19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 02:12

Les signes annonciateurs d’une troisième guerre mondiale s’accumulent
Opinion d'Eberhard Hamer*

Les signes annonciateurs d’une
troisième guerre mondiale s’accumulent


Les USA traversent, non seulement en raison du rachat des dettes des banques par l’Etat, mais aussi de leur dette publique qui avait déjà énormément augmenté – leurs crédits à l’étranger leur coûtent 1 milliard de dollars par jour – leur pire crise financière depuis la Seconde Guerre mondiale. Si les flux financiers cessent ou s’ils se détournent du dollar, les USA sont en faillite.


Pourtant les USA ne font pas un effort d’économie suffisant pour réduire leur dette publique croissante. Ils n’augmentent pas les impôts pour accroître leurs recettes, ne tentent guère de rogner sur les budgets publics, surtout pas sur leur budget militaire, celui qui a le plus augmenté.


Il faut dire que les USA, en divers endroits du monde, ont engagé au total 200 000 soldats. C’est pourquoi personne n’a compris que le plus grand chef de guerre du monde ait reçu le Prix Nobel de la paix bien qu’il ait renforcé ses troupes. Peut-être était-ce une mesure préventive, car la guerre en Iran dépend avant tout de lui.


Les exemples de chefs politiques qui, confrontés à un échec économique, ont choisi la guerre comme dernier recours pour se maintenir au pouvoir abondent dans l’his­toire. C’est encore plus vrai lorsqu’un pays connaît des crises économiques successives et que la guerre semble le seul moyen d’en sortir. C’est ainsi que les USA ont surmonté leur plus grave crise économique du XXe siècle en entrant dans la Première Guerre mondiale, la crise économique mondiale en entrant dans la Seconde, et ils pourraient donc être tentés de résoudre la troisième crise écono­mique de la même manière. Les deux guerres mondiales ont en effet permis aux Etats-Unis non seulement de venir à bout de leurs deux plus gros endettements, mais aussi de devenir la première puissance économique mondiale. La tentation est donc forte d’essayer une troi­sième fois le même remède.


Dans ce contexte, toute une série
de préparatifs de guerre semblent alarmants:


1. Le Premier ministre israélien, un homme d’extrême-droite, est un va-t-en-guerre imprévisible. Il se plaint constamment d’avoir reçu de la part de l’Iran des menaces variées dont aucune n’a jusqu’ici résisté à l’examen. Mais il hausse de plus en plus le ton et au cours des derniers mois il a fait la tournée des principales capitales mondiales pour y chercher un soutien. Il paraît même que Madame Merkel lui a juré la fidélité des Nibelungen, comme l’avait fait avant les précédentes guerres mondiales Guillaume II aux Autrichiens ou les ­Anglais et les Français à la Pologne.


2. Israël a déjà positionné les sous-marins nucléaires qu’elle a achetés à l’Allemagne, armés de missiles à ogives nucléaires, en face de l’Iran et, non content d’avoir reconstruit et pointé sur l’Iran la base de lancement géorgienne que les Russes avaient détruite il y a un an et demi, y a fait envoyer un renfort de 90 spécialistes états-uniens.


3. De semaine en semaine la presse, sous l’influence d’Israël, hausse le ton à l’égard de l’Iran pour différents motifs – une cam­pagne de propagande analogue à celle qui a permis de faire accepter, voire soutenir la guerre en Irak dans le monde entier en répandant des affirmations mensongères.


4. Les préparatifs militaires ne chôment pas non plus. Certes les troupes états-­uniennes n’ont toujours pas réussi à «pacifier» les deux pays voisins, l’Irak et l’Afgha­nistan. Mais ils y entraînent à la guerre la plus grosse concentration de troupes au monde. En outre, ils ont regroupé au large de l’Iran la plus grosse flotte militaire qu’ils aient jamais réunie. Le comité du Nobel a donc fait un bon calcul en cette affaire: pas de guerre en Iran sans l’assentiment du Président des USA, surtout s’il s’agit d’un Prix Nobel de la paix. Toutefois la pression des banques, des multinationales, du lobby de l’armement, de l’armée et du lobby israélien pourrait contraindre les USA à entrer en guerre, si Israël menait une première frappe contre l’Iran et que les puissances précitées voulaient protéger leurs intérêts.


N’oublions pas que les USA ne sont pas seulement la nation la plus endettée du monde, mais aussi que l’effondrement de leur de­vise sig­nifie celui de leur empire. La soi-disant «unique puissance hégémonique mondiale» implose en ce moment exactement comme l’a fait l’URSS il y a vingt ans. Les Chinois ont déjà fait comprendre qu’ils ne reconnaissent plus son hégémonie. Le Président des Etats-Unis se trouve donc, si Israël frappe, face à un dilemme désespéré: doit-il continuer à s’enliser dans les sables mouvants de la crise financière, économique et sociale ou chercher le salut dans une guerre mondiale, qui a déjà permis deux fois aux Etats-Unis d’en sortir gagnants.


Le danger d’une nouvelle guerre mon­diale n’a jamais été aussi grand depuis la fin de la Seconde. C’est à juste titre que depuis un an les mises en garde aux USA se sont accrues, venant surtout de certains milieux intellectuels européens. Mais nous ne pourrons pas l’empêcher.


Une guerre en Iran ne resterait pas un événement limité, même si au départ il ne s’agissait que de missiles.


Aux côtés de l’Iran se rangeraient les Chinois, directement ou indirectement, et probablement les Russes, pour ne pas laisser les troupes états-uniennes s’approcher de leurs frontières et la puissance des USA devenir excessive.


Les membres de l’OTAN seraient contraints de se ranger aux côtés d’Israël et des USA, surtout s’ils avaient auparavant prêté le serment des Nibelungen. Il faut donc nous attendre à voir l’Europe participer, elle aussi, à la guerre.


Quelles seraient pour nous les conséquences
d’une troisième guerre mondiale en Iran?


1. Toute guerre avec l’Iran entraînerait la fermeture immédiate du détroit d’Ormuz et un dramatique renchérissement du pétrole, et ceci d’autant plus que la guerre se prolongerait. Du pétrole plus cher, c’est toujours des coûts plus élevés pour l’économie et les consommateurs. Nous devons donc nous attendre à des pénuries, des restrictions et des augmentations de prix pour les biens de consommation.


2. Toute guerre nécessite un surcroît d’armement. L’industrie mondiale de l’armement – et en particulier aux USA – se frottera les mains, elle sera utilisée à pleine capacité et pourra se développer. Il y aura des retombées dans les secteurs annexes, par exemple l’automobile, le textile, les chantiers navals, l’aéronautique et d’autres encore. La production augmentera, même si les prix en font autant.


3. Les grands gagnants seront les banques. On ne parlera plus de produits financiers to­xiques et de banquiers gangsters; les banques centrales devront financer la guerre par la création de monnaie. Les banques pourront de nouveau accorder des crédits. Dans un premier temps l’inflation maintiendra le dollar jusqu’à la fin de la guerre. C’est seulement après la guerre, comme d’habitude, que l’on procédera au grand nettoyage et qu’on expiera les péchés de la finance de guerre.


Les vassaux des USA doivent casquer pour les besoins financiers du maître, on l’a déjà vu avec les guerres d’Irak et d’Afghanistan. La guerre n’appauvrira donc pas seulement Israël et les USA, mais nous tous. Comme il n’y a pas d’argent pour financer une guerre, on devra recourir à l’inflation, comme lors des deux premières guerres mondiales; nous devons donc nous attendre à une inflation vertigineuse.


S’ils entrent en guerre avec l’Iran, les USA mobiliseront aussi l’OTAN («clause de ­défense collective»). Le gouvernement devra alors expliquer à nos soldats pourquoi ils ne doivent plus seulement s’ac­quitter de leur tâche en Afghanistan, mais aussi en Iran, et réunir une majorité au Bundestag pour voter son budget de guerre. Le SPD et les Verts (Fischer) ont déjà voté une entrée en guerre sous le prétexte fallacieux d’un «maintien de la paix». Une troisième guerre mondiale, malgré la pression états-unienne, rencontrera plus de réticence. Et dans la population le refus devrait être massif et peut-être mener à la démission du gouvernement trop docile.


Mais peut-être le gouvernement Merkel voit-il lui aussi dans une guerre une issue politique à sa situation bloquée par l’aide aux banques, le surendettement public, le collapsus financier qui menace les systèmes de protection sociale et les troubles sociaux que risquent d’engendrer de véritables redressements de cap.


La guerre est à nos portes. Les mois qui viennent nous diront si nous allons être entraînés dans une troisième guerre mondiale ou si nous y échapperons encore.
*
http://www.mittelstandsinstitut-niedersachsen.de/
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkylAFEFpZwxlakFKi.shtml




Les Etats-Unis menacent ouvertement le gouvernement et le peuple turc
Washington a menacé le gouvernement et le peuple turc en raison des positions des responsables turcs sur le dossier iranien.

Les responsables américains qui avaient déjà menacé la Chine, le Brésil, la Russie et un certain nombre de pays libres pour les mêmes raisons, les ont invités à s’aligner aveuglément sur les politiques américaines, en particulier sur le dossier nucléaire iranien.

Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan a estimé mardi que les intentions prêtées à l'Iran de mettre au point l'arme atomique n'étaient que "des rumeurs", et jugé que Téhéran avait le "droit le plus naturel" de mener à bien un programme nucléaire civil.

"Il ne s'agit que de rumeurs" quand on dit que "l'Iran fabrique des armes nucléaires", a déclaré M. Erdogan à la BBC, peu avant de s'entretenir à Londres avec le Premier ministre britannique Gordon Brown.

"Je pense que l'Iran a le droit le plus naturel d'employer l'énergie nucléaire à des fins civiles", a ajouté M. Erdogan, dont le pays, membre de l'Otan. (..)

"Ceux qui veulent empêcher l'Iran d'acquérir l'arme atomique devraient s'assurer qu'aucun (autre) pays de la région ne dispose d'armes nucléaires", a averti Erdogan, semblant faire allusion à Israël qui, selon des experts occidentaux, détient quelque 200 ogives atomiques.

suite ici : http://www.alterinfo.net/Les-Etats-Unis-menacent-ouvertement-le-gouvernement-et-le-peuple-turc_a43959.html


Le Général David H. Petraues désigne l'Iran comme nouvelle cible des américains

Le général d'armée David H. Petraeus a redit au Comité des Forces Armées que les États-Unis doivent rester vigilants dans la surveillance plus large des problèmes de sécurité dans la région.

Petraeus a désigné l'Iran comme «un état représentant un niveau de menace de premier ordre" au Proche-Orient. Il a dit au comité que l'Iran menace la sécurité dans toute la région dans ses efforts pour se doter d'armes nucléaires, ce qui favorise une large course aux armements, et utilise sa force paramilitaire afin d'influencer l'Irak, le Liban, la Syrie, à Gaza, en Afghanistan et dans la région du Golfe. 
 
Petraeus a confirmé que le Président Obama n’a pas écarté l’idée d’une intervention militaire contre l’Iran. « Personne ne peut dire que l’Iran n’a pas eu toutes les occasions possibles » […] « Nous lui avons tendu la main et il ne l’a pas saisit ».
 
 Source : American Forces Press Service
 http://www.defense.gov//news/newsarticle.aspx?id=58354  

http://www.alterinfo.net/Le-General-David-H-Petraues-designe-l-Iran-comme-nouvelle-cible-des-americains_a43928.html

Les bulldozers entrent en action : Israël commence la destruction d’Al Aqsa

Peut on critiquer l’Etat d’Israël ou son gouvernement en Occident ?
Extraits: Les politiques israéliennes successives à quelques rares exceptions ne veulent pas la paix et ne la souhaitent pas, car elles vont à l’encontre de leur intérêt expansionniste et colonialiste.  
Comme l’écrit si bien le professeur Norman Finkelstein, dont les parents sont morts à Auschwitz : « Israël sera toujours en danger de paix à force de regarder vers l’ouest, car il s’est coupé de ses voisins immédiats. Il est impossible qu’il ait un avenir au milieu de 300 millions d’Arabes quand bien même il arriverait par son potentiel nucléaire à carboniser la moitié, il en restera la moitié. Les Etats-Unis se lasseront un jour de ce parti pris en leur faveur. Le temps joue en défaveur des Israéliens qui tiennent, en plein vingtième siècle, à avoir un Etat juif pur par pur racisme. De plus, Israël ne pourra pas continuer longtemps à défier la communauté internationale. Les derniers carnages de Ghaza, la punition des Libanais, commencent à fissurer le fonds de commerce constitué par l’industrie de l’holocauste. »   
 Dans l’espoir que les esprits libres puissent s’exprimer sans retenue et sans contrainte, la contribution et l’implication de tous est nécessaire plus que jamais, afin d’avancer vers une justice qui se fait attendre depuis bien longtemps en Palestine. Critiquer le gouvernement Israélien avec force, lorsque c’est justifié, c’est venir en aide au peuple juif afin de les prévenir d’un avenir sombre planifier par une idéologie sioniste qui les mène tout droit à une catastrophe qui risque d’être irréparable non seulement pour les juifs mais pour le reste du monde.

Les cinq séquences de la phase de dislocation géopolitique globale  


            
La régionalisation pour dynamiter les Etats - par Pierre Hillard
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article552

Le bouclier antimissile et la première frappe 
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article551

Afghanistan: la guerre secrète
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article561



liste complète  Sur mon blog No-War



Des déchets toxiques partout en Cisjordanie !

Haiti : Vers une occupation humanitaire ?

La bataille à laquelle les médias ont cru

Pitoyable ploutocratie européenne…

Arrêter l’agression contre l’Iran !
Appel

Missiles iraniens: aucune menace pour l'Europe (Lavrov) 

Afghanistan : L’OTAN a tenté de dissimuler les faits après un raid qui a tourné au carnage, révèle le Times 


La politique de Tel Aviv à l'égard du peuple palestinien et l'occupation des territoires arabes favorisent l'accroissement des tensions au Proche-Orient et poussent ce dernier vers de nouvelles guerres, a annoncé jeudi à Damas le chef de l'Etat syrien Bachar Al-Assad. (extraits)
http://www.juif.org/defense-israel/123998,la-politique-d-israel-pousse-le-po-vers-de-nouvelles-guerres.php2010 From: Stef2892 | ...


guerre et mensonge, par giulietto chiesa,  

(blog de Bridge) Contrôle politique et militaire de nos sociétés, source Voltaire.org.
 

liste complète


Tensions en Palestine
http://sergeadam.blogspot.com/

aasddssdsa.JPG

aaaasssdsssda.JPG

 .





















__________________________________________________________________________________________


http://jacques.tourtaux.over-blog.com.over-blog.com/article-l-honneur-de-l-union-sovietique-durant-la-seconde-guerre-mondiale-26-6millions-de-personnes-tuees-dont-8-8-millions-sur-les-champs-de-bataille--43040450.html
 .


pris_sov.jpg

Plus de 2,5 millions de prisonniers soviétiques sont décédés dans les camps allemands contre 420.000 militaires allemands faits prisonniers par l’Armée rouge, a confié vendredi à RIA Novosti le général Alexandre Kirilline, responsable du ministère russe de la Défense.


http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-attention-vichy-revient-le-pouvoir-veut-controler-la-moralite-des-enseignants-46854658.html



Michael MOORE

arton10247-fb441.jpg C’était incroyable. Tous les articles en première page de l’édition du lundi du New York Times racontaient une histoire sur l’Age de la Cupidité durant laquelle le système connu sous le nom de capitalisme nous tuait lentement mais sûrement.

La cupidité des compagnies d’assurance : « Des millions dépensés pour influencer le vote des Démocrates sur la réforme de santé ».



suite ici:

http://changementclimatique.over-blog.com/article-l-argent-qu-ils-volent-la-cupidite-qui-est-la-leur-46906886.html


Les pays de l’UE adoptent la rhétorique guerrière de l’Amérique de Bush : Veut-on détourner l’attention du collapsus financier ?

 

download?mid=1%5f14703764%5fAN2xktkAAGea



“Notre société est dirigée par des fous ayant des objectifs démentiels. Je pense que nous sommes gouvernés par des maniaques ayant des fins maniaques et je pense avoir des chances d’être mis à l’écart comme fou pour avoir dit ça. C’est ce qui est fou à propos de ça. » – John Lennon, avant son assassinat par Mark David Chapman, sujet contrôlé mentalement par la CIA.

Quand on demanda à Gandhi son opinion sur la civilisation occidentale, il répondit que ce serait une bonne idée. Mais cette citation souvent citée est trompeuse, en supposant comme elle le fait que la civilisation est une pure bénédiction.

On nous dit que les gens civilisés vivent pacifiquement et en coopération avec leurs semblables, en partageant le travail nécessaire dans le but d’obtenir le loisir de développer les arts et les sciences. Et bien que ce soit une bonne idée, ce n’est pas une description exacte de ce qui s’est passé dans les cultures soi-disant avancées au cours des derniers 8 000 ans.

La civilisation, telle que nous la connaissons, est largement la création des psychopathes. Toutes les civilisations, y compris la nôtre, ont été fondées sur l’esclavage et la « guerre ». Incidemment, ce dernier terme est un euphémisme pour massacre de masse.

La recette courante pour la civilisation est simple :

1) Utilisez les mensonges et le lavage de cerveau pour créer une armée de meurtriers de masse contrôlés et méthodiques.

2) Utilisez cette armée pour asservir de grands nombres de gens (c-à-d. prenez le contrôle de leur puissance de travail et ses fruits)

3) Utilisez cette puissance de travail asservie pour améliorer le processus de lavage de cerveau (en utilisant le surplus économique pour employer des scribes, des prêtres et des hommes de relations publiques). Puis revenez à l’étape n°1 et répétez le processus.

Les psychopathes ont joué un rôle disproportionné dans le développement de la civilisation, parce qu’ils sont câblés pour mentir, tuer, blesser et généralement infliger de grandes souffrances sur les autres humains sans ressentir le moindre remords. L’inventeur de la civilisation – le premier chef de tribu qui a réussi à laver le cerveau d’une armée de tueurs de masse contrôlés – était presque certainement un psychopathe génétique. Depuis cette découverte capitale, les psychopathes ont joui d’un avantage significatif sur les non-psychopathes dans la lutte pour le pouvoir dans les hiérarchies civilisées – surtout les hiérarchies militaires.

 

political-satire1.gif

Les institutions militaires sont faites sur mesure pour les tueurs psychopathes. Les 5% environ d’hommes qui ne ressentent aucun remords à tuer leurs semblables font les meilleurs soldats. Et les 95% qui sont extrêmement réticents à tuer font de mauvais soldats – à moins de leur laver le cerveau avec des méthodes modernes hautement sophistiquées qui les transforment (temporairement, on l’espère) en psychopathes fonctionnels.

Dans « On Killing », le Lt. Col. Dave Grossman a ré écrit l’histoire militaire, pour souligner ce que cachent les autres histoires : le fait que la science militaire est moins concernée par la stratégie et la technologie, que surmonter la réticence humaine instinctive à tuer des membres de sa propre espèce. La vraie « Révolution dans les Affaires Militaires » ne fut pas l’impulsion de Donald Rumsfeld vers la haute technologie en 2001, mais la découverte dans les années 1940 du Brigadier général S.L.A. Marshall que seulement 15 à 20% des soldats de la Seconde guerre mondiale sur la ligne de feu utiliseraient leurs armes : « Ceux (80 à 85%) qui n’ont pas tiré ne se sont pas enfuis ou cachés (dans beaucoup de cas ils étaient prêts à se mettre en grand danger pour leurs camarades, prendre des munitions, ou transmettre des messages), mais ils ne tiraient pas sur l’ennemi, même quand ils étaient confrontés à des vagues répétées d’attaques furieuses » (Grossman, p. 4)

La découverte et la recherche subséquente de Marshall prouva que dans les guerres précédentes, une minorité minuscule de soldats – les 5% qui sont des psychopathes innés, et peut-être quelques imitateurs temporairement fous – a causé presque tous les meurtres. Les gens normaux passaient à travers les mouvements et, si possible, refusaient de prendre la vie d’un soldat ennemi, même si cela signifiait perdre la leur. L’implication : les guerres sont des massacres de masse de non-psychopathes ritualisés par des psychopathes. (Cela ne peut être bon pour le capital génétique de l’humanité !)

L’ouvrage de Marshall apporta une révolution copernicienne à la science militaire. Dans le passé, tout le monde croyait que le soldat voulant tuer pour son pays était la norme (héroïque), tandis que celui qui refusait de se battre était une (lâche) aberration. La vérité était que le soldat normatif provenait des 5% psychopathologiques. La saine majorité préférerait mourir que combattre.

PoliticalSatire2.jpg

L’implication, trop effrayante à digérer complètement pour ceux comme Marshall et Grossman, était que les normes du comportement du soldat au combat avaient été établies par des psychopathes. Cela signifie que les psychopathes contrôlaient l’armée en tant qu’institution. Pire, cela signifiait que les psychopathes contrôlaient la perception des affaires militaires par la société. Manifestement, les psychopathes exerçaient une quantité énorme de pouvoir dans une société normale, apparemment saine.

Comment cela se pouvait-il ? Dans « Ponérologie Politique », Andrzej Lobaczewski explique que les psychopathes cliniques jouissent d’avantages même dans des compétitions non-violentes pour grimper les échelons dans les hiérarchies sociales. Parce qu’ils peuvent mentir sans remords (et sans le stress physiologique révélateur qui est mesuré par les tests au détecteur de mensonge) les psychopathes peuvent toujours dire tout ce qui est nécessaire pour obtenir ce qu’ils veulent. Au tribunal, par exemple, les psychopathes peuvent dire des énormes mensonges de manière plausible, tandis que leurs adversaires sont handicapés par une prédisposition émotionnelle à rester à portée de la vérité. Trop souvent, le juge ou les jurés imaginent que la vérité doit se trouver quelque part au milieu, et ensuite prennent les décisions qui bénéficient au psychopathe. Comme avec le juge et les jurés, la même chose est valable pour les responsables des décisions concernant qui promouvoir et qui ne pas promouvoir dans les hiérarchies des entreprises, de l’armée et du gouvernement. Le résultat est que toutes les hiérarchies deviennent inévitablement surchargées à leur sommet par des psychopathes.

Les soi-disant théoriciens du complot, dont certains méritent la connotation de ce terme suremployé, imaginent que des sociétés secrètes de juifs, Jésuites, banquiers, communistes, Bilderbergers, extrémistes musulmans, papistes et ainsi de suite, contrôlent secrètement l’Histoire, en faisant des actes sournois et/ou menaçant de prendre le monde en mains. En tant que « théoricien du complot » majeur selon Wikipedia, je me sens éminemment qualifié pour offrir une théorie du complot alternative qui, comme la théorie du complot alternative du 11 septembre, est à la fois plus simple et plus précise que la sagesse courante : La seule conspiration qui importe est la conspiration des psychopathes contre le reste d’entre nous.

 

PoliticalSatire3.jpg

Derrière la démence apparente de l’histoire contemporaine se trouve la démence réelle des psychopathes se battant pour préserver leur pouvoir disproportionné. Et à mesure que ce pouvoir devient toujours plus menacé, les psychopathes deviennent toujours plus désespérés. Nous sommes témoins de l’apothéose de « l’overworld[1] » – le syndicat du crime où l’ensemble superposé des syndicats se cache au-dessus de la société ordinaire et de la loi tout comme la pègre se cache en dessous. Dans le 11 septembre et les guerres déclenchées après le 11 septembre, nous voyons la saisie finale et désespérée du pouvoir ou « jeux finaux » de gangs brutaux et rusés de trafiquants de drogue et de tueurs de président ; des banquiers internationaux qui blanchissent l’argent et leurs tueurs à gages, économiques et autres ; des contractants militaires corrompus et des généraux zélés ; des prédateurs de l’industrie et ceux qui les autorisent politiquement ; des laveurs de cerveaux et violeurs du mental connus par euphémisme comme des experts en psy-ops et spécialistes en relations publiques – en bref, toute l’équipe malade des psychopathes bons à enfermer qui dirigent notre soi-disant civilisation. Et ils prennent peur à l’idée de perdre leurs acquis. Ce fut leur terreur de perdre le contrôle qu’ils projetèrent sur le reste d’entre nous en faisant éclater les Tours Jumelles et en incitant une rage de terreur psychopathique temporaire dans le public étatsunien.

Pourquoi la pathocratie craint-elle de perdre le contrôle ? Parce qu’elle est menacée par la diffusion de la connaissance. La plus grande peur de tout psychopathe est d’être découvert. Comme George H. W. Bush l’a dit à la journaliste Sarah McClendon en décembre 1999, « Si le peuple savait ce que nous avons fait, il nous poursuivrait dans la rue et nous lyncherait. » Etant donné que Bush est suspecté d’ avoir participé à des réceptions où des enfants prostitués étaient sodomisés et violés d’autres manières, parmi ses nombreux autres crimes, sa déclaration à McClendon devrait être prise au sérieux.

Les psychopathes traversent la vie en sachant qu’ils sont complètement différents des autres. Ils apprennent rapidement à cacher leur manque d’empathie, tout en étudiant soigneusement les émotions des autres afin d’imiter la normalité tout en manipulant de sang-froid les gens normaux.

Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies de l’information, nous sommes sur le point de démasquer les psychopathes et de construire une civilisation de, par et pour les hommes normaux – une civilisation sans guerre, une civilisation fondéesur la vérité, une civilisation dans laquelle les quelques saints plutôt que les quelques diaboliques graviteraient vers des positions de pouvoir.

Nous avons le savoir nécessaire pour diagnostiquer les personnalités psychopathiques et les maintenir en dehors du pouvoir. Nous avons le savoir nécessaire pour démanteler les institutions dans lesquelles les psychopathes se développent particulièrement – armées, agences de renseignement, grandes entreprises, et sociétés secrètes. Nous avons simplement besoin de disséminer ce savoir, et la volonté de l’utiliser, aussi largement que possible.

Par dessus tout, nous devons informer le public sur la manière dont les psychopathes cooptent et corrompent les hommes normaux.
suite ici:
http://www.futurquantique.org/?p=47



Herald Scotland :
Les USA se préparent à attaquer l’Iran


Selon le quotidien Herald Scotland, des centaines de bombes américaines dites "bunker busters" – capables de détruire des bunkers – sont en cours d’acheminement vers l’ile britannique Diego Garcia dans l’océan Indien, en vue d’une attaque contre l’Iran. Selon ce même quotidien, un accord aurait été conclu en janvier pour le transport de ces armes à haut pouvoir de perforation, vers l’ile britannique utilisée comme base militaire par les USA. Voici la traduction de cet article du Herald Scotland.


furtif.jpg

Bombardier furtif américain

Des centaines de bombes américaines “bunker-busters” sont en cours de transfert depuis la Californie vers l’ile britannique de Diego Garcia située dans l’océan Indien, et ce, en vue d’une possible attaque contre l’Iran.

Le Sunday Herald vous révéle que le gouvernement US a signé un contrat en janvier dernier pour le transport de dix containers de munitions vers cette ile. D’après le bon de livraison de l’US Navy, ils contenaient 387 bombes “Blu” utilisées pour détruire des structures renforcées ou souterraines.

Des experts pensent que ces armes sont mises en place en vue d’un assaut contre les installations nucléaires si controversées de l’Iran. Cela fait longtemps qu’une polémique existe sur de tels projets d’attaque de la part de l’armée américaine, dans le cas où la diplomatie ne parviendrait pas à convaincre l’Iran de ne pas construire la bombe nucléaire.

L’ile de Diego Garcia fait partie des territoires britanniques de l’océan Indien, mais elle est utilisée par les USA comme base selon un accord établi en 1971. Cet accord a conduit à expulser 2000 personnes natives de cette ile vers les Seychelles et l’Ile Maurice.

Le Sunday Herald rapportait en 2007 que des hangars métalliques devant abriter des bombardiers furtifs sur l’ile étaient en train d’être équipés pour abriter des bombes “bunker busters”.

 

"Ils se préparent activement à détruire l’Iran."
suite http://www.reopen911.info/News/2010/03/18/herald-scotland-les-usa-se-preparent-a-attaquer-liran/


Les promesses du Quartet:

Ne nous laissons pas abuser !
Cela va dans le sens de la guerre contre l'Iran,
il s'agit SEULEMENT de calmer l'opinion arabe
pour qu'elle ne bouge pas trop !
Ce sont des mots, encore et toujours !

Et d'ailleurs, en ce moment, 
Arte nous prépare à l'attaque contre l'Iran,
en rappelant la mort de la manifestante iranienne
(sans doute d'ailleurs sacrifiée par l'Occident 
pour être instrumentalisée en tant qu'icone de la résistance),
tout est bon pour nous faire accepter cette sale guerre.
Arte Infos ? De la propagande seulement !
eva R-sistons
Et Cuba est aussi sur la sellette, à Arte ! 


A propos de Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais.

 

On dit que le journalisme consiste à raconter ce que l’on ne veut pas que les gens sachent. De ce point de vue, il est triste de voir qu’aujourd’hui les médias racontent uniquement ce que les puissants veulent révéler. C’est pour cela que le livre de Salim Lamrani Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais est un exemple impressionnant de bon journalisme, lequel a été écrit - honte à la profession - , par une personne qui n’est pas journaliste de formation.

 

Lamrani aborde ainsi tous les sujets évoqués, de manière partisane, par la presse au sujet de Cuba. La réalité de l’île est l’exemple le plus éloquent du gouffre qui sépare l’image médiatique que l’on a de ce pays de ce qui s’y passe réellement. Nombreux sont ceux qui dénoncent les mensonges et les manipulations à l’égard de Cuba, mais peu d’entre eux les exposent et le démontrent avec rigueur et précision. Vous trouverez donc dans ce livre deux éléments que le journalisme a perdu depuis longtemps : honnêteté et véracité.

Pascual Serrano

Journaliste espagnol, lauréat du Prix international Pensar a contracorriente 2007

Salim Lamrani

Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais.

Prologue de Nelson Mandela

Paris, Editions Estrella, 2009

300 pages - 18€

Disponible en librairie et sur Amazon : http://www.amazon.fr/Cuba-Medias-Vous-Diront-Jamais/dp/2953128417

Ouvrage disponible auprès de l’auteur pour dédicace : lamranisalim@yahoo.fr


Pour les amateurs:
Les anges de malheur
http://www.moissondeselus.com/anges_malheurs.htm
Les puissances des ténèbres se déchaînent
http://www.moissondeselus.com/puissances_tenebres_se_dechainent.htm
L’Antéchrist militaire à venir
http://www.moissondeselus.com/antichrist_militaire_a_venir.htm


A lire absolument:
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-les-campagnes-de-desinformation-comme-strategie-us-de-domination-47029103.html
.

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Partager cet article
Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 06:35

Ho-NOM-copie-1.jpg
Jeu de la mort - Société mortifère
Par eva R-sistons à l'intolérable

Jeu de la mort, à la télévision, sur Fr2. Succès garanti, certainement. Mais la mort peut-elle être un jeu ? N'est-elle pas synonyme d'anéantissement ? Et si toute la société actuelle était mortifère ? Est-ce que nous devons nous accoutumer à toutes ses valeurs destructrices, coucheries à gogo, divorces comme on respire, alcool dès le plus jeune âge, drogues en tous genres, culte de l'argent et de la réussite à tous prix, remplacement du petit commerce de proximité par des mastodontes inhumains conduisant au surendettement, surconsommation, gaspillage, grande vitesse, travailler toujours plus ou pas du tout, mise à la rue de ceux qui ne peuvent plus payer leur loyer, armes de destruction massive mais à géométrie variable, dégraissages des individus, robotisation, virtualisation des existences, individualisme exacerbé, marchandisation du vivant, Big Brother liberticide ou Big Pharma qui tue en "soignant", guerres économiques planétaires, bombardements pour imposer la paix ou une pseudo démocratie dont les peuples ne veulent pas... loi du plus fort !!!! Et j'en passe... Pour moi, le pire c'est la compétition !

Je prépare un article sur l'extermination des Amerindiens par les grands démocrates américains, à partir de toutes sortes d'enregistrements que j'ai faits. Je voudrais juste vous livrer cette phrase, qui résume un peu la philosophie de vie de ceux que l'on appelait avec mépris les Peaux Rouges: "Ici, on mesure la fortune d'un individu à ce qu'il donne, pas à ce qu'il possède". Belle leçon des "sauvages" aux civilisés que nous prétendons être !

Il faut mesurer l'imposture de la communication actuelle. Chaque fois que l'on nous parle de "modernité", de "modernisation", par exemple, ... alerte ! Cela veut dire régression. Il faudrait étudier le langage employé aujourd'hui par nos grands communiquants, et le décalage avec la réalité: Des mots attrayants cachent des réalités horribles. Non, la modernité n'est pas synonyme de progrès, amis Lecteurs, mais de régression. Une économie modernisée ? Moins d'emplois pour tous, et plus de profits pour une toute petite minorité. Des services publics modernisés ? Ils seront rentabilisés, et au final, privatisés à notre grand détriment surtout si nos moyens sont limités. Des facs modernisées ? Livrées à un mandarin, à l'entreprise et à la sacro-sainte compétition. Malheur aux moins talentueux ! Et honte à Valérie Pécresse, formée à l'école américaine comme les Lagarde ou les frères Sarkozy. Je pourrais multiplier les exemples; un jour, je ferai un article sur le vocabulaire employé aujourd'hui pour masquer les objectifs authentiques... Tout est fait pour assujettir les citoyens. Et l'idéal proposé de la compétition pour tout, nous conduit tous droit dans le mur. Si des Elus me lisent, je leur dis de notre part à tous: Nous ne voulons pas de cette compétition ! Nous ne voulons pas nous battre les uns contre les autres à chaque instant et dans tous les domaines ! Ce n'est pas une valeur ! C'est juste un subterfuge pour permettre à tous les Tapie d'écraser les citoyens... Quoi, l'emploi doit être délocalisé ou tué au nom de la compétition ? Mais nous préférons garder nos emplois plutôt que de triompher des autres, plutôt que de coiffer au poteau d'autres pays ! Le problème, c'est qu'on nous conditionne à chaque instant pour arriver à nous faire accepter ce dont nous ne voulons pas... Il y a un mot dont nous devrions redécouvrir la saveur: C'est celui de Sagesse. Il est d'ailleurs synonyme de modération !

Un Lecteur correspond avec moi, actuellement, au sujet de la finance islamique. La télé nous apprend à haïr tout ce qui de près ou de loin évoque l'Islam. Savez-vous ce que j'ai dit à ce Lecteur ? La finance à la sauce occcidentale, avec tout ce que cela signifie d'usure, d'endettement, de cupidité, de spéculation, de virtualité, d'immoralité, est une caricature. Je préfère la finance islamique, oui, islamique, toute en équilibre, en modération, en éthique - et qui pourrait représenter une meilleure alternative. Cela fait des années que je rêve d'écrire un livre sur l'économie et la finance islamiques. Il n'y en a pas ! Et je ne trouve pas le temps pour le faire... ceci juste pour vous dire que j'en ai assez d'entendre vanter les valeurs de la pseudo démocratie occidentale, de l'incontournable Système capitaliste, de la Liberté à la sauce du Nouvel Ordre Mondial, etc . Tout est inversé ! Et pour arriver à nous faire accepter tout ce dont nous ne voulons pas, l'abjecte "mondialisation heureuse", les guerres pour la patrie chères à Marie Drucker, l'humanitaire militaro-financier interventionniste, les Révolutions de couleurs, ou la compétition érigée en fin suprême, justifiant tous les moyens, rien de tel que la télévision. Avec ses jeux de morts, ses valeurs mortifères, ses fausses informations, son apologie discrète mais continue du Système capitaliste en tant qu'unique horizon, ses conditionnements contre la Chine, l'Iran, la Syrie, le Hamas, le Hezbollah, la Russie, Cuba, le Vénézuela, les 2000 militants d'Al Quaïda présentés comme la menace suprême même pour l'Amérique surarmée, son nouvel antisémitisme cette fois contre les Musulmans (et donc contre les Arabes souvent musulmans), sa préparation des citoyens aux chocs de civilisation ou au futur Nouvel Ordre Mondial totalitaire via les Attali... 


NOM-nazis.png


Dans cette émission "Jeu de la mort" amenant des citoyens comme vous et moi à accepter, par soumission à l'autorité, d'être facteurs de mort, la télévision est dépeinte comme l'instrument qui impose les modèles, qui abuse des personnes, qui est Pouvoir par définition, pouvoir de manipulation, de conditionnement, d'assujetissement. L'individu, complètement écrasé par ce Pouvoir-là, subit passivement l'emprise du rouleau compresseur, un rouleau authentiquement totalitaire alors même que l'émission profite de l'occasion, une fois de plus, pour critiquer tout ce qui s'écarte de la Pensée unique. Voici ce que j'écris sur mon blog r-sistons à la désinformation (§): " Une émission qui montre, au final, l'autorité de la télévision sur nos vies, le conditionnement de tous, et une émission qui en profite pour, au passage, critiquer le grand système rival du capitalisme, le communisme, au cas où certains en auraient la nostalgie (le capitalisme doit apparaître comme le seul système possible, incontournable donc, bonjour la Pensée unique ! ), et au passage la Chine, grand rival de l'Occident qu'il faut à tous prix discréditer chaque fois que c'est possible. Un jour, il faudra bien l'attaquer, après que les  citoyens aient été préparés à cette guerre "inévitable" comme bientôt celle contre l'Iran puis contre la Russie ! Il ne vient pas un instant au Producteur de l'émission l'idée que le libéralisme est aussi, dans son orientation actuelle, de plus en plus totalitaire ! "

Il est bien évident que la télévision est notre pire ennemie. Elle véhicule, sous couleur de marivaudage (comme à Télé Matin de Leymergie, par ex) ou d'information sérieuse, les pires manipulations au service des forces, des valeurs ou des projets les plus mortifères: Peur aliénante des pseudos terrorismes, Argent-Roi, Tout chimique, guerres "humanitaires", pour la paix ou pour la "démocratie", compétition érigée en but suprême, soumission au Nouvel Ordre Mondial en gestation décidé de façon antidémocratique par une poignée de Grands Banquiers et de leurs amis, Travail forcené même le dimanche, Dieu-consommation... 

Si nous ne nous libérons pas de nos chaînes, nous allons tous droit dans le mur. Et les jeux de la mort se mueront fatalement en vies asservies, abêties, sacrifiées. A nous de décider de notre avenir... dès dimanche prochain, en éliminant politiquement celui qui, actuellement, est le plus dangereux facteur de destruction de notre existence. Il s'appelle Sarkozy, vous le savez. Ensuite, il appartiendra à chacun de choisir sa voie... Mais dimanche prochain, nous ne devrons pas jouer avec nos vies. Elles méritent mieux que la mort programmée par les pires serviteurs du Nouvel Ordre Mondial inhumain, criminel... mortifère !

Eva R-sistons

§ http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-le-jeu-de-la-mort-l-autorite-de-la-television-sur-nos-vies-46898050.html                

les-participants-aux-jeux-televises-peuv

La télé fait-elle de nous des bourreaux ?

- Imaginons une fausse émission de télé où l’on demande aux candidats d’être (très) sadiques… Résisteraient-ils ? Le documentariste Christophe Nick, s’inspirant d’une expérience américaine des années 60, l’a fait. Résultat : obéissant aveuglément au meneur de jeu, 81 % des candidats en sont venus à administrer une décharge mortelle à un être humain (un comédien). Cela suffit-il à prouver que la télé est notre nouveau maître absolu ? Le débat est lancé sur “Le jeu de la mort”, diffusé ce mercredi soir sur France 2.

Le 17 mars, les télespectateurs de France 2 ont assisté à un spectacle cruel et sidérant, avec des cris, des larmes et un mort. En avril 2009, 80 candidats se sont succédé dix jours durant sur un plateau décoré avec un mauvais goût très sûr, mené par une animatrice autoritaire et assorti d'un public parfaitement chauffé. Assis derrière un pupitre, chacun des candidats devait interroger la même personne sur une liste d'associations de mots à mémoriser. A chaque erreur du questionné, le questionneur était invité à lui administrer une décharge électrique, suivant une progression de 20 à 460 volts. Ce qu'ignoraient les 80 candidats, c'est que La zone Xtrême, à laquelle ils participaient, était un faux jeu, exploitant les leviers les plus trash de la télé-réalité pour mieux en démonter les ressorts. Le documentaire Le Jeu de la mort relate cette expérimentation, menée par le producteur Christophe Nick et une équipe de chercheurs dirigée par Jean-Léon Beauvois, professeur en psychologie sociale. Ils ont transposé dans l'univers de la télé les modalités d'une expérience menée à Yale, au début des années 1960 par Stanley Milgram. Influencé par l'analyse de Hannah Arendt sur les mécanismes du nazisme et sa théorie sur la banalité du mal, le psychosociologue américain y étudiait le rapport de soumission à l'autorité. Maintes fois reproduite depuis, cette expérience démontre qu'un individu exposé à une autorité considérée comme légitime peut aller jusqu'à causer la mort d'autrui.


Que découvre t-on dans Le Jeu de la mort ?

81 % des sujets ont poussé la manette à 460 volts, causant virtuellement la mort d'un homme (le comédien Laurent Ledoyen) - ils n'étaient « que » 62,5 % dans l'expérience de Milgram. L'emprise de la télévision serait-elle aujourd'hui plus forte que celle d'une blouse blanche dans un laboratoire ? C'est ce que suggère ce programme spectaculaire, qui soulève de nombreuses questions sur les conditions mêmes de l'expérience, comme sur l'évolution de notre société.

L'expérience de "La zone Xtrême" est-elle éthiquement acceptable ?
En amenant des individus à commettre sciemment des actes de torture, cette expérimentation expose ses sujets à un stress important, d'autant plus problématique qu'il se double d'une tromperie initiale sur la nature de l'épreuve. A ce reproche légitime, les auteurs de l'expérimentation répondent que les recherches en psychologie sociale recourent nécessairement à ce type de méthodes, ajoutant qu'un maximum de précautions ont été prises pour éviter tout dommage psychique. Le suivi des candidats commence dès leur retour dans les coulisses, quand leur est révélé le caractère fictionnel de la situation de jeu. L'empressement avec lequel la vérité leur est dite abrège leur angoisse, mais prive du même coup l'expérimentation de précieuses informations. « Habituellement, avant de tout expliquer aux sujets, on procède à un faux debriefing pour détecter les suspicieux, ceux qui auraient deviné la supercherie et que l'on peut ainsi retirer de l'échantillon », explique Laurent Bègue, qui enseigne la psychologie sociale à l'université de Grenoble-II et participe à l'interprétation des résultats de l'expérience (1). « Pourquoi s'est-on dépêché de les rassurer ? Parce que les procédures ordinairement utilisées dans la recherche n'ont pas été entièrement satisfaites. On n'est pas passé par une commission d'éthique, comme on le fait lorsque les situations expérimentales sont délicates. Il est vrai que cette précaution aurait considérablement retardé le processus de production du programme. »


Il semble cependant que le suivi psychologique des sujets ait été efficace, si l'on se fie aux retours positifs de la majorité d'entre eux, qui disent avoir appris de l'expérience et qui ne sont que trois à avoir refusé de figurer dans le montage final.


Les sujets de "La zone Xtrême" et ceux de Milgram sont-ils dans des situations équivalentes ?


En transposant l'expérience originelle dans l'univers télévisuel, La zone Xtrême modifie la nature des pressions exercées sur les questionneurs. « Dans un cas, désobéir met en difficulté un protocole scientifique ; dans l'autre, c'est foutre en l'air tout un dispositif médiatique, avec ce que cela suppose de travail, d'argent... et de désir d'exposition publique », explique Yves Jeanneret, professeur en sciences de l'information et de la communication à l'université d'Avignon, qui a étudié les réactions des différents acteurs de l'expérience. « Dès son arrivée dans les studios de La Plaine-Saint-Denis, le candidat est escorté par un preneur de son et un cameraman qui filme ses faits et gestes. Puis il rencontre le personnage du producteur, qui lui expose le principe du jeu et le projette dans un scénario qui le dépasse. Sur le plateau, il est assis dos au public, face à un écran qui lui renvoie l'image de l'animatrice et celle de son propre corps. C'est dire s'il est seul, confronté à un dispositif beaucoup plus spectaculaire que celui dans lequel était placé le sujet de Milgram. » Autre différence : le sujet « essaie de se conformer à ce qu'il pense être l'image d'un bon candidat, ajoute Dominique Oberlé, professeur de psychologie sociale à Paris-X. Il joue un rôle fantasmatiquement plus investi que celui du sujet de laboratoire. » Cette tendance à se changer en « personnage » est renforcée par le caractère ludique de la situation, qui favorise chez lui « une forme de déréalisation, de confusion dans l'appréciation du degré de réalité des souffrances qu'il inflige. »

Quelle est la fonction de l'animatrice dans le dispositif ?

Elle incarne le pouvoir du système télévisuel, comme la blouse blanche incarne le pouvoir de la science dans l'expérience canonique. Son rôle est plus riche que celui du savant de Milgram, qui se contente de demander au questionneur de continuer. « L'animatrice de La zone Xtrême tient un discours profondément idéologique, explique Pascal Marchand, professeur de psychologie sociale à l'IUT de Toulouse Paul-Sabatier. Quand elle dit au questionneur qu'il ne doit pas empêcher le candidat d'aller au bout ou que, dans dix minutes, celui-ci le remerciera d'avoir continué, elle manipule des valeurs de mérite et d'entrave à la liberté qui me rappellent certains discours normatifs très actuels, produisant eux aussi de la soumission, comme : "Vous ne pouvez pas empêcher les gens de vouloir travailler le dimanche". »


Quelle est la fonction du public ?


Absent de l'expérience de Milgram, le public joue un rôle déterminant dans sa transposition télévisuelle. Répondant avec zèle aux consignes du chauffeur de salle, il exerce sur les candidats une influence décisive. « Tout individu a peur de se retrouver seul à défendre une idée, souligne Pascal Marchand. Sous la pression de la majorité, il peut être amené à adopter une position contraire à ses convictions. A une époque comme la nôtre, où l'autonomie, la responsabilité, la prise de conscience individuelle sont très valorisées, ces phénomènes d'influence par la majorité n'ont curieusement pas faibli. »


Didier Courbet, chercheur en sciences de l'information et de la communication qui a encadré l'expérience, avoue avoir été frappé par l'absence totale de rébellion parmi les téléspectateurs. « Certains étaient gênés, voire horrifiés, mais aucun n'est intervenu. Cela s'explique sans doute par un phénomène qu'a identifié Gustave Le Bon dans les années 1920. Plus on est nombreux, moins on réagit face à un acte violent. On le constate notamment lors d'une agression dans un lieu public. Plus il y a de monde, moins on réagira individuellement, on dilue dans la masse sa responsabilité. »


Qu'est-ce qui distingue les obéissants et les désobéissants ?


Christophe Nick explique avoir veillé à ce que le documentaire s'attache à « des catégories comportementales et des situations plutôt qu'à des individus ». Dans les dernières pages de son livre, Stanley Milgram note pourtant : « Je suis certain que l'obéissance et la désobéissance ont pour origine un aspect complexe de la personnalité, mais je sais que nous ne l'avons pas encore trouvé. »


L'analyse des résultats de l'expérience par Laurent Bègue l'amène à avancer d'ores et déjà quelques constatations. « Les sujets identifiés comme "consciencieux" et/ou "aimables" se révèlent statistiquement plus enclins à se soumettre à l'autorité de l'animatrice. En revanche, la propension à se rebeller dans la vie réelle se traduit dans La zone Xtrême par une plus grande désobéissance - notamment chez les femmes. Les insatisfaits sociaux et individuels semblent plus portés à s'opposer à une situation de soumission potentielle à l'autorité. Les sujets très adaptés socialement finissant par être prisonniers du système, de par les qualités qu'ils y ont développées. »


Les résultats obtenus dans "La zone Xtrême" sont-ils réellement surprenants ?


En rapprochant les 81 % d'obéissants de La zone Xtrême des 62,5 % de l'expérience de Milgram, Le Jeu de la mort et le livre tiré de l'expérience suggèrent que l'emprise exercée par la télévision dépasse celle de la science. « Je respecte beaucoup le travail qui a été fait, avance Laurent Bègue. Mais prétendre que le taux de soumission obtenu dans La zone Xtrême est plus élevé que celui de l'expérience de référence s'apparente, selon moi, à une opération promotionnelle. Des recherches faites en laboratoires dans les conditions de Milgram en Allemagne (en 1971), aux Etats-Unis (en 1974) ou en Italie (en 1985) ont produit un taux de soumission de 85 %. Une autre, menée en Espagne en 1981, a même produit 90 % d'obéissants. Prétendre que le pouvoir de la télévision est aujourd'hui plus fort que celui de la science n'a aucune base scientifique. »


Peut-on vraiment évaluer l'impact de la télé-réalité ?


Si Le Jeu de la mort place la télé-réalité en position d'accusée, l'obéissance des sujets de La zone Xtrême n'est pas directement liée à une consommation plus ou moins grande de ce type de programme. Pour nombre d'observateurs, c'est de manière plus diffuse que se manifeste le pouvoir de la télé-réalité. Selon Yves Jeanneret, sa possible nocivité sociale tient à « la banalisation de ses dispositifs ». Les émissions de télé-réalité véhiculent des valeurs et des méthodes néolibérales de compétition à outrance et d'individualisme forcené, que le public intègre peu à peu jusqu'à tolérer des processus qu'il aurait hier jugés inacceptables.


« Roland Barthes l'avait déjà relevé en 1957 dans ses Mythologies : l'emprise de l'idéologie n'est jamais plus forte que dans la transparence. Aujourd'hui, le pouvoir est devenu tellement invisible, on a tellement intériorisé ses règles et ses injonctions que l'on se croit plus libre qu'autrefois. En réalité, on n'est pas libres du tout ! C'est cela que Milgram a montré au début des années 1960, et c'est cela que montre l'expérience de La zone Xtrême. » 

.
Hélène Marzolf et François Ekchajzer
Télérama n° 3139

(1) Il est l'auteur, avec Jean-Léon Beauvois, Dominique Oberlé et Didier Courbet, de l'article « La Soumission à l'autorité » à paraître ce mois-ci dans Cerveau & Psycho.

A lire
La Soumission à l'autorité, de Stanley Milgram, éd. Calmann-Lévy.
L'Expérience extrême, de Christophe Nick et Michel Eltchaninoff, éd. Don Quichotte.

A voir
T1_g.gif Le Jeu de la mort, écrit et produit par Christophe Nick, mercredi 17 à 20 h 35, France 2.
T1_g.gifLe Temps de cerveau disponible, jeudi 18 à 22 h 45, France 2.
Informations sur france2.fr : http://programmes.france2.fr/jusqu-ou-va-la-tele/


http://television.telerama.fr/television/les-participants-aux-jeux-televises-peuvent-ils-devenir-des-bourreaux,53482.php

4enfants-vigi-infos.jpg
L'enfant voué à la mort...
L’enfant de Gaza


Dans l’amertume de mon miroir, les regrets d’un passé vivace qui me hante
Dans la joie de mon présent une incertitude angoissante
Dans la pénombre des jours à venir une espérance raisonnante
Dans le lit de mes ambitions un ego qui cherche une étoile filante
Dans l’amertume de mon miroir, les regrets d’un passé vivace qui me hante  Dans la joie de mon présent une incertitude angoissante  Dans la pénombre des jours à venir une espérance raisonnante  Dans le lit de mes ambitions un ego qui cherche une étoile filante
 
Je me force à croire en la bonté humaine en vain  Je me laisse surprendre par les étincelles de courage de ces penseurs latins  Je prends à rêver d’un jour où Gaza pourra respirer sans fin  Je veux croire qu’un jour les armes se tueront pour que les esprits se libèrent de leur filin

Les Crimes du Sionisme & La Tragédie Palestinienne 

 Que de peine et de tristesse dans ces flots de larmes et de cris à Gaza  Que de gesticulations et de valses de ces hommes politiques qui font honte à la plazza  Que de haine et d’injustice de part et d’autre dans les méandres de la causa  Que le ciel et la terre soient témoin face à l’inhumanité que l’Homme osa  
 
 Que de solitude et de désespoir pour ce peuple abandonné dans les ruines de la dignité humaine  Que de paroles, de promesses non tenus qui alimentent les fontaines de la haine  Une lueur d’espoir dans la solitude de ces familles en quêtes de pain  Des générations traumatisées et meurtries dans leurs âmes qui ne trouvent plus de lin
 
 Dans les rues de Gaza un enfant en pleurs se demande pourquoi le ciel s’enflamme si souvent  Dans les capitales du monde entier les voix s’élèvent dans l’espoir d’un nouveau vent  Dans les foyers les prières pour la paix s’élèvent pour un lendemain de cerf-volant  Dans les cœurs la raison a laissé place à l’émotion sans discernement
 
 Une colombe en deuil gémie dans les ruines d’une cité devenue un enfer  Les faucons de la mort survolent avec orgueil les dédales d’une ville en feu mais fier  De ces abîmes chaque jour des phoenix renaissent de leurs cendres pour chasser les prédateurs  Un jour l’enfant de Gaza deviendra symbole de la résistance universelle qui aura vaincu Goliath en son heure
 
 R.A
 http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/

http://www.alterinfo.net/L-enfant-de-Gaza_a43832.html?com#comments


8-vues-gaza.jpg

Les Crimes du Sionisme & La Tragédie Palestinienne


L’indifférence de l’Occident et des pays « Musulmans » face à la Tragédie Palestinienne restera à jamais au panthéon de l’injustice commis par l’humanité. La lâcheté, la complaisance des dirigeants musulmans et l’expiation de l’Occident face au crime de l’holocauste est la cause première de la souffrance de ce peuple spolié de sa dignité et confisqué de ses terres. Les palestiniens sont les offrandes de l’occident pour leur injustice envers le peuple juif alors qu’ils sont les bélitres jetés en pâture dans la fosse aux lions par les dirigeants des pays musulmans qui souffrent de polydipsie du pouvoir.
L’indifférence de l’Occident et des pays « Musulmans » face à la Tragédie Palestinienne restera à jamais au panthéon de l’injustice commis par l’humanité. La lâcheté, la complaisance des dirigeants musulmans et l’expiation de l’Occident face au crime de l’holocauste est la cause première de la souffrance de ce peuple spolié de sa dignité et confisqué de ses terres. Les palestiniens sont les offrandes de l’occident pour leur injustice envers le peuple juif alors qu’ils sont les bélitres jetés en pâture dans la fosse aux lions par les dirigeants des pays musulmans qui souffrent de polydipsie du pouvoir.  
 
 Quelle mascarade agreste des hommes politiques envoyés en émissaires de la paix alors que tout le monde sait qu’ils ne sont là que pour retarder chaque jour un peu plus la mort par agonie de ce peuple sous perfusion qui n’a rien demandé si ce n’est que l’on rende leurs terres et leurs dignités.
Pourquoi cette hypocrisie et ce silence complice lorsqu’il n’est pas acteur et coupable venant des membres de l’ONU ? Pourquoi aucune sanction lorsque les sionistes transgressent et bafouent les résolutions de l’ONU ? Chaque jour on grignote un peu plus en massacrant et en expulsant les Palestiniens de leur Terre. Combien de morts et de génocides à ciel ouvert au su et au vu de l’humanité doivent être commis pour que l’indignation résultant de la barbarie israélienne face enfin réagir les pacifistes et les pragmatiques ? Je tiens à saluer ici les minorités juives ; d’intellectuels, de soldats qui désobéissent à leurs hiérarchies, de religieux et de pacifistes qui ont encore un idéal d’humanisme et de respect de l’être humain. Ces derniers gardiens du judaïsme savent que le sionisme conduit leur peuple à la perte et les met en danger concernant leur avenir. Les juifs et les musulmans en Palestine ont toujours su cohabiter avec intelligence et respect mutuel jusqu’à l’apparition de cette idéologie sioniste qui est à l’image des bourreaux qui ont décimé une partie des juifs d’Europe. Les victimes d’hier sont les criminels d’aujourd’hui en opprimant les musulmans palestiniens qui n’ont rien à voir avec les crimes de l’histoire propres aux occidentaux.
 
 Cet apartheid physique et social par les murs soit disant de protection que l’on érige sur les terres palestiniennes sont des signes avant coureurs du déclin de la légitimité israélienne dans l’opinion internationale. Le poids de l’histoire et des responsabilités occidentaux face à l’horreur que l’humanité a connue écrase les critiques et les prises de positions pour dénoncer l’injustice criant de la politique de tyrannie qu’Israël fait subir au peuple palestinien. Ce régime sioniste qui s’est consolidé et s’est renforcé jusqu’à aujourd’hui grâce au soutien des américains et des européens, va bientôt subir le même sort que l’Afrique du Sud et son régime raciste et xénophobe où les Noirs n’avaient même pas le niveau de respect que les blancs avaient pour leurs animaux domestiques.
 
 Nul ne peut renier le droit aux juifs de vivre en Palestine mais nul ne peut également renier que l’existence même d’Israël est fondée sur le viol des droits fondamentaux des Palestiniens ; expulsion, expropriation, massacre, torture et humiliation. Quoi de plus naturel pour ce peuple à l’heure de l’affirmation identitaire et à l’image de la résistance de la France Libre contre Vichy et le Nazisme Allemand, que de se battre corps et âmes pour préserver le peu de terre et de dignité qu’il leur reste. Est-ce un crime dans le reste du monde que de se défendre contre l’injustice ? Les valeurs et les postures des grandes puissances prouvent l’hypocrisie générale et leurs assouvissements aux désirs et aux caprices du régime sioniste israélien.  
 
 Le temps n’est’ il pas venu de faire un constat d’échec et de revoir ce soutien inconditionnel que la plupart des dirigeants du monde accordent de façon aveugle à ce régime qui n’a qu’une idée en tête, qui est de coloniser un maximum pour jouer sur les équilibres démographiques et mettre le monde entier devant un fait accompli, en espérant qu’avec le temps la remise en question sera impossible. Cet état qui pratique le terrorisme d’état et qui alimente le moulin de l’antisémitisme par sa politique de répression et de colonisation sur le peu d’espace que ces millions de Palestiniens doivent se partager dans ces prisons à ciel ouvert, doit être remis en question pour le bien-être non seulement des palestiniens mais également pour celui des juifs qui vivent là-bas.  
 
 Le cycle de la violence sera rompu lorsque l’injustice envers ce peuple palestinien cessera. Pour cela l’induction anagogique est inévitable pour ceux qui sont doués d’une finesse d’esprit afin de trouver des solutions aux problèmes des Musulmans Palestiniens et des Juifs en cette terre sainte. Le devoir de tous les musulmans en Occident est de dénoncer cette effroyable amnésie maintenue et entretenue par les pouvoirs en place. Il faut exiger la justice par la justice avec les moyens qui peuvent faire basculer les opinions et les tendances. La fatalité et le pessimisme sont des mots à bannir de notre langage.
 
 Il est temps que les Intellectuels et les Esprits Libres se libèrent des carcans de l’histoire. C’est une vraie commotion émotionnelle et cérébrale dont souffrent nos hommes de lettres, ils sont stoïques et paralysés face à la tragédie palestinienne qui se déroule sur le théâtre de l’humanité. De peur d’être taxés, étiquetés d’antisémites, d’intégristes, de révisionniste et personna non grata dans les médias, la plupart préfèrent les honneurs, la notoriété et l’opulence des éloges puérils que leurs offrent les médias contre leur silence face à ce drame qui risque de compromettre l’avenir même de l’humanité.
 
 R.A
 http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com

http://www.alterinfo.net/Les-Crimes-du-Sionisme-La-Tragedie-Palestinienne_a43863.html



souffrance-j.jpg
Le mépris des personnes handicapées:

Les départements en colère ! (16/03/2010)

 La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a annoncé un « excédent » de 300 millions d'euros en 2009. Ce n'est pas tant cela qui a provoqué l'ire des départements, mais ce que l'Etat semble vouloir en faire.

Alors que même les personnes handicapées s'apprêtent à descendre en nombre dans la rue ce 27 mars à l'appel du collectif « Ni pauvre, ni soumis ». (lien )  l'Etat « préconise le reversement de 90 % des crédits non utilisés à l'assurance maladie » (lire l'article

 « Une telle décision serait incompréhensible au moment où les départements subissent lourdement la sous-compensation des dépenses qu'ils engagent pour le compte de la solidarité nationale au titre de la dépendance et du handicap. En 2009, la couverture des dépenses de l'APA était inférieure à 30 % », rappelle l'Association des départements de France (ADF)

 L'ADF propose d'autres affectations à ces fonds : financement des postes de psychologues, revoir la répartition actuelle, etc. Mais surtout l'ADF propose d'augmenter la contribution de la Cnsa aux dépenses d'allocation personnalisée d'autonomie (APA) et de prestation de compensation du handicap (PCH)

 Il est utile de rappeler le « mémorandum en faveur des départements en difficultés » qui a été remis au premier Ministre en janvier 2010 (voir le document -18 pages )

 Quand on sait ce que les dépenses liées au handicap et aux personnes âgées représentent pour un département  et qu'une vingtaine d'entre eux sont en « situation de faillite (lire cet article) on ne peut que soutenir la démarche de l'ADF et encourager celle de NPNS, les deux allant dans un sens de plus de justice sociale.

 

http://www.tessolidaire.com/PAR_TPL_IDENTIFIANT/927/TPL_CODE/TPL_EDITO_FICHE/1530-handicap-solidarite-insertion-sociale.htm



Lire aussi:

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-maltraitance-ordinaire-des-vieux-46952552.html .


UE: Un mauvais coup de Nicolas Sarkozy
et de Bernard Kouchner ?

Le Président et son docile ministre des Affaires étrangères seraient-ils à nouveau à l’origine d’un mauvais coup contre les Palestiniens ?

Ils profiteraient des prochaines réunions du Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne, le 22 mars, et du Conseil d’Association avec Israël, le lendemain, pour relancer leur projet de « rehaussement » des relations entre l’Union et l’Etat israélien, lequel conférerait à ce dernier un statut de quasi Etat membre de l’Union.

En décembre 2008, sous présidence française, « notre » ministre des Affaires étrangères avait travaillé à cette décision, adoptée malgré le vote contraire du Parlement européen. Mais l’offensive meurtrière d’Israël contre Gaza avait fait, tout de même, capoter l’opération.

Si cette information devait se confirmer, il s’agirait d’une véritable et insupportable provocation, alors qu’Israël poursuit son siège inhumain de la population de Gaza et vient d’annoncer la construction de 1 600 logements nouveaux dans les colonies de Cisjordanie et à Jérusalem-Est (..)
Que, dans ces conditions et à contrario, l’Union européenne donne un gage majeur à Israël constituerait un encouragement insensé aux autorités israéliennes et un véritable reniement de ses engagements, réaffirmés en décembre dernier par ses ministres des Affaires étrangères. Ceux-ci s’étaient prononcés clairement pour l’édification d’un Etat palestinien indépendant dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale. C’était il est vrai après le rapport Goldstone…

Si elle veut contribuer à la paix, non seulement l’Union européenne ne doit pas « rehausser » les relations UE-Israël, mais elle doit suspendre l’Accord d’association tant qu’Israël n’en appliquera pas l’article 2, qui « fonde » sa mise œuvre sur le « respect des principes démocratiques et des droits de l’homme fondamentaux ».

L’AFPS appelle ses adhérents à redoubler d’efforts pour utiliser la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanctions comme moyen de pression et à agir contre le double langage des dirigeants français et européens. Elle les appelle aussi à élargir résolument le rassemblement nécessaire autour de cette action pour que les citoyens s’en mêlent. Pour que la paix progresse enfin au Proche-Orient, il faut impérativement en finir avec l’impunité d’Israël !

Bureau national de l’Afps
Association France-Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire
75011 Paris
Tél: 01.43.72.15.79
Fax: 09.56.03.15.79

mail : afps@france-palestine.org
site : www.france-palestine.org


L’expérience de Milgram

Cette expérience du début des années 60, consistant à soumettre des personnes à la pression d’une autorité, pour voir jusqu’où elles iront, a été reprise sous la forme d’un jeu télévisé.

Bilan : 81 % des signataires du contrat avec la production, ont obéi en allant jusqu’au stade ultime (voltage mortel).

On vient de vivre cela en vrai, avec la fausse pandémie. Tout cela montre que nous avons un devoir d’insoumission à toute autorité, quelle qu’elle soit.

Nous devons toujours réfléchir et juger par nous-mêmes.

L’éducation, la politique, le commercial, sont toutes choses qui prétendent réfléchir pour nous et nous imposer leurs solutions.

On pourra dire que 19 % de ceux qui ont signé le contrat étaient plus humains, sauf que ce n’est pas en cours d’exécution qu’il faut réagir, il est déjà bien tard, c’est AVANT de signer.

Il ne fallait pas signer pour ce jeu de con, voilà tout ! Ça s’appelle « voir plus loin que le bout de son nez » !

Il ne faut pas « rentrer dans le jeu » ! Il faut analyser la situation et s’insurger dès que l’on comprend le piège…

Nous n’avons pas le droit à la « connerie », mais un devoir d’intelligence ! Il faut considérer les conséquences globales de nos décisions et actes.

Pour la petite histoire, nous avons été confronté à cette expérience de Milgram, certes, pas en « immersion » (c’était en regardant un film avec Yves Montand), mais à l’énoncé de l’expérience, nous avons tout de suite vu l’aspect inacceptable et où cela pouvait mener, bilan : insoumission 100 % ! Ça vous étonne ?

Il faut passer d’une culture de soumission systématique à une culture de rébellion par défaut.

Plus d'infos sur : www. artemisia-college.org


Le crépuscule des psychopathes

“Notre société est dirigée par des fous ayant des objectifs démentiels. Je pense que nous sommes gouvernés par des maniaques ayant des fins maniaques et je pense avoir des chances d’être mis à l’écart comme fou pour avoir dit ça. C’est ce qui est fou à propos de ça. » – John Lennon, avant son assassinat par Mark David Chapman, sujet contrôlé mentalement par la CIA.

Lire la suite :

http://www.futurquantique.org/?p=47


presse+sarko.jpg                                                                 http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11655


Voter dimanche,
le commentaire d'Eva sur un forum :

L’abstention est ILLISIBLE, elle est démission, elle est renoncement à exprimer quelque chose. C’est la pire des solutions, en effet c’est celle qui se moque de ceux qui se sont battus pour que nous puissions nous exprimer ; c’est celle qu’on n’arrive pas à déchiffer. Pécheur à la ligne ? Pour moi, cette solution est indéfendable, elle est jusqu’au boutiste, elle fait le jeu du PIRE. Il faut à tous prix voter. Ejecter le plus tôt possible celui qui détruit la France (peut-être de façon IRREVERSIBLE), pour ne pas en être COMPLICE. Ensuite, tout est ouvert. D’abord se débarrasser du pire. S’abstenir, c’est rejoindre les gauchistes ou les anars. C’est NEGATIF. Moi, je me traînerai au bureau de vote le cas échéant plutôt que de ne pas faire mon devoir électoral et de faire le jeu des assassins de la France. Eva

Voir en ligne : Accomplir son DEVOIR électoral

Partager cet article
Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 19:00
Sarko-chienlit.jpg

Aucune voix ne doit manquer au 2e Tour !
Par eva R-sistons

Toute la Droite réunie fait 26 % !  Enfoncée, la Droite aux ordres de Sarkozy ! Aucune réserve de voix, l'unité imposée par le Président n'a servi à rien ! Et le score du FN sanctionne la politique de l'UMP, en arrivant en position d'arbitre dans certaines régions clefs !  Un résultat historiquement bas pour la Droite, c'est la Ie fois dans l'Histoire de la Ve République qu'on voit cela !  Si Sarkozy n'en tire pas les conséquences, ce sera un coup de force ! N'est-ce pas une constante, chez lui, d'ailleurs ? Au moins, le masque tombera définitivement !!! En tous cas, la France désavoue son Président lancé comme une lessive par les Médias !!!! La France veut garder son identité ! Quelle leçon pour les casseurs de l'UMP et du Nouveau Centre (qui n'a rien de centriste) !

sarko-porte-voix.jpg

Mobilisons-nous au 2e tour, pas une voix ne doit manquer contre la Droite sarkozienne qui assassine la France et ses valeurs ! Pour la petite histoire, en allant voter à vélo, j'ai dû lutter contre des vents violents contraires, et je suis arrivée à 17 h 58 ! Juste pour déposer mon bulletin en faveur de la liste Melenchon-Buffet, il sera temps, au 2e tour, de voter pour le libéralisme social, car tout doit être fait pour casser le casseur national ! Je ne suis pas de ceux qui font la politique du pire: Tout ou rien ! Je suis de ceux qui, d'abord, songent aux plus défavorisés, à toutes les victimes de la politique anti-sociale d'un Gouvernement au service du MEDEF, du CRIF et des Yankees. Ce n'est pas la politique dont nous rêvons ? Bien sûr ! Mais CHAQUE mesure (comme le RMI, la CMU...) qui panse quelques plaies du libéralisme gangrènant la planète, est une victoire NON négligeable. Même si le PS n'a plus rien de séduisant, c'est quand même lui qui avait créé plus d'un million d'emplois du temps de Jospin-Aubry, demandez aux chômeurs aujourd'hui, toujours plus nombreux, ce que cela signifie ! Et je suis persuadée que ce n'est pas la sociale-démocratie française qui renverrait dans un pays qu'il ne connaît pas, en laissant derrière lui sa famille en France, un jeune sur le point de décrocher un diplôme ! Avons-nous réalisé que nous sommes en pleine barbarie ? Nous nous dirigeons vers une France l'ombre d'elle-même, vers une France privée de tous ses idéaux, amputée de ses valeurs, de son indépendance notamment en matière de politique étrangère, de ses Droits de l'Homme, de ses protections sociales, de ses services publics, de son Ecole (celle de Jules Ferry que nous aimons), de sa Santé républicaine, et d'une façon générale de ses principes républicains, mais aussi de sa laïcité, de sa démocratie ouverte à tous et fraternelle, de son vivre-ensemble, de sa culture si diversifiée, de ses collectivités locales, et j'en passe !  Avons-nous réalisé que nous nous dirigeons vers une authentique dictature régnant en divisant les citoyens, vers une République bananière (songeons par exemple à nos Médias, complètement pervertis par un Clan au service d'Israël et de la Haute Finance impérialiste, eugénique, guerrière), vers une France complètement dénaturée, raciste, belliqueuse, alignée sur les diktats de l'Empire qui vampirise la planète, et qui sera au premier rang des guerres au service des multinationales et des milliardaires ? Si nous ne votons pas au second tour contre le Pouvoir qui tue la France sans vergogne, son emploi, ses idéaux, et qui la vend à l'Etranger pour un plat de lentilles, si nous restons chez nous au nom de je ne sais quelle déception ou espérance, eh bien nous ferons, peut-être de façon IRREVERSIBLE, le jeu d'un pouvoir infâme, nous serons COMPLICES de l'intolérable ! Et notre responsabilité sera historique !

sarkosalutnazi1218656099.jpgSarko_recherche.jpg

Mes amis, comme vous, en tant que Gaullienne (rassemblement, indépendance nationale, voix forte de la France, une certaine politique étrangère) de Gauche, d'une Gauche bien sûr anti-libérale, je ne suis pas satisfaite par les choix proposés, mais je REFUSE avec force, dans la clarté, le bourbier du refus de vote, qui confortera une politique scandaleuse, comme jamais la France ne l'a connue ! Une politique qui détruira tout ce qui fait l'identité de la France et qui, de façon honteuse, aggravera les inégalités, et surtout, qui menacera tout ce à quoi nous tenons ! Aussi, pour le 2e tour, j'appelle TOUS mes Lecteurs, quelles que soient leurs convictions et leurs états d'âme, à se mobiliser pour faire barrage à l'intolérable, en votant PARTOUT pour ceux qui rejettent la politique qui va ruiner la France et nos vies ! Face à un homme comme Sarkozy, nous avons le devoir historique de nous mobiliser, en amplifiant le rejet de sa politique ! Nous ne nous battons pas contre la Droite, en l'occurrence, nous nous battons pour davantage : Le salut de la France telle que nous la connaissons ! Car la France, j'en parlerai prochainement dans un article, est en voie de liquidation, et face à cela, l'abstention, notre abstention, serait criminelle !

Sarkozy-napoleon.jpg

La France s'est prononcée: Elle ne veut pas de cette politique destructrice. Et Sarkozy doit respecter notre vote, en tenir compte. Autant dire que nous devons nous exprimer, avec force, clairement, en disant NON à l'intolérable, plus que jamais, pour avoir une chance d'être entendus !

Votre eva R-sistons à l'intolérable  

NS-pas-d-argent-pr-citoyens-ms-pr-banquiers.jpg riche-et-esclaves.jpg


_______________________________________________________________________________


Ne nous trompons pas de cible !

Non au Nouvel Ordre Mondial, mais surtout au faux NOM !


NOM-globe-a-table-p.png

Les "Fous-de-rage" se trompent de cible !

bernard madone - (bernard.madone[at]laposte.net)
28/01/2010

c'est vraiment terrible !

Les gens sont comme posés sur des rails et ils avancent droit vers le destin qu'une certaine oligarchie leur a préparé, et tout ça en croyant, au contraire, être sur le chemin de l'émancipation.

Il y a 1 mois, je réagissais, sur ce site, à un billet intitulé :
Pourquoi ne parlent-ils pas?
http://www.dedefensa.org/article-pourquoi_ne_parlent-ils_pas_01_01_2010.html

L'auteur disait :
"Nous ne croyons pas que les dirigeants politiques soient collectivement aveugles, ou cyniques, ou manipulateurs. Nous croyons même qu’il n’y a aucune unité politique et psychologique entre eux, au contraire de la psychologie collective des populations et des couches intermédiaires de commentateurs qui prennent de plus en plus conscience de la crise fondamentale de la civilisation."

Il évoquait, à sa façon, la montée en puissance de ce qui est désigné ici comme le parti des "Fous de rage", face à des dirigeants en passe d’être dépassés par les événements.

Et j'ai indiqué en commentaire qu'on pouvait considérer :
" les hommes politiques et les instances "secondaires" que vous évoquez, comme de simples intermédiaires, n'ayant accès qu'à des informations finalement secondaires. Et ne percevant pas qu'ils se rendent complices d'une stratégie qui se joue sur une échelle de temps supérieure et qui leur échappe".

Il est possible qu’il n’y ait aucune unité politique et psychologique entre eux.
Leurs ambitions personnelles, les échéances de leur plan de carrière, les contraintes qu’ils subissent dans l’exercice de leur fonction, le degré de « flexibilité/résistance » des citoyens qu’ils « gèrent », …tout cela crée des divergences de vues, de méthodes et de priorités.
Mais les tribulations de ce village gaulois planétaire constituent un spectacle qui n’est pas anodin.
Cette « pagaille » apparente a pour effet de masquer à la population du Monde – et peut-être à certains dirigeants eux-mêmes - l’ordre qui se cache derrière le chaos et qui déroule implacablement son plan.

Et c’est là que les choses deviennent terribles.
Car c’est là que, statistiquement, la plupart d’entre vous, qui me lisez, allez basculer en mode autiste et renoncer à me suivre dans mon raisonnement.

Parce que la plupart d’entre vous souhaite conserver la considération de son entourage et souhaite rester accroché à la branche du « tronc commun » de réflexions socialement acceptables.
D’accord pour porter un regard critique sur le monde mais surtout pas pour tomber dans ces affreuses théories du complot, véhiculées par des esprits tordus.

Et pourtant…en faisant cela vous entrez dans une danse tout en vous interdisant de savoir qui bat la mesure.

Comment et par qui a été créé la FED (organisme privé bientôt centenaire)
Comment et par qui a été créé l’ONU et toutes ses organisations satellites
Quel est l’influence des cercles tels que Bilderberg, la Trilatérale, le CFR et quelques autres ?
Comment et par qui a été créé le GIEC ? (qui vous dit aujourd’hui que le CO2 humain est à l’origine d’un réchauffement planétaire)
Comment et par qui a été créée Roselyne Bachelot ? ;-)
Comment fonctionnent et qui finance aujourd’hui les grandes ONG qui soutiennent des causes « mondialistes » ? (santé, natalité, alimentation, écologie)



J’ai été sensibilisé à la plupart de ces questions
sur le forum LE SILENCE DES LOUPS (Décryptage d’un monde interdit aux moins de 16 dents)
http://www.pro-at.com/forums-bourse/bourse-1-30072.html

Et pour recentrer mon propos sur le Parti des « Fous de rage »,
voici un texte qui j’ai découvert justement sur ce forum, il y a plusieurs mois.

En gros, on décompose les gens en 3 groupes :

Groupe 1 : Ces millions de gens qui constamment renient tout, et qui ne verront jamais et ne voudront jamais voir le faux nouvel ordre mondial, croyant que la suppression des Etats-Nations, la Mondialisation, bref le faux nouvel ordre mondial, est une chose magnifique et que c’est là pour nous aider, (...)

Groupe 2 : le groupe qui est en traine de grossir, composé de gens qui ne veulent pas du faux nouvel ordre mondial, et qui ne peuvent pas accepter et tolérer les zombies du groupe 1, et ils se révolteront contre le faux nouvel ordre mondial = ce sont les "Fous-de-rage".

Groupe 3 : une extrême minorité de gens, qui essayent de faire passer le message du vrai nouvel ordre mondial. Probablement le groupe 1 et le groupe 2 ne comprendront pas la description du vrai nouvel ordre mondial par le groupe 3. Et la plupart des gens qui croient appartenir au groupe 3, généralement appartiennent au groupe 2 mais ne s’en rendent pas compte. Le groupe 3 est généralement ridiculisé et ignoré par les deux autres groupes.

Ainsi,
« Les gens deviennent de plus en plus au courant du faux nouvel ordre mondial, et la plupart des gens sont appelés à se révolter et à faire une révolution contre le nouvel ordre mondial; Et de ce fait, le faux nouvel ordre mondial faillira, ce qui fera croire aux gens qu’ils auront gagné et vaincu le malin, alors que le vrai nouvel ordre mondial, qui était caché depuis le début, sera introduit en tant que « nouvelle société » pour remplir le Nouveau Vide Mondial.

C’est le scénario classique de problème-réaction-solution:
Problème: Le Faux Nouvel Ordre Mondial
Réaction: Révolte global contre ce faux nouvel ordre mondial
Solution: Le Vrai Nouvel Ordre Mondial »

Renseignez-vous d'avantage pour ne pas commettre l'erreur de vous tromper de cible.

bernard madone - (bernard.madone[at]laposte.net)
28/01/2010 via dedefensa


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-l-ordre-qui-se-cache-derriere-le-chaos-et-qui-deroule-implacablement-son-plan-46599288.html

Le Good Club et Son Cheptel - Bill Gates parle de « vaccins pour réduire la population »
Bill Gates parle de
« vaccins pour réduire la population »


http://sos-crise.over-blog.com/article-les-humains-polluent-bill-gates-pour-l-eugenisme-vaccins-ogm-46650615.html


Oui à la démocratie, non au pouvoir de l'ombre
Comment y parvenir ?

Un mot d'introduction:
Le pouvoir du lobby juif dans le monde est écrasant, à travers les politiciens, les hommes d'affaires, les biologistes, les cinéastes, les historiens, etc, et bien sûr les médias. Tout est dénaturé par cette influence démesurée d'un petit nombre sur l'ensemble de la planète. Il faut que cela cesse ! Au nom du pluralisme, de la démocratie, de l'éthique, etc. Si l'on veut assainir la politique, il faut commencer par dénoncer ce Pouvoir de l'ombre, et y résister. Voici un article pour nous y aider, eva R-sistons à l'intolérable.

boycott-israel-j.jpg


Peut-on défier le pouvoir du lobby juif ?
Assurément. Voici ce qu’il est possible de faire





Plusieurs écrivains ont récemment écrit des articles ou des analyses critiques du pouvoir du lobby pro-israélien ou juif, et de son influence sur la politique usaméricaine au Moyen-Orient. La plupart de ces textes soulignent l’ascendant du lobby sur le Congrès, les deux principaux partis politiques américains [jumeaux, NdT] (en particulier, le Parti démocrate) et l’exécutif. Certains décrivent même ces lobbies pro-israéliens et les fédérations juives alliées, leurs nombreux instituts de propagande agissant sous couvert d’être des « boîtes à idées » [am. : think tanks, NdT], leurs publications propres ainsi que leur influence, voire leur contrôle sur les mass médias, depuis Hollywood jusqu’à la radio dite « publique », en passant par la presse écrite et la télévision. Toutefois, ces critiques et ces analystes finissent le plus souvent par se « peindre dans le coin de la pièce », en attribuant au lobby juif un pouvoir tel qu’il finit par décourager tout effort pour en contrer l’influence et modifier l’orientation de la politique usaméricaine. L’image d’un lobby juif quasi omniscient et omnipotent, par trop répétée, finit par en occulter la vulnérabilité ainsi que les questions très importantes autour desquelles une opposition ou un mouvement anti-hégémonique peuvent être organisés, aux USA.

 

Un bon point de départ pour mettre sur pied un mouvement de cette nature réside, dans certains cas, dans des campagnes consacrées à un unique thème ; dans d’autres cas, certains des rapports critiques publiés sur les agissements et le comportement du Lobby peuvent devenir des points de rassemblement en vue de s’organiser, d’impulser une nouvelle législation et d’améliorer les restrictions législatives imposées aux activités du Lobby.


Ce qui peut et doit être fait : 18 points, pour l’action

1 - Exercer des pressions sur le lobby pro-israélien afin de le contraindre à se déclarer [à l’Etat] en tant qu’agent d’une puissance étrangère. Il y a abondance de preuves, basées sur des documents publics, des observations, des témoignages, des interviews, qui démontrent que les dirigeants du Lobby prennent leurs ordres du gouvernement israélien, servent de courroies de transmissions de la politique israélienne aux USA, préparent les projets de lois soumis au vote du Congrès des USA en fonction des priorités israéliennes, coordonnent et transmettent de l’information issue du gouvernement des USA vers le gouvernement israélien et ont été impliqués dans des opérations d’espionnage, aux USA, au profit de la police secrète israélienne [Mossad]. Si, par exemple, l’AIPAC est obligée de se déclarer en tant qu’agent d’une puissance étrangère, on peut s’attendre à ce qu’un nombre important de ses membres actifs / de soutien soit démissionneront, soit se retireront, et que de gros contributeurs s’abstiendront de le financer, ce qui aura pour effet d’affaiblir la base financière et militante du Lobby.

Ensuite, d’autres membres de la coalition pro-israélienne vont s’insurger contre l’idée de s’associer avec une agence au service d’une puissance étrangère. Troisièmement, des officiels, tant élus que nommés, seront plus hésitants à suivre le mouvement ou à partager la plateforme programmatique d’une organisation attribuée à un gouvernement étranger, en raison de possibles implications juridiques ou, tout au moins, d’une piètre publicité.

2 – Organiser une campagne de retrait d’investissements placés dans des entreprises usaméricaines fournissant au régime israélien des armes de destruction massive, ou encore des équipements de travaux publics utilisés afin d’étendre la colonisation israélienne de la Palestine. Le boycott doit inclure le ciblage des industries militaires, qui contribuent à des « boîtes à idées » contrôlées par le Lobby, les fonds de pension des divers États et de l’Union qui investissent dans les Bons du Trésor israélien [Israeli Bonds], et qui devraient faire l’objet de pression les incitant à réinvestir ces fonds dans des industries productives et des services sociaux créateurs d’emploi et générateurs de richesses pour le peuple usaméricain.

3 – Créer une banque de données avec les noms et coordonnées de tous les personnages politiques clés qui font passer depuis fort longtemps Israël avant tout autre préoccupation et qui collaborent de longue date avec le lobby pro-israélien. Cette banque de données peut se focaliser sur le rôle joué par la configuration de pouvoir sioniste qui est actuellement impliquée dans l’arrimage des politiques usaméricaines aux politiques expansionnistes d’Israël. Cette banque de données peut enregistrer tous les principaux textes législatifs taillés sur mesure pour Israël par le Lobby, ou encore le nombre des voyages d’agrément aux frais de la princesse et des voyages d’étude [en Israël] organisés par le Lobby à l’intention de décideurs politiques. De plus, il faut collecter de l’information à tous les niveaux de « consultation » entre leaders politiques clés, notables religieux, organisations sionistes internationales et l’État israélien. La « banque d’informations » peut fournir des bases pour démontrer à quel point le Lobby est au service de la politique extérieure israélienne, gauchit la politique intérieure et étrangère des USA et contribue à faire taire ses détracteurs et à saper le débat démocratique interne. Autrement dit : la campagne anti-lobby peut représenter une part importante de la bataille des idées, et s’impliquer dans le combat visant à renverser la tutelle étrangère et à recouvrer notre liberté de débattre ouvertement du rôle joué par Israël et le lobby dans la politique des USA.

4 – Soutenir le boycott à l’échelle mondiale des échanges d’étudiants et des échanges universitaires avec des homologues israéliens et des institutions soutenant la colonisation et la répression contre les Palestiniens, et a fortiori y participant. En particulier, les psychologues et les psychiatres doivent faire pression sur leur association respective afin d’exclure tous leurs homologues israéliens impliqués dans des interrogatoires [habituellement accompagnés de torture] de prisonniers politiques.

5 – Faire passer des lois qui interdisent aux individus détenteurs de la double nationalité usaméricano-israélienne, en particulier les individus liés aux réseaux de renseignement militaire, d’accéder à des postes sensibles dans le gouvernement ou dans le contrôle des processus de nominations des partis politiques, comme c’est aujourd’hui le cas au Parti démocrate. De nombreux cas ont fait surface, de citoyens israélo-usaméricains, dans le secteur de haute technologie qui ont un accès direct à des logiciels affectant la sécurité nationale des USA, ainsi que de hauts responsables du Pentagone à double  nationalité duale, qui font la promo de politiques favorables à Israël, à grand frais pour les USA, et avec un coût exorbitant en termes de vies humaines sacrifiées.

6 – Organiser l’élimination des privilèges fiscaux d’Israël en matière d’exemptions d’impôts, de commerce, de technologie et de citoyenneté, qui pèsent sur le contribuable usaméricain, augmente la compétitivité d’Israël aux dépens des producteurs usaméricains et facilite l’immigration israélienne au détriment d’autres nationalités. Par-dessus tout, il faut exiger l’élimination totale ou une réduction drastique des plus de 3 milliards de dollars d’aide extérieure alloués à Israël, ainsi que des 10 milliards de dollars de prêts garantis accordés à un pays dont le revenu annuel par tête est de 21 000 dollars ! Les fonds [de pension], qui couvrent plus de 40 % du total des budgets d’aide étrangère américaine à Israël, doivent être consacrés à la couverture des dépenses de santé pour les 45 millions de citoyens usaméricains dépourvus de sécurité sociale, ou tout au moins alloués à des pays en Afrique, en Amérique latine et en Asie, où le revenu par tête ne dépasse pas 1 000 dollars par an.

7 - Soutenir les actions en vue de la fin de l’embargo usaméricain sur les biens, les services et l’assistance financière à la Palestine ; reconnaître le gouvernement Hamas démocratiquement élu. Rejoindre les parlementaires européens, libanais, et la plupart des gouvernements du Moyen-Orient et du Tiers-monde, dans la reconnaissance du Hezbollah en tant que parti électoral légitime et que mouvement social au Liban. Dans ce domaine, comme dans bien d’autres encore, le lobby sioniste et ses fans ne représentent qu’une petite minorité dans la communauté internationale des nations et dans l’opinion publique mondiale. Par sa domination sur la politique usaméricaine vis-à-vis du Liban et de la Palestine, le lobby a contribué à isoler les USA, à provoquer la colère de toutes les associations humanitaires consensuelles et apporté du crédit à la croyance mondiale selon laquelle Washington est une marionnette dans les mains des décideurs politiques israéliens.

8 – Soulever la question de la possibilité de traîner des responsables israéliens devant les tribunaux internationaux chargés de juger des crimes de guerre, ou devant des cours pénales chargées d’examiner les violations des Conventions de Genève et des protocoles du Tribunal de Nuremberg. S’ils ont des dossiers criminels suspendus au-dessus de leur tête dans diverses cours de justice, les criminels de guerre israéliens, tant militaires que civils, seront moins enclins à voyager à l’étranger, de crainte de se faire arrêter. De même, des procès civils peuvent être engagés afin de saisir des comptes et des dépôts bancaires israéliens afin de verser des réparations de guerre aux civils libanais concernés par les 15 000 domiciles détruits ainsi que par des dommages estimés à 10 milliards de dollars. Les familles des victimes civiles, ainsi que celles des gardiens de la paix de l’ONU assassinés doivent être encouragées à chercher à obtenir compensation aux USA, ainsi qu’auprès de leurs propres tribunaux locaux.

9 – Transformer le problème posé par l’allégation uni-bilatérale étatsuno-israélienne du danger prétendument posé par l’enrichissement d’uranium par l’Iran en une exigence plus conséquente et générale de faire du Moyen-Orient une zone exempte de toute arme nucléaire. Ceci permettra de mettre en lumière le fait que la détention par Israël de pas moins de 300 bombes nucléaires fait de ce pays une menace particulièrement préoccupante de guerre nucléaire au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde. La campagne anti-iranienne du Lobby vise à permettre à Israël de conserver ses armes nucléaires ; c’est aussi un moyen permettant de dissuader toute opposition aux visées expansionnistes de ce pays.

10 – Appeler l’Agence Internationale de l’Energie Atomique et les autres organismes de l’ONU chargés d’inspections nucléaires à enquêter sur les accusations portées contre Israël, selon lesquelles se pays est en train de fabriquer et de stocker des bombes nucléaires, ainsi que des armes chimiques et biologiques, contrairement à l’accord de non-prolifération. Le Lobby sera forcément sur la défensive, ayant à défendre les ruses et la politique de secret d’Israël en matière d’armes de destruction massive.

11 – Organiser des boycotts et des campagnes d’information afin d’exiger des mass-médias locaux, régionaux et nationaux qu’ils interviewent au moins autant de détracteurs d’Israël que de porte-parole. Proposer des débats, des tables rondes et des forums qui incluent des contempteurs d’Israël au moins aussi nombreux que ses porte-parole ; déposer des plaintes contre les lobbyistes juifs portant des accusations diffamatoires d’ « antisémitisme » contre des critiques avisés, qui subissent ensuite des exclusions professionnelles ou voient leur carrière brisée. Organiser des équipes de juristes afin de déjouer l’impunité des diffamateurs retors et des responsables de crimes de haine parmi les idéologues pro-israéliens.

12 – Exiger que les présentateurs d’informations, les analystes et les commentateurs traitant des questions moyen-orientales aient leurs affiliations organisationnelles et politiques clairement identifiées. Cela aidera à focaliser l’attention du public sur le parti pris extraordinairement unilatéral des médias, et cela affaiblira un des bras armés clés de la propagande du Lobby.

13 – Soutenir les législations interdisant aux individus à la double citoyenneté (et par conséquent aux loyautés duplices) d’occuper des postes décisionnels dans le gouvernement, tant exécutifs que législatifs. Comme nous l’avons vu, de nombreux décideurs politiques de haut niveau, fortement engagés dans le service des intérêts israéliens, conduisent notre pays dans des guerres désastreuses au Moyen-Orient.

14 – Soutenir toute législation révoquant la nationalité d’individus s’enrôlant ou s’engageant dans une activité militaire au service d’un gouvernement étranger. Le Lobby envoie des centaines de juifs usaméricains en Israël, où ils prennent part à des activités civiles et sécuritaires, ou s’intègrent dans l’armée israélienne au côté des recrues israéliennes, devenant des « réservistes » totalement endoctrinés dans la vision militariste israélienne du monde.

15 -  Un des moyens utilisés par le Lobby afin d’influencer ou de s’acheter la loyauté de législateurs et d’officiels usaméricain s consiste à les inviter en Israël, tous frais payés : là, ils sont endoctrinés et soumis à une intense propagande de toute une bande d’hommes politiques israéliens et de thuriféraires de l’État sioniste. Des projets de loi visant à interdire la propagande stipendiée et l’achat de voix au moyen de voyages aux frais de la princesse ont été débattus au Congrès, mais il a été coupé court à leur examen, en grande partie à cause des manœuvres du Lobby juif. Manifestement, il s’agit là d’un domaine où la corruption et le contrôle étranger sur notre politique étrangère convergent et seraient fortement sensibles à toute campagne visant à moraliser la politique publique.

16 – Depuis les attentats du 11 septembre 2001, des centaines d’Israéliens soupçonnés d’espionnage et plusieurs lobbyistes, dont des fonctionnaires du gouvernement et des militaires usaméricains ont été accusés d’espionnage au profit d’Israël. Néanmoins, il n’en a résulté aucune déclaration publique, ni aucune dénonciation dans les médias. Des campagnes doivent être organisées afin d’exiger un traitement et une publicité égale, concernant les espions israéliens, à ceux qui sont réservés aux agents non-israéliens. Les hommes de mains israéliens opérant à partir de leur ambassade doivent être dénoncés et arrêtés, au lieu de leur permettre de s’échapper en toute tranquillité, comme actuellement.

17 – Des propositions de lois doivent être déposées et les associations d’anciens combattants de toutes les guerres doivent être mobilisés afin d’exiger des auditions au Congrès au sujet du bombardement par Israël du croiseur de surveillance USS Liberty, avec des témoins directs appartenant aux survivants de notre marine. Cette commission devra enquêter sur la couverture assurée à cette affaire, par la suite, par l’administration Johnson, ainsi que le rôle qu’y a joué le Lobby.

18 – Enfin, il faut soutenir les partis politiques et les candidats opposés à l’occupation de la Palestine par Israël, à ses 3 milliards de dollars d’aide extérieure et à l’agenda belliciste du Lobby au Moyen-Orient. Soutenir une politique usaméricaine anti-colonialiste, la conversion du milliard de dollars de prêts accordés à Israël aux fins de reconstruire les régions désindustrialisées aux USA et renoncer aux interventions militaires au Moyen-Orient, qu’elles soient aux services d’Israël ou au service d’intérêts impérialistes.

Conclusion

Pouvons-nous empêcher les efforts du Lobby visant à forcer la main à l’Usamérique et de faire pression sur notre gouvernement pour qu’il envoie nos soldats, toujours plus nombreux, mourir au Moyen-Orient pour les beaux yeux du Grand Israël ? Oui. Mais ça ne sera pas facile, de toute évidence, en raison de fric qui s’écoule dans les auges du Congrès, du terrible parti pris des médias et de la couardise de beaucoup de nos propres faiseurs d’opinion. Mais le départ a été pris. Des militaires de haut rang, tant d’active qu’à la retraite, s’opposent depuis quelque temps aux décideurs politiques sionéocons du Pentagone, du Département d’État et du Congrès. Des institutions religieuses éminentes, telle l’Église presbytérienne épiscopalienne, l’Église du Christ, ainsi que des responsables des églises grecque orthodoxe, catholique et protestante ont fustigé les exactions d’Israël en matière de violation des droits de l’homme, et soutiennent diverses campagnes de boycott.

De grands syndicats canadiens (comme le syndicat du secteur public de l’Ontario, le CUPE), en Afrique du Sud, dans l’Union européenne et au Moyen-Orient ont exprimé leur condamnation de l’épuration ethnique et du militarisme israéliens. Des professeurs d’université, avec en tête des éducateurs britanniques et irlandais, soutiennent le boycott des universitaires et des instituts de recherche israéliens collaborant avec le régime israélien. Aux USA mêmes, en dépit des campagnes de propagande du Lobby, une majorité des citoyens n’ont pas soutenu les bombardements israéliens au Liban et elle ne supporte plus la guerre usaméricaine en Irak, fomentée par le Lobby.

L’opposition, comme la collaboration, avec le Lobby israélien traversent tout le spectre idéologique. Les opposants au rôle dominant exercé par le Lobby dans la détermination des politiques moyen-orientales usaméricaines en faveur d’Israël ont provoqué l’ire de nombreux écrivains, d’hommes politiques et d’officiers conservateurs traditionnels, ainsi que d’un nombre considérable de démocrates, de pacifistes, de gens de gauche, de Verts, d’Églises chrétiennes consensuelles et de Démocrates de base. Parmi les partisans du Lobby, on trouve la direction des deux principaux partis usaméricains, toutes les associations juives et tous les corps religieux juifs consensuels, la plupart des juifs libéraux et des non-juifs, ainsi que des néoconservateurs, des magnats des médias et des sionistes chrétiens fondamentalistes.

Deux questions fondamentales peuvent servir de test majeur pour mesurer les forces : guerre et / ou paix au Moyent-Orient ? et : Qui gouverne l’Usamérique ? Le Lobby, à l’intérieur et à l’extérieur de la branche exécutive du Congrès, a joué un rôle fondamental pour nous pousser à la guerre en Irak. Il représente le principal groupe de pression tentant de nous pousser à une guerre contre l’Iran, une guerre qui provoquera une confrontation majeure dans l’ensemble du Moyen-Orient, des attentats en Occident, qui menacera notre sécurité et provoquera une crise pétrolière et énergétique majeure, qui conduira vraisemblablement à une grave récession économique.

Le pouvoir de fomenter des guerres du Lobby dépasse de beaucoup celui de tout corps élu, tels qu’ils sont constitués aujourd’hui, en raison de la peur panique que les responsables officiels élus et les faiseurs d’opinion ont de la brutalité politique vengeresse du Lobby.

Mais nous autres, les citoyens usaméricains, nous sommes confrontés à un autre problème tout aussi grave : notre perte de contrôle sur notre propre processus politique ; le pouvoir du Lobby est au service inconditionnel de l’État israélien. Ce qu’Israël dicte, le Lobby le poursuit et l’obtient grâce à son réseau de plusieurs centaines de milliers d’activistes et à ses centaines de millions de liquidités. Ceux parmi nous qui s’élèvent pour défendre le droit qu’a l’Usamérique de décider sa propre politique au Moyen-Orient, hors toute intervention du Lobby israélien, sont confrontés au défi de recouvrer notre liberté de choisir. La liberté de choisir qui et ce que nous soutenons au Moyen-Orient, sans être menacés de représailles politiques, financières ou sociales, sous la forme de diffamation ou d’ostracisme public. Nous, la plus puissante des puissances militaires et économiques, nous sommes politiquement et culturellement colonisés. Comme d’autres mouvements de libération nationale, nous devons lutter afin de nous libérer de la tyrannie d’Israël sur notre politique au Moyen-Orient. Dans les années 1950, nous avons fait face à l’anticommunisme maccarthyste, une ruse visant à nous entraîner dans la Troisième guerre mondiale. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à la diffamation de l’antisémitisme sioniste, une ruse pour nous pousser dans une nouvelle guerre mondiale contre les pays musulmans et les pays qui s’opposent à l’expansion d’Israël. De même qu’une large coalition, allant de la gauche au Secrétaire à la défense, a pu vaincre le maccarthysme dans les années 1950, conduisant à la détente des années 1970, de même, aujourd’hui, une coalition similaire peut aboutir à la défaite des politiques de guerre du Lobby israélien, et conduire à notre autodétermination et à notre dignité nationale en quête d’une politique étrangère démocratique.

Mes amis : ceignez-vous les reins et videz votre vessie : ça va être un combat d’enfer, où tous les coups seront permis !

 


Dissidentvoice

 

Traduit de l'anglais par Marcel Charbonnier et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l'intégrité et d'en mentionner sources et auteurs.


James Petras est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  Articles de James Petras publiés par Mondialisation.ca


http://sos-crise.over-blog.com/article-que-faire-pour-arriver-a-limiter-le-pouvoir-de-l-ombre-ecrasant-du-lobby-juif-46682606.html



casse_toi_pov_con.jpg




http://sos-crise.over-blog.com/article-no-sarkozy-day-j-14-beaucoup-de-manifs-a-prevoir-46647867.html



La mort de notre école, extraits:


(..)

– à court terme, on retrouverait très vite la distinction entre « bons » et « mauvais » établissements, sans compter qu’un nombre non négligeable d’élèves « à problèmes » se retrouveront encore plus facilement en marge du système. Mais évacuer ce problème des établissements ne résout rien sur le fond : le problème social demeure, de façon sans doute accrue compte tenu de l’accentuation de la désocialisation qui s’ensuivra ;

– à plus long terme, comme dans tout secteur d’activité soumis aux lois du marché, on verra apparaître un phénomène de concentration des entreprises, donc la naissance de « multinationales de l’éducation » qui disposeront d’un pouvoir croissant et de capacités de lobbying étendues face à des structures étatiques affaiblies. Ces multinationales disposeront alors d’un pouvoir colossal, de surcroît extrêmement menaçant pour la démocratie : celui de décider ce qui doit être enseigné et à qui. C’est 1984 dès le berceau…

Autre scénario, qui n’est pas exclusif des deux précédents : le recours croissant à l’utilisation des nouvelles technologies, du type i-pad par exemple, pour assister l’enseignant, voire se substituer à lui (prof absent ? Pas de problème, suivez votre cours à distance sur un terminal mobile). Ce type d’outil peut se révéler à la fois un formidable instrument d’acquisition des connaissances pour des élèves « au-dessus de la moyenne » qui seront en mesure d’en tirer tout le potentiel, et un miroir aux alouettes, un leurre, pour l’élève « en-dessous de la moyenne », incapable de s’auto-discipliner, de s’auto-orienter, de critiquer le matériau dont il dispose pour arriver à en dégager une synthèse personnelle.
  
C’est en définitive le dénominateur commun – particulièrement préoccupant – de toutes ces évolutions : il est fort probable que nous assistions dans l’éducation à ce que nous vivons aujourd’hui dans l’entreprise : l’atomisation de l’individu (professeur ou élève) face à des multinationales (réseaux d’établissements d’enseignement, fournisseurs de « savoirs »… ou les deux sous la même bannière) uniquement préoccupées de rentabilité financière.

http://lalettredulundi.fr/2010/03/14/avec-nos-enfants-a-bord-du-titanic/

Eva: Je crois que Sarkozy va définitivement tuer l'école, en laissant chacun apprendre chez soi : Télé-Enseignement. Quelle économie ! Et finis les contacts, les manifs etc.... Nous allons tous droit dans le mur !!!


L'occupation ferme al-Qods devant les fidèles palestiniens
La grande démocratie israélienne
s'en prend au lieu saint d'Al-Aqsa 

Les forces de l'occupation ont fermé les portes de la mosquée sainte d'al-Aqsa devant les Palestiniens qui se sont dirigés vers la ville occupée d'al-Qods pour faire la grande prière de vendredi 12/3, en conséquences, 3 mille croyants seulement ont pu arriver à al-Aqsa, alors qu'elle comptait plus de 30 mille fidèles, tous les vendredi.

Des observateurs ont considéré que cette mesure et pratique oppressive israélienne est une nouvelle escalade contre les Palestriniens qui veulent faire leur prière dans la mosquée d'al-Aqsa.

Ces mesures sionistes ont obligé des milliers de fidèles de faire leurs prières devant les barrages militaires sionistes.

Des sources locales ont dit que les forces occupantes ont confisqué les cartes d'identité des croyants, dans une tentative pour les terroriser, mais les palestiniens ont refusé ces mesures en s'accrochant avec les soldats sionistes dans différentes régions de la ville sacrée.

Les sources ont indiqué que plusieurs croyants palestiniens ont été blessés après les attaques des soldats sionistes qui ont utilisé les bâtons, les bombes sonores et lacrymogènes ainsi que les balles en métal.

http://www.alterinfo.net/L-occupation-ferme-al-Qods-devant-les-fideles-palestiniens_a43761.html

et ce n'est pas tout:

Israël lance des invitations pour assister à l’ouverture d’une synagogue à l’intérieur de la Mosquée Aqsa

Manifestation Place de l’Opéra à Paris : La police interdit la manif et arrête les membres du Collectif Cheikh Yassine




Appel lancé en 2004
par les anciens du CNR de 1944...
auquel il est bien temps de répondre!

 



Signer la pétition   -   Voir les signataires


 

Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.

Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :

Nous appelons d’abord
les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15mars1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des " féodalités économiques", droit à la culture et à l’éducation pour tous, une presse délivrée de l’argent et de la corruption, des lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales,alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’ Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

Nous appelons ensuite
les mouvements, partis, associations,institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau "Programme de Résistance " pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

Nous appelons enfin
les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous.

Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : " Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ".

 

 

Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.

 


A lire : Bon appétit: Voici le fromage sans lait, et la viande artificielle !!!
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11577



Ben Gourion.jpg 
Les voleurs à l'honneur - Merci Delanoë !

David Ben Gourion (né Grün) - 1886-1973
Ce 13 avril 2010, en compagnie du président Israélien Shimon Pérès, le maire de Paris devrait inaugurer une esplanade "Ben Gourion" sur les Quais de Seine.
 Après une promenade déjà dédiée au premier Premier ministre israélien (de 1948 à 1963) et un parc portant le nom d'Yitzhak Rabin, l'Etat d'Israël s'installe encore un peu plus dans le cœur de la ville lumière. Yasser Arafat, qui avait partagé le Nobel de la Paix avec Rabin, et la Palestine dans son ensemble, attendent toujours de Paris pareils gestes de reconnaissance. De plus, ce n'est pas un prix Nobel de la Paix que Monsieur Delanoë s'apprête à célébrer le mois prochain. Loin  de là : David Ben Gourion est l'un des plus importants leaders du mouvement sioniste israélien.
"Si j'étais un leader Arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C'est normal ; nous avons pris leur pays. Il est vrai que Dieu nous l'a promis, mais comment cela pourrait-il les concerner ? Notre dieu n'est pas le leur.
Il y a eu l'antisémitisme, les Nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce leur faute ? Ils ne voient qu'une seule chose : nous sommes venus et nous avons volé leurs terres. Pourquoi devraient t-ils accepter cela ?"

Cité par Nahum Goldmann dans "le Paradoxe Juif", page 121

Alter Info - 13.03.10
http://www.marcfievet.com/article-etranger-david-ben-gourion-merite-t-il-une-esplanade-a-paris-46648927.html


lula20foto_oficial1.jpg?w=226&h=300


Lula: Je ne veux pas
que ce qui s'est passé en Irak
se répète en Iran !

Cette analyse de Lula concernant l’Iran est sage. Soyons clairs je ne suis pas une fanatique du président iranien Mahmud Ahmadinejad, ni d’une république islamique, mais ceux qui les attaquent et surtout nous refont le coup de « la démocratie » pour empêcher ce pays d’avoir droit à sa souveraineté y compris en matière nucléaire et pour l’asphyxier, voir préparer une invasion, sont bien pires, surtout pour le peuple iranien qu’ils espèrent vouer à la tragédie irakienne et afghane. Que le peuple iranien gère son propre destin. En ce qui concerne sa volonté de voir s’élargir le Conseil de sécurité je l’assortirai personnellement d’un rôle nouveau et de nouveaux pouvoirs attribués à l’Assemblée Génétrale de l’ONU.  Lula est un homme sage et il n’en manque pas heureusement dans le monde aujourd’hui, espérons qu’ils l’emporteront sur la folie qui peut conduire à la fin de l’humanité.(note et traduction de danielle Bleitrach pour changement de société). 


Le président  Luiz Inácio Lula da Silva, a déclaré dans un entretien avec AP que le Brésil jouera un rôle actif dans le scénario mondial, en agissant dans les négociations de paix pour le proche orient et le conflit nucléaire avec l’iran, avec des propositions de dialogue avec le Moyen-Orient et l’Iran.

http://socio13.wordpress.com/2010/03/10/lula-je-ne...
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11533




http://www.partiantisioniste.com/communications/nucleaire-civil-au-moyen-orient-le-paradoxe-francais-0367.html


Stats R-sistons visiteurs hier: 



Voter dimanche,
le commentaire d'Eva sur un forum :

L’abstention est ILLISIBLE, elle est démission, elle est renoncement à exprimer quelque chose. C’est la pire des solutions, en effet c’est celle qui se moque de ceux qui se sont battus pour que nous puissions nous exprimer ; c’est celle qu’on n’arrive pas à déchiffer. Pécheur à la ligne ? Pour moi, cette solution est indéfendable, elle est jusqu’au boutiste, elle fait le jeu du PIRE. Il faut à tous prix voter. Ejecter le plus tôt possible celui qui détruit la France, pour ne pas en être COMPLICE. Ensuite, tout est ouvert. D’abord se débarrasser du pire. S’abstenir, c’est rejoindre les gauchistes ou les anars. C’est NEGATIF. Moi, je me traînerai au bureau de vote le cas échéant plutôt que de ne pas faire mon devoir électoral et faire le jeu des assassins de la France. Eva

Voir en ligne : Accomplir son DEVOIR électoral

Partager cet article
Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 00:42





http://libertesinternets.files.wordpress.com/2010/03/elysee_guignol.jpg

Merci à Léa (www.dazibaoueb.fr)



___________________________________________________________________________________________





J'en profite pour vous donner des nouvelles de Laplote,
de Sarkozy, des cieux, et de Jean Ferrat
Eva



Sarko16'.jpg
Il a dit pause !


Sarko17'.jpg
Pédophilie au Royaume des Cieux
(NB Eva: Le petit rouquin m'en rappelle un autre, même frimousse, non ?) 


Sarko18'.jpg 


Jean Ferrat s'évade


http://laplote.blogs.courrierinternational.com/



Hommage de notre amie Danièle Dugelay à Jean Ferrat:

Je viens d'apprendre à la radio la mort de Jean Ferrat. J'ai de la peine et j'ai pensé prévenir mes amis, car je pense que nous sommes nombreux à avoir plus que de l'admiration pour  ce grand poète : une sorte d'affection profonde pour l'homme, pour sa profonde humanité, pour son engagement. Il savait mettre en musique et en poésie ses sentiments, ses amours, la beauté de la nature, mais aussi ses convictions, ses révoltes, et paroles, musique, poésie, tout cela s'harmonisait si bien qu'il semblait que c'était un ensemble parfaitement naturel et qu'il était impossible de faire mieux.
 
J'espère qu'il restera longtemps, longtemps vivant dans la mémoire des hommes. 
 
                                                                                                                                  Danièle
  

D'un autre Lecteur:

Ma  chère EVA
 
Je suis triste ! Jean Ferrat, mon idole, est mort -
 
Que votre plume exprime notre tristesse  -
C'étaient plus que des chansons - Toutes étaient des poèmes pour la liberté
 
Je le pleure - je le croyais immortel
merci d'avance



A lire: Jean Ferrat, c'est un joli nom, camarade !
http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/03/14/17222450.html


Les derniers articles sur les blogs d'Eva
désinformation,



Autres blogs d' eva R-sistons :


- R-sistons à l'actualité
  http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

- R-sistons au choc de civilisations
 
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/


- Eva coups de coeur blogs
 
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/






La soirée électorale du 14 mars avait un goût de "France d'avant". De retour en effet les votes contestataires, de retour les mines déconfites, de retour les "surprises" dont nous avions perdu l'habitude depuis 2007.

Manifestement, ce que les "élites" politiques et médiatiques ont pris l'habitude de nommer la "parenthèse enchantée", qu'on devrait plutôt appeler "parenthèse enfumée", est en train de se refermer. Cette parenthèse s'était ouverte en 2007 quand 85% des électeurs avaient facilement envoyé en final les 2 candidats préqualifiés de longue date par les médias. Elle avait été analysée par tous les politologues habitués des plateaux de télévision comme le retour de la "confiance" des Français dans la politique, l'affirmation de la bipolarisation, la "maturité" de la démocratie française, qui verrait s'opposer désormais comme les autres une droite "moderne" à une gauche "moderne".

Cette parenthèse se referme, parce qu'elle devait se refermer. En réalité, il n'y a jamais eu, par magie, de retour des Français vers la politique. Il y a simplement eu un espoir très fort en 2007 pour un candidat prestidigitateur, bien conseillé et bien aimé des médias, un candidat qui avait menti et enfumé comme jamais. Devenu président, Nicolas Sarkozy a continué de raconter des fables aux Français, de leur faire croire à grands renforts de communication qu'il s'occupait de leur sécurité, de leur pouvoir d'achat, de leur emploi, et des questions relatives à l'immigration et la refonte du capitalisme mondial.
Mais peu à peu les brumes se sont dissipées. Les coups médiatiques ont commencé à moins bien marcher, parce que la réalité a rattrapé la fiction. Un nombre croissant de Français ont compris que ce gouvernement ne faisait en réalité strictement rien, si ce n'est de poursuivre sur la voie de la gestion eurolibérale dans laquelle les gouvernements de gauche et de droite ont engagé notre pays depuis plusieurs décennies. Ils ont constaté les échecs sur tous les fronts : insécurité (violences aux personnes en hausse de 30% depuis 2002, et suppression massive de postes de policiers et gendarmes chaque année), pouvoir d'achat, euro, etc.
Tout ce qui passait pour du volontarisme a été peu à peu décrypté comme la simple agitation de thèmes de campagne. Le débat sur l'identité nationale a été de ce point de vue très révélateur.
Comme nous l'écrivions à l'époque, il s'agit du premier vrai échec de la stratégie d'enfumage du président. Pour la première fois, de façon massive, les Français ont compris que ce débat n'était qu'un leurre électoraliste, qui ne reposait sur aucun engagement sincère, ni aucune volonté réelle d'avancer.

Dès lors, le gouvernement et le président de la République paraissent aujourd'hui en voie de démonétisation accélérée. Ils pourront tenter d'user à nouveau de leur stratégie des coups de communication, les "opérations coup de poing" dans les banlieues et autres discours musclés du chef de l'Etat contre la loi de la jungle financière, ceux-ci de plus en plus glisseront sur l'opinion publique, sans plus être capables de la pénétrer et de la tromper.

C'est bien ce que traduit le premier tour des élections régionales : la sortie de l'illusion, la fin d'un rêve, qui avait toutes les allures d'un cauchemar. La "France d'après", celle où tout est apaisé et bipolarisé dans les urnes, a fait long feu. Et c'est une bonne chose : l'illusion ne permet pas d'avancer.

Beaucoup de ceux qui se sont réveillés de ce rêve ont pour l'heure rejoint le camp des abstentionnistes, ou par habitude sont revenus au Parti Socialiste souvent sans trop y croire, ayant bien compris que PS et UMP partagent les mêmes orientations politiques de fond. Qu'une force parvienne à les mobiliser, à répondre de façon crédible à l'immense attente qui monte dans le pays, et le changement  véritable sera rendu possible.

http://www.levraidebat.com/article-regionales-la-france-d-apres-est-morte-46770310.html




Jean Ferrat répond à un fanatique sioniste

Jean Ferrat

...qui critiquait sa célèbre chanson "Nuit et brouillard".


Extrait de l’interview de Meir Weintrater, rédacteur en chef de la revue sioniste de gauche (si, si c’est officiel ), l’Arche dans le n° de mars-avril 2005, au cours de laquelle il se livre à un violent réquisitoire contre Jean Ferrat accusé de quasi négationnisme.

« Je vais vous donner un exemple qui m’a frappé. La chanson « Nuit et brouillard », décrit les victimes, des gens qui sont dans des « wagons plombés » et dit : « Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel, Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vishnou D’autres ne priaient pas mais qu’importe le ciel Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux ».

Les deux derniers vers évoquent les résistants, essentiellement les résistants communistes, puisque c’était la mouvance à laquelle appartenait Jean Ferrat. Dans les deux premiers vers, Natacha fait référence à l’Union Soviétique, Jean-Pierre, on comprend aussi. Le seul moment où l’identité juive apparaît est dans Samuel et Jéhovah. Quant à Vishnou, on suppose que c’était pour faire la rime. Aujourd’hui, un tel texte serait attaqué pour négationnisme implicite. Pourtant, je me souviens que j’étais à l’époque très content de cette chanson et ma génération l’a accueillie avec soulagement. On avait le sentiment que l’on reconnaissait quelque chose implicitement même si cela restait très marginal.

NAM : Que faut-il en déduire ? M.W : Que Jean Ferrat lui-même, en tant que Français communisant, et bien que de père juif avait intériorisé la minoration de la persécution des Juifs, alors même que son propre père est mort en camp d’extermination.


REPONSE DE JEAN FERRAT :

Monsieur Jean Ferrat 07530 ANTRAIGUES

Monsieur Meir WEINTRATER

Rédacteur en chef de la revue « L’Arche »

Antraigues, le 24 février 2005

Monsieur,

Je viens de prendre connaissance de votre interview publiée par « Nouvelles d’Arménie Magazine » de janvier 2005 et ne saurais rester sans réagir à vos déclarations me concernant et concernant aussi ma chanson : « Nuit et brouillard », car c’est la première fois depuis 42 ans qu’elle suscite une réaction de cette nature. C’est la première fois qu’on me reproche, en définitive, de n’avoir pas parlé uniquement de l’extermination des juifs. Vous osez le faire. J’ai envie de dire : « Tant pis pour vous », mais je vous rappelle que justement, « Nuit et brouillard » est dédié à toutes les victimes des camps d’extermination nazis quelles que soient leurs religions et leurs origines, à tous ceux qui croyaient au ciel ou n’y croyaient pas et bien sûr, à tous ceux qui résistèrent à la barbarie et en payèrent le prix.

Que vous puissiez justement, faire un compte dérisoire en regrettant que : « Le seul moment ou l’identité juive apparaît est dans Samuel et Jéhovah » me paraît particulièrement indigne. Je ne puis également accepter vos interprétations tendancieuses qui concernent les résistants que je célèbre et qui seraient, d’après vous, : « essentiellement communistes ». Je passe sur l’évocation de « Vishnou » que je n’aurais utilisé que pour la rime alors qu’il symbolisait pour moi toutes les autres croyances possibles.

Si j’avais aujourd’hui à regretter quelque chose, c’est de n’avoir pas cité les autres victimes innocentes des nazis, les handicapés, les homosexuels et les Tsiganes. Mais il est temps, à présent, d’en venir à votre affirmation finale : « Aujourd’hui, un tel texte (vous parlez, bien entendu, de « Nuit et brouillard ») serait attaqué pour négationnisme implicite ».

Je me demande par quelle dérive de la pensée on peut en arriver là, et si vos propos ne relèvent pas simplement de la psychiatrie.

Jean Ferrat

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11718

Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 02:00
Juif-table-loi.jpg

Israël, une menace pour le monde ?
Par eva R-sistons

Mes amis,

A partir de certains faits, et des forums que j'ai pu suivre, je vais vous donner mon avis.

Les faits, d'abord. Plusieurs hautes personnalités israéliennes ont clamé haut et fort - mais leurs propos n'ont pas été répercutés par les médias en France, pays dit "démocratique" pourtant l'un des moins libres du monde en matière d'indépendance de la presse - leur désir d'en finir avec les Palestiniens, les Iraniens, les Syriens etc... quitte à leur réserver le sort du Japon au temps d'Hiroshima. Un exemple ? Le Ministre des Affaires Etrangères lui-même ! Compte tenu du fait que les Palestiniens ne sont nullement responsables de la Shoah, c'est tout simplement monstrueux: Il ne s'agit pas d'appliquer le célèbre "oeil pour oeil, dent pour dent" ! Non, Israël n'a aucune morale et cet Etat est prêt à se débarrasser de tous ceux qui le gênent. Pour des raisons religieuses, de domination, d'espace vital, de "Grand Israël" - ou pour s'emparer des ressources des autres.

Le passé d'Israël, ses crimes, ses violations du Droit International, son besoin de faire la guerre... plaident dans le sens d'un mépris total des autres et des conséquences de ses actes sur les autres. Son racisme ne vise d'ailleurs pas seulement ceux qui ne sont pas Juifs: Il concerne également les plus pauvres, les "sous-citoyens" israéliens, par exemple d'origine éthiopienne. Vous avez dit démocratie ? Bien des Israéliens n'ont rien à envier aux Nazis, tant décriés, en matière de racisme...

Plus Israël parle de moralité, moins son comportement est éthique. Mensonges et hypocrisie ("pas d'arme nucléaire"), vols (des terres, de l'eau etc, et même des biens appartenant aux pauvres Palestinens quand les soldats occupent un quartier), meurtres ciblés ou de masse en violant toutes les résolutions internationales, adoration de Mâmon le Dieu de l'Argent, du Veau d'Or - encore et toujours -, convoitise de ce qui ne lui appartient pas, haine des autres, racisme (supériorité de la race, mépris pour ce qui n'est pas Juif), orgueil (peuple "élu", ayant tous les droits et ne les accordant pas aux autres...), machiavélisme (destabilisation des Etats, susciter des divisions pour régner...), etc etc. Les péchés d'Israël sont innombrables, ses crimes sont impunis, et le Dieu de la Bible a beau envoyer des prophètes, Israël a encore et toujours "la nuque raide", refusant d'écouter son Dieu, préférant par exemple décider lui-même de tout plutôt que d'appliquer les Préceptes divins qui lui ont été confiés ou les consignes célestes: "L'Eternel combattra pour toi" (comme à Jéricho par exemple).

Les faits parlent d'eux-mêmes: Israël est déjà jugé. Nul ne peut contester la réalité ! Et il suffit d'aller sur les forums de ses citoyens, pour voir éclater au grand jour la haine, l'orgueil, le mépris, le racisme, l'intolérance, le rejet, le désir d'en découdre quelles que soient les conséquences, etc etc. J'ai personnellement participé à des forums sur certains sites juifs, et l'agressivité sans limites des participants m'a effrayée ! Il faut l'avoir expérimenté pour le dire. A plusieurs reprises j'ai voulu comprendre, partager, discuter, proposer, débattre.. inutile, la malveillance est la règle générale. Une malveillance  colossale et qui me faisait mal... Quoi, le peuple qui se dit "l'élu", le peuple à qui l'on doit le monothéisme et les commandements divins, le peuple appelé à être saint, exemple, ce peuple-là peut-il se prosterner devant les idoles du monde comme l'argent, ce peuple-là peut-il transgresser les commandements impératifs qui lui ont été confiés ?

Mon impression ? Il n'y a pas plus raciste, haineux, belliqueux, arrogant, méchant, cupide, rancunier... que cet Etat pourtant appelé à être un modèle pour le monde ! Quel décalage entre préceptes et vécu !


Israël, menace pour le monde ?

Israël est-il une menace pour le monde ? Bien sûr ! D'abord en accaparant tous les postes clefs, avec ses dirigeants politiques - dans tous les partis - ou d'entreprises, ses financiers, ses journalistes, ses historiens, ses cinéastes... il porte atteinte à la démocratie, à la nécessaire neutralité (comme dans les médias), aux libertés, à la volonté de justice ou de paix des citoyens... Sur TV5 Monde (émission Kiosque, débats entre journalistes du monde entier commentant l'actualité du moment), il y a quelques années, l'animateur a dit: "Si je comprends bien, à travers les USA et son droit de véto à l'ONU, Israël oriente toute la politique du monde...". Effectivement, ce minuscule Etat a un pouvoir disproportionné, et c'est une injustice colossale, à nulle autre pareille... oui, ce pouvoir n'a pas d'équivalent dans le monde. Les Protocoles des Sages de Sion seraient un faux ? Qu'importe ! S'ils disent effectivement que ce peuple détient les principaux leviers, ils collent à la réalité, aux faits, tout simplement...

Il suffit de participer aux forums, d'écouter parler les citoyens juifs (notamment sur le site juif.org), pour comprendre qu'ils aspirent réellement à rayer l'Iran de la carte, et d'une façon plus générale Arabes et Musulmans, et encore plus généralement, tous ceux qui ne sont pas des leurs. Quid d'une personne comme moi, ayant une mère russe d'origine plus juive qu'orthodoxe, et attachée à l'indépendance totale, à la justice, à la paix, donc très critique vis-à-vis de ce peuple "fier et dominateur", pour reprendre le mot du Gl de Gaulle ? N'ayant aucun parti ni parti-pris, sinon ceux de la vérité, de la paix, de la justice... 

Ensuite, Israël ressasse sans cesse son passé au lieu de s'en libérer, d'aller de l'avant. Tous les psy diront que c'est très malsain. Conséquences ? Il prend les autres pour boucs-émissaires, il a envie de se venger, il est prêt à tout pour s'affirmer... sans égard pour autrui.

Comme les déclarations de sommités israéliennes sont, elles, particulièrement préoccupantes, comme les faits passés parlent d'eux-mêmes, comme Israël est dirigé par une équipe d'extrémistes fanatiques, dangereux, comme il n'a aucun sens moral ni respect pour les autres (sauf exceptions célèbres comme Stéphane Hessel ou Théo Klein), on peut en effet craindre le pire. J'ai déjà d'ailleurs moi-même dit que si Israël, après avoir agressé les autres, reçoit la monnaie de sa pièce, il n'hésitera pas, s'il est acculé, vaincu, à se venger sur tous, même européens ou américains, des malheurs qu'il aura lui-même provoqués, et il utilisera son arsenal nucléaire pour anéantir le monde avec lui. C'est absolument ignoble. Mais maintenant que j'ai compris ce qu'est réellement Israël, je n'ai plus aucune illusion. Ce qui est annoncé par les notables les plus belliqueux d'Israël se réalisera tôt ou tard. Car tôt ou tard, l'effet boomerang jouera à fond contre Israël. Celui qui sème le vent finit par récolter la tempête...

Et dans ce cas, Israël qui avait été "élu" pour être modèle, guide, exemple, sera, en définitive, le fossoyeur de l'humanité. Là-dessus, je n'ai plus aucun doute.

A moins d'un sursaut, nous serons tous condamnés par la volonté d'un seul Etat. Est-il encore temps d'inverser la vapeur ?

Eva R-sistons à l'intolérable en marche, à l'apocalypse future... par amour de la vie, si précieuse !

                           
                            Historien israélien :"Nous serons contraints à détruire l'Europe.. le monde"!!
                   Historien israélien :"Nous serons contraints
                          à détruire l'Europe.. le monde"!!

Le professeur historien israélien, Martin Van Karfeld, a déclaré qu' « Israël se verra obligé de détruire le continent européen, au cas où il est menacé d’effondrement total...»
 
Le professeur Karfeld qui est un spécialiste en histoire militaire à l'Université hébraïque de Jérusalem occupée (al-Qods occupée) a déclaré lors d'une interview rare diffusée sur la 7ème chaîne sioniste, qu'"Israël doit considérer le continent européen comme une cible ennemie, au cas où Israël ressentira l'effondrement définitif ou proche de ses frontières".
Et Karfeld poursuit : « l'entité sioniste possède des centaines de têtes et fusées nucléaires qui dépassent la capitale Italienne, Rome, et les autres capitales européennes qui seront certainement des cibles de l'aviation israélienne si le gouvernement ressentira un effondrement décisif ou proche des frontières d’Israël et nous sommes vraiment capables de détruire le monde entier !
 
Pour ce qui est du peuple palestinien, Karfeld met en garde contre sa vigilance et sa résistance, se félicitant de la politique discriminatoire adoptée par l’ entité sioniste, ainsi que la punition collective et la construction du mur d'apartheid.
Karfeld a d’ailleurs encouragé les autorités israéliennes à détruire plus de  maisons palestiniennes afin d'expulser tous les Palestiniens hors d'"Israël" (les territoires palestiniens occupés en 1948), soulignant que  l’entité sioniste attend l'instant approprié pour l'exécution décisive de cette stratégie contre les palestiniens.
 
L'expert et analyste militaire israélien est paru content des massacres de Sabra et Chatila, encouragent les forces occupantes israéliennes à utiliser toutes formes d'agressions et violations contre les Palestiniens, répétant certaines allocutions de Moshé Dayan : "Israël doit toujours se comporter comme un chien enragé, et il faut qu'il apparaisse très dangereux aux autres, et non faible et  lésé".


http://www.almanar.com.lb

http://www.alterinfo.net/Historien-israelien-Nous-serons-contraints-a-detruire-l-Europe-le-monde-!!_a43668.html



Commentaires:

1)
au moins ce type a l'honneteté de ses declarations et il va pas par 4 chemins ! elle est belle la seule democratie au prche-orient !!

2)
Les termes de ces chiens enragés, comme ils se décrivent, ne surprennent pas venant d'une entité fondée sur l'illégalité, sans frontières et, bien sûr, sans constitution. Depuis quand les bandits se donnent une constitution et des lois?
En leur permettant d'humilier le Président US (refus de geler les colonisations) et son adjoint en visite chez eux, les occidentaux envoient un message clair à la communauté internationale : Le Sionistan est le vrai maître incontestable du Monde!
Le feu est déjà ouvert à volonté contre les arabes et les musulmans aujourd'hui. Ces derniers relèveront le défi, quitte à écraser le Sionistan qui est seul dans la région à craindre sa fin. Ses vociférations pour faire peur sont de plus en plus ridicules!

3)
Cet historien s’appelle Martin van Creveld Levi.
Il a effectivement déclaré qu’ils useraient de la bombe nucléaire pour détruite les capitales Européennes. Ce professeur et historien militaire israélien a laissé comprendre qu’Israël pourrait se venger l’holocauste en exterminant des millions d’Allemands et d’autres Européens.
Et c’est ce qui fait que les responsables Européens ont une frousse bleue des sionistes, et qu’ils n’osent rien faire, ou plutôt qu’ils laissent les criminels du Mossad trop faire, au point d’empiéter sur et dans leurs prérogatives.
Ils préfèrent les insultes et quolibets qui leurs sont servis par les pays arabes que de prendre leurs responsabilités et affronter ces sionistes d’Israël.
D’ailleurs qui a fourni la bombe, si ce n’est ces crétins et enfoirés de responsables français. Alors prenez vos responsabilités devant l’histoire et le monde pour régler ce problème, au lieu de vous débiner.
autre adresse
www.martinvancreveld.com/biography  
http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://en.wikipedia.org/wiki/Martin_van_Creveld&...

lisez et vous comprendrez pourquoi ils n'ont voulu jamais s'assimiler aux autres:
Les enseignements du Talmud

4)
Talmud, Ereget Rashi Erod.22 30 Un Non-juif est comme un chien. Les écritures nous apprennent qu'un chien mérite plus de respect qu'un non-juif.

Talmud, Iebhammoth 61a : Les juifs ont droit à être appelés « hommes », pas les Non-juifs.

Talmud, Iore Dea 377, 1 : Il faut remplacer les serviteurs Non-juif morts, comme les vaches, ou les ânes perdus et il ne faut pas montrer de sympathie pour le juif qui les emploie.

Talmud, Jalkut Rubeni Gadol 12b: Les âmes des non-juifs proviennent d'esprits impurs que l'on nomme porcs.

Talmud, Kerithuth 6b p. 78 : Les juifs sont des humains, non les Non-juifs, ce sont des animaux.

Talmud, Kethuboth 110b : Pour l'interprétation d'un psaume un rabbin dit : « le psalmiste compare les Non-juifs à des bêtes impures ».

Talmud, Orach Chaiim 225, 10 : Les Non-juifs et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison.

Talmud, Schene Luchoth Haberith p. 250b : Même qu'un non-juif à la même apparence qu'un juif, ils se comportent envers les juifs de la même manière qu'un singe envers un homme.

Talmud, Tosaphot, Jebamoth 94b: Lorsque vous mangez en présence d'un
non-juif c'est comme ci vous mangiez avec un chien.

Talmud, Yebamoth 98a. Tous les enfants des goyims sont des animaux

Talmud, Zohar II 64b : Les non-juifs sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes.

Talmud, Orach Chaiim 57, 6a : Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les non-juifs que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.

Les juifs peuvent voler les non-juifs:

Talmud, Babha Bathra 54b : La propriété d'un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame.

Talmud, Babha Kama 113a : Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c'est pour tromper ou faire condamner un Non-juif.

Talmud, Babha Kama 113b: Le nom de dieu n'est pas profané quand le mensonge a été fait à un Non-juif.

Talmud, Baba Mezia 24a: si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n'est pas tenu de le lui rendre

Talmud, Choschen Ham 183, 7: Des juifs qui trompent un Non-juif, doivent se partager le bénéfice équitablement.

Talmud, Abhodah Zarah 54a: L'usure peut être pratiquée sur les Non-juifs, ou sur les apostats.

Talmud, Choschen Ham 226, 1: Les juifs peuvent garder sans s'en inquiéter les affaires perdues par un Non-juif.

Talmud, Iore Dea 157, 2 hagah: si un juif a la possibilité de tromper un
non-juif, il peut le faire.

Talmud - Babha Kama 113a: les incroyants ne bénéficient pas de la loi et dieu à mis leur argent à la disposition d'Israël.

Talmud, Schabbouth Hag. 6d: Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.

Les juifs peuvent tuer les non-juifs:

Talmud, Abhodah Zarah 4b: vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains.

Talmud, Abhodah Zarah 26b T. : Même le meilleur des Goïm devrait être abattu.

Talmud, Choschen Ham 425, 5 : Il est permis de tuer indirectement un Non-juif, par exemple, si quelqu'un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l'échelle.

Talmud, Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772: tout juif qui verse le sang d'incroyants (non-juifs) revient à la même chose qu'une offrande à dieu.

Talmud, Hilkkoth X, 1 : il ne faut pas sauver les Non-juifs en danger de mort.

Talmud, Hilkhoth X, 2 : Les juifs baptisés doivent être mis à mort.

Talmud, Ialkut Simoni 245c : Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à dieu.

Talmud, Iore Dea 158, 1 : En ce qui concerne les Non-juifs qui ne sont pas des ennemis, un juif ne doit néanmoins pas intervenir pour les prévenir d'une menace mortelle.
« Un Akum qui n'est pas notre ennemi ne doit pas être tué directement, toutefois, il ne doit pas être protégé d'un danger de mort. Par exemple, si tu en vois un tomber dans la mer, ne le tire pas de l'eau, à moins qu'il ne te promette de te donner de l'argent ».

Talmud, Makkoth 7b : On est innocent du meurtre involontaire d'un Israélite, si l'intention était de tuer un koutim (non-juif) ; tout comme on est innocent du meurtre accidentel d'un homme, quand l'intention était d'abattre un animal.

Talmud, Peaschim 25a : Il faut éviter l'aide médical des idolâtres sous entendu des Non-juifs.

Talmud, Pesachim 49b : Il est permit de décapiter les Goïm (non-juifs) le jour de l'expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat.
Rabbin Eliezer : " Il est permis de trancher la tête d'un idiot, un membre du peuple de la Terre (Pranaitis), c'est-à-dire un animal charnel, un Chrétien, le jour de l'expiation des péchés et même si ce jour tombe un jour de sabbat ".
Ses disciples répondirent : " Rabbi ! Vous devriez plutôt dire 'de sacrifier'
un Goï. " Mais il répliqua : " En aucune façon ! Car lors d'un sacrifice, il est nécessaire de faire une prière pour demander à dieu de l'agréer, alors qu'il n'il n'est pas nécessaire de prier quand tu décapites quelqu'un. "

Talmud, Sanhedrin 57a: si un juif tue un non-juif, il ne sera pas condamné à mort. Ce qu'un juif vole d'un non-juif, il peut le garder.

Talmud, Sanhedrin 58b : Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c'est comme frapper dieu.

Talmud, Sanhedrin 59a : Les Goïm qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d'Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort.

Talmud, Sepher Ou Israël 177b : Si un juif tue un Non-juif, ce n'est pas un
péché.

Talmud, Zohar I, 25a : Les Non-juifs doivent être exterminés car ce sont des idolâtres.

Talmud, Zohar I, 28b, 39a : Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres.

Talmud, Zohar II, 64b : Le taux de naissance des Non-juifs doit être diminué matériellement.

Talmud, Sepher Ikkarim III c25: Il est permis de prendre le corps et la vie d'un non-juif.

Talmud, Zohar II, 43a : L'extermination des Non-juifs est un sacrifice agréable à dieu.

Les non-juifs sont impurs:

Talmud, Abhodah Zarah 22b : Les Non-juifs sont impurs parce qu'ils n'étaient pas là au Mont Sinaï.

Talmud, Abhodah Zarah 35b : toutes les filles des incroyants sont niddah(sales, impures) depuis leur naissance.

Talmud - Iore Dea 198, 48 : Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de Non-juifs.

Talmud, Schabbath 145b : Les Non-juifs sont impurs parce qu'ils mangent de la nourriture impure.

Talmud, Zohar I, 46b, 47a : L'âme des goyims est d'une origine théologique impure.

Talmud, Zohar I, 131a : Les idolâtres (non-juifs) souillent le monde. Le juif est un être supérieur

Talmud, Hilkhoth Non-juif X, 1 : Ne passez aucun accord avec un Non-juif, et ne jamais manifester de pitié envers un Non-juif.
Il ne faut pas avoir pitié des non-juifs car il est dit: "tu ne jetteras pas
sur eux un regard de pitié"

Deutéronome 7:16 Tu dévoreras tous les peuples que l'Éternel, ton dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié.

Talmud, Chagigah 15b : Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu'il peut commettre. C'est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre.

Talmud, Choschen Ham 26, 1: Un juif ne doit pas être poursuivi devant un tribunal Non-juif, par un juge Non-juif, ou par des lois non-juives.

Talmud, Chullin 91b: Les juifs possèdent la dignité dont même un ange ne dispose pas.

Talmud, Kallah 1b, 18: Le juif peut se parjurer la conscience claire.

Talmud, Sanhédrin 52b: L'adultère n'est pas défendu. avec la femme d'un Goyim (non-juif), parce que Moïse n'a interdit que l'adultère avec "la femme de ton prochain", et les goyims (non-juifs) ne sont pas des prochains.

Talmud, Choschen Ham 34, 19: Les Non-juifs et les serviteurs ne peuvent pas témoigner lors d'un procès.

Talmud, Abhodah Zarah 20a: Ne jamais faire la louange d'un Non-juif, de peur qu'il ne la croit.

Talmud, Abhodah Zarah 22a: Ne pas fréquenter les goyims, ils versent le sang.

Talmud, Abhodah Zarah 25b: Se méfier des Non-juifs quand on voyage avec eux à l'étranger.

Talmud, Abhodah Zarah 26a: Ne pas recourir à une sage femme non-juive, qui une fois seule pourrait tuer le bébé, ou même si elle était surveillée, elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse le voir.

Talmud, Abhodah Zorah 26b: Ceux qui voudraient changer de religion doivent être jetés au fond d'un puits, et oubliés.

Talmud, Abhodah Zarah 35b: Ne pas boire du lait tiré par un Non-juif.

Talmud, Choschen Ham 156, 5: Les clients non-juifs possédés par un juifs, ne doivent pas être démarchés par un autre juif.

Talmud, Choschen Ham 386, 10: Celui qui voudrait avouer les secrets d'Israël aux Non-juifs, doit être tué avant même qu'il ne leur dise quoi que ce soit.

Talmud, Choschen Ham 388, 15: Il faut tuer ceux qui donneraient l'argent des Israélites à des Non-juifs.

Talmud, Eben Haezar 44, 8: Sont nuls, les mariages entre les Non-juifs et les juifs.

Talmud, Emek Haschanach 17a: L'âme des non-juifs vient de la mort et de
l'ombre de la mort.

Talmud, Hilkhoth Maakhaloth: Les Non-juifs sont des idolâtres, il ne faut pas les fréquenter.

Talmud, Hilkhoth X, 6: On peut aider les Non-juifs dans le besoin, si cela nous évite des ennuis par la suite.

Talmud, Hilkhoth X, 7: Où les juifs sont fortement installés, il ne faut plus tolérer la présence des idolâtres.

Talmud, Iore Dea 81, 7 Ha: Un enfant ne doit pas être allaité par une nourrice non-juive, car son lait lui donnera une nature maléfique.

Talmud, Iore Dea 120, 1: La vaisselle acheté à des Non-juifs doit être jetée.

Talmud, Iore Dea 146, 15: « Leurs idoles [c'est à dire les objets du culte] doivent être détruites, ou appelées par des noms méprisants.»

Talmud, Iore Dea 147, 5: Il faut railler les objets du culte non-juif, il est interdit de souhaiter du bien à un Non-juif.

Talmud, Iore Dea 148, 12 H: On peut prétendre se réjouir avec les Non-juifs pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine.

Talmud, Iore Dea 151, 14: Il est interdit de concourir à la gloire d'un Non-juif.

Talmud, Iore Dea 151, 11: Il est interdit de faire un présent à un Non-juif, cela encourage l'amitié.

Talmud, Iore Dea 153, 1: Les nourrices non-juives conduisent les enfants à l'hérésie.

Talmud, Iore Dea 154, 2: Il est interdit d'enseigner un métier à un Non-juif.

Talmud, Iore Dea 159, 1: Suivant la Torah, il est autorisé de prêter de l'argent à un Non-juif avec intérêt. Toutefois, certains des anciens n'ont pas reconnu ce droit dans des cas de vie ou de mort. Aujourd'hui, ce droit est accordé dans n'importe quelle circonstance.

Talmud, Moed Kattan 17a: si un juif est tenté par le mal, il doit se rendre dans une ville ou on ne le connaît pas et la il peut s'adonner au mal.

Talmud, Orach Chaiim 20, 2 : Les Non-juifs se déguisent pour tuer les juifs.

Talmud, Rosch Haschanach 17a : L'âme des non-juifs descend en enfer pour toutes les générations.

Talmud, Sanhedrin 57a: un juif n'est pas obligé de payer le salaire redevable à un non-juif.

Talmud, Sanhedrin 90a: ceux qui lisent le nouveau testament (chrétiens) n'auront pas de place dans le monde à venir

Talmud, Shabbath 116a (p. 569): Les juifs doivent détruire les livres des non-juifs (nouveau testament)

Talmud, Zohar I, 25b: Ceux qui font du bien à un Non-juif, ne se relèveront pas des morts.

Talmud, Zohar I, 28b: Les Non-juifs sont les enfants du serpent de la Genèse.

Talmud, Zohar I, 160a: Les juifs doivent en permanence tenter de tromper les Non-juifs.

Talmud, Zohar I, 219b: Les princes Non-juifs sont des idolâtres, ils doivent mourir.

Talmud, Zohar II, 19a: La captivité des juifs prendra fin lorsque les princes Non-juifs seront morts.


5)
@AL DAMIR----c'est édifiant quant à l'application des enseignements du Talmud mais justement on peut s'étonner de la passivité des états à les laisser faire
A la lecture de ces enseignements ça fait froid dans le dos d'y trouver le fonctionnement des Israéliens partout dans le monde
Le mépris qu'ils ont pour tout ce qui n'est pas juif est un profond ressenti (rien que d'aller dans le Sentier permet de le ressentir)
Leur force est d'avoir partout dans le monde les postes clés et de détenir depuis toujours les finances
Leur arrogance s'accélère et l'Europe devra bien d'ici peu se décider à choisir

8)
l individu qui cite le talmud ne manque pas d air il devrait relire les sourates du coran ou les hadits qui parlent de destruction par les fideles entendez les musulmans de tous les infideles entendez les autres avec mention speciale pour bien entendu les juifs ! et maintenant on change le nom cela s appelle les sionistes tout simplement ! ceci dit l horreur absolue de la shoa qui n a pu etre menee a bien qu avec la complicite active des populations et regimes europeens peut susciter de telles reactions cela se comprend parfaitement demandez donc a un arabe quelconque dans la rue ce qu il ferait aux colonialistes s il le pouvait !!

10)
alors ce serait pour cette raison et par rapport à ces menaces de destruction que l'on voit tant de chefs d'état baisser leur froc ( ou leur culotte ) devant israel ?hé ben dis donc , si les dit chefs d'état n'ont pas plus de courage que ça , on est dans une belle mouise !mais bon j'ai quand même un doute car si israel méttat ces menaces à execution , il morflerai tout pareil car la vie sur terre ne serait plus possible sauf à finir ces jours entérré comme des rats

11)
adolf hitter ce serait t'il inspiré du Talmud

12)
Benjamin, sais tu que la majorité de ces décrets talmudiques sont antérieurs à la "shoah" ?? Ils n'en sont donc pas la conséquence....

De plus les musulmans ont toujours été tolérants avec les juifs avant 1948...

13)
Le seul endroit au monde où les gens quelque soit leur religion, dont les juifs notamment, étaient protégés et vivaient en paix dans leur environnement ,se situe dans le monde et l'espace musulman. C'est dur à accepter mais c'est la stricte la réalité et l'Histoire est là pour le prouver cent fois. En Palestine surtout à Jérusalem, les Lieux Saints de 3 religions ont ,de tout temps, été confié et mis sous la protection de familles musulmanes, chrétiennes et juives, (Les Musulmans étant responsable des 2 autres, et ces derniers en faisaient de même). Le Coran précisemment rappelle aux croyants leur devoir de respecter et protéger ceux des 2 autres religions révélés et de vénérer tous les prophètes depuis Abraham. De même il était de leur devoir de protéger la Société de tous les mécréants aux messages du Créateur, y compris de ceux qui se proclamaient en posséder une. La Shoa a été voulue et même préparée et couragée par certains sionistes juifs. Plusieurs témoignages en attestent aujourd'hui. Quant à l'arabe qui se trouve dans un pays colonialiste de nos jours, il est loin de se comporter comme le citoyen lampda de religion juive vis à vis de l'entité sioniste dont il serait capable de sacrifier son pays d'origine . Pour donner des leçons, il faut commencer d'abord à apprendre et s'instruire des faits réels tout simplement

15)
Apprenez à lire et interpréter le coran.
Sinon abstenez vous de porter des jugement aléatoires avec des relents de racisme.
Le coran reconnait ceux qui se soumettent à dieu.
Ce sont les gens du livre. Les chrétiens et les juifs.

16)
Ce sont les déclarations d'un être malade. Y en a-t-il beaucoup comme cela en Israël ?
http://www.soueich.info 

18)
@ Benjamin
Tu ne trouvera rien dans le coran d'aussi violent que ce qu'il y'a dans le Talmud. Tu a lu le coran? Les seuls passages qui parlent de guerre et de violence sont des versets qui ont été révélés pendant des batailles, c'est donc normal qu'ils soient violents. De toute façon les faits sont la, les juifs et les chrétiens ont toujours été bien traités dans les nations musulmanes, on peut pas en dire autant de l'autre coté, a part pour le Négus d'Abyssinie 

21)
Il me fait rire cet historien, il croit peut être que l'Europe va se laisser faire, apres une hypothetique mais neanmoins sage décision de larguer l'entité sioniste. La culpabilisation des Europeen avec le Shoah Business ne vas pas durer bien longtemps et est inéluctablement destinée à l'oubli ou au désinteret, et la France, par exemple, ne remettra pas en jeu son intégrité et sa sécurité nationale au nom du soit disant expiation des fautes remontant de plus en plus dans le passé et ne correspondant plus du tout au monde réel. Combien même, les réseaux sionistes contrôle la politique, les media et la finance des pays Européens, ça va être tres difficile à faire. Ce n'est pas avec le mur de séparation illégalement établi par l'entité sioniste ou l'opération plomb durci qu'ils reussiront à légitimer leur action et manipuler les Europeens. Il devrait revoir sa copie, ce n'est pas avec un discourt aussi arrogant et nombriliste qu'ils arriveront à obtenir une quelconque légitimité au Moyen-Orient. Les chiens aboient, la caravane passe... 

24)
Le revanche des menteurs et des mythomanes nazisionistes ? On comprend aisément que depuis toujours, les menteurs ont un grand besoin de loi pour faire taire les historiens et les chercheurs
http://www.zundelsite.org/french/rhr/Mythe.pdf 
Toute la subtilité des Tartuffes consiste à faire croire qu'ils sont puissants, aux uns puis aux autres. Toute leur puissance réside sur un mensonge historique dont il faut sans cesse ranimer la flamme, sous peine de disparaitre.
Que la vérité éclate librement et alors les juifs fanatisés par ce mensonge se retourneront contre les nazisionistes, les européens d'Europe et d'Amérique pris d'un dégout profond pour avoir été abusé, armeront eux-mêmes les Palestiniens si nécessaire. 

28)
Benjamin
le monsieur qui cite le talmud
a des références vérifiables
et toi de quoi parles tu?
tu as des numéros de sourates?
qui confirme ce que tu dis?
et bien sur
sans sortir les sourates de leurs contextes? 

29)
ce qui fait l honneur du juif c est de suivre la thora et non le talmud c est comme les sunites et
les chiite c est le coran qui les unis et derriere vient les ecrits des erudits qui se sont succedes 

31)
(..) Je connais la Thora mais c'est quoi le Talmud ?! Une douzaine de rabbins qui l'ont rédigé sous l'influence de satan en personne .
Va sur google y'a pas mal de juifs qui le dénonce aussi . 

34)
Le rapport de la CIA prévoit «un déplacement inexorable de la solution à deux États vers une solution à un Etat, la solution la plus viable basée sur les principes démocratiques de la pleine égalité qui supprimera le spectre de la menace de l'apartheid colonial, tout en permettant le retour des réfugiés de 1947/1948 et 1967. Ce dernier étant la condition préalable à une paix durable dans la région."
L'étude, qui n’est accessible qu’à un certain nombre d'individus, prévoit le retour de tous les réfugiés palestiniens dans les territoires occupés, et l'exode de deux millions d'Israëliens - qui partiront vers les États-Unis au cours des quinze prochaines années.
"Il y a plus de 500.000 Israéliens qui ont des passeports américains et plus de 300.000 viennent de Californie" a déclaré dans une interview à Press TV vendredi l'avocat international Franklin Lamb, en ajoutant que ceux qui n'ont pas de passeport américain ou occidental, ont déjà fait la demande.
"Je pense donc que, au moins pour la population en Israël, c’est écrit sur le mur ... ce qui suggère que l'histoire rejettera tôt ou tard l'entreprise coloniale», a souligné Lamb.
Il dit que la CIA, dans son rapport, fait allusion à la chute rapide et inattendue du gouvernement d'apartheid en Afrique du Sud et rappelle la désintégration de l'Union soviétique au début des années 1990, ce qui suggère que la fin du rêve d'un «territoire israélien» arrivera plus tôt qu’on ne le pense.
L'étude prédit aussi le retour de plus d’un million et demi d'Israéliens en Russie et dans d'autres parties de l'Europe, et indique une baisse des naissances en Israël et une augmentation de la population palestinienne.
Lamb dit qu’étant donné la conduite d'Israël envers les Palestiniens et en particulier dans la bande de Gaza, le public américain - qui a exprimé ses protestations contre les mesures de Tel-Aviv au cours des 25 dernières années – pourrait ne plus la supporter.
Certains membres de la commission des Renseignements du Sénat américain ont été informés de ce rapport.
Source :
http://www.presstv.ir 

35)
On devrait en faire sketch de ce talmud.

36)
Vous devriez tous relire les Protocoles des Sages de Sion et vous comprendriez mieux pourquoi le monde est au bord du gouffre.
J'ignore si ce document est un faux et par qui il a été écrit mais le lien avec le Talmud apparait évident même à un ignorant.
Le futur sera sanglant, c'est certain. Pour nous c'est sûr, mais pour eux aussi.

37)
@ Saint Just ,
On se fiche de qui a écrit ces protocoles mais de savoir qui les pratique!!! Et effectivement c'est du annexe du talmud. (..)

38)
IL ont ecrit le talmud parcequ'ils n'auraient pas pu respecter les 10 commandements plus particulierement la regle numero 6 "Tu ne tueras point" 

40)
(..)Tellement courageux qu'ils s'en prennent depuis plus de 60ans a un peuple sans armée et pratiquement sans arme et dés que l'Iran conteste ces pratiques ils vont pleurer dans les juppons des USA et de l'UE pour qu'on les défende (..) 

41)
poste 40,
ils sont tellement peureux, qu'ils ont gagné toutes les guerres depuis 60a. ils sont tellement peureux que 1 milliards d'arabes autour n'ose les affronter a la reglo en face a face. Les autres, ne parlez pas de ce que vous ne savez pas. Les juifs ont deja du mal a comprendre le talmud, alors vous!!  mais c'est vrais que ca va chier grave dans pas longtemps. 

42)
ah oui?? et quelles guerres ont-il gagnées sans l'aide des usa et de tant d'autres???
si vous apellez "guerre" l'attaque sans déclaration et la destruction sur place des avions d'un autre pays ça s'appelle une saloperie comme paerl harbourg!

44)
Les responsables ce sont ces foutus Etats-Uniens qui ont imposé la création d'Israel sur le territoire Palestinien. Comme l'a dit Nicholas Rockefeller ils n'ont qu'à délocaliser Israel en Arizona !!!

45)
Jinos
Si chaque être humain disait : le responsable du mal dans le monde, c'est moi. Alors le monde guérirait.

46)
Un homme est plus respectable et reconnu en combattant un lion a main nue, qu'en tuant un lapin dans une cage a l'aide d'un fusil
Pour ton pari tu m'aurais dit l'Iran sans embargo et sans aides des occidentaux je t'aurais pris au sérieux... le plus sage serait encore de revenir a la raison et de construire la paix

50)
(..) "A Benjamin
Le seul endroit au monde où les gens quelque soit leur religion, dont les juifs notamment, étaient protégés et vivaient en paix dans leur environnement ,se situe dans le monde et l'espace musulman. C'est dur à accepter mais c'est la stricte la réalité et l'Histoire est là pour le prouver cent fois. En Palestine surtout à Jérusalem, les Lieux Saints de 3 religions ont ,de tout temps, été confié et mis sous la protection de familles musulmanes, chrétiennes et juives, (Les Musulmans étant responsable des 2 autres, et ces derniers en faisaient de même). Le Coran précisemment rappelle aux croyants leur devoir de respecter et protéger ceux des 2 autres religions révélés et de vénérer tous les prophètes depuis Abraham. De même il était de leur devoir de protéger la Société de tous les mécréants aux messages du Créateur, y compris de ceux qui se proclamaient en posséder une. La Shoa a été voulue et même préparée et encouragée par certains sionistes juifs. Plusieurs témoignages en attestent aujourd'hui. Quant à l'arabe qui se trouve dans un pays colonialiste de nos jours, il est loin de se comporter comme le citoyen lambda de religion juive vis à vis de l'entité sioniste dont il serait capable de sacrifier son pays d'origine . Pour donner des leçons, il faut commencer d'abord à apprendre et s'instruire des faits réels tout simplement"
Tout est vrai, merci d'avoir si bien répondu.




Israël pointe des têtes nucléaires vers l'Europe
arton164428-77f69 VAN-CREVEL.jpg
Le professeur Van-Crevel

La septième chaine israélienne a diffusé un entretien exceptionnel avec le professeur Martin Van-Crevel, spécialiste mondial de référence des guerres de basse intensité. Le professeur émérite de l’Université hébraïque de Jérusalem y a développé publiquement les propos qu’il tient depuis une dizaine d’années dans les cénacles fermés des académies militaires israéliennes et états-uniennes.


Selon lui, la continuation sur une longue période de la guérilla palestinienne aboutira inévitablement à l’effondrement de l’Etat d’Israël. C’est pourquoi, à terme, Tel-Aviv n’a d’autre choix que de « transférer » les arabes Israéliens et les Palestiniens apatrides hors de frontières sûres (c’est-à-dire non seulement hors des frontières de 1948, mais aussi des territoires occupés depuis 1967 et idéalement de Cisjordanie et de la bande de Gaza). Dans la cas où les Européens s’opposeraient à une telle déportation, Tel-Aviv n’aura d’autre choix pour survivre que de détruire des capitales européennes sous le feu atomique, étant entendu que les Européens ne pourront pas riposter sans tuer leurs amis Palestiniens.
 

L’auteur de The Transformation of War [1] a insisté en soulignant que, d’ores et déjà, des têtes nucléaires israéliennes sont pointées vers Rome et d’autres capitales européennes pour rendre la menace crédible et le « transfert » des Palestiniens possible.

Le professeur Martin Van-Crevel aime à se référer à la devise du général Moshe Dayan, dont il est le biographe officiel : « Israël doit toujours apparaître comme un chien enragé, trop dangereux pour les autres »

==

[1] Version française : La Transformation de la guerre (Editions du Rocher, 1998).

voltairenet.com - 11.03.10 

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent |

*********************************************


Selon un communiqué de l’AFP (08/03/2010), Israël annonce faire appel à la France pour la construction d’une centrale nucléaire (Conférence internationale sur le nucléaire civil, Paris, 09/03/2010). Il s’agit d’un « projet commun avec la Jordanie voisine, sous la supervision de la France qui fournirait la technologie ». La même dépêche s’empresse de rappeler que « Israël n’est pas signataire du Traité de non-prolifération nucléaire et qu’il n’adhère pas non plus au projet d’un Moyen-Orient dénucléarisé que défend le Président américain Barack Obama ». Sans doute pour relativiser la portée du nucléaire civil israélien, il est précisé également que « l’État hébreu s’est doté de 200 ogives nucléaires ainsi que de missiles à longue portée ».

On a vite compris le but de cette conférence : continuer à diaboliser et isoler l’Iran qui, lui, signataire du Traité de non-prolifération, est pourtant soumis à des sanctions à la demande d’Israël. Pourtant les nombreuses inspections confirment le caractère civil du nucléaire iranien. L’autre but est de nous faire « oublier » le nucléaire militaire sioniste que les gouvernements occidentaux (soumis au sionisme) se gardent bien de vouloir inspecter.


Nous voulons vous parler de ce nucléaire israélien, le nucléaire militaire, jamais inspecté, rarement mentionné, qui est la réelle menace non seulement pour le Moyen-Orient mais également pour la Russie et l’Europe
. Ce sont les socialistes français (gouvernement Guy Mollet, avec Maurice Bourgès Maunoury, Ministre de la Défense Nationale à l’époque) qui ont offert l’arme nucléaire à Israël en 1956 lors de l’agression coloniale franco-anglaise contre l’Égypte (affaire dite de Suez). Le prix à payer pour la participation de l’entité sioniste à l’agression mais aussi la preuve d’une adhésion sans complexe des socialistes français au sionisme. Toute cette affaire s’est faite à l’insu des autres membres du Gouvernement, de l’Assemblée et du Sénat, et bien entendu du Peuple français. Les socialistes français portent devant l’Histoire la terrible responsabilité d’avoir introduit l’arme nucléaire au Moyen-Orient en l’offrant à Israël (offerte et non vendue !). Depuis, grâce au soutien des États-Unis, de l’Union Européenne et surtout de la complicité active des réseaux sionistes dans le complexe militaro-industriel mondial, Israël est aujourd’hui une puissance nucléaire : 200 têtes selon les experts, et des missiles à longue portée qui en font une puissance stratégique autonome.

Ce ne sont pas seulement les États du Moyen-Orient, la Turquie et l’Iran qui peuvent être des cibles, mais également la Russie et l’Europe. De plus, selon le quotidien Libération (14/10/2003), Israël dispose de 3 sous-marins nucléaires équipés de lance-missiles. Aujourd’hui, le nucléaire israélien fait courir au monde le principal risque de guerre, d’autant plus que le lobby sioniste (largement présent dans les sphères gouvernementales et médiatiques) cherche partout, notamment en France, à entraîner d’autres nations dans sa guerre.


Longtemps, le nucléaire israélien a été tabou pour le grand public. Peu mettait en garde le monde contre un tel danger. Un homme courageux, le physicien et pacifiste israélien Mordechai Vanunu, a beaucoup aidé à briser le tabou. Technicien à la centrale nucléaire de Dimona (Israël), il alerte l’opinion en présentant plusieurs photos des laboratoires et services au quotidien britannique Sunday Times. Kidnappé à Rome en 1986 par le Mossad, condamné à Tel-Aviv en 1988, il ne sera libéré qu’en 2004. Dix-huit ans de prison dans la « seule démocratie du Moyen-Orient » pour avoir dénoncé, preuves à l’appui, ce dont on se doutait. Depuis, des officiels israéliens ont reconnu à mi-mot l’existence du nucléaire.

En ce domaine aussi, les grands médias appliquent le deux poids deux mesures. Chaque jour l’opinion est intoxiquée au sujet du « nucléaire iranien », à usage civil selon les organismes internationaux de contrôle. Aujourd’hui, dans la propagande de l’USraël, le « nucléaire iranien» joue le même rôle que les fameuses « armes de destruction massive » avant l’attaque contre l’Irak : préparer l’opinion mondiale à une agression contre l’Iran. Ainsi, Israël, un pays non signataire du Traité de non-prolifération, refusant un Moyen-Orient dénucléarisé, refusant toute inspection… pousse à la guerre contre une nation qui elle, signataire dudit Traité, accepte des inspections permanentes. Malgré cela l’Iran est soumis à l’injuste embargo décidé par Tel-Aviv.

Trop souvent, les Européens (notamment les Français) pensent que la question du nucléaire israélien ne concerne que la région du Moyen-Orient et l’Iran. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, ils se croient à l’abri de toute guerre, limitant souvent leurs préoccupations politiques aux questions économiques et sociales. Pourtant l’Europe n’est pas à l’abri. Les nombreuses zones d’ombre qui continuent à entourer les attentats du 11 septembre, le récent assassinat d’un leader palestinien à Dubaï, démontrent amplement que le sionisme ne reconnait aucune frontière. Il s’est donné le droit de frapper où bon lui plaît. Pour cela il compte sur l’impunité que son lobby lui fournit depuis plus de 60 ans. Nous avons déjà attiré l’attention sur le risque d’un nouvel 11 Septembre, cette fois en Europe. Un tel crime permettrait à l’USraël de relancer sa machine de guerre en cherchant à unir les Européens autour de Washington et Tel-Aviv en vue d’une nouvelle agression. Chaque année de nombreux composants destinés au nucléaire (voir par exemple le site en ligne du Financial Times, repris par l’agence de presse Belga en date du 19/06/2008) disparaissent sans que cela n’alerte outre mesure les gouvernements. On connait l’importance des réseaux sionistes dans le domaine de l’armement sophistiqué et des protections dont ils disposent. Voilà pourquoi ce nouvel 11 Septembre en Europe pourrait bien être nucléaire. Et bien entendu la « traçabilité » de l’arme du crime conduirait comme par hasard à des commanditaires… musulmans.

Sommes-nous devenus « conspirationistes » ? Certainement pas. Mais n’oublions jamais que quelqu’un qui aurait parlé du 11 Septembre une semaine avant qu’il ne se produise n’aurait pas été cru ! Et pourtant…

Les Intransigeants  - 12.03.10

20:50 Publié dans Blog | Lien permanent |

http://www.marcfievet.com/article-nucleaire-israelien-l-europe-a-l-abri-46589822.html


Les Palestiniens seraient-ils superflus ?
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11498

La vérité en images, en vidéos
http://sergeadam.blogspot.com/


Voir aussi ici:
http://leweb2zero.tv/video/booly_104b98e998b31c2

et les commentaires ici :
http://www.alterinfo.net/Le-monde-doit-il-avoir-peur-d-Israel-Par-eva-R-sistons_a43735.html#last_comment

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 02:11

        reg20.jpgreg20.jpgreg20.jpgreg20.jpg

                      Les Régionales et eva R-sistons


Mes amis,

A peine (enfin) rentrée, et dans la perspective du vote de ce dimanche, je vous envoie ce court post pour vous dire mon embarras. Je ne suis pas le genre à bouder les urnes. Il est sûr que si, lors des prochaines Présidentelles, nous avons Sarkozy face à D. Strauss-Kahn, je ne choisirai pas entre la peste et le choléra. Mais j'irai voter ! Blanc, pour m'exprimer...

Et là, quel enthousiasme ! L'UMP cassera la France sans moi. Frèche ? Pas question ! Ce populiste qui se permet de tout dire et de faire n'importe quoi, jamais ! Et il ose ouvrir sa région aux colons israéliens ? Qu'il ne compte pas sur ma voix ! Les Verts ? Ceux de Con-Bandit le fouteur de merde qui va dénaturer ce parti, en transformant le rouge en rose pâle et le vert en vert grenelle de l'environnement ? Jamais ! Le PS et sa gôche caviar ? Seulement en désespoir de cause... trop libéral-social (libéralisme bon teint saupoudré de social), et ne parlons pas de sa politique étrangère flirtant allègrement avec l'Empire. Reste le Front de Gauche, avec un Mélenchon qui apparemment ne comprend pas les enjeux du Nouvel Ordre Mondial, ni ceux de l'Empire atlantico-sioniste, et qui s'égosille contre une candidate parce qu'elle porte un foulard sur les cheveux, bref pas de quoi susciter l'enthousiasme ! Mais avec une Marie-Georges Buffet dont encore récemment l'un de mes fils, très sportif, vantait la politique en faveur des jeunes des quartiers lorsqu'elle était Ministre de la Jeunesse et des Sports, avec une M-G Buffet, donc, qui est sincèrement soucieuse de défendre les classes populaires, je me laisse tenter... Il faut voter, et donc, faute d'un Chevènement § gaullien très à gauche (du moins avant), je déposerai sans doute dans l'urne un bulletin pour ce Front qui rassemble ceux qui veulent vraiment changer les choses, faire enfin une politique de gauche. Je ne prétends pas avoir raison, mais au moins avec ce Parti, on sait que les préoccupations des plus faibles seront prises en compte !


Voilà ! Je dois à mes Lecteurs, en période électorale, de dire ce que je vais faire. Libre à eux d'en tenir compte, ou de dénoncer mon choix !

Je me retrouve face à une semaine d'informations et de courriels à dépouiller, merci les intempéries, les routes impraticables, la météo folle ! Au fait, qui a dit que le climat se réchauffait ? Un rigolo, sans doute ! Comme ceux qui sont au pouvoir, peut-être ? Mais là, on aborde un autre sujet.... Et si Haarp avait modifié le climat... électoral ???? Bon, j'arrête là, le terrain est glissant... verglacé ???? Sacré réchauffement !

Votre eva R-sistons


§ Petite anecdote sur Chevènement. Il y a... disons quelques années, Mitterrand s'était entiché de moi en tant qu'écrivain et en tant que femme. Monsieur aimait les écrivains, les femmes, et les femmes plutôt jolies et bien sûr jeunes... Or donc, toute jeunette, toute pimpante, toute fringante, je fus invitée dans son loft mansardé où, rue de Bièvre, il recevait ses amis intimes. Brusquement, le téléphone sonna. Et la conversation dura. Lorsque celle-ci prit fin, l'ami François me dit d'un air gourmand: " C'était Chevènement... C'est mon préféré, mon remuant, mon bouillonnant préféré !" 

A lire: http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11568

Le martyre d'Amir, dix ans:
Comment la "démocratie" israélienne
traite les enfants...


« Nous sommes des enfants, tout comme vous. Nous avons le droit de jouer, d’aller librement. Je veux dire au monde qu’il y a tant d’enfants dans les prisons israéliennes. Nous voulons juste la liberté de bouger, la liberté de jouer. »



(JPG)

Amir et sa mère, quelques heures seulement avant son enlèvement
par des soldats israéliens.
(Nora Barrows-Friedman)


Amir al-Mohtaseb a souri tendrement quand je lui ai demandé de me dire quelle était la couleur qu’il préférait. Assis dans le salon familial, cet après-midi de jeudi dernier, 5 mars, dans la vieille ville d’Hébron, le garçonnet de 10 ans, avec ses taches de rousseur et ses longs cils, m’a répondu, le « vert ». Puis, il a poursuivi en me racontant, en détail et péniblement, son arrestation et sa détention, et l’emprisonnement de son grand frère de 12 ans, Hasan, par les soldats de l’occupation israélienne, le dimanche 28 février.


Quelques heures après cet entretien, à 2 h du matin, les soldats israéliens ont fait irruption dans sa maison, ils ont arraché Amir de son lit, menacé ses parents de les tuer si jamais ils tentaient de le protéger, ils l’ont descendu au rez-de-chaussée, sous la cage d’escalier. Là, ils l’ont roué de coups si méchamment qu’il a fait une hémorragie, dans le ventre, et il fallut l’hospitaliser dans la nuit. En état de choc et en plein désarroi, Amir restera pendant un jour et demi sans pouvoir ouvrir la bouche ni s’exprimer.


Lors de notre entretien de cet après-midi qui précède cette violente agression, Amir m’a raconté que le dimanche 28, il jouait dans la rue, près de la mosquée Ibrahimi, tout en allant avec Hasan voir leur tante.

« Deux soldats nous ont arrêtés et menottés » dit Amir. « Ils nous ont conduits vers deux jeeps séparées. Ils m’ont emmené dans la colonie et m’ont mis dans un coin. J’avais toujours les menottes. Ils ont mis un chien à côté de moi. J’ai dit que je voulais rentrer à la maison. Ils ont répondu non, et ils m’ont dit que j’allais rester là toujours. Ils ont refusé que j’aille aux cabinets. Ils ne m’ont pas laissé appeler ma mère. Ils m’ont bandé les yeux et je suis resté comme ça jusqu’à ce que mon père puisse venir me chercher, tard le soir. »


La détention d’Amir, dans la colonie, a duré près de dix heures. « Je ne pensais qu’à une chose, c’était à quel point j’avais peur, surtout avec le chien tout près de moi. Je voulais m’enfuir et retourner chez moi », dit-il.


La mère d’Amir et d’Hasan, Mukarrem, m’a dit qu’Amir avait manifesté des signes de traumatisme, dès son retour à la maison. « Il essayait de blaguer, et de rire. Mais ce n’était pas un rire normal. Il était content et terrifié en même temps, ». « Il avait uriné sur lui à un moment pendant sa détention. Il était vraiment effrayé. »


Amir a confié que les nuits qui ont suivi sa première détention, il n’a pas pu dormir, malade d’inquiétude pour son frère en prison, et effrayé à l’idée que les soldats puissent revenir (ce qu’effectivement, ils ont fait). Actuellement, il y a environ 350 enfants qui croupissent dans les prisons et les camps de détention israéliens, subissant des interrogatoires, des tortures et des condamnations interminables, quelquefois sans inculpation. Leur nombre varie constamment, mais des milliers d’enfants palestiniens, entre 12 et 16 ans, sont passés par le système judiciaire militaire israélien au cours de la décennie passée, depuis le déclanchement de la deuxième Intifada palestinienne. Israël a fixé l’âge adulte pour ses propres citoyens à 18 ans, mais par ordre de l’armée, et en violation du droit international, il a décidé que pour les Palestiniens, ce serait 16 ans. De plus, des ordres militaires spéciaux d’Israël (n° 1644 et 132) permettent d’arrêter et de juger les enfants palestiniens - désignés sous le nom de « délinquants juvéniles » - dès l’âge de 12 ans.


« De cette façon, ils ont une couverture "légale" pour agir comme ils le font, même si c’est contraire aux lois internationales, » dit Abel Jamal, chercheur à Défense de l’Enfance internationale - section Palestine, (DCI-PS), à son bureau d’Hébron. « Cependant, dans le cas d’Amir, ils ont même violé leurs propres lois en l’arrêtant et en le mettant en détention alors qu’il n’a que dix ans. Ces lois sont manifestement extensibles au bon vouloir d’Israël. Nous n’avons jamais vu qu’il y ait des poursuites pour de tels crimes ».


J’ai demandé au père d’Amir et d’Hasan, Fadel, de me dire comment on pouvait être parents, sous un tel siège permanent. « Ce n’est pas sans danger pour les enfants d’aller à l’extérieur, car nous sommes confrontés constamment aux agressions des colons et des soldats, » explique-t-il. « En soi, c’est inimaginable pour nous. Et maintenant, nous avons un fils qui est en prison et un autre qui est traumatisé... ils sont si jeunes. »


Le dimanche 7 mars, exactement une semaine après l’arrestation d’Hasan et la détention d’Amir, la famille et des journalistes de la presse locale, tôt dans la matinée, se sont rendus à la prison d’Ofer où Hasan est détenu depuis son arrestation du 28. Après un long cheminement, le juge militaire israélien a reconnu que le garçon était trop jeune pour rester en prison, Hasan a été relâché mais à la condition de revenir au tribunal, à une date ultérieure, pour finir la procédure judiciaire. Ce procès faisait suite à la première audience de mercredi dernier, à Ofer, où Maan News Agency rapporte que le juge a exigé que Fadel verse au tribunal 2 000 shekels (390 €) pour la caution d’Hasan. D’après Maan, Fadel a alors demandé, publiquement, au tribunal, « Quelle est la loi qui permet qu’un enfant soit jugé devant un tribunal et que l’on exige de son père de payer une amende ? Je ne paierai pas l’amende, et vous devez libérer mon enfant... c’est la loi de l’occupation d’Israël. »


Tenaillés par les situations de leurs fils, Mukarrem et Fadel disent qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour leur famille sous l’agression israélienne. « Que pouvons-nous faire ? » demande Fadel. « Nous verrouillons les portes. Nous verrouillons les fenêtres. Nous n’avons rien pour protéger notre famille et nos voisins contre les soldats et les colons. Si c’était un Palestinien qui enlevait, frappait et emprisonnait un enfant israélien, le monde entier se mettrait en rébellion contre cela. On le verrait partout dans les médias. Mais les Israéliens rentrent dans nos communautés, avec des jeeps, des chars d’assaut et des bulldozers, ils prennent nos enfants et les jettent en prison, et personne ne s’en soucie. »


Jamal, de DCI-PS, redonne son opinion sur le droit international qui est fait pour protéger les enfants sous occupation militaire, et qui est ignoré par Israël depuis le début de l’occupation en 1967. « La plupart du temps, nous utilisons, autant que nous le pouvons, la loi, les Conventions de Genève, la Convention des Nations-Unies pour les droits de l’Enfance contre cette violence, » dit Jamal. « Toutes ces lois existent, mais Israël se sert de ses propres lois militaires comme excuses pour défier le droit international. Nous, Palestiniens, devons travailler ensemble à la création d’une solidarité contre cette brutalité. En oeuvrant ainsi, nous disons à la communauté internationale, voilà ce qui se passe avec les enfants palestiniens, ceci afin d’acquérir une large base de soutien contre cette situation. Nous croyons que la seule façon d’arrêter cela, c’est par le soutien de la communauté internationale. »


Amir commence doucement à parler, 36 heures après les coups des soldats israéliens. Selon Zahira Meshaal, travailleuse sociale à Bethléhem, spécialisée dans les effets du traumatisme chez l’enfant, « le mutisme électif » d’Amir, symptôme d’un choc psychologique extrême et provoqué par les coups et sa détention, est une réaction courante, mais le fait qu’il ait commencé à parler est un bon signe. « Il s’agit d’une réaction de peur à beaucoup de niveaux. La maison d’Amir et sa famille représentent sa seule source de sécurité, » dit Meshaal. « Tout cela lui a été enlevé quand les soldats ont envahi sa maison. Il est aisé de suivre son trauma immédiat, mais les conséquences à long terme seront sans aucun doute difficiles à traiter. Il aura besoin de beaucoup de soins psychologiques, en commençant maintenant. »


Meshaal commente la nature de cette agression dans le contexte de la situation telle qu’elle se développe dans Hébron. « Nous parlons d’un endroit qui se trouve en première ligne pour le traumatisme, » dit-elle. « C’est un mal permanent et qui empire pour la communauté tout entière. Les parents doivent être au centre de la sécurité pour leurs enfants, mais cela leur est ôté. Spécialement à Hébron, et les colons et les soldats israéliens le savent, ils se servent de cette tactique pour obliger les gens à partir d’ici. C’est une guerre psychologique. Il s’agit d’un acte délibéré pour effrayer les enfants et obliger les gens à partir ailleurs, où leurs enfants se sentiront plus en sécurité. »


Au terme de notre entretien du jeudi 5 mars, Amir avait envoyé un message aux enfants d’Amérique. « Nous sommes des enfants, tout comme vous. Nous avons le droit de jouer, d’aller librement. Je veux dire au monde qu’il y a tant d’enfants dans les prisons israéliennes. Nous voulons juste la liberté de bouger, la liberté de jouer. »


Amir a dit qu’il sera cardiologue plus tard, quand il aura grandi. Sa mère et son père, eux, espèrent que le propre cœur d’Amir - et le leur - guérira du trauma répétitif et cumulatif de la semaine dernière, aux mains d’une occupation israélienne interminable.

 



(JPG)

L’auteur, en Palestine.

Hébron, le 8 mars 2010 - Live from Palestine - The Electronic Intifada - traduction : JPP 


* Nora Barrows-Friedman est co-animatrice et principale productrice de Flashpoints, magasine quotidien d’investigations sur Radio Pacifique. Elle est aussi correspondante d’Inter Press Service. Elle écrit régulièrement depuis la Palestine où elle dirige aussi des ateliers de communication pour les jeunes du camp de réfugiés de Deishé, près de Betléhem, en Cisjordanie occupée.


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11557 


HAARP












                       Le programme américain HAARP


Extraits. Une menace pour le climat et pour  l’environnement vibratoire de la planète HAARP, une arme de destruction massive qui fait partie du programme militaire américain « Joint Vision 2020 » constitue une menace pour les interactions subtiles entre les écosystèmes de la Terre et l’ionosphère.



Résonance de Schumann (Fréquences RS) et biocommunications La résonance de Schumann (RS) constitue peut-être le support d’un processus de perception extrasensorielle (PES) de type radar pour tous les êtres vivants. Des fréquences quelconques peuvent être absorbées et ré-émises par tout objet selon des schémas d’interférences spécifiques. Ces « ondes résonnantes » peuvent être modulées intentionnellement en fréquence ou en forme dans le but de transmettre certaines informations (schémas d’interférence).

Décodées par le cerveau, elles reviennent presque instantanément sur le « dos » de la résonance de Schumann et sont alors traduites par le cerveau en données conscientes. En outre, la bio information peut être inscrite intentionnellement à distance sur une cible par une interface sensorielle primitive de type radar sur une onde porteuse RS. Tout cela et d’autres mécanismes sont tributaires du fait que les fréquences RS demeurent dans leur gamme médiane.

A Sedona, en Arizona, Ben Lonetree (http:// sidereal7.org), un ingénieur électricien, observe de manière intensive les fréquences RS, qu’il nomme la « Voix de la Planète », ainsi que le champ magnétique terrestre. Son site Internet livre des relevés atmosphériques et géophysiques en temps réel très fiables. Il a un grande expérience de la technologie IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) et des ondes cérébrales. Il est spécialiste en mesures ELF (très basses fréquences) et en ULF (ultras basses fréquences).

Rythme et chaos dans l’ionosphère Le rythme de la vie a évolué de façon continue au fil des ères. Nous vivons dans une matrice complexe de champs oscillants. La moindre fluctuation dans un champ imbriqué provoque des perturbations dans les autres. Des impulsions voyagent tout autour du monde plusieurs fois par seconde entre la surface de la planète et l’ionosphère, envoyant des signaux de coordination à tous les organismes. Ces signaux nous relient au champ électromagnétique global. Du nom de son inventeur, la Résonance de Schumann (RS) est le pouls qui bât la mesure de la vie sur notre planète. Tout comme le battant d’une cloche, les coups de foudre réactivent constamment cette onde stationnaire.

Nous marchons tous à la "cadence de ce tambour cosmique, notre battement de cœur planétaire, qui fixe le tempo de la santé et du bien-être. Endommager ce stimulateur équivaudrait à sonner le glas de la vie telle que nous la connaissons. Or aujourd’hui, sous prétexte de progrès et de défense, ce stimulateur est menacé et de monstrueuses quantités d’argent public sont dépensées pour cette exploitation de l’atmosphère. Des taxes toujours croissantes sont prévues pour financer jusqu’en 2020 cette défense antimissile aberrante, la "guerre des Etoiles", et le faisceau d’énergie HAARP (High-frequency Active Auroral Research Program) qui est déjà opérationnel à Gakona en Alaska.

Le rythme vibratoire de notre environnement, le moteur fondamental de toute vie sur notre petite planète bleue, est menacé par les manipulations humaines de l’ionosphère telle la technologie du programme HAARP. Certains scientifiques sont allés jusqu’à déclarer que la haute atmosphère était "vivante", transmettant une sorte de conscience à tous les êtres vivants. Ainsi que l’ont montré les atteintes à la couche d’ozone et d’autres calamités écologiques, il est dangereux de tripoter Mère Nature. Toucher ce système pourrait le détruire, et nous avec. Il semble évident que les avantages présumés ne justifient pas la prise de tels risques pour notre survie, mais pratiquement aucune recherche sérieuse n’a été menée dans les domaines où des problèmes pourraient se poser.

Il s’avère qu’une partie de l’argent alloué au projet de Guerre des Etoiles de Bush sera utilisée pour de la recherche sur des lasers en orbite... Ce que craignent les Russes... ce sont les intentions américaines de mener, en 2003, des expériences scientifiques à grande échelle avec le programme HAARP basé en Alaska. Quatre-vingt-dix députés russes ont signé une motion contre le programme HAARP, déclarant que ces expériences déboucheraient sur des armes capables de rompre les communications radio et les équipements des vaisseaux spatiaux et des fusées, de provoquer de graves accidents dans les réseaux électriques et dans les oléo- et gazoducs et d’avoir des effets négatifs sur la santé mentale des populations de régions entières. (Fitrakis, 2002).

L’ionosphère nous protège des radiations mortelles du Soleil et de l’espace. Et maintenant, avec des ondes radio à hautes fréquences on perce des trous dans cette couverture protectrice, prenant le risque de déchirer accidentellement le cocon fragile de l’évolution planétaire et humaine. Les conséquences pourraient être aussi dévastatrices que la panne d’un stimulateur cardiaque individuel. Les forces du chaos pourraient se déchaîner, provoquant des dégâts irréversibles. La Strategic Defense Initiative (SDI) place cette technologie de modification de l’environnement entre les mains du commandement militaire, une perspective bien inquiétante. Comme ils bénéficient d’un mandat pour la sécurité nationale nous ne savons pas exactement ce qu’ils en font et le pire est à craindre. Espérons que cela sera révélé avant qu’il ne soit trop tard pour tout le monde.


Perturbations touchant le climat terrestre


Pour comprendre le fragile équilibre de notre planète il faut voir notre région de l’espace du point de vue astrophysique. Il apparaît alors que la moindre perturbation de notre atmosphère peut provoquer des ruptures dramatiques dans le cours de notre destinée géophysique. Des forces nombreuses et complexes affectent déjà la Terre et en particulier le schéma climatique mondial. À grande échelle, il existe une menace d’ère glaciaire galactique à cause des supernovas, dont les rayons cosmiques génèrent des nuages lorsqu’ils touchent l’atmosphère, la refroidissant. En outre, le système solaire traverse la partie la plus dense de la Galaxie de la Voie Lactée sur un cycle approximatif de 30 millions d’années.

Ce nuage moléculaire dense et les fluctuations des "marées" galactiques de matière lointaine peuvent déstabiliser des comètes dans le nuage d’Oort et les précipiter vers les planètes et le Soleil. Les pluies de petites comètes, appelées "rafales d’impacts" agissent, au fil des millénaires, sur les mouvements des couches de glace et provoquent des extinctions massives. Elles affectent aussi le thermosiphon océanique (apport excessif d’eau douce) qui fonctionne comme un convoyeur océanique global. [cf. Nexus France n° 26, mai-juin 2003 : Réchauffement Climatique et Glaciation].

Cette pompe à sel déplace l’eau chaude vers les zones froides du nord, telles que la côte est des Etats-Unis et l’Europe, et les rend habitables tandis qu’elle rafraîchit les tropiques. Son effondrement aurait pour conséquence l’arrêt de la circulation des eaux chaudes salées du Gulf Stream vers le nord, ouvrant une nouvelle ère glaciaire. Le moteur de l’évolution n’est pas la sélection naturelle, mais le climat et la glace. Au cours des 2,5 derniers millions d’années, les masses de glace ont migré 30 fois depuis la formation de l’isthme de Panama, lequel a bloqué la circulation tropicale entre le Pacifique et l’Atlantique. Ainsi l’eau chaude a été déviée vers le nord, où elle est retombée en neige et a formé les glaciers. Les glaciers avancent ou régressent en fonction des oscillations de la Terre.

Les sécheresses engendrées par ces cycles glaciaires ont fait régresser les forêts tropicales humides, laissant des savanes, et nos ancêtres ont quitté les forêts, développant leur intelligence pour survivre et devenir les humains modernes. L’intelligence et le pouvoir d’adaptation sont devenus nos caractéristiques parce que nous avons dû survivre dans des climats instables. Mille générations seulement sont passées depuis la dernière ère glaciaire en Europe, alors que la population était incroyablement réduite à cause de la rigueur du climat.

Toutes les recherches montrent que le système climatique terrestre comporte des seuils sensibles qui, lorsqu’ils sont franchis, font basculer le système d’un mode de fonctionnement stable à un autre. Comme on l’a vu avec El Nino, les systèmes océaniques contrôlent les climats des continents. C’est aussi ce que révèlent les sédiments des fonds marins, les couches de glace dans les carottages et le recueil des fossiles. Tous indiquent que le convecteur océanique s’est déjà arrêté dans le passé. On a dit que c’était le talon d’Achille de notre système climatique. D’après les chercheurs, la pompe est en ralentissement et pourrait donner le signal d’un changement brusque et catastrophique.[cf. Nexus France n° 26, idem]. Une étude parue dans Nature en 2002 indique que les courants marins des profondeurs refroidis à 20 %, ce qui n’est pas bon signe. La fonte et la fragmentation des glaciers pourraient accélérer le processus.

L’examen des fossiles prouve qu’un effondrement peut se produire en l’espace d’une décennie et se maintenir pendant des siècles. Cette nouvelle notion de modification climatique rapide est aujourd’hui universellement reconnue. De tels déclenchements peuvent engendrer des variations d’environ 10°C en une décennie, suivies d’une stabilisation sur une vingtaine d’années, puis d’un refroidissement d’environ 20°C au cours des vingt années suivantes.

Les variations ont été moins violentes au cours des derniers 8000 à 10000 ans, mais l’instabilité solaire, l’inclinaison de l’axe et le ralentissement des courants pourraient en précipiter le retour. Il en est de même des manipulations humaines du climat par la technologie et les armes à rayons énergétiques.

Une hausse de la température de 3 à 4°C seulement pourrait déclencher une élévation du niveau des mers de l’ordre de 20 m en dix ans ! La poursuite du réchauffement et de la fonte des glaces créerait un cycle où les températures connaîtraient des écarts de 8 à 10°C en 30 ans. Ensuite les courants océaniques se déplaceraient et de nouveaux rythmes chaud/froid s’installeraient. De nouvelles mers de faible profondeur réduiraient les terres émergées. Les plaines agricoles seraient noyées, entraînant une diminution des ressources alimentaires. Environ 30 à 40% des terres seraient perdus et l’humanité serait chassée des vallées inondées sur tous les continents. Le commerce et l’industrie seraient noyés. En 2003, l’EPA [ministère US de l’environnement] prédisait une hausse de 1,7 à 5°C au cours des cent prochaines années. Les mers tropicales se sont réchauffées de 1 à 1,44°C au cours des cent dernières années et les glaciers fondent en de nombreux endroits de la Terre.

La recherche indique aussi que le Soleil lui-même est dans un cycle de réchauffement et pourrait être un facteur significatif du réchauffement de la planète (0,55°C par an depuis 1880). Les premiers résultats semblent montrer que le Soleil émet 0,05% de radiations en plus par décade depuis 1970. Cette augmentation estimée de l’émission solaire implique que des vents solaires plus puissants balayent la haute atmosphère terrestre, provoquant son excitation et son ionisation par des particules chargées.

On peut attribuer au Soleil environ la moitié du réchauffement global de ce dernier siècle. Plus il chauffe, plus il dévie les rayons cosmiques. Si cela persiste pendant des décennies, des fluctuations climatiques spectaculaires pourraient s’en suivre, ainsi que cela s’est produit pendant la "Petite Ere Glaciaire" entre le XIIe et le très froid XVIIe siècle.

L’émission d’énergie par le Soleil varie selon un cycle de 11 ans et a connu deux pointes en 2000 et 2002. Le minimum aura sans doute lieu dans trois ans (La période du minimum solaire n’est pas nécessairement égale à celle du maximum). Ces changements du cycle solaire produisent sur Terre des changements à court terme. Au-dessus des USA, une augmentation de la couverture nuageuse allant jusqu’à 2% a été observée au moment du maximum solaire. La température de la haute atmosphère est deux fois plus élevée lorsqu’elle est bombardée par un maximum d’émission solaire. Durant ces périodes, l’atmosphère se dilate et s’étend dans l’espace jusqu’à atteindre et dépasser l’orbite de la Station Spatiale Internationale. Cela va jusqu’à augmenter la traînée de la station et nécessite de fréquents ajustements d’orbite utilisant la poussée des navettes.

Il est récemment devenu possible de mesurer l’activité solaire plus facilement et avec plus de précision en dehors de notre atmosphère. Nous pouvons maintenant mesurer l’énergie solaire totale à toutes longueurs d’ondes et en déduire une résultante appelée Total Solar Irradiance (TSI) [éclairement énergétique total de rayonnement solaire]. Il y a un débat sur la question de savoir si les indications d’augmentations actuelles constituent une tendance à long terme ou une aberration passagère.

Dans une étude récente, les données de six satellites en orbite terrestre à diverses périodes durant 24 années ont été analysées. Richard Willson, un chercheur de la Columbia University qui est affilié à la National Academy of Sciences et à la Goddard Institute for Space Studies, a déniché, dans une série de données, des erreurs qui ont empêché que des études précédentes fassent apparaître la tendance. La nouvelle étude montre que le TSI a augmenté d’environ 0,1 % en 24 ans. Cela n’est pas suffisant pour provoquer des changements climatiques significatifs, affirment Willson et ses associés, sauf si ce taux de changement était maintenu pendant un siècle ou davantage. Sur des laps de temps aussi courts que quelques jours, le TSI peut varier de 0,2 % à cause du nombre et de la taille des taches qui traversent la surface du disque solaire. (Britt, 2003). Cependant les chercheurs estiment que cette variation, dont on dit qu’elle ne peut influencer le climat, est égale à la quantité totale d’énergie utilisée globalement pendant un an par l’humanité.


Manipuler l’ionosphère


Perturber davantage, voire, percer des trous dans l’ionosphère surchauffée peut provoquer des bouleversements météorologiques catastrophiques. Il y a un risque potentiel que ceux-ci soient déclenchés par les militaires, sous le couvert de la SDI, pour déstabiliser des régions entières par des perturbations climatiques sans même avoir recours à la guerre conventionnelle. Mettre en oeuvre cette arme dans des buts économiques et stratégiques pourrait provoquer l’effondrement des systèmes écologiques et perturber gravement la production agricole. Bien entendu, le Département de la Défense a déjà mis en place le renseignement et des dispositifs de surveillance météorologique relatifs à ce programme.

Des spéculations récentes ont aussi tenté de faire le rapprochement entre les mystérieuses chemtrails [Ndt : traînées de condensation apparemment chargées de produits chimiques et/ou toxiques ; cf. Nexus France n° 4] et le développement de la technologie HAARP. Certains pensent que le pouvoir réfléchissant de ces nuages (chemtrails) pourrait influencer le réchauffement de l’atmosphère et la météo. Il semble que les analyses des "cheveux d’anges" récoltés dans l’atmosphère après une journée de diffusion contiennent certaines toxines. On a identifié des bactéries virales, des moisissures toxiques, du noir de carbone et du dibromure d’éthylène. Les questions posées au sujet de ces diffusions concernent aussi un accroissement du pouvoir réfléchissant de certaines couches de l’atmosphère. Ces épandages sont la cause d’une réduction massive de la production d’ions négatifs par les forêts, ce qui pourrait être fatal à toute vie biologique.

En outre, la grande sécheresse qui a affecté de vastes régions est soupçonnée avoir un rapport avec le sel de baryum, hautement toxique et absorbant d’humidité jusqu’à sept fois son propre poids), qui a été détectée en grandes quantités dans l’atmosphère tout de suite après les chemtrails. Celles-ci pourraient donc être liées à HAARP et ses applications potentielles au contrôle climatique.

C’est ARCO Petroleum qui détient les brevets de cette technologie de Tesla. Il semble que le projet HAARP, il y a quelques années, était financé par ARCO. De nombreux groupes de recherche rapportent que nous sommes constamment inondés d’ELF (très basses fréquences), comme d’un "brouillard" électronique. Les ELF peuvent s’avérer mortelles pour toute vie biologique car elles modifient les fréquences vibratoires naturelles des êtres vivants, provoquant de graves disfonctionnements, comme une pensée irrationnelle, l’incapacité de se concentrer, la fatigue chronique et/ou la mort.

Intervenir sur ce système dynamique à l’équilibre délicat pourrait induire un effondrement catastrophique, comparable à une avalanche. Les potentialités des "réchauffeurs d’ionosphère" sont vraiment effrayantes. Nous n’avons pas idée ce qui peut résulter d’interventions à long terme sur cet équilibre sensible de l’ionosphère et de la température globale, tout cela étant lié au thermosiphon océanique mondial dont la source est au large du Groenland. Le climat n’est donc t-il as déjà suffisamment perturbé par l’activité humaine, faut-il encore aggraver le problème en jouant avec ces faisceaux d’énergie ? Les Nations Unies organisent la poursuite de débats sur les changements climatiques, les gaz à effets de serre et les "armes non mortelles" qu’au moins les Américains et les Russes pourraient mettre en oeuvre. La "guerre météorologique" implique le déclenchement de perturbations atmosphériques à l’aide d’ondes radar ELF. Par le biais de l’armement électronique, les US veulent "posséder le temps" et les stations spatiales dans un souci d’établir leur domination militaire, cela en remodelant les schémas naturels et en maîtrisant les communications mondiales. De récentes informations scientifiques ont déterminé que HAARP est maintenant entièrement opérationnel et possède la potentialité de déclencher des inondations, des sécheresses, des ouragans et des tremblements de terre. D’un point de vue militaire, HAARP est une arme de destruction massive. Potentiellement, c’est un instrument de conquête capable de déstabiliser sélectivement l’agriculture et les systèmes écologiques de régions entières. Même s’il n’est pas prouvé que cette redoutable technologie ait déjà été utilisée, néanmoins faudrait-il que les Nations Unies considèrent les conséquences d’une "guerre de l’environnement" parallèlement au débat sur les séquelles climatiques des gaz à effets de serre... La Dr Rosalie Bertell confirme que "les scientifiques militaires américains... travaillent sur des systèmes météo en tant qu’armes potentielles. La méthode consiste en une potentialisation des tempêtes et le détournement des courants de vapeur dans l’atmosphère afin de provoquer des sécheresses ou des inondations ciblées... " Un ancien officier militaire français, Marc Filterman, esquisse divers types d’armes "non conventionnelles" utilisant des radiofréquences. Il fait allusion à une "guerre du temps", indiquant que les US et l’Union Soviétique avaient déjà "maîtrisé le savoir-faire nécessaire pour déclencher de brusques variations climatiques (ouragans, sécheresse) au début des années 1980". (Chossudovsky, 2000).

Il existe des dispositifs plus modestes à Arecibo au Puerto Rico, à Fairbanks en Alaska, à Tromso en Norvège, et dans les villes de Moscou, Nizhny Novgorod et à Apatity en Russie, ainsi qu’à Kharkov en Ukraine, et Dushhanbe au Tadzhikstan, et peut-être en Israël (en un lieu inconnu).


HAARP a été présenté à l’opinion publique comme un programme de recherche scientifique et académique. Cependant des documents militaires américains semblent bien suggérer que son principal objectif soit "d’exploiter l’ionosphère pour le compte du Ministère de la Défense". Sans pour autant citer nommément le programme HAARP, une étude de l’US Air Force signale l’utilisation de "modifications ionosphériques induites" en tant que moyen de modifier les mécanismes climatiques et de brouiller les radars et communications de l’ennemi. (Chossudovsky, 2000).


Joint Vision 2020HAARP et le programme "Joint Vision 2020"

Cela fait une dizaine d’années qu’au niveau international on se préoccupe de HAARP et de projets connexes mettant en oeuvre des faisceaux d’énergies similaires. Les propositions et développements les plus récents ne sont pas encourageants. La presse étrangère et les alliés occidentaux des US ont dénoncé le plan de défense antimissiles et de lasers orbitaux "Joint Vision 2020" comme un pas extrêmement dangereux vers la domination mondiale des USA. Le Représentant des USA, Dennis Kucinich, déclara lors de l’émission Columbia Alive que Joint Vision 2020 était déjà un programme actif d’expériences sur les énergies dirigées. Le 9 novembre 2002, Carol R. Schuster, Directeur de Defense Capabilities and Management au General Accounting Office (GAO), informa les membres de la Democratic Minority du House Armed Services Commitee au sujet de Joint Vision 2020. Schuster expliqua que ce plan mettait aussi l’accent sur l’importance de l’expérimentation destinée à cerner les innovations en matière de conflit armé.


Un détachement spécial des commandement US interarmées du DoD (ministère de la défense) et les Chefs d’Etat Major poursuivent leurs investigations et recherchent les moyens de déployer un armement électronique capable de détruire n’importe quelle opposition dans le monde, d’ici 2020. Schuster confirma les commentaires de Kucinich :

En 1998, le commandement interarmées US entreprit un programme conjoint d’expérimentation de nouveaux concepts de guerre en soutien du plan Joint Vision 2020.

HAARP est géré conjointement par l’US Navy et l’US Air Force et constitue un élément clef de la stratégie de Joint Vision 2020. Un plan de programmation, le HAARP Joint Service élaboré en février 1990 par le laboratoire de géophysique de l’Air Force et le Navy’s Office of Naval Research, expose les applications militaires du plan. Ce document indique, entre autres choses, que HAARP sera utilisé pour générer des ondes de très basses fréquences pour la communication avec les sous-marins en plongée et d’éventuelles applications de guerre météorologique, ainsi que dans des tentatives de tirer parti des processus ionosphériques naturels en utilisant l’ionosphère comme réflecteur d’un flux énergétique destiné à la surface terrestre.


Expériences de rebond lunaire avec HAARP


Les Russes et certains alliés européens s’inquiètent de ce que les expériences militaires US, qui consistent à concentrer de fortes doses d’énergie à haute fréquence dans des buts militaires, pourraient déclencher des séismes. En avril 1992, "Defense News" rapporta que les US avaient utilisé une arme à pulsion électro-magnétique durant l’opération Tempête du Désert. (Fitrakis. 2002).

Le chercheur Guy Cramer fit entendre que le dispositif HAARP pourrait être utilisé pour réfléchir des signaux mortels à partir de l’ionosphère et aussi de la Lune vers des cibles à terre, provoquant des explosions assez fortes pour rendre inutiles les armes nucléaires tactiques. Le signal de 3000000.000 watts émis depuis l’Alaska peut rebondir sur la Lune pour revenir sur pratiquement n’importe quel point de la planète, en surface ou sous le sol, avec irradiation calorifique. Comme cela n’entraîne aucune contamination, on peut ainsi détruire des cibles secrètement, en attribuant les effets à des causes conventionnelles ou à l’action des Forces Spéciales. Le dispositif peut aussi être utilisé pour détecter les installations souterraines par pénétration photographique ou radar de profondeur, autant que pour l’usage conventionnel de radar transhorizon. Pour neutraliser ou pénétrer une cible, la haute atmosphère est chauffée de manière à créer un réflecteur virtuel pour le signal. Cramer suspecte que des expériences de rebond lunaire ont été menées depuis 1998, en utilisant une technique pratiquée depuis 1950 par les radioamateurs. Un dispositif similaire installé au centre de l’Australie permettrait d’atteindre des cibles inaccessibles depuis l’Alaska, aussi bien dans les hautes que dans les basses fréquences.

Vers la fin de 1998 et au début de 1999, le groupe ELFRAD a détecté une fréquence quotidienne de 9 à 95 hertz (pulsations/sec.). La longueur d’onde de cette fréquence était d’environ 319877 km. La distance de la Lune est assez proche de ce chiffre. Le signal semblait être cohérent, émis à partir d’une source inconnue environ à la même heure tous les jours, sauf les week ends. Le signal était assez puissant pour générer sa troisième harmonique de 2,81235 Hz...

Un signal d’ultra basse fréquence (ULF), fin 1998 à début 1999, d’une source inconnue, ne se produisant que les jours ouvrés, assez puissant pour engendrer une onde de troisième harmonique, à montée rapide et désintégration lente, plus facilement repérable par les magnétomètres situés dans le nord et d’une longueur d’onde correspondant à peu près à la distance de la Lune ? Quelle peut bien en être la cause, sinon HAARP ou un dispositif similaire, situé au nord et envoyant des signaux se réfléchir sur la Lune pour revenir sur Terre ? (Cramer 2001).

La voix de la planète : la résonance de Schumann
et ses rapports avec l’être humain (..)


Champs Electro-Magnétiques, conscience et ADN


Il est essentiel de poursuivre la recherche sur ces relations électromagnétiques, car peut-être que la survie de notre espèce psychophysique en dépend. Elles affectent notre mental, la structure génétique et cellulaire de notre corps, nos cycles de sommeil et de rêve, nos émotions et peut-être même de notre esprit. Il faut poursuivre la surveillance et le relevé des effets de ces actions sur l’atmosphère et de leur influence potentielle sur l’ionosphère et la RS, et donc sur le cerveau humain et la santé. Nous approchons de la fin d’un cycle de taches solaires et devrions consacrer un cycle complet de 11 années à récolter des résultats précis de données, comme le suggérait Hainsworth (Miller & Miller, 2002-2003).


Divers chercheurs et physiciens sont en train de rassembler des données pertinentes sous les auspices du Journal of Non-Local and Remote Mental Interactions (JNLRMI) (voir site Internet http://www.emergentmind.org), édité par le scientifique Lian Sidorov. Une des hypothèses majeure de ce groupe est que les champs EM extérieurs au corps sont cruciaux pour notre conscience. Matti Pitkanen a mis au point un modèle physique appelé Topological Geometrodynamics (TGD), qui met en lumière la relation étroite entre la physiologie humaine et la RS ainsi que d’autres schémas ELF et électromagnétiques.

Pitkanen pense que le champ magnétique terrestre n’est pas le seul facteur déterminant de la vie consciente, il cite aussi les champs interplanétaires et interstellaires. Ses démonstrations font référence à l’existence de canaux de flux magnétique, composante du champ magnétique mondial, qui se comporte comme un dipôle électrique. Une large gamme d’ondes EM, en particulier les micro-ondes et les ondes radio, joue probablement un rôle clef dans l’homéostasie, dans l’ensemble des interactions mentales à distance entre les cellules et d’autres structures et la représentation sensorielle, ainsi que dans les télé-interactions mentales à la fois dans et hors du corps. Il explique que le niveau de bruit du champ magnétique terrestre doit être assez bas pour permettre l’ESP (la perception extrasensorielle). Il y a plusieurs décennies, Alan Frey avait évoqué des notions de champ similaires, désignant en particulier ta gamme des micro-ondes. Ces champs EM ne sont que corrélatifs à la conscience. Toutefois, le modèle TGD permet d’assigner au champ corporel de quelqu’un une identité quantique de champ topologique. Pitkanen suggère aussi que ces champs et ondes ont une influence lorsque les systèmes biologiques exécutent des processus quantiques analytiques. Son approche biophysique indique que les circuits neuraux et les molécules sont liés par des mécanismes de verrouillage par ce processus de circulation magnétique (champs magnétiques dipolaires topologiquement quantifiés).

Pitkanen considère même le champ magnétique terrestre comme une interaction de champ magnétique dipolaire quantifié de nouage, de liaison et de torsion complexe. Le TGD perçoit le cerveau et le système nerveux comme l’organe sensoriel de notre moi électromagnétique étendu, qui possède une échelle de grandeur au moins égale au diamètre terrestre. Il ajoute que les phénomènes psi et les guérisons à distance pourraient impliquer le transfert de fréquences électromagnétiques spécifiques par les "wormholes" [Ndt : notion propre à la cosmologie, litt. "trous de vers" ; voir théorie des univers jumeaux] à longueur de Plant et par les effets frontières postulés par le TGD, ce qui permettrait le transfert quasi-instantané de l’information. L ’hypothèse du canevas sensoriel magnétique (MSC) décrit un mécanisme permettant de "partager les qualia" [Ndt : "qualia" = aspects phénoménaux de notre vie mentale ; "quale" au singulier] associés à des points distants sur la sphère géomagnétique, essentiellement une forme d’imbrication cognitive entre l’opérateur et la cible... Un des avantages évidents du TGD par rapport à d’autres modèles de transmission subtile d’énergie est que les champs EM ne sont pas directement portés de l’émetteur à la cible, mais sont générés simultanément en chaque lieu par un courant (géométrique) de vide : ainsi demeurent-ils cohérents en évitant le paradoxe de la non atténuation sur la distance... L’illusion de notre localisation est renforcée par les données que nous apportent nos sens, c’est-à-dire les perceptions auxquelles nous sommes accoutumés à prêter attention. (Sidorov, 2002).

D’autres recherches suggèrent que l’interaction fondamentale des champs externes et internes constitue la bonne voie. Joseph Jacobson (2002), du MIT, a trouvé un moyen de connecter et déconnecter des cellules avec les ondes radio. Son équipe a aussi "dézippé" et manipulé l’ADN avec des impulsions de radiofréquences. Le même procédé fonctionne aussi avec les protéines et celles-ci gouvernent presque tous les processus chimiques cellulaires.

D’autre part, le physicien Peter Gariaev a proposé un génome fondé sur les ondes, dont le canal d’information principal est le même pour les biophotons et les ondes radio (cf. http://www.emergentmind.org). En 1973, Miller et Webb décrivirent l’ADN comme un projecteur holographique (cf. Embryonic Holography, 2002). En d’autres termes les gènes sont encodés et se manifestent via la lumière et les ondes radio, ou l’holographie acoustique (cf. Miller, Miller et Webb : Quantum Bioholography, 2002). Des schémas d’interférence délocalisés créent des champs d’étalonnage (schémas directeurs) pour l’organisation spatio-temporelle de notre corps. Le système fonctionne comme un bio-ordinateur à ondes. L’ADN peut aussi fonctionner comme un cristal liquide colloïdal émettant une faible lumière de type laser qui peut être convertie en un signal électroacoustique.

Biosystèmes, Résonance de Schumann et perceptions extra sensorielles Pour conclure, Miller et Miller, ainsi que d’autres, postulent que :

Des champs électromagnétiques complexes déterminent l’organisation de tous les systèmes biologiques. Fondamentalement, nous sommes des êtres électromagnétiques plutôt que chimiques. L’interaction ondulatoire est la clef qui détermine la structure biologique et son fonctionnement optimal. Les biosystèmes sont sensibles aux champs électromagnétiques naturels et artificiels. Les perturbations des champs de l’environnement peuvent induire des changements dans les organismes que ces champs informent. Les fréquences et amplitudes de champs affectent notre état bio-dynamique.

Les fréquences ELF de la Résonance de Schumann sont intimement liées à celles des ondes cérébrales humaines. Des changements induits naturellement ou artificiellement dans la RS pourraient affecter de manière subtile, voire forte, la génération des ondes cérébrales. En particulier, cela pourrait conduire à des changements de schémas de fréquences de résonance et aux phénomènes qui en résultent tels que l’homéostasie, les REM, la psi et la guérison.

Pendant une dizaine d’années, Robert Beck... fit des recherches sur l’activité des ondes cérébrales des guérisseurs de toutes cultures et religions, (il énumère les médiums, les chamans, les radiesthésistes, les guérisseurs chrétiens, les voyants, les lecteurs d’ESP les praticiens de Kahuna, Santeria, Wicca et autres), qui, indépendamment de leurs systèmes de croyances, manifestaient "des signatures EEG quasi identiques" au moment de leurs actions de "guérison" : une activité d’ondes cérébrales de 7,8 à 8 Hz, qui durait d’une à plusieurs secondes et qui était "synchronisée en phase et en fréquence avec les micro-pulsations géo-électriques de la Terre ; la RS". (Sidorov, 2001). Les cristaux liquides (l’ADN, les ventricules cervicaux et les structures cellulaires) du corps humain peuvent fonctionner comme des antennes qui détectent et décodent les signaux ELF globaux et locaux. Beal (1996) suggère que les cristaux liquides (qui sont des éléments intrinsèques des membranes cellulaires) agissent comme des mécanismes de détection, amplification et mémorisation pour les schémas ELF EM de l’environnement. Les protéines tendent à s’orienter selon le EMF (champ électromagnétique) résonnant à 10 Hz et seraient donc très sensibles aux changements d’ELF dans cette gamme. Un champ d’ondes cohérent peut émaner de la matrice de cristaux liquide (LC) du corps.

La structure propre et l’organisation des tissus vivants sont cependant gouvernées par la molécule clé qu’est l’ADN. Le système génétique (qui, pour être plus précis, est constitué d’une fonction de translation equidirectionnelle qui peut partir aussi bien de l’ADN de l’ARN que de la protéine) s’avère être un code complexe, multidimensionnel avec des matériaux (nucléotide) à la fois locaux (codon) et globaux (contexte) et des paramètres de champs (hologramme EM), tous interdépendants et également sujets aux influences externes de l’environnement. (Sidorov, 2002).

Il existe un rapport étroit entre les désordres du comportement humain et les périodes de perturbations solaires et magnétiques.

Réciproquement, des études ont montré que des sujets qui vivent assez longtemps isolés des rythmes électromagnétiques développent des irrégularités croissantes et des rythmes physiologiques chaotiques. Ceux-ci sont rétablis de façon spectaculaire par l’intervention d’un faible champ électrique de 10 Hz. Les premiers astronautes en furent victimes jusqu’au moment où des générateurs RS furent installés dans les vaisseaux spatiaux.

Les anomalies géomagnétiques (tensions tectoniques, earthlights, perturbations du champ géomagnétique) peuvent induire certaines formes de perception paranormale, telles que des hallucinations visuelles et auditives, et les TLT (transitoires du lobe temporal, ou attaque légère).

Aussi, un des effets de la méditation est de" "calmer l’esprit" c’est une méthode permettant d’installer le "libre cours" (ou périodes de silence thalamique) et d’être entraîné par les rythmes géophysiques naturels. Cette forme d’accord ou de "magnéto-réception" est relayée par la glande pinéale (30% de ses cellules sont sensibles au magnétisme) et les tissus organiques contenant de la magnétite.

Persinger (1989) fait observer que l’activité profonde du lobe temporal existe en équilibre avec la condition géomagnétique globale. Lorsqu’il y a une brusque diminution de l’activité géomagnétique, il semble se produire une majoration des processus qui facilitent la perception psi, particulièrement la télépathie et la clairvoyance. Les augmentations de l’activité géomagnétique peuvent réduire le niveau de mélatonine de la glande pinéale et contribuer à réduire les seuils d’attaques corticales. En fait, la mélatonine est en relation aVec les désordres du lobe temporal tels que les dépressions et les attaques. (Krippner 1996).

Les conditions ELF globales optimales (nuit calme, faible activité solaire, faible pollution EM) peuvent faciliter les perceptions paranormales, y compris psi telles que ESP, vision et guérison à distance.

La psi est toujours présente dans l’espace et le temps, attendant d’être activée par une crise, par l’émotion ou par des paramètres de stimulus optimaux en laboratoire. L’activité. géomagnétique est susceptible d’affecter la capacité de détection de cette information par le cerveau, particulièrement les chemins neuraux qui facilitent la consolidation et l’accès conscient à cette information. En l’absence de cette activité géomagnétique, l’éveil au stimulus psi serait moins probable et les "capacités de réserves latentes" du cerveau ne seraient pas utilisées. (Krippner 1996).

Sidorov (2001) et d’autres ont suggéré que l’intention humaine fonctionne comme une fenêtre variable de transmission/réception dans l’échange d’information extrasensorielle, peut-être dans la gamme des fréquences ELF électromagnétiques. La synchronisation cérébrale de l’émetteur et du récepteur avec la RS facilite la psi ou "l’entraînement thérapeutique", amplifiant, ré-émettant des formes d’ondes cohérentes dérivées de l’environnement, imitant le schéma d’ondes de l’environnement. Sidorov avance l’hypothèse suivante : Les ondes cérébrales (particulièrement dans la gamme alpha) peuvent être transmises via le système périneural (ou via l’excitation de Frohlich) vers n’importe quelle zone éloignée du corps, et même vers des organismes adjacents, par les ondes EM ELF Ces fréquences peuvent être amplifiées par des ondes RS voisines ou par un mécanisme de feedback typique des chemins physiologiques du corps (semblables aux cascades immunologiques et neuro-endocrinologiques). À leur tour ces fréquences de base peuvent réactiver les processus de guérison interrompus, favoriser la croissance, accélérer les réponses immunitaire

s et en général provoquer le démarrage des fonctions inhérentes aux tissus corporels en "rééquilibrant ses énergies" (selon la médecine orientale) ou (dans la terminologie de Real) en reconfigurant l’orientation des cristaux liquides des composants des membranes cellulaires et en déclenchant ainsi des réponses intracellulaires spécifiques. (Sidorov, 2001).

Nous émettons l’hypothèse, avec Pitkanen et Sidorov, que la RS pourrait être le substrat d’un mécanisme de perception extrasensorielle de type radar commun à tous les êtres vivants. De même que l’eau bondissant sur les rochers ou sur tous objets submergés, cette fréquence non-spécifique est absorbée et ré-émise en schémas interférentiels uniques propres à chaque objet rencontré.

Ce schéma d’interférence est un composite de propriétés externes et internes, puisque les atomes et molécules les constituants ainsi que leur assemblage global retransmettent tous cette énergie selon leurs configurations spécifiques. Non seulement cela, mais les "ondes de sonde" peuvent être modulées en fréquence et en forme de manière intentionnelle afin de fournir une information spécifique (schémas d’interférence). Décodées par le cerveau, elles reviennent quasi instantanément "sur le dos" de la RS. Une fois reprises, le cerveau décode le schéma. Dans cette transformation de type Fourier, l’information est traduite en données conscientes, de façon similaire à d’autres processus sensoriels.

Réciproquement, des effets spécifiques peuvent être empreints comme bio information et "produire une action mystérieuse à distance" lorsque le signal arrive à destination. Sous de bonnes conditions globales (préalables), le schéma peut, à son tour, éviter la dissipation usuelle et s’accoupler à l’onde stationnaire dominante (état de conscience") qui est saisie et portée par la RS.

L’intention mentale peut fonctionner comme une fenêtre variable de transmission/réception dans l’échange d’information extrasensorielle. Accordée à la RS, elle peut porter à des cibles lointaines une telle information et fonctionner comme un interface primitif de type radar. Tout ceci et d’autres mécanismes dépend de ce que les fréquences RS demeurent dans leur gamme médiane, en harmonie avec nos ondes cérébrales.

À l’issue de près de huit décades d’EEG et autres études d’imageries du cerveau, nous sommes contraints d’admettre que nous ne pouvons toujours pas préciser avec certitude d’où proviennent les voltages de l’EEG. Becker ; 1985, pg.88)...

Il est concevable que le système périneural selon Becker ou la matrice LC de l’organisme (incluant, sans limitation, les tissus conjonctifs, les membranes cellulaires et IWN) pourrait fonctionner comme un réseau de récepteurs sensoriels du corps entier pour le canevas de signaux sensoriels magnétiques de Pitkanen, avec encodage spécifique de schémas d’excitation pour différents types d’information... Les réseaux de cristaux liquides omniprésents du corps et leurs possibilités de configurations quasi infinies en font des candidats de premier plan pour constituer les récepteurs sensoriels primaires que la parapsychologie espère trouver.

On peut même concevoir que les propriétés de conjugaison de phase de l’ADN (Popp et Chang, 1998) leur confèrent un fonctionnement d’antenne multi-mode, modifiant leurs fonctions selon les champs de signaux environnants et peut-être en agissant non seulement comme un programme régulateur mais aussi un élément de perception "extrasensorielle". (Sidorov, 2002).

HAARP : une menace pour l’humanité et la planète

Les humains que nous sommes possèdent des potentialités extraordinaires que nous avons à peine commencé à étudier et encore moins à comprendre. Des dons de créativité, d’intuition et des talents imprévisibles ou émergents pourraient se stabiliser chez les générations futures. On peut espérer que nous pourrons comprendre notre provenance d’un environnement essentiellement électromagnétique et développer notre potentiel de guérison, de croissance et de communication à distance. Les sommes d’argent faramineuses ont été dépensées pour HAARP et les projets associés (tels que "Star Wars", programme de défense antimissiles), sans que le moindre budget complémentaire soit affecté à l’étude des dangers potentiels. Le coût en dollars et en vies humaines pourrait être stupéfiant comparé aux avantages supposés que pourraient offrir de tels programmes. Durant des millénaires, la RS a donné la mesure régulatrice de la vie sur la planète, notre battement de cœur planétaire qui marque le tempo de la santé et du bien-être.

Mais aujourd’hui, selon la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements de Climat (UNFCCC), signée en 1992 au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, le cœur même de la planète est en danger. L’ONU a condamné l’utilisation hostile de techniques qui modifient l’environnement ou interviennent dans la dynamique, la composition ou la structure de la Terre, y compris ses biotopes, la lithosphère, l’hydrosphère, l’atmosphère ou l’espace extérieur.


Alors pourquoi, méprisant la Convention ENMOD de 1977 ainsi que sa propre charte, les Nations Unies ont-elles décidé d’exclure de leur ordre du jour les changements climatiques résultant de programmes militaires ?


En février 1998, le Comité des Affaires Étrangères, de la Sécurité et de la Politique de Défense du Parlement Européen tint une audience publique à Bruxelles sur la question de HAARP. La "Motion de Résolution " que le Comité présenta au Parlement Européen (document n° A4-0005/99, du 14 janvier 1999) contenait ces termes : Considère que HAARP..., en vertu de son impact étendu sur l’environnement, constitue une préoccupation mondiale et demande que ses implications légales, écologiques et éthiques soient évaluées par un organisme international indépendant... ; [le Comité] regrette le refus réitéré de l’administration des États-Unis... d’apporter des preuves à l’audience publique... concernant les risques pour l’environnement et le public du programme HAARP.

Cependant, la requête du Comité d’établir un "Livre Vert" sur "l’impact des activités militaires sur l’environnement" fut rejetée avec désinvolture sous prétexte que la Commission Européenne ne disposait pas de la juridiction nécessaire lui permettant de s’immiscer dans "les liens entre l’environnement et la défense". Bruxelles se soucia d’éviter un conflit avec Washington.

Bien qu’il n’y ait pas de preuves que HAARP ait été utilisé, les informations scientifiques indiquent que le programme est aujourd’hui entièrement opérationnel. Cela signifie que, potentiellement, HAARP pourrait être utilisé par les militaires US pour modifier sélectivement le climat d’une "nation inamicale" ou d’un "état dévoyé" dans le but de déstabiliser son économie nationale...

La "médecine économique" du FMI et de la Banque Mondiale, très documentée, imposée au Tiers-monde et aux pays de l’ancienne Union Soviétique a fortement contribué à déstabiliser l’agriculture domestique. De son côté, les financements de l’OMC ont soutenu les intérêts d’une poignée de conglomérats biotechniques dans leurs efforts d’imposer les semences génétiquement modifiées aux agriculteurs du monde entier. Il est essentiel de comprendre les liens entre les processus économiques, stratégiques et militaires du Nouvel Ordre Mondial. Dans ce contexte, les manipulations climatiques par le programme HAARP (accidentelles ou délibérées) exacerberaient ces changements en affaiblissant les économies nationales, en détruisant les infrastructures et en menaçant de faillite les fermiers sur de vastes régions...(Chossudovsky,2000).

Espérons que nous prendrons tous conscience de ceci avant que notre technologie ne conduise la planète si loin de son fonctionnement normal que la trajectoire de l’évolution humaine ne soit modifiée à jamais. il est donc plus que jamais important d’étudier aux niveaux les plus subtils les relations entre nos corps et l’environnement électromagnétique et leur interaction avec une technologie susceptible de changer la planète. il semble que l’humanité se trouve confrontée au pénible devoir de décider si l’ionosphère et la Résonance de Schumann seront sauvées ou détruites, si la "’Voix de la Planète" continuera ou non à chanter.

Références (..):

suite ici : http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10867


n355531413172_6739.jpg

Pour que le portrait de Salah soit sur le parvis
de l'Hôtel de ville, à Paris - Le 13 mars à Paris

Objet : Rdv le 13 mars à l'Hotel de Ville, à Paris

Lien de l'événement :

http://www.facebook.com/?ref=logo#!/event.php?eid=355531413172



Le samedi 13 mars, Salah Hamouri aura passé 5 ans en prison.

Ce jeune franco-palestinien a été condamné par un tribunal militaire israélien pour, selon ses accusateurs, avoir « envisagé » un attentat contre la personne d’un extrémiste de droite.

Aucune preuve.

« Un plaidé coupable », sous la menace de 14 ans de prison au lieu des 7 auxquels il sera condamné.

Le président de la République doit exiger sa libération immédiate, comme il le fait pour la plupart des autres prisonniers français à l’étranger.

Dans le même esprit, il doit recevoir la maman de Salah, Denise Hamouri, citoyenne française, donnant ainsi un signal fort en direction de l’Etat d’Israël.

Le 13 mars, en ce triste jour anniversaire, rassemblons-nous silencieusement, place de l’Hôtel de Ville, de 15 à 16 heures, pour adresser, dans sa prison, un message de solidarité à Salah Hamouri.



Tempêtes en France,
cet excellent commentaire d'Alain :


Xinthya, la tempête qui arrive à l'heure...

Le taux de probabilité de survenue des épisodes météorologiques étudiés évolue avec le temps, il est logiquement élevé à court terme, mais se réduit avec la durée. Aujourd'hui, la fiabilité des prévisions à 5 jours reste encore relativement aléatoire. Comme l'indiquent souvent les bulletins de prévisions, le taux de fiabilité des prévisions à 5 jours est de 3/5 ou 3,5/5, par exemple.
Différents services météorologiques ont annoncé, dès le lundi, trois tempêtes à venir dans la semaine.
Une première dans la journée du mardi, suivie d'une seconde le jeudi soir, et enfin la troisième, beaucoup plus puissante, prévue dans la nuit du samedi à dimanche.
La première, le mardi, annoncée donc le lundi, à 24h00, s'est avérée bien plus faible que prévue.
Idem, pour le second coup de vent, annoncée pour le jeudi.
Et pourtant, la troisième, Xinthia, est arrivée comme prévue le lundi, avec l'intensité prévue le lundi, et elle a suivi la trajectoire annoncée dès le lundi... Tout ceci est totalement incohérent.
Car, si les 2 premières tempêtes n'ont pas été confirmées dans les faits, cela signifie tout simplement qu'une divergence s'est présentée très rapidement entre les modèles mathématiques utilisés par les météorologues et les conditions réelles.
Et cette divergence ne pouvait que s'amplifier au fil des jours
Donc logiquement, et mathématiquement, la tempête de la nuit du samedi au dimanche n'aurait pas dû se dérouler comme annoncé dès le lundi.

Alors, comment est-il possible que ce phénomène soit survenu avec une telle concordance avec les prévisions?
Pour cela, il n'y a bien peu d'hypothèse à formuler, et nul besoin de puissants calculateurs pour en arriver à conclure....

Le déclenchement de la tempête Xinthia aurait-il été programmé, et sa trajectoire aurait-t-elle été contrôlée ?

Impossible ?
Délire paranoïaque ?
Et pourtant ne vous êtes vous jamais amusé à rediriger les rayons du soleil avec une loupe pour renvoyer un rayon à des dizaines de mètres, et éblouir quelqu'un où essayer d'enflammer un brin d'herbe à distance ?

En d'autres temps Nikolas Tesla vous aurait sans doute répondu que l'on pouvait imaginer de contrôler une tempête avec des ondes, et de les faire progresser, un peu comme certains sportifs jouent... au curling...

Nikola Tesla qui fut, notamment, l'inventeur du courant alternatif, des lampes à décharge, des transmission radio, des forages géothermiques, et de tant d'autres choses qui font aujourd'hui notre monde moderne

Mais, aussi de procédés techniques bien plus dangereux, notamment en utilisant les capacités de la ionosphère, et, ce que l'on a oublié, c'est qu'il avait déjà déposé des brevets pour cela...
C était il y a 100ans !

Alors, aujourd'hui, on vous parlera du danger des bombes thermonucléaires. C'est oublier que ces techniques, étaient restées totalement secrètes lorsqu'elles  furent utilisées pour la première fois, en 1945, il y a 65 ans...

Il y a 65 ans, il n'y avait pas de télévisions, de micro-processeurs, d'ordinateurs, d'écrans plats, de téléphones portables...

Alors, en extrapolant, essayons d'imaginer un instant les progrès technologiques que certains militaires ont pu faire depuis cette antique bombe atomique, et ce qu'ils pourraient être capables de faire aujourd'hui avec des émetteurs d'ondes de très grande puissance, des « miroirs » aériens artificiels, des satellites et des ordinateurs...

Partager cet article
Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 22:03
 
Mes amis,

En déplacement,  je me retrouve bloquée à cause des intempéries. La région où j'habite a reçu des assauts furieux, les vagues atteignant même plusieurs mètres de hauteur.  En attendant de rentrer, j'utilise un ordinateur de poche, un court moment, voici donc une publication empirique. Elle attirera votre attention sur une structure de plus en plus totalitaire, l'Union européenne. Attention, le nazisme, loin d'être vaincu, s'est perpétué, en mettant à mort les Etats souverains, et même l'Etat. Celui-ci ne fait plus qu'appliquer des consignes, et celles-ci sont contraires aux intérêts des peuples. L'UE dérive vers une dictature totalitaire, il semble qu'elle ait été, dès l'origine, conçue pour être un instrument du Nouvel Ordre Mondial, une étape vers un pouvoir toujours plus concentré, dominateur, liberticide. Au service de l'oligarchie financière, non élue démocratiquement, et prête à sacrifier les peuples aux intérêts bassement mercantiles.

Voici des éléments pour alimenter votre réflexion - et l'action, le cas échéant !

Votre eva R-sistons    


Le Plan Economique
Merkel Sarkozy
ressemble Etrangement A Celui Des Nazis Dans Les Années 40

Sous couvert d’éviter à d’autres pays européens la crise financière actuellement traversée par la Grèce, Merkel et Sarkozy ont proposé de créer un gouvernement fédéral économique européen. Ce plan ressemble étrangement à celui des Nazis dans les années 40 pour consolider leur pouvoir fasciste.

 
Le Plan Economique Merkel Sarkozy Ressemble Etrangement A Celui Des Nazis Dans Les Années 40

Selon le quotidien allemand Der Spiegel online « alors que l’état des finances de la Grèce fait chuter l’euro, des appels sont plus fréquemment lancés pour coordonner la politique fiscale au sein de la zone euro. Maintenant, l’Allemagne et la France ont présenté un document décrivant ce que pourrait être ce type de régime ».

L’objectif c’est de s’orienter vers une économie planifiée centralisée, Bruxelles exerçant un contrôle total sur les affaires financières des états membres, ce qui ressemble de plus en plus à du fascisme économique.

Jean Claude Juncker, président du conseil européen, a reçu la nouvelle proposition des mains du ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble, et de la ministre des finances française, Christine Lagarde, a mis l’accent sur la nécessité d’un « gouvernement économique européen » pour résoudre la crise de la dette de la Grèce.

Selon ce document « l’idée de départ d’établir une politique économique européenne commune, telle que présentée par le président de la commission européenne, Jose Manuel Barroso début février, nécessite que les pays soient contraints d’instaurer des réformes structurelles sous peine de sanctions financières »

Ce plan pour un nouveau « gouvernement économique européen » a également reçu le soutien de l’ex ministre des affaires étrangères allemand membre des Verts, Joschka Fischer, un ami proche de Daniel Cohn Bendit d’Europe Ecologie.

Fischer demande instamment que « les gouvernements français et allemand établissent un organisme de supervision financière avec suffisamment de mordant pour contrôler les finances des états membres ».

Cela rappelle ce qui a largement été documenté concernant la création de l’ancêtre de l’UE, le Marché Commun, un rejeton de l’Allemagne Nazie qui voulait préserver le pouvoir fasciste au-delà de la défaite d’Hitler.

Un rapport des services de renseignements militaires des US, EW-Pa 128, également connu sous le nom de «The Red House Report « détaille la manière dont les hauts responsables du régime nazi se sont rencontrés secrètement à l’Hôtel de la Maison Rouge à Strasbourg le 10 Août 1944 et sachant que l’Allemagne était sur le point d’être vaincue militairement, ont conspiré pour créer le Quatrième Reich - un empire pan européen économique sur la base d’un marché commun européen. De riches industriels nazis tels Alfred Krupp de Krupp Industries et Friedrich Flick, de même que des sociétés telles BMW, Siemens et Volswagen, ont activement œuvré à la construction d’un empire économique pan européen.

Selon l’historien Michael Pinto-Duschinsky « pour un grand nombre de dirigeants proches du régime nazi, l’Europe est devenue une couverture pour poursuivre les intérêts nationaux allemands après la défaite d’Hitler… La continuité de l’économie de l’Allemagne et des économies de l’Europe post guerre est frappante. Certaines des personnalités dirigeantes de l’économie nazie sont devenues les principaux constructeurs de l’Union européenne ».

D’autre part, dans son livre intitulé « Europe Full’s Circle » son auteur Rodney Atkinson fournit une liste des politiques proposées par les Nazis et leur similitudes avec celles de l’Union européenne.

Un autre auteur, Adam Lebor, qui lui aussi a amplement documenté cette continuité entre l’Allemagne Nazie et l’Union européenne, écrit à propos de cette proposition Merkel Sarkozy :

« Ces trois pages dactylographiées nous rappellent que l’initiative prise pour créer un état fédéral européen est inexorablement liée aux plans des SS et des industriels allemands pour un IVème Reich - un empire économique plutôt que militaire ».

Ce que Merkel et Sarkozy proposent c’est un « nouveau plan d’unité économique » avec un contrôle financier centralisé à Bruxelles sur les économies des états membres et dirigé de là bas. En 1940, le ministre de la propagande d’Hitler, Joseph Gobbels a ordonné la création d’une «unification économique de l’Europe sur une large échelle »« dans 50 ans les peuples ne penseront plus en terme de pays ».

Ainsi donc, le plus loyal allié nazi d’Hitler appelait à l’époque à « l’unification économique de l’Europe » et maintenant les Merkel Sarkozy Fischer et consorts appellent eux aussi de tous leurs vœux à cette unification économique européenne ce qui implique de facto que les états membres renoncent à diriger leurs propres économies, le coup de grâce après leur renoncement à battre monnaie avec la création de la zone euro, et le dictat imposé par la Banque européenne aux économies nationales.

Le fait que l’UE, sous l’impulsion de Merkel et Sarkozy, cherchent actuellement à confier à ses dirigeants non élus démocratiquement le pouvoir de contrôler directement les économies nationales est un signe d’une dérive totalitaire de l’UE. Si on ajoute à cela le fait que ces mêmes buts ont été par le passé poursuivis par l’un des régimes notoirement reconnu comme criminel et barbare, alors les citoyens des pays des états membres devraient se réveiller et manifester leur opposition à une telle dissolution des états nations dans une dictature européenne qui règlementera de plus en plus leurs vies au quotidien sans qu’ils ne puissent rien faire contre.

La première chose à faire c’est sur le plan national de chasser celui qui sous couvert de vouloir «défendre l’identité nationale » attaque l’état nation en utilisant le pouvoir qui lui a été confié. C’est ce que l’on appelle de la haute trahison. Un président en exercice peut être déchu pour cette raison.
Source :
Planète non violence

Lire aussi :
Derniers Articles
Dubaïgate : Affaire Des Faux Passeports, Dangereuse Faille Sécuritaire Et Mollesse de L’UE

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-grece-derive-totalitaire-de-l-union-europeenne-46258557.htm


____________________________________________________________


Quelques liens :

En 1951, un village français a-t-il été
arrosé de LSD par la CIA?
 


Pendant une semaine, il y a près de 60 ans, un bourg entier du Gard, Pont Saint-Esprit, est pris de folie et d'hallucinations. Un journaliste américain prétend avoir percé le mystère : il s'agirait d'une expérience secrète menée par les services américains, en pleine guerre froide. Lire la suite l'article

Au moins cinq morts, plus de 30 personnes hospitalisées et près de 300 malades. En août 1951, un fait divers tragique secoue une grosse bourgade paisible des bords du Rhône, Pont-Saint-Esprit.

Ce qui commence comme une banale intoxication alimentaire collective culminera quelques jours plus tard en une nuit de pure folie, des scènes d'hallucinations dignes d'un tableau de Bosch, une « nuit de l'Apocalypse », pour reprendre les termes d'un des médecins locaux, le Dr Gabbaï.

Récemment, France 3 exhumait ce fait divers sous la forme d'une fiction bourrée d'erreurs, « Le Pain du diable », bien que le téléfilm s'inspirât essentiellement du remarquable travail d'un historien américain, Steven Kaplan, « Le Pain maudit » (Fayard), en 2008.

Après des années d'enquête, Kaplan reste frustré : aucune des pistes suivies -ergot de seigle, fongicide, eau, mycotoxines- n'apporte d'explication définitive.

Dans un livre publié aux Etats-Unis fin 2009, le journaliste Hank Albarelli affirme avoir percé incidemment le mystère. La crise de folie qu'a connue Pont-Saint-Esprit viendrait d'une expérience secrète sur les effets du LSD menée conjointement par l'armée américaine et la CIA.

 

« J'ai des serpents dans mon estomac ! »

 

L'affaire du « pain maudit » débute le 17 août 1951. Les salles d'attente des trois médecins de la ville sont pleines. Une vingtaine de malades viennent consulter pour des symptômes apparemment digestifs : nausées, brûlures d'estomac, vomissements, diarrhées.

Viendront s'ajouter dans les jours suivants des fatigues importantes et des insomnies. Pour nombre de malades, après une rémission de 48 heures, les symptômes s'aggravent pour culminer dans des crises hallucinatoires habitées, entre autres, par des flammes et des animaux.

Après une enquête sur place pour le magazine Look, un journaliste américain, John Fuller, décrit dans un article paru en 1968 des scènes d'hallucinations collectives.

Un ouvrier, Gabriel Validire, hurle à ses compagnons de chambrée : « Je suis mort ! Ma tête est en cuivre et ...


Lire la suite sur Rue89


http://fr.news.yahoo.com/69/20100309/tfr-en-1951-un-village-franais-a-t-il-t-b8d393e.html 

Le petit maquereau et la première gourgandine de France reprennent leurs habitudes...

Il paraît que rien ne va plus dans le couple présidentiel: Rumeurs, ou pas ?
(Les médias attendent la fin des élections ?)
 Le Post.fr a publié la news en Une (info vérifiée par la rédaction)
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkylplkkVyLgwiHUBC.shtml

 
 
inv
Wikipedia.org

Le mécontentement gronde.
Bref bilan de la politique menée par Sarkozy


A 25 mois de la fin de son mandat, Nicolas Sarkozy a créé les conditions d’une rupture sociale profonde qui pourrait mal se terminer.

CONSTAT :

Le chômage explose

Le cap des 10% de chômeurs vient donc d’être passé, et plus d’un million de français vont perdre cette année tous leurs droits.


Si l’on y ajoute à ça les personnes qui exercent une activité réduite, cela porte le chiffre de français en difficulté à 3,5 millions de personnes.


23,5 millions de personnes exercent encore une activité salariée, mais combien de ceux-là vont perdre leur travail en 2010 ?


Si l’on applique le pourcentage de l’augmentation connue sur 2009 (24,6%) à l’année 2010, on peut estimer qu’à la fin 2010, 500 000 français de plus se retrouveront sans emploi. lien


Les inégalités se creusent


Le président Ford prétendait qu’un écart de salaire de 30 était le seuil à ne pas dépasser.


Le programme commun de la gauche, avait proposé un écart maximum de 7.


Or aujourd’hui, le salaire le plus haut équivaut à 540 fois le RMI. lien


Les inégalités salariales continuent de se creuser. lien


Celui entre les femmes et les hommes reste d’actualité. (19,2% en moyenne)


Dans les années 80, l’augmentation du salaire net médian était d’après l’INSEE de 3,1 et elle est aujourd’hui de -0,1. lien


Alors le gouvernement a créé un « observatoire des inégalités ».


A défaut de les changer, on peut toujours s’inscrire à ce colloque le 23 mars prochain.


Le service public passe à la trappe


Depuis le 1er mars, La Poste a changé de statut.


Elle est devenue une société anonyme.


« les activités de service public qui ne rapportent plus, comme le courrier, vont disparaitre ; et les activités qui dégagent du profit comme la Banque Postale, vont être privatisées » déclarent des militants. lien


Pourtant 2 millions de votants se sont exprimés à 98,5% contre ce changement de statut.


Question éducation nationale, contrairement à une idée reçue, il faudrait recruter plus d’enseignants, ainsi que le démontre cette étude : lien


C’est déjà ce que demandait en 2007 Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU. lien


Or le gouvernement diminue le nombre de postes, et favorise la mise en place d’heures supplémentaires, privant du même coup, les enseignants de travail.


Les prisons sont surchargées, et sont dans des conditions si déplorables que des ex-prisonniers viennent d’obtenir réparation, pour avoir souffert dans les prisons de Rouen. lien


Les hôpitaux sont en sous effectifs, et les soins fatalement de moindre qualité, malgré le dévouement du personnel soignant. lien


Quant à France Telecom, depuis qu’elle est tombée dans le privé, la compétition et la concurrence à généré déprime et suicides. (25 suicides en 20 mois)


Le monde agricole est en larmes.


Bien sûr les gros céréaliers tirent leur épingle du jeu grâce à de généreuses subventions européennes, mais le monde paysan souffre.


Il faut se remettre en mémoire le témoignage poignant de Pierre Priolet. lien


La misère s’installe


Le nombre des sans abri ne cesse d’augmenter, (lire ici la charte du sdf).


Selon une étude de l’INSEE, 800 000 personnes ont vécu dans la rue à un moment de leur existence en France.


Aujourd’hui, les SDF seraient au nombre de 200 000. Lien


Les français fouillent dans les poubelles pour subvenir à leurs besoins. lien et ils sont 2 millions à avoir recours à l’aide alimentaire.


100 millions de repas ont été servis aux restos du cœur à 800 000 personnes en 2009 (100 000 personnes de plus qu’en 2008)


Le gouvernement donne le mauvais exemple


Qui a oublié le fameux repas offert par notre gouvernement aux convives du sommet de la méditerranée, à 5050 euros par personne ?


Qui a oublié le bouclier fiscal, cadeau de 15 milliards fait aux nantis ?


Qui a oublié le doublement de salaire que s’est généreusement octroyé Nicolas Sarkozy.


Il touche actuellement 19 508,21 euros net mensuel.


Puis, on a découvert le népotisme présidentiel avec l’affaire Jean Sarkozy, et l’intervention personnelle de l’Elysée pour que Pierre Sarkozy obtienne une subvention. lien


Le budget du gouvernement a explosé.


En juillet 2008, on apprenait que le SIG (service d’information du gouvernement) avait augmenté son budget de 292%, passant de 5,7 millions à 22,4 millions. lien


Pour 2010, il y aura 21,9 millions d’euros pour la communication politique du chef de l’état. lien


Le budget annuel de l’Elysée est passé de 32 millions d’euros à 130 millions d’euros. lien


Avec un déficit record de 138 milliards, on pourrait attendre du gouvernement un peu plus de rigueur.


Rappelons que nous sommes très loin de la limite fixée par les traités européens (3% du PIB), puisqu’en début 2010 nous en sommes à plus du double (8,5% du PIB).


La France s’est donné jusqu’en 2014 pour revenir aux 3%.


A bien y réfléchir, nous ne sommes guère mieux lotis que la Grèce qui veut passer de ses 12,7 % de 2009 à 8,7% en 2010, et arriver à 2,8% en 2012.


Alors pour compenser ces déficits, et contrairement à ce qui est affirmé, les impôts des français ont augmenté : les taxes sur les ménages ont fait rentrer dans les caisses de l’état 3,85 milliards d’euros (TIPP, forfait hospitalier, déremboursement des médicaments, tabac, redevance télé, taxe carbone…). lien


Les français dépriment


Comme le drapeau de l’insécurité est brandi régulièrement, les français ont peur les uns des autres, malgré le nombre croissant et inutile de caméras de surveillance. lien


En effet, on y renonce partout sauf en France, et le gouvernement est prêt à dépenser 555 millions d’euros pour en tripler le nombre.


Une enquête menée par le CCOMS (centre collaborateur de l’organisation mondiale de la santé de Lille) conjointement avec la DREES (direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques) pendant 4 ans, en interrogeant 36 000 personnes nous apprend que la dépression devient quasi épidémique en France. lien


11% des personnes interrogées ont connu un épisode dépressif.


Selon cette enquête 9,1% des femmes, et 6,4% des hommes (en priorité chômeurs ou divorcés) ont déclaré avoir déjà fait une tentative de suicide au cours de leur vie.


Çà va mal finir


Ce titre prémonitoire du livre de François Léotard (Grasset/mars 2008) dédié à son ancien ami, Nicolas Sarkozy, décrit en moins de cent pages une situation apocalyptique.


Ecrit d’un jet, quelques mois après l’élection, Léotard voyait déjà le pire arriver. Extraits


« Sarkozy ne parle pas de la police, il est la police. Il est l’ordre. L’ordre seulement, mais l’ordre complètement. Sa doctrine est faite : les loubards des banlieues n’ont pas de problèmes sociaux, ni de logement, ni de culture, ni d’emploi. Les pédophiles n’entrent pas dans la catégorie de l’acquis, mais dans celle de l’inné, les récidivistes que la prison a largement amochés doivent y retourner le plus vite possible. Ils ont été jugés ? Aucune importance. Pour le même délit, déjà purgé, on va inventer un suivi » en milieu fermé, c’est-à-dire une deuxième prison qui s’ajoute à la première, mais sans jugement)… (Il semble que la séparation des pouvoirs lui soit une énigme)… (Je lis dans un journal que désormais la police française arrête des enfants)… (Il parait que tu n’écoutes plus ceux qui t’entourent ». Etc.


Certains gardent quand même l’espoir, et comme la maman de Napoléon pensent peut-être « pourvu que çà dure », mais ils risquent d’être déçus, car comme disait mon vieil ami africain : « ce n’est pas parce que l’escargot n’a pas de dents qu’il faut s’amuser à le mettre dans sa culotte »

http://www.olivier-cabanel.fr/Accueil.html

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkylplFkVpLQSkmVab.shtml



La disparition du Cerc ! 
Denis Clerc | Alternatives Economiques n° 289 - mars 2010

 



En 1993, Edouard Balladur en avait rêvé ; en 2010, Nicolas Sarkozy l'a fait : dans le silence général, le pouvoir a supprimé de facto le Conseil de l'emploi, des revenus et de la Cohésion sociale (Cerc). Le Centre d'études des revenus et des coûts - c'était ce que le sigle Cerc désignait à l'origine - avait été créé en 1967 par le général de Gaulle suite à la proposition d'un comité chargé de réfléchir à ce que pourrait être une Politique des revenus en France. Présidé par le commissaire au Plan de l'époque, Pierre Massé, son rapporteur était Jacques Delors. La mission de ce premier Cerc: établir périodiquement un état des lieux précis en matière d'évolution des revenus d'activité, financiers et sociaux, ainsi que de la Productivité (d'où le terme "coûts"), afin de mettre en lumière les disparités ou les inégalités qui pouvaient exister dans ce domaine. L'organisme publiait des rapports très documentés, qui suscitaient parfois des grincements de dents du côté de nos dirigeants, de gauche (Pierre Bérégovoy), comme de droite (Jacques Chirac).


Edouard Balladur, Premier ministre en 1993, avait donc décidé de supprimer cet organisme et de le remplacer par un Cserc (Conseil supérieur de l'emploi, des revenus et des coûts). Ce qui avait été interprété par beaucoup - à commencer par le signataire de ces lignes - comme la volonté d'en finir avec une expertise indépendante. Le Cserc était privé de l'essentiel des salariés sur lesquels s'appuyait l'ancien Cerc et devenait dépendant de la bonne volonté de l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) pour obtenir les données dont il avait besoin, alors même que, dans le domaine des revenus, la statistique publique commençait à peine à sortir de la préhistoire.


La fronde déclenchée par cette décision chez bon nombre de chercheurs et de statisticiens n'était donc pas sans fondement. La suite a toutefois montré que le Cserc n'était pas l'organisme croupion et aux ordres que beaucoup pensaient qu'il serait: il a publié des rapports (sur le salaire minimum, par exemple) qui ont fait date. La gauche ayant promis que, si elle revenait au pouvoir, elle rétablirait le Cerc, Lionel Jospin tint parole et, en 2000, le Cserc redevenait le Cerc (la modification d'intitulé laissant le sigle inchangé), avec comme président... Jacques Delors. Lequel, avec l'accord du rapporteur général, Michel Dollé, me recruta comme rapporteur. J'y ai travaillé jusqu'à fin 2007 et je crois vraiment que le Conseil et l'équipe des rapporteurs ont fait un travail utile sur la pauvreté, l'insécurité de l'emploi ou l'Insertion des jeunes.


Ce n'est cependant pas la nostalgie qui me pousse à évoquer le Cerc, mais l'écoeurement. Car le mandat de Jacques Delors et celui des membres du Conseil sont arrivés à expiration en juillet 2008. Le rapporteur général, touché par la limite d'âge, n'est plus en poste et les rapporteurs sont partis les uns après les autres au terme de leur engagement, sans que quiconque les remplace. Seules restent deux documentalistes pour effectuer une remarquable veille internationale sur les questions d'emploi, de pauvreté, de revenu (1). Le gouvernement n'a pas bougé le petit doigt, malgré plusieurs démarches de Jacques Delors pour qu'un successeur soit désigné. Car c'est à l'Elysée que ce genre de décisions se prend. Et le silence assourdissant de la presse montre que c'était la bonne méthode pour faire disparaître sans vague un lieu d'expertise qui dressait, sur les thèmes dont il se saisissait, des constats détaillés et sans complaisance, qui pointait les incohérences ou les insuffisances des politiques publiques et avançait des propositions très argumentées.


Les lieux d'expertise publique indépendante approfondie disparaissent. Ils ne publient plus que des rapports de facture universitaire que le gouvernement ignore (Conseil d'analyse économique), sont transformés en organismes au service d'une personne (Conseil d'analyse de la société) ou du pouvoir grâce à la nomination à leur tête de militants UMP (Conseil d'orientation de l'emploi, Commissariat général du Plan). C'est le signe d'une grave confusion entre légitimité tirée de la compétence et légitimité politique tirée de l'élection (ou de la candidature à l'élection) qui tend à faire de l'analyse sociale un sous-produit de l'engagement partisan. Du coup, alors que notre République est confrontée à des problèmes sociaux d'ampleur, des futilités occupent le devant de la scène médiatique - de la burka au dérapage verbal d'un personnage qui n'en est pas à son premier. Elles permettent d'éviter d'avoir à s'interroger sur le délitement de la Cohésion sociale. Mais la politique de l'édredon pratiquée par le pouvoir pour faire taire sans bruit un organisme gênant est manifestement efficace, puisque nul n'en dit mot.


(1) Voir www.cerc.gouv.fr/indexf.html, cliquer soit sur "Le bulletin", soit sur "Les thèmes". Tous les rapports sont également en ligne.

Denis Clerc | Alternatives Economiques n° 289 - mars 2010

(1) Voir www.cerc.gouv.fr/indexf.html, cliquer soit sur "Le bulletin", soit sur "Les thèmes". Tous les rapports sont également en ligne.

http://alternatives-economiques.fr/la-disparition_fr_art_913_48493.html

Amende Cartel sidérurgie concurrence 575 millions 72 millions euros Patrons voyous quasiment graciés pour cause de... crise ! [MAJ] cartel siderurgie patrons voyous crise economique maj 6952


De 575 millions d'euros, l'amende "record" infligée au "cartel de la sidérurgie" par l'Autorité de la concurrence a lamentablement fondu à 72 millions. La Cour d'appel de Paris a en effet estimé qu'il ne fallait pas stigmatiser les entreprises délinquantes... en période crise. Bercy acquiesce. Pince-moi je rêve. Aïeuuu...

Les mots


Mise à jour, 19 février 2010
- Comme redouté, le ministère de l'Economie renonce à se pourvoir en Cassation, annonce Les Echos. Et que fait-on quand une décision menace de provoquer des remous dans l'opinion (m'enfin, tant que la presse n'en pipe mot, le risque est limité) ? Une commission ! Qui devra débattre de la politique de sanctions à l'égard des entreprises coupables de pratiques anti-concurrentielles, afin de faire en sorte que les sanctions soient « dissuasives, en adéquation avec le dommage causé à l'économie, adaptées à la situation de l'entreprise fautive et prévisibles ». Sans rire...


Première publication, 1er février 2010
- S'il est un concept fondamental de notre culture économique libérale, c'est bien celui de la concurrence libre et non faussée. A tel point que feu le TCE l'avait élevé au rang d'objectif principal de l'Union Européenne, devant même les Droits de l'Homme. "C'est pas rien", comme dirait l'autre. En France, c'est l'Autorité de la concurrence qui veille au respect de ce principe absolu, "pour la sauvegarde de l'ordre public économique".


Fin 2008, ce gendarme de l'économie avait condamné onze entreprises de la sidérurgie à verser 575 millions d'euros pour s'être entendues sur les prix. Une amende "record", que l'Autorité qualifiait toutefois de "minimum" au regard des infractions constatées. Si elle avait appliqué les barèmes de la Commission européenne, la douloureuse aurait atteint 1,5 milliard d'euros. Ce cartel a fonctionné pendant au moins cinq ans, de 1999 à 2004, faisant perdre entre 360 et 720 millions d'euros à ses pigeons (en premier lieu : les collectivités locales et les consommateurs, donc... nous, dans les deux cas).


Les incorruptibles


Il faut dire que les entreprises impliquées avaient mis en place un système hautement sophistiqué de partage des territoires et des clients. Leurs patrons se réunissaient régulièrement, dans de coquettes cantines parisiennes. Et gare aux fauteurs de trouble ! Un barème très strict de sanctions était couché sur le papier. Ceux qui osaient récalcitrer se voyaient illico exclus du marché pendant deux mois, avec "mise à l'index", "punitions" et "représailles" pour les récidivistes. Scarface n'aurait pas fait mieux.


La crise adoucit les moeurs


Malgré les preuves (non contestées) accumulées, ce "cartel de la sidérurgie" a fait appel. Résultat : le 19 janvier, la Cour d'appel de Paris a divisé par huit le montant de l'amende, à 72 millions d'euros ! Mais, dans cette affaire, plus que les chiffres, c'est la justification des juges qui laisse sans voix. Si les magistrats reconnaissent dans un premier temps la "gravité exceptionnelle" des faits, leurs conclusions remettent les poils dans le bon sens : tout bien réfléchi, il ne s'agirait finalement que d'une "atteinte moyennement grave à la concurrence, tempérée notamment par l'état de crise économique". D'autant que l'OCDE a récemment "incité [les autorités] à ne pas prononcer des amendes disproportionnées en temps de crise majeure". Et que les groupes impliqués ont expliqué craindre que "le volume des amendes obèrent [sic] leurs capacités d'investissement", amendes qui "menacent finalement l'emploi".


Pourquoi se gêner ?


On respire très fort, on se frotte les mirettes, et on relit mot à mot, le doigt sur l'écran. Un heure et trois coups de fil plus tard (histoire de bien confirmer, heinh), le verdict tombe : la libre concurrence, c'est bien, mais en période de crise, il faut savoir pardonner ! En clair : tu gruges 500 millions, au pire, on t'infligera une amendine de 72 millions. Pourquoi se gêner ? La balle est maintenant dans le camp de Mâme Lagarde, qui tarde à décider d'un éventuel pourvoi en Cassation. Au vu de l'absence totale de médiatisation de l'affaire, on doute..

.
http://www.lesmotsontunsens.com/cartel-siderurgie-patrons-voyous-crise-economique-maj-6952


Sur Artemisia.college:

"L'ultime tyrannie dans la société n'est pas le contrôle de la loi martiale, c'est le contrôle exercé au travers de la manipulation psychologique des consciences et qui définit la réalité, de sorte que ceux qui subissent cette manipulation ne peuvent même pas réaliser qu'ils sont prisonniers et incapables d'imaginer qu'il existe autre chose en dehors de leur propre monde."   Barbara Marciniak

 

« Le flot ininterrompu de mensonges émanant de personnages en place, très puissants et ayant la confiance du peuple, est tout simplement horrifiant ».

 

« Lorsque vous êtes informés, vous progressez au-delà de la nécessité d'avoir peur... ». 

 

« Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L'argent n'a pas de patrie ; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence. ».

Napoléon Bonaparte (1769-1821), Empereur Français

 

   

 

Économie :

La France va-t-elle perdre son triple A (après les élections) ?

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2010/03/après-la-grèce-la-france-.html

 

Vers une autre crise économique signée Goldman Sachs

http://infodesderniershumains.blogspot.com/2010/03/vers-une-autre-crise-economique-signee.html

 

 

Bernard Kouchner dément les accusations de Carla del Ponte
En visite officielle au Kosovo, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a été interrogé le 1er mars par un journaliste à propos des rumeurs selon lesquelles il serait impliqué dans le scandale des trafics d’organe.
Plusieurs médias serbes ont accusé M. Kouchner d’avoir couvert ces agissements lorsqu’il était Haut représentant des Nations Unies dans la région (1999-2001).
« L’affaire de la Maison jaune », par référence à la couleur de la clinique clandestine où des organes étaient prélevés sur plus de 300 prisonniers civils serbes avant qu’ils ne soient exécutés, a été attestée par l’ancienne procureur du Tribunal pénal international Carla del Ponte dans son livre La caccia. Io e i criminali di guerra [Version française : La Traque, les criminels de guerre et moi (éd. Héloïse d’Ormesson, 2009)]. Quatre ans après les faits, les enquêteurs de Mme Del Ponte ont localisé la Maison jaune à Burrell (Albanie), mais n’ont pu y trouver d’indices permettant de reconstituer la filière.
Sur proposition de la délégation russe, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a mandaté le sénateur suisse Dick Marty pour ouvrir une nouvelle enquête.
En répondant à la presse, Bernard Kouchner ne manifeste aucune compassion pour les victimes et leurs familles. Fort étrangement il choisit de démentir la complicité passive qu’on lui impute en niant l’existence du crime. En outre, il qualifie de « salauds et d’assassins » ceux qui colportent cette rumeur ; des propos qui incluent Carla Del Ponte.
 
 
Fausses couches après le vaccin H1N1
Eileen Danemann, directrice du groupe " National Coalition of Organized Women" est en train de préparer un dossier en vue d'intenter un procès en justice au sujet de fausses couches qui ont suivi l'administration de la vaccination contre la grippe porcine.
"A ce jour nous avons 200 cas de fausses couches documentés après l'administration du vaccin H1N1", écrit-elle.
 
 
Bruni-Biolay, Sarko-Jouanno : l’incroyable rumeur
Oui, on s'en f... mais c'est comme pour le président de Russie, ivre, des gens qui dirigent des pays nucléaires, ce n'est pas comme pour n'importe qui...
Leur "équilibre" nous importe !

artemisia-college.org

je publie tel que, je ne suis pas équipée pour "soigner" ma présentation, excusez-moi, je suis sur un ordi de poche pendant qq mn ! Eva
 
 
Partager cet article
Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 03:13
Anglo-saxons-blooddees.jpg

2e volet sur la Grande-Bretagne, 2e volet, aussi, sur le Vatican (articles d'eva, publiés voici quelques mois). En filigranne, le Nouvel Ordre Mondial qu'on est en train d'imposer progressivement aux peuples abusés...
J'ai eu l'idée de ce post sur Londres et sa City en écoutant le "Conversations d'avenir" de Jacques Attali, et je cite un extrait sur le Vatican à la fin de cette parution. Londres et le Vatican tels qu'on ne vous les présente jamais.... Eva R-sistons


Londres et sa City,
un Etat criminel dans l'Etat, 
et très actif dans la mise en place
du Nouvel Ordre Mondial.
Par eva R-sistons


Qui sont les vrais acteurs des politiques planétaires - dans les coulisses ? Qui est à l'origine des politiques militaro-financières dévastant la planète ? On a l'habitude de désigner les Américains, les Francs-Maçons, les Sionistes, les sociétés secrètes comme les Bilderberg ou la Trilatérale, que sais-je encore. Et c'est vrai qu'une grande part des malheurs de l'humanité leur incombent, n'oublions d'ailleurs pas les faux culs bénis du Vatican, plus préoccupés des choses de ce monde (et je ne parle évidemment pas des penchants de certains d'entre eux) que des affaires du Ciel. Au moins dans les faits ! 

Quoiqu'il en soit, on oublie un acteur essentiel, sans doute même le plus essentiel: Londres et sa City. Pendant des siècles, les financiers anglo-saxons ont infesté la planète, à l'affût des bons placements et des richesses à exploiter. L'impérialisme anglais, cela vous rappelle des souvenirs ? Certes, les manuels d'Histoire des Isaac et Jacob sont tendancieux, mais quand même, nous avons tous appris que l'Angleterre de Sa gracieuse Majesté écumait les mers du monde à la recherche de juteuses opportunités... 

Que lit-on sur Wikipedia ?

" La Cité de Londres (« City of London » appelé plus communément la City) est le cœur historique de la ville de Londres, englobant largement en son sein le périmètre du Mur de Londres, ancienne enceinte ceinturant l'antique cité romaine de Londinium. C'est aussi la plus petite des circonscriptions administratives du Grand Londres, qui la distingue cependant des 32 autres districts londoniens, de par un statut Sui generis lui conférant à la fois le titre de « cité » et de comté cérémonial, dont le mode d'administration est unique en Angleterre.


200px-Broadgate_aerial_1.jpg
magnify-clip.png
vue aérienne de la Cité


La City, dont l'emblème est le dragon, comprend en son sein deux enclaves (Inner Temple et Middle Temple) qui ne sont pas administrées par les autorités du Lord-Maire. En revanche, celles-ci régissent certains parcs se trouvant hors de son territoire.


C'est aujourd'hui un grand quartier d'affaires européen. Il concentre les sièges sociaux de nombreuses banques, compagnies d'assurance et grandes entreprises multinationales. C'est également la 3e place financière au monde après New York et Tōkyō avec sa bourse que l'on appelle le London Stock Exchange.


Même si la Cité de Londres conserve de prestigieux monuments londoniens comme la cathédrale Saint-Paul, chef-d'oeuvre de Christopher Wren, construite après le grand incendie de 1666 qui ravagea la plus grande partie de sa superficie, on la reconnait aujourd'hui grâce aux gratte-ciel qui ont été construits ces dernières années. Ceux-ci écrasant quelques immeubles anciens rescapés des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. De nombreuses autres de ces tours ultra modernes qui sont actuellement en projet vont largement continuer à modifier l'aspect architectural du lieu dans les prochaines années.

(..) Un centre économique et financier


La Cité a gardé, depuis son origine, ses particularités financières ; elle est principalement composée de banques, de la Bourse de Londres, de compagnies d'assurance, de grandes entreprises et de journaux. Tout ceci fait d'elle un des points de rencontre du marché international ce qui favorise le tourisme d’affaires. La Cité représente 13 % du PIB britannique[1].

Les activités financières de la Cité ont été importantes historiquement mais avaient perdu de leur poids dans l'économie mondiale pendant l'entre-deux-guerres. Depuis le « Big Bang » de 1986, elle a gagné à nouveau du terrain, en particulier face à New York, handicapé par la loi Sarbanes-Oxley, plus restrictive[2]. Sur les échanges de dérivés de gré à gré, la part de marché de la Cité est passée de 27 % en 1995 à 43 % en 2004. Un cinquième des actifs des hedge fund sont gérés à Londres (dont 80 % des actifs des fonds européens), comparé à 10 % en 2002[3].

Aujourd'hui, Londres est la première place financière du monde en ce qui concerne les devises et son avance ne cesse de progresser selon le rapport trisannuel de la
Banque des règlements internationaux réalisé en avril et publié le 25 septembre 2007. Sur le marché des devises, sa part de marché est passée entre 2004 et 2007 de 31,3 à 34,1 % contre respectivement 19,2 et 16,6 % pour New York[4]. Néanmoins, les récents problèmes de Northern Rock ont pu faire naître des inquiétudes chez certains sur la fragilité de la place. "


Petit rappel historique

La puissance financière de Londres est ancienne, liée à l'aristocratie anglo-saxonne. Dès le XIIIe siècle, la Couronne britannique doit composer avec l'élite financière, marchande, commerciale, aux ambitions planétaires, et active par le biais de nombreux groupes de pressions (déjà les fameux lobbies) irrigant le Parlement comme les Médias et d'une façons générale, tous les centres de pouvoir. Dès le Moyen Age, aussi, les grandes Compagnies sillonnent les mers, c'est l'âge d'or de l'impérialisme britannique teinté de messianisme, toujours à l'affût des zones stratégiques (comme Hong-Kong ou Gibraltar), des secteurs clefs ou des richesses. De vastes territoires sont peuplés par les sujets de Sa Majesté, qui impriment leur marque en Amérique du Nord, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Afrique australe, et les voies de communication deviennent le fer de lance de la pénétration dans les terres, permettant l'exploitation de celles-ci... Le modèle anglo-saxon est exporté aux quatre coins de la planète ! Surtout, la puissance financière de Londres, reposant sur des banques performantes, ne cesse de s'affirmer, conquérante, arrogante, cupide, sans scrupules. Et terriblement prédatrice !

Petit aperçu, en Chine: 

Caricature-Partage-de-la-Chine.jpg



"Quand vos autorités ont interdit l'usage et l'importation de l'opium en 1839, nous n'avons pas apprécié. Ce trafic était géré par nos amis britanniques, à partir de leurs possessions en Inde, de la province du Bengale plus précisément. Faire rentrer la drogue à partir du port de Canton (Guangzhou), était une véritable mine d'or pour beaucoup en Occident. Civils, militaires, politiciens...


Les promoteurs de ce trafic, à l'origine d'immenses fortunes personnelles, ainsi que de celle des politiciens européens qu'ils soudoyaient, méritaient d'être pendus. Ils ont été anoblis par la Couronne britannique... Une bonne partie de la Chambre des Lords actuelle est constituée, ainsi, des héritiers de ces trafiquants, de ces dealers. Nous, dans notre République, il n'y a plus de titres de noblesse, on donne des promotions, des décorations ou, mieux, des rentes de situation.


Les puissances occidentales ont considéré votre refus d'importer la drogue, produite et transportée par les occidentaux, comme une atteinte grave au "Libéralisme Economique". On n'a pas le droit d'interdire, dans le commerce international. C'est un blasphème. Du moins, quand l'Occident le décide...


Alors, on vous a fait la guerre, sachant que vous n'aviez pas les moyens de la soutenir. On vous savait en difficulté, à l'époque. C'était l'occasion idéale. Ce fut officiellement la "Première Guerre de l'Opium", de 1839 à 1842. L'essentiel, de l'effort militaire était assuré, initialement, par les britanniques. Etaient réunis dans cette coalition (l'OTAN n'existait pas encore), la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, les Etats-Unis et le Japon.


Les britanniques, par le traité de Nankin de 1842, vous ont donc obligé à importer la drogue, vous arrachant Hong-Kong par la même occasion. Tout le monde s'y est mis. Les Etats-Unis vous ont imposé le traité de Wanghia (ou Wangxia), en 1844. Nous, français, en avons profité pour vous imposer le traité de Whampoa (ou Huangpu), la même année.


Elle fut complétée par une "Deuxième Guerre de l'Opium", de 1856 à 1860. Pour confirmer la légalisation du commerce de l'opium sur le territoire chinois, arracher d'autres ports, concessions et sommes d'argent, par des traités spécifiques Tianjin et Aigun (1858) et, surtout, Convention de Pékin, du 8 octobre 1860. Finalité : déchiqueter votre pays, le rendre exsangue". (http://stanechy.over-blog.com/article-18658527.html)

Autre exemple: On doit aussi aux Anglais la reconnaissance d'un foyer juif en Palestine (Déclaration Balfour, du nom d'Arthur James Balfour homme politique britannique: "Le
2 novembre 1917, le Royaume-Uni publie cette lettre dans laquelle il se déclare en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif" - Wikipedia) (1)


Vers le Nouvel Ordre Mondial


Londres constitue un Etat dans l'Etat de Grande-Bretagne, la City constitue un Etat (financier) au sein de Londres, et les esprits les plus brillants accaparent tous les postes stratégiques, en politique, en économie, dans les médias, au sein de l'Armée... L'élite financière et commerciale a rapidement nourri des rêves de domination planétaire, aspirant à mettre sous la tutelle de la City, et de Wall Street, le monde entier. Les plans du Nouvel Ordre Mondial ont germé très tôt. Ils ont pris leur envol sous Cecil Rhodes, au 19 e siècle, convaincu de la supériorité des Anglo-Saxons pour mener à terme des projets hégémoniques sur la planète.

Le Nouvel Ordre Mondial doit être marchand, financier et commercial. L'humain ? Sacrifié ! La cupidité de l'aristocratie mercantile est sans limites... et la philosophie, les méthodes, les principes élaborés à la City sont implacables, d'ailleurs teintés d'eugénisme: La population mondiale devra diminuer pour être dominée plus facilement. Ainsi, le monde sera contrôlé par les Anglo-Saxons, de gré ou de force. Et même si la mise en place est progressive, quoiqu'accélérée depuis quelques temps (avec la crise et la pandémie), le Nouvel Ordre Mondial verra le jour. A peine élu Président du Conseil européen, le belge Herman Van Rompuy a d'ailleurs déclaré : "2009 est aussi la première année de la gouvernance mondiale avec l'instauration du G20" (Discours d'acceptation, 13.11.2009).

L'objectif du NOM n'est pas de gouverner dans l'intérêt des peuples, comme il voudrait le faire croire, mais d'établir la domination définitive du capitalisme anglo-saxon sur le monde, d'étendre sa puissance tant financière que commerciale. Mais avec moins d'habitants, et plus soumis... 

La Grande-Brtagne est un acteur important dans la création de l'Union européenne, une UE de plus en plus inféodée à Washington (alliance euro-atlantique), en particulier via l'intégration à l'OTAN. Pour prévenir une nouvelle guerre ? Pas du tout. Ca, ce sont les objectifs officiels. En réalité, il s'agit de substituer aux Etats souverains, indépendants, une structure unifiée, tremplin pour le Nouvel Ordre mondial, pouvant s'intégrer plus facilement dans le cadre du gouvernement mondial. Vous voulez mon opinion ? L'Etat nazi sous direction allemande fait progressivement place à un super-Etat totalitaire aux couleurs anglo-saxonnes. Et pour le faire mieux accepter par l'opinion, on le présente écologique... C'est d'ailleurs le Prince Philips, le mari de la Reine d'Angleterre, qui a dirigé le WWF pendant une quinzaine d'années.

Derrière le Nouvel Ordre Mondial se dessine un contrôle total des populations et des richesses planétaires. Nous sommes loin de la présentation presque idyllique qui en est faite !


Londres, en quelques mots

Les grands événements mondiaux prennent leur source à Londres. Pas seulement culturels (comédies musicales, Théâtres, musées gratuits, créativité..), mais surtout dans le monde des Affaires. Pour mémoire, les meilleures banques et les plus grandes sociétés d'assurance ont leur siège à Londres. Les principaux échanges commerciaux et financiers passent par Londres. Dans cette ville séparée du reste du pays, il y a une concentration de richesse financière et de compétences, un dynamisme sans équivalents dans le monde. Mais s'agit-il d'un colosse aux pieds d'argile ? Pour Lyndon Larouche, "au sommet de la pyramide, la City de Londres réalise que son système financier est condamné, et elle est prête à déchaîner l'enfer sur terre" (Alterinfo.net). 

L'enfer sur terre ? Certes, avec le Nouvel Ordre Mondial en gestation. Mais un NOM lui-même précédé d'une longue histoire de prédations, de guerres de conquêtes, de crimes innombrables...aux quatre coins de la planète. Il est temps de démasquer les vrais coupables, il est temps de révéler au monde le vrai visage de Londres et de sa City, un cancer de l'humanité, édifiant de grandes fortunes sur le sang et la misère de millions d'individus.

Le passé de cet Etat dans l'Etat parle de lui-même. Nous savons que l'avenir dessiné par lui sera implacable, encore et toujours...

Eva r-sistons  

    

(1) La Déclaration Balfour de 1917 est une lettre ouverte adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937), publiée le 2 novembre 1917 par Arthur James Balfour, le ministre britannique des Affaires Étrangères, en accord avec Chaim Weizmann, alors président de la Fédération Sioniste et qui sera élu en 1948 Président de l'Etat d'Israël.

À l'aube de la Première Guerre mondiale, la Palestine fait partie de l'empire ottoman. Les troupes britanniques, emmenées par le Général Sir Edmund Allenby, s'engagent dans une campagne contre les Turcs en 1917. Le 31 octobre, les Britanniques remportent une victoire décisive, dans la ville de Beer-Sheva, ce qui conduit à la capitulation de l'empire ottoman. http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_Balfour_de_1917


GB.jpg


Une Eglise catholique au
service du nouvel ordre mondial


Que l’on soit croyant ou pas, l’étude des principes animant une Eglise doit se faire avec objectivité. Il faut étudier les préceptes qu’elle défend et observer si les propos et les actions qu’elle mène sont en conformité ou pas avec son corps de doctrine. Dans le cas de l’Eglise catholique, le concept défendu depuis 2000 ans s’appuie sur la primauté de Dieu sur l’homme. Les Ecritures et la Tradition constituent le socle intouchable, le dépôt de la foi selon les termes consacrés, définies par le successeur de saint Pierre, le pape. L’homme marqué du péché originel doit se conformer à une autorité supérieure et obéir à l’ensemble des préceptes défendus par l’Eglise catholique. Ces principes sont immuables. Quand on n’est pas d’accord avec ces principes, on quitte l’Eglise catholique. C’est le cas des multiples Eglises protestantes. Cependant, un changement fondamental s’est produit avec le concile Vatican II (1962-1965). Ce concile est le résultat d’un long courant de réflexions animant de nombreux hommes d’Eglise mais aussi hors de l’Eglise dès le XIXè siècle. Après un long combat entre les défenseurs de la Tradition et les progressistes ; ces derniers ont pu imposer leur vision lors de la grande réforme de Vatican II. Pour ces partisans, il s’agit d’adapter l’Eglise aux multiples innovations politiques, techniques et sociales marquant l’évolution du monde. Pour les défenseurs de la Tradition, c’est tout l’inverse. C’est au monde de s’adapter aux principes de l’Eglise. Cette humanisation de l’Eglise passant par la promotion des droits de l’homme et sa collaboration avec les instances internationales ont été clairement affichées en 1963 dans l’encyclique du pape Jean XXIII, Pacem in terris [110]. Rappelant les progrès de la science et des techniques conduisant à « intensifier leur collaboration et à renforcer leur union » au sein du genre humain ; il s’agit de renforcer le « bien commun universel » que les Etats ne peuvent plus assurer selon l’encyclique. C’est pourquoi, le document ajoute en toute logique que « De nos jours, le bien commun universel pose des problèmes de dimensions mondiales. Ils ne peuvent être résolus que par une autorité publique dont le pouvoir, la constitution et les moyens d’action prennent eux aussi des dimensions mondiales et qui puisse exercer son action sur toute l’étendue de la terre. C’est donc l’ordre moral lui-même qui exige la constitution d’une autorité publique de compétence universelle ».
Souhaitant que ce « pouvoir supranational ou mondial » ne soit pas instauré de force, l’encyclique approuve la Déclaration des droits de l’homme de 1948 en dehors de quelques objections. Elle ajoute que « Nous considérons cette Déclaration comme un pas vers l’établissement d’une organisation juridico-politique de la communauté mondiale » [111].
Ce changement de direction de l’Eglise catholique est la marque de fabrique de tous les papes depuis Vatican II. Lors de son message de Noël en 2005, Benoît XVI a encouragé les hommes à s’engager « dans l’édification d’un nouvel ordre mondial » [112] .
Il est donc tout à fait logique que Benoît XVI ait appelé à l’instauration d’une « autorité politique mondiale » dans son encyclique Veritas in caritate [113] en juillet 2009. Rappelant l’interdépendance mondiale, le pape appelle à « l’urgence de la réforme de l’Organisation des Nations Unies comme celle de l’architecture économique et financière internationale en vue de donner une réalité concrète au concept de famille des nations (…) » [114].

Vers une assemblée parlementaire mondiale

La création de grandes unions politiques régionales régies par des lois communes constituant les différentes composantes de l’Etat mondial se doit d’être représentée au sein d’une assemblée unique. C’est tout l’enjeu de « l’Assemblée parlementaire des Nations Unies » (l’APNU) [115]. Cette ambition est la suite logique des rêves d’unification du monde défendue par les théoriciens du mondialisme (fabiens et consort). Rien ne surgit au hasard. Les événements, les personnages et les instituts du passé produisent leurs fruits conduisant à parachever l’édifice babélien. Par conséquent, l’action du WFM (World Federalist Movement), dont nous avons vu la création en 1947 à Montreux, poursuit tout logiquement le travail qui est le sien. Ainsi, le WFM est à l’origine, en 1992, de l’élaboration du premier grand document appelant à l’établissement d’une Assemblée parlementaire mondiale au sein des Nations Unies : The case for a United Nations Parliamentary Assembly (« L’objet d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies ») du Canadien Dieter Heinrich [116]. De nombreux travaux et conciliabules se sont déroulés par la suite au sein du sénat canadien, du parlement européen, lors du Forum du Millénaire en 2000 à New York, du 12è congrès de l’Internationale socialiste etc, pour enfin aboutir à la création en septembre 2003 au « Comité pour une ONU démocratique ». Nous sommes obligé de donner la version en allemand car, comme nous allons le voir, les autorités politiques allemandes jouent un rôle de premier plan : Komitee für eine Demokratische UNO (KDUN) [117].
Le KDUN est la figure de proue au sein d’un comité exécutif [118] oeuvrant en faveur d’un Parlement mondial. En effet, ses travaux sont secondés par un autre institut déjà mentionné, le WFM. A cela, il faut ajouter « la Société des peuples menacés » (Gesellschaft für bedrohte Völcker), institut allemand oeuvrant en faveur de l’émancipation des groupes ethniques et qui travaille main dans la main avec l’UFCE (l’Union Fédéraliste des Communautés Ethniques Européennes) [119] et une ONG anglaise, le 2020 Vision Ltd [120].
Le KDUN dont le siège est à Berlin annonce la couleur en précisant dans ses statuts sa volonté de construire une société cosmopolitique et favorisant les intégrations continentales [121]. Au sein du comité directeur, on trouve des représentants issus des mondes politiques et scientifiques. Il est intéressant de souligner que tous les courants politiques allemands sont présents à l’exception des ex-communistes (die Linke) [122]. Au sein de ce comité, nous trouvons un personnage clef, Armin Laschet. Cet homme politique est à l’origine du rapport élaboré en 2003 appelant à donner un siège permanent à l’Union européenne [123] après l’adoption du « Traité Giscard » (désormais appelé « Traité de Lisbonne »). Son influence est décisive car on le trouve aussi à la tête du comité directeur du Prix Charlemagne [124]. Par ailleurs, la présence du député allemand au Parlement européen Jo Leinen à la direction du KDUN est particulièrement significative car il joua un rôle déterminant dans l’adoption du Traité de Lisbonne [125].
C’est en avril 2007 que le KDUN lança sa campagne en faveur d’un Parlement mondial sous la direction de son président, Andréas Bummel. Auteur d’un livre intitulé Internationale Demokratie Entwickeln (« Développer la démocratie internationale ») [126], c’est un ancien adhérent du parti libéral, le FDP, dont le président Guido Westerwelle est devenu ministre des Affaires étrangères du gouvernement Merkel depuis septembre 2009. C’est aussi un collaborateur de la « Société des peuples menacés » dirigés par Tilman Zülch (membre du comité directeur du KDUN) et de la World Federalist Movement (WFM) de New-York [127].
Tous ces intervenants agissent afin de favoriser la naissance de ce nouvel organe mondial. Comme il est précisé dans les textes officiels : « (…) L’APNU pourrait dans un premier temps être constituée de délégués de parlements nationaux et régionaux reflétant leur composition politique. Une APNU inclurait donc des membres de partis minoritaires qui ne font pas partie du gouvernement. A un stade ultérieur, l’APNU pourrait être directement élue. Une APNU serait ainsi un organe unique et légitime représentant la voix des citoyens sur des questions d’ordre international. Les participants à la campagne considèrent qu’une APNU, une fois créée, évoluerait d’un simple organe consultatif à un parlement mondial avec de véritables droits à l’information, la participation et de contrôle »(…) [128].
Ces ambitions affichées sans complexes par l’APNU s’épanouissent encore plus lorsque l’on se rappelle le soutien apporté par Benoît XVI à l’instauration d’une « autorité politique mondiale ». Il va de soi que les dirigeants de l’APNU ont salué avec enthousiasme l’encyclique de ce pape [129]..

(Pierre Hillard, in Voltaire.net)

110] Texte intégral sur le site internet du Saint-Siège.
[111] Ibid., voir les paragraphes de 130 à 145.
[112] « Message Urbi et Orbi du Saint-Père Benoît XVI », 25 décembre 2005, Vatican.
[113] Texte intégral sur le site internet du Saint-Siège.
[114] Ibid., paragraphe 67.
[115] Site officiel de la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies.
[116] The case for a United Nations Parliamentary Assembly, par Dieter Heinrich, World Federalist Movement, octobre 1992
[117] Site officiel du Komitee für eine Demokratische UNO.
[118] « Comité exécutif » de la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies.
[119] Cet institut allemand est à l’origine des textes clefs en faveur des groupes ethniques en Europe ; la Charte des langues régionales ou minoritaires et la Convention-cadre pour la protection des minorités. Voir notre livre Minorités et régionalismes, op. cit. p. 142 et suivantes.
[120] Site officiel de 2020 Vision.
[121] « Satzung für das Komitee für eine demokratische UNO ». Document téléchargeable.
[122] « Associates des KDUN », sur le site internet du Komitee für eine Demokratische UNO.
[123] Rapport sur les relations entre l’Union européenne et l’organisation des Nations Unies [2003/2049 (INI)], rapporteur Armin Laschet, 16 décembre 2003.
[124] Signalons aussi la présence de Hans-Gert Pöttering au sein du comité directeur du Prix Charlemagne, président de la Fondation Konrad Adenauer, ancien président du Parlement européen mais aussi ancien président de Europa Union Deutschland, filiale de l’Union des fédéralistes européens (l’UEF créée à Montreux en 1947) dirigée en 2010 par le député anglais au Parlement européen Andrew Duff.
[125] Voir La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale, op. cit, p. 93 et suivantes.
[126] Internationale Demokratie entwickeln, par Andreas Bummel, Horizonte Verlag, 2005.
[127] « Andreas Bummel Der Vorsitzende des Komitees für eine demokratische UNO », par Gerrit Wustmann, 11 février 2008.
[128] « A propos du projet APNU », sur le site internet de la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies.
[129] « Etude : la création d’un Parlement mondial serait « pleinement en harmonie avec la doctrine papale » », 28 juillet 2009, Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies.

http://www.alterinfo.net/Histoire-du-Nouvel-ordre-mondial_a42979.html

http://www.voltairenet.org 




JPEG - 46.5 ko

Lecture conseillée:

La non-violence : le mythe et les réalités


Dans un ouvrage à paraître aujourd’hui en Italie, La non-violenza. Una storia fuori dal mito, le professeur Domenico Losurdo explore le concept de non-violence et son usage dans l’histoire contemporaine. Loin des idées reçues, il montre ses ambivalences. Souvent exigence pacifiste, elle peut-être aussi une fuite des responsabilités, et devient aujourd’hui un habillage de propagande pour toutes sortes d’ingérences. Il répond ici aux questions de Marie-Ange Patrizio.


suite ici : http://www.voltairenet.org/article164337.html 



En 2009, Sarkozy voulait "déréglementer"
pour "construire en zones inondables"

Xynthia. Nicolas Sarkozy n'en démord pas, il veut « comprendre ce qui s'est passé ». La réponse tient peut-être dans certains de ses discours, dans lesquels il appelait à "déréglementer" pour permettre de "rendre constructibles les zones inondables". "Il faut que l'on redevienne un pays où l'on favorise la prise de risques", déclarait-il aussi en 2008...


Xynthia - Sarkozy voulait construire en zones inondables

Lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a lancé une mission « pour comprendre ce qui s'est passé ». « Il faut qu'on s'interroge pour savoir comment en France, au 21ème siècle, des familles peuvent être surprises dans leur sommeil, mourir noyées dans leur maison [...] On ne peut pas transiger avec la sécurité. De mon point de vue, la sécurité est prioritaire ». Bien envoyé !

« Rendre constructibles les zones inondables »

suite ici:
http://www.lesmotsontunsens.com/en-2009-sarkozy-voulait-dereglementer-pour-construire-en-zones-inondables-7254

  

Partager cet article
Repost0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 02:17
                    radeau_meduse.jpg

             Le capitalisme porte en lui sa propre condamnation,
                                par Eva R-sistons


Mes amis,

Notre société a perdu la tête ! Le capitalisme, déjà pervers par définition car basé sur le capital plutôt que sur le travail, la spéculation plutôt que la production, devient complètement fou, virtuel, versatile, instable, exponentiel, s'octroyant tous les droits - au détriment du Droit, des citoyens, de la vie. Nous sommes lancés dans une course à la consommation complètement artificielle, incapable d'ailleurs de résoudre les besoins fondamentaux de l'individu, nos modes de vies sont radicalement changés, la ruralité ne sera bientôt plus qu'un souvenir, nous assistons à une concentration sans précédent à la fois des individus dans des villes deshumanisées, et du capital entre les mains d'un tout petit nombre d'individus indifférents au sort de leurs congénères, des générations futures, de la vie sur terre. Au final, la nature est sacrifiée, l'avenir est sacrifié, les peuples sont sacrifiés. Nous allons droit dans le mur - d'autant plus que le capitalisme, après avoir pris en otage les peuples et les avoir rackettés, grâce à la crise elle aussi artificiellement créée, se livre désormais, pour augmenter des profits déjà exponentiels, à la casse systématique des dernières protections sociales, des services publics, et même des services régaliens, réduits à la peau de chagrin: Par exemple, nos policiers et nos gendarmes ont de quoi être furieux; outre la politique lamentable du chiffre, la casse des missions de proximité (avec pour corollaire le fossé qui se creuse entre eux et la population), voici maintenant que le Pouvoir s'attelle à diminuer leur nombre de façon drastique. Alerte ! Notre environnement sera constellé de caméras de surveillance, tuant l'emploi et contrôlées par des services privés (comme les milices privées remplacent de plus en plus les armées de métier, non soumises au Droit de la guerre, se permettant tout).

La pandémie, elle aussi artificielle, aura également contribué à grossir les portefeuilles les plus épais.

Nouvelle étape, lorsque la casse sera complète et que les citoyens auront été rackettés par le truchement d'opportunes taxes vertes, lorsqu'ils auront été pressurés, délocalisés, flexibilisés, asservis, apeurés, privés de Droit du Travail, de protections sociales, de services publics adoucissant leur vie, et condamnés à une paupérisation galopante et dramatique, lorsque tout aura été privatisé, alors il restera au Capital assassin et vorace une dernière carte à jouer: La guerre, une vraie guerre mondiale qui réduira en cendres des pays entiers et qui procurera une nouvelle rente aux Banquiers, aux industriels de la Reconstruction, de la Chimie ou du Pétrole... Comme après la 2e Guerre mondiale, plaçant les USA en position de dominer le monde. Et les concepteurs de ces Plans laissent les peuples faire à leur place les guerres qu'ils programment contre la volonté des citoyens. Pour ces derniers, ruines, désolation, souffrances incommensurables, désespoirs, handicaps, blessures, disparitions, exils...  tandis que les maîtres du monde monnayeront le sang de ceux qui se seront battus à leur place, pour s'enrichir encore davantage - et cela bien à l'abri, gonflés d'arrogance, de mépris, de suffisance, de pouvoir et d'argent. Impunité totale pour les assassins de l'humanité ! Tapis rouges devant eux, monstrueusement rouges...

Ces lignes ne sont pas une vue de l'esprit, elles réflètent les réalités passées, présentes, et elles annoncent l'avenir aux couleurs du Nouvel Ordre Mondial. Un NOM qui sent le souffre et que nous avons le devoir de dénoncer et de combattre, car si nous sommes condamnés, autant l'être debouts plutôt que couchés.

De toutes façons, la croyante que je suis sait qu'un jour, les assassins de l'humanité répondront de leurs actes. Pour l'éternité, et le châtiment sera à la hauteur des forfaits accomplis. Effroyables ! 

Eva r-sistons à l'intolérable préparé par les concepteurs du Nouvel Ordre Mondial criminel. 

Le plus grand cataclysme économique de l'histoire humaine !

Le plus grand cataclysme économique
de l'Histoire

Pour ceux qui ne comprennent pas encore que 1929 était une partie de plaisir en comparaison de la destruction économique en cours, voici le graphique du centre de recherche de la Fed de ST Louis concernant la base monétaire US.

Vous remarquerez que tout s'est accéléré dans les années 70 (Vietnam, choc pétrolier) mais surtout au moment où le dollar a cessé d'être convertible en or (1971), devenu « flottant » (1973), c'est-à-dire déconnecté de toute réalité économique. John Connally, secrétaire au trésor, déclarait ainsi en 1971: « Le dollar est notre monnaie, mais c'est votre problème. »

Or, certains font semblant de croire que les USA vont s'effondrer sans rien faire. Leur puissance économique est détruite, certes, mais leur puissance militaire est intacte. Le pire est donc à venir en espérant que cela ne dégénère pas en troisième guerre mondiale menant l'humanité à sa perte.

Albert Edwards, responsable de la recherche à la Société Générale confirme (ce que j'annonce depuis 2 ans) que nous ne sommes pas dans une crise économique "classique". Il emploie d'ailleurs le terme "Global Collapse"!

Pour ma part, il s'agit plutôt de la fin de notre système économique, un système pitoyable de captation des richesses par un petit groupe de prédateurs, un système déséquilibré qui transforme tout en exponentiel ! Un système économique fonctionnant en circuit ouvert dans une biosphère fonctionnant en circuit fermé, de la folie!

Source et suite :
blog de Gilles Bonafi

http://panier-de-crabes.over-blog.com/categorie-10454103.html


La mue de la finance mondiale 
et la spéculation verte
 

JPEG - 15.6 ko

Le président Lula da Silva idole du World Economic Forum et du Forum social mondial.

La mue du capitalisme
 
L’économie occidentale, États-Unis en tête, est en train de muer… Les arthropodes (les crustacés ou les araignées par exemple), pour croître doivent périodiquement abandonner leur enveloppe devenue trop étroite pour une plus spacieuse. Chez les vertébrés, les serpents pratiquent également la mue, une période de vulnérabilité nécessaire pour endosser des habits neufs plus spacieux. Le « capitalisme » de l’ère manégériale [1] — autrement dit qui n’a plus rien à voir avec l’archéocapitalisme patrimonial dont les paléomarxistes continuent encore de nous rebattre les oreilles — connaît lui aussi ses cycles de mutation ou de transformation systémique.

En 1945 un modèle économique déferle sur ce que l’on nommait à l’époque « le Monde libre ». Un modèle qui scelle l’intégration de l’agriculture dans le secteur industriel annonçant l’unification, aujourd’hui visible, du marché global. L’une des dimensions saillantes de cette mutation concerne donc le secteur primaire (l’exploitation des ressources naturelles et matières premières non transformées) avec la mécanisation agressive et la conquête du marché de la production agricole par les multinationales de l’agrochimie. Bientôt nombre de fermiers naguère indépendants ne seront plus que des sous-traitants, des ouvriers-métayers en quelque sorte, des transnationales de l’agro-industrie.


Ce passage d’une économie, hier encore dominée par la ruralité (en France, 43,8 % de la population vit encore directement de la terre en 1906, 31 % en 1954) à une économie déjà post industrielle (bien illustrée par le film Playtime de Jacques Tati -1967) met un point final à la grande crise de 1929 dont la guerre avait été, entre autres, l’une des conséquences. Il faudra d’ailleurs plusieurs années aux Etats-Unis pour bénéficier pleinement, notamment à travers les aides liées du plan Marshall, des retombées de leur victoire. Les géants US des engins agricoles autotractés déferlent sur le Vieux Continent par le truchement de l’aide à la reconstruction… une industrialisation qui sonne la mort des terroirs et la fin du monde rural.


L’Europe de l’Ouest commence alors, à marche forcée, de se mettre aux normes anglo-américaines ; s’ouvre ici une époque que l’on nommera très abusivement les « Trente glorieuses ». L’adoption du « modèle » productiviste induit en effet dès 1945 un exode massif des campagnards qui affluent à la périphérie des villes. Exode qui ne s’achèvera que dans les années soixante-dix à la suite de la politique de remembrement des terres agricoles engagée en 1965. Une migration qui aboutit bientôt à l’hypertrophie carcinogénique des « banlieues » où naissent et croissent les cités dortoirs, dépotoirs humains où viendront s’entasser en 1962 les rapatriés d’Algérie avant d’accueillir le flux montant de l’immigration.


On voit aujourd’hui quels sont les bienfaits véritables de cette première grande mutation de la fin de l’ère industrielle : des paysages arasés par les restructurations territoriales et le recours à des machines de plus en plus monstrueuses, une nappe phréatique extensivement contaminée par un usage délirant des intrants chimiques, engrais et pesticides qui polluent également sous forme d’aérosols l’air que nous respirons jusqu’au cœur même de nos métropoles…

L’exode rural qui s’est étalé quarante années durant en Europe occidentale, s’accomplit aujourd’hui sous nos yeux dans l’Europe orientale soumise aux contraintes normalisatrices liées à la « construction » européenne. Cela sans pour autant que les leçons d’un passé encore récent aient été, en quoi que ce soit, tirées.


2008 aura, semble-t-il, été marqué d’une rupture analogue — au moins d’un point de vue civilisationnel — que celle qui accompagna la victoire alliée sur le Reich allemand. Après la destruction accélérée des sociétés traditionnelles d’Europe de l’Ouest qui ont été littéralement « déracinées » pour se trouver projetées dans la modernité consumériste (nous passons au cours de cette période d’une économie basée sur l’épargne à une autre fondée sur le crédit puis sur la dette chronique – une forme inédite de servage), nous assistons maintenant à un nouveau changement de paradigme écosociétal.


En 2010, après les douleurs de l’accouchement, c’est un autre modèle qui tente de se mettre en place qui réduira vraisemblablement l’industrie occidentale à la portion congrue au profit des activités de services et de très hautes valeurs ajoutées (électronique, génie génétique, nanotechnique, bionique, et cætera).

Mais au demeurant, quoiqu’on en dise, si la Chine monte en puissance en s’affirmant comme l’atelier du monde, les sources du pouvoir économique planétaire dans sa dimension financière se trouvent toujours sur les berges de la Tamise, du fleuve Hudson (et accessoirement de l’Amstel), ainsi que sur la rive gauche du Potomac où siègent les grandes institutions financières : Banque mondiale, Fonds monétaire international et surtout Réserve fédérale.


La rivalité euro-dollar


Le règne du dollar est certes contesté, mais n’est pas encore au bout de ses capacités de rebond [
2]. On l’a vu lors de sa réappréciation de février 2010 face à l’euro en proie à des attaques inamicales. Des événements trop récents pour être parfaitement éclaircis mais qui se déroulent comme souvent selon un scénario convenu : des établissements financiers de Manhattan tels Goldman Sachs auraient d’un coté aidé l’Etat grec à négocier sa dette sur les marchés, de l’autre ils manipuleraient certains « fonds spéculatifs » (hedge funds) pour lancer des attaques contre l’euro, en clair contre l’Union européenne à travers la Grèce… Ce qui en dit long sur l’audace de ces raiders et sur les capacités offensives du système, l’art et la science de la manipulation de la dette à des fins de mise sous tutelle (ou de rappel à l’ordre) des États. Le FMI, organe subsidiaire de l’informelle gouvernance mondiale, ne s’est-il pas proposé à l’occasion de la crise hellénique de venir se mêler d’aider l’Europe sous-développée désormais incapable de gérer seule sa dette ?


Les sanctuaires du dieu dollar évoqués perdureront donc autant que s’y trouvera pérennisée la source créatrice de la nouvelle économie mondiale financiariste considérée tout à la fois comme art, science et technique… autrement dit tant que ces places fortes de l’ultracapitalisme où s’élaborent toutes les gammes des nouveaux produits virtuels et les outils afférents, constitueront le cœur du réacteur de l’économie mondiale… C’est à ce titre que, quand le 15 septembre 2008 ce cœur s’est un instant arrêté de battre, c’est la planète entière qui s’est tétanisée.


Vers l’Amérique-monde


Suivant en cela l’exemple états-unien, l’Europe passe donc à présent progressivement (mais avec des décrochages impressionnants : vague de restructurations et de délocalisation des années quatre-vingt-dix, contraction brutale de 2009…) d’une économie de production à une “économie de services” en grande partie dominée par le tourisme (l’Europe-musée, un mixte de Disneyland et de Versailles). 


Le géant de l’automobile General Motors ayant été détrôné (successivement par Toyota puis Fiat, un fait non contradictoire avec la suite de notre propos), l’inventive Amérique est déjà « ailleurs ». Si les industries en général ne sont évidemment pas à mettre au rang de reliques économiques, il n’en reste pas moins que, pour sa part, la prospérité des États-Unis n’en dépend plus directement qu’en proportion moindre…


Notons au passage que certaines activités créent des dépendances quasi absolues pour les économies périphériques vis-à-vis du « centre » émetteur. Prenons l’exemple du semencier Monsanto qui, grâce à des espèces végétales génétiquement modifiées (OGM), étend son emprise sur une partie croissante de la planète en créant d’étroits liens clientélistes — notamment en raison du brevetage des semences — chez les producteurs ; des liens de sujétion dont ils auront beaucoup de peine à s’affranchir… et une cause de ruine pour les productions locales.


Il ressort clairement de notre propos que l’activité « motrice » de l’économie nord-américaine tend à présent à devoir être l’ingénierie financière avec son cortège de produits dérivés déclinés dans des gammes toujours plus étendues, originales et innovantes.


Le secteur industriel se trouvant par conséquent « rétrogradé », il devra trouver sa place exacte au sein de la nouvelle forme du capitalisme en cours d’élaboration, autrement dit occuper une nouvelle fonction au sein d’un système global dont la source, avons-nous dit, n’est autre, à portée de vue et pour un temps indéfini, que l’Amérique-monde.


Le carbonne,
économie dématérialisée


La souplesse adaptative des salariés états-uniens — il est coutume de parler maintenant, sur le mode anglo-saxon, de flexibilité — habitués qu’ils sont à une « économie nomade » (nul n’hésite en Amérique à se déplacer du nord au sud et d’est en ouest du continent pour un emploi ; un état d’esprit hérité des migrants de l’ancien monde, du Pioneering Spirit ou tout bêtement, d’une nécessité s’étant imposée avec la Grande Crise des années trente) qui n’est pas dans les traditions de la veille Europe… en dépit du fait que celle-ci ait connu d’importantes vagues d’émigration principalement vers les États-Unis : Italiens, Grecs, Suédois et un quart des Irlandais après la grande famine de 1845-1849.


C’est à tort que les Européens suivent donc l’exemple de la désindustrialisation US et que nous fonçons tête baissée dans les leurres de l’économie dématérialisée et de son dernier avatar l’économie-carbone.


Fragilisée par la mondialisation et la concurrence des pays producteurs à moindre coût social et environnemental, l’industrie européenne est à l’heure actuelle sous perfusion, ce pourquoi il faut dénoncer sans relâche le piège tendu par la classe politicienne européiste, de « droite » comme de « gauche », qui voudrait plomber plus encore la production industrielle sous ces taxes-carbone qui seraient autant de pénalité supplémentaire dans un secteur déjà mis au pillage par les produits manufacturés ultra-concurrentiels des économies dites émergentes.
 

Nous ne parlons pas ici des groupes transnationaux qui eux échappent largement à l’impôt (taux moyen d’imposition à 30 % contre 45 % en France pour les entreprises ordinaires) en ayant recours aux places financières off shore (autrement dit les paradis fiscaux insulaires). Une situation parfaitement injuste mais cependant rendue nécessaire par les conditions mêmes de la concurrence mondiale… Quant à Michel Rocard, ancien Premier ministre socialiste, ci-devant président de la Conférence d’experts sur la création d’une taxe carbone ou Contribution climat énergie (CCE), il s’est fait le bon apôtre de taux prohibitifs pour la taxation carbone à l’instar des « Verts » qui paradoxalement sont parvenus à convaincre l’opinion de leur engagement philanthropique au service de l’humanité exploitée.


De grandes puissances interdépendantes
et néanmoins en guerre les unes contre les autres


Le lecteur commence certainement à saisir notre propos… Londres et Amsterdam étant la base-arrière-avancée de Manhattan dont l’emprise s’étend à l’Union européenne par le truchement du « NYSE Euronext, Inc » né en 2007 de la fusion entre le New York Stock Exchange et le groupe Euronext, lui-même issu de la fusion en 2006 du London International Financial Futures and options Exchange avec les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne et Porto, l’Europe se voit incitée à se fondre de plus en plus dans la nouvelle économie du « néant ».


Par néant il faut entendre de l’actif artificiel, de la valeur matériellement inexistante, des jeux d’écritures (dont les quotas d’émission carbone) appuyées sur une monnaie de singe, le dollar papier et sa version obligataire sous forme de TBonds… Gardons en mémoire qu’en 2009 l’État fédéral US faisait imprimer les billets — dont la valeur réelle se rapportait à leur seul coût d’impression — avec lesquels il se rachetait de la main gauche les bons du Trésor émis de la main droite. Étonnant jeu de bonneteau !
 

Jeux d’écritures, tours de passe-passe et économie virtuelle sont tout un. L’économie-carbone, les nouvelles filières vertes créées de toutes pièces à partir de calculs et de conclusions se parant des prestiges de la science pour mieux la trahir, n’a évidemment pas pour finalité une réorientation substantielle de l’économie au profit d’une gestion rationnelle des ressources ménagères de l’avenir, mais principalement la relance de la croissance et la consolidation du Marché.


De ce point de vue, la distorsion du réel et le détournement d’une légitime inquiétude des opinions relatives à la destruction accélérée du milieu naturel à des fins mercantiles, se révèlent à l’usage extrêmement juteuses… et si « le mort saisi le vif », le système failli dont les turpitudes ont été mises à nu (mais sans conséquence immédiate pour lui), se refait une virginité en transférant, sans autre forme de procès, la totalité de son patrimoine génétique et de ses capacités de nuisance au secours prétendu de la planète agonisante.


Pour l’heure, contrairement à ce que beaucoup pensent, l’arrivée sur la scène internationale de nouvelles grandes puissances — Chine, Inde, Brésil — ne change rien sur le fond à la configuration dynamique du Nouvel Ordre mondial, au contraire dès lors que tous sont solidairement interactifs au sein d’un système unique dont les centre nerveux se trouvent au nord-est des États-Unis et au Royaume-Uni.
 

Nous n’assistons donc qu’à une recomposition de la division internationale du travail avec pour corollaire une mondialisation (un marché unifié) dont l’intégration progresse à vue d’œil… Sommairement, la Chine est ainsi devenue le premier État-atelier de l’économie-monde, l’Inde en est le sidérurgiste et le prestataire de services informatiques, le Brésil produit les oléoprotéagineux nécessaires à notre surconsommation de produits carnés et des agrocarburants destinés à alléger certaines dépendances aux produits pétroliers importés…
 

Certes des règles communes sous l’égide de l’Organisation mondiale du Commerce et une interdépendance modératrice des ardeurs concurrentielles induisent certaines formes de solidarité entre les acteurs au sein du système universel, ceci contribuant à créer réciproquement de la richesse.
 

Cependant ce serait une lourde erreur que de prendre les inévitables, voire inexpiables, rivalités entre grandes puissances pour le contrôle et la mainmise sur les ressources naturelles, pour une contestation ou une remise en question du système par les uns ou par les autres.… De féroces concurrents qui s’affrontent dans des guerres indirectes, guerres masquées comme celle par exemple opposant les Etats-Unis et la Chine sur le continent africain, au Darfour en particulier.


Les antagonismes sont en effet d’abord géostratégiques dans le cadre de cette « impitoyable guerre économique qui ne dit pas son nom » (François Mitterrand)… Mais, contrairement aux désirs des adversaires du mondialisme, nul parmi les « Grands » ne propose une quelconque révolution conceptuelle… À savoir une sortie du modèle ultralibéral et la construction d’une vision holistique des rapports de l’homme avec son environnement biologique et physique, et de la place qu’il doit occuper dans la Nature et singulièrement dans le fleuve du vivant [3].


Jusqu’à preuve du contraire la Fédération de Russie, opposant de longue date au bloc atlantiste, ne propose aucune alternative au système actuel et surtout, n’évoque pas même la nécessité d’en chercher une. Ennemie du bloc capitaliste depuis 1945 et jusqu’à la fin du régime soviétique, les deux superpuissances n’en continuent pas moins à fonder leur légitimité morale sur un certain nombre de mythes (ceux-là mêmes aujourd’hui remis en cause par les pays Baltes) fondateurs du Nouvel Ordre International né, peu ou prou, en 1945 à Yalta. Quant à la Chine populaire et néo-impériale, elle est l’exemple même d’une intégration réussie au sein du système global ultralibéral.


Cependant, quelle que soit la force des interdépendances qui lient actuellement les partenaires et rivaux (la moitié des réserves d’actifs chinois sont libellées en Bons du Trésor US, soit quelque 1400 milliards de $), cela ne signifie pas que n’éclateront pas des guerres locales ou régionales…

Les zones de tensions ou de frictions sont nombreuses et chacun s’entendra à défendre becs et ongles ses territoires de chasse, à savoir ses marchés, sa clientèle, ses sources d’approvisionnement, ses zones d’influence.


Les différents Pékin-Washington sur le Tibet et Taïwan sont illustratifs de ce point de vue. C’est à tort que l’on croirait, avec plus ou moins d’autosuggestion, que l’actuel système d’interdépendances économiques et financières fortes garantisse la stabilité et la paix. Insistons sur le fait que les rivalités et les antagonismes géopolitiques et géoéconomiques ne constituent en aucun cas une remise en question de la logique systémique aujourd’hui à l’œuvre pour le plus grand dommage des hommes, des peuples, de la civilisation et du vivant en général.


Le collectivisme
n’est pas l’alternative


Dans le même ordre d’idée, c’est à partir de ce constat qu’il faut apprécier la portée et la signification exacte de la contestation qui s’est exprimée à Copenhague en novembre 2009 ou au forum social de Porto Alegre fin janvier 2010.


La position des Verts a été analysée comme participant d’une surenchère libéraliste-libertaire visant à toujours plus de liberté pour le marché et à un encadrement fiscal et réglementaire toujours plus étroit pour les industries nationales moyennes ou petites (indépendamment de leur présence sur les marchés extérieurs) à l’exception des groupes transnationaux qui eux y échappent en grande partie, avec l’active complicité des gouvernements grâce à leurs domiciliations excentrées (Macao, Chypre, Îles anglo-normandes, Bahamas, des enclaves juridiques comme l’Etat du Delaware etc.)…
 

Mais le « système » ne l’impose-t-il pas ? Il faut à ce propos éviter de tomber dans un moralisme à la petite semaine : la guerre économique, bien réelle mais peu visible pour l’opinion, relève essentiellement de la real politiktraders, lesquels ne sont que des agents du système et en aucun cas des donneurs d’ordre ou des décisionnaires de premier plan. et non de la morale ordinaire. Il est facile d’ailleurs pour les décideurs politiques d’agiter des chiffons rouges sous les yeux de l’opinion et de lui livrer en pâture les paradis fiscaux — qui n’ont joué aucun rôle dans la crise — ou les sur-rémunérations des  traders, lesquels ne sont que des agents du système et en aucun cas des donneurs d’ordre ou des décisionnaires de premier plan.
 

Autant de leurres destinés à polariser l’indignation et à divertir ainsi l’attention des foules sur des points marginaux en faisant coup double par l’élimination de « paradis fiscaux » concurrents, la Suisse, le Luxembourg, le Lichtenstein par exemple. « Paradis » qui, à bien y regarder, constituaient autant d’isolats culturels et de bastions de résistance au laminage mondialiste et à la « moralisation » sur mesure qui le précède : une exigence de moralisation des acteurs au seul profit des places fortes anglo-américaines, au final destinée à assurer un quasi monopole aux paradis domestiques, Londres et Manhattan en tête…


L’ultralibéralisme ennemi des libertés8 en général - sauf en ce qui regarde celles des marchés, la libre circulation des marchandises, des signes monétaires et des oligarchies qui en sont détentrices - se révèle être en réalité une forme de despotisme exacerbé à l’égard des producteurs indépendants et de la propriété patrimoniale.
 

À l’expérience, force est de constater que la « dérégulation » du marché — ce qui constitue sa raison d’être : une absolue liberté transactionnelle condition d’une supposée richesse des nations — s’accompagne nécessairement d’une destruction corrélative des structures sociales… Car fluidifier le marché revient à dissoudre l’organisation sociétale existante pour la « recomposer » ici, et parfois « ailleurs » lorsqu’on délocalise et que l’on débauche massivement… C’est également encourager la fragmentation sociale en segmentant le marché à l’infini, c’est-à-dire en créant de nouveaux besoins pour de nouvelles clientèles développées plus ou moins artificiellement à coup d’incitations consuméristes, égotistes et libertaires (l’individu s’affirmant par opposition à la norme sociale)… ados, enfants de plus en plus en plus jeunes, minorités sexuelles, ethniques, dysfonctionnelles deviennent autant de segments d’un marché communautarisé comme facteur de délitement du corps social.


Quant au tissu industriel européen, il est démantelé et transféré dans les pays à économie émergente laissant sur le carreau les hommes et leur savoir-faire (ne parlons pas des brevets rachetés ou transférés avec les entreprises dépaysées !)… Or les choses ne se faisant pas sans casse, un contrôle social de plus en plus serré et des normes sécuritaires de plus en plus lourdes s’imposent. Le paradoxe n’est donc qu’apparent entre libéralisation du marché et restrictions des libertés, l’une ne pouvant aller sans l’autre…
 

Certes les Altermondialistes réunis à Porto Alegre demandaient à cor et à cris « plus de régulation », mais sans pour autant remettre en question la logique intrinsèque du système, sauf pour quelques-uns uns à retomber dans l’imposture idéologique d’un anti-capitalisme, faux-nez du collectivisme.


En effet, pas plus que les « Verts », les Alter-mondialistes en général ne sont des contestataires conséquents de l’ordre établi et du paradigme hypercapitalistique (système de l’économie-monde ultralibérale) qui n’est au fond qu’un prolongement moderniste d’une économie de pure prédation dont on aurait retranché la sagesse des peuples primitifs qui savaient, eux, ménager leurs ressources en ne les épuisant point tout à fait...


Qu’est-ce qu’en effet qu’un système basé sur la destruction sans limites (la consommation au sens premier du terme) et sans ménagement du futur ? Il s’agit donc maintenant d’arrêter de « dévorer » la planète, autrement dit, cesser de pratiquer l’autophagie : celle du monde qui nous porte, notre enveloppe matricielle.


Les deux visages
de Lula da Silva


Il aura suffi d’observer avec amusement les aller et retour Davos-Porto Alegre du président brésilien Lula da Silva où il a été accueilli en alter héraut, pour se convaincre que les deux sommets ne sont que deux scènes et deux manifestations d’une seule et même représentation.


Qui est d’ailleurs Luiz Ignacio da Silva dit « Lula » ? [4] Au risque de contrevenir aux clichés établis, l’alter héraut de la mouvance alter-mondialiste (laquelle comme son nom l’indique n’est pas opposée au mondialisme, mais veut l’orienter différemment) est un populiste néo-conservateur à la mode sud-américaine. Il en a d’ailleurs le « profil » : ancien syndicaliste trotskyste, son parcours idéologique est somme toute analogue à bien des égards à celui de nombre de ces hommes d’influence que l’on retrouve propulsés sur le devant des scènes politiques de l’aire euratlantiste… ou que l’on croise — en réserve d’un destin fédéral au sein de l’Union — dans les diverses « Fondations » qui pullulent à Washington.


Lula da Silva de la même façon, aura eu un parcours exemplaire : de la lutte subversive à la méga agro-industrie (carburants « verts » et protéines végétales) qui s’étend à l’infini sur les cendres de la forêt amazonienne et sur le corps vivant de ce prodigieux joyau naturel qu’est le Pantanal. Ironie du sort son nom, da Silva, renvoie à la selve primordiale, celle-là même que cet alter héraut d’un mondialisme paré aux couleurs de l’humanisme tiers-mondiste, cet ami des puissants, fait détruire à un rythme effréné [5].


Consommer « écolo »


De la même façon que certaines mouches parasites pondent un œuf sur certaines fourmis, lequel œuf devenu larve dévore son hôte de l’intérieur, la révolution conservatrice néolibérale (qui tire une forte part de son inspiration du courant révolutionnaire trotskyste), après s’être débarrassée de toute servitude éthique, s’est maintenant installée sans bruit dans la peau de l’écologie pour la phagocyter sans tapage.


De sorte que la « contestation » environnementaliste récupérée se retrouve placée au centre du système avec un statut d’outil privilégié de relance et accessoirement comme moyen de légitimation de l’ordre « intérieur », de la contention des peuples nécessaire au nom de l’urgence éco-climatique, cette dernière justifiant a posteriori le libre exercice des forces du marché. Le « développement durable » redore ainsi le blason terni de l’hypercapitalisme, fait passer au second plan sa contestation et rend acceptable (déculpabilise) tous les excès d’une consommation compulsive.


Consommation qui ne vise pas à satisfaire des besoins, mais assure le recyclage permanent de productions à courte durée de vie. Servant par la même occasion à compenser toutes les frustrations engendrées par des modes de vies artificialisés… À estomper du même coup l’anxiété diffuse liée à une instabilité sociétale croissante et accompagnant l’accélération continuelle de la circulation des biens et des signes monétaires.


Une accélération des cycles production/destruction qui déstabilise en profondeur les sociétés post-industrielles puisque la quête de gains rend nomades les approvisionnements en matières premières et la production, les fonds d’investissements étant en perpétuelle migration opportuniste selon la logique des essaims de criquets pèlerins. Une surconsommation qui libère également d’une culpabilité rampante installée depuis peu dans les consciences (et pas seulement celles des occidentaux) qui ne peuvent plus davantage ignorer les ravages d’un système prédateur sans foi ni loi…


Le parler « vert »


La « période verte » de l’ultralibéralisme s’entoure d’un abondant et savant brouillard rhétorique relatif à une « croissance respectueuse de la nature », cela grâce aux énergies renouvelables, aux industries de dépollution, au génie génétique, à la recherche, etc, etc...
 

Le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (Giec) [6], organe technique de la gouvernance mondiale, a réalisé un montage qui a fait illusion le temps suffisant à créer un nouvel élément mythique pour l’édifice idéologique justifiant la construction et l’instauration d’un pouvoir supranational à l’échelon planétaire, autrement dit l’instauration d’une « gouvernance » mondiale. Gouvernance qui échoira nécessairement aux mains d’oligarchies financières, celles-là même qui nommeront, ou éjecteront, les hommes et les gouvernements chargés de relayer leurs politiques à travers le monde.


Le catastrophisme écologique comme interprétations de fluctuations et des phénomènes climatiques qui échappent encore à une pleine compréhension scientifique, est ainsi maintenant exploité à fond pour orienter l’opinion publique afin que celle-ci s’engouffre dans des voies toutes tracées et soigneusement balisées par un « système » se présentant finalement en sauveur de l’humanité.


Une démarche qui, en s’appuyant sur la peur d’un réchauffement climatique cataclysmique, mais avec l’autorité de la communauté scientifique, exclue d’emblée toute réflexion sur le fond et manie la peur… Une crainte qui se combine à une culture de la « Solidarité » à l’égard des plus démunis dont les manifestations les plus spectaculaires ont eu lieu à l’occasion du Tsunami (26 décembre 2004) et du séisme de Port-au-Prince (13 janvier 2010). Des solidarités de masse méthodiquement et médiatiquement entretenues afin d’alimenter en abondance le « secteur » en pleine expansion de l’aide humanitaire.


Peur universelle et solidarité active destinées in fine à bannir toute raison raisonnablement critique à l’égard d’un système qui exploite simultanément d’un côté la peur et de l’autre la compassion sur fond d’optimisme irrationnel suivant lequel « l’Humanité menacée dans sa survie trouvera toujours une solution aux défis qu’elle est appelée à relever ». Or rien n’est moins sûr !


Il n’en demeure pas moins que dans la situation présente la solution avancée, l’hypercapitalisme repeint aux couleurs de l’Arc-en-ciel, n’est pas la solution, mais la perpétuation du mal lui-même… Quelques symptômes — les plus criants — seront effacés du paysage, mais le mal continuera à ronger les sociétés et à dévorer la nature condamnée à dépérir jusqu’à ce que désert s’ensuive.


A contrario
le marché rebaptisé « durable » continuera à déployer son inexorable logique de croissance exponentielle et d’exploitation à mort des « ressources » naturelles et humaines. Quant aux échanges se voulant « équitables », il est en toute logique destiné à rester relativement marginal puisque hors circuits des mégastructures commerciales génératrices de plus-value at large. Une industrie de la rente jamais à court de paradoxes ni d’inventivité qui fera prospérer par exemple, le commerce des permis de polluer tout en faisant admettre génialement (et sans rouspétance) l’amère pilule des innombrables éco-taxes présentes et à venir. Ainsi la société éco-totalitaire est-elle, quoiqu’on en veuille, en marche sur une route densément pavée de bons sentiments.


Le prosélytisme de la peur


Replacé dans le contexte des grandes peurs tétanisantes qui ont été instrumentées depuis le début du millénaire (le Terrorisme infiniment moins dangereux et meurtrier que le trafic de drogue, et, à ce titre, revêtu d’un inquiétant caractère d’irrationalité ; la pandémie fantôme de grippe porcine ; la crise financière qui aura permis un enrichissement spectaculaire, après refinancements publics, d’établissements financiers dont les dérives coupables auront été la cause d’un krach boursier de magnitude élevée…), la suspicion légitime qui se manifeste et qui croît à l’égard du discours dominant montre un divorce grandissant entre l’opinion publique – au sens large – et des gouvernements qui ne tiennent aucun compte de ce désaccord, voire de ce désaveu.
 

À ce sujet le rôle déplorable joué par la grande presse est proprement détestable... Il aura fallu qu’une partie de la communauté scientifique s’insurge du trucage à grande échelle des chiffres et des résultats du Giec pour que l’on commence, sous la pression de révélations difficiles à nier, à faire quelques concessions en vu d’apaiser une certaine « colère » montante. Sur le fond pourtant rien n’a changé : la finance verte est opérationnelle, la « machine » globalisante est lancée et nul n’annonce un quelconque retour quant aux taxations carbone…
 

Au final, pour nous résumer, que constatons-nous ? Qu’ayant déclenché et orchestré la grande peur du réchauffement climatique, le Club des puissants vient d’inventer une nouvelle forme d’économie dématérialisée, le commerce du « carbone », un concept décliné sous d’innombrables formes et qui, en tout premier lieu, permet d’instituer le premier impôt mondial de l’histoire humaine… rendant imposables sur le papier, les pauvres comme les riches. Mais ces derniers ayant plus d’un tour dans leur sac s’entendent déjà pour monnayer et truquer leur quote-part.


Nombre d’économistes (une corporation qui a souvent un temps de retard sur les événements, on l’a assez vu à l’automne 2008 !) glosent à présent sur la désindustrialisation et le déclin de la puissance états-unienne ! Mais ces “spécialistes” ont des yeux pour ne pas voir. C’est à se demander comment ils font pour sembler ne pas comprendre de quelle façon fonctionne le monde au XXIe siècle ? Et partant, quelle conception archaïque, académique ou instrumentale du Nouvel Ordre Mondial est la leur pour ne pas mieux lire dans “Copenhague” à cœur ouvert ?
 

Il importe peu que la manip sur le réchauffement climatique commence à être éventée, ceci tant que la contre-information se trouve confinée sur la Toile et dans la mesure où le mensonge institutionnalisé a la peau dure et même qu’il est quasiment increvable tant qu’il est utile… Entendons par là, la « vérité » imposée par les médias, supports officiels de la pensée unique et de la Novlangue dont le rôle exclusif est de diffuser de la propagande et de la publicité en faveur du Meilleur des Mondes (sous couvert de divertissement)... Deux volets d’une seule et unique réalité. En effet, l’idée d’une menace catastrophique d’ordre climatique (renforcé par de nombreux épisodes récents, cyclones, raz-de-marée, séismes, etc.), inlassablement ressassée et relayée par les télévisions est finalement parvenue à s’enraciner profondément dans l’opinion sur fond de culpabilité diffuse.


Un parallélisme serait d’ailleurs à établir avec les campagnes relatives à l’imminence du collapse climatique et celles liées la pandémie de grippe porcine. Les secondes s’étant développées naturellement sur le terrain psychologique créé et préparé par les premières. Même cause, même effets, car à l’arrivée le « commerce de la peur » s’avère être d’un haut rendement économique et financier : alors que l’industrie pharmaceutique donnait des signes de fléchissement (échéance des brevets pour nombre de molécules appelées sous peu à passer dans le domaine public, celui des “génériques”), l’opportune pandémie et son cortège de frayeurs, est arrivée à point nommé pour relancer la machine. Allelujah !


Les « crédits carbone »,
un commerce frauduleux


Le commerce du carbone ne date pas tout à fait d’hier, les pays industrialisés ont négocié entre eux dès 1990 une répartition des émissions de gaz à effet de serre. À l’époque l´Union soviétique possédait encore un vaste parc industriel et de ce fait s’est vue attribuée une importante dotation. Un an après, en 1991, l’Union soviétique collapsait. Avec l’effondrement de sa production, ses émissions ont rapidement décliné. Il n’en demeure pas moins que ces gaz qui ne seront jamais émis sont considérés comme acquis par la Russie et ses ex-satellites d’Europe orientale, qui les font intervenir à chaque négociation notamment sous forme de droits d’émission revendus au plus offrant. Ainsi, en vertu du système actuel, les États-Unis acquièrent des droits chez les nouveaux membres de l’Otan d’Europe de l’Est et se prévalent ensuite de réductions inexistantes. Autre cas de figure, si le Royaume-Uni finance la Chine populaire pour qu’elle démantèle une centrale au charbon et construise un barrage hydro-électrique, Londres bénéficie de cette réduction d’émissions de carbone, en raison des réductions globales prévues par pays. De son côté, la Chine se prévaut également de ses nouveaux équipement hydroélectriques et les déduire de ses quotas d’émission.

Pour compléter un tableau de toute façon non exhaustif, évoquons le procédé des « forêts fictives » connu sous l’acronyme de LULUCF (Land Use, Land-Use Change and Forestry) soit, l’Utilisation des terres, le changements d’affectation des terres et la foresterie. Les forêts étant autant de capteurs naturels du dioxyde de carbone, des crédits sont accordés pour leur préservation. Or les multinationales de la foresterie, nippones, canadiennes, suédoises et finlandaises sont parvenues à introduire une clause selon laquelle la « gestion durable des forêts » leur permet de réaliser des coupes à blanc sans perdre pour autant les crédits carbone attachés à la préservation intégrale des forêts. De sort qu’une forêt rasée n’alourdit pas votre bilan carbone !

Enfin notons que toutes les recommandations scientifiques prennent l’année 1990 comme point de référence du niveau dangereusement élevé dont nous devons partir. Alors, quand nous parlons d´une réduction de 40 pour cent, nous voulons dire 40 pour cent de moins qu’en 1990. Mais les Etats-uniens ont — dans un éclair de génie publicitaire — décidé de prendre 2005 comme leur niveau de référence. Tout le monde parle des niveaux de 1990, sauf eux. Alors, quand Wahington promet une réduction de 17 pour cent par rapport au niveau de 2005, il propose en fait une réduction de 4 pour cent par rapport au niveau de 1990 — beaucoup moins que les autres pays riches —.


Jean-Michel Vernochet

Ancien journaliste au Figaro Magazine et professeur à l’École supérieure de journalisme (ESJ-Paris). Dernier ouvrage paru : Europe, chronique d’une mort annoncée (Éditions de l’Infini, 2009).

 

Source : Voltairenet

Pour les liens, voir ici :

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-la-mue-de-la-finance-mondiale-et-la-speculation-verte-45925321.html
 


George Soros, la crise de l'euro
et le Nouvel Ordre Mondial


Mecanopolis

Article mis à jour le 2.02.10 à 03h44


Selon le « Wall Street Journal » des « hedge funds » emblématiques – Soros Fund Management en tête – se sont accordés sur un net déclin de l’euro par rapport au dollar. Ils visent, à terme, la parité dans le cadre d’un scénario de crise majeure de l’Union européenne. La semaine s’annonce cruciale pour la Grèce et l’Europe, qui s’enfoncent dans la crise.


soros


Des dirigeants de hedge funds majeurs se sont accordés lors d’un dîner discret à Manhattan pour parier gros sur la baisse de l’euro, selon le Wall Street journal de vendredi dernier. Parmi eux, le milliardaire américain George Soros. (...)

la suite >>>>

 

A lire ou à relire

26 Février 2010, Placé par Mecanopolis.
grece1En théorie, il y a deux solutions pour sortir de la situation de crise de la dette des Etats : le retour aux déflations dures des années 1930 ou bien une baisse drastique, immédiate (...)


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-george-soros-la-crise-de-l-euro-et-le-nouvel-ordre-economique-mondial-45898860.html


L' UE impose un nouveau
tour de vis à Athènes

Olli Rehn, commissaire aux Affaires économiques et monétaires.

Olli Rehn, commissaire aux Affaires économiques et monétaires.

Le commissaire européen Olli Rehn demande aux Grecs d’être crédibles auprès des marchés

Abolition du 14e salaire dans la fonction publique, réduction des rémunérations de certains fonctionnaires, hausse de la TVA et des taxes sur les carburants, l’alcool et les cigarettes. Telles sont les nouvelles mesures d’austérité que la Grèce pourrait, selon les spéculations, adopter en échange d’une éventuelle aide européenne pour résorber son déficit budgétaire. Le nouveau tour de vis a fait l’objet des discussions lundi à Athènes entre le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn et les autorités grecques.


«Des risques liés aux évolutions macroéconomiques et au développement des marchés sont réels et des mesures de consolidation supplémentaires sont nécessaires pour être sûr d’atteindre l’objectif d’une réduction du déficit cette année», a déclaré Olli Rehn à l’issue d’un entretien avec le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou. La Grèce s’est engagée à ramener son déficit budgétaire de 12,7% de son produit intérieur brut (PIB) en 2009 à 3% en 2012. Pour cette année, elle doit le réduire de 4 points. Olli Rehn a insisté pour que la Grèce montre sa détermination à redresser ses finances publiques et, surtout, à convaincre les marchés.

Corruption et bureaucratie


Les autorités grecques ont déjà mis en place un vaste plan dès le mois dernier pour réduire les dépenses publiques et augmenter les recettes. La population, tout en protestant contre les mesures d’austérité, se dit prête à avaler la pilule amère.


Selon le quotidien grec Kathirimini, les Grecs n’ont pas de choix que de consentir aux sacrifices. «Le pays doit introduire des changements structurels dans la fonction publique ainsi que dans le système de sécurité sociale», écrit son éditorialiste. Ce dernier, en passant, ne se prive pas d’égratigner les responsables européens qui hésitent à concrétiser un plan de sauvetage et nourrissent ainsi la spéculation.


Le journal donne quelques pistes pour moderniser l’économie grecque. «Le tourisme, le shipping et la construction ne suffisent plus et nous devons développer de nouveaux secteurs pour attirer des investissements. Nous sommes un pays trop cher et la corruption et la bureaucratie rongent jusqu’à 40% des salaires», poursuit-il. Avant de proposer que le pays devienne un centre d’excellence en matière d’éducation et de santé et créer des milliers d’emplois.

Source : LeTemps.ch

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-l-ue-impose-un-nouveau-tour-de-vis-a-athenes-45895101.html




Lire aussi :

Les banques exigent des mesures d'austérité à l'encontre des peuples 

Extraits: La découverte de cette pandémie de gaspillage est une réaction directe aux exigences du capital financier international. Après avoir plongé le monde dans un désastre économique par leur course effrénée à l'enrichissement personnel, et poussé leurs Etats respectifs dans la faillite pour les avoir renfloués, les seigneurs de la finance font appel à leurs aides au gouvernement pour protéger leurs investissements en réduisant radicalement les budgets des programmes dont dépendent des centaines de millions personnes

Ces chi

ffres montrent que l'élite financière américaine, grâce aux bons offices du gouvernement Obama, a exploité la crise qu'elle a fabriquée de toutes pièces pour appliquer son programme de longue date de restructurer les rapports de classe en réduisant radicalement et de façon permanente les niveaux de vie de la classe ouvrière.


C'est une accélération de l'offensive menée depuis de nombreuses décennies par la classe dirigeante. L'élite dirigeante américaine a déjà énormément accru sa part de la richesse nationale grâce aux réductions des impôts pour les entreprises et les riches, à la dérégulation économique, aux coupes dans les programmes sociaux, au
quasi-démantèlement de la base industrielle du pays et au recours à la répression d'Etat appliquée avec l'aide de la bureaucratie syndicale et de sa répression de la résistance de la classe ouvrière.



La mise à mort de l'économie - contre la contestation du Système 

Extraits. L’enseignement de l’Economie devienne le « parent pauvre » de l’Ecole d’aujourd’hui.

S’interroger sur ces questions, c’est raisonner, donc insinuer le doute sur le bien fondé de ce qu’est ce système,…


On expurge donc les programmes, on les fait conformes aux intérêts du système marchand, conforme à ce que les politiciens, serviteurs zélés du MEDEF, désirent que nous sachions et ignorions…. Le tout, bien évidemment présenté sous l’aspect d’un allègement des programmes et d’une liberté de choix d’option… 


D'Artemisia.college
www.artemisia-college.org   :
 
"Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...]

L'argent n'a pas de patrie ; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence.".

Napoléon Bonaparte

 

La crise est plus grave que vous ne le croyez

http://www.slate.fr/story/17971/la-crise-est-bien-plus-importante-que-vous-ne-le-croyez

 

 

Une monnaie pour le Monde... ou "un pas de plus vers le N.O.M. et le délire..."

http://blogs.lexpress.fr/attali/

 

 

Les banques vont prendre directement le pouvoir sur les gouvernements des nations

http://www.dailymotion.com/video/xcf1s7_alex-jones-accueille-nigel-farage-s_news 

 

 

Extrait de la pièce jointe "Les jardins de l'espoir" :

http://area51blog.wordpress.com/2009/04/07/le-projet-revelation-dr-stevent-m-geer/ 

 

 


Sur mon blog sos-crise :

liste complète  

Partager cet article
Repost0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 23:25
              Bon à savoir pour comprendre les événements actuels,
                                         et ce qui nous attend :

               floweroflove.jpg
 

 « Il était possible, sans aucun doute, d'imaginer une société dans laquelle la richesse dans le sens de possessions personnelles et de luxe serait également distribuée, tandis que le savoir resterait entre les mains d'une petite caste privilégiée. Mais, dans la pratique, une telle société ne pourrait demeurer longtemps stable. Si tous, en effet, jouissaient de la même façon de loisirs et de sécurité, la grande masse d'êtres humains qui est normalement abrutie par la pauvreté pourrait s'instruire et apprendre à réfléchir par elle-même, elle s'apercevrait alors tôt ou tard que la minorité privilégiée n'a aucune raison d'être, et la balaierait. En résumé, une société hiérarchisée n'était possible que sur la base de la pauvreté et de l'ignorance. »  George Orwell - 1984


Omegalpha nourrit à nouveau la rubrique, « New words order », une chronique qui est entièrement consacrée aux sentences, petites phrases et autres extraits d'ouvrages et d’articles qui permettent de mieux comprendre le cheminement idéologique et la pensée profonde et secrète qui animent nombre de nos gouvernants et de nos « décideurs » de la marche du monde. Chacune de ces petites perles de lumière doit être comprise et entendue comme une petite graine semée ou une fugace pensée délivrée pour nourrir une plus vaste réflexion sur le sens de l'histoire et la conduite des hommes et non comme des affirmations absolues puisqu'elles sont livrées à l'état brut, sous forme d'extraits et de citations, hors de leur contexte d'origine.

La livraison du jour s’articule autour de quelques thèmes qui se recoupent comme toujours. Il est donc question ici d’un concept de gouvernance très en vogue en ce moment béni de crise et de chaos, celui de la gouvernance mondiale et de son Nouvel Ordre Mondial, une vieille idée défendue à l’époque par Adolf Hitler et ses amis des multinationales allemandes et anglosaxones... De la même manière que l’on nous a vendu l’ultralibéralisme comme la recette absolue du bonheur collectif avec les brillants résultats que l’on voit, les mêmes propagandistes s’emploient désormais à nous convaincre d’adopter de toute urgence un système effrayant de gouvernance mondial avec aux manettes pour manœuvrer, la même élite dévoyée...

La crise qui broie la grande masse devenue frileuse et abasourdie, a toujours servi d’accélérateur historique pour mettre en place des nouvelles formes de pouvoir jusqu’ici inacceptables parce que liberticides et coercitives. On peut toujours imaginer que ce capitalisme du désastre si cher a Naomi Klein (lien) avance encore et toujours ses pions par opportunisme et tâtonnements sans imaginer un seul instant que le cynisme est ici poussé à son comble puisque le chaos est non seulement organisé mais même prévu de longue date par ces patientes termites qui rongent nos sociétés depuis bien longtemps pour saper même les fondations de nos sociétés autrefois « évoluées » et en progrès constant.

 

Il s’agit là d’un plan global que les protagonistes suivent avec application et détermination et le préambule de la partie « Le plan global » de George Orwell illustre à merveille cette froide volonté de domination et de contrôle absolu. Une idée funeste qui a toute une histoire (Lien Voltaire « Histoire du « Nouvel ordre mondial » à lire absolument) avec ses mentors, ses ressorts cachés et ses ramifications inattendues. Le parcours d’un dictateur comme Pinochet avec ses nombreuses accointances dans nos pseudos démocraties montre très clairement que le Chili a servi à l'époque de laboratoire pour tester et ajuster la manœuvre insidieuse des imprécateurs de l’ombre. Une répétition en somme. La PNAC (voir archives Omegalpha) a même  théorisé cette redoutable et sournoise révolution de l’ombre en se contentant d’attendre la divine surprise du...11 septembre 2001 pour enclencher une partie déterminante du plan prévu sous le couvert de cette atmosphère de choc et d’effroi qui nappé la planète toute entière. Depuis, les effets du choc émotionnel se sont lentement estompés et les résistances nécessaires ont vu le jour, c’est la raison pour laquelle un deuxième coup de butoir s’est avéré nécessaire, une bonne crise planétaire pour faire courber encore l’échine (partie « La crise ou le chaos organisé ») pendant que les termites s’activent encore de plus belle (opérations Ergenekon et Dubaï) pour entretenir le chaos et la confusion et que l’on édifie les prisons du présent et du futur (partie éponyme) pour grignoter tout espace de contestation possible. Une agitation fébrile et en apparence désordonnée qui ne nous épargne pas non plus, loin s’en faut puisque l’un des plus fidèles laudateurs (lien vidéo) de cette redoutable cabale planétaire œuvre en ce moment même sous nos latitudes dépressives... (Partie « Le mal du pays »). Bonne lecture !


dragons.jpg

 
Le plan global :

Extrait de "1984" de George Orwell


"Nous ne cherchons pas le pouvoir en vue de nos propres fins, mais pour le bien de la majorité tel que nous le définissons. Les hommes, ces créatures frêles et lâches, ne peuvent endurer la liberté ni faire face à la vérité. Ils doivent être dirigés par ceux qui sont plus forts qu’eux. L’espèce humaine a le choix entre la liberté et le bonheur, or le bonheur vaut mieux.


Le bien des autres ne nous intéresse pas, nous ne recherchons que le pouvoir, le pur pouvoir. Les nazis et les communistes se rapprochent beaucoup de nous par leurs méthodes, mais ils n’eurent jamais le courage de reconnaître leurs propres motifs. Ils prétendaient s’être emparés du pouvoir pour une période limitée ; passé le point critique, il y aurait un paradis où les hommes seraient libres et égaux. Nous ne sommes pas ainsi, nous savons que jamais personne ne s’empare du pouvoir avec l’intention d’y renoncer. On n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature. La persécution a pour objet la persécution. La torture a pour objet la torture. Le pouvoir a pour objet le pouvoir.L’esclavage c’est la liberté. Seul, libre, l’être humain est toujours vaincu. Mais s’il renonce à son identité, s’il se soumet entièrement et totalement, il se fond dans le pouvoir collectif, il est alors tout-puissant et immortel. (...) Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies. Commencez-vous à voir quel sorte de monde nous créons ? Un monde de crainte, de trahison, de tourment. Un monde d’écraseurs et d’écrasés, un monde qui au fur et à mesure qu’il s’affinera deviendra plus impitoyable. Le progrès dans notre monde sera le progrès vers plus de souffrance. Notre civilisation est fondée sur la haine ; il n’y aura pas d’autres émotions que la crainte, la rage, le triomphe et l’humiliation. Nous détruirons tout le reste.


Nous avons coupé les liens entre l’enfant et les parents, entre l’homme et l’homme, entre l’homme et la femme
. Mais plus tard, il n’y aura ni femme ni ami. Les enfants seront à leur naissance enlevés aux mères, comme on enlève leurs œufs aux poules. La procréation sera une formalité annuelle, comme le renouvellement de la carte d’alimentation. Il n’y aura plus de loyauté que pour le pouvoir. Tous les plaisirs de l’émulation seront détruits remplacés par l’ivresse toujours croissante du pouvoir, qui s’affinera de plus en plus. Il y aura à chaque instant, le frisson de la victoire, la sensation de piétiner un ennemi impuissant... Autant qu’un monde de triomphe ce sera un monde de terreur... Nous commanderons à la vie à tous ses niveaux. Vous imaginez qu’il y a quelque chose qui s’appelle la nature humaine qui sera outragée par ce que nous faisons et se retournera contre nous. Mais nous créons la nature humaine. L’homme est infiniment malléable. Tel est le monde que nous préparons. Un monde où les victoires succèderont aux victoires et les triomphes aux triomphes, un monde d’éternelle pression, toujours renouvelée, sur la fibre de la puissance. Vous commencez à réaliser ce que sera ce monde. À la fin vous ferez plus que le comprendre, vous l’accepterez, vous l’accueillerez avec joie, vous en demanderez votre part en idolâtrant vos propres bourreaux."  Source (NOT)

 

Histoire du « Nouvel ordre mondial » (Réseau Voltaire)

 

Avec la ratification du Traité de Lisbonne par les 27 Etats européens, l’élection d’Herman van Rompuy à la présidence du Conseil européen et de Catherine Ashton comme Haut-représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, le 19 novembre 2009, marque un tournant décisif dans les ambitions mondialistes. (...)

 

Nous pouvons désormais relier l’action passée de ces hommes à la fondation du WWF en 1961. En effet, sa création est due à Julian Huxley . Le WWF contribue à répandre cet idéal panthéiste et constitue une des branches d’action du mondialisme. Est-ce un hasard d’apprendre que le premier président du WWF fut le dirigeant du Bilderberg, le prince Bernhard  (président de 1962 à 1976). (...) Ce changement de direction de l’Eglise catholique est la marque de fabrique de tous les papes depuis Vatican II. Lors de son message de Noël en 2005, Benoît XVI a encouragé les hommes à s’engager « dans l’édification d’un nouvel ordre mondial ».


Les liaisons incestueuses des ONG avec les Etats et les transnationales
(Mondialisation)

La contre-révolution néo-libériste et pro-impérialiste de Human Rights Watch. (Le Grand Soir)

Civilisation, société et barbarie (De Defensa)

 

(…) Ce refus américain engendre aujourd’hui une société inquiétante qui commence à tourner à vide, car fondée sur un besoin irrépressible d’expansion, elle a atteint ses limites et ne peut faire autrement que de s’entêter à essayer de réaliser le projet prévu lors sa fondation. En se proclamant Nation élue, dotée d’institutions parfaites dès sa création, les « Founding Fathers » ont bien souligné à quel point ils considéraient que leur société était l’aboutissement de l’Histoire, un idéal indépassable. (...)  Comment ne pas être stupéfait par l’avalanche de productions culturelles (littérature, cinéma, sans parler des jeux video), chaque mois apportant sa nouvelle livraison, où les américains mettent une nouvelle fois en scène leur propre destruction. Ces histoires se complaisent généralement dans l’horreur, où les survivants retournés à la barbarie s’entretuent pour des ressources quasi épuisées, avec pour petit raffinement, de George A. Romero à Cormac Mc Carthy en passant par Richard Matheson, la remarquable constance du thème du cannibalisme. (…)

 

Vampires et morts-vivants reviennent en force à l'écran (Le Monde)

La dictature de Pinochet (Le webzine de l'histoire)

"Moi, Victoria, enfant volée de la dictature argentine", de Victoria Donda : née dans un centre de torture (Le Monde)

Les lobbies pro-pinochetiste (Résistance.be)

(...) Petits et plus grands patrons soutiendront ainsi les options de ce libéralisme musclé, imposé à coups de matraques et de baïonnettes, dans ce pays d’Amérique latine. En France, dès 1974, les milieux de la droite chrétienne prirent la défense de la junte  au pouvoir au Chili. Ce fut notamment le cas du Club de l’Astrolabe, un cercle de réflexion catholique animé par un certain Charles Million, ancien dirigeant de l’UDF...

 

Pinochet, l'ancien dictateur soutenu par les Etats-Unis, meurt à ... (Mondialisation)

Le régime de Pinochet est responsable du meurtre ou de la disparition de milliers d’activistes de gauche, de syndicalistes, d’étudiants et d’autres personnes soupçonnées de s’opposer aux intérêts de la classe dirigeante chilienne et du capital étranger. Sous sa dictature, des centaines de milliers d’autres ont été emprisonnés, torturés et contraints à l’exil.


Chili, l'Église catholique 1958-1976 complicité ou résistance ? (Bibliomonde)
-
La démocratie forcée [Voltaire]
Friedrich von Hayek, pape de l'ultra-libéralisme [Voltaire] 

L’économiste autrichien Friedrich von Hayek s’est appliqué à discréditer toute forme de régulation de l’économie au motif que celle-ci est trop complexe pour que l’on prétende l’organiser. Sa théorie de « l’État minimal » est devenue la religion du Parti républicain états-unien en opposition aussi bien au « New Deal » des démocrates qu’au marxisme des soviétiques. Son école, financée par les fondations des grandes multinationales, s’est structurée autour de la Société du Mont-Pèlerin, et a obtenu sept fois le prix Nobel d’économie. Elle a inspiré les gouvernements de Pinochet, Reagan et Thatcher.

 

Naomi klein - la stratégie du choc (Dailymotion)

 

Qu'y-a-t-il de commun entre le coup d'état de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l'effondrement de l'Union soviétique, le naufrage de l'épopée Solidarnösc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l'Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri-Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l'année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraib ou Guantanamo, aujourd'hui ? Tous ces moments de notre histoire récente, répond Naomi Klein, ont partie liée avec l'avènement d'un « capitalisme du désastre. »


Naomi Klein dénonce, ici, documents à l'appui, l'existence, depuis plus d'un demi-siècle, de stratégies concertées pour assurer la prise de contrôle de la planète par les multiples tenants d'un ultralibéralisme qui a systématiquement mis à contribution crises, désastres ou attentats terroristes - et qui n'a pas hésité, du Chili de Pinochet à Guantanamo - à recourir à la torture sous diverses formes pour substituer aux acquis des civilisations et aux valeurs de démocratie la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.

 

Canada : les déserteurs de l'armée US menacés d'expulsion (Rue89) - Ahmadinejad avec la bombe, c'est trop risqué (Slate) - Propagande, mass médias et « menace iranienne » (Mondialisation) - Site de l’OTAN (Novlang) - BARACK OBAMA : NE ME PARLEZ PAS DE MON PASSÉ À LA CIA (Liberté & Internet) - Enchères et en os (E24) - Pour le FBI, l'enquête sur l'anthrax est close (Rue 89) - La saga de l’anthrax : la piste de l’armée américaine « confirmée » ! (Mondialisation) - « Aux États-Unis, plus aucun expert ne prend le risque de défendre un point précis de la version gouvernementale»  (Mondialisation) - D'anciens responsables de l’anti-terrorisme et du renseignement mettent en cause la version officielle du 11 septembre (Mondialisation) - Selon une note de service, les témoins de la Commission sur le 11/9 ont été intimidés par les « gardes » du gouvernement (Mondialisation) - Terrorisme : Al-Qaïda est-elle encore la Base ? (Mondialisation) - 1LA DGSE vous parle ... Ecoutez ! (De Dedensa) - 1h56 Obama reconduit le Patriot Act (Figaro) – Le chef des services de renseignement américains revendique le droit d'assassiner des Américains à l'étranger (Mondialisation) - Les assassinats politiques par le Mossad soulèvent des questions politiques (Réseau Voltaire) - Gaza maudit (Bakchich) - Lieberman ironise sur l'assassinat de Dubaï (Nouvel Obs) - Dubaï, une opération d’Etat voyou dommageable à Israël (Uri Avnery) - Les criminels de guerre deviennent les arbitres de la loi (Questions critiques) - "Le prince vert", fils d'un fondateur du Hamas et taupe d'Israël (Libération) - Pourquoi la presse américaine est-elle silencieuse face au rôle joué par Israël dans le vol NW 253 ? (Mondialisation) - Un membre de l’administration Obama réclame «l’infiltration cognitive» des «groupes de conspiration sur le 11 septembre» (Mondialisation) - Istanbul : sept militaires de haut rang inculpés (Nouvel Obs) -

Ergenekon : une légende urbaine ? (Réseau Voltaire) -  Requiem pour Ergenekon?  (Au fil du Bosphore - Blog Le Monde) - Le NPA sert de couverture à l’escalade militaire en Afghanistan (WSWS) - Dalaï-lama : Un moine de la CIA & Relations US-Chine qui dégénèrent (NOT – 7 du Québec)

 big-brother.jpg




La crise ou le chaos organisé :

Les nouvelles castes
(NOT) - USA : En 2007, les 400 plus hauts revenus ont gagné en moyenne 945 000 dollars par jour (Contreinfo) - 63% des destructions d’emploi dans l’industrie française dûes à la mondialisation!  (Marianne) - La dette gouvernementale: un nouveau stade dans la crise financière mondiale (Mondialisation) - Les grands hedge funds américains spéculent sur une baisse de l'euro (Le Monde) - L'Amérique comme la Grèce (Slate)

 

Crises économiques mondiales: le FMI va demander un rôle élargi (Le Temps)

Haïti. : Les plans du FMI ont été meurtriers (Mondialisation) –

Un scénario de secours aux sinistrés d’Haïti était prévu par les militaires étasuniens un jour avant le tremblement de terre (Mondialisation)

La famine mondiale (Mondialisation)

La « médecine économique » du FMI et de la Banque mondiale n'est pas la « solution, » elle est plutôt en grande partie la « cause » de la famine dans les pays en développement. Plus le FMI et la Banque mondiale prêtent « pour accroître l'agriculture » et plus ils augmenteront les niveaux d'endettement.

La « politique de prêts » de la Banque mondiale consiste à accorder des prêts à la condition que les pays se conforment à l'agenda politique néolibérale qui, depuis le début des années 1980, a été propice à l'effondrement de l'agriculture alimentaire locale.

La « stabilisation macro-économique » et les programmes d'ajustement structurel imposés par le FMI et la Banque mondiale aux pays en développement (comme condition de renégociation de leur dette extérieure) ont conduit à l'appauvrissement de centaines de millions de personnes.


CERBERUS CAPITAL : LES VAMPIRES EXISTENT VRAIMENT, AU SENS PROPRE DU TERME
(Liberté & Internet) - "Le stress est utilisé pour maintenir les gens sous pression" (Le Monde) - Total a aussi son bouclier fiscal (Bakchich) - Comment la France escamote 120 milliards d'euros de sa dette (Rue 89) - Dépression : 50% des américains les plus pauvres sont au chômage ou en situation de sous emploi (Contreinfo) - LA GROSSE COMBINE DE GOLDMAN SACHS — Dean Baker (Questions critiques) - 13h45 Italie/corruption: vers la prescription (Figaro) - WALL STREET ENTRE EN SCÈNE POUR LA MISE À MORT — (Questions critiques)



Les prisons du présent et du futur
 :


Le premier scanner corporel débarque lundi à Roissy
(Le Point) - Gadgets, Big Brother : pourquoi la Loppsi est dangereuse (Rue 89) -
HADOPI 2 : LE GUIDE DE SURVIE (Libertés & Internet) - COMMENT CONTRER HADOPI… ARRÊTEZ DE PANIQUER (Libertés & Internet) - Les États-Unis perdent l'accès à la vie privée européenne. (Mondialisation) - USA : Microsoft ouvre ses données aux autorités (Nouvel Obs) - Quand les caméras «envoient» des PV (Figaro) - Vos amis visitent-ils des sites pornos ? (Nouvel Obs) - FACEBOOK ET SA VIE PRIVEE: QUELQUES CONSEILS BIEN UTILES (Internet & Libertés) - Espionner les Étasuniens : un filon de plusieurs milliards pour les compagnies de télécommunication (Mondialisation) - CHEZ FACEBOOK, N’IMPORTE QUI A ACCÈS A N’IMPORTE QUELLE DONNÉE SUR VOUS, MÊME PRIVÉE, MÊME EFFACÉE… (Libertés é Internet) - Les « centres de fusion » de Big Brother font partie de l’appareil de renseignement et de surveillance intérieur (Mondialisation) - 10 livres à planquer en cas de perquisition (Fluctuat.net) - Affaire Coupat : « L'Insurrection qui vient » affole les Américains (Rue 89)

 

L’Europe met les pieds dans le blog (Ecran.fr – Libération)

 

Rendre la blogosphère plus « transparente », créer « une marque de qualité » et « révéler qui écrit réellement et pourquoi ». Le 3 juin dernier, la commission Culture du Parlement européen adoptait un projet de rapport « sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l’Union européenne » qui, entre autres, suggère de « clarifier le statut des blogs » et « encourage leur labellisation en fonction des responsabilités professionnelles et financières et des intérêts de leurs auteurs et éditeur ». (...)

Dans ce contexte, le rapport « souligne que le statut indéterminé et non signalé des auteurs et diffuseurs de blogs entraîne des incertitudes en matière d’impartialité, de fiabilité, de protection des sources, d’application des codes d’éthique et de détermination des responsabilités en cas de poursuites en justice. Il recommande que soit clarifié le statut juridique de différentes catégories d’auteurs et de diffuseurs de blogs ainsi que la divulgation des intérêts et la labellisation volontaire des blogs. »

 

Le mal du pays :

 

France Télévisions ne pourra pas cacher les secrets de sa régie (Rue 89) - Une collégienne exclue pour acte de "prosélytisme" 19.02 à 19h28 (Nouvel Obs) -

Nationalité française obligatoire pour une pub du gouvernement (Rue 89) -

CLAUDE WEILL: L’INVOCATION DES PRINCIPES REPUBLICAINS N’EST BIEN SOUVENT QUE L’ALIBI D’UN RACISME ANTI-ARABE (Libertés & internet) - Mosquées : des profanations en série en France (Le Monde) - Stress au travail : la liste rouge de Darcos effacée en 24 heures (Rue 89) - La mauvaise blague de Besson sur les journalistes  (Nouvel Obs) -

L’info à poil : Avril, Drucker, Botul (Bakchich) - Une enquête sur des pots-de-vin pourrait menacer Sarkozy (Le Temps) - Sondages : l'Elysée préservé de toute enquête (Nouvel Obs) - L'Etat veut imposer le «modèle» France Telecom aux fonctionnaires (Marianne) - 16h21 La société "fatiguée psychiquement" (Figaro) - Sarkozy LE NOUVEL ORDRE MONDIAL  (Youtube)

See U 

DJ CC Jung
http://omegalpha.over-blog.com/article-lire-entre-les-lignes-6-45827711.html



Vaccinfolle
Alertes !

Bientôt nouvelle formule de garde à vue, pire encore ? 
http://sos-crise.over-blog.com/article-pire-que-la-garde-a-vue-une-audition-libre-sans-avocat-et-sans-droits-45834412.html


http://sos-crise.over-blog.com/article-grippe-l-oms-recommande-que-le-h1n1-soit-integre-au-futur-vaccin-saisonnier-45787261.html

 http://sos-crise.over-blog.com/article-la-colombie-meme-sans-uribe-poursuite-de-la-meme-politique-45829373.html

http://sos-crise.over-blog.com/article-alerte-facebook-et-sa-face-cachee-45788127.html 

Microsoft tente, puis renonce, à bloquer la publication d’un document "gênant"
http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39713393,00.htm

Claude Dunant: L'affaire de l'Yonne
L'affaire de l'Yonne 
http://echomonde2.wordpress.com/2008/09/21/l%e2%80%99affaire-de-l%e2%80%99yonne/ 

GRANDES IMPOSTURES
11.9-affiche-analyse-trois-tours.jpg
La Commission sur le 9/11 confirme:
La version officielle est un mensonge
22 février 2010

Les fins détails ne sont plus d’aucune importance. Les responsables de la Commission gouvernementale sur le 9/11 ont confirmés ce que nous savions tout ce temps-là; c’est-à-dire que le gouvernement américain a menti à propos des évènements entourant les attaques du 11 septembre 2001. Le gouvernement américain avait confié la responsabilité de la Commission d’enquête sur le 9/11 à l’ancien attorney général du New Jersey John Farmer. La Commission avait reçu comme mandat d’enquêter sur la réponse du gouvernement face aux attaques. Y siégeait aussi l’ancien gouverneur du New Jersey Thomas Kean et l’ancien Congressiste de l’Indiana Lee H. Hamilton.

Dans le livre de John Farmer «The Ground Truth: The Story Behind America’s Defense on 9/11? », l’auteur bâtit un dossier autant convainquant qu’incontournable du fait que la version officielle… est quasiment entièrement fausse.

La Commission sur le 9/11 nous dit maintenant que cette version officielle du 9/11 était basé sur de faux témoignages et documents; donc qu’elle est presque entièrement fausse. Les détails de ce massif escamotage de la vérité par le gouvernement sont soigneusement étalés dans le livre de John Farmer, qui était la tête de la Commission sur le 9/11.

Le gouvernement américain a menti à propos du 9/11.

L’édition du 11 septembre 2009 du Time magazine présentait précisément cette histoire en appelant un nouveau regard sur la Commission sur le 9/11. M. Farmer soulignait au Time magazine lorsque que des entrevues avaient été menées au centre de la FAA de New York la nuit du 9/11 et que ces enregistrements furent détruits. Les enregistrements d’interrogations de la CIA furent aussi détruits: «L’histoire du 9/11 elle-même, le moins qu’on peut dire, était déformée et complètement différente de la façon dont les choses se sont réellement passées».

Farmer, directeur de la School of Law des Universités Rutger, ne fait pas chemin seul, il a la coopération et l’accord d’autres membres de la Commission sur le 9/11. Il n’accuse pas Cheney ou Bush d’avoir ordonné le 9/11 dans son livre, mais il écrit clairement que le FBI, la CIA, la Maison Blanche et NORAD ont menti délibérément à la Commission. Est-ce appuyé par des preuves documentées? Oui.

Farmer déclare: «À un certain niveau du gouvernement, à un certain moment donné… il y a eu une entente pour ne pas révéler la vérité à propos de ce qui s’était passé… J’ai été choqué de voir la différence entre la vérité et la manière dont elle a été décrite… Les enregistrements du NORAD (North American Aerospace Command) racontait une histoire radicalement différente de ce qu’on nous a dit ainsi qu’au public depuis deux ans».

Thomas Kean, ancien gouverneur Républicain du New Jersey avait ceci a dire: «Jusqu’à ce jour, nous ne savons toujours pas pourquoi le NORAD nous a raconté ce qu’ils nous ont raconté, c’était tellement loin de la vérité…».

Vous trouverez différentes citations allant dans ce sens provenant d’autres membres de la Commission d’enquête sur le 9/11, tels que Hamilton, Bob Kerrey, Timothy Roemer, Max Cleland, Ernest May.

En 2006, le Washington Post rapportait: «Les doutes que quelque chose ne tournait pas rond étaient si profonds que les dix membres de la Commission sur le 9/11 ont discutés, lors d’une réunion secrète à la fin de leur mandat en 2004, de renvoyer le cas au Département de la justice pour enquête criminelle, information corroborée par plusieurs sources provenant de la Commission. Les membres de l’équipe et certains commissaires pensaient que les courriels et autres évidences apportaient une cause suffisante et probable de croire que les officiels militaires et de l’aviation avaient violé la loi en faisant de faux témoignages au Congrès et à la Commission».

Avec l’unique rapport «officiel» sur le 9/11 maintenant reconnu comme étant complètement faux, que faire maintenant? Qui sont touchés par ces mensonges? Les familles des victimes du 9/11 se sont battues pendant des années pour arriver à connaître la vérité. Et pendant des années, le gouvernement et les médias ont dissimulé la vérité derrière des mensonges et le secret pour les en dénier.

Allons-nous continuer à donner notre argent à des gouvernements qui nous mentent?

Allons-nous continuer à laisser des gouvernements qui nous mentent de tuer et démolir la vie de nos enfants dans des guerres étrangères?

Allons-nous continuer à obéir à des gouvernements qui nous mentent?

Lorsque les gouvernements nous mentent, ils excèdent leur rôle légal et moral et cessent dorénavant d’être un gouvernement légitime du pays.

Un principe fondateur de nos nations est que le gouvernement gouverne avec le consentement des gouvernés.

JE NE CONSENS PAS À ME FAIRE MENTIR.

Je ne connais personne qui consent à se faire mentir par un gouvernement.

Aucune Cour ne peut faire appliquer un contrat dans lequel une partie est d’accord pour se faire mentir par l’autre puisqu’elle ne peut pas savoir ce à quoi elle s’engage, l’essence même d’un contrat selon la loi.

La Commission sur le 9/11 dit que le gouvernement américain nous a tous menti au sujet du 9/11. À quel autre sujet nous ont-ils menti? Probablement à propos de tout! Il serait sûrement plus aisé de compter les fois que le gouvernement nous raconte la vérité que d’essayer de compter tous les mensonges.

La Commission avait décidé de ne pas entendre le groupe de travailleurs qui a connu le plus de perte de vie lors du 11 septembre 2001: les pompiers. Nombreux sont les témoignages de pompiers et de témoins rapportant des explosions multiples partout dans ces trois bâtiments du complexe World Trade Center qui furent complètement réduit en poussière et vaporisés.

Il maintenant indéniable que des résidus d’explosifs à haute température, de la thermite, a été trouvé partout dans les décombres des WTC.

Ted Olsen, qui a servi sous l’administration Bush, nous a menti lorsqu’il a tenu une conférence de presse le 11 septembre 2001 en disant à l’Amérique et le monde que sa femme décédée l’avait appelé juste avant de mourir dans l’avion qui avait été détourné. Cela prouvait que l’avion avait bel et bien été détourné par des terroristes à la peau brune.

Le problème, c’est que c’était un autre mensonge, un de plus dans longue liste. Le FBI a rapporté qu’aucun appel n’avait été fait entre Barbara Olsen et Ted Olsen en cette journée fatidique. La technologie ne le permettait même pas à l’époque, à l’altitude à laquelle se trouvait alors l’avion.

Bref, le tissu de mensonges se déchire et nous sommes sur le point de devoir décider ce que nous ferons de toutes ces révélations. Une chose est certaine, c’est que la version officielle est fausse et que la vérité n’a pas encore vue le jour. Nous le devons à toutes les victimes, les familles des victimes et tous ces gens au Moyen-Orient qui ont vu leur vie détruite par la guerre contre le terrorisme qui s’en est suivi.

Nous le devons au nom de la vérité.

François Marginean

http://www.centpapiers.com/la-commission-sur-le-911-confirme-la-version-officielle-est

-un-mensonge/9957/
http://omegalpha.over-blog.com/ext/http://bridge.over-blog.org/ .




arton10018-0eb77.jpg









27 janvier, discours sur l’état de l’Union :
Dans quel état se trouve l’Union des menteurs, des voleurs et des envahisseurs ?
http://omegalpha.over-blog.com/ext/http://bridge.over-blog.org


http://www.noslibertes.org/images/Allemagne1941%20petit.jpg

























Les victimes de la "dénormalisation"

Extraits :

Une des tendances les plus inquiétantes en matière de santé publique est la tentative, de la part du gouvernement, de pratiquer une « ingénierie sociale » sur notre environnement culturel et politique, afin que le public devienne moins tolérant envers l’obésité, moins tolérant à l'égard des jeux d’argent et de ceux qui s’y adonnent, moins tolérant à l'égard du tabac et des fumeurs et moins tolérant à l'encontre de ceux qui produisent et boivent des boissons alcoolisées. Par le biais d’un tel paternalisme de bonne d’enfants le gouvernement cherche à s’assurer que les gens se conduisent d’une « manière appropriée » telle que définie par le gouvernement lui-même et une coterie de technocrates de la santé publique et d’universitaires.
http://omegalpha.over-blog.com/ext/http://bridge.over-blog.org/


Epidémie de séïsmes:
http://omegalpha.over-blog.com/ext/http://bridge.over-blog.org/

Réunis à Londres, le 2 avril 2009, autour de la reine Elizabeth II, les chefs d’Etat et de gouvernement des 20 plus grandes puissances du monde ont envisagé de créer un directoire économique mondial. 
Histoire du « Nouvel ordre mondial »

Pierre Hillard retrace l’histoire d’un courant idéologique qui imprime sa marque aux actuelles tentatives de regroupement d’Etats au sein de blocs régionaux et tente de les orienter vers une forme de gouvernance mondiale. Son objectif n’est pas de prévenir les conflits, mais d’étendre la puissance financière et commerciale du monde anglo-saxon. Il théorise et revendique le projet d’un « Nouvel ordre mondial » érigé sur les ruines des Etats-nations.
Bien sûr, il ne s’agit pas d’assimiler tous les efforts visant à mettre fin aux divisions nationales à une volonté de domination. Mais il est indispensable d’étudier ce projet de globalisation politique afin de ne pas le laisser transformer l’idéal de l’unité humaine en un cauchemar totalitaire. Suite ici :
http://www.alterinfo.net/Histoire-du-Nouvel-ordre-mondial_a42979.html


Sur mon blog: NO-War

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages