17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 12:55

MMBlackOrganisations4.gif

Le gouvernement mondial

 

vide.gif
Au pouvoir déclinant des gouvernements des états-nations s'est substitué un nouveau pouvoir, planétaire, global, et échappant au contrôle de la démocratie. Les citoyens continuent d'élire des institutions nationales alors que le pouvoir réel a été déplacé vers de nouveaux centres.

La planète est aujourd'hui dirigée par une constellation d'organisations au rôle exécutif ou politique.

Les organisations exécutives se répartissent en 3 sphères de pouvoir:
- la sphère du pouvoir économique et financier
- la sphère du pouvoir militaire et policier
- la sphère du pouvoir scientifique

Le pouvoir politique du système est exercé par une quatrième catégorie d'organisations: les "clubs de réflexion", réseaux d'influence, ou réunions de "global leaders" comme le Groupe de Bilderberg ou le World Economic Forum de Davos.

Toutes ces organisations ne sont pas concurrentes mais étroitement liées et complémentaires.

Elles forment un ensemble dont la cohésion est assurée par l'appartenance simultanée de certaines personnalités à plusieurs organisations.

Ces personnes-clé peuvent être considérées comme les Maitres du Monde. Quelques uns sont des leaders politiques de premier plan, comme George Bush (le père) ou Henry Kissinger. Mais la plupart d'entre eux sont inconnus du grand public.

En observant le diagramme de ces organisations, ceux qui connaissent la cybernétique verront à quel point ce système a été ingénieusement conçu. Structurées en réseau, plusieurs organisations se partagent la même fonction, et les centres ainsi que les "circuits de commande" ont été doublés ou triplés, afin d'assurer plus de sécurité et de stabilité à l'ensemble.

Ainsi, au cas où une organisation ou un lien devient inopérant, le contrôle global n'est pas menacé. Exactement comme Internet: un système sans centre unique, dont les flux d'information peuvent "contourner" un centre local hors service.

 

 

Les instances exécutives
vide.gif
oecd.gif imf.gifOMC.gifWorldBank.jpg UEflag.gif

 
BlueBall.jpgL'OCDE , l'organisation initiatrice de l'AMI, conçoit les règles du commerce mondial et influence de très près la politique économique des pays occidentaux. Elle rassemble 30 pays développés qui "partagent les principes de l'économie de marché"

BlueBall.jpgLe Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale dessinent l'économie et l'environnement de la planète par le biais des prêts accordés aux états du Tiers-Monde à condition qu'ils appliquent une politique économique d'inspiration ultra-libérale, au mépris des réalités humaines et écologiques.

BlueBall.jpgL'Organisation Mondiale du Commerce (OMC, ou WTO en anglais) fixe les règles du commerce mondial, en réduisant considérablement la marge de décision des états dans le domaine de l'économie ou de l'environnement.

BlueBall.jpgLa Commission Européenne (ou "Commission de Bruxelles") est le gouvernement de l'Union Européenne. Ses membres ne sont pas élus, et le public n'est jamais informé de leurs décisions. Des parts croissantes du pouvoir des états sont transférés à cette Commission qui n'est soumise à aucun contrôle démocratique. (La législation européenne représente déjà 80% des lois appliquées par les états de l'Union.)

Ces transferts de souveraineté ont été réalisés par des politiciens de droite et de gauche, dans le but de faire échapper au débat public l'essentiel des décisions économiques, sociales, et environnementales.

De plus, la Commission Européenne est entièrement sous l'influence des lobbies industriels qui sont les grands inspirateurs de la réglementation européenne. La politique européenne est élaborée en étroite collaboration avec l'European Round Table qui rassemble les dirigeants des grandes multinationales européennes. L'European Round Table est associée à toutes les grandes décisions en matière économique, financière, sociale, ou environnementale. Enfin, beaucoup de Commissaires Européens sont très liés à des multinationales ou à des réseaux d'influences favorables au libéralisme et à la mondialisation.

Par ailleurs, de nombreux commissaires européens sont membres du très puissant "Groupe de Bilderberg":

- Jose Manuel Barroso (actuel président de la Commission Européenne, ancien premier ministre du portugais)
- Frits Bolkestein (le commissaire européen auteur de la "directive Bolkestein")
- Romano Prodi (ancien président de la Commission Européenne, premier ministre italien)
- Jacques Santer (ancien président de la Commission Européenne, ancien premier ministre du Luxembourg)
- Sir Leon Brittan (vice-président de la Commission, ardent promoteur des traites AMI et NTM, ancien négociateur européen pour le GATT)
- Pascal Lamy (fervent partisan de l'AMI, et responsable de la modification de l'article 133 du Traité d'Amsterdam afin que les états donnent définitivement les pleins pouvoirs à la Commission pour la négociation et la signature des traités économiques de type AMI)
- Edith Cresson (ancien membre de la Commission, ancien premier ministre français, ancien ministre du commerce, ancien membre de la direction de Schneider)
- Emma Bonino
- Mario Monti (ex Banca Commerciale Italiana)
- Hans Van Den Broeck
- Karel van Miert
- Erkki Liikanen
- Ritt Bjerregaard

A la BCE, la Banque Centrale Européenne, on retrouve encore d'autres participants au Groupe de Bilderberg:

- Jean-Claude Trichet (président de la BCE)
- Wim Duisenberg (ancien président du directoire la BCE, ancien président de la De Nederlandsche Bank)
- Otmar Issing (membre du directoire)
- Tommaso Padoa-Schioppa (membre du comité exécutif)

 

 

 

Les "clubs de réflexion"

 

WEF.gifBlueBall.jpgLe Word Economic Forum est une organisation qui rassemble les hommes les plus puissants et les plus riches de la planète. Le critère d'admission au sein de ce réseau est le niveau de pouvoir, de richesse, et d'influence du candidat, dans le domaine de l'économie, de la politique internationale, de la technologie, ou des médias. La principale réunion du World Economic Forum a lieu chaque année à Davos, en Suisse, à la fin du mois de Janvier. Tout au long de l'année, les membres les plus importants de cette organisation sont reliés par un super-réseau de vidéo-conférence, "Wellcom", qui leur permet de se concerter à tout moment sur les décisions mondiales importantes. Exactement comme dans le film "Rollerball", qui décrit un monde futur où les cartels économiques ont pris le pouvoir et où une élite planétaire prend ses décisions lors de vidéo-conférences similaires.

 

Trilateral.jpg

BlueBall.jpgvide.gifLa Trilateral Commission est un organisme de réflexion international co-fondé en 1973 par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski (ancien conseiller du président Jimmy Carter). Il réunit des dirigeants des 3 zones économiques principales: Amérique du Nord, Europe de l'Ouest, Japon.

 

CFR_logo.jpg

BlueBall.jpg Le CFR (Council on Foreign Relations) est une organisation américaine qui rassemble des leaders politiques ou économiques de haut niveau (comme George Bush père, Henry Kissinger, ou David Rockefeller, le président du CFR). Depuis le début du 20è siècle, presque tous les présidents américains sont des membres du CFR. Le Comité consultatif du CFR comprend des représentants étrangers, comme Michel Rocard (ancien premier ministre français), Otto Lamsdorf (ancien ministre des finances allemand), Brian Mulroney (ancien premier ministre canadien), ou Lord Conrad Black (président du groupe de presse Hollinger, et par ailleurs proche de l'administration Bush).

 

vignette_Bilderberg2.jpgBlueBall.jpg Le Groupe de Bilderberg , fondé en 1954, est sans doute le plus puissant des réseaux d'influence. Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, ainsi que quelques scientifiques et universitaires. Pour ceux qui enquêtent sur les réseaux de pouvoir, le Groupe de Bilderberg est le véritable gouvernement mondial. Le président et co-fondateur du Bilderberg Group est David Rockefeller.
 

Voici les listes par pays des membres du Groupe de Bilderberg: USA, Canada, Grande Bretagne, France, Belgique, Suisse, Hollande, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Portugal, Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Luxembourg, Irlande, autres pays

 

vignette_LeSiecle1.jpg 

BlueBall.jpg Le Siècle est un club de reflexion qui rassemble les membres les plus puissants et influents de la classe dirigeante française: responsables politiques, présidents de grandes entreprises, et journalistes des médias qui "font l'opinion".
 

 

vignette_StSimon.jpg 

BlueBall.jpg La Fondation Saint-Simon est une organisation très similaire au Siècle. Elle s'est dissoute en 1999 après avoir beaucoup contribué à la conversion idéologique de la gauche française au libéralisme.
 

vide.gif

IFRI2.gif 

BlueBall.jpg L'IFRI (Institut Français des Relations Internationales) est une sorte de CFR à la française. On y retrouve des politiciens de droite et de gauche, des patrons de grandes entreprises, des journalistes, et quelques universitaires.
 

vide.gif

ClubOfRome.jpg

BlueBall.jpg Le Club de Rome est un "club de réflexion" de leaders politiques et

économiques, principalement européens.

 

 

Les sociétés secrètes

 

Bohemians_Logo.jpg 
 

BlueBall.jpg Le Bohemians Club
Une société secrète où les puissants de ce monde se retrouvent pour d'étranges cérémonies au parfum de satanisme.
 

 

LogoIlluBIG.jpg 
BlueBall.jpgLes Illuminati sont une "élite dans l'élite" qui se réunit au sein d'une organisation secrète fondée sous sa forme actuelle au 17è siècle. Originellement, leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir.

 

Le terme "Illuminati" signifie littéralement "les Illuminés" (du latin "illuminare": illuminer, connaître, savoir)

Dollar.jpgLeur symbole est présent sur les billets de 1 dollar: une pyramide dont le sommet (l'Elite) est éclairé par l'oeil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population).

Les deux mentions en latin sont très significatives. "NOVUS ORDO SECLORUM" signifie "nouvel ordre pour les siècles". En d'autres termes: nouvel ordre mondial. Et "ANNUIT CŒPTIS" signifie: "notre projet sera couronné de succès".

Un projet aujourd'hui proche de sa réalisation finale.

 
ConeIndigo.gifpour plus d'infos, voir la page Illuminati...

 

 

© Syti.net, 2001

 

 

 

 

 

 

Qui sont les Maitres du Monde?...

Voici quelques participants aux organisations des Maitres du Monde.

Sur leur visage se lisent des caractéristiques communes: grande intelligence, subtilité,

cynisme, dureté, détermination, absence de scrupules ("la fin justifie les moyens"),

sans oublier cet ineffable plaisir d'appartenir à une élite et pouvoir contempler

le monde vu d'en-haut...

 

MMKissinger.jpgMMBush.jpg1 MMJaffre.jpgMMAgnelli.jpgMMCamdessus.jpgMMTrichet.gifMMDavignon.gif2 MMAndreotti.jpg MMBrittan.jpgMMHillaryClinton.jpgMMTonyBlair.jpgMMSelliere.jpg3 MMWolfensohn.jpgMMRockfeller.gifMMGates.jpg4 MMVranitsky%20.jpgMMKopper.jpgMMJordan.jpgMMBrzezinski.jpg5 MMCollomb.jpgMMLevyLang.jpgMMMontbrial.jpg6 MMLamy.jpgMMTremonti.jpgMMLippens.jpg7

De haut en bas, et de gauche à droite:

1
Henry Kissinger (ministre des affaires étrangères de Nixon, président de Kissinger Associates Inc.)
George Bush (ancien président des Etats Unis, ancien directeur de la CIA de 1976 à 1977)
2
Philippe Jaffré (ex président d'Elf Aquitaine, ex PDG du Crédit Agricole)
Giovanni Agnelli (président de Fiat)
Michel Camdessus (ancien président de la Banque Mondiale, ex gouverneur de la Banque de France)
Jean-Claude Trichet (gouverneur de la Banque de France, président de la BCE, la banque centrale européenne)
Etienne Davignon (président de la Société Générale de Belgique)
3
Giulio Andreotti (l'homme qui a dirigé l'Italie durant presque 30 ans; impliqué dans de multiples scandales en relation avec la mafia, la loge maçonnique P2, et les attentats d'extrême droite en Italie dans les années 70)
Leon Brittan (vice président de la Commission Européenne, négociateur européen pour le GATT, ardent promoteur des traités AMI et NTM)
Hillary Clinton (sénateur du Parti Démocrate, épouse de Bill Clinton)
Tony Blair (premier ministre de Grande Bretagne)
Ernest Antoine Seillière (président des holdings Wendel Investissement et CGIP, président du MEDEF, l'organisation des chefs d'entreprise de France)
4
James Wolfensohn (président de la Banque Mondiale)
David Rockefeller (président de la Chase Manhattan Bank)
Bill Gates (président de Microsoft)
5
Franz Vranitzky (ancien Chancellier d'Autriche)
Hilmar Kopper (président du directoire de la Deutsche Bank)
Vernon Jordans (directeur général de la Banque Lazard)
Zbigniew Brzezinski (membre du CFR, ancien conseiller du président Jimmy Carter)
6
Bertrand Collomb (président de Lafarge)
Andre Levy-Lang (ex président de la banque Paribas)
Thierry de Montbrial (directeur de l'Ecole Polytechnique, membre de la Trilatérale, directeur de l'IFRI)
7
Pascal Lamy (Commissaire Européen, et fervent partisan de l'AMI)
Giulio Tremonti (ministre italien des Finances, député de Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi)
Maurice Lippens (président de Fortis Bank)

 

vignette_Davos2.jpg

vide.gif
ConeIndigo.gif

D'autres photos des Maîtres du Monde au World Economic Forum

de Davos en Janvier 2004

 

 

 

vignette_Agents.jpg


ConeIndigo.gif

En complément de cette page, les "agents des Maîtres du Monde",

avec les indices de contrôle et de

collaboration de quelques personalités ou

 

http://www.syti.net/Organisations.html

 

 

EarthAnim2.gifBlueEye.gif


TT_Sommaire_ON.jpg

TT_Sommaire_ON.jpgTT_Pouvoir.jpg

 

 

 

 

 

___________________________________________________

 

 

 

Eva: utre chose

(ceci n'est pas sur le site syti.net, je l'ajoute ainsi,

faute de mieux techniquement, dans la case, je n'arrive

pas à revenir à la ligne)

 

 

  
  
  
  

   

De la servitude moderne

 
Chapitre I : Épigraphe
« Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer. Mon pessimisme sur tout
ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

Chapitre II : La servitude moderne
"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles." William Shakespeare

Chapitre III : L’aménagement du territoire et l’habitat
« L’urbanisme est cette prise de possession de l’environnement
naturel et humain par le capitalisme qui, se développant
logiquement en domination absolue, peut et doit maintenant
refaire la totalité de l’espace comme son propre décor. »
La Société du Spectacle, Guy Debord.

Chapitre IV : La marchandise
«Une marchandise paraît au premier coup d'œil quelque chose de trivial et qui se comprend de soi-même. Notre
analyse a montré au contraire que c'est une chose
très complexe, pleine de subtilité métaphysique et
d'arguties théologiques. » Le Capital, Karl Marx

Chapitre V : L’alimentation
« Ce qui est une nourriture pour l’un est un poison pour
l’autre. » Paracelse

Chapitre VI : La destruction de l’environnement
« C’est une triste chose de songer que la nature parle et
que le genre humain ne l’écoute pas. »
Victor Hugo

Chapitre VII : Le travail
Travail, du latin Tri Palium trois pieux, instrument
de torture.

Chapitre VIII : La colonisation de tous les secteurs
de la vie
« C’est l’homme tout entier qui est conditionné au
comportement productif par l’organisation du travail,
et hors de l’usine il garde la même peau et la même tête. »
Christophe Dejours

Chapitre IX : La médecine marchande

« La médecine fait mourir plus longtemps. » Plutarque

Chapitre X : L’obéissance comme seconde nature
« À force d’obéir, on obtient des réflexes
de soumission. »
Anonyme

Chapitre XI : La répression et la surveillance
« Sous un gouvernement qui emprisonne injustement,
la place de l’homme juste est aussi en prison. » La désobéissance civile, Henry David Thorea

Chapitre XII : L’argent
«Et ce que l’on faisait autrefois pour l’amour
de Dieu, on le fait maintenant pour l’amour de
l’argent, c’est-à-dire pour l’amour de ce qui donne
maintenant le sentiment de puissance le plus élevé et la bonne conscience.» Aurore, Nietzsche

Chapitre XIII : Pas d’alternative à l’organisation
sociale dominante Acta est fabula La pièce est jouée

Chapitre XIV : L’image « Sinon, qu’il te soit fait connaitre, o roi, que tes dieux
ne sont pas ceux que nous servons, et l’image d’or que
tu as dressé, nous ne l’adorerons pas. » Ancien Testament, Daniel 3 :18

Chapitre XV : Les divertissements
« [img]La télévision ne rend idiots que ceux qui la regardent, pas ceux qui la font.[/img] » Patrick Poivre d’Arvor

Chapitre XVI : Le langage
« On croit que l'on maîtrise les mots, mais ce sont
les mots qui nous maîtrisent. » Alain Rey

Chapitre XVII : L’illusion du vote et de la
démocratie parlementaire « Voter, c’est abdiquer. » Élisée Reclus

Chapitre XVIII : Le système totalitaire
marchand « La nature n’a créé ni maîtres ni esclaves, Je ne veux ni donner ni recevoir de lois. »
Denis Diderot
 
Chapitre XIX : Perspectives
 
Chapitre XX : Épilogue
« O Gentilshommes, la vie est courte… Si nous
vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des
rois. » William Shakespeare

Peter

 

 

 

PROTECTION  DE  NOS  LIBERTES :

 

Sur LCP, en ce moment,  puis à regarder en vidéo,

sur le site LCP, ensuite,

 

"Les pouvoirs élargis de la CNIL", Commission

 

(Je prends des notes au fur et à mesure,

saisies au vol pour vous, relayez tout ! eva)

 

Alex TURK,

Président de la Commission Nationale Informatique et

Libertés

 

Allez vite voir, écouter ! Passionnant !

 

Enjeu majeur, respecter la vie privée !

La protéger !

Rôle des Etats-Unis dans le contrôle des citoyens:

Pour Turk, il doit être limité

 

Une société se met en place, où tout va si vite que bientôt

tout sera incontrôlable !

 

Utilisation des NANOTECHNOLOGIES: enjeu pour nos libertés

(personnes et biens), de la biométrie, de la vidéo-surveillance

ou protection

 

Big Brother, l'ère du phantasme est dépassé

 

Une forme de liberté piétine les libertés individuelles

(Députés PS Isère, F Drottes), traçabilité absolue des

individus, comment on sabote les libertés individuelles

 

Hiatus Etats-Unis - Union Européenne sur la gestion

juridique de la protection des données personnelles

(Turk)

 

Même l'Australie proteste : Les entreprises américaines

ne respectent pas leurs règles (cité par Turk, et il ajoute :

"Seuls les Parlements des Etatspeuvent agir, il faut des

principes fondamentaux communs, une valeur

juridique contraignante pour protéger les citoyens,

une convention internationale")

 

Drottes, PS: "De temps en temps, le Parlement

s'intéresse à des choses essentielles !"

 

(j'écris au fur et à mesure de ce que j'entends, extraits)

 

La surveillance des salariés, question posée par Daniel

Paul, député PC, Seine-Maritime

 

Maillage; Sur quoi portera le contrôle ? Le biométrique

ouvre des portes... Les consommateurs pourront-ils

accéder aux infos ?

(Députée PS Ariège, Frédérique Massat)

 

Question du vote électronique se développant

de plus en plus

Quelles garanties ? Confidentialité des données

(M. Saint-Léger)

 

Compteurs électriques edf : Marie-Lou Marcel, PS,

système intelligent pouvant être connecté avec systèmes

informatiques

 

Problème de la protection privée, facebook etc -

Employeurs

 

 

Alex Turk reprend la parole:

On est dépassé par les applications technologiques,

le temps de réaction est de + en + court,

biométrie, vidéo-surveillance, la géo-localisation,

utilisation carte bancaire, péage, tél. portable,

réseau google..; La géo-localisation:

Elle se déveloippe par tous les acteurs ossibles

On n'a aucun pouvoir de contrôle, pas de budget

 

Il y a de grands enjeux qu'on n'a pas vu arriver

 

Dans moins de10 ans on entendra tout, on devra vivre

en étant sûrs de ne pas être vus ou entendus

Comment nos enfants vivront-ils... dans l'anonymat ?

 

Je revendique le droit qu'on me foute la paix,

je ne veux pas qu'on me voie, qu'on m'entende

 

nouvelle vision de la vie privée

 

"on n'a rien à se reprocher" ? Mais je ne veux pas être suivi !

Intimité revendiquée, que je sois avec femme ou ma maîtresse

 

Les enfants sont sur facebook, les parents pensent qu'ils sont tranquilles, non :

Risques sur facebook

 

On ne peut continuer comme ça, il faut convention juridique

à valeur contraignante avec USA,

le Droit... je suis inquiet...

 

Traçabilité abolue: Quand on additionne tous les systèmes

évoqués, on sera dans un Système de surveillance totale

 

on a toujours le droit à l'insurrection contre Big Brother,

alors on le regrettera !

Car comment s'insurger contre toutes les PUCES

informatiques ?

 

Système nanotechnologiie dans système informatique

doit être rejeté, le Parlement doit s'interroger dessus

enjeux pour la protection des libertés individuelles partout

 

régulateurs nécesssaires

 

dans moins de10 ans ça sera fait (puces...) !

 

Les choses bougent trop vite, il faut travailler en temps réel

 

Les Européne luttent contre ce Système,

alors que US et Asiatiques, même les Africains, non,

il faut que ça soit contagieux :

Je crois aux vies humaines

 

les développements sont tels... qu'il faut réagir !

 

On n'aura jamais assez de moyens pour faire face à ces

développements, vrai déferlement !

 

Traçabilité par tous les moyens,

les salariés sont tous sous le parapluie technologique,

le salaré doit être protégé,

il faut le consentement,

véhicule d'un cadre géo-localisé, avec son consentement

soumis,

les USA refusent le caractère du consentement,

 

Contrôler la vidéo-surveillance

 

Il faut:

Rapports chaque année soumis à CNIL, Préfecture, Parlement,

sur ce qu'on constate, pour mieux protéger les données,

 

Vidéo-surveillance, protection ? ce sont deux choses

Problème: Surveillance à son insu

 

Etudiants, problème examens usurpation identité

 

EDF: Il y aura des contrôles de la CNIL, sinon problèmes

 

 

- Il faut: Consentement utilisater face à réseau,

- contrôle utilisateur

- oubli après

 

Respecter le Droit des utilisateurs

Quand on quitte un réseau, il faut repartir avec l'ensemble

de ses données personnelles, personne ne peut en avoir

la certitude absolue, ça m'inquiète

Veut-on vivre comme Ben Laden, tous ?

 

Problème maillage informatique, entrepôts dans le monde

entier des données,

il y a trop de serveurs partout

 

Vote électronique:

Si on y passe pour élections nationales,

il faut garanties comme dans Mairie,

il y a + de possibilités de tricheries dans vote électronique

Qui est à l'autre bout, qui vote à l'autre bout de la France ?

Il faut aller à la Mairie, un des derniers signes de la démocratie

 

moteurs de recheche: Google etc, risques

 

Pour la 1e fois, à l'issue d'une commission,

on applaudit le Rapporteur (Turk)

dit Patrick Ollier

 

C'est la preuve de l'importance, ou... de l'inquiétude

(dit quelqu'un dans la salle)

 

 

Fin des notes prises par eva avec fin séance;

pardon pour le style ou les erreurs éventuelles

 

A cause des maîtres du monde nous rendant la vie

impossible, et de la peur de voir leur pouvoir fou

contesté, nous vivons dans un monde abject !

Il faut traduirre en justice ces fous, ces monstres !

eva

 

 

CE CAHIER D’ACTEUR EST
UN DROIT D’ALERTE.

homme.jpg?w=300&h=221

La sous-traitance en chiffres
Nous sommes environs 22 000 salariés

qui effectuons quasiment 90 % des travaux

en centrale nucléaire,

qu’ils soient d’arrêt de tranche

ou de fonctionnement.

Nous sommes des salariés sans réel statut

car à chaque passation de marché nous

passons d’une convention collective à une autre

sans même qu’EDF et ses entreprises

sous-traitantes n’aient obligation de maintien

des avantages d’une convention

à l’autre.

C’est pour cela que disparaissent peu à peu

les conventions de la métallurgie et du bâtiment

pour être remplacées par celles de Syntec

ou nettoyage, tirant par là les avantages

vers le bas.

Il y a en moyenne 7 conventions différentes

applicables aux salariés sous-traitants

mais la plus usitée aujourd’hui est

la convention Syntec, convention

de bureau d’étude, convention qui,

comme nous l’avons vu, est la plus rentable

pour les employeurs.

Aucune convention collective appliquée

aux sous-traitants ne prévoit l’exposition

aux rayonnements ionisants.


competition2.jpg?w=250&h=286 

Nous demandons :

 

Lire la suite ICI

 

Ne manquez pas les commentaires

 

 

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-nucleaire-57223995

 

 

 


43227-pentagone.jpg

 

      

 

 

 

 

 

 

http://www.legrandsoir.info/A-votre-avis-ils-vont-servir-a-quoi-tous-ces-fichiers.html

 

 

 


21004.jpg

Qui est Oussama ben Laden ? La vérité derrière le 11 septembre 2001...

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21004

 

 

OTAN en Arctique:

Moscou préoccupé

Moscou suit avec inquiétude les activités de l'OTAN en Arctique

et préconise une coopération non militaire dans cette région,

a déclaré mercredi à Mourmansk le président russe Dmitri Medvedev

lors d'une conférence de presse conjointe avec le premier ministre

norvégien Jens Stoltenberg.

« La Fédération de Russie suit avec préoccupation les activités

de l'OTAN en Arctique qui représente une zone de la coopération

économique. La présence d'un facteur militaire soulève toujours

des questions supplémentaires », a indiqué le président Medvedev

à l'issue de la cérémonie de signature d'un accord russo-norvégien

sur la délimitation de la ligne frontalière en mer de Barents et

dans l'océan Glacial Arctique.

« Nous pouvons nous passer de l'OTAN en Arctique, parce qu'elle

recèle des richesses communes qui n'ont rien à voir avec

les missions militaires. Il suffit d'y utiliser les mécanismes

économiques définis par les documents internationaux que

nous signons », a indiqué le chef de l'Etat russe.

« L'escalade de la présence de l'Alliance dans la région arctique »

ne favorise pas le développement de la coopération. « Nous

souhaitons que la zone de la coopération arctique soit pacifique

et que nous nous mettions d'accord (avec l'Alliance) tout comme

nous l'avons fait avec nos amis norvégiens »,

a conclu le président

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=2107

.

La crise majeure de la biodiversité

requiert des décisions urgentes

petits_animaux_danger

En ville aussi la biodiversité est cruciale, les petits animaux

doivent être préservés


© C. Magdelaine / notre-planete.info 

Malgré des efforts toujours plus intenses pour protéger

la biodiversité si précieuse, le déclin de cette ressource se poursuit.

Un groupe de scientifiques et d'écologistes prévient que pour

inverser cette tendance inquiétante, la société doit de toute urgence

revoir sa position par rapport à la biodiversité et changer

de comportement. Suite ici :

http://www.notre-planete.info/actualites/lireactus.php?id=2507


 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 23:08

La tragique victoire de l'Ouest

russie-urss-contre-financiers.jpg

Hier, l'Est.

Aujourd'hui, l'Ouest.

Pour le malheur de l'Est..

Par eva R-sistons

 

Le communisme en URSS ? Je l'ai vu, de mes yeux, avant la chute de l'URSS, et ce que j'ai constaté n'a RIEN à voir avec la propagande occidentale. L'ordre régnait: Pas de chômage, pas de sans domicile, pas de délinquance, tout le monde a un travail, un toit, et toutes sortes d'avantages sociaux: Crèche, école, fac, santé, culture, vacances, sports... gratuits. Un métro-Musée pour un prix symbolique, la retraite assurée, des subventions pour les produits de première nécessité. Et l'Occident, aujourd'hui, crache en permanence sur tout ça ?

 

Petite anecdote: Une femme de notre groupe est tombée malade, elle a été prise en charge, gratuitement, bien qu'étrangère, par l'Hôpital, un hôpital hyper-moderne... Vous imaginez ça aux USA, le modèle que Sarkozy l'Américain veut nous imposer de gré, et surtout de force ? Sauve qui peut ! Ce qui nous attend, c'est le chômage, un toit et des études inaccessibles, une médecine à deux vitesses, la flexibilité, la retraite par capitalisation elle aussi inaccessible et de surcroît aléatoire, etc etc... Et bien sûr une société violemment disparate et antagoniste !

 

Vous voulez que je vous dise ? Bien des citoyens de l'Est, aujourd'hui, regrettent le communisme. Ils pâtissent du chômage, de la vie chère, de la rigueur...  de la modernité triomphante ! Les capitalistes, eux, pavoisent: tout leur sourit. Les citoyens sont pressurés, taillables et corvéables à merci, oui à la merci des caprices de leurs maîtres, obligés d'accepter des salaires de misère, par exemple. Le maître-mot: Délocalisations ! Bravo, au mieux 300 euros pour celui qui, en France par exemple, gagnait 1500 euros, et puis des familles séparées, disloquées, impossibilité de payer le trajet pour les voir. Sommes-nous devenus fous d'accepter ça ? Car on l'accepte, palier par palier, via un ignoble chantage au travail. Encore récemment, à Continental les salariés ont voté la régression contre leurs intérêts. C'est ça, le modernisme ? C'est ça, l'Occident qui ose proclamer son modèle supérieur à tous les autres ? Les peuples ont raison de se rebiffer ! Jour après jour, l'Ouest triomphant étend sa loi d'airain sur le monde, en grignotant petit à petit les derniers avantages sociaux des citoyens, en vampirisant leurs conditions de vie. 

 

Après avoir vaincu son rival, l'Ouest entreprend maintenant la conquête de l'Est. Pour son malheur !

 

Eva R-sistons à la pieuvre occidentale assassine des peuples.

.

guerres-bush.jpg

NB Eva: Instantanés de l'Ouest   

. 

En écrivant, j'écoute une vidéo d'infos sur la guerre d'Irak. Voici 2 extraits:

- Non-Droit à Guantanamo. Détenus sans jugement et sans défense. Nombreuses tentatives de suicide.

- Les soldats US investissent un village abandonné, reste une famille: Un vieillard, des femmes, des enfants. Hébergent-ils des résistants (pardon, des terroristes) ? Le soldat américain s'adresse au vieillard: "Parle, ou on va balancer plein de bombes". Commentaire du journaliste: "2 mondes séparent les 2 hommes".

En effet. Celui de l'Ouest qui bombarde de souffrances les peuples nous convient-il ? (eva)

Séquence suivante de la vidéo regardée: Bush fait l'éloge de la Liberté... Quelle liberté ?

Et à l'instant, j'entends ceci (document sur les transfuges US de la guerre de Corée): "Le mot de paix, aux Etats-Unis, fait de vous un terroriste, un hors-la-loi". No comments ! Ce pays est à vomir...

 

TAGS: Est, Ouest, Russie, Etats-Unis, Sarkozy, Bush, Irak, Guantanamo, Non-Droit, URSS, capitalisme, Occident, délocalisations, retraite par capitalisation

 

La conquête de l'Est :

Russie-uRSS-contre-capitalisme.jpg

.

A travers le cas de la Roumanie,  Eric Scavennec, du blog « les dessous de Bruxelles » revient sur l'ouverture de la Roumanie aux investisseurs ouest-européens après la chute du régime communiste, et sur ses conséquences sociales et économiques pour la population roumaine.

.

Roumanie : La conquête de l'Est

.

« C’est comme si nous avions découvert une nouvelle Asie du Sud-Est à notre porte [1] », explique Keith Richardson, ancien secrétaire de la Table Ronde des Industriels (European Round Table - ERT) [2]. Au début des années 90, les lobbyistes des grands groupes européens ont de solides raisons de se réjouir de la chute des régimes communistes d’Europe de l’Est. Avec la réserve énorme d’une main-d’œuvre hautement qualifiée mais à bas salaire, l’addition de 150 millions de consommateurs au marché représentent des perspectives qui excitent au plus haut point l’intérêt des industriels européens.

L’intérêt de l’ERT pour les pays de l’Est part d’une intention parfaitement philanthropique : en proposant un ticket d’entrée pour le grand marché européen, n’offre-t-on pas aux anciens pays communistes la chance d’entrer de plain-pied dans la modernité ? Pour preuve, le lobby des grands groupes européens publie un rapport en 1999, au titre évocateur : « L’infaillible succès du commerce Est-Ouest ». Sa lecture nous enseigne en détail sur les bienfaits de l’investissement des compagnies occidentales à l’Est, tant pour l’Union Européenne que pour les pays d’accueil.

Depuis sa création dans les années 80 (sous le patronage de l’inévitable Vicomte Davignon), l’ERT a toujours offert un soutien sans faille à la politique d’intégration des anciens pays communistes d’Europe de l’Est. Le mot d’ordre : y faciliter les investissements en faisant « tomber les barrières réglementaires ». L’intégration européenne, n’est-elle pas un vaste processus « gagnant-gagnant » ? Pour en avoir le cœur net, les Dessous de Bruxelles enquêtent en Roumanie, dans les plaines du Far Est du libéralisme européen.

 

Inégalités

 

Sur une route accidentée, dans les hauteurs des Carpates, un luxueux 4x4 Porsche Cayenne dépasse à toute allure la charrette d’un bûcheron. Celui-ci regarde passer le bolide d’un air indifférent. Une scène a priori anodine, mais néanmoins symbolique de la société roumaine, à plusieurs égards.

La société roumaine demeure assez largement rurale. Ainsi, le bûcheron pourrait représenter les 45,7% de Roumains qui vivent en milieu rural et pratiquent une activité agricole. Soit 38% des actifs, qui produisent moins de 12% des richesses. Ici, les terres cultivées permettent avant tout à de nombreuses familles d’assurer leur autosuffisance [3]. Et pour cause : malgré un sol très riche, ces petites exploitations aux méthodes artisanales ne peuvent rivaliser sur le marché avec les grandes exploitations mécanisées des plus importants exportateurs agricoles. A la campagne, on vit d’échange, voire d’entraide, en dehors des circuits économiques classiques.

La « modernisation » du pays et l’ouverture à l’Ouest ont par ailleurs vu l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie urbaine, dont la richesse n’a d’égal que l’arrogance, à l’image de ses Porsche Cayenne et autres 4x4 de luxe qui peuplent les routes roumaines. Pratiques vu l’état parfois désastreux du réseau, ces grosses cylindrées sont à elles seules les symboles d’une inégalité profonde au sein de la société roumaine. Un rapide calcul permettra d’en donner une idée ; En divisant le prix d’un modèle Porsche Cayenne, V6, injection 3,6 L, acheté en Roumanie : 62 438€ [4] ; par le salaire moyen : 350€ [5] ; on trouve que l’Equivalent-Porsche-Cayenne (EPC) correspond à environ 15 ans de travail pour un salarié roumain.

D’autres chiffres sont évocateurs. Selon une étude réalisée par la société de conseil en management Hay Group en octobre 2007, les managers roumains disposent d’un pouvoir d’achat qui est l’équivalent d’un salaire moyen de 115.280 dollars, plus important qu’aux Etats-Unis, au Japon, au Canada, ainsi que dans une majorité de pays du centre de l’Europe. Ils restent cependant dans ce classement encore loin derrière les managers saoudiens et émiratis [6].

En 2007, en Roumanie, « 300 personnes se partagent plus de 33 milliards de dollars, c’est-à-dire 27 % du produit intérieur brut de la Roumanie » nous apprend une dépêche de l’agence Rompres. « Les personnes qui ont des affaires dans le domaine immobilier ont enregistré des hausses spectaculaires de leurs fortunes. La plupart de ces avoirs sont concentrés à Bucarest [7]. »

 

Gabegies immobilières

 

Mais les fortunes « spectaculaires » des nouveaux magnats de l’immobilier ne font pas le bonheur de tous. Adina, étudiante à Iasi (seconde ville du pays), nous fait part de ses inquiétudes : « Les prix ne cessent d’augmenter. Comment faire quand, une fois le loyer payé, il ne reste plus d’argent ? » Et d’ajouter « Je ne sais pas combien de temps les gens pourront supporter ça. »

L’entrée dans l’Union européenne, accueillie avec un certain enthousiasme par les roumains, s’est accompagnée d’une importante vague de spéculation immobilière. En janvier 2007, (mois d’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne) les prix de l’immobilier en Roumanie ont augmenté de 20% [8]. Une tendance qui se poursuit au point que la Roumanie enregistre en janvier 2008 la hausse la plus importante, en rythme annuel, dans le secteur de la construction (33,7%) dans l’Europe des 27 [9].

Les investisseurs, eux, viennent d’Europe de l’Ouest ou des Etats-Unis, et ils viennent pour faire fructifier leur argent. « La Roumanie présente actuellement le potentiel européen le plus important pour les affaires avec un profit élevé et rapide, si bien que l’immobilier représente l’un des domaines les plus attirants. [10] » Au plus fort de l’euphorie, le journal Evenimentul Zilei titre « On construit la nouvelle Roumanie [11] ».

Malheureusement, les plus belles histoires ont une fin. Il semble que les architectes de cette « nouvelle Roumanie » aient vraisemblablement oublié un détail : en Roumanie il existe des gens qui vivent, travaillent... et payent un loyer. « L’affaiblissement du pouvoir d’achat, doublé d’une appréciation du leu (NDR : monnaie nationale roumaine) pourrait provoquer une crise du marché immobilier en Roumanie, similaire à celui de l’Occident » s’effraie le quotidien bucarestois Adevarul. De fait, dès mai 2008, le marché immobilier commence à montrer des signes de faiblesses. Dans les mois qui suivent, c’est la décrue. En septembre 2008, les prix reviennent à ceux de 2006 [12], et laissent la place à une forte récession économique dans le domaine de la construction et de l’immobilier, qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui [13].

L’éclatement de la bulle immobilière roumaine laisse le parc immobilier dans un piètre état. « Les logements de Bucarest sont 10 fois plus chers qu’en 90 et à la moitié du confort de l’UE », titre en septembre 2008 le magazine Business Standard. « Le prix d’un appartement de deux pièces, situé dans une zone semi-centrale de la capitale, a augmenté 10 fois depuis 1990 jusqu’à présent et le confort offert par ce type d’habitation est resté inchangé voire il s’est dégradé. »

 

Investissements, chômage et pollution

 

Avec la crise et le chômage, la vie devient de plus en plus chère, l’inflation étant renforcée par l’augmentation des cours du pétrole et des céréales… « Alors que le salaire minimum est ici de dix fois inférieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance (smic), les produits alimentaires affichent souvent les mêmes prix qu’en France [14] » rapporte le Monde Diplomatique. En dehors des campagnes, où les familles vivent encore dans une relative autarcie et autosuffisance, joindre les deux bouts devient de plus en plus difficile. Au point que « dix ans après la chute du communisme, certains citoyens semblent regretter les conditions de vie du temps de la dictature » rapportent les auteurs du Guide du Routard.

Et pourtant, les investissements sont bel et bien là. En Roumanie, les groupes français tirent même tout particulièrement leur épingle du jeu, à l’image de la Société générale qui a racheté la première banque de Roumanie (BRD), Orange, premier opérateur mobile, et Carrefour dont les grandes surfaces fleurissent aux abords des villes roumaines. Ou encore Renault qui a racheté en 1999 le constructeur automobile Dacia.

Alors, quid des retombées délicieuses de l’« infaillible succès du commerce Est-Ouest » ? En fait, déjà bien avant la crise, les investissements ne tenaient pas toujours les promesses annoncées en grande pompe par l’ERT... loin s’en faut.

A ce titre, le Corporate Europe Observatory (CEO) [15] pointe le cas de la Hongrie, où les entreprises transnationales participent jusqu’à 30 % du PNB : « Dans toute cette région, les entreprises locales se débattent – souvent en vain – pour concurrencer les grandes firmes, qui bénéficient d’énormes avantages d’échelle, d’un accès moins onéreux aux capitaux, d’une technologie supérieure et de très gros budgets publicitaires. » Et de conclure : « Rien d’étonnant donc à ce que sur le sillage des multinationales on trouve un lourd contingent de chômeurs. [16] »

Le bonheur et la prospérité attendront la « fin de l’histoire » ; car dans l’immédiat, l’investissement des grands groupes européens apporte surtout son lot de dommages collatéraux, sociaux et environnementaux : « Unilever et Procter & Gamble sont deux exemples de compagnies ayant profité de ce combat inégal. Ces firmes se sont tout simplement partagé le marché des cosmétiques de l’Europe centrale et de l’Est, provoquant la fermeture des compagnies locales » rapporte le CEO. « En outre, alors que ces industries utilisent plutôt des technologies non polluantes en Europe de l’Ouest, elles profitent des normes de production moins sévères de ces régions pour abandonner de telles exigences. »

Pour les multinationales qui investissent en Roumanie, désignée comme « l’atelier de l’Europe » rapport au coût faible de la main d’œuvre, le succès est certes « infaillible » - qu’il s’agisse de profiter des « avantages comparatifs » du pays, ou de spéculer sur la bulle immobilière roumaine. L’espoir d’adhérer à l’Union européenne et de bénéficier des fameux « bienfaits » de l’afflux d’argent européen a en effet poussé la Roumanie à dérouler le tapis rouge devant les investisseurs.

 

Intégration et restructuration

 

Le processus d’adhésion suppose que les nouveaux entrants reprennent à leur compte les bonnes recettes du marché commun, et s’y soumettent. Au menu, « restructuration des économies et des infrastructures nationales, adoption en bloc de la législation de l’UE, réduction du rôle de l’État et augmentation de la dépendance vis-à-vis des investissements directs étrangers. »

A ce titre, les lobbyistes des grandes multinationales européennes peuvent se frotter les mains : l’adhésion des anciens pays communistes à l’UE permet d’ouvrir en grand les portes des marchés de l’Est, sans que leurs investissements ne soit entravé de trop de contreparties ou d’obligations. C’est une véritable leçon de démocratie qui est administrée à ces pays, au sortir de leur longue expérience communiste. « Bien que les critères [d’adhésion] et l’inévitable domination économique des multinationales occidentales soient débattus par les pays concernés, les négociations ne laissent de place à aucune alternative » rapporte le CEO, « ce qui est, sans nul doute, une expérience dégrisante pour ceux qui, dans cette zone, imaginaient une démocratisation progressive de l’économie après la chute du rideau de fer. »

Dans le processus d’intégration, les groupes industriels membres de l’ERT n’hésitent pas à mettre eux-mêmes la main à la pâte, en conseillant directement les gouvernements et des entreprises des pays de l’Est : « l’ERT a créé des Conseils en expansion commerciale [BEC] en Hongrie, en Roumanie et en Bulgarie, respectivement sous la direction de Shell, de la Lyonnaise des Eaux et de Solvay. » Il ne s’agit de rien d’autre que de s’assurer que le travail soit bien fait : « La participation du milieu des affaires constitue une garantie que les fonds servent bien les intérêts prioritaires », explique Eberhard von Kœrber. [17] »

Aux officiels, ainsi qu’aux cadres dirigeants des grandes entreprises nationales ou d’ores et déjà privatisées, les Conseils en expansion commerciale délivrent de véritables leçons de libéralisme à la sauce bruxelloise : « La recette préférée de l’ERT offre en particulier comme ingrédients la libéralisation du marché dans les secteurs de l’énergie, des transports et des télécommunications et l’augmentation de l’investissement public dans les infrastructures de transports. »

Une stratégie gagnante qui permet notamment aux compagnies membres de l’ERT d’inonder progressivement les marchés d’Europe centrale et de l’est. Celles-ci jouent en effet un rôle particulièrement actif dans le chiffre des exportations de l’Union vers l’Europe centrale et de l’Est qui a triplé pendant la décennie 90, comme le rapporte le CEO.

 »

Hormis l’ERT, de nombreux cabinets de conseil spécialisés dans les pays de l’Est font leurs affaires du processus d’adhésion, en offrant leurs services - conseil à l’investissement dans les pays de l’Est, à l’obtention de subventions européennes... On compte notamment la SISIE, filiale Schneider Electrics dirigée un temps par Edith Cresson qui rejoindra en 1995 la Commission européenne (et dont l’ancien chef de service deviendra directeur des programmes PHARE et TACIS à la Commission) [19]. Ou encore Euractiv, plateforme en-ligne d’information sur l’Union européenne, qui propose notamment des services de conseil pour l’obtention de fonds européens, via ses franchises implantées localement.

 

Grèves et mouvements sociaux - Dacia

 

Et pourtant, cette « conquête de l’Est » par les investisseurs européens ne va pas sans heurts. L’ERT reconnait que la restructuration brutale des économies des pays de l’Est engendrera des problèmes, mais relègue ces maux au rang de petites choses du quotidien dans un monde en voie de mondialisation, comme le note le CEO en citant le rapport de la Table Ronde sur le commerce Est-Ouest, : « Des changements structurels signifient inévitablement des changements dans les schémas d’emploi ; des emplois sont détruits dans certains secteurs et protégés ou créés dans d’autres. [20]. » Pour l’ERT, les destructions d’emploi sont un moindre mal ; « Notre travail consiste à dire que les gains probables ont beaucoup plus d’importance [21]… »

Il faut bien dire que la recomposition industrielle de l’Europe présente de substantiels avantages pour les industriels européens. « Non seulement les emplois détruits à l’Ouest se recréent à l’Est délestés de leurs conquêtes sociales, mais ils exercent une pression à la baisse sur les rémunérations de l’Ouest — divisant les travailleurs européens [22] », comme le fait remarquer le Monde Diplomatique. Il arrive cependant que la mécanique du dumping social se grippe ; à ce titre l’exemple de la grève qui s’est déroulée en 2008 dans les usines de Dacia est significatif.

En 2007, Dacia, racheté en 1999 par Renault, avait connu un record de ventes de la nouvelle Logan, une voiture « low-cost » conforme aux standards européens, avec une hausse 17,4% de 2007 à 2008. Avec un salaire brut moyen au sein du groupe ne dépassant pas 1 064 lei, soit environ 285 euros, les « gains probables » du commerce Est-Ouest semblaient décidément échapper aux ouvriers de Dacia. Estimant leur salaire inadapté, par rapport à l’augmentation du coût de la vie en Roumanie d’une part, et aux profits dégagés par Renault de l’autre, ceux-ci décidèrent au printemps 2008 d’entamer une grève illimitée avec pour principale exigence une augmentation des salaires de l’ordre de 40%.

Au terme d’un mois de mobilisation et malgré les pressions (menaces de délocalisation [23]), les ouvriers de Dacia ont finalement obtenu une augmentation substantielle de 34% de leur salaire. Une forme de victoire à la fois pour le mouvement syndical, en Roumanie (où les grévistes ont bénéficié du soutien assez large de la part des partis de gauche et des syndicats) mais aussi en France, comme le montre la solidarité exprimée par la CFDT et CGT Renault et les fonds récoltés en soutien des ouvriers roumains.

Les ouvriers français avaient de fait un intérêt objectif à ce que les conditions de vie de leurs homologues roumains s’améliorent, faisant ainsi retomber la « pression compétitive » que le bas coût des salaires à l’Est exerce sur les salaires à l’Ouest.

 

Intervention du FMI

 

Mais l’espoir provoqué par la grève des ouvriers de Dacia de voir se gripper la machine à compresser les salaires sera cependant de courte durée. Dans la tourmente de la crise qui frappe de plein fouet la Roumanie en 2009 suite à l’éclatement de la bulle immobilière, le rouleau compresseur de la « rigueur » s’apprête à sévir.

La hausse brutale des prix de l’immobilier, du pétrole ou des denrées alimentaires est-elle dans une large mesure imputable à des phénomènes spéculatifs qui échappent complètement aux salariés ? Qu’importe, ce sont eux qui sont appelés à jouer le rôle de variable d’ajustement : « Pour freiner la hausse des prix, le patronat et le gouvernement roumains réclament en chœur une baisse de la pression salariale » rapporte le Monde Diplomatique, et de noter que « cette thèse fait écho à celle de la réunion de l’Ecofin — rencontre des ministres des finances des pays membres de l’Union —, le 5 avril 2008, à Ljubljana (Slovénie) [24] »

Au printemps 2009, un an avant la crise grecque, la Roumanie est au bord d’une grave crise de liquidités, et son système financier risque la faillite. Après dix ans de forte croissance, la Roumanie entre en récession en 2009, son produit intérieur brut (PIB) s’étant contracté de 7,1%. Le FMI, l’Union Européenne et la banque mondiale « viennent en aide » au gouvernement roumain en lui accordant un prêt de 20 milliards d’euros en contrepartie d’un plan de rigueur destiné à réduire son déficit public. En octobre 2009, en échange d’un prêt de 20 milliards d’euros du FMI, de l’UE et de la Banque mondiale, Bucarest s’engage à « dégraisser un appareil bureaucratique jugé obèse » pour faire passer son déficit public de 7,1% du PIB en 2009 à 5,9% en 2010.

Mais les experts du FMI estiment que le gouvernement roumain tarde à « dégraisser » la fonction publique, et menace de geler les prochains versements du prêt international. Les experts sont scandalisés : « En faisant le bilan aujourd’hui, nous constatons que la majeure partie des fonds est allée au paiement des salaires et des allocations sociales [25] » déclare à l’AFP l’économiste Doru Lionachescu de Capital Partners. Le secteur privé, lui, n’aura pas manqué de faire les « ajustements » nécessaires : le chômage était de 4% en décembre 2008, il atteint 15% courant 2010.

Devant les menaces du FMI, Bucarest a annoncé en mai 2010 un train de mesures d’austérité draconiennes, incluant une baisse de 25% des salaires de la fonction publique et de 15% des retraites et allocations chômage, ainsi qu’une hausse de la TVA, de 19% à 24%. En réponse à ces annonces, les syndicats roumains ont déclenché, lundi 31 mai, une grève générale illimitée dans la fonction publique, pour protester contre le plan de rigueur que Bucarest vient d’adopter pour contenir le déficit. Une grève très largement suivie, et qui a mobilisé une partie des salariés du secteur privé.

Pourtant, malgré leur mobilisation, il semble que les salariés roumains ne soient pas au bout de leurs peines. En aout 2010, M. Franks, chef de la mission du FMI, a appelé Bucarest à poursuivre le plan d’austérité « particulièrement drastique » adopté en juin, qui prévoit notamment des coupes de 25% des salaires du secteur public. Parmi les mesures encore attendues par le FMI, il a mentionné la réforme des « retraites spéciales », une baisse des arriérés du secteur public et un assouplissement du marché du travail. Avant de conclure qu’après avoir supprimé environ 30.000 emplois dans la fonction publique, le gouvernement devrait réduire le nombre d’enseignants à partir de septembre, dans le cadre d’une restructuration de ce secteur [26].

(NB : Un enseignant gagne moins de 180€ par mois à ses débuts [27]. On laisse au lecteur le soin de calculer l’EPC – l’Equivalent-Porsche-Cayenne)

La mission de la Commission européenne a pour sa part constaté que « les conditions pour le versement d’une tranche d’aide de 1,2 milliard d’euros ont été remplies ». La Commission a effectivement de quoi être satisfaite : le gouvernement roumain a promis, compétitivité oblige, de ne pas toucher à l’impôt sur les sociétés, qui se trouve être parmi les plus bas en Europe, ayant été réduit récemment à 16%. Ni par ailleurs à l’impôt sur le revenu, fixé au même taux de 16% (sans aucune progressivité) [28].

L’essentiel est donc sauf : les intérêts des investisseurs européens en Roumanie ne seront pas menacés. Ce seront bel et bien les salariés qui paieront l’addition. « "Modèle social européen"… Je ne comprends pas bien le sens de cette expression » s’interrogeait Frits Bolkestein [29], grand promoteur du dumping social dans l’Union européenne. On gage que le cas du « modèle roumain » pourrait lui mettre la puce à l’oreille.

Quant aux procédés « gagnant-gagnant », force est de constater qu’ils figurent d’éternels « perdants-perdants ».

Etric Scavennec

[1] Rapporté par le Corporate Europe Observatory (CEO), dans Europe Inc - Entretien téléphonique avec Keith Richardson, 11 mars 1997.

[2] Lobby rassemblant les grandes multinationales européennes à Bruxelles

[3] Pour combien de temps ? « De vastes terres sont rachetées, parfois par des entreprises étrangères, pour produire des denrées propres à la consommation locale et à l’exportation. Et cette nouvelle réforme de l’agriculture est un des grands défis à venir. » (Petit futé Roumanie).

[4] Voir le site de Porsche Roumanie, http://www.porsche.ro/html/page.php...

[5] Octobre 2008, d’après le journal Financiarul : http://www.financiarul.com/articol_...

[6] Pouvoir d’achat des managers dans le monde : la Roumanie bien classée , Roumanie.com, octobre 2007, http://www.roumanie.com/Economie-en...

[7] Sept nouveaux milliardaires roumains, dans une seule année, Investir en Roumanie, 30 novembre 2007, http://www.investir-roumanie.com/Le...

[8] Roumanie : les prix de l’immobilier en augmentation à Bucarest ? , Roumanie.com, mai 2007, http://www.roumanie.com/Economie-im...

[9] Bâtiment : la Roumanie leader des constructions en Europe, Roumanie.com, mars 2008, http://www.roumanie.com/Economie-ba...

[10] Immobilier en Roumanie : la plupart des investisseurs viennent de l’Ouest, Roumanie.com, mars 2007, http://www.roumanie.com/Economie-in...

[11] Bâtiment : on construit une nouvelle Roumanie, Roumanie.com, juin 2007, http://www.roumanie.com/Economie-ba...

[12] A Bucarest l’immobilier revient aux prix de 2006, Roumanie.com, septembre 2008, http://www.roumanie.com/Economie-pr...

[13] Immobilier Roumanie : les promoteurs peinent à vendre , Roumanie.com, juin 2010, http://www.roumanie.com/Immobilier-...

[14] Les ouvriers roumains font reculer Renault, Monde Diplomatique, juin 2010, http://www.monde-diplomatique.fr/20...

[15] Le Corporate Europe Observatory (CEO - Observatoire de l’Europe industrielle) est une association basée à Amsterdam et Bruxelles qui fait de la recherche et mène des campagnes sur les menaces pour la démocratie, l’équité, la justice sociale et l’environnement que fait peser le pouvoir économique et politique des grandes entreprises et leurs lobbies.

[16] Les citations qui suivent sont issues de l’ouvrage « Europe Inc », publié par le CEO aux éditions Agone (2005).

[17] Eberhard von Kœrber, « The Voice of Experience », in Business Central Europe. 1997-1998, p. 18. Kœrber est le président actuel d’Asea Brown Boveri (ABB), compagnie qui fut pendant plusieurs années membre de l’ERT sous la présidence de Percy Barnevik, aujourd’hui président d’Investor AB et toujours membre de l’ERT.

[18] Principal canal de soutien financier et technique de l’Union aux pays d’Europe centrale et de l’Est, Phare a été créé en 1989 pour aider à la transition économique. Étendu à 13 pays partenaires en 1996, il reçut un budget initial de 4,2 milliards d’euros (période 1990-1994), augmenté à 6,693 milliards pour la période 1995-1999. Pour une vision critique de ce programme, voir Jo Brew, « EU Aid or Asset Stripping », in Europe Inc., Corporate Europe Observatory, Amsterdam 1997, p. 62-65.

[19] Lire L’Europe des Fraudes ", Jean Nicolas, éditions pna, 1999, extraits sur http://www.investigateur.info/affai...

[20] ERT, « The East-West Win-Win Situation », Bruxelles, février 1999, p.25.

[21] Entretien avec Keith Richardson, op. cit.

[22] Les ouvriers roumains font reculer Renault, Monde Diplomatique, juin 2010, http://www.monde-diplomatique.fr/20...

[23] Ainsi une lettre ouverte du directeur général de Dacia, M. François Fourmont, en date du 21 mars, avertissaient les ouvriers que les Logan pourraient, à terme, être produites au Maroc ou en Ukraine, rapporte le Monde Diplomatique (Les ouvriers roumains font reculer Renault, Monde Diplomatique, juin 2010)

[24] Les ouvriers roumains font reculer Renault, op.cit.

[25] Roumanie : FMI et UE promettent de nouvelles tranches d’aide sur fond d’austérité, La Croix, 04/08/2010, http://www.france24.com/fr/20100804...

[26] Ibid.

[27] Roumanie : Un quart de salaire en moins pour les fonctionnaires, La Croix, 25/05/2010, http://www.la-croix.com/Un-quart-de...

[28] Roumanie : réforme fiscale 2005, LPG, http://www.lpg-roumanie.ro/reforme2...

[29] cité dans « Et les lendemains n’ont pas chanté », Frédéric Lordon, le Monde diplomatique, mai 2005


Sources : Eric Scavennec, Les dessous de Bruxelles

 

http://www.michelcollon.info/Roumanie-La-conquete-de-l-Est.html

 

Pictu11jpg-4413f-26919.jpg

Les massacres en masse en Irak: Le solde de tout compte pour les Etats-Unis

« Nous avons amené la torture, les bombes à fragmentation, l’uranium appauvri, d’innombrables assassinats commis au hasard, la misère, la dégradation et la mort au peuple irakien, et on appelle ça apporter la liberté et la démocratie au Proche-Orient. » Harold Pinter (Prix Nobel de littérature) (..) 

Le bilan

 

Nous donnons à Théophraste R. du journal LeGrandsoir le soin de nous décrire d’une façon simple et percutante l’histoire de l’invasion de l’Irak. « C’est l’histoire de sauvageons qui débarquent dans votre maison, cassent tout (sauf les objets d’art qu’ils volent pour décorer leur repaire), violent, tuent, circonviennent des membres de votre famille, fabriquent des collabos qu’ils arment pour les remplacer. Puis, les vandales quittent le champ de ruines en avertissant que le commerce des fruits de votre jardin est régi par des contrats qu’ils vous ont fait signer, le couteau sous la gorge, et dont le respect sera assuré par des nervis payés par eux. Ainsi, après bientôt 8 ans d’occupation, de pillages, de massacres à grande échelle, d’exécutions sommaires, de tortures, l’Irak détruit (où se déchaînent les sanglantes haines religieuses revigorées) est livré à un gouvernement élu sous la botte et dont l’allégeance aux intérêts états-uniens continuera à être contrôlée par 50.000 soldats résiduels US et des cohortes de mercenaires motivés par l’argent et par la garantie de l’impunité pour des exactions qui les conduiraient à la potence ou à la prison à vie dans les pays d’où ils viennent (...) » (3)

 

http://www.michelcollon.info/Les-massacres-en-masse-en-Irak-Le.html

 

La "Shoah" des Tsiganes: Le dossier, par eva R-sistons
Cause qui dérange ! Les Médias ont très peu parlé du film de Tony Gatlif...
J'étais la première à parler de "Shoah" des Tsiganes, et à populariser cette cause qui me tient tant à coeur ...

 

L'holocauste des Roms,

par Fidel Castro

 

Bien qu’il ait publié avant et après des articles sur cette question, le journal mexicain La Jornada lui en a consacré un très impressionnant, le 1er septembre 2010, intitulé : « L’holocauste des Roms : hier et aujourd’hui », qui rappelle une histoire vraiment dramatique. Je vais en citer des extraits textuels qui reflètent des faits absolument bouleversants dont l’Occident et surtout son colossal appareil médiatique ne disent mot.

1496 : essor de la pensée humaniste. Les peuples Roms d’Allemagne sont déclarés traîtres aux pays chrétiens, espions à la solde des Turcs, porteurs de la peste, sorciers, bandits et voleurs d’enfants.

1710 : siècle des Lumières et de la Raison. Un édit envoie à la potence, sans autre forme de procès, tous les Roms adultes de Prague. Les jeunes et les femmes sont mutilés. En Bohème, on leur coupe l’oreille gauche. En Moravie, l’oreille droite.

1899 : apogée de la modernité et du progrès. La police de Bavière crée une section spéciale des questions Roms. En 1929, cette section devient un Centre national qui est transféré à Munich puis, en 1937, à Berlin. Quatre ans après, un demi-million de Roms meurt dans les camps de concentration d’Europe centrale et de l’Est.

Eva Justin, assistante du docteur Robert Ritter, de la Section d’investigations raciales du ministère allemand de la Santé, affirme que le sang Roms est extrêmement dangereux pour la pureté de la race allemande. Et un certain docteur Portschy adresse un mémorandum à Hitler pour lui suggérer de condamner les Roms aux travaux forcés et de les stériliser en masse car ils mettent en danger la pureté du sang du paysannat allemand.

Taxés de criminels invétérés, les Roms commencent à être arrêtés en masse ; dès 1938, ils sont incarcérés dans des blocs spéciaux des camps de Buchenwald, de Mauthausen, de Gusen, de Dautmergen, de Natzweiler et de Flossenburg.

Dans un camp de Ravensbruck lui appartenant, Heinrich Himmler, le chef de la Gestapo (SS), crée un espace pour sacrifier les femmes Roms soumises à des expérimentations médicales. Cent vingt fillettes Roms sont stérilisées. Des femmes Roms mariées à des non-Roms sont stérilisées à l’hôpital de Dusseldorf-Lierenfeld.

Des milliers d’autres Roms sont déportés de Belgique, de Hollande et de France vers le camp polonais d’Auschwitz. Dans ses Mémoires, Rudolf Hess (le commandant du camp) raconte que des quasi-centenaires, des femmes enceintes et un grand nombre d’enfants faisaient partie de ces déportés.

Aucun des cinq mille Roms du ghetto de Lodz (Pologne) […] ne survécut.

En Yougoslavie, Roms et juifs étaient exécutés pareillement dans le bois de Jajnice. Les paysans se rappellent encore les cris des petits Roms conduits sur les lieux d’exécution. Dans les camps d’extermination, seul l’amour des Roms pour la musique leur servit parfois de consolation. À Auschwitz, affamés et pouilleux, ils se réunissaient pour jouer et encourageaient les enfants à danser. Mais le courage des guérilleros Roms de la résistance polonaise dans la région de Nieswiez resta légendaire.

La musique fut un facteur qui maintint leur unité et les aida à survivre, tout comme la religion le fut chez les chrétiens, les juifs et les musulmans.

Dans une série d’articles parus dès fin août, La Jornada a rappelé des événements presque oubliés sur le sort des Roms en Europe qui, bien que victimes du nazisme, ne furent pas pris en considération après le procès de Nuremberg en 1945-1946.

Le gouvernement du chancelier Konrad Adenauer déclara que l’extermination des Roms avant 1943 avait obéi à des politiques d’État légales, si bien que les victimes d’avant cette date ne reçurent aucune indemnisation. Robert Ritter, l’expert nazi en extermination des Roms, fut libéré. Ce n’est qu’en 1982, soit trente-neuf ans après, qu’il fut reconnu que les victimes avaient droit à des indemnisations, mais la majorité était déjà morte. Plus des trois quarts des Roms, calculés entre 12 et 14 millions, vivent en Europe centrale et de l’Est. La Yougoslavie socialiste de Tito fut la seule à reconnaître aux Roms les mêmes droits qu’aux minorités croates, albanaises et macédoniennes.

Le journal mexicain qualifie de « particulièrement perverse » la déportation massive de Roms vers la Roumanie et le Bulgarie ordonnée par le gouvernement de Sarkozy, un juif d’origine hongroise. Qu’on ne prenne pas ça pour de l’irrespect de ma part : ce sont les termes mêmes du journal.

On calcule que deux millions de Roms vivent en Roumanie, pays allié des USA et membre illustre de l’OTAN, dont le président, Traian Basescu, a qualifié une journaliste d’ « immonde Roms ». Quelqu’un de très délicat et d’une politesse exquise, on le constate.

Le site web Univisión.com a commenté les manifestations organisées contre l’expulsion de Roms et contre la « xénophobie » en France. Selon l’agence de presse AFP, environ « cent trente manifestations devaient se dérouler en France et devant les ambassades françaises de plusieurs pays de l’Union européenne, avec le soutien de dizaines d’organisations des droits humains, de syndicats et de partis de gauche et d’écologistes ». La longue dépêche évoque la participation de personnalités connues de la culture, comme Jane Birkin et la cinéaste Agnès Jaoui, et rappelle que la première a fait partie, aux côtés de l’ancien résistant à l’occupation nazie de France (1940-1944), Stephane Hessel, du groupe qui eut ensuite des entretiens avec des conseillers d’Eric Besson, le ministre de l’Immigration.

« Ça a été un dialogue de sourds, mais il est bon qu’il ait eu lieu pour leur montrer qu’une bonne partie de la population se dresse contre cette politique nauséabonde", a déclaré le porte-parole du réseau Education sans frontières… »

D’autres nouvelles abordent ce point épineux. Selon l’article de Ricardo Martínez de Rituerto, sur elpais.com, « le Parlement européen a cloué hier au pilori la France et Nicolas Sarkozy pour leur rapatriement de milliers de Roms roumains et bulgares, à la suite de débats tendus au cours desquels l’attitude de José Manuel Durão Barroso et de la Commission a été qualifiée de scandaleuse et de ridicule, compte tenu de leur apparente pusillanimité à condamner les décisions de Paris comme illégales et contraires au droit communautaire ».

La Jornada a fourni dans un autre article une donnée sociale impressionnante : la mortalité néonatale des Roms est neuf fois plus élevée que la moyenne européenne et leur espérance de vie dépasse à peine cinquante ans.

Le journal mexicain avait informé le 29 août :

Bien que les critiques n’aient pas manqué, aussi bien de la part des institutions de l’Union européenne que de l’Église catholique, de l’ONU et d’une vaste gamme d’organisations travaillant auprès des émigrés, Sarkozy insiste pour expulser et déporter des centaines de citoyens bulgares et roumains, des citoyens européens, donc, au motif de leur nature prétendument "criminelle".

On a du mal à croire, après le terrible passé de l’Europe en matière de racisme et d’intolérance, qu’une ethnie entière puisse encore être ainsi criminalisée et signalée en bloc comme un problème social.

L’indifférence, voire la complaisance face aux actions aujourd’hui de la police française, hier de la police italienne, et en général européenne, laissent pantois les observateurs les plus optimistes.

Soudain, tandis que j’écrivais ces Réflexions, je me suis rappelé que la France était la troisième puissance nucléaire de la planète et que Sarkozy possédait lui aussi un attaché-case qui contient les codes autorisant le lancement de l’une des plus de trois cents bombes que possède ce pays. De quel droit moral peut-on dès lors lancer une attaque contre l’Iran, que l’on condamne pour sa prétendue intention de fabriquer une bombe atomique ? Où sont la sagesse et la logique de cette politique ?

Supposons que Sarkozy perde soudain la tête, comme il semble que c’est en train d’arriver… Que ferait en l’occurrence le Conseil de sécurité des Nations Unies de Sarkozy et de son attaché-case ?

Que se passerait-il si l’extrême droite française décidait d’obliger Sarkozy à suivre une politique raciste en contradiction avec les normes de l’Union européenne ?

Le Conseil de sécurité pourrait-il répondre à ces deux questions ?

L’absence de vérité et la primauté du mensonge sont la pire tragédie à notre périlleuse ère nucléaire.

Fidel Castro Ruz
Le 12 septembre 2010

Traduction J-F Bonaldi, La Havane

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/L-Hypocrisie-infinie-de-l-Occident.html

gitanlite-copie-1.jpg
Eva, à 20 ans, avec ses amis Gitans.
Voir en particulier

 

 

Israël se déchire sur le sort des enfants sans-papiers (Juif.org) 

TEL AVIV, Israel - Israël commencera d'ici la fin du mois à expulser les familles d'immigrés en situation irrégulière alors que le débat fait rage entre les citoyens qui s'émeuvent du sort des enfants sans-papiers et ceux qui redoutent que la présence de ces petits asiatiques et africains ne remette à terme en cause l'identité juive de l'Etat hébreu.

 

 

Mouvement planétaire des citoyens contre le Nouvel Ordre Mondial

 

La démosophia

L\

http://www.demosophie.com/  link (Cliquer sur lien)


Il y a des milliers de pages Web, de livres, de radios et chaînes de télévision privées qui dénoncent le "Nouvel ordre Mondial" en voie de provoquer un génocide mondial, mais il n'existe QU'UNE SEULE autre alternative, une SEULE manière d'empêcher ce génocide: que tous les rebelles (NB Eva: Je dirai plutôt réfractaire) aux plans du Club Bilderberg s'unissent, non  pour s'opposer à leurs plans sans rien offrir d'autre, mais pour lancer un nouveau concept de société: le "Nouveau Monde" que représente la démosophie. Un "Nouveau Monde" dont la démosophie pose les bases essentielles en offrant un concept philosophique, mais en en laissant la mise au point entre les mains de ceux qui en seront les dirigeants: les peuples eux-mêmes.


Il ne s'agit pas d'être mélodramatique en disant que si nous ne parvenons pas à instaurer la démosophie, le génocide aura lieu jusqu'à ce que notre population soit réduite à moins d'un milliard, ce qui signifie le sacrifice de 6 milliards d'entre nous! IL S'AGIT D'UNE RÉALITÉ EN COURS; comme le fait que les survivants (à l'exception de moins de mille familles ultrariches à l'origine de ce plan) seront TOUS contrôlés par un microchip implanté. L'être humain, dans le vrai sens de ce terme, aura disparu! Et la démosophie est notre seule chance d'éviter cela.

 
Il n'est plus possible de ne pas être impliqué, nous le sommes tous, et, chacun à son niveau, doit chaque jour instaurer la démosophie. Pour cela, il faut en parler sans cesse, convaincre tous ses amis et relations, user de tous les moyens possibles pour en faire parler, autant par internet que par des T-Shirts imprimés, des avis dans la Presse, des réunions etc... TOUS les moyens, chacun à sa mesure, de divulguer ce concept pour qu'il s'impose contre les plans du club Bilderberg. C'est à cette seule condition que nous pourrons sauver notre monde. Et c'est urgent! Leur calendrier prévoit la mise en route "douce" des implants pour 2012, l'installation de dictatures militaires pour 2015, et la disparition de plus de 50% de l'humanité pour 2018! Alors, nous n'avons rien à perdre, car dans peu de temps nous aurons de toutes façons tout perdu, mais surtout, nous aurons condamnés nos enfants, et là, nous n'avons pas le droit de fermer les yeux devant cette évidence!

(..)

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-demosophie-contre-le-sacrifice-des-peuples-par-le-nouvel-ordre-mondial-57183134.htmlhttp://www.demosophie.com/ 

 

Voir aussi : http://www.demosophie.com/  link

 

NB Eva: J'ai été contactée par l'auteur.

Voici ce qu'il m'a écrit:


 

"Lorsque quelqu'un s'exprime à ce point par son blog, comme vous le faites, ce quelqu'un expose non seulement ses idées, ce qui le tracasse, mais bien plus: il expose sa véritable nature humaine en regard de l'humanité. Il expose sa conscience humaine ! Donc vous me plaisez ! Que dire de plus?" Nous avons tous, sur ce site, une conscience; Nous ne tolérons pas l'intolérable, tout simplement ! (eva) 

h-20-1492673-1239475350.jpg

http://www.lepost.fr/article/2009/04/14/1494953_alain-bauer-nicolas-sarkozy-est-mon-ami-pas-mon-patron.html
Droite-Gauche, Gauche-Droite, Alain Bauer, Manuel Vall, Rocard, Huchon.. que du beau monde !!!! Interchangeables..
.
ALAIN BAUER, DE LA SAIC AU GODF
(Réseau Voltaire 01.10.2000)
En 1993, Alain Bauer a séjourné sept mois au siège de la SAIC à San Diego (Californie). A l’issue de ce stage, il est devenu vice-président pour l’Europe de la SAIC. En 1994, il a créé sa propre société de conseil et de formation en sécurité, AB Associates (http://www.cnit.fr/abassoc), qu’il a domicilié à proximité des locaux de la SAIC-Europe au CNIT-La Défense
(..) La SAIC est aujourd’hui considérée comme la  » vitrine des services spéciaux américains  » dont elle sous-traite l’ensemble des besoins industriels. En 1995, la SAIC a absorbé Network Solutions Inc.(http://www.nsol.com/corporate/index.html), la principale société qui gère les noms de domaines sur l’Internet. En 1997, la SAIC a racheté l’opérateur de télécommunications Telcordia (http://www.telcordia.com/). En 2000, lors d’une offre publique d’échange, la SAIC a diminué sa participation dans Network Solutions pour acquérir des parts de VeriSign (http://www.VeriSign.com).
(..) Parmi les réalisations de la SAIC : la cartographie numérique des Etats-Unis et le système de veille informatique des données environnementales ; la sécurisation du système informatique du Département de la Défense ; l’installation informatique des centres de décision et de transmission de groupes pétroliers comme BP Amoco ; le système de commandement de la Maison-Blanche pour faire face au bug de l’an 2000 ; l’informatisation du système de mobilisation des réservistes de l’armée des Etats-Unis ; la conception et l’installation des systèmes de transmission entre les états-majors et les combattants (Defense Information Systems Network) ; la conception des centres de commandement C4I de guerre navale et spatiale ; la modernisation du système de cartographie depuis l’espace de la National Imagery and Mapping Agency ; la surveillance de l’exécuti
on des traités de non-prolifération nucléaire ; la conception des matériels d’entraînement et de simulation pour les pilotes de F-15 et F-16 ; la conception de capteurs et de matériels d’observation par satellite pour la NASA ; la création de la plus importante banque de données criminelles pour le FBI (38 millions de suspects fichés) ; etc
En 1993, Alain Bauer a séjourné sept mois au siège de la SAIC à San Diego (Californie).
(..) Alain Bauer a choisi Nathalie Soulié comme secrétaire d’AB Associates, de 1994 à 1997. Mme Soulié est l’épouse de Manuel Valls, actuel porte-parole du Premier ministre. Alain Bauer et Manuel Valls ont été tous deux cités dans l’affaire de la MNEF, dont ils furent administrateurs sous le premier septennat de François Mitterrand. Leurs noms, ainsi que celui du journaliste Guy Benhamou, ont également été cités dans l’affaire corse, alors que les trois hommes fréquentent la même loge du GOdF, L’Infini maçonnique.
(..) A Ghislaine Ottenheimer de France-Soir, il a déclaré avoir cessé toute collaboration avec la SAIC depuis 1994 et ignorer que la société américaine ait eu un bureau au CNIT-La Défense
Manuel valls1.jpg
Wikipedia - Manuel Valls, client du Bilderberg... le monde est petit !

(..) 1982-88 : Administrateur de la MNEF (..)
1985 : Fonde les clubs rocardiens  » Forum XXI  » avec Manuel Valls, Stéphane Fouks et Christian Pouge, dont il est président puis président d’honneur (..)
(..)  1988 : Trésorier de la pré-campagne présidentielle de Michel Rocard.
1988-91 : Chargé de mission auprès de Jean-Paul Huchon
(..) 2000 : Elu Grand-maître du Grand Orient de France.
http://libertesinternets.wordpress.com/2010/09/01/alain-bauer-de-la-s-a-i-c-et-la-cia-au-g-o-d-f-et-la-criminologie-de-sarkozy/
.

foo1-s16.jpg
Ce que vous cache l'industrie alimentaire
l'incapacité du système capitaliste à fournir une alimentation saine et équilibrée à la grande majorité de la population
.
Irlande. Mourir pour la City ?
« Le choix est désormais brutal : allons-nous continuer à être de bons Européens, au prix de la destruction de notre propre société, ou allons-nous devenir de ’mauvais Européens’, perdant la confiance de nos partenaires européens, mais en nous sauvant ?
(..) Sans l’austérité, c’est cette pyramide financière anglo-européenne qui s’effondrerait.
L'article ici : http://www.solidariteetprogres.org/article6984.html

Avis d'un Lecteur:
Nigel Farage est le meilleur, tous les autres sont soit crétins, soit opportunistes, soit corrompus.  C'est un homme comme lui qu'il faudrait en France  et dans les autres pays.  Il dérange beaucoup les plans des Bilderberg, c'est pourquoi, il y a subi une tentative d'assassinat  dans l'avion qu'il a utilisé avec un très bon pilote.  Il s'en ait sorti avec des bessures.
C O M M E N T A I R E S  :  I C I 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 18:46

Moulin--Valmy.jpg

 

J'improvise ces quelques notes car la situation est grave. Attention, c'est empirique, je réagis à chaud. Je préfère m'occuper des questions qui engagent l'avenir de l'humanité, mais là, la question franco-française débouche sur l'universel, car l'image de notre pays est ternie, la patrie des Droits de l'Homme devient, en particulier, celle qui les piétine le plus en Europe !!!! Alerte, la France est en danger, et un certain modèle aussi ! 

 

iluminatiflagdees.jpg

 

Crise diplomatique.

Crise de régime.

J'accuse Sarkozy de détruire la France.

Par eva R-sistons à l'intolérable

 

 

La France n'est pas la propriété de Sarkozy ! Il se comporte comme en pays conquis. Il ose s'en prendre à ceux qui ne sont pas des Français de pure souche, mais qui est-il, lui, le fils de Hongrois, pour être aussi intolérant ? Il aime la France ? Non, tout le monde le sait, sa femme non plus d'ailleurs !  C'est un parvenu sans éducation et sans culture, il se comporte comme les cow-boys ses amis, et comme tous les parvenus, il est vulgaire, il méprise les citoyens particulièrement les plus faibles, il court après argent et honneurs, c'est un arriviste sans scrupules qui se croit tout permis, même de renvoyer les Roms au Luxembourg pour se venger de la fermeté de la Commissaire européenne Viviane Reding. Le Premier Ministre luxembourgeois Jean-claude Juncker est choqué par les manières du Président français, la crise diplomatique couve, en tous cas on frôle l'incident diplomatique.

 

Crise diplomatique


La France, pays de référence, est devenu objet de scandale. Quelle influence espère-t-elle avoir, désormais ? Le pays, sous la houlette du Président, ne cesse de mentir (Tapie, Woerth, Roms, écoutes téléphoniques..., ), il se déconsidère chaque jour davantage, sa parole est mise en doute. Sarkozy a réussi à dresser les Européens contre lui; Jusqu'ici la Presse étrangère se moquait, maintenant une nouvelle étape est franchie: La fracture est totale entre le Luxembourg et la France, entre l'Union Européenne et Sarkozy. Le 16, le Sommet européen devait être consacré à la gouvernance économique, il sera pollué par la question Rom imposée par un quarteron de racistes: Un étranger ça va, n'est-ce pas Hortefeux (poursuivi devant un Tribunal), mais quand il y en a plus d'un, ça pose problème ! En effet. Et les problèmes franchissent les frontières...

 

Les Roms aussi, pour revenir aussitôt. Citoyens européens chassés de partout, discriminés jusque par les Pouvoirs en place, les gens du voyage eux-mêmes  rejetés, plus de la moitié des communes sont en infraction et n'ont pas de terrain pour les recevoir. Résultat, ils s'installent sur une piste d'atterrissage ou dans un champ en jachère.. Citoyens indésirables ! Pensée unique, mode de vie unique, citoyens uniques... de préférence entassés dans des mégapoles, hautement contrôlées ! Jolie, jolie société... 

 

Je viens d'apprendre que plus de 20 % des Français ont des ascendants étrangers. Moi la première, Russe par ma grand-mère maternelle, Mongole par mon grand-père maternel. Mais Sarkozy prépare sa ré-élection: Tous les coups sont permis, surtout, avec les Roms, si on peut couvrir, avec les Médias complices, les rumeurs de scandales de plus en plus précises (Tapie, Woerth, Bettencourt, Karachi, liste non exhaustive...). En particulier, Woerth, c'est une bombe à fragmentation qui, chaque jour ou presque, réserve son lot de surprises, aussitôt étouffées... Nous avons notre Watergate, mais dans la France de Sarkozy, on s'en fout ! Joli joli, aussi...

 

L'image de Sarkozy (et bien sûr de la France) est écornée avant même qu'elle ne prenne la tête du G8 et du G20. Et dire que notre roitelet se voyait déjà orchestrant la marche du monde ! Pfff... Raté !

 

 

Sarko56.jpg

                                                                http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

 

 

 

Crise de régime

 

Parlement en folie, rues chaudes, opinion en ébullition. Et en prime, une France fractionnée, Nicolas Sarkozy aime les affrontements, les clivages, les divisions, par tempérament et par calcul politique.... Résultat, foire d'empoigne jusqu'à la Chambre des Députés, là aussi on est au bord de l'incident grave, Bernard Accoyer qui a interdit de parole les Non-Inscrits et limité le temps d'intervention de l'Opposition, est poursuivi, il faut mettre une 2e rangée de gardes d'honneur.. pour le protéger, western garanti avec un Président comme Sarkozy semant la zizanie jusque dans ses propres rangs: Bertrand et Copé, par exemple, mais aussi un Bayrou qui vote avec l'opposition contre la réforme des retraites, les députés Villepinistes ou N. Dupont-Aignan qui s'abstiennent, la fronde ne fait que commencer. Y'a du sport, avec notre cow-boy national ! Course-poursuite à l'Assemblée, séances explosives, guerres de tranchées, empoignades, règlements de compte, affrontements partout, passe d'armes, voici le western en France, version Sarkozy. Ambiance garantie ! Haut la France, le monde entier, la planète entière, pouffe de rire ! Fiers d'être Français, avec Sarkozy 1er...

 

Plus sérieusement, nous frôlons la crise de régime. A l'instant, sur Public Sénat, j'entends parler de "frôlement de la crise de nerfs au Parlement". Mais c'est plus grave: Le Régime est pourri, et sous sa houlette la France est en voie de décomposition. Pas moins ! Crise morale, crise sociétale, crise politique, crise économique, crise sociale, crise culturelle, et même guerres absurdes... Crise de la démocratie ! J'y reviens...

 

Sarkozy n'aime pas, mais pas du tout, les contre-pouvoirs. Aussi s'empresse-t-il de les verrouiller les uns après les autres. Les Administrations sont à la botte, le Quai d'Orsay est nettoyé, les médias sont des lèches-culs... mais le Parlement, avec une Opposition certes minoritaire, n'applaudit pas les diktats du Prince ! Soit, le temps de parole est réduit. Parole muselée ? Accoyer applique les consignes de l'Elysée. Tout doit être plié à 15 heures; Vite fait, on passe ensuite aux collectivités territoriales, encore un joli joli dossier... Le Parlement est bafoué dans son indépendance même ! Le Pouvoir ne veut pas écouter les représentants du peuple, en tous cas le moins possible: Vite, on doit voter la réforme du Chef !

 

L'Opposition est muselée, la Presse fait l'objet d'enquêtes de contre-espionnage au mépris des usages, les Juges sont contrôlés par le Pouvoir et utilisés à la fois pour neutraliser les rivaux et pour protéger les membres du gouvernement, les Règlements sont violés, les Institutions sont piétinées, des populations sont inquiétées en fonction de leur origine, l'ultra-sécuritaire remplace la sécurité, même les Ministres sont dépossédés de leurs prérogatives, l'Elysée contrôle tout. L'Etat de Droit, la démocratie, la République.. sont assassinés quotidiennement ! Sans parler de la casse des Institutions, des territoires, des protections sociales, des services publics, de la laïcité, du Droit du Travail, de l'indépendance nationale... Le Président doit-être au-dessus des Partis, l'ultime recours, il est maintenant celui qui allume les incendies et les entretient. Epoustoufflant !

 

 La régression et la répression, ça suffit ! La France n'appartient pas au MEDEF et à une poignée de parvenus cupides et sans scrupules.

 

Conclusion: Aujourd'hui, situation de décomposition totale. Choc frontal avec les Elus, choc frontal avec le peuple... 

 

Du coup, des députés rejoignent les manifestants dans la rue. Une première ! Le peuple et ses élus pactisent....

 

Attention ! Le réveil risque d'être brutal pour tous....

 

Il faut sauver la France confisquée par une poignée d'arrivistes !

 

Eva R-sistons

 

                                                   Affiche-NS-ns-detruite.jpg


 

             Sélection de liens (non terminée) 

 

 

La circulaire sur les Roms prouve

que nous sommes déjà en dictature

 

 

Le gouvernement a émis les 24 juin, 5 août et 9 août 2010 3 circulaires. Au moins l'une d'entre elles est illégale. C'est du gratiné en plus, aucun gouvernement en France n'avait émis l'ordre de cibler une minorité ethnique depuis Pétain, c'est dire !

Cette affaire est très révélatrice de ce qu'est devenue la France sous Sarkozy. Elle nous enseigne au moins 2 choses très importantes.

 

La première, c'est que ce gouvernement n'a aucun scrupule ni aucune limite dans sa fuite en avant vers la xénophobie, dans le but de gagner des voix d'extrême-droite pour 2012. On s'en doutait déjà, mais nous avons là la preuve éclatante de la vraie nature de ce gouvernement. Tant qu'à faire les français auraient dû élire Le Pen en 2002, au moins les choses auraient été claires, d'autant plus que Le Pen n'aurait pas pu faire le dixième de ce que fait Sarkozy sans avoir des millions de gens dans la rue.

 

La deuxième, c'est que ce gouvernement nous fait vivre dans une insécurité insupportable. En effet, si le Canard Social n'avait pas révélé cette affaire, et hommage lui soit rendu ainsi qu'au journaliste David Prochasson, des gens qui font honneur à leur profession, c'est si rare de nos jours, si le Canard Social n'avait pas révélé cette affaire donc, nous n'en aurions pas eu connaissance. La circulaire continuerait donc à être appliquée en toute illégalité. 

Ceci constitue le révélateur de l'insécurité dans laquelle ce gouvernement nous fait vivre. En effet, en France, quand un maire veut prendre la moindre décision la plus anodine, comme d'interdire la circulation dans une rue un jour de marché, il est soumis au contrôle de légalité de la préfecture. Et oui, en France un maire ne peut pas transgresser la loi ! La plupart des mairies un peu importantes ont même en général des avocats appointés pour vérifier la légalité de toutes les décisions prises.

 

Par contre il semble que le gouvernement n'est soumis à aucun contrôle sur ses décisions quotidiennes et sur les ordres qu'il donne à son administration. Car sinon comment les circulaires sur les roms seraient elles passées ? Il semble que seuls quelques décrets soient soumis au Conseil d'Etat à priori, avec en plus aucune obligation pour le gouvernement de suivre l'avis du dit conseil. C'est d'autant plus stupide, que les décrets sont publics et publiés au Journal Officiel. Tout le monde en a donc connaissance, et peut éventuellement tirer les sonnettes d'alarmes. Par contre les circulaires des ministères ne sont pas rendues publiques, bien qu'il me semble que légalement tout citoyen peut en prendre connaissance. Mais pour cela bon courage, essayez donc d'aller à votre préfecture et de demander à prendre connaissance des circulaires.

 

La question qui se pose est "combien de circulaires illégales sont elles encore en application aujourd'hui" ? Est ce que demain vous n'allez pas voir la police débarquer chez vous pour une raison ou une autre, liée à un ordre illégal qui se balade dans une circulaire ? Vous vous rendez compte de ce que cela implique ? Nous ne sommes plus dans un état de droit, voilà tout. L'arbitraire a remplacé la loi. Et avec le manque de scrupule qui caractérise le gouvernement actuel, c'est plutôt inquiétant, à mon avis.

D'autant plus inquiétant, qu'il a fallu que ce soit un petit site internet des Pays de Loire qui révèle le pot aux roses. On remarquera que ce n'est ni Le Monde, ni Libération qui l'a fait. Du coup on peut se poser des questions sur le rôle de la presse, ce 4ème pouvoir dans une démocratie.

 

Sans compter l'insécurité dans laquelle travaillent les fonctionnaires chargés de la mise en application de tout cela. En France un fonctionnaire est tenu de ne pas exécuter un ordre illégal. Du coup il risque de se retrouver au tribunal pour l'avoir fait. Mais comment un flic, un instituteur ou autre peut-il vérifier la légalité des ordres qu'on lui donne, si ni le ministre ni le préfet ne le font ?

 

Il est urgent de remédier à cela, car sinon la dictature s'installera insidieusement. C'est quasiment déjà le cas.


D'autant plus qu'il serait très facile de remédier à cela de nos jours. Un simple site internet où serait publié quotidiennement toutes les circulaires ministérielles et tous les arrêtés préfectoraux suffirait. Cela permettrait aux partis politiques, aux syndicats, à la presse, aux ONG et aux associations de vérifier quotidiennement la légalité de l'action gouvernementale. On pourrait au cas par cas différer de 24 heures la publication, par exemple en cas de d'opération policière nécessitant le secret. Mais en aucun cas l'action gouvernementale ne doit être cachée aux citoyens. La démocratie est à ce prix. La transparence est garante de la démocratie.

Les partis d'opposition sont ils prêts à proposer une loi dans ce sens ?

 

Roland

 

 

Sarkozy veut supprimer des lois - Le Figaro (lois "obsolètes, dépassées et contre-productives")

 

En fait il n'y aura plus qu'une seule loi : Sarkozy fait ce qu'il veut !

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-circulaire-sur-les-roms-prouve-que-nous-sommes-deja-en-dictature-57142658.html

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15813

 


octopus-copie.jpg 

 

Reçu de Jean Lévy,

Il ne faut pas oublier la souveraineté  de la France :

 

ON NE CHOISIT PAS

ENTRE LES TENTACULES D'UNE MÊME PIEUVRE ...

 

par Jean LEVY

 

Un mouvement social de grande ampleur se développe en France.

Aujourd’hui, Il s'est focalisé sur la contre réforme du système des retraites, sur fond de rejet massif  du pouvoir en place et de sa politique.

 

Cette situation alarme le Capital.

 

Nicolas Sarkozy, son clan et la fraction de l’oligarchie financière, dont il est l’émanation, cherchent un soutien direct de l’électorat du Front National pour rééquilibrer la majorité de droite, qui se réduit comme peau de chagrin.

Cette perspective explique l’orientation provocatrice, ouvertement xénophobe, prise par l’Elysée.

Mais cette inflexion autoritaire du régime en place nourrit la désaffection de plus en plus grande de couches sociales , qui subissent à leur tour les effets de la politique menée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement.

Cette évolution correspond à l’effritement de la base sur laquelle repose le pouvoir de la grande bourgeoisie.

La situation pose donc question aux forces économiques qui contrôlent le pays et à nombre de ses soutiens politiques. D’où les réactions de certains leaders de la majorité, qui prennent quelques distances avec le président de la République.

 

Au-delà de nos frontières, face à la crise de confiance, qui s’amplifie en France, et aux luttes sociales en développement, l’Union européenne s'inquiète. d'un climat jugé, par elle, dangereux. Aussi, la Commission de Bruxelles intervient dans le débat français pour tenter de trouver une issue conforme aux intérêts de BusinessEurope, le Medef de l’Union européenne.

 

C’est ainsi que s’expliquent le vote de l’Assemblée européenne, contre la politique présidentielle en matière d’immigration, la "véhémente colère" exprimée sur ce sujet au sein du Conseil européen et les propos de  Viviane Reding, la   commissaire européenne à la Justice, parlant de « honte » et évoquant des poursuites judiciaires à l’égard de la France.

 

Nous assistons donc à une véritable campagne contre la politique de Nicolas Sarkozy en matière d’immigration, au nom de « l’Europe des valeurs », campagne menée en commun par la sociale démocratie et la démocratie chrétienne, relayant celle du Vatican et de l’épiscopat français, contre la politique « sécuritaire » de Nicolas Sarkozy.

 

Nous sommes ainsi confrontés à une double menace, qui se nourrissent l’une l’autre.

 

D’un côté, celle dont le président de la République est le meneur de jeu : une fascisation soft de la société française, en écho (ou en accord), avec le Front national.

 

De l’autre, une offensive européenne visant à dicter à notre pays les décisions concoctées à l’étranger, pour imposer à la France une intégration politique, plus radicale encore, au sein de l’UE, au nom de la suprématie des « directives » de Bruxelles sur les lois de la République.

 

Chacun peut comprendre les avantages que pourrait tirer Nicolas Sarkozy d’une telle perspective. Il jouerait alors sur du velours en se drapant démagogiquement dans les plis du drapeau tricolore, au nom du « patriotisme ». Qui sait si cette posture ne lui permettrait pas de retrouver une audience électorale, à lui qui, sans état d’âme, a sacrifié l’indépendance nationale et bafoué la souveraineté populaire en refusant  de donner la parole au peuple français, lors de la ratification du traité de Lisbonne ?

Or, c’est le contenu de celui-ci, qui sert aujourd’hui de base à l’offensive européenne contre la France.

 

Il faut donc être vigilant. Si par « antisarkozysme » et rejet de la xénophobie, nous tombions dans le piège tendu par les partisans les plus acharnés de l’Europe intégrée, si nous étions sensibles aux sirènes « humanistes » des politiciens de Paris, de Bruxelles et de Strasbourg, comme les moutons de la fable, nous nous jetterions dans les eaux troubles européennes pour éviter de nous mouiller.

Il faut quand même se rappeler que l’Union européenne, soit disant si vertueuse en matière de « droits de l’homme », semble davantage préoccupée par le sort des Roms que par celui du peuple palestinien martyrisé, les 27 (France comprise), s’estimant solidaire, en toutes circonstances, de son bourreau, Israël.

 

Les Français n’ont pas à choisir entre la peste et le choléra.

Leur seul chemin, c’est de poursuivre et d’amplifier le combat de classe qu’ils mènent contre le Capital, qu’il soit « français », européen ou étasunien.

 

Le 23 septembre prochain, les salariés, les privés d’emplois, les retraités, quelle que soit la couleur de leur peau, feront grève et descendront massivement dans la rue contre la politique de contre révolution sociale, menée par Nicolas Sarkozy. Or, cette stratégie est l’émanation directe des orientations communes des 27 Etats de l’Union européenne. 

Ces orientations ont été élaborées de Maastricht à Lisbonne, et mises en œuvre par l’ensemble des politiciens, de gauche comme de droite, sur l’ensemble du continent, à l’Elysée comme à Bruxelles.

 

C’est dire où se trouvent nos ennemis.

 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-sarkozy-ou-bruxelles-le-piege-57098891.html

 

Sur cet excellent blog,

 

220px-Michel_Rocard_MEDEF.jpgwikipedia

 

Rocard = DSK, traître aux peuples 

Rocard au MEDEF : Les souverainetés nationales sont nuisibles… Vive la mondialisation

Invité de l’université d’été du Medef, Michel Rocard (PS) a caressé les patrons dans le sens du poil.


“Le seul milieu qui connaisse quelque chose au monde extérieur, ce n’est pas vraiment les journalistes ; ce n’est pas les hommes politiques, ils ne sont référés qu’à leurs seules traditions ; ce n’est pas le monde salarial et ses syndicats ; ce n’est pas les intellectuels, trop sensibilisés à leur langue et à leur culture ; c’est vous les patrons.

Et l’urgence est qu’il va falloir finir par tomber d’accord pour dire que les souverainetés nationales ont dépassé leur stade d’efficacité, elles entrent dans la période de la nuisance.”

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-57158985.html

 

 

1100 médecins du travail et inspecteurs/contrôleurs du travail
ont lancé un appel au début de 2010
Voir http://www.non-mort-medecine-travail.net
Les représentants de cet appel avons rendez vous avec le représentant du ministre du travail, le DGT (directeur général du travail) le 24 septembre à 14 h 30. Cet appel et les exigences qu’il contient ont d’autant plus d’actualité que le pseudo discours du gouvernement tente de laisser croire qu’il va faire attention à la pénibilité du travail, ce qui est totalement mensonger, là encore...

 

(..) Si cet amendement, qui prévoit l’application par décret de ces dispositions, est adopté, ce ne seront plus les médecins du travail qui seront chargés de la prévention médicale des risques professionnels, mais les employeurs responsables de l’organisation du travail et des risques qu’il font encourir à la santé des travailleurs qu’ils salarient. (Le MEDEF, là encore !)
Non à l’assassinat de la médecine du travail... avec le MEDEF !

Non à l’amendement 730 qui abroge la médecine du travail

 

suite ici :

http://www.frontsyndical-classe.org/article-appel-des-20-000-pour-sauver-le-medecine-du-travail-57129180.html

Merci Isabelle  pour ce lien

medef.gif

 

 "L'argent du contribuable a profité aux banques,

pas à l'économie"

Marc Roche - 

 

 

 

La France au banc des accusés

 

 

Sarko_Napoleon.jpg


 

Faut-il avoir honte de la France ? Non, pas de la France mais de ses dirigeants. Ce gouvernement soumis à Nicolas Sarkozy et à sa starlette Carla Bruni démolit tout ce qui a fait la grandeur de ce pays. Qui sont-ils ? Des gens minables, sans plus aucune conscience, prêts à toutes les sales besognes afin d'obéir aveuglément à leur Blitz Wolf hongrois. Blitz Wolf car l'autre avait commencé de la même façon en 1934. Il expulsait ! Vichy avait été plus loin avec une circulaire adressée aux préfets. Nous en sommes donc revenus là. Le 5 août 2010, Michel Bart, le directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, a bien signé une circulaire adressée aux préfets ciblant une ethnie, les Roms, pour exiger le démantèlement des camps. «Trois cent campements ou implantations illicites devront avoir été évacués d'ici trois mois, en priorité ceux des Roms... Il revient donc, dans chaque département, aux préfets d'engager une démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux de Roms...» La France a largement dérapé... Ni nous acceptons cela, nous serons complices d'une nouvelle forme de nazisme en Europe. Cela avait commencé exactement comme ça à l'époque.
Bien sûr, il y a des cas isolés où il faut défendre le droit à la propriété. Bien sûr, il a des actes de délinquance (pas plus que dans les autres couches de la population). Dans ce cas, on juge les cas et non toute une ethnie. Des lois sont prévues pour ça. Cette circulaire du ministère de l'Intérieur vise clairement tous les Roms et c'est inacceptable. Allons jusqu'au bout de la logique de Nicolas Sarkozy. Si un Français d'origine commet un délit, alors, il faut virer tous les Français d'origine ! Ce serait stupide. C'est ce que font Nicolas Sarkozy et son vassal Brice Hortefeux. Comment réagit l'extrême-gauchiste multimilliardaire Carla Bruni ? Rien. Elle empoche son salaire d'actrice (!) du film de Woody Allen et hop. De plus, cette circulaire est nauséabonde. Il faut que les préfets préviennent le gouvernement avant toute mesure de masse pour éviter les éclaboussures médiatiques. Décidément, avec Carla Bruni et Nicolas Sarkozy, la France a vraiment touché le fond. Alors, chiche ? On applique les lois de Sarko à la lettre ? Vous connaissez tous un Hongrois et une Italienne qui ont violé les lois les plus élémentaires de notre République et qui ruinent l'État.

 

Après l'Union Européenne, les Nations-Unies critiquent vivement les mesures de la France. Notre pays est mis au banc des accusés par la communauté internationale. Nicolas Sarkozy, qui a signé le traité de Lisbonne pour "réparer" le "non" des Français au traité européen, viole allégrement les lois européennes car les Roms sont avant tout des Européens et sont dans 90 % des cas Français. Éric Besson, le ministre de l'Immigration, a déclaré qu'il n'avait pas eu connaissance de cette circulaire et qu'il l'aurait découverte dans la presse. Ce gouvernement nous prend vraiment pour des c--s. Ne parlons même pas du Social, il est systématiquement démoli par Nicolas Sarkozy. Comparé aux privilèges de l'État, le Social représente une minuscule plume sur la balance. Ce n'est pas en mettant des flics partout -qui ne s'attaquent pas aux grands délinquants mais aux citoyens ordinaires- qu'on pourra améliorer les problèmes d'insécurité mais en développant le Social, en particulier envers les jeunes, en redonnant aux parents les moyens de s'occuper de leurs enfants pour éviter qu'ils traînent dans les jungles des cités. Pour cela, il faut revaloriser les bas salaires en redonnant la liberté à ceux qui le désirent de pouvoir partir à la retraite plus tôt. Et plutôt que de financer la carrière de pin-up nationale de Carla Bruni, on devrait revaloriser les retraites et pas les réduire.

 

http://michel.mahler.free.fr/News/718_La_France_au_banc_des_accuses.htm

 

 

Les bas-fonds de la politique

"Un tel individu ne peut jouir que de la blessure qu'il provoque"

 

arton11447-02dc7.jpg

 

On savait que les pouvoirs, quels qu’ils soient, sont capables de tout pour se justifier et assurer leur pérennité… pourtant, nous sommes toujours surpris devant la bassesse dont sont capables certains hommes du Pouvoir pour atteindre leurs objectifs.

Il est des périodes plus propices aux dérives de tels mécanismes. Essentiellement des périodes de crises, de décadence où les pouvoirs en place s’avèrent incapables de dépasser les situations conflictuelles qui mettent en péril la paix sociale, mais aussi des moments où il est indispensable de masquer les scandales du Pouvoir.

 

LE SYNDROME DU « MAL NE »

L’Histoire est pleine de ces individus sans scrupules qui, croyant être obligés ou opportun, aux yeux de la collectivité, de « racheter » leur condition et/ou de renforcer leur étoile déclinante, persécutent celles et ceux qui ont la même origine qu’eux… C’est un mécanisme psychologique classique à la fois de défense et de séduction.

De défense, dans la mesure où ils ont fait leur la devise : « La meilleure défense est l’attaque ». Loin de se retirer du regard public, ils l’affrontent, inversant les valeurs et satisfaisant les plus bas instincts de celles et ceux qui seraient susceptibles de leur « demander des comptes », de les montrer du doigt. L’outrance de l’attitude en impose à la multitude, c’est bien connu !

De séduction, en déviant l’attention de la multitude sur des objets ou attitudes mystificateurs - discours démagogiques, compagnes faire-valoir séduisantes, esprit de conquête, « pipolisation » de sa vie privée, promesses, gouaille populaire, effets d’annonce, coups médiatiques, dénonciation de boucs émissaires,,… Leurs pratiques révèlent ce qu’ils sont réellement,… des arrivistes sans scrupules.

Quand, en plus, ces individus, souvent complexés, ne correspondent pas aux canons de la beauté physique de l’époque, sont vulgaires dans leurs attitudes, deviennent l’objet de caricatures grotesques et souvent réalistes – pas besoin d’avoir une petite moustache ridicule et une mèche frontale – et que, de surcroît, leur culture et leur niveau intellectuel laissent manifestement plus qu’à désirer – guerre à tout ce qui pense, à bas l’intelligence -, tous les ingrédients sont présents pour qu’ils jouent à contre emploi la comédie de la légitimité.

Quand un individu fonctionne sur ce mécanisme, n’a aucun scrupule – sinon dans ses discours et devant des médias,… et pense trouver un intérêt personnel – pour lui et les siens - à ce genre de politique,… tout est à craindre,… surtout le pire.

En effet, une fois au pouvoir, il n’hésite pas, sa mégalomanie, son incompétence et son manque d’éthique aidant, à détruire les acquis sociaux et culturels historiques et à ravaler la société dans laquelle il opère, à une collectivité soumise, reniant les valeurs qui étaient les siennes.

Un tel individu ne peut jouir que de la blessure qu’il provoque. La difficulté, l’angoisse et la douleur de l’autre – le bouc émissaire - sont proportionnelles au degré de satisfaction et de jouissance, factices, de la multitude, savamment excitée, qui le plébiscite, ainsi trompeusement apaisée dans ses craintes. Quant à ses courtisans, ses obligés, ses vassaux,… ils jouent le rôle de miroir narcissique.

Cette répugnante attitude est toujours, évidemment, justifiée par des raisons logiques, impératives, historiques, nationales, sociales, financières, économiques, sécuritaires, hygiéniques, écologiques, voire dans certains cas religieuses et même raciales. Raisons reprises et amplifiées par des médias aux ordres. Le qualificatif utilisé dépendant des conditions spécifiques de l’époque… L’individu n’a que l’embarras du choix ; son habileté politique et son succès, dépendent de la validité, aux yeux de la multitude, de ce choix.

 

LA BANALITE « DEMOCRATIQUE » DU MAL

La conquête du pouvoir et sa conservation reposent sur des facteurs spécifiques aux différentes époques. Il y a cependant une constante : tous sont les marionnettes des puissances d’argent, tous ont pour « amis », protecteurs, des féodalités financières. Certains le cachent et sont discrets, d’autres, assurément les plus stupides, le revendiquent et le montrent ostensiblement dans des manifestations aussi ridicules qu’indécentes.

L’argent leur permet de financer leurs ambitions, mais aussi d’avoir accès aux médias,… autrement dit à l’opinion publique et à la possibilité de la manipuler.

Pas besoin d’un « coup de force » pour conquérir le pouvoir, le régime « démocratique » convient parfaitement pour réaliser ce projet. Une population déboussolée, craintive dans l’avenir et sans perspective est prête à croire n’importe quoi et suivre n’importe qui.

Bien sûr, la conquête et la conservation du pouvoir ne sont pas des entreprises individuelles. Outre les protecteurs financiers, qui recevront au centuple les bénéfices de leur soutien, une équipe, un mouvement, un parti sont indispensables. En cela, pas trop de problèmes, les profiteurs, arrivistes de tous poils, hommes de mains, potentats locaux, revanchards frustrés dans leur jeunesse, idéologues de salon, intellectuels de Cour, aigrefins en recherche d’amnistie, artistes et sportifs serviles… sont légion, prêts à se vendre pour quelques miettes de préférence substantielles. Des postes distribués à bon escient, des promesses alléchantes et quelques solides dossiers susceptibles d’alimenter des chantages, permettent avantageusement d’avoir à disposition une armée de « collaborateurs dévoués et peu regardants ». On peut même, se payer le luxe de débaucher, dans l’autre clan, les éléments les plus complaisants et vénaux.

Une fois au Pouvoir, pas de problème pour se faire obéir. La bêtise, le légitimisme, la lâcheté,… dans le moins pire des cas, la routine bureaucratique et la passivité de la plupart des fonctionnaires et autres agents subalternes assurent le quotidien. Plus tard, dans quelques années, la plupart de ces soutiers de l’abject diront simplement qu’ils « n’ont fait qu’obéir aux ordres ». Quant aux responsables et autres « préfets Papon », ceux qui n’auront pas eu la délicatesse et la décence de disparaître avant, aujourd’hui plein de morgue et de certitudes, ils seront jugés, à grand spectacle, et serviront le même argument : « je n’ai fait qu’obéir aux ordres et respecter à la loi ». Dans tous les cas, la société des bien pensants dira, dans un soupir d’apaisement : « Plus jamais ça »… jusqu’à la prochaine fois.

L’élection n’est qu’une formalité. Depuis deux cent ans le bon peuple croit, naïvement, qu’il décide alors qu’il ne s’agit manifestement que d’une affaire de lutte de clans dont il est l’arbitre éternellement abusé. C’est le clan, le plus à même d’assurer la pérennité du système en place, qui aura l’appui des financiers et donc disposera d’un maximum de moyens pour promettre, tout et n’importe quoi, conditionner, séduire et gruger les électeurs (des exemples ?).

Ainsi, la légitimité est la rançon de la peur et de la vénalité. Mais la légitimité, comme l’argent, n’a pas d’odeur…

L’exercice du pouvoir se fait en toute impunité, souvent même au mépris des lois qu’il est censé garantir.… Les forces de répression, affublées de toutes les qualités « républicaines », maintiennent le troupeau à distance de ses bergers « légitimes ». A partir de là, toutes les dérives sont possibles, les outrances et vilenies permises,… toutes justifiées par la « légitimité » du pouvoir en place.

Le peuple n’a plus, officiellement, qu’une chose à faire, en méditant sur sa naïveté, et « jurant mais un peu tard que ne l’y prendrait plus »,…attendre les prochaines élections !

Ainsi soit-il !

Patrick MIGNARD

Septembre 2010

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/Les-bas-fonds-de-la-politique.html
Sarko56.jpg
suite, http://laplote.blogs.courrierinternational.com/
La presse française est consternée par l'attitude de Nicolas Sarkozy au sommet européen

Cette fois, cela ne passe pas. Alors que jeudi matin, la presse française tentait de garder un semblant de neutralité dans la lutte qui oppose depuis quelques semaines la France aux institutions européennes à propos de la politique d'expulsions massives des Roms par la France, les éditorialistes s'inquiètent ce vendredi du «clash magistral» survenu jeudi après-midi entre Nicolas Sarkozy et l'Union européenne (UE), estimant que Paris se retrouve «isolé» et a subi une perte de crédibilité.

 

«Officiellement, le locataire de l'Elysée était venu clarifier le débat sur les expulsions de Roms. Il a finalement provoqué un clash magistral, au cours duquel il n'a même pas été soutenu - contrairement à ce qu'il dit - par ses homologues», écrit Philippe Waucampt dans le Républicain lorrain. Une analyse reprise par nombre d'éditorialistes des quotidiens régionaux.

«Sarkozy et Berlusconi contre le reste du monde!»

Jean-Claude Kiefer, dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, qualifie le Conseil européen de «foire d'empoigne», parlant de «prise de tête entre Nicolas Sarkozy et José Manuel Barroso», le président de la Commission européenne. «La circulaire ministérielle du cabinet Hortefeux désignant nommément la minorité ethnique des Roms a fait plus qu'empoisonner ce Conseil européen», poursuit-il. «Elle a isolé la France» dont le «crédit politique souffre désormais de sérieuses entames... à cause de réactions précipitées et électoralistes.»

Pour François Martin, du Midi Libre, le sommet européen a dégénéré en «crise majeure» plaçant la France «au centre d'une polémique internationale».  Selon Bruno Dive de Sud-Ouest, Nicolas Sarkozy en ressort ainsi «secoué et isolé». «Que seul Berlusconi ait volé à son secours en dit long sur sa situation et sur la qualité de ses alliés», ajoute-t-il. «Sarkozy et Berlusconi contre le reste du monde! A la fin, toujours, les grands esprits se rencontrent», ironise encore Gilles Debernardi dans le Dauphiné Libéré.

«Ras-le-bol contre le style Sar ... lire la suite de l'article sur 20minutes.fr


http://fr.news.yahoo.com/82/20100917/tpl-la-presse-franaise-est-consterne-par-3835b8e.html

 

Merkel dément avoir parlé de campements roms avec Sarkozy
M. Sarkozy s'est prévalu à Bruxelles du 'soutien complet, total et entier d'Angela Merkel sur cette question comme sur tellement d'autres'. A Berlin, le porte-parole de Mme Merkel a indiqué que 'le gouvernement [allemand] soutient la France en ce qui concerne les critiques sur la forme et le ton des propos de la commissaire européenne [Viviane] Reding', qui a dressé un parallèle entre les expulsions de Roms et la déportation durant la seconde guerre mondiale. Mme Reding a exprimé mercredi soir ses 'regrets' pour cette comparaison, tout en maintenant sur critiques quant au principe même des renvois de Roms.Mais sur le fond, Berlin a apporté mercredi son soutien à la Commission européenne sur la question des Roms, en rappelant que le droit de libre circulation au sein de l'Union européenne (UE) était 'inconditionnel', et qu''aucune discrimination n'est autorisée à l'encontre de minorités ethniques"

http://fr.news.yahoo.com/64/20100917/twl-merkel-dment-avoir-parl-de-campement-acb1c83.html


 

 

Le président des riches

 

 

 

Vient de paraitre: Le président des riches de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot aux éditions Zones (La Découverte)


 

Petits chèques entre amis, dîners mondains, légions d’honneur et comptes en Suisse… L’affaire Bettencourt a jeté une lumière crue sur les connivences souterraines qui unissent pouvoir politique et puissances de l’argent. Dans ce livre-enquête, les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, spécialistes de la bourgeoisie française, donnent à voir, au-delà des scandales, la logique d’un système.
Pour faire vivre un monde où l’entre-soi permet l’affirmation des réseaux, ils rapportent des histoires révélatrices, glanées dans les coulisses du règne de Nicolas Ier. En brossant la chronique des premières mesures prises, ils dévoilent les ressorts d’une politique systématique en faveur des nantis : bouclier fiscal, abattements et exonérations en tout genre, dépénalisation du droit des affaires ne sont que les éléments visibles d’une guerre des classes au service de l’aristocratie de l’argent. Aux discours du Sarkozy qui prétendait vouloir refonder le capitalisme s’oppose la réalité des actes : paradis fiscaux, fonds spéculatifs, bonus des traders, stock-options et cadeaux aux banques se portent bien et ont permis au capital financier de retrouver de sa superbe.
Derrière la façade d’un pouvoir démocratique se dessine ainsi le tableau inquiétant d’un tout autre régime : une oligarchie, un gouvernement des riches pour les riches.

 

Parution :09/09/2010
Format 205 x 140 mm
Pages : 228
Prix : 14 euros
ISBN : 2-35522-018-2

Vous pouvez lire le livre en ligne ici  (Mais ça ne vous dispense pas de l'acheter si vous le pouvez

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15906

 

 

Auteur : Chimulus - Source : Chimulus dessin de presse     (Dazibaoueb)         BARROSO.jpg           

 

NS-et-lepen-j-copie-1.jpg

 

 

"Les Français n'en peuvent plus du sarkozysme. Une très large majorité, on le sent dans tous les contacts, veut se débarrasser de ce président qui donne une image indigne de la France", "brutalise" et "divise" alors qu'il devrait "rassurer et rassembler", a déclaré Pierre Moscovici lors d'un point-presse. Appelant le chef de l'État et son ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, pris dans un "engrenage" sécuritaire, à "se ressaisir", le député du Doubs a critiqué une "dérive volontaire" et un "électoralisme assez foireux" qui ne "marchera pas".

DSK à la rescousse ?

"Je n'ai pas honte de mon pays mais je dis que Nicolas Sarkozy est honteux, je dis que ce pouvoir est honteux, je dis que ce pouvoir fait honte", a dit le député du Doubs, en déplacement ce week-end en Aquitaine, jugeant que la France avait vécu "un été de la honte, un été de la stigmatisation".

"Fragilisé" par les élections régionales et une réforme des retraites "injuste et impopulaire", "ébranlé par les affaires", Sarkozy a "organisé une diversion gigantesque", "faisant comme si c'était tous ceux qui étaient étrangers ou d'origine étrangère qui étaient les responsables de l'insécurité".

Dès avant le clash de cette semaine sur les Roms à Bruxelles, "la France s'est retrouvée au ban des nations", a estimé l'ancien ministre des Affaires européennes de Lionel Jospin, évoquant les attaques de la presse étrangère et les remontrances de l'ONU et du Vatican. Proche de Dominique Strauss-Kahn, Pierre Moscovici a encore estimé que l'actuel directeur général du FMI était "l'anti-Sarkozy": "C'est le président qui peut rassurer, qui peut rassembler" et qui "par sa stature, peut tirer la France de l'ornière."


Retrouvez cet article sur LePoint.fr

 

http://fr.news.yahoo.com/73/20100918/tpl-moscovici-nicolas-sarkozy-donne-une-1198b37.html

 

Eva : DSK est pire encore ! Le Président du FMI, austérité pour tous, est comme Sarkozy, l'hypocrisie en plus:  Car il se prétend de gauche !

 

 


La presse étrangère et Sarkozy

 

 

Roms : la presse européenne condamne le "petit enfant" Sarkozy.

Pour 71 % des Français, l'image de la France se dégrade

inv
La presse européenne se montrait vendredi 17 septembre sévère à l'égard du "président" français Nicolas Sarkozy, les journaux allemands notamment s'inquiétant des retombées sur "l'unité européenne" de la tempête politique déclenchée par la polémique sur l'évacuation de camps de Roms en France.


"Populiste", selon le Financial Times Deutschland


Pour le Financial Times Deutschland, le coup d'éclat de Nicolas Sarkozy jeudi au Conseil européen où il a défendu bec et ongles sa politique d'expulsion des Roms provoque une escalade de la crise au niveau européen.


Nicolas Sarkozy s'est comporté au sommet "comme en petit enfant, pris en faute de mensonge, et qui s'entête à insister qu'il dit la vérité", selon le journal pour qui son comportement rappelle le dicton "l'Etat c'est moi".


Mais, ajoute le journal, sa sortie force l'UE à prendre la discussion sur les Roms au sérieux et à réfléchir à la façon dont elle doit réagir vis-à-vis "d'un populiste qui ne se préoccupe pas du droit européen".


"L'UE a le droit de s'immiscer dans ce débat" et les "autres dirigeants européens devraient soutenir la Commission en ce sens", estime le quotidien.


"Isolé", selon le Tagesspiegel


Pour le Süddeutsche Zeitung, "la Commission européenne doit réagir vis-à-vis du gouvernement français lorsque les Roms sont utilisés comme des boucs-émissaires".


Mais, ajoute ce journal, l'UE ne doit pas non plus "faire enrager Sarkozy" car elle "ne doit pas se fourvoyer dans des combats venimeux touchant aux susceptibilités nationales" alors qu'elle doit s'affirmer face aux autres super-puissances du monde.


Avis partagé par le Tagesspiegel pour qui "Sarkozy semble bien isolé".


"La méthode Sarkozy"


Quant au conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung, il estime que "la crise des Roms est, et ce n'est pas le moindre, une leçon (inachevée) sur la faiblesse de la "méthode Sarkozy"", et que le président français cherche à "regagner des forces grâce aux électeurs d'extrême-droite".


La Repubblica (gauche), dans un éditorial intitulé "la marche arrière de l'histoire", affirme que "ce sont des heures sombres celles dans lesquelles les classes dirigeantes se retrouvent victimes des décisions irrationnelles qu'elles ont prises pour contrôler le mécontentement populaire".


"C'est une ironie de l'histoire que le protagoniste de cette marche arrière soit un président français originaire de Hongrie, c'est-à-dire d'une nation aujourd'hui encore affligée de pulsions xénophobes envers une minorité déjà victime de persécutions atroces sur son territoire", ajoute l'éditorialiste.


En Espagne, le clash de jeudi fait la Une de tous les quotidiens.


"La France s'est à juste titre retrouvée dans les cordes en raison d'une politique qui va à l'encontre des principes européens de la liberté de mouvement et contre les discriminations raciales", estime El Pais.


Pour El Mundo, "l'UE a vécu une de ses journées les plus tendues, mais la question simple à laquelle Bruxelles devra répondre est la France a-t-elle violé la loi communautaire sur la libre circulation. Et si oui, appliquer la sanction hors de toute pression politique".
________________

Pour 71 % des Français, l'image de la France se dégrade


Plus des deux tiers des Français (71 %) jugent que l'image de leur pays à l'étranger s'est dégradée au cours des dernières semaines, et seuls 2 % estimant le contraire, selon un sondage Ifop à paraître dans Sud Ouest Dimanche.


Les personnes interrogées devaient répondre à la question suivante: "Au cours des dernières semaines, diriez-vous que l'image de la France à l'étranger s'est améliorée, s'est dégradée ou n'a pas changé ?" Si 27 % jugent que l'image de leur pays "n'a pas changé", seuls 2% des répondants estiment que la représentation de la France à l'extérieur s'est améliorée, note l'Ifop.


Le sentiment général de dégradation "se vérifie pleinement auprès de l'ensemble des catégories de population interrogées", analyse l'institut, qui souligne qu'il est toutefois "sensiblement plus intense auprès des sympathisants de gauche (78 %) que parmi ceux de la droite (61 %)".
Sarko56.jpg
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/
inv
Notes :

 

La haine anti-Sarkozy
Par Alain Duhamel (toujours très drôle le faux cul)


Nicolas Sarkozy n’est certes pas le premier président de la Ve République à être violemment attaqué. Le général de Gaulle a fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat. Valéry Giscard d’Estaing a terminé son septennat sous les feux croisés d’une presse déchaînée et d’une opposition virulente. François Mitterrand a été agressé, calomnié (où est l’immense fortune qu’on lui attribuait sans l’ombre d’un indice ?). Jacques Chirac n’a pas été ménagé lors des «affaires» sulfureuses qui se sont succédé sous son double mandat.


Avec Nicolas Sarkozy, il s’agit cependant d’autre chose : le chef de l’Etat cristallise contre lui une véritable haine personnelle qui submerge Internet, inonde la presse quasi tout entière, s’épanouit dans les débats à la radio et à la télévision, inspire livre après livre, imprègne ses adversaires transformés en ennemis inexpiables, émerge largement dans les sondages où les pourcentages de ceux qui lui sont farouchement hostiles battent tous les records. Nicolas Sarkozy est devenu l’homme le plus détesté de France, le président le plus honni de la Ve République.


La question qui se pose est évidemment de savoir quels sont les facte

urs qui ont déclenché cet ostracisme spécifique. Ils n’ont pas existé de toute éternité, puisqu’il fut un temps, encore proche - trois années - durant lequel Nicolas Sarkozy fut très populaire dans l’opinion et adulé par une grande partie de la presse et des médias. Quand il était ministre de l’Intérieur ou de l’Economie, de 2004 à 2007, le futur président était même l’homme à la mode. Télévisions et radios s’arrachaient cet invité qui faisait l’événement et drainait des audiences records. Ses conférences de presse tournaient aux shows hollywoodiens.


Durant la campagne présidentielle, si Ségolène Royal bénéficia de nombreux appuis, lui-même ne manqua pas de soutiens, c’est une litote. Lorsqu’il fut élu, il y eut même entre la presse et lui une lune de miel surréaliste. Les hebdomadaires de toutes sensibilités multipliaient les couvertures triomphales qui se vendaient comme des petits pains. Le nouveau président était l’intime des principaux propriétaires ou des dirigeants des médias, le familier de dizaines de journalistes qui n’avaient jamais rêvé un accès aussi facile et des relations aussi familières avec un président de l’altière Ve République. Trois ans plus tard, le même chef de l’Etat se trouve dans la ligne de mire générale, métamorphosé en cible obsessionnelle. L’adulation a tourné à l’exécration.


Il porte naturellement lui-même une grande part des responsabilités de cette mutation d’une brutalité sans précédent. Il a voulu l’extrême présidentialisation, il a tenu à tout incarner, à tout assumer. Il en paie le prix. On s’étonne souvent que François Fillon soit plus populaire que lui. C’est l’inverse qui serait étrange, puisque Nicolas Sarkozy revendique et porte toutes les décisions significatives. Or, devant une crise dont on a sous-estimé la violence, les risques et la part personnelle qu’il a pris dans son traitement, il a personnifié un chapelet sans fin de mauvaises nouvelles : il est le messager en deuil, symboliquement exécuté pour avoir annoncé des sacrifices quand il promettait monts et merveilles.


Bien entendu, ce n’est pas le seul motif de l’acharnement qu’il suscite. Nombre des réformes qu’il a imposées, judicieuses ou pas, lui ont aliéné des catégories entières de la population. Plusieurs de ses choix politiques - en matière sécuritaire, tout particulièrement - ont soulevé l’indignation de ses opposants et parfois de ses alliés. En rapprochant l’immigration de la délinquance, il a choqué neuf intellectuels sur dix. Et puis, son goût de la transgression, voire de la provocation a dérangé, parfois exaspéré : sa façon de s’exprimer quelquefois comme s’il jouait dans une cour de récréation a rompu avec tous les codes de la Ve République ; l’exhibition de sa vie privée tumultueuse a déplu, même à ceux qui en pistent les moindres détails ; sa brutalité, ses maladresses inédites avec les journalistes, voire avec leurs directeurs, n’a rien arrangé.


Chez ce virtuose de la communication, la forme a irrésistiblement éclipsé et défiguré le fond. L’un des handicaps de Nicolas Sarkozy est que ses dérapages, ses dérives ont lieu sous le feu permanent des projecteurs, alors que ses bons choix ou ses initiatives positives - s'il y en a - passent inaperçus. En hystérisant la vie politique, en clivant toujours davantage la société, en déchaînant la foudre et les orages, il s’ampute lui-même du prestige présidentiel. L’hyperprésident se déprésidentialise, contradiction burlesque. Du coup, il souligne ses erreurs et il escamote ses succès au détriment de son image, de son pouvoir et de son rôle. Même si les médias, la presse et ses adversaires ne sont pas eux-mêmes en retard ni d’une croisade, ni d’une attaque ad hominem.

 

 

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkluZVAZAygFJvkREd.shtml

 

 

gouvt-sarkozy-NS-slt.jpg

 

 

 http://sos-crise.over-blog.com/article-les-fran-ais-et-sarkozy-la-presse-etrangere-et-sarkozy-france-indigne-57310172.html  link

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 10:58

2x2.gif
2x2.gif

daumier_gargantua-j.jpg

Daumier, Gargantua

 

Sommaire:

 

- Le Printemps des Sayanim (avec introduction d'Eva)

: Informateurs, en hébreu, collaborateurs occasionnels, volontaires, du Mossad

- Discours de l'Etat de l'Union

- Geab N° 47

- La rue peut réclamer la dissolution du Parlement ! (C. Delarue)

- Quelques jour en Sarkozie

- La grande misère de la police nationale

- Liens

NB C. O'Donnel élue, il faudra suivre la progression du mouvement extrémiste US, les Tea Parties !

 

 

Sayanim, Mossad, néo-évangéliques...

Introduction d'eva R-sistons


Un Lecteur, Jacob Cohen, m'envoie aujourd'hui un lien vers le Printemps des Sayanim.

 

Qui ne se pose pas de questions sur le Mossad, les services secrets israéliens ?

 

Pour moi, il tisse une toile d'araignées partout, comme les missionnaires évangéliques, l'un pour servir Israël, les autres les Etats-Unis (sous couvert d'évangélisation). Dans ma résidence à Marseille, il y a encore 4 ans, il y avait deux familles au service de Dieu - en réalité chargées de transmettre "la bonne parole" américaine, chargées de modeler les esprits pour les aligner sur la Pensée de l'Empire anti-démocratique, prédateur et guerrier.  Ce sont des soldats, non de Dieu, d'ailleurs le mot est incompatible, mais du Royaume temporel de Mâmon (Rappel, Bible: "Dieu, ou Mâmon, il faut choisir").

 

Le Mossad, lui, a des activités encore plus souterraines mais tout aussi politiques. Il recrute partout des agents, qui doivent tout savoir sur tout le monde, ce quadrillage des territoires est très anti-démocratique et inquiétant. J'en ai un pas loin de chez moi, nous nous connaissons, et je l'ai identifié comme tel. Notre relation est amicale. Mais son attachement à Israël, viscérale, surpasse toute autre considération. C'est ainsi, il faut le savoir. Au final, c'est malsain. Décidément, les intérêts des Etats et des puissants ne coïncident guère avec ceux des citoyens du monde entier ! C'est le moins que l'on puisse dire.

 

Donc, je vous joins ce texte à titre d'information, car je suis là pour vous informer, certes avec mon tempérament (passionné, gouailleur, frondeur, mutin... très français finalement, malgré l'origine russe de ma mère; mon héros préféré est Gavroche faisant un pied de nez aux puissants), mais en tous cas bien décidée à creuser avec vous tous les sujets dont on ne parle jamais alors qu'ils nous concernent tellement. Et certains engagent le présent et l'avenir des peuples, ils sont donc incontournables.

 

Voici donc quelques réponses aux questions que vous vous posez. Pour autant qu'elles soient sincères ! Mais là, c'est une autre affaire !

 

Bonne lecture, votre eva

 

TAGS: Sayanim, Mossad, évangéliques, services secrets, Israël, Etats-Unis, Bible, Marseille

 

 

"Le printemps des sayanim"

de Jacob Cohen, entretien
2x2.gif
2x2.gif
2x2.gif
par J. Cohen
2x2.gif
2x2.gif
arton1041-194x300.jpg2x2.gif
2x2.gif
2x2.gif

Jacob COHEN, LE PRINTEMPS DES SAYANIM, éditions l’HARMATTAN

Interview de l’auteur.  

 

Pourquoi ce titre ?

J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires.

Voulez-vous nous la rappeler ?

Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora qui, par « patriotisme », acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes, leur apportant l’aide nécessaire dans le domaine de leur compétence.

Comment avez-vous eu l’idée d’écrire sur les sayanim ?

C’est la conjugaison de plusieurs éléments. La lecture de tout livre sérieux sur le Mossad montre l’importance essentielle de ces citoyens juifs qui décident de travailler pour les services secrets israéliens. Imaginez des dizaines de milliers d’agents, occupant des fonctions dans toutes les couches sociales, et qui obéissent au doigt et à l’œil au Mossad. Il est à noter que les auteurs anglo-saxons sont beaucoup plus prolifiques sur ce sujet. Je suis d’assez près l’actualité proche-orientale, et je consulte les médias des 2 bords. Et je suis sidéré, presque fasciné, par la puissance médiatique du lobby pro-israélien. Et comment il arrive à faire rentrer dans les esprits, jusqu’à devenir des banalités admises, des concepts comme « la seule démocratie de la région », ou tellement aberrants, comme « assurer la sécurité d’Israël ». Le fait de savoir que des sayanim sont en grande partie le moteur de cette propagande permet une lecture plus lucide et plus pertinente de l’actualité.

Est-ce une réalité ?

Je comprends le sens de la question. Je cite Gordon Thomas au début du livre. C’est un spécialiste reconnu des services secrets, en particulier du Mossad. Tellement reconnu qu’il a interviewé tous les chefs du Mossad depuis les années 60, et tous ont admis, en s’en glorifiant, l’apport crucial des sayanim à travers le monde. Je cite également Victor Ostrovsky, l’un des rares agents du Mossad à avoir publié, après son départ de l’institution, un témoignage unique et inédit sur le service secret, ses méthodes, ses objectifs, ses ressources. Quel est leur nombre ?

En France ils seraient près de 3000. Ostrovski, ex-agent du Mossad, estime leur nombre à 3000 rien qu’à Londres. On peut imaginer leur importance aux Etats-Unis. Mais le « réservoir » est infini. Si on associe le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale), la WIZO (organisation internationale des femmes sionistes), les organisations judéo-sionistes nationales, comme l’UPJF, l’UEJF, le CRIF... en France, et dans les autres pays, ainsi que les sympathisants, on arrive facilement au chiffre de un million de juifs prêts à travailler pour le Mossad. Evidemment ils ne sont pas tous recrutés à cette tâche. Car il faudrait des centaines d’agents pour les traiter. Le Mossad se contente d’en avoir dans tous les secteurs d’activité, avec un accent particulier sur les plus sensibles : les médias, les grands hôtels et les agences de voyage (pour surveiller les allées et venues des Arabes en général, des agents de renseignement, des hommes d’affaire, enfin de toute personne susceptible d’atteindre les intérêts israéliens), les secteurs économiques et commerciaux, en particulier les sociétés d’importation qui leur servent souvent de couverture.

Un cas concret pour en comprendre le mécanisme ?

Pour revenir à Victor Ostrovsky. Lorsque la France a construit une centrale nucléaire en Irak dans les années 70, des scientifiques irakiens étaient venus à Saclay pour se perfectionner. Le Mossad était bien sûr intéressé à les connaître pour pouvoir agir sur eux. N’importe quel autre service secret aurait eu besoin de moyens en hommes, de filature, d’argent pour corrompre, peut-être de tentatives d’effraction, et de temps, pour y arriver éventuellement. Le Mossad, et c’est sa supériorité, s’est tout simplement adressé à un informateur juif (sayan) qui travaillait à Saclay. Et a demandé que lui fussent fournis les dossiers complets originaux. Car il se méfiait des photocopies. La majorité des renseignements étant en arabe, c’est lui-même qui s’est acquitté de cette tâche. Quel autre service de renseignements peut bénéficier de telles complicités ? Après, ce fut un jeu d’enfant pour piéger l’un de ces scientifiques, remonter jusqu’à leur responsable, et l’assassiner lors de sa visite à Paris.

Ces agents juifs n’interviennent-ils que dans des cas d’espionnage ?

Pas du tout. Les sayanim interviennent aussi et surtout dans les manipulations médiatiques. D’ailleurs le Mossad possède un département important, appelé le LAP, pour « guerre de propagande ». Il me revient un exemple historique. Rappelez-vous le film EXODUS. Il a réécrit l’histoire de 1948 et imposé la vision sioniste pour au moins une génération. En 1961, c’est le premier ministre israélien en personne qui a accueilli l’équipe du film à l’aéroport. C’est dire l’importance qu’on lui accordait. Rappelons l’importance du Bnai Brit. 500 000 membres dans le monde, probablement 400 000 aux Etats-Unis, dont 6 000 dans le secteur du cinéma. Comment imaginer qu’un film ou qu’une série défavorable à Israël puisse voir le jour ?

Et plus récemment ?

Le cas le plus flagrant est celui du soldat israélien enlevé par le Hamas. Le réseau des sayanim à travers le monde a fait en sorte que son nom soit tellement matraqué que personne ou presque n’ignore son nom. Par ailleurs, son père a été reçu à plusieurs reprises par tous les dirigeants occidentaux, par Sarkozy, Merkel, Blair, Berluscuni, Zapatero, Barroso, par le secrétaire général de l’ONU, par le parlement européen, par l’assemblée de l’UNESCO, enfin le gratin mondial. Comment est-ce possible sans l’intervention de sayanim bien placés dans les instances gouvernementales, économiques, culturelles, médiatiques ? Je rappelle qu’il s’agit d’un caporal d’une armée d’occupation. Quel autre prisonnier peut bénéficier d’une telle sollicitude internationale ? Et avoir son portrait géant sur l’édifice de la Mairie du 16e arrondissement ? Des hommes politiques français, dont Sarkozy et Kouchner, ont exigé sa libération pour raisons humanitaires. Sans dire un mot des milliers de prisonniers palestiniens. Dans quel but ?

Il s’agit de faire pénétrer dans l’opinion internationale qu’Israël a un « otage » (un seul !) aux mains du Hamas. Cela fait oublier les 11 000 prisonniers palestiniens détenus dans les geôles israéliennes. L’écrasante majorité d’entre eux sont des prisonniers politiques, c’est-à-dire condamnés pour leur lutte pacifique pour l’indépendance. Rappelons qu’Israël est le seul pays « démocratique » au monde qui applique la détention administrative : pouvoir emprisonner n’importe quel citoyen, même étranger, sans avocat, sans jugement, sans motif, sans limitation dans le temps. Et c’est sur cette base que les forces d’occupation ont kidnappé, juste après l’enlèvement du soldat, 45 personnalités politiques du Hamas, en majorité des élus du peuple. Sans qu’elles n’aient rien à leur reprocher. Cela s’appelle des « représailles collectives » condamnées par le droit international, et rappelle le comportement de l’occupant nazi en France. Ainsi, pendant que les médias nous matraquent avec le soldat « otage », on oublie le plus important, et le plus horrible. Une expérience personnelle : Le 26 juin, le journal du matin de TV5 avait encore fait un reportage sur le drame de ce soldat « otage ». J’ai écrit en rappelant que l’honnêteté journalistique aurait exigé de mentionner les prisonniers soumis à la détention administrative et le kidnapping des 45 élus du Hamas. Aucune réponse, aucun correctif.

Comment se fait-il qu’on ne parle pas beaucoup des sayanim ?

Cela reste un mystère. Comment des journalistes aguerris ont pu disserter sur Israël sans mettre sur le doigt sur cet aspect capital ! Je mets cela sur la puissance des sayanim qui ont réussi l’exploit de ne pas faire parler d’eux. Il ne faut pas oublier que la chape qui écrasait les médias pour diffuser la pensée unique favorable à Israël n’a commencé à se fissurer que depuis quelques années.

Pourquoi des citoyens juifs français par exemple deviennent des sayanim ?

Vous savez, l’idéologie sioniste, jusqu’en 1948, était loin d’être majoritaire dans les communautés juives. Je me souviens qu’au Maroc, dans les années 50, les rabbins vilipendaient les sionistes. Et puis la création d’Israël, la propagande, la hantise d’un nouveau génocide, ont fait en sorte que les institutions juives ont basculé dans un appui inconditionnel à l’Etat juif. Aujourd’hui en France il n’est pas admissible d’exprimer la moindre réserve dans le cadre des institutions juives. La propagande est telle que les citoyens juifs qui vivent dans le cadre de ces institutions développent un second patriotisme et un nationalisme hors du commun. Au besoin, comme illustré dans le roman (l’épisode du cardiologue), le Mossad fera appel au chantage patriotique pour amener un citoyen français à trahir son serment de médecin pour satisfaire les visées du Mossad.

Vous donnez une grande importance à la franc-maçonnerie dans votre livre. Pourquoi ?

La franc-maçonnerie me paraît une illustration parfaite du travail d’infiltration et de propagande mené par les sayanim. D’abord pour montrer qu’aucun domaine ne leur échappe. Il n’y a pas de « petits profits ». Là où on peut pousser à la défense d’Israël, on le fait sans états d’âme. Par ailleurs, cela montre que les juifs sionistes ne reculent devant rien. Car peu de gens ignorent - même si on n’est pas familier avec la franc-maçonnerie - que celle-ci est d’abord laïque, ouverte à tous sans distinction de race, de religion, ou d’orientation politique. Et voilà que des franc-maçons juifs et sionistes créent en 2002 une loge spécifiquement juive, et sioniste pour défendre Israël. Je l’ai vécu personnellement, car j’ai été franc-maçon pendant près de 17 ans. Cela s’est passé en 2002, au plus fort de la seconde intifada. Cela n’était pas dit expressément, car c’est contraire à l’éthique maçonnique, mais dans les faits cela revenait au même. Ne devinant pas de quel bord j’étais, ces frères m’ont mis au parfum sans ambages. Et à mon avis c’était couvert par les instances supérieures. Tout ce qui se disait dans la loge était favorable à Israël (voir le 1er chapitre et la conférence tendant à faire un parallèle entre les réfugiés palestiniens et les juifs partis des pays arabes, souvent à l’instigation du Mossad). Et chaque année, la loge organise un « voyage d’information » en Israël, encadré par des fonctionnaires du ministère israélien des Affaires étrangères. Un de mes personnages principaux, Youssef El Kouhen, va subir les foudres des sayanim franc-maçons. Fils d’immigrés maghrébins, il pense faire un pas décisif dans son intégration républicaine en étant admis au sein du Grand Orient. Mais ayant découvert l’existence de cette loge « judéo-sioniste », il va tenter, avec d’autres frères arabes de contrer leur propagande en créant une loge pro-palestinienne. Mais là il va se heurter à la puissance du lobby sioniste implanté au Grand Orient de France et subira une défaite cinglante. Ce lobby va agir au mépris de toutes les lois de l’Obédience.

En parcourant le livre, on s’aperçoit que certains personnages ressemblent étrangement à des personnes connues, surtout pour leurs sympathies sionistes.

Parmi les 3 000 sayanim français, certains sont connus. Pas en tant que sayanim. Par définition, ce sont des agents secret. Mais étant donné leur soutien constant à Israël et leur participation active à des campagnes savamment orchestrées, il est probable qu’ils agissent dans ce cadre. J’ai voulu les montrer en action, par exemple pour recruter un nouvel agent, ou pour monter en épingle une rencontre sportive israélo-palestinienne à Paris, sans autre finalité que de donner l’illusion d’un processus de paix.

Et plus explicitement ?

Il y a plusieurs années, un match de football a eu lieu au Parc des Princes entre des jeunes israéliens et palestiniens. Ce qui avait donné lieu à un battage publicitaire démesuré. J’ai repris cet événement en tentant d’imaginer les coulisses, les pressions, les manipulations, les interventions. Pour obtenir gratuitement le stade, pour le remplir avec des jeunes de banlieue en faisant intervenir le rectorat, en sollicitant des subventions de l’Union européenne et de la Mairie de Paris, en faisant pression sur les dirigeants musulmans « modérés » pour qu’ils apportent leur caution. Une opération de propagande rondement menée grâce aux sayanim, et leurs alliés, dont les plus indéfectibles : SOS Racisme et la Mairie de Paris.

On retrouve souvent SOS Racisme. Pourquoi ?

Pour moi, cette organisation sert de courroie de transmission aux idéologies sionistes. Sa proximité incestueuse avec l’UEJF, un des piliers du soutien à Israël, en est une illustration. Jamais SOS Racisme n’a lancé par exemple une campagne contre l’occupation israélienne, alors qu’elle se démène contre le Soudan. En occupant le terrain, grâce à des subventions généreuses, SOS Racisme empêche l’émergence d’autres organisations anti-racistes plus proches des exigences de la majorité de ses membres. On entend d’ailleurs plusieurs voix, dont celle de Joey Star, réclamer une autre organisation anti-raciste, issue des quartiers, et les représentant légitimement.

Dans le roman, je développe un point de vue qui ne doit pas être loin de la réalité. C’est-à-dire la dépendance de SOS Racisme vis-à-vis de l’UEJF et de ses alliés. Lorsque ces derniers par exemple cherchent un successeur au président actuel, un noir qui finit son mandat. Ils cherchent un beur présentable, qui a bien assimilé les rapports de force et les consignes. Celui qui est approché subira des « tests » pour montrer sa fidélité aux idéaux sionistes (qu’on appelle pudiquement des « positions modérées et pacifistes"). En l’occurrence Moulay Elbali, doctorant d’origine banlieusarde, qui veut sortir de sa condition à n’importe quel prix. Un détail : Lorsqu’un président de l’UEJF quitte ses fonctions, il devient vice-président de SOS Racisme. Pour mieux les contrôler ?

Tout un chapitre est consacré à la Mairie du 16e arrondissement. Pour quelle raison ?

Cette Mairie est un des châteaux forts des sionistes. Le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale) s’y réunit régulièrement et y organise son salon du livre. Son maire est un ardent défenseur d’Israël. Dans sa croisade pour l’Etat juif, il n’hésite pas à utiliser les symboles coloniaux (défense de la civilisation judéo-chrétienne, avant-poste de la démocratie) à l’instar de l’ancien premier ministre espagnol qui avait déclaré récemment : « Il faut défendre Israël à tout prix, car s’il tombe, l’Europe aussi tombera ». D’ailleurs un portrait géant du soldat israélien enlevé par le Hamas orne la façade de la Mairie.

Il y a ce personnage, MST, qui traverse tout le roman, et qui ressemble furieusement à BHL...

Je vous laisse la responsabilité de ce constat. Il est vrai qu’il y quelques ressemblances, mais en principe ce n’est pas lui. Ceci dit, il ne me déplait pas que certains fassent ce rapprochement. Michel-Samuel Taïeb est effectivement un personnage central, correspondant à son rôle flamboyant, à ses nombreux réseaux, à son implication sans réserve en faveur d’Israël, à l’acharnement avec lequel il recrute d’autres sayanim. C’est lui qui va recruter le cardiologue, qui va intervenir à l’Elysée pour donner l’ordre aux rectorats de remplir le stade de jeunes beurs, qui va appeler un responsable d’émission à Canal Plus pour humilier en direct des militantes de SOS Palestine, qui va faire pression sur le recteur de la Mosquée de Paris pour soutenir ce prétendu « match pour la paix », etc. Le chef du Mossad à l’ambassade d’Israël à Paris de lui : « Il vaut plus que 100 sayanim ».

On a l’impression que vous vous êtes pas mal amusé avec les noms des sayanim.

Je n’ai pas pu m’en empêcher. Le fait de trouver ces noms, que d’aucuns pourraient rapprocher de personnages réels, me remplissait de joie (sarcastique) à chaque fois. Delanoix, Fauderch, Idler, MST, Goldnavet, Vil-Neuf, j’en passe et des meilleurs. Il est vrai que mes sympathies vont là où vous savez. Je n’avais aucune raison de les épargner.

Est-ce à dire que c’est un roman politique ?

Si on entend par là qu’il prend position de façon claire et nette, tout en dénonçant les pratiques de chantages et de manipulations au profit d’une politique impérialiste, alors oui, c’est un roman politique. D’ailleurs il est dédié « à tous ceux qui se battent pour la justice en Palestine ». La forme romanesque n’est qu’une méthode pour y arriver. Bien qu’une grande partie du livre se base sur des faits réels, ou exprime une réalité telle qu’elle pourrait se dérouler. Lorsque MST appelle Canal Plus, je n’étais pas à l’écoute, mais la façon dont la plupart des grands médias lui déroulent le tapis rouge me fait penser que c’est sa manière d’agir. Et d’être obéi.

Est-ce qu’on vous mettra des bâtons des les roues ?

Certainement. Les sayanim et leurs complices, et ils sont nombreux et occupent des postes stratégiques, feront tout pour élever un mur de silence. Ou bien ce sera le déni. Ou enfin le recours à ces vieilles méthodes de l’amalgame. Une critique d’Israël équivaut à de l’antisémitisme. Parler des sayanim, c’est revenir à cette accusation de « complot » que certains antisémites au tournant du 20e siècle lançaient aux juifs pour les discréditer. Le discours du déni, et d’un certain terrorisme intellectuel, est bien rodé. Que peut-on vous souhaiter ?

J’espère d’abord que ce livre ouvrira les yeux sur cette force puissante et insidieuse mise au service d’une idéologie de domination. Qu’il permette ensuite un décryptage plus pointu des événements. Et enfin qu’il favorise l’émergence de contre-pouvoirs.

Email de l’auteur : yacobous@yahoo.fr

Jacob COHEN, LE PRINTEMPS DES SAYANIM, éditions l’HARMATTAN, 2010

Source : http://www.info-palestine.net/article.php3 ?id_article=9047


http://www.dailymotion.com/video/xevhol_franck-abed-recoit-jacob-cohen-1-3_news

(Vidéo à regarder)

Franck ABED reçoit Jacob COHEN pour un entretien évoquant le livre : Le printemps des sayanim. Ce livre qui se veut un roman traite des sayanim - informateurs en hébreu - qui sont des juifs de la diaspora et par " patriotisme ", ils acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes. En France, leur nombre serait évalué à 3000....

 

Ma photo

Dernier texte de Jacob Cohen:

Apartheid scolaire:

 

Devinette: Dans quel pays démocratique, forcément démocratique, existe-t-il 2 structures d'éducation, de la maternelle jusqu'au bac, structures hermétiquement séparées et imposées, en fonction de la RACE et de la RELIGION? En Israël évidemment. D'abord ça permet de favoriser le circuit scolaire juif en lui octroyant un budget double de celui que reçoit le circuit arabe. Ca fait des juifs plus intelligents que les arabes. Ensuite et surtout, il empêche le mélange, la hantise des sionistes. Imaginez que des jeunes juifs et arabes étudient ensemble, se comprennent, deviennent copains, peut-être même amoureux. Quelle catastrophe! et la pureté biblique! Et le nationalisme qui se nourrit de la haine et du mépris des arabes! Comment les juifs, maîtres chez eux, se dispenseraient-ils de crier dans les stades "Mort aux arabes!" (israéliens bien entendu) ou de coller des stickers sur leurs voitures avec le même slogan?
D'où ce sondage édifiant sur le virus de l'apartheid dans la jeunesse israélienne:
Selon un sondage effectué par le département des statistiques de l'université de Tel-Aviv, 50 % des Israéliens de 15 à 18 ans ne souhaitent pas se retrouver avec des Arabes israéliens dans la même salle de classe", rapporte Ha'Aretz. Alors que 64 % de ces jeunes constatent que les Arabes israéliens ne bénéficient pas de tous les droits accordés aux citoyens israéliens, 59 % estiment que, de toutes façons, ils ne devraient pas y avoir accès.
Et ces jeunes vont bientôt porter l'uniforme et la mitraillette en bandoulière, et on imagine comment ils se comporteront dans les barrages, les interrogatoires, les fouilles des maisons, etc. la routine de l'occupant.

yacobous@yahoo.fr

http://jacobdemeknes.blogspot.com/2010/09/apartheid-scolaire-en-terre-sioniste.html (son blog)

.
Discours de l’État de l’Union - Comme le traité, le ridicule TUE Jean Yves Crevel

Discours_du_t.jpg Telle une bête de compagnie imitant son maître, l’Union européenne s’est imposée par le traité de Lisbonne l’obligation d’une mise en scène qui n’a pas manqué de se retourner contre ses promoteurs, le fameux discours de l’État de l’Union.


Ce spectacle américain avait lui-même été instauré par George Washington dans sa logique de singer l’Empire britannique et son discours de la couronne, « the Speech from the Throne », écrit par le 1er ministre et lu par le souverain. Il consiste à rappeler aux parlementaires britanniques démocratiquement élus qu’une autre autorité, non élue, incarne la souveraineté. [1]


La boucle est bouclée, le traité imposant aux peuples la dictature européenne donne au président de la Commission le même rôle que sa très gracieuse majesté face aux représentants élus par ses sujets. [2]


Ce qui devait être un grand moment d’europolâtrie collective a tourné à la pantalonnade, il a fallu menacer d’amendes les eurodéputés pour qu’ils y assistent (ils auraient du presser 3 trois le buzzer pendant le discours, afin de prouver qu’ils ne dormaient pas), pour finalement retirer cette pitoyable menace.


Le seul eurodéputé à avoir parlé dignement lors de ce sinistre spectacle, à mettre en lumière l’effondrement du mythe européen, fut, encore, Nigel Farage. (Notons qu’il a lui aussi été menacé d’amende pour oser dire simplement la vérité)


À la dictature européenne, le traité TUE a imposé cet exercice ridicule, souhaitons que le ridicule tue la dictature. Que renaissent les démocraties européennes, que revive la liberté, que revive la France.

Selon la formule empruntée à Nigel Farage, "le plus tôt sera le mieux".


Nigel Farage sur l’état de l’UE

http://www.telegraph.co.uk/telegraph/multimedia/archive/01001/barroso_1001942c.jpg

Notes

[1] Le grand président, Thomas Jefferson, respectueux du droits des peuples (celui qui disait que "Pour tout homme, le premier pays est sa patrie, et le second, c’est la France"), avait mis fin à cette mise en scène qui ne fut réinstaurée qu’après son départ.

[2] A la différence - de taille - que, contrairement au Royaume-Uni, L’UE n’a aucune Déclaration des droits pour limiter les pouvoirs de la Commission et de sa bureaucratie ( Selon Neelie Kroes : 32.000 fonctionnaires directement sous les ordres de la Commission et 138.000 salariés de groupes d’études, de sous-commissions, de groupes de pression et de lobbies) ou limiter le pouvoir de la Commission au profit de celui du Parlement fantoche et condamné à le rester, attendu qu’il n’y a PAS de peuple européen Pour l’élire.

(L’Allemagne, puissance dominante, a rappelé par sa Cour Constitutionnelle de Karlsruhe qu’elle veillera toujours aux droits du peuple allemand éternel, condition expresse de sa ratification du traité TUE. Il n’y aura donc JAMAIS de peuple européen, sauf à appeler ainsi, par un abus de langage, tous les peuples qui auront accepté la soumission résultant de l’abandon de leur souveraineté dans un ensemble où le dominant se garde bien, lui, de se fondre et de disparaître.

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article842

 

Valmy-site-moulin-logo-copie-1.jpg

 

GEAB N°47 est disponible  

Vers la très grande panne du système économique et financier mondial

Communiqué public GEAB N°47 (15 septembre 2010)

Comme anticipé par LEAP/E2020 en Février dernier dans le GEAB N°42, le second semestre 2010 est bien caractérisé par une aggravation brutale de la crise marquée par la fin de l'illusion de reprise entretenue par les dirigeants occidentaux (1) et les milliers de milliards engloutis par les banques et des plans de « stimulation » économiques sans efficacité durable. Les prochains mois vont dévoiler une réalité simple mais particulièrement douloureuse : l'économie occidentale, et en particulier celle des Etats-Unis (2), n'est jamais vraiment sortie de récession (3). Les sursauts statistiques enregistrés depuis l'été 2009 n'ont été que les conséquences passagères d'une injection massive de liquidités dans un système fondamentalement devenu insolvable à l'image du consommateur américain (4). Au cœur de la crise systémique globale depuis son origine, les Etats-Unis vont donc démontrer dans les prochains mois qu'ils sont à nouveau en train d'entraîner l'économie et la finance mondiales au « cœur des ténèbres » (5) car ils ne parviennent pas à sortir de cette « Très Grande Dépression US » (6). Ainsi, à l'issue des soubresauts politiques des élections américaines de Novembre prochain, sur fond de taux de croissance redevenus négatifs, le monde va devoir affronter la « Très Grande Panne » du système économique et financier mondial fondé depuis plus de 60 ans sur l'absolue nécessité pour l'économie américaine de ne jamais se trouver durablement en récession. Or, la première moitié de 2011 va imposer à l'économie américaine une cure d'austérité sans précédent plongeant la planète dans un nouveau chaos financier, monétaire, économique et social (7).  

 

Dans ce GEAB N°47, notre équipe anticipe donc pour les mois à venir différents aspects de cette nouvelle évolution de la crise notamment la nature du processus d'austérité imposée qui va toucher les Etats-Unis, l'évolution du couple infernal « inflation/déflation », l'évolution réelle du PNB US réel, la stratégie des banques centrales, les conséquences directes pour l'Asie et l'Euroland. Nous présentons comme chaque mois nos recommandations stratégiques et opérationnelles. Et exceptionnellement ce numéro du GEAB présente un extrait du nouveau livre de Franck Biancheri « Crise mondiale : En route pour le monde d'après – France, Europe et Monde dans la décennie 2010-2020 » dont la version française sortira le 7 Octobre prochain aux Editions Anticipolis.

Dans ce communiqué public du GEAB N°47, nous avons choisi de présenter un extrait de l'anticipation portant sur la prochaine austérité imposée aux Etats-Unis à partir du Printemps 2011 :
 

 

« Welcome to the United States of Austerity ».

 Les trimestres à venir vont être particulièrement dangereux pour le système économique et financier mondial. Le patron de la Fed, Ben Bernanke, a d'ailleurs fait passer le message aussi diplomatiquement que possible lors de la récente réunion des banquiers centraux mondiaux à Jackson Hole dans le Wyoming : bien que la politique de relance de l'économie américaine ait échoué, soit le reste du monde continue à financer à perte les déficits US et espère qu'à un moment donné ce pari sera payant et aura évité un effondrement du système global, soit les Etats-Unis vont monétiser leur dette et transformer en monnaie de singes l'ensemble des Dollars et Bons du Trésor US possédés par le reste de la planète. Comme toute puissance acculée, les Etats-Unis sont désormais ainsi obligés de joindre la menace à la pression pour pouvoir obtenir ce qu'ils veulent. Il y a à peine plus d'une année, les dirigeants et responsables financiers du reste du monde s'étaient portés volontaires pour « remettre à flot le navire USA ». Aujourd'hui pourtant les choses ont bien changé car la belle assurance de Washington (celle de la Fed comme celle de l'administration Obama) s'est avérée n'être qu'une pure arrogance fondée sur la prétention d'avoir compris la nature de la crise et l'illusion de posséder les moyens de la maîtriser. Or, la croissance américaine s'évapore trimestre après trimestre (8) et redeviendra négative dès la fin 2010; le chômage n'en finit pas de croître entre la stabilité des chiffres officiels et la sortie en six mois de plus deux millions d'Américains du marché de l'emploi (pour LEAP/E2020, le chiffre réel de chômage est désormais d'au moins 20%) (9); le marché de l'immobilier américain continue à être déprimé à des niveaux historiquement bas et va reprendre sa chute dès le quatrième trimestre 2010; enfin, comme on peut aisément l'imaginer dans ces conditions, le consommateur US reste et restera durablement aux abonnés absents puisque son insolvabilité perdure voire s'aggrave (10) pour l'Américain sur cinq qui n'a pas de travail.

Derrière ces considérations statistiques se cachent deux réalités qui vont radicalement modifier le paysage politique, économique et social américain et mondial des prochains trimestres au fur et à mesure de leur émergence dans la conscience collective.

 

La colère populaire va paralyser Washington à partir de Novembre 2010

Tout d'abord, il y a une réalité populaire très sombre, un vrai voyage « au cœur des ténèbres », qui est celle de dizaines de millions d'Américains (près de soixante millions dépendent désormais des bons de nourriture) qui n'ont désormais plus d'emploi, plus de maison, plus d'épargne et qui se demandent comment ils vont survivre dans les années à venir (11). Jeunes (12), retraités, noirs, ouvriers, employés des services (13),... ils constituent cette masse de citoyens en colère qui va s'exprimer brutalement en Novembre prochain et plonger Washington dans une impasse politique tragique. Supporters du mouvement « Tea-Party » (14), nouveaux sécessionnistes (15),… ils veulent « casser la machine washingtonienne » (et par extension celle de Wall Street) sans pour autant avoir de propositions réalisables pour résoudre la multitude de problèmes du pays (16). Les élections de Novembre 2010 vont ainsi être la première occasion pour cette « Amérique qui souffre » de s'exprimer sur la crise et ses conséquences. Et, récupérés ou pas par les Républicains ou bien les extrêmes, ces votes vont contribuer à paralyser encore plus l'administration Obama et le Congrès (qui basculera probablement du côté Républicain), ne faisant qu'enfoncer le pays dans un immobilisme tragique au moment où tous les indicateurs passent à nouveau au rouge. Cette expression de colère populaire va par ailleurs entrer en collision dès Décembre avec la publication du rapport de la commission sur le déficit mise en place par le Président Obama, qui va automatiquement placer la question des déficits au cœur du débat public du début 2011 (17).

A titre d'exemple, on peut déjà voir une expression bien particulière de cette colère populaire contre Wall Street dans le fait que les Américains ont déserté la bourse (18). Chaque mois, ce sont toujours plus de « petits actionnaires » qui quittent Wall Street et les marchés financiers (19) laissant aujourd'hui plus de 70% des transactions aux mains des grandes institutions et autres « high frequency traders ». Si l'on garde en mémoire l'image traditionnelle que la bourse serait le temple moderne du capitalisme, alors on assiste à un phénomène de perte de foi qui pourrait être comparable à la désaffection des grandes manifestations populaires qu'a connu le système communiste avant sa chute.

 

La Réserve fédérale sait désormais qu'elle est impuissante

Enfin, il y a une réalité financière et monétaire tragique car ceux qui en sont les acteurs ont conscience de leur situation peu enviable : la Réserve fédérale US sait désormais qu'elle est impuissante. Malgré les actions exceptionnelles (taux d'intérêt à zéro, quantitative easing, soutien massif du marché des prêts immobiliers, soutiens massifs aux banques, multiplication par trois de son bilan,…) qu'elle a mises en œuvre à partir de Septembre 2008, l 'économie US ne repart pas. Les dirigeants de la Fed découvrent qu'ils ne sont qu'une composante d'un système, même si c'est une composante centrale, et qu'ils ne peuvent donc rien contre un problème qui affecte la nature même du système, en l'occurrence, le système financier américain, conçu comme le cœur solvable du système financier mondial depuis 1945. Or, le consommateur US est maintenant insolvable (20), lui qui au cours des trente dernières années est devenu progressivement l'acteur économique central de ce cœur financier (avec plus de 70% de la croissance US dépendant de la consommation des ménages). C'est sur cette insolvabilité des ménages US (21) que se sont brisées les tentatives de la Fed. Habitués au virtualisme, et donc à la possibilité de manipuler les évènements, les processus et les dynamiques, les banquiers centraux américains ont cru qu'ils pouvaient « tromper » les ménages, leur donner à nouveau l'illusion de richesse et les pousser ainsi à relancer la consommation et derrière elle toute la machine économique et financière des Etats-Unis. Jusqu'à l'été 2010, ils n'ont pas cru à la nature systémique de la crise, ou bien ils n'ont pas compris qu'elle générait des problèmes hors de portée des instruments d'une banque centrale aussi puissante soit-elle. C'est seulement au cours des dernières semaines qu'ils ont dû constater une double évidence : leurs politiques ont échoué et ils n'ont plus ni armes ni munitions. D'où le ton particulièrement déprimé des discussions de la réunion des banques centrales à Jackson Hole, d'où l'absence de consensus sur les actions à venir, d'où les débats sans fin sur la nature des dangers à affronter dans les prochains mois (inflation ou déflation par exemple alors que les instruments internes au système utilisés pour mesure les conséquences économiques de ces tendances ne sont même plus pertinents comme nous l'analysons dans ce GEAB N°47) (22), d'où les oppositions de plus en plus violentes entre tenants d'une relance de la croissance par l'endettement et adeptes de la réduction des déficits,… et finalement d'où le discours plein de menaces voilées de Ben Bernanke à ses collègues banquiers centraux ; en termes alambiqués, il a fait passer le message suivant : « nous allons tenter tout et n'importe quoi pour éviter un effondrement économique et financier, et vous allez continuer à financer ce « tout et n'importe quoi », sinon on laisse filer l'inflation et on dévalue ainsi le Dollar tandis que les Bons du Trésor US ne vaudront plus grand chose (23) ». Quand un banquier central s'exprime comme un vulgaire extorqueur de fond, c'est qu'il y a péril en la demeure (24). La réaction des grandes banques centrales mondiales se dévoilera dans les deux trimestres à venir. Déjà la BCE a fait comprendre qu'elle pensait qu'une nouvelle politique de stimulation via une hausse des déficits US serait suicidaire pour les Etats-Unis. Déjà la Chine, tout en déclarant qu'elle ne ferait rien pour précipiter les choses, passe son temps à vendre des actifs US pour acheter des actifs japonais (le niveau historique du cours Yen/Dollar reflète ce processus). Quand au Japon, il est désormais contraint de s'aligner simultanément sur Washington et Pékin … ce qui va probablement neutraliser toute sa politique en matière financière et monétaire. La Fed, comme le gouvernement fédéral, vont découvrir dans les prochains trimestres que lorsque les Etats-Unis ne sont plus synonymes de profits juteux et/ou de puissance partagée, leur capacité à convaincre leurs partenaires décline rapidement et fortement, surtout quand ces derniers mettent en doute la pertinence des politiques retenues (25).

  

La conséquence de ces deux réalités qui s'imposent peu à peu dans la conscience collective américaine et mondiale va donc se concrétiser, pour l'équipe de LEAP/E2020, par l'entrée des Etats-Unis au Printemps 2011 dans une ère d'austérité sans précédent depuis que le pays est devenu le cœur du système économique et financier mondial. Blocages politiques fédéraux sur fond de ras-le-bol électoral de Washington et Wall Street, forte dépendance au financement fédéral de l'ensemble de l'économie US et impuissance de la Fed sur fond de réticences croissantes internationales à financer les déficits US vont se conjuguer pour précipiter le pays dans l'austérité. Une austérité qui a d'ailleurs déjà commencé à toucher de plein fouet au moins 20% de la population, et qui influe directement sur au moins un Américain sur deux, inquiet de rejoindre les rangs des sans-abris, des sans-travail et autres chômeurs de longue durée. Pour ces dizaines de millions d'Américains, l'austérité est bien là et elle s'appelle paupérisation durable. Ce qui va se jouer d'ici le Printemps 2011, c'est donc surtout la transposition dans le discours officiel, dans les politiques budgétaires et dans la conscience internationale que les Etats-Unis ne sont plus « the land of plenty », mais « the land of few ». Et au-delà des choix politiques internes, c'est aussi la découverte d'une limitation nouvelle pour le pays : les Etats-Unis n'ont plus les moyens d'une nouvelle relance (26). Plutôt que d'un enlisement multidécennal dans une situation à la japonaise, nombre de décideurs vont être tentés par la thérapie de choc… cette même thérapie qu'avec le FMI, les Etats-Unis ont recommandé aux pays d'Amérique latine, aux pays asiatiques et à l'Europe de l'Est.

Cela constitue normalement une bonne raison pour les agences de notation, toujours si prompte à voir la paille dans l'œil de la plupart des pays de la planète, pour menacer les Etats-Unis d'une forte dégradation de leur note s'ils ne mettent pas en œuvre au plus vite un vaste plan d'austérité. Mais de toute manière, pour LEAP/E2020, du fait des conditions internes et externes au pays présentées précédemment, c'est bien au printemps 2011 que les Etats-Unis ont rendez-vous avec l'austérité : un rendez-vous que leur imposera le reste du monde s'ils sont paralysés politiquement.

D'ici là, il est probable que la Fed tentera une nouvelle série de mesures « non conventionnelles » (mot technique signifiant « tentatives désespérées ») pour essayer d'éviter d'en arriver là car, à ce stade, une seule chose est certaine concernant les conséquences de l'entrée des Etats-Unis dans un vaste programme d'austérité : ce sera le chaos sur les marchés financiers et monétaires accoutumés depuis des décennies à l'exact contraire, c'est-à-dire le gaspillage américain ; et un choc économique et social interne sans équivalent depuis les années 1930 (27).

 

Suite ici :

 

 http://www.leap2020.eu/GEAB-N-47-est-disponible--Crise-systemique-globale-Printemps-2011-Welcome-to-the-United-States-of-Austerity-Vers-la_a5153.html

 

 

A lire:

 

ALAIN BAUER – DE LA S.A.I.C. ET LA CIA, AU G.O.D.F. ET LA « CRIMINOLOGIE » DE SARKOZY

 

Afghanistan: Sarkozy s'acharne à cacher la réalité de la guerre

 

 

Revolution-ass.nle.jpg

La rue peut réclamer la DISSOLUTION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE ET DU SENAT ! perte de légitimité forte (71 % )

 

La rue peut réclamer un retour aux urnes pour changer de représentants élus. Si cela ne vient pas spontanément, ce peut être provoqué.

DISSOLUTION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE ET DU SENAT !


1) Il ne faut pas prendre les gens pour des demeurés. Ils sont très nombreux à critiquer ce gouvernement qui est en perte de légitimité forte (71 % d'après les sondages ). Entre les roms et la retraite pro-capitaliste il y matière ! Ce gouvernement défend bec et ongle le MEDEF et les fonds de pension  à un point jamais connu. Il fait fort.

2) Le problème est que le peuple-classe (pas tout le peuple avec la bourgeoisie) ne s'exprime pas par un délégué du fait de sa pluralité interne. Autrement dit lorsqu'il s'oppose c'est à un parti de faire des propositions. C'est ce qu'à fait Christian Picquet à ma connaissance ce week-end en demandant la dissolution du parlement.

3) Que cette proposition tombe trop tôt ou trop tard me parait un débat secondaire. L'essentiel est qu'elle soit formulée.

4) Peu importe qu'en pratique ce soit le Président de la République qui doivent y procéder. Ce qui compte c'est d'approfondir la délégitimation de ce gouvernement anti-populaire.

Christian DELARUE, (Resp Nat ATTAC, et MRAP)

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15837

 

 

J'habite un pays... Quelques jours en Sarkozie...

 

sarkozie1.jpg 

 

13 septembre 2010. J’allume ma radio. Il est 11h30. J’habite un pays dans lequel le président de la république utilise les services de l’état pour faire espionner un magistrat suspecté d’être à l’origine de fuites dans la presse sur une affaire de trafic d’influence touchant – au moins – un ministre et – probablement – le chef de l’état lui-même.

Il est 13h. Flash Info. J’habite un pays dans lequel on apprend que le magistrat qui fut aussi la “source” des journalistes est, soudainement, muté en Guyanne.

Il est 14h. Lecture du journal. J’habite un pays que l’ONU et le parlement Européen condamnent pour sa politique menée à l’égard des Roms. J’habite un pays dans lequel le ministre de l’intérieur édicte une circulaire illégale, inconstitutionnelle et raciste.

13 Septembre 2010. Il est 15h. Flash Infos. J’habite un pays dans lequel le ministre de l’intérieur réécrit à la hâte, la même circulaire illégale, inconstitutionnelle et raciste.

Il est 17h. J’habite un pays où le ministre de l’immigration et de l’identité nationale dit n’avoir aucune connaissance d’une circulaire illégale et raciste pendant que ses collègues parlementaires expliquent que la France n’a pas de leçons à recevoir de l’Europe ou de l’ONU et qu’elle continuera de régler le problème de la pauvreté et de l’immigration avec des circulaires illégales et racistes.

J’habite un pays ou pendant que l’un ignore les circulaires relevant de son ministère, les autres les assument et les revendiquent, et le troisième les réécrit à la hâte. Faut dire aussi que j’habite un pays ou le ministre de l’immigration et de l’identité nationale était occupé à se marier quand on a découvert cette circulaire illégale et raciste. J’habite un pays où on ne peut pas être à la fois au four et au moulin. Jean Dutour et Jean Moulin.

J’habite un pays dans lequel un ancien cadre du parti socialiste désormais ministre de l’identité nationale d’un gouvernement de droite, se marie avec une jeune étudiante tunisienne, au ministère de l’immigration, ledit mariage étant célébré par une ancienne garde des sceaux elle-même “issue de l’immigration” et ayant – avant sa disgrâce – longtemps servi de quota de minorité visible d’un gouvernement de droite. J’habite un pays dans lequel même les symboles sont compliqués.

 J’habite un pays dans lequel une affaire touchant un ministre est confiée au parquet plutôt qu’à un juge d’instruction, ledit parquet n’ayant de comptes à rendre qu’au … ministre.

J’habite un pays dans lequel les journaux qui expliquent tout cela sont dirigés par de dangereux gauchistes à l’obscur passé trotskyste et dont la seule motivation est d’attenter à l’intégrité et à l’honneur de Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa. J’habite un pays où, quand à quelques mois d’intervalle, 2 puis 2,5 millions de salariés descendent dans la rue pour défendre leurs droits, ils ne sont, selon la police, représentatifs de rien du tout.

J’habite un pays ou des milliers d’écoliers n’auront plus devant eux que des étudiants à qui l’on a expliqué que le métier d’enseignant pouvait s’apprendre en quelques heures de formation.

J’habite un pays où l’éducation, la santé publique, l’accès aux soins pour chacun et surtout pour les plus pauvres est, chaque jour, plus difficile, plus lointain.

Cela avait commencé il y a longtemps déjà. Je me souviens. 18 Mai 2007. J’allume ma radio. Le flash de 19 heures. J’habite un pays qui se dote d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale. Comme une pelote de haine, de morgue, de mensonge, et de bêtise que l’on s’applique à dérouler et à dérouler encore. Flash info. J’habite un pays où l’on expulse des enfants à la sortie de l’école. Flash info. Encore. J’habite un pays où l’on expulse même des poly-handicapés. J’habite un pays dans lequel à chaque nouveau flash d’information, je dois me pincer pour me dire que je ne rêve pas, que tout cela va s’arrêter, que la raison va l’emporter.

Je pense à ceux, je pense aux luttes. Qui ont permis que 3 mots figurent aux frontons des mairies. Je pense aux frontons fissurés. Je pense au sens, perdu dans ces lézardes. Je pense à ceux qui ont, un temps, habité le pays des droits de l’homme.

J’habite un pays. J’habite un pays dans lequel je voudrais, trop souvent, ne faire que passer.

affordance.info

 

http://www.futurquantique.org/?p=11274

  

police_materiel-telepolic    </div>


          

  </div>
  
                
                							                							<div class=

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 21:39

apocalypse-F--j.jpg

 

Sommaire:

 

Il y aura une guerre,

par eva R-sistons.

 

Il n'y aura pas de guerre,

par Observeur.

 

Le message des Africains au monde,

(haro sur l' Occident,

et ils ont de bonnes raisons pour cela).

 

La guerre des Droites, suite,

par eva R-sistons

 

Le vrai Chavez

 

Mohamed Hassan: Océan indien,

ici se joue la bataille pour la domination mondiale.

 

Peut-on encore sauver la France ?


bushwar_dees.jpg

 

Guerre, ou pas guerre ?

Eva R-sistons répond à Observeur

("Guerre mondiale, guerre nucléaire")

 

Bonjour

 

Sur ce blog, pour informer et pour alerter, je me fais souvent l'écho de nouvelles alarmistes. Ma principale préoccupation est la guerre. Il ne s'agit évidemment pas de faire peur, mais d'inciter à se préparer, au moins psychologiquement, sinon matériellement. Est-elle évitable ? L'un de mes Lecteurs, Observeur (il contribue aussi à ce blog en me recommandant des articles), blogueur très bien informé, est catégorique: Il n'y aura pas de guerre, et surtout pas nucléaire. Tant mieux !

 

 

 

D'emblée, je le dis clairement: Je suis d'accord avec la plupart de ses arguments. Oui, il ne devrait pas y avoir de guerre mondiale, encore moins nucléaire. "Ils" ne sont pas fous ! L'économie mondiale friande de pétrole en pâtirait trop, et l'air deviendrait irrespirable. Et puis, Russie et Chine veillent au grain. Ou à la paix ! Nous serions tous plus ou moins condamnés, à terme, si nous faisons la folie de provoquer une guerre mondiale nucléaire.

 

Oui, mais justement, les Maîtres du monde, les Décideurs, sont "fous", ce sont des psychopathes vivant dans une bulle, complètement coupés du réel et surtout insensibles à la souffrance d'autrui. Ils ne les ont jamais expérimentées, d'ailleurs, pardi ! Et puis, il est vrai qu'il y a des Sages un peu partout, et ce fût le cas lorsque Bush, englué en Irak, envisageait déjà de s'embourber en Iran: Des généraux américains, plus réalistes, plus pragmatiques, ont dit non. Sage décision ! Sans eux, depuis deux ans le monde serait en voie de dislocation...

 

Oui, mais les Sages sont confrontés à des puissances occultes qui font peu de cas des peuples, du long terme, des générations futures, et qui sont prêtes à tout pour que leurs portefeuilles soient plus épais encore, quitte à sacrifier les citoyens du monde entier, quitte à piétiner les règles les plus élémentaires de prévoyance. A leur façon, enfermées dans un cocon, elles font preuve d'irresponsabilité. 

 

Perversité du capitalisme: Continental

 

Oui, mais le capitalisme a sa logique propre, et il se nourrit du travail et des sacrifices consentis par les citoyens. Nous en avons une illustration terrible aujourd'hui même. Pour être sûrs de conserver leur travail - le chantage à l'emploi marche toujours lorsque le volet du chômage est sciemment important -, les salariés de Continental, entreprise pourtant rentable, ont accepté l'impensable: Une diminution de salaire, des primes revues à la baisse, un intéressement moins intéressant, des heures supplémentaires... bref travailler plus, pour gagner moins, le slogan de campagne de Sarkozy à l'envers. Joyeux lendemains ! Sans parler des suppressions de postes d'intérimaires.

 

La peur est l'alliée des chefs d'entreprise sans scrupules. Et tout ça pour quoi ? Cinq ans d'emplois garantis. Garantis ? Voire... Et après ? Eh bien après, le manège recommencera, nouvelle baisse de salaires, heures supplémentaires, etc, ou délocalisation dans un Etat où l'on travaillera pour cent euros, tandis qu'au pays, la famille abandonnée se disloquera... Elle est pas belle, la vie ? Comme dit régulièrement la télé du bonheur FR2, toujours à la pointe de la désinformation et de la propagande radieuses.

 

Bref, le capitalisme n'a pas de scrupules. Les gens, saturés d'hochets divers  - renvois de Roms, interdiction de burkas, ou composition d'équipes sportives, liste non exhaustive -, oublient que le capitalisme est leur ennemi. Mais le capitalisme, lui, ne les oublie pas. Et si les "gens d'En-Bas" ne consomment plus assez, s'ils se rebellent, s'ils ne se plient pas à la dégradation constante de leur niveau de vie, s'ils osent revendiquer le maintien de protections sociales ou de services publics, paf ! Une bonne guerre et les affaires redémarrent, les industriels de la Reconstruction font de juteux profits, et tous les industriels de mort, les charognards sont là pour tirer parti du malheur des peuples. Dick Cheney en Irak, par exemple, ça vous dit quelque chose ? Même pas d'appel d'offres. L'ami de Bush a tout raflé... Elle est pas belle, l'Amérique, hein, FR2 ? Encore récemment, ils célébraient les héros revenant d'Irak, la démocratie made in USA... FR2, pour moi chaîne au service d'Israël, détient la palme de la désinformation et de la propagande ! Passons...

 

Israël a des démangeaisons...

 

Oui, mais... donc, admettons que les généraux freinent l'ardeur des Décideurs, que le capitalisme ait peur de manquer de jus, ou de pétrole, que les Maîtres du Monde retrouvent la raison, que le sens de la responsabilité devienne la chose la mieux partagée, reste Israël. Et là, ce n'est pas la grande inconnue. Comme son cousin germain, son alter-ego US qui, lui, se nourrit de l'industrie de guerre, Israël a apprivoisé le militaire. Au point, si je ne m'abuse, que ses citoyens masculins fassent trois ans de service militaire, et ses citoyennes féminines, deux ans de service, et tant pis pour la féminité. J'avais publié sur R-sistons un texte, écrit par une citoyenne juive, disant qu'elle en avait assez de voir les Israéliens mettre au monde de futurs militaires (c'est un euphémisme).

 

Israël, donc, soigne sa sécurité en semant l'insécurité, et même un peu partout, pourquoi se limiter, bref l'Etat oublie de traiter les causes en choisissant une politique juste, acceptable par tous, et il se complaît à faire des guerres. C'est presque une raison de vivre, ou de mourir, en tous cas un passe-temps. Il lui en faut  régulièrement. Et quand il n'y a pas de guerre en vue, il en invente une. C'est un don ! Chacun ses dons. Bref, Israël sans guerre n'est plus Israël. Et il se délecte à l'idée de se mesurer à l'Iran ! Tant pis pour les conséquences, on verra après, de toutes façons le peuple "Elu", si bien élu, vaincra. Allez sur les forums de ses citoyens ! Encore récemment, j'ai eu un soldat de Tsahal "aux trousses", dans un forum. Pas du tout d'accord avec moi, le bougre ! La paix, non, non, vraiment non. Et j'ai été aux prises avec les partisans d'Israël qui tous, en France ou ailleurs, vantaient les bienfaits des guerres et surtout de celle contre l'Iran. Allez sur un forum ! Et constatez vous-mêmes comme ils brûlent d'en découdre avec l'Iran, et même avec le monde entier. Ce sera pour vous une expérience mémorable, je vous le garantis.

 

Et alors, vous croyez qu'ils vont rester sans guerre, vous ? S'ils n'en ont pas, ils la trouvent, ou ils la provoquent. Ils la veulent ! Rien ne remplace le plaisir d'une guerre, pour eux, surtout si elle est gagnée. C'est un sport national ! Après tout, ils ont, prétendent-ils, la meilleure armée du monde, quel exploit - la pacifiste que je suis exulte ! -, et ils en sont si fiers, elle est si éthique, hein, puisque Tsahal le proclame partout. Les Palestiniens ne sont pas d'accord, mais tant pis, ou tant mieux. Passons. Vous croyez qu'ils ne vont pas tout faire pour l'avoir, "leur" guerre ? Et l'Iran est le dernier os à ronger pour dominer définitivement la région avec leur clone américain....

 

Est-ce que leurs dirigeants auront, eux, la sagesse d'empêcher l'irréparable ? Ceux qui ne sont pas en prison  - la corruption est l'industrie la plus répandue, là-bas - ou à l'agonie, sont au Pouvoir. Et qui sont-ils ? Diable ! Les plus extrémistes, les plus fascistes, les plus réactionnaires, les plus va-t-en guerre, les plus fanatiques de leur Histoire pourtant bien pourvue sur ce plan-là. Donc, il n'y a rien à attendre de ce côté. Et moi, mais ce n'est que moi, je dis qu'ils ne seront pas heureux tant qu'ils n'auront pas leur guerre contre l'Iran. Le Prix Nobel Obama n'est pas d'accord ? Ils partent tous seuls. Et les bons zamis américains suivront, c'est ça l'amitié. Tôt ou tard, ça arrivera, non ?

 

Y aura-t-il un Chirac pour s'interposer ? Las, on a Sarkozy, tout un programme ! Eh oui, nous avons notre Bush, l'un est parti, l'autre est arrivé. En France. En France, chez nous ! Vous ne rêvez pas ! Et à côté de l'énergumène en question, les Israéliens sont des enfants de choeur ! Et il pousse à la guerre, le bougre, il aime ça, les bastons, comme ses amis Texans... Olé ! On a notre cow-boy ! La diplomatie, non ! On ne cause pas, on dégaine le colt. C'est simple, très simple. On ramassera les cadavres après, et au passage les riches pourront se servir en organes pour leurs propres (propres ?) transplantations...

 

Tiens, à propos de Sarkozy, Fidel Castro se demande ce que va devenir la nucléaire aux mains d'un "fou" comme ça... Ce n'est pas moi qui le dit, je n'oserais pas, surtout pas ! Je respecte les Présidents, moi ! Même celui-là... comment pourrait-il en être autrement ? Au temps de Big Brother, la France frondeuse est reléguée dans les livres de Victor Hugo... Alors, je suis sage comme une image ! Ou presque...

 

Bref, il ne faut pas compter sur Sarkozy pour freiner les ardeurs de ses amis ultra-sionistes. Au contraire, il pousse à fond, le bougre ! On va l'avoir, la guerre, hein, un joli feu d'artifice ! On s'amuse comme on peut. La guerre-jeu vidéo. La guerre-drone. On n'arrête pas le progrès ! On ratisse large, maintenant...

 

Donc, Observeur pense qu'il n'y aura pas de guerre, et surtout pas nucléaire, moi je pense qu'à un moment ou un autre, Israël ne pourra plus freiner ses ardeurs, et que l'oncle Sam emboîtera le pas.

 

Alors, partiront, partiront pas ? Les paris sont ouverts...

 

Eva ne R-sistons pas au plaisir de pourfendre la guerre, hein ?

 

TAGS: Guerre, Iran, Etats-Unis, Bush, Obama, Sarkozy, France, Israël, Tsahal, Victor Hugo, Fidel Castro, Big Brother, Texans, Prix Nobel, FR2, Dick Cheney, pétrole, Continental, Irak, Chirac...


 

http://r-sistons.over-blog.com/article-guerre-ou-pas-debat-les-africains-et-l-occident-le-vrai-chavez-57077928.html

 

TAGS: Guerre, Iran, Etats-Unis, Bush, Obama, Sarkozy, France, Israël, Tsahal, Victor Hugo, Fidel Castro, Big Brother, Texans, Prix Nobel, FR2, Dick Cheney, pétrole, Continental, Irak, Chirac... 

 

 

Guerre mondiale ou guerre nucléaire

 

Point de vue personnel ,
Observeur
Guerre mondiale ou guerre nucléaire

Depuis plusieurs semaines, de nombreux articles, sur Internet et ailleurs,  
font référence à une troisième guerre mondiale
et même à une guerre nucléaire.  
Tous ces articles alarmistes font partie de l'intox pour manipuler
par la peur l'opinion mondiale, mais aussi et surtout
pour que des Etats proches de l'Iran  
se mobilisent en faveur des USA "protecteurs" des pays arabes "modérés"
afin qu'ils acceptent d'installer des bases USA sur leur territoire.  
Les USA savent qu'il y a antagonisme entre les Sunnites et les Chiites.  
Or l'Iran est islamiste chiite. On devine facilement la suite.  
Pour ce qui est de la troisième guerre mondiale, elle n'aura pas lieu.  
Voici pourquoi :  
Pour qu'il y ait guerre mondiale, il faudrait
que la Russie et la Chine y participent.  
Or, ces deux pays ne participeront à la guerre que s'ils sont attaqués.  
Quel pays est capable d'attaquer ces deux pays ?  
Aucun, pas même les USA car trop dangereux pour eux.  
Qui-plus-est, la Russie et la Chine sachant l'agressivité d'Israël envers
l'Iran,  la Syrie, le Hamas du Liban, le Hezbollah de Gaza,
font le nécessaire pour que des armes, dangereuses pour Israël,
soient mises à leur disposition.  
Ainsi la Russie et la Chine participent à la paralysie d'Israël.  
Or, 40% des importations de pétrole des USA provient
des pays du golfe persique.  
L'Iran peut bloquer le détroit d'Ormuz et donc le pétrole pour les USA.  
Donc, les USA sont paralysés dans leurs tentatives d'attaquer l'Iran.  
Israël et les USA étant paralysés militairement,  
ils ne leur reste que la guerre psychologique,  
l'interdiction dictée aux pays occidentaux de commercer avec l'Iran,  
le blocage des avoirs de l'Iran dans les banques occidentales,  
espérant un soulèvement d'une partie du peuple iranien par des actions  
fomentées par Israël, l'Angleterre, les USA.  
Tout cela a échoué.  
Pour ce qui est de la guerre nucléaire, elle n'aura pas lieu.  
Voici pourquoi :  
Une guerre nucléaire, même régionale,
provoquerait des pollutions radioactives incontrôlables
se propageant selon les altitudes et les vents partout sur la planète.  
Ainsi, même les agresseurs seraient pollués.  
Des personnes haut placées dans le commandement de l'utilisation  
des bombes nuléaires sont capables d'empêcher de les utiliser.  
Cela est déjà arrivé aux USA où l'amiral Fallon a fait détruire un satellite  
qui devait participer au guidage des missiles nucléaires contre l'Iran.  
L'amiral Fallon a été mis à la retraite.  
Mais au Pentagone, il y a des gens qui ne sont pas d'accord  
pour une attaque de l'Iran et qui veille au grain.  

L'avenir nous dira si je me suis trompé.


Dimanche 12 Septembre 2010
http://www.alterinfo.net/Guerre-mondiale-ou-guerre-nucleaire_a49779.html

 

 

rival-combo-2-29198.jpg

 

Guerre des Droites, suite.

Par eva R-sistons (encore !) 

 

De Villepin, coucou ! Il est toujours là, et entend l'être de plus en plus. Pas content, Sarkozy !  Il a prévu une Justice sur mesure pour condamner son futur rival avant les élections (Clearstream). Et dans la foulée, il en a prévu aussi une sur mesure pour le blanchir, lui (Affaire Karachi). On grille l'un, on sauve l'autre. Seulement voilà, les nuages s'accumulent, la France de Sarkozy est décriée partout, les journalistes prennent goût à l'investigation, et les scandales n'en finissent pas de rebondir... Ca se corse ! 

 

Suite au prochain numéro... 
Woerth3.jpg

 

Un parfum d' UMP....
 
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

La Vérité sur Hugo CHAVEZ  

 

La Vérité sur Hugo CHAVEZ

Face à la calomnie médiatique :

Les manipulations et l’acharnement contre le Venezuela qu’on voit tous les jours dans la boîte à caca (la télévision) c’est-à-dire par les Médias-Mensonges-Manipulateurs-Collabos tiennent simplement au fait que ce pays dérange les «forces du mal» c'est-à-dire l'empire impérialiste et capitaliste…

 
Si le gouvernement qu’il dirige fait l’objet de tant d’attaques et d’acharnements c’est uniquement à cause de l’expérience remarquable qui s’y déroule, soutenue par une large majorité des vénézuéliens. Cette expérience dérange tous ceux qui veulent perpétuer la spoliation de l’Amérique du Sud. En d’autres termes, c’est l’engagement et la vison du gouvernement du président Hugo Chavez en vers son peuple et ceux du Sud, pour un autre monde possible qui sont ici ciblés. Les faits suivants en témoignent :


- L’éradication de l’analphabétisme (« Mission Robinson »), au bout de deux ans avec la méthode cubaine « Yo, si puédo ».


- Permettre aux adultes de poursuivre gratuitement leurs études : « Mission Ribas », pour le secondaire. « Mission Sucre », pour l’Université.


- Au plan de la santé-médecine, « l’opération Miracle » a permis à des milliers de vénézuéliens démunis de bénéficier gratuitement d’une opération de la cataracte, avec l’assistance de la coopération médicale cubaine.


- L’octroi d’une pension de retraite à toutes les personnes âgées de 60 ans, anciens salariés ou non, grâce aux ressources tirées du pétrole.

 

suite ici :

 

 http://djamelitoinfo.blogspot.com

 

 

L’entreprise : une zone de non-droit L’insécurité dont on ne parle pas (Deuxième partie)

L’entreprise : une zone de non-droit.

L’insécurité dont on ne parle pas

 http://lmsi.net/L-insecurite-dont-on-ne-parle-pas,310


 

 

La crise n'est pas celle de la Finance,

mais du capitalisme

090908-delga-moro.png?w=243&h=299

 

 

Tiré du site de l’Ernesto : http://www.lernesto.it/

 

Domenico Moro

 

http://socio13.wordpress.com/2010/09/12/cette-crise-n%E2%80%99est-pas-une-crise-financiere-mais-une-crise-du-capitalisme-par-domenico-moro/

 

 

Sur mon blog sos-crise,

 

Fidel Castro5 cropped.JPG
Wikipedia
Pour Fidel Castro, Sarkozy "devient fou"

Dans une tribune où il critique notamment une nouvelle fois les expulsions de Roms, l'ancien président cubain s'en prend directement au chef de l'Etat et s'inquiète du fait qu'il détienne les codes de la puissance nucléaire de la France.

 

http://lci.tf1.fr/monde/amerique/2010-09/pour-fidel-castro-sarkozy-devient-fou-6066132.html

 

 

L'hypocrisie infinie de l'Occident,

par Fidel Castro
http://www.legrandsoir.info/L-Hypocrisie-infinie-de-l-Occident.html

 

 

 

db-pascal5382.jpg?w=287&h=360c

 

Mise au point de danielle Bleitrach

(militante juive engagée contre l'impérialisme, note d'eva)

 
j'ai lu et relu l'article du journaliste Goldberg
et la mise au point de Fidel.
 
Sur la mise au point de Fidel je partage totalement l'ensemble de l'analyse et pour qui a lu mes articles sur ce blog, il comprendra à quel point les alarmes de Fidel sont les miennes, et combien je me réjouis qu'il ait percé le mur de silence, même si la presse bourgeoise s'est employé à déformer et à ignorer y compris le contexte de l'article du journaliste nord-américain. Cet article comme le souligne Fidel n'est pas malhonnête et malveillant, même s'il insiste ou isole ce que dit Fidel, jusqu'à, comme dans le cas du modèle cubain lui faisant dire le contraire de ce qu'il dit.
Mais il me semble que sur deux questions, celle de l'Iran, du danger d'attaque et du fait que ce pays est accusé injustement fidel n'a cessé depuis des mois d'être très clair et ceux qui lui ont fait dire le contraire ou ont feint d'être inquiets étaient de mauvaise foi. Sur le socialisme Fidel a également à de nombreuses reprises dit son opinion et il a précisé à quel point il considérait  le peuple cubain le plus apte à résister y compris en cas d'extension du désastre nucléaire, il a insisté sur le fait que le socialisme était l'avenir.
 
Il était difficile donc de s'alarmer sur ces deux points, le seul qui hélas à réellement posé problème est celui de "la défense des juifs"...
 
il reste en effet un point sur lequel Fidel est en retrait c'est celui duquel je m'étais félicité. Fidel selon le journaliste américain disait au président de l'Iran que l'antisémitisme et la négation de l'holocauste ne menait à rien sinon à agraver la paranoïa non des dirigeants israéliens, ceux-là sont des fascistes et ils savent ce qu'ils font mais du peuple juif que ces dirigeants manipulent c'est mon opinion et il me semble que Fidel se positionnait en ces termes. Il ajoutait des paroles qui personnellement m'avaient émues sur le martyre du peuple juif.
 
Politiquement je suis convaincue effectivement qu'on n'avancera pas par l'antisémitisme ou la négation de l'holocauste et depuis toujours je partage la position du parti communiste israélien qui se bat avec un courage exemplaire pour qu'arabes et juifs ensemble empêchent les implantations, fasse de jérusalem est la capitale de l'Etat palestinien et le droit au retour des palestiniens ainsi que la non discrimination des arabes israéliens.
 
Ce que dit Fidel sur ce point me parait juste mais il est moins offensif sur la question politique, et je le regrette non seulement sentimentalement parce que cela pouvait aider. je ne suis pas d'accord avec la manière dont il a du céder à la pression du "camp anti-impérialiste" sur l'identité entre ce qu'ont subi chrétiens, musulmans et juifs. je ne chercherai pas des poux mais premièrement quand il y a eu massacre des premiers chrétiens sous néron, on ne distinguait pas encore les chrétiens des juifs et c'était en tant que juifs qu'ils étaient massacrés en Egypte.. de même quand jérusalem est pris, le massacre mêle juifs et musulmans.. Et pour le reste il est inexact historiquement de confondre ce que les juifs traqués, non armés ont subi depuis deux mille ans et les combats qui opposaient armées chrétiennes et armées musulmanes... Et de comparer tout ça à la Shoah. Que Fidel ait été contraint à un tel amalgame prouve à quel point il a du lâcher du lest.
 
Je le sais d'autant plus que j'ai subi l'intolérable, non seulement les habituels malades de l'antisémitisme mais j'ai découvert avec stupéfaction où en étaient dans ce domaine des gens avec lesquels j'avais toujours combattu tant pour Cuba et l'Amérique latine que pour d'autres causes... Ils geignaient littéralement: ce n'est pas possible que fidel dise du bien des juifs et rien d'autre ne leur importait.. Le président de l'iran qui peut avoir raison dans cette affaire mais qui réprime les communistes était à leurs yeux une sorte de Che Guevara. j'étais stupéfaite par leur antisémitisme et par le fait qu'ils avaient besoin de sanctifier un individu pour défendre un peuple injustement attaqué. ils allaient jusqu'à émettre l'hypothèse que "le vieux était gâteux", c'était la première fois que je les voyais capables de parler comme ça de fidel. Et c'est pour cela que j'ai publié le texte du journaliste qui lui au moins était respectueux.
 

(..)

 
C'est pour cela que je me réjouissais que la grande voix de fidel Castro ait su dire ce qu'il fallait sans céder un pouce sur le fond.
 
Je dois dire honnêtement que tout cela m'a ébranlé et je me demande jusqu'où je peux aller avec des gens capables de tels errances. la seule chose dont je suis sûre est le double combat auquel nous invite Fidel Castro: combat contre la guerre, combat pour une autre planète, le combat de la vie contre la mort (c'est exactement mon combat, note d'Eva. J'ai mis, en gris, cette phrase en tête de mon blog).
Mais n'oubliez jamais que les fascistes, les racistes sont ceux qui portent la mort quelle que soit leur origine...
 

Danielle Bleitrach
http://socio13.wordpress.com/

 

  • Le blog de mamie sceptix/Charlotte

 

 

slave-ship_Picture1.jpg
Notre message au monde
(trouvé par hasard sur un blog africain:
Un point de vue africain sur l'Occident,
pas très récent, mais tant pis. Eva).
.
Vers la fin du mois de mai 1969, profondement touché par la misère de la Race Noire mondiale et le désordre dans le monde entier, Ne Muanda Nsemi décide de jeûner tout le mois de juin.
L'objectif est de demander aux Esprits Superieurs de sauver la Race Noire et d'éclairer le Monde entier.
Le 30 juin 1969, au cours d'une vision, une Etre très lumineux et très majestueux se présente.
Il dit qu'il est le Grand Esprit Muanda Kôngo qui a entendu la prière du Juste. Puis, ce Grand Esprit continua en disant:

1) L’occident a massacré des millions d’Africains dans son commerce d’esclaves. Les Dieux le savent, l’occident aussi.

2) L’occident a colonisé l’Afrique sur des bases inhumaines. Les Dieux le savent. L’occident aussi.

3) L’occident est responsable de la misère économique actuelle de l’Afrique noire. Les Dieux le savent, l’occident en est aussi conscient.

4) L’occident soutient le régime minoritaire et injuste des racistes boers qui maltraitent les Noirs en Afrique du sud. Tout le monde le sait, les Dieux aussi.

5°) L’occident a tracé en Afrique des frontières insensées qui continuent à faire couler le sang Africain. Les Dieux le savent, l’occident le sait aussi.

6) Les crimes de l’occident en Afrique sont bien connus en occident et dans le Monde divin.

Ainsi, l’occident a une grosse dette vis à vis de l’Afrique Noire. S’il refuse de la compenser, les lois de la Justice divine finiront un jour par agir impitoyablement. L’économie du monde occidental ne se stabilisera plus jamais, aussi longtemps que le peuple Négro Africain, victime de l’occident, continuera à pleurer sous le joug de la misère cultivée par les hommes de l’occident en Afrique.
La meilleure façon pour l’occident de compenser ses crimes en Afrique c’est de soutenir et de collaborer désormais avec ceux qui, en Afrique, travaillent REELLEMENT au salut et à la RENAISSANCE d’une Afrique authentique (Qu'en pense Patrice Lunumba ? eva). Voilà un grand avertissement, mais il paraît que la Voix de la Douceur n’a pas d’effet sur le cœur endurci de l’impérialisme occidental, qui n’entend que la Voix de la Violence et de la douleur. Alors qui vivra verra.

 

 

L'OBSTINATION DE L'OCCIDENT

Hier l'Occident avait peur du communisme. Et à ce que nous sachions, seul Che Guevara était communiste dans le groupe de Fidel Castro, le Cubain. Fidel Castro n'était au départ qu'un Génie qui voulait seulement sauver son peuple de la misère. Tel était son vouloir, sans pour autant être communiste. Mais l'obstination aveugle de l'occident à l'attaquer avait fini par faire basculer Fidel castro dans le camp communiste.
Et puisqu'un génie est toujours un génie partout où il se trouve, Fidel Castro est devenu l'un des géants de l'histoire de la libération des peuples par la voie du communisme: Karl Marx, Lénine, Mao Tsétung, Fidel Castro...

Nombreux sont actuellement en Afrique les gens modérés que l'obstination de l'occident à cochonner l'Afrique est entrain de faire basculer dans le camp opposé à l'occident.

Car, depuis les années 60 jusqu'à nos jours, poussé par l'égoisme, l'individualisme, et la peur, l'occident s'est montré très obstiné dans l'art de défendre les frontières héritées de la colonisation, dans l'art de renverser les chefs éclairés, dans les empoisonnements, les assassinats, dans l'art soutenir et maintenir de force au pouvoir des hommes vomis par leurs peuples. Et l'occident croit que, agir de la sorte, c'est protéger et assurer ses intérêts en Afrique ! Quelle erreur grossière!

 

L'erreur de l'occident c'est de compter sur des Hommes de paille! Or nous, nous savons que le vrai fondement de l'amitie entre l'Afrique et l'occident ne peut être que l'oeuvre des Africains Eclairés et compétents coopérant avec leurs homologues occidentaux, pour le bien de l'Afrique et de l'occident.

Le fait d'avoir été colonisée par l'occident ne veut pas dire que l'Afrique est condamnée à être l'ennemi éternel de l'occident, non. Car nous sommes pour la Fraternité internationale. Bundu dia Kongo croit au principe de la fraternité et de la coopération entre les peuples, mais alors une coopération réellement avantageuse pour les deux parties concernées.

L'erreur de l'occident c'est de croire que ses intérêts en Afrique ne peuvent être défendus que par quelqu'un qui est traitre à son propre pays.

Et voilà que l'occident est entrain de dégrader l'organisation des Nations Unies!
Les résolutions de l'ONU sont gelées ou exécutées à la lettre selon qu'on a affaire à un ami de l'occident ou quelqu'un dont la tête ne plait pas à l'occident !

 

L'occident a agressé des peuples dans le passé. Aujourd'hui l'occident parle du DROIT DE L'INGERENCE HUMANITAIRE. C'est de l'hypocrisie. Car ce slogan n'a rien d'humanitaire. C'est plutôt ce slogan que l'occident croit désormais utiliser comme prétexte partout où il veut aller destabiliser un pays d'autrui.
Pourquoi a-t-on laissé les Boers, en Afrique du Sud,tuer les Noirs pendant aussi un long temp ?

Par ses frontières coloniales insensées, l'Angleterre avait fabriqué le Koweit de toutes pièces. Le Monde entier a encore frais dans la mémoire les tristes événements qui se sont passés dans cette région du Monde. Aujourd'hui l'occident travaille secrètement pour tenter de détacher le Kabinda du Kongo Angola, et ainsi enfoncer une autre épée dans le coeur du Peuple kôngo; car le Kabinda appartient au Peuple kôngo dans son ensemble. Puisque suivant la loi Sacrée du Royaume du Kongo, Loi Sacrée dictée par un Ange de Dieu, la terre chez les Bakôngo appartient au clan.
Tout membre du clan Nsaku,Mpanzu, Nzinga a droit aux terres de son clan, quelle que soit la région du Royaume où il est né, et quelle que soit la région où se trouve cette terre. Le Kabinda donc appartient au Peuple kôngo dans son ensemble. Le mot d'ordre du Dieu Tout-puissant à son Peuple est REUNIFICATION des terres du Royaume, et non pas des nouvelles balkanisations au pays kôngo.

 

http://www.bundudiakongo.org/Message%20au%20Monde.htm

 

 

Lire aussi:

 

 

http://www.alterinfo.net/La-France-est-un-grave-danger-pour-les-Africains_a49740.html

 

 

 

indian_ocean559e-34838.jpg

 

                                                              MOHAMED HASSAN

                 Océan indien: Ici se joue la grande bataille

                              pour la domination mondiale

                                                 Interview : Grégoire Lalieu & Michel Collon

Le sort du monde se joue-t-il aujourd'hui dans l'océan Indien ? Surmonté par l'arc de l'Islam (qui va de la Somalie à l'Indonésie en passant par les pays du Golfe et l'Asie centrale), la région est bien devenue le nouveau centre de gravité stratégique de la planète. Ce nouveau chapitre de notre série « Comprendre le monde musulman » nous y emmène en croisière. Mohamed Hassan nous explique comment le développement économique de la Chine bouleverse les rapports de force mondiaux et sort les pays du Sud de leur dépendance à l'Occident. Il nous dévoile aussi les stratégies mises en place par les Etats-Unis pour tenter de garder le leadership. Et pourquoi l'empire US est néanmoins voué à s'éteindre. Enfin, il nous prédit la fin de la mondialisation. Reste à savoir si ce hold-up planétaire se terminera sans heurts, ou si les braqueurs liquideront des otages dans l'aventure.


Lire l'article 

 

Extrait:

Pourquoi tant de pays d’Afrique et d’Amérique Latine se tournent-ils vers la Chine ?
Depuis des siècles, l’Occident s’est livré à un véritable pillage des ressources du Sud, empêchant ces pays de se développer, notamment à travers une dette odieuse. Mais la Chine propose de meilleurs prix pour les matières premières et elle investit dans les pays du Sud pour développer des infrastructures, des programmes sociaux ou des projets d’énergie non polluante. Elle a également supprimé les taxes à l’importation sur de nombreux produits africains, ce qui favorise grandement la production et le commerce de ce continent. Enfin, elle a également annulé la dette des pays africains les plus pauvres.
De plus, contrairement aux puissances occidentales, la Chine n’entend pas s’immiscer dans la politique intérieure de ses partenaires économiques. Lors d’une conférence ministérielle sino-africaine, le Premier ministre chinois Jiabao résumait ainsi la politique de son pays : «  Notre collaboration économique et notre commerce s’appuient sur l’avantage réciproque. (…) Nous n’avons jamais posé de conditions politiques à l’Afrique et nous ne le ferons jamais non plus dans le futur.  » Quelle différence avec les puissances occidentales qui n’ont eu de cesse de faire et défaire les gouvernements en Afrique ! Le Sud a soif d’indépendance : s’allier avec la Chine est une véritable opportunité pour étancher cette soif.
Enfin, les pays capitalistes occidentaux connaissent une grave crise économique, qui a des répercussions sur la Chine, mais ne l’empêche pas de maintenir une bonne croissance. Dans pareille situation, il est normal que les pays africains et latinos se tournent vers le partenaire économique le plus solide.

Peut-on encore sauver la France ?

Peut-on encore sauver la France ?


La France est très malade : crise économique, offensive  pour l’instant réussie contre un acquis social qui semblait intouchable il y a encore quelques années (l’âge de départ à la retraite), déficit qui peut demain nous faire connaitre le même traitement de choc que M. Strauss-Kahn et le FMI ont imposé à la Grèce (appauvrissement forcé de la population pour sauver les banquiers), chômage, bas salaires, etc. Tout cela se déroule dans d’un climat soigneusement entretenu de xénophobie, islamophobie, et lois sécuritaires qui nous conduisent petit à petit à une sécurité sans loi !  Que peut alors faire une gauche reliée par mille liens au système ?  Qui peut croire que M. Strauss-Kahn, l’homme de la grande banque internationale, qui se demande chaque matin ce qu’il peut faire pour Israël (selon ses propres dires), fera quelque chose pour le chômeur français, le petit retraité, le salarié ou le paysan ?  Aucune alternative crédible ne semble se dessiner à l’horizon…

Cette crise française s’inscrit dans un cadre mondial, c’est la crise de tout un système. C’est le système impérialiste dont la puissance vient pour une très large part du colonialisme et du pillage systématique des richesses et de la main d’œuvre des populations d’Afrique, du monde arabe, de l’Asie et de l’Amérique latine. Ce pillage a permis la construction d’empires industriels et financiers qui, aujourd’hui, défendent âprement leur suprématie face aux pays émergents et aux nations qui se sont réveillées et savent désormais faire entendre leur voix. Mais ce pillage gigantesque avait aussi un autre effet : ses surprofits permettaient de distribuer quelques miettes aux pauvres d’Europe et des Etats-Unis, les rendant plus ou moins solidaires de tout le système. Moyennant quelques miettes de pop-corn, on payait la paix sociale aux dépens des populations opprimées du reste du monde, que l’Européen ne voyait pas par éducation reçue, ou ne voulait pas voir par mauvaise conscience ou intérêt égoïste.

Aujourd’hui, le système a et aura de mois en moins de miettes à distribuer. Il est même obligé de « tailler dans la bête » dans ses propres pays. La destruction de tout le système social en France a déjà commencé depuis longtemps. Fini le plein emploi : à sa place le chômage chronique entrecoupé de petits boulots sous-payés. Et finie également la perspective de carrière : à sa place la précarité, la destruction continuelle de la fonction publique (encore un peu préservée) et les privatisations. Quant aux retraites, la durée de cotisation continuera à s’allonger. Les fonds de pension (qu’un coup de bourse organisé peut balayer, comme ce fut déjà le cas aux États-Unis) vont petit à petit se substituer au système actuel. Voilà l’avenir, déjà là pour ceux qui savent voir…  D’ailleurs, qui en France pense que demain sera meilleur qu’aujourd’hui ?

Une crise mondiale d’une telle ampleur est nécessairement porteuse de guerre (..) Nous sommes clairement dans la période de tous les dangers. Il règne un curieux climat d’avant-guerre avec tous ses ingrédients : crise économique, xénophobie, surarmement…
suite ici :  http://www.partiantisioniste.com/communications/peut-on-encore-sauver-la-france-0501.html

 

 

 

Un médiamensonge à l'origine de chaque guerre !!!

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

 


Partager cet article
Repost0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 21:13

islamophobie--banderole-j.jpg

 

 

Non à la diabolisation plus ou moins déguisée

de l'Islam, 3e grande religion monothéiste

Par eva R-sistons

 

 

Bonjour

 

J'étais en train de ferrailler sur un site évangélique "apocalyptique"  pour défendre l'Islam subtilement attaqué,  lorsque je reçois cet avis de parution d'un article sur la "sainte" croisade des Etats-Unis contre le monde musulman, à pic  pourrait-on dire, si l'on souhaite alimenter le débat et refuser le conditionnement permanent.

 

Actuellement, les Médias plus ou moins sionisés se sont emparés, avec délices et surtout opportunisme, de l'initiative d'un pasteur américain comme il y en a tant aujourd'hui, aux USA, à la sauce Bush, stupide, haineux, assoiffé de gloriole et surtout bien peu animé de l'amour authentiquement chrétien. Celui-ci veut brûler des Corans, il n'a rien trouvé de mieux pour sortir de l'anonymat. Et les Médias aux ordres des Anglo-Saxons et des Israéliens brûlant d'en découdre avec les Musulmans qui refusent de s'aligner sur leur modèle militaro-financier ultra-libéral et assassin, hégémonique et prédateur, et qui vivent sur des terres bien situées et riches en ressources convoitées, ces Médias, donc, relaient frénétiquement l'odieuse initiative du Pasteur en mal de notoriété pour s'en servir à des fins de diabolisation de l'Islam, encore et toujours, mais cette fois masquée, déguisée.

 

Tout est prétexte à taper sur les Arabes, les Musulmans, pour dresser l'opinion mondiale contre eux, et les préparer au choc de civilisations programmé par la Haute Finance et les Multinationales de mort. Encore aujourd'hui, la très sioniste chaîne FR2 s'est emparée de l'occasion, pour sans en avoir l'air attaquer les Musulmans, perfidement, sous tous les prétextes. Les Médias ne sont pas en reste, comme France24 d'Ockrent, la compagne du néoconservateur Kouchner, qui en soulignant le réveil de l'islamophobie aux Etats-Unis, espère bien réveiller celle des Européens, au passage, au cas où ils n'auraient pas été assez matraqués. Du joli boulot !

 

Quand comprendrons-nous qu'en diabolisant sans cesse les Musulmans, que l'on  assimile de plus en plus aux Islamistes, nous travaillons au choc de civilisations,  à la préparation des guerres futures planétaires, totales et nucléaires dont nous serons, aussi, d'une façon ou d'une autre, victimes ? Déjà, aujourd'hui, j'apprends que le Spécialiste, en France, de la lutte contre le terrorisme, a affirmé que la France était grandement menacée, par sa participation aux guerres de l'OTAN et par sa dénonciation des valeurs islamiques, par ses mesures contre le port de la burka, etc... Ceux qui sèment le vent, en effet, finissent tôt ou tard par récolter la tempête. Avec à la tête de notre pays un pouvoir inféodé aux grands stratèges du choc de civilisations, nous serons aux premières loges des attaques des résistants à l'occidentalisation forcée du monde.

 

Que pouvons-nous faire, à notre niveau ? Au moins refuser d'entrer dans le jeu de la diabolisation machiavélique de ceux qui refusent notre Ordre, ou plutôt nos désordres, informer nos concitoyens des manipulations qui les guettent, et surtout, le moment venu, résister à l'enrôlement pour les guerres au service des multinationales apatrides.

 

Déjouons les pièges de la communication, de la désinformation, de la propagande plus ou moins déguisée !

 

Votre eva R-sistons

 

TAGS: Choc de civilisations, Etats-Unis, ultra-libéralisme, Coran, Islam, musulman, Arabe, Bush, Israël, Anglo-Saxons, guerres, médias, chrétiens, FR2, France24, Ockrent, Kouchner, islamophobie, islamisme, OTAN, Européens, diabolisation, lutte anti-terroriste, France, burka, apatride, nucléaire...

 

Je viens de poster ce commentaire sur un forum:

Mais en posant cette question ("est-ce que l'Islam est une religion de paix"), tu fais le jeu de la Pensée unique occidentale nous préparant au choc de civilisations. La situation est aigüe, nous sommes peut-être au bord de l'attaque de l'Iran par l'Empire.
Ce qu'il faut voir, c'est que quand bien même ce ne serait pas une religion de paix, ils ne sont pas armés comme l'occident, ils n'ont pas ses moyens financiers, et ils ne sont pas dangereux comme lui. Ce ne sont pas les Musulmans qui bombardent partout. Quant à Al Quaïda, ce sont (dixit spécialiste du terrorisme en France) 2000 islamistes dans le monde. Ils effraient l'Occident ? Mieux vaut en rire, c'est un prétexte pour nous faire peur, pour nous faire accepter les guerres juteuses et les lois liberticides.
Cordialement, eva

 

800px-Thetriumphofdeath-copie-1.jpg

 

 

La sainte croisade des États-Unis contre le monde musulman

Michel Chossudovsky, 11.9.10

 

L’évolution de la doctrine de l’armée étasunienne a amorcé une transition critique. La « guerre mondiale au terrorisme » (GMAT) lancée contre Al-Qaïda dans la foulée du 11-Septembre se transforme en véritable « guerre de religion », en « sainte croisade » contre le monde musulman.

 

Le dogme de l’armée étasunienne et la propagande de guerre durant l’administration Bush ont été fondés sur la lutte contre le fondamentalisme islamique, non pas contre les musulmans. « Il ne s’agit pas d’une guerre entre l’Occident et l’Islam, mais […] d’une guerre contre le terrorisme. » Il faut distinguer les soi-disant « bons musulmans » des « mauvais musulmans » :

 

Le 11 septembre 2001, la poussière des tours jumelles effondrées à peine retombée, on s’est mis à chercher fébrilement des « musulmans modérés », des gens pouvant nous donner des réponses, qui se distancieraient de cette indignation et condamneraient ces actes violents d’« extrémistes musulmans », de « fondamentalistes islamiques » et d’« islamistes ». Deux catégories distinctes de musulmans ont rapidement émergé : les « bons » et les « mauvais », soit les « modérés », « libéraux » et les « laïques »¸ par opposition aux « fondamentalistes », aux « extrémistes » et aux « islamistes ».(Tariq Ramadan, Good Muslim, bad Muslim, New Statesman, 12 février 2010)

 

Dans la foulée du 11-Septembre, dans la plupart des pays occidentaux, la communauté musulmane était nettement sur la défensive. La division entre les « bons » et les « mauvais » musulmans était largement acceptée. Les attaques du 11 septembre, prétendument perpétrées par des musulmans, était non seulement condamnées, mais les communautés musulmanes appuyaient également l’invasion des États-Unis et de l’OTAN et l’occupation de l’Afghanistan, considérées comme une campagne légitime contre le fondamentalisme islamique.

 

L’objectif de Washington était d’inculquer un sentiment de culpabilité au sein de la communauté musulmane. Cette dernière a rarement admis que les attaques n’ont pas été incitées par des musulmans. La relation continue d’Al-Qaïda avec la CIA, son rôle à titre d’« élément actif du renseignement » depuis la guerre soviéto-afghane ne sont pas mentionnés. (Michel Chossudovsky, America's "War on Terrorism"  Global Research, Montreal, 2005)

 

Depuis le début des années 1980, Washington a clandestinement appuyé les factions les plus conservatrices et les plus fondamentalistes de l’Islam, surtout dans le but d’affaiblir les mouvements laïques, nationalistes et progressifs du Moyen-Orient et de l’Asie centrale. Connues et documentées, les missions fondamentalistes wahhabites et salafistes de l’Arabie Saoudite expédiées non seulement en Afghanistan, mais aussi dans les Balkans et dans les républiques musulmanes de l’ancienne Union Soviétique, ont été clandestinement appuyées par les services de renseignement des États-Unis. (Ibid.) Ce que l’on appelle « islam politique » est en grande partie une création de cet appareil de renseignement étasunien (avec le soutien du MI6 britannique et du Mossad israélien).

 

La mosquée

de Ground Zero

 

Des développements récents suggèrent un point de rupture, une transition de la « guerre au terrorisme » à la diabolisation catégorique des musulmans. Tout en soulignant la liberté de religion, l’administration Obama « appelle » à une guerre élargie contre l’Islam :

 

En tant que citoyen et président, je crois que les musulmans ont le droit de pratiquer leur religion comme n’importe qui dans ce pays […] Nous sommes aux États-Unis et notre engagement envers la liberté de religion doit être incontestable. (Cité dans  Obama Backs Ground Zero Mosque; Iranian Link Questioned, Israel National News, 15 août 2010)

 

Derrière l’écran de fumée politique, la distinction entre les « bons » et les « mauvais musulmans » est abandonnée. La proposition d’une mosquée à Ground Zero est prétendument financée par « l’État iranien, radical et voyou […] au moment où les États-Unis durcissent les sanctions contre le régime en riposte à son soutien au terrorisme et à ce que l’on soupçonne être un programme visant à fabriquer des armes nucléaires » ( Ground Zero mosque developers refuse to outright reject funding from Iranian president Mahmoud Ahmadinejad - NYPOST.com, August 19, 2010)

 

groundzeronew.jpg

La vague de xénophobie déclenchée par la mosquée et le centre communautaire envisagés à Ground Zero a toute les apparences d’une PSYOP (opération psychologique), contribuant à fomenter la haine envers les musulmans dans le monde occidental.

 

Le but est d’inculquer la peur, de provoquer et d’exploiter le soutien inflexible des citoyens pour la prochaine étape de la « longue guerre » des États-Unis, laquelle consiste à lancer des attaques aériennes « humanitaires » contre la République islamique d’Iran, représentée dans les médias comme un souteneur du terrorisme.

 

Bien que « tous les musulmans ne soient pas des terroristes », les médias rapportent que toutes les attaques terroristes (planifiées ou réalisées) sont perpétrées par des musulmans.


Aux États-Unis, toute la communauté musulmane est ciblée. On décrit l’Islam comme une « religion de guerre ». On claironne que le projet de mosquée et de centre communautaire sont une « violation du caractère sacré de Ground Zero ».

 

[…] construire une mosquée à Ground Zero est offensant et irrespectueux pour la ville et les personnes mortes lors des attaques. Ce projet « crache au visage de tous ceux qui ont été assassinés le 11 septembre. (Plan to build mosque at Ground Zero angers New Yorkers ,National Post, 17 mai 2010)

 

« Terrorisme

d’origine intérieure »

 

Les arrestations de soi-disant « terroristes islamiques d’origine intérieure » fondées sur des accusations inventées, ainsi que leurs procès spectacles, occupent une fonction importante. Dans l’inconscient des Étasuniens, ils entretiennent l’illusion que les « terroristes islamiques » constituent non seulement une menace réelle, mais aussi que la communauté musulmane à laquelle ils appartiennent est largement favorable à leurs actions.

 

[D]e plus en plus, la menace ne provient pas des étrangers parlant un anglais approximatif et détenant des passeports douteux, elle est plus près de la maison. Elle réside dans les maisons en rangée urbaines, dans les sous-sols obscurs, partout où il y a un accès internet. Le terrorisme d’origine intérieure est la plus récente incarnation de la menace d’Al-Qaïda. (How terror came home to roost, Ottawa Citizen, 27 août 2010, article sur une prétendue attaque terroriste au Canada)

 

À l’heure actuelle, un mécanisme généralisé de diabolisation d’un groupe entier de population se déroule par un processus visant de manière sélective les musulmans aux tendances radicales (ou supposément associés à des « organisations terroristes »).


Les musulmans font de plus en plus l’objet de discrimination de routine et de profilage racial. Ils sont considérés comme une menace potentielle à la sécurité nationale. On dit de la menace qu’elle est « bien plus près de la maison », « dans votre voisinage ». Autrement dit, ce qui se déroule est une chasse aux sorcières sans réserve évoquant l’Inquisition espagnole.


Par ailleurs, on décrit Al-Qaïda comme une puissante organisation terroriste multinationale (possédant des armes de destruction massive), avec des filiales (soutenues clandestinement par les services de renseignement des États-Unis et de leurs alliés) dans de nombreux pays musulmans. Al-Qaïda se trouve (avec des acronymes équivalents) dans divers points chauds géopolitiques et dans des théâtres de guerre.


Al-Qaïda en Irak (AQI), Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) (composé d’Al-Qaïda en Arabie Saoudite et du Djihad islamique du Yémen) Al-Qaïda en Asie du Sud-Est (Jamaah Islamiyah), l’organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique, Al-Shabbaab en Somalie, le Djihad islamique égyptien, etc.

 

Les atrocités commises à l’endroit de plusieurs millions de musulmans en Irak et en Afghanistan ne sont jamais considérées comme des actes terroristes perpétrés par les forces d’occupation.

 

L’Inquisition

étatsunienne

 

Une « guerre de religion » se déploie dans le but de justifier une croisade militaire mondiale. Dans l’inconscient de bien des Étasuniens, la « sainte croisade » contre les musulmans  est justifiée. Le président a beau maintenir la liberté de religion, l’ordre social inquisitorial des États-Unis a institutionnalisé des tendances discriminatoires, préjudiciables et xénophobes envers les musulmans. Le profilage racial s’applique au voyage, au marché du travail, à l’accès à l’éducation, aux services sociaux et de manière plus générale à la mobilité et au statut sociaux.

 

En tant que concept idéologique, l’Inquisition des États-Unis est semblable à bien des égards à l’ordre social inquisitorial qui régnait en France et en Espagne au Moyen-âge. L’Inquisition, qui a débuté en France au 12e siècle, a servi à justifier des conquêtes et des interventions militaires. (Voir Michel Chossudovsky, Le 11 septembre et l'« Inquisition américaine », Mondialisation.ca, 11 septembre 2008).

 

Les arrestations, les procès et les sentences des prétendus « terroristes d’origine intérieure » (de la communauté musulmane aux États-Unis) suite à des accusations inventées perpétuent la légitimité de l’État de la Sécurité intérieure et de son appareil inquisitorial légal et d’application de la loi.

 

Une doctrine inquisitoriale bouleverse les réalités. Il s’agit d’un ordre social fondé sur des mensonges et des fabrications. Mais puisque ces mensonges émanent de la plus haute autorité politique et font partie d’un « consensus » largement admis, ils demeurent invariablement incontestés. Ceux qui contestent l’ordre inquisitorial ou s’opposent d’une quelconque manière à l’armée des États-Unis ou à leur programme de sécurité nationale sont étiquetés comme étant des « théoriciens de conspiration » ou de purs terroristes (tout est inversé, eva).

 

Outre le processus d’arrestations et de poursuites inquisitoriales qui surpasse l’Inquisition espagnole, un programme d’assassinat extrajudiciaire opportun approuvé par la Maison-Blanche a été mis en branle. Celui-ci permet aux forces spéciales étasuniennes de tuer des citoyens étasuniens et ceux soupçonnés d’être des terroristes d’origine intérieure. (Voir Chuck Norris, Obama's US Assassination Program? "A Shortlist of U.S. Citizens specifically Targeted for Killing"?, Global Research, 26 août 2010)

 

Le but est d’entretenir l’illusion que « les États-Unis sont attaqués » et que les musulmans  partout au pays sont complices et approuvent le « terrorisme islamique ».

 

La diabolisation des musulmans préserve le programme militaire mondial. Sous l’Inquisition des États-Unis, Washington possède un mandat sacré autoproclamé lui permettant d’anéantir l’Islam et de « propager la démocratie » dans le monde.


Nous faisons face à une acceptation totale et aveugle des structures de pouvoir et de l’autorité politique.

 

La sainte croisade des États-Unis contre le monde musulman est un véritable acte criminel à l’endroit de millions de personnes. Il s’agit d’une guerre de conquête économique.

Plus de 60 % des réserves mondiales de pétrole et de gaz naturel se trouve sur des terres musulmanes. « La bataille pour le pétrole » menée par l’alliance militaire des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël requiert la diabolisation des habitants de ces pays détenant ces vastes réserves de pétrole et de gaz. (Voir Michel Chossudovsky, La « diabolisation » des musulmans et la bataille pour le pétrole, Mondialisation.ca, 7 janvier 2007) 

 


Article original en anglais :  America's Holy Crusade against the Muslim World, publié le 30 août 2010.


Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca.

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l'Université d'Ottawa. Il est l'auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en 12 langues).  

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21001   

 


mondialisation.jpg

 


Sélection de liens

 


http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/c-est-en-algerie-qu-on-brule-le-81040

(Des fanatiques, des provocateurs, des agents de l'Etranger ? En Algérie, on brûle aussi des Corans ! eva NB Mon commentaire sur ce post:  "(..) Donc, des fanatiques brûlent des Coran pour dénoncer le fanatisme... quel respect pour le livre sacré de l’Islam ! Comprenne qui pourra.... Candide (le personnage de Voltaire) débarquant sur notre planète rigolerait bien...").

 

 

Sur mon blog sos-crise,

 

 

La Lettre du Lundi  

Révolution ou jacqueries ?

 


« Tout le monde semble d’accord pour dire que la théorie monétaire est fausse, et pourtant elle continue de régenter l’économie.
Tout le monde admet que les banques nous ont planté et pourtant ça continue comme avant.
Tout le monde convient que Sarkozy détruit la République et on ne l’en empêche pas.
Tout le monde est d’accord pour affirmer que l’économie de marché ne peut pas résoudre les problèmes écologiques (intérêts privés plus forts que l’intérêt général), mais aucune proposition n’émerge…
Qu’est-ce qui se passe ? Quel est cet état de la société qui laisse faire, en le sachant, ce qui nous conduit droit dans le mur (à mon avis le point de non retour est dépassé) ?
Impuissance apprise à l’école (le premier apprentissage social des collégiens français est qu’ « on n’y peut rien ») ? Mais ce n’est vrai que pour la France. Position suicidaire ? Puisqu’on n’y peut rien et qu’on est trop nombreux, fonçons : quand la moitié de l’humanité aura crevé, on pourra réfléchir entre élites survivantes à comment continuer.
Autre approche du problème : que se passe-t-il dans la tête d’un banquier qui sait (forcément) que la spéculation ne produit pas de richesse - donc appauvrit le monde - et qui spécule quand même ? Rien de plus que « après moi le déluge » ?
Je ne crois pas qu’on puisse vivre dans la mauvaise foi consciente ; je crois que les individus et les groupes arrivent à se fabriquer une vision de la réalité qui justifie leur pratique. Mais là, vraiment, la distorsion est si violente, comment font-ils ? Et la question vaut aussi bien pour les Yankees du Sénat américain que pour les Français de la Sarkozie. »

  

Cette réflexion que nous a adressé un lecteur souligne une perception, sinon généralisée, du moins partagée par un nombre croissant de personnes. Elle traduit un sentiment d’impuissance, auquel s’ajoute la sensation d’un aveuglement général, ou plutôt d’un déni de la réalité, face à ce qui s’apparente de plus en plus à une perpétuelle fuite en avant, voire, dans certaines circonstances, à un quasi-suicide collectif.
  
  
Un sentiment d’impuissance
  
Au constat de ce lecteur, « Aucune proposition n’émerge », on peut essayer d’apporter une double explication :

les solutions et recettes employées dans le passé semblent aujourd’hui inopérantes. Ainsi, promettre (comme le fait aujourd’hui le Parti socialiste dans la perspective d’un retour au pouvoir en 2012) de revenir à la retraite à 60 ans sans remettre complètement en cause notre « système économique » est totalement irréaliste… ou intellectuellement malhonnête.

mais il semble de plus en plus difficile de penser un « système global ». Le niveau de complexité atteint par la civilisation occidentale, l’impression de « mikado inextricable » qui prévaut, expliquent peut être ce sentiment d’impuissance.

  
Traduction de cette « inaptitude à penser », depuis la disparition des « régimes socialistes », il n’y a plus ni alternative à un système économique dit capitaliste qui est désormais l’unique référent sur la planète, ni même existence d’une idéologie politique « alternative » globale.
  
En ce sens, même si la mouvance altermondialiste et écologiste entend proposer un autre modèle de développement, on ne peut pas le définir comme un système économique et politique « complet », tout au plus comme le brouillon d’une alternative.
  
D’où le sentiment d’impuissance. Comme le souligne notre lecteur, malgré la conscience ou la certitude que nous vivons l’absurde, que nous sommes engagés sur la voie d’une régression, la « révolution » (au sens de changement radical et profond d’un système politique et économique) ne peut s’enclencher, faute de direction dans laquelle s’engager.
  
  
Un « nouveau 1789 » ?
  
Si l’on compare les conditions politiques et économiques actuelles à celles qui prévalaient il y a un peu plus de deux siècles, on observe en effet deux différences majeures :

• d’une part, il existait une alternative « complète », crédible et validée historiquement, à la royauté : la république, qui bénéficiait de surcroît d’une pensée politique contemporaine extrêmement riche.

• d’autre part, sur le plan économique, la bourgeoisie naissante aspirait à la création d’un système où l’argent serait la seule référence, indépendamment du rang ou de la naissance.

Tout concourrait donc à « l’aptitude à penser » : le cadre du changement possible était définissable. Rien de tel aujourd’hui.
  
Toutes proportions gardées, nous nous trouvons plutôt dans une situation de « fin de civilisation occidentale » (voir en ce sens l’article de François Roddier, La fin des espèces et des civilisations), qui pourrait s’apparenter à la fin de l’Empire romain : les structures publiques se délitent (privatisations, efficacité en baisse), les inégalités se creusent entre riches et pauvres, le pouvoir politique est de plus en plus brutal et de moins en moins efficace (Sarkozy illustre parfaitement cette tendance)… et aucune alternative ne prend corps. De plus, les « barbares » (c’est-à-dire d’autres civilisations, d’autres modes de pensée, d’autres valeurs) contestent et menacent un système qui semblait, deux décennies auparavant, parachevé et immuable.
  
Dans ce contexte, les réactions des citoyens pourraient se traduire par des « jacqueries », des mouvements de contestation cherchant à préserver un peu de bien-être ou à éviter la dégringolade vers la misère, plutôt que par des « révolutions » où il y a remise à plat de tout le système puis création de structures et modes de fonctionnement totalement nouveaux.
  
La « réforme » des retraites illustre parfaitement cette tendance : nous assistons à une « jacquerie » pour maintenir un peu de bien-être - la retraite à 60 ans ou une définition plus large de la « pénibilité du travail » - alors que le fond de l’affaire – mais là l’approche est « révolutionnaire » - c’est une mise à plat complète des rapports entre capital et travail (voir en ce sens Retraites : l’arnaque). Très modestement, on pourrait imaginer une fiscalité qui impose essentiellement les revenus du capital ou la détention du capital et quasi-exonère les revenus du travail. Mais quel homme ou femme politique avance aujourd’hui de telles propositions ? Quel groupe de travail ou think tank aborde le sujet sous cet angle ? Aucun.
  
Il est donc fort peu vraisemblable que les « atomes » isolés que nous évoquions dans le billet de la semaine dernière aient, dans ces conditions, l’ambition, la volonté et la capacité collectives de tenter une « sortie par le haut » en imaginant une « nouvelle civilisation ». Ils essaieront plutôt, chacun à leur manière, individuellement ou par petits groupes (dans le cadre d’une « communautarisation » qui va s’accélérer), avec des réactions et des initiatives parfois contradictoires, de sauver leur peau et de s’adapter à cette entrée dans un nouveau Moyen Âge où, tous le pressentent, demain sera plus difficile qu’aujourd’hui.

 

 (La lettre du Lundi)

 

 

Formidable citation,

emplie de sagesse:


Cette commande dangereuse des ressources par les personnes dont les projets sont suspects présage la défectuosité pour l'humanité et l'environnement.

Peut-être la prophétie du 19ème siècle des Cree indiennes est le commentaire le plus convenable :

"seulement après que le dernier arbre aura été réduit,  que le dernier fleuve aura été empoisonné et que le dernier poisson aura été pêché, vous constaterez qu'on ne peut pas manger d'argent."

Mais alors, sans doute, il sera trop tard.     

 

.

  Le Monde Diplomatique dévoile la plus grande base israélienne d’espionnage

 

Dans « Le Monde diplomatique » de septembre, le journaliste néo-zélandais Nicky Hager dévoile l’existence d’une des plus grandes stations d’écoute de la planète sous le titre : « Ici, travaillent les espions israéliens ». Au nom de la lutte contre le "terrorisme", nombre de pays ont déployé des systèmes d’écoute, en dehors de tout contrôle judiciaire.

Le "Diplo" dévoile l'une des plus grandes stations d'écoute (espions israéliens) (cliquer sur le lien)

 


.

manif.jpg

 

 

"La France est un grave danger pour les Africains".

 

 

Depuis le 11/9, les Etats-Unis ont beaucoup changé:

 

097-300x206.jpg 

 

Extraits. Il y a neuf ans, les attentats du 11 septembre à New York et à Washington ouvraient une page dramatique de l’histoire du monde.

Ce dernier a en effet beaucoup changé depuis ces attaques, ne serait-ce que parce qu’elles ont provoqué deux guerres, celle d’Afghanistan et d’Irak, qui durent encore et dont on se demande si elles vont finir un jour. Par ailleurs, on ne le répétera jamais assez, cette tuerie a eu pour conséquence la libération de la parole islamophobe aux quatre coins de la planète et surtout en Occident. Pour le comprendre, il n’y a qu’à s’attarder sur ce qui se passe en Europe avec la montée inquiétante des mouvements extrémistes et identitaires (et je ne parle même pas de ces provocateurs de Floride qui souhaitent brûler un Coran le 11 septembre prochain).

 

L’enquête du « Post » ne fait pas que mettre en exergue le gigantisme de l’appareil sécuritaire américain

 

Un autre enseignement confirme l’emballement prévu de la machine administrative

 

Cette machine à espionner le monde et les Américains, ce « Big Brother » qui ne dit pas son nom, inquiètent. Dans une analyse consacrée à cette question, le célèbre éditorialiste Fareed Zakaria estime que l’hypertrophie des services secrets est une défaite pour l’Amérique. Rappelant que son pays a toujours créé des administrations d’exception pendant les guerres, Zakaria s’empresse de préciser que ces dernières ont le plus souvent été dissoutes dès le retour de la paix. « Mais c’est une guerre sans fin (contre le terrorisme). Quand déclarerons-nous la victoire ? Quand les pouvoirs (et mesures) d’urgence cesseront-ils ?

 

Reste enfin une autre évolution relevée par le Washington Post et dont il est évident qu’elle aura des conséquences importantes pour l’avenir des Etats-Unis. Il s’agit de la privatisation des services de renseignement.

 

En forçant l’Amérique à se transformer en une immense machine sécuritaire, en partie privée, les auteurs des attentats du 11 septembre ont peut-être remporté une victoire qu’ils ne recherchaient pas forcément.

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-le-11-septembre-l-amerique-et-le-spectre-de-la-stasi-56872256.html

 

 

Le président chinois : "Assurer qu'aucun enfant n'interrompe ses études en raison de difficultés financières "

 

 

 

« Les USA, à présent, se transforment en un Etat théocratique dirigé par des fanatiques, politiciens extrémistes et intégristes hypocrites. »

J.G. Ballard 

 

 

FIDEL CASTRO ACCUSE LA FRANCE D'UNE

 

 

 

Lapidation:  

Dieudonné a été en Iran: Ce qui se passe réellement

 

Jeudi 16 septembre 2010

Dieudonné de retour d’Iran évoque les pétitionnaires abusés par Bernard-Henri Lévy qu’il invite à venir sans crainte voir Mahmoud et la vérité judiciaire iranienne la semaine prochaine !

Résumé des déclarations de Dieudonné...

...lors de la conférence de presse donnée au Théâtre de la Main d’Or ce jeudi 16 septembre 2010 à 11 heures...

... à son retour d’Iran où il venait de passer quatre jours.

de notre correspondant (quasiment) en direct live :

Dieudonné :

"J’ai été reçu par le porte-parole du ministère de la justice d’Iran. Et j’ai discuté avec des journalistes.

J’ai appris que la peine de mort n’est pratiquement appliquée qu’aux trafiquants de drogue, et que la lapidation a été abolie depuis la révolution islamique.

J’ai appris que Sakineh attend son jugement en appel, selon une procédure normale. Elle ne risque pas d’être exécutée avant l’aboutissement du procès.

J’ai étudié le fonctionnement de l’appareil judiciaire en Iran, et j’ai découvert une option qui n’existe pas en France : la partie civile peut pardonner l’inculpé, et cela annule automatiquement la sanction. La famille de la victime est donc un interlocuteur privilégié pour une demande de clémence.

Je pense que les signataires de la pétition, ainsi que la presse, ont été abusés, en diffusant une émotion énorme sans avoir fait d’enquête.

Les gens qui ont signé la pétition de Bernard-Henri Lévy sont des gens honnêtes, et je les invite à exiger de Bernard-Henri Lévy des explications.

Je me pose des questions. Pourquoi l’ambassade de France n’a pas demandé à étudier le dossier, et n’a pas cherché à rendre visite à Sakineh ?

Je propose donc à Bernard-Henri Lévy et à la presse de m’accompagner la semaine prochaine en Iran pour aller plus loin dans notre combat contre la peine de mort.

Je vais demander à Sakineh d’assumer le rôle qui lui a été donné par les médias, et de se battre désormais, avec nous, pour l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis, en Arabie Saoudite, en Chine, au Japon, dans la Bande De Gaza.

J’ai découvert que le complice de Sakineh dans le meurtre de son mari est passible de la même sanction qu’elle. Je m’étonne que le sort de ce monsieur n’intéresse absolument pas Bernard-Henri Lévy, et je rassure Bernard-Henri Lévy, s’il craint pour sa sécurité en se rendant en Iran, je m’en porte garant. S’il y avait un problème je me constituerais prisonnier immédiatement en Israël.

Le président Sarkozy a déclaré que la cause de Sakineh est une cause nationale, mais au vu de l’étrange manipulation dont cette cause fait l’objet, on peut se demander si ce n’est pas plutôt une cause qui intéresse Israel.

Je suis assez connu en Iran en tant que résistant au sionisme, et c’est à ce titre que j’ai été reçu, et je réitère mon admiration et mon respect pour le président iranien, qui est à la tête du mouvement de libération à l’échelle internationale".

Dieudonné, 16 septembre 2010.


Source : Palestine Solidarité

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15907

 

 

 

A lire absolument:

 

Lapidation de Sakineh: Une formidable manipulation ! (Thierry Meyssan)

 

 

Attention ! Nous sommes TOUJOURS manipulés !!! (eva)

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 21:10
L’infanticide, "preuve extrême de la logique de violence du judéo-christianisme" ?
.
Georges STANECHY, 7.9.11

Je dédie ce billet à la mémoire de Rachel Corrie.

« … Celui qui portera atteinte à un enfant … il serait mieux pour lui qu’on lui attache autour du cou une meule de pierre et qu’on le jette dans la mer. »
Jésus – Evangile selon Saint Marc (9 -42)

 

L’honneur d’un capitaine

Iman al-Hams avait 13 ans.

Portant son sac à dos, elle se dirigeait vers son école, où du moins le tas de ruine qui lui sert d’école. Comme chaque matin, obligée de passer non loin d’un de ces postes de contrôle de la soldatesque d’occupation, à Rafah. Implantés par dizaines avec leurs miradors, dans cet immense camp de concentration qu’est la bande de Gaza. Elle marchait, pressant le pas, à une centaine de mètres du fortin.

A son passage, des coups de feu claquent. Quelqu’un s’est amusé à faire un carton sur elle. Blessée, terrorisée, elle a eu l’énergie suffisante de vider son sac à dos pour prouver qu’elle n’était porteuse d’aucune bombe. Essayant de s’éloigner de la scène.

L’auteur des tirs : le capitaine “R”. (1)

Les troupes d’occupation prennent soin de dissimuler l’identité des auteurs de crimes contre l’humanité.

L’impunité. Assumée par La Communauté Internationale

Ce capitaine est sorti du poste, lui a tiré deux balles dans la tête, à bout portant. Estimant cela insuffisant, après s’être retourné, il a vidé le reste de son chargeur.

Criblée de 17 balles.

Fier de son acte, disant à ses hommes :

« Tout ce qui est mobile, tout ce qui bouge dans cette zone, même un enfant de trois ans, doit être tué ». (2)

liban11-killed-girl.jpg

Mais, il y a eu de nombreux témoins. Ce cas est devenu un symbole aussi fort que celui de l’assassinat de Rachel Corie, effectué lui aussi à Rafah. Un simulacre de justice a donc été organisé devant un tribunal militaire.

On a visionné les vidéos et écouté les enregistrements des communications échangées entre militaires. Dès le début, le capitaine "R" savait que c’était une enfant, terrorisée, d’après les commentaires des soudards placés sous ses ordres. Elle ne menaçait personne, ne commettait aucun forfait.

La jouissance de l’infanticide.

Le tribunal a blanchi ce capitaine. Confirmant qu’il n’avait pas fait un usage illégal de son arme, bla-bla-bla…

The Guardian a eu le courage de revenir sur les conclusions de ce procès, cette semaine. Car il témoigne de tout ce que subit la région, depuis des décennies : Liban, Palestine et Gaza, Irak, Afghanistan.

Mais pourquoi avoir adopté ce titre pour mon billet ?...

Cet infanticide, acte de barbarie, n’a rien à voir avec le judéo-christianisme. Ce rapprochement, cet amalgame, sont totalement stupides.

Je le concède.

Rien à voir avec la religion : ce n’est que l’expression, dans sa “violence extrême” de l’idéologie coloniale. Quel qu’en soit l’habillage sémantique : le droit de vie ou de mort exercé par le prédateur, le spoliateur, dont la légitimité, la bonne conscience dans le crime, n’ont pour fondement que la seule supériorité de la force armée. Le livre magistral d’Olivier Le Cour Grandmaison en décortique les fondements :

 

Coloniser – Exterminer – Sur la guerre et l’Etat Colonial. (3)

Souvenons-nous : Victor Hugo notant, au lendemain d’un dîner mondain, les atrocités de l’Armée d’Afrique, comme s’il s’agissait d’une chasse aux perdreaux :

« … Algérie, le général Flô me disait hier soir que, dans les razzias, il n’était pas rare de voir des soldats jeter à leurs camarades des enfants qu’ils recevaient sur la pointe de leurs baïonnettes… » (4)

Ou encore les millions de morts et les atrocités des colonisations occidentales sur tous les continents : Afrique, Amérique du nord et du sud, Asie, Océanie - Pacifique… Ce n’est pas une logique religieuse qui en est la source. Mais, l’enrichissement facile d’une caste de privilégiés ou d’une mafia. Ce qui revient au même.

Vol, prédation, meurtre sont condamnés par toutes les religions. Certes, les religions, comme toute croyance et l’athéisme n’y échappe pas, servent d’habillage moral aux idéologies les plus dévastatrices. Ce qui est totalement différent.

J’ai effectivement repris une des techniques favorites de la désinformation, en miroir, sous forme du titre d’un texte publié par un “intellectuel musulman”, Abdennour Bidar, “professeur de philosophie”, paru dans le quotidien Le Monde du 30 août dernier (5) :

 

« La lapidation, "preuve extrême de la logique de violence de l’islam" »

Pour montrer l’impact, les ravages, la portée de cette lèpre intellectuelle : « l’amalgame ». Une des armes les plus efficaces de la désinformation.

« L’amalgame » : surtout ne pas établir de nuances entre un régime, un peuple, une religion. Se donner bonne conscience dans la diabolisation de “l’Autre”…

Car, il y a longtemps que je n’avais pas lu de texte, en français, aussi boursouflé d’inculture, d’ignorance, d’obscurantisme, d’imbécillité. “Extrême”…

En un mot, de : fanatisme.

Depuis les écrits islamophobes d’un autre “professeur de philosophie”, Redeker, décoré pour cet exploit de la légion d’honneur et recruté à grandes trompettes au CNRS...

Libre à “cet intellectuel musulman” de penser et d’exprimer son rejet de la religion musulmane, n’y voyant que “violence” dans ses fondements, ou ses "piliers" suivant l’expression consacrée : prières, pèlerinage à la Mecque, Ramadan ou carême. Il n’évoque pas les deux autres piliers : l’aumône de solidarité, la zakat, ni la profession de foi…

Mais se prétendre “intellectuel musulman” et procéder à « l’amalgame » entre lapidation et Islam. Alors qu’on sait, que cela est inexistant dans Le Coran… Dans le climat ambiant de “racisme d’Etat”, pour reprendre la formule de Michel Foucault, qui imprègne la France et l’Occident dans son ensemble, d’islamophobie délirante, il faut être d’une : totale malhonnêteté intellectuelle.

Au prétexte de s’insurger contre une condamnation à la lapidation, en Iran. Evidemment. Qui ne serait pas indigné ?...

J’ai découvert la lapidation dans un film poignant, tragique et, néanmoins, débordant de vitalité, Zorba le Grec. Magnifiquement interprété par Anthony Quinn et Irène Papas, dont l’action se passe dans l’île de Crète. En Europe, dans un des berceaux de la civilisation gréco-romaine, au 20° siècle... (6)

Scène terrifiante : Irène Papas y joue le rôle d’une veuve qui vit une passion pour un étranger et meurt lapidée par les villageois, hommes et femmes, tous chrétiens, pour ne pas avoir respecté les convenances sociales et les règles non écrites du clan…

Il ne viendrait pas à l’idée, une seule demi-seconde, de diaboliser le christianisme et son fondateur Jésus pour autant. Jésus ayant lui-même condamné la lapidation en usage dans les tribus juives, par son célèbre : « que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre  ». (7)

De là, à diaboliser l’Islam qui considère Jésus (Aïssa) comme un des grands prophètes de La Révélation…

Dr-Gilbert.jpg

Une louche pour un Secrétariat d’Etat

Je sais, nous savons, que l’islamophobie ouvre toutes les portes, à double battant : stations de radio, plateaux de télévision, maisons d’édition, presse et magazines. A la notoriété. Aux honneurs. Flatter le populisme, le racisme c’est le sésame de la gloire. En rajouter quelques louches dans la provocation peut même obtenir un strapontin dans un gouvernement : Secrétaire d’Etat…

A lire les commentaires des lecteurs à la suite de l’article, célébrant “le courage de cet intellectuel musulman”, on en resterait tétanisé si on n’était blindé contre la bêtise, la violence, la haine, populacières. Le défoulement orgiaque du piétinement de "l’Autre". Se croire supérieur, dans l’arrogance. Apaiser ses frustrations, des humiliations subies. Ah ! Si on pouvait revivre les ratonnades, les lynchages, impunis de nos aïeux…

Le degré zéro de l’intelligence.

Il ne s’agit pas dans ce billet de faire œuvre, en quelques lignes, de théologien ou d’historien des religions. Encore moins, l’apologie d’une religion ou d’un quelconque prosélytisme. Simplement, exercer son esprit critique dans le respect de la Connaissance ou du Savoir, de la Culture, de la Raison, de la Tolérance.

Dans le pamphlet provocateur d’Abdennour Bidar, nous retrouvons les trois tares, les trois dénis, qui plongent l’Occident dans la régression intellectuelle menant droit à l’obscurantisme :

 

1) Déni de la réalité : l’hyperviolence de l’Occident

Un des thèmes majeurs de l’islamophobie est la prétendue “violence de l’Islam”. Mais prendre un atlas géographique, c’est constater que les bombardements, tueries, massacres, tortures, occupations, se déroulent en terre d’Islam. Au quotidien. Et, non pas le contraire.

Violence infligée par des forces armées occidentales, ou judéo-chrétiennes pour reprendre la typologie d’un Bidar. Et, non pas le contraire.

Des centaines de bases, navales, aériennes, terrestres, des milliers d’hommes, des milliers de mercenaires, implantés en Terre d’Islam. Des centaines de bateaux de guerre au large des côtes. Jusqu’à plus de quarante nationalités occidentales différentes en Irak ou en Afghanistan. Et, non pas le contraire.…

En fait, l’Islam a connu la violence des occupations occidentales depuis les croisades.

Il est frappant de constater que les musulmans ont laissé en terre d’Espagne des jardins et des palais magnifiques, des systèmes d’irrigation perfectionnés (la fameuse Huerta de Valencia et son Tribunal des Eaux), après avoir fondé parmi les premières universités européennes. La bibliothèque de Cordoue, au X° siècle, contenait 400.000 ouvrages. Alors que les occidentaux n’ont laissé, à la suite de quatre siècles d’occupation, dans les anciens royaumes francs de Palestine et de Syrie que des : châteaux forts…

Depuis le dépeçage de l’empire Ottoman à la suite de la première guerre mondiale, du fait de son alliance avec les Allemands, c’est encore pire. Tous les pays producteurs de pétrole et de gaz, au Moyen-Orient, ont été asservis par l’Occident. Au passage, les producteurs de pétrole musulmans en Asie (8) l’ont été aussi. Invasions, dictatures, autocraties policières, imposées via des monarchies d’opérette ou des républiques de marionnettes.

Imposant dans son emprise impériale une règle : si un pays devient trop puissant économiquement, ou manifeste des velléités d’indépendance, on l’étouffe. La ministre des affaires étrangères US, Madeleine Albright, n’avait pas hésité à justifier la mort de 500.000 enfants irakiens lors de l’embargo inhumain précédant l’invasion.

Ou, on le brise. En mille morceaux. Jusqu’à raser intégralement un pays sur fondement de mensonges, comme l’Irak. Avec 1,5 millions de morts, des millions de blessés et de traumatisés. De même pour l’Afghanistan.

Violences dont on n’entend jamais parler. Encore moins par “les intellectuels musulmansmédiatisés par notre appareil de propagande. Vous en avez-vu ou entendu un, un seul, s’insurger ?...

Gaza-Kid-inrubble.jpg

Pas plus que des atrocités en Palestine et du camp de concentration de Gaza, surnommé pudiquement par La Communauté Internationale : « blocus »… Destructions planifiées dont on menace l’Iran. D’où la nécessité de noircir ce pays à profusion, avant de le carboniser.

Le niveau de notre hyperviolence, prédations, spoliations, est tellement intolérable à l’intelligence, à quiconque possède un embryon de “valeurs”, qu’il est indispensable de le justifier en permanence. Ne serait-ce que pour soulager notre inconscient collectif. Notre propre lâcheté quotidienne. Car, ne pouvant dire que nous ne savons pas, nous en sommes réduits à « nier » cette violence. A nous mentir, à nous-mêmes.

La logique est toute trouvée : les “violents” ?... Ce n’est pas nous ! Ce sont les autres. !... On les pille, on les massacre s’ils résistent, parce qu’ils sont violents, fourbes et cruels. Intrinsèquement. Viscéralement. C’est leur religion qui les met dans cet état…

Nous, nous ne connaissons pas, n’exerçons jamais la violence : nous sommes des civilisateurs !
Nous propageons la civilisation, la démocratie, les droits de l’homme, les droits de l’animal.

Si nous tuons, torturons et occupons c’est parce que les barbares, sauvages, sous-développés, cannibales (grand cliché de nos expéditions coloniales en Océanie et en Nouvelle-Calédonie), ne comprennent pas les bienfaits que nous leur apportons.

Ce déni de la réalité, quant à notre hyperviolence d’occidentaux, a même contaminé, sous l’effet de notre “habitus colonial” tout notre système de pensée, de conception du monde et de son devenir. Allant jusqu’à gangréner : la “laïcité”.

D’un modèle d’organisation sociale garantissant le respect de chaque croyance, y compris athée, dans la neutralité politique, la “laïcité” est, à présent, instrumentalisée comme vecteur de haine religieuse, de propagande islamophobe. Par des campagnes de diabolisation récurrentes faisant apparaître l’Islam comme une menace pour nos sociétés, et donc pour le reste du monde.

Justifiant ainsi nos pillages, expéditions et aventures militaires, neutralisant, dans le même temps, tout esprit critique quant aux violences exercées à l’encontre des pays à majorité musulmane.

Gaza-Dead-Children0109A.jpg

 

2) Déni de la Connaissance : le culte de l’ignorance

Fanatiser les foules commence toujours par “le culte de l’ignorance”. Déformer, désinformer, occulter. Dans le cas de l’Islam, martelant une vision formatée, hallucinée, depuis les croisades.

A la source d’une des plus brillantes civilisations que l’humanité ait connue, voilà une religion ravalée à de grotesques stéréotypes. Du sauvage, le couteau entre les dents, ou la bombe dans le turban. Des pans entiers de connaissances sont ainsi cachés, tus par une censure qui ne dit pas son nom, pour laisser le monopole du discours aux propagandistes.

Cette vision fantasmée, projetée, d’une violence supposée être l’essence même de l’Islam, s’est accentuée depuis la deuxième guerre mondiale et l’aggravation des prédations, notamment des richesses énergétiques, dans les pays musulmans. Avec des moyens considérables dans cette désinformation : documentaires, films, romans, ouvrages dits “spécialisés”, etc.

Toutes les sommités, de la recherche sur les civilisations et les religions, de la pensée, parmi les non-musulmans, qui ont fait l’effort de franchir la barrière de l’idéologie coloniale, ont pourtant témoigné de leur profond respect pour une religion qu’ils considèrent comme un patrimoine spirituel essentiel de l’humanité.

Leurs textes, leurs recherches, leurs ouvrages, sur l’Islam, résultats d’années et souvent de toute une vie d’étude, sont évidemment soigneusement maintenus dans l’oubli. Je cite quelques uns de ces auteurs, chaque fois que j’en ai l’occasion, pour rompre ce mur du silence, cet étouffement de la désinformation.

Je ne m’en lasserais pas, inviter à lire ou parcourir leurs œuvres pour ceux qui veulent partir à la découverte du monde, de la culture et de la pensée face à la transcendance :

Jacques Berque, Henry Corbin, Louis Massignon, Denise Masson, Edward Saïd, Frithjof Schuon, pour me limiter aux plus grands…

Tous, qu’ils soient agnostiques, athées, catholiques, protestants, ou panthéistes (je pense à Schuon achevant son parcours spirituel, de l’Hindouisme à l’Islam, au sein des communautés amérindiennes d’Amérique du nord), ont été impressionnés, par la richesse spirituelle et la sérénité de l’Islam.

Certains d’entre eux, d’une personnalité, d’une culture, d’une richesse de vie, exceptionnelles, se sont même convertis à l’Islam : Vincent Monteil, ancien militaire, chercheur, voyageur, hors du commun ; ou, René Guénon, dont l’ouvrage bien connu, parmi des dizaines, La Crise du Monde Moderne est à relire, terminant sa vie au Caire où, on venait le consulter d’Europe et du Moyen-Orient, en tant que maître spirituel. Un mausolée imposant lui a été édifié dans le cimetière de Darassa.

Evidemment, en dimension intellectuelle, nous sommes loin de ces acrobates de la manipulation, propagandistes islamophobes, déguisés en "intellectuels musulmans", "iraniens dissidents", (9) recrutés pour venir déblatérer sur l’Islam, aux cotés du maronite de service (10), parce qu’il se présente “arabe”, censé expliquer cette religion aux judéo-chrétiens européens…

De la soupe qu’ils nous servent que retenir, si ce n’est qu’il faut absolument, impérativement, urgemment, « réformer l’Islam » (sous leur gouverne, bien sûr), mais surtout pas l’Occident, modèle de perfection ?... Mais, comment réformer le Diable en personne ?...

Aller au-delà de cette bouillie d’ignorance et d’obscurantisme est, toutefois, facile. Nul besoin d’être musulman pour comprendre cette religion, qui représente, qu’on le veuille ou pas, une des principales de la planète. Un peu d’honnêteté et d’ouverture intellectuelles permettent de saisir immédiatement les clés de compréhension du Coran et de l’Islam.

Deux sont fondamentales.

La première : La Compassion. Le Coran, ce sont 114 sourates qui commencent toutes par : « Au nom de Dieu, Le Compatissant (ou Le Bienfaiteur suivant les traductions - Régis Blachère), Le Miséricordieux ».

D’entrée, il n’est même pas fait allusion à Sa Toute-Puissance. Dieu, dans le Coran est avant tout : havre de paix, de compréhension, de pardon, de réconfort, d’affection.

La seconde : Le Soutien dans l’épreuve. Y compris dans la faute. Toute faiblesse humaine, est pardonnée si le repentir est formulé avec le souhait de s’améliorer, dans le choix de “la voie montante”, comme le recommande poétiquement Le Coran. Qui est celle d’être bon, en veillant à faire le bien autour de soi.

Ce qui explique, mais encore faut-il lire les textes, que toute menace de châtiment, sans exception, est immédiatement contrebalancée par le soutien affectueux :

« … mais, il lui sera pardonné s’il se repent ».

Les islamophobes, et autres fanatiques, oublient toujours, curieusement, le deuxième terme de l’énoncé… L’Islam n’est pas une religion de la culpabilité et du châtiment.

Bien sûr, à partir de cette entrée s’ouvre la vertigineuse galaxie de la spiritualité et du mysticisme, des siècles, des milliers d’ouvrages, des plus grands penseurs et mystiques. Allant de la lecture “exotérique” du Coran, son premier sens apparent, jusqu’à “l’ésotérique”, la recherche du sens caché des paroles lues, que les maîtres de la méditation se transmettent après des années d’étude…

Pour ce qui est du “libre choix”, il n’est pas nécessaire d’avoir un super quotient intellectuel pour comprendre qu’une religion qui n’est pas fondée sur la liberté de conscience n’a aucune valeur, encore moins une chance de durer. Ce que rappelle le Coran :

« … nulle contrainte en religion » (sourate 2 – verset 256).

Quant à l’inusable cliché raciste fantasmant sur “le sabre” qui aurait imposé l’Islam, c’est dissimuler que les pays où les musulmans sont les plus nombreux, comme l’Indonésie (250 millions d’habitants dont 85% de musulmans – autant, si ce n’est plus, que la totalité du monde arabe), ou les plus éloigné de la Mecque comme la Malaisie, n’ont jamais vu un guerrier venu d’Arabie. L’Islam s’est paisiblement diffusé par les commerçants…

Contrairement aux assertions des islamophobes, toutes discussions, confrontations sur les idées religieuses, les débats théologiques, sont les bienvenus, recommandés, même, notamment avec les gens du Livre, autrement dit de La Révélation : juifs et chrétiens. Seule “la légitime défense” est admise dans Le Coran, quand la communauté est attaquée, persécutée, “physiquement”, pour sa croyance.

« Réformer » l’Islam ?... C’est, en premier lieu, à l’Occident de se « réformer ».

Il faudrait d’abord que les pays musulmans vivent dans la liberté.

Démanteler toutes les bases militaires occidentales dans leurs pays, des centaines, et leurs centres de tortures. Retirer toutes les troupes étrangères qui pullulent. Eradiquer tous les mercenaires, “escadrons de la mort” privatisés, services spéciaux étrangers manipulateurs de gangsters-terroristes (11), qui infestent leurs contrées. Retirer le soutien aux dictatures. Arrêter le pillage de leurs ressources et de leurs patrimoines (y compris les “privatisations” bradées et spoliatrices…).

Afin que ces pays vivent en paix, dans le libre choix du mode de gouvernement qu’ils souhaitent ; dans le respect de leur autodétermination, sans interférence des occidentaux ; dans l’exploitation de leurs ressources s’intégrant aux échanges commerciaux internationaux, sans confiscation ni vol des multinationales imposées par l’Empire.

Ensuite, dans l’apaisement, ils seront libres d’arbitrer les équilibres entre religion et société qui leur conviendront, sans que nous ayons à donner des leçons “haut et fort”, dans l’arrogance de notre hyperviolence.

Mais, de cette « réforme » radicale, l’Occident en est incapable. Muré dans sa violence de prédateur.

De toute façon, quel que soit le temps nécessaire, les pays musulmans obtiendront leur totale indépendance et retrouveront dans une Renaissance, qui s’annonce déjà dans certains pays, leur splendeur passée qui nous a tant apporté dans les arts comme dans la pensée.

Gaza-December-08.jpg

3) Déni de l’Altérite : le mépris de “l’Autre”

Il est vrai que l’ignorance, ce boulevard de l’obscurantisme, permet, dans la bêtise, le mépris de “l’Autre”, avec un double avantage :

=> entretenir ce sentiment de peur, qui ravage la France comme ses voisins, nécessaire à nos gouvernants pour “tenir” une opinion publique

=> entretenir ce sentiment de supériorité permettant aux “bonnes consciences” d’ensevelir tout sentiment de culpabilité face aux horreurs que nous commettons.

La haine de l’Islam, qui s’est substituée à celle du “communisme international” chez beaucoup, est d’autant plus virulente qu’il représente une extraordinaire force identitaire, collective, partagée, permettant à toute la communauté des musulmans de résister aux coups de boutoir de la répression, de la guerre, du pillage, ravageant la plupart de leurs pays. En dépit d’élites ou de “leadership” défaillants.

On comprend d’autant mieux que le Ramadan, ce mois de carême très pratiqué, soit une cible privilégiée des services de propagande islamophobe. Il est la démonstration éclatante de la solidarité collective entre membres de toute une communauté. Facteur aggravant : de dimension internationale…

Ce sentiment de mépris, dans la diatribe de cet “intellectuel musulman”, accable ainsi des centaines de millions de femmes et d’hommes dont beaucoup ont certainement un niveau de culture, d’intelligence, de formation, d’expérience, et d’humanisme, que lui-même est loin de démontrer. Affirmer que des millions de personnes soient incapables d’exercer leur libre arbitre, soumis docilement à une violence religieuse…

C’est n’avoir jamais vécu ou partagé ces moments de sérénité, de joie au milieu de familles puisque le mois de Ramadan est souvent l’occasion de retrouvailles. Lors des veillées, après la rupture du jeune, de séances de cartes, de rires, de discussions animées, entre parents, amis, voisins…

Pour un musulman, le Ramadan est une communion avec ceux qui ont faim et soif. Une prière silencieuse avec ceux qui souffrent. Et, une action de grâce, en remerciements des bienfaits qui nous sont accordés, de pourvoir manger à notre faim, et boire quand on le désire.

Il est amusant de repérer les logiques de la mauvaise foi des islamophobes.

Si pour un musulman, le fait de manger sous le nez d’un autre musulman dans un acte provocateur, dans une attitude d’insulte, est “indécent” : où est le problème ?... Celui qui ne jeûne pas, n’a qu’à le faire chez lui ou dans la discrétion, en respectant ceux qui le font. Là, subitement : nous sommes dans l’atteinte aux libertés.

Dans les zones touristiques, en Europe et en France, des municipalités exigent qu’on soit vêtu, avec ordre à la police de verbaliser en cas de refus, pour déambuler dans les rues commerçantes. Trouvant “indécent” de rentrer dans une boutique en maillot ou torse nu. Cela paraît normal, justifié. On se doit de respecter le Veau d’Or…

Difficile, apparemment, pour nos "intellectuels islamophobes", de discerner entre la décence et l’indécence…

Ce sentiment de mépris, élément essentiel de leur fonds de commerce, est pathétique. En retour, ces "intellectuels musulmans" recueillent, au sein des communautés, la compassion exprimée pour un ratage pitoyable : au lieu d’agir en diffuseur de connaissances, en passeurs de culture, dans la tolérance, en rajouter dans la bêtise et le racisme pour être mieux « intégré ».

Illustration, une fois de plus ou sous un autre angle, du « choc » que nous vivons. Non pas entre civilisations. Mais, celui d’une idéologie hyperviolente fondée sur le règne de la ploutocratie exploitant des masses de serfs, consommateurs décérébrés. Face à des mouvements de résistance aspirant à un autre monde fondé sur la solidarité et la dignité humaine. Et, l’Islam, malgré la terrible diabolisation qu’il subit, représente aujourd’hui une des forces d’opposition les plus massives et résilientes.

Je salue, donc, le courage et l’infinie patience des musulmans, dont je me sens solidaire, dans ce combat de Titans…

Le Ramadan va s’achever dans quelques jours.

Je souhaite à tous les musulmans, du moins à ceux qui seront en mesure de la vivre pensant aux victimes actuelles des calamités naturelles ou guerrières, une excellente fête d’Aïd Sgheir. Une des plus belles fêtes de convivialité familiale et amicale, que j’ai eu, et que j’ai, souvent le privilège et la joie de partager.

Et, à "l’intellectuel musulman", Abdennour Bidar, à défaut de la célébrer coincé dans son obscurantisme faisandé, je lui offre pour méditer un de mes versets préférés (Sourate 31 – Verset 19) :

« Sois modeste en ta démarche ! Baisse un peu ta voix.
En vérité, la plus désagréable des voix est celle de l’âne ».

Georges Stanechy


(1) Chris McGreal, Not Guilty. The Israeli captain who emptied his rifle into a Palestinian schoolgirl – Officer ignored warnings that teenager was terrified – Defence says ‘confirming the kill’ standard practice Non coupable. Le capitaine israélien qui a vidé le chargeur de son fusil sur une écolière Palestinienne – L’officier a ignoré l’état de terreur de l’adolescente – Les autorités militaires confirment que ‘l’acte d’achever’ est une pratique normale), The Guardian, mercredi 16 novembre 2005. Réédité la dernière semaine d’août 2010.

(2) "This is commander. Anything that’s mobile, that moves in the [security] zone, even if it’s a three-year-old, needs to be killed." The Guardian, Op. Cit.

(3) Le Cour Grandmaison, Olivier, Coloniser - Exterminer – Sur la guerre et l’Etat Colonial, Fayard, 2004.

(4) Coloniser – Exterminer, Op. Cit., note 1, p. 98.

(5) Abdennour Bidar, La lapidation, "preuve extrême de la logique de violence de l’islam", Le Monde, 30 août 2010, http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/08/30/la-lapidation-preuve-extreme-de-la-logique-de-violence-de-l-islam_1404384_3232.html

(6) Chef-d’œuvre que tout cinéphile se doit d’avoir dans sa vidéothèque : Zorba le Grec, mis en scène par Michael Cacoyannis, sorti en 1964, d’après le roman de Nikos Kazantzakis (1946). Avec la célèbre musique, la danse du sirtaki, du compositeur Mikis Theodorakis.

(7) Evangile selon Saint Jean 8, 1–11.

(8) Les immenses champs pétroliers, et leurs réserves, de l’île de Bornéo ont été confisqués aux pays détenteurs (Malaisie-Indonésie) par la création d’un Sultanat en carton-pâte : le Sultanat de Brunei (l’homme le plus riche du monde…). Néocolonie britannique, administrée, en fait, par les compagnies pétrolières occidentales et leurs mercenaires.

9) Les “dissidents iraniens” que nous servent les médias prêtent à rire quand on sait qu’ils ne sont que les rejetons de la nomenklatura corrompue du temps de la sanguinaire dictature du Shah d’Iran, qui a réussi à s’enfuir au moment de la révolution de 1979, avec le magot familial et la protection des services spéciaux occidentaux…

(10) J’en ai entendu un (très médiatique), dans une conférence, prétendre que le Shiisme n’avait rien à voir avec l’Islam. Henry Corbin qui a passé sa vie à étudier et écrire sur le sujet aurait pleuré de désespoir devant autant de nullité…

(11) Exemple : l’attentat-suicide de Quetta, au Pakistan (“condamné” par tous les gouvernements occidentaux…), vendredi dernier, qui a provoqué la mort d’une centaine de personnes et plus de 200 blessés est attribué par la propagande occidentale aux Talibans, par un terroriste mêlé à un rassemblement de Shiites.

Sous-entendu : ce sont des Sunnites qui en sont les auteurs, c’est la guerre civile entre Shiites et Sunnites.

Pour réaliser pareil carnage, il faut qu’un “volontaire au suicide” soit en mesure de porter une centaine de kilos d’explosif et de ferraille sur lui. A Quetta, il fait en ce moment 35° à l’ombre : tout le monde est en sandales et chemise…

C’est tout simplement une bombe télécommandée au passage du cortège, qui était une manifestation pacifique de soutien au Peuple Palestinien organisée par la communauté Shiite de la ville. Personne n’est dupe.

Photos : Enfants tués dans les bombardements au Liban ou brûlés vifs par les bombes au phosphore à Gaza.

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/L-infanticide-preuve-extreme-de-la-logique-de-violence-du-judeo-christianisme.html
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 19:18
 
sionisme-colombe.jpg
En route vers un scénario de Troisième Guerre mondiale? Le rôle d’Israël dans le déclenchement d’une guerre contre l’Iran
Deuxième partie : La feuille de route militaire
.
Par Michel Chossudovsky
Le 10 septembre 2010

Pour lire la première partie de cet essai cliquez sur le lien ci-dessous

 

La Troisième Guerre mondiale se prépare : Objectif Iran

1ère partie : La guerre planétaire

 

Le stockage et le déploiement de systèmes d'armes perfectionnés visant l'Iran a commencé dans la foulée du bombardement et de l'invasion de l'Irak en 2003. Dès de le début, ces plans de guerre étaient menés par les États-Unis, avec la participation de l'OTAN et d’Israël.

 

Après l'invasion de l'Irak en 2003, l'administration Bush a identifié l'Iran et la Syrie comme les prochaines étapes du « plan d'action pour la guerre ». Des sources militaires étasuniennes ont indiqué qu'une attaque aérienne contre l'Iran pourrait impliquer un déploiement d'une envergure comparable aux raids étasuniens de mars 2003 en Irak, baptisés « choc et stupeur » :

 

« Des attaques aériennes des États-Unis contre l'Iran excéderaient largement l'ampleur des attaques israéliennes de 1981 contre le réacteur nucléaire d'Osirak en Irak et ressembleraient davantage aux premiers jours de la campagne aérienne de 2003 contre ce pays ». (Voir Globalsecurity)

 

« Theater Iran Near Term »

 

Les planificateurs militaires étasuniens ont donné aux simulations d'une attaque en Iran le nom de code TIRANNT, « Theater Iran Near Term » (Théâtre Iran court terme). Ces simulations ont débuté en mai 2003 « lorsque les spécialistes du renseignement et les modéliseurs ont rassemblé les données nécessaires à l'analyse d'un scénario de guerre de théâtre (c’est-à-dire de grande envergure) en Iran ». (William Arkin, Washington Post, 16 avril 2006).

 

Dans les scénarios, plusieurs milliers de cibles en Iran ont été identifiées et sont incluses dans une guerre éclair « choc et stupeur » :

 

L'analyse, appelée TIRANNT, pour « Theater Iran Near Term », a été jumelée à un scénario d'invasion par le corps de la Marine étasunienne et une simulation du nombre de missiles iraniens. Au même moment les planificateurs étasuniens et britanniques ont mené des jeux de guerre sur la mer Caspienne et Bush a ordonné au Commandement stratégique des États-Unis d'établir un plan d'attaque globale contre les armes de destruction massives iraniennes. Tout cela alimentera en bout de ligne un nouveau plan de guerre pour « des opérations de combat majeures » contre l'Iran, déjà esquissé, selon ce que confirment maintenant des sources militaires [avril 2006].

 

[...] Dans le cadre de TIRANNT, les planificateurs de l'armée et l'U.S. Central Command ont examiné des scénarios de guerre contre l'Iran, à court terme et pour les années suivant la période visée, lesquels comprennent tous les aspects d'une opération de combat majeure, de la mobilisation au déploiement de forces, en passant par les opérations de stabilité d'après-guerre à la suite d'un changement de régime. (William Arkin, Washington Post, 16 avril 2006)

 

Divers « scénarios de théâtre de guerre » relatifs à une attaque contre l'Iran ont été envisagés : « L'armée, les marines et les forces aériennes des États-Unis ont tous préparé des plans de bataille et passé quatre ans à construire des bases et à s'entraîner pour l’"Opération libération de l'Iran".  L'amiral Fallon, le nouveau chef du Commandement central des États-Unis (USCENTCOM), a hérité des plans informatisés sous le nom de TIRANNT (Theatre Iran Near Term). » (New Statesman, 19 février 2007)

 

En 2004, en faisant usage des scénarios de guerre initiaux de TIRANNT, le vice-président Dick Cheney a donné l’ordre à l’USSTRATCOM [Commandement stratégique étasunien] de rédiger un « plan de contingence » d’une opération militaire à grande échelle contre l’Iran, « à utiliser en riposte à une autre attaque terroriste de type 11-Septembre en sol étasunien », en supposant que le gouvernement de Téhéran serait derrière le complot terroriste. Le plan incluait l’usage préemptif d’armes nucléaires contre un État ne possédant pas d’armes nucléaires :

 

Le plan comprend un assaut aérien de grande envergure contre l’Iran à l’aide d’armes conventionnelles et d’armes nucléaires tactiques. En Iran, il y a plus de 450 cibles stratégiques majeures, dont de nombreux sites soupçonnés de servir au développement d’un programme d’armement nucléaire. Bien des cibles sont durcies ou enfouies profondément sous terre et ne pourraient être démolies au moyen d’armes conventionnelles, d’où l’option du nucléaire. Comme dans le cas de l’Irak, la réaction n’est pas conditionnelle à l’implication réelle de l’Iran dans l’acte terroriste visant les États-Unis. Plusieurs officiers de la Force aérienne impliqués dans la planification sont apparemment consternés par les conséquences de ce qu’ils font – préparer une attaque nucléaire délibérée contre l’Iran –, mais personne n’est prêt à nuire à sa carrière en émettant des objections. (Philip Giraldi, Deep Background,The American Conservative août 2005)

 

La feuille de route militaire:" D'abord l'Irak, ensuite l'Iran"

 

La décision de cibler l'Iran en vertu de TIRANNT relevait d'une planification militaire et d'un enchaînement d'opérations militaires élargis. Sous l'administration Clinton, l’USCENTCOM avait déjà envisagé d'envahir d'abord l'Irak et ensuite l'Iran dans « les plans de théâtre de guerre ». L'objectif stratégique déclaré était l'accès au pétrole du Moyen-Orient:

 

Les vastes intérêts liés à la sécurité nationale et les objectifs énoncés dans la Stratégie de sécurité nationale du président (SSN) et la Stratégie militaire nationale du président [de l'Instance collégiale des chefs d'état-major] (SMN) constituent le fondement de la stratégie opérationnelle du Commandement central des États-Unis. La SSN dirige l'exécution d'une stratégie de double endiguement des États voyous que sont l'Irak et l'Iran, du moment que ces États posent une menace aux intérêts des États-Unis, aux autres États de la région, ainsi qu'à leurs propres citoyens. Le double endiguement est conçu pour maintenir l'équilibre des forces dans la région sans que cela dépende de l'Irak ou de l'Iran. La stratégie opérationnelle de l'USCENTCOM est basée sur les intérêts et centré sur la menace. Le but de l'engagement étasunien, tel qu'adopté dans le SSN, est de protéger les intérêts fondamentaux des États-Unis dans la région : un accès ininterrompu et sécurisé au pétrole du Golfe pour les États-Unis et leurs alliés. (USCENTCOM, http://www.milnet.com/milnet/pentagon/centcom/chap1/stratgic.htm#USPolicy, le lien n'est plus fonctionnel, mais il est archivé au http://tinyurl.com/37gafu9)

 

La guerre contre l'Iran était vue comme une étape dans une succession d'opérations militaires. Selon le commandant (l'ancien commandant) de l'OTAN, le général Wesley Clark, la feuille de route militaire du Pentagone était composée d'une série de pays : « [Le] plan de campagne de cinq ans [comprend] [...] sept pays au total, en commençant par l'Irak, ensuite la Syrie, le Liban, la Lybie, l'Iran, la Somalie et le Soudan. » Dans L'Irak, le terrorisme et l'Empire américain (page 130), le général Clark déclare ce qui suit:

 

Lorsque je suis retourné au Pentagone en novembre 2001, un officier d’état-major de haut rang avait du temps pour discuter. Oui, nous nous dirigions toujours vers une confrontation avec l’Irak, a-t-il affirmé. Mais il y avait plus. Cela faisait l’objet de discussions et constituait une phase d’un plan projetant une campagne de cinq ans disait-il, où l’on trouvait en tout sept pays en commençant par l’Irak, ensuite la Syrie, le Liban, le Lybie l’Iran, la Somalie et le Soudan. (Voir Secret 2001 Pentagon Plan to Attack Lebanon, Global Research, 23 juillet 2006) 

 

Le rôle d'Israël

 

Il y a eu beaucoup de discussions sur le rôle d'Israël dans l'initiative d'une attaque contre l'Iran.

 

Israël est membre d'une alliance militaire. Tel Aviv n'est pas un instigateur et n'a pas de programme militaire distinct.

 

Israël est intégré dans le « plan de guerre pour des opérations de combat majeures » contre l'Iran, formulé en 2006 par l’USSTRATCOM. Dans le contexte d'opérations militaires de grande envergure, une action militaire unilatérale non coordonnée entreprise par un partenaire de la coalition, à savoir Israël, est presque impossible d'un point de vu stratégique. Israël est un membre de facto de l'OTAN et toute action de sa part nécessiterait un « feu vert » de Washington.

 

Une attaque par l'État hébreux pourrait toutefois être utilisée comme « mécanisme déclencheur » d'une guerre totale contre l'Iran, ainsi que des représailles par l'Iran contre Israël.

 

À cet égard, il existe des signes indiquant que Washington pourrait envisager l'option d'une attaque initiale par Israël (soutenue par les États-Unis), au lieu d'une opération militaire catégorique menée par les États-Unis contre l'Iran. L'attaque israélienne, quoique menée en liaison étroite avec le Pentagone et l'OTAN, serait présentée à l'opinion publique comme une décision unilatérale de Tel Aviv. Elle serait ensuite utilisée par Washington pour justifier, aux yeux du monde, une intervention militaire des États-Unis et de l'OTAN visant à « défendre Israël » plutôt qu'à attaquer l'Iran. En vertu des accords de coopération militaires actuels, à la fois les États-Unis et l'OTAN seraient « obligés » de « défendre Israël » contre l'Iran et la Syrie.

 

Il convient de noter à cet égard qu'au début du second mandat de Bush, le (l'ancien) vice président Dick Cheney a indiqué très clairement que l'Iran figurait « en tête de liste [des] voyous ennemis » des États-Unis et que, pour ainsi dire, Israël « bombarderait pour [eux] » sans que les États-Unis soient impliqués militairement ni qu'ils aient à faire de pression sur Israël pour qu'« il agisse » (Voir Michel Chossudovsky, Planned US-Israeli Attack on Iran, Global Research, 1er mai 2005). Selon Dick Cheney :

 

Les gens craignent entre autres qu’Israël agisse sans qu’on le lui demande […] Comme l’Iran préconise la destruction d’Israël, les Israéliens pourraient bien décider d’agir d’abord et de laisser ensuite le reste du monde s’occuper de nettoyer les dégâts diplomatiques. (Dick Cheney, en entrevue à MSNBC, janvier 2005)

 

En commentant l’affirmation du vice-président, l’ancien conseiller à la Sécurité nationale, Zbigniew Brzezinski a confirmé avec une certaine appréhension qu’en effet, Cheney désire que le premier ministre Ariel Sharon agisse au nom des États-Unis et qu’il « le fasse » pour eux :

 

Je crois que la question de l’Iran est davantage ambiguë et là-bas, le problème n’est certainement pas la tyrannie, ce sont les armes nucléaires. Et aujourd’hui, dans une étrange déclaration parallèlement à cette déclaration en faveur de la liberté, le vice-président a indiqué que les Israéliens pourraient le faire et il a en fait utilisé un langage qui ressemblait à une justification ou même un encouragement, invitant les Israéliens à passer à l’acte.

 

Nous avons affaire à une opération militaire conjointe des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël pour bombarder l’Iran, dont la planification est entamée depuis 2004. Des représentants du département de la Défense, sous Bush et Obama, ont travaillé assidûment à identifier avec soin des cibles iraniennes avec leurs homologues israéliens de l’armée et du renseignement. Sur le plan militaire, toute action par Israël devrait être planifiée et coordonnée par les plus hautes instances de la coalition menée par les États-Unis.

 

Une attaque par Israël nécessiterait également un soutien logistique coordonné par les États-Unis et l’OTAN, particulièrement en ce qui a trait au système de défense aérienne israélien, lequel est complètement intégré dans celui des États-Unis et de l’OTAN depuis janvier 2009.

(Voir Michel Chossudovsky,  Unusually Large U.S. Weapons Shipment to Israel: Are the US and Israel Planning a Broader Middle East War?  Global Research, janvier 2009 ; en français : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient?)

 

Le système radar bande X d’Israël, implanté au début 2009 avec le support technique des États-Unis, a « intégré la défense antimissile israélienne au réseau mondial de détection de missiles étasunien [basé dans l’espace], lequel comprend des satellites, des croiseurs Aegis sur la Méditerranée, la mer rouge et dans le golfe Persique ainsi que des radars terrestres et des intercepteurs Patriot ». (Defense Talk.com, 6 janvier 2009,)

 

Cela signifie qu’en bout de ligne, c’est Washington qui mène la barque. Ce sont les États-Unis, non pas Israël, qui contrôlent le système de défense aérienne : « ''Cela demeurera toujours un système radar étasunien'', a déclaré le porte-parole Geoff Morrell. ''Ce n’est pas quelque chose que nous donnons ou vendons aux Israéliens et il s’agit d’un système qui nécessitera probablement du personnel étasunien sur place pour l’opérer. » (Cité dans Israel National News, 9 janvier 2009).

 

L’armée étasunienne supervise le système de défense aérienne d’Israël, intégré au système mondial du Pentagone. Autrement dit, Israël ne peut pas lancer une guerre contre l’Iran sans le consentement de Washington, d’où l’importance de la fameuse législation « feu vert » au Congrès étasunien appelée House Resolution 1553, soutenue par le Parti républicain et appuyant explicitement une attaque israélienne contre l’Iran :

 

La mesure présentée par le républicain du Texas Louie Gohmert et 46 de ses collègues cautionne l’utilisation par Israël de « tous les moyens nécessaires » contre l’Iran, « dont l’usage de la force militaire. […] Il faut que ce soit fait. Nous devons démontrer notre appui à Israël. Nous devons cesser de jouer avec cet allié crucial dans une région si difficile. (Voir Webster Tarpley, Fidel Castro Warns of Imminent Nuclear War; Admiral Mullen Threatens Iran; US-Israel Vs. Iran-Hezbollah Confrontation Builds On, Global Research, 10 août 2010)

 

En pratique, la législation proposée est un « feu vert » à la Maison-Blanche et au Pentagone plutôt qu’à Israël. Elle constitue une approbation à une guerre contre l’Iran sous l’égide des États-Unis et qui utilise convenablement Israël pour perpétrer une attaque. Elle sert par ailleurs de justification pour mener une guerre dans le but de défendre Israël.

 

Dans ce contexte, Israël pourrait en effet fournir le prétexte pour mener la guerre en réaction aux prétendues attaques du Hamas ou du Hezbollah et/ou au déclenchement d’hostilités à la frontière israélo-libanaise. Il est essentiel de comprendre qu’un « incident » mineur pourrait être utilisé comme prétexte pour provoquer une importante opération militaire contre l’Iran.

 

Les planificateurs militaires des États-Unis savent qu’Israël (plutôt que les États-Unis) serait la première cible des représailles de l’Iran. De manière générale, les Israéliens seraient les victimes des machinations et de Washington et de leur propre gouvernement. À cet égard, il est absolument nécessaire que les Israéliens s’opposent fermement à toute attaque de l’Iran par le gouvernement Netanyahou.

 

Guerre mondiale : le rôle du Commandement stratégique des États-Unis (USSTRATCOM)

 

Les opérations militaires mondiales sont coordonnées par le quartier général de l’USSTRATCOM à la base aérienne d’Offutt au Nebraska, en lien avec les commandements régionaux des commandements unifiés (par exemple, le Commandement central en Floride, responsable de la région du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, voir la carte ci-dessous) ainsi que par les unités de commandements de coalition en Israël, en Turquie, dans le golfe Persique et à la base militaire Diego Garcia dans l’océan Indien. La planification militaire et la prise de décision au niveau national et sur une base individuelle par des alliés des États-Unis, de l’OTAN et des « pays partenaires » sont intégrées à un plan militaire mondial, comprenant la militarisation de l’espace.

 

En vertu de son nouveau mandat, l’USSTRATCOM a la responsabilité de « superviser un plan d’attaque mondial » au moyen d’armes conventionnelles et nucléaires. Dans le jargon militaire, il est désigné pour jouer le rôle d’un « agent d’intégration chargé des missions d’opérations dans l’espace, d’opérations d’information, de défense antimissile intégrée, du commandement et du contrôle mondial, du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance, des attaques mondiales et de dissuasion stratégique [...] ».

 

Les responsabilités de l’USSTRATCOM comprennent : « la gestion, la planification et l’exécution d’opérations de dissuasion stratégique » au niveau mondial; « la synchronisation des plans et des opérations de défense antimissile planétaires, ainsi que des plans de combat régionaux, etc. L’USSTRATCOM est l’organisme principal de coordination des guerres modernes.

 

En janvier 2005, au début du déploiement militaire et de l’accroissement du potentiel militaire visant l’Iran, l’USSTRATCOM a été identifié comme « le principal commandement pour l’intégration et la synchronisation des efforts à l’échelle du département de la Défense dans la lutte contre les armes de destruction massive ». (Michel Chossudovsky, Nuclear War against Iran, Global Research, 3 janvier 2006 ; en français : Guerre nucléaire contre l'Iran).

 

Cela signifie que la coordination d’une attaque à grande échelle contre l’Iran, comprenant divers scénarios d’escalade à l’intérieur et à l’extérieur de la vaste région du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, serait menée par l’USSTRATCOM.

 

centcommapMidEast.jpg

Carte : Zones de responsabilité du Commandement central des États-Unis

 

Armes nucléaires tactiques visant l’Iran

 

Le fait que les États-Unis et Israël envisagent l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Iran est confirmé à la fois par des documents militaires et des déclarations officielles. En 2006, l’USSTRATCOM a annoncé qu’il était parvenu à une capacité opérationnelle lui permettant de toucher rapidement des cibles autour du globe à l’aide d’armes nucléaires ou conventionnelles. Cette annonce a été faite à la suite de simulations militaires relatives à une attaque nucléaire menée par les États-Unis et visant un pays fictif. (David Ruppe, Preemptive Nuclear War in a State of Readiness: U.S. Command Declares Global Strike Capability, Global Security Newswire, 2décembre 2005)

 

En ce qui concerne l’époque Bush-Cheney, il y a continuité : le président Obama a largement appuyé la doctrine préconisant l’utilisation préemptive d’armes nucléaires formulée par l’administration précédente. Dans le 2010 Nuclear Posture Review (examen de la position concernant le nucléaire), l’administration Obama a confirmé qu’« elle se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires contre l’Iran » en raison du non-respect des demandes étasuniennes concernant son prétendu programme nucléaire (inexistant). (U.S. Nuclear Option on Iran Linked to Israeli Attack Threat - IPS ipsnews.net, April 23, 2010). L’administration Obama a également indiqué qu’elle utiliserait des armes nucléaires advenant des représailles de l’Iran en réaction à une attaque israélienne. (Ibid.). Israël a aussi élaboré ses propres « plans secrets » pour bombarder l’Iran avec des armes nucléaires tactiques :

 

Les commandants de l’armée israélienne croient que les frappes conventionnelles pourraient ne plus suffire pour anéantir des installations d’enrichissement de mieux en mieux défendues. Plusieurs d’entre elles ont été construites en dessous d’au moins 70 pieds de béton et de pierres. Toutefois les armes antiblockhaus équipées d’ogives nucléaires seraient employées seulement si une attaque conventionnelle était écartée et si les États-Unis refusaient d’intervenir, ont affirmé des sources de haut rang. (Revealed: Israel plans nuclear strike on Iran - Times Online, 7 janvier 2007)

 

Les déclarations d’Obama relativement à l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Iran et la Corée du Nord concordent avec la doctrine des armes nucléaires post-11-Septembre, laquelle permet l’usage d’armes nucléaires tactiques dans un théâtre de guerre conventionnel.

 

Par une campagne de propagande s’étant assuré l’appui de scientifiques de l’énergie nucléaire « faisant autorité », on justifie l’usage de mini-bombes nucléaires comme instrument de paix, notamment comme une façon de lutter contre le « terrorisme islamique » et d’établir une « démocratie » à l’occidentale en Iran. « L’utilisation sur le champ de bataille » d’armes nucléaires de faible puissance a été autorisée. Il est prévu qu’elles soient employées avec des armes conventionnelles contre l’Iran et la Syrie dans la prochaine phase de la « guerre au terrorisme » étasunienne.

 

Des représentants de l’administration soutiennent que les armes nucléaires de faible puissance sont des instruments de dissuasion nécessaires contre des États voyous [l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord]. Leur logique est que les armes nucléaires existantes sont trop destructrices pour être employées dans une guerre nucléaire générale. Les ennemis potentiels le réalisent, donc ils ne croient pas en la menace de représailles nucléaires. Les mini-bombes nucléaires sont cependant moins destructrices, en conséquence, leur usage est concevable. Cela rendrait l’effet dissuasif des armes nucléaires plus efficace. (Opponents Surprised By Elimination of Nuke Research Funds Defense News 29 novembre 2004)

 

Les armes nucléaires privilégiées dans une attaque contre l’Iran seraient les armes nucléaires tactiques (fabriquées aux États-Unis), à savoir, les bombes antiblockhaus équipées d’ogives nucléaires (par exemple B61.11) possédant une capacité explosive dépassant de trois à six fois la bombe d’Hiroshima. La B61-11 constitue la « version nucléaire » des bombes « conventionnelles » BLU 113 ou Guided Bomb Unit GBU-28 (bombe guidée). Elle peut être livrée sensiblement de la même façon que les bombes antiblockhaus conventionnelles. (Voir Michel Chossudovsky, http://www.globalresearch.ca/articles/CHO112C.html, et http://www.thebulletin.org/article_nn.php?art_ofn=jf03norris). Alors que les États-Unis n’envisagent pas l’usage d’armes thermonucléaires stratégiques contre l’Iran, l’arsenal nucléaire d’Israël est largement composé de bombes thermonucléaires, lesquelles sont déployées et pourraient être utilisées advenant une guerre avec l’Iran. Tout l’Iran serait accessible au système de missile israélien Jericho III, dont la portée varie entre 4800 km et 6500 km.

 

 

GBU-27_xxl.jpg

Bombe guidée antiblockhaus conventionnelle Guided Bomb Unit GBU-27

 B-61_bomb.jpg

 

Bombe antiblockhaus B61

 

Retombées radioactives

 

Alors que les analystes militaires des États-Unis et de l’OTAN n’en tiennent simplement pas compte, le problème des retombées radioactives et de la contamination serait dévastateur et affecterait possiblement une vaste zone de la région élargie du Moyen-Orient (incluant Israël) et de l’Asie centrale.

 

Les armes nucléaires sont présentées, dans une logique tordue, comme un moyen de consolider la paix et de prévenir les « dommages collatéraux ». Les armes nucléaires iraniennes inexistantes constituent une menace à la sécurité mondiale, alors que celles des États-Unis et d’Israël sont des instruments de paix, sans danger pour la population civile des environs.

 

Usage de la « Mère de toutes les bombes » (MOAB) prévu contre l’Iran

 

L’« arme monstre » de 21 500 livres surnommée « mère de toutes les bombes » est significative dans l’arsenal d’armes conventionnelles des États-Unis. Détenant la plus grande portée de cet arsenal, la GBU-43/B or Massive Ordnance Air Blast bomb (MOAB) a été qualifiée d’« arme non nucléaire la plus puissante jamais conçue ». La MOAB a été testée au début mars 2003 avant d’être déployée dans le théâtre de guerre irakien. Selon des sources militaires étasuniennes, avant que la « mère de toutes les bombes » ne soit lancée, l’Instance collégiale des chefs d'état-major avait avisé le gouvernement de Saddam Hussein qu’elle serait utilisée contre l’Irak. (Des reportages non confirmés mentionnent qu’elle l’a été.)

 

Le département de la Défense étasunien a confirmé en octobre 2009 qu’il a l’intention d’utiliser la « mère de toutes les bombes » contre l’Iran. On dit de la MOAB qu’elle est « idéale pour frapper des installations nucléaires enfouies profondément sous terre, comme celles de Natanz et de Qom en Iran ». (Jonathan Karl, Is the U.S. Preparing to Bomb Iran? ABC News, 9 octobre 2009). En vérité, la MOAB, étant donné sa capacité explosive, entraînerait un nombre extrêmement élevé de victimes civiles. Il s’agit d’un « engin meurtrier » conventionnel provoquant un nuage en champignon de type nucléaire.

L'acquisition de quatre MOAB a été autorisée en octobre 2009 au coût élevé de 58,4 millions de dollars (14,6 millions pour chaque bombe). Ce montant inclut les coûts de développement, d’essai et d’intégration des MOAB sur des bombardiers furtifs B-2. (Ibid.). Cette acquisition est directement liée aux préparations de la guerre concernant l’Iran. La notification était contenue dans un « memo de reprogrammation » de 93 pages, comprenant les instructions suivantes :

 

« "Le département a un urgent besoin opérationnel (UBO), soit d’avoir la capacité de frapper des cibles dures et enfouies profondément sous terre dans un environnement très dangereux. La MOP [Massive Ordnance Penetrator] est l’arme de choix pour satisfaire les exigences de l’UBO." On mentionne par ailleurs que la demande est approuvée par le Commandement du Pacifique (responsable de la Corée du Nord) et le Commandement central, (responsable de l’Iran). » (ABC News,  op cit, c’est l’auteur qui souligne). Pour consulter la demande de reprogrammation (pdf), cliquer ici.

Le Pentagone planifie un processus de destruction considérable des infrastructures de l’Iran et des pertes civiles massives par l’emploi combiné d’armes nucléaires tactiques et de bombes conventionnelles monstres provoquant des nuages en champignon, incluant la MOAB et la GBU-57A/B ou Massive Ordnance Penetrator (MOP), encore plus massive que la MOAB et supérieure à celle-ci en termes de capacité explosive.

La MOP est décrite comme « une nouvelle bombe puissante¸ visant directement les installations nucléaires souterraines de l’Iran et de la Corée du Nord. La bombe gargantuesque est plus longue qu’onze personnes se tenant épaule contre épaule [voir l’image ci-dessous], ou plus de 20 pieds de long ». (Voir Edwin Black, "Super Bunker-Buster Bombs Fast-Tracked for Possible Use Against Iran and North Korea Nuclear Programs", Cutting Edge, 21 septembre 2009)

Ces bombes sont des armes de destruction massive (ADM) dans le vrai sens du terme. L’objectif à peine voilé de la MOAB et de la MOP, y compris le surnom étasunien utilisé pour décrire la MOAB (mère de toutes les bombes), est la « destruction massive » et la perte massive de civils dans le but d’inculquer la peur et le désespoir.

MOAB%20AFAM.jpg
« Mère de toutes les bombes » (MOAB)

MOP1.jpg

GBU-57A/B Mass Ordnance Penetrator (MOP)

 

 moabmother_of_all_bombs.gif
MOAB: scènes d’un test : explosion et nuage en champignon

Armement de pointe : « La guerre devenue possible grâce aux nouvelles technologies »

 

Le processus décisionnel de l’armée étasunienne relativement à l’Iran est soutenu par la Guerre des étoiles, la militarisation de l’espace et la révolution des communications et des systèmes d’information. Vu les avancées de la technologie militaire et le développement de nouveaux systèmes d’armes, une attaque contre l’Iran, si on la compare à la guerre éclair de mars 2003 lancée contre l’Irak, pourrait être significativement différente en raison de la combinaison des systèmes d’armes. L’opération contre l’Iran prévoie l’usage des systèmes d’armes les plus avancés pour appuyer ses attaques aériennes. Selon toute probabilité, de nouveaux systèmes seront testés.

 

Le document du Project of the New American Century (Projet pour un nouveau siècle étasunien, PNAC) intitulé Rebuilding American Defenses (Rebâtir les défenses des États-Unis), expose brièvement le mandat de l’armée étasunienne en ce qui a trait aux guerres de théâtre à grande échelle qui doivent être menées simultanément dans différentes régions du monde :

 

« Lutter et vaincre résolument dans de multiples théâtres de guerre majeurs et simultanés »

 

Cette formulation équivaut à revendiquer une guerre de conquête mondiale par une seule superpuissance impériale. Le document du PNAC réclame également la transformation des forces étasuniennes pour exploiter la « révolution des affaires militaires », c'est-à-dire mener dorénavant une « guerre devenue possible grâce aux nouvelles technologies ». (Voir Project for a New American Century, Rebuilding Americas Defenses, Washington DC, septembre 2000, pdf). Celui-ci consiste à développer et perfectionner un engin meurtrier de pointe basé sur un arsenal de nouvelles armes sophistiquées, lesquelles remplaceraient tôt ou tard les paradigmes existants.

 

« L’on peut donc prévoir que le processus de transformation aura en réalité deux étapes : d’abord une transition, ensuite une transformation plus approfondie. Le point de rupture se fera lorsque les nouveaux systèmes d’armes mis en service seront prédominants, peut-être, par exemple, lorsque des engins sans pilote commenceront à être plus nombreux que ceux nécessitant un équipage. À cet égard, le Pentagone devrait hésiter à faire de gros investissements dans de nouveaux programmes – des chars d’assaut, des avions, des porte-avions par exemple – lesquels maintiendraient les forces étatsuniennes dans les paradigmes de guerre actuels pendant bien des décennies. » (Ibid.), c’est l’auteur qui souligne)

 

La guerre contre l’Iran pourrait en effet constituer ce point de rupture crucial. De nouveaux systèmes d’armes basés dans l’espace sont introduits et visent à invalider un ennemi dont les capacités militaires sont considérables et les forces terrestres dépassent le demi-million.

 

Les armes électromagnétiques

 

Des armes électromagnétiques pourraient être utilisées pour déstabiliser les systèmes de communications iraniens, paralyser la production d’électricité, miner et déstabiliser le commandement et le contrôle, les infrastructures gouvernementales, le transport, l’énergie, etc. Les techniques de modification de l’environnement (CNMOD) (guerre météorologique), développées dans le cadre du programme HAARP et membres de la même famille d’armes, pourraient également être employées. (Voir Michel Chossudovsky, "Owning the Weather" for Military Use, Global Research, 27 septembre 2004). Ces systèmes d’armes sont totalement opérationnels. Dans ce contexte, le document de l’Armée de l’air étasunienne AF 2025 a explicitement admis les applications militaires des technologies de modification de l’environnement.

 

La modification de l’environnement deviendra un élément de la sécurité intérieure et internationale […] Ses applications pourraient être offensives ou défensives et même être utilisées comme moyen dissuasif. La capacité de générer des précipitations, du brouillard et des tempêtes sur la terre ou de modifier les conditions climatiques, d’améliorer les communications par la modification de l’ionosphère (l’utilisation de miroirs ionosphériques) et la production de conditions climatiques artificielles font toutes partie d’un ensemble de technologies intégrées pouvant augmenter considérablement la capacité des États-Unis, ou diminuer celle d’un adversaire, d’acquérir une vision, une portée et une puissance mondiale, (Air Force 2025 Final Report, See also US Air Force: Weather as a Force Multiplier: Owning the Weather in 2025AF2025 v3c15-1 | Weather as a Force Multiplier: Owning... | (Ch 1) atwww.fas.org).

 

Le rayonnement électromagnétique permettant de « détériorer la santé à distance », pourrait aussi être envisagé dans un théâtre de guerre, (Voir Mojmir Babacek, Electromagnetic and Informational Weapons:, Global Research, 6 août 2004) ainsi que de nouvelles utilisations des armes biologiques par l’armé étasunienne, tel que suggéré par le PNAC : « Des types d’armes biologiques perfectionnées capable de "cibler" des génotypes spécifiques pourrait transformer l’instrument de terreur qu’est la guerre biologique en un outil politique utile. » (PNAC, op cit., p. 60).

 

Les capacités militaires de l’Iran : des missiles de moyenne et longue portée

 

L’Iran a un potentiel militaire de pointe, comprenant des missiles de moyenne et de longue portée capables de toucher des cibles en Israël et dans les États du Golfe. D’où l’accent mis par l’alliance des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël sur les armes nucléaires, qu’ils prévoient utiliser de manière préemptive ou en réaction à une attaque au missile de l’Iran lancée en guise de représailles.

 

iranshahabrange.gif
Portée des missiles iraniens Shahab. Droits d’auteur Washington Post 

En novembre 2006, suite à une planification précise, des missiles terrestres iraniens ont été testés dans le cadre d’une opération soigneusement mise en scène. Selon un expert en missiles étasunien de haut niveau (cité par Debka), « les Iraniens ont fait la démonstration d’une technologie récente de lancement de missile et l’Occident ignorait qu’ils possédaient celle-ci. » (Voir Michel Chossudovsky, Iran's "Power of Deterrence"  Global Research, 5 novembre 2006 ; en français : « Le Pouvoir de Dissuasion » de l'Iran) Israël a reconnu que le Shehab-3, avec une portée de 2000 km, peut atteindre Israël, le Moyen-Orient et l’Europe. (Debka, 5 novembre 2006)

 iran%20missile%20tests1.jpg

 

 

iran%20missiletests2.jpg

 

Selon Uzi Rubin, l’ancien chef du programme de missiles antibalistiques israélien, « l’intensité de l’exercice militaire était sans précédent […] Il était destiné à impressionner et il a impressionné ». (www.cnsnews.com 3 novembre 2006)

 

S’ils ont créé de l’agitation politique aux États-Unis et en Israël, les exercices de 2006 n’ont modifié d’aucune manière la détermination des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël de s’en prendre à l’Iran.

 

Téhéran a confirmé dans plusieurs déclarations que l’Iran répliquerait s’il était attaqué et a soutenu qu’Israël serait la cible immédiate d’attaques au missile de l’Iran. La question du système de défense aérien d’Israël est donc fondamentale. Des installations militaires des États-Unis et de leurs alliés dans les États du Golfe, en Turquie, en Arabie Saoudite, en Afghanistan et en Irak pourraient être également ciblées par l’Iran.

 

Les forces terrestres iraniennes

L’Iran, encerclé par des bases militaires des États-Unis et de leurs alliés, a tout de même un potentiel militaire considérable. (Voir la carte ci-dessous) Il est important de reconnaître cependant la taille absolue des forces iraniennes en termes de personnel (armée de terre, marine, force aérienne) lorsque comparée à celles des États-Unis et de l’OTAN servant en Irak et en Afghanistan.

 

Confrontées à une insurrection bien organisée, les forces de la coalition sont déjà débordées en Afghanistan et en Irak. Ces dernières seraient-elles en mesure de faire face à la situation si les forces terrestres iraniennes entraient dans les champs de bataille actuels de ces deux pays? La force du mouvement de résistance contre l’occupation des États-Unis et de leurs alliés serait inévitablement affectée.

Les forces terrestres iraniennes sont de l’ordre de 700 000, desquelles 13 000 sont des soldats professionnels, 220 000 des conscrits et 350 000 des réservistes. (Voir Islamic Republic of Iran Army - Wikipedia). En outre, il y a 18 000 personnels dans la marine et 52 000 dans la force aérienne. Selon l’Institut international d’études stratégiques, « les Gardiens de la révolution ont approximativement 125 000 personnels répartis dans cinq branches : ils ont leurs propres Marines, leurs Forces aériennes et terrestres, ainsi que les Forces Qods (Forces spéciales) ». D’après le CISS, la force paramilitaire de volontaires Basij, contrôlée par les Gardiens de la révolution, « comprend environ 90 000 membres en service actif à temps plein, 300 000 réservistes et en tout 11 millions d’hommes pouvant être mobilisés si nécessaire ». (Armed Forces of the Islamic Republic of Iran - Wikipedia) Autrement dit, l’Iran peut mobiliser jusqu’à un demi-million de troupes régulières et plusieurs millions de milices. Ses forces spéciales Qods sont déjà en fonction en Irak.

new_us_bases.png 


Iran-encircled2.gif

Installations militaires de l’armée étasunienne et de ses alliés entourant l’Iran.

 

Depuis plusieurs années l’Iran procède à ses propres exercices de guerre. Si sa Force aérienne a des faiblesses, ses missiles à longue et moyenne portée sont totalement opérationnels. L’armée iranienne est en état d’alerte. À l’heure actuelle, ses troupes sont concentrées à quelques kilomètres des frontières irakiennes et afghanes, ainsi qu’à proximité du Koweït. La Marine iranienne est déployée dans le golfe Persique, près des installations militaires des États-Unis et de leurs alliés aux Émirats arabes unis.

Il convient de noter qu’en réaction à l’accroissement de la puissance militaire iranienne, les États-Unis ont transféré de grandes quantités d’armes à leurs alliés de l’OTAN dans le golfe Persique, y compris au Koweït et en Arabie Saoudite.

 

Bien que les armes de pointe iraniennes ne soient pas à la hauteur de celles des États-Unis et de l’OTAN, les forces iraniennes seraient en mesure d’infliger de lourdes pertes aux forces de la coalition dans un théâtre de guerre conventionnel et sur le terrain en Irak ou en Afghanistan. En décembre 2009 les troupes terrestres et les chars d’assaut iraniens ont traversé la frontière irakienne sans être confrontées ou opposées par les forces alliées et ont occupé un territoire contesté dans le champ pétrolifère de l’est du Maysan.

 

Même en cas de guerre éclair efficace ciblant les installations militaires, les systèmes de communications, et d’autres infrastructures de l’Iran avec des bombardement aériens massifs, des missiles de croisières, des bombes antiblockhaus conventionnelles et des armes nucléaires tactiques, une guerre contre l’Iran, une fois commencée, pourrait tôt ou tard mener à une guerre de terrain. Les planificateurs militaires étasuniens l’ont sans aucun doute envisagé dans leurs scénarios de guerre.

 

Une opération de cette nature provoquerait des pertes civiles et militaires considérables, surtout si des armes nucléaires sont utilisées.

 

L’augmentation du budget pour la guerre en Afghanistan actuellement à l’étude au Congrès étasunien, est aussi prévue en cas d’attaque contre l’Iran.

 

Dans un scénario d’escalade, les troupes iraniennes pourraient traverser les frontières de l’Irak et de l’Afghanistan.

 

Par ailleurs, une escalade militaire dans laquelle des armes nucléaires seraient employées pourrait nous mener à un scénario de Troisième guerre mondiale et s’étendre au-delà de la région du Moyen–Orient et de l’Asie centrale.

 

En réalité, ce projet militaire sur la planche à dessin du Pentagone depuis plus de cinq ans menace l’avenir de l’humanité.

 

Dans cet essai, nous nous sommes concentrés sur les préparatifs de guerre. Que ceux-ci soient à un stade avancé n’implique pas que ces plans de guerre seront mis à exécution.

 

L’alliance des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël réalise que l’ennemi est amplement en mesure de riposter. Dans les cinq dernières années, ce facteur en soi a été déterminant dans les décisions des États-Unis et de leurs alliés de reporter une attaque contre l’Iran.

 

La structure des alliances militaires représente un autre facteur décisif. Si l’OTAN est devenue une force redoutable, l’alliance entre la Russie, la Chine et certaines anciennes républiques soviétiques, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), a été gravement affaiblie.

 

Les perpétuelles menaces de l’armée étasunienne envers la Chine et la Russie visent à affaiblir l’OCS et à décourager toute forme d’action militaire de la part des alliés de l’Iran en cas d’attaque par les États-Unis, l’OTAN et Israël.

 

Quelles sont les forces compensatoires qui pourraient empêcher cette guerre? Il existe de nombreuses forces travaillant continuellement au sein de l’appareil d’État étasunien, du Congrès, du Pentagone et de l’OTAN.

 

Mais en bout de ligne, la force centrale faisant obstacle à la guerre provient de la base de la société et nécessite des fortes actions antiguerre auxquelles participent des centaines de millions de personnes, aux niveaux national et international.

 

Les gens doivent non seulement se mobiliser contre ce programme militaire diabolique, mais aussi contester l’autorité de l’État et celle de ses représentants.

 

Cette guerre peut être évitée si les gens confrontent vigoureusement leurs gouvernements, font pression sur leurs représentants élus, s’organisent au niveau local, dans les villes, les villages, les municipalités, passent le message, informent leurs concitoyens sur les implications d’une guerre nucléaire, entament le débat et discutent au sein des forces armées.

 

Faire des manifestations antiguerre massives ne suffit pas. Il faut développer un vaste réseau antiguerre populaire, bien organisé, s’opposant aux structures de pouvoir et aux autorités.

 

Il faut un mouvement de masse confrontant vigoureusement la légitimité de la guerre, un mouvement planétaire criminalisant la guerre.

 

 

(..)

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20978

 

 


 

 

On m'envoie cette plaisanterie:

 

Pour quelles raisons les hommes mariés grossissent-ils  alors que les hommes célibataires maigrissent...?
En fait c'est très simple :
- Le célibataire va au frigo, n'y trouve rien d'intéressant et retourne au lit.
- L'homme marié va au lit, n'y trouve rien d'intéressant et retourne au frigo...!.

 

Supercontent

 

 

 

Un tribunal spécial pour de Villepin ?

 

 

Clearstream, rivalité de deux hommes.

 

Sarkozy a tout fait pour couler un rival dangereux, aidé par les médias aux ordres.

 

Ces Médias aux ordres du Président ont a

ttaqué de Villepin, pas Sarkozy: Pour

tuer politiquement de Villepin, héritier de Chirac et de la famille gaulliste,

partisan de l'indépendance nationale (donc homme à abattre pour les

Anglo-Saxons et pour Israël qui ne veulent pas qu'on conteste leur domination

sur le monde).

 

Sarkozy, lui, est un agent de l'Etranger (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Israël)

chargé de casser le gaullisme français  attaché à la souveraineté nationale.

Et à titre personnel, il voit en de Villepin un rival à éliminer.

 

Voici donc, maintenant, bientôt, une sorte de tribunal "d'exception" pour  

rejuger de Villepin et le neutraliser avant 2012.

 

Si de Villepin peut se présenter, on risque d'avoir au 2e tour, face-à-face, la

Gauche et le FN, une fois Sarkozy éliminé par la multiplicité des candidatures

à droite (De Villepin et Bayrou sont crédités chacun de 7 % de voix) ! 

 

Un procès à suivre... attentivement !

 

eva R-sistons à l'intolérable

 

 

Launch Republique Solidaire 2010-06-19 n05.jpgWikipedia

 

 

 

Retraites:

 

Manifester encore ? A quoi bon ? Les syndicats ne défendent

pas nos intérêts. Ils sont vendus aux dirigeants ! C'est la grève

générale qui fera avancer la cause des peuples floués.   Ceci dit,

moi je plaide pour le boycott du capitalisme, le boycott de la consommation au moins superflue, pour commencer !

J'en reparlerai...  Eva

 

 

 

 

11 septembre:

Ne commémorons pas

l'imposture de l'ignoble mise en scène

pour nous faire accepter les guerres impériales

et les lois liberticides ! Souvenons-nous plutôt

du complot de la CIA au Chili contre le Président socialiste

élu démocratiquement, Salvador Allende, le 11/9 1973 !

Eva R-sistons

Chili1973P.jpg

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I


 


 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 16:15

lapidation_large


 
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15419&rech=27043#27043, auteur Large, dessin de presse
.
.
Lapidation.. Vous avez dit lapidation ?
Quelle lapidation ?
"Lapidation" planétaire...
Par eva R-sistons
.

Horreur ! Une mère de famille iranienne de 43 ans va sans doute être lapidée pour adultère et complicité de meurtre, barbarie suprême ! D'autant que cette pratique rituelle est lente, publique, humiliante... Bref, un archaïsme insupportable, pas vraiment sexué d'ailleurs puisque les hommes sont soumis au même supplice, mais suffisamment odieux pour que la Communauté internationale se mobilise, à juste titre... sauf qu'on lapide dans plusieurs pays, notamment alliés des Etats-Unis, et personne ne s'en émeut, sauf aussi que cette pratique abominable existe depuis longtemps et qu'elle ne suscite l'indignation que maintenant, alors que des rumeurs de guerre contre l'Iran, justement, se font de plus en plus pressantes. Plus de deux cents lapidations par an en Iran ! Celle-ci est d'autant plus médiatique qu'il s'agit d'une femme, d'une mère de famille, et photogénique. L'Occident ne peut plus justifier ses guerres prédatrices barbares en évoquant des armes de destruction massive qu'il cultive lui-même, il ne peut plus évoquer Dieu, la morale, le Bien, comme Bush l'avait fait en se moquant du monde, et son combat pour une pseudo démocratie ne fait plus illusion. Alors, pour les "vendre" à l'opinion publique, il a trouvé une cause qui mobilise, la défense de la femme. Soit. Odieuse barbarie, fort opportune pour nos grands stratèges à l'affût d'arguments acceptables ! La guerre doit être préparée psychologiquement. Bref, c'est de la propagande de guerre, pour insinuer que l'Iran est un pays sanguinaire qui doit être attaqué, lui aussi.
.
Barbarie ? Et lorsque j'attends un troisième enfant après avoir eu un garçon et une fille, et que mon ex-mari décrète: "Deux ça suffit, je n'en accepterai pas un troisième", et qu'il me contraint à avorter alors que je m'apprête à donner la vie avec joie, à accueillir un nouvel enfant, qu'est-ce que c'est ? Une violence insupportable, certes non comparable à la lapidation, mais douloureuse quand même. Tant d'années après, je souffre encore d'avoir tué mon fils, d'avoir supprimé l'existence que je me réjouissais tant de porter en moi alors qu'à quinze ans, déjà, j'avais été baptisée "la force vitale de Bergson", ayant des forces de vie en moi d'ailleurs à l'origine de nombre de mes engagements, notamment contre la guerre.
.
Faire d'une jeune maman, d'une femme qui s'apprête à concevoir, un assassin malgré elle, oui je dis que c'est insupportable. Et d'ailleurs, lorsqu'à presque quarante ans j'ai attendu un 4e enfant, je l'ai gardé en dépit de toutes les pressions: "Pour le tuer, il faudra d'abord me tuer". Mon troisième fils a vu le jour...
.
Mais revenons à l'Iran. L'ayatollah Khomeny a pris position contre la lapidation; Celle-ci, d'ailleurs, soit dit en passant, n'existe pas dans le Coran, contrairement aux deux autres grandes religions monothéistes. Mais la Tradition islamique, celle-là temporelle, l'a imposée dans certains cas: Pour préserver la pureté de la famille, son caractère sacré, unique. De quel droit l'Occident s'imiscie-t-il dans les coutumes étrangères, aussi barbares soient-elles ? Ses valeurs, ses critères, sont-ils supérieurs à tous les autres ? Quelle arrogance ! Il veut imposer ses normes, quelles qu'elles soient. Cette ingérence dans les affaires des autres est d'autant plus insupportable qu'elle cache des motifs non avoués. Car qui a protesté, par exemple, contre une coutume aussi barbare au Groënland, lorsque les familles abandonnaient leurs anciens ne pouvant plus assurer leur subsistance, et cela dans le froid, dans la neige, sans protection contre les loups et contre la faim ? Je n'ai entendu personne protester, et pourtant c'est intolérable. Voyez le film "Les Dents de la Mer", avec Anthony Queen. Barbarie d'un autre âge, là aussi ! Mais les Esquimaux, hier, intéressaient moins que les Iraniens aujourd'hui. Pourquoi ces indignations à géométrie variable ?
.
Procès de l'Occident assassin,
lapidation planétaire
.
 L'Occident donneur de leçons, parlons-en ! En France, bien des hommes boivent et battent leur femme parfois jusqu'à la mort, et c'est souvent une torture quotidienne pour les malheureuses victimes. Et ce n'est pas tout. On doit à l'Occident, par exemple, la drogue, la prostitution (des femmes, en particulier, sont obligées de se prostituer), la pédophilie (honteusement tolérée dans certains milieux), des soirées sataniques au cours desquelles certains "grands" de ce monde en mal de sensations fortes n'hésitent pas à sacrifier des êtres humains, enfants ou vieillards (les disparitions inexpliquées se multiplient, les scandales sont étouffés comme à Toulouse, ou concernant l'affaire Dutroux, en l'occurrence simple rabatteur), ou encore trafic d'organes, condamnations à mort même d'adolescents par exemple aux Etats-Unis (j'ai à nouveau entendu hier l'histoire du Français Zaccharias présumé coupable condamné à mourir lentement SANS visites, sans courrier, sans téléphone, dans un isolement total, inhumain, pour soi-disant n'avoir pas dénoncé ce qu'il savait sur ce qui se préparait le 11 septembre, bref ce n'est pas mieux que la mise à mort, c'est franchement barbare), tortures insupportables et traitement inhumain de prisonniers de guerre, imposition d'aliments industriels frelatés, camisoles chimiques, prisons urbaines, atteintes à toutes les libertés individuelles, camps d'extermination de Tsiganes, de Juifs, d'homosexuels ou d'handicapés mentaux et même de résistants, évacuations forcées de citoyens roms européens, et sans parler de tout le reste, comme l'imposition au monde de la barbarie capitaliste sacrifiant les peuples pour le profit de quelques psychopathes, l'horreur économique qui broie partout les humains et les oblige, au nom de la compétition, de la compétitivité, à se battre les uns contre les autres, ou pire encore, décrétant que les guerres devaient se multiplier partout, pour soi-disant nettoyer la planète du terrorisme, guerres meurtrières, sauvages, bientôt nucléaires et totales... Civilisation, ou barbarie ? Il s'agit bel et bien d'une lapidation universelle, permanente, des humains, aux quatre coins de la planète !
.
On convoite des terres habitées ? Les Amérindiens sont exterminés ou condamnés à l'inactivité, à la misère, à l'alcool, aux maladies; On veut s'emparer d'une île située dans une zone stratégique, comme à Diego Garcia ? On déporte de force les habitants dans des bidonvilles infâmes; On veut étendre son influence et rafler le gaz offshore ? On bombarde les Gazaouis après les avoir enfermés chez eux... etc, etc ! Et que dire des guerres modernes, s'attaquant à l'ADN, produisant des mutations génétiques à long terme, des infections chroniques, ou de la radio-activité imposée à l'ensemble de la planète... Civilisation, ou barbarie ?
.
Et qui décide des blocus privant les populations des biens auxquels elles ont droit, comme en Irak, en Iran ou à Cuba ? Qui a concocté les régimes d'apartheid, sinon les arrogants blancs sûrs de leur "bon droit" ? Qui prive les pays de leur souveraineté, de leurs dirigeants démocratiquement élus, comme encore récemment au Honduras et bientôt au Vénézuela ? Qui soutient les régimes corrompus, dictatoriaux, après avoir souvent contribué à leur mise en place ? Qui tue, pille, vole, bombarde, torture... impunément ? Qui organise des attentats pour déstabiliser des pays bien situés géographiquement ou riches en ressources ? Qui extermine les peuples premiers et détruit la nature pour imposer routes, industries juteuses, marchandisation des territoires ?
.
Les Occidentaux convoitaient l'Afghanistan ? Ils se sont intéressés au sort des femmes afghanes. Mais pas du temps des Soviétiques, car à l'époque, ils avaient besoin des fondamentalistes barbares pour servir leurs intérêts ! Et ainsi de suite...
.
Alors, l'hypocrisie, ça suffit !
.
La vérité, c'est que l'Occident a besoin de mobiliser l'opinion non en faveur d'une femme lapidée, mais en faveur d'une guerre injustifiable contre un pays, l'Iran, qui n'a jamais attaqué personne et qui n'a pas l'intention d'attaquer; Il veut seulement assurer sa protection par l'arme de dissuasion nucléaire, meilleur garant de la paix alors qu'il est entouré d'Etats rêvant de le priver de sa souveraineté, de le morceler, de le soumettre aux industriels américains...  Serons-nous longtemps dupes ?
.
Et d'abord, pourquoi ces ingérences ? Ici, la Bolivie doit éradiquer une culture millénaire, la coca, là des pays doivent cesser d'appliquer des coutumes archaïques insupportables, certes, mais qui n'ont rien à envier à la barbarie de l'Occident, elle, d'ailleurs, à l'échelle planétaire. Les peuples ne veulent pas du carcan de l'Europe, du libéralisme mortifère, de la compétition insupportable, du Marché aveugle, de la dictature des grandes banques et des multinationales, des guerres perpétuelles, ils ne veulent pas de la course aux armements imposée par les Anglo-Saxons et les Israéliens, ils ne veulent pas de la prolifération d'armes de destruction massive et plus généralement d'une Pensée unique, d'un Régime, d'un Système meurtrier, eugénique, impérialiste, mortifère ! Ils ne veulent plus qu'on détruise les pays ne correspondant pas au moule imposé par l'Occident !
.
La vérité, c'est que si la lapidation pratiquée par certains pays est insupportable, la lapidation à grande échelle menée par l'occident est intolérable, et les peuples n'en veulent plus, et c'est là que la mobilisation doit se faire, dans toute la planète : Pour imposer le bien-vivre ensemble, le Bien public, la fraternité universelle. Et la civilisation, enfin !
.
Eva R-sistons

http://r-sistons.over-blog.com/article-vous-avez-dit-lapidation-quelle-lapidation-proces-de-l-occident-56461163.html  

                                                         burqa-sarkostique-jpeg.jpg

.
Sakineh, les Roms, le Pakistan...

Tariq Ramadan

30.8.2010

 

 

Sakineh...
 
Cela fait plus de quinze ans que je demande que l’on cesse l’application des peines dites "islamiques" dans les pays majoritairement musulmans ; que ce soit les châtiments corporels, la peine de mort ou la lapidation. J’ai appelé à ouvrir un débat interne sur les textes, les conditions de leur application et les réalités du contexte social qu’il fallait nécessairement prendre en compte. J’ai appelé à un moratoire général permettant un débat de fond dans le monde majoritairement musulman. Certains à travers le monde (et dans de nombreux pays musulmans, notamment des ulamâ, des intellectuels et des croyants ordinaires) l’ont compris et ont soutenu cette démarche ; d’autres s’en sont moqué et sont allés jusqu’à exprimer leur rejet, "horrifiés et scandalisés" par une telle proposition. Le Président Sarkozy, Bernard-Henri Levy et consorts étaient parmi les plus médiatiquement indignés.
 
Or voici que l’Etat français propose... "un moratoire" sur la peine capitale au moment où l’on parle de la lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani en Iran (il est assez pittoresque de lire dans Politis que la France défend désormais ma position et mon combat "sans le dire"). Tiens donc ! ... les scandalisés auraient-ils perdu la raison (puisque l’on me traitât de fou) ou seraient-ils revenus à une position raisonnable, juste et cohérente. Car enfin c’est bien en amont qu’il faut poser le problème et lutter contre des lectures et des applications réductrices, tendancieuses, voire populistes du code pénal islamique (les hudûd) : seule une approche globale, avec la participation des musulmans (ulamâ, intellectuels et citoyens), est à même de déboucher sur des résultats concrets dans les sociétés majoritairement musulmanes. Si l’on veut vraiment, à terme, réformer les choses.
 
Je m’oppose et je condamne l’application de ces peines dans les sociétés contemporaines que ce soit dans les pétromonarchies, en Iran ou dans les pays plus pauvres du Moyen-Orient, d’Afrique ou d’Asie. Ces applications contreviennent, au nom même de l’islam, à la justice, à la dignité et aux droits des personnes dans des sociétés où, au demeurant, le système judiciaire n’est pas transparent, pour ne pas dire clairement corrompu, et où les peines sont souvent le fruit d’instrumentalisation de la religion soit à des fins internes, soit pour se démarquer de l’Occident. Je m’oppose donc, et je condamne naturellement, l’application de la lapidation contre Sakineh Mohammadi Ashtiani. Ce ne peut pas être, ce ne doit pas être.
 
Je ne signerai pourtant pas la pétition lancée à l’initiative de quelques intellectuels français. Je ne doute pas de la sincérité de la majorité des signataires mais il est question de ne pas être dupe des intentions et du jeu des principaux initiateurs, à l’instar de Bernard Henri Lévy, de Marek Halter, voire même l’inénarrable pantin Sihem Habchi de Ni Putes ni Soumises, et de quelques autres encore... Maîtresses et maîtres des dénonciations sélectives et autres mises en scène médiatiques afin de se mettre du bon côté des sentiments et de faire oublier leurs silences complices en d’autres circonstances : c’est l’Iran qu’il faut attaquer (le grand ennemi, et notamment d’Israël...) et non les richissimes pétromonarchies amies (où l’on tue et lapide dans un silence complice). Point non plus de pétition pour les innocents de Gaza, point de pétition pour les pacifistes de la flottille de la paix. Ces mises en scène et ces condamnations sélectives et instrumentalisées sont simplement écoeurantes !
 
...Les Roms...
 
Ecoeurante également cette décision "légale" de renvoyer les Roms... avec, apparemment, l’assentiment d’une majorité de Français. Autre manoeuvre politicienne d’un Président de la République qui perdant du crédit à droite, au centre et à gauche va clairement glaner des voix à l’extrême de la droite avec des discours et des politiques populistes et dangereuses.
 
Hier, le Président français nous apprenait qu’il fallait désormais différencier entre "citoyens" et "citoyens", entre les citoyens "de souche" et les autres à qui l’on pourra retirer la nationalité. Avec l’assentiment d’une majorité de Français encore ! Voici revenir le temps de la distinction de l’appartenance et de la citoyenneté "au faciès"... des Français plus français que d’autres, des Français à examiner, potentiellement "en examen"...des Français pas tout à fait français. Jean-Marie le Pen a beau jeu de rappeler une vérité implacable : le Président annonce une politique que l’extrême droite appelle de ses voeux depuis quarante ans.
 
La France va mal. La France fait peur. Il est heureux, et si encourageant, de voir des politiciens et des intellectuels crier à la honte et aux déshonneurs. Il est heureux, et encourageant encore, de voir la hiérarchie de l’Eglise catholique, et certains de l’Eglise réformée, protester contre ces politiques d’exclusion et de renvoi massif et très fermement condamner les dérives de l’action gouvernementale vis-à-vis des Roms. A ces évêques, à ces prêtres, à ces femmes et à ces hommes, connus ou anonymes, nous disons : Vous êtes la fierté et la dignité de votre pays et les gardiens de sa conscience, contemporaine et historique.
 
Mais où sont donc passées les leaders et les représentants des associations musulmanes, et ceux des associations promouvant la diversité culturelle ? Pourquoi n’entend-on pas leurs condamnations, leurs critiques et pourquoi ne les voit-on pas soutenir les roms dans le respect et la reconnaissance ? Comment se peut-il que des citoyens français, avec une conscience et une origine, et/ou avec une religion, et/ou avec une éthique, se taisent devant des politiques inhumaines et indignes ? Quelle peur les habite qu’ils n’osent ainsi dénoncer l’inacceptable ? Quelle réduction de l’intelligence les fait-elle réagir en tant que arabes, noirs ou musulmans uniquement lorsqu’il s’agit d’un problème concernant les Arabes, les Noirs ou l’islam ? Ce silence n’est pas honorable, ce silence est déshonorant !
 
... Le Pakistan
 
Des inondations, des glissements de terrain... la mort, l’exil, les refuges. Des images de désolation, d’horreurs, de tristesse... Des dizaines de milliers de morts, des millions de sans-abris, des dizaines de millions de déplacés. Et pourtant le soutien international a mis du temps à réagir comme s’il y a avait "un blocage". Les Nations Unies et les ONG internationales ont dû intervenir à plusieurs reprises pour rappeler l’ampleur de la catastrophe et mobiliser un soutien approprié. Nous sommes encore loin du compte.
 
L’image du Pakistan n’est point bonne sur la scène internationale. Associé aux Talibans, à l’extrémisme islamique et à la violence, le pays peine - au coeur de la catastrophe naturelle - à émouvoir les consciences occidentales et internationales. Six ans après le tsunami - qui avait touché l’Indonésie principalement mais également beaucoup de touristes occidentaux - et dont les conséquences à long terme semblent moins graves que ce qui va advenir au Pakistan, il faut bien constater que la solidarité et l’engagement humanitaire sont à géométrie variable, influencés par l’air du temps et la politique émotionnelle bien plus que par la conscience lucide et universaliste.
 
Tout se passe comme si certains êtres humains "stéréotypés" avaient perdu de leur humanité, étaient moins dignes que d’autres d’être secourus. C’est proprement effrayant et pourtant si palpable, si vrai, si réel. On pourra critiquer tous les pouvoirs du monde, tous les médias et la terre entière, mais au bout du compte la question comme la réponse résident dans la conscience de chacun. Qu’est-ce qui motive mes indignations comme mes solidarités ? Mon engagement comme mes soutiens ? Est-ce mon appartenance sociale, communautaire, politique ou religieuse ou est-ce la commune dignité des femmes et des hommes de la planète ? Suis-je capable de voir, au-delà des couleurs de peau, des origines, des vêtements et des barbes, l’essence, la valeur comme la détresse des êtres humains ou suis-je le jouet de ces solidarités émotionnelles qui catégorisent et valorisent les victimes à l’aune de leur ressemblance à mon égard ?
 
Comment peut-on être pakistanais ? ...trois siècles après Montesquieu. Bonne question.... triste vérité. - La solidarité n’a pas de couleur, pas de religion, pas de classe. Quand les catastrophes naturelles s’abattent sur des êtres humains, il n’y a pas à réfléchir sur le fond et le soutien s’impose en même temps qu’il importe d’en considérer la meilleure des formes. Le Pakistan, mais également l’Inde et la Chine, ont besoin de notre soutien. L’Histoire témoignera de notre dignité si, et seulement si, nous leur avons reconnu la même dignité que la nôtre.
 
Sans catégories ni sélection, avec humanité et détermination.
http://www.tariqramadan.com/Sakineh-les-gens-du-voyage-le.html
.
Appel de Musulmans, de laïcs, d'antisexistes et d'antiracistes contre la Loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public
Appel de musulmans, de laïcs, d'antisexistes et d'antiracistes contre la loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public.
.
Lundi 13 septembre 2010, le "projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public" sera examiné par le Sénat. Celui-ci s'inscrit dans un contexte où la majorité parlementaire tente d’occuper le débat public autour d’un discours sécuritaire contre la burqa.

La démocratie et l'égalité hommes-femmes sont instrumentalisées afin de défendre une rhétorique xénophobe et raciste pour "stigmatiser" les musulmans vivant en France.

 
Cette loi est anti-laïque et raciste. L'Etat transgresse la notion de laïcité en édifiant des lois sur les pratiques religieuses pour la seule communauté musulmane. Cette loi a été rédigée au cours d'un grand débat sur le port de la burqa et sur l'oppression des femmes dans la communauté musulmane. Le projet de loi stipule pourtant que "la présence de femmes portant la burqa n’est pas attestée à ce jour". Cette rhétorique a été utilisée pour stigmatiser la communauté musulmane afin d'amadouer l'électorat d'extrême droite après les élections régionales. Ainsi comme sous l'Algérie française, l'Etat s'arroge le droit de codifier ce que doit être une bonne pratique "républicaine" de la religion musulmane. Et ce afin, selon le projet de loi, de préserver "la cohésion sociale".

 
Cette loi va à l’encontre des droits fondamentaux. La "liberté de pensée, de conscience et de religion" de chacun (Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948, texte aujourd’hui à valeur constitutionnelle) et "la protection de la liberté de conscience de chacun, dans la sphère publique comme privée" (article 9 paragraphe 1 de la convention européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales) sont foulées aux pieds pour des intérêts politiciens de courte vue.

 
Cette loi ne cherche pas à combattre le sexisme. D’après nous, la majorité présidentielle ne cherche pas à défendre l'égalité homme-femme contre le port de la burqa. La vraie menace ne provient pas du port de la burqa en France, mais de l’établissement d’une loi comme réponse systématique à tout phénomène social et de son instrumentalisation politique. Permettre à l'Etat de soumettre l’autre (le communiste, le syndicaliste, l’homosexuel, le gitan, le juif, le musulman) à une idéologie et un mode de vie que le pouvoir détermine comme norme à un instant donné, représente un danger impérieux pour les libertés fondamentales.

 
Nous appelons donc l'ensemble des associations, organisations et citoyens soucieux de défendre les libertés fondamentales à se rassembler à l'occasion du vote de cette loi par le Sénat, le lundi 13 septembre à partir de 15h devant le jardin du Luxembourg (lieu à définir en préfecture).

 
Nous ne laisserons pas les libertés individuelles disparaître sans réagir.    (..)
Mohammed BEN YAKHLEF
Nous contacter : par email : respaix@gmail.com     tel : 06.14.14.34.35
Alter Info l'Information Alternative

Auteur : Mohammed BEN YAKHLEF - Source : Alter Info
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15425&rech=27051

 

 

De la violence infligée aux femmes : Conflits et instabilité en République Démocratique du Congo!!

 

Violences infligées aux Congolaises

 

L’homme dans sa puissance martiale, appartenant à une armée plus ou moins régulière ou à fortiori à une milice mal contrôlée, n’hésite pas, après des semaines de délocalisation à profiter de l’avantage que lui procure son arme et son clan. Une fois, les victimes localisées et maitrisées, c’est à son prolongement phallique qu’il donne tout naturellement libre exercice. Déshonorant des mères de familles ou des jeunes filles, humiliant des maris et des familles et transmettant des maladies plus ou moins mortelles voir des viols pouvant donner lieu à des grossesses non désirées. Pas si loin de nous, le souvenir amer des soldats et milices serbes en Bosnie qui ont commis des viols systématisés  sur des femmes bosniaques musulmanes, pendant plusieurs jours. Le but avoué est l’humiliation de ces musulmans et le changement de la race de leurs descendances. Décidément, les relents nazis n’ont pas été extirpés après la chute du IIIème Reich !

Quand on annonce dans la presse, avec un mois de retard, que 200 femmes (et jeunes hommes) ont subit des viols collectifs dans un pays africain, en l’occurrence, à l’est du Congo-Kinshasa, cette information passe sans attitrer une grande attention publique.

 

http://www.alterinfo.net/De-la-violence-infligee-aux-femmes-Conflits-et-instabilite-en-Republique-Democratique-du-Congo!!_a49556.html

 

 

Sélection de liens:

 

Europe-prisonniere-j.jpg

 

.

Belgique, UE disssoutes dans une assemblée transatlantique

 

Vous trouvez là tout ce que souhaitent la Superclasse mondiale et l’empire anglo-saxon, et expriment depuis des années dans leurs cénacles : Trilatérale, Bilderberg, Davos, et les « laboratoires d’idées » (« think tanks ») et grandes fondations des Etats-Unis, de Bruxelles, d’Allemagne, ainsi que dans leur appendice français IFRI…

 

A nous tous de dénoncer , et résister (courriel reçu..)

 

ARTICLE  ICI (Institut Européen des Relations Internationales):

 

Alerte: Belgique, UE dissoutes dans une assemblée transatlantique

 

 

Lire aussi:

 

Le Général Gallois: Mensonges, désinformation US (Guerre Yougoslavie)

 

Urbanisme à la française - Comment la France est devenue moche

 

 

 

Selon que vous serez policier

ou jeune des cités...

 

La nouvelle est tombée ce matin. Pas de responsabilité policière dans la mort des adolescents Zied et Bouna. Jusqu’ici, l’impression qui prévalait était celle d’une passivité coupable des policiers quand, poursuivant les deux adolescents, ils s’étaient aperçus que leurs cibles avaient pénétré à l’intérieur d’un transformateur électrique. Mais après une instruction qui a duré cinq ans, un juge va en décider autrement.

 

Deux jeunes de treize ans revenant d’un terrain vague où ils avaient joué au football, rêvant peut-être d’être un jour des Lilian Thuram ou des Thierry Henry..  Deux jeunes d’origine étrangère ? Des délinquants, forcément ! Et puis franchement, jouer au football sur un terrain vague, c’est se la jouer rom, ces sous hommes !

 

417WLfyLQVL._SL500_AA300_.jpghttp://miltondassier.over-blog.com/article-circulez-y-a-rien-a-voir-non-lieu-dans-l-affaire-zied-et-bouna-56846913.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Reçu ce courriel, que je relaie bien volontiers

au nom de la liberté de penser:

 

Je vous informe que l'intellectuel américain Noam Chomsky vient de soutenir publiquement la pétition que je lance contre la loi Gayssot et pour la libération de Vincent Reynouard :

img329Chomage.jpgimg344img441


Auteur : Karak - Source : Le blog de Karak

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15679
.
Pour un référendum d'initiative citoyenne:
Les dirigeants des syndicats et parlementaires demandent en vain le retrait de lois qui démantèlent les services publics et le droit du travail. Mais aucun groupe parlementaire ne met une proposition de loi en faveur du référendum d’initiative citoyenne à l’ordre du jour du Parlement alors pourtant que cette procédure leur permettrait de soumettre au peuple devenu souverain, les lois jugées indésirables et leurs propositions alternatives.. Il faut leur demander POURQUOI...

.
Lapidation chrétienne :

220px-Marx_Reichlich_001.jpg  

magnify-clip.png Martyre de saint Étienne. Panneau du retable dit de Jacob et Étienne, peint en 1506 par Marx Reichlich (de) (1460-1520)
(provient d'un monastère au Tyrol, exposé à la pinacothèque de Munich).

La lapidation, du latin lapis (pierre), donnant le verbe lapidare, littéralement « tuer à coups de pierres » est une forme d'exécution, couramment utilisée à l'époque préchrétienne dans tout le bassin méditerranéen. Il s'agit de la seule méthode d'exécution par torture physique encore employée au XXIe siècle. Wikipedia
.
.
C O M M E N T A I R E S  :  I C I
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 12:33

Unite-et-paix-copie-3.jpg

 

 

Courriel reçu ce jour:

 

Chère Eva,

bonjour et un grand merci pour tout le travail accompli pour prévenir et réveiller les citoyens apathiques que nous sommes.

Je me demandais : si demain nous n'avons plus accès à internet et aux mails pour pouvoir communiquer, si demain même le téléphone ne fonctionne plus.... comment ferons-nous chacun dans notre coin ?

Ne faudrait-il pas (suggestion que je lance) collecter les adresses des gens qui souhaitent former un réseau - peut-être ça existe déjà - afin que, le moment venu, nous puissions nous rapprocher quand même. Quand je dis "nous rapprocher", cela veut dire bien sûr les gens proches de chez soi. Si nous avions la liste des gens intéressés, nous pourrions la garder précieusement, au cas où. Nous aurons tellement besoin de solidarité.

J'essaie de mettre mes proches (voisins, collègues...) au courant de ce qui se passe, de ce qui va arriver, mais ça ne fait pas l'unanimité. Le jour venu, il ne faudra pas compter sur ces gens pour échapper à la puce, par exemple.

Qu'en pensez-vous, Eva ?

 

bonne journée


 

Réponse d'eva :

 

Je peux collecter ces coordonnés, et les répartir le cas échéant. 

 

Avez-vous d'autres idées pour que ces coordonnés servent au lieu de desservir ?


 

 

______________________________________________________________________________

 

 

 

Concernant les capacités de riposte de l'Iran, et de ses alliés,

en cas d'attaque, on m'envoie cet article datant de 2007,

mais non dénué d'intérêt, eva R-sistons

 

ss-N-22.jpg
Iran-USA : La Russie est le maître du jeu...

 

La Chine, la Russie et l'Iran prevoient de detruire toutes les installations petroliferes de l'Arabie Saoudite, du Koweit, du Qatar, et de l'Iraq ainsi que les bases americaines en Mediterranee et en Afrique

 

En juillet dernier (2004), un exercice sans précédent de toutes les forces navales des USA à travers le monde entier s’est déroulé. Selon la Navy, c’était le premier exercice de son nouveau plan de réponse (FRP) dont le but est de permettre une réponse rapidement à une crise internationale. La Navy a voulu montrer sa rapidité de réaction n’importe où et n’importe quand à travers toutes les mers du monde.

Une opération d’une envergure supérieure même à celle des forces navales engagées lors de l’opération « Desert Storm (Tempête du désert) » de 1991, chaque groupe était composé d’un porte-avion de la classe des USS Nimitz, d’une dizaine de navires de soutien et d’au moins 70 avions. La majeure partie de ces manoeuvres s’est déroulé dans le Pacifique conjointement avec la Marine de Taiwan. Jamais dans l’histoire de la marine USA, tant de groupes de bataille de porteur avaient été impliqués dans une opération simple.

La question que l’on se pose est de savoir pourquoi de si grandes manoeuvres ? Pour contrer quel type de crise ? Et qu’est ce qui peut bien motiver plus de puissance de feu que ce qui a été utilisé pour l’Irak ? Ces manoeuvres ont eu un don d’irriter la Chine et il semble que justement ce pays était visé par la puissance des USA après l’acquisition par la Chine auprès de la Russie de navires de la classe « sovremenny ».

Si vous pensez qu’il s’agit d’un « non sens » et que ceci est impensable, que quelques destroyers ne peuvent menacer la suprématie américaine sur les océans, il faut savoir quelques choses qui éclairent la situation.

Les USA ont négligé depuis quelque temps le qualitatif de leur Navy en se reposant sur le quantitatif et de nombreux pays, dont la Chine, de leur côté ont misé énormément sur le qualitatif et les technologies nouvelles. Les navires sont aujourd’hui capables de lancer les fameux missiles SS-N-22 contre lesquels la Navy n’a pas de parade. Et c’est pourquoi les USA ont fait étalage de leur puissance navale.

Le SS-N-22 (sunburn). On prétend que la Marine russe est faible depuis la dissolution du bloc soviétique et s’il est vrai que la vieille flotte soviétique continue à rouiller et polluer les eaux des ports russes, il ne faut pas oublier de voir que technologiquement, une autre partie de la Marine russe est, elle, supérieure à la US Navy.

Et cela tout particulièrement dans les domaines des missiles antinavires où les spécialistes leur accorde une avance de dix ans sur les USA. De surcroît, trop longtemps par la faute des missiles Scud lancés maladroitement par Saddam Hussein, on a eu l’illusion d’une supériorité qui n’en était pas une.

Les Soviétiques, il y a des années de cela, lorsqu’ils ont compris qu’ils ne pouvaient lutter en nombre face aux USA ont astucieusement opté pour une autre stratégie, ils ont cherché les faiblesses américaines (et de l’OTAN par la même occasion) et ont entrepris de miser sur l’exploitation de celles-ci.

Et ils ont réussi, notamment avec le SS-N-22 (sunburn) qui est aujourd’hui considéré comme le missile « le plus mortel au monde ». Si après la chute de l’URSS la situation semblait difficile, la Russie a recommencé et développé la production et la recherche, le missile a été sans cesse amélioré et son exportation représente des milliards de $ pour les caisses russes.
Et les clients se bousculent, citons entre autres, l’Inde, la Chine, Cuba, le Vietnam et aussi l’Iran. Dans un avenir si ce n’est déjà aujourd’hui, ce type de missile va représenter un sérieux problème pour la Navy. Des stratèges américains ont même émis l’hypothèse qu’il fallait rapatrier les plus gros navires dans des ports aux USA car ils seraient des cibles sans défense. Personne n’ayant encore vu le SS-N-22 en opération dans un conflit, ceci explique peut-être pourquoi peu de personnes ne réalisent le danger potentiel et effrayant.

Déjà le fameux missile de croisière français « exocet » est un danger, il a détruit de gros navires, les avions largueurs (des mirages) ont bien été repérés, mais jamais encore le missile et pourtant, il a bien détruit entre autres le Sheffield ou coupé en deux le Stark. L’attaque du Starck en 1987 est tout à fait emblématique du danger des missiles antinavires. Or il se trouve que le SS-N-22 laisse l’exocet subsonique loin derrière lui :

A... Plus grand B... plus rapide C... Plus puissant D... plus ....

Le SS-N-22 a été spécialement conçu en fonction des radars US qui servent justement à la mise à feu des missiles anti-missiles. Des Awacs (avions radars) ont bien été assignés à chaque flotte américaine dans le but de détecter ce type de missile plus rapidement, mais les tacticiens américains dans le Golfe voient les choses différemment :

Le nord du Golfe Persique est bordé de terrains plus ou moins montagneux, mais toujours assez proche de n’importe quel navire dans cette zone, le tir d’un de ces missiles depuis la république islamique d’Iran serait donc indétectable avant qu’il n’ait atteint son but, Awacs ou pas.
Et la précision du SS-N-22 a été observée par des satellites espions lors des essais de celui-ci par les chinois. Le missile a été vu frappant au coeur du X dessiné sur un navire-cible en mouvement.

À ce jour la Navy n’a jamais eu affaire à un missile aussi redoutable, mais si d’aventure les USA ou Israël devaient attaquer la république islamique pour détruire son infrastructure nucléaire, Téhéran qui aurait enfin reçu ses missiles SS-N-22 n’hésiterait pas à les tirer sur les navires des flottes occidentales.

De son côté Israël a amélioré sa flotte de nouveaux bombardiers F-15 à long rayon d’action et a pris livraison de 5000 bombes américaines dont l’usage contre l’Iran est prévu. Israël ayant déjà plus d’une fois annoncé qu’il ne laisserait pas la république islamique se doter de l’arme nucléaire et a déjà fait usage de frappes préventives par le passé notamment en Irak.
De son côté, la Russie de Poutine qui n’a pas oublié ce que les USA lui ont fait subir -quand elle était encore soviétique- en Afghanistan seraient certainement très heureux de pouvoir infligé des pertes aux USA par l’entremise d’autres pays, ce qui la dédouanerait de toute responsabilité en jouant sur la symétrie qu’il y aurait avec Israël faisant le travail pour le compte des USA. Poutine n’attendrait que cela selon des observateurs de la vie politique à Moscou.
Les services américains ont déjà annoncé avoir trouvé trace de la présence de SS-N-22 iraniens sur les bords du Golfe Persique et même de SSN-nx26, une version encore plus rapide (mach2.9). Chaque bateau américain dans le Golfe serait menacé et encas d’attaque iranienne, le piège se refermerait faisant du Golfe un lieu de massacre.

Les missiles antinavires ne sont pas nouveaux, mais ils n’ont jamais été utilisés à grande échelle, mais il faut se souvenir que durant la guerre des Malouines, l’Argentine avec seulement 5 exocets en sa possession a réussi à couler deux gros navires britanniques. Avec plus de missiles, il est presque certain que l’Argentine aurait pu anéantir l’ensemble de la flotte britannique.

The Sunburn - Iran’s Awesome Nuclear Anti-Ship Missile
30 janvier 2007
http://islamic-intelligence.blogspot.com/2007/01/ni-israel-ni-les-usa-ne-disposent-des.htm
.
220px-Jean_Ziegler.jpg
Lire la biographie de Ziegler
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ziegler
Ziegler : Un tribunal de Nuremberg pour les spéculateurs !
.

1er septembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Invité dimanche sur le plateau de la chaîne télévisée allemande ZDF, l’ancien rapporteur de l’ONU sur l’alimentation et homme politique suisse Jean Ziegler a appelé à ce que les banquiers responsables de la crise soient « jugés devant un tribunal de Nuremberg pour crime contre l’humanité ».

Célèbre pour son combat contre la faim, les cartels multinationaux et les spéculateurs, Jean Ziegler a accusé les plans de renflouement des banques mis en œuvre par les gouvernements d’avoir soustrait des fonds aux programmes vitaux d’aide à l’alimentation, comme par exemple celui destiné à un million d’écoliers bangladais. « Ce repas était le seul repas de ces enfants », a-t-il dit.

« Aujourd’hui, le développement scientifique et technologique est tel qu’avec les moyens actuellement disponibles nous pouvons nourrir 12 milliards de personnes », a t-il tranché avant d’être interrompu par l’animateur : « théoriquement ». « Non, a répliqué Ziegler, très concrètement. La mortalité a été domptée, donc un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est victime d’un homicide. »

Par ailleurs, Jean Ziegler avait exprimé son accord avec la politique de Glass-Steagall visant à mettre en faillite les activités spéculatives, ce pan majoritaire du système financier non-lié à l’économie réelle.

 

http://www.solidariteetprogres.org/article6948.html

 

 

 

schemaforetFR3.jpg


Landes: Sarkozy et la RGPP vont mettre le feu à nos forêts !

http://www.solidariteetprogres.org/article6934.html

 

 

Le cri de Ni pauvres Ni soumis

Les régressions sociales auxquelles doivent faire face les personnes en situation de handicap et malades sont légions ! En ce début septembre, malgré les promesses de « nouveau souffle » du Premier ministre le 5 février dernier (cf. encadré), la situation est plus que jamais préoccupante !

C’est en effet une rentrée noire qui s’annonce pour les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes et leurs proches. Ressources, retraites, dépendance, compensation, santé, accessibilité… et tout cela avec comme toile de fond la crise économique et sociale qui pèse sur les budgets publics.  

Inquiétude, colère et indignation d’abord face à l’annonce au début du mois de juillet par le ministre du budget du projet d’étaler l’augmentation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) de 25% sur une période de six ans au lieu de cinq ans. Une telle mesure viendrait encore une fois fragiliser davantage ses bénéficiaires. Alors même que cette promesse, maintes fois répétées, aurait quand même en 2012 laissé les titulaires de l’AAH avec un revenu largement inférieur au seuil de pauvreté [1] ! Et ne réglerait pas le problème des pensions d’invalidité, rentes Accident du Travail ou Maladies professionnelles dont le niveau est parfois inférieur  à l’AAH  [2] !

« Ni pauvres, ni soumis » [3] réitère sa demande au gouvernement et au chef de l’Etat de respect au minimum des engagements pris et renouvelle sa demande de création d’un revenu d’existence. Nous continuerons à nous mobiliser jusqu’à l’obtention de garanties.

Inquiétude ensuite sur la question des retraites. Le projet de loi de réforme des retraites fait l’impasse sur quinze millions de personnes atteintes de maladies chroniques. "Comment est-il possible d'avoir oublié que, du fait de l'allongement de l'espérance de vie et des progrès de la médecine, il y a et il y aura de plus en plus de personnes vivant de nombreuses années avec une maladie chronique ?"

« Ni pauvres, ni soumis »

  • déplore la non prise en compte de la situation particulière des personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes et de celle de leurs aidants familiaux dans le projet de loi portant réforme des retraites, présenté le 13 juillet,
  • déplore les critères très limitatifs sans aucune prise en compte des effets à long terme des expositions aux produits nocifs, au stress, … retenus pour la prise en compte de la pénibilité pour l’accès à la retraite.(..)

  http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15590

 

 

Ca commence à pas mal sortir sur le sujet...

Les réseaux de l'horreur...




La fin du SiLence


.
http://crodoff.canalblog.com/archives/2010/08/31/18940160.html
.
Nourriture empoisonnée à grande échelle:

http://crodoff.canalblog.com/archives/2010/08/04/18743151.html

.

 

La marée noire dans le golfe du Mexique, est comme pour le 11 septembre, un complot élitiste, une action délibérée.


 

illuminati_card_game_bp_oil_spill

 

Et comme les preuves du complot 11 septembre sont là par centaines (voir les multiples vidéos dans la barre à gauche de ce blog, pour les candides de passage) mais non mises à jour à Monsieur tout le monde qui n'en a souvent d'ailleurs rien à faire, ou perpétuellement étouffées ou raillées par le pare-feu médiatique, on n'est pas sorti de ce nouveau carnage qui vomi sa mort dans l'océan.

Plus de 10 ans qu'on surfe sur le mythe Al Quaida sans que les médias aient " le feu vert " (qui serait d'ailleurs si possible calculé pour passer à autre chose d'aussi plus ou moins calculé) afin de faire éclater une vérité pourtant évidente dés que l'on se déconditionne de sa vision fleur bleu du système de la "démocratie moderne capitaliste" et que l'on enquête un minimum sur le net (tant qu'on le peut encore). Rien que de savoir que c'est la société au nom équivoque "Controlled Demolition" qui était chargée de déblayer vitesse grand V les décombres du World Trade Center remplis de traces d'explosifs; c'est d'une ironie effrontée et macabre et tellement accablant.

Les cartes sont tirées du jeu de société " Illuminati "de Steve Jackson, sorti vers...1990


2062641838

 

Comme pour le 11 septembre, le filtre de l'arme médiatique niera tout, évitera toujours de relier les points dans la bonne direction (l'info actuelle se résumant à la lecture globalisée d'une même dépêche par des Ken et Barbie) édulcorera ça au maximum et la jouera blablablas les yeux au ciel à propos " du complot " par des pseudos "des experts" ou philosophes de service jouant le rôle (souvent depuis des années) de syndicalistes pour la cause d'Élites diverses et souvent en étroite collusion. On préfèrera faire des feux de diversion avec des polémiques inoffensives sur des sujets insignifiants, alors que les preuves sont là, froides et répugnantes pendant que la vie s'éteint lentement et que les mois et les années passent.

" Ordo Ab Chaos ", toujours les deux même jambes du monstre qui avancent dans la même direction, les délits d'initiés et les contrats juteux pour les uns et pour les autres (pour qui l'argent n'est plus un problème) les avancées de pions sur l'échiquier du Nouvel Ordre Mondial.

La grippe Arnaque n'ayant pas prise, voila que l'on abat la carte marée noir pour tenter d'engager le mode totalitaire, du moins pour l'heure aux USA. La crise financière, qui n'a rien d'hasardeuse, étant là pour favoriser et tirer vers le bas l'ensemble de la situation sur le long terme... - A suivre -

Bien, revenons à la marée noire : s'ensuive les faits de cela dans la première vidéo par Alex Jones et le témoignage d'une citoyenne américaine sur ce qui se passe dans ce Golfe du Mexique.

 

 



Alex Jones : Marée Noire De BP False Flag [3x3 VOSTFR]


Témoignage Citoyen Marée Noire BP (19 Juin 2010)

                                                  http://crodoff.canalblog.com/archives/2010/06/30/18462725.html

 

 

Tsahal en Roumanie:

http://www.voltairenet.org/article166476.html

 

 

Les Américains au Kosovo

 

"Il est impossible de faire quoi que ce soit au Kosovo contre l’avis des Américains”, m’a confié un international en mission à Pristina. Je savais que les Kosovars aiment les Américains, depuis que ces derniers les ont “libérés” des Serbes.


 

Mais je ne savais pas à quel point les Américains tiennent la plupart des manettes de l’État.

Un autre international m’a dit : “Le Kosovo ne sera jamais un Etat. Sans l’OTAN et les Américains, il ne tient pas debout. Les Etats-Unis ne partiront jamais d’ici”. Et je crois bien qu’il a raison.

Pour les États-Unis, le Kosovo est un pays stratégique : il est musulman modéré, à proximité de la Russie et dans un couloir énergétique. C’est le seul pays musulman à avoir soutenu l’invasion américaine en Irak au printemps 2003. La future autoroute Pristina-Durrës (sur la côte albanaise) représente un enjeu militaire pour les Américains : le camp militaire Bondsteel (la plus grande base des États-Unis en Europe), situé au sud de Pristina, bénéficiera ainsi d’un accès direct à la mer Adriatique, où les Albanais ont donné l’autorisation aux Américains d’utiliser librement les ports. “Les Etats-Unis ont vision régionale du Kosovo, c’est leur pied dans l’Europe”, confie un international. 

Au Kosovo, et dans une moindre mesure en Albanie, la présence anglo-saxonne, se traduit au quotidien, du boulevard Clinton aux drapeaux, en passant par les grosses cylindrées d’expatriés. Il y a un mois, Tony Blair était en visite à Pristina. Il y a trois ans, j’avais croisé George W. Bush en visite à Tirana. Il n’est pas rare de rencontrer des enfants albanais prénommés Toni ou Bill. 

En février dernier, lors de l’inauguration de la statue de Bill Clinton, 10 000 personnes avaient fait le déplacement. Il y a deux jours, une nouvelle cérémonie a eu lieu pour inaugurer l’aménagement réalisé autour de la statue. Bill Clinton est maintenant entouré de jolis pavés et d’un bassin d’eau.

Au-dessus de lui trône son image, entre une publicité pour du café et des antennes satellite. Seul hic, l’inscription sur le mur derrière la statue. Il est écrit : “Non aux négociations. Autodétermination”, du nom d’un parti politique qui prône l’exclusion de tous les internationaux qui encadrent le pays et le droit du Kosovo à se gouverner seul. 

C’est aussi ce que revendique l’ONG “Cohu!” : “Laissez nous échouer!”, dit son président Avni Zogiani. “L’ambassade américaine fait pression sur tout le secteur économique via des conseillers en stratégie.

Ce sont eux les vrais ministres de l’Economie. Même la mission de l’Union européenne EULEX se voit parfois limitée dans son action par l’influence américaine. Chaque semaine, EULEX dit qu’elle va arrêter Fatmir Limaj (ministre des Transports). Or il est toujours libre, parce que les Américains exercent des pressions

 

”.

http://albanie-kosovo.blog.lemonde.fr/2010/08/21/les-americains-au-kosovo-un-grand-frere-indispensable/

 

(Journal des guerres de l'OTAN - http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/)

 

 

                                          logo_nuit-securitaire.jpg

 

3ème Meeting National du Collectif des 39 le 25 septembre 2010

Quelle hospitalité pour la Folie ?

Pour une psychiatrie humaine

Non à une loi de grand renfermement !

 

Un projet de loi de réforme de la loi du 27 Juin 1990 va être débattu au Parlement à l’automne, « Projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et à leurs modalités de prise en charge ».

Trois mots résument ce projet qui s’inscrit dans le droit fil du discours sécuritaire du Président de la République à Antony le 2 décembre 2008.

Imposture, Illusion, et Régression.

Imposture, Car ce texte détourne, pervertit le mot « soin ». Sous le prétexte « d’améliorer l’accès aux soins et de garantir la continuité des soins », il met en place une logique de contrôle et de surveillance aux antipodes d’une approche qui permette de tisser une relation thérapeutique. Il est articulé essentiellement uniquement (pas un article ne concerne les soins sans contrainte !) autour de la dangerosité.

Avec la notion de soins sans consentement, qui remplace celle d’hospitalisation, il instaure une « garde à vue psychiatrique » de 72 h. qui pourra passer à 6 jours avec le délai dont disposerait le Préfet pour rendre son avis. Avec l’instauration des soins sans consentement, il s’agit d’un saut, d’une rupture avec la conception des soins psychiques et des libertés analogue à celle de la loi de février 2008 sur la rétention de sûreté ! À aucun moment, il n’est question des hospitalisations libres ou des soins librement consentis, alors que ceux-ci représentent 80 % des situations cliniques. Imposture enfin, car il s’appuie sur un pseudo - consensus des syndicats et des associations professionnelles, qui pour la plupart ont dénoncé cette loi comme une loi sécuritaire et non sanitaire.

Illusion, Car elle laisse croire aux familles que cette loi « répondra enfin » à leurs inquiétudes, leurs désarrois, leurs impasses dans les situations complexes. Car elle veut faire croire à l’opinion publique qu’avec cette loi, le risque zéro drame sera possible ! Car elle veut faire croire que le traitement médicamenteux est le seul garant et le seul à même de soigner les maladies mentales.

Régression, Car il s’agit d’un renforcement de l’hospitalocentrisme, avec la mise en place systématique d’une hospitalisation à plein temps inaugurale pendant au minimum trois jours. Car, de ce fait, elle conduirait à la fermeture systématique des services d’hospitalisation. Car elle instaure des assouplissements pour les entrées et un durcissement des procédures de sortie. Car « les soins sans consentement en ambulatoire » assortis d’une obligation à accepter visites et consultations seraient sous – tendus par une menace de réhospitalisation par la force publique ! Car il instaure sans le dire un fichier psychiatrique (équivalent du casier judiciaire) : le médecin, demandant que le patient bénéficie du droit commun, devra systématiquement rappeler tous les antécédents d’hospitalisation sous contrainte.

Ce projet de loi est inacceptable !

Le Collectif des 39 appelle à un grand débat national de société sur l’hospitalité pour la folie, qui définisse une nouvelle politique de soins en psychiatrie :

 

 Samedi 25 Septembre 2010 De 10h à 17h .
Espace Congrès les Esselières 3, boulevard Chastenet du Géry -94800 Villejuif
M° Villejuif Léo Lagrange (ligne 7)

Les inscriptions pour le meeting du 25 septembre 2010 sont ouvertes en ligne sur le site :
N''hésitez pas à faire circuler l'info

 

Quel accueil pour ceux qui ont une âme en souffrance ?

Formation des psychiatres

Disparition des assistants spécialistes 

et appauvrissement de la formation des internes en psychiatrie

http://www.le-point-de-capiton.net/psychiatrie.htm

logo_nuit_securitaire.JPG

.
Rappel:
Appel des appels –Signez, faites signer la pétition !

 

Nous vous invitons à faire connaître notre action. 

Pour une insurrection des consciences

 

Nous, professionnels du soin, du travail social, de la justice, de l’éducation, de la recherche, de l’information, de la culture et de tous les secteurs dédiés au bien public, avons décidé de nous constituer en collectif national pour résister à la destruction volontaire et systématique de tout ce qui tisse le lien social.

Réunis sous le nom d’Appel des appels, nous affirmons la nécessité de nous réapproprier une liberté de parole et de pensée bafouée par une société du mépris.

Face à une idéologie oppressive qui promeut le culte de l’argent et la peur de l’autre,

Face à la souffrance sociale que cette idéologie génère,

Face à la multiplication de prétendues réformes aux conséquences désastreuses,

Face au saccage de nos missions et de nos pratiques professionnelles,

Face à la promotion du prêt-à-penser et de procédures managériales et sécuritaires,

Face à la désignation à la vindicte collective de citoyens toujours plus nombreux,

Face à l’abandon progressif des plus fragiles parmi nous…

Nous entendons lutter contre toute politique qui liquide les principes de droit et les valeurs de notre démocratie, issus des Lumières et du Conseil National de la Résistance.

 

http://www.le-point-de-capiton.net/psychiatrie.htm


 

Wikipedia.                           500px-Iran_strait_of_hormuz_2004.jpg 

 

La fermeture du détroit d'Ormuz par l'Iran ? Une catastrophe pour les USA !

 

Dans un article publié sur le site internet Estawrford, le réputé politologue Georges Friedman a estimé qu’en cas de guerre entre les Etats-unis et l’Iran,   la République islamique dispose de diversers options militaires et non-militaires pour se défendre notamment   la « fermeture du détroit d'Ormuz, qui aura les même conséquences qu’une attaque nucléaire , voire plus néfaste ».

L'expert américain a précisé que « la fermeture du détroit d'Hormuz est l’une des options des plus dangereuses dont dispose l’Iran dans une guerre contre les Etats-Unis, car  il assure le transit  de 45 pour cent des camions-citernes de pétrole brut , et donc sa fermeture est comparable à une attaque nucléaire car elle provoquera une importante récession de l'économie mondiale déjà en crise ».
 
Par ailleurs, Friedman a estimé que les menaces  proférées par les médias américains et israéliens d’une attaque imminente contre les installations nucléaires iraniennes sont exagérées, et s’inscrivent dans le cadre des pourparlers israélo-palestiniens.

De son avis,  l'augmentation de la publication de ce genre d’informations  a pour but de créer une atmosphère de guerre en vue de renforcer les intérêts américains et sionistes.

Et d’ajouter: «Cette situation coïncide avec le lancement du processus diplomatique d'un règlement au Moyen-Orient, les organisateurs de cette situation cherchent à provoquer les Iraniens par ce genre d’informations, et leur faire parvenir un message que la question palestinienne ne sera réglée que de la façon dont les Américains et les Israéliens la souhaitent."

Friedman a souligné que « toutes ces tentatives de provocation contre l'Iran, font partie de la guerre psychologique menée par les Américains contre le peuple iranien, une guerre sponsorisée par les Israéliens qui ne cessent de brandir de tant à autre la menace d’une  attaque contre les installations nucléaires iraniennes alors que cette idée est fondamentalement inacceptable ».
 
Par ailleurs,  Friedman a exclu que « les Etats-Unis s’attaquent aux installations nucléaires de l'Iran, soulignant que les experts iraniens choisiront d'évacuer et de les transférer vers des lieux plus sûrs en cas d'attaque ».

 

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=152917&language=f

 

 

NOM-soupe-j-copie-1.jpg

 

Il faut des marionnettes dociles, sinon...

 

Ehoud Barak le grand naïf ! Il devrait faire attention parce qu'il à le même prénom qu'Ehoud Olmert. Or, c'est suite à une idée géniale du même style -le partage de Jérusalem- que le pauvre Olmert a vu surgir devant son nez tout un tas de casseroles qu'il avait sans doute oublié. Olmert ignorait également que c'est justement à cause de ces "casseroles" qu'il avait été choisi comme premier ministre, ainsi que Netanyahou qui détient le pompom dans les carambouillages. Tant que les marionnettes suivent la "feuille de route" des machiavéliques, tout baigne pour eux. Sinon, on sort de derrière les fagots les vieux chiffons qui sentent pas bons et on les agite devant le nez de la foule qui lapide et du monde qui juge. Voilà comment ça se passe dans le Royaume. Selon ce qui est écrit dans le Bréviaire :

 

Pour arriver à de tels résultats, nous prendrons nos mesures, afin qu'on nomme des présidents ayant à leur passif un scandale..., ou quelque autre affaire louche du même genre. Un président de cet acabit sera le fidèle exécuteur de nos plans, parce qu'il craindra d'être découvert, et sera dominé par cette peur qui s'empare toujours d'un homme parvenu au pouvoir et qui désire vivement conserver les privilèges et les honneurs que lui confère sa haute charge.

 

Nous donnerons ce pouvoir au président responsable, qui sera comme une marionnette entre nos mains.  Protocole VI

 

Et si Barak n'a pas de casseroles, il finira comme Rabin ou comme Sharon. Car il ne faut pas oublier que Sharon avait désengagé Gaza, c'est-à-dire qu'il avait rétrocédé de la Terre. Et réfléchissez bien au sort qui lui est fait. Pourquoi le garde-t-ON dans cet état ? Croyez bien qu'avec les "machiavéliques", rien ne se perd. Ils connaissent très bien le "processus" de la Mort et la souffrance de l'Âme toujours prisonnière d'un corps qui n'est même plus un légume. Réfléchissez...

 

Si vous connaissiez vraiment CE dont on vous parle, vous seriez effrayés. Il n'y a rien de pire au monde.

 

Avant la reprise des négociations,

le statut de Jérusalem

remis en question par Ehoud Barak

 

A la veille de la reprise à Washington des négociations de paix directes entre Israéliens et Palestiniens, l'Etat juif semble avoir fait un geste significatif sur la question de Jérusalem. Dans une interview parue mercredi 1er septembre dans le journal israélien Haaretz, le ministre de la défense et leader travailliste Ehoud Barak affirme que l'Etat juif serait disposé, dans le cadre d'un accord global, à accepter un "régime spécial" pour une ville qui cristallise toutes les passions dans la région. Suite ici :

 

SourcesLe Monde

Posté par Adriana Evangelizt

.

.
.
arton6952.jpg?1283532026
Emeutes de la faim en Mozambique :
le retour du krach alimentaire

http://www.solidariteetprogres.org/article6952.html

 

 

Ils assassinent l'Education Nationale (Olivier Bonnet)

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15600

 

La France et la GB unissent leur destin ?

David Cameron et le président Sarkozy devraient présenter la proposition au sommet de Novembre, ce qui conduirait à la navigation conjointe des pavillons français et britanniques et à protéger conjointement les intérêts des deux pays.

http://www.planetenonviolence.org/Regroupement-Des-Forces-Navales-Britanniques-Et-Francaises-De-Porte-Avions_a2263.html

 

Israël et les contrevérités

 

Obama a-t-il reconnu les horreurs commises en Irak ? A-t-il essayé d’arrêter la colonisation de la Palestine ? A-t-il levé le blocus inhumain sur Gaza ?... A cet égard, la réplique d’Ariel Sharon à Shimon Péres en 2001 est assez édifiante : « Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela … Je vais vous dire quelque chose de très clair : ne vous préoccupez pas de la pression de l’Amérique sur Israël. Nous, les juifs, contrôlons l’Amérique, et les Américains le savent ».

(..) Les choses changent : selon un sondage commandité par la BBC entre décembre 2009 et février 2010, 40 % « seulement » de l’opinion américaine est favorable à la politique israélienne, contre 47 % l’année précédente...

Les Etats européens sont eux aussi complices des menées d’Israël et confortent son sentiment d’impunité. Sur les chaînes de télévision, par exemple, les forfaits sionistes sont soigneusement déguisés, suivis aussitôt et sans la moindre sensibilité morale d’une « page de sport ». L’accord de libre échange UE-Israël, présuppose le respect des droits de l’homme par les parties contractantes. Dans ce cas particulier, ne s’agit-il pas d’un vœu pieux ?

Le sang et les larmes coulent depuis trop longtemps. Les Palestiniens ne possèdent ni bombardiers, ni missiles, ni armes bactériologiques. Ils sont agressés au quotidien, ne comptent plus les morts et les estropiés. A la fois courageux et vulnérables, ils affrontent (symboliquement) des blindés de 60 tonnes avec des pierres… Israël a profité sans vergogne du silence et de la complicité des grandes nations. Celles-ci, à n’en pas douter, devraient rendre des comptes pour non-assistance à peuple en danger. Le monde aurait espéré voir ces nations prendre position en faveur des victimes, en accord avec les règles de la morale ou par honnêteté intellectuelle... Il a fallu qu’elles soutiennent le plus fort, accablent le plus faible. C’est ainsi que le rapport Goldstone est discrédité, que l’Etat colonial est exempté de ses responsabilités devant le droit international, que les condamnations ne sont jamais suivies de sanctions. (..)  On est beaucoup moins horrifié par les tueries commises par l’Etat juif que par la bénédiction accordée par les dirigeants occidentaux (..)

http://www.legrandsoir.info/Israel-la-bride-sur-le-cou.html

 

casseroles

 

Résister ! Avec Arthenice

 

Et si comme en Argentine le 19 décembre 2001, nous descendions tous dans la rue en frappant sur nos casseroles et en exigeant la démission de ce gouvernement, en hurlant notre refus d'un NOM dominé par le FMI, la Banque Mondiale et l'ONU !
Quand je vivais à Buenos-Aires, un vieil homme m'avait dit : "N'oubliez jamais l'Argentine, car vous serez demain ce que nous sommes aujourd'hui !"
Alors devenons aujourd'hui cette Argentine qui s'est révoltée contre ses élites politiques et financières !
Nous aussi, organisons la journée des casseroles pour dénoncer ces casseroles accrochées à leurs fesses et celles qu'ils accrochent aux nôtres.


Regardez ce film : Mémoire d'un saccage
http://www.dailymotion.com/video/x8tw36_memoire-d-un-saccage-1-8_webcam

 

http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2010/09/04/journee-des-casseroles-9307569/

 

 

                                             Pascal Lamy :

 

Pascal Lamy directeur de l'OMC après avoir pendant 10 ans été commissaire européen au commerce, reconnaît que le Chômage explique l’idée du recours au protectionnisme mais, il n'en veut pas à cause de son idéologie gauchitse internationaliste.

Il considère que le protectionnisme est «un risque » qui a été « maîtrisé ».

Il ne parle pas, et le journaliste ne lui pose pas la question, des zones économiques présentant des distorsions de salaires et de change monétaire qui les rendent hétérogènes, incompatibles.

Il parle de « régulation de la finance » mais nous savons que c’est de l’esbroufe collective et que rien ne se produit, rien ne se produira.

Il ne veut pas répondre à la question sur la taxe carbone

Il annonce une augmentation du commerce international de 25 % en valeur (et non en volume) mais il ne dit pas que, parallèlement, le chômage a augmenté à cause de cela.

Il affirme que l’OMC est intergouvernemental, que ce sont les gouvernements qui décident, ce qui confirme la haute responsabilité et la trahison des nôtres

Il reconnaît qu’à l’ OMC on est en droit de restreindre les échanges pour des raisons de commerce et de santé. Ce sont donc bien nos gouvernements qui sont responsables de nos malheurs économiques, production intérieure insuffisante à cause de la concurrence internationale déloyale, délocalisations, chômage, insuffisance des rentrées des cotisations de sécurité sociale et de retraite, recul de l’âge de la retraite.

Il reconnaît que la Chine, l’Indonésie et le Brésil marchent, que l’Amérique « hésite » et que l’Europe « patine »n ce qui le laisse dans la béatitude.

Conclusion :

Seul le commerce international compte pour l’OMC du Socialiste LAMY qui se fout de la production dans les nations, de l’emploi, des délocalisations, du chômage et du monde qui l'interesse beaucoup moins que na carrière.
Comme le socialisme, Pascal LAMY nous trahit au nom de l’internationalisme.

Le scandale LAMY est pire que celui d'Erick Woerth et aussi grave que celui de l'école.

Revenons à nos frontières et à notre souveraineté pleine et entière à condition d'êre gouvenés non par Sarko ou Segolène ou DSK ou des Morin, des Coppé, des Villepin pareils à pascal LAMY, mais par Nicolas DUPONT-AIGNAN qui est le seul savoir ce qu'il faut faire, à être capable de la faire, à avoir le courage de le faire, le faire et à inspirer confiance à une France en perdition à cause de la trahison des internationalistes

.

Lire la vidéo de M LAMY : http://www.lefigaro.fr/le-talk/2010...

 

.

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages