19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 04:01

Me revoici, entre deux tempêtes et un équinoxe, et avec un Yahoo qui ne fonctionne pas  (impossible, donc, d'accéder à mes courriels) ! Reste over-blog, qui lui m'a réservé une curieuse surprise : Mon blog contre la désinformation était classé, le 1er mars 2011,  293 e / plus d'un million de blogs d'over-blog, et le nombre de lecteurs avait plus que doublé au 15 mars. Et pourtant, il a disparu du classement.. Serait-ce parce que deux autres de mes blogs sont eux aussi classés parmi les 300 premiers (cf sos-crise 86e) ? A moins que des pressions n'aient été exercées... la désinformation étant un sujet hautement sensible ! Et le pluralisme mal toléré lorsque la chape s'étend inexorablement sur la France et sur le monde...  A suivre !  (eva)

 

Nucl%25C3%25A9aire.jpg
La modernité - http://lavoixduveilleur.blogspot.com/

 

Eva et le nucléaire

par eva R-sistons

 

 

Le nucléaire ! Militante au PS, je m'étais la première saisie du dossier, dans ma Fédération. Je ne suis pas une scientifique, mais d'instinct, je sentais qu'il fallait se méfier de cette technique. Comme vous le savez, adolescente on m'avait baptisée "la force vitale de Bergson" tant j'avais, déjà, des forces de vie en moi, une vitalité extaordinaire. Or, pour moi, le nucléaire sentait la mort.

 

On m'avait donc confié au PS le soin de faire un long exposé sur le sujet, à partir de documents compilés. Il faut dire qu'à l'époque, cette technique avait suscité pas mal d'espoirs, et la même année je me suis présentée aux Municipales comme tête de liste PS en tandem avec un camarade du PC lui-même ingénieur... nucléaire. C'est donc devant un auditoire plus favorable que moi au nucléaire, que j'ai pris la parole. Et ce dont je me souviens, justement, c'est d'avoir dit : "Vous pouvez défendre cette technique, mais quand même, que se passera-t-il en cas de catastrophe climatique, ou de guerre, ou d'attentat ? Difficile de prévoir le pire, me semble-t-il... Quant au surgénérateur, c'est de la folie !"

 

Le temps a passé. Le seul fait de songer au stockage des déchets nucléaires  continuait à me donner des frayeurs. Et Mourmansk ? Etc, etc...

 

Deuxième flash, Tchernobyl. J'étais à l'époque journaliste à Strasbourg, et un chercheur du CNRS m'avait contactée pour me signaler un taux de radioactivité anormal. J'ai contacté le Rédacteur en Chef, qui n'a pas donné suite.  Comme chacun sait, le nuage pestilentiel s'est arrêté à la frontière franco-allemande. Et dire qu'on a supprimé les douaniers !

 

Par précaution, j'ai voulu me procurer des comprimés d'iode, en prévision de la guerre contre l'Iran, voici deux ans. Impossible ! Réservé aux femmes enceintes et aux enfants, sur ordonnance. J'ai fini par trouver une pharmacie complaisante, qui m'a vendu un stock de poudre, de quoi faire le bonheur de plusieurs centaines de personnes. Comment s'en servir ? C'est une autre affaire...

 

"Ils" nous empoisonnent, et on n'a pas le droit de se soigner.  Vous avez dit programme de dépopulation ?

 

Et je reviens à mon dada concernant le nucléaire : Le terrorisme. Vous savez, celui qu'on nous brandit quotidiennement. Islamique, bien sûr, surtout pas d'Etat ! En tous cas, compte tenu de la sagesse de notre Président, prêt à guerroyer partout, on peut s'attendre, un jour, à recevoir la monnaie de notre pièce ou plutôt de nos bombardements. Et là, fiesta ! Pour nous, en tous cas. Sarkozy trouvera bien une Arche de Noë quelque part...

 

Reste une menace qu'on n'aime pas évoquer : La privatisation progressive de notre industrie nucléaire. Economies garanties, même sur la sécurité, profit oblige... Si on échappe aux représailles des victimes que nous faisons un peu partout, soyons sûrs qu'un jour ou l'autre, nous subirons les conséquences de notre imprévoyance juteuse (pour les apprentis-sorciers et les profiteurs en tous genres).

 

Il faut impérativement arrêter les centrales les plus anciennes. Et les privatisations en cours. Pour commencer...

 

En sachant qu'il y aura toujours un fossé entre les paroles rassurantes et la réalité !

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com 

 

 

 

 

 

Catastrophe nucléaire au Japon
Les communiqués de l'Observatoire du nucléaire


 17 mars 2011 :
Un document exceptionnel :

 La malbouffe radioactive


http://observ.nucleaire.free.fr/La%20malbouffe%20radioactive.pdf


"Comment on nous prépare à consommer des aliments contaminés en cas d'accident nucléaire en France"


Révélations - Nucléaire :


 

EDF a falsifié des données sismiques pour économiser sur la sûreté


Observatoire du nucléaire- Communiqué du mercredi 16 mars 2011

http://observ.nucleaire.free.fr/falsification.htm

  

A lire aussi sur www.next-up.org :
http://www.next-up.org/France/EDF.php#1

 


 

Les données sont accablantes pour 32 des 58 réacteurs français

   
Les documents : 

 
 

  • EDF a imposé ses vues à l'Autorité de sûreté par du lobbying :

  ICI : http://lobying-edf-risque-sismique-nucleaire.pdf/

  • EDF a ainsi économisé 1,9 milliards de remise à niveau de ses centrales :

 

ICI http://cout-travaux-centrales-seismes.jpg/



 

 L'Observatoire du nucléaire révèle un véritable scandale : en 2003 (la situation est restée la même depuis), EDF a falsifié des données sismiques afin de s’éviter des travaux onéreux… et pourtant indispensables pour la sûreté des centrales nucléaires.

 

 Il faut savoir que, si le risque sismique est moindre en France qu'au Japon, la résistance des centrales françaises est, elle aussi, moindre... donc le danger est le même. Chaque centrale est théoriquement dimensionnée par rapport au risque sismique qui la concerne. Nous disons bien "théoriquement"...


 

En effet, par un courrier du 17 juin 2003, diffusé aujourd'hui par l'Observatoire du nucléaire, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a couvert EDF en lui donnant raison contre l’avis des experts de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), tenus au silence.



   Les données sont accablantes et concernent 32

des 58 réacteurs français :

 


   - Chinon (Indre et Loire) : EDF a baissé d’office la valeur de l’intensité des séismes de référence. Il s’agit là d’une falsification aussi incroyable que grossière.


   - Belleville (Cher) : EDF s’est autorisée à prendre comme référence un séisme datant de 1079 pour lequel il existe très peu de données, écartant le séisme de référence (de 1933) qui impliquait des mesures plus contraignantes.

   - Blayais (Gironde) : les chiffres d’EDF sont trois fois moins contraignants que ceux de l’IRSN. Or André-Claude

Lacoste, directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire donne raison à EDF sans se justifier. Idem pour Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher)


   - Plus généralement, EDF a redéfini à sa manière les zones sismiques afin de ne pas avoir à tenir compte de certains séismes.

 

   - Les centrales de Dampierre (Loiret), Bugey (Ain), Fessenheim (Haut-Rhin), Civaux (Vienne), Saint-Alban (Isère), Golfech (Tarn-et-Garonne), Nogent (Aube) et Chooz (Ardennes) également mises en cause.


    

Les documents que nous publions montrent que c'est par des actions de "lobbying" et de "contre-feux" ( http://lobying-edf-risque-sismique-nucleaire.pdf/ ) que EDF a pu contraindre l'ASN à lui donner raison au détriment des ingénieurs de l'IRSN.

   C'est ainsi que EDF a économisé 1,9 milliards d'euros de travaux (http://cout-travaux-centrales-seismes.jpg/ ) de remise à niveau de ses centrales nucléaires par rapport au risque sismique, travaux qui auraient été obligatoires si les chiffres de l'IRSN avaient été pris en compte.

   Ironie de l'Histoire, au moment où cette affaire a été étouffée par l'Autorité de sûreté française (en 2003), 15 réacteurs nucléaires japonais étaient

fermés administrativement

suite à la falsification par l'électricien TEPCO (propriétaire des réacteurs actuellement en perdition à Fukushima) de documents concernant la sûreté.


Il aurait fallu en faire de même, c'est à dire fermer au moins 32 réacteurs en France...

Il en est encore temps !

 


http://observ.nucleaire.free.fr/

 

.

 

 

tchernobyl-nuage.gif

 

On sait enfin aujourd'hui

ce que l'on a ingurgité avec Tchernobyl ! 

C'est édifiant.

Voici la cartographie exacte heure par heure

 

 

 

Le lien ci-dessous vous permettra de vous faire une idée assez réaliste de ce qui nous est tombé dessus en ce printemps-là. Vous vous rappelez : le fameux nuage qui n'avait pas franchi nos frontière.   Très impressionnant

 

(cliquez sur le petit triangle blanc en bas a gauche du rectangle noir pour lancer l'animation)


 

 http://www.irsn.fr/FR/popup/Pages/tchernobyl_animation_nuage2.aspx

 

 

 

Pourquoi et comment on nous prépare à la catastrophe nucléaire
Pierre Péguin,
pour l'Observatoire du nucléaire - Décembre 2010

 

La centrale nucléaire de Tchernobyl après l'explosion de l'un des 4 réacteurs en 1986. Document Chernobyl.com.

Aspect alarmant des installations du réacteur N°.4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl quelques semaines après l'explosion du 26 avril 1986. La photographie a été prise durant les interventions des liquidateurs. Document AP.

http://www.astrosurf.com/luxorion/tchernobyl.htm


La centrale nucléaire de Tchernobyl a connu en 1986 une catastrophe dont les conséquences, loin de s'estomper, s'aggravent au fil du temps...
 

Autrefois le nucléaire était « sûr ». Pourtant, dès 88, un responsable de la sécurité à EDF, Pierre Tanguy, avait pu dire en colloque qu'on ne pouvait exclure un accident nucléaire dans les 10 ou 20 ans.

Quant au réacteur dit de 3ème génération, l'EPR, qui a été présenté comme « plus sûr », l'actualité en a montré qu'il n'en était rien : conception remise en cause à l'étranger, secret défense concernant la vulnérabilité à la chute d'avion de ligne
(cf http://reacteur.epr.free.fr ).
Depuis quelques temps, le discours change et, visiblement, on cherche à nous préparer à l'éventualité d'une catastrophe nucléaire.
Avec le vieillissement des réacteurs et des centres nucléaires, avec le risque sismique et le risque terroriste, avec la précarité des travailleurs chargés de la maintenance et la réduction des budgets qui y sont affectés (rentabilité oblige), la probabilité que nous soyons un jour confronté à un grave accident nucléaire en France ou en Europe de l'ouest augmente.
 
Et pourquoi faut-il nous y préparer? Il ne s'agit pas, comme on pourrait l'espérer, de mieux protéger la population : pour cela le mieux est de s'engager vers une sortie au plus vite du nucléaire. Il s'agit en réalité de sauver à tout prix l'industrie nucléaire au nom de la raison d'Etat.
Les nucléocrates n'oublient pas que la catastrophe de Three Miles Island en 1979 a stoppé tous les projets nucléaires au U.S. jusqu'à maintenant ; et celle de Tchernobyl en 86 a porté un coup dur à l'extension du nucléaire civil partout dans le monde. Il faut aussi éviter d'avoir à assurer de grandes migrations de populations affolées, qu'on ne saurait pas de toutes façons accueillir ailleurs. On verra qu'il s'agit aussi de protéger l'agriculture industrielle dont les productions devront continuer à être consommées et exportées, même en étant contaminées.
 
Et comment nous y préparer, tout d'abord en faisant accepter ce risque par l'opinion.
Et c'est le bureau d'études Mutadis Consultant qui travaille activement pour le lobby depuis 91 qui a défini des stratégies pour cela.
- rendre le nucléaire indispensable : s'il nous est impossible de nous en passer, et bien on en accepte de fait le risque. Et pour qu'on ne puisse pas s'en passer, il faut qu'il n'y ait pas d'alternatives. Voilà pourquoi en France nous n'avons pas de politique réelle d'économie d'électricité, ni même d'énergie : on freine le développement du solaire et de l'éolien, soutenu en cela par des associations souvent menées par des anciens du nucléaire, et on développe de nouveaux débouchés pour l'électricité (chauffage électrique qui continue à équiper les ¾ des logements neufs, pompes à chaleur à « géothermie » ou pas, climatisations, voitures électriques etc.). Cette stratégie a réussi : la majorité de la population croit que, sans le nucléaire, nous reviendrions à la bougie et aux cavernes.
 
- imposer l'idée que vivre en zone contaminée est possible. Pour cela la France, soutenue par la Commission européenne, a lancé des études en zones contaminées par Tchernobyl, études dont l'objet officiel est d'améliorer les conditions de vie dans ces zones, études menées par Mutadis avec le soutien de ministères, de structures agricoles françaises, de l'université de Compiègne, avec un financement de l'état, de l'Europe. Le but est de montrer la possibilité de vivre en zone contaminée en "responsabilisant" les habitants, en prenant des "précautions" : ainsi la responsabilité n'est plus collective mais devient individuelle...

Cela  a été effectué par des programmes nommés « Ethos », « Core », « Sage », depuis 96, initiés par le lobby nucléaire français (CEPN, Centre d'études sur l'évaluation de la protection) et dont je passerai le détail, mais qu'on retrouve sur Internet et dans l'ouvrage de Stéphane Lhomme « L'insécurité nucléaire » (cf http://tchernobyl.en.france.free.fr ). Ils permettent de prétendre que sur une grande partie des territoires contaminés, on se trouve en-dessous des normes admissibles (normes qu'il suffit de relever), et que la vie y est possible.
L'un de ces programmes est étonnant : FARMING (food and agricultur restoration management), financé par la Commission Européenne, étudie en cas de catastrophe la gestion des produits alimentaires et le retour à la production agricole. On y retrouve les structures de l'agriculture industrielle, l'Institut national Agronomique de Paris-Grignon, et même Sopexa qui gère l'exportation des produits agricoles. Donc non seulement on nous prépare à consommer des produits contaminés, mais aussi à en exporter...
 
Ces études ignorent superbement les victimes de Tchernobyl, dont le nombre a été ramené à 58 décès, toutes les autres étant d'origine... psychosomatiques (c'est la peur du nucléaire qui en engendrerait des dégâts !). Elles nient que les faibles doses de radioactivité puissent avoir un impact sur la santé.  Or, si 120 000 personnes ont été évacuées dans un périmètre de 30 km autour de la centrale, près de 9 millions de personnes vivent toujours en zone contaminée, l'équivalent d'un tiers de la France, essentiellement en Biélorussie. Quant au sort des 500 000 « liquidateurs », dont beaucoup sont morts et la plupart des survivants invalides, il n'en est pas question...
 
Mais des études indépendantes sont gênantes pour le lobby nucléaire : celles de Youri Bandazhevski ont montré que les enfants qui présentent les anomalies les plus graves sont contaminés au Césium 137 provenant de la catastrophe de Tchernobyl. Nombre d'entre eux ont des maladies "de vieux" (la consommation de peptine pouvant néanmoins entraîner un soulagement). Pour mettre un terme à ce travail, l'état autocratique biélorusse, avec qui nos experts collaborent sans problèmes, et qui ne peut pas de toutes façons gérer une telle catastrophe, a incarcéré cette personnalité gênante pendant plusieurs années pour une supposée « corruption ».
Quant à Vassili Nesterenko, son institut Belrad, soutenu par des personnalités comme le Pr Fernex et Y. Lenoir, est asphyxié financièrement et sa survie ne dépend que de notre générosité. C'est le dernier rempart d'information indépendante sur les dégâts de Tchernobyl.
 
L'état militaire aussi se prépare au pire :
que se passera-t-il après une catastrophe nucléaire ? D'après l'arrêté du 24 juillet 2003 et le décret du 8 septembre 2003, la responsabilité de la gestion de la crise incombera à l'armée qui canalisera et bloquera les flux de population à qui on recommandera de rester à l'interne des bâtiments, de ne pas les quitter sans autorisation, et de même pas aller chercher les enfants à l'école.
L'armée aura à museler et  neutraliser les militants "alarmistes" à qui on ne fera pas croire que la distribution de pastilles d'iode nous protègera de la contamination. Qui peut croire que la Criirad pourra poursuivre son travail d'information aussi bien en direction de la population que des liquidateurs ?
Les textes prévoient que ceux-ci pourront recevoir 100 microsieverts de rayonnement (soit 500 morts probables sur 100000 personnes). Mais qui vérifiera que devant l'urgence et la panique on ne leur fera pas prendre bien plus ?

Si un slogan déjà ancien disait "Société nucléaire- société policière". On peut y ajouter "Société militaire".
Comment après toutes ces considérations ne pas vouloir stopper le nucléaire ?
 
Pierre Péguin, décembre 2010.

 

pectines
http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/paroi/pectines.htm

 

Les pectines

 

 

Le Vitapect est une boisson à base de pomme déshydratée vitaminée. Le matériau brut est constitué de pulpes compressées et séchées, sous produit de l’extraction industrielle du jus de pomme. Il est constitué de poudre de pectine et d’un mélange de 7 vitamines et de 3 micro-éléments (K, Zn, Se)

  La particularité importante des préparations de pectine est de permettre l’élimination des radionucléides et des métaux lourds de l’organisme.

- En 1980 – 1981, le Comité d’experts pour les additifs alimentaires des Nations Unies a effectué des tests de pectines et a conclu (publication N° 16 datée de 1981) que les pectines ne sont pas toxiques, n’ont pas d’effets secondaires et peuvent être administrées tous les jours.


  L’essai en double aveugle de l’efficacité de la pectine (lorsque les enfants consomment des aliments non contaminés) effectué au sanatorium « Serebryanye Klyuchi » en 2001 a montré que la prise de Vitapect-2 pendant 21 jours à la dose de 2 fois 10g/jour permettait de réduire les taux internes de Césium 137 de 63,7 %, la prise de placebo de 13% seulement.

 

- De 2001 à 2003, dans le cadre d’un projet international *, des cycles de mesures ont été effectués  sur 1400 enfants dans 10 écoles (enfants de 13 villages) du district de Narovlya.

  Ils ont reçu du Vitapect-2 5 fois et on a mesuré leur taux de Césium 137 par comptage de la radioactivité du corps entier (WBC) avant et après la prise. Le taux de Césium a été réduit de 3 à 5 fois.

 

- En 2006, le Ministère de la Santé du Bélarus a donné l’autorisation de mise sur le marché du Vitapect sous forme de poudre et de tablettes.

- Au début de 2007, le résultat des tests du département des Brevets du Bélarus a permis le dépôt de 2 brevets pour le Vitapect sous forme de poudre et de tablettes au bénéfice de l’Institut « Belrad ».

 

- En 2005, l’Institut « Belrad », en collaboration avec l’Université Technologique du Bélarus, a fabriqué un moulin mélangeur (PKD-1) qui a été installé au rez-de-chaussée de la Maison de Belrad. (fig 1).. 

 

 

http://jpbachy.free.fr/Vitapect.htm

http://dictionnaire.sensagent.com/pectine/fr-fr/


Les pectines permettent l'élimination des métaux lourds radioactifs.

 

Notes et références

 

  1. Flavour release from pectin gels: Effects of texture, molecular interactions and aroma compounds diffusion (REGA Barbara ; GUICHARD Elisabeth ; VOILLEY Andrée, in Sciences des aliments,2002, vol. 22, no3, pp. 235-248, 14 p. ISSN 0240-8813, (anglais) Fiche Inist
  2. Directeur de l'institut indépendant de Radioprotection Belrad
  3. Article de Libération, du 8 mai 2004
  4. V.B. Nesterenko et al, Reducing the 137Cs-load in the organism of « Chernobyl » children with apple-pectin, Swiss Med wkly, 134 (2004) p. 24
  5. Bandazhevsky Y.I. Chronic Csl37 incorporation in children's organs, SMW 133: 488-490, 2004 www.SMW.ch / Bandajevsky Y.I. & Bandajevskaya G. revue de cardiologie française CARDINALE Tome XV, No 8 p 40-43, oct. 2003.
  6. Association pour le Contrôle de la Radioactivité de l'Ouest, Laboratoire indépendant d'analyse de la radioactivité
  7. Page de l'ACRO consacrée à la pectine(dec 2004)
  8. Fiche Inist ; Mise en évidence d'une évidence d'une activité pectine-lyase chez Bacillus subtilis (Pectin-lyase activity in Bacillus subtilis), Comptes rendus de l'Académie des sciences)
  9. Fiche Inist concernant une étude de l'université de Rouen

 

 

Non à l’agression impérialiste en Libye !
Bureau national du Comité Valmy

 

obama_sarkozy_cameron.jpg

Non à l’agression impérialiste en Libye !
.


A la majorité de 10 voix contre 5 abstentions, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le 17 mars, une résolution sur la Libye prévoyant notamment la création d’une zone d’exclusion aérienne sur ce pays, afin de mettre fin aux bombardements des sites tenus par les opposants armés, au colonel Kadhafi. Les cinq abstentions à cette résolution belliciste qui ouvre la voie à des frappes aériennes sur le sol libyen, sont celles de la Russie, de la République populaire de Chine, de l’Allemagne, de l’Inde et du Brésil.


Cette résolution a été initiée par la France officielle, les Etats-Unis, la Grande Bretagne et le Liban. Dans notre pays, elle est approuvée par les partis vassalisés dogmatiquement favorables à l’Europe atlantiste de l’UMPS aux verts en passant par le Parti de Gauche du social démocrate formaté par le trotskisme, Jean Luc Mélenchon qui revendique d’être le candidat du Front de Gauche, lors de la prochaine élection présidentielle.


Le Comité Valmy estime que les Français dans leur grande majorité sont hostiles à cette nouvelle aventure guerrière dont le caractère impérialiste ne peut être masqué par l’alibi de la guerre à objectif humanitaire. Nous dénonçons ce nouvel exemple du caractère aventureusement belliciste, atlantiste et pro sioniste du gouvernement compradore de notre pays. Nous soulignons que les forces authentiquement populaires engagées dans la lutte contre Kadhafi ont, à plusieurs reprises exprimé leur opposition à toute intervention extérieure.


Nous déplorons de constater que le président de la République aie cru pouvoir engager la France dans cette funeste croisade contre le même Kadhafi à qui, à peine élu, il s’empressait de proposer des avions Rafale et une centrale nucléaire EPR (productrice de déchet de plutonium recyclable à des fins militaires). Comment se seraient déroulées la "révolutions arabes" qu’il prétend maintenant soutenir si les USA n’avait pas interdit la vente des Rafales et l’AIEA la vente de la centrale EPR ?


En affirmant qu’il est urgent de désarmer Kadhafi à qui il était prêt à livrer les fleurons des technologies militaires et nucléaires, Nicolas Sarkozy fait accessoirement la démonstration de sa dangereuse incompétence. Dont acte.


Nous remarquons que cette soudaine précipitation à vouloir bombarder un pays à qui l’Union européenne et la France voulaient encore, il y a quelques semaines, fournir du matériel et une assistance pour réprimer les mouvements de foules, coïncide avec de troublantes révélations sur le financement de la campagne électorale de 2007.


Le Comité Valmy exprime son étonnement face à l’attitude passive de pays comme la République populaire de Chine ou la Russie qui une fois de plus ont cédé aux pressions impérialistes en n’utilisant pas leur droit de veto lors du vote au Conseil de sécurité ainsi qu’ils l’avaient semble t-il envisagé dans un premier temps. Cette attitude hésitante et conciliatrice face à l’agressivité impérialiste porte à terme, contre ces même pays, la probabilité qu’ils seront à plus ou moins longue échéance, les victimes de la politique d’agression et de guerre des dirigeants états-uniens et de leurs vassaux de l’OTAN.

L’intérêt des peuples est de ne pas se laisser leurrer par les manipulations politico médiatiques relatives au prétendu droit d’ingérence « humanitaire » qui n’a pour objectif que de supprimer le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. A Bahreïn les troupes saoudiennes massacrent les insurgés sans que cela préoccupe le moins du monde nos grands humanistes. C’est que le royaume de Bahreïn, cet archipel du golfe Persique est d’une importance stratégique pour Washington, qui y a basé le quartier général de sa Ve flotte, chargée de surveiller les routes maritimes empruntées par les pétroliers, de soutenir les opérations en Afghanistan.


Outre qu’il ambitionne de mettre la main sur les richesses en pétrole de la Libye, Obama qui a repris à son compte la stratégie de son sinistre prédécesseur G W Bush, est décidé à développer la stratégie de grand Moyen-Orient et de recomposer l’hégémonie américaine de puis l’Afrique jusqu’en Afghanistan, ans oublier des pays comme l’Indonésie.


La solidarité avec le peuple libyen ne passe pas par l’intervention militaire de l’impérialisme ou l’établissement d’une nouvelle base américaine en Libye.


Le Bureau national du Comité Valmy

Paris le 18 mars 2011

 

http://www.comite-valmy.org/

 

 

 

imperialisme-mariali-gif.gif
Dessin de Mariali

- COMBAT ANTI-IMPERIALISTE -
SOLIDARITE entre les PEUPLES
Dernier ajout – vendredi 18 mars 2011.
.

Prolétaires de tous les pays unissez-vous, Peuples et nations opprimés unissez-vous !

Républicain et progressiste, le combat du Comité Valmy est indissociablement patriotique et internationaliste, anti-impérialiste. Nous considérons en effet que la lutte du peuple de France pour l’indépendance, la liberté, la démocratie et le progrès social, est pleinement solidaire de celle de l’ensemble des peuples du monde, qui tendent à construire un vaste front uni contre le système impérialiste.

 

Celui-ci, malgré ses contradictions internes, est toujours actuellement dominé et conduit par les dirigeants étatsuniens, ennemis communs des peuples, et qui déploient partout sur la planète leur politique d’agression et de guerre, en organisant avec leurs partenaires le choc des civilisations. Le combat pour la paix et contre le risque de guerre atomique est redevenu l’un des enjeux cruciaux de notre époque. Les impérialistes américains, en manipulant les forces intégristes et fanatiques des religions monothéistes, ont mis en route une logique de guerre extrèmement dangereuse, un engrenage auquel les peuples unis sont les plus à même de s’opposer.

 

Considérer que l’impérialisme des Etats-Unis est le plus grand fauteur de guerre dans le monde d’aujourd’hui ne doit pas conduire à sous-estimer les impérialismes qui lui sont vassalisés. En Europe par exemple l’impérialisme allemand tout en étant complice des USA, joue sa propre carte nationaliste pour constuire son hégémonie sur notre continent. Des contradictions inter-impérialistes demeurent.

 

 

http://www.comite-valmy.org/

 


Valmy-site-moulin-logo.jpg

 

 

La malbouffe radioactive - Faut-il se préparer à la catastrophe nucléaire ?

 

 

malbouffe-2.jpg

 

 



Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 14:18

La France ! Réputée pour son bon goût...

aujourd'hui, sous Sarkozy 1er,

pour son "savoir-faire".

L'excellence, toujours !

Eva R-sistons

 

 

 

Sécurité : Le savoir faire français…

 

Le 11 janvier, devant l’assemblée nationale, Michèle Alliot-Marie a proposé une coopération française à la Tunisie en matière de maintien de l’ordre et de gestion des manifestations.

 

Michèle Alliot-Marie ministre des affaires étrangères propose d’aider Ben ALi ….

 

.
Un savoir faire dans les pas de la CIA, entre concurrence et aides mutuelles

Klaus Barbie et le savoir faire de la CIA…via la BOLIVIE

 

.

.

 

Le savoir faire de l’OAS et de la 5éme « république » française…
au Chili, en Argentine 

.

 

.
Un autre savoir faire de la sécurité...contrôler les médias.
.

.
.

21 octobre 2010 “Place Bellecour à Lyon”

.


http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article1239

 

 

 

Et encore récemment, toujours ce "savoir-faire" cher à MAM :

 


Partager cet article
Repost0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 06:06

Inattendu ! L'article que je prévoyais de faire était surtout politico-économique. Entre temps, l'Actualité (suicide détenus,  la SNCF et la déportation) me conduit d'abord à envoyer ce post sur... l'actualité de la barbarie ! votre eva

 

Les convois de la honte

 

                http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-les-trains-de-la-mort-53291708.html

 

 

Barbarie d'hier et d'aujourd'hui

Du racisme anti-Juifs au racisme anti-Musulmans

De la Shoah à la "Shoah" planétaire

Par eva R-sistons à l'intolérable

 

 

Nouveau télescopage de l'Actualité:  La SNCF complice de crimes envers la communauté juive; l'Etat français complice des suicides en prison. Quelle humanité ? La barbarie est-elle une constante de l'humanité ?


On croyait la barbarie disparue. On l'espérait ! Mais non, la bête immonde sommeille, ou plutôt se pare d'un vernis démocratique, elle n'en est pas moins vivace, bien vivace. Quand l'homme triomphera-t-il de lui-même, de ses instincts les plus sauvages ? La barbarie est-elle la chose la plus répandue, même dans les milieux les plus "policés", les plus civilisés ?


En juin 2006, la SNCF était condamnée pour sa participation aux transferts de détenus sous l'Occupation. Quelles étaient exactement les responsabilités de l'entreprise française dans la déportation ? C'est la question que Raphaël Delpard se pose dans un livre, "Enquête sur la SNCF et la déportation". Certes, des cheminots ont refusé d'être complice de l'horreur absolue. Mais souvent, trop souvent, la SNCF s'est rendue complice de crimes contre l'humanité, non seulement en facilitant les transferts vers les camps de la mort, mais aussi en rendant les conditions de voyage des futures victimes totalement inhumaines, par exemple en obstruant les orifices d'aération.  Comment des individus "normaux", travaillant pour une entreprise de transport d'Etat, ont-ils pu être complices d'une telle barbarie ? En chaque individu sommeille-t-il un bourreau qui s'ignore, ou au moins, un résigné à l'inaction et même à l'horreur ? Toujours est-il que des hommes "ordinaires" ont sciemment participé à l'"extraordinaire" d'une barbarie peu commune, toujours est-il qu'ils ont été complices d'un crime d'Etat.

 

 

Autre séquence. L'Actualité, aujourd'hui, nous renvoie à la barbarie dans les prisons françaises, parmi les plus inhumaines d'Europe, et régulièrement épinglées par Bruxelles: Par exemple, le taux de suicide des détenus y est anormalement élevé. La patrie des Droits de l'Homme ne cesse d'être montrée du doigt, sous Sarkozy, pour ses manquements. Là, il s'agit du sort d'individus deux fois condamnés, d'abord dans leur parcours marqué par la précarité, la violence subie quotidiennement dès leur naissance, ensuite par l'inhumanité d'un Pouvoir uniquement préoccupé du sort de ses amis honteusement nantis ! Le sort des "perdants" ne préoccupe guère l'UMP,  l'Union pour un Mouvement Anti-Populaire. Au contraire, tout est fait pour les exclure davantage, les marginaliser plus, les condamner à encore plus de misère, de violence, de souffrance. Jusqu'à les laisser attenter à leur vie, jusqu'à laisser une guillotine qui ne dit pas son nom revivre...


guillotine.jpg (107771 bytes)

http://www.legrandsoir.info/Du-retour-de-la-guillotine-en-France.html

 

La barbarie, tout au long de l'Histoire, semble la chose du monde la mieux partagée, tant dans les pays dits "sous-développés" que dans nos auto-proclamées démocraties, dans nos "claironnées" démocraties (au point de s'ériger en modèle pour le monde entier). Les siècles passent, les circonstances changent, mais l'inhumanité demeure. Elle peut-être feutrée, sournoisement dangereuse - un chanteur comme Pierre Pierret ne vient-il pas de se livrer à la stigmatisation des Musulmans ? (1) Elle peut-être, aussi, à découvert, sauvagement pernicieuse, comme dans nos Médias se livrant quotidiennement à la plus scandaleuse des diabolisations... Encore ce 25 novembre, David Pujadas, au nom sans doute d'un néo-sionisme décomplexé, se livrait sur FR2 à une incitation indirecte au choc de civilisations, en braquant une fois de plus les projecteurs sur les excès d'une Charia portée par des fondamentalistes qui ne représentent guère la Communauté musulmane. Insidieux ou clairement affiché, le Mal est là, la bête immonde resurgit, porteuse de lourdes menaces de chasse à l'homme, de croisades guerrières contre l'autre, et même de chocs de civilisations barbares !


Des questions se posent inévitablement. La Communauté juive ne cesse de rappeler le souvenir de ses souffrances, mais alors pourquoi après avoir subi l'indicible, se livre-t-elle aujourd'hui à une indécente stigmatisation de ses frères sémites, Arabes ? (2) Pourquoi, trop souvent, prend-elle la tête de la croisade contre les Musulmans, au risque de toutes les stigmatisations, de tous les conflits, de toutes les guerres même les plus périlleuses du fait de l'usage qu'une organisation comme l'OTAN menace de faire du nucléaire pour imposer ses vues aux irréductibles ?

 

Pourquoi rappelle-t-on toujours la Shoah d'une communauté en préparant, en coulisses, la "Shoah" planétaire qui éliminera, avec des armes de destruction massive, une partie de l'humanité, pour procéder à la dépopulation, au nettoyage "ethnique" ou religieux, à l'élimination de ceux qui ne sont pas d'accord avec la Pensée unique judéo-chrétienne, ou, tout simplement, des plus faibles ? Comment peut-on fustiger la barbarie d'un temps, et préparer celle d'un autre temps, plus pernicieuse encore ?


apocalypse-bleue-ruines.jpg

http://r-sistons.over-blog.com/10-categorie-10807617.html

 

Les leçons de l'Histoire ne servent-elles donc à rien, sinon à être instrumentalisées pour encore plus de violence et à échelle plus vaste, quitte à risquer ensuite de provoquer la fin de l'Histoire humaine ?


Sans aller si loin, pourquoi, après avoir désigné à la vindicte populaire la population juive, fustige-t-on aujourd'hui les Musulmans, au risque de toutes les stigmatisations, de toutes les dérives, de tous les chaos, de toutes les exterminations à nouveau, bref de toutes les barbaries ? Lorsque David Pujadas distille l'islamophobie sur une chaîne publique en mettant dans la tête des télespectateurs, finalement, au risque des amalgames les plus douteux, que la Charia islamique "condamne à périr dans le feu les Non-Musulmans" (en omettant d'ailleurs de dire que dans le Talmud, les "goys - c'est-à-dire les non Juifs - sont des animaux à exterminer"), ne joue-t-il pas sciemment avec le feu, n'utilise-t-il pas scandaleusement l'argent des contribuables pour servir son clocher, des intérêts qui ne doivent pas être ceux du peuple français attaché à la paix et aux Droits de l'Homme ?  Ne pousse-t-il pas, ce qui est immensément grave, au choc de civilisations qui ne profitera qu'à une minorité de psychopathes cupides ?


Mais alors, la barbarie que l'on fustige à juste titre en portant sans cesse à la connaissance du grand public, à temps et même à contre-temps, l'histoire de la Shoah, est-elle destinée à se perpétuer sous des formes nouvelles, hier la guillotine aujourd'hui le suicide par désespoir en prison, hier l'extermination des Tsiganes et des Juifs, aujourd'hui celle des Musulmans ?

 

Alerte ! Les rappels de l'Histoire n'ont de sens que s'ils servent à prévenir les errements futurs, pas à être exploités, instrumentalisés pour des causes finalement éloignées du but proclamé ! On ne peut dans le même temps demander que cesse l'antisémitisme envers les Juifs, et propager quotidiennement l'antisémitisme envers les Arabes et maintenant, un racisme aussi odieux envers les citoyens Musulmans !


De même que nous devons exiger la reconnaissance et la réparation du préjudice subi par les citoyens juifs pendant la déportation, il est indispensable de fustiger l'islamophobie rampante des Pujadas ou des Perret, lourde de menaces futures, et même de réclamer sa juste pénalisation ! Il y va de la paix sociale, de l'entente entre les peuples, de la communion des civilisations, et surtout, de la paix, oui de la PAIX, ce Bien le plus précieux !


Une citoyenne, Lina, écrit ceci : "Une seule solution : pétition pour exiger que l' islamophobie soit pénalisée, de la même manière que l' antisémistisme! Que les musulmans de France organisent une marche grandiose telle " Contre l' islamophobie, je marche!" (3)

 

Si nous tolérons le loup (Pujadas, et d'une certaine manière Perret...) dans la bergerie, si nous acceptons la barbarie du racisme anti-Juifs ou anti-Musulmans, nous mettons en péril la civilisation humaine. A l'heure des armes de destruction massive "usraéliennes" (des USA comme d'Israël), les confrontations peuvent se muer en apocalypses irréversibles.


Il est temps de s'en souvenir, et de prévenir le Mal absolu avant qu'il n'élimine l'humanité.


Eva R-sistons

http://r-sistons.over-blog.com

 

(1) : http://www.alterinfo.net/L-islamophobie-prend-une-ampleur-invraisemblable-en-France-Pierre-Perret-surfe-aussi-sur-la-vague-islamophobe_a51970.html?com#com_1691864

(2) Les Sémites sont un ensemble de peuples utilisant ou ayant utilisé les langues sémitiques (..) arabes, hébraïques... (http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9mites)

(3) http://www.alterinfo.net/L-islamophobie-prend-une-ampleur-invraisemblable-en-France-Pierre-Perret-surfe-aussi-sur-la-vague-islamophobe_a51970.html?com#com_1691864


 

TAGS :

 

Choc de civilisations, racisme, Juifs, Musulmans, Antisémitisme, Islamophobie, Shoah, Pierre Perret, David Pujadas, FR2, Sémites, Arabes, Paix, Tsiganes, USA, Israël, armes de destruction massive, droits de l'homme, suicides, prisons, barbarie, UMP...

 

 

   NOM-prison-j.jpg

 

                    NOM-chippedamericadees.jpg

 

 

 

apocalypse-F--j.jpg

 

 

 

Comment des citoyens qui ont vécu la Shoah peuvent-ils faire ça ? Comment la victime peut-elle, à son tour, devenir bourreau ? 

 

 
25/11/2010 ((C’était en 1982, à l’entrée du camp de Sabra et Chatila. Ariel Sharon   qui était alors ministre de la guerre était venu sur place pour voir de ses propres yeux l’exécution de son plan : le massacre. Celui qui fut connu ultérieurement le massacre de Sabra et Chatila.
Il ne restait plus d’ailleurs que des femmes et des enfants, les hommes ayant été abattus quelques jours plus tôt par les alliés libanais d’Israël : les Forces libanaises.
Tout à coup, Sharon se détacha de ses hommes, se dirigea vers certains enfants âgés de deux et trois ans qui étaient entrain de jouer. De sang froid il  tua le premier, puis le second.))
 
La scène vient d’être racontée par un coreligionnaire de Sharon, un juif hollandais,  le réalisateur Georges Sluizer, dans un documentaire présenté au festival international des documentaires organisé à Amsterdam.
Il l’a vue de ses propres yeux alors qu’il était venu prendre l’autorisation d’entreprendre son travail journalistique.
«  Sharon n’a exprimé aucune sentiment de bouleversement, il paraissait très calme, indifférent de notre présence, il ne semblait même pas craindre que cette scène puisse être transmise au monde entier », s’est rappelé le réalisateur,  né d’un père hollandais et d’une mère juive norvégienne.
« C’était comme s’il avait tué un lapin, ou un animal insignifiant » précise-t-il.
 
Interrogé par la chaîne qatarie Al Jazzera sur les raisons pour lesquelles il a pris une trentaine d’années pour révéler au grand jour cet assassinat, Sluize a reconnu être resté longtemps indifférent, sachant qu’il avait été témoin de la mort de plus de 5000 personnes entre 1974 et 1984, de par son travail dans le monde.
«  Oui s’est vrai, cette révélation intervient tard, mais pour deux raisons », explique-t-il.
«  La première étant que je suis très en colère contre les exactions exercées par le régime israélien contre les palestiniens en poursuivant les colonies et en confisquant leurs terres et leurs maisons pour les donner aux juifs », a-t-il indiqué.
Et d’ajouter : «  il y a aussi que je suis tombé dans le coma, durant lequel j’ai arrêté de vivre durant huit heures, au bout desquelles lorsque je me suis réveillé, j’ai décidé de raconter ce que j’ai vu », assurant qu’il ne le fait pour se venger. Sachant que Sharon est dans le coma depuis plus de cinq années.
 
« Il n’y avait autour de nous ni homme ni femme, il n’y avait que des enfants de deux ou trois ans qui jouaient,  tu as sorti ton pistolet et tu as tiré sur eux pour te faire plaisir. Je pense que le monde, les palestiniens et moi aussi peut-être avions alors espéré si tu sois mort dans le camp d’Auschwitz ».
C’est ainsi que ce réalisateur juif hollandais a décidé de finir son film intitulé « La patrie », dans lequel il raconte comment les palestiniens ont été arrachés de leurs maisons qui ont été offertes aux juifs et qui a connu un grand succès au festival

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=163328



L’Europe mise en cage par les États-Unis dans l’OTAN

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-bilan-du-sommet-de-lisbonne-l-ue-mise-en-cage-par-les-usa-dans-l-otan-61820626.html

 

 

Flickr - fdecomite - cc

 

La bourse ou la vie ? L'Europe a choisi !

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-bourse-ou-la-vie-l-europe-a-choisi-ses-banques-pas-ses-membres-61817499.html 

 

 

Lire aussi :

 

La Chine et la Russie abandonnent le dollar pour protéger leurs économies

Israël "Capitale Des Ecoutes Mondiales", collecte et décriptage de données

La géo-ingénierie atmosphérique: Expériences de manipulation météorologique et climatique

Panique des banques pour le 7 décembre...

 

 

 

 

C O M M E N T A I R E S : I C I

 

 

..

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 08:09

Au menu de ce post:

- Introduction d'eva

- Triptyque de mort,

Nouvel Ordre Mondial: Permis de tuer et d'enfermer ?

par eva R-sistons

- Batteries animales. Animaux emmurés vivants.

- Flichiatrie. Tous emmurés vivants ?

(par l'Union Syndicale de la Psychiatrie)

- Liens à lire sur le sujet

- Pétition Kokopelli. Et article:

Sauvons nos semences naturelles !

 

Elevage en batterie - Usine à imitation de viande

Elevage en batterie - Usine à imitation de viande - Une vie de martyr pour les animaux

http://spqr7.wordpress.com/2009/07/

 

Introduction d'eva :

 

Bonjour

 

Alors que je suis en plein pré-déménagement, suite à la tempête, démontant tout et mettant tout en sûreté dans un garde-meubles en attendant de déménager vraiment, je reçois un lien d'article qui va dans le sens de ce que je voulais écrire voici plusieurs semaines, mais reporté faute de temps, ne serait-ce que parce que ma vision des choses est bien plus globale, elle englobera en effet tous les aspects de notre vie et sera assortie de très nombreux liens (d'où mon retard à publier, en plein transfert de mes affaires). Ce post sera pour moi le plus important de ce blog. Je l'assortirai d'un appel à un changement radical de vie si nous voulons sortir du piège que quelques familles toutes puissantes, complètement dingues et insensibles à la souffrance individuelle, préparent à notre intention. Et ce post  donnera une interprétation très personnelle des projets du Nouvel Ordre Mondial (on parle aujourd'hui de "nouvelle gouvernance mondiale" car le mot NOM, via le Net, est déconsidéré, comme on parle maintenant de "vidéo-protection" et non plus de vidéo-surveillance !). Je suis en train de pressentir ce qui va se passer, et ce sera très osé - très neuf, mais je crains d'avoir raison trop tôt ! Par exemple, je vous avais fait part de mes craintes concernant la possibilité, un jour, de voir remplacée l'école publique par le télé-enseignement (privé). Alerte ! Ils veulent tous nous enfermer, nous paralyser, nous ligoter ! Et ils osent appeler ça la démocratie ? Même les Staliniens si dénoncés par l'Occident libéral n'auraient jamais osé mettre en place un tel maillage, un tel rétrécissement, un tel asservissement ! Et la société stalinienne, elle, offrait travail, logement, protections sociales de la naissance à la mort, à tous ! 

 

Citoyens ! Plutôt mourir debout, que couchés, enfermés à vie, dans une cage qui ne sera même pas dorée ! Nous ne pouvons accepter d'être abêtis, détruits par des fous qui prennent totalement possession de tous les aspects de notre vie pour en faire un enfer !

 

Eva R-sistons à l'intolérable, plus que jamais

 

NB Voici quelques lignes en attendant mieux

 

 

soleil-vert.jpg

Soleil Vert

 

TRIPTYQUE  MORTIFERE

Nouvel Ordre Mondial:

Permis de tuer et d'enfermer ?

par eva R-sistons

 

Triptyque ! Je comptais vous adresser quelques lignes sur un triptyque dément, et voici que je reçois un post sur le renfermement à domicile. Il prolonge ce triptyque d'une manière terrible !

 

De quoi s'agit-il ? Il y a les OGM. Dans le Sud, des centaines de milliers de paysans, ruinés, se suicident à cause des OGM, à cause de l'enchaînement à des servitudes trop onéreuses pour eux. Finies les méthodes séculaires, éprouvées ! Il faut engraisser Monsanto et ses semences éphémères, chimiques. Vous refusez ? Vous voulez du bio ? Mais le vent vous l'interdira, tout sera contaminé ! 

 

L'agro-alimentraire. On nous impose l'alimentation industrielle, toujours plus chimique, frelatée, emplie de nombreux colorants, additifs, etc. La culture, les semences naturelles ? En attendant d'être proscrites, elles sont traquées ! Aux USA, on va vers une interdiction des potagers, pour mieux nous enchaîner à l'alimentation industrielle source de maladies, de cancers, de stress, etc. Et bientôt l'alimentation sera irradiée pour mieux nous empoisonner !

 

Big Pharma. OGM, air pollué, aliments frelatés, nous sommes exposés à chaque instant. On voudrait réduire le nombre d'habitants sur terre, qu'on ne s'y prendrait pas autrement ! Et en plus, les Décideurs spéculent maintenant sur les matières premières de base. Famine assurée pour beaucoup ! En tous cas, tout est fait pour nous rendre malades. Si on ne l'est pas assez, on envoie artificiellement une épidémie, comme le Sida: Et dans certains pays africains, par exemple, plus de 30 % des habitants sont contaminés. Donc, il faut se soigner. Comment ? Avec les remèdes éprouvés de nos grands-mères, avec des plantes, avec des substances naturelles ? Pas du tout. Avec des produits chimiques qui soignent (?) en créant d'autres maladies !  Et on traite les conséquences de nos maux, jamais la cause: Pour mieux nous asservir à une médecine coûteuse, d'ailleurs de plus en plus à notre charge ! Enfin, la médecine naturelle sera bientôt un souvenir, et nous n'aurons même plus le droit de consommer des compléments alimentaires !

 

Tout, TOUT est fait, aujourd'hui, pour nous tuer à petits feux. Indignons-nous, nous dit l'immense Stéphane Hessel ! Résistons ! Comme disaient jadis les militants anti-nucléaires, "soyons actifs avant d'être radio-actifs" !

 

Nous devons tous entreprendre une grande campagne de sensibilisation. Si nous ne faisons rien, ils auront notre peau !

 

Élevage de volailles en batterie

http://www.larousse.fr/encyclopedie/nom-commun-nom/%C3%A9levage/46365

 

Et de surcroît, l'urbanisation se poursuit, au détriment de nos campagnes. L'heure est aux mégapoles, aux ghettos, à la concurrence, au télé-emploi (quand il y en a un), au télé-enseignement, à la télé-médecine... et maintenant, voici la flichiatrie, à domicile ! Et sans consentement, s'il vous plaît. On veut manifester contre l'intolérable ? On déplaît aux Apprentis sorciers ? On est assigné à résidence, surveillé, contrôlé... et bien sûr soumis, conditionné par l'Information Officielle ! Tous confinés, nous sommes en effet obligés de subir. Et c'est ce qu'ils veulent ! De quel Droit prennent-ils possession de tous les aspects de notre vie, nous imposant tout, Van Rompuy a même décrété que les Nations ne devaient plus exister ? Accepterons-nous INDEFINIMENT de TOUT perdre, peu à peu ? 

 

Il est temps de réagir, et massivement. Sinon, nous serons condamnés à vivre comme les animaux de batterie, et promis à une mort certaine !

 

Eva R-sistons à l'intolérable

 

 

Animaux emmurés vivants:

100 % cage au sol grillagé

En France plus de 40 millions de lapins vivent en cage sur un sol grillagé, source d’inconfort permanent et de blessures aux pattes.

lapins élevés en cage

Les élevages comptent en moyenne plus de 6000 animaux. Les lapins sont très craintifs : la plupart des éleveurs diffusent le son d’une radio dans leurs bâtiments pour couvrir les bruits soudains (bruits de cages, mise en route des ventilateurs, etc.).

Les animaux disposent de peu de place : la surface d’une feuille de papier A4 chacun durant leur vie entière.

Leurs cages sont dépourvues de tout aménagement. Il leur est impossible de se dresser, de se cacher, de bondir, de ronger, de fouiner…

En phase d’engraissement, le moindre déplacement dérange les autres lapins et les agressions sont fréquentes, occasionnant blessures et infections.

Reproduction

Les reproducteurs sont sélectionnés dès leur naissance.
Ils sont choisis puis conditionnés pour être envoyés dès leur premier jour de vie vers les élevages où ils seront parents ou grands-parents.

lapins élevés en cage

Les lapines vivent isolées les unes des autres et sont inséminées 10 jours après chaque mise bas. Elles donnent naissance à une dizaine de petits par portée ; plus d’une soixantaine par an. Elles souffrent en outre de lésions aux pattes et de déformations du squelette. Environ un tiers des mères meurent chaque année.

7 lapereaux sur 100 éliminés

Dès la naissance, les petits sont triés : ils sont répartis en fonction de leur taille et de leur poids. 8 à 9 sont placés avec chaque lapine. Les malades, les plus petits et ceux en surnombre sont assommés sur le rebord d’une caisse ; il arrive que certains agonisent ensuite au milieu des morts-nés.

Il arrive que certains lapereaux naissent en dehors des nids.

lapins élevés en cage

Les lapereaux sont sevrés et séparés des mères à un peu plus d’un mois, juste avant la mise bas suivante de la mère. Les mises bas s’enchainent tous les 42 jours ou 49 jours.

5 minutes par vie de lapin

L’éleveur consacre en moyenne 4,3 heures de travail par an à une lapine (et ses petits). En un an 50 petits par lapine sont envoyés à l’abattoir, donc les 4,3 heures sont réparties chaque année entre 51 lapins : cela représente moins de 5 min pour un lapin sur toute sa vie. Cette durée inclut le temps passé au nettoyage du bâtiment, à la distribution de nourriture, etc. (1)

Plus de 25 % de lapins morts

La nourriture des lapins est supplémentée en vitamines, minéraux, antibiotiques et autres médicaments. Pourtant, un quart des lapins meurent avant d’atteindre l’âge où ils sont abattus.

lapins élevés en cage

Ce taux de mortalité est un chiffre officiel de la filière issus des résultats technico-économiques de 2007. (2)

L’abattoir

Vers deux mois et demi, les lapins sont entassés dans des caisses et conduits à l’abattoir. Ils y sont étourdis, saignés, dépecés, éviscérés.

Les images d’abattoir sont des scènes pouvant apparaître comme choquantes. Ce sont pourtant les images ordinaires de la mort des lapins.

abattoir lapins élevés en cage

Voir une vidéo d’abattage de lapins.

Voilà un bref résumé de la courte « vie » d’un lapin

 

(1) Annick Azard (ITAVI Service Economie), La production cunicole française – Caractérisation des systèmes de production et perspectives d’évolution, juin 2006, p. 32.
(2) ITAVI, Gestion Technico-economique des éleveurs de lapins de chair – Programmes RENACEB et RENALAP – Résultats 2006, septembre 2007, p. 60.

 

http://michellechagnon36.wordpress.com/2010/10/15/vie-de-lapins-l214-ethique-et-animaux/

 

 

 

Psy.jpeg

http://blogbernardgensane.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/11/15/a-se-durcit-101-%E2%80%A8.html

L'avenir radieux

de la "flichiatrie".

Emmurés vivants ?

15 nov. 2010

Texte diffusé par l'Union syndicale de la psychiatrie. — L’Etat français néolibéral, après une campagne médiatique sécuritaire commandée avec acharnement par celui qui l’incarne, compte réformer la loi de 1990 sur les soins sans consentement

 

Contrairement à l’analyse qui en est faite par de nombreux confrères psychiatres, le danger principal de ce projet de loi ne réside pas dans la multiplication des hospitalisations à la demande de l’autorité publique, qui signerait le retour du grand renfermement asilaire. L’internement coûte cher, et le personnel soignant comme les places manquent : que la surpopulation devienne la règle à l’hôpital comme c’est le cas en prison, est une hypothèse improbable - on n’a pas encore trouvé par quel mécanisme schizophrénique faire rentrer deux patients dans une seule chambre d’isolement… 


Non, la conséquence la plus redoutable de cette loi (si elle est adoptée) va être la généralisation des soins sans consentement en ambulatoire [1], et la société de contrôle panoptique qu’elle annonce et va entraîner irrémédiablement dans son sillage… Ce que cette loi présage, ce n’est en effet ni plus ni moins que le grand renfermement…  à domicile


Tels sont les symptômes avant-coureurs de cette évolution sociale tout à la fois psychologique et politique, d’un enfermement chez soi et en soi croissant, compatible avec la poursuite d’objectifs économiques nécessitant un parfait conformisme des masses à l’ordre public dominant :  

- L’inviolabilité du domicile n’existe plus depuis la loi Perben II de 2004 : la police peut rentrer chez n’importe qui à toute heure du jour et de la nuit. Cette intrusion est redoublée par la toute récente loi LOPPSI II, qui permet désormais l’espionnage par la police de toutes les communications électroniques privées.  

- Le chef de l’Etat français lui-même, dans un discours qui a fait date, a promis l’aide technique de la géolocalisation pour surveiller les dangereux schizophrènes (c’est devenu un pléonasme pour le bon peuple). L’assignation à domicile (ou à proximité) par bracelet électronique est déjà largement étendue depuis 1997 comme peine substitutive à l’enfermement carcéral.  

- L’hospitalisation à domicile psychiatrique a été expérimentée et s’est développée dans de nombreux départements depuis 2004 [2].  

- Il appartient aux médecins de prononcer les arrêts de travail, comportant des heures fixes de présence quotidienne obligatoire à domicile [3]. Cette disposition vise à faciliter les contrôles, notamment à l’initiative des employeurs [4], pour lutter contre la fraude aux arrêts de travail abusifs. Il est particulièrement intéressant de constater comme le recours banalisé à la caution scientiste de la médecine permet ainsi d’enfreindre la liberté d’aller et de venir, droit pourtant constitutionnel [5] !  

- Rappelons comment la propagande testée en 2008 autour de la grippe A, a répandu l’idée d’un confinement généralisé de la population, et planifié un état d’exception où les droits du travail et de la justice pourraient être bafoués du jour au lendemain.  

- Un apartheid physique s’étend à l’échelle mondiale entre les riches, les méritants, les élus d’un côté, et les pauvres, les malades, les parias de l’autre : centres de rétention, murs de séparation entre ou à l’intérieur des états, délimitant des zones vertes et rouges[6], multiplication des résidences et maintenant des villes sécurisées ;  

- Conséquence directe de la privatisation de l’existence comme du bouleversement des moyens de communication, se développent également le télétravail, la télémédecine, le téléachat, l’enseignement à domicile, l’éducation thérapeutique…  

- Garante de la santé mentale de toute la population, la psychiatrie s’occupe désormais de « traiter » tout trouble du comportement, autrement dit toute déviance par rapport à la norme sociale telle que, par exemple, le trouble oppositionnel (ce qui évoque irrésistiblement la psychiatrie du goulag soviétique, où l’opposition politique constituait une maladie mentale [7]). 

De la police intérieure pinelienne en passant par l’intériorisation surmoïque freudienne de la contrainte externe, jusqu’aux neurosciences qui permettent d’inscrire médicalement aujourd’hui toute défaillance, toute différence à l’intérieur même du cerveau voire du capital génétique de chacun : la métaphore médico-psychologique ne pouvait rester lettre morte après deux siècles de délire positiviste… Flicage psychiatrique et techno-scientiste destiné effectivement à tous nous surveiller : le fichage informatique se généralise [8], tandis que les députés du parti du chef de l’Etat français prônent le fichage de l’ADN à la naissance et du comportement des enfants dès la maternelle. Désormais, le management comportementaliste par l’autoévaluation et l’amélioration continue de ses performances consacre partout la psychologisation hygiéniste du ministère de l’intérieur : chacun est devenu son propre policier, son propre médecin, son propre chef d’entreprise privée individuelle, s’auto-contrôlant et s’auto-développant pour se soumettre aux normes biologiques de la neuro-économie. 

Le repli sur soi obéit à la loi du marché et accomplit la sélection naturelle… Sauve qui peut ! Mais en rangs : la guerre économique mondiale nécessite que soit garanti jusqu’au bout le moral des troupes. Voici pourquoi la psychiatrie est désormais au cœur des enjeux politiques, instrumentalisée par le pouvoir psycho-économique, pour lequel seule compte la loi égoïste du profit et de la concurrence : la santé mentale positive néolibérale, n’est-ce pas savoir profiter des opportunités pour s’adapter à une situation à laquelle on ne peut rien changer[9] ? Chacun pour soi, chacun chez soi, et tous pour la compétition économique (comme l’explique la présidente de la fondation neuro-scientiste FondaMental, autre députée du parti au pouvoir) [10] !  

- La loi de 1990 est une loi d’exception, dérogeant au droit commun : la seule où une mesure de privation de liberté est décidée non par un juge, mais par le représentant de l’Etat… Exception qu’aggravera la réforme annoncée, puisque le Préfet ne sera jamais tenu de suivre l’avis médical, et choisira lui-même l’expert psychiatre, exercice qu’il pourra répéter indéfiniment - jusqu’à ce que le Juge des libertés et de la détention, indépendant comme chacun sait de toute pression exécutive, ose s’y opposer. Bref, toute personne extériorisant son « trouble » hors de chez elle, ou se mettant hors d’elle, risquera demain légalement d’être « traitée », c’est-à-dire neuroleptisée, à vie…  

- Il n’est pas hors de propos de rappeler enfin, last but not least, que le pic de Hubbert est déjà vraisemblablement derrière nous : la production de pétrole va se tarir inexorablement dans les 20 ans à venir… Cette crise énergétique ultime, sauf lapin sorti in extremis du chapeau par quelque allègre magicien, annonce le grand retour de la marche à pied, excellente au demeurant pour la santé physique et mentale du plus grand nombre, mais gênante pour que le plus grand nombre aille faire ses courses au centre commercial de plus en plus excentré, comme pour aller voir son psychiatre en consultation...    

Que peut-on conclure de tous ces éléments juxtaposés,
vers quelle perspective menaçante convergent-ils ?
.
N’est-ce pas celle toute tracée par les idéologues ultra-libéraux de la post-modernité bien-pensante et bêlante, du TINA [11] de lady Thatcher à la fin de l’Histoire de mister Fukuyama [12] ? Le bonheur individuel du développement personnel, le must de l’épanouissement psycho-technique ne résident-ils pas dans le cocooning et l’hyperconsommation, chacun enfermé chez soi devant le miroir narcissique de ses écrans magiques, communiquant instantanément avec le monde entier par mails, blogs, textos et facebook - et grâce à cette bonne vieille télévision qui nous captive toujours de son star-système hypnotique, la réussite par l’argent facile et le succès médiatique, de l’enfant-roi au chef de l’Etat français bling-bling ?   

Vers quelle post-humanité monstrueuse, vers quelle convergence funeste de l’hyper-individualisme de la jouissance immédiate et de l’hyper-étatisme du contrôle médicalisé et policé de nos consciences tendons-nous ainsi inexorablement ?   

Le sociologue et philosophe Hartmut Rosa [13] a bien décrit cette « immobilité fulgurante » dans laquelle nous allons tous être bientôt emmurés vivants [14]… L’apocalypse intériorisée avant même l’heure dernière !   

L’isolement à domicile, pour résumer, c’est que du bonheur : bénéfice économique (évitement de l’hospitalisation et marché florissant de la sécurité), bénéfice sécuritaire (préservation de la tranquillité publique), bienfait psychologique (promotion du confort narcissique), bienfait écologique (amortissement de la crise énergétique)… La paralysie sociale, la noyade collective programmées dans la bonne humeur communicative du troupeau normopathique !   

L’avenir radieux de la psychiatrie : le grand renfermement à domicile ! Et les moutons seront bien gardés, en attendant de se jeter à l’eau comme un seul homme, le dernier homme, le meilleur pour la fin… Dans sa folie de plus en plus furieuse, l’Etat français néolibéral prendrait-il les psychiatres, ces garde-fous du désordre symbolique, pour d’ultimes Panurges ?     

Olivier LABOURET - Médecin Psychiatre
Union Syndicale de la Psychiatrie - Collectif contre la Nuit Sécuritaire et Conseil Scientifique d’Attac


------
[1] Pouvant comporter des soins à domicile, article L.3211-2-1 du projet de loi.
[2] Circulaire DHOS du 4 février 2004. 
[3] Article L.323-6 du Code de la sécurité sociale, instauré par la Loi de financement de la sécurité sociale 2007.
[4] Loi relative à l’assurance maladie du 9 août 2004.
[5] Décision du Conseil Constitutionnel du 12 janvier 1977.
[6] Lire W. Brown, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, les Prairies ordinaires, 2009 ; N. Klein, la Stratégie du choc, Actes sud, 2008.
[7] Lire W. Boukovsky, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition, Seuil, 1971.
[8] Fichage simultanément policier, financier, social et sanitaire, dont les trois finalités visent à éliminer toute déviance individuelle : interconnexion croissante, prédiction de tout « trouble » ou délit, contrôle des populations à problèmes sous le masque de la lutte contre la fraude et contre la délinquance (pauvres, jeunes, étrangers, malades, militants…).
[9] Lire le rapport du Centre d’analyse stratégique, la Santé mentale, l’affaire de tous, novembre 2009.
[10] Voir Un monde sans fous, documentaire de P. Borrel, Cinétévé, avril 2010.
[11] There is no alternative.
[12] La Fin de l’histoire et le dernier homme, Flammarion, 1992.
[13] Accélération. Une critique sociale du temps, la Découverte, 2010.
[14] Sauf renouveau politique altermondialiste et alterpsychiatrique !
Annexes

.

                            A lire en complément (cliquer sur les liens):  

.

http://acoeuretacris.centerblog.net/6584650-animaux-domestiques-le-cochon-

Le gouvernement US veut empêcher cultures locales, fermes bio, potagers

Les plantes médicinales bientôt interdites dans l’UE. Vite, réagissons tous ! 

Alerte,l'UE (Van Rumpuy) l'a décidé: Les nations ne doivent plus exister

Vital,sauvons nos potagers ! Libérons les semences - Pétition (Kokopelli)

Sauvons Kokopelli,

sauvons nos semences naturelles !

http://blog.environnemental.info/wp-content/uploads/2007/01/semence-kokopelli-6.jpg

http://blog.environnemental.info/page/100/?cat=vtwkpueaze

Libérons les semences

.

A l'initiative de l'association Kokopelli
La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.

L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples. Les vendeurs de pesticides bricolent dans leurs laboratoires des chimères génétiquement modifiées, qu’ils osent appeler semences, générant des plantes dépendantes entraînant une régression technique pour les paysans, les jardiniers et les amateurs.
Les lobbys, aidés par l'Etat, pour obtenir le monopole de ce qui appartient à tous, veulent supprimer le droit inaliénable de chacun de ressemer sa récolte. Les sélections de terroir garantissent des plantes saines et savoureuses. La semence industrielle est malade, elle ne peut vivre sans pesticides, engrais chimiques ou manipulations génétiques. Polluante pour l’environnement, elle est le point de départ de la mal-bouffe. Comme les générations qui nous ont précédés, nous avons le devoir de transmettre à nos successeurs, la possibilité d’orienter et de choisir leur avenir.

- Conscient que le maintien de la biodiversité est facteur de sécurité, d’indépendance alimentaire et de nourritures abondantes pour demain,
- Conscient que la semence est un bien commun à tous les peuples,
- Je demande que la loi AFFIRME le droit inaliénable de toute personne de cultiver, semer, multiplier, acheter, échanger, offrir, céder, transmettre, tout végétal (graine, bouture, plant, tubercule, etc.) sans restriction légale d'aucune sorte.
- Je revendique le droit de me procurer et de consommer librement la nourriture issue du produit des semences de population, de pays, de famille, dites anciennes : toutes, graines de vie.

En signant cette pétition, je défends ma liberté, un patrimoine et permet, avec l’association Kokopelli, la transmission de la biodiversité et de la fertilité aux générations futures.

Outre votre signature immédiate, vous pouvez télécharger la pétition pour l'imprimer pour la diffuser autour de vous, et si vous avez un site Internet, faire un lien vers cette page : http://www.univers-nature.com/signez/?code=cat

 

 

http://blog.environnemental.info/wp-content/uploads/2007/01/9782020663373.jpg

 

http://blog.environnemental.info/page/100/?cat=vtwkpueaze

 

“Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants.”

Nous sommes de plus en plus nombreux à faire nôtre cette phrase de St Exupéry.

3 minutes robinet ouvert = 12 bouteilles de 1,5l qui s’écoulent. Ça fait réfléchir et ça donne envie d’agir. Tout le monde peut changer ses comportements. Ce guide simple, pratique, complet décrit tous les gestes au quotidien. Nous faisons des erreurs dans toutes les pièces de la maison, au bureau, à l’école, partout. Si tous les habitants de la planète vivaient comme un français, il faudrait 2 planètes de plus pour vivre tous ensemble !

Chaque geste compte, chaque geste même en apparence anodin est utile, comme Théodore Monod l’a bien montré : des micro-solutions locales, mais appliquées et répliquées et dupliquées par des milliers de gens à des milliers d’exemplaires, chaque jour, inlassablement, un nouveau savoir-vivre, peut engendrer des macro-solutions à l’échelle globale !

 

 

 

Les articles les plus lus

.

 

Echo Nature
Le nouveau magazine d'information environnementale

 

http://www.univers-nature.com/signez/?code=cat

 

 

 

 


27-01-2006

Les anciennes variétés potagères au tribunal

Durant des millénaires, les paysans ont produit leurs semences, en ont amélioré, sélectionné et créé de nouvelles variétés, qu'il s'agisse de céréales, de légumes ou de fruits, pour une adaptation toujours plus grande à leurs conditions de cultures locales. Avec l'arrivée du XXe siècle, les choses ont progressivement évolué, et les agriculteurs se voient de plus en plus dépossédé de cet héritage, à savoir des dizaines de milliers de variétés différentes de plantes, par les industriels de la semence. Ainsi, en l'espace d'un siècle, des milliers d'anciennes variétés ont disparu en Europe et en Amérique du Nord.

Aujourd'hui, mis à part quelques petits producteurs et/ou distributeurs disséminés ici et là, il est difficile de se procurer des variétés anciennes, véritable patrimoine de l'humanité. La situation pourrait même se compliquer car l'association Kokopelli, qui propose plus de 1 200 variétés anciennes de légumes, fleurs et céréales issues de l'agriculture bio, est assignée en justice par la société Graines Baumaux qui considère comme déloyale la concurrence de l'association.
Il est vrai que pour être légalement commercialisée, une variété potagère doit être inscrite sur le catalogue officiel des espèces et variétés de légumes, et que les semences anciennes, proposées par l'association Kokopelli, ne figurent pas toutes sur ce catalogue dont les portes sont grandes ouvertes aux variétés hybrides…

Au-delà de l'assignation de Kokopelli devant les tribunaux, c'est le droit de chacun à cultiver, semer, acheter, transmettre, consommer, tout végétal qui est mis en cause. Si Kokopelli devait cesser cette diffusion, d'autres structures pourraient suivre le même chemin, remettant en cause la conservation de centaines de variétés spécifiques, faute d'un relais de distribution.

Pourtant, à l'heure où le réchauffement climatique est de plus en plus perceptible, un réservoir de variétés dites anciennes pourrait s'avérer utile pour permettre à l'agriculture de s'adapter à l'évolution du climat. Pour cela, il suffirait de supprimer l'obligation d'inscription au catalogue officiel qui, rappelons-le, est payante (1), ce qui aurait pour effet de libérer l'accès, de tous, à toutes les semences.
C'est d'ailleurs ce que demande, à sa façon, Kokopelli dans une pétition intitulée 'Libérons les semences', en estimant que 'le maintien de la biodiversité est facteur de sécurité, d’indépendance alimentaire et de nourritures abondantes pour demain'.
Pascal Farcy
Photo fruits anciens © Stephen Clément – CDTA et diversité de tomates © Dominique Guillet


1- Le coût de l’inscription au catalogue officiel, pour une variété de céréales, s'élève à plus de 8 000 € pour les 10 premières années. Ce coût prohibitif empêche l'inscription des variétés anciennes, très nombreuses.

 

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=2164

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 04:19

 

rtfilms?start=0
http://jabamiah-antinouvelordremondial.blogspot.com/2009_11_07_archive.html?zx=a37aa387e1f77862
/"DE LA SERVITUDE MODERNE"

De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole.

Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires ; son objectif central est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde.

Dans l’immense champ de bataille de la guerre civile mondiale, le langage constitue une arme de choix. Il s’agit d’appeler effectivement les choses par leur nom et de faire découvrir l’essence cachée de ces réalités par la manière dont on les nomme. La démocratie libérale est un mythe en cela que l’organisation dominante du monde n’a rien de démocratique ni même rien de libérale. Il est donc urgent de substituer au mythe de la démocratie libérale sa réalité concrète de système totalitaire marchand et de répandre cette nouvelle expression comme une trainée de poudre prête à incendier les esprits en révélant la nature profonde de la domination présente.

D’aucuns espéreront trouver ici des solutions ou des réponses toutes faites, genre petit manuel de « Comment faire la révolution ? ». Tel n’est pas le propos de ce film. Il s’agit ici de faire la critique exacte de la société qu’il nous faut combattre.
.
servitude.jpg
http://mormalite.over-blog.com/article-la-servitude-moderne-41309059-comments.html

Voici un excellent documentaire produit par Jean-François Brient qui dresse un portrait  de notre société contemporaine où servilité et consommation sont de mise et prime. Selon lui, une révolution serait l'unique manière de se sortir de la position «d'esclave moderne».
.
.
retour
español englishitalianoportuguesroman


de la servitude moderne 

texte  Video  diffusion

 

 

 

*

"Toute vérité passe par trois stades :
En premier lieu on la ridiculise;
en deuxième lieu on s'y oppose violemment;
enfin on l'accepte comme si elle allait de soi."

Schopenhauer

 

    De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.

    L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde.

    Dans l’immense champ de bataille de la guerre civile mondiale, le langage constitue une arme de choix. Il s’agit d’appeler effectivement les choses par leur nom et de faire découvrir l’essence cachée de ces réalités par la manière dont on les nomme. La démocratie libérale est un mythe en cela que l’organisation dominante du monde n’a rien de démocratique ni même rien de libérale. Il est donc urgent de substituer au mythe de la démocratie libérale sa réalité concrète de système totalitaire marchand et de répandre cette nouvelle expression comme une trainée de poudre prête à incendier les esprits en révélant la nature profonde de la domination présente.

    D’aucuns espéreront trouver ici des solutions ou des réponses toutes faites, genre petit manuel de « Comment faire la révolution ? ». Tel n’est pas le propos de ce film. Il s’agit ici de faire la critique exacte de la société qu’il nous faut combattre. Ce film est avant tout un outil militant qui a pour vocation de faire s’interroger le plus grand nombre et de répandre la critique partout où elle n’a pas accès. Les solutions, les éléments de programme, c’est ensemble qu’il faut les construire. Et c’est avant tout dans la pratique qu’elles éclatent au grand jour. Nous n’avons pas besoin d’un gourou qui vienne nous expliquer comment nous devons agir. La liberté d’action doit être notre caractéristique principale. Ceux qui veulent rester des esclaves attendent l’homme providentiel ou l’œuvre qu’il suffirait de suivre à la lettre pour être plus libre. On en a trop vu de ces œuvres ou de ces hommes dans toute l’histoire du XXº siècle qui se sont proposés de constituer l’avant-garde révolutionnaire et de conduire le prolétariat vers la libération de sa condition. Les résultats cauchemardesques parlent d’eux-mêmes.

    Par ailleurs, nous condamnons toutes les religions en cela qu’elles sont génératrices d’illusions nous permettant d’accepter notre sordide condition de dominés et qu’elles mentent ou déraisonnent sur à peu près tout. Mais nous condamnons également toute stigmatisation d’une religion en particulier. Les adeptes du complot sioniste ou du péril islamiste sont de pauvres têtes mystifiées qui confondent la critique radicale avec la haine et le dédain. Ils ne sont capables de produire que de la boue. Si certains d’entre eux se disent révolutionnaires, c’est davantage en référence aux « révolutions nationales » des années 1930-1940 qu’à la véritable révolution libératrice à laquelle nous aspirons. La recherche d’un bouc émissaire en fonction de son appartenance religieuse ou ethnique est vieille comme la civilisation et elle n’est que le produit des frustrations de ceux qui cherchent des réponses rapides et simples face au véritable mal qui nous accable. Il ne peut y avoir d’ambigüité sur la nature de notre combat. Nous sommes favorables à l’émancipation de l’humanité toute entière, sans aucune forme de discrimination. Tout pour tous est l’essence du programme révolutionnaire auquel nous adhérons.

    Les références qui ont inspiré ce travail et plus généralement ma vie sont explicites dans ce film : Diogène de Sinoppe, Étienne de La Boétie, Karl Marx et Guy Debord. Je ne m’en cache pas et ne prétend pas avoir inventé l’électricité. On me reconnaîtra simplement le mérite d’avoir su m’en servir pour m’éclairer. Quand à ceux qui trouveront à redire sur cette œuvre en tant qu’elle ne serait pas assez révolutionnaire ou bien trop radicale ou encore pessimiste n’ont qu’à proposer leur propre vision du monde dans lequel nous vivons. Plus nous serons nombreux à diffuser ces idées et plus la possibilité d’un changement radical pourra émerger.

    La crise économique, sociale et politique a révélé la faillite patente du système totalitaire marchand. Une brèche est ouverte. Il s’agit maintenant de s’y engouffrer sans peur mais de manière stratégique. Il faut cependant agir vite car le pouvoir, parfaitement informé sur l’état des lieux de la radicalisation de la contestation, prépare une attaque préventive sans commune mesure avec ce que nous avons connu jusqu’à maintenant. L’urgence des temps nous impose donc l’unité plutôt que la division car ce qui nous rassemble est bien plus profond que ce qui nous sépare. Il est toujours très commode de critiquer ce qui se fait du côté des organisations, des individus ou des différents groupes qui se réclament de la révolution sociale. Mais en réalité, ces critiques participent de la volonté d’immobilisme qui tente de nous convaincre que rien n’est possible. Il ne faut pas se tromper d’ennemis. Les vieilles querelles de chapelle du camp révolutionnaire doivent laisser la place à l’unité d’action de toutes nos forces. Il faut douter de tout, même du doute.

    Le texte et le film sont libres de droits, ils peuvent être copiés, diffusés, projetés sans la moindre forme de contrainte. Ils sont par ailleurs totalement gratuits et ne peuvent en aucun cas être vendus ou commercialisés sous quelque forme que ce soit. Il serait en effet pour le moins incohérent de proposer une marchandise qui aurait pour vocation de critiquer l’omniprésence de la marchandise. La lutte contre la propriété privée, intellectuelle ou autre, est notre force de frappe contre la domination présente.

    Ce film qui est diffusé en dehors de tout circuit légal ou commercial ne peut  exister que grâce à l’appui de personnes qui en organisent la diffusion ou la projection. Il ne nous appartient pas, il appartient à ceux qui voudront bien s’en saisir pour le jeter dans le feu des combats.
    
Jean-François Brient et Victor León Fuentes      
http://www.delaservitudemoderne.org/francais1.html

http://generationm.over-blog.com/article-35005729.html
de la servitude moderne
le film
« Tout ce qui n’est pas donné est perdu.»
Proverbe indien

Le film complet est visible en streaming ci-dessous,
ou bien téléchargeable ici

ou avec le lien eDonkey suivant : ed2k://|file|DE_LA_SERVITUDE_MODERNE_JF_BRIENT_2009_VF.avi|574375804|2A414D5BDA8FB1DC747F1E6AAED8F5D0|/

Vous pouvez télécharger l'affiche.

Vous pouvez aussi regarder les bandes annonces



     La diffusion du film se situant volontairement en dehors de tout circuit médiatique
ou commercial, il dépend de la bonne volonté des camarades d’en assurer la diffusion
la plus large possible. Vous êtes donc tout à fait libres d’organiser une projection de ce
film dans les conditions qu’il vous plaira.
    Le seul impératif est que la diffusion ou la projection de ce film doivent demeurer
totalement gratuites. Il serait éventuellement appréciable de nous faire parvenir un
mail en indiquant la date, l’heure et le lieu de la projection afin que nous puissions
relayer l’information sur notre site internet. Si vous souhaitez une éventuelle
intervention de notre part, vous pouvez également nous contacter par mail.
    Il va de soi que les organisations nationalistes, racistes ou antisémites
n’auront jamais notre approbation pour s’approprier ce film sous quelque forme
que ce soit. Ils figurent bien évidemment au premier rang de nos ennemis. 
Jean-François Brient et Victor León Fuentes

 

http://www.delaservitudemoderne.org/video.html#film

 

 

http://xiberia.info/blog/index.php/2009/09/01/153-de-la-servitude-moderne


 

  • Le blog d' Eva, R-sistons à la crise

Scène de lapidation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publication non terminée


Partager cet article
Repost0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 00:58

 

The_great_below_by_Violator3

                                                     http://elween.canalblog.com/archives/serie_maniac/index.html

 

 

"Le cancer de l'Ego"

 

 

Bonjour

 

Je prends un instant ma plume pour commenter les derniers événements.

 

Auparavant, vous devez savoir que j'ai reçu un mot d'un Lecteur, ingénieur et journaliste indépendant (je l'avais pris pour un professionnel de la psychologie) qui m'a beaucoup marquée. En effet, il est impossible, aujourd'hui, si l'on est de bonne foi, de nier la tragédie israélienne. Les citoyens de ce pays, ou leurs amis, repliés sur leurs certitudes, leurs douleurs, leurs rancoeurs, leurs tourments, ont progressivement développé un état mental dangereux non seulement pour les autres, mais pour eux-mêmes.

.

sioniste05.jpg

http://www.pnr-regioncorse.com/news.php?lng=fr&pg=&id=7

 

 

Ayant été confrontée, moi-même, dans mon entourage, à une personne ayant mal digéré son passé et l'ayant fait payer à d'injustes boucs-émissaires (la victime devenant à son tour bourreau), je suis particulièrement sensible, allergique si vous préférez, au pathologique, je supporte très mal ce qui est malsain. Et là, on se trouve en présence du "couple" Shoa (hier) - martyr des Palestiniens (aujourd'hui). En d'autres termes, des citoyens Juifs sont passés, eux aussi, d'un statut à l'autre, d'abord victimes, ensuite auteurs des souffrances incommensurables des Palestiniens, pourtant non responsables de la Shoah.

 

Il est tragique de voir que des individus répartis dans différents pays, et souvent les fécondant, se soient à la suite d'événements certes douloureux mais incrustés en eux (faute de pardon, de recul, de libération..), repliés au point de devenir insensibles à la souffrance d'autrui et, aussi, de scléroser leurs capacités personnelles à force de ressentiment, de fureur, d'intolérance... Etant donné le rôle que jouent ces individus, au sommet de l'Etat comme des Institutions, les dommages peuvent être très importants pour tous, et par voie de conséquence, pour eux-mêmes puisque le monde finit par les rejeter. On se demande même s'ils ne se nourrissent pas, aussi, de ce rejet, s'ils ne se complaisent pas dans la souffrance, en faisant tout pour l'entretenir afin ensuite de mieux l'instrumentaliser à des fins hautement préjudiciables pour les autres. On le voit en particulier avec Sarkozy, "l'Exécutant" de cette Communauté, qui ruine la France en tentant de lui imposer de l'extérieur des valeurs qui ne sont pas les siennes, anti-sociales notamment et portant atteinte à la souveraineté nationale.

 

Que faire pour sortir de cette spirale infernale ? Car celui qui se complaît dans la souffrance et dans son instrumentalisation, ne peut provoquer qu'incompréhension, dégoût, répulsion. Et ensuite, ce n'est pas en cassant le thermomètre qu'on anéantit la fièvre. Le mal doit être combattu à la racine, et non détourné en dénonçant ceux qui, légitimement, sainement, naturellement, dénoncent l'intolérable.

 

A l'heure du nucléaire, à l'heure, aussi, de l'effondrement économique planétaire, on ne peut que redouter les réactions imprévisibles de ceux qui s'enferment dans leurs certitudes et leur déni des autres. Si la partie encore saine, lucide, de ce "Corps" ne réagit pas (il reste des "Justes", comme l'immense Stéphane Hessel), l'ensemble peut être contaminé, et dans la foulée, l'humanité, confrontée aux projets et aux réactions imprévisibles de ceux qui n'ont toujours pas digéré leur Histoire.

 

Je vais laisser la parole à ce Lecteur, qui apporte un éclairage significatif sur la déviance progressive d'une Communauté trop absorbée par son passé et son cortège de rancoeurs successives s'entretenant elles-mêmes. Puissent ses lignes entraîner une prise de conscience salutaire... afin que les humains, enfin réconciliés avec eux-mêmes et entre eux, inventent ensemble un avenir digne de ce nom pour notre monde en perdition.

 

Votre eva

 

Apocalypse, ou fraternité universelle ?

 

apocalypse-fonzi-j.jpg. com-civilisations-religions.jpg

 

 

 

Merci Eva pour ton Blog qui est de l'oxygène de l'esprit et un baume sur le coeur. Voici ce que m'a inspiré l'article de Gilad Atzmon sur les erreurs des Israeliens (http://sos-crise.over-blog.com/article-les-erreurs-les-plus-frequentes-des-israeliens-superbe-texte-de-gilad-atzmon-59577327.html 30/10/10):

 

En résumé, tout ceci peut être expliqué par un seul concept : celui du « peuple éternellement élu » donc unique, égocentrique, exempt de tout jugement donc de toute sanction et auquel tout est permis jusqu’à la fin des temps. Le défaut n’est pas dans la notion d’élus que  Dieu octroie à certains peuples ou certains personnes de par le monde et à des époques particulières, mais dans le caractère « éternel » qui n’a été ajouté que par les hommes. Et c’est ce défaut qui fait croire à ce « peuple élu » que tout ce qui est contraire à « ses désirs » peut être considéré comme une « injustice commise contre Dieu ». D’ailleurs tous les autres humains de l’univers sont considérés comme des « goys », terme juif raciste.

 

Comme exemple récent, cette même notion a été utilisée par le régime de Bush et son équipe de « protestants sionistes », soi-disant en « contact quotidien avec Jésus » (donc peuple élu) pour justifier leurs actes barbares condamnés par la majorité de l’humanité.    

 

Plus largement, et au niveau historique, ce concept a été toujours utilisé, certes de manière plus ou moins approfondie ou exagérée dans ses applications et dans le temps, par beaucoup d’autres « peuples » ou « nations » ou simplement « régimes » ou « Etats ».

 

Les principales caractéristiques des idéologies coloniales, impériales, racistes, xénophobes et j’en passe ne sont que des applications plus ou moins partielles de ce concept. L’idéologie de « l’Europeen-blanc-judéo-chrétien-civilisé » n’est qu’une de ses conséquences depuis le 19em siècle et peut être même de ce que l’Europe nomme « siècle des lumières » (17em S). Certes, les peuples Européens dans leur « majorité citoyenne » ont réussi à trouver quelques remèdes, hélas temporaires, mais le problème existe toujours de par le monde, même en Europe.

 

Dire que le sionisme est le dernier (dans le temps et l’espace) des « colonialismes » n’est pas tout a fait exact, car, de part le monde il y a encore des situations partiellement ou totalement « coloniales ». Le problème n’est pas seulement dans la manière et le régime, souvent camouflé hypocritement selon les différentes situations locales ou internationales, et d’ailleurs actuellement ouvertement déclaré « sans peur et sans honte » même dans les pays des « droits de l’homme », non, le problème est plus profond et durable car il se trouve dans la « racine mentale » des acteurs, dans les excès du « moi », excès qui se propagent au niveau collectif (dans le « Soi » commun à une partie de la société) et créent ainsi ce cancer social.

 

Certes tous les être humains possèdent un « égo », preuve existentielle de chaque être humain, mais le problème se trouve dans ses excès et ses dérives. Ainsi, il peut devenir « égocentrisme » du genre enfant et se développer selon ses ambitions et ses dérives en racisme, en dictature et en plusieurs autres « maladies psychosociales » (ou fléaux sociaux) à conséquences négatives pour le genre humain et la société.

 

Généralement, on constate que la majorité des conflits humains individuels et sociaux ont pour cause, au moins partielle, cet excès du «moi ». Et historiquement, la plupart des guerres et conflits mondiaux trouvent, peut-être pas comme cause principale, leur amplification et leur extension dans ce «cancer de l’égo». Les acteurs les plus exposés à cet état mental sont les politiques, les militaires et les religieux. C’est une vraie maladie, une pathologie sociale.

 

Cependant, on peut, parfois, et il y a des exemples individuels et collectifs, soigner cette « maladie de peuple éternellement élu » partiellement ou à un fort degré de réussite, mais jamais totalement, sauf dans certains cas particuliers  (justement ces élus de Dieu que sont les Prophètes et les Messagers). Mais chez le commun des mortels, et lorsqu’elle devient « concept éternel », le « malade » est définitivement atteint et condamné.

 

Comment alors, essayer de le soigner ?


Dans certaines cas graves, irrécupérables et parfois contagieux donc dangereux pour la société, on doit isoler le malade.


Historiquement, cette solution a été utilisée, contre certains peuples et plus particulièrement le peuple juif auquel les Européens (Est et Ouest) ont appliqué ce remède. A l’évidence, le médicament n’a pas été efficace et ses conséquences secondaires ont même été nuisibles non seulement pour ce peuple « malade de l’égo » mais aussi et surtout contre d’autres peuples innocents.

 

Alors ! Quelle est la solution ?


Faut-il la trouver dans un réveil de conscience interne à ce « peuple élu », une sorte d’automédication, comme le suggère l’auteur ?


C’est difficilement acceptable, considérant, d’une part, l’euphorie actuelle du « malade drogué » par ses succès militaires et les complicités politiques, militaires et financières explicites et implicites, directes et indirectes, matérielles et « psychiques » (et non morales et humaines) de certains Etats, régimes et « citoyens du monde libre » et d’autre part, la faiblesse manifeste des victimes et la dispersion de leurs sympathisants.

 

Alors, encore une fois, où est la solution ?


Faut-il attendre que les « complices » soient affaiblis, préoccupés et enfoncés dans leurs propres problèmes et crises internes pour se désintéresser et se libérer du « malade » ? Car la situation de ces complices est une vraie aliénation « psychique et matérielle » envers ce « malade », un lien de culpabilité et d’impuissance !

 

Certainement, c’est une partie de la solution qui n’est qu’à ses débuts et qu’il faut donc considérer dans une « stratégie thérapeutique future ».


C’est insuffisant et exige des précautions car un « malade enragé » blessé peut être amené à des réactions suicidaires collectives.

 

Faut-il alors suivre la solution défensive violente ?


Ce type de solution proposée par une victime serait de continuer et d’augmenter les actes de défense par la « terreur » contre ce « malade-enragé » afin de l’amener à l’isolement, l’épuisement et l’extinction de sa maladie. En somme répondre à la violence par la violence.  Cette solution, quoique légitime, nécessite une correction linguistique conforme à la légitimité de l’autodéfense qui différentie l’agresseur de l’agressé.

 

Elle est souvent efficace mais partielle et souffre d’une double faiblesse pour ne pas dire défaut. C’est, d’une part amener le « malade » à la répression donc à alimenter sa maladie par réaction en chaîne puis en boucle qui se perpétue sans fin, et d’autre part assoupir la « bonne conscience » et enrichir les « excuses » de ses complices en continuant à le soutenir malheureusement vers un suicide collectif.

 

De toute façon, cette solution d’autodéfense des victimes ne peut pas être totalement abandonnée et doit figurer dans sa « stratégie thérapeutique future ».

 

La solution viendra-elle vraiment des « hommes de bonne volonté » Européens ?


Faut-il compter sur ces Etats « neutres » (ou supposés tels) comme certains Européens aiment à se désigner ? Très difficile et aléatoire vu leurs propres problèmes et surtout leur « mise en boite » par le « malade » depuis les années 50 et encore mieux durant ces dix ou quinze dernières années.


Comme le « malade » a réussi à se programmer avec les hommes politiques de droite et de gauche dans toute l’Europe, à en « formater » les plus puissants d’entre eux, surtout « la mafia financière multinationale », il devient très aléatoire et très peu probable, du moins pour l’instant, pour l’Europe actuelle de se détacher de cette vraie aliénation.

 

Rares sont les Européens dignes de leur « conscience courageuse » comme Eva. En tous cas, ils existent et comme c’est pour la bonne cause, ils continueront à lutter et « ça passera même avec de la casse ».

 

L’Europe a besoin de changer la majorité de sa classe politique gangrenée et cette thérapie qui fait mal est nécessaire car c’est l’unique remède de guérison, ce n’est qu’une simple question d’information, de mobilisation, de prise de conscience et d’un peu de temps.

 

Il ne faut surtout pas baisser les bras car ce problème d’aliénation de l’Europe vis-à-vis de la « question sioniste » et du « big brother  US » est vital pour les générations actuelles et futures. La mobilisation de la jeunesse Européenne dans un front commun sur ces deux questions est un des premiers pas à accomplir en urgence.

 

Une autre solution suggérée serait d’ordre économique et de liberté de circulation ?


Cette solution n’est pas réaliste. Boycotter les productions du « malade » et réguler les déplacements de ses citoyens en Europe est une chimère qui n’a même pas été appliquée par ses victimes et ses voisins pourtant directement concernés.

 

La solution viendrait plutôt du coté des moyens financiers de ce « malade » et de ses complices banquiers et autres bourses et qui ont montré dernièrement leurs faiblesses certaines, quoique provisoirement colmatées par leurs complices Européens et US.

 

Un boycott, un assèchement, un affaiblissement ou un effondrement de leurs moyens financiers seraient certainement plus efficaces. Le soutien concret des victimes actuelles de ce « malade » et de leurs sympathisants Europeens ou autres accentuera la chute. En tous cas, ce point important doit trouver sa place dans la « stratégie thérapeutique future ».

 

On ne peut pas ignorer qu’une bonne partie de la Gauche Européenne et beaucoup d’hommes de bonne volonté de par le Monde ont prouvé par le passé leur intelligence, leur autocritique et leur savoir-faire. Il faut donc espérer une mobilisation générale, une reprise de leur propre conscience et non celle trompée par une vraie « fausse culpabilité » qui les paralyse et qui les déroute actuellement.


Il faut souhaiter un réveil de leur « instinct de conservation » qui est provisoirement drogué, affaibli et découragé et ayant pour fâcheuses conséquences un fatalisme destructeur et un découragement suicidaire. Certains pensent que c’est exprès que le « malade » et ses complices ont amené les Européens à ce stade critique pour se venger d’un passé coupable et pour dominer le Monde par application « divine » de ce postulat « peuple élu ».


On en reparlera dans de meilleures circonstances. P....,  journaliste indépendant

 

arche-de-noe.jpg

 

 

 

Actualité, 2 ou 3 mots d'eva

La France de Sarkozy se vend au plus offrant

 

 

Défense: Accord historique entre la France et l'Angleterre.

 

La France de Sarkozy, valet de l'Etranger, s'est mise au service de l'idéologie anglo-saxonne militaro-financière. Ne soyons pas étonnés si le premier voyage de Sarkozy, élu Président, a été l'Angleterre, où il a été reçu comme aucun dirigeant ne l'a été. Tout était programmé à l'avance. Donc voici les épousailles de la City et du coq gaulois. L'attelage est particulièrement disparate ! D'autant qu'il est coiffé par l'OTAN. Finie l'indépendance gaullienne chère au coeur des Français ! Les voici mariés de force, pour le meilleur et surtout pour le pire. 

Avec cette union contre-nature, la France perd son âme, son aura, son prestige, son indépendance, ses valeurs, elle ne pèsera plus rien. Le coq sera enrôlé sous la bannière de la City, pour des aventures impériales meurtrières qui ne sont pas les siennes. Au service exclusif du Grand Capital anglo-saxon... cupide, prédateur, inique, assassin. Allons, enfants de la patrie, mourez pour les multinationales apatrides ! 

 

Les trésors de France bradés

 

Et Sarkozy, traître au pays qui lui a fait confiance, ne se contente pas de brader son indépendance. Il vend aussi au plus offrant ses plus beaux joyaux à l'étranger, Palais, bâtiments de prestige... et pour quoi ? Ne faut-il pas payer le royal train-de-vie du roitelet indigne ? Le seul renouvellement quotidien des fleurs ornant les appartements du sieur à la tête de la France, coûte une fortune au contribuable: Plus de 200.000 euros par an, et le bougre s'est octroyé une vingtaine de résidences ! Tant pis pour les plus beaux fleurons du bon goût français. Bradés comme la souveraineté nationale !

 

La menace terroriste.

 

Encore elle, rien de nouveau. 2000 membres d'Al Quaïda, sous la direction de Ben Laden ressuscité, continuent de terroriser la planète entière et surtout les cons. La "menace" communiste était plus redoutable: 2 milliards d'individus.  Là, 2000 membres mettent en branle tous les services secrets, toutes les Armées (qui se regroupent pour y faire face), et surtout les Médias.  On n'a pas fini de rigoler. Vigipiratons contre les attentats sous faux drapeau ! 

 

Ah au fait, le plaider coupable sur SMS. Encore une invention yankee en France. On n'arrête pas le progrès, et le mimétisme. Donc le coq gaulois, volontiers frondeur, se rendra gentiement (gentiement ?) au Tribunal, comme ses collègues amerloques. La France, nouvel Etat américain. Merci Sarkozy et ses cow-boys ! Vive la France western !

 

300px-Boston_tea_party.jpg
magnify-clip.png
Une représentation de la Boston Tea Party de 1773 - Wikipediaq

 

Elections aux Etats-Unis.

 

La future cohabitation américaine nous présage aussi de franches rigolades. Ensemble, chacun de leur côté, Démocrates et Républicains vont prendre à bras-le-corps l'économie mondiale... Joli, joli ! L'économie va continuer de s'effondrer, avec Démocrates et Républicains ayant chacun leurs recettes. Marchandages et arrangements de couloirs garantis, bonjour l'ambiance !

 

Le pays n'a plus de puissant que son arrogance, et son industrie militaire. Chassez le naturel, il revient au galop: Les cow-boys sont de retour. L'heure est aux règlements de compte et à la sauvagerie ! Wanted Obama. Tête mise à prix. Plus les Américains sont surendettés, au chômage, saisis, plus ils se réfugient dans les chimères des Tea-parties. Voilà un pays en plein effondrement, en proie à tous ses vieux démons, et à une violence ne demandant qu'à s'extérioriser. Le rêve américain ? Endettement élevé, un pays passé de la 1e à la 4e place en termes de compétitivité, et à la 24e en termes d'espérance de vie, un crédit sur huit se termine par une saisie et 44 millions d'Américains sont dans une misère absolue. Et Sarkozy veut nous imposer le modèle américain ? Jusque dans la Justice, sans juges d'instruction indépendants ? La France, succursale de Washington ! Le coq gaulois accommodé à la mode texane ! On aura tout vu...

 

Au fait, grâce à "l'ami" américain, Bagdad est devenu "la ville la plus dangereuse du monde", et l'Irak est désormais  le "4e Etat le plus corrompu du monde" ! Pax americana, encore et toujours... ! Le rêve, le grand rêve américain qui s'étend à la planète...

 

Arrière, le monde devient fou ! Si fou que bientôt les malades ne seront plus soignés, faute de Sécurité sociale, mais ne s'agit-il pas là d'un programme de dépopulation déguisé ?

 

Si nous ne voulons pas vivre à notre tour le cauchemar américain, il est temps de réagir...

 

eva R-sistons

 

couv_devoir_de_resister2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  http://www.meirieu.com/actualite_3_8_08.html

 

 

 

 

Sarko61.jpg
Sarkozy reçoit des colis piégés
Après Guillon, Porte, Dahan, un nouvel humoriste pour France Inter :
SARKOZY
Sarko60.jpg
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/
.
Yemen:
Guerre contre le terrorisme,
ou contre la démocratie ?

L'actualité place de nouveau le Yémen sous les feux médiatiques : deux colis piégés à destination des Etats-Unis ont été interceptés ce week-end à Dubaï et à Londres. Les colis étaient envoyés depuis le Yémen et porteraient, selon les enquêteurs, la marque d'Al-Quaïda. Nous vous proposons, à cette occasion, l'interview de Mohamed Hassan sur le Yémen réalisée en janvier 2010. A cette époque, le pays de la péninsule arabique faisait la une de l'actualité : il avait été décrété base-arrière du terrorisme islamiste après qu'un jeune nigérian, entraîné au Yémen, ait tenté de faire exploser un avion aux Etats-Unis. Dans cette interview, Mohamed Hassan nous explique les causes profondes de l'instabilité au Yémen et ses répercussions sur la politique de Washington.

.

arton5362-1d1e66-bf43d.jpg

 

Un pantalon prend feu dans un avion près de Détroit et des missiles pleuvent au Yémen : l’effet papillon ? Pour Mohamed Hassan, la menace terroriste n’est qu’un prétexte. Dans ce nouveau chapitre de notre série « Comprendre le monde musulman », notre spécialiste nous explique le véritable enjeu du Yémen : combattre la démocratie dans le Golfe pour garder le contrôle du pétrole.

Investig'Action

 

Depuis l’attentat manqué de l’avion Amsterdam-Détroit, le Yémen fait la une des journaux : c’est là que le jeune terroriste nigérian aurait été entraîné. Comment ce pays, allié des Etats-Unis, serait-il devenu un refuge pour Al-Qaïda ?

Tout d’abord, nous devons observer ce phénomène qui se répète : chaque fois qu’un régime soutenu par Washington est menacé, des terroristes apparaissent. Dans le cas de pays musulmans, ça tombe sur Al-Qaïda. Ce groupe terroriste fantôme apparaît partout où des mouvements nationalistes ou anti-impérialistes ébranlent des gouvernements marionnettes soutenus par les Etats-Unis. C’est ce qui se passe aujourd’hui au Yémen. Ce pays est dirigé par un régime corrompu allié de Washington. Mais il est menacé par des mouvements de résistance.

Et voilà qu’apparaît ce jeune Nigérian qui embarque avec des explosifs dans un avion à destination de Détroit. Ca n’a pas de sens. Ce présumé terroriste était placé sur des listes de surveillance depuis que son père avait prévenu les autorités américaines. De plus, les Etats-Unis disposent d’importants dispositifs de sécurité et de matériel de pointe : avec leurs satellites, ils pourraient dire si vous mangez un sandwich au thon ou au poulet ! Cette histoire de terrorisme ressemble à une popote interne qui montre que la situation du Yémen échappe aux Etats-Unis et que leurs intérêts sont en danger.

 

Pourquoi le Yémen est-il devenu si important aux yeux de Washington ?

Le président du Yémen, Ali Abdullah Saleh, est au pouvoir depuis trente ans. Son régime est corrompu, mais aligné sur la politique des Etats-Unis. Un groupe de résistants dans le nord du pays et des séparatistes dans le sud menacent la stabilité du gouvernement. Si un mouvement révolutionnaire renverse Saleh, cela pourrait avoir un impact dans toute la région et encourager les résistants qui luttent dans les Etats pro-impérialistes de la région. Particulièrement contre le régime féodal d’Arabie Saoudite.

D’ailleurs, lorsque les combats avec les résistants du nord ont éclaté au Yémen, la Ligue Arabe, dirigée par l’Egypte, a immédiatement condamné les rebelles et apporté son soutien au gouvernement yéménite. J’attends encore que cette même Ligue condamne les agressions d’Israël contre le Liban et la bande de Gaza. Le conseil de coopération du Golfe, une organisation dévouée aux intérêts occidentaux, regroupant certains pays producteurs de pétrole, a également condamné les résistants du Yémen. Pour les Etats-Unis, qui sont en pleine récession, leur colonie saoudienne ne peut être menacée par des mouvements de résistance. L’Arabie Saoudite fournit en effet une part importante de pétrole à Washington et constitue un précieux allié dans le Golfe. Si la région devenait instable, cela aurait de graves conséquences économiques pour les Etats-Unis.

 

Qui sont ces résistants au nord du pays ? Quelles sont leurs revendications ?

Dans le nord du pays, le gouvernement affronte depuis plusieurs années la résistance armée des Houtis qui tirent leur nom du fondateur de ce mouvement, Hussein Al-Houti. Ce dernier est mort au combat il y a quatre ans et son frère a pris la relève. Tout comme la majorité des Yéménites au nord, les Houtis sont zaydites. L’islam est divisé en plusieurs courants tels que le sunnisme ou le chiisme. Ces courants se déploient à leur tour en différentes branches, le zaydisme étant une branche du chiisme.

Le président Saleh est lui-même zaydite, mais les Houtis ne reconnaissent pas son autorité. Le fait est que le Yémen est un pays très pauvre : son économie repose essentiellement sur une agriculture en déclin, quelques rentes pétrolières, un peu de pêche ainsi que l’aide international et l’argent envoyé par les travailleurs expatriés. Et avec tout cela, seule une poignée de personnes dans l’entourage du président profite des quelques richesses du pays alors que la population devient de plus en plus pauvre. La majorité des Yéménites ont moins de trente ans mais aucune perspective pour le futur : le chômage atteignait 40% en 2009. Les Houtis ont donc interpellé le gouvernement sur le sous-développement de la région, le manque d’eau et les problèmes d’infrastructures. Mais le président Saleh n’a pas répondu à leurs appels. Depuis, les Houtis ont entamé une lute armée. Leur bastion est la ville de Saada. Ce qui est très symbolique : c’est dans cette ville que s’installa il y a plus de dix siècles le fondateur du zaydisme yéménite.

 

Les combats près de Saada font rage. On dénombre plusieurs milliers de réfugiés et le gouvernement accuse l’Iran de soutenir les rebelles…

Cette accusation est fausse. L’Iran est à majorité chiite, mais les zaydites du Yémen, par leur manière de prier et bien d’autres choses encore, sont en réalité plus proches des sunnites. Si la résistance houtiste a suffisamment d’armes pour continuer le combat pendant les dix prochaines années, c’est parce qu’elle bénéficie de l’aide d’une partie de l’armée yéménite. En effet, beaucoup de soldats et d’officiers sont zaydites eux aussi. Les combats dans la région ont déjà fait plus de 150.000 réfugiés et les militaires zaydites voient que leurs frères souffrent. Certains rejoignent même la résistance.

Le président Saleh doit donc mobiliser des sunnites opportunistes au sein de l’armée pour combattre la résistance dans le Nord. Ce qui n’est pas sans conséquence : ce président zaydite, qui a déjà usé de ses convictions religieuses pour mobiliser la population et l’armée, fait aujourd’hui appel à des sunnites pour combattre d’autres zaydites. Saleh est en train de perdre tout le soutient qui lui restait au nord du pays.

 

Et le Sud demande la sécession ! Le président yéménite semble vraiment en mauvaise posture…

L’histoire du Yémen est essentielle pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui. Le pays dans sa configuration actuelle est né de la fusion en 1990 de la République démocratique populaire du Yémen au Sud et de la République arabe du Yémen au Nord. Ces deux Etats ont eu des parcours différents…

La création du Nord remonte à plus de dix siècles avec l’arrivée des zaydites à Saada. Mais, en 1962, une révolution éclate pour renverser le régime féodal et installer une république. Nasser, le président égyptien défenseur de l’indépendance arabe, soutient le mouvement révolutionnaire. De leur côté, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Arabie Saoudite et le chah d’Iran envoient des mercenaires pour secourir les éléments réactionnaires de l’ancien régime féodal et affaiblir Nasser. Le conflit débouche sur une guerre horrible où plus de dix mille soldats égyptiens perdent la vie. Finalement, le gouvernement républicain n’est pas renversé, mais sort très affaibli du conflit. Il n’a pas les moyens d’amorcer une révolution culturelle, de démocratiser complètement le pays, ni de l’industrialiser. Bien que l’imam-roi qui dirigeait le pays se soit enfui en Arabie Saoudite, une grande partie du Yémen du Nord reste à l’état féodal.

 

Et au Sud ?

Le Yémen du Sud a eu un parcours différent. Il a été colonisé par les Britanniques pour bloquer l’expansion des Français qui s’étaient emparés de Djibouti et des Russes qui s’étendaient jusqu’à l’Asie centrale. Mais il s’agissait aussi de maintenir la domination britannique dans le Golfe arabe et sur le passage stratégique du détroit d’Hormuz. C’est la Grande-Bretagne qui a construit la ville portuaire d’Aden au Yémen du Sud. Cette ville est devenue très importante pour l’empire britannique. On pourrait dire que c’était le Hong-Kong ou le Macao de l’époque. Beaucoup d’étrangers ont également été envoyés dans la région.

Voici quelle était la pyramide sociale dans cette société coloniale : au sommet, trônaient les colons britanniques ; venaient ensuite des communautés somaliennes et indiennes qui constituaient une sorte de tampon avec la dernière classe, les Yéménites. C’était une stratégie classique des colons britanniques : utiliser un groupe d’individus contre un autre pour se préserver eux-mêmes. Ce faisant, toutes les personnes que la Grande-Bretagne jugeait dangereuses dans sa colonie indienne - comme les nationalistes ou les communistes - étaient envoyées en exil à Aden.

 

Comme nous l’avons vu pour la Somalie, ces prisonniers politiques vont influencer le cours de l’Histoire dans la région ?

Tout à fait. Des mouvements indépendantistes font fuir les colons britanniques en 1967 et la République démocratique populaire du Yémen voit le jour deux ans plus tard. Elle est gouvernée par le Parti socialiste yéménite : une coalition des divers éléments progressistes hérités en partie des prisonniers d’Aden. On y trouve des communistes, des nationalistes, des libéraux, des baasistes venant de Syrie ou d’Irak… Tous ces acteurs se trouvent réunis sous la bannière du Parti socialiste.

Le Yémen du Sud devient alors l’Etat arabe le plus progressiste de la région et connaît ses plus belles années avec une réforme agraire, l’égalité des sexes, etc. Cependant, le Parti socialiste reste composé de nombreux éléments aux origines diverses. Les communistes encadrent le parti et maintiennent une certaine cohésion mais chaque fois qu’il faut faire face à un enjeu de taille, les contradictions éclatent au grand jour. A cause du manque de base industrielle et du caractère petit bourgeois de la coalition, ces contradictions débouchent sur des assassinats. Les membres s’entretuent littéralement ! Le parti connaîtra ainsi trois révolutions internes sanglantes. Et la dernière lui sera fatale. La plupart des cadres idéologiques qui dirigeaient le parti sont assassinés et l’aile libérale prend la tête du mouvement. C’est donc un Parti socialiste très faible qui gouverne le Yémen du Sud lorsque la réunification des deux Yémen prend effet en 1990. Bien qu’elles aient eu des parcours relativement différents, les parties Nord et Sud ont toujours inscrit l’unification du pays dans leurs agendas respectifs.

 

Alors, pourquoi a-t-il fallu attendre 1990 pour que le Nord et le Sud s’unissent ?

Au nord, l’Etat était très faible depuis la guerre. Il était dirigé par des libéraux dépourvus d’idées vraiment révolutionnaires et contrôlés par les pays du Golfe, surtout l’Arabie Saoudite. Le voisin saoudien fournissait en effet des armes et de l’argent à la classe féodale afin d’affaiblir le gouvernement central. Pour l’Arabie Saoudite, un Yémen du Nord tribalisé était plus facile à gérer. Le Sud était par contre devenu un bastion des idées progressistes. En pleine guerre froide, il était considéré comme un ennemi de la région et devait être placé en quarantaine.

Mais en 1990, les choses avaient changé. Tout d’abord, l’Union soviétique s’était effondrée et la guerre froide était finie. De plus, le Parti socialiste yéménite ne représentait plus une grande menace. En effet, ses leaders idéologiques avaient été supprimés lors de la troisième révolution interne du parti. Pour les pays de la région et pour les intérêts stratégiques des Occidentaux, l’unification du Yémen ne présentait donc plus de gros danger. Ali Abdullah Saleh, qui était déjà président de la République Arabe du Yémen depuis 1978, prit la tête du pays. Il est encore au pouvoir aujourd’hui.

 

En 1990, le Yémen est le seul pays avec Cuba à s’opposer à la guerre en Irak. Vingt ans plus tard, si Castro tient toujours tête aux « Yankees », Saleh s’est pour sa part rangé aux côtés des Etats-Unis dans leur guerre contre le terrorisme. Comment expliquez-vous ce changement ?

L’opposition à la guerre en Irak n’était pas le fruit de la politique de Saleh, mais des membres de l’ancien Parti socialiste yéménite qui occupaient quelques postes-clé dans le nouveau gouvernement. Cependant, bien que le Parti socialiste ait toujours souhaité l’unification des deux Yémen sur une base progressiste, il était trop affaibli par ses révolutions internes pour faire passer complètement sa politique. De plus, l’Arabie Saoudite, fidèle allié des Etats-Unis, fit payer très cher au Yémen cette prise de position contre la guerre en Irak. Le royaume saoudien expulsa en effet un million de travailleurs yéménites qui bénéficiaient d’un statut spécial pour travailler librement de l’autre côté de la frontière. Cela provoqua une grave crise économique au Yémen tout en envoyant un signal fort au président Saleh. Ce dernier revit sa politique pour devenir graduellement la marionnette de l’impérialisme US que nous connaissons aujourd’hui.

 

Et les éléments progressistes du Sud l’ont laissé faire ?

La réunification a été une grande déception pour les dirigeants du Sud. Ils se sont lancés dans ce processus sans véritable stratégie. Et comme nous l’avons vu, le Parti socialiste était très faible. Le centre du pouvoir gravitait donc au nord autour du président Saleh. Le régime était corrompu, le renvoi des Yéménites travaillant en Arabie Saoudite avait provoqué une crise majeure et la situation économique se détériorait.

Tous ces facteurs ont amené le Sud à demander la sécession en 1994. Les séparatistes étaient soutenus par l’Arabie Saoudite qui préférait avoir un voisin divisé et faible pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’elle entretenait des contradictions avec son voisin sur le tracé de la frontière : le Yémen réclamait en effet certains territoires situés en Arabie Saoudite. Ensuite, parce qu’un Yémen uni avec un bon leadership pouvait apporter des problèmes aux classes féodales des pays du Golfe comme l’Arabie Saoudite.

Ces tensions entre Nord et Sud débouchèrent finalement sur un conflit. Le président de confession zaydite mobilisa la population du Nord et une grande frange de l’armée autour de ses convictions religieuses pour lutter contre le Sud à majorité sunnite. Les séparatistes furent vaincus, ce qui affaiblit encore plus les anciens membres du Parti socialiste au sein du gouvernement yéménite. Cette guerre a finalement offert au Nord et à Saleh l’occasion d’asseoir leur domination sur les plans militaire et politique.

 

Quinze ans plus tard, le Sud demande à nouveau la séparation. Pensez-vous que le président Saleh s’en sortira aussi bien cette fois ?

Non, évidemment. Saleh doit affronter des problèmes de toutes parts. Le Sud réclame à nouveau un partage équitable du pouvoir après que ce gouvernement corrompu ait pratiquement ramené le pays à l’état féodal. Pour les Yéménites du Sud qui ont un passé progressiste, la situation n’est pas acceptable. Mais elle ne l’est pas non plus pour les Houtis au Nord. Et dans ce cas-ci, le président Saleh ne peut plus mobiliser une grande partie de la population et de l’armée autour de ses convictions religieuses : les Houtis sont aussi des zaydites ! La résistance houtiste a en fait permis de mettre à nu la véritable politique de ce gouvernement comme aucun stratège n’aurait pu le faire en si peu de temps. La population découvre ce qui se passe vraiment et le mécontentement gronde de plus en plus fort.

 

Quelles sont les raisons de la colère du peuple yéménite ?

Tout d’abord, la situation sociale et économique. Alors que le régime profite des richesses, le peuple devient de plus en plus pauvre. Il y a aussi le fait que le Yémen soit devenu un bastion de l’impérialisme US et que Saleh se soit rangé aux côtés de Washington dans sa guerre contre le terrorisme. Les Yéménites voient ce qui se passe en Afghanistan, au Pakistan et en Irak. Pour eux, c’est une guerre contre les musulmans. Barack Hussein Obama a beau avoir un nom musulman et faire tous les discours qu’il veut, il n’y a pas d’autres mots pour définir cette guerre.

De plus, le gouvernement yéménite n’est même pas capable de protéger ses citoyens. Après les attentats du 11 septembre, certains ont été enlevés et séquestrés sans raisons. C’est arrivé à un chef religieux yéménite éminent. Alors qu’il se rendait aux Etats-Unis pour voir son fils, il a été arrêté et envoyé à Guantanamo sans motif valable. Après six années de détention, il a finalement été relâché. Mais il est décédé trois semaines plus tard, car sa détention l’avait rendu malade. Cette guerre contre le terrorisme ne fait vraiment pas l’unanimité au sein du peuple yéménite !

Enfin, Saleh a reconnu les frontières de l’Arabie Saoudite dans le différend qui opposait les deux pays. Il a aussi autorisé les bombardiers saoudiens à pilonner la région où sont établis les rebelles houtistes. Pour les Yéménites, cette situation est inacceptable. Saleh est sur un siège éjectable. C’est pourquoi il a besoin du soutien des Etats-Unis qui agitent l’épouvantail d’Al-Qaïda afin de pouvoir agir librement dans le pays.

 

Après l’Afghanistan et l’Irak, le Yémen va-t-il donc devenir le troisième front des Etats-Unis ?

Je pense que ça l’est déjà. L’armée américaine a déjà envoyé des missiles et des troupes spéciales sur place. Elle fournit également beaucoup de matériel au Yémen, mais une bonne partie de ce dernier passe aux mains des résistants à cause des liens qu’ils entretiennent avec les zaydites de l’armée yéménite ! Cela fait six mois que Saleh a lancé une offensive de taille contre les Houtis. Il a également fait appel aux renforts des armées saoudienne et US. Je ne serais pas étonné qu’Israël rejoigne prochainement la partie. Mais malgré tout, ils ne parviennent pas à bout de la résistance houtiste. Cette dernière est logée dans une région montagneuse, comme les talibans. On sait toute la difficulté qu’il y a à combattre des rebelles sur ce terrain. De plus, les Houtis disposent d’assez d’armes pour combattre encore longtemps.

 

Un nouvel échec en vue pour les Etats-Unis ?

L’histoire semble se répéter pour les Etats-Unis. Ce pays a beau être aujourd’hui dirigé par un ancien musulman, sa politique n’a pas changé. Le discours d’Obama peut d’ailleurs être très semblable à celui de Georges W. Bush : il promet de traquer les terroristes où qu’ils soient. Washington agite l’épouvantail d’Al-Qaïda pour combattre des rebelles tapis dans les montagnes du Yémen ? Bush a fait la même chose il y a plus de huit ans avec l’Afghanistan et cette guerre n’est toujours pas finie.

La question est de savoir combien de temps cela va-t-il encore durer. L’historien Paul Kennedy a relevé que le décalage entre la base économique et l’expansion militaire était l’un des principaux facteurs de déclin des grands empires. Si l’économie d’une grande puissance est en perte de vitesse, mais que ses dépenses militaires augmentent, cette grande puissance est condamnée à sombrer et à devenir très faible. C’est la situation des Etats-Unis aujourd’hui.

Source : www.michelcollon.info

.


hassan_moham1c68-3fa42.jpg

Mohamed Hassan* est un spécialiste de la géopolitique et du monde arabe. Né à Addis Abeba (Ethiopie), il a participé aux mouvements d’étudiants dans la cadre de la révolution socialiste de 1974 dans son pays. Il a étudié les sciences politiques en Egypte avant de se spécialiser dans l’administration publique à Bruxelles. Diplomate pour son pays d’origine dans les années 90, il a travaillé à Washington, Pékin et Bruxelles. Co-auteur de L’Irak sous l’occupation (EPO, 2003), il a aussi participé à des ouvrages sur le nationalisme arabe et les mouvements islamiques, et sur le nationalisme flamand. C’est un des meilleurs connaisseurs contemporains du monde arabe et musulman.

 

http://www.michelcollon.info/Yemen-ce-n-est-pas-Al-Quaida-que.html

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 23:43

capiotalisme-ne-recule-devant-rien-copie-1.jpg

 

Je reçois ce texte,

je le publie aussitôt.

Le capitalisme est

un Système qui broie l'individu.

Il est inhumain, implacable.

Témoignage sur les méthodes

d'une entreprise de service public privatisée.

A relayer !

Et défendons nos services publics,

halte aux privatisations insensées,

halte aux méthodes de management inhumaines,

halte au culte de la performance et de l'argent.

Et replaçons l'humain au coeur de l'entreprise.

eva

 

Halte à cette "manie", cette "épidémie" de suicides (!),

comme disait l'ancien directeur de France-Télécom

avec toute l'arrogance méprisante qui le caractérisait.

 

capiotalisme-ne-recule-devant-rien-copie-1.jpg

 

Humiliation, dépression, démission:
L'offre triple play de France Télécom

 

 

telecom-604.jpg
Crédits photo:  Document distribué pendant les stages de management pour suivre l'état psychique du salarié après l'annonce de sa mutation.

Un ancien directeur régional raconte le plan machiavélique de l’entreprise pour faire partir 22 000 personnes du groupe sans avoir à les licencier.

 

 

C’était en 2006. La femme, cadre supérieure chez France Télécom, entre comme une fusée dans le bureau de son supérieur hiérarchique :

“Je te préviens, ici, il n’y a ni micros ni caméras. Je suis mandatée au plus haut niveau pour te dire que tu n’as plus rien à attendre de l’entreprise. On fera tout pour que tu partes, sinon, on te détruira !”

Puis elle sort du bureau, laissant son chef, Christian, halluciné. Ce directeur régional de France Télécom, qui dirigeait 13 000 personnes, a longtemps hésité avant de nous raconter ce qui va suivre. Il a 57 ans. Il sait qu’il est le premier responsable à révéler ce qu’il a vu dans son entreprise. Ce qu’il décrit ? La mise en pratique, au sein du groupe France Télécom Orange, d’un management qui fait souffrir les salariés. Ce mois de septembre, cinq d’entre eux se sont encore donné la mort, portant à cinquante-huit le total des suicides depuis trois ans.

Christian se souvient du jour, en 2004, où deux cents cadres et directeurs se sont retrouvés à Paris dans un amphithéâtre. Didier Lombard, le pdg de l’époque, leur présente le nouveau visage de l’entreprise :

“Je vous préviens : les choses vont changer ! Je viens vous présenter ma nouvelle équipe. Elle va jouer dans un registre que vous ne connaissez pas : ça va être ‘le bon, la brute et le truand’. Le bon, il n’est plus là. La brute, continue-t-il en désignant le numéro 2 du groupe, Louis-Pierre Wenes, c’est lui. Et le truand, pointant du doigt le DRH Olivier Barberot, le voici !”

Derrière la blague, Didier Lombard annonce le scénario pour les trois ans à venir : faire partir 22 000 personnes du groupe sans avoir à les licencier. Voici la recette : on incitera des salariés à démissionner ; on en mutera dans d’autres secteurs de la fonction publique ; on signera des congés de fin de carrière. Dans la salle, Christian est bon public. Le rachat d’Orange en 2000 a plombé les comptes. La concurrence est féroce. Pour survivre, il faudra bien réduire les effectifs. Christian sait qu’il va recevoir des directives pour réaliser le projet du pdg : le plan Next.

Quelques jours plus tard, cinq ingénieurs qu’il dirige sont appelés à Paris pour suivre un stage de management. Le jour de leur départ, Christian voit l’un d’eux, Philippe, embrasser son collègue et proche ami Serge. Dix jours plus tard, Philippe revient de son stage.

“Au premier regard, se remémore Christian, je vois qu’il n’est plus le même. Il me regarde différemment. Il nous regarde tous différemment.”

Philippe retrouve son ami Serge au déjeuner, qui lui demande comment s’est déroulé son stage.

“Je t’expliquerai les nouvelles règles, répond Philippe. Je passe manager. Tout doit changer. – Comment ça, tout doit changer ? – Tu le verras rapidement. Selon nos patrons, on est trop nombreux ici.”

Informé de cet échange, Christian convoque Philippe pour une explication. Elle se déroule dans le bureau de Christian, avec sa table en verre, son canapé, sa table basse ; mobilier corporate lisse et froid comme un bar à sushis. Christian harponne Philippe :

“Tu as dit à Serge qu’on était trop nombreux, ici. Ça veut dire quoi ? – Toi qui es dans la hiérarchie, tu dois connaître : c’est le plan Next. Je fais partie des quatre mille qu’on a sélectionnés pour l’appliquer sur le terrain. J’ai un objectif clair : dans trois mois, on doit être dix ingénieurs de moins sur les trente que nous sommes.”

Pour virer les dix ingénieurs, Philippe annonce :

“On va leur faire comprendre que l’entreprise est en guerre et que dans toute guerre, il y a des morts. Et que bouger, accepter le changement, c’est la vie. – C’est ça qu’on t’a appris dans le stage ? – Entre autres."

Devenu manager, Philippe applique dans son équipe le plan Next. L’open-space qu’il anime est tourneboulé comme un cube. Stéphane, invisible ingénieur d’une équipe commerciale, dirige soudain Rodolphe, qui était son supérieur la veille. Thierry, un cadre qui refuse la promotion qu’on lui impose, se voit rétrogradé et placé sous l’autorité d’un de ses subalternes. Philippe ordonne, place et déplace les employés. Dans l’openspace, on commence à se regarder de travers. Des camps se forment. On se parle moins à la cantine. Dans son bureau, Christian reçoit des appels de sa direction parisienne.

“On me conseille de fixer des objectifs inatteignables, pour pouvoir dire au collaborateur : ‘Je suis désolé, mais là, on ne peut plus continuer avec toi’…”

Peu à peu, des infos lui parviennent des boutiques, des centres d’appels, des open-spaces chamboulés par le plan Next : ça va mal. Les salariés commencent à faire des dépressions. Des formules comme “au bout du rouleau”, “envie de suicide” remontent jusqu’à lui. Il décide d’alerter Paris et envoie des e-mails à la DRH du groupe.

Christian ne reçoit aucune réponse. Jusqu’à ce matin de 2006 où Simone, membre de son équipe d’encadrement, débarque en trombe dans son bureau pour lui déclarer que sa hiérarchie ne veut plus de lui.


A dater de ce jour, des cadres sous les ordres de Christian passent devant lui sans le regarder. Il se demande comment Philippe, bon et solidaire, a pu devenir en dix jours un manager capable de muter, tel un pion, un collègue avec qui il déjeune à midi. Il imagine de redoutables techniques de lavage de cerveau. Il en parle à Oscar, un cadre de la direction parisienne du groupe, qui lui a gardé son amitié. Christian ne peut pas mieux tomber : Oscar a participé au fameux stage où l’on a formé Philippe aux techniques pour mobiliser les employés et leur “faire accepter le changement”.

Un soir, loin des bureaux, Oscar lui donne les fiches pédagogiques qu’il a reçues comme Philippe lors de leur stage parisien dans les locaux d’Obifive, une société internationale de coaching en management. Il découvre un curieux schéma. Un plan de la bataille d’Angleterre de 1940, qui vante la “précision” et la force de “l’exécution conf¡orme” des avions de chasse allemands. Intrigués, nous demandons un rendez-vous à Céline Lerenard, la directrice associée d’Obifive :

“Ce n’est pas un peu bizarre, de comparer les concurrents de France Télécom à des avions allemands ? – Vous avez mal compris. On voulait faire ressortir la solidarité qui existait entre les pilotes et les mécaniciens de la Royal Air-Force. – Pardon, mais ça, ça n’est écrit nulle part. Ce qu’on voit, ce sont des avions de la Luftwaffe bombardant des villes en Angleterre. – Alors vous avez mal compris.”

Des témoins, des employés de France Télécom qui ont participé au stage, racontent une autre histoire :

“Les formateurs expliquaient que nous étions en guerre. D’abord, on nous montrait l’Angleterre prise en tenailles par les nazis. Ensuite, on nous montrait Orange prise en tenailles par Free, par Bouygues et par Nokia…”

Nous rencontrons Bruno Diehl à Paris. Conseiller en management de l’équipe du pdg de France Télécom jusqu’en 2007, il a écrit en mai 2010 un livre montrant comment, à partir de l’an 2000, un management déshumanisé a plombé l’entreprise. Diehl était en relation avec des formateurs qui animaient les stages de management. Il nous décrit des stages efficaces et vivants, concrets, pleins d’exercices pratiques inspirés de la réalité.

Par exemple, on proposait aux stagiaires de réduire de moitié les effectifs de leur plate-forme : vingt-cinq personnes à faire partir. Sur ces vingt-cinq, l’une avait une mère atteinte d’une maladie grave. Il va la voir chaque jour et sa mutation doit l’envoyer à plus de 100 kilomètres. Exercice : “Comment vous y prenez-vous pour le faire partir ?” Après quoi, le formateur donnait la réponse. Il faut, disait-il, faire comprendre avec humanité l’importance de ce choix : soit le collaborateur emmène sa mère avec lui, soit il démissionne pour rester auprès d’elle.

“Culpabilisé, le collaborateur prendra lui-même la bonne décision : démissionner.”

Christian découvre un second document. Celui-là prouve que France Télécom savait que ses employés allaient inévitablement perdre leurs repères, puis leur moral. C’est une belle courbe, signée Orange et Orga Consultants, une autre société de coaching en management. Elle s’intitule “Les phases du deuil”. Cet outil devait permettre au manager de comprendre l’état psychique du salarié qui subit une mutation forcée dans une ville éloignée ou dans un autre service.

La “courbe du deuil” définit six étapes : l’annonce de la mutation, le refus de comprendre, la résistance, la décompression, la résignation et, pour finir, l’intégration du salarié. Le manager est averti : en phase 3, la “résistance”, l’employé peut se livrer à des actes de sabotage. Puis en phase 4, la “décompression”, il va chuter dans le désespoir et la dépression. La légende, sous la courbe, conseille au manager de faire entendre à son employé dépressif que “l’évolution des besoins est à la source du changement”. En français, que sa mutation est inévitable.

Ces dépressifs programmés, Christian en a repéré plusieurs au sein de la boîte. Ce que les dirigeants n’avaient pas prévu, c’est que cinquante-huit d’entre eux, au lieu de se laisser accompagner par leur manager jusqu’en phase 6, celle de “l’acceptation du changement”, iraient jusqu’au suicide ou à la tentative de suicide. Dans son bureau, à Arcueil, Val-de-Marne, nous interrogeons la directrice exécutive adjointe du groupe France Télécom Orange, Delphine Ernotte.

“Qu’est-ce qu’un outil comme la ‘courbe de deuil’ vient faire entre les mains d’un manager ? – Ce qu’on voulait, c’était accompagner au maximum les employés. Mais peut-être était-ce maladroit. – Vous aviez prévu des dépressions : c’est écrit dans les documents. Vous auriez pu prévoir que certains allaient craquer, non ? – Non. On ne l’a pas du tout imaginé.”

Un matin de 2007, Christian est convoqué place d’Alleray, à Paris, le siège du groupe. Sur le courrier recommandé, aucun détail sur le motif de la convocation. Une fois sur place, il cogne à la porte du DRH du groupe, Olivier Barberot, qu’il connaît et qu’il tutoie. Mais Barberot ne le reçoit pas comme d’habitude. Il le vouvoie :

“Monsieur, vous deviez vous présenter hier, vous ne l’avez pas fait. Cela nous contraint à engager une procédure disciplinaire. A moins que vous n’acceptiez de signer votre départ de l’entreprise.”

Christian écoute le DRH, accompagné d’un assistant, lui vanter l’intérêt d’un départ à l’amiable. Au bout de quelques phrases, Christian explose :

“Je n’imaginais pas que vous étiez capables d’une saloperie pareille ! Vous êtes des salauds mais vous avez gagné : je ne veux plus vous voir. Je ne veux plus travailler avec des gens comme vous.”

Puis, sur ces mots, Christian signe son départ, quitte l’immeuble en pleurant et prend le chemin d’une autre vie. Après la révélation, l’an dernier, du scandale des suicides en série, Olivier Barberot, qui gérait la carrière de 200 000 employés du groupe, a été déplacé au poste de pdg d’une filiale de sept-cent cinquante personnes. Nous n’avons pas réussi à le joindre pour entendre sa réponse au récit de Christian. Mais nous avons pu parler au téléphone à un communicant du groupe France Télécom Orange. Nous l’informons que Les Inrocks ont recueilli le témoignage d’un de leurs anciens directeurs régionaux, et que celui-ci, pour ne pas exposer sa nouvelle carrière, préfère taire son nom dans l’immédiat.

“Ne connaissant pas ce monsieur, il nous est difficile de répondre à ce qu’il dit avec précision. Des dérives dans la politique d’objectifs ? Oui, il y en a eu. Qu’à un endroit, ça ait pu exister, c’est possible. Mais il ne faut pas généraliser. Cela ne relève d’aucune politique malsaine.”

Ce mois de septembre, les suicides continuent chez France Télécom. Pour corriger ses erreurs, la direction réforme. Le nouveau pdg, Stéphane Richard, a confirmé la fin des mutations forcées du personnel, le retour à un management plus humain. On nous assure qu’il n’y a plus de contrats avec Obifive et Orga Consultants. Ces sociétés de coaching ne formateront plus les managers du groupe avec la bataille d’Angleterre et la “courbe du deuil”

 

http://www.lesinrocks.com/index.php?id=135&tx_ttnews[tt_news]=51122&tx_ttnews[date]=2010-09-25&tx_ttnews[tstamp]=51122&cHash=3def7882e7f4ad575a0d9cc15aedfc33

 

Quand les patrons spéculent sur la mort de leurs employés

money_4_war_44535Je vous propose d’aborder aujourd’hui un sujet particulièrement riant. Aux Etats-Unis, les entreprises ont trouvé un moyen génial pour se faire de l’argent sans rien faire. Je ne parle pas de prix de transferts et de spéculation (quoi que…), mais du truc le plus pervers que le capitalisme puisse permettre : se faire de l’argent grâce à la mort des employés qu’on a exploités. Fallait y penser, ils l’ont fait. Moult entreprises US, parmi les plus importantes, prennent des contrats d’assurance vie sur leurs employés, sans le leur dire, pour toucher un maximum à leur mort.

 suite ici :

http://dondevamos.canalblog.com/


                        riches-NOM-prison.jpg
Affaire Bettencourt :
Des documents saisis chez l'informateur du Monde

Des documents concernant l'afffaire Bettencourt ont été retrouvés chez David Sénat, ex conseiller de Michèle Alliot-Marie, mis sur écoute par la police alors qu'il fournissait des informations au journal Le Monde 

http://www.sudouest.fr/2010/09/28/affaire-bettencourt-des-documents-saisis-chez-l-informateur-du-monde-197173-3.php

 

 

                           riches-j.jpg

 

Projet de loi sur l’immigration :

"La frontière, ce n'est pas la barbarie, mais la civilisation"

Communiqué de Nicolas Dupont-Aignan


mardi 28 septembre 2010 à 21h28

La "guéguerre" que vont se livrer le PS et l’UMP sur le projet de loi sur l’immigration relève au mieux de la mascarade, au pire de l’escroquerie. 

Plutôt que de se concentrer sur les centaines de milliers de clandestins qui se maintiennent sur le territoire national, le gouvernement va une nouvelle fois tenter de masquer l’échec de sa politique en jetant un formidable écran de fumée législatif sur son incapacité à tenir ses promesses. Ainsi, la mesure phare "d’extension de la déchéance de la nationalité " ne concernera au pire que deux ou trois individus par an alors que 80% des décisions de reconduite à la frontière (environ 50 000) ne sont même pas appliquées !

De son côté, la gauche va s’indigner et pousser des cris d’orfraie, ne se rendant pas compte qu’elle marche en réalité main dans la main avec un certain patronat qui use et abuse d’une main d’œuvre bon-marché, faisant baisser les salaires des ouvriers dans notre pays et condamnant la jeunesse des quartiers au chômage.

 

En pratique, le PS et l’UMP vont donc s’écharper sur l’accessoire puisqu’ils sont d’accord sur l’essentiel, à savoir une politique européenne, mondialiste et immigrationniste qui épuise tout autant notre pays qu’elle assèche les pays émergents, et notamment l’Afrique.   C’est cette politique mondialiste qui conduit à la ghettoïsation et à la stigmatisation dont sont aujourd’hui victimes les étrangers en situation régulière et les enfants d’immigrés.


Seul le rétablissement des frontières nationales permettrait de lutter efficacement comme une immigration clandestine de masse qui pose un vrai problème pour les plus faibles et les plus exposés de nos concitoyens. La frontière, ce n’est pas la barbarie mais bel et bien la civilisation. (Et c'est la souveraineté, note d'eva)

.

Nicolas Dupont-Aignan,

Député de l’Essonne et président de Debout la République.

 

                                                                                   valmy-moulin-j-copie-4.jpg

                                                             La France de Jean Moulin

                                                           

                  Les évadés fiscaux, ça suffit !

 

A l’aube d’une période d’austérité et d’un plan de rigueur pour la France, il peut être intéressant de connaître la liste (non exhaustive, tirée du « Nouvel Observateur » n° 2359 du 21 Janvier 2010) des personnalités qui ont fui fiscalement le pays pour s’installer en Suisse, ou dans un autre paradis fiscal. S'ils l’ont fait en toute légalité (achat d’une résidence en Suisse, séjour inférieur à 6 mois sur le sol français), il est par contre inadmissible que certains d’entre eux continuent à s’immiscer dans la vie politique française, en participant activement aux campagnes électorales, pour soutenir tel ou tel candidat, ou pire, en étant officiellement investi par l’Etat pour représenter la France à l’étranger, comme c’est le cas actuellement pour Alain Delon qui est le parrain officiel du pavillon français à l’exposition universelle de Shanghai.

 

Parmi les plus actifs dans ce domaine, il y a donc Alain Delon (à Genève depuis 1999),mais aussi Johnny Hallyday à Gstaad depuis 2006 (le concert du 14/07/2009 à coûté 500000€ payé par le contribuable Français), sans oublier Charles Aznavour (résidant à Genève), Patricia Kaas, Emmanuelle Béart (qui manifeste EN FRANCE pour que les français accueillent et nourissent les "sans papiers" !....puis s' en retourne en Suisse, tranquillement... )  , Daniel Auteuil, Marc Levy et Michel Houellebecq etc....

 

Parmi les sportifs on peut citer Alain Prost, Jean Alesi, Richard Virenque, et les tennismen Guy Forget, Richard Gasquet, Henri Leconte, Amélie Mauresmo, Gaël Monfils, Cédric Pioline, et Jo-Wilfried Tsonga qui payent tous leurs impôts en Suisse.

 

Moins étonnant, mais encore plus scandaleux, des Personnalités des affaires qui exercent actuellement (ou ont exercé récemment) un pouvoir politique économique ou financier en France, parmi eux :

Antoine Zacharias (Vinci), Claude Berda (AB groupe, TF1), Daniel Hechter (couturier) et Jean-Louis David (salons de coiffure, cosmétiques).

 

Mais aussi des rentiers et des héritiers, dont les fortunes ont été créées en France, avec la participation de centaines de milliers d’ouvriers français :
Eric Peugeot, Jean Taittinger (PDG de la société du Louvre, ancien 
ministre de la justice et député de la Marne), Philippe Hersant (patron de presse du Groupe Hersant), Corinne Bouyques (héritière de la fortune Bouygues), les familles Defforey (Carrefour), Mulliez (Auchan) et Halley (Promodès), tous résidant à Genève ou aux environs.

 

Si ces gens n’aiment pas (fiscalement) la France, qu’ils la quittent et qu’ils l’oublient, et surtout qu’ils n’en profitent pas quand ils en ont besoin (comme par exemple pour venir s’y faire soigner).

 

A tous les français qui vont se serrer la ceinture dans un proche avenir, nous proposons de boycotter les concerts, les disques et les livres de tous ceux qui ne participeront pas à l’effort de solidarité nationale et aux médias, nous demandons de ne plus offrir de tribunes télévisées (pour la promotion de films et de disques) aux artistes concernés et de ne plus faire de sponsoring aux sportifs exilés.

 

Aux députés nous demandons d’instaurer une loi pour qu’il ne soit plus possible pour un évadé fiscal de venir se faire soigner en France (dans un hôpital public) ni de représenter officiellement la France à l’étranger.

 

Si vous pensez que ce message est légitime, faites–le circuler. Il aura peut-être le pouvoir de ramener certains de ces égarés fiscaux à revoir leur position.
Maintenant, il reste à trouver le Député qui aura le cran de présenter un texte, et là, c' est pas gagné !!!.

 

 

Une nouvelle revue: Médecine alternative

 

une3.jpg

Au contraire, il nous semble que toutes ces approches thérapeutiques sont le plus souvent complémentaires, et qu’elles ont de bonnes raisons d’être défendues.

Il s’agit donc d’observer avec pragmatisme ce qui marche et ce qui ne marche pas, tout en essayant de comprendre pourquoi.

En s’appuyant sur les travaux de médecins et de chercheurs, nous voulons poser un certain nombre de questions de santé sur la table, sans idéologie, ni tabous.

 
Cette nouvelle revue bimestrielle a pour ambition de présenter des dossiers fouillés en matière de soins et de santé, de proposer des solutions alternatives et pragmatiques et de faire découvrir de nouvelles méthodes de soins.

                                               vih.jpgast.jpg
.
Dans ce numéro, vous découvrirez un dossier complet sur le SIDA, une enquête sur l’utilisation des asticots et des sangsues pour soigner les plaies et leurs vertus anti-inflammatoires (Médecine ancienne. Et les ventoûses, vous vous souvenez ? Retour aux sources ! Eva)

                                                          palestine-carte.jpg
Le conflit israélo-palestinien ne se résoudra jamais
sur les bases actuelles
Daniel Vanhove
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21225
.

Pauvreté : « La dette est le verrou qu’il faut faire sauter »

Pauvreté : « La dette est le verrou qu’il faut faire sauter »
Chronique - Les objectifs du millénaire ? Sept sur huit ne seront sans doute pas atteints. Mais plus que la crise, c’est notre système capitaliste qui est en cause. Il est temps de revoir la copie et d’annuler une fois pour toute la dette des pays du Sud.
Lire ici :
.

l'Islam est le dernier rempart contre le nouvel ordre mondial
L' Islam, dernier rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?
.
Pierre Hillard, catholique :
  L'Islam ne porte pas aux nues l'american way of life,
Il ne se focalise pas sur les plaisirs matériels
et sur la société de consommation
Il représente une menace, c'est un concurrent, un adversaire
pour la City et au Nouvel Ordre Mondial
Il se méfie du matérialisme mercantile
Il a une autre source d'espoir que les simples instincts matériels
.
http://www.alterinfo.net/l-Islam-est-le-dernier-rempart-contre-le-nouvel-ordre-mondial_a50272.html
.

.
Les jeunes (travailleurs, étudiants, chômeurs..)
et les lycéens doivent entrer en résistance
.
Retraites: les étudiants et les lycéens vont entrer dans la résistance à Sarko et à sa clique de voyous
 
inv
VOILA LES RENFORTS dont les syndicats avaient besoin et que l'exécutif redoutait. Après plusieurs mois d'atonie et de silence, les étudiants (et les lycéens) ont décidé de se lancer eux-aussi dans la bataille contre la réforme des retraites. Comme en 2006 où ils avaient fini par obtenir la peau du Contrat première embauche (CPE), ils savent que leur engagement peut être décisif. Leur capacité de mobilisation - plusieurs centaines de milliers de jeunes tout de même - est on ne peut plus importante. Et surtout leur résistance, sans limite. D'où les craintes légitimes du gouvernement de les voir entrer maintenant dans la danse, au moment où le projet de loi va commencer à être examiné au Sénat...

L'UNEF, syndicat étudiant proche du parti socialiste, a lancé ce lundi 27 une grande campagne de mobilisation qui doit conduire à organiser des AG dans toutes les facultés. Son slogan ? "Étudiant à 20 ans, chômeur à 25, toujours précaire à 67 ans ? Non merci !" Plus de 30 000 tracts et 50 000 affiches vont ainsi être distribués dans les universités d'ici samedi, pour convaincre les étudiants - qui reprennent tout juste le chemin des amphis - de se mobiliser les 2 et 12 octobre prochains. Sa demande ? Ni plus ni moins que le retrait du projet de loi, ce que ni la CGT ni la CFDT ne réclame aujourd'hui. L'organisation étudiante revendique que "toute évolution du système de retraite intègre la validation des années d'études et la prise en compte" dans le calcul des annuités ouvrant le droit à la retraite, "des périodes d'inactivité forcée, et notamment des périodes de stages, d'insertion, d'emplois précaires et de chômage non-indemnisé qui conduisent les jeunes à accumuler des droits à retraite très incomplets".
 
.
Taxes sur les pauvres,
pas sur les riches, pas sur la Haute Finance !
.
220px-Jean-Claude_Trichet_-_World_Econom
Wikipedia, Trichet

La Banque centrale européenne (BCE) juge l'idée d'une taxe

sur les transactions financières, telle que mise en avant par

la France et l'Allemagne, "pas souhaitable  pour des raisons

économiques et financières, et pour des raisons techniques",

selon M. Trichet. Lire ici :

http://www.la-croix.com/afp.static/pages/100927142606.s849p9oa.htm

.


 

arton11599-f2472.jpg
Etats-Unis: Le démantèlement de la société civilisée (The Regressive Antidote)
Le nouveau manifeste « Sermon à l’Amérique » récemment publié par les Républicains  (..) :  Le manifeste est surchargé de débauche et de destruction déguisés en piété et patriotisme. Lire ici : .
.
.
Nouvelles censurées du Golfe :
Des communautés entières se sont mises à vomir du sang

 

L’inhumanité de l’opération lancée dans le Golfe par le complexe pétrochimico-militaro-industriel (PMIC), la guerre contre les américains par l’utilisation de son dispersant, arme chimique de destruction massive fabriquée aux Etats-Unis, devient plus claire chaque jour. L’un des derniers rapports fait état de communautés entières atteintes d’hémorragies internes en Louisiane.

Dans une interview de Dahr Jamail par Intel Hub Radio le 17 septembre 2010, Jamail a déclaré que "tous les jours le long du Golfe, d’énormes catastrophes se produisent et l’impact sur l’homme - les éruptions cutanées et autres répercussions liées aux dispersants - deviennent monnaie courante."

 

"L’empoisonnement aérien délibéré des américains avec une arme chimique de destruction massive, maintenant évident dans le Golfe du Mexique et dans les régions côtières, n’est pas seulement un acte de guerre contre la population américaine. Comme l’eau et l’air empoisonné va faire le tour de la planète, cette opération présente un risque de sécurité nationale pour les pays de par le monde." (Dupre, 12 juillet)

 

suite ici : http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article8812

 

colonies-j.jpg

 


La France, l’Union européenne, qui prétendent jouer un rôle politique pour la paix au Proche-Orient et qui ont reconnu la nocivité de la colonisation, ont les moyens d’imposer son arrêt total par des pressions économiques, politiques et diplomatiques sur Israël. Il est temps de ne plus cautionner la colonisation. Il est temps de mettre un terme à l’impunité. Il est temps de sanctionner les violations du droit international. Il est temps de suspendre l’accord d’association entre l’UE et Israël tant que ce dernier ne respecte pas le droit. Imposer le droit international, seul garant d’une paix pérenne, c’est donner, précisément, une chance à la paix.


A Paris, le 27 septembre 2010.
AFPS

 Association France-Palestine Solidarité (AFPS)
www.france-palestine.org

L'économie avec Rachida, moi je dis :

"Vive l'inflation !!!"

 

lapsus rachida dati couleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  http://obi.abonnemine.over-blog.com/article-vive-l-inflation-57953320.html

 

Perthus : la première euromanifestation

(Youpi ! On y vient ! eva)

Les syndicats français, espagnols, catalans et andorrans manifestent à la frontière

Des centaines de manifestants défilent entre midi et 16h au col du Perthus dans les Pyrénées-Orientales, à la frontière avec l'Espagne. Ils dénoncent les politiques d'austérité menées par les gouvernements européens et par l'Europe..

La grogne sociale monte en Europe face aux mesures de rigueur prises depuis la crise de la dette, avec plusieurs dizaines de milliers de manifestants attendus aujourd'hui dans les rues de Bruxelles et une grève générale en Espagne.

(Pari réussi pour la Condération européenne des Syndicats ! eva)

Par Fabrice DUBAULT Lire ici : 

 

http://sud.france3.fr/info/languedoc-roussillon/perthus--la-premiere-euromanifestation-65094776.htm

 

"GOY"

 J'ai eu la curiosité de regarder ce que signifiait, exactement, le mot "goy" (eva): 

Le terme de goy ou goï  apparaît dans la Bible hébraïque  afin de désigner une « nation » pourvue d'institutions, par opposition au « peuple »,  qui qualifie plutôt un conglomérat de personnes

Correspondant à ce que les bibles chrétiennes expriment comme les Gentils  (du latin Gentiles, les « Nations »), c'est-à-dire les peuples non-Juifs, il est le plus souvent utilisé entre eux par les Juifs pour désigner les membres des nations environnant Israël

Le sens du terme a évolué selon les époques, l'usage biblique du terme n'étant ainsi pas celui du Talmud, ou de la période contemporaine
http://fr.wikipedia.org/wiki/Goy

C O M M E N T A I R E S : I C I

 


Partager cet article
Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 22:37
3faa94ca-192b-40fd-9e0f-b5947e65733e_top

Ahmadinejad promet une riposte "planétaire" en cas d'attaque contre l'Iran

 

 

21/08/2010   
   Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a promis une "riposte à l'échelle planétaire" en cas d'attaque contre son pays, dans une interview publiée samedi par le quotidien Al-Sharq du Qatar.
  
"Nos options n'auront pas de limites (...) Elles concerneront la planète tout entière", a affirmé le président iranien répondant à une question relative à la réaction éventuelle de Téhéran à une attaque.
  
Les Etats-Unis et Israël affirment régulièrement ne pas exclure une attaque contre l'Iran pour stopper son programme nucléaire controversé. Malgré les démentis iraniens répétés, et l’absence de preuves tangibles, les Occidentaux s’obstinent à soupçonner l'Iran, de chercher à fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil.
  
"Je pense que certains pensent à attaquer l'Iran, notamment au sein de l'entité sioniste (Israël, ndlr), mais ils savent que l'Iran est un rempart indestructible et je ne pense pas que leurs maîtres américains les laisseront faire", a-t-il dit.
  
"Ils savent aussi que la gifle iranienne sera dure et douloureuse", a encore dit M. Ahmadinejad.
   Il a réaffirmé par ailleurs que les sanctions n'auraient pas d'effet sur l'Iran, qui "a une économie solide et des relations avec le monde entier".
  
A propos du nucléaire iranien, il a plaidé en faveur de la relance de l'initiative du Brésil et de la Turquie sur un échange de l'uranium enrichi.
   Il a affirmé par ailleurs que les Etats-Unis avaient une "politique erronée en Afghanistan". "Nous sommes prêts à leur montrer la bonne voie (...) à les aider à sortir de ce pays et à laisser les Afghans gérer leurs affaires".
 
 D'autre part, M. Ahmadinejad a assuré que son pays ne s'ingérait pas en Irak. "Nous encourageons tous les groupes irakiens à l'entente et à former un gouvernement et à reconstruire leur pays", a-t-il affirmé.
 

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=151159&language=fr

 

http://www.alterinfo.net/notes/Ahmadinejad-promet-une-riposte-planetaire-en-cas-d-attaque-contre-l-Iran_b2297688.html

 

 

ahdime--Iran-j.jpg

« Terrorisme », le premier rempart pour le sionisme

Paul Woodward

Nous vivons une période où le « terrorisme » - en tant que phénomène à combattre - est devenu le premier rempart derrière lequel le sionisme se défend contre toute analyse.

Le 11 Septembre 2001, George Bush a changé la façon des Américains de voir le monde, et le brio avec lequel il a réussi cet exploit est évident quand on voit que cette optique reste grandement incontestée - même chez ses critiques les plus virulents. Sa formule simpliste, pour nous ou contre nous, a soulevé manifestement les passions et elle garde toute son efficacité.

Depuis presque une décennie, on dit aux Etats-uniens de regarder le monde à travers le prisme du « terrorisme » et même s’il existe des divergences d’opinion sur la grandeur de l’angle de l’objectif, est-il trop étroit ou trop large, ou sur l’importance de ce qu’il met en lumière, ceux d’entre nous qui soutiennent que l’objectif est si profondément vicié qu’il faut l’abandonner, restent une minorité.

L’administration Obama pourrait maintenant s’abstenir d’utiliser le terme, en lui préférant « extrémisme violent » mais le changement serait purement superficiel (tout comme le sont les autres « changements » dans la continuité sans faille de l’ère Bush dans l’ère post-Bush).

Il y a deux ou trois jours, Philip Weiss attirait l’attention sur le fait que, lorsque l’ex-ministre des Affaires étrangères israélienne, Tzipi Livni, a qualifié ses parents de « combattants pour la liberté », Deborah Solomon, qui l’interviewait pour le New York Times, a rebondi sur ce sentiment de Livni pour dire que le combat pour l’indépendance d’Israël avait eu lieu dans une « période plus romantique ».

Comme le fait remarquer Weiss, les parents de Livni appartenaient à l’Irgoun, ce groupe sioniste qui a fait sauter l’hôtel du Roi David à Jérusalem, le 22 juillet 1946, faisant 91 tués et 46 blessés.

 

Le premier compte rendu public de ce qui s’était passé ce jour-là, a, malencontreusement, été publié avant l’attentat.

Dans Par le sang et par le feu (l’attentat contre l’hôtel du Roi David - 1981), Thurston Clark écrit :

(JPG)
Jérusalem, 22 juillet 1946, l’attentat terroriste sioniste contre l’hôtel du Roi David, siège du QG britannique, fait 91 tués et 46 blessés.

"Les terroristes juifs viennent de faire sauter l’hôtel du Roi David !". Ce court message était reçu par le bureau de l’United Press International de Londres peu après midi, heure de Palestine. Il était signé par un correspondant d’UPI en Palestine, lequel était aussi un membre secret de l’Irgoun. Ce correspondant était au courant de l’opération, nom de code "Opération Chick", mais il ignorait qu’elle avait été reportée d’une heure. Espérant devancer ses collègues, il a câblé son message quelques minutes avant 11 heures. Et le censeur britannique a estampillé machinalement son câble sans même le lire.

Le chef du bureau de Londres d’UPI a trouvé ce message trop laconique. Il n’y avait pas assez de précisions. Il décida alors de ne pas le mettre dans les télégrammes de l’agence destinés à la radio et à la presse avant d’avoir reçu confirmation que l’hôtel avait bien été détruit.

En dépit des efforts des dirigeants de l’Irgoun de limiter le nombre de personnes à connaître l’objectif et le timing de l’opération Chick, il y eut de nombreuses autres fuites. Les dirigeants tant de la Haganah et du gang Stern étaient au courant de l’opération. Des amis avaient alerté des amis. Le Roi David avait reçu un nombre extraordinaire d’annulations de chambre à la dernière minute. Au secrétariat, (l’aile sud de l’hôtel du Roi David abritait le quartier général du gouvernement britannique en Palestine) (c’est cette aile qui s’est écroulée - ndt), il y eut ce jour-là beaucoup plus de dactylos juives malades qu’à l’accoutumée. »

Le lendemain, le Premier ministre britannique, Clement Attlee, qualifiait l’attentat d’ « acte de terrorisme insensé » tandis que quelques jours plus tard, le Président US, Harry Truman, déclarait : « Le crime inhumain qui a été commis... exige l’action la plus forte contre le terrorisme... »

C’était il y a 64 ans. Du haut de son perchoir protégé, le New York Times estime apparemment que cela remonte assez loin dans l’histoire pour qu’on en parle maintenant comme d’« une période romantique ».

 

Cela devrait à peine nous surprendre quand de nombreux observateurs, soucieux de justice pour les Palestiniens, s’offensent de la complicité du New York Times pour camoufler la réalité du terrorisme juif. Pourtant, il y a un paradoxe : vouloir promouvoir un usage impartial du terme « terrorisme » fait tout simplement le jeu des Israéliens.

L’emploi de ce mot ne répond qu’a un seul objectif : « empêcher la prise en considération des motivations politiques pour les actes de violence ». Invoquez ce mot avec la plus grande gravité, et vous pouvez alors jouer sur votre indignation morale et votre révolte pour étouffer toute analyse intelligente. Les terroristes font ce qu’ils font parce qu’ils sont dans le domaine du terrorisme - c’est en eux.

 

Aussi, quand Tzipi Livni dit que ses parents étaient des combattants de la liberté, ça ne me pose aucun problème : elle fait allusion à leur foi dans ce pourquoi ils luttaient plutôt que dans les méthodes qu’ils utilisaient. De plus, en appelant les gens qui posaient des bombes et faisaient exploser des civils pour atteindre leurs objectifs politiques, « des combattants de la liberté », Livni précise qu’elle entend que le mot « terrorisme » est un terme subjectif employé pour faire effet.

 

Quand Ehud Barak, il y a quelques années, a reconnu que s’il avait été palestinien, il aurait lui aussi rejoint l’une des organisations dites terroristes, il ne faisait aucune révélation extraordinaire, il arrivait à reconnaître la situation désespérée des Palestiniens. Il faisait simplement preuve d’une certaine franchise sur le parallèle entre des groupes comme l’Irgoun et le Hamas - parallèles que de nombreux Israéliens voient plus qu’ils n’en parlent.

La grande question n’est pas de savoir si les méthodes employées par les groupes sionistes comme l’Irgoun pouvaient être justifiées, mais si les objectifs politiques pour lesquels ces groupes se battaient étaient légitimes. Le sionisme n’aurait pas acquis plus de légitimité s’il avait simplement usé de moyens non violents pour atteindre ses objectifs qui étaient de chasser une grande partie de la population non juive hors de Palestine.

 

Nous vivons une période où le « terrorisme » - en tant que phénomène à combattre - est le mot devenu le premier rempart derrière lequel le sionisme se défend contre toute analyse. Continuez à jouer à ce jeu qui consiste à parler de « terrorisme » et les sionistes gagnent.


Paul Woodward est éditeur du site : War in context

Du même auteur :

-  Le silence complice d’Obama sur Gaza

 

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9022

 

 

 

20701.jpg

Est-ce-que Washington planifie un holocauste nucléaire ? 


Michel Chossudovsky

 

Durant les derniers mois, l'administration Obama en liason étroite avec Israël et l'OTAN, menace l'Iran avec l'arme nucléaire.  

Le texte ci-dessous sur la doctrine de la guerre nucléaire préventive des États-unis à l'endroit de l'Iran fut initialement publié en février 2006. Les déclarations récentes de Washington se refèrent explicitement à un usage préventif d'armes nucléaires tactiques contre la menace nucléaire présumée de l'Iran et afin de garantir la sécurité mondiale.

C'est le monde à l'envers: L'attaque nucléaire se convertit de la sorte en une « guerre humanitaire » dont l'objectif consiste à « prévenir la guerre nucléaire ».

Michel Chossudovsky, Montréal le 19 août 2010



« Nous avons découvert la bombe la plus terrible dans l'histoire du monde. C'est peut être la destruction par le feu prophétisée dans la période dite de la Vallée de l'Euphrate, après l'histoire de Noah et son arche fabuleuse… Cette arme est sur le point d'être utilisée contre le Japon…(Nous) l'utiliserons de sorte que les cibles soient des objectifs militaires, des soldats et marins, et non des femmes et des enfants. Même si les Japs sont sauvages, impitoyables, sans merci, et fanatiques, nous, comme dirigeant du monde, pour le bien être commun, nous ne pouvons larguer cette terrible bombe sur l'ancienne capitale ou la nouvelle… La cible sera purement militaire… Il semble que ce soit la chose la plus terrible ayant été découverte, mais on peut faire en sorte qu'elle soit la plus utile. » (Journal du Président Truman 25 juin 1945).

« Le monde notera que la première bombe atomique a été larguée sur une base militaire d'Hiroshima. Ceci parce que nous voulions dans cette première attaque éviter, le plus possible de tuer des civils » (Lors d'un discours radio à la Nation du président Harry Truman le 9 août 1945)

(Note : la première bombe atomique a été larguée sur Hiroshima le 6 août 1945 ; la deuxième sur Nagasaki le 9 août, le même jour que le discours radiophonique à la Nation de Truman)
 
(Pour écouter des extraits de son discours, Hiroshima audio vidéo)


Depuis que la première bombe atomique fut larguée sur Hiroshima le 6 août 1945, l'humanité n'a jamais été aussi proche d'un impensable Holocauste nucléaire qui pourrait, en terme de retombées radioactives, s'étendre sur une grande partie du Moyen Orient. 

Toutes les garanties de la période de la Guerre Froide, qui cataloguait la bombe atomique comme «une arme de dernier recours» ont été abandonnées. Des actions militaires « offensives « utilisant des ogives nucléaires sont maintenant décrites comme des actes « d'auto défense ».

La distinction entre les armes nucléaires tactiques et l'arsenal conventionnel du champ de bataille a été effacée. La nouvelle doctrine américaine est basée sur «des capacités mixtes de frappe ». Ces dernières, qui s'appliquent tout particulièrement au plan de bombardement aérien de l'Iran par le Pentagon, envisagent l'utilisation de bombes atomiques combinées à des armes conventionnelles.

Comme dans le cas de la première bombe atomique, qui, selon les mots du président Harry Truman « a été larguée sur Hiroshima une base militaire », les « mini bombes atomiques » d'aujourd'hui sont déclarées comme étant « sans danger pour la population civile environnante ».

Connu dans les cercles officiels à Washington comme « Joint Publication 3-12 » (Publication Jointe 3-12) la nouvelle doctrine nucléaire (Joint Nuclear Operations (NJNA) (Mars 2005), appelle à « intégrer des attaques conventionnelles et des attaques nucléaires » sous un Commandement et un Contrôle unifiés et « intégrés ».

Elle décrit principalement le processus de planification et de gestion de prise de décision, au cours duquel les objectifs stratégiques et militaires doivent être atteints, à travers l'utilisation d'un mélange d'instruments, avec très peu de préoccupation pour les pertes en vies humaines.

La planification militaire se concentre sur « l'utilisation la plus efficace de la force »,-i.e. et un arrangement optimal de différents systèmes d'armement pour atteindre des buts militaires énoncés. Dans ce contexte, les armes nucléaires et conventionnelles sont considérées comme « faisant partie de la boîte à outils » dans laquelle le commandement militaire peut piocher et choisir les instruments dont il a besoin suivant « l'évolution des circonstances » sur le théâtre des opérations militaires. (Aucune de ces armes dans la « boîte à outils » du Pentagon, y compris des bombes conventionnelles bunker buster, des bombes à fragmentation, des mini bombes nucléaires, des armes chimiques et biologiques n'est décrite comme étant « ADM » quand elles sont utilisées par les US et leurs partenaires de la coalition.)

L'objectif énoncé c'est de :

«S'assurer de l'utilisation la plus efficace de la force » et fournir aux dirigeants US un éventail plus large d'options d'attaques (nucléaires et conventionnelles) pour répondre à des imprévus instantanés. L'intégration des forces nucléaires et conventionnelles est par conséquent cruciale pour le succès de toute stratégie intelligible.

Cette intégration garantit un ciblage optimal, des dommages collatéraux minimum, et réduit la probabilité d'une escalade.» (La Doctrine d'Opérations Conjointes nucléaires p. JP 3-12-13).

La nouvelle doctrine nucléaire met sans dessus dessous les concepts et les réalités. Non seulement elle nie les effets dévastateurs des armes nucléaires, elle affirme, de manière péremptoire, que les armes nucléaires sont « sans danger » et que leur utilisation sur le champ de bataille assurera «des dommages collatéraux minimum et réduira la probabilité d'une escalade ». Le problème des retombées radioactives n'est pratiquement pas reconnu en ce qui concerne les armes nucléaires tactiques. Ces différents principes d'orientation qui décrivent les bombes nucléaires comme « sans danger pour les civils » instituent un consensus au sein de l'armée qui nourrit ensuite les livres militaires, fournissant un critère adéquat pour un « feu vert » aux commandants régionaux sur le champ de bataille.

Actions « Défensives et Offensives»

Alors que la Nuclear Posture Review de 2001 (2001 Nuclear Posture Review) établit les conditions pour une utilisation préventive des armes nucléaires au Moyen Orient, en particulier contre l'Iran (voir aussi le principal document de la PNAC : Rebuilding Americas Defenses) La Doctrine d'Opérations Conjointes nucléaires fait un pas en avant pour effacer la distinction entre des actions militaires «défensives » et «offensives ».

« La nouvelle triade offre une combinaison de capacités stratégiques offensives et défensives incluant des capacités de frappes nucléaires et non nucléaires, de défense active et passive, et une infrastructure de recherche et développent et industrielle robuste pour développer, construire, et maintenir des forces d'attaques et des systèmes défensifs… » (Ibid) (Les concepts clés sont inscrits en italique, ajout de l'auteur)

Cependant, la nouvelle doctrine nucléaire va bien au-delà d'actions préventives d' »auto défense » elle appelle à des « actions anticipées » utilisant des armes nucléaires contre « un ennemi voyou » qui est supposé projeter de développer des ADM à une date future incertaine.

Une planification sécuritaire responsable exige une préparation contre des menaces qui sont possibles bien qu'ayant peu de chance peut être aujourd'hui de se matérialiser. Les leçons de l'histoire militaire restent claires : des conflits imprévisibles irrationnels éclatent. Les forces militaires doivent être prêtes à contrer les armes et les capacités existantes ou qui existeront dans un futur proche même si dans l'immédiat des scénarios de guerre ne sont pas à disposition. Pour dissuader au maximum l'utilisation d'ADM, c'est primordial de préparer les forces US à utiliser des armes nucléaires efficacement et que les forces US soient déterminées à employer des armes nucléaires si nécessaire pour empêcher l'utilisation d'ADM ou des représailles utilisant des ADM (Ibid, p. III-1, italiques ajoutés)

Les bombes nucléaires serviraient à empêcher un programme non existant d'ADM (e.g Iran) avant son développement. Cette formulation tordue va bien au-delà des prémisses (propositions don on tire des conclusions ndlt) du 2001 Nuclear Posture Review et du NPSD 17 qui stipulent que les US peuvent mener des représailles en utilisant des armes nucléaires si ils sont attaqués avec des ADM.

« Les Etats-Unis font clairement savoir qu'ils se réservent le droit de répondre en ayant recours à une force écrasante – incluant l'éventuelle utilisation d'armes nucléaires – à l'utilisation d'armes de destruction massive contre les US, ses forces à l'étranger, ses amis et alliés. » ..(NSPD 17).

« Intégration » des Plans d'Armes Nucléaires et Conventionnelles

La Doctrine d'Opérations Conjointes nucléaires
dresse les procédures gouvernant l'utilisation des armes nucléaires et la nature des relations entre les opérations de guerre nucléaires et conventionnelles.

Le DJNO déclare que :

«L'utilisation des armes nucléaires sur le théâtre (de la guerre) nécessite que les plans nucléaires et conventionnels soient intégrés le plus largement possible ». (DNJO, p. 47, italiques ajoutés, pour plus de détails voir l'article de Michel Chossudovsky  « Guerre nucléaire contre l'Iran,  janvier 2006 »)

Les conséquences de cette « intégration » ont d'énormes implications car une fois que la décision est prise par le commandant en chef, c'est-à-dire le président des Etats-Unis, de lancer une opération militaire conjointe conventionnelle –nucléaire, il y a un risque que des armes nucléaires tactiques soient utilisées sans qu'il y est besoin de requérir l'autorisation présidentielle nécessaire. Vu sous cette angle, les procédures d'exécution sous la juridiction des commandants sur le théâtre des opérations concernant les armes nucléaires sont décrites comme étant « souples et autorisent des changements dans la situation. »

Les commandants régionaux des combats sont responsables de la définition des objectifs dans le théâtre des opérations, et de développer des plans nucléaires nécessaires pour atteindre ces objectifs, inclue la sélection des cibles. Quand il est en charge, le CDRUSSTRATCOM, en tant que commandant de combat de soutien, fournit un plan détaillé de soutien en concordance avec les exigences de la planification du théâtre des opérations. La totalité de la planification du champ d'opération nucléaire suit les procédures prescrites dans « la Planification des Opérations Conjointes et le Système d'Exécution « pour formuler et mettre en pratique une réponse effective à l'intérieur du cadre temporel qu'autorise la crise.

Puisque des options n'existent pas pour chaque scénario, les commandants des combats doivent avoir la capacité de planifier les actions de crise et d'exécuter ces plans. La planification d'action de crise offre la capacité de développer de nouvelles options, quand les options actuellement utilisées sont limitées ou que les principales options sont inappropriées.

Le Commandement, le Contrôle et la Coordination doivent être suffisamment souples pour permettre au commandant régional des combats de frapper des cibles tributaires du temps telles que des plateformes mobiles de lancement de missiles « DJNO * (italiques ajoutés)


Theatre des opérations nucléaires (Theater Nuclear Operation TNO)

Alors que l'autorisation présidentielle est formellement exigée pour lancer une guerre nucléaire, les commandants régionaux des combats seraient en charge du Théâtre des Opérations Nucléaires (TNO) avec le mandat de non seulement appliquer mais aussi de formuler des décisions au niveau du commandement concernant les armes nucléaires (La doctrine des opérations conjointes nucléaires DJNO*)

Nous n'avons plus à faire au « risque » associé à « un lancement accidentel ou par inadvertance » comme cela avait été formulé par le secrétaire à la défense Robert S. Mc Namara, mais avec un processus de prise de décision militaire qui fournit au commandants militaires, du commandant en chef jusqu'au commandants régionaux, ces pouvoirs utilisables à discrétion d'armes nucléaires tactiques.

De plus, parce que ces « plus petites » armes nucléaires tactiques ont été « déclassifiées » par le Pentagon comme étant « sans danger pour la population civile environnante » ainsi, « minimisant le risque de dommages collatéraux », il n'existe pas de restrictions primordiales pré définies pour empêcher leur utilisation (Voir Michel Chossudovsky, The Dangers of a Middle East Nuclear War, Global Research, fevrier 2006)

Une fois qu'une décision de lancer une opération militaire est prise (e.g. Des frappes aériennes contre l'Iran) les commandants sur le théâtre des opérations bénéficient d'une large marge d'action. Ce que cela signifie en pratique, c'est qu'une fois que la décision présidentielle a été prise, USSTRATCOM en liaison avec ces commandants peut décider quelles cibles et quel type d'armement utiliser. Les stocks d'armes nucléaires sont maintenant considérés comme partie intégrale de l'arsenal du champ de bataille. En d'autres termes, les bombes nucléaires ont été intégrées à la « boîte à outils » utilisée sur le théâtre de la guerre conventionnelle.


Attaques Aériennes Planifiées Contre l'Iran

Un plan opérationnel de conduire des attaques aériennes contre l'Iran est « fin prêt » depuis juin 2005. Le matériel militaire essentiel pour mener cette opération a été déployé. (Pour plus de détails voir Michel Chossudovsky, Guerre nucléaire contre l'Iran janvier 2006 ).

Le vice président Dick Cheney a donné l'ordre à l'USSTRATCOM d'établir un « plan d'urgence» qui «comprend une attaque aérienne de grande envergure sur l'Iran employant à la fois des armes nucléaires et conventionnelles. » ((Philip Giraldi, Attack on Iran: Pre-emptive Nuclear War, The American Conservative, 2 August 2005).

En janvier 2005, un changement significatif dans le mandat de l'USSTRATCOM a été mis en application. L'USSTRATCOM a été identifié comme étant le « commandant de direction des combats pour l'intégration et la synchronisation des efforts du département de la défense dans le combat contre les armes de destruction massive ». Pour appliquer ce mandat, une toute nouvelle unité de commandement a été crée nommée Joint Functional Component Command Space and Global Strike, or JFCCSGS.

Dirigée par l'USSTRATCOM, le JFCCSGS serait responsable du lancement des opérations militaires « utilisant des armes conventionnelles et nucléaires » selon la nouvelle doctrine nucléaire de l'Administration Bush. Les deux catégories d'armes seront intégrées dans une « opération d'attaque conjointe » sous un Commandement et un Contrôle Unifiés. Selon les écrits de Robert S. Norris et d'Hans M. Kristensen dans ``the Bulletin of Atomic Scientists``,

«Le département de la défense adapte ses plans d'attaques nucléaires pour qu'ils reflètent la nouvelle doctrine présidentielle et afin d'assurer la transition dans la planification de la guerre du Plan Intégré Unique conçu lors du pic de la Guerre Froide à une famille de plans d'attaques plus petits et plus souples pour vaincre les adversaires d'aujourd'hui. Le nouveau plan central stratégique de guerre est connu sous le nom d'OPLAN (Opérations Plan ) 8044. Ce plan révisé et détaillé offre des options plus souples pour rassurer les alliés, et dissuader, et si nécessaire vaincre des adversaires dans des cas d'urgence plus étendus.

L'un des membres de cette nouvelle famille c'est CONPLAN 8022, un plan conceptuel pour l'utilisation rapide d'armes nucléaires ou conventionnelles, ou des capacités de mener une guerre de l'information pour détruire préventivement, si nécessaire - - des « cibles temporellement urgentes » partout dans le monde. Le secrétaire de la défense Donald Rumsfeld avait signé un Ordre d'Alerte début 2004, qui ordonnait au CONPLAN 8022 d'être immédiatement opérationnel. Le résultat c'est que la politique de prévention de l'Administration Bush est maintenant opérationnelle sur les bombardiers longue distance, sous marins stratégiques, ou les patrouilles de dissuasion, et probablement aussi les missiles balistiques intercontinentaux (ICB Ms) »

La mise en application opérationnelle de la Frappe Mondiale se ferait sous le CONPLAN 8022, qui consiste actuellement en un « plan actuel que la marine et l'armée de l'air traduisent en un ensemble de frappes à mener par leurs sous marins et leurs bombardiers, » (Japanese Economic Newswire, 30 Decembre 2005, plus de détails voir Michel Chossudovsky, Guerre nucléaire contre l'Iran, op. cit.).

CONPLAN 8022 est « le plan de couverture intégral pour ce type de scénarios stratégiques préventifs impliquant l'utilisation d'armes nucléaires. »

« Il se concentre spécifiquement sur ces nouvelles types de menaces - - l'Iran, la Corée du Nord - - les proliférateurs et aussi des terroristes potentiels, » dit-t-il. « rien ne dit qu'ils ne puissent pas utiliser CONPLAN 8022 dans le cas de scénarios limités contre des cibles russes et chinoises » (Selon Hans Kristensen, du Nuclear Information Project, cité dans le media japonais Economic News Wire, op. cit.)


Autorisation de Déploiement d'Armes Nucléaires

La planification d'autres bombardements aériens de l'Iran a commencé mi 2004, suite à la formulation de CONPLAN 8022 début 2004. En mai 2004, est sorti une directive : la Directive Présidentielle de Sécurité Nationale NSDP 35 entitled Nuclear Weapons Deployment Authorization.

Le contenu de ce document hautement sensible reste un secret d'état prudemment gardé. Les médias n'ont pas fait mention du NSPD ni de débat au Congrès là dessus. Alors que son contenu reste classé secret, on présume que le NSPD 35 porte sur le déploiement d'armes nucléaires tactiques sur le théâtre de guerre du Moyen Orient en conformité avec CONPLAN 8022.

Sur ce sujet, un article de presse récent (rappel : cet article a été publié en février 2006 ndlt) publié dans Yeni Safak (Turquie) suggère que les US sont actuellement entrain de :
« Déployer des bombes nucléaires tactiques type B 61 dans le sud de l'Irak comme faisant partie du plan d'attaquer l'Iran de cet zone si et quand l'Iran répond à une attaque israélienne sur ses installations nucléaires. » (Ibrahim Karagul, "The US is Deploying Nuclear Weapons in Iraq Against Iran", (Yeni Safak,. 20 December 2005, cité dans BBC Monitoring Europe).
Ce déploiement en Irak semble être la conséquence de NSPD 35.

Ce que suggère l'article de Yeni Safak c'est que des armes conventionnelles seraient d'abord utilisées en réponse à des attaques aériennes US-Israel, puis des bombes thermonucléaires tactiques B 61 pourraient alors être lancées. Ces représailles utilisant des armes nucléaires tactiques seraient en phase avec les lignes directrices contenues dans le 2001 Nuclear Posture Review and NSPD 17 (voir ci dessus).


Israël:  Armes Conventionnelles et Nucléaires

Israël fait partie de l'alliance militaire et il est prévu qu'il joue un rôle majeur dans ces attaques planifiées contre l'Iran. (Voir détails Michel Chossudovsky, Nuclear War against Iran, Jan 2006*)

Plusieurs articles de presse l'ont confirmé, Israël a reçu, depuis septembre 2004, quelques 500 bombes BLU 109 bunker buster produite aux US (WP, 6 janvier 2006). Le premier ordre d'acquisition date de septembre 2004. En avril 2005, Washington a confirmé qu'Israël recevrait 100 bombes bunker buster de plus GB8 -28 produites par Lockheed Martin (Reuters, 26 avril 2005). Les GBU -28 sont décrites comme des « bombes conventionnelles guidées au laser de 2,275 tonnes qui utilise une tête pénétrante de 1,820 tonnes». Elles ont été utilisées pendant la guerre en Irak.

Le Pentagon (a déclaré) que …la vente à Israël de 500 BLU -109 têtes, cela voulait dire une « contribution significative aux objectifs stratégiques et tactiques des US ».

Montées sur des bombes guidées au laser, les BLU -109, peuvent être larguées par F-15 ou F-16, des avions de combat faisant partie de la flotte aérienne d'Israël. Cette année, Israël a reçu une première série de 102 F-16Is longue distance de Washington, son principal allié. « Israël fabrique probablement ses propres bombes bunker buster, mais elles ne sont pas si robustes que les BLUs (910 kg), selon ce qu'a dit Robert Hewson, éditeur de Jane's Air-Launched Weapons, à Reuters. (Reuters, 21 Septembre2004)

L'article ne confirme pas si Israël a stocké et déployé la version thermonucléaire des bombes bunker buster. Il n'indique pas non plus si les bombes bunker buster d'Israël sont équipées de têtes nucléaires. Il est important de noter que ce stockage de bombes bunker buster s'est fait quelques mois après la publication du NPSD 35 Nuclear Weapons Deployment Authorization (May 2004).

Israël possède entre 100 et 200 têtes nucléaires stratégiques (certains articles de presse parlent plutôt de 200 à 400 ndlt). En 2003, Washington et Tel Aviv ont confirmé qu'ils collaboraient « au déploiement de missiles de croisière Harpon fournis par les US, armés de têtes nucléaires, sur la flotte israélienne de sous marins Dolphin. » (The Observer 12 octobre 2003). Au cours de développements plus récents, qui coïncide avec les préparations de frappes contre l'Iran, Israël a passé commande de 2 nouveaux sous marins produits en Allemagne qui « pourraient lancer des missiles de croisière à tête nucléaire dans le cadre d'une « deuxième frappe » de « dissuasion. » (Newsweek 1 » février 2006. Voir aussi CDI base de données*)

La participation d'Israël aux attaques aériennes agira comme une bombe politique à travers le Moyen Orient. Cela contribuera à l'escalade, avec une zone de guerre qui pourrait s'étendre dés le début au Liban et à la Syrie. Toute la région, de l'est méditerranéen à l'Asie centrale et à la frontière ouest de l'Afghanistan serait touchée.


Le Rôle de l'Europe de l'Ouest

Plusieurs pays d'Europe de l'Ouest considérés officiellement comme des « états non nucléaires » possèdent des armes nucléaires tactiques fournies par Washington.

Les US ont fourni quelque 480 bombes thermonucléaires B 61 à 5 pays non nucléaires de l'OTAN incluant la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, la Hollande et la Turquie et un état nucléaire, la Grande Bretagne. Le Gardien du nucléaire de l'ONU (AIEA ndlt) n'a pas prêté attention au fait que les US ont activement contribué à la prolifération d'armes nucléaires en Europe de l'Ouest.

Faisant partie de ce stockage européen, la Turquie, qui est partenaire dans la coalition menée par les US avec Israël contre l'Iran, possède quelque 90 bombes bunker buster thermonucléaires B 61, stockée sur la base aérienne nucléaire d'Incirlik (National Resources Defense Council Weapons in Europe, Fevrier 2005)

Allant de pair avec la politique nucléaire US, ce stockage et ce déploiement de B 61 en Europe de l'Ouest sont prévus pour des cibles situées au Moyen Orient. De plus, en accord avec les « plans d'attaques de l'OTAN », ces bombes thermonucléaires bunker buster B 61 (stockées par des « états non nucléaires « ) pourraient être lancées « contre des cibles en Russie ou d'autres pays du Moyen Orient tels que la Syrie et l'Iran « (cité dans le National resources Defense Council Weapons in Europe , Fevrier 2005).

De plus, ce qui a été confirmé par des documents partiellement déclassifiés (mis à disposition en utilisant la Loi US sur la Liberté de l'Information ») :

« Des arrangements ont été passés au milieu des années 90 pour autoriser l'utilisation de forces nucléaires US en Europe hors du champ de responsabilité du commandement européen US (EUCOM). Résultat de ces arrangements, EUCOM soutient actuellement des missions nucléaires de CENTCOM au Moyen Orient, dont celles, potentielles, contre l'Iran et la Syrie. » (Cité dans http://www.nukestrat.com/us/afn/nato.htm italiques ajoutés)

A l'exception des US, aucune autre puissance nucléaire « n'a d'armes nucléaires désignées pour être délivrées par des pays non nucléaires » ((National Resources Defense Council, op cit).

Tandis que ces « états non nucléaires » accusent nonchalamment Téhéran de développer des armes nucléaires, sans fournir de preuve documentée, ils ont eux-mêmes des capacités nucléaires de délivrer des têtes nucléaires, qui sont dirigées contre l'Iran. De dire que c'est un cas précis de « deux poids deux mesures » de la part de l'AIEA et de celle de la communauté internationale c'est un euphémisme.


L'Allemagne : De Facto Puissance Nucléaire

Parmi les « 5 états non nucléaires », l'Allemagne reste le pays le plus lourdement nucléarisé avec 3 bases nucléaires (dont deux sont totalement opérationnelles) et pourrait bien stocker jusqu'à 150 bombes (B 61 bunker buster) (Ibid). En accord avec les « plans d'attaque de l'OTAN » (mentionnés ci-dessus), ces armes nucléaires tactiques sont également pointées vers le Moyen Orient.

Tandis que l'Allemagne n'est pas officiellement une puissance nucléaire, elle produit des têtes nucléaires pour la marine française. Elle stocke des têtes nucléaires et elle a les capacités de délivrer des armes nucléaires. L'EADS, The European Aeronautic Defense and Space Company, une entreprise de partenariat franco allemand et espagnol, contrôlée par Deutsche Aérospace et le puissant Groupe Daimler, est le deuxième plus important producteur militaire d'Europe, produisant les missiles nucléaires M 51 de la France.


La France Fait Sienne la Doctrine Nucléaire Préventive

En janvier 2006, le président français Jacques Chirac, a annoncé un changement majeur dans la politique nucléaire de la France.

Sans mentionner l'Iran, Chirac impliquait que les bombes atomiques de la France seraient utilisées sous la forme «d'attaques plus concentrées » contre des pays, qui « envisageaient » le déploiement d'ADM

Il a aussi mentionné la possibilité que des armes nucléaires tactiques puissent être utilisées sur des théâtres de guerre conventionnels, en concordance avec la doctrine nucléaire des US et de l'OTAN ((Lire Chirac shifts French doctrine for use of nuclear weapons Chirac Shifts French Doctrince for Use of Nuclear Weapons, Nucleonics Week 26 janvier 2006).

Le président français semble avoir embrassé la « guerre du terrorisme » sponsorisées par les US. Il a présenté les armes nucléaires comme un moyen de construire un monde plus sécurisé et pour combattre le terrorisme.

Les armes nucléaires ne sont pas faites pour être utilisées contre des « terroristes fanatiques » néanmoins « les dirigeants d'états qui utilisent des moyens terroristes contre nous, de même que ceux qui envisagent d'utiliser contre nous d'une façon ou d'une autre des ADM, doivent comprendre qu'ils s'exposent à une réponse ferme et appropriées de notre part… » (Ibid)

Bien que Chirac n'ait fait aucune référence à l'utilisation préventive d'armes nucléaires, sa déclaration reprend largement les prémisses de la Revue de la Position Nucléaire 2001 de l'Administration Bush, qui appelle à l'utilisation d'armes nucléaires tactiques contre des « états voyous » et des organisation terroristes non étatiques ».

Pour voir Des détails et les cartes des installations nucléaires situées dans les 5 états « non nucléaires » européens *(Document pdf en anglais)

Les armes stockées sont des bombes thermonucléaires B 61. Toutes les armes sont des bombes à gravité de types 2 3- 4 – 10

Ces estimations sont basées sur des déclarations publiques et privées faites par un certain nombre de sources gouvernementales et des estimations sur les capacités de stockage de chaque base. 


Montréal, le 22 février 2006.


Texte original en anglais : Targeting Iran: Is the US Administration Planning a Nuclear Holocaust ?

La première partie de ce texte a été publiée dans un article séparé intitulé :

« The dangers of a Middle East Nuclear War » New Pentagon Doctrine: Mini –Nukes are “Safe for the Surrounding Civilian Population”.

Traduction : Mireille Delamarre
www.planetenonviolence.org  



Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur d'économie à l'Université d'Ottawa. Il est l'auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en 12 langues).
  

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20701

 

 

terrorisme_lequel_des_deux.jpg

 

 

 

Paul Woodward : Israël : un atout stratégique ou un handicap pour les USA ?

http://warincontext.org/2010/07/21/israel-a-strategic-asset-or-liability/

 

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

 

 

A lire absolument :

 

http://jacquestourtaux.over-blog.com.over-blog.com/article-iran-prenez-le-temps-de-lire-cet-edifiant-et-terrifiant-article-de-geo-politique-l-empire-us-et-ses-satellites-dont-la-france-de-sarkozy-vont-ils-commettre-l-irreparable-55730005.html 

link (cliquer sur link)

. 

riches-porte.jpg

 

La guerre sociale est déclarée

 

Une nouvelle guerre mondiale a commencé. C'est une guerre sociale et intérieure, une guerre d'élimination menée par les élites dirigeantes contre une population devenue trop nombreuse et inutilement coûteuse.

Cette guerre se caractérise par l'instauration d'un nouvel esclavage appelé "libéralisme", et simultanément, par l'accroissement de la répression contre le citoyen ordinaire afin d'obtenir sa soumission.


La guerre des riches contre les pauvres


La "lutte des classes" prônée par Karl Marx était celle des pauvres contre les riches, des exploités contre les exploiteurs. Depuis 20 ans, la lutte des classes s'est inversée. C'est désormais une guerre des riches contre les pauvres. Son but est d'effacer un siècle de progrès social en occident, de décupler les profits des entreprises, et de permettre un enrichissement sans précédent des élites dirigeantes au détriment de la population ordinaire devenue une simple ressource à exploiter.

Mais cette guerre sociale vise également des objectifs plus vastes et à plus long-terme...
suite ici : http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15238 
.

USA: Le grand plongeon 

 

Rien ne va plus au pays de l’Oncle Sam. L’effondrement US se poursuit, implacable,

inexorable, fulgurant, dissimulé sous les pixels d’une reprise fantasmée dont le vernis craque de toutes parts sous la poussée d’une réalité de plus en plus difficile à contenir.
Les économistes et autres experts agréés du Système ont beau brandir les performances des spéculateurs de Wall Street pour nous assurer que tout va mieux, que tout va bien ; en fait, il n’en est rien, tout va de moins en moins bien, tout va de plus en plus mal au pays de l’American Dream.

 

suite ici :

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15239  link

 

 

 

 

Se mettre en "mode survie" 953920.jpg

 

 

 

Alors, on s'y met, en mode survie ???

 

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=953920

 

 

 

Iran : Ahmadinejad dévoile un drone "bombardier"

.

CPS.RSB00.220810111412.photo00.quicklook

.

Article ici :

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15233&rech=26517#26517 link


La propagande "OCCIDENTALE" va bon train. Il faut à tout prix que l'Iran fasse peur, alors qu'il doit être bien effrayé des préparatifs de guerre en vue de l'attaquer de toutes parts. On a vu les mêmes grandes déclarations à propos de l'Irak, avant de l'envahir et de réduire ses habitants à la misère, à la peur, au néant. Les pauvres tentatives de sa part, d'annoncer de nouvelles armes défensives, seront retournées par les médias pour donner encore plus l'impression que ce pays si pacifique envers ses voisins est une menace mondiale.

Politiciens, industrio-militaires, grands médias occidentaux, vous ne méritez que la haine, y compris de la part de ceux qui vous voient avec désespoir parler en leur nom. Soyez maudits !

BO

 

 

dette

 

L'endettement, bombe à retardement
pour imposer le libéralisme

 

L'endettement est une arme à retardement pour imposer le libéralisme, en obligeant les états à privatiser leurs services publics, tout en transformant les citoyens en esclaves des banques et des multinationales. Lorsque les dégâts de cette arme deviennent perceptibles, il est déjà trop tard.
Il n'y a alors plus de retour en arrière possible, ni d'autre choix que l'anéantissement du pouvoir de l'état, et donc des citoyens... lire ici :

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15234 link

 

 

Ahmadinejad écarte la possibilité d'une attaque contre l'Iran 23/08/2010

e5667aac-c1ec-4792-a092-193d6691a7bb_top

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a écarté une attaque, dans les conditions actuelles, d' « Israël » ou des Etats-Unis contre son pays, dans une interview diffusée dimanche soir par la télévision Al-Jazira du Qatar.
 
 "J'écarte la possibilité d'une attaque israélienne, Israël est très faible pour faire face militairement à l'Iran", a soutenu le président iranien qui s'exprimait en persan et dont les propos étaient traduits en arabe.
 
  "Israël n'a pas le courage de le faire (...) et je ne crois pas que sa menace soit sérieuse", a encore dit le président de la République islamique d'Iran soupçonnée par l'Occident de vouloir se doter de l'arme atomique.
 
   M. Ahmadinejad a affirmé par ailleurs que les pays arabes du Golfe "ne permettront pas l'utilisation des bases américaines qu'ils accueillent pour lancer une attaque contre l'Iran" et que l'"Amérique n'a pas intérêt à entamer un affrontement militaire" avec son pays.
 
  "Ils sont plus intelligents que ça", a-t-il répondu à la question de savoir si les pays arabes du Golfe donneraient l'autorisation aux Etats-Unis d'utiliser ces bases pour attaquer l'Iran.
 
   Il a promis toutefois une "riposte décisive" en cas d'attaque contre son pays.

  http://www.almanar.com.lb

 

http://www.alterinfo.net/notes/Ahmadinejad-ecarte-la-possibilite-d-une-attaque-contre-l-Iran_b2300096.html


Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 23:42

   

6a00d8341c630a53ef01156fc7e406970c-500wi

Des fous, des psychopathes programment notre mort,

à chaque instant ! Ils doivent être traduits en justice

et mis hors d'état de nuire. 

Par eva R-sistons à l'intolérable

 

 

Nous vivons dans un monde qui dépasse en horreur tout ce que l'entendement peut imaginer; Nos représentations les plus terribles sont en-dessous de la vérité. Des êtres à visage humain conçoivent, programment, commercialisent, répandent, des armes de destruction massive dans chaque aspect de nos vies. Vous avez dit eugénisme, réduction de la population ? Celle-ci est quotidienne, et nous n'en sommes pas conscients. Et par exemple, moi j'adore les fraises. Pour 2 euros, vous en avez un kilo... vous vous délectez, à ce prix... Oui, mais elles sont bourrées de pesticides cancérigènes !  Il est temps d'ouvrir les yeux et de s'organiser pour refuser l'abject. La course insensée au profit, ça suffit !

 

pesticides.jpg 

 

On dit que lorsqu'on atteint le sommet d'une colline, en Alsace, il en apparaît un autre, et ainsi de suite. Oui, je l'ai expérimenté en marchant avec mon mari parfois jusqu'à 40 kms par jour ! Eh bien, vous croyez avoir atteint le sommet de l'horreur... Détrompez-vous ! Il y a bien pire....

 

Les médias prostitués travaillent en permanence à nous faire peur. Le terrorisme rôde, bonnes gens, Al Quaïda doit être combattu partout (entre nous, surtout dans les pays aux sous-sols riches), les méchants Islamistes programment des attentats, les Iraniens sont le diable en personne, ils ont des armes encore plus dangereuses que celles des Irakiens !  Ce qu'on ne dit pas, c'est qu'il n'y a que deux mille terroristes dans le monde (je l'ai entendu de la bouche d'un spécialiste de la lutte contre le terrorisme, son nom m'échappe), alors de quel poids pèsent-ils face aux armées suréquipées des Anglo-Saxons ou des Israéliens ? Et le vrai terrorisme n'est-il pas celui d'Etats bombardant des populations innocentes pour des intérêts financiers ? Quant à l'Iran, il n'a jamais attaqué personne, et fort légitimement, il cherche à se prémunir des pays qui l'encerclent, n'aspirant qu'à le dévorer, à le punir d'oser l'indépendance,  d'oser tenter de perpétuer la tradition (en voie de disparition) d'attachement à la souveraineté. Il est armé, certes, mais il n'utilisera pas plus ses armes que l'Irak (qui d'ailleurs n'en avait pas).  De qui se  moque-t-on ? Des veaux, endoctrinés par des Médias menteurs qui sont aussi responsables que leurs commanditaires en désinformant ou en incitant à faire la guerre, à soi-disant "mourir pour la patrie" !

 

contamination-uranium-afriq.jpg 

 

La vraie menace, chers Lecteurs, vient des Etats qui se présentent faussement à nos yeux comme démocratiques, libres, respectant les Droits de l'homme. Et ces pays se donnant en modèles sont d'un cynisme qui dépasse tout ce que le cerveau humain peut concevoir.  Par exemple, ils expérimentent leurs dernières armes toujours plus meurtrières sur des êtres humains, innocents, sans les indemniser. Et pour réduire la population, outre l'air, la nourriture, les vaccins etc, empoisonnés, ces individus sans foi ni loi ni coeur détruisent des zones entières avec des armes interdites, notamment chimiques. Vous vous souvenez du Vietnam, dévasté pour des générations ? Eh bien en Irak (comme à Gaza, d'ailleurs, ou sur tous les terrains d'action), des milliers de tonnes d'Uranium appauvri sont déversées par la coalition anglo-américaine, depuis 2003 et jusqu'à maintenant. Résultat de ce génocide silencieux : Des malformations congénitales monstrueuses, des individus "condamnés à vivre toute leur vie dans une déchetterie radioactive", des maladies terribles, et puis les nappes phréatiques, les sols, les plantes, les animaux, toute la chaîne alimentaire sont hautement contaminés. C'est un holocauste à nul autre pareil ! 

 

Je viens d'écouter une vidéo de 2003 traitant de l'anti-américanisme. On nous dit: Votre anti-américanisme est primaire, ou encore vous êtes antisémites, etc, parce que nous dénonçons les crimes à grande échelle des Etats anglo-saxons, américains, israéliens, mais c'est un scandale de plus ! Les tortionnaires de l'humanité en Irak, en Afghanistan, au Soudan, au Yemen, à Gaza... doivent être respectés, il faut les recevoir avec faste, et même accepter qu'on les décore, qu'on leur offre une rue à leur nom ou une plaque commémorative, et ceux qui les dénoncent seraient montrés du doigt ? Mais nous sommes devenus fous ! Tout est inversé, la barbarie est passée sous silence, et ceux qui s'élèvent contre ces crimes d'une abjection inégalée sont traités de gauchistes, de dangereux agitateurs, d'antisémites, ou de je ne sais quoi  encore ? Tandis que les individus qui perpétuent des crimes d'une monstruosité scandaleuse, jouiraient d'une vie tranquille, et même honorée, en toute impunité ?

 

iraqi-child-victim-of-depleted-uranium.j

 

Mes amis, chers Lecteurs, il faut tout faire pour que les vrais criminels (et leurs acolytes à tous les niveaux, notament dans les Médias répandant de fausses nouvelles et dissimulant les vraies) soient poursuivis,  afin qu'ils soient, comme Saddam Hussein qui n'était pas pire qu'eux, traduits pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité devant un Tribunal Pénal International. Et par exemple, qu'attend-on pour lancer un mandat d'arrêt contre les Bush, Perle, Kissinger, Rumsfeld, Olmert... et toutes les canailles qui pourrissent la vie de tant d'individus à travers le monde ? Nous ne devons pas tolérer l'intolérable.

 

Les VRAIS assassins de l'humanité doivent enfin répondre de leurs actes, au lieu de couler des jours heureux et même, comme un Blair, être payés des sommes folles pour raconter leurs sordides exploits.  Il n'est plus possible de tolérer qu'une partie toujours plus grande de l'humanité soit condamnée à la pauvreté, à la misère, à la faim, aux maladies, aux bombardements, et même à la double peine comme en Irak ou à Gaza,  où tant de citoyens sont à la fois réduits à survivre dans des conditions atroces, et sans cesse exposés aux armes les plus redoutables.  

 

Notre devoir est d'informer, et de lancer de vastes campagnes planétaires pour que Justice soit enfin faite, et que les psychopathes à la tête des nations, ou des grandes Administrations ou Banques, ne puissent plus sévir impunément.

 

Eva R-sistons  

 

 

Guerre totale, radiologique, électromagnétique

et chimique contre l'Irak

 

Internationalnews


0-Bagdad-mars-2003-electroniciraq03.jpg


« Sous forme d’aérosols, l’uranium appauvri contaminera en permanence de vastes régions et détruira doucement le futur génétique des populations vivant dans ces régions où ils trouvent des ressources que les US doivent contrôler pour établir et maintenir leur primauté. »
(Leuren Moret, experte internationale des radiations, juillet 2004)

 

Depuis les essais en grandeur nature d’armes à uranium appauvri (UA) dans le Golfe en 1991, chaque nouvelle « guerre » est l’occasion de tester ces armes à des puissances de plus en plus grandes. C’est ainsi que des milliers de tonnes d’UA sont déversées sur Irak par la coalition anglo-américaine depuis 2003. Un véritable génocide se déroule silencieusement en Irak, à une échelle jamais connue à ce jour.


 

Un déchet nucléaire utilisé à la façon d’un gaz radioactif
pour anéantir le peuple irakien

« (Je suis) fortement favorable à l’utilisation de gaz empoisonné contre les tribus non-civilisées. L’effet moral devrait être bon... et il répandrait une vive terreur. » (Winston Churchill, 1919)

irak-1.jpg


Le phantasme des responsables du projet Manhattan de gaz radioactifs capable de détruire les populations ennemies s’est concrétisé cinquante ans plus tard : l’oxyde d’uranium est devenu une arme de destruction massive, utilisée par l’armée de terre, de l’air et la marine contre les populations civiles. Les Irakiens avaient déjà été gazés par les Britanniques, en 1912 et 1925.

 

 

 

L’uranium « appauvri » (UA) est un déchet de l’industrie nucléaire dont l’activité s’accroît au fil du temps, en raison de la formation rapide de sous-produits à vie courte lors de sa désintégration, et de son mélange avec des produits mortifères issus du processus de retraitement (plutonium et uranium 236). Ainsi, son l’activité est quatre mille fois supérieure au seuil réglementaire imposant l’application des règles de radioprotection. En tant que métal lourd (comme le plomb), il est aussi hautement chimiotoxique.

Les armes à l’UA provoquent encore plus de dégâts que les bombes nucléaires utilisées sur le Japon. Les micro-particules d’oxyde d’uranium, à 90% insolubles, vaporisées lors de l’impact des munitions sur leur cible et propagées par les vents et la pluie sur des centaines de kilomètres, ont contaminé les sols, les deux grands fleuves du pays, le Tigre et l’Euphrate, les nappes phréatiques, la végétation, les animaux et toute la chaîne alimentaire. En février 2003, les USA ont refusé par avance tout nettoyage des sites qu’ils pourraient contaminer en Irak. Mais les dommages causés à l’environnement deviennent de toute manière rapidement irréversibles.

 

La contamination interne peut survenir de trois manières : l’inhalation (la plus dangereuse), l’ingestion de boissons et d’aliments contaminés, et les lésions cutanées. La chimiotoxicité concerne en premier lieu le rein, et la radiotoxicité les poumons. Plus de 75% des microparticules, se regroupent en amas dans les alvéoles pulmonaires d’où elles irradient pendant des années. Selon le PR A. Durakovic, Directeur du département de Médecine nucléaire à l’Université Georgetown de New York et expert auprès du Pentagone, " ... transformé en poussière ingérée ou inhalée, (l’UA) est alors plus dangereux qu’aucune toxine connue de la science des hommes. ".

L’UA attaque aussi le cerveau, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques et le système neurologique. Sa dangerosité dépend de sa nature physique et chimique, de l’intensité et de la durée d’exposition, et des sujets contaminés. Ainsi, les enfants représentent la population la plus vulnérable, parce qu’ils concentrent la radioactivité trois ou quatre fois plus que les adultes. Le PR Siegwart-Horst Günther a mis en évidence un collapsus du système immunitaire avec des symptômes analogues à ceux du SIDA, une forte proportion d’infections, d’herpès et de zonas, des dysfonctionnements rénaux, des leucémies, des avortements spontanés et des malformations congénitales. La leucémie est provoquée par l’irradiation des cellules souches du sang par les particules alpha fixées sur la moelle osseuse et certains tissus lymphatiques.

Chaque nouvelle guerre permet une amplification des tests précédents. Alors que les charges contenues dans obus antichars utilisés en 1991 ne dépassaient pas 5 kg, celles des bombes téléguidées déversées sur Irak depuis son invasion en 2003 s’élèvent à plusieurs centaines de tonnes.

 

Des malformations congénitales monstrueuses
et une atteinte au génome


depleted-uranium-effects.jpeg
La fixation de l‘UA sur le placenta des femmes enceintes provoque d’horribles malformations congénitales jamais rencontrées ou extrêmement rares. Ainsi, de nombreux enfants naissent hydrocéphales ou sans tête, sans membres, avec des organes manquants (sans yeux, sans nez, sans oreilles, sans cerveau, sans anus...), aveugles, avec de graves anomalies du cœur ou des poumons, ou avec des organes à l’extérieur du corps (cerveau, intestins, estomac...). Chez les bébés irakiens nés en 2002, l’incidence d’anophtalmie (absence d’yeux) a été 250.000 fois plus grande que l’occurrence moyenne. Lorsqu’une femme irakienne vient d’accoucher, ses premières paroles ne sont pas : « c’est une fille ou un garçon ? », mais « mon bébé est-il normal ? ». En outre, les anomalies génétiques s’aggravant généralement d’une génération à l’autre, il faudra plusieurs décennies avant de pouvoir mesurer l’atteinte du génome. La prise de conscience des menaces qui pèsent sur leurs prochaines générations engendre le désespoir des Irakiens.

Les Irakiens condamnés à vivre durant toute leur vie dans une déchetterie radioactive

DU-BabyG.jpg
« Depleted uranium is a warcrime in progress » (PR Doug Rokke)

Les populations victimes des bombardements sont condamnées à vivre durant toute leur vie dans un environnement qui deviendra inexorablement de plus en plus radioactif. Les populations locales sont trop démunies pour se faire traiter, voire pour simplement soulager leurs douleurs. Des hôpitaux irakiens (comme à Fallujah) ont été la cible des bombardements de l’alliance anglo-américaine, et ceux qui subsistent n’ont ni la capacité ni les moyens médicaux d’accueillir et de soigner toutes les victimes. Avant 1990, l’Irak avait les hôpitaux les plus modernes de la région et des médecins de très haut niveau (dont beaucoup ont été mystérieusement assassinés depuis 2003, comme de nombreux scientifiques et journalistes).

 

rwer.jpg

Dans un rapport inédit, l’Agence Internationale de l’énergie atomique (AIEA) avait prévu un excès d’un demi-million de morts en Irak à la suite de l’agression de 1991. La contamination de l’environnement et des populations locales va continuer de s’amplifier. Avant 2003, certaines régions du sud de l’Irak (dont certaines zones horticoles et de cultures irriguées, rares dans ce pays aride) connaissaient déjà une augmentation de 700% des taux de cancers, de 400% du taux de malformations congénitales, et de 350% par an de cas de leucémies, de déficiences immunitaires, de cataractes et de dysfonctionnements rénaux. Pour chaque cas de cancer des tissus comme la leucémie, cinq cas de cancer solide devraient apparaître dans les dix à trente prochaines années.

 

En 1991, huit cents tonnes d’UA avaient déjà été déversées sur l’Irak. Depuis mars 2003, ce sont des milliers, voire des dizaines de milliers de tonnes de ce produit mortifère qui sont répandues sur le pays par les forces occupantes. Cette fois, c’est l’ensemble du pays qui a été touché, en particulier les villes les plus peuplées comme Bagdad, où l’on a relevé des taux de radioactivité jusqu’à deux mille fois supérieurs à la normale en 2003 (de mille à deux mille tonnes d’UA auraient été utilisées durant les attaques contre les forces irakiennes). La quantité de radioactivité relâchée sur l’Irak correspondrait à plus de deux cent cinquante mille fois celle d’Hiroshima (Nichols, 2004). Dans les centres des pays occidentaux, les expériences doivent avoir lieu en milieu confiné, et toute dispersion d’UA dans l’environnement est illicite en Europe. Pourquoi l’uranium « appauvri » devient-il un produit banal lorsqu’il est déversé par centaines de tonnes sur les pays agressés ?

Des milliers de ces projectiles sont disséminés sur les zones bombardées. De nombreux enfants irakiens qui jouent avec les projectiles argentés ou leurs débris radioactifs restés sur le terrain meurent de leucémie, dont la période de latence n’est que de quelques années. Pour le PR Major Doug Rokke, ancien chef du Projet pour l’uranium appauvri au Pentagone, « L’Iraq est une déchetterie toxique. »

Des tests sur l’Irak de toute les nouvelles armes terrifiantes des US

4-G.jpg D’autres nouvelles armes de destruction massives auraient été testées en Irak, dont « Moab », la bombe la plus puissante du monde (huit tonnes), l’une des plus meurtrières, qui produit un mini-champignon semblable à celui des bombes nucléaires. Les « mini-nukes » (dont la puissance peut équivaloir plusieurs fois la bombe lâchée sur Hiroshima) La bombe « E » (électromagnétique) qui détruit tous les moyens de communications, peut être utilisée comme un gigantesque four à micro-ondes sur une grande surface, cuisant dans son périmètre d’action tous les êtres vivants comme des poulets (le four à micro-ondes n’étant qu’une application domestique de la version militaire mise au point par Raython).

 

En outre, des versions « améliorées » de bombes de bombes au napalm (MK77), au plasma (à effet de souffle), au phosphore, à fragmentation (qui peuvent contenir de l’UA), et d’autres nouvelles armes toutes plus terrifiantes les unes que les autres auraient également été testées secrètement (seule l’utilisation de bombes MK77 a été reconnue par les officiels US), ce qui expliquerait le nettoyage total et discret (comprenant l’enlèvement du sol sur plusieurs mètres de profondeur) de certains quartiers de Fallujah (après que la « ville aux cent mosquées » eut été rasée en novembre 2004) et de l’aéroport de Bagdad (en mars 2003), déclarés zones interdites.

 

Tous les types de munitions de la panoplie des armes américaines sont équipés d’UA aujourd’hui, des simples balles aux bombes « intelligentes » guidées par satellites, en passant par les obus, les missiles, et les ogives des bombes dites « bunker busters » (destinées à détruire les bunkers souterrains).

images.jpeg

L’OMS complice une fois de plus de « crimes contre l’humanité »

Ce « crime contre l’humanité » se poursuit avec la complicité des organisations des Nations Unies, grâce notamment à l’Accord que l’OMS a été contrainte de signer en 1959 avec l’AIEA, qui lui interdit de traiter des questions de radiation et de santé publique sans l’aval de cette agence des Nations Unies au service du lobby nucléaire. Un rapport explosif de l’OMS réalisé par trois experts des radiations de très haut niveau sur les conséquences sanitaires de l’uranium appauvri sur les populations irakiennes est bloqué depuis 2001. Le Dr. Keith Baverstock, son principal auteur, principal expert de l’OMS sur les radiations pendant onze ans, dénonce cette censure, en expliquant que sa publication aurait au moins permis de limiter l’utilisation de l’UA depuis 2003, et d’obliger les agresseurs de nettoyer les régions contaminées. L’étude, dont le contenu a été finalement révélé par le Sunday Herald, met en évidence les effets carcinogène, tératogène et mutagène de l’UA.


Intensifier la campagne d’information internationale pour obtenir l’interdiction totale de ces armes illégales selon le droit international

Les gouvernements coupables de ces atrocités maintiennent une chape de plomb sur l’utilisation de leurs armes de destruction massive et ses conséquences, ce qui leur permet de se défausser de la prise en charge des coûts de décontamination des sites bombardés, mais surtout de banaliser dans l’indifférence générale l’usage d’un nouveau type d’armes nucléaires, resté tabou jusqu’à la « Guerre du Golfe ».

 

Selon le droit international, ces armes sont illégales parce qu’elles infligent des souffrances inutiles, qu’elles sont non discriminantes, causent des atteintes graves et durables à l’environnement et demeurent meurtrières bien après la fin des conflits. Leur utilisation a été condamnée par une résolution des Nations Unies de 1996 et un moratoire sur leur utilisation a été voté en janvier 2001 par le Parlement européen « en appel du principe de précaution ».

 

Aux côtés de nombreuses personnalités de renommée internationale, comme Rosalie Bertell, épidémiologiste et Ramsey Clark, ancien secrétaire d’état américain à la Justice et avocat international, et de très nombreuses associations à travers le monde, comme en France la CRIIRAD, il est urgent de participer à la campagne en vue de l’interdiction totale de ces armes de destruction massive, du classement de l’uranium appauvri comme « substance radioactive dangereuse », du nettoyage des zones contaminées et de la délivrance de soins médicaux appropriés à tous ceux qui ont été exposés.


 

19 novembre 2005, paru initialement sur bellaciao http://bellaciao.org/fr/spip.php?article20754 et d'autres sites

Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-guerre-totale-radiologique-et-chimique-contre-l-irak-par-joelle-penochet-13083306.html 

 

Joëlle Pénochet 

 

 

Autres articles du même auteur sur le sujet:

A fallujah, en iraq, l’uranium appauvri et le phosphore blanc continuent de tuer les enfants D'hiroshima à bagdad par joëlle penochet

Guerre sans fin et dommages collatéraux par joëlle pénochet

Le rapport medact, par joëlle pénochet

Et tous nos articles: Depleted Uranium/Uranium appauvri

 

http://www.internationalnews.fr/article-13083306.html

 

   

Autres articles d'Internationalnews:

 

Surplus - La Consommation par La Terreur (Film, VOSTF 51' 12)  

 

 

Les principaux articles et documentaires sur le Nouvel Ordre Mondial sur IN - 1 En français  

 

Goldman Sachs: Bien mal acquis profite toujours... Par Serge Halimi    

 

Invisible Empire A New World Order: trailer VOSTF and Full lenght film

 

 

Alimentation, obésité et diminution de l'espérance de vie http://www.internationalnews.fr/article-33069954.html

 

litqueen_02.jpg image.php?rep=phenomene&fichier=tornade1 banksters%20......preview.jpg150x150.png?%7EaHR0cDovL21hY2xlYW5zLmZpb150x150.png?%7EaHR0cDovL3d3dy5pbXBvdHMtdD'hiroshima à bagdad par joëlle penochet


 

SEXY INC. Érotisation de l'enfance (Extraits du documentaire)  

Le nombre de catastrophes naturelles a augmenté de 60% en dix ans   

Laissera-t-on Israël transformer Gaza en un immense cimetière ? Interview par Sylvia Cattori

En finir avec le chantage de la dette publique !  

Les signes annonciateurs d’une troisième guerre mondiale s’accumulent  

Le silence des abeilles - pollinisation manuelle (video, 4'36)

"11 Septembre 2001: Chacun sa Vérité", une enquête de Radio

-Canada

Téléréalité: « le jeu de la mort » ou la télé en zone extrême (+vidéos)

La vision orwellienne du monde de Jacques Attali (vidéo)

D'hiroshima à bagdad par joëlle penochet 

Des metaux cancérigènes et toxiques contaminent les enfants de Gaza      

Derrière la Burqa... la réforme des retraites... par Serge Halimi

Murs - Dans le village planètaire, allons-nous tous finir emmurés ?

Boycott : la contre-offensive d’Israël et de ses amis, par Dominique Vidal

Pollution de l'eau par les phosphates, où en est-on ?    

  

 

L’industrie nucléaire française pille et pollue le Niger (+ reportage video)

 

12 articles oubliés/12 Forgotten articles worth to read
Agro-industrie, industrie de guerre, les liaisons coupables Le conflit de 14-18 a été un formidable accélérateur pour l’industrie chimique naissante. Elle a abondamment produit des explosifs et des produits toxiques destinés à exterminer l’adversaire. La paix revenue, les nouvelles molécules et les produits ont été redirigés... vers l’agriculture. Ce n’est malheureusement pas le seul lien entre pesticides et armes de guerre, puisque qu’on retrouvera le Zyklon B à Dachau, Monsanto et l’agent orange au Vietnam, le Round-Up dans la lutte anti-guerilla en […]   
a6ik1qh3.jpg
Photo: centerblog.net
(Rappel important)
Les Projets diaboliques de l’UE

L’Union européenne a décidé de réintroduire la peine de mort pour les insurgés. Vous ne le croyez pas? Les médias ne vous l’ont pas appris? Alors asseyez-vous et attachez vos ceintures.

  

Tous les Etats membres de l’Union européenne ont aboli la peine de mort. Lors d’émeutes, c’est la prison qui est la pire sanction qui attend les insurgés. Or le Traité de Lisbonne admet de nouveau la peine de mort pour les insurgés au sein de l’Union européenne. A la suite de la crise économique, elle s’attend à de graves troubles dans beaucoup d’Etats membres. C’est pourquoi elle tient à ce que le Traité de Lisbonne entre en vigueur le plus rapidement possible.

 

En juin 2008, les Irlandais l’ont refusé et bloqué ainsi son entrée en vigueur. Il vise à étendre considérablement le pouvoir des 27 commissaires de l’Union européenne, à mettre en place un président puissant, à réduire à l’état de vestiges les lois nationales des Etats membres et à rendre possible la peine de mort dans certains cas. L’entrée en vigueur du Traité permet explicitement de «réprimer [si nécessaire], conformément à la loi, une émeute ou une insurrection».

 

La peine de mort pourra être prononcée dans l’UE pour sanctionner «des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre». Cela a été précisé en petits caractères dans le Bulletin officiel de l’Union européenne du 14 décembre 2007 et dans les commentaires à propos de la Charte des droits fondamentaux qui aurait force de loi si le Traité entrait en vigueur. Il semble que personne n’ait lu ce passage car l’article 2 («droit à la vie») de la nouvelle Charte des droits fondamentaux dispose que «nul ne peut être condamné à la peine de mort ni exécuté.» Cela paraît incontestable, mais dans un passage en petits caractères on trouve les exceptions:


«La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:

 

a)   pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;

 

b)  pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue;

 

c)   pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.»

 

C’est ainsi que l’abolition de la peine de mort est relativisée et invalidée. Selon l’alinéa c), il sera donc possible dans l’UE, malgré l’interdiction officielle de la peine de mort, d’y recourir pour «réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection». Le saviez-vous? Le Bundestag allemand a voté en avril 2008, à une majorité de deux tiers, avec les voix de la CDU, du SPD, du FDP et des Verts, pour l’abandon de la souveraineté en faveur de l’UE, le Traité de Lisbonne et la réintroduction de la peine de mort pour des insurgés qui y est inscrite. La chancelière Angela Merkel a salué le Traité comme étant un «grand projet».

 

Avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, le gouvernement de l’UE devient un gouvernement central puissant, comme celui de l’ex-Union soviétique. Les différentes républiques perdront beaucoup de leur importance et devront renoncer à leurs intérêts individuels pour le bien de l’Empire. Les Irlandais qui, contrairement aux Allemands, avaient été consultés par référendum sur le Traité et l’abandon de leur souveraineté qu’il impliquait l’avaient rejeté en juin 2008 également à cause du retour de la peine de mort. A l’automne 2009, il y aura en Irlande une seconde tentative.


Pour que tout marche comme prévu, les 27 commissaires européens se sont mis d’accord en secret, le 18 mars, à Bruxelles, sur le fait de modifier plusieurs lois irlandaises avant le référendum. Ainsi l’UE a mené en Irlande, en dépit de l’interdiction de la propagande politique dans les médias étatiques, une campagne politique en faveur du oui au Traité de Lisbonne, campagne financée avec l’argent des contribuables européens.
 

Afin que les Irlandais votent «correctement» lors du second référendum, cet automne, les 27 pays de l’UE se sont mis d’accord, le 18 mars à Bruxelles, pour aller à la pêche aux voix. Par exemple, les évêques qui prêchent dans les églises en faveur du Traité de Lisbonne, et donc de l’abandon de la souveraineté irlandaise, recevront de l’argent provenant des caisses de l’UE. En tête de la campagne figure la direction du Parlement européen. Elle a même annoncé publiquement qu’elle voulait que le «non» irlandais soit corrigé le plus vite possible, même au moyen de pressions directes exercées sur les évêques irlandais. De nombreux commissaires de l’UE ont estimé que c’était probablement un peu trop audacieux et ils se sont mis d’accord pour acheter des votes en secret.

 

Extrait de:
Udo Ulfkotte, «Vorsicht Bürgerkrieg!
Was lange gärt, wird endlich Wut.»
pp. 361-363. Kopp Verlag, 2009
(Traduction Horizons et débats)

ISBN 978-3-938516-94-2
[Attention, guerre civile! Ce qui fermente longtemps, explose enfin]

Les emphases sont d'IN.
A lire sur le "Traité constitutionnel" de 2005
Le Traité constitutionnel et la peine de mort - Par Gilles Alfonsi ...
 
Retraites: L'arnaque
 
« En 1990, 9,5 millions de retraitésCampagne du gouvernement sur les retraites - avril 2010
En 2010, 16 millions de retraités
En 2030, 21 millions de retraités. »
  
Avec des slogans de ce type, dans le cadre d’une campagne de communication de plus de 5 millions d’euros, le trio Sarkozy-Fillon-Woerth a lancé il y a quelques semaines la « réforme des retraites ». Objectif de cette première phase : persuader les Français que « ça ne peut plus durer comme ça », qu’il « va falloir faire quelque chose » et que, compte tenu de l’augmentation du nombre des retraités, nous allons devoir nous résigner à cotiser plus longtemps… et à percevoir moins.
  
Présenté sous cet angle, le débat est complètement biaisé, faussé. Ne traiter que de la question des retraites en l’isolant du thème beaucoup plus large de la rémunération du travail et de la répartition des richesses, c’est vouloir, dès le départ, que l’arbre cache la forêt.
  
Prenons donc un peu de recul et revenons aux « fondamentaux » des relations entre coût du travail et partage de la valeur générée par le travail.

 

corée nord plate-forme j 

Alerte ! L'explosion de la plate-forme pétrolière du Golf du Mexique, ne serait pas un accident, mais une action militaire d'une torpille d'un sous-marin nord-coréen !

Voici l'information pour le moins étonnante, venant d'un rapport via la Russie :

 

La plate-forme aurait été construite avec des fonds sud-coréens, et le fait que le drame touche les USA serait la cerise sur le gâteau.

Les USA ont ordonné un black-out médiatique complet sur ces faits. Officiellement, c'est Shell qui est responsable et assume !
Cela représente pour le président Barack Obama, un dilemme "impossible" avant l'ouverture de la Conférence des Nations Unies d'examen des parties au traite sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) qui doit débuter demain 3 mai à New York.
Ce dilemme "impossible" face à Obama est que soit il laisse cette fuite massive catastrophique continuer pendant des mois, ou immédiatement, il l'arrêter par la seule connue et éprouvée des moyens possibles : l'explosion d'une bombe thermonucléaire. 
to 1,200 Kilotons) which">Les experts russes indiquent qu'Obama devrait choisir l'option "nucléaire", l'arme la plus viable à sa disposition, qui est B83 (bombe Mk-83), thermonucléaire stratégique, ayant un rendement variable (Low Range kilotonnes à 1.200 milliers de tonnes), avec ses 12 pieds de longueur et 18 pouces de diamètre et pesant à peine plus de 2400 livres, est facilement en mesure d'être déployer et actionnées par une télécommande mini-sub. 
Si Obama choisissait l'option nucléaire, il semble qu'il serait soutenu par la Cour internationale de Justice qui, le 8 Juillet, 1996 a publié un avis consultatif sur l'utilisation des armes nucléaires, dans l'utilisation de circonstances extrêmes ou de légitime défense. 
D'autre part, si Obama choisit l'option nucléaire, il laisserait la conférence nucléaire de l'ONU dans le désordre, avec toutes les nations du monde ayant des plates-formes pétrolières au large de leurs côtes, exigeant un droit égal à l'arme atomique pour protéger leur environnement contre les catastrophes aussi, y compris l'Iran.
Obama a envoyé des équipes d'intervention militaire pour protéger les autres plates-formes pétrolières dans le golfe du Mexique, de toute nouvelle attaque.
De nouveaux rapports provenant de sources militaires japonaises, font état que la Corée du Nord se prépare pour le lancement de sa nouvelle arme balistique, un missile de portée intermédiaire (1300 km), qu'elle serait capable dedéployer et de faire exploser une impulsion atomique électromagnétique périphérique (EMP).
 
Compte tenu de la source  et de l'importance du sujet, plus que délicat, toutes les réserves d'usage doivent être apportées à ce texte...
 
artemisia-college.org
 
Commentaire reçu :
 
Ca sur Artemisia ce jour, si ce n'est pas de l'intox US, ça m'inquiète pour la santé de Kim-Jong- . A ce train, demain, le thermonucléaire servira aux plombiers pour déboucher radicalemet les siphons ! 
 
 
Le gouvernement iranien déplace ses ministères

En prévision d'une attaque US/Israël, l'Iran va déplacer 5 millions de personnes de Téhéran, pour limiter les risques de chaos (attaque directe ou via un tremblement de terre).

http://www.voltairenet.org/article165006.html

Nouveau scénario possible : la Syrie pourrait être attaquée par Israël, sous prétexte d'aide au Hezbollah.

L'Iran ayant un accord de défense interviendrait alors... On imagine la suite...

 

 

 Sur mon blog sos-crise, les derniers posts:  

liste complète  

 

 

Russie-Russia. Jardin d'Acclimatation
 
 
9 mai
Une nouvelle fois, le Collectif France Russie innove,
nous avons décider de commémorer les 65 ans de la Victoire
en allant nous recueillir au cimetière de Père Lachaise à Paris
(monument des combattants russes)
Pour plus d'informations : www.collectiffrancerussie.com
En n'oubliant pas que nous allons organiser le 12 Juin
une nouvellegrande manifestation de soutien
et d'amitié à VV POUTINE à Paris
 
Pour vous abonner à la lettre d'information du programme de L’Année France-Russie
Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 02:11

        reg20.jpgreg20.jpgreg20.jpgreg20.jpg

                      Les Régionales et eva R-sistons


Mes amis,

A peine (enfin) rentrée, et dans la perspective du vote de ce dimanche, je vous envoie ce court post pour vous dire mon embarras. Je ne suis pas le genre à bouder les urnes. Il est sûr que si, lors des prochaines Présidentelles, nous avons Sarkozy face à D. Strauss-Kahn, je ne choisirai pas entre la peste et le choléra. Mais j'irai voter ! Blanc, pour m'exprimer...

Et là, quel enthousiasme ! L'UMP cassera la France sans moi. Frèche ? Pas question ! Ce populiste qui se permet de tout dire et de faire n'importe quoi, jamais ! Et il ose ouvrir sa région aux colons israéliens ? Qu'il ne compte pas sur ma voix ! Les Verts ? Ceux de Con-Bandit le fouteur de merde qui va dénaturer ce parti, en transformant le rouge en rose pâle et le vert en vert grenelle de l'environnement ? Jamais ! Le PS et sa gôche caviar ? Seulement en désespoir de cause... trop libéral-social (libéralisme bon teint saupoudré de social), et ne parlons pas de sa politique étrangère flirtant allègrement avec l'Empire. Reste le Front de Gauche, avec un Mélenchon qui apparemment ne comprend pas les enjeux du Nouvel Ordre Mondial, ni ceux de l'Empire atlantico-sioniste, et qui s'égosille contre une candidate parce qu'elle porte un foulard sur les cheveux, bref pas de quoi susciter l'enthousiasme ! Mais avec une Marie-Georges Buffet dont encore récemment l'un de mes fils, très sportif, vantait la politique en faveur des jeunes des quartiers lorsqu'elle était Ministre de la Jeunesse et des Sports, avec une M-G Buffet, donc, qui est sincèrement soucieuse de défendre les classes populaires, je me laisse tenter... Il faut voter, et donc, faute d'un Chevènement § gaullien très à gauche (du moins avant), je déposerai sans doute dans l'urne un bulletin pour ce Front qui rassemble ceux qui veulent vraiment changer les choses, faire enfin une politique de gauche. Je ne prétends pas avoir raison, mais au moins avec ce Parti, on sait que les préoccupations des plus faibles seront prises en compte !


Voilà ! Je dois à mes Lecteurs, en période électorale, de dire ce que je vais faire. Libre à eux d'en tenir compte, ou de dénoncer mon choix !

Je me retrouve face à une semaine d'informations et de courriels à dépouiller, merci les intempéries, les routes impraticables, la météo folle ! Au fait, qui a dit que le climat se réchauffait ? Un rigolo, sans doute ! Comme ceux qui sont au pouvoir, peut-être ? Mais là, on aborde un autre sujet.... Et si Haarp avait modifié le climat... électoral ???? Bon, j'arrête là, le terrain est glissant... verglacé ???? Sacré réchauffement !

Votre eva R-sistons


§ Petite anecdote sur Chevènement. Il y a... disons quelques années, Mitterrand s'était entiché de moi en tant qu'écrivain et en tant que femme. Monsieur aimait les écrivains, les femmes, et les femmes plutôt jolies et bien sûr jeunes... Or donc, toute jeunette, toute pimpante, toute fringante, je fus invitée dans son loft mansardé où, rue de Bièvre, il recevait ses amis intimes. Brusquement, le téléphone sonna. Et la conversation dura. Lorsque celle-ci prit fin, l'ami François me dit d'un air gourmand: " C'était Chevènement... C'est mon préféré, mon remuant, mon bouillonnant préféré !" 

A lire: http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11568

Le martyre d'Amir, dix ans:
Comment la "démocratie" israélienne
traite les enfants...


« Nous sommes des enfants, tout comme vous. Nous avons le droit de jouer, d’aller librement. Je veux dire au monde qu’il y a tant d’enfants dans les prisons israéliennes. Nous voulons juste la liberté de bouger, la liberté de jouer. »



(JPG)

Amir et sa mère, quelques heures seulement avant son enlèvement
par des soldats israéliens.
(Nora Barrows-Friedman)


Amir al-Mohtaseb a souri tendrement quand je lui ai demandé de me dire quelle était la couleur qu’il préférait. Assis dans le salon familial, cet après-midi de jeudi dernier, 5 mars, dans la vieille ville d’Hébron, le garçonnet de 10 ans, avec ses taches de rousseur et ses longs cils, m’a répondu, le « vert ». Puis, il a poursuivi en me racontant, en détail et péniblement, son arrestation et sa détention, et l’emprisonnement de son grand frère de 12 ans, Hasan, par les soldats de l’occupation israélienne, le dimanche 28 février.


Quelques heures après cet entretien, à 2 h du matin, les soldats israéliens ont fait irruption dans sa maison, ils ont arraché Amir de son lit, menacé ses parents de les tuer si jamais ils tentaient de le protéger, ils l’ont descendu au rez-de-chaussée, sous la cage d’escalier. Là, ils l’ont roué de coups si méchamment qu’il a fait une hémorragie, dans le ventre, et il fallut l’hospitaliser dans la nuit. En état de choc et en plein désarroi, Amir restera pendant un jour et demi sans pouvoir ouvrir la bouche ni s’exprimer.


Lors de notre entretien de cet après-midi qui précède cette violente agression, Amir m’a raconté que le dimanche 28, il jouait dans la rue, près de la mosquée Ibrahimi, tout en allant avec Hasan voir leur tante.

« Deux soldats nous ont arrêtés et menottés » dit Amir. « Ils nous ont conduits vers deux jeeps séparées. Ils m’ont emmené dans la colonie et m’ont mis dans un coin. J’avais toujours les menottes. Ils ont mis un chien à côté de moi. J’ai dit que je voulais rentrer à la maison. Ils ont répondu non, et ils m’ont dit que j’allais rester là toujours. Ils ont refusé que j’aille aux cabinets. Ils ne m’ont pas laissé appeler ma mère. Ils m’ont bandé les yeux et je suis resté comme ça jusqu’à ce que mon père puisse venir me chercher, tard le soir. »


La détention d’Amir, dans la colonie, a duré près de dix heures. « Je ne pensais qu’à une chose, c’était à quel point j’avais peur, surtout avec le chien tout près de moi. Je voulais m’enfuir et retourner chez moi », dit-il.


La mère d’Amir et d’Hasan, Mukarrem, m’a dit qu’Amir avait manifesté des signes de traumatisme, dès son retour à la maison. « Il essayait de blaguer, et de rire. Mais ce n’était pas un rire normal. Il était content et terrifié en même temps, ». « Il avait uriné sur lui à un moment pendant sa détention. Il était vraiment effrayé. »


Amir a confié que les nuits qui ont suivi sa première détention, il n’a pas pu dormir, malade d’inquiétude pour son frère en prison, et effrayé à l’idée que les soldats puissent revenir (ce qu’effectivement, ils ont fait). Actuellement, il y a environ 350 enfants qui croupissent dans les prisons et les camps de détention israéliens, subissant des interrogatoires, des tortures et des condamnations interminables, quelquefois sans inculpation. Leur nombre varie constamment, mais des milliers d’enfants palestiniens, entre 12 et 16 ans, sont passés par le système judiciaire militaire israélien au cours de la décennie passée, depuis le déclanchement de la deuxième Intifada palestinienne. Israël a fixé l’âge adulte pour ses propres citoyens à 18 ans, mais par ordre de l’armée, et en violation du droit international, il a décidé que pour les Palestiniens, ce serait 16 ans. De plus, des ordres militaires spéciaux d’Israël (n° 1644 et 132) permettent d’arrêter et de juger les enfants palestiniens - désignés sous le nom de « délinquants juvéniles » - dès l’âge de 12 ans.


« De cette façon, ils ont une couverture "légale" pour agir comme ils le font, même si c’est contraire aux lois internationales, » dit Abel Jamal, chercheur à Défense de l’Enfance internationale - section Palestine, (DCI-PS), à son bureau d’Hébron. « Cependant, dans le cas d’Amir, ils ont même violé leurs propres lois en l’arrêtant et en le mettant en détention alors qu’il n’a que dix ans. Ces lois sont manifestement extensibles au bon vouloir d’Israël. Nous n’avons jamais vu qu’il y ait des poursuites pour de tels crimes ».


J’ai demandé au père d’Amir et d’Hasan, Fadel, de me dire comment on pouvait être parents, sous un tel siège permanent. « Ce n’est pas sans danger pour les enfants d’aller à l’extérieur, car nous sommes confrontés constamment aux agressions des colons et des soldats, » explique-t-il. « En soi, c’est inimaginable pour nous. Et maintenant, nous avons un fils qui est en prison et un autre qui est traumatisé... ils sont si jeunes. »


Le dimanche 7 mars, exactement une semaine après l’arrestation d’Hasan et la détention d’Amir, la famille et des journalistes de la presse locale, tôt dans la matinée, se sont rendus à la prison d’Ofer où Hasan est détenu depuis son arrestation du 28. Après un long cheminement, le juge militaire israélien a reconnu que le garçon était trop jeune pour rester en prison, Hasan a été relâché mais à la condition de revenir au tribunal, à une date ultérieure, pour finir la procédure judiciaire. Ce procès faisait suite à la première audience de mercredi dernier, à Ofer, où Maan News Agency rapporte que le juge a exigé que Fadel verse au tribunal 2 000 shekels (390 €) pour la caution d’Hasan. D’après Maan, Fadel a alors demandé, publiquement, au tribunal, « Quelle est la loi qui permet qu’un enfant soit jugé devant un tribunal et que l’on exige de son père de payer une amende ? Je ne paierai pas l’amende, et vous devez libérer mon enfant... c’est la loi de l’occupation d’Israël. »


Tenaillés par les situations de leurs fils, Mukarrem et Fadel disent qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour leur famille sous l’agression israélienne. « Que pouvons-nous faire ? » demande Fadel. « Nous verrouillons les portes. Nous verrouillons les fenêtres. Nous n’avons rien pour protéger notre famille et nos voisins contre les soldats et les colons. Si c’était un Palestinien qui enlevait, frappait et emprisonnait un enfant israélien, le monde entier se mettrait en rébellion contre cela. On le verrait partout dans les médias. Mais les Israéliens rentrent dans nos communautés, avec des jeeps, des chars d’assaut et des bulldozers, ils prennent nos enfants et les jettent en prison, et personne ne s’en soucie. »


Jamal, de DCI-PS, redonne son opinion sur le droit international qui est fait pour protéger les enfants sous occupation militaire, et qui est ignoré par Israël depuis le début de l’occupation en 1967. « La plupart du temps, nous utilisons, autant que nous le pouvons, la loi, les Conventions de Genève, la Convention des Nations-Unies pour les droits de l’Enfance contre cette violence, » dit Jamal. « Toutes ces lois existent, mais Israël se sert de ses propres lois militaires comme excuses pour défier le droit international. Nous, Palestiniens, devons travailler ensemble à la création d’une solidarité contre cette brutalité. En oeuvrant ainsi, nous disons à la communauté internationale, voilà ce qui se passe avec les enfants palestiniens, ceci afin d’acquérir une large base de soutien contre cette situation. Nous croyons que la seule façon d’arrêter cela, c’est par le soutien de la communauté internationale. »


Amir commence doucement à parler, 36 heures après les coups des soldats israéliens. Selon Zahira Meshaal, travailleuse sociale à Bethléhem, spécialisée dans les effets du traumatisme chez l’enfant, « le mutisme électif » d’Amir, symptôme d’un choc psychologique extrême et provoqué par les coups et sa détention, est une réaction courante, mais le fait qu’il ait commencé à parler est un bon signe. « Il s’agit d’une réaction de peur à beaucoup de niveaux. La maison d’Amir et sa famille représentent sa seule source de sécurité, » dit Meshaal. « Tout cela lui a été enlevé quand les soldats ont envahi sa maison. Il est aisé de suivre son trauma immédiat, mais les conséquences à long terme seront sans aucun doute difficiles à traiter. Il aura besoin de beaucoup de soins psychologiques, en commençant maintenant. »


Meshaal commente la nature de cette agression dans le contexte de la situation telle qu’elle se développe dans Hébron. « Nous parlons d’un endroit qui se trouve en première ligne pour le traumatisme, » dit-elle. « C’est un mal permanent et qui empire pour la communauté tout entière. Les parents doivent être au centre de la sécurité pour leurs enfants, mais cela leur est ôté. Spécialement à Hébron, et les colons et les soldats israéliens le savent, ils se servent de cette tactique pour obliger les gens à partir d’ici. C’est une guerre psychologique. Il s’agit d’un acte délibéré pour effrayer les enfants et obliger les gens à partir ailleurs, où leurs enfants se sentiront plus en sécurité. »


Au terme de notre entretien du jeudi 5 mars, Amir avait envoyé un message aux enfants d’Amérique. « Nous sommes des enfants, tout comme vous. Nous avons le droit de jouer, d’aller librement. Je veux dire au monde qu’il y a tant d’enfants dans les prisons israéliennes. Nous voulons juste la liberté de bouger, la liberté de jouer. »


Amir a dit qu’il sera cardiologue plus tard, quand il aura grandi. Sa mère et son père, eux, espèrent que le propre cœur d’Amir - et le leur - guérira du trauma répétitif et cumulatif de la semaine dernière, aux mains d’une occupation israélienne interminable.

 



(JPG)

L’auteur, en Palestine.

Hébron, le 8 mars 2010 - Live from Palestine - The Electronic Intifada - traduction : JPP 


* Nora Barrows-Friedman est co-animatrice et principale productrice de Flashpoints, magasine quotidien d’investigations sur Radio Pacifique. Elle est aussi correspondante d’Inter Press Service. Elle écrit régulièrement depuis la Palestine où elle dirige aussi des ateliers de communication pour les jeunes du camp de réfugiés de Deishé, près de Betléhem, en Cisjordanie occupée.


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11557 


HAARP












                       Le programme américain HAARP


Extraits. Une menace pour le climat et pour  l’environnement vibratoire de la planète HAARP, une arme de destruction massive qui fait partie du programme militaire américain « Joint Vision 2020 » constitue une menace pour les interactions subtiles entre les écosystèmes de la Terre et l’ionosphère.



Résonance de Schumann (Fréquences RS) et biocommunications La résonance de Schumann (RS) constitue peut-être le support d’un processus de perception extrasensorielle (PES) de type radar pour tous les êtres vivants. Des fréquences quelconques peuvent être absorbées et ré-émises par tout objet selon des schémas d’interférences spécifiques. Ces « ondes résonnantes » peuvent être modulées intentionnellement en fréquence ou en forme dans le but de transmettre certaines informations (schémas d’interférence).

Décodées par le cerveau, elles reviennent presque instantanément sur le « dos » de la résonance de Schumann et sont alors traduites par le cerveau en données conscientes. En outre, la bio information peut être inscrite intentionnellement à distance sur une cible par une interface sensorielle primitive de type radar sur une onde porteuse RS. Tout cela et d’autres mécanismes sont tributaires du fait que les fréquences RS demeurent dans leur gamme médiane.

A Sedona, en Arizona, Ben Lonetree (http:// sidereal7.org), un ingénieur électricien, observe de manière intensive les fréquences RS, qu’il nomme la « Voix de la Planète », ainsi que le champ magnétique terrestre. Son site Internet livre des relevés atmosphériques et géophysiques en temps réel très fiables. Il a un grande expérience de la technologie IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) et des ondes cérébrales. Il est spécialiste en mesures ELF (très basses fréquences) et en ULF (ultras basses fréquences).

Rythme et chaos dans l’ionosphère Le rythme de la vie a évolué de façon continue au fil des ères. Nous vivons dans une matrice complexe de champs oscillants. La moindre fluctuation dans un champ imbriqué provoque des perturbations dans les autres. Des impulsions voyagent tout autour du monde plusieurs fois par seconde entre la surface de la planète et l’ionosphère, envoyant des signaux de coordination à tous les organismes. Ces signaux nous relient au champ électromagnétique global. Du nom de son inventeur, la Résonance de Schumann (RS) est le pouls qui bât la mesure de la vie sur notre planète. Tout comme le battant d’une cloche, les coups de foudre réactivent constamment cette onde stationnaire.

Nous marchons tous à la "cadence de ce tambour cosmique, notre battement de cœur planétaire, qui fixe le tempo de la santé et du bien-être. Endommager ce stimulateur équivaudrait à sonner le glas de la vie telle que nous la connaissons. Or aujourd’hui, sous prétexte de progrès et de défense, ce stimulateur est menacé et de monstrueuses quantités d’argent public sont dépensées pour cette exploitation de l’atmosphère. Des taxes toujours croissantes sont prévues pour financer jusqu’en 2020 cette défense antimissile aberrante, la "guerre des Etoiles", et le faisceau d’énergie HAARP (High-frequency Active Auroral Research Program) qui est déjà opérationnel à Gakona en Alaska.

Le rythme vibratoire de notre environnement, le moteur fondamental de toute vie sur notre petite planète bleue, est menacé par les manipulations humaines de l’ionosphère telle la technologie du programme HAARP. Certains scientifiques sont allés jusqu’à déclarer que la haute atmosphère était "vivante", transmettant une sorte de conscience à tous les êtres vivants. Ainsi que l’ont montré les atteintes à la couche d’ozone et d’autres calamités écologiques, il est dangereux de tripoter Mère Nature. Toucher ce système pourrait le détruire, et nous avec. Il semble évident que les avantages présumés ne justifient pas la prise de tels risques pour notre survie, mais pratiquement aucune recherche sérieuse n’a été menée dans les domaines où des problèmes pourraient se poser.

Il s’avère qu’une partie de l’argent alloué au projet de Guerre des Etoiles de Bush sera utilisée pour de la recherche sur des lasers en orbite... Ce que craignent les Russes... ce sont les intentions américaines de mener, en 2003, des expériences scientifiques à grande échelle avec le programme HAARP basé en Alaska. Quatre-vingt-dix députés russes ont signé une motion contre le programme HAARP, déclarant que ces expériences déboucheraient sur des armes capables de rompre les communications radio et les équipements des vaisseaux spatiaux et des fusées, de provoquer de graves accidents dans les réseaux électriques et dans les oléo- et gazoducs et d’avoir des effets négatifs sur la santé mentale des populations de régions entières. (Fitrakis, 2002).

L’ionosphère nous protège des radiations mortelles du Soleil et de l’espace. Et maintenant, avec des ondes radio à hautes fréquences on perce des trous dans cette couverture protectrice, prenant le risque de déchirer accidentellement le cocon fragile de l’évolution planétaire et humaine. Les conséquences pourraient être aussi dévastatrices que la panne d’un stimulateur cardiaque individuel. Les forces du chaos pourraient se déchaîner, provoquant des dégâts irréversibles. La Strategic Defense Initiative (SDI) place cette technologie de modification de l’environnement entre les mains du commandement militaire, une perspective bien inquiétante. Comme ils bénéficient d’un mandat pour la sécurité nationale nous ne savons pas exactement ce qu’ils en font et le pire est à craindre. Espérons que cela sera révélé avant qu’il ne soit trop tard pour tout le monde.


Perturbations touchant le climat terrestre


Pour comprendre le fragile équilibre de notre planète il faut voir notre région de l’espace du point de vue astrophysique. Il apparaît alors que la moindre perturbation de notre atmosphère peut provoquer des ruptures dramatiques dans le cours de notre destinée géophysique. Des forces nombreuses et complexes affectent déjà la Terre et en particulier le schéma climatique mondial. À grande échelle, il existe une menace d’ère glaciaire galactique à cause des supernovas, dont les rayons cosmiques génèrent des nuages lorsqu’ils touchent l’atmosphère, la refroidissant. En outre, le système solaire traverse la partie la plus dense de la Galaxie de la Voie Lactée sur un cycle approximatif de 30 millions d’années.

Ce nuage moléculaire dense et les fluctuations des "marées" galactiques de matière lointaine peuvent déstabiliser des comètes dans le nuage d’Oort et les précipiter vers les planètes et le Soleil. Les pluies de petites comètes, appelées "rafales d’impacts" agissent, au fil des millénaires, sur les mouvements des couches de glace et provoquent des extinctions massives. Elles affectent aussi le thermosiphon océanique (apport excessif d’eau douce) qui fonctionne comme un convoyeur océanique global. [cf. Nexus France n° 26, mai-juin 2003 : Réchauffement Climatique et Glaciation].

Cette pompe à sel déplace l’eau chaude vers les zones froides du nord, telles que la côte est des Etats-Unis et l’Europe, et les rend habitables tandis qu’elle rafraîchit les tropiques. Son effondrement aurait pour conséquence l’arrêt de la circulation des eaux chaudes salées du Gulf Stream vers le nord, ouvrant une nouvelle ère glaciaire. Le moteur de l’évolution n’est pas la sélection naturelle, mais le climat et la glace. Au cours des 2,5 derniers millions d’années, les masses de glace ont migré 30 fois depuis la formation de l’isthme de Panama, lequel a bloqué la circulation tropicale entre le Pacifique et l’Atlantique. Ainsi l’eau chaude a été déviée vers le nord, où elle est retombée en neige et a formé les glaciers. Les glaciers avancent ou régressent en fonction des oscillations de la Terre.

Les sécheresses engendrées par ces cycles glaciaires ont fait régresser les forêts tropicales humides, laissant des savanes, et nos ancêtres ont quitté les forêts, développant leur intelligence pour survivre et devenir les humains modernes. L’intelligence et le pouvoir d’adaptation sont devenus nos caractéristiques parce que nous avons dû survivre dans des climats instables. Mille générations seulement sont passées depuis la dernière ère glaciaire en Europe, alors que la population était incroyablement réduite à cause de la rigueur du climat.

Toutes les recherches montrent que le système climatique terrestre comporte des seuils sensibles qui, lorsqu’ils sont franchis, font basculer le système d’un mode de fonctionnement stable à un autre. Comme on l’a vu avec El Nino, les systèmes océaniques contrôlent les climats des continents. C’est aussi ce que révèlent les sédiments des fonds marins, les couches de glace dans les carottages et le recueil des fossiles. Tous indiquent que le convecteur océanique s’est déjà arrêté dans le passé. On a dit que c’était le talon d’Achille de notre système climatique. D’après les chercheurs, la pompe est en ralentissement et pourrait donner le signal d’un changement brusque et catastrophique.[cf. Nexus France n° 26, idem]. Une étude parue dans Nature en 2002 indique que les courants marins des profondeurs refroidis à 20 %, ce qui n’est pas bon signe. La fonte et la fragmentation des glaciers pourraient accélérer le processus.

L’examen des fossiles prouve qu’un effondrement peut se produire en l’espace d’une décennie et se maintenir pendant des siècles. Cette nouvelle notion de modification climatique rapide est aujourd’hui universellement reconnue. De tels déclenchements peuvent engendrer des variations d’environ 10°C en une décennie, suivies d’une stabilisation sur une vingtaine d’années, puis d’un refroidissement d’environ 20°C au cours des vingt années suivantes.

Les variations ont été moins violentes au cours des derniers 8000 à 10000 ans, mais l’instabilité solaire, l’inclinaison de l’axe et le ralentissement des courants pourraient en précipiter le retour. Il en est de même des manipulations humaines du climat par la technologie et les armes à rayons énergétiques.

Une hausse de la température de 3 à 4°C seulement pourrait déclencher une élévation du niveau des mers de l’ordre de 20 m en dix ans ! La poursuite du réchauffement et de la fonte des glaces créerait un cycle où les températures connaîtraient des écarts de 8 à 10°C en 30 ans. Ensuite les courants océaniques se déplaceraient et de nouveaux rythmes chaud/froid s’installeraient. De nouvelles mers de faible profondeur réduiraient les terres émergées. Les plaines agricoles seraient noyées, entraînant une diminution des ressources alimentaires. Environ 30 à 40% des terres seraient perdus et l’humanité serait chassée des vallées inondées sur tous les continents. Le commerce et l’industrie seraient noyés. En 2003, l’EPA [ministère US de l’environnement] prédisait une hausse de 1,7 à 5°C au cours des cent prochaines années. Les mers tropicales se sont réchauffées de 1 à 1,44°C au cours des cent dernières années et les glaciers fondent en de nombreux endroits de la Terre.

La recherche indique aussi que le Soleil lui-même est dans un cycle de réchauffement et pourrait être un facteur significatif du réchauffement de la planète (0,55°C par an depuis 1880). Les premiers résultats semblent montrer que le Soleil émet 0,05% de radiations en plus par décade depuis 1970. Cette augmentation estimée de l’émission solaire implique que des vents solaires plus puissants balayent la haute atmosphère terrestre, provoquant son excitation et son ionisation par des particules chargées.

On peut attribuer au Soleil environ la moitié du réchauffement global de ce dernier siècle. Plus il chauffe, plus il dévie les rayons cosmiques. Si cela persiste pendant des décennies, des fluctuations climatiques spectaculaires pourraient s’en suivre, ainsi que cela s’est produit pendant la "Petite Ere Glaciaire" entre le XIIe et le très froid XVIIe siècle.

L’émission d’énergie par le Soleil varie selon un cycle de 11 ans et a connu deux pointes en 2000 et 2002. Le minimum aura sans doute lieu dans trois ans (La période du minimum solaire n’est pas nécessairement égale à celle du maximum). Ces changements du cycle solaire produisent sur Terre des changements à court terme. Au-dessus des USA, une augmentation de la couverture nuageuse allant jusqu’à 2% a été observée au moment du maximum solaire. La température de la haute atmosphère est deux fois plus élevée lorsqu’elle est bombardée par un maximum d’émission solaire. Durant ces périodes, l’atmosphère se dilate et s’étend dans l’espace jusqu’à atteindre et dépasser l’orbite de la Station Spatiale Internationale. Cela va jusqu’à augmenter la traînée de la station et nécessite de fréquents ajustements d’orbite utilisant la poussée des navettes.

Il est récemment devenu possible de mesurer l’activité solaire plus facilement et avec plus de précision en dehors de notre atmosphère. Nous pouvons maintenant mesurer l’énergie solaire totale à toutes longueurs d’ondes et en déduire une résultante appelée Total Solar Irradiance (TSI) [éclairement énergétique total de rayonnement solaire]. Il y a un débat sur la question de savoir si les indications d’augmentations actuelles constituent une tendance à long terme ou une aberration passagère.

Dans une étude récente, les données de six satellites en orbite terrestre à diverses périodes durant 24 années ont été analysées. Richard Willson, un chercheur de la Columbia University qui est affilié à la National Academy of Sciences et à la Goddard Institute for Space Studies, a déniché, dans une série de données, des erreurs qui ont empêché que des études précédentes fassent apparaître la tendance. La nouvelle étude montre que le TSI a augmenté d’environ 0,1 % en 24 ans. Cela n’est pas suffisant pour provoquer des changements climatiques significatifs, affirment Willson et ses associés, sauf si ce taux de changement était maintenu pendant un siècle ou davantage. Sur des laps de temps aussi courts que quelques jours, le TSI peut varier de 0,2 % à cause du nombre et de la taille des taches qui traversent la surface du disque solaire. (Britt, 2003). Cependant les chercheurs estiment que cette variation, dont on dit qu’elle ne peut influencer le climat, est égale à la quantité totale d’énergie utilisée globalement pendant un an par l’humanité.


Manipuler l’ionosphère


Perturber davantage, voire, percer des trous dans l’ionosphère surchauffée peut provoquer des bouleversements météorologiques catastrophiques. Il y a un risque potentiel que ceux-ci soient déclenchés par les militaires, sous le couvert de la SDI, pour déstabiliser des régions entières par des perturbations climatiques sans même avoir recours à la guerre conventionnelle. Mettre en oeuvre cette arme dans des buts économiques et stratégiques pourrait provoquer l’effondrement des systèmes écologiques et perturber gravement la production agricole. Bien entendu, le Département de la Défense a déjà mis en place le renseignement et des dispositifs de surveillance météorologique relatifs à ce programme.

Des spéculations récentes ont aussi tenté de faire le rapprochement entre les mystérieuses chemtrails [Ndt : traînées de condensation apparemment chargées de produits chimiques et/ou toxiques ; cf. Nexus France n° 4] et le développement de la technologie HAARP. Certains pensent que le pouvoir réfléchissant de ces nuages (chemtrails) pourrait influencer le réchauffement de l’atmosphère et la météo. Il semble que les analyses des "cheveux d’anges" récoltés dans l’atmosphère après une journée de diffusion contiennent certaines toxines. On a identifié des bactéries virales, des moisissures toxiques, du noir de carbone et du dibromure d’éthylène. Les questions posées au sujet de ces diffusions concernent aussi un accroissement du pouvoir réfléchissant de certaines couches de l’atmosphère. Ces épandages sont la cause d’une réduction massive de la production d’ions négatifs par les forêts, ce qui pourrait être fatal à toute vie biologique.

En outre, la grande sécheresse qui a affecté de vastes régions est soupçonnée avoir un rapport avec le sel de baryum, hautement toxique et absorbant d’humidité jusqu’à sept fois son propre poids), qui a été détectée en grandes quantités dans l’atmosphère tout de suite après les chemtrails. Celles-ci pourraient donc être liées à HAARP et ses applications potentielles au contrôle climatique.

C’est ARCO Petroleum qui détient les brevets de cette technologie de Tesla. Il semble que le projet HAARP, il y a quelques années, était financé par ARCO. De nombreux groupes de recherche rapportent que nous sommes constamment inondés d’ELF (très basses fréquences), comme d’un "brouillard" électronique. Les ELF peuvent s’avérer mortelles pour toute vie biologique car elles modifient les fréquences vibratoires naturelles des êtres vivants, provoquant de graves disfonctionnements, comme une pensée irrationnelle, l’incapacité de se concentrer, la fatigue chronique et/ou la mort.

Intervenir sur ce système dynamique à l’équilibre délicat pourrait induire un effondrement catastrophique, comparable à une avalanche. Les potentialités des "réchauffeurs d’ionosphère" sont vraiment effrayantes. Nous n’avons pas idée ce qui peut résulter d’interventions à long terme sur cet équilibre sensible de l’ionosphère et de la température globale, tout cela étant lié au thermosiphon océanique mondial dont la source est au large du Groenland. Le climat n’est donc t-il as déjà suffisamment perturbé par l’activité humaine, faut-il encore aggraver le problème en jouant avec ces faisceaux d’énergie ? Les Nations Unies organisent la poursuite de débats sur les changements climatiques, les gaz à effets de serre et les "armes non mortelles" qu’au moins les Américains et les Russes pourraient mettre en oeuvre. La "guerre météorologique" implique le déclenchement de perturbations atmosphériques à l’aide d’ondes radar ELF. Par le biais de l’armement électronique, les US veulent "posséder le temps" et les stations spatiales dans un souci d’établir leur domination militaire, cela en remodelant les schémas naturels et en maîtrisant les communications mondiales. De récentes informations scientifiques ont déterminé que HAARP est maintenant entièrement opérationnel et possède la potentialité de déclencher des inondations, des sécheresses, des ouragans et des tremblements de terre. D’un point de vue militaire, HAARP est une arme de destruction massive. Potentiellement, c’est un instrument de conquête capable de déstabiliser sélectivement l’agriculture et les systèmes écologiques de régions entières. Même s’il n’est pas prouvé que cette redoutable technologie ait déjà été utilisée, néanmoins faudrait-il que les Nations Unies considèrent les conséquences d’une "guerre de l’environnement" parallèlement au débat sur les séquelles climatiques des gaz à effets de serre... La Dr Rosalie Bertell confirme que "les scientifiques militaires américains... travaillent sur des systèmes météo en tant qu’armes potentielles. La méthode consiste en une potentialisation des tempêtes et le détournement des courants de vapeur dans l’atmosphère afin de provoquer des sécheresses ou des inondations ciblées... " Un ancien officier militaire français, Marc Filterman, esquisse divers types d’armes "non conventionnelles" utilisant des radiofréquences. Il fait allusion à une "guerre du temps", indiquant que les US et l’Union Soviétique avaient déjà "maîtrisé le savoir-faire nécessaire pour déclencher de brusques variations climatiques (ouragans, sécheresse) au début des années 1980". (Chossudovsky, 2000).

Il existe des dispositifs plus modestes à Arecibo au Puerto Rico, à Fairbanks en Alaska, à Tromso en Norvège, et dans les villes de Moscou, Nizhny Novgorod et à Apatity en Russie, ainsi qu’à Kharkov en Ukraine, et Dushhanbe au Tadzhikstan, et peut-être en Israël (en un lieu inconnu).


HAARP a été présenté à l’opinion publique comme un programme de recherche scientifique et académique. Cependant des documents militaires américains semblent bien suggérer que son principal objectif soit "d’exploiter l’ionosphère pour le compte du Ministère de la Défense". Sans pour autant citer nommément le programme HAARP, une étude de l’US Air Force signale l’utilisation de "modifications ionosphériques induites" en tant que moyen de modifier les mécanismes climatiques et de brouiller les radars et communications de l’ennemi. (Chossudovsky, 2000).


Joint Vision 2020HAARP et le programme "Joint Vision 2020"

Cela fait une dizaine d’années qu’au niveau international on se préoccupe de HAARP et de projets connexes mettant en oeuvre des faisceaux d’énergies similaires. Les propositions et développements les plus récents ne sont pas encourageants. La presse étrangère et les alliés occidentaux des US ont dénoncé le plan de défense antimissiles et de lasers orbitaux "Joint Vision 2020" comme un pas extrêmement dangereux vers la domination mondiale des USA. Le Représentant des USA, Dennis Kucinich, déclara lors de l’émission Columbia Alive que Joint Vision 2020 était déjà un programme actif d’expériences sur les énergies dirigées. Le 9 novembre 2002, Carol R. Schuster, Directeur de Defense Capabilities and Management au General Accounting Office (GAO), informa les membres de la Democratic Minority du House Armed Services Commitee au sujet de Joint Vision 2020. Schuster expliqua que ce plan mettait aussi l’accent sur l’importance de l’expérimentation destinée à cerner les innovations en matière de conflit armé.


Un détachement spécial des commandement US interarmées du DoD (ministère de la défense) et les Chefs d’Etat Major poursuivent leurs investigations et recherchent les moyens de déployer un armement électronique capable de détruire n’importe quelle opposition dans le monde, d’ici 2020. Schuster confirma les commentaires de Kucinich :

En 1998, le commandement interarmées US entreprit un programme conjoint d’expérimentation de nouveaux concepts de guerre en soutien du plan Joint Vision 2020.

HAARP est géré conjointement par l’US Navy et l’US Air Force et constitue un élément clef de la stratégie de Joint Vision 2020. Un plan de programmation, le HAARP Joint Service élaboré en février 1990 par le laboratoire de géophysique de l’Air Force et le Navy’s Office of Naval Research, expose les applications militaires du plan. Ce document indique, entre autres choses, que HAARP sera utilisé pour générer des ondes de très basses fréquences pour la communication avec les sous-marins en plongée et d’éventuelles applications de guerre météorologique, ainsi que dans des tentatives de tirer parti des processus ionosphériques naturels en utilisant l’ionosphère comme réflecteur d’un flux énergétique destiné à la surface terrestre.


Expériences de rebond lunaire avec HAARP


Les Russes et certains alliés européens s’inquiètent de ce que les expériences militaires US, qui consistent à concentrer de fortes doses d’énergie à haute fréquence dans des buts militaires, pourraient déclencher des séismes. En avril 1992, "Defense News" rapporta que les US avaient utilisé une arme à pulsion électro-magnétique durant l’opération Tempête du Désert. (Fitrakis. 2002).

Le chercheur Guy Cramer fit entendre que le dispositif HAARP pourrait être utilisé pour réfléchir des signaux mortels à partir de l’ionosphère et aussi de la Lune vers des cibles à terre, provoquant des explosions assez fortes pour rendre inutiles les armes nucléaires tactiques. Le signal de 3000000.000 watts émis depuis l’Alaska peut rebondir sur la Lune pour revenir sur pratiquement n’importe quel point de la planète, en surface ou sous le sol, avec irradiation calorifique. Comme cela n’entraîne aucune contamination, on peut ainsi détruire des cibles secrètement, en attribuant les effets à des causes conventionnelles ou à l’action des Forces Spéciales. Le dispositif peut aussi être utilisé pour détecter les installations souterraines par pénétration photographique ou radar de profondeur, autant que pour l’usage conventionnel de radar transhorizon. Pour neutraliser ou pénétrer une cible, la haute atmosphère est chauffée de manière à créer un réflecteur virtuel pour le signal. Cramer suspecte que des expériences de rebond lunaire ont été menées depuis 1998, en utilisant une technique pratiquée depuis 1950 par les radioamateurs. Un dispositif similaire installé au centre de l’Australie permettrait d’atteindre des cibles inaccessibles depuis l’Alaska, aussi bien dans les hautes que dans les basses fréquences.

Vers la fin de 1998 et au début de 1999, le groupe ELFRAD a détecté une fréquence quotidienne de 9 à 95 hertz (pulsations/sec.). La longueur d’onde de cette fréquence était d’environ 319877 km. La distance de la Lune est assez proche de ce chiffre. Le signal semblait être cohérent, émis à partir d’une source inconnue environ à la même heure tous les jours, sauf les week ends. Le signal était assez puissant pour générer sa troisième harmonique de 2,81235 Hz...

Un signal d’ultra basse fréquence (ULF), fin 1998 à début 1999, d’une source inconnue, ne se produisant que les jours ouvrés, assez puissant pour engendrer une onde de troisième harmonique, à montée rapide et désintégration lente, plus facilement repérable par les magnétomètres situés dans le nord et d’une longueur d’onde correspondant à peu près à la distance de la Lune ? Quelle peut bien en être la cause, sinon HAARP ou un dispositif similaire, situé au nord et envoyant des signaux se réfléchir sur la Lune pour revenir sur Terre ? (Cramer 2001).

La voix de la planète : la résonance de Schumann
et ses rapports avec l’être humain (..)


Champs Electro-Magnétiques, conscience et ADN


Il est essentiel de poursuivre la recherche sur ces relations électromagnétiques, car peut-être que la survie de notre espèce psychophysique en dépend. Elles affectent notre mental, la structure génétique et cellulaire de notre corps, nos cycles de sommeil et de rêve, nos émotions et peut-être même de notre esprit. Il faut poursuivre la surveillance et le relevé des effets de ces actions sur l’atmosphère et de leur influence potentielle sur l’ionosphère et la RS, et donc sur le cerveau humain et la santé. Nous approchons de la fin d’un cycle de taches solaires et devrions consacrer un cycle complet de 11 années à récolter des résultats précis de données, comme le suggérait Hainsworth (Miller & Miller, 2002-2003).


Divers chercheurs et physiciens sont en train de rassembler des données pertinentes sous les auspices du Journal of Non-Local and Remote Mental Interactions (JNLRMI) (voir site Internet http://www.emergentmind.org), édité par le scientifique Lian Sidorov. Une des hypothèses majeure de ce groupe est que les champs EM extérieurs au corps sont cruciaux pour notre conscience. Matti Pitkanen a mis au point un modèle physique appelé Topological Geometrodynamics (TGD), qui met en lumière la relation étroite entre la physiologie humaine et la RS ainsi que d’autres schémas ELF et électromagnétiques.

Pitkanen pense que le champ magnétique terrestre n’est pas le seul facteur déterminant de la vie consciente, il cite aussi les champs interplanétaires et interstellaires. Ses démonstrations font référence à l’existence de canaux de flux magnétique, composante du champ magnétique mondial, qui se comporte comme un dipôle électrique. Une large gamme d’ondes EM, en particulier les micro-ondes et les ondes radio, joue probablement un rôle clef dans l’homéostasie, dans l’ensemble des interactions mentales à distance entre les cellules et d’autres structures et la représentation sensorielle, ainsi que dans les télé-interactions mentales à la fois dans et hors du corps. Il explique que le niveau de bruit du champ magnétique terrestre doit être assez bas pour permettre l’ESP (la perception extrasensorielle). Il y a plusieurs décennies, Alan Frey avait évoqué des notions de champ similaires, désignant en particulier ta gamme des micro-ondes. Ces champs EM ne sont que corrélatifs à la conscience. Toutefois, le modèle TGD permet d’assigner au champ corporel de quelqu’un une identité quantique de champ topologique. Pitkanen suggère aussi que ces champs et ondes ont une influence lorsque les systèmes biologiques exécutent des processus quantiques analytiques. Son approche biophysique indique que les circuits neuraux et les molécules sont liés par des mécanismes de verrouillage par ce processus de circulation magnétique (champs magnétiques dipolaires topologiquement quantifiés).

Pitkanen considère même le champ magnétique terrestre comme une interaction de champ magnétique dipolaire quantifié de nouage, de liaison et de torsion complexe. Le TGD perçoit le cerveau et le système nerveux comme l’organe sensoriel de notre moi électromagnétique étendu, qui possède une échelle de grandeur au moins égale au diamètre terrestre. Il ajoute que les phénomènes psi et les guérisons à distance pourraient impliquer le transfert de fréquences électromagnétiques spécifiques par les "wormholes" [Ndt : notion propre à la cosmologie, litt. "trous de vers" ; voir théorie des univers jumeaux] à longueur de Plant et par les effets frontières postulés par le TGD, ce qui permettrait le transfert quasi-instantané de l’information. L ’hypothèse du canevas sensoriel magnétique (MSC) décrit un mécanisme permettant de "partager les qualia" [Ndt : "qualia" = aspects phénoménaux de notre vie mentale ; "quale" au singulier] associés à des points distants sur la sphère géomagnétique, essentiellement une forme d’imbrication cognitive entre l’opérateur et la cible... Un des avantages évidents du TGD par rapport à d’autres modèles de transmission subtile d’énergie est que les champs EM ne sont pas directement portés de l’émetteur à la cible, mais sont générés simultanément en chaque lieu par un courant (géométrique) de vide : ainsi demeurent-ils cohérents en évitant le paradoxe de la non atténuation sur la distance... L’illusion de notre localisation est renforcée par les données que nous apportent nos sens, c’est-à-dire les perceptions auxquelles nous sommes accoutumés à prêter attention. (Sidorov, 2002).

D’autres recherches suggèrent que l’interaction fondamentale des champs externes et internes constitue la bonne voie. Joseph Jacobson (2002), du MIT, a trouvé un moyen de connecter et déconnecter des cellules avec les ondes radio. Son équipe a aussi "dézippé" et manipulé l’ADN avec des impulsions de radiofréquences. Le même procédé fonctionne aussi avec les protéines et celles-ci gouvernent presque tous les processus chimiques cellulaires.

D’autre part, le physicien Peter Gariaev a proposé un génome fondé sur les ondes, dont le canal d’information principal est le même pour les biophotons et les ondes radio (cf. http://www.emergentmind.org). En 1973, Miller et Webb décrivirent l’ADN comme un projecteur holographique (cf. Embryonic Holography, 2002). En d’autres termes les gènes sont encodés et se manifestent via la lumière et les ondes radio, ou l’holographie acoustique (cf. Miller, Miller et Webb : Quantum Bioholography, 2002). Des schémas d’interférence délocalisés créent des champs d’étalonnage (schémas directeurs) pour l’organisation spatio-temporelle de notre corps. Le système fonctionne comme un bio-ordinateur à ondes. L’ADN peut aussi fonctionner comme un cristal liquide colloïdal émettant une faible lumière de type laser qui peut être convertie en un signal électroacoustique.

Biosystèmes, Résonance de Schumann et perceptions extra sensorielles Pour conclure, Miller et Miller, ainsi que d’autres, postulent que :

Des champs électromagnétiques complexes déterminent l’organisation de tous les systèmes biologiques. Fondamentalement, nous sommes des êtres électromagnétiques plutôt que chimiques. L’interaction ondulatoire est la clef qui détermine la structure biologique et son fonctionnement optimal. Les biosystèmes sont sensibles aux champs électromagnétiques naturels et artificiels. Les perturbations des champs de l’environnement peuvent induire des changements dans les organismes que ces champs informent. Les fréquences et amplitudes de champs affectent notre état bio-dynamique.

Les fréquences ELF de la Résonance de Schumann sont intimement liées à celles des ondes cérébrales humaines. Des changements induits naturellement ou artificiellement dans la RS pourraient affecter de manière subtile, voire forte, la génération des ondes cérébrales. En particulier, cela pourrait conduire à des changements de schémas de fréquences de résonance et aux phénomènes qui en résultent tels que l’homéostasie, les REM, la psi et la guérison.

Pendant une dizaine d’années, Robert Beck... fit des recherches sur l’activité des ondes cérébrales des guérisseurs de toutes cultures et religions, (il énumère les médiums, les chamans, les radiesthésistes, les guérisseurs chrétiens, les voyants, les lecteurs d’ESP les praticiens de Kahuna, Santeria, Wicca et autres), qui, indépendamment de leurs systèmes de croyances, manifestaient "des signatures EEG quasi identiques" au moment de leurs actions de "guérison" : une activité d’ondes cérébrales de 7,8 à 8 Hz, qui durait d’une à plusieurs secondes et qui était "synchronisée en phase et en fréquence avec les micro-pulsations géo-électriques de la Terre ; la RS". (Sidorov, 2001). Les cristaux liquides (l’ADN, les ventricules cervicaux et les structures cellulaires) du corps humain peuvent fonctionner comme des antennes qui détectent et décodent les signaux ELF globaux et locaux. Beal (1996) suggère que les cristaux liquides (qui sont des éléments intrinsèques des membranes cellulaires) agissent comme des mécanismes de détection, amplification et mémorisation pour les schémas ELF EM de l’environnement. Les protéines tendent à s’orienter selon le EMF (champ électromagnétique) résonnant à 10 Hz et seraient donc très sensibles aux changements d’ELF dans cette gamme. Un champ d’ondes cohérent peut émaner de la matrice de cristaux liquide (LC) du corps.

La structure propre et l’organisation des tissus vivants sont cependant gouvernées par la molécule clé qu’est l’ADN. Le système génétique (qui, pour être plus précis, est constitué d’une fonction de translation equidirectionnelle qui peut partir aussi bien de l’ADN de l’ARN que de la protéine) s’avère être un code complexe, multidimensionnel avec des matériaux (nucléotide) à la fois locaux (codon) et globaux (contexte) et des paramètres de champs (hologramme EM), tous interdépendants et également sujets aux influences externes de l’environnement. (Sidorov, 2002).

Il existe un rapport étroit entre les désordres du comportement humain et les périodes de perturbations solaires et magnétiques.

Réciproquement, des études ont montré que des sujets qui vivent assez longtemps isolés des rythmes électromagnétiques développent des irrégularités croissantes et des rythmes physiologiques chaotiques. Ceux-ci sont rétablis de façon spectaculaire par l’intervention d’un faible champ électrique de 10 Hz. Les premiers astronautes en furent victimes jusqu’au moment où des générateurs RS furent installés dans les vaisseaux spatiaux.

Les anomalies géomagnétiques (tensions tectoniques, earthlights, perturbations du champ géomagnétique) peuvent induire certaines formes de perception paranormale, telles que des hallucinations visuelles et auditives, et les TLT (transitoires du lobe temporal, ou attaque légère).

Aussi, un des effets de la méditation est de" "calmer l’esprit" c’est une méthode permettant d’installer le "libre cours" (ou périodes de silence thalamique) et d’être entraîné par les rythmes géophysiques naturels. Cette forme d’accord ou de "magnéto-réception" est relayée par la glande pinéale (30% de ses cellules sont sensibles au magnétisme) et les tissus organiques contenant de la magnétite.

Persinger (1989) fait observer que l’activité profonde du lobe temporal existe en équilibre avec la condition géomagnétique globale. Lorsqu’il y a une brusque diminution de l’activité géomagnétique, il semble se produire une majoration des processus qui facilitent la perception psi, particulièrement la télépathie et la clairvoyance. Les augmentations de l’activité géomagnétique peuvent réduire le niveau de mélatonine de la glande pinéale et contribuer à réduire les seuils d’attaques corticales. En fait, la mélatonine est en relation aVec les désordres du lobe temporal tels que les dépressions et les attaques. (Krippner 1996).

Les conditions ELF globales optimales (nuit calme, faible activité solaire, faible pollution EM) peuvent faciliter les perceptions paranormales, y compris psi telles que ESP, vision et guérison à distance.

La psi est toujours présente dans l’espace et le temps, attendant d’être activée par une crise, par l’émotion ou par des paramètres de stimulus optimaux en laboratoire. L’activité. géomagnétique est susceptible d’affecter la capacité de détection de cette information par le cerveau, particulièrement les chemins neuraux qui facilitent la consolidation et l’accès conscient à cette information. En l’absence de cette activité géomagnétique, l’éveil au stimulus psi serait moins probable et les "capacités de réserves latentes" du cerveau ne seraient pas utilisées. (Krippner 1996).

Sidorov (2001) et d’autres ont suggéré que l’intention humaine fonctionne comme une fenêtre variable de transmission/réception dans l’échange d’information extrasensorielle, peut-être dans la gamme des fréquences ELF électromagnétiques. La synchronisation cérébrale de l’émetteur et du récepteur avec la RS facilite la psi ou "l’entraînement thérapeutique", amplifiant, ré-émettant des formes d’ondes cohérentes dérivées de l’environnement, imitant le schéma d’ondes de l’environnement. Sidorov avance l’hypothèse suivante : Les ondes cérébrales (particulièrement dans la gamme alpha) peuvent être transmises via le système périneural (ou via l’excitation de Frohlich) vers n’importe quelle zone éloignée du corps, et même vers des organismes adjacents, par les ondes EM ELF Ces fréquences peuvent être amplifiées par des ondes RS voisines ou par un mécanisme de feedback typique des chemins physiologiques du corps (semblables aux cascades immunologiques et neuro-endocrinologiques). À leur tour ces fréquences de base peuvent réactiver les processus de guérison interrompus, favoriser la croissance, accélérer les réponses immunitaire

s et en général provoquer le démarrage des fonctions inhérentes aux tissus corporels en "rééquilibrant ses énergies" (selon la médecine orientale) ou (dans la terminologie de Real) en reconfigurant l’orientation des cristaux liquides des composants des membranes cellulaires et en déclenchant ainsi des réponses intracellulaires spécifiques. (Sidorov, 2001).

Nous émettons l’hypothèse, avec Pitkanen et Sidorov, que la RS pourrait être le substrat d’un mécanisme de perception extrasensorielle de type radar commun à tous les êtres vivants. De même que l’eau bondissant sur les rochers ou sur tous objets submergés, cette fréquence non-spécifique est absorbée et ré-émise en schémas interférentiels uniques propres à chaque objet rencontré.

Ce schéma d’interférence est un composite de propriétés externes et internes, puisque les atomes et molécules les constituants ainsi que leur assemblage global retransmettent tous cette énergie selon leurs configurations spécifiques. Non seulement cela, mais les "ondes de sonde" peuvent être modulées en fréquence et en forme de manière intentionnelle afin de fournir une information spécifique (schémas d’interférence). Décodées par le cerveau, elles reviennent quasi instantanément "sur le dos" de la RS. Une fois reprises, le cerveau décode le schéma. Dans cette transformation de type Fourier, l’information est traduite en données conscientes, de façon similaire à d’autres processus sensoriels.

Réciproquement, des effets spécifiques peuvent être empreints comme bio information et "produire une action mystérieuse à distance" lorsque le signal arrive à destination. Sous de bonnes conditions globales (préalables), le schéma peut, à son tour, éviter la dissipation usuelle et s’accoupler à l’onde stationnaire dominante (état de conscience") qui est saisie et portée par la RS.

L’intention mentale peut fonctionner comme une fenêtre variable de transmission/réception dans l’échange d’information extrasensorielle. Accordée à la RS, elle peut porter à des cibles lointaines une telle information et fonctionner comme un interface primitif de type radar. Tout ceci et d’autres mécanismes dépend de ce que les fréquences RS demeurent dans leur gamme médiane, en harmonie avec nos ondes cérébrales.

À l’issue de près de huit décades d’EEG et autres études d’imageries du cerveau, nous sommes contraints d’admettre que nous ne pouvons toujours pas préciser avec certitude d’où proviennent les voltages de l’EEG. Becker ; 1985, pg.88)...

Il est concevable que le système périneural selon Becker ou la matrice LC de l’organisme (incluant, sans limitation, les tissus conjonctifs, les membranes cellulaires et IWN) pourrait fonctionner comme un réseau de récepteurs sensoriels du corps entier pour le canevas de signaux sensoriels magnétiques de Pitkanen, avec encodage spécifique de schémas d’excitation pour différents types d’information... Les réseaux de cristaux liquides omniprésents du corps et leurs possibilités de configurations quasi infinies en font des candidats de premier plan pour constituer les récepteurs sensoriels primaires que la parapsychologie espère trouver.

On peut même concevoir que les propriétés de conjugaison de phase de l’ADN (Popp et Chang, 1998) leur confèrent un fonctionnement d’antenne multi-mode, modifiant leurs fonctions selon les champs de signaux environnants et peut-être en agissant non seulement comme un programme régulateur mais aussi un élément de perception "extrasensorielle". (Sidorov, 2002).

HAARP : une menace pour l’humanité et la planète

Les humains que nous sommes possèdent des potentialités extraordinaires que nous avons à peine commencé à étudier et encore moins à comprendre. Des dons de créativité, d’intuition et des talents imprévisibles ou émergents pourraient se stabiliser chez les générations futures. On peut espérer que nous pourrons comprendre notre provenance d’un environnement essentiellement électromagnétique et développer notre potentiel de guérison, de croissance et de communication à distance. Les sommes d’argent faramineuses ont été dépensées pour HAARP et les projets associés (tels que "Star Wars", programme de défense antimissiles), sans que le moindre budget complémentaire soit affecté à l’étude des dangers potentiels. Le coût en dollars et en vies humaines pourrait être stupéfiant comparé aux avantages supposés que pourraient offrir de tels programmes. Durant des millénaires, la RS a donné la mesure régulatrice de la vie sur la planète, notre battement de cœur planétaire qui marque le tempo de la santé et du bien-être.

Mais aujourd’hui, selon la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements de Climat (UNFCCC), signée en 1992 au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, le cœur même de la planète est en danger. L’ONU a condamné l’utilisation hostile de techniques qui modifient l’environnement ou interviennent dans la dynamique, la composition ou la structure de la Terre, y compris ses biotopes, la lithosphère, l’hydrosphère, l’atmosphère ou l’espace extérieur.


Alors pourquoi, méprisant la Convention ENMOD de 1977 ainsi que sa propre charte, les Nations Unies ont-elles décidé d’exclure de leur ordre du jour les changements climatiques résultant de programmes militaires ?


En février 1998, le Comité des Affaires Étrangères, de la Sécurité et de la Politique de Défense du Parlement Européen tint une audience publique à Bruxelles sur la question de HAARP. La "Motion de Résolution " que le Comité présenta au Parlement Européen (document n° A4-0005/99, du 14 janvier 1999) contenait ces termes : Considère que HAARP..., en vertu de son impact étendu sur l’environnement, constitue une préoccupation mondiale et demande que ses implications légales, écologiques et éthiques soient évaluées par un organisme international indépendant... ; [le Comité] regrette le refus réitéré de l’administration des États-Unis... d’apporter des preuves à l’audience publique... concernant les risques pour l’environnement et le public du programme HAARP.

Cependant, la requête du Comité d’établir un "Livre Vert" sur "l’impact des activités militaires sur l’environnement" fut rejetée avec désinvolture sous prétexte que la Commission Européenne ne disposait pas de la juridiction nécessaire lui permettant de s’immiscer dans "les liens entre l’environnement et la défense". Bruxelles se soucia d’éviter un conflit avec Washington.

Bien qu’il n’y ait pas de preuves que HAARP ait été utilisé, les informations scientifiques indiquent que le programme est aujourd’hui entièrement opérationnel. Cela signifie que, potentiellement, HAARP pourrait être utilisé par les militaires US pour modifier sélectivement le climat d’une "nation inamicale" ou d’un "état dévoyé" dans le but de déstabiliser son économie nationale...

La "médecine économique" du FMI et de la Banque Mondiale, très documentée, imposée au Tiers-monde et aux pays de l’ancienne Union Soviétique a fortement contribué à déstabiliser l’agriculture domestique. De son côté, les financements de l’OMC ont soutenu les intérêts d’une poignée de conglomérats biotechniques dans leurs efforts d’imposer les semences génétiquement modifiées aux agriculteurs du monde entier. Il est essentiel de comprendre les liens entre les processus économiques, stratégiques et militaires du Nouvel Ordre Mondial. Dans ce contexte, les manipulations climatiques par le programme HAARP (accidentelles ou délibérées) exacerberaient ces changements en affaiblissant les économies nationales, en détruisant les infrastructures et en menaçant de faillite les fermiers sur de vastes régions...(Chossudovsky,2000).

Espérons que nous prendrons tous conscience de ceci avant que notre technologie ne conduise la planète si loin de son fonctionnement normal que la trajectoire de l’évolution humaine ne soit modifiée à jamais. il est donc plus que jamais important d’étudier aux niveaux les plus subtils les relations entre nos corps et l’environnement électromagnétique et leur interaction avec une technologie susceptible de changer la planète. il semble que l’humanité se trouve confrontée au pénible devoir de décider si l’ionosphère et la Résonance de Schumann seront sauvées ou détruites, si la "’Voix de la Planète" continuera ou non à chanter.

Références (..):

suite ici : http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10867


n355531413172_6739.jpg

Pour que le portrait de Salah soit sur le parvis
de l'Hôtel de ville, à Paris - Le 13 mars à Paris

Objet : Rdv le 13 mars à l'Hotel de Ville, à Paris

Lien de l'événement :

http://www.facebook.com/?ref=logo#!/event.php?eid=355531413172



Le samedi 13 mars, Salah Hamouri aura passé 5 ans en prison.

Ce jeune franco-palestinien a été condamné par un tribunal militaire israélien pour, selon ses accusateurs, avoir « envisagé » un attentat contre la personne d’un extrémiste de droite.

Aucune preuve.

« Un plaidé coupable », sous la menace de 14 ans de prison au lieu des 7 auxquels il sera condamné.

Le président de la République doit exiger sa libération immédiate, comme il le fait pour la plupart des autres prisonniers français à l’étranger.

Dans le même esprit, il doit recevoir la maman de Salah, Denise Hamouri, citoyenne française, donnant ainsi un signal fort en direction de l’Etat d’Israël.

Le 13 mars, en ce triste jour anniversaire, rassemblons-nous silencieusement, place de l’Hôtel de Ville, de 15 à 16 heures, pour adresser, dans sa prison, un message de solidarité à Salah Hamouri.



Tempêtes en France,
cet excellent commentaire d'Alain :


Xinthya, la tempête qui arrive à l'heure...

Le taux de probabilité de survenue des épisodes météorologiques étudiés évolue avec le temps, il est logiquement élevé à court terme, mais se réduit avec la durée. Aujourd'hui, la fiabilité des prévisions à 5 jours reste encore relativement aléatoire. Comme l'indiquent souvent les bulletins de prévisions, le taux de fiabilité des prévisions à 5 jours est de 3/5 ou 3,5/5, par exemple.
Différents services météorologiques ont annoncé, dès le lundi, trois tempêtes à venir dans la semaine.
Une première dans la journée du mardi, suivie d'une seconde le jeudi soir, et enfin la troisième, beaucoup plus puissante, prévue dans la nuit du samedi à dimanche.
La première, le mardi, annoncée donc le lundi, à 24h00, s'est avérée bien plus faible que prévue.
Idem, pour le second coup de vent, annoncée pour le jeudi.
Et pourtant, la troisième, Xinthia, est arrivée comme prévue le lundi, avec l'intensité prévue le lundi, et elle a suivi la trajectoire annoncée dès le lundi... Tout ceci est totalement incohérent.
Car, si les 2 premières tempêtes n'ont pas été confirmées dans les faits, cela signifie tout simplement qu'une divergence s'est présentée très rapidement entre les modèles mathématiques utilisés par les météorologues et les conditions réelles.
Et cette divergence ne pouvait que s'amplifier au fil des jours
Donc logiquement, et mathématiquement, la tempête de la nuit du samedi au dimanche n'aurait pas dû se dérouler comme annoncé dès le lundi.

Alors, comment est-il possible que ce phénomène soit survenu avec une telle concordance avec les prévisions?
Pour cela, il n'y a bien peu d'hypothèse à formuler, et nul besoin de puissants calculateurs pour en arriver à conclure....

Le déclenchement de la tempête Xinthia aurait-il été programmé, et sa trajectoire aurait-t-elle été contrôlée ?

Impossible ?
Délire paranoïaque ?
Et pourtant ne vous êtes vous jamais amusé à rediriger les rayons du soleil avec une loupe pour renvoyer un rayon à des dizaines de mètres, et éblouir quelqu'un où essayer d'enflammer un brin d'herbe à distance ?

En d'autres temps Nikolas Tesla vous aurait sans doute répondu que l'on pouvait imaginer de contrôler une tempête avec des ondes, et de les faire progresser, un peu comme certains sportifs jouent... au curling...

Nikola Tesla qui fut, notamment, l'inventeur du courant alternatif, des lampes à décharge, des transmission radio, des forages géothermiques, et de tant d'autres choses qui font aujourd'hui notre monde moderne

Mais, aussi de procédés techniques bien plus dangereux, notamment en utilisant les capacités de la ionosphère, et, ce que l'on a oublié, c'est qu'il avait déjà déposé des brevets pour cela...
C était il y a 100ans !

Alors, aujourd'hui, on vous parlera du danger des bombes thermonucléaires. C'est oublier que ces techniques, étaient restées totalement secrètes lorsqu'elles  furent utilisées pour la première fois, en 1945, il y a 65 ans...

Il y a 65 ans, il n'y avait pas de télévisions, de micro-processeurs, d'ordinateurs, d'écrans plats, de téléphones portables...

Alors, en extrapolant, essayons d'imaginer un instant les progrès technologiques que certains militaires ont pu faire depuis cette antique bombe atomique, et ce qu'ils pourraient être capables de faire aujourd'hui avec des émetteurs d'ondes de très grande puissance, des « miroirs » aériens artificiels, des satellites et des ordinateurs...

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages