècle « décomplexé » et « certifié » par le Conseil de sécurité en s’appropriant de quelques 200 milliards de dollars. Les  Trésors des puissances impérialistes   jubilent d’avoir bloqué les dépôts de la Libye sur leurs territoires respectifs.

Cette guerre de rapine de la France est par ailleurs confirmée par M.Gianpiero Cantoni, président de la commission Défense du Sénat italien  en ces termes: « la France est mue par la volonté d'obtenir des contrats pétroliers auprès des futures autorités libyennes, en cas de victoire des insurgés, et d'accroître son influence en Méditerranée, tandis que l'Italie devra, elle, sans doute faire face à un afflux de réfugiés » [Reuters 22 mars 2011]

 

La croisade militaire contre le Guide Kadhafi, dirigée par le président Sarkozy et la création du CNT.


Les puissances occidentales ont la rancœur tenace et attendaient une opportunité pour se venger du Colonel Kadhafi, qui mène une politique révolutionnaire, indépendante des diktats impérialistes. Malgré un assouplissement dans sa politique « virulente » à l’égard des puissances impérialistes, après l’occupation de l’Irak en mars 2003 par l’armée étatsunienne, les puissances occidentales n’en ont pas tenu compte et projettent toujours de déclencher une guerre contre la Jamahiriya. Le Colonel Kadhafi avait pourtant renoncé à  la recherche sur les armes nucléaires, il a décidé de collaborer avec l’Occident dans la lutte contre le terrorisme, il a ouvert le marché libyen aux multinationales occidentales, signé des accords commerciaux pour l’achat d’équipements et la construction des infrastructures…, pour plusieurs milliards de dollars. Après la réhabilitation du Colonel Kadhafi sur la scène internationale, une cohorte des dirigeants politiques occidentaux et  les représentants des multinationales, faisaient la queue pour rencontrer  le Guide et les hautes autorités jamahiriyennes à Tripoli afin de décrocher des contrats commerciaux  juteux. La concurrence était rude car l’odeur des pétrodollars enivrait  ceux là même qui  autorisent aujourd’hui leurs avions à bombarder Tripoli. Quel cynisme et quelle cruauté et quelle hypocrisie !

                                                                              

(..) Le guide libyen est devenu subitement un monstre à abattre après la réhabilitation de la Jamahiriya sur la scène politique internationale. La versatilité des impérialistes occidentaux devrait servir de leçons aux dirigeants africains qui sont aujourd’hui leurs alliés de circonstance. Ils paieraient honteusement leur servilité à l’impérialisme quand ce dernier aurait atteint ses objectifs mercantiles.


L’impérialisme « humanitaire et démocratique » au secours du « peuple libyen en danger de mort » n’est que l’arbre qui cache la forêt, en l’occurrence le projet du pillage du pétrole jamahariyen. La « Communauté internationale » ou plus exactement le « club des puissances impérialistes» n’a jamais daigné déclencher une opération  « d’ingérence humanitaire » dans les pays d’Afrique francophones où les nervis de la France, véritables tyrans massacrent les populations civiles  depuis plusieurs décennies. Ces crimes  n’ont jamais provoqué de la compassion chez ces « humanitaires et défenseurs des révolutions démocratiques ». La bienveillance précipitée des impérialistes  à l’égard  des insurgés de Benghazi  est  par conséquent incontestablement suspecte. L’opération « Aube d’Odyssée » consacrée par la résolution 1973 du Conseil de sécurité devrait  plutôt s » s’appeler l’«Aurore du génocide  du peuple libyen »

 

Cette croisade impérialiste dirigée par la France contre la Libye et le Colonel Kadhafi, a été par ailleurs confirmée par Claude Guéant (..)


La campagne médiatique et de désinformation, menée tambour battant contre le Colonel Kadhafi a prouvé ses limites. Après plus d’un mois, les insurgés ont étalé  au grand jour à leurs parrains leur faiblesse organique, leur inorganisation et l’absence totale de programme politique crédible. Leur progression militaire sur le terrain  fut stoppée par les troupes légalistes au Guide. Si le CNT avait une assise profonde et populaire dans toute la Jamahiriya, alors comment expliquer son échec patent à étendre l’insurrection ailleurs que dans une portion incongrue de sa zone tribale du cyrénaïque ?  (..) Comment défendre un mouvement qui se dit populaire mais qui  lance des appels réitérés aux forces impérialistes de bombarder et détruire le pays, tuer les populations? De quelle légitimité les dirigeants du CNT prétendraient-ils s’ils sont imposés au peuple libyen par les impérialistes à coups de bombardements? Par son comportement abject, les membres du CNT ne seraient-ils pas devenus les « Harkis » du président Sarkozy et de la France coloniale ?


Le Conseil National de Transition (CNT), mouvement des insurgés de Benghazi naquit à la foulée de l’insurrection et à l’initiative de la France, qui la première l’a  soutenu et reconnu diplomatiquement. Cette organisation serait donc le futur interlocuteur de l’occident avec qui il renégocierait le contrat juteux de l’or noir en sa faveur et au détriment du peuple libyen en cas de l’hypothétique victoire.                                          
Ne pourrait-on pas craindre la scission du pays entre l’Ouest (la Tripolitaine) sous contrôle du Guide et l’Est (la Cyrénaïque) sous administration occidentale déléguée au CNT ? Dans un des débats de février 2011 sur la chaîne BFM TV, un des invités du plateau, expert en énergie, faisait allusion à cette éventuelle partition et insistait : « La Cyrénaïque possède les réserves de pétrole les plus importantes de Libye » Le but de l’invasion est claire c’est de s’approprier des colossales ressources pétrolières de la Libye. 

.

Qui sont ceux qui dirigent  le Conseil National de Transition (CNT) de Benghazi ?

Cette organisation aux contours flous fut créée subrepticement après l’insurrection de Benghazi. La France fut la première à la reconnaître officiellement, suivie de l’Italie et du Qatar. L’engagement médiatique de Bernard Henri Levy (BHL) (..)

 

Abattre le Colonel Kadhafi : une obsession des puissances  impérialistes.


Après la prise du pouvoir par les jeunes Officiers progressistes dirigés par le Colonel Kadhafi le 1er septembre 1969, naquit  la révolution du «Fateh». Le jeune Colonel procéda à la nationalisation des compagnies pétrolières britanniques et étatsuniennes. (..)

 

 

Articles complets ici, suite  (à ne pas manquer, passionnant et instructif

sur le rôle de l'Occident, en particulier) :

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 20:31
A lire absolument pour comprendre
les mécanismes de l'oppression par l'Occident !
Et à relayer partout pour que la vérité triomphe ! (eva)
.
La désinformation sur la crise en Côte d’Ivoire
La tyrannie et ses mensonges
auton678-2258e.jpg
Bernard Desgagné
Chronique de Bernard Desgagné
mardi 26 avril 2011      2943 visites      6 messages



« L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » — Gandhi

Le calvaire que le grand capital assoiffé de pétrole et de profits fait vivre au peuple ivoirien est une immense injustice qui est d’autant plus intolérable qu’elle se produit dans l’indifférence d’une grande partie de mes compatriotes québécois. Depuis bientôt cinq mois, malgré toute ma bonne volonté et mes efforts personnels pour sensibiliser en particulier la classe politique et les médias, j’observe impuissant les Ivoiriens, admirables résistants, se battre seuls contre l’argent des maitres du monde et les fusils de leurs valets. Je pleure et je me réveille la nuit en les entendant gémir, appeler à l’aide.

Une multitude de blogues, de pages Facebook, de canaux Twitter et de sites Web ivoiriens et africains sont parcourus de cris d’indignation et de hurlements de douleur qu’efface sans peine le vacarme assourdissant de la machine de guerre occidentale. À peine audibles, les lamentations des victimes de Duékoué, de Gagnoa, de San Pedro, d’Abidjan et du reste de la Côte d’Ivoire se perdent dans les abysses cybernétiques, tandis que les vampires qui boivent goulument le sang des Africains perpètrent tranquillement leurs crimes sous un déluge de média-mensonges. Avez-vous remarqué le silence de Radio-Canada depuis que l’affaire est prétendument réglée ? Avez-vous remarqué comme cette bande de journalistes à gages se tient coite depuis l’enlèvement de Laurent Gbagbo par les Français, qui l’ont remis à de sombres brutes pour qu’il soit humilié et séquestré avec sa femme, Simone ?

Pourtant, les rebelles poursuivent leurs massacres, jouissent de l’impunité et se tuent même entre eux, ce qui est très embarrassant pour Radio-Canada, qui nous présentait Alassane Ouattara comme le grand démocrate désigné comme vainqueur par la « communauté internationale ». Les élections fédérales tombant à point nommé, Radio-Canada a donc changé de sujet. Elle se désintéresse du conflit au moment où il vient de faire des milliers de morts. Quel contraste avec ce qui s’est passé entre décembre et mars ! Radio-Canada nous avait alors habitués aux quelques centaines de morts des statistiques plus ou moins fictives de l’ONU pour accabler Laurent Gbabo de tous les maux.

Civils utilisés comme bouclier humain par les rebelles L'un des civils utilisés comme bouclier est mort après un échange de tirs Dans la première photo ci-dessus, des civils sont utilisés comme bouclier humain par les rebelles de Ouattara. Dans la seconde, l’un des civils servant de bouclier est tué lors d’un échange de tirs.

Le chaos et la terreur engendrés par l’ONU et la France, qui disaient vouloir protéger les civils, règnent partout sur le territoire ivoirien. Il y aurait deux-millions de déplacés. Les gens se terrent dans les plantations ou dans leur maison, en ville. Ils manquent de nourriture. Les voyous drogués et sans âme recrutés par Ouattara tuent, pillent, violent et saccagent. Les cadavres jonchent les rues. L’ONUCI, force des Nations Unies en Côte d’Ivoire, tire avec ses canons sur les civils de la vaste commune de Yopougon, en plein coeur d’Abidjan. Les jeunes hommes sans arme sont systématiquement « arrêtés », sous prétexte que ce sont des miliciens. S’ils résistent, ils sont tués. Les casques bleus restent sagement dans leur caserne, à Duékoué, pendant qu’à trois kilomètres de leur camp, des dozos sanguinaires massacrent plus de huit-cents civils innocents en deux jours, dans les cris d’horreur. Mais, soudainement, Radio-Canada a des choses plus importantes à nous dire que de nous parler de la tragédie provoquée par la soi-disant « communauté internationale », tout comme Radio-Canada occulte constamment le rôle machiavélique de la soi-disant « communauté internationale » dans le drame haïtien.

Je veux aujourd’hui que mes compatriotes québécois prennent conscience d’un scandale abominable et de la nature diabolique de ceux qui en sont la cause. Pétrole de l’ile d’Anticosti ou pétrole du golfe de Guinée, gaz de schiste de la vallée du Saint-Laurent ou cacao ivoirien : même avidité et même mépris pour l’humanité. Je n’aurai de repos que lorsque les Québécois descendront dans la rue avec l’Afrique et les autres peuples meurtris pour réclamer la justice. Je n’aurai de repos que lorsque chaque peuple s’apercevra qu’il n’est pas seul et cessera de croire ce que les menteurs au service de la ploutocratie racontent à propos des autres peuples. Ivoiriens, Haïtiens, Serbes, Congolais, Afghans, Irakiens, Palestiens, Cubains, Français, Étasuniens et Québécois doivent cesser de se voir les uns les autres à travers le filtre des grands médias et doivent se parler directement. Quand la maison du voisin brule, on peut bien faire semblant que le problème ne nous concerne pas, mais un jour viendra peut-être où ce sera la nôtre qui sera en feu. Il n’y a d’avenir pour l’humanité que dans la solidarité.

De la naïveté à la complicité

Si la désinformation est responsable de l’apathie du citoyen lambda, comment se fait-il tout de même que les plus politisés d’entre nous se laissent endormir de la sorte ? Les fabrications mensongères qu’on essaie de nous implanter dans le cerveau sont d’une grossièreté qui saute aux yeux. Et nous nous sommes fait faire le coup des dizaines de fois avant, à chaque guerre ou opération impériale de supposé « maintien de la paix ». Comment pouvons-nous être dupes des mêmes mensonges ? Comment pouvons-nous croire que la propagande se conjugue uniquement au passé, dans les manuels d’histoire ? Comment nous, les Québécois, pouvons-nous nous imaginer qu’il n’y a de désinformation que lorsque nous en sommes les victimes ? Nous dénonçons le Quebec bashing ou la dissimulation des reculs du français, mais en même temps, nous croyons sans discernement ce que les médias nous racontent au sujet des guerres impériales.

À entendre parler beaucoup de gens supposément intelligents, Obama, Sarkozy, Harper et leurs pions menteurs onusiens, qui tiennent la « communauté internationale » en laisse, éprouveraient soudainement une grande passion pour la démocratie en Afrique. Du Gabon à la Tunisie en passant par le Rwanda, ils entretiennent depuis belle lurette des relations tout à fait cordiales avec des dictateurs qui tantôt « s’accrochent au pouvoir » depuis des décennies, tantôt commettent des massacres à grande échelle. On sait bien pourquoi de telles amitiés sont cultivées : les ressources naturelles et les profits. Pour quelle autre raison a-t-on déjà fait la guerre ? Nommez-moi un seul cas où des troupes occidentales ont défendu des principes moraux par grandeur d’âme. Un seul cas où nos soldats se sont battus pour la justice et la paix. Un seul cas où l’on n’a pas menti systématiquement au peuple qui fournit la chair à canon pour justifier la guerre. Il n’y en a aucun. Qu’à cela ne tienne, partout autour de moi, des Québécois sont disposés à croire qu’en Côte d’Ivoire, la machine à larguer des bombes s’est mutée en douce fée venue apporter la démocratie d’un coup de canon à étoiles.

Incommensurable est la souffrance humaine causée par les faux justiciers qui ont toujours un vilain à mater quelque part et qui réussissent à garder leur image de bons grâce à leur emprise totale sur les médias. Les vilains sont souvent en Afrique, mais pas seulement là. Songez aux centaines de milliers de morts et de blessés et au million de réfugiés de l’Irak : fallait casser la gueule au vilain Saddam. Songez à l’Afghanistan martyrisé depuis 2001, où la corruption et le trafic de drogue règnent. Quel progrès ! Quelle belle œuvre humanitaire ! Fallait casser la gueule à Ben Laden. Il y a toujours des gueules à casser quelque part. Surtout là où se trouvent de mauvais clients. Et ce cassage de gueules laisse dans son sillage des drames qui perdurent.

En 1999, l’OTAN largue des milliers de tonnes de bombes sur la Yougoslavie pendant 78 jours. Alors qu’on nous vante la guerre propre, avec des frappes chirurgicales, des hôpitaux et des écoles sont touchés, comme ce sera le cas en Irak, quatre ans plus tard. Mais ces drames sont occultés à Radio-Canada et ailleurs, comme toujours. Le complexe pétrochimique de la ville de Pancevo est détruit par les frappes, causant fuites toxiques et contamination. Aujourd’hui, les hôpitaux de Pancevo sont remplis de cancéreux. Les invalides sont légion. Les enfants souffrent d’asthme. Les cimetières se remplissent de gens morts à quarante ou cinquante ans.

L’OTAN disait que les bombardements avaient pour but d’éviter une catastrophe humanitaire au Kosovo. Fallait une fois de plus casser la gueule d’un vilain : Milosevic. Or, les habitants de Pancevo se demandent encore aujourd’hui quel rapport il y avait entre cet objectif et les usines de leur ville. En fait, comme toujours, la démocratie et la protection des faibles n’étaient pour rien dans l’œuvre destructrice des maitres du monde. Il s’agissait de porter au pouvoir un faux mouvement indépendantiste constitué par la pègre kosovare d’Hashim Thaçi, qui faisait dans le trafic d’organes et qui règne aujourd’hui sur la traite des blanches en Europe. Il s’agissait aussi d’établir une base de l’OTAN au Kosovo, berceau de la Serbie. Voilà pourquoi on a agressé les Serbes, on les a tués en invoquant de faux charniers et on a dépecé leur pays.

Combien de fois encore avalerons-nous toutes les couleuvres que les médias aux ordres nous apprêtent chaque jour ? Combien de tragédies provoquées par les gardiens autoproclamés de la paix devront avoir lieu pour que l’on cesse de faire comme si les Radio-Canada de ce monde n’avaient pas pour fonction de relayer des mensonges et de nous mettre des idées dans la tête ? Il y a un moment où la naïveté, la paresse intellectuelle et le je-m’en-foutisme deviennent de la complicité.

La réalité masquée par les médias occidentaux en Côte d’Ivoire

Les raisonnements tenus par les médias occidentaux, au sujet de la crise actuelle en Côte d’Ivoire, tiennent purement et simplement du délire mythomane. Les journalistes aux ordres font gober des balivernes à leur public en répétant de fallacieux mantras, en accréditant les propos des terroristes et des assassins, en véhiculant les mensonges des humanitaires à gages et en reléguant au second plan certaines vérités fondamentales.

Dès le début de la crise postélectorale, Laurent Gbagbo a demandé simplement qu’un comité international recompte les voix pour régler le contentieux, qui s’apparente à beaucoup de situations rencontrées dans d’autres pays, y compris aux États-Unis à l’élection présidentielle de 2000. Alassane Ouattara a rétorqué qu’il ne fallait pas recompter les voix, que Laurent Gbagbo devait partir et que, s’il refusait de s’en aller, il fallait l’extirper militairement de son fauteuil. Donc, celui que Sarkozy appelle un dictateur a demandé une médiation impartiale, tandis que celui qui serait le vrai démocrate, « reconnu par la communauté internationale », a répondu qu’il fallait faire la guerre civile, sachant très bien que l’extirpation ne se réaliserait qu’au prix d’un grand nombre de vies humaines et ne pourrait pas être une opération « chirurgicale ».

Les appels à la guerre de Ouattara n’ont rien d’étonnant lorsqu’on sait que lui et ses parrains français à la solde du grand capital ont entrepris de déloger Gbagbo par la force dès septembre 2002, dans une tentative de coup d’État qui a été suivie de la guerre civile sanglante dont nous venons de voir le dernier épisode tragique et dont le bilan s’élève aujourd’hui probablement à près de vingt-mille morts et des dizaines de milliers de blessés. Les rebelles qui ont attaqué la Côte d’Ivoire et commencé la guerre civile ont toujours agi pour le compte d’Alassane Ouattara et se sont comportés de manière sanguinaire, capturant des policiers chez eux, les torturant et les exécutant sur la place publique, tantôt par balle, tantôt en les transformant en torches humaines, tantôt par d’autres procédés.

Les hélicoptères de combat français qui tirent sur les civils ne sont pas une nouveauté en Côte d’Ivoire. La France est constamment intervenue, ainsi que les mercenaires onusiens, pour soutenir les rebelles, qui ne seraient pas allés bien loin sans cette aide. Déjà, en novembre 2004, les hélicoptères français faisaient des cartons sur les manifestants. Quelques jours plus tard se produisait l’abominable tragédie de l’Hôtel Ivoire, où des soldats français ouvrirent le feu sur des manifestants désarmés, en tuant des dizaines et en blessant des centaines.

À partir de la fin mars 2011, les hélicoptères de combat français et ceux de l’ONU, qui convoyaient déjà les rebelles depuis plusieurs mois, se sont mis à leur fournir un véritable appui aérien tactique. Alors que les rebelles intensifiaient leurs massacres de civils, les Français et l’ONU se sont mis à pilonner « les armes lourdes » de Laurent Gbagbo et la résidence du chef de l’État, à Abidjan. Les bombardements ont duré plusieurs jours, empêchant les Abidjanais de fermer l’oeil la nuit et faisant de nombreuses victimes civiles.

Sans ces frappes aériennes et la protection des blindés onusiens et français, jamais les rebelles, véritable bande de voyous désorganisés et disparates, ne seraient venus à bout de l’armée ivoirienne. Ils n’étaient capables que d’une chose : semer partout la terreur. Actuellement, les rebelles de Guillaume Soro et ceux d’Ibrahim Coulibaly (IB) s’entredéchirent en Côte d’Ivoire. Que fallait-il attendre de la part de pareilles hyènes ?

Le prétexte de la France et de l’ONU pour détruire les dépôts de munitions et les blindés ivoiriens ? Les armes en question auraient menacé les civils. Or, quoi qu’aient pu en dire Ouattara et ses assassins qui ne cessent de vouloir masquer leurs crimes par des mensonges éhontés, jamais les Forces de défense et de sécurité de la Côte d’Ivoire n’ont tiré sur des civils. Il a fallu que des menteurs onusiens s’en mêlent pour pallier l’absence totale de fondement aux accusation de crimes de guerre contre Laurent Gbagbo.

Le gros mensonge initial

La crise provoquée volontairement par l’ONU en Côte d’Ivoire a été déclenchée par un mensonge initial, c’est-à-dire le mensonge de la victoire électorale d’Alassane Ouattara. Ni Ouattara, ni l’ONU n’ont accepté que l’on recompte les voix, comme l’a constamment demandé Laurent Gbagbo, et ce, pour une raison évidente : un examen impartial de ce qui s’est passé lors du second tour aurait clairement mis en évidence le mensonge et aurait démontré la victoire de Laurent Gbagbo.

Compte tenu des énormes pressions exercées sur Laurent Gbagbo, l’élection a eu lieu même si les rebelles n’avaient pas désarmé comme convenu dans les accords de paix. (Après le feu d’artifice de la destruction des armes des forces ivoiriennes, en quelques jours, on voit bien maintenant que la France et l’ONU auraient eu amplement les moyens de désarmer les rebelles sur une période trois ans, si elles avaient voulu.) Le premier tour se tient le 31 octobre 2010 et le second, le 28 novembre. Laurent Gbagbo est premier le 31 octobre avec 38 % des voix, contre 32 % pour Alassane Ouattara et 25 % pour Henri Konan Bédié.

Au premier tour, Young-Jin Choi, le représentant de Ban Ki-moon en Côte d’Ivoire, attend la proclamation par le Conseil constitutionnel pour attester, au nom de l’ONU, que l’élection s’est tenue dans le respect des règles. Le second tour entrainera un imbroglio. M. Choi n’attendra pas la proclamation du Conseil constitutionnel et attestera plutôt le résultat fictif donné par le président de la Commission électorale indépendante.

Les membres de la Commission électorale indépendante (CEI) n’arrivent pas à s’entendre, car des irrégularités importantes entachent les résultats dans la zone occupée par les rebelles (zone CNO). Après trois jours, le délai de la CEI est expiré et elle doit remettre le dossier au Conseil constitutionnel, comme le prévoit le Code électoral de la Côte d’Ivoire. Mais, après l’expiration du délai, le 2 décembre, coup de théâtre, le président de la CEI, Youssouf Bakayoko, se rend au QG d’Alassane Ouattara pour y annoncer la victoire de ce dernier.

M. Bakoyoko est emmené au QG de M. Ouattara par les ambassadeurs des États-Unis et de la France. Il n’est accompagné d’aucun autre membre de la CEI. Seuls des journalistes étrangers sont présents au moment de l’annonce. Aucun journaliste ivoirien n’est sur place. Serait-il normal que le lieutenant-gouverneur du Québec arrive dans une voiture de la GRC au QG de campagne du Parti libéral du Québec, pour y annoncer le résultat des prochaines élections générales québécoises, sans égard aux prérogatives du directeur général des élections, en présence uniquement de journalistes du Globe and Mail, de l’Ottawa Citizen et du Calgary Herald ?

Sans attendre la proclamation officielle des résultats par le Conseil constitutionnel, qui est le seul habilité à le faire selon la Constitution de la Côte d’Ivoire, Young-Jin Choi atteste les résultats annoncés par Youssouf Bakayoko. Selon M. Choi, de nombreux agents de l’ONUCI avaient été déployés sur l’ensemble du territoire national pour rendre compte du déroulement du scrutin. Ils ont pu constater que l’élection s’est tenue dans de bonnes conditions et que, s’il y a eu des irrégularités, elles sont mineures et ne justifient pas une remise en question du résultat. Voilà le gros mensonge fabriqué par l’ONU qui est à l’origine de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire.

Le Conseil constitutionnel, la plus haute autorité judiciaire au pays, comme la Cour suprême au Canada, n’est pas du tout du même avis que M. Choi. Lui et beaucoup d’autres observateurs constatent des fraudes massives et des violences commises dans les zones sous l’emprise des rebelles toujours armés. Yao N’dré, président du Conseil constitutionnel, annonce la décision de ce dernier. Laurent Gbagbo a remporté l’élection présidentiel. Le résultat définitif est le suivant :

Laurent Gbagbo : 51,45 %

Alassane Ouattara : 48,55 %

Il est à noter, par exemple, que, dans environ 500 bureaux de vote de la zone CNO, Laurent Gbagbo obtient 0 voix, ce qui veut dire que même ses propres représentants n’auraient pas voté pour lui, alors qu’il avait obtenu beaucoup de votes dans ces bureaux, au premier tour.

Contrairement à ce qu’affirme le menteur onusien Choi, de nombreuses délégations d’observateurs constatent des fraudes massives dans la zone CNO : des vols d’urnes par des soldats rebelles, des séquestrations d’observateurs, des votes multiples, des faux bulletins sans hologramme, des bourrages d’urnes, l’empêchement de voter des partisans de Laurent Gbagbo, des agressions physiques contre eux ainsi que de nombreux préjudices matériels. L’un des observateurs de l’Union africaine, Mohamed Aref, témoigne de l’énorme manipulation. Pour lui, c’est très simple : les chiffres de Choi sont truqués.

Bien que la Constitution de la Côte d’Ivoire ne prévoie aucun recours contre les décisions du Conseil constitutionnel, les partisans d’Alassane Ouattara et leurs alliés occidentaux font valoir que le président de ce conseil a été nommé par Laurent Gbagbo. Est-ce une raison pour balayer du revers de la main la décision des juges ? Au Canada, par exemple, les juges de la Cour suprême sont nommés par le premier ministre. Le Québec a-t-il demandé aux casques bleus de bombarder Ottawa lorsque la Cour suprême du Canada a invalidé de nombreuses dispositions de la Charte de la langue française ?

Les partisans d’Alassane Ouattara et leurs alliés occidentaux font aussi valoir que, selon l’article 64 du Code électoral, le Conseil constitutionnel avait l’obligation d’ordonner la reprise du scrutin dans les 45 jours s’il constatait des irrégularités graves. Or, cet argument revient à donner plus de pouvoir à la CEI qu’au Conseil constitutionnel et à nier à ce dernier sa fonction de juge suprême en matière d’application des lois. Le Code électoral est une loi de la Côte d’Ivoire, qui doit être interprétée à la lumière de la Constitution et du reste du cadre juridique du pays.

De plus, les mêmes causes produisant les mêmes effets, la tenue d’un scrutin honnête dans les zones sous l’emprise des rebelles aurait été difficile sans désarmement. Vu les circonstances, la plus haute autorité judiciaire avait le droit de prendre la décision qu’elle estimait dans l’intérêt du pays.

La Côte d’Ivoire étant un État souverain doté d’institutions démocratiques, il ne revient pas à la communauté internationale, mais bien à la population ivoirienne de choisir elle-même son président. Au Canada, accepterait-on que la « communauté internationale » proclame le vainqueur des élections et exerce des pressions énormes pour que les Canadiens acceptent ce choix ? Les litiges électoraux sont courants dans le monde. Chaque fois, on laisse les autorités administratives et judiciaires du pays les régler. Pourquoi veut-on que ce soit différent en Côte d’Ivoire ? Parce que la population est de race noire ?

Pour ajouter l’insulte à l’injure, lorsque l’Union africaine a formé un comité d’experts pour se pencher sur le litige, ce comité n’a pas du tout examiné le fond de la question, c’est-à-dire les documents électoraux. Il s’est borné à interroger divers acteurs du dossier et s’est appuyé sur les résultats fictifs de Choi ainsi que sur une erreur d’appréciation grave. L’Union africaine étant financée à 80 % par l’Union européenne, elle est peuplée de menteurs qui sont sur la même liste de paye que les menteurs onusiens. Voici un extrait de la réplique du gouvernement Gbagbo au rapport du comité d’experts, réplique que l’on pouvait trouver dans le site de la présidence de la Côte d’Ivoire, mais qui s’est volatilisée puisque Ouattara a fait fermer le site. Heureusement, j’en avais conservé une copie :

« L’Union Africaine fonde […] sa décision sur une erreur d’appréciation grave commise par le groupe d’experts, à savoir que la requête en annulation du Candidat Laurent GBAGBO portait sur quatre (04) et non pas sept (07) départements. Selon eux, en annulant sept au lieu de quatre, le Conseil Constitutionnel est allé au-delà de ce qui lui était demandé. En vérité, le Conseil Constitutionnel était saisi pour annuler huit (08) départements : Bouaké, Katiola, Dabakala, BoundiaIi, Korogho, Ferké, Beoumi, Sakassou. Le Conseil a éliminé seulement sept (07) : Bouaké, Katiola, Dabakala, Boundiali, Korogho, Ferké, Séguéla soit moins que ce qui lui était demandé. Cette confusion grave apparaît comme une manœuvre délibérée pour discréditer la décision du Conseil Constitutionnel et arracher la décision des membres du Panel et du CPS en faveur d’Alassane Ouattara. »

Les lecteurs qui souhaitent vérifier dans les détails l’information ci-dessus peuvent consulter le site International Watch, où ils trouveront des documents officiels relatifs au second tour de l’élection présidentielle, y compris beaucoup de preuves des fraudes massives.

Les mensonges pour incriminer Gbagbo

On connaissait déjà le rôle délétère des faux pacificateurs onusiens à Haïti ou encore en République démocratique du Congo, où, à l’été 2010, par exemple, dans le village de Luvungi, ils ont laissé des bourreaux en armes violer des femmes et des enfants pendant une semaine, sans intervenir.

S’il restait encore un seul gramme de crédibilité à la « communauté internationale », elle vient de le perdre en Côte d’Ivoire, où les masques vertueux des onusiens sont tombés pour de bon. L’ONU s’est complètement déshonorée en devenant le foyer de propagation des mensonges, et les casques bleus se sont transformés au grand jour en terroristes aux côtés des rebelles, pour tuer des Ivoiriens.

Si vous cherchez partout dans les médias ou ailleurs des preuves solides des accusations portées contre Laurent Gbagbo, vous n’en trouverez nulle part. Vous entendrez des affirmations, des histoires, mais jamais de preuves concluantes semblables aux nombreuses preuves visuelles et matérielles très accablantes contre Alassane Ouattara et ses amis de l’Élysée et de l’ONU. Vous verrez par ailleurs beaucoup de mensonges construits de toutes pièces par les humanitaires à l’impartialité factice ainsi que par les chefs onusiens, puis relayés par les grands médias. Laurent Gbagbo ayant toujours été un homme de paix et de démocratie, il a fallu, pour pouvoir convaincre le public occidental que c’était un dictateur, cacher certains faits cruciaux et organiser des mises en scène.

Navi Pillay, la haute commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, a inventé des histoires de charniers et, après avoir prétendu faussement que l’ONUCI ne pouvait pas se rendre sur place pour vérifier, elle a dû reconnaitre dans un cas que le charnier n’existait pas. Dans les autres cas, l’ONU n’a pas enquêté. Évidemment, le mal était fait, quant à la réputation de Laurent Gbagbo. L’ex-député norvégien Lars Rise a mis les points sur les « i » : la France se comporte comme au bon vieux temps des colonies, l’ONU aggrave la situation au lieu de l’améliorer et Mme Pillay raconte des sornettes.

Ban Ki-moon a inventé des livraisons d’hélicoptères biélorusses au gouvernement de la Côte d’Ivoire, qui était soumis à un embargo sur les armes tandis que les rebelles étaient bien approvisionnés en armes par la France et l’ONU. Devant les protestations de Minsk, Alain Le Roy, le chef des opérations de « maintien de la paix » de l’ONU, a dû reconnaitre que son patron Ki-moon avait menti.

Comme preuve de la « campagne de violence organisée » des forces de sécurité et des milices soutenant Laurent Gbagbo, les humanitaires à gages de Human Rights Watch ont présenté l’image de partisans d’Alassane Ouattara tués le 16 décembre 2010 à Abobo pour accompagner un récit largement fantaisiste, construit à partir des faux témoignages de menteurs à la solde d’Alassane Ouattara. Human Rights Watch a pris bien soin de ne pas préciser les circonstances de la prétendue manifestation du 16 décembre, qui était en fait une attaque en règle des rebelles aidés par des casques bleus, avec mitrailleuses et lance-roquettes, contre le siège de la RTI, la radio et la télévision d’État ivoiriennes. Human Rights Watch est financée par la fondation étasunienne National Endowment for Democracy, une création de Ronald Reagan pour remplacer la CIA dans les opérations de propagande.

L’une des « opérations psychologiques » les plus médiatisées de l’ONU contre Laurent Gbagbo est survenue le 3 mars 2011. Quelques partisans d’Alassane Ouattara organisèrent une mise en scène grossière où « six à huit femmes » furent prétendument massacrées par les Forces de défense et de sécurité (FDS) ivoiriennes. Alain Le Roy, le secrétaire général adjoint au Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, affirma officiellement que les femmes avaient été abattues « par des mitrailleuses lourdes de calibre 12,7 ». La dépêche de l’AFP relayant le mensonge de M. Le Roy fut immédiatement reprise par des dizaines, voire des centaines de grands médias. Les grandes chaines européennes diffusèrent plusieurs reportages télévisuels (dont voici un exemple) qui reprenaient des extraits choisis de la vidéo amateur des comédiens pro-Ouattara.

Or, dans la vidéo amateur (mais pas dans les extraits diffusés par les médias), on voit soudainement, entre autres invraisemblances, l’une des femmes supposément massacrées revenir miraculeusement à la vie et se faire dire par le caméraman de se recoucher. Elle s’exécute aussitôt en prenant soin de replacer elle-même son bras pour cacher son visage. De plus, on entend clairement les coups de feu, au nombre de trois, qui sont simplement des tirs de sommation et sont provoqués volontairement par des jeunes hommes s’avançant vers les blindés des FDS. Il n’y a manifestement aucun tir de mitrailleuse. Voici une analyse édifiante de la mise en scène ainsi qu’un reportage de la RTI qui la dénonce, tout en soulignant que les médias occidentaux n’en sont pas à leur premier mensonge.

Radio-Canada a diffusé la nouvelle du prétendu massacre à au moins cinq reprises, y compris quatre fois après le 5 mars, date à laquelle j’ai communiqué à la journaliste Sophie Langlois des preuves indiscutables qu’il s’agissait d’une mise en scène. Une page Web présentant le massacre des sept femmes comme un fait avéré est encore en ligne dans le site de Radio-Canada.

Pire encore, Radio-Canada a essayé de couvrir le mensonge par un mensonge additionnel. Elle a dépêché la journaliste Sophie Langlois à Abidjan et lui a demandé d’interroger à la caméra l’un des complices pro-Ouattara de la mise en scène comme si c’était un moyen d’attester la véracité du massacre. Pendant son voyage, Mme Langlois s’est empressée d’interviewer de nombreuses prétendues victimes pro-Ouattara des FDS. Elle en a rapporté beaucoup de ragots, mais n’a présenté, dans ses reportages, aucune preuve concluante pour étayer les accusations contre Laurent Gbagbo. À l’inverse, pendant la semaine où elle était en Côte d’Ivoire, Mme Langlois n’a rencontré pratiquement aucune victime des tueurs de Ouattara, malgré l’aide qui lui a été fournie par moi et des Ivoiriens du Québec pour lui permettre de rencontrer de telles personnes et de constater leurs blessures sur place.

Dès le 12 mars, j’ai porté plainte auprès de l’ombudsman, Mme Julie Miville-Dechêne, contre le comportement de Radio-Canada dans la crise postélectorale ivoirienne et en particulier contre la participation de Radio-Canada à l’opération psychologique onusienne du 3 mars 2011. L’enjeu étant beaucoup trop important, il est évident que jamais Radio-Canada ne reconnaitra sa culpabilité et qu’elle fera tout pour soit nier, soit minimiser ses mensonges. Ce sera la preuve définitive qu’il n’est plus de mise de parler d’une « théorie du complot », mais bien d’un complot avéré.

Les Ivoiriens du Québec et leurs familles au Côte d’Ivoire ayant subi des préjudices incommensurables en raison de l’agression militaire et économique que leur pays a subie, ils auraient selon moi intérêt à envisager des poursuites judiciaires contre Radio-Canada. Jamais la destruction de la Côte d’Ivoire n’aurait été possible sans la campagne de désinformation massive orchestrée par les médias au service du grand capital, dont la propagande consistant à inverser complètement les rôles a certainement influencé les politiciens québécois et canadiens dans leur position relativement à la Côte d’Ivoire. Jamais les gens de bonne volonté, qu’ils soient députés ou simples citoyens, n’auraient cautionné l’appui moral, humain et financier fourni par Stephen Harper et Jean Charest au terroriste Alassane Ouattara s’ils avaient su la vérité. Et il est certain qu’en se dissociant publiquement de Sarkozy, des gens comme Amir Khadir, Gilles Duceppe et Pauline Marois auraient pu lancer un mouvement de prise de conscience. Leur intervention aurait pu être le grain de sable dans l’engrenage infernal. Mais pour cela, il aurait fallu qu’ils soient honnêtement informés, ce qui n’a manifestement pas été le cas.

Un coup d’État pour le pétrole

Alassane Ouattara a obtenu « l’extirpation » qu’il souhaitait, mais elle est loin d’avoir été « chirurgicale » et sans douleur. Son coup d’État a réussi non pas à cause des rebelles, mais bien grâce à l’armée française et aux mercenaires onusiens. La phase finale de la quête du pouvoir de M. Ouattara se solde par un déluge de bombes, d’obus et de missiles français, la neutralisation des forces de l’ordre ivoirienne, la remise en liberté de centaines de criminels dans Abidjan, des pillages incessants, des millions de déplacés, des millions de personnes enfermées chez elles, sans nourriture, pendant plusieurs jours, des milliers de morts et de blessés parmi les civils ainsi que l’anéantissement de l’administration publique.

Les bureaux des ministères ivoiriens ont été saccagés de même que la résidence du chef de l’État et l’Assemblée nationale. Les institutions politiques et judiciaires sont inopérantes. L’ancien chef de l’État a été arrêté et humilié de même que tous ses partisans. Il est détenu ainsi que sa femme depuis le 11 avril 2011, sans qu’aucune accusation précise soit portée contre eux. Les militaires et les politiciens qui n’étaient pas favorables à M. Ouattara ont le choix entre l’allégeance forcée, l’exil ou la persécution, voire la torture et l’élimination. Même lorsqu’ils ne sont pas armés, les jeunes hommes considérés comme des partisans de Laurent Gbagbo sont déshabillés, faits prisonniers, détenus dans des conditions atroces, torturés, utilisés comme boucliers humains et parfois exécutés, sous prétexte que ce sont des « miliciens ». Les terroristes illettrés de M. Ouattara réclameront bientôt des postes de dignitaires, de luxueuses demeures pour leur famille et des limousines. Ils installeront un régime des plus corrompus. Le pays risque d’être pratiquement ingouvernable sans une forte répression. Voilà la démocratie imposée par les valets français et onusiens du grand capital occidental, Nicolas Sarkozy en tête, avec la bénédiction de la « communauté internationale ».

Civils capturés par les rebelles de Ouattara Des civils sont capturés par les rebelles de Ouattara.

Le coup d’État sanglant de 2011 et ses séquelles très douloureuses qui ne sont pas près de s’estomper contrastent nettement avec ce qui s’était produit en 2000, lors de l’élection de Laurent Gbagbo. À l’époque, le général Robert Guéï, auteur d’un coup d’État en 1999, s’était proclamé vainqueur, en truquant les résultats. La population descendit massivement dans la rue et les travailleurs se mirent en grève, malgré la répression policière qui fit des morts. (Ouattara et ses complices attribuent régulièrement les victimes de cette répression aux partisans de Laurent Gbagbo, mais ce n’est qu’un mensonge de plus.) Le général Guéï fut obligé de constater qu’il n’avait pas du tout la faveur populaire et s’avoua vaincu.

Après l’élection du 28 novembre 2010, Alassane Ouattara lança vainement des appels à la population pour qu’elle manifeste et fasse la grève. Les Ivoiriens ne suivirent pas ce mot d’ordre. Les manifestations pro-Ouattara furent de fausses manifestations, orchestrées par des metteurs en scène, comme celle du prétendu massacre du 3 mars. Les télévisions occidentales relayèrent des images de jeunes hommes armes blanches à la main, mettant le feu à des pneus et se disant prêts à « en finir avec Laurent Gbagbo ». On vit, dans les manifestations prétendument pacifiques pro-Ouattara, des hommes en civil transporter des armes, y compris des lance-roquettes. Voici un exemple de manifestation « pacifique » pro-Ouattara.

Laurent Gbagbo, lui, n’a jamais eu recours à la violence et a toujours joui de la faveur populaire. C’est une sorte de René Lévesque ivoirien. Digne héritier de Patrice Lumumba et de Thomas Sankara, père du multipartisme et de la liberté de presse en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo a suspendu l’application du principe de l’ivoirité, adopté par Henri Bédié, aujourd’hui paradoxalement allié de Ouattara. C’est grâce à Laurent Gbagbo que Ouattara a pu se présenter à l’élection présidentielle. Laurent Gbagbo n’a jamais mis ses adversaires en prison. Alassane Ouattara, lui, vient d’emprisonner Laurent Gbabo pour la deuxième fois. Il l’avait fait déjà le 18 février 1992.

Quelques jours avant que ne débute l’offensive finale de la France et de l’ONU qui sema la désolation en Côte d’Ivoire, les grands médias occidentaux se gardèrent bien de nous informer de la grande manifestation pacifique d’appui aux institutions ivoiriennes et à Laurent Gbagbo qui réunit des centaines de milliers de personnes au coeur d’Abidjan. Pendant vingt-quatre heures, les 26 et 27 mars 2011, la Place de la République fut envahie par des Ivoiriens venus demander au monde d’entendre leur appel à la paix, à la souveraineté des peuples et au respect des êtres humains. À perte de vue, toutes les artères menant à cette place étaient remplies de monde venu passer la nuit à écouter orateurs et artistes. C’était émouvant d’entendre la foule entonner l’Abidjanaise ou « David contre Goliath ». Mais personne à Radio-Canada ne nous en parla.

Quand je revois les images de ce peuple fier et admirable de résistants, je pense à tous ceux qui chantaient et dansaient pour leur pays et qui ont été assassinés par la folie meurtrière du grand capital, dans l’indifférence de mes compatriotes québécois, au milieu des histoires insignifiantes dont nous abreuvent les médias. J’en éprouve une grande tristesse. Vous me pardonnerez de manquer d’intérêt pour le vote de confiance de Pauline Marois ou la bataille électorale de Gilles Duceppe.

Combien de temps encore resterons-nous prisonniers de l’univers d’information-fiction qui balise notre démocratie imaginaire, au service de la guerre, du pillage et du mensonge ? Nous sortons parfois brutalement de notre rêve éveillé, par exemple pour un puits de gaz que des employés obéissants, sur la liste de paye des grands patrons, commencent à creuser sur nos terres. Et comme le capital finit quand même par arriver à ses objectifs en silence, au Québec, derrière les portes closes des officines du parti des exploiteurs libéraux, il n’a pas besoin de nous tuer. Pourvu que nous continuions de jouer docilement notre rôle dans le système.

Depuis la création du système de Bretton Woods, en 1944, ce sont la Banque mondiale, le FMI, Wall Street, le complexe militaro-industriel, les magnats de la finance et la Federal Reserve avec sa planche à monnaie de singe qui nous dirigent vraiment. Pas les politiciens que nous élisons et qui ne sont que des marionnettes. Les maitres du monde nous accordent le privilège de nous bercer des illusions de la démocratie tant que nous leur obéissons et que nous les laissons nous plumer, sans remettre en question leur droit héréditaire et absolu d’exploiter les pays et les peuples à leur guise. Quand ils nous disent qu’ils vont abaisser la cote de crédit de notre État de AAA à AA si nous ne laissons pas les gens mourir dans les couloirs de nos hôpitaux, notre premier ministre leur obéit. Quand les mêmes agences de notation derrière lesquelles se cachent les voleurs de Goldman Sachs nous disent d’investir nos économies dans des prêts hypothécaires à risque érigés en placements fiables portant la cote AAA, notre Caisse de dépôt et placement leur obéit et perd quarante-milliards de dollars. Peu de temps après, son directeur, un certain Henri-Paul Rousseau, trouve refuge chez Desmarais, maitre de l’information au Québec, parrain de Nicolas Sarkozy et actionnaire de référence de la quatrième pétrolière au monde, Total… qui a le pétrole de la Libye et du golfe de Guinée dans son collimateur. Tiens, tiens.

Cela crève les yeux que le massacre des Ivoiriens pour déloger Laurent Gbagbo n’a rien à voir avec la démocratie et tout à voir avec l’économie du pillage. C’est le pétrole du golfe de Guinée (35 milliards de barils de réserves connues) qui explique cette nouvelle fureur assassine déguisée en entreprise de défense de la démocratie, après l’Irak et l’Afghanistan. De la même manière, c’est le pétrole de la Libye qui explique qu’il faille y bombarder Tripoli tout en accusant Kadhafi d’être lui-même le responsable des tueries, ce qui est ridiculement insensé quand on sait que, dès les premiers jours du « soulèvement populaire », les pauvres « manifestants pacifiques » tiraient sur des commissariats de police avec des lance-roquettes.

Un État fort et des dirigeants qui ne sont pas des marionnettes du grand capital constituent le plus grand des dangers pour ceux qui ont vu leur fortune décupler avec le néolibéralisme et qui se paient tous les serviteurs qu’ils veulent. C’est pour cela que les groupes qui visent à démanteler, affaiblir ou repenser le « modèle québécois », comme le Réseau liberté Québec ou l’Institut économique de Montréal, sont si bien financés et que leurs porte-paroles occupent toutes les tribunes médiatiques. Un État fort met le capital au service du peuple, et non l’inverse, tout en privant les ultrariches des vaches à lait qu’ils achètent et rentabilisent avec des deniers publics. C’est pour cela que les valets de ces riches brandissent des tas d’épouvantails aussitôt qu’il est question de nationalisation. On nous prédisait la fin du monde lors de la nationalisation de l’électricité, dans les années 1960. Hydro-Québec fut une réussite colossale. Puis, au début des années 2000, on nous a rebattu les oreilles avec le fiasco de la Gaspésia, preuve indubitable de l’incapacité de l’État à gérer efficacement les affaires, si l’on en croit les chantres du capitalisme sauvage.

La campagne de dénigrement contre Laurent Gbagbo en vue de le renverser a commencé en 2001, dès l’adoption du premier budget de son gouvernement, qu’il avait appelé un « budget sécurisé ». Laurent Gbagbo voulait que son pays se désenclave du système de Bretton Woods et mette fin à l’endettement infini, instrument privilégié d’asservissement de l’Afrique employé par le FMI, dont Alassane Ouattara a été le directeur général adjoint. Laurent Gbagbo a commencé à devenir un « dictateur » avec ce budget, lorsqu’il essayait de donner à son peuple les outils nécessaires pour se libérer. C’est à ce moment qu’on a décidé de le remplacer par l’homme du FMI, Alassane Ouattara. Mais la résistance du peuple ivoirien a été très vive. Pour seulement donner l’illusion qu’on installe M. Ouattara au pouvoir, le président élu « par la communauté internationale » qui ne gouverne toujours rien, il a fallu presque neuf années de tentatives de coup d’État, de guerre civile, de terrorisme, d’affaiblissement de l’État ivoirien, de bombardements par la France, de trucages électoraux, de cruels embargos, notamment sur les médicaments, et d’autres pressions démesurées par les puissances occidentales, contre un petit pays d’Afrique de l’Ouest.

Desmarais et Power Corporation sont parmi ceux qui comptent sans doute profiter le plus du massacre des Ivoiriens, vu leurs intérêts dans Total. Parions que M. Desmarais n’a pas essayé de convaincre son poulain Sarkozy de retenir ses bombes. Parions aussi que ses ordres se sont bien rendus aux journalistes à gages radiocanadiens, conformément à l’entente secrète qui lie sa société de désinformation Gesca à la Société Radio-Canada. Desmarais, Sarkozy, Harper, Charest : les ennemis du peuple ivoirien sont aussi les ennemis du peuple québécois. Il est temps que l’Afrique et le Québec commencent à se parler.

 


liberezgbagbo.php


Voici quelques sites, articles et vidéos à consulter, en plus des liens fournis dans le texte ci-dessus, pour entendre autre chose que le lavage de cerveau des grands médias, qui s’efforcent de nous faire croire qu’il y a unanimité à propos de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire.

Abidjan vérités

Analyse de Guy Labertit, ancien délégué national du Parti socialiste français pour l’Afrique

bis repetita

Blogue de Gilbert Collard

Cameroonvoice

Cameroonvoice - Silence on tue

Communiqué du Front national le 4 avril 2011

Communiqué du Front national le 11 avril 2011

Complot occidental en Côte d’Ivoire : une évidence - Yves Rocheleau, ancien député du Bloc Québécois

Cote d’Ivoire Presidential Conflict

Côte d’Ivoire Truth

Débat avec Vitrice Yekpe, Gaston Kelman et Grégory Protche, le 5 janvier 2011, à l’émission Toutes les France

Débat avec Vitrice Yekpe, Alain Toussaint et Grégory Protche, le 4 février 2011, à l’émission Toutes les France

Diaporama présenté par Bernard Desgagné à la table ronde du 18 mars 2011, à l’Université du Québec en Outaouais

DirectScoop.net

Discours du sénateur de l’Oklahoma Jim Inhofe le 4 avril 2011

Discours du sénateur de l’Oklahoma Jim Inhofe le 5 avril 2011

Discours du sénateur de l’Oklahoma Jim Inhofe le 7 avril 2011

Discours du sénateur de l’Oklahoma Jim Inhofe - French Colonialism Must End

Djibitv

Entrevue avec Calixthe Beyala

Entrevue avec Didier Julia au sujet de la position de la France

Entrevue avec Jean-François Probst, ancien bras droit de Jacques Chirac - Gbagbo plus proche de Mandela que de Mugabe - Télécharger le fichier audio de l’entrevue

Entrevue avec Laurent Gbagbo sur Canal+

Entrevue avec Laurent Gbagbo le 5 avril 2011

Entrevue avec Michel Galy sur BFMTV

Entrevue avec Michel Galy sur TF1

Entrevue avec Marcel Ceccaldi

Entrevue avec Marie-Antoinette Singleton sur CBN

Entrevue avec Marie-Antoinette Singleton sur CNN

Entrevue avec Roland Dumas et Jacques Vergès, le 11 janvier 2011, à l’émission Ce soir ou jamais - partie 1

Entrevue avec Roland Dumas et Jacques Vergès, le 11 janvier 2011, à l’émission Ce soir ou jamais - partie 2

Entrevue avec Roland Dumas et Jacques Vergès le 25 avril 2011 - partie 1

Entrevue avec Roland Dumas et Jacques Vergès le 25 avril 2011 - partie 2

Gri-Gri International

Indignez-vous

Infos Côte d’Ivoire

Ivoirebusiness

Lettre de Bernard Desgagné à Guy A. Lepage

Michel Collon parle des guerres impériales

Philippe Rémond, le Français tué à Yamoussoukro par les rebelles de Ouattara

Questions de Marine Le Pen à la Commission européenne

Résistances Côte d’Ivoire

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 13:23

Libye - rassemblement devant l’Assemblée Nationale
à Paris, samedi 9 avril 2011 - de 14h à 17h

 

 

http://lepoivron.free.fr/IMG/jpg/P77-1_Colonisation1.jpg

 

http://lepoivron.free.fr/IMG/jpg/P77-1_Colonisation1.jpg

 

Introduction d'eva R-sistons:

Côte d'Ivoire, Libye, Syrie.. les hommes à abattre

 


A chaud, j'improvise cette parution alors que la vie de Gbagbo est menacée.  La croisade judéo-chrétienne pour la conquête militaro-financière de l'Afrique, le contrôle des ressources et des politiques du continent, cette croisade "'bénie" par l'ONU (comme celle en Libye), va-t-elle aboutir à l'assassinat du chrétien évangélique Gbagbo, coupable d'être méfiant à l'égard de la France et d'une façon générale, à l'égard des projets de main-mise de l'Empire sur la Côte d'Ivoire et plus généralement, sur l'Afrique ?

 

Parallélisme évident entre Libye et Côte d'Ivoire (et désormais aussi en Syrie, pour compenser la "perte" de l'Egypte) :  Deux (trois) dirigeants indépendants, la France impliquée, en coulisses (cf affaire infirmières bulgares, ou Françafrique, amis affairistes sur place comme les Bolloré..), des projets impérialistes, néo-coloniaux : Libye riche en pétrole, Côte d'Ivoire pays phare et riche en cacao, et plus généralement souhait de prendre le contrôle total du continent, soit militairement, soit en provoquant guerres civiles ou conflits de clans ou ethniques, soit en se servant de Facebook et de Twitter pour déstabiliser les pays, inciter les populations surtout jeunes à se soulever, et placer à la tête des Etats des marionnettes chargées de laisser les multinationales piller les ressources et priver les populations de leur souveraineté, de leurs richesses, et au final, de la vraie démocratie à laquelle beaucoup aspirent. 

 

Je l'ai dit depuis l'élection de Sarkozy, notre Président est un Bush bis. Un va-t-en guerre néo-conservateur. Adorant les bastons, et souhaitant redorer à l'extérieur son blason terni à l'intérieur.


http://soiressecalvin.files.wordpress.com/2010/06/que-fait-sarko-en-afrique.jpg

 

Tout sera fait par la France pour gagner, pour se débarrasser des gêneurs, Kadhafi qui en sait trop sur notre Président, et qui a le tort de partager avec son peuple les richesses du pays, au lieu de les offrir, via moult pots-de-vin, aux multinationales de l'Occident. Gbagbo dirigeant aimant son pays, sa nation, et méfiant vis-à-vis de l'Occident. Bref, ces deux hommes, comme le Président de Syrie, sont condamnés. Pendant ce temps, l'Occident "démocrate" attaché à "la protection des populations" soutient la répression des manifestants au Bahreïn, et laisse les Palestiniens exterminés par le pays qui viole les lois internationales en toute impunité, Israël.

 

Jusqu'où cela ira-t-il ? Officiellement, la France est envoyée par l'ONU, elle respectera ses décisions; Officieusement, les coulisses sont très sales. Notamment pour les vrais buts, et pour le couple Ouattara. Ira-t-elle jusqu'à participer, d'une façon ou d'une autre, à l'élimination des gêneurs, et pas seulement à leur éviction ?

 

Au Parlement, à Gauche on s'émeut de voir la France républicaine participer à TROIS guerres en même temps (Afghanistan, Libye, Côte d'Ivoire - à quand le Prix Nobel ?), néo-coloniales, d'enlisement, de conquête, de prédation.

 

Au final, la France a déjà perdu. Son image de marque, à l'Etranger, et l'Opinion. La France coloniale se met à dos les pays du continent africain, et nos ressortissants peuvent redouter le pire; Ils sont en danger. Nous allons être haïs partout, et nous serons, bien évidemment, un jour, sur notre territoire, victimes d'attentats, en représailles.

 

On ne bafoue pas indéfiniment la dignité des peuples.

 

La France de Sarkozy n'est pas la France. Sarkozy impose ses volontés, lui le chef de guerre et le chef d'Etat. Et lorsqu'on sait qu'il est l'homme du MEDEF, du FMI, du CRIF, de la CIA, de la City, de Wall-Street et du modèle sauvage US, comme du Nouvel Ordre Mondial, on peut, légitimement, craindre le pire pour tous, sauf pour lui (et encore !) et pour ses amis milliardaires ou anglo-saxons...

 

Je publie donc les dessous de la guerre de côte d'Ivoire. Après l'opposition fantoche soutenue en Libye, voici Ouattara, l'homme de la CIA, du FMI, traînant derrière lui, avec son épouse, de multiples casseroles. Voyage au bout de l'horreur...

 

Eva R-sistons

 

NB : Comme le dit un de mes Lecteurs, par courriel, la Côte d'Ivoire d'Ouattara l'homme de l'Occident, va pouvoir imposer les OGM de Monsanto et les vaccins de Big Pharma. Pauvres Africains encore et toujours sacrifiés au Colonialisme... 

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : France, Côte d'ivoire, Gbagbo, Ouattara, Sarkozy, Lobye, Kadhafi, Syrie, FMI, CIA, MEDEF, CRIF, Françafrique, pétrole, Occident, Bahrein, Palestiniens, Israël, ONU, Gauche, PS, Prix Nobel, Afghanistan, Afrique, infirmières bulgares, Facebook, Twitter, Bush, néo-conservateurs


 

 

Gbagbo-Cote-d-ivoire-930x620_scalewidth_300.jpg

 

Sans aucun mandat, en pleine illégalité et malgré les appels à l'arrêt des bombardements demandés par la Russie et l'Union Africaine, la France de Nicolas Sarkozy est en train de bombarder la résidence du chef de l'État ivoirien, Laurent Gbagbo. L'objectif du président français Sarkozy semble être de "ramener le cadavre de Laurent Gbagbo pour le journal de 13H". 


Ivoiriens, Africains, Amis de la Souveraineté, de la Liberté et de la Démocratie, levons-nous tous pour protester contre les agissements de Nicolas SARKOZY en CÔTE D’IVOIRE.


En ce moment même, mercredi 6 avril 2011 à 10h30, selon le porte-parole du Gouvernement, les hélicoptères et les chars français de la Force Licorne sont en train de pilonner la résidence du Président de la République de CÔTE D’IVOIRE, au mépris de la Charte des Nations Unies, à la Convention de Genève sur le Droit de la Guerre de 1949 et des intérêts français.



Signataires :


 

Calixte BELAYA, écrivain, Lucie BOURTHOUMIEUX, Avocat à la Cour,

Grégory PROTCHE, rédacteur en chef Gri-Gri International, Dr Boga Sako Gervais, Enseignant-chercheur à l’Université, Expert en Droit de l’Homme, Président-Fondateur à la FIDHOP (Fédération Ivoirienne pour l’Observation et la Surveillance des Droits de l’Homme et de la Vie Politique), Me Hervé Gouaméné, Avocat à la Cour, Président de l’APDH (Actions pour la Protection des Droits de l’Homme), Mme Jacqueline BOUABRE, Présidente de la FIDENACI (les fidèles à la démocratie et à la Nation de Côte d'Ivoire), Bernard TOURE et M. Martial AKOUN, Présidents du CO.PA.VI.L (Collectif des Patriotes Victimes de la Licorne)

Mme Viviane GNAHORE, Présidente de l’A.N.F.S.Z.A (Association Nationales des Femmes Sorties des Zones Assiégées), M. Sékou KOUAME, Président de la Fédération Nationale des Victimes de Guerre de CÔTE D’IVOIRE, Maurice GNAGNE, Professeur de médecine, Dedy SERI, Ethnologue, Arsène DOGBA, politologue, Mohamed AREF, Avocat et défenseur des Droits de l’Homme,

Agnès KRAIDY, journaliste, Hervé-Emmanuel N’KOM, Charles Tchoungang, Bâtonnier, Henriette Ekwe, Anicet Ekane, Célestin Kengoum, Avocat 

Dr Samuel Mack Kit, Michel Etia, Avocat, Abanda Kpama, Paul Géremie Bikidik, Emmanuel Mbiga, Valentin Dongmo Fils, Guillaume Manga, Faustin Bekolo, Oscar Batamack, Pr Takam, Moussala Michaut, Christian d'Alayer, journaliste, Malick Noël SECK, Coordonateur de convergence socialiste..

 

 

 

Reçu d'un Lecteur :

 

 

J’ai vécu de nombreuses années en Côte d’Ivoire, cette situation là-bas m’attriste beaucoup, car c’est en quelque sort mon pays de "cœur ". 

J’ai répondu à un article sur le Parisien, + réponse à un post, c'est publié 

Voici le contenu : 

Cordialement,

Michel

 

 

 

« A méditer...

 

L'avenir va devenir sombre pour la Côte d'Ivoire... La France n'avait certes pas le droit d'intervenir, mais Sarkozy œuvre directement pour le nouvel Ordre Mondial, donc c'est en accord avec les américains qu'il a effectué cette action. Avec un Outtara issu du FMI la porte est ouverte aux société telles que Monsanto, qui viendra pourrir un peu plus le sol ivoirien, aux labos qui vont maintenant inonder le pays de vaccins pourris, les banques qui vont se "sucrer sur le dos du peuple ivoirien". La technique a été parfaite, on met le pays par terre, et on arrive avec "un sauveur" ami de DSK et Sarko le 2 grands prédateurs au service du CFR et de la CIA, et le tour est joué ! Bon courage amis ivoiriens !

 

http://lemotdhumeurdejeancharlesfatiga.ivoire-blog.com/archive/2010/10/21/dominique-ouattara-femme-fatale-a-la-cote-d-ivoire-les-secre.html »

 

Le lien : http://www.leparisien.fr/reactions/crise-cote-d-ivoire/.php?article=cote-d-ivoire-les-forces-de-ouattara-lancent-l-assaut-final-06-04-2011-1396025&page=0#reaction_01 

 


 

Le pseudo et l’heure de parution : 34 le 06/04/2011 à 11h36

 

J’ai répondu à cet abruti (qui ferait bien de retourner à l’école) qui a écrit ca :

 

04thoninos le 06/04/2011 à 11h40   -  desolation d'entendre des conneriesoui la FRANCE est intervenue sous mandat ONUSIEN, alors arrêtés de dire des conneries aussi grosses que vous. La France aurait du intervenir plus tôt et la CI n'aurait pas eu tous ces morts innocents. Si vous soutenez GBAGBO, c'est que vous aussi vous etes des assasins. Avec ce genre de comportement, vous n'arriverez jamais à vivre sans l'aide de l'exterieur

 

Ma réponse :

 

L'ONU ? Quelle ONU ? Ils n'ont même pas été capables d'éviter l'invasion américain en Irak ! Mais par contre on met en place un Ouattara à la solde des Américains qui n'ont pas leur pareil pour déstabiliser tous les pays ! C'est leur "sport" favori ! Et nous Français nous ne sommes que leurs larbins ! 

 

34 le 06/04/2011 à 11h43

 

Lien : http://www.leparisien.fr/reactions/crise-cote-d-ivoire/.php?article=cote-d-ivoire-les-forces-de-ouattara-lancent-l-assaut-final-06-04-2011-1396025&page=0#reaction_04

 

 

Article mis à jour le 01/09/2009.

image dépèche


Le couple Ouattara

   

En Occident, la tendance est à la lutte contre le blanchiment d'argent sale et les paradis fiscaux. Cela, pour moraliser le monde de la finance. En Côte d'Ivoire, il y a pourtant un candidat à l'élection présidentielle qui a des liens avec ces réseaux mafieux qui mettent souvent à mal, les économies de leurs pays. Ouattara se dit propriétaire d'une impressionnante fortune.

 

Comment l'a-t-il acquis ???

 

Le temps vous propose un document qui vous dit tout sur la fortune de ce couple qui veut, par tous les moyens, diriger la Côte d'Ivoire. Arrivé aux affaires après avoir battu au deuxième tour de l'élection présidentielle française, la candidate socialiste Ségolène Royal en mai 2008, Nicolas Sarkozy a hérité d'un grand nombre de dossiers chauds de son prédécesseur Jacques Chirac.

 

Au nombre de ces dossiers, figure en bonne place la crise ivoirienne qui a, ces 5 dernières années, rendu totalement exécrables les relations entre la Côte d'Ivoire et la France. Français en qui les opposants à Laurent Gbagbo voyaient en ''Chirac bis'' Le nouveau patron de l'exécutif. Afin de mieux connaitre les principaux acteurs politiques ivoiriens, une enquête est ouverte sur chacun d'eux.

 

En somme, une carte de visite complète de présidentiable ivoirien que les barbouzes français se chargent de confectionner à l'attention du ''grand patron''. A l'exercice, les petites notes blanches sur Ouattara sont les plus nombreuses. Les raisons ? Nul ne le sait car le rapport des agents est muet sur la question. Mais il ressort des investigations des services secrets de l'Elysée qu'Alassane Dramane, est totalement inconnu des fichiers du fisc français et ne détient en son nom propre, aucun bien immobilier.

 

On pourrait croire qu'il y a erreur sur la personne de M. Ouattara. Eh bien, non ! Il s'agit bel et bien du patron du Rdr et son état civil est ainsi établi dans le document top confidentiel des services de renseignements français dont nous avons obtenu copie : ''Né le 1er janvier 1942 à Dimbokro (Côte d'Ivoire), de nationalité ivoirienne, titulaire d'une carte de séjour privilégiée valable 10 ans. Figure également sur le registre des diplomates accrédités auprès des autorités françaises, est marié avec madame Nouvian Dominique Claudine, veuve Folloroux, née le 16 décembre 1953 à Constantine (Algérie), de nationalité française.

 

De statut résident étranger, il fait élection de domicile à Paris, 140 avenue Victor Hugo- Paris 16e, dans un appartement propriété de son épouse. A Abidjan où il réside régulièrement, il demeure quartier Ambassade Cocody 01 BP 1206 Abidjan - Côte d'Ivoire.'' On ne peut s'empêcher de se demander comment une personnalité de la trempe de Ouattara, qui a résidé de longues années en France où il disposait de comptes en banque, peut-il être ''inconnu des services fiscaux français''.

 

Avec lui, son épouse Dominique Nouvian dont les contributions sont jugées nettement en deçà de ses avoirs tant en nature qu'en numéraire. Ayant trouvé cela suspect, les enquêteurs de l'Elysée ont suivi des pistes qui leur ont permis de mettre au grand jour les pratiques du couple Ouattara pour échapper au fisc français et s'enrichir de façon illicite. Les autres membres de la famille ne sont pas ignorés ; les activités et avoirs de chacun sont passés au peigne fin.

 

Le mythe sur les comptes de Ouattara

Avec étonnement, les renseignements se sont rendus à l'évidence que l'homme politique ivoirien n'est propriétaire d'aucun compte bancaire ni d'un quelconque bien, imposable, sur le territoire français. Ils découvrent, après un travail de longue haleine, qu'en 1993, alors qu'il était le tout puissant premier ministre d'Houphouët-Boigny, Alassane Ouattara a ouvert un compte spécial dans une banque parisienne. Notamment, à la City Bank Paris.

 

Ce compte a fonctionné régulièrement jusqu'au 30 octobre 1999, date à laquelle le titulaire a décidé de sa fermeture et du transfert de tous les fonds qui y étaient logés, à la ''City Bank Génève''. A cette date, ce compte classé rouge selon le jargon bancaire, géré par le fondé de pouvoirs, était créditeur à sa fermeture d'environ 9,5 milliards Fcfa. Il était alimenté par des fonds en provenance soit des Caraïbes, soit des Antilles anglaises, les paradis fiscaux attitrés.

 

Mais aussi des dépôts au guichet. L'analyse des mouvements sur ce compte entre 1996 et 1999 montre que les fonds qui y logeaient ne restaient jamais plus de trois à quatre mois en place. Ils étaient transférés vers d'autres destinations, au gré des placements effectués par l'ancien gouverneur de la Bceao. Ce compte géré par un haut responsable de la City Bank Paris faisait l'objet d'une attention toute particulière et aucune information ne pouvait être livrée si ce n'est dans le cadre d'une enquête comme celle menée par les grandes oreilles françaises.

 

En réalité, la City Bank Paris, une fois le compte fermé, n'en conserve aucune archive. Tous les documents et informations y afférents sont transférés pour partie, à l'agence où le compte est nouvellement domicilié, c'est-à-dire à la City Bank Genève. C'est là qu'un service centralisé va se charger de leur traitement et leur conservation.

 

Selon les investigateurs, Ouattara n'a fait à ce jour, aucune vente de patrimoine et n'a aucun enregistrement à son nom aux services des hypothèques de Paris, du Var et des bouches du Rhône. La plupart des biens où l'on retrouve ses traces sont la propriété de son épouse Dominique Nouvian et son fils Loïc Folloroux, né le 16 avril 1975 à Buhl en ex-République fédérale d'Allemagne.

 

Dominique Nouvian Folloroux comme Ouattara

C'est en 1990 que Dominique Nouvian, officialise devant le maire de Paris, sa relation amoureuse avec le premier ministre de Côte d'Ivoire d'alors, Alassane Ouattara. Alors qu'elle résidait dans le pays depuis de longues années et avait même à charge la gestion des biens immobiliers de l'Etat ivoirien tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Elle n'était donc pas une inconnue à Abidjan où elle s'est établie également Cocody Ambassades avant son mariage avec Ouattara.

 

Dans la capitale française, ''la blanche colombe'' habite avec son mari une résidence au 140, avenue Victor Hugo - Paris 16e. Son compte principal, de type spécial est repéré à la Société générale Paris, 29 BD Hausmann Paris 9e, n° 30003 0 3000 000 500 85 153/20, au nom de Nouvian Folloroux épouse Ouattara. Au moment de l'investigation qui remonte à quelque six mois, ce compte qui, selon toute vraisemblance, est la propriété du couple, était créditeur de plus de sept milliards de Fcfa.

 

Comme son époux, un compte où elle disposait de fonds énormes à la City Bank Paris, géré dans les mêmes conditions de confidentialité que celui de son époux, a été fermé. En même temps que celui-ci de Ouattara. Les fonds suivent le même trajet pour se retrouver dans la succursale de la City Bank de Genève. Pour échapper aux fiscs français. A sa fermeture, il contenait un peu plus de 4,2 milliards de francs Fcfa. Ainsi Dominique Ouattara, qui partage le rêve de son époux d'élire domicile un jour à la résidence présidentielle de Cocody, peut contribuer à forcer le destin à coups de billets de banque.

 

Tout en échappant à la dextérité des services de renseignements français qui ne manqueraient pas de lui demander des comptes concernant les flux financiers du compte en cas de décaissement de sommes faramineuses. La trouvaille est donc de taille et il fallait certainement être un économiste de la trempe de Ouattara pour faire tout ce montage. En outre, Mme Nouvian Folloroux Ouattara est propriétaire en nom propre de deux appartements de 126 m2 l'un et 142 m2 l'autre au 140, avenue Victor Hugo.

 

C'est l'un de ces appartements qu'elle occupe avec son époux quand la seconde est habitée par son fils Loic Folloroux. Ces biens immobiliers sont évalués à neuf cents millions de Fcfa , soit 48 millions pour le premier et 52 millions pour le second. Sous le nom de Dominique Nouvian, son nom de jeune fille, Mme Ouattara est également titulaire d'une propriété dans le Sud de la France, à Mougins (06) sur le front de mer au 598 chemin Pablo Picasso, référence cadastrale CD 26. Bâtie sur une superficie de 6.495 m2 avec piscine. Cette résidence qui est une propriété privée de Mme Ouattara est estimée à plus de 12 millions FF, soit 1,2 milliard de Fcfa; la taxe foncière à 28.306 FF (2 millions 830 mille 600 Fcfa) et la taxe d'habitation à 44.295FF ( 4 millions 429 mille 500 Fcfa).

 

C'est dans cette maison que réside le couple Ouattara et l'on ne peut savoir à ce jour si elle a été cédée ou non à l'ancien premier ministre. La vérité, c'est qu'il n'y a aucun document attestant qu'il en est le propriétaire. Toujours au titre des biens immobiliers, les renseignements français signalent une maison à Sanary sur mer, propriété des parents de Dominique Nouvian, qui revient à la famille Ouattara, d'une valeur estimée entre 2,5 et 3 millions, soit 250 à 300 millions de Cfa.

 

*Les affaires du couple

La seule entreprise de Madame Ouattara officiellement connue est l'Agence internationale de commercialisation immobilière (Aici.Sa) dont elle est le Pdg. Avec pour objet, selon ses statuts, la création et l'exploitation de tous les fonds de commerce d'agences immobilières, de négociation mobilière, immobilière et commerciale. Avec un capital de 5 millions FF, son siège est situé 124, avenue Victor Hugo Paris 16e. L'entreprise possède un compte bancaire à la Société générale également à l'avenue Victor Hugo.

 

Et en plus de ce compte, gros de plusieurs millions, et dont les opérations au moins à chiffres témoignent de la bonne santé de l'entreprise, Aici.Sa, qui a de nombreuses succursales à travers le monde, garde ses avoirs dans un compte secondaire logé à la banque Gallière, 38 rue Laffite, à Paris 9e. Cet autre compte est également créditeur de plusieurs millions. Le chiffre d'affaires de la société entre 1995 et 1998 montre bien qu'elle brasse des millions qui bénéficiait largement au trésor public français à travers les impôts sur le revenu et autres taxes à laquelle elle était soumise.

 

On note 3913 millions de FF (391,3 milliards de Fcfa) en 1995, 527,2 milliards de Fcfa en 1996, 539,1 milliards de Fcfa en 1997 et 692,0 milliards de Fcfa en 1998. Depuis 1999, date de l'ouverture de comptes bancaires à la City Bank Genève, les fonds générés à l'extérieur par Aici ne profitent plus à la France. Désormais, ils dorment dans les paradis fiscaux. Les actions de l'entreprise sont reparties entre trois entités qui ramènent unilatéralement à la famille Nouvian Folloroux Ouattara. La famille Folloroux se taille la part du lion avec plus de 50% des parts.

 

Alassane Ouattara, selon les chiffres, ne détiendrait que 22% des parts de l'entreprise quand d'autres Loïc Folloroux a à son actif plus de 25%. Tout naturellement, on retrouve comme administrateurs de Aici.Sa, outre Dominique Ouattara, le Pdg, Mme Nouvian Véronique épouse Cornuel qui s'est remariée le 8 août 1992 avec M. Padovany Marcel Hubert, après avoir divorcé de son premier époux.

 

Sur la liste, figurent également les noms de Folloroux Loïc et d'Alassane Ouattara. En somme, une affaire familiale qui emploie une quinzaine de personnes mais brasse des fonds énormes. Surtout en vendant et rachetant par des circuits détournés des biens immobiliers de l'Etat ivoirien principalement dans la période où le chef de famille était aux affaires à Abidjan.

 

A travers notamment l'opération de privatisation qui devrait servir à renflouer les caisses de l'Etat, des biens immobiliers de l'Etat se retrouveront en grand nombre dans l'escarcelle de M. et Mme Ouattara par le biais de prête-noms et autres sociétés écrans.

 



Les entreprises écrans

Il faut noter également que Aici.Sa de Madame Ouattara est propriétaire à 100% de la Sarl Malesherbes Gestion, au capital de 1 million FF, soit 100 millions Fcfa, et dont le siège est situé à 3 rue Mérimée Paris 16e. Cette société spécialisée dans la gestion d'immeubles résidentiels emploie une vingtaine de personnes avec des chiffres d'affaires largement supérieurs à ceux de Aici.Sa sur la même période de 1995 à 1998. Respectivement, on a 652,8 milliards Fcfa en 1995 ; 726,3 en 1996 ; 709,5 en 1997 et 812,6 milliards Fcfa en 1998.

 

Madame Ouattara dont les biens se confondent ainsi à plusieurs niveaux avec ceux de son époux est aussi propriétaire de Radio Nostalgie Afrique dont le siège est basé 22, rue Boileau Paris 16e, avec un capital de 2.500.000 FF, soit 250 millions Fcfa. De cette entreprise dont Ahmed Bakayoko, actuel ministre des Nouvelles technologies de la communication sous la bannière du Rdr de Dramane Ouattara, est l'un des administrateurs, découle Radio Nostalgie Côte d'Ivoire. Notons que cette radio, dans sa volonté de défendre la cause de l'homme politique, a souvent eu maille à partir avec les population abidjanaises.

 

En outre, madame Ouattara est titulaire de franchises Jacques Dessanges, des espaces très fréquentés, aux Etats-Unis et particulièrement à New York. Ces quelques structures qui ont été repérées, exerçant dans les secteurs les plus divers et ayant un lien direct ou indirect avec les Ouattara, leur permettent de blanchir des fonds provenant de pratiques illicites. Dans le même but, Dominique Nouvian a eu la géniale idée de créer l'association ''Children of Africa'' dont le siège est à New York avec des bureaux à Paris, dans les locaux de Aici.Sa et à Abidjan.

 

Cette structure humanitaire est un maillon essentiel dans le procédé assez complexe pour faire circuler, loin de tout soupçon, l'argent sale. Fait remarquable, indique le document des renseignements généraux français, c'est Dramane Ouattara en personne qui est le représentant légal de ''Children of Africa'' en France. Et comme par hasard ( ?) le compte principal de l'Ong est logé à la City Bank de New York.

 

Dans l'impossibilité de trouver des éléments de réponse à certaines questions relatives aux ramifications entre Aici.Sa, Children of Africa et l'homme politique ivoirien, la Dgse aurait décidé de poursuivre les investigations dans ce sens. Afin de mettre au grand jour les pratiques par lesquelles des fonds devant alimenter les caisses de l'Etat français lui échappent, par le bien de l'Ong.

 

Un Israélien comme homme lige

Renseignés sur le fonctionnement des paradis fiscaux et judiciaires, dotés de systèmes très complexes qui ont pour but d'empêcher la localisation de fonds d'origine illicites, les agents des services secrets français ont passé au peigne fin les opérations menées sur les différents comptes dont l'existence a été révélée.

 

Mais aussi toutes les actions menées sur des comptes soupçonnés d'avoir un lien direct ou indirect avec les Ouattara. Ils ont fini par se rendre compte, souligne une source, que Ouattara s'est offert les services d'un Israélien rompu aux arcanes de la haute finance. Du nom de Midale Simon, ce proche du couple, expert comptable ou avocat de formation, largement rémunéré pour ses services, est le patron visible de l'empire financier frauduleux des Ouattara.

 

Toujours entre deux avions, il est soit en déplacement pour exécuter les ordres de son employeur et séjourne régulièrement à Abidjan, Genève, Tel Aviv (Israël), dans les îles Caraïbes, dans les îles anglaises et aux Etats-Unis. L'Elysée et Matignon en sont persuadés, Midale Simon est le gestionnaire des avoirs de Alassane Ouattara dans les paradis fiscaux. Très discrets, les renseignements de l'Hexagone notent que l'homme a le profil de l'emploi et joue bien son rôle en tant que prête, nom. Mais pendant combien de temps encore Ouattara pourra-t-il continuer de se cacher derrière ses sociétés écrans et autres prête-noms pour continuer de ne pas payer des impôts au fisc français ?

 

Trois mois avant le coup d'Etat de 1999

Néanmoins, des indices existent, qui permettent d'établir un lien entre la fermeture du compte de Ouattara en France, le transfert de ses fonds dans les paradis fiscaux où la confidentialité sur les mouvements financiers est très rigide, et les événements marquants de la Côte d'Ivoire post Houphouët-Boigny. En octobre 1999, la guerre ouverte entre les héritiers Bédié et Ouattara atteint son point culminant.

 

En effet, courant juillet 1995, l'ancien premier ministre décide de quitter son poste de directeur général adjoint du Fonds monétaire international (Fmi). Il annonce son retour en Côte d'Ivoire où il compte disputer à Henri Konan Bédié le fauteuil présidentiel qu'il n'avait pu accaparer par la force à la mort de Houphouët-Boigny. Il s'en suit un mandat d'arrêt lancé contre lui par le pouvoir en place, pour ''faux sur l'identité et usage de faux documents administratifs''. Ouattara qui avait certainement mûri son idée avant d'annoncer son départ du Fmi ne se laissera pas pour autant intimider, lançant à maintes reprises des menaces à peine voilées à celui qui est aujourd'hui son allié dans le cadre du Rhdp.

 

''Lorsque je déciderai de frapper ce pouvoir, il tombera'', ne cessait-il de répéter. Le 24 décembre 1999, c'est chose faite. Bédié est renversé par le général Guéi et Ouattara se fait présenter comme étant le nouveau président de la République de Côte d'Ivoire dans l'avion qui le ramène de Paris où il vivait en exil. Les mois qui suivent, les Ivoiriens finiront par se rendre à l'évidence qu'il était le véritable commanditaire de ''la révolution des œillets'' version ivoirienne.

 

Le choix des paradis fiscaux pour loger ses avoirs en France dès octobre 1999, soit moins de trois mois avant l'entrée en scène du général Guéi et ses jeunes gens, n'était donc pas fortuit. Les renseignements généraux français qui avaient choisi jusque-là de fermer l'œil sur les activités des Ouattara indiquent même clairement dans leur rapport que ce sont ces fonds qui ont servi à fomenter le coup d'Etat. Et au- delà, la quasi-totalité des actes attentatoires à la sûreté de l'Etat, particulièrement le coup d'Etat manqué de septembre 2002 qui a engendré la rébellion. Avec le soutien de la France alors dirigée par Chirac qui vouait une haine viscérale à Laurent Gbagbo.

 

Enrichissement illicite !

Une manne, nous l'avons souligné, constituée parfois dans des conditions irrégulières et gardée dans les paradis fiscaux à travers le monde. Son passage à la tête du gouvernement entre 1990 et 1993 avait été déterminant pour l'ancien gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bceao) qui profitera de la maladie du président Houphouët-Boigny pour pomper les caisses de l'Etat.

 

Premier ministre et ministre de l'Economie et des Finances, les recettes des différentes régies financières, y compris le trésor public, convergeaient vers la Primature où le seul maitre à bord du navire Ivoire à cette époque, se servait à sa guise. Lui seul avait la maitrise du mécanisme mis en place pour la gestion de ces ressources. Une bonne partie de cet argent échappera totalement à l'Etat, transportée en Europe de façon régulière par l'ancien premier ministre.

 

Le prétexte était tout trouvé : l'hospitalisation du chef de l'Etat agonisant dans les hôpitaux français, puis en Suisse. Les fréquentes visites à son cheveu permettront, en tout cas, à Ouattara de disposer dans des comptes ouverts dans les banques européennes des centaines de milliards. Il avait pourtant été appelé à la rescousse par le vieux pour assainir les caisses de l'Etat.

 

Tous ces fonds ont été convoyés, nous le signifions, hors du pays et placés dans les paradis fiscaux. Avec les investigations menées par les renseignements français au sujet des Ouattara, on peut le dire, le voile se lève progressivement sur les origines des fonds dont Ouattara se sert pour mettre sans cesse à mal la sureté de l'Etat ivoirien depuis plus d'une décennie. Il se bat bec et ongles pour s'installer au palais présidentiel du Plateau. N'hésitant pas à combattre une rébellion qu'il a lui-même élevée contre la République.

 

Pourquoi maintenant ?

La célérité avec laquelle une enquête a été commanditée par le président français au sujet de Ouattara et son épouse soulève des interrogations. Surtout que Nicolas Sarkozy fut le témoin de mariage de Dramane Ouattara avec qui il a beaucoup d'amis en commun. A son arrivée à l'Elysée, le président du Rdr et le Rhdp avaient jubilé, voyant en Sarko celui qui viendrait parachever l'œuvre de Chirac.

 

Tout est parti du fait que l'opposant politique échappe aux fichiers des services des impôts de la France dont il se targue d'être un allié. C'est donc pour avoir le cœur net sur cette question, au moment où les élections approchent à grands pas en Côte d'Ivoire, que le président français instruit les services de renseignements français. Une tâche qui ne sera pas au-dessus des moyens des services secrets français qui avaient déjà mené pareille investigation sur Ouattara, du temps de la transition militaire du général Guéi Robert.

 

Le dossier avait été déposé en son temps sur la table de Jacques Chirac qui avait préféré le mettre dans le fond de son tiroir. Il est remis au goût du jour. Avec de nouvelles annotations qui tiennent compte de la réalité du moment. Et dont le contenu est clair sur le clair- obscur qui entoure les relations que Ouattara entretient avec la France. Sous le prétexte des visites donc au Bélier de Yamoussoukro dont l'état de santé préoccupait la nation tout entière, Ouattara fera sortir du pays des fonds énormes. Sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

 

Chaque semaine, il prenait la destination de l'Europe où il planquera son butin dans les paradis fiscaux. Des personnes qui ont participé à ces opérations de transferts de fonds et que nous avons pu rencontrer dans le cadre de nos investigations sont convaincues que ce sont des centaines de milliards qui ont été ainsi emportés entre 1993 et 1994. Le général Abdoulaye Coulibaly, (né à Adjamé, originaire de Banfora, Burkina, et non de Korhogo, contrairement à un autre Général Coulibaly de Korhogo, issu de la famille Gbon) qui était le pilote d'Houphouët-Boigny, à en croire ces témoins des faits dont certains travaillaient à Codival, est bien placé pour dire la destination de ces fonds.

 

Décembre 1993, Houphouët- Boigny décède ... mais Ouattara peut désormais jouir de la manne importante dont il dispose, logée dans les banques suisses, dans la principauté de Monaco, au Luxembourg... Avec la dévaluation, les montants emportés deviennent deux fois plus importants. Du simple au double.

 

Dans sa tentative de faire main basse sur le pouvoir par tous les moyens, y compris les coups d'Etat, il n'hésitera pas à s'en servir". "En dehors des fonds emportés des caisses de l'Etat, qui ont permis à Alassane Ouattara d'ouvrir des comptes dans les paradis fiscaux, Ouattara dispose de biens immobiliers et autres à travers le monde. Des biens acquis pour la plupart avec l'argent volé dans les caisses de l'Etat.

 

Avec le concours de Mme Dominique Nouvian Folleroux, la patronne de l'Agence internationale de la commercialisation immobilière (Aici) qui deviendra plus tard son épouse, de nombreuses réalisations du patrimoine de l'Etat passeront aux mains de Ouattara. Contre un franc symbolique ou moyennant des sommes en deçà de la valeur des biens ainsi frauduleusement acquis". Exemple : leur appartement du boulevard Suchet à Paris appartenait à Houphouët. "Hors de la Côte d'Ivoire, il faut dire que le leader du Rdr a acheté à des millions de dollars en Haiti une vaste plantation de canne à sucre. Cela, sur conseil de son parrain, feu Grégoire Yacé Philippe.

 

Aussi possède-t-il des bateaux commerciaux qu'il s'est offerts après son départ de la primature, qui lui rapportent énormément. Au Burkina Faso, il détient une cimenterie rachetée et qui n'est pas le seul bien à son actif dans ce pays. Mais c'est au pays d'El Hadj Oumar Bongo que se concentrent la plupart de ses biens. Un parc maritime et des biens de natures diverses à son nom sont dans ce pays de l'Afrique centrale où l'ex-chef de l'Etat Omar Bongo qui se présentait comme son parrain lui faisait de nombreuses faveurs.

 

Par ailleurs, le fonctionnaire international qui a des liens solides dans le milieu de la haute finance depuis Dakar, se livre au blanchiment d'argent. Ayant une parfaite maitrise des flux financiers à travers le monde, l'ancien premier ministre se sert de structures écrans pour se livrer à des activités pour le moins répréhensibles. Ainsi, derrière les actions de haute portée humanitaire dont l'Ong Children's of Africa, qui est une propriété de son épouse peut se vanter, circule de l'argent sale.

 

Le circuit que suit ce réseau est tellement complexe et bien pensé qu'il serait impossible à n'importe quel spécialiste de la lutte contre le blanchiment d'argent d'épingler l'Ong. De nombreuses sociétés exerçant dans les secteurs les plus divers, donc beaucoup d'affaires et de sous, se cachent en tout cas derrière le choix des Ouattara de s'adonner à une activité humanitaire. Outre Children's of Africa, il y a Jacques Desange. Et une autre structure comme l'International institute for Africa (Iia) basée à Washington, avec délusion entre Ouattara et cette société. Elle a été mise sur pied depuis son passage à la Primature et a pour mission essentielle de financer de façon subtile les activités subversives du leader politique et de faire du lobbying à son profit dans certains cercles.

 

Mais bien entendu, cette structure de droit américain tire ses revenus du recyclage de l'argent sale en provenance de pays sous embargo. A l'image du Liberia et de la Sierra Leone où la vente de diamant et d'or a été longtemps interdite par le conseil de sécurité de l'Onu. Au pays où il a vécu de longues années en tant qu'étudiant puis directeur général adjoint du Fmi, il a pu intégrer les réseaux mafieux de vente d'armes et c'est par des sociétés écran telles l'International institute for Africa (Iia) qu'il a armé sans discontinuer les auteurs des coups d'Etat à répétition qui déboucheront sur une rébellion après un énième échec en septembre 2002." Le président du Rdr dispose de plusieurs comptes dans les paradis fiscaux et des pays comme la France et les Etats-Unis où il a des intérêts.

 

En Suisse et à Luxembourg particulièrement, on dénombre au total six comptes où s'effectuent des opérations de diverses natures. Selon qu'il s'agisse d'une activité lucrative ou d'une autre se rapportant à ses activités politiques ou subversives. Dans ce dernier cas, c'est l'International institute for Africa (Iia) qui est actionnée. Cette structure qui est sa propriété comme nous l'avons déjà indiqué plus haut, détient un compte à la Dexia Banque internationale à Luxembourg sise à 69 rue d'Esch, L-2953 Luxembourg. ''Dexia Banque internationale à Luxembourg est une banque à vocation résolument européenne. Le compte de Alassane Dramane Ouattara dans cette banque date de juillet 1999.

 

Et le fait qu'il porte le nom de la société de droit américain ne doit pas étonné car il s'agit d'une société écran. Le vrai propriétaire du compte est bel et bien Alassane Ouattara comme ont pu le confirmer des hauts cadres de l'établissement bancaire qui ont réquis l'anonymat pour des raisons de confidentialité. A en juger par sa date de création, on se rend bien compte que c'est au moment où il démissionnait de son poste de directeur général adjoint du Fmi. Il annonça dans la même période son désir de rentrer en Côte d'Ivoire pour y prendre part à la vie politique. Surtout, il envisageait de se présenter à la présidentielle. Quelques mois après, soit en décembre 1999, alors qu'il venait de dire publiquement qu'il allait attenter à la sureté de l'Etat, une banale mutinerie emportera le pouvoir Bédié".

 

Dossier réalisé par

Safiatou Ouattara et Alain Pierre à Paris

 

Lien : http://www.directabidjan.com/voir_news.php?id=309

 

_______________________________________________________________________________

 

 

Lire aussi :


 

Vrai, ou faux ? En tous cas, explosifs ! "Les secrets de l'ascension des Ouattara"

 

 

Le couple Ouattara proche de la CIA, DSK, FMI ..

 

 

Le point de vue de Laurent Gbagbo... L'interview sur LCI

 

Ouattara "homme de main de l’impérialisme français". Tueries (vidéo)

 

http://www.partiantisioniste.com/communications/de-la-libye-a-la-cote-d-ivoire-la-colonisation-francaise-continue-0672.html

 

 

 

 

Résumé du premier lien 

(secrets de l'ascension des Ouattara)

 

 

LES SECRETS DE L'ASCENSION DES OUATTARA ENFIN REVELES

(selon le degré d'immobilisation/assujettissement à obtenir, on utilise généralement les réseaux de proxénétisme... Les magistrats sont toujours les premiers ciblés, par principe.  Ce stade étant visiblement accompli, en France et ailleurs... certaines 'performantes' relèvent de l'extraordinaire.  Mme ODO n'était pas unique à avoir oeuvré ainsi en Afrique.)

La seule question à se poser c'est "à qui va profiter le crime de cette guerre humanitaire en Côte d'Ivoire" (aux frais du contribuable français, évidemment) ?

Réponse : Vincent BOLLORE.

Qui figure parmi les beaux-frères de Vincent Bolloré, agissant pour les seuls intérêts du groupe d'investissement familial Bolloré  : 

Réponse : Gérard LONGUET

Et quel est le poste ministériel actuellement occupé par Gérard LONGUET... ?! (La Défense, note d'eva)

Pour quelle raison véritable il y aurait ces duels Rafales Fr contre Typhoons EU et F-35 USA dans les cieux libyens ?

Partant, tu reconstitues toutes les cartes de la donne de la "recolonisation" impérative et si nécessaire à la seule survie politique de CIArkozy.

Autre regard, autre point de vue sur un même dossier.
.

http://sos-crise.over-blog.com/article-ouattara-homme-de-main-de-l-imperialisme-fran-ais-tueries-video-71020173-comments.html#comment79864907
.
.
Posté sous réserve :
Je ne peux vérifier toutes ces sources.
On dit toujours : Pas de fumée sans feu.
Pour le reste, je laisse à chacun le soin
de poursuivre recherche et réflexion
(eva)

 

Afrique_Occupation_colonial.gif

 

Le partage de l'Afrique - XIXe - XXe siècle
Source Encyclopédie Wikipédia

http://www.memo.fr/article.asp?ID=CON_COL_004

 

 

 

 

 .

.
http://idata.over-blog.com/2/83/02/47//Migrants.jpg
http://idata.over-blog.com/2/83/02/47//Migrants.jpg
.
Les papillons et l'Occident
par eva R-sistons
.

Le racisme, aujourd'hui, est la chose qui se porte le mieux.  La plante est arrosée en abondance par un Sarkozy à l'affût des voix qui lui permettront de rebondir, au prix de perdre son âme (s'il en a une !) et de trahir les idéaux français, les valeurs fondamentales de la République. Le FN prospère sur le rejet de l'autre, hier juif, aujourd'hui arabe ou musulman, en tous cas étranger. La course à l'échalote commence, la droite et l'extrême-droite rivalisent pour capter les voix des mécontents de la mondialisation carnivore.  Les populismes font un carton en Europe - et partout. La peur de l'immigré, le rejet de la différence se banalisent.  Plus les choses vont mal, plus la quête de boucs-émissaires est à la mode. On a les modes que l'on peut ! 

 

En même temps, l'Occident fait miroiter son modèle de vie, son consumérisme, alors les papillons viennent se brûler, quand ils ne se noient pas dans la mer en tentant d'accoster sur la terre promise. Aujourd'hui encore, trois cents candidats au "bonheur" européen ont perdu la vie au large du mirage de l'Occident. Fuite de la misère, quête du modèle de vie occidental, essai d'échapper à la colère des dictateurs chancelants. Les Parlementaires, à Bruxelles, ont observé une mn de silence en apprenant le rêve brisé des candidats au "bonheur" européen. Une vague d'immigrants succèdera à l'autre.

 

Choc de trois événements, télescopage de trois drames : Celui du navire qui se perd avant d'avoir atteint la terre promise, celui des victimes noires de l'appétit de l'Occident pour le désert libyen si riche en pétrole et si pauvre, tant que Kadhafi y règne, en marionnettes dociles, enfin celui des sacrifiés du choix nucléaire.

 

Car aujourd'hui, tandis que des migrants se noient avant même d'avoir entrevu une quelconque espérance de mieux-être, d'autres ne peuvent même pas quitter la Libye en proie aux sollicitudes intéressées de l'Occident. Voici, ci-joint, le drame des soutiers noirs en Libye. Et dans la foulée, voici une autre tragédie, au Japon cette fois : Celle des "Tsiganes du nucléaire",  des malheureux appâtés par la promesse d'un travail, et qui deviennent radio-actifs avant même d'avoir touché le bol de riz promis. Demain, d'autres les remplaceront. Ainsi va la vie sur notre planète modelée par les adorateurs de Mâmon : Une petite minorité se repaît du malheur des peuples. Le sang des hommes n'a pas fini de couler pour que les puissants prospèrent à l'ombre des cocotiers....

 

Solidarité universelle, où es-tu ?

 

http://kobason.files.wordpress.com/2011/04/refuge.jpg?w=600&h=330
http://kobason.files.wordpress.com/2011/04/refuge.jpg?w=600&h=330

http://www.camer.be/UserFiles/Image/Logo_Soli_Universelle291110.jpg


Libye : Le calvaire des "soutiers" noirs (migrants noirs)
.

Dans la soute des « rentiers du pétrole » en Libye, il y avait, jusqu’il y a peu, un million et demi d’Africains noirs, se partageant les tâches les plus ingrates avec des Asiatiques, parmi lesquels de nombreux ressortissants des Philippines.

 


Employés dans le secteur de la construction, l’agriculture, l’industrie pétrolière, les services, ces migrants représentaient un volant de main d’œuvre aussi utile que soumis aux aléas de la conjoncture économique ou politique. La plupart des étrangers d’origine asiatique ont réussi à fuir dans les premiers jours du soulèvement, souvent aidés par leurs gouvernements respectifs.


Les Africains noirs, eux, ont été pris dans un double piège :  dans les zones demeurées sous le contrôle de Kadhafi, beaucoup ont été enrôlés de force. D’autres, qui tentaient de fuir vers la Tunisie ou l’Egypte, ont été stoppés à la frontière et refoulés sans ménagements: le printemps arabe s’arrête encore à la couleur de la peau. Nigériens, Tchadiens, Maliens, et même Soudanais ou Erythréens ont alors emprunté la « route du désert » à bord de camions vétustes les menant vers Agadez au Niger ou Tombouctou au Mali.


Dans les zones passées sous le contrôle des insurgés, la situation de ces migrants est pire encore : à cause de leur peau sombre, ils ont été         assimilés à des mercenaires, des infiltrés oeuvrant pour le compte du dictateur et certains d’entre eux ont été exécutés par les rebelles sans autre forme de procès. D’après les journalistes présents à Benghazi, nombreux sont les Africains noirs –ou même les Libyens à peau sombre, originaires d’oasis comme Koufra- qui vivent aujourd’hui terrés, sans oser sortir, craignant d’être lynchés.


La situation dramatique de ces Africains noirs n’est pas nouvelle : c’est en arrêtant leur errance sur la rive sud de la Méditerranée, en les empêchant d’embarquer vers l’ Italie, que le colonel Kadhafi s’était attiré les faveurs de Berlusconi et, plus largement, l’indulgence des maîtres de la forteresse Europe…


En outre, cette population extrêmement vulnérable a toujours été soumise au bon vouloir des autorités libyennes elles mêmes. L’écrivain Tidiane Diakité, dans son ouvrage  « 50 ans après l’Afrique » (1) rappelle qu’au début des années 2000, frappée par sept années de sanctions internationales, la Libye décida d’expulser sans ménagements 500.000 Tchadiens, 450.000 Soudanais, 20.000 Maliens, 17.000 Mauritaniens,  en plus de d

izaines de milliers d’Algériens et de Tunisiens et de 1,5 millions d’Egyptiens.


Par la suite, Antonio Guterres, le Haut Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, devait qualifier d’ « effrayante » la situation des immigrés en Libye. Il soulignait, en 2009, que même si le colonel Kadhafi était le président en exercice de l’ Union  africaine et s’était proclamé le « roi des rois » du continent, chaque année, plus de 10.000 Africains, subsahariens ou maghrébins étaient expulsés après avoir été parqués dans des centres de détention et privés de tous leurs droits.


Quant à ceux qui étaient autorisés à rester dans le pays, leur sort n’était pas plus enviable pour autant : ils étaient privés de passeport, retenus par leur employeur, sous payés ou rémunérés de manière arbitraire. En outre, ils ne disposaient d’aucun document régularisant leur séjour et d’aucun recours en cas de mauvais  traitement…


En 2004, le  Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale accusa la Libye de ne pas avoir mis en place les mécanismes de prévention des actes racistes.


Les comportements individuels des Libyens « de souche » ont toujours été en phase avec cette indifférence officielle : au racisme ordinaire se sont ajoutées, à plusieurs reprises, des émeutes ciblées. C’est ainsi qu’en 2000, des dizaines de travailleurs migrants, originaires  du Soudan, du Niger, du Burkina Faso, du Tchad, du Nigeria, du Cameroun furent visés par des émeutes, les manifestants reprenant l’antienne officielle accusant ces « Noirs » d’être à l’origine de la montée de la violence et du trafic de drogue.


Les rebelles d’aujourd’hui et leurs alliés occidentaux ont peut- être oublié l’histoire. Mais les Africains noirs, même si leurs  dirigeants ont toujours accepté l’argent de Kadhafi, savent aussi que, jusqu’en 1910, c’est dans le port de Benghazi qu’arrivaient les caravanes  chargées d’esclaves noirs capturés dans le Waddai, au Tchad…

Tidiane Diakité, 50 ans après, l’Afrique, éditions Arléa, 2011,  310 pages

 

http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2011/03/30/libye-le-calvaire-des-soutiers-noirs/

 

http://www.lesmotsontunsens.com/libye-le-calvaire-des-soutiers-noirs-10240

 ..

 

http://www.echoslogiques.com/liquidateurs.JPG

http://www.echoslogiques.com/liquidateurs.JPG.

 

Liquidateurs :

Les esclaves du nucléaire

 

http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/japon-les-clochards-du-nucleaire_978891.html

 

Par Mathieu Gaulène, publié le 02/04/2011 à 16:32, mis à jour à 17:20



80% des travailleurs du nucléaire au Japon sont en fait des sous-traitants,  recrutés parmi les couches les plus paupérisées de la population japonaise. Enquête sur les "gitans du nucléaire".


En plus d'une forte radioactivité qui les condamne à mort à brève échéance,

les quelques 500 liquidateurs de Fukushima

doivent travailler dans des conditions
atroces et inhumaines. Ils recevraient seulement deux repas par jour, des
biscuits le matin et du riz le soir, un maximum d'un litre et demi d'eau par
personne, et dormiraient sur des nattes de plomb, à même le sol. Dans ces
conditions, un patron confiait au journal Asahi qu'il ne pensait plus "pouvoir
trouver d'autres salariés qui accepteraient d'y aller."

http://www.20minutes.fr/article/696895/planete-fukushima-insupportable-quotidien-liquidateurs-centrale-nucleaire


Dans le journal tokyoïte Tokyo Shimbun, un ancien travailleur sous-traitant de
Fukushima Daiichi ne cache pas sa colère au sujet des trois ouvriers

contaminés aux jambes. Sur les trois irradiés, deux n'étaient

même pas chaussés de bottes.

http://www.tokyo-np.co.jp/article/national/news/CK2011032602000026.html?ref=rank



Qui sont ces travailleurs du nucléaire et comment sont-ils recrutés?
Bien que les centrales possèdent leurs propres employés, environ 80% des
travailleurs du nucléaire au Japon sont en fait des sous-traitants, recrutés
parmi les couches les plus paupérisées de la population japonaise. Ces
travailleurs pauvres et non qualifiés effectuent pour quelques jours, parfois
quelques semaines, les tâches les plus dangereuses au coeur des centrales
nucléaires. Parce qu'ils se déplacent de centrale en centrale,

on les appelle au Japon les "gitans du nucléaire" (genpatsu jipushi),

du nom d'un livre de Kunio Horie publié en 1984.

http://www.tokyo-np.co.jp/article/national/news/CK2011032602000026.html?ref=rank



En France, où la sous-traitance dans le nucléaire est en plein développement,
l'expression utilisée dans le jargon des employés d'EDF pour les désigner est
moins poétique mais plus explicite: la "viande à rems".

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-bagnards-du-nucleaire_974084.html


Sur le modèle de Toyota, les entreprises nippones ont recours depuis très
longtemps à la sous-traitance, notamment dans la construction. Et les
intermédiaires servant au recrutement des travailleurs journaliers sont bien
souvent les yakuzas.

Sur le site de l'ANPE japonaise "Hello Work", on trouve aisément

diverses offres d'emploi de ce type, comme une offre par exemple

pour travailler à la centrale de Fukushima Daiichi et Daini

pour trois mois, du 3 février au 30 avril 2011.

http://job.j-sen.jp/hellowork/job_3373229/



Le descriptif des travaux à effectuer est sommaire: tâches d'inspection,
d'électricité et de soudure. "Aucun diplôme, aucune qualification ni aucune
expérience n'est exigé", est-il précisé. L'embauche est faite au nom d'une
petite entreprise de sous-traitance spécialisé

dans la maintenance de centrale nucléaire.

Le salaire: 10 000 yens par jour, soit 83 euros.

Un reportage d'El Mundo révélait en 2003 que la centrale

de Fukushima Daiichi allait jusqu'à recruter des sans-abris

dans les parcs de Tôkyô.

http://www.elmundo.es/cronica/2003/399/1055060977.html
http://job.j-sen.jp/hellowork/job_3373229/



Depuis la récession au début des années 1990,

tous les parcs des grandes villes
se sont transformés en véritable campement,

avec de multiples abris de fortune
faits de bâches bleues.

C'est ici que les sociétés de sous-traitance souvent
détenues par des yakuzas, envoient leurs recruteurs à la recherche de
travailleurs journaliers. Dans le cas de la centrale de Fukushima Daiichi,

on expliquait à ces travailleurs pauvres qu'il s'agissait d'un emploi de
"nettoyeurs". Puis envoyés à 200 km de Tokyo, ils réalisaient

au dernier moment qu'il s'agissait de travailler

au coeur d'un réacteur nucléaire.


Depuis, des panneaux d'avertissements

ont été installés dans les parcs à Tokyo:
"N'accepte pas ce travail, il te tuera!". Mais en trente ans, ce sont des
milliers de travailleurs pauvres, de travailleurs immigrés et de sans-abris qui
se sont relayés dans ces centrales, au péril de leur vie. Certains tentent de
faire reconnaître leurs maladies dues à l'exposition à la radioactivité. La
famille Shimahashi fut la première à gagner un procès pour maladie
professionnelle: leur fils, Nobuki, après 8 huit ans de travail dans la centrale
nucléaire d'Hamaoka était mort à 29 ans d'une leucémie.

Ce cas pourrait être l'arbre qui cache la forêt:

d'après un rapport du docteur Fujita, professeur de
physique de l'université de Keiô,

il y aurait entre 700 et 1000 "gitans du nucléaire"

qui seraient déjà morts et des milliers atteint de cancers.

Dans ces conditions, les liquidateurs supposés "volontaires"

de Fukushima, dont on souligne volontiers le courage,

pourraient être des "héros" bien malgré eux du désastre nucléaire.

.

 

Michel Martelly, "candidat du peuple"... et du système

Michel Martelly a estimé ce jeudi que la voix des électeurs avait été entendue, après l'annonce de sa qualification pour le second tour de l'élection présidentielle prévu le 20 mars, évoquant une "victoire pour le peuple".  - REUTERS/Kena Betancur

.

 

Qui est le nouveau Président d'Haîti ?

Inquiétant !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 14:30
 

Les+3+cons.PNG

En coulisses, et désormais sans témoins,
reprise en mains des révolutions populaires
par l'Elite, la mafia au sommet !

par eva R-sistons

 

 

Reprise en mains des événements,

téléguidage de l'Etranger !

Massacres en vue ?

Tortures, liquidation des opposants

selon les directives des "démocrates" occidentaux ?

Les Médias ont changé de stratégie, sur ordre :

L'Egype passe sinon au dernier rang,

du moins ne fait-elle plus la Une,

une manière de nier la révolution, de l'étrangler,

et d'aller vers une nouvelle étape :

Faire oublier ce conflit

pour mieux l'étouffer dans le sang sans témoins.

Significatif : On informe sur le Niger,

le Soudan, le Tchad, la Côte d'Ivoire etc,

l'ordre vient d'en haut !

 

L'Occident est prêt à provoquer une "Shoah" planétaire

pour défendre le mode de vie de ses privilégiés,

pour monopoliser, contrôler, dominer

pays, peuples, ressources à son seul profit !

Les contorsions des diplomaties européennes

ou américaines, sont grotesques !

 

La Hillary Clinton parle de transition

dirigée par ... le Vice Président, Suleiman,

l'homme fort au service de l'Occident,

elle parle de "transparence" alors que tout est opaque

et se décide en coulisses,

elle parle d'élections en septembre

"cela prend du temps",

en effet, pour mieux désamorcer la colère du peuple

et reprendre la situation en mains !

 

Un Chercheur de l'Iris, sur France24, analyse :

"Suleiman incarne la continuité

(ce dont, justement, ne veulent pas les résistants égyptiens,

- note d'eva),

il rassure les puissances occidentales

car il MAINTIENDRA les positions géo-stratégiques

alignées sur les Etats-Unis"

(chut, et sur Israël !, note d'eva)

  

Tout est noyauté par l'Occupant de la Palestine

qui orchestre la politique mondiale

contre les peuples,

à travers les marionnettes dans le monde,

entre autres américaines, anglaises ou françaises !

 

Une campagne commence contre la Chine,

avec un BHL par exemple,

on évoque la Place Tian'anmen

- pour détourner l'attention

des massacres de l'Occident dans les pays arabes,

- pour inciter les Chinois à s'en prendre à leur Régime,

travaillés de l'intérieur

(l'Occident n'a plus les moyens de bombarder partout),

- et finalement pour préparer l'Opinion

à l'attaque future de la Chine !

 

Et par exemple, voici la Une d'un magazine :

"Comment la Chine envahit l'Europe",

la Chine présentée comme adversaire, prédatrice,

alors qu'elle profite d'un vide,

celui de l'échec du capitalisme anglo-saxon !

Et que le vrai prédateur planétaire est occidental !

 

La transition ? Une imposture !

Les réformes démocratiques ?

Un os jeté aux peuples pour qu'ils le rongent,

des miettes pour perpétuer l'essentiel :

La confiscation des ressources de la planète !

 

"Moubarak espère s'assurer une sortie honorable

avec l'aide de .. l'Armée",

autant dire dans le sang.

Dictateur jusqu'au bout !

 

Les marionnettes au service des USA et de l'Occident

vont continuer à sévir, à priver les peuples de leur liberté,

à torturer, à blesser, à asservir, à liquider !

 

L'Occident a déclaré la guerre aux peuples

pour sauver ses privilèges

et perpétuer son hégémonie mortelle !

 

Les choses sont claires :

Face à face les assassins des peuples,

et les peuples luttant pour leur libération !

 

Alerte, citoyens ! Le massacre des résistants arabes

va se faire dans le silence,

sans témoins, l'Occident est la plaie de l'humanité !

 

Votre eva R-sistons à l'intolérable

http://r-sistons.over-blog.com

 

21398.jpg

L’ordre occidental impérial : Stratégie d’attribution des prix Nobel

Chems Eddine Chitour - http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21398


Le gouvernement égyptien prépare-t-il un massacre ?

 

Depuis plusieurs jours, les forces de l’ordre égyptiennes s’en prennent
systématiquement aux observateurs étrangers, aux journalistes, aux chercheurs
universitaires, au personnel diplomatique, à tous les Occidentaux…

Dans la caserne centrale de la police, plusieurs dizaines d’étrangers,
majoritairement des Européens, sont incarcérés, les yeux bandés, conduits en
files par les officiers du régime.

Officiellement, le gouvernement d’Hosni Moubarak dénonce l’ingérence de
puissances étrangères qui viseraient à déstabiliser l’Egypte. Le nouveau
vice-président, Omar Souleiman, a ainsi accusé à demi-mots Israël, les
Etats-Unis et l’Union européenne de vouloir provoquer la chute du président
Moubarak.

Propos absurdes, alors que, malgré les déclarations de pure forme (et dès
lors des plus timides) de la Maison blanche et de la Commission européenne,
l’Egypte de Moubarak demeure la carte maîtresse de l’Occident au sein du
monde arabo-musulman. Tandis qu’Israël ne cache même pas son inquiétude et
soutient ouvertement Hosni Moubarak, qui lui assure la sécurité sur sa
frontière occidentale.

Et l’Iran, seule, appelle, sans ambiguïté, au départ du président
égyptien…

Cela étant, la ligne officielle du gouvernement égyptien repose sur
l’affirmation que les événements actuels ne sont en aucun cas le fait de la
volonté populaire, mais le résultat de manœuvres étrangères.

En conséquence, tous les étrangers sont pris à partie et pourchassés.
Certains parlent de véritables rafles.

Que la propagande officielle, à l’intention des masses populaires, use de
cette parade, c’est de bonne guerre. Par contre, que la police procède avec
zèle aux arrestations des étrangers et leur inflige coups, humiliations et
blessures, cela pose question.

Pourquoi cet acharnement des pro-Moubarak à l’encontre des journalistes en
particulier, mais aussi de tous les non-Egyptiens, alors que les gouvernements
états-unien, européens et israélien soutiennent le régime actuel ?

Ne serait-ce pas que le gouvernement tenterait de se débarrasser de la presse
et de faire déguerpir tous les observateurs ?  

Et ce, tandis que l’armée soutient de plus en plus ouvertement les
pro-Moubarak, en leur ouvrant la voie pour s’attaquer aux manifestants, en
confisquant les médicaments destinés aux blessés de la Place de la
libération, en appelant les gens à rentrer chez eux…

Le gouvernement Moubarak, qui, jusqu’à présent, pratique la politique du
pourrissement et mise sur l’essoufflement de la mobilisation populaire, est-il
en train, à tout le moins, « d'envisager » une autre option, celle d'une
répression totale? Un massacre? Avec l'intervention des chars de l'armée?
Sur le modèle chinois? Avec la bénédiction des Etats-Unis et d’Israël.

D'où la nécessité, une fois internet et la téléphonie cellulaire
coupés, de faire partir les médias étrangers, de se débarrasser des
témoins... Pas de caméra, pas d'image, pas de sujet à la télévision.

En Tunisie, ils ont choisi de leur faire croire que tout allait changer; en
Egypte, vont-ils les tuer ?


Pierre PICININ
Professeur d’histoire te de sciences politiques

Lien :
http://pierre.piccinin-publications.over-blog.com/pages/Le_gouvernement_egyptien_preparetil_un_massacre_-4555457.html
http://www.alterinfo.net/Le-gouvernement-egyptien-prepare-t-il-un-massacre_a54828.html


.
Samedi 5 Février 2011

Un article de Robert Fisk - 5 février 2011 - Site de Sylvia Cattori

 

Epuisés et craignant pour leur vie,
les manifestants préparent
la succession du régime Moubarak
En un jour de drame et de confusion au Caire,
les opposants au régime de Moubarak
proposent un nouveau type de politique

 

 

Exhausted_texte.jpg

 

Les manifestants en Egypte ont prouvé que les protestations pouvaient être organisées et se poursuivre indépendamment des interruptions sur les réseaux Internet et téléphoniques (Photo : CC - darkroom productions)


Enfermés hier à l’intérieur d’un cordon de troupes de l’armée et de bobines de fil de fer barbelé - une protection demandée par Washington autour des manifestants de la place Tahrir - des dizaines de milliers de jeunes Egyptiens qui exigent le renversement d’Hosni Moubarak ont pris leur première initiative concrète en termes de mesures politiques pour créer la nouvelle nation qui va remplacer le gouvernement corrompu qui les a dominés pendant 30 ans.

Assis sur les trottoirs jonchés de débris, au milieu des déchets et des pierres brisées d’une semaine de combats de rue, ils ont dressé une liste de 25 personnalités politiques devant négocier pour mettre en place une nouvelle direction politique et une nouvelle constitution afin de remplacer le régime de Moubarak en pleine décrépitude.

Cette liste comprend Amr Moussa, le secrétaire général de la Ligue arabe - qui a la confiance des Egyptiens - le prix Nobel Ahmed Zuwail, un Egyptien-américain qui a conseillé le président Barack Obama, Mohamed Selim Al-Awa, un professeur et auteur d’études islamiques qui est proche des Frères musulmans, et le président du parti Wafd, Saïd al-Badawi.

Les autres nommés pour le comité, lequel devrait rencontrer le vice-président égyptien Omar Suleiman dans les 24 heures, sont Nagib Suez, un important homme d’affaires du Caire (impliqué dans les systèmes de téléphonie mobile verrouillés par Moubarak la semaine dernière), al Nabil-Arabi, un délégué égyptien de l’ONU, et même le chirurgien cardiaque Magdi Yacoub qui vit maintenant au Caire.

La sélection - et l’organisation de fortune par les manifestants de la place Tahrir d’un collège d’« électeurs » sous Facebook et Twitter - n’a pas été confirmée, mais elle marque la première tentative sérieuse pour transformer les massives manifestations de rue des sept derniers jours en un projet politique qui voit l’avenir au-delà du renversement du président unanimement détesté.

Les premières tâches du comité seront d’élaborer une nouvelle constitution égyptienne et un système électoral qui empêcheraient l’escroquerie d’un président à vie à travers des élections frauduleuses comme l’a fait Moubarak. Pour éviter cela, les présidents égyptiens serait limités à deux mandats consécutifs, et le mandat présidentiel serait réduit de six à quatre ans.

Mais tous ceux qui participent à cette initiative n’ont aucun doute sur l’avenir sombre qui les attend si leur courageuse incursion dans la politique échoue. Il y avait plus de snippers autour de la place Tahrir au cours de la nuit - un ingénieur, un avocat et un autre jeune homme ont été assassinés - et des policiers en civil ont à nouveau été démasqués sur la place. Il y a eu encore quelques batailles avec jet de pierres au cours de la journée, malgré une présence militaire considérablement accrue, et la plupart des manifestants craignent que si les troupes quittent la place, ils soient immédiatement arrêtés, ainsi que leurs familles, par le cruel appareil de la sécurité d’Etat de Moubarak.

Il y a déjà d’inquiétantes informations à propos de manifestants qui ont osé retourner chez eux et qui ont disparu. L’écrivain égyptien Mohamed Fadel Fahmy, qui est impliqué dans les discussions du comité, a peur pour lui-même. « Nous sommes en sécurité tant que nous sommes sur la place, » m’a-t-il m’a dit, en me poussant à publier son nom comme un symbole de la liberté qu’il réclame. « Si nous perdons la place, M. Moubarak arrêtera tous les groupes d’opposition - et il y aura le règne de la police comme jamais auparavant. En fait nous nous battons pour nos vies... »

La police dispose maintenant de longues listes de noms de manifestants qui ont donné des interviews aux télévisions ou ont été cités dans les journaux, dans les messages Twitter et les pages Facebook.

Les manifestants ont assisté à des divisions croissantes entre l’armée égyptienne et les voyous du ministère de l’Intérieur, dont les sbires ont échangé des tirs avec des soldats il y a trois jours, tandis qu’ils continuent d’occuper le bâtiment dans le sous-sol duquel des chambres de torture restent intactes. Ce sont les mêmes salles remplies d’horreur où les prisonniers « restitués » par l’Amérique ont été envoyés pour un traitement « spécial » aux mains des tortionnaires sadiques de Moubarak - une autre faveur qui liait le régime égyptien aux États-Unis comme allié de « confiance ».

Un autre jeune homme impliqué dans le comité de sélection a admis qu’il n’avait pas confiance en Omar Suleiman, l’ex-patron du renseignement et négociateur avec Israël et avec les Palestiniens, que Moubarak a nommé cette semaine. Suleiman qui, soit dit en passant, a pris la responsabilité de vouloir faire retomber toute la crise sur la presse étrangère - une façon vicieuse autant que malhonnête d’exercer ses premiers jours de pouvoir. Pourtant, il a habilement manipulé les manifestants de la place Tahrir en leur assurant une protection armée.

En effet, hier matin, nous avons eu le choc, nous tous qui étions debout sur le côté ouest de la place, de voir un convoi de 4x4 aux vitres noircies soudainement émerger depuis les jardins voisins du Musée égyptien, s’arrêtant en face de nous et immédiatement entouré d’une garde prétorienne de soldats aux bérets rouges et d’une débauche d’agents de sécurité tenant des fusils à lunette. Puis, émergeant du véhicule situé au milieu de tout cela, est apparu le feld-maréchal Mohamed Tantawi Hussein, le chef de l’armée égyptienne et un ami de tous temps de Moubarak, portant un képi vert et les insignes de général sur ses épaules.

Il y avait là un visiteur à vous couper le souffle, agitant brièvement les manifestants qui s’étaient massés près du cordon militaire pour assister à cette arrivée extraordinaire. La foule rugit. « L’armée égyptienne est notre armée », criaient-ils à l’unisson. « Mais Moubarak n’est pas à nous. » C’était un message pour Tantawi pour qu’il le communique à son ami Moubarak, mais sa visite a été en elle-même un puissant symbole politique. Bien que Moubarak puisse éructer à propos « des mains étrangères » derrière les exigences pour son renversement, et malgré tous les mensonges que Suleiman peut proférer face à des journalistes étrangers à ce sujet, Tantawi montrait que l’armée avait pris sa mission de protéger les manifestants au sérieux. La récente déclaration militaire qu’il ne serait jamais fait usage des armes contre ceux qui veulent détrôner Moubarak - puisque leurs griefs étaient « légitimes » - a été publiée avec l’aval de Tantawi. C’est pourquoi les manifestants croient - mais naïvement et dangereusement - dans l’intégrité de l’armée.

Sont remarquablement absents de la liste des personnalités proposées pour le comité, Mohamed ElBaradei, l’ancien responsable des inspecteurs de l’ONU et lauréat du prix Nobel, et des membres des Frères musulmans, les spectres « islamistes » que Moubarak et les Israéliens ont toujours agités sous le nez des Américains pour les convaincre de conserver le vieux Moubarak au pouvoir.

L’insistance de la Confrérie [des Frères Musulmans] de ne pas se joindre à des pourparlers avant le départ du président Moubarak, et leur soutien à ElBaradei dont les propres ambitions présidentielles sont faibles (de nature « transitoire ») et ne se s’imposent pas aux manifestants - l’excluent de fait. Suleiman a malicieusement invité les Frères à le rencontrer, en sachant qu’ils ne le feront pas jusqu’à ce que Moubarak ait disparu.

Mais la proposition que al-Awa soit présent sur la liste du comité - ainsi que l’intellectuel islamiste Ahmed Kamel Abu Magd - veillera à ce que leurs points de vue soient inclus dans les discussions avec Suleiman. Ces discussions traiteraient également des droits civils et constitutionnels et d’une clause spéciale pour permettre que Suleiman gouverne temporairement l’Egypte parce que « le Président est empêché d’exercer ses fonctions ».

Moubarak serait autorisé à demeurer en Egypte à condition qu’il ne joue aucun rôle - publiquement ou secrètement - dans la vie politique du pays. Il est considéré comme un adversaire encore féroce qui n’hésitera pas à décapiter l’opposition s’il reste en mesure de le faire.

« Il est de la vieille école, comme Saddam Hussein et Arafat, et ces deux derniers jours il a montré son vrai visage », a déclaré un autre partisan du comité hier. « Il est l’homme derrière les attaques contre nous et les assassinats par balles. »

Mohamed Fahmy sait ce que cela signifie. Son propre père a été en exil hors d’Egypte pendant sept ans - après avoir voulu organiser des manifestations identiques à celles à laquelle nous avons assisté aujourd’hui - pour se débarrasser de l’empire Moubarak.

 

Robert Fisk
The Independent
5 février 2011.

 

Traduit de l’anglais par Abd al-Rahim :
http://www.info-palestine.net/article.php3 ?id_article=10114

Texte original en anglais :
http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/fisk/robert-fisk-exhausted-scared-and-trapped-protesters-put-forward-plan-for-future-2205079.html

 

.

§§§§§

 

( 12 ème journées ) Suite des évènements sur 20minutes.fr

” En cas de départ de Moubarak et de la formation d’un gouvernement de transition, les “Frères musulmans” réclameront l’annulation de l’Accord de paix avec Israël”, c’est ce qu’a affirmé l’un des hauts responsables de ce mouvement, Reshad Al-Bayoumi, dans une interview avec la télévision japonaise. “Après avoir contraint Moubarak à quitter le pouvoir, les “Frères Musulmans” participeront avec d’autres groupes au gouvernement de transition”, a-t-il ajouté, avant d’indiquer que son mouvement était opposé à l’Accord de paix signé entre l’Egypte et Israël. “En cas de la formation d’un gouvernement de transition, cet accord doit être annulé”, a-t-il souligné. http://french.irib.ir

13h29: Les trois journalistes et le chercheur français disparus ont été retrouvés
Faisant part de son «grand soulagement», Michèle Alliot-Marie a annoncé ce samedi que le chercheur et les journalistes français avaient pu être retrouvés sains et saufs en Egypte. Dans un communiqué, elle indique avoir joint par téléphone vendredi le ministre des Affaires étrangères égyptien Ahmed Aboul Gheit. Michèle Alliot-Marie «lui avait demandé que tout soit mis en œuvre pour que nos ressortissants soient localisés et remis immédiatement en liberté». La ministre «lui avait également fait part de sa grande émotion après le récit de certains journalistes français qui ont subi des pressions et des violences tout à fait inacceptables».

La vie quotidienne commence à se roder sur la place Tahrir au Caire. Le ravitaillement s’organise, et la présence de l’armée assure aux manifestants anti-Moubarak une protection contre les partisans du dictateur egyptien.

 

 

 

 

13h25: Des subventions débloquées pour financer l’achat de blé
L’Egypte a débloqué 1,5 milliard de livres égyptiennes (189 millions d’euros) pour financer des achats de blé, a annoncé ce samedi le ministre des Finances Samir Radouane à l’agence de presse offiielle Mena. Cette décision porte à 2,8 milliards de livres (352 millions d’euros) les sommes débloquées depuis deux jours pour de tels achats. La forte hausse des prix alimentaires est revenue sur le devant de la scène avec le renversement du président Zine ben Ali en Tunisie le mois dernier, dont elle a été un des éléments déclencheurs. L’inflation des prix alimentaires est aussi une des causes des manifestations en Egypte et en Jordanie.

12h52: La Bourse du Caire reste fermée
La Bourse du Caire ne rouvrira pas lundi, contrairement à ce qui avait été annoncé il y a quelques jours, a indiqué ce samedi une source autorisée dans la capitale égyptienne. La reprise des opérations sera annoncée quarante-huit heures avant la date fixée, a ajouté la même source. La Bourse du Caire est fermée depuis le 27 janvier en raison des manifestations organisées par l’opposition pour obtenir le départ du président Hosni Moubarak.

12h48: Le vice-président égyptien n’a pas été victime d’une tentative d’assassinat
Omar Souleimane n’a nullement été visé par une tentative d’assassinat, contrairement à ce qu’a affirmé la chaîne de télévision américaine Fox News, a assuré ce samedi une source proche des services de sécurité égyptiens. Fox News avait rapporté peu auparavant qu’une tentative d’assassinat contre le vice-président avait échoué mais que deux de ses gardes du corps avaient été tués.

12h17: Hillary Clinton évoque une «véritable tempête»
Le Proche-Orient fait face à une «véritable tempête» et les pouvoirs en place doivent mettre rapidement en oeuvre des réformes démocratiques, a déclaré ce samedi la secrétaire d’Etat américaine. «Le statu quo n’est pas tenable», a-t-elle dit lors de la conférence sur la sécurité de Munich, évoquant le «puissant mouvement qui a poussé les manifestants dans les rues de Tunis, du Caire et d’autres villes de la région».

12h15: Un haut dignitaire saoudien dénonce les manifestations en Egypte
Le plus haut dignitaire sunnite d’Arabie saoudite, le cheikh Abdoul-Aziz al Cheikh, considéré comme proche des autorités du royaume, a dénoncé les manifestations antigouvernementales en Egypte, en Tunisie et dans d’autres pays arabes. Pour le grand mufti saoudien, ces mouvements sont les conséquences d’un complot des ennemis de l’islam afin de semer le désordre dans les pays musulmans, rapporte ce samedi la presse saoudienne.

11h36: David Cameron souhaite une transition rapide
Le Premier ministre britannique a plaidé samedi pour une transition rapide en Egypte car retarder le processus démocratique ne ferait selon lui qu’aggraver les désordres et aboutir à une situation déplaisante pour l’Occident. «Il n’y a pas de stabilité en Egypte. Pour l’avoir, il faut le changement, la réforme et la transition», a-t-il dit lors de la conférence sur la sécurité organisée à Munich, en Bavière. «Plus on attend, plus il est probable qu’on risque d’avoir un jour affaire à une Egypte qui ne nous plaira pas», a-t-il poursuivi.

11h26: Angela Merkel ne veut pas d’élections trop rapides
La chancelière allemande ne pense pas qu’il faille organiser trop rapidement des élections en Egypte, où des manifestations pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak se poursuivent depuis douze jours. «Des élections anticipées au début du processus de démocratisation, ce serait probablement une mauvaise approche», a-t-elle dit ce samedi lors de la conférence sur la sécurité organisée à Munich, en Bavière.

 

http://www.islamenfrance.fr/2011/02/05/suivre-en-direct-les-derniers-evenements-en-egypte-%E2%80%A6-9-eme-jour/

 

 

9654319477jp93ed-d6d53.jpg

http://www.legrandsoir.info/Vive-la-glorieuse-Revolution-arabe-de-liberation-nationale.html 

Vive la glorieuse Révolution arabe de libération nationale !

 

   

Lire aussi :

 

Alerte !

  Al-ManarTV :: Actualités  n'est plus atteignable !!!! Censure  des "démocraties" occidentales pour masquer la vérité ?

 

 

Et lire aussi  :

.


image0021.jpg?w=500&h=336

http://tunisitri.wordpress.com/

.

 

INVESTIG'ACTION - michelcollon.info

MOUBARAK DEGAGE !
Les dictateurs ne dictent pas, ils obéissent aux ordres- Michel Chossudovsky
"Il ne suffit pas d'abattre la marionnette, le problème, c'est le marionnettiste"

Egypte : une armée formée et armée par le Pentagone - Manlio Dinucci
Tout est prévu pour affronter la « menace extrémiste intérieure »

Égypte, la Voix du Peuple, et l'Histoire- Tariq Ramadan
"Un bouleversement des rapports de force pourrait disqualifier USA et Europe, et isoler Israël davantage "

Le « grand jeu » africain - Comaguer
Une guerre du Moyen-Orient, mais aussi africaine et pétrolière

REVOLTE DES PEUPLES ARABES

De la Tunisie à l'Egypte, un air de liberté- Alain Gresh
L'air fera-t-il la chanson ?

« La société civile algérienne est en colère mais épuisée. Ses élites ont été décapitées. » - Valérie Péan, Omar Benssaoud
Particularités du domino algérien. Tombera-t-il ?

Ces « dictatures amies » - Ignacio Ramonet
Leçon aux Européens : les sociétés arabes ne sont pas faites que de masses dociles ou d'hystériques religieux

CRISE AU LIBAN
Le Liban au bord de la guerre - Abdel Bari Atwan
USA et Israël n'arrivent pas à contrôler le Liban. Vont-ils chercher à le détruire ?

« Rififi à Beyrouth » Le Liban au coeur de la tourmente arabe- Robert Bibeau
Les forces populaires ont pris l'offensive. Mais rien n'est joué

PAPIERS PALESTINIENS
Le peuple palestinien trahi- Saree Makdisi
Les fuites d'Al Jazeera démontrent ce que beaucoup savaient déjà

Echec consommé des « pourparlers directs » - Papiro
Retour sur des négociations destinées à terminer en « queue de requin »

TUNISIE : LA REVOLUTION CONTINUE
Chronique de la révolution tunisienne- Alma Allende
Le formidable récit de la révolution tunisienne vécue de l'intérieur, au jour le jour

Afrique, Tunisie : La Nouvelle Donne - Tariq Ramadan
Dans les coulisses, les rivalités entre USA, France et Cie

Pourquoi le gouvernement de Mohammad Ghannouchi doit-il tomber ?- Fathi Chamkhi
Le passé antisocial du "premier ministre de transition"

L'AUTRE HISTOIRE
70.000 fellahs égyptiens morts pour construire le canal de Suez- Intal
Le peuple égyptien a toujours souffert et s'est toujours battu...

Prochainement :
Où va l'Egypte, où va le monde arabe ? - Mohamed Hassan - Entretien avec Michel Collon et Grégoire Lalieu

.

 

Moubarak II, le retour ???
International.jpg
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/index-1.html
.

Exhausted_texte.jpg Les manifestants en Egypte ont prouvé que les protestations pouvaient être organisées et se poursuivre indépendamment des interruptions sur les réseaux Internet et téléphoniques (Photo : CC - darkroom productions)

 

 

Actualité, mensonges des Médias :

Je vous renvoie à mon blog sos-crise

où je viens de traiter tout cela :

 

 

La vérité ? Obama soutient un bain de sang en Egypte. Tout est truqué

 

Tunisie: Washington tente de canaliser la révolution à SON avantage (vidéo)

 

La fortune de Moubarak payé par l'Occident: environ 70 milliards de dollars

 

Ces "dictatures amies" (Ignacio Ramonet) - La leçon donnée par les Arabes

 

Nouvel Ordre Mondial : Raisons occultes de la révolution tunisienne

 

Qui veut saboter la transition politique en Egypte ?

 

L’arrestation d'un espion Israélien en Egypte prouve l'importance des enjeux

 

Le "savoir-faire" policier de la France est aussi passé par l'Egypte

 

Leçon de courage et d'intelligence: Les Egyptiens préparent l'après-Moubarak

 

Imposture de "la stabilité des régions": Maintenir les dictateurs vendus à l'Etranger

 

La parole libre d'un Chercheur français en Egypte déplaît au Quai d'Orsay

 


 

 

 

Lire aussi :

 

Hillard : "La Tour de Babel s'écroulera car elle est d'essence INFERNALE"

 

Ce n’est pas l’Islam radical qui préoccupe les Etats-Unis, mais l’indépendance

 

L' EPOUVANTAIL islamiste (pour continuer à dominer et à piller les pays)

 

Noam Chomsky : "Le déclin de l’influence occidentale"

 

Le contenu réel du "processus de paix" israélo-palestinien (Réseau Voltaire)

 

L’aide des Etats-Unis à l’Egypte est destinée à bloquer Gaza

 

11/9 : L'imposture éclate au grand jour - Tous les arguments

 

A quand une révolution populaire en "Israël" ?

 

1967 : Quand De Gaulle avait percé les intentions d’Israël...

 

Les dirigeants à genoux devant Israël: La vérité en 4 mn sur une vidéo

 

La barbarie mondiale ne fait que commencer - via des rescapés de l'odieux !

 

Le rêve américain en vidéo-dessin animé: Superbe ! Sauve qui peut..

 

 

 

(couverture de Ben Laden dévoilé)

 

 

Alerte ! Ce lundi 7 février,

MOTS  CROISES  DE  CALVI

Détournement du service public

au bénéfice du CRIF et de l'UMP-MEDEF

 

par eva R-sistons

 

Mots Croisés: Détournement du service public au bénéfice du CRIF et de l'UMP

 

 

.

Le "rêve américain", super dessin animé

 

american-dream-upload.jpg?w=450&h=299

Enfin sous titré en Français!!!!
J’avais hâte de vous présenter ce petit bijou de vidéo
que j’ai découvert il y a quelques semaines…
Merci au traducteur (trice)
Un excellent film explicatif du système monétaire. « The American Dream » fait un bref historique de la création de la monnaie, et sa prise de contrôle par les mafia bancaires.


VIDÉO : ICI

 

(cliquer sur ici)


 

§§§§§

.

 

Les dirigeants à genoux devant Israël: La vérité en 4 mn sur une vidéo

.

 

 

 

 

 

 

C O M M E N T A I R E S :  I C I

 

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 01:19

 Sommaire :

- Le passé de la GB en Inde éclaire le présent,

par eva R-sistons

- La destruction de l'Inde par la GB

- Eugénisme, déjà, dans les hôpitaux ?

- Une société raciste est dangereuse pour tous, + vidéo,

par eva R-sistons

- Indignons-nous, non à la barbarie,

par eva R-sistons

- N. Dupont-Aignan et l'Islam, vidéo 

 

 http://www.migrations.fr/la_guerre__de__sept__ans.htm

 

Le passé de la G.B. en Inde éclaire

le présent du Nouvel Ordre Mondial sans scrupules

par eva R-sistons

 

Bonjour

 

Il est parfois bon de faire une plongée dans le passé pour mieux comprendre le présent. Et il n'y a pas d'effets sans causes. Or, j'ai déjà eu l'occasion d'aborder sur ce blog la question de la responsabilité des sujets de Sa très Gracieuse Majesté en Angleterre. On a l'habitude d'épingler, à juste titre, les Américains, les Israéliens, les Francs-Maçons, etc. Mais on tait trop souvent le rôle des Britanniques. Ils sont très discrets, mais très pernicieux ! C'est leur Reine qui a signé l'acte de rapt des habitants de l'île de Diego Garcia, pour permettre l'établissement de la principale base militaire anglo-saxonne. On convoite une île, bien située ? On rafle les citoyens, et on livre l'île aux armées de l'Empire. C'est aussi simple que ça ! Vous ne me croyez pas ? Tapez sur Google Ile Diego Garcia et eva R-sistons. 

 

D'un mot, je le répète: J'ai compris que nous touchions au coeur des problèmes (en fait, la City), en ciblant la G.B., lorsque le Nouvelobs (montrant son vrai visage), sans crier gare, a supprimé mon blog logé chez eux : Pas touche les Anglo-Saxons, ça c'est trop ! Je venais d'écrire mon PREMIER article sur la G.B....

 

Et maintenant, j'apprécie le site "Solidarité et progrès", controversé. Tout simplement parce qu'il a le mérite de pointer du doigt la G.B...

 

Or, les Anglais ont derrière eux une longue histoire de prédations, de colonisations, de destabilisations, de guerres... Pour comprendre leur "fair-play", ou plus exactement leur nocivité, il suffit de plonger deux trois siècles en arrière.. et l'on découvre une multitude d'atrocités. Partout !

 

Un de mes Lecteurs m'adresse un article sur les méfaits de l'Angleterre en INDE. Lisez bien: Vous comprendrez comment cet Etat agit, détruit, et substitue ses valeurs à celles des autres. Pour mieux dominer, asservir ! Alors plus que jamais, même si Messieurs les Anglais font semblant de ne pas tirer les premiers, même s'ils sont particulièrement discrets, identifions la menace telle qu'elle est: Sans scrupules, et dévastatrice.

 

Bon voyage dans l'Inde anglicisée de force, pour mieux comprendre le présent, en Irak ou ailleurs... et les risques de l'avenir ! 

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

 

TAGS : Inde, GB, Reine d'Angleterre, colonialisme, impérialisme, City, guerres, Diego Garcia, Américains, Israéliens, Francs-maçons.. 

 

.

 

http://blog.passion-histoire.net/?p=4965

LES FONDEMENTS DE LA PUISSANCE

 


 

La destruction de l'Inde par la G.B.

Adapté d'un discours donnésous les auspices du Cercle d'Études
Vivekananda II-T Madras, en janvier 1998

 

Introduction

     

À l'époque de la Compagnie des Indes orientales ou par la suite, sous le règne de l'empire britannique, l'esprit des colonisateurs semble avoir été animé par deux motivations : s'approprier les richesses du pays et supporter le « fardeau de l'homme blanc », qui consistait à civiliser les indigènes (terme qu'ils utilisaient pour se référer à l'ensemble des Indiens). Nous verrons de quelle manière, pour atteindre ces deux buts, les Britanniques ont joué leurs cartes avec tellement d'intelligence que, même après cinquante ans d'indépendance, nous continuons à vivre dans un véritable état de stupeur, incapables (et même refusant !) de nous réveiller de l'une des pires hypnoses qui ait jamais été exercée sur une nation tout entière.

     Beaucoup d'entre nous ignorent peut-être que l'Inde était le pays le plus riche du monde avant l'arrivée des Britanniques. Alors que leur part des exportations mondiales ne représentait à l'époque que 9%, contre 19% pour l'Inde, la part actuelle de l'Inde n'est plus que de 0,5%. La plupart des étrangers qui venaient en Inde étaient en quête de sa fabuleuse richesse. Ernest Wood, dans un livre intitulé « Un étranger défend notre mère l'Inde », déclare qu' « au milieu du dix-huitième siècle, Phillimore écrivait que les produits de sa terre nourrissaient des territoires éloignés ». Aucun voyageur ne trouva de pauvreté en Inde avant le dix-neuvième siècle, mais les marchands et les aventuriers étrangers recherchaient ses rivages pour les richesses quasi-fabuleuses qu'ils pouvaient y trouver. « Secouer le sophora » devint une expression consacrée, dont l'équivalent actuel serait quelque chose comme « découvrir du pétrole ».


     En Inde, 35% à 50% des terres des villages étaient détaxées et le revenu correspondant était utilisé pour financer les écoles, organiser les festivals dans les temples, produire les remèdes, nourrir les pèlerins, améliorer l'irrigation, etc. La cupidité des Britanniques réduisit la proportion des terres détaxées à 5%. Lorsque des protestations s'élevèrent, ils assurèrent aux Indiens que le gouvernement créerait un département pour prendre en charge l'irrigation, un conseil pour l'éducation, etc. Toute initiative locale était étouffée. Mais les dirigeants, dépités, constatèrent que même s'ils avaient conquis cette nation, celle-ci restait néanmoins profondément enracinée dans sa culture. Ils découvrirent qu'aussi longtemps qu'une nation était consciente et fière de ses traditions, le « fardeau de l'homme blanc » restait aussi « lourd et compliqué que jamais »! À cette époque, l'Inde avait un système d'éducation implanté sur la totalité de son territoire, et il leur fallait le rendre inefficace s'ils voulaient atteindre leurs objectifs. Aujourd'hui, on fait croire à la plupart d'entre nous que l'éducation était entre les mains des brahmanes, qu'elle était dispensée en sanscrit et que toutes les autres castes étaient privées d'éducation. Mais voici les faits qui montrent comment les Britanniques ont détruit le système d'éducation indien et réduit à l'analphabétisme l'une des nations les plus instruites du monde.

    Lors de la table-ronde de 1931, le Mahatma Gandhi affirma dans l'un de ses discours : « L'arbre magnifique de l'éducation a été abattu par vous, les Britanniques. C'est ainsi que l'Inde est beaucoup moins instruite aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a 100 ans ». Immédiatement, le parlementaire Philip Hartog se leva et dit : « M. Gandhi, c'est nous qui avons éduqué les masses indiennes. Vous devez donc retirer vos propos et vous excuser, à moins de nous prouver la véracité de vos dires ». Gandhiji répondit qu'il les prouverait. Mais le débat fut interrompu faute de temps. Par la suite, l'un des disciples du Mahatma, Shri Dharampal, se rendit au British Museum, où il examina les rapports et les archives. Il publia ensuite un livre, « L'arbre magnifique », où il étudie la question dans les moindres détails. En 1820, les Britanniques avaient déjà détruit les ressources financières qui étayaient notre système d'éducation, une destruction à laquelle ils s'étaient acharnés pendant près de vingt ans. Mais les Indiens n'avaient pas pour autant abandonné leur système. Les Britanniques décidèrent donc d'en analyser les complexités. Une étude fut lancée dans ce but en 1822, conduite par les percepteurs de district britanniques. Cette étude montre que le Bengale possédait cent mille écoles de village, que dans le district de Madras il n'existait pas un seul village sans école et qu'à Bombay, les villages disposaient d'une école dès que leur population approchait la centaine d'habitants. Professeurs et écoliers de toutes classes fréquentaient ces écoles. Les brahmanes représentaient entre 7% et 48% des enseignants, et le reste des professeurs provenait d'autres castes, quel que soit le district. De plus, tous les élèves recevaient cette éducation dans leur langue maternelle.

     L'équivalent de l'enseignement primaire actuel durait de 4 à 5 ans. Nous savons tous que c'est par une éducation primaire universelle que se forge une nation, et non par une éducation supérieure dispensée à quelques privilégiés. Les administrateurs britanniques admiraient le dévouement et la capacité des professeurs indiens. Lorsque les élèves quittaient l'école, ils avaient acquis la capacité d'être compétitifs, de comprendre leur culture et d'en avoir leur propre perception. Un certain Mr. Bell, missionnaire chrétien à Madras, ramena et introduisit le système d'éducation indien en Angleterre. Jusqu'alors, seuls les nobles bénéficiaient d'une éducation, et c'est lui qui entreprit l'instruction des masses de son pays. Nous en déduisons donc que c'est à l'exemple de l'Inde que les Britanniques ont adopté un système d'enseignement universel.

 

 

La cause de la dégradation :

la méthode du filtrage vers le bas


     Mais qu'arriva-t-il en Inde ? Les missionnaires chrétiens étrangers protestaient même contre l'attribution de cent mille roupies, affectées nominalement à l'éducation des Indiens. Les Britanniques diminuaient les ressources financières et introduisaient l'une après l'autre des règles telles que : « Il doit y avoir une maison pucca” », etc. C'était sans fin. Ils invitèrent alors T.B Macaulay [1] à décider comment utiliser l'argent et à déterminer le vecteur et le mode d'éducation des Indiens. Macaulay fit de l'anglais le véhicule de l'instruction et consacra l'argent à une éducation de type anglais. G.D. Trevelyan écrit dans sa « Vie de Lord Macaulay » ( vol.1 p.164 ) « Une nouvelle Inde est née en 1835 ». Là où Alexandre, Ashoka et les missionnaires occidentaux avaient échoué, les dispositions de Macaulay concernant l'éducation allaient réussir, en décrétant que l'éducation en Inde se ferait à travers l'anglais, le langage de l'Occident. « Les fondations mêmes de leur ancienne civilisation commencèrent à osciller. Pilier après pilier, l'édifice en vint à s'écrouler ». Mais Macaulay prit une mesure encore plus pernicieuse, qui est généralement ignorée. Il adopta la « méthode du filtrage vers le bas » pour éduquer les Indiens. Quelle est cette méthode? Les Indiens étaient nombreux et les Anglais seulement une poignée : tel était le problème auquel Macaulay se trouvait confronté. Comment les Anglais allaient-ils éduquer les Indiens ? Comment affaiblir cette nation suffisamment pour que, dans l'oubli d'elle-même, elle en vienne à soutenir le Raj Britannique ?


     L'histoire raconte que, lors de l'un de ses séjours dans sa résidence d'Ooty, Macaulay vit un officier indien s'approcher d'un péon assis à l'extérieur de son bureau (qui se trouvait à proximité de sa résidence) et lui toucher les pieds. Pourquoi un officier touchait-il les pieds d'un péon ? « Vous ne le savez pas, mais cette société indienne est tout à fait particulière, lui expliqua-t-on. Les brahmanes y sont respectés et le péon appartient à cette caste ». Les changements que Macaulay introduisit après cette observation sont attestés et authentifiés dans les livres. La « méthode du filtrage vers le bas » fut formulée de telle façon que la caste supérieure (même si cela ne s'appliqua que beaucoup plus tard) ait la priorité dans les écoles. Citons les propos de Macaulay : « Mais il est impossible, avec nos moyens limités, d'éduquer tout le monde en anglais. Nous devons à présent faire de notre mieux pour former une classe de gens qui soient Indiens par le sang et la couleur, mais Anglais par leurs goûts, leurs opinions, leur morale et leur intellect ». Pour estimer à quel point il réussit dans sa mission, il suffit d'examiner l'histoire des classes indiennes éduquées depuis cette époque. Le fait est que nous n'avons pas abordé le problème macaulayien, même après l'indépendance, et que, ce qui est encore plus grave, très peu d'entre nous réalisent simplement que ce problème existe. Le système qui a donné la préférence aux brahmanes dans les écoles dirigées par le gouvernement ou par les missionnaires a été effectif pendant une centaine d'années. Dans l'intervalle, les castes qui exerçaient un commerce ont été ruinées par l'invasion des produits anglais sur le marché indien, en même temps que par l'étranglement délibéré de leur activité. En raison de la politique foncière des Britanniques, née de leur avidité, les fermiers étaient devenus de simples laboureurs dépouillés de leurs terres, et les propriétaires les cruels laquais des colonisateurs. La destruction systématique du système indien d'éducation priva certaines castes de tout enseignement. C'est ainsi que durant un siècle, ces castes ont sombré dans la pauvreté et l'ignorance, tandis que les brahmanes, qui étaient supposés conduire la société, n'avaient plus qu'une compréhension des choses faussée, en raison de leur éducation étrangère.

 

 

Macaulay frustré dans ses desseins

     Dans une lettre datée du 12 octobre 1836, Macaulay écrit à son père :

« Nos écoles anglaises prospèrent magnifiquement; nous avons des difficultés à les ouvrir à tous. L'effet de cette éducation sur les hindous est prodigieux. Après avoir reçu une éducation anglaise, aucun hindou ne peut rester sincèrement attaché à sa religion. Je crois vraiment que, si nos plans d'éducation sont poursuivis, il ne restera pas un seul idolâtre d'ici à trente ans dans les classes respectées. Et ceci sera obtenu indépendamment de nos efforts de prosélytisme; je me réjouis de tout cœur de cette perspective ».

     Cette confidence lève bien le voile sur les intentions des Britanniques. Mais les missionnaires, après des années de dur labeur, réalisèrent que leurs efforts de prosélytisme avaient échoué. C'est ainsi que quelques années plus tard, en 1882, se tint une conférence des missionnaires en Inde. Ils se réunirent et discutèrent les résultats de leur éducation sur les brahmanes. Ils constatèrent que, même s'ils avaient dans un certaine mesure réussi à éloigner les brahmanes de leurs idéaux, ils n'avaient pas obtenu leur conversion. Ils décidèrent alors que leurs institutions éducatives prendraient progressivement pour cible les autres castes, ainsi que les tribus. Jusqu'à ce que les Anglais commencent à régner sur l'Inde, la plupart des castes étaient éduquées et prospères, mais la politique insidieuse des Britanniques est responsable de la détérioration ultérieure de leur condition. Les brahmanes, qui étaient supposés fixer les règles de conduite de la société, étaient visés en priorité, et lorsqu'ils déviaient un tant soit peu du chemin tracé, c'était à eux que l'on reprochait la condition des autres castes. Il faut noter ici qu'ils ont leur part de responsabilité, non pas pour avoir confisqué à leur seul bénéfice la totalité de l'éducation, comme on le croit généralement, mais parce qu'ils se sont laissés corrompre intellectuellement par les Britanniques, et ont investi toutes les professions jusqu'alors exercées par les autres castes. Ils ont également fait main basse sur les postes gouvernementaux, ouvrant ainsi la voie à la compétition et à la haine entre les castes de la société. Aujourd'hui ils sont généralement tombés dans le discrédit, et ne sont plus considérés comme des exemples à suivre. Mais même si les brahmanes se sont laissés corrompre, il est à l'honneur de toutes les autres castes d'être restées intransigeantes, même si elles aussi avaient été sollicitées, et d'avoir ainsi déjoué les desseins des Britanniques.

     Mais alors que le poison instillé par Macaulay continue d'affaiblir notre nation, c'est à peine si nous nous soucions de savoir en quoi consiste la « pensée indienne », les problèmes indiens, et de nous demander quels pourraient être les modèles et les solutions indiens à ces problèmes. Les meilleurs cerveaux et les plus grandes énergies sont concentrés sur le développement et sur l'application des modèles et des solutions de l'Occident. Nous semblons en savoir de moins en moins sur notre propre nation. Après tout, comment une nation meurt-elle ? Elle peut être physiquement détruite, comme les Européens l'ont fait en Amérique en éliminant toutes les civilisations Amérindiennes. Mais un peuple peut aussi perdre sa foi dans son propre mode de vie, ses philosophies, ses principes, ses courants de pensée, etc., et c'en est fait de lui. Prenez par exemple les civilisations grecque et romaine. N'étaient-elles pas de grandes civilisations ? Mais il vint un temps où leur intelligentsia perdit la foi dans son propre mode de vie, dans sa propre sagesse, et adopta dans la vie une philosophie totalement différente. Et où sont à présent ces nations et leurs civilisations ? Elles existent encore d'une certaine façon… dans les monuments et les musées !

     Faites la comparaison avec l'Inde ! La Grèce, pays dont la continuité culturelle est la plus ancienne et qui constitue la plus vieille nation vivante, n'a pas physiquement disparu. Ses habitants ne sont pas morts. Les habitants de la Grèce, de l'Italie et de la Perse sont les descendants de ceux qui furent à l'origine de ces grandes civilisations. Mais à présent, si nous leur demandons quels sont les idéaux que nourrisse leur nation, ils diront : « Nous ne savons pas, c'est dans les livres ou dans les musées, il vaut mieux que vous cherchiez de ce côté ». C'est ainsi qu'une nation se retrouve détruite, ou plutôt momifiée. Aujourd'hui, ces pays ne sont rien d'autre que des entités géographiques ou politiques, qui essayent de faire évoluer leur état en une nation. Comment une nation peut-elle s'affaiblir ? Une nation s'affaiblit lorsque son peuple devient de plus en plus ignorant de ses propres racines, et se met à avoir honte de lui-même ou de ses ancêtres. En fait, c'est ainsi que débute la véritable régression. Une nation qui veut oublier ce qu'elle est et imiter d'autres nations ne peut plus se racheter, elle est en passe de se détruire elle-même. Aujourd'hui, la régression est à l'œuvre dans notre pays. Et si vraiment nous ne voulons pas nous affaiblir en tant que nation, nous devons affranchir notre système d'éducation de ses caractéristiques macaulayiennes et tendre à une compréhension neuve et pure de nos idéaux, parce que ce sont eux qui ont fait de nous une nation unie pendant près de dix mille ans. Puis il nous faut les offrir aux jeunes générations pour un examen renouvelé, de sorte que s'ils venaient à être adoptés, ils puissent s'exprimer avec des sentiments que le temps rendra plus forts, plus nobles et plus grands.


 

[1] Thomas Babington Macaulay (1800-1859), l'un des architectes de l'établissement de l'Empire britannique en Inde, y énonça un programme d'éducation destiné à déraciner toute culture indienne : Nous devons à présent faire de notre mieux pour former une classe de gens qui soient Indiens par le sang et la couleur, mais Anglais par leurs goûts, leurs opinions, leur morale et leur intellect. C'est cette éducation qui sévit en Inde encore aujourd'hui malheureusement.

 

http://www.jaia-bharati.org/indiatoday/destruc-educ-nivedita.htm

 

.

 

Isabelle Caro
Est-ce que, déjà, on se débarrasse
de certains patients à l'Hôpital ?
C'est la question que je pose publiquement
en découvrant cet article sur Yahoo.
(eva R-sistons) 
Survenu le 17 novembre dernier, le décès d'Isabelle Caro n'avait été annoncé qu'à la fin du mois de décembre. Les circonstances de sa mort restaient aussi floues que les raisons qui avaient poussé son entourage à garder secrète la triste nouvelle. Aujourd'hui, le père de celle qui avait médiatisé sa lutte contre l'anorexie est sorti du silence en se confiant à 20Minutes.ch. Christian Caro porte des accusations graves contre les médecins qui ont traité sa fille lors de son ultime hospitalisation.

Selon lui, ils sont responsables du décès de la jeune femme : « Elle a été hospitalisée le 16 novembre 2010 pour un mal de ventre. Sur demande de ma femme, elle a été emmenée par les pompiers à l'hôpital Bichat, à Paris. Elle a expliqué aux médecins ce qui se passait et leur a parlé de sa maladie. Les médecins ont dit: "On va faire des examens mais pour pas que vous soyez gênée on va vous endormir". Chose qu'ils n'auraient jamais dû faire. Isabelle est décédée le 17 en début d'après-midi. Elle est morte parce qu'ils l'ont débranchée, assène-t-il. Deux médecins nous ont pris à part avec ma femme dans un bureau et nous ont dit: "Vous savez de toute façon votre fille n'avait pas envie de vivre". Ils l'ont abrégée. Il faut faire vite parce qu'il y a du monde qui attend. » (Le profit avant tout, note d'eva)


Christian Caro a donc décidé de porter l'affaire devant la justice : « On n'endort pas quelqu'un dans son état. Quelques semaines avant, elle avait été hospitalisée dans un autre hôpital. Ne serait-ce que pour faire un prélèvement, le médecin ne voulait même pas l'insensibiliser localement pour ne pas créer de risque. Et là on l'endort carrément. C'est l'envoyer à la mort tout de suite. Nous avons donc déposé plainte auprès du procureur de la République, à Paris, pour homicide involontaire. »


Christian Caro révèle également que le décès de sa fille a entraîné un autre drame : « Ma femme a mis fin à ses jours la semaine passée. À la base, elle s'est sentie coupable d'avoir fait hospitaliser ma fille à Bichat. Ma fille ne voulait pas aller dans cet hôpital parce qu'elle avait déjà été une fois aux urgences et ne comprenait pas qu'ils refusent une transfusion à une dame de 70 ans parce qu'il fallait garder le sang pour des jeunes. Mais les pompiers l'ont envoyée à Bichat, donc mon épouse s'est sentie responsable, explique-t-il. Elle avait ce poids sur la tête, une culpabilité énorme. Et à cela est venu s'ajouter la presse, surtout une interview de Toscani qu'elle a réussi à voir, même si j'ai essayé de filtrer au maximum. Et ça, elle ne l'a pas supporté. Déjà qu'elle ne supportait plus l'absence de sa fille. Je pensais qu'elle aurait tenu le coup. Pour l'inhumation de ma fille on a fait construire une belle petite chapelle toute en pierre par un sculpteur. Elle avait dit qu'on ferait une cérémonie en invitant la presse... et elle est allée la rejoindre dans la chapelle. »

C.G.

 

http://fr.news.yahoo.com/67/20110117/ten-isabelle-caro-elle-est-morte-parce-q-3f728ab.html

 

 

 

 

 

http://artdevivresain.over-blog.com/article-la-disparition-des-fran-ais-de-souche-ce-n-est-pas-sain-64794591.html

 

 

Une société raciste est dangereuse pour tous,

par eva R-sistons

 

Scandaleux ! On dit que la Droite se lepénise, que les idées extrêmes se banalisent,  mais on oublie le pire : Note société s'enfonce chaque jour un peu plus dans un racisme malsain, lourd de périls très graves pour l'avenir. Que devient notre République prônant la liberté, l'égalité, la fraternité ? Un fatras de haine, d'exclusion, de xénophobie...  qui fait le jeu des ennemis des peuples, tout en Haut ! 

 

Voici juste un exemple. Sur un site dédié à la santé naturelle, hé oui même là,  je trouve à l'instant une vidéo faisant l'apologie de la race (blanche), le rejet de l'altérité, noire, juive et sans doute musulmane (bien que le mot ne soit pas prononcé, l'image des banlieues le laisse présager).. En effet, on annonce "un génocide des Français de souche et de leur nation", en l'attribuant à Sarkozy et aux Juifs. Ainsi, pêle-mêle, tout est dénoncé : Les banlieues multicolores comme les Juifs, stigmatisés de façon caricaturale.... Donc on passe de l'"occupation" par les Musulmans (Marine Le Pen) à une vidéo comme celle-ci, remplie de clichés, de stigmatisations.. Stop ! Ce climat est malsain ! On peut en attendre le pire, toutes les dérives, toutes les Nuits de Cristal, tous les conflits, tous les chocs de civilisations, toutes les guerres ...

 

Je ne le répèterai jamais assez : Nos ennemis ne sont pas à côté de nous, Juifs, Musulmans ou Noirs, mais au-dessus de nous, tout en Haut, et tant que nous serons désunis, ils prospèreront sur notre dos !

 

NE NOUS TROMPONS PAS D'ADVERSAIRES !

 

C'est l' "Elite" cosmopolite, ce sont les concepteurs du Nouvel Ordre Mondial criminel, que nous devons rejeter, pas nos frères et nos soeurs en humanité !

 

Eva R-sistons

 

Alerte, une société raciste est dangereuse pour TOUS (par eva R-sistons)

 

Indignez-vous !

 

 

Indignons-nous !

Non à la barbarie !

 

 

Immense Stéphane Hessel ! Il a l'indignation, l'enthousiasme, la générosité, la combativité que nos jeunes ont perdu depuis longtemps, car nous ne leur offrons ni perspectives, ni avenir, ni idéal, ni espérance. Oui, il est temps de s'indigner contre un monde qui a perdu tout sens de l'humain et qui s'apprête à sacrifier les peuples sur l'autel du profit !

 

Nous voulons la coopération, on nous impose la compétition, le conflit, et même la dénonciation de l'autre quand il n'est pas dans les normes établies.

 

Nous voulons la démocratie, on nous offre des médias aux ordres du Pouvoir et des élections truquées par le matraquage médiatique permanent.

 

Nous voulons des Elus qui soient le porte-parole de nos besoins et de nos aspirations, nous avons des valets et des soubrettes au garde-à-vous pour quelques prébendes éphémères.

 

Nous voulons la concertation, et les décisions se prennent toujours davantage derrière notre dos, au sommet et en coulisses.

 

Nous voulons cultiver nos potagers et manger une alimentation saine, nous voulons choisir notre habitat, et peu à peu tous ces droits vitaux, élémentaires, nous sont retirés.

 

Nous voulons un toit, celui-ci n'est plus un droit légitime, mais source de profits toujours plus importants.

 

Nous voulons un emploi, et on nous les retire les uns après les autres, dans la fonction publique, dans l'agriculture, dans l'industrie, dans le commerce... 

 

Nous voulons une société fraternelle, on nous dresse les uns contre les autres. Mais nos ennemis ne sont pas à côté de nous, juifs, communistes, ou maintenant musulmans, mais tout en haut, occupés à détricoter tout ce à quoi nous tenons, même ce pour quoi nos aïeux ont combattu, même ce qui constitue la base de toute société humaine. Alerte ! Les Nuits de Cristal d'hier ne doivent pas être les jours sombres d'aujourd'hui, des chocs de civilisations avec de nouveaux boucs émissaires créés de toutes pièces.


Nous voulons l'égalité des soins, et on nous impose une médecine à deux vitesses, toujours plus éloignée de nos demeures et de nos préoccupations.

 

Nous voulons avoir du temps pour nos familles, pour nos loisirs, pour vivre, et même le dimanche n'est plus respecté...

 

Nous voulons toujours plus de libertés, et on nous les confisque les unes après les autres.

 

Nous voulons vivre sur une terre qui soit vraiment la nôtre, mais le concept de nation est de plus en plus piétiné.

 

Nous voulons jouir d'un repos bien mérité après une vie de labeur, et on ampute toujours plus nos droits à la retraite, en nous faisant comprendre que les inutiles doivent disparaître...

 

Nous voulons vivre en paix, on nous propose des guerres modernes "préventives, permanentes, totales, et même nucléaires".

 

Alors, civilisation - ou barbarie ?

 

L'indignation précède l'action. Nos frères et soeurs tunisiens nous ont montré le chemin... Celui de la libération des tyrans !

 

eva R-sistons

 

 

TAGS : Civilisation, barbarie, indignez-vous, paix, guerres, libertés, Juifs, communistes, Musulmans, Stéphane Hessel, choc de civilisations, Nuits de Cristal..

.

  Nicolas Dupont-Aignan:

Rassembler les Français, pas les diviser !

 

Nicolas Dupont-Aignan répond à la question du 16 janvier 2011 : "La question de l'islam préoccupe de plus en plus de Français. Pensez-vous que cette religion soit soluble dans la République ?

.

A moment donné,
il faut dire stop !
Scandaleux ! Sarkozy couché devant les USA, contre l'avis des Français, contre la tradition de la France. UN SEUL homme peut-il tout changer, sans tenir compte du pays, de ses traditions ? C'est une haute trahison ! (eva R-sistons)


 
Quand DSK faisait l’éloge de la politique tunisienne

DSK, en tant que dirigeant du FMI, faisait, il n’y a pas longtemps, l’éloge de la politique tunisienne. Normal, puisque ce sont les politiques de coupe dans les services publics, de privatisation, de course au profit maximum pour quelques-uns, imposées par les institutions financières internationales comme le FMI, qui provoquent un étouffement et un appauvrissement des populations de ces pays.http://oummatv.tv/Dominique-Strauss-Kahn-La-Tunisie

 

Visite de SARKOZY à OBAMA pour préparer le futur G8 à Deauville et parler de la situation monétaire du monde.

Voici ses propos rapportés par Corine Lesnes, correspondante du « Monde » à Washington :

" J’ai dit à Barak Obama à quel point la France voulait travailler main dans la main avec les Etats-Unis, a-t-il souligné. J’ai toujours été un ami des Etats-Unis. Je connais le rôle que jouent les Etats-Unis dans le monde. " Et, a-t-il insisté : " Je connais le rôle du dollar comme monnaie principale dans le monde. "

Côté américain, on est à la fête, ajoute Corine Lesnes (pas nous, ajoute eva)  :

 

Face aux Français

Face à face de NDA contre RAFFARIN ancien  Premier Ministre :

http://www.dailymotion.com/video/xgjagb_face-aux-francais_news

.

.

C O M M E N TA I R E S :  I C I
.
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 03:31

Maghreb et Afrique:

La grande alliance France-Israël-Etats-Unis

(coulisses de l'impérialisme en Afrique)

 

 

541--Theatre-d-ombres.jpg

 

 

La politique ? Un théâtre d'ombres, avec des acteurs de l'ombre !  - http://sofya-creation.over-blog.com/article-le-casse-tete-de-la-semaine-ombre-et-lumiere-49006221-comments.html

 

Sommaire

(parution très importante pour comprendre

les dessous de la politique internationale)


- De l'Algérie française à l' "Algérie" franco-israélienne ? Par eva R-sistons

- L'assassinat des deux otages francais par des mercenaires occidentaux doit servir de catalyseur a la division de l'Algerie - Al Quaïda au Maghreb -  Les dessous de l’affaire des moines de Tibéhirine - Le Mouvement Algérien des OFFICIERS LIBRES - "Pan-Sahel" France-Israël-Etats-Unis - Niger, les zones d'ombres (Articles et liens)

- Le FBI et les faux complots terroristes

- Algérie-Israël

- Soutien à Stéphane Hessel censuré par le CRIF

- On termine en riant ! (Images et vidéo terrorisme)


 

Que_fait_Sarko_en_Afrique.jpg

 

  http://r-sistons.over-blog.com/article-que-se-passe-t-il-reellement-au-niger-neocolonialisme-terrorisme-57678742.html

 

 

De l'"Algérie" française

à l'Algérie franco-israélienne ?

Par eva R-sistons

 

 

On sait combien le destin de l'Algérie et de la France sont mêlés.

 

On sait que le sous-sol de l'Algérie est riche en hydro-carbures. Et donc qu'il suscite la convoitise des prédateurs.

 

Les intérêts des Consortiums ne coïncident pas avec ceux des citoyens.

 

On pensait l'Algérie redevenue algérienne. En réalité, les Officiers, au sommet, seraient liés à la France, encore, à travers des harkis. Et la France, elle, est reliée à Israël. 

 

La France de Sarkozy est devenue une France israélienne, au mépris de la souveraineté de notre pays, et de la volonté des Français. Ceux-ci sont tenus dans l'ignorance totale de ce qui se passe réellement dans notre pays (et dans le monde, via une presse aux ordres, de plus en plus verrouillée), tout se jouant dans les coulisses comme par exemple le très discret élargissement de l'Europe à Israël, qui une fois en place, oriente toute la politique pour servir ses intérêts et ceux de ses alliés anglo-saxons, avec à la clef une société barbare: militaro-financière, à la Thatcher et à la Reagan, sauvage, au détriment du modèle social européen, mais aussi de son indépendance, et destinant l'Europe "pour la paix" à devenir le supplétif, sur le continent, des futures guerres impériales notamment contre la Russie et la Chine, guerres pouvant être nucléaires.

 

Sans avoir écrit d'articles sur Israël en Afrique, j'ai quand même attiré l'attention de mes Lecteurs sur le rôle grandissant d'Israël dans cette zone, rôle très discret mais bien réel, Israël cherchant à défendre ses intérêts, à mettre la main sur les ressources vitales, comme ses alliés, pardon, ses clones anglo-saxons et français, et à supplanter le rival chinois qui lui, ne bombarde pas et ne tue pas avant d'organiser l'exploitation des ressources, mais contribue au développement du pays choisi, intelligemment - ce qui lui donne un atout formidable. Sauvages conflits d'intérêts, ignorés de la "Désinformation" (je n'ose parler du secteur de "l'Information") ! Terribles guerres économiques et conflits pour prendre le contrôle des ressources vitales ! Et quand il n'y en aura plus, pillées par les tenants du profit et du court terme, que se passera-t-il ?

 

Ce qui arrive en Algérie loin d'être ce que la Presse présente, est en réalité un conflit de basse intensité entre puissances rivales, par mercenaires interposés lorsqu'il s'agit d'Israël et de la France (Françafrique pas morte, et  plus que jamais vivante, mais tout se passe dans les coulisses). Les deux jeunes sont victimes d'intérêts qui les dépassent, et non d'Al Quaïda, lui-même d'ailleurs manipulé par les Services Secrets français : "Al-Qaïda au Maghreb, c’est le nouveau nom du GSPC, qui était lui-même le nouveau nom du GIA. Il y a des preuves comme quoi ce groupe, originellement localisé en Algérie, est manipulé par les services secrets français. Tout ce que fait Al-Qaïda au Maghreb est par conséquent commandité par l’État français" (voir en particulier http://mai68.org).

 

La France d'aujourd'hui, colonisée (pour reprendre l'expression à la mode, "occupée") par Israël via son Agent général dans notre pays, à la tête de l'Etat, aide Israël son indéfectible allié actuel, à... coloniser l'Algérie dont le sous-sol est si riche. Au détriment des Chinois de plus en plus présents sur le Continent noir.

 

Autre constante de la politique: Le fameux diviser pour régner. Plus un pays est divisé, plus il est affaibli - et soumis. On a vu ce que cela a donné en Yougoslavie, au détriment des intérêts russes, ou en Irak, la partition (Kurdes au Nord, divisions au Sud), ou encore les essais pour scinder la Bolivie ou le Soudan, la partie riche en hydrocarbures étant contrôlée par l'Occident, le reste laissé aux autochtones... Encore récemment, l'exemple de la Côte d'Ivoire: Le Nord, riche, à l'ancien dirigeant du FMI, Ouattara, avant de tenter de destabiliser l'ensemble du pays....

 

En Algérie, le même scénario est à l'oeuvre. Avec des officiers divisés, les uns liés à l'Occident, au gouvernement; les autres, patriotes, au service de leur pays... La peur de l'islamisme ou le terrorisme d'Al Quaïda étant le prétexte bien commode pour modeler un pays à la guise des intérêts de l'occident ! Prétexte, et catalyseur...

 

Au final, et tant pis pour les peuples, il s'agirait de scinder l'Algérie en territoires côtiers et en terres riches en hydrocarbures... ces dernières pour le seul profit des grandes Compagnies carnassières et peu regardantes en matière de Droits de l'Homme (comme au Niger, uranium exploité par Areva, ou en Amazonie, terres arrachées aux Indiens pour permettre leur exploitation).

 

Ainsi tout est théâtre d'ombres. Il y a ce qu'on présente, ce qu'on dit, et dans les coulisses, ce qui se passe réellement... dans le cas présent, une Algérie plus franco-israélienne qu'algérienne !

 

Avec au final, toujours deux victimes: La vérité - et les peuples, spoliés et contraints à la misère.

 

Et un gagnant : L'Occident. Jusqu'à ce que les peuples se réveillent...

 

eva R-sistons

 

N.B. Un moyen de pénétrer le Maghreb, et de le soumettre à l'Occident, est l'évangélisation par les missionnaires US, pas pour Dieu, mais pour prendre le contrôle des âmes et les aligner sur la volonté de l'Occident. On comprend mieux pourquoi les autochtones réagissent avec violence à cet impérialisme faussement missionnaire pour la "Vérité chrétienne" ! Ils préservent leur culture et leur pays contre l'Etranger...

 

Le procureur Marin qui donne les "vérités officielles" est comme le Juge Courroye: Une courroie de transmission du Pouvoir élyséen... désamorçons les mensonges !

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS: Algérie, France, Israël, Maghreb, US, Chrétiens, Elysée, Droits de l'Homme, Amazonie, Niger, Bolivie, Yougoslavie, Russie, Chine, impérialisme, colonisation, occupation, Indiens, FMI, Côte d'Ivoire, Ouattara, GSPC, GIA, Kurdes, Irak, Occident, de Gaulle, uranium, Maghreb, désinformation, Thatcher, Reagan...

 

.

.

 

L'assassinat des deux otages francais

par des mercenaires  occidentaux

doit servir de catalyseur a la division de l'Algerie

 

L'assassinat des deux otages francais par des mercenaires  occidentaux doit servir de catalyseur a la division de l'Algerie, la France-Israel souhaitant prendre le controle direct des zone riches en hydrocarbures sous couvert de l'initiative 'PAN-SAHEL', delaissant le nord du pays livré a lui-meme au cas ou le commandement de l'Algerie passerait sous  controle de forces hostiles a  Paris.

.

map2_-psi-map-600x475.jpg
La zone 'PAN-SAHEL'
s'etend en fait depuis la Mauritanie jusqu'a la Somalie. Les prises d'otages a repetion se produisent au Niger, Mali, Nigeria, Algerie, Mauritanie. Permettant sous couvert de terrorisme, a la France-Israel de venir imposer une zone militarisée ou les richesses naturelles des pays de la zone sont livrées au pillage massif, mais egalement de faire passer de la drogue depuis l'amerique du Sud (Colombie, Bresil, Argentine) vers les zones sous controles, francais, americains vers le Sud de l'Europe en passant par le Maroc et la Libye/Tunisie. Confirmant ainsi que les services francais, principalement, sont les commanditaires de ces fausses prises d'otage a répétition. Ces actes constituent une déclaration de guerre ouverte contre les souverainetés des peuples des pays du Maghreb et du Sahel, un acte qui ne vise qu'a prendre le controle par la force et le mensonge du terrorisme de toutes les richesses africaines locales.


La Resistance Islamique Touareg du Niger informe que les deux francais tués ce samedi 8 Janvier 2011 ont été enlevés par des mercenaires occidentaux et puis assassinés. Selon la Resistance Islamique Touareg, les corps des deux francais n'ont pas encore été apercus, l'armée francaise au courant depuis le debut n'a pris la decision que tard le vendredi de se joindre aux operations avec le Niger, ceci pour donner le temps aux mercenaires de faire le sale boulot.

Selon la Resistance Islamique Touareg, il n'y aucune confirmation que les personnes tuées dans leurs voitures pres de la frontiere soit les veritables ravisseurs, la resistance fournira plus de details des que la confirmation des identités des personnes tuées sera connue. Il s'agit ici de faire le lien direct avec les emeutes 'spontanées' debutées en Tunisie et en Algerie, dont les services francais et americains sont les seuls a pouvoir tirer des benefices directs, pour le moment. Les medias occidentaux a la botte du sionisme, accusant comme d'habitude 'AQMI' d'etre derriere les assassinats d'otages et 'les islamistes' d'etre derriere les emeutes. Il devient evident que des reseaux tunisiens et algeriens soutiennent les plans de la France-Israel et que 'AQMI ' sert les interets de Sarkozy a 100%.  Nous verrons si les forces vives , honnetes au Maghreb sauront dejouer les plans initiaux de destabilisation.  

L'un des objectifs principaux est d'imposer une force militaire francaise  (de preference car Sarkozy n'a rien gagné de la reintegration a l'OTAN et de la guerre d'Afghanistan a part se faire dire qu'il n'est rien d'autre qu'un agent de la finance sioniste anglo-saxonne) d'appui au Niger, Mali, Mauritanie pour permettre a l'OTAN sous commandement US-franco-israelien, de créer une zone 'PAN-SAHEL' allant de la Mauritanie a la Somalie. En passant au Nord par le Maghreb, dont la  Tunisie et l'Algérie connaissent de 'soudaines' révoltes populaires dues a la mal vie, l'oppression et le manque totale d'avenir, le Tchad, le Soudan qui est en passe d'etre coupé en deux (la region du Sud riche en petrole et or passant sous commandement americano-israelien),  et au sud par le Nigeria, en proie lui aussi bizarrement a des prises d'otages a repetitions (comme le Niger, le Mali, l'Algerie) et a l'instabilité, la guerre civile. Finalement, la Cote d'Ivoire que la France-Israel de Sarkozy se prepare a genocider pour la coloniser a vie. 
Apres cette description succinte, il devient tres facile pour quiconque d'interpreter ces prises d'otages a repetitions, et l'instabilité créee de toute piece par les services francais, americains et israeliens, ayant fusionnés sur le meme model que celui en activité en Afghanistan/Pakistan/Inde au sein de structures gerées  sous couvert de mandats ONU-OTAN. 

2011 sera la creation de la zone tres riche en hydrocarbures, et autres uranium, silicium, iridium, palladium, et autres minerais rares, la bande 'SAHEL', et ce suite a l'echec total de la mise en place de l'UPM. En fait, la bande 'Pan-Sahel' viendra completer le dispositif de controle de toutes les routes de transports des hydrocarbures, minerais, eau et autres drogues depuis et vers Tel Aviv comme le montre cette carte ci-dessous. 
.
CENTCOM_AOR.jpg

.

Il devient egalement plus facile de comprendre qu'apres le lancement de l'hyperinflation QE2 par la reserve federale, les memes acteurs financiers ultra-israeliens comme Goldman Sachs et autres ayant ravagé la  Grece, l'Ireland ont massivement spéculé sur les produits de base pour creer de l'instabilité dans les zones et theatres d'operations devant etre occupé militairement en 2011. 

 

Pourquoi Sarkozy a-t-il été voir Obama ? (note d'eva)


L'objectif des prises d'otage a repetition dans le 'SAHEL' sert a couvrir l'escalade militaire francaise sans  aucun doute, et americaine (qui se battent pour le controle local, Sarkozy tentant de s'approprier le role de superviseur-gendarme local pour les americano-israeliens, role qu'il voudrait ajouter a son CV peu reluisant  pour continuer a avoir l'argent, le soutien et la confiance des mulitnationales francaises au sein des reseaux franc maconiques du MEDEF pillant la region, Areva, Lafarge, Total, Bollore, etc) , et celle de l'OTAN, sous couvert de l'ONU dans cette bande d'Afrique, mais egalement de preparer la division des pays comme la carte en introduction le demontre, sur le model soudanais.
Pour le cas du Maghreb et celui de l'Algerie sous controle du DST-DRS. Si, a la suite des emeutes, dont les services franco-americain perdent actuellement le controle, l’Algerie passait sous commandement hostile a la France-Israel. Pour Paris, ce qui est en jeu c’est l’heritage Belkheir dans le Sahara, en fait tous les contrats donnés a la France-Israel par le traitre agent sefarade sioniste Larbi Belkheir, les centaines de milliards de petrole et de gaz volé aux algeriens pendant le reigne de Belkheir depuis 1980. La France-Israel ayant perdu le controle  progressif du DRS car ne pouvant plus proteger Tewfik, au profit de l'administration Bush-Obama. 

Depuis Juillet 2010, Tewfik etait presque exclu, Sarkozy, avec des elements a l’interieur du DRS (Ouyahia, Saadi, et l'agent Kherfi numero 2 DRS) organisent deliberement des prises d’otages dans la region pour faciliter le pre-positionnement militaire francais. Il y a egalement en jeu le ou les futurs pipelines 'trans-sahel' reliant l'Algerie au Nigeria, par exemple. 

Dans le scenario qui se dessine, si les forces vives dignes et honnetes de l’Algerie reprennent en main son destin, les americains et les francais sont pret a mettre en place le meme plan qu’au Soudan, diviser le pays en autant de regions que necessaires pour mieux le piller. Une revolution a Alger n’aurait alors que tres peu d’effet sur l’exportation d’hydrocarbures vers la France et les Etats-Unis. En fait ici, comme au Soudan c'est la Chine qui devrait prendre une part importante des gisements de gaz algeriens d'ici 2014, posant d'enorme probleme aux occidentaux.

Les informations venant du Maghreb confirment egalement une premiere impression, quant a ceux qui souhaitent manipuler les peuples en colere, et dont 'les reseaux locaux', derriere 'la spontaneité' des revoltes,  sont en grande difficulté, qui est celle que les americains et les francais, chacun de leurs coté, ont deja leurs poulains prets a prendre la releve politique et eternaliser les dictatures au Maghreb, pour le cas ou les plans ne pouvaient etre mis en place. En Tunisie, le nom du beau fils de Ben ali est avancé par Hillary Clinton, alors que l'agent de la DST-DRS Ouyahia ou meme celui de l'eradicateur de la DST Saadi sont avancés par Bajolet et Guéant. 

Il sera tres difficile a la France-Israel d'expliquer l'embarguo energetique sur l'economie francaise de la part du peuple algérien, si celui-ci venant a conforter son controle total sur toutes les hydrocarbures sortant du pays, en représaille, au role actif joué par la France-Israel dans le coup d'etat de 1991 et la guerre civile qui a fait entre 250 000 et 500 000 morts. La France risque de connaitre une pénurie de petrole et de gaz, pour le mois de septembre 2011 si les revoltes se poursuivent, une menace stratégique pour les reseaux maconiques israeliens de France, qui avant les elections de 2012, seront tenus pour responsables du chaos, parce qu'une  minorité d'ultra sionistes, accaparant et colonisant les postes strategiques en France, travaille jours et nuits pour l'agenda de Tel Aviv, trahissant le mandat delivré par le peuple francais de servir la France.

C'est surement ce scenario catastrophe qui a poussé l'Elysée a la faute, en ordonnant l'assassinat  de ces deux pauvres innocents au Niger. 
 
Plus d'information des que possible


Abu-Suleyman


 

Tuesday, January 11, 2011

 

URGENT: L'effondrement total et definitif de la France-Israel est imminent selon une de nos sources algeriennes. L'assassinat des deux francais au Niger n'a fait qu'accelerer la chute du regime sioniste terroriste sarkozyste, puisque meme des sources officielles au Niger confirment que ce sont bien des occidentaux qui ont fait le coup, faisant tomber Paris dans une crise politique sans precedent ! Et ce n'est pas (..) Alain Juppe (..) qui pourra y changer quoi que ce soit. "Attendez-vous a de nouvelles provocations" franco-israeliennes au Maghreb et en France, nous dit notre source ! Al-Qaïda au Maghreb appartient aux services secrets français (+vidéos) 

  

MISE A JOUR 12 Janvier 2011:

Les officiels du Niger ont compris le jeu de la France-Israel qui a décidé de diviser l'Algerie et la region entiere et ils tirent maintenant a boulets rouges (quenelles de 255 mm) sur Squarcini, Bajolet, Gueant et Sarkozy  - Le 'journal' Le Monde a du se resilier  et a fini par ecrire un article confirmant nos infos de la veille, ici t.gif! - Maintenant que les plans des israeliens au Maghreb sont connus de tous, la Veritable Revolution peut commencer ! Alors prenez le bon train et le bon wagon en marche ! - Et attention aux manipulateurs utilisant Tweeter et Facebook de Goldman Sachs ! Ce sont des outils israeliens !  - Ammar 404, c'est la fete a la France-Israel !  -  Abu S.

 

algerie_magen_david.gif

La pression est sur les sefarades pro-israeliens controlant la 'republique francaise', notamment  ceux activant au sein de la DST/DCRI et ses faux groupes islamiques, et les  sefarades sionistes mis au pouvoir au Maghreb, depuis Paris, seuls responsables du chaos en terre musulmane.

Al-Qaïda au Maghreb, c’est le nouveau nom du GSPC, qui était lui-même le nouveau nom du GIA. Il y a des preuves comme quoi ce groupe, originellement localisé en Algérie, est manipulé par les services secrets français. Tout ce que fait Al-Qaïda au Maghreb est par conséquent commandité par l’État français !
Lire les articles suivants :

GIA - 1995 - le Gouvernement français et la DST savaient où les bombes allaient être posées :
http://mai68.org/ag/926.htmt.gif

12 avril 2007 - ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES - Les attentats en Algérie peuvent-ils favoriser Sarko ?
http://mai68.org/ag/1132.htmt.gif

11 avril 2007 - ATTENTATS D’ALGER - Les journalistes ont trouvé le coupable en une demi-heure !
http://mai68.org/ag/1131.htmt.gif  
Moines de Tibéhirine :
http://mai68.org/spip/spip.php?article335t.gif

Sachez aussi une chose essentielle pour bien comprendre : l’Algérie, c’est encore et toujours la France ! 

Une visite de ce site (MAOL) vous en convaincra : http://www.anp.org/t.gif

Il est très important de parcourir en détail le site du MAOL, le site du "Mouvement Algérien des Officiers Libres", qui dénonce à peu près toutes les manipulations du terrorisme en Algérie :
http://www.anp.org/frenindex/frentree.htmlt.gif

Lire en particulier cette page qui dénonce que les généraux qui gouvernent actuellement l’Algérie sont d’« anciens » harkis au service de la France :
http://www.anp.org/etatdediscorde/cancerdz.htmt.gif
OU bien lire ce texte beaucoup plus court et très explicite : Le serment des membres du MAOL (Mouvement Algérien des Officiers Libres) :
http://www.anp.org/frenindex/altragedyfr1.htmt.gif
Extrait :
« L’Armée Nationale Populaire a de tout temps été le symbole de l’honneur et du sacrifice, mais l’avènement d’officiers supérieures (ex-officiers de l’armée française ou relatifs) à ses commandes, nous a reconduit plus de quarante ans en arrière. Les pendules sont à l’heure de l’occupation. « Pour toutes ces raisons et pour suivre l’exemple de nos frères officiers et sous-officiers lâchement exécutés dès les premières heures de la guerre civile par d’autres membres de l’Armée Nationale Populaire sous les commandes de Mariane, nous combattrons ces nouveaux harkis et leurs alliés jusqu’à la dernière goutte de notre sang. »
.

Ardent défenseur de la vérité, Lounis AGGOUN est avant tout un militant des droits de l’homme. Journaliste indépendant, fin connaisseur des relations entre la France et l’Algérie, il a coécrit, FRANÇALGÉRIE, Crimes et mensonges d'Etatsir?t=leseditiondem-21&l=as2&o=8=27071474, (La Découverte, 2004), un livre majeur qui révèle les dessous de la « sale guerre ». Le présent ouvrage jette un regard novateur sur quelques-uns des épisodes les plus sombres de l’histoire commune de ces deux pays, de la conquête coloniale jusqu’à aujourd’hui.

Vu sur : Alterinfo  t.gif
pauvrete_1232917101.jpg
.
Les dessous de l’affaire
des moines de Tibéhirine
 
On ne peut pas parler de l'affaire des moines de Tibéhirines sans connaître certaines choses sur l'Algérie.
 
1°) Le contexte historique est en premier lieu totalement indispensable pour y comprendre quelque chose. C'est pour cela que je vous invite à lire la première partie de cette page :
 
 
Lisez-la, car cela m'avait pris un temps fou pour rechercher et vérifier toutes les références historiques. Et j'avais même croisé les sources, comme un vrai pro !
 
2°) Il est très important de parcourir en détail le site du MAOL, le site du "Mouvement Algérien des Officiers Libres" qui dénonce à peu près toutes les manipulations du terrorisme en Algérie :

http://www.anp.org/frenindex/frentree.html

Lire en particulier cette page qui dénonce que les généraux qui gouvernent actuellement l'Algérie sont d'« anciens » harkis au service de la France :

http://www.anp.org/etatdediscorde/cancerdz.htm

 

3°) Lire cet entretien avec Jean-Baptiste Rivoire (journaliste de Canal +) « le Gouvernement français et la DST savaient où les bombes allaient être posées » :

 http://mai68.debithost.net/ag/926.htm

 

4°) Lire cet article et regardez les deux vidéos en bas de page, avec Jean-Baptiste Rivoire :

http://mai68.debithost.net/ag/1132.htm

 

5°) ATTENTATS D'ALGER Les journalistes ont trouvé le coupable en une demi-heure !

http://mai68.debithost.net/ag/1131.htm

 

6°) Lire les révélations sur le GIA d'Habib Souaïdia :

http://mai68.debithost.net/ag/402.htm

 

7°) Lettre ouverte au gouvernement français M. Védrine et le bain de sang en Algérie :

http://mai68.debithost.net/ag/208.htm

_________

Il faut bien comprendre que GIA = GSPC = Al-Qaïda au Maghreb, et que ce groupe terroriste est totalement manipulé et financé par la France

Comment je l'ai su la toute première fois ?

Un jour, il y a de nombreuses années, j'ai entendu à France-info que la France finançait le régime islamiste du Soudan. Et le finançait notamment pour faire la guerre aux animistes et chrétiens du sud de ce pays. France-info avait oublié de dire qu'il y avait du pétrole au sud du Soudan. Ce n'est que plusieurs années après, quand on parla du Darfour que j'appris qu'il y avait du pétrole aussi au sud du Soudan. Maintenant, l'État du Soudan n'appartient plus à la France, mais à la Chine. Mais c'est à l'époque où le soudan était encore financé par la France que Carlos qui s'y était réfugié fut livré par le Soudan à la France. L'activiste propalestinien Carlos avait cru qu'un Soudan islamiste ne le livrerait jamais. Mais un État, quel qu'il soit et quelles que soient ses idées ou idéologies, obéït toujours à celui qui le finance. Que la France finance le Soudan pouvait sembler peu important, mais j'avais tout de même gardé ça dans un coin de ma mémoire, des fois que ça puisse servir un jour...

Six mois après j'apprends, toujours par France-Info, que c'est le Soudan qui finance le GIA algérien ! Là, je relie instantanément les deux informations et je conclue et d'une que j'avais bien eu raison de garder en mémoire la première info, et de deux que c'est la France qui finance le GIA.

Or, on sait bien que le GSPC fut un nouveau nom pour le GIA et que maintenant le nom a encore changé pour devenir "Al-Qaïda au Maghreb". Mais c'est toujours la même chose. Le pouvoir et donc les médias à sa solde trouvent que ça sonne mieux, Al-Qaïda au Magrheb, et puis ça fait "internationale du terrorisme". C'est bon, ça, Coco, pour faire du cinéma d'horreur et affoler le populo !

Je sais tout ça, donc, depuis longtemps maintenant. Et les références internet ci-dessus n'ont pour but que de prouver aux autres que cette théorie n'est pas une théorie mais un fait.

Conclusion : quand vous entendez aux infos qu'Al-Qaïda au Maghreb a fait ci ou ça, il faut en déduire que la France leur a ordonné de faire ci ou ça.

Bien à vous,
do
http://mai68.org

Post-scriptum : Bien sûr, seuls les chefs tout en haut de ce groupe (GIA ou GSPC ou Al-Qaïda au Maghreb) savent pour qui ils travaillent exactement ; par contre, les militants de bases, qui obéissent aveuglément à leurs chefs sans se poser de question, croient combattre pour la cause de la "révolution islamiste" et sont complètement manipulés.

 

  http://mai68.org/spip/spip.php?article335

 

.

 

Le Mouvement Algérien des Officiers Libres

 

Dernier Communiqué.....L’Algérie vit depuis quelques jours sous le poids des protestations et des manifestations qui s’amplifient chaque jour au risque de finir dans un chaos total qui aura de graves répercussions sur la sureté des citoyens et sur la paix sociale. Ces manifestations qui ont commencé dans un quartier d’Alger et qui se sont propagées aux quatre coins du pays sans que l’autorité publique ne dédaigne s’y pencher sauf l’envoi de forces de répression et le risque de faire appel encore une fois à l’armée pour maitriser la situation. A quoi servent les autres institutions de l’Etat dans ce régime ? Que fait la présidence de la république, le sénat, le gouvernement, l’assemblé nationale, les ministères et les assemblées élus ainsi que les partenaires sociaux et les partis politiques qui sont employés par le ministère de l’intérieur aux frais du trésor publique ? Quel est l’intérêt de toutes ces institutions si le citoyen se retrouve en face de la police, des gendarmes, du DRS et de l’armée à chaque fois qu’il réclame ses droits politiques, civils et sociaux ?...Lire

 

 

Le MAOL....."Après la destitution du président Chadli Bendjedid en janvier 1992, un groupe d’officiers a été outré par les agissements irresponsables de la hiérarchie militaire ; ils connaissaient parfaitement les conséquences du tout répressif. Après un temps de consultation, au début de l’an 1993, une première cellule appelée HAKIM a été constituée par ces officiers nationalistes regroupé autour du feu Kasdi Merbah et les regretté généraux Mohamed Touahri et Saïdi Fodhil entres autres. D’autres généraux de la famille nationaliste ont été discrètement contactés, mais ces derniers se sont abstenus de prendre parti ou de réfléchir au sujet. On ne citera pas ces généraux qui sont a la retraite mais ils se reconnaîtront!"...Lire

 

http://www.anp.org/

 

 

carriere_uranium_niger.jpg
Mine d'uranium au Niger.

http://www.dissident-media.org/infonucleaire/niger.html

Niger :
Des zones d'ombre 
après l'exécution des otages français

.

De quelle façon s'est déroulée l'intervention militaire française pour libérer les deux otages français enlevés au Niger, qui a abouti à la mort d'Antoine de Léocour et Vincent Delory ? "De notre point de vue, aucun élément n'est flou dans la séquence des événements", avait affirmé lundi le ministre de la défense français, Alain Juppé. Mais des zones d'ombre demeurent, en particulier sur les conditions de la mort d'un des deux otages français, dont l'enlèvement a été revendiqué par Al-Qaida.

Lire ici :

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/01/12/des-zones-d-ombre-demeurent-apres-l-execution-des-otages-au-mali_1464406_3212.html

.

 

 

En cherchant une image pour illustrer Algérie-Israël sur Google, jai trouvé ça :

 

Relations entre Algérie-Israël

362853000.jpg

le site algerien d'actualite en ligne nous revele qu'Israel vient de presenter ses condoleances à l'Algerie suite aux attentats du 11 decembre, evidement la reaction des algeriens ( du moins sur le site, mais c'est representatif ) se divisent principalement en deux avis, la majorité, on s'en doute, est radicale ( notre temperement naturel sans doute ) pas question donc d'entendre parler de cet Etat artificiel, colonial en plus, une petite minorite essaie difficilement toutefois de prouver que le radicalisme, soit au niveau diplomatique,ou dans tout autre domaine... n'est pas le bon choix, on l'a meme verifié plus qu'a notre tour !
mais comme cette minorité elle meme campe sur des idees aussi radicales dans d'autres domaines, elle est d'emblée vite balayee et disceditee au dépends d'un vrai debat public enrichissant !
mon grain de sel à moi, et c'est le but de ce billet, c'est de prendre un petit chwiya de recul et ne pas foncer tete baissee sur l'information de Tel aviv
Je dirais d'une, à la tete de l'Etat d'Israel, il y'a de vrais visionnaires, non seulement, ils projettent à long terme, et du coup ont affaibli durablemet tous leur adversaires, se permettant non seulement de 'paraitre' justes, mais le "prouvent" par des operations de propagandes bien reglées ! au final, l'eleve Israelien a depassé son maitre, c'est dire les occidentaux, USA et France en tetes dans le cynisme politique et diplomatique !
ma conclusion à moi c'est de paraphraser celui qui avait dit qu'un pays est colonisé parcequ'il est colonisable, et donc l'algerie aura dans les années futures malgré son potentiel financier des soucis à se faire pour sa diplomatie et son integrité, elle ne sera pas respectee tant que les coups viennent d'abord de ses propres citoyens gouvernants comme gouvernés !
le premier grand choc "anti diplomatique" de l'Algerie et qui fut fatal aux citoyens algeriens et à l'algerie en general fut le detournement de l'avion d'Air France en 1994, ou il fallait aller à Tunis pour quemander un visa !! à partir du moment qu'on s'en prend aux interets etrangers, notre pays devrait etre fort dans tous les sens du mot, afin d' affronter les represailles pas toujours visibles comme l'histoire des visas, sinon, rahet edzayer chouhadounas rahou khssara !
notre monde n'est qu'un rapport de forces. point barre.


http://lolalgerie.blogspot.com/2007/12/relations-entre-algerie-et-israel.html 

 

 

SCANDAL, ALGERIE ISRAEL, les relations secret ???

 

Vidéo censurée (on se demande pourquoi !) :

http://www.mefeedia.com/entry/scandal-algerie-israel-les-relations-secret/7125051

Les relations secrètes Algérie-Israël

http://www.mefeedia.com/tags/esperence

.

.

.

La fin du monde, mode d'emploi

("l'islamisation" soudaine du Maghreb)

 

 

Je n'ai jamais été supersticieux et concernant ma foi en notre religion islamique n'est à vrai dire que culturelle et traditionnelle, autant dire que les questions d'apocalypse, fin du monde, 2012, peurs de l'au dela et autres quetes au paradis et ses multiples vierges comme récompense, ce n'est pas trop mon truc,

et pourtant, je commence de plus en plus à me dire qu'il faut se préparer à un futur proche assez terrifiant..
avec le recul, je commence serieusement à croire que les millénaristes ont fatalement raison, entre autres, le styliste Paco Rabbane qui n'avait pas si tord que ça manifestement, lui qui s'etait ridiculisé en 1999, alors que les symptomes qu'on commence fortement à ressentir aujourd'hui ( la finance ), etaient déjà bien enclenchées à l'epoque, mais comme dit l'adage, il ne faut jamais avoir raison trop tot.

entre changements climatiques ( chauds ou froids, peu importe ), bruissements croissants de la terre, coqueteries du Soleil, déreglements de la nature à cause de la main de l'homme, vient s'ajouter d'autres soucis plus "terre à terre" bien réels et pas moins angoissants puisque inextricables comme la crise financière puis economique, qui induiront forcément des conflits sociaux et politiques ( rappellez vous les raisons du 5 Octobre 1988 en Algérie ), Guerres et menaces de guerres imperialistes ( afghanistan,irak, iran, Sahel ) suivra alors une dislocation géopolitique internationale qui induira inéxorablement des conflits majeurs ( armés comment ?), on voit donc bien que la fin (du) d'un monde qu'on connait est déjà bien entamée...

parallelement, il y'a des causes et des acteurs de l'ombre qu'on a du mal à distinguer encore moins à entendre parler ( rappellez vous encore, personne n'a jamais veritablement su dans le détail QUI SE CACHAIT DERRIERE LE 5 OCTOBRE en Algérie, "l'islamisation" soudaine des Algeriens et le reste )

on a du mal à distinguer les "tireurs de ficelles" de tous ces "bugs" croissants, qui se répandent de plus en plus à l'echelle planetaire,

cependant, lorqu'on nous agite les quelques chiffons rouges de la main droite habituelle ( Iran, talibans,islamisme, etc ) on se garde bien de nous montrer ce que cache la main gauche, il y'a INDISCUTABLEMENT des acteurs beaucoup plus puissants, plus agiles et beaucoup plus nuisibles à l'ensemble de la planéte, comme la mainmise des Banques sur le Politique en occident qui ne fait que perpétuer les crises, la gestion de la distribution du Pétrole, la guerre des matieres premières et ses victimes en Afrique ( mais Sarkozy reconnait "des erreurs", c'est ENORME comme dirait l'autre ), et enfin des plans globaux, pas du tout secrets ( voir photos )... pour une solution...finale !! sachant que l'Histoire non seulement ne ressert pas les memes plats, mais elle ne fait que begayer.

 

http://lolalgerie.blogspot.com/2010/03/la-fin-du-monde-mode-demploi.htm

 

 

Pourquoi le FBI orchestre-t-il de faux complots terroristes ? Par Paul Craig

 

images?q=tbn:ANd9GcTIlGcgb-p7if6Ogaxq1Lp

 

 

 

(..) Le ministère de la Justice (sic) et les médias subjugués on fait grand cas des « bottes militaristes » portées par les pauvres « comploteurs, » sauf que le FBI avait acheté les bottes pour eux. La plus grande pièce à conviction contre le malheureux groupe était qu'ils avaient pris des photos des « cibles » en Floride, sauf que le gouvernement leur avait fourni les appareils photo. Le gouvernement a même loué les voitures que conduisaient ses pigeons en prenant les photos.      Il s'avère que le groupe voulait juste les 50.000 roupies, mais peu importe, un jury zunien les a reconnus coupables.  
  
Quand le régime étasunien en arrive à de telles extrémités pour transformer des pauvres types en « terroristes, » il sert un objectif inavoué. Quel pourrait être cet ordre du jour ? Il répond à de nombreux desseins. L’un d’eux concerne la justification des guerres d'agression, des crimes de guerre en vertu de la norme de Nuremberg créée par le gouvernement étasunien lui-même. Une façon d'éviter l’accusation de crime de guerre consiste à créer le terrorisme qui justifie les agressions flagrantes contre l’« axe du mal. ». Un autre calcul concerne l’instauration d’un État policier. Un État policier a la possibilité de contrôler les gens qui s'opposent à leur appauvrissement au profit des cousus d’or beaucoup plus facilement qu'une démocratie dotée de libertés civiles constitutionnelles.      
Une autre arrière-pensée concerne l’enrichissement. Qu'elles soient réelles ou orchestrées, les affaires terroristes ont créé un marché de la sécurité. Michael Chertoff, le citoyen israélien à double nationalité ancien patron de la Sécurité intérieure, est le lobbyiste qui représente Rapiscan, la société qui fabrique les appareils pornographiques de scanographie corporelle qui, suite à l’affaire du « terroriste au slip piégé, » regorgent désormais dans les aéroports. 
La Sécurité intérieure a annoncé l’achat de scanners pornographiques pour les trains, bus, métros manifestations sportives, palais de justice, etc. Comment pourraient y réchapper les centres commerciaux et les routes ? Récemment, sur l’autoroute inter-États 20 à l'ouest d'Atlanta, les camions devaient passer sur un appareil similaire. Tout le monde a oublié que le kamikaze aux sous-vêtements piégés était dépourvu des papiers exigés et avait été escorté à bord de l'avion par un fonctionnaire [à l’aéroport d’Amsterdam surveillé par cette même compagnie israélienne qui est en place, entre autres, à Boston, ndt] (..)
Paul Craig Roberts a été secrétaire adjoint au Trésor durant le premier mandat du Président Reagan et rédacteur en chef adjoint au Wall Street Journal.
.
indignez-vous_hessel.jpg
Soutien à Stéphane Hessel
LE CRIF REVENDIQUE LA CENSURE
DE STEPHANE HESSEL ET L'ATTEINTE
A LA LIBERTE D'EXPRESSION A L'ENS
Chers signataires de l'appel "solidarité avec Stéphane Hessel et toutes les victimes de la répression",
Avant tout merci pour votre solidarité et votre soutien. Vous avez été ajouté à cette liste parce que vous avez signé l'appel publié sur Mediapart en octobre via le site : www.collectifpaixjustepalestine.org.

Cette liste doit permettre de vous envoyer les informations relatives aux mobilisations unitaires du comité de soutien à Stéphane Hessel. Un premier message automatique, dont une partie en anglais, a été envoyé par le serveur. Nous vous prions d'excuser le désagrément que cela a pu causer.

Vous trouverez ci-joint et ci-dessous un premier communiqué. La mobilisation promet de s'intensifier dans les semaines prochaines. L'engagement infatigable de Stéphane Hessel pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens fondée sur le droit international, couplé au succès extraordinaire de l'ouvrage "Indignez-vous", déjà vendu à plus de 750 000 exemplaires, lui valent des attaques virulentes. En voici l'exemple le plus frappant : 

LE CRIF REVENDIQUE LA CENSURE DE STEPHANE HESSEL ET L'ATTEINTE A LA LIBERTE D'EXPRESSION A L'ENS 

Communiqué publié sur Mediapart le 14 janvier à 00h55.

 

Nous apprenons avec stupeur la décision de Mme Canto-Sperber, la directrice  de l'Ecole Normale Supérieure, de retirer la réservation de la salle accordée pour la tenue d'une rencontre exceptionnelle avec Stéphane Hessel mardi 18 janvier. Cette conférence s'inscrivait dans la lignée de l'appel qui a reçu les signatures prestigieuses de personnalités politiques et intellectuelles de sensibilités très diverses, et de plus de 10000 citoyens. Voir et signer l'appel.

 

Le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) revendique cette victoire de la censure, et remercie ses amis : Valérie Pécresse (ministre de l'enseignement supérieur), Bernard-Henry Lévy, Alain Finkielkraut, Claude Cohen-Tanoudji, Arielle Schwab. Tous, selon lui, seraient intervenus activement pour bâillonner Stéphane Hessel et ses prestigieux soutiens. 

 

Mobilisées pour les droits démocratiques et contre les menaces visant Stéphane Hessel et les prévenus de la campagne BDS, de nombreuses personnalités devaient effectivement s'exprimer à la tribune ou par des messages :

  • -       Benoist Hurel (secrétaire général adjoint du Syndicat de la Magistrature)
  • -       Leila Shahid (ambassadrice de la Palestine auprès de l'Union Européenne)
  • -       Haneen Zoabi (députée au parlement israélien)
  • -       Michel Warschawski (Israélien, fondateur du Centre d'Information Alternative, AIC)
  • -       Nurit Peled (mère israélienne d'une victime d'attentat, fondatrice du cercle des familles endeuillées, Prix Sakharov pour la paix du parlement européen)
  • -       Elisabeth Guigou (députée, ancienne Ministre de la Justice et Garde des Sceaux)
  • -       Daniel Garrigue (député, porte parole de République Solidaire)
  • -       Gisèle Halimi
  • -       ... et bien d’autres… 

300 personnes étaient déjà inscrites pour cette conférence, exclusivement 

="http://www.mediapart.fr/club/edition/soutenons-stephane-hessel-et-les-pacifistes-de-la-campagne-bds">annoncée sur Mediapart. La direction de l’ENS a déjà reçu de nombreux mails de protestation, auxquels elle répond par le déni...


Le comportement indigne de la directrice d'un des hauts lieux de l'intelligence française et de celles et ceux qui ont fait pression sur elle pose de nombreuses questions auxquelles nous répondrons, avec nos invités et amis, lors du rassemblement auquel appellent les organisations ayant soutenu cette conférence.


Rendez-vous mardi 18 janvier à 18h30  

pour un grand rassemblement contre la censure

et pour le respect des libertés démocratiques.


Nul n’a le droit d’interdire aux citoyens de ce pays de dénoncer l’impunité des violations israéliennes du droit international et la collusion de notre gouvernement avec la droite extrême au pouvoir en Israël !


L'annonce du lieu du rendez-vous sera publiée vendredi 14 janvier à 17h précises ici.


Organisations signataires : AFPS (Association France Palestine Solidarité), CCIPPP (Campagne Civile pour la Protection du Peuple Palestinien), CJPP5 (Comité Paix Juste Palestine 5ème), Génération Palestine, GUPS (Union Générale des Etudiants de Palestine, UJFP (Union Juive Française pour la Paix).

 

Vous trouverez aussi ici un extrait de l'intervention de Stéphane Hessel mercredi 12 janvier chez Frédéric Taddéi dans l'émission "Ce soir ou jamais" sur France 3. Il s'exprime sur une de ses principales indignations : la politique du gouvernement israélien à l'encontre des Palestiniens : http://www.mediapart.fr/club/edition/soutenons-stephane-hessel-et-les-pacifistes-de-la-campagne-bds/video/140111/stephane-he


Cordialement, 

L'équipe de coordination de l'appel

 

www.collectifpaixjustepalestine.org.

 

Resister-avec-Hessel.jpghttp://emediacom.hautetfort.com/archive/2010/12/30/indignez-vous-de-stephane-hessel-800-000-lecteurs.html

 

 

 

A lire :

 

Le Bassin du Levant assiégé par Israël (ressources énergétiques)

 

 

On termine en riant ?

 

lapidation_large

 

Vous avez dit lapidation ? QUELLE lapidation ? - Procès de l'Occident

 

 

guerreusapartoutkt9.jpg  

 

.

Terrorisme et Uranium...

(Gérard Foucher, humour)

 

.
Je viens de voir une vidéo sur l'après-guerre en Irak.
Pour se concilier les faveurs des Irakiens,
les soldats US lancent à la volée des bonbons.
Comme une paysanne nourrissait jadis ses poules.
Les bonnes manières américaines ! (eva)
.
drapeau.gif


Dernière mn, départ de Ben Ali :
Tunisie, bel exemple pour les peuples spoliés !
Des citoyens unis, déterminés, sont forts  ! eva
tunlogo.gif

 


C O M M E N T A I R E S  :  I C I
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 10:36

 

Sommaire :


Dangereux ferments de divisions,

par eva R-sistons

Niger: Terrorisme colonial d'Etat

Les Etats-Unis, avant-garde de la décadence

par Roger Garaudy

 

division

http://mydago.com/2010/10/la-politisation-syndicale-continue-de-plus-belle/

 

 

 

Dangereux ferments de divisions,

le capitalisme a besoin d'ennemis,

alors il les crée artificiellement.

par eva R-sistons

 

 

Juste un mot pour vous dire que pour la première fois, j'ai perdu 3 abonnés.. en deux jours, un nombre d'ailleurs compensé par quatre nouveaux-venus, que j'accueille avec joie. Si je relève ce fait, ce n'est pas par dépit, mais c'est parce je soupçonne un désaccord avec ma position délibérée, originale, de  m'opposer avec force à l'Islamophobie qui fleurit aujourd'hui, via notre tant aimé Président, et les tenants surtout anglo-saxons du Nouvel Ordre Mondial soucieux de faire main-basse sur les richesses des sous-sol d'Orient et de trouver un prétexte pour nous entraîner dans des folles guerres qui sèmeront partout ruines, blessures, handicaps, larmes, morts pour le SEUL profit de nos ennemis tout en Haut. Par ailleurs, tout cela sert Sarkozy qui va surfer sur nos divisions en 2012. 

 

Le capitalisme a toujours eu besoin d'ennemis, quand il n'en a pas, il les crée: Pour ses industriels de l'armement, de la reconstruction, ou pour ses Financiers !

 

Les Puissants ont toujours besoin de boucs-émissaires, hier juifs ou communistes, aujourd'hui arabes ou musulmans. Alerte ! Ne faisons pas le jeu de ces apprentis-sorciers nous dressant les uns contre les autres ! Quelles que soient vos raisons de ne pas apprécier tel ou tel, je vous rappelle que nos VRAIS ennemis sont les tenants de ces politiques mortifères. Et une burka ne  nuira jamais autant aux citoyens qu'une guerre nucléaire ! Le ridicule (des intolérants) tue, certes, mais pas comme les plans de l'Oligarchie ! Bref, il faut raison garder.  Au pire, la burka chatouillera nos opinions, mais ne nous empêchera jamais de vivre !

 

Je ne suis pas quelqu'un d'autoritaire. Pour une fois, je vais faire preuve de fermeté. Donc, je ne veux pas voir un seul de mes Lecteurs se tromper d'adversaire, c'est trop grave ! Même chose pour l'Iran, qui n'a jamais attaqué personne. Si un Lecteur abandonne mon blog parce qu'il le trouve trop complaisant envers les Musulmans sans cesse calomniés,  je lui dirai : Regardez leur patience ! Ils sont constamment fustigés et discriminés ! Et vous faites le jeu des salauds qui, au sommet, nous bernent en permanence !

 

Cette question est très grave. J'ai bien conscience, sur le Net, d'être une des rares à ne pas tomber dans le piège tendu, et à défendre ces nouveaux boucs-émissaires. Outre que j'ai, par curiosité, lu le Coran et que j'aie trouvé qu'il n'avait rien à voir avec l'image caricaturale qui en est donnée (bien au contraire), j'ai le tort d'avoir raison trop tôt, généralement. Or, il est intolérable de voir que la propagande des médias arrive à ses fins, et au final, c'est nous tous qui serons les dindons de la farce, ou plutôt, de la tragédie en préparation via un choc de civilisations artificiellement créé pour nous dresser les uns contre les autres, nous diviser, et faire le jeu des Financiers, des Industriels de l'Armement, des eugénistes, des psychopathes de Bilderberg ! Et puis c'est Sarkozy qui profitera, en  2012, de ces divisions artificielles ! C'est ça que vous voulez ?

 

Oui, je suis en colère. Car la bête immonde du racisme, du rejet, de l'intolérance, est en train de monter, monter, monter, encore et toujours, après la Shoah des Tsiganes et des Juifs, on ne va tout de même pas favoriser la "Shoah" des Musulmans ! Ils ne seront pas les seules victimes ! Souvenez-vous  de la guerre de 40: 50 millions de morts ! Et là, quoi ? 5 milliards ? Alors, basta, on ne se laisse pas avoir, on garde notre raison et notre bon sens, et on ne se jette pas dans les bras de Sarkozy ou de Marine Le Pen pour éviter quelques burkas (que d'ailleurs on ne voit jamais) ou des terroristes créés de toutes pièces par des Folamour des  Services Secrets américains, israéliens, ou français ! 

 

Comprenez-moi bien: Je ne nie pas qu'il existe des terroristes, des intégristes islamistes comme il y a  des néo-évangéliques ou des sionistes fanatiques. Mais quel poids ont-ils face à l'armada de l'Occident ? Un  spécialiste de la lutte contre le terrorisme, au micro d'un Calvi dépité (car il ne songe qu'à faire le jeu des divisions, à faire peur), a évalué le  nombre des membres d'Al Quaïda à 2.000 dans le monde. 2.000 ! Et c'est ça qui nous terrorise ? Notre comportement favorisera leur essor, les  discriminations, les rejets, les haines !   

 

Je suis l'une des rares à avoir cette position, elle vous choque ? Eh bien je prétends qu'elle est sagesse, prévoyance ! Si comme je le pense, les trois abonnés ont décroché à cause de ma défense des Musulmans perpétuellement attaqués, je veux qu'ils soient les derniers, pas pour avoir 3 abonnés de plus, mais parce que ce sera une défaite de la raison et de l'intelligence ! Suis-je claire ? Alors maintenant, réfléchissez, et relayez cette parole de sagesse, de paix, croyez-moi elle aura plus d'avantages que les brûlots quotidiens des semeurs de haine !

 

Quant au Niger, voyez le post ci-joint: Terrorisme ? Oui, mais d'Etat ! Le nôtre est colonial, provocateur, va-t-en guerre, clone de celui de Bush !  

 

Dominez les événements, au lieu d'être dominés par eux ! Les médiamensonges, le lavage de cerveau, ça suffit ! A bon entendeur, salut !

 

Votre eva R-sistons

 

NB : Sarkozy et Obama ne sont pas réunis pour le G20. Mais pour voir comment ils peuvent dépeçer l'Afrique... Silence médias, pour ne pas dresser les Africains contre l'Occident !

 
http://r-sistons.over-blog.com

 

 

Entre autres réactions reçues par courriel, 2 révélatrices:

- L'un d'un sympathant du FN gêné par ma défense de la paix sociale (passant pas le refus du rejet des uns ou des autres), ardent défenseur de la France aux Français seulement (il m'a demandé de ne pas publier).

- L'autre : "Eva, Rassurez-vous si vous avez perdu 3 personnes à cause de vos positions sur les "Musulmans" (ce qui ne veut pas dire grand chose), d'autres, dont je suis, sont d'accord à 10000% avec vos analyses, sur l'Iran en particulier. C'est insupportable la façon dont on nous présente ce pays.E t je ne suis ni musulman, ni religieux, ni croyant. Cordialement."

Le verdict ? L'afflux de nouveaux abonnés... (eva)

 

.

 

Niger: Ce que fait Al Quaïda

au Maghreb islamique

est commandité par la France. Pourquoi ?

 

 

L’Aqmi : véritables fondamentalistes fanatisés ou bédouins contrebandiers qui surfent sur la vague islamiste pour légitimer leurs crimes ? Longtemps, la branche sahélienne d’Al Qaida, à cheval sur quatre pays (Algérie, Niger, Mali, Mauritanie), n’a pas été prise au sérieux par les experts du contre-terrorisme.

Les « émirs » auto-proclamés de l’Aqmi sont en effet bien souvent d’anciens chefs de bandes spécialisés dans la contrebande, notamment de cigarettes et d’alcool, qui se sont convertis à l’islamisme radical au début des années 2000. 

http://sionistes-gohome.com/?p=111

 

 

   
Bonjour à toutes et à tous,

 

Al-Qaïda au Maghreb, c’est le nouveau nom du GSPC, qui était lui-même le nouveau nom du GIA. Il y a des preuves comme quoi ce groupe, originellement localisé en Algérie, est manipulé par les services secrets français :


http://mai68.org/spip/spip.php?article1372


Tout ce que fait AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) est par conséquent commandité par l’État français ; par conséquent, il est bon de se demander en quoi cette mise en scène à grand spectacle de terrorisme au Sahel profite à Sarkozy et à l’État français.. .

Un des buts est de créer l’union sacrée, comme en 14-18 : tous unis derrière Sarko, de la droite à la gauche. Comme ça il retrouvera de la crédibilité pour 2012.

Un autre but est peut-être de justifier une guerre de recolonisation des pays du Sahel par la France, en déguisant cette guerre en guerre contre le terrorisme. Comme les USA en Afghanistan :

http://mai68.org/pages-speciales/911/911.htm

 

Le spectacle de terrorisme de l’AQMI profite donc à Sarkozy et à l’impérialisme français.

Merci pour votre attention,
Meilleures salutations,
do
http://mai68.org/spip

Post-scriptum :


1°) Une guerre sale pour une énergie propre ?

S’ils tiennent tant à ce qu’on ait peur d’aller au Sahel, c’est pour éviter qu’on aille y voir d’un peu trop près. En fait, c’est eux qui ont peur qu’on puisse témoigner des saloperies qu’ils y font et qu’ils vont y faire. Car toutes les guerres sont sales.

Mais qu’y a-t-il donc de si important au Niger pour que la France soit prête à y mener une nouvelle guerre de colonisation, ou plutôt de recolonisation ?


Au Niger, il y a de l’uranium pour nos centrales nucléaires !

C’est ça, l’énergie propre !

 

 

2°) Il a déjà été démontré que wikileaks est lié aux Rothschild :

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article1878

Par conséquent, il n’y a rien d’étonnant à ce que Wikileaks soutienne l’impérialisme en cautionnant cet immonde spectacle de terrorisme. Voici en effet un titre du journal Le Monde :

WikiLeaks : les terroristes de l’AQMI sont "virtuellement à notre porte"

( http://www.lemonde.fr/international/article/2010/12/06/wikileaks-les-terroristes-de-l-aqmi-sont-virtuellement-a-notre-porte_1449844_3210.htm) 

 

 

Lire aussi :

 

____________________________________________________________________________________________

 

.

 

http://www.halalmagazine.com/category/islamophobie/

 

 

Messages subliminaux véhiculés contre les Musulmans,

pointés comme les boucs-émissaires

d'une société en pleine décomposition (eva)

.

 

Réflexions sur la construction

médiatique de l'islamophobie

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-reflexions-sur-la-construction-mediatique-de-l-islamophobie-64731011.html

 

 

 

 

.

Les Etats-Unis,

avant-garde de la décadence

(Roger Garaudy)

 

Don-quichotte-png.png

http://sos-crise.over-blog.com/article-les-politiques-sont-apprecies-alors-zelu-on-ouvre-les-yeux-49952493.html


 

LES ETATS-UNIS, AVANT-GARDE DE LA DECADENCE


Pour comprendre comment, aujourd'hui, la désintégration des mœurs et des arts a pour l'une de ses causes essentielles la diffusion (et les illusions) du «mode de vie américain », il est nécessaire de situer le problème dans la perspective de l'histoire américaine, car la décadence de la culture, ne jouant aucun rôle régulateur dans la vie de la société, découle de la formation et de l'histoire des États-Unis.

 

En Europe, la culture et les idéologies ont toujours joué un rôle important dans la vie politique, qu'il s'agisse par exemple de l'Europe de la Chrétienté, de l'âge des Lumières et de la Révolution française, du siècle des nationalités - et des nationalismes - ou du marxisme et de la Révolution d'octobre.

 

En Amérique, en dehors des autochtones indiens dont la haute culture régulait les relations sociales (comme chez les Incas), mais qui ont été décimés à 80 % par le grand génocide, refoulés, marginalisés et finalement parqués dans les réserves, tous les hommes qui peuplent aujourd'hui les États-Unis sont des immigrants.

 

Quelles que soient leur origine et leur culture première, ils sont venus essentiellement pour chercher du travail et gagner de l'argent. Irlandais ou Italiens, esclaves noirs déportés aux Amériques, Mexicains ou Portoricains, ils avaient chacun leur religion et leur culture; mais pas une religion et une culture communes. Le seul lien qui les rassemble est analogue à celui qui lie le personnel d'une même entreprise.

 

Les États-Unis sont une organisation de production régulée par la seule « rationalité» technologique ou commerciale, à laquelle on participe comme producteur ou consommateur, avec pour seule fin un accroissement quantitatif du bien-être. Toute identité personnelle, culturelle, spirituelle ou religieuse est considérée comme une affaire privée, strictement individuelle, qui n'intervient pas dans le fonctionnement du système.

 

A partir de telles structures sociales, la foi, la foi en un sens de la vie, ne peut vivre que dans quelques communautés qui ont gardé l'identité de leur culture ancienne, ou chez quelques individus héroïques. Dans l'immense majorité de ce peuple, Dieu est mort, parce que l'homme y a été mutilé de sa dimension divine: la quête du sens. La place est alors libre pour le pullulement des sectes et des superstitions, les évasions de la drogue ou du petit écran, le tout recouvert d'un puritanisme officiel qui s'accommode de toutes les inégalités et de tous les massacres, et leur sert même de justification.


Les Etats-Unis avant-garde de la décadence, pp. 21-2

 


 

http://rogergaraudy.blogspot.com/

 

 

Extrait d'un blog qu'il faut visiter,

 

celui d'un homme libre,

 

d'une conscience de notre temps,

 

(comme l'immense Stéphane Hessel),

 

d'un homme épris de vérité, de justice, de paix, d'absolu,

 

et donc incompris et persécuté.

 

eva R-sistons aux mensonges

 

 


Caracas 1981

L'oeuvre de Roger Garaudy nous aide à comprendre le présent et à penser un avenir à visage humain, indivisiblement personnel et collectif. Indépendant, ce blogue, qui lui est dédié, n'a aucun lien structurel ou administratif avec lui ou sa famille.

 

 

Une introduction à la lecture de Roger Garaudy:

Une introduction à la lecture de Roger Garaudy:
 

Editions Robert Laffont (1975) et Collection "Points" au Seuil:

Editions Robert Laffont (1975) et Collection "Points" au Seuil:

 
Suite ici :
http://sos-crise.over-blog.com/article-les-etats-unis-avant-garde-de-la-decadence-blog-de-roger-garaudy-64729724.html


 

 

Préparer la crise :
3 nouveaux posts sur sos-crise

.

 

 

 

Dahlan chargé de la Sécurité,

ou de l'empoisonnement d'Arafat ?

Par eva R-sistons


http://sos-crise.over-blog.com/article-dahlan-charge-de-la-securite-ou-de-l-empoisonnement-d-arafat-eva-r-sistons-64732106.html

 

 

.

 


Partager cet article
Repost0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 20:21

LEY LndPort5

Dr LEY- NGARDIGAL Djimadoum, le Secrétaire Général de l’ACTUS/prpe

 

 

Reçu du Dr Ley cet article

qui contrebalance les mensonges de l'Occident impérialiste,

et en particulier de la France toujours coloniale. Eva R-sistons

 

Déclaration de l’ACTUS/prpe sur la situation en Côte d’Ivoire

 

 

Côte d’Ivoire: Pourquoi la France veut-elle abattre le président insoumis, Laurent Gbagbo ?

 


L’ACTUS/prpe suit avec une attention particulière l'évolution de la situation politique en Côte-d’Ivoire depuis le coup d’état avorté de l’impérialisme français en 2002 contre le Président Laurent Gbagbo.


L’échec du putsch d’alors était du au soutien massif, populaire et notamment à celui des jeunes patriotes dirigés par Charles Blé Goudé, qui ont bravé les troupes françaises basées dans le pays.


La partition de facto du pays en deux : le Nord sous contrôle des putschistes et le Sud sous administration légitime et légale du Président Laurent Gbagbo.


Dix années plus tard, la rancœur tenace de l’impérialisme international et français en particulier, est revenue à la charge afin d’imposer  à la présidence de Côte-d’Ivoire, leur poulain, en l’occurrence Monsieur Alassane Dramane Ouattara (surnommé ADO par ses partisans) après le deuxième tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2008.


Si les prétendus démocrates en occident et si les membres de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) étaient impartiaux et soucieux d’instaurer une véritable démocratie en Côte d’Ivoire, alors comment  expliquer leurs criminelles accointances avec les putschistes du Nord depuis septembre 2002  en refusant  de les désarmer avant les élections ? Dans ces conditions  surréalistes, comment pourrait-on avoir une ombre de doute que les élections dans la partie septentrionale  du pays seraient opaques, falsifiées et irrégulières ?


Cette connivence de la France et de l’Onuci avec les putschistes du nord, préparerait déjà l’opinion internationale à ce coup d’état « démocratique et institutionnel » de la Commission Electorale Indépendante (CEI) qui voudrait imposer illégalement et illégitimement  ADO, Président de  la République de Côte d’Ivoire.

               

Pourquoi les Africains doivent-ils continuer à être humiliés en acceptant les coups d’états permanents de l’impérialisme français, la Françafrique 50 ans après les indépendances nominales?  Force n’est-il pas de constater que les criminels dictateurs à l’instar du tyran Déby au Tchad, soutenus par la France sont  imposés aux peuples ?


Ces despotes du pré carré français d’Afrique sont au pouvoir depuis au moins  20 ans pour chacun d'eux, par la volonté impériale de la France. En revanche, elle vilipende les dirigeants ou candidats africains insoumis ou progressistes, soutenus par les peuples. 


La nouvelle stratégie de l’hexagone consisterait à appeler en renfort l’ONU  afin de procéder au sacre de leur  valet, ADO. C’est le cas de la Côte-d’Ivoire ces derniers jours où le cynisme, et la forfaiture du droit de la force de l’impérialisme prime sur la force du droit national  et international.  50 ans après les indépendances africaines, le néocolonialisme français n'a pas perdu de sa vigueur d'antan.


 Ce qui se passe en Côte-d’Ivoire  est inédit, injuste, humiliant, déshonorant et criminel pour toute l’Afrique. Cela devrait interpeller tous les patriotes africains... notre devoir  (est) de combattre l’inacceptable et cette pensée unique que l’impérialisme occidental, au nom de l’esprit de la suprématie coloniale occidentale, voudrait imposer sa volonté au détriment  des  peuples de notre continent.

 

L’insoumis au néocolonialisme français, Laurent Gbagbo, fondateur du Front Patriotique Ivoirien (FPI) et membre de l’international socialiste a un passé militant bien empli. Il fut  l’opposant emblématique à l’ancien président Félix Houphouët-Boigny, un chantre de la Françafrique. Ce qui lui a valu des séjours en prison de mars 1971 à janvier 1973 puis en 1992.

 

C’est aussi un intellectuel, Docteur en histoire de l’université de Paris1, Sorbonne, il était professeur d’histoire, directeur et chercheur à l'Institut d'histoire, d'art et d'archéologie africaine (IHAAA) d’Abidjan.

 

Le président Laurent Gbagbo est un  patriote africain qui a au moins le mérite  de résister au coup  d’état  militaire permanent de l’impérialisme français qui voudrait à tout prix imposer leurs hommes de la cuvée françafricaine...

 

Est-il besoin de rappeler le refus du Président Laurent Gbagbo de participer à la célébration du 50èmeanniversaire des indépendances africaines le 14 juillet dernier sur les champs Elysées aux cotés du Président Sarkozy ? Ce geste symbolique est lourd de signification... Cette gifle à la Françafrique vient s’ajouter aux autres actes d’indépendance manifestés par le Président ivoirien, accroissant ainsi l’ire de l’ancienne puissance coloniale  qui jure  de se venger de ce Leader nègre  récalcitrant en le « normalisant » à défaut le raccourcir.

 

 Parmi ces actes d’insoumission, celui qui déclencha la guerre de la Françafrique contre le président légitime Laurent Gbagbo, fut l'ouverture du pays à la Chine populaire.

 

En effet, la tentative échouée du coup d’état de septembre 2002, fomentée par les putschistes des Forces Nouvelles (FN)  de Guillaume Soro, a eu lieu  au lendemain de la décision du Gouvernement de Laurent Gbagbo, de remettre en cause les énormes intérêts économiques français en Côte d’Ivoire dont particulièrement ceux du groupe Bolloré, un ami du président Sarkozy. Les marchés attribués exclusivement auparavant de gré à gré aux entreprises hexagonales  doivent  dès lors être soumis à la libre concurrence des entreprises de la république populaire de Chine, qui connaissent une expansion fulgurante sur le continent africain ces dernières années.

 

Au nom de la liberté d’entreprendre, au nom de la libre concurrence du marché, au nom du néo-libéralisme ou du capitalisme… dont  les puissances impérialistes  se font le chantre, il est paradoxal  de constater que ces dernières vont en guerre contre les entreprises chinoises qui gagnent les marchés internationaux régis par les lois capitalistes. La décision du gouvernement de Laurent Gbagbo de lancer les appels d’offres concurrentiels pour que le meilleur gagne mais aussi  en défendant en partie les intérêts de la République de Côte d’Ivoire, est un crime de lèse majesté pour l'impérialisme français..

 

Le complot impérialiste international contre le Président Laurent Gbagbo programmé et exécuté  par la France et l’Onuci  s’était  traduit par l’adhésion à cette croisade des autres puissances impérialistes les Usa et l'Union Européenne (UE)... Tandis que d’autres pays comme la Russie, le Brésil, la Chine, le Mexique  sont reticents à cette alliance anti Gbangbo.

 

Selon le Ministre ivoirien des Affaires étrangères Placide Djédjé «  C’est la France qui est derrière ce projet de résolution  contre le gouvernent légitime du président Gbagbo » et de dénoncer « des fortes pressions exercées par la France sur les états africains » afin  de s’aligner sur la position de l’hexagone. Cela démontre la dépendance des états africains à la puissance coloniale et notamment la vassalisation  de nos  dirigeants.

 

(..) la Russie, s’appuyant sur la résolution S/RES/1765 du Conseil de sécurité des Nations-Unis du 16 juillet 2007 réaffirmant, en son préambule, « Son ferme attachement au respect de la souveraineté, de l’indépendance…de la Côte d’Ivoire »,  déclare :  «  l’Onu outrepasse sa mission en se substituant à la décision du Conseil constitutionnel ivoirien  désignant Laurent Gbagbo Président… ». Le texte commun du Conseil de sécurité  adopté invite le président Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir et le menaçant de sanctions ciblées s'il ne reconnaissait pas son rival Ouattara.

 

Dans une lettre adressée au Président  Laurent Gbagbo, le président américain Barack Obama « dit clairement que s’il fait le mauvais choix,(...) nous envisagerons d’éventuelles sanctions contre lui et d’autres, si besoin est », a déclaré le porte-parole du département d’Etat Philip Crowley. [Afp du 9 décembre 2010].


Le président américain a déclaré lors de sa visite au Ghana en 2009 que « l’Afrique n’a pas besoin d’Hommes forts, mais d’institutions solides ». En s’alignant sur la position revancharde anti Gbagbo de la France, il affaiblit tles institutions ivoiriennes (..) 


Ceux qui espéraient voir la politique impérialiste des Usa s’adoucir avec l’élection d’un Noir, doivent déchanter. « L’impérialisme stade suprême du  capitalisme » selon Lénine, reste tenace quelle que soit la couleur, la religion ou la nationalité de l’individu qui partage cette idéologie. Au demeurant, il conviendrait de souligner que dans les pays capitalistes, ce sont les multinationales qui sponsorisent les élections présidentielles des candidats et l’accession à la magistrature suprême de leurs hommes.

 

Le lobby militaro-pétrolier a propulsé M. Georges Bush à la présidence des Usa. Ce qui a pour conséquence l’occupation de l’Irak et sa destruction, le tout accompagné du pillage systématique de ses immenses ressources pétrolières.

 

L’anti-impérialisme est la plate forme minimale qui devrait guider tout activiste africain, car appliqué, il serait une contribution de tous ceux qui militent pour une Afrique progressiste, anti-impérialiste, unie et indépendante.


L’infantilisation permanente de notre continent par l’occident qui s’arroge le « Droit divin » de décider de nos institutions, de notre organisation politique, militaire, économique, culturelle…est insupportable. La crédulité de cette minorité d’Africains qui  soutient les positions politiques de l’impérialisme est injustifiable voire une traîtrise pour l’avenir de notre continent.


Les gesticulations occidentales autour du prétendu respect du verdict des urnes (victoire d’ADO)... cacheraient  en réalité les visées à court, moyen et long terme pour défendre uniquement les intérêts des  multinationales capitalistes.

 

La défense des dictateurs et leur maintien par la force au pouvoir par l’impérialisme ne donnent-ils pas suffisamment matière à réfléchir ?


Pour notre parti, ACTUS/prpe (..) nous ne croyons plus aux  leçons et discours lyriques sur  la défense de la démocratie, des droits de l’homme dont nous abreuvent les dirigeants politiques occidentaux. L’exemple du Tchad témoigne si besoin est, de l’hypocrisie, du déni de démocratie, de l’humiliation et du mépris total dont le peuple est victime. Le despote Déby est responsable de la mort de plus de 31000 tchadiens selon les rapports des associations des droits de l’homme.  (..) Ces crimes contre l’humanité n’ont soulevé à ce jour aucune réaction de la France et du président Sarkozy qui se mobilisent pour « sauver »  la démocratie en Côte d’Ivoire.


La démocratie à géométrie variable de l’occident  est une imposture contre les peuples africains. Elle épouse les contours fluctuants des seuls intérêts capitalistes, en sacrant présidents à vie de nos états, les dictateurs que l'Elysée a créé,  soutient et maintient par la force des armes des troupes françaises basées sur le continent.


L’impérialisme français  use de tous les moyens et subterfuges afin d’imposer son valet ADO (..)

 

 

Ouattara et le FMI


 

Monsieur Ouattara fut un ancien Vice président du FMI. Cette institution est à l’origine des mesures anti sociales et  criminelles imposées aux peuples africains sous le vocable de programme d’ajustement structurel (PAS). Ce plan impose aux états des coupes sombres principalement dans les budgets sociaux des états (santé, éducation, agriculture, arrêt de subventions des produits alimentaires de première nécessité…), privatisation des secteurs clés de l’économie nationale (énergie, eau, transport,…) entraînant de millions de victimes. Compte tenu de ces crimes contre l’humanité du FMI, il est évident que les peuples ivoirien et africain  ne sauraient apporter leur soutien à une haute personnalité de cette institution internationale et de surcroît actrice de ces mesures criminelles. Monsieur Ouattara fut l’artisan des privatisations des entreprises nationales lorsqu’il était premier ministre du Président Houphouët Boigny. Ce bradage de l’économie nationale aux capitalistes occidentaux, mérite une récompense de la part des bénéficiaires. (..)

 

Les violations manifestes des règles démocratiques  et de bonne conduite (souscrites par les deux candidats à la présidentielle) ont  été observées chez Monsieur Ouattara.... Il s’était autoproclamé Président de la République de Côte d’Ivoire le 03 décembre 2010. Avec délectation et partialité ahurissante, une certaine presse  française a relayé en boucle ce mensonge qu’elle voudrait transformer en vérité et force de loi à l’opinion ivoirienne et internationale.

 

La loi électorale de la Côte d’Ivoire du 3 mars 2008, stipule dans son alinéa 2 que la CEI a un délai impératif de 3 jours pour informer le Président du Conseil constitutionnel, le représentant du Secrétaire Général de l’ONU, le représentant du Facilitateur…

 

L’instance suprême des institutions ivoiriennes, en l’occurrence le Conseil constitutionnel    (..) par la voix de son Président, le Professeur Paul Yao N'Dré, a annulé les votes dans sept départements du Nord,  sous contrôle des ex-rebelles depuis 2002 et où le scrutin avait été frauduleux [Afp du 03 novembre 2010]. En effet,  les nombreux  témoignages  des électeurs dans les régions septentrionales confirment cette décision du Conseil constitutionnel : « À la télévision ivoirienne, des reportages donnaient la parole depuis mardi 30 novembre à des électeurs de Laurent Gbagbo agressés et séquestrés dans le nord du pays le jour du vote.  (..)

 

Ce hold-up organisé par  monsieur Ouattara dans le nord en terrorisant les partisans du président Laurent Gbagbo, a été confirmé par le fait que dans  les régions favorables au candidat Laurent Gbagbo, son rival  a pu battre campagne en toute quiétude et que ses partisans ont librement voté.


L’article 63 de la constitution de la république ivoirienne  stipule : « Le résultat définitif de l’élection  du président  de la république est proclamé, après examen des réclamations éventuelles, par le Conseil constitutionnel et publié selon la procédure d’urgence ». Le président du Conseil constitutionnel, le Professeur de Droit public, Monsieur Paul Yao N'Dré, a par conséquent invalidé les résultats fantaisistes proclamés par le candidat Ouattara. Après annulation des votes frauduleux des sept départements du Nord, le président du Conseil constitutionnel proclame à la foulée la réélection à la présidence de la république de Côte d’Ivoire du Candidat Laurent Gbagbo avec 51,45% des suffrages, contre 48,55% à son rival ADO, le 3 décembre 2010. (..) La France a mis en alerte maximale ses réseaux afin de constituer un front international anti Gbagbo. (..)

 

Les ennemis et rentiers de la guerre impérialiste de rapine en Côte d’Ivoire, vocifèrent  en dénonçant la proximité du Président du Conseil constitutionnel le Pr Paul Yao N'Dré avec le Président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo. Ce dernier fut démocratiquement élu malgré les arsenaux colossaux : crimes, finances, corruptions, diplomatie, pressions, menaces,… déployés par son rival Ouattara.

 

Au demeurant, rappelons qu’en France, tous les présidents du Conseil Constitutionnel sont nommés par les présidents de la 5ème république (..) La constitution ivoirienne comme celle de la plupart  des anciennes colonies françaises, sont une copie de la constitution de la 5èmerépublique française. (..)


Ce mépris des peuples africains par les impérialistes qui voudraient tout régenter car le noir serait un sous homme, est un déni de démocratie, voire une certaine condescendance occidentale, avec en filigrane du racisme primaire dans le subconscient collectif. Cela est intolérable ! (..)

 

La précipitation mécanique  et déconcertante, sans retenue aucune et avec laquelle la France a félicité et a reconnu la  fausse victoire concoctée dans les officines de la Françafrique, corrobore les visées de revanches de l’ancienne puissance coloniale contre le refus de soumission  et la résistance du Président Laurent Gbagbo depuis près d’une décennie.  Nous avons le devoir militant de ne pas laisser le président Laurent Gbagbo et ses camarade de la majorité présidentielle (LMP) seuls au front contre la France et ses alliés impérialistes.


Un complot impérialiste international visant à déstabiliser la Côte d’Ivoire dirigée par le président insoumis Laurent Gbagbo se confirmerait. En effet, depuis le coup d’état de septembre 2002 qui a consacré la division du pays en deux entités différentes (Nord et Sud) sous l’œil bienveillant des troupes françaises de l’opération Licorne forte de 900 hommes, le plan s’accélère comme  l'atteste la reconnaissance du président  autoproclamé ADO par la France, l’ONU, le FMI, suivie en cascade par les USA, la Grande Bretagne et  l’UE   (..)


Le président Sarkozy à l’instar de son prédécesseur Chirac, est décidé  d’œuvrer pour  l’éviction du pouvoir du président  légal et légitime Laurent Gbagbo. (..) Ce mépris des dirigeants africains insoumis sont inacceptables alors que leurs alliés dictateurs sont maintenus des décennies à la tête de nos états. (..)

 

La Commission Electorale Indépendante (CEI) n’est qu’une simple structure administrative  circonstancielle, chargée de gérer ponctuellement  le déroulement des élections. Elle ne peut se prévaloir d’une quelconque primauté ou suprématie hiérarchique sur  le Conseil constitutionnel, instance juridictionnelle suprême et pérenne. (..)

 

La décision du Conseil constitutionnel d’invalider  ces résultats et proclamant simultanément la victoire du candidat Gbagbo fait force de loi. Elle est exécutoire. Toute disposition contraire à la décision du Conseil constitutionnel ivoirien est  par conséquent  illégale, illégitime et de nul effet. Les autorités légitimes de la Côte d'Ivoire ont le droit de faire respecter la loi par tous les moyens  à ADO et sa bande qui sont d'intelligence avec les ennemis du pays, les puissances impérialistes.  (..) Un tel acte fort fera jurisprudence. Il servira de leçon aux valets de l'impérialisme et leurs maîtres.       

 

Les Africains n'accepteront jamais le pacte colonial et donneront la riposte adéquate à toute tentative de recolonisation de notre continent.

 
(..) De plus, ces  résultats  ne sont pas  issus d’un consensus entre les membres de la CEI comme le prévoit le règlement de cette institution administrative.  Cette  annonce illégale et à la sauvette a eu lieu  non pas au  siège de la CEI comme il se doit, mais à l'hôtel du golf qui est aussi le QG de la campagne électorale du candidat Ouattara.


L’élection (.. offre) un ridicule spectacle qui humilie par ricochet  l’Afrique dans son ensemble. (..)

    

Les preuves incontestables des fraudes massives organisées par le candidat ADO avec la complicité de la France et l'Onuci, ont été rapportées par certains observateurs et témoignages. Cependant, les médias occidentaux partenaires de cette croisade anti Gbagbo ont fait systématiquement obstruction. La France en la personne du Président Sarkozy s'est transformée en « VRP du Candidat Ouattara sur le marché politique international ».

 

 

Un hold-up électoral

 

 

Afin d'étayer ces fraudes, nous citerons six (6) faits réels qui ne sont qu’une infime partie des preuves de hold-up électoraux massifs organisés par Ouattara et ses acolytes :

 

1- (..)  Le Chef des experts électoraux africains, Monsieur Jean-Marie Ngondjiban Gangté a livré à la  presse ivoirienne et internationale  les conclusions de sa mission  qui sont sans appel :  Des irrégularités majeures ont été relevées... Ce sont les vols des urnes, les refus du camp  ADO d’accepter  la présence des observateurs de la majorité présidentielle lors des dépouillements des urnes… Ces constats accablants établis par une mission d’observateurs africains, n’ont jamais été relayés par une certaine presse (..)

 

Dans ce même registre de mépris racial envers l’Afrique et les Noirs, un journaliste français renchérit  à propos des Observateurs africains en des termes irrespectueux : «Observateurs sortis d’on ne sait où ».Et, pourtant le groupe des experts électoraux africains est mandaté par l’Union Africaine et agrée par la CEI ivoirienne.


Le racisme contre les africains est solidement ancré dans certains esprits occidentaux

 

(..) : « Même si toutes les plaintes du camp présidentiel étaient prises en compte, les résultats ne changeraient pas et le candidat Ouattara resterait le vainqueur de l'élection », a affirmé le responsable de l'ONU dans une intervention par vidéo conférence devant le Conseil de sécurité de l’ONU. [Atlas Info du 07.12..2010].

 

Les seuls commentaires les plus répandus dans les médias occidentaux au service de Ouattara et son groupe d’usurpateurs du pouvoir,  demeurent la diabolisation de la majorité présidentielle et en particulier du président Gbagbo qualifié de dictateur. Ces mensonges grotesques ne sont que l’arbre qui cache la forêt. En effet, comment expliquer que l’opinion internationale  et ces pays du nord qui se proclament démocrates, puissent soutenir les putschistes de septembre 2002 contre le président démocratiquement  élu Laurent Gbagbo ?

 

Les impérialistes et l’Onuci ont refusé de désarmer les rebelles de la zone septentrionale  avant les élections tout en exigeant leurs organisations. Ce plan d’imposer ADO président est ici un peu plus limpide car organiser les élections avec le fusil braqué  sur la tempe de l’électeur du président Laurent Gbagbo est un crime organisé. Le mépris du Noir est une fois de plus affirmé. En occident, personne n’aurait accepté de voter dans ces conditions mais pour les nègres d’Afrique c’est normal et acceptable aux yeux des impérialistes.

 

(..) Un fin connaisseur de l’Afrique M. Philippe Evanno chercheur à la Sorbonne, directeur de l’Institut de Prospective Africaine, invité de Yannick Urrien mercredi 8 décembre dans le magazine de 8h10, déclara ; « L'ONU a été incapable de respecter ses engagements et d'assurer le désarmement des forces de la rébellion au nord. L'élection a eu lieu sous le contrôle des forces armées de la rébellion. Ce sont des seigneurs de la guerre, qui détournent les taxes et les impôts à leur profit, qui ont pris le contrôle du diamant et de différents minerais et contrôlent une partie du commerce du cacao. Cette rébellion au nord est une organisation politique, économique et militaire et elle est restée en place alors que différentes résolutions de l'ONU et différents accords internationaux prévoyaient que l'élection ne pourrait pas avoir lieu tant que le désarmement ne serait pas effectif» [http://www.kernews.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=269:les-interets-economiques-francais-menaces-en-cote-divoire--les-explications-de-philippe-evanno&catid=40:politique-et-economie&Itemid=59]

 

Cette déclaration montre  que les capitalistes occidentaux organisent  un nouveau plan afin d’accroitre le pillage des ressources naturelles de la Côte d’Ivoire en installant au pouvoir sur l’ensemble du pays ces seigneurs de  la guerre dirigés par le tandem Ouattara-Soro qui contrôlent le nord du pays.   

                           

Cette mafia organisée contre l’Afrique est révoltante et devrait être combattue... Le soutien des patriotes et progressistes africains est un devoir militant.

 

2- Dans la  Vallée de Bandama le Candidat Ouattara a totalisé  en réalité 149.598 voix. Cependant, la CEI régionale a communiqué à la CEI centrale 244.471 voix soit une augmentation frauduleuse de 94.873 voix supplémentaires (Cf. tableau ci-dessous). [Cf. http://www.ivoiredignite.com/index.php]


  

3- L’ancien premier ministre du Togo et Chef de la Mission d'Observation Electorale de l'Union Africaine (UA), Joseph Kokou Koffigoh, dans la lecture du rapport de sa mission du 30 novembre 2010 a signalé entre autres les anomalies dûment constatées  en ces termes :  «Le climat relativement lourd aux alentours des lieux de vote[…] des actes de violence graves notamment des pertes en vies humaines, des atteintes à l'intégrité physique, des séquestrations, des intimidations, des tentatives d'enlèvement et de dégradation du matériel électoral. Autant d'éléments qui devraient faire l'objet d'une appréciation minutieuse de la part des organes compétents afin de déterminer leur impact sur le scrutin» (..)

 

4- L’ampleur de la fraude et la participation active des impérialistes en faveur de leur poulain ADO a écœuré nombre d’Ivoiriens qui habitent pourtant  dans le Nord contrôlé par les putschistes de 2002. À ce sujet un habitant de la ville de Bouaké Monsieur M D  qui  se réclame de rebelle, écrit : « d’importantes sommes d’argent soit plus de 6 milliards de FCFA auraient été utilisés pour acheter les voix à raison de 20.000 FCFA par électeur. Les cadres de l’ONU et le personnel auraient engrangés plus 10 milliards de FCFA de corruption afin de proclamer Ouattara vainqueur (..) Avez-vous le témoignage des observateurs des ONG africaines qui ont eux même subit et dénoncé les exactions des rebelles ?..  Savez-vous que les observateurs de l'UE sont restés dans les beaux quartiers d'Abidjan ? (..) "

5- Dans sa Conférence de presse au QG de la majorité présidentielle sur la situation en Côte-d’Ivoire, son porte-parole Monsieur Pascal Affi N’Guessan déclara : « Dans les zones Centre Nord et Ouest (CNO), sous contrôle des Forces Nouvelles, les conditions d’une élection libre, juste et transparente n’étaient pas réunies. En effet, en violation de l’Accord Politique de Ouagadougou et du Code électoral, les Forces Armées des Forces Nouvelles, qui étaient pourtant présumées encasernées et désarmées, ont semé la terreur et la désolation contre des populations cibles. Ainsi, les agents électoraux et les représentants de LMP dans les bureaux de vote ont été chassés, les empêchant d’exercer leur mission. Des militants et sympathisants de LMP ont été sauvagement battus à sang, humiliés et séquestrés. Le pronostic vital est même en jeu pour certains .. Des dizaines de proches de La Majorité Présidentielle demeurent encore otages ... [Cf. http://cote-ivoire.com/1185/politique/presidentielle-ivoirienne/pascal-affi-fait-le-point-sur-le-second-tour-en-cote-dinvoire  ]


Les témoignages... illustrent incontestablement le coup d’état électoral « France-onusien » contre le Président Laurent Gbagbo et le peuple ivoirien. (..) Des patriotes du nord menacés par les partisans d’ADO  et certainement pris en otage, n’accepteraient pas ce plan impérialiste qui viserait à recoloniser ce riche pays et de surcroît dans le lequel des gisements colossaux de pétrole seraient bientôt extraits. Il serait plus rentable pour les multinationales capitalistes d’avoir durant cette période de boum pétrolier  un de leurs valets à la présidence du pays. ADO leur assurera le pillage sans se sourciller des millions de barils de brut qui seront extorqués au peuple ivoirien. Le Président Laurent Gbagbo qui refuse d’être un vassal, mérite  par conséquent d’être éliminé par tous les moyens avant que le brut ne coule à flot.

 

La malédiction pétrolière et la boulimie des impérialistes pour l’or noir, continuent d’exterminer les peuples africains. C’est le cas du Tchad avec le despote Déby 

 

La mobilisation occidentale sur le thème du respect de la démocratie en couronnant frauduleusement Ouattara,  n’a rien à voir avec les intérêts du peuple ivoirien...  Il serait plutôt honnête pour eux de dire « proclamons Ouattara président de la côte d’Ivoire pour  garantir démocratiquement le pillage du pétrole » (..)


Dans un  important article  du 3 décembre 2010 du site abidjan.net, une analyse mathématique des résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle, intitulé « Youssouf Bakayoko dévoile une fraude de 500.000 votants fictifs dans les zones CNO », relève l’ampleur les fraudes massives du candidat Ouattara.


Ce hold-up électoral que voudrait couvrir la France et l’Onuci ne peuvent résister à l’épreuve des faits réels ci-dessous...


6- « Puisque plusieurs preuves d’irrégularités, exactions et tricheries témoignent d’un vote non démocratique dans les zones CNO, nous sommes en droit de penser qu’il y a eu fraude massive de plus de 500 000 voix.. (..)

.

Quel serait donc le vrai score d’Alassane Ouattara sur la même base des données de Youssouf BAKAYOKO ? Il nous suffit pour cela de retirer les 9,35% votants sur les voix d’Alassane Ouattara. On obtient le tableau ci-après :

Total Inscrits : 5 784 490

GBAGBO LAURENT : 2 107 055, soit 52,04%

ALASSANE OUATTARA : 1 942 088, soit 47,96%

Total : 4 049 143, soit  100%

Taux Participation : 70,00%

Ecart de voix dues au bourrage des urnes en zone CNO : 541 076

Conclusion 2 : LAURENT GBAGBO est le réel vainqueur de ces élections, sur la base des données communiquées par Youssouf BAKAYOKO ».

[ Source : abidjan.net du 3 décembre 10      Site:  http://news.abidjan.net/article/?n=382051 ] 


(..) En Afrique ces collabos renforcent la domination néocoloniale de la France et garantissent le pillage  des ressources naturelles des états (..)

 

Dans un souci de ramener la paix en Côte d’Ivoire, l’insoumis Laurent Gbagbo a  tendu la main aux putschistes d’hier, accepté  d’organisation l’élection présidentielle dans ces conditions effroyables et enfin de nommer de surcroît Monsieur Guillaume Soro le Chef des putschistes au poste de premier ministre. Le complot impérialiste planifié depuis de nombreuses années contre  le peuple ivoirien a atteint son objectif : ADO du Rassemblement Des Républicains(RDR) et Guillaume Soro son bras armé des Forces nouvelles (FN) sont respectivement Président autoproclamé par la CEI, et premier ministre. Ce cas inédit de la nouvelle stratégie de l’impérialisme afin d’éliminer« démocratiquement » les patriotes africains fera jurisprudence si ce test réussi. Cela est insupportable !


(..) Le président Laurent Gbagbo a toujours manifesté sa prédisposition et sa bonne volonté à ramener la paix en Côte-d’Ivoire. À cet effet, jamais un homme d’état africain n’a accepté de faire autant de concessions voire humiliantes comme l’a fait le dirigeant insoumis à la Françafrique.

Le Président Laurent Gbagbo a toléré l’existence d’une Commission Electorale Indépendante (CEI) dont la composition n’est guère à sa faveur. En effet, sur les 32 membres, 27 appartiennent aux partis de l'opposition  (..) Enfin, il conviendrait aussi de souligner que la CEI, appendice du RDR du Candidat Ouattara, a pour président Youssouf Bagayoko, un  autre élément  du RHDP et  proche de Ouattara. (..)


Inversement, c’est l’insoumis Laurent Gbagbo, qui,  sous sa présidence, avait tout mis en œuvre pour le retour d’exil de Ouattara. Ce dernier non seulement a fait preuve d’une ingratitude déconcertante, mais s’est allié aux impérialistes pour abattre son « sauveur ». Rappelons qu’en 1992, l’opposant d’alors Laurent Gbagbo fut emprisonné. Le président Félix Houphouët Boigny  a ordonné au premier Ouattara de signer le décret de son arrestation.

 

Les véritables concepteurs et exécuteurs du drame ivoirien, est la nébuleuse Françafrique de Chirac à Sarkozy à laquelle vient s’ajouter leur alliée qui est l’Onu, laquelle est dominée par les puissances impérialistes occidentales, notamment les Usa.

 

La nouvelle stratégie impérialiste expérimentée en Côte d’Ivoire consiste à nier l’existence des états africains et leurs institutions. Nous devons refuser que nos dirigeants soient  préalablement et  officiellement « certifiés » par les observateurs de l’Onu  avant  d’être investis présidents.  (..)

 

(..) Au  lendemain de cette décision française, les chefs d'Etat de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO ) réunis à Abuja avaient apporté  mécaniquement leur soutien à Alassane Ouattara, demandant à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir sans délai. De plus, l'organisation panafricaine a annoncé la suspension de la Côte d'Ivoire de toutes ses instances.[ Bbc  Afrique des 7et 9 décembre 2010 ].  Il est regrettable que certaines institutions panafricaines Union Africaine (UA), et la CEDEAO soient infiltrées par certaines personnalités qui appartiendraient à la nébuleuse mouvance de la Françafrique. Ces dernières auraient pesé de tout leur poids afin d’aligner ces organisations panafricaines derrière les positions des impérialistes (France-Usa). Ces comportements néfastes de certains dirigeants africains  ont été à l’origine du retard que nous connaissons dans la réalisation des Etats-Unis d’Afrique (EUA).


Le mutisme observé par certains dirigeants africains face au  lynchage  médiatique et aux menaces contre l’insoumis Laurent Gbagbo par l’impérialisme occidental, est condamnable.

 

De ce qui précède, il est incontestable que l’Afrique  continue d’être sous domination intégrale de l’impérialisme occidental capitaliste qui régente son existence. En effet, nombre de nos dirigeants, qui  sont par ailleurs imposés par les puissances du nord, font l’objet des pressions et menaces permanentes  pour qu’ils appliquent les résolutions de leurs maîtres.

 

Les impérialistes occidentaux sont solidaires entre eux  afin d’abattre un patriote africain,. Pourquoi (..) ne pas régler nous-mêmes nos problèmes ?

 

La  dignité  et l’honneur de l’Afrique sont une fois de plus bafoués par cet alignement systématique  sur la volonté occidentale et surtout l’exécution d’une décision contraire à nos intérêts et à notre avenir.

    

Dans sa déclaration à la presse du 04 décembre, le président autoproclamé ADO a ajouté un vocabulaire nouveau dans les annales des élections africaines : « la certification de sa victoire par l’ONU ». Comment pourrait-on s’en orgueillir d’être investi président d’un état souverain par les puissances étrangères impérialistes capitalistes, et ce contre la volonté du peuple dont-il aspire gouverner ? N’avoue t-il pas de facto que sa légitimité lui est octroyée par les puissances étrangères et non par la peuple ivoirien?  


La certification dont se vante le candidat Ouattara serait plutôt une insulte des impérialistes à l’encontre des Africains qui seraient selon eux des handicapés qui  devraient être placés sous tutelle onusienne. Au rythme de ce mépris croissant impérialiste envers l’Afrique, ces derniers procéderaient bientôt à notre humiliation politique jamais égalée : ils désigneraient préalablement par « certification » de l’ONU les hommes politiques à leur convenance, puis les résultats des votes seraient eux aussi sanctionnés par une autre « certification made in ONU ». Aucun peuple au monde  ne saurait accepter un tel mépris, ramenant l’africain au stade animal qu’il faudrait apprivoiser.... Cette injure infantilise davantage le continent noir.

 

La jubilation de Monsieur Ouattara de s’autoproclamer président de Côte d’Ivoire est un aveu public et incontestable qui confirme son appartenance au camp impérialiste exploiteur des peuples africains. À  l’opposé, la campagne guerrière déclenchée par les puissances impérialistes contre le président légal et   légitime Laurent Gbagbo, proclamé par la décision du Conseil constitutionnel ivoirien, témoigne si besoin est, que ce patriote africain serait préjudiciable à leurs intérêts mais bénéfiques à ceux des ivoiriens. Il serait  par conséquent suicidaire pour notre continent de voir certains de nos compatriotes se retrouver consciemment, inconsciemment ou par mercantilisme politique dans le même camp que celui de nos oppresseurs et leurs valets locaux, responsables de la situation dramatique que vivent les masses populaires africaines.

 

(..) Quelles que soient  nos divergences politiques, ethniques, religieuses,  notre devoir militant  est de lutter aux côtés des peuples opprimés et de leurs dirigeants désignés à la vindicte de la communauté internationale par les  impérialistes.

 

Le cas récent du président de Zimbabwe, un autre insoumis, M. Robert Mugabé, donne matière à réfléchir. En effet, sa courageuse décision de nationaliser les terres fertiles d’une poignée de 4000 fermiers blancs, vestiges de la colonisation britannique, a déclenché une campagne haineuse sans précédant des occidentaux contre sa personne  et  un blocus économique du pays. De plus, leur laquais M. Morgan Tsvangirai, est massivement soutenu par l’occident jusqu’à faire de lui premier ministre. Cette situation ressemblerait étrangement à celle de la Côte-d’Ivoire. Cependant, nous souhaitons que le peuple ivoirien derrière le président Gbagbo mette en échec un tel projet suicidaire  pour le pays.

 

 

 

Tous les dictateurs qui essaiment le pré-carré français d’Afrique à l’instar du despote Déby au Tchad, n’ont jamais été victimes de croisades guerrières comme le sont ou l’étaient les insoumis incarnés par : Laurent Gbagbo, Robert Mougabé, (..) Houari Boumediene,Mongo Beti,…Certains d’entre eux furent lâchement assassinés par l’impérialisme français  parmi lesquels Thomas Sankara, et Marien Ngouabi qui demeurent  des héros et modèles  pour  les peuples d'Afrique.


Nous avons le devoir militant révolutionnaire et panafricain  de soutenir  la lutte anti-impérialiste du président Laurent Gbagbo et du peuple frère de Côte d’Ivoire  afin qu’un nouveau crime crapuleux  et planifié de la Françafrique  ne vienne faucher ce dernier en plein combat de libération nationale.

 

La France continuera à justifier  sa position anti Gbagbo par l’argument du respect de la « volonté du peule ivoirien » en défendant le hold up électoral de Ouattara. Elle a réussi provisoirement à rallier à sa croisade les pays alliés impérialistes et en « exerçant de fortes pressions sur les états africains » Cette mobilisation sans précédant de l’Elysée en faveur de Ouattara, prouve la « menace » que présenterait pour les intérêts de la France  la victoire de du candidat Gbagbo mais aussi et surtout que cela risquerait d’inspirer d’autres Hommes politiques du pré-carré qui voudraient s’affranchir de cette encombrante tutelle françafricaine.


Dans cette sous région d’Afrique occidentale, l’avènement de la révolution populaire et démocratique au Burkina Faso dans les années 80 sous la direction du charismatique Capitaine Thomas Sankara, a donné des insomnies aux régimes inféodés à la Françafrique dont celui du  président Félix Houphouët-Boigny de la Côte d’Ivoire.

 

Le Capitaine Thomas Sankara acquiert

une audience panafricaine, toute la jeunesse du continent lui voue une admiration  sans borne. Selon les organisations de la mouvance Sankariste, l’impérialisme, français craignait une dangereuse contamination révolutionnaire dans son pré carré.  Il aurait été  ainsi complice de l’assassinat de ce héros africain,  le 15 octobre 1987 (..)


Dans le même registre des assassinats impérialistes des dirigeants insoumis africains,  citons le rôle néfaste  et la complicité des casques bleus de l’ONU au Congo. C’était sous leur déploiement que fut assassiné Lumumba. La présence de l’Onuci, appuyée par les troupes françaises de l’opération Licorne basée dans  le pays est  un danger réel pour la souveraineté, la sécurité du pays et la vie du président Gbagbo. En effet, l’agression des troupes françaises contre le peuple ivoirien en novembre 2004, s’était traduite par le bombardement des avions des Forces aériennes ivoiriennes par des mirages de l’armée française... Ces mêmes Forces françaises avaient tiré sur les jeunes manifestants ivoiriens contre cette agression, faisant plusieurs morts et blessés. Une armée d’occupation coloniale est un véritable danger pour la souveraineté du pays. Le Général De Gaule  n’avait-il pas fermé en 1966 les nombreuses bases militaires étatsuniennes  dans l’hexagone ?    Au Tchad, notre Parti, ACTUS/prpe exige depuis de nombreuses années la fermeture  inconditionnelle des bases militaires françaises dans le pays car ses multiples interventions aux côtés de l’armée du dictateur Déby contre les Forces de résistance nationale, ont empêché la chute  tant implorée du tyran par notre peuple. Il est indéniable de constater la dangerosité de la présence des troupes coloniales françaises d’occupation sur le sol africain. 

 

L’objectif premier des puissances impérialistes est de continuer à piller exponentiellement nos ressources naturelles, en imposant les dictateurs ou Présidents Génétiquement modifiés (PGM) aux masses populaires. Les capitalistes suivraient ainsi la traçabilité de leurs pillages et le degré de soumission  de leurs  petites créatures qu’ils n’hésiteraient pas à évincer en cas de faible rentabilité, c'est-à-dire baisse des ressources pillées.  

                                                                

Désormais, les puissances impérialistes exporteront des Elections Génétiquement Modifiées (EGM) car selon les déclarations de M. Jacques Chirac, ancien Président français en 1990 à Abidjan : « L’Afrique n’est pas mûre pour la démocratie » ou celle de son successeur Nicolas Sarkozy dans son discours à Dakar en juillet 2007 « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ».Ces propos humiliants et méprisants reflètent exactement le profond sentiment des impérialistes occidentaux à l’encontre des populations noires et du continent africain.


Ce sentiment de considérer les africains comme des sous hommes voire des animaux,  a conduit à l’implication de la France et sa complicité dans le génocide au Rwanda. (..)


La croisade internationale dirigée par la France contre le président légal et légitime de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo,  vise à le mettre au banc de la communauté internationale. Le soutien des puissances impérialistes au gouvernement illégal et illégitime de Ouattara  dans le même pays risquerait de déclencher un second génocide (..)

                                                               

L’opinion africaine se souvient encore de la terrifiante phrase prêtée au président  Mitterrand  à propos du génocide rwandais: « Dans ces pays-là, un génocide n’est pas trop important » [Courrier International du 9 avril 2004].  

                                                   

A Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l’UE réunis en conseil, ont arrêté une série de sanctions contre la Côte d’Ivoire (..) Cette provocation ne serait-elle pas le détonateur  d'une intervention  militaire directe de la France sous couvert de l'Onu? 

                                                                   

(..) Il conviendrait de souligner que la notion de la « Communauté internationale » si chère aux puissances occidentales est une mascarade pour justifier l’indéfendable. En effet, sur les 192 états membres de l’ONU, seuls 5 sont membres permanents du conseil de sécurité. Ils disposent du droit de véto et imposent leur volonté aux 187 autres. Cette anomalie historique est anti démocratique car la majorité des pays est inexistante dans la prise des décisions,  qui parfois les concernent directement.

 

Parmi ces 5 membres permanents du Conseil de sécurité, la France et les USA qui font partie, sont à la pointe ces derniers jours de la croisade anti Gbagbo.                                          

 

La notion de « Communauté internationale » sous entend en réalité « La dictature des puissances occidentales sur le reste du monde et en particulier sur les pays d’Afrique». (..)


De nombreux exemples de la prétendue « défense de la démocratie », martelée par la France, sont battus en brèche par son  soutien permanant inconditionnel et multiforme apporté à de nombreuses élections frauduleuses en Afrique, qu’elle qualifie de « démocratiques ».


La mission d’observateurs des électeurs européens (MOE) a relevé de nombreuses irrégularités (intimidations des électeurs, interventions des Forces gouvernementales dans les QG des partis de l’opposition, fraudes massives, achats des voix…) lors des élections présidentielles de mars 2010 au Togo,  consacrant la victoire (hold up) de Faure Gnangsibé.

 

Les mêmes constats ont été faits lors des élections présidentielles au Gabon en 2009, au Burkina en novembre 2010, au Congo Brazzaville en 2009, au Tchad en 2005, en Centrafrique en 2005 …(..) Les Candidats malheureux de l’opposition  qui furent n’ont  « Certifiés ou labellisés  Françafrique »  par l’ancienne puissance coloniale  ont été spoliés de leurs victoires réelles.

 

Revenons au Tchad où depuis 20 ans le dictateur Général-président Déby qui n’a jamais remporté démocratiquement aucune élection présidentielle, est paradoxalement vainqueur grâce aux  fraudes, aux hold-up massifs, assassinats des citoyens de l’opposition, bourrages des urnes, achats des voix, incarcérations des candidats de l’opposition… (..) Où était la France, pays défenseur des droits de l’homme ?

 

L’hypocrisie permanente de la défense de la démocratie en Afrique dont les différents gouvernements français se targuent, ne continuera pas à résister aux confrontations des faits réels. Cette imposture politique montre que la Françafrique soutient et impose aux peuples ses valets en couvrant l’abomination dans son pré carré d’Afrique. (..)

 

La France a aussi  expérimenté dans son pré-carré une nouvelle forme de « démocratie familiale » ou de « démocratie dynastique» qui a permis d’imposer aux peuples grâce à un habillage pseudo démocratique, les fils des anciens présidents demeurés loyaux à la puissance coloniale. C’est ainsi que M.Ali Bongo et Faure Gnangsibé ont pu succéder respectivement  à leurs pères Omar Bongo et Eyadema Gnangsibé

 

Ces mascarades de votes ont été avalisées d’abord par la France, suivis systématiquement par les autres puissances impérialistes.

 

Les dirigeants  africains membres de la Françafrique sont  assurés d’être élus présidents à vie grâce aux hold up électoraux, achats des voix, assassinats


L’incontestable victoire du président Laurent Gbagbo est irréversible. La constitution ivoirienne est  écrite, appliquée et respectée par et pour les ivoiriens,  qui ont le droit suprême de défendre leurs institutions (..)


Tournant en rond dans son bunker-hôtel et assailli par l’oisiveté, le gouvernement fantoche, soutenu par l’étranger n’a pas le soutien du peuple  et  moins encore de celui des Forces armées ivoiriennes. (..) En effet, le lendemain 10 décembre 2010, le Général Dogbo, Commandant de la Garde républicaine, dit:  « Que tous ceux qui sont en train de faire ce complot  (..)  sachent que nous les attendons. L’Hôtel du Golf est maintenant devenu un refuge de bandits. Et je crois qu’à la longue, il faut que nous nous préparions à libérer ce lieu de façon brutale. (..)  [ Source: Nerrati ] 

 

(..)  Voudrait-on expérimenter en Afrique la « Gouvernance mondiale » par les institutions internationales  et que  les  lois nationales soient subordonnées aux décisions des états impérialistes  puissants  qui dirigent  l’Onu ? 

 

Un tel gouvernement  serait un corps étranger dans l’organisme ivoirien qui réagirait en le neutralisant par conséquent il ne pourra jamais gouverner...


La belle vie, digne de stars de Hollywood que mènent les membres  de ce gouvernement oisif et  fantoche dans ce luxueux hôtel du golf, serait-elle financée indéfiniment par l’Onuci ? Ces colossaux fonds ne seraient-ils pas plus utiles aux véritables projets de développement  énoncés par le président Laurent Gbagbo .. ? Nous osons encore espérer que la prétendue communauté internationale reviendra sur sa décision. En effet, elle a été induite en erreur par la seule France, ancienne puissance colonisatrice qui voudrait à tout prix défendre ses intérêts particuliers, en liquidant l’empêcheur de tourner en rond, l’insoumis de la Françafrique, Laurent Gbagbo au profit  du  soumis Ouattara.


La plate forme minimale pour tout progressiste africain... est de  lutter pour la souveraineté et la conquête de l’indépendance nationale totale de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique (..)

 

Le combat du peuple ivoirien contre la mainmise impérialiste sur le pays et cette tentative insidieuse de le placer sous tutelle des nations-unies afin de le piller davantage, est un crime contre l'humanité. L’Afrique  dans un sursaut  patriotique doit  se ressaisir et être solidaire  de cette lutte  juste que mène le président Laurent Gbagbo car si le cas inédit ivoirien réussit, les puissances impérialistes « Certifieront » ou « labelliseront » dans l’avenir toutes nos institutions, voire les Hommes politiques qui auraient préalablement le droit de militer politiquement  en Afrique. Le continent sera vassalisé de plus belle. Aujourd'hui c'est la Côte d'Ivoire, à qui demain le tour dans l'agenda macabre de la France?

 

Nous Africains, devons faire le nôtre ce noble combat du peuple ivoirien, car il y va de l’avenir de notre continent.

 

(..) Notre Parti, ACTUS/prpe, lance un appel solennel à ... se mobiliser aux côtés du peuple frère ivoirien et de son président Laurent Gbagbo, victimes d'un complot international impérialiste visant à s'accaparer du pays pour ses énormes richesses  après la liquidation physique  de son président et  de  tous les autres patriotes.

 

Le panafricanisme révolutionnaire qui a permis l'émancipation du continent doit  retrouver toute sa vigueur d'antan face à la  tentative de recolonisation de la côte d'Ivoire par la  France, précédée de la mise sous tutelle  des nations unies de ce  pays africain.

 

Camarades  africains, nous ne pouvons demeurer  spectateurs face à  cette chronique annoncée du génocide impérialiste en gestation d'abord  en Côte d'Ivoire puis qui sera étendu par la France au reste du pré carré africain où les peuples luttent les armes à la main contre les dictateurs imposés par l'Elysée.


Les peuples africains doivent s’unir pour faire  échec  à ce projet  contre le peuple ivoirien car il est dégradant, humiliant, infantilisant et  déshonorant pour  notre continent  et les Africains.

 

15 déc.  2010


 

Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique

                                                     (ACTUS / prpe)                                                                    

 

Le Secrétaire Général                                                                                                                                                     Dr LEY- NGARDIGAL  Djimadoum    

 

http://www.ndjamena-matin.com/article-complot-international-contre-la-cote-d-ivoire-la-declaration-et-l-analyse-de-l-actus-prpe-63224347.html      

 

 

           

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages