27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 20:26

banks.jpg  


Mes amis

Abus bancaires : Ca suffit ! Banksters: Ca suffit ! Les banquiers sont nos pires ennemis. Je me souviens d'une campagne publicitaire qui s'affichait partout et qui disait: "Votre argent nous intéresse". Nos vies les intéressent ! Ils les vampirisent, en spéculant, en endettant les Etats, en les tenant à leur merci, en pressurant les plus pauvres, en squattant les décideurs, en organisant le Nouvel Ordre Mondial future dictature planétaire des Grandes banques, et j'en passe, comme des guerres qu'ils doivent aussi co-décider. Ras-le-bol de cette sangsue criminelle  !

Je viens de recevoir ces appels, je les répercute. A vous de voir ce que vous voulez en faire ! Revenez bientôt, cette publication est loin d'être finie...

Cordialement à tous, votre Eva

NO BANK DAY


NO  BANK  DAY :  

Site web, journée nationale, journée internationale :


http://www.facebook.com/note.php?created ... 



Description de l'entreprise :


Retrait immédiat de tout son solde disponible sur son propre compte, du 05 juin à partir de 6 heures du matin jusqu'au samedi 12 à 18h.


Mission :


Le But de l'opération est de conscientiser les banques sur les problèmes de spéculations qu'elle entretiennent avec leurs chers clients à savoir que les banques se développent grâce a notre argent ( travail ) et font pression sur les gouvernement pour rendre légal leur racket dont nous sommes victime et nous appauvrir encore plus .

"les banques vivent grâce a nous et non nous grâce a elles"


Produits :


"Pour un monde meilleur"


banquier-assis-sur-argent.jpg


STOP aux abus bancaires

Clients mécontents des banques
PETITION POUR UN DROIT AU CREDIT OPPOSABLE
ET CONTRE LES FRAIS BANCAIRES ABUSIFS


A Monsieur le Président de la République
et aux parlementaires


Ménages et entreprises sont contraints de disposer d’un compte bancaire pour leurs dépenses de tous les jours. Cinq banques se partagent 80% du marché de la distribution des moyens de paiement et de crédit : ces établissements se retrouvent donc en position dominante vis à vis de clients captifs. Cette situation d’oligopole conduit les banques à des abus et dérives tels que des frais bancaires élevés et une opacité des tarifs dénoncés par la Commission européenne en septembre 2009.


Malgré le plan de sauvetage de 360 milliards d’euros du gouvernement, les banques françaises ont dû admettre qu’elles ne tiendraient pas leurs engagements d’augmenter le volume des crédits de 3 % à 4 % sur l’année 2009. La Banque Centrale Européenne et la Banque de France ont même constaté une contraction d’un crédit court terme pourtant vital pour financer l’activité de tous les jours.


Les banques ont en réalité délaissé leur métier traditionnel – sécurisation des fonds déposés et distribution de crédit – pour investir des domaines plus profitables : les activités de marchés représentent une part toujours plus importante de leurs résultats. Les banques alimentent donc la spéculation et une économie casino avec l’argent des Français, et assèchent de fait l’offre de crédit.  Au final, ce sont les ménages et les TPE-PME qui paient les conséquences de la crise financière avec 70 000 défaillances d’entreprises et près de 500 000 chômeurs supplémentaires en 2009.


La crise des subprimes a rappelé une règle d’or en matière d’orthodoxie financière : le montant d’un crédit est déterminé par la capacité de remboursement du client. Or, les ménages modestes et les petites entreprises qui ne sont pas en capacité d’épargner, paient en permanence des agios assortis de commissions d’intervention élevées, mais ils se voient en même temps refuser l’accès au crédit par leur banque. Pourtant, un ménage ou une entreprise qui parvient à payer un découvert à un taux élevé, peut a fortiori rembourser un crédit court terme du même montant facturé au prix du marché.


Nous demandons donc l’instauration d’un droit au crédit opposable
. En clair, les banques auraient l’obligation de motiver par écrit tout refus de crédit. Le client aurait la possibilité de contester cette décision devant le Médiateur du crédit qui serait alors chargé de rechercher une solution avec la banque s’il estime le rejet du dossier non fondé. En cas d’échec de la médiation, la DGCCRF serait à son tour saisie et pourrait être amenée à condamner la banque pour refus de vente. Le droit au crédit opposable permettrait ainsi de rééquilibrer la relation entre les clients et leur banque, et en particulier de mieux répondre aux besoins des ménages et des entreprises qui sont les vrais acteurs de l’économie réelle.


Nous demandons l’instauration d’une véritable offre de crédit et la suppression des frais bancaires abusifs
. Le gouvernement a les moyens d’imposer un changement radical des pratiques des banques via la participation de l’Etat au capital du groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne : en effet, la BPCE pourrait se donner pour ambition de développer le crédit court terme au taux du marché. Elle pourrait également décider de supprimer les frais bancaires sur la gestion du compte et les dates de valeurs sur les chèques qui ponctionnent la trésorerie des entreprises et le pouvoir d’achat des ménages. Les banques concurrentes seraient alors contraintes de s’adapter à ces nouvelles pratiques pour ne pas perdre tous leurs clients. Le paysage bancaire s’en trouverait ainsi profondément et durablement modifié puisqu’il serait à nouveau au service des entreprises et des ménages. De la croissance.

http://sos-crise.over-blog.com/ext/http://www.petition-contre-les-abus-bancaires.org/petition/


Des questions ont été posées, sur Google :

Faut il retirer notre argent des banques avant qu'il ne soit trop tard 

 3 oct. 2008 ... La vraie question est "que faire de l'argent que tu auras retiré de ta banque?". Si tout le monde retire son argent de la banque, ...
fr.answers.yahoo.com › ... › Événements- En cache


Faut-il retirer l'argent de nos comptes courants ?
vimeo.com
Paul Grignon nous livre une révision de son célèbre "Money As Debt" / "L'Argent Dette", qui grâce à vous, internautes et activistes, aura été vues près de 40 Millions de fois, (+ d'un million en France, merci !) et traduis en 15 langues, bénévolement la plupart du temps.

vimeo.com
Renflouements, plans de relance, dettes empilées sur d'autres dettes. Quand tout cela prendra-t-il fin ? Comment sommes-nous arrivés à une situation où il n'y a jamais eu autant de richesse matérielle


www.dailymotion.com
Les banques et les banquiers ne sont hélas trois fois hélas que les pauvres victimes d'un méchant système tombé subitement, à la surprise générale, sur la tête... Pour aider la finance sans


Lire aussi :

Les premières mesures du « Plan LaRouche » pour sauver l’économie américaine

Faire face aux Ides d’octobre

Nouveau Bretton Woods, un enjeu de civilisation !

Face au krach, des boucliers et des épées pour la République

Chronologie : La bataille pour un Nouveau Bretton Woods

Krach 1995 - 2008 :

Dire la vérité au peuple

http://david.cabas.over-blog.fr/


Sur mon blog sos-crise :  

 

liste complète

  • image001.gif




Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 22:15
NS-la-chute.jpg

Patrie des Droits de l'homme, ou de la boue ?
Quelques réflexions d' Eva r-sistons
sur un pays, la France, qui perd son âme...

et change progressivement de nature !
"Société-virus"


Bonjour mes amis,

Courte parution, je ne m'étendrai pas, j'ai une foutue fièvre, et pas celle du samedi soir. Notre société aux mains des magiciens de Big Brother ou de Big Pharma nous empoisonne de toutes les façons, Haarp, alimentation chimique, médicaments détruisant la santé et de plus en plus coûteux car de moins en moins remboursés (on va y venir, si si, au déremboursement complet !), épandages malsains, bombardements qui ne connaissent pas de frontières, etc, bref un vilain virus se ballade au-dessus de ma commune, et ma pharmacienne m'a dit qu'on y passe les uns après les autres. C'est la première fois que je suis malade en quinze ans depuis que j'ai quitté la cuvette polluée de Strasbourg, et j'ai de la fièvre, une angine, une conjonctivite, et une sinusite. C'est tout pour le moment... Je regarde à peine l'actualité et de toutes façons je n'ai ni la force ni l'envie de la commenter. J'en dirai juste deux trois mots succints. Je plane... et je sors du lit pour y retourner. Un de mes Lecteurs, du Sud de la France, m'a réservé ce soir une gentille surprise: J'ai reçu un paquet contenant un CD à partir de mon blog, de la musique tsigane et russe, et une description des grottes où il me convie à fuir l'apocalypse nucléaire à venir, le cas échéant... Sont pas sympas, mes Lecteurs ? Je le contacterai demain pour le remercier si je retrouve ma "force vitale" (puisque c'est comme ça qu'on m'a baptisée, allusion à Bergson). Et un autre Lecteur, du Sud aussi, mais plus au Nord, est venu me voir il y a quelques jours pour partager avec moi ses connaissances en matière d'informatique. J'ai donc pu rencontrer sa gracieuse personne, alors qu'il se rendait en Espagne faire moult emplettes. Sont pas sympas, mes Lecteurs ? 

Xavier Bertrand, lui, est odieux. J'ai vu la manière dont il a traité un journaliste de la presse écrite venu l'interviewer, pas habitué aux micros, et il l'a écrasé de son mépris, de son arrogance de ministre, d'homme habitué à la communication, aux médias. Bertrand est pathelin, hypocrite, sa fausse bonhomie cache en réalité une nature orgueilleuse, elle-même dissimulant sans doute une personnalité mal assurée, complexée, et un esprit retors, méchant, vindicatif, peu communs. Il a annoncé à Colombani, ce soir, être heureux de représenter l'UMP pour le valoriser, je suis sûre que Maître Sarkozy l'a choisi pour sa rondeur, en pensant que sa faconde séduirait, susciterait l'adhésion des Français, mais nul mieux que cet ancien Assureur (un métier où l'on ne se prive pas d'arnaquer les gogos crédules) n'incarne la duplicité et la morgue. Pfff, qu'il aille se faire voir en Grèce, et qu'ils en fassent du kebab... Sera-t-il comestible ? J'en doute...

Mon article sur la liquidation de la France est donc reporté aux calendes grecques. Bigre, il faut reprendre des forces pour traiter un sujet pareil !!!!

La France sous Sarkozy 1er est une crasse. Nos Médias sont la risée de l'étranger, et notre BHL aussi. Ils l'ont bien mérité ! Qu'ils aillent eux aussi se faire voir chez les Grecs - en bien mauvaise posture à cause du capitalisme, du FMI, de DSK, bref de toute la pègre internationale - ou bien dans l'Italie de Berlusconi. La Prese y est exemplaire, dit-on.... !!! Et l'on dit aussi que celle de la France d'aujourd'hui serait pire....

Crasse, je l'ai dit il y a peu, parce qu'en voie de maccarthysation. A peine guérie du racisme anti-juif, voici la France malade d'une nouvelle peste, le racisme anti-musulman. Faut dresser les gogos contre eux, n'est-ce pas, le sous-sol des Arabes regorge de bonnes choses que l'on se doit de piquer, même à Gaza (le gaz, justement). C'est ce que nos amis de Tsahal appelleraient "la moralité exemplaire". Ils sont l'armée la plus morale, le Mossad est d'une moralité que même les laquais de l'UE se mettent à dénoncer, et les guerres pour délivrer les femmes de l'oppression des Talibans, ou pour imposer la démocratie à coups de bombardements, ne font plus illusion. Et c'est tant mieux !

Maccarthysation-chasse aux sorcières musulmanes, mais aussi noires et de la banlieue. 

" Plombée par des sondages désespérants, la droite francilienne tente, par tous les moyens, de mobiliser son électorat. Dans le Val-d’Oise, les colistiers de Valérie Pécresse montrent l’exemple, sans faire de détails : les électeurs sont invités à faire barrage au candidat socialiste Ali Soumaré qualifié de «délinquant multirécidiviste chevronné»     (
http://www.liberation.fr/politiques/0101620713-l-ump-en-quete-de-pieces-a-conviction-en-ile-de-france).  La campagne de l'UMP aux abois vole si bas, que les adeptes (il en reste, hé oui !) du sarkozisme croient se refaire une virginité en plombant un jeune candidat de la banlieue, noir de surcroît. Tiens donc ! On n'a plus droit aux erreurs de jeunesse, maintenant ? Je croyais que la double peine avait été abolie par un certain Sarkozy, justement ! Et en plus, l'UMP invente des peines qui auraient été prononcées contre d'autres ! D'ailleurs, est-ce que ce n'est pas un atout, justement, d'avoir pour la "banlieue" un candidat qui en connaît bien les problèmes pour les avoir lui-même vécus ? Et entre nous, je préfère les petites frasques de jeunesse de M. Soumaré aux grandes frasques d'un Madelin ou d'un Devedjian alors étudiants en Droit et de l'ultra-droite !!

Sarkozy et ses dérapages, Sarkozy qui veut pendre à un croc de boucher (pas moins) un ancien Premier Ministre dont il est jaloux, l'UMP qui déraille au point d'être désavouée par ses éléments les plus dignes comme Chantal Jouannot, le maccarthysme-chasse aux sorcières musulmanes (à qui on colle de plus en plus d'étoiles jaunes), le favoritisme indécent d'un Clan au service d'Israël, l'américanisation à marche forcée jusque sous le Prétoire ("le plaider coupable", par ex), des libertés en voie de liquidation, des discrimations flagrantes en pleine campagne pour la diversité, des insultes envers des citoyens noirs ou de la banlieue, une arrogance inouïe envers un journaliste de la presse écrite qui n'est pas un as de la communication verbale, des renvois brutaux de citoyens pourtant enracinés dans notre pays, payant leurs impôts, etc, mais pas assez Français et cela vers des pays en guerre ou sous un régime dictatorial, des gardes à vues violentes qui se multiplient sans raison - même à l'encontre d'enfants ! -, des arrestations arbitraires, une politique du chiffre même dénoncée par ceux qui sont obligés de l'appliquer, une Presse d'une complaisance répugnante, des silences honteux sur les sujets concernant directement le présent et le devenir des peuples, des mensonges effroyables comme celui du 11 septembre dont il n'est pas permis de discuter, de légitimes dénonciations de politiques criminelles ravalées à de l'antisémitisme, peut-être une future pénalisation de boycots tolérés pour l'Afrique du Sud mais pas pour l'Etat Israël et pire encore, sait-on jamais au point où on en est, la criminalisation du nécessaire antisionisme quand il dénonce une politique raciste, haineuse, assassine, eugéniste..., et même maintenant le mépris de nos agriculteurs eux "la mamelle de la France", tout cela sent mauvais, très mauvais... Que devient donc la France ? L'ombre d'elle-même, un objet de mépris à l'étranger, une honte intolérable !

Il est temps d'en prendre conscience avant que la situation ne devienne réellement nauséabonde, et de façon irréversible. Eva R-sistons à l'intolérable
 



http://www.denistouret.net/textes/Bauer.html


Petit détail croustillant ignoré des Médias
que je trouve à l'instant sur un forum de C4N :
Bauer perquisitionné !


"Les policiers ont perquisitionné chez l'ancien grand maître du Grand Orient de France dans le cadre de l'affaire Clearstream

Les bureaux parisiens d’Alain Bauer, spécialiste en question de sécurité et ancien grand maître du Grand Orient de France, ont été perquisitionnés par les enquêteurs de la police judiciaire, à la demande des juges d’Huy et Pons, en charge du dossier Clearstream.

Les policiers qui avaient contacté Alain Bauer en Chine, où ce dernier était en déplacement professionnel, ont, dès son retour, jeudi soir, eu accès à ses archives ainsi qu’au contenu de son ordinateur portable et d’un coffre fort.

Les enquêteurs s’interrogent sur les éventuelles informations qu'Alain Bauer, ancien conseiller d'EADS, dont le numéro 2 était le "corbeau" de l'affaire Clearstream, Jean-Louis Gergorin, pourrait détenir sur ce dossier."


Détail de "La liberté guidant le peuple"
d'Eugène Delacroix
   
J’ai aimé mon pays





J’ai aimé mon pays,
Ce havre pour tant d’âmes
Bannies de tout bonheur.
J’ai aimé cette contrée
Capable de concevoir
La Liberté, l’Egalité et la Fraternité.

Les rêves de mon enfance,
Mes espérances, ma fierté,
Ma foi en son destin,
Toi, l’insatiable Président,
Tu les jettes dans la mare visqueuse,
Des tristes foires aux intérêts.

Je ne reconnais plus ma nation,
Je n’aime pas ce que tu fondes
Avec l’indécente complicité
Des charlatans qui t’ont fait roi,
Pâle souverain sans couronne ni cœur,
Marionnette au service des marchands !

J’ai honte que tu fasses de cette Terre d’Accueil
Le lit des privilégiés, la demeure des fanatismes ;
J’ai honte que tu puisses jeter les pauvres et petits
Aux mains des juges, après celles de tes policiers.
Comment peux-tu renier si grossièrement
Les droits légués par nos illustres aînés ?

Qu’elle est funeste, ton œuvre !
Où donc est ton âme, Président ?
Pour te croire tout puissant
Faut-il que tu enfermes
Des femmes et des enfants
Dans d’infectes prisons ?

Faut-il donc que tu jettes,
Tant de jeunes exclus du travail,
Aux vents mauvais de l’hiver,
Sans autre abri que la rue,
Sans autre espérance
Que de périr au plus vite ?

Pour être grand et digne,
Selon les injonctions de ton orgueil,
Faut-il toujours sonner l’hallali
Contre un sang venu d’ailleurs
Que toi et les tiens prétendez impur ?
Faut-il chasser jusqu’à leurs enfants ?

Faut-il que nous subissions le drapeau
Planté au droit de nos écoles ?
Pourquoi pas une guillotine
Rappelant que les résistants
Devront perdre leur tête
Pour prix de trop d’humanisme ?

Nos enfants devront-ils crier à tue-tête
Le chant barbare, ignorant l’amour,
Cet alibi de vos haines de puissants ?
Et tu voudrais brûler sous le feu de tes juges
Les élèves trop vivants
Qui te déplaisent dès leurs treize ans…

Mon pays, sous ton impulsion,
Devient un comptoir d’estaminet
Pour racistes écervelés.
Et tu fais d’un monde de culture
Un désert sans beauté,
Livré au triste cercle des boursiers.

Tu vends notre verbe,
Ce trésor des grands esprits,
Aux êtres incultes et avides,
Uniquement préoccupés
De parler un idiome sans âme
Juste utile pour la cause des camelots.

Tu vis de peur et sans confiance,
Nous tous, coupables ou innocents,
Tu veux nous mettre en fiches
Et transformer tes argousins
En voyeurs de nos vies intimes
Et en obsédés du chiffre à t’offrir.

Feras-tu taire le poète
Qui te brave par ses mots ?
Jetteras-tu dans tes geôles
Les âmes trop pures
Qui, bras ouverts,
Osent encore aimer l’humain sans frontière ?

Espères-tu arrêter le vent ?
Il s’insinue partout,
En dépit de tes lois
De musèlement et de peur.
Arrête-le ici,
Il renaîtra là-bas !

La liberté te renversera,
L’égalité t’a déjà condamné,
La fraternité s’imposera
Chassant les puissants
Dans les ténèbres
D’un monde sordide…

Tes mots trop mielleux,
Démentis par tes actes ténébreux,
Hurlent le viol de la vérité !

Que sont les poètes devenus
En douce France ?...

© Jean Dornac
Paris, le 15 février 2010

Source: http://humeursdejeandornac.blogspot.com/

Un blog à visiter sans modération

Et un grand merci à Patrick Mignard


Lisez aussi :
PALIMPSESTE D'UNE SAISON AVORTEE
Poème très émouvant d'un poète haïtien, transmis par Denise Bernhardt. Je les remercie tous les deux. J. Dornac
 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-j-ai-aime-mon-pays-45346914-comments.html#comment56836625



A-vs-de-juger--chabot.jpg

Nos jolis médias, reçu:

Eviction de NDA de la 2 e chaine

Le pluralisme à deux vitesses d’Arlette Chabot                                                                                                                                                                                     http://blog.nicolasdupontaignan.fr/index.php/post/2010/02/24/Le-pluralisme-%C3%A0-deux-vitesses-d%E2%80%99Arlette-Chabot                                                                                                                                Envoyons des centaines de messages a la directrice des programmes de  Fr2

              
       J’ai adressé le message suivant à la direction de Fr2

       http://relations.france2.fr/contact/form1_questionsemiss.php


"Madame le directeur de Fr2

Objet: Plainte contre l'eviction de NDA de la 2 e chaine

Fidèle d'Entenne 2, je proteste fermement contre l'interdiction d'Entenne dont est victime Nicolas DUPONT-AIGNAN, Député-maire de Yerres, président de DEBOUT LA REPUBLIQUE, parti gaulliste, républicain, laïque et patriote.

La discrimination dont il est victime est injuste et insupportable, contraire au pluralisme.

Je vous prie de recevoir madame l'expression de ma haute considération"


Raoul louis CAYOL



Pétition Honduras:


Condemn Political Repression in Honduras

Demand an end to tortures, rapes, abductions, assassinations and all political repression and human rights violations by the illegitimate Porfirio Lobo government in Honduras.

Withdraw U.S. recognition of the illegitimate, coup-based Lobo government.

Let the Honduran People restore democracy through convening the Constitutional Convention they have been demanding to rebuild their country on a basis of equality and justice.


Sign the Emergency Petition!
at
http://www.iacenter.org/honduras/condemnhonduranrepression


Texto en Español



censure-Internet.jpg

Sous couvert de lutte contre le racisme,
projet de censure globale d'Internet



Grâce à une instrumentalisation méthodique et progressive de la lutte contre le « racisme » (prétexte), un projet de censure globale de l’Internet est en cours de réalisation, ce mouvement de fond qui se dessine dans les arcanes du pouvoir est symptomatique de la défiance de nos « élites » envers le peuple qu’il souhaite « surveiller » de plus près.

Jusqu’à présent encore très peu réglementé, Internet s’est généralisé depuis une dizaine d’années, c’est vraiment la nouveauté de la décennie et on y est désormais tellement habitué qu’on se demanderait presque comment on a pu vivre si longtemps sans ce média aux possibilités si riches et si libres, eh bien à ce niveau il semblerait que nous ayons quelque souci à nous faire car sur ce média jusqu’alors si prodigieusement indépendant, de sombres nuages viennent s’amonceler à une vitesse accélérée, jugez un peu :

D’abord la loi Hadopi, (mauvaise loi diront beaucoup, car sa médiocre rédaction trahit le manque de compréhension technique de l’outil par ses rédacteurs) vise à traquer le téléchargement illégal, encore cette loi n’a t elle pour but que de s’attaquer à ceux qui en contournant les procédures légales de chargement de fichiers provoqueraient un manque à gagner pour les auteurs mais ne touche a priori nullement le contenu du Web, n’empêche on pouvait craindre par la mise en place d’outils techniques de surveillance que la prochaine étape viserait la teneur des sites Internet eux-mêmes et bien cette menace n’a pas tardé à se faire jour, ô bien sur, habillée comme il se doit des meilleures intentions, il doit s’agir de moraliser le Net en le débarrassant de ses éléments subversifs, or qu’est ce qui à notre époque est considéré comme subversif par excellence ? Le racisme bien sur, véritable « peste morale » qui risque en permanence de contaminer nos concitoyens ! « Conscients » du problème les plus hautes autorités de l’état ont fissa commandé la rédaction d’un rapport sur la lutte contre le racisme (sic) sur Internet, gageons qu’après cette 1ère étape du « combat moral », la prochaine étape consistera à rechercher les moyens d’attaquer directement les sites « déviants » eux-mêmes en les interdisant purement et simplement et en poursuivant leurs hébergeurs à partir du moment où peu ou prou le contenu de ces sites risquerait de porter atteinte aux « valeurs démocratiques » de nos sociétés (toujours l’habillage sémantique) mais pour l’instant concentrons nous sur ce que signifie « lutter contre le racisme sur Internet » dans l’esprit de nos dirigeants !

La photo mise en illustration montre Isabelle Falque-Pierrotin (retenez bien ce nom car cette personne va certainement jouer un rôle de plus en plus important) remettant à François Fillon le rapport « lutter contre le racisme sur internet » le 21 janvier dernier à Matignon, or qui est cette Mme Falque-Pierrotin ? Officiellement elle est Conseillère d’Etat et présidente du Forum des droits (sic) sur l’internet, diplômée HEC et ENA (cela aide à comprendre la suite) encore plus explicite elle a été nominée en 2007 au Big Brother Awards pour "sa collaboration déterminée à l’évitement de toute évaluation scientifique et contradictoire de l’utilisation du vote électronique en France, et notamment, courant 2007, des machines à voter", le Big Brother Awards est une récompense « à destination des gouvernements et entreprises … qui font le plus pour menacer la vie privée » et bien voila qq. indices de nature à alimenter notre inquiétude sur « l’orientation » éventuelle de ce rapport … mais venons en au fait c’est à dire au contenu du rapport lui-même :
Celui-ci épais de 64 pages est téléchargeable ici-lien, plutôt que d’en faire une analyse exhaustive (et ennuyeuse) tâchons d’en relever les passages les plus significatifs :
p.5 Synthèse rapide, la conclusion est en quelque sorte au début, pratique si on n’a pas envie de lire
p.10 Propos introductif, là c’est croustillant, les 3 tout premiers mots comme les 3 sorcières de Macbeth donnent déjà à fond l’ambiance de la suite : « Le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme » bigre c’est du lourd !
p.15 tous les Agoravoxiens reconnaîtront en photo la vidéo du bus francilien, un régal que le commentaire qui l’accompagne, je cite :
« Cette agression filmée, qui n’avait aucun caractère raciste du propos même de la victime, a été détournée pour attribuer à une population ou une communauté religieuse un type de comportement (raciste). »
Or nous savons que la victime, étudiant à Sciences Po, est inféodé de facto à la pensée unique, aussi tout le monde a pu voir sur cette vidéo l’origine ethnique des agresseurs qu’il est bien sûr politiquement incorrect d’énoncer, enfin les racistes ce sont ceux qui ont le mauvais goût d’appeler un chat, un chat, la doxa prohibant l’usage de certains mots, bref par ce simple exemple on est fixé sur le type de publication d’Internet que le pouvoir a dans le collimateur !
p.25 je cite : « les sites négationnistes ou révisionnistes sont hébergés aux États-Unis, en Russie et sont en recherche de paradis numériques » la Russie, dernier espace de liberté européen en ce qui concerne le Net ? n’est ce pas un magnifique retournement historique ? laisse songeur ..
p.43 à lire absolument : au §3 la liste des associations « luttant » contre les 3 « maux » suprêmes, très intéressant car elle marque la philosophie du rapport en énonçant quels doivent être les relais sociaux de l’action du pouvoir dans cette « lutte », on y trouve les institutionnels avec la Halde, les confessionnels avec le CFCM et surtout le CRIF très souvent cité dans le rapport et qui doit donc être considéré à notre époque comme la référence éthique incontournable ? enfin sont énumérés les 3 mousquetaires de la vertu civique à savoir la Licra, le Mrap, la Ldh sans oublier d’Artagnan (SOS racisme) ! Si avec ça on n’a pas encore compris ceux que le pouvoir considère comme légitimes …
p.49 « il n’apparaît pas nécessaire de renforcer le dispositif répressif actuel » fausse bonne nouvelle, voir la suite …
p.51 « il semble utile d’encourager la poursuite d’un plus grand nombre de faits, y compris lorsqu’aucune partie civile n’est présente, et d’adresser aussi bien, les cas les plus graves que ceux qui relèvent du racisme ordinaire » nous voilà utilement rassurés ! surtout par cette merveilleuse appellation de racisme ordinaire, ça va faire du monde de concerné !
p.53 §4 « Faire mieux connaître les condamnations liées au racisme sur internet » comprendre : semer l’effroi dans la population internaute afin de rendre à terme Internet « lisse » comme les médias traditionnels …
p.57 au §2 il est prévu d’accorder encore des subventions aux associations « bien-pensantes », décidément l’état toujours en déficit n’est pas avare quand il s’agit de se doter de délateurs !
p.59 les hébergeurs du Web.2 (suivez mon regard) sont bien les premiers visés comme devant coopérer à la nouvelle croisade pour la sainte épuration du réseau des réseaux, amen !

Un mot encore sur l’orthodoxie morale du premier ministre en exercice qui a commandité ce rapport, gentil Fillon est on ne peut plus politiquement correct, qu’il aille au dîner du Crif ou réciter son catéchisme à Europe 1, avec lui pas de souci sur sa correction en matière de pensée !

http://www.dailymotion.com/video/xc17uf_1-parlons-net-reçoit-isabelle-falqu_news

Bien plus évocateur et « parlant » que ce long rapport, l’interview du 5 février dernier de Mme Falque-Pierrotin sur France Info permet d’apprécier l’état d’esprit qui anime les auteurs de ce rapport, c’est éloquent :
- elle y est interrogée par 3 gentils délégués des médias subventionnés dont on peut trouver la liste sur ce site qui met en ligne les 2 parties de l’entretien le tout coché par David Abiker fidèle gardien du Temple de la pensée unique, je me suis limité pour des raisons pratiques à ne commenter que la 1ère vidéo, d’ailleurs plus concrète et plus instructive, voici quelques propos parmi les principaux relevés au passage ;
3’58 votre rapport ne fait pas mention de l’opinion de la société civile du Net ? (question pertinente de David Abiker, suit la réponse)
4’20 bah, c’est qu’on n’a pas eu le temps de les associer (bonjour la démocratie)
7’06 mais je vous rassure, nous avons auditionné les hébergeurs (ouf !)
9’33 les Français n’ont pas encore compris ce qu’est Internet (un mauvais point madame ?)
11’22 les gens n’ont pas intégré ce qu’est cet espace médiatique (mauvais élèves ces Français)
13’15 mise en place d’une véritable éducation aux médias (retourner à l’école bientôt)
13’48 former une génération à la socialisation de l’Internet (toujours la rééducation)
16’12 on a tous les moyens pour lutter contre ce type de débordement (alors de quoi on parle ?)
16’41 le racisme ordinaire (ennemi ô combien insidieux) contre lequel il serait pédagogique (encore l’éducation) d’avoir 1 ou 2 condamnations (faire un exemple, enfin !)
18’35 il pourrait y avoir quelques poursuites dirigées contre le racisme ordinaire (la vermine à extirper)
22’38 les Etats-Unis (ont) l’abri du 1er amendement (bah mince c’est pas bien alors le 1er amendement qui garantit la liberté d’opinion ?)
23’12 la dérive de l’Internet … (il est temps que prenne fin cette absence de contrôle)

Surtout ce qui frappe à l’audition de Mme Falque-Pierrotin, c’est l’emploi répété du mot de « racisme » qui revient un nombre incessant de fois comme un leitmotiv tout au long de son discours ; pour cette personne intelligente, cultivée, d’aspect sympathique (si sincèrement) mais terriblement conformiste tout en étant persuadée d’être progressiste, qui en fait incarne parfaitement la bien-pensance officielle, donc dans l’esprit de cette personne si bien éduquée le « racisme » fait figure de véritable perversion morale qu’il convient à tout prix d’extirper comme les inquisiteurs traquant l’hérésie, bizarre qu’il n’y ait pas plus d’interrogation philosophique sur le caractère simpliste et arbitraire de cette déviance selon elle et de l’impossibilité d’en fournir une définition honnête et impartiale, non le racisme n’est au fond qu’une sorte de maladie dégénérative de la plèbe trahissant son manque d’évolution et de maturité, il ne fait nul doute dans l’esprit de ces zélites (qui n’habitent que les beaux quartiers) que toute pensée « raciste » est à mettre sur le compte d’un défaut de maturité d’esprit, à partir de là il convient de subjuguer ce nouveau fléau grâce à une sévère rééducation, tous ceux pensant différemment ont tort … ça ne vous rappelle rien ?

Par cette déclaration de guerre à toute expression de « racisme » chez nos concitoyens il s’agit :
- d’annihiler la possibilité de tout sursaut identitaire (attention dérapage !) chez les Français en instaurant une police de la pensée ;
- de prendre prétexte de la mise en place d’un système de contrôle pour censurer progressivement tout le Net, repérer et proscrire toute pensée déviante, toute information dérangeante ;
Ce rapport et cette interview trahissent en fait le mépris profond qu’ont nos « élites » vis-à-vis du peuple, si celui-ci ne pense pas comme eux, il ne peut qu’avoir tort et il convient de le rééduquer (sous entendu ils nous sont supérieurs), il y aurait en définitive une ligne de partage invisible entre le bien incarné par les pouvoirs publics, les médias officiels et les associations subventionnées et le médiocre, le vulgaire voire le mal que sont toute opinion non liftée par la pensée officielle et par extension tout média encore non contrôlé avec au 1er chef bien sûr Internet, la mise au pas s’annonce rude !

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkyyuuZZykJzIffgGY.shtml



J’ai honte d être français

Parce que nos anciens morts pour nos droits, morts pour la liberté, l’égalité, la fraternité
Morts pour rien, et Lisbonne les a tués une seconde fois
Leur souvenir, pilier de notre nation démocratique, les valeurs de notre belle patrie, Marseillaise
Se sont écroulées bafoués le jour d une signature

J’ai honte d’être français
Patrie des droits de l homme
L’exemple d’une terre d’accueille au passé c est à rappeler
Ferme à présent ses portes aux malheureux, malheureuse fuyant la misère, la guerre, la mort la violence, la faim

J’ai honte d’être français
Notre justice aveugle, sourde et muette
Démontrant intégrité et sens du juste avec implacable compétence
Que nous reste t il pour défendre nos droits
Contre les vilains voyous et autre crapule de la haute sphère

J’ai honte de devoir contribuer par ma sueur, mes impôts, mes besoins minimum vitaux
A leur enrichissement
Alors que dans le tiers monde dans leur totale indifférence où ils préfèrent jeter plutôt que donner
6 Millions d’enfants meurent de malnutrition, maladie, manque de soins
5 Millions perdent la vue pour des raisons similaires
Les valeurs on changé
L’argent a plus d’importance que la vie
Sur la mort et la maladie ils font grand profit

J’ai honte d’être un homme
Je contribue à dégrader mon eau, mon air, ma terre, ma mère nourricière, la notre
J’ai honte de lui rendre si peu de respect, gratitude
J’ai honte d’avoir ignoré son enseignement et de n’avoir su mettre a profit ses leçons

J’ai honte moi l’espèce dite intelligente
De ne pouvoir m’élever au rang d’un simple ver de terre
Bienfaiteur de par ses galeries facilitant enracinement et infiltration
Rejetant nutriment utile aux plantes
Il mérite sa place
Et dame nature démontre que la pérennité na nul besoin d’intelligence
Surtout si on ne sait s’en servir
Sans sagesse elle n’est rien
J‘ai honte de ne pas en avoir trouvé une contribuant à l’entretien et au renouveau de la vie
Comme toute autre espèce animale, végétale, aquatique contribuant à l’équilibre

Je rêve de liberté, de dignité
J’ai honte

J’ai honte et ça suffit

Posté par Moi


http://www.alterinfo.net/Vers-un-Maccarthysme-francais_a43098.html?com#com_1236031


Un grand moment de vérité :

NIGEL FARAGE : Il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas (1 mn 50)


Van Rompuy, président de l'Europe


Réduire un continent en dictature et placer à sa tête un personnage qui n’a d’autre légitimité que sa connivence avec l’obscur groupe de Bilderberg ? Il faut vraiment être fou ! Heureusement, il suffit qu’un seul ose poser les vraies questions pour que ces tristes sires soient démasqués...
Nigel Farage aura ainsi contribué à ce qu’on revienne à la raison en enterrant ce cadavre en décomposition qu’est devenu la "construction" européenne.


Merci
www.artemisia-college.org    

Partager cet article
Repost0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 20:25
 

democratie.jpg


Non au maccarthysme français,
non à la chasse aux sorcières musulmanes.
Oui aux valeurs républicaines !
Par Eva R-sistons

Chers Lecteurs et Lectrices,

Reçu la Lettre ci-jointe, adressée à Mme Alliot-Marie, à laquelle je souscris totalement. La société laïque française, ouverte et tolérante, est en train de devenir une société à deux vitesses, piétinant la liberté, l'égalité, la fraternité, nos valeurs républicaines, mettant sur un piedestal la Communauté juive, et désignant à la vindicte la Communauté musulmane. L'antisémitisme est à deux faces: envers les sémites juifs et envers les sémites arabes, souvent musulmans. Et il est AUSSI intolérable dans les deux cas; Tout être humain a droit au respect. Par conséquent, il est en effet intolérable que l'Etat français, qui pourtant devrait montrer l'exemple de l'équité, fustige constamment une communauté et privilégie l'autre, au point de se prosterner devant cette dernière. Ce climat est malsain, nauséabond. Il dresse une partie des citoyens contre l'autre. Vichy n'est pas loin ! A quand l'étoile jaune pour stigmatiser les Musulmans ? L'Histoire se répètera-t-elle ? Et nous devrions être spectateurs ? Alors qu'une véritable chasse aux sorcières commence, contre la burqa, contre la marché halal, contre les Musulmans assimilés aux Islamistes ou pire encore, à des terroristes potentiels...  à quand le maccarthysme français ? Réalise-t-on ce que la France est en train de devenir ? Non seulement une vulgaire, très vulgaire République bananière, mais aussi une République intolérante, injuste, fustigeant une partie de ses citoyens, dressant les individus les uns contre les autres, salariés contre chômeurs, travailleurs contre assistés, travailleurs du privé contre fonctionnaires, blancs contre bruns, Judéo-Chrétiens contre Musulmans... Où cela va-t-il s'arrêter ? Nous sommes sur la mauvaise pente ! Un climat de haine et d'intolérance infecte la belle patrie des Droits de l'Homme, la terre de Voltaire !!! Il est temps d'arrêter la machine infernale ! Nous voulons vivre dans une société apaisée, sans chasse aux Juifs, aux Musulmans, aux Jaunes, aux Noirs, aux fonctionnaires, aux pauvres... nous voulons retrouver nos valeurs, nous voulons vivre la liberté, l'égalité, la fraternité, concrètement, au quotidien !

Je prépare un article sur la liquidation de la France.

Jusqu'à quand tolèrerons-nous l'intolérable ???

Eva r-sistons 


burqa-fse-j.jpg
  
Rosita RUCKI-BERNARD

95200 Sarcelles,

 à

  Madame Alliot-Marie Ministère de la Justice

13 place Vendôme 75042 Paris

 


Sarcelles,

Le 22 février 2010

Madame la Ministre,

En réponse à votre allocution du 19 février 2010 lors du dernier repas du CRIF à Bordeaux, force est de constater votre allégeance sans faille envers cette organisation. C’est bien vous, Madame la Garde des Sceaux qui faites un amalgame aussi scandaleux que dangereux entre antisémitisme et antisionisme. Si l’antisémitisme est effectivement contraire à mes valeurs morales sachez que je n’attends pas qu’une loi me le rappelle !
Et puisque vous soulignez à juste titre que l’antisémitisme est indigne de l’héritage humaniste de la Patrie des droits de l’homme, permettez-moi de vous rappeler que les campagnes et débats islamophobes menés tambour battant par les politiques de tous bords depuis plus de 7 mois, ne le sont pas moins.
Qu’en est-il du travail de mémoire que la télévision, le cinéma et l’école m’imposent quotidiennement, alors que par vos multiples tentatives d’intimidation vous souhaitez me rendre complice des crimes de guerre reconnus et commis par l’Etat que vous soutenez ouvertement? Car soyez-en certaine, ce travail de mémoire a été si bien entretenu pendant de si longues années, qu’il me permet d’avoir le courage de vous dire STOP ! De quel droit parlez-vous de politique générale en mon nom dans un diner mondain organisé par une organisation ouvertement sioniste !

Non seulement je boycotte Israël et tous ses produits dérivés depuis les avocats jusqu’au dernier membre du Betar, parce que je refuse qu’un seul de mes euros contribue au génocide d’un peuple. Mais sachez que je boycotte également la chaine de restaurants Quick, devenue propriété de l’Etat depuis qu’elle a été rachetée par une filiale de la caisse des dépôts et consignations, dans des conditions telles que la Belgique instruit une enquête au moment où je vous écris. Ce même Etat français qui encourage jour après jour à l’incitation à la haine raciale, à des divisions entre les communautés qui n’ont pas raison d’être, à faire de l’islam la religion à réformer en attendant de lui donner le coup de grâce !

Résister à l’intolérable n’est pas un crime Madame la Ministre, c'est un devoir, et croyez bien que les paroles de Lucie Aubrac qui a dit que résister devait se conjuguer à tous les temps réveillent des consciences longtemps anesthésiées par les campagnes de désinformation et de censure.

Qu’en est-il Madame la Ministre de ce projet de loi sur la création d’un pôle génocide au Tribunal de Grande Instance de Paris et qui d’après un article paru le 08 janvier 2010 sur le site du CRIF, après que votre cabinet se soit empressé de rassurer l’organisation qui commençait à se faire des soucis, ne concernerait que les crimes commis au Rwanda ? Les crimes contre l’humanité ne concernent-ils pas l’humanité toute entière? A moins que l’Etat français et l’organisation « crifiène »considèrent que les Palestiniens ne font pas partie de cette humanité ?

Pour en revenir à vos réflexions qui font partie du travail collectif de la mémoire, permettez que je rafraîchisse la vôtre par la même occasion:

« La France sait ce qu’elle doit à la communauté juive », votre mémoire est-elle à ce point sélective ? 38 000 soldats musulmans ont donné leurs vies entre 1914 et 1918, en août 1944, 173 000 soldats arabes et africains de confession musulmane se sont battus pour libérer notre pays, 55 000 d’entre eux sont morts pour la France et les juifs de France qu’elle portait en son sein. Que dire des survivants qui se battent encore pour que leurs droits les plus élémentaires à la pension d’anciens combattants soient respectés !

« Tout sera fait pour que la communauté juive puisse se retrouver autour de ses traditions et de ses rites, au sein de la communauté nationale », je veux bien vous croire puisque depuis l’année 2009 les fêtes religieuses de Hanoukka peuvent être célébrées avenue de l’Opéra à Paris où encore aux champs de Mars, et dans d’autres villes françaises, sans que personne n’y trouve à redire. Que souhaitez-vous de plus? Encore une fois un bel exemple de la laïcité à deux vitesses…

Si je constate en effet que « tout sera fait, pour que les Juifs de France soient fiers d’appartenir à une Nation généreuse, ouverte, respectueuse des différences.

Fiers de nourrir l’identité de la France, pour qu’elle garde son message universel. » Je constate aussi que dans un même temps tout est mis en œuvre pour stigmatiser une communauté qui n’a rien demandé, stigmatisée au point que même le programme d’histoire/géo des classes de seconde s’apprête à être remanié en faisant la part belle à l’Occident chrétien, au détriment de l’étude de la civilisation musulmane.

N’enviez-vous pas, Madame la Garde des Sceaux le courage et la liberté de Zineb, cette jeune élève qui a porté comme un étendard un T-shirt Free Palestine après que son professeur d’histoire géo ait fait à la classe entière l’apologie d’Israël, un état reconnu comme étant un état assassin?
N’éprouvez-vous pas la même honte que moi, de savoir que son courage et son civisme lui ont valu trois jours d’exclusion de son collège?

En ce qui me concerne Madame la Garde des Sceaux, le temps de l’intimidation est bel et bien révolu et j’invite mes concitoyens de toutes confessions, et qui pensent que la justice française a encore un rôle honorable à jouer dans cette société, à faire appliquer l’article 223-6 du code pénal afin d’empêcher un nouveau génocide imminent !

Article 223-6 du code pénal« Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.
Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours. »

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en ma volonté de résister aussi longtemps que ce mot aura un sens.

Rosita RUCKI-BERNARD


LIBRE DE DROITS


___________________________________________________________________________________



Carte des sites nucléaires en IranUne des cartes qui nous montre un Iran nucléaire, rempli d’usines atomiques…

Pourrions-nous en avoir une seule, reprenant toutes leurs maisons de santé ?


Pour le public occidental, depuis plusieurs années, l’Iran est dénigré, et son gouvernement, au travers de son président, Mahmoud Ahmadinejad, est diabolisé systématiquement.


Le premier à pousser à son paroxysme cette rhétorique insultante à l’égard de l’Iran fut le gouvernement de Georges W. Bush bien connu pour son « respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression » (1), pour » son combat contre la torture et les inégalités » (« Kidnappés par la CIA, les charters de la torture », par Trevor Paglen et A.C. Thompson, éditions Saint-Simon), pour « son éthique électorale » (
hacking democracy) et pour « son attachement à la transparence et à la vérité » : «Faux prétextes» (2).


Par le slogan néoconservateur d’Axe du Mal (Axis of Evil), l’Iran fut « popularisé » dans nos séries télévisées, dans nos journaux écrits et parlés, comme un État voyou, ainsi étiqueté par le pays comptant le plus de prisonniers au monde, 2,3 millions (3) (davantage que la Chine).


Depuis cette date, cette image salie, d’un Iran terrifiant, est profondément ancrée, imprimée dans l’esprit de nombreux occidentaux.


Le contentieux entre les États-Unis et l’Iran remonte certainement  à l’occupation de l’ambassade américaine à Téhéran, en 1979, entraînant la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays.  Cela n’avait pas empêché par la suite Ronald Reagan de vendre des armes à l’Iran pour, avec l’argent obtenu, soutenir les Contras au Nicaragua (
Irangate).  Mais bon...


Avant cela, en renversant pour des raisons de nationalisation du pétrole iranien le docteur Mossadegh élu en 1953, Washington et la CIA ont permis, et soutenu, 40 ans de dictature par le Shah Phalavi, régime très peu compatible avec la liberté d’expression et les droits de l’homme, sans que cela n’entraîne, autant qu’aujourd’hui, un tollé de protestations et de provocations des philosophes, des politiciens et des médias occidentaux.  Ceux-ci s’accommodaient donc davantage de la Savak et des terribles tortures de la police secrète du Shah (4), qu’ils ne supportent aujourd’hui les débordements des Gardiens de la Révolution.


Depuis, des élections annoncées comme truquées (sans preuves), des phrases mal traduites (5), un programme nucléaire présenté comme ayant des buts militaires, des répressions de manifestants et d’opposants qualifiées de bains de sang, un prétendu antisémitisme insupportable (6), sont venus renforcer l’image diabolique du gouvernement iranien au point qu’aujourd’hui, pour l’Occident, il incarne le Mal Absolu. Il n’est plus sur l’Axe du Mal du « paisible » Bush, il est  le Mal.


Sont ressorties également de façon très opportune, les images d’un gouvernement intolérant opprimant son peuple, ses femmes, à coups de matraques, confondant politique et religion, et pour lequel l’emprisonnement et la torture remplaceraient le dialogue et le débat critique, si « chers » aux occidentaux.


Connaissez-vous le système iranien d’accès aux soins de santé ?


Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, ce système a permis de réduire de 70% la mortalité infantile dans ce pays, l’Iran islamiste, en 30 ans (7). Le Dr Aaron Shirley, premier pédiatre noir du Mississipi en 1965, connaît bien, lui, le modèle iranien, et à 77 ans, il voudrait l’importer dans le delta du Mississipi, où le taux de mortalité infantile est le plus élevé des États-Unis (50% de plus que la moyenne nationale) et où l’espérance de vie est la plus faible du pays. Aaron a passé, avec deux collègues, dix jours en Iran en mai 2009.

Le Dr Aaron Shirley

Le Dr Aaron Shirley

En octobre 2009, ce sont quatre médecins iraniens, dont un membre du ministère de la Santé qui ont passé une semaine dans le Mississipi. Il y a une certaine morale dans cette histoire dont personne, sur les grandes chaînes de la télévision occidentale, ne parle.  Celle d’un pédiatre noir, qui a subi des violences policières alors qu’il était militant des droits civiques et qui a contribué à la création du plus grand centre de santé communautaire de l’État, accueillant dans le Sud profond des Iraniens afin de s’inspirer de leur système d’accès aux soins de santé : quelle leçon à tous les philosophes, philanthropes et politiques qui aboient sur l’Iran et répandent leur fiel sur ce pays.


Malgré les dizaines de millions de dollars injectés par le gouvernement fédéral étatsunien, les soins médicaux primaires dans le delta du Mississipi sont restés peu performants. L’Iran compte 17 000 maisons de santé, des dispensaires ruraux qui emploient les agents de santé locaux.


Aujourd’hui, plus de 90 % des 23 millions d’Iraniens habitant en zone rurale ont accès aux services de santé grâce à ce système, selon les responsables, et cet accès est gratuit (8). Sans écho dans les médias occidentaux qui préfèrent ne parler de l’Iran que quand on peut en dire du mal, sans tapages, les États-Unis et l’Iran ont discrètement apporté leur soutien à l’initiative proposée dans le delta où des noirs vivent en majorité.


L’Institut national de santé (National Health Institute) américain a fait part de son approbation, comme le confirme un texte publié sur son site internet : « Le succès remarquable du concept iranien des maisons de santé […] apporte espoir et inspiration aux autorités du delta du Mississipi. » (9).


En visitant l’Iran, le docteur Aaron Shirley, le pédiatre noir à l’origine du projet, a déclaré, en riant : « Je me suis senti plus en sécurité en Iran que dans le Mississipi des années 1960. »


Les Iraniens qui sont venus en octobre 2009 ont eu, eux, un choc en constatant l’immense pauvreté de l’Amérique rurale en arrivant à Baptist Town, un dédale de rues boueuses, de terrains vagues à l’abandon et de cabanes coincées entre deux voies de chemin de fer et un bayou. Pas d’écoles, pas de cliniques, pas de centre communautaire.


Le Dr Shirley s’est rendu récemment au Congrès, à Washington, avec un confrère pour récolter des fonds afin d’ouvrir des maisons de santé à l’iranienne à Baptist Town, dans la périphérie de Greenwood et dans quatorze autres zones du delta du Mississipi. Le projet du Mississipi vise à former des aides-soignants, puis à les envoyer faire du porte-à-porte pour délivrer des soins de base, comme prendre la tension artérielle, faire des soins d’hygiène. Pour les soins plus avancés, les patients continueront d’être envoyés dans des cliniques et des hôpitaux, et pourront ensuite bénéficier d’un suivi à domicile, au départ des maisons de santé créées à proximité (10), en s’inspirant du système iranien.


Le modèle iranien pour sauver de la mort des enfants américains que les millions de dollars fédéraux n’arrivent pas à mettre à l’abri de la maladie et du dénuement, quelle ironie, vous ne trouvez pas ?


Alors que les États-Unis, qui dépensent des trillions (milliers de milliards) de dollars dans leurs guerres mondiales illégales, à l’extérieur, pour dominer et piller la planète, les médias et les grandes chaînes américaines ne savent parler que de l’Iran démoniaque et tyrannique.


N’en déplaise à Shimon Perez qui déclare que « l’Iran est un danger pour le monde » (11), il est également un modèle,  pour les Etats-Unis eux-mêmes.


Durant ses visites au Congrès, le docteur Shirley devrait essayer d’obtenir une entrevue avec le président, et lui toucher un petit mot de tout ça.


Dans le delta du Mississipi, il est probable que les Étasuniens voient l’Iran autrement que dans le reste du monde occidental.

 

Notes : 

 

(1) Lynne Stewart en prison : Quand la justice déraille

http:// www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16254

(2) http://www.liberation.fr/monde/010123608-les-935-mensonges-de-l-administration-bush-sur-l-irak

(3) http:// www.legrandsoir.info/Crise-systemique-le-chaos.html

(4) La Grande-Bretagne, les USA et Israël créent la SAVAK,  http://www.voltairenet.org/article15130.html

(5) Allusion au fait qu’Ahmadinejad aurait dit qu’il souhaitait rayer Israël de la carte, or l'ONU a confirmé que la traduction de cette phrase d'Ahmadinejad est erronée, il a dit : « L'Imam a dit que ce régime occupant Jérusalem doit disparaître de la page du temps ».

(6) 20 000 juifs vivent en Iran, bien intégrés, sans y subir d’oppression de la part du régime.

(7) http:// www.who.int/whr/2008/media_centre/iran_fr.pdf

(8) Op. Cit.

(9) Iran’s health houses provide model for Mississippi Delta, (en anglais) : http:// www.fic.nih.gov/news/publications/global_health_matters/2009/1209_health-house.htm 

(10) http:// www.courrierinternational.com/article/2010/02/11/le-mississippi-seduit-par-le-modele-iranien
(11) http://www.alterinfo.net/Perez-L-Iran-cherche-a-prendre-le-controle-du-Moyen-Orient_a41922.html


 

Auteur : Dr. Pascal Sacré - Source : Mondialisation.ca

Publié par Roland, webmaster

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11230&rech=18801#18801


colon-ies.jpg

Israël état voyou:


Les assassinats politiques par le Mossad soulèvent des questions politiques
par James Petras*


 

Le récent assassinat d’un des chefs militaires du Hamas, Mahmoud al-Mabhoud, se situe dans la droite ligne de la politique traditionnelle d’Israël, celle des assassinats ciblés à l’étranger de dirigeants de la Résistance palestinienne. Il viole la souveraineté des autres Etats et se place au-dessus de leurs lois. En outre, l’usage cynique de la double citoyenneté pour parvenir à ce but meurtrier pose la question de la manière dont les Etats tiers garantissent l’impunité d’Israël.


suite ici : http://www.soueich.info/


La parole d'un Juif juste :

Boycott et sanctions :
Lettre ouverte de Jean-Guy Greilsamer (membre du bureau national de l'UJFP)

Lettre ouverte recommandée à Monsieur le Premier Ministre et à Madame la Ministre de la Justice :
« Je poursuivrai résolument mon engagement dans des actions pacifiques de boycott des produits d’Israël tant que cet Etat ne se conformera pas au droit international »

Paris, le 23 février 2010
Monsieur le Premier Ministre,

Madame la Ministre de la Justice,

Avant d’aborder l’objet de cette lettre, je me présente par quelques détails dont vous comprendrez plus loin la signification.

Je suis né en 1946 et suis Juif. Ma famille, comme la plupart des familles juives, a subi de lourdes pertes pendant la guerre. De nombreux parents, que je n’ai donc jamais connus, ont disparu en camp de concentration : ma grand-mère maternelle, des oncles, des tantes et des cousins.

Mon enfance a baigné dans une ambiance juive, rythmée par des fêtes et des rencontres familiales, et j’ai fait ma Bar-Mitzva en 1959 (à Bar-le-Duc). Je garde un assez bon souvenir de cette période, et mes parents, bien que de nature très inquiète, ne passaient pas leur temps à ressasser continuellement les souvenirs du génocide.

Lors de ma Bar-Mitzva, j’ai lu solennellement dans la synagogue un texte imprimé, que j’ai gardé, dans lequel il est écrit : « Je prends l’engagement de devenir un membre utile de la société et un bon citoyen de mon pays »

Eh bien, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la Justice, c’est cette promesse qui me guide quand je m’engage dans des actions pacifiques de boycott des produits d’Israël, actions que je poursuivrai résolument aux côtés d’autres manifestants tant que cet état ne se conformera pas au droit international.

Cet Etat développe en effet depuis longtemps une politique de dépossession, d’exclusion, d’expulsion, de colonisation et d’humiliation du peuple palestinien : colonisation ininterrompue de la Cisjordanie, blocus de Gaza, atteintes graves aux droits des Palestiniens d’Israël, judaïsation de Jérusalem, refus du droit au retour des très nombreuses familles expulsées lors de la création de l’Etat d’Israël.

Cet Etat, qui prétend agir au nom des Juifs du monde entier et brandit constamment l’ignoble chantage à l’antisémitisme, est criminel pour la population palestinienne et suicidaire pour la population juive. Comme il méprise le droit international, qu’il jouit d’une impunité persistante et que sa politique provoque l’accroissement de nombreux conflits ou tensions dans le monde, beaucoup de citoyens épris de justice, dont je suis, ont compris qu’il était temps de développer une campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) à l’image de celle qui a contribué à mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud.

J’ai été très choqué par vos discours face au CRIF qui visent à criminaliser BDS et à prétendre sans aucune preuve que ce mouvement appelle à boycotter les produits caschers. Et la condamnation à Bordeaux de madame Sakina Arnaud pour « incitation à la haine raciale, nationale et religieuse » est injustifiable.

Je suis disposé, si cela vous intéresse, à vous exposer plus longuement mes convictions, voire à en discuter avec vous.

Mais en tant que Juif attaché à la justice et aux droits des peuples je continuerai, comme beaucoup d’autres concitoyens guidés par leur conscience, à persévérer dans le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël jusqu’à ce que cet Etat se conforme au droit international et reconnaisse les droits du peuple palestinien.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la Justice, mes salutations citoyennes.

Jean-Guy Greilsamer

http://www.soueich.info/


Et sur ce blog, Lettre ouverte à Mme Alliot-Marie


Serge Grossvak
44 rue Carnot
95410 Groslay

Ministère de la Justice
Madame Alliot-Marie
13 place Vendome
75042 Paris
 
Groslay, le 22 février 2010

Madame la Ministre, 


  je l’avoue, 

Je l’avoue, je boycotte les marchandises d’Israël. Je ne veux pas de ces produits poussés dans le sang et la domination. Ils puent la haine et l’oppression. Je les refuse et je pense à mes parents m’enseignant le martyr nazi. Cette géhenne qui avait dévoré de notre famille. « Plus jamais ça » était la clameur venue du cœur au sortir du malheur. « Plus jamais ça » avaient dit les survivants. Enfant de juifs immigrés, j’avais entendu cette leçon comme un.....La suite ici


Partager cet article
Repost0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 07:32
Vos droits en garde à vue, un minimum à savoir. (à faire circuler largement)

Vos droits en garde à vue,
un minimum à savoir
(à faire circuler largement)



Manuel des Droits en Garde à vue

(La garde à vue est à la mode,
alors servez-vous, c'est pour vous !
A consommer sans modération - Eva)



800 000 personnes selon le ministère de l’intérieur, 900 000 pour d’autres sources, ont été gardées à vue cette année en France. Acturevue a donc voulu rappeler les droits dont dispose chaque citoyen mis en garde à vue, pour que les 1 français sur 6 concernés puissent avoir une garde à vue légale.

Lorsque vous avez été interpellé ou que vous vous êtes rendu à une convocation puis enfermé, sachez que vous êtes privé de liberté pour une durée ne pouvant pas excéder 24h, à compter de l’interpellation, renouvelable une fois (soit 48h au total). Elle peut être de 4 jours pour une affaire de stupéfiants et de 6 jours en cas de terrorisme.

L’humiliation suprême
La fouille corporelle intime, n’est pas systématique, mais concerne la majorité des gardés à vue. Sachez que le principe veut qu’elle soit effectuée par un médecin et non un policier.

Les trois droits du gardé à vue
Tout suspect peut faire prévenir sa famille dans les trois heures (sauf si le procureur de la république, et seulement lui, veut différer l’appel), et demander un examen médical durant les premières 24h. Il peut contacter un avocat dès le début ou, si prolongation, après 24h. Seulement à la 72e heure pour les suspects de terrorisme et de trafic de stupéfiants.

Vous devez tout comprendre
La notification de la garde à vue et des droits ainsi que les auditions doivent être communiquées dans une langue que vous comprenez, et si nécessaire avec un interprète.
Si vous trouvez le silence plus beau que la parole…
Oui, vous pouvez garder le silence comme le suggère les innombrables séries américaines. Cela risque néanmoins de faire durer la garde à vue.

Ne consentez que si vous approuvez
Prenez le temps de relire vos déclarations, qui sont souvent le fruit insolite de vos émotions. Signez-les si elles reflètent fidèlement ce que vous avez déclaré et qu’elles sont en accord avec ce que vous aviez convenu de dire.

Zen, il faut rester Zen…
Faites respecter tous vos droits (voir un avocat, manger,voir un médecin, appeler la famille) mais avec le plus grand calme pour éviter toute accusation d’outrage et rébellion.

Le retard français
Selon deux arrêts récents de la Commission Européenne des Droits de l’Homme, un gardé à vue ne peut être interrogé sans avoir rencontré au préalable un avocat et sans être assisté par son « conseil » tout au long de la procédure. Ce qui n’est pas le cas en France, actuellement.

Et pour nos enfants ?
Après la polémique avec la garde à vue en« pyjama-jogging » d’une élève de 14 ans, sachez que les conditions de privation de liberté sont également soumises à des règles.
- Entre 16 et 18 ans, un mineur peut être gardé à vue24 heures, renouvelable une fois, et deux fois en cas d’infraction en bande organisée.
- De 13 à 16 ans, 24h, renouvelable une fois pour les délits ou crimes passibles de plus de 5 ans de prison.
- De 10 à 13 ans, 12h, renouvelable une fois pour les délits ou crimes passibles d’une peine de plus de 5 ans de prison.
- Les moins de 10 ans ne peuvent être ni retenus, ni gardés à vue.

L’arbre qui cache la forêt
Pour conclure, on ne saurait distinguer l’augmentation des gardes à vue des mineurs et le vote prochain d’un projet de loi qui renforce l’arsenal répressif de la France contre les mineurs. En effet, les gardes à vue, comme le remarque sur son blog, l’avocat Maître Eolas, explosent. Ce dernier songerait même à des consignes du gouvernement, pour faciliter l’adoption de mesure contre les mineurs. Quoi de mieux que de faire croire à une explosion de la délinquance, pour légitimer l’acharnement contre nos jeunes ?

Chiffres sales
68,5% des locaux de garde à vue ne disposent pas de lumière naturelle
97,4% n’ont pas de toilettes
88% n’ont pas de chauffage
17% des locaux sont désinfectés régulièrement
(Rapport de l’inspection générale de l’administration en 2008)

Note de TSS:
En fonction d'une expérience déjà longue dans ce domaine...

Pour ce qui concerne une interpellation, garde à vue, perquisition pour délit d'opinion.

- Toujours vérifier l'identité du responsable policier qui a l'obligation d'apporter la preuve de son identité (carte d'identité professionnelle).
Toujours vérifier la commission rogatoire, écrite, délivrée par un juge d'instruction, un procureur ou un substitut.
- N'avoir "rien à déclarer", en toutes circonstances, ne signer aucun procès-verbal, sauf éventuellement celui indiquant le début et la fin de la garde à vue.
- Ne pas oublier de demander la visite d'un médecin et d'un avocat (avoir toujours sur soi les tel. d'au moins 2 avocats, ou demander un avocat désigné d'office).
- Ne pas accepter de perquisition "à l'amiable" (avec votre accord). Exiger un ordre écrit (fax ou autre de l'autorité judiciaire) demandant une "perquisition coercitive".
-  Si les policiers ne se comportent pas "dignement" durant la perquisition, faire immédiatement déposer une plainte pour vol par votre avocat contre l'équipe policière qui a perquisitionné (disparition de bijoux, d'espèces, dépôt d'une arme ou de papiers à votre insu).
- Etre prêt à passer sereinement 48H en garde à vue. C'est une bonne expérience!
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkyVAluyuVEWtRVmio.shtml


Auteur de l'article: : D.Perrotin 
Source,
http://www.acturevue.com


 
Eva r-sistons
et son expérience personnelle
de la Police :



Moi, si ça m'arrive, une garde à vue, je serai ravie ! C'est un cadeau pour un(e) journaliste ! Une expérience fabuleuse à vivre et à raconter par le menu, oui haché bien menu ! Et vous pouvez compter sur moi pour mettre de l'ambiance, l'animation, c'est mon rayon ! Ah, ça ne sera pas mélancolique, je vous le garantis ! Quelle farandole !

Donc, j'ai un casier judiciaire vierge, je n'ai même pas un seul point de permis retiré ! La police, je la connais. D'abord, à Marseille, mes deux voisins  les plus sympathiques,  un Juif libéral et un non-croyant, étaient policiers: Ils faisaient de la prévention; On échangeait souvent. J'ai aussi eu affaire à la Police à quatre reprises: Plainte pour vol de ma carte bleue en Espagne, rien à signaler; au sujet de l'accueil d'un jeune en difficulté chez moi qui, en remerciement, m'avait volée (il s'est retrouvé au Commissariat avec moi pour lui faire peur, mais je n'ai pas porté plainte. Nous avions convenu, la Police et moi, de lui donner une leçon afin de lui passer l'envie de recommencer); puis en tant que journaliste pour la Télévision française, j'ai réalisé deux reportages, l'un sur les ilôtiers, l'autre sur les Brigades de nuit. Les deux reportages m'ont valu des félicitations du Commissaire Principal, que le Rédacteur en Chef m'a répercutées, et celui sur les ilôtiers, une réprimande de ce même Rédacteur en Chef pour complaisance excessive envers mon sujet. Effectivement, partisane de la Prévention, j'étais enthousiasmée par la méthode, alors inaugurée ! Remarquez, les Brigades de Nuit, avec le côté western, c'est pas mal aussi !  

Enfin, la 4e fois la Police a surgi chez moi parce que je n'ouvrais pas la porte (je n'ouvre jamais sans rendez-vous): J'étais au premier étage, j'avais un balcon, ils l'ont enjambé. Amusant ! Car mes collègues journalistes ont pu suivre en direct l'interpellation, c'était la première fois qu'ils utilisaient l'engin qui leur permet de suivre le travail de la Police, pardon, mais je ne sais pas comment ça s'appelle. Or donc, j'avais l'habitude d'accueillir chez moi des repris de justice, des drogués, des compagnons d'Emmaüs, des jeunes en difficulté... pour les aider à prendre un nouveau départ. Et un des sortants de prison reçu chez moi avait un lourd casier judiciaire (vol à main armée), il était décidé à changer de vie, c'était un garçon formidable. Las ! Quand la boulangère qui l'employait a su qu'il avait fait de la prison, elle l'a mis à la porte. Il a atterri chez moi (à la demande d'un curé des Tsiganes que je connaissais), complètement désemparé mais désireux de s'en sortir. Il avait fait une demande de stage AFPA. Patatra ! Il est parti de chez moi au bout de trois semaines, pour ne pas déranger plus longtemps ma vie de famille (c'est pourtant lui, la nuit, qui berçait le dernier né quand il lui arrivait de pleurer). Eh bien, l'acceptation de l'AFPA est arrivée le lendemain de son départ, mais Gilles avait disparu dans la nature sans laisser d'adresse. Au bout de quelques mois, il m'a écrit, et nous avons échangé du courrier.

Un an plus tard, les Policiers ont débarqué chez moi. Gilles, en désespoir de cause, sans travail à cause de son casier judiciaire, avait récidivé : Hold-up à main armée. Et il avait dit tant de bien de moi, qu'ils croyaient que j'étais sa petite amie ! Ils ont trouvé chez moi un nouveau-né, et un mari. Ils ont emmené le mari, la femme, l'enfant et le chien au Poste, pour la déposition. Ils ont du flair, les policiers ! Au bout de deux mn, ils avaient tout compris. En effet, Gilles m'avait été envoyé par un Curé qui savait que j'accueillais les malheurex chez moi, je n'étais pas la maîtresse du repris de justice, j'étais journaliste et "bonne" chrétienne (évangélique). On a été relâchés illico. Mes collègues ont bien ri: Inaugurer l'appareil avec leur conseur ! Et ils avaient reconnu Gilles, interviewé avec moi un an plus tôt pour raconter ses galères au micro... 

Eva
smiley-se-tord-de-rire-g.gif


NB Je vous garantis que si je suis en garde à vue, je réponds. J'ai horreur du silence, de l'ambiguité, des faux semblants, de la duplicité, des cachotteries, etc. J'aime la clarté, la transparence, et j'assume pleinement mes engagements. Donc, je ne serai pas de ceux qui gardent un silence obstiné... Quant à mes trois enfants, ils n'ont pas eu affaire à la Police; ils ne font même pas de politique ! Un de mes fils préfère les tournois de ping-pong aux joutes politiques... Quant aux deux autres, ils s'en fichent royalement aussi ! Hélas comme beaucoup de jeunes aujourd'hui.... Tant mieux pour eux, à l'heure du NOM !




Nos Médias: Un scandale !



Emission du mardi 23 février 2010
Régionales : les couacs de la campagne









Présentation de l'émission sur le site de C dans l'Air


A moins d’un mois du premier tour des élections régionales, les moqueries, insultes et autres dérapages verbaux rythment la campagne. Des empoignades qui font le buzz sur Internet, mais pourraient ne pas entraîner le même élan dans les urnes... 


Dernier test électoral avant la présidentielle de 2012, la campagne des régionales, de petites phrases assassines en accusations, connaît un climat de plus en plus délétère. En Ile-de-France, en Poitou-Charentes, en Languedoc-Roussillon et presque partout ailleurs, l’affrontement électoral prend souvent des allures de règlements de comptes.

Derniers épisodes en date : le maire UMP de Franconville, dans le Val-d’Oise, Francis Delattre, après avoir comparé son opposant, le candidat socialiste Ali Soumaré, à un "réserviste du PSG", l’a qualifié, vendredi 19 février 2010, de "délinquant multirécidiviste chevronné", avant d’évoquer cinq affaires qui seraient inscrites sur son casier judiciaire. Face à ces accusations, la tête de liste PS du Val-d’Oise, qui a reconnu une seule condamnation remontant à 1999 et "désormais prescrite", a affirmé qu’il s’agissait d’"une erreur de jeunesse" dont il a "tiré les conséquences".

En Languedoc-Roussillon, à la veille de la confirmation, mardi 23 février, par le bureau national du Parti socialiste de la suspension des socialistes pro-Frêche, le président sortant de la région a menacé de faire démettre de ses fonctions la maire PS de Montpellier, avant d’affirmer avoir de son côté "vingt-six conseillers municipaux socialistes", et Hélène Mandroux, "trois". C’est le vrai "Georges Frêche qui a parlé : celui qui ne peut s’empêcher d’attaquer, de menacer, d’instruire des procès contre tous ceux qui lui résistent", a répliqué cette ...


http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1375

                
La présentation est scandaleuse: Elle laisse penser qu'il y a équilibre entre la Droite et la Gauche. Or, il n'en est rien: Calvi attaque uniquement l'Opposition, il s'agit seulement des couacs... des Opposants à Sarkozy  (PS d'Aubry, de Royal, ou Bayrou...) Eva
 
NB Actuellement sur Public Sénat, justement, on parle des divisions de la Majorité, Eric Raoult, par ex, dénonce la campagne amateur de Valérie Pécresse.
Calvi, lui, ne parle pas des couacs de la Droite !! A vomir !


Calvi déclare la guerre à l'Opposition
par Eva R-sistons


A propos des couacs de la campagne des Régionales, qui bien sûr avec lui n'ont lieu qu'à Gauche, Calvi, dans C dans l'Air, se livre à son sport favori: Le dénigrement de l' Opposition. Avec dans la tête une idée machiavélique: Pousser les Français à s'abstenir en les dégoûtant de la politique, en insistant lourdement sur ses miasmes et... sur l'abstention. Car il sait, le bougre, avec tous ses copains sondeurs au service du Patron, que la Droite, cette fois, va peu se mobiliser ! Mais la Gauche, elle, va exprimer son mécontentement. Et donc, il faut dissuader les électeurs de l'Opposition de se déplacer !

Allez, je vous offre quelques petites phrases de Calvi (ou de ses amis aux ordres) pour dissuader les électeurs de l'Opposition de voter : "L'affaire Frèche est en train de réveiller la guerre des courants (au PS, bien sûr. La Droite est unie, elle ! Qu'en pense D. de Villepin ?)
... Les hostilités... empoisonnent l'atmosphère... Les appels du pied de la rue de Solférino tombent à l'eau... L'équipe Mandroux n'a pas de projets... Plus génant, l'attitude des socialistes locaux... Rebsamen va soutenir les dissidents... G Frèche s'affiche avec le Maire de Lyon... Ils soupçonnent Martine Aubry de faire le ménage dans la Région...  L'Affaire Frèche est en train de relancer la guerre des courants... Une jacquerie frappante... on entend les voix discordantes du PS... On sort les clous... Le Modem lui aussi se disloque... Ce qui se passe là-bas n'est pas rien, c'est parallèle à d'autres affaires de courants, on croyait que Martine Aubry avait repris la main, mais non... Les dérapages verbaux... Ce qui est plus gênant, c'est l'attitude des socialistes locaux... pourquoi ce tohu-bohu si l'affaire n'est pas importante..  et si elle est importante, comment se réconcilier après ??? (Au cas où l'électeur n'aurait pas pensé aux querelles après les échéances électorales !)...  on s'est disputés, et on se réconcilierait après ? ... Si c'est grave, ça le reste... Martine Aubry ne tient pas ses troupes... Les conséquences seront très profondes... On ne peut pas se mettre d'accord sur une réconciliation... M Aubry a sacrifié le Languedoc... Ce qu'on voit, ça fait désordre pour le PS, et pour les autres échéances... Ambiguité de Frèche... Des socialistes locaux seront exclus... Ca rappelle Vichy, Frèche..  Il a cherché des fonds douteux... Martine Aubry semblait flotter, là elle a été patronne...  S Royal réussit une fois de plus à destabiliser l'adversaire... débauchages... elle ouvre sa liste à des non-socialistes, tous les coups sont permis, volonté de captation, même écharpe orange, il y a même plus de Divers que de socialistes, la pilule passe mal à gauche, il faut êtrre clair, c'est de l'opportunisme, faire de la politique de vestiaire (le Modem), un Vert suspendu, S. Royal aura réussi son coup: Semer la zizanie chez ses adversaires, et quand on lui parle de débauchage, elle botte en touche... Ce sont les appareils politiques qui sont dans l'incohérence... Le mot socialiste est à peine visible... S. Royal est bien en campagne, mais pour elle-même ! Ségolène a autour d'elle des alliances non autorisées à Paris... Où seront les amis de Ségolèe ensuite si elle a un bon score ? Hollande va son chemin... Elle ne pourra pas à nouveau tisser un filet pour les Présidentielles... Il n'y aura pas de pacte de non-agression... Elle se prépare à être une candidate dissidente... Sa stratégie s'apparente à celle de l'UMP...  Il faut qu'elle soit capable d'insuffler des idées  nationales... Ce qui se profile, c'est un Bayrou très affaibli... ridiculisé, sa 3e force a été dégonflée... On ne sait pas trop la différence entre le programme de Droite et celui de Gauche dans les Régions, les programmes sont peu différents, il y a absence d'enjeu réel... Personne n'est d'accord avec personne... boules puantes, coups bas... Le navire se mettra vaille que vaille à naviguer"

Et on profite de l'émission pour fustiger au passage les Musulmans, avec le Quick et sa viande Halal: "Je ne suis pas raciste, mais on fait trop de choses pour eux, avec les Mosquées... On manipule les idéaux républicains, les symboles de la République ... La Mairie socialiste de Roubaix n'accepte pas l'exclusivité de la viande Halal... La Communauté musulmane en a assez d'être stigmatisée ! "

Et on revient à la Gauche : "Les divisions de la Gauche, c'est ce qui pose le plus de problèmes à la Gauche... D Cohn-Bendit compare Frèche à Mussolini... On ne réagit pas pour lui, pourquoi ? "

Le morceau de choix ? L'abstention... car il faut, au final, dissuader l'électorat de Gauche de voter pour un Mussolini dans le Languedoc, ou les Musulmans pour le candidat socialiste de Roubaix, ou les électeurs lassés des divisions de la Gauche de déposer un bulletin pour elle... Il peut y avoir une SANCTION envers l'Opposition (divisée, sous-entendu - Et la Droite, elle est unie ? Artificiellement ? Ou désunie ?)... des retours de bâtons...."  

Une des dernières phrases est à elle seule tout un symbole : "Merci de m'avoir dissuadé de voter car c'est inutile !"

Avec des invités comme Barbier, représentant un journal à l'origine centriste, l'Express, mais devenu sous sa direction ultra-libéral, et même soutien de la guerre contre l'Irak, avec des sondeurs, toujours les mêmes, comme Reynié ou Cayrol, on est sûrs d'avoir des attaques contre la Gauche, directes, indirectes, masquées, de façon détournée.... Tout est bon pour discréditer l'Opposition !

Au fait, Calvi aura sa sucette, ensuite ? Ils sont reconnaissants, les Maîtres, quand les esclaves leur lèchent les pieds ?

Après la guerre déclarée à l'Iran, Calvi est donc reparti en guerre, cette fois contre les Opposants au Chef, contre les opposants à Sarkozy... C'est ça, l'information ? Et après, on s'étonne d'être lanterne rouge de l'Europe ?

C'était la télé aux mains des sionistes, l'Info présentée par des sionistes, la propagande au service du Président ultra-libéral, ultra-militariste, ultra-américain, ultra-sioniste... On tourne en rond...

Et Calvi a une carte de PRESSE ??? Et il travalle pour une télé publique ??? Ou au service d'intérêts privés, très privés... avec nos sous !

Amis lecteurs, boycottez tous les torchons de Calvi. Et réfugiez-vous dans le dernier espace de liberté, sur FR3... "Ce soir ou jamais !"

Il nous reste au moins UN journaliste digne de ce nom, Frédéric Taddeï.... et beaucoup de journalistes citoyens !

Eva r-sistons aux médias officiels effroyables...




Yves Calvi
http://tele.fluctuat.net/yves-calvi.html


Yves Calvi-Krettly déclare la guerre à l' Iran !
Par Eva r-sistons



Vous connaissez Yves Calvi, de son vrai nom Yves Krettly  ? D'ailleurs, on se demande pourquoi il a changé de nom. Son nom ne lui plaisait pas ? Pourquoi ? Trop communautariste, trop marqué ? Et pourquoi Calvi ? Il préfère les Corses aux Juifs ? Il renie ses origines ? Ou il préfère masquer ses engagements ultra-sionistes (ce qui serait hypocrite !) ? Quand on appartient au peuple élu, on devrait en être fier ! Mais non, lui préfère faire croire qu'il est - comment dirait Frèche, déjà ? Catholique, oui c'est ça. Un bon catholique bien de chez nous, mais qui n'aime pas les Musulmans. Et surtout pas l'Iran ! Au point de lui déclarer la guerre dans un C dans l'Air retentissant de la semaine dernière : "L'Iran est une nation nucléaire ", 12 février 2010. Voici le résumé :

" Pour le 31e anniversaire de la République islamique, le pouvoir iranien défie une nouvelle fois la communauté internationale sur le dossier nucléaire. Une fermeté qui fait également face à l’opposition interne qui se manifeste depuis l’élection présidentielle. 

Jeudi 11 février 2010, la manifestation officielle qui commémorait le 31e anniversaire de l’instauration d’une république islamique en Iran aurait, selon son leader suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, rassemblée des "dizaines de millions" d’Iraniens. En marge de cette célébration, nombre de représentants de l’opposition à l’actuel pouvoir ou leurs proches auraient été empêché, voire agressés, pour ne pas perturber la manifestation.

Mais faute d’une couverture médiatique impartiale, les images émanant de la seule télévision nationale, le sort de ceux qui défient le pouvoir depuis la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad, en juin 2009, et avaient fait part de leur intention d’organiser des contre-manifestations n’a pu être confirmé ni infirmé. D’autant plus que les autorités iraniennes ont intensifié leur contrôle d’Internet et arrêté le service de messagerie Gmail, pour "encourager le développement de technologies" de ce réseau dans le pays, selon elles.

Cette reprise en main de la société iranienne fait suite à l’exécution, le 28 janvier, Mohammadi Reza Ali Zammani et Arash Rahmanpour, deux opposants au régime en place qui aurait "cherché à le renverser", et la condamnation à de lourdes peines d’opposants arrêtés lors des manifestations antigouvernementales qui ont suivies l’élection présidentielles.

Mahmoud Ahmadinejad, en ce jour de commémoration, n’a pas seulement montré sa fermeté contre l’opposition interne et a profité l’occasion pour affirmer auprès de la communauté internationale sa détermination à faire de son pays "une nation nucléaire". Dans cette optique, il a assuré que l’Iran était capable de produire de l’uranium hautement enrichi en isotope 235 à 20 %, soit se rapprocher du cap de 90 % d’enrichissement de l’uranium, nécessaire à la production d’une bombe nucléaire. Un objectif militaire qu’il continue d’écarter, car selon lui, le pays "n’en a pas besoin". Si les discussions perdurent sur le sujet du nucléaire avec l’Iran, l’inquiétude créée par ces révélations "

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1368 (12.2.2010) "


Alors voilà, ne riez pas, Calvi, lui, va nous proposer une couverture médiatique impartiale
. Impartiale ? Vraiment ?

Donc, le sieur Calvi-Krettly nous propose un "l'Iran est une nation nucléaire".  Brrrrr, on en frissonne ! Le titre sert à ça, d'ailleurs. Tremblez, bonnes gens, comme vous avez tremblé quand on vous disait que les communistes français allaient vous prendre votre maison et votre jardin !!! Les méchants, très méchants Iraniens - cela va de soi - ont remplacé les méchants, très méchants communistes comme cibles des médias avant d'être la cible des stratèges du Pentagone à l'affût de terrains d'expérimentation des nouvelles armes de l'industrie militaire de l'Amérique très chrétienne et très charitable... Vous savez, cette Amérique évangélique qui prépare la paix des cimetières, en envoyant des bombes partout !

Morceaux choisis. D'abord, des intervenants, M. Hourcade, M. Khavand Maître de Conférences à Paris-Dauphine... A noter, bien sûr, qu'il n'y a jamais sur le plateau de Calvi-Krettly de partisans des Palestiniens, de Gaza, du Hamas, du Hezbollah, de l'Iran.... mais seulement les porte-parole officiels d'Israël, ou des sionistes, ou du CRIF, très varié comme débats... Vous avez dit débats ??? Passons... D'autant qu'il y a cette fois sur le plateau Pascal Boniface, qui remet les pendules à l'heure. Pascal Boniface, l'auteur de "Vers la IV e guerre mondiale ?" ou de "Est-il permis de critiquer Israël ?". Et surprise... les autres intervenants se montrent modérés... pas des va-t-en guerre, eux !!!! Non, des analystes modérés...

Voici quelques-unes de leurs interventions - on croit rêver ! Calvi-Krettly en est lui-même surpris, destabilisé. Quoi, ses invités ne sont pas venus matraquer l'abominable Iran ? Est-ce possible ?

: "La menace est surévaluée" - "L'armée classique de l'Iran est mal équipée" - "Mahmoud Ahmadinejad ne peut pas grand-chose, donc il utilise seulement la tribune" - "Sa priorité n'est pas d'attaquer, sa priorité c'est son opinion publique" - "Les autres pays ont pu accéder à l'arme nucléaire (sous-entendu: Pourquoi pas eux ?), le monde entier organise des complots contre l' Iran" - "L'Iran a ratifié le Traité de non-prolifération des armes nucléaires, pas le Pakistan. Mao et Staline avaient aussi des armes nucléaires, comme armes de dissuasion, ils ne les ont pas utilisées. L'Iran n'utilisera pas son arme nucléaire. La dissuasion, ça marche. Personne n'utilise l'arme nucléaire. Les manifestations de démonstration de force (des opposants) ? Les images sont totalement truquées" - "La menace est virtuelle" (Hourcade) - "La menace nucléaire de l'Iran n'est pas importante. Ce sont les événements politiques qui sont graves pour eux..." -  Et quand, tenez-vous bien, le très sioniste Calvi-Krettly compare la menace iranienne à la menace nazie qu'on n'a pas prise en compte en Allemagne avant 1939, Pascal Boniface, spécialiste des Relations internationales et intègre, lui, a beau jeu de rétorquer : "La puissance iranienne n'est pas celle de l'Allemagne nazie".

Face à ces invités inattendus, car neutres,
Calvi-Krettly devient enragé ! 
Son vrai visage apparaît: Ultra-sioniste,
fervent supporter de la guerre contre l'Iran
- comme Sarkozy ou Kouchner !


Le masque est tombé. Jamais autant que dans cette émission, Calvi-Krettly n'a montré la vraie nature de "son" journalisme : De propagande pour Israël, pour l'Occident, pour la Guerre, pour l'Empire - et plus généralement, pour le libéralisme militaro-financier. Et il ose se prétendre animateur de débats ? Quelle scandaleuse imposture !

Morceaux choisis (et la colère, la hargne, sont difficilement contenues) : 

"Je vous rappelle qu'il y a 9 condamnés à mort, et 2 exécutions capitales d'opposants politiques. DEUX pendaisons d'opposants au régime  ! Les partisans du Président scandent A mort l'Amérique, A mort Israël !" - "Les manifestants iraniens font état d'actes de violence" -  "Quand on traite Nicolas Sarkozy de fou, on ne va pas en prison" - "Attend-on que ce pays soit redoutablement armé ? Quelle différence avec la Corée ?" - "Qui rêve d'attaquer Israël ?" (NB Ce sont des officiels israéliens qui rêvent, en fait, de rayer l'Iran de la carte, comme un Historien connu ou le Ministre des Affaires étrangères, allant jusqu'à souhaiter que Gaza connaisse le même sort qu'Hiroshima !!! Eva)

Des images montrent un touriste étranger défendant la position de l'Iran, défendant "la République islamique". Calvi est hors de lui ! : "On a trouvé des touristes BLUFFES par la solidarité nationale de l'Iran !" Quoi ? Un touriste anglo-saxon dit que "les gens sont venus nombreux, ils aiment leur pays, on n'a pas vu l'Ouest avec ses opposants". Bluffés, oui, bluffés !!!! Calvi-Krettly écume de rage :  "Les protestataires sont roués de coups ! Les manifestants sont intimidés ! La réponse des Mollahs est de plus en plus sévère ! (Il y a de quoi ! Le Régime démocratiquement élu - avant les élections les sondages donnaient d'ailleurs largement la victoire au Président iranien - est gangrené de l'intérieur par les Occidentaux avides de mettre au pouvoir leurs partisans qui les laisseront libres de piller les ressources de l' Iran à leur guise ! Eva). Il y a des procès de masse !  Une dizaine d'opposants attend dans les couloirs de la mort (On se croirait aux USA ! Eva)  - "La politique de la main tende d'Obama a échoué", ajoute Calvi-Krettly, toujours furieux. "Il n'y a plus que les menaces de guerre !"

Il brûle de passer à l'attaque, ce journaleux ! Ou plus exactement d'envoyer les autres faire la guerre à sa place, que lui couvrira à sa façon, sur C dans l'Air, bien au chaud et bien rétribué...

Et voici l'apothéose: "Avec un fou à la tête du pays, totalement incontrôlable !", "On ne comprend pas pourquoi la Communauté est si faible face à un pays représentant une telle menace !" Et de comparer la menace iranienne à la menace de l'Allemagne nazie....

"Que pensez-vous de la menace nucléaire ? COMMENT Y REPONDRE ?" Lorsque M. Hourcade rétorque, tranquillement : "La menace est virtuelle !" La réponse du journaleux va-t-en guerre est cinglante : "On est bien d'accord, hein, on n'est pas en train de parler d'un gentil régime bousculé par les Occidentaux ?" - "Vous ne faites pas la différence entre un régime démocratique et un régime DICTATORIAL !". Calvi-Krettly devient fou furieux !! "L'Iran risque de créer un précédent pour les autres pays ! Vous êtes favorable à ce Régime ?"  

Insupportable, en effet, pour l'avocat des va-t-en guerre contre l'Iran ! Les Invités, ses invités, relativisent la menace de l'Iran !!!!  Ils sont collabos, ou quoi ? Résignés au pire ? Comme les défaitistes avant la 2e guerre mondiale ?

Pour voir Calvi hors de lui, maîtrisant difficilement sa colère, c'est ici :

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1368

Allez-y ! Vous verrez à quoi ressemblent nos Médias. Une machine de propagande, une machine de guerre. Ils font de la France une vulgaire (et dangereuse) République bananière. Triste, très triste ! La France sarkozienne, ultra-sionisée, perd son âme... son identité !

Eva r-sistons aux médias-poubelles
Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 05:55


140px-William-Adolphe_Bouguereau_%281825140px-William-Adolphe_Bouguereau_%281825140px-William-Adolphe_Bouguereau_%281825 140px-Roma_boy_in_bear_costume_sm.jpg

Bonjour

Depuis que j'ai vu sur un forum que l'on avait fait des propositions (Voir plus bas) à partir de mes articles, novateurs, sur la "Shoah" des Tsiganes, j'étais décidée à lancer l'idée d'une commémoration annuelle du génocide des Tsiganes - un meurtre de masse encore pire que celui des Juifs, car ils périrent en plus grand nombre. Les Juifs, à juste titre, ont réclamé un devoir de mémoire, et même réparation, au point de nous servir une overdose de commémorations, et d'instrumentaliser à des fins criminelles un crime monstrueux. Qu'en est-il des Tsiganes ?

3es-copie-1.jpg
   Eva, Gitane avec les Gitans, à 20 ans


Je les connais mieux que personne, à l'âge de vingt ans j'ai passé en leur compagnie le plus beau mois de ma vie à Grenade, même en dansant pour les touristes avec eux. Ce peuple admirable est hospitalier, avec lui tout finit en chansons, ils ont un sens de l'universel à nul autre pareil, le ciel est d'ailleurs leur toit, ils n'ont jamais participé à une guerre, ils ne réclament rien, et ils vivent en osmose avec la nature, la respectant comme les Indiens ces maîtres es-Sagesse que les Yankees ont assassiné en s'installant sur leur terre. 

Leur déportation en masse, leur extermination sont occultées par nos livres d'Histoire, pourtant écrits souvent par des Juifs, comme MM. Isaac et Jacob. Pour conserver l'exclusivité de cette abomination ? Ce serait odieux ! Alors, pourquoi ? Parce que les Tsiganes seraient considérés comme des sous-individus ? 

Moi qui suis éprise de Justice et qui aime les Tsiganes, je demande instamment que l'on répare ce fait inadmissible. Nous devons commémorer le génocide des Tsiganes, nous devons exiger que les Livres d'Histoire leur rendent justice. Il semblerait qu'une moitié des Tsiganes européens ait péri, tandis que le tiers des Juifs aurait été exterminé. Et pourtant, on parle seulement des uns, pas des autres ! Et les Tsiganes sont trop fiers pour revendiquer leurs droits ! Vivant dans la misère, mal-aimés, refoulés de partout, ils seraient certainement heureux d'obtenir réparation - et pas seulement qu'on reconnaisse le génocide dont ils ont été les premières victimes !

arton3903-bf551.jpg

        








Le cinéaste Tony Gatlif vient de sortir un film, Liberté, qui ose enfin aborder cette douloureuse question. Cela faisait vingt ans qu'on attendait de lui qu'il le réalise. Il l'a fait ! Puisse cet acte faire enfin avancer la cause des Tsiganes, et définitivement leur rendre justice. 

Eva R-sistons à l'intolérable de l'injustice


Liberté", film de Tony Gatlif : ”Les Gitans ont toujours été les martyrs d’une politique qui ne les concernait pas“


dimanche 14 février 2010 par Administrateurs du site

Tony Gatlif : « Pourquoi n’ont-ils rien dit ? »


Cinéma. Tony Gatlif évoque son dernier film "Liberté". Un retour sur le sort des Tsiganes sous l’occupation.

"Liberté", le dernier film de Tony Gatlif sortira dans les salles le 24 février. L’avant-première a eu lieu à Montpellier au cinéma Diagonal, jeudi dernier en présence du réalisateur. Le film aborde le sort des Tsiganes en France pendant l’occupation. « Il fallait faire ce film, explique le réalisateur, il est utile, pas seulement pour les Gitans. Il résonne avec l’époque que nous traversons. Il y a des mots qui sont lâchés actuellement que l’on n’aurait pas osé prononcer dans les années 50. En même temps c’était un film dangereux pour un auteur comme moi qui adore partir en vrille. La dimension historique m’a contraint à tenir le cap. »



342552-image-de-liberte-de-tony-gatlif-a


L’extermination des Tziganes est un fait souvent oublié. Le nom des victimes tsiganes ne fut même pas mentionné durant le Procès de Nuremberg. On trouve d’ailleurs très peu de films documentaires ou livres sur le sujet. « J’ai toujours eu envie de faire ce film mais cela me faisait peur, confie Tony Gatlif, les Roms que je rencontrais me disaient souvent : Fais-nous un film sur la déportation des Roms ».


suite : http://jmdinh.net/articles/montpell...

Critique de Télérama

L’association Confluences Nomades Vendredi 26 février "Liberté" de Tony Gatlif au Casino, à Auxerre, à 19h45 avec Jacques Sigot.

http://yonne.lautre.net/spip.php?article3903&lang=fr



Forum, réflexions propositions
suite à mes articles sur la "Shoah" des Tsiganes:  


Tout d’abord tous mes remerciements pour votre article sur la "shoah" des Tsiganes.

Les Tsiganes n’ont pas les moyens ni les infrastructures nécessaires pour qu’il y ait un travail de mémoire sur les persécutions faites à l’encontre de leur peuple ni sur leurs victimes tel qu’il a été possible d’être fait par, pour les Juifs.

Naïve, j’ai toujours espéré que de la persécution des uns naisse la reconnaissance de la persécution des autres... dans un élan de solidarité... en vain.

A mon humble niveau chaque année auprès de mes élèves j’essaie de les faire réfléchir sur les préjugés, l’image négative des tsiganes à travers un chant... Dans le cadre de thématique sur la guerre...leur faire découvrir des œuvres écrites à la mémoire des victimes ...
 

puce-96d77.gifQuelle œuvre de musique savane écrite en mémoire pour les Victimes Tsiganes???

Vous dites “Aucune voix ne s’élève pour défendre la cause des Tsiganes discriminés, stérilisés, persécutés, spoliés, exterminés . Nulle mémoire, nulle indemnité, nulle commémoration. Rien. Le vide absolu. Ostracisme complet.”


puce-96d77.gifAucune musique ne s’élève. Silence... Musique de l’absence.

Rien (à ma connaissance) dans le répertoire de la musique savante...

Alors reste -encore- la parole ...(hors programme bien sur !!!)


Et si l’on commençait maintenant un acte commémoratif? à Salier par exemple, posons une plaque à l’emplacement du camp d’internement en attendant de se regrouper pour les démarches pour une plaque officielle...


construction_d_un_su_camps_de_Saliers_10
(camps de Saliers -prêt dArles- en construction 1942



Reste à choisir une date... Nous ne serons pas que deux. J’en suis certaine nous nous décarcasserons pour que "s’ajoutent plusieurs"...
 

puce-96d77.gifPourquoi ne pas faire une souscription financière pour un monument à la mémoire des Tsiganes victimes de l’idéologie nazie à l’instar de la fédération de la libre pensée de la creuse pour l’érection d’un monument à la mémoire des soldats russes de La Courtine qui se battaient aux côtés des soldats français voulurent en septembre 1917 retourner en Russie “à côté de leurs camarades pour participer aux événements grandioses qui s’y déroulaient” et résistèrent aux intimidations, à l’oppression de l’état major au détriment de leur vie puisque certains furent fusillés... événements qui risquent là aussi de tomber dans l’oubli... (La raison n° 529)


puce-96d77.gifPourquoi ne pas faire une souscription financière pour commander une œuvre musicale à un jeune compositeur sensibilisé à cette cause?


puce-96d77.gifPourquoi ne pas apporter d’autres idées pour que le martyre de ce peuple ne tombe pas dans l’indifférence, dans l’oubli... Tout est à créer, faire...

Si vous, d’autres, sont intéressés par ces -ou d’autres-propositions commémoratives à la mémoire du peuple Tsigane, je mets mon mail à disposition... yenamarre cDw no-log.org Ensuite à nous de nous organiser.

Cordialement à vous, à tous.

De : yenamarre


Il y a quelques livres à ce sujet : Emmanuel Filhol, La mémoire et l’oubli, L’internement des Tsiganes en France, 1940-1946, L’Harmattan, 2001
puce.gifDonald Kenrick et Grattan Puxon, Les Tsiganes sous l’oppression nazie, Centre de Recherches Tsiganes, CRDP Midi-Pyrénées, Toulouse, 1996

L’Allemagne ne reconnut l’extermination des Tziganes qu’en 1980 !

On peut voir auusi le site :
http://www.ushmm.org/wlc/article.php?lang=fr&ModuleId=75

De : 90


Merci, merci ! Tant de personnes, de sites, d’écrivains, de journalistes, de réalisateurs oublient notre génocide ! Tout d’abord faites-moi plaisir, employez de préférence le mot "génocide" (français) ou "samudaripen" (romani) car "shoah" c’est de l’hébreu. J’ai naturellement un infini respect pour la tragédie que fut la Shoah mais nous, les Tsiganes, revendiquons ou bien un mot par langue du pays où on habite, (comme "génocide" en France) ou bien un mot dans notre langue. Je suis exaspérée par le silence qui enveloppe le drame que vécurent les Tsiganes : chaque semaine en ouvant Télérama (ben oui je trouve que c’est de loin le moins mauvais journal de programmes télé) je vois qu’on va diffuser deux ou trois documentaires ou oeuvres de fiction sur la Shoah. Mais pourquoi pas sur les autres victimes? J’ai vu en quinze ans deux docus sur l’extermination des malades mentaux, sur celle des homos j’ai entendu Daniel Mermet interviewer Pierre Cels (qu’il m’excuse si je fais une faute d’orthographe) et très peu d’allusions brèves aux victimes slaves, communistes, rien du tout sur les Témoins de Jéhovah, les Sénégalais. Parfois sur les résistants. mais sur les victimes tsiganes, il y a eu seulement deux films : "Quand les violons se sont tus" de Ramati et "Tcharhco Rrom" d’un Hongrois -un peu hermétique- Pour les bouquins ajoutez l’eexcellent "Ces barbelés oubliés par l’Histoire" de Jacques Sigot, ed. Wallada 1994 sur les camps français établis par la France AVANT l’occupation.... Je suis membre d’une assoc qui s’appelle "Samudaripen" et je suis en train de recueillir tout ce que je peux sur des camps atroces mais peu connus comme Jasenovac en Croatie, Salaspils en Lettonie etc. Et puis songez que quand les SS voyaient des roulottes, ils faisaient des cartons et personne n’énumérait les victimes. de plus beaucoup de Tsiganes étaient envoyés en déportation comme "asociaux" donc 500.000 Tsiganes exterminés c’est un MINIMUM. Allez, bella ciao ! Et que les élections italiennes ne ramènent pas le fascisme !

De : Gavali


Effectivement un devoir de mémoire serait une juste reconnaissance du/des drames de ce peuple trop souvent ignoré, parfois rejeté. Pour côtoyer souvent quelques membres de cette communauté je sais qu’ils ne seraient pas opposés à ce que l’Histoire se souviennent d’eux. Néanmoins pour collecter des informations et les transmettre il faut faire un travail de reporter car beaucoup ne n’ont que des rudiments de la langue écrite, surtout chez les adultes. Donc il est de notre devoir de les interroger et ainsi les transcrire. Aussi tenter de leur donner quelques notions de français écrits pour ceux qui vivent dans notre pays, ce qui en plus de leur donner à conter leur histoire favoriserait souvent des démarches administratives dans lesquelles ils pataugent...

M.M. 


De Mengneau Michel 



Ce n’est pas un devoir de mémoire, ce mot est galvaudé, c’est de l’Histoire , c’est un travail d’historien, pas de reporter, un travail dans les archives européennes, un travail auprès de ceux et celles qui sont encore vivants ou de leur descendance. El effectivement l’absence de tradition écrite a nui à la connaissance du génocide des tziganes. Mettre en concurrence les génocides des juifs ou des tziganes, alors que les nazis eux, les envoyaient dans les crématoires ou pratiquaient sur eux des "expériences médicales" n’a aucun sens. Pendant longtemps on pouvait lire " Morts pour la France" dans les nécrologies des juifs exterminés avant que les faits historiques n’ imposent une autre version et révèlent les différences entre un camp d’extermination et un camp de déportation.

Le nombre des morts tziganes est estimé entre 100 000 et 300 000 personnes.
Cette imprécision montre qu’un gros travail est nécessaire pour que tous
sachent ce que les gouvernements européens de l’époque ont laissé faire ou ont accompli .

Par exemple quelle fut l’attitude du Vatican à l’égard des Tziganes, catholiques ? 

De 90



Une grande partie de la classe bourgeoise et des états Européen était pour l’extermination des TZIGANE et des ROMS et même aujourdhui je me pose encore des questions sur leurs devenir dans cette Europe ou le règne du seigneur est : un critère de premier choix.

Ils pratiquent tous l’oubli (un mensonge par omission volontaire).

Alain 04

Posté par 222


Bonjour

Excusez-moi, je découvre à l’instant cette page.

Grande amie des Tsiganes, depuis mon adolescence, j’ai toujours travaillé à la reconnaissance de ce peuple admirable, universel, qui ne demande rien, ne se plaint pas, ne participe pas aux guerres, vivant fraternellement avec tous.

Je suis prête à devenir le porte-parole officiel de leurs causes. Ancienne journaliste radio-TV, et presse, je suis à même de les défendre au mieux.

Je m’engage dès la prochaine commémoration annuelle de la Shoah des Juifs, à inonder les Médias d’articles sur le génocide des Tsiganes, pour qu’il soit enfin reconnu, et même indemnisé. Il faut populariser cette cause, l’injustice faite aux Tsiganes doit être réparée.

L’abominable Shoah aurait tué un tiers des Juifs d’Europe, le génocide des Tsiganes aurait éliminé plus de la moitié des Tsiganes.

A suivre, "eva"

evaresis@yahoo.fr 


_________________________________________________________________________________________


Sommaire :

- Spécial Tsiganes, persécutions
- "Mes potes les Gitans", par Eva


vue_pt_launes.jpg

Bonjour

(..) Et puis vous savez que j'adore les Gitans
mes potes, mes chers potes,
j'ai même écrit à leur attention, sur ce blog,
un article retentissant, repris par exemple
sur le site michelcollon.info ou sur Agora Vox, 
retentissant parce qu'osant, cas unique,
briser un tabou, celui de la Shoah des seuls Juifs.
Oui, j'ai osé rappeler que la Shoah ne concerne 
pas seulement les Juifs, mais aussi beaucoup d'autres,
et notamment les Tsiganes, dont la moitié de la population
a été exterminée pendant cette abominable période. 
A titre comparatif, il semblerait qu'un tiers des Juifs ait péri.
Et pourtant, on ne parle que de ces derniers.
Petite confidence : Je discutais ce jour au téléphone
avec un super blogueur, super cordial,
(allez vite voir son blog, vous ne le regretterez pas):

Sun Tzu 
http://suntzu.vox.com/

Et alors, on a parlé de tout, et même du sionisme moderne,
à partir de la Shoah évoquée à C dans l'Air ce jour,
et on était tous les deux d'accord pour dire que le néo-sionisme
et son "terrorisme intellectuel" (assimiler abusivement tous ceux
qui critiquent la politique israélienne à des anti-sémites) étaient
insupportables, et que nous parlions ainsi au nom de la Justice,
et que le racisme, quel qu'il soit, nous faisait horreur.

(JPEG) 

Et donc, j'ai écrit cet article sur la "Shoah" des Tsiganes,
la première, pour attirer l'attention sur cette abominable oubli,
et demander qu'on les associe dans les commémorations,
avec les autres victimes, d'ailleurs. Au nom de la Justice, évidemment !
Ils m'ont écrit leur reconnaissance, merci à eux...
Allez voir leurs sites, comme Fils du vent !

(JPEG) 
Photographie de la construction du camp, octobre 1942 (142 W 76)


Car j'ai toujours défendu avec passion ce peuple admirable,
étranger et voyageur sur la terre, comme dirait la Bible, 
ayant le ciel pour toit, peuple universel, coloré, chaleureux,
ne demandant rien qu'un peu de considération,
jamais attaché à l'argent, aux biens matériels,
seulement à la musique qu'ils ont dans le sang,
et, détail important, ennemi résolu des guerres.
Citoyens du monde, eux aussi ! Fraternels, chatoyants, hospitaliers.
J'ai partagé leur vie pendant un mois à Grenade,
lorsque j'avais vingt ans. Le plus beau souvenir de ma vie !

4es-1.jpg Eva

Eh bien lisez les articles joints,
mes potes les Gitans sont maltraités,
parqués, chassés, et même stérilisés de force, 
et comble suprême, indésirables à Drancy !

     
Gadjo DiloAlors oui une fois encore, je bouscule mon programme
pour les évoquer, regardez-les comme moi
avec un oeil différent, rendez-leur visite
sur leur campement, à l'improviste comme je l'ai fait,
et que croyez-vous qu'il arrivât ?
Ils sortiront leurs tambourins,
leurs guitares, leurs trompettes,
et ils feront la fête, comme hier et comme demain,
parce que la fête ils l'ont dans le sang, 
parce que la joie triomphe toujours de toutes les misères...

et si on en prenait de la graine, en temps de crise ?

Votre Eva 

TAGS : Tsiganes, Shoah, Juifs, Drancy, Grenade, Bible, Front de Gauche, C dans l'Air    


Mes articles :

Gitane tableau de Regnault
http://r-sistons.over-blog.com/article-19186513-6.html#anchorComment
"Shoah" des tsiganes, campagne pour sa reconnaissance


http://r-sistons.over-blog.com/article-16710775-6.html#anchorComment
Dialogue fictif mère-enfatns Cm2
(Regarder les commentaires des 2 articles)



Liens Tsiganes :

Roms - Wikipédia

Tsiganes - LePost.fr

La revue des Etudes tsiganes

Les Tsiganes en France

Un mémorial aux Tsiganes tués par les nazis, Europe - NouvelObs.com :


La construction à Berlin d'un mémorial dédié aux Sinti et aux Roms tués par les nazis en Europe pendant la seconde guerre mondiale vient d'être lancée

L'entrée du camp d'extermination d'Auschwitz en 1994. (Sipa)

L'entrée du camp d'extermination d'Auschwitz en 1994. (Sipa)

L'Allemagne va ériger un monument en mémoire des centaines de milliers de Tsiganes (Sinti et Roms) déportés et tués par les nazis en Europe. La construction est lancée vendredi 19 décembre à Berlin, 66 ans après la signature par Himmler, chef des S.S, d'une circulaire désignant ce peuple comme "un ennemi biologique, de race étrangère et de sang étranger", et ordonnant leur déportation. Les S.S était une organisation paramilitaire nazie responsable d'effroyables massacres dans les pays occupés pendant la Seconde guerre mondiale. Sur les 700.000 Tsiganes que comptait l'Europe à l'époque, entre 250.000 et 500.000 d'entre eux ont été exterminés.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20081219.OBS6238/un
_memorial_aux_tsiganes_tues_par_les_nazis.html



Le génocide des Tsiganes européens, 1939-1945

Gitans, manouches et tsiganes : la route du Rom :: Routard.com


"Nous sommes tous des roms"

Un Dossier de Relatio-Europe
« Nous sommes tous des Roms ». Comme nous avons été, du ou pu être des juifs allemands. Comme nous sommes tous ou devrions...

Face au recensement et fichage des populations nomades en Italie, les réactions arrivent



Sur mon blog sos-crise :
http://sos-crise.over-blog.com/article-30842127.html

140px-William-Adolphe_Bouguereau_%281825140px-William-Adolphe_Bouguereau_%281825140px-William-Adolphe_Bouguereau_%281825 140px-Roma_boy_in_bear_costume_sm.jpg


A Drancy, la Préfecture considère
que les Roms sont indésirables
dans les cérémonies  de commémoration
du génocide nazi

Le 22 avril 2009 à 7h du matin, la police nationale a procédé à Bobigny à l’expulsion de plus de 200 personnes qui occupaient l’ancienne gare de déportation de Drancy. Neuf caravanes qui tardaient à libérer le terrain ont été emmenées à la fourrière et leurs propriétaires physiquement empêchés de récupérer les affaires qu’elles contenaient (médicaments d’une personne sous dialyse, pièces d’identité, dossier médical d’une femme enceinte, argent…).

Une ordonnance d’expulsion avait bien été rendue le 1er avril à la demande du propriétaire mais les personnes n’ont reçu ni signification de ce jugement par voie d’huissier, ni commandement de quitter les lieux. Les forces de l’ordre, le jour de l’expulsion, n’étaient d’ailleurs pas en mesure de présenter un document justifiant le cadre légal de leur intervention.

Mais si l’on brûle les étapes de la procédure d’expulsion c’est pour une bonne cause, que la sous-préfecture de Bobigny met en avant sans complexe : une cérémonie de commémoration est organisée sur les lieux dans le cadre de la journée nationale de la déportation le samedi 25 avril. La mémoire de la déportation concerne aussi les Roms qui ont connu pendant la période nazie la déportation et le génocide, en France l’internement

Associations signataires : Médecins du Monde, MRAP 93, CIMADE, Hors la rue, Echanges, Association de Solidarité avec les Familles Roumaines


180px-Bundesarchiv_Bild_183-R02017%2C_Si

Roms d'Allemagne (1928)


Roms : Des camps de semi-internement
dans la France de 2009

Depuis 2006, dans le département de Seine-Saint-Denis existe un concept qui a été nommé depuis peu « village d’insertion pour les Roms ». Derrière ce vocabulaire béat, se cachent en effet des camps de semi-internement. Au nom du principe de la liberté et de la dignité humaine, l’association « La voix des Rroms » dénonce ce genre d’initiative et appelle toutes les autres associations, et notamment celles qui interviennent auprès des Rroms, à en faire de même. Pour informer le public sur ce sujet, l’association a créé un blog http://villagedinsertion.blogspot.com où figure entre autres un bref rapport envoyé aux institutions européennes des Droits de l’Homme sur ces dérives


En automne 2006, une Maitrise d’œuvre urbaine et Sociale (MOUS) est mise en place dans la ville d’Aubervilliers au bénéfice de quelques familles rroms originaires de Roumanie. Il s’agit de l’installation de bungalows dans lesquels sont placées ces familles, suivies socialement par des associations agréées par la préfecture de Seine-Saint-Denis. Le même type de projet est mis en place un an plus tard à Saint-Denis, et en 2008 un autre à Saint-Ouen. A chaque fois, le même mode opératoire : une enquête sociale menée par Pact Arim, une sélection selon des critères annoncées par la sous-préfecture de Saint-Denis et pas vraiment respectés, et surtout environ 90% des personnes interviewées qui reçoivent des obligations de quitter le territoire français. Les 10% sélectionnés sont placés sous surveillance dans des lieux fermés, gardiennés 24h/24 et interdits d’accès à toute personne extérieure, que ce soit de leurs familles, à des amis et même à des médias.

Il a fallu quelques mois aux gestionnaires de ces lieux pour trouver un nom à leur affaire. Ce fut « village d’insertion ». Or peut-on appeler « village » un lieu fermé, où le grand-père ne peut pas accueillir son petit-fils d’un an ? Peut-on parler d’« insertion » lorsque la préfecture, partie prenante dans ces projets d’une durée prévue de trois ans, ne délivre pas de titre de séjour ni d’autorisation de travail aux personnes qu’elle prétend « insérer » ? Peut-on parler d’« insertion » lorsque ces personnes n’ont aucun contact avec l’extérieur ?

« La voix des Rroms » et d’autres associations rroms de France ont alerté le Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, l’Agence des Droits Fondamentaux de l’Union européenne et la Commission européenne, à qui ces associations ont adressé une note sur le traitement des Rroms en France à travers les « aires d’accueil pour les gens du voyage » et les « villages d’insertion pour les Rroms ». Cette note, ainsi que d’autres documents écrits et audiovisuels, sont disponibles sur le site http://www.villagedinsertion.blogspot.com

« La voix des Rroms » lance un appel à la société civile, et notamment aux associations qui s’intéressent aux Rroms migrants à se positionner face à ce qui semble bien être une bombe à retardement. En ces temps de crise, la publicité trompeuse sur des prétendus « projets d’intégration des Rroms » risque en effet de donner naissance à une vague raciste comme celle que nous observons depuis deux ans en Italie. L’adage « qui ne dit mot consent » prend dès lors tout son sens.

Ci-dessous, un débat TV entre le président de La voix des Rroms et le sous-préfet de Saint-Denis à ce sujet

VIDEO
Le Canada, terre d’asile pour les Rroms

La multiplication des attaques à l’égard des Rroms en Tchécoslovaque les poussent à demander l’asile politique pour “persécution” au Canada, plus précisément à Toronto où réside une communauté importante de Rroms de la République tchèque.

La suppression de visa pour le Canada a entraîné une arrivée massive des ressortissants de la Tchécoslovaquie, pays membre de l'Union européenne, ils obtiennent facilement le statut de réfugié au Canada. Au Canada, où la communauté rrom compterait 100 000 personnes, les demandeurs de statut de réfugié peuvent bénéficier très rapidement d'une protection sociale, d'un permis de travail et de l'accès aux écoles pour les enfants. Il y a plus de demandes d’asiles déposées par des citoyens tchèques que par des Irakiens ou des Afghans.

"Depuis dix-sept mois, 1 500 Roms tchèques ont réclamé l'asile politique au Canada, et 95 % des demandes traitées sont acceptées", constate Paul Saint-Pierre, directeur du Centre communautaire rrom de Toronto, passage quasi-obligé des Tsiganes tchèques, hongrois ou roumains qui émigrent au Canada. . L’augmentation n’est pas anodine : selon les statistiques officielles, 993 % de hausse en un an, avec 853 demandes d’asile en 2008. Avant le sommet entre l’UE et le Canada début mai dans la capitale tchèque, le sujet vient compliquer les relations entre Prague et Ottawa.

"En République tchèque, dénonce Paul Saint-Pierre, la situation est terrible pour les Rroms. La première raison de ces départs est due à la discrimination. Des skinheads et des néonazis sèment la terreur, alors que le gouvernement ne fait rien pour les protéger." Une situation que Prague dément. Selon Radio Canada, pour évaluer la situation de ces "inadaptables", comme les appellent de plus en plus souvent les politiciens tchèques, une commission canadienne est en train d’enquêter sur les conditions de vie des Roms en République tchèque, afin d’étudier si les requêtes sont justifiées. En attendant, dans un contexte ou les défilés xénophobes se multiplient, ils sont toujours plus à s’envoler pour Toronto, où ils sont accueillis dans le centre communautaire rrom.



                                                       140px-Hungarian_Gypsy_Mother_and_Child_N

Mère Gitane et son enfant, Hongrie, 1917



                                                         INTERDIT AUX TZIGANES



Ils ont fui la République tchèque fin mars, parce que quelques jours plus tôt, à un arrêt d'autobus de Pilsen, cinq skinheads avaient menacé leur bébé, injurié puis battu les parents avant de s'enfuir. La police n'a jamais enregistré leur plainte.: bac à sable qu'on ne peut approcher parce que "pas blancs", restaurants "interdits aux Tziganes", un voisin policier qui les harcèle, les traite de "porcs noirs" et jette ses ordures devant leur porte... Auquel s'ajoute une situation socioéconomique particulièrement défavorable pour cette communauté souvent marginalisée.

Au Canada, où la communauté rrom compterait 100 000 personnes, les demandeurs de statut de réfugié peuvent bénéficier très rapidement d'une protection sociale, d'un permis de travail et de l'accès aux écoles pour les enfants.

Sources Le Monde - Radio Prague


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30839555.html


La Slovaquie stérilise de force
des femmes Roms


sterilizace1[1].jpg
Accusées de faire trop d'enfants, les Roms sont persécutées à l'hôpital.

«Le docteur m'a dit que, si je devais avoir une troisième césarienne, je ne survivrais pas. J'ai répondu que j'étais jeune et que je voulais avoir encore des enfants. Mais les infirmières répétaient la même chose. Avant d'être emmenée dans la salle d'opération pour accoucher par césarienne de mon second enfant, ils m'ont apporté trois papiers à signer. Sinon ils disaient qu'à la prochaine naissance l'enfant mourrait d'étouffement.» Stela, jeune femme rom originaire du village de Letanovce (est de la Slovaquie), a alors signé une autorisation de stérilisation : «J'avais 19 ans, j'avais envie de vivre.» Témoignage publié en 2003 déjà.
En 2009, la pratique continue, les allégations de stérilisation forcée n'ont pas cessé. A cela s'ajoute le travail forcé.

Des assocations demandent l'arrêt de ces pratiques et prient instamment le gouvernement slovaque de mettre en place une commission indépendante composée d'expert-es internationaux et de la société civile, qui permettrait une enquête en toute transparence sur cette pratique et une indemnisation des victimes.

180px-A_gipsy_woman_outside_of_a_church_ Wikipedia.org, ainsi que les autres illustrations

Au moins deux autres plaintes sont en cours d’examen devant la Cour européenne pour des stérilisations forcées, invoquant cette fois la violation de l’interdiction de traitements inhumains et dégradants.

Dans l’affaire jugée mardi, les magistrats européens ont condamné à l’unanimité la Slovaquie pour violation du droit au respect à la vie privée garanti par la Convention des droits de l’Homme.

Les huit requérantes avaient subi dans deux hôpitaux de l’est du pays un traitement à la suite duquel aucune d’elles n’a pu procréer de nouveau. Elles soupçonnaient ces établissements de leur avoir fait subir, pendant leur accouchement par césarienne, une procédure de stérilisation.

En 2002, l’accès à leur dossier médical fut refusé à leurs avocats qui assignèrent les hôpitaux en justice. En 2003, ces hôpitaux furent sommés par la justice slovaque d’autoriser les requérantes à consulter leurs dossiers, mais ces femmes n’eurent que le droit de prendre des notes manuscrites sans photocopier les documents.

Dans son arrêt, la Cour a estimé que les requérantes souhaitaient obtenir des photocopies de documents renfermant des informations à caractère personnel les concernant, et que, de ce fait, elle n’avaient pas à en expliquer précisément la raison.

Selon les juges européens de Strasbourg, les autorités slovaques n’ont pas justifié par des motifs suffisants l’impossibilité pour les plaignantes de faire des photocopies des documents. La Slovaquie se voit aussi reprocher le caractère tardif de l’entrée en vigueur d’une loi sur la santé adoptée en 2004 répondant à l’exigence des requérantes. La Cour a alloué à chacune d’elles 3.500 euros pour dommage moral.


180px-A_gipsy_woman_with_her_child.JPG AFP | 28.04.2009 | 18:13
                     Huit femmes rroms stérilisées de force

 

 


 http://www.millebabords.org/spip.php?article11134


http://r-sistons.over-blog.com/article-30846410.html



___________________________________________________________________________________________________________

Gitane tableau de Regnault



Gitane de Regnault

Devoir de Mémoire :


           La "Shoah"  des  Tsiganes
par Eva



La barbarie nazie n'épargna pas les tsiganes. Ils vécurent les mêmes épreuves que les Juifs, en pire. D'abord, leurs souffrances sont tombées dans un oubli total. Ensuite, dès 1936 ceux d'Allemagne, considérés comme des "non-personnes", furent envoyés dans des camps de concentration en Autriche ou dans leur pays. Les femmes étaient stérilisées de force, car on considérait qu'elles ne méritaient pas de se reproduire. Puis commença ce qu'on appela alors " la destruction des vies inutiles ". Dans toute l'Europe occupée, on entreprit la traque du "gibier" tsigane, d'abord en 1939, ensuite en 1941 et 1943. L'extermination des 5 à 600 000 nomades eut  essentiellement lieu dans les camps polonais. 

En réalité, la persécution des Fils du Vent commença avant l'arrivée des nazis au pouvoir, avec les lois de contrôle de la "plaie tsigane" dès 1926. Deux ans plus tard, la surveillance devint spécifique, et permanente. Puis vint, dès 1933, la "stérilisation eugénique", l'interdiction des mariages mixtes en 1934-35, et enfin les premiers enfermements au camp de Dachau, en 1936. 

C'est à l'automne 1939 que les déportations deviennent massives;  et c'est sur deux cent cinquante enfants tsiganes que les nazis testèrent le zyklon B, au camp de Buchenwald, en février 1940. Par ailleurs, à Ravensbrück, ont été pratiquées des opérations pseudo-scientifiques sur des cobayes humains, entre autres tsiganes.


Cette politique-là, les nazis l'étendirent à l'ensemble de l'Europe occupée.  

Gadjo Dilo








Ensuite commença l'extermination à grande échelle. Si l'on en croit les nazis, la moitié de la population tsigane d'Europe fut supprimée . Tragédie supplémentaire, le nom des victimes Tsiganes ne fut même pas mentionné durant le Procès de Nuremberg ! L'oubli total.... alors qu'on ne cesse de commémorer le martyr juif. Deux poids, deux mesures - ni plus, ni moins. C'est pourquoi moi, l'amie des Tsiganes, j'ai décidé de prendre ma plume pour rappeler au monde cette énorme injustice. Il est temps de rendre hommage aux victimes tsiganes, qui d'ailleurs furent parmi les résistants les plus acharnés.

En effet, très tôt ce peuple libre et fier comprit le sort qui lui était réservé. Il accepta immédiatement de rejoindre la lutte clandestine, pour mener ce que l'historien hollandais Jan Yoors appellera la "guerre secrète des Tsiganes". Aguerri, malin, il usera de mille stratagèmes pour déjouer la vigilance des nazis, porter des messages ou transporter armes et explosifs. De nombreux fugitifs furent sauvés grâce aux Tsiganes. On leur doit aussi de nombreuses actions terroristes de résistance à l'ennemi hitlérien.

Marian

ces trois images sur les Tsiganes
http://r-sistons.over-blog.com/ext/http://www.maison-russie.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=2837&Itemid=36





En 1945, les nazis aux abois se livrèrent encore à de multiples massacres sur les derniers Tsiganes internés dans les camps allemands. Et plusieurs pays européens gardèrent internés pendant plusieurs mois leurs populations ! Quant aux résistants qui avaient survécu, ils ne bénéficièrent même pas, à la fin de la guerre, des promesses d'intégration sociale qui leur avaient été faites. Et ils ne trouvèrent personne pour les défendre, ni même évoquer la mémoire des disparus. Bien sûr, aucun d'entre eux ne réclama réparation pour tous les préjudices subis. Le peuple tsigane ne revendique jamais; il subit en silence - et en musique, car chez eux l'instinct de survie et le goût pour les arts ont toujours raison des événements les plus dramatiques. Je l'ai expérimenté personnellement, en partageant leur existence misérable dans un bidonville situé sur une décharge publique madrilène. L'horreur absolue, et une joie inscrite dans les gènes pour transcender les moments les plus difficiles. Admirable peuple ! Ce séjour marqua de manière indélibile mon esprit, et scella ma carrière de journaliste. 

Quelle a été la politique à l'égard des Tsiganes en France ?

Traditionnellement, les sédentaires se méfient des nomades. Dès 1912, les populations errantes se voient attribuer un carnet anthropométrique, visé dans chaque commune, à l'arrivée comme au départ. A cette époque, déjà, les Tsiganes, tout comme les juifs, sont victimes de persécutions et de discriminations. 

Le gouvernement de Vichy durcit cette politique. Et, dès l'automne 1940, des Tsiganes sont internés dans des camps de concentration, à Argelès-sur-Mer et au Barcarès, dans les Pyrénées Orientales, camps créés à l'origine afin d'accueillir les réfugiés espagnols et les Juifs. Même logique d'exclusion, pour des populations pourtant différentes. Et ce sont près de trois mille Tsiganes qui auraient été internés dans l'ensemble de la France entre 1940 et 1946.
 
C'est en 1942 qu'est créé le seul camp d'internement réservé aux Nomades, celui de Saliers.

(JPEG) 

Photographie de la construction du camp, octobre 1942 (142 W 76)

Le camp est situé en zone libre, sur la commune d'Arles, dans les Bouches-du-Rhône. ll s'est d'abord inscrit dans une logique de sédentarisation, puis d'enfermement. Pour commencer, trois cents nomades doivent s'entasser dans des petites cabanes inachevées, sans électricité. Les conditions d'hébergement et de ravitaillement sont lamentables. Le sort des enfants est particulièrement difficile; ils ne sont évidemment pas scolarisés. Sans vêtements de rechange, les hébergés finissent par porter des loques.  Ils sont squelettiques, mais ils résistent. Aguerris et indomptables. Finalement,  le sous-Préfet d'Arles demande la fermeture du camp dès juillet 44. 

Ceux qui ont survécu à l'enfer, ont gardé vivante la mémoire du camp. Mais le site n'a conservé aucune trace du lieu.

Dans les camps de concentration allemands, les Tsiganes ont été littéralement massacrés. On cite par exemple le chiffre de 20.000 pour la seule nuit du 31 juillet 1944, à Auschwitz. Le 1er août, un officier SS d'Auschwitz put écrire, après l'envoi des Tsiganes à la chambre à gaz : " Mission terminée, traitement spécial exécuté ". Traitement spécial ! Pire encore que celui que subirent les Juifs, les handicapés, les malades mentaux, les homosexuels, les communistes, les résistants ! Et au total, pour la seule Allemagne, cinq à six cent mille Gitans, Roms, Kalderas, Manouches, auraient péri. A Dachau, les Tsiganes étaient tués le jour même de leur arrivée, ou le lendemain.  Simplement parce qu'ils étaient nés Tsiganes.

Comme les Juifs, les Tsiganes ont été victimes de l'idéologie nazie, politique de la race afin de régénérer le sang allemand, et politique de l'espace pour la création d'une Grande Allemagne débarrassée des éléments impurs, étrangers, inférieurs. L'élimination des Tsiganes aura d'autant mieux été acceptée, que la mise à l'index était ancienne.

Aucune voix ne s'élève pour défendre la cause des Tsiganes discriminés, stérilisés, persécutés, spoliés, exterminés . Nulle mémoire, nulle indemnité, nulle commémoration. Rien. Le vide absolu. Ostracisme complet.

Définitif ? 

Jusqu'à mon dernier souffle, je me battrai pour la reconnaissance de ce peuple admirable. 

Eva

(JPEG)
 
 
Ce petit tsigane, lui, on peut l'oublier ? 
On pense seulement aux juifs ?


Les 2 photos, http://r-sistons.over-blog.com/ext/http://memoire-net.org/


Bibliographie : 
- La persécution des Tsiganes par les nazis , de G. Leury, Belles Lettres 2003
- Destins Gitans, de D. Kenrick Gallimard 1995



 Superbe vidéo à voir, à écouter ici :

http://r-sistons.over-blog.com/article-16710775.html 

Gitans-tziganes-roms
Vidéo envoyée par orcim

Hommage en passant à un peuple libre : musique de Goran Bregovic ... (Ederlezi)   Orcim

Des images de voyageurs ou non, certaines très belles et rares. Un fourre-tout sur une musique admirable. Denis

  http://r-sistons.over-blog.com/ext/http://filsduvent.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1788143

 




AUTRE  VIDEO (génocide tsigane) et liens 

voir COMMENTAIRES de cet article (faute de place)



Tags : Tsiganes, extermination, shoah tsiganes, camps internement, Arles, Bouches-du-Rhône, Saliers, Allemagne, Autriche, Auschwitz, Dachau, chambre à gaz, Roms, Kalderas, Gitans, Barcarès, Argelès sur Mer, Vichy...

Reconnaissance du génocide tsigane

14 mars 2007 par Jean-Pierre Pinet

Une proposition de loi (n° 3714) " tendant à la reconnaissance du génocide tzigane pendant la Seconde Guerre mondiale " a été enregistrée à l’Assemblée Nationale Française le 15 février 2007.

Après une première lecture, elle a été renvoyée à la commission des affaires étrangères.

 travaux,

Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 01:56
livre-guerre-preventive.jpg

Au menu de ce post, la guerre, sous toutes les formes:

- Guerres de toutes les couleurs, par Eva R-sistons
- No war, mon nouveau blog
- Guerre froide USA-Chine

- Alternatives aux guerres:
   révolutions de couleurs,
   destabilisations de l'intérieur, 
   infiltrations de syndicats...
   L'armée des évangéliques néocons
   (Pénétration dans les milieux arabes...)

-  Guerre économique, contre les citoyens
   Grèce labo

-  Liens divers 
  
soldats.jpg

La guerre, on en voit de toutes les couleurs !
Par eva r-sistons


La guerre... Elle est dans l'air, il faut s'y préparer. Et moi, je viens de mettre en place un blog d'information, et de dénonciation des guerres ! Comment m'est venue l'idée ? Pourquoi "no-war" ?

J'ai publié un article pour le site mondialissation.ca, à partir d'un post que j'avais fait sur r-sistons à l'intolérable, "vers la 3e guerre mondiale". Le titre choisi par ce site mettait l'accent sur la complicité des médias dans la guerre. Or, la personne qui reçoit les articles et les publie, Micheline Ladouceur, a cru bon de changer mes 20 mn en 20 ans, je n'ai pas apprécié. Passe encore qu'on change certains mots pour au final insérer des fautes de Français ou de style (ce que la puriste que je suis n'apprécie pas outre mesure), mais là, c'était trop: "Si les femmes s'arrêtaient de travailler au moins 20 mn, les guerres s'arrêteraient". C'est ce que j'ai entendu dire dans le document de Marie Drucker qui fait l'apologie des guerres, "Etes-vous prêts à mourir pour la France ?" (FR3. Voir http://no-war.over-blog.com/ext/http://r-sistons.over-blog.com/article-25426833.html). Que je me sois trompée en parlant de vingt mn au lieu de vingt jours, j'en doute fort, mais de là à mettre vingt ans... pour une guerre mondiale, la seconde en l'occurrence, qui a duré cinq ans, c'est parfaitement insensé ! Je n'accepte pas qu'on tronque l'information, surtout s'il s'agit d'une vue de l'esprit, plutôt que d'un fait. Micheline m'a pourtant demandé: "C'est 20 mn, ou 20 ans ?". J'ai répondu "20 mn". Et ce sont les vingt ans qui malgré tout sont sortis. Je ne pouvais pas accepter cela, et j'ai demandé que l'on rectifie, ou que l'on retire l'article du site. Micheline a choisi la deuxième solution, et dans la foulée, instantanément, elle a retiré tous mes articles sur ce site. Voilà qui est fort zélé.... à moins qu'il ne s'agisse d'un joli joli joli coup de sang ! Toujours est-il que je me suis retrouvée avec mes quatre articles publiés sur le site mondialisation.ca sous les bras, alors j'ai eu l'idée de créer un blog spécial guerre pour les y insérer. Le blog, en deux jours, s'est enrichi de plusieurs articles. Vous l'avez compris, je ne suis plus sur mondialisation.ca, via la magicienne Ladouceur, mais over-blog.com compte un nouveau blog. Anti-guerre, ce qui va certainement enchanter les messieurs de la CIA ou de l'OTAN, ces organismes chargés de faire le bonheur des peuples à leur façon: Pour mémoire, ils ont décrété la paix en faisant des guerres préventives, permanentes, totales et nucléaires. Paix des cimetières, sans doute... Les partisans de la dépopulation seront enchantés ! Les chairs à canons, beaucoup moins.

Donc, maintenant vous savez tout. Et si le coeur vous en dit, vous pouvez jeter un oeil sur le dernier né d'over-blog et dernier né d'eva r-sistons:
http://no-war.over-blog.com  . Facile à retenir, no-war. Moi qui suis allergique à l'anglicisation des mots, tant pis, je fais une exception, et je vous garantis qu'elle sera sans lendemain. Car entre nous, le blog "pas de guerre.over-blog.com", ça faisait un peu cul-cul... La mort dans l'âme, je me suis résolue à faire ce que je n'aime pas. Il est permis de s'offrir une fantaisie !

Dommage pour mondialisation.ca, j'aime ce site car il s'est spécialisé dans la géo-politique, mon domaine préféré. Et il compte en son sein d'excellentes plumes, comme son Directeur, Michel Chossudovsky. Mais passer par le check-point Ladouceur, assorti d'entorses au Français et à la véracité, non. Il ne faut pas me demander l'impossible ! Alors voilà, ma plume n'honorera plus (en toute modestie, bien sûr) mondialisation.ca pendant... vingt mn, ou vingt ans, comme vous voulez. Entre temps, il y aura peut-être une guerre. A propos, j'ai quand même une bonne nouvelle. Pour autant qu'on puisse faire confiance à des pépères comme BHL ou Pérès, la guerre ne devrait pas avoir lieu contre l'Iran. Si, si, juré, promis....

Guerre contre l'Iran ?

Donc, j'écoutais Public Senat quand, soudain, M. Colombani le bienheureux retraité (de gôche très caviar) a invité (quelle idée originale !) le dénommé BHL. Vous savez, celui qui est marié à la poupée-Barbie... comment s'appelle-t-elle, déjà ? Elle ne m'a pas marquée, alors bon j'ai oublé son nom. Arielle quelque chose... Pas Ariel comme la lessive, Arielle avec deux L.

Or, BHL, soudain inspiré et en veine de confidence, face à un Jean-Marie Colombani parlant avec mille précautions de la question palestinenne et plus généralement du Moyen Orient, comme il se doit sur une télé sioniste, a carrément dit, oui vous ne rêvez pas (j'ai noté, et cette fois  la douce Micheline ne me contredira pas): " J'étais il y a quelques jours avec mon vieil ami Perès (il est encore fourré en Israël, BHL ? Qu'est-ce qu'ils ont tous à être envoûtés par ce coin de globe ?); une guerre contre l'Iran entraînerait la planète dans une situation totalement incontrôlable. (C'est Cornélien:) Il faut tout faire pour éviter une guerre et en même temps tout faire pour empêcher l'Iran d'avoir l'arme nucléaire"; Donc, pas de guerre. Oui, mais si l'Iran fait comme tout le monde, et notamment comme son voisin israélien, s'il a l'arme nucléaire ? (
http://no-war.over-blog.com/article-la-belgique-est-elle-une-puissance-nucleaire-et-israel-et-la-turquie-etc-45417608.html). Là, que se passera-t-il ? Connaissant les Israéliens et leur besoin atavique de faire la guerre, sachant que ça les démange (voyez leurs forums, ils rêvent tous d'anéantir l'Iran, de le rayer de la carte, même avec l'arme nucléaire dont ils dénient la possession aux Iraniens), moi je parie, cher BHL (Bernard-Henri Lévy pour ceux qui ne connaissent pas l'oiseau), que tu vas quand même voir le pays de ton coeur (au cours de l'entretien, BHL a confessé "l'exultation" d'être Juif et d'aller en Israël, tiens donc !) faire la gué-guerre, et toujours à mon avis, pas avec de vieux fusils; Plutôt avec les armes que la Morale, et le Droit de la guerre, réprouvent. La suite, on peut l'imaginer, et justement voyez mon blog http://sos-crise.over-blog.com, je l'ai imaginée en publiant des articles pour nous aider à nous préparer à la fiesta nucléaire planétaire, puis à l'âge de pierre qui s'en suivra. Pour les bienheureux (?) rescapés... Ah c'est vrai, il y aura la bande à Sarko, à Dassault, à Kouchner et tutti quanti, qui le moment venu sortiront de leurs palaces souterrains une fois la guerre qu'ils auront programmée, sans bien entendu la faire eux-mêmes, terminée. A moins qu'il ne s'agisse d'une nouvelle guerre de cent ans...

Et puisqu'on est entre nous, je viens de trouver une expression pour qualifier les relations des Etats-Unis et de la Chine, à base de cyber-guerres, de guerre économique, de guerres des mots (avec le Dalaï-Lama), etc - comme ils s'aiment ces deux-là ! Bon bref, moi j'ai envie de qualifier ces relations-là de "guerre froide" (
http://no-war.over-blog.com/article-nouvelle-guerre-froide-usa-contre-une-chine-qui-renforce-le-secteur-d-etat-45419191.html), elle est de plus en plus relevée, et qui sait ? Dans 20 mn ou dans 20 ans, la guerre froide trouvera son accomplissement dans une guerre chaude, bien chaude, comme nos stratèges sans cervelles les aiment, ou les fabriquants d'armes à qui les peuples vouent une reconnaissance éternelle ! Voyez ce que j'ai découvert près des Champs-Elysées, à Paris... une rue Dassault, pardi ! On n'est pas un peu tombé sur la tête ? Et un ML King, ou un Mgr Romero en plein sermon sur la paix, on les assassine ?

Allez, qu'on en finisse une bonne fois pour toutes. Notre monde est devenu fou !!! Si on doit être grillés, atomisés, nucléarisés, ou je ne sais quoi encore, que ça soit du rapido, et sans rescapés ! Parce que s'il reste seulement des Sarkozy, des Kouchner, des Lellouche... ou des BHL (et tant pis pour sa poupée Barbie), il vaut mieux que l'humanité cesse de procréer. Parce que les rejetons nouveaux risquent d'être pires que les anciens !

C'était ma page d'humour noir, une autre fois je vous parlerai du PS, et il deviendra rose. Avec moi, on en voit de toutes les couleurs ! Et ce n'est pas Micheline qui dira le contraire ! Voilà, à cause de nos petits différends, l'OTAN, ou la CIA, ou les deux, vont devoir rétribuer un nouvel "éplucheur" de blogs - eh oui, je vais, avec ce blog no-war, donner de la lecture à nos "zamis" grands partisans des guerres préventives, permanentes, totales et nucléaires ! Dieu reconnaîtra les siens... 

Eva r-sistons, icon_lol.gif


Les quatre articles que vous ne lirez plus sur mondialisation.ca :

Officiellement, la guerre n'existe plus. Les médias l'ont tuée !
Vers la 3e guerre mondiale ? Complicité des médias
L'OTAN pourra-t-il compter sur la Turquie ?
Yemen, nouvelle guerre impériale qui ne dit pas son nom

N'oubliez-pas le fameux :
Si les femmes s'arrêtaient de travailler pendant plus de 20mn, la guerre s'arrêterait
paru sur mon blog r-sistons, auquel je fais juste allusion ici :
Vers la 3e guerre mondiale ? Complicité des médias
C'est l'article que je ne voulais pas voir publié avec 20 ans au lieu de 20 mn, 

et le blog où vous trouverez tout : 
http://no-war.over-blog.com/

______________________________________________________________ 


Page d'accueil de mon nouveau blog NO  WAR :

apocalypse-1


La guerre est la pire des solutions, elle aggrave les problèmes au lieu de les résoudre. Elle sème partout ruines, désolation, morts, handicaps, blessures intérieures, stress, douleurs... Et avec les moyens actuels, elle est redoutablement dangereuse. Désormais, on parle d'ailleurs ouvertement d'utiliser les armes nucléaires - banalisées !

Nous sommes prévenus: L'OTAN, que j'appelle l'Organisation Terroriste (terrorisme d'Etat) Anti-Nations (portant atteinte aux souverainetés) appelle à la guerre préventive, permanente, totale, nucléaire. Elle a enrôlé sous sa bannière les Etats européens, acceptant servilement que leur but originel, une Union au service de la paix, devienne désormais une fédération au service des guerres de l'Empire usraélien (Pays anglo-saxons et Israël), au service, donc, de ses ambitions hégémoniques: Dominer la planète, prendre le contrôle de ses ressources - des ressources arrachées aux peuples pour engraisser les Grandes Banques et les Multinationales. C'est un scandale intolérable !

Ces Etats prédateurs, sans foi ni lois, véritablement hors-la-loi et terroristes, ont des porte-paroles zélés: Les Médias. Jour après jour, ils manipulent les consciences pour faire accepter ce dont les peuples ne veulent pas: Les guerres impérialistes, le choc de civilisations (qui a pris le relais de la guerre froide, l'antagonisme USA-URSS étant remplacé par le choc de civilisations, judéo-chrétiens contre Musulmans qui, pour leur malheur, ont souvent un sous-sol fort riche aiguisant les appétits), ou encore le choc Empire-Etats non alignés comme l'Iran, la Russie, la Chine, le Vénézuela.... Ainsi, Marie Drucker ou Benoît Duquesne font-ils, en France, l'éloge des guerres, ils appellent ouvertement à "mourir pour la patrie" - en réalité, pour les multinationales apatrides.

Les Médias, outrepassant honteusement leur rôle d'information, désigent quotidiennement les adversaires: L'Iran, la Chine, la Russie, le Vénézuela, Cuba, etc. La désinformation et la propagande sont la règle. Le Nouvel ordre Mondial en gestation, basé sur l'exploitation, l'appauvrissement, destine les humains à deux rôles principaux: L'asservissement ou la guerre. Citoyens, servez vos nouveaux maîtres en tant que chair à canons ou comme esclaves, pour des salaires dérisoires (si vous avez la chance d'avoir encore un emploi), soyez flexibles, pressurables et délocalisables à volonté. Et lorsqu'épuisés vous arriverez, de plus en plus tard, à la Retraite, celle-ci sera remplacée par l'euthanasie - déjà annoncée par Jacques Attali, le plus célèbre apôtre du Nouvel Ordre Mondial (nom donné au Totalitarisme orchestré, en coulisses, par la Haute Finance). Orwell avait vu juste, et le film Soleil Vert est d'actualité.

Il faut rappeler que les Médias, en France, sont principalement la propriété des Industriels de l'Armement, cas unique et intolérable.

Dans son document intitulé "Etes-vous prêts à mourir pour la Patrie ?", Marie Drucker, autre scandale, fait la promotion des guerres en les présentant comme un instrument de libération des femmes: Accomplissant les travaux des hommes enrôlés, il leur est possible, ensuite, de demander une plus grande égalité de droits. Elle oublie simplement de dire que les femmes travaillent à leur malheur, en remplaçant leur mari, fils, frères, cousins, amis... appelés à mourir "pour la patrie". Elle ajoute, cyniquement: "Si les femmes arrêtaient de travailler pendant au moins vingt mn à la place des hommes sur le champ de bataille, les guerres s'arrêteraient", en encourageant celles-ci à accomplir leur devoir, à l'arrière. 

Je retourne cette phrase en incitant les femmes mes soeurs à cesser de remplacer les hommes, à cesser de travailler à leur place. Alors, les guerres s'arrêteraient, et avec elles, les pires souffrances de l'humanité. 

Notre société est mortifère; Les valeurs sont inversées. Ainsi, la mort devient l'idéal suprême, comme la soumission. C'est intolérable. 

Courageusement, la tête haute et en ayant le sentiment du devoir accompli, en défiant les Assassins des peuples -Grands de l'Industrie ou de la Finance, Anglo-Saxons souvent chrétiens néo-conservateurs, ou Israéliens néo-sionistes -, je plaide dans ce blog pour la Vie, la Paix, la communion des civilisations, la Justice, la Fraternité universelle. Ces valeurs devraient être celles de tous, mais des cerveaux névrotiques, psychotiques, d'une avidité maladive, sans scrupules, d'une cupidité effrayante, changent les règles de l'humanité à leur profit.

Tous unis, nous devons dire non à cette société folle, mortifère, destructice de vies et de valeurs, nous devons nous opposer aux guerres et cela passe par l'information de nos concitoyens. C'est ce que je tente de faire dans ce blog dédié à la Vie, à l'humanité, à la paix.

Pour les questions pratiques en cas de guerre, je vous renvoie à mon blog sos-crise, pour la désinformation à mon blog la dénonçant, et d'une façon générale, vous pouvez lire avec profit mon principal blog, le plus connu, r-sistons à l'intolérable.

Eva r-sistons aux guerres et aux médias qui en font l'apologie ou qui désinforment. 


                             statue-fe.jpg  

                     Statue représentant une veuve de soldat   

____________________________________________________________


Alternatives aux guerres :

1) La pénétration par les Révolutions de couleurs,
voyez par ex ici :
http://alexandrelatsa.blogspot.com/
Dissonance, le blog contre les Révolutions de couleurs.

2) Destabilisations de l'intérieur, en travaillant de préférence les étudiants, plus jeunes, plus malléables, séduits par le mirage de la société de consommation occidentale et sa pseudo-démocratie, un bon exemple: L' Iran.

Vous pouvez aussi lire ceci:
http://www.marcfievet.com/article-ukraine-changement-de-couleur-ou-onde-de-choc-45377860.html

3) Infiltrer mouvements ouvriers ou Syndicats (comme Solidarnosc, cette imposture au service de l'Occident).

" Les services secrets américains et leurs filiales, tel National Endowment for Democracy (NED – Fondation nationale pour la démocratie), infiltrent le mouvement ouvrier afin d’y fonder un syndicat visant le renversement de l’État, à l’exemple de l’ultraréactionnaire Solidarnosc en Pologne. La diplomatie américaine recourt au chantage et à la menace pour contraindre certains pays à suivre la ligne américaine. L’Iran, un allié de la Chine, ne peut construire de bombe atomique, mais les États-Unis aident néanmoins l’Inde – qui n’est pas en trop bons termes avec la Chine – à produire des armes nucléaires. Le président Obama étend la guerre en Afghanistan au territoire du Pakistan, comme par hasard, un autre allié de la Chine.


Des commissions d’experts chinois étudient la manière dont la guerre froide contre l’Union soviétique a été lancée et les moyens mis en œuvre par les États-Unis pour finalement démembrer complètement l’Union soviétique. Ce sera nécessaire car les États-Unis vont ressortir tout leur arsenal de la guerre froide pour sauver leur position dans le monde. Car il est un fait établi que l’économie américaine va prendre une raclée, si les États-Unis ne peuvent plus utiliser le tiers monde comme leur terre à profit "

(..) http://no-war.over-blog.com/article-nouvelle-guerre-froide-usa-contre-une-chine-qui-renforce-le-secteur-d-etat-45419191.html 


4) Autre exemple : Actions clandestines 
Sabotage des installations nucléaires iraniennes


Interviewé à son tour par Ennio Caretto sur le « Corriere della Sera » du 8 février, un « expert » états-unien qui –précise le journaliste- travaille « pour la Cia et le Fbi » déclare à propos d’Israël : « Je n’exclue pas qu’il ait déjà des hommes en Iran prêts à faire sauter les implantations de l’ennemi et je sais qu’il (Israël, NdT) dispose de missiles et de bombes pour pénétrer très profondément dans les bunkers atomiques ». Donc les préparatifs d’agression sont en plein déroulement, et même, comme l’ont démontré les enlèvements et les assassinats « ciblés » de chercheurs scientifiques iraniens, dans un certain sens l’agression a déjà commencé : et celui qui l’opère, avec ses protecteurs états-uniens, est le gouvernement qui se réserve le droit de frapper massivement l’Iran, suspecté de vouloir rattraper Israël en ce qui concerne l’armement nucléaire !

http://no-war.over-blog.com/article-les-actions-clandestines-des-usa-contre-l-iran-et-ses-bunkers-atomiques-45426054.html

 
le-pape.jpg?w=159&h=196

Alerte ! Sous-marins évangéliques extrémistes,
(bêtes noires du Vatican) !

Depuis quelques années, l’extrémisme religieux, c’est-à-dire l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques, est devenu l’un des éléments essentiels de la géopolitique au Proche-Orient. Alors que certains milieux et médias ne cessent d’accuser l’Islam de tous les maux, les commentateurs restent discrets sur la responsabilité des sectes protestantes qui contribuent à radicaliser le conflit.


On sait l’importance prise par la secte des évangélistes, dite « revivaliste », aux Etats-Unis où elle influence considérablement la politique de l’administration Bush. Il est également connu que les membres de cette secte sont les plus fervents soutiens d’Israël et refusent toute concession territoriale aux Palestiniens.


L’article est ancien mais il montre la rivalité que se joue le Vatican catholique et le mouvement protestant américain dans le découpage et le pillage des richesses et des cerveaux musulmans et arabes. L’article semble être écrit par une personnalité proche du saint Siège


La secte évangéliste
et le jeu des Etats-Unis dans le monde arabe


Charles Saint-Prot

Le 22 novembre 2005


Observatoire d’études géopolitiques


Depuis quelques années, l’extrémisme religieux, c’est-à-dire l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques, est devenu l’un des éléments essentiels de la géopolitique au Proche-Orient.

Alors que certains milieux et médias ne cessent d’accuser l’Islam de tous les maux, les commentateurs restent discrets sur la responsabilité des sectes protestantes qui contribuent à radicaliser le conflit.


On sait l’importance prise par la secte des évangélistes, dite « revivaliste », aux Etats-Unis où elle influence considérablement la politique de l’administration Bush. Il est également connu que les membres de cette secte sont les plus fervents soutiens d’Israël et refusent toute concession territoriale aux Palestiniens. Les évangélistes, qui s’inscrivent dans la mouvement des Chrétiens sionistes –un groupe fondamentaliste protestant né à la fin du XIXe siècle, qui prétend que l’institution d’un Etat israélien est l’accomplissement de la prophétie biblique -, ne font pas que soutenir Israël moralement, leur argent sert à aider des Juifs de Russie ou d’Ukraine à immigrer en Israël. Selon le rabbin Yechiel Eckstein qui dirige une des principales agences de collecte de fonds pour Israël auprès des évangélistes américains, son association a recueilli, en l’espace de sept ans, plus de 100 millions de dollars américains. En octobre 2003, une réunion a eu lieu à l’hôtel du roi David de Jérusalem entre extrémistes sionistes et Evangélistes, en présence de Richard Perle –alors président du Conseil pour la politique de défense du Pentagone et conseiller influent de George Bush II- et de ministres du gouvernement Sharon pour célébrer « l’avènement de la Jérusalem Céleste qui suivra l’anéantissement de l’Islam ». Il est également connu que le courant évangélique, qui regrouperait plus de 70 millions de citoyens des Etats-Unis et s’appuierait sur plusieurs centaines de milliers de « pasteurs-propagandistes » appointés, s’exporte largement de l’Amérique latine (Evangelical Union of South America, notamment au Brésil où la secte aurait plus de 30 millions d’adeptes ), au Japon, en Afrique (par exemple, le rôle des évangélistes, proches du président Gbagbo, dans les événements en Cote d’Ivoire), en Europe et même en Inde (Indian Missions Association -IMA) ou en Chine… Ce qui est moins connu c’est le rôle des évangélistes dans la politique états-uniennes dans le monde arabe. Il est notoire que la Maison-Blanche, le Congrès et la CIA suivent et gèrent avec un grand intérêt l’expansion des Eglises évangéliques. La haine professée par cette secte contre l’Islam, mais aussi leur mépris à l’égard des Arabes chrétiens, en fait un instrument privilégié de la politique états-unienne visant à briser le monde arabe pour mieux organiser un grand Moyen Orient tout entier soumis à l‘influence de Washington et de ses alliés israéliens.


Dans le monde arabe, l’action de la secte évangéliste se présente sous un triple aspect:


- La propagande anti-musulmane qui dispose de moyens considérables et vise à accuser les musulmans de tous les maux de la terre. C’est ainsi que les évangélistes sont les premiers à organiser, en liaison avec les néoconservateurs américains dont on connaît les engagements pro-israéliens, des campagnes visant à assimiler l’Islam au terrorisme, donc à « l’axe du mal ». L’un de leurs objectifs favoris est l’Arabie saoudite contre laquelle ils poursuivent une propagande inlassable tout en encourageant certaines confréries de façon à semer la division religieuse au sein du royaume.


- L’instrumentalisation des communautés chrétiennes arabes est en action au Liban, en Palestine, en Syrie, en Irak. Au Liban, chaque été des missionnaires évangélistes parcourent le pays, selon un itinéraire préparé en liaison avec l’ambassade des Etats-Unis. Des groupes de jeunes organisent des concerts, des festivals, des rencontres sur les plages avant d’en venir à des réunions plus précises visant à convaincre les jeunes chrétiens, notamment les maronites, d’adhérer à la secte évangéliste en leur faisant miroiter la prise en charge de leurs études, des visas pour les Etats-Unis et toutes sortes d’autres avantages. Ces activités s’accompagnent d’un fort prosélytisme anti-musulman qui n’est pas pour rien dans la montée en puissance du confessionnalisme que l’on peut déplorer au pays du Cèdre. Les évangélistes déploient les mêmes méthodes en Syrie, mais d’une manière beaucoup plus discrète en raison de la vigilance des pouvoirs publics. En Irak les missionnaires des sectes évangélistes sont arrivés dans les fourgons de l’armée américaine et ont désormais pignon sur rue. A coup de dollars, ils s’emploient à rallier les chrétiens d’Irak et les détourner de leur christianisme traditionnel, oriental et arabe, pour les conduire à créer des communautés séparatistes. Les arguments sont toujours les mêmes, il s’agit d’inviter les chrétiens arabes à quitter leur religion traditionnelle en échange d’un emploi, d’allocations pour leurs enfants, d’une promesse de visa. Outre le Vatican, les Eglises traditionnelles irakiennes ne cessent de dénoncer le danger des évangélistes états-uniens dont certains ont déjà été exécutés par la Résistance. Selon le curé du village chrétien de Ain-kawa, près de Mossoul, : «Lors de cérémonies religieuses, nous expliquons aux fidèles que ces missionnaires sont en réalité des agents américains qui cherchent à soudoyer les Irakiens avec leur argent. Des étrangers qui veulent anéantir notre histoire et créer des conflits confessionnels en Irak Nous répétons aux fidèles qu’il faut interdire à ces gens l’accès à leurs résidences et aux lieux de rassemblement de leurs enfants». Les Irakiens chrétiens affirment que ces évangélistes « ne risquent pas seulement de causer la dispersion des fidèles, mais de créer un climat de conflit confessionnel qui n’existait pas auparavant en Irak. Ces étrangers visent à perturber nos bonnes relations avec les musulmans et un climat d’entente millénaire ». C’est exactement le même processus que l’on constate en Palestine occupée où des efforts considérables sont déployés par les évangélistes pour rallier des fidèles et les inciter ensuite à quitter le pays.


- Enfin, l’effort de conversion des musulmans constitue l’aspect le plus spectaculaire de l’acticité des évangélistes. La stratégie américaine d’évangélisation ciblant les peuples musulmans s’appuie sur des acteurs organisés en réseau, mais aussi sur l’élaboration d’un message évangélique adapté au message coranique. Cette évangélisation vise en particulier certaines communautés musulmanes dont les origines ethniques pourraient être utilisées pour des projets sécessionnistes et anti-arabes : c’est le cas avec les minorités kurdes d’Irak et de Syrie, mais aussi avec les Kabyles et les Berbères au Maghreb.

Selon le quotidien algérien al Watan , l’évangélisation en Kabylie est « le résultat d’un prosélytisme organisé et financé par une stratégie d’évangélisation des peuples musulmans. En Algérie, les évangélistes investissent le terrain de l’humanitaire et choisissent leurs cibles parmi les personnes les plus démunies ; des personnes se convertissant aux christianisme contre une somme d’argent (2000 dinars, l’équivalent de 20 euros), des promesses de soins médicaux ou de visas pour l’étranger : les chancelleries européennes accordent plus facilement des visas d’entrée à l’espace Schengen à tout demandeur algérien qui se proclame comme chrétien « persécuté ».

Plus de 74% des personnes allant à la messe le font essentiellement pour profiter des aides financières des missionnaires» . L’une des actions récentes de l’église protestante à Constantine a visé des lycéens, « elle leur a proposé un soutien scolaire gratuit. En plus des cours proposés, les élèves ont reçu des CD, des livres et d’autres documents de propagande évangéliste ; ce même scénario rôdé s’est répété à Tiaret et dans d’autres villes ». Selon nos informations, les « diplomates » de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie multiplient les visites dans les territoires kabyles et favorisent le prosélytisme évangéliste.


Au Maroc, une multitude d’organisations évangélistes, surtout américaines, opère plus ou moins secrètement dans les régions déshéritées ainsi que dans les grandes villes. Une organisation comme Arab World Ministries, société missionnaire évangéliste internationale, a pour objet officiel « l’annonce de la bonne Nouvelle d’un Sauveur aux musulmans du monde arabe ». Les agents clandestins de cette secte dont le nombre a plus que triplé depuis 2002, seraient plus de 800. Ils se présentent sous diverses couvertures : médecins, infirmiers, militants humanitaires, enseignants, ingénieurs ou encore entrepreneurs . En janvier 2005, à l’occasion de la visite au Maroc du télé-évangéliste Josh McDowell, représentant le mouvement Crusade for Christ International (7000 volontaires dans le monde), Le Journal-hebdo écrivait « Le Maroc assailli par les néo-protestants US ».


L’action des évangélistes états-uniens est relayée par de nombreuses radios et télévisions bénéficiant du soutien des Etats-Unis, notamment du congrès et de la Cia : Radio El Mahabba émettant en continu sur le canal son du satellite Eutelsat Hotbird 3, la chaîne CNA-Channel North Africa, Arabvision, Life-TV, Miracle Channel etc, sans compter la chaîne de propagande américaine en arabe Al Hurra. La propagande évangéliste est également insérée dans des projets de programmes de développement d’Internet, tel le programme de développement de l`usage d`Internet (GIPI, Global Internet Policy Initiative) engagé par le Département d’Etat américain, dans le cadre de l`Initiative de Partenariat du Moyen-Orient (MEPI), qui touche déjà l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l’Irak, l’Arabie saoudite, Barheïn, le Koweït, Oman, le Qatar, les Emirats arabes unis, le Yémen et la Palestine.

Bien entendu, cette action de prétendue évangélisation encouragée, financée et protégée par le gouvernement de Washington, n’est animée d’aucun sentiment religieux sincère. Son but est de créer des foyers de discorde au sein des pays arabes afin de les déstabiliser et de les affaiblir.

Elle a pour effet d’attiser artificiellement le choc des civilisations et s’inscrit dans le projet développé depuis le 11 septembre de diaboliser l’Islam. Elle s’inscrit tout simplement dans le cadre de la politique des Etats Unis visant à remodeler le Grand Moyen Orient et d’y étendre l’hégémonie américaine.


La secte évangéliste et le jeu des Etats-Unis dans le monde arabe

par Charles Saint-Prot

Le 22 novembre 2005

Observatoire d’études géopolitiques – 2005-10-01

http://liberation-opprimes.net/index.php?option=com_content&view=article&id=715:charles-saint-prot–la-secte-evangeliste-et-le-jeu-des-etats-unis-dans-le-monde-arabe-/

 

 

http://tunisitri.wordpress.com/2010/01/07/la-secte-evangeliste-et-le-jeu-des-etats-unis-dans-le-monde-arabe/

Sur ce blog, je trouve :

Déni de justice pour l’Irak

DÉCLARATION SUR LE CLASSEMENT SANS SUITE DU CAS JURIDIQUE DE L’IRAQ EN ESPAGNE
DÉPOSÉ CONTRE QUATRE PRESIDENTS USA ET QUATRE PREMIERS MINISTRES BRITANNIQUES
POUR CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ ET GÉNOCIDE EN IRAK 



Les liaisons incestueuses: ONG, Etats et Transnationales

1847808-25247571.jpg?w=150&h=104  Les liaisons incestueuses des ONG avec les Etats et les transnationales.
Pour conduire leur action, les ONG humanitaires courtisent les gros donateurs : les firmes transnationales et les Etats. Cette proximité favorise l’affairisme des dirigeants et la politisation des grands causes. Lentement, certaines associations dérivent vers des objectifs sans rapport avec leurs buts officiels. Julien Teil explore cette évolution à travers plusieurs exemples.

Lire aussi :

Les Églises évangéliques et le jeu des
Partager cet article
Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 17:10



Reçu de notre amie et Lectrice Danièle Dugelay:


Il paraît que Marianne, notre chère République, est enceinte ?
 

C'est du moins ce qu'affirme notre gouvernement, mais cela n'a rien de surprenant.


 
                                           France Info -
 
 
 
Depuis bientôt 3 ans qu'elle se fait baiser régulièrement,
 
Depuis bientôt 3 ans qu'elle se fait violer régulièrement,
 
                                                                        
cela devait arriver !
 
 
Etant donné la personnalité du géniteur, de quel monstre va-t-elle accoucher ?
 
Déjà, elle a perdu ses couleurs. Le bleu, devenu virginal, l'entoure, mais le rouge qui lui va si bien, surtout en ce moment, a disparu.
 
Pauvre chère Marianne, la voilà drapée dans la couleur de la monarchie. Là, ce n'est plus un viol, c'est un assassinat !
 
Marianne, nous t'aimons et nous t'arracherons à tes tortionnaires !
 
                                                                                                   
Danièle Dugelay.
 


PS : En plus, c'est nous qui payons cette ignominie !



                                                           download?mid=1%5f13986269%5fAN2xktkAAJwh



Nous faisons les guerres pour enrichir les milliardaires.
Un soldat US témoigne:


"J'expulsais les familles (irakiennes) de chez elles.
Et quand je suis rentré, je voyais les familles américaines mises dehors "

Vidéo à regarder:

Mise à jour - 07/01/10- Version HQ) Une intervention remarquée de Mike Prysner, jeune vétéran de la guerre d'Irak, lors d'un récent colloque organisé par l'association "Vétérans d'Iraq contre la guerre" (IVAW) appelant la population à la lucidité. Celle de reconnaître qui sont les véritables instigateurs de cette guerre, de ces guerres, initiées et entretenues sur base de motifs fallacieux, au mépris de toute dignité humaine et dans l'hypocrisie générale. Mise en ligne le 01/01/2010. Crédit : youtube/ThePhaedrus83 - Sous-titrage : Jean-Luc 

http://www.dailymotion.com/video/xbruag_hqdes-soldats-americains-partagent_w 



Commentaire de Danièle Dugelay :

Anatole France avait déjà fait cette terrible découverte à propos de la guerre, lorsqu'il a écrit "On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels." Et il est vrai aussi qu'on tue pour des industriels.
Cette vidéo est remarquable et très émouvante. Danièle Dugelay



http://www.noslibertes.org/images/Prison3.jpg 

Société d'aujourd'hui :

Une "Nursery School (école maternelle) en Angleterre
Le prétexte ? La sécurité, bien sûr ! Elle a bon dos !
http://panier-de-crabes.over-blog.com/ext/http://www.blogg.org/blog-17585.html



Internet,
citoyenneté
et libertés

Par Jérémie Zimmermann - La Quadrature du Net, le 16 Février 2010

« Considérant qu'aux termes de l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 : " La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement...

...sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi " ; qu'en l'état actuel des moyens de communication et eu égard au développement généralisé des services de communication au public en ligne [NDLA: Internet] ainsi qu'à l'importance prise par ces services pour la participation à la vie démocratique et l'expression des idées et des opinions, ce droit implique la liberté d'accéder à ces services »



logo_laquadraturenet_titre_carre_grand.p

Ce point 12 de la décision du Conseil Constitutionnel du 10 Juin 2009 sur la loi HADOPI illustre a lui tout seul l'importance cruciale que prend Internet dans tous les aspects de nos vies et de nos sociétés. HADOPI, tentatives d'introduire la "riposte graduée" dans le "paquet telecom" européen, LOPPSI, et accord ACTA en cours de négociation sont autant de tentatives de contrôler cette nouvelle sphère publique en réseau, de restreindre l'accès au Net, et donc de porter atteinte à nos libertés individuelles.

La Quadrature du Net est une sorte de "caisse à outils citoyenne" dans laquelle chacun peut piocher pour comprendre le processus législatif relatif à Internet lorsqu'il porte atteinte à nos libertés, et participer, afin de remettre les citoyens au cœur du débat public.

Il s'agit aussi bien d'outils analytiques (communiqués, notes de synthèse, dossiers et analyses d'amendements) que d'outils web comme Mémoire Politique, Lawtracks, ou notre Mediakit...

Co-fondée en mars 2008 par 5 militants des libertés sur Internet et des logiciels libres, La Quadrature est de plus en plus relayée sur la toile et dans les médias traditionnels. Elle est avant tout la démonstration que chacun peut, grâce à Internet, faire entendre sa voix.

Vous pouvez vous aussi participer, afin que les libertés fondamentales puissent être autant respectées que les intérêts privés de quelques entreprises et politiques qui semblent avoir en horreur ces formidables outils d'émancipation citoyenne.

Jérémie Zimmermann est un des fondateurs de la célèbre "Quadrature du Net". En tant que représentant de nombreux internautes défendant la liberté sur Internet, la Quadrature revient aux sources pour nous exposer clairement ses ambitions et objectifs. Pourquoi en est-elle arrivé là, pourquoi sa mission est-elle si importante depuis quelques mois...

Voir le site de la Quadrature du Net



“Les arabes représentent 53% de la population du nord d’Israël”


Selon un rapport publié en février par le Bureau Central des Statistiques, la population arabe dans le nord du pays représente maintenant 53% de l’ensemble.

 
Le taux de natalité chez les femmes musulmanes est resté stable depuis les années 1980-2000, celui des femmes druzes ayant même décliné. En 2008, le taux de fécondité des femmes musulmanes avait chuté de 0,9 enfants par femme. Dans cette même année, les femmes musulmanes avaient en moyenne 3,8 enfants chacune, les femmes chrétiennes 2,2 enfants, et les femmes juives, 2,5 enfants.
 
En 2008, la population arabe d’Israël s’élevait à approximativement 1,5 million de personnes, qui constituaient 20% de l’ensemble de la population du pays.
 
Depuis 1950, la population musulmane d’Israël, partie de la population arabe globale du pays, a augmenté de 13% sur cet ensemble de population, pour monter à 83%. Le Bureau prévoit qu’en 2030, les musulmans représenteront 86% de l’ensemble de la population arabe du pays. La proportion de druzes a elle diminué de 2% par rapport à l’ensemble de la population arabe depuis 1950, avec encore un % qui devra être perdu jusqu’en 2030, alors que les arabes chrétiens perdent la course de la population en perdant 21% depuis 1950, pour ne plus représenter que 8% aujourd’hui, et 7% en 2030, de l’ensemble de la population arabe.
 
En raison du taux de fécondité relativement élevé des femmes arabes israéliennes, les jeunes constituent une large part de cette population. L’âge médian de l’ensemble des arabes d’Israël est de 20 ans, celui de la population musulmane de 19 ans, celui des druzes de 24 ans, et celui des chrétiens, de 30 ans.
 
L’âge médian de la population juive israélienne est de 31 ans.
 
Les femmes arabes, contrairement à leurs homologues juives, ont un plus grand choix de maris potentiels. Pour 1000 femmes arabes, il y a 1035 hommes arabes. Pour chaque femme juive, il n’y a que 970 hommes juifs

http://www.juif.org/societe-israel/121470,les-arabes-representent-53-de-la-population-du-nord-d-israel.php


Téhéran jure de soutenir le Hezbollah contre Israël

Le monde en 2025 selon la CIA
Samir Amin
La lecture du dernier rapport de la CIA sur « le monde en 2025 » ne fournit guère de renseignements qu’un observateur ordinaire de l’économie et de la politique mondiale aurait ignoré. Par contre elle nous permet de mieux connaître le mode de pensée de la classe dirigeante étasunienne et d’en identifier les limites 

suite ici : http://www.michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2566:le-monde-en-2025-selon-la-cia&catid=6:articles&Itemid=11

Investig'Action - Catastrophe ferroviaire à Hal: erreur humaine ou logique du profit?
Réductions des coûts, suppression de personnel, sécurité bradée... Les cheminots redoutaient une catastrophe.

GRECE, CRISE ET SPECULATION :
Jo Cottenier - Crise économique: le pourquoi du comment
A force de supprimer la main-d'oeuvre, le capitalisme manque de personnes à qui vendre ses produits

Zevengeur - Grèce: La spéculation attaque notre (R)U.E.
Le remerciement des banquiers sauvés de la crise : s'engraisser en Grèce

CHINE :
Jean-Paul Desimpelaere - Qu'attend le dalaï-lama de la Chine ?
Réponses point par point aux revendications tibétaines

Peter Franssen - La montée du Sud
La Chine ne connaît pas la crise. Pourquoi ?

AFRIQUE :
Amady Aly Dieng - L'Afrique, nouveau terrain de jeu des puissances économiques
« Black Business », lobby évangélique, Françafrique, Bruxelles, Pékin... Manque-t-il quelqu'un à l'appel ?

Chérif Salif Sy - Privatisation, pauvreté, aide
L'Afrique ne veut ni aide, ni modèle néolibéral. Quelles alternatives ?

AMERIQUE LATINE :
Evo Morales - "Deux erreurs étasuniennes ont donné l'impulsion au MAS"
"Lutter contre le capitalisme c'est lutter pour la paix sociale"

Dick Emanuelsson - Honduras - Qui est derrière la répression ?
Les mêmes qui prétendaient défendre la démocratie !

ATTENTION MEDIAS :
Mona Chollet - "Effroyables imposteurs" sur Arte: le roi est nu
Y a-t-il une chaîne télé pour sauver la fabrique du consentement?

Sophie Perchellet & Renaud Duterme - Propagande, mass médias et « menace iranienne »
"Quand les USA décident qu'un pays est une menace, c'est qu'il porte atteinte à leur hégémonie"

Jillian C. York - Le New York Times devrait-il muter son correspondant à Jérusalem ?
Avec un fils soldat israélien, peut-on couvrir objectivement le conflit israélo-palestinien?

VIDEO :
German Guttierez et Carmen Garcia - L'affaire Coca-Cola
"Le vrai choix de l'Amérique" ?

cedre_du_liban_barouk_2005.jpg
Le début de l’année 2010 enregistre la recrudescence des guerres impérialistes contre la plupart des habitants de la Planète.  


Extrait


Le début de l’année 2010 enregistre des régressions socio économiques très graves ainsi que la recrudescence des guerres impérialistes contre la plupart des habitants de la Planète  :

•La crise capitaliste, qui a explosé après plus de dix ans de problèmes, va augmentant. La menace de nouvelles catastrophes, plus virulentes que les précédentes, pèse sur le monde tout entier.

•Les nouvelles guerres colonialistes s’étendent à tout le Sud de la Planète , rappelant la période allant de la fin du XIX° siècle jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale (au milieu du XX° siècle), c’est-à-dire la période de la distribution des parts du « marché mondial » entre les grandes puissances et, surtout, la mainmise de ces puissances sur les sources d’énergie et de richesses que recèle le terre.

•Cette crise et ces guerres sont très visibles dans la région arabe, dans ses deux parties orientale et occidentale, tant par la situation en Palestine qu’au Liban ou, encore, en Irak et, nouvellement, au Yémen et au Soudan.


I.La crise capitaliste

A.Les Etats-Unis

La plupart des rapports et des analyses parus au début de 2010 s’accordent pour dire que les résultats de la première année de l’administration du nouveau président étasunien Barak Obama fut, pour tous ceux qui l’avaient appuyé et s’étaient enthousiasmé de sa venue au pouvoir, une déception générale et sur tous les plans. En effet, il est très vite apparu la grande différence entre les promesses tenues par le candidat à la présidence et les politiques entreprises par Obama en tant que président des Etats-Unis, et qui ne manquent pas de rappeler son prédécesseur George W. Bush ; faits attendus, vu que ce n’est, généralement, pas le président qui peut, à lui seul, prendre les grandes décisions, surtout en matière de politique économique.

-Ces rapports économiques, tant officiels que privés, mettent en avant des changements dangereux dans deux indices importants :

      •Le premier est l’indice des saisies immobilières qui se sont élevées à 3 millions ; les Etats de la Floride , de l’Arizona, de la Californie et du Nevada venant au premier rang.

De plus, il est noté que plus d’un million de jeunes, qui avaient acheté un appartement durant la seconde moitié de l’an 2009 ou qui ont besoin d’un appartement, vont, soit céder leur logement, soit s’abstenir d’en avoir un, à cause de l’exacerbation de la crise et de ses répercussions sociales prévues.

      •Le second, le plus important, a rapport avec la crise de l’emploi.

Le chômage croît à vue d’œil. Le rapport du « Bureau de statistique sur l’emploi » a noté une réelle augmentation du chômage déclaré et camouflé dont le taux est devenu 16,9% de l’ensemble de la population active ; il se répartit comme suit : 14,7 millions de chômeurs qui n’ont aucune possibilité de trouver du travail (9,8% de la population active) ; 9 millions qui ont un travail partiel ; 2,3 millions ont un travail intermittent dont le revenu est très loin d’être

 Suffisant.


-En plus de ces indices, qui avaient constitué les détonateurs de la crise économique, il est nécessaire d’attirer l’attention sur deux autres points :


      •Le premier, et malgré des déclarations très « rigoureuses », l’administration de Barak Obama continue à accorder une aide financière importante aux banques, dont, dernièrement, un prêt de 90 milliards de dollars.

      •Le second réside dans la poursuite de l’escalade des dépenses militaires, à commencer par les nouvelles bases en Amérique latine, en passant par les nouvelles intervention militaires, tant au Yémen qu’à Haïti (sous prétexte d’apporter aide et assistance au peuple haïtien sinistré) ou au Soudan, pour aboutir à l’escalade en Afghanistan où de nouvelles troupes sont envoyées (30 mille), renforcées par un budget illimité aux opérations de la CIA , parmi lesquelles des assassinats menés à partir de drones très performants nouvellement créés.

 

Tous ces aspects réunis montrent que la nouvelle administration aux Etats-Unis poursuit les politiques néolibérales sauvages. Elle va dans le sens d’imposer des tendances économiques et militaires nouvelles aux alliés de Washington, dont : des aides imposées aux pays arabes pétroliers, la baisse du prix du dollar et des intérêts sur le dollar, les nouvelles guerres qui feraient travailler les usines d’armes et permettraient aux sociétés transnationales d’asseoir leur mainmise sur le monde.

 

II.La situation arabe 

Le monde arabe et la région moyen-orientale sont considérés comme zones principales pour l’exécution des directives étasuniennes dans les domaines économiques et militaires.

Pour asseoir leur mainmise sur la région arabe, les Etats-Unis ont recours à la politique dite « de la carotte et du bâton », fixant leurs priorités à court terme et selon leurs intérêts tactiques. Voilà pourquoi Washington, tout en poussant vers l’escalade militaire sur le front du Yémen, de « La corne africaine » et du Soudan, a eu recours à calmer la situation  sur le front syrien et libanais, d’abord, en aidant à la réconciliation entre l’Arabie saoudite et la Syrie , en acceptant le rapprochement syrien avec la Turquie et, ensuite, en déclarant, par la voix de leur envoyé spécial au Moyen Orient, Georges Mitchell,  que la « Syrie a un important rôle à jouer » dans le projet étasunien visant à normaliser les relations entre Israël et les pays arabes.
suite

http://www.palestine-solidarite.org/dossier.Liban.pcl.270110.htm


Myriam Abraham : On déterre Auschwitz, on enterre Gaza.
La Pologne , la Hongrie et la Slovaquie sont tous trois des pays d’Europe de l’Est qui ont apporté au sein de l’UE un soutien considérable à Israël depuis qu’ils ont rejoint l’UE il y a une décennie. D’ailleurs, en général, l’élargissement de l’UE à ces pays d’Europe de l’Est a été tout bénéfice pour Israël. Autre pays à se montrer de fervents défenseurs de la cause sioniste à Bruxelles, la République Tchèque et la Roumanie.
(..) Le Show de la récupération sioniste de l’Holocauste cette année a planté son décor au Parlement Allemand et sera visible dans tous les médias occidentaux en prime time passé en boucle tel l’effondrement des tours jumelles.
Le terrorisme sioniste se nourrit de 6 millions de cadavres juifs.

http://www.planetenonviolence.org/UE-Sanctions-Contre-L-Iran-C-est-NON-Grand-Show-De-Recuperation-Sioniste-De-l-Holocauste-En-Europe_a2109.html 




1 Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion.

1-1 Le début de l’année 2010 enregistre la recrudescence des guerres impérialistes contre la plupart des habitants de la Planète.

1-2 Manuel de Diéguez : La démocratie mondiale malade du camp de concentration de Gaza. 

1-3 Seumas Milne - Le terrorisme est le prix à payer pour le soutien aux despotes et aux dictateurs.

1-4 Nadine Rosa-Rosso : Le rôle de l'Europe dans l'extermination des Palestiniens.

1-5 Kawther Salam : Les détrousseurs de cadavres d’Israël.

1-6 John Pilger: Israël : Un bilan (The New Statesman)

1-7 Nadia Hijab: Quand peut-on parler de génocide ?

1-8 Julie Lévesque : Israël-Palestine : une guerre d'images et de mots.

1-9 Akiva Eldar : La compassion qu’Israël affiche en Haïti ne peut dissimuler la face hideuse qui est la nôtre à Gaza.

1-10 Nabil Sahli : Le vol de l'eau palestinienne par Israël.

2 Annexe

2-1 Myriam Abraham : Propagande et Manipulation Sioniste Sans Frontière.

2-2 Ramzy Baroud : La Turquie N ’est Plus Le Laquais De L’Otan…..Ni Celui D’Israël.

2-3 Galal Nassar : Quand Israël rejoint l’OTAN.

2-4 Myriam Abraham : Les VRP en tournée en Europe pour l’Opération Récupération de l’Holocauste.

2-5 Myriam Abraham : On déterre Auschwitz, on enterre Gaza.


In Les  Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de  Palestine 

                                                          n°512 du 15.01                                                                 

                                          C.De Broeder & M.Lemaire

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources 

fa032881@skynet.be


 

patrick-le-hyaric-hd.jpg?w=136&h=150Le Traité de Lisbonne étrangle les peuples


Les peuples - ou le marché financier ! 


Face à la grave crise que connaît la Grèce, le Conseil européen réuni la semaine dernière a donné la piètre image d’une construction qui n’a rien de solidaire. Il a décidé, en guise d’aide pourtant si nécessaire face aux difficultés financières et budgétaires que connaît ce pays, d’imposer « du sang et des larmes » au peuple grec. C’est à lui qu’est demandé aujourd’hui de payer une crise dont seuls les dirigeants au service des forces de l’argent sont responsables !


La même détestable potion se prépare dans tous les pays européens avec des plans de super-austérité et de destructions des droits sociaux. Ces choix à courte vue mènent à de dramatiques impasses sociales, génératrices d’une amplification de la crise économique. Partout en effet les salaires sont bloqués, les emplois dans les services publics sont diminués, les niveaux de protection sociale abaissés et l’âge ouvrant droit à la retraite reculé.


Loin d’être une Europe « protectrice » comme l’affirmait l’UMP durant la campagne des dernières élections européennes, l’actuelle construction européenne est malheureusement bien ce que nous n’avons cessé de dénoncer dans les débats sur les traités de Maastricht et de Lisbonne : une construction au seul service des marchés financiers.  Mêmes des défenseurs d’hier de ces traités sont contraints de le reconnaître. La dette des Etats est placée dans les griffes des marchés financiers qui font de « l’argent » avec elle alors qu’il est demandé des sacrifices aux populations, mettant en cause des droits gagnés de longue date.

patrick-le-hyaric-traite-lisbonne2-2501.


Pour refuser aujourd’hui de venir en aide à la Grèce et demain à d’autres Etats qui en auront besoin, le Conseil européen  applique tout simplement l’actuel article 123-1 du traité de Lisbonne. Celui-ci stipule : « Il est interdit à la Banque centrale européenne (BCE) et aux banques centrales des Etats membres, ci-après dénommées, « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des Etats membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les Banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite ».


Nous avions alerté sur la nocivité de cet article. Elle se vérifie douloureusement.

Ajoutons que si la Banque fédérale américaine a pu venir en aide au budget des Etats-Unis  en recyclant 300 milliards de dollars de dettes, en Europe les statuts de la Banque centrale européenne l’interdisent.


Cela montre à quel point l’orientation choisie pour la construction européenne favorise les marchés financiers au détriment des peuples pour lesquels l’Europe sociale n’est qu’un slogan de campagne électorale. Certes, il existe dans le traité de Lisbonne, l’article 122-2, qui évoque des « événements exceptionnels pour un Etat membre » pour lequel « le Conseil, sur proposition de la Commission », pourrait décider de venir en aide par  « sous certaines conditions, une assistance financière ». Manifestement, ce qui a été choisi aujourd’hui, c’est de faire payer lourdement les peuples.


C’est le sens en France de la suppression d’un poste sur deux dans les secteurs publics, la privatisation annoncée de la Poste, l’invention de vingt nouvelles taxes ponctionnées sur les familles populaires, la pression à la baisse sur les salaires et l’emploi, l’attaque contre les retraites, confirmée lundi dernier par le Président de la République. Il s’agit là d’un cas d’école à ne pas laisser passer. C’est parce que les cotisations patronales ont été sans cesse abaissées, parce que les revenus financiers sont exonérés de contribution aux caisses de protection sociale et de retraites que des déficits existent. Et l’argument consistant à dire qu’il y a moins de cotisants que de retraités devra être discuté. S’il y a moins de cotisants, c’est parce qu’on refuse d’appliquer un droit humain et un droit constitutionnel : celui d’un travail sécurisé pour chacune et chacun. Oui, il y a moins de cotisants parce qu’on refuse du travail à trop de nos concitoyens! Notre pays est médaille d’or en matière de productivité horaire du travail. Une part plus importante de la richesse nationale peut donc être consacrée au financement des retraites  à condition qu’elle ne soit pas pillée par le capital. Le débat devra avoir lieu. Nous y participerons activement, argument contre argument.


Les peuples ou les marchés financiers ? Tel est le choix. L’heure est donc à la riposte la plus large, la plus unitaire possible

http://patricklehyaric.net/2010/02/18/le-traite-de-lisbonne-etrangle-les-peuples/



Régionales: Contre la politique de Sarkozy, voter pour le "bouclier social" !

patrick-le-hyaric-editorial-de-la-terre.
Nous sommes maintenant à quelques semaines du premier tour des élections régionales. Il s’agit de choisir des élus qui géreront les régions.


Soit, ils le feront au service des habitants avec l’orientation prioritaire des budgets vers les transports, l’aide sociale, l’aide à la défense de l’emploi, à la vie rurale, à l’installation des jeunes agricultures et au soutien des petits commerçants, soit des majorités politiques de droite qui serviront d’abord les grands intérêts privés.


Soit les régions seront administrées pour être de vrais boucliers sociaux au service des habitants ou au contraire des relais des choix sarkozystes d’austérité, de réduction de crédits utiles au service public, à la protection sociale, à l’école ou à un développement rural riche en emplois.


Il s’agit donc, avec cette élection, de choisir des élus qui géreront les plus grandes collectivités territoriales, bien qu’elles ne disposent que de budgets plutôt limités. Mais le niveau de la campagne électorale, relayé par le complexe médiatico-politique, se rapproche du degré zéro du débat politique. On a l’impression d’assister à un triste festival de boules puantes, de petites phrases nauséabondes et de procès en sorcellerie. On voudrait dégoûter les gens de prendre leurs affaires en main, d’aller voter pour choisir la politique régionale qu’ils souhaiteraient voir être mise en oeuvre qu’on ne s’y prendrait pas autrement.


Mais ne nous trompons pas ! Cette soupe politicienne sert à cacher les nouveaux et violents projets d’aggravation de la vie quotidienne des familles populaires qui se préparent. Ceux-ci se feront au nom de la réduction des déficits publics. S’il ya bien des déficits dans les caisses de l’Etat et de la sécurité sociale, c’est parce que le pouvoir a abaissé la fiscalité des plus fortunés et des grandes entreprises, renfloué les caisses des banques et de grandes sociétés industrielles sans contrepartie pour l’emploi. Cette saignée envisagée contre le peuple, concerne aussi les communes, les départements et les régions, à qui l’Etat a transféré de plus en plus de charges, sans leur affecter les moyens financiers correspondant. Pire ! Il leur enlève des moyens avec la suppression de la taxe professionnelle.


A cela s’ajoutera une modification du mode d’élection avec l’objectif pour la droite de tenter de détenir toutes les régions avec ce que l’on appelle un scrutin uninominal à un tour. Avec un tel scrutin, le parti qui arriverait en tête, même avec seulement 25% des voix aurait tous les élus. Il s’agit d’un coup de force.


Autant de raisons pour aller dire non à ces choix le 14 mars prochain avec les listes porteuses de choix neufs, bien ancrés à gauche.

http://sos-crise.over-blog.com/ext/http://patricklehyaric.net/2010/02/17/faire-de-la-region-un-bouclier-social/


patrick-le-hyaric-la-terre2.jpg?w=271&h=

Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 03:56
de-gaulle-NS-Laplote.jpg

              Laplote


Droite contre Droite,
de Sarkozy à Strauss-Kahn en passant par de Villepin,
par Eva R-sistons


De Villepin sur les rangs, il progresse
au fur et à mesure que Sarkozy régresse


Tournée des chaumières, des champs, des usines, de la France profonde pour un de Villepin qui mouille la chemise. Et il est bien accueilli, même dans les banlieues: Normal, puisque Sarkozy le déteste... "Les ennemis du Président sont nos amis" !!!

Notre de moins en moins bien-aimé Président mouille aussi la chemise, mais il est accueilli par les adversaires de ses réformes: Fonctionnaires des Hôpitaux, enseignants, avocats, jeunes sans avenir, ouvriers en voie de délocalisation à 400 euros par mois en Hongrie ou ailleurs, Français floués..., ils sont tous là pour le huer; mais vous n'en verrez rien, bonnes gens, rassurez-vous, la Police veille, à vos frais, pour contenir l'armée des victimes de la politique de l'UMP hors de la vue des caméras. Pas contente, la Police, de faire du chiffre à tous prix, et de cogner sur tout le monde, et avec toujours moins d'effectifs, puisque le Maître l'a décrété - elle manifeste, comme les journalistes d'ailleurs, mais les Médias sont trop occupés à immortaliser les prouesses de Sarkozy pour s'intéresser à tous les Français en colère, sauf pour leur dire que la régression est l'horizon incontournable, et pour montrer que d'autres pays n'hésitent pas, eux, à s'en prendre à toutes les mesures sociales pour juguler la crise (comprenez, pour sauver le capitalisme qui se noie. Vous avez entendu un Média, vous, dire que la crise est celle du capitalisme, et qu'elle est aggravée par les mesures de Sarkozy transférant les revenus des classes pauvres ou moyennes dans les poches de ses amis ?).

La crise, d'ailleurs, n'est pas pour tous. Sarkozy a augmenté, sitôt élu, sa paie de 140 %, il a exonéré les gosses de riches à l'étranger des frais exorbitants dans les Ecoles françaises (son fils lui coûtait cher, avec Cécilia), il a fait aménager pour 110.000 euros une douche pour une nuit qui ne lui a jamais servi, et il vient de se faire édifier un four à pizza dans son avion personnel, mieux que les milliardaires américains, mieux que les Présidents yankees pourtant friands de dépenses somptuaires ! Et là encore, c'est nous qui payons. Vous avez dit crise ? Pas pour notre de moins en moins aimé Président. Et qui finance les copains du CRIF qui accompagnent Sarkozy à chacun de ses voyages ? Nous, encore nous. La bonne vache à lait française ! (Je pense au CRIF à l'instant parce qu'on vient de me dire qu'il me "suit" de près. Hé hé, on s'occupe comme on peut !)

Donc, M. de Villepin a pris son bâton de pélerin sinon afin de ravir le fauteuil présidentiel à  M. de Sarkozy de Nagy Bocsa - ou je ne sais plus quoi -, du moins pour lui donner des cauchemars, des démangeaisons et si possible éparpiller les voies de Droite au point, pourquoi pas, de dépasser les 10 % qui le mettraient en position sinon d'arbitrage, du moins de casse-couilles sarkoziennes - le but étant d'empêcher notre de moins en moins aimé Président de conserver son trône. Et là, de Villepin, on le suit. Bouter l'Etranger dehors ! De Villepin en Jeanne d'Arc... Pourquoi pas ?

En tous cas, on a affaire à deux Droites. Voici ce que j'ai écrit sur mon blog d'écrivain récemment, c'est toujours d'actualité :

Villepin-NS-j.jpg
Droite contre Droite:
Les parvenus contre les Gaullistes


Clearstream: Cette affaire de faux listings bancaires atteste, de manière mensongère, que plusieurs personnalités, de la politique ou du show-biz, disposeraient de comptes occultes.

Généralement, nous ne savons rien sur le fond des affaires - comme celle des Frégates, par exemple.  Mais nous savons tout, en revanche, de la haine de Sarkozy envers de Villepin, depuis que le Président de la République, en dépit de sa fonction, et lui seul parmi les personnes mises en cause, a choisi d'en faire une affaire importante, médiatisée et même vengeresse ("coupable pendu à un croc de boucher") dans l'espoir de déconsidérer D. de Villepin, son plus dangereux rival politique à Droite.  Il est évident que les deux hommes se détestent cordialement, et pour cause, leur personnalité est diamétralement opposée, alors qu'ils convoitaient tous deux la même charge, présidentielle. 

Que M. Sarkozy soit un authentique noble ayant les manières d'un rustre, cela saute aux yeux. Que la noblesse de M. de Villepin soit plus celle de l'âme, de la culture, des manières, de la pensée et de la parole, que de la naissance, nous le savons aussi. Toujours est-il que les deux hommes aspiraient à la même fonction, alors qu'il n'y a qu'un "trône"....

                                                NS-roi.jpg

C'est Sarkozy de Nagi-Bocsa qui a raflé la mise "royale", avec l'appui de ses amis journalistes dûment courtisés avant la Présidentielle. M. de Villepin avait pour lui la confiance de Jacques Chirac, et l'aura de sa sublime intervention à l'ONU contre la guerre en Irak, applaudie par les fonctionnaires, pourtant blasés, de cette noble Assemblée. Il faut dire que M. de Villepin a du panache, le verbe brillant, le mot noble, éloquent, et une aisance à nulle autre pareille. Bref, c'était le temps où la France était admirée dans le monde entier, sauf aux Etats-Unis où l'on se vengea, par dépit, sur les Frenchs potatoes. Et sauf par notre futur Président, petit par la taille et l'éducation et grand par l'ambition. Sans doute celui-ci pressentait-il qu'un jour, il risquait d'y avoir deux candidats pour un même poste... 

Les Français ont horreur du Libéralisme, mais ils raffolent du Gaullisme. Sarkozy étant libéral, et gaulliste seulement dans les postures, il s'attela à maquiller ses buts véritables, grâce à la presse complaisante, et se fit passer pour un homme moderne et dynamique, soucieux de l'emploi et du pouvoir d'achat des Français, via un Guaino aux accents... gaulliens, parfois même rappelant, suprême culot, ceux d'un Jaurès ressuscité pour la cause présidentielle. Bref, le bon peuple crut trouver en Sarkozy l'homme providentiel, d'autant qu'il avait plongé le vrai Gaulliste, lui, dans les miasmes de l'Affaire Clearstream, instrumentalisée pour se débarrasser du rival gênant.

Et M. de Sarkozy remporta le titre de Président. Las ! Les actes ne suivant pas les promesses aux accents gaulliens, et le petit de Gaulle étant apparu pour ce qu'il est, d'abord à l'étranger, ensuite même dans les Cafés du Commerce français, pire encore, l'affaire Clearstream ayant abouti à innocenter le rival honni, le Roi se retrouva nu. Qu'à cela ne tienne, le relaxé claironnant partout qu'il reprenait goût au statut d'opposant, il fut derechef re-traduit en Justice, dans l'espoir, cette fois, de le voir terrassé définitivement. Seulement voilà, le poursuivant apparut comme il était réellement, méchant, jaloux, hargneux, vindicatif, et le fringant rival prit autant de couleurs que l'autre en perdait. Il n'y a qu'en France qu'on voit ces choses-là !

Bref, voici l'arroseur arrosé, et la Presse a beau jurer que de Villepin n'est rien, qu'il n'a pas de projet politique, les Français, pour moitié, s'obstinent à penser qu'il doit représenter une alternative, gaullienne, au faux Gaulliste. Car il y a en effet deux Droites, l'une de l'Argent, frelatée, apatride, cosmopolite, plus soucieuse du sort des Grandes Banques que des citoyens, surtout modestes, et préférant régler ses problèmes par la force, et l'autre attachée aux valeurs de la France profonde, sourcilleuse en matière d'indépendance et de Droit, choisissant la Diplomatie pour régler les conflits. Ces deux Droites pactisent à l'occasion, mais sans goût particulier. La France traditionnelle, rurale, digne, républicaine, et celle des parvenus, admirateurs du modèle clinquant, brutal et inégalitaire américain, n'ont pas d'affinités. Sauf bien sûr au moment des élections,  pour contrer... les "Rouges", le cas échéant. 

La France qui rend un culte au Veau d'or et se prostitue pour de l'argent est au pouvoir, celle qui se méfie des dollars et des cows-boys est à terre. Finie, la Voix de la France admirée dans le monde entier ! L'heure est aux compromissions, à la vassalisation, aux reniements... et bien sûr à la perte de l'identité française. 

Mais Clearstream s'est retourné contre son auteur. Et qui sait si demain, avec déjà l'appui de la moitié des Français, l'héritier du Gaullisme ombrageux ne se retrouvera-t-il pas à la tête du pays, sinon pour briser les amarres avec un libéralisme assassin, du moins pour porter haut la voix de la France, en toute indépendance. Pour autant que l'on puisse être indépendant avec les boulets de l'Europe des technocrates-lobbyistes, de l'OTAN aux ordres et au service des Américains, et du Nouvel Ordre Mondial future dictature des Rois de la Banque et de la Grande industrie mortifère.

Sarkozy commençant sérieusement à être discrédité, il n'est pas exclu, un jour, que les Maîtres du Monde se contentent d'un de Villepin gaullien pour sauver ce qui peut l'être encore à leurs yeux.

  

                     clearstream.jpg

______________________________________________________________


Et à Gauche, un homme de Droite envisage de phagocyter le PS, de le manipuler pour supplanter l'impopulaire Sarkozy et permettre aux nantis de continuer leur oeuvre de destruction de ce qui reste de social, de privatiser à tour de bras, de laisser le CRIF diriger la France et la conduire à s'enrôler sagement sous la bannière usraélienne au lieu de faire entendre une voix originale, gaullienne, comme à l'ONU lors de la guerre d'Irak. Vous avez reconnu Strauss-Kahn, le clone de notre ex bien-aimé Sarkozy, le chantre de la "modernité" qui casse, via le FMI, tout ce qui de près ou de loin sert encore les intérêts des peuples.  

Droite de nouveaux riches insolents et méprisants offerte à l'Etranger, américanisée et à la solde de l'Empire, via l'OTAN déchaînée contre les nations, Droite de la vieille France nostalgique du gaullisme, Droite FMIenne broyeuse de peuples, rien de nouveau sous le soleil...

Soleil Vert ? Tant qu'à faire, on le préfère accomodé par un de Villepin que par un Sarkozy ou un Strauus-Kahn (ou un Cohn-Bendit): Au moins pour le plaisir de faire la nique au CRIF (qui m'aime tant depuis que j'ai écrit un "La France otage du CRIF" !).... Et après ça, vous allez dire que je suis irrévérencieuse, que je ne respecte pas ce qui est sacré ?

Vous n'aurez pas tort. Tiens, je vais l'ajouter sur la description de mon blog: Irrévérencieuse... Comme Gavroche, mon modèle. L'irrévérence n'est-elle pas une caractéristique fondamentale du peuple français si frondeur ? Ne fait-elle pas partie de son identité ? Alors, cultivons-la... avec délices !

Votre Eva qui ne r-siste pas au plaisir de l'irrévérence, bien préférable à la révérence...




Cadeaux-banques-rien-pr-citoyens.jpg


Dislocation en cours :
Le cas grec... et l'Europe attaquée


Les banques et institutions financières sauvées
par les différents Etats de la crise générée par eux,
s'attaquent à présent aux maillons faibles des Etats de la zone euro.

Sacrés banksters !

Aggravation de la crise
selon LEAP/2020  dans les mois à venir.

L'effet des milliers de milliards dépensés par les Etats pour "traverser la crise" aura fait long feu.Ces sommes "immenses" aurons permis de ralentir durant quelques mois l'évolution de la crise globale, mais cette stratégie n'aura servi qu'à entrainer les Etats dans des bulles de déficits publics et risque de cessation de paiement.

La dislocation géopolitique est en cours : Etats au bord de la cessation de paiement, montée inexorable du chômage, chute de millions de personnes hors de la protection sociale, baisse des salaires, suppression des services publics, confrontation croissante Chine/USA, retour du risque de conflit Iran/Israël/USA, guerre monétaire globale...!

Le problème grec est une question interne à la zone Euro et à l'UE et la situation actuelle offre une occasion unique aux dirigeants de la zone Euro d'obliger enfin la Grèce à sortir de sa féodalité politique et économique.

Dans ce concert, le "cas grec" agite les médias et les experts,
il aura disparu des radars médiatiques internationaux d'ici quelques semaines,
car c'est l'arbre utilisé pour cacher une forêt bien plus dangereuse
de dettes souveraines (celles de Washington et Londres),
et le début de rechute de l'économie mondiale.

Les dirigeants et médias anglo-saxons utilisent la situation de la Grèce pour masquer l'évolution de leurs économies et de leurs dettes publiques,
voici d'ailleurs les chiffres des déficits publics de divers Etats pour la seule année 2009 :
pour une famille standard (un couple et deux enfants)
USA - 13 735 €, Angleterre - 13 260 €, Grèce - 11 708 €, France - 8745 €, Allemagne - 7045 €
Ainsi USA et Royaume-Uni ont un mal croissant à attirer les capitaux dont ils ont besoin.

Dans le "cas grec" (comme dans toute aventure à suspens) il faut un "méchant", ainsi ce rôle de méchant est en général tenu par les grandes banques d'investissement de Wall-Street, en particulier par leur chef de file, Goldman Sachs.
Cette banque d'affaire new-yorkaise a été impliquée dans le tour de passe-passe budgétaire qui a permis à la Grèce de se qualifier pour entrer dans l'Euro alors que ses déficits budgétaires réels aurait dû la disqualifier.

Et oui ! c'est Goldman Sachs qui, en 2002, a mis sur pieds un de ces montages financiers astucieux dont elle a le secret, et qui, de manière systématique, se retourne quelques années plus tard contre le client lui-même.
( le profit avant tout..!)

La responsabilité des dirigeants grecs de l'époque est totalement engagée et ils devraient être soumis à des enquêtes politiques et judiciaires grecques comme européennes pour avoir trompé l'UE et leurs propres citoyens dans le cadre d'un processus historique majeur : la création de la monnaie unique européenne.

La responsabilité de la banque new-yorkaise l'est tout autant ( pour complicité) , surtout quand on sait que le vice-président pour l'Europe de Golman Sachs à l'époque était Mario Draghi, actuel président de la Banque Centrale d'italie, et candidat à la succession de Jean-Claude Trichet à la BCE.

Ce que Golman Sachs avait proposé était très simple ; monter un prêt invisible du point de vue budgétaire, qui permettait de réduire "fictivement" l'ampleur du déficit public grec.

Etant donné l'importance prise par Goldman Sachs dans les affaires financières mondiales ces dernières années, rien de ce que cette banque fait ne devrait laisser indifférents les gouvernements et les législateurs.
Avec l'illustration du rôle "néfaste" de Goldman Sachs et des grandes banques d'affaires en général,
 il serait plus qu'utile d'interdire l'accès de toutes les fonctions dirigeantes et financières
(BCE, commission, Banques centrales nationales) aux anciens responsables de ces banques d'affaires.

La zone Euro pourrait d'ailleurs demander dès aujourd'hui au gouvernement grec d'arrêter de recourir aux services de Goldman sachs puisque d'après le "Financial Times" du 28/01/2010, Athènes continue toujours à recourir à leurs services.

Il serait bon de chercher quel Etat a eu recours à Goldman Sachs ces dernières années
(il y a des services privés qui vont à l'encontre de l'intérêt collectif..!).

http://millesime.over-blog.com/article-le-cas-grec-un-must-45043486.html

  

DEVANT L’AMBASSADE DU HONDURAS,
8 rue Creveaux   PARIS 16ème,
métro Victor Hugo
 

http://cbparis.over-blog.com/article-rassemblement-de-soutien-au-honduras-vendredi-19-fevrier-de-18h-a-19h30-45094200.html



Valmy-site-moulin-logo.jpg

L'Union Européenne est totalement incompatible avec l'indépendance nationale et la souveraineté populaire - Geneviève Blache
        
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article510

         Retour sur le congrès de la FSU: la poussée d'Archimède... Front Syndical de Classe
        
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article513

         Des renforts pour les langues régionales.  Par  Yvonne Bollmann
        
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article512

          Pierre de Bénouville est mort, avec son secret - Par Gérard Chauvy
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article511

          INVICTUS: retour vers le futur - Par Pédro Da Nobrega
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article509

          Une barricade n'a que deux côtés - Par Jean Lévy
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article508

          Copenhague: l'échec! Oui et alors où est le problème - Gilles Mercier
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article507

          Révolte contre l'UE et le FMI: la Grèce, l'Islande et la Léttonie pourraient montrer la voie - Par Hellen Brown
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article506

          Sortir de l'Euro, au plus vite - Le Vrai Débat
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article505

          Le Dalaï Lama et Obama: la rencontre entre deux prix Nobel du mensonge - Doménico Losurdo
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article504

          Chine: Le dérangement du monde - Comaguer
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article503

          Philips EGP Dreux: Tous ensemble
         
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve259

 



imperialisme-mariali-gif.gif
Dessin de Mariali

Notre ennemi commun ? L'impérialisme

Dans le combat contre l’impérialisme, devons-nous, comme le préconisent des camarades, mesurer notre soutien à l’aune des proximités ou des oppositions idéologiques qui nous lient ou qui nous séparent des mouvements de libération, menant localement la lutte ? Telle est la question posée aujourd’hui en Palestine, au Liban, en Iran. Autrement dit, face à des forces politiques qui se réclament de l’Islam, tels le Hamas ou le Hezbollah, ou à des régimes théocratiques en place, comme à Téhéran, faut-il « faire la fine bouche », du fait de leur choix idéologique, et émettre tant de restrictions à notre solidarité, que celle-ci en soit réduite à sa plus simple expression ?

Nous ne le pensons pas.

L’impérialisme constitue notre ennemi commun. Serait-il bon de fissurer le front qui lui résiste ? Avons-nous à juger de la qualité de nos alliés objectifs, avant de s’engager dans un solidaire combat ?


Rappelons des faits historiques.


Durant la Seconde Guerre mondiale, tant au sein des pays occupés par l’impérialisme allemand que dans les Etats qui lui étaient militairement opposés, fallait-il, par exemple, condamner l’engagement, aux côtés de l’Union soviétique, des Etats-Unis, du fait de leur logique impérialiste, refuser qu’ils créent un second front et que leurs troupes débarquent en France ?

La Résistance intérieure devait-elle coopérer avec les GI’s, compte tenu du fait que ces soldats étaient ceux d’une puissance raciste à l’intérieur, et impériale, à l’extérieur ? Les combattants de l’Armée rouge, comme les FTPF et les FFI, attendaient avec une impatience extrême le jour J, celui du débarquement en Normandie, sans se poser de questions sur la nature du régime américain. Leur commun combat, alors, l’exigeait.

Pendant la guerre d’Algérie, nous avons soutenu le FLN, qui constituait la force essentielle de la résistance populaire dans son combat contre le colonialisme français. Et pourtant, des dirigeants du Front commettaient, dans les maquis, de nombreux crimes de sang à l’encontre de communistes algériens combattant à leurs côtés. Notre engagement anticolonialiste exigeait notre solidarité envers ceux qui luttaient pour l’indépendance, malgré l’orientation idéologique des dirigeants du FLN.

Aujourd’hui, le Hamas constitue la force essentielle de la Résistance palestinienne à l’occupant israélien. Nous avons pu, lors de l’agression militaire contre la bande de Gaza, et depuis, face au blocus, mesurer l’ampleur de son soutien populaire. Nous devons donc manifester notre solidarité avec le Hamas sans chipoter sur son idéologie religieuse. Ce sera aux Palestiniens, et à eux seuls, de trancher le moment venu.

De même, le Hezbollah, en 2006, a été l’artisan de la défaite militaire de l’Etat qui se proclame « juif ». Par cette victoire, le mouvement de résistance libanais a défendu l’indépendance du Liban tout entier. Il constitue toujours la force décisive, face à l’impérialisme israélo-étasunien. Le peuple libanais, dans sa composante islamique et bien au-delà, fait confiance au Hezbollah. Il nous appartient donc de le soutenir solidairement.

Quant à l’Iran, montré du doigt par toutes les composantes de l’impérialisme, dont le nôtre, le français, nous devons nous poser la question : pourquoi la campagne contre « le régime des mollahs » a-elle pris cette ampleur seulement depuis la présidence d’Ahmadinejad ? Quand ses opposants, tel Mossavi, faisaient couler le sang ouvrier, personne, en occident, ne s‘en souciait. Il est vrai qu’alors Total signait de juteux contrats avec les gouvernants de l’époque.

Aujourd’hui, l’Etat iranien se veut indépendant et tient à sa souveraineté. C’est trop pour Washington et ses dociles alliés. D’où l’offensive contre le régime iranien. Que l’orientation idéologique de celui-ci ne corresponde pas à la nôtre, qui le conteste ? Mais, c’est au peuple iranien à décider, seul, de ce choix.

Il reste que le gouvernement de Téhéran, menacé par l’impérialisme, se retrouve naturellement aux côtés du Venezuela, de Cuba, de l’Equateur, de la Bolivie, et aussi de la Chine, dans l’affrontement mondial. C’est la raison pour laquelle, notre solidarité doit être apportée à l’Iran. L’avenir de celui-ci appartient à son peuple.

Une barricade n’a que deux côtés.


Jean LEVY
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article508#forum12423



europe-NS.jpg



Un point de vue gaulliste

L’Union Européenne est totalement
incompatible avec l’indépendance nationale
et la souveraineté populaire
Par Geneviève Blache

lundi 15 février 2010, par Comité Valmy


La constitution de l’Arc Républicain de Progrès, l’expression de sa démarche politique ainsi que de ses propositions font l’objet d’une censure méthodique et d’un ostracisme généralisé. Cela ne présente rien de nouveau puisque depuis plus de quinze ans le Comité Valmy est soumis à cette loi du silence par les tenants de la pensée unique fédérant dans le refus du débat d’idées, toutes les obédiences euro-dogmatiques qui contrôlent les médias.

Pourtant, l’Arc Républicain de Progrès existe et même s’il se situe encore dans sa phase initiale, il ne passe pas inaperçu. Les idées dont il est porteur progressent relativement vite malgré des obstacles divers que nous devons surmonter. Cela est particulièrement perceptible concernant l’exemplarité de l’union de la Résistance et la perspective d’actualisation des principes et des grands axes du programme du Conseil National de la Résistance.

La vision politique et la pratique de rassemblement républicain, patriotique et social de l’ARP impliquent la volonté radicale de retrait de la France de l’Union Européenne laquelle est non amendable. Elles suscitent des adhésions militantes, mais aussi, directement ou implicitement l’expression de certaines interrogations idéologiques, de réactions d’incompréhension et un travail de sape hostile .

L’union du peuple de France à laquelle nous travaillons vise essentiellement le rassemblement sur des bases progressistes, des différentes sensibilités républicaines.


Dans la guerre idéologique menée contre le peuple, deux éléments fondamentaux présentent selon nous, une importance décisive : la question nationale d’une part et celle des alliances pouvant objectivement permettre le retour à l’indépendance de la France par son émancipation de la vassalisation euro-atlantique, le rétablissement de la démocratie et de la souveraineté populaire qui seules, permettront une politique de progrès économique et social, d’autre part.


Ainsi, sur la question nationale il existe un front uni (UMPS, Modem, Europe Ecologie etc.) de tous ceux qui, au delà des apparences électoralistes, travaillent, rassemblés autour de leur programme commun totalement soumis aux traités de Maastricht et de Lisbonne, à la destruction de la France républicaine en tant que nation pour construite l’Europe fédérale des Länder de leur dogme. Toutes les composantes de ce front au service de l’oligarchie financière mondialisée, sont des ennemis de classe et des ennemis du peuple-nation. Ils doivent être combattus en tant que tels. En effet, la lutte de classe de nouveau, à pris un caractère national. De nos jours, la classe ouvrière doit comme l’avait prévu Marx et Engels, « s’ériger en classe dirigeante de la nation » trahie par la bourgeoisie financière cosmopolite et sous hégémonie américaine.


Pour reconquérir son droit inaliénable à disposer de lui-même, le peuple de France devra mettre en échec ce front des adeptes de l’intégration euro-atlantique tout en déjouant le piège des partisans du mirage d’une autre Europe incantatoire qui tout en restant supranationale, pourrait être métamorphosée en Europe sociale, en République ou en nation européennes que dit souhaiter J-L Mélenchon. C’est, et nous le regrettons clairement, la vision sans fondement, mensongère, dogmatique et maintenue aujourd’hui encore, des responsables du Front de Gauche. A leur propos on peut prévoir dès maintenant, que s’ils persistent dans leur nihilisme national, ils iront à l’échec. Ils pourront éventuellement marquer quelques points électoraux ici ou là, mais resteront en contradiction avec les intérêts objectifs du peuple de France, dont la prise de conscience s’approfondit aujourd’hui rapidement, malgré précisément le brouillard retardateur que diffusent les alter-européistes de gauche comme de droite.


A droite en effet, les victimes consentantes de ce mythe d’une autre Europe promettant malgré son caractère fédéral, des lendemains qui chantent, contribuent également à semer illusions et confusion y compris, chez des militants ou personnalités qui se réclament du gaullisme. On a ainsi vu récemment Dominique de Villepin dont beaucoup attendent autre chose, se prononcer à la fois pour l’indépendance nationale et, dans le même discours, en faveur de l’Europe supranationale du traité de Lisbonne, qui la détruit. Si l’ancien premier ministre entend avoir comme il dit « un destin » il devra d’urgence renoncer à ce qui est manifestement une tricherie politique majeure, une tromperie volontaire comparable au fond, à l’opération « identité nationale » du Karzai de l’Elysée. C’est probablement, beaucoup attendre de l’ancien premier ministre qui s’était, on s’en souvient, acharné sur le CPE, il est cependant légitime de s’interroger sur son aptitude à prendre conscience de ce que la question sociale et la question nationale sont intimement liées.

Par ailleurs, certains militants gaullistes qui n’ont pas la capacité d’ouverture d’esprit dont pouvait faire preuve Charles de Gaulle et sont marqués par un tropisme droitier, semblent figés dans une vision anachronique marquée par un anticommunisme systématique qui rappelle celle du RPF des années cinquante et les conduit à contester, plus ou moins ouvertement, le retour à une alliance entre gaullistes et communistes avec les autres forces républicaines, patriotiques, populaires et sociales, à laquelle travaille l’Arc Républicain de Progrès.

Dans le texte ci-après notre amie Geneviève Blache membre de la direction du Comité Valmy, apporte un point de vue et une argumentation gaullistes en faveur de ce rassemblement. Elle y rappelle l’analyse du Comité Valmy qui estime souhaitable pour notre pays une démarche politique de compromis historique qui pourrait susciter un large consensus. Cette vision implique le choix d’une économie mixte, comportant la recomposition d’un secteur public et nationalisé important dont l’une des finalités serait de reconstituer la base économique de l’indépendance nationale et de la souveraineté, populaire et monétaire.


Claude Beaulieu.


 

Si cela devait encore être prouvé, il suffit aux sceptiques de consulter le Traité de Lisbonne, ratifié par la France, grâce au coup d’État provoqué par le vote de la « représentation nationale » réunie en Congrès à Versailles, - en ce funeste 4 févier 2008 -, pour le constater. Alors que, lors du référendum de 2005, - décidé par le président de la République de l’époque, « réminiscence » du gaullisme ou erreur stratégique ? - le peuple avait résolument voté NON à presque 55 % même si c’était pour des raisons diverses, et c’est bien là, la démocratie.


Ce peuple avait dès lors prouvé qu’« une certaine idée de la France » de CDG l’animait toujours. Il fit du gaullisme, sans le savoir, comme Monsieur Jourdain ! Dans l’âme même de ce peuple-nation, attaché à la liberté, - qu’il faut parfois savoir mériter, - aux idéaux des Lumières et de la Révolution française, comme lors de la Résistance, étaient toujours vivaces. Indépendamment des sensibilités des uns et des autres, tous unis dans le même combat, les Français ont démontré très nettement, outrepassant les clivages, leur attachement à la sauvegarde de la nation, à l’indépendance nationale, seules garantes de la souveraineté populaire.


Nul besoin de se référer au dernier sondage, dans lequel le peuple exprime clairement son désarroi. Les élections, où le taux d’abstention devient phénoménal, est explicite. Masquer cela, en faisant ressortir le taux de la « majorité obtenue », par les uns ou les autres, est une manipulation malhonnête… Quel est l’intérêt de remporter les élections avec un taux « satisfaisant » quand les abstentions frôlent les 60 ou 65 % ? ! Est-ce là une majorité ?

Aujourd’hui, le 1er parti de France est celui des abstentionnistes, et il y a de bonnes raisons à cela, simples à comprendre. Par ce refus volontaire de participer à l’élection, les citoyens expriment une « désobéissance civique » explicite, suivant par là, toute proportion gardée, l’attitude de la désobéissance gaullienne du 18 Juin !

Comme les chefs des partis européistes, des syndicats félons, dont les dirigeants complices du pouvoir, savent pertinemment qu’aucunes des promesses faites ne peuvent être honorées, pour cause de « déconstruction » européenne, déterminent la base militante à se manifester de plus en plus en rupture totale avec ces dirigeants. Laisser le feu s’attiser en ignorant ce fait, n’arrangera rien… car la nature supranationale de l’Europe germano-atlantiste, est définitivement installée, renforcée grâce au traité de Lisbonne, si besoin était.

Le droit au travail est constitutionnel. Quel emploi peut espérer le citoyen quand nos entreprises ferment les unes après les autres pour cause de « délocalisation » ? Un pays dont le peuple est mis au chômage par l’oligarchie financière est un pays en voix de sous-développement, n’étant plus qu’une région propice au tourisme… ce qui ne l’enrichit pas, et encore moins son peuple. Ce qui enrichit une nation c’est sa capacité de production et pour les salariés, la juste répartition des plus-values. Aujourd’hui, nous sommes « colonisés » au profit des sociétés transnationales, et des oligarchies financières, même plus seulement par les États-Unis ! Alors on nous dit « c’est inéluctable, c’est la mondialisation ». Nous gaullistes, nous disons c’est faux, nos dirigeants pratiquent la politique de l’abandon, et cela n’est jamais inéluctable


A cause de ce renoncement, la France, qui consent à déléguer à un commissaire européen « dénationalisé volontaire », aux ordres des groupes de pression qui hantent Bruxelles, la défense de ses intérêts à l’OMC, est passée de 4ème puissance mondiale, à la 5ème. Et ce n’est pas fini !

Depuis 2005, ce réveil gaullien, d’où qu’il vienne, cette résistance populaire, qui se sont exprimés, encore renforcés aujourd’hui, doivent pouvoir s’épanouir, promus par toutes les sensibilités qui y adhérent. C’est la démarche de l’Arc Républicain de Progrès que nous avons engagée lors de notre colloque du 10 octobre 2009 à Paris. Nous y avons exposé notre volonté de revenir à l’esprit du CNR et de son combat victorieux, qui permit à la France de ne pas sombrer dans le déshonneur.

Loin d’être une idée passéiste, c’est tout au contraire une idée révolutionnaire, dans le sens noble du terme, celui de CDG.

Si, à la Libération, lorsque le programme du CNR fut pour une part significative, mis en pratique, les partis politiques au pouvoir n’avaient pas cédé aux choix atlantistes, il en eut été tout autrement. La France n’aurait pas perdu un temps précieux gouvernée par des hommes politiques, aux ordres des États-Unis, qui ont immédiatement profité de la complicité de certains syndicats réformistes financés par la CIA …*

* Suite à l’ouverture des archives de la CIA : Se référer au livre de Frédéric Charpier - La CIA en France – 60 ans d’ingérence dans les affaires françaises ; on peut également compléter son « éducation » par un autre livre qui prend la suite, celle de la Vème République, de Vincent Nouzille, « Des secrets si bien gardés - Les dossiers de la Maison-Blanche et de la CIA sur la France et ses présidents - 1958/1981.

A cette époque, où les politiques ont essentiellement privilégié leurs intérêts électoralistes, - erreurs partagées – l’union du peuple, sous la conduite de CDG, pouvait se réaliser du fait qu’il lui était possible de fédérer, comme au temps de la Résistance, les courants patriotes et républicains. Cet antagonisme, qui ne fut pas une fatalité, a été stimulé par la volonté étasunienne d’exploiter la peur de la guerre froide que naturellement elle fit alors régner. Dès lors, CDG fût irrémédiablement combattu par l’action des suppôts de l’atlantisme, provoquant sa démission.


Le « Compromis historique » du CNR était volontairement brisé.

- Que défendons-nous dans la démarche de l’Arc Républicain de Progrès 

suite ici :

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article510



Moscou entend poursuivre ses livraisons de missiles sol-air S-300 à Téhéran. Ce matériel est réputé être le plus efficace pour défendre les sites stratégiques iraniens si ceux-ci étaient bombardés.
http://www.voltairenet.org/article164071.html

1-988.jpg (

Plus d’un million d’Irakiens tués sous l’occupation US
http://www.voltairenet.org/article163975.html



Vidéos: Bavures garde à vue
http://www.dailymotion.com/video/xc6esk_bavures-polici%C3%A8res-etat-policier_news

La finance au-dessus des lois et des règles
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10969


Journée sans immmigrés le 1er mars 2010
Pour prouver leur poids économique et social et leur apport passé et présent à la société française, un collectif s’est créé pour faire du 1er mars 2010 une journée sans immigrés, une journée intitulée «24h sans nous». Ce jour-là, pas de travail, pas d’école, pas de transport en commun, pas de resto, pas de cinéma, pas d’achats… Une journée où les immigrés s’effaceront pour faire la preuve de leur nécessaire présence et manifester leur ras-le-bol de la montée en puissance des actes de stigmatisation des immigrés.

http://www.zoom-algerie.com/article-2102-France-Le-1er-mars-prochain-journee-de-boycott-des-immigres.html


 


Voici les principaux points prévus par le dispositif :

- Création d'un délit d'usurpation d'identité sur internet

- Obligation pour les fournisseurs d'accès à internet de bloquer des contenus de pédopornographie

- Modification du code pénal pour sanctionner la diffusion sur internet d'images incitant les enfants à des jeux dangereux

- Modification du régime de la vidéoprotection : il est ainsi prévu d'étendre la vidéosurveillance sur la voie publique à des personnes morales de droit privé et d'assouplir les conditions de visionnage des images

- Pour les infractions les plus graves au code de la route :

. instauration d'une peine complémentaire de confiscation du véhicule si l'auteur en est propriétaire

. interdiction, pendant cinq ans au plus, de conduire un véhicule non équipé d'un système d'antidémarrage par éthylotest en cas de blessures involontaires ou d'homicide commis au volant

- Création d'une nouvelle incrimination pénale en cas de trafic de points de permis de conduire

- Expérimentation des scanners corporels durant une période de trois ans

- Possibilité pour le préfet d'instaurer un couvre-feu pour les mineurs non accompagnés de 13 ans entre 23 et 6 heures

- En cas de refus par les parents d'un mineur de signer un contrat de responsabilité parentale, possibilité pour le président du conseil général de suspendre le versement des allocations familiales

- Aggravation des peines encourues pour les vols commis à l'encontre des personnes vulnérables : peines portées à sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende. Si le vol est commis avec des violences à l'encontre d'une personne vulnérable, les peines sont portées à 10 ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende

- Création d'un délit de distribution d'argent à des fins publicitaires sur la voie publique

- Création d'un délit de "vente à la sauvette"

- Obligation faite aux bars de nuit et discothèques de mettre à disposition des éthylotests

- Développement de l'utilisation de la visioconférence dans le cadre des procédures pénales

- Possibilité d'installer des salles d'audience pour visioconférence dans les centres de rétention administrative réservés aux étrangers en situation irrégulière (afin de décharger les policiers des escortes vers les tribunaux).

 
http://www.marcfievet.com/article-loppsi-2-adopte-les-principaux-points-45087359.html
La LOPPSI 2 sur la sécurité intérieure adoptée


L'UNION EUROPEENNE DONNE 30 JOURS A LA GRECE POUR SE PLIER A SA DICTATURE

LE TROISIEME AGE DU COMMUNISME

Erdogan exige des pressions sur l'occupation pour lever le blocus


Semaine de l'apartheid israélien
http://sergeadam.blogspot.com/



150x150.png?~aHR0cDovL2JlbGxhY2lhby5vcmc
Soutenons Zeyneb, exclue de son collège pour 3 jours pour avoir osé porter un tee-shirt "Palestine libre !"


Zeyneb D., élève de 3ème au collège Claude Bernard de Villefranche-sur-Saône (69400), est victime d’une exclusion de 3 jours pour avoir osé porter en classe un tee-shirt « Palestine libre ! ».

Son professeur d’histoire avait, dans un cours précédent, fait l’éloge d’Israël, reprenant à son compte toute la rhétorique justifiant la colonisation de la Palestine.

Zeyneb a eu le courage de s’opposer à cette propagande en venant le lendemain en classe avec un tee-shirt  : « Palestine libre  ! ».

Sommée de cacher son tee-shirt ou de quitter le cours, Zeyneb, face aux cris de son professeur, a préféré sortir de classe. Le professeur s’en est alors pris aux défenseurs de la cause palestinienne, les taxant de « charlots » et de « charlatans ».

La direction du collège, prenant fait et cause pour le professeur, a décidé d’exclure pour trois jours l’élève Zeyneb...

Parce que nous n’acceptons pas qu’un enseignant fasse la promotion d’un état colonial et raciste, parce que nous saluons le courage de Zeyneb de s’être opposé, avec ses propres moyens, au prosélytisme de son professeur :


Nous demandons l’annulation immédiate de la sanction (prévue pour prendre effet le 2 mars) et la pleine et entière réhabilitation de Zeyneb.

Nous demandons en outre que Zeyneb et ses camarades puissent bénéficier à l’avenir d’un enseignement d’histoire de qualité, honnête, neutre et respectueux des principes de la République, qui ne fasse pas l’éloge éhontée de la colonisation.

Écrivez au proviseur du collège de Zeyneb  : claudeb69@gmail.com avec copie à  : ccpp69400@yahoo.fr

http://changementclimatique.over-blog.com/article-soutenons-zeyneb-exclue-de-son-college-pour-3-jours-pour-avoir-ose-porter-un-tee-shirt-palestine-libre-45039438.html


Mon courrier:



Madame,

 

En tant qu'humaniste, républicaine, citoyenne attachée aux Droits de l'Homme et à un enseignement impartial,  je suis indignée d'apprendre que Zeyneb a été sanctionnée, alors que c'est son enseignante, enfreignant la nécessaire neutralité, qui aurait dû l'être.

 

Il convient d'annuler une décision aussi inique, deshonorant l'Ecole républicaine. Et de réhabiliter Zeyneb, qui a d'ailleurs fait preuve de conviction, de courage, de dignité, d'humanité, de générosité.

 

Madame, votre Etablissement s'honore d'avoir une élève de cette qualité. Et se déshonore d'avoir une Enseignante qui, au lieu d'enseigner, fait de la propagande pour son clocher, et un "clocher" menant une politique hautement criminelle.

 

La suite qui sera donnée à cette affaire intéressera grandement la journaliste, et l'humaniste, que je suis.

 

Veuillez agréer, Madame, l'expression de ma considération distinguée 


tshirt-f7176.jpgComme moi, amis Lecteurs, écrivez !!!!




Alice CLINTON au pays des merveilles:

"Au début de chaque cours, j'explique à mes étudiants que le but de la politique étrangère est de persuader les autres pays d'accepter ce que nous voulons . Et à cette fin, le président et son ou sa secrétaire d'Etat disposent de moyens allant du recours pur et simple à nos forces armées, au travail patient du tissage diplomatique, sans oublier l'efficacité des arguments de la logique." Dieu, l'Amérique et le monde, Mémoires de Mme Madeleine Albright, antépénultième Secrétaire d'Etat USA

suite ici:
http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/defis_europe/alice_clinton.htm



Partager cet article
Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 07:38


avenir-png.png

   Not' ptit' coin d'paradis à nous...


Bonjour amis Lecteurs,

Etant donné les circonstances,

étant donné le monde qu'on nous prépare,
au mieux totalitaire et inhumain,
au pire ravagé par une guerre mondiale,

je vous propose de passer à la vitesse supérieure,
de nous préparer, d'oser créer ensemble du nouveau.


petit-prince-copie-4.jpg


Il est parmi vous des citoyens conscients de tout ce qui se prépare, avertis,
des citoyens pour qui l'idole n'est pas Mâmon, le Dieu Argent,  ou encore
la compétition entre tous, le consumérisme, le quantitatif, la rivalité, 
l'égoïsme, et qui rêvent d'un retour en arrière, de simplicité de vie,
de qualitatif, de fraternité, de coopération, d'entraide.

Je leur propose, surtout s'ils sont sans trop d'attaches familiales,
s'ils sont libres et prêts à vivre autre chose,
je leur propose, donc, de se concerter
et ensemble, de trouver une terre à acheter, à partager, 
une terre éloignée de la ville, une terre dans la nature, 
campagne, mer, ou aux pieds des montagnes,
mais préservée, et ensuite de s'y installer,
une caravane suffit (ça vaut mille euros), un mobil-home
(il y en a de beaux, confortables, spacieux),
ou un bungalow, ou une maisonnette, 
et puis des espaces de vie communs, 
quelque chose de chatoyant, de convivial, 
de simple, de réellement fraternel et communautaire,
vivant un peu comme les premiers chrétiens (Actes 3),
"n'ayant qu'un seul coeur et une seule âme, 
partageant tout entre tous, à chacun selon ses besoins", 
et sans aller jusqu'à cette communion des biens, au moins avoir
une communion des compétences et des coeurs,
basée sur deux ou trois choses:
L'éthique, l'idéalisme, la simplicité de vie... 


paysage-campagne-copie-1.jpg


Partager un petit coin de terre préservé, loin des turbulences,
des rejets, des mesquineries, des égoïsmes, des cupidités,
un petit bout de terre où la délaissée et le divorcé bougon, désenchanté,
pourront se sentir aussi bien que les jeunes couples partageant un amour ardent,
un petit coin de paradis où l'ancien et l'enfant pourront échanger, communier,
et révéler au monde alentour la joie du partage, de la communion, de la fraternité en actes.

Alors, on esquisse quelque chose ? Prêts à vendre votre lopin de terre,
votre appart', ou à placer vos économies, dans un bout de rêve à cultiver ?

Moi, Eva, je coordonnerai cette initiative tendre et douce


evaresis@yahoo.fr

Cordialement, eva



Reçu:

 
Pourquoi pas une rubrique spécifique pour cette création d'une nouvelle réalité, d'un nouveau monde, d'un nouveau paradiglme ?
 

Connaissez-vous ce site ?

www.nouveau-paradigme.com et spécialement son forum ?

Bien cordialement
(suite sous l'image, un des projets en cours de réalisation au Canada, comme la Cité Radieuse à Marseille de Le Corbusier))


                         
                                        http://www.bioperfection.com/arc-en-ciel/


Le monde actuel est notre reflet. Il est tel que nous sommes, perdu et dégénéré, se sentant victime d'une oppression grandissante qui l'accable. Il a perdu sa connexion avec la nature, avec la vie véritable. Il se sent faible, impuissant et prisonnier (..) Les humains...
doivent cesser de créer des victimes et d’être des victimes


"On ne change jamais les choses en combattant la réalité existante. Pour changer quelque chose, construisez un nouveau modèle qui rendra inutile l'ancien."

Richard Buckminster Fuller

"Pour survivre en tant
qu'espèce, nous devons nous rassembler : il nous faut nous abandonner à la vie exaltante que fait naître la communauté."

Hunter "Patch" Adams


Voici quelques-uns des concepts qui façonnent les généralisations à l’heure actuelle :

  • Le pouvoir et la permission sont entre les mains d'une divinité extérieure.

  • La violence est la façon de résoudre les différends.

  • Les êtres humains sont plus différents qu'ils ne sont semblables.

  • Avoir raison est plus important que comprendre.

  • Le passé contrôle le futur.

  • Le luxe et les plaisirs sont indispensables pour être heureux.

  • La complexité est plus satisfaisante que la simplicité.

  • La raison du plus fort est toujours la meilleure.

  • Le service et le sacrifice sont les cadeaux ultimes qu'une personne peut offrir aux générations futures.

  • Il n'y a pas assez de ressources et, pour les posséder, on doit les dérober aux autres.

  • Si quelque chose « cloche », les lois et les règlements peuvent régler la question ou la solution se trouve dans un contrôle accru.

La liste est sans fin. 
extrait de http://www.nouveau-paradigme.com/situation.htm
Vivre en accord avec les simples lois universelles




                                                       Unite-et-paix.jpg


               Grippe A : Pétition Nationale 
                            pour une enquête  parlementaire !

                                 Nous citoyennes et citoyens français,

demandons la création d'une commission d'enquête parlementaire sur l'attitude et les actes du gouvernement durant la pandémie de grippe A-H1N1, notamment sur les directives contradictoires données par Mme Bachelot, Ministre de la Santé, concernant l'achat massif puis la revente d'un stock important de vaccins, à l'efficacité par ailleurs contestée.

Nous demandons notamment que toute la lumière soit faite sur les raisons de l'importante campagne médiatique de sensibilisation et de vaccination, dont l'ampleur nous parait plus qu'exagérée.

[Pétition lancée par le Mouvement Agir pour l'Avenir - Réagissons, Maintenant, Ensemble - www.agir-pour-lavenir.org]

Signer la Pétition Nationale :
http://www.ipetitions.com/petition/gouv-grippe-a/


                                                  Grippe A : Pétition Nationale pour une enquête parlementaire !

                       A lire sur mon blog sos-crise :


 

Lettre ouverte d'Eva
à Ted Anspach, réalisateur d'Arte
 

 

 

 9 février 2010. Sur Arte, triste soirée pour l'info et pour la démocratie ! Tout est inversé. Les journalistes citoyens chercheurs de vérité, indépendants, sont qualifiés d'effroyables imposteurs, dérapant, désinformant. Et les (effroyables) journaleux qui, quotidiennement, déversent leurs mensonges à la radio, à la télévision, dans la presse écrite, sont qualifiés de journalistes, informant - et donc garants de la démocratie !


L'information ? La démocratie ? Les voici :


- http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-le-journaleux-yves-calvi-krettly-declare-la-guerre-a-l-iran-sur-c-dans-l-air-44960903.html


- http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-journee-ordinaire-de-desinformation-et-de-propagande-a-la-tv-l-joffrin-44564443.html


Et nous les journalistes citoyens (en l'occurrence moi-même professionnelle du journalisme, ayant eu la carte de presse lorsque j'étais en activité), nous les chercheurs de vérité, nous sommes traités d'imposteurs !


A Ted (qui m'avait...

suite ici :
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/post/7667268/lettre-ouverte-a-ted-anspach-leffroyable-impo



 

Alerte ! La guerre froide est de retour.
Contre la Russie ... et la Chine.
L'OTAN menace la paix et le monde !



EXTRAIT:

La nouvelle Doctrine Militaire Russe (en russe à http://News.Kremlin.RU/ref_notes/461) a répertorié sous le titre de «Principales menaces externes de guerre» les préoccupations suivantes, avec la plus urgente en premier :

-L'objectif qu'a l'OTAN de s'arroger l'exercice de fonctions mondiales en violation du droit international, et d'étendre l'infrastructure militaire de l'OTAN jusqu'aux frontières de la Russie, y compris par le biais de l'élargissement du bloc

- vise à déstabiliser la situation dans les différents États et régions et à affaiblir la stabilité stratégique

-Le déploiement de contingents militaires d'états (et blocs) étrangers sur les territoires voisins de la Russie et de ses alliés, ainsi que dans des eaux adjacentes

-L'établissement et le déploiement de systèmes de défense anti-missiles stratégiques qui sapent la stabilité mondiale et violent l'équilibre des forces dans le domaine nucléaire, ainsi que la militarisation de l'espace extra-terrestre et le déploiement d'armes de précision des systèmes non nucléaires stratégiques

- Les revendications territoriales à l'encontre de la Russie et de ses alliés et l'ingérence dans leurs affaires intérieures

-La prolifération des armes de destruction massive , de missiles et de la technologie de missile, augmentant le nombre d'états possédant des armes nucléaires

-La violation par un état des accords internationaux, et l'échec à ratifier et à mettre en œuvre les traités internationaux précédemment signés sur la limitation et la réduction des armes

-Le recours à la force militaire dans les territoires des états riverains de la Russie en violation de la Charte des Nations Unies et aux autres normes du droit international

-L'escalade des conflits armés sur les territoires voisins de la Russie et des nations alliées

À la 46ème Conférence de Sécurité annuelle  de Munich qui s'est tenue les 6 et 7 février, le secrétaire général Anders Fogh Rasmussen a dit "Je dois dire que cette nouvelle doctrine ne reflète pas le monde réel", bien que toute lecture impartiale des neuf points précédents qu'elle traite confirmerait qu'elle dépeint le monde exactement tel qu'il est. Malheureusement.

Par exemple, après que le Président de la Roumanie ait révélé que les missiles U.S. devraient être déployés dans le pays, une déclaration du ministère des affaires étrangères du pays a dit "La Roumanie a été et continue d'être un promoteur cohérent au sein de l'OTAN du projet concernant le développement progressif et adapté du système de défense antimissile en Europe... La décision de prendre part au système US est entièrement en accord avec ce qui a été  décidé à cet égard aux sommets de l'OTAN de Bucarest en 2008 et de Strasbourg-Kehl en 2009." [7]

Le premier jour de la Conférence de Sécurité de Munich, le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov a déclaré dans son discours que "Avec la désintégration de l'Union Soviétique et de l'Organisation du Traité de Varsovie une réelle opportunité a émergé pour faire de l'OSCE [Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe] une organisation à part entière offrant une sécurité égale à tous les états de la région euro-atlantique. Toutefois, cette occasion a été manquée, parce que le choix a été fait en faveur de la stratégie d'expansion de l'OTAN, qui signifie non seulement préserver les lignes séparant Europe au cours de la guerre froide en des zones ayant des niveaux de sécurité différents, mais également déplacer ces lignes vers l'est. Le rôle de l'OSCE était, en fait, réduit au service de cette politique par le biais de la supervision des questions humanitaires dans l'espace
post-soviétique."

Il a continué avec un examen de l'échec des mesures de sécurité post-Guerre Froide en Europe :

(..)

L'OTAN n'est pas le fournisseur de sécurité internationale auquel il tente maintenant de prétendre. Il n'est pas un partenaire de l'organisation des Nations Unies, qu'Il a éclipsé et rendu édenté et pathétique, ni d'aucune autre organisation internationale ou régionale. Il n'est pas le fondement d'une  "alliance de démocraties" mondiale.

L'OTAN est un axe de combat meurtrier, sans loi, qui se réserve unilatéralement le droit de repéter son agression armée dans les Balkans et en Asie du Sud sur une échelle mondiale. C'est un affront et une menace pour l'humanité.

http://sos-crise.over-blog.com/article-nouvelle-guerre-froide-contre-russie-et-chine-otan-menace-pour-le-monde-45037076.html (article de www.mondialisation.ca)

 
                          NS-retraites-j.jpg

                Changements politiques en France ?



(...) Si Sarkozy tient encore les médias, il a perdu les relais d’influence de deuxième niveau que constituent les professions libérales et la classe moyenne-supérieure, « leaders d’opinion » dans leur entourage ou au niveau local. Après avoir contribué à la victoire de Sarkozy en 2007, ils sont aujourd’hui écœurés, dépités, et ne se laissent plus abuser par les tours de passe-passe de la communication élyséenne.
  
La volonté de changer existe donc mais, dans l’immédiat, l’opposition n’est pas suffisamment crédible pour transformer cette volonté en action. Le PS est perçu comme divisé et incapable, le MoDem est inexistant et peu crédible et, à l’occasion des élections régionales, il est fort probable que ce soient les Verts – ou des listes apparentées – qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Mais ces succès régionaux ne créeront vraisemblablement pas les conditions d’une alternative politique crédible au niveau national. Or, c’est ce qu’attendent les Français.
  
C’est donc probablement de l’intérieur du camp de la droite que viendra la plus grande menace pour Sarkozy (voir notre billet
Le faux-pas de Catilina). Si on ne peut que se réjouir de le voir ainsi contesté dans son propre camp, il faut cependant rester lucide. Les lobbies ont déjà anticipé cette évolution et leur plan de bataille en tient compte. Celui-ci se décline en effet selon trois axes :


– « flinguer » l’Éducation nationale. L’objectif est, sinon atteint, du moins en bonne voie de l’être (voir
La faillite programmée du système éducatif). C’était d’ailleurs la « feuille de route » de Luc Chatel lors de son entrée au gouvernement en juin 2009 (voir Derrière l’écran de fumée). En supprimant ou en prévoyant de supprimer 11 à 15 000 postes par an, il s’acquitte avec zèle de cette mission ;

– « flinguer » le système de retraite basé sur la répartition pour mettre en place un système de capitalisation. C’est l’objectif n° 1 du lobby des assurances, lequel ne lorgne que les salariés « intéressants » - financièrement s’entend bien entendu. Comme pour l’école publique qui n’accueillera bientôt plus que les enfants des « pauvres », le système public des retraites ne concernera que les bas salaires. Le « gras » sera pour les compagnies d’assurance. Sur ce dossier, Sarkozy est l’agent zélé de ce lobby : il a promis de faire voter une loi « avant la fin de l’année » ;

–  « flinguer » la Sécurité sociale selon les mêmes méthodes : une médecine à deux vitesses, à l’américaine, objectif poursuivi à la fois par les compagnies d’assurance et les laboratoires pharmaceutiques. La recette sera identique à celle qui pourrait être mise en place pour les retraites : une bonne couverture médicale pour les salariés qui pourront – ou que l’employeur acceptera de – prendre financièrement en charge une telle dépense, le minimum minimorum pour les autres (bas salaires, intérimaires, stagiaires, etc.).


Il importe donc d’être lucide dans la recherche d’une alternative politique à Sarkozy et de ne pas se précipiter dans les bras du premier venu dont l’arrivée aura été préparée par ceux qui ont intérêt à ce que ce programme de « triple flinguage » se réalise. Attention à ce qu’une alternative à droite, ou avec un candidat centriste ou de gauche « libéral-compatible », ne soit pas un miroir aux alouettes. Pour conclure dans le registre aviaire, une hirondelle, c’est-à-dire le sondage du 11 février, ne fait pas le printemps.


http://lalettredulundi.fr/2010/02/14/une-hirondelle-ne-fait-pas-le-printemps/


Resister-CNR.jpg

Appel lancé en 2004

par les anciens du CNR de 1944...
auxquels il est bien temps de répondre!



Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu
et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.


Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :

Nous appelons d’abord
les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15mars1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des " féodalités économiques", droit à la culture et à l’éducation pour tous, une presse délivrée de l’argent et de la corruption, des lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales,alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’ Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

Nous appelons ensuite
les mouvements, partis, associations,institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau "Programme de Résistance " pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

Nous appelons enfin
les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous.
Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : " Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ".
 
 
Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.


Signer la pétition   -   Voir les signataires 

resister.jpgresister.jpgresister.jpg
 


Scène surréaliste en Haïti. Au beau milieu des décombres de l’ambassade de France, les secouristes dépêchés sur place ont mené à bien une mission périlleuse : sauver le champagne de notre beau pays.

Des déplacements fort onéreux pour des fonctionnaires ou agents de l'Etat, bien obligés d'obtempérer à des ordres débiles et scandaleux !
1) récupérer en Haïti le champagne de l'ambassadeur;
2) et y récupérer le chat de ...?


...pendant que de pauvres gens dorment dans la rue et n'ont rien à bouffer, ici et là-bas !« Comment expliquerions-nous à des familles que leur fils ou époux est mort en sauvant du vin, du champagne ou du whisky ? » Le 29 janvier, devant le regard indigné des médecins et infirmiers du Samu 21 de Dijon détachés à Port-au-Prince, une dizaine de sapeurs-pompiers « spéléos » spécialistes des décombres, ont mené une dernière opération de sauvetage avant de regagner leurs pénates. Objectif : la cave de monsieur l’ambassadeur français ! (..)

La cave de l’ambassadeur Didier Bret abritait des dizaines de caisses de champagne, cognac, whisky et grands vins.
L’État français ne perd pas une occasion de choyer ses représentants. Dans son dernier numéro, Le Canard Enchaîné (10/02) décrit une autre mission de sauvetage réussie, cette fois par Arno Klarsfeld.
chat perché

Envoyé par Matignon en Haïti pour « identifier les problèmes prioritaires à résoudre », l’avocat est rentré au bout de quinze jours avec Voltaire, le chat du numéro deux de l’ambassade, Christophe Quentel. Le haut fonctionnaire et sa famille avaient dû quitter l’île à la hâte, en laissant le félin.

http://www.bakchich.info/Des-bulles-pour-l-ambassadeur-en,10037.html



avenir-png.png


Commentaire reçu sur cet article, et ma réponse :


Bonjour Eva,

Je n'ai pas le temps de lire tous tes articlles, mais le coup du petit coin de paradis m'a interpellé.

Question désinformation politique, je crois qu'aujourd'hui il est vain, voire impossible de connaître la vérité factuelle de certaines situations.

Défendre des thèses que certains qualifient bêtement de complotistes ne me semble pas "productif". Cela amène encore plus d'angoisse, de violence et de luttes entre partisans et opposants de thèses différentes.

En ce qui concerne le projet de vie que tu proposes, il me trotte souvent dans la tête, entre autre parce qu'il correspond à une expérience de vie communautaire assez dépouillée en Ardèche au début des années 80.

Je ne sais pas si c'est le système dans lequel nous vivons qui est seulement responsable des souffrances que beaucoup endurent aujord'hui. Je crois que la majorité d'entre nous en sont responsables, ne fut-ce que par un complicité tacite.

D'où la tendance prédominante de vouloir à tout prix faire partie d'un camp. Pour lutter contre ce qu'on considère comme injuste. Et chacun peut trouver des injustices. L'ouvrier peut trouver injuste qu'un pdg gagne des années de smig en un an, un Pdg trouvera injuste qu'un homme sans ressources puisse toucher le RSA sans être obligé de rendre service à la société par exemple.

Ta proposition ressemble à une sorte de vie monastique. Et dans les monastères, on trouve de tout. Certains y rentrent pour fuir leur angoisse, d'autres par tradition familiale, d'autres parce qu'ils sont persuadés que c'est leur devoir, que leur Dieu est l'Unique. D'autres enfin sont de véritables spirituels qui ont de loin dépassé les divisions religieuses et sont totalement ouverts à l'inconnu, à l'autre.

Mais il est de plus en plus difficile de pouvoir se poser dans de tels lieux sans devoir faire allégeance à la religion.

Se mettre en retrait de la société n'est -il pas une forme de fuite du combat, de l'affrontement, de l'opposition ?

Je précise que je trouve le combat stérile en toute situation. Et que lorsque j'utilise le terme de fuite, je ne l'utilise pas dans un sens péjoratif, puisque de fait je ne pense pas qu'il faille "en premier lieu" s'opposer.

La phrase de Richard Buckminster Faller est très juste à ce titre.

Tout ceci pour dire que bien que ton idée me séduise énormément, je me demande si c'est la solution dont le monde a besoin.

Il va de soi que nous vivons dans un monde qui marche sur la tête. C'est tellement fort qu'il n'y a en réalité pratiquement plus d'alternative poitique. Or de l'Economie de Marché (béni soit son saint nom), point de salut.

C'est passé inaperçu, mais notre petit président l'a lui-même reconnu en dézinguant la décroissance. C'est tellement dans l'air du temps que le moral des Français est évalué en fonction de leur consommation. Personnelement, lorsque je consomme au delà de mes besoins, je sais que je suis dans une forme d'angoisse et que je compense ainsi.

Aujourd'hui donc, même si je n'arrive pas à incarner cette vison des choses, je pense que c'est en étant capable de vivre d'une autre manière, sans être doctrinaire, mais en laissant aux autres le temps qu'il leur faut pour découvrir qu'une autre réalité est possible.

Et je ne crois pas qu'il faille aller vivre isolément pour cela. C'est de témoins proches dont nous manquons cruellement, et non d'oasis. Qu'il en faille, c'est certain, mais en temps que lieu de ressourcement avant tout.

Pour le reste, la décroissance, un autre mode de vie qui n'est pas basé sur l'échange commercial devrait pouvoir se vivre sur le terrain. Si l'on base sa vie avant tout sur la relation, on peut être tellement comblé qu'on quitte sans douleur le schéma de la société de consommation.

Je la verrais plutôt comme ça la première résistance. Une non résistance en fait. Une sortie d'un mode de vie sociétal qui ne se fasse pas en opposition, qui ne se fasse pas via une lutte contre.

Le capitalisme se nourrit de notre angoisse tout en l'entretenant. Mais encore une fois, le capitalisme ne peut rien sans l'homme.

Je crois illusoire de croire qu'en se retirant du monde, l'homme deviendrait bon. Je pense que la première démarche vitale pour tout le monde est d'abord d'accepter l'idée qu'il va mourir, et que c'est dans l'ordre des choses. Tant que ce problème fondamental ne sera pas résolu, quel que soit le cadre de vie, les conflits entre individus subsisteront.

On ne peut "permettre" à chacun de se réaliser qu'en l'acceptant tel qu'il ;paraît. Et on ne peut réaliser quelqu'un à sa place.

Et pour cela, pas forcément besoin d'un lieu à part, mais surtpout être de manière "à part".

Je crois que c'est dans la mesure où la majorité de la population choisira d'elle-même un autre mode de vie que ce système politico économique disparaîtra de lui-même.

Via le chemin de la démocratie réelle, telle que je la définis sur mon blog.

Ceci dit, je suis toujours ravi de te lire et de réfléchir ainsi plus en profondeur sur ma manière d'appréhender les choses aujourd'hui.

Cordialement,

Olivier
Commentaire n°1 posté par Olivier aujourd'hui à 07h58


Réponse d' Eva :


Bonjour Olivier

ravie de te lire, moi aussi

Et j'aime te lire, mais quel dommage que ton blog soit si dur à lire, car touffu - de mon point de vue

Ne te méprends pas: Je ne prône pas la fuite, la mise à l'écart

Je plaide pour un mode de vie comme avant les individus le connaissaient, c'est à dire que dans une même maison il y avait les différentes générations ensemble, avec pièce commune où se retrouver, échanger

En somme, comme j'ai vu le long de la route près de la frontière espagnole, un terrain, et dessus, une maison, un bungalow, une caravane, un petit immeuble etc tout ça dans le même "enclos", je le rêve chacun s'appropriant le terrain pour y vivre selon ses moyens et goûts, mais en ayant une pièce commune, conviviale, comme la Cité radieuse Le corbusier à Marseille - bref mode de vie plus convivial, moins replié sur soi

Je crois que notre société souffre aussi de son individualisme, société éclatée chacun seul de son côté, ce n'est pas humain

Pas de vie monastique, mais vivante

Je verrai bien des gens de toutes origines, races, confessions, pour partager la diversité, s'enrichir mutuellement

Ce n'est pas une fuite, c'est constructif, humain, vivant, être ensemble pour être mieux ensuite dans le monde

En période de guerre, il y a échange de compétences, entraide, amitié

Quant au mode de vie non basé sur l'échange commercial, c'est le rêve!

Heureuse de ta participation, merci, cordialement eva

Tu vis de quel côté ?  

Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 05:57

esclavage-ogres-j.jpg

Introduction d'Eva r-sistons :
La vérité sur Haïti, la politique, les politicards...
Coulisses d'une sale politique française ! 
 


Au menu, Haïti, le pays (d'esclaves les premiers libérés) qui dérange, en voie de destruction pour être colonisé et pillé par les Occidentaux à l'affût d'espaces vitaux aux sous-sols riches.

Au menu, aussi, les dessous de la politique, avec ses têtes d'affiche dont les zones d'ombre sont très dérangeantes. Et en tant que Gaullienne (de Gauche), cela ne me fait pas plaisir de lire ces lignes sur la famille de Villepin. Mais vous me connaissez suffisamment pour savoir que je ne suis d'aucun parti, que je n'ai aucun clocher, et que je suis totalement indépendante, seulement éprise de vérité, de paix (surtout), de justice, de fraternité fustigeant donc tous les communautarismes excluant les autres, les fondamentalismes, les extrémismes, les fanatismes haineux et racistes. Universaliste je suis, et je le resterai jusqu'au bout, forte de mes influences diverses à la naissance (française, russe, mongol, juive, orthodoxe, catholique) et ensuite (protestante par choix, musulmane par amitié pour une Palestinienne, baha'i pour son syncrétisme et son universalité. Vous voyez, tout y est !). Et donc, je vous demande de lire cet article qui éclaire d'un jour terrible les coulisses de la politique, tout ce dont vous n'entendez jamais parler dans les Médias au moins français. Voyez-vous, il y a quelques années, grâce à TV5 - ma télé préférée - que je recevais alors, j'ai pu découvrir des chaînes comme TV Suisse ou Canada, dont la liberté de ton et de paroles aurait envoyé ici, en France, tous ses tenants en prison pour antisémitisme et complotisme (ex, émission que je viens d'écouter sur l'influence d'Israël sur la politique néo-conservatrice américaine, 29.8.2004). 

Les dessous de la politique, ce sont aussi des personnes. Ainsi, Régis Debray est loin d'être le révolutionnaire affiché, bien au contraire, il semble qu'il ait été un contre-révolutionnaire à l'origine de la mort de Che Guevara. Double influence ? Allez savoir...  En tous cas, son rôle, comme celui maintenant du très sioniste Arno Klarsfeld le dit
( je viens de l'entendre par hasard, en zappant, sur FR2 "On n'est pas couché", de Ruquier : "Les Etats-Unis et la France doivent intervenir à Haïti pour qu'il y ait moins de corruption - l'article joint prétend le contraire -, sans les USA on serait devenus nazis ou communistes, il faut intervenir à Haïti pour les adoptions, les prothèses et la sécurité civile - tiens donc, pour des raisons géo-stratégiques et pour les richesses du sous-sol à voler !), est de mettre "sous tutelle" ce pays, mot "moderne" pour dire "coloniser", ne soyons pas dupes ! 

Roland Dumas, que j'écoute à l'instant même (vidéo de 2004), dit très justement: "Le but des Américains - et des Israéliens - est de remodeler cette région (Irak et Moyen Orient) à commencer par la Palestine, et là on va assister à un vrai drame", textuel, je note en écoutant.  Eh bien, pour Haïti, c'est la même chose, les politiques se suivent et se ressemblent. Il s'agit en effet de remodeler Haïti, au passage de se débarrasser d'une partie de la population noire (les fameux "négros" descendants d'esclaves et plus que tous attachés à la liberté) encombrante quand il s'agit de piller les ressources locales. Ceux qui resteront seront exploités comme leurs pères, tenus en esclavage. Les hommes politiques n'ont aucun scrupule quand il s'agit des peuples; seules leurs ressources les intéressent.

Négrophobie constante

On notera au passage la négrophobie de ceux qui ont le pouvoir, qui n'a rien à envier à l'islamophobie. On verra aussi dans cet article comment Dieudonné l'Africain a été sacrifié, j'ai fait le rapprochement avec le CRIF dont on parle aussi dans ce post juste avant, et surtout on découvrira combien la mentalité esclavagiste est toujours présente, coloniale, impérialiste, et comment nos politiciens "démocrates" se débarrassent de ceux qui les gênent, artistes, dirigeants, chefs d'Etat - le petit prêtre de la Théologie de la Libération Aristide, par exemple - , et d'une façon générale des citoyens. Je suis de ceux qui pensent que le machiavélisme américain a dû être à l'oeuvre à Haïti, avec le tremblement de terre (arme militaro-technologique Haarp), et je trouve crédibles les rumeurs faisant état de projets du même type pour affaiblir les rivaux gênants, Russie et Chine. Nous vivons dans un très sale monde, dirigé par d'authentiques salopards qui devraient, oui M. Klarsfeld Père et Fils
, se retrouver devant un nouveau tribunal de Nuremberg: Vous avez aujourd'hui pour amis des criminels comme ceux qui ont envoyé dans les camps de concentration les Tsiganes, les Juifs, les handicapés mentaux, les homosexuels, les résistants dont beaucoup de russes... Honte à vous ! Votre communautarisme ne vous honore pas. Et le nouvel antisémitisme qui se développe aujourd'hui, cette fois anti-musulmans, Musulmans souvent arabes et donc sémites eux aussi, et antisémitisme émanant beaucoup des vôtres, est un véritable scandale qui doit être dénoncé aussi fort que son clone anti-juif (http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/post/7654736/le-nouvel-antisemitisme-contre-les-arabes-et-).

Voilà, chers lecteurs. Lisez cet article que je joins et que l'on doit à celui qui, lui, fait honneur à la Presse, Thierry Meyssan. Pour découvrir le vrai visage de la politique, des politiciens ou des célébrités, et pour comprendre ce qui se passe derrière le si opportun tremblement de terre, à Haïti, pour les financiers et les industriels voraces. C'est à vomir.... En tous cas, voilà à quoi ressemblent vraiment nos démocraties... Arno Klarsfeld disait que les USA nous avaient débarrassés du nazisme et du communisme. J'ose le dire: Les Américains ont repris l'idéal nazi hégémonique, raciste, impérialiste, et ils l'ont inoculé aux Européens, et... sans les avantages sociaux du communisme ! 

Plus que jamais, amis lecteurs, votre rôle est d'informer. Nous sommes tous journalistes, je ne le répèterai jamais assez... C'est notre responsabilité de citoyens avertis.

Votre Eva r-sistons à ces sales politiques, et en avant l'éthique !!!

Et voici, à l'instant j'écoute une nouvelle page de TV indépendante, sur l'Invité de TV5 (2003), sur la fameuse "Black List" dont nos médias esclaves ne parleront jamais
! 

NB Compte tenu de l'éducation de D. de Villepin, je pense que le rôle qu'il a joué (pour raisons d'Etat, cf se réconcilier avec les USA), a dû lui déplaire foncièrement. Je n'ose penser à ce que Sarkozy doit faire en coulisses... partager les secrets d'Etat, par exemple, avec ses amis ? Eva
     


 
Témoignage et réflexions

Régis Debray en Bolivie et en Haïti

par Claude Ribbe*



En 2004, la France se réconciliait avec les Etats-Unis en participant au renversement du président Jean-Bertrand Aristide. Côté français, le coup d’Etat était organisé par l’intellectuel pseudo-révolutionnaire Régis Debray. Témoin privilégié de ce drame, l’écrivain Claude Ribbe, qui fut membre de la Commission internationale d’experts sur la dette d’Haïti, relate ici le complot, la campagne de diffamation contre le président Aristide, son enlèvement et sa séquestration. Paris avait prévu de réinstaller au pouvoir l’ex-dictateur Jean-Claude Duvallier, mais les Etats-Unis imposèrent au dernier moment leurs hommes, Boniface Alexandre et Gérard Latortue.


JPEG - 21.4 ko
Régis Debray, pseudo révolutionnaire et authentique barbouze

Regis Debray, bavard « compagnon » du Che

Je le savais ! Je savais bien que le fumet des cadavres d’Haïti en décomposition ferait sortir Regis Debray, l’homme qui croit que Villepin  sera couronné empereur des Français en mars 2012. Regis Debray rêve d’être ministre de la Culture de Napoléon IV... Quel flair ! Après les conseils donnés par Villepin à Nicolas Sarkozy, Regis Debray monte au créneau en déclarant à France Inter qu’il faut mettre Haïti sous tutelle.


Alors parlons de Régis Debray... Inutile de revenir sur son rôle héroïque dans l’arrestation de Che Guevara. Il en a été le compagnon et il a raison de s’en glorifier. Les ex-soixante-huitards français le tiennent tous pour un révolutionnaire exemplaire.. Mais les mauvaises langues —dont la fille de Che Guevara qui n’est certainement qu’une folle minée par le chagrin— disent que c’était un traître vendu aux Etats-uniens. Viles calomnies, évidemment, simplement fondées sur le fait que Che Guevara, qui se trouvait secrètement en Bolivie en 1967 et dont une taupe de la CIA révéla la présence, écrivit des choses dans son journal.

Revenons en 1967. Voici ce que note le Che dans son journal le 28 mars :

« Le Français a défendu avec trop de véhémence le fait qu’il serait utile dehors. »

Je ne vois là que des soupçons infondés. Debray, jeune intellectuel gaulliste déguisé en guérillero, fils d’une sénatrice gaulliste et de… je ne sais plus qui, un autre gaulliste, je crois, était à l’époque en Bolivie avec Che Guevara [1]. Mais il était pressé de s’en aller.

Le Che se méfiait de cette envie précipitée de prendre l’air. Hasard heureux ou malheureux (on ne sait trop), Debray a été arrêté par les Boliviens qui travaillaient avec la CIA. Une fois aux mains de ces gens, je ne doute pas qu’un intellectuel de la trempe de Debray a été discret. Mais le Che, lui, avait des doutes. Après l’arrestation de Debray et de son compagnon Bustos, un autre intellectuel émérite, aussi fiable que Debray, les Boliviens et la CIA furent informés que le Che était en Bolivie. Après cette arrestation, voici ce que le Che note, à la date du 30 juin 1967 :
(..)


Dans son journal, Che Guevara note encore, à la date du 10 juillet :

« Par ailleurs, les déclarations de Debray… ne sont pas bonnes ; surtout parce qu’ils [Debray et Bustos] ont fait des confessions à propos du but continental de la guérilla, chose qu’ils ne devaient pas faire. »


Des « confessions » ? ... Vingt ans après les faits, un général bolivien, Arnaldo Saucedo Parada, chef des services secrets de la 8ème division, celle-là même qui opérait contre la guérilla du Che, donna sa version et publia même des documents concernant les informations obtenues par l’armée sur la guérilla [
2].


(.) ce qui est certain, c’est que cette division de la guérilla a été un accident qui lui a enlevé de la force et le début de la fin. Cela a été le prélude du Gué du Yeso et du Churo.


(..) Quand on lira les mémoires de Bustos dans ce livre, on verra que l’empressement avec lequel les théoriciens Debray et Bustos voulaient quitter la zone de danger a été la cause principale de l’échec rapide de la guérilla


Avec la chute de Debray et Bustos à Muyupampa, le 20 avril, nous avons eu un panorama large et clair des guérillas, ordre de bataille, organisation et autres questions inconnues jusqu’alors, confirmation de la présence de Che Guevarra et du groupe de cubains, tant grâce aux déclarations de Debray et Bustos que par le bulletin de mémoires écrit par ce dernier et qui, immédiatement, a été porté à la connaissance du Commandement Supérieur, de même que les originaux des portraits de 20 guérilleros.. et ensuite les croquis détaillés des campements et caches qui ont permis de découvrir les "grottes" où ils cachaient leurs armes et leurs équipements etc...


La Section 2 de la 8ème division a également obtenu de Régis Debray une lettre écrite de sa main le 14 mai et dans laquelle il confirme la présence de Che Guevara en Bolivie et signale que c’est Fidel Castro lui même qui l’a envoyé le rencontrer. Cette lettre —l’original— a été envoyée au Commandant en chef. Indubitablement, c’est de l’arrestation de Debray et Bustos que l’armée bolivienne tire la preuve du fait que le Che est là. Les deux confirment aux services secrets que le Che est là.


Une autre chose qui a eu une grande influence a été la séparation d’avec le groupe de Vilo, de l’arrière-garde. Cela a été une séparation involontaire, mais qui a été due précisément à l’insistance avec laquelle Debray a demandé à partir. Face à cette situation —jour et nuit, il parlait avec le Che— il soulignait qu’il serait plus utile à la ville, nouant les contacts, que physiquement, il n’était pas guérillero, qu’il voulait partir, qu’il pouvait être très utile dehors (…)


Dans la guérilla, il [Debray] n’a rien fait d’extraordinaire. Debray a passé son temps à parler de quitter la guérilla. Pour moi, compte tenu de tout ce qu’il a écrit, il a essayé de gagner la confiance de la Révolution cubaine et du Che. Je ne sais pas quel était son objectif. Avec ce qu’il a fait, la position qu’il a prise ces derniers temps, je n’exclue pas qu’il ait pu jouer sur les deux tableaux.


Je dirais à Debray qu’il soit plus honnête, qu’il dise que la guérilla a eu plus de problèmes par sa faute, qu’il dise au moins une fois qu’il a été responsable de la séparation de la guérilla (…)


(Guevara) est mort, pris et exécuté sommairement le 9 octobre 1967, alors que le courageux Debray, lui, a survécu et il même est devenu célèbre en racontant, pendant 43 ans durant, ses glorieuses aventures dans la jungle bolivienne.

Nicolas Demorand l’a invité le 22 janvier 2010 au micro de France Inter. A-t-il trop parlé ? Non, il a juste dit qu’il fallait mettre Haïti sous tutelle.

JPEG - 29.3 ko
Les militaire boliviens exposent la dépouille mortelle d’Ernesto Che Guevara.


Debray, négationniste de l’esclavage



Dès 2002, j’avais tenté d’attirer l’attention d’un certain nombre de responsables de tous bords sur l’intérêt qu’il y aurait pour la France de participer dignement à la célébration du bicentenaire d’Haïti, prévue pour le 1er janvier 2004. Parmi ces responsables, Valérie Terranova, très proche de Jacques Chirac et officiellement conseillère à la Présidence de la République pour la francophonie... J’avais tenté d’expliquer à cette jeune femme parfaitement superficielle et inculte, les origines haïtiennes des Dumas et la nécessité d’assumer avec dignité notre passé esclavagiste pour mieux combattre le racisme. C’était également une manière d’aider les Haïtiens à sortir du marasme où la France avait largement contribué à les plonger.


D’après le rapport qu’elle fit de notre rencontre, ce qui fut retenu à l’Élysée était l’imminence des célébrations du bicentenaire (auxquelles, par ignorance, personne n’avait songé), le fait que les anti-napoléoniens s’organisaient à Port-au-Prince, la dangerosité de certains nègres français plus intelligents qu’on aurait pu le croire et l’urgence de parer le coup en montant rapidement une expédition punitive. Il lui fallait un général. On choisit Régis Debray et on lui assigna une double mission. D’abord constituer un rempart d’intellectuels contre la montée des revendications « mémorielles » en France. La seconde mission était de saboter le bicentenaire de l’indépendance d’Haïti et de prêter main forte à un probable coup d’Etat décidé par Washington contre Aristide, qui était le premier président démocratiquement élu de l’histoire d’Haïti et qui avait l’audace d’évoquer le passé peu glorieux de la France : 150 ans d’esclavage, 1 million d’Africains déportés, 5 millions de morts en Afrique du fait de cette déportation d’une part, un racket de 21 milliards de dollars imposé manu militari par Paris en 1825 d’autre part [
4].


Debray, devenu grenouille de bénitier, était l’ami intime de la soeur de Dominique de Villepin, Véronique Albanel, épouse d’un général de l’armée de l’air dont Villepin envisageait de faire le chef d’état major des armées. La générale animait une mystérieuse association en télépathie avec le Vatican, dénommée Fraternité-Universelle, disposant en apparence de gros moyens, et qui était présente, sous prétexte d’intervention humanitaire, sur tous les points chauds du tiers monde et en particulier en Haïti. Cette Mata-Hari de confessionnal recrutait à sciences-po, via l’aumônerie. Debray était ravi de pouvoir se prosterner aux pieds des puissants du moment : Chirac, Villepin. Il allait redevenir, comme sous Mitterrand, le conseiller du prince. Il pourrait faire livrer des armes à ses vieux amis sans d’ailleurs forcément utiliser la procédure normale. On lui redonnerait peut être même un bureau à l’Elysée.


Utilisant son image, totalement frelatée, d’intellectuel de gauche et son influence dans certains milieux de l’édition, où il était d’autant plus admiré qu’on ne comprenait rien, comme lui-même d’ailleurs, à ce qu’il écrivait, le « médiologue » battit d’abord le rappel des écrivains haïtiens et antillais. Tout le monde n’est pas insensible à un contrat d’auteur, à une visibilité dans les médias, dans les colloques, à un poste dans l’université, à une enveloppe pour une association, à une décoration, à un visa pour un parent, un ami, une maîtresse, à une naturalisation. Ensuite, il fallait trouver des historiens qui puissent minimiser l’esclavage transatlantique. Les choix se portèrent sur Olivier Pétré-Grenouilleau, obscur maître de conférences à l’Université de Lorient, qui venait de soutenir une thèse plus que contestable expliquant en gros que les pires esclavagistes étaient les Africains et les arabes et que la traite atlantique était une oeuvre de charité au fond assez ruineuse pour les négriers français et les colons antillais. Debray, publié chez Gallimard, fit certainement le nécessaire pour que Pierre Nora, vieillard bien connu pour sa négrophobie pathologique, et qui dirigeait une collection d’histoire dans la prestigieuse maison, publie également Pétré-Grenouilleau. Un contrat fut donc signé chez Gallimard. Il était cependant à craindre que les intellectuels « noirs » ne ruassent dans les brancards. On choisit, pour appuyer Pétré-Grenouilleau, un docile maître de conférences à l’Ecole pratique des hautes études, Pap Ndiaye, proche, par sa femme, d’Yves Kamani, très officiellement chargé au CRIF d’un bureau des « noirs ». Pap Ndiaye avait l’avantage d’avoir des contacts avec les néo-réactionnaires états-uniens. Il animait une obscure association, le Capdiv. On le chargea de monter au créneau le moment venu pour défendre l’indéfendable et, s’il le pouvait, créer discrètement une organisation de « noirs » à laquelle on donnerait les moyens d’occuper le terrain et d’être légitimée comme représentative. Le meilleur ami de Jacques Chirac, François Pinault, qui avait fondé sa fortune sur l’exploitation des forêts africaines serait sollicité. Outre les éditions Tallandier, spécialisées dans la glorification de Napoléon, il était propriétaire de trois magazines : Le Point (acheté en 1997 pour échapper à l’ISF) Historia et L’Histoire. Les deux derniers faisaient dans la vulgarisation historique. Il fut décidé de consacrer un numéro spécial à l’esclavage, qui ferait la promotion de Pétré-Grenouilleau et en même temps celle de Pap Ndiaye.  


Pour que l’opération négrophobique Villepin-Debray soit vraiment réussie, on désigna un « méchant » : l’humoriste Dieudonné qui se trouva, consciemment ou non, embarqué dans cette histoire par l’intermédiaire d’un activiste : Alain Soral. Tous ceux qui diraient le contraire de Pétré-Grenouilleau seraient des antisémites forcenés inspirés par Dieudonné. « Plus la ficelle est grosse, moins elle casse » (Chirac). Le jour où Dieudonné serait démonétisé, on sortirait un autre joker : Kémi Séba.


Côté Haïti, Villepin donna des fonctions officielles à Debray et des moyens financiers en le nommant président d’une commission chargée de « réfléchir » sur les relations franco-haïtiennes. La mission véritable était de préparer un coup d’Etat. La partie diplomatique de cette opération fut confiée à trois hommes : Philippe Selz, ancien ambassadeur au Gabon, placé auprès de Régis Debray pour déstabiliser Haïti en Afrique, Thierry Burkard, beau-frère d’un entraîneur de chevaux de course à Chantilly, nommé ambassadeur à Port-au-Prince pour orchestrer la chienlit locale, Eric Bosc, secrétaire à l’ambassade de France, chargé de désinformer la presse française depuis Port-au-prince et d’accorder des visas aux « bons » Haïtiens, c’est-à-dire ceux qui accepteraient de venir à Paris cracher sur le président démocratiquement élu. (..) Jean-Claude Duvalier, clandestinement hebergé par la France depuis 1986, était toujours actif. Il fut mis dans la boucle. N’était-ce pas Debray qui avait géré son arrivée en France en 1986 au moment de la transition entre Fabius et Chirac ? Duvalier n’était pas venu les mains vides. Dans l’avion des services secrets US qui l’avait déposé à Grenoble, il y avait 900 millions de dollars d’ « économies », ce qui explique sans doute que son séjour temporaire en France, prévu pour six mois, se soit prolongé pendant 24 ans sous haute protection policière. Tous les ministres de l’Intérieur qui se sont succédés durant ce quart de siècle ont juré croix de bois croix de fer qu’ils ne savaient pas où il était.

 

(..) Pour composer sa commission, l’ex-guérilléro bavard avait réuni un noyau dur d’universitaires chargés d’accréditer les thèses de Pétré-Grenouilleau et de discréditer tous ceux qui les critiqueraient (et) de contrôler les travaux universitaires entrepris sur l’esclavage dans le cadre d’une association rassemblant quelques thésards naïfs, Yvon Chotard, un socialiste qui devait bientôt se défroquer pour passer à  l'UMP.


(..)  Quant à François Blancpain, spécialiste du racket imposé aux Haïtiens par la France en 1825, il devait élaborer un argumentaire permettant de ne pas rembourser ce qui avait été extorqué.


Les rôles furent vite distribués. Le noyau dur fut mis au courant du coup d’Etat qui se préparait. Les autres restèrent à l’écart ou firent semblant de ne pas comprendre. On leur demanda simplement de saboter le bicentenaire en le discréditant à travers leurs réseaux. Il suffisait de dire qu’Aristide était un satrape pervers et corrompu : une thèse concoctée dans les officines de la CIA et qui serait reprise à pleins poumons par toute la presse française. Le rôle clé de cette commission était détenu par quelqu’un qui n’apparaissait pas dans l’organigramme, la générale Albanel, alias Véronique de Villepin qui était envoyée par son frère...
Un esclavage qu’on appellerait désormais « tutelle ».


JPEG - 13.8 ko

Jean-Bertrand Aristide


Sept avril 2003. Le monde entier célébrait le bicentenaire de la mort de Toussaint-Louverture, enlevé et assassiné par Napoléon. En France, une seule manifestation, organisée par le Fort de Joux. Pour représenter le gouvernement Raffarin, Hamlaoui Makachera, le ministre des Anciens combattants ! La loi Taubira avait été votée depuis deux ans déjà, mais le gouvernement refusait obstinément de prendre le décret d’application qui permettrait à cette loi d’être autre chose que lettre morte. Toussaint Louverture remuait ce passé dérangeant dont les responsables politiques comprenaient très bien qu’il avait une influence sur la politique intérieure et extérieure.

L’exhumation de l’histoire de l’esclavage est un des volets de la lutte contre le racisme et la lutte contre le racisme est, en soi, une prise de position éminemment politique, un regard révolutionnaire et ravageur soudain porté sur le monde. Il a même été dit qu’une opération secrète ouvertement négrophobe avait été organisée par de hauts responsables français sous le nom de code « Source ». Villepin en aurait bien été capable.

 

(..) La chose qui me semblait louche, c’était que les journalistes français se déchaînaient contre Aristide, mais ne parlaient jamais de Duvalier, que la France hébergeait pourtant. Il faut dire qu’Aristide, en ce 7 avril 2003, avait eu l’audace de faire savoir aux Français qu’il avait fait le calcul de ce qu’avait coûté en définitive, emprunts compris, le racket imposé par la France en 1825. Il en arrivait au chiffre de 21 milliards de dollars. La perspective d’un procès engagé par le petit Etat pour faire valoir ses droits avait mis en effervescence le gouvernement français, et surtout Villepin, ministre bonapartiste des Affaires étrangères, qui se voyait président de la République française en 2007.


A ma grande surprise, Aristide m’invitait à venir le voir pour bavarder de l’histoire d’Haïti. J’en provoquai l’occasion en proposant un livre d’entretiens à Jean-Paul Bertrand, mon éditeur depuis huit ans, qui m’envoya bientôt sur place. C’est à cette occasion que je pus converser pendant une trentaine d’heures en tête à tête avec celui qui était présenté par la presse putschiste comme un dictateur vicieux et pervers. J’ai bien entendu conservé en lieu sûr tous ces enregistrements, qui annonçaient exactement tout ce qui a pu se passer par la suite. Mon impression, corroborée par une minutieuse enquête sur le terrain, fut très différente de ce que j’avais entendu à Paris. Je découvris un homme sympathique, doux et cultivé qui n’avait nullement renoncé aux objectifs sociaux qui, par deux fois, l’avaient fait élire à une très large majorité.

Seulement, comme il était inflexible quant à l’indépendance de son pays, les Etats-uniens avaient mis ce pays sous embargo et avaient engagé contre son président légitimement élu une campagne de dénigrement, ce qu’on appelle dans le langage technique de la guerre psychologique character assassination.

Au lieu de tuer la personne et d’en faire un martyr, on tue son image dans les médias, ce qui permet de l’éliminer physiquement ensuite en toute discrétion.

Une « opposition » avait été montée de toutes pièces par un Syro-américain vivant en Haïti (et n’ayant pas la nationalité haïtienne) André Apaid, milliardaire blanc de peau agissant notoirement pour la CIA, mais présenté par la presse française comme un Haïtien noir représentatif des travailleurs [6]. L’enjeu ? Le sous-sol d’Haïti, jusque là inexploité : pétrole, uranium, or, cuivre, iridium. Aristide était au fait des richesses potentielles de son pays. Les Etats-uniens aussi. Ils savaient qu’il savait. Comme nous avions sympathisé, le président m’avait mis dans la confidence.

Aristide était non seulement soucieux des intérêts de son pays, mais il avait conscience du rôle qu’il pouvait et devait jouer pour tous les Africains de la diaspora, tous ceux qui, comme moi, étaient méprisés dans leur pays de naissance à cause de leur couleur. Il était très conscient de ce qui se passait dans les banlieues françaises, en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane. Dès 1804 son misérable petit pays avait fait le serment d’envoyer des commandos partout où se trouverait un seul nègre maintenu en esclavage. Cette politique restait, hélas, d’actualité. Sans nous connaître, nous étions arrivés aux mêmes conclusions.


J’étais chez moi à Port-au-Prince. Je l’avais ressenti dès que l’avion avait commencé, à la tombée de la nuit, son approche vers l’aéroport international de Port-au-Prince. Haïti était démunie, mais les plus humbles avaient une fierté dans le regard et dans le comportement qui ne pouvait que frapper les moins observateurs... Aristide n’était que l’incarnation politique, de toute évidence légitime, de ce regard. Les pauvres se seraient fait tuer sur place pour lui et ils représentaient une écrasante majorité. Je compris pourquoi ce nouveau Toussaint Louverture était considéré comme extrêmement dangereux par tous les négrophobes de la planète. Le problème n’était plus de savoir si ce qu’on disait de lui était vrai ou pas, mais de savoir s’ils réussiraient à l’éliminer avant la célébration du bicentenaire d’Haïti.


A mon retour j’avais pris rendez-vous avec Mme Waag-Makaïa, la secrétaire des Affaires étrangères rencontrée « par hasard » dans le train du fort de Joux pour lui donner mon sentiment sur Aristide : visiblement, tout ce qu’on disait relevait d’un coup monté des plus grossiers. L’intérêt de la France était de tendre la main aux Haïtiens et de se joindre à leurs louables efforts pour célébrer le bicentenaire de la république nègre.


Je me retrouvai bientôt dans un bureau, entouré de quatre diplomates, dont plusieurs, franchement agressifs, me harcelèrent de questions imbéciles dans lesquelles se trouvaient déjà toutes les réponses. On alla jusqu’à me reprocher d’avoir parlé à Aristide, car, disaient-il, il « ensorcelait » tous ceux qui l’approchaient ! En France, on appelle ça le charisme, mais quand il s’agit des nègres, le raciste perd toute rationalité ... les petits énarques qui m’entouraient ne faisaient aucun effort pour dissimuler un racisme que je n’aurais pas soupçonné dans une administration française de ce niveau.

Pour ces gens, j’étais un étranger dans mon propre pays... J’étais devenu un Haïtien. Et les Haïtiens, ils les haïssaient. Simplement parce que j’osais dire que mon pays, après 150 années d’odieuse oppression esclavagiste, avait en outre escroqué une jeune république affaiblie par une tentative française d’extermination, qu’il était temps de changer de politique, non seulement pour des raisons morales, mais parce que la France y avait également un intérêt géostratégique et économique évident. Je devais tranquillement discuter d’Haïti avec une compatriote a priori équilibrée. Je me retrouvais avec cinq individus déchaînés que je ne connaissais pas et qui étaient ses supérieurs hiérarchiques. Mon rendez-vous ressemblait de plus en plus à une sorte de garde à vue.. J’étais le grain de sable qui contrariait un plan dont j’ignorais évidemment tout. C’était un vendredi. Voyant qu’ils ne réussiraient pas à me faire changer d’avis, mes « hôtes », dans leur affolement, avant de me « libérer », décidèrent devant moi qu’une réunion de crise serait tenue dès le lundi matin dans le bureau du directeur des Amériques.

Les Villepin


Novembre 2003. Le dossier faisant mousser Pétré-Grenouilleau, présenté comme un nouveau Thucydide, venait de paraître dans la revue L’Histoire appartenant à Pinault, l’homme du bois exotique. Si l’on n’avait pas osé y présenter les esclaves comme de vrais salauds, on n’en était pas loin. C’étaient au moins des imbéciles. N’étant pas assez malins pour vendre leurs congénères, comme l’avaient toujours fait les Africains, ils s’étaient fait prendre. Les négriers et les planteurs étaient, eux, très fréquentables. Et pas si riches que ça. Il fallait relativiser. Ce n’était sûrement pas l’argent de la traite qui avait financé le capitalisme. ... L’idée était que si les négros osaient un jour se présenter comme descendants d’esclaves, ils étaient attendus de pied ferme.


Je m’étais rendu au salon du livre de Brive pour y signer L’Expédition, mon second roman (et troisième ouvrage) qui racontait, du point de vue de Pauline Bonaparte, ce qui s’était passé en Haïti en 1802-1803. Comme il est épuisé.. je m’attendais à avoir un peu de presse. Il n’en fut rien, mis à part une émission sur RTL... On jugea le sujet fort scabreux puisqu’il mettait en cause Napoléon. Le politicien en vogue, Villepin, ministre des Affaires étrangères fort content de lui, et se piquant d’écrire, était un fanatique de ce tyran. Quel journaliste aurait à l’époque osé déplaire à Villepin ? C’est pendant que je signais mes livres, attendant un peu tristement le chaland, que je reçus l’appel de l’ambassadeur Selz, le Monsieur Afrique de la commission Debray, m’annonçant que le guérilléro bavard voulait me voir de la part de la vieille dame de la rue Las Cases qui avait, paraît-il, insisté.


(Grand prix du salon de Brive).
Une admiratrice s’approcha. Une jeune femme blonde, la quarantaine. Prenant en mains un exemplaire de mon livre, elle engagea la conversation. Mon ouvrage avait vraiment l’air très intéressant. Elle aimait beaucoup les Antilles en général et Haïti en particulier. Elle avait assisté à la représentation de Monsieur Toussaint, la pièce d’Edouard Glissant, mise en scène par Greg Germain à Pontarlier, près du fort de Joux. Elle finit par me dire qu’elle était amie de Glissant et même qu’elle irait avec son mari passer Noël chez lui, à la Martinique. La conversation s’engagea sur Haïti... Elle aimerait que je lui dédicace mon livre, c’était pour son mari. Je lui demandai un nom pour y associer une formule amicale. Elle me répondit avec un petit sourire et en baissant un peu la voix : « Dominique de Villepin ». C’était Marie-Laure Leguay, épouse de Villepin, béké de la Martinique, qui était ainsi venue au contact. On se doute que ce n’était pas un hasard, puisque je venais de recevoir sur mon portable l’appel de l’ambassadeur Selz m’invitant à rencontrer Régis Debray. Je fis ma dédicace à Dominique de Villepin « en espérant que cette lecture vous incite à célébrer dignement le bicentenaire d’Haïti. » La dame me demanda mes coordonnées que je lui laissai. Comment pouvais-je me douter que son mari allait préparer un coup d’Etat contre Haïti pendant les vacances de Noël dans la villa martiniquaise d’Edouard Glissant et qu’elle en était certainement informée ?


Burkard et Debray, les contre-révolutionnaires
JPEG - 14.4 ko
L’ambassadeur Thierry Burkard

Le nouvel ambassadeur de France, Thierry Burkard, avait été nommé pendant l’été 2003, avec pour mission de favoriser un coup d’Etat contre le président Aristide. Son prédécesseur, avant de quitter ses fonctions, avait d’ailleurs annoncé une « tempête ». Ne me doutant de rien, j’avais adressé à Burkard L’Expédition, dans l’espoir qu’il comprenne un peu mieux la situation. Il me proposa de prendre un café à Paris la veille de son départ, ce que j’acceptai. Il était visiblement prévenu contre Haïti, mais fit quelques efforts pour n’en rien laisser paraître..

Il me demanda s’il était vrai que le président Aristide organisait des « messes noires » dans son palais. On peut juger par là à quel point cet ambassadeur était diplomate. Je lui fis répéter la question et lui répondis que si c’était au vaudou qu’il faisait allusion, c’était à ma connaissance une religion, au même titre que n’importe quelle autre. Quant à des « messes noires » en Haïti, je n’avais jamais entendu parler de cela et je m’étonnais même qu’il me pose à moi cette question. Visiblement, du fait de sa mission, que je ne pouvais alors deviner, il avait très peur d’être « fétiché » par Aristide. Il était par ailleurs très agacé qu’on lui ait mis un Debray dans les jambes.


Debray me reçut chez lui, rue de l’Odéon, au milieu du mois de novembre. Un vieil appartement bourgeois, crasseux, à l’image de son occupant. Il s’efforça d’être affable et de dissimuler un sourire d’extrême suffisance sous sa grosse moustache qui ne le rendait pas, c’est le moins qu’on puisse dire, aussi sympathique que Georges Brassens, son modèle de jeunesse (..)
.


Les Haitiens sacrifiés pour se réconcilier avec Washington



Dominique de Villepin croyait avoir le plus grand intérêt, en cette fin d’année 2003, à déstabiliser Haïti et à renverser Aristide. D’abord il souhaitait se réconcilier avec les Etats-uniens avec lesquels il avait engagé, depuis le printemps, une partie de bras de fer. Les relations s’étaient dégradées à cause de l’Irak (Villepin s’étant opposé à l’invasion) et de l’affaire Executive life.


Pour la justice californienne, le Crédit lyonnais, dont l’actionnaire était l’État français, avait pris illégalement le contrôle de la compagnie d’assurance Executive life. Aux yeux des Etats-uniens, la France s’était comportée dans cette affaire comme un Etat voyou et des poursuites judiciaires pénales étaient engagées. Paris risquait d’écoper d’une amende faramineuse... C’était François Pinault, l’ami milliardaire de Chirac et de Villepin qui avait racheté la compagnie d’assurance au Lyonnais, via sa société Artémis. En la revendant ensuite, il avait gagné un bon milliard de dollars. De ce fait, Pinault était également l’objet de poursuites. Un jury populaire devait le condamner à 700 millions d’euros d’amende (on se doute que, depuis, tout s’est arrangé).


Pour Villepin, il importait donc de calmer le jeu avec les Etats-uniens. Or les Etats-uniens souhaitaient renverser Aristide. Rien de mieux qu’une bonne réconciliation sur le dos d’Haïti. D’autant que la France réactionnaire avait deux autres raisons de participer au coup d’État. En France, les citoyens d’origine africaine et antillaise étaient, et sont encore, implicitement traités comme des inférieurs (notamment par une absence complète de visibilité à la télévision et dans la vie politique). On redoutait les effets d’un bicentenaire d’Haïti auquel se seraient associé les pays africains en théorie indépendants mais contrôlés par la Françafrique et qui aurait glorifié des esclaves révoltés à la peau noire.

Port au Prince ne devait pour rien au monde devenir l’axe de la renaissance africaine.

Paris redoutait surtout l’ouverture du dossier de la dette de la France à l’égard d’Haïti (pour la rançon imposée par la force en 1825) que le président Aristide estimait à 21 milliards de dollars. En outre, parallèlement à la restitution de la somme versée à la France, Aristide évoquait les réparations qu’Haïti pourrait exiger pour 150 années d’esclavage. Même si le gouvernement Raffarin s’efforçait d’enterrer la loi Taubira en ne prenant pas le décret qui permettait de l’appliquer, l’esclavage était désormais un crime imprescriptible contre l’humanité.

Une réparation demandée par un Etat souverain victime de ce crime pouvait prospérer devant un tribunal international. En cas de condamnation, d’autres Etats, en Afrique, pouvaient exercer des poursuites et réclamer des réparations. On pouvait même imaginer que des descendants d’esclaves français en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à La Réunion demandent eux aussi des réparations. Après tout, au moment de l’abolition de l’esclavage en 1848, des réparations avaient bien été payées par l’État aux colons (entre 400 et 500 francs or, soit environ 4000 euros par esclave perdu) tandis que les esclaves ne recevaient, eux, aucune indemnité, la liberté « accordée » (mais qui appartient évidemment de manière inaliénable à chaque être humain) étant spécieusement considérée comme un bienfait qui dispensait l’État d’avoir à payer quoi que ce soit. Bref, le cauchemar, c’était que recommence d’une autre manière ce à quoi les ex-pays esclavagistes avaient échappé à Durban en septembre 2001.


Le dossier de la dette avait été confié par le gouvernement de Port-au-Prince au ministre chargé des Haïtiens résidant à l’extérieur, Leslie Voltaire. Il réunit une commission internationale d’experts. J’acceptai très volontiers d’y participer. Ma position était très simple. La France avait manifestement une dette à l’égard d’Haïti au regard de l’indemnité de 1825. Trois questions se posaient cependant. D’abord celle du montant de cette dette. Le chiffre retenu par le gouvernement haïtien méritait d’être examiné. Ensuite la légalité de la demande : était-elle recevable en justice ? Ne valait-il pas mieux un accord amiable ? Enfin la manière dont la France pouvait rembourser cette dette, si elle la reconnaissait. De mon point de vue, il y avait plusieurs solutions. (..)  Les routes, les télécommunications, l’adduction d’eau, la collecte des ordures ménagères, la construction d’immeubles, l’infrastructure touristique : tout cela, mon pays savait le faire. Nous pouvions aider Haïti tout en y trouvant notre compte.


La mission de Régis Debray, secrètement appuyé par la sœur de Dominique de Villepin, allait absolument à l’inverse de mes vues équitables : intervenir à Port au Prince, à Paris et en Afrique pour saboter le bicentenaire de l’indépendance et tirer un trait sur Aristide. Peu importait que ce coup d’Etat fasse des milliers, voire des dizaines de milliers de morts.

Je pris contact avec l’ambassadeur Burkard, qui avait pris son poste depuis quelques semaines. L’antichambre de l’ambassade jouxtait le bureau du service de presse d’Eric Bosc, un diplomate qui se comportait en véritable agent du putsch qui se préparait. Son bureau était éclairé par une large baie vitrée donnant sur le couloir. Il l’avait entièrement tapissée d’articles hostiles au président Aristide et même de caricatures ouvertement racistes placées bien en évidence, de sorte que toutes les personnes qui rendaient visite à l’ambassadeur ne pouvaient manquer de les voir (..)

Burkard s’était acoquiné avec les plus opulentes familles à la peau claire de Pétionville qui vivaient dans un luxe dont on ne peut avoir idée et qui, presque toutes, étaient les plus actifs soutiens des putschistes... On donnait des fêtes splendides, protégées par des milices privées armées de M16. Ceux qu’on appelait les « mulâtres » se seraient sentis déshonorés d’avoir moins de douze domestiques. Chaque enfant avait son chauffeur et sa nounou. Mais ce qui était le plus surprenant, c’étaient les feux de cheminée, le soir, dans les villas hollywoodiennes perchées sur de fraîches collines, quand on sait qu’il n’y a pas une brindille de bois en Haïti. Pendant ce temps, ceux que la presse occidentale appelait les « chimères », une manière étrange de désigner les pauvres ayant voté pour Aristide, attendaient, dans les bidonvilles, la mise en place des réformes décidées par leur président qui tentait d’imposer aux riches « mulâtres » un salaire minimum et le paiement normal de l’impôt. Je dois préciser que, malgré le dénuement, il n’y avait aucune famine à l’époque en Haïti.


Je me rendis au manoir des Lauriers. L’ambassadeur éprouvait une jouissance non dissimulée, surtout en ma présence, à se faire servir par François-Joseph, un vieux domestique nègre auquel il imposait les gants blancs. On se serait cru dans un roman bien raciste de Margaret Mitchell. L’ambassadeur était très énervé par l’arrivée prochaine de Debray et de sa commission. Il demanda mon avis sur la manière de traiter le dossier franco-haïtien. Je lui dis qu’il me paraissait souhaitable que le président français rencontre son homologue de Port-au-Prince. Burkard répondit avec une moue de mépris que le président de la République française ne se « commettait pas avec n’importe qui ». Cette phrase était incroyable dans la bouche d’un diplomate qui aurait dû, au moins, affecter un semblant de neutralité. (..)


L’ambassadeur, suite à notre entretien, s’empressa de rédiger une dépêche pour expliquer à sa hiérarchie, c’est-à-dire à Villepin, que j’étais « à la solde » du président Aristide. On traitait ce dernier de dictateur. S’il l’avait été, sans doute aurait-il fait un mauvais parti à Frédéric et jeté les Burkard, Bosc et consorts dans le premier avion en partance pour la France.

La Commission Debray à Haïti


Véronique Albanel (née de Villepin) venait de faire son apparition dans cette commission (..)


Les employés de l’hôtel connaissaient mes positions. Comme ce n’étaient pour les membres de la commission Debray que des êtres stupides, de simples choses qui apportaient à boire, les putschistes ne se gênaient pas pour parler devant eux. Ils avaient tort. Plusieurs fois, les barmen vinrent m’avertir que j’étais l’objet favori des conversations de la commission, que ses membres ne cherchaient qu’à me nuire et que j’avais intérêt à être extrêmement prudent, car ils étaient, selon eux, capables du pire.

J’eus l’occasion de croiser Debray à l’aéroport et de constater qu’il s’était mis dans une tenue qu’il croyait de circonstance : pataugas et battle dress. À le voir ainsi attifé, il ne faisait aucun doute qu’il préparait un coup d’État et ne s’en cachait même plus... J’adressai, par principe, un mail d’indignation à Valérie Terranova, la conseillère de Chirac, (..) Cette pauvre fille, aujourd’hui employée à la fondation Chirac (machine de guerre supplétive pour porter Villepin à la Présidence), me répondit d’une manière qui ne laissait aucun doute sur son implication et transmit naturellement copie de mon mail à Debray.


Pour comprendre qui elle était et ce qu’elle faisait à l’Élysée, il suffit de dire que lorsque je lui parlai de l’utilité pour la France d’élever une statue à la mémoire du général Dumas, elle me dit qu’il lui suffisait d’en parler à Bongo et qu’il paierait cash. Bongo devait payer beaucoup de choses. C’est comme cela que fonctionnait la France de Chirac et de Villepin : Bongo payait cash.


Le lendemain, le guérilléro bavard apparut à l’hôtel où se trouvaient les quartiers de ses troupes, flanqué de quatre gendarmes, qui ne le quittaient pas d’une semelle. Le roquet, prévenu par la Terranova que j’y voyais clair dans son jeu, se mit à aboyer dans le couloir avec une férocité inouïe. Je lui jetai avec mépris qu’on n’était pas en Afrique, encore moins en Bolivie... Pour bien comprendre l’ambiance de cette fin d’année 2003 à Port-au-Prince, il faut savoir que le président Aristide laissait les nombreuses radios privées et les journaux se déchaîner contre lui. Les membres de la commission Debray ne se gênaient pas pour aller épancher leur négrophobie maladive au micro de ces stations financées par la classe dirigeante haïtienne, claire de peau et raciste au dernier degré. La presse jouissait d’une liberté dont n’a même pas idée dans les prétendues démocraties occidentales.


L’ambassadeur Burkard devait rencontrer le ministre Voltaire et son homologue des Affaires étrangères, qui me convièrent à cette réunion. Étant citoyen français, j’informai l’ambassadeur de ma présence en qualité d’expert pour la question de la restitution...


La rencontre est une scène qui mérite d’être contée. Elle se passait dans le bureau du ministre des Affaires étrangères d’Haïti.
.


(..) Cette scène doit paraître romancée. Elle s’est pourtant déroulée telle que je la raconte... C’était pour moi une bien cruelle humiliation que de voir des compatriotes se comporter ainsi dans une petite démocratie qui ne demandait qu’à entretenir des relations normales avec l’ancien pays colonisateur et esclavagiste. Il était bien déchirant de se sentir encore Français dans ces circonstances.. Je ne souhaite à personne d’avoir honte de son pays comme j’ai eu honte du mien, dans ce bureau que les ventilateurs n’arrivaient pas à rafraîchir, à 8 000 kilomètres de Paris.


Imagine-t-on une commission nommée par le ministre des Affaires étrangères de la République d’Haïti se rendant à Paris pour une réunion dans le bureau du ministre des Affaires étrangères français, avec deux gardes armés qui se posteraient devant la porte du bureau de Bernard Kouchner, la main sur le revolver ? Si la commission Debray était capable de se comporter ainsi en public, peut on imaginer ce qui pouvait se passer à l’abri des regards gênants ? Je m’efforçai de prendre de la distance et de rechercher ce qu’il pouvait y avoir de cocasse dans ces circonstances. D’un côté de la table, Ribbe, normalien « noir » comme dirait Finkielkraut, agrégé de philosophie, de l’autre côté de la table, Burkard, normalien « blanc », agrégé des Lettres, et Debray, normalien « blanc » également agrégé de philosophie. Les deux normaliens « blancs » avaient des fonctions officielles. Le normalien « noir », lui, défendait une petite démocratie et, au fond, l’honneur de la France. Car la France, heureusement, celle de la Déclaration des droits de l’homme, n’était pas du côté de la commission Debray, ce jour là.


(..) Véronique de Villepin, qui se cachait sous son nom d’épouse, Albanel, était à côté de Debray, avec l’air pincé d’une femme de colon qui serait obligée d’accompagner son mari au marché aux esclaves et de supporter les mauvaises odeurs. L’ambassadeur se tenait coi, avec l’air aussi franc que celui d’un âne qui recule. Marcel Dorigny, le bon communiste ami des noirs, faisait partie de la bande. Il baissait les yeux quand son regard croisait le mien.

Sans répondre aux sottises du guérilléro bavard, j’interpellai la sœur du ministre :


- Vous êtes bien Véronique Galouzeau de Villepin ? 
(..) Debray prit la parole d’une voix qui se voulait menaçante :

— Je suis ici au nom du président de la République française, éructa-t-il sous sa moustache. Je commence par vous avertir d’une chose. Que ce soit bien clair : même si ce président était mon ami Alain Krivine, vous n’auriez pas un sou de la France, vous entendez ? Pas un sou ! Jamais ! Jamais !

Ce qui était étrange, c’était que la question de la restitution de la somme extorquée aux Haïtiens par la France en 1825 avait été explicitement exclue de la mission de Régis Debray. Le Quai d’Orsay l’avait bien précisé dans un communiqué. On pouvait donc tout imaginer de la réalité de cette mission. Debray venait de prouver, en tout cas, deux choses :
1) Il avait l’aval de Chirac.
2) C’était vrai qu’il parlait trop.

Les Haïtiens ne l’appelaient plus que « Le Konzé ». Konzé, c’était le patronyme honni du compagnon du résistant Charlemagne Péralte qui, pendant l’occupation états-unienne, avait vendu son ami aux Yankees. Péralte avait été sommairement exécuté et cloué sur une porte pour servir d’exemple. Tous les Konzé d’Haïti avaient, depuis, changé de nom.


L’ultimatum de Debray à Aristide


Le coup d’État initial avait été prévu avant que les cérémonies du Bicentenaire n’aient lieu, c’est à dire avant le 1er janvier 2004. Pour la France, qui redoutait par dessus tout ce bicentenaire, c’était la meilleure solution. Régis Debray voyait un par un les responsables des pays africains contrôlés par la France, probablement pour les menacer s’ils participaient au bicentenaire d’Haïti. Lorsqu’il m’avait reçu chez lui à Paris, il ne s’en était pas caché. Il s’était même étonné de la position inflexible de la ministre des Affaires étrangères d’Afrique du Sud, favorable aux Haïtiens.


(..)  Mon ami faisait un simple aller-retour et devait repartir de Port-au-Prince le 15 décembre. Le chef d’escale l’informa, très sûr de lui, qu’il n’y aurait pas de vols ce jour-là. Je lui demandai de répéter. Il me répéta en souriant, et d’un air entendu : « Non, le 15 décembre, il n’y aura pas de vols à Port-au-Prince ! Aucun vol ! »


Effectivement, le 15 décembre fut assez mouvementé. Andy Apaid, chef de l’« opposition » au président Aristide, organisa des manifestations sporadiques où de pauvres hères, pour quelques malheureux dollars, brûlaient trois pneus de voiture, à la plus grande satisfaction des journalistes français qu’Eric Bosc, de l’ambassade de France, appelait pour aller photographier le « chaos » qui s’instaurait, jour après jour, dans ce pays maudit gouverné par un « assassin », un « trafiquant de drogue » un « psychopathe pervers ». Telles étaient les épithètes dont la presse française gratifiait le premier président démocratiquement élu d’Haïti.

Un journaliste se lâcha même au point d’écrire dans Le Figaro : « L’échec d’Haïti démontre l’inaptitude des peuples noirs à se gouverner eux-mêmes. » Personne ne releva. Je reçus une volé

e de mails d’un écrivain haïtien vivant à Paris et qui m’avait oublié, par mégarde, dans son listing. Ce nouveau Camille Desmoulins exhortait les intellectuels haïtiens à descendre dans la rue le jour même pour renverser le « tyran sanguinaire ».



JPEG - 10 ko
L’ex dictateur Jean-Claude Duvallier, que ERégis Debray voulait réinstaller au pouvoir en Haïti.

En même temps, Jean-Claude Duvalier, dans un luxueux hôtel parisien, donnait une interview à la presse états-unienne pour faire savoir qu’Aristide était le pire dictateur qu’Haïti ait jamais connu. Oui, je n’invente rien, c’était le chef des tontons macoutes qui disait cela. La journaliste états-unienne, un peu gênée, évoqua (très discrètement) le passé. Là, Bébé Doc répondit superbement : « Je ne dis pas que je n’ai pas commis quelques erreurs… » Si Duvalier montait ainsi au créneau, c’était bien entendu qu’il y avait été autorisé par ses hôtes, c’est-à-dire par M. de Villepin dont je serais bien étonné qu’il n’ait jamais rencontré l’ex-chef des « volontaires de la sécurité nationale » qui se réclamait désormais de l’opposition et lançait cet étrange appel depuis Paris. Certains esprits malades soutenaient, au Quai d’Orsay, que le retour de Duvalier était la meilleure solution. naturellement, ils disaient cela spontanément, sans que Duvalier les y ait « incités » d’une manière ou d’une autre...


Au même moment, le 15 décembre 2003 à 15 heures locales, Régis Debray se présenta au palais national de Port-au-Prince avec Véronique de Villepin-Albanel. Ils insistèrent pour être reçus et firent savoir qu’ils avaient un message urgent pour le président, de la part du gouvernement français (..) ils voulaient lui parler sans témoins. Il céda. Là, on changea de ton.


On était très loin de ce « moment fraternité » sur lequel le bon apôtre Debray est aujourd’hui intarissable lors des conférences qu’il donne chez les francs-maçons pour mieux vendre ses livres. Là, le style était plus direct. La dame patronnesse de Sciences po se fit un plaisir de régurgiter les menaces de son frère. L’ex guérilléro, l’œil injecté de sang, en rajouta. Dehors le nègre ! La démission ou la vie ! C’est le maître blanc qui te le dit : Dégage, et plus vite que ça ! Ôte toi de là qu’on s’y mette ! Tel était à peu près le message de Paris. Le message de Dominique de Villepin, l’homme qui nous expliquait naguère que la France est une coquine dont le fantasme serait que des vauriens de son genre la prennent de force, à la hussarde. Joli programme !


Les émissaires dirent en substance au président Aristide, au nom de la France, que s’il ne démissionnait pas immédiatement, « on » allait l’assassiner. Ils ne pouvaient pas avoir une information pareille sans connaître les assassins. « Avez-vous donc une vocation de martyr ? » hurlait la pieuse épouse du général Albanel. Si Régis Debray a admis s’être rendu au Palais national ce jour là et avoir rencontré le président, il a toujours nié avoir été accompagné de Véronique de Villepin. Mais Debray n’est plus à un mensonge près. Ce mensonge-là, particulièrement grossier, ne fait que révéler que le guérilléro bavard souhaitait protéger Véronique de Villepin. On peut se demander pourquoi. Malheureusement pour Debray, il y a des témoins. Les employés du Palais national qui les virent arriver tous deux, le docteur Narcisse qui m’a raconté la scène, le président Aristide lui-même qui me l’a confirmée dans une interview filmée en janvier 2005 [7]. Mais il y a mieux. L’ambassadeur de France, Thierry Burkard, pour se couvrir, rédigea un télégramme diplomatique faisant état de cette visite et des menaces proférées par Véronique de Villepin et Debray. Il le fit même assez largement circuler pour qu’un journaliste du Monde, M. Paolo Paranagua, y fasse clairement allusion dans un article qui fit trembler Villepin.


Au printemps de 2004, après le coup d’Etat, alors que le chef d’escale d’Air France trop bavard rentrait chez lui, à Port-au-Prince, deux hommes à moto s’approchèrent et lui logèrent une balle en pleine tête. Personne ne s’est jamais étonné de cet assassinat, aussitôt mis sur le compte de l’« insécurité » ambiante


Le bicentenaire d’Haïti et le coup d’Etat

JPEG - 16.2 ko
Logo du bicentenaire d’Haïti.


La France et les USA n’avaient pas ménagé leurs efforts pour que le bicentenaire de la création de l’Etat d’Haïti ne soit pas commémoré, le 1er janvier 2004. Il fallait à tout prix séparer Haïti des Africains, de peur que la petite république caraïbe ne devienne un jour l’axe de la renaissance africaine. Régis Debray, Dominique de Villepin et Édouard Glissant, profitant de son grand âge, étaient allés faire pression sur Aimé Césaire pour qu’il refuse d’assister à la cérémonie, et qu’il donne, de ce fait, sa bénédiction au coup d’État qui était programmé. On lui avait dit qu’Aristide était un dictateur et il le crut.

L’Afrique du Sud ne se laissa pas influencer par ces mensonges. Un porte-hélicoptères apparut dans la baie de Port-au-Prince une dizaine de jours avant les célébrations. Ce n’est pas sans émotion que j’ai vu arriver les gros hélicoptères envoyés par Thabo Mbeki et qui ronronnaient au-dessus de la ville comme pour montrer que l’Afrique était venue au secours des descendants de ceux qui avaient été arrachés à leur terre par de monstrueux prédateurs. C’était un jour de deuil pour Régis Debray et ses amis. Les Sud-Africains avaient expédié une équipe pour organiser l’intendance de la cérémonie. Ce sont eux qui établirent les laisser-passer et organisèrent le système de captation du spectacle qui fut monté à la hâte. J’écrivis un petit texte de théâtre pour être joué ce soir là.


Le 1er janvier 2004, les cérémonies commencèrent le matin, en présence de Thabo Mbeki, du premier ministre de la Jamaïque, de Maxine Waters, députée de Californie représentant le Black Caucus, de Danny Glover, de Randall Robinson, et surtout de plus de cent mille Haïtiens qui agitaient des drapeaux en chantant l’hymne national... Une courte cérémonie devait avoir lieu aux Gonaïves. Quant on sait que l’organisateur en était Gabriel Frédéric, celui-là même qui avait remis à l’ambassadeur Burkard, le 9 novembre, copie du dossier juridique sur la restitution de la dette de la France, on se doute qu’elle fut sabotée et avec l’aide de qui (..)  Le texte que j’avais écrit, Le rêve de Mandela, fut joué par Danny Glover et Jean-Michel Martial. J’étais à peu près le seul Français parmi les invités d’honneur en ce jour historique où l’ambassadeur Burkard grimaçait plus encore que de coutume. Christiane Taubira était très attendue, mais elle ne vint pas. Elle expliquera sans doute un jour pourquoi. Aucun de ceux qui, en France, ont fait depuis de l’esclavage leurs fonds de commerce n’étaient là. Aucun journaliste de la presse occidentale ne rendit compte de l’événement qui, officiellement, n’a jamais existé ; pas plus que la bataille de Vertières qui entraîna la capitulation française , le 18 novembre 1803.


Je quittai Port-au-Prince quelques jours après la cérémonie, non sans être allé saluer le président. Il pensait que ces événements seraient niés un jour et qu’il faudrait témoigner de ce qui s’était réellement passé.

Après mon départ, Burkard, Villepin frère et soeur, Debray et tous les autres continuèrent leur travail de sape, en liaison constante avec les Etats-uniens. De prétendus rebelles, commandés par un assassin notoire, entrèrent dans le pays pour faire diversion dans le nord. Une délégation fut envoyée à Paris par le président pour rencontrer Villepin et demander l’aide de la France contre ces mercenaires afin de sauver la démocratie haïtienne. Elle était composée du ministre des Affaires étrangères, de la ministre de la Culture et du directeur de cabinet du président Aristide. J’eus l’occasion de les voir tous trois avant leur rencontre avec Villepin, qui eut lieu dans l’après-midi du vendredi 27 février 2004. Villepin les reçut entre deux portes et leur fit comprendre que le sort du président Aristide était scellé. Il avoua en avoir eu confirmation de son homologue Colin Powell en personne. « Il vaudrait mieux qu’il démissionne. C’est toujours mieux que d’être obligé de monter dans un hélicoptère, la nuit, au fond d’un jardin. » Villepin était donc parfaitement informé, au moins dès le 27 février, de l’enlèvement, en fait activement préparé par la France et les USA depuis plusieurs mois. Trois témoins peuvent l’attester.


Dans la nuit du 28 au 29 février 2004, après une dernière réunion entre l’ambassadeur des USA, Foley, et son homologue français, Burkard, des troupes US (et probablement françaises aussi) pénétrèrent secrètement en Haïti. Au milieu de la nuit, Luis Moreno, chef de la CIA à Port-au-Prince, se présenta au domicile privé du président avec une vingtaine d’hommes des forces spéciales [8]. Plusieurs dizaines de soldats, équipés d’armes à visée laser et de systèmes de vision de nuit, investirent la propriété. Les Etats-uniens obligèrent le président Aristide et sa femme à monter dans une voiture qui se dirigea vers l’aéroport. Ils n’avaient pas le choix, leurs deux filles se trouvant chez leurs grands-parents, aux USA, et servant d’otages. Un grand avion blanc attendait sur le tarmac. Il ne portait aucune marque d’immatriculation, sauf un drapeau US peint sur la queue. Moreno obligea le couple à monter. L’avion décolla immédiatement pour se poser à Antigua. Aristide restait très digne. Sa femme pleurait en silence. Ils n’avaient pas de vêtements pour se changer et se doutaient que leur maison était déjà livrée au pillage. Peut-être allaient-ils mourir sans revoir leurs enfants. L’avion resta cinq heures stationné à Antigua. On refusa aux passagers de dire où ils se trouvaient ni ce qu’on allait faire d’eux. L’avion redécolla et traversa l’Atlantique.


Dominique de Villepin avait négocié avec Bongo pour que ce dernier serve d’intermédiaire auprès de François Bozizé, lequel venait de faire, avec l’aide de la France, un coup d’Etat en Centrafrique. Les Etats-uniens avaient reçu l’assurance qu’Aristide serait mis en détention dans une « prison militaire française ». Cette prison militaire française était en fait le palais du « président » Bozizé, effectivement contrôlé par un important détachement français. L’« ami » qui m’avait fait rencontrer Mme Rossillon était aussi (le monde étant petit) un ami de Bozizé. Apprenant par la presse l’arrivée d’Aristide en Centrafrique, je suppliai cet « ami » de me mettre en contact avec le dictateur de Bangui. Je n’obtins qu’un numéro de télécopie qui me permit de faxer une lettre pour que Bozizé m’autorise à joindre Aristide.


Après plusieurs jours d’efforts, je parvins à parler au lieutenant François, qui était le geôlier du président et finis par le convaincre de m’autoriser à lui parler. Aristide ne me dit que ces mots : « C’est le Fort de Joux numéro 2 ! » C’était assez clair, puisque le Fort de Joux était le lieu où les Français, après l’avoir enlevé, avaient mis en détention et exécuté Toussaint Louverture (officiellement mort de froid et de tristesse). Cette formule était un appel au secours. Je lui demandai s’il pouvait parler aux journalistes. Cela lui était impossible. Je donnai au président un rendez-vous téléphonique à 17 heures.

Je me trouvais cette fois dans les studios de la radio RTL, dont il convient de saluer l’indépendance, et cette conversation fut enregistrée. Le président Aristide déclarait avoir été enlevé avec la complicité de Dominique de Villepin, de sa sœur, Véronique de Villepin-Albanel, de Régis Debray et de l’ambassadeur Thierry Burlkard (NB Eva. Aristide était un théologien de la Libération, dont je suis sympathisante, le Pape les appelait avec mépris "les Christo-marxistes". Je suivais donc l'Affaire. Je me souviens qu'à l'époque, j'ai retenu ce que les Médias disaient: "L'Ambassadeur de France a protégé Aristide, il l'a sauvé". Sans commentaires !). La conversation que j’avais eue avec le président Aristide fut diffusée le lendemain matin, sans aucune censure, au journal de sept heures. Le soir, je récidivais, mais sur TF1 cette fois, grâce à l’amicale complicité de Patrick Poivre d’Arvor, que je dois lui aussi remercier pour son courage, puisqu’il réussit, non sans mal, on peut l’imaginer, à imposer le sujet au journal de 20 heures.


Une troisième rencontre fut organisée par mon entremise, chez Marc-Olivier Fogiel cette fois. Fogiel avait tenu à faire lui-même l’interview. Elle serait diffusée sur le plateau de France 3 en ma présence. Je fis confirmer ces dispositions par écrit. J’établis le contact et Fogiel fit son interview. Ses collaborateurs avaient préparé des questions du genre : « M. Aristide, vous êtes un dictateur, un trafiquant de drogue et un assassin, et vous avez pris la fuite pour échapper à la fureur du peuple que vous avez trahi, n’est-ce pas ? » Aristide répondit à Fogiel d’une manière si convaincante et avec un tel calme qu’il devenait évident qu’il avait été calomnié et enlevé. L’interview du président Aristide et ma présence étaient annoncées dans toute la presse pour l’émission en direct du dimanche soir. On avait prévu un taxi pour que je m’y rende. Une heure avant le rendez-vous fixé, le journaliste qui avait monté le sujet m’appela pour me dire que la diffusion et l’entretien exclusif avec le président, de même que ma présence sur le plateau, étaient « déprogrammés ». C’était un stagiaire qui avait encore des illusions. Il était écoeuré par ce qu’il appelait lui-même une censure, ayant travaillé tout le week-end. Je ne reçus jamais d’explication de Fogiel, mais j’imagine que Villepin s’était opposé à cette diffusion en intervenant directement auprès de Marc Tessier, à l’époque président de France Télévisions.


Néanmoins, en partie grâce aux interviews diffusées sur RTL et TF1, et qui firent beaucoup de bruit, Bozizé fut obligé de laisser Aristide repartir lorsqu’un avion affrété par les amis démocrates du président (et où se trouvaient notamment Maxine Waters et Randall Robinson) se rendit, quelques jours plus tard, à Bangui. Au grand dam des Etats-uniens et des Français, Aristide put repartir en Jamaïque et y retrouver ses deux filles. Je devais apprendre plus tard qu’il avait été prévu que le président, comme je le pressentais, et comme il le pressentait sûrement lui-même, trouve la mort dans sa prison de Bangui. Il m’est impossible d’affirmer que Villepin était impliqué dans la préparation de cet assassinat, mais, dans la mesure où j’ai pu avoir la confirmation et la preuve irréfutable qu’il était bel et bien programmé, j’imagine qu’il n’était pas difficile au ministre des Affaires étrangères d’être au moins informé de ce qui allait se passer.


Plusieurs semaines plus tard, je reçus un appel téléphonique de Jamaïque. C’était Aristide. Il me dit qu’un « grand oiseau » viendrait le prendre le soir même et qu’il allait retourner dans le pays originel sous la protection de l’homme que j’avais rencontré pour le bicentenaire. Cela voulait dire que Thabo Mbeki lui envoyait un avion à destination de Prétoria [9]. A la faveur de ces évènements, Aristide et moi nous liâmes d’amitié. Depuis six ans, il vit à Prétoria, sous la protection des Etats africains et de la Caricom (c’est à dire de tous les états nègres de la planète, ceux qu’on ne désigne jamais comme faisant partie de la « communauté internationale ») avec, comme seul revenu, le salaire qui lui est versé pour les cours qu’il donne à l’université d’Afrique du sud. Je n’ai pu m’offrir qu’une fois le voyage pour aller le voir. J’en ai profité pour l’interviewer. Il ne s’est jamais écoulé un mois sans que nous nous téléphonions. Notre dernier entretien, c’était il y a trois jours. Aristide a tout enduré, ne s’est jamais plaint, n’a jamais plié.


Une fois le président Aristide renversé, Villepin et Bush, violant impunément la constitution du pays, mirent en place une nouvelle dictature sous l’égide d’un Etats-unien, Gérard Latortue, une crapule nommée par les anciens pays esclavagistes « Premier ministre de transition ». La première mesure de Latortue fut d’annuler la demande faite à la France de restitution des 21 milliards de dollars extorqués à partir de 1825. Deux ans plus tard, les partisans d’Aristide élisaient René Préval à la présidence, dans l’espoir qu’il permette à Aristide de rentrer dans son pays. Le jour de cette élection, j’étais dans le bureau du ministre français du Tourisme, Léon Bertrand. Il fut très étonné que je lui donne le nom nu président qui allait être élu, car ce n’était pas le candidat de la France. Aujourd’hui, Léon Bertrand, ami intime de Chirac est en prison pour corruption. Ainsi va le monde.

René Préval, depuis quatre ans, n’a pas pu, n’a pas voulu ou n’a pas osé faire rentrer son ex-ami. Les Haïtiens n’ont jamais cessé de manifester pour le retour de leur président, honteusement enlevé par les Etats-Unis et la France. Un jour peut être, qui n’est pas forcément éloigné, un nouvel « oiseau » venu d’Afrique reconduira dans son pays celui qui n’aurait jamais du le quitter. Dans cet avion, le président Aristide sera accompagné de quelques amis états-unien : Danny Glover, Randall Robinson, Maxine Waters. Il y aura sûrement un Français aussi dans cet avion. Il se pourrait bien que ce soit moi.


Régis Debray a écrit un livre sur la « fraternité ». Il s’apprête certainement à faire campagne pour l’élection de Villepin en 2012 avec l’espoir d’être nommé ministre de la Culture. Quand il marche dans la rue, il n’y a plus de gendarmes pour l’escorter. Je ne lui ai jamais administré la paire de gifles qu’il mériterait certainement de recevoir. Je préfère le laisser avec sa conscience et le souvenir des milliers de morts, des dizaines de milliers peut-être, qui suivirent le coup d’État donc il fut l’artisan. Sous le régime de Latortue, on enfermait les partisans d’Aristide dans des containers qu’on aller jeter ensuite dans la mer.

Véronique de Villepin-Albanel continue d’animer l’aumônerie de Sciences po. Elle ne s’est jamais exprimée sur ces événements, mais comme c’est, paraît-il, une bonne chrétienne, je suppose qu’elle me pardonnera d’avoir dit la vérité et qu’elle priera pour le salut de mon âme.

Villepin, devenu ministre de l’Intérieur, puis Premier ministre, envoya l’année même du bicentenaire, un corps expéditionnaire de 1 000 soldats français. On n’avait pas vu de soldats français en Haïti depuis la capitulation de 1803. Les soldats de Villepin firent sécher leurs slips, non pas sur la ligne Siegfried, mais sur les grilles du palais présidentiel.
Ils baptisèrent l’opération « Rochambeau », du nom du général qui se servit de chiens dressés pour dévorer les nègres et qui entreprit l’extermination de tous les Haïtiens de plus de douze ans, en les faisant gazer au soufre dans les cales des bateaux.

Le jour de leur départ, Paris Match publia l’interview d’une Haïtienne prétendant qu’elle avait assisté à une « messe noire » où le président Aristide avait « probablement » sacrifié un nouveau né en le coupant en morceaux. La seule accusation qui n’ait jamais été portée contre le président d’Haïti, c’est la pédophilie. Je m’étonne qu’ils n’y aient pas pensé. Burkard a pris sa retraite avec le traitement d’ambassadeur. Il est retourné chez lui, en Alsace, là d’où il était venu, jeune homme, certainement avec des rêves plein la tête. C’est le temps qui l’a puni. Il a l’air d’un vieillard. Il se pique à présent d’écrire. Des romans policiers régionalistes. Il est venu me voir au stand au salon du livre de Paris en 2009, un peu penaud, comme pour faire la paix. J’ai brandi le livre que je signais, Le nègre vous emmerde [
10]. Il a fait demi-tour.

Quant à Villepin, il m’a fait appeler par son secrétariat, en septembre 2005, alors qu’il était Premier ministre, pour me nommer membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) du fait de mon engagement pour les droits de l’homme. Comme j’étais notoirement l’ami de quelqu’un qu’il a accusé de violer ces mêmes droits de l’homme, cette nomination était bien étrange.

Pour exprimer ma gratitude, j’ai publié, deux mois plus tard, un livre sur Haïti : Le crime de Napoléon [
11]. Je n’ai pas été renommé à la CNCDH au moment de son renouvellement. Au fait, l’aéroport de Cayenne s’appelle Rochambeau. Je m’étonne que Christiane Taubira, députée de la Guyane, n’ait jamais demandé qu’on le débaptise.


Un livre de Randall Robinson, relatant dans le détail tous ces événements, est sous presse pour être publié le 18 février 2010 sous le titre Haïti, l’insupportable souffrance [12]. J’aurai eu l’honneur de le publier et de le préfacer. Telle sera ma modeste contribution à la reconstruction d’Haïti. Je n’ai écrit que la vérité. L’histoire jugera.


Claude Ribbe

Écrivain et philosophe.


Liens sur le site : http://www.voltairenet.org/article164005.html

Je vais publier tout cela sur mon blog du Nouvelobs, et je le dédierai à Patrick Lozès, qui défend les Noirs de France (CRAN, pendant Noir du CRIF). Ce n'est pas Crif-Craf, mais Crif-Cran... Eva









Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages