3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 15:58




Crise, alerte
!
L’Union européenne a décidé de réintroduire la peine de mort pour les insurgés: "Pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.»
C’est ainsi que l’abolition de la peine de mort est relativisée et invalidée. http://www.mecanopolis.org/?p=9437  (merci Observeur)
Eva: Non seulement "ils" nous programment crises, pandémies, guerres, pauvreté, mais en plus la mort pour ceux qui refusent ce destin immonde !


____________________________________________________________________________________________



Le Traité de Lisbonne
autorise la peine de mort



L’Union européenne a décidé de réintroduire la peine de mort pour les insurgés. Vous ne le croyez pas ? Les médias ne vous l’ont pas appris?  Alors asseyez-vous et attachez vos ceintures.



Tous les Etats membres de l’Union européenne ont aboli la peine de mort. Lors d’émeutes, c’est la prison qui est la pire sanction qui attend les insurgés. Or le Traité de Lisbonne admet de nouveau la peine de mort pour les insurgés au sein de l’Union européenne. A la suite de la crise économique, elle s’attend à de graves troubles dans beaucoup d’Etats membres. C’est pourquoi elle tient à ce que le Traité de Lisbonne entre en vigueur le plus rapidement possible.


En juin 2008, les Irlandais l’ont refusé et bloqué ainsi son entrée en vigueur. Il vise à étendre considérablement le pouvoir des 27 commissaires de l’Union européenne, à mettre en place un président puissant, à réduire à l’état de vestiges les lois nationales des Etats membres et à rendre possible la peine de mort dans certains cas.

L’entrée en vigueur du Traité permet explicitement de «réprimer [si nécessaire], conformément à la loi, une émeute ou une insurrection». La peine de mort pourra être prononcée dans l’UE pour sanctionner «des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre».

Cela a été précisé en petits caractères dans le Bulletin officiel de l’Union européenne du 14 décembre 2007 et dans les commentaires à propos de la Charte des droits fondamentaux qui aurait force de loi si le Traité entrait en vigueur. Il semble que personne n’ait lu ce passage car l’article 2 («droit à la vie») de la nouvelle Charte des droits fondamentaux dispose que «nul ne peut être condamné à la peine de mort ni exécuté.» Cela paraît incontestable, mais dans un passage en petits caractères on trouve les exceptions:

«La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:

a)    pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;


b)    pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue;

c)    pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.
»
C’est ainsi que l’abolition de la peine de mort est relativisée et invalidée. Selon l’alinéa c), il sera donc possible dans l’UE, malgré l’interdiction officielle de la peine de mort, d’y recourir pour «réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection». Le saviez-vous? Le Bundestag allemand a voté en avril 2008, à une majorité de deux tiers, avec les voix de la CDU, du SPD, du FDP et des Verts, pour l’abandon de la souveraineté en faveur de l’UE, le Traité de Lisbonne et la réintroduction de la peine de mort pour des insurgés qui y est inscrite. La chancelière Angela Merkel a salué le Traité comme étant un «grand projet».

Avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, le gouvernement de l’UE devient un gouvernement central puissant, comme celui de l’ex-Union soviétique. Les différentes républiques perdront beaucoup de leur importance et devront renoncer à leurs intérêts individuels pour le bien de l’Empire.

Les Irlandais qui, contrairement aux Allemands, avaient été consultés par référendum sur le Traité et l’abandon de leur souveraineté qu’il impliquait l’avaient rejeté en juin 2008 également à cause du retour de la peine de mort. A l’automne 2009, il y aura en Irlande une seconde tentative.

Pour que tout marche comme prévu, les 27 commissaires européens se sont mis d’accord en secret, le 18 mars, à Bruxelles, sur le fait de modifier plusieurs lois irlandaises avant le référendum. Ainsi l’UE a mené en Irlande, en dépit de l’interdiction de la propagande politique dans les médias étatiques, une campagne politique en faveur du oui au Traité de Lisbonne, campagne financée avec l’argent des contribuables européens.

Afin que les Irlandais votent «correctement» lors du second référendum, cet automne, les 27 pays de l’UE se sont mis d’accord, le 18 mars à Bruxelles, pour aller à la pêche aux voix. Par exemple, les évêques qui prêchent dans les églises en faveur du Traité de Lisbonne, et donc de l’abandon de la souveraineté irlandaise, recevront de l’argent provenant des caisses de l’UE. En tête de la campagne figure la direction du Parlement européen.

Elle a même annoncé publiquement qu’elle voulait que le «non» irlandais soit corrigé le plus vite possible, même au moyen de pressions directes exercées sur les évêques irlandais. De nombreux commissaires de l’UE ont estimé que c’était probablement un peu trop audacieux et ils se sont mis d’accord pour acheter des votes en secret.

Extrait de:

Udo Ulfkotte, «Vorsicht Bürgerkrieg!
Was lange gärt, wird endlich Wut.»
pp. 361-363. Kopp Verlag, 2009

(Traduction Horizons et débats)
ISBN 978-3-938516-94-2

NB :Quelques liens : 
 
http://europa.eu/lisbon_treaty/index_fr.htm
 http://www.traite-de-lisbonne.fr/
 http://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/traite-lisbonne-irlande-votera-nouveau-2-octobre.html
 http://www.robert-schuman.org/doc/divers/lisbonne/fr/10fiches.pdf
Merci Observeur

http://www.mecanopolis.org/?p=9437 

peine de mort2

http://www.mecanopolis.org/?p=9437



Criminaliser les adversaires du NOM,
ou les promoteurs du NOM ? 
Par Eva R-sistons



Mes amis,

Cette nouvelle m'étouffe. La peine de mort pour ceux qui refusent les désordres planétaires imposés à l'humanité ?

Je suis une extravertie, j'enrage, il faut que ça sorte, que j'évacue. Après, je serai libérée, et ma joie de vivre naturelle reviendra. Et puis, je sais que pas mal de mes lecteurs aiment bien quand je me "laisse aller". On peut avoir une formation et une carrière de journaliste (avec carte de presse, je le dis à mes adversaires politiques qui s'adressent à moi, par exemple, en tant que "pseudo journaliste"), certes non complète parce que j'ai eu trois enfants (ensuite, j'ai fait des piges régulières), et avoir envie, aussi, de laisser son tempérament s'exprimer. Le mien est slave, et latino, passionné, sincère, et ce que j'ai sur le coeur doit s'évacuer aussitôt pour ensuite ne plus m'encombrer.

Or donc, cela m'étouffe ! En effet, non contents de nous provoquer sans vergogne, sans états d'âme, et quel que soit le coût humain et les souffrances infligées, des crises infernales, des pandémies réductrices de population, des lois iniques qui aggravent les conditions d'existence de chacun et favorisent celles des plus nantis, et même des guerres locales, régionales, ou planétaires, voici que les tenants du Nouvel Ordre Mondial criminel, envisagent de condamner à mort ceux qui n'acceptent pas de devenir des esclaves, des cobayes, de la chair à canons, et le feront savoir en s'insurgeant comme en mai 68 !

Je vous pose une question: De quel droit ces gens-là, parce qu'ils ont beaucoup, beaucoup d'argent, et qu'ils ont une position particulièrement élevée, décident de nos vies à notre place, sans mandat, au point de programmer pour nous, ce ne sont que quelques exemples, la future robotisation des tâches qui tuera l'emploi, la destruction des Etats souverains et des libertés individuelles, l'imposition de vaccins pas au point et douteux, l'euthanasie des anciens, des vieux, ou la fin de l'Opéra, remplacé bientôt par un piano et un chanteur, parce que trop "coûteux" ? Sans parler du fait que ce sont ces gens-là qui nous disent comment nous nourrir (bientôt la fin des potagers, comme on tue peu à peu l'agriculture), comment nous soigner (très cher, avec quantités de substances chimiques, et même, ce qui est un comble, en y étant obligés !), ou de qui nous devons avoir peur (des Iraniens, des Russes, des Chinois... non alignés sur la Pensée dominante "nazie") !


Et pire que tout, et c'est pourquoi je dis que les apprentis sorciers de l'OTAN doivent être déférés devant des Tribunaux avant qu'ils ne déclenchent l'apocalypse planétaire, cette Elite de psychopathes conçoit à notre intention (et pour son profit à elle) de futures guerres "préventives, nucléaires et planétaires" ! De quel droit quelques individus liés à l'Industrie de l'Armement, de la Chimie, du Pétrole, ou de la Reconstruction, pour ne citer que ces exemples, peuvent-ils décréter sans nous consulter, qu'on doit attaquer l'Irak ou l'Iran pour de prétendues armes de destruction massive n'existant pas ou qui ne seront jamais utilisées, ou la Russie, après mille provocations, ou la Chine, ou tel autre Etat, parce qu'ils ne sont pas assez démocratiques, soi-disant ? Qui décide des critères de la démocratie ? Ceux qui veulent l'imposer par la force au monde ? Foutaises !! 

En résumé, la machiavélique Mafia de financiers, ou de grands industriels, qui s'octroie droit de vie et surtout de mort sur CHACUN de nous, et fait de plus en plus de nos vies un enfer, s'aviserait aussi de nous condamner à mort si on n'est pas d'accord ??? Et pendant ce temps, cette oligarchie s'amuse même à sacrifier des gamins pour "pimenter" son ennui doré (affaire Allègre... et tant d'autres, étouffées - n'était-ce pas M. le Frère de Louis XIV qui se distayait en embrochant des jeunes enfants ?) sans jamais être inquiétée, tandis que nous devrions être des moutons qu'on conduit à l'abattoir, dociles et confiants ??? J'ai été choquée d'apprendre que les Pasteurs américains, si prompts à brandir le Diable quand on supprime un embryon, recommandent à leurs brebis d'accepter sans murmurer la volonté de "Dieu" (en réalité, des criminels tenants du NOM), passivement, si par exemple on sépare les familles (!) privées d'emplois et de logement, pour les répartir dans les fameux camps de concentration de la FEMA !

Et de quel droit une partie de l'humanité, l'Occidentale - GB, USA, Israël, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, les états Européens, le Vatican, et quelques autres comme la Colombie, l'Israël de l'Amérique latine, cheval de troie de l'Empire pour transférer les ressources des populations aux multinationales - se permettrait-elle d'imposer à l'autre partie, la plus nombreuse (Russie, Asie, Afrique, Etats Arabes, Amérique Latine) son mode de vie (ou de mort), ses valeurs, son Système économique, cet abominable Nouvel Ordre Mondial, dont les citoyens, instinctivement, ne veulent pas ???

Mes amis, avant que toutes ces lois scélérates ne soient mises en place, avant que les citoyens qui ne veulent pas de ces infâmies ne soient criminalisés et même envoyés à la chaise électrique ou à l'échafaud comme des assassins d'enfants, il est temps de faire comme pour la pandémie, de neutraliser par des actions judiciaires tous ces vrais, eux, fauteurs de troubles, tous ces auto-proclamés décideurs, avant qu'ils ne mettent en oeuvre la grande "Shoah" planétaire dont ils rêvent, pour pouvoir avoir moins de pollution, plus de ressources à se partager, et plus de tranquillité - et aussi des esclaves soumis, en tuant la classe moyenne conscientisée !

Que les athées ne lisent pas ce que la croyante que je suis va écrire... Si les membres de cette Mafia barbare ne rendent pas compte de leurs crimes contre l'humanité, anciens, présents et à venir (incitation aux guerres, par ex), qu'ils sachent qu'ensuite, la Justice divine se substituera à une Justice humaine défaillante; Et là, le châtiment sera puissant, et les "Lazare" (voir la Bible) contempleront d'en Haut les souffrances éternelles de leurs bourreaux. 

Quant à nous, ne cédons pas aux menaces, et comme je l'ai écrit, mieux vaut mourir debout que vivre couché, esclave, malade, déprimé, en prison, ou mourant pour la patrie des multinationales. Lisez le texte précédent, avant-dernier post, et préparez-vous à résister à l'intolérable qu'on programme sans nous consulter. Au nom de la paix, de la justice, de la civilisation, de la vie, et même de la survie de l'espèce humaine. 


Fraternellement à tous, votre Eva R-sistons

TAGS: Civilisation, barbarie, Justice, mafia, Nouvel Ordre Mondial, Bible, Lazare, Américains, occident, Etats-Unis, GB, Israël, Shoah, Europe, Colombie, Vatican, Nouvelle-Zélande, Canada, Australie, Allègre, Louis XIV, FEMA, Dieu, Irak, Iran, Russie, Chine, armes destruction massive, OTAN, nazis, euthanasie...





JOURNEE MONDIALE
DE JERUSALEM
CONTRE LE SIONISME

 

 

Le Samedi 19 Septembre 2009,

 

À Paris à 15h,

 


Sur le parvis des Droits de l’homme au Trocadéro

 
Un Rassemblement est organisé par le Parti Anti Sioniste avec le

 

Soutien d’Égalité et Réconciliation

et de toutes les organisations

 

Antisionistes qui souhaitent se joindre à nous.

 

 

Cette Journée Mondiale est l’occasion de montrer l’unité et la

 

Détermination du peuple français
face au sionisme.

 

FRONT UNI CONTRE LE SIONISME.

 

Contactez-nous pour nous rejoindre , ou adhérez au :

 

 06 29 08 66 14 / 06 32 76 69 94

 

www.partiantisioniste.com

 

 

 Seuls les drapeaux français et palestiniens seront admis.


 
 

_________________________________________________________________




                                 
          
                Des citoyens interpellent le gouvernement sur la grippe

 


03.09.09 - 15:24

 

Un groupe de citoyens, préoccupé par la problématique actuelle de "pandémie" mondiale de la grippe AH1N1, a adressé dix questions au gouvernement belge sur les différents aspects de la vaccination prévue pour contrer le virus.

 

Le "double discours" adopté, selon eux, par les autorités et médias pose en effet de nombreuses questions. "Les messages envoyés à la population sont plus qu'alarmants. Un jour on nous dit de ne pas s'inquiéter, qu'il n'y a rien de grave et, le lendemain, on nous dit de faire de la place dans les cimetières pour prévenir les ravages du virus! Les messages sont tellement contradictoires que les citoyens sont perdus et paniquent", explique le Docteur Gaublomme, membre de l'initiative citoyenne.

 

Les interrogations du groupe de citoyens portent notamment sur l'efficacité du vaccin en cas de mutation du virus, sur la nocivité de ses composants, ainsi que sur sa nécessité et son coût. "Quelle sera la composition exacte des vaccins choisis? Il apparaît en effet que certains vaccins risquent de contenir des adjuvants et conservateurs reconnus comme toxiques. Et pourquoi vouloir mettre en place une loi d'exception sur la vaccination, alors que la pratique médicale est généralement bien acceptée par la population? Pourquoi cette idée de vouloir contraindre la population à se faire vacciner? ", interroge Marie-Rose Cavalier, ex-députée wallonne.

 

Fiable, un vaccin si rapidement créé?

 

"La rapidité avec laquelle le vaccin a été mis au point pose également question. Comment être sûr que des effets secondaires graves ne se manifesteront pas à long terme? Le vaccin est-il fiable? Pourquoi inclure dans la vaccination les groupes à risques, comme les femmes enceintes, alors qu'ils ont été exclus lors de la recherche? Serviront-ils de cobayes? ", demande le Dr. Gaublomme.

 

Le coût que représente la vaccination suscite par ailleurs d'autres incertitudes. "Plus de 12 millions de doses du vaccin ont été commandées par le gouvernement. Si le vaccin se révélait finalement être inutilisable, qu'adviendra-t-il de l'argent public dépensé? Le gouvernement sera-t-il remboursé? Le gouvernement prévoit-il une indemnisation pour les victimes du vaccin? Parce que, dans tous les cas, il y en aura", indique Sophie Meulemans, victime de vaccins. Et le Dr. Gaublomme de rappeler l'épisode de la vaccination massive de 46 millions d'Américains contre la grippe porcine en 1976, pour une pandémie qui n'a jamais eu lieu; une vaccination qui a généré 500 cas de paralysie de type Guillain-Barré et des milliers de plaintes introduites pour dommages à la santé.

"Nous estimons qu'il est du devoir des autorités d'apporter la preuve à l'ensemble de la population qu'elles ont réellement évalué de façon rigoureuse et contradictoire le rapport bénéfice risque de ces futurs vaccins", estime Marie-Rose Cavalier.

 

Voie judiciaire

 

Les membres de l'initiative citoyenne attendent des réponses claires du gouvernement dans les dix jours, faute de quoi, il sera probablement fait appel à la voie judiciaire. "Si d'ici le 15 septembre, nous n'avons pas eu de réponses à nos questions, certains citoyens décideront peut-être de se tourner vers les tribunaux. Le gouvernement n'ayant pas répondu à notre mise en demeure et n'ayant donc pas rempli sa mission d'information, nous le contraindrons alors à y répondre par la voie d'autres organes", a expliqué Me Georges-Henri Beauthier.

 

Les personnes souhaitant prendre connaissance des textes et questions envoyés au gouvernement peuvent demander des informations via l'adresse mail initiative.citoyenne@live.be.

(Belga)

 

http://www.rtbf.be/info/economie/dix-questions-au-gouvernement-sur-la-vaccination-ah1n1-initiative-citoyenne-138105





La crise économique ne fait que commencer


Un séisme financier détruisant toute l’économie mondiale, est-ce prémonitoire ?
Pourquoi en sommes-nous arrivés là et quelles sont les solutions ?
On a oublié les leçons du passé
Les enchaînements économiques et financiers à l’origine de la crise financière internationale
Le puits que cherchent à combler les gouvernements des pays occidentaux, ainsi que les banques centrales, n’est-il pas tout simplement trop profond pour être comblé ?
Les solutions butent sur le conflit d’intérêt entre l’intérêt général et l’intérêt particulier, celui de l'État, des entreprises et des citoyens
Le poids des lobbies est sans doute trop puissant pour que Barack Obama puisse vraiment agir et résister à la pression de l'oligarchie financière.

Les pays les plus riches et les pays émergents ont organisé des G8, G14 et G20 et des tas de réunions de concertation et de coordination sans résultats ou si peu. L'effet domino de l'endettement est en train de creuser notre tombe et personne ne bouge. La responsabilité des dirigeants et gouvernants de notre planète et tout spécialement ceux du Monde occidental, parmi lesquels les Etats-Unis et l'UE, est immense face à l'histoire et à toutes les graves conséquences qui vont en découler : la famine, la misère, la guerre et la désintégration de notre société et de notre civilisation... QU'ILS EN SOIENT BIEN CONSCIENTS ET SURTOUT BIEN AVERTIS !!!

Extraits d'un passionnant, et très long article, sur la crise, 
http://www.come4news.com/la-crise-economique-ne-fait-que-commencer-172771


Lire aussi (crise durable...) :


Et tous les articles
sur mon blog
http://sos-crise.over-blog.com,


liste complète

 

 

 


Chaos à venir: S'organiser, se regrouper par région. Unis = + forts !


Internet censor resize



Je ne sais pas ce qu’il vous faut pour que vous compreniez la tournure des évènements,c’est tout un arsenal législatif créant une structure fasciste qui existe dorénavant,tout les niveaux sont touchés,de l’interdiction de faire pousser certaines plantes,à la possiblité de couper inernet,en passant par la possibilité d’instaurer la loi martial ,d’ouvrir des camps,de vacciner de force,tout cela existe,ce n’est pas des mensonges,et si toutes ces lois ont été ou vont être votées C’EST QU’ELLES VONT ÊTRE APPLIQUÉES.


LE MOMENT EST TRÈS GRAVE,IL FAUT QUE CEUX QUI ONT SAISI LA RÉALITÉ SE RENCONTRENT EN VRAI.
IL FAUT S’ÉCHANGER NOS ADRESSES,SE RENCONTRER ASSEZ RAPIDEMENT,SI INTERNET EST COUPÉ,CE SERA FOUTU
.



Il faut créer les réseaux de résistances maintenant,se donner des points de rendez vous pour le moment d’après le Grand Krach,il faut s’organiser par ville ou département,et ensuite tenter de faire des liens entres les différents groupes.
Achetons des CIBI,et donnons nous une fréquence à l’avance,si internet est coupé,comment allons nous faire,peut être que les téléphones fixes sont plus durs à couper que les mobiles,mais je n’en suis pas sûre.


Le moment est très grave,ce n’est pas du sensationnalisme,sans internet nous serons à la rue et toutes ces années de travail et de contact seront anéantis en un quart de seconde.


Il faut s’organiser par zone géographique,le plus local possible,et cela pour éviter un mouvement trop centralisé et donc facilement manipulable,identifiable et espionnable.


Écoutez,je ne sais pas comment vous le dire,ça sent ultra mauvais,des choses atroces vont se passer,IL FAUT SE PROTÉGER,VOUS COMPRENEZ,REGARDEZ L’HISTOIRE,C’EST DÉJA ARRIVÉ.


Alors si vous pensez avoir compris les périls à venir,mettez au point une méthode de replis et de lutte dès maintenant,parlez en aux personnes qui ont compris aussi et créez des groupes autonomes.


Soyons intelligents,ne nous laissons pas berner ,ni diviser, ni manipuler
.
Pensez local,faites confiance à peu de gens,mais regroupez vous quand même, parceque seuls et sans internet nous ne servirons à rien.


Pour ceux qui sont vers montpellier,contactez moi.


http://fonzibrain.wordpress.com/2009/09/02/une-proposition-de-loi-du-senat-americain-the-rockefeller-snowe-cybersecurity-bill-visant-a-donner-a-la-maison-blanche-le-pouvoir-de-bloquer-lacces-internet/#comment-164



Eva: J'habite la frontière espagnole.
Je propose aux personnes de la zone de Perpignan de se rencontrer.
Contactez-moi : evaresis@yahoo.fr 
Mais je me prépare à changer de pays.
Pour l'instant, c'est la frontière espagnole !







La taxe carbone divise, pas le libéralisme
http://laplote.over-blog.fr



Israël mènerait une guerre secrète contre l'Iran

par Mathieu Perreault

Même si sa progression inquiète l'Occident, le projet nucléaire iranien accumule les tuiles depuis quatre ans. Disparition de scientifiques de haut niveau, écrasement de deux avions cargo transportant de précieux équipements, explosions dans des laboratoires... Selon un journaliste israélien réputé, ce ne sont pas des accidents. Il s'agit d'une guerre secrète menée par le Mossad, l'agence d'espionnage israélienne.

«Le Mossad s'est complètement réorganisé depuis 2002 et a redirigé ses efforts sur un objectif unique, l'Iran», explique en entrevue téléphonique Ronen Bergman, journaliste au quotidien israélien Yedioth Ahronoth, qui a publié le livre The Secret War With Iran. «Il y a énormément de pression pour que des opérations de sabotage et d'assassinats soient effectuées contre le programme nucléaire et le soutien iranien au Hamas et au Hezbollah.» 

Ce printemps, le journaliste ajoutait, dans un essai publié par le Wall Street Journal, une deuxième conclusion à son livre: l'espionnage israélien est revenu aux plus hauts niveaux et accumule les succès, mais ne parvient pas à diminuer le niveau de danger pour Israël.

«La réalité sur le terrain n'a pas changé. Le Hamas et le Hezbollah sont encore populaires et l'Iran pourrait avoir sa première bombe en 2010. L'espionnage est très important, mais seules les décisions diplomatiques et militaires permettront d'assurer la sécurité d'Israël. De la même façon que les attentats terroristes ne peuvent pas vaincre Israël, l'Iran ne pourra pas être vaincu par le travail de sape du Mossad.»

La renaissance du Mossad a été l'oeuvre du général Meir Dagan, placé à sa tête en 2002 par Ariel Sharon. «Dagan dirigeait dans les années 1970 une unité secrète qui assassinait des hauts dirigeants du Fatah, dit M. Bergman. Il a reçu le mandat de transformer le Mossad, qui était devenu allergique aux risques opérationnels. Sharon voulait «un Mossad avec un couteau entre les dents». Dagan a mis l'accent sur les opérations contre l'Iran et a développé un réseau très étoffé de collaborations avec les agences d'espionnage européennes et du Moyen-Orient, pour compléter la collaboration avec la CIA.»

http:// www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15047

Merci Observeur
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5963



Finies les vacances, la casse (sociale) reprend !
http://laplote.over-blog.fr 




    

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 21:08

r-sister-NOM.jpg

Un texte pour comprendre les vrais enjeux:

Pour Jean-Loup Izambert, journaliste indépendant et écrivain, qui publie son septième ouvrage (1) sous le titre de Pourquoi la crise ? aux éditions Amalthée, la crise du capitalisme est devenue totale. Contrairement aux déclarations de certains économistes et politiciens, il affirme qu’il n’y aura pas de sortie de crise. Pour l’auteur de la seule investigation journalistique sur les origines de la crise(2), le système capitaliste ne peut survivre que par la guerre.


Quelle alternative pour les peuples ?
Entretien.



Geostrategie : Vous démontrez dans votre livre Pourquoi la crise ? que le capitalisme ne peut plus supporter la démocratie parlementaire avec laquelle il s’est développé. Sommes-nous à un point de rupture avec ce système et les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité ?



Jean-Loup Izambert : C’est évident. Pourquoi et quelles données changent par rapport aux dernières décennies ? Dans ce système les grands propriétaires privés de l’économie contrôlent l’économie et tentent de l’imposer par tous les moyens comme régime aux peuples de la planète, y compris par la guerre. C’est ce qu’ils ont toujours fait avec la seule préoccupation de s’enrichir et de faire main basse sur les richesses des peuples au seul profit des sociétés transnationales qu’ils dirigent.

Mais parvenus au stade de l’impérialisme, période actuelle du développement du capitalisme, les grands possédants ont besoin d’un pouvoir politique qui leur soit totalement dévoué pour protéger et accroître encore la concentration des richesses qu’ils cumulent. Il faut bien comprendre qu’il s’agit pour eux d’une question de survie, de rester maîtres du pouvoir et bien sûr de leur privilèges.

L’une des contradictions qu’ils doivent gérer vient justement du fait que l’accumulation du Capital et la concentration des richesses qu’ils sont contraints de perpétuer sous peine de perdre pouvoir et privilèges implique aujourd’hui des centres de décisions de plus en plus fermés, dans l’entreprise comme dans la société. Or, cette tendance à la centralisation va à l’inverse de mouvement des sociétés qui pousse vers plus d’ouverture, de démocratie, de participation, de culture notamment avec le développement des sciences et des techniques.



Geostrategie : Quels faits caractérisent aujourd’hui cette concentration des richesses ?


J-L.I. : Aujourd’hui 200 sociétés transnationales contrôlent plus de 23% du commerce mondial et 1% des plus riches détient plus de 57% des richesses produites. L’augmentation des richesses conduit-elle à l’enrichissement des peuples ? Non. Au niveau mondial 103 200 personnes, pour la plupart propriétaires privés de l’économie, détiennent un patrimoine financier de plus de 30 millions de dollars, hors résidence principale et biens de consommation. Mais, si l’on se réfère aux statistiques de l’Organisation des Nations Unies, plus de 80 pays ont aujourd’hui un revenu par habitant plus bas qu’il y a dix ans.

D’une part les peuples prennent de plus en plus conscience qu’ils ne profitent pas de l’augmentation des richesses produites, que plus les richesses se concentrent entre quelques mains plus la misère s’accroît dans les sociétés mais également que ce phénomène touche aujourd’hui le cœur même de l’Occident capitaliste qui s’en croyait à l’abri. Selon les chiffres du fisc étasunien, à la veille de l’aggravation de la crise 60 millions de personnes « vivaient » aux Etats-Unis avec moins de sept dollars par jour. Bien que dissimulée par les médias qui appartiennent aux milliardaires, la situation est analogue dans la petite Europe de Maastricht de 20 millions de chômeurs où 80 millions de citoyens – soit quand même 16% de ses 495 millions d’habitants – courent un risque de pauvreté, 17 millions sont répertoriées comme « très pauvres » et 70 millions d’autres n’ont pas accès à un logement décent selon les propres statistiques publiées par la Commission européenne et d’autres organismes « européens ». Dans ce contexte, les grands possédants de l’économie ont besoin de faire courber la tête aux peuples pour maintenir leur système d’exploitation.


Les dirigeants bourgeois
organisent le déficit des nations 


Geostrategie : Comment le pouvoir politique favorise-t-il ces grands propriétaires privés de l’économie ?



J-L.I.: De différentes manières. Cela va du vote de lois en faveur de la grande bourgeoisie, à une complicité évidente avec le système d’évitement fiscal qui appauvrit la collectivité jusqu’au vote de crédit pour des guerres régionales dans lesquelles vous voyez apparaître et se développer des Sociétés Militaires Privées (SMP) liées aux armées et services occidentaux et financées par les Etats et leurs transnationales.

Les provocations répétées à coups de campagnes médiatiques contre la Fédération de Russie, la République Populaire de Chine, la République Islamique d’Iran ou d’autres mais aussi le soutien à des dictatures comme en Irak après avoir ravagé le pays par la guerre, dans plusieurs pays d’Afrique ou l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan sont des illustrations de la tentation totalitaire du capitalisme.

L’actuelle présidence française, son Premier ministre et son gouvernement sont au diapason de ce qui se passe dans tous les pays capitalistes sans exception : atteintes répétées aux libertés, vote de lois en faveur des grands possédants, réduction du rôle des assemblées élues – par exemple, avec la volonté de tenter de supprimer les communes ou les départements en France ou en réduisant le rôle du Parlement -, « dépénalisation du droit des affaires » qui a pour conséquence de laisser faire le pillage de la nation par les grands propriétaires privés de l’économie, retrait du rôle de l’Etat dans ses fonctions essentielles de la santé, de l’éducation, du logement, du développement économique et de l’emploi, engagement dans des guerres et occupations de pays contre l’intérêt des peuples.



Geostrategie : La dégradation de la situation économique ne dépend donc pas seulement de la crise comme les médias de masse tentent d’en accréditer l’idée ?



J-L.I. : Comme je l’ai dit, la crise est liée à la nature même du capitalisme. Elle prend une ampleur que n’a jamais connue le système alors que le pouvoir politique n’a cessé de border son lit. Par exemple l’actuel président français s’était engagé lors de sa campagne électorale à mettre en oeuvre une politique de plein emploi. Mais l’explosion du chômage et de la misère que nous connaissons aujourd’hui n’est pas le fait de la seule crise. Bien avant que celle-ci ne se manifeste brutalement, le gouvernement français UMP, à peine installé, procédait déjà à la suppression de dizaines de milliers d’emplois dans la fonction publique sur plusieurs années tandis que les dirigeants de grandes sociétés privées en programmaient la liquidation de centaines de milliers d’autres dans tous les secteurs d’activité.

Cette politique au service de la concentration du Capital n’est que la continuité des précédentes politiques menées par les gouvernements de droite comme de gauche. En fait le rôle de l’Etat bourgeois se borne à protéger les intérêts des grands possédants contre l’intérêt général avec pour conséquence l’aggravation du déficit budgétaire, l’endettement de l’Etat et une misère grandissante pour le plus grand nombre.

Un exemple : les sociétés transnationales qui auraient dû payer plus de 33 milliards d’euros d’impôts pour la seule année 2006 en ont réglé 6,1 milliards avec la bénédiction de l’Etat ! Dans le même temps, ces entreprises qui ne créent pratiquement pas d’emplois, organisent des plans de licenciements, exportent une partie de leurs bénéfices pour échapper à l’impôt ont reçu de l’Etat 65 milliards d’euros d’aides de toutes sortes et bénéficié de milliards d’euros d’exonérations fiscales. Pour vous donner une idée, sur deux années, cela représente environ 130 milliards d’euros soit pratiquement l’équivalent du budget annuel européen pour la période 2007-2013 ou le montant du déficit record du budget de la France fin 2009 contre 56,3 milliards en 2008. La dette publique de la France atteint aujourd’hui des sommets en se situant, selon l’INSEE, à 1413,6 milliards d’euros pour le premier trimestre 2009 soit 72,9% du Produit Intérieur Brut (montant des richesses créées dans un pays sur une année entière). De même, l’Etat et les dirigeants des grandes sociétés privées doivent des milliards d’euros à la Sécurité Sociale qui ont déjà été payés par les salariés aux entreprises et les consommateurs mais ne sont toujours pas reversés à l’organisation de solidarité nationale par le grand patronat. Voilà comment le gouvernement organise les déficits.

Quand le Président de la République et les ministres de l’Intérieur qui se succèdent affirment « qu’il n’y a pas de zone de non droit » en ciblant la jeunesse amputée d’avenir qui se révolte, ils se moquent ouvertement du monde. Les premières zones de non droit se situent au sein même de structures de l’Etat et elles sont le fait de leur politique qui conduit le pays à la ruine ! Ce n’est qu’un aspect qui explique aussi la violence du système vis-à-vis de toutes les résistances qu’il rencontre et de celles qui en découlent de manière plus générale dans les rapports sociaux.



Geopolitique : La violence est donc liée à la fin du système ?



J-L.I. : Oui, un peu comme les derniers sursauts d’une bête blessée à mort. Elle se manifeste par le rejet brutal de millions d’hommes et de femmes du système de production, leur mise à l’écart de la vie sociale, du logement, de la santé, de la culture. Elle se manifeste également par la destruction de pans entiers de l’économie, de régions et de pays comme en Yougoslavie, en Irak, en Palestine, en Amérique centrale ou en Afrique où les derniers « rois-nègres » ne doivent leur trône qu’à la corruption débridée de transnationales et, parmi d’autres, au pouvoir élyséen.

Le capitalisme est un système criminel qui a fait la prospérité d’une caste de milliardaires sur la mort de centaines de millions d’êtres humains, sur les souffrances les plus atroces des peuples sur tous les continents par la famine, la surexploitation, le colonialisme, la guerre. Et cela continue.

Au moment où nous parlons, selon les chiffres de l’Organisation des Nations Unies, une personne meurt de faim – « seulement » de faim, épidémies et guerres non comprises – toutes les quatre secondes. Dans le même temps, les dirigeants occidentaux en sont à faire payer les paysans par les contribuables à coups de primes pour mettre leurs terres en friches, à détruire des pêches entières par des règlements imbéciles décidés par les bureaucrates de Bruxelles. Et au moment où nous parlons, ce sont plus de 350 millions d’enfants de 6 à 17 ans qui sont surexploités par les transnationales capitalistes sur tous les continents dans presque tous les types d’industrie, de l’Asie aux Etats-Unis(3). Si ce n’est de la violence et de l’égoïsme, qu’est-ce donc le capitalisme ?!



Une exigence de destruction



Geostrategie : Dans votre livre vous rapportez le témoignage de plusieurs intervenants de différents milieux et pays dont certains évoquent une crise totale contrairement aux précédentes. Quels changements avec les crises précédentes ?



J-L.I. : Effectivement la crise est presque mondiale par le fait qu’elle touche tout le système capitaliste. Des pays comme la Fédération de Russie, la République Populaire de Chine, Cuba, le Venezuela révolutionnaire du président Hugo Chavez, le Brésil, la République démocratique du Vietnam ou d’autres comme la République Islamique d’Iran sont moins touchés car ils sont, pour des raisons diverses – historiques, politiques, culturelles, économiques – moins imbriqués dans le système capitaliste, ses réseaux commerciaux, bancaires et financiers.

Jusqu’à présent nous devions faire face à des crises conjoncturelles du capitalisme, des périodes où la concentration du Capital s’accélérait brusquement en mettant en difficulté momentanée des monnaies, des économies, des pays. Face à cette situation inédite il était important que je donne la parole à des intervenants de différents milieux tous concernés par la banque, la finance, l’organisation d’entreprise et de la société. Quelques français comme le Président du groupe Crédit Agricole Société Anonyme, un commissaire aux comptes ou un important cabinet d’avocats d’affaires parisien ont refusé de débattre de la situation et de répondre à des questions portant sur l’évolution de l’activité de leur secteur professionnel dans le contexte actuel. La plupart ont joué le jeu et apportent, comme vous avez pu le lire, une contribution importante à mon travail par leur vécu mais également par leur propre réflexion et leurs travaux. C’est le cas du président Etienne Pflimlin du groupe bancaire mutualiste Crédit Mutuel-CIC, de Pierre-Henry Leroy, fondateur et dirigeant de Proxinvest, l’une des plus importantes sociétés de conseil aux actionnaires, du président Alban d’Amours du Mouvement des Caisses Desjardins, l’un des plus importants instituts financiers du Canada de forme coopérative, d’Hervé Sérieyx, haut fonctionnaire, dirigeant de société, chercheur et conseil en organisation d’entreprise, de Mark Schacter au Canada qui est conseil international en organisation d’entreprise, de l’Institut Canadien des Comptables Agréés faute de trouver un européen qui daigne répondre à de simples questions de droit sur la transparence de gestion et la validité des comptes des transnationales, du réseau SWIFT spécialisé dans les transactions internationales, d’un syndicaliste de la CGT fin connaisseur du monde bancaire ou encore de magistrats comme Jean de Maillard, spécialisé dans les nouvelles formes de criminalité financière, des avocats d’affaires et bien entendu des responsables du mouvement Coopératif international. La rencontre de tous ces acteurs de l’entreprise, de la finance, de la banque, du droit au sein d’un même lieu – un livre -, la transmission aux lecteurs de leur expérience comme de leurs idées et de leurs propres travaux permet de dresser un tableau aussi précis que possible de la situation actuelle pour mieux comprendre les origines et mettre en exergue les responsables de la crise.

De même cette démarche permet de mon point de vue de tenter d’esquisser les possibles d’un nouveau mode d’organisation et de gestion économique et social. Ainsi que l’explique Sherron Watkins, l’ancienne vice-présidente de la société étasunienne Enron, transnationale de l’énergie faillie en décembre 2001, la crise du capitalisme est désormais totale. Elle touche tout le système : économie, finance, groupes de surveillance du monde des affaires et institutions internationales, politique, morale et idéologie.

La continuité de ce système s’accompagne aujourd’hui d’une exigence de destruction de tout ce qui entrave la concentration des richesses par les grands possédants. Ils appellent cela « déréglementation », « privatisation », « libéralisation » ou « mondialisation » et couvrent la répression, l’esclavage, le colonialisme et la dépendance, des mots de « sécurité », « liberté », « droits de l’Homme » n’ayant plus que le mensonge, la tromperie et la falsification pour camoufler la fin de leur système.


Geostrategie : Mais ces pouvoirs sont l’émanation du suffrage universel, du vote des peuples. Si l’on pousse le raisonnement à son terme doit-on en conclure que les peuples occidentaux souhaitent le capitalisme ?



J-L.I. : Effectivement, les peuples occidentaux se sont prononcés jusqu’à aujourd’hui en faveur de représentants du capitalisme, pratiquement sans rien connaître du reste de la nature de celui-ci ni même envisager où ce système les conduit à l’heure actuelle. Prenons l’exemple de la France. En 1981, lors des élections présidentielles puis des élections législatives qui ont suivi, le peuple français a eu l’occasion de choisir entre la continuité du système symbolisée par les partis conservateurs et la rupture que proposait à l’époque le Parti Communiste Français avec le Programme commun de gouvernement des forces de gauche auquel était associé le Parti Socialiste et les radicaux de gauche. Ce Programme commun de gouvernement était lui-même l’aboutissement d’années d’engagement des communistes français pour ouvrir une voie nouvelle dans la construction d’une démocratie avancée. Ce programme venait en effet après plusieurs grandes campagnes nationales du PCF et l’élaboration et la diffusion du propre programme du PCF à des millions d’exemplaires sous le titre de « Changer de cap », programme pour un gouvernement démocratique d’union populaire. Pour la préparation de celui-ci les militants communistes ont mené à l’époque de grandes campagnes d’information, de débats, collecté sur plusieurs mois avec « les cahiers de la misère » le vécu et les espoirs du peuple dans les campagnes, les quartiers, les usines, les universités. Tout cela a permis d’aider les gens dans leurs problèmes quotidiens – par exemple en s’opposant aux licenciements dans des entreprises qui réalisaient des profits ou à empêcher des saisies-expulsions – tout en débattant avec eux des changements à mettre en œuvre pour une nouvelle politique nationale.

Au moment du vote, lors des élections présidentielles et des législatives qui ont suivi, une majorité de votants a cédé aux campagnes médiatiques anticommunistes et s’est réfugiée dans le giron du Parti Socialiste. Une fois au pouvoir, celui-ci s’est empressé d’abandonner ses engagements sous la pression de la bourgeoisie et du gouvernement étasunien qui s’opposait à la présence de ministres communistes dans le gouvernement français. Toutes les transformations radicales contenues dans le programme commun de gouvernement, tout particulièrement les nationalisations des secteurs clés de l’économie, le développement de la démocratie et toute mesure qui permettait de rompre avec le système ont ainsi été abandonnées par la « génération Mitterrand ».

Démonstration a été faite une nouvelle fois que sans parti révolutionnaire, sans mobilisation et soutien à des propositions de rupture avec le système, il ne peut y avoir de réel changement. Si les mesures préconisées par le PCF avaient reçu à l’époque un large soutien populaire, le cours des choses aurait été bien différent, y compris la question européenne.

Du reste, si vous relisez aujourd’hui « Changer de cap », le programme du PCF, ou même le Programme commun de gouvernement de 1972, vous constaterez avec le recul du temps et en regard de la situation actuelle, le bien fondé des propositions de l’époque dont certaines ne demandent qu’à être actualisées. Chacun doit donc assumer ses responsabilités face à l’Histoire.

Le passage à la construction d’une société socialiste ne peut se faire que sur la base d’un rapport des forces sociales et politiques favorables au peuple et ne peut être que le résultat de sa volonté et de sa lutte. Une trentaine d’années plus tard le peuple français, sans tirer les leçons de ses expériences, continue de voter tantôt à gauche, tantôt à droite sans avoir encore conscience qu’il confie en réalité son pouvoir aux mêmes maîtres de la finance et de l’économie. La politique qu’il vit au quotidien reste par conséquent la même et rien ne change dans l’entreprise, dans la vie économique à laquelle il consacre l’essentiel de son existence. Bien entendu, la situation s’est aggravée au fil des trois décennies qui se sont écoulées depuis 1981 et il commence à payer chèrement sa marche « droite-gauche-droite-gauche » à coups de chômage, d’impôts, de taxes, d’exclusions, de restrictions, de lois liberticides et de guerres. Mais il ne peut s’en prendre qu’à lui-même car c’est en dernier ressort lui qui décide, par ses luttes et ses votes. Souvenons-nous toutefois que l’Histoire a montré que les révolutions ne sont pas prévues dans les calendriers électoraux de la bourgeoisie.



La priorité est à l’action
sur des propositions révolutionnaires



Geostrategie : La responsabilité serait-elle uniquement le fait d’un peuple ignorant de la chose politique et de sa propre histoire ou plus préoccupé par ses « petits problèmes » que du devenir de la société et de la planète ?



J-L.I. : Non, bien évidemment. La crise n’incite pas à la réflexion et à l’action. Les médias qui sont la propriété privée des milliardaires par banques et sociétés de communication interposées jouent un rôle important dans la désinformation et l’abrutissement des masses. Le fait qu’un navet comme le film « Bienvenue chez les Chtis » soit élevé au rang de succès cinématographique ou que des foules honorent comme un dieu la mort d’un pantin médiatique comme Michael Jackson qui, en dehors du fait qu’il n’a rien apporté d’essentiel à la musique, se droguait, couchait avec des petits enfants et s’était fait tirer et blanchir la peau pour ne plus être noir, en dit assez long sur le niveau culturel d’une frange des sociétés occidentales. Nous sommes bien loin des grands musiciens et chanteurs comme King Oliver, Sindey Bechet, Count Basie, Louis Armstrong, Ray Charles, Otis Redding ou d’autres dont les musiques populaires traversent les générations !

Ce n’est qu’un aspect des conséquences des batailles que se livrent les transnationales étasuniennes, européennes et japonaises pour le contrôle des grands moyens de communication, des groupes de presse aux satellites en passant par les majors du cinéma. Sans doute le peuple sortira-t-il de son hibernation politique lorsque nous passerons de « Qui veut gagner des millions ? » à « Qui va partir à la guerre ? »…

Depuis les années quatre-vingt, les dirigeants du PCF ont commis de lourdes erreurs stratégiques. Comme s’ils n’avaient pas compris les leçons du passé, ils continuent de rechercher des alliances électorales avec d’autres partis réformistes au lieu de privilégier des propositions pour éveiller les consciences, organiser de grands débats nationaux sur les questions essentielles et rassembler dans l’action avec audace.

Lorsqu’un parti ou un mouvement posera des questions comme « Comment contrôler le système bancaire et financier ? », « Quelle organisation bancaire et financière pour l’économie ? », « Quelles mesures pour la gestion démocratique des entreprises ? » ou « Comment rendre à l’assemblée du peuple sa représentation nationale ? », questions dont les réponses sont essentielles pour s’engager dans une rupture avec le système, alors la société commencera à s’éveiller.

Et dans l’immédiat, il ne faut pas compter sur les états-majors syndicaux qui sont surtout préoccupés de canaliser le mécontentement afin d’éviter les grandes colères qui commencent à gronder. Il est particulièrement lamentable de voir des représentants syndicaux négocier la diminution du nombre de licenciés dans des entreprises en pleine santé financière quand ceux-ci devraient non seulement appeler à la lutte pour le maintien et le développement de l’emploi, exiger des licencieurs l’ouverture des comptes de l’entreprise et se battre pour des droits nouveaux afin de participer à leur gestion.

Dites-moi un peu à quoi servent les comités d’entreprises quand des salariés découvrent du jour au lendemain des plans de licenciements prévus de longue date ?! Avez-vous remarqué comment le mouvement radical de séquestration de responsables de ces plans de licenciements né à la base a été enrayé ? Ce type d’action très intéressant a pratiquement disparu des journaux télévisés et autres du jour au le demain. Dans l’immédiat, entre des partis dits progressistes sans propositions révolutionnaires et des syndicats au minimum compatissants, le pouvoir des « compteurs de petits pois », pour reprendre la formule d’Hervé Sérieyx, ne pouvait pas mieux espérer.



Geostrategie : Est-ce à dire que la situation est politiquement bloquée et qu’il sera difficile de sortir de la crise ?



J-L.I. : L’idée selon laquelle il pourrait y avoir sortie de crise sans sortie du système qui l’engendre est une hérésie. Autant vouloir soigner une grippe sans tuer son virus. Cette chimère ne vise, une nouvelle fois, qu’à berner le peuple en lui faisant croire que l’avenir sera meilleur s’il accepte de nouvelles mesures antisociales comme par exemple le report de l’âge de la retraite à 65 ans. Ce n’est que la suite logique du « travailler plus pour gagner plus » développé par l’UMP.

Il n’y aura pas de sortie de crise pour la simple raison que le capitalisme ne peut plus être aménagé.

Vous avez pu remarquer combien les médias des puissances financières se font silencieux tant sur l’origine de la crise, ses conséquences générales et son extension dans d’autres pays. Il faut surtout éviter que les masses prennent conscience de l’ampleur des dégâts comme des responsables de la situation pour mieux les enfermer dans la fatalité et le renoncement à la lutte.



Nous ne sommes plus en démocratie



Geostrategie : Cela signifie-t-il que l’appauvrissement continu de la société va se poursuivre de manière plus brutale au détriment de l’intérêt général et au seul profit des grands propriétaires privés de l’économie ?



J-L.I. : Oui. Nous entrons dans une nouvelle période où le chômage s’accroît de manière considérable et où des millions de citoyens supplémentaires sont écartés du droit de vivre dignement de leur travail, où la collectivité humaine déjà menacée va encore s’appauvrir tandis que le clan des grands propriétaires privés de l’économie va continuer de s’enrichir. Selon le World Wealth Report publié par la banque d’affaires étasunienne Merrill Lynch et Cap Gemini « la croissance de la richesse des grands fortunes financières privées devrait être de 7,7% par an pour atteindre 59100 milliards de dollars à l’horizon 2012 ». Voilà des gens qui sont, eux, dispensés de l’allongement de la durée du travail comme de l’effort national que les gouvernements occidentaux tentent d’imposer aux peuples pour leur faire payer une crise dont ils ne sont pas responsables.

Deux options se présentent : la continuité du système et la guerre ou la révolution. La première hypothèse va se traduire par un renforcement du caractère autoritaire du pouvoir politique, dernier stade de l’impérialisme avant la dictature et la guerre, la guerre économique conduisant toujours à la guerre totale.

C’est ce à quoi nous assistons en France comme dans la plupart des pays capitalistes. Le pouvoir politique devient plus autoritaire, toutes les libertés sont graduellement réduites sous prétexte de prévention, de sécurité et d’ordre, les assemblées élues sont amoindries dans leur pouvoir de décision et d’intervention, qu’il s’agisse des collectivités, des comités d’entreprise et autres. A ce stade, la bourgeoisie dispose encore des moyens de diviser le peuple en favorisant des « faux-nez » d’opposition comme le Parti Socialiste en France et en introduisant dans la vie politique des courants rétrogrades dont elle sait qu’ils contribueront à jeter le trouble dans la bataille d’idées. C’est le cas du mouvement Vert ou prétendument écologiste qui a germé sur une conséquence du capitalisme – la détérioration de l’environnement humain par les transnationales – et grandit sur son fumier sans remettre en cause le système, les causes profondes de cette détérioration.




Geostrategie : Pourtant le mouvement écologiste dénonce la destruction de l’environnement ?



J-L.I. : Bien sûr et le Parti Socialiste dit vouloir s’opposer à la politique du Premier ministre de Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa. Mais vous pouvez dénoncer tout ce que vous voulez, cela ne gêne nullement la bourgeoisie du moment que vous ne vous en prenez pas à l’essentiel, à la cause, à l’origine de cette destruction : son pouvoir politique et celui des puissances financières, son système et son mode de gestion des entreprises et des sociétés humaines. Le discours de ces écologistes opposés, par exemple, à la maîtrise et au développement de l’énergie nucléaire rappelle ces mentalités arriérées qui accusaient dans les années 1830 les premiers trains à vapeur de répandre la tuberculose dans les campagnes. Quant à la LCR-NPA, quelle que soit ses changements de nom, cette organisation a toujours contribué à diviser et affaiblir le mouvement populaire avec une phraséologie pseudo-révolutionnaire et elle doit être combattue comme telle. Elle est du reste complètement absente des mobilisations ouvrières contre la crise.



La question du Front National



Geostrategie : Et le Front National ?



J-L.I. : Il en va un peu de même pour le Front National qui dénonce les puissances financières mais dont le programme politique n’envisage aucune mesure économique radicale pour mettre un terme à leur domination et contraindre les maîtres de l’économie à rendre gorge. Contrairement aux campagnes de ce parti, ce ne sont pas les immigrés qui sont responsables du chômage. Je parle bien entendu de l’immigration qui vient travailler en France avec une qualification, s’y former dans le cadre de contrats avec des entreprises ou des universités ou y est présente depuis plusieurs génération et non de l’immigration clandestine issue de l’aggravation de la misère qui déserte son combat national pour changer l’ordre des choses. Cette dernière, la plupart du temps inculte, sans formation, analphabète, parfois trafiquante au lieu d’être parquée dans des camps de rétention aux frais des contribuables, devrait être reconduite aux frontières sans atermoiements. Essayez donc comme français de vous rendre clandestinement, « sans papiers », dans un pays d’Afrique ou même en Albanie pour juger de l’hospitalité qui vous sera réservée… Ce qui coûte cher à la France c’est le grand patronat qui attire et utilise cette main d’ouvre bon marché et inculte pour briser le tissu social et les avancées démocratiques qui sont autant d’obstacles à son enrichissement.

Et quand cela lui est insuffisant, il délocalise les entreprises, comme le groupe Michelin, pour faire du chômage en France et produire à moindre coût et bien souvent à qualité inférieure dans des pays à la main d’œuvre corvéable à merci. Je le rappelle : 350 millions d’enfants sont actuellement surexploités par les transnationales à travers le monde !

Je rappelle également, puisque personne n’en parle, que le grand patronat français a reçu près de 65 milliards d’euros de subventions de l’Etat tout en bénéficiant de 8,5 milliards d’euros d’exonérations fiscales, de 25 milliards d’euros au titre d’une ribambelle de prêts bonifiés et de la baisse du coût du travail, etc. (4) Dans le même temps l’Etat ne budgétisait que 6 milliards d’euros pour le logement et 5 pour une justice qui se situe déjà parmi les derniers pays d’Europe par son budget !… Ce qui coûte cher à la France, c’est le grand patronat, le chômage qu’il fabrique et son organisation corrompue, le Medef.

Le Front National ne reconnaît pas la lutte des classes, condition essentielle du combat pour l’émancipation humaine, raison pour laquelle il ne pourra pas mener jusqu’au bout le combat qu’il prétend mener, ce qui ne veut pas dire qu’il n’aurait pas un rôle à jouer. Mais pour prétendre être « front » et « national » sans doute faudrait-il qu’il se réfère plus à l’avenir qu’au passé dans son discours et ses propositions et que ses militants n’hésitent pas à se trouver aux côtés des travailleurs en lutte pour la défense de leur avenir au lieu de pratiquer un discours antisyndical d’un autre âge. Quand le Front National désignera pour cible le clan des milliardaires qui pille la France au lieu des immigrés qui contribuent à l’enrichir par leur travail, quand ce parti proposera et appellera à la lutte pour nationaliser la haute finance, rendre à la nation ce qui lui appartient, développer la démocratie directe, alors celui-ci commencera à être crédible comme « front national ». Cette logique s’inscrirait d’ailleurs dans la lignée de ses propositions pour une «Europe des peuples » par opposition à « l’Europe des banques ». Pour l’heure il reste enfermé dans un discours anticommuniste, antisyndical, anti-fonctionnaire et s’accroche aux oripeaux du système comme l’église catholique – je parle bien entendu de l’institution et non de la croyance, même si je suis athée – et s’oppose ainsi à tout grand rassemblement national sur des propositions de rupture.

Imaginez la force que représenteraient le rassemblement et la mobilisation des organisations – partis politiques, syndicats, associations, etc. – agissant de concert sur des objectifs communs de rupture, chacun conservant, bien évidemment, son identité (...)Bien entendu le rejet du Front National par la classe politique est injustifiable. Mais pour une part, il porte la responsabilité de cette situation en ne désignant pas les vrais responsables de la crise et en restant enfermé dans un carcan droitier et populiste qui l’empêche, pour partie, de prétendre à devenir national et populaire. Des dirigeants trop souvent issus de partis bourgeois ou à « l’idéologie de reclus » s’identifient par leur propos et leur image plus aux forces du passé qu’à une force porteuse d’avenir et de changement radical. Même si aucune perspective de changement réelle n’existe à l’heure actuelle, la grande bourgeoisie est très préoccupée par la réduction de son assise populaire. Plusieurs faits en attestent comme ses tentatives répétées de faire voter plusieurs fois les peuples ou de remplacer un vote populaire sur des questions qui engagent toute la nation par celui du Parlement lorsque leurs votes ne lui conviennent pas, la tentative de se fabriquer des circonscriptions sur mesure, etc. Nous ne sommes plus en démocratie…



Les forces vives de la nation
absentes du Parlement



Geostrategie : …Parlement dont les membres sont pourtant élus par le peuple ?



J-L.I. : Oui, mais les Parlements ne représentent plus vraiment les peuples dans les pays occidentaux et leurs élus nationaux sont de plus en plus coupés des citoyens. Je n’évoque même pas le cas du Sénat français qui est une assemblée inutile et coûteuse qui devra être supprimée afin de renforcer les moyens et l’efficacité de l’assemblée des représentants de la nation. Si vous vous intéressez à la composition de l’Assemblée Nationale française, vous constaterez que sur les 577 députés, ne figure qu’un seul député issu de la classe ouvrière, le député communiste Maxime Gremetz, et un seul salarié agricole, le député des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle qui est technicien agricole. Quant aux artisans, la « première entreprise de France », selon leur slogan, ne compte que deux élus ! Par contre vous trouvez vingt-deux « sans profession déclarée » parmi lesquels dix-neuf UMP, la plupart fils et filles de petits bourgeois, quinze permanents politiques, tous de l’UMP et du PS, qui faute de faire métier ont fait carrière dans la fonction d’élu et n’ont jamais participé aux forces vives de la nation, trente-huit avocats et, toutes catégories confondues, 184 fonctionnaires dont l’essentiel n’est pas représentatif de la fonction publique, exception faite des enseignants qui forme le gros de cette troupe avec les hauts fonctionnaires. Dans les faits, ce Parlement français n’est pas représentatif de la société française dans sa composition socioprofessionnelle.

Les forces vives, classe ouvrière en tête, celles qui font le pays et connaissent les problèmes du quotidien, les drames de la vie sont quasiment absentes du lieu où se décident les lois ! Où sont les ouvriers, les marins-pêcheurs, les paysans, les ingénieurs, cadres et techniciens ? Ceux qui font vivre la France dans ce qu’elle a d’essentiel, de généreux, de génie créateur délèguent en masse leur voix et leur pouvoir à de petits bourgeois et à des politiciens carriéristes qui, une fois élus, ont tôt fait de les oublier ! De plus, le mode de scrutin ne permet pas une véritable représentation du peuple.

L’Assemblée Nationale française est bien moins démocratique dans sa composition et son fonctionnement que la Douma en Fédération de Russie dans laquelle tous les partis ayant obtenus un minimum de suffrages sont représentés. En France, lors du premier tour des élections législatives de juin 2007, l’UMP s’est attribué 98 députés avec 10,28 millions de suffrages alors qu’il en a fallu 6,43 millions au Parti Socialiste pour en obtenir un seul ! Quant au PCF et au Front National ils n’en obtenaient aucun avec un peu plus de 1,11 millions chacun ! Le propos n’est pas de savoir si l’on est d’accord ou pas avec la politique proposée par ces partis mais de constater que le mode de scrutin ne permet pas une représentation équitable des courants de pensée de notre société. Le second tour de scrutin avec ses alliances opportunistes et politiciennes ne fait qu’aggraver la situation en excluant des millions d’électeurs de leurs choix et de la représentation nationale. Faute de proportionnelle intégrale, un français sur trois n’est pas représenté au Parlement.



Geostrategie : S’il n’y a pas grand-chose à attendre des partis politiques et des assemblées élues, comment les citoyens peuvent-ils modifier le cours des choses ?



J-L.I. : La démocratie est d’abord ce que les citoyens en font. Ils peuvent intervenir auprès des maires des communes, généralement plus accessibles pour changer la donne sur des problèmes locaux mais également auprès des députés pour des questions qui relèvent de la politique nationale.

Les citoyens peuvent très bien se grouper et agir sur des objectifs de rupture avec le système – par exemple, refuser tout licenciement dans les entreprises qui font des profits, s’opposer aux délocalisations, exiger la construction de nouveaux logements, l’embauche de professeurs pour les écoles, de personnels pour les hôpitaux, les services postaux, etc. – et obliger leurs élus à s’engager sur leurs revendications, à leur rendre des comptes sur leurs votes dans les assemblées, ce qui ne sa fait pratiquement plus.

Mais les questions fondamentales du passage à une démocratie politique avancée et du contrôle des grands moyens de production, de financement et d’échange reste toujours à conquérir.

D’une manière générale, de mon point de vue, les luttes sociales demeurent encore bien en retrait dans leur contenu et leur combativité pour faire front aux attaques dont le monde du travail est l’objet. Mais l’entreprise reste le cœur des batailles à venir : c’est là que les salariés doivent agir pour obtenir de nouveaux droits leur permettant de participer à la gestion et de bénéficier des bons résultats auxquels ils contribuent.

Dans les faits comme l’explique Hervé Sérieyx dans mon livre, « il s’agit de passer du « personnel-instrument » au service de l’organisation à « l’organisation-instrument » au service des personnes. » Il s’agit de cheminer d’une organisation d’entreprise destinée à gérer la docilité, à une organisation qui suscite chez chacun de ses membres le désir d’y devenir un acteur engagé.

La route est difficile mais les partis politiques classés habituellement comme « progressistes » ont failli à leur tâche. Il ne suffit pas que le monde capitaliste s’écroule pour qu’une nouvelle société prenne le relais. L’émancipation du peuple sera l’œuvre du peuple lui-même et à ce jour l’absence d’un courant révolutionnaire important fait défaut pour éclairer les citoyens sur des propositions de rupture avec le système finissant. C’est l’outil qui manque pour favoriser cette transformation politique et sociale. Le peuple est égaré, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas en attente ou demandeur de solutions pour changer la vie.



Des premières mesures
d’un gouvernement révolutionnaire



Geostrategie : Quelle seraient les premières mesures que devrait prendre un gouvernement révolutionnaire ?



J-L.I. : Le pouvoir devra immédiatement stopper toutes transactions financières internationales le temps de procéder immédiatement à la nationalisation de la Banque de France et du secteur bancaire et financier, exception faite des sociétés coopératives de banque qui présentent dans leurs principes de critères de gestion démocratiques. L’un des premiers objectifs du nouveau pouvoir devrait également consister à donner de nouveaux droits aux sociétés coopératives, tout particulièrement afin que leurs sociétaires disposent des moyens réels de faire respecter les principes de gestion par les dirigeants quand ce n’est pas le cas.

La banque et la finance sont le cœur de l’activité économique et c’est d’abord là que des mesures nationales et radicales doivent être prises avant d’envisager par la suite une action de proposition plus importante au niveau européen et international, à l’ONU par exemple ou par d’autres organisations internationales.

De même, il devra formuler dans un second temps des propositions pour changer ces vieux outils du capitalisme (Fonds Monétaire International, Banque Mondiale, Organisation Mondiale du Commerce, etc.) Sur ces points, le gouvernement de Vladimir Poutine de la Fédération de Russie peut permettre d’avancer rapidement puisqu’il est déjà prêt à agir, à proposer et à soumettre au débat des solutions.

Il ne faut pas perdre de vue que les mesures qui permettraient d’envisager un avenir meilleur sont également valables pour tous les peuples. Parler de la « réglementation de la vie économique » ou de « réguler les marchés financiers » comme le président français et ses homologues occidentaux en passant sous silence la nationalisation du secteur bancaire et financier ou la gestion démocratique des entreprises, en ne s’attaquant pas aux puissances financières, c’est tromper les gens en discourant sur des promesses que l’on est décidé à l’avance à ne pas tenir. Comment peut-on prétendre contrôler et réglementer l’économie sans contrôler et réglementer les banques, le cœur de la vie économique, sans unifier la « comptabilité financière » de l’Etat ?!


Geostrategie : Mais la nationalisation démocratique des banques est une opération difficile qui prendra du temps ?



J-L.I. : C’est l’idée que distillent dans l’opinion les milliardaires avec leurs médias qui ont par-dessus tout peur de perdre ainsi la maîtrise de l’économie et leurs privilèges. Dans les faits cette opération qui ne présente pas de grande difficulté sur le plan technique peut aller très vite. L’individu qui aura 1500 euros sur son livret d’épargne comme celui qui possédera 15 millions d’euros sous forme d’actions, d’obligations ou autre, garderont chacun ce qu’ils possèdent après la nationalisation. Ceux qui propagent l’idée inverse sont uniquement motivés par le fait d’entretenir la confusion entre nationalisation et confiscation des biens privés pour protéger leurs privilèges.

Dans un premier temps, le nouveau pouvoir devra surtout voter des lois favorisant la démocratie dans les entreprises par de nouveaux droits pour la gestion et l’élection des dirigeants sur la base de leur formation, de leur compétence et de leur expérience. Les sociétés coopératives seront des outils précieux pour insuffler la démocratie dans l’économie. Comme vous avez pu le lire, je mets en valeur dans mon livre la contribution importante des sociétés coopératives au mouvement pour la gestion démocratique des entreprises en comparant leurs principes de gestion et leur vécu avec les critères des sociétés classiques ou capitalistes si vous préférez. C’est un chantier immense, ardu et passionnant.


Geostrategie : Qu’est-ce qui changerait si une telle mesure était mise en œuvre ?


J-L.I. : Disons que nous ouvririons la porte de la rupture avec le capitalisme en donnant aux acteurs de l’économie, et en premier lieu à la classe ouvrière et à ses alliés qui font fructifier le Capital par leur travail, des ouvriers des chantiers aux analystes financiers, les moyens de définir et contrôler la marche des entreprises auxquelles ils sont associés, la possibilité de s’intéresser à leur organisation, d’intervenir pour participer à leur transformation. Ce serait le début d’un long mouvement d’émancipation, d’appel aux intelligences, d’appropriation de l’économie par tous ses acteurs au profit de l’intérêt général.

Par exemple, concernant les banques, comme j’en fais la démonstration dans mon livre avec l’intervention de spécialistes de la comptabilité des grandes entreprises, aucun contrôle effectif de ces établissement n’est actuellement réellement possible tant les capitalistes jouent sur des procédés extrêmement complexes et subtils pour en établir les bilans, les faire « contrôler », fonder des structures dans des places off shore, éviter l’impôt, spéculer à hauts risques avec des produits financiers ultrasophistiqués.

Pourquoi avoir tant de banques qui offrent les mêmes produits financiers quand leur réunion en une seule – exception faite des banques coopératives où se trouvent en germe les principes d’une gestion authentiquement démocratique -, laissant à chacun ce qu’il possède, permettrait le contrôle réel du mouvement des capitaux au profit de l’intérêt général ? Cette nationalisation démocratique accompagnée de la démocratisation des coopératives permettrait à l’Etat de savoir où et comment circulent les capitaux, au profit de qui et de les faire revenir à l’économie réelle sous contrôle populaire. Ce serait un véritable poumon d’oxygène pour la société toute entière quand on sait qu’un niveau mondial les pertes annuelles de recettes fiscales par les gouvernements du monde provenant du seul évitement fiscal – fraude et blanchiment non compris – sont estimées à plus de 255 milliards de dollars.



Geostrategie : Les banques ont déjà été nationalisées ainsi que des sociétés transnationales. Pourtant rien n’a vraiment beaucoup changé à l’époque ?



J-L.I. : C’est exact et c’est la raison pour laquelle j’insiste sur l’aspect démocratique que
devront avoir les nationalisations. Il ne s’agit pas de remplacer des dirigeants de droite par des dirigeants de gauche à la tête de ces entreprises pour que ceux-ci les gèrent de manière identique, comme des « compteurs de petits pois », sur la base de seuls critères financiers de profit maximum immédiat avec des hiérarchies bardées de pré carré, des atteintes répétées aux libertés démocratiques, une opacité de gestion et de trucage des comptes incompatibles avec la démocratie.

Les dirigeants auront à mettre en œuvre immédiatement les décrets et lois du pouvoir révolutionnaire donnant de nouveaux droits aux salariés pour qu’ils puissent intervenir complètement dans la gestion, mettre un terme au détournement d’une partie des bénéfices par les dirigeants actuels des entreprises des secteurs clés de l’économie, démocratiser toutes les fonctions jusqu’à changer l’entreprise, faire que l’entreprise soit un outil au service de ses acteurs et de son environnement et non l’inverse comme aujourd’hui. C’est une étape décisive qui implique une élévation quantitative et qualitative de la conscience de ses acteurs mais également de l’environnement des professionnels qui l’accompagnent dans sa création et son développement : commissaires aux comptes, auditeurs, experts comptables, etc. Sans cela les nationalisations resteront lettre morte et deviendront, comme nous l’avons connu, des « étatisations ». C’est la raison pour laquelle ces grandes orientations du pouvoir pour aller vers une démocratie avancée doivent s’accompagner de ce que Pierrre-Henry Leroy, fondateur et dirigeant de Proxinvest, la principale société de conseil aux actionnaires, appelle « les petits pas ». Ainsi qu’il l’explique, il faudra initier des réformes plus modestes et locales qui vont dans le bon sens.



Geostrategie : Par exemple ?



J-L.I. : Par exemple d’abord décourager le grégaire et encourager la diversité d’opinion dans les marchés en mettant fin aux conflits d’intérêts des établissements financiers des groupes lors des opérations de marché. Comme le souligne Pierre-Henry Leroy, « ceci impose de recourir à des experts vraiment indépendants et non pas, comme aujourd’hui, payés et nommés par les intéressés. Une définition précise des conflits d’intérêts, des interdictions et des sanctions s’imposent. » Ou encore abolir les règlements qui alourdissent l’épanouissement de l’économie au profit de l’intérêt général, ce qui est d’autant plus facilement envisageable à partir du moment où ses acteurs disposent des moyens légaux et culturels favorisant leur intervention.



La seule issue pacifique à la crise :
Une révolution nationale et radicale



Geostrategie : Mais les économies étant aujourd’hui très liées d’un pays à l’autre avec la mondialisation capitaliste, pensez-vous qu’il soit possible de tenir tête aux dispositions européennes, aux règlements internationaux et aux pressions qui ne manqueraient pas de s’exercer sur une seule nation qui s’engagerait dans cette voie de rupture ?



J-L.I. : Votre question porte sur un point essentiel : le soutien du peuple à des réformes radicales. Un changement social de cette ampleur ne peut être le fait d’une seule avant-garde, aussi éclairée soit-elle. Si celle-ci est nécessaire pour formuler des propositions, porter le niveau de conscience à la hauteur des mesures indispensables, ouvrir le débat sur les questions essentielles, seul un grand soutien populaire à celles-ci peut permettre de rompre avec la situation actuelle, quelle que soit la voie de transition choisie par le peuple, électorale ou non. Le passage de la République du Venezuela d’un Etat sous domination étasunienne à un Etat démocratique, indépendant et progressiste est l’un des exemples les plus intéressants à étudier de notre époque.

Toutes les attaques menées contre le gouvernement révolutionnaire du Venezuela, de l’intérieur par le grand patronat et les éléments conservateurs de l’église catholique et de l’extérieur par les Etats-Unis et d’autres pays avec certaines associations plus ou moins liées aux services étasuniens, n’ont pu empêcher le processus de rupture de suivre son cours. Aujourd’hui le pays s’engage sur la construction d’une société socialiste en faisant l’apprentissage d’une authentique démocratie directe. Les secteurs clés de l’économie ont été nationalisés, les capitaux qui s’exportaient dans la poche de gros actionnaires étasuniens sont aujourd’hui injectés dans la modernisation des entreprises et des régions, des dizaines de milliers de coopératives se sont créées dans tous les domaines de l’activité économique et le pays se modernise au profit de ses citoyens. Ce qui paraissait impensable à une grande majorité du peuple se réalise aujourd’hui avec son soutien actif.

Pourquoi cela a-t-il été possible malgré les accords régionaux, les règlements internationaux et les pressions de toutes sortes, jusqu’à des tentatives de coup d’Etat orchestrées par les Etats-Unis ? Parce que le peuple a su se constituer une avant-garde révolutionnaire exemplaire en bien des domaines, se rassembler, se mobiliser et le rester sur ses objectifs principaux de transformation politique et sociale radicale. Vous comprenez face à ces succès pourquoi le Venezuela révolutionnaire n’existe pratiquement pas dans les médias occidentaux. Le gouvernement français devrait se souvenir qu’il a plus besoin du Venezuela que le Venezuela n’a besoin de la France.



Geostrategie : Est-il possible de faire une telle révolution nationale et radicale en France ?



J-L.I. : Bien évidemment, et c’est même la seule issue pacifique pour sortir de la crise et rompre avec le système actuel. Il est envisageable d’organiser en France le contrôle de toute la vie économique, d’opérer sa « réglementation » en la « débureaucratisant », de faire retourner à l’économie les capitaux que les capitalistes évitent de l’impôt et du développement des entreprises sans qu’il leur soit possible de dissimuler des biens et des revenus. Il n’y a nul besoin d’un appareil spécial de l’Etat puisque les salariés et les directeurs pourraient réaliser eux-mêmes la fusion immédiate de toutes les banques capitalistes en quelques semaines, par exemple sous l’autorité du ministère des Finances avec des congrès de travail réunissant les professionnels, cadres-dirigeants, représentants des propriétaires du Capital, salariés, syndicats, associations de consommateurs, etc. par banque, par région et nationalement. Il est évident que ceux qui s’y opposeraient ou feraient traîner les choses en longueur pour se livrer à des opérations malhonnêtes de dernière minute et entraver le processus de rupture en seraient exclus.

Les avantages de la nationalisation du secteur bancaire seraient décisifs pour les PME, les collectivités et le peuple entier qui pourrait ainsi s’approprier les richesses qu’il crée et lui échappent. Un gouvernement qui arriverait au pouvoir avec la volonté de rompre avec le capitalisme ne peut être que nationaliste et radical. Etre nationaliste, cela veut dire donner la priorité à l’intérêt général de la communauté de territoire, de langue et de culture à laquelle on appartient. Concernant les accords régionaux ou internationaux que vous évoquiez, la petite Europe de Maastricht n’est pas un problème puisque pour ceux qui en doutaient l’expérience montre, à moins d’être complètement aveugle, qu’elle n’est qu’une organisation au service des grandes banques et des gros propriétaires privés de l’économie. Elle ne pouvait par conséquent résoudre aucun problème, quel qu’il soit, dans les sociétés qui la composent, qu’il s’agisse d’économie, de social, de culture, de liberté, de démocratie ou de droits de l’Homme. Vous remarquerez du reste que les promesses faites sur cette construction européenne par les dirigeants bourgeois et socialistes sur la fin du chômage, l’ouverture des marchés, le développement des entreprises, la solidarité entre les peuples, les libertés n’ont jamais vu le jour et que c’est même le contraire qui s’est produit.

Je dresse dans mon livre un descriptif de la situation de cette petite Europe en m’appuyant sur des documents de synthèse de ses propres organismes peu connus du public. Il apparaît que celle-ci, dont les dirigeants sont si prompts à donner des leçons à d’autres peuples, est en recul sur tous les fronts.

Il faut se préparer dès maintenant à construire l’Europe des peuples de Dublin à Vladivostock qui donnera la priorité aux qualités et à l’identité de chaque peuple par la recherche de coopérations mutuellement avantageuses, mettra un terme à la bureaucratie de Bruxelles engendrée par les puissances financières. Cela veut dire rompre avec l’actuelle « construction européenne », avec le traité de Maastricht et ceux qui ont suivi.

Etre radical c’est avoir conscience que la classe dominante – la grande bourgeoisie – s’accrochera au pouvoir et à ses privilèges par tous les moyens et que seules des mesures radicales bénéficiant d’un fort soutien populaire permettront de la contraindre à respecter les lois nouvelles, de la renvoyer dans ses foyers et de rompre avec son système.



Le capitalisme a besoin de la guerre
pour survivre



Geostrategie : La démocratie est-elle possible dans l’entreprise et tout particulièrement dans des sociétés transnationales à l’organisation complexe ?



J-L.I. : Je montre dans mon livre comment la gestion des sociétés coopératives se distingue – du moins dans celles dont les principes de gestion sont respectés – des entreprises classiques. Les entreprises coopératives sont des exemples de gestion à partir du moment où ses acteurs font respecter leurs critères de gestion par les dirigeants qu’ils élisent. Cela fonctionne dans de grandes banques comme le Crédit Mutuel en France ou le Mouvement des caisses Desjardins au Canada et peut donc très bien se mettre en place dans des PME. Chacun doit avoir conscience de la gravité de la situation car le système a aujourd’hui besoin de la guerre pour subsister. Le général russe Leonid Ivashov a mis en garde à plusieurs reprises contre la volonté des Etats-Unis de déclencher un conflit militaire majeur…


Geostrategie : …Vous voulez dire une troisième guerre mondiale ?



J-L.I. : Je dis « conflit militaire majeur » c’est-à-dire pouvant entraîner rapidement plusieurs pays dans des conflits bien plus graves que la guerre contre l’Irak ou contre la République fédérative de Yougoslavie. C’est du reste ce qu’ont tenté les Etats-Unis en foulant le droit international et en tentant de constituer une alliance de guerre contre l’Irak en passant outre l’ONU. Les Etats-Unis sont en pleine faillite, leur dette financière n’est plus remboursable et ne peut plus qu’être remise.

Comme le rappelle le général Ivashov dans mon livre, tout se qui se trouve aux Etats-Unis – industries, immeubles, technologies de pointe, etc. – a été hypothéqué plus de dix fois partout dans le monde et nous sommes au bord d’un krach du système financier international sur le dollar étasunien.

Le général Ivashov, qui est vice-président de l’Académie russe des problèmes géopolitiques, estime que « les banquiers mondiaux » en faillite ont besoin d’un événement de force majeure de proportions mondiales pour s’en sortir ». Selon son analyse, « l’importance des événements à venir est réellement épique. (…) Les conflits régionaux comme ceux déclenchés contre la Yougoslavie, l’Irak et l’Afghanistan ne donnent que des effets à court terme. Ils ont besoin de quelque chose de beaucoup plus important et ce besoin est urgent ». Les Etats-Unis et leurs sujets anglo-saxons n’ont pas réussi à entraîner les pays occidentaux dans leur croisade contre l’Irak. Ils tentent aujourd’hui de renouveler leur opération contre l’Afghanistan et la République Islamique d’Iran avec l’OTAN et vont de provocation en provocation pour tenter de renverser le régime légitime du peuple Iranien.



Au nom de quoi l’Occident serait-il
à l’abri des guerres qu’il provoque ?



Geostrategie : Est-ce à dire que les conflits régionaux actuels peuvent gagner en ampleur ?



J-L.I. : Malheureusement, l’heure est à la guerre et les dirigeants occidentaux en portent la responsabilité. Ils font régulièrement la démonstration de leur recherche d’un conflit majeur, pour sauver leur système en faillite. Ils multiplient les provocations médiatiques, économiques et armées de manière répétée contre plusieurs Etats depuis quelques années.

Par exemple, les dirigeants Français mènent des opérations militaires hors frontières contre des peuples (Comores, Afrique, Albanie, Kosovo, Bosnie, Afghanistan, etc.) avec une structure militaire, le Commandement des Opérations Spéciales dont le siège est basé à Villacoublay (Yvelines) en région parisienne, la plupart du temps sans consultation du Parlement.

L’armée n’est plus au service de la défense du pays tous azimuts, mais des besoins des sociétés transnationales et des guerres étasuniennes.

Il semble que le président Sarközy de Nagy-Bocsa n’ait pas compris que le retour en puissance sur la scène internationale de la Fédération de Russie, de la République Populaire de Chine, de l’Inde et de l’Amérique latine et centrale mette un terme aux schémas idéologiques et aux alliances des années soixante-dix.

Les Français peuvent du reste interpeller leurs députés sur ces opérations militaires en se servant de mon livre puisque celles-ci vont leur coûter en 2009 plus d’un milliard d’euros avec l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan.

Aujourd’hui, le mot d’ordre des militants nationalistes et révolutionnaires doit être « Troupes françaises hors d’Afrique ! », « Troupes françaises hors d’Afghanistan ! »

L’action doit se développer afin d’entraver par tous les moyens le fonctionnement des troupes d’invasion et les centres nerveux des Etats qui participent à ces opérations militaires meurtrières dans lesquelles périssent de nombreux civils. Le temps de la guerre qui se déroule à plusieurs heures d’avion des capitales occidentales sans répercussions pour l’agresseur est révolu.



Geostrategie : Selon vous ces conflits sont donc susceptibles aujourd’hui d’avoir des répercussions en Occident même ?



J-L.I. : Les occidentaux doivent comprendre que les bombes qu’ils lâchent sur les autres peuples, que l’uranium appauvri que les armées étasuniennes, françaises et anglaises n’ont pas hésité à utiliser en 1991 lors de la guerre du Golfe, puis en Bosnie en 1995, puis encore contre la Serbie en 1999, puis à nouveau contre l’Irak en 2003 avec les conséquences dramatiques pour les êtres humains et l’environnement peut aussi se répandre au cœur de leurs propres villes, de leurs repaires économiques, financiers et militaires.

Comme le rapporte le contre-amiral Claude Gaucherand, à l’hôpital pour enfants de Bassorah, en Irak, l’une des plus modernes maternité du monde arabo-musulman avant la guerre, où naissaient 12000 enfants par an, les femmes qui accouchent ne disent plus « fille ou garçon » mais « monstre ou être humain ? » Les cas de leucémie ont été multipliés par 13 et les cancers par 6 en douze ans et ces chiffres ne font qu’augmenter.

Il faut également savoir que le plus moderne institut de production de vaccins du Proche-Orient qui fût créé dans les années 1980 par une coopération de l’Irak avec les établissements Mérieux, a été détruit par l’ONU et ses envoyés de l’UNISCOM avec des conséquences dramatiques pour les populations et les animaux bien au-delà de l’Irak et de sa région. L’utilisation de telles armes comme le déclenchement des guerres sans consultation du Parlement fait des dirigeants de l’époque des criminels de guerre.

Donnez-moi une seule raison qui justifierait que les populations occidentales soient à l’abri des guerres offensives qu’elles laissent financer avec leurs deniers par leurs dirigeants et leurs représentants sans sourciller ? Les bombes ne seraient-elles bonnes que pour les enfants Serbes, Palestiniens, Irakiens, Africains ou Afghans ? Ce temps là est bien fini.



Les fraudeurs ne sont pas à Téhéran
mais à l’UMP



Geostrategie : Les politiciens et médias occidentaux parlent de « dictature » et de « révolution manquée » contre le régime de Téhéran, menaçant d’intervenir pour la protection des droits de l’Homme. Quel est votre avis sur l’évolution de la situation en Iran ?



J-L.I. : Premièrement, le peuple Iranien a réélu le président Ahmadinedjad avec une écrasante majorité, bien plus large que celle que le peuple français a donnée au président français lors de l’élection présidentielle de 2006.

Permettez-moi de souligner au passage que l’élection du président français ne respecte même pas la loi qui prévoit qu’aucun citoyen ne peut porter de nom autre que celui exprimé dans son acte de naissance, à savoir pour ce fils d’émigrés juifs hongrois, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa. Visiblement, « de Nagy-Bocsa » est resté de l’autre côté de la frontière du bulletin de vote. Ensuite, je ne pense pas que le président français et son parti, l’UMP, dont une ribambelle d’élus ont vu leur élection annulée dans différents scrutins parce qu’ils avaient triché – Serge Dassault le « jeune » sénateur-maire UMP de 84 ans de Corbeil-Essonne, fabricant d’armes, a été déclaré inéligible pour un an par le Conseil d’Etat et accusé d’avoir acheté des voix ! – soient en mesure de donner des leçons de démocratie électorale à l’Iran. Ils le sont d’autant moins que d’autres élus de l’UMP ont été également déboutés de leur tentative de remettre en cause plusieurs résultats de scrutin au prétexte que ceux-ci ne leur étaient pas favorables. Le parti des fraudeurs n’est pas à Téhéran mais bien en France. L’UMP est d’ailleurs coutumier de «putsch » contre le peuple et la démocratie.



Geostrategie : « Putsch » contre la démocratie, c’est-à-dire ?



J-L.I. : Je rappelle que le 23 mars 1999, les représentants des dix-neuf pays de l’OTAN ont déclenché les frappes aériennes contre la République Fédérative de Yougoslavie sans consultation des parlements. Puis, ils ont violé une nouvelle fois la Constitution française en 2001 quand le Premier ministre « socialiste » Lionel Jospin a, d’un commun accord avec le président UMP Jacques Chirac, décidé de participer à l’invasion et à l’occupation de l’Afghanistan. Depuis les choses n’ont fait que s’aggraver et les opérations militaires extérieures pèsent de plus en plus lourdement dans le budget de l’Etat. J’ajoute que la France participe au soutien de dictatures sur le continent Africain où elle n’a rien à faire et dont elle ne conteste du reste pas les élections de dirigeants, réellement truquées celles-ci. Et voilà qu’aujourd’hui, avec leurs homologues de la petite Europe de Maastricht, ils s’entendent pour faire revoter les Irlandais qui se sont prononcés majoritairement contre le traité de Lisbonne et dont le vote ne leur convient pas ! Et ce sont ces dirigeants français qui ont la prétention de donner des leçons de démocratie à l’Iran ? Ce n’est pas sérieux.

Cette réalité n’est que celle d’une classe sociale, la grande bourgeoisie, qui s’accroche au pouvoir par tous les moyens, jusqu’à la guerre, pour sauvegarder ses privilèges



Un fait dont personne ne parle



Geostrategie : Les reproches formulés au gouvernement iranien par les dirigeants occidentaux procèdent-ils de la volonté de chercher un conflit majeur ? S’agit-il d’une opération concertée ?



J-L.I. : Oui. Plusieurs éléments prouvent que nous assistons à une tentative de déstabilisation du gouvernement Iranien préparée de longue date par les services étasuniens avec la collaboration de membres de services occidentaux et sionistes. La stratégie est la même que celle employée pour la prétendue « révolution orange » en Ukraine ou dans d’autres pays comme la Géorgie avec d’autres couleurs et d’autres valets. Vous retrouvez derrière ces « candidats de la liberté » les mêmes associations financées par des annexes des services étasuniens, les mêmes bailleurs de fonds, les mêmes campagnes médiatiques spontanées avec manifestations, pancartes, mots d’ordre en anglais, provocations, etc.

Malheureusement les occidentaux, tous particulièrement les étasuniens, les anglais et les français, devront se faire à l’idée que le président Ahmadinejad jouit d’un fort soutien populaire et de la confiance des forces révolutionnaires d’Iran.

J’attire du reste votre attention sur un fait dont personne ne parle : ces conservateurs petits bourgeois qui se présentent comme des défenseurs de la « liberté », de la « démocratie » et des « droits de l’Homme » ont tous le même programme politique : « libérer » l’économie. Cela signifie privatiser avec les conséquences qui s’en suivraient pour le peuple, tout particulièrement dans le domaine de l’énergie puisque l’Iran est un grand pays producteur de pétrole.

Avez-vous remarqué le silence entretenu par les médias occidentaux sur le programme politique de cette opposition ? Je ferai le reproche aux dirigeants iraniens de ne pas suffisamment mettre en avant les acquis de la Révolution islamique qui a libéré le pays du joug de l’étranger et a permis de consacrer au développement économique et social des capitaux qui partaient auparavant dans la poche des gros actionnaires des sociétés occidentales. La République Islamique d’Iran se modernise, y compris par la maîtrise de l’énergie nucléaire, et contrôle son activité économique au profit de toute la société : voilà ce que ne supportent pas les occidentaux, français compris, dont les milliardaires dirigeants des sociétés transnationales convoitent les richesses et la place stratégique. Il est évident qu’un Hossein Moussavi comme tout autre dirigeant soutenu par les occidentaux permettrait à Israël de poursuivre tranquillement le génocide du peuple Palestinien sans que cette entité ait à répondre régionalement et internationalement de ses crimes. La politique de paix développée par l’Iran s’accompagne forcément d’une dénonciation de la réalité de la politique raciste et belliciste de l’entité sioniste, que cela plaise ou non. Il ne peut y avoir d’aboutissement à plus de soixante années de conflit sans que la réalité des faits soit posée sur la table.



Il est temps d’en finir avec « l’Etat » raciste israélien



Geostrategie : La communauté internationale peut-elle encore jouer un rôle dans le règlement de la question juive au Proche Orient ?



J-L.I. : La communauté internationale n’existe plus depuis longtemps Pour qu’elle existe encore faudrait-il qu’il y ait une volonté politique commune de régler les conflits dans l’intérêt des peuples, ce qui n’est plus le cas, tout particulièrement avec ce que l’on appelle « l’Etat » d’Israël. Le président Ahmadinejad a souligné avec raison, lors de son intervention à la tribune des Nations Unies à Genève le 11 avril dernier qu’ « après la deuxième guerre mondiale, sous prétexte « des souffrances des juifs », un groupe de pays puissants a eu recours à l’agression militaire pour faire d’une nation entière une population sans abri. Ces pays ont envoyé des migrants d’Europe, des Etats-Unis et d’ailleurs pour établir un gouvernement totalement raciste en Palestine occupée. Il est tout à fait regrettable qu’un certain nombre de gouvernements occidentaux ainsi que les Etats-Unis aient entrepris de défendre ces racistes auteurs de génocide. Ils ont toujours soutenu les actes odieux du régime sioniste ou sont resté silencieux face à ces actes ».

Tout cela n’est que la triste vérité et nous sommes aujourd’hui confrontés à une peste sioniste qui se répand comme un poison de manière analogue à celles des nazis : pureté de la « race » qui place le juif , « peuple élu », au-dessus de tout autre être humain – et je vous renvoie sur ce point à La question juive écrit par le juif allemand Karl Marx -, implantation de colonies qui répond au besoin d’espace vital à l’image de l’ancien Reich allemand, populations chassées à coups d’interventions militaires, villages rasés, terres spoliées, torture, etc. L’ouvrage de Serge Thion, Le terrorisme sioniste,(5) est sur ce point révélateur de la terreur qui accompagne l’occupation de la Palestine par l’entité sioniste depuis 1947. Israël n’est pas un Etat mais une entité raciste sans frontières définies et sans constitution. C’est l’amie assassine du président Sarközy de Nagy-Bocsa dont l’historien Paul-Eric Blanrue décrit fort bien l’introduction dans l’appareil d’Etat français dans son ouvrage Sarkozy, Israël et les juifs.(6)



Geostrategie : Vous êtes l’un des rares journalistes français à soutenir l’intervention du président Ahmadinejad. Selon vous, le président Iranien n’a fait que rapporter la réalité des faits à la tribune de l’ONU ?



J-L.I. : L’un des rares à le soutenir ? Je ne pense pas. Sans doute dans les salons dorés (..) Le président iranien jouit d’une grande popularité dans le monde arabo-musulman. Par ailleurs, un rapport de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme qui fait suite à une importante mission d’enquête en Israël rapporte, je cite, « les nombreuses discriminations raciales (…) tant légalisées qu’empiriques, sans aucun fondement de quelque nature que ce soit » qui constituent « une violation à la Déclaration universelle des droits de l’homme, au Pacte international relatif aux droits civiques et politiques, au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et à la Convention internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale ». Il est évident que si les occidentaux continuent de soutenir une telle entité raciste, ils devront finir par assumer également la responsabilité du génocide du peuple Palestinien et de la guerre qui se prépare.

Depuis 62 ans cette entité viole toutes les lois internationales, procède à une véritable épuration ethnique de la Palestine, refuse d’appliquer les résolutions de l’ONU et poursuit sa guerre d’occupation et d’expansion à l’abri du discours trompeur de ses dirigeants. (..) Quant aux dirigeants des pays arabes au pouvoir qui ne sont, exception faite de la Syrie, que des modérés corrompus agenouillés devant les occidentaux, ils portent une lourde responsabilité dans l’extermination du peuple Palestinien et la présence coloniale dans cette région du monde.



Geopolitique : Dans de telles conditions, pensez-vous qu’après tant d’années une solution diplomatique puisse encore être trouvée ?



J-L.I. : En refusant toute véritable négociation pour que la Palestine retrouve l’intégralité de sa terre et ses droits, l’entité sioniste empoisonne la vie politique internationale et diplomatique depuis plus d’un demi-siècle.

(..) Ainsi que je le rapporte dans mon livre, une mission d’enquête de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme conclut que « le projet politique fondateur de l’Etat d’Israël, l’instauration d’un « Etat juif » est porteur d’une discrimination à l’égard de la population non juive ». Si « l’Etat d’Israël est « l’Etat des juifs » comme le stipule l’article 7 de la loi fondamentale sur la Knesset, alors tout juif qui se trouve en dehors de cet Etat doit être considéré comme immigré. (..)



Renforcer l’action commune des peuples
contre l’impérialisme



Geostrategie : Revenons à l’Iran. Pensez-vous que la République Islamique d’Iran puisse affronter la crise provoquée par les occidentaux ?


J-L.I. : Crise est un bien grand mot. Je parlerai plutôt de nouvelle provocation occidentale et d’ingérence dans les affaires du peuple iranien. Non seulement elle le peut mais elle en sortira renforcée. Il faut savoir qu’ au-delà d’un appareil d’Etat en pleine modernisation, la République Islamique d’Iran dispose de militants révolutionnaires aguerris à la lutte contre les provocations occidentales, d’une jeunesse formée dans les écoles et Universités ouvertes à toutes les couches de la population qui soutient majoritairement le régime contrairement à ce que diffusent les médias occidentaux, de penseurs et d’intellectuels riches de la culture perse, d’une religion avec laquelle la corruption et l’enrichissement personnel contre l’intérêt général ne sont pas compatibles.

Il ne faut pas oublier qu’en août 1953 les occidentaux ont eux-mêmes préparé le coup d’Etat pour renverser le régime démocratique de Mohammad Mossadegh afin d’installer au pouvoir la dictature des Pahlavi qui a plongé l’Iran dans un bain de sang. Quelques mois après son installation au pouvoir par les occidentaux, en 1954, un consortium composé de compagnies étasuniennes, anglaises, françaises et hollandaises se mettait en place pour gérer l’exploitation pétrolière de l’Iran au profit des actionnaires des grandes compagnies occidentales. Un véritable pillage de l’Iran s’est ainsi opéré pendant près de vingt-six années de dictature jusqu’à la Révolution islamique en 1978 et 1979. Il est évident que les dirigeants occidentaux entendent aujourd’hui dicter de nouveau à l’Iran sa politique économique tantôt en lui interdisant d’utiliser l’énergie nucléaire, tantôt en le menaçant, tantôt en exerçant des pressions économiques ou en essayant de déstabiliser son régime démocratiquement élu pour imposer une marionnette à leur solde afin de s’approprier ses richesses.


Geostrategie : Mais vous êtes vous-même athée et vous soutenez le pouvoir religieux de Téhéran ?



J-L.I. : Où est le problème ? Notre foi n’est pas la même mais je constate que le régime de Téhéran défend l’indépendance économique du pays, les nationalisations – même si celles-ci doivent aujourd’hui passer à un niveau qualitatif supérieur – et donc la possibilité pour le peuple Iranien d’améliorer ses conditions d’existence en participant plus fortement à la vie économique. On ne peut en dire de même du Vatican ou de l’entité sioniste qui sont deux des principales destinations du blanchiment de l’argent du crime organisé et du commerce des armes, ni des Etats-Unis avec leurs 60 millions de pauvres où la misère, contrairement à la République Islamique d’Iran, est en pleine expansion !

Quant à l’Union Européenne, donneuse de leçon de droits de l’Homme ,elle devrait commencer par s’occuper de ses 20 millions de chômeurs (..) Où sont les droits de l’homme pour ces habitants de la petite Europe ?

Par ailleurs, la France a fait le choix de servir de refuge à une organisation armée logée à Auvers-sur-Oise, en région parisienne, qui était, voici peu de temps, classé sur la liste noire des mouvements terroristes du Département d’Etat étasunien et de l’Union Européenne. Elle vient d’en être retirée car les dirigeants anglo-saxons ont réalisé qu’ils avaient besoin de l’instrumentaliser pour développer une grande campagne contre la République Islamique d’Iran. Tout ce qui peut leur servir contre l’Iran révolutionnaire est bon. Il serait du reste intéressant de savoir de qui cette organisation reçoit des fonds et des armes en quantité impressionnante… Le gouvernement français devrait prendre garde. Que n’entendrait-on si l’Iran abritait sur son sol une organisation dont le but avoué serait de renverser le gouvernement français ?! (..). Tous les peuples (..)  doivent, au-delà de leurs croyances différentes, se rapprocher pour agir en commun contre l’impérialisme.



Geostrategie : Le conflit majeur dont vous parlez pourrait prendre des formes nouvelles ?


J-L.I. : Je le pense car les occidentaux semblent oublier qu’il ne peut y avoir de second Hiroshima puisque cela signifierait la fin de l’Humanité. Le président étasunien Obama qui a pris un ton aux relents de guerre froide vis-à-vis de la Fédération de Russie devrait bien réfléchir à changer d’attitude contre le cœur de l’Eurasie. De même, son implication et celle de son administration – CIA, Institut de l’hémisphère occidental pour la sécurité et la coopération(7) et Commandement Sud des Etats-Unis (Southcom) – dans le coup d’Etat en juin dernier contre Manuel Zelaya, président démocratiquement élu du Honduras, ne fait que confirmer la poursuite de la politique belliciste et agressive de ses prédécesseurs. Vous constaterez au passage la disproportion du traitement dans les médias français entre le coup d’Etat étasunien au Honduras avec des centaines de morts et des milliers d’arrestations qui n’ont eu droit qu’à quelques toutes petites minutes d’antenne et le coup d’Etat manqué des occidentaux en Iran qui a fait chaque jour l’objet de commentaires aussi faux qu’abondants. Les Etats-Unis ne sont plus en état de dicter leur volonté au monde et leur président va devoir faire front sur le plan intérieur aux déceptions qui vont naître des promesses qu’il a faites pour être élu et qu’il ne pourra tenir. Sur le plan extérieur les guerres qu’il entretient et les nouvelles qu’il cherche à provoquer vont accroître l’endettement et contribuer au processus d’affaiblissement majeur des Etats-Unis et du capitalisme en faillite. Imaginez ce qu’il adviendrait de la société étasunienne dans un tel contexte politique, économique et social si son président noir était victime d’un odieux attentat raciste perpétré par un groupe sioniste ou des miliciens extrémistes blancs ?!… Imaginez ce qu’il adviendrait demain si les images captées par satellite et caméras sur le prétendu attentat contre le Pentagone en septembre 2001 étaient publiées ? Certains responsables du Federal Bureau of Investigation en ont une idée pour avoir fait saisir aux Etats-Unis certaines de ces bandes vidéos…Il est étrange, ne trouvez-vous pas, que cette manipulation et mise en scène hollywoodienne ait échappé aux « yeux du ciel » pour l’un des bâtiments les plus surveillés de la planète ? Sans doute faut-il encore laisser du temps au temps. Les occidentaux ne sont plus les seuls à maîtriser les nouvelles technologies et les peuples à qui ils ont pris leurs familles, leurs terres, leurs richesses, leur espoir, leur avenir n’ont plus rien à perdre. Ces « terroristes » là seront les libérateurs d’aujourd’hui comme l’étaient hier communistes et sans partis dans la Résistance contre le nazisme. A mains nues ou en costume cravate nous devons être à leurs côtés car pour eux comme pour nous, l’avenir c’est aujourd’hui la révolution ou la guerre.


Notes :


(1) Diplômé de l’Ecole des Hautes Sociales, de l’Ecole des Hautes Etudes Internationales et de l’ESJ, Jean-Loup Izambert est un journaliste indépendant qui a également exercé comme conseil en communication politique et communication de crise. Spécialisé depuis les années quatre-vingt cinq dans l’investigation économique, politique et financière, il est notamment l’auteur de plusieurs ouvrages : Le krach des 40 banques (Ed. du Félin, 1998), Le Crédit Agricole hors la loi ? (Ed. Carnot, 2001), Crédit Lyonnais, la mascarade (Ed. Carnot, 2003), ONU, violations humaines (Ed. Carnot, 2003), Faut-il brûler l’ONU ? (Ed. du Rocher, 2004), Les Démons du Crédit Agricole (Ed. L’Arganier, 2005), Pourquoi la crise ? (Ed. Amalthée, 2009)



(..) Faute de place, j'ai dû couper certains passages. Avec mes excuses, Eva


http://www.geostrategie.com/1906/le-capitalisme-en-crise-a-besoin-d%e2%80%99un-conflit-militaire-majeur


http://www.marcfievet.com/article-35565133.html

Le capitalisme en crise a besoin d’un conflit militaire majeurL'auteur
Repost 0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 06:26

Sommaire :

Comment Israël s'est débarrassé du Gaullisme en France,
pour Eva R-sistons, et par Eva R-sistons. De l'inédit !
(extrait de mon article, très long, "J'accuse le CRIF d'avoir colonisé la France",
prêt, à paraître prochainement).

"L'appel du 18 juin" du Gl de Gaulle.

Résistance.

Sélection de liens:

- Les pays du Sud se regroupent, avec Chavez
- La dictature des Grandes Institutions (OMS, FMI, etc)
- Un avenir sans usines et sans ouvriers


180px-De_Gaulle-OWI.jpg
magnify-clip.png
Charles de Gaulle à Londres, en 1940.
Wikipedia.org


Comment Israël a "tué" le Gaullisme
Par Eva R-sistons


Là, nous touchons au coeur du problème.  Car la France est le seul pays à avoir des Institutions comme celle du CRIF, totalement idéologique et envahissante. Pourquoi ? Une telle infamie n'aurait jamais dû arriver dans notre pays.

Un jour, le Général de Gaulle entra dans la vie des Français. Il lança le fameux appel du 18 juin, incitant à résister à l'intolérable qui venait de se produire.  Personne ne marqua autant que lui l'Histoire, la grande, de notre pays. Mais il avait des ennemis. Et celui qui le détestait le plus, justement, était Israël.  Car le Gl aimait plus que tout la Liberté. 

Israël a une spécialité, celle de se débarrasser sans scrupules de ceux qui le gênent. De Gaulle, méfiant à l'égard d'Israël, et des Américains aussi d'ailleurs (quelle acuité !), était très critique vis-à-vis de ces deux Etats. Il fit sortir la France de l'OTAN, puis il élabora une politique pro-arabe originale, enfin il défendit becs et ongles l'indépendance de la France. Bref, il indisposa Israël. Comment en venir à bout ? On ne supprime pas un homme de cette stature. Trop imposante !

Je prétends qu'à défaut, Israël tenta de tuer politiquement le Général. Comment ? En imaginant une situation pouvant le destabiliser. Et en envoyant un homme, un Allemand, un drôle de rouquin, fomenter en France une révolution. Celle de mai 68 !

Et la Révolution eut raison du Général. Un de chute !

Le même rouquin fut à nouveau envoyé en 2009 pour abattre le soldat Bayrou, dangereux rival potentiel de Sarkozy, puis le PS, et enfin pour "libéraliser" les Rouges Verts, en faire la roue de secours verdâtre, atlantiste et sioniste, du Capitalisme à l'agonie. Mais c'est une autre histoire.

Israël avait abattu un géant, mais pas le Gaullisme. Et dans le coeur des Français, de Gaulle, et son indépendance nationale, étaient toujours vivants. Précieux ! Et tellement gênants pour Israël, soucieux d'avoir les mains libres au Proche et au Moyen Orient, afin d'assurer sa domination sur la région et, au passage, de rafler les ressources de ses voisins. Et en effet, lors de la guerre d'Irak, le tandem Chirac-de Villepin, si gaullien, s'opposa avec panache aux ambitions anglo-saxonnes et israéliennes. Jamais le crédit de la France à l'étranger ne fût si grand !!!
 
Avec des dirigeants fidèles à l'idéal gaullien, avec des Français attachés à l'indépendance nationale, avec des Hauts Fonctionnaires de l'Etat, au Quai d'Orsay comme à l'ENA, imprégnés des valeurs traditionnelles de la France, difficile pour Israël d'avoir les mains libres pour accomplir ses forfaits. Je prétends qu'après avoir "tué" politiquement le Gl de Gaulle, il entreprit d'extirper le grain de sable de la France qui se mettait en travers de ses projets de domination prédatrice.  Ce grain de sable, c'était justement le Gaullisme, cet idéal rassembleur et d'indépendance de la Nation. Un idéal qui fascine encore des individus de tous bords, à commencer par moi, pourtant résolument à gauche. C'est que le Gl transcende si bien les clivages, et il est visionnaire (Eurasie...), prophétique - et si intègre, une qualité qui se perd tant aujourd'hui !

Or donc, pour extirper définitivement ce "Mal" français, empêcheur de tourner, ou de dominer et de voler, en rond, et de surcroît si séduisant pour l'ensemble de la planète, donc susceptible de donner des idées, de susciter des émules, il fallait s'implanter en France, s'immiscer dans ses affaires, et en prendre le contrôle. Pour extirper à jamais cette sacrée indépendance française !  De Villepin, le "dauphin" de Chirac, a été victime de cette politique. Sarkozy, le candidat d'Israël, a représenté la Droite aux Présidentielles !
 
Et voici comment, pour moi, les réseaux les plus influents du sionisme international, ou d'Israël, se mirent en tête de venir à bout de la France, et de son esprit rebelle, frondeur. Au risque de coloniser le pays, pour mieux le tenir à sa merci, pour mieux tuer son influence, et l'aligner, via de commodes marionnettes, sur la Pensée unique atlantico-sioniste.

Le pari a réussi. La France est à genoux, vidée de sa substance, et à la merci de ses nouveaux maîtres, se servant d'elle comme tremplin pour leurs ambitions personnelles ou pour leurs projets iniques et criminels. 

Mais en assassinant la France, le CRIF et ses laquais piétinent les intérêts de la Communauté juive en France, menacée par les excès mêmes de ceux qui se sont indûment octroyés tous les pouvoirs, en prétendant servir leurs frères.  

Il y a des Ghozlan, et des Sophie Ernst (écoutez le passionnant débat opposant ces deux frère et soeur juifs "ennemis", que tout oppose: Débat "Les Juifs en France", diffusé le 28.2.9, 43 mn, sur Public Sénat. Une Sophie Ernst, par sa modération, son ouverture,  sa sincérité, son altruisme, combat mieux l'antisémitisme que tous les excités qui brandissent à tous bouts de champs la Shoah et les accusations sans fondement. A voir absolument, remarquable débat ! (2 conceptions, je m'identifie à celle de Sophie Ernst).

Il y a des Richard Prasquier, qui interviennent pour changer le cours de la Justice (affaire Fofana), et des Théo Klein (ancien Président du CRIF), qui est un Juste, pour la rendre.

Il y a des avocats (comme Goldnatel) qui partent en guerre contre tous les embryons de soupçons de risques.. d'antisémitisme, traquant la moindre virgule déplacée, et d'autres, comme Roni Brauman, le Médecin du Monde qui soulage les souffrances humaines,  pour servir la cause de la Justice.

Il y a des Rabbins qui militent pour la paix, une paix juste, et il y a même des Professeurs comme Yakov Rabkin pour publier un "L'opposition juive au sionisme" (2005). Il n'y a pas seulement des obsédés de l'antisémitisme, le voyant partout, même où il n'est pas !

Et puis il y a tous les anonymes qui sont bernés par ceux qui prétendent parler en leur nom,  et qui ne veulent pas être tués une seconde fois par leurs prétendus défenseurs. Des hommes et des femmes qui aiment la France, qui sont bien intégrés, et qui ne souhaitent pas que le message judaïque soit perverti, pour devenir discriminant, eugénique, assassin. En d'autres termes, qui ne veulent pas que l'on tue le Juif pour modeler un Israélien différent. Bref, qui aspirent à vivre leur foi de façon apaisée, au lieu de se laisser entraîner à poursuivre les chimères d'une guerre sans fin contre tous. 
 
C'est à eux que je fais appel, pour vaincre l'hydre institutionnelle issue de leur Communauté - au service de Mâmon, et qui les coupe du reste du pays. L'apport des Juifs à la communauté humaine est original, créatif, et attachant par la culture. Il ne doit pas être écrasé par une chape de plomb. La morale juive est exigeante, elle peut être un phare pour le monde, à condition de rester fidèle à ses grands principes. La vocation du Juif authentique est sacerdotale, dans la Bible il est écrit qu'il doit servir Dieu et l'humanité, et non dominer. La nation juive doit être exemplaire. Ses dirigeants, aujourd'hui, sont poursuivis pour corruption. Où est la fidélité aux textes sacrés ? 

Si l'on n'entend que la voix des promoteurs actuels du CRIF, alors des Dieudonné se lèveront, courageusement, pour les dénoncer. En perpétuant la France résistante de 1789 ou de 1940. En refusant le pouvoir occulte, prépondérant, malfaisant, d'un groupe sur la communauté humaine. 

Car la France se trouve aujourd'hui dans la situation paradoxale, totalement inédite, insensée, scandaleuse et menaçante, où, comme les Etats-Unis, elle ne recherche plus son intérêt, mais celui d'Israël. Il faut prendre conscience de cette aberration, si l'on veut vraiment s'en libérer, retrouver la maîtrise de notre destin.

Jeanne d'Arc a bouté les Anglais hors de France. Qui délivrera notre pays de ses chaînes ? Qui rendra à la France sa liberté, sa dignité, son honneur ? Des Juifs clairvoyants comme Théo Klein ou Sophie Ernst ? Un autre gl de Gaulle, un Chevènement ? Ou nous-mêmes, dans un sursaut salvateur ?

Eva R-sistons

Commentaires à lire sur site ici, débat :
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5866&rech=8264#haut


200px-De_Gaulle_-_%C3%A0_tous_les_Fran%C
magnify-clip.png
Affichette placardée dans toute la ville de Londres, souvent confondue avec l'Appel.


Historique :

Dans la soirée du 18 juin 1940, un quasi-inconnu du grand public, général de brigade à titre temporaire et ex-secrétaire d’état à la guerre du gouvernement Reynaud, lance depuis les micros de la BBC à Londres un appel exhortant ses compatriotes à la résistance.

Cet Appel est l’acte fondateur de la France Libre dont la saga se terminera presque 5 ans plus tard avec la présence de la France à la signature de la reddition sans conditions du IIIéme Reich, la création en Allemagne d’une zone d’occupation française et l’obtention d’un siège permanent avec droit de veto au conseil de sécurité de l’ONU.

Parti de rien au milieu d’un désastre militaire sans précédent pour arriver à tout dans un contexte de victoire, Charles de Gaulle est devenu une légende en lui-même, ce qui est largement mérité mais présente parfois l’inconvénient de conserver dans l’historiographie quelques légendes annexes dont les erreurs historiques sont désormais avérées.

Si Charles de Gaulle, tout comme Churchill d’ailleurs, avait quelques belles et bonnes raisons de masquer certaines de ses difficultés dans ses Mémoires, expliquer comment se sont réellement passées les choses est tout à fait utile.

La décision de la rébellion :

C’est entre les 5 et 8 juin 1940 que Charles de Gaulle a été persuadé que Churchill maintiendrait la Grande-Bretagne en guerre et qu’il prend la décision, si le gouvernement français ne se replie pas sur l’Empire, de franchir son Rubicon, en l’occurrence la Manche dont la largeur sied parfaitement à l’étendue du franchissement en question. Dans ses Mémoires de Guerre, le général date sa décision du 16 juin. Si c’est exact sur le plan calendaire (C’est en effet le 16 qu’il a la preuve que le gouvernement ne se repliera pas sur l’Empire et va demander l’armistice), cela ne l’est pas sur le plan politique. (Voir source 1)

L’envol :

Les avocats passés ou contemporains du Maréchal Pétain indiquent souvent que de Gaulle s’est envolé de Bordeaux le 17 juin dans l’avion de Spears, représentant de Churchill auprès du gouvernement Reynaud, et qu’il l’a fait surtout de crainte d’être arrêté par le gouvernement Pétain, les deux hommes étant en froid depuis 1924.

Il est dorénavant clair que l’avion était celui mis à la disposition de de Gaulle et pas de Spears. De plus, la décision du départ est immédiate, Spears y adhère immédiatement et décide de partir à Londres avec lui pour aider à convaincre Churchill qui hésite car il souhaiterait recevoir à Londres des personnalités françaises de plus haut vol. Les choses étant ce qu’elles étaient, il dû se
« contenter » du général bien qu’ayant, lui aussi, présenté à l’origine son arrivée comme étant une « mesure de sécurité ».

Il semblerait d’ailleurs que les bases du texte de l’Appel aient été jetées sur le papier dans la nuit du 16 au 17 juin à Bordeaux, traces d’une demande de De Gaulle pour les services d’une secrétaire ayant été retrouvées dans les archives. Mis à part préparer sa journée du lendemain, qu’il savait devoir être difficile, et établir les bases de sa future politique, on ne voit pas pourquoi il aurait eu besoin d’une dactylo cette nuit là. (Voir source 2)

Le 17 juin :

Venant de Bordeaux, Charles de Gaulle et son aide de camp Geoffroy Chodron de Courcel, accompagnés de Spears, atterrissent à l'aérodrome londonien de Heston en fin de matinée.
Il s'installe dans un appartement prêté par un Français, près de Hyde Park, au centre de Londres, au numéro 6 de Seymour Place.

En milieu d'après-midi, le général de Gaulle est reçu par Winston Churchill au 10 Downing Street. Les appuis de Spears mais aussi de Duff Cooper ont eu raison des hésitations de Churchill. Le premier ministre britannique décide de mettre la BBC à la disposition du Général.
Il a été convenu qu'il ne l'utiliserait que lorsque le gouvernement Pétain aurait demandé l'armistice.

En fin d'après-midi, la nouvelle parvient à Londres que le maréchal Pétain vient d'annoncer aux Français qu'il faut cesser le combat.
Le général décide alors de lancer son appel dès le lendemain. Mais Churchill reste évasif.
La nouvelle du « il faut cesser le combat » émis par Pétain vers 12h 30 est connue à Londres dès 13h. Rien de neuf à cet égard dans l’après-midi ou la soirée. Mais c’est la que les ennuis commencent avec les hésitations anglaises !

D’une part et contrairement à ce que l’intéressé a écrit plus tard, le siège de Premier Ministre de Winston Churchill est fragile.
Les tenants de « l'appeasement », les pacifistes anglais, sont en force dans le gouvernement, sous la houlette de Lord Halifax et avec l’aide active de Robert Vansittart du Foreign Office, connu (à tort) comme churchillien ; il rejette viscéralement, les premiers jours, l’entreprise gaullienne, mais ne saurait être dit pacifiste. Ils ne veulent surtout pas, à ce stade de la guerre, critiquer en quoi que ce soit le Maréchal Pétain car, tout simplement, ils aimeraient imiter son initiative de demande de paix. Il convient aussi de faire la part du classicisme diplomatique car beaucoup de choses s’expliquent par la routine en un temps où elle est mortelle, car Hitler compte dessus.

D’autre part, les Français de Londres ne sont pas unanimement d’accord avec Charles de Gaulle, notamment Alexis Léger et, surtout, Jean Monnet.

Les uns comme les autres feront tout pour édulcorer autant que possible le texte de l’appel, voire l’empêcher.

Pour les comprendre, mais sans pour autant les approuver, il faut bien réaliser que Hitler avait complètement berné la quasi-totalité des dirigeants du monde et que se sont ceux qui espéraient alors pouvoir l’arrêter par les armes dans l’immédiat qui passaient pour de dangereux bellicistes.



Le 18 juin :


Au moins 3 versions du texte seront rédigées et vivement discutées ce jour la, sans compter l’ébauche datée du 17. Il semblerait que 2 autres aient existé, mais elles ne sont connues que par des résumés.


Le texte original sortira mal en point de ses affrontements qui durèrent toute la journée. Citons un extrait de l’une des délibérations du cabinet britannique ce jour là :
«Bien que le texte du message ne soulève aucune objection, il n’est pas souhaitable que le général de Gaulle, puisqu’il est persona non grata auprès du gouvernement français actuel, parle à la radio, aussi longtemps qu’on peut espérer que ce gouvernement agisse dans un sens conforme aux intérêts de l’alliance. »
 

Deux versions du texte diffusé le 18 juin existent :

- Celui qui fut réellement prononcé ce soir la, à 22 heures et non avant comme certains le disent. Voir le texte en annexe 1
- Celui diffuse AVANT par un communiqué de la BBC, donc moins censuré, et qui fut reproduit le 19 par certains journaux français, voir annexe 2.

Le véritable texte du 18 juin :

L’histoire de ce premier texte diffusé le 18 juin mérite à elle seule une mention spéciale. Le discours ne fut pas enregistré par la BBC.

Les premiers à avoir découvert ces différences furent une équipe d’amateurs passionnés sarthois (Voir source 3) qui se procurèrent le texte tel qu’enregistré par les services radiophoniques suisses dans des conditions qui firent dire par J.C. Averty, qui suivait cette affaire, à François Delpla au cours d’une conversation téléphonique que cela ressemblait à « une livraison d’héroïne dans un café de Barbès ».

Publié sans mention de sources en 1990, ce texte ne fut cependant jamais nié par les autorités helvétiques malgré le fait que sa publication dérogeait de quelques mois à l’obligation des 50 ans de non communication, ce qui explique « l'ambiance » lors de sa livraison.

Mais le clou vient d’être enfoncé par Christian Rossé, membre suisse du forum « Le monde en guerre » (Voir source 4) qui a retrouvé dans les archives de Berne le texte original tel que publié, étonnement en allemand, par le service d’écoute radiophonique suisse dans son Bulletin du 19 juin 1940 à 6 heures du matin. Le texte en allemand et les cotes d’archives figurent ici en annexe 1.

L’après 18 juin :

La discussion rebondissant dans la nuit, sans qu'aucun document n'en parle, sinon le résultat final dans les journaux anglais du 19 au matin, qui est l'appel connu moins la dernière phrase "demain comme aujourd'hui…".

La encore, c’est Hitler qui mène le jeu. Pétain lui demande ses conditions d’armistice le 17 et … il se hâte lentement de répondre, attendant le 21 pour convoquer une réunion et faire connaître ses conditions. Ce n’est qu’à cette date que le gouvernement britannique lâchera du lest et laissera de Gaulle s’exprimer plus librement, mais pas complètement encore et ce n’est que le 23, jour où le cabinet examine pour la première fois l’éventualité de reconnaître un comité présidé par le général, que les choses avancent vraiment.
(Voir source 5 et 6)

Avant cette date, les variantes de l’Appel sont purement militaires. Elles appellent à la résistance mais ne remettent pas en cause la légitimité de Pétain ni ne parlent de sa trahison, ce qui est cependant à la base de la rébellion gaullienne.

Les phrases manquantes seront ajoutées (ou plutôt rétablies) fin juillet ou début août (Accords de Gaulle-Churchill, là encore connu seulement par ses résultats et son contexte - accord du 7 août Angleterre-France libre -, notamment la fameuse affiche, dont la première apparition est dans les journaux anglais du 5 août).

La première apparition certaine du texte définitif se trouve dans le n° 1 du bulletin des FFL, mi-août 1940.

Le chemin de croix :

Convaincu dès le 8 juin 1940, décidé dès le 16, préparé à le faire dès le 17, Charles de Gaulle du attendre fin juin, voire début août 1940, pour pouvoir librement clamer haut et fort que Pétain avait trahi la République et que lui, de Gaulle, portait sur ses épaules fort larges et fort hautes mais ô combien encore fragiles la légitimité politique de la France.

De longues semaines de batailles ardues et pénibles pour échapper au concept d’une simple légion militaire française incorporée dans l’armée britannique qui en satisfaisait plus d’un et, enfin, de faire établir la notion de France Libre, organisme politique porteur de la légitimité de la République bafouée à Vichy.

Les temples gaullistes historiques qui rechignent à admettre ces faits on tort. Au lieu de s’en tenir à l’histoire sainte d’un Appel unique dès le 18, il leur serait plus utile de décorer leurs murs d’icônes retraçant ce chemin de croix. Cela présenterait l’avantage, comme disait l’un de mes bons maîtres que je ne nommerais pas, de « redonner du brillant aux statues ternies par l'encens des commémorations ».

En effet, la simple reconnaissance de ces aléas nous montre un de Gaulle qui, face aux difficultés, plie mais ne romps pas et, à force de volonté, de conviction et d’excellence politique arrive enfin à ses fins pour notre plus grand bien.


Sources :
1 – « Du 5 au 8 juin 1940, un tournant », Daniel Laurent et Alain Adam
http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/LaFrance19391945/juin40/Dossiers.htm
2 – « La face cachée de 1940 », François Delpla, F-X de Guibert, 2003
3 – « Revue historique et archéologique du Maine », No. 12, 1990, directeur Jacques Fourmy (décédé).
4– http://www.debarquement-normandie.com/phpBB2/viewtopic.php?t=17818
5– « L'appel du 18 juin 1940 », François Delpla, Grasset, 2000
6– Version enregistrée de l’Appel du 22 juin :  cf bas de page

Autres sources :
Articles de MM. Jean-Louis Crémieux Brilhac, Eric Branca et André Malraux en ligne sur le site de la Fondation Charles de Gaulle :
http://www.charles-de-gaulle.org/dossier/18juin/index.htm

Une étrange bizarrerie à la mémoire courte :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/doc/AppelINABBC.doc
Taillée en pièces comme il se doit :
http://www.delpla.org/

Annexes :
1 – Le texte de l’Appel du 18 juin, tel que retranscrit par les services d’écoute suisses.
2 – Le texte tel que diffusé le 19 juin par la presse française non encore atteinte par la Wehrmacht,
source « Le Petit Provençal »

Annexe 1 :


«
Le gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions honorables pourrait cesser le combat. Il a déclaré en outre que la lutte devrait continuer si ces conditions étaient contraires à l’honneur, à la dignité, à l’indépendance de la France.

Nous avons été surpris et submergés par la force mécanique, la tactique de l'ennemi. Mais il y a, malgré tout, des raisons d’espérer.

Croyez-moi, rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent nous apporter la victoire.

La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! Elle peut faire bloc avec la Grande-Bretagne et disposer d’immenses réserves.

La guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Toutes les fautes qui ont été commises n’empêcheront pas qu’un jour l’ennemi sera écrasé Cela pourra se faire grâce à une force mécanique supérieure encore.

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent actuellement en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Ceci vaut également pour les ingénieurs et les ouvriers spécialistes qui se trouvent déjà en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver.

Quoi qu’il arrive, la force intérieure de la résistance des Français ne doit pas faiblir. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres. »


Dans les archives fédérales suisses de Berne, le compte-rendu du discours du général du Gaulle apparaît dans le Bulletin n° 153 publié par le Gruppe Ohr (Service écoute de la Division Presse et Radio de l’Etat-major Suisse) à 6h00 le 19 juin 1940, à la page 3.
Il est étonnement rédigé en allemand. Le voici tel que Christian Rossé nous l’a aimablement fourni :

«
(11) England (frz.) 2200
General de Gaulle (Sous-secrétaire d’Etat de guerre dans l’ancien Cabinet Reynaud) spricht jetzt zu den franz. Hörern :
Die frz. Regierung (..)


Archives fédérales suisses, E4450/5768 Bd. 3 »


Annexe 2 :  L'appel (voir  ce qui suit)

« Le gouvernement français a demandé à l’ennemi ... (...)


http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/LaFrance19391945/3/Dossiers.htm 



L'appel du 18 juin, du Gl de Gaulle,
un appel à résister... à l'intolérable !

7eie13v3ig.jpg
L'Appel du 18 juin 1940 est le premier discours prononcé par le général de Gaulle à la radio de Londres, sur les ondes de la BBC. Ce discours – très peu entendu sur le moment mais publié dans la presse française le lendemain – est considéré comme le texte fondateur de la Résistance française dont il demeure le symbole.

Historique

De Gaulle arrive à Londres le 17 juin 1940 avec l'intention de négocier avec les alliés britanniques la poursuite de la guerre, après avoir exposé son plan à Paul Reynaud. Il rencontre le Premier ministre britannique Winston Churchill dans l'après-midi. De Gaulle expose son projet de maintenir la France dans le combat même en cas de capitulation du gouvernement installé à Bordeaux. Il émet le souhait de pouvoir s'exprimer à la radio dès que la nouvelle de la capitulation tombera. Winston Churchill donne son accord de principe et met à disposition la BBC.
Dans la soirée du 17, l'écho du discours de maréchal Pétain, nouveau chef du gouvernement français, parvient à Londres. Ce dernier annonce son intention de demander à l'ennemi la signature d'un armistice. Churchill et de Gaulle conviennent dès lors que le second s'exprimera dès le lendemain sur les ondes.
De Gaulle lit son discours sur les antennes de la BBC à 18 heures locales le 18 juin. C'est un appel à la poursuite du combat aux côtés des alliés britanniques. Pour le général de Gaulle, la bataille de France, qui vient certes d'être gagnée par les Allemands, ne signifie pas la fin de la guerre. Car « cette guerre est une guerre mondiale » et la France pourra s'appuyer sur la force industrielle de ses alliés et notamment celle des États-Unis. S'adressant aux soldats français, ce message d'espoir se termine par un appel à la Résistance, faisant entrer le terme dans le vocabulaire politique du XXe siècle.
Cet appel – dont il n'existe pas d'enregistrement – est très souvent confondu avec l'affiche « À tous les Français » qui fut placardée sur les murs du Royaume-Uni, début août 1940. 3j29dcut11.jpg
L'Appel du 18 Juin marque le début de la France libre qui, formée uniquement de volontaires (au début très peu nombreux), poursuit le combat sur terre, sur mer et dans les airs auprès des Britanniques et représente, face au régime de Vichy, la France qui se bat.
 

Maintenant,  relisons ce texte essentiel, prononcé à la radio londonienne par le Général de Gaulle et qui, comme on  le sait, n'a jamais  été enregistré :


"Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.
Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là ou ils en sont aujourd'hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.
Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armemenr qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.
Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

Mémoire

Le 18 juin 2005, l'Appel du 18 Juin a été classé par l'Unesco sur le registre de la Mémoire du monde, où sont recensés depuis 1992 les documents du patrimoine documentaire d'intérêt universel, en vue d'assurer leur protection. L’inscription, proposée conjointement par l’institut national de l'audiovisuel (INA, France) et la BBC, concerne quatre documents considérés comme les témoignages clés de l’événement : le manuscrit du texte de l’appel radiodiffusé du 18 juin, l’enregistrement radiophonique de l’appel du 22 juin, le manuscrit de l’affiche « À tous les Français » du 3 août et l’affiche elle-même.

compteur
compteur

http://forget.e-monsite.com/rubrique,l-appel-du-18-juin,1123748.html

http://sos-crise.over-blog.com/article-34850468.html


riche-et-esclaves.jpg 

L'avenir sans usines et sans ouvriers !

Mardi 1 septembre 2009
- Par L' Aviseur

Peut-être vous en souvenez vous, lors de son discours prononcé devant le Congrès à Versailles, le 7 juillet, le Prézydent avait déclaré : « L'idée d'une France sans usine et sans ouvriers est une idée folle. »
Monsieur Sarkozy parle Djeune, monsieur Sarkozy est dans le coup, il faut ici entendre "idée folle" comme utopie et l’Utopie comme une bonne chose, et s’il faut être fou, c’est-à-dire capable d’assez d’audace pour rompre avec les préjugés, soyons le!

Il s’agissait donc d’une provocation, et délibérée, que personne n'avait relevée, affirmant cyniquement le but véritable de sa politique, qui s’articule sur 4 axes:

1 – Poursuivre la politique d'accompagnement des destructions d'emplois en proposant « aux partenaires sociaux de prendre des mesures en faveur de l'activité partielle et d'étendre le contrat de transition professionnelle ».
C'est à dire, flinguer la classe ouvrière, avec l'aide des syndicats ouvriers et des partis de gauche.

2 – Ouvrir aux spéculateurs des possibilités nouvelles de faire fructifier leur Capital par un emprunt public basé sur un taux garanti de rémunération palliant les carences du marché.

3 – Faire financer ce pillage des fonds publics par la classe productive, par la poursuite du démantèlement des services publics, par l'offensive annoncée contre les régimes de retraite.

4-Une politique de relance de l’immigration afin de tirer un peu plus les salaires vers le bas.
le Daily Express a révélé que: «plus de 50 millions de « travailleurs » africains vont être invités à venir en Europe dans le cadre d’un accord secret en matière d’immigration.»

L’argument massu des économistes de Bruxelles :« Les pays à faible taux de fécondité pourraient avoir besoin d’un nombre important d’immigrés dans les décennies à venir, s’ils veulent maintenir la population en âge de travailler à son niveau actuel. Disposer d’une population suffisante en âge de travailler est vital en termes d’économie et de recettes fiscales »!

Hypocrisie suprême, lors même que ces gens organisent une politique de destruction du travail salarié, de destruction physique de la classe productive, afin de sauver les spéculateurs et les banques.

L’arrogance de ce gouvernement UMP/PS/CRIF/CRAN/Ni Pute ni soumise, ultra minoritaire, ne vient que de la lâcheté et de la trahison pure et simple des chefs des partis dits "d’opposition", qui osent encore se réclamer des travailleurs et du socialisme!

Pas un seul de ces responsables des partis de gôche, ne s’est opposé au discours de Sarkozy: pas un seul de ces dirigeants institutionnels n’a proposé de prendre les mesures d'exception et d'urgence pour sauver la classe productive, l’interdiction des licenciements par la loi, et l'arrêt de l'invasion africaine, seules réponses possibles pour combattre efficacement cette politique catastrophique de destruction des emplois et de la population laborieuse que monsieur Sarkozy, précisément, propose de généraliser.

En cette rentrée politique, l’ImMonde, sous le titre de: "Six crises à contenir", passe en revue les priorités du gouvernement Sarkozy:

-la taxe carbone, préconisée par le « socialiste » Michel Rocard et soutenue par Con Bandit.

-l'inévitable « hausse des licenciements »

-« la réforme des collectivités territoriales » pour aller jusqu'au bout de la remise en cause des départements et des communes .

-le projet de loi transformant La Poste en société anonyme »

-la grippe A.(très utile manoeuvre pour boucler le "contrôle social")

-la sécurité et l'éducation, vicieusement entremêlées, afin d'organiser «16 000 nouvelles suppressions de postes » s'ajoutant aux 13 500 qui disparaîtront déjà cette rentrée.

Autant de sujets brûlants, autant de « crises à contenir », de crises qui selon l'imMonde doivent donc être contenues, par l'étanchéité du barrage que les partis de gauche et les directions syndicales corrompues dressent contre le flot montant de la colère des masses.

Pourtant placés en situation de légitime défense, les travailleurs sont prévenus: il faut attendre les élections en 2012. Mais que restera-t-il de la France, à ce rythme, en 2012?

Prévenus aussi par le secrétaire confédéral de la CGT, Mourad Rhabi, qui en réponse aux innombrables grèves de l’été, a pris l'engagement solennel : « Il n'y aura pas de grève générale! »

(..) http://sos-crise.over-blog.com/article-35527742.html


liste complète



La dictature via les grands organismes, alerte !

OMS.jpg
Lundi 31 août 2009

Mon avis ? Ces Organismes jouent un rôle démesuré, décident de tout, sans aucune concertation. C'est une dictature ! Nous vivons sous le règne des dictatures en tous genres ! FMI, BM, sur l'économie - OMS, sur la santé - OTAN, engageant la paix et la guerre - etc, etc
Et tout cela sans mandat, sans contrôle des populations, en plein arbitraire, c'est intolérable !
Eva R-sistons à la tyrannie planétaire qui nous est imposée (hypocritement ,au nom de la démocratie)

A quoi joue l' OMS ?

Si l’on devait faire un bilan de la grippe porcine depuis les premiers cas signalés au Mexique et aux Etats-Unis en avril dernier, on remarquera qu’elle n’aura fait que du bruit. C’est l’OMS qui orchestre et rythme le tapage. C’est toujours l’OMS qui a «escaladé» tous les niveaux d’alerte pour atteindre le niveau 6 (le dernier) en moins de quelques semaines. C’est encore cette même organisation qui vient de déclarer le virus H1N1 dominant dans le monde. Ce qui signifie que le vaccin de la grippe saisonnière sera délaissé au profit de celui de la grippe A. Ce qui veut dire aussi que dans certains pays il n’y aura ni l’un ni l’autre sachant que le premier ne sera pas fabriqué et que le second vaccin de la grippe A ne sera d’abord servi qu’aux plus puissants.
Un vaccin dont personne ne sait s’il sera administré en une ou deux doses mais qui n’empêche pas la ministre française de la Santé de déclarer avoir reçu une première livraison sans en préciser la quantité.
D’autre part, aux Etats-Unis un décret exécutif vient d’être signé et accorde l’immunité aux laboratoires produisant les fameux vaccins contre d’éventuelles poursuites judiciaires. Bizarre, non? Si des poursuites judiciaires sont à craindre c’est qu’il n’est pas exclu que le vaccin fasse lui-même des dégâts. D’où le grand débat entre vaccination obligatoire ou pas.
On a la désagréable impression que l’OMS joue actuellement à attiser la peur par ses communiqués jamais rassurants mais plutôt volontaristes «enveloppés» au nom du principe de précaution. Le plus inquiétant est que l’arrêt de la fabrication du vaccin de la grippe saisonnière permettra de gonfler les statistiques des victimes de la grippe A. Bien malin, en effet, celui qui pourra faire la différence entre les deux grippes. Mais on prendra toujours celle qui fait peur. Pour l’anecdote, même les dindes n’y ont pas échappé. Celles du Chili ont été malades du virus H1N1. Il est fort à parier que les chrétiens passeront Noël sans dinde.
Alors qui croire? Que comprendre? Où s’arrête l’information et où commence la manipulation? Dans quel but? Il est prévu une deuxième vague du virus, puis une troisième. Comme autant de coups de boutoir. La seule chose dont on peut être sûr est l’impact économique du virus. Dès l’automne, tout proche d’ailleurs, il faudra s’attendre non seulement à voir des écoles fermées pour cause d’épidémies mais assister surtout au ralentissement des économies de tous les pays pour cause d’absentéisme dû à la grippe A. Aux dernières nouvelles il paraîtrait que la directrice de l’OMS est en train de réfléchir avec ses collaborateurs sur le meilleur moyen d’ajouter un niveau supplémentaire à l’alerte mondiale. Histoire de faire encore plus peur.

Zouhir MEBARKI

Source

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-35518457.


Un événement important !
Une partie de la planète se regroupe pour contrebalancer la domination tyranique du bloc anglo-saxon et israélien (grossi des Européens désormais) !
Prometteur ! Eva

118477340.jpg

Chavez part renforcer les liens
dans l'hémisphère est

MEXICO, 31 août - RIA Novosti. Le président vénézuélien Hugo Chavez entamera lundi une tournée de 11 jours qui le conduira en Libye, en Algérie, en Syrie, en Iran, en Russie et en Biélorussie.

suite ici : 


http://chiron.over-blog.org/article-35518409.html

liste complète



Quinquas, sexas :

Nous sommes des quinquas et sexas délaissés au chômage y compris non indemnisé depuis trop d'années et de ces faits, exclus des emplois et de la retraite; ce n'est plus supportable. 
 
Par ce lien http://www.vieuxauchomage.com/forum.php?lng=fr   , nous proposons de nouveaux forums, et si vous en convenez des présences aux "casse-croutes"


Derniers articles sur mon blog sos-crise :

liste complète





C O M M E N T A I R E S  :  I C I




Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Sionisme et Néo-sionisme
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 14:27

Alerte enlèvement:
http://www.facebook.com/home.php?#/video/video.php?v=108522019619&ref=share

3-religions.jpg
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/


A mes Lecteurs:

Mes amis,

Je ne vous oublie pas; je rédige l'article promis à Michel Collon voici plusieurs mois, lorsque je l'ai rencontré, et je le publierai ensuite ici: "J'accuse". Michel voulait le lire, il renouvellera le thème, car si je porte en moi cet article depuis pas mal de temps, Paul-Eric Blanrue a, depuis, publié un "Sarkozy, Israël et les Juifs", écrivant tout ce que je voulais dire. Ce sera donc un article perso, qui fera date, je le sais, car il analysera courageusement les faits (au nom de la Vérité, celle qui affranchit, au nom, aussi, de l'indépendance de la France, et de la défense de ses traditions) et, surtout, il proposera des explications neuves. Nous nous retrouvons donc très vite ici, avec des analyses pointues, décapantes, peu en phases avec la Pensée Unique dominante. Je revendique le "titre" d'intellectuelle, au sens qui pour moi compte le plus: D'indépendance courageuse de la pensée, quel que soit le prix payé, et au nom de valeurs universelles, qui ont un lointain rapport avec les communautarismes ou les intérêts partisans.

En attendant, je partage avec vous cette page de Wikipedia, trouvée au hasard de mes pérégrinations sur Internet: Elle éclaire un aspect méconnu, pourtant au coeur de bien des décisions aujourd'hui, si néoconservatrices. Le sionisme chrétien est doublement  intolérable, d'abord par son fanatisme (sectaire, va-t-en guerre, etc), ensuite parce qu'il se prétend hypocritement l'ami des Juifs, alors qu'il en est un adversaire redoutable: Les conduisant dans des voies sans issue, et même aux pires extrémités, au risque de guerres bien peu évangéliques, et aussi, il faut le dire, en embrassant les Juifs pour mieux les étouffer ensuite. Si vous préférez, ces chrétiens sont un allié circonstanciel, militant pour un Israël boutant dehors tous les Palestiniens, afin de hâter le retour de Jésus et, ensuite, de convertir les Juifs à leur foi à eux, ce qui promet au final d'homériques conflits entre les deux alliés d'hier... J'apprécie le non-prosélytisme des Juifs, respectueux de la foi des autres, et je ne supporte pas l'idée qu'au nom de leur vérité à eux, des chrétiens prétendent convertir les autres.  

A très bientôt, cordialement votre Eva



arton815.jpg ombre_1.gif
ombre_2.gif
ombre_3.gif ombre_4.gif ombre_5.gif
 

Sionisme chrétien (à découvrir) 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emblème d'Israël Sionisme Drapeau d'Israël
Définitions
Sionisme
Peuple d'Israël · Terre d'Israël
État juif
Histoire du sionisme
Immigration juive
Partis, organisations et idéologies
Institutions sionistes
Personnalités sionistes
Voir aussi
v · d · m
45px-Question_book-4.svg.png
  Cet article ou cette section est sujet à caution car il ne cite pas suffisamment ses sources. (novembre 2008) Pour rendre l'article vérifiable, signalez les passages sans source avec {{Référence nécessaire}} et liez les informations aux sources avec les notes de bas de page. (modifier l'article)
Le sionisme chrétien est le nom donné à la croyance d'un certain nombre de chrétiens, en particulier des protestants fondamentalistes, que la création de l'État d'Israël en 1948 est en accord avec les prophéties bibliques, et prépare ainsi le retour de Jésus sur Terre comme Christ triomphant de l'Apocalypse.
Cette croyance se distingue du sionisme juif par son ancrage dans une vision religieuse et non politique du monde. Les sionistes chrétiens sont persuadés que le retour de Jésus provoquera la conversion des Juifs.
Cette croyance se distingue aussi du soutien traditionnel et non-messianique au sionisme de nombreux chrétiens n'ayant pas volonté de convertir les juifs à terme. Il s'agit pour eux d'un engagement moral et politique, et non évangélique.
Le terme « Sionisme chrétien » rassemble donc un ensemble de groupes (généralement fondamentalistes) croyant que la judaïsation de la Palestine historique (Israël + territoires palestiniens) est une obligation divine qui ramènera Jésus sur terre, fera définitivement de lui le Christ ou messie et assurera le triomphe du christianisme lors de l'apocalypse.

Sommaire

[masquer]

Fondements bibliques [modifier]

Les racines du sionisme chrétien se trouvent dans plusieurs livres de la Bible, en particuliers dans les visions apocalyptiques du livre de Daniel, et du livre d'Ézéchiel, ainsi que dans l'Apocalypse du Nouveau Testament. Les visions uniquement spirituelles et poétiques pour la majorité des croyants sont interprétées par ces sionistes chrétiens en réalité géopolitique.
Comme tous les protestants, ces fondamentalistes accordent une grande importance à l'Ancien Testament mais en font une lecture littéraliste. Ils n'admettent pas la critique historique des textes qu'ils lisent, textes qu'ils interprètent dans une perspective messianique et apocalyptique. Pour eux, les évènements historiques sont à lire suivant un scénario qui mène à la fin des temps et à la rédemption, sur lesquelles le courant protestant majoritaire n'insiste pas.

Développements historiques [modifier]

Le sionisme chrétien apparaît au XVIIe siècle au sein du mouvement puritain. Oliver Cromwell est le premier chef d'État à réclamer la création de l'État d'Israël.
Dans les milieux évangéliques et fondamentalistes du protestantisme anglais et américain, se développe peu à peu l'idée que pour hâter le retour de Jésus sur Terre, et donc le Jugement dernier, il faut qu'un certains nombres d'actes annoncés dans les Écritures s'accomplissent. Parmi eux, le rassemblement en vue de leur conversion de tous les Juifs en Terre Sainte, et particulièrement à Jérusalem.
Pour un certain nombre d'entre eux, la renaissance de l'État d'Israël en 1948 est le premier acte du processus menant à la Fin des Temps. Cette croyance a des implications bien concrètes, puisqu'elle est le principal ressort du soutien de la droite chrétienne américaine à Israël et plus encore aux colonies israéliennes dans les territoires occupés après la guerre de 1967.
Selon Albert de Pury, professeur à la faculté de théologie de l'université de Genève : « dès le XIXe siècle, ils s'engagent, des années avant les sionistes juifs, pour la création d'un État d'Israël en Palestine. Ils sont certes émus par les souffrances du peuple juif, s'élèvent contre l'antijudaïsme chrétien, mais voient surtout dans ce futur État la réinstauration de l'ancien Israël annoncée par des prophéties bibliques. Un homme politique britannique comme Lord Balfour (sa Déclaration de 1917 prévoit l'établissement d'un foyer national juif en Palestine) appartenait à ce courant protestant ». « Ces mouvements n'ont aucune idée de ce que sont les églises d'Orient. On peut même parler de mépris. Cela crée des tensions au sein du protestantisme dont le courant majoritaire s'engage pour la création d'un État palestinien et une paix juste au Proche-Orient. Ces militants messianiques n'ont aucune notion des enjeux politiques réels sur le terrain. Pour eux, seule compte leur vision biblique qui les conduit à soutenir les positions israéliennes les plus extrémistes ».
Ainsi, la décision du gouvernement d'Ariel Sharon de se retirer de la Bande de Gaza en 2005 a été très mal perçue par ces milieux, qui y voient la destruction d'un projet devant permettre le retour de Jésus-Christ. Un des pasteurs connu de la droite religieuse américaine (Pat Robertson) a ainsi sous-entendu le 6 janvier 2006 dans son émission The 700 Club sur Christian Broadcasting Network (CBN) que l'accident vasculaire cérébral d'Ariel Sharon était une vengeance divine contre le retrait de Gaza : « Dieu éprouve de l'hostilité à l'égard de ceux qui divisent Sa terre [...] Et à chaque Premier ministre d'Israël qui décide de la découper et d'y renoncer, Dieu dit : "Non, ceci est Mien". Ariel Sharon divisait la terre de Dieu ». Déclaration qui semble aussi interpréter l'assassinat de Yitzhak Rabin comme une punition divine.
Cette attitude explique que les sionistes chrétiens soient aux États-Unis (le pays d'origine du mouvement avec l'Angleterre) hostiles à toute intervention américaine en faveur de négociations israélo-palestiniennes. Ils influencent dans ce sens certains députés ou sénateurs républicains. L'attitude assez « abstentionniste » de l'administration républicaine lors de la Seconde Intifada leur a parfois été partiellement attribuée.


250px-Nellie_Chapin.JPG
magnify-clip.png
Plaque commémorant l'arrivée de sionistes chrétiens américains à Jaffa en 1866

Relations entre chrétiens sionistes et sionistes juifs [modifier]

Bien que l'objectif des « sionistes chrétiens » ne soit pas le même que celui des juifs sionistes (puisqu'il implique à terme la conversion de ces derniers), ce courant de pensée représente un soutien fervent aux sionistes religieux les plus radicaux pour la fondation du “Grand Israël” (Israël dans ses frontières bibliques, incluant les territoires palestiniens, voire au-delà[1]).
A la fin du XXe siècle, apparaît parmi certains sionistes chrétiens (mais pas la majorité) la théologie de la « double alliance » : Dieu aurait conclu l'Ancien Testament avec les juifs et le Nouveau Testament avec les chrétiens, de sorte que les uns et les autres seraient sauvés à la fin des temps sans que les juifs aient à se convertir au christianisme.

Position d'autres Églises chrétiennes [modifier]

L'Église catholique, l'Église orthodoxe, l'Église épiscopale, et l'Église évangélique luthérienne, par la voix de leurs responsables locaux, ont publié le 22 août 2006 un document œcuménique, la « Déclaration de Jérusalem sur le sionisme chrétien[2] » rejetant cette doctrine : « Le sionisme chrétien est un mouvement politique théologique moderne qui adopte les positions idéologiques les plus extrêmes du sionisme, nuisant ainsi à l’établissement d’une paix juste entre la Palestine et Israël. [...] Dans sa forme extrême, il met l’accent sur des évènements apocalyptiques conduisant à la fin de l’histoire plutôt qu’au vécu actuel de l’amour du Christ et de la justice ».

Voir aussi [modifier]

Notes et références [modifier]

  1. La Bible donne plusieurs définitions de la « terre promise ». Selon les plus larges, celle-ci va « du fleuve de l’Euphrate jusqu’à la mer occidentale » (de l'Irak actuel à la Méditerranée - Deutéronome 11:24), voir « depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate » (De l'Égypte à l'irak actuel - Genèse 15-18). Certains groupes radicaux marginaux ont donc une vision maximaliste, revendiquant la Jordanie ou au-delà

 



p90_evangelistes_4.jpgAux États-Unis, les églises protestantes qui appartiennent au mouvement évangélique comptent plus de 50 millions de fidèles. L'interprétation de la Bible qui a cours dans un grand nombre de ces églises conduit leurs adeptes à honorer le peuple juif et l'État d’Israël.

(..) http://www.guysen.com/articles.php?sid=5603



Sur le site :
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=815


Reportage en Israël, en Terre Sainte, avec Giv Anquetil et Daniel Mermet avec des chrétiens sionistes venus des Etats-Unis pour soutenir les colons israéliens.

Livre :
Sylvain Cypel : Les emmurés : la société israélienne dans l’impasse (La découverte)

Crédits photo :
Photo extraite du site www.cfijerusalem.org


 


arton1503.jpg
 
"Déclaration de Jérusalem sur le sionisme chrétien"

Communiqué du patriarche
et de dignitaires d’Eglises locales à Jérusalem
 
 
"Bénis soient les artisans de paix car ils seront appelés fils de Dieu (Mt 5, 9).
 
 
Le Sionisme chrétien est un mouvement théologique et politique qui fait siennes les positions idéologiques les plus extrêmes du sionisme, au point de nuire à une paix juste en Palestine et en Israël. Le programme sioniste chrétien propose une conception du monde dans laquelle l’Evangile s’identifie avec l’idéologie impérialiste, colonialiste et militariste. Dans sa forme la plus extrême, il met l’accent sur des événements eschatologiques qui mènent à la fin de l’histoire plutôt qu’à l’amour et à la justice vivants du Christ.
 
Nous rejetons catégoriquement les doctrines du sionisme chrétien comme constituant un enseignement erroné qui pervertit le message biblique d’amour, de justice et de réconciliation.
 
Nous rejetons encore davantage l’alliance actuelle entre les dirigeants sionistes chrétiens et des organisations dont font partie des membres du gouvernement d’Israël et des Etats-Unis, qui imposent à présent, de manière unilatérale et anticipée, leurs frontières et leur domination sur la Palestine. Cela mène inévitablement à des cycles sans fin de violence qui ébranlent la sécurité des peuples du Moyen-Orient et du monde entier.
 
Nous rejetons les enseignements du sionisme chrétien qui facilite et soutient ces politiques tout en faisant progresser l’exclusivisme racial et la guerre perpétuelle plutôt que l’évangile de l’amour, de la rédemption et de la réconciliation universels, enseigné par Jésus-Christ. Plutôt que de condamner le monde funeste d’Armageddon, nous appelons chacun à se libérer des idéologies du militarisme et de l’occupation. Qu’ils aspirent plutôt à la guérison des nations !
 
Nous appelons les chrétiens des Eglises de tous les continents à prier pour les peuples palestinien et israélien, qui souffrent tous les deux d’être victimes de l’occupation et du militarisme. Ces actes de discrimination transforment la Palestine en ghettos de pauvreté entourés par des implantations exclusivement israéliennes. La création d’implantations illégales et la construction du Mur de Séparation sur une terre palestinienne confisquée, ébranlent la viabilité de l’Etat palestinien ainsi que la paix et la sécurité de toute la région.
 
Nous appelons toutes les Eglises qui restent silencieuses, à sortir de leur silence et à plaider pour la réconciliation et la justice en Terre Sainte.
 
C’est pourquoi nous nous fixons les principes suivants comme une voie alternative :
 
Nous affirmons que tous les hommes sont créés à l’image de Dieu. Cela implique qu’ils sont appelés à honorer la dignité de tout être humain et de respecter ses droits inaliénables.
 
Nous affirmons qu’Israéliens et Palestiniens sont capables de vivre ensemble dans la paix, la justice et la sécurité.
 
Nous affirmons que les Palestiniens, musulmans comme chrétiens, sont un seul peuple. Nous rejetons toute tentative de subvertir et de briser leur unité.
 
Nous appelons tous les gens à rejeter le point de vue étroit du sionisme chrétien et d’autres idéologies qui privilégient un peuple aux dépens des autres.
 
Nous nous engageons dans une résistance non violente comme étant le moyen le plus efficace de mettre fin à une occupation illégale, afin de parvenir à une paix juste et durable.
 
Nous avertissons, de toute urgence, que le sionisme chrétien et ses alliances justifient la colonisation, l’apartheid et l’édification d’un empire.
 
Dieu demande que justice soit faite. Aucune paix, sécurité, ou réconciliation durables ne sont possibles, si elles ne sont pas fondées sur la justice. Les exigences de justice ne disparaîtront pas. Le combat pour la justice doit être poursuivi avec diligence et persistance, mais sans violence.
 
"Qu’exige de toi le Seigneur, d’agir avec justice, d'aimer la clémence et de marcher humblement avec ton Dieu." (Michée 6, 8).
 
Telle est la position que nous prenons. Nous défendons la justice. Nous ne pouvons rien faire d’autre. Seule la justice garantit une paix qui mènera à la réconciliation et à une vie de sécurité et de prospérité pour tous les peuples de notre Terre. En prenant le parti de la justice, nous nous ouvrons au travail de paix, et œuvrer à la paix fait de nous des enfants de Dieu.
 
"Dieu se réconciliait le monde dans le Christ, ne tenant plus compte contre eux des fautes des hommes. Et il nous a confié le message de réconciliation." (2 Corinthiens 5, 19).
 
 
Sa Béatitude le Patriarche Michel Sabbah, Patriarche latin de Jérusalem.
Archevêque Swerios Malki Mourad, Patriarche orthodoxe syrien de Jérusalem.
Monseigneur Riah Abu El-Assal, Eglise épiscopalienne de Jérusalem et du Moyen-Orient.
Monseigneur Munib Younan, Eglise évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre sainte.
 
 
Mis en ligne le 05 septembre 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org
 

 

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-11713-132-6-declaration-jerusalem-sionisme-chretien.html




Reportage en Israël, en Terre Sainte, avec Giv Anquetil et Daniel Mermet avec des chrétiens sionistes venus des Etats-Unis pour soutenir les colons israéliens.

Livre :
Sylvain Cypel : Les emmurés : la société israélienne dans l’impasse (La découverte)

Crédits photo :
Photo extraite du site www.cfijerusalem.org

artoff1503.jpg ombre_1.gif
ombre_2.gif
ombre_3.gif ombre_4.gif ombre_5.gif
Shlomo Sand : Comment le peuple juif fut inventé

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Tel Aviv, Shlomo Sand est l’auteur d’un livre détonnant qui remet en cause la politique (...)

diffusée le 17 septembre 2008
artoff1582.jpg ombre_1.gif
ombre_2.gif
ombre_3.gif ombre_4.gif ombre_5.gif
Shlomo Sand : Comment le peuple juif fut inventé

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Tel Aviv, Shlomo Sand est l’auteur d’un livre détonnant qui remet en cause la politique (...)

diffusée le 30 décembre 2008
artoff1710.jpg ombre_1.gif
ombre_2.gif
ombre_3.gif ombre_4.gif ombre_5.gif
Destins croisés

Entretien avec Michèle Sibony, porte parole de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix), et avec Michel Warchawski, écrivain, militant anticolonialiste et président (...)

diffusée le 15 juin 2009
artoff643.jpg ombre_1.gif
ombre_2.gif
ombre_3.gif ombre_4.gif ombre_5.gif
"Au nom de Jésus, gardez Gaza ! " (4)

Rencontre aujourd’hui avec Ray Sanders qui dirige les "Christian friends of Israel", petite entreprise américaine de chrétiens sionistes soutenant l’extrême (...)

diffusée le 17 mars 2005
artoff640.jpg ombre_1.gif
ombre_2.gif
ombre_3.gif ombre_4.gif ombre_5.gif
"Au nom de Jésus, gardez Gaza !"

Reportage en Israël, en Terre Sainte, avec Giv Anquetil et Daniel Mermet avec des chrétiens sionistes venus des Etats-Unis pour soutenir les colons (...)

diffusée le 14 mars 2005

Lister les 55 émissions de la série


Sur R-sistons, déjà....

(2) la pieuvre évangéliste instrumentalise le sionisme !

(1) la pieuvre évangéliste, instrument de l'impérialisme américain

(3) la pieuvre, vers un totalitarisme politico-religieux ? 

Spécial fondamentalismes, choc d'intégrismes 3 religions monothéistes

Crépuscule de l'occident. Américanisation de la france. Totalitarisme


Comment Chomsky a occulté l'influence du lobby pro-israélien sur la politique des États-Unis (3e et dernière partie)http://r-sistons.over-blog.com/article-14697755.html


Bases US en Colombie:
Fidel Castro: “Washington contrôlera l’Amérique latine”

Les Etats-Unis déploient leurs bases militaires en Colombie afin d’écraser la révolution vénézuélienne et de placer le territoire de l’Amérique latine sous le contrôle des forces armées américaines, écrit le leader de la révolution cubaine Fidel Castro dans le nouvel article de ses Réflexions publié jeudi à Cuba.

“La mise en place de ces bases ne poursuit qu’un seul objectif: rendre l’Amérique latine accessible aux troupes américaines en quelques heures”, souligne-t-il, ajoutant que les Etats-Unis cherchent à “endiguer la révolution bolivarienne et à se rendre maîtres du pétrole et des autres ressources naturelles du Venezuela”.

Mis au point il y a quelques jours, l’accord de coopération bilatérale dans les domaines de la défense et de la sécurité entre les Etats-Unis et la Colombie autorise Washington à utiliser sept bases militaires sur le territoire colombien en vue de combattre le terrorisme international et le trafic de drogue.

“Le déploiement de sept bases militaires américaines en Colombie constitue une menace directe à la souveraineté et à l’intégrité des autres peuples d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale”, constate le “comandante”.

Il qualifie de “cynique” les arguments invoqués par Washington pour justifier la présence de ses bases.

“Les Etats-Unis affirment qu’ils en ont besoin pour contribuer à la lutte contre le terrorisme, le trafic d’armes et de stupéfiants, l’immigration clandestine, la prolifération des armes de destruction massive, la recrudescence des tendances nationalistes et les catastrophes naturelles”, fait remarquer M.Castro.

Et pourtant, poursuit-il, les Etats-Unis sont “le plus important consommateur de drogue sur la planète”, “le plus grand Etat terroriste de l’histoire”, ainsi que “le plus gros marché et, dans le même temps, le principal fournisseur d’armes du crime organisé en Amérique latine”.


http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2834




C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Sionisme et Néo-sionisme
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 00:09

                        300px-Janus-Vatican.JPG

            magnify-clip.png
    Buste romain de Janus, Musée du Vatican

                                               (NB Eva: Le Vatican, Janus ça lui va bien,
                                                  une face spirituelle - officielle - et une
                                                 face temporelle, dans l'ombre... Bande
                                                         d'hypocrites !) - Wikipedia.org

                                        Janus, 2 faces
                                        pour une même politique :
                                            Celle de l'imposture !
                                               par eva R-sistons


Mes amis,

Souriez, ou ne souriez pas, mais en tous cas, vous êtes copieusement roulés ! Oui, les Maîtres de ce bas, très bas monde, savent comment vous rouler. Leur objectif ? Garder le pouvoir, sans contestation possible. Leur arme ? Janus ! Une même réalité, en deux versions !!

Y-a-t-il une presse de gauche ? A part quelques titres marginaux, où la voyez-vous ? Libé, le Nouvel Obs ? Vous plaisantez ! Hé hé, Libération fondé en 1954 par un ancien nazi et par David Rockefeller, puis depuis 2005 avec un capital contrôlé par Edouard de Rothschild, n'a rien d'un journal populaire; Et quand on sait que c'est Laurent Joffrin, le fossoyeur de Ségolène Royal aux dernières Présidentielles avec sa "gauche bécassine" publié en pleine campagne électorale, qui l'anime, on se doute qu'il n'est pas là pour faire gagner la Gauche, mais pour manipuler ses lecteurs, désamorcer leurs vélléités de contestation. Quant au Nouvel Obs, sauf sur les sujets de société, rien ne le distingue fondamentalement de la Droite: Il accepte la loi du marché, la mondialisation libérale, il est atlantiste et sioniste. Plutôt Philippe Val que Siné !!! Alors il peut toujours tenter de faire illusion, seuls les sots sont bernés. Souriez, vous êtes roulés ! La presse de gauche, comme les salons de "causeries" progressistes du style de celui d'E.Lévy, ne sont là que pour donner le change, attraper les gogos, et au final, amener à accepter la Mondialisation comme le Nouvel Ordre Mondial soi-disant idyllique.

Le P.S. ? L'Oligarchie a pris soin de placer ses hommes, Dray désormais hors-jeu et personne ne s'en plaindra, Kouchner le néocon tombé du côté où il penchait réellement, Besson-Yago, Delanoë qui offre avec l'argent des contribuables des fontaines à 100.000 euros à Israël qui détourne l'eau des Palestiniens, etc etc, et surtout, surtout, D. Strauss-Kahn, à la tête de l'Institution qui ruine les peuples et les asservit, le FMI, échoué au PS pour le prendre, et la Présidence avec, et offrir le tout à Israël, puisque chaque matin en se levant, selon ses propres aveux, il se demande comment servir ce pays au mieux de ses intérêts. Ca y est, on va encore m'accuser d'antisémitisme, mais moi je demande à tous ces procureurs ce qu'ils diraient, eux les zélés défenseurs d'Israël, si des Français s'installaient dans leur pays chéri, et colonisaient tous les partis et les Médias pour servir... la France ! Susceptibles comme ils sont, gageons que les frictions seraient croustillantes !

Or donc, pour revenir à mon propos, l'Oligarchie place dans tous les partis, de Droite comme de Gauche, SES hommes pour être sûrs d'être au Pouvoir par procuration, en d'autres termes, il n'y a pas de Droite et pas de Gauche, il n'y a qu'un seul parti, celui de l'imposture, souriez vous êtes roulés, et c'est pour ça qu'une fois au pouvoir, les zélus font tous la même politique... Sarkozy est une marionnette unique en son genre, car tout en étant le plus à droite de tous, il réussit à donner le change, via les médias aux ordres, il réussit à faire croire qu'il est à gauche, en débauchant des gens se prétendant à gauche (mais en réalité de droite et c'est pour cela qu'ils franchissent allègrément le rubicon), et en ayant des discours de gauche, d'ailleurs aussitôt démentis dans les faits, et comme c'est un fieffé hypocrite, il ôte toute perspective d'alternance... en martelant qu'il fera de la France une "démocratie irréprochable" !!! Roulés, roulés... heureux ???


Mais ce n'est pas tout ! Voici Con-bandit, l'agent de l'Etranger venu donner aux Français le goût du Vert, en cassant toute l'Opposition, celle de Bayrou comme celle du PS, en ôtant le rouge des Rouges-Verts, et en faisant la promotion d'une Ecologie à l'allemande, plus libérale que verte. Là aussi, souriez, vous êtes roulés: L'Oligarchie se fout du Vert, elle veut garder le pouvoir. Comment ? En mettant sur orbite le Capitalisme "vert", pour en faire la roue de secours des Capitalistes, au cas où ceux-ci deviendraient trop impopulaires. Notre José Bové s'est fait avoir ! Et la madone de la Justice, Eva (pas moi, l'autre, la Joly) a été roulée aussi par le sieur Con-Bandit, le roi des opportunistes !!!

Ceci pour dire que les fadas que nous sommes sommes roulés, roulés, roulés, par des faux journaux de Gauche, des faux partis de Gauche, des faux écolos, tous aux mains des mêmes, mais enrobés différemment. Au final, libéraux grand teint, 
atlantistes et sionistes à souhait, Nouvel Ordre Mondiste à pleines doses (et c'est pour ça qu'ils se gardent bien de désamorcer la bombe du 11 septembre), friands de chocs de civilisation sans l'avouer (et c'est pourquoi le Nouvel Obs supprime un blog musulman progressiste afin qu'il n'y ait que les plus conservateurs face à l'Occident "démocrate"), et si, si, au fond tous réjouis à l'idée de voir l'Iran bombardé, puis la Russie, puis la Chine, et au final tous ceux qui ne sautent pas de joie à l'idée de voir l'Empire, le NOM, contrôler la planète.
 

Janus ? Oui, la face de Libé et celle du Figaro pour une même presse, la face du PS et celle de la Droite pour une même politique, la face des Verts et des Bleus (ou des Oranges) pour un même Capitalisme... sourions ! Nous sommes copieusement roulés..


Eva R-sistons aux manipulations

anges_et_demons_affiches_du_film_1.jpg


TAGS : Verts, PS, Libé, Nouvel Obs, Rockefeller, Rothschild, Figaro, libéralisme, capitalisme, capitalisme vert, NOM, Russie, Chine, Iran, choc de civilisations, l'Empire, gauche, roite, Eva Joly, José Bové, Sarkozy, Ségolène Royal, FMI, Strauss-Kahn, Dray, Kouchner, Besson, Yago, Janus, Delanoë, Israël, atlantiste, sioniste, antisémitisme, E. Lévy, Ph. Val, Siné..


________________________________________________________________________

 

 

Le dernier article de Raymond Basagana

Avant de répondre : un détour pour dire qui est Henry Kravis ?

 

  arton33.jpg

(Photo Internet)

H.K. est l’un des « cracs » de la finance internationale.


Un Américain né en 1944 qui achète et vend des entreprises. Il y a une trentaine d’années, il a créé ce que l’on appelle un fonds d’investissement, c’est-à-dire une énorme tirelire dans laquelle des millions d’individus, d’organisations, d’Etats… versent leurs économies. La particularité des fonds d’investissement par rapport aux fonds de pension ou aux fonds spéculatifs (hedge funds) est « qu’ils ne se contentent pas d’acheter des bouts de société cotées, mais qu’il les avalent tout entières, et qu’ils vont même battre la campagne pour dénicher des entreprises familiales à vendre ».


Grâce à des coups de génie spéculatifs et à un impitoyable élagage dans les sociétés acquises –  puis revendues – , Henry KRAVIS s’est retrouvé à la tête d’un empire. Ses sociétés « en transit » employaient, en 2008, plus de 450.000 personnes. L’équivalent de la ville de Lyon.

Dans mon article du 30 septembre 2008, je dénonçais les bénéfices astronomiques encaissés par les grands argentiers de la planète, dont Henry KRAVIS. Des chiffres ahurissants, à donner le tournis. Jugez plutôt : Chaque chaque jour que Dieu faisait, Monsieur KRAVIS gagnait 1.232.856 dollars, soit 51.369 dollars de l’heure (Source, Solveig GODELUCK et Philippe ESCANDE, Les Pirates du Capitalisme, Albin Michel, 2008, p.7).

 

 

Mon article n’a pas plu à Monsieur John Doe (J’ignore si c’est un pseudo).

 

Voici ma réponse :

 

Bonjour,

Merci de votre commentaire. Vous êtes franc et vous allez droit au but, c’est de bonne guerre dans un Blog.

OK pour la forme.

Par contre, j’ai beaucoup à dire sur le fond.

Je ne connais pas Henri Kravis. Je sais, pour m’être informé, que c’est une personnalité étonnante, fidèle en amitié, patriote, connue pour sa générosité (fondation pour les écoliers défavorisés, pour les enseignants de couleur, dons pour la recherche sur le cancer, pour la recherche sur les maladies cardio-vasculaires…)


Ai-je le droit de le mettre nommément en cause ? Dans l’absolu, la réponse est non. Toujours dans l’absolu, j’aurais dû intituler mon article : « Faut-il mettre en prison les financiers, traders, banquiers, responsables de la crise ?

 

Mais, dans l’absolu uniquement. Concrètement, il me fallait « nommer ».

 

Pourquoi ? Parce que Kravis, Bonderman, Buffet, Arnault… sont des symboles.

Des symboles qui racontent une histoire, celle d’un monde où l’argent circule plus vite que les hommes, où l’économie toute entière baigne dans la finance, un monde dominé par la loi suprême de la dictature de l’actionnaire et où les « pirates » de la finance – quelle que soit leur générosité dans les « soirées de bienfaisance » (Kravis, Warren Buffet…) –  se sont enrichis à la vitesse de la lumière.

 

J’ai écrit cet article en septembre 2008, en plein déconfiture bancaire.

 

J’étais, et vous avez raison de le souligner, un « citoyen lambda sans qualification particulière », et aucun mandat de la République ne m’autorisait à mettre mon bec dans l’auge financière.

 

Avais-je le droit de parler ?

 

Septembre 2008 : les Etats Unis d’Amérique, les Etats d’Europe, la France… se précipitaient au secours des banques – dont certaines étaient à l’agonie – , nationalisaient à tour de bras, injectaient des milliards.

 

Souvenez-vous : Bear Stearns, Fannie Mae et Freddie Mac en Amérique, Fortis au Benelux, Bradford et Bingley à Londres, Natixis, BNP-Paribas en France…

 

Le monde financier s’était tourné, d’un coup, vers l’Etat, non pas pour lui imposer son diktat, comme il en avait coutume depuis une dizaine d’années, mais pour qu’il le sauve !

Un comble : le libéralisme appelait au secours le socialisme étatique !

Comme l’écrivait Eric Le Boucher dans son éditorial d’Enjeux : « …le trader se jetait à genoux, impuissant, quémandeur, devant le contribuable ! »

 

J’assistais –  comme vous d’ailleurs – à ce scénario ahurissant : Face à la faillite, ceux qui avaient privatisé les profits (banquiers, décideurs financiers, Kravis, Bonderman, Buffet, Arnault…), nous demandaient, à nous, contribuables, de mutualiser les pertes !

 

Et je découvrais, comme tous les profanes en économie (américains, européens, asiatiques…) que nous devions passer à la caisse.

 

Le marché n’était ni autorégulateur ni autosuffisant !

 

J’ai ouvert mon bec, parce que cette crise « privisible » était en train de tuer des millions d’emplois en Europe, en Chine, semait la désolation en Amérique… parce qu’elle portait en elle un toxique redoutable dont les financiers et les banquiers se gardaient bien – et se gardent toujours – de chercher l’antidote. Un virus infiniment plus meurtrier que celui de la grippe A : la spéculation.

 

J’avais vu, en cette année 2008, des images tristes :

Au cœur de l’Amérique profonde, des maisons désertes, des volets clos, des portes scellées avec des planches en contreplaqué, des écriteaux implorant les pilleurs de passer leur chemin. C’était à Slavic Village, à Claveland (Ohio), l’épicentre de la crise des subprimes.

 

J’ignore si vous êtes Américain, cher Monsieur John Doe. Si oui, sachez que nous étions des millions à nous sentir concernés par le désarroi de vos compatriotes.

 

Si vous n’êtes pas Américain, je vous apprendrai que le 1er janvier 2009, le salaire minimum de l’Etat de Pensylvanie (Etat pris au hasard) était de 7,25 dollars/ heure travaillée. Celui d’Henry Kravis, au moment où j’écrivais mon article était de 51.369 dollars/heure circadienne, 24h/24 !

 

Et vous voulez que je me taise ?

 

Pourquoi, parce que je suis médecin et non banquier ?

 

En fait, vous posez un problème qui va bien au-delà du listing de qualification que vous exigez de moi.

 

Ce que vous me contestez, c’est le droit de penser, parler, juger… dès lors que je n’appartiens pas au sérail.

 

Vous niez la légitimité des citoyens-lambda à s’interroger sur la pratique quotidienne des oligarchies financières. Vous ne tolérez pas que nous considérions leurs agissements, leurs discours, comme contraires aux intérêts de l’immense majorité des habitants de la planète.

 

J’en prends acte, mais vous aurez du mal à faire taire les citoyens-lambda !

 

Des blogs sont légion à dénoncer les prédateurs qui accumulent l’argent, détruisent l’Etat, dévastent la nature et les êtres humains, entretiennent sur la planète des paradis fiscaux réservés à leur seul usage.

Je cite au hasard SOS-crise, le blog de Hadria Rivière, celui de Jacques Tourteaux, monde-solidarité.org, etc. La liste est longue, très longue.

J’ignore si ceux et celles qui les animent ont pris des cours chez Nicole El-Karaoui (Précurseur en Maths Financières, sommité mondiale dans les « dérivés de crédit, prof à Paris VI). Toujours est-il que les articles de ces Blogs sont fichtrement documentés et pertinents.

 

En ce qui me concerne, la pudeur la plus élémentaire m’interdit de déballer mes titres universitaires.

Je peux, par contre, vous avouer que je garde un souvenir ému et lumineux de mes douze années d’enseignement à l’Ecole Supérieure de Commerce d’Alger. J’y ai côtoyé des économistes et des financiers de talent, dont le « big boss », Monsieur Mohamed Taminy, une pointure en sciences financières, ancien de Harvard (si ma mémoire est bonne), qui m’a honoré de son amitié.

Le contact et l’amitié de ces universitaires hors norme m’a sans doute familiarisé avec l’univers dont vous me refusez l’accès.

 

Quoi qu’il en soit, j’ai écrit en 2006 –  en pleine euphorie boursière et immobilière – , un « thriller » d’anticipation économique dans lequel je prévoyais que les hedge funds, les OPA hostiles, les LBO, la titrisation… nous menaient au désastre. J’y campais un effondrement des pyramides de crédit, un krach boursier.

Le livre est paru en décembre 2007. Avant la crise.

 

Ce n’était peut-être pas un traité pour initiés, mais PPDA en a parlé dans Vol de Nuit, dans son émission de LCI, et dans son blog personnel de TF1.

 
Une caution inattendue: PPDA


Rassurez-vous, cher Monsieur John Doe, je ne connaissais pas PPDA et je n’avais aucune entrée à TF1.

 

A toutes fins utiles, sachez aussi que la suite – intitulée L’héritière de Shanghai – paraîtra en novembre prochain.

 

Quant à mon métier de médecin, je le fais de mon mieux. Je donne tout ce que je sais et tout ce que je peux. Mais si un jour, par négligence ou cupidité, je commettais une erreur médicale, vous seriez en droit de me demander des comptes.

 

La population de la planète ? Vous dites qu’elle explose ? Mao Tse Dong avait imposé l’enfant unique en Chine. Sans cette décision « historique », la population chinoise actuelle serait multipliée par deux, peut-être par trois.

Une question : Etes-vous pour ou contre Mao ?

 

Le système de santé ? Il m’arrive de prescrire des médicaments chers, très chers, chez des malades atteints de maladies rares. Croyez-moi, cher Monsieur John Doe, ça donne du baume au cœur de savoir que la solidarité collective est là pour financer ces traitements couteux.

 

Une solidarité que Barak Obama nous envie.

http://www.basagana-ramon.com/article-35276628.html

A lire absolument:


Hofourno30.bro.jpeg

 

(Haut-fourneau de Joeuf Sarcilor, Conservatoire de la photo) 
C'est là que des générations de JOB ont  travaillé.


L'AUTRE HISTOIRE DE JOB (02/11/2008 publié dans : BD )
C’est l’histoire de Job. Une histoire sombre. Si vous aimez le Bling-Bling, les soirées « people », ou des week-end chic chez Bernard ARNAULT – ou chez DSK/Anne Saint-Clair, au choix – ,  l’histoire de Job n’est pas pour vous.   Job est Lorrain. Il a 14 ans quand il quitte volontairement ...  (Superbe article, Eva)


Autres articles du même auteur,
le capitalisme financier de l'intérieur
 :


GRISAILLE SUR LES HAUTS-FOURNEAUX (31/10/2008 )
J'ai entendu ce matin à la radio que la moitié des hauts-fourneaux de Fos-sur-Mer seraient fermés de la mi-novembre à la mi-janvier. 3.400 emplois sont concernés.  Le ciel est triste. J'ai pris mon Panasonic et je suis parti, sous la pluie, prendre les hauts-fourneaux en photo. Il y avait un ...


Genèse d'un roman: "Le Christ de Marie-Shan" (22/10/2008 )
(Au fond, les hauts fourneaux de Fos sur Mer)  L'idée d'écrire Le Christ de Marie-Shan m'est venue en 2006, lorsque au terme d'une bataille boursière sans précédent, l'Indien Lakhsmi MITTAL a fait main basse sur ARCELOR, le géant européen de l'acier. Une histoire ordinaire dans un décor de ...


Faut-il mettre Henry KRAVIS en prison? (30/09/2008 )
 Oui: faut-il mettre Henry KRAVIS en prison? La question mérite d’être posée. Après tout, on met bien des gens en prison pour « abus des biens sociaux »! Sauf que là, on n’est pas dans la case « abus des biens sociaux », puisqu’il n’y a pas d’abus. Il y a juste des profits. Et quels ...


r-sister-NOM.jpg

Je publie à nouveau cet appel:
Les médecins urgentistes entrent en résistance



Nous,
médecins urgentistes de toute la France,
annonçons dés maintenant, que quelque soit l'avenir de la loi HPST,
en parfaite conscience de la gravité de notre geste, demain
nous entrerons en résistance.

Nous continuerons à accomplir la mission que le Conseil National de

la Résistance a souhaité pour l'Hôpital public.

Nous accueillerons à l'hopital public, en tout temps, en tous lieux, tous
les hommes et les femmes qui se tourneront vers le service
public de la santé.

Aucun patient n'est une marchandise, nos hôpitaux ne sont pas des
entreprises ou un pseudo PDG pourra demain décider quels sont
les bons et les mauvais soins, quel est le projet médical que les
médecins "à la botte" devrons mettre en oeuvre.

Notre dignité est de refuser de choisir les patients "qui valent la

peine" . Notre dignité est de voir dans chacun de ceux et de celles qui se
tournent vers nous des hommes et des femmes souffrant qu'il faut
aider au nom de l'humanité, qui n'est pas une valeur de marché.

Nous appelons tous les soignants, s'il le faut, demain, à désobéir à la
logique qui nous est imposée malgré tous nos appels à la raison.

Nous préférons la légitimité  à la légalité.

Nous préférons les valeurs humaines à la loi.


Nous préférons la dignité aux honneurs


Il n'existe pas de délit de solidarité


Nous entrons en résistance parce que nos valeurs sont différentes de

cette loi, nos valeurs sont celle du Conseil National de la
Résistance et de notre république: "liberté, égalité, fraternité"



Lien ici et signer la pétition:

http://www.amuf.fr/index.php?option=com_joomlapetition&func=viewcategory&catid=2
Source Le Grand Soir
http://www.legrandsoir.info/
http://chiron.over-blog.org/article-35274120.html



r-sister.jpg  

 


"Grand risque" de rechute de l'économie mondiale"


La prévision d'une récession en "W" émane du célèbre Nouriel Roubini, l'un des seuls économistes à avoir prédit l'ampleur de la crise.


S'il n'avait pas été l'un des rares économistes à avoir prédit l'ampleur de la crise financière, Nouriel Roubini ne serait pas autant pris au sérieux aujourd'hui lorsqu'il table sur une grave rechute de l'économie mondiale. Dans une tribune publiée sur le site internet du Financial Times, Nouriel Roubini, professeur à la Stern School of Business de New York, l'économie mondiale devrait toucher le fond au cours du second semestre de cette année, après quoi les Etats-Unis et les pays européens connaîtront probablement une croissance "anémique" inférieure à sa tendance de long terme pour au moins deux ans. L'économie mondiale court donc un grand risque de récession en "W".


Tenailles


Car en cette période si particulière, les dirigeants politiques sont pris en tenailles. Soit ils arrêtent les programmes de stimulation économique rapidement pour lutter contre l'emballement des déficits publics, ce qui conduira à une hausse des impôts et donc à une baisse des pouvoirs d'achat. Soit ils continuent à injecter des fonds dans l'économie ce qui accentuera l'inflation provoquant une hausse des taux d'intérêt et des rendements obligataires. La reprise sera alors noyée. Et comme le reconnaît Roubini, l'équation est insoluble dans le sens où il n'existe pas de bonne solution.

Selon Roubini, la rechute apparaîtra après quelques trimestres de croissance rapide. Or pour l'instant, la reprise constatée dans les différents pays comme l'Allemagne, le Japon ou la France semble plutôt lente et peu pérenne. Et de l'avis de nombreux économistes, les nuages sont loin d'être écartés.


Le spectre du protectionnisme


La "récession à double creux" ("double dip") réveille de sombres souvenirs. En 1937, alors que les Etats-Unis se relevaient du krach de 1929 et renouaient avec la croissance, la banque centrale américaine (Fed) avait coupé les robinets du crédit par peur de l'inflation, provoquant une rechute du produit intérieur brut (PIB) de 3,4%.

"Un "double dip" provoquerait un coup de frein brutal de l'activité (...) et pourrait conduire à un repli protectionniste d'Etats qui seraient soumis à des très fortes pressions sociales intérieures", a précisé à l'AFP Eswar Prasad, enseignant à l'université de Cornell, aux Etats-Unis.


La flambée des matières premières

Dans ce sombre panorama, la montée rapide des cours des matières premières énergétiques et alimentaires inquiète également l'économiste américain. D'autant que la tendance pourrait être aggravée par la spéculation ou par une demande artificiellement élevée du fait de la forte disponibilité de liquidités, comme le remarque Reuters. L'économie mondiale, dit-il, "ne pourrait supporter un nouveau choc de contraction" si le prix du baril de pétrole remontait rapidement vers les 100 dollars sous l'effet de la spéculation. Lundi 24 août, le baril de brut léger américain s'échangeait aux alentours de 74 dollars.


Les économistes divisés


Le scénario de Nouriel Roubini est-il crédible? La question divise les économistes interrogés par l'AFP. Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières à l'Université Dauphine, est catégorique: il n'y croit "pas du tout" et juge fantaisiste l'hypothèse d'une flambée du baril du brut.

Quant à Daniel Gros, du Centre for European Policy Studies (CEPS), il juge la question prématurée. "Avant de parler de rechute, il faut d'abord arriver au rebond", dit-il, rappelant que seules quelques économies sont pour le moment sorties de la récession.

Dans leur ensemble, les experts conviennent toutefois que l'économie mondiale n'est pas à l'abri d'une nouvelle embardée. "La reprise actuelle est tirée par des forces temporaires liées aux plans de relance qui vont s'épuiser progressivement. Une sortie trop rapide de ces mesures pourrait provoquer une rechute", relève Michel Aglietta, directeur du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII). "Il serait imprudent de retirer ces mesures avant que la reprise soit fermement enclenchée", abonde Eswar Prasad.


Les relais dans le privé?


Des organisations internationales traditionnellement allergiques aux déficits (FMI, OCDE...) conseillent d'ailleurs aux Etats de ne pas réduire brutalement leurs dépenses pour ne pas étouffer la reprise.

La question du "timing" ne règlera pas tout. Une fois passés les effets des plans de relance, le secteur privé devra impérativement prendre le relais de l'investissement public pour consolider la reprise. Et c'est là que le bât blesse.

Les entreprises font actuellement face à la crise du crédit alors que leur activité est largement touchée par la crise. Parallèlement, la flambée attendue du chômage devrait porter un nouveau coup au pouvoir d'achat et à la consommation des ménages, traditionnel moteur de croissance (environ 70% du PIB américain, 60% du PIB
français).



Le 9 septembre 2009, marche pacifique contre le NOM

NOM-t-tes-de-mort-copie-2.jpg 


La marche des fourmis blanches constitue une résistance citoyenne à un Nouvel Ordre Mondial qui pourrait s'imposer à nous si nous ne réagissons pas, celui de l'Argent-Roi, celui d'un monde sans foi ni loi où ceux qui tirent les ficelles dans l'ombre peuvent donner libre court à leurs phantasmes sans jamais être poursuivis.

Pour rappel, un des grands objectifs du N.O.M est la réduction de la population mondiale, aussi gros que cela puisse vous paraître! Différentes preuves du caractère très concrèt de ce Nouvel Ordre Mondial existent, voyez notamment
ICI et réécoutez cette courte vidéo dans laquelle le Président John Fitzerald Kennedy met en garde son peuple et l'appelle à l'aide face à ces "sociétés secrètes"... 10 jours plus tard à peine il était exécuté, COMME PAR HASARD...




cdanslair-plateau.jpg

C dans l'Air,
faux débats,
propagande stalinienne !
Par Eva R-sistons


C dans l'Air du 24.8.9
"On prend les mêmes"



Mes amis,

Vous avez compris,
le titre est lui-même une attaque contre le PS,
voici C dans l'Air avec un Calvi de retour
pour mieux nous manipuler,
pour faire sa propagande stalinienne
contre la Gauche et pour la Droite !

Ne soyons pas dupes:
Il n'y a jamais de débats
dans cette émission de débats !
4 invités tous de Droite,
tous libéraux bon teint,
avec même en prime des représentants
des Instituts de sondage
dont on sait qu'ils sont gouvernementaux... 
Barbier, toujours,
le libéral atlantiste qui se fout de Gaza,
et puis Grunberg,
Teinturier et Cayrol.

Je travaille en écoutant,
voici quelques extraits:

Sur le PS:
"On a le sentiment qu'ils sont un peu paumés,
S. Royal n'est pas complètement morte
(on voit qu'ils ne lisent pas ses sites
où sont détaillées toutes ses actions),
au PS il n'y a pas de débats de fond,
les Français ont compris, il faut sauver le PS, 
le parti est incapable de se réformer,
le PS est en état d'apesanteur,
il n'y a pas de leader,
le PS est décomposé,
le PS n'est-il pas dépassé
par les évolutions économiques de la planète ?"....

Et la Droite ?
"On voit que Nicolas Sarkozy a du talent politique,
il prend une partie de la gauche,
il mord sur la gauche,
cette Droite (progressiste) européenne
est surtout incarnée par Nicolas Sarkozy,
NS va plus vite,
il est plus capable de prendre
des idées social-démocrates"...

A Gauche, il y a D. Strauss-Kahn..
Hé hé, malins les Médias sionistes !
Ils préparent l'alternance, le cas échéant,
avec un Libéral bon teint,
ultra-sioniste et atlantiste !!!

En résumé,
les louanges pour Sarkozy,
les critiques pour la Gauche,
on accrédite peu à peu l'idée
qu'il n'y a pas besoin d'alternance,
Sarkozy est à la fois de Droite et de Gauche,
on a tout avec lui,
et cela au moment même où jamais aucun Pouvoir
n'a autant cassé tout le secteur social !

Bref, ces pseudos invités,
toujours les mêmes,
particulièrement les représentants
des Instituts de Sondage
payés par les contribuables
pour servir l'Oligarchie
qui piétine les intérêts du peuple,
ces pseudo-invités font seulement
semblant de débattre !!!

Les pigeons ? Nous !
Calvi et les invités larbins
deshonorent la presse.
Ils ne méritent que notre mépris,
boycottons cette émission de propagande !

Eva R-sistons 


d-crochons-de-la-TV-copie-8.jpg 


liste complète (sur mon blog désinformation)


liste complète (sur mon blog sos-crise)


carte-palestine-gruy-re.jpg


Les colonies,

une fois encore au centre du blocage des négociations. Sous pression de Washington, Israël semble disposé à freiner temporairement la colonisation en Cisjordanie, en gelant les appels d’offres à la construction de nouveaux logements jusqu’en 2010, mais cela n’empêcherait pas la poursuite de projets privés. Les palestiniens dénoncent une manœuvre politicienne et la situation sur le terrain.

300 000 colons sont installés en Cisjordanie, et 200 000 supplémentaires dans une douzaine de colonies érigées à Jérusalem est. “Environ 600 nouvelles maisons ont été construites en Cisjordanie depuis le début de l’année” ajoute Yariv Oppeinheimer, de l’organisation Peace Now. “Il n’y a pas de gel de la colonisation, les implantations continuent, la seule chose positive, c’est que le gouvernement ne lance pas de nouveaux appels d’offres pour la construction de logements, ce sont les colons qui se débrouillent pour s’installer en réutilisant d’anciens documents. “

417 appels d’offre avaient été émis en 2008 pour la Cisjordanie, 171 pour Jérusalem-est. Depuis avril, aucun n’a été émis. Seule concession, qui n’arrête pas les constructions, à la satisfaction de l’aile droite du gouvernement .

A Jérusalem est, les évictions de palestiniens de leurs maisons se multiplient. Les israéliens reprennent possession des lieux sur la base de documents datant du 19è siècle.

“Ce que vous voyez ici, ce sont des vies jetées dans les rues de Jérusalem, c’est ça aussi l’occupation, c’est ce qui se passe ici, aujourd’hui à Jérusalem, et c’est pourquoi nous espérons que le monde va se réveiller et réaliser ce qui se passe…” commente cet observateur de l’Onu.

L’administration Obama s’est montrée assez ferme sur le dossier, considérant que tant qu’il n’y aurait pas un gel total de la colonisation, il n’y aurait pas de reprise des négociations de paix. Or la situation n’a pas évolué depuis des années, et dépend beaucoup, et depuis toujours de l’administration en place à Tel Aviv.

http://www.juif.org/go-news-105774.php

Les Bédouins n’auront pas d’école, ainsi le veulent les colons. Ne laissons pas faire 
http://www.france-palestine.org/article12441.html

La politique israélienne en matière d'eau
http://www.france-palestine.org/article12423.html

Un arsenal de règles israéliennes empêche les Gazaouis de se rendre en Cisjordanie
http://www.france-palestine.org/article12232.html

NON aux entreprises qui s’affranchissent du droit international et humanitaire
http://www.france-palestine.org/article12464.html


Gaza, deux ans de blocus
http://nouvellesdegaza.over-blog.com/article-35080829.html


Amira-060209.jpg shim.gif
















A lire absolument, poignant !
Le témoignage d'une adolescente de 14 ans
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14906 .

.
Le gros mensonge des Médias sur la question palestinienne, par Eva
Silence Médias: Une première,une adolescente porte plainte auprès de la CPI
Quand Sarkozy ment au monde pour préparer à la guerre contre l'Iran (par Eva)


Alerte !
Encore un blog de supprimé bientôt ? Censure intolérable ! .


pacte.jpg

Il y a 70 ans, le Pacte Germano-soviétique


Le pacte germano-soviétique (ou Pacte Molotov-Ribbentrop) est un traité de non-agression entre l'URSS et l'Allemagne, comportant des closes territoriales et économiques . Une clause secrète prévoit le partage de la Pologne en zones d'influence allemande et soviétique, la limite passant par les fleuves Narew, Vistule et San. Le pacte fut signé le 23 août 1939 au Kremlin.


Approche historique:


Grâce à  certains ouvrages, rédigés entre autres par des soviétiques, mais aussi par des auteurs contemporains, on peut penser que l'Allemagne nazie aurait eu la possibilité d'occuper tout le territoire polonais, et éventuellement d'obtenir un droit de passage sur les pays baltes et la Finlande. Un assaut contre l'Union Soviétique aurait alors permis la prise de Moscou et de Léningrad en quelques semaines, l'Europe serait alors tombée beaucoup plus aisément entre les mains des pays fascistes.

Les négociations avec la France et le Royaume Uni pour pousser la Pologne à accepter l'aide soviétique fut un échec, embourbée par la diplomatie française. De plus, en 1937 l'URSS, ruinée par la Révolution (non pas que la Révolution ait ruiné la Russie mais plutôt que les combats que durent mener les bolchéviks contre la bourgeoisie et les féodaux furent assez éprouvants), par des conditions climatiques défavorables et par les guerres contre les blancs et les forces françaises et anglaises, avec une armée affaiblie par les troubles politiques, est très loin de disposer d'un arsenal suffisament puissant pour repousser Hitler. Dans l'éventualité d'une guerre avec l'Allemagne, l'aide française et anglaise aurait été probablement inexistante, comme l'a montré l'absence de réaction à la remilitarisation de la Rhénanie et à l'invasion de la Pologne par l'Allemagne. Les craintes de Staline furent confirmées par la conférence de Munich, qui vit l'annexion de la Tchécoslovaquie, démocratie bourgeoise, forte d'un potentiel industriel et militaire non négligeable. Seuls 75 députés votent contre les accords de Munich. Parce que le PCF dénonça Munich, certains hommes politiques voulurent l'interdire. N'oublions pas non plus qu'en 1920 la Pologne annexa une petite partie de la Russie, à  l'aide de militaires français comme Weygand. C'est exactement cette partie de la Pologne qui sera reprise par la Russie soviétique.

Le 23 août 1939 Staline annonce au politburo son intention de signer un pacte de non-agression avec l'Allemagne. Trois jours plus tard le pacte est signé au Kremlin, pour une durée de dix ans, par les ministres des affaires étrangères Joachim von Ribbentrop (Allemagne) et  Molotov (URSS).

« Les hautes parties contractantes s'engagent à s'abstenir de tout acte de violence, de toute agression, de toute attaque l'une contre l'autre, soit individuellement, soit conjointement avec d'autres puissances ».

Le pacte permit donc à l'URSS de gagner du temps pour construire une armée puissante en convertissant rapidement l'industrie lourde en une industrie de guerre et d'améliorer sa position stratégique sur l'Allemagne nazie. Staline profita du front unique pour attaquer la Finlande, annexer les pays baltes et envahir la Roumanie. De plus, on peut penser que la chute rapide de la France, considérée jusqu'alors comme la première puissance militaire, fut totalement inattendue, et qu'une résistance puissante aurait permis d'améliorer encore les dispositifs militaires, mais aussi de combattre une Allemagne d'avantage affaiblie.

Des lectures sur le sujet:

-Lettre ouverte à Léon Blum, par André Marty, publié dans les cahiers du bolchevisme second semestre 39 - Janvier 40. Position du PCF entre septembre 39 et janvier 40

-Un article de D. Ramez, On reste perplexe.

-Le livre de Gacon (and co.) La vérité sur 1939.

-Les fils de la Nuit d'Ouzoulias, pour la version PCF des années 70.

-Travail d'Annie Lacroix-Riz (par exemple son article publié dans le Monde Diplomatique). -Notamment deux ouvrages : Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930, Paris, Armand Collin, 2006, 671 p. De Munich à Vichy, l'assassinat de la 3e République, 1938-1940, Paris, Armand Collin, 2008, 408 p.

-Paul Marie de la Gorce, 39-45 une guerre inconnue.


http://eldiablo.over-blog.org/article-35313842.html


P1010723-copie-1.jpgNotre ami  Frédéric Delorca dédicacera ses ouvrages "Atlas alternatif" (ouvrage collectif), "Programme pour une gauche française décomplexée", "Transnistrie", "La Révolution des Montagnes" et "10 ans sur la planète résistante" à la fête de l'Humanité le dimanche 13 septembre 2009 au stand "jeunesse" du Temps des Cerises à 16 h et au stand "Cité du livre" du Temps des Cerises à 17 h, venez nombreux !
http://delorca.over-blog.com/article-35260529.html



Quelques récents titres sur sos-crise :


Déposséder les banques du pouvoir de faire la monnaie. Ca commence

Guerre Iran ? "Nous voyons tous que l’heure fatidique approche” (Israël)

Une fille de ML King: Les USA pourraient aller en enfer et y entraîner le monde

La grande débâcle du monde: Sommes-nous condamnés à sur-vivre

La police sous Sarkozy


24glw04.jpg

http://laplote.over-blog.fr, à visiter !
http://libre-expression.toile-libre.org/index.php?q=node/178



Publication non terminée


C O M M E N T A I R E S  :  I C I



Repost 0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 12:56

TV-et-NOM-dees.jpg

Au Nouvel Obs,
qui par un acte de censure intolérable,
prépare des lendemains difficiles...
L'humanité captive ?

Où sont les intellectuels ?

par Eva R-sistons

Mes amis,

Mine de rien, il vient de se passer quelque chose de très grave au Nouvel Obs, qui signe peut-être la fin de la liberté. Au moment où l'humanité n'a jamais été autant en danger, les intellectuels semblent avoir démissionné. Où sont les Zola, les Camus, les Bourdieu ? Certes, nous avons encore Chomsky, Jean Bricmont, Michel Collon, Silvia Cattori, le couple de Dieguez, Frédéric Delorca, Olivier Bonnet, Ignacio Ramonet, Naomi Klein, Roni Brauman, Stéphane Hessel, Tariq Ramadan, et quelques autres esprits libres, réellement libres, mais quel poids ont-ils aujourd'hui, dans des Médias prisonniers de la Pensée Unique, paralysante, meurtrière même, étant donné le contexte réellement explosif dans lequel nous sommes aujourd'hui ?

Or donc, le Nouvel Obs vient de supprimer un blog au nom évocateur, http://penserlibre.blogs.nouvelobs.com. Et voici ce que j'écrivais, hier: "Est-il gênant ? Voici le même, non supprimé, lui. Jugez par vous-même :
http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/ Dictature de la Pensée Unique, terrorisme intellectuel d'un groupe sur les autres ? C'est intolérable, Eva"

Oui, je prétends qu'il vient de se passer quelque chose d'infiniment grave pour l'avenir de l'humanité, porteur des pires renoncements, capitulations - et esclavages, finalement.

J'aimerais d'abord connaître les raisons du Nouvel Obs, l'un des derniers médias affichant une sensibilité de gauche, et je dis bien "affichant"... car il y a souvent loin des proclamations aux actes. Pour moi, ce journal est le vecteur d'un libéralisme vaguement rose, saupoudré d'un peu de social et teinté d'ouverture sur le plan des sujets de société. Cela ne fait pas pour autant un organe de Gauche, réellement de gauche, pas plus d'ailleurs que Libération, aux mains d'un Rothschild (dois-je faire un dessin ?), et animé par un Laurent Joffrin auteur de "la gauche Bécassine", en pleine présidentielle je crois (clairement écrit pour faire perdre la Gauche, quelle responsabilité historique, honteuse !). Mais passons...

Il se trouve que le blog http://penserlibre.blogs.nouvelobs.com était administré par celui qui gère http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/, l'un des plus remarquables blogs musulmans, pétri d'intelligence, de culture, d'ouverture, d'humanisme... Or, il a été supprimé. Pourquoi ? Pressions inadmissibles de ceux qui prétendent régenter la pensée aujourd'hui, au service des seuls intérêts d'Israël ? Bravo pour l'indépendance d'esprit ! Je songe alors à un article que je viens de sortir, http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-35102473.html (Défoulement malsain contre Tariq Ramadan, le prétexte du jour: L'Iran). Et voici ce que j'écrivais:

"Le mot d' Eva : Tariq Ramadan est assurément l'un des intellectuels Musulmans les plus libres et les plus ouverts.  Il honore sa communauté.  Et il a le courage de ne pas se coucher devant ceux qui véhiculent la Pensée Unique, devant le Pouvoir. Un courage que les Médias aux ordres ne lui pardonnent pas, au mépris des règles déontologiques les plus élémentaires. La manière dont est traité ce grand universitaire est scandaleuse et doit sans cesse être dénoncée. Il est intolérable que les seuls Musulmans, aujourd'hui, à jouir de la considération de nos Médias, sont ceux qui s'alignent totalement sur la pensée de l'Occident au lieu de défendre une ligne originale, liée à leur Culture et ouverte sur la modernité. Eva R-sistons à nos Médias à sens unique, intolérants, deshonorant la profession".

Quelle est la phrase essentielle ? "Il est intolérable que les seuls Musulmans, aujourd'hui, à jouir de la considération de nos Médias, sont ceux qui s'alignent totalement sur la pensée de l'Occident au lieu de défendre une ligne originale, liée à leur Culture et ouverte sur la modernité".  C'est bien plus grave qu'on ne l'imagine !

sortir-de-la-pens--unique.jpg

Car si ce blog a été supprimé par le Nouvel Obs, en l'absence de raison officielle, ce qui est proprement scandaleux et relève de l'arbitraire le plus total, du caprice du Prince, c'est sans doute parce qu'il fait preuve d'indépendance, parce qu'il défend une position originale, comme Tariq Ramadan, bref parce qu'il défend la culture musulmane - mais ouverte sur la modernité !!! Alors oui, la seule position acceptable est-elle celle de la Pensée Unique, du Musulman converti aux bienfaits (sic) de la démocratie occidentale, comme par exemple un Antoine Sfeir, qui lui est invité dans tous les Médias ??? Que devient Antoine Basbous, au fait, on ne l'invite plus ? Trop peu aligné sur toutes les positions qu'il est de bon ton d'adopter dans les cercles littéraires, les salons de réflexion comme le Causeur,  et où l'on parle librement de tout sauf, par exemple, d'Israël, de sionisme... avec une Elisabeth Lévy a la liberté de ton toute limitée... Pas touche mon clocher (israélien, juif, sioniste..) !


Et là, nous arrivons au coeur du débat que je voudrais poser. Un intellectuel a-t-il le droit d'avoir un clocher ??? Pour moi, je le dis clairement: Ne peut se prétendre intellectuel, vraiment intellectuel, que celui qui fait réellement preuve d'indépendance, celui qui n'a pas de clocher, justement, celui qui est libre de taper sur son "propre" camp (lié à ses origines, par exemple), au nom de valeurs universelles !


En ce qui me concerne, je me classe en effet dans la catégorie de spécimens en voie de disparition, ceux qui sont réellement libres, en dehors de toute appartenance, parti, groupe, clocher... Une partie de ma famille est juive ? Et alors ! Raison de plus pour être vigilante, et dénoncer la politique israélienne, le deux poids deux mesures, la colonisation des Médias et des instances politiques, les violations du Droit international, l'eugénisme etc.. et même le terrorisme intellectuel de ceux qui, au CRIF ou ailleurs, prétendent parler au nom du peuple Juif, et s'ériger en gardien de la Pensée Unique, aujourd'hui totalement captive. 


Or donc, le Nouvel Obs en supprimant ce blog, a délibérément poignardé l'indépendance d'esprit, de ton, de pensée, sans doute sous la pression d'intérêts n'osant jamais dire honnêtement leur nom, intérêts tuant la démocratie dans les Médias, en particulier. Réalise-t-on la gravité de ce qui vient de se passer ??? J'attends des explications de la Direction du Nouvel Obs... je rappelle que trois de mes blogs sont au TOP, et qu'entre les articles que je publie sur dazibaoueb.fr/, Oulala.net, Agora Vox, over-blog etc etc, j'ai une centaine de milliers de visiteurs chaque mois, sans compter les abonnés, ce qui peut-être, totalise plus que le Nouvel Obs lui-même. Ceci pour dire que ce Journal peut me répondre, il sera lu....


Donc, il semblerait qu'il y ait de plus en plus un parti-pris, même dans les Médias dits de gauche, "libéraux", pour faire taire les voix musulmanes, même si elles essaient de contribuer à renouveller le débat, à l'ouvrir, à le moderniser, à "l'occidentaliser"... mais en plongeant leur inspiration dans leur culture propre. A l'heure du choc de civilisations, de la propagande de guerre dans les Médias contre l'Iran, la Russie ou la Chine, faudrait-il donc taire tout ce qui ne va pas dans ce sens ? Ce serait très grave ! Dans ce cas, les Médias auto-proclamés "progressistes", les salons de réflexions dit "libres", prendraient une lourde responsabilité: Celle de tuer la liberté, la démocratie, et de préparer, justement, l'effroyable choc de civilisations, porteur de la barbarie la plus totale et, peut-être, de la fin de la civilisation humaine.

J'aimerais élargir le débat: En censurant un blog remarquable, intelligent, ouvert, contribuant au renouvellement du débat, le Nouvel Obs prépare des lendemains terribles. En tuant "le penserlibre", en supprimant une pensée et une parole libres, le Nouvel Obs fait le jeu des forces les plus conservatrices, les plus obscurantistes, les plus intolérantes, les plus rétrogrades. Portant sans doute la marque du Clan qui a pris en otage la France pour la dénaturer, la priver de sa personnalité ?

En supprimant lepenserlibre, le Nouvel Obs se vautre dans toutes les compromissions possibles, il fait le lit, ou le jeu, de la Pensée Unique totalitaire qui enserre toujours plus l'humanité, au service d'un Ordre Mondial d'une barbarie sans précédent, menaçant même d'euthanasier, à terme, les vieux trop coûteux pour la collectivité, les trop malades, les trop handicapés, les trop pauvres... Hitler pas mort !!!

Alerte ! le Nouvel Obs vient de mettre le pied dans un engrenage terrifiant, non seulement assassinant la liberté, la démocratie, la liberté de pensée, d'opinion, mais préparant des lendemains effroyables pour la Communauté humaine, lourds de menaces !

Y-a-t-il eu pression du Lobby sioniste qui n'existe pas ??? Ce comportement ferait le jeu de l'antisémitisme ! Le racisme ne se combat pas en tuant la liberté, en la rétrécissant, en niant la culture arabe ou musulmane, par exemple, mais au moyen d'arguments solides, crédibles, incontournables. Cette censure intolérable, c'est quelque part la porte ouverte à tous les possibles, ou plutôt, à tous les impossibles !!!

sionisme-colombe-tu-e.jpg 

Là, je m'adresse solennellement aux dirigeants du Nouvel Obs. 

La liberté est un bien précieux, et elle n'a jamais été autant menacée. Par le Système prétendûment libéral, par le Nouvel Ordre Mondial nazi, totalitaire, par les Institutions qui, en France, prétendent représenter les Juifs, par les pseudo intellectuels comme Glucksmann, Adler ou BHL... je donnerai un exemple: Nous sommes l'un des rares pays, au monde, où le débat sur l'imposture du 11 septembre, ouvrant la porte à toutes les lois liberticides et à toutes les guerres soi-disant contre le terrorisme, n'a jamais été mis sur la place publique, et même, scandale suprême, a été dénaturé à des fins qui interrogent tout démocrate, tout humaniste, tout intellectuel et même tout citoyen à la recherche de la vérité.


Et là, on touche au coeur de ce débat: En taisant la vérité, en tordant les faits, en manipulant... n'est-on pas, finalement, par tous nos renoncement successifs, en train de faire le jeu des forces les plus rétrogrades, les plus totalitaires, comme en 40, n'est-on pas, clairement dit, en train de préparer la fin de notre civilisation, et même de la vie humaine sur terre ?
 

Car finalement, tout se tient: On censure le "penserlibre", on refuse d'aborder les vraies questions engageant l'avenir même de notre société, on devient complice, par les silences, les compromissions, ou les renoncements, de l'intolérable que la Mafia aux commandes dans l'ombre prépare pour chacun de nous: Crises toujours plus dures, casse de la classe moyenne et de toutes les protections sociales ou des services poblics, pandémies provoquées, comme le Sida, à des fins de réduction de la population mondiale, lois liberticides, contrôle total des peuples, diktats de l'Industrie Chimique, agro-alimentaire, pharmaceutique..., et au final, pour couronner le tout, guerres préventives, permanentes, nucléaires, via l'OTAN, pour des raisons de convenance personnelle... financières !!!


Comme quoi, le Nouvel obs, en censurant un des meilleurs blogs du net, un des plus originaux, vient d'ouvrir la porte à tous... les possibles, ou comme dit, à tous les impossibles.


Et si un acte apparemment anodin comme celui-ci était en train de sonner le glas, sinon de l'humanité, du moins de notre humanité ???


Eva R-sistons

J'autorise le Nouvel Obs, Marianne, etc, tout organe de presse, tout blog ou toute personne, à reproduire tout ou partie de cet article.


NOM-nazis.png

Reçu ce courriel (extrait, 3 lignes):
"Sans Massoud, plus aucune résistance aux Talibans en Afghanistan, justifiant de fait la présence de l'empire face au monstre décrié dans les médias occidentaux".
Je me demande si tout cela ne relève pas d'une stratégie: Empêcher les Musulmans évolués, "modernes", de s'exprimer, pour qu'il ne reste que les autres, mieux les fustiger, et mieux débarrasser l'Empire de ces non-alignés, de surcroît vivant sur des terres aux ressources convoitées par tous les voleurs sans scrupules. Et que le Nouvel Obs - faux journal de Gauche et vrai instrument de désinformation (11 septembre, NOM par ex), aux mains du Clan qui prive les citoyens d'une information digne de ce nom (le Nouvel Obs a pris parti pour le journaleux Ph. Val contre le journaliste Siné) -, comme les Médias ouvertement de Droite, prépare à sa manière l'opinion au choc de civilisations, afin de complaire à la mafia néo-sioniste planétaire qui contrôle tous les secteurs influant sur la pensée. Il y a belle lurette que je ne me fais plus aucune illusion sur le Nouvel Obs, variante du Figaro comme le Libé de Joffrin et du milliardaire Rockefeller, et dont la seule utilité est de canaliser les élans de Gauche, les freiner, et les orienter... vers la Droite au service de l'oligarchie financière qui régit la planète et la détruit pour satisfaire les plus nantis. Alors dans ce cadre, on supprime un blog musulman pouvant faire évoluer les mentalités, et comme pour Massoud, ensuite, on dresse les citoyens contre les Islamistes. Alerte, citoyens de Gauche !  Le Nouvel Obs, comme Libé (avec Joffrin et sa gauche bécassine pendant les Présidentielles, - il reste un lecteur de Gauche à Libé ?) , Strauss-Kahn, Valls ou Cohn-Bendit, sont des instruments d'une Droite hypocrite, pour désamorcer la Gauche, en lui offrant des hochets ! Presque tous les médias, aujourd'hui, sont aux mains des néo-sionistes, au service exclusif des intérêts d'Israël et du grand Capital  meurtrier. L'affaire du blog penserlibre illustre parfaitement l'imposture des organes de Gauche, visant seulement à faire de chacun de nous des "bécassines" au service du Gouvernement (Joffrin a fait le jeu de Sarkozy, c'est abject, quelle responsabilité, alors que Ségolène Royal aurait respecté les traditions de la France), du Libéralisme broyeur de vies, et du futur Nouvel Ordre Mondial qui paupérisera l'ensemble de la planète... Ne soyons pas dupes des pseudo-gauches caviar, de salon, causant seulement pour mieux nous endormir ! Tout est fait pour nous manipuler... Eva, rajouté le 25.8.9

TAGS: Pensée Unique,Nouvel Obs, censure, penserlibre, Chomsky, Zola, Camus, Sartre, Bourdieu, Jean Bricmont, Michel Collon, Silvia Cattori, de Dieguez, Frédéric Delorca, Olivier Bonnet, Ignacio Ramonet, Naomi Klein, Roni Brauman, Stéphane Hessel, Musulmans, Arabes, sionisme, Juif, israël, Lobby, CRIF, Institutions juives, Nouvel Ordre Mondial, 11 septembre, sida, OTAN, BHL, Glucksmann, Adler, Tariq Ramadan, le Causeur, Elisabeth Lévy, Laurent Joffrin, Gauche Bécassine, Libération, Rothschild, Antoine Basbous, Médias, barbarie, civilisation, Iran, Russie, Chine, choc de civilisations...

L'ancien secrétaire d'État à la Sécurité intérieure de Bûche, Tom Ridge, dénonce l'instrumentalisation de la menace terroriste.

A lire :


Militarisation de la santé publique et grippe H1N1
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14875



Réforme de la santé :

Les Américains se révoltent
contre le fascisme financier

24 août 2009 - Par Bertrand Buisson

« Je ne fais confiance ni à vous, ni aux républicains, ni aux démocrates. Lorsqu’on parle de ma santé, je ne fais confiance ni aux conservateurs, ni aux progressistes ni à aucun politicien, mais seulement à mon docteur et à moi. »

Un citoyen en colère à son député, le 6 août dernier lors d’un Town Hall Meeting dans le Minnesota.

Plusieurs millions de familles expulsées de leur logement depuis l’été 2007, un demi-million de chômeurs supplémentaires chaque mois et un chômage réel de plus de 20%, 48 Etats sur 50 en faillite et la suppression des services publics et des services sociaux, 23 700 milliards de dollars d’argent public engagés dans le renflouement des grands de Wall Street, 81 banques régionales ayant déclaré faillite depuis le 1er janvier…Voilà l’état de l’économie américaine, voilà ce qu’endurent les citoyens américains. Et par dessus le marché, ils viennent d’apprendre que leur gouvernement veut mettre en place un système de rationnement des soins menaçant directement leur vie.

Dès lors, comment s’étonner de la défiance envers l’administration Obama ? Des centaines de milliers d’Américains, mus par la colère et l’indignation, affluent spontanément dans les traditionnels Town Hall Meetings (réunions entre les citoyens et leurs élus) pour lyncher (verbalement pour l’instant) leurs sénateurs et députés qui ont laissé faire cela.

La colère choisit son camp et sa bannière

Depuis le mois de mai, Lyndon LaRouche et son comité d’action politique (LaRouche PAC) dénoncent la réforme Obama comme une résurgence du programme médical d’Hitler, documents à l’appui. Le 19 mai, Lyndon LaRouche avait prévenu la classe politique américaine en déclarant publiquement que « la révolte contre la tournure que prennent les politiques d’Obama gronde au tréfonds du pays ». Lors de sa conférence internet du 1er août, il avait de nouveau averti : « Nous entrons dans une période de révolte et les membres du Congrès vont devoir se cacher en retournant dans leurs circonscriptions car les citoyens vont vouloir les lyncher. » Depuis, l’affiche du LaRouche PAC affublant Obama d’une petite moustache carrée et barrée du slogan « J’ai changé » est devenue le symbole de la mobilisation, débarquant même dans les pages du Monde, du Figaro, de Libération, de Marianne et sur le site de France Info 

Peu importe le qu’en dira-t-on de ceux qui classe cette affiche dans la catégorie « extrémiste ». La révolte est en marche et le LaRouche PAC apparaît partout comme son catalyseur. Rien d’étonnant à ce que les élites bien-pensantes qualifient d’outrageante une campagne plébiscitée par les citoyens mobilisés ! Les Français qui ont vu comment, en 2005, les opposants à la Constitution européenne furent systématiquement vilipendés par leurs adversaires et les médias, comprennent très bien de quoi il s’agit. Dans ces moments particuliers de l’histoire, plus l’establishment en rajoute et plus s’accroît la défiance populaire.

Que propose donc la réforme Obama ?

Contrairement à ce qu’on en dit, le but de cette réforme n’a jamais été d’accorder à la majorité des Américains un accès adéquat aux soins. Si Obama répète qu’il veut donner une couverture maladie aux 47 millions d’Américains qui en sont dépourvus, il a aussi stigmatisé les programmes de santé publics destinés aux personnes âgées, aux malades chroniques, aux handicapés et aux pauvres : « la cause première de notre déficit public est l’explosion des coûts de Medicare et Medicaid », mais pas un mot sur Wall Street. Déjà, dans le budget 2010 présenté le 26 février par le chef de la Gestion et du Budget à la Maison Blanche, Peter Orszag, la Présidence annonçait 300 milliards de coupes budgétaires dans les dépenses de santé publique, grâce à la mise en place d’un système informatique d’« e-records » compilant les données médicales et personnelles des patients et indiquant au médecin le traitement le mieux adapté. Selon Orszag, ce système servirait à éliminer les procédures « non nécessaires ». Mais selon quel critère veut-il les choisir ?

A la recherche de « efficacité comparative »

Obama est entouré de conseillers « comportementalistes », qui utilisent l’étude des comportements animaux afin de domestiquer politiquement la société humaine. Avec eux, une vie humaine peut donc tout à fait être réduite à une question comptable. Ils ne se considèrent pas plus responsables de la vie humaine que de celle d’un animal. Si, pour le bien du troupeau, il faut abattre quelques têtes, aucun problème éthique, c’est une question objective.

Dans le plan de relance de la nouvelle administration adopté en février, cette clique a obtenu 1,1 milliard pour la création d’un Conseil fédéral sur la recherche en efficacité comparative (FCCER), chargé de préparer la réforme.

Pour comprendre ce qu’est la méthode d’efficacité comparative, il faut aller en Grande-Bretagne, où le gouvernement Blair en a fait sa doctrine. Créé en 1999, le programme NICE promulgue les interdictions de soins selon le profil personnel. Le fonctionnement est très simple : si un alcoolique a besoin d’une greffe de foie, on la lui refusera car on ne peut être sûr qu’il ne recommencera pas à boire. Mieux vaut économiser l’argent et le foie pour des personnes qui en valent le « coût ».

Peter Orszag revendique ouvertement l’efficacité de cette méthode, que l’on appelle QALY et qui consiste plus généralement à rationner les soins en fonction du nombre d’années en bonne santé qu’il vous reste à vivre. Voilà ce que les « e-records » seront chargés de dire aux médecins : tel ou tel traitement est trop coûteux pour un malade chronique, une personne âgée, un obèse ou un fumeur.

Le problème c’est qu’Obama baigne dans ce milieu depuis l’université. Le 3 mai dernier, dans une interview au New York Times, le Président parlait de « l’importance d’utiliser les études sur l’efficacité comparative afin de ralentir les dépenses », évoquant « les études objectives faite par des gens qui s’y connaissent en la matière ». L’un de ces fins connaisseurs, et conseiller spécial de la Maison Blanche sur la Santé, n’est autre que le Dr Ezekiel Emanuel, membre du collège d’expert du FCCER, qui expliquait dans un article de 1996, que « les soins fournis aux individus qui ne peuvent plus, de manière irréversible, être ou devenir des citoyens participatifs, n’ont rien de fondamental et ne doivent pas être garantis. Un exemple évident est la non garantie des soins aux patients atteints de démence. » Comme dans l’Allemagne de 1939, il s’agit de se débarrasser des « bouches inutiles » et des improductifs.

Le défenseur de la Sécurité sociale universelle américaine désavoue Obama

Le député démocrate progressiste John Conyers, qui promeut depuis plusieurs années une sécurité sociale universelle, a qualifié la réforme Obama de « foutaise » et l’attitude du président de « mauvaise ». Conyers a déploré l’influence du chef de cabinet de la Maison Blanche, Rahm Emanuel, qui « ne cherche qu’à réussir et est prêt pour cela à passer des accords sur tout et n’importe quoi » (rassurant, lorsque l’on parle de santé publique, a-t-il ajouté), alors que jadis le sénateur Obama soutenait le programme de sécurité sociale universelle. « Il n’y a pas plus déçu que moi au sujet de Barack Obama », a-t-il dit.

Les « tribunaux de la mort »

Pour appliquer ces méthodes et garantir les coupes budgétaires prévues, la Maison Blanche a fait de la création d’un Comité indépendant d’experts médicaux (IMAC) l’enjeu essentiel de sa réforme. Le 22 juillet dernier, lors de sa conférence de presse télévisée, Obama a appelé à cinq reprises à l’établissement d’un tel comité, que LaRouche qualifie de nouveau T-4, en référence au décret sur l’euthanasie signé par Hitler en septembre 1939 (voir encadré). Si Obama est désormais obligé de dire et répéter qu’il n’y aura pas de « tribunaux de la mort », il en a pourtant reconnu et souhaité la vertu anti-démocratique : « Les malades chroniques et les patients en fin de vie sont potentiellement responsables de 80% des dépenses de santé (…) Il y aura un débat démocratique très difficile. Il est très difficile d’imaginer que le pays puisse prendre ce type de décision par les voies politiques normales. C’est pourquoi il faut avoir des groupes indépendants qui puissent nous guider », a-t-il déclaré le 3 mai dans le New York Times. Début août, 75 députés des deux partis ont écrit à la présidente de la Chambre pour lui signifier que le projet IMAC était inacceptable et conduirait à la mort du projet de loi.

Euthanasie ou simple incitation à mourir ?

Les partisans de la réforme ont qualifié de « fantasque » la préoccupation exprimée par les citoyens dans les Town hall meetings, au sujet de l’euthanasie. Les Américains ne s’y sont pourtant pas trompés. L’article 1233 du projet de loi, intitulé « Consultation pour la planification des soins anticipés », promet aux plus de 65 ans couverts par Medicare (souvent les plus pauvres et les plus malades), ainsi qu’aux malades chroniques, une visite médicale quinquennale remboursée pour se faire expliquer les procédures de fin de vie et les inciter à signer une déclaration de refus de soins. De surcroît, la loi oblige à une nouvelle visite dès lors que serait diagnostiquée « une maladie chronique, progressive, incurable, limitant l’espérance de vie ou déjà en phase terminale, ainsi qu’un accident où le pronostic vital est réservé, ou lorsque la personne est admise dans un centre de soins médicalisé, ou de long séjour ou bien à l’hospice. » Il s’agit donc de harceler les vieux jusqu’à ce qu’ils meurent pour les inciter à en finir plus vite, au nom de la « responsabilité fiscale » qu’Orszag veut d’ores et déjà étendre au système public de retraite.

Un corporatisme à la Cheney

A cela viennent s’ajouter les révélations sur les accords secrets entre la Maison Blanche et les géants pharmaceutiques et compagnies d’assurance maladie privées, qui ont mis la gauche du Parti démocrate en colère, après huit années de ce corporatisme. Le 4 août, le Los Angeles Times a révélé la nature de ces accords conclus entre février et juin, après vingt-sept réunions secrètes entre le cabinet d’Obama et ces lobbies : plafonner à 80 milliards de dollars sur 10 ans les économies réalisées sur les dépenses de médicaments (alors que dans le même temps, le lobby pharmaceutique en vendra pour 3600 milliards de dollars) tout en refusant à Medicare le droit de négocier les prix ; et la garantie donnée aux assureurs qu’ils continueront à toucher au moins 25% du coût total de la facturation pour leurs « frais administratifs ». En retour, l’organisme qui fédère les compagnies pharmaceutiques, PhRMA, s’est engagé à financer pour 150 millions de dollars de spots publicitaires pro-réforme. On voit que malgré le départ de Bush et Cheney, la Maison-Blanche est restée (pour l’instant…) la courroie de transmission de ce qu’il convient d’appeler le fascisme financier.

Voilà pourquoi les citoyens américains se révoltent. Non seulement il devient impossible de vivre dignement aux Etats-Unis, mais de plus, le gouvernement veut exterminer les plus faibles afin de servir les intérêts de Wall Street et de la City de Londres. Le véritable programme confié à la présidence Obama par ses commanditaires financiers n’aura pas tenu longtemps sous le vernis orwellien de l’Obamania (cf. Quand Terra Nova francise l’obamania). Plutôt que de commenter et feindre de ne pas comprendre ce qui se passe outre-Atlantique, les responsables politiques français feraient mieux d’abandonner le costume de la complaisance. Avec un chômage réel excédent les 4 millions, une pauvreté touchant plus de 8 millions de Français, des collectivités locales aux abois, des finances publiques en détresse, des agriculteurs et de ouvriers en colère, des bonus qui se distribuent là où des claques devraient l’être, personne n’est à l’abri des coups. Les élites parisiennes qui traitent les prises d’otages de patrons comme des épiphénomènes sociologiques pourraient bientôt sentir le goût de la pique. Nous ne sommes pas obligés d’en arriver là, mais tous ceux qui ont eu vent des mises en garde lancées par Jacques Cheminade depuis sa campagne présidentielle de 1995 et connaissent l’alternative qu’il a avancée, ne pourront pas dire qu’ils n’avaient pas été prévenus.

Obama ressuscite le T-4 d’Hitler

Le Comité indépendant d’experts médicaux (IMAC), composé de cinq experts nommés par le Président, échapperait à la supervision du Congrès et serait chapeauté par un actuaire dont la mission sera de « faire plier la courbe des dépenses ». Peter Orszag a reconnu que ce comité s’inspirait directement du programme britannique NICE, qui interdit les traitements onéreux aux personnes dont l’espérance de vie ne semble pas optimale.

En 1939, Hitler demanda à son ministre de la Santé de « faire certaines économies sur les dépenses hospitalières ». Le 1er septembre, le chancelier allemand rédigea le décret sur la « destruction des vies sans valeur » : « Le Reichsleiter Bouhler et le docteur en médecine Brandt ont la responsabilité d’étendre les attributions de certains médecins désignés nominativement. Ceux-ci pourront accorder une mort miséricordieuse aux malades qui auront été jugés incurables selon le meilleur jugement humain disponible de leur état de santé. »

 

http:// www.solidariteetprogres.org/article5725.html
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5672


BONUS et BOUCHE COUSUE...

2yl7ite.jpghttp://laplote.over-blog.fr , Sarkozy rencontre les banquiers


Voilà une nouvelle qui va sûrement vous ravir.
LA WIMAX ARRIVE.
La Wimax c'est la wifi mais en beaucoup mieux. Comparez vous-mêmes. Avantages:
-La Wifi en émission c'est qq dizaines de métres. La WIMAX jusqu'à 10 kms en ville, 50-70 km en campagne  ( ce qui implique une puissance beaucoup plus grande)
-La Wifi c'est 2,4 Ghz, la Wimax c'est 3,4 à 5,4 Ghz suivant les versions. Petit rappel, notre cher four à micro-ondes 2,4Ghz.
-Notre pauvre livebox fera pâle figure. On pourra surfer sur google comme on veut, où on veut , en ville ou en rase campagne et même sur le periph. ou les autoroutes tout en conduisant. C'est pas génial ça?
-Les israëliens (encore eux!) ont mis au point une WIMAX portative et personnelle qui peut émettre jusqu'à 3 Km à un prix abordable.J'espère vraiment qu'ils en feront bénéficier les palestiniens par dessus le mur ( ça ne le traverse pas ), qu'on ne complique pas le processus de paix déjà mal en point.
 
 A Paris des tests concluants ont été déjà menés à leur terme. Sur le périph. comme en Ville. Mais il ya de quoi être jaloux des automobilistes rouennais qui ont leurs feux tricolores qui fonctionnent grâce à la WIMAX. Je les envie mais je ne salue pas ces petits veinards cachotiers qui ne font pas profiter toute une population ignorante des services immenses que peuvent leur rendre ces ondes qui leur arrivent jusque dans les toilettes.  Etre WIMAXé sans le savoir , quel comble et quelle injustice!
Mais ceux que j'envie le plus ce sont les malades de Vannes, de Strasbourg ou de Clermond-Ferrand qui sont Wimaxés ou wifisés sur leur lit d'hôpital. Il parait qu'ils arrivent à en oublier leurs maux. Quand ils sortent, ils savent même plus pourquoi ils sont rentrés.
En tout cas nous les citadins, les parisiens..on a intérêt a se la jouer modeste car bientôt les campagnards, les blédards, les montagnards, tous les ignards quoi, tous ceux qui résident dans des zones inaccessibles (les "zones blanches") seront WIMAXés avant nous. L'état en a décidé ainsi et en a donné la grande partie du chantier national, devinez à qui..? je vous le donne pour mille: BOLLORE TELECOM, Bolloré ça vous dit rien? Bolloré, le Yacht, l'avion privé...le pote de notre vénéré président , ça vous revient?
Non, Il faut savoir apprécier la fidélité en amitié, c'est sacré. Le seul truc pas sympa , c'est que les 3 opérateurs SFr, Orange et Bouygues commencent à avoir les jetons pour leur business d'autant que Bolloré s'est allié à de puissants américains qui se sont
jurés d'innonder la planète de ces ONDES WIMAX . Conclusion: pour un moment les électrosensibles hypochondriaques seront mieux lotis à Paris-Champs Elysées qu'au mont du Canigou.
Les américains, les israeliens , Bolloré Telecom et Alcatel-Lucent s'attaquent déjà aux pays du tiers monde. La Lybie par exemple vient d'être WIMAxée . Le coût par rapport à la fibre optique est divisé par 10 ou plus. Quelle aubaine , plus besoin de creuser des kms pour passer des câbles et d'aller dans les immeubles et les appartements: 1 station WIMAX tous les 50 ou 70km sur un point élevé et le tour est joué. Revanche de l'Afrique et du tiers-monde :c'est la première fois qu'ils pourront se vanter d'avoir eu une HOT technologie avant nous ,les parisiens. Beaucoup de chefs d'états africains veulent leur joujou. Gageons que dans les 10 ans, l'Afrique sera entiérement WIMAxée sauf bien sûr les résidents de la cité Sideci à Abidjan qui ont fait retirer la WIMAX par voie judiciaire sous prétexte que cela leur donnait des migraines. Depuis qu'ils ont eu cette pollution pétrochimique , les ivoiriens sont devenus très suspicieux et voient du danger partout , il faut les comprendre. En tout cas moi, le jour où la terre
entière sera sous-WIMAX, j'irai bien faire un tour à la cité Sideci des II Plateaux à Abidjan pour voir à quoi ressemblent ces gens curieux qui un jour, avant tout le monde, ont dit NON MAX  et ont fait plier les autorités de leur pays. Je leur dirai évidemment que je ne suis pas du tout de leur avis , qu'on arrête pas le progrés et les énormes avantages qu'il apporte à l'être humain mais que j'apprécie énormément leur esprit libre MAX et rebelle et que s'ils voulaient bien que je réside dans leur cité quelques jours , voir un peu plus...si affinités.
Bonne nuit à tous ou ce qu'il en reste.
Amitiés
XX 


A écouter absolument

Addendum : Le Grand Résistant et ancien membre du contre-espionnage Pierre Faillant de Villemarest nous a quittés le le 22 Février 2008 à l’âge de 85 ans. Puisse son témoignage en forme de testament de toute une vie d’action contre la Bête guider ses survivants.


Il s’agit d’un avis parmi d’autres d’un acteur notable de l’Histoire proposé pour information, mais ici comme ailleurs, à chacun et chacune de se forger ses propres opinions. A retenir notamment l’illustration intéressante du fonctionnement du Bilderberg groupe avec l’affaire Pinay.



Quelques ouvrages
de Pierre de Villemarest

  • Les Sources financières du communisme. Quand l URSS était l’alliée des nazis, éd. CEI, 255 p., 1984. (ISSN 09859470)Les Sources financières du nazisme, éd. CEI, 93 p., 1984.
  • Avec Clifford A. Kiracoff, GRU : le plus secret des services soviétiques 1918-1988, éd. Stock, 335 p., 1988. (ISBN 2234021197)
  • Avec Danièle de Villemarest et Clifford A. Kiracoff, Le Coup d’État de Markus Wolf : la guerre secrète des deux Allemagnes, 1945-1991, éd. Stock, 389 p., 1991. (ISBN 223402224X)
  • Polyarnik : histoire d’un chef d’État espion épisodique de Moscou. Une contre-enquête à propos de Willy Brandt, éd. Godefroy de Bouillon, 191 p., 1999. (ISBN 2841910946)
  • Le Mondialisme contre nos libertés, réédition complétée en 2001. (ISBN 2909341259)
  • Le Dossier Saragosse : Martin Bormann et Gestapo-Muller après 1945…, avant-propos de Vladimir Boukovsky, collection « Renseignement & Guerre secrète », éd. Lavauzelle, 2002, 262 p. (ISBN 2702505783)
  • Avec Danièle de Villemarest et William D. Wolf, Faits et chroniques interdits au public, éd. Aquilion, 124 p., 2003. (ISBN 2951741510)
  • Avec Danièle de Villemarest et William D. Wolf, Faits et chroniques interdits au public : les secrets de Bilderberg, éd. Aquilion, 172 p., 2004. (ISBN 2951741529)
  • Avec Danièle de Villemarest, Le KGB au cœur du Vatican, Éditions de Paris, 310 p., 2006. (ISBN 2851620525) [prés. en ligne]

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Villemarest


C O M M E N T A I R E S   :  I C I

  





Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Totalitarisme
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 18:32
Sommaire:
- Une idée à creuser:
L'avenir sera-t-il slavo-oriental
plutôt qu'anglo-saxon ? Par Eva
- Le vrai terrorisme est anglais

bouddha-nveau-Sly.jpg

Reçu ce courriel :

Bonjour Eva,


Votre combat pour la justice vous autorise à dénoncer le sionisme et ses abominations. C’est incroyable et révélateur, on entretient la confusion entre antisionisme et antisémitisme. Il n'y a pas d'antisémitisme dans vos articles.


Vous êtes la Pasionaria du Web en lutte contre la mafia politico-financière et ses complices sionistes.


Je viens de mettre en ligne une information concernant votre blog (ci-dessous). Pouvez-vous confirmer le nombre de vos lecteurs (un demi million, si je ne me trompe pas) ? Je ne retrouve plus la source de l’info.

Amicalement et cordialement,


Félix

 

Esotérisme politique


Les Slaves (et leurs alliés orientaux) finiront-ils par mettre un terme à la domination anglo-saxonne ? Un guerrier initié, guidé par le génie (1) du légendaire Ram gallo-celtique, vaincra-t-il l’empire pervers dont le noyau pourri se trouve à la City de Londres ? " Le prochain Ram serait russe ! ", écrit Jean Louis Bernard, un spécialiste de l’ésotérisme.

 

Eva, journaliste indépendante, fait un carton sur Internet avec plus d’un demi million de lecteurs. Elle dénonce régulièrement la mafia politico-financière qui dirige l’empire anglo-américain. Son article sur la préparation d’une attaque de l’OTAN contre la Russie n’augure rien de bon pour l’humanité : 

 
paysage-chinois-mgne.jpg

Ma réponse :

Bonjour ami lecteur


Désolée, cher Félix,  mon blog a mis du temps à démarrer, je m'en suis à peine occupée au début, et il atteint 300.000 lecteurs maintenant, mais l'engouement est "relativement" récent
En ligne où, Félix, stp ? Merci
Cordialement, eva


maison-Chine.jpg

La réponse de Félix:
 
  

 Bonsoir Eva,

J’ai corrigé le nombre de vos lecteurs, merci de m’avoir répondu rapidement. Le lien vers votre blog se trouve à fin du post consacré aux états posthumes :   

Mon blog conteste la spiritualité mercantile et dénonce les loges (anglo-saxonnes et orientales) qui participent à l’avènement du N.O.M..

Amicalement et cordialement,

Félix

http://bouddhanar.blogspot.com/




paysage-chinois-copie-1.jpg


L'extrait sur http://bouddhanar.blogspot.com/2009/08/les-etats-posthumes.html
(après rectification sur le nombre de visiteurs) :


Les Slaves (et leurs alliés orientaux) finiront-ils par mettre un terme à la domination anglo-saxonne ? Un guerrier initié, guidé par le génie (1) du légendaire Ram gallo-celtique, vaincra-t-il l’empire pervers dont le noyau pourri se trouve à la City de Londres ? « Le prochain Ram serait russe ! », écrit Jean Louis Bernard, un spécialiste de l’ésotérisme.

Eva, journaliste indépendante, fait un carton sur Internet avec plus de 300 000 lecteurs (NB Eva: Il s'agit du blog r-sistons à l'intolérable). Elle dénonce régulièrement la mafia politico-financière qui dirige l’empire anglo-américain. Son article sur la préparation d’une attaque de l’OTAN contre la Russie n’augure rien de bon pour l’humanité :
http://r-sistons.over-blog.com/article-34715910.html



russes-contre-nazisme-meyssan.jpg
Les Russes ont défait les Nazis,
voilà la vérité cachée par les médias menteurs.
Plus de 20 millions de morts, contre 300.000
Américains, un sacrifice HONTEUSEMENT tu,
et les Anglo-Saxons, par le truchement de leurs
dignitaires les plus pourris, comme la famille Bush,
ont contribué à façonner l'hydre nazie, pour
des raisons bassement mercantiles et de domination.


L'espérance est-elle slavo-orientale ???
Par Eva R-sistons


"Les Slaves (et leurs alliés orientaux) finiront-ils par mettre un terme à la domination anglo-saxonne ?"

."..l’empire pervers dont le noyau pourri se trouve à la City de Londres"

Russie-copie-1.jpg

Mes amis,

Oui, le centre de toute la pourriture mondiale est à Londres, très exactement à la City, broyeuse de vies pour grossir démesurément le portefeuille des banksters. Oui, cette Mafia financière trouve son accomplissement crapuleux dans les conflits et les guerres qui polluent toute la planète, et elle prévoit encore plus de malheurs pour les populations livrées à elle, des crises toujours plus meurtrières, des guerres encore plus sauvages et même nucléaires, des pandémies exterminatrices, sans parler de tous les dommages collatéraux, pour la santé, pour les libertés, pour la démocratie, pour l'emploi, pour les liens sociaux, pour le niveau de vie et sa qualité, pour l'environnement....

L'humanité à la merci de cette Mafia basée à Londres, imposant ses diktats aux USA et même son candidat (jusqu'à ce que celui-ci cesse de plaire), et alliée à la pègre néo-sioniste aux commandes en Israël (à ne pas confondre avec le peuple, lui aussi victime de la trahison de ses dirigeants aux grands principes de la religion juive, adorateurs du Veau d'Or) ou à des Francs-Maçons dégénérés et à un Vatican scandaleusement païen, cette humanité, donc, a le choix entre se laisser dépouiller d'emploi, de protections sociales, de perspectives d'avenir, et du bien le plus précieux, la Paix, ou se tourner vers un autre modèle, imprégné de culture et de sensibilité slave (rétive au matérialisme ambiant), et d'un orientalisme puisant le meilleur dans sa tradition de Sagesse millénaire. 

 

Ainsi, un simple couriel débouchant sur quelques lignes me concernant, ont ouvert dans mon esprit une piste étonnante, que je voulais ausitôt partager avec vous, mes amis. 

A l'heure où l'Occident anglo-saxon a définitivement prouvé au monde que son modèle était inique, nocif, pourri, et meurtrier, il est en effet temps de songer à d'autres voies. Les latino-Américains, avec un Chavez ou un Moralès, ouvrent des perspectives libératrices à l'humanité. Sur ce blog, j'ai souvent fait allusion à ce qui me semblait essentiel chez ces deux dirigeants (en particulier, voir aussi Castro, etc): L'accent mis sur la coopération, au lieu de la sacro-sainte compétition chère aux Anglo-Saxons et à leurs alliés israéliens et maintenant européens. Depuis, un article est paru sur ce thème, sur le site de notre ami Michel Collon:

http://www.michelcollon.info/index.php?view=article&catid=6&id=2199&option=com_content&Itemid=11

A-latine.jpg

Quoiqu'il en soit, la Slave que je suis, extrêmement sensible, est touchée par le message de ce blogueur bouddhiste Thaï, porteur d'espérance. Et l'Orient a tant à apporter aux esprits englués dans un matérialisme nauséabond, corrompu, assassin, cherchant son accomplissement suprême dans l'eugénisme le plus monstrueux, cupide, égoïste, barbare...


Puisse ce texte nous ouvrir de nouveaux horizons, être discuté, et porteur d'espérances.

Nous en avons bien besoin, aujourd'hui.

Votre Eva, en quête de Vérité et de chemins d'Espérance

TAGS: Occident, eugénisme, matérialisme, barbarie, Slaves, orientaux, Sagesse, culture, mafia, Londres, City, néo-sionisme, Vatican Francs-Maçons, USA, Israël, Veau d'Or, bouddhisme, Thaï, Michel Collon, Latino-méricains, Chavez, Moralès, Castro, compétition, coopération...   


colombe-globe-cigalette.jpg

Eva: Un texte de ce blog, parmi d'autres,
bouscule les idées reçues. Décapant !

Le terrorisme islamiste
Islam_worships_a_MOON-god_Image1.jpg
Des universitaires américains, des spécialistes du Kalachakra Tantra, ont assimilé les ennemis du dharma, les Mleccha, aux Musulmans. Ils considèrent que l’eschatologie guerrière de ce livre sacré du Vajrayana vise l’Islam. Un obscur dessein exploite cette islamophobie en faisant la promotion outrancière de l’occultisme lamaïste et de son ésotérisme politique.

Jacques, fidèle lecteur du blog, aimerait lire quelques lignes sur le terrorisme islamiste. Il écrit :
"Qu'attend Bouddhanar pour nous faire un post sur le sujet ? Ca changerait !"

La vérité sur le terrorisme islamiste n’est pas celle des médias. Un intéressant texte, publié dans l’Executive Intelligence Review du 26 décembre 2008, reproduit dans le site "Solidarité et Progrès", bouscule les idées reçues :
 
Le terrorisme, une spécialité londonienne

Eva: Un texte de ce blog, parmi d'autres,
bouscule les idées reçues. Décapant !
Suite à des attentats terroristes sur leur sol, les gouvernements d’Egypte, de Libye, de Jordanie, de Turquie, d’Iran, de Russie, de France et d’autres nations, envoyèrent des protestations diplomatiques au Foreign Office britannique concernant l’hébergement d’organisations terroristes.

En 1997, le Parlement britannique répondit clairement qu’il n’avait nullement l’intention d’intervenir : il refusa en effet de modifier la loi qui permet à ces organisations de financer et de recruter pour des opérations armées, l’argument étant que ces opérations n’allaient pas à l’encontre des intérêts britanniques !

Le Royaume-Uni a régulièrement refusé de coopérer avec d’autres nations pour arrêter des terroristes en activité sur son sol. Les seules exceptions eurent lieu lorsque la pression fut mise par les autorités américaines.

Depuis 1995, l’Executive Intelligence Review a largement documenté les opérations menées depuis la Grande-Bretagne pour déstabiliser d’autres nations. La plupart des nations victimes de ces actes terroristes sont quasi-systématiquement à majorité musulmane.

Cette alliance apparemment paradoxale entre les " infidèles " et les " moudjahidines " est mieux comprise lorsque la lumière est jetée sur les méthodes utilisées par l’Empire britannique pour manipuler les religions dans un but stratégique global.

Cet empire existe toujours aujourd’hui, à la différence près que l’empire colonial et maritime d’avant 1945 s’est mué progressivement en un empire financier dont les trois piliers sont la City de Londres (première place financière du monde), les paradis fiscaux (dont un grand nombre se situent dans les îles anglo-néerlandaises) et les fonds vautours ou " hedge funds " opérants depuis ces îles ; l’existence de cet ensemble perpétue un système s’opposant au développement physique et moral des peuples et des nations.

Mais avec l’effondrement du système financier international entamé depuis l’été 2007, la stratégie de tension reste une des dernières cartouches de l’Empire. À nous de le combattre et de ne pas en être les dupes. Contre la guerre de tous contre tous, seul le retour à une politique de développement mutuel permettra de bâtir la paix.

Lire l’intégralité du texte :
http://www.solidariteetprogres.org/article4995.html


***

Le dalaï-lama est "citoyen d'honneur" de Rome depuis le 9 février 2009.

Le maire de Rome, Gianni Alemanno, est membre de l’Alliance Nationale, l’héritière du Mouvement Social Italien, un courant d’extrême-droite. Parmi les fondateurs du mouvement Social Italien on trouve d’anciens dignitaires du régime fasciste de Mussolini.

Gianni Alemanno, qui a commencé sa carrière politique dans le Mouvement social Italien (MSI), a épousé la fille de Pino Rauti, un Admirateur inconditionnel de Benito Mussolini et Vice-secrétaire général du Mouvement Social Italien, la formation d'extrême droite née de la nostalgie du fascisme.
Peu embarrassé par son passé fasciste dans le Mouvement Social Italien, le maire de Rome donne des leçons de démocratie aux Chinois et soutient la lutte du chef de l’église tantrique pour l'autonomie du Tibet.

Posted by bouddh@nar at 4:27 AM


http://bouddhanar.blogspot.com/2009/03/le-terrorisme-islamique.html


Eva: Je suis ravie de tomber sur ce texte,
car dans ma quête continue de la Vérité,
je cherchais des documents sur l'Axe du Mal anglo-saxon,
comme d'ailleurs du Vatican,
abritant une mafia terriblement païenne,
aux antipodes des valeurs de l'Evangile.



_____________________________________________________________________________________



antis-mitisme-ogre.jpg

Alerte ! Nouveau blog supprimé,
sans avis, sans justification,
de la manière la plus arbitraire possible !
Après DR Illusions de Mouvements,
voici, supprimé par le NouvelObs, 
http://penserlibre.blogs.nouvelobs.com.
Est-il gênant ? Voici le même, non supprimé, lui.
Jugez par vous-même :
http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/

Dictature de la Pensée Unique,
terrorisme intellectuel d'un groupe sur les autres ?
C'est intolérable, Eva 
NB : Relayons !.

Reçu ce courriel:

Je  tiens à te remercier pour ton combat et ta cause que je partage et merci pour ta sensibilité et ta détermination de faire en sorte que toutes les voix même discordantes puissent être exprimées. Mon incompréhension est totale car sans aucun avertissement du jour au lendemain, on me supprime mon blog http://penserlibre.blogs.nouvelobs.com/, ma voix et mon opinion de l'espace public numérique.   il faut que l'on m'explique pourquoi ils ont supprimé mon blog, j'ai écrit au nouvel obs sans réponse.... et si les articles que j'écris et publie sont  interdits, alors qu'ils m'attaquent en justice et que la justice me sanctionne dans lequel cas, je pourrai comprendre la sentence. S' ils croient que je suis antisémite, ils se trompent complètement et n'ont pas lu mes articles ,  car j'ai bien plus de respect pour les juifs que les sionistes qui insultent à longueur de journée  sur les musulmans et tout ceux qui ont une quelconque sympathie. Si il y a une chose que j'affirme et que je revendique sans me cacher, c'est mon  antisionisme jusqu'au bout des ongles pour les raisons que tu connais mieux que moi....  il faut qu'ils arrêtent de nous faire croire que antisémitisme = antisionisme... en tant que musulman l'antisémitisme comme le racisme ou la xénophobie sont interdites pour tout croyant.... de ce coté j'ai la conscience tranquille .... tous les textes que j'ai écris sont disponibles sur mon premier Blog la Parole du Jeune Musulman : http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/ , je défie quiconque de me montrer un mot ou une phase appelant à la haine dans mes écrits ou des traces d’antisémitisme... il est évident que mes écrits ne peuvent plaire à tout le monde, si au nouvel obs ils souhaitent  avoir des bloggeurs moutonniers conditionnés par l’instinct grégaire comme le dit si bien   Nietzsche      alors qu'ils affichent clairement leur position... Mais Elhamdoulillah la vie continue il y a mille et une façons de s'exprimer. Le combat continue pour faire connaitre nos opinions sur les sujets qui touchent à  l'islam et aux musulmans. Que ceux  qui pensent que c'est en bâillonnant les esprits libres qu’ils vont faire reculer l'antisémitisme qu’ils se réveillent car la réalité du terrain est tout autre et bien loin de ces soi-disants bien pensants de modérateurs calfeutrés derrière leur écran qui jouent les juges du net sans donner la parole à leur victime. ... quoiqu’il en soit  merci d'avance à tous ceux qui auront pris part à ma défense même s' ils ne sont pas d'accord avec mes écris, ma reconnaissance sera infinie et sans faille. Que ces faussaires de la liberté relisent Voltaire et Nietzsche que je rappelle pour les saluer :

 Dans son Crépuscule des idoles de  Nietzsche: « les hommes qui vivent le plus par l’esprit, à condition qu’ils soient aussi les plus courageux, sont de loin ceux qui connaissent les tragédies les plus douloureuses ; mais c’est précisément pour cela qu’ils honorent la vie, parce que c’est à eux qu’elle réserve sa plus grande hostilité. »

Voltaire dans une lettre de sa correspondance disait « Je déteste vos idées mais je suis prêt à mourir pour votre droit de les exprimer » bien loin est cet esprit des lumières dans cet espace des bloggeurs au nouvel obs.


Amicalement,
Muslim



________________________________________________________________________________________



vaccin-seringues-dollars-copie-1.jpg
Action pénale citoyenne victorieuse


A quand la même contre l'OTAN
qui décrète abusivement des guerres
pour le seul bénéfice des multinationales,
sans consulter les populations concernées ?
(voir ici: http://r-sistons.over-blog.com/article-35034287.html)


Grâce aux actions pénales engagées par Jane en Autriche et par l’association SOS JUSTICE & DROITS de l’HOMME en France, le 31 juillet 2009, au motif de “Programmation d’un crime de génocide“. Cette demande d’ouverture d’enquête criminelle ayant été suivie, par ailleurs à notre demande, par nombre de nos correspondants qui ont eux-mêmes saisis plusieurs Parquets de France, et d’autres demandes d’ouverture d’enquête criminelle devant être déposées prochainement en Belgique et en Espagne. Nous avons réussi tous ensemble à déjà faire reculer le Gouvernement Belge sur deux décisions que ce pays s’apprêtait à prendre pour la rentrée, à savoir celles :

1 - de l’obligation vaccinale,
2 - et du vote d’une Loi d’exception visant à instaurer la Loi Martiale et l’obligation vaccinale pour la rentrée.

La Belgique vient de reculer sur l’obligation vaccinale.

C‘est une première victoire dont nous ne devons pas nous contenter, car nous devons obtenir l’annulation pure et simple de la vaccination à venir et de la vaccination tout court pour les années à venir.

Une vaccination abusive qui n’a eu de cesse que de provoquer des crises sanitaires graves auprès des populations vaccinées et que les Laboratoires pharmaceutiques et les Gouvernements tardent à reconnaître et à abolir définitivement.

Nous ne sommes pas des cobayes laissés entre les mains des Laboratoires Pharmaceutiques pour lesquelles notre planète Terre est devenue avec son Humanité un laboratoire grandeur Nature.


NOM-mde-ds-main.jpg 
Le Faux Nouvel Ordre Mondial,
et le Vrai Nouvel Ordre Mondial

 

Cet article va être d’une grande utilité pour ceux qui veulent faire la part des choses entre le vrai et le faux à propos du nouvel ordre mondial. Ce terme particulier qui revient très souvent, mais il y a 3 ans il était relativement secret, et jamais prononcé en public. Voila pourquoi il faut faire la part des choses et pourquoi soudainement on entend ce terme tout le temps et partout.


Le Faux Nouvel Ordre Mondial

 

C’est le nouvel ordre mondial qui est visible. C’est celui que le public entend à partir de la télévision et la radio, et est donc le nouvel ordre mondial que les gens pensent être réel, mais qui est partiel, tordu, clair à moitié, et qui est une grosse déception. Les institutions qui participent dans ce faux nouvel ordre mondial sont les moyennes banques aux USA, la Réserve Fédérale, l’Organisation International du Travail, L’International Socialisme, la Droite et la Gauche, Obama et les Démocrates, Bush et les Républicains, la police aux USA et en Europe, les gouvernements nationaux du monde, les grands PDG qui ne sont pas grands du tout, les petites banques comme Goldman Sach et etc etc; Et personne ne sait vraiment ce que fait ce nouvel ordre mondial, son but et pourquoi il est là en premier lieu.

liste complète



Crise systémique et mensonges

  cache-gd2_d2b1efdbe7b5228b3b781e569e4f2a


dimanche 16 août 2009 par gilles bonafi

Nous vivons décidément une époque formidable. On peut ainsi lire dans le Nouvel Obs : « Le pire est passé aux USA mais la reprise sera lente, dit le FMI » ou dans le journal Le Monde :« Les Etats-Unis sur la voie de la reprise économique ». Il s’agit donc de vous informer vraiment et il ne reste plus que le net pour cela. Je vais donc vous faire ici un petit topo de la finance et de l’actualité économique. Attachez votre ceinture car cela va décoiffer.


Réflexions sur les évènements
internationaux de l’été



Trois évènements majeurs survenus cet été pourraient changer le cours de l'Histoire : un timide réveil de l'Europe, le débarquement de la question du statut et de l'avenir d'Israël sur la planète de la justice internationale et une mutation de la philosophie de la santé qui conduirait à l'extermination systématique des vieillards démunis - à moins qu'une grâce spéciale ne soit réservée aux maladies chroniques et relativement peu coûteuses. L'inaccomplissement et même l'échec provisoire de cette philosophie du coût des pauvres laisseront une tache indélébile dans l'histoire de l'immoralité du monde : la civilisation des droits de l'homme ne refermera jamais cette cicatrice.

suite ici : http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/defis_europe/ete.htm



Bill Gates, apôtre de l'impérialisme humanitaire
http://geopolintel.kazeo.com/Deconstruire-les-mythes,r194195.html




La société du NOM :
Dévorer, ou être dévoré !

Les outils du mondialisme: Le "tittytainment"

dep_tv_cerveauLe tittytainment est un terme désignant la propagande destinée à protéger les principes capitalistes et néolibéraux qui dirigent la mondialisation.

C’est une forme qualifiée de censure, propagande et désinformation dont l’objectif fondamental consiste à minimiser, aux yeux des citoyens des pays démocratiques occidentaux, les effets nocifs que le type particulier de mondialisation qui est développé dans le monde était en train de causer, dans la majeure partie de la population mondiale, ainsi que dans l’écosystème

Deux dixièmes » et « tittytainment ».

Dans le siècle à venir, deux dixièmes de la population active suffiraient à maintenir l’activité de l’économie mondiale. « On n’aura pas besoin de plus de main d’œuvre », estime le magnat Washington Sycip. Un cinquième des demandeurs d’emploi suffira à produire toutes les marchandises et à fournir les prestations de services de haute valeur que peut s’offrir la société mondiale. Ces deux dixièmes de la population participeront ainsi activement à la vie, aux revenus et à la consommation – dans quelque pays que ce soit. Il est possible que ce chiffre s’élève encore d’un ou deux pour cent, admettent les débatteurs, par exemple en y ajoutant les héritiers fortunés.

Mais pour le reste ? Peut-on envisager que 80 % des personnes souhaitant travailler se retrouvent sans emploi ? « Il est sûr, dit l’auteur américain Jeremy Rifkin, qui a écrit le livre La Fin du travail, que les 80 % restants vont avoir des problèmes considérables. » Le manager de Sun, John Gage, reprend la parole et cite le directeur de son entreprise, Scott McNealy : à l’avenir, dit-il, la question sera « to have lunch or be lunch » : avoir à manger ou être dévoré .

suite ici : http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-35172366.html
(j'avais déjà publié cet article, je le republie)



Entendu à l'instant, FR3, 19 h 09 (Ramadan): La solidarité: valeur essentielle du Coran.

La civilisation judéo-chrétienne, elle, songe à se débarrasser des improductifs, des vieux etc !!! Où est la barbarie ? Eva -



DE LA SERVITUDE MODERNE (vidéo)

 

Article rédigé le 23 août 2009, par Mecanopolis

 

« Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.

Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

 

La servitude moderne est une servitude volontaire, consentie par la foule des esclaves qui rampent à la surface de la Terre. Ils achètent eux-mêmes toutes les marchandises qui les asservissent toujours un peu plus. Ils courent eux-mêmes derrière un travail toujours plus aliénant, que l’on consent généreusement à leur donner, s’ils sont suffisamment sages. Ils choisissent eux-mêmes les maitres qu’ils devront servir.

 

Pour que cette tragédie mêlée d’absurdité ait pu se mettre en place, il a fallu tout d’abord ôter aux membres de cette classe toute conscience de son exploitation et de son aliénation. Voila bien l’étrange modernité de notre époque. Contrairement aux esclaves de l’Antiquité, aux serfs du Moyen-âge ou aux ouvriers des premières révolutions industrielles, nous sommes aujourd’hui devant une classe totalement asservie mais qui ne le sait pas ou plutôt qui ne veut pas le savoir. I

ls ignorent par conséquent la révolte qui devrait être la seule réaction légitime des exploités. Ils acceptent sans discuter la vie pitoyable que l’on a construite pour eux. Le renoncement et la résignation sont la source de leur malheur.

 

Voilà le mauvais rêve des esclaves modernes qui n’aspirent finalement qu’à se laisser aller dans la danse macabre du système de l’aliénation.

 

3 vidéos, lien :

 http://www.mecanopolis.org/?p=9315 (Merci à Observeur)

  • THAELMAN-2.jpg 

    Thälmann sera-t-il assassine deux fois ?
    NON à la revanche posthume de hitler !

    Sans même avoir le courage politique d’assumer cet acte de négationnisme historique, le pouvoir CDU-SPD orchestre en sous main la destruction du Mémorial Ernst Thälmann érigé en hommage au secrétaire général du KPD, organisateur de la résistance à la prise du pouvoir par les nazis, jeté par eux en 1933 au secret à la prison de Bautzen, puis transféré au camp de Buchenwald et assassiné sur ordre de Hitler, qui fit livrer aux chiens sa dépouille mortelle le 17 août 1944 à la veille de la Libération de son pays. Le prétexte grossier de cette destruction est le sacro-saint droit de propriété du maître actuel des lieux, qui veut faire détruire l’édifice consacré à Thälmann. En réalité nul ne peut être dupe : il s’agit d’un nouvel acte d’exterminisme anticommuniste qui s’ajoute à la série infinie des attentats contre la mémoire communiste allemande, que ce soit celle du KPD, force déterminante de la Résistance antifasciste allemande ou de la RDA dont l’histoire et les réalisations sont saccagées. En vain d’ailleurs puisque un nombre croissant d’ « Ostie » (57%) déclare regretter la RDA, récusant ainsi la politique revancharde de répression anticommuniste et de misère de la « Grande Allemagne » impérialiste, réunifiée à la hussarde. […]
  • http://pcfcapcorse.over-blog.com/article-35185125.html


                                                              HD-PATRONAT---2.jpg
                                                               http://pcfcapcorse.over-blog.com/article-35092142.html  



                                                              Fête de l'Huma 2009  Vidéo :  
                                                        http://pcfcapcorse.over-blog.com/article-35091840.html          




Un Juif lucide et courageux : Apartheid en Israël

A l’université Ben Gourion de Beershéva, où il enseigne les sciences politiques, le docteur Neve Gordon n’a pas hésité à appeler au boycott d’Israël dans un article publié dans le Los Angeles Times. Cet enseignant israélien, qui a déjà écrit un livre sur « l’occupation israélienne », a prétendu qu’Israël pratiquait l’apartheid et que seules des pressions étrangères massives pourraient le sauver « de lui-même ». La direction de l’Université a réagi avec vigueur contre cette publication, accusant le professeur Gordon d’avoir dépassé les lignes rouges. Gordon a notamment affirmé: « J’écris ces lignes en tant que Juif ayant choisi d’élever ses enfants en Israël et ayant fait partie du camp de la paix depuis plus de trente ans, et qui est profondément anxieux pour l’avenir du pays ».
http://www.juif.org/go-news-105549.php



Blog désinformation d' Eva :

"Ossétie", un film de Raul Fajardo - présentation et projection en présence de l'auteur

Le mardi 25 août à 19h00

61, rue Boissière Paris 16ème (Centre russe pour la science et la culture)

 

Chers amis,

Il y a un an pile, le 26 août dernier, la Russie reconnaissait l'indépendance de l'Ossétie du Sud, après le conflit militaire qui a éclaté à la suite de l'attaque géorgienne sur le territoire ossète dans la nuit du 7 au 8 août. 

L'équipe de Agave Producciones (Mexique) était sur place dès les premiers jours des hostilités. Elle a filmé des civils, interrogé des officiels et des experts, avec comme but de "présenter un regard sur les événements, indépendant des agences internationales", comme le dit Raul Fajardo, l'auteur du documentaire. 

 Correspondant de guerre mexicain, Raul Fajardo a travaillé en Afghanistan (2001), Iraq (2003), Caucase du Nord (2003), il est également auteur des documentaires "La voie d e l'héroïne" (2006), "Russie - 2ème siècle" (2007), du livre "L'antiterrorisme, trois niveaux" qu'il a écrit à la suite de son séjour dans le Caucase du Nord.

Raul Fajardo se trouve actuellement à Paris pour présenter son film. Je vous convie donc à venir nous rejoindre à cette occasion demain, le mardi 25 août, à 19h00, dans les locaux du Centre russe pour la science et la culture au 61 rue Boissière (Paris 16ème). Après la projection du film nous aurons l'occasion de discuter avec l'auteur autour d'un cocktail amical.

En espérant vous voir tous mardi soir, je vous remercie de confirmer rapidement votre présence en répondant à ce mail.

Au cas ou vous ne pourriez pas venir, n'hésitez pas à transmettre cette invitation à vos connaissances susceptibles d'être intéressées.

Bien à vous,

A(..)  K(..)

et l'équipe du bureau parisien de RIA Novosti

Directrice du bureau de Paris

RIA Novosti

Blog: http://riendeneufamoscou.blog.lemonde.fr




CHAVEZ--Victoire.jpg
"Unis ou dominés"

Les stratégies de l’empire en Amérique latine

AUTEUR:  Eduardo PAZ RADA

Traduit par  Gérard Jugant. Édité par Fausto Giudice

En dépit des fortes et importantes actions adoptées et des durs discours émis par les Nations Unies, l’Organisation des États Américains, les pays de la région en bloc ou individuellement face au coup d’Etat au Honduras, la stratégie des USA est en train de démontrer une haute efficacité après des années au cours desquelles ils paraissaient avoir perdu la capacité de manœuvre dans les décisions politiques sur le continent.
 

Non seulement parce que le président hondurien Manuel Zelaya lui-même, a mis entre les mains du gouvernement de Barack Obama les décisions déterminantes à prendre pour surmonter la crise, mais parce que les actions adoptées au niveau régional n’ont pu, jusqu’à présent, faire fléchir l’oligarchie hondurienne et les secteurs “durs” des Forces Armées. Il s’agit d’un clair signal que les luttes de libération nationale des peuples ne sont, ni ne seront simples et faciles étant donné que les structures de pouvoir économique et politique, sont en train de se recomposer à l’échelle nationale et internationale.

 

On ne peut qu’être frappé par la position tiède adoptée par le gouvernement du Brésil, qui a pour président Lula Da Silva, un ex-métallo, qui n’a pas assumé une posture claire alors qu’il représente la puissance la plus importante d’Amérique du Sud, et a la capacité ainsi de peser sur les processus politiques et économiques régionaux.

 

De cette façon il paraît démontrer qu’il développe une stratégie propre et différente de celle de l’Alternative Bolivarienne des Amériques (ALBA), conduite principalement par le président vénézuélien Hugo Chávez, et qu’il cherche à générer ses propres sources d’influence et d’équilibre avec les USA. Il ne paraît donc pas fortuit, par conséquent, que le président des USA ait qualifié Lula “comme son homme” lors du Sommet des Amériques qui s’est tenu à Trinidad-et-Tobago.

 

Dans ce contexte, c’est la puissance usaméricaine qui se présente de nouveau avec toute son énergie et son poids sur le continent. La base militaire qu’elle détient au Honduras, transformée en sa plate-forme stratégique durant les années de la guerre civile centraméricaine des années 70 et 80, ne peut pas être affaiblie, et plus encore, l’extension des bases militaires en Colombie, annoncée récemment, pointe clairement les intentions de reprendre l’initiative politique, militaire et diplomatique au niveau régional et mondial. L’importance des ressources naturelles stratégiques de la région, de l’Amazonie, de l’aquifère guarani, font partie de la géopolitique mondiale de l’empire.

 

Dans la conjoncture actuelle, ses meilleurs alliés dans la région sont les gouvernements du Mexique, de Colombie et du Pérou, et dans une moindre mesure ceux du Chili et du Costa Rica.

 

Ses objectifs ne sont autres que de démanteler les efforts d’intégration qui ont commencé à se tisser à travers l’Union des Nations Sud-Américaines (UNASUR) et ses mécanismes de coordination économique, militaire, politique et diplomatique, du MERCOSUR et de l’ALBA, cette dernière étant la position la plus radicale et anti-impérialiste partagée par les gouvernements de Caracas, La Paz, Quito et La Havane, principalement.

 

Les élections parlementaires en Argentine qui ont affaibli le gouvernement de Cristina Fernandez de Kirchner, la politique d’autonomies départementales et indigènes du gouvernement d’Evo Morales et les prochaines élections au Brésil et au Chili vont être le thermomètre le plus clair des tendances qui s’ouvrent et des conflits potentiels de la prochaine décennie. La “démocratie” libérale et ses vicissitudes seront à l’épreuve pour prévenir le cours politique de Notre Amérique.

 

Alors que le front de l’intégration et de l’unité latino-américaine ne cesse de se consolider, la stratégie de l’impérialisme usaméricain a commencé à opérer ; avec toutes ses ressources et instruments, pour tenter de marquer un nouveau siècle de domination en Amérique latine. Le slogan “Unis ou dominés” conserve sa validité. Parions sur la libération nationale, sur l’unité et le socialisme latino-américains et sur la Patria Grande.

 

Source : Bolpress - Las estrategias del imperio en América Latina

Article original publié le 20/8/2009

Sur l’auteur

Gérard Jugant et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8415&lg=fr


Merci à Observeur



Publication non terminée


C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Repost 0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 01:38

terrorisme_lequel_des_deux-1.jpg

Islamisme, terrorisme du pauvre,
terrorisme d'Etat, plus dangereux encore.
Par Eva R-sistons


Mes amis

Je n'ai pas l'habitude de parler des Islamistes, pas par sympathie pour eux, j'ai toujours dénoncé tous les fanatismes, et d'abord religieux, tous les fondamentalismes qui font horreur à l'humaniste que je suis, respectant toute vie, je dénonce même les communautarismes qui nous séparent des autres, en créant des murs (et je déteste les murs entre les individus) au nom d'une vérité particulière, alors que nous sommes tous frères et soeurs en humanité, aimables dans notre diversité même. Comme le monde serait triste si tous pensaient de la même façon !!!

Si je ne parle pas des Islamistes, c'est tout simplement parce que les Occidentaux ne font que ça, les prenant pour cibles principales, les accusant de tous les maux pour ne pas voir les leurs qui provoquent sur toute la planète blessures, larmes, souffrances, ruines, morts prématurées... Je suis une femme de compassion, et quand mon prochain souffre, je souffre avec lui... Il est impossible de fermer les yeux sur les malheurs que nous, Occidentaux, provoquons par notre cupidité et par notre arrogance. Ceux que les Islamistes provoquent, en tuant des innocents, brutalement, sauvagement, sont bien réels, mais je ne supporte pas de les voir accusés en permanence; l'islamophobie, prétexte au bien commode choc de civilisations qui ne profitera en définitive qu'aux multinationales et à la Haute Finance, et que je dénonce en permanence notamment sur mon blog http://eva-communion.civilisations.over-blog.com, l'islamophobie conduit à désigner les Islamistes, et même plus généralement les Musulmans, en extrapolant, comme nos grands ennemis, coupables de tous les terrorismes. C'est intolérable, car si les Islamistes ont leur part de responsabilité du fait de leur fanatisme et souvent de leurs excès criminels, d'ailleurs montés en épingle, ils n'ont pas à devenir les boucs-émissaires, alors même que l'on tait, injustement (et rien ne m'est plus insupportable que l'injustice), les errements des fanatiques juifs et chrétiens, colons ou néoconservateurs évangéliques ou catholiques intégristes, et le néo-sionisme, lui-même ennemi de la grande religion juive et partisan du libéralisme le plus sauvage et même eugénique, comme des guerres hégémoniques, coloniales, voire racistes.


1sjz42.jpghttp://laplote.over-blog.fr à visiter


En un mot, je récuse avec force les dérives de l'Islam comme celles des autres religions, mais je m'élève contre le fait que seuls les Islamistes soient accusés, ostracisés, qualifiés de terroristes, en France, en Occident, et d'abord dans ce qu'il ne faut plus appeler nos Médias, car ils n'informent pas mais font sans cesse de la désinformation, de la propagande   Et pour compenser ce parti-pris envahissant, je fustige dans ce blog essentiellement les autres fanatismes, néoconservateur ou néo-sioniste. .

Or, je ne suis pas sûre que le terrorisme dont on fait état ne soit pas sur-évalué, et surtout instrumentalisé à des fins hégémoniques. D'ailleurs, je suis convaincue que la plupart des attentats sont perpétrés par l'Occident lui-même, pour nous dresser contre les Islamistes et plus généralement les Musulmans et (ou) les Arabes, afin de nous préparer au choc de civilisations juteux pour la Finance, à la guerre contre l'Iran, la Syrie, le Liban... et d'une façon plus générale, afin de désamorcer nos critiques envers les expéditions impériales de conquête des territoires pour mieux les soumettre aux multinationales, quel que soit le coût pour les peuples spoliés. Tout cela est d'un cynisme total, inacceptable pour une conscience éprise de justice, de paix, de fraternité.

Ensuite, le terrorisme d'Etat de l'Occident blanc, judéo-chrétien, est bien plus dévastateur. D'un côté, le pauvre qui n'a pas d'armes (et à qui on dénie même parfois le droit élémentaire de se défendre contre l'occupant, je pense en particulier aux Palestiniens, alors que l'Occident se donne le droit de posséder et de vendre les armes les plus destructrices) utilise son corps, sa personne, en l'offrant pour une cause libératrice (de l' oppression imposée), de l'autre le riche utilise les armes les plus sophistiquées pour une cause d'oppression, de domination, une cause coloniale, prédatrice, hégémonique. Quelle commune mesure entre un attentat "terroriste" tuant cinquante civils  innocents pour libérer son pays de l'ingérence étrangère, à défaut de pouvoir le libérer autrement (en étant armé comme l'adversaire), et les bombes même interdites larguées un peu partout sur la planète, faisant des centaines de milliers de victimes innocentes pour grossir des portefeuilles déjà scandaleusement pleins ??? Il faut raison garder, il faut relativiser les choses.

          attentat                             napalm sur Gaza (malformations ensuite)
desolation.jpgnapalm-gaza.jpg


Alors oui, la pacifiste que je suis - qui préfèrera être tuée plutôt que de tuer mon frère ou ma soeur quels qu'ils soient - dit non aux méthodes violentes, toute vie est sacrée, précieuse, unique, mais en même temps je tiens à remettre les pendules à l'heure: Le terrorisme du pauvre est moins à dénoncer que celui des Etats riches, se croyant tout permis au nom de leur prétendue supériorité.

 

Voici le témoignage d'un homme entraîné malgré à lui à tuer, et qui, finalement, n'accomplira pas l'acte fatal sur ses propres frères. Il est révélateur des méthodes d'endoctrinement employées, au service de causes certes justes (en l'occurrence, la libération de l'Afghanistan de l'ingérence étrangère qui pille et tue même des innocents), mais qui ne justifient pas de tels moyens.  Pour ma part, je crois qu'une intelligente lutte non armée de libération, peut mener plus loin, et sans toutes ces victimes. 

Témoignage d'un Islamiste repenti (au demeurant lourdement condamné), ou comment une machine bien rôdée peut finir par transformer une âme pure, sincère, idéaliste, en machine à tuer. Les méthodes de conditionnement, qu'elles soient celles des Islamistes, ou des Occidentaux (lavage quotidien des cerveaux via les médiamensonges, par ex), sont intolérables. Elles ont conduit, jadis, tout un peuple à se ranger derrière un individu sans culture et psychopathe, Hitler, comme aujourd'hui elles risquent de nous amener à devenir des robots au service de causes qui ne sont pas les nôtres, comme celles des "guerres préventives, nucléaires, permanentes" de l'OTAN,  un organisme qui pour moi représente la forme la plus accomplie du terrorisme d'Etat.

 

Eva R-sistons à tous les intolérables, d'où qu'ils viennent 

NOM-nazis.png

TAGS: Choc civilisations, Islamophobie, terrorisme, fanatisme, fndamentalisme, islamistes, néoconservateurs chrétiens, extrémistes juifs, colons, occupation, libération, judéos-chrétiens, Musulmans, Juifs, néo-sionistes, néo-évangéliques, catholiques intégristes, OTAN, médiamensonges, Afghanistan, Iran, Palestiniens, Syrie, Liban, Arabes, humaniste, communautarismes, hitlérisme...



___________________________________________________________________________________________




 L'homme qui devait mourir pour les talibans

TEMOIGNAGE - Abed, un Pakistanais de 22 ans, avait été endoctriné par les talibans pour commettre un attentat suicide sur un poste frontière afghan. Estimant avoir été floué, il a raconté son odyssée à notre reporter dans sa prison près de Kaboul.


Avant de les rencontrer, Abed (emprisonné à Pulli Charkhi depuis quinze mois) n'avait jamais entendu parler des talibans. Cinq mois d'endoctrinement religieux et politique plus tard, le jeune Pakistanais était prêt à «sacrifier (sa) vie pour l'islam». (Crédits photo : Paul Assaker)


Lorsque le détenu Abed, condamné à une peine de réclusion de vingt ans, est amené dans le bureau du surveillant chef, au sein du bloc 7 de haute sécurité de la prison de Pulli Charkhi, son allure n'est pas différente de n'importe quel jeune homme du peuple qu'on rencontre dans les bourgades du Pendjab, province orientale du Pakistan. Visage caramel ourlé d'une barbe noire et coiffé d'un petit bonnet brodé, saroual-kamiz beige, sandales hors d'âge, Abed ressemble à tous ces pauvres travailleurs intermittents qui louent leurs bras à la petite semaine pour échapper au chômage. Il s'assoit calmement, refuse poliment de prendre un morceau de pastèque amenée par les gardiens et, dans ce bureau sommaire où flotte une légère odeur de fromage rance, il commence, dès notre première question, à raconter en dari son hallucinante mésaventure.

Né en 1987, fils aîné d'un Pendjabien parti travailler en Arabie saoudite, Abed quitte l'école dès l'âge de 11 ans. Avec ses quatre frères et ses deux sœurs, il vit à Multan, chez sa mère, femme au foyer nourrissant sa famille grâce aux mandats que lui envoie son mari. La plupart du temps il est au chômage, mais travaille un moment comme apprenti chez un boulanger. Son frère cadet se débrouille mieux, qui trouve un emploi fixe dans une fabrique artisanale de meubles. En 2007, un loueur de main-d'œuvre lui trouve un contrat à 150 roupies (3 dollars) par jour, pour travailler à Karachi, dans le quartier de Manzoor Colony, dans une PME qui fabrique des bonbonnes d'eau réfrigérée en plastique. Là, un certain Abdul Rafur, originaire comme lui de Multan, mais employé d'un niveau supérieur - il est peintre d'affiches publicitaires - se lie d'amitié avec lui. Comme Abed, Abdul Rafur n'est pas un musulman très strict : il ne se rend à la mosquée que pour le prêche du vendredi. À l'occasion des vacances de l'Aïd-el-Kébir, en décembre 2007, tous deux rentrent ensemble à Multan, pour célébrer en famille la grande fête musulmane. Le surlendemain, Abdul Rafur propose à son ami de l'emmener à ses frais visiter les magnifiques montagnes du Waziristan.

 

Le piège
de l'endoctrinement

 

À leur descente d'autocar à Wanna, Abdul Rafur et Abed se dirigent à pied vers le bazar, où le premier offre au second un somptueux dîner. Puis Abdul Rafur amène Abed «chez de vieux amis», où les deux jeunes hommes vont passer la nuit. Le séjour se prolonge ; les hôtes sont d'une amabilité parfaite ; Abed ne saisit pas tout de suite qu'il est tombé chez des talibans. Au demeurant, ne lisant jamais les journaux, il ne sait pratiquement rien sur eux. Ces charmants garçons de Wanna commencent à lui enseigner le Coran et les «hadiths» du Prophète. Cette formation plaît à Abed, qui aspire à devenir un bon musulman. Puis les talibans commencent à montrer à Abed des vidéos sanglantes, présentant les corps déchiquetés de femmes et d'enfants, «massacrés dans les villages par les bombes lâchées par les drones» des Américains, qualifiés de «grands ennemis de l'islam et des musulmans».

«J'ai tout de suite été choqué. J'ai senti quelque chose de très fort dans mon cœur. Comment ces Américains pouvaient-ils se permettre de tuer des femmes et des enfants qui ne leur avaient rien fait ?», poursuit Abed de sa voix douce, tout en refusant la cigarette que lui offre notre interprète.

À la fin de son premier mois à Wanna, Abed réalise qu'il ne voit plus son ami Abdul Rafur dans les parages. «Oh, il est parti il y a deux jours, lui expliquent ses nouveaux amis talibans, mais, toi, tu peux rester chez nous autant que tu voudras.»

Entrecoupées de prières et de repas délicieux, les séances d'endoctrinement religieux et politique se poursuivent. Un soir, Abed est présenté au mollah Nazir, 35 ans, grand chef taliban de Wanna, qui l'accueille avec chaleur, lui offrant immédiatement son amitié. Au bienveillant et pieux Nazir, qui ne se déplace jamais sans son colt à la ceinture et trois gardes du corps armés de kalachnikov, tout le monde s'adresse avec grand respect.

Lors d'une séance d'enseignement religieux, les talibans révèlent à Abed un «hadith» du Prophète dont il n'avait jusque-là jamais entendu parler : «Celui qui meurt en martyr dans la guerre sainte obtiendra, le jour du Jugement dernier, que Dieu fasse passer 70 membres de sa famille directement de l'enfer au paradis.»

Quelques semaines plus tard, un soir qu'Abed se trouve en tête-à-tête avec lui, invité à prendre le thé, il ose lui dire : «Cheikh Nazir, je suis profondément révulsé par ce que ces étrangers font aux musulmans. Comment pourrais-je participer à la guerre sainte que vous menez ?

- Mon cher Abed, je suis désolé, tu es jeune et sans expérience militaire, je ne peux me permettre de t'emmener au combat contre les infidèles avec mes hommes !

- Mais, cheikh Nazir, j'aimerais tellement me rendre utile, et avoir ma part dans votre djihad !

- Franchement, le seul moyen que je vois pour te faire participer à notre djihad est que tu te fasses exploser au milieu des soldats infidèles. Mais tu sais, tu n'es pas obligé d'accepter. Même chez nous, les héros sont rares. Quelle que soit ta décision, tu resteras toujours notre ami…

- Cheikh Nazir, ma décision est prise, je suis prêt à sacrifier ma vie pour l'islam !»

À partir de ce moment-là - le lavage de cerveau a duré en tout plus de cinq mois -, les choses vont aller très vite.

 

«Juste avant d'appuyer sur le bouton,
n'oublie pas de crier “Allah Akbar” !»

 

Un matin, Nazir arrive avec deux talibans, dont il ne donne pas les noms à Abed. Le mollah lui dit : «Ces deux hommes vont te conduire à ta cible, qui est un check-point ( dans son dari rustique, Abed utilise le mot anglais). Tous les soldats qui tiennent les check-points sont des infidèles. Tu feras exploser le camion qu'on te confiera au milieu d'eux. Prends cette grenade. Au cas où les détonateurs n'auraient pas fonctionné, sors du camion, mêle-toi aux soldats et fais-toi exploser. Surtout, ne te fais pas prendre vivant !»

Les deux talibans et Abed quittent aussitôt Wanna dans une vieille Datsun, direction plein ouest. Bientôt ils laissent les lacets montagneux de la route goudronnée pour un chemin de terre. Vers midi, ils s'arrêtent, pour faire ensemble ce qui devra être la dernière prière terrestre d'Abed. Ils repartent, franchissent la frontière internationale à un endroit non gardé et vide de toute présence humaine. Les voici dans la province afghane du Paktika, ayant laissé derrière eux la zone tribale pakistanaise du Waziristan. Mais Abed n'en sait rien.

La Datsun rejoint bientôt une route de bien meilleure qualité. Sur le bord, un vieux camion peinturluré et bâché les attend. Son chauffeur se met immédiatement à apprendre à Abed à le conduire : «Tu passes la seconde, et tu restes comme ça jusqu'au check-point. En conduisant, tu ne cesseras de chuchoter Allah Akbar» (Dieu est grand). Le nouveau taliban désigne à Abed quatre boutons répartis sur le tableau de bord. «Chacun est relié à un détonateur. Si le premier ne fonctionne pas, tu appuies sur le second, et ainsi de suite jusqu'au quatrième. Si l'explosion ne se fait toujours pas, voici un cinquième bouton. Tu le presses, il nous enverra un signal, et nous activerons immédiatement le détonateur à distance que nous avons installé comme dispositif de secours. Tu as bien compris ?»

Les trois talibans étreignent chaleureusement Abed. Alors qu'il grimpe dans la cabine, ils lui hurlent, couvrant le bruit du moteur, une dernière instruction : «Juste avant d'appuyer sur le bouton, n'oublie pas de crier très fort “Allah Akbar” !»

Au bout de quelques kilomètres, Abed distingue le check-point. Il doit ralentir car il y a des voitures qui y font la queue. C'est plein de militaires en uniforme.

«Je suis surpris. Ils ne sont pas blancs ! Je les entends se parler en pachtoune et en dari. Certains, à l'écart, ont retiré leur casque, pour faire leur prière sur un petit tapis. Il n'y a pas là un seul étranger. Je réalise soudain que je ne suis entouré que par des musulmans ! Il n'y a pas ici un seul infidèle ! Nazir m'a menti ! Je me sens floué. Je descends du camion, m'approche d'un officier de police et lui tends la grenade, que je n'ai pas dégoupillée.»

L'officier emmène Abed dans son bureau, qui lui raconte toute son histoire. Puis l'officier lui explique où il se trouve : au poste frontière afghan officiel de la bourgade d'Angora Ada, province du Paktika. Abed réalise qu'il a fait une boucle du nord au sud en territoire afghan, d'abord dans la Datsun, puis au volant du camion. L'officier invite Abed à dîner et à passer la nuit chez lui. Le lendemain, Abed est confié à un détachement de l'ANA (Armée nationale afghane), qui le conduit, pour interrogatoires, au bureau provincial des services de renseignements afghans. Ce n'est que quarante jours plus tard qu'Abed fera son entrée au bloc 7 de la prison de Pulli Charkhi, où il croupit maintenant depuis quinze mois.

Placé dans une cellule de quatre, en compagnie de trois détenus de droit commun, Abed passe ses journées à faire des petits travaux d'artisanat et à lire le Coran. Il ne manque jamais de faire ses cinq prières quotidiennes.

Lorsque nous lui demandons ce qu'il dirait au mollah Nazir et à son agent recruteur Abdul Rafur si, par extraordinaire, il les avait un jour en face de lui, Abed répond avec un sourire triste : «Je les regarderais droit dans les yeux et je ne leur dirais qu'une seule chose : au nom de Dieu, pourquoi, pourquoi, pourquoi avez-vous détruit ma vie ?»

http://www.lefigaro.fr/international/2009/08/20/01003-20090820ARTFIG00003-l-homme-qui-devait-mourir-pour-les-
talibans-.php?yahoo=1
 




 

Repost 0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 20:24

Votre classement dans le Top des blogs : 218ème/un million blogs over-blog

Question UKRAINE

J'étais en train de travailler, d'une oreille distraite il m'a semblé comprendre qu'au moment de la désintégration de l'URSS, l'Ukraine aurait gardé 1600 (têtes ? nucléaires), le quart des armes nucléaires de l'URSS, est-ce vrai ? Cela finirait-il dans l'escarcelle de l'OTAN ? Et quid de la Crimée où stationne la force navale russe ? Qui peut répondre ???? (émission Arte "1991 Le putsch de Moscou") Eva

Réponse donnée, merci:
Le sort des ogives nucléaires ukrainiennes fut la grande affaire du début des années 1990. Mais comme à l'époque le régime de Kravchouk était favorable à Moscou, ces ogives ont été restituées à la Russie. De toute façon en ce moment l'OTAN est moins intéressée par l'idée d'installer des missiles nucléaires aux portes de la Russie (puisqu'elle peut déjà l'atteindre à distance avec des missiles intercontinentaux) que des dispositifs d'interception des missiles adverses (comme le rada r polonais) qui réduiraient à néant la capacité de dissuasion des Russes puisqu'ils n'auraient plus de réplique possible à une première frappe américaine
http://atlasalternatif.over-blog.com/

otanss-copie-1.gif

L'OTAN: De la conquête de l'Arctique
à la Guerre permanente, nucléaire, totale.
Par Eva R-sistons à l'intolérable


En partant à la conquête de l'Arctique, comme déjà des terres, des mers, du Ciel, l'OTAN déclare la guerre à l'ensemble de l'humanité en faisant peser sur elle de redoutables menaces. Elle ne fait d'ailleurs pas mystère de prôner la guerre "préventive, nucléaire, permanente", même sans attaques, pour raison de convenance personnelle !!! Notre devoir est d'empêcher ces projets déments, mettant en péril la planète entière - de les neutraliser, par exemple au moyen d'une action en justice, comme celle que mène, victorieusement, Jane Burgermeister contre l'OMS, l'ONU et contre plusieurs hauts responsables du gouvernement et des entreprises pour bioterrorisme et pour tentative de meurtre de masse (pandémie).
 
Voici donc une manipulation de plus. L'OTAN est née en période de guerre froide, pour combattre l'influence du bloc communiste. Ce monde s'est écroulé, et l'OTAN est toujours là, hideuse verrue à la face du monde menaçant la planète toute entière pour servir les objectifs de la mafia internationale de la Haute Finance, hégémonique, sans scrupules. Oui, l'OTAN n'a plus de raison d'être, et pourtant elle est toujours là, s'inventant régulièrement de nouveaux ennemis, de pseudos-terroristes islamistes comme Bel Laden en réalité son allié objectif, ou de futurs ennemis, comme l'Iran, la Russie et la Chine qui ne menacent personne. La course aux armement en est le corollaire, au prix de sacrifices humains effroyables, des bases militaires surgissernt partout, des Etats souverains sont menacés (comme le Honduras, pour servir de base arrière au terrorisme otanesque), les peuples vivent dans l'angoisse, le feu aux poudres peut-être provoqué par une étincelle, une provocation envers la Russie via le Canada en Arctique, la Georgie dans le Caucase, l'Ukraine en Crimée, oui tout est fait pour induire la confrontation avec la Russie ! Le Vice-Président des USA est un adepte de Révolutions colorées, et comme Sarah Palin, de confrontation avec les Russes. 


OTAN-op-raions-milit-en-cours.jpg


Pourquoi cet acharnement contre la Russie, puis contre la Chine, en implantant de pseudos ONG sur le territoire russe aussitôt, bien évidemment, délogées, ou en tentant de morceller, via le Tibet par ex et le Dalaï-Lama financé par la CIA, la Chine, afin de réduire son territoire, et, partant, sa puissance ??? Parce que ces deux pays ne s'alignent pas sur la volonté hégémonique des Anglo-Saxons, parce qu'ils récusent le modèle du Nouvel Ordre Mondial qu'on tente d'imposer aux peuples bien peu démocratiquement, et parce que leurs territoires recèlent de grandes richesses dont la mafia criminelle de voleurs voudrait bien s'emparer en plaçant à leur tête des marionnettes obséquieuses, serviles. 

Notre ami Delorca, journaliste-écrivain spécialiste de géo-stratégie, publie un nouvel article sur la menace qui pèse en Arctique, et qui nous concerne tous (http://atlasalternatif.over-blog.com/article-35028698.html). L'étincelle peut venir de là comme de la Crimée - ou du Caucase. Une coalition hétéroclite de pays fait face à la Russie, cette Russie que le Gl de Gaulle, prophétiquement, souhaitait voir rattachée à l'Europe pour équilibrer la planète et servir la paix. Cette coalition comprend des pays anglo-saxons, comme le Canada, par exemple, et des pays européens, comme le Danemark, la Norvège, la Suède, et bien sûr les ex-pays de l'Est passés dans le camp occidental comme des papillons attirés par la Lumière. Une Lumière consumériste qui les brûlera bien sûr...

Et cette coalition est au service de l'OTAN, cette Organisation Terroriste Anti-Nations souveraines, nullement préoccupée de la démocratie, du sort des peuples, de la souveraineté des Nations - l'OTAN menée par une Amérique qui n'a pas hésité à bâtir son Empire en tuant les autochtones Indiens qui la gênaient, un peu comme les Israéliens qui ont occupé des terres "sans peuple pour un peuple sans terre", en sacrifiant les autochtones gênant leurs appétits de conquête: Même refrain ! Nous nous emparons de vos terres, au prix du génocide de ceux qui les occupent. En violation de toutes les règles internationales...

Et c'est toujours au mépris des peuples, du Droit, de la Civilisation, de la Vie, que les membres de l'OTAN continuent leur croisade au service de l'Oligarchie militaro-financière criminelle qui pollue la planète et terrorise les peuples. Les véritables terroristes, ce sont eux, eux qui sont prêts à déclencher toutes les guerres préventives et permanentes pour voler, piller, des ressources ne leur appartenant pas, pour asservir des régions entières à leur domination sans partage; Et tout cela, hypocritement, au nom de la Démocratie, une Démocratie imposée par la force, quel contre-sens, à des peuples qui aspirent juste à vivre en paix, en s'arrogeant TOUS les droits dans une impunité totale.   L'OTAN n'a aucune légitimité internationale, c'est une organisation qui bafoue le Droit, qui menace la paix, en osant hypocritement se prétendre au service de la paix alors qu'elle prépare partout des guerres, même nucléaires, contre des Etats n'attaquant et ne menaçant personne, dont le seul tort, parfaitement légitime, est de se protéger par la meilleure des dissuasions: nucléaire. Vous avez reconnu l'Iran, la Russie - ou même... la Corée du Nord !


OTAN-vue.jpg


Nous avons donc, pour résumer, une Organisation criminelle, l'OTAN, pratiquant le terrorisme d'Etat dans l'impunité la plus totale, au service de l'Occident impérialiste, hégémonique, donc d'intérêts uniquement financiers monopolisés par un petit nombre de familles, et cette mafia criminelle, sans aucun mandat du peuple, s'octroie tous les droits contre le Droit même, de décider des guerres, de s'emparer de territoires souverains, d'y placer des marionnettes, d'installer des dictatures mettant au pas les peuples (comme aujourd'hui au Honduras), de la manière la plus sauvage, brutale, quel que soit le coût humain et en violation des souverainetés et de toutes les règles établies, et en présentant toutes ces actions d'une façon totalement hypocrite: Au nom de la Démocratie, imposée à des peuples qui n'en veulent pas, qui souhaitent évoluer à leur rythme (en tenant compte de leur passé, de leur histoire, de leurs traditions), et au nom de la Paix, une paix construite par les guerres, ce qui est évidemment parfaitement antinomique.

On fait des guerres pour la paix ! C'est complètement saugrenu. Le ridicule ne tue pas !!! Et nous devons gober tous les mensonges de cette Organisation criminelle, anti-démocratique, comme ceux, par exemple, d'Israël, un des Etats les mieux équipés sur le plan nucléaire et qui nie honteusement, stupidement, détenir des armes nucléaires. Sans doute le plus gros mensonge de l'Histoire de l'humanité !!! Et qui deshonore, décrédibilise ceux qui les profèrent.... en assurant sans rougir que leur comportement est le plus éthique du monde !!! On croit rêver... De qui se moque-t-on ? Et il faut faire confiance aux Etats Occidentaux qui falsifient tout, manipulent en permanence, profèrent des mensonges éhontés ??? Les mensonges d'Israël n'ont finalement rien à envier à ceux de l'Amérique néoconservatrice puritaine qui prétend faire la chasse aux armes de destruction massive.. qu'elle détient elle-même d'une manière éhontée.
 



otan4pages.gif

Bref, l'OTAN est parti à la conquête de l'Arctique, après avoir encerclé la Russie notamment dans le Caucase ou en Crimée. La paix, et les peuples, sont menacés. Compte tenu de la sophistication croissante des armements, de la décision d'utiliser le nucléaire préventivement même contre des Etats ne menaçant personne, compte tenu du fait que l'OTAN est uniquement le bras armé de l'Occident (Anglo-Saxons et Israéliens grossis des Etats européens désormais vassalisés, privés de toute indépendance et à la remorque) au service d'intérêts financiers inavouables orchestrés par des individus privant l'humanité d'emplois et de revenus décents, et désormais des protections les plus élémentaires, on peut dire que l'OTAN constitue la principale menace pour la paix, pour les peuples, pour les nations souveraines, pour la démocratie, et même pour la survie de l'espèce humaine.

Il s'agit là d'une accusation légitime, basée sur des faits précis, et des projets connus de tous, non pas d'une accusation à la légère d'une quelconque extrémiste. Celle qui la pose (moi-même donc), n'est pas une extrémiste, mais une humaniste, soucieuse de l'intérêt bien compris des peuples, éprise de paix et de justice, une Gaullienne de gauche, attachée à l'indépendance des nations, à la souveraineté des Etats, à l'équilibre planétaire, au respect du Droit et des peuples, à la Justice, et par-dessus tout, au Bien le plus précieux: La paix. Toutes valeurs universelles ayant fait leurs preuves au cours des siècles quand elles ont été respectées, appliquées... Valeurs d'ailleurs elles-mêmes appuyées sur une éthique rigoureuse, sans faille, condition même de la construction d'une société harmonieuse et socle d'un avenir meilleur pour l'humanité.



OTAN-doit-lever-camp-diablo.jpg

Forte de ces certitudes, je prétends que le terrorisme le plus dangereux n'est pas le fruit de groupes isolés, fanatiques, islamistes (reste à démontrer d'ailleurs quelle est la part de l'Occident dans toutes les provocations lors des attentats), mais bien celui d'Etats sans foi ni loi, au service de la mafia militaro-financière,  bref d'abord de l'OTAN, mais également d'organismes comme l'OMS préparant lui aussi un génocide planétaire, ou d'Institutions comme l'OMC tuant le commerce et la petite entreprise, ou pire encore, de la BM et du FMI, qui ont prouvé avec les pseudos socialistes à leur tête comme Strauss-Kahn ou Lamy, qu'ils pouvaient mettre en coupe réglée des Etats entiers, les piller, les asservir, les ruiner, comme en Argentine. Ce terrorisme d'Etat est un des cancers de la planète, et doit être pleinement dénoncé. Il méprise le Droit, les Etats, les peuples, la vie humaine, et même Dieu, qu'il invoque pourtant si souvent pour justifier ses pires exactions.

Trop de parasites vivent aux dépens de l'humanité, provoquant crises ou pandémies à volonté, sans tenir compte des souffrances provoquées partout sur la planète, en usurpant toutes les règles et en mentant effrontément sur leurs buts véritables, mensonges relayés par des journaleux sans scrupules, laquais du Grand Désordre Planétaire toujours plus inique, source de drames effroyables aux quatre coins de la planète.

C'est pourquoi je déclare solennellement que l'OTAN est l'ennemie des peuples, du Droit, de la Paix, qu'elle menace l'humanité et le devenir humain, c'est une Organisation terroriste qui doit être poursuivie telle qu'elle est réellement, c'est à dire en tant qu'Organisation cirminelle, menaçant la paix dans le monde, les nations souveraines, les peuples, et même la vie sur terre. De même qu'il existe des Juges Anti-Corruption pour s'attaquer aux Mafias qui gangrènent le monde, je fais appel à une Eva Joly ou à un Eric de Montgolfier pour oser - au nom des peuples trompés, spoliés, abusés, meurtis, menacés -, attaquer l'Organisation Criminelle de l'OTAN, ses promoteurs félons, devant un Tribunal des Peuples, avant qu'ils n'aient achevé de faire de notre planète un enfer sans fin et total.


Nous avons des armes, celles du Droit. De même que des citoyens ont entrepris des actions en Justice dans le cadre de la nouvelle pandémie, il faut maintenant passer à la vitesse supérieure et mettre en cause l'OTAN, qui n'a plus de raison d'être sinon, comme cette Organisation le dit cyniquement sans qu'apparemment personne ne s'en émeuve, d'entreprendre des guerres préventives, permanentes et nucléaires (contre des Etats ne menaçant personne sinon le désir d'hégémonie et de prédation de psychopathes cupides). 

Une action en Justice contre ces assassins de l'humanité qui n'ont que trop sévi sur la planète ? Je suis partante.....

Eva R-sistons à l'intolérable du terrorisme d'Etat militaro-financier, nucléaire, eugénique, monstrueux.   

 
TAGS : OTAN, OMS, OMC, BM, FMI, Strauss-Kahn, Lamy, Argentine, Crimée, Caucase, Arctique, Russie, Chine, Iran, Israël, Eva Joly, Eric de Montgolfier, Juges Anti-corruption, Mafia, Gaullien, de Gaulle, terrorisme d'Etat, Paix, Démocratie, nucléaire, Corée du Nord, Nouvel Ordre Mondial, CIA, Tibet, Dalaï-Lama, Europe, civilisation, Norvège, Suède, Danemark, Ben Laden, Islamistes, eugénique, Révolutions colorées, Sarah Palin, Delorca, Honduras, Jane Burgermeister, bioterrorisme, meurtre de masse....
 




no-nato.jpg




_____________________________________________________________________________________________




L' OTAN à la conquête de l'Arctique


stbasile_spasskayatower_red_square_mosco 


L'establishment canadien
a récemment haussé le ton contre la Russie. Le 1er août, le ministre de la Défense Peter MacKay a été paraphrasé comme "avertissant la Russie que les chasseurs Canuck décolleront pour accueillir tout appareil non autorisé". Pourtant aucun avion russe n'a récemment violé l'espace aérien canadien. Ces déclarations s'inscrivent dans le cadre d'un regain d'activité de l'OTAN dans la zone. La Norvège a récemment déménagé son quartier général de commandement opérationnel dans le Cercle Arctique et le Danemark a annoncé des plans visant à établir un Commandement Arctique tous services, une force de réaction arctique et un renforcement militaire à la base aérienne de Thulé au Groenland, à partager avec ses alliés de l'OTAN. La Grande-Bretagne, la Finlande et la Suède s'impliquent elles aussi de plus en plus. L'année dernière la Norvège a acheté 48 chasseurs Lockheed F-35 "en raison de leur aptitude à des  patrouilles dans l'Arctique. En mars, ce pays a effectué un très important exercice de pratique militaire de l'Arctique impliquant 7 000 soldats de 13 pays dans lequel un pays fictif appelé Northland s'est emparé des plateformes pétrolières offshore.

Les 28- 29 janvier derniers le secrétaire général de l'OTAN avait annoncé la couleur : “ Le Grand Nord va nécessiter encore plus d'attention de la part de l'Alliance dans les années à venir." Comme la calotte glaciaire diminue, la possibilité augmente d'extraction des richesses  en minéraux et des gisements énergétiques du Grand Nord.
“ A notre sommet de Bucarest de l'an dernier, nous avons convenu de quelques principes directeurs pour le rôle de l'OTAN dans la sécurité de l'énergie....", rapporte le Directeur de « Stop NATO international » Rick Rozoff. (La zne arctique recèlerait
un quart des ressources pétrolières mondiales).

L'implication de l'OTAN dans le cercle polaire ne va pas sans rivalité entre ses membres, les USA s'arrogeant notamment une exclusivité d'accès à l'Arctique par le détroit de Béring au détriment d'une partie des eaux territoriales canadiennes;

Le lieutenant général Dana Atkins, commandant de l' US Air Force,  a souligné mi-juillet que "l'Arctique deviendra de plus en plus important stratégiquement  dans l'avenir, non seulement en raison de la valeur estimée à des trillions de dollars de pétrole et de gaz naturel inexploités sous sa surface, mais aussi en raison des occasions croissantes pour des expéditions maritimes dans la zone, " ce qui pourrait permettre  "à un navire de voyager  de l'Asie à l'Europe pour diminuer de moitié ses frais en passant par cet itinéraire plutôt que via le canal de Panama". Au même moment le Pentagone a tenu ses manœuvres de guerre Northern Edge  [[(bordure nordique ]] en Alaska, situé entre la Russie et le Canada et à l'intérieur d'une bonne partie du Cercle Arctique, "avec plus de 9 000 soldats, des navires et des avions de guerre. L'Air Force, la Navy, l'Armée, le Corps des Marines et le personnel de la Garde Côtière y ont pris part avec des avions en combat aérien simulé.

La Russie, qui est la seule nation dans le monde à avoir une triade nucléaire - bombardiers stratégiques, missiles balistiques terrestres à longue portée et missiles balistiques lancés par sous-marins - capables de se défendre contre une première attaque nucléaire venant des États-Unis et leurs alliés, a répliqué en organisant des exercices à grande échelle de sous-marins nucléaires sous la calotte glacière arctique, exercices qui comprenaient " le déploiement de plusieurs sous-marins nucléaires d'attaque ... dans la zone de lancement pour assurer la sécurité à … deux  sous-marins stratégiques" lançant des missiles balistiques et qui ont aidé ces derniers à  éviter d'être détectés par les défenses US. Les  Etats-Unis et leur alliés s'efforcent d'anéantir cette dernière possibilité de défense russe en déployant des missiles intercepteurs et des bases de radar en République tchèque, en Pologne, en Norvège, en Grande-Bretagne, en Alaska (y compris les îles Aléoutiennes), au Japon, en Australie et partout ailleurs où cela pourrait rendre inutiles la dissuasion nucléaire et les capacités de représailles russes - et chinoises - et par conséquent préparer le terrain pour le lancement d'une première frappe nucléaire qui serait lancée avec une impunité présumée.

Comme l'explique Rick Rozoff "Le Cercle arctique est l'endroit où la Russie est en train de concentrer sa dernière ligne de défense contre une telle menace. Si les États-Unis et l'OTAN, utilisant le Canada comme leur avant-garde, affrontent et expulsent la Russie de l'Arctique, la possibilité d'un chantage nucléaire et d'attaques non-provoquées augmente de façon exponentielle." Rozoff soupçonne le vice-président d'Obama, John Biden, un fervent partisan des "révolutions colorées" à l'Est, d'être un adepte des thèses de l'ancien conseiller de Carter et Clinton Zbigniew Brzezinski qui souhaitait faire éclater la Russie. Dans ce dispositif, le Canada pourrait jouer un rôle analogue à celui de la Géorgie dans le Caucase : celui de l'agent provocateur "victime" de la réaction d'autodéfense russe que l'on pourrait ainsi instrumentaliser pour évincer la Russie de l'Arctique.

F. Delorca

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-35028698.html




Aux quatre points cardinaux: le Canada mène les affrontements de l'OTAN avec la Russie dans le Nord
- par Rick Rozoff - 2009-08-08
Le 1er août, le ministre de la Défense Peter MacKay a été paraphrasé comme "avertissant la Russie que les chasseurs Canuck décolleront pour accueillir tout appareil non autorisé"...
http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14702




Le coup d'État au Honduras : un autre épisode des guerres impériales en Amérique latine
- par Jules Dufour - 2009-07-27
Le coup d’État s’avère une fois de plus la manifestation de l’intervention des forces impérialistes qui ne peuvent tolérer qu’un gouvernement national soit au service d’un peuple.
http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14547



Plus de cinquante ans de « coups tordus »:
L’équipe de choc de la CIA  23 juin 2009
http://www.legrandsoir.info/Plus-de-cinquante-ans-de-coups-tordus-L-equipe-de-choc-de-la.html


monde-tenu-en-mains.png

Empire, bases et accumulation par dépossession


Quand George W. Bush a décidé de rétablir la Quatrième Flotte, la décision était une perle de plus dans le long collier d'actions militaristes qui ont caractérisé son administration. Maintenant que Barack Obama s'apprête à déployer les forces du Commando Sud dans sept bases militaires colombiennes, il est possible que certains se sentent trahis par les bonnes manières avec lesquelles il a habillé ses premiers mois à la Maison Blanche. Plus difficile est d'assumer une continuité entre les deux administrations, et qu'elle ne découle pas d'une méchanceté intrinsèque des présidents.


Tant le Plan Colombia que les négociations pour l'utilisation des sept bases, ce sont des décisions qui se prennent entre petits groupes de « spécialistes » et quand tout est bien décidé on le soumet à un vote parlementaire qui fait difficilement autre chose qu'avaliser des décisions déjà prises. Ce fonctionnement est au cœur des démocraties actuelles.


La diplomatie brésilienne, consciente que le déploiement du Commando Sud va contre l'hégémonie du Brésil en Amérique du Sud, a formulé une question inconfortable. Si le président Álvaro Uribe assure que les FARC sont très mal en point et sur le point d'être anihilées : comment justifier l'augmentation de la présence militaire étasunienne ? Il n'y a pas de réponse parce que l'objectif ne sont pas les FARC ni le trafic de stupéfiants, mais l'intensification du contrôle du continent et des routes qui von vers l'Afrique, comme cela est exposé sans détours dans le rapport de la force aérienne Global EnRoute Strategy 2009.

En Amérique Latine et en Afrique une concurrence féroce existe pour l'appropriation de biens communs : eau, biodiversité, minerais, combustibles fossiles, et monocultures pour des biocombustibles. La région andine représente 25 % du pétrole que les États-Unis consomment et l'Amazonie contient une grande partie des richesses qui, si on se les approprie, pourraient rallonger la vie de l'empire étasunien affaibli. L'offre récente du groupement pétrolier étatique chinois pour 84 % de Repsol YPF montre que la lutte pour les énergies est sans mercie en Amérique du Sud. La région andine, remplies de sites d'exploitations miniers canadiens et étasuniens, est un espace décisif pour la consolidation des multinationales minières à la recherche d'or et de métaux stratégiques.


La deuxième question est liée au fait de mettre un bâton dans les roues des pays de l'Unasur et de la Chine, de la Russie et de l'Iran. Mais d'une manière très particulière entre le Brésil et la Chine qui soutiennent une alliance stratégique depuis 1990, voire même avant l'arrivée de Lula. « Il y a environ 20 ans, la Chine était le douzième associé de l'Amérique Latine, avec un volume commercial dépassant à peine 8 milliards de dollars, mais dès 2007 elle a occupé la deuxième position, multipliant par 13 ce montant, qui maintenant dépasse 100 milliards de dollars », remarque le Quotidien du Peuple (11/8/09). Cette année la Chine est devenue le premier associé commercial du Brésil, dépassant les États-Unis. De plus elle a renforcé ses liens commerciaux avec le Venezuela, l'Argentine et l'Équateur.


Contrôler les réseaux par lesquels circule cet ensemble de marchandises est un objectif non avoué du nouveau déploiement militaire du Commando Sud. En vue du discours de la Maison Blanche et du gouvernement d'Uribe, selon lequel il n'y aura pas de bases militaires des États-Unis sur le sol colombien, mais « seulement » l'utilisation d'installations, il faut rappeler que le concept de base militaire de la guerre froide n'est déjà plus opérant. Les énormes concentrations humaines et d'appareils, fixes et immobiles, sont tombées en désuétude avec les nouvelles technologies, mais surtout à cause des objectifs tracés par le Pentagone, consistants dans le contrôle à distance et la dissuasion, laissant l'intervention directe pour des cas exceptionnels. Cela passe par cultiver de bonnes relations avec les gouvernements qui leur permettent un accès rapide et facile aux installations pour déployer des bataillons en quelques heures.


En troisième lieu, il faut distinguer des changements dans le fonctionnement du système capitaliste au cours des trois dernières décennies, qui octroient la primauté au capital financier. Vers le milieu de la décennie des années 70 s'est produit un changement qui fut une réponse à l'offensive des « classes dangereuses » pour la domination du capital. Après avoir fait muer le capital productif vers le capital financier, le système abandonne la production de masse - comme axe d'accumulation - pour l'accumulation par dépossession, un terme trouvé par le géographe David Harvey. De cette façon la forme principale d'accumulation a certaines ressemblances avec l'accumulation originelle que Marx étudiait à l'aube du capitalisme.


En bonne littérature cela signifie : vole, dépouille, appropriation. Cela va de la main de l'abandon des États-providence, la plus grande tentative pour intégrer et contrôler ceux d'en bas essayée par le système. De la même façon, et par les mêmes raisons, la démocratie libérale perd de l'intérêt, puisqu'elle n'assure plus, sans état-providence, que ceux d'en bas ne se rebellent pas. Crise des mécanismes d'intégration, crise des partis et des syndicats, crise de la démocratie, qui est, désormais, à peine un régime électoral pour octroyer une certaine légitimité à ceux qui gouvernent.

En Amérique du Sud, deux projets cherchent à redessiner le continent d'en haut : contrôle rigoureux de ceux d'en bas et appropriation des biens communs. Ce sont deux visages du même projet de prolongation indéfinie de la domination impériale. Pour cela les bases militaires se multiplient et on cherche à transformer la Colombie en plate-forme principale de la domination sans hégémonie. Sortir de cet état de choses est indispensable et urgent parce que se trouve en jeu la survie des nos peuples. Il est nécessaire d'approfondir l'intégration régionale et d'éviter que continue l'installation de bases. Mais il faut aussi casser la logique de l'accumulation par dépossession, quelque chose que sur notre continent seule Cuba a été capable de réaliser.


Article original en espagnol, Imperio, bases y acumulación por deposesión, La jornada, le 14 août 2009.

Traduit de l'espagnol pour El Correo par  : Estelle et Carlos Debiasi


Raúl Zibechi est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  Articles de Raúl Zibechi publiés par Mondialisation.ca


http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14793



  Un an après l’agression géorgienne
- par Sergueï V. Lavrov - 2009-08-12 http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14749

  La Russie pare à la poussée des États-Unis en Asie Centrale
- par M K Bhadrakumar - 2009-08-11 http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14731



Le déploiement des bases militaires des Etats-Unis en Colombie


__________________________________________________________________________________________



Amazonie-wikipedia-vue-a-rienne-foret.pnWikipedia.org

L'Impérialisme en Amazonie:

 

Depuis deux mois, l'Association interethnique de la Jungle péruvienne (AIDESEP) organise des protestations et blocus ponctuels de routes, oléoducs ou fleuves dans le nord-est amazonien du pays. Elle rejette des décrets-lois de 2007-08 du gouvernement qui permettent l'exploitation sauvage des ressources hydriques, forestières et minières.

Cette association dit représenter 65 groupes ethniques, réparties en 1300 communautés, soit 600 000 personnes.

Le 6 juin, le président social-démocrate défenseur du néo-libéralisme Alan Garcia a mené une sanglante répression au point de blocage de La Bragua.  Le ministre de la Défense Antero Flores Araoz avait 7 juin confirmé à l'AFP un bilan de 23 policiers et 11 indigènes tués, alourdi depuis d'un décès policier. Des sources indigènes ont fait état avec insistance depuis samedi d'un bilan bien plus lourd, notamment de victimes indiennes allant d'une douzaine à près de 30, mais de corps escamotés.

La veille les Indiens révoltés qui craignent d'être dépossédés de leurs terres avaient pris trente-huit policiers en otage.

Le Premier ministre péruvien Alan Yehude Simon devant une commission parlementaire s'en est pris lundi aux médias étrangers, accusés d'avoir déformé les faits, les chiffres, et indûment blâmé le gouvernement.  Le gouvernemnt péruvien, de plus en plus cripé, a aussi mis en cause le Venezuela et la Bolivie. Le chef de l'AIDESEP Alberto Pizango a demandé et obtenu l'asile politique à l'ambassade du Nicaragua. Mais ses suppléants Walter Kateguiri et Daisy Zapata ont annoncé une poursuite de la lutte.

La Coordinadora Andina de las Organizaciones Indígenas (CAOI) qui représente les Amérindiens des pays andins a annoncé sin intentition de traduire Alan Garcia devant la justice internationale.  Position soutenue en Espagne par Izquieda unida.

Première victoire pour l'AIDESEP, le Parlement du Pérou a suspendu mercredi le Décret 1090 dit "Loi forestière et de faune sylvestre", et un autre décret lié pour favoriser la reprise du dialogue.


http://atlasalternatif.over-blog.com/article-32556810.html

 

 

Autre point chaud, à surveiller, le Liban :


liban.jpg

Parti Communiste libanais


Section des relations internationales

Mercredi 12 août 2009

 

La situation politique au Liban et dans la région arabe a connu des développements très dangereux sur tous les plans, à la suite de la visite du président étasunien Barak Obama et du discours qu’il avait prononcé au Caire (juin 2009).

I. Sur le plan du conflit arabo-israélien

En effet, l’activité, tant politique que militaire, déployée depuis un mois par les Etats-Unis dans la région arabe montre que la nouvelle administration dirigée par Barak Obama a, non seulement, renforcé ses liens avec Israël qu’elle qualifie désormais d’Etat «des Juifs dans le monde», mais aussi que Washington fait fi des droits du peuple palestinien, en premier lieu du droit au retour de centaines de milliers de réfugiés. Et cette situation ne manquera pas d’avoir des répercussions très graves sur tout le monde arabe, surtout si nous considérons la poursuite de la politique de colonisation des terres palestiniennes en Cisjordanie, les nombreuses déclarations des membres du gouvernement Netanyahu sur la nécessité de recourir, une fois de plus, à la politique de « transfert », y compris des Palestiniens vivant dans les territoires dits « de 1948 »… Sans oublier les tentatives de supprimer la présence palestinienne dans la partie Est d’Al Qods, où plus d’un millier de familles sont actuellement menacées. Tout cela nous conduit à dire que le discours étasunien sur la création d’un Etat palestinien signifie, en réalité, la préservation de l’état de fait existant depuis 1993, à la suite des Accords d’Oslo.

Il faudra ajouter que les Etats-Unis et Israël profitent des divisions palestino palestiniennes et, surtout, des concessions avancées par le dernier gouvernement formé par Mahmoud Abbas pour poursuivre son plan et refuser de discuter du point concernant le droit au retour.

D’ailleurs, au moment où la diplomatie étasunienne met fin à l’initiative arabe, qui fut présentée par le roi saoudien, il y a quelques années,  et tandis qu’elle insiste sur la priorité de normaliser les relations arabo-israéliennes « sans poser de conditions préalables », la Ligue arabe fait la sourde oreille à propos des déclarations de certains de ses membres sur l’ouverture des airs devant les avions israéliens ou, encore, sur le passage des navires de guerre et des sous-marins israéliens dans le Canal de Suez et la possibilité d’établir des relations diplomatiques entre les Emirats Arabes Unis et Israël. Ce qui montre que ceux qu’on appelle les « Arabes modérés » poursuivent leur obéissance aux directives de Washington, y compris celles visant à faciliter une possible agression israélienne contre les installations nucléaires iraniennes, si les pourparlers entre les Etats-Unis et l’Iran n’aboutissent pas en ce qui concerne les problèmes de l’Irak et de l’Afghanistan…

II. Sur le plan du conflit israélo-libanais

Le gouvernement israélien, dirigé par le tandem Netanyahu-Lieberman, se base, dans les nouvelles menaces lancées contre le Liban, sur ces positions arabes, ainsi que sur celle présentée, dernièrement, par les Etats-Unis au Conseil de sécurité à propos de la transformation de la zone libanaise au Sud du fleuve Litani  (zone concernée par la résolution 1701, à la suite de l’agression de 2006) en une zone d’opérations de « Forces multinationales » (de l’OTAN ?) qui viendraient relayer la présence de la FINUL (Forces Intérimaires des Nations Unies au Liban). Il va même jusqu’à parler d’une opération terrestre allant jusqu’à la ville de Saïda et d’un plan de destruction de toute l’infrastructure libanaise au cas où le Hezbollah est représenté dans le nouveau gouvernement, parce que cette présence constitue, d’après Tel Aviv, « un danger » politique et militaire sur ses frontières.

Il faut dire que ces menaces sont lancées au moment où l’armée de l’air israélienne continue ses violations quotidiennes contre le Liban et qu’elle se prépare à participer, à la fin du mois d’août 2009, aux plus grandes manœuvres aériennes jamais organisées par l’OTAN. Fait qui remet en mémoire l’agression israélienne de 2006, préparée, longtemps à l’avance, dans les bases étasuniennes de la Méditerranée, mais aussi celle perpétrée par Ariel Sharon en 1982 et qui eut pour prétexte une attaque armée contre l’ambassadeur d’Israël à Londres ; surtout que le Mossad commence à parler d’une coordination entre l’Iran (et, donc, le Hezbollah) et le Venezuela dans le but de porter un coup aux intérêts israéliens en Amérique latine. Ce qui nous amène à nous demander sur la présence d’une relation tangible entre le putsch au Honduras, l’accord signé avec l’Equateur et les nouvelles déclarations contre le Venezuela et le Liban : les Etats-Unis préparent-ils un nouveau plan contre les points de résistance qui s’opposent à son hégémonie et à sa mainmise sur les sources de pétrole?

La réponse est affirmative. Washington vient de commencer une contre-offensive contre ceux qui avaient mis en échec son projet du « Nouveau Moyen-Orient » et d’une Amérique latine docile ; il veut contrer la nouvelle poussée à gauche sur ses frontières directes, mais aussi contre son allié principal au Moyen Orient. Mais réussira-t-il là où il avait échoué lamentablement ?

III. Sur le plan intérieur libanais

Cette situation de crise en général a empêché la formation d’un nouveau gouvernement libanais, malgré des tentatives datant de plus de sept semaines et, surtout, des rumeurs sur une entente syro-saoudienne basée sur une tutelle équilibrée entre les deux Etats et soutenue par les Etats-Unis, l’Union européenne et l’Iran.

Il faut dire aussi que la formule agréée par l’entente syro-saoudienne, et consistant à donner au président de la République libanaise la possibilité de jouer à l’arbitre entre la majorité (71 députés) et l’opposition (57 députés), a reçu un coup dur à cause des changements dans l’équilibre des forces survenus et exprimés par les propos du président du Parti Socialiste libanais, Walid Joumblatt, sur la nécessité de mettre fin au dualisme «8 mars »-« 14 mars », de redessiner un nouveau paysage politique, avec un courant centriste et de retourner à une alliance entre les forces musulmanes, afin « d’éviter » au pays un nouvelle guerre sunnite-chiite.

Ce cercle vicieux se répercute sur toute la situation politique libanaise, tant par le retour aux campagnes médiatiques virulentes que par les différends entre les « amis » d’hier sur la répartition du gâteau gouvernemental et, même, sur les ministrables. De plus, la tension contre les Palestiniens s’est réinstallée dans certains milieux déjà hostiles et qui trouvent de nouveaux atouts, tant dans le refus d’Israël de permettre aux réfugiés palestiniens de retourner dans leur pays que dans les armes palestiniennes à l’extérieur des camps et, surtout, dans les cellules et les réseaux « fondamentalistes » arabes qui élaborent au sein des camps palestiniens leurs attaques contre la FINUL et les Libanais aussi.

IV. Sur le plan de la situation économique et sociale

Il faut dire que les nouveaux plans étasuniens et israéliens n’ont pas des répercussions sur la seule situation politique, mais aussi sur les plans économique et social, surtout si nous prenons en considération la crise mondiale du capitalisme qui va s’envenimant. Et, si les forces de la bourgeoisie libanaise, présentes au pouvoir ou non, se battent entre elles afin d’améliorer leurs parts au pouvoir, elles s’unissent dès qu’il s’agit de défendre leur régime et contrecarrer les aspirations et les intérêts des masses populaires.

•Ainsi, la dette publique continue à grossir, dépassant le cap des 50 milliards de dollars ; cette dette est décrite dans le rapport du Fonds monétaire international comme étant « une des dettes gouvernementales les plus élevées dans le monde, surtout par rapport au PIB et en raison de la « dollarisation » à outrance dans le système bancaire (…). Et, avec la chute de la Banque étasunienne d’investissement (Liman Brothers), le Liban a paru, tel un livre scolaire ouvert, comme un des buts de la crise des marchés financiers ».

•Le gouvernement sortant n’a rien fait et ne fait rien à propos de la fuite des capitaux, ni à propos de la baisse des investissements (plus de 8%).

•Les prix enregistrent des hausses dangereuses tandis que la livre libanaise recule et que le déficit budgétaire va augmentant.

•Les jeunes cadres sont dans un désarroi complet : pas de débouchées pour eux ; ils tentent d’émigrer vers des horizons lointains, à la suite de la fermeture des portes du Golfe arabique devant des dizaines de milliers d’entre eux.

•Les taxes, surtout celles sur les carburants, augmentent selon une bourse hebdomadaire : elles constituent presque 50% du prix de l’essence.

•La  crise dans le secteur de l’électricité s’aggrave et les coupures du courant deviennent plus fréquentes, surtout dans les campagnes.

A partir de cette situation de fait, mais aussi des résultats des élections législatives, qu’il a longuement étudiés, le Parti Communiste libanais trouve que le dernier semestre de l’année en cours va connaître des développements négatifs sur tous les plans et qu’il est nécessaire de prévoir des solutions rapides, afin de diminuer, autant que possible, les répercussions dangereuses de ces développements, tant sur l’économie que sur la vie des masses.

Le PCL, tout en affirmant la nécessité de sauvegarder et de développer la Résistance patriotique contre les possibilités d’une nouvelle agression israélienne et les nouveaux projets étasuniens visant à liquider la cause palestinienne et le conflit arabo-israélien contre les intérêts des peuples arabes, trouve que la mission essentielle réside, aujourd’hui, dans le renouveau des forces de la Gauche et des forces démocratiques sur la base d’un plan national et de classe pouvant mobiliser les masses et les forces syndicales dans la lutte contre le nouveau projet étasunien. Ce renouveau est le seul capable de trouver les solutions adéquates aux problèmes nationaux (en premier lieu la solution du problème palestinien et le droit au retour des réfugiés). Enfin, il est le seul capable de mettre au point les assises d’un nouvel Etat libanais laïc et démocratique dans lequel la corruption n’a pas droit de cité et où l’économie se basera sur les seuls secteurs productifs (l’agriculture et l’industrie). 

                                                              

Bulletin préparé par la section des relations internationales du Parti Communiste Libanais 
source : palestine-solidarite.org



http://eldiablo.over-blog.org/article-34997247.html


 ___________________________________________________________________________________________





(Blog Chiron)

________________________________________________________________________________________


liste complète  (blog F. Delorca)


_______________________________________________________________________________________




 2wfigjs.jpg

Kouchner échange Clotilde contre un sac de blé....
http://laplote.over-blog.fr/article-35010537.html




Sur le blog Nouvelles de Gaza:

liste complète

__________________________________________________________________________________________



iran-canal-carte.jpg

Iran: Fureur impériale...



Les Iraniens viennent d’élire leur président. Malheureusement, ils ont mal voté…

 

Mais, qu’est-ce qu’ils ont dans la région ?… A moins de leur taper dessus, ils votent tous mal !... Pourtant, nous n’avons pas arrêté de les inciter à voter pour les candidats qui représentent nos intérêts chez eux. Pas moyen. Ils n’écoutent pas.

 

Vérification, encore une fois, de ce que nous n’arrêtons pas d’affirmer : “ils ne comprennent que la force”. Cogner est la seule solution pour leur faire entendre ce qu’est une véritable démocratie : voter pour ceux que nous souhaitons, nous, les occidentaux.

 

A l’exemple de l’Irak, de l’Afghanistan, ou de Gaza, et d’ailleurs. Du Mexique à Taïwan, du Nicaragua au Gabon, de l’Argentine à l’Egypte. Bref, partout, où nous utilisons drones, obus au phosphore, à l’uranium “appauvri”, ou nos escadrons de la mort, “experts es-tortures”, “chasseurs d’opposants”, formés dans nos écoles des “forces spéciales”.

 

Le droit des peuples à décider de leur destin ?... Bien sûr. C’est exécuter d’abord ce que nous dictons. Parce que “nous”, nous sommes porteurs de civilisation, les autres peuples doivent nous écouter. Les Iraniens, tout comme les Vénézuéliens ou les Palestiniens, doivent obéir à nos consignes de vote.

 

Tant pis pour eux, ils ont été prévenus.

 

La main tendue ou le bâton. En clair : “tu t’écrases, ou tu as mon poing dans la gueule”. On va être obligé de leur faire le coup de Gaza. Quelques bonnes séances de bombardement. Cela va crier un peu dans les chaumières, chez nous (chez eux, on s’en fiche…), mais ils verront ce que parler veut dire. Si nous ne nous faisons pas respecter, où va-t-on ?...

 

A moins qu’entre-temps, ils n’arrivent à renverser leur président… suite ici :


http://stanechy.over-blog.com/article-32857273.html


massoud.jpg

Sans détour,  Infos FR3, interview Cdt  WARDAK Amin - Afghanistan: Des paroles sages. L'ombre de Massoud

"Nous aider ? C'est arrêter l'ingérence.
Il y a 2 Dictateurs: Karzai (les Alliés), et les talibans.
Nous devons décider nous-mêmes de notre futur.
Pas de marionnettes imposées par l'Etranger.
La Coalition doit se retirer. Pas d'ingérence en Afghanistan".



worldwarw.jpg 
Alors, guerre mondiale ou pas ?
L'opinion d'un de mes Lecteurs:


Il y a plus de 20 ans, les illuminati avaient programmé

la troisième guerre mondiale pour 1989.

Mais ils n'étaient pas tous d'accord.

Une partie des illuminati y était opposée.

Dans l'impossibilité de se mettre d'accord

pour ce projet, ils décidèrent d'agir autrement.

C'est pourquoi la troisième guerre mondiale

n'aura pas lieu. La guerre nucléaire non plus.

Nous voyons depuis plus de 20 ans leurs méthodes.

Mais ILS subissent de nombreux échecs.

Si l'Iran n'a pas été attaqué comme prévu,

c'est parce que la haute hiérarchie militaire s'y est opposée.

C'est la première fois que le commandement militaire

d'un pays aussi puissant que les USA, refuse d'obéir.

Les illuminati ont des adversaires dans les hautes sphères

des centres de décision.

Heureusement !

 


En propageant la menace d'une prochaine guerre mondiale,
vous faites le jeu des Manipulateurs qui cherchent à paralyser
les Peupl

es pour éviter toute insurrection libératrice qui ferait
échouer leur plan de domination mondiale.
Les Manipulateurs ont choisi d'autres méthodes :
- le Cheval de Troie. C'est ce qui s'est passé au Honduras,
- Fomenter des troubles, types révolutions colorées,
- La corruption est toujours ulitisée,
- Financer les opposants,
- Assassiner les dirigeants encombrants,
Si cela ne suffit pas :
- Attentats sous fausse banière,
- Guerres localisés.
Les manipulateurs ont donc toute une panoplie
de méthodes pour atteindre leur but.
La plus efficace sera l'effondrement de l'économie mondiale.
Les pays ruinés et les Peuples affamés seront alors si faibles
qu'ils accepteront les conditions des illiminati :
se soumettre ou disparaître.
Seules des insurrections nationales peuvent les faire échouer.
Quelques Peuples d'Amérique Latine ont eu le courage
et la volonté de l'insurrection et ils ont chassé l'oppresseur.
Ces Peuples nous donnent l'exemple à suivre.
Qu'attendons-nous pour en faire autant ?


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5517



La mienne:

Si nous échappons à la guerre mondiale,
ce sera grâce aux Russes, dont la dissuasion nucléaire
doit faire réfléchir plus d'un va-t-en guerre.

http://sos-crise.over-blog.com/article-34850939.html 
(sur mon blog sos-crise)




vaccin-poison-panneau.jpg

Vaccin, ou arme de destruction massive ???


Objet : Première victoire en Belgique

18 août 2009 > Communiqué de presse de SOS JUSTICE:
Une première victoire des actions pénales

"Nous avons réussi tous ensemble à déjà faire reculer le Gouvernement Belge sur deux décisions que ce pays s'apprêtait à prendre pour la rentrée, à savoir celles de l'obligation vaccinale, et du vote d'une Loi d'exception visant à instaurer la Loi Martiale"

Lire la suite:
http://www.facebook.com/l/;www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/08/18/grippe-a-virus-h1n1-une-premiere-victoire-des-actions-penale.html



18 août 2009 > Grippe A : « Vaccin non obligatoire »

"Daniel Reynders (coordinateur stratégique de la cellule influenza) coupe court aux rumeurs : il n’y aura pas de vaccination obligatoire."

Lire la suite:
http://www.facebook.com/l/;www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/2009-08-18/grippe-vaccin-sera-obligatoire-723371.shtml



18 août 2009 > Les marchands de peur ne sont pas où l'on croit

« Et s'il y avait un réel projet secret de réduire la surpopulation mondiale, d'éliminer tous ceux qui n'ont pas de quoi se payer la potion magique ainsi que, par la même occasion, tous les rebelles à la vaccination ? Et si le virus A/H1N1 était programmé pour muter à nouveau et devenir aussi dangereux que celui d'Ebola, en infiniment plus contaminant ? »

Lire la suite:
http://www.facebook.com/l/;www.lesoir.be/forum/editos/2009-08-18/marchands-peur-croit-723389.shtml



6 août 2009 > Vaccin ou arme de destruction massive ? Communiqué de presse

"l’Association SOS JUSTICE & DROITS DE L’HOMME a saisi le Parquet de Nice en la personne de son Procureur de la République, Monsieur Eric de Montgolfier, en date du 31 juillet 2009, d’une demande d’ouverture d’enquête criminelle au motif de : Préparation de Génocide."

Lire la suite:
http://www.facebook.com/l/;www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/08/06/vaccin-ou-arme-de-destruction-massive-plainte-fbi-jane-bureg.html



17 juillet 2009 > Belgique : loi d'exception et campagne de vaccination

"Quand elle sera votée, cette loi donnera au gouvernement une sorte de pouvoirs spéciaux qui lui permettront de prendre des mesures d'urgence, a souligné la ministre."

Lire la suite:
http://www.facebook.com/l/;www.lecho.be/actualite/belgique/AH1N1-_loi_d-exception_et_campagne_de_vaccination.8209856-589.art


Jane Burgermeister a récemment intenté une action judiciaire contre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Nations Unies (Onu), et contre plusieurs hauts responsables du gouvernement et des entreprises pour bioterrorisme et pour tentative de meurtre de masse.

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-35039582.html
Un exemple pour l' OTAN ???  Eva


Vaccin danger !


Voici "peut-être" un moyen de contrecarrer, au moins dans une certaine mesure, la vaccination:


Que faire pour neutraliser un vaccin?

En cas d'impossibilité  totale d'échapper à un vaccin (vaccination de force par violence physique et/ou morale,  chantage professionnel, refus d'entrée dans un centre de formation, si non "vacciné", etc.), se munir d'un tube d'argile en pâte (vendu en diététique), d'une bande de gaze et de sparadrap.
Suite ici : http://artdevivresain.over-blog.com/article-35063439.html





C O M M E N T A I R E S :  I C I
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans L'Empire
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 19:45

NOM-balance.jpg
La quête de la vérité précède l'engagement,
libérons-nous de la pieuvre qui nous enserre toujours plus...
par Eva R-sistons


Mes amis,

J'ai publié le texte que je vous propose ce jour, le 8 mars 2009. A la faveur d'un commentaire reçu hier, je le redécouvre. Il est tellement d'actualité, si riche, que je vous l'offre à nouveau - exceptionnellement. Il éclairera sans doute bien des aspects. Mon blog n'est pas là pour satisfaire un quelconque égo, d'ailleurs je publie sous pseudo, ni pour juste faire une compilation des meilleurs textes (je publie aussi mes propres analyses, qui ont généralement le tort, comme déjà dit, d'avoir raison trop tôt)... sa finalité est de faire vraiment avancer dans la quête de la vérité, au-delà des manipulations quotidiennes.

Oui, Platon a raison (si mes souvenirs sont bons en philosophie, car je n'ai jamais goûté cette matière, je suis très concrète, j'aime le bon sens paysan, et mon approche est uniquement journalistique: Comprendre ce qui se passe réellement, et le dire pour ensuite, avoir plus de prise sur le réel tel qu'il est, et non tel qu'on nous le présente à des fins de domination mentale, sociale, économique etc): Il y a le réel, et l'image du réel. Aujourd'hui, et j'ai derrière moi une formation et une carrière de journaliste, ne l'oubliez pas, les Médias néo-sionistes au service des marchands de canons (et de l'Empire) ne nous présentent qu'une image trompeuse de la réalité. La vérité est à trouver. Je tâtonne, comme vous tous, mais j'avance. Ce n'est qu'en trouvant la vérité derrière les médiamensonges que l'on pourra agir sur cette réalité. Et il faut bien reconnaître que celle-ci est hideuse, mortifère, scandaleuse. Elle doit donc impitoyablement être combattue par tous.

Nous ne pouvons rester les bras croisés face à ce qui se prépare: L'élimination d'une partie de l'humanité dans des conditions atroces. Ce n'est pas de la science-fiction, ce n'est pas de la paranoïa, c'est LA réalité. Tout, absolument TOUT, converge dans ce sens (ma forme préférée de journalisme, est celle de l'investigation). La manipulation est totale, surtout depuis le 11 septembre pour nous faire peur et donc accepter les lois liberticides faisant de notre monde une terre qu'Orwell reconnaîtrait, oui on nous prépare une dictature des Banques planétaire, au service d'une minorité sans scrupules, et imperceptiblement, pas après pas, nous entrons dans cette société qui rappelle celle des Nazis. L'Europe, tyrannique, élitiste, au service de la Haute Finance, et supplétive de l'OTAN pour ses guerres impériales hégémoniques, prédatrices, sanglantes, permanentes, est un tremplin vers un Nouvel Ordre Mondial monstrueux. Inacceptable pour tous ! 

Chaque jour, on nous asservit davantage: Avec  la crise, destinée entre autres à broyer la classe moyenne, ou la pandémie, pour désamorcer toute contestation de masse à la politique totalitaire qui se met en place étape par étape (la constitution de l'UE  en est une, fameuse et jamais dénoncée... Que fait le PS ? Il est dupe, ou il va à la soupe ?) ET pour réduire le nombre d'habitants qui indispose l'Elite crapuleuse aux commandes (et dont il faudra bien exiger sa traduction devant un Tribunal international indépendant, ses crimes sont innombrables). Et à ce propos, aujourd'hui on nous apprend que les jeunes mamans sont plus vulnérables à la pandémie, et qu'elles doivent prioritairement se faire vacciner, tiens donc ! Vous souvenez-vous du scandale des femmes Péruviennes en âge de procréer, appelées à se faire vacciner... contre le tétanos (alors que cette maladie frappe plus les hommes !), jusqu'à ce que des petits malins découvrent la supercherie: Il s'agissait bien d'une stérilisation déguisée en campagne de vaccination !  Je prétends, aujourd'hui, qu'on prépare la gent féminine à se précipiter pour demander la vaccination, à des fins, plus ou moins tard, eugéniques !!! Et comme le dit ma meilleure commentatrice, Annie, encore aujourd'hui, "Merci d'avoir posté l'exemple du Nigéria et des conséquences de la vaccination qui a entrainé une mutation d'un virus ; le fait que les laboratoires pharmaceutiques produisant le vaccin contre la grippe A aient obtenu l'immunité juridique est un signal d'alarme qui doit résonner à nos oreilles ".. Une fine analyse !!!

dees-guerre-et-pauvres.jpg

Au-delà de la crise et de la pandémie, c'est bel et bien à une guerre mondiale (consécutive à une crise qui ne fait que commencer) que des Elus sans scrupules, appuyés sur les journaleux laquais du NOM, nous préparent, à travers une campagne éhontée contre l'Iran, pays qui n'a JAMAIS attaqué personne - il FAUT sans cesse le rappeler -, exactement comme hier contre l'Irak, pourtant sans armes de destruction massive... Les médiamensonges nous arrivent tous les jours, bon sang faites-le savoir autour de vous, famille, voisins, députés, collègues, tout ce que vous voulez, au bristrot, au foot, partout, nous avons une responsabilité, nous qui savons, de démontrer l'imposture totale des Médias, qui nous mentent en permanence ! A ce propos, je viens de publier sur mon blog désinformation (http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-34997031.html)  "La fable des US sauvant le monde et la liberté, un montage médiatique", fort à propos... ce sont les Russes, avec leurs plus de vingt millions de sacrifiés, qui ont porté le coup fatal au Nazisme, d'ailleurs en partie une émanation des Anglo-Saxons à la tête des Cartels de la Chimie, des familles comme celles de Bush, ou de néo-sionistes ennemis de leur propre peuple, nazisme d'ailleurs perpétué par le Nouvel Ordre Mondial, en pire, puisque la domination, cette fois, sera planétaire. Et  tout est du même acabit.

Nous devons, je me répète, tous informer nos concitoyens de ce qui se trame, tous nous substituer aux journalistes qui trahissent leur fonction, c'est un devoir, de même que celui d'entrer TOUS UNIS en résistance, pour nous, pour nos descendants, pour la civilisation, pour l'avenir du genre humain et même de la vie sur cette terre. La barbarie est à nos portes. Même si nous devons finir en prison, ou supprimés par les apprentis sorciers aux commandes qui font de notre monde un enfer, de plus en plus, nous devons sans hésiter résister, résister, résister... Et d'ores et déjà, je vous invite à visiter mon blog qui complète celui-ci, sos-crise, vous trouverez une action que nous devons tous mener jusqu'à son terme : http://sos-crise.over-blog.com/article-34989890.html, actions citoyennes (santé par ex, par méthodes douces, éprouvées par le temps): "Nouvelle plainte déposée auprès du Tribunal de Grande Instance de Bordeaux (En plus de Nice et de Chambéry). http://artemisia
college.org/Soutenir_l_action_juridique__pandemie_-29-21009-28-2cad2.html
http://www.sos-justice.com/Dev2Go.web?Anchor=lesdossiers&rnd=32188. Le début d'un frémissement (?) : http://www.arretsurimages.net/TMP-1385440110-2236-6165 .

vaccin-seringues-dollars.jpg


Mes amis, le temps presse. L'intolérable est à nos portes. Ne cédons pas à la peur de la pandémie, elle fera moins de morts que des vaccins improvisés en toute hâte et... précédés d'une réputation sulfureuse, et désormais dénoncés par une partie du Corps médical. Protégons nos enfants, les jeunes mères, en particulier. Entrons en résistance contre le Nouvel Ordre Mondial qui sera pire que le nazisme, avec à la clefs pêle-même crises folles, aux conséquences socio-économiques effroyables, pandémies réductrices de population, OGM destructeurs des cultures, de la paysannerie, de la santé, ou guerres  préventives et permanentes... Ces Dr Folamour, protégés dans leurs hélicoptères, ont atteint un tel niveau dans l'horreur, qu'ils sont prêts à mater les manifestants du Ciel, avec des taser nouvelle formule, brûlant la peau à distance - voulons-nous devenir des torches vivantes ? Vous voyez qu'on est loin, désormais, des tuyaux d'eau ou des gazs lacrymogènes - employés, justement, par le Pouvoir iranien diabolisé confronté à la destabilisation de l'Occident ...

Mon SEUL espoir, aujourd'hui, réside dans l'armement sophistiqué russe (et donc, par voie de conséquence, à mon avis, iranien...), lui seul peut être dissuasif de la folie meurtrière de ceux qui se sont, sans le moindre mandat, octroyés le Droit de vie et de mort sur CHACUN de nous... Postée au Vénézuela, désormais, la Russie doit donner des sueurs froides aux Américains, et l'Iran proche d'Israël, doit sans doute freiner l'ardeur guerrière du peuple aujourd'hui le plus militarisé au monde...


russia_dees-copie-3.jpg

Je vous souhaite bonne lecture de ce texte, si vous ne l'avez déjà découvert. En avant, mes amis, entrons en résistance, chacun avec nos atouts, moi l'écriture (ou la parole le cas échéant), vous avec les vôtres...

Cordialement, votre Eva R-sistons à l'intolérable que des fous préparent sur le dos des peuples, et derrière leur dos.



NOM-main-ouvriers.jpg



Tags: NOM, pandémie, crise, totalitarisme, nazisme, Hitler, Bush, Anglo-Saxons, taser, Israël, Iran, Irak, Russie, Etats-Unis, Vénézuela, résister, Occident, guerres mondiales, dictature, OGM, Platon, Dr Folamour, Péruviennes, 11 septembre...


_________________________________________________


Voici un texte fondamental pour la compréhension du monde,
surtout dans sa partie finale. 
Terrifiant ! 
Eva




20060319-chien-renifleur-Mariali-aussi.g


La fin du pétrole n'aura pas lieu


Depuis janvier 2008, le prix du baril crève les plafonds. En mai, il avait atteint 135 $, un cours spectaculaire qui, selon les spécialistes de la banque d’investissement Goldman Sachs[1], pourrait atteindre les 200 $ d'ici 6 mois à deux ans.

Cette  flambée des prix présage-t-elle la fin du pétrole ?

C'est ce que pensent les géologues de l'Association pour l'étude des pics de production de pétrole et de gaz naturel (Aspo) qui prêchent l'avènement d'une crise majeure des hydrocarbures en mesure de provoquer l'effondrement de l'économie mondiale.

Cependant, l'éventualité d'un pic pétrolier ne fédère pas toute la communauté scientifique qui compte au contraire des détracteurs convaincus que le pétrole existe en quantités abondantes dans les entrailles de la terre.


  petrol2.jpg

Vu sous cet angle, nous pourrions bien être victime
d'un mensonge destiné à nous manipuler,
mais dans quel but ?
 


Depuis plusieurs années, les spécialistes nous signalent une diminution irréversible de la quantité des ressources pétrolières mondiales et annoncent un pic imminent dont les conséquences économiques et sociales pourraient se révéler catastrophiques.

Beaucoup d'entre eux se sont réunis au sein de l'Aspo, une association qui fut fondée en 2000 par Colin Campbell, ancien géologue de prospection chez Texaco, British Petroleum, et Fina, et Jean Laherrère, ancien ingénieur chez Total. Leurs arguments reposent sur la théorie du pic pétrolier qui fut inventée dans les années cinquante par Marion King Hubbert. Le modèle élaboré par ce géophysicien américain et ancien expert chez Shell retrace l'évolution de la production d'un champ pétrolifère en fonction de ses conditions géologiques et des techniques de forage. Dans un premier temps, la production de pétrole y est représentée comme exponentielle, facile et rentable, pour ensuite atteindre un maximum -le pic- qui correspond au stade où la moitié des réserves récupérables[2] a été produite. Une fois le pic franchi, la poche souterraine se vide progressivement; il faut forer plus profondément, ce qui nécessite une plus grande consommation d'énergie et davantage d'outillage et rend par conséquent le pétrole moins rentable et plus cher. Finalement, le déclin de la production conjuguée à l'augmentation de la demande mondiale provenant, entre autres, des pays émergents tels que la Chine et l'Inde entraîne pénurie et hausse des prix.

 


graphique1.jpg 




Modèle d’évolution de la production et de la demande mondiale de pétrole aux alentours du pic de production (situé en 2015 pour les besoins de l’illustration).
(Source : Aspo belgique )

Dans ces conditions, l'Aspo estime que le pic pétrolier a été franchi en 2007[3] et nous prévient de l'urgence de changer notre mode de vie si l'on souhaite passer en douceur dans une ère post pétrolière : « Compte tenu de l'importance du pétrole dans le fonctionnement de nos sociétés industrialisées aussi bien pour les transports, le fioul de chauffage, la pétrochimie ou l'agriculture... la diminution des quantités de pétrole disponible va entraîner des bouleversements importants qu'il est nécessaire d'anticiper. Or ce n'est pas réellement le cas actuellement. Nous pensons que la diffusion d'une information la plus réaliste possible à un large public est de nature à enclencher une prise de conscience et une réflexion sur nos modes de vie actuels, en vue notamment d'imaginer des alternatives[4]».

D'autres scientifiques tirent les mêmes conclusions. Commandé en 2005 par le Département de l'Energie américain, le rapport Hirsh, rédigé par une firme spécialisée dans la recherche et l'ingénierie, la Science Applications International Corporation, se révèle également très alarmiste : « On estime que la demande mondiale en pétrole va croître de 50% d’ici 2025. Pour satisfaire cette demande, des volumes de pétrole plus larges que jamais vont devoir être produits. Etant donné que la production de pétrole provenant de chaque champ pétrolifère est exponentielle jusqu’à un pic pour ensuite décliner, de nouveaux champs doivent continuellement être découverts et le pétrole produit pour compenser l’épuisement des anciens champs et pour satisfaire la demande mondiale sans cesse croissante.

Si de grandes quantités de nouveau pétrole ne sont pas découvertes et produites quelque part dans le monde, alors la production mondiale de pétrole ne satisfera plus la demande (…) 

Les compagnies pétrolières et les gouvernements ont conduits des recherches étendues à travers le monde, mais les résultats ont été décevants durant des décennies. Sur cette base, il y a très peu de raison de s’attendre à ce que les découvertes futures de pétrole augmentent de façon importante. (…) Durant le siècle dernier, le développement économique mondial a fondamentalement été façonné par la disponibilité et l’abondance du pétrole bon marché. Les transitions énergétiques précédentes (du bois au charbon, du charbon au pétrole, etc.) furent progressives et évolutives ; le pic pétrolier sera abrupte et révolutionnaire. Le monde n’a jamais fait face à un problème comme celui-ci. Sans une préparation massive au moins 10 ans avant les faits, le problème sera omniprésent et durable[5]".

station-service.jpg

File devant une station service de Los Angeles en anticipation d'un rationnement, 11 mai 1979_KPA/dpa (Source : http://www.egodesign.ca)



Mouvement des survivalistes

Face à ces annonces apocalyptiques, le mouvement des survivalistes se popularise d'ailleurs de plus en plus.

Le raisonnement est simple, logique et sans équivoque : la société telle que nous la connaissons ne peut subsister sans pétrole. L'or noir est le pilier de l'économie du monde industrialisé car notre système industriel fonctionne essentiellement grâce aux hydrocarbures: nos modes de transports, le chauffage de nos maisons, l'eau chaude, l’électricité, les matières plastiques, les produits de beauté, les vêtements, mais aussi et surtout l'agriculture devenue intensive et qui grâce -ou à cause, selon le point de vue-  aux engrais chimiques, aux traitements herbicides, fongicides et insecticides à permis durant le 20e siècle de multiplier la population mondiale par trois. Notre confort, nos loisir, notre sécurité alimentaire et sanitaire, les moindres de nos habitudes sont conditionnées et intégralement alimentées par le pétrole.

Sa disparition équivaudrait par conséquent à une décroissance économique, à l'explosion du chômage massif et à la réduction drastique du niveau de vie dans les pays industrialisés. Une vision qui laisse en somme très peu d’espoir à notre civilisation puisque que ce sont la famine, la désolation urbaine, l'exode voire la mort qui nous attendent.

De plus en plus d'individus, essentiellement aux Etats-Unis, se préparent à une rupture économique et sociale d'envergure : des chefs d'entreprise, des commerciaux, des employés, des journalistes, professeurs et écrivains.

Au programme, kits de survie, stocks de nourriture, installations autosuffisantes voire même pour certains un entraînement physique adapté et la sécurisation du domicile par tous les moyens, y compris les armes.

graph2.jpg


Schéma représentant la théorie d’Olduvaï (Duncan 1989)- théorie de type survivaliste selon laquelle la phase industrielle sera suivie d'une phase caractérisée par un retour à l'âge des cavernes. Nous serions actuellement au point G, juste avant le point H, caractérisé par une consommation énergétique valant 37% de la valeur du pic (F).


Allons-nous donc bientôt entrer dans une ère
post-pétrole précédée d'une période transitoire,
marquée par le déclin de la société industrielle
et la difficile survie de notre espèce ?



 

Peut-être Daniel Yergin a-t-il raison ? L'histoire pourrait bien être plus longue que le laisse supposer l'Aspo et tous les prêcheurs de la fin du monde. C'est du moins ce qu'avancent des géologues russes ayant examiné le pétrole sous toutes ses coutures.



Le pétrole coule à flots
dans les abysses de la terre
 


Le modèle de Hubbert prend pour acquis l’origine fossile du pétrole. En Occident, il est en effet communément admis depuis le 18e siècle que les hydrocarbures se seraient formés à partir de résidus de matières organiques végétales et animales enfouies sous des couches de sédiments depuis des millions d’années. En d'autres termes, au cours des millénaires, les fossiles se seraient transformés en hydrocarbures dans des conditions bien précises de température et de pression dans la roche-mère. La quantité de végétaux et d'animaux fossilisés étant forcément limitée, les experts en ont déduit que le pétrole l'était aussi. Reconnue par la majorité de géologues occidentaux, cette théorie dirige depuis deux siècles la prospection et les politiques menées par les compagnies pétrolières et les gouvernements américains et européens. 

Cependant, il existe une autre théorie sur l'origine du pétrole. Elle n’est pas occulte, juste largement ignorée par l'establishment. Développée dans les années cinquante par des géologues russes et ukrainiens, la  théorie « abiotique », en opposition au terme « biologique», réfute l’hypothèse selon laquelle le pétrole provient de détritus biologiques fossilisés et affirme qu’il dérive de molécules hydrocarbonées qui furent emprisonnées dans la croûte terrestre lors de la formation de la terre, il y a 4,5 milliards d’années. Le pétrole se serait donc formé à partir de la roche cristalline précambrienne et non de fossiles.
 

Cette hypothèse ne date pas d'hier, au contraire, durant tout le 19e siècle et le début du 20e siècle, plusieurs scientifiques ont réfuté l'origine fossile des hydrocarbures : le naturaliste et géologue Alexandre von Humboldt, le chimiste et thermodynamicien français Louis Joseph Gay-Lussac, ainsi que le chimiste français Marcellin Berthelot, connu pour avoir mené une expérience qui lui a permit de démontrer la possibilité de générer du pétrole dans des conditions abiotiques. Enfin, le chimiste russe Dmitri Ivanovitch Mendeleïev a également repris les travaux de ses prédécesseurs et énoncé le postulat du pétrole en tant que matière primaire émergeant des structures géologiques d’origine. Mais c'est surtout après la Seconde Guerre Mondiale que le postulat abiotique prend de l'ampleur. L'Union soviétique ne dispose alors pas d'énormes ressources pétrolières et, n'ayant pas accès aux régions riches en or noir, est contrainte d’en trouver sur son sol.

Le gouvernement russe décide donc de lancer un vaste projet visant l'examen de tous les aspects du pétrole : son origine, sa formation, et l'étude des meilleurs moyens de prospection et d'extraction. Il réunit les plus grands scientifiques soviétiques : géologues, chimistes, pétrochimistes, physiciens et thermodynamiciens qui dénombrent de nombreuses erreurs et incohérences dans la théorie conventionnelle que leur science permet de corriger. Une fois les recherches effectuées et sa crédibilité assise, l'équipe de scientifiques menée par les professeurs Nikolai Krudyavtsev et Vladimir Porfir’yev présente ses travaux au gouvernement russe qui les valide. C'est sur ces bases que l’Union soviétique découvrira plus tard de nombreux gisements sur son territoire.


A la suite du projet, une quantité impressionnante d'études fut publiée par le corps scientifique dans les journaux soviétiques, mais aucune ne fut traduite en anglais. Seul Thomas Gold, un astronome américain d'origine autrichienne qui parlait couramment russe s'intéressa à la théorie abiotique jusqu'à en devenir l'un des adeptes les plus fervents. Cependant, malgré les années de travaux menés pour vérifier son postulat et malgré les résultats probants rapportés par les scientifiques, elle reste encore aujourd'hui impopulaire et dénigrée. Les arguments implacables semblent, sous plus d'un aspect, déranger le jeu stratégique et financier qui s'opère actuellement à l'échelle mondiale.


Aux Etats-Unis, un ancien « croyant » du pic pétrolier « reconverti » à la science abiotique, F. William Engdahl, économiste et auteur de nombreux livres dont Anglo-American Oil Politics
explique[8] : "S'ils (NDA : les scientifiques russo-ukrainiens) avaient raison, les réserves de pétrole sur terre ne seraient limitées que par la quantité de constituants d'hydrocarbures présents dans les entrailles de la Terre au moment de sa formation. La disponibilité du pétrole dépendrait uniquement de la technologie pour forer des puits ultra profonds et pour explorer dans les régions intérieures de la terre. Ils ont également réalisé que d'anciens gisements pourraient être restaurés et continuer à produire, à la manière de gisements qui se rempliraient à nouveau par eux-mêmes. (…). La nouvelle théorie sur le pétrole a été utilisée au début des années 90 pour rechercher du pétrole et du gaz dans le bassin Dnieper-Donets, région située entre la Russie et l'Ukraine et considérée pendant plus de quarante-cinq ans comme un bassin géologiquement stérile. Suivant leur théorie (…), les géophysiciens et les chimistes pétroliers russes et ukrainiens ont commencé par une analyse détaillée du passé tectonique et de la structure géologique du sous-sol cristallin du bassin de Dnieper-Donets. Après des analyses tectoniques et des analyses de la structure profonde du secteur, ils ont mené des investigations géophysiques et géochimiques. Un total de 61 puits a été foré, dont 37 étaient commercialement productifs, ce qui représentait un taux de succès d'exploration extrêmement impressionnant de près de 60%. La taille du champ découvert était comparable à celle du North Slope en Alaska. En revanche, le forage sauvage des États-Unis a été considéré un succès avec un taux de réussite de 10%. Neuf des dix puits sont pour ainsi dire des trous secs. (…) L'expertise géophysique russe permettant de trouver du pétrole et du gaz a été hermétiquement enveloppée dans le traditionnel voile soviétique de la sécurité d'état pendant l'ère de la Guerre Froide et elle est demeurée en grande partie inconnue des géophysiciens occidentaux, qui ont continué à enseigner les origines fossiles et par conséquent, les sévères limites des réserves de pétrole".


Les Russes ont effectivement trouvé du pétrole dans le secteur de la mer caspienne, à partir de roches cristallines (des roches issues du magma). Or, la théorie fossile affirme que seuls les terrains sédimentaires sont susceptibles de contenir du pétrole. Pourtant, beaucoup de gisements présentent cette géologie : celui du bassin de Dnieper-Donets et celui du Tigre Blanc, au Vietnam (une région qui fut longtemps considérée comme stérile par les Etats-Unis). En Sibérie occidentale, 90 % des champs qui ont été découverts produisent leur pétrole partiellement ou complètement à partir de la roche cristalline. Actuellement des projets de prospection sont menés en Azerbaïdjan, au Tatarstan et en Sibérie orientale dans des régions géologiquement similaires.


Afin de prouver l'origine abiotique du pétrole, Thomas Gold est parvenu, il y a 20 ans, à convaincre le gouvernement suédois de forer à plus de 5 km de profondeur dans le granite cristallin du cratère qui fut formé par l’impact de la météorite Siljan. Le forage, réalisé entre 1986 et 1993, a révélé la présence de pétrole brut, plus précisément, 80 barils furent extraits. Cependant, l'expérience se révéla très coûteuse et peu rentable et s'acheva à ce stade bien que Gold fut certain d'y trouver davantage de pétrole, plus en profondeur. Très controversée, cette tentative est encore partiellement, mais fortement dénigrée et réfutée par les défenseurs de la théorie fossile qui expliquent l'existence de pétrole brut dans la roche cristalline par la présence de terrains sédimentaires à quelques kilomètres des gisements.


Siljan_WorldWind-m-t-orite.jpg

Impact de la météorite Siljan, Suède (Source : NASA)


De nombreuses expériences réalisées en laboratoire ont confirmé qu'il est possible de produire du pétrole à partir des minéraux. Par contre, pas une seule n'est parvenue à en créer à partir des matières végétales et animales. C'est un fait connu des scientifiques et, pourtant, la théorie abiotique reste systématiquement dépréciée bien que des incohérences majeures persistent chez sa rivale.

L'une d'elles se rapporte aux conditions dans lesquelles le pétrole est sensé s'être formé. Selon la théorie officielle, le phénomène de sédimentation des restes biologiques aurait provoqué l'augmentation de la température et de la pression dans la roche-mère, ce qui aurait permit à la matière organique de se transformer en kérogène. La roche aurait ensuite atteint au minimum 50°C pour que du pétrole puisse être produit. Les géologues soviétiques affirment que ce processus est absolument absurde car il est formellement impossible que le pétrole se soit formé dans les couches sédimentaires puisque celles-ci se situent entre 500m et 4 km de profondeur et, à cette distance, les conditions de pression et de température ne permettent pas aux restes de plantes et d'animaux fossilisés de se transformer. Du pétrole a d'ailleurs été retrouvé à plus de 6 km de profondeur, c'est-à-dire là où il n'y aurait pas dû y en avoir si l'on s'en tient à la version communément admise.


Une étude[9] probante fut d'ailleurs menée en 2002 par J. F. Kenney, un scientifique américain membre de l'Académie russe des sciences et Président-Directeur-Général de la Gas Resources Corporation
. En recréant en laboratoire les conditions de température et de pression de la croûte terrestre, 100 km au-dessous de la surface, l'équipe de Kenney a mimé les conditions de formation du pétrole et obtenu des résultats qui ont soulevés une controverse retentissante au sein de la communauté des géologues et pétrochimistes.

Le modèle mathématique conçu à la suite de cette étude a effectivement démontré que, mis à part du méthane, il est impossible que du pétrole se soit formé à moins de 100 km de profondeur et que, par conséquent, il se serait formé entièrement à partir de sources inorganiques et dans des conditions abiotiques. A défaut de pouvoir réfuter ce modèle, les défenseurs de la théorie fossile ont reconnu que le pétrole pouvait effectivement s'être formé à partir de minéraux, mais en insistant sur le fait que cela ne prouvait pas qu'il soit exclusivement produit chimiquement, et qu'au contraire, il restait majoritairement d'origine fossile. En somme, deux processus de formation coexisteraient.

Pour reprendre les termes[10]de Dave Mc Gowan, auteur du site the Centre for an Informed America: "Ce à quoi nous faisons face ici, est une situation claire dans laquelle les géochimistes occidentaux ne peuvent contester la validité de l'invulnérable modèle mathématique de Kenney, et ils ont donc par conséquent, assez remarquablement, adopté une stratégie inhabituelle qui consiste à prétendre qu'il y a en fait plus d'une façon de produire du pétrole. Il peut se former dans des conditions de température et de pression extrêmes, ou il peut se former dans des conditions de température et de pression relativement basses. Il peut se former biologiquement ou il peut se former chimiquement. Il peut se créer au fond de la terre, ou proche de la surface de la terre. Vous pouvez le faire à partir de la roche, comme vous pouvez le faire dans une poche. Vous pouvez le faire ci et là. Vous pouvez le faire partout. (…) Ce dont nous prenons connaissance, ne nous méprenons pas, c'est que le pétrole que nous extrayons des poches souterraines situées proches de la surface de la terre, et le pétrole qui se génère spontanément et continuellement dans les abysses de la terre, pourrait très bien être le même pétrole."

 

Kenney explique, dans un article publié sur le site de la Gas Resources Corporation[11], le raisonnement qui le mène à penser que la théorie abiotique prévaut sur celle de l'origine fossile du pétrole: "Il n'y a pas réellement eu de débat sur l'origine des hydrocarbures depuis plus d'un siècle. Les physiciens, chimistes et ingénieurs chimistes compétents ainsi que les meilleurs experts en thermodynamique savent  depuis le dernier quart du 19e siècle que le pétrole naturel n'évolue pas à partir de matière biologique. (…) A travers l'histoire de l'industrie pétrolière, il y a eu une quantité d'articles ou de rapports prédisant sa fin imminente, tous ont fait ces prédictions sur base d'hypothèses selon lesquelles l'approvisionnement en pétrole brut dans le monde était (prétendument) rapidement en train de décliner, et que bientôt il serait (donc) épuisé. En bref, que le monde était en train de "manquer de pétrole". Heureusement, toutes ces prédictions ont été, sans aucune exception, prouvées fausses. Bien au contraire, les statistiques de l'industrie pétrolière  internationale prouvent que, loin de diminuer, les réserves pétrolières prouvées ont augmenté de façon constante durant les 50 dernières années. Ces statistiques montrent que, chaque année depuis 1946, l'industrie pétrolière internationale a découvert au moins 5 nouvelles tonnes de pétrole récupérable pour 3 tonnes de consommées.

Comme le Professeur Peter Odell
(NDA : P. Odell est Professeur Emérite de l'Université Erasmus de Rotterdam) le souligne, au lieu de «manquer de pétrole», la race humaine semble plutôt (…) "nager dans le pétrole". (…) En éliminant le postulat selon lequel le pétrole serait une sorte de manifestation de matières organiques transformées, mais limitées provenant de la surface de la Terre, les erreurs résultant des soi-disant limites en quantités et en habitats disparaissent. Par conséquent, toutes les prédictions de "fin du monde" liées à la déplétion du pétrole, qui ne se sont en réalité jamais produites, sont expliquées, - ou, plus simplement, éliminées. (…) Non seulement les prédictions qui annoncent la "fin du pétrole" sont invalides,  mais le sont aussi les hypothèses selon lesquelles la prospection et la production pétrolières sont "matures" ou "en déclin"."


Mais les arguments ne s'arrêtent pas là, car, de preuves, la théorie abiotique en regorge. Des applications récentes du postulat abiotique mènent à penser que les champs du Moyen-Orient seraient en mesure de produire du pétrole pour toujours et que les champs pétrolifères et gazeux dans le golf du Mexique seraient également en mesure de se reconstituer naturellement. Il a effectivement été constaté que des puits forés en grandes profondeurs s'étaient totalement reconstitués car le pétrole situé dans les abysses était appelé à remonter là où la pression était moindre. Il y aurait donc une migration du pétrole des abysses à la surface terrestre.

Le gisement de l'île d'Eugène située au large des côtes de Louisiane, figure parmi les cas observés. Dans un article paru sur World Net Daily[12], le journaliste Chris Bennett relate les faits: "A environ 130 km au large des côtes de la Louisiane se situe une montagne pratiquement submergée, son sommet est connu sous le nom de l'île d'Eugène. (…) A la fin des années 60, un réservoir important de pétrole brut fut découvert près de l'île. Et dès 1970, un gisement nommé "Eugene 330" produisait activement près de 15.000 barils par jour de pétrole de grande qualité. Et dès la fin des années 80, la production du gisement avait chutée à moins de 4000 barils par jour et fut considérée comme vidée. Soudainement, en 1990, la production revînt à 15.000 barils par jours, et les réserves qui avaient été estimées à 60 millions de barils dans les années 70 furent recalculées à près de 400 millions de barils. Etonnement, l'estimation de l'âge géologique du "nouveau" pétrole fut considérablement différent du pétrole extrait dans les années 70. L'analyse des enregistrements sismiques révéla la présence d'une brèche profonde au fond de la poche souterraine de l'île d'Eugène, d'où jaillissait une rivière de pétrole provenant d'une source plus profonde et préalablement inconnue. Des résultats similaires furent remarqués dans d'autres puits de pétrole du Golfe du Mexique, ainsi que dans les champs pétrolifères Cook Inlet d'Alaska et ceux d'Ouzbékistan. Au Moyen-Orient, où la prospection et l'extraction de pétrole étaient en route depuis 20 ans, des réserves connues ont doublé. Aujourd'hui, il y a près de 680 milliards de barils de réserves de pétrole au Moyen-Orient. Produire tant de pétrole nécessiterait un énorme tas de dinosaures morts et de plantes préhistoriques sédimentées. Pourrait-il donc y avoir une autre origine au pétrole brut ?".
Pour Larry Cathles[13], une chimiste géologue en charge de l'étude de ces gisements, le phénomène est bel et bien réel: " Au-dessous du Golfe du Mexique, les hydrocarbures coulent vers le haut par un réseau complexe des conduits et des réservoirs. Ils partent des couches minces de la roche et, à partir de là, montent légèrement à la surface. En montant, les hydrocarbures se rassemblent en petits ruisseaux, et créent des poches provisoires comparables à un étang qui serait rempli par la pluie. Finalement, la plupart fuit vers l'océan. Et, tout ceci se produit maintenant, non pas il y a des millions et des millions d'années (…) Nous avons affaire à un immense système d'écoulement où les hydrocarbures se produisent maintenant, circulent maintenant à travers les strates supérieures, construisent maintenant des réservoirs et s'échappent maintenant dans l'océan."


  forage.jpg

Forage Eugene 330 (Source: PrisonPlanet.com)

De plus, un simple calcul de la quantité totale potentielle d'hydrocarbures contenu dans les couches sédimentaires de la surface terrestre montre qu'il y eu trop peu de matériel fossile pour fournir les volumes de pétrole extraits durant tout le 19e et le 20e siècle. Un biologiste de l'Université américaine de Utah, Jeffrey S. Dukes[14] a calculé que produire 1 litre de pétrole nécessitait 23,5 tonnes de détritus organiques. Le chercheur a également établi qu'il aurait fallu 400 fois la biomasse présente en 1997 sur la terre pour satisfaire la consommation mondiale d'hydrocarbures cette année là. Multiplié par le nombre d'années de production pétrolière, le volume devient incroyablement immense, une année équivalant à 4 siècles de déchets de plantes et d'animaux.

Conjugués à d'autres éléments de la science moderne, les probabilités pour que le pétrole soit d'origine fossile s'amenuisent : l'atmosphère contenait plus d'oxygène à l'époque des dinosaures, ce qui implique une décomposition beaucoup plus rapide des organismes morts tandis que le processus de sédimentation se faisait de façon extrêmement lente. En d'autres termes, les plantes et les animaux morts restaient soumis aux conditions atmosphériques pendant une longue période. Or, s'il l'on se réfère au cycle du carbone, cela suppose que si les végétaux et animaux n'étaient pas rapidement enterrés sous les couches de sédiments, leurs restes étaient soit ingérés par des organismes vivants plus petits, soit évacués sous forme de gaz dans l'atmosphère. Seule une minuscule quantité de résidus a donc pu être transformée en hydrocarbures. L'origine fossile du pétrole semble dorénavant tenir beaucoup plus du miracle que du postulat scientifique.


La sacrosainte vérité
de l'origine fossile du pétrole.

Intouchable paradigme ? Peut-être pas, car malgré l'indifférence visible des compagnies pétrolières à l'égard de la science abiotique, il semblerait qu'elles la reconnaissent officieusement. Cette information nous provient d'un internaute se présentant comme un ancien employé de la société Schlumberger, une multinationale dans les services pétroliers. Sur un forum de discussion de Futura Science[15], il témoigne: " J'ai travaillé pendant plusieurs années pour la société Schlumberger, leader mondial de la prospection pétrolière (et de très loin) auquel font appel la plupart des compagnies pétrolières pour leur exploration et leur forages. Bien qu'électronicien ne travaillant pas à proprement parler dans la division pétrole, j'ai pu à de nombreuses occasions discuter de cela avec des géophysiciens de la compagnie. Et je vous assure qu'en interne la question du pétrole abiotique est largement admise. Je vous parle d'un sujet concret, vécu, donc ne généralisez pas tout de suite en théorie du complot. Mais la doctrine de la société est "No-comment" car cela ne correspond pas aux intérêt économiques à court/moyen terme.". En effet, on peut aisément imaginer que le pétrole perdrait totalement sa valeur s’il l’on venait à apprendre qu’il existe en réalité en énormes quantités disponibles sur la quasi-totalité du globe, sans restrictions régionales et ce pour des centaines de milliers d'années. Les compagnies pétrolières ont donc tout intérêt à faire du pétrole une denrée rare, car la seule façon de rester maître des profits que leur procurent le pétrole est d'éviter la concurrence dans ce domaine.


Un autre témoignage[16] mérite que l'on s'y attarde, celui de Leroy Fletcher Prouty[17], un ancien colonel de l'Air Force : "Mon expérience sur le sujet remonte à 1943. J'étais le pilote qui menait une équipe d'inspection géologique américaine de Casablanca à Dhahran, en Arabie saoudite. (…)Nous sommes ensuite allés au Caire pour rencontrer le président Roosevelt pendant la "Conférence du Caire" en Novembre 1943 avec Churchill et Chiang Kai Shek, et Roosevelt  y a ordonné la construction immédiate d'une raffinerie de pétrole à cet endroit pour les besoins de la Seconde Guerre mondiale. Ceci a mené vers ARAMCO[18].

Pendant la crise énergétique des années 70, je représentais l'industrie du transport américain dans le cadre du programme "Federal Staff Energy Seminar", une initiative du Centre des études stratégiques et internationales, sponsorisé par l'université de Georgetown. Cela a commencé en Janvier 1974 et a continué pendant 4 ans. C'était conçu pour discuter du "fonctionnement du système national américain d'énergie, et les nouveaux horizons de la recherche en matière d'énergie".

Parmi les membres réguliers, il y avait des hommes tels qu' Henry Kissinger and James Schlesinger (…). Pendant l'une de ces réunions, nous avons eu une pause pour déjeuner et j'étais assis avec Arthur Kantrowitz[19] de la Société AVCO… les "laboratoires Kantrowitz" près de Boston. A nos côtés, il y avait quatre jeunes géologues occupés à discuter du pétrole quand l'un d'entre eux fit référence au pétrole "en tant que matière organique et combustible fossile". (…) Kantrowitz se tourna vers le géologue qui était à coté de lui et lui demanda "Croyez-vous vraiment que le pétrole est un combustible fossile" L'homme dit : "Certainement" et tous les quatre étaient d'accord. Kantrowitz écouta calmement et dit : "les fossiles les plus profondément enfouis jamais trouvés l'ont été environ à 16.000 pieds (+/- 5 km) sous le niveau de l'océan, alors que nous forons déjà à plus de 30.000 pieds (+/- 9 km).

Comment du combustible fossile a-t-il bien pu atterrir là ? Si ce fut un jour du combustible fossile, cela devait être à la surface à un moment donné. Si cela s'est effectivement transformé en pétrole, à la surface ou proche de la surface, comment est-ce que cela a-t-il pu arriver à une telle profondeur ? Qu'est-ce qui est le plus lourd ? L'eau ou le pétrole ? L'eau : donc elle irait vers le bas, pas le pétrole. Le pétrole serait à la surface, si cela était "organique" ou "plus léger"". Le pétrole n'est pas "organique" ou "plus léger". Ils étaient tous d'accord que l'eau était plus lourde et que, par conséquent, s'il y avait du avoir une fêlure ou un autre espace ouvert pour que cette "matière organique" puisse passer profondément dans le magma de la Terre, l'eau se serait écoulée en premier, et le pétrole serait resté en surface. C'est logique. Même si nous sommes d'accord que le "magma" est un "mélange brut de minéraux et de matière organique dans un état de mince pâte", cela n'en fait pas du pétrole, et si c'était du pétrole, ce serait resté en surface (…). Le pétrole doit provenir depuis les profondeurs et graduellement faire son chemin vers la surface, accessible aux forages. Par conséquent, le pétrole n'est pas un combustible "fossile" qui trouve son origine sous la surface de la terre. C'est une hypothèse émise par les producteurs de pétrole du 19e siècle afin de faire du pétrole une ressource limitée et donc extrêmement précieuse."


Si les dirigeants et les scientifiques occidentaux ont bâti un consensus autour de la théorie fossile, cela sous-entend qu'ils sont tous d'accord sur le caractère fini du pétrole.

Le pouvoir en place a donc toujours eu toutes les cartes en main pour raisonner de façon préventive. Pourtant, depuis le début, les dirigeants et les compagnies pétrolières agissent comme s'ils savaient  que le pétrole existait en abondance.


Mais si les compagnies pétrolières
et les dirigeants politiques sont au courant,
pourquoi continuer à garder le silence sur le pétrole abiotique
?

La situation mondiale est explosive et nous vivons déjà les prémisses d'une crise économique planétaire. Dans ces conditions, pourquoi ne pas profiter de ces ressources, certes polluantes, mais actuellement irremplaçables ? Pourquoi sommes-nous manipulés et à qui profite le mensonge ?



La menace du pic pétrolier,
une des nombreuses composantes
au service du Nouvel Ordre Mondial


En faisant du pétrole un bien précieux, les riches familles du secteur, les compagnies pétrolières et les gouvernements des pays exportateurs de pétrole se sont assuré l'argent et donc le pouvoir durant près de deux siècles.

Rien ne leur pourrait être plus défavorable que d'admettre l'abondance du pétrole.

Parallèlement, les élites ont laissé les géologues tels que ceux de l'Aspo diffuser leur message apocalyptique sans pour autant y faire obstacle. Ils ont sciemment laissé cette théorie se développer et aujourd'hui, la pomme est mûre et s'inscrit dans une logique propagandiste.

En effet, depuis le début du 21e siècle,  le changement climatique presse les gouvernements à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, essentiellement produits par les hydrocarbures. Jusqu'ici, les énergies alternatives étaient considérées comme une fantaisie d'écologiste et furent longtemps ignorées afin de pouvoir préserver la préciosité de l'or noir, mais aujourd'hui, l'argument écologique s'avère de plus en plus rentable.

En effet, les nations industrielles, pic ou pas, vont bientôt devoir passer à de nouvelles énergies et, alors que mentir sur l'origine du pétrole en a fait une valeur sûre sur le long terme durant le 19e et le 20e siècle, le système stable sur lequel s'est basée la richesse des élites au pouvoir est aujourd'hui défié par le challenge écologique.

Comment dès lors s'assurer un gros coup financier, celui de la dernière chance, si ce n'est en alimentant la propagande du pic, en nourrissant l'idée que la société sera vidée de sa source d'énergie principale ? Certainement en exacerbant le mythe de la rareté, histoire d'en profiter avant que le pétrole ne perde complètement sa popularité et sa valeur.


Par ailleurs, le profit n'est sans doute pas le seul moteur de la duperie.

La théorie du pic pétrolier présente de nombreux avantages dans une stratégie plus complexe visant, sur le long terme, la mise en place de nouvelles structures de pouvoir.

Paul Joseph Watson de Prison Planet
, dénonce une manipulation[20] orchestrée au sein du club Bilderberg, un groupe informel et secret comptant parmi ses membres tous les puissants de la planète.

Selon les sources de ce journaliste, ce groupe qui se réunit chaque année aurait décidé en mai 2005 de faire doubler le prix du baril (alors à 40$) au plus tard dans les deux années suivant sa rencontre. En 2006, il aurait été ensuite décidé de le faire monter à plus de 100$ avant la fin de l'année 2008, et ce dans le but de provoquer un crash économique mondial dont l'objectif final serait l'élimination de la classe moyenne et corrélativement un élargissement du fossé entre pauvres et riches accentuant l'asservissement des premiers aux seconds.


La fin du pétrole est associée, comme l'est aussi le changement climatique d'ailleurs, à la fin de notre monde.

Ce message permet de véhiculer une paranoïa aussi forte que celle qu'a suscitée la menace nucléaire en son temps.

Au-delà du pic, il s'agit donc d'analyser ce à quoi l'idée de fin du monde contribue.

La société de consommation est construite sur le désir de ses membres d'atteindre un standard de vie toujours plus élevé, permettant de consommer toujours plus de produits et de loisirs. Qui dit :"fin du pétrole", dit :"fin du confort".

Mus par leurs intérêts et la préservation de leurs acquis, les individus consommateurs seront amenés par la propagande à tolérer de grands bouleversements tels que l'agriculture massive visant la production de biocarburants; la prolifération de l'énergie nucléaire à des fins civiles (il a d'ailleurs été récemment constaté que le nucléaire était aujourd'hui plébiscité alors qu'il y a à peine une décennie, on ne voulait pas en entendre parler) et la multiplication des manipulations génétiques.

En effet, en alimentant la psychose, les élites façonnent les mentalités afin de les préparer à accueillir tous leurs programmes de domination du monde.

Dans un premier temps, les biocarburants sont présentés comme l'issue aux problèmes du pétrole et du changement climatique. Lorsqu'une grande partie de notre nourriture sera ensuite  convertie en piles, une famine généralisée s'ensuivra.

Pour survivre, les populations seront amenées à accepter les cultures OGM en tant que solution palliant le manque. Bientôt, l'agriculture sera entièrement biotechnologique. L'alimentation sera alors contrôlée au même titre que l'énergie par de grosses sociétés spécialisées dans la biotechnologie.

Ceux qui détiendront le pouvoir sur les récoltes seront les maîtres de la société de demain. Le plan est en marche. Déjà Monsanto, leader sur le marché OGM, a développé un programme de brevetage des graines qu'elle commercialise. 


monsanto.jpg

Le contrôle de la population par le contrôle de l'alimentation
(Source : www.educate-yourself.org)


Le futur qui nous attend n'est peut-être pas celui que les survivalistes envisagent, néanmoins, il sera probablement fait d'un nouvel ordre mondial constitué uniquement de deux classes sociales : l'une extrêmement riche et l'autre extrêmement pauvre. La seconde sera complètement dépendante et asservie à la première, la classe moyenne étant vouée à disparaître.

Lire les commentaires

Kali

 

Kali © Karmapolis - Juin 2008
 
Sources


[1]

Créée en 1869, cette banque d'investissement est couramment appelée "The Firm" dans le milieu financier. Elle conseille les gouvernements du monde entier et les familles les plus riches de la planète. Ses conseils font office de référence en la matière. 
Le pétrole bientôt à 200 dollars le baril : tel est l’avertissement qu’a lancé Goldman Sachs la semaine dernière : http://www.ft.com/cms/s/0/70b4ef0a-1b91-11dd-9e58-0000779fd2ac.html?nclick_check=1
 

[2] Un champ peut "mourir" alors qu'il contient encore du pétrole car il peut rester de 20 à 40% de réserves non récupérées faute de rentabilité.

[5] Source, résumé du rapport rédigé par Robert Hirsch (en anglai


[6] Les sables bitumineux dont parle Daniel Yergin sont d'ors et déjà exploités, essentiellement au Canada sur le site de l'Alberta et dans le bassin du fleuve d'Orénoque, au Venezuela. Le pétrole issu du sable bitumineux est ce qu'on appelle une source de pétrole non-conventionnelle. Il ne s'agit pas à proprement parler de pétrole, mais de bitume visqueux et dense difficile et très coûteux à extraire. Par ailleurs le coût écologique est énorme car cela demande des quantités d'eau colossales pour séparer le sable du bitume tandis que les déjections dans l'eau et l'air sont ultra-polluantes : "Puisqu’il faut environ quatre tonnes de sables bitumineux pour fabriquer un baril de pétrole de synthèse, on comprendra sans peine que les conséquences environnementales qui découlent du procédé d’extraction sont colossaux : Les sables bitumineux engendrent cinq fois plus de gaz à effet de serre que le pétrole ordinaire parce que les techniques d’extraction employées nécessitent de grandes quantités d’énergie, d’immenses quantités de gaz naturel étant nécessaires pour isoler et traiter le bitume, il faut se servir de quatre barils d’eau prélevée en surface ou sous terre pour obtenir un baril de pétrole brut synthétique à partir des sables bitumineux. On prélève dans ce but d’immenses masses d’eau dans la rivière Athabasca. L’eau toxique contaminée résultant des opérations est rejetée dans d’immenses bassins de rétention, parmi les polluants atmosphériques engendrés par le processus d’extraction on observe non seulement des gaz à effet de serre, mais aussi des émissions importantes d’oxydes d’azote, de dioxyde de soufre, des composés organiques volatiles et des particules, dont la présence entraîne du smog, des pluies acides et toute une série de problèmes de santé publique, les sables bitumineux couvrent au moins 4,3 millions d’hectares situés entièrement  au sein de la forêt boréale canadienne. Il ne sera pas possible de restaurer l’écosystème forestier dans son état originel, les efforts de mise en valeur des forêts et des milieux humides s’avéreront ici insuffisants. On s’attend à ce que l’exploitation des sables bitumineux représente une proportion de plus en plus considérable des émissions de gaz à effet de serre au Canada. Le développement de ces gisements traverse présentement une période comparable à celle de la ruée vers l’or, la production ayant doublé au cours de la décennie précédente pour atteindre un million de barils par jour (soit la moitié de la production totale canadienne)[6]" explique Greenpeace Canada sur son site web. (Voir également l'émission française Envoyé spécial qui diffusait le 17 avril 2008 un reportage éloquent sur le sujet: Pour quelques barils de plus, de Patrice Lorton et Elodie Metge, disponible sur dailymotion: http://www.dailymotion.com/video/x54po5_envoye-special-pour-quelques-barils_news

"C’est la dernière frontière du pétrole, le dernier eldorado pour les géants Total ou Exxon. La province de l’Alberta est assise sur des réserves colossales, les deuxièmes au monde après l’Arabie Saoudite. Envoyé spécial a enquêté sur ce “Texas canadien”, où les pétrodollars coulent à flot et les villes-champignons sortent de terre. Grands espaces, 4 X 4 et population essentiellement masculine : ces régions reculées rappellent le Far West. Ici, ce sont les compagnies pétrolières qui s’affrontent, à coups de milliards.

A elle seule, la française Total va investir dix milliards de dollars dans les dix années à venir. En Alberta, il faut payer cher pour que le pétrole coule. Englué dans des couches de sables, il se présente sous la forme d’un bitume lourd, impossible à pomper. Les pétroliers rivalisent d’ingéniosité pour l’extirper, mais quelle que soit la technologie, ils consomment de grosses quantités d’eau, et d’énergie. L’équation revient à brûler l’équivalent d’un baril, pour en extraire deux, avec au passage une émission massive de gaz à effet de serre. Il a fallu que le prix du baril de brut s’envole, dans les années 90, pour que l’exploitation de ces sables bitumineux devienne rentable.

Aujourd’hui, à plus de quatre-vingt dollars, c’est la ruée, et l’environnement passe en second. Les mines à ciel ouvert dévorent la forêt boréale et les raffineries rejettent une eau polluée. En aval, les Indiens du lac Athabasca sont frappés de cancers rares. L’équipe d’Envoyé spécial a recueilli leur témoignage. L’eldorado attire des travailleurs venus de l’autre bout du pays. Fort Mac Murray, la Mecque des sables bitumineux voit sa population doubler tous les dix ans.

Ici, un soudeur débutant gagne cinq milles euros par mois, mais la vie est rude et la protection sociale réduite.

Plusieurs centaines de sans-abris errent dans les rues, victimes pour certains de leur addiction au crack. La ruée vers l’or noir est cruelle."(Résumé FR2 de l'émission).
 

Article original en anglais, War and "Peak Oil", publié le 26 septembre 2007 sur le site en anglais, F. William Engdahl

[15] Source : http://forums.futura-sciences.com/thread32398.html, 14/04/2005, pseudo "Click"

[17] After he left the military, Col. Prouty was vice president for general operations of General Aircraft Corp., vice president and Pentagon branch manager of First National Bank of Arlington and vice president of marketing at Madison National Bank.


[18]

Saudi Aramco est la compagnie nationale saudienne d'hydrocarbures (son nom est la contraction de Arabian American Oil Company). Elle possède la quasi intégralité des ressources en hydrocarbures du royaume et, du point de vue de ses réserves comme de celui de sa production, c'est de loin la première compagnie pétrolière mondiale. Son siège se trouve à Dhahran, dans l'est du pays. Le centre de son principal gisement pétrolier est Abqayq. (Source : Wikipedia)

[19] Arthur R. Kantrowitz est un scientifique américain. Il a fondé les laboratoires de recherche Avco-Everett.

Ce n'est pas l'avis de Daniel Yergin, spécialiste américain de l'énergie qui réfute la théorie du pic pétrolier
"C’est la cinquième fois depuis les années 1880 que l’on nous prédit une telle fin. En 1970, on utilisait déjà l’image du sommet de la montagne dont on allait tomber. Il faut analyser les réserves, les projets mais aussi l’évolution technologique. En prenant en compte tous ces éléments, nous estimons que les capacités mondiales de production de brut vont augmenter de 20% au cours des dix prochaines années. Il y a d’un côté un élargissement de la notion de « pétrole » avec les nouveaux gisements issus des sables bitumineux[6] ou des eaux très profondes par exemple. De l’autre, il ne faut pas sous-estimer le progrès technologique. Certains parlent de « pic » depuis plus de trente ans mais ne cessent, année après année, de repousser la date du début du déclin annoncé (…) Il ne faut pas perdre de vue que les ressources naturelles sont là et que la technologie n’a jamais cessé de progresser. Ce n’est ni la fin de l’histoire, ni la fin de la technologie." [7]


http://www.karmapolis.be/pipeline/petrole.html
http://r-sistons.over-blog.com/article-28763125.html


Obama_moustache_200x258.jpg

Réforme de la Santé Obama, eugénique:
LaRouche met en difficulté ses inspirateurs anglais !
http://www.solidariteetprogres.org/article5703.html




Visitez mon blog http://sos-crise.over-blog.com,
plein de nouveaux articles, infos-alertes, analyses crise, etc .





Publication non terminée
Repost 0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages