19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 05:22

 

 

Article publié par moi sur mon blog officiel :

 

 

 

11-9-imposture.jpg ;;;

 

 

 

Tous  "conspirationnistes"  !

Par Chantal Dupille


 

 

"Conspirationniste" ! C'est la nouvelle accusation à la mode pour discréditer ceux qui mettent en doute les mensonges quotidiens des Médias.  C'est d'autant plus absurde que les  vrais complotistes sont les individus qui élaborent des plans politiques, ceux qui orchestrent les fameux "complots" contre les peuples, comme celui du 11/9 qui a permis ensuite de mettre en place des lois de plus en plus liberticides,  et de justifier toutes les juteuses guerres contre le "terrorisme"... tout en désignant un bouc-émissaire, arabe ou musulman, pour détourner la colère des victimes des politiques anti-populaires de leurs vrais auteurs, tout en Haut. 

 

Bref, tout est à l'envers : Ceux qui dénoncent les conspirations sont considérés comme des "conspirationnistes", et les vrais acteurs du Pouvoir  sont blanchis de toute intention élaborée et généralement malfaisante.

 

Or donc, peut-on imaginer que les politiques soient décidées au jour le jour, ou seulement le fruit du hasard ? Qui croira ces sornettes ? Les imbéciles, assurément. Tout individu un tant soit peu informé, ou lucide, éveillé, critique vis-à-vis des mensonges des Médias, se doute bien qu'on ne lui dit pas tout, qu'on lui cache des choses, et il cherche à comprendre le sens réel des événements. Il se met en quête de la vérité, tout simplement, et cette attitude l'honore - mais elle déplaît à ceux qui voudraient tant que l'humanité se laisse rouler sans s'interroger. .

 

Et si l'on s'interroge tant soit peu, on découvre alors que les politiques découlent inévitablement de plans pré-établis. Je n'en donnerai qu'un exemple, éloquent. Le Traité de Lisbonne en partie imposé contre l'avis des peuples par le sieur Sarkozy (à qui l'on doit aussi entre autres moult guerres atrocement néo-coloniales et la soumission de la France aux Anglo-Saxons et aux Sionistes), ce Traite de Lisbonne, donc, prévoit le rétablissement de la peine de mort non contre les assassins d'enfants ou de vieillards sans défense, mais contre les insurgés, c'est-à-dire contre les manifestants au milieu desquels des provocateurs se sont glissés. Et comme un "bonheur" ne vient jamais seul pour les peuples, Sarkozy, encore lui, s'arrangea à la fin de son mandat pour que désormais les Forces de l'Ordre puissent tirer à leur gré sur les manifestants. Charmant personnage ! Au goût des conspirationnistes, certainement. 

 

Or donc, un Chercheur de Vérité se demandera pourquoi de telles mesures. Lorsqu'il fait le rapprochement entre les politiques progressivement imposées aux peuples, à partir de la crise délicieusement préparée par le Cartel bancaire pour augmenter ses profits et faire accepter, ensuite, la dictature du Nouvel Ordre Mondial, le Chercheur de Vérité réalise que tout cela n'est pas gratuit, le fruit du hasard, mais au contraire soigneusement élaboré. En effet, les Concepteurs des plans politiques se doutaient bien que le racket planétaire des populations (avec à la clef le chômage, des salaires et des retraites en berne, le démantèlement des services publics et des protections sociales comme du droit du Travail...) et la perte de la souveraineté des Nations, ne feraient pas bondir de joie les peuples, mais les pousseraient plutôt à la contestation et à la révolte. Et comme ces Concepteurs ne sont pas sots et voient loin, ils ont élaboré à l'avance un Traité mettant en coupe réglée les Européens, et en même temps prévoyant la répression de toute contestation. Personne ne croira en effet que le rétablissement de la Peine de Mort pour les "insurgés" est le fruit du hasard, mais plutôt d'une combinaison astucieuse pour que les assassins des peuples et des Nations puissent continuer leurs forfaits tranquillement, en toute impunité.

 

Et que dire des guerres ou des Révolutions de Couleurs se suivant à un rythme accéléré ? Sans hasard, elles visent toujours les pays non alignés sur les diktats de l'Occident, comme la Yougoslavie, puis la Georgie et l'Ukraine, puis l'Irak, la Libye, la Syrie, et maintenant le Liban, en attendant les gros morceaux iranien, russe et chinois. Et voyez comme tous ces plans (certains parlent de "complots", de "conspirations" contre les peuples) sont bien conçus : Ainsi, grâce à la Libye du socialiste Kadhafi domptée, les amis islamistes de l'Occident machiavélique ont pu facilement pénétrer en territoire syrien, et maintenant en terre libanaise, et lorsqu'à son tour la Syrie sera broyée par l'OTAN et les fanatiques du Qatar ou de l'Arabie saoudite, elle servira à son tour de rampe de lancement contre l'Iran. Et tout s'enchaînera parfaitement, et tout sera pour le mieux dans le pire des mondes. Sauf que le peuple syrien (presque entièrement derrière Bachar-el-Assad) résiste, appuyé par Russes et Chinois également partisans d'un monde multipolaire, libre, pas asservi à l'Occident promoteur du Nouvel Ordre Mondial chanté tant par les Sarkozy que par les Attali ou par les DSK et les BHL de tous poils. Bref, voilà un grain de sable qui rend enragés tous les Fabius acharnés à la perte de la Syrie pour l'offrir aux supporters du grand Israël et à leurs amis anglo-saxons.

 

Mais voyons, tout cela est pure conjecture ! Vraiment ? Les faits parlent d'eux-mêmes, même si les Plans n'apparaissent que plus tard, bien plus tard... trop tard ! Comme en Irak, accusé de détenir d'imaginaires armes de destruction massive,  et aujourd'hui ruiné, dépecé, désagrégé, pillé, comme en Libye et pour le plus grand profit des proclamés "bienfaiteurs" atlantistes et sionistes.

 


 

conspirationnistes.jpg

 

 

 

Alors, politiques improvisées,

ou plans soigneusement élaborés ?


 

Celui qui pense qu'il n'y a rien de gratuit ni d'innocent, et qui refuse les mensonges des Médias aux ordres, se voit gratifié du titre de "conspirationniste", et généralement, aussi, des titres de "bruns-rouges" et d' "antisémites". Tant qu'à faire, plus la charge est grosse, plus elle passe ! Si on gratte tant soit peu, par ex pour des gens comme moi qui ont une mère plus juive que russe orthodoxe, et qui ont toute leur vie dénoncé fascisme et racisme (§), l'accusation manque d'imagination ! Mais tout est bon, vraiment tout, pour discréditer tout questionnement, toute recherche de la vérité, toute voix discordante ! En démocratie occidentale proclamée "irréprochable" à qui veut l'entendre, il ne fait pas bon être dissident. Les René Balme (Front de Gauche), Michel Collon (PC), ou les François Asselineau (UPR), en savent quelque chose ! Le délit d'opinion est la chose la plus répandue en Occident, et pas besoin d'aller en Russie pour cela ! Il suffit de regarder du côté du Patriot Act de nos grands donneurs de leçons de démocratie, pour se convaincre qu'ils feraient mieux de se taire.

 

R-sistons vidéo 7. En 1982, eva interviewée par un journaliste-producteur de FR3, 3 mn

(§) (.. racisme, fascisme)

 

 

Et les Clubs, alors ? Skull and Bones, par ex, c'est juste une réunion de charmants étudiants jouant avec crânes et squelettes ? Et Bilderberg ? Eh oui, les individus les plus puissants se réunissent dans des Clubs comme Bilderberg pas pour faire des galipettes et boire un bon coup, mais pour discuter des affaires du monde, et surtout, surtout, de la manière de préserver leurs intérêts. Nier cette évidence est une stupidité !  Les décisions engageant l'avenir de l'humanité sont prises en comité restreint, discrètement § et rarement ébruitées surtout grâce au concours zélé des Médias muets quand il le faut, et furieusement bavards et staliniens dans la plupart des circonstances surtout en période de guerre. Et le bon peuple gobe tout, à partir du moment où il a son pain et ses jeux de préférence olympiques (de plus en plus lucratifs pour les organisateurs et les sportifs, d'ailleurs).

 

En tous cas, dans le monde entier on se gausse des événements du 11 septembre, sauf dans la France depuis Sarkozy désormais crifienne, où toute contestation du Mensonge établi est assimilé à un crime de lèse-Majesté. Reste qu'il suffit de voir que ce sont les Architectes des fameuses Tours (qui se sont sagement effondrées, de l'intérieur, sans faire de dégâts alentour - il s'agit quand même des beaux quartiers, de la haute Finance en particulier) qui dénoncent le plus la fable des attentats d'Al Quaïda, entité d'ailleurs créée par la CIA (le monde est petit, tout petit, quand on veut bien l'observer). On ne se demande pas pourquoi :  Ils ont conçu les plans des Tours, ils savent de quoi il en retourne.  Et tout cela s'est effondré comme il faut, au moment où il le fallait, pas sous le choc de deux petits avions pilotés par des amateurs. La fable est aussi grosse que celle des armes de destruction massive de l'Irak, ou de la prétendue menace de l'Iran que Tel-Aviv rêve de rayer de la carte.

 

R-sistons Vidéo 2 : La grenouille Sarkozy qui voulait être aussi grosse que le boeuf

 

Or donc, en conclusion je dirais que si nous ne voulons pas finir comme la grenouille lentement rôtie puis brûlée sans même s'en apercevoir, il serait temps, tous, de nous réveiller. D'ouvrir les yeux, de chercher - la vérité, naturellement, derrière les bobards quotidiennement balancés par les larbins dans les médias ou au Gouvernement - ,  bref d'être de parfaits conspirationnistes, se riant des mensonges et propageant partout le fruit de nos patientes recherches sur les prétendues politiques "nécessaires", "démocrates", "humanitaires", "en faveur de la paix", etc.  Nous avons le devoir de chercher à comprendre le sens réel des événements,  tant pour nous-mêmes que pour nos descendants. Etre soi-disant "conspirationnistes", perspicaces, zélés pour la vérité, sera notre Honneur d'être humains.

 

Et disons-nous que si aujourd'hui une personne est affublée du titre de "conspirationniste, de brun-rouge, d'antisémite", c'est qu'elle est sur la bonne voie : Celle de la Vérité, Vérité sans laquelle ni la Justice ni la Paix ne sont possibles. Ce sont en tous cas mes seuls combats.

 

Alors, oui, avec joie, avec zèle, avec courage, avec détermination, avec fierté, soyons tous "conspirationnistes", de vrais militants pour la Vérité ! Et au diable les menteurs, les bernés, et les esclaves du Système Totalitaire élaboré par Londres, Washington et Tel-Aviv !

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com/


 

§ Au jeu de la discrétion, Israël est passé maître car cette entité est en réalité derrière la plupart des événements, elle est toujours prête à déstabiliser les pays comme la Syrie ou maintenant aussi le Liban, en toute discrétion. Les Médias à ses ordres n'ébruitent aucune de ses actions malfaisantes. Et que dire de Sa très Gracieuse Majesté ? Elle sort de ses multiples chapeaux les décrets les plus contraires aux intérêts des populations, comme la déportation des habitants de l'Ile de Diego Garcia devenue la plus importante base militaire de l'Organisation Terroriste Anti-Nations, l'OTAN. Et ce sont les financiers de la City qui eux aussi en toute discrétion, décrètent les guerres mondiales sous des prétextes abracadabrants (Assassinat d'un Archiduc, par ex, avec à la clef le sacrifice de millions de jeunes soldats, entre autres). Ou encore, les décisions des sinistres néoconservateurs de la Maison Noire à Washington, prises en petit Comité et non sur la place publique ou des Parlements, et ensuite imposées sous couleur du Bien, de la défense de la démocratie, des populations, de la paix, etc.

 

Au fait, le Gouvernement Bush, et tous les autres à sa suite, n'ont-ils pas imputés moult attentats et complots aux membres d'Al Quaïda ? Là, les Médias ne les ont pas traités de "conspirationnistes". Ce mot n'est réservé qu'à ceux qui dénoncent les conspirations, les complots (moi j'appelle cela les "Plans") des Maîtres du Monde, "bien" nés, trop "bien" nés, ou possédant des coffres-forts leur permettant de tout orchestrer, comme Bill Gates et ses fameuses campagnes de vaccination alors qu'il proclame qu'il y a trop d'habitants sur terre et que les vaccins sont de plus en plus sources d'interrogations... pour ne pas dire d'inquiétudes.

 

Joli, joli monde, vraiment ! Heureusement qu'il y a les pseudos "conspirationnistes", les chercheurs de Vérité, pour démasquer les mensonges ! (Ch. D.)

 

 

//coeurdetoile.wordpress.com/

 

accusé de conspirationnisme

 

Appel à faire cesser l’agression contre la Syrie et à refuser la participation de la France à celle-ci.

 

À TOUS LES FRANÇAIS


.
Nous sommes aujourd’hui l’objet d’une longue et importante campagne médiatique qui nous abreuve de mensonges à propos de la Syrie. Cet acharnement des médias de la pensée unique a pour but de nous faire accepter la participation de la France à une agression criminelle contre un pays souverain, qui fut longtemps un pays ami et que nous avons aussi, autrefois occupé sous mandat de la SdN. Cette agression que subissent déjà l’Etat-nation et le peuple syrien, viole les lois internationales, les traités signés par notre pays, notre constitution et nos lois.


Comité Valmy
Dimanche 19 Août 2012


Appel à faire cesser l’agression contre la Syrie et à refuser la participation de la France à celle-ci.
Ainsi :

Comment qualifierait-on, en France, l’appui que donneraient l’Allemagne, la Suisse ou l’Espagne par exemple, par la mise à la disposition de bases, d’armements, d’argent, de munitions, de matériel de communication, de service de propagande sans nuance, à des groupes armés et fanatisés, ces groupes attaquant notre gendarmerie, notre police, détruisant à l’explosif les trains, les aéroports, les lignes électriques, assassinant fonctionnaires, journalistes, élus, choisis sur critères ethniques ou religieux ? Que diraient les Etats-Unis si le Canada ou le Mexique se livraient contre eux à des attaques semblables ?

Qui est tué en Syrie ? La moitié des morts estimées entre 17 et 20.000 par les occidentaux appartiennent aux forces gouvernementales, dites de « répression ».

Le seul correspondant accepté par nos journalistes et les médias en France, leur source unique concernant la situation en Syrie est une officine partisane (une seule personne en réalité) pilotée par les services secrets britanniques, l’autoproclamé « Observatoire Syrien des Droits de l’Homme ».

Comment qualifiait-on chez nous pendant l’Occupation la radio et les journaux inféodés à l’ennemi du peuple et de la nation ? « Radio Paris est allemand ».

Même si, et beaucoup d’entre nous ont conscience que ce n’est pas le cas, Bachar Al Assad était bien le dictateur affirmé par les médias du système, les Syriens qui refusent l’agression de leur pays souverain par des hordes étrangères seraient-ils pour autant des suppôts de cette prétendue dictature ?

La France et l’Angleterre sont entrées en guerre pour défendre la Pologne de Pilsudski, qui coopérait juste avant avec Hitler ; les millions de personnes qui ont dénoncé les guerres US contre l’Irak soutenaient le peuple irakien agressé et pas nécessairement Saddam Hussein.

Comment ose-t-on parler de « la communauté internationale », comme si elle était unie ou majoritaire, alors que les réunions organisées par l’OTAN et les émirats et rassemblant de pseudo « amis de la Syrie », concernent moins de population que la dernière réunion de Téhéran, le jeudi 9 août 2012, où plus de la moitié de la population mondiale était représentée ? Cette majorité des peuples, n’en déplaise aux pseudos « humanitaires » ou aux « bobos de gauche ou de droite », dénonce l’alliance agressive de l’OTAN, des euro occidentalistes, du Japon avec des émirs et djihadistes du Proche-Orient. Les peuples prennent conscience du risque grandissant de guerre mondiale qui ne pourrait être que nucléaire. Ils n’acceptent plus les guerres d’agression déclenchées sous des prétextes aussi divers que mensongers comme en Irak, Afghanistan (il n’y eut aucun ultimatum ni déclaration de guerre), Yougoslavie, Côte d’Ivoire, Libye, et qui aujourd’hui avec la Syrie servirait de détonateur à une conflagration généralisée.

Si la France officielle installée dans une logique de guerre et qui déjà soutient de différentes manières l’agression extérieure, notamment en fournissant des armements et des spécialistes aux extrémistes aux origines diverses, franchissait le pas de la guerre ouverte que certains réclament dans ses rangs, alors nous nous trouverions du mauvais coté, celui des fauteurs de guerre que nous imposent les politiques, les journalistes et les « élites » autoproclamées qui monopolisent le pouvoir au détriment de la souveraineté populaire.

Nous, organisations et citoyens d’horizons divers, de sensibilités différentes, estimons avoir le devoir d’alerter sur le péril imminent qui menace non seulement l’honneur et les valeurs de la France, les principes de notre République, mais également, au-delà, notre sécurité, notre vie et celle de nos enfants. Au nom de la paix et du respect de ces valeurs, nous demandons que cesse cette agression contre la Syrie, afin de briser l’engrenage d’une nouvelle guerre mondiale, que seuls les peuples peuvent empêcher.


Cet appel ouvert à la signature des citoyens qui souhaitent contribuer à cette initiative, est initié par le Bureau national du Comité Valmy ainsi que par des personnalités et des militants d’organisations et de sensibilités diverses.
La liste des premiers signataires sera publiée ultérieurement.

Contact et signatures :
Claude Beaulieu
info@comite-valmy.org

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2760 http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2760

 

http://www.alterinfo.net/Appel-a-faire-cesser-l-agression-contre-la-Syrie-et-a-refuser-la-participation-de-la-France-a-celle-ci_a80393.html

 

 

.

 

 

Repost 0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 17:59
michelle jeune

 

 

Michelle MEYER ! J'avais été éblouie par sa personnalité lorsque je l'ai rencontrée à un Rassemblement international de Femmes écrivains § voici pas mal de temps, je l'avais retrouvée à Strasbourg, nos routes se sont ensuite éloignées (la belle Michelle est restée en Alsace, je suis allée dans le Sud), et le hasard qui fait souvent si bien les choses, nous a permis de nous retrouver récemment. Pour moi, avec délices... Découvrez cette femme extraordinaire ! eva

 

§ Je l'ai croisée, j'ai eu envie de la connaître, de l'approfondir, elle, elle seule... Les artistes se rencontrent toujours ! Son physique (qui aurait inspiré tout peintre), son talent, son intelligence, son humanisme, ses engagements notamment pour le Beau, la Justice, la Paix, j'ai tout aimé... un vrai coup de foudre, quoi !

Michelle Meyer - Wikipédia

 

Michelle MEYER, un destin à découvrir par tous, une grande dame de l'Edition engagée

 

.
Sur le blog politique de la talentueuse écrivain Michelle MEYER, comme moi humaniste et engagée contre les guerres :
. 
http://michellemeyerpol.canalblog.com/   

link

 

 

.

Le "cri" de Lucien Pons

sur Marianne (commentaire)

.

 

Je suis scandalisé et agacé par la déferlante en faveur de ces fameux combattants de la liberté qui ont déjà si bien opéré en Libye, en Irak et en de nombreux autres pays. Les forces du bien, islamo atlantistes répandent partout la bonne parole ultralibérale. Pour eux la liberté serait donc synonyme de malheur et de mort. Pour ces chevaliers des temps modernes, en fait pour ces chevaliers de l’apocalypse, l'émancipation passe par la charia.

Les femmes, ces créatures du mal, doivent se soumettre à l'autorité suprême de l’homme et accepter de se voiler sous la menace. La vague impressionnante de femmes voilées dans notre pays devrait nous faire réfléchir quant à la démarche de ces adeptes du libre marché. Pour eux, le communautarisme est un allié indispensable pour créer des métastases dans le corps social. Les alliés objectifs de la stratégie de choc, sont soutenus et armés en prêcheurs intégristes par les pires régimes du moyen orient. Dans les monarchies du Golfe, pas question de liberté, pas question de démocratie, ils ont écrasé dans le sang le printemps arabe du Bahreïn, sans susciter la moindre émotion parmi la caste bien-pensante occidentale. Monsieur Botul, alias BHL, n’a pas levé d’armée pour venir en aide à ces personnes éprises de liberté.

La manipulation mentale est une arme absolue, comme dans le meilleur des mondes on sacrifie aux rituels démocratiques tout en confisquant les vrais pouvoirs aux élus du peuple.


Nous devrions nous interroger sur la constance de l'alignement de notre politique étrangère sur les pires travers de l'alliance atlantique. Pourquoi ne parle-t-on pas de la sortie de la France du gouvernement intégré de l'OTAN? Pourquoi notre indépendance ne fait-elle pas parti des sujets offerts aux débats ? Pourquoi cette armée de supplétifs doit garantir la suprématie de l'empire américain partout dans le monde ? Je crois me souvenir que cette alliance a été crée au départ pour protéger chaque pays membre d'une agression extérieure. En quoi la Libye menaçait-elle un des pays de l'alliance? En quoi l'Irak, la Serbie, etc..., mettaient-ils en danger les intérêts vitaux d'un de ses membres?

Pour en revenir à la Syrie, j'en ai par dessus la tête de voir la presque totalité des média se transformer en officine de propagande en faveur du renversement du régime actuel.
La plupart des observateurs indépendants, la plupart des journalistes étrangers, mettent en avant la présence de groupes armés violents qui sèment la terreur, la désolation et la mort auprès de la population civile. La présence de mercenaires d'Al-Quaïda au sein de l’armée de libération de la Syrie est une information donnée par beaucoup de journalistes étrangers. Je vous invite à lire le reportage du journaliste britannique, Alex Thomson, concernant son expérience personnelle sur l’attitude des rebelles à propos des reporters étrangers utilisés à des fins de propagande. Son témoignage personnel, « Syrie : Journalistes envoyés à la mort par les rebelles (Channel 4) » par Alex Thomson.
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31374

Dans les grands média français, nos grands reporters se contentent de filtrer les informations et de répéter à satiété la litanie selon laquelle le président Bachar El Assad massacrerait sa population dans un accès de folie meurtrière.

Afin d'enfumer un peu plus le bon peuple on met en avant des fameuses ONG, telles "Human Rights Watch" ou bien le site pétitionnaire "Avaaz", afin de conforter les certitudes que nous devons tous avoir. Le seul problème est que ces belles officines sont des têtes de pont de la CIA afin de manipuler les opinions publiques à travers le monde. L'une d'entre elles a-t-elle déjà engagé une quelconque action en faveur des indignés du Québec, d'Espagne, d'Israël, ou d'ailleurs? Cherchez bien, la réponse est non. Le calme plat est la seule réponse envisagée dans ce cas.

Comment se fait-il que les média dominants ne cherchent pas à nous informer? Pourquoi leurs préoccupations sont-elles seulement bellicistes en faveur des lobbys du complexe militaro financier, états-uniens de préférence? La polémique autour du rôle de Thalès est éloquente dans l’article de Marianne. Thalès est un concurrent sérieux il convient de prendre sa place.

J'attendrais des grands média qu'ils m'informent.
J'attendrais des grands média qu’ils fassent des enquêtes sérieuses.
J'attendrais des grands média qu'ils n'essaient pas de manipuler les citoyens.
J'attendrais des grands média qu'ils agissent en faveur de la paix.
J'attendrais des grands média qu'ils favorisent les manifestations citoyennes en faveur de la paix dans le monde.

Hélas, rien de cela ne nous est proposé, seul un salmigondis de mensonges plus ou moins forts est servi en pâture au public, afin de le transformer en va-t-en-guerre.

Comment peut-on se plaindre encore que la grande presse va mal, que les citoyens délaissent les canaux officiels de l’information, tout en servant cette soupe de propagande quotidienne?

Les grands journalistes existent. Ils sont épris de l’éthique d’Albert Londres. Ils veulent informer, analyser, recouper, en un mot exercer leur métier normalement. Il est insupportable que les intérêts des oligarchies leur imposent le silence.

 

Posté par Lucien PONS le 16/06/2012 20:22

 

http://www.marianne2.fr/Syrie-malgre-les-massacres-le-commerce-des-armes-continue_a219677.html?com&order=2&start=20#comments

 

http://michellemeyerpol.canalblog.com/

 

.

 

Derniers messages
.

.

 

 

Le traitement médiatique de la guerre en Syrie

.

 

Iran versus USA

en termes de dangerosité !

jeudi 9 août 2012


Nos amis canadiens nous envoient ce tableau comparatif,

qui dresse la liste des pays attaqués par l’Iran et par les Etats-Unis,

avec le commentaire suivant :

"Un bon croquis vaut parfois mieux qu’un long discours"

 

 

 

Pays attaqués par des bombardements, des actes de sabotage

ou des tentatives de renversement des gouvernements

depuis la seconde guerre mondiale.

 


 

Iran_versus_USA_attaques_d_autres_pays-c


 

Score des attaques : Iran : 0 - USA : 51.


http://www.europalestine.com/spip.php?article7533

 

.

 

Les mensonges des Médias,

la propagande de guerre

EXTRAITS de cette parution

 

Des membres des forces de sécurité égyptiennes en position durant une opération dans le Sinaï, le 8 août 2012

http://www.20minutes.fr/monde/egypte/984381-attaque-sinai-met-fin-lune-miel-entre-egypte-hamas

 

 

Extraits :

 

 

Attaque du Sinaï = coup monté.
  

 
 
L'armée égyptienne est toujours au pouvoir, et est toujours financée par les USA. Et est donc toujours alliée avec israël !
 
Rien d'essentiel n'a changé depuis l'éviction de Moubarak.
 
Personne à Gaza n'avait intérêt à se fâcher avec l'Egypte !
 
À qui profite le crime sinon à Israël ? !
 
Il est évident que l'attaque des gardes frontières égyptiens dans le Sinaï "par des islamistes radicaux" est un coup monté de toutes pièces, d'un commun accord entre l'armée égyptienne et la CIA et le Mossad, pour justifier auprès de la population égyptienne la fermeture du terminal de Rafah et la fermeture des tunnels de ravitaillement.
 
Il fallait fermer tout ça, mais il fallait en même temps maintenir l'illusion que quelque chose a changé depuis la "révolution". Les dirigeants des Frères musulmans sont à la solde de la CIA, mais la base de ce mouvement ne le sait pas et doit rester dans l'ignorance, et il ne faut pas qu'elle se révolte contre ses dirigeants. Cela serait dangereux ! Par conséquent, il fallait une excuse pour fermer les tunnels et le terminal. Comme ils n'en avaient aucune, ils en ont fabriqué une. Voilà tout ! C'est évident !
 

 

do
.
.
Guerres : Echos dissidents

.

. 

Le représentant de Washington en Syrie : Al-Qaïda

.

Le Rapport Anti-Empire
par William BLUM
Afghanistan dans les années 80 et 90... Bosnie et Kosovo dans les années 90... Libye en 2011... Syrie en 2012... Lors de conflits armés dans chacun de ces pays, les Etats-Unis et Al-Qaeda (ou une de ses filiales) se sont retrouvés dans le même camp. (1) Que faut-il donc penser de la « guerre contre le terrorisme » des Etats-Unis ? Dans chaque cas, l’objectif des Etats-Unis était un changement de régime : renverser des communistes (ou des « communistes »), des Serbes, Slobodan Milosevic, Moammar (...) lire la suite
.
Entretien avec Karin Leukefeld, journaliste indépendante allemande installée en Syrie
par Karin Leukefeld
Mme Leukefeld, on entend constamment dans les médias que les insurgés se seraient désormais emparés de la capitale syrienne, qui serait « libérée ». Comment cette libération est vécue par la population syrienne ? Comment la population syrienne perçoit-elle ces insurgés ? Tout d’abord, je dois dire que cette représentation n’est pas tout à fait correcte. Damas est une ville de plusieurs millions d’habitants, près de deux millions dans le centre, quatre millions environ dans la banlieue. Les insurgés sont (...) lire la suite
.
par Shamus COOKE
Un revirement fascinant s’est opéré dans les médias-systèmes étasuniens : Au bout d’un an de propagande anti-syrienne et de mensonges, des bribes de la vérité commencent à être révélées au public. Il se peut que ce soit trop peu et trop tard : le pays se débat dans un cauchemar de nettoyage ethnique religieux et de massacres. Après avoir incité à la guerre sans discontinuer, le New York Times s’est donné une seconde pour essuyer le sang de ses mains avant de se mettre à décrire le véritable état des choses (...) lire la suite
.
par Guillaume DE ROUVILLE
Comme nous le montrent les conflits en Libye et en Syrie, les démocraties occidentales peuvent instrumentaliser le terrorisme islamique avec leurs alliés d’Arabie saoudite et du Qatar, provoquer et entretenir des guerres civiles dans des pays en paix, se rendre coupables de crimes contre l’humanité pour accomplir les objectifs géostratégiques de leurs élites libérales, sans que leurs opinions publiques ne s’en émeuvent outre mesure. Cette atonie de l’opinion publique occidentale s’explique en partie (...) lire la suite
.
On a appris, de source OSDH, la défection du Premier ministre syrien, nommé en juin dernier par Bachar al-Assad, Riad Hijab : la télévision syrienne a...
http://www.voltairenet.org/
(Thierry Meyssan)
.
« Horizons et débats », 12e année, n° 32, 6 août 2012
Il y a longtemps que la guerre contre l’Iran a commencé
Partenaires, 6 août 2012
« Tendances de l’Orient »
.
La résistance de l’État syrien s’organise
par Pierre Khalaf, Partenaires, 6 août 2012
« Horizons et débats », 12e année, n° 31, 30 juillet 2012
.
L’objectif est toujours le même : faire la paix
Partenaires, 30 juillet 2012
« Tendances de l’Orient »
.
Assad en 2012 comme Nasser en 1956
par Pierre Khalaf, Partenaires, 30 juillet 2012
Tous ces articles sont ici :

Réseau Voltaire

 

NOM-Capital-j-copie-2.jpg

Libye, Syrie, Euro : Les vidéos qui dérangent

..
Syrie : Martine Laroche-Joubert, porte-parole des « rebelles »

Syrie, FR2 :

Martine Laroche-Joubert,

porte-parole des "rebelles"

 
.
http://www.alterinfo.net/Syrie-Martine-Laroche-Joubert-porte-parole-des-rebelles_a79985.

Nicolas Sarkozy et BHL à l’unisson : « il faut intervenir militairement en Syrie »


(..)  En vérité, ignorant tout des conséquences tragiques sur le peuple libyen, « le philosophe » rêve en secret de remettre ça en Syrie…depuis les salons parisiens (..)

Nul ne sait à ce jour si l'intervention militaire sera la solution envisagée par l'ONU. Une chose est sure cependant : la guerre est déjà une réalité concrète. L'Occident, y compris François Hollande, semble en fait ne pas vouloir directement se salir les mains. On assiste par conséquent à des manœuvres dilatoires, voire à des appels guerriers par media interposés. Pour leur part, les mercenaires (ou « rebelles ») présents en Syrie et financés par Washington, Tel-Aviv, Riyad et Doha, continuent de faire le sale travail. Et le peuple syrien de plonger chaque jour un peu plus dans le chaos.

 
Syrie - Hollande camoufle-t-il sa guerre
en opération bumanitaire ?
  
Laos - exemple d'une guerre camouflée
en opération humanitaire
  

Jérusalem. Copyright Reuters
Jérusalem. Copyright Reuters

 

À La Une

Israël pourrait frapper l’Iran

avant novembre

Source: latribune.fr

La France se préparerait

à une évacuation

de ses ressortissants en Israël

.

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/08/12/la-france-se-prepare-a-une-evacuation-de-ses-ressortissants-en-israel/.

 

.

 

.

 

.

.
Image

Mohamed Belaali : La Libye après l’intervention impérialiste.


 

Dans « l'impérialisme est l'ennemi des peuples : le cas de la Libye », nous avons écrit : « Profitant de la révolte du peuple libyen contre le régime de Kadhafi devenu despotique et anachronique, l’impérialisme américain et son caniche européen tentent par tous les moyens d’intervenir en Libye pour installer un régime qui servira leurs intérêts (…) Le peuple libyen serait alors privé de sa révolution, de sa richesse et connaîtrait une situation aussi tragique que celle que subit actuellement le peuple irakien ou afghan par exemple » (1).


 Aujourd'hui cette tragédie est de plus en plus évidente. Règlements de comptes, torture, violence ethnique, corruption généralisée, milices surarmées formées d'anciens « rebelles » se retournant les unes contre les autres, tribus réclamant leur autonomie, pouvoir central impuissant et compagnies pétrolières étrangères pompant allègrement le pétrole du peuple libyen, voilà à quoi ressemble la Libye après l'intervention impérialiste.


Du 27 juin au 1er juillet 2012, des affrontements entre tribus rivales ont fait 47 morts et plus d'une centaine de blessés dans le sud-est libyen


(2). Dans le sud-ouest et plus précisément dans les villes de Mizdah et Al-Chakika des combats entre les tribus de Zentan et d’Al-Machachiya ont fait 105 victimes et des centaines de blessés. En avril 2012, des groupes armés s'affrontaient près de Zouara à 80 km de Tripoli (3). Les différentes milices (plus de 100 rien qu'à Tripoli !) non contentes de s'entretuer, font régner une véritable terreur sur l'ensemble du territoire libyen. Leurs trafics notamment d'armes et d'alcool dégénèrent en règlements de comptes violents : « Chaque milice a son quartier et une véritable économie de la violence s’est mise en place. Il y a de l’alcool, des armes, des trafics des luttes d’influence. Tout cela dégénère très vite en règlements de comptes ; on a tous les ingrédients d’une guerre civile larvée... »disait Patrick Haimzadeh ancien diplomate français (4). Dans son dernier rapport sur la Libye, Amnesty International constate que « un an après le soulèvement, des milices au comportement "anarchique" commettent des violations massives ». Les milices de Misratah et de Zintan « ont ainsi chassé de chez eux tous les habitants de Tawargha, soit environ 30 000 personnes, et ont pillé et incendié leurs logements en représailles contre des crimes que des Tawarghas sont accusés d’avoir commis pendant le conflit. Des milliers de membres de la tribu des Mashashyas ont eux aussi été forcés à quitter leur village par des miliciens de Zintan » (5). Il ne s'agit là que de quelques exemples de ces crimes, de ces affrontements entre tribus, milices et autres seigneurs de guerre. Malgré cette « guerre de tous contre tous », la production de pétrole assurée par des compagnies étrangères, quant à elle, coule à flots. Elle a même retrouvé son niveau d'avant l'intervention impérialiste !


La violence, l'arbitraire et l'anarchie, au mauvais sens du terme, font partie intégrante du quotidien des libyens auxquels l'OTAN avait pourtant promis démocratie, liberté, respect des droits de l'Homme et tutti quanti. Non seulement le Conseil National de Transition (CNT) tolère ces crimes, mais il les encourage. Ainsi le 2 mai 2012, le CNT a voté une loi(loi 38) protégeant les responsables de ces exactions si elles ont pour but de « promouvoir ou protéger la révolution » (6).


L'intervention impérialiste a brisé également l'unité du peuple libyen. En mars 2012, la Cyrénaïque, un tiers du territoire, où se trouve l'essentiel des ressources pétrolières et gazières a proclamé son autonomie. Son Conseil intérimaire est dirigé par le prince Ahmed Al Zoubaïr al Senoussi petit neveu du roi Idriss Al Sanoussi.


A quelques jours des élections de l'assemblée constituante du 7 juillet 2012, des incidents violents se sont produits dans cette région de l'est libyen.


Le 1er juillet 2012, des hommes armés ont saccagé les bureaux de la commission électorale de Benghazi pour protester contre la répartition des sièges dans la future assemblée constituante qui devrait être élue le 7 juillet. Ils réclament pour la Cyrénaïque un nombre de sièges égal à celui des des deux autres régions, la Tripolitaine (ouest) et le Fezzane (sud). Le 5 juillet, c'est le dépôt contenant le matériel électoral qui a été incendié à Ajdabiya. Le 6 juillet, un fonctionnaire de la commission électorale a été abattu. Son hélicoptère, qui transportait des urnes, a été la cible des tirs d'armes légères (7). Le 7 juillet, un homme hostile aux élections a été tué dans un échange de tirs à Ajdabiya.

La Cyrénaïque comme d'ailleurs les Toubous (ethnie du sud d'origine africaine) appellent au boycott du scrutin du 7 juillet 2012.

Berbères, Toubous et autres Touaregs revendiquent, eux, leur spécificité culturelle et linguistique (8) et les tensions avec les tribus arabes dominantes se règlent souvent les armes à la main faisant plusieurs dizaines de morts. L'éclatement de la nation libyenne, construction récente et fragile, en entités plus ou moins indépendantes du pouvoir central et dominées par des tribus s'entretuant mutuellement est un risque réel, conséquence directe de l'intervention impérialiste.

L'autre conséquence directe de l'intervention militaire occidentale en Libye est le morcellement du Mali. Car si l'OTAN n'avait pas envahi la Libye et imposé un CNT à sa solde, jamais le Nord du Mali n'aurait pu être occupé par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) et ses alliés islamistes. L'occupation de vastes territoires maliens est rendu possible grâce à la complicité des États-Unis, de la France et de leurs serviteurs locaux regroupés dans la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Les armes qui ont permis aux assaillants de s'emparer des deux tiers du territoire malien provenaient des arsenaux libyens. Le Qatar qui a participé à la guerre en Libye et qui finance avec l'Arabie Saoudite l'opposition syrienne, apporte son soutien financier, sous couvert d'aide humanitaire, aux mouvements armés qui agissent au nord du Mali. « Le gouvernement français sait qui soutient les terroristes. Il y a le Qatar par exemple qui envoie soi-disant des aides, des vivres tous les jours sur les aéroports de Gao, Tombouctou etc. » disait Sadou Diallo maire de Gao (9). Mais ce que le maire n'a pas compris, c'est que la France dont il demande l'intervention militaire, travaille main dans la main avec le Qatar sous la houlette des États-Unis qui, eux, agissent bien sûr à travers l'OTAN mais aussi à travers l'AFRICOM (Commandement militaire des États-Unis pour l'Afrique ). Ce commandement leur permet non seulement de contrer la présence chinoise en Afrique, mais aussi et surtout de s'approprier les immenses richesses minières et pétrolières du continent. C'est dans ce cadre général qu'il convient de situer l'intervention impérialiste en Libye et ses prolongements au Mali.

L'intervention impérialiste en Libye a fait des dizaines de milliers de victimes innocentes. Elle a détruit l'essentiel de l'infrastructure économique du pays. Elle a brisé l'unité de la nation libyenne. L'impérialisme américain et son supplétif européen ont imposé au peuple libyen par la violence un pouvoir sans légitimité aucune, mais qui leur est totalement soumis. Les bourgeoisies occidentales, à travers leurs compagnies, peuvent désormais pomper, tels des vampires, le pétrole libyen en toute quiétude. Mais ces rapaces sont insatiables. Leurs visées impérialistes portent maintenant sur le sous sol de tout le Sahel africain en exploitant les mécontentements des populations marginalisées par les régimes en place. La destruction de la Libye rappelle étrangement la destruction de l'ex-Yougoslavie, de l'Irak, de l'Afghanistan, de la Côte d'Ivoire et bien d'autres États encore. Aujourd'hui, l'impérialisme américain et européen avec l'aide de leurs alliés locaux (Arabie Saoudite, Qatar, Turquie etc.) sont en train de détruire la Syrie pour imposer, là encore, un pouvoir à leurs bottes. Toutes les nations qui n'ont pas les moyens militaires pour se défendre sont des cibles potentielles de l'impérialisme. Cette violence exercée sur des peuples sans défense est intimement liée aux fondements même du système capitaliste dont le seul et unique but est la maximisation du profit par tous les moyens. Rien n'arrêtera cette minorité d'exploiteurs d'exercer sur l'immense majorité d'exploités, à travers le monde, une répression et une cruauté sans limite pour atteindre leur objectif. La résistance et le combat pour la destruction du capitalisme doivent être planétaires.

Mohamed Belaali

http://www.belaali.com/ 


--------------

(1) http://www.belaali.com/article-l-imperialisme-est-l-ennemi-des-peuples-le-cas-de-la-libye-68565735.html 

(2) http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120701101410/ 

(3)http://www.rfi.fr/afrique/20120404-libye-reprise-affrontements-entre-groupes-armes-zouara-ouest-tripoli 

(4)http://www.bbc.co.uk/afrique/nos_emissions/2012/02/120215_invite.shtml

(5) http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Crises/Afrique-du-Nord-Moyen-Orient/Actualites/Libye-un-apres-le-soulevement-des-milices-commettent-des-violations-massives-4673 

(6) http://allafrica.com/stories/201205110309.html 

(7) http://www.humanite.fr/monde/libye-premieres-elections-sous-tension-500391 

(8) http://www.irinnews.org/fr/Report/95542/LIBYE-Les-minorit%C3%A9s-libyennes-revendiquent-leurs-droits 

(9) http://www.rtl.fr/actualites/culture-loisirs/international/article/sadou-diallo-maire-de-gao-au-mali-le-gouvernement-francais-sait-qui-soutient-les-terroristes-il-y-a-le-qatar-775034 

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-libye-apres-l-intervention-120029

 

 

Libye : Dossiers 

 Analyse, Géopolitique et stratégie 

n°31 du 08-08

 C.De Broeder & M.Lemaire

 

Et bien d'autres posts excellents sur la Libye sur ces sites

 

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

.

 

Syrie: Comment Salaheddine est tombé

inv

M. Hollande, cessez de soutenir le terrorisme, libérez Yara !

.http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EFuuZkEAkyXEBbWWAp.shtml

 

 

 

 

Bonnes vacances à tous et à toutes ! Votre eva

Repost 0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 02:41

 

eugenisme--depopulation.jpg

 

 

L'Empire britannique: Une pieuvre criminelle

 

Bonjour


J'ai déjà eu l'occasion, à plusieurs reprises, de parler des crimes de la GB et de sa funeste City dans plusieurs posts, et à défaut de trouver le temps de rédiger en ce moment un article fouillé sur la sinistre Couronne d'Angleterre §, voici quelques rappels et une vidéo édifiante: En quelques minutes vous aurez une idée de ce qu'est réellement cet Empire britannique que la Presse aux ordres nous présente de manière idyllique, avec ses très gracieuses majestés, ses jolis mariages royaux, ses princes et princesses de charme, ses jeux olympiques (dont on nous tait l'arrière-plan militaire), etc. Assurément, cette Couronne-là est rouge du sang de millions de malheureux à travers le monde, et ses plans de dépopulation n'ont rien à envier à ceux des tenants du Grand Israël ou du Nouvel Ordre Mondial sous la bannière américaine. L'Axe du Mal est bien là: Londres, Tel-Aviv, Washington. Sans oublier le nouveau venu qatar, et depuis l'occupation de l'Elysée par Sarkozy, la France du CRIF. D'ailleurs, les premières révérences de l'ex-Président ont été destinées à Londres, après le Texas d'un Bush pourtant déjà décrié dans le monde entier. Les faits sont là: La France a désormais scellé son sort au moins militaire à celui de la Couronne d'Angleterre (dont se méfiait tant l'avisé Gl de Gaulle).

 

Pour le meilleur... et surtout pour le pire !

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com


§ A qui l'on doit par ex ....

 

Ile de Diego Garcia: Le vrai visage du capitalisme anglo ... - Le blog d

Destruction de l'Inde par la G.B. - Non au racisme et à la ... - R-sistons

Par qui Lady Di a-t-elle été assassinée ? - France-GB: Mésentente ..

 

Pardon, au nom du Passé, pour avoir envahi votre pays, nous être livrés à des atrocités et participé à son pillage, pendant un siècle


Vous, vous n'avez jamais envahi l'Europe. Ni aucun autre continent, d'ailleurs. Votre Grande Muraille, est là pour en témoigner. Vous avez toujours voulu vous défendre des agressions extérieures, et vous concentrer sur votre unité. Ce qui ne fut pas une entreprise facile, dans votre immense pays, au cours des siècles de votre histoire. Une des plus longues de l'humanité.


Nous, nous avons envahi votre pays. Nous avons contribué à son pillage, pendant un siècle. Il est si grand, que nous nous sommes réunis à plusieurs pour le faire.

 

 


Quand vos autorités ont interdit l'usage et l'importation de l'opium en 1839, nous n'avons pas apprécié. Ce trafic était géré par nos amis britanniques, à partir de leurs possessions en Inde, de la province du Bengale plus précisément. Faire rentrer la drogue à partir du port de Canton (Guangzhou), était une véritable mine d'or pour beaucoup en Occident. Civils, militaires, politiciens...


Les promoteurs de ce trafic, à l'origine d'immenses fortunes personnelles, ainsi que de celle des politiciens européens qu'ils soudoyaient, méritaient d'être pendus. Ils ont été anoblis par la Couronne britannique... Une bonne partie de la Chambre des Lords actuelle est constituée, ainsi, des héritiers de ces trafiquants, de ces dealers. Nous, dans notre République, il n'y a plus de titres de noblesse, on donne des promotions, des décorations ou, mieux, des rentes de situation. (..)

Tibet : Excuses d’un Français au Peuple Chinois …

.

Eugénisme et agenda mondial de dépopulation

«Dans l’éventualité où je serais réincarné, je voudrais revenir comme un virus mortel, afin de contribuer en quelque chose pour résoudre la surpopulation» – Extrait de la préface de la biographie «Si j’étais un animal» du Prince Philip

 

L'article, passionnant, ici, sur un formidable blog :

 

http://www.lepetitmondecozillon.fr/category/bon-plan/cinema/page/3/

 

Eugénisme & darwinisme social

Eugenics_congress_logo

                                                              

Darwinisme social

.

Le darwinisme social est une déformation de la théorie de la sélection naturelle, faisant passer celle-ci du statut d’explication de l’évolution des êtres vivants à celui de précepte appliqué aux populations et sociétés humaines. Le darwinisme social participe, à la fin du XIXe siècle, à l’émergence des thèses racialistes et eugénistes.

Cette théorie est basée sur l’idée de la «sélection des plus aptes» pour survivre (Survival of the fittest). Le darwinisme social suggère donc que l’hérédité (les caractères innés) aurait un rôle prépondérant par rapport à l’éducation (les caractères acquis). Il s’agit ainsi d’«un système idéologique qui voit dans les luttes civiles, les inégalités sociales et les guerres de conquête rien moins que l’application à l’espèce humaine de la sélection naturelle» (Source)

 

http://les7duquebec.com/2009/08/04/eugenisme-darwinisme-social/

 

 


 

.
.
La stratégie britannique:
GUERRE et DEPOPULATION
.
Après la Libye, la pression s'accentue pour une guerre de l'OTAN contre l'Iran et la Syrie... Un tel conflit ne se limiterait pas à la région, impliquerait instantanément la Russie et la Chine, et déclencherait une catastrophe thermonucléaire entre le monde transatlantique et les puissances d'Asie-Pacifique. Le seul moyen d'enrayer ce processus est d'en attaquer la cause: l'Empire britannique, qui depuis 250 ans promeut guerre et dépopulation pour empêcher les peuples et les nations de croître, de progresser... et de le renverser.
Production: LaRouche PAC ; Traduction: Solidarité & Progrès


capiotalisme-ne-recule-devant-rien-copie-1.jpg

.

 

Futures pandémies tant attendues:


voici leur plan démentiel


.

Car oui, plusieurs magnats trépignent déjà en coulisses et tapent bel et point du poing sur la table: ils VEULENT vacciner la terre entière et dans leur esprit, nul doute à cela, vous y passerez également, que vous le vouliez ou non! (avec la bénédiction plus que probable de la très peu respectable OMS). Mme Testori de la Commission européenne non élue n'avait-elle déjà pas exprimé le même genre de souhaits publiquement le 5 octobre 2010?

 

Source: Initiative citoyene.be

Futures pandémies tant attendues: voici leur plan démentiel

 

 

.

.
Repost 0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 12:53

 

 

Monde_Fracture_Nord_Sud.jpg

http://www.intellego.fr/soutien-scolaire-terminale-es/aide-scolaire-geographie/les-contrastes-de-l-espace-mondial---terminale-es/13627

 

 

Fracture Nord-Sud toujours d'actualité.

2 blocs antagonistes.

Occident terroriste.

Axe Paris-Tel-Aviv-Washington-Londres

De la guerre froide à la guerre chaude ?

Vers une conflagration planétaire ?

Par eva R-sistons


 

En attendant de faire le post promis sur la situation géopolitique mondiale, voici  quelques pistes §. Comme vous le savez, la géopolitique est le domaine qui m'intéresse le plus. Et dans la géopolitique, il y a justement la notion d'abord d'équilibres stratégiques internationaux, ensuite de luttes d'influences, ce qui rejoint directement ce sujet.

 

La France, de manière insensée, a choisi depuis Sarkozy (agent de la CIA et du CRIF) et maintenant avec le rusé Fabius (lui aussi aux ordres de Tel-Aviv et donc de Washington), de rentrer vraiment dans l'OTAN et de s'aligner complètement sur les positions des Etats-Unis et d'Israël avec le risque pour notre pays - truffé de centrales nucléaires -, après avoir abandonné la politique pro-arabe du Gl de Gaulle, de se laisser entraîner dans toutes les guerres impériales, impérialistes, criminelles, terroristes, du duo infernal Etats-Unis-Israël (ou plutôt du trio infernal car il ne faut pas oublier la GB de toutes les guerres, depuis des siècles, et c'est à sa City que se décrètent les conflits  mondiaux barbares de dépopulation assortis d'enrichissement pour quelques-uns).

 

François Hollande avait promis le changement, le sieur Fabius (vous savez, l'homme du sang contaminé et de la candidature, aux Primaires 2007 du PS, sous la bannière la plus à gauche, alors qu'il est un ultra-libéral) nous vaut, en politique étrangère, la continuité la plus lourde de menaces. Tant que nous n'aurons pas accepté de voir que notre pays n'est plus libre (comme aux Etats-Unis via l'AIPAC le clone du CRIF) mais, dès Sarkozy, dirigé depuis Tel-Aviv (via le CRIF qui donne ses ordres directement, et qui par ex avait imposé le très néo-conservateur B.Kouchner au Quai d'Orsay), nous ne comprendrons rien au mal qui ronge la France, nous ne comprendrons pas, par ex, pourquoi notre pays est désormais Lanterne rouge en matière d'Information et victime d'une impitoyable Police de la Pensée ou d'un dénigrement systématique des dissidents §§2, ou encore pourquoi nous devons subir des politiques aussi brutales et nous engager dans des guerres (via l'OTAN le bras armé des Etats-Unis et de ses multinationales) qui ne sont pas les nôtres, atrocement néo-coloniales et illégitimes, illégales, terroristes tout en se prétendant "humanitaires", "pour la démocratie", comme en Libye et maintenant contre la Syrie ou au Mali. La France n'a pas pour vocation de s'ingérer dans les affaires intérieures des Etats souverains. 

 

C'est  parce que notre pays n'est plus libre mais colonisé par les agents de Tel-Aviv et de son clone américain, qu'il a pris la tête des croisades militaires actuelles, préfigurant le futur choc de civilisations et menant directement le monde vers une confrontation mondiale nucléaire dépassant en horreur tout ce qu'on peut imaginer. Nos dirigeants ou des individus comme le va-t-en guerre BHL, sont des irresponsables, des apprentis-sorciers jouant avec le feu, et il faudrait les mettre hors d'état de nous nuire et de menacer la planète entière avant que la mèche fatale ne soit allumée : Par ex en recourant à des  tribunaux indépendants poursuivant les malfaiteurs de l'humanité où qu'ils soient, comme Sarkozy réfugié, justement, au Canada. 

 

Or donc, pour résumer le post (très complexe) que je n'ai toujours pas eu le temps de vous faire sur les changements géopolitiques majeurs de ces derniers mois,  je dirais donc que deux grands blocs (en gros Nord-Sud) sont en train de se reconstituer entre d'une part Tel-Aviv-Washington-Londres-Paris (bizarrement unis contrairement aux traditions de la France gaullienne et grâce aux Sayanims prospérant dans notre pays, pour son malheur et la perte de sa souveraineté comme de ses traditions) et les alliés canadiens ou européens,  et  d'autre part ceux qui veulent garder leur indépendance et refuser la dictature du Nouvel Ordre Mondial, l'esclavage de la spirale de l'endettement ou des guerres permanentes (pour ne citer que ces exemples): Russie, Chine, Syrie, Iran, Vénézuela, Cuba, etc,  Etats toujours diabolisés par les Médias aux ordres. La guerre froide URSS-Etats-Unis s'est muée en une confrontation d'un type nouveau.

 

La Libye, quant à elle, a payé un abominable tribut : Dépecée, ruinée, pillée, en proie à la guerre civile, à la torture, aux divisions tribales, aux meurtres de masse (d'ailleurs racistes car les Noirs sont les premières victimes)... sans parler du remplacement du socialisme vert (avec un niveau de vie des habitants rarement égalé car les ressources du pétrole profitaient à TOUS les habitants et même aux réfugiés africains) par le capitalisme le plus brutal, le plus inique, assorti de la certitude, à terme, d'un endettement assassin se substituant à la sécurité de réserves d'or uniques au monde.

 

Pour résumer, une partie de la planète (outre les pays cités plus haut, il y a l'Inde, l'Afrique du Sud, le Brésil, l'Argentine, etc) tente de se soustraire à l'emprise usraélienne (liberticide, mortifère, brutale, sanguinaire, et plus généralement au risque de Nouvel Ordre Mondial) en se regroupant, en changeant certaines règles, en se préparant à des alliances monétaires et militaires (que je n'aborderai pas dans ce post). Le monde est en train de se reconfigurer, au grand dam de l'Empire terroriste §§§ 3 qui voudrait imposer ses lois abjectes à l'ensemble de la planète, et qui pour masquer et exorciser son effondrement économique, se jette dans une fuite en avant guerrière qui menace l'univers entier, les générations futures et même la vie sur terre.

 

En fait, à la guerre froide d'antan va bientôt se substituer une guerre très chaude entre deux blocs de plus en plus antagonistes. Resterons-nous simples spectateurs de la boucherie à venir ? Ou ferons-nous tout pour l'éviter ?

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

§ Vous pouvez aussi voir mon introduction à la géo-politique, pays alignés et non alignés, ici (VIDEO)

R-sistons Vidéo 3 : La Géopolitique pour les "Nuls"

§§ 2 Comment on salit un dissident pour minimiser l'impact de ses prises de position

 

§§§ 3 : Le terrorisme de l'Occident monstre nazi allié aux Salafistes: Semer le chaos

Renversement doctrinal des Occidentaux face au terrorisme - soutenu désormais

 


 

globe-USA-ISRAEL.jpg

 

 

 

TROISIÈME GUERRE MONDIALE

C’est pour bientôt

La France et le Canada avalés par la folie guerrière des États-Unis et d’Israël ?
http://www.vigile.net/+-Le-Hir-Richard-+

auton2138-fa310.jpg
Richard LE HIR
Tribune libre de Vigile 
vendredi 3 août 2012   

 

À la toute fin du mois de novembre, la détérioration rapide et alarmante de la situation politique en Europe et au Moyen-Orient m’avait amené à soulever la possibilité, ici même sur Vigile, du déclenchement d’une Troisième Guerre Mondiale .

J’avais en effet été sidéré de découvrir, sur un site américain d’information financière, l’extrait d’un bulletin de nouvelles chinois où un responsable militaire de haut niveauavertissait les États-Unis, le Canada et la France, que son pays n’hésiterait pas à protéger l’Iran contre toute agression, même au risque d’une Troisième Guerre Mondiale .
9-lehir-une-fb6e7.jpg
Cet article avait attiré l’attention d’un journaliste algérien qui communiqua avec moi quelques semaines plus tard pour savoir si je serais disposé à expliciter ma position dans une entrevue qui serait publiée dans son journal en début d’année. Sans me douter le moindrement du traitement qui serait réservé à cette entrevue (manchette en première page), et de la diffusion qu’elle allait connaître , j’acceptai son invitation à répondre à une série de questions qui allaient me permettre d’aborder le cas de la Syrie et de suggérer qu’avec l’alignement des positions russe et chinoise sur la question du Moyen-Orient, nous étions en train d’assister à une réémergence des blocs, comme au temps de la Guerre Froide.

Les événements de l’hiver allaient me donner raison. Au cours des derniers mois, la Chine et la Russie ont exercé à trois reprises leur droit de veto au Conseil de sécurité des Nations Unies pour contrecarrer la volonté des États-Unis de la France et du Royaume-Uni d’intervenir militairement en Syrie pour déloger le gouvernement de Bachir Al-Assad et favoriser un changement de régime.
Et malgré tous les efforts en sous-main pour déstabiliser Assad, celui-ci demeure encore en poste, un exploit qui serait totalement impossible s’il ne jouissait pas du soutien très large de la population syrienne. Ceux qui en doutent feraient bien de se remémorer l’effondrement du régime communiste en ex-Allemagne de l’Est et la chute du mur de Berlin, en quelques jours, sans aucune effusion de sang. Et pour des exemples plus locaux, voir le renversement des régimes Ben-Ali en Tunisie et Moubarak en Égypte, relativement pacifiques.
Après avoir évincé les « contras » de Homs et de Damas, revenues à la paix civile, le régime Assad tente désormais de les déloger de deux quartiers d’Alep, toute proche des frontières de la Turquie qui les alimente en hommes et en armes. Et le spectacle de ces centaines de milliers d’habitants qui fuient les quartiers sous contrôle des contras pour se réfugier dans les quartiers contrôlés par les forces du régime Assad confirme éloquemment la légitimité démocratique de son pouvoir.
Aucun régime ne peut tenir très longtemps contre la volonté de sa population. Et c’est justement l’absence de cette volonté populaire de changement qui nous amène à nous questionner sur les raisons profondes de pays comme les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et le Canada à souhaiter si ardemment un changement de régime en Syrie après l’avoir souhaité et obtenu en Libye, et l’avoir souhaité sans l’obtenir en Iran (fiasco de la Révolution Verte).
***
Pour ce qui est des États-Unis, les motivations sont assez claires, même si les intérêts (pas nécessairement les mêmes) et l’influence politique d’Israël viennent un peu brouiller les cartes. Mais c’est quand on se met à s’interroger sur les motivations de pays comme le Royaume-Uni, la France et le Canada que le problème se complexifie.
Le cas du Royaume-Uni est assez facile à régler. Ce pays a depuis longtemps fait le choix de l’alliance géostratégique avec les États-Unis, mais était malgré tout parvenu à conserver une certaine indépendance dans sa politique étrangère au Moyen-Orient sur la base de sa longue expérience politique dans cette région du monde.
Cette situation allait changer dramatiquement après le 11 septembre 2001 et le déclenchement de la guerre contre l’Irak. Le premier ministre travailliste Tony Blair causa une certaine surprise, du moins dans ses propres rangs, en s’alignant sans hésitation et sans faille aux côtés des États-Unis de George W. Bush, alors que la France de Chirac et le Canada de Jean Chrétien refusaient de le faire.
La France était parvenue à maintenir pendant toutes les années depuis le départ de De Gaulle jusqu’à l’arrivée de Sarkozy au moins les apparences d’une certaine indépendance vis à vis des États-Unis et d’un préjugé favorable aux pays musulmans qui s’expliquait, comme dans le cas des Anglais, par sa longue fréquentation de cette culture.
SnapShot_120803_222255-450f8.jpgPays colonial, la France a imposé pendant longtemps sa tutelle sur le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Ceux qui sont moins familiers avec l’histoire de France savent moins que la France de Napoléon s’était aventurée jusqu’en Égypte et que, même si cette aventure fut de courte durée, elle était parvenue à y conserver une importante influence culturelle et commerciale, dans ce dernier cas avec la construction par Ferdinand de Lesseps du Canal de Suez à compter de 1858 et son exploitation de 1868 jusqu’en 1957 par La Compagnie universelle du canal maritime de Suez en vertu d’une concession emphytéotique de 99 ans.
« À la suite de la nationalisation du canal par Nasser en 1956, quand le patrimoine égyptien de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez a été transféré à la Suez Canal Authority, la société touche d’importantes indemnités car elle dispose d’une concession jusqu’en 1968. Rebaptisée Compagnie financière de Suez en 1958, elle engage sa reconversion en multipliant participations et investissements dans divers secteurs de l’économie. »
On notera au passage qu’il s’agit de l’entreprise à l’origine de GDF-Suez dans laquelle le duo Paul Desmarais/Albert Frère détient une participation importante.
Il faut aussi rappeler que la France et la Grande-Bretagne s’étaient partagé les dépouilles de l’empire ottoman en 1920, et que la France avait pour sa part hérité de ce qui allait par la suite devenir la Syrie et le Liban. Quant au Royaume-Uni, il récupérait l’Irak, la Transjordanie et la Palestine. Le Liban allait acquérir son indépendance en 1943, la Syrie en 1946, et Israël, découpée dans le territoire de la Palestine par les Nations Unies, en 1948.
La présence de la France sur l’échiquier politique du Moyen-Orient est donc une donnée de base, d’autant plus que d’importants liens commerciaux ont survécu au mouvement de décolonisation après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale.
On comprendra dès lors que la France ait joué un rôle actif dans la Crise du canal de Suez qui survient en 1956, lorsque l’Égypte de Gamal Abdel Nasser décide de nationaliser le canal. Wikipédia résume succinctement les faits de la façon suivante :
« La crise du canal de Suez, aussi connue sous le nom de guerre de Suez, campagne de Suez ou opération Kadesh, est une guerre qui éclata en 1956 en territoire égyptien. Le conflit éclata entre l’Égypte et une alliance secrète, le protocole de Sèvres, formée par l’État d’Israël, la France et le Royaume-Uni, suite à la nationalisation du canal de Suez par l’Égypte.
Cette alliance entre deux États européens et Israël répondait à des intérêts communs : les nations européennes avaient des intérêts politiques, économiques et commerciaux dans le canal de Suez, et Israël avait besoin de l’ouverture du canal pour assurer son transport maritime (ce dernier justifiait toutefois son intervention militaire contre l’Égypte comme étant une réponse aux attaques fedayins qu’il subissait de plus en plus régulièrement sur son territoire). De plus cette crise est considérée comme particulièrement importante car elle survient pendant la période de guerre froide. Plus que les intérêts des pays européens, elle symbolise aussi une union encore contestée de l’Union soviétique et des États-Unis (deux blocs en opposition) et constitue donc un moment clef de cette période de conflits. L’union reste contestée car il semble qu’elle aurait aussi pu être interprétée comme une sorte « d’échange de bons procédés » entre les deux puissances. Ce sont ces deux États qui ont imposé l’arrêt du conflit en renvoyant chez elles les forces françaises et britanniques. [...] »
La crise de Suez allait être l’occasion de la première grande intervention du Canada en politique internationale avec sa proposition de créer une force d’interposition entre les belligérants (les Casques Bleus). Voici comment l’Encyclopédie canadienne présente l’affaire :
« Le 26 juillet 1956, le président égyptien Nasser s’empare de l’importante Compagnie du canal de Suez, qui exploite le canal depuis 1869 ; les principaux actionnaires de la compagnie sont la France et l’Angleterre. Cette occupation par Nasser du canal reliant la Méditerranée et la mer Rouge porte un coup à la fierté et au commerce de l’Occident. La diplomatie ayant échoué, l’Angleterre, la France et Israël conviennent en secret d’une action contre l’Égypte. Israël passe à l’attaque le 29 octobre et, en un seul jour, avance à un peu moins de 42 km du canal. Tel que convenu avec Israël, l’Angleterre et la France somment Israël et l’Égypte de se retirer de la région immédiate du canal. Nasser refuse. Le 31 octobre, l’Angleterre et la France interviennent directement en bombardant la zone du canal.
Dans les coulisses, le gouvernement du Canada se montre irrité par ce geste qui divise le Commonwealth et qui aliène les États-Unis. Toutefois, publiquement, le Canada joue le rôle de conciliateur. Le 4 novembre, L.B. Pearson, secrétaire d’État aux Affaires extérieures du Canada, et ses collègues aux Nations Unies obtiennent un appui écrasant de l’Assemblée générale en proposant la création d’une force internationale chargée de maintenir la sécurité et de coordonner la cessation des hostilités. Le général canadien E.L.M. Burns est aussitôt nommé commandant de la Force d’urgence des Nations Unies (FUNU). Les Anglais et les Français décident cependant de passer outre à la résolution de l’ONU et larguent des parachutistes dans la zone du canal tard le 4 novembre. Grâce à la pression, principalement américaine, exercée sur le premier ministre britannique sir Anthony Eden, un cessez-le-feu est conclu le 6 novembre. Pearson se bat avec succès pour que des soldats canadiens fassent partie de la FUNU, dont les unités d’avant-garde arrivent à la mi-novembre. Bien que Pearson reçoive le Prix Nobel de la paix en 1957 en récompense pour ses efforts de conciliation, bien des gens en Angleterre et au Canada sont consternés par le manque apparent de soutien envers l’Angleterre de la part d’Ottawa. La défaite du gouvernement libéral aux élections générales de 1957 est sans doute en partie attribuable à ce facteur. »
En 1956, la France est dirigée par un gouvernement socialiste aux prises avec la décolonisation. Elle a perdu l’Indochine à l’issue d’une guerre en 1954, et cherche encore à conserver l’Algérie. Ces conflits la déchirent sur le plan politique et la laissent exsangue sur le plan financier, conditions qui vont favoriser le retour aux affaires du général Charles De Gaulle, l’homme qui a sauvé la France de la déroute en 1940 et qui s’est retiré « en réserve de la République » en 1946, en désaccord avec l’Assemblée constituante élue pour doter la France d’un nouveau régime politique sur la question des rôles respectifs de l’État et des partis politiques.
De Gaulle, c’est également l’homme qui a tenu tête aux Américains, aux Anglais et aux Russes malgré la précarité de sa position, et qui a permis, par la force incroyable de sa volonté, que la France figure parmi les vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale.
SnapShot_120803_221349-ec2b4.jpg
Pour De Gaulle, tout tenait à « une certaine idée » qu’il se faisait de la France :
« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. Ce qu’il y a en moi d’affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle. J’ai d’instinct l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. S’il advient que la médiocrité marque, pourtant, ses faits et gestes, j’en éprouve la sensation d’une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie. Mais aussi, le côté positif de mon esprit me convainc que la France n’est réellement elle-même qu’au premier rang : que seules de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même ; que notre pays tel qu’il est, parmi les autres, tels qu’ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit. Bref, à mon sens, la France ne peut être la France sans grandeur. » (Charles de Gaulle,Mémoires de guerre, tome 1, Plon, Paris, 1954)
Dans les dix années qui suivent son retour aux affaires, De Gaulle va remettre la France sur pied, d’abord sur le plan économique, avec la collaboration de son ministre des Finances Antoine Pinay, et de son principal conseiller Jacques Rueff, Ce dernier croit aux vertus disciplinaires de l’or pour empêcher la fuite en avant par les déficits, sur lesquels les États-Unis commencent à compter pour financer leur guerre au Viet-Nam.
La France est bien placée pour le savoir. Les coffres de la Banque de France débordent des dollars US que les banques françaises encore majoritaires au Vietnam après son indépendance lui envoient sans dérougir. De Gaulle décide d’exiger sa conversion en or au taux officiel de 35 $ l’once » Il envoie aux États-Unis des navires de guerre chargés de dollars, et ceux-ci rentrent en France chargés de l’or obtenu en échange. Les Américains sont furieux.
Et ils le sont encore davantage lorsqu’ils voient De Gaulle se lancer, sur la base du redressement économique de la France et de l’indépendance qu’elle lui confère, dans une offensive diplomatique tous azimuts qui l’amènera à quitter l’OTAN, se doter de l’arme nucléaire et proposer aux pays non alignés une troisième voie dans une série de discours à travers le monde qui vont s’inscrire résolument en faux contre les pratiques hégémonistes américaines.
Ainsi, le 28 septembre 1964, De Gaulle déclare en Bolivie
« Que chaque peuple dispose à tous égards de lui-même, afin que son avance en fait de civilisation soit effectivement la sienne. Qu’il fasse en sorte que son progrès soit celui de tous ses enfants pour susciter dans les profondeurs les ardeurs et les capacités qui multiplient les efforts, qu’il transforme en émulation créatrice et productrice par rapport aux autres nations, ce qui demeure trop souvent rivalité d’ambitions, que les puissances qui en ont le moyen prêtent leur concours au développement des moins avantagés, cela suivant les affinités réciproques, et sans qu’il y ait, sous aucune forme, intervention étrangère dans les affaires de qui que ce soit, voilà, en effet, quelles sont, pour la France, les conditions nécessaires de l’équilibre général, du progrès de tous et de la paix dans l’univers. » (Pochette du disque « Charles De Gaulle, Discours aux peuples du monde », Disques Déesse DDLX 87, Paris)
À Pnom-Penh, le 1er septembre 1966, De Gaulle s’en prend directement à la soif de guerre des États-Unis . Voici le commentaire du professeur et président du parti UPR François Asselineau dans le cadre de la dernière campagne présidentielle française :
« Le 1er Septembre 1966, présent dans la capitale Cambodgienne, le Général de Gaulle prononce devant plus de 200 000 personnes, le « Discours de Phnom-Penh ». Ce discours est un des plus habiles de l’histoire politique de l’humanité. En effet, tout en rappelant l’indépendance de la France, il affirme l’existence d’une troisième voie représentée par les non-alignés. Cependant, le Général de Gaulle est également visionnaire et marque un tournant dans la manière d’envisager les relations Internationales pour les anciennes puissances coloniales. Ces propos ont été ressentis à l’époque comme une gifle et une trahison par les américains alors en guerre au Vietnam. Les Américains outrés, n’ont alors pas compris toute la subtilité et les nuances de ces paroles car il rend aussi un hommage aux valeurs de libertés qui fondent la démocratie américaine. Ils n’ont pas non plus saisi la lucidité de ses propos. En 1968, c’est à Paris que s’ouvrira la conférence qui mettra fin à la guerre du Vietnam (la guerre la plus inutile et la plus chère de l’histoire des Etats-Unis après la guerre d’Irak). Ce qui est impressionnant, c’est qu’après plus de 40 ans, ces paroles résonnent encore d’une manière originale et sont plus que jamais d’actualité concernant par exemple la guerre en Afghanistan. » (Voir aussi)
SnapShot_120803_220553-7be64.jpg
L’été suivant, le 24 juillet 1967, De Gaulle, venu rendre visite à son « ami Johnson »http://www.vigile.net/La-visite-du-... à l’occasion de l’Expo 67, lançait son « Vive le Québec libre » depuis le balcon de l’Hôtel de ville de Montréal . À lire ce qui précède, on comprend facilement que cette déclaration était loin d’être spontanée, qu’elle était mûrement réfléchie et qu’elle procédait d’un plan bien défini. On n’est pas général pour rien.
D’ailleurs, cette analyse est confirmée par un de ses intimes, Jacques Foccart, qui relate son échange avec De Gaulle le 27 juillet 1967 dans son Journal de l’Élysée paru chez Fayard en 1998 (t. I, p. 685), au cours duquel lui aurait déclaré ceci :
« Le fait est qu’un jour le Canada français deviendra une grande puissance et que nous y aurons aidé et que la France en tirera un bénéfice. Bien sûr, pas moi. Ce n’est pas pour tout de suite, bien que, du fait de notre attitude, nous ayons considérablement accéléré le processus. C’est une affaire dont l’avenir s’inscrit d’avance, et de manière certaine depuis notre action, et le développement, croyez-moi, sera beaucoup plus rapide qu’on ne le croit. […] Il fallait le faire, c’était évident. Je savais à quoi m’en tenir à partir du moment où j’y allais. Alors on m’a dit : Ottawa… Ottawa, je m’en fous ! C’est au Canada français que je rendais visite, c’était l’essentiel. […] J’aime mieux crever que d’aller au Canada porter un toast à la reine d’Angleterre ! Croyez-moi, j’étais bien soulagé quand ils m’ont offert l’occasion de m’en aller : j’ai sauté dessus avec bonheur. Tout cela va faire des remous, c’est sans importance. Tout cela va donner des motifs d’articles à toute cette presse infâme et avachie, aux pieds et à la botte des Américains, des Israéliens et de tous les autres, mais qui ne soutient pas la France parce qu’ils ont honte de parler de la France ou de défendre la France : tout cela est sans importance. »
13-france-dd770.jpgOn connaît la réaction au Canada. Mais c’en est également trop pour Washington et pour ses alliés en France. Le premier ministre George Pompidou, ancien directeur général de la Banque Rothschild, s’inquiète de plus en plus des projets de De Gaulle. Chez les acteurs économiques, la « troisième voie » passe mal :
« En sus des Américains, De Gaulle avait à dos leurs suiveurs atlantistes, de Mitterrand à Lecanuet, sans compter Jean-Jacques Servan-Schreiber [alors rédacteur en chef de l’hebdomadaire d’informationL’Express et l’auteur du Défi américain, une apologie de l’Amérique] qui, en plein mois de mai, dénonçait « la dictature intellectuelle du Général qui avait tout gelé en France ». Et cela dans un magazine américain : « Life » qui par ailleurs voyait dans l’Elysée un nid d’espions du KGB. Aux USA une campagne de presse antigaulliste d’une violence et d’une bêtise inouïes battait son plein...
Participaient encore à cette curée, le ban et l’arrière ban du vichysme et de l’OAS : « mai » c’était l’occasion de régler son compte à l’homme de la France libre et au décolonisateur de l’Algérie. Sans compter les milieux d’affaire : « De Gaulle a pour opposants les mêmes gens, haute finance et classe moyenne, qui firent tomber le gouvernement Blum dans les années trente en spéculant contre le franc et en plaçant leur argent à l’étranger (écrit Hannah Arendt dans une lettre à Mary Mc Carty fin 68). Le tout non pas en réaction aux émeutes étudiantes, mais aux idées grandioses de De Gaulle sur la participation des travailleurs dans les entreprises »... ».
En fait, quand on examine qui avait intérêt en 1968 à ce que la situation politique se dégrade rapidement en France, celui des Américains et de leurs « suiveurs atlantistes » est tellement évident qu’ils y ont nécessairement contribué s’ils n’en sont pas carrément les instigateurs, ce que les historiens finiront éventuellement par nous révéler.
Après la démission de De Gaulle devant le rejet de son référendum sur la participation le 27 avril 1969 , la France retombe rapidement sous l’influence des États-Unis.
En 1971, l’administration Nixon, enlisée dans l’aventure vietnamienne, et incapable de faire face aux dettes et aux obligations de conversion du pays, décide de dévaluer sa monnaie en supprimant sa convertibilité en or. La banque centrale des États-Unis (la FED) a désormais les mains libres pour monétiser la dette, avec les résultats que nous découvrons aujourd’hui.
La France emprunte le même modèle en 1973 en adoptant sa Loi du 3 janvier 1973 sur la Banque de France. Même modèle, même endettement catastrophique aujourd’hui.
Mais si les Américains sont parvenus à reprendre le contrôle du jeu économique avec l’élimination de De Gaulle, la France n’en conserve pas moins quelques velléités d’indépendance diplomatique à l’égard des États-Unis qui vont lui coûter très cher lorsqu’elle s’aventurera à les exercer, l’expérience la plus probante à cet égard étant survenue lors de son refus très spectaculaire de suivre les États-Unis dans sa guerre contre l’Irak.


Dominique de Villepin à l’ONU - 14 février 2003 par Chroniques-vieille-europe

On se souviendra de l’indignation que la brillante prestation du ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, devant l’Assemblée générale des Nations Unies le 14 février 2003 , avait soulevé aux États-Unis. La France avait alors dû affronter un boycott de ses intérêts que son patronat avait très mal vécu.
« Comme par hasard », de Villepin s’était retrouvé peu de temps après au coeur d’une affaire politique tordue, l’affaire Clearstream, qui allait prendre rapidement une tournure judiciaire grave, coupant court à ses ambitions présidentielles pour 2007 et laissant la voie libre à Nicolas Sarkozy.
C’est sans doute le même « hasard » qui a valu à Dominique Strauss-Kahn, brillant économiste et directeur général du FMI, quelques mois d’emprisonnement dans une prison de New York pour une pitoyable affaire de moeurs alors que son véritable crime, tout comme le Général De Gaulle en son temps, avait été de remettre en cause l’hégémonie du dollar US .
Et parce qu’Israël et les États-Unis voguent de concert et que l’affront fait à l’un vaut pour l’autre, que penser de l’audace « irresponsable » du président Chirac qui avait accueilli en 2004 sur son territoire le chef historique des Palestiniens, Yasser Arafat, gravement malade, pour qu’il puisse s’y faire soigner, qui s’était même rendu à son chevet pour lui offrir ses voeux de rétablissement, et qui, à son décès, lui avait fait rendre les hommages de la France lors d’une cérémonie officielle à l’aérodrome militaire de Villacoublay avant de le transporter au Caire ?
Heureusement pour lui, Chirac était en fin de mandat et n’était plus en mesure de nuire aux intérêts américains.
SnapShot_120803_220859-8bfcd.jpgOn comprend dès lors beaucoup mieux comment Nicolas Sarkozy, que les Américains contrôlaient entièrement, y compris par des liens familiaux , a pu servir leurs intérêts au point même de leur permettre de se cacher derrière lui (et derrière le Canada de Harper) à certains moments, comme dans l’opération contre la Libye.
Mais Sarkozy parti, ce qui surprend et déçoit sûrement une bonne partie de l’électorat de gauche en France, c’est de voir le président Hollande suivre exactement la même politique étrangère que son prédécesseur et se ranger docilement, sans le moindre bémol, dans le camp des États-Unis et d’Israël au Moyen-Orient.
Le Canada n’a pas une histoire diplomatique aussi riche que celle de la France. Comme je l’ai souligné plus haut, sa première intervention marquante sur la scène internationale fut sa suggestion de créer les casques bleus dans la foulée de la guerre du Canal de Suez en 1956.
Pour le reste, voisin des États-Unis, sa marge de manoeuvre n’est pas très grande, ce qui n’a pas empêché l’ancien premier ministre Libéral, Pierre-Elliott Trudeau, mort en 2000, de multiplier les pieds de nez à leur endroit, en entretenant notamment des liens d’amitié avec Fidel Castro qui s’est d’ailleurs déplacé à Montréal pour ses funérailles .
En 2003, le Canada n’avait pas, lui non plus, suivi les États-Unis dans leur engagement militaire en Irak. Le refus du premier ministre Jean Chrétien, Libéral lui aussi, était lié à des considérations bassement électoralistes. Si, dans son ensemble, l’électorat canadien était également divisé sur l’opportunité de cet engagement, la ventilation des résultats par régions donnait une toute autre image de la situation, les Québécois y étant très majoritairement opposé.
SnapShot_120803_221533-c7a0f.jpg
La question de la participation du Canada à cette guerre était même parvenue à mobiliser à Montréal, en plein hiver, 150 000 personnes qui n’avaient pas hésité àbraver un froid de -26 °C pour faire connaître leur opposition, tant la tradition pacifiste est forte au Québec.
Pour des raisons sur lesquelles les Américains n’ont eu aucune influence, les Libéraux allaient se retrouver à la tête d’un gouvernement minoritaire aux élections générales suivantes en 2004, et par la suite perdre le pouvoir aux mains du Parti Conservateur de Stephen Harper, d’abord appelé à former un gouvernement minoritaire en 2006, puis majoritaire en 2011.
Depuis son élection en 2006, Harper n’a eu de cesse d’aligner les positions canadiennes dans tous les domaines sur celles des États-Unis, au point même de se distinguer parfois par son excès de zèle, notamment sur la question de son soutien à Israël.
18-roberts-71b9a.jpgCette inféodation systématique de la France et du Canada aux intérêts des États-Unis et d’Israël est particulièrement intrigante, survenant à un moment où les États-Unis sont en perte de puissance, tant sur le plan économique que politique, une réalité si forte qu’elle ne peut échapper aux stratèges des deux pays. Cette réalité commanderait de la part de la France et du Canada une stratégie totalement différente, sauf si...
Oui, sauf si les dirigeants de ces deux pays étaient au courant d’une menace si forte et si effrayante qu’elles les privait de toute marge de manoeuvre et qu’elle les contraignait au soutien inconditionnel des États-Unis et d’Israël, et au reniement de tous les principes démocratiques sur lesquels ils sont fondés.
Si tel est le cas, on aimerait bien le savoir... Quelle menace ? Une Troisième Guerre Mondiale ? Car au rythme auquel s’accumulent, s’enchaînent et se succèdent les événements, c’est pour bientôt.

 

 

Vos commentaires:

C’est pour bientôt
3 août 2012, par Jean Lespérance
Peut-être. Tout va dépendre du comportement des pays vis-à- vis de leurs banquiers. Vous savez M. Le Hir que les banquiers forment une confrérie. Puis quand on condamne un des leurs, les autres sentent la soupe chaude. 
Le 31 juillet dernier, donc 2012, même pas une semaine, 
l’Iran a condamné 4 banquiers à mort, d’autres au fouet, aux amendes et à la prison. Ça fait réfléchir les autres. 
Évidemment aux nouvelles cela passe inaperçu, on n’en parle même pas. Un petit oubli... 
La confrérie des 400 voleurs a la trouille. Elle a peur que d’autres pays fassent comme l’Iran et scrutent à la loupe les opérations de ces roitelets. 
Il y a sans doute des iraniens qui lisent et s’informent sur Vigile.net. Ils ont tout compris le manège des banquiers et en vérifiant ils en ont eu toutes les preuves. 
Votre crainte est la même que celle d’Adrian Salbuchi, l’économiste argentin qui a dénoncé le système frauduleux des banquiers car il craignait lui aussi en 2008 que les États-Unis déclenchent une troisième guerre mondiale s’ils perdaient le contrôle du système monétaire. 
Adrian Salbuchi appelait cela : renverser l’échiquier pour se concentrer uniquement sur la guerre. Quand nous sommes en guerre, nous n’avons pas le temps ni l’occasion de transformer le système monétaire, de renverser le contrôle des banquiers. 
Si les américains sont capables de sauver la piastre ou le système des banquiers sans faire la guerre, ça va attendre, si la piastre leur échappe, ce sera la guerre. 
Toucher aux banquiers, c’est comme abîmer le veau d’or, lui enlever des morceaux.
Pour les américains et la haute finance, s’attaquer aux banquiers est plus grave que fabriquer une bombe atomique. On a énormément peur que d’autres pays imitent l’Iran. 
Je peux juste déplorer la mort des banquiers mais non leur disparition, car leur disparition est une bénédiction.
.
.
Voir aussi :

Plan D’Israël Pour La Syrie : Le Modèle Somalien

Armée syrienne dans Damas nettoyée des terroristes à la solde des US/OTAN/ISRAEL

Pour BHL, on s’en serait douté: « une intervention en Syrie est inévitable » …

Le peuple syrien broyé par un conflit aux enjeux internationaux

Syrie : La guerre pour le gaz

Vrai, ou intox ?

"L’Iran entre en guerre dans les semaines à venir" (Guide suprême d'Iran)

 

 


 

J.J. Bourdin. Syrie: Réveil des consciences

article ici :

http://allainjules.com/2012/08/04/syrie-linstitutionnalisation-galopante-du-terrorisme-en-syrie/

.

Des raisons d'espérer ?

 

(..)Des officiers militaires américains en poste ou en retraite, menés par le Chef de l’état-major le général Martin Dempsey, de même que des officiers militaires et des milieux du renseignement israéliens, sont sur le « pied de guerre » pour empêcher Benjamin Netanyahou et son ministre de la Défense Ehud Barak de lancer une attaque israélienne contre l’Iran dans les douze semaines à venir, c’est-à-dire avant l’élection présidentielle américaine de novembre.


Une attaque israélienne sur les installations nucléaires iraniennes, en discussion depuis de nombreux mois déjà, aurait pour effet d’entraîner le monde dans une guerre thermonucléaire.(..)


Le New York Times a publié également un article hier sur le danger immédiat de guerre, citant les propos du correspondant pro-paix Amos Harel, du quotidien israélien Ha’aretz et spécialisé sur les questions de défense, qui estime les probabilités d’une attaque sur l’Iran à 50% d’ici novembre.


Lors d’une réunion à Washington D.C. hier, l’économiste américain Lyndon LaRouche a fait part lui aussi de ses inquiétudes mais également de ses espoirs en raison de la résistance des militaires américains, israéliens, ainsi que des milieux politiques et militaires russes et chinois, à toute dérive vers la guerre, que ce soit à partir d’une attaque israélienne sur l’Iran ou d’une invasion militaire occidentale en Syrie.

 

http://www.solidariteetprogres.org/Danger-de-guerre-et-crise-financiere-inquietudes-et-raisons-d-esperer_08964

 

.

 

allume-feu-Tinder-on-a-Rope.png

.
Repost 0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 04:56

 

 

Le coup final de l´esclavage des peuples,

par l’endettement

mod_article4678205_1

 

mod_article4678205_1


 

Diffusez et faites diffuser aux citoyens, juristes et experts « intègres », d´urgence les informations, explications et documents ci-dessous, ne serait-ce que pour exiger un accès adéquat en langue française à ces documents afférents à la « BANQUE-MES ». Merci !

« Ils » – (en l’occurrence, TOUS les politiques) - veulent à tout prix finaliser, mettre en œuvre, et ceci sans retour possible, ce projet scélérat dans les prochains jours et semaines, sous prétexte d’urgence, et avant que la résistance des peuples enfin informés ne devienne trop importante. 

Vous trouverez ci-dessous des explications, dans les grandes lignes, rédigés de manière synthétique, et des conclusions de personnalités, référentes en la matière, dans les documents joints, dont TOUS les politiques nationaux, – quel que soit leur parti – ainsi que ceux de l’UE, disposent depuis au moins MAI 2011…, et auxquels ils ont déjà donné leur accord !

 

Pour le lecteur « pressé »…. – veuillez s.v.p. au moins lire la dernière partie de ce long article : les informations et explications du passage « Contrat et Banque-MES »



Étapes des « coups d’État » expliqués ci-dessous [2a – 2d,5]



1. 07/06/2010 : installation du FESF, « Fonds Européen de Stabilité Financière »

2. 25/03/2011 : les États membres de la zone euro mettent en place le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) après signature de l’accord modifiant l’article 136 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, afin de contourner, sans avoir notamment à passer par un referendum, l´article 125 du traité UE, interdisant explicitement l´aide financière d´un pays à l´autre ( clause de « non-renflouement »)

3. 24/06/2011 : signature de l’accord « Contrat BANQUE-MES » sur la création et installation d’une Institution que nous appellerons ici, n’ ayant pas accès à une version française du contrat , et pour éviter la confusion avec des termes déjà existants, la « BANQUE-MES ».

Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) [1]

Comme la « BANQUE-MES » est un élargissement du FESF, et que le FESF doit être intégré en 2013 dans la « BANQUE-MES » , nous devons tout d’abord présenter le FESF dans ses grandes lignes :

Supposez, pour mieux comprendre ce qui suit, que votre pays, A, est comme une maison, dont vous, le peuple, assurez l’entretien, - et sur la valeur de laquelle une banque peut accorder un crédit, par inscription d’hypothèque (la valeur de la maison est donc la garante d’ une dette ).
Surtout ne pas confondre montant d’un crédit, et montant garanti  : la banque accorde/met à disposition par exemple 100 € de crédit, mais elle exigera, d´après ses propres estimations de la valeur de votre maison, l´inscription d´une hypothèque = garantie, qui régulièrement dépasse le montant du crédit accordé en contrepartie, ici par exemple 500 € de garantie, pour le crédit de 100 €.

EN 06/2010

1. Les pays A (le vôtre…), B, C , D, (etc) créent une Société Anonyme (SA) luxembourgeoise - le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF, une Société Privée, qui possède la personnalité juridique d’après le droit luxembourgeois), et s’engagent par contrat envers elle. Chaque pays devient par ce contrat un actionnaire, en fournissant à la SA des engagements de garantie inconditionnelle et irrévocable (une inscription d’hypothèque sur votre maison), à hauteur du taux de participation à la SA qu’ils ont acceptée

2. La mission du FESF (en tant qu´intermédiaire/fournisseur de crédit entre pays et banques), est limitée dans le temps, et prend fin à l’échéance au 30/06/2013.
Jusqu´à cette date, le FESF doit veiller à ce qu’à tout moment un volume de disponibilités financières (contractuellement, des crédits jusqu´à globalement un plafond de 440 milliards d’euros – montant maximal global plafonné) puisse être mobilisé, au cas où votre pays A, et/ou le pays B, C , D, soi(en)t diagnostiqué(s) comme « en difficultés économiques » par les marchés financiers privés (banques, agences de notation etc) : dans ce cas, le FESF organisera un « Plan d’Austérité  » pour ce pays, et lui accordera ensuite, après son acceptation de ce Plan d’Austérité, un crédit « très avantageux », obtenu avec l’ « aide » et auprès d’organismes de capitaux privés ( Banques, Assurances, Industrie, Fonds divers, etc - nommés ci-après génériquement « Banques »).

3. Or, ce sont précisément ces Banques qui décident AUSSI à quelle hauteur doit se situer la garantie (l´inscription d’hypothèque sur votre maison) à laquelle s’engagent, inconditionnellement et irrévocablement, les pays ABCD,
 
a) pour sécuriser le crédit accordé au pays en « difficulté »

b) ainsi que pour le restant des disponibilités mobilisables du FESF (soit 440 milliards d’euros, moins la somme de(s) credit(s) déjà accordé(s) au(x) pays en difficulté). En conséquence, le montant de l’hypothèque grevant les « maisons » ABCD croît (théoriquement jusqu´à un montant illimité) en permanence, sans pour autant que le plafond de crédit, limité à 440 milliards d’euros, s’élève. (pensez ici aux fameuses mises en scène, et lancements d´alertes des banques , agences de notation, etc - toujours au « bon moment » - et vérifiez les diverses interventions, et augmentations des garanties, depuis juin 2010). Par suite, les propres notations « de fiabilité économique » (la valeur de la maison) des pays ABCD sont, en tout état de cause, affaiblies, ce qui fait donc aussi évoluer à la hausse le coût de leurs propres crédits ( dettes publiques ) dejà existants.

4. Garantir de manière inconditionnelle et irrévocablement :

a) inconditionnellement signifie que les pays ABCD, en cas d’insolvabilité d’un pays débiteur, devront payer (selon leurs taux de participation au FEFS) la dette de celui-ci auprès des Banques, sans pouvoir à aucun moment s’en défendre juridiquement.
 
b) irrévocablement : Les pays ABCD doivent supporter cette charge des garanties d’emprunts, jusqu’à l’apurement total de la dette du pays débiteur –
lequel apurement n´est bien sûr pas du tout souhaïté par les banques , bien au contraire. Donc, au bas mot, ce sont NOS hypothèques éternelles…

Ce sont donc toujours les banques, qui établissent le « Diagnostic » de faiblesse économique , et qui fournissent les « Remèdes », dont ils sont les seuls profiteurs !
Les Nations et les Peuples concernés sont ainsi, avec l’aide active de leurs dirigeants et représentants, dépossédés de tout pouvoir de décision et de gestion pour leur propre pays.

Le peuple Grec l´a bien compris en disant : « Nous ne voulons pas de votre argent !  »

Et, puisque ce premier coup bas fonctionne comme prévu, et qu’entre temps les peuples s’occupent, comme voulu, à s’entre-déchirer, la prochaine étape du plan devrait passer relativement inaperçue :

==> le FESF, à DURÉE LIMITEE d’existence de par son contrat fondateur, à relative visibilité de fonctionnement, et avec un MONTANT de dette « relativement » LIMITÉ,

sera remplacé par

==> la création et installation PERMANENTE d´une organisation supranationale, dont le capital et les garanties, inconditionnels et irrévocables, supportés par les peuples , seront à HAUTEUR ILLIMITEE ==> la « BANQUE-MES »

UE

Cela ne marche pas, selon vous ? C’est anticonstitutionnel ?..... Eh bien, voilà longtemps que les dirigeants et représentants des peuples ABCD – quelle que soit leur couleur politique, et avec participation active de chacun - ont abdiqué de la souveraineté de ceux-ci, petit à petit, au profit d’une entité nommée Union Européenne.

Aujourd´hui, plus de 80 % des lois et règlements qui s’imposent à nous, dans tous les domaines (social dont retraite, énergie, affaires étrangères, sécurité, santé, alimentation, éducation, etc etc), sont décidés au niveau de l’Union Européenne (UE), et sachez que
 
==> le Droit de l’UE s’impose au Droit National !

L´organigramme de L´UE n´est rien d´autre que celui d´une grande Multinationale, et votre pays n´en est qu´une filiale – une dépendance de la maison de Maitre !


Nos « représentants » élus ne sont TOUS que des chefs de division - des exécutants d’ordres venus d’ailleurs, ils n’ont aucun pouvoir réel de décision.

(Pensez donc une seconde à la Belgique – qui perdure sans gouvernement ! – prenant ses ordres de l’UE directement, et finit même, sans autorité supérieure propre……par « décider » d’entrer en guerre….)

Le 25/03/2010, l’UE a communiqué aux représentations gouvernementales des pays membres les projets de contrat et statuts de création de la « BANQUE-MES », et de modification du contrat FESF, avec pour instructions d’en bricoler des textes susceptibles d’être signés avant fin juin 2011 (fin du « semestre européen ») , ce qui s’est effectivement produit le 24/06/2011 !

Toujours le 25/03/2011, les traîtres aux peuples des pays de la zone euro se sont engagés à l’ínscription d´un « frein à l´endettement » (réduction des déficits, et interdiction de toute dette supplémentaire destinée à subventionner des besoins sociaux) dans chacune des Constitutions Nationales actuelles,– tous processus à exécuter à une vitesse record, et, dans la mesure du possible, sans que les Peuples – nous – s’en aperçoivent. [3a+3b]

Et nous en arrivons là au Contrat de création de la « BANQUE-MES », - signé le 24/06/2011 conformément aux instructions de l’UE, - et auquel nous, les peuples, n’avons officiellement à ce jour toujours pas accès.

Le « Contrat BANQUE-MES  » et la « BANQUE-MES » [4]

Les développements qui suivent reposent sur un document au périmètre très large, que nous nommerons « Contrat BANQUE-MES », document disponible uniquement en langues allemande et anglaise, qui a été publié sur internet depuis quelques semaines seulement.

Nous n’évoquerons ici , - afin que cette note reste lisible, mais également afin que vous, le peuple, puissiez réagir le plus rapidement possible - que quelques points non-exhaustifs des processus : « ENTRÉE EN VIGUEUR » , « ESCLAVAGE POUR DETTE » et « FORME INSTITUTIONNELLE ».



ENTRÉE EN VIGUEUR

L´entrée en vigueur de ce contrat ne dépend PAS du nombre de pays qui ratifient OU approuvent OU intègrent celui-ci .


Il suffit théoriquement qu´un seul partenaire contractant signataire ait souscrit au 31/12/2012, pour rendre possible l`installation de la « BANQUE MES ».

La diabolique construction du texte ouvre non seulement une mise en œuvre anticipée (et non pas tributaire de la date-butoir du 31/12/2012 ainsi que l’apparence en est donnée) mais PREVOIT la possibilite d´un RÉAJUSTEMENT des critères et seuils de participation, afin que l’entrée en vigueur du texte se fasse bien dans l’espace-temps qu’ils ont prévu [notamment voir Art.42+43]

Ne restez par conséquent pas sans réagir, dans l’espoir de blocage du processus, du fait qu´un ou quelques Etats refuse(nt) de l’intégrer, ou que des dirigeants traîtres à leur Nation ne parviennent pas à l’imposer – c´est ainsi que nous avons perdu notre souveraineté au profit de l’UE ! Chaque nation doit faire acte de résistance – tant que nous sommes encore des nations différenciées !



L´ESCLAVAGE POUR DETTE



1. La « BANQUE-MES » est créée sous clause de DUREE ILLIMITEE – et un Etat signataire n’a aucune possibilité de sortir du processus ! – votre « maison » appartient à jamais aux Banques, les peuples sont à jamais, inconditionnellement et irrévocablement, les garants et cautions des dettes auprès des banques – lesquelles ont un intérêt majeur à ce que cet endettement ne prenne jamais fin.

2. La « BANQUE-MES » est explicitement destinée à augmenter en permanence et de manière illimitée sa capacité de prêt, fixée prévisionnellement à 500 milliards d’euros ! (Note d'eva : Prêt = Endettement = Etranglement-esclavage des peuples ! Déjà, les milliards dont nous avons besoin sont donnés aux Grandes Banques, au prix, peu à peu,  de nos  services publics, de nos retraites, de nos protections sociales, de notre S.S., etc !

3. Le montant de départ des garanties exigées des pays membres est à hauteur de 700 milliards d’euros (voir ci-dessus les explications sur les garanties, qui en théorie peuvent croître de manière illimitée).

4. La « BANQUE-MES » annonce qu’elle a pour mission de « garantir la stabilité financière de l’ensemble de l’Eurozone » ET que son but est d’ « obtenir et maintenir la plus haute notation des Agences, pour les principaux organismes bancaires  ». Le besoin en capitaux sera donc énoncé….  par les banques (sur notre dos, donc, note d'eva. Et les banques-casinos pourront prospérer, spéculer, offrir des rémunérations folles à leurs traders, etc, mais leurs erreurs et leurs frasques seront payées par nous !)

5. Les Etats doivent ensemble verser (et devront donc pour ce faire contracter des dettes supplémentaires envers les banques) à cette « Architecture Financière », à partir de 2013, un montant de départ de liquidités de 80 milliards d’euros - qui devra être en permanence réabondé en cas d’utilisation. La « BANQUE-MES » doit explicitement engager ces fonds sur les marchés financiers, afin de faire croître « avec discernement » notre argent ainsi risqué….

6. La « BANQUE-MES » a tout pouvoir pour réquisitionner AUTOMATIQUEMENT et selon sa propre appréciation, auprès de chacun des Etats membres, le montant des capitaux qu’elle décrètera nécessaires pour éviter qu´un accident de paiement (catégorie à laquelle appartiennent aussi les échéances de versement d’intérêts d’emprunts !) ne porte préjudice… aux banquiers créanciers, ce qui signifie que la "BANQUE-MES" a le contrôle sur tous les budgets des Etats membres, budgets constitués de l’argent des peuples, et de leurs impôts.



+++++



Comprenez-vous maintenant ce que signifie l’exigence d’inscription d’un « Frein a l´Endettement », et d’une « Maîtrise des Déficits et des Dettes Souveraines », dans les législations supérieures des Etats membres : Les peuples devront, de par la Loi, « épargner »…. au meilleur service des banques… !

Et comme toutes ces belles personnes savent très exactement quels ravages ils commettent envers les peuples, ils se construisent, avec la « BANQUE-MES », un espace de non-droit, un petit Etat en soi (Nota : les textes créateurs sont de même architecture que ceux de la Banque de Règlements Internationale, et ceux du FMI) :

FORME INSTITUTIONNELLE [ notamment voir art.26-33]

1. Le siège de la « BANQUE-MES », une Organisation Internationale, est situé au Luxembourg, et dans son périmètre physique ne sera en vigueur que le corpus de Droit de la « BANQUE-MES » , et non pas celui d’autres pays, non plus, expressément, que celui des Etats membres de la « BANQUE-MES ».

2. La « BANQUE-MES » détient la personnalité et la capacité juridiques, peut donc contractualiser, transiger, etc.

3. Toutes les propriétés matérielles – où que ce soit dans le monde – de la « BANQUE-MES », bénéficient d’immunité et d’inviolabilité (par exemple, un immeuble appartenant à la « BANQUE-MES » ne peut être saisi, on ne peut y pénétrer sans consentement, ni le perquisitionner, même pour des recherches ordonnées par une décision judiciaire – et aucun document ou dossier appartenant à la « BANQUE-MES » ne peut être communiqué sous contrainte).

4. La « BANQUE-MES » est libre de toute imposition et taxation, - droits de douane et TVA éventuellement acquittés doivent leur être « restitués »….

5. Les collaborateurs de la « BANQUE-MES » n’acquittent pas d’impôt sur le revenu dans leur pays d’origine, sur leurs salaires et indemnités - financés par les peuples ! - versés par la « BANQUE-MES » en tant qu´ employeur.

6. Tous les collaborateurs de la « BANQUE-MES » sont assignés à vie à la confidentialité sur leurs missions. Ils jouissent d’une immunité juridique, ainsi qu’EXPLICITEMENT LES REPRÉSENTANTS des Etats membres (Ministres des Finances , etc) qui travaillent avec la « BANQUE-MES », ou sont missionnés auprès d’elle….

Concrètement, cela signifie que, lorsque le peuple aura enfin compris qu’il a été pillé et vendu, et qu’il voudra faire payer leur ardoise aux traîtres à la nation, ceux-ci pourront se réfugier dans les propriétés de la « BANQUE-MES », acquises avec l’argent du peuple, et sous la protection de forces de sécurité, payées par le même peuple…

+++++

Tout au long de l'histoire de l'humanité, la création de dissensions et rivalités entre les peuples a été un ingrédient indispensable pour gagner ce « jeu », dont le but ultime est qu’au bout du compte, les banques possèdent TOUT, que ce TOUT soit « grec », « allemand », « français »…..


Cet article a été publié sur le site d'Agora Vox,

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/07/02/24621631.html

 

.

Le mystère de la création monétaire

 

.

picsou

.

 

Le système financier se retrouve aujourd'hui dans un état de délabrement que l'on avait plus observé depuis presque 1 siècle. Les responsables tant opérationnels que législatifs ont donc complètement échoué dans la préservation de ce système. Leur responsabilité est d'autant plus grande que ce dernier est vital pour l'ensemble de la société.

Les "profanes" doivent donc s'intéresser à la question en devenant eux-mêmes compétents. Deux tendances se dégagent parmi ceux qui possèdent une expertise sur la finance :
- les orthodoxes dont les théories dominantes sont enseignées dans toutes les écoles de la planète
- les non orthodoxes qui ont déterminé par l'observation et l'analyse leurs propres hypothèses sur le fonctionnement de la finance


De plus, comme rien, n'est simple, il n'y a pas de consensus même parmi les représentants de l'une des 2 tendances !

En particulier le mystère de la création monétaire est un sujet non trivial qui fait l'objet de controverses sans fin.
Ce dernier est lié comme on va le voir au domaine des prêts et des dettes associées qui ont proliféré sans limites depuis environ 20 ans.

Avant d'évoquer la création monétaire, il faut tenter de savoir ce que l'on entend au sujet du concept de monnaie, c'est en effet la première question sur laquelle il n'existe pas de consensus.


A. LE CONCEPT DE MONNAIE


La définition originelle fut comme pour beaucoup de sujet établie par les Grecs de l'antiquité. C'est Aristote qui proposa la définition de la monnaie qui reste valable de nos jours [1].
Selon Aristote, la monnaie est définie par trois fonctions :
1. Unité de compte
2. Intermédiaire des échanges
3. Réserve de valeur

La monnaie est une unité de compte car un bien ou un service peut être exprimé en nombre d'unités de monnaie (1 kg de tomates vaut 3€).
Elle est un intermédiaire des échanges car elle permet d'être échangée contre tout ce qui est à vendre (avec des €, je peux aussi bien acheter des tomates qu'un ticket pour un concert d'AC/DC).
La notion de réserve de valeur indique que la monnaie garde sa valeur dans le temps, hors inflation (je peux acheter mon kg de tomates aujourd'hui ou bien dans un mois avec mes 3€).

La quantité de monnaie nécessaire à une zone économique est liée à l'ensemble des richesses échangeables dans cette zone à un instant donné.
Chaque richesse de cette zone possède alors un équivalent en valeur monnaie : le prix.


Les différents types de monnaie
Dans le système actuel, la monnaie se présente sous 2 formes :
1. Fiduciaire : billets et pièces (du latin fides, la confiance)
2. Scripturale : sous forme de jeux d'écritures bancaires

Pour la monnaie fiduciaire, il n'y a pas d’ambiguïté, le consensus est à peu près universel sur le fait qu'un billet de 100 € représente bien de la monnaie.
Une banque commerciale reçoit des dépôts et effectue des prêts, dans les 2 cas la banque effectue une opération par un jeu d'écriture à son bilan.
Dès l'énoncé de ce concept de base, les controverses commencent...


Les dépôts bancaires sont ils tous de la monnaie ?
Pour les orthodoxes, la réponse est triviale : tous les dépôts bancaires sont de la monnaie [2][3], les non orthodoxes par contre estiment que ce n'est pas le cas [4][9].
Lorsqu'une banque reçoit un dépôt, alors ce dépôt devient sa propriété associé à une dette de la banque envers le déposant.
Ce déposant peut alors régler un fournisseur à l'aide de cette dette de banque grâce à un virement ou à un chèque.
Les orthodoxes admettent alors comme une évidence que cette dette de banque est bien de la monnaie car elle semble répondre aux 3 critères Aristotéliciens.


Les crédits font les dépôts
Lorsqu'une banque émet un prêt bancaire (actif de la banque), alors il y a mise à disposition du montant correspondant à l'emprunteur (passif de la banque).

=> Interprétation 1
Lorsque la banque effectue un prêt, les orthodoxes pensent que ce dernier est indépendant des dépôts existants et donc qu'elle crée de la monnaie en échange d'une dette : les crédits font les dépôts.

=> Interprétation 2
D'autres (Jorion [4], Creutz [9],...) pensent différemment, à savoir que la banque ne prête que des montants qu'elle possède déjà dans ses actifs.
Cependant les sommes prêtées se retrouvent dans un premier temps en dépôt et peuvent donc être prêtées à nouveau vérifiant également l'adage précédent.
Ces questions seront développées plus bas.

Voyons d'abord les dangers d'une trop forte création monétaire.


Théorie quantitative de la monnaie
La théorie quantitative de la monnaie est une théorie économique fondée sur la relation de causalité entre la quantité de monnaie en circulation et le niveau général des prix.
Il semble que le précurseur dans ce domaine soit Martín d'Azpilcueta qui établit un lien entre l'arrivée de métaux précieux des Amériques au 16e siècle et une inflation qui en a découlé en Europe.
D’autres économistes célèbres ont développé cette théorie comme David Ricardo au 19e siècle.

En gros, cette idée est basée sur le fait qu'il y a un lien entre les richesses produites et la vitesse de circulation de la monnaie.

(Quantité de monnaie) x (Vitesse de circulation) = (Production) x (Prix)

D'après cette formule, une augmentation de la quantité de monnaie en circulation provoque une augmentation des prix à production et vitesse de circulation constantes.

A l'expérience, cette théorie s'est avérée exacte...dans des cas simples !
En effet, lorsque toute la monnaie créée est immédiatement utilisée dans une zone économique, alors on constate une apparition d'inflation et dans un cas extrême d'hyperinflation.

L'hyperinflation est la grande peur des économistes de tous bords !

Cependant, le système actuel étant très complexe, une création monétaire n'aura pas forcément d'effets visibles car cette monnaie ne sera pas obligatoirement utilisée partout et immédiatement.

Et enfin, la création monétaire n'est pas la seule cause génératrice d'inflation, le plein emploi mesuré via l'indicateur NAIRU en est une autre [5], mais c'est un autre sujet !


La création monétaire
En première approche, s'il y a augmentation de la richesse, alors il doit y avoir création monétaire associée pour faciliter les échanges de cette richesse.
Le système monétaire étant devenu très complexe et très entrelacé, aucun modèle prévisionnel n'est capable de déterminer un seuil de risque à la création monétaire, sachant qu'il y a déjà ambiguïté sur ce qui rentre ou pas dans la définition de la monnaie.
De plus, les effets d'une création monétaire dépendent de l'usage qui est fait de cette monnaie, en effet si elle n'est pas utilisée dans une certaine sphère comme l'économie courante, il n'y a pas de raison qu'elle induise des effets néfastes.


La destruction de la monnaie
Un élément fondamental est à noter, si une institution effectue des prêts massifs de monnaie par création de cette dernière, alors cette monnaie sera détruite lors du remboursement.
Au final, il n'y aurait eu un afflux de nouvelle monnaie que durant un temps limité.
C'est d'ailleurs l'un des rôles d'une banque centrale de faire des prêts courts termes aux banques commerciales par création de monnaie centrale.


B. QUI A LE DROIT DE CRÉER DE LA MONNAIE ?


Le système bancaire européen est constitué de 2 types de banques dont les statuts sont différents :
- les banques commerciales
- les banques centrales (BC Européenne et BC nationales)

La Banque Centrale Européenne (BCE) possède dans ses statuts le pouvoir légal de créer de la monnaie, il n'est par contre écrit nulle part que les banques commerciales possèdent également ce pouvoir.
La grande question est donc de déterminer si les banques commerciales effectuent ou non de la création monétaire.


Les banques commerciales
Les principales fonctions d'une banque commerciale sont les suivantes :
- collecte des dépôts clients (particuliers et entreprises)
- assurer les virements et autres retraits de liquidités demandés
- prêts sur demande à la clientèle
- gestion de l'épargne

La question qui divise est de savoir s'il y a un lien direct entre les prêts et les dépôts.

Vision orthodoxe
Dans tous les cours d'université sur la finance, il est expliqué que les prêts font les dépôts.
Cela signifie qu'une banque peut prêter des montants presque illimités (*) à l'aide d'un simple jeu d'écriture à son bilan :
. ACTIF = dette du client à la banque, montant M
. PASSIF = création monétaire du montant M, dette de la banque au client
Le passif de cette transaction se retrouve donc sous forme de dépôt d'un montant M sur le compte du client emprunteur (Actif du client).

(*) A la limite technique près des ratios de fonds propres obligatoires dans le bilan des banques (4 à 8%) et des 1% de réserves fractionnaires (également obligatoires) à la banque centrale.

Vision non orthodoxe
D'après Paul Jorion [4] et Helmut Kreuz [9], une banque commerciale ne peut faire un prêt que s'il correspond une somme déposée dans cette même banque ou emprunté à une autre banque, on dit qu'il y a "conservation des quantités" monétaires.
L'illusion que d'autres défendent, à savoir que les mêmes sommes sont utilisées plusieurs fois par "recopies monétaires" est fausse.
Les prêts se font en cascade à partir d'une masse monétaire existante.

Si par exemple je dépose 1000 € sur un compte courant, la banque peut sur cette somme prêter 900 € à un tiers et placer 100 € à la banque centrale sous la forme de réserve obligataire (vision simplifiée car c'est de la monnaie centrale).
Si le tiers est à la même banque que moi, alors il peut déposer ces 900 € sur un autre compte courant.
En apparence, on se retrouve avec 1900 € déposés à la banque, cependant, la masse monétaire reste bien de 1000 € car je ne possède plus les 1000 € de mon compte, ces derniers se sont transformés en reconnaissance de dette de la part de la banque, or une reconnaissance de dette n'est pas tout à fait de la monnaie, même si on le laisse entendre ! [4]

Cette illusion fonctionne tant que je règle mes dépenses à l'aide d'un chèque ou d'un virement, en fait je ne fais que transférer à mon fournisseur une reconnaissance de dette de la banque.

Le risque de "bank run"
Un bank run est un contexte où la plupart des clients d'une banque se présentent au guichet pour récupérer leur argent sous forme de billets (fiduciaire).
La banque est alors incapable de rendre tout l'argent des comptes courants, car une grande partie de ce dernier a été prêté avec intérêts, il faudrait donc détricoter instantanément tous les prêts en cascades effectués avec l'argent déposé.
De plus, la quantité de monnaie fiduciaire (billets et pièces) ne suffirait pas à répondre à une telle demande. Cette monnaie fiduciaire représente environ 15% de la masse monétaire en circulation (*), le reste est de la monnaie dite scripturale (jeux d'écritures).

Le système ne fonctionne donc que tant que ses utilisateurs lui font confiance, un bank run correspond donc à la perte de cette dernière.

(*) Si tant est que l'on soit capable de l'évaluer !


Les Banques Centrales
Une banque centrale est une institution qui est chargée par un ou plusieurs états d'appliquer les objectifs monétaires décidés par ces mêmes états.
Par exemple, pour la zone Euro, la Banque Centrale Européenne (BCE) est chargée d'appliquer la politique monétaire pour l'Euro (€).
Les rôles de la BCE sont les suivants :
- définition des orientations monétaires de la zone Euro
- mise en œuvre de ces orientations
- émission de monnaie
- virements interbancaires
- ...

Émission de monnaie
En particulier, la BCE est chargée d'émettre de la monnaie fiduciaire (Billets et pièces) et de la monnaie scripturale dite "centrale" (*).
Cette monnaie centrale est différente de la monnaie présente dans les banques commerciale qui est dite monnaie secondaire.
Cette monnaie secondaire est celle que chacun possède sur ses comptes courants (**).

Une limitation fondamentale est à noter, la BCE et les BC nationales ont pour interdiction de prêter directement aux états (Article 123 du traité de Lisbonne) [6].
Cette interdiction a pour but d'éviter le risque d'inflation lié à un trop important afflux de nouvelle monnaie dans l'économie, mais elle a également pour conséquence une charge de la dette des états qui est devenue aujourd'hui insupportable et qui s'autoalimente [6].

(*) En fait la BCE sous-traite l'émission de monnaie fiduciaire aux banques centrales nationales.

(**) Cette appellation "monnaie secondaire" qui ne représente en réalité que des reconnaissances de dettes est à prendre avec les réserves précédentes


C. MONNAIE CENTRALE ET MONNAIE SECONDAIRE


Un client de banque commerciale peut être un particulier, un commerçant, une entreprise, etc..
Lorsque 2 clients veulent effectuer un virement bancaire entre eux, différents cas de figure peuvent se présenter.


Les différents cas de virements bancaires
. Cas 1 : clients la même banque
. Cas 2 : clients de banques différentes du même pays
. Cas 3 : clients de banques différentes de pays différents

Cas 1 : même banque
Lorsqu'un particulier effectue un virement vers un autre particulier qui est dans la même banque (banque A), alors la banque A n'a qu'à effectuer un virement interne, c'est une reconnaissance de dette de la banque qui change de main.
Il n'y a transfert que de monnaie scripturale dite secondaire.
C'est le cas le plus simple.

Cas 2 : banques différentes du même pays
Si un virement doit avoir lieu d'un compte d'une banque A vers un compte d'une banque B, alors il faudrait par exemple que les banques s'échangent chaque soir des valises de billets (ou plus généralement de valeurs) !
En réalité, chaque banque possède un compte spécial à la BCE un peu comme un compte courant "spécial banque", mais ce compte est libellé en "monnaie centrale" : compte BC (Banque Centrale).
C'est au niveau de la banque centrale que le virement a lieu du "compte BC de A" vers le "compte BC de B".
La contrainte fondamentale est qu'il est impossible de faire un virement de monnaie secondaire vers la BC [7] ni l'inverse.
La monnaie centrale sert donc principalement à gérer les virements interbancaires.

Cas 3 : banques différentes de pays différents
. Dans le cas où les 2 banques sont dans 2 pays différents de la zone Euro, le principe est identique au cas 2, à la différence près qu'il existe un système de suivi détaillé de ces échanges appelé TARGET 2 [8].
. Dans le dernier cas où les banques appartiennent à des pays de zones monétaires différentes (ex : Euro et Dollar), les banques centrales procèdent par achats de devises de la zone d'en face.


Les fuites entre les 2 types de monnaie
Il y a presque étanchéité complète entre les 2 types de monnaie qui n'ont pas vocation à se mélanger, cependant, il existe plusieurs possibilités de "fuites" réciproques [7] :
. Fuites en billets
. Obligations d'état
. Circuit du trésor public

Fuites en billets
Une banque a besoin de monnaie fiduciaire pour ses clients (ex : DAB), elle peut donc échanger à la banque centrale de la monnaie centrale contre des billets de banque. Ces billets se retrouvent donc naturellement dans le circuit secondaire.
Les montants correspondants sont relativement faibles en proportion des masses monétaires en circulation car on ne peut échanger des milliards pas ce biais !

Circuit du trésor public
L'état est la seule entité économique qui pour des raisons historiques est gérée par sa banque centrale, c'est le seul vrai client de cette dernière.
Le trésor public possède son compte à la banque centrale nationale qui utilise donc exclusivement de la monnaie centrale.
Les recettes de l'état (impôts) lui sont versées en monnaie secondaire, cette dernière est alors transformée en monnaie centrale par la banque centrale nationale.
Puis comme l'état dépenses en général toutes ses recettes (!), la transformation inverse a lieu, équilibrant à peu près ce circuit.
La "a peu près" se traduisant par le déficit "éventuel" de l'état !
Ledit déficit étant couvert par les emprunts d'état sous forme de bons du trésor ou d'obligations d'état...

Obligations d'état
D'une manière générale, les obligations d'états sont achetées par les fonds spécialisés qui placent ainsi l'épargne de leurs clients.
Une banque commerciale a également le droit d'acheter des obligations d'état avec de la monnaie centrale, mais ce n'est pas sa vocation.
Ces obligations sont alors utilisées dans le cadre du budget de l'état pour le règlement de ses factures vers le système économique, donc sous forme de monnaie secondaire qui a été convertie par la banque centrale.
Il y a alors conversion de monnaie centrale en monnaie secondaire.


Liquidités
La liquidité correspond à de l'argent immédiatement disponible.
Lorsqu'une banque en manque de liquidités effectue un emprunt à une autre banque, le mécanisme revient de la même manière à un virement de monnaie centrale effectué par la banque centrale (BC) entre les comptes BC des 2 banques commerciales.
Lorsqu'une banque commerciale se voit refuser un prêt pas ses consœurs, alors elle n'a d'autre choix que de se tourner vers la banque centrale.
C'est l'une des fonctions de la banque centrale (BC) d'effectuer des prêts de liquidités (moyennant contreparties) aux banques qui lui font appel.
Ces prêts permettent alors à ces banques (éventuellement mal en point) de régler ce qu'elles doivent aux autres banques, elles ont emprunté de la monnaie centrale à la BC au lieu d'emprunter à leurs consœurs.
Il y a bien dans ce cas création de nouvelle monnaie centrale qui sera en principe détruite lors du remboursement (s'il a lieu !).


Lorsque les banques ne se font plus confiance
Lorsque de très nombreuses banques ne se font plus confiance, alors elles ne se prêtent plus entres elles : c'est une crise de liquidité.
Si elles ne se font plus confiance c'est parce qu'elles sont en très mauvaises santé à cause des actifs dits pourris qui sont présents dans leurs bilans, les premiers actifs de ce type sont issus de la première crise de 2007 liées aux prêts subprimes qui se sont écroulés avec l'immobilier US.
Si une banque en bonne santé prête à une banque gavée d'actifs pourris, alors le remboursement risque de ne jamais avoir lieu.

De nombreuses banques sont donc en faillite virtuelle mais ce phénomène est masqué par des opérations de colmatage de la banque centrale (ex : LTRO) qui évitent l'effondrement du système.


Les masses monétaires M0 à M3
Le système financier a définit différentes masses monétaires (M0, M1, M2, M3) qui permettent de définir un référentiel commun.

Masses monétaires

M0 = billets, pièces + la monnaie centrale des banques commerciales
M1 = billets, pièces + dépôts à vue
M2 = M1 + dépôts à terme
M3 = M2 + titres long termes

La logique de cette classification est liée à la liquidité des masses monétaires. Plus l'indice i (Mi) est élevé, moins l'argent est facilement mobilisable (moins il est liquide.


C. CONCLUSION


En synthèse, il existe 2 types de monnaie :
- la monnaie centrale scripturale et fiduciaire
- la "monnaie" secondaire scripturale uniquement

La monnaie centrale émise par la banque centrale est subdivisée en 2 catégories :
- monnaie scripturale (jeu d'écritures) qui sert principalement aux virements interbancaires dans la zone Euro
- monnaie fiduciaire (fides/confiance) sous la forme de billets de banque

La monnaie secondaire est présente sur les comptes courants (Dépôts A Vue) des particuliers.
Elle correspond à des reconnaissances de dettes émises par les banques commerciales et induit des querelles d'écoles sur le fait qu'il s'agisse de monnaie créée ex-nihilo ou pas.

Il y a en théorie étanchéité entre les circuits correspondant à ces 2 types de monnaie, il existe cependant des possibilités de fuites entre ces derniers à travers la monnaie fiduciaire et le trésor public des états.

La monnaie centrale est utilisée par les banques commerciales afin qu'elles effectuent leurs virements interbancaires.
Si une banque commerciale est en manque de monnaie centrale pour effectuer ses règlements, alors elle tentera de faire un emprunt de cette dernière sur le marché interbancaire.
Si le marché refuse de lui prêter, elle n'aura d'autre possibilité que de demander l'aide de la banque centrale qui lui accordera elle même le prêt nécessaire à la poursuite de son activité.

 

Liens :


[1] Lexique BNS - M
[2] La monnaie banque centrale 2/3 - Les-Crises.fr
[3] Création monétaire centrale - Alain Grandjean
[4] "L'argent mode d'emploi" Paul Jorion
[5] Le NAIRU ou pourquoi le chômage ne baissera jamais
[6] Traité de Lisbonne, article 123 : le coup d’état de la finance
[7] La monnaie banque centrale 3/3 - Les-Crises.fr
[8] Les soldes TARGET2 - Les-Crises.fr
[9] "The Money Syndrome" Helmut Creutz

 

.

http://french-revolution-2.blog.fr/2012/07/25/le-mystere-de-la-creation-monetaire-14097388/

 

.

133260083738.gif

 

- Les Six Etapes Cruciales Pour Publier Votre Livre

- Lulu.com, le premier éditeur en ligne

ouvert à tous les manuscrits

 

- Initiation à la mise en page.

 

Mon dossier ici :

 

Auteurs, 6 Etapes Cruciales Pour Publier Votre Livre (vidéo) - Lulu.com

 

.

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Libéralisme financier
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 18:41

 


http://toursdelaliberte.blogspot.fr/2011/08/caricature-rick-perry.html

.

Général Wesley Clark (2007) 

L'origine des guerres en Irak,

Libye et les autres (2mn 19)

 

...

 

 

Fusillade de Denver, attentat en Irak


Les victimes ne doivent pas pouvoir

se retourner

contre leurs bourreaux !


Par eva R-sistons

 

 

L'actualité m'interroge sans cesse. Derrière les proclamations officielles, les annonces, les informations, je cherche à démêler le vrai du faux, et surtout à comprendre la signification des événements. Les lecteurs de mes blogs ont de multiples clefs pour les comprendre. Mais en a-t-on toujours assez ?

 

Deux faits m'interrogent particulièrement : Le nouvel attentat très meurtrier en Irak, et le massacre (gratuit ?) dans un cinéma américain - massacre, d'ailleurs, qui est le symptôme d'une société malade. 

 

http://www.cin-et-toiles.com/acteurs/fiche-charlton-heston.htm

 

J'ai lu dans un article que l'ami sioniste des néoconservateurs protestants américains était préoccupé par le nombre d'armes circulant librement aux Etats-Unis. J'élargirai en disant que les deux compères - américain et israélien - souhaitent prudemment réduire le nombre de citoyens armés. En période de crise aigüe, de colère, les armes pourraient se retourner contre les malfaiteurs de l'humanité, au sommet.

 

Légiférer différemment choquerait les citoyens américains, habitués au laxisme le plus complet en matière de port d'arme et à la mentalité de cow-boy où les problèmes sont réglés par le colt, par la force. Mais les politiques sont si violentes, elles aussi, que les réactions pourraient être à l'unisson. Et comme le bien-être des populations est le cadet des soucis de l'Elite, on peut en effet légitimement penser que des faits-divers spectaculaires pourront être sinon favorisés, du moins utilisés afin de restreindre les libertés américaines en matière de port d'armes. La ploutocratie ne tolèrera jamais qu'on lui conteste le droit d'écraser la population ! Et elle fera tout pour se préserver des conséquences de ses politiques iniques et brutales, tout pour que les victimes ne se retournent pas contre leurs bourreaux.


 

bush_irak_net

http://islamicapolitica.com/

 

 

L'autre événement important, me semble-t-il, est la recrudescence des violences en Irak, pays qui était dirigé par un dictateur, certes, mais pays moderne, évolué, unifié, désormais complètement détruit, ruiné et morcelé par les Puissances anglo-saxonnes et israéliennes du "Bien, de la Liberté, de la Démocratie, du souci de l'humanitaire".

 

Les Médias font courir le bruit qu'Al Quaïda appelle à déclencher une guerre civile entre Chiites et Sunnites. Or, lorsqu'on sait qu'Al Quaïda c'est seulement  2000 fanatiques (chiffre donné sur C dans l'Air par un spécialiste français de la lutte contre le terrorisme devant un Calvi désappointé par l'annonce publique de cette vérité) et de surcroît financés, formés et armés par la CIA, on ne doit pas s'étonner si ces terroristes-là appellent les Musulmans à s'éliminer mutuellement pour faciliter le sale boulot des ennemis de l'Islam et du non-alignement sur le Système anglo-saxon conduisant directement à l'avènement du Nouvel Ordre Mondial proné par les Sarkozy, les DSK, les Attali etc. Nous sommes habitués au machiavélisme des Dirigeants, en particulier israéliens dont les Médias collabos se gardent bien de rappeler  le rôle majeur dans toutes les catastrophes touchant l'humanité (guerres néo-coloniales prédatrices, crises-rackets juteuses etc).

 

Il faut avoir à l'esprit que l'Occident combat avant tout les Etats souverains (non-alignés); Rien ne l'indispose autant que l'indépendance d'un Etat, et surtout son homogénéité. Par exemple, la Yougoslavie fédérait différents pays, et cette unité de surcroît communiste et surtout amie de la Russie indisposait l'Oligarchie anglo-saxonne. On a vu ce qu'il en advint, elle fut disséquée, et le Kosovo mafieux remercia aussitôt son libérateur américain (peu regardant en matière humanitaire, du Droit, de la Morale) en lui laissant bâtir sa plus grande base militaire... aux portes de la Russie ciblée !

 

Tous les Etats forts, unis malgré une mosaïque d'ethnies, de communautés, de religions, comme l'Irak ou la Libye, ont été ruinés et disloqués. En particulier, la Libye entièrement détruite voit s'affronter toutes les communautés, à la grande satisfaction de l'Occident qui profite des divisions pour piller le pays. Et aujourd'hui, les Chiites alliés de l'Iran ayant relevé la tête en Irak, les Décideurs israélien et américain ont donc programmé le chaos afin d'affaiblir le pays et sa capacité de résistance, essentiellement chiite, aux projets élaborés de concert avec les Sunnites ou pire encore, avec les Salafistes radicaux. En semant les graines du chaos dans un Etat, ils le morcellent, ils l'affaiblissent, et les guerres civiles font toujours le jeu des apprentis sorciers de l'Occident.

 

Ainsi, lorsqu' Al Quaida donne à nouveau de la voix, c'est toujours pour inciter aux guerres intestines, civiles, et donc au chaos qui permettra à l'Occident de régner, de piller, et d'imposer son autorité via le Nouvel Ordre Mondial totalitaire qui pour lui doit s'étendre partout. Le problème, c'est que les Musulmans sont un obstacle à l'édification de cette "Nouvelle Gouvernance Mondiale" (nouveau mot car le précédent est trop décrié aujourd'hui). S'ils se battent entre eux, la tâche sera ensuite plus facile pour d'abord les affaiblir, ensuite les réduire à néant et les soumettre de force au Projet global, planétaire, conçu par  les Décideurs anglo-saxons et israéliens. En Syrie, les communautés sont ainsi conduites, aujourd'hui, à se livrer une guerre sans merci.   

 

Autant dire qu'on peut imaginer facilement qu'il s'agit à nouveau, en Irak,  d'une opération "false flag", sous faux drapeau, dans l'espoir diabolique de voir Chiites et Sunnites s'affronter, et s'ils n'y pensent pas, Al Quaida conçu par les stratèges américains se chargera de le leur rappeler, ou de montrer la direction.  Un Etat fort, uni, est un obstacle aux projets hégémoniques de l'Occident ! Si les citoyens se retournent les uns contre les autres, ils seront moins aptes à se retourner contre les auteurs, dans la région surtout israéliens, de leurs malheurs !

 

Et l'attentat contre le bus bulgare rempli de touristes israéliens est, à sa façon, conçu pour envenimer la situation, mettre le feu aux poudres, désigner à l'Opinion internationale, sans la moindre preuve, les Iraniens et le Hezbollah, tous deux ciblés afin que la région soit définitivement domptée, débarrassée de ses éléments insoumis, non-alignés, dissidents. 

 

Ainsi, rien n'est gratuit, spontané, mais tout est pensé dans ses moindres détails, sur le long terme aussi.

 

Et ainsi aussi, par la faute des criminels, des terroristes de l'Occident, tout va au plus mal dans le pire des mondes possibles. Parce qu'encore et toujours, les populations, quelles qu'elles soient, sont sacrifiées à la cupidité des dirigeants occidentaux et à leurs appétits de pouvoir, de domination.

 

Identifier le mal, déjà, permet de mieux le combattre, ensuite.

 

Eva R-sistons aux scénarios machiavéliques conçus par les Anglo-Saxons et par leurs alliés israéliens.

 

Http://r-sistons.over-blog.com

 

 


 

 

Voir aussi :

Les islamistes : Victorieux ou manipulés ?

 

 

Pour moi, l'Occident se sert des divisions entre Musulmans pour régner. Les laîcs - dictateurs ou pas - sont écartés ou assassinés, et les Islamistes fondamentalistes, radicaux, triomphent, mais pas pour longtemps : Car ensuite, l'Occident appellera au choc de civilisations contre ces fanatiques et plus généralement (amalgame aidant) contre tous les Musulmans obstacles à la mise en place du Nouvel Ordre Mondial... et, avec leur finance islamique, opposés à la société capitaliste usurière, donc représentant une menace pour le Cartel bancaire d'essence anglo-saxonne. De surcroît, les terres arabes, musulmanes, ont un sous-sol qui attire les prédateurs ! La Syrie, par ex, principal producteur de gaz. La suite, on la connaît... Quand les Musulmans cesseront-ils de s'entre-déchirer pour le plus grand-profit de la Haute Finance et de la Grande Industrie (de mort, comme Armement, Chimie, Pétrole, Nucléaire, etc) ?  Quand les peuples d'Occident comprendront-ils qu'ils sont eux aussi abusés ? Tous floués, pour le plus grand profit de l'Oligarchie vorace ! (eva R-sistons, 23 7 12)

 

L'article ici :

Les islamistes : Victorieux, ou manipulés ? - Introduction d'eva R-sistons

.

25.7.12 : Par leurs choix actuels, les Palestiniens du Hamas nous deviennent moins sympathiques, nous avons moins le désir de soutenir leurs légitimes luttes contre l'Occupant sioniste. C'est voulu, et une fois de plus, machiavélique ! Souvenons-nous que ce sont les israéliens eux-mêmes qui ont suscité la dissidence du Hamas (alors que les Palestiniens étaient eux aussi unis et laics, les deux choses que les Occidentaux, pour mieux régner, combattent avec la souveraineté des Etats, le patriotisme, l'indépendance nationale). Pourquoi ? Pour diviser les Palestiniens entre eux, affaiblir leur résistance, et susciter le chaos intérieur. (eva R-sistons)

 

Hassan Nasrallah Dans un discours qu’il a prononcé récemment, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah appelle à l’unité des arabes contre l’impérialisme étasunien et sioniste. A juste titre, il attribue les divisions confessionnelles entre sunnites et chiites à l’ennemi. Il dit « J’appelle tous les libanais, et surtout les partisans de la résistance, à la patience et à la discipline, et à ne surtout pas répondre aux provocations. Certains payent de l’argent pour pousser le Liban vers le chaos et la division confessionnelle » (..)


Hassan Nasrallah s’est adressé directement au Hamas, sans pour autant le citer. Le Hamas est la branche palestinienne des Frères Musulmans.

 

La confrérie s’est récemment singularisée en soutenant la reprise en main des populations égyptienne et tunisienne après ses velléités de révoltes. Ils auraient aussi été actifs en Libye, et actuellement en Syrie. Ainsi, la confrérie se place d’elle-même dans le camp de l’Empire.

 

Alors, Nasrallah met en garde : « Gaza devrait se préoccuper pour son sort. Je m’adresse au peuple palestinien, et voudrais lui adresser un mot sincère : il sait que nous l’aimons, que nousi sommes solidaires de lui, que nous le soutenons et portons une partie du fardeau : Si la cause palestinienne revenait aux mains des régimes arabes (c’est probablement l’Egypte qui est particulièrement visée, actuellement aux mains de la confrérie. NDLR), la Palestine sera perdue à jamais. Il y a un axe (note d'eva : Libye-Liban-Syrie-Iran) qui a payé le prix de son soutien aux cotés des Palestiniens qui est victime d’une attaque féroce et fait l’objet d’une des pires campagnes confessionnelles. C’est le sort du peuple palestinien qui est le premier visé ! »

 

L’appel au Hamas (fort silencieux ces derniers temps) est tout à fait clair :

 

Les divergences confessionnelles doivent être mises au second plan, quand la résistance est en jeu !

 


« D’où la nécessité d’un pacte d’honneur entre les diverses composantes confessionnelles aux termes duquel tout individu, de n’importe quelle communauté, qui se permettrait de s’en prendre à d’autres groupes devrait être désavoué par sa propre communauté. » conclut Hassan Narallah.

 

Ainsi le Hezbollah,

que la propagande occidentale

présente comme des fanatiques,

sont en fait fort stratégiques.

 

Hassan Nasrallah appelle à la paix confessionnelle

 


 

 

le juillet 23, 2012 par Résistance 71


Une guerre pour laquelle Israël

ne demande qu’à trouver

une excuse pour commencer

par Gilad Atzmon




 

Quelques heures après l’attaque sur des touristes israéliens en Bulgarie, le premier ministre israélien Benjamin Natanyahou et son ministre de la défense Ehoud Barak furent prompts à annoncer que l’Iran et le Hezbollah étaient derrière cette attaque. En fait, il n’a pas fallu plus de deux heures pour le PM israélien pour faire porter le chapeau à un autre pays d’avoir commis un acte de guerre contre les citoyens israéliens sur un territoire tiers.


Bien évidemment, Netanyahou n’a fourni aucune preuve pour soutenir sa thèse. En fait, même aujourd’hui, trois jours après l’attentat, il n’y a aucune trace claire trouvée menant soit sur une piste iranienne ou une piste du Hezbollah. Qu’est-ce qui a donc rendu Netanyahou si déterminé ? Était-ce parce que lui-même savait que des agents israéliens ont assassiné des scientifiques iraniens depuis des années ? Netanyahou a t’il reagit de la sorte parce qu’il a pensé que considérant les multiples assassinats perpétrés par le Mossad à Téhéran, Israël pourrait bien être la cible d’une vengeance iranienne ? Bibi anticipait-il ?Je n’ai bien évidemment pas accès aux pensées de Netanyahou ni à celles de Barak, mais Israël a certainement clarifié maintenant son désespoir d’attaquer les centrales nucléaires iraniennes, même si ces attaques menaient à un conflit nucléaire mondial.

 

Afin de bien comprendre la morbidité d’un tel concept, nous devons garder présent à l’esprit que l’auto-annihilation collective est inhérente à la culture israélienne.

 

Pour autant que Netanyahou et Barak soient avides de déclencher une guerre mondiale, il est bien loin d’être évident que les masses israéliennes soient toutes aussi enthousiastes à se sacrifier sur l’autel national juif. Je suppose que la promptitude de Netanyahou et de Barak à blâmer l’Iran doit être vue comme une indication de leur impatience à attaquer ce pays.

 

Les deux leaders israéliens se sont maintenant débarassés de toute voix signifiante pouvant décrier une telle attaque sur l’Iran. L’ancien chef du Mossad Meir Dagan et le chef d’état major de la force de défense israélienne Gabi Askenazi, qui tous deux ont manifesté leur hostilité à toute attaque contre l’Iran, sont maintenant exclus du processus décisionnaire. L’ancien Major-Général Shaul Mofaz, le leader du parti politique Kadima, qui s’est aussi opposé à toute attaque contre l’Iran, a quitté la coalition politique de Netanyahou la semaine dernière.

 

Il semblerait que maintenant, il n’y ait plus personne dans le cabinet ministériel israélien pour stopper Barak et Netanyahou dans leur enthousiame génocidaire. De plus, d’un point de vue militaire israélien, le chaos actuel en Syrie est interprêté comme étant une “fenêtre d’opportunité”. Les généraux israéliens assument qu’Assad et son régime, trop préoccupés par leur survie politique, seraient limités quant à leur décision d’intervenir en cas d’attaque sur l’Iran.

 

De plus, les Israéliens pensent que sans le soutien de la Syrie, le Hezbollah resterait en dehors d’un conflit.. En termes militaires israéliens, cela signifie que le nord d’Israël n’est pas en danger imminent des missiles à courte et moyenne portées du Hezbollah, du moins pour le moment.

 

Les Israéliens sont dupes, comme d’habitude. Pour une raison bizarre, ils ne semblent pas vouloir mesurer l’importance réelle qu’aurait un tel conflit. Barak par exemple, a commenté de manière “optimiste” la semaine dernière qu’un clash avec l’Iran coûterait la vie à peut-être 500 Israéliens, de plus il est loin d’être clair sur quoi se basent les estimations de Barak à ce sujet. Considérant les hypothèses les plus courantes qui disent que l’Iran répliquerait à une attaque en tirant une première salve d’environ 1500 missiles sur Tel Aviv, Barak doit penser que chacun des missiles iranien n’a la capacité que de tuer qu’un tiers d’israélien. Barak est très certainement un optimiste. Il est aussi loin d’être clair de savoir si Israël possède de fait la capacité militaire de frapper l’Iran et de détruire son projet nucléaire.


Plus tôt cette année, des analystes américains avaient suggéré que l’armée de l’air israélienne ne dispose pas de la puissance nécessaire pour attaquer l’Iran. Par exemple, Israël n’a pas de capacité de ravitaillement des appareils en vol et ceci est important pour démanteler l’appareil de production nucléaire iranien. Il est aussi peu clair de savoir si Israël attaquerait l’Iran sans le feu vert des Etats-Unis et il est accepté de manière générale, qu’Obama ne donnera pas le feu vert avant les élections de fin d’année. Je pense que la signification de tout cela est simple:  qu’Israël attaque l’Iran est une question qui demeure ouverte. En revanche, nous avons une idée assez précise que le leadership israélien piaffe d’impatience de le faire.

 

Netanyahou et Barak prient pour avoir un prétexte de déclencher un conflit mondial.

 

Ainsi il devient totalement clair que l’état juif et ses lobbies / groupes de pression va t’en guerre, sont la menace ultime à la paix mondiale.

 

Nous devons donc prendre soin de cette menace immédiatement.


Gilad Atzmon est un musicien de jazz auteur-compositeur. Gilad.co.uk  

 http://resistance71.wordpress.com/

 

url de l’article original:

http://www.informationclearinghouse.info/article31961.htm

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Guerre contre l’Iran: Bulgarie, Israël… La route de la guerre contre Téhéran passe t’elle par Bourgas ?…

 

Dessin d'Arend, Pays-Bas.

Dessin d'Arend, Pays-Bas.

 

Attaquer l'Iran : plus facile à dire qu'à faire

http://www.courrierinternational.com/article/2012/02/21/attaquer-l-iran-plus-facile-a-dire-qu-a-faire

 

David Isenberg

 

Israël ne cesse de brandir la menace d'une attaque

contre les sites nucléaires iraniens.

Mais quelle forme pourrait prendre concrètement

une telle offensive ?

 

Même si les médias spéculent à nouveau sur l'éventualité d'une attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes dès ce printemps, le scepticisme est grand quant à la réussite d'une telle campagne et on peut se demander si Israël ne se contente pas en l'espèce d'aboyer sans avoir l'intention de mordre. L'Etat hébreu ne peut s'attendre à une répétition de l'opération de 1981 par laquelle son aviation avait détruit le réacteur d'Osirak, au sud de Bagdad.


Les Iraniens connaissent les capacités israéliennes et savent que cet Etat possède des bombes antibunker intelligentes fabriquées par les Etats-Unis. Le programme nucléaire iranien est dispersé sur tout le pays – le nombre de sites varie de 12 à 20, voire plus. Les installations ont été construites en gardant à l'esprit les capacités américaine et israélienne et sont protégées par un système de défense antiaérienne moderne russe.


L'élément essentiel du programme nucléaire iranien est sans doute l'usine de Natanz (dans le centre du pays). Le cœur du site est la zone des centrifugeuses, installées sous terre dans une structure renforcée. Mais même si Israël limitait ses cibles, il faudrait quand même qu'il attaque d'autres sites. Par exemple, l'usine d'enrichissement d'uranium de Fordo – elle a accueilli 3,5 % de l'uranium enrichi de Natanz –, près de Qom, qui est plus récente et est hautement fortifiée (elle se trouve à flanc de montagne). Ou l'usine de conversion d'uranium d'Ispahan, l'usine de production d'eau lourde qui est en construction à Arak et les centrifugeuses qui sont situées près de Téhéran.


Il y a près de 1 609 kilomètres à vol d'oiseau entre Israël et le site de Natanz. Comme les deux pays n'ont pas de frontière commune, les avions ou les missiles israéliens devraient survoler un espace aérien étranger – et hostile – pour parvenir à leur objectif. La méthode la moins risquée pour toucher Natanz, serait d'envoyer des missiles balistiques à moyenne portée Jéricho I ou III. Cependant, pour aller aussi loin, les missiles devront avoir une tête plus légère et on peut douter que celle-ci puisse s'enfoncer suffisamment dans le sol pour obtenir le degré de destruction souhaité.


L'option la plus probable reste donc l'envoi de chasseurs bombardiers fabriqués aux Etats-Unis. Les Israéliens possèdent vingt-cinq F-15l et une centaine de F-16l. Le F-15l peut transporter quatre tonnes de carburant dans ses réservoirs internes, ses réservoirs conformes et des réservoirs détachables. Ce qui lui permet de parcourir environ 4 450 kilomètres. Il pourrait encore étendre son rayon d'action en se ravitaillant en vol. Le F-16l a un rayon d'action plus grand qui permettrait à l'aviation israélienne d'attaquer des objectifs situés bien à l'intérieur du territoire iranien sans devoir se ravitailler.


Si on part du principe que l'attaque se ferait par avion, reste à savoir par où les appareils passeraient pour toucher des objectifs situés à 332 kilomètres à l'intérieur du territoire iranien. Ils peuvent passer soit par l'Arabie Saoudite, soit par l'Irak, peut-être même par la Jordanie. Chacune de ces routes représente un aller de 1 930 kilomètres. Dans l'option Arabie Saoudite, les avions partiraient du sud d'Israël, entreraient dans l'espace aérien saoudien par le golfe d'Aqaba, le survoleraient sur 1 287 kilomètres pour arriver à hauteur du Golfe puis feraient 483 kilomètres dans l'espace aérien iranien.


Comme l'armée de l'air israélienne ne possède pas d'avions furtifs, on peut raisonnablement s'attendre à ce que les appareils soient détectés pendant qu'ils survolent l'Arabie Saoudite. Nul ne sait si la défense saoudienne pourrait ou voudrait les arrêter. L'Arabie Saoudite craignant le programme nucléaire iranien, peut-être détournerait-elle les yeux et affirmerait n'avoir rien remarqué.


Si elle choisit de passer par l'Irak, la force de frappe part du sud d'Israël, fait 483 à 644 kilomètres dans l'espace aérien saoudien, ou à la fois saoudien et jordanien, pénètre dans l'espace aérien irakien le plus tôt possible, puis parcourt les 805 kilomètres de l'Irak au Golfe persique. Passer par l'espace aérien irakien risque de poser des problèmes politiques. Même si les troupes américaines ont quitté les lieux, une traversée du pays ne pourra se faire sans que les Etats-Unis ne le sachent et même sans leur autorisation.


La question, c'est de savoir si les chasseurs bombardiers israéliens peuvent mener cette mission sans se ravitailler. Le rayon d'action de combat – la distance qu'un appareil peut parcourir aller et retour sans se ravitailler – est difficile à calculer et dépend de l'armement embarqué, des réservoirs de carburant externes, du profil de la mission, etc.


Le rayon d'action de combat d'un F-15l ou d'un F-16l équipé de deux réservoirs conformes, de deux réservoirs d'aile, d'un armement correct est selon les meilleures estimations de près de 1 690 kilomètres. Chacune des deux routes possibles fait 322 kilomètres de plus. L'appareil pourrait être équipé d'un réservoir externe supplémentaire mais cela nécessiterait une réduction de l'armement, ce qui ne serait peut-être pas un problème compte tenu de la précision des armes dont dispose Israël. Reste la solution du ravitaillement en vol, mais ce serait délicat car il devrait se faire en terrain hostile.

 

Les Israéliens peuvent réussir en théorie, mais le risque d'échec est élevé. S'ils décident d'attaquer le site de Natanz, ils devront causer des dégâts suffisamment importants dès la première attaque parce qu'ils ne pourront pas procéder à des frappes sur les autres installations.


Cependant, une fois que les appareils israéliens seront rentrés au bercail, l'Iran ne risque-t-il pas de réparer les dégâts et d'accélérer son programme nucléaire ? Ou Israël part-il du principe que les Etats-Unis reprendront le flambeau et se lanceront dans une guerre à long terme avec l'Iran ?
.
http://www.courrierinternational.com/article/2012/02/21/attaquer-l-iran-plus-facile-a-dire-qu-a-faire

 

Jésus armé, la foi des "chrétiens" Américains ! (note d'eva)

.

jesus sitting nra GYLGjBroxY3c NRA: Terrorists should be Allowed to Buy Weapons

 

http://madmikesamerica.com/2010/05/nra-terrorists-should-be-allowed-to-buy-weapons/

 

 

 

A  lire aussi,

 

Le Pentagone crée une nouvelle forme de guerre : « La stratégie du nénuphar »

.

(..) Transformation de l’empire des bases


On pourrait penser que les militaires US se trouvent dans un processus de réduction, au lieu de l’expansion, de leur très peu connue mais énorme collection de bases à l’étranger. Après tout, ils ont été obligés de fermer toute leur panoplie de 505 bases, du mega au micro, qu’ils ont construit en Irak et maintenant ils commencent à réduire leurs forces en Afghanistan. En Europe, le Pentagone continue de fermer ses gigantesques bases en Allemagne et bientôt sortira deux brigades de combat de ce pays. On estime que la quantité de troupes mondiales sera réduite d’environ 100 000 soldats.

Cependant les Etats-Unis continuent de maintenir leur plus grand parc de bases de toute l’histoire : plus de 1 000 installations militaires en dehors de leurs 50 États et de Washington DC. Cela inclut des bases vielles de décennies en Allemagne et au Japon mais aussi des bases de drones totalement nouvelles en Éthiopie et aux Seychelles dans l’Océan indien [Où ils basent leurs MQ-9 Reaper UAV Predator], et y compris des stations balnéaires pour des estivants militaires en Italie et en Corée du Sud [Dragons Hill Lodge].

En Afghanistan, la force internationale dirigée par les Etats-Unis occupe encore plus de 450 bases. Au total, les militaires US ont une sorte de présence de leurs troupes dans à peu près 150 pays, pour ne pas mentionner les 11 groupes d’intervention des porte-avions – essentiellement des bases flottantes – et une présence militaire significative et croissante, dans l’espace. Les Etats-Unis dépensent actuellement environ 250 000 millions de dollars par an pour entretenir des bases et des troupes à l’extérieur.

Plusieurs bases, comme celle de la Baie du Guantanamo à Cuba, datent de la fin du XIXe Siècle. La majorité ont été construites ou ont été occupées pendant la Deuxième Guerre mondiale ou juste après, sur tous les continents, y compris lAntarctique. Bien que les militaires US se débarrassassent de près de 60 % de leurs bases à l’étranger après la chute de l’Union Soviétique, la base de l’infrastructure de la Guerre Froide est restée relativement intacte, avec 60 000 soldats US qui sont restés seulement en Allemagne, malgré l’absence d’une superpuissance ennemie.

Cependant, début 2001, avant même les attaques du 11 septembre, le gouvernement de Bush a lancé une refonte importante des bases et des troupes qui se poursuit maintenant avec le « pivot Asie » d’Obama. Le plan original de Bush était de fermer plus d’un tiers des bases US à l’étranger et de déplacer ses troupes vers l’est et le sud, plus près des zones de conflit prévues au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique, et en Amérique latine. Le Pentagone a commencé à se concentrer dans la création de « bases opérationnelles avancées » plus petites et flexibles et y compris des « sites de coopération » encore plus petits ou bien « nénuphars ». Les grandes concentrations de troupes étant restreintes à une quantité réduite de « Mobile offshore bases » (MOBs), – comme Ramstein, Guam dans le Pacifique, et Diego García dans l’Océan indien – qui devaient être étendues.

Malgré la rhétorique de consolidation et la fermeture qui a accompagné ce plan, après le 11 septembre en réalité le Pentagone a développé radicalement son infrastructure de bases, incluant des douzaines de bases importantes dans chaque pays du Golfe Persique avec l’exception de l’Iran et dans plusieurs pays d’Asie Centrale indispensables pour la guerre en Afghanistan.


Ils reprennent l’expansion des bases


« Un pivot vers l’Asie » annoncé récemment par Obama souligne que l’Asie orientale sera au centre de l’explosion des bases nénuphars et des événements en relation. En Australie, des soldats d’infanterie navale US se sont installés dans une base partagée à Darwin. Ailleurs, le Pentagone se consacre à des plans pour une base de drones et de surveillance dans les îles Cocos en Australie et de déploiements à Brisbane et Perth. En Thaïlande, le Pentagone a négocié les droits pour de nouvelles visites de leur Marine de Guerre et « un centre d’aide aux catastrophes » à U-Tapao. (..)

 

http://mecanoblog.wordpress.com/2012/07/24/la-strategie-des-nenuphars/
.

 

..........

Repost 0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 01:50

 

 

Tom-Clancy-ew.jpg

http://www.italiq-expos.com/blog-shopping/2008/06/06/1391-tom-clancy-s-end-war

 

Suite du précédent article,

Comment tout se tient

et pourquoi la 3e guerre mondiale a déjà commencé

 

 

A l'aube d'une troisième guerre mondiale ?
http://regardsurlarealite.centerblog.net/103-a-aube-une-troisieme-guerre-mondiale.
.
La 3e guerre mondiale a déjà commencé
Eva R-sistons
.
.
La 3e guerre mondiale a commencé, d'ailleurs depuis plusieurs années. Et pourtant, qui s'en doute ? L'économie américaine est exsangue (seule le complexe militaro-industriel se porte bien) : Comment masquer sa décrépitude ? Comment détourner l'attention de l'Opinion ? Et la dépression a contaminé l'Europe vassale. Dans le même temps, la population croit, la pollution aussi, les ressources s'épuisent, et des puissances émergent.
.
L'Empire anglo-saxon moribond est dangereux. L'hégémonie qu'il ne peut maintenir par le business, il va la perpétuer par la guerre. D'ailleurs, un capitalisme aux abois surmonte ses échecs en mettant le feu à la planète. Et c'est radical pour la surpopulation ! Cette fois, il ne s'agira plus de millions mais de milliards de victimes. La route sera libre pour les prédateurs en quête de nouvelles terres, de nouvelles ressources, de nouvelles exploitations.  Et les industriels de la Reconstruction se partageront les dépouilles. La machine économique pourra repartir !
.
La crise couve depuis des années. Des pays ont émergé, et puis la Russie a commencé à panser ses plaies et à redresser la tête. L'Empire tremble. Il faut disloquer le puissant allié slave, yougoslave, sur le continent européen.  De surcroît, ce territoire est encore communiste : Deux bonnes raisons pour l'attaquer, puis le morceler, le soustraire à l'allié russe ! Des massacres ethniques sont mis en scène, encore et toujours, l' Opinion gobe tout. Une fois la Yougoslavie divisée, l'Empire peut régner sur la région tout en affaiblissant la Russie. Et dans la foulée, l'OTAN (bras armé de l'Empire) installe dans le Kosovo mafieux désormais indépendant, sa plus grosse base militaire en Europe. 
.
OTAN-Crime-Libye.jpg
.
Après la Yougoslavie de Tito le communiste, voici l'Irak du laïc Saddam Hussein. Accusation d'"armes de destruction massive" infondées, et que dire du faux témoignage des "couveuses sanglantes" imputées au régime irakien au Koweït ? Elles ont là aussi servi à justifier l'entrée en guerre des Occidentaux. Et l'Irak tombe rapidement, avec en partie la légendaire garde du dictateur qui ne résiste même pas... car elle a été, au préalable, soudoyée par l'argent américain qui achète tout !
.
Suivent plusieurs autres guerres géostratégiques (notamment en Afghanistan, maintenant au Soudan, au Mali...), et voici la charge menée contre la Libye par un faux philosophe au service d'Israël, BHL, et par  Sarkozy "l'Américain". Tout est mensonge, mise en scène, propagande, et Celui qui a promu un étonnant "socialisme vert" (logement offert aux familles, eau et électricité gratuites, produits de première nécessité subventionnés..) et qui a fait en 7 ans de la Libye (Etat le plus arriéré du continent, sans dispensaire, sans école..) un pays moderne (notamment pour les femmes), un "pays de cocagne", le plus prospère d'Afrique (pas de dette, importantes réserves d'or, revenu élevé des habitants, pas de chômage, Système de Santé et d'Education performants, emploi de plus de 2 millions d'Africains..), Celui-là, donc, en l'occurrence Kadhafi, est torturé et assassiné au nom de nos grandes démocraties... Et le pays est disloqué, ravagé, ruiné et pillé par les multinationales occidentales, et puis les réserves d'or sont partagées entre les envahisseurs anglais, américains, israéliens, français, alors que le Système capitaliste financier est imposé au pays, avec ses exigences, ses rackets, ses taux usuriers, ses dettes, ses pillages, ses privatisations... Et tandis que les partisans du Colonel Kadhafi (qui avait réussi à débarrasser la Libye de ses potentats corrompus sans verser le moindre sang) sont impitoyablement traqués jusque chez eux, torturés, liquidés, tandis que le "socialisme vert" est aboli, tandis que le pays jusqu'alors uni derrière son dirigeant laïc est désormais en proie aux luttes claniques, ethniques... une fausse démocratie s'installe avec des élections bidons (faible taux de participation, aucun représentant de l'ancien Régime, victoire des "Libéraux" à la solde de l'Etranger) et des marionnettes islamistes de l'Occident dont le premier acte est d'ailleurs d'instaurer la Charia ! Qu'importe, les Médias claironnent partout que la démocratie a triomphé, et que cette démocratie-là sera bientôt instaurée en Syrie. Et dans cette nouvelle "démocratie" dessinée par les BHL, les Netanayahu, les Obama-Cameron, les Sarkozy-Fabius, prospèrent désormais les Islamistes les plus radicaux qui vont faire du pays une rampe de lancement des attaques contre l'Etat laïc syrien soutenu par les Chrétiens !
.
Et maintenant, c'est au tour de la Syrie d'être attaquée par la Coalition impériale de l'Occident, dotée d'une caution "arabe" avec les laquais du Qatar et d'Arabie Saoudite et tous les Islamistes fanatiques adversaires des Régimes laïcs.
.
Grâce à la Russie de Poutine plaidant contre l'ingérence dans les affaires intéreures des nations, et pour un monde multilatéral et de paix, grâce aussi à son allié chinois, les résolutions de ce faux organisme de Paix qu'est l'ONU sont bloquées, mais la guerre est menée de l'intérieur par un Occident qui arme, forme, soutient les Islamistes radicaux  opposés aux laïcs et aux Chrétiens du Régime syrien. Et les mêmes recettes sont employées : Faux massacres attribués aux soldats de Bachar-el-Assad (en réalité tournés dans les studios du Qatar, ou utilisation d'anciennes images de la guerre d'Irak, ou atrocités commises par l'Armée Syrienne dite "libre"), faux Observateurs des Droits de l'Homme, propagande de guerre, média-mensonges... la panoplie habituelle !
.
Après avoir promis "Le changement, c'est maintenant", François Hollande, via son Ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius au service des intérêts d'Israël, poursuit la politique de son prédécesseur, et la France continue sa sale croisade contre un Etat souverain soutenu par 80 % de sa population ! Pouvons-nous nous prévaloir de tels pourcentages en France ??? En tous cas, on se doute de la suite qui ressemblera étrangement à la situation  qui prévaut en Irak, en Libye... pays désormais soumis aux "démocrates irréprochables" de l'Occident !
.
Après la Syrie, on conditionne déjà l'Opinion à la guerre contre l'Iran. Tandis que nous sommes amenés à verser des larmes, encore et toujours, sur les sempiternels malheurs de la Communauté juive (encore ce 21 août avec un reportage sur les rafles du Vel d'Hiv), sans aucune preuve les dirigeants de l'Entité sioniste accusent de l'attentat de Bulgarie les Iraniens et maintenant aussi le Hezbollah... comme par hasard les deux derniers dirigeants de la région à refuser l'hégémonie de l'Occident, ses diktats, ses lois, son Nouvel Ordre Mondial dictatorial monstrueux !
.
Lorsque la Syrie sera domptée et qu'elle servira à son tour de base contre l'Iran, l'Occident "démocrate" s'attaquera aux derniers non-alignés : l'Iran et le Liban (du Hezbollah) d'abord, puis à la Russie et enfin à la Chine. Parallèlement, des coups d'Etat feutrés sont menés contre des Etats progressistes d'Amérique Latine (Honduras, Paraguay pour commencer), en attendant les gros morceaux vénézuelien, bolivien, cubain, etc, qu'il faudra de force aligner, soumettre au Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon et israélien.
.
La suite, on la devine : La guerre mondiale pleine et entière,  peut-être 5 milliards de morts, une partie de l'humanité ruinée (et les Industriels de la Reconstruction aux mains des Cheney et Co à l'oeuvre), les ressources accaparées, des dirigeants et des Médias aux ordres, le Nouvel Ordre Mondial et son contrôle total des individus. 
.
Mais la guerre mondiale a commencé en Europe avec l'attaque de la Yougoslavie communiste et souveraine, elle se poursuit discrètement aujourd'hui avec la Syrie, et lorsque l'Iran sera ciblé à son tour, nous aurons tout à craindre. 
.
Et pourquoi l'Occident a-t-il lancé cette guerre contre l'humanité ? Exsangue économiquement parlant, maintenu sous perfusion sur le plan financier, confronté au boom démographique, à l'épuisement des ressources surexploitées par lui, obsédé par le besoin de dominer et de contrôler tout (Nations, Pouvoirs, Médias, peuples... de manière anti-démocratique), et soucieux de vendre au maximum ses armes de destruction massive de plus en plus sophistiquées comme de les "rentabiliser" sur les populations (pour des raisons de profit, de dépopulation et de manifestation de sa puissance), cet Occident s'est lancé dans une folle fuite en avant pour l'accaparement des terres, des ressources vitales, des zones stratégiques notamment pour le passage des pipe-line... et il installe partout des bases militaires à son service. Il tient aussi à imposer au monde son Système capitaliste anglo-saxon générant des profits insensés pour les uns, la misère pour les autres. Au final, tout doit aboutir au Nouvel Ordre Mondial, au Pouvoir unique orchestré par les Grandes banques sur le dos des peuples, en spoliant les Nations de leurs réserves d'or, de leurs richesses, de leurs ressources, de leurs libertés, de leurs droits, de leurs protections sociales, de leurs services publics, de leur patrimoine.... comme en Grèce, d'abord en privant peu à peu les pays émergents (la Russie, la Chine..) de leurs zones d'influence, ensuite en attaquant les non-alignés, les pays réfractaires à cette gouvernance mondiale inique et dangereuse.
.
Sans une réaction rapide, globale et concomitante des populations de la planète à cette menace totale, nous nous dirigeons vers l'apocalypse nucléaire, vers une "shoa" mondiale, et probablement vers la fin d'une humanité à la seule inique discrétion des apprentis sorciers à Londres, à Washington, à Tel-Aviv, à Paris, qui se sont arrogés droit de vie et surtout de mort sur les peuples conditionnés par les Médias prostitués.

Eva R-sistons
.
3201823-4581066.jpg.
http://regardsurlarealite.centerblog.net/103-a-aube-une-troisieme-guerre-mondiale
.
Un journaliste fixe la date du début de la Troisième guerre mondiale


Le monde est témoin de provocations et mises en scène orchestrées par les Etats-Unis, intéressés à déchaîner un conflit global, a indiqué à Komsomolskaïa pravda le journaliste italien Giulietto Chiesa.

L’annonce de l’assassinat de Ben Laden témoigne, selon lui, du fait que Barack Obama suit la voie de George W. Bush, qui avait commencé la guerre au Proche-Orient sous des prétextes fallacieux. Le président cherche également à détourner l’attention de l’opinion publique des problèmes réels de l’économie américaine en déclin, estime Chiesa.

Les derniers événements (Fukushima, troubles arabes) surviennent dans le contexte de la crise qui s’annonce, selon lui. Le monde  va affronter une crise énergétique, liée à l’épuisement des hydrocarbures fossiles, et une crise financière, en raison du fait que le secteur industriel est englouti par le secteur financier, pense l’expert.

Une guerre pour les ressources peut commencer d’ici cinq ans, estime-t-il. Ce pronostic s’explique par la croissance de la Chine, le boom démographique dasn le monde et l’épuisement des ressources naturelles.

Le journaliste compare la situation actuelle en Europe à celle de l’époque de la Grande Dépression, qui avait engendré une série de régimes d’ultra-droite dans la région. Aujourd'hui, le gouvernement italien comporte déjà des fascistes, et la Constitution de ce pays subit une pression de plus en plus forte, avertit-il. Les nationalistes sont au pouvoir en Finlande et le parti xénophobe a remporté les élections aux Pays-Bas.

« En 1929, il y avait également une crise, et dix ans après, c’était la Seconde guerre mondiale. Nous nous retrouvons dans une situation beaucoup pire et beaucoup plus dramatique », dit Giulietto Chiesa.

Giulietto Chiesa, communiste italien et ancien député européen, est journaliste professionnel, ancien correspondant de L'Unità et de La Stampa à Moscou.
http://regardsurlarealite.centerblog.net/103-a-aube-une-troisieme-guerre-mondiale

Revue de Presse
(Je n'ai pu vérifier le bien-fondé de toutes ces Infos.
Je vous laisse le soin d'approfondir.. eva)
.

Sans-titre.png

 

Dans ce nouvel entretien, réalisé la nuit dernière, Thierry Meyssan revient sur la « bataille de Damas » durant laquelle les forces de l’armée syrienne ont mis en échec les combattants étrangers, principalement afghans et somaliens, financés par les forces occidentales, l’Arabie Saoudite et le Qatar.


Voir la vidéo

 

Pour un referendum sur le Pacte budgétaire européen

Dans son édition du vendredi 20 juillet, l'Humanité lance une pétition pour que le peuple décide de l'adoption du Pacte budgétaire européen, derrière lequel se cache la Règle d'or de l'austérité institutionnalisée et la cession de la souveraineté [...]

Lire la suite

 

Un réduit alaouite pour le clan Assad, "au cas où" ?

http://www.france24.com/fr/20120720-syrie-bachar-assad-damas-alaouites-lattaquie-repli-communautarisme-territoire-minorite

 

La véritable histoire sur la Syrie 1/3

http://www.youtube.com/watch?v=lu5qMqw2Sfw&feature=youtu.be

 

 

Le sectarisme du sayanim Manuel Valls

(tout début vidéo)

 

 

.

Hyperinflation : UBS présente les pays occidentaux à risque !

Banque : Entreprise gagée sur la mort ?

NationalDEbtSlave.jpg
Depuis quelques temps, les médias économiques commencent à s'emparer du crime bancaire organisé. Lorsque celui des réserves fractionnaires sera découvert par la majorité du grand public, il est difficile d'imaginer que sa réaction sera de continuer à accepter docilement son esclavage. Comment la population va-t-elle réagir à cette haute trahison des gouvernements complices d'un tel système ? Dans cette vidéo, vous allez comprendre le sens du mot "MortGage" qui signifie "emprunt" en anglais....
.
15034.jpg D'après la banque Suisse UBS, plusieurs pays occidentaux sont exposés au risque d'hyperinflation. L'économiste Peter Bernholz a identifié 28 cas d'hyperinflation au 20ème siècle et de grandes nations pourraient vivre une nouvelle fois cet incendie monétaire réduisant à zéro le pouvoir d'achat des économies en papier d'une vie entière. ZeroHedge nous présente les conclusions de cette étude. Pour UBS, l'hyperinflation n'est qu'un "phénomène financier" déclenché par plusieurs facteurs : -
.

Grands projets : Le Passage africain, un projet révolutionnaire

JPEG - 75.5 ko
http://www.solidariteetprogres.org/Grands-projets-Le-Passage-africain-un-projet-revolutionnaire_08931

 

http://www.solidariteetprogres.org/L-Egypte-se-tourne-vers-le-Soudan-pour-sa-securite-alimentaire-et-son-eau_07595

 

L’Europe s’enfonce dans l’euro-dépression

 

"Une explosion sociale menace l'Europe"

.

 

media_xll_5008089.jpg

 

A l’abri des regards, Moscovici

confie la réforme bancaire aux experts

http://www.solidariteetprogres.org/A-l-abri-des-regards-Moscovici-confie-la-reforme-bancaire-aux-experts_08927

L’Amérique se dirige vers une apocalypse économique

Source : Yahoo! Finance Traduit par Juliette

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/07/20/lamerique-se-dirige-vers-une-apocalypse-economique/#more-28725

Lettre ouverte d’un prêtre arabe de Syrie à Mr François Hollande

Pr. Elias ZAHLAOUI Église Notre-Dame de Damas Koussour – Damas
http://pressenza.com/npermalink/lettre-ouverte-dxun-pretre-a...
http://networkedblogs.com/A03qu
URL de cet article 17253 
http://www.legrandsoir.info/lettre-ouverte-d-un-pretre-arabe-de-syrie-a-mr-francois-hollande.htm

.

Syrie : La guérilla médiatique s’intensifie
La franco syrienne qui s’exprime ici affirme qu’il y a une grande offensive médiatique qui frappe la Syrie. Il n’y aurait pas à Damas ce vent de panique décrit à l’extérieur. Les informations diffusées par la presse internationale seraient abondamment falsifiées, ne reflétant pas la réalité telle que perçue par les Syriens qui en leur majorité s’opposent à un changement de gouvernement par la violence.
.
Ron Paul, ex-candidat aux primaires républicaines aux Etats-Unis, a déposé une proposition de loi visant à interdire au gouvernement, en l’absence d’une déclaration de guerre par le Congrès, d’apporter un soutien, direct ou indirect, à toute action militaire ou paramilitaire en Syrie.
 
Ségolène Royal - Valérie Trierweiler

 

Humour bien envoyé :

Interview que Ségolène Royal a accordé à un journaliste canadien.
 
Le journaliste:
Madame Ségolène Royal., que pensez-vous de la venue de Valérie T. comme nouvelle première Dame de France ?
Réponse de Ségolène Royal :
Grâce à l’éducation que j’ai reçue, voir mon ex compagnon avec une autre ne me rend absolument pas jalouse. Mes parents m’ont en effet appris, dès l’enfance, qu’il fallait savoir partager les jouets usagés avec les plus démunis.
.
.
.arton6821-28981.jpg
.

Bachar el-Assad ne croit pas à une contagion des évènements tunisiens et égyptiens en Syrie (photo DR)

WikiStrike a pu contacter son correspondant à Damas,

proche de la gouvernance


Assad aurait bien été touché, il aurait été opéré à Lattakia hier matin, puis aurait conféré les pouvoirs à son nouveau ministre de la Défense, il serait retourné toutefois à Damas, préférant rester au contact de son peuple.

D’après nos sources, Assad est en TOTALE sécurité.

Il est à rappeler que Bacher el-Assad n’a jamais commis le moindre crime contre son peuple depuis qu’il est au pouvoir, bien au contraire. Seuls les islamistes venus du Qatar (dont certaines scènes y sont tournés) et payés par les USA ont fait de la Syrie un véritable cauchemar. Ainsi Que la Libye, tout se met en place de l’Occident pour qu’un régime tombe, un régime qui dérange car compromettant son projet de gaz, de pétrole, et de sauve-qui-peu dans la crise.

Le pire à venir ?

Notre contact en Syrie (et toujours proche du Président), nous informe d’un danger de grandeur rarement vu à Damas. Selon lui, des drones américains sillonnent le ciel depuis deux jours, des gaz toxiques sont à prévoir dans les jours qui viennent, ces objets offrent aux rebelles masqués (par la CIA) des possibilités d’attaque. Certaines de nos sources ont pu voir ces drones.

Des armes chimiques dans Damas sont prévisibles dans les 3 jours.

Pour notre correspondant, la guerre de Damas ne tiendra pas qu'une semaine.

La Russie et la Chine, quant à elles, ont joué le veto cet après-midi au conseil de sécurité de l'ONU (ou OBU). Il semble évident que ces deux pays ayant trop d'intérêts en Syrie, ne laisseront pas l'Occident s'emparer des richesses d'un pays syrien plein de matières premières, mais aussi, plein d'un peuple premier.

Nous sommes en plein JO de Damas, et ne soyez pas surpris que si pendant que le monde fait la fête, la fête détruit un monde.

WikiStrike a pu contacter son correspondant à Damas, proche de la gouvernance

Ghisham Doyle

François Hollande est en quête de nouvelles formes de coopération avec l’OTAN. Le président français a donné l’instruction d’examiner les conditions de la participation du pays aux structures militaires de l’alliance. Selon les experts, Paris abandonnera, le plus probablement, le Commandement militaire intégré de l’OTAN. Hollande n’admettra pas, cependant, la rupture avec l’Atlantique Nord.

L’ex-ministre français des AE Hubert Védrine doit apprécier sur instruction du président le rôle de la France dans les structures atlantistes. Hollande promettait pendant sa campagne électorale de retirer le contingent français d’Afghanistan. Les Etats-Unis exhortent, néanmoins, leurs alliés à observer strictement le calendrier. Hollande se montre maintenant résolu à réviser tout l’éventail de la coopération avec l’OTAN. (..)

Hollande est en quête de nouvelles formes de coopération avec l’OTAN

..

 Notre monde est fou

avec la Recherche entre les mains du Pentagone ! (eva)

 

Effrayant! Vous avez redouté le concept de « Big Brother » qui surveille tout et qui voit tout, un totalitarisme technologique qui ne vous laissera plus la moindre liberté? Attendez-vous au pire avec un tel projet qui compte aller encore plus loin!

La DARPA recherche le nouveau « Big Brother »

 

La DARPA lance son programme d'innovation d'analyse de donnéesLa DARPA, l’agence pour les projets de recherche avancée de défense américaine, recherche activement des pionniers pour rejoindre leur Programme d’Etude d’Innovation de la Maison.

L’accent de ce programme est mis sur l’analyse de données visuelles et géospatiales. L’idée est de proposer une toute nouvelle approche dans l’identification des gens, des lieux, des objets, etc. Nouveau genre d’IHM, nouvelle technique de recherche, de stockage, tout sera évalué par les jurys de l’agence.

Les descriptifs des projets devront être soumis avant le 31 juillet et les huit meilleures équipes se départageront à partir du 17 Septembre au cours de deux sessions de quatre semaines. Pendant ces sessions, des accès aux bases de données non-confidentielles de la DARPA seront donnés pour une mise en pratique des plus réalistes. Une récompense de 50 000 $ de subvention sera accordée à l’équipe gagnante.

Source: Gizmodo.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/

 


Syrie : Il faut juger Merkel, Obama, Hollande et Cameron pour apologie du terrorisme.

 

bush_war_criminal.png
 

... .

tony-blair-war-criminal.jpg

... 

.

69c5e7db861233bd8.jpg
 
fxptandn.png

.

Repost 0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 18:25

http://gaetanpelletier.files.wordpress.com/2011/05/guerres.jpg

http://gaetanpelletier.files.wordpress.com/2011/05/guerres.jpg

Guerres de l'Occident : la honte ! (eva R-sistons)

 

 

 

L'Occident a déclaré la guerre à l'humanité

sous couleur de défense de la démocratie

et en utilisant des méthodes nouvelles

Par eva R-sistons

 

 

Les Etats-Unis sont en plein effondrement économique, seule l'industrie militaire est encore prospère, aujourd'hui : C'est un Etat dans l'Etat qui fait vivre des centaines de milliers d'Américains, sans parler des soldats, souvent des jeunes obligés de servir de chair à canons pour payer leurs études. 

 

La lutte pour l'accaparement des ressources et pour le contrôle des centres névralgiques du pouvoir est totale, et puisque les Etats-Unis et leurs alliés anglais, israélien, français... n'ont plus les moyens de leur politique impériale, il devient nécessaire d'être créatif contre les Nations souveraines, insoumises, non-alignées. Il faut aussi savoir que le Pentagone investit énormément dans la Recherche, l'industrie de mort se porte bien, et gare aux scientifiques qui préfèrent utiliser le fruit de leurs recherches de façon positive, au service de l'humanité ! Aucune profession, aujourd'hui, n'est aussi aussi exposée, et les chercheurs paient un très lourd tribut.... au "progrès" scientifique ! 

.

IlluSyrie02-2eed-263f2.jpg

 

Comment coloniser la planète le plus discrètement possible § ? Car l'occupation doit être invisible, les guerres aussi d'ailleurs, et surtout au moindre coût financier et humain pour l'Occident.

 

Les guerres, en effet, sont très onéreuses. Finis les conflits comme au Vietnam ou même en Irak, spectaculaires, désastreux pour l'image de marque des puissances occidentales bellicistes, et surtout synonymes de pertes humaines pour elles, enfin et surtout particulièrement coûteuses. Aujourd'hui, les caisses sont vides, certains Etats ne peuvent même plus payer leurs fonctionnaires, et la planche à billets est mise à contribution. Jusqu'à quand ?

 

Alors, les stratèges de Washington ou de Tel-Aviv rivalisent d'ingéniosité pour accomplir leurs forfaits aux quatre coins de la planète au moindre coût.  Tout est tenté pour paralyser un Etat indocile, l'affaiblir, le réduire à néant :  Guerre psychologique, guerre d'usure, guerre indirecte ou "douce", guerre du Renseignement, guerre intérieure via les ambassades au rôle toujours ambigu ou via les ONG exerçant des activités politiques financées de l'Etranger... En réalité, les Révolutions de couleurs comme en Ukraine ou en Georgie,  ou bien les "Printemps arabes", font peu à peu place à d'autres techniques de subversion, de déstabilisation, désormais au nom de la démocratie ou maquillées en "ingérence humanitaire" chère au Dr Kouchner aussi néoconservateur que George W Bush, mais plus intelligemment : Elles ne sont plus vendues au titre de la "guerre pour le Bien, contre le Mal, pour Dieu" ! Et les fallacieux arguments des "armes de destruction massive", ou des "couveuses" sanguinaires, comme en Irak,  ne font plus recette.

 

Au fait, on ose traiter de "conspirationnistes" ceux qui, les premiers, ont eu la finesse de s'interroger sur les motifs réels des guerres, ou sur les plans contre les nations (comme les crises provoquées ou comme les pandémies artificielles) ? On croit rêver ! Ce n'est pas à l'honneur des "accusateurs" !  Qu'ils songent un peu, par exemple, aux motifs invoqués par l'Occident pour dépecer la puissante Yougoslavie amie de la Russie, et ensuite installer, au Kosovo désormais indépendant et complètement mafieux,  la plus grande base militaire américaine aux portes du pays dirigé par Vladimir Poutine (authentique patriote travaillant pour le bien de l'Etat qu'il dirige et pour la préservation de son indépendance) : Les massacres ethniques - en réalité mis en scène, ou provenant d'autres nations, et exposés à des fins partisanes.


 

projetHAARP

 

Version officelle : Selon le site web dédié à ce programme, HAARP (High Frequency Active Auroral Research Program) a pour objectif d’étudier les propriétés de l’ionosphère. Plus particulièrement, elle permet d’étudier comment les perturbations de cette couche de la haute atmosphère par les orages magnétiques affectent les communications radio mondiales, les systèmes de navigation par satellite ainsi que les réseaux de transport d’électricité sur de longues distances.

Avec ces installations, les chercheurs « tentent aussi de produire de petits changements temporaires sur une région limitée, directement au-dessus du site d’investigation, qui, en aucun cas, ne peut être comparable aux phénomènes globaux provoqués par les perturbations solaires. Les instruments, d’une sensibilité extraordinaire, installés à l’observatoire HAARP permettent de faire des corrélations détaillées à partir des effets limités ainsi produits, permettant une meilleure compréhension de la façon dont l’ionosphère répond à une grande variété de phénomènes naturels.»

L'envers du décor : Derrière ce discours se cache un projet de 30 millions de dollars de coût annuel que l’armée américaine présente comme d’innocente recherches sur l’ionosphère. Les promoteurs du projet n’épargnent ni leur énergie, ni leurs dollars en campagnes de relations publiques et en publicité pour rassurer l’opinion américaine. Néanmoins, il est difficile de croire qu’il ne s’agit pas d’un projet à des fins militaires lorsque l’on sait que les vrais bailleurs de fond sont la Navy, l’Air Force et le Département de la Défense.

A quoi ressemble HAARP sur le terrain ? Il s’agit d’une vaste installation qui s’étend sur plusieurs hectares, à Gakona, une petite localité au nord-est d’Anchorage en Alaska. Le coin n’est pas si perdu que cela puisque l’installation jouxte les immenses réserves gazières et pétrolières appartenant à la société ARCO, par ailleurs propriétaire des brevets technologiques composant HAARP et “financier-écran” de ces équipements.(..)

http://contre-la-pensee-unique.org/blog/2011/06/03/climat-tesla-projet-haarp/

 

 

 

Donc, pour l'Occident prédateur, menteur, criminel, aujourd'hui on voit poindre deux impératifs : La discrétion, grâce aux médias laquais, et aux méthodes employées, pour dissimuler à l'Opinion internationale l'occupation progressive de pans entiers de territoires, les uns après les autres (comme dernièrement au Paraguay, après le Honduras, et les "vertueux" américains ne s'émeuvent évidemment pas des coups d'Etat qu'ils conçoivent eux-mêmes). Ensuite, l'utilisation de méthodes plus fines, plus légères, plus subtiles, si possible invisibles, en tous cas moins coûteuses.


Les luttes deviennent nouvelles: Virus informatiques comme ceux envoyés par Israël contre l'Iran, assassinat de chercheurs ou de scientifiques (encore une spécialité de l'Etat voyou Israël violant toutes les règles du Droit international dans l'impunité la plus complète), guerres électromagnétiques ou climatiques comme vraisemblablement contre Haïti (pays situé dans une zone stratégique pour les USA, et désormais occupé militairement sous couleur d'aide humanitaire - avec des "bienfaiteurs" en treillis) ou contre le Japon § 2, et puis utilisation de drones, envoi de mercenaires, d'Islamistes conditionnés au préalable et fanatiquement opposés aux régimes laïcs, comme en Syrie... car là, l'Occident doit contourner l'opposition résolue des Russes comme des Chinois, mais pour l'instant les Médias ne parlent que de la Russie de Poutine, dont il s'agit de se débarrasser en premier. Admirons au passage l'hypocrisie de notre Ministre des Affaires étrangères, le sieur Fabius qui il y a peu encore jurait devant Yahvé ou devant ceux qui se laissaient abuser, que la France "n'enverrait pas d'armes" pour soutenir l'Armée syrienne "libre", mais seulement du matériel de télécommunication. Et aujourd'hui encore, admirez la rouerie du bonhomme : "On atteint maintenant en Syrie un degré de violence insupportable ; avec Bachar-el-Assad au pouvoir, on court le risque de voir le chaos se propager !"


Fabius omet juste de dire que la France dirigée par des inconditionnels d'Israël (premier Etat intéressé à la perte de la souveraineté en Syrie comme ailleurs;  sa discrétion est légendaire, pourtant l'entité sioniste est toujours la plus active en matière de déstabilisation, de programmation de chaos) y contribue largement ! Le Ministre, dans son genre, est aussi insupportable que les BHL, DSK, Sarkozy, Cohn-Bendit, Kouchner et autres suppôts de l'Etat le plus menaçant de la planète pour la paix, Israël. 

 

Aujourd'hui, l'Occident prétendument démocrate est passé à la vitesse supérieure, en transformant la guerre d'agression en guerre totale contre le laïc Bachar-el-Assad non-aligné...  Gageons qu'il finira bientôt comme Kadhafi, et qu'un journal au service des guerres atlantistes et israéliennes comme le NouvelObs (déguisé en organe de gauche), se muera après-coup, l'hypocrite, en défenseur des Droits de l'Homme lorsque le dirigeant syrien aura été à son tour torturé, massacré, et peut-être aussi sa charmante épouse ainsi que leurs descendants...

 

Au fait, la Libye a bien voté, elle est devenue "libérale" (sic) ? La jolie démocratie à la sauce occidentale a triomphé, on a pu voter ? Oui, mais personne n'a pu représenter le "socialisme vert" de Kadhafi. Et les partisans du Bâtisseur de la Libye moderne, laïc, partageant avec ses ressortissants, lui, les revenus du pétrole, continuent à être pourchassés de maison en maison, torturés et massacrés. Alors, elle est pas belle, la démocratie toute neuve, avec les Islamistes alliés aux prédateurs de l'Occident ? Et c'est cette démocratie-là qu'on veut reproduire en Syrie, après avoir chassé les chrétiens du territoire et après avoir liquidé les partisans du régime ? Il y aura fort à faire, car ce n'est qu'à la frange que les Syriens soutiennent les "barbus" fanatiques formés et monnayés par les Usraéliens et par les mercenaires inféodés à la France modelée par le CRIF et par les Anglo-Saxons.  D'un autre côté, l'Occident est décidé à mener une guerre totale contre la Syrie, et c'est ce qui se passe actuellement. Mais hypocritement, il la "sous-traite" aux Islamistes...

 

En tous cas, si les guerres sont moins visibles, il n'en reste pas moins qu'elles sont permanentes, totales, et meurtrières pour les Nations, les peuples, les citoyens. Nous avons le devoir de démasquer les impostures partout où elles éclatent, nous avons le devoir de dire partout que l'Occident a déclaré la guerre à l'humanité. Au nom de la vérité, et au nom du Bien public, évidemment ! Sinon, un jour nous serons cuits comme la grenouille... § 3

 

eva R-sistons


http://r-sistons.over-blog.com

 

NB 1 : Attentat contre le bus de touristes israéliens en Bulgarie : False flag ? Sous faux drapeau ? En effet, l'entité sioniste l'a aussitôt imputé... à l'Iran ! Prépare-t-on déjà l'opinion à la prochaine guerre "nécessaire", après celle menée par les Occidentaux contre la Syrie ?

19 7 12 : Confirmation de ce que j'ai écrit le 18 ici, par ex : Attentats en Syrie et en Bulgarie : Les préparatifs de la guerre programmée contre l’Iran s’accélèrent !

Et maintenant, on associe le 2e dernier non-aligné de la région, le Hezbollah ! Ce ne sont pas des plans, tout ça ????


NB 2 : C'est extraordinaire : On dénie à la Syrie, pays attaqué, comme en Yougoslavie ou en Libye, le droit de se défendre... Et devant le tribunal fantoche de la Haye, qui voit-on ? Ceux qui ont défendu leur pays (Côte-d'Ivoire, Serbie, Libye...), pas ceux qui les ont attaqués pour voler les ressources et contrôler les décisions ! 

 

NB 3 : J'ai bien aimé le nouveau Président tunisien lorsqu'il a osé dire aux Parlementaires français : " Il est temps de reprendre en mains notre destin, il ne faut pas l'abandonner aux Forces du Marché ! " La Droite n'a d'ailleurs pas apprécié... (Retransmis par la LCP, 18.7.12)

 

 

§ Le titre de cet article que j'avais d'abord publié sur le site mondialisation.ca, est explicite : La guerre n'existe plus officiellement.. Les médias l'ont tuée ! (eva R-sistons)

§ 2 : Fukushima: Méga attentat ? Tout le laisse penser (1) , Fukushima: Méga attentat ? Tout le laisse penser (2) et utile à savoir : Nucléaire : Mesures d'urgence - Moyens de décontamination - Prévention

§ 3

R-sistons Vidéo 2 : La grenouille Sarkozy qui voulait être aussi grosse que le boeuf 
11:35

R-sistons Vidéo 2 : La grenouille Sarkozy qui voulait être aussi grosse que le boeuf

(et la cuisson de la grenouille - nous !)

http://4.bp.blogspot.com/_J5QtteoC_70/TUGq6DcsBZI/AAAAAAAABmg/O80yhLS35ws/s1600/grenouille-casserole.jpg

 

 

  Posté aujourd'hui sur mon blog officiel

(en attendant le site qui regroupera tout) :


Syrie: La VRAIE nature de l’Opposition (Skelton, The Guardian). Rôle France

.

medias-guerre-info.jpg


Syrie : La vraie nature de l’opposition

Il existe encore des journalistes,
de vrais journalistes,
au service de l' Information,
comme Charlie Skelton de The Guardian (GB),
saluons-les ! (Chantal Dupille)


Charlie Skelton - The Guardian (UK)


Les médias ont été trop passifs
au sujet des sources de l’opposition syrienne,
sans s’intéresser à leur nature
et à leurs affiliations politiques.
Il est temps d’y regarder de plus près…

16 juillet 2012

C’est un cauchemar qui se déroule en Syrie, dans les maisons d’al-Heffa et dans les rues de Houla. Et nous savons tous comment l’histoire va finir : avec des milliers de soldats et de civils tués, des villes et des familles détruites, et le président Assad battu à mort dans un fossé.


C’est l’histoire de la guerre en Syrie, mais une autre histoire doit être dite. Une histoire moins sanglante, mais néanmoins importante. C’est une histoire des faiseurs de contes : les portes paroles, les « spécialistes de la Syrie », les « militants démocrates. » Les faiseurs de déclarations. Les gens qui « exhortent, » et « avertissent »et « appellent à l’action. »


C’est une histoire sur les membres les plus cités de l’opposition syrienne et leur connexion au business anglo-américain de fabrication d’oppositions. Les médias d’information grand public ont été, pour l’essentiel, remarquablement peu regardants au sujet des sources syriennes : en les présentant simplement comme « portes parole officiels » ou « militants pour la démocratie » sans, en général, examiner leurs déclarations, leurs trajectoires ou leurs affiliations politiques.


Il est important de le souligner : enquêter sur la trajectoire d’un porte-parole Syrien ne revient pas à mettre en doute la sincérité de son opposition à Assad. Mais une passion haineuse contre le régime Assad n’est en rien une garantie d’indépendance. En fait, in certain nombre de personnalités importantes du mouvement syrien d’opposition sont des exilés de longue date qui étaient subventionnés par le gouvernement US pour affaiblir le gouvernement Assad bien avant le déclenchement du Printemps arabe.


Même si la déposition du président Assad par la force n’a pas encore été ouvertement affichée par le gouvernement des Etats Unis, ces portes parole plaident ouvertement pour une intervention militaire en Syrie et sont de ce fait des alliés naturels pour les néoconservateurs US bien connus qui avaient soutenu l’invasion de l’Irak par Bush et font maintenant pression sur l’administration Obama pour qu’elle intervienne. Et comme nous le verrons, plusieurs de ces portes parole ont trouvé un soutien auprès de ceux qui, des deux côtés de l’Atlantique, sont en faveur d’ une intervention militaire, et dans certains cas, ils ont développé d’anciennes et lucratives relations avec eux.


« Le temps est compté » [Le sable s’écoule dans le sablier] a déclaré Hillary Clinton dimanche. Il est donc grand temps, au moment où les combats en Syrie s’intensifient, et où des bateaux de guerre russes font route vers Tartous, de regarder de plus près ceux qui parlent au nom du peuple syrien.

 

Le Conseil National Syrien


Les portes-parole d’opposition les plus cités sont les représentants officiels du Conseil National Syrien (CNS). Le CNS n’est pas la seule organisation d’opposition – mais il est généralement considéré comme « la principale coalition d’opposition » (BBC). Le Washington Times le décrit comme « une organisation qui coordonne des factions rivales basées hors de Syrie. » Le CNS est certainement l’organisation d’opposition qui a les relations les plus étroites avec les puissances occidentales et qui a appelé à une intervention étrangère dès les premières phases du soulèvement. En février de cette année, à l’ouverture du sommet des Amis de la Syrie en Tunisie, William Hague [ministre britannique des affaires étrangères, NdT] avait déclaré : « Je rencontrerai les dirigeants du Conseil national Syrien d’ici quelques minutes… Nous, ainsi que d’autres nations, les traiterons et les reconnaîtrons en tant que représentants légitimes du peuple syrien. »

Le plus haut porte-parole officiel du SNC est l’universitaire syrienne établie à Paris, Bassma Kodmani.

 

Bassma Kodmani §


Kodmani est membre du bureau exécutif et chargée des affaires étrangères au Conseil National Syrien. Kodmani est proche du centre de la structure de pouvoir du CNS, et elle est un des porte-paroles du CNS les plus actifs. « Aucun dialogue n’est possible avec le régime en place. Nous ne pouvons discuter que de la manière d’aller vers un système politique différent, » a-t-elle déclaré cette semaine. On la retrouve, citée par l’AFP : « L’étape suivante requiert une résolution sous le chapitre VII [de la charte de l’ONU] qui autorise l’usage de tous les moyens légitimes, de moyens coercitifs, d’un embargo sur les armes ainsi que l’usage de la force pour obliger le régime à se conformer » [à la résolution].


Cette déclaration a été titrée de la manière suivante : « Les Syriens appellent à une force armée de maintien de la paix » (Herald Sun, Australie). Quand il est fait appel à une action militaire internationale de grande ampleur, il semble tout simplement raisonnable de demander : qui exactement fait cet appel ? Nous pouvons dire simplement, « un porte-parole officiel du SNC, » ou nous pouvons regarder d’un peu plus près.


Cette année, c’était le deuxième Bilderberg pour Kodmani. A la conférence de 2008, Kodmani était inscrite en tant que française ; en 2012 sa francité avait disparu et elle était inscrite simplement comme « internationale » - sa patrie était devenue le monde des relations internationales.


Quelques années en arrière, Kodmani travaillait pour la Ford Foundation au Caire, où elle était directrice de son programme de gouvernance et de coopération internationale. La Ford Foundation est une vaste organisation dont le siège est à New York et Kodmani avait déjà un rang assez haut placé. Mais elle était sur le point de monter d’une division.


Vers cette époque, février 2005, les relations syro-étatsuniennes s’étaient gravement détériorées, et le président Bush avait rappelé son ambassadeur à Damas. De nombreux projets d’opposition datent de cette période. « L’argent US pour des personnalités de l’opposition syrienne a commencé à affluer sous le président George W. Bush après qu’il a effectivement gelé les relations politiques avec Damas en 2005, » explique le Washington Post.


En septembre 2005, Kodmani a été nommée directrice exécutive de l’Arab Reform Initiative (ARI)- un programme de recherche initié par une puissante organisation de lobbying, le Council on Foreign Relations (CFR).


Le CFR est un think tank d’élite en matière de politique étrangère, l’Arab Reform Initiative est présenté sur son site web comme un « projet du CFR. » Plus précisément, l’ARI a été lancée par une organisation interne au CFR appelée le US/Middle East Project" – un groupe de diplomates de haut niveau, de financiers et d’officiels du renseignement, dont l’objectif affiché est d’entreprendre une « analyse politique » régionale de sorte « à prévenir les conflits et à promouvoir la stabilité. » L’ US/Middle East Project poursuit ces objectifs sous la supervision d’un conseil international présidé par le général en retraite Brent Snowcroft.

Brent Snowcroft (président émérite) est un ancien conseiller pour la sécurité nationale du président des Etats Unis – il avait succédé dans ce rôle à Henry Kissinger. A côté de Snowcroft dans le bureau international, nous trouvons son collègue en géostratégie Zbigniew Brzezinski qui lui avait succédé comme conseiller pour la sécurité nationale, et Peter Sutherland, le PDG de Goldman Sachs International. (..) 2005, le CFR avait assigné le « contrôle financier » du projet au Centre for European Reform (CER). C’est là que les Britanniques entrent en scène.


Le CER est supervisé par Lord Kerr ; le vice président de Royal Dutch Shell. Kerr est un ancien chef du service diplomatique et est conseiller principal à Chatham House (un think tank qui réunit les meilleurs cerveaux de l’establishment diplomatique britannique).


(..) Dans la liste de ses membres, vous trouverez le nom : « Bassma Kodmani (France/Syrie) – Directrice Exécutive, Arab Reform Initiative. »


Autre nom sur la liste : George Soros – le financier dont l’organisation à but non lucratif ‘Open Society Foundations » est une des principales sources de financement de l’ECFR. A ce niveau, les mondes de la banque, de la diplomatie, de l’industrie, du renseignement et les divers fondations et instituts de stratégie politique se retrouvent tous ensemble et, là, au milieu de tout ça, se trouve Kodmani.


Ce qu’il faut relever, c’est que Kodmani n’est pas une quelconque « militante pro-démocratie » qui s’est retrouvée par hasard devant un microphone. Elle dispose de références diplomatiques impeccables : elle a le statut de directrice de recherche à l’Académie Diplomatique Internationale – « une institution indépendante et neutre qui a pour vocation de promouvoir une diplomatie moderne ». L’Académie est présidée par Claude Cousseran, un ancien chef de la DGSE – le service de renseignements extérieurs français.


L’image qui se forme est celle de Kodmani comme fidèle lieutenant de l’industrie anglo-américaine de promotion de la démocratie. Sa « province d’origine » (d’après le site internet du CNS) est Damas, mais elle a des relations professionnelles étroites et anciennes avec précisément ces mêmes puissances qu’elle appelle à intervenir en Syrie.


Et nombre de ses collègues porte-paroles ont également de bonnes relations.


Radwan Ziadeh


Un autre représentant du SNC souvent cité est Radwan Ziadeh – directeur des relations extérieures du Conseil National Syrien. Ziadeh a un CV impressionnant : senior fellow d’un think tank de Washington financé par le gouvernement fédéral, l’US Institute of Peace (le conseil d’administration de l’USIP est plein d’anciens du Département de la Défense et du National Security Council ; son président est Richard Solomon, ancien conseiller de Kissinger au National Security Council).


En février de cette année, Ziadeh s’est associé à un groupe de faucons de l’élite de Washington pour signer une lettre appelant Obama à intervenir en Syrie (..)


Ausama Monajed


Avec Kodmani et Ziadeh, Ausama (ou parfois Osama) Monajed est un des plus importants porte-paroles du CNS. Il y en a d’autres, bien sûr – le CNS est une structure énorme qui comprend les Frères Musulmans. Le spectre de l’opposition à Assad est très large, mais ce sont là quelques voix essentielles (..)

 


Mais il est hors de doute que la principale organisation d’opposition est le CNS et on constate que ce sont souvent Kodmani, Ziadeh et Monajed qui le représentent. Monajed apparaît souvent comme commentateur sur les chaînes télévisées d’informations. On le voit ici s’exprimant depuis son bureau à Washington. Monajed n’édulcore pas son message : « Nous voyons tous les jours à la télévision des civils assassinés et des enfants assassinés et tués, et des femmes violées »


Dans le même temps, sur Aljazeera, Monajed parle de « ce qui se passe vraiment, en réalité, sur le terrain, » des « miliciens d’Assad » qui « viennent et violent les femmes, tuent les enfants et les personnes âgées. » Monajed est devenu, depuis seulement quelques jours, blogueur sur le Huffington Post UK, où il explique en long et en large ; « Pourquoi le monde doit intervenir en Syrie » - appelant à une « assistance militaire directe » et à une « aide militaire étrangère. » Une fois de plus, la bonne question pourrait être : qui est ce porte-parole qui appelle à une intervention militaire ?


Monajed est membre du CNS où il est conseiller du président et il est, selon sa biographie au CNS, « le fondateur et directeur de Barada Television, » une chaîne satellitaire basée à Vauxhall, Londres sud. En 2008, quelques mois après avoir assisté à la conférence Syria In-Transition, Monajed était reparti pour Washington, invité à dîner avec George W. Bush avec d’autres dissidents bien en cour (on peut voit Monajed sur la photo souvenir, le troisième à partir de la droite, cravate rouge, non loin de Condoleeza Rice –à l’opposé de Garry Kasparov).


A cette époque, en 2008, le Département d’Etat US connaissait Monajed en tant que « directeur des relations publiques pour le Mouvement pour la Justice et le Développement (MJD) qui dirige la lutte pour un changement démocratique et pacifique en Syrie. »


Examinons de plus près le MJD. L’an dernier, le Washington Post a sélectionné une information de Wikileaks qui a publié des quantités de communications diplomatiques piratées. Ces communications montrent qu’un important flux financier va du Département d’Etat US au Mouvement pour la Justice et le Développement dont le siège se trouve en Grande Bretagne. Selon l’article du Washington Post : « Barada TV est étroitement affiliée au Mouvement pour la Justice et le Développement, un réseau d’exilés Syriens établi à Londres. Les câbles diplomatiques américains classifiés montrent que le Département d’Etat a donné pas moins de 6 millions de dollars à cette organisation depuis 2006 pour qu’elle fasse fonctionner la chaîne satellitaire et pour financer d’autres activités à l’intérieur de la Syrie. »


Un porte-parole du Département d’Etat avait réagi à cet article en déclarant : « Essayer de promouvoir une transformation vers un processus plus démocratique dans cette société ne porte pas nécessairement atteinte au gouvernement en place ». » Et ils ont raison, « pas nécessairement. »


Questionné au sujet de l’argent du Département d’Etat, Monajed dit lui-même « ne pas pouvoir confirmer » un financement du Département d’Etat US pour Barada TV, mais déclare : « Je n’ai personnellement pas reçu un centime. » Malik al -Abdeh, tout récemment encore chef de la rédaction à Barada TV insiste : « Nous n’avons pas eu de liens directs avec le Département d’ Etat US. » La signification de cette phrase tourne autour du mot « directs ». Il convient de noter que Malik al -Abdeh, se trouve aussi être un des fondateurs du Mouvement pour la Justice et le Développement (destinataire de 6 millions de dollars du Département d’Etat selon le câble rendu public). Et il est le frère du président de la chaîne, Anas Al-Abdah. Il est aussi copropriétaire de la marque déposée du MJD : ce que Malik al Abdeh reconnaît, c’est que Barada TV reçoit une bonne part de ses financements d’une fondation américaine : le Democracy Council. Un des co-sponsors (avec le MJD) de la mini-conférence Syria In-Transition. Donc, ce que nous avons en 2008, lors de cette même réunion, ce sont précisément les dirigeants de des organisations identifiées dans les câbles Wikileaks comme étant le canal (le Democracy Council) et le bénéficiaire (le MJD) de grosses sommes d’argent du Département d’Etat.


Le Democracy Council (un pourvoyeur de subventions basé aux Etats Unis) cite le Département d’Etat comme étant une de ses sources de financement. Il travaille ainsi : le Democracy Council sert d’intermédiaire pour gérer des subventions en tant qu’intermédiaire entre la "Middle East Partnership Initiative" du Département d’Etat et des « partenaires locaux » (comme Barada TV). Comme l’explique le Washington Post :

« Plusieurs câbles diplomatiques émanant de l’ambassade à Damas révèlent que les exilés Syriens reçoivent de l’argent d’un programme du Département d’Etat appelé la Middle East Partnership Initiative. Selon ces câbles, le Département d’Etat a fait transiter l’argent à l’organisation en exil via le Democracy Council, une fondation dont le siège se trouve à Los Angeles. »


Le même article attire l’attention sur un câble de 2009 émis par l’ambassade US en Syrie qui indique que le Democracy Council a reçu 6,3 millions de dollars du Département d’Etat pour réaliser un programme concernant la Syrie, la "Civil Society Strengthening Initiative". Le câble la décrit comme « un discret effort de collaboration entre le Democracy Council et des partenaires locaux » dans le but de produire, entre autres choses, « divers concepts de diffusion [des idées]. » Selon le Washington Post : « D’autres câbles indiquent clairement qu’un de ces concepts était Barada TV. »


Il y a encore quelques mois, la Middle East Partnership Initiative (MEPI) du Département d’Etat était supervisée par Tamara Cofman Wittes (elle est maintenant à la Brookings Institution – un thinktank influent de Washington). Selon elle, la MEPI a « créé une ‘image’ positive des efforts des USA pour promouvoir la démocratie. » Quand elle travaillait sur ce dossier, elle avait déclaré : « Il y a de nombreuses organisations en Syrie et dans d’autres pays qui veulent des changements dans leurs gouvernements… C’est un agenda auquel nous croyons et nous allons le soutenir. » Et par soutien, elle veut dire financier.


L’argent


Ce n’est pas nouveau. Revenez un moment au début 2006, et vous avez une annonce par le département d’Etat d’une nouvelle « opportunité de subventionnement » appelée le « Syria Democracy Program. » Avec une offre de subventions d’un montant de « 5 millions de dollars sur l’année fiscale fédérale 2006. » Le but de ces subventions ? « Accélérer le travail des réformateurs en Syrie. »


En ce moment, l’argent afflue encore plus vite que jamais (Cf le 18.7.12, attentat du "garde du corps" de Bcahar-el-Assad, grassement payé, note de CD). Au début juin 2012, le Syrian Business Forum a été lancé à Doha par des dirigeants de l’opposition, dont Wael Merza (secrétaire général du CNS). « Ce fonds a été établi pour soutenir toutes les composantes de la révolution en Syrie, » avait déclaré Merza. Le niveau de ce fonds ? Quelque 300 millions de dollars. La provenance de l’argent n’est pas claire du tout, quoique Merza « a fait allusion à un puissant soutien financier des Etats arabes du Golfe pour le nouveau fonds » (al Jazeera). A son lancement, Merza avait dit que quelque 150 millions de dollars avaient déjà été dépensés, en partie pour l’Armée Syrienne Libre (ASL).


L’organisation d’hommes d’affaires Syriens de Merza était présente à une conférence du Forum Economique Mondial intitulée « Plateforme pour la coopération internationale » qui s’est tenue à Istanbul en novembre 2011. Tout cela s’inscrit dans le processus par lequel le SNC a grandi en réputation, pour devenir selon les propres termes de William Hague, « un représentant légitime du peuple syrien » et être capable de gérer ouvertement ces sommes énormes.


Construire la légitimité – de l’opposition, de sa représentation, de l’intervention – est l’essentiel de bataille propagandiste.

 

Dans une lettre ouverte publiée en février de cette année par USA Today, l’ambassadeur Dennis Ross déclarait : « Il est temps de rehausser le statut du Conseil national Syrien. » Ce qu’il voulait, urgemment, était « la création d’une aura d’inévitabilité du CNS comme alternative à Assad. » L’aura d’inévitabilité. Gagner la bataille à l’avance.


Un combattant essentiel dans cette bataille pour les esprits et les cœurs est le journaliste Américain et blogueur pour le Daily Telegraph, Michael Weiss.


Michael Weiss


Un des experts de la Syrie les plus cités dans les médias occidentaux – et un enthousiaste d’une intervention occidentale – Michael Weiss fait écho à l’ambassadeur Ross quand il dit : Une intervention militaire en Syrie n’est pas tant une question de préférence que d’inévitabilité. »


Certains écrits interventionnistes de Weiss peuvent être trouvés sur le site web beyrouthin pro-Washington appelé ‘NOW Lebanon’ – dont la section ‘NOW Syria’ est une source importante d’actualités syriennes. NOW Lebanon a été créé en 2007 par Eli Khoury, un cadre de Saatchi & Saatchi. Khoury est présenté dans l’industrie publicitaire comme « un spécialiste de la communication stratégique, spécialisé dans le développement de l’image de marque des entreprises et des gouvernements. »


En mai dernier, Weiss avait déclaré à NOW Lebanon que grâce à la fourniture d’armes aux rebelles Syriens, « nous avons déjà commencé à voir quelques résultats. » Il avait montré une approbation semblable pour les développements militaires quelques mois auparavant dans un article pour le New Republic : « Au cours des dernières semaines, l’Armée Syrienne Libre et d’autres unités rebelles indépendantesont fait de gros progrès – à la suite de quoi, comme tout blogueur peut le faire, il avait présenté son « Plan d’action pour une intervention militaire en Syrie. »


Mais Weiss n’est pas seulement un blogueur. Il est aussi le directeur de la communication et des relations publiques de la Henry Jackson Society, un thinktank de politique étrangère ultra-ultra-belliciste.


Parmi les parrains de la Henry Jackson Society à l’international, figurent : James "ex-CIA boss" Woolsey (..)


La Henry Jackson Society est intransigeante sur sa « stratégie avancée » pour la démocratie. Et Weiss est chargé du message. La Henry Jackson Society est fière de la grande influence de son chef des relations publiques : « Il est l’auteur de l’influent rapport « Intervention en Syrie ? Une évaluation de la légalité, de la logistique et des risques, » qui a été repris et approuvé par le Conseil national Syrien. »


Le rapport original de Weiss a été rebaptisé "Safe Area for Syria" – et a fini sur le site web officiel syriancouncil.org, comme pièce de la littérature stratégique de leur bureau militaire. La reprise du rapport de la Hery Jackson Society a été orchestrée par le fondateur et directeur exécutif du Strategic Research and Communication Centre (SRCC) – un certain Ausama Monajed.


Donc, le fondateur de Barada TV, Ausama Monajed, a édité le rapport de Weiss, l’a publié via sa propre organisation (le SRCC) et l’a transmis au Conseil national Syrien avac le soutien de la Henry Jackson Society.


La relation ne pouvait pas être plus étroite. Monajed en vient même à traiter des demandes pour des « interviews de la presse avec Michael Weiss. » Weiss n’est pas le seul stratégiste à avoir esquissé une feuille de route pour cette guerre (de nombreux thinktanks y ont réfléchi, de nombreux faucons en ont parlé), mais certains des aspects les plus saillants sont le produit de sa réflexion.


L’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme


La justification pour « l’inévitable » intervention militaire est la sauvagerie du régime du président Assad : les atrocités, les bombardements, les violations des droits de l’homme. L’information est cruciale ici, et une source domine toutes les autres quant à la fourniture d’informations sur la Syrie. Elle est citée à chaque fois : « Le directeur de l’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme (OSDH) a déclaré à la Voice Of America que les combats et les bombardements avaient tué au moins 12 personnes dans la province de Homs. »


L’OSDH est communément utilisé comme unique source pour d’informations et de bilans statistiques. Cette semaine, par exemple, l’AFP a publié cette dépêche : « Les forces syriennes ont bombardé les provinces d’Alep et de Deir Ezzor et au moins 35 personnes ont été tuées dimanche dans tout le pays, dont 17 civils, a annoncé un organisme d’observation. » Différentes atrocités ainsi que des chiffres de pertes sont énumérés, tous en provenance d’une seule source : « Rami Abdel Rahman, le directeur de l’Observatoire a déclaré par téléphone à l’AFP. »


Des statistiques plus horribles les unes que les autres émanent en nombre de « l’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme » (AP). Il est difficile de trouver une information de la presse sur la Syrie qui ne le cite pas. Mais qui sont-ils à l’OSDH ? « Ils », c’est Rami Abdulrahman (ou Rami Abdel Rahman), qui réside à Coventry.


Rami Abdullrahman chez lui à Coventry


Selon une dépêche Reuters de décembre de l’an dernier : « Quand il ne répond pas aux appels téléphoniques de la presse internationale, Abdulrahman n’est qu’à quelques minutes, plus bas dans la rue, dans son magasin de vêtements qu’il gère avec sa femme. »

Quand le blog Middle East live du Guardian avait cité « Rami Abdul-Rahman de l’ Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme, » il avait aussi proposé un lien vers un article sceptique du Modern Tokyo Times, un article qui invitait les organes d’information à être un peu « plus objectifs quant à leurs sources » quand ils citent « cette soi-disant entité, » qu’est l’OSDH.


Ce nom, « Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme », sonne si respectable, si inattaquable, si objectif. Et pourtant, quand Abdulrahman et son « ONG basée en Grande Bretagne » (AFP/NOW Lebanon) sont la seule source pour de nombreuses informations sur un sujet aussi important, il pourrait sembler raisonnable de soumettre cet organisme à un examen un peu plus approfondi que ce qui a été fait jusqu’à présent.


Cet Observatoire n’est en aucun cas la source syrienne d’informations à qui on peut faire confiance aveuglément ou presque…


Hamza Fakher


La relation entre Ausama Monajed, le CNS, les faucons de la Henry Jackson Society et un média accepté sans condition peut s’observer dans le cas de Hamza Fakher. Le 1er janvier, Nick Cohen écrivait dans l’Observer : « Pour avoir un aperçu du niveau de la barbarie, écoutez Hamza Fakher, un militant pour la démocratie qui est une des sources les plus fiables sur les crimes que cache le blackout du régime sur l’information. »


Il poursuit en reprenant les horribles récits de Fakher de tortures et de massacres. Fakher parle à Cohen d’une nouvelle technique de torture dont il a entendu parler, la plaque brûlante : « imaginez toute la chair fondant jusqu’à l’os avant que le prisonnier tombe sur la plaque. » Le lendemain, Shamik Das, écrivant sur la « base de preuves » dans le blog progressiste Left Foot Forward, cite la même source : « Hamza Fakher, un militant pour la démocratie, décrit l’affligeante réalité… » - répète le compte rendu de Cohen sur les atrocités.

 

Alors, qui est exactement le « militant pour la démocratie » Hamza Fakher ?


Il se trouve que Fakher est le co-auteur de Revolution in Danger, un « briefing de le Henry Jackson Society » publié en février 2012. Il a co-rédigé ce document avec Michael Weis, le directeur de la communication de la Henry Jackson Society. Et quand il ne co-écrit pas des briefings de la Henry Jackson Society, Fakher est le directeur de la communication du Strategic Research and Communication Centre (SRCC) basé à Londres. Selon leur site web, « Il a rejoint le centre en 2011 et a été chargé de la stratégie et des produits de communication du centre. »


Comme vous vous en souvenz sans doute, le SRCC est dirigé par Ausama Monajed : « M. Monajed a fondé le centre en 2010. Il est largement cité et interviewé dans la presse et les médias internationaux. Il travaillait auparavant comme consultant en communication en Europe et aux Etats Unis et a été directeur de Barada Television… »


Monajed est le patron de Fakher.


Si ce n’était pas suffisant, pour la touche finale de Washington, on trouvera au conseil d’administration du Strategic Research and Communication Centre, Murhaf Jouejati, profeseur à la National Defence University, à Washington – « la première institution de formation militaire interarmes (JPME oint Professional Military Education) qui est « sous l’autorité de son président, le chef d’état-major inter armes. »


Si vous aviez envie d’aller faire un tour au "Strategic Research and Communication Centre" de Monajed, vous le trouverez à cette adresse : Strategic Research & Communication Centre, Office 36, 88-90 Hatton Garden, Holborn, London EC1N 8PN.

 

Office 36 à 88-90 Hatton Garden est aussi l’endroit où vous trouverez le siège londonien de The Fake Tan Company (..)  Et encore une autre centaine d’entreprises. C’est un bureau virtuel. Il y a d’ailleurs quelque chose d’étrangement approprié dans tout ça. Un « centre de communication » - qui n’a même pas de local – au nom pompeux mais sans substance concrète.


C’est la réalité de Hamza Fakher. Le 27 mai, Shamik Das de Left Foot Forward a cité à nouveau un récit d’atrocités relaté par Fakher qu’il présente cette fois comme « le récit d’un témoin oculaire » (ce que Cohen n’a jamais affirmé) et qui maintenant s’est cristallisé comme étant « le dossier du régime Assad. » (..)

 


Je ne veux pas dire que les récits d’atrocités sont forcément faux, mais combien parmi ceux qui les prennent pour argent comptant s’intéressent à leurs origines ?


Et n’oublions pas, la déstabilisation qui a été entreprise dans le domaine de l’information et de l’opinion publique l’est encore plus sur le terrain. Nous savons déjà que (au minimum) « la CIA et le Département d’Etat… aident l’Armée Syrienne Libre de l’opposition à développer des routes logistiques pour acheminer des fournitures à l’intérieur de la Syrie et donnent une formation dans le domaine des [télé]communications. » (Comme la France de Fabius, note de C D)


Les soutes à bombes sont ouvertes. Les plans ont été préparés.


Ces choses étaient en préparation depuis longtemps. L’énorme énergie et la planification méticuleuse qui ont été investies dans ce changement de régime – c’est à vous couper le souffle. La force de persuasion et les entrées politiques des grandes fondations et des think tanks politiques sont considérables, mais l’examen des sources ne se contente pas de titres pompeux, de bourses de recherche et de « briefings de stratégie. » On doit demander : directeur exécutif de quoi exactement. Le fait d’avoir les mots « démocratie » ou « droits de l’homme » dans l’intitulé de votre job ne vaut pas dispense de ce contrôle.


Et si vous êtes un « responsable de la communication, » cela implique que vos paroles doivent être accueillies avec une prudence extrême. Weiss et Fakher, tous deux responsables de communication sont des professionnels des relations publiques. Lors de l’évènement de Chatham House en juin 2001, Monajed était inscrit en tant que « directeur de la communication de la National Initiative for Change » et il était directeur des relations publiques pour le Mouvement pour la Justice et le Développement (MJD). Le craéteuutr du site web d’informations NOW Lebanon, Eli Khoury, est un cadre publicitaire de Saatchi. Ces responsables de la communication travaillent dur pour créer ce que Tamara Witts appelait une [image de] « marque positive. »


Ils vendent l’idée d’une intervention militaire et d’un changement de régime, que la presse grand public est pressée d’acheter.

 

Beaucoup de « militants » et de porte-paroles de l’opposition syrienne sont étroitement liés (souvent financièrement) aux Etats Unis et à

Londres : à ceux-là mêmes qui feraient l’intervention. Ce qui veut dire que les informations et les chiffres donnés par ces sources ne sont pas nécessairement de la pure information ; ce sont des arguments de vente dans une campagne de relations publiques.


Mais il n’est jamais trop tard pour poser des questions, pour examiner des sources. Poser des questions ne fait pas de vous un admirateur d’Assad ; c’est un argument spécieux. Cela vous rend seulement moins susceptible d’être induit en erreur par la propagande.

 

La bonne nouvelle, c’est qu’il nait un sceptique par minute.


Charlie Skelton - The Guardian (UK)
12 juillet 2012



 

 

Charlie Skelton est un de ces journalistes atypiques dont la Grande Bretagne semble avoir le secret, qui associe l’excentricité à la culture générale et à la rigueur professionnelle.


Pour Bassma Kodmani: « Le Conseil national syrien souhaite aussi impliquer les voisins arabes de la Syrie, qui ont un rôle important à jouer.» Crédits photo : NOUVELOBS/SIPA/SIPA

 

http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/03/01003-20111003ARTFIG00775-bassma-kodmaniil-faut-asphyxier-le-regime-syrien.php/

La controverse à propos de Basma Kodmani

Une caution moderniste à une alliance rétrograde

(..) Mais la propulsion au poste de porte-parole de l’opposition syrienne de cette chercheuse à l’IFRI (Institut Français de Relations Internationales), le fortin atlantiste de la pensée stratégique de la diplomatie française, de surcroît ancienne directrice de la branche régionale de la Ford Foundation au Caire, et auditrice assidue au Forum de Bilderberg, la plateforme décisionnelle des cosmocrates de la trilatérale (Etats-Unis, Europe, Japon) a été perçue par des franges de l’opinion arabe comme une volonté de conférer un halo de modernité à une opposition largement dominée par les «Frères Musulmans».


Un effet d’image destiné à gommer dans l’opinion le congrès de juillet 2011, tenu à Paris par les Frères Musulmans, sous l’égide de Bernard Henry Levy, le plus en vue des intellectuels français pro-israéliens, désastreux pour la crédibilité de l’opposition syrienne. Une opération de ravalement cosmétique à une alliance rétrograde, boudée d’ailleurs à ce titre par d’authentiques résistants de l’intérieur.

 

Pour un duo qui se veut représentatif de la future Syrie libre, moderne, démocratique et indépendante, son placement sous tutelle de l’ancien pouvoir colonial, un des grands soutiens aux dictateurs arabes déchus (Egypte, Tunisie), artisan du démembrement de leur pays d’origine, la Syrie, au bénéfice de la Turquie, par détachement du district d’Alexandrette, et, maitre d’œuvre du blocus de Gaza sous la mandature Sarkozy, pouvait difficilement se percevoir comme une marque de génie politique, nonobstant les effets corrosifs de cette servilité sur la crédibilité du leadership de l’opposition.

 

Sans charisme, sans relief, sans véritable marge de manœuvre, le noyau français au sein de l’opposition syrienne est apparu, neuf mois après son lancement, comme tributaire de ses commanditaires, à la merci de leur agenda diplomatique, oubliant ou feignant d’oublier que la stratégie occidentale de la dernière décennie a visé à sanctuariser Israël et à ostraciser l’Iran en vue de consacrer une mise sous tutelle durable du monde arabe à l’hégémonie israélo-américaine.

 

Nicolas Sarkozy, le pivot européen de l’axe israélo-américain, Alain Juppé, le ministre gaulliste néo atlantiste concédant arbitrairement et unilatéralement à Israël, en pleine bataille de Syrie, le droit de se dégager de ses obligations internationales concernant les territoires palestiniens de 1967, assurant de surcroit se ranger du côté d’Israël en cas de guerre régionale, la Turquie, l’autre manche de la tenaille qui étrangle, avec Israël, leur pays d’origine, l’Emir du Qatar, l‘artisan de la désarticulation de la Libye et Youssef al Qardawi, l’ancienne bête noire de l’Occident reconverti dans l’honorabilité par le fait des royalties princiers …on aurait rêvé meilleure caution morale à une entreprise d’une telle ampleur, la transformation démocratique de la Syrie, et, au-delà du Monde arabe.

 

Circonstance aggravante, le précédent géorgien de Salomé Zoubachvili, binationale franco-géorgienne, nommée ministre des Affaires étrangères de Géorgie après avoir été ambassadeur de France, a pointé la nature hybride du duo et joué en sa défaveur en ce qu’elle a posé le problème du bien-fondé d’une décision visant à confier la direction de l’opposition syrienne à des membres de la fonction publique française, c’est-à-dire à des salariés de l’ancien pouvoir colonial.

 

Pour rappel à l’ordre, à l’intention du lecteur arabophone, le code de conduite édicté par Nasser à l’égard des menées impérialistes:

http://www.youtube.com/watch?v=DdgivvmnZGA&feature=youtu.be


Et pour le lecteur francophone le résumé suivant:


Répliquant à une menace américaine de lui couper l’assistance financière, Nasser a proclame «Les Américains menacent de nous affamer. Eh bien on mangera quatre jours sur sept, un jour sur deux, un repas sur deux. (..)

 

En la imagen, Bassma Kodmani, representante del Consejo Nacional Sirio (CNS). EFE/Archivo

  http://www.que.es/ultimas-noticias/internacionales/fotos/imagen-bassma-kodmani-representante-consejo-f523645.html

.

Voir aussi :

France Syrie : les mercenaires inféodés à la France soutenus par ...

saidabiida.blog.fr/.
20 févr. 2012 – Bassma Kodmani qui est aussi agent de la DGSE et opère au ... ce qui devrait selon le contexte justifier la présence d'Israël parmi eux ( !) ...
20 févr. 2012 – Bassma Kodmani participant à un débat télévisé dans lequel elle exprime son admiration pour « Israël » et les Israéliens et estime que « les ...
.
 
IlluSyrie17-5cc6-e5a6e.jpg
Sélection articles :
.

war-is-peace.jpg

Blair et Obama pour diriger le monde - La Doctrine contre Poutine

 :

 :

Clinton aurait proposé de tuer 5 000 musulmans à Srebrenica

Le procès du général serbe Ratko Mladic, accusé du génocide des musulmans à Srebrenica sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine en juillet 1995 vient de reprendre au Tribunal de La Haye.

  http://french.ruvr.ru/2012_07_11/81154519/

 

.

Je reçois à l'instant ce post,

 

Guerre sur tous les fronts

Par Dr. Paul Craig Roberts


Résistance politique: L’empire mythomane sombre toujours plus !…

 

.

Repost 0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 12:51

conspirationnistes.jpg

 

 

Ceux qui dénoncent les plans de l'Oligarchie pour l'humanité sont traités, à rebours, de "conspirationnistes". Voici une caricature pour se moquer des vilains indépendants, sur la Presse anglo-saxonne, bien sûr !!! De negaconspiraplotisme.blogspot.com, site "anticomplotiste" contre les "débiles" comploteurs, mais non alimenté (3 petits posts)... faute d'inspiration sans doute !

 

 

1) Projets d'eva R-sistons

 

 

Bonjour

 

Vous avez du remarquer que je n'ai pas le temps, en ce moment, de faire des analyses très pointues sur l'actualité très chargée malgré l'été. Je choisis donc de proposer deux textes d'amis blogueurs dont je salue les engagements régulièrement, et un transmis par une Lectrice régulière. 

 

Vous devez savoir que je ne suis pas en train de profiter de l'été, mais je travaille, je travaille... Pour quoi ? Je prépare sur un domaine qui sera le mien ma fiche officielle qui pastichera celle de Wikipedia désormais à charge depuis que j'ai approuvé, et mis en avant,  les analyses de Celui que l'on doit cacher (François Asselineau), puis un article sur ce support qui sera vraiment inédit, décapant, époustouflant ! Je ne serai d'ailleurs pas seule à témoigner : Wikipedia, comme Avaaz et tant d'autres supports ou réseaux sociaux, est en réalité - parfois d'ailleurs à l'insu des contributeurs - au service de la Pensée Unique modelée en particulier par les incontournables atlantistes. Ensuite, préparation, aussi, d'un site qui sera ma vitrine officielle (sous mon vrai nom), "professionnelle", sur un autre domaine (eh oui j'investis pour la tranquillité, l'indépendance) où il y aura toutes les rubriques, regroupées, que vous pourrez décliner à loisir. Par exemple, il y aura une rubrique pour vous permettre de vous procurer, si vous le souhaitez, mes écrits, en ligne (version pdf ou papier), car je prépare plusieurs sujets, roman ou documents, dans la foulée. Bref, je ne chôme pas. Mais si je travaille au ralenti sur mes blogs en ce moment (analyses, fréquence), c'est pour mieux rebondir ensuite ! Ainsi, la "réorientation" à mon égard de Wikipedia a eu un effet heureux : Elle m'a incitée à réorienter positivement mon action ! J'illustre ainsi le fait que du pire, peut jaillir le meilleur !


 

Ci-joint les textes me semblant intéressants,


- l'un de Lucien Pons sur la Syrie et la désinformation, salubre cri d'un citoyen indigné,

 

- l'autre sur un sujet que je voulais traiter voici 4 ans, alors que la Russie était accusée par nos "démocrates" occidentaux d'éjecter "antidémocratiquement" les ONG occidentales sur son territoire : J'avais aussitôt flairé (et annoncé) une sage décision, pour se protéger des Révolutions oranges au profit de l'Occident, via de pseudo ONG humanitaires pour déstabiliser, au même titre d'ailleurs que... les Ambassades, ou que les Missionnaires prétendument évangéliques, tous au service de la pensée néoconservatrice impériale. Or, à l'époque il n'y avait quasiment rien sur ce que j'avais pressenti, donc pas de matière pour un article; puis au fil des années, trop, donc pas le temps d'organiser toute la documentation accumulée ! Donc, notre ami Bab a envoyé un post sur ces ONG, je vous le propose aussitôt. Ces pseudos ONG ont des activités politiques, financées par l'étranger. Tout est fait pour déstabiliser la Russie... de l'intérieur ! (Les USA n'ont plus les moyens économiques de leur politique hégémonique, l'armée coûte cher, alors les ONG, entre autres, sont chargées de miner le pays de l'intérieur).

 

- Et une Lectrice au fait de l'actualité, Rita, m'envoie aussi un texte, que je vous propose à la fin de cette parution, sur Kofi Annan et sa mission.

 

Pour ce qui est de la dramatique désindustrialisation de la France, voulue - et tôt dénoncée par François Asselineau -, et de la casse programmée de l'emploi, j'enverrai des posts judicieux sur mon blog sos-crise.

 

La crise a bon dos ! Elle est le "meilleur" vecteur, le meilleur prétexte afin de  tout privatiser, pour diminuer le coût du travail (à coup de flexibilités et de baisses des charges et des salaires) au bénéfice des actionnaires, et pour, aussi, détricoter les protections sociales, le Droit du Travail et les Services publics. C'est un plan, n'en déplaise aux tenants de la Pensée Unique ! (voir plus bas)

 

Eva R-sistons

 

Islamistes-et-USA-allies.jpg 

http://tunisitri.files.wordpress.com/2011/08/usa_nahada.jpg?w=640&h=430&crop=1

 

L'alliance contre-nature de l'Occident et des Islamistes.

Conspirationnisme.

Par eva R-sistons

 

L'alliance stratégique, contre-nature et circonstancielle, opportuniste (chaque camp y trouve son compte) des Occidentaux et des Islamistes fondamentalistes, radicaux et intransigeants, est désormais une donnée politique incontournable - et ahurissante. Les intérêts sont divergents - les uns veulent dominer pour voler, piller, contrôler, les autres pour imposer leur idéologie fanatique -, mais ils convergent pour décimer les pays. En fait, cette alliance particulière a pris ses racines - allons, cherchez bien ! - en Afghanistan, quand machiavéliquement, l'Occident a motivé les Russes à s'y investir pour les prendre au piège (entraînant à terme la dislocation de l'URSS) du bourbier local, avec de surcroît un patriote éclairé en embuscade, le Cdt Massoud d'abord utilisé par les Américains puis assassiné quand les Russes ont été chassés, afin qu'il ne fédère pas autour de lui les Afghans plus évolués et attachés à leur indépendance. Seuls devaient rester les Talibans, ensuite désignés à la vindicte mondiale ! En clair, les Occidentaux se servent des antagonismes idéologiques ou religieux entre Chiites, Sunnites, Alaouites, Salafistes radicaux, Frères Musulmans ... pour mieux régner.

 

Car si les Islamistes sont utilisés par l'Empire contre les Musulmans éclairés, voire laïcs (Irak, Libye, Syrie, Egypte, Tunisie, mêmes scénarios, tous les Régimes étaient plus évolués, plus "modernes", osons le mot : "plus occidentalisés", comme en Syrie), c'est en réalité pour en définitive faire le lit d'une part des "Usraéliens" comme on dit dans la blogosphère (des Anglo-Saxons et des Israéliens, + caniches européens), puis ensuite, après avoir dressé l'Opinion internationale contre les plus fanatiques des Musulmans (avec à la clef l'amalgame entre les plus radicaux et l'ensemble des Musulmans), trouver un prétexte pour faire accepter le choc de civilisations juteux pour les Grands intérêts financiers et industriels de l'Occident. C'est comme pour l'Europe (mise en place progressive de la dictature), comme pour la crise (racket progressif des peuples, avec détricotage des conquêtes sociales, des services publics etc), les événements se suivent selon un plan pré-établi, ils ne sont pas spontanés. C'est logique, tangible, incontournable, et les adversaires de la Vérité se saisissent de ces analyses pour les jeter à la face des journalistes d'investigation (comme Thierry Meyssan) ou des citoyens éveillés et ouverts (comme le formidable Elu de la Nation qu'est René Balme) pour les étiqueter outrageusement "conspirationnistes", "bruns-rouges", "antisémites", et j'en passe !  C'est ce qui bien évidemment m'est arrivé, car je suis une non-alignée affirmée, revendiquée, publiant à contre-courant de la Pensée Unique.

 

Bref, continuons à informer à contre-courant, et à irriter les adversaires de la vérité !

 

eva R-sistons 

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

 

NB : J'écoute sur LCP la rediffusion de "la politique de sécurité", 12 7 12 - Il est dit, notamment, que "la Police est mal-aimée, et pas respectée", aujourd'hui (Manuel Valls). Evidemment ! Sarkozy est passé par là, coupant la population de sa Police de proximité. Il est temps de changer d'orientation !

 

 

.medias-alterinfo.png

http://www.alterinfo.net/

 

 

Le "cri" de Lucien Pons

sur Marianne (commentaire)

 

Je suis scandalisé et agacé par la déferlante en faveur de ces fameux combattants de la liberté qui ont déjà si bien opéré en Libye, en Irak et en de nombreux autres pays. Les forces du bien, islamo atlantistes répandent partout la bonne parole ultralibérale. Pour eux la liberté serait donc synonyme de malheur et de mort. Pour ces chevaliers des temps modernes, en fait pour ces chevaliers de l’apocalypse, l'émancipation passe par la charia.

Les femmes, ces créatures du mal, doivent se soumettre à l'autorité suprême de l’homme et accepter de se voiler sous la menace. La vague impressionnante de femmes voilées dans notre pays devrait nous faire réfléchir quant à la démarche de ces adeptes du libre marché. Pour eux, le communautarisme est un allié indispensable pour créer des métastases dans le corps social. Les alliés objectifs de la stratégie de choc, sont soutenus et armés en prêcheurs intégristes par les pires régimes du moyen orient. Dans les monarchies du Golfe, pas question de liberté, pas question de démocratie, ils ont écrasé dans le sang le printemps arabe du Bahreïn, sans susciter la moindre émotion parmi la caste bien-pensante occidentale. Monsieur Botul, alias BHL, n’a pas levé d’armée pour venir en aide à ces personnes éprises de liberté.

La manipulation mentale est une arme absolue, comme dans le meilleur des mondes on sacrifie aux rituels démocratiques tout en confisquant les vrais pouvoirs aux élus du peuple.
Nous devrions nous interroger sur la constance de l'alignement de notre politique étrangère sur les pires travers de l'alliance atlantique. Pourquoi ne parle-t-on pas de la sortie de la France du gouvernement intégré de l'OTAN? Pourquoi notre indépendance ne fait-elle pas parti des sujets offerts aux débats ? Pourquoi cette armée de supplétifs doit garantir la suprématie de l'empire américain partout dans le monde ? Je crois me souvenir que cette alliance a été crée au départ pour protéger chaque pays membre d'une agression extérieure. En quoi la Libye menaçait-elle un des pays de l'alliance? En quoi l'Irak, la Serbie, etc..., mettaient-ils en danger les intérêts vitaux d'un de ses membres?

Pour en revenir à la Syrie, j'en ai par dessus la tête de voir la presque totalité des média se transformer en officine de propagande en faveur du renversement du régime actuel.
La plupart des observateurs indépendants, la plupart des journalistes étrangers, mettent en avant la présence de groupes armés violents qui sèment la terreur, la désolation et la mort auprès de la population civile. La présence de mercenaires d'Al-Quaïda au sein de l’armée de libération de la Syrie est une information donnée par beaucoup de journalistes étrangers. Je vous invite à lire le reportage du journaliste britannique, Alex Thomson, concernant son expérience personnelle sur l’attitude des rebelles à propos des reporters étrangers utilisés à des fins de propagande. Son témoignage personnel, « Syrie : Journalistes envoyés à la mort par les rebelles (Channel 4) » par Alex Thomson.
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31374

Dans les grands média français, nos grands reporters se contentent de filtrer les informations et de répéter à satiété la litanie selon laquelle le président Bachar El Assad massacrerait sa population dans un accès de folie meurtrière.

Afin d'enfumer un peu plus le bon peuple on met en avant des fameuses ONG, telles "Human Rights Watch" ou bien le site pétitionnaire "Avaaz", afin de conforter les certitudes que nous devons tous avoir. Le seul problème est que ces belles officines sont des têtes de pont de la CIA afin de manipuler les opinions publiques à travers le monde. L'une d'entre elles a-t-elle déjà engagé une quelconque action en faveur des indignés du Québec, d'Espagne, d'Israël, ou d'ailleurs? Cherchez bien, la réponse est non. Le calme plat est la seule réponse envisagée dans ce cas.

Comment se fait-il que les média dominants ne cherchent pas à nous informer? Pourquoi leurs préoccupations sont-elles seulement bellicistes en faveur des lobbys du complexe militaro financier, états-uniens de préférence? La polémique autour du rôle de Thalès est éloquente dans l’article de Marianne. Thalès est un concurrent sérieux il convient de prendre sa place.

J'attendrais des grands média qu'ils m'informent.
J'attendrais des grands média qu’ils fassent des enquêtes sérieuses.
J'attendrais des grands média qu'ils n'essaient pas de manipuler les citoyens.
J'attendrais des grands média qu'ils agissent en faveur de la paix.
J'attendrais des grands média qu'ils favorisent les manifestations citoyennes en faveur de la paix dans le monde.

Hélas, rien de cela ne nous est proposé, seul un salmigondis de mensonges plus ou moins forts est servi en pâture au public, afin de le transformer en va-t-en-guerre.

Comment peut-on se plaindre encore que la grande presse va mal, que les citoyens délaissent les canaux officiels de l’information, tout en servant cette soupe de propagande quotidienne?

Les grands journalistes existent. Ils sont épris de l’éthique d’Albert Londres. Ils veulent informer, analyser, recouper, en un mot exercer leur métier normalement. Il est insupportable que les intérêts des oligarchies leur imposent le silence.

 

Posté par Lucien PONS le 16/06/2012 20:22

 

http://www.marianne2.fr/Syrie-malgre-les-massacres-le-commerce-des-armes-continue_a219677.html?com&order=2&start=20#comments

 

.

Vladimir Poutine

ONG "agents étrangers": le CDH présidentiel préconise une autre formulation


MOSCOU, 12 juillet - RIA Novosti
Le Conseil des droits de l'homme auprès du président russe a préparé des amendements au projet de loi sur les ONG russes financées depuis l'étranger, et propose de remplacer la formulation "agents étrangers" par une autre, lit-on jeudi sur le site Web officiel du CDH.
Les défenseurs des droits de l'homme voudraient que cette formulation controversée soit remplacée par "les organisations à but non lucratif financées depuis l'étranger pour mener des activités politiques", est-il indiqué.
En outre, le CDH exige que le projet de loi ne s'applique pas aux "relations juridiques résultant de l'activité politique des organisations à but non lucratif financées depuis l'étranger avant son entrée en vigueur".
Le Conseil propose également toute une série d'autres amendements, et demande notamment la suppression du sous-article prévoyant un amendement administratif.
Proposé par le parti au pouvoir Russie unie, le projet de loi en question a été adopté vendredi dernier par la Douma en première lecture. En vertu de ce projet, les organisations non-gouvernementales exerçant des activités politiques et bénéficiant d'un financement étranger seront soumises à un régime juridique particulier qui prévoit, en cas d'infraction, une amende allant jusqu'à un million de roubles (24.500 euros) ou une sanction pénale pouvant atteindre quatre ans de prison.
Mardi soir, le président russe Vladimir Poutine a apporté des amendements à ce projet de loi, fustigé par de nombreuses associations.
Effectivement, le gouvernement russe pourrait intituler ces organisations "agents rétribués par une puissance étrangère hostile". Ce qu'elles sont, tout simplement. La vérité est souvent loin du langage diplomatique.

Sur le même sujet

http://bab007-babelouest.blogspot.fr/

.

 

Voir aussi ce commentaire reçu sur mon blog sos-crise,

 

Kofi Annan comme dernière chance ?
http://www.republicoftogo.com/Toutes-les-rubriques/Diplomatie/Kofi-Annan-comme-derniere-chance
.
Kofi Annan semble avoir comme un doute !
 
Kofi Annan a comme un douteCe dimanche 8 juillet, dans un entretien au journal Le Monde (qui est l’un des diffuseurs de fausses nouvelles sur la Syrie… après avoir fait le même travail sur la Libye), Kofi Annan semble avoir comme un doute.
  
Après avoir regretté que l’Iran n’ait pas été convié aux réunions organisées par les faiseurs de guerre (« l'Iran est un acteur. Il devrait faire partie de la solution. Il a de l'influence et nous ne pouvons pas l'ignorer »), Kofi Annan déclare : « Mais ce qui me frappe, c'est qu'autant de commentaires sont faits sur la Russie, tandis que l'Iran est moins mentionné, et que, surtout, peu de choses sont dites à propos des autres pays qui envoient des armes, de l'argent et pèsent sur la situation sur le terrain. Tous ces pays prétendent vouloir une solution pacifique, mais ils prennent des initiatives individuelles et collectives qui minent le sens même des résolutions du Conseil de sécurité. La focalisation unique sur la Russie irrite beaucoup les Russes ». C’est une façon de protester contre les forces de l’OTAN et du Golfe, qui financent, arment et poussent leurs mercenaires à des actes de guerres.
 
Le Monde se fait alors le porte-parole de « l’opposition syrienne » en considérant que « le texte de Genève » fait trop de concessions à la Russie. Kofi Annan répond crûment : « il est regrettable que les opposants aient réagi de cette manière. Le communiqué de Genève a été élaboré par un groupe d'États dont 80 % sont membres du Groupe des amis de la Syrie [qui a appelé vendredi 6 juillet au départ de Bachar Al-Assad]. C'est pourquoi prétendre que l'opposition a été "trahie" ou "vendue" est assez bizarre. La réunion de Paris est une formidable occasion pour que les "amis" de la Syrie, dont la France, les États-Unis, le Qatar, le Koweït, la Turquie, expliquent cela à l'opposition et rétablissent les faits ».
  
Le Monde ne renonce pas à son rêve de bombardement de la Syrie et pose à Kofi Annan cette question : « sûr de la Syrie, que reste-t-il de la "responsabilité de protéger", un principe que vous aviez contribué à élaborer, en tant que secrétaire général de l'ONU, après la Bosnie et le Rwanda ? ». Kofi Annan répond : « je vais vous dire franchement : la manière dont la "responsabilité de protéger" a été utilisée sur la Libye a créé un problème pour ce concept. Les Russes et les Chinois considèrent qu'ils ont été dupés : ils avaient adopté une résolution à l'ONU, qui a été transformée en processus de changement de régime. Ce qui, du point de vue de ces pays, n'était pas l'intention initiale. Dès que l'on discute de la Syrie, c'est "l'éléphant dans la pièce" ».
  
Kofi Annan déclare aussi ne pas être sûr de réussir dans sa mission de trouver une solution politique, c'est-à-dire de faire cesser les affrontements. Il faut dire que quand François Hollande (en notre nom, soit dit en passant !) déclare que Bachar Al-Assad doit partir, il nie par cette seule phrase l’essence même du droit international : chaque pays choisit lui-même son gouvernement sans ingérence extérieure. Et selon les déclarations de Kofi Annan, la France fait partie de ces pays qui arment des mercenaires et les poussent à tuer !
  
La trahison est dans les gènes : il ne faut jamais oublier qu’en 40, c’est la gauche qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain


Par Résistance - Communauté : La Cyber-résistance
.
medias-guerre-info.jpg
.
.

« Il n'y a plus de munitions »

 

 

(..) Sur la fuite en avant (kicking the can) :

 

« En 2013, la faculté des politiques de repousser les échéances va s’épuiser et le déraillement à faible vitesse va faire place à un déraillement à grande vitesse dans la zone Euro. Les USA semblent atteindre la vitesse de décrochage et la récession menace. L’atterrissage de la Chine risque d’être violent au lieu de se faire en douceur et les autres marchés émergents ralentissent aussi brutalement. Tous les BRICS, la Chine, la Russie, l’Inde le Brésil, le Mexique, la Turquie et de nombreux marchés émergents ralentissent à cause de la récession dans la zone Euro, sans parler de la Grande Bretagne et des USA qui refusent d’engager les réformes nécessaires. Et puis finalement, il y a la bombe à retardement d’une guerre possible des  USA et Israël contre l’Iran. Les négociations ont échoué. Les sanctions ont échoué. Obama ne veut pas d’une guerre avant les élections mais après, qu’Obama ou Romney soit élu, le risque est grand de voir les USA attaquer l’Iran, les prix doubler du jour au lendemain, donc c’est un ‘Perfect Storm’ qui se prépare. Vous pourriez bien avoir un effondrement de la zone Euro, un naufrage en deux temps des USA, un atterrissage violent de la Chine et d’autres marchés émergents. L’année prochaine pourrait être un Perfect Storm global… »

 

Sur 2013 pire que 2008 :

 

« Ce sera sûrement bien pire ; comme en 2008, vous avez la crise financière et économique. En revanche et contrairement à 2008, il n’y a plus de munitions. En 2008, vous pouviez réduire les taux de 6% à 0%, faire du QE1, QE2 voire QE3. Vous pouviez lancer des incitations fiscales représentant jusqu’à 10% du PIB ; vous aviez tout un tas de moyens pour garantir les banques et autres entreprises en difficultés. Aujourd’hui accroître le ‘Quantitative Easing’ devient de moins en moins efficace parce que le problème est la solvabilité pas la liquidité. Les déficits budgétaires sont déjà si grands et chacun doit les réduire, pas les accroître. Il n’y a plus de possibilité de plans de sauvetage des banques puisque ils rencontrent une opposition politique de plus en plus vive et que les gouvernements qui devraient les mettre en œuvre sont quasiment insolvables. Ils ne peuvent même pas faire face à leurs propres besoins alors ceux de leurs banques…Le problème est que par rapport à 2008, nous manquons cruellement de cartouches ; de lapins à sortir du chapeau. Si on assiste à une chute brutale des marchés et à un arrêt complet des économies, vous n’aurez plus les filets de sécurité pour absorber le choc. Nous avons passé les 4 années qui viennent de s’écouler à gaspiller 95% de nos munitions et nous n’en avons pratiquement plus ; c’est pour cela que 2013 pourrait être pire que 2008 ».

  

http://www.bakchich.info/international/2012/07/12/lanti-alain-minc-yankee-predit-lapocalypse-61512

 

 

Et maintenant, Arte au service des intérêts de l'Empire lance sa propagande contre l'Argentine de Cristina Kirchner voulant s'émanciper du dollar ! Ce pays va avoir ... "des ennuis" !

 

Quant à la Syrie, elle est attaquée, elle se défend (bombardements des zones aux mains des Insurgés formés et financés par l'Occident). Logique, non ? Mais l'Occident refuse aux pays insoumis, non-alignés, de se défendre, un comble !!!! (eva)

 


..

 


Repost 0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 12:09

 

 

http://oumma.com/13365/alliez-a-gaza-vacances?utm_source=Oumma+Media&utm_campaign=7aaf5fff2c-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

 

Citoyens, pour vos vacances pensez au tourisme politique ! - L'impertinence

 

 

Eloge de l'impertinence

et des vacances non-alignées !

Par eva R-sistons

 

 

Coup de foudre ! Eh oui, j'ai eu un coup de foudre. J'en ai eu deux politiques, récemment, pour François Asselineau et ses analyses si justes, pertinentes, courageuses, et ensuite à la Fête du Travailleur Catalan, pour Pierre Laurent, qui avec le temps a pris une assurance extraordinaire, vraiment mobilisatrice, et qui maintenant est devenu un tribun formidable, sans tomber dans la démagogie ou le populisme et en posant un diagnostic très juste sur la situation tout en proposant d'intéressantes solutions comme un Référendum pour l'Europe.

 

Eh bien, aujourd'hui c'est cette "personne", jolie, engagée et surtout impertinente, qui me va droit au coeur.

 

L'impertinence, d'abord ! Voyez ce qu'un journaliste a dit de moi :


 


002-copie-1.jpg

 http://www.r-sistons.com/eva_medias/eloge/002.pdf

Chantal Dupille, Interviews, critiques, articles... (2) : Les liens

 

 

 

L'impertinence ! Vous avez dit impertinence ? Qu'y-a-t-il en tête de ce blog ?

 

 

 

R-sistons, un blog "pertinent... et impertinent" ! Eh oui, réhabilitons l'impertinence qui caractérisait bien des journalistes d'antan, l'impertinence si décriée aujourd'hui et pourtant si vivante, si tonique, si salubre ! Donc, votre serviteur (les féministes écriraient "servitrice") aime la pertinence... impertinente. Alors, voici une demoiselle, ou une dame, pimpante, charmante, engagée, incisive, impertinente à souhait ! Olé, quel coup de coeur j'ai eu ! Découvrez-la, justement à l'occasion de sa plaidoirie pour des vacances différentes, non-alignées, disidentes, à contre-courant ! Ah comme ces quatre mots sont délicieux ! Un support de la Pensée Unique comme Wikipedia ne comprend rien à l'impertinence et fustige les audacieux. Mais nous, si, si, nous aimons, nous adorons le non-alignement surtout impertinent !

 

 

L'été de Gaza piraté

http://www.ism-france.org/

 

Et de surcroît, la ravissante et impertinente personne nous incite à troquer le Club Méditerranée contre le Club Gaza, réservé à tous les Indignés contre ce monde injuste, violent, impérial ! Tenez, j'ai un gentil voisin qui loue sa maison, l'été, pour 6000 euros par mois, pour le plaisir de barboter dans la Méditerranée au pied de la dite maison. C'est cher payé le barbotage, je trouve ! A ce prix-là, pourquoi ne pas préférer un séjour engagé et fraternel avec les résistants de Gaza ? Sinon, le Vénézuela de Chavez, le Cuba de Castro, et tant d'autres directions nous accueilleront chaleureusement, et nous en reviendrons enchantés, comme un  Lecteur récemment, ébloui par la qualité de l'accueil des Cubains et par l'ingéniosité de ces peuples dissidents ! Et en déboursant tellement moins que les locataires d'une maison sur la plage...

 

Alors, vous voulez des vacances différentes, impertinentes, solidaires, inoubliables ? En avant, avec cette jeune merveilleuse personne... et si vous êtes inconditionnel des plages, il y en a de magnifiques aussi, à condition de ne pas aller trop loin dans l'eau, car le garde-chiourme israélien veille ! Eh oui, même la mer est assiégée !

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

 

 

thalassa gaza une plage sous image
http://www.torrentfrancais.com/torrent/thalassa-gaza-une-plage-sous/10188640/

 

Gaza martyrisée... pas besoin de vous décrire, comme moi vous savez ! Mais il y a aussi de charmantes plages où vous pourrez barboter, et des hôtels qu'Israël, sur des sites très orientés, s'empresse de montrer pour prouver que grâce à lui, la vie est belle à Gaza (sic) !

 

http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/06/misere-gaza.jpg

http://www.alyaexpress.com/


Image

 

 

Image

 


roots 3

 


Image

http://prophetie-biblique.com/

 

Gaza City - Tourisme

getlstd_property_photoMeeting roomThe resturantThe resturant
   

 

NB : J'ai rectifié un post récent, sur Olivier Ferrand. J'ai bien précisé, afin qu'il n'y ait pas de malentendus, que je me réjouissais pour la Gauche et seulement pour elle (et non pour lui et pour sa famille, évidemment, surtout qu'ayant connu l'homme, je peux affirmer qu'il avait un côté très "gendre idéal", gentil, prévenant, attentionné, délicat etc). En effet, Olivier Ferrand est, rappelons-le, celui qui voulait achever d'ôter au PS tout ce qui lui reste de gauche, et même le couper des classes populaires ! Car l'homme était vraiment sous la coupe de DSK, qu'il vaut mieux ne plus évoquer pour TOUTES sortes de raisons, d'abord politiques... 


 

  Demoiselle Personne vous invite à passer

vos vacances à Gaza ! ( Vidéo 3 mn )

 

 

...
 

Quelle meilleure arme que l’humour pour lutter contre les injustices, d’autant plus quand elles sont criantes, à l’instar de la plus grande prison à ciel ouvert du monde !

A travers son « Journal de Personne » original et caustique, mis en ligne en 2001, la dramaturge Emeline Becuwe s’est lancée dans le registre de la satire politique et sociale scénarisée, qui fait sourire, réfléchir, et parfois grincer des dents, mais toujours pour la bonne cause.

Dans un décor de club de vacances, sur fond d'une piscine, des lunettes de soleil sur la tête, se prélassant sur une chaise longue tout en sirotant nerveusement un cocktail, la comédienne, alias « Personne », revendique haut et fort le « tourisme politique », sa destination de rêve étant toute trouvée : Gaza !

Fera-t-elle des émules? Même s’il y a fort à parier que la foule ne va se ruer vers les agences de voyage pour s’envoler vers cette région du monde, il n’en reste pas moins que « Gaza Mia » interpelle. Un pari audacieux qui fait mouche !

 

http://oumma.com/13365/alliez-a-gaza-vacances?utm_source=Oumma+Media&utm_campaign=7aaf5fff2c-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

 

Ils vous attendent aussi ! (eva)

monkey-studio-com-fidel-castro-hugo-chavez

http://devilsexcrement.com/2010/09/09/whats-up-with-fidel-castro-and-hugo-love-jews-and-hate-the-cuban-revolution/monkey-studio-com-fidel-castro-hugo-chavez/

 

 

.

Repost 0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages