19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 11:34

 

partis politiques

http://beaugency.over-blog.com/article-les-partis-politiques-43285014.html

 

 

Autopsie du PS

La politique est morte,

vive la Démosophie !

Par eva R-sistons

 

 

D'emblée, je le dis : J'ai milité au PS, très exactement au sein du CERES (aile gauche du parti, animée par JP Chevènement), une option que j'ai toujours conservée: Indépendance nationale, souveraineté, Etat fort, laïc, républicain, redistributeur, nationalisations, etc. Donc, c'est une ancienne militante du PS qui écrit cet article, au fait des enseignements, des valeurs, des traditions et des péripéties de ce parti.

 

Je m'abstiendrai volontairement d'évoquer les extrêmes, car elles sont toujours utopiques, à Gauche (donc irréalisables), et à Droite, aussi anti-sociales que sources de divisions, de tensions, de rejet et d'antagonismes. 

 

Or donc, le PS a peu à peu dérivé. On célèbre aujourd'hui les années Mitterrand, mais elles n'ont été que renoncements successifs aux idéaux de la Gauche véritable. Et pour résumer, le PS est désormais un parti totalement aligné sur les objectifs principaux de la Droite (1) : Ultralibéralisme, atlantisme, politique pro-israélienne, intégration totale dans une Europe de plus en plus totalitaire... et en fin de compte, soumission aux diktats du Club Bilderberg, donc du Nouvel Ordre Mondial. Bref, comme aux Etats-Unis, en Angleterre, en Espagne, en Allemagne... les deux grands partis sont interchangeables, ils alternent au gré des mécontentements pour, en fin de compte, faire la même politique, certes moins brutale à Gauche, mais dont les conséquences sont les mêmes: Compétition, chômage, perte des souverainetés, privatisations, destruction des protections sociales et des services publics, etc. L'alternance est une fausse alternance, et la démocratie est un leurre: Nous croyons être libres, mais nous votons pour les mêmes politiques, le même type d'individus (une fois élus, via les lobbies, les pressions, les contraintes de la Finance, de l'Europe, de l'Oligarchie, etc). Et la corruption est le lot de trop d'Elus...

 

Non content de dériver, le PS a, via son poulain DSK, perdu toute crédibilité. Pour retrouver le pouvoir, il a misé sur celui qui a ôté au parti tout ce qui restait de Gauche (au point que Lionel Jospin finisse par reconnaître qu'il n'était plus "socialiste"), il s'est laissé infiltrer et guider sa conduite par des pions d'Israël ou des Anglo-Saxons (2), enfin il a choisi l'homme du FMI, le champion des cadeaux aux grands banquiers et de l'austérité pour les peuples, afin de le représenter en 2012, en sachant parfaitement qu'il serait le fossoyeur de la Gauche et un homme à problèmes (3): Tout le monde, au PS, connaissait les penchants de DSK, et ses difficultés à les contenir. Imaginez le scandale (assorti d'une immunité liée à la fonction) d'un événement tel que celui qui vient de se produire, si DSK avait accédé à la charge suprême. A moins qu'il eût été étouffé ? 

 

Cerise sur le gâteau, le gratin du PS (Cambalieris, Jack lang, M. Valls, etc) s'est cru obligé de défendre le présumé coupable, en oubliant la présumée victime. Du pain béni pour le Liquidateur en Chef de la France, bien décidé à garder la Présidence de la République en 2012. Avec un autre atout pour masquer, ou pour faire oublier les ravages sans doute irrémédiables de sa politique : Une future "heureuse" naissance, d'ailleurs déja saluée comme "une chance pour la France"  par Mme Chirac, qui ne manque jamais l'occasion de lancer une flagornerie pour conserver les faveurs des tenants du pouvoir (afin de servir son mari inquiété par la Justice ?). Quand on vous dit qu'ils sont tous pourris...

 

La Droite sarkozienne détruit la France, la Gauche se déconsidère, les extrêmes sont condamnés à faire de la figuration et tout Républicain ne peut que s'en réjouir, alors que reste-t-il ? Les Verts de Cécile Duflot mais sans l'Europe Ecologie de Cohn-Bendit, hélas ce n'est pas pour demain. Quant aux libéraux ou aux socio-démocrates sincèrement attachés au Bien de la France comme Bayrou, de Villepin, S. Royal (sans BHL, évidemment, qui se faufile partout pour que la politique soit alignée sur les desirata d'Israël), ou Nicolas Dupont-Aignan, on peut compter sur les Médias pour les neutraliser. Ils ne sont pas du sérail comme Sarkozy, Copé, DSK, Delanoë, Hollande, Fabius... qui nous sont proposés sinon imposés par les Médias communautaristes et collabos. Sombre tableau de la politique française !

 

Au final, la politique au sens originel de "service de la cité", est à terre. Les abstentionnistes se multiplient. La rue sera-t-elle l'ultime refuge des déçus ? Faut-il se résigner ? Evidemment non. Et par exemple, les jeunes Espagnols ne se résignent pas. Ils ne veulent plus du système politique et économique qu'on leur impose pour satisfaire les banquiers. Ils nous montrent la voie !

 

Du Parti Blanc à la Démosophie

 

Face à cette mascarade, une Lectrice suggère la création d'un Parti Blanc : " IL faut créer quelque chose qui puisse unir et servir de point de départ du nouveau qui ne puisse être ni détourné, ni infiltré, ni combattu car ce serait quelque chose de voulu. J'ai pensé au "parti blanc". Pourquoi blanc? Comme l'indique l'adjectif, il est vierge car il sert de cadre de départ pour quelque chose qui est à créer. Ce "parti" servirait à fédérer tous ceux qui votent "blanc" c'est à dire qui ne se reconnaissent dans rien de ce qui est proposé actuellement. Il ne serait dirigé par aucun "chef" car il n'appartiendrait à personne en particulier mais servirait de cadre à tous ceux qui veulent autre chose. Il serait en fait une bannière sous laquelle se rassembleraient tous ceux qui veulent une autre société" (4).

 

Ce "Parti", finalement, pourrait être unique, fédérant tous les autres, rendant inutiles la mascarade des sondages-bidons, du faux choix entre deux partis semblables, et regroupant des citoyens incorruptibles, créatifs, mus seulement par le désir de servir, et révocables s'ils déméritent, et bien évidemment non ré-éligibles.   

Cette idée nous conduit naturellement au concept central de "La Démosophie", à laquelle pour ma part je souscris, idée qui à mon avis mérite amplement d'être relayée partout si l'on veut que l'humanité ait encore un avenir : 

 

"Le concept de la Démosophie comme un modèle de société qui, au lieu d'être dirigée par l'oligarchie politique issue de la République, le serait par l'élite intellectuelle du pays, sans aucune sélection par la situation sociale, donc sans partis politiques, ni élections de dirigeants. Ce modèle mettrait en place des dirigeants sélectionnés par des études, puis par concours, n’ayant d’autres pouvoirs que ceux d’appliquer les directives de l’autorité suprême. L’autorité suprême serait exercée directement par le peuple tout entier. Ce modèle de gouvernement interdirait toute forme de corruption, ce qui nuirait aux intérêts des multinationales et provoquerait l’enrichissement des individus et des petites entreprises au détriment des banques et des grandes sociétés. Le peuple deviendrait « l’état » en remplacement d’une classe politicienne qui serait condamnée à disparaître. Toutes les grandes entreprises, matières premières, et sources de production passeraient donc sous le contrôle direct du peuple, ce qui provoquerait un effondrement des prix dans tous les secteurs liés à l’énergie et une reprise économique générale qui parviendra peu à peu à compenser le pillage politique des cinquante dernières années. L’objectif est que la démosophie soit représentée dans divers pays à partir de 2012 lors d’élections présidentielles, tant pour mettre fin à la crise sociale et économique que pour offrir une autre alternative au « Nouvel ordre Mondial ». Le concept démosophique est soutenu par des libres penseurs de tous pays, surtout dans les milieux scientifiques et dans la Presse libre. " (5)

 

Déçue comme tant d'autres de la politique, je pense que ce Système apporte non seulement de l'espérance, mais sans doute surtout la clef essentielle de la construction d'un monde nouveau où chacun trouverait sa place - bref la clef d'une avenir enfin viable, non confisqué par une poignée d'individus sans scrupules pour le compte du Nouvel Ordre Mondial.

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com  

 

TAGS : Nouvel Ordre Mondial, parti Blanc, la Démosophie, Mitterrand, Gauche, Droite, Verts, PS, Delanoë, DSK, Fabius, Hollande, S. Royal, Cécile Duflot, Cohn-Bendit, Chirac, Jospin, S. Royal, de Villepin, N. Dupont-Aignan, J. Lang, Cambalieris, Europe Ecologie, Copé

 

  

(1)  (2) Que cachait Strauss-Kahn ? La France, un pays occupé, privé de liberté

 

(3) Anne Mansouret: «Le PS était au courant de l'agression de ma fille par DSK» (par Lénaïg Bredoux, Jade Lindgaard)

 

(4) http://sos-crise.over-blog.com/article-et-si-on-creait-un-parti-blanc-l-idee-d-une-lectrice-a-creuser-a-relayer-65460896.html (Et si on créait un "Parti Blanc" ? L' idée d'une Lectrice à creuser, à relayer)

    "Je suis une étudiante en medecine mais je m'interesse de près aux informations surtout aux actualités sociales et politiques et je suis très indignée de voir les terribles évenements que l'on nous cache et ce lavage de cerveau qui se déroule dont nous sommes les cobbayes et je pense comme vous qu'il est vraiment primordial que les esprits s'éveillent pour le bien de notre futur et de l'humanité entière nous vivons actuellement dans une société de consommation qui ne pousse sans cesse à dépenser au profit d'une minorité égoïste parasite et arrogante. Je suis jeune mais je refuse de subir ce lavage de cerveau car notre société actuelle est aux mains de personnes très très très dangereuses, cette société est une prison à ciel ouvert dont les barrières sont invisibles et où un système très efficace y est fortement ancré: LES MEDIAS, dont la force d'endoctrinement n'est plus à prouver .  
    Cependant je reste optimiste et ces personnes membres du Bilderberg sont des êtres fanatiques qui se croient superieurs mais restent néanmmoins des êtres humains très minoritaires qui ont déjà trop perpétué de crimes contre l'humanité et pour la mémoire des personnes qui se sont battues avec énormément de courage et qui avaient d'ores et déjà compris les enjeux de cette lutte, il nous faut leur  rendre hommage et transmettre le flambeau de la liberté et de la dignité humaine qu'ils ont portés et combattre comme le fait de manière impressionnante et admirable en ce moment même NIGEL FARAGE qui m'inspire beaucoup. Beaucoup de personne ouvrent les yeux et je pense qu'il nous faut travailler activement et sérieusement à rassembler toutes ces forces, toutes ces personnes qui forment le peuple souverain et qui disent NON afin  que l'histoire ne se répète et j'y crois fortement sans naïveté mais de manière lucide que cela marchera, c'est effectivement loin d'être gagné d'avance mais c'est notre combat commun sans distinction d'origine de nationalité de classe sociale de sexe d'âge.
    

    Dans le fond,nous sommes tous pareil et il nous faut nous réunir pour la même cause qui est vitala à l'homme, la LIBERTE .  
     Justement je fais des études de medecine pour devenir médecin parce que je ne supporte plus de voir souffrir des gens de manière inhumaine, qu'on délaisse de manière volontaire, c'est juste inacceptable .
   Si je vous écris c'est que je crois en vous,  et c'est pour vous prier de créer aussi petite soit elle, une organisation active, je pense que vous avez assez de contacts nécessaires pour le faire, pour ramener les gens à notre cause et leur montrer que c'est l' affaire de tous et des générations à suivre, en fait créer une véritable organisation de résistance où il y aurait des rendez vous réguliers entre les  membres bien sûr en fonction de leur disponibilité (moi même j'ai beaucoup de travail) pour agir de manière concrète et efficace."

(5) Démosophie est un néologisme composé de "Demos" (peuple) et "Sophia" (sagesse) 

http://demosophie.com

 

Pas de sélection de liens, aujourd'hui, 

je travaille sur un Macintosh, exceptionnellement,

et je ne le maîtrise pas bien,

donc je me contente pour le moment de cet article, sur cette parution.    

 

tous unis pour ke tou et emi reste àa faceommek
http://www.faceommek.com/group/tousunispourketouetemiresteafaceommek

 

Reçu un courriel d'une Lectrice exprimant son désaccord avec une idée de Démosophie (revenu de base - famille avec un enfant pour limiter la population de façon douce, éviter le génocide du Nouvel Ordre Mondial), j'ai répondu ça :     

Je te suis tout à fait, chère Lectrice; c'était en effet mon point de désaccord, ce Système est certes imparfait et donc faillible et donc réformable (Le concepteur de la Démosophie aspire à ce que tous s'expriment et déterminent eux-mêmes la politique à mettre en place)  
Je pense qu'en changeant de mode de vie, nous pouvons avoir le nombre d'enfants que nous voulons, mais pour le reste ça tient la route, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. eva 

        .

 

 

Point de vue - Source : Comaguer et "Information Clearing House"

Strauss-Kahn devait tout simplement être éliminé
Par Paul Craig Roberts

Au fil des jours et des lectures n°95 - 19 Mai 2011

 

Parmi les leçons que nous pouvons tirer des combats de Voltaire il en est une qui ne peut être oubliée, c’est qu’un lynchage médiatico-policier doit être dénoncé quelle que soit l’opinion que l’on a de l’individu qui en est la victime.

L’article dont suit la traduction a été publié ce jour aux Etats-Unis s’inscrit dans cette démarche

Son auteur, Paul Craig Roberts, qui fut sous-secrétaire d’Etat au trésor de Reagan n’est aucunement un social démocrate et ne peut être soupçonné d’affinité politique avec celui dont il prend ici la défense et dont il va jusqu’à craindre la liquidation (voir la dernière phrase de son texte)

Dans ses écrits Paul Craig Roberts parle de l’ « AMERIKA » avec un K majuscule pour faire référence au sinistre KKK, le KU KLUX KLAN. Nous avons maintenu cette orthographe.

 

L’État policier « Amerikain » frappe encore plus fort

 

Le Directeur du Fonds monétaire International, Dominique Strauss-Kahn, a été arrêté dimanche dernier à New York sur l’allégation d’une servante d’hôtel immigrée qu’il a tenté de violer dans sa chambre d’hôtel. Un juge de New York a refusé la mise en liberté sous caution de Strauss-Kahn, au motif qu’il aurait pu prendre la fuite vers la France.

Le président Bill Clinton a survécu à ses frasques sexuelles, parce qu’il était un serviteur du système, pas une menace. Mais Strauss-Kahn, comme l’ancien gouverneur de New York Eliot Spitzer, constituait une menace pour le système, et, comme Eliot Spitzer, Strauss-Kahn a été supprimé du rang des puissants

De mémoire, Strauss-Kahn a été le premier directeur du FMI qui a désavoué la politique traditionnelle du FMI d’imposer à la population ordinaire et pauvre la charge de renflouer Wall Street et les banques occidentales. Strauss-Kahn a déclaré que des règles devaient être réimposées à un secteur axé sur la cupidité, habitué de la fraude financière, et qui, non réglementé, détruit la vie des gens ordinaires. Strauss-Kahn a écouté l’économiste Nobel Joseph Stiglitz, l’un des rares économistes qui a une conscience sociale.

La tâche noire plus dangereuse sur la biographie de Strauss-Kahn est peut-être qu’il était loin devant le Pantin français de l’ « Amérika », le président Sarkozy, aux prochaines élections françaises. Strauss-Kahn devait tout simplement être éliminé.

Il est possible que Strauss-Kahn se soit éliminé lui-même et ait tiré Washington d’embarras. Cependant, comme personne ayant beaucoup voyagé et ayant souvent fréquenté des hôtels de New York et dans les hôtels de villes dans le monde entier, je n’ai jamais fait l’expérience d’une femme de chambre pénétrant sans s’annoncer dans ma chambre, et encore moins quand j’étais dans la douche.

Dans l’histoire telle qu’elle est racontée, Strauss-Kahn est présenté comme un être tellement dépravé qu’il a tenté de violer une servante de l’hôtel. Toute personne qui a servi dans le personnel d’un puissant personnage public sait que cela est peu probable. Dans le cabinet du sénateur où j’ai travaillé, il y avait deux aides dont le travail consistait à s’assurer qu’aucune femme, à l’exception de sa femme, n’était jamais seule avec le sénateur. Cela était fait pour protéger le sénateur de groupies des groupes féministes, qui s’en prennent aux célébrités et aux hommes puissants, et de femmes envoyées par un rival avec la mission de compromettre un adversaire. Un homme puissant tel que Strauss-Kahn n’aurait pas été affamé, en manque de femmes, et comme multimillionnaire il pouvait certainement se permettre de faire ses propres arrangements discrets.

Comme l’a dit Henry Kissinger, « le pouvoir est l’ultime aphrodisiaque. » En politique, le sexe est considéré comme source de faveurs et avantages, et il est utilisé comme un piège de miel. Certains Américains se souviendront que la carrière longue du sénateur Packwood (1969-1995) a été détruite par une lobbyiste femme, soupçonnée, selon les rumeurs, de conquêtes sexuelles de sénateurs, qui a accusé Packwood de lui avoir fait des avances dans son bureau. Peut-être ce qui a inspiré l’accusation était que Packwood entravait le programme législatif de son employeur.

Même ceux qui se veulent prudents peuvent être frappés par des allégations sur un événement auquel il n’y a pas de témoins. Le 16 mai le Britannique Daily Mail a signalé qu’avant le départ fatidique de Strauss-Kahn pour New York, le journal français, Libération, a publié des commentaires qu’il a fait tout en discutant de ses plans pour battre Sarkozy à la présidence de la France. Strauss-Kahn, a déclaré que comme il était clairement le favori pour battre Sarkozy, il serait soumis à une campagne de dénigrement par Sarkozy et son ministre de l’intérieur, Glaude Gueant. Strauss-Kahn a prédit qu’une femme se verrait offrir entre 500 000 et 1 000 000 euros (plus de 1 million $) pour fabriquer une histoire qu’il l’a violée.

Le Daily Mail rapporte que les soupçons de Strauss-Kahn sont confirmés par le fait que la première personne à briser la nouvelle de l’arrestation de Strauss-Kahn a été un militant du parti de M. Sarkozy UMP – qui connaissait apparemment le scandale avant qu’il n’arrive.

Jonathan Pinet, un étudiant en science politique, a diffusé la nouvelle par TWITTER juste avant que le service de Police de New York la rende publique, bien qu’il ait dit avoir simplement un « ami » travaillant au Sofitel où il est dit que l’agression s’est produite.

La première personne à « re-tweeter » M. Pinet est Arnaud Dassier, un spécialiste de la fabrication des rumeurs qui avait auparavant fait connaître les détails du mode de vie luxueux du multimillionnaire Strauss-Kahn dans une tentative d’affaiblir ses soutiens à gauche.

Strauss-Kahn pourrait tout aussi facilement avoir été attaqué par ses rivaux à l’intérieur du FMI, ainsi que par ses rivaux au sein de l’establishment politique français. Michelle Sabban, une conseillère du grand Paris, une fidèle de Strauss-Kahn, a déclaré : « Je suis convaincue c’est un complot international. »

Elle a ajouté : « c’est le FMI qu’ils voulaient décapiter, pas tellement le candidat socialiste aux primaires.

« Ça n’est pas de lui. Tout le monde sait que son point faible c’est la séduction, les femmes. Voilà comment ils l’ont eu. »

Même les rivaux de Strauss-Kahn, ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas croire la nouvelle. Il est totalement hallucinatoire, a dit le centriste Dominique Paille. « Si c’est vrai, ce serait un moment historique, mais dans le sens négatif, pour la vie politique française. J’espère que tout le monde respecte la présomption d’innocence. Je n’arrive pas à croire à cette affaire. »

Et Henri de Raincourt, ministre de la coopération outre-mer au sein du gouvernement du président Nicolas Sarkozy, a ajouté : « Nous ne pouvons pas écarter l’idée d’un piège. »

Michelle Sabban vise juste quand elle dit que le FMI a été la cible. Strauss-Kahn est le premier directeur du FMI, qui ne s’est pas aligné sur les riches contre les pauvres. Les Soupçons de Strauss-Kahn étaient sur Sarkozy, mais Wall Street et le gouvernement américain avaient également des motifs impérieux pour l’éliminer. Wall Street est terrifié par la perspective de mesures de régulation, et Washington a été gêné par le récent rapport du FMI, selon lequel l’économie chinoise dépasserait l’économie américaine dans les cinq ans. Un complot international n’est pas hors de question.

En effet, l’intrigue se déroule comme un complot. Les autorités ont produit une femme française qui prétend qu’elle a été victime d’une tentative de viol par de Strauss-Kahn il y a dix ans. Il serait intéressant de savoir si cette allégation est le résultat d’une menace ou d’un pot-de-vin. Comme dans le cas de Julian Assange, il y a maintenant deux femmes qui accusent Strauss-Kahn. Une fois que les procureurs obtiennent l’appui des deux femmes contre un homme, ils gagnent dans les médias.

Il n’a pas été révélé comment les autorités savaient que Strauss-Kahn était sur un vol pour la France. Cependant, en l’arrêtant à bord de son vol régulier juste avant le départ, les autorités ont créé l’image d’un homme fuyant un crime.

La façon dont la justice (sic) « Amerikan » travaille veut que les procureurs, dans environ 96 % des cas, obtiennent un accord (NDT : le fait de plaider coupable). Les Procureurs sont autorisés par les juges et le public à payer pour des témoignages contre l’accusé et à exercer une pression suffisante sur les accusés innocents pour les contraindre à faire un plaidoyer de culpabilité en échange de moindre frais et d’une peine plus légère. À moins que la demoiselle de l’hôtel ait un remords de conscience et admette qu’elle a été payée pour mentir ou qu’elle ait le courage de se rétracter, Strauss-Kahn va probablement découvrir que la justice (sic) criminelle « Amerikan » est organisée pour produire la déclaration de la culpabilité indépendamment de l’innocence ou de la faute.

Le 16 mai, le jour suivant l’arrestation de Strauss-Kahn, la Cour suprême des États-Unis a jeté son poids derrière l’État policier Amerikan en détruisant les restes du quatrième amendement avec une décision à 8 contre 1 décidant que, Nonobstant la Constitution des États-Unis, de police « Amerikan » n’a pas besoin de mandats pour envahir les maisons et rechercher des personnes.

Cette décision est une preuve de plus que chaque américain est considéré comme un ennemi potentiel de l’État, non seulement par la sécurité des aéroports, mais aussi par les techniques nauséabondes pratiquées à Washington. La « guerre contre le crime » des conservateurs a créé un Etat policier et les conservateurs à l’origine tenants d’un gouvernement limité et de la liberté civile, sont euphoriques face aux pouvoirs élargis et sans contrôle qu’une Cour Suprême conservatrice a confié à la police.

Le même jour, la dette du gouvernement fédéral a atteint le sommet de 14,3 milliards de dollars, ce qui a contraint le Trésor à « emprunter » aux fonds de pensions des fonctionnaires fédéraux afin de poursuivre le financement des guerres clandestines de l’ « Amerika » et de ses crimes contre l’humanité. Le plafond de la dette ainsi percé est la marque d’un pays qui a gaspillé son patrimoine constitutionnel et est arrivé à la faillite morale ainsi que budgétaire.

 

MISE À JOUR

Dans les quelques heures suivant la rédaction de cet article, les autorités ont annoncé que Strauss-Kahn, à qui a été refusée la liberté sous caution pour des motifs spécieux, a été mis sous surveillance « suicide ». Pourquoi l’annoncer à moins que ça ne fasse partie d’un plan précis ? Dès le début, chaque déclaration et l’action des autorités ont été conçus pour donner l’impression d ela culpabilité. Mettre Strauss-Kahn sous surveillance « suicide » n’est-ce pas une façon de donner l’image d’une personne qui ne peut pas faire face à l’humiliation publique de son crime ? C’est une façon d’utiliser l’humiliation comme une action constante visant à briser sa personne et à l’abattre ? Ou peut-être l’idée que s’il devait mourir en prison, le suicide serait l’explication ?

 

« Information Clearing House"

 

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1488

 
jeudi 19 mai 2011, par Comité Valmy
.

http://storage.canalblog.com/74/94/278446/64721994.jpg 

 

http://refairelemonde.canalblog.com/archives/2011/05/15/20459729.html

 

Lire aussi :

Partager cet article

Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 22:59

tchadonline.com

 

Introduction d'eva R-sistons

 

 

 

Par souci d'objectivité,

je publie ce texte dérangeant reçu à l'instant.

Et si les grands banquiers avaient profité

du point faible de DSK,

pour le perdre alors qu'il commençait

à dévier de la ligne habituelle du FMI ?


A noter le rappel de la réaction de l'Argentine:

Encore une fois, c'est la seule solution

pour se sortir du bourbier financier !

N. Kirchner (hélas décédé depuis..) a refusé les diktats du FMI,

il a cessé de rembourses les dettes sans fin

qui avaient ruiné son pays,

sa femme a repris le flambeau.

L'Argentine a retrouvé la prospérité !

 

votre eva R-sistons

 

fontanablog.blogspot.com

 

 

 

Le patron du FMI pris au piège

 

Par Make WHITNEY

 


Il n'y a aucun moyen de savoir si la femme de chambre de 32 ans qui affirme avoir été agressée et forcée à un acte sexuel par le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, dit la vérité.


Laissons çà à la meute médiatique qui a déjà endossé l'habit du juge, du jury et du bourreau.


Il est toutefois possible de dire que cette affaire paraît louche, tout comme l'affaire Eloit Spitzer paraît louche.


Spitzer, qui se souvient ?


Il était l'adversaire le plus résolu de Wall Street et le probable candidat à la tête de la SEC (organisme de contrôle boursier US-NdT), un poste où il aurait excellé. En fait, il n'y a aucun doute que si Spitzer avait été nommé à la tête de la SEC, la plupart des plus grands banquiers de Wall Street seraient actuellement en train de casser des cailloux dans un pénitencier fédéral.


Il y avait donc suffisamment de raisons pour suivre chaque geste de Spitzer pour voir s'il n'y avait pas moyen de le salir. Et il se trouve que l'ex-gouverneur de New-York a facilité la tâche de ses ennemis en achetant les services d'une call-girl de luxe nommée Ashley Dupre dans l'hôtel Mayflower. Lorsque l'information a éclaté, les médias sont tombés sur lui comme une nuée de sauterelles pour examiner à la loupe tous les moindres détails.

Pendant ce temps, les escrocs de Wall Street ont pu pousser un soupir de soulagement et retourner à leur spécialité : arnaquer les investisseurs et voler les économies de toute une vie aux gens.

 

  DSK avait lui aussi des ennemis haut-placés, et c'est pour cela que toute cette affaire pue.

 

D'abord, DSK était le candidat probable du P S face à Sarkozy lors des prochaines élections présidentielles. Le chef du FMI avait une avance sur Sarkozy qui a connu de nombreux scandales personnels et a plongé dans les sondages d'opinion.

 

Mais si Strauss-Kahn a été piégé, c'est probablement par la coalition des banquiers occidentaux, le groupe obscur de porcs égoïstes dont la politique a maintenu une grande majorité de la population mondiale dans la misère et le désespoir depuis 200 ans.

Strauss-Kahn s'était récemment écarté de la "ligne du parti" et était en train de modifier le cours du FMI. Sa conversion était défendue par l'économiste progressiste Joseph Stiglitz dans un article récent intitulé :

"Le changement du FMI"

voici un extrait :

 

"Le fait remarquable lors de la réunion annuelle de printemps du FMI a été l'effort souligné du Fonds de se démarquer de ses anciens principes sur le contrôle des capitaux et la flexibilité du marché du travail. Il semble qu'un nouvel FMI ait progressivement émergé, en douceur, sous la direction de Dominique Strauss-Kahn".

 

"Il y a un peu plus de 13ans, lors de la réunion du FMI à Hong-Kong en 1997, le Fonds avait tenté d'amender sa charte pour s'accorder plus de possibilité pour pousser les pays vers une libéralisation des capitaux et des marchés. Le moment choisi ne pouvait être pire : la crise de l'Asie de l'est ne faisait que commencer - une crise provoquée par la libéralisation des capitaux et des marchés dans la région, qui eu égard à son fort taux d'épargne, n'avait aucune raison d'être -.

 

Ce choix avait été défendu par les marchés financiers occidentaux - et par les ministres des finances occidentaux qui sont à leur service -. La déréglementation financière était la principale cause de la crise globale qui a frappé les Etats-Unis en 2008, et la libéralisation des finances, des capitaux et des marchés ailleurs à favoriser la prolifération de la crise "made in Amérique" à travers le monde. La crise a démontré que les marchés libres et non faussés ne sont ni efficaces ni stables".

 

Ainsi Strauss-Kahn tentait d'adopter une politique plus positive, dans une direction qui n'exigerait plus des pays qu'ils ouvrent leurs économies aux ravages provoqués par les capitaux étrangers qui s'engouffrent - en faisant monter les prix et en créant des bulles - et qui se désengagent aussi rapidement en laissant derrière eux un fort taux d chômage, une consommation en chute libre, des industries brisées et une profonde récession.

 

Strauss-Kahn avait tracé une voie "plus douce", une voie qui n'obligerait pas les dirigeants étrangers à privatiser leurs industries nationalisées ni à briser les syndicats.

Naturellement, ses initiatives n'étaient pas chaudement accueillies par les banquiers qui comptent sur le FMI pour légitimer leur actuel pillage du reste du monde. Ce sont ces gens-là qui pensent que la politique actuelle est "très bien comme elle est"

parce qu'elle produit les résultats qu'ils espèrent, à savoir plus de profits pour eux et plus de misère pour les autres.

 

Encore Stiglitz, qui cette fois-ci donne le "baiser de la mort" à son ami DSK :

 

"Strauss-Kahn a été un dirigeant sagace pour le FMI...Strauss-Kahn a conduit son allocution devant le Brookings Institution peu avant la récente réunion du FMI : "Au final, l'emploi et la justice sont les bases d'une stabilité et prospérité économique, d'une politique de stabilité et de paix. C'est le coeur du mandat du FMI. il doit être placé au coeur de notre programme".

 

C'est çà ! Maintenant, le FMI va se transformer en un agent de redistribution des richesses (pour) "renforcer les négociation collectives, restructurer les emprunts immobiliers, restructurer les impôts et les politiques de dépenses pour stimuler l'économie par le biais d'investissements à long terme et la misse en oeuvre de politiques sociales qui accordent une égalité des chances" ?  (selon Stiglitz)

 

Bonne chance mon gars..!

 

Peut-on imaginer combien ce genre de discours peut énerver ceux qui sont au sommet ?

Combien de temps pensez-vous qu'ils supporteraient ce genre de fadaises avant de décider que DSK a besoin de prendre quelques congés ?


Pas longtemps !

 

Lisez ceci de World Campaign et jugez par vous-mêmes si DSK était devenu "un problème" qu'il fallait régler pour que les affaires, qui consistent à extirper la richesse des plus pauvres de la terre, puissent se poursuivre tranquillement:

Pendant des décennies, le FMI a été associé par les altermondialistes à tout ce qui n'allait pas dans la manière que les plus riches géraient le reste du monde, surtout les pays les plus pauvres, avec leur obsession d'exiger des politiques d'austérité en échange de leurs prêts, et d'une philosophie de l'écoulement de la richesse vers le bas, qui a permis aux élites de maintenir le statut quo tout en maintenant la majorité dans la misère.


A la suite de la crise financière globale et des mesures de contrôles, le patron du FMI a fait quelques déclarations étonnantes sur comment le FMI et le monde devaient changer de politique.

 

Dans un article publié ce jour (17 mai) dans le Washington Post, Howard Schneider écrit qu'après que le crash de 2008 ait abouti à un retour à la réglementation des sociétés financières et à plus d'engagements des gouvernements dans l'économie , selon DSK " nous n'avons parcouru que la moitié du chemin, alors qu'il a dirigé le Fonds vers une remise en cause fondamentale de la pensée économique.Il a récemment exposé un récapitulatif général de ses conclusions :

il faut renforcer le contrôle des marchés par l'état ; les politiques globales doivent produire une meilleure redistribution des revenus; les banques centrales doivent limiter l'expansion trop rapide des emprunts et des prix de l'immobilier (il y aura un retour de balancier du marché vers l'état) a déclaré DSK lors d'une intervention à George Washington University la semaine dernière.;

"La mondialisation a donné beaucoup de résultats..mais elle a aussi un côté sombre, la fossé qui se creuse entre les riches et les pauvres. A l'évidence, il nous faut une nouvelle forme de mondialisation, pour empêcher que "la main invisible" des marchés dé réglementés ne se transforme en un "poing invisible".;!

 

Répétez après moi . "...remise en cause fondamentale de la pensée économique"

(Une plus grande) "redistribution des revenus" ..(plus) "de régulation des sociétés financières" ,

"les banques centrales doivent limiter l'expansion trop rapide des emprunts et des prix de l'immobilier"

 

C'est une blague ?

 

Relisez encore une fois le passage et je pense que vous serez d'accord avec moi pour dire que DSK a signé là son propre arrêt de mort.

 

Il n'y aura pas de révolution au FMI, Fadaises. L'institution fut créée avec l'intention claire de dépouiller les gens et elle fait un excellent travail à cet égard. Il n'y aura pas de changement de politique non plus.

Pourquoi faire ?

(il est à noter que l'Argentine ne pouvant plus supporter ce que lui imposait le FMI  l'a tout simplement "viré)


Est-ce que les banquiers et les grosses pontes multinationales auraient soudainement acquis une conscience et décidé de donner un coup de main à l'humanité en souffrance ?

Et puis quoi encore ?

 

DSK à franchi la ligne rouge. C'est pour cela qu'ils l'ont piégé et écrasé.

 

 

Rumeur:

Le gouverneur de la Banque d'Israël, Stanley Fischer, semble être le candidat le mieux placé pour remplacer DSK à la tête du FMI. Il en a été le n° 2 de 1994 à 2001; Après avoir quitté le FMI il a travaillé chez Citigroup comme vice-président, puis comme président ce Citigroup international jusqu'en 2005.

Quant à la BCE ce serait Mario Draghi qui aurait été désigné par les ministres des finances (aux ordres) pour succéder à Jean-Claude Trichet. (voir mon article).

 

à l'évidence l'establishment place ses pions en prévision notamment du projet de réforme du système monétaire international  ( réforme selon SA conception...!).

 

Le patron du FMI, pris au piège

 

http://millesime.over-blog.com/article-le-patron-du-fmi-pris-au-piege-74064022.html

 

 
.
Cet article vient de sortir aussi sur mondialisation.ca, cela me confirme dans le fait que j'ai bien fait de partager avec vous ces questions. Beaucoup ont parlé de complots, je n'y avais pas prêté attention. Mais là, je trouve que c'est une piste intéressante. Il ne fait pas bon contrarier les tenants du Nouvel Ordre Mondial !   A vous de juger.  eva R-sistons
.
.
Le chef du FMI attrapé dans un piège à miel

par Mike Whitney

Le 17 mai 2011

(..) (Lien : http://wcampaign.org/issue.php?mid=625&v=y  )

Répétons: “… repenser fondamentalement la théorie économique… (une meilleure) distribution des revenus… (plus) de régulation des compagnies financières… Les banques centrales doivent faire plus pour prévenir l’augmentation trop rapide des prix des emprunts et des biens…”

Vous vous moquez de moi ? Relisez ce passage encore et encore et je pense que vous tomberez d’accord avec moi que Strauss-Kahn a signé son propre arrêt de mort.

Il n’y aura aucune révolution au FMI. C’est du pipeau. L’institution a été créée avec l’intention claire d’escroquer les gens et elle a fait un super boulot en ce domaine jusqu’ici. Il n’y aura pas de changement de politique non plus. Pour quelle raison ? Pour avoir les banquiers et les rats obèses de l’industrie soudainement développer une conscience et qu’il décident de prêter main forte à l’humanité souffrant depuis si longtemps ? Allons, allons, soyons réalistes !

Strauss-Kahn a rompu les rangs et s’est aventuré en terrain inconnu. Voilà pourquoi il a été piégé et écrabouillé comme un insecte.

(Note de l’auteur: Strauss-Kahn a été remplacé à la tête du FMI par son numéro 2, John Lipsky, l’ancien vice chairman de la banque d’investissement JP Morgan. Comment le trouvez-vous ce “changement auquel on peut croire” ?…)


Article original en anglais : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=24784

Traduction : Résistance 71

 

 

Je reçois ce texte, actualisé, qui confirme mon intuition qu'il y a bien là une piste fondamentale. Je ne me prononce pas, je n'en ai pas les moyens, je constate. Bref, je suis très interpellée ! Et vous ? Eva

 

Sommaire du numéro 230 de LIESI

Une analyse objective des événements du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord est désormais impossible si l’on occulte le document historique mis pour la première fois en évidence par l’agent des services secrets canadiens W.G. Carr: à savoir la correspondance du 15 août 1870 entre Albert Pike (pontife du rite palladique luciférien) et Mazzini (chef de la Haute Vente – la Maçonnerie italienne). Le plan ourdi à la fin du XIX° siècle entre les deux hommes disait que trois guerres mondiales et de grands désordres sociaux étaient nécessaires pour obtenir un Nouvel Ordre Mondial. Plus, qu’une Troisième Guerre mondiale commencerait au Moyen-Orient et opposerait les islamistes aux sionistes et à leurs alliés.

Dès lors que l’on touche à l’occulte, on a la certitude que les grands médias n’apporteront JAMAIS l’éclairage nécessaire à la compréhension des événements actuels. Récemment, deux journalistes nous ont dit avoir perdu leur emploi au motif qu’ils avaient souhaité dire la vérité sur la face cachée du mondialisme. En réalité, la démo(n)cratie, c’est la censure et le génocide légalisé tant que cela sert la cause du mondialisme babélien.

 

Notons au passage que le drame nantais, probablement perpétré par un père sous l’emprise d’une mère qui dirige encore une secte où des pressions psychologiques peuvent aller jusqu’à ordonner le meurtre de sa famille, est insidieusement exploité par la grande presse pour jeter l’anathème sur tous ceux qui font référence à l’Apocalypse, aux prophéties des saints, bref à une grille de lecture eschatologique de l’Histoire, la seule pourtant qui permette d’anticiper l’avenir. La manœuvre est trop grossière pour ne pas la dénoncer. Un saint comme le curé d’Ars, prophétisant en 2011 la destruction de Paris par le feu du ciel, serait aujourd’hui considéré comme un déséquilibré, un homme psychologiquement instable, à suivre et éventuellement à interner. Plus que jamais, les hommes d’aujourd’hui ne veulent pas que le Tout-Puissant règne sur la terre comme au Ciel. Nos démocrates crient à l’unisson : « Nous ne voulons pas qu’Il règne sur nous ».

Albert Pike : le « gourou » du cartel bancaire

« La troisième guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences causées par l’agentur des Illuminatis entre les Sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique. La guerre doit être menée de telle manière que l’islam (les musulmans, le Monde Arabe) et le sionisme politique (l’Etat d’Israël) se détruisent mutuellement. Pendant ce temps, les autres nations, une fois de plus divisées sur cette question, seront contraintes de se battre jusqu’à l’épuisement complet, physique, moral, spirituel et économique…»

Albert Pike – 1870.

Qui pouvait anticiper la géopolitique actuelle en 1870, date à laquelle le sionisme n’était encore qu’un rêve d’intellectuels ? Qui dispose des moyens nécessaires pour mettre en branle un tel plan sur plusieurs générations ? L’argent n’est-il pas le nerf de la guerre ? Or qui contrôle l’ARGENT, sinon ce que des présidents américains ont appelé un CARTEL BANCAIRE ? Pourquoi cette haute finance pose-t-elle ses bombes sur quasiment toute l’Afrique du Nord et s’apprête-t-elle à déstabiliser le Proche-Orient via la Syrie et l’Egypte, selon le modèle de cette fameuse lettre de 1870 ?

Qui pouvait anticiper la géopolitique actuelle en 1870, date à laquelle le sionisme n’était encore qu’un rêve d’intellectuels ? Qui dispose des moyens nécessaires pour mettre en branle un tel plan sur plusieurs générations ? L’argent n’est-il pas le nerf de la guerre ? Or qui contrôle l’ARGENT, sinon ce que des présidents américains ont appelé un CARTEL BANCAIRE ? Pourquoi cette haute finance pose-t-elle ses bombes sur quasiment toute l’Afrique du Nord et s’apprête-t-elle à déstabiliser le Proche-Orient via la Syrie et l’Egypte, selon le modèle de cette fameuse lettre de 1870 ?

L’establishment applique le plan Pike pour le Moyen-Orient en impliquant les alliés des sionistes

Opposition russe aux manœuvres de l’Ouest

Un jeu d’alliances en vue d’une guerre future

L’Arabie saoudite est la principale cible après l’Egypte

Vers une alliance Arabie saoudite/Pakistan ?

L’affaire Ben Laden : une déstabilisation du PAKISTAN

Fragiliser le Pakistan

Yémen et Arabie saoudite sont dans la lunette de tir… Suite du plan de 1870

Signification de l’accord historique entre le Fatah et le Hamas

Publié par liesiletter le 19 mai 2011 in Non classé

Dans la nuit, notre rédaction a reçu un courriel sous format PDF d’un lecteur, banquier, exerçant de hautes fonctions au sein de la Banque mondiale. Relevons le passage le plus marquant :

« J’ai dîner avant hier avec un collègue travaillant au FMI. Nous avons bien évidemment évoqué l’affaire DSK et partageons la même conclusion : il y a eu un complot pour l’évincer. Vous devriez faire des recherches sur les réformes qu’il a engagées et dont peu ont parlé. Celles-ci ne plaisaient pas, mais pas du tout, à ce que vous appelez d’ailleurs à juste titre dans votre lettre confidentielle le cartel bancaire… Je pense qu’il y a là aussi un message adressé à tous ceux qui sont en poste… »

Dominique Strauss-Kahn a démissionné jeudi de ses fonctions de directeur général du Fonds monétaire international (FMI). Il a affirmé dans une lettre au conseil d’administration être innocent des faits d’agression sexuelle pour lesquels il est incarcéré. Le Français est le troisième directeur général de suite du Fonds monétaire international à démissionner avant d’achever son premier mandat de cinq ans, ce qui a donné une instabilité à ce poste à laquelle l’institution n’était pas habituée. M. Strauss-Kahn succédait à l’Espagnol Rodrigo Rato, qui avait annoncé son départ en juin 2007. Il avait invoqué « des raisons personnelles ». Le FMI a joint une lettre dans laquelle M. Strauss-Kahn explique ses raisons. « C’est avec une infinie tristesse que je me sens contraint aujourd’hui de présenter au conseil d’administration ma démission de mon poste de directeur général du FMI« , a-t-il écrit dans ce courrier. « Je tiens à dire que je nie avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations qui ont été faites contre moi. Je veux protéger cette institution que j’ai servie avec honneur et dévouement, et en particulier, je veux consacrer toute ma force, tout mon temps, et toute énergie à prouver mon innocence », a-t-il ajouté. M. Strauss-Kahn avait pris ses fonctions en novembre 2007 pour un mandat de cinq ans.

source  http://liesidotorg.wordpress.com/

http://www.contre-info.com/sommaire-du-numero-230-de-liesi#more-12259

 

 


Les liens étranges entre le procureur en charge

de l’affaire DSK et Nicolas Sarkozy !

 

 

Ca y est,  on a bien cherché et on a trouvé l’emprunte de  dans le scandale DSK, son plus grand rival pour les présidentielles 2012 !  Jr, le procureur de New-York, dans le scandale impliquant, a un lien avec la famille Sarkozy ! Un peu tiré par les cheveux, vous allez voir, donc on vous conseille de bien vous accrocher pour comprendre !  

Selon des informations publiées sur Mediapart, il existerait un lien entre Nicolas Sarkozy et l’affaire DSK : , qui n’est autre que le procureur, dont la tâche est de prouver la culpabilité de Dominique Strauss-Kahn ! 
Cyrus Vance Jr a un père : Cyrus Vance. Jusque là tout va bien. Cyrus Vance senior a été ministre sous le président Carter de 1977 à 1980. Et devinez qui était son collègue ? Ce nom ne vous dit rien ? Il est l’homme qui a épousé  en 1977, la 2nde femme de…  ! Elle a été (pendant 3 ans) la belle-mère de Nicolas Sarkozy ! Celui-ci continue de lui rendre visite aux . Le couple Wisner-Ganay a eu plusieurs enfants, dont , porte-parole et correspondant de la campagne présidentielle de Sarkozy aux Etats-Unis. CQFD ! Vous avez dit tiré par les cheveux ?

http://news.celemondo.com/2011/05/les-liens-etranges-entre-le-procureur-en-charge-de-laffaire-dsk-et-nicolas-sarkozy/

Selon des informations publiées sur Mediapart

 

.

Note d'eva :

 

Il est clair que N. Sarkozy ne tolère pas le moindre rival.

Le croc de boucher pour de Villepin, l'éloignement au FMI pour DSK. Il est question qu'il rentre en France ? Il risque de prendre la place du Président ? On s'arrange pour le perdre.

C'est une hypothèse, certes.

 

- Reste que l'acharnement à défendre DSK et le mépris pour la victime présumée sont, en France, indécents.

- Reste que DSK se croyait tout permis : L'impunité (ou au moins la tolérance) pour les puissants est intolérable (lire à ce sujet : http://www.rue89.com/2011/05/19/kahn-lang-bhl-sabban-les-pires-avocats-de-strauss-kahn-204535)

- Reste que si DSK a été compromis à cause d'une supposée intention de rendre moins brutales les mesures du FMI sur les peuples, ce serait monstrueux, machiavélique.

-- Reste surtout que les Décideurs, au sommet, sont de véritables crapules, et prêtes à éliminer tous ceux qui ont le moindre scrupule, le moindre désaccord. Nos vrais ennemis sont tout en Haut. Ce sont eux qui doivent être traînés devant la Cour Pénale Internationale. Eva R-sistons

 

 

 

 

http://idata.over-blog.com

 

 

 

 

 

En attendant,

 

DSK est placé dans une cellule anti-suicides,

 

et sur le blog de Charlotte

(à visiter, cliquer sur sa délicieuse frimousse, un peu plus bas ) :

 

.

Selon une source proche de la défense citée par le New York Post, les avocats de Dominique Strauss-Kahn pourraient axer leur stratégie de défense sur le fait que la femme de chambre était consentante.

 

  • Le blog de mamie sceptix/Charlotte

 

 

 

DSK pourrait plaider l'acte sexuel consenti

 

Et les coups de griffes ?

Au fait, DSK ne déjeunait plus avec sa fille ?

Il faisait les deux, "trousser" et déjeuner ? eva 

 

 

Ajouté le 24 mai 2011, qui rejoint ma remarque malicieuse :

 

La défense a-t-elle commis des erreurs? Les avocats de Dominique Strauss-Kahn devraient veiller à garder le silence et cela n'a pas été le cas. Ils ont fait pire, même, en développant des arguments pour la défense de leur client qui ont semblé contradictoires. L'un des avocats a parlé d'un alibi sous la forme d'un déjeuner entre DSK et sa fille, puis un autre a évoqué l'hypothèse d'une relation sexuelle consensuelle. Or c'est l'un ou l'autre. De mon point de vue, la crédibilité de l'équipe de défense est d'ores et déjà compromise. D'autant qu'il ne faut jamais exposer une stratégie de défense avant de disposer des résultats de l'enquête scientifique : analyse de l'ADN, etc.

 

http://fr.news.yahoo.com/dsk-client-difficile-%C3%A0-d%C3%A9fendre-173752810.html

 

.

 

 

.

Partager cet article

Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 17:22

echosdesmontagnes.blogspot.com

http://3.bp.blogspot.com/_NCKE2AXKnG8/S2mvspdFHFI/AAAAAAAACvU/bl3Ke8w456Q/s400/SIONISTES+ET+CRIF.jpg

Comment les partis sont infiltrés

pour qu'ils soient vidés de leur substance

Un moule unique imposé à la France

par eva R-sistons

 

http://ambisrael.fr/wp-content/uploads/2011/03/Flag-Pins-France-Israel.jpg

http://www.crossed-flag-pins.com

    Alerte ! Je ne cesse d'alerter sur ce blog contre les risques que la Gauche, et les Verts, courent. Après avoir liquidé le Gaullisme, des "taupes" infiltrent les partis afin de les orienter dans le sens de la Pensée Unique ultra-libérale (totalitaire, en fait, imposée comme seule valable).

    Le texte "Les sept péchés capitaux de D. Strauss-Kahn", publié aujourd'hui même sur le site Michel Collon, illustre parfaitement ce que j'écris régulièrement.

    Reprenons par le début. D'abord, je veux que les choses soient claires, limpides. Et je n'accepterai aucune critique, aucune insinuation déplacées. La multiplicité de mes influences, de mes origines, exclut tout esprit de clocher, toute trace de racisme. Je suis née en France de père Français, d'origine bordelaise, et de mère Russe (père Mongol, mère Ukrainienne). Ma soeur est veuve d'un Allemand. Quant aux religions, je les porte toutes en moi: Chrétienne, juive, musulmane, orthodoxe, baha'i (syncrétiste). Et pour moi il n'y a qu'une "race", humaine, et nous sommes tous frères et soeurs en humanité. Et citoyens d'un même monde. Mes valeurs ? Celles de la République : Liberté, égalité, fraternité, quel merveilleux programme !  Et pour moi il ne s'agit pas de mots, mais de réalités à vivre, concrètes,  incontournables.

    Il ne m'arrivera jamais de dénoncer une personne (ou un peuple) pour son identité. Au contraire: Je l'accueille comme un plus, comme elle est, dans sa différence, prête à découvrir sa "richesse" propre, sa spécificité. Seule compte pour moi la politique: Je dénonce sa financiarisation et sa militarisation, et plus généralement, sa déshumanisation. En d'autres termes, je "juge" les actes, pas les personnes. Ceux qui connaissent bien ce blog savent qu'il dénonce les politiques militaro-financières, et donc, d'abord celles de l'Occident judéo-chrétien essentiellement orientées vers la prédation, l'accaparement, la spoliation - au prix de toutes les arrogances et de toutes les guerres fatales aux peuples.

    Et pour définitivement clarifier les choses, je prends parti pour les victimes, pas pour les bourreaux - ou pour les puissants. Cela m'aurait amené en 40 à risquer ma vie pour sauver des citoyens juifs persécutés, comme aujourd'hui je dénonce les attaques intolérables dont sont victimes les citoyens musulmans - ou arabes. En un mot comme en cent, je suis une humaniste, éprise de vérité, de liberté, de paix et de justice. Et pour moi il n'y a pas d'étiquette (par ex juive, athée, musulmane, évangélique... etc), mais des actes, des politiques. C'est leur contenu qui seul m'intéresse.

ysengrimus.wordpress.com

http://ysengrimus.files.wordpress.com/2009/12/cohn-bendit.jpg?w=305&h=406

La France "occupée"

 

    Or, j'ai constaté (et cette constatation exclut toute connotation de racisme) que les milieux politiques, médiatiques, scientifiques, comme ceux du cinéma, ou de la littérature (historiens surtout)... sont dominés par un seul groupe de personnes, ayant les mêmes origines (peu importe l'origine, d'ailleurs, j'aurais parlé de la même façon s'il s'était agi de Chrétiens, de Bouddhistes, de Musulmans..), le même drapeau, les mêmes orientations (défense du libéralisme, du capitalisme financier, de l'Occident, de l'Europe, des Anglo-Saxons, des Israéliens..), les mêmes valeurs...

    Pour une journaliste comme moi, attachée au pluralisme, à la neutralité, à la diversité, à l'honnêteté intellectuelle, etc, je ne peux accepter que la plupart des centres de décision soient "occupés" (pour reprendre une expression en vogue) par un même groupe, donc au détriment des autres (quels qu'ils soient, je le répète). 

    Or, que voit-on, pour prendre l'exemple de la politique ? A la tête de l'UMP, l'Union pour la Majorité anti-populaire, voici Sarkozy et, piaffant d'impatience à l'idée de le remplacer, J.F. Copé avocat d'affaires comme lui. Au PS, DSK choisi par les Médias et les sondeurs aux ordres, aussitôt déjà "remplacé" par François Hollande, du même sérail (et donc en réalité libéral, atlantiste, sioniste, partisan du Nouvel Ordre Mondial). Bertrand Delanoë se sent pousser des ailes, même tonalité que DSK et Hollande. Les Verts ? Ils ont été pris en mains par Cohn-Bendit. On ne les reconnaît plus ! Hier critiques vis-à-vis de l'Europe, aujourd'hui intégrés dans une... "Europe-Ecologie", avec une Europe en premier. Quand on sait que l'Europe est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial et seulement au service des intérêts de la Haute Finance, on comprend le chemin parcouru, totalement contraire aux idéaux des Verts. Des Verts d'ailleurs d'abord rouges, puis après la prise en mains par l'ex "anarchiste" allemand, désormais verts pâles, roses pâles. Et que dire des Gaullistes ? J'en ai souvent parlé sur ce blog.

      Cohn-Bendit, encore lui, a débarqué en France en mai 68 pour, en réalité, "tuer" politiquement le Gl de Gaulle, "coupable" aux yeux des Anglo-Saxons et des Israéliens d'être non-aligné sur leurs diktats, coupable d'indépendance comme aujourd'hui un Gbagbo ou un Kadhafi. De Gaulle gênait, il a sorti la France de l'Otan et affirmé sa différence. Il se méfiait des Anglo-Saxons comme des Israéliens. Il a "osé" mener une politique pro-arabe ! Cohn-Bendit a donc co-dirigé, en France, la première "révolution de couleurs", minant, de l'intérieur, le pays, afin qu'il se débarrasse du Gl de Gaulle si gênant pour les intérêts étrangers à la France.

    Plus tard, il a débarqué en France afin, lors de la dernière campagne présidentielle, de discréditer Bayrou, non-aligné lui aussi, puis pour "squatter" les Verts-Rouges et en faire un parti pro-européen, et finalement libéral. Future roue de secours du capitalisme, éventuellement !


 

latelelibre.fr

http://latelelibre.fr/wp-content/uploads/2008/05/lacombe260508a1.jpg

 

 

Un parti qui n'a plus rien de socialiste

 

    Reste le PS. Là, le parti socialiste fût infiltré par un homme qui, à Tribune juive comme au micro d'une radio communautariste, se vantait de travailler d'abord pour Israël (vous imaginez un individu comme ça à la tête de la France, pour défendre des intérêts d'abord étrangers ?). De surcroît, DSK est un authentique libéral, atlantiste, et champion de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial, auquel il préparait les esprits avec ses compères Attali et Sarkozy, pour notre malheur.

    DSK, comme ses pairs, est un fervent supporter de l'ultra-libéralisme, donc des cadeaux aux nantis et de l'austérité pour les peuples. En découvrant l'article de François Ruffin, sur le site de Michel Collon, j'y ai vu la démonstration de tout ce que j'écrivais sur ce blog presque depuis le début. 

    Au Parti Socialiste, très proche de Lionel Jospin, son conseiller spécial, même, DSK a en réalité un but : Orienter le PS dans le sens souhaité par  "la Pensée Unique", pour en faire un parti comme aux Etats-Unis,"clone" de l'autre, juste un peu plus "soft", moins brutal pour les couches populaires. Et le Parti socialiste privatisa, privatisa, privatisa, plus même que la Droite, et il mit en place des politiques que l'autre bord n'aurait pas désavouées. En d'autres termes, le but était de faire en sorte que les deux partis soient interchangeables, mettant en place les mêmes politiques : Libérales, financières, européistes, atlantistes, sionistes, et... préparant le Nouvel Ordre Mondial. 

    Voici le premier paragraphe de l'article du site de Michel Collon à l'origine de ce post : 

    « Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro », Le Monde. « Sous conditions ». Voilà la formule que trouvent, sur la monnaie unique, Dominique Strauss-Kahn et Lionel Jospin dans la soirée du 4 septembre 1996. C’est qu’en ces journées où le Parti socialiste concocte son programme, le Mouvement des Citoyens de Jean-Pierre Chevènement et les communistes réclament un nouveau référendum. Les Verts demeurent, à l’époque, opposé à Maastricht. Et même au sein du PS, la majorité soutient Henri Emmanuelli : « Si on veut retrouver la croissance, il faut sortir du carcan monétaire. » Devant cette offensive, DSK cherche la parade : le passage à l’euro se fera, mais sous « conditions ». Avec, notamment, l’affirmation d’un « gouvernement européen » face à la future Banque centrale, le rejet d’un euro surévalué par rapport au dollar, et la révision du pacte de stabilité (..).

    La suite, on la connaît. Lionel Jospin va jusqu'à dire qu'il n'est "pas socialiste", et Jean-Marie Le Pen arrive en deuxième position, récupérant au passage les voix des électeurs modestes désorientés et scandalisés. Vidé de ses racines populaires, le Parti Socialiste n'a plus de raison d'être, pâle copie de son concurrent de Droite, et dans ce cas, on préfère généralement l'original à la copie !
    Et maintenant ? Le parti socialiste n'a en effet plus rien de socialiste. Nous avons désormais en France un parti Républicain et un parti "Démocrate". Un Manuel Valls le trouve encore trop à gauche, et s'est donné pour but, après une visite à Bilderberg, de le rapprocher encore un peu plus de la Droite. DSK faux homme de Gauche infiltré au PS a totalement modifié l'essence de ce Parti. D'autres, propulsés par les Médias aux ordres, imposés par eux devrait-on dire, s'apprêtent à prendre la relève : Hollande est sur les rangs, Delanoë songe à un destin présidentiel, Fabius aussi, tous du même sérail, et les Médias s'emploient à écarter, sinon à discréditer, Ségolène Royal, trop indépendante, mais qui a aussi,  comme Jospin, son DSK, en la personne de BHL, oui encore lui, partout, pour porter la bonne parole ultra-libérale, atlantiste, sioniste, impériale, préparant le terrain au Nouvel Ordre Mondial. La boucle est bouclée. Seule Marine le Pen n'est pas du même Clan, mais bien décidée, elle aussi, à se soumettre quand il le faudra pour accéder aux plus hautes fonctions, sachant que le CRIF, par ex, est en France le passage obligé de la réussite. Exit l'indépendance de notre pays, dans tous les cas de figure !
    Tant que nous n'extirperons pas ce cancer de la société française, irriguant les centres névralgiques, tant que nous accepterons que notre pays soit occupé par un même groupe, supervisant tout, orientant tout, hypothéquant totalement notre indépendance, notre liberté d'action - notre pays sera dénaturé, paralysé, et promis à la liquidation totale.
    La France est attachée à son indépendance comme à son modèle social. Gaullienne de Gauche (attachée au Programme du CNR, du Conseil National de La Résistance élaboré après la 2e guerre mondiale par le Général de Gaulle et de nombreux communistes), j'incarne tout à fait ce courant. Et à ce titre, sur mes blogs, je continuerai à défendre une politique gaullienne (rassembleuse, indépendante, éthique, républicaine) et réellement de gauche. Réellement de gauche, pas comme le PS ou les Verts désormais affadis, méconnaissables, via les DSK ou les Cohn-Bendit de tous poils ! 
    Prendre conscience du mal qui ronge la France, à travers les DSK ou les Sarkozy, interchangeables, c'est, déjà, commencer à agir pour le redressement de la France, qui passe par sa libération de tout ce qui entrave son essor, sa vocation véritable, ses valeurs fondamentales - républicaines ou sociales -. C'est, aussi, travailler au Bien commun, universel, qui seul garantit la dignité de chacun.
.
    Eva R-sistons
.
.

 

TAGS : Strauss-Kahn, Sarkozy, Delanoë, Hollande, Cohn-Bendit, Jospin, Fabius, S. Royal, UMP, Verts, PS,  M. Le Pen, JF Copé, OTAN, de Gaulle, mai 68, CRIF, Arabes, Musulmans, Juifs, racisme, évangéliques, Bouddhistes, athées, baha'i, France, Europe, Manuel Valls, Bilderberg, BHL, Michel Collon, médias...

.


.http://img.over-blog.com/174x173/1/18/15/06/D12---mai-10/valmy-moulin-j-copie-3.jpg

Les sept péchés capitaux

de Dominique Strauss-Kahn

 

Ministre des Finances de Lionel Jospin, DSK incarne, à lui seul, tous les renoncements de la gauche plurielle. Les « succès de ce modernisateur », point par point.

a362-3-101116caa-fce17.jpg

 

Le carcan monétaire :

sans conditions


« Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro », Le Monde.

« Sous conditions ». Voilà la formule que trouvent, sur la monnaie unique, Dominique Strauss-Kahn et Lionel Jospin dans la soirée du 4 septembre 1996. C’est qu’en ces journées où le Parti socialiste concocte son programme, le Mouvement des Citoyens de Jean-Pierre Chevènement et les communistes réclament un nouveau référendum. Les Verts demeurent, à l’époque, opposé à Maastricht. Et même au sein du PS, la majorité soutient Henri Emmanuelli : « Si on veut retrouver la croissance, il faut sortir du carcan monétaire. »

Devant cette offensive, DSK cherche la parade : le passage à l’euro se fera, mais sous « conditions ». Avec, notamment, l’affirmation d’un « gouvernement européen » face à la future Banque centrale, le rejet d’un euro surévalué par rapport au dollar, et la révision du pacte de stabilité.

Sitôt promis, sitôt trahi. « Au lendemain des élections législatives de 1997, Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro, et, oubliant les fameuses conditions que posaient auparavant les socialistes à son lancement, de se convertir au très contraignant pacte de stabilité » (Le Monde, 3 novembre 1999). Les ministres européens des finances se disent vite « rassurés », se montrent « confiants » : aucun « séisme » ne secouera l’Europe. La « discipline budgétaire » est acceptée, le traité d’Amsterdam signé (18 juin), et même : « les quinze accélèrent la création de la monnaie unique » (16 septembre).

DSK n’a guère bataillé. Ou seulement pour que Jean-Claude Trichet succède à Wim Duisenberg à la tête de la BCE : qu’un libéral français succède à un libéral néerlandais, voilà une jolie victoire… Depuis, tout le pouvoir est laissé aux banquiers, « indépendants », hors de contrôle démocratique. Eux se soucient de la seule inflation, qui menace la rente – guère de l’emploi. Et la gauche ne peut que se lamenter, impuissante, contre un « euro surévalué ».
Le « carcan monétaire » ne s’est pas desserré. Mais renforcé.

Services publics :
« le plus grand privatiseur »

« Lionel Jospin privatise plus que Alain Juppé » Le Monde.

« Nous refusons la privatisation des services publics et leur transformation en objet de profits. » La plate-forme de la gauche plurielle n’avait rien de bolchevik, aucune nationalisation n’était prévue : ne pas privatiser, l’engagement, modeste, semblait tenable.

Aussitôt installé à Bercy, pourtant, DSK reçoit Michel Bon, le PDG de France Télécom – qui plaide pour une « ouverture du capital » de son entreprise. A son tour, le ministre des finances « fait le siège de Matignon », et Lionel Jospin soupire : « Puisqu’il n’y a pas d’autre solution… » Dès sa déclaration de politique générale, le 19 juin 1997, à l’Assemblée, le Premier ministre revient alors sur son engagement de campagne, et prévient que, pour les services publics, « des adaptations seront nécessaires ».

« Après une concertation sociale approfondie » - il faut cela pour avaler des couleuvres -, « Jospin donne son feu vert, début septembre, à une privatisation partielle. A Bercy, DSK se réjouit » (Le Nouvel économiste, 23/04/99). La « commission des privatisations », mot honni, est rebaptisé « commission des transferts » - et sous la houlette du grand argentier, elle « transfert » beaucoup : France Télécom d’abord, Thomson-CSF, Thomson Multimédia, Air France… DSK est médaille d’or : « le plus grand des privatiseurs », pour Les Echos (3 novembre 1999), tandis que Le Monde dresse ce constat : « Lionel Jospin privatise plus que Alain Juppé » (7 août 1998).

Privatiser, soit,
mais pour quel résultat ?

Libéré de l’Etat et de ses pesantes contraintes, Michel Bon verse dans la folie des grandeurs : jusqu’alors prospère, France Télécom rachète, en 2000, le britannique Orange pour 50 milliards d’euros, acquiert quelques autres babioles, devient la seconde entreprise la plus endettée du monde, à hauteur de 75 milliards d’euros, et frôle le gouffre dès 2002. Ce fleuron du service public n’évite la ruine que grâce… à l’Etat : bon bougre, il remet 15 milliards au pot. Et son nouveau PDG, Thierry Breton, s’engage sur 15 autres milliards d’ « économies en interne » - sur le personnel, donc. Les suicides à répétition, chez les agents Orange, la pression qu’ils subissent, trouvent leur source ici. Dans un choix politique. Effectué sous un gouvernement de gauche.

Airbus :
en cadeau à Lagardère

C’est à cet « incompétent » que DSK a remis les clés du trésor.

« Une excellente nouvelle », voilà comment Dominique Strauss-Kahn, alors ministre des finances et « coordinateur aéronautique en Europe », salue la privatisation de Aérospatiale. Et c’est à Lagardère qu’est confiée l’entreprise – un patron qui fréquentait le Cercle de l’industrie…

A toutes les étapes du « deal », c’est DSK qui a négocié. Et tout accordé : « Airbus », d’abord, cette mine d’or - à une société, Matra, pourtant étrangère aux avions civils. Une ristourne sur les actions, aussi, évaluée à quatre milliard de francs. Et surtout, les pleins pouvoirs au privé : malgré les 15% qu’il possède encore, l'Etat français se retrouve « interdit de gestion ». Ses intérêts sont représentés par Jean-Luc Lagardère (0,9% du capital), dont les lieutenants (Philippe Camus, Noël Forgeard, Jean-Louis Gergorin, Philippe Delmas, Jean-Paul Gut) occupent les postes-clés. Europe 1, la radio de Lagardère peut exulter : « L'équipe Jospin sort des entreprises du giron de l'Etat à un rythme deux fois supérieur à celui de la droite. Pour ce qui est d'Aerospatiale, il était temps. » (16/02/99).

Et pourquoi
pareille urgence ?

Par voracité. Durant « cinq années de dividendes », les actionnaires se goinfrent le cours du titre en bourse grimpe de 70 %, un rachat d’actions, à hauteur de 7 milliards d’euros, est programmé. Autre chanson, pour les salariés : à l’automne 2006, la direction décrète la plan Power 8, 10 000 emplois seront supprimés en Europe, délocalisés. L’injustice sociale se double d’un scandale financier : « J'ai le choix de passer pour quelqu'un de malhonnête ou d'incompétent qui ne sait pas ce qui se passe dans ses usines. J'assume cette deuxième version », se défend étrangement Arnaud Lagardère (Le Monde, 15 juin 2006).

C’est à cet « incompétent », donc, que DSK a remis les clés du trésor – et l’héritier s’est servi à pleines mains. Mais l’ancien ministre n’en paraît pas fâché : au moment de l’affaire, Strauss-Kahn publie une tribune dans Le Monde (également copropriété de Lagardère) sans que ce nom ne soit prononcé. Ni Jean-Luc, ni Arnaud. C’est qu’un pacte les unit – dont le politique récolte aujourd’hui les fruits médiatiques…

Stock-options :
la fiscalité des patrons

Le Ministre des finances de la gauche plurielle défait ce que la droite a construit

Sujet sensible. DSK avance donc pas à pas : dès l'automne 1997, « les bons de souscription de parts de créateurs d'entreprise » - stock-options, en français… - bénéficient d’une fiscalité allégée, mais simplement pour « les sociétés de moins de sept ans ». Un an s’écoule, et en 1998, c’est désormais pour « les sociétés de moins de quinze ans. » En janvier 1999, Dominique Strauss-Kahn croit désormais l’heure venue : toutes les stock-options, désormais, même celle des patrons du CAC 40, seront imposées à 26 % - et non plus à 40 %... Le Ministre des finances de la gauche plurielle défait, ici, ce que la droite a construit : c’est Alain Juppé, deux ans plus tôt, qui avait relevé le taux d’imposition de 26 % à 40 % !

Le cadeau est trop gros : c’est un tollé. « Quatre milliards de francs pour 12 000 privilégiés, s’emporte Louis Viannet, le leader de la CGT, comparés aux 4,5 milliards de francs dégagés pour quelque 4 à 5 millions de chômeurs ou d'exclus, on voit de suite qu'une telle mesure irait dans le droit fil de la justice sociale !... » (Le Monde, 9/01/99). Les communistes et les Verts protestent. D’autant que, malchance, on apprend alors que Philippe Jaffré, l’ancien (et nullissime) patron d’Elf, serait parti avec deux cents millions d’indemnités et de stock-options. Les députés socialistes, en rébellion contre Bercy, déposent un amendement pour relever la taxe à 54 % - comme l’impôt sur le revenu... finalement abandonné.

On en reste au statu quo, un match nul. Et bientôt mis en examen, DSK ne mènera pas son combat plus loin. Mais à ses amis patrons, par pragmatisme, il aura tout de même évité quelques désagréments : la Taxe Tobin sur les transactions financières, prônée dans le programme mais aussitôt repoussée. L’impôt sur la fortune, qui devait s’étendre aux biens professionnels : les grandes fortunes y échapperont. Même les niches fiscales dans les DOM-TOM seront prolongées ! Quant à la taxe professionnelle, elle sera allégée de vingt milliards de francs en cinq ans…


Banque :
se débarrasser du pôle public

« La mise en place d’un grand pôle financier public. » Voilà la promesse qu’adresse, au printemps 99, Dominique Strauss-Kahn aux députés communistes. C’est que le groupe PC à l’Assemblée bougonne. D’ « établissements de crédit à but non lucratif », les Caisses d’Epargne vont se transformer en en « banques coopératives », et nettement plus lucratives – un « véritable bouleversement » comme le titre La Tribune (7/02/00).

En fait de « grand pôle financier public », Libération le félicite : « Et de cinq. Après le GAN, le CIC, la Marseillaise de Crédit et le Crédit Lyonnais, Dominique Strauss-Kahn n’avait plus qu’un dossier à boucler pour achever son grand œuvre, connu sous le nom de code de ‘restructuration du secteur financier’ : la cession du Crédit foncier de France (CFF). Depuis hier, voilà l’affaire réglée. (…) L’Etat s’est débarrassé de la dernière banque publique » (Libération, 11/07/99). On ne saurait mieux dire : bon débarras ! Devant pareille « œuvre », le ministre des Finances s’auto-congratule : « Le secteur financier public a été remis sur les rails. » Et comment ? En supprimant « le secteur financier public » ! Même le quotidien patronal Les Echos est surpris de cette prouesse : « La réduction spectaculaire de l’emprise du public, depuis deux ans, se réclame du réalisme » (7/10/99).

C’est qu’à chaque fois, DSK sait trouver les mots qui touchent. Pour l’ouverture du marché de l’électricité, par exemple, trait de génie, il avait inscrit un « droit à l’énergie », et ça avait marché : les parlementaires avaient approuvé. Pour la « privatisation des Caisses d’Epargne », il ajoute un petit mot sur le « développement durable » et contre « l’exclusion bancaire ». Ca fait joli, et ça marche encore.

Dix ans plus tard, en fait de « développement durable », l’Ecureuil est devenue une « vraie banque » : il s’est lancé à fond dans la spéculation. Jusqu’à la débâcle record de Natixis – près de 10 milliards épongés par les contribuables…

Retraites :
des fonds de pension « à la française »

« Une tentative pour faire avancer la retraite par capitalisation au détriment des régimes par répartition » : voilà comment, durant la campagne de 1997, le porte-parole du PS, François Hollande, condamne les fonds de pension.

Changement de partition, à l’automne : « la création d'un système de retraite par capitalisation (fonds de pension), en marge des régimes par répartition actuels, est de nouveau à l'ordre du jour. Le ministre des finances, Dominique Strauss-Kahn, a expliqué devant les financiers réunis par la Commission des opérations de Bourse (COB), mardi 9 décembre, qu'il allait relancer la réflexion sur les fonds de pension à la française » (Le Monde, 11/12/97).

C’est son dada, à DSK – et depuis un bail. Dès 1982, avec son ami Denis Kessler, ils publient L’Epargne et la retraite - un ouvrage qui plaide en faveur des « assurances vie ». Leurs trajectoires divergent, apparatchik socialiste pour l’un, dirigeant de AXA, puis de la Fédération française des sociétés d’assurance pour l’autre, mais les deux co-auteurs ne se quitteront plus. On dîne ensemble à la maison. DSK invite DK à s’exprimer devant les cadres du PS. DK invite DSK à s’exprimer aux Journées de l’assurance – contre 20 000 F. Et quand ils se retrouvent tous deux aux affaires, l’un comme « n°1 bis du MEDEF », l’autre comme maître de Bercy, les deux partenaires s’accordent pour créer des « fonds partenariaux » - un mot qui sonnait moins anglo-saxon.

Là encore, sa mise en examen – et les réticences des députés – bloqueront le projet. Mais le grand argentier n’a pas dit son dernier mot : « Si on arrive à vivre 100 ans, déclarait-il en mai dernier sur France 2, on ne va pas continuer à avoir la retraite à 60 ans, il va bien falloir que d'une manière ou d'une autre ça s'ajuste. Dans beaucoup de pays, c'est la voie qui est choisie. » Comme quoi, sur les grands projets, pour les grandes idées, le directeur du FMI peut se soucier de politique intérieure…

21 avril 2002 :
la strauss-kahnisation de Jospin

Avant d’entrer à Matignon, Lionel Jospin le sermonnait : « Ne répète pas ce que te disent les patrons », lui reprochait de « baigner dans le patronat », s’agaçait de ses dîners en tête à tête avec le CAC 40.

Mais aussitôt chef du gouvernement, il en fait son « conseiller particulier » : « Le Premier ministre écoute beaucoup le ministre des Finances, le consulte chaque jour en dehors de sa sphère de compétence, sur tous les dossiers : DSK a même à Matignon un petit ‘réduit’ discret qui lui évite de faire des aller et retour à Bercy » (Le Point, 13 juin 1998). Et que lui répète alors le « réaliste », le « pragmatique » Dominique Strauss-Kahn, sur Vilvorde, sur Michelin, sur l’Europe ? Que « les marges de manœuvre sont très faible »<, qu’ « il n’y a pas d’autre solution », etc. Alors qu’une tentative de transformation réclame toujours, à gauche, une confrontation au monde, aux forces d’argent, à leurs médias, aux intérêts des élites, aux diplomaties conservatrices, Lionel Jospin « écoute » l’homme qui, dans son entourage, accepte pleinement cet ordre des choses – et lui recommande la même acceptation.

D’où une métamorphose que raconte, surpris, Le nouvel Economiste, au printemps 1999, titrant « Jospin le libéral » : « C’était mardi 6 avril, devant l’auditoire très select de la Fondation Saint-Simon. Lionel Jospin était venu s’expliquer sur ses conceptions économiques : ‘J’ai évolué, a-t-il avoué ce jour-là. Sur certains sujets, je me suis étonné moi-même. J’ai découvert que la réalité était plus complexe que je ne le croyais.’ Au lendemain de l’élection présidentielle, quand il n’était que premier secrétaire du PS, devant ce même aéropage très gauche caviar, il était au contraire apparu comme le tenant d’une gauche frileuse hésitant à bousculer les dogmes, accrochée au secteur public, aux nationalisations et au volontarisme d’Etat. Lionel Jospin passait alors pour un archéo, un brin sectaire, brouillé avec les lois de l’économie de marché. Parpaillot affichant son mépris pour l’argent, à mille lieues des entreprises, des affaires, des sphères de la finance. Il y a trois ans et demi, devant les saint-simoniens, Lionel Jospin était mal à l’aise, tendu. Mais le 6 avril, il est apparu rayonnant, affichant sans complexes son pragmatisme de gauche, devant la crème de l’establishment, au cœur du temple de la pensée unique. »

« Mon programme n’est pas socialiste », proclamerait bientôt le gentil Lionel pour lancer sa gentille candidature à la présidentielle. Et il refuserait de rencontrer les salariés de Lu, un peu trop vindicatifs, trop virulents. Et il ne prononcerait pas une fois le mot « ouvrier », trop archaïque, d’après ses gentils communicants. Ouvrant un boulevard à gauche pour une myriade de méchants contestataires, et faisant largement fuir l’électorat populaire vers le méchant Le Pen…

Source : Hebdo Fakir
http://www.michelcollon.info/Les-sept-peches-capitaux-de.html
2 décembre 2010
François Ruffin.
.
.
Droite, Gauche :
Pour le Liesi,
2 partis collabos du mondialisme

(..) Certains signalent ce matin que l’Elysée et le Quai d’Orsay chercheraient le moyen d’évoquer une « immunité diplomatique ». Si cette information se vérifie, elle ne ferait que confirmer la connivence entre les deux principaux partis français « collabo » du MONDIALISME, cette machine à broyer les Etats nations, à créer des chômeurs en pagaille, à imposer sa religion démoniaque (la démo(n)cratie), à détruire les bases morales de la familles, etc. (..)
.
.
Au fait, je me suis demandée ce qui se serait passé
si ces "choses" étaient arrivées alors que DSK
était à la tête de la France ?
La France aurait eu bonne mine...
surtout avec l'immunité !
(note d'eva)

h-20-2498093-1305655258.jpg

François Hollande "grillé" ?

.

L'affaire Tristane Banon peut elle nuire

à la candidature de François Hollande ?

.
.
Tristane Banon envisage de déposer plainte contre Dominique Strauss-Kahn.

L’affaire remonte à 2002. Lors d’une interview que lui avait accordée DSK, Tristane Banon aurait été victime d’une agression sexuelle.

Selon les journalistes présents hier sur le plateau de "Ce soir ou jamais", Laurent Fabius et François Hollande étaient au courant de l'affaire et ont contacté la mère de la jeune femme (Anne Mansouret) régulièrement. Sa fille renoncera à porter plainte.

Même si la non-dénonciation de délit n'est pas constituée dans ce cas, François Hollande peut il maintenir sa candidature dans ces conditions et dans la perspective d'un procès ?

Dans leur livre Sexus Politicus, publié chez Albin Michel, Christophe Deloire et Christophe Dubois racontaient déjà, sans donner son nom, qu’Anne Mansouret avait eu l’occasion de s’expliquer avec DSK, lequel avait invoqué ’une banale tentative de séduction’, et que François Hollande était intervenu pour calmer le jeu.
.
http://www.lepost.fr/article/2011/05/17/2498096_l-affaire-tristane-banon-peut-elle-nuire-a-la-candidature-de-francois-hollande.html
.
http://tchadonline.com/wp-content/uploads/2008/11/fmi3.jpg
http://tchadonline.com/wp-content/uploads/2008/11/fmi3.jpg
.
.
Gouvernance globale
.
Dominique Strauss-Kahn,
l’homme de « Condi » au FMI
.
Thierry Meyssan
Dominique Strauss-Kahn est un homme aimable et cultivé. Il s’est construit une image positive d’homme de gauche soucieux du bien être des plus démunis. Mais alors, comment est-il devenu directeur général du Fonds monétaire international, l’organisation internationale qui a institutionnalisé le pillage des pays du Sud ? Thierry Meyssan répond en révélant tout ce que la presse mainstream vous a caché depuis des années sur les relations de DSK avec les États-Unis.
.
.
extraits: (..) La même année, il (DSK) contraint un expert du Parti socialiste, Pascal Boniface, à démissionner. Ce spécialiste en relations internationales a eu le toupet de souligner que le soutien aveugle du parti à Israël est idéologiquement incohérent et électoralement contre-productif alors que le PS doit ambitionner de réunir derrière lui les six millions de Français de culture arabe.

En outre, Dominique Strauss-Kahn pilote la création du Cercle Léon Blum, au sein du PS, dont l’objectif est de veiller au soutien du parti au mouvement sioniste.

En 2004, il déclare lors d’une interview sur France-Inter : « Je considère que tout juif de la diaspora et de France doit apporter son aide à Israël. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est important que les juifs prennent des responsabilités politiques. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, à travers l’ensemble de mes actions, j’essaie d’apporter ma modeste pierre à la construction d’Israël. » [8]

En 2005, il lance les clubs « À gauche en Europe » (AG2E) en faveur du « oui » au référendum d’approbation du projet de Traité constitutionnel européen. Il travaille alors en lien avec le Policy Network (Grande-Bretagne) et la Fondation Friedrich-Ebert (Allemagne). Mais les Français votent « non ».

En 2007, alors que l’écrivain Claude Ribbe ouvre un débat sur les conséquences sociales actuelles de l’esclavage et de la colonisation, DSK participe activement à la création du Conseil représentatif des noirs de France (CRAN), une organisation qui bénéficie de conseils techniques de spécialistes israéliens et reproduit le modèle du Conseil représentatif des juifs de France (CRIF) [9]. À défaut de trouver un écho parmi les noirs de France, cette initiative sera une réussite médiatique, comme l’avait été quelques années plus tôt la création de SOS Racisme pour stopper la structuration des beurs.

Lorsque s’ouvre la compétition au Parti socialiste pour désigner le candidat à l’élection présidentielle de 2007, Dominique Strauss-Kahn apparaît à la fois comme le candidat le mieux placé face à son rival déclaré, l’ancien Premier ministre Laurent Fabius, et comme le candidat officiel des États-Unis pour la gauche française.
Ainsi, il donne un entretien à la revue néo-conservatrice Le Meilleur des mondes, dans lequel il brocarde la politique arabe de la France et plaide pour un rapprochement avec Washington et Tel-Aviv [10].

Tout semble réglé à l’avance. Les cotisations d’adhésion au Parti socialiste ont été réduites à un montant négligeable de sorte que les quelques milliers de membres de parti lambertiste ont pu acquérir des cartes, juste pour participer au vote de désignation interne du candidat. La manœuvre a été organisée par le lieutenant de DSK, Jean-Christophe Cambadelis, lui-même ancien dirigeant de ce parti et que nous avons déjà présenté à propos de ses relations avec la CIA.
Pourtant, contre toute attente, c’est un outsider, Ségolène Royal, qui est désigné. C’est qu’à Washington on a un autre projet : placer Nicolas Sarkozy à l’Élysée. Pour cela, il convient d’installer face à lui un concurrent peu crédible. En échange de son retrait silencieux, DSK sera largement récompensé par la direction générale du FMI. (..)

 

.

http://www.voltairenet.org/article151921.html#article151921

 

.

.

FRANCAFRIQUE

 

Noir silence "Il y a comme une chape de plomb encore plus lourde qu’avant. C’est pourquoi nous avons écrit Noir silence"

.

arton1154-b771a.png

.

Il existe un pays où, depuis son palais, le chef de l’Etat recrute librement des mercenaires et pilote des guerres civiles sur un autre continent.
Ce livre donne des noms, des dates, des témoignages.

Il existe un pays qui attise les conflits ethniques et déverse des armes sur des régions à feu et à sang, pour rester maître du seul vrai pouvoir : l’argent.
Ce livre raconte ses crimes sans tribunal.

Il existe un pays qui, pour défendre ses intérêts, autorise ses services spéciaux à s’allier, en terre étrangère, avec les réseaux mafieux et les milices d’extrême droite.
Ce livre recoupe les enquêtes en France et à l’étranger pour démonter l’engrenage.

Il existe un pays où un candidat à l’élection présidentielle, deux fois ministre de l’Intérieur, peut s’appuyer, en toute impunité, sur les circuits des casinos et des ventes d’armes.
Ce livre donne des clés pour comprendre son ascention et son pouvoir.

Il existe un pays qui, loin de ses frontières, truque des élections et couvre l’assassinat de ses propres coopérants.
Ce livre permet de comprendre la logique de ce monde absurde.

Ce pays, c’est la France.
Le continent humilié, c’est l’Afrique.
Leur liaison incestueuse, c’est la Françafrique.

Comment en finir avec un aussi noir silence ?

 

Ph. G.

 

Qu'importe, n'est-ce pas ! En France, nous allons bientôt avoir un heureux événement !

Si c'est un garçon, peut-être un Nicolas Sarkozy V !  Youpi !   icon_confused.gif  eva

 

.

Partager cet article

Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 14:45

http://idata.over-blog.com/3/30/36/35/Le-Monde-geopolitique-actuel.jpg

http://idata.over-blog.com/3/30/36/35/Le-Monde-geopolitique-actuel.jpg

.

Hier stats R-sistons, visiteurs uniques :

  • 10 094 pages vues 
  • 4 307 visiteurs uniques

 

 

http://www.hist-geo.com/contact/statique/imgr/ww2/p/yalta-churchill-roosevelt-staline-190x143.jpg

http://www.hist-geo.com

 

 

Introduction à cette parution

Un nouveau monde en préparation

 

par eva R-sistons

 

 

Au menu de cette parution,

je choisis de vous envoyer ces articles

sur la situation géo-politique internationale

qui risque de changer.

 

Après les révolutions arabes fomentées

par les tenants du Nouvel Ordre Mondial

pour aligner tous les pays sur leur idéologie totalitaire

- des indépendants comme Gbagbo ou comme Kadhafi

en réalité très respectés dans leur pays (1)

(et) (ou) dans ceux attachés à la libération de leur peuple (2),

étaient un obstacle aux visées de l'Empire

soucieux d'étendre son hégémonie sur le monde entier - ,

après les révolutions de couleurs

et la désintégration de la Yougoslavie,

voici venue l'heure de l'Asie.

Naturellement,  le tour de la Chine arrivera ensuite.

 

L'Iran va-t-il être bombardé par Israël ?

Probablement pas.

Trop de dommages collatéraux pour Israël

et même pour ses alliés,

notamment dans le Golfe persique.

Il semblerait que le Mossad change de stratégie :

Assassinats ciblés de scientifiques iraniens

(ce qui est un acte de terrorisme),

ou sabotages en particulier informatiques.

 

Mais on s'orienterait vers une attaque

des pays amis, Liban ou Syrie, pour les neutraliser

avant de s'en prendre à l'Iran.

 

Et surtout, c'est maintenant l'Asie qui est visée.

 

Personnellement, je ne serais pas surprise

d'apprendre que le Japon aurait été, en effet,

ciblé par les Anglo-Saxons,

le nouveau gouvernement prenant ses distances

avec Washington et ses alliés;

et par sa puissance, cet Etat constituait une menace

pour les intérêts de l'Empire.

D'ailleurs, la culture japonaise

est très éloignée de l'anglo-saxonne :

Empreinte de respect pour la famille,

soucieuse de perpétuer les traditions

de solidarité et de politesse.

Et les Japonais, surtout les puissants Samouraïs,

sont très incommodés par les plans de l'Empire.

 

Voici donc l'Asie sur la sellette,

pour la soumettre comme les pays arabes.

En attendant la grande confrontation

à laquelle se préparent la Chine

et la Russie, cette dernière se dotant d'ailleurs

d'abris nucléaires perfectionnés pour sa population.

 

Le monde est dangereux.

Le monde est une poudrière.

Par la faute d'un Occident

arrogant, dominateur, prédateur, criminel.

Il est temps de ne plus polariser notre attention

sur les pseudo attentats terroristes,

et d'identifier le vrai ennemi des peuples :

Le terrorisme d'Etat,

des Etats anglo-saxons et de leurs alliés,

israéliens d'abord, ensuite, désormais,

européens, puisque l'Europe a été en réalité

créée pour servir les intérêts militaires de l'Empire

et ceux de la haute finance.

 

Les deux se confondent: Ils ont pour nom

le Nouvel Ordre Mondial.

Encore et toujours !

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Nouvel ordre Mondal, Empire, occident,

Anglo-Saxons, israël, Europe, Japon,

Asie, révolutions arabes, Yougoslavie,

Liban, Iran, Syrie, finance, terrorisme d'Etat,

Samouraïs, Mossad, Golfe Persique, Gbagbo, Kadhafi

 

 

(1) La Côte d'Ivoire s'est scindée sous l'action de la France et de ses alliés anglo-saxons (2002..), puis Ouattara le valet du FMI a pris le contrôle du pays

 

(2) Ex : « Le colonel Kadhafi est un homme hautement respecté dans son pays et en Afrique. Ce respect n’est pas lié, comme aiment à le clamer les langues chagrines, aux pétrodollars, mais à ses actions. Il a été de tous les combats de libération des peuples » Calixthe Beyala in http://embassy-finder.com/fr/libya_in_manama_bahrain

 

 

Je vous recommande vivement deux blogs :

 

http://www.microsofttranslator.com/Default.aspx?ref=IE8Activity

(pour vos traductions)

 

http://embassy-finder.com/fr/

La source la plus précise pour des informations sur des ambassades
.
.
.
L'Asie prochaine proie de l'Empire ?
Les scénarios du chaos futur

http://www.cartemonde.net/carte-geographique/carte-asie.jpg

http://www.cartemonde.net/carte-geographique/carte-asie.jpg

Ordo Ab Chaos en vue sur le 9ème bloc / Asie du sud, Corée inclue ?

.


.

Note : le bloc 3 est aussi concerné, le Japon étant en train de sombrer (note d'eva: Je suis sûre que cela rentrait dans les plans du Nouvel Ordre Mondial) et la Corée se situant aussi dans la ligne de mire du CSIS et du GIC. Cet article est une première approche.

Visiblement nos “chères” sociétés philanthropiques nous prévoient quelques pépites du côté sud asiatique. Des plans de mesures, des exercices de simulation de crises majeures, et des visites diplomatiques ont eu lieu et sont en cours, par le GIC et le CSIS, qui ne sont certainement pas les seuls. Pour rappel, ces clubs de pignole cérébrale sont gérés par nos amis Soros et Brzenzinski (entre autres)… Il faut retenir une chose vraisemblablement, c’est que dans le cadre de l’avènement du polycentrisme du nouvel ordre mondial, il faut garder à l’esprit que la dialectique hégélienne est toujours d’actualité, et que, comme d’habitude, c’est l’élite qui se charge de piloter les différents camps (voir aussi Sutton). Ainsi le Sud se l’Asie semble sur le point de passer à la casserole via les catastrophes et les actes terroriste (terrorisme d’état s’il faut préciser) et la volonté de “démocratisation” des états concernés.

Il semblerait qu’une volonté de nuisance à l’autonomie des nations, ou du moins ce qu’il en reste, dans la localité du bloc 9, selon les écrits du club of Rome, soit donc en cours d’application. Le bloc 9 est composé de L’inde et d’autres nations au sud de l’extrême Orient, à l’exception de la Chine qui en forme un à elle seule (la Chine étant le dixième).

 

–Le GIC : bloc 9 et bloc 3

images?q=tbn:ANd9GcQLDVhFXEj3sNwPjDcNjoQ

On note que les think tanks tournent désormais leurs regards vers l’extrême orient. En effet Tony Cartalucci nous explique que l’ICG est en propagande en Thaïlande (Thailand: The Calm Before Another Storm?), et évoque surtout la possibilité d’un retour d’incidence en Thaïlande, et s’attelle aussi à des analyses de crises de nombreux pays de l’Asie. Le GIC émet encore la remise en question du processus électoral du Pakistan, comme quoi il va sûrement falloir “démocratiser” le Pakistan dans la version néocolonialiste que nous connaissons , comme nous le voyons à l’heure actuelle en Libye (?)…

~ Le GIC et la Corée :

Le 7 mars, les pantins décérébrés de l’ultra rationalisme mondialo-nocif émettent aussi une curiosité concernant la Corée. Ainsi, on constate que les exercices de simulation de crise font monnaie courante dans de nombreuses nations pour une collaboration des membres de la « régions-monde » donnée, dans le cas présent : l’Asie de sud et la Corée.

Daniel Pinkston le 7 mars 2011 : «les États-Unis et la Corée du Sud ont commencé deux manœuvres militaires combinées. Key Resolve, un exercice de poste de commande qui se déroulent surtout à des simulations par ordinateur, a débuté officiellement le 28 Février et est prévue pour durer 11 jours. Foal Eagle, un exercice sur le terrain, a également commencé le 28 Février et durera jusqu’à la fin avril.» Ces exercices consistaient donc à maitriser les masses et piloter les autorités, l’informatique de gestion. On retrouve des relents de création d’état major d’urgence (et ce comme d’habitude, à la sauce Ad Hoc) comme le pratique la FEMA ou l’Eurogendfor (rappelez vous l’EGEX 06 pour l’Europe), à quelques nuances près.

~ Le GIC et le Bloc 9

Le GIC se prépare aussi pour le Sri Lanka, toujours avec des termes roses bonbon, alors que ce pays a subit un génocide. Le GIC, en bref, appelle à l’investissement de la communauté internationale, surtout à l’investissement des nations telles que l’Angleterre et les états unis. Selon le groupe, il se déroulera en fin mai une conférence de l’armée sri-lankaise pour “Vaincre le terrorisme”…

Le GIC s’intéresse aussi au Népal, au Cachemire, au Bangladesh, etc etc… La bande à Picsou/Soros est donc de préparer le terrain.

Il y a peu, on note que les meanstream s’axent sur l’Asie faisant intervenir des organismes tels que tel que le CFR, le Brooking et autres (voir les liens fin d’article), et l’OTAN explique la nécessité de prises de décisions concernant l’intensification de la sécurité alimentaire de l’Asie…Une pénurie alimentaire à venir dirait-on…

Le GIC en fin mars sur le Pakistan :«Des élections crédibles, toutefois, exigent beaucoup plus que des réformes structurelles.(…)La violence politique et les conflits ethniques pourraient être déclenché dans tout le pays par un recensement, le charcutage vicié et des élections truquées.(…) Les donateurs et les capitaux occidentaux devraient immédiatement transférer leurs programmes et plaider en faveur d’une transition politique sans heurts, plutôt que d’attendre la saison des élections pour commencer. ».On sent bien derrière ce dialogue altruiste (les bisounours n’ont qu’à bien se tenir) que le placement des pions au sein de la CEP (commission électorale du Pakistan) est fortement désiré, quant à la volonté de faire cela sans heurts, nous verrons…

 

–Le CSIS : bloc 9 et bloc 3

«Il n’y a jamais eu un aussi grand besoin d’une attention politique sérieuse et durable sur l’Asie du Sud à Washington. »

~ Le CSIS et l’Asie du Sud :

Le CSIS a un programme concernant l’extrême Orient, alias bloc 9 dans la philosophie région-mode arborée par la clique mondialiste pailletée. Dans ce programme, on voit que le «grand sauveur Obama» est cité comme étant le premier président pacifique se rendant en Asie du Sud en novembre 2009 : «Le président a fixé des attentes élevées. Cela souligne la nécessité d’une compréhension plus complète de l’Asie du Sud et de ce que signifie les intérêt américains. Rejoignez-nous et de s’engager dans le dialogue.». Difficile de faire plus explicite, en somme, «on pense à vous, vous générez du pognon». Quel fantastique altruisme de ce think tank….

D’une part nous voyons l’extrême orient dans le girond mondialiste avec la preuve géographique du dernier sommet de l’OTAN, d’autre part nous constatons donc une volonté des penseurs mondialiste de maîtriser, de promouvoir, d’afficher la main mise. La pieuvre nous montre toujours plus ses tentacules.

Les objectif apparents émis par le CSIS :

Accroître le niveau de l’accent sur l’Asie du Sud à travers l’éducation; éclairer et faire en sorte que les questions régionales et des dirigeants soient plus accessible; élargir la base des parties actives et intéressées engagées dans le dialogue politique en Asie du Sud; développer une solide base de recherche fondée sur la connaissance d’encourager le dialogue politique dynamique et soutenir le processus d’élaboration des politiques; attirer dans le monde des chercheurs les plus talentueux et compétents et des penseurs de contribuer aux études du SCIS sur le sud de l’Asie.

~ Concernant “ce qu’il reste du troisième bloc” :

Les USA ont déjà quelques accords qui concernent quelques milliards de dollars avec la Corée du sud, concernant le libre échange entre les deux nations. Dans un article de 2007 la monde diplomatique donne le chiffre de 70 milliards de dollars -dollar qui va mourir- par ans.

Le docteur Steven est relayé par le CSIS un think tank qui est au service des mondialistes, de l’OTAN, selon ces termes :

Thursday, May 19, 2011 | 12:00 pm – 2:00 pm

«S’il vous plaît joignez le président du CSIS-Corée pour une discussion avec ce démographe de renommée mondiale. Elle présente son parcours en rupture avec les recherches en cours : “les préoccupations politiques d’une faible fécondité pour un plan militaire et le soin aux personnes âgées de la Corée du Sud ». Les recherches du docteur Steven s’adressent aux forces qui façonne le trend démographique de la Corée du Sud et les conséquences militaires des planifications politiques. Le taux de natalité de la Corée du Sud a l’un des taux de natalité les plus bas au monde, et le vieillissement de la population aura un impact négatif sur le recrutement de jeunes hommes pour les forces armées. Cela conduira à une armée amaigrie à un moment ou cela pourrait poser un risque pour la Corée du Sud.» http://csis.org/event/demographics-korean-security

Le Docteur Steven : http://explore.georgetown.edu/people/stepheel/

Un intérêt soudain apparaît donc de la part du CSIS concernant une stratégie militaire en péril de la Corée du Sud.

Relevons la citation suivante : « à un moment ou cela pourrait poser un risque pour la Corée du Sud. » En conséquence, il semble que le contingent sud-coréen aie, ou soit en voie d’avoir, un besoin d’effectif, et que ces effectifs viendrait à manquer au moment ou une attaque surviendrait. Notez que cette petite phrase suggère de manière sous-jacsente que des modifications de la stratégie de recrutement militaire semblent donc incontournables dès lors, puisque le «moment» de l’attaque doit être paré. En d’autre terme, il faut que les coréens du sud -qui sont donc en collaboration avec les USA- fassent des petits pour servir de chair à canon… Une chair à canon qui semble être un outil à venir selon les clubs «bien pensants».

~ Retour sur le bloc 9 :

Comme par hasard, cette demande du docteur Steven est émise après l’explication d’un programme de gestion de crise dans un cadre régional et multilatéral de l’Asie du Sud. Ainsi on retrouve cette connotation de chaos, dont la réponse sera la fameuse région-monde, une structure constituante du nouvel ordre. La loi maçonnique montre ouvertement ses œuvres. Le programme C3 ( Program on Crisis, Conflict, and Cooperation : dans l’onglet South Asia du site) prévoit trois volets d’approche :

–L’approche stratégique pour la gestion des crises et des risques de catastrophe et d’aide humanitaire;

– La gouvernance pour la stabilité dans un environnement complexe;

–Une coopération habile multilatérale;

http://vimeo.com/21154911

 

Tout ce blabla bien formé, pour faire valoir le “bénéfice” du  nouvel ordre, fait clairement comprendre l’instauration d’un chaos à venir qui est bien expliqué en conclusion : «L’objectif de l’habile multilatéralisme est de mieux comprendre les organisations internationales et les processus multilatéraux, et de formuler des recommandations sur la façon dont, à travers eux, les décideurs américains peuvent répondre plus efficacement aux problèmes mondiaux et de réaliser les intérêts américains dans un environnement de plus en plus multipolaire.»

Comme il en a été fait allusion sous des termes masqués, le dernier sommet de l’OTAN a très clairement léché les bottes de l’Inde, qui est en fait le pilier du neuvième bloc. L’Inde est très performante dans le cadre de l’innovation et de la recherche. Il est clair que celle ci est amenée à avoir un rôle important dans de la multi-polarisation du nouvel ordre. Ainsi, quelques mois plus tard, nous voyons ceci sur le site officiel des sbires du CSIS : «(May 13, 2011) Les relations entre les États-Unis et l’Inde ont gagné en profondeur et de l’ampleur à un rythme rapide au cours des dernières années, et ont encore avancé par la visite du président Obama en Inde Novembre dernier. Économiquement, politiquement et stratégiquement, les deux nations sont des partenaires essentiels aux intérêts de plus en plus étroitement liés en Asie et au-delà. Le CSIS a été rejoint par le Sous Secrétaire Blake pour un aperçu de la relation actuelle et les perspectives pour une amélioration continue des relations bilatérales.» En même temps, on voit l’Inde qui intensifie aussi avec la Chine, qui soutient la demande de l’Inde à l’obtention d’un siège au conseil de sécurité.

 

monde-10-r%C3%A9gions1.jpg

–Conclusion

Que dire de plus si ce n’est que la constitution des blocs politiquement unifiés entamée par une vague de révolutions fabriquées de toute pièce par cette même élite, est en pleine avancée. On voit que l’Euro-monde est vu comme une bible par les européistes, que l’Afrique Subsaharienne prévoit aussi une fédération Africaine pour 2015, il fallut bien que reste suive, pour preuve, l’Inde a aussi prévu une nette intensification des relations économiques sino-indiennes, et ce malgré des apparences de reproches. On objectera que la date de l’année 2015 semblerait même un tantinet éloignée, lorsque l’on voit toute la propagande de l’ordo ab chaos que la masse se prend dans les gencive, sans mot dire, le tout accompagné d’un chaos général physiquement grandissant. Dans l’expectative nous pouvons nous demander si, entre les catastrophes climatiques et environnementales qui ont un arrière son d’un chant de “haarpies”, l’après Ben Laden qui va occasionner des conflits pour un martyre qui fut embauché par Bush, on ne retrouve pas des notions de cette bonne vieille dialectique hégélienne qui a par application provoqué la guerre froide, et qui semble s’ébaucher par une comédie théâtrale conflit sino-américain, qui favorisera le tiers-mondisme global, ainsi que la continuité de la manipulation du -selon l’expression mondialiste- monde arabo-musulman. Une autre coïncidence, l’Inde déclare le Pakistan comme étant un sanctuaire du terrorisme dans un article 2 mai dernier, et les USA semblent confirmer cela par la voie des médias courants. Voilà qui est clair, lorsque l’on palpe les mouvements en cours sur le Pakistan.

 

Lire : Le Pakistan sera t-il ajouté sur la liste des pays constituant « l’axe du mal » ? (LIESLI)

http://landdestroyer.blogspot.com/2011/05/globalist-theater-pakistan-arab-spring.html (Ld)

http://landdestroyer.blogspot.com/2011/05/globalists-self-aggrandizing.html (Ld)

http://landdestroyer.blogspot.com/2011/05/pakistan-us-has-overstayed-welcome.html (Ld)

A suivre.

http://infoguerilla.fr/?p=9819#more-9819

http://storage.canalblog.com/97/26/794390/62969619_p.jpg

http://faitesmoirire.canalblog.com/archives/2011/03/21/20684826.html

 

 

Libye
Sarkozy précipite le monde dans l'inconnu
Par Y.Mérabet

 

Libye : Sarkozy précipite-t-il le monde dans l'inconnu ?

 

.

.

 

Moyen-Orient: Les cartes redistribuées

Nouvelles alliances - Iran attaqué ?

 

http://membres.multimania.fr/wotraceafg/nucleaire_iran.jpg

http://membres.multimania.fr/wotraceafg/nucleaire_iran.jpg

 

 

Ibrahima Koutou

17 mai 2011

 

Le nouveau monde
Israël dans le giron
du nouveau monde moyen-oriental
Par Y.Mérabet

 

Le Mossad, l’organisation des renseignements israéliens la plus secrète de l’État d’Israël, devient de-facto le porte-parole officiel du gouvernement. Meir Dagan, son ancien responsable jusqu’en décembre 2010, s’exprime de manière régulière face aux médias et son devoir de réserve implique que les dirigeants israéliens cautionnent certainement ses propos. En dépendant directement du premier ministre, il occupait un rang de super ministre, en faisant de lui le deuxième personnage du gouvernement. Sa position à l’égard de l’Iran n’a jamais été figée et elle a évolué en fonction des circonstances politiques du moment et des faits probants portés à la connaissance de l’opinion internationale.
En janvier 2006, il avait exposé, devant la commission de la défense de la Knesset, ses prévisions apocalyptiques sur le Proche-Orient. Il avait alors soulevé le problème du réarmement à outrance de la Syrie par l’Iran et avait qualifié la situation avec le Liban de « danger pour Israël » en raison des multiples transferts d’armes syriennes vers le Hezbollah.

Il caractérisait alors la situation d’explosive et Tsahal, n'a pas hésité de tenir au sérieux ses propos pour mener à la guerre du Liban de juillet 2006. Les résultats attendus par cette expédition ne furent à l'avantage des troupes du Hezbollah. Pour la première la première fois dans l'histoire des arabes, une milice ultra-religieuse infligea une défaite à Israël. Tsahal fut humilié et réduit à une petite armée,le mythe invincible est levé. Meir Dagan vise l'Iran cette fois-ci, il pousse les États-Unis et la communauté e européenne à contre-carré le programme nucléaire par mesure de rétorsion et se prépare même à bombarder les sites avec l'aide de l'Arabie Saoudite et l'Égypte.
Meir Dagan s’était à nouveau exprimé devant la commission en juin 2009 en évoquant le programme nucléaire iranien : « Si le projet ne rencontre pas d’obstacle technologique, les iraniens auront une bombe prête à l’emploi en 2014 ». Ils aspiraient selon lui à mettre en route plus de dix mille centrifugeuses d’ici 2012 et il prônait une action d’envergure avant la fin 2009 pour stopper le programme. Le gouvernement n’avait alors apporté aucun démenti à cette analyse mais les journalistes avaient interprété ces propos comme préfigurant une attaque militaire sans se douter qu’elle prendrait en fait une autre forme plus insidieuse.
Le chef du Mossad, Meir Dagan, était déjà convaincu que l’option militaire, souvent avancée , contre l’Iran n’était pas la meilleure solution pour empêcher la mise au point d’une arme nucléaire iranienne.
Israël ne pouvait pas envisager une action semblable à celle de septembre 2007 qui avait entrainé la destruction par l’aviation israélienne de l’usine nucléaire syrienne dans un site près de Dayr a-Zwar. Avec l’accord des américains, les israéliens avaient alors cherché à envoyer un message de menace à l’Iran qui l’a complètement ignoré. Cette éradication d’un site unique entrait dans les compétences militaires israéliennes mais les iraniens, qui avaient appris la leçon syrienne, ont disséminé leurs installations à travers tout le pays tout en créant, par diversion, des usines nucléaires civiles soumises au contrôle occidental.
Les israéliens ont effectivement hésité à frapper les sites de peur que ces derniers sont chargés en plutonium et des risques encourus par la sécurité de la région, ou la prolifération nucléaire atteindra des proportions plus dangereuses que celle de Fukushima. De toute façon, depuis que le réacteur nucléaire de Busher est en charge, d'éventuelles frappes israélites deviennent incertaines sinon impossibles.
D'autre par les répercussions d’une telle attaque sur l’action du Hezbollah et de tous autres groupes activistes de la région auraient réagi de manière brutalement et simultanément par une pluie de missiles sur Israël. Encore, ils étaient convaincu que l'Iran avec toutes ses raisons à riposter violamment avec des armes très avancées pour réduire la petite Israël en poussière.
Les silences de la Maison Blanche accréditaient l’idée qu’elle refusait à s’engager dans une aventure militaire et qu’Israël se verrait contraint d’agir seul . Des anciens du Mossad prévoyaient la guerre et des fuites bien orchestrées faisaient état de vols d’entrainement au dessus de Gibraltar pour préparer l’attaque. En prévision d'une attaque israélite sur l'Iran et l'embrassement infernale du bassin méditerranéen ou sont basés les 80% de la flotte des forces occidentales (OTAN et NATO), il devient impératif de libérer le contrôle des deux portes d'accès maritimes; le golfe d'Aden et le détroit de Gilbraltar (coté marocain).
Mais la plupart des analystes occidentaux et israéliens estimaient que l’attaque de l’Iran passait d’abord par la mise au pas de la Syrie et du Hezbollah. En fait, le Mossad avait bien pris la décision d’attaquer l’Iran mais le combat allait prendre une tournure moins militaire. Il décida d’utiliser des sous-traitants parmi l’opposition iranienne , bien implantée en Iran, pour organiser des opérations clandestines traduites par l’assassinat dans des attentats ciblés de plusieurs scientifiques impliqués dans les activités nucléaires. Il a aussi commandité les mystérieuses explosions qui ont eu lieu sur une base de missiles de Khorramabad le 16 octobre 2010.

La première attaque d’Israël sur l'Iran a bien eu lieu en septembre 2009 mais sous forme cybernétique à l’aide du virus Stuxnet qui a rendu inutilisables près de 20% des centrifugeuses iraniennes. C'est encore une leçon apprise par l'Iran pour prévoir une protection efficace ses installations nucléaires, 50% du contrôle informatique fut remplacé par le manuel.

Il se pourrait que le code qui a été introduit dans les ordinateurs iraniens est encore actif et, grâce à des fonctions dormantes, ses effets néfastes lui permettent d’évoluer et de commettre d’autres attaques. Cette désorganisation des moyens de contrôle des centrifugeuses à poussé les russes à demander le report de la mise en service de l’usine de Bushehr qui vient de reprendre ses activités dans la deuxième quinzaine du mois mai 2011, une fois que les réserves iraniennes fussent levées .

Israël, convaincu de la réalité du nucléaire iranien, se rétracte

Meir Dagan avait ouvertement estimé en janvier 2011 que le sabotage des installations iraniennes avait porté ses fruits et sous estimer la vigilance des iraniens. Il avait assuré, devant la commission de la défense de la Knesset, que le programme nucléaire de Téhéran avait pris un retard de « plusieurs années ». Il est encore sorti de sa réserve le 6 mai 2011, à l’Université hébraïque de Jérusalem, en évoquant l’éventualité d’une frappe militaire contre les installations nucléaires iraniennes. Il a radicalement repoussé une telle éventualité comme étant « la chose la plus stupide que j’ai jamais entendue »
Il a ainsi confirmé les difficultés de distinguer les infrastructures nucléaires civiles des usines militaires. Par ailleurs, venant d’un officier qui a été à la tête d’une officine qui a souvent commandité des actions réprouvées par le droit, il a usé d’une argumentation juridique pour étayer son propos : « L’AIEA contrôle les installations civiles pas les secrètes. Une frappe sur ces installations serait manifestement illégale au regard du droit international ».

Juste quelques jours avant le déclenchement de la "révolte arabe", le chef du Mossad, Meïr Dagan, a effectué une visite secrète en Arabie Saoudite.


 

suite sur mon blog d'info non alignées

sos-crise :

 

Moyen-Orient: Les cartes redistribuées. Nouvelles alliances. Iran attaqué ?

 

Ca commence :

Israël porte plainte à l'ONU contre la Syrie et le Liban

  .

 

 

octopus-copie.jpg  

 

 

.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/05/16/15c18a3e-7fea-11e0-ae9c-765696900207.jpg

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/05/16

DOCUMENT. Ce qui est reproché à Dominique Strauss-Kahn

 

LePoint.fr

.

 

 

Le tribunal de New York a décidé de maintenir DSK en détention, lundi. Voici les accusations qui pèsent sur lui (traduction Le Point.fr) :

"Le peuple de l'État de New York contre Dominique Strauss-Kahn (M62).

Le détective Steven Lane, matricule 03295 de la brigade de détectives de l'Unité spéciale de Manhattan, constate ce qui suit. Le 14 mai 2011, vers midi, à l'adresse 45 West 44th Street, dans le comté et l'État de New York, la plaignante a déposé plainte sur les chefs d'accusations de :

1. Acte sexuel criminel au premier degré (deux chefs d'accusation)
2. Tentative de viol au premier degré (un chef d'accusation)
3. Abus sexuel au premier degré (un chef d'accusation)
4. Séquestration au second degré - preuve par ADN admise (un chef d'accusation)
5. Agression sexuelle au troisième degré - preuve par ADN admise (un chef d'accusation)
6. Attouchement sexuel - preuve par l'ADN admise (un chef d'accusation)

L'accusé a tenté d'avoir, par la force, une relation sexuelle anale et orale avec une autre personne ; l'accusé

 

suite ici : Ce qui est reproché à Dominique Strauss-Kahn par le Tribunal de NewYork

 

 

http://1.bp.blogspot.com/_kM7MYnMA9rk/TS6c2wTlIfI/AAAAAAAAIv4/sNtWSybtENY/s1600/michel%2Bcollon.jpg

http://1.bp.blogspot.com

 

 

Les sept péchés capitaux de Dominique Strauss-Kahn - François Ruffin
Les « succès de ce modernisateur », point par point.

La Tunisie et les dictats du FMI : Comment la politique macro-économique entraîne la pauvreté et le chômage dans le monde - Michel Chossudovsky
Si seulement les recettes strauss-kahniennes contre la révolution étaient abandonnées...

Le FMI épaulé par la Commission européenne organise le pillage de la Grèce - Jérome Duval
Après l'Afrique et l'Amérique latine, le néolibéralisme s'attaque à l'Europe.

Strauss-Kahn ? Une catastrophe pour la gauche, et pour la France ! - Eva R-sistons
Ce qu'est le Fonds Monétaire International ? Et qui est ce DSK ?

Le FMI, DSK, la réforme des retraites et le gel des salaires - Ivan du Roy et Nadia Djabali
Ses projets pour la France ? Une politique de sous-développement.

Stéphane Hessel, je suis indigné par votre soutien au directeur général du FMI - Alain Vidal
Votre ami préconise des mesures à l'opposé du programme de la Résistance dont vous vous réclamez.

 

 


Partager cet article

Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 11:28

http://img.over-blog.com/500x375/0/13/58/83/NOLAN/dsk-la-meche-caricature-mais-oui-je-suis-de-gauche.jpg

http://hern.over-blog.com/article-k-67534587.html

Dessin de Flavien : http://flaviendessin.over-blog.com

Un de chute !

Je republie mon dossier DSK d'avril 2009 - tellement d'actualité !

et j'ajoute une petite conclusion à la fin

Quant au PS, "Dis-moi qui sont tes amis, je dirai qui tu es".

Libéral, atlantiste, sioniste, bling-blig

et prêt à tout pour le pouvoir !

Et c'est une ancienne du PS qui le dit, mais...

version Programme commun ! 

Dehors les imposteurs ! eva R-sistons

 

 

 

2n7iow7.jpg

http://laplote.over-blog.fr

Sommaire

D. Strauss-Kahn :

La crise est loin d'être terminée

Dossier DSK par eva

Non à une Gauche libérale,
oui à une Gauche authentique !

07-07-10-strauss-khan-sarkozy.jpg
http://www.leplacide.com/caricature-FMI:-Strauss-Kahn-le-poulain-de-Sarkozy-6711-11-economie.html

Selon Dominique Strauss-Kahn,
la crise est loin d'être terminée



Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn estime que la crise économique est loin d'être terminée.

"Malgré quelques clignotants au rouge et au vert (...), nous pensons que la crise est loin d'être terminée", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la veille de la réunion de printemps du FMI.

Il a dit s'attendre encore à "de long mois de problèmes économiques devant nous", malgré certains indices de stabilisation obtenus grâce aux plans de relance mis en place dans divers pays.

L'ancien ministre français de l'Economie a réaffirmé la prévision du FMI d'une reprise en 2010 pour peu que les politiques de relance soient mise en oeuvre de façon correcte.

"La bonne nouvelle est que nous croyons toujours que la reprise pourra avoir lieu au premier semestre 2010", a-t-il déclaré.

Les banques doivent nettoyer leurs bilans des créances douteuses accumulées pendant la bulle immobilière aux Etats-Unis, a-t-il prévenu.

"On ne peut pas parler de reprise avant d'avoir achevé le nettoyage du bilan du secteur financier", a-t-il dit. "Beaucoup a déjà été fait, mais pas suffisamment, pas suffisamment dans les vieilles économies avancées", a-t-il dit.

Les Etats-Unis doivent publier le 4 mai les résultats des tests de résistance (stress tests) qu'ont dû passer les 19 principales banques du pays, ce qui permettra d'évaluer leur solidité financière, notamment en cas de récession encore plus grave.

Cette mesure a pour but de restaurer la confiance dans le secteur, dont on attend qu'il se remettre à prêter tous azimuts pour relancer la machine économique.

Il a appelé les pays développés à davantage d'efforts pour assainir le système bancaire.


Alister Bull, version française Danielle Rouquié

http://fr.news.yahoo.com/4/20090423/tbs-economie-strauss-kahn-7318940.html


Anne-Sinclair-et-DSK.jpg
http://www.lepost.fr/article/2008/10/20/1293603_l-affaire-dsk-une-bonne-occasion-de-tapper-sur-royal.html

DSK,
par Eva
Non à une Gauche libérale,
oui à une Gauche authentique

Dominique Strauss-Kahn,
le grand libéral qui a sa carte au PS,
ne riez pas, c'est tragique,

Dominique Strauss-Kahn,
celui dont on  parle comme futur premier ministre de Sarkozy,
encore un futur traître comme Besson ou Kouchner.

Vous voulez mon avis ?
Il restera au PS, les yeux rivés sur la prochaine Présidentielle,
attendant son heure, son Destin,
l'objet de toutes ses convoitises
(quand il n'est pas dans les bras d'une femme,
car il aime tant et tant les femmes, le bougre !)

La Présidentielle pour assouvir ses ambitions,
et pour "libéraliser" (encore plus) le P.S.,
et pour mettre la France à la remorque d'Israël,

car ne l'oublions pas, selon ses propres dires
(j'ai cité ses propos dans ce blog),
sa préoccupation en se levant, tous les jours,
est : "Comment puis-je servir Israël au mieux" ?
Le Général de Gaulle aurait apprécié !

J'écoute en ce moment l'émission "A vous de Juger"
sur FR2 tenue par des néo-sionistes et à leur service,
et donc au service du Gouvernement vassal,
(même la Gauche invitée est là pour critiquer... la Gauche,
avec un libéral bon teint client du Bilderberg,
Manuel Valls, le trublion du PS qui rêve de tuer son parti)

Besson-Yago s'exprime, lui le traître,
comme Dominique Strauss-Kahn,
en parlant de "compétitivité"...
faisant de la planète un ring,
quel idéal pour la Gauche !

"A vous de juger", cette émission poubelle
met en avant l'idée de fin de clivage Droite-Gauche,
pour la populariser, comme c'est pratique pour le Grand Capital !
Plus de gauche de pouvoir, juste une gauche de protestation,
(en ignorant délibérément le Front de Gauche),
les mains libres pour en finir avec le modèle social,
et en avant le Capitalisme sans frein !

Strauss-Kahn se situe sur cette lignée :
Libéralisme, compétition, modernisation,
perte d'identité de la Gauche,
et de surcroît soumission totale, aveugle, à Israël,
(le pays de son coeur) pour lui permettre de diriger la France !

Cet homme-là, je l'ai rencontré, à Perpignan,
lors de la dernière campagne présidentielle,
en compagnie d'Olivier Ferrand son poulain,
et je lui ai parlé de l'AMI,
l'abominable Accord Multilatéral Investissement,
oui cette disposition qui offre les pays aux multinationales,
les enchaînant sur tous les plans,
je lui ai dit qu'il fallait coûte que coûte empêcher cela,
et il m'a répondu avec arrogance :
" Mais c'est la tarte à la crème, parlons d'autre chose ! ".

Eh oui, cet homme-là est au service du FMI qui étrangle les peuples,
il est un client assidu du Groupe de Bilderberg
qui étrangle les peuples,
il est un partisan du libéralisme financier qui étrangle les peuples,
et il est pour la vassalisation de la France à Israël,
ce qui signifiera la mise à mort de notre pays.

Alors, écoutons ce qu'il dit, certes,
puisqu'il est au FMI, aux premières loges,
mais ne lui faisons jamais confiance.
Il n'est pas notre ami, mais celui du grand Capital,
il n'est pas l'ami de la France, mais de l'Etranger,
très exactement des intérêts étrangers,
en l'occurrence de ceux d' Israël,
ce qui est intolérable.

Aucune voix ne doit jamais aller à cet homme.
Aucune ! Pas de Président au service
de la Haute Finance et de l' Etranger !

Qu'on se le dise .... et informons nos concitoyens
qu'il n'est pas l'homme qu'ils imaginent !

Au diable les Strauss-Kahn, les Besson,
les Kouchner, les Claude Allègre,
les Jack Lang, les Manuel Valls,
tous ceux qui pervertissent le socialisme,
et réclamons une Gauche authentique ! 

Le temps est venu d'achever le Capitalisme à terre,
et de lui substituer un Système
au service des Peuples, du Bien commun,
et adversaire de l'OTAN impérial !

Eva

arton1894565.jpg
Un outil indispensable à l'ouverture du débat 84 pages de révélations, d’analyses, le nouveau hors-série de l’Humanité, est disponible chez votre marchand de journaux

Une alternative pour l' Europe :
http://www.frontdegauche.eu/


TAGS : Strauss-Kahn, Besson, Kouchner, Lang, Valls, Claude Allègre, Haute Finance, USA, Israël, Médias, FMI, l'AMI, Bilderberg, Olivier Ferrand, PS, Front de Gauche, Libéralisme, Gl de Gaulle, FR2, A vous de Juger....



Tract-F-de-G-copie-1.jpg

Strauss-kahn, futur premier ministre de sarkozy ?

Publié par sceptix sur le blog panier-de-crabes, il y a 3 jours, 1 commentaire reçu

Strauss-Kahn, comme futur Premier ministre, écrit lundi l'hebdomadaire Le Point sur son site Internet. D'après le magazine, Sarkozy a évoqué l'idée avec Dominique Strauss-Kahn au cours d'une réunion à l'Elysée le 25 mars. "Je pense te mettre à Matignon", a déclaré Sarkozy au socialiste Strauss-Kahn, lui demandant s'il était ouvert à une telle éventualité. Strauss-Kahn aurait répondu qu'il était "ouvert" à la proposition, sans toutefois déclarer qu'il accepterait


ascension-DSK.jpg
http://sarkozix.canalblog.com/tag/dominique%20strauss-kahn

mardi  10 Juillet 2007

 FMI: Strauss-Kahn
le poulain de Sarkozy

Nicolas Sarkozy essaie d'imposer la candidature de Dominique Strauss-Kahn à la direction du Fonds monétaire international (FMI). Il a reçu lundi le soutien de plusieurs ministres des Finances de l'UE, mais d'autres candidats pourraient émerger pour ce poste, en principe réservé à un Européen.

Pour l'UMP, personne, "ni à gauche ni à droite", ne conteste que l'ancien ministre socialiste de l'Economie "a les compétences, la dimension" pour diriger le FMI. "J'espère que nous trouverons un consensus européen pour que nous ayons un Français, un Européen reconnu pour ses qualités et ses compétences à la tête du FMI", a déclaré Yves Jego, porte-parole de l'UMP.

Au PS, Stéphane Le Foll a estimé lundi que si Dominique Strauss-Kahn était candidat à la direction du FMI, ce serait "au nom de la France et des autres pays européens", et a appelé à ne pas y mêler "des problèmes de politique intérieure". Si DSK, dont le nom a été avancé par Nicolas Sarkozy, "est candidat" et s'il "fait consensus pour occuper un poste important au Fonds monétaire international, il n'y a bien entendu de la part du Parti socialiste aucune opposition de principe ou de fond", a expliqué le bras droit du premier secrétaire du PS.

La secrétaire nationale du PCF Marie-George Buffet s'est elle demandée si Dominique Strauss-Kahn serait prêt à "modifier profondément" les orientations de cet organisme. Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fonds monétaire international, "pour faire quelle politique?", a-t-elle demandé lors d'une conférence de presse. Pour conduire "la politique actuelle du FMI ou pour changer profondément les orientations de cet organisme, ce qui est réclamé par des pays en voie de développement depuis des décennies", a-t-elle ajouté


http://www.leplacide.com/caricature-FMI:-Strauss-Kahn-le-poulain-de-Sarkozy-6711-11-economie.html 



jpg_FMIStraussKahn-4bf5a.jpg

http://sarkozix.canalblog.com/tag/dominique%20strauss-kahn


L’univers social et politique
de M. Dominique Strauss-Kahn


Flamme bourgeoise,
cendre prolétarienne


D’un discours de Jean Jaurès - « C’est nous qui sommes les vrais héritiers du foyer des aïeux ; nous en avons pris la flamme, vous n’en avez gardé que la cendre. » -, M. Dominique Strauss-Kahn a emprunté deux mots. Ils servent de titre à son dernier essai (1). Mais, une fois passée la page de garde, les rémanences politiques du tribun socialiste assassiné en 1914 sont particulièrement rares. Sur ce plan, on accordera volontiers à l’ancien ministre des finances de M. Lionel Jospin le crédit d’une certaine franchise. Car son propos théorise la rupture du Parti socialiste à la fois avec son histoire et avec ce qui constitua longtemps une fraction significative de sa base sociale. Depuis vingt ans, la gauche de gouvernement a appliqué des politiques favorables aux hauts revenus, y compris ceux du capital (2). Peut-être était-il temps pour cette gauche, pas très à gauche, de passer enfin par pertes et profits les exploités, après avoir sacrifié leurs intérêts en accomplissant le « sale boulot de la droite ».

Ce n’est donc pas entièrement par hasard que M. Strauss-Kahn raille ceux de ses camarades qui auraient « toujours eu peur de ne pas être assez à gauche ». Son ambition - « bâtir une société pacifiée et harmonieuse » - lui impose en effet de débarrasser son parti de la « caricature » présentant ses militants comme « les ennemis absolus de l’entreprise ». Ici, l’un des termes choisis dévoile utilement un paysage idéologique « moderne » en diable : « l’entreprise » de M. Strauss-Kahn semble mêler indistinctement ouvriers, employés, cadres et patrons. Et c’est précisément lorsqu’il s’agit d’évoquer l’harmonie sociale à laquelle il aspire que l’ancien ministre se montre le plus intéressant. Partant d’un discours ultra convenu sur l’« inadéquation » de la vieille définition « marxiste » des classes sociales, qu’il juge exagérément binaire du fait de la « possession par les salariés - ou du moins par une partie d’entre eux - d’une fraction de plus en plus importante du capital - acquise grâce à leur épargne », M. Strauss-Kahn en vient au fond de l’affaire. C’est ce « groupe intermédiaire », ce « corps central prolétaire mais héritier » (sic) qui doit, selon lui, faire l’objet de toutes les attentions. Il y a un quart de siècle, M. Valéry Giscard d’Estaing faisait carillonner la même antienne dans son livre Démocratie française (3).

Trois raisons justifieraient autant d’égards. D’abord, ce « groupe intermédiaire », défini par M. Strauss-Kahn avec une imprécision stupéfiante (4), serait celui que « les évolutions de nos sociétés malmènent le plus. Cela ne signifie pas évidemment qu’il appartienne au groupe le plus malheureux ». On le voit, le distinguo est subtil entre ceux que l’évolution économique déstabilise et ceux qui ont le malheur pour état permanent. Pourquoi faudrait-il privilégier les premiers ?

On en vient ici au second motif des inclinations du dirigeant socialiste : « Cette partie de la population, dont le sentiment profond est qu’elle mène une existence toujours plus dure et toujours plus complexe, est le socle même sur lequel repose notre démocratie. » Fondée sur un désir prioritaire de « stabilité » sociale, l’analyse rappelle alors, volens nolens, les justifications du suffrage censitaire entendues au cours du XIXe siècle ; elle fait presque écho aux craintes que les élans populaires suscitaient chez des penseurs libéraux comme Tocqueville. De fait, pour M. Strauss-Kahn, « ce sont les membres du groupe intermédiaire, constitué en immense partie de salariés, avisés, informés et éduqués, qui forment l’armature de notre société. Ils en assurent la stabilité, en raison même des objectifs intergénérationnels qu’ils poursuivent. Ces objectifs reposent sur la transmission à leurs enfants d’un patrimoine culturel et éducatif, d’une part, d’un patrimoine immobilier et quelquefois financier d’autre part, qui sont les signes de leur attachement à l’“économie de marché” ».

Un tel « attachement » semble donc devenu le garant du caractère raisonnable de ce groupe intermédiaire. Il est également décisif sur le plan politique : « Les couches sociales regroupées dans le terme générique d’“exclus” ne votent pas pour (la gauche), pour cette raison simple que, le plus souvent, elles ne votent pas du tout. Au risque de l’impuissance, (la gauche) se voit dans l’obligation de trouver à l’intérieur d’autres catégories sociales le soutien suffisant à sa politique. » On comprend mieux alors que, face à la présidente du Rassemblement pour la République, Mme Michèle Alliot-Marie, M. Strauss-Kahn ait expliqué en janvier dernier : « Vous avez raison de dire que le souci que nous devons avoir pour les dix ans qui viennent, c’est de nous occuper de façon très prioritaire de ce qui se passe dans les couches moyennes de notre pays  (5).  »

Restent les défavorisés, les vrais prolétaires, désormais évacués sous le vocable d’« exclus ». Jean Jaurès s’en souciait ; aucun des partis « de gouvernement » n’en veut plus. Dans le fil de son ouvrage, M. Strauss-Kahn admet même la méfiance quasiment aristocratique que ces pauvres lui inspirent, eux qui n’ont à transmettre ni patrimoine immobilier, ni actifs financiers, ni « attachement à l’économie de marché » : « Du groupe le plus défavorisé, on ne peut malheureusement pas toujours attendre une participation sereine à une démocratie parlementaire. Non pas qu’il se désintéresse de l’Histoire, mais ses irruptions s’y manifestent parfois dans la violence. » Les gueux inspireront toujours de la méfiance.

Serge Halimi.

http://www.monde-diplomatique.fr/2002/03/HALIMI/16193


1) Dominique Strauss-Kahn, La Flamme et la Cendre, Grasset, 2002, 393 pages, 20 euros.

(2) M. Strauss-Kahn l’avait admis lui-même en précisant en 1997 : « En quinze ans, la part des salaires dans le produit intérieur brut français est passée de 68,8 % à 59,9 %. » Le ministre socialiste précisait alors que le chômage français « trouve sa source dans un partage de la valeur ajoutée trop défavorable aux salariés pour que les entreprises puissent bénéficier d’une croissance dynamique » (conférence de presse du 21 juillet 1997). Dans son livre, page 25, il estime à présent que « la redistribution est près d’avoir atteint ses limites, en même temps que certains de ses objectifs »...

(3) Fayard, 1976.

(4) Interrogé par le directeur de la rédaction du Monde dans une émission de la chaîne câblée du groupe Bouygues, M. Strauss-Kahn décrivait même ainsi ces nouveaux « prolétaires » : « Ce sont des tas de gens comme vous, comme moi. » (LCI, 19 janvier 2002.) En France, en 2000, 50 % de la population disposaient de moins de 6 722 francs par mois (1 025 euros).

(5) Pour cette citation et quelques autres du même type, lire Pour Lire Pas Lu, Marseille, n° 8, février 2002.

http://www.monde-diplomatique.fr/2002/03/HALIMI/16193

fille-du-FMI-DSK.jpg
http://www.lepost.fr/article/2008/10/20/1293471_affaire-dsk-connaissez-vous-la-fille-du-fmi.html.


Affaire DSK: connaissez-vous la fille du FMI?
MEA CULPA


DSK: "Je présente mes excuses. Je regrette beaucoup l'incident"
Le patron du FMI a envoyé un mail aux personnels de l'institution qu'il dirige, après la révélation publique de sa love affair.

http://www.lepost.fr/article/2008/10/20/1293471_affaire-dsk-connaissez-vous-la-fille-du-fmi.html

Le couple de l'année !
Ns-deux.jpg
dimanche 30 septembre 2007

Le FMI,
médecin malade

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2007-09-30-Le-FMI-medecin-malade  

L’élection, le 28 septembre, de M. Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fonds monétaire international (FMI) témoigne de la rencontre inattendue entre deux éclopés : une gauche européenne en faillite et une organisation financière internationale disqualifiée.


Il faut que le Parti socialiste (PS) soit dans un bien piteux état pour que l’accession d’un de ses dirigeants à la tête d’une institution qui sert d’instrument au capitalisme le plus doctrinaire puisse être présentée par M. François Hollande, premier secrétaire du PS, comme un motif de fierté particulier. D’autant que l’« élection » de M. Strauss-Kahn n’a rien de démocratique, les pays riches disposant de beaucoup plus de voix que les autres au sein du FMI (
1). L’Organisation mondiale du commerce (OMC) est déjà dirigée par M. Pascal Lamy. Ce sont donc désormais deux socialistes qui vont devoir promouvoir le libre-échange et le monétarisme... (2)


Mais le FMI est un médecin malade. La brutalité stupide des « traitements de choc » qu’il a infligés à nombre d’Etats en difficulté — dont l’Argentine, la Russie, les pays d’Asie du Sud-Est — ont fait de lui une organisation honnie dans le monde entier. Pour ne plus avoir à faire appel à ses « secours », les gouvernements préfèrent remédier par eux-mêmes à leurs douleurs financières ou solliciter l’aide de pays gorgés de devises comme la Chine, la Corée du Sud, le Venezuela. Mais dès lors que plus personne ne veut être un jour débiteur du FMI, les recettes que l’institution tirait des intérêts de ses prêts se sont écroulées. Au point qu’elle est devenue... déficitaire.


Un des camarades de parti de M. Strauss-Kahn, M. Henri Emmanuelli, a récemment admis sa perplexité : « Je m’interroge pour la possibilité pour un socialiste, compte tenu de ce qu’est le FMI, de s’épanouir à la tête de cette institution. »


(
1) Les Etats-Unis contrôlent 16,79 % des droits de vote, l’Inde 1,89 %.


(
2) Certains d’entre eux sont déjà présents au gouvernement nommé par M. Sarkozy, mais aussi dans les cabinets ministériels. Lire « Les conseillers de gauche passent à droite », Le Parisien, 23 septembre 2007.)



Dans Le Monde diplomatique :


« 
Une économie d’apprentis sorciers », par Gabriel Kolko, octobre 2006. La multiplication des produits spéculatifs rend le système financier mondial quasiment incontrôlable. Les crises succèdent aux crises, au point d’inquiéter les organisations internationales, FMI en tête. Lequel connaît actuellement un désarroi tant structurel qu’intellectuel.

 

« FMI, la preuve par l’Ethiopie », par Joseph E. Stiglitz, avril 2002. Dans les rapports Nord-Sud, le FMI s’obstine dans ses « raisonnements absurdes » qui développent la misère, comme l’explique l’ancien vice-président de la Banque mondiale, démissionnaire en 2000.

 

 Flamme bourgeoise, cendre prolétarienne » (S.H.), mars 2002. Eclairage sur l’univers social et politique de M. Dominique Strauss-Kahn, à travers l’analyse de son essai La Flamme et la Cendre.


Trois articles sur  :  

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2007-09-30-Le-FMI-medecin-malade




Sarkozy-DSKFMI.jpg

http://www.leplacide.com/caricature-Strauss-Kahn-nomm%E9-%E0-la-t%EAte-du-FMI-6761-1-latine.html


______________________________________________________________________________________


continental_290_162.jpg

Salariés de tous les pays, unissons-nous face aux actionnaires !

Alors que les salariés de Continental français et allemands manifestent aujourd'hui à Hanovre, devant le siège du groupe Continental, Jacky Hénin, député européen et tête de liste du Front de gauche dans la circonscription Nord-Ouest et Diether DEHM, député « Die Linke » représentant la Basse Saxe au Bundestag ont souhaité leur adresser un message commun de soutien et de solidarité  (suite sur  ... )
http://www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=296:salaries-de-tous-les-pays-unissons-nous-face-aux-actionnairesn&catid=97:actualite&Itemid=27


chicago_290_211.jpg

Premiers mai : luttes sociales et débouchés politiques

Ils s'appelaient Spies, Parson, Fisher, Engel, Lingg. Nous les connaissons aujourd'hui, non plus par leur patronyme, mais sous le vocable collectif de "Martyrs de Chicago". A ce titre, ils sont les précurseurs des Premiers mai fêtés aujourd'hui dans le monde et, l'épitaphe gravée sur la tombe de l'un d'eux augure bien de l'avenir de cette journée de grèves et de manifestations : "Un jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui."
http://www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=291:des-premiers-mai-en-general&catid=97:actualite&Itemid=27


Délit de solidarité :

"Si la solidarité est un délit, nous demandons à être poursuivis". Interview de têtes de liste Front de Gauche du Sud-Est.
http://www.dailymotion.com/video/x928lt_delinquants-solidaires_news 


Le Conseil d'Etat a confirmé jeudi le limogeage, en mars 2008, du sous-préfet de Saintes (Charente-Maritime), Bruno Guigue, estimant qu'il s'était mis "dans une situation incompatible avec l'exercice de ses fonctions" en publiant une tribune anti-israélienne sur un site internet....
http://www.juif.org/societe-israel/95479,le-conseil-d-etat-confirme-le-limogeage-du-sous-prefet-de-saintes.php


Pour Juif.org,
Un nouvel ordre mondial islamiste

A noter, ce commentaire : Un point où je suis en net désaccord avec Rose, c’est lorsqu’il affirme à propos des lois sur la négation de l’holocauste :
“Soyons logiques”, déclare-t-il. “Nous ne voulons pas que les Juifs disposent d’une loi basée sur eux en tant que communauté, si nous défendons l’idée que les musulmans vivant en Occident ne doivent pas non plus avoir des privilèges communautaires spécifiques.”

Ces lois ne sont absolument pas un “privilège communautaire”, elles servent à protéger une vérité historique pour le bien de l’humanité, quand celle-ci est contestée pour des raisons idéologiques dangereuses.
http://www.juif.org/blogs/15163,un-nouvel-ordre-mondial-islamiste.php
Eva : Après le NOM occidental et le NOM chinois, voici maintenant un NOM islamiste !


convoi-P.jpg


La Commission européenne a rejeté jeudi dans l'immédiat l'idée d'une intensification en l'état des relations entre l'UE et Israël, qui dépendra d'engagements clairs du gouvernement de Benjamin Netanyahu à poursuivre le processus de paix, incluant la création d'un État palestinien.
http://www.juif.org/diplomatie-moyen-orient/95472,bruxelles-pas-pret-dans-l-immediat-a-intensifier-les-relations-avec.php


 Le maire Nir Barkat justifie les démolitions à Jérusalem-Est (www.lexpress.fr)


siteon0.jpg
  
Parmi les dernières parutions du site. Personnellement, je suis contre l'abstention (prônée par ce site pour les Européennes) à des élections. Il faut selon moi, au moins un vote blanc ! Mais l'abstention est ambigüe, et elle n'est pas identifiable: 


   
    Le sommet et le mensonge   par Fidel Castro
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article243

    Les semences, le marché, le socialisme... PAM (communistes de Vénissieux)
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article241

    Nikita Khouchtchev: troisième verdict de l'histoire  par Dmitri Kossyrev
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article242

    RFI condamnée en appel pour le licenciement d'Alain Ménargues
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article238

    Un avion d'Air France interdit de survol du territoire US
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve52

    Dominique de Villepin: "Un risque révolutionnaire en France"...
   
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve50


www.comite-valmy.org       info@comite-valmy.org




2pt5w8l.jpg 
Rachida Dati chante l'Europe.... par notre ami Laplote, http://laplote.over-blog.fr
Refusons cette Europe-là, votons contre ! Eva



L'UE,
son mot d’ordre c’est : travailleurs de tous les pays, concurrencez-vous !

Un exemple récent vient le confirmer. Continental ferme son usine de Clairoix (France) en justifiant la crise et ouvre simultanément une usine à Timisoara (Roumanie.) Le salaire moyen de l’entreprise est de 300 euros en Roumanie contre 1 700 euros en France [3].

Au milieu des années 60, le taux de profit s’éffondre. Pour sortir de la crise des années 70, la libéralisation des capitaux élargit la sphère de valorisation du capital au monde entier qu’on appellera la mondialisation qui n’est autre que la mondialisation du capital dans un grand mouvement de concentration et de restructuration de ce même capital. Simultanément, la mise en concurrence des travailleurs de tous les pays entraîne la baisse de la part salariale dans la valeur ajoutée, donc un renforcement de l’exploitation de la force du travail.

L’Union européenne a bien joué son rôle pour mettre en place cette stratégie concurrentielle : exploiter au mieux le monde du travail et augmenter les profits. La chute du mûr de Berlin aidant, elle a permis une concurrence renforcée entre les travailleurs de l’Europe avec l’adhésion de nouveaux pays.

Dès lors, l’explosion des revenus du capital a nourri la financiarisation. La finance disponible (les profits) a cru pouvoir parier sur les vertus de la spéculation (le monde virtuel de la finance), mais elle a explosé (la crise) parce que rattrapée par cette contrainte : seul le travail produit de la valeur. Le capitalisme épuise les deux sources de richesse, qui ne se réduisent pas à leur valeur, que sont le travail et la nature.

Cette situation vient contredire cette idée d’une faillite des élites, sous entendu les Commissaires européens et les Chefs d’Etats, les grands patrons, ne seraient pas capables de répondre aux exigences de la société contemporaine. Hors au contraire, d’un point de vue capitaliste, ces « élites » ont su se débarrasser des protections sociales nationales, pousser la logique du capital, augmenter les taux de profits, tout en convaincant idéologiquement certains dirigeants politiques eurosceptiques d’hier en partisans convaincus aujourd’hui d’une Europe intégrée.

Ces quelques remarques marquent le rôle néfaste joué par l’Union européenne, son rôle destructeur sur les peuples, sur leur niveau de vie, sur la nature dans laquelle ils vivent, sur la démocratie

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article237
  

liste complète


 République impériale dotée de structures diverses, qui vivent par et pour les colonies, et espace vital impérial jugé indispensable au développement de la métropole et à la vie de ses habitants. Un processus complexe et multiforme. Olivier Le Cour Grandmaison présentera son livre La République impériale, politique et RACISME d'ETAT Au Centre Malcolm X Dimanche 26 avril 
Local du 3, rue Jean Macé 94120 Fontenay-sous-Bois Contact : Mail: centremalcomx@yahoo.fr Site : Port : 06 22 35 28 30

 livre-racisme-d-Etat.jpg  

Ouverture d'un site sur le Mouvement Communiste international
http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


VIIème Sommet de l'ALBA: Trop dangereux (pour être médiatisé)! (cliquer dessus)

 

 

http://storage.canalblog.com/16/64/507228/53702463_p.jpg

http://storage.canalblog.com

.

Conclusion (16 mai 2011) par eva :

 

Au fait, ceux qui n'ont que mépris pour les tenants

des complots des puissants contre les peuples,

n'ont plus qu'un mot à la bouche pour sauver leur chéri :

"C'est un complot pour perdre le Directeur du FMI !"

 

Il y a des moments où la politique dépasse la fiction...

eva R-sistons

 

Politique tombée sur la tête

(je termine volontairement par le loufoque)

 

http://grozbulles.hautetfort.com/images/actu107.png

 

http://grozbulles.hautetfort.com/images/actu107.png

 

Et au fait, j'ai monté un dossier sur toutes ces maladies,

poulet, vache, porc... tous fous,

complot encore, non ?

Pour éliminer le bon bétail

et le remplacer par du transgénique

si bon pour notre santé !

Eva R-sistons

 

.

 

http://teodessindepresse.files.wordpress.com/2010/11/2010-11-30-b-copie.jpg

 

 

http://teodessindepresse.files.wordpress.com/

Partager cet article

Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 22:17

Voici le texte que j'ai reçu,

comme je suis malicieuse,

je ne résiste pas

au plaisir de le publier... (eva)

.

http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/dsk-daily-news/4300797-1-fre-FR/DSK-Daily-News_pics_390.jpg

 

lejdd.fr

 

"Selon que vous serez puissant ou misérable.." (Lafontaine) 

 

A lire uniquement par ceux qui savent

ce qu'est le Nouvel Ordre Mondial.

Attention, texte caustique..

(note d'eva)

 

 

 

Le vrai scandale de l’arrestation de DSK

par Eric Fiorile (auteur de la Démosophie) 

.

 

C’est véritablement un scandale !!! L’un des principaux représentants du Nouvel Ordre Mondial arrêté pour viol par des policiers qui n’ont même pas pris la peine de solliciter l’autorisation à la hiérarchie ! Un procureur qui ordonne l’arrestation et la détention d’un haut personnage pour le simple viol d’une inconnue ! Sans non plus solliciter aucune autorisation préalable ! OU VA-T-ON !!!

 

Bientôt de simples policiers ou juges se croiront permis d’enquêter sur les escroqueries financières ou les réseaux de pédophilie…et plus de la moitié des politiciens d’Europe seront sous les verrous !!! QUEL HONTE ! C’est le monde à l’envers ! Si les hauts dirigeants du monde peuvent être inquiétés pour de simples viols, alors, c’est la porte ouverte à faire n’importe quoi, jusqu’à interdire les cérémonies sataniques de sacrifices d’enfants ou le génocide mondial en cours par les chemtrails !

 

Heureusement, les amis du Nouvel Ordre Mondial ont mis en branle les systèmes de sécurité, dès demain, le procureur aura changé d’avis parce « qu’il n’avait pas connaissance complète du dossier », à moins qu’il ne soit remplacé par un autre « plus compétent », les policiers auront perdu la mémoire ou seront mutés, la victime, elle, sera devenue «consentante », « provocante », « droguée hallucinée, « mythomane », à moins qu’elle ne soit « suicidée » ou « accidentée » avant !


       En attendant, les amis du Nouvel ordre Mondial se bougent : c’est une Martine Aubry qui prône la « présomption d’innocence » et travaille déjà à semer le doute nécessaire à ce que le grand public accepte la version qui lui sera offerte ! Une présomption d’innocence dont beaucoup en France auraient aimé bénéficier, si elle existait !

           

       Ce sont des « personnes de la rue » interrogées par les bons journalistes, qui disent juste ce qu’il faut pour semer le doute.


Ce sont les quotidiens, la radio, les chaines de télé, tous mettent la machine en branle :


1) semer le doute (la possibilité que),

2) discréditer les témoins ou la victime

3) diminuer la gravité (n’importe quelle femme de bon sens vous dira que ce n’est pas si grave, surtout de la part d’un haut personnage ; à la limite ce serait peut être même un honneur ?)

4) affirmer que les faits ne sont pas absolument prouvés

 

Et du côté de la justice, surtout à New York, le fief du Nouvel Ordre Mondial,


Douteux qu’un revirement n’ait pas lieu, toutefois… qui sait ? Il y a en ce moment deux factions qui s’afrrontent à New York : d’une part les membres du Nouvel Ordre Mondial qui contrôle le haut de la hiérarchie de la CIA et des principaux organismes de renseignement, et de l’autre le FBI qui n’est pas encore complètement contrôlé et dont certains membres s’opposent violemment au Nouvel ordre Mondial, les même qui souhaiteraient que la vérité apparaisse sur les attentats du 11 septembre

 

Suivons avec intérêt ce nouvel épisode en nous rappelant que si c’était un pauvre d’une cité qui avait violé une fille, il ne serait pas près de quitter la prison avant quelques années

 

Et maintenant, que va devenir DSK ? Eric Fiorile (Démosophie) imagine la suite

  .

.

TAGS : FBI, CIA, Strauss-Kahn, Nouvel Ordre Mondial, New York, viol, Europe, policiers, pédophilie, Martine Aubry, satanisme...


 

Mon opinion ?

Pour Kadhafi le rebelle au NOM, la prison !

Et pour DSK, le champion du NOM, le piston

- et retour à  la case pouvoir, blanchi comme un lys !

"Selon que vous serez aligné ou pas"...

eva R-sistons

 

NB Déroulement prévisible :

Les "bons" zamis accréditent la thèse du complot,

on a juré la perte du saint homme,

et puis les avocats sont des spécialistes des perversions,

les meilleurs avocats et aussi les plus chers

(un petit violeur accusé à tort n'y aura pas droit),

et pour finir, le bonhomme était absent au moment des faits,

on le croit sur parole. Qu'en pensent les"autres", toutes les autres ?

Hier, j'ai entendu le témoignage de la mère d'une jeune femme

dont la vie a été broyée par une malenconreuse aventure

avec l'homme du FMI.


Parole de femme de ménage contre parole de puissant !

On connaît la suite... en France, elle aurait déjà été écrite,

notre spécialiste de la finance savait ce qu'il faisait

en prenant le premier avion pour notre pays !

(ajouté par eva le 16.5.11)

 

Et voilà ! Même Chevènement s'y met !

 

Beau Système en vérité !

.

Je connais Dominique Strauss-Kahn depuis trente ans. Sur beaucoup de sujets, je n'ai pas été et je ne suis toujours pas d'accord avec lui. Mais le coeur ne peut que se serrer devant ces images humiliantes et poignantes qu'on donne de lui. Un effroyable lynchage planétaire ! Et si c'était une monstrueuse injustice ?

Un homme politique est toujours exposé à la provocation. C'est la première réflexion qui m'est venue à l'esprit : Dominique Strauss-Kahn est inculpé sur le témoignage d'une femme de chambre, un unique témoignage forcément fragile. Et, dans le système accusatoire américain, il doit faire la preuve de son innocence ! Beau système en vérité, que le président de la République, en voulant supprimer il y a deux ans, le juge d'instruction, rêvait sans doute d'importer en France. Certains avocats assurément y auraient trouvé leur compte ! Mais la présomption d'innocence là-dedans ?


http://www.chevenement.fr/Beau-systeme-en-verite-_a1140.html?TOKEN_RETURN

 

.

 

http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/774775/gd/130184089548/Les-messages-subliminaux-chaque-jours-sous-nos-yeux.jpg

 

.

Qui est réellement Avaaz ?

 

 

http://www.concepteur-redacteur-blog.com/wp-content/uploads/2009/07/don-paypal-avaaz.jpg

 

concepteur-redacteur-blog.com

 

 

Reçu ce commentaire d'un lecteur, ici :


http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-le-sinistre-murdoch-bientot-a-la-tete-de-la-moitie-des-medias-de-masse-de-gb-68552577-comments.html#comment82312345

 

 

J'ai suivi Avaaz.org les yeux fermés depuis des années je crois bien.
La pétition sur la "no-fly zone" en Libye, que j'ai malheureusement signé m'a amené à réfléchir.
Qui anime cette organisation qui apparaît sympathique par certains de ces buts mais qui semble aussi étrangement alignée avec les "puissances de ce monde" ?
J'ai fait une très courte recherche et je suis tombé sur le témoignage ci-dessous que je vous recommande car il éclaire un peu cette organisation et il me semblerait dommage que vous - que je sais porteurs de valeurs belles et bonnes - restiez dans l'ignorance de certains faits.
Cordialement,

Luc-Laurent Salvador

http://pilefreemen.autresmondes.eu/?p=22025

PS: ci-joint un autre article qui fait dans le complotisme, malheureusement primaire, mais qui livre néanmoins quelques infos que je trouve intéressant de glaner 


"Qu’ est Avaaz?

Avaaz a été créé par Ricken Patel un anglo-canadien passé par la fondation Rockefeller, la fondation Bill Gates, consultant pour l’ONU…bref un agent du système mondial. A-priori sûrement pas un révolutionnaire citoyen dans l’âme. La fondation Rockefeller apprend à manipuler des foules et nul doute que ce Ricken Patel en est devenu un expert."

http://lesouffledivin.wordpress.com/2011/03/17/avaaz-org-le-formatage-citoyen-a-limperialisme-occidental/

 

PS2: Avec le fonctionnement Avaaz, la manipulation pourrait se faire par "effet de halo" et suivisme. Je veux dire qu'après avoir bâti la confiance de l'utilisateur sur un certain nombre de pétitions qui font aisément consensus, cette organisation pourrait plus facilement les amener à suivre pour des pétitions autrement plus controversables comme celle concernant la Libye. Si la chose est avérée, ce serait un détournement très fin mais très efficace de la démocratie participative.

 

De fait, comme le souligne un des auteurs, il y a une opacité dans le choix des pétitions qui est tout sauf démocratique. On a des pétitions contre la corruption en Inde ou au Brésil, mais on pas vu de pétitions contre la corruption à Wall Street... suivez mon regard !

 

 

http://osocio.org/images/uploads/cedc-we-are-all-neda-02_thumb.jpg

http://osocio.org/images/uploads/cedc-we-are-all-neda-02_thumb.jpg

 

 

Pour qui roule réellement Avaaz ?

Par eva R-sistons

 

 

Je me suis posée la question

voici plus d'un an.

J'ai donc résilié mon abonnement.

Le commentaire de ce Lecteur rejoint mes interrogations !

Lorsqu'on sait que Neda est une opération montée

par les Services Secrets US

pour nous conditionner,

lorsqu'on sait que les moines tibétains avant l'intervention de la Chine

étaient des féodaux brutaux et prédateurs,

et que le Dalaï Lama est en relation étroite avec la CIA

(leur but commun est de diviser la Chine pour l'affaiblir,

et les moines souhaiteraient retrouver leur rôle d'antan),

on se demande quels buts poursuit réellement Avaaz.

De plus en plus, je crains qu'ils ne mènent en effet un double jeu,

(comme DSK au PS pour libéraliser la Gauche

ou Cohn-Bendit chez les Verts pour en retirer la couleur rouge

et les rattacher à l'Europe totalitaire),

et je vois que je ne suis pas la seule à le penser.

Alors, dans le doute, abstenons-nous !


Cordialement, eva

 

 

http://images.newstatesman.com/articles/2011//20110126_aavaz_w.jpg

 

newstatesman.com

 

Au service de l'Empire et du Nouvel Ordre Mondial ?

 

.

 

Reçu à l'instant ce courriel

d'un Lecteur sur Avaaz :

 

Avaaz et la CIA

 

Bonsoir Eva,

Ah! Avaaz!, ils savent manipuler le bon cœur des gens romantiques, qui
ne vérifient rien de leurs dires.

j'ai eu envie de vous envoyer un petit mot, chaque fois que j'ai vu les
propositions d'Avaaz passer dans vos messages. Mais je respecte la
liberté de choix des gens et pense que la vérité se fait toujours
connaître un jour, si l'on est à même de la percevoir. Alors, on
choisit...Je signe ou non.

Depuis le début d'AVAAZ dans nos boites, je trouvais leur intention
sympa, et me suis inscrite chez eux. La deuxième affaire, m'a donné un
sentiment de doute, amené par leur verbiage trop américain avec beaucoup
de discours pour amener une chose dite en trois mots. Texte qui m'a
donné à réfléchir et à me poser la question : "a qui profite le "crime"?

Je n'ai plus rien signé. mais reçois toujours  AVAAz, pour justement
voir où ils veulent nous mener.
Il y a eu cette pétition pour des maltraitances en Iran où j'ai
nettement vu la manipulation et en ai averti la personne qui m'en
parlait. Puis il y a eu la femme lapidée....et là je me suis vraiment
rendue compte que je ne me trompais pas, qu'ils mentaient par rapport
aux faits et lois. Ils jouent sur le fait que les gens ne vérifient pas
les infos pour lesquels ils sont sollicités.
La lapidation en question était une désinformation , et ce n'est pas
leur intervention qui a changé le déroulement de l'affaire.

D'après ce que j'avais cherché, ils seraient chapeautés par la CIA qui
créent et financent des groupes de jeunes, pour la diversion et pour
sensibiliser l'intérêt des gens dont un maximum de jeunesse. dans la
direction de leurs choix, probable lieu rentrant dans leurs plans
d'intervention militaire à venir.
Ils créent sous urgence, comme pour fanatiser, un mouvement sous stress
préjudiciable à la réflexion.
Mais souvent, sur leurs actions, vous pouvez nous dire, :" mais de quoi
se mêlent-ils?"  Comme nous nous le disons des affaires menées par les
USA.
La mentalité qui soutend leurs actions n'est en rien la notre, et c'est
par effet de mode induite par leur connaissance de la publicité et le
spectacle, bref une certaine manipulation mentale qu'ils obtiennent
leurs scores qui du reste ne sont pas prouvés. Ils sont toujours
gagnants, contre les méchants (?)....les bons cows boys contre les
méchants indiens.....Qu'est-ce qui les prouve ses victoires? N'y a t-il
qu'AVAAZ, petits jeunes sans grands moyens comme ils le disent.... qui
rentrent dans la course à la résistances contre les ?  traditions....
Mais ils font les comptes de leurs suivants, additionnent les adresses
mails, observent leurs fidèles manipulables pour faire passer de fausses
informations de faux sentiments. C'est sur le terrain des sentiments
qu'ils jouent, en oubliant nos différences entre peuples à ce niveau,
eux utilisent les bonnes mœurs "catholiques versus US", ce que nous ne
sommes pas tous en plus de croire en notre liberté.
Voilà mon analyse d'AVAAZ qui roulent pour le NOM mais avant pour la CIA
manipulatrice.
Il serait peut-être temps de faire mourir AVAAZ et que la CIA se sente
découverte.

Comme DSK..... mais attention que cette affaire ne soit pas une
manipulation de la CIA, ce qui en a tout l'air ( vu certaines
réflexions, du genre :D'une experte : mais pourquoi vouloir analyser les
vêtements de DSK, s'il était tout nu...DSK veut bien faire des analyses
"tiens, tiens, il est sur du résultat" les heures du viol sont
changeantes...DSK, non pressé de repartir par le premier avion...).
Une bonne affaire d'erreur judiciaire pour se faire redorer le blason
et gêmir sur son sort de saint homme... se faire prendre pour un martyr
de la Justice qu'il faut réformer pour le NOM, vu leur bévue, et on lui
pardonnera les quelques broutilles de "jeunesse" et on l'élira....


Bien à vous
BL

Partager cet article

Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 09:04
Dominique Strauss-Kahn

Strauss-Kahn : Le masque tombe enfin !

par eva R-sistons

 

 

Dès avril 2009, puis en février 2010, en anticipant, je me suis intéressée au personnage, pour moi corrompu, pour dire: DSK serait "une catastrophe pour la Gauche et pour la France" (1), article d'ailleurs repris sur le site de Michel Collon et mis en vidéo, une vidéo qui circule sur le Net un peu partout, dans laquelle on lit mon texte. 

 

DSK Présumé coupable, seulement ! Certes, mais ces faits collent au personnage ! Un séducteur impénitent (comme Berlusconi, il ne peut lutter contre ses pulsions sexuelles), menant un train de vie fastueux (avec par exemple des costumes coûtant une fortune, fréquentant seulement les palaces, les milliardaires, les banquiers, les puissants), et surtout totalement au service de la Haute finance internationale, et du Nouvel Ordre Mondial en gestation qui est monstrueux !

 

Homme de Gauche ? Pas du tout ! Il n'était au PS, comme Cohn-Bendit chez les Verts, que pour libéraliser le parti, lui ôter tout ce qu'il a de Gauche, l' "européiser" toujours plus - en sachant que l'Europe est le "tremplin" du Nouvel Ordre Mondial, une étape vers cette gouvernance mondiale !

 

Son rôle essentiel est de préparer les citoyens français, via la Gauche - ce qui est très grave - à la mise en place du Nouvel Ordre Mondial d'essence réellement totalitaire (sur le modèle nazi), qu'il appelle même publiquement de ses voeux, et qui broiera définitivement la vie de chacun de nous.

 

Cet homme, je l'ai rencontré : Je vous donne ma parole d'honneur, et je n'en ai qu'une, que je n'ai jamais vu de ma vie un homme aussi arrogant ! D'une arrogance inouïe, pestilentielle ! Cet homme n'a que mépris pour la "populace", il vit dans une bulle, celle des plus nantis de la planète, il est complètement coupé de la réalité, des besoins des citoyens dont, comme d'ailleurs Nicolas Sarkozy, il se fiche éperdument ! Son monde n'est pas le nôtre, ses priorités - sous couleur d'idéal de gauche, satisfaire les desirs des grands banquiers ses amis, notamment au FMI où il les sert, avec comme conséquences l'austérité pour tous, des mesures impitoyables : destruction des acquis sociaux, des services publics, du droit du travail .. ce qui est aux antipodes d'une politique de Gauche, sociale - vont à l'encontre de nos intérêts, et il est par excellence l'homme du Nouvel Ordre Mondial pour lequel il travaille réellement sans l'avouer !

 

En outre, comme je l'ai dit voici au moins un an, D. Strauss-Kahn est l'homme d'Israël, son vrai drapeau, comme d'ailleurs son compère Sarkozy (lui également l'homme de la GB et des Etats-Unis), et il est intolérable pour la France d'avoir à sa tête un Président qui serve d'abord les intérêts de l'Etranger, les intérêts d'un autre pays ! Il est temps que ce scandale cesse et que la France retrouve son indépendance, sa pleine souveraineté. Avec des individus comme ces deux-là, notre pays est à la remorque de l'Empire, conduit à des politiques extrêmes qui ne sont pas les siennes : Anti-sociales, va-t-en guerres (Sarkozy nous implique, en pleine crise, dans plusieurs guerres à la fois), à la remorque des Anglo-Saxons et des Israéliens !

 

Le Parti Socialiste est très coupable: Il connaît le vrai visage de Strauss-Kahn (son ultra libéralisme, sa passion pour l'argent et pour les femmes - la sienne est d'ailleurs milliardaire -, son rôle au FMI..), et pour retrouver le pouvoir, il vend son âme au mieux placé ! De ce fait, il est lui aussi discrédité. Il est temps que des politiciens incorruptibles, comme le Gl de Gaulle ou Pierre Mendès-France, accèdent au pouvoir !

 

Cette fois, le "vrai" DSK est apparu : Incorrigible. Son monde n'est pas le nôtre. Et aucun de nous ne doit faire confiance à cet homme pour faire une politique réellement de gauche, une politique indépendante de l'Etranger, une politique à notre service !

 

Il est à craindre que ce scandale d'Etat ne profite à Sarkozy qui, lui, risque de surfer sur le mode "vie familiale heureuse", "jeune papa" etc, en faisant oublier son vrai projet pour la France : Liquider toutes les valeurs de notre pays.

 

La page doit être tournée. Définitivement. Et il ne s'agit pas de remplacer un DSK (faussement de gauche, atlantiste et sioniste) par un autre homme, certes plus lisse, mais tout aussi libéral, pro USA et inconditionnel d'Israël : François Hollande. Ca suffit, les faux hommes de Gauche tournés plus vers l'Etranger que vers la France ! Et ça suffit, les dirigeants, DSK ou Sarkozy, qui ternissent l'image de la France ! 

 

Quant à nous, nous n'avons rien à attendre de cette engeance-là. Et la politique française ne sort pas grandie de tous ces scandales, de toute cette corruption (2). Cela ne peut que servir un projet comme celui de la Démosophie, où la politique est prise en mains par le peuple lui-même, projet auquel je souscris totalement (3)


Eva R-sistons


http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Strauss-Kahn, FMI, François Hollande, Etats-Unis, Israël, de Gaulle, Pierre Mendès-France, Sarkozy, Nouvel Ordre Mondial, totalitaire, nazi, europe, Gauche, PS, Michel Collon, Verts, Berlusconi, Cohn-Bendit

 


  http://manu-manu.com.over-blog.com/article-strauss-kahn-2012-fois-par-jour--40062967.html

Attention ! Un livre circule, de connivence, "le vrai Strauss-Kahn", c'est en réalité d'un faux DSK dont il s'agit, car l'auteur fait partie du Clan, sioniste, qui défend son poulain. Et d'ailleurs, dès ce matin l'auteur s'est empressé de tout faire pour atténuer la portée des événements, sous couleur de "vérité" c'est un propagandiste d'ailleurs interviewé partout puisque comme chacun sait, les Médias sont "occupés" par un seul Clan au détriment de la vérité, de la neutralité, un Clan qui bien évidemment défend les intérêts de son homme, DSK !

Notes :

(1) 2 02 /02 /Fév /2010 15:55 - article repris sur le site de M Collon et sur une vidéo relayée  sur plusieurs sites 

.

Cliquer sur les liens :

 

Strauss-Kahn serait une catastrophe pour la France, par eva R-sistons

.

et déjà en avril 2009 :

Strauss-Kahn,1er Ministre, Président ? - Dossier DSK - Gauche libérale

DSK,une catastrophe pour la Gauche et pour la France (eva R-sistons),dossier


(2) Christine Boutin, et d'autres, parlent de piège dans lequel DSK serait tombé ! Bref, tout est fait pour accréditer l'idée de "complot" tout en discréditant ceux qui ont la finesse de penser que derrière la politique officielle, se cache une autre politique, d'autres projets


(3) Démosophie est un néologisme composé de "Demos" (peuple) et "Sophia" (sagesse). Ce néologisme a été enregistré pour la première fois en 1990 par Eric Fiorile, auteur d'un ouvrage du même nom (non publié), enregistré auprès de l'Institut de la Propriété Intellectuelle à Paris. En 2010, il publie cet ouvrage, réactualisé avec l’aide de nombreux libres penseurs de toute la planète, en plusieurs langues (Demosophy en anglais, Demosophía en espagnol). Ce livre décrit le concept de la Démosophie comme un modèle de société qui, au lieu d'être dirigée par l'oligarchie politique issue de la République, le serait par l'élite intellectuelle du pays, sans aucune sélection par la situation sociale, donc sans partis politiques, ni élections de dirigeants. Ce modèle mettrait en place des dirigeants sélectionnés par des études, puis par concours, n’ayant d’autres pouvoirs que ceux d’appliquer les directives de l’autorité suprême. L’autorité suprême serait exercée directement par le peuple tout entier. Ce modèle de gouvernement interdirait toute forme de corruption, ce qui nuirait aux intérêts des multinationales et provoquerait l’enrichissement des individus et des petites entreprises au détriment des banques et des grandes sociétés. Le peuple deviendrait « l’état » en remplacement d’une classe politicienne qui serait condamnée à disparaître. Toutes les grandes entreprises, matières premières, et sources de production passeraient donc sous le contrôle direct du peuple, ce qui provoquerait un effondrement des prix dans tous les secteurs liés à l’énergie et une reprise économique générale qui parviendra peu à peu à compenser le pillage politique des cinquante dernières années.

L’objectif est que la démosophie soit représentée dans divers pays à partir de 2012 lors d’élections présidentielles, tant pour mettre fin à la crise sociale et économique que pour offrir une autre alternative au « Nouvel ordre Mondial ». Le concept démosophique est soutenu par des libres penseurs de tous pays, surtout dans les milieux scientifiques et dans la Presse libre.

.

EN DIRECT. DSK arrêté à New York pour une agression sexuelle présumée

Publié le 15.05.2011, 04h10

SIEGE DU «PARISIEN», LE 18 FEVRIER 2011. Dominique Strauss-Kahn à son arrivée au journal pour y rencontrer des lecteurs.

SIEGE DU «PARISIEN», LE 18 FEVRIER 2011. Dominique Strauss-Kahn à son arrivée au journal pour y rencontrer des lecteurs. | LP/Olivier LEJEUNE  

 

- 4 heures : la presse américaine rappelle "l'affaire Piroska Nagy", du nom de cette ex-responsable du département Afrique au FMI, avec laquelle DSK avait reconnu avoir eu une liaison en 2008.

L'enquête avait établi qu'elle n'avait bénéficié d'aucun traitement de faveur, et qu'"il n'y a pas eu de harcèlement, ni de favoritisme ni aucun autre abus de pouvoir." Mais le FMI lui avait alors reproché une "grave erreur de jugement".

- 3h45 : selon un porte-parole de la police new-yorkaise, cité par le New York Times, l'agression présumée aurait eu lieu vers 13h (19 heures en France) lorsque la femme de chambre, âgée de 32 ans, est entrée dans la chambre de DSK pour la nettoyer. "Il est sorti de la salle de bains, complètement nu, et a essayé de l'attaquer sexuellement", a-t-il affirmé. Elle aurait ensuite réussi à s'échapper et "a prévenu le personnel de l'hôtel qui a appelé le 911. Quand la police est arrivée, il n'était plus là." Les enquêteurs auraient trouvé son téléphone portable dans la chambre d'hôtel.

- 3h25 : Dominique Strauss-Kahn devait participer lundi à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, puis faire un discours mercredi au 12e Forum économique de Bruxelles, un événement organisé par la Commission européenne. Le lendemain, le 19 mai, il avait prévu un discours devant un centre d'étude de Washington sur l'économie internationale, le Peterson Institute, portant sur : «Reprise et coopération mondiales: les défis à affronter».

- 3h10 : selon un porte-parole du bureau du procureur du district de Manhattan, cité par le New York Times, Dominique Strauss-Kahn n'a pas encore été "formellement inculpé" dans cette affaire.


- 2h50 : la police new-yorkaise confirme que DSK a été arrêté à l'aéroport JFK de New York avant son départ pour la France. Il a été placé en garde à vue et est interrogé pour une agression sexuelle présumée envers une employée du Sofitel de New York.

- 2h10 : selon le New York Times, "M. Strauss-Kahn a été débarqué d'un vol Air France par des agents de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey et remis à des enquêteurs de Manhattan". D'après le journal, "il était 16h45 quand des enquêteurs en civils de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey ont soudainement embarqué à bord du vol Air France 23 (...) et emmené M. Strauss-Kahn en garde à vue", a déclaré John Kelly, porte-parole de l'Autorité. "Cela s'est passé 10 minute avant le départ prévu du vol", selon le porte-parole cité par le journal.

- 1h45 : Le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn a été arrêté samedi à New York quelques minutes avant son départ pour la France après avoir été accusé d'agression sexuelle sur une employée d'hôtel, rapporte le New York Times, confirmant une information du «New York Post».

LeParisien.fr


Lien : http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/en-direct-dsk-arrete-a-new-york-pour-une-agression-sexuelle-presumee-15-05-2011-1450521.php

 

 

 

 

.

.

Témoignage exclusif :

La troisième affaire Strauss-Kahn

Texte...

+ vidéo (ci-dessous)

 

 

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/temoignage-exclusif-la-troisieme-46125

.

Doxa occidentale et Nouvel Ordre mondial : est-ce la fin d’une époque ?

.


Chems Eddine CHITOUR



«  Une nation pardonne toujours les préjudices matériels qu’on lui fait subir, mais non une atteinte portée à son honneur,surtout lorsqu’on emploie la manière d’un prédicateur qui veut avoir raison à tout prix  »
Max Weber (le Savant et le politique)


Ces phrases de Max Weber nous donnent l’opportunité de parler du magister dixit des anciens ou de l’actuelle doxa occidentale réputée infaillible D’ailleurs le pouvoir colonial l’a bien compris, pour asséner des vérités qui ont force de parole d’Evangile donc indiscutables c’est l’histoire du pays colonisé qui est nié et rasé au profit d’une nouvelle histoire, jusqu’en 1962, selon la doxa occidentale d’essence coloniale, nos ancêtres étaient gaulois » … Comme l’écrit si bien A. Moumouni : «  C’est particulièrement en histoire que se faisait sentir l’entreprise de falsification et de mystification dans la formation du jeune africain par l’enseignement colonial » (1) De ce fait, tout est mis en œuvre pour faire perdurer le mythe de la «  tabula rasa ». Ce qui a fait dire aux «  historiens organiques » et plus tard à ce que l’on appelle les orientalistes, comme Garnier : «  A notre arrivée en Algérie, rien n’existait sur le plan intellectuel, si ce n’est quelques écoles coraniques » (2)

Cela va même plus loin, la religion chrétienne est convoquée et mise au service de l’entreprise coloniale . Lisons ce morceau d’ontologie attribuée au roi des Belges qui recommande aux missionnaires d’inculquer aux noirs du Congo : «  Vous veillerez à désintéresser les sauvages de leur richesse dont regorgent leur sol et leur sous sol . Votre connaissance de l’Evangile vous permettra de trouver facilement des textes recommandant aux fidèles d’aimer la pauvreté. Par exemple : «  Heureux les pauvres car le royaume des cieux est à eux » ; « Il est difficile aux riches d’entrer aux cieux » Vous ferez tout pour que les nègres aient peur de s’enrichir. Apprenez aux jeunes à croire et non à raisonner… » (3)

Ce discours résume à lui tout seul les vérités sur la suprématie de l’homme blanc et le mythe de la race supérieure. On l’aura compris des clichés des préjugés et des dogmes ( il n’est que de se souvenir du sort des Noirs dans la Bible) sont mis en pratique et font l’objet de consensus qu’il est difficile de remettre en cause. Sir Geoffroy Fisher dans un ouvrage remarquable tente de déconstruire le mythe de la piraterie barbaresque en la situant dans un contexte où même la papauté avait ses propres galères !! Il écrit à propos des «  vérités et certitudes occidentales » : « Il n’est plus possible de soutenir l’hypothèse selon laquelle il existe bel et bien un consensus définitif en ce qui concerne l’Afrique du Nord ; hypothèse selon laquelle, il serait oiseux et de mauvais gout de déranger un tel consensus à un stade aussi tardif » (4)


.

Le magister dixit de l’Occident et la sanctuarisation du sionisme


D’où vient cette hégémonie qui fait que l’Occident est le seul dépositaire de sens Cette doxa incanté ad nauseam . Pour l’encyclopédie Wikipédia, La doxa (du grec « opinion »), est l’ensemble - plus ou moins homogène - d’opinions (confuses ou non), de préjugés populaires ou singuliers, de présuppositions généralement admises, sur lesquelles se fonde toute forme de communication. Dans la philosophie de Parménide100002000000000100000001312327B0, c’est l’opinion confuse que l’on se fait sur quelqu’un ou sur un aspect de la réalité, par opposition au vrai chemin d’accès à la vérité.Il vient que chaque fois que l’on parle il faut s’assurer que l’on ne froisse pas, que l’on est pas à contre courant et que l’on encourt pas les foudres si on s’écarte de la ligne tracée en touchant aux fils rouges. Il est courant d’admettre que l’Occident est parti à la conquête du Monde après la première révolution industrielle. En fait, il serait plus indiqué de remonter dans le temps pour s’apercevoir que l’hégémonie occidentale a débuté après ce qu’on appelle dans la doxa occidentale « Les Grandes découvertes ». Prenant la relève d’un Orient et d’une civilisation islamique sur le déclin, et au nom de la Règle des trois C - Christianisation, Commerce, Colonisation,, il mit des peuples en esclavage. Il procéda à un dépeçage des territoires au gré de ses humeurs sans tenir compte des équilibres sociologiques que les sociétés subjuguées ont mis des siècles à sédimenter. Pendant cinq siècles, au nom de ses « Droits de l’Homme » qui « ne sont pas valables dans les colonies » si l’on en croit Jules Ferry un chantre enragé de la colonisation et de la grandeur de l’Empire colonial français-, l’Occident dicte la norme, série, punit, récompense, met au ban des territoires qui ne rentrent pas dans la norme. Ainsi, par le fer et par le feu, plus de 75% des richesses des Suds épuisés comprenant plus de 80% des habitants de la planète furent spoliés et détenus par 20% des pays du Nord. (5)

Justement à propos du danger en Occident de remettre en cause le bien fondé de certains faits comme la politique sioniste d’Israël, nous rapportons à ce sujet deux évènements passés inaperçus/ Le limogeage de Bruno Guigue Sous préfet normalien et qui pour son malheur ou pour sa dignité témoigne en faveur de la Palestine . Nous l’écoutons : «  Dans les jours qui ont suivi mon ’limogeage’, les éditorialistes Jean Daniel, Bernard-Henri Lévy et quelques autres se sont empressés de me prendre pour cible. (…) Deux phrases inlassablement reprises en boucle, tirées de leur contexte, en effet, ont alimenté mon lynchage médiatique. «  L’Etat d’Israël est le seul où des snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles ». Une phrase choquante ? Sans nul doute. Mais les tirs de soldats israéliens contre des enfants, hélas, sont des faits avérés, évoqués par le quotidien israélien Haaretz depuis 2000. (…) La deuxième phrase litigieuse est celle où j’évoque «  les geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on interrompt la torture durant le shabbat ». Mais le fait mentionné, lui, ne fait pas l’ombre d’un doute : il suffit de consulter le dossier établi par l’association israélienne de défense des droits de l’homme Bet’Selem ». (6)

«  Lorsque la Cour suprême israélienne tenta de limiter l’usage de la torture pratiquée sur les prisonniers palestiniens, en 1999, les services secrets ont argué de l’urgence pour la justifier. Les plaignants ont alors fait observer que du vendredi midi au samedi soir, cette pratique était interrompue (…) Mea culpa : j’avais oublié que les comparaisons les plus désobligeantes, aux yeux de l’establishment hexagonal, sont interdites à propos d’Israël mais vivement recommandées à l’égard des pays du «  Tiers Monde ». Mon principal tort, plus que d’avoir enfreint le devoir de réserve, n’est-il pas d’avoir heurté de plein fouet la doxa occidentale ? (…) À mes dépens, j’ai fait la démonstration que la frontière entre ce qu’il est licite de dire et ce qui ne l’est pas, dans notre pays, n’a rien à voir avec le vrai et le faux » (6)

Le deuxième exemple nous est donné par l’ostracisme à l’endroit de Pascal Boniface pratiquement interdit de plateau télé , comme Dieudonné Pascal Boniface Directeur de l’Institut français des relations Internationales (IFRI) met au jour une réalité singulière : l’impossibilité de critiquer le gouvernement israélien sans encourir les accusations les plus extravagantes et des mesures de rétorsion qui s’apparentent au terrorisme intellectuel. la droite et l’extrême droite ont lancé sur la « communauté » une OPA intolérante visant à rallier, selon une logique strictement communautariste, tous les juifs français à un soutien inconditionnel envers la politique de la droite israélienne. Dès lors, toute critique de cette politique, toute tentative de traiter du conflit du Proche-Orient selon des critères universels, non communautaires, est assimilée à une volonté de détruire Israël et à une position antisémite. Pascal Boniface a été lui-même victime d’une véritable campagne organisée. Il analyse ici le mécanisme dangereux, la « fatwa », dont il a été l’objet. (7)

.

Y a-t-il un nouvel ordre mondial qui organise le prêt à penser ?

Après 1’implosion de l’empire soviétique, ce fut la fin de l’histoire selon le mot de Fukuyama avec une pax americana qui paraissait durer mille ans. Une étude du Pnac (Programme for New American Century) recommandait de chercher un motif pour relancer l’hégémonie américaine d’une façon définitive, notamment avec le déclin du pétrole dont il fallait à tout prix s’assurer des sources d’approvisionnement pérennes et à un prix « raisonnable ». L’arrivée du 11 septembre fut du pain bénit. Le Satan de rechange tombait du ciel, l’Islam et terrorisme. Ainsi, furent organisées les expéditions punitives que l’on sait un peu partout semant le chaos, la destruction et la mort. (8)

Cependant, les signes d’un craquement de l’hégémonie occidentale commencèrent à poindre à l’horizon. Des voix inquiètes commençaient à douter de la pérennité du magister occidental. Ce n’est pas l’avis de la CIA qui a publié un rapport intitulé : Le monde en 2025. On constate une prise de conscience d’une nouvelle donne à la fois démographique, économique, financière et même dans une certaine mesure, militaire La lecture du rapport de la CIA nous permet de mieux connaître le mode de pensée de la classe dirigeante étatsunienne et d’en identifier les limites. Terrorisme en retrait, glissement du pouvoir économique de l’Occident à l’Orient, pénurie d’eau, déclin des ressources en hydrocarbures, nouvelles technologies. Dans la lignée du précédent Rapport de la CIA, pour la première fois, les Américains reconnaissent qu’ils ne seront plus les maîtres du monde ! (9)

Pourtant et malgré cela, «  l’Empire » ne se laisse pas faire. Ceux qui parlent d’un Nouvel ordre mondial sont traités de conspirateurs. Le nouvel ordre mondial est il écrit dans l’encyclopédie Wikipédia est un concept géopolitique désigne alors l’alignement idéologique et politique des gouvernements et organismes mondiaux vers une certaine unipolarité, incarnée par les États-Unis. Plusieurs théories dites conspirationnistes utilisent elles aussi la formule «  nouvel ordre mondial », parfois mentionné par son acronyme NOM (NWO en anglais) . Elle désigne la prise de contrôle de l’économie mondiale par les élites conspirantes, notamment de la finance. Utilisée pour la première fois le 11 septembre 1990 par le président George H.W. Bush, l’expression «  nouvel ordre mondial » s’inscrit dans la lignée des formules exprimant l’idée de nouveauté dans la diplomatie américaine, après la «  nouvelle donne » de 1932 et la «  nouvelle frontière » de 1960. (10) «  

Les tenants de la «  théorie de l’empire global » considèrent les événements politico-économiques internationaux survenus depuis 1989 comme témoins de la transition de l’humanité vers un «  empire global », qui dans un premier temps correspondrait à un ordre mondial polarisé autour d’une seule puissance : les États-Unis. Cette théorie est soutenue par le philosophe Francis Fukuyama et des plans géostratégiques ont été développés dans ce sens par le politologue Zbigniew Brzeziński. Pour maintenir leur hégémonie et devancer la prééminence de rivaux comme la Chine, la Russie ou le Japon, Brzezinski estime que les États-Unis devront s’allier avec l’Europe pour dominer l’Eurasie en cooptant ou en contrôlant ses élites . Selon Brzezinski, la tâche d’Obama est de restaurer la légitimité américaine en étant le fer de lance d’un effort collectif pour un système de management global plus inclusif 7. L’évolution générale du monde politique se caractérise par la naissance de grands pôles politico-économiques L’ensemble doit constituer l’architecture générale d’une gouvernance mondiale dotée d’une monnaie planétaire10. La gouvernance mondiale ne nécessite pas un gouvernement mondial et peut être organisée avec des institutions de coopération entre les pays. David Rockefeller dans son livre Mémoires a écrit que lui-même et sa famille ont travaillé contre l’intérêt des États-Unis. Il aurait d’autre part affirmé que le but était de construire une souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux Ces propos sont vus comme l’aveu d’une conspiration mondiale pour la mise en coupe réglée du monde par le pouvoir financier. (10)

A l’autre bout du curseur concernant l’avenir du Monde, le besoin d’équilibre et la multiplicité des visions, nous trouvons l’analyse lumineuse de l’ambassadeur singapourien Kishore Mahbubani qui décrit le déclin occidental : recul démographique, récession économique, et perte de ses propres valeurs. Il observe les signes d’un basculement du centre du monde de l’Occident vers l’Orient. (Citant l’ouvrage de l’historien britannique Victor Kiernan « The Lords of Humankind, European Attitudes to the Outside World in the Imperial Age » qui avait été publié en 1969, lorsque la décolonisation européenne touchait à sa fin. Victor Kiernan qui écrivait : « La plupart du temps, cependant, les colonialistes étaient des gens médiocres mais en raison de leur position et, surtout, de leur couleur de peau, ils étaient en mesure de se comporter comme les maîtres de la création. Même si la politique coloniale européenne touchait à sa fin, l’attitude colonialiste des Européens subsisterait probablement encore longtemps  ». (11)

«  En fait, poursuit Kishore Mahbubani, celle-ci reste très vive en ce début de XXIe siècle. Souvent, on est étonné et outré lors de rencontres internationales, quand un représentant européen entonne, plein de superbe, à peu près le refrain suivant : « Ce que les Chinois [ou les Indiens, les Indonésiens ou qui que ce soit] doivent comprendre est que... », suivent les platitudes habituelles et l’énonciation hypocrite de principes que les Européens eux-mêmes n’appliquent jamais. Le complexe de supériorité subsiste. Le fonctionnaire européen contesterait certainement être un colonialiste atavique. Comme l’écrit Mahbubani : « Cette tendance européenne à regarder de haut, à mépriser les cultures et les sociétés non européennes a des racines profondes dans le psychisme européen. » (11)

Quand Mahbubani écrit que « le moment est venu de restructurer l’ordre mondial », que « nous devrions le faire maintenant ». Pour lui l’Occident est dans l’incapacité à maintenir, à respecter et encore plus à renforcer les institutions qu’il a créées. Et l’amoralité avec laquelle il se comporte trop souvent sape davantage les structures et l’esprit de la gouvernance mondiale. Prenons le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) .  » Selon Mahbubani, il « est légalement vivant mais spirituellement ( souligné par nous Ndr) mort » « Le monde, écrit-il, a perdu pour l’essentiel sa confiance dans les cinq États nucléaires. Au lieu de les considérer comme des gardiens honnêtes et compétents du TNP, il les perçoit généralement comme faisant partie de ses principaux violateurs » Leur décision d’ignorer le développement par Israël d’un arsenal nucléaire leur a été particulièrement préjudiciable. (11)

Il vient que le Nouvel Ordre Mondial tente de reformater le monde en mettant des institutions à même de prolonger et asseoir définitivement son pouvoir dans un contexte de pénurie de matières premières,d’eau et surtout d’énergie. Nous sommes avertis. Résistons.

Professeur Chems Eddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz

1. A. Moumouni : l’éducation en Afrique. Edts Maspéro. Paris 1976

2. E. Garnier La Berbérie l’Islam et la France. Ed. de l’Union Française p ;97 (1953)

3. Discours accablant du roi des Belges aux missionnaires Léopold II en 1883

4. Sir G. Fisher / The barbary Legend, Trad.de F ; Hellal .p.18 Ed.OPU ; (1991)

5. Chems Eddine Chitour http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18575 2025 : Déclin de l’Occident et avènement de l’Orient 9 avril 20106.Bruno Guigue Ma faute ? Avoir heurté la doxa occidentale Oumma.com 21 avril 2008

7. Pascal Boniface Peut on critiquer Israêl ? Editions Robert Laffont 2003

8. Chems Eddine Chitour : L’occident à la conquête du monde. Edtions Enag Alger 2009

9. Rapport de la CIA « Le monde en 2025 » le 26/2/2010

10. Le Nouvel Ordre Mondial : Encyclopédie Wikipédia

11. K.Mahbubani : The Irresistible Shift of Global Power to the East, septembre 2008

.
URL de cet article 13696
http://www.legrandsoir.info/Doxa-occidentale-et-Nouvel-Ordre-mondial-est-ce-la-fin-d-une-epoque.html
.
.
L'actualité internationale
"mort ou vif",
et plutôt mort que vif, aux USA ! :
.
Kichka

Kichka

 

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/Revoir-nos-emissions/Kiosque/Episodes/p-16296-DSK-inculpe.htm

 

 

 

 

Kichka

Partager cet article

Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 14:47
 


Copie_de_chaplin.jpg
 
 
 

 

                Publication spéciale :

 

 

        Mise au point d'eva R-sistons

              sur l'Empire britannique 


Il s'agit d'une mise au point concernant

les Anglo-Saxons

et plus généralement le Nouvel Ordre Mondial. 

Ceux qui connaissent bien ce blog,

savent que j'ai les Anglo-Saxons dans le collimateur.

Pour moi, le but du Nouvel Ordre Mondial

est d'établir un monde unifié, homogène,

sous une direction unique, non élue,

avec une langue unique, l'Anglais,

avec des valeurs uniques, anglo-saxonnes

- et tout ce que cela implique de brutalité,

d'inégalités, de prédations criminelles, de barbarie...

 

Or, ma pensée a évolué, en particulier

en lisant "La Démosophie" (1) d'Eric Fiorile :

Pour lui, il ne faut incriminer en particulier

ni le Vatican, ni les Sionistes,

 ni les Anglo-Saxons, ni des Francs-Maçons, etc.

En réalité, les grandes fortunes qui,

en coulisses, orientent les politiques,

sont... apatrides.

L'Argent n'a pas de patrie !

Il s'agit, explique Eric Fiorile dans La Démosophie,

"d'un hold-up international de tous les habitants de la terre

par un petit groupe de banquiers et d'industriels (..)

qui appauvrissent les peuples et ruinent les Etats.

Il existe une entité au-dessus des Etats,

des hommes de l'ombre..."

Les analyses d'Eric Fiorile,

basées sur une vingtaine d'années de recherches,

sont sans concession, implacables, et... passionnantes.

Elles enrichissent notre pensée.

 

Et à l'instant, je trouve ce paragraphe,

dans un texte envoyé par une Lectrice,

texte que je publie en bleu et qui explicite

la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Et ce paragraphe prolonge parfaitement, à mon avis,

mon récent post "Capitalisme financier meurtrier".

 

Ce paragraphe fait partie d'un article très audacieux

sur la Dictature verte, article qui va à l'encontre

de tout ce que dit la Pensée Unique officielle.

 

Bien que je sois loin d'en partager toutes les analyses,

je le publie pour alimenter le débat,

pour alimenter votre réfexion.

Tout simplement parce que je déteste la Pensée unique,

et que même si je ne suis pas d'accord,

je veux alimenter le débat...

un authentique débat, pas comme ceux de

C dans l'Air du propagandiste Yves Calvi

qui "opposent" des gens tous d'accord sur l'essentiel,

au service de la tyrannique Oligarchie financière.

 

Bonne lecture, votre eva

 

(1) : La Démosophie: A lire absolument pour savoir tout ce qu'on vous cache

 

 

  http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/1421129-1885540.jpg?v=1289419568

http://www.planetenonviolence.org

 

Dans les coulisses, l’Empire britannique !

 

Sous la forme rafistolée de l’étude de Schellnhuber, le concept omniprésent de dictature impériale mondiale révèle les origines de ce type de pensée, en particulier lorsqu’on se demande à qui profite le crime. A qui bénéficierait aujourd’hui une dictature verte mondiale dans laquelle, malgré le ton gentillet de cette étude, notre potentiel démographique s’effondrerait à deux milliards d’individus ? Il n’existe qu’une seule entité au monde ayant une telle perspective : l’Empire britannique.


Il ne s’agit pas ici de l’île de Grande-Bretagne, mais de ce système de mondialisation, avec son réseau de banques centrales, hedge funds et sociétés d’investissement, ses banques fantômes et ses compagnies d’assurance et de réassurance, qui, depuis plus de vingt ans, est parvenu à imposer la dérégulation totale du système financier mondial. Son quartier général se trouve à la City de Londres et ce n’est pas un hasard. (Cette analyse rejoint celle d'Eric Fiorile sur le caractère "apatride" de l'Entité malfaisante, note d'eva)


Après l’explosion des précédentes bulles, le marché des nouvelles technologies, la « bulle internet » et la bulle immobilière américaine, cette mondialisation doit produire une nouvelle métastase. Et quoi de plus lucratif que des investissements gigantesques dans les « énergies renouvelables » et le nouveau « marché des indulgences », c’est-à-dire le commerce des droits d’émission de CO2, en particulier lorsque vous avez préalablement tué la concurrence : nucléaire, pétrole et charbon. Cette économie casino irrémédiablement en faillite a besoin de taux de rendement élevés – les fameux 25% de M. Ackermann [6] pour entretenir sa métastase, et quelle meilleure voie qu’une « grande transformation » permettant à l’opérateur des énergies renouvelables de faire un gros coup ?

 

http://www.larevuedesressources.org/local/cache-vignettes/L267xH200/66971_444074440676_645040676_5780528_4597999_n-01e77.jpg

http://www.larevuedesressources.org

 

Voici le post en entier :

 

Contre la dictature verte mondiale :
Faisons du 17 juin le jour de la Résistance allemande !

Par Helga Zepp-LaRouche,


présidente de notre parti frère, le Mouvement des droits civiques-Solidarité (Büso)

30 avril 2011 — Cet appel s’adresse à tous les Allemands encore capables d’une pensée rationnelle et prêts à se lever pour la vérité. Il s’agit ici de déclencher une discussion honnête et ouverte entre scientifiques, défenseurs d’une société productive et toute autre personne convaincue que ce sont les capacités créatives de notre espèce qui nous différencient des autres créatures vivantes et nous permettront également à l’avenir d’utiliser des connaissances scientifiques plus avancées pour affronter les défis auxquels nous aurons à faire face.

Cet appel vise également ceux qui veulent faire en sorte que l’Allemagne, bâtie sur une tradition de poètes, de penseurs et d’inventeurs, apporte sa contribution à l’instauration d’un ordre économique mondial juste dans un univers en développement.

Le monde entier s’est étonné de la réaction en cavalier seul du gouvernement allemand aux évènements du 11 mars au Japon, lorsque Berlin a suspendu sa décision de prolonger la durée d’exploitation de ses centrales nucléaires et a immédiatement arrêté sept centrales plus anciennes. Même le Frankfurter Allgemeine Zeitung aura jugé que cela relevait du lavage de cerveau.

En revanche, les porte-parole des gouvernements japonais, ukrainien, français, néerlandais, finlandais, russe, chinois, indien et coréen du Sud, pour ne nommer que les principaux, ont déclaré, sous différentes formulations, que la leçon à retenir de la catastrophe de Fukushima ne pouvait être que la nécessité de passer le plus rapidement possible à la prochaine génération de réacteurs nucléaires, intrinsèquement sûre, comme le réacteur à haute-température (HTR), qu’il était nécessaire de développer l’énergie de fusion et que l’utilisation de la fission demeurait essentielle pour subvenir aux besoins énergétiques de l’humanité.

Que s’est-il passé en Allemagne ? Pourquoi les représentants de la coalition gouvernementale [1], qui étaient demeurés jusqu’ici de solides défenseurs de l’énergie nucléaire en tant que nécessité pour la sécurité énergétique de l’Allemagne, se sont-ils mis à surenchérir les uns contre les autres sur une sortie accélérée de l’énergie nucléaire ? [2]

S’est-il agi de ce que l’ancien chancelier Helmut Schmidt a appelé « l’inclination à l’angoisse » des Allemands, du fait de leur défaite lors des deux Guerres mondiales, à tel point que le mot allemand Angstest connu de par le monde comme exprimant la disposition première de la population allemande ?

Ou s’agissait-il d’une « vision du tunnel », due à la volonté de se maintenir au pouvoir à n’importe quel prix, qui aura conduit la chancelière Angela Merkel, Christian Mappus, Stefan Lindner [3] et consorts, avant les élections régionales de Bade-Wurtemberg et de Rhénanie Palatinat, à vouloir apparaître plus verts que les plus verts des Verts ? Cette capitulation politique avait-elle pour but de signaler que leurs choix précédents étaient erronés et que les Verts avaient raison, signal qui s’est traduit par un accroissement du vote écologiste ?

Cependant, en dehors de ces facteurs secondaires, la situation proprement scandaleuse – et largement inconnue du public – est que, comme nous allons le démontrer dans ce qui suit, ces revirements de la politique énergétique du gouvernement fédéral traduisent une offensive de l’Empire britannique contre la nation industrielle allemande.

Un Léviathan vert ?

On en trouve la preuve dans un document inquiétant, rendu public le 7 avril par le Conseil scientifique du Gouvernement fédéral pour les changements environnementaux globaux (WGBU) sous le titre :Un monde en transition – contrat social pour une grande transformation. Ce document qui n’est pour l’instant qu’un « sommaire destiné aux décideurs politiques », car le texte complet ne sera finalisé qu’ultérieurement, est une proposition sans ménagement pour un éco-fascisme généralisé, une dictature mondiale verte dans la tradition des Thomas Hobbes, H.G. Wells et Carl Schmitt, appelant à la « décarbonisation » complète de la production énergétique mondiale. Cela se traduirait par l’abandon complet de la fission nucléaire, que le rapport recommande, de celui de la fusion, qui pourrait être à notre portée mais qu’il estime trop compliquée, et des combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel.

De cette étude qui est en préparation depuis plusieurs années, le secrétaire général du WGBU, le Dr Hans-Joachim Schellnhuber en parle, de façon tout à fait pertinente, comme d’« une grande stratégie pour une transformation sociale ». Il serait plus approprié de l’intituler « grande stratégie de nazification impériale ou Gleichschaltung » ou encore « grande stratégie pour le suicide collectif de l’espèce humaine ».

Que cette nazification ait atteint des proportions inquiétantes en Allemagne est partiellement dû à la couverture médiatique totalement uniforme et au chœur unanime des politiciens depuis le tremblement de terre et le tsunami au Japon, le 11 mars. Saisissant l’occasion, Schellnhuber a présenté son plan au gouvernement fédéral et aux ministres concernés, Norbert Rottgen (CDU) à l’Environnement et Annette Schavan (CDU), ministre de l’Education et de la Recherche, qui l’ont trouvé « très utile ».

Si des idées aussi grossières devaient se réaliser (et elles constituent la source du choix du gouvernement Merkel pour sortir le plus vite possible du nucléaire), cela ne signifierait pas seulement la destruction des capacités industrielles de la nation allemande et de son système de protection sociale, mal en point mais encore fonctionnel.

Ce serait aussi le divorce de l’Allemagne du reste de la communauté internationale, en tant que pays pouvant contribuer de façon significative aux problèmes existentiels que rencontre l’humanité. Cela serait l’élimination volontaire de tout potentiel de découverte scientifique par dispersion des ressources humaines et industrielles, ainsi que des ressources financières, vers des technologies à faible densité de flux énergétique, donc inutiles.

Surtout, le potentiel intellectuel des étudiants et des chercheurs se retrouverait complètement annihilé par cette idéologie synthétique abêtissante, détruisant dans son sillage toute chance de surmonter cette idéologie folle.

L’approche méthodologique de cette étude est conforme à la méthode de « pensée » statistique linéaire des modèles informatiques tels qu’ils sont utilisés dans l’analyse des systèmes et que l’on connaît depuis le Club de Rome et l’Institut international de l’analyse des systèmes appliquée (IIASA). L’ordinateur est programmé de façon à fournir les résultats escomptés. Le fait que cette « stratégie » voit le jour au moment où les Etats-Unis sont au bord de la faillite, où l’euro se désintègre et où le système financier international entre dans une phase hyperinflationniste comparable à celle qu’a connue l’Allemagne en 1923, situations face auxquelles elle n’a pas le moindre moyen d’assurer un « développement durable », en dit long sur la connexion de ce comité à la réalité et sur sa compétence scientifique.

Je ne peux que conseiller à tous les citoyens de lire eux-mêmes cette étude au plus vite, afin de ne pas répéter les erreurs commises en Allemagne du fait d’un ouvrage, publié en 1925, [4] qui ne fut pas lu attentivement ni pris au sérieux.

Il est proposé ici une grande transformation dans la production, les schémas de consommation et les modes de vie, aussi radicale que lors des deux évolutions fondamentales de l’histoire mondiale. Ces deux transitions majeures sont le passage d’une société de chasse et de cueillette à l’invention et au développement de l’agriculture et à la domestication des animaux, ou « révolution néolithique », et la « révolution industrielle », c’est-à-dire le passage d’une société agraire à une société industrielle. Il s’agirait désormais d’opérer une transformation régressive vers « un ordre économique mondial durable et favorable au climat ».

Bien que les auteurs n’en parlent pas, l’effondrement de la densité de flux énergétique qui s’ensuivrait nous ferait chuter au potentiel démographique de la société préindustrielle, soit à peu près 2 milliards d’individus. Si les pays en développement et émergents en venaient à se soumettre à cette dictature verte, le taux de mortalité ne connaîtrait plus de limite.

Pour créer la « base contractuelle » de ce nouvel ordre économique mondial durable, les auteurs appellent pompeusement à un nouveau « contrat social mondial » s’inspirant des « doctrines modernes du droit naturel ». Le Conseil ne spécifie pas en l’occurrence s’il s’agit du contrat social de Jean-Jacques Rousseau, qui requiert « l’aliénation complète de chaque associé, avec tous ses droits, à la communauté », [5] ou du Léviathan de Thomas Hobbes, auquel les individus remettent leurs pouvoirs et l’usage de la force ; les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire sont alors concentrés dans les mains d’une seule personne qui a le monopole du pouvoir et ne peut en être spoliée.

Quoi qu’il en soit, le nouveau Léviathan ici s’appelle « architecture de gouvernance mondiale », dont l’autorité suprême serait « un conseil des nations unies pour le développement durable, ayant mêmes pouvoirs que le Conseil de sécurité et reflétant le monde du XXIe siècle », constituant ainsi un gouvernement mondial doté d’un pouvoir absolu.

Dans les coulisses, l’Empire britannique !

Sous la forme rafistolée de l’étude de Schellnhuber, le concept omniprésent de dictature impériale mondiale révèle les origines de ce type de pensée, en particulier lorsqu’on se demande à qui profite le crime. A qui bénéficierait aujourd’hui une dictature verte mondiale dans laquelle, malgré le ton gentillet de cette étude, notre potentiel démographique s’effondrerait à deux milliards d’individus ? Il n’existe qu’une seule entité au monde ayant une telle perspective : l’Empire britannique.

Il ne s’agit pas ici de l’île de Grande-Bretagne, mais de ce système de mondialisation, avec son réseau de banques centrales, hedge funds et sociétés d’investissement, ses banques fantômes et ses compagnies d’assurance et de réassurance, qui, depuis plus de vingt ans, est parvenu à imposer la dérégulation totale du système financier mondial. Son quartier général se trouve à la City de Londres et ce n’est pas un hasard.

Après l’explosion des précédentes bulles, le marché des nouvelles technologies, la « bulle internet » et la bulle immobilière américaine, cette mondialisation doit produire une nouvelle métastase. Et quoi de plus lucratif que des investissements gigantesques dans les « énergies renouvelables » et le nouveau « marché des indulgences », c’est-à-dire le commerce des droits d’émission de CO2, en particulier lorsque vous avez préalablement tué la concurrence : nucléaire, pétrole et charbon. Cette économie casino irrémédiablement en faillite a besoin de taux de rendement élevés – les fameux 25% de M. Ackermann [6] pour entretenir sa métastase, et quelle meilleure voie qu’une « grande transformation » permettant à l’opérateur des énergies renouvelables de faire un gros coup ?

L’extrêmement faible densité de flux énergétique des « énergies renouvelables » aura pour seule conséquence un effondrement dramatique du potentiel démographique, à la grande satisfaction du Prince Philip, dont le vœu le plus cher est de se réincarner en virus mortel afin de contribuer à réduire la population, et dont le Fonds mondial pour la nature (WWF) s’est distingué durant les quatre dernières décennies en sabotant le plus possible de projets de développement et d’infrastructures, avec des conséquences catastrophiques bien connues pour les populations concernées.

Bien avant la fondation du WWF et de l’Union internationale pour la préservation de la nature (IUCN), la monarchie britannique a toujours vu d’un bon œil la création de réserves et parcs naturels, au nom de la conservation et, en fait, pour garder le contrôle des matières premières et empêcher le développement des populations indigènes.

Personne n’a mieux décrit le fonctionnement d’un empire que le philosophe réactionnaire Joseph de Maistre dans sa Lettre à un gentilhomme russe de 1815. Il y décrit le prétendu droit du monarque, supérieur par sa naissance, à maintenir en respect le commun des mortels par l’intimidation et la terreur. Les motivations réelles étant cachées derrière un brouillard idéologique, les individus intériorisent cette idéologie et cette pensée comme leur propre opinion.

On a un exemple typique de la peur propagée par le Club de Rome, avec l’imposture des prétendues limites à la croissance, un scénario entièrement fictif excluant totalement le rôle joué par le progrès scientifique et technologique dans la redéfinition des ressources, et présentant de façon absurde l’univers comme un système clos. Cette concoction balancée sur le marché au début des années 1970, dans de nombreuses langues simultanément et à grand renfort de publicité, fut très probablement un facteur déterminant dans la genèse du mouvement écologiste.

Autre mensonge de grande ampleur, celui du changement climatique anthropogénique, tout simplement ridicule, particulièrement à la lumière de l’impact des cycles galactiques sur notre système solaire, qui sont incommensurablement plus puissants.

En même temps que se répandaient les thèses du Club de Rome dans les années 1970, une unité de recherche climatique était fondée à l’université d’East Anglia, qui se fit connaître lors du scandale de la falsification de données autour du Professeur Phil Jones, connu comme le climategate. [7]

Schellnhuber, qui fut l’un des dirigeants et fondateur de l’Institut de Postdam pour la recherche climatique, participa en 2001 à une importante conférence de la Société royale britannique sur le changement climatique. Il joua un rôle décisif dans la création du Centre Tyndall de l’université d’East Anglia, qu’il présida de 2001 à 2005, et dont la mission principale était de trouver des solutions au changement climatique – c’est-à-dire un scénario pour réduire le CO2.

En 2004, en tant que directeur de recherche du Centre Tyndall, Schellnhuber fut envoyé aux Etats-Unis, aux côtés du conseiller scientifique de Tony Blair, Sir David King, et au nom de sa majesté la Reine Elisabeth II, pour une mission stratégique très délicate : faire pression sur un George W. Bush récalcitrant pour lui faire accepter la théorie du changement climatique anthropogénique. Le magazine britannique Observer du 31 octobre 2004 fit alors état d’une supposée « intervention rarissime de la Reine dans la politique mondiale », qui aurait demandé à Tony Blair de faire pression sur Bush concernant la question du changement climatique, après s’être rendue compte de l’effet alarmant d’un changement de climat dans ses châteaux de Balmoral en Écosse et de Sandringham dans le Norfolk. La Reine fut également très impressionnée après avoir elle-même pris connaissance des documents préparés par Sir David King, décrivant la menace du changement climatique comme plus grave encore que le terrorisme.

L’Observer, citant une source officielle du gouvernement américain, rapporta que la Maison Blanche s’était fendue d’une plainte auprès de Tony Blair, après la visite de King et Schellnhuber, du fait de leur attitude agressive. Apparemment les émissaires de Sa Majesté se pensaient investis de toute l’autorité nécessaire pour expliquer au plus jeune partenaire de la relation spéciale anglo-américaine que sa position sur la question du climat était intenable.

Début novembre 2004, un événement tout aussi inhabituel eut lieu à l’ambassade britannique de Berlin, une conférence germano-britannique sur le climat inaugurée par la Reine Elisabeth II en personne, au cours de laquelle le Pr Schellnhuber fut élevé au statut de Commandeur honoraire du Très Excellent Ordre de l’Empire Britannique (CEB). « Si la Reine considère qu’un de ses sujets est digne d’un Ordre de Mérite, cette personne peut dès lors fièrement être appelée « Officier » ou même « Commandeur de l’Ordre de l’Empire Britannique », écrivait le Spiegel Online du 27 avril en vue du mariage du Prince William et de Kate Middleton. En acceptant ce titre (qu’il aurait pu refuser par adhésion au principe républicain), Schellnhuber a-t-il reconnu son statut au sein de l’Empire ? C’est bien ce qu’il a fait !

Lors de cette conférence, présidée par le directeur du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), Klaus Toepfer, en présence des ministres de l’Environnement britannique, Margaret Beckett, et allemand, Jurgen Trittin, il fut décidé que le Royaume-Uni et l’Allemagne seraient désormais partenaires et vecteurs sur la question du climat.

Les participants à cette conférence ne cherchèrent même pas à cacher le fait que les centres financiers de Londres et de Francfort devaient y jouer un rôle clef pour engager dans les « affaires climatiques » les fonds de retraite européens et mondialisés, les experts en assurance et les compagnies d’assurance. Dans un message vidéo diffusé lors de cette conférence, Tony Blair déclara que cette nouvelle alliance devait convaincre les autres nations de l’origine anthropogénique du changement climatique. A la suite de cette conférence, l’ambassade britannique, le ministère allemand de l’Environnement et le PNUE donnèrent une conférence de presse commune pour présenter leurs orientations programmatiques.

Inutile d’en dire davantage pour comprendre que le contenu et les intrications personnelles de cette conférence constituent les racines intellectuelles de la « grande transformation » du WBGU. La décarbonisation de l’économie allemande, qui fera rapidement fuir l’industrie à haute densité énergétique et, par conséquent, brisera la colonne vertébrale de l’économie allemande, est une politique qui vient directement de la Reine Elisabeth II et de son mari, le Prince Philip d’Edimbourg, grand amateur de dépopulation.

Schelnnhuber, le conseiller principal sur les questions climatiques de la chancelière Merkel depuis son passage au ministère de l’Environnement, est depuis 2004 un haut dignitaire de l’Empire britannique. Il s’agit de toute évidence d’une emprise géostratégique de l’Empire britannique sur la nation industrielle allemande. Il ne s’agit pas ici de théorie de la conspiration, mais simplement des nouveaux habits de l’Empereur… pardon, de la Reine !

Schellnhuber, avec le Prince Charles et la députée verte allemande Renate Kunast, fut l’une des personnes les plus actives dans la préparation du sommet de Copenhague sur le climat. Tous trois, à Potsdam et au Palace Saint-James, ont démontré qu’ils avaient les mêmes objectifs.

Fort heureusement, le scandale des courriels électroniques de l’université d’East Anglia éclata juste avant le sommet de Copenhague, grâce auxquels on découvrit sans l’ombre d’un doute comment le Groupe d’experts intergouvernementaux sur le climat (GIEC) avait systématiquement tronqué les données climatiques pour arriver aux conclusions voulues. Cette révélation d’un des plus grands scandales scientifiques de l’histoire ainsi que le refus des membres du Groupe des 77 à Copenhague de souscrire à un « pacte de suicide », comme le déclara leur porte-parole Lumumba Di-Aping, entraîna l’échec complet du sommet.

L’ancien conseiller scientifique de Margaret Thatcher, Lord Monckton, expliqua alors : « Ce traité de Copenhague nous dit qu’un gouvernement mondial va être mis en place. C’est l’ambition d’un certain nombre de bureaucrates, de groupes politiques, fascistes, (…) depuis longtemps. Ces divers groupes souhaitent établir, ensemble, ou les uns après les autres, leur domination sur le monde. On avait tout d’abord pensé que cela devrait se faire par la force, la force militaire. Aujourd’hui, cela pourrait s’accomplir par un coup d’Etat bureaucratique au nom du sauvetage de la planète, qui n’a pas besoin d’être sauvée. Aucune menace ne pèse sur le climat. Certains ont décidé qu’ils pouvaient persuader les nations occidentales libres d’abandonner leur démocratie, leur liberté, et de transférer leur pouvoir économique et environnemental à un gouvernement mondial non-élu. »

Le GIEC fut totalement discrédité à la suite du sommet de Copenhague et la Chine et l’Inde firent clairement savoir qu’elles ne se soumettraient jamais au diktat de ce gouvernement mondial. Suite à la disgrâce de ces tricheurs, cette affaire aurait dû être terminée. Cependant, pariant sur la mémoire courte de la population et des fonctionnaires de la dictature médiatique, la Fondation européenne pour le climat (FEC), dont le président du comité consultatif est tout naturellement notre CEB Schellnhuber, entreprit, immédiatement après le sommet, de financer les activités de l’Alliance climatique dont dépendent certaines organisations comme campact.de, Attac, Bund et la branche allemande du WWF du Prince Philip. De façon totalement indifférenciée, que ce soit pour bloquer la construction de nouvelles usines de charbon, le projet ferroviaire Stuttgart 21 ou le transport des déchets nucléaires (Castor), l’argent pour les activistes et leurs équipements coula à flots. Et comment se finance la FEC ?

Les partenaires de la FEC

Parmi les partenaires de la Fondation européenne pour le climat se trouve Jamie Cooper, dont le mari, Chris Hohn, à la tête du hedge fund The Children Investment Fund, dirige The Children’s Investment Fund Foundation (CIFF) (Fondation du Fonds d’investissement pour l’enfance). On y trouve également George Polk, qui allait devenir président du comité des directeurs de la FEC. Pour financer son fonds, Polk bénéficia de l’assistance d’EcoFin Ltd., un consultant international pour les « investissements renouvelables » basé à Londres. EcoFin fit don d’un million de livres à la FEC, en actions dans des startups. Polk dirige également une initiative « pour les technologies du changement climatique et les modèles d’entreprises », pour laquelle George Soros a déjà promis un milliard de dollars.

TCI s’est constitué à partir de l’argent amassé par le TCI hedge fund. En 2008, la fondation de Hohn, dirigée par sa femme Jamie, contribua à hauteur de 2,5 millions de livres à la FEC. Chris Hohn, le fondateur de TCI, était auparavant un manager du fonds d’investissement RTI de Lord Jacob Rothschild. En 2005, Hohn et son TCI faisaient les gros titres pour avoir empêché le rachat du London Stock Exchange par la Deutsche Börse. A l’époque, le conseiller juridique de TCI était Friedrich Merz, également conseiller du fonds immobilier Appellas (lié à Georges Soros) et d’autres hedge funds venus s’installer en Allemagne en 2004-2005 afin de créer le même type de bulle spéculative qu’en Espagne et en Irlande.

Selon le site internet du fonds Arcadia, il a versé à hauteur de 5 millions de dollars à la FEC, qui servirent à financer des campagnes contre l’implantation de centrales thermiques en Allemagne et en Grande-Bretagne. « Notre contribution à la Fondation européenne pour le climat doit servir à consolider cette nouvelle organisation et à influencer les prises de décisions au sein de l’UE.

De plus, la contribution d’Arcadia servira à l’organisation de campagnes contre les centrales au charbon au Royaume-Uni et en Allemagne. » La fondation repose sur l’argent offert par Lisbet Rausling, héritière de la société suédoise Tetra Pak, qui a liquidé ses parts de la compagnie et en a transféré l’argent à Londres pour raison fiscale. Lord Jacob Rothschild, Grand-Croix de l’Ordre de l’Empire britannique, siège personnellement à la commission consultative du fonds Arcadia.

La Fondation William et Flora Hewlett n’est pas simplement un « partenaire financeur » de la FEC ; elle participe également au financement de l’organisation ClimateWorks, qui fonctionne comme une caisse de financement de l’activisme en faveur du changement climatique. La Fondation Hewlett s’est engagée à financer ClimateWorks pour les cinq prochaines années, à hauteur de 100 millions de dollars par an. George Polk est senior advisor chez ClimateWorks.

Les autres « partenaires financeurs » de la FEC sont la Fondation Oak d’Alan M. Parker, basée à Genève, qui fait ses milliards avec les boutiques duty free et qui fut l’un des premiers partenaires dans les hedge fund des Caraïbes de Georges Soros. On trouve également la Fondation McCall McBain du milliardaire canadien John McCall McBain, basée à Genève.

ECF.jpg

Nous en arrivons à la préparation de ce que nous avons identifié plus haut comme l’offensive de l’Empire britannique contre la nation industrielle allemande. La Fondation européenne pour le climat y a joué et continue d’y jouer un rôle décisif. Elle fut constituée en 2007/2008, en prévision du sommet de Copenhague, afin de lever des fonds auprès de cercles richissimes, les regrouper puis les distribuer à des groupes de propagande climatique sélectionnés.

Peu après la fondation de la FEC, la Klima-Allianz, créée en 2007 et membre du WWF-Allemagne, de BUND et de campact.de, a perçu 500000 euros de la FEC. Ce capital de démarrage servit à équiper ces groupes d’activistes en leur permettant de construire une infrastructure organisationnelle. En 2008 et en 2009, la FEC a fait don de sommes d’argent au montant inconnu à campact.de, BUND et WWF-Deutschland, afin de lancer des manifestations et des procédures judiciaires contre la construction de nouvelles centrales thermiques au charbon.

Nous voilà donc avec cette scène stupéfiante. Récapitulons :

Dès 2004, la Reine Elizabeth II considère le professeur Schellnhuber comme le meilleur agent pour une opération délicate auprès du Président Georges W. Bush, consistant à lui faire accepter l’escroquerie du changement climatique anthropogénique.

La même année, la Reine se rend personnellement à Berlin pour inaugurer la conférence germano-britannique sur le climat, à l’occasion de laquelle elle « élève » le Pr Schellnhuber au rang de Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (CEB).

Avec Shellnhuber comme président de sa commission consultative, la FEC finance généreusement les « activistes climatiques » allemands, tout en travaillant avec la Commission européenne sur les grands axes de la politique de réduction des émissions de CO2.

En tant que conseiller à l’énergie d’Angela Merkel, ce même Shellnhuber est le principal responsable pour avoir fait de la question du changement climatique l’enjeu principal de la présidence allemande de l’Union européenne en 2007 – ce qui non seulement a nui à l’Allemagne en tant que nation industrielle, mais a également sérieusement compromis sa propre crédibilité en matière scientifique.

En 2009, Shellnhuber, en collaboration avec le Prince Charles, coordonne la préparation du sommet de Copenhague sur le climat, qui se transformera en échec retentissant après que les représentants des pays en développement et émergents eurent compris que l’objet réel de cette conférence était de réduire massivement la population mondiale.

En 2011, en tant que président de la WBGU, il présente une stratégie d’ensemble pour un « Contrat social pour une grande transformation », une proposition pour instaurer un ordre mondial fasciste !

Dès lors, nous sommes en droit de nous demander : le Professeur Shellnhuber serait-il un agent britannique ? On peut tout bonnement poser la question ainsi : si quelque chose creuse comme une taupe, a la même odeur qu’une taupe, fait le même bruit qu’une taupe et ressemble à une taupe, il se pourrait peut-être bien que ce soit, en réalité, une taupe !

Un débat rationnel au lieu de l’hystérie médiatique

Ce ne fut pas facile pour la population de juger rationnellement la situation, étant donné l’hystérie créée par des médias allemands au garde-à-vous. Les plateaux télé n’ont presque exclusivement vu défiler que des experts de Greenpeace et des soixante-huitards de diverses chapelles écologistes. Et si l’on devait croire les gémissements de présentatrices peu embarrassées par leur manque de connaissances scientifiques, l’on aurait pu aboutir à la conclusion qu’il y avait eu au moins une douzaine de super-catastrophes au Japon.

Ce dont nous aurions plutôt besoin, c’est d’une discussion rationnelle à propos de la situation réelle de l’Allemagne, et de notre planète. Claude Allègre, géophysicien et ancien ministre de l’Education et de la Recherche en France, faisait remarquer récemment qu’il faudrait trente millions d’éoliennes pour remplacer les centrales nucléaires en France. La décarbonisation prévue pour l’Allemagne prendrait des proportions similaires, recouvrant le pays d’affreuses lignes de transmission et d’asperges géantes.

Hans-Peter Keitel, de la Fédération allemande des industries, a averti dans le Handelsblatt que l’abandon du nucléaire se traduirait par une augmentation de 222% du prix de l’énergie d’ici à 2017 pour le secteur à forte intensité énergétique, menaçant par conséquent l’existence même de ce secteur.

La légèreté aveugle et suicidaire du débat énergétique actuel s’est clairement illustrée dans la récente décision du Bundesrat, la Chambre haute du Parlement allemand, de cesser tout financement de la recherche sur la fusion dans l’installation de Greifswald, sous prétexte qu’il ne doit « plus y avoir de recherche continue sur de nouveaux type de réacteurs ». Le sabotage du financement d’ITER, le programme international de recherche sur la fusion, sous prétexte que cela drainerait des fonds devant aller à la recherche sur les énergies renouvelables, est du même tonneau.

S’alarmant de cette situation, Thomas Klinger, chef du projet Stellerator de Greifswald, a prévenu que ce manque de volonté creuserait rapidement un gouffre infranchissable entre le niveau de vie, les besoins énergétiques et l’épuisement des matières premières.

La véritable menace

Au-delà du rejet de la fission et de la fusion nucléaire, les perspectives créées par cette « grande transformation » de la décarbonisation de l’économie sont terrifiantes, équivalant à sacrifier le futur de toute l’espèce humaine. Le tremblement de terre de degré 9.0 sur l’échelle de Richter et les violentes répliques qu’a connus le Japon, et plus largement l’entrée en activité de toute la ceinture de feu du Pacifique, sont liés à l’interaction des cycles de notre système solaire et de notre galaxie et à ses effets complexes sur le spectre électromagnétique et les processus physico-chimiques.

L’étude des fossiles laisse clairement apparaître une corrélation entre les cycles galactiques de 62 millions d’années, dont les changements de phase ont entraîné un accroissement des activités volcaniques et sismiques, ainsi que des progrès et des reculs de la biodiversité à la surface terrestre. Lors du dernier changement, il y a 65 millions d’années, entre le Crétacé et le Tertiaire, la majorité des espèces vivantes se sont éteintes. Si l’Homme veut s’épargner une aussi funeste destinée, il nous faut renforcer en nous-mêmes ce qui fait le propre de notre espèce : notre raison créatrice, c’est-à-dire notre capacité à comprendre et à maîtriser les lois de l’univers.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a profité du cinquantième anniversaire du voyage légendaire de Youri Gagarine dans l’espace, qui a ouvert un nouveau chapitre de l’histoire de l’humanité, pour évoquer le rôle potentiel du vol habité et de l’exploration spatiale pour notre capacité à prévoir les tremblements de terre. « Nos collègues nous ont dit que certains signes avant-coureurs du tremblement de terre qui a frappé le Japon avaient été détectés. Et aujourd’hui, nous ne connaissons que trop bien les conséquences de cette catastrophe. Dans ce contexte, nous avons, bien entendu, fortement besoin de programmes sérieux d’exploration spatiale. Nous avons encore tout à apprendre sur le fonctionnement de la nature. Et sans programmes de recherche spatiale, sans industrie spatiale, ce sera tout simplement impossible. » Poutine mentionna également le programme de recherche sur les systèmes de propulsion nucléaire, « fondé sur des projets très prometteurs ». Par exemple, ce programme « rendra envisageables les vols interplanétaires, ainsi que des recherches lunaires plus avancées, il servira également dans la recherche d’exoplanètes. »

La « grande stratégie » de WGBU s’appesantit au contraire sur notre « planète limitée », sur « les interdépendances complexes de notre société globale dans le cadre des limites de notre planète » et sur « les limites de notre espace environnemental naturel ». L’idée d’une planète finie concorde parfaitement avec les souhaits d’une élite oligarchique, dont le but évident est de maintenir ses privilèges de luxe pervers face à un nombre strictement contrôlé de sujets arriérés et serviles. Il ne serait donc pas surprenant de voir les Verts devenir le parti des plus hauts revenus, supplantant même le parti libéral FDP.

Notre planète fait partie intégrante d’un monde au sein duquel la raison créatrice de l’homme, potentiellement perfectible à l’infini, est le reflet d’un univers sans limites se développant de façon anti-entropique. La raison pour laquelle une idée immatérielle peut affecter l’univers physique, tient du concept de microcosme et de macrocosme identifié par Nicolas de Cues, de la conception de la monade de Leibniz et de la signification de la noosphère chez Vernadski. Ceci correspond à la réalité, alors que l’histoire est bien plus souvent remplie des chansons et écrits de courtisans qui ne font que chanter la gloire de leur maître pour assurer leur propre dîner.

Le grand scientifique allemand Krafft Ehricke a vu juste en disant que le vol spatial serait le prochain saut naturel de l’évolution humaine. Tout comme la vie s’est développée depuis les océans vers les continents, la prochaine étape de notre évolution sera notre exploration et nos futures colonies de l’espace proche, telles que la Lune, Mars et les astéroïdes. Tous les astronautes et cosmonautes qui ont été dans l’espace affirment à l’unanimité avec d’autres grands scientifiques que c’est la seule voie permettant de réaliser le but commun de l’humanité.

La Chine qui, comme l’Inde et la Russie, a un programme spatial ambitieux, a réagi aux événements du Japon en intensifiant ses recherches dans les systèmes de prévention des tremblements de terre, en accélérant les progrès dans les réacteurs nucléaires intrinsèquement sûrs comme le HTR et en faisant de la maîtrise de la fusion nucléaire sa priorité absolue. La Chine s’est clairement exprimée sur sa volonté de devenir une puissance scientifique, voire la puissance scientifique majeure d’ici à 2050. Au moment où se tenait la conférence de Copenhague, il aurait dû apparaître clairement, même aux plus ignorants, que la Chine n’avait et n’a aucune intention de se soumettre à un Léviathan impérial britannique.

Au vu de ce qui vient d’être dit, il ne doit faire aucun doute pour personne que de puissants intérêts vont tenter par tous les moyens de mettre à bas non seulement l’énergie nucléaire, mais toutes les recherches ayant trait au futur de l’espèce humaine, et que les esprits enclins à la science tenteront tout pour les sauver. C’est pourquoi nous affirmons que l’Allemagne restera une nation industrielle et demeurera à la pointe de la recherche fondamentale, et que nous n’allons pas nous fier aux conclusions par trop prévisibles d’un Conseil d’éthique constitué exclusivement de Verts scientifiquement sous-qualifiés (avec, qui sait, quelques exceptions).

Angela Merkel a choisi le 17 juin comme date butoir pour fixer un nouveau cap. Ce jour doit devenir un jour de résistance pour tous les êtres humains qui veulent défendre l’Allemagne de Nicolas de Cues, Johannes Kepler, Gottfried Leibniz, Carl Friedrich Gauss, Bernhard Riemann, Albert Einstein, Max Planck, Lise Meitner, Otto Hahn et Krafft Ehricke, pour n’en citer que quelques-uns.

 

Notes:

[1] La CDU et les libéraux du FDP.

[2] En 2000, la grande coalition du gouvernement allemand votait pour la sortie du nucléaire d’ici 2021. En 2010, Angela Merkel, désormais chancelière, décidait de prolonger de dix-sept ans la durée de vie des centrales, jusqu’à ce que les énergies « renouvelables » puissent colmater la brèche. Un quart de l’électricité allemande vient du nucléaire.

[3] Mappus (CDU), ancien gouverneur de l’Etat de Bade-Wurtemberg, battu lors des élections du 27 mars ; Lindner, secrétaire général du FDP partenaire de la coalition de Merkel au pouvoir.

[4] Le Mein Kampf d’Adolf Hitler

[5] Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social ou principes du droit politique (1762)

[6] En 2005, Josef Ackermann, PDG de la Deutsche Bank, annonçait un objectif de taux de rendement de 25%.

[7] Des courriels et des documents internes de l’université d’East Anglia obtenus en novembre 2008 par des hackers, ont révélé que les scientifiques de cet institut de référence pour les théories du réchauffement climatique avaient tordu le cou à la vérité des chiffres et des données historiques, afin d’étayer leurs affirmations a priori d’un réchauffement provoqué par l’activité humaine, et ceci en éliminant toute donnée contradictoire. Le professeur Phil Jones qui dirigeait cette unité de « recherche », fut obligé de démissionner lorsque l’enquête démontra qu’il avait mué en réchauffement les données sur le refroidissement des températures.

 

 

http://www.solidariteetprogres.org/article7719.html

 

 

Action : Imprimez, signez et retournez-nous notre APPEL demandant la dissolution du WBGU

 

 

climat-cht-j-copie-1.jpg

 

Voir aussi :

 

 

 

 

« Les chambres du futur ?

Cela n’a rien à voir avec une éco-dictature »

Mais bien sûr...

.

 

13 mai 2011 (Nouvelle Solidarité) – Dans une interview au quotidien berlinois Die Tageszeitung , Claus Leggewie, membre du Conseil consultatif pour un changement global (WBGU) aux côtés de Hans Joachim Schellnhuber, expose clairement les intentions dictatoriales de la nouvelle gouvernance écologiste qu’ils tentent d’imposer à un gouvernement allemand affaibli.


Il appelle ainsi à la création d’une « Chambre de l’avenir » [ou Chambre des affaires du futur], qui fonctionnerait « comme le troisième pilier de la démocratie parlementaire au sein du processus législatif. Les membres de cette commission ne seraient pas nommés suivant les critères des partis politiques ou des groupes de pression, mais tirés au sort parmi les citoyens engagés ».


Il s’agirait donc de confier ce contrôle supra-parlementaire à un comité de citoyens non-élus mais présélectionnés pour leurs adhésion aux thèses écolo-radicales.

Bien sûr, Leggewie se défend de vouloir un « changement de régime par rapport à la démocratie représentative » , mais il explique dans la même phrase que cette « Chambre du futur » aurait la capacité de bloquer les décisions du parlement : « elle n’aurait pas de droit de véto absolu, mais elle conduirait une étude d’impact sur la durabilité, dont le parlement devrait attendre les résultats avant de les prendre en compte dans ses décisions ».


Sentant certainement qu’il en a déjà trop dit, il ajoute : « Cela n’a rien à voir avec une éco-dictature. » (! !!)


Signalons tout de même qu’un peu plus tôt dans l’interview, à la question : « Si on a débattu assez longtemps, la police peut-elle sortir les matraques ? », Leggewie avait répondu :  « Vous cherchez à m’extorquer une réponse ! Bien sûr, en dernière analyse, l’Etat peut exercer son monopole de la force, surtout si les citoyens sont plus fortement impliqués dans les décisions. »


Rappelons que dans son rapport remis au gouvernement début avril, la WBGU propose une « architecture de gouvernance mondiale » pour revenir d’ici 2050 à l’avant révolution industrielle, et ce grâce à un « nouveau contrat social » pour « rendre la transition voulue agréable à la vaste majorité, (…) et obtenir leur consentement et inviter leur coopération ».


Dans son appel à démanteler le WBGU, Helga Zepp-LaRouche compare cette nouvelle doctrine à la politique de Gleichschaltung imposée dès 1933 par Hitler pour faire marcher l’Allemagne au pas nazi grâce à un vaste lavage de cerveau.

 

http://www.solidariteetprogres.org/article7728.html

 

 

Rappel :

 

songdo-ville--colo.jpg.

Effet de "Serres" et Révolution Verte Eugénique

 

..

http://medias.lepost.fr/ill/2009/10/15/h-20-1743781-1255620693.jpg

http://medias.lepost.fr/ill/2009/10/15/h-20-1743781-1255620693.jpg


Sortir de l'impasse énergétique (2)

par La Lettre du lundi

 

http://www.swissinfo.ch/media/cms/images/keystone/2010/11/100236441-28794490.jpg

swissinfo.ch

Sortir de l’impasse (2)

mai 14th, 2011

 
  
Après Les chênes qu’on abat, Le bout de l’impasse et fr/2011/05/08/sortir-de-limpasse-1/">Sortir de l’impasse (1), ce billet est le quatrième de la série que nous consacrons à l’absence de prospective en politique, notamment dans le domaine de l’énergie.
  
Dans le billet de la semaine dernière, nous avons exposé une première solution qui pourrait nous permettre de « sortir de l’impasse » énergétique dans laquelle nous nous enfonçons un peu plus chaque jour : le solaire spatial. Avant d’aller plus loin et d’exposer une seconde solution, une précision s’impose.
  
Nombre d’entre vous nous ont interrogé sur le lien entre politique et énergie. En d’autres termes, pourquoi La Lettre du Lundi, dont l’essentiel des billets est tourné vers le politique, l’économique, le social… s’intéresse-t-elle autant au secteur de l’énergie, décrivant avec moult détails des technologies naissantes et controversées ?
  
Pour répondre à cette question, une mise en perspective s’impose.
  
  
Toujours plus vite…
  

Depuis la Renaissance et, plus encore, depuis le début de la Révolution industrielle, la société « occidentale » a constamment augmenté sa vitesse d’évolution. Ce phénomène d’accélération s’est manifesté dans tous les domaines, que ce soit l’évolution des idées politiques, les changements de structures économiques ou les mentalités des individus (voir notamment Le Second Empire en ce qui concerne la Chine, puissance désormais capitaliste et « occidentalisée »).
  
Acteur et victime de cette accélération constante, notre société est aujourd’hui totalement incapable de la maîtriser. D’où des phénomènes d’éclatement, de « liquéfaction » des structures (voir notamment Welcome to the Machine, Révolution ou jacqueries ? ou Rêve de HAL), leurs dirigeants ayant abandonné toute velléité de prospective pour ne plus se contenter que de réagir le plus vite possible à des stimuli extérieurs.
  
Le trading de haute fréquence (voir Le temps des bulles), qui consiste à acheter puis vendre (ou l’inverse) des actions, obligations ou produits dérivés en quelques millisecondes pour « engranger » un gain minime par transaction, mais que l’on va répéter des millions de fois, symbolise parfaitement cette évolution. Le corollaire de cette accélération constante et du court-termisme qui en résulte, c’est l’abandon de toute ambition visant à planifier des actions dans la durée.
  
Sous la pression de cette accélération, les structures étatiques – école, système de santé, justice, armée… – vont « imploser » les unes après les autres, laissant les individus « atomisés » et désemparés. Dans cet environnement bouleversé, le pouvoir reviendra aux sociétés transnationales, devenues les « seigneurs » de ce nouveau Moyen Âge. Pour la quasi-totalité des individus, la servitude ou quasi-servitude sera le lot commun.
  
  
Le pari de Pascal
  
Pour qu’une nouvelle Renaissance – que l’on pourrait définir comme la reconstitution d’un ordre social et de structures sociales faisant de l’épanouissement de la totalité des membres du groupe sa priorité – puisse éventuellement et ultérieurement voir le jour, deux conditions cumulatives devront être remplies :

  • la première – la principale – est de disposer d’une culture susceptible de servir de base à cette nouvelle construction. Nous avions brièvement abordé cette question dans L’alpha et l’oméga et aurons probablement l’occasion d’y revenir dans de futurs billets ;
  • la seconde est d’être capable de bâtir, de se développer et de croître. On peut y voir une version moderne et laïcisée de l’injonction biblique « Croissez et multipliez »… mais il n’y a là rien de bien nouveau : cette volonté, on pourrait presque dire cette nécessité, de croissance et d’expansion est le propre de toute civilisation en phase de développement.

Pour remplir cette seconde condition, nous aurons besoin d’énergie, de beaucoup d’énergie, certainement dans des proportions qui nous semblent aujourd’hui inimaginables.evolution-de-la-consommation-energetique-par-individu.gif À titre de repère, un humain consomme aujourd’hui chaque année plus de 2 tonnes d’équivalent-charbon, soit plus de 20 fois ce qu’il consommait en 1860, alors que la révolution industrielle était déjà lancée… Si une Renaissance voit le jour, il ne serait pas absurde qu’une augmentation d’échelle aussi spectaculaire existe entre la consommation d’énergie de l’homme d’aujourd’hui et celui des siècles futurs.


Pour les raisons évoquées dans nos précédents billets (voir Les chênes qu’on abat et Le bout de l’impasse), il est fort peu probable que l’on puisse trouver sur Terre une énergie suffisante pour soutenir un tel changement d’échelle. Il faudra donc aller la chercher dans l’espace, en puisant d’une manière plus directe et plus efficace dans la source d’énergie à l’origine de la vie terrestre : le soleil.
  
Mais l’entrée dans un nouveau Moyen Âge va très probablement s’accommoder fort mal d’une recherche scientifique tournée vers des technologies d’avant-garde visant à optimiser cette recherche de nouvelles sources d’énergie. Or, si nous voulons donner à nos descendants les moyens de raccourcir ce nouveau Moyen Âge, d’en sortir le plus vite possible, ils auront besoin des deux « armes » que nous mentionnions plus haut : la culture d’une part, des technologies leur permettant de disposer d’immenses quantités d’énergie d’autre part.
  
Investir aujourd’hui dans des technologies de ce type constitue donc à la fois un « pari sur » et une « assurance pour » l’avenir. Pari qu’un tel investissement est le bon, que c’est bien là qu’il faut faire porter prioritairement les efforts ; assurance car, si le pari s’avère pertinent, les efforts effectués aujourd’hui permettront de raccourcir la nuit qui s’annonce.
  
Il en est de même de l’effort que nous pouvons et devons effectuer pour maintenir un niveau de culture et d’éducation le plus élevé possible. La culture et l’éducation ne sont pas les thèmes auxquels est consacrée cette série de billets mais, là aussi, les investissements d’aujourd’hui permettront de moins désespérer demain.
  
Pour illustrer le propos à l’aide d’une fiction historique un peu osée, on peut imaginer que, si les Romains avaient conçu ne serait-ce que l’embryon d’une machine à vapeur ou d’une presse à imprimer, le Moyen Âge n’aurait pas duré dix siècles…
  
Toutes proportions gardées, c’est une version modernisée et athée du pari de Pascal que nous proposons de faire : soit ce pari s’avère juste et le « gain » pour nos descendants sera très élevé, soit il s’avère erroné et le fait d’avoir misé et perdu ne changera pas grand’ chose à la marche du monde. En pessimiste actif, nous restons persuadés que l’on n’est « jamais à l’abri d’une bonne surprise » et qu’il nous revient de mettre en place les conditions favorables à sa survenance.
  
Après cette longue digression, nous reprendrons dans un prochain billet le cours de notre exposé.
  
  
Lundi
© La Lettre du Lundi 2011

 

http://lalettredulundi.fr/2011/05/14/sortir-de-limpasse-2/

 

 

http://www.artyj.fr/.ECORESISTANCE.jpg

 

http://www.artyj.fr/.ECORESISTANCE.jpg

 

 

 

Une excellente initiative à relayer :

Note d'eva :

 

Il s'agit de parrainages.

C'est une intiative à relayer.

Chacun y trouvera des sujets de joie.


Voici le courriel reçu :


"Nous sommes à la recherche de grands-parrains et grandes-marraines
et accueillons tous les petits filleuls qui en auraient besoin - JLF".
Contact :

Personnellement, je suis sensible à la question du handicap.
J'ai réalisé, jeune, un documentaire pour la télévision,
sur l'accessibilité des villes aux personnes handicapées.
Par ailleurs, je suis pour le "mélange" des générations, profitable à tous.
Et par ex, d'un côté des besoins (car souvent les parents sont occupés),
de l'autre de la disponibilité, de l'expérience - et de la tendresse à partager.
Les deux sont faits pour se rencontrer.
Alors, relayons cette initiative citoyenne et fraternelle ! eva
Lettre d'information du réseau Handicap

 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 01:31

 

http://i69.servimg.com/u/f69/12/59/24/45/det-mm10.jpg

 

ostdudauphin.forumperso.com

 

 

Sommaire:

 

- Les jolies guerres de l'Occident, par eva R-sistons

- L'Europe, c'est la guerre ! Par François Asselineau

- Les débats de Sarkozy, par eva R-sistons

- Le discours sécuritaire pour mieux justifier les régressions sociales

- Le FN, un parti comme les autres ? par eva R-sistons, entre autres

- Les dernières trouvailles d'eva R-sistons

 

 

 

Introduction:

 

J'étais en train de vous préparer un "Esclavage d'hier et d'aujourd'hui", et j'ai interrompu cette préparation pour publier un post que je viens d'envoyer sur mon blog senior infos, concernant l'Europe et la guerre; je le précède d'une introduction sur les guerres. Et je joins un article que je viens aussi de publier sur mon blog destiné aux seniors, concernant cette fois le discours sécuritaire, agrémenté d'un petit post que j'ai fait sur le FN et d'une introduction sur les fameux débats dont on n'entend plus parler d'ailleurs, car aussi stupides que le parrainage (par des petits s'ouvrant à la vie !) d'un enfant juif décédé lors de l'holocauste ou encore dernièrement, que la prime de mille euros destinée à nous berner mais qui, dans les faits, n'apparaîtra sans doute que devant... caméras ou projecteurs !  icon_rolleyes.gif  icon_lol.gif eva

 

 

a-guerre.jpg

 

 

Les jolies guerres de l'Occident

par eva R-sistons

 

 

La Der de Der ! Emouvant hommage rendu au dernier poilu français - Lazare Ponticelli, d'origine italienne d'ailleurs...  Vous vous souvenez ? Moi oui, mais peut-être parce que je vomis par-dessus tout les guerres, et que j'ai été émue par le cri pathétique de cet homme qui les avait vécues : "Plus jamais ça !"

 

Mais sait-il, notre Lazare, que les guerres sont décidées par ceux qui ne les font pas, et qui sont les personnes les plus puissantes de la planète ? Croit-il qu'on meurt pour "sa patrie", comme nous le dit la Marie Drucker afin de nous envoyer allégrement défendre l'Occident cher à son coeur, un Occident terriblement anglo-saxon et si israélien ? Pas du tout, on meurt pour les multinationales apatrides. Et si les femmes cessaient, à l'arrière, de fournir l'effort de guerre qui tuera leurs hommes, mari, père, frère, ami, fils, les guerres s'arrêteraient !

 

Or donc, je publie un post de M. Asselineau sur "l'Europe c'est la guerre". Il a raison ! Mais il oublie pas mal de choses. Aussi, je poursuis ici-même son article, à ma façon.

 

--- De tous temps, l'homme a éprouvé le besoin de manifester sa force, de dominer l'autre, de le supplanter, et de lui piquer ses biens. C'est devenu plein de choses : Le colonialisme, l'impérialisme, les guerres d'hégémonie... Passons. Certes, au début il s'agissait de guerres de survie.

 

--- Au début ? Tiens donc ! Plus que jamais, ce sont des guerres de survie. L'homme est fou, ou si vous préférez, il est déraisonnable. Donc, il sur-consomme, il gaspille, au lieu de gérer la planète terre avec sagesse, avec parcimonie, oserais-je le mot, aussi ? Avec tendresse. Comme les Amérindiens, en songeant que le terre appartient à tous, qu'il faut la chérir, et... la partager. La partager ? Glup ! Se l'approprier, plutôt ! Et la presser comme un citron. Résultat, la terre est exsangue. Après moi le déluge ! Nos distingués décideurs n'ont pour horizon que le court terme. Et tant pis pour les générations futures...

 

Or donc, les ressources se raréfient. Qu'à cela ne tienne ! Les plus forts vont s'approprier ce qui ne leur appartient pas. Et comme ces plus forts sont malins et qu'ils ont à leur service la caisse de résonance des médias, ils viennent au secours "des populations civiles", comme en Libye, ou de "la démocratie", comme en Tunisie, ou "des femmes", comme en Afghanistan, ou pour éviter "la prolifération d'armes de destruction massive".... et ils détruisent tout, en bombardant même avec des armes interdites, provoquant des dommages collatéraux effroyables, comme au Vietnam ou en Irak ou en Libye ou en Palestine occupée. Vous avez dit uranium appauvri ? Un uranium, en tous cas, qui enrichit considérablement les statistiques, le nombre de malades et de malformés. Et tout ça pourquoi ? Pour organiser un racket planétaire sur toutes les ressources encore disponibles (et j'épargnerai à tous ces belligérants de l'Occident une discussion sur le désir de maintenir un niveau de vie insolent qu'on refuse aux autres). Bref, guerres pour le pétrole (Libye, Irak, etc), pour le cuivre, l'uranium, les diamants, ou même le sucre, le cacao, etc, qu'il ne faut surtout pas abandonner aux populations locales (c'est la raison du déclenchement des guerres sur le continent africain, pour, via le valet français des Anglo-Saxons et des Israéliens, implanter bases militaires et multinationales).

 

Saddam Hussein..

un empêcheur de piller en rond !

 

Figurez-vous que je viens de regarder un reportage sur Saddam Hussein (TV5 europe, 21 mars 2003. J'ai une vidéothèque chez moi, des archives monumentales. Pour les exploiter, il me faudrait un elixir de vie éternelle). Et que disait-il ? Car à cette époque encore, on pouvait voir des documents neutres, fouillés, honnêtes, et donnant à réfléchir.. Eh bien, il disait que S. Hussein, au pouvoir, avait pris pour modèle Nasser, l'idole des Arabes. Il détestait les Anglais, qui justement détenaient le monopole de l'exploitation et de la vente du pétrole, au détriment des Irakiens. Imaginez: 47 % pour les Anglais de Sa Majesté (oui, vous savez, parce que vous me lisez, que je les adore !), 24 % pour les Français (tiens, déjà là ?), et 24 % pour les Amerloques. Et les Irakiens, dans tout ça ? Un petit 5 % ! 

 

Or donc, le vilain, vilain S. Hussein nationalisa la Company. Et comme il était malin, le bougre, et qu'il ne voulait pas finir comme Nasser ni voir son pays envahi par les Occidentaux qui par l'odeur du pétrole alléchés... - bref, vous avez compris, je fais allusion à Lafontaine - donc, S Hussein fit un voyage en URSS, en pleine guerre froide, et il ramena dans sa valise des conseillers soviétiques. C'était sa barrière de protection à lui. Bref, il rendit aux Irakiens ce qui leur appartenait. Et savez-vous ce qu'il fit ? Comme Kadhafi, justement, l'autre bête noire des Occidentaux (qui lui aussi se piqua de nationaliser le pétrole de son pays), il fit de l'Irak un pays phare, comme Kadhafi avec la Libye. Il modernisa l'agriculture, relia les villes entre elles, bâtit des écoles et des hôpitaux, et il fit profiter son peuple de la manne pétrolière. Promotion d'une élite moderne, promotion des femmes, Etat laïc...  mais nationalisations. La suite, vous la connaissez. S. Hussein, comme Kadhafi ou Gbagbo aujourd'hui, dérangea les intérêts des multinationales de l'Occident. Au final, un pays détruit, plus d'un million de morts, trois millions de réfugiés, des hordes de blessés, d'handicapés, d'orphelins... et un pays ruiné, divisé, en proie aux conflits inter-ethniques. Alors, il est pas beau l'Occident démocrate ? 

 

--- L'Occident a besoin de guerres. Pas seulement pour voler les ressources qui ne lui appartiennent pas, les piller en toute impunité (la Cour Pénale Internationale étant là pour réprimer les péchés véniels des non-alignés, et faire miséricorde aux criminels tout puissants de l'Occident), mais aussi pour faire du profit. L'industrie de l'armement est celle qui rapporte le plus, sans elle les Etats-Unis se seraient déjà effondrés. Et puis rien ne vaut une bonne guerre de destruction pour ensuite tout reconstruire et proposer des Plans Marshall juteux pour les grandes banques. Dieu reconnaîtra les siens, Bush a promis que les guerres de l'occident seraient pour le "Bien", le bonheur des peuples (Obama préfère parler de"démocratie", c'est moins ridicule).

 

--- Les guerres sont l'étape ultime du capitalisme. Une "bonne" crise débouche toujours sur une "bonne" guerre. Quand les auto-proclamés bienfaiteurs de l'humanité auront retiré aux peuples tous leurs avantages sociaux ou leurs services publics, quand tout sera privatisé, et qu'il n'y aura plus rien à soutirer, alors il restera les guerres pour faire re-démarrer l'économie, et pour remplir à nouveau les coffre-forts des industriels de mort, des banquiers et des patrons de grands médias friands d'adrénaline.

 

--- Or donc, cher M. Asselineau, je vois aussi d'autres raisons pour faire de l'Europe le prochain terrain des guerres les plus meurtrières - à nouveau. Nos bons zamis américains ont mis des bases militaires partout, profitant de la crédulité des pays de l'Est et des marionnettes au pouvoir, ou suite à la guerre de Yougoslavie déclenchée afin d'étouffer un peu plus la Russie. C'est la stratégie du "containment". L'objectif principal des Amerloques (avides de dominer la terre entière), des British (soucieux de ne pas perdre leurs prérogatives) et du toutou français, est d'attaquer la Russie et la Chine, pour enfin soumettre la planète entière, après avoir écrasé au préalable les pays dissidents comme la Libye, la Syrie, le Vénézuela, l'Iran... Le Japon, qui manifestait des velléités d'indépendance, a été, lui, réduit à néant via, sans doute, les techniques de manipulation climatiques les plus sophistiquées. Là aussi, Dieu reconnaîtra les siens. Car comme chacun sait, les Américains sont de

fervents chrétiens.

 

Et dans ce contexte, via l'OTAN, qui va être le supplétif des guerres américaines sur le continent ? La bonne vieille Europe, voyons !  D'abord en s'enrôlant dans des chocs de civilisation sans fin après avoir été conditionnée par les Médias contre Arabes et Musulmans, ensuite en subissant, aux premières loges, les dégâts collatéraux des ambitions impériales: Actes "terroristes", attentats agrémentés d'armes bactériologiques ou chimiques, nuages radio-actifs qui cette fois ne seront pas arrêtés par les douaniers, représailles des Chinois et des Russes malmenés, etc etc, les surprises ne manqueront pas. La fiesta sera complète, et sur les champs de ruines, les zamis américains arriveront comme d'habitude en sauveurs pour récolter les lauriers - et les contrats. Alors, elle est pas belle, la vie, hein Leymergie et autres Pujadas ? Qu'est-ce qu'ils vont nous raconter comme salades, ces deux-là, et tous les autres, en pleine guerre ? Je veux voir ça.  Drucker (l'autre, l'oncle) va continuer à nous distraire ? Et Delahousse va nous balancer ses sourires soporifiques ? Et J.P. Pernaud va nous chanter la France bienheureuse ? Ah ils vont avoir bonne mine, tous ces oiseaux de bon augure, quand ils ne pourront plus présenter leur Journal au milieu des ruines ! 

 

Voilà, M. Asselineau. D'accord sur le pronostic des chocs de civilisation, mais je vais plus loin. L'Europe sera le principal théâtre d'opérations des guerres impériales contre la Russie et la Chine outragées. L'Angleterre s'isolera dans son superbe... isolement, et les nuages radio-actifs continueront de faire le tour de la terre en narguant les frontières.

 

La Der de Der ? En tous cas, pas pour l'Europe !

 

Allez, il ne reste plus qu'à plier bagage et à planter notre tente dans ce qui reste des forêts encore vierges, en Amazonie, et à jouer les Tarzan.

 

En ayant la sagesse de prévoir un aller sans retour...

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com.

 

TAGS : Occident, Russie, Chine, Iran, Syrie, Vénézuela, Libye, Tunisie, Arabes, Musulmans, Afrique,  Etats-Unis, France, Angleterre, nucléaire, guerre, Forêt vierge, Tarzan, Leymergie, Pujada, Marie Drucker, Michel Drucker, JP Pernaud, Delahousse, OTAN, Yougoslavie, Japon, radio-actifs, Bush, Obama, Plan Marsh all, Cour Pénale Internationale, Gbagbo, Kadhafi, S. Hussein, Palestine, Afghanistan, Nasser, Vietnam, Asselineau, pétrole, multinationale, Israël, Lazare Pontelli, Der de Der, médias, choc de civilisations, Amérindiens, URSS, Lafontaine, Afghanistan, TV5 Europe

 

 

L'Europe vers la guerre ?

L’Europe c’est la paix ?

Non, l’Europe c’est la guerre !


par François Asselineau*
.

"L'Europe, c'est la paix", un credo toujours martelé comme une évidence, mais jamais démontré. La simple chronologie historique révèle pourtant autre chose : si la paix a prévalu jusqu'aux années 1960, ce n'est pas grâce à "l'Europe" communautaire : elle n'existait pas ! C'est hélas l'équilibre de la terreur pendant des décennies, qui a assuré la paix en Europe et évidemment pas les montagnes de paperasses des technocrates de la Commission de Bruxelles visant à harmoniser l’éclairage des voitures ou le pourcentage de matières grasses dans le beurre de cacao. Aujourd'hui, si la guerre classique d’État à État tend à s’éteindre dans l’ensemble des pays développés, c’est essentiellement sous l'effet de la hausse des niveaux de vie, de l’éducation et l'information permanente qui contribuent à une sorte de conscience universelle. Désormais, les guerres entre pays développés sont beaucoup plus sournoises. Elles se font de façon invisible pour l’homme de la rue. Les guerres du XXIe siècle usent d’autres moyens, beaucoup plus perfides et sophistiqués. Tragique ruse de l’Histoire, le principe même de la construction européenne consiste précisément à repousser les pays du Maghreb et d’Afrique à l’extérieur du périmètre de prospérité européen, la candidature du Maroc à l’entrée dans l’Union européenne ayant d’ailleurs été officiellement rejetée. La définition purement conventionnelle de ce que sont des continents ne devrait pas primer sur une réflexion sage sur ce qu’il convient de faire pour préserver la paix des futures générations des deux côtés de la Méditerranée. En réalité, le raisonnement cynique et dur des européistes prouve en quoi l’Europe, loin de nous assurer la paix, est au contraire en train de nous amener la guerre.



L’affirmation selon laquelle la construction européenne aurait installé la paix sur le continent européen doit être étudiée avec beaucoup de précision car il s’agit de l’un des arguments les plus efficaces de la propagande européiste.


Tirant parti de ce qu’il n’y a pas eu de conflit armé, en effet, entre la France et l’Allemagne depuis 1945, la propagande européiste nous assure que cette situation heureuse découle indubitablement de la construction européenne et que celle-ci ne saurait donc être remise en question, sauf par de dangereux va-t-en guerre.


Pour beaucoup de Français, cet argument selon lequel « l’Europe, c’est la Paix » est d’autant plus intimidant qu’il semble incontestable. Il joue même un rôle décisif pour les Français qui ont personnellement des souvenirs d’enfance de la Seconde Guerre mondiale. Comme l’ont révélé les sondages post-électoraux effectués par tranche d’âge après le référendum de 2005, l’argument de la paix explique principalement pourquoi ce sont les électeurs de plus de 60 ans – et davantage encore ceux âgés de plus de 70 ans – qui ont été les seuls à voter majoritairement en faveur de la Constitution européenne.


Pourtant, cet argument selon lequel « l’Europe, c’est la Paix » est à la fois faux et très dangereux. Et l’UPR tient non seulement à ne pas le passer sous silence mais elle tient par-dessus tout à en expliquer la fausseté. Car, comme bien souvent dans l’histoire des hommes, une construction politique prétendument porteuse de paix est en train de nous conduire à la guerre. Examinons pourquoi.

 
1) La construction européenne
n’a été pour rien dans le maintien de la paix
en Europe depuis 1945


Contrairement à ce qu’assène la propagande, la construction européenne n’a été pour rien dans le maintien de la paix sur le continent européen depuis 1945 (plus exactement dans sa partie occidentale, car le continent a connu plusieurs conflits très meurtriers dans l’ancienne Yougoslavie).

Qu’est-ce qui permet de l’affirmer ?
Tout d’abord la simple chronologie des faits.

En effet, si la fameuse Déclaration Schuman date du 9 mai 1950, le Traité de Rome n’a été signé quant à lui que le 25 mars 1957 et les institutions communautaires ne se sont mises en place que très progressivement ensuite. Ce simple rappel des dates a une conséquence logique immédiate : si la paix a prévalu entre 1945 et, disons, le début des années 1960, il est tout simplement impossible d’en attribuer le bénéfice à quelque chose qui n’existait pas.

Ainsi, ce n’est pas grâce à la CECA balbutiante ou au Traité de Rome, puisqu’il n’existait pas, que le blocus de Berlin de 1953 ou que l’insurrection hongroise de 1956 n’ont pas dégénéré en conflit mondial. Si la France et l’Allemagne ne sont pas entrées en guerre l’une contre l’autre pendant les années 50, c’est parce que ce n’était tout simplement pas le sujet du moment, loin s’en faut. La guerre qui menaçait d’ensanglanter l’Europe ne risquait pas d’opposer les deux rives du Rhin mais le camp occidental sous influence américaine et le camp socialiste sous influence soviétique.

Or, ce qui a préservé la paix porte un nom : l’équilibre de la terreur. C’est-à-dire la perspective d’une « destruction mutuelle assurée » – c’était le nom même du concept stratégique (« MAD » pour « Mutual Assured Destruction » en anglais) entre les troupes de l’OTAN et celles du Pacte de Varsovie -, à l’issue d’une apocalypse nucléaire qui aurait anéanti le continent et sans doute même la planète entière.

Ainsi donc, et l’on se sent presque gêné de devoir le rappeler tant la propagande européiste a occulté la réalité des faits, si la paix a prévalu entre 1945 et la chute du Mur de Berlin en 1991, c’est parce que l’Europe était, de part et d’autre du rideau de fer, armée jusqu’aux dents. C’est une triste réalité mais elle est indéniable : ce sont les bombes thermonucléaires, les sous-marins lanceurs d’engins, les forces aériennes stratégiques et les missiles balistiques ou de croisière, qui ont assuré la paix en Europe. Ce ne sont pas les montagnes de paperasses des technocrates de la Commission de Bruxelles visant à harmoniser l’éclairage des voitures ou le pourcentage de matières grasses dans le beurre de cacao…

D’accord. Mais maintenant ? Eh bien maintenant, il faut regarder le monde tel qu’il est en 2010 et non pas le monde tel qu’il était il y a cinquante ou cent ans.


2) Les trois évolutions majeures
de l’Occident depuis 1945

Trois évolutions structurelles extrêmement puissantes se sont imposées en Europe occidentale depuis la fin du second conflit mondial.


2.1. – Première évolution majeure : la fin des guerres classiques entre pays développés


La première de ces évolutions concerne la fin des guerres classiques entre pays développés.
L’histoire européenne a été marquée, depuis la Renaissance, et surtout depuis la Guerre de Trente Ans et le Traité de Westphalie de 1648, jusqu’en 1945, par la guerre classique, c’est-à-dire des conflits opposant les armées d’État à État (armées de mercenaires d’abord, régulières ensuite).

Or ce type de conflits classiques tend désormais à disparaître, sinon de toute la surface de la planète, du moins de tous les pays très développés.
Pourquoi ? Pas du tout sous l’effet des institutions communautaires. D’ailleurs, les Français envisagent-ils davantage de faire la guerre à la Norvège qu’à la Finlande parce que la première n’est pas dans l’Union alors que la seconde l’est ? Evidemment non.

Autre exemple : un coup de chasse-mouche du dey d’Alger contre l’envoyé de Charles X avait été un motif jugé suffisant pour que la France intervienne militairement en Algérie en 1830. Mais, un siècle et demi après, le gouvernement français n’a jamais même simplement envisagé d’envoyer des soldats français en Algérie pour empêcher qu’un nombre significatif de nos compatriotes s’y fassent assassiner pendant les années 1980 et 1990. L’Algérie n’étant pas dans l’Union européenne, ce refus français d’entrer en guerre, si exactement contraire à ce que fut l’attitude française en 1830, tient donc à des causes qui n’ont rien à voir avec la construction européenne.


                                                                       Quelles sont ces causes ?


Si la guerre classique d’État à État tend à s’éteindre dans l’ensemble des pays développés, c’est essentiellement sous le double effet :
* – d’une part d’un profond changement des mœurs, découlant de la hausse des niveaux de vie et de la généralisation de l’éducation,
* – d’autre part de la généralisation des moyens de communication visuels et instantanés : la télévision, puissamment relayée désormais par Internet.
Les Etats-Unis ont perdu la Guerre du Vietnam en 1975, d’abord et avant tout parce que le peuple américain ne supportait plus de voir les appelés du contingent mourir en direct sur le petit écran jour après jour, et que la conscience universelle n’aurait pas toléré que Washington usât de l’arme nucléaire dans ce cas.
C’est l’instantanéité et l’omniprésence de l’information qui rend la guerre classique de plus en plus inacceptable aux yeux des opinions publiques des pays développés, et nullement les institutions bureaucratiques de Bruxelles.
                           Cet état de fait entraîne deux conséquences majeures :


a) l’apparition de guerres nouvelles et d’un type inconnu entre les pays développés


La première conséquence, c’est que les États développés ne peuvent plus réellement se faire de guerre classique entre eux. Cela ne signifie hélas pas qu’ils ne se font plus la guerre du tout ! Cela signifie seulement que les guerres qu’ils se livrent sont d’une toute autre nature que les guerres classiques.
Désormais, les guerres entre pays développés sont beaucoup plus sournoises. Elles se font de façon invisible pour l’homme de la rue : il n’y a plus de déclarations de guerre, les armements classiques n’apparaissent plus, les destructions matérielles et humaines sont devenues très faibles.

Les guerres du XXIe siècle usent d’autres moyens, beaucoup plus perfides et sophistiqués :
- leurs armes sont les médias, les campagnes de propagande, les opérations de désinformation, les manipulations psychologiques, les actes terroristes à la paternité douteuse ;
- leurs cibles sont les cerveaux de chaque individu, leur mise en conditionnement pour accepter des évolutions et des prises de contrôle souvent bien plus totales que ce à quoi parvenaient les guerres classiques d’autrefois.
C’est en pensant à ce nouveau type de « guerre inconnue », de guerre du XXIe siècle, que François Mitterrand a livré, dans le testament politique qu’il a confié au journaliste George Marc Benamou quelques semaines avant sa mort, ces terribles phrases que j’évoque dans certaines de mes conférences : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort…apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde… C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! » (Source : Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou – Date de publication : 27/1/1997 – Editeur : Plon – Omnibus).


b) – la relégation des guerres classiques dans des zones périphériques et hors du champ des médias


La seconde conséquence, c’est que lorsque les pays très développés ont encore recours à des interventions militaires, ils ne le font désormais que dans des zones périphériques du monde, éloignées et difficiles d’accès pour les médias, et sous des contraintes très fortes : en n’utilisant plus de conscrits mais une armée de métier, en ayant pour objectif le « zéro mort » pour leurs propres soldats, donc en privilégiant les bombardements aériens aux opérations terrestres, en visant à ce que le conflit soit le plus bref possible, et enfin en verrouillant le plus possible la couverture de presse.
C’est ce type de guerre qui se déroule dans plusieurs régions du monde, et notamment en Afghanistan ou en Irak, où les armées des pays membres de l’Union européenne sont d’ailleurs très largement engagés, sous couvert d’opérations de l’OTAN.


2.2. – Deuxième évolution majeure : le déclin du taux de natalité dans les pays d’Europe


La deuxième évolution structurelle concerne le déclin du taux de natalité dans les pays d’Europe, qui entraîne depuis des années un vieillissement accéléré des populations.
Cette évolution est tout spécialement spectaculaire en Allemagne puisque l’un des scénarios démographiques probables envisage que l’Allemagne perde 13,7 millions d’habitants d’ici à 2050, et cela malgré l’immigration annuelle massive de 100 000 personnes. En 2050, les personnes de plus de 60 ans représenteraient plus de 40 % de la population allemande et seraient presque trois fois plus nombreuses que les moins de 20 ans. (source : article « Démographie de l’Allemagne » dans Wikipédia).

Ces données démographiques sont capitales car tous les historiens savent que les guerres naissent très généralement entre des zones pauvres enregistrant une forte croissance de leur population et des zones riches de faible pression démographique. De ce point de vue, quel historien ou spécialiste des conflits peut sérieusement croire que la guerre est plausible entre les pays de l’ouest européen, alors que ceux-ci sont menacés de dénatalité et que les personnes âgées y sont d’année en année plus nombreuses ?


2.3. – Troisième évolution majeure : la démographie des pays du sud de la Méditerranée (Maghreb et Afrique)


Enfin, la troisième évolution structurelle concerne justement la démographie des pays du sud de la Méditerranée (Maghreb et Afrique), ainsi que, de façon plus éloignée géographiquement, celle du sous-continent indien.

Pour les raisons que l’on vient de rappeler, tout spécialiste sérieux ne peut pas ignorer que la disparité des situations démographiques et économiques entre les deux rives de la Méditerranée constitue le principal risque de guerre pour l’Europe dans les décennies qui viennent.
Or, et c’est là la tragique ruse de l’Histoire, le principe même de la construction européenne consiste précisément à repousser les pays du Maghreb et d’Afrique à l’extérieur du périmètre de prospérité européen (la candidature du Maroc à l’entrée dans l’Union européenne ayant d’ailleurs été officiellement rejetée).
Les européistes peuvent évidemment rétorquer que les pays du Maghreb ou d’Afrique n’ont pas leur place dans une « construction européenne », comme si la définition purement conventionnelle de ce que sont des continents devait primer sur une réflexion sage sur ce qu’il convient de faire pour préserver la paix des futures générations des deux côtés de la Méditerranée.
 
En réalité, ce raisonnement cynique et dur des européistes prouve en quoi l’Europe, loin de nous assurer la paix, est au contraire en train de nous amener la guerre. Si les européistes croyaient sincèrement que ce sont les dizaines de milliers de pages de directives d’harmonisation émanant de la Commission de Bruxelles qui ont empêché une nouvelle guerre en Europe depuis un demi-siècle, alors ils devraient logiquement proposer d’intégrer au plus vite les pays du sud dans cette construction politique censée garantir la paix.
En rejetant au contraire ces pays, ils font la preuve de leur terrible inconséquence et ils révèlent à leur corps défendant que la construction européenne n’est bien qu’une opération conçue depuis des années à Washington pour faire de l’Europe un glacis géostratégique américain.


Cet asservissement politique nous conduit tout droit au Choc des Civilisations théorisé précisément par Washington.



*Président de l'Union populaire républicaine (UPR) : site


Samedi 30 Avril 2011
L'Observatoire De l'Europe

L'Europe vers la guerre ? 

 

attali.jpg

Jacques Attali et Sarkozy :

 

http://sarkopitheque.wordpress.com/2008/01/24/attali-sauve-la-france-de-la-ruine/

 

 

.

 

Voir aussi ici :

 

Jacques Attali parle

des guerres passées et à venir,

2 vidéos

 

Attali nous prépare à accepter le chaos et l'horreur du NOM (textes + vidéos) 

 

pace_2.gif

http://no-war.over-blog.com/

 

Sur mon blog No-War

vous pouvez lire :

 

Articles écrits par eva R-sistons

Introduction au blog

 

.

(Ces 4 articles avaient été publiés

sur le site mondialisation.ca,

puis retirés et placés sur ce blog contre les guerres)


Officiellement, la guerre n'existe plus. Les médias l'ont tuée !
Vers la 3e guerre mondiale ? Complicité des médias
L'OTAN pourra-t-il compter sur la Turquie ?
Yemen, nouvelle guerre impériale qui ne dit pas son nom

 

 

J'attire votre attention sur :


Officiellement, la guerre n'existe plus. Les médias l'ont tuée !

 

 

apocalypse-1

 

 

Les débats concoctés par notre bien-aimé Sarkozy:

Où sont-ils passés ? Dépassés ?

 

par eva R-sistons

 

Or donc, nous devions débattre, juré, promis. Débattre sur la laîcité. Comprenez: Sur les Musulmans. Ou plutôt, contre eux. Ben Laden, burqa, Ben Laden, piscines mixtes, Ben Laden, prières publiques, Ben Laden, 11/9 (sans rire), Ben Laden, terrorisme et j'en passe.... Islam par-ci, Islam par-là. Avec des Calvi ou des Pujada pour pimenter le tout,  du croustillant. Sans parler de Marine Le Pen ou des marches de cochons,  des Identitaires en quête d'identité, et j'en passe. C'est ça, la France, aujourd'hui !

 

Alors, l'Islam (car on amalgame Islamistes et Islam) est-il soluble dans la République ? Et le sionisme, alors ? Le Bétar ? Les Cathos intégristes ? Les ultra-orthodoxes ? Les protestants néocons ? Moi je prends un shaker, je secoue, et ça donne la France plurielle. Sont pas contents, au FN ? Tant pis. La Laïcité, la République, c'est ça. Ou alors, ce n'est plus la Laïcité, ce n'est plus la République. On mélange le tout, on arrondit les angles, et on déguste.... C'est hétéroclite ? Alors c'est hétéroclite. Diversité oblige !

 

En fait, je vais vous dire, les débats sur l'Islam, comme hier sur les Juifs ou sur les communistes, c'est pour nous détourner de la liquidation de la France par Sarkozy, au service de l'Etranger et du Nouvel Ordre Mondial. C'est pour nous faire détester la politique pro-arabe de de Gaulle et nous précipiter dans les bras des sauveurs yankees, via l'OTAN qui nous prépare de jolies guerres; c'est pour nous conduire à désirer de tout notre coeur, de toute notre intelligence, et surtout de toutes nos forces, les futurs chocs de civilisations qui viendront occuper nos loisirs forcés; et en attendant, c'est afin de nous dresser les uns contre les autres pour d'abord qu'on ne s'en prenne pas aux vrais auteurs de nos malheurs, tout en Haut, ensuite pour qu'on s'élimine mutuellement. Et la blonde Marine Le Pen en fait son fond de commerce ! Alors que les Musulmans sont notre meilleur rempart contre le Nouvel Ordre Mondial....

 

Parce que, chers supporters du FN, en troussant comme vous le faites tout ce qui de près ou de loin ressemble à un Musulman, vous faites le bonheur du CRIF pour lequel vous ne nourrissez pas les sentiments les plus tendres. Vous détournez l'attention des vrais problèmes. Et vous préparez les guerres de demain qui achèveront de ruiner vos vies. C'est ça que vous voulez ? Ne voyez-vous pas que vous faites le jeu de vos pires ennemis, au sommet ?

 

Quand le chien ronge son os, il ne songe pas à autre chose. Les  débats du Gouvernement, comme ceux de C dans l'Air,  sont de pseudos débats. Et ils se retourneront contre nous tous !

 

Alors, quand est-ce que tous ensemble, toutes tendances confondues, on cible nos vrais adversaires, tout en Haut ? Car il ne faut pas se tromper de combat...

 

eva R-sistons

 

 

Marine3.jpg

http://laplote.blogs.courrierinternational.com/index-4.html

(Sont pas jolis, nos trois principaux candidats ? eva)

 

 

 

Le FN, un parti comme les autres ?

  par Eva R-sistons

 

 

On a l'habitude de dire que le FN est un parti raciste et xénophobe - donc anti-démocratique. Et anti-Républicain. Faut-il rappeler que les valeurs de la République française sont "liberté, égalité, fraternité ?"

 

On connaît ses skinheads (Marine le Pen a dû les écarter de la fête du 1er mai, pour montrer un visage plus respectable de son parti), ses crânes rasés, et même ses affinités avec des anciens nazis.

 

On sait qu'il est d'essence totalitaire. Ceux qui ont voté pour ce Parti à Vitrolles ou à Marignane en ont fait la cuisante expérience, notamment en matière de culture. Et ne l'ont pas renouvelée.

 

On se souvient de l'atmosphère étouffante et conflictuelle qui régnait dans les villes gérées par le FN.

 

On sait moins qu'il est profondément anti-social. Pas un mot, par exemple, pour critiquer la réforme des retraites de Sarkozy. Ce parti n'a en réalité que mépris pour les plus modestes. Dans les faits, le social est la dernière de ses préoccupations, contrairement à ce qu'il dit pour gagner le suffrage des plus défavorisés.

 

Voici, ci-joint, un nouvel aspect de ce parti décidément pas comme les autres.

 

Est-ce qu'on échappera à la peste sarkozienne en votant pour le choléra du FN ? Assurément non. De la même façon, on n'échappera pas à la peste sarkozienne en votant pour le choléra DSK. Au fait, quel est le dénominateur commun entre Marine le Pen, DSK et Sarkozy (§) ? Devinez...

 

Tous les trois sont avocats. Spécialistes de la communication. Pour mieux nous berner, au service du Nouvel Ordre Mondial ultra-libéral et totalitaire !

 

Eva R-sistons

 

(§) De surcroît, Sarkozy et DSK (comme Copé d'ailleurs) sont avocats d'affaires. Le pire qui soit ! 



http://www.marine-le-pen.com/wp-content/randomimages/153970-marine-pen-pere-jean-marie.jpg

http://www.marine-le-pen.com/wp-content/randomimages/153970-marine-pen-pere-jean-marie.jpg

Les conseils de Dominique Martin (FN)

pour « empiler » et « stocker » « les voix »

 

http://www.frenchleaks.fr/-Les-conseils-de-Dominique-Martin-.html

 

 

Le 17 novembre 2007, au congrès du FN, à Bordeaux, Dominique Martin, élu FN de Cluses (Haute-Savoie), qui allait devenir le directeur de campagne de Marine Le Pen pour la course à la présidence du parti, conseillait aux militants de s’adresser au « client-électeur » comme un « Monsieur Coca-Cola », en étant « démago à mort » pour « empiler » et « stocker » « les voix » ; et ne pas hésiter à emmener ses « enfants » parce que « ça (les retraités), ils aiment ! ».

 

Ce proche de Marine Le Pen a tenu un discours extrêmement méprisant à l’égard des électeurs (notamment les retraités et les « Portugais (qui) font tout à la main, roulé sous les aisselles ») et s’est livré à des imitations dégradantes. Le journaliste Benjamin König, alors étudiant en journalisme, était présent (et accrédité) à ce congrès. Il avait enregistré ces propos, tenus au cours d’un atelier intitulé « politique électorale ».

 

Mediapart s’est procuré l’enregistrement sonore (17 minutes) de cette séquence. Voici un montage de 2min40.

 

suite ici :

http://sos-crise.over-blog.com/article-fn-un-parti-comme-les-autres-introduction-d-eva-empiler-les-voix-73028074.html

 

http://diasporablogj.files.wordpress.com/2011/04/marine_le_pen_nazis.jpg

 

http://diasporablogj.files.wordpress.com/2011/04/marine_le_pen_nazis.jpg

 

 

 

Le discours sécuritaire

pour mieux justifier

toutes les régressions sociales

 

 

http://medias.lepost.fr/ill/2010/04/20/h-20-2041095-1271792332.jpg

http://medias.lepost.fr/ill/2010/04/20/h-20-2041095-1271792332.jpg

 

 

Dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen,
le droit à la sûreté est la protection des individus
contre les arrestations et les emprisonnements arbitraires
de l'État dans le but d'assurer leur liberté.

Aujourd'hui, ce qu'on appelle le droit à la sécurité, c'est plutôt
l'instauration d'un État arbitraire et policier, qui va précisément
restreindre nos libertés ! C'est le monde à l'envers !

Le discours sécuritaire permet aux classes dominantes
de mener une politique
d'agression inouïe contre les classes populaires,
en se présentant sous un
visage protecteur et universaliste.
Parler de lutte contre l'insécurité,
c'est construire une représentation rassurante
du pouvoir en place
et justifier toutes les régressions sociales
et démocratiques par la nécessité
de vaincre les ennemis de la liberté et de la sécurité.

Transformer la vision du champ social
en construisant des divisions
travailleur/chômeur, privé/public,
avec papiers/sans papiers,
français/immigrés, etc. Cela permet,
en divisant la société en groupes
et sous-groupes concurrents
et de briser l'unité du camp social
contre les classes dominantes.

En favorisant une délinquance de basse intensité
pour concentrer l'attention publique
sur ce qui porte atteinte à la propriété privée des biens
(vols, cambriolages, etc.) insupportable à l'ordre social,
en laissant du coup dans l'ombre
tout ce qui porte atteinte aux droits et à la propriété collective.

Construire un discours fondé sur la peur,
qui ne s'adresse donc pas à l'intelligence des individus,
mais à leurs pulsions. Et du coup, renvoyer
tous ceux qui s'opposent au discours sécuritaire
dans le camp des beaux parleurs
qui s'opposent à ceux qui agissent.
Se rendre immédiatement compréhensible,
face à ceux qui essaient encore de penser
qu'une autre société est possible

Imposer une politique de l'urgence,
puisqu'il faut réagir vite à une menace vitale.
Ce qui permet d'accélérer le passage des lois,
et de contourner les canaux de résistance démocratique.
C'est aussi ce qui permet d'expliquer les régressions du droit,
y compris juridique, et la nécessité
de restaurer l'arbitraire de la justice :
gardes à vues prolongées, jugements express,
peines plancher, etc.

Interdire toute pensée
d'une alternative à l'ordre dominant,
(..)
 
L’'étau se resserre autour de nous.

Il est indispensable de trouver des alternatives (..)

Nous avons encore le choix :

Ou bien des individus toujours plus aliénés et opprimés
dans une société policée sous la coupe d'un État policier,

ou bien une société enfin libérée du libéralisme et de son double :
l'idéologie sécuritaire, raciste et antidémocratique.


Jeudi 12 Mai 2011
http://www.alterinfo.net/LE-DISCOURT-SECURITAIRE_a58566.html
.
http://mobile.dijonscope.com/thumbs.php/posts/11528-adhesion-en-hausse-a-l-ump-dessin-du-jour-dijonscope.jpg?w=320&h=180&c=0
mobile.dijonscope.com
.
.
Les dernières trouvailles d'eva
sur son blog sos-crise :
.
.

langue10.gif

Partager cet article

Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 01:41

http://4.bp.blogspot.com/_J5QtteoC_70/TUGq6DcsBZI/AAAAAAAABmg/O80yhLS35ws/s1600/grenouille-casserole.jpg

 

 

agentssanssecret.blogspot.com

 

Sommaire :

 

Naufrages planétaires, le poison des Agences de notation, Occident vénéneux

par eva R-sistons

 

Les Agences de notation contre Etats et peuples

sélection d'articles

 

La crise des dettes souveraines passe l'Atlantique

 

Les sondages-bidons

 

L'Islande résiste

 

Sélection de liens d'actualité

 

  .

NOM-soupe-j.jpg

 

Naufrages planétaires

Le poison des Agences de notation

par eva R-sistons

 

 

 

Le capitalisme anglo-saxon est devenu financier. Sa panoplie est meurtrière: Elle broie des vies. L'une de ses plus récentes inventions est dévastatrice: Les Agences de Notation. Pendant que les spéculateurs se frottent les mains, pour les populations voici "la sueur, les larmes, et la mort".

 

La Bourse ou la vie, il faut choisir !

 

Fonds souverains, fonds de pension, fonds étrangers, agences de notation... des mots barbares inconnus du grand public. Aujourd'hui, à l'occasion des manifestations populaires en Grèce et au Portugal, je choisis de braquer le projecteur sur les Agences de Notation. Elles font la pluie et le beau temps, oui, Moody's, Fitch, Standard and Poor's.. se sont érigées le droit de décider de notre avenir, arbitrairement, sans notre consentement. C'est la dernière invention du capitalisme financier anglo-saxon pour tenir à sa merci les Nations, les priver de leur liberté, les obliger à adopter de rigoureuses politiques d'austérité qui réduiront les peuples à la misère - pour le profit de gros spéculateurs et de quelques Grandes banques internationales ! Réalise-t-on à quel point notre monde est devenu fou, à la merci de quelques décideurs d'une avidité maladive et impitoyables ? Et les Anglo-Saxons osent sans cesse mettre en avant leur modèle, sans cesse imposer leur démocratie - ce qui est antinomique d'ailleurs ?

 

Ces Agences de notation sont la dernière trouvaille du Système érigé en modèle unique. Pas moyen de leur échapper : Il faut se soumettre, ou se démettre... Et si, justement, on se démettait, comme l'Argentine de Neston Kirchner a redressé la barre en retrouvant son autonomie (et en se débarrassant au passage de ses dettes encombrantes) et, ainsi, la prospérité ? Ou comme en Islande, le "trublion" de l'Europe dont nos Médias menteurs se gardent bien d'évoquer les audaces ?

 

Si les nations veulent retrouver leur souveraineté monétaire et donc leur indépendance,  et les populations leurs emplois tout en gardant leurs protections sociales comme leurs services publics, il faut sortir de l'euro, refuser d'honorer davantage une dette indue et déjà suffisamment remboursée, et s'écarter le plus possible des contraintes financières arbitrairement imposées. La bourse ou la vie, il faut choisir ! Le journal "Le Monde diplomatique" a osé poser la question publiquement: "Doit-on sortir de la Bourse ?" Elle est la cause de tous nos malheurs. Suivons le chemin de l'Islande, ou apprêtons-nous à périr : Car non seulement malgré tous les sacrifices consentis nous ne pourrons jamais rembourser nos "dettes" indues  (on ne fera que payer les intérêts), mais elles se multiplieront indéfiniment. Après avoir dévoré nos entreprises publiques (ainsi, en Grèce toutes les entreprises publiques doivent-elles être privatisées, d'où un surcoût pour les populations), après avoir englouti nos protections sociales, après avoir tout privatisé, le capitalisme financier au service d'une poignée d'individus ne sera pas satisfait. Car son avidité est sans limite. Il restera un débouché: Une nouvelle guerre mondiale dont les Européens seront les premiers à faire les frais, à nouveau. Les guerres sont sources de profits considérables. Et donc le capitalisme porte en lui, de façon intrinsèque, le sacrifice des populations. Vous avez bien lu: Nous sommes offerts en sacrifice vivant ! Car l'Oligarchie se repait d'holocaustes... Le cycle est le même: Crises, guerres, crises, guerres et ainsi de suite...

 

On attendait une crise espagnole, et voici que ce sont les Etats-Unis qui, à leur tour, sont touchés. Que va devenir la FED, ce vampire assassin ? Attention au 16 mai: Outre Atlantique, les Agences de notation vont peut-être attribuer une mauvaise note, et ce faisant, imposer leurs diktats... Alors, les Strauss-Kahn pourront intervenir pour protéger les amis banquiers, en ponctionnant à nouveau les populations déjà étouffées par les cadeaux faits aux financiers, et bientôt en voie d'asphyxie.

 

Asphyxie ? Le mot est-il trop fort ? Dans cette sordide tragédie planétaire à laquelle nous assistons sans murmurer et sans bouger, les emplois se raréfient, les taxes augmentent, les prix des logements s'envolent, et ceux de l'essence comme des matières premières ou même des denrées de première nécessité (englouties par les profits spéculatifs insensés ou les biocarburants), les protections sociales sautent les unes après les autres, les législations du Travail fondent, et les services publics sont privatisés, réservés à une minorité de nantis (comme en Angleterre où les frais d'université sont passés à dix mille euros par an). Effet cumulatif garanti ! Nos vies sont plus précaires, nos emplois plus rares, nos protections réduites à néant, et dans le même temps nous devons payer toujours plus: alimentation, essence, électricité, soins non remboursés, etc. Jusqu'où cette spirale infernale ira-t-elle ? Nous allons TOUS droit dans le mur, et notre apathie, face au désastre programmé, est terrifiante. Et il ne s'agit pas de protester pour arriver au résultat des révolutions arabes, où les mêmes, en gros, tiennent les rênes du pouvoir, quand il n'est pas orchestré, en sous-mains, par l'Occident ! En Tunisie et en Egypte, les manifestants réalisent qu'ils ont été floués. En Syrie, en Lybie, au Yemen, les Services secrets anglo-saxons ou israéliens financent les rébellions, en se servant des réseaux sociaux et de la crédulité des jeunes. Et au Bahrein, siège de bases militaires américaines, les contestations sont étouffées dans le sang. Et là, on n'entend ni Sarkozy ni BHL intervenir pour protéger les populations ! Ce deux poids deux mesures alimente les frustrations, les rancoeurs et le terrorisme.

 

4 économistes portent plainte contre ces Agences

 

Les Agences de notation ne cessent d'abaisser leurs notes. Aujourd'hui, la Grèce et le Portugal sont les premiers à souffrir de leurs caprices érigés en diktats incontournables. Pour des générations ! Trop c'est trop: Quatre économistes portugais ont décidé de porter plainte contre les agences de notation car pour eux elles manipulent les marchés à leur profit. Ils en ont eu assez de voir les jeunes générations, particulièrement diplômées, sacrifiées. Pour eux, ces Agences d'un genre spécial doivent assumer leurs responsabilités, par leurs pratiques ABUSIVES, dans le naufrage généralisé du Portugal. Le Droit doit prévaloir. Pour la première fois, un Parquet de Lisbonne juge recevable une plainte de cet ordre, estimant que les Agences de notation ont réellement MANIPULE le Marché. Elles sont juges et parties car elles possèdent aussi les fonds, donc elles agissent dans leur propre intérêt.

 

 

http://emotions.20minutes-blogs.fr/media/00/02/1634051253.jpg

 

Occident vénéneux

 

 

D'autres poisons sont distillés par l'Occident: Les sondages, cette arme discrète pour manipuler les peuples et les faire voter dans le sens souhaité (d'ailleurs, quelle politique pourrait faire une "vraie" Gauche dans un tel contexte international ? En tous cas, les deux grands partis sont interchangeables, même politique, soft ou dure), ou les mascarades de la Cour Pénale Internationale, qui devrait, si elle répondait à sa vocation, juger les auteurs des politiques mortifères mises en place plutôt que les Gbagbo ou les Milosevic.

 

Ainsi, tout est inversé, tout est anti-démocratique, sournois, maléfique, meurtrier. Si nous continuons à tout tolérer, à petits feux d'abord, puis à haute dose, il n'y aura pas de devenir.

 

Il aura été confisqué par la mafia au pouvoir et ses sbires.

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Capitalisme, Anglo-Saxon, Nouvel Ordre Mondial, Occident, Agences de notation, sondages, Cour Pénale Internationale, crises, guerres, banques, finance, Gbagbo, Milosevic, Sarkozy, BHL, Bahrein, Libye, Syrie, yemen, Egypte, Tunisie, Strauss-Kahn, FED, Bourse, Grèce, Islande, Portugal, Argentine, Neston Kirchner, Bourse, dette, médias, Moody's, Standard and Poor's, Fitch, services publics, droit du travail, protections sociales, révolutions arabes

 


La dictature des agences de notation

.

humour_agences_notation.gif

 

 

http://ifinance.over-blog.com/article-humour-comment-fonctionnent-les-agences-de-notation-49757184.html

L'avertissement de S&P sur la dette : les escrocs de Wall Street exigent des coupes brutales

Par Barry Grey
26 avril 2011


 

Cinq jours après que le sous-comité permanent sur les enquêtes du Sénat a publié un volumineux rapport détaillant les activités criminelles des banques et des agences de notation qui ont précipité le krach de Wall Street en 2008 et la récession mondiale, l'un des coupables mentionnés, Standard & Poor's Credit Ratings Services, a lancé un ultimatum à la Maison-Blanche et au Congrès, exigeant qu'un accord soit établi durant la période précédant les élections de 2012 sur de brutales mesures d'austérité à imposer.


En abaissant sa perspective de « stable » à « négative » sur la cote AAA des bons du Trésor américain, S&P s'est exprimé lundi au nom de toute la mafia financière qui a ses quartiers généraux sur Wall Street. L'agence de notation a déclaré dans un communiqué de presse que si un accord n'était pas conclu dans les prochains mois sur une réduction du déficit fédéral d'au moins 4 billions de dollars durant la prochaine décennie, « cela pourrait nous amener à abaisser la cote ».

Cela constitue en fait une menace de faire s'écrouler l'économie des États-Unis et du monde et de miner la position du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale. Ce geste est une expression de la volonté, organisée internationalement, des grandes banques et des spéculateurs de mettre en ouvre des attaques dévastatrices contre les conditions de vie de la classe ouvrière américaine.

Ils emploient aux États-Unis les méthodes d'extorsion utilisées précédemment pour alimenter les attaques spéculatives sur la dette souveraine de nombreux pays européens, y compris la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne. S&P et ses principaux rivaux, Moody's et Fitch, ont stratégiquement annoncé des avertissements et des abaissements de notes de crédit afin de créer un climat de crise, qui a ensuite été utilisé par les gouvernements pour contrer l'opposition populaire et imposer des mises à pied et des baisses de salaire de masse, ainsi que démanteler les programmes sociaux.

John Chambers, directeur de la commission de notation de S&P, l'a essentiellement avoué, selon un article paru dans le Wall Street Journal de mardi. « Si les États-Unis arrivent à une entente semblable à ce qu'ils ont fait en Grande-Bretagne, S&P va ramener la perspective pour les États-Unis à stable, a dit M. Chambers. »

En mai 2009, S&P avait baissé sa perspective de notation pour la Grande-Bretagne. Il a renversé cette action 17 mois plus tard après que le gouvernement de coalition conservateurs-libéraux démocrates nouvellement élu a annoncé un programme radical de coupes qui allait détruire le filet social du pays.

Nos lecteurs peuvent juger par eux-mêmes si S&P est dans une position pour lancer de tels ultimatums. Le rapport du Sénat sur le krach de Wall Street décrit ainsi le processus de corruption par lequel S&P attribuait régulièrement des cotes AAA à des titres sans valeur vendu par les banques : « Les agences de notation ont été payées par les entreprises de Wall Street qui ont demandé leur cotation et ont profité des produits financiers cotés... Les agences de notation ont assoupli leurs normes alors que chacune faisait compétition pour fournir la cote la plus favorable pour gagner une plus grande part des entreprises et du marché. Le résultat a été une course vers le bas ».

Le sénateur Carl Levin, président du sous-comité, a décrit le milieu enquêté comme « un désordre financier où régnaient la cupidité, les conflits d'intérêts et les méfaits ».

En toute justice, les cadres du personnel dirigeant de S&P qui ont supervisé cette fraude et empoché du même coup des salaires de  plusieurs millions de dollars devraient être en prison. Plutôt, toujours en poste et n'ayant subi aucune conséquence, ils profitent de la catastrophe qu'ils ont eux-mêmes causée pour saccager des programmes sociaux fondamentaux tels que Medicare, Medicaid et la sécurité sociale, desquels dépendent des dizaines de millions de personnes.

La déclaration faite lundi par S&P affirmait que le plan budgétaire des républicains pour l'année financière 2012 et celui des démocrates présenté la semaine dernière créaient les conditions pour réduire le déficit fédéral de 4 billions de dollars. Les deux partis devaient cependant arriver à un accord avant l'élection nationale de 2012 a soutenu la société de notation.

Cette demande met en évidence le caractère antidémocratique du supposé débat sur le budget. Il s'agit en fait d'une tromperie élaborée qui masque la dictature des banques. L'entente pour confirmer la destruction de ce qui reste des réformes sociales du 20e siècle doit être conclue avant les élections pour s'assurer que le vote ne devienne d'aucune façon un référendum sur l'austérité et que l'électorat n'intervienne en aucun cas sur la question.

Wall Street et ses serviteurs politiques à Washington sont bien au fait de l'opposition de masse aux mesures qu'ils proposent. Lundi, la même journée que S&P a fait son annonce, McClatchy Newspapers a publié les résultats d'un sondage McClatchy-Marist qui montrait que l'électorat appuie, dans une proportion de 64 pour cent, une hausse d'impôts sur les salaires de plus de 250 000 dollars. De plus, 80 pour cent des électeurs, contre 18 pour cent, s'opposent aux coupes dans Medicare et Medicaid.

S&P est intervenu au nom des banques pour orienter le faux débat sur le budget encore plus à droite et créer les conditions pour des coupes encore plus importantes que celles déjà proposées. Interviewé lundi à Bloomberg Television, David Beers, le patron des notations globales de S&P, a affirmé que la cible de 4 billions de dollars pour la réduction du déficit n'était « pas suffisante pour stopper en fin de compte la montée de la dette américaine ». Cela ne représentait, a-t-il dit, qu'un « point de départ utile ».

L'establishment médiatique a immédiatement signalé qu'il avait bien reçu le message. Le Los Angeles Times a dit dans un éditorial que le « Congrès et la Maison Blanche ne peuvent se permettre d'ignorer ce coup de semonce ». Le Financial Times de Londres a publié un éditorial dans lequel il déclarait que le « coup de semonce de S&P devrait galvaniser les dirigeants américains ».

Les dirigeants démocrates se sont empressés de rassurer Wall Street et de lui dire qu'ils avaient compris. Mardi, dans une université de la Virginie, Obama a dit : « Je crois que les démocrates et les républicains peuvent s'entendre pour accomplir cela. »

Lundi, Steny Hoyer du Maryland, le numéro deux démocrate à la Chambre des représentants, a dit : « Les perspectives à long terme révisées d'aujourd'hui montrent qu'une action urgente et bipartite est nécessaire afin de placer sérieusement le pays sur le chemin de la réduction des déficits. »

Erskine Bowles, un ancien chef de cabinet de la Maison-Blanche pour Bill Clinton et coprésident de la commission financière bipartite de l'année dernière, était encore plus catégorique. S'adressant au Financial Times, il a dit que S&P a été « absolument correct » en abaissant sa perspective à long terme sur la dette américaine. « Je dirais même plus qu'ils sous-estiment l'étendue du problème », a-t-il dit.

Seul un mouvement indépendant de masse et d'opposition implacable mené par la classe ouvrière peut défaire cette conspiration criminelle. Le World Socialist Web Site et le Parti de l'égalité socialiste appellent les travailleurs et les jeunes à rejeter tout le cadre du supposé débat sur le budget. On doit s'opposer sans compromis à toute coupe dans les emplois, les salaires, les programmes sociaux et les services. La classe ouvrière n'est aucunement responsable de la crise du système capitaliste.

Nous proposons une autre politique. Comme premier versement, afin de commencer à recouvrer la richesse pillée par l'élite financière, nous proposons un impôt supplémentaire de 50 pour cent sur tous les ménages qui détiennent une fortune de plus de 5 millions.

En complément, il doit y avoir une augmentation de l'impôt sur le revenu sur les ménages qui reçoivent plus de 500 000 dollars par année. Cet impôt serait de 90 pour cent.

Ces mesures ne vont pas seulement générer des centaines de milliards de dollars pour les emplois, les écoles, les soins de santé, le logement et les retraites, elles vont s'attaquer à la dilapidation sans borne des ressources et vont contribuer vigoureusement à la santé morale et économique de la société.

Ces mesures initiales mènent inévitablement à la nationalisation des banques et des entreprises majeures ainsi qu'à leur transformation en société publique sous le contrôle démocratique de la classe ouvrière. C'est un programme socialiste. Il requiert que la classe ouvrière rompe politiquement d'avec les deux partis de la grande entreprise et construise un mouvement de masse servant à lutter pour un gouvernement ouvrier.

Barry Grey

(Article original paru le 20 avril 2011)

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-dictature-des-agences-de-notation-72661606.html

 

Lire aussi :

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-l-agence-de-notation-dagong-abaisse-l-ensemble-de-la-note-des-pays-occidentaux-55957632.html

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-le-pouvoir-exorbitant-des-agences-de-notation-47468018.html

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-crise-d-athenes-et-dublin-a-washington-via-les-agences-de-notation-72119025.html

 

http://4.bp.blogspot.com/_hoiTuKmiJ_w/TAV-fUnjd8I/AAAAAAAAA9M/i5jK5un1ZB8/s1600/agence+de+notation.jpg

http://4.bp.blogspot.com/_hoiTuKmiJ_w/TAV-fUnjd8I/AAAAAAAAA9M/i5jK5un1ZB8/s1600/agence+de+notation.jpg

 

 

 

Agences de notation en tête de l'assaut des Marchés

contre Nations et peuples ?

 

 

 

456345654645.jpgLe destin économique des nations repose aujourd'hui essentiellement entre les mains des agences de notation Moody’s, Standard & Poor’s, et Fitch. Un éditorialiste du Guardian estime qu’il est temps de faire plier ces institutions non élues, qui ne rendent de comptes à personne et disposent de pouvoirs énormes.

Sur les 46 millions d’habitants que compte l’Espagne, combien seraient capables de vous parler de l’Allemande d’âge moyen qui tient aujourd’hui entre ses mains leur souveraineté démocratique, qu’ils ont acquise de haute lutte, et leur avenir économique ?
Une femme dont les avis détermineront si des millions d’Espagnols courageux pourront garder leur emploi, s’ils pourront rembourser leurs crédits immobiliers en 2011 et au-delà ? Et dont le verdict négatif sur l’économie espagnole accoucherait non seulement d’un programme de mesures d’austérité qui ferait pâlir ceux déjà imposés à la Grèce et à l’Irlande, mais qui risquerait même de sonner le glas de la zone euro elle-même ?

Bien peu, est-on en droit de supposer, puisque cette Allemande d’âge moyen qui joue à Dieu avec l’une des plus grandes nations d’Europe n’est pas Angela Merkel. La chancelière allemande occupe une position clé dans la bataille pour défendre l’Espagne, qui se livre une fois de plus aujourd’hui à l’occasion du sommet des chefs de gouvernement de l’UE à Bruxelles. Or, ce n’est pas de Merkel que va dépendre la vie des Espagnols pendant la prochaine décennie ou plus. 

 

La femme dont les diktats plongent l'Espagne dans l'inconnu

Cet honneur revient plutôt au personnage mystérieux qu’est Kathrin Muehlbronner, polyglotte et diplômée de l’université de Tübingen qui, est-on tenté d’ajouter, exerce sur la vie de l’Espagne une influence plus réactionnaire que toute autre femme depuis que la reine Isabelle a chassé les Maures, expulsé les juifs et placé l’Inquisition au cœur de la nation, il y a de cela plus de cinq siècles.

Comment ? Muehlbronner est vice-présidente et principale analyste des risques souverains, spécialiste de l’Espagne pour l’agence de notation Moody’s. Ce qui fait d’elle la femme dont les diktats peuvent plonger l’Espagne dans l’inconnu en déclarant simplement que la cinquième économie d’Europe ne mérite plus sa note d’Aa1.

Cette semaine, Muehlbronner a manqué tirer sur le levier susceptible de faire tomber l’Espagne par la trappe d’une salle de tortures fiscale dont Torquemada en personne n’aurait pas eu à rougir. "Moody’s pense que les risques baissiers sont tels qu’il est normal de réviser éventuellement à la baisse la note de l’Espagne", a lancé Muehlbronner, la main sur le levier — à la suite de quoi et l’euro et la bourse ont flanché. Peu après, elle relâchait son emprise. "Moody’s ne pense pas que la solvabilité de l’Espagne soit menacée," a-t-elle concédé, tandis que l’euro et les marchés se reprenaient en chancelant.

Pourquoi mettre un genou à terre devant Dame Muehlbronner ?

Moody’s pense ? Mais, dites-moi, qui a élu Moody’s ? Quels traités a signé Moody’s ? Sur quoi nous fondons-nous pour mettre genou en terre devant Dame Muehlbronner ? Je n’ai rien contre elle. En revanche, j’ai franchement quelque chose contre la prédominance et l’influence de la culture de la notation, dont elle est un porte-flambeau montant.

Car, alors que les pays de la planète se débattent pour s’extirper du krach financier mondial, Moody’s et ses deux principaux concurrents, Standard & Poor’s et Fitch, ne sont pas des acteurs neutres et objectifs qui n’auraient d’autre souci que de superviser avec intelligence les marchés.

Nous traitons les agences de notation comme s’il s’agissait d’arbitres. Elles ont même leur place dans certains des systèmes de réglementation concoctés à la hâte. Alors qu’en réalité, ce sont des acteurs, et pas seulement des acteurs, mais des spéculateurs. Ainsi, quand le crédit était en pleine expansion et bon marché dans les années 90 et 2000, quiconque émettait des obligations se voyait gratifié systématiquement de triples A.

Moody’s, a commenté le chef de la commission d’enquête fédérale sur la crise mise en place par Barack Obama, était une “usine à triples A”. Avec pour résultat que, depuis les prêts hypothécaires à risque jusqu’au marché obligataire lui-même, le système était submergé de produits financiers monstrueusement surévalués, tous garantis par ce qui était finalement des notes tout aussi dépourvues de valeur.

Le processus kafkaïen des notations personnelles

La malédiction de la culture de la notation dans l’économie personnelle n’en est encore qu’à ses débuts en Grande-Bretagne. Mais elle a gagné en puissance, continue à s’étendre et devrait être endiguée. Quiconque est familier de la culture de la notation personnelle aux Etats-Unis, qui a engendré la culture du risque souverain, sait qu’elle procède de façon kafkaïenne.

Si, aux Etats-Unis, vous faites une demande de carte de crédit sans disposer d’une bonne note d’une agence américaine, non seulement on vous refusera une carte, mais votre note en pâtira, et il vous sera donc encore plus difficile d’obtenir le crédit dont vous avez besoin. Soyez en retard de paiement pour quelque raison que ce soit, et l’agence vous considèrera comme un risque — ce qui lui vaudra d’être payée par les banques pour la peine. Comme dans toutes les activités bancaires et de prêt partout dans le monde, un système où il suffit de cocher des cases sur un ordinateur s’est substitué à l’individu.

Il en va exactement de même, mais à une tout autre échelle, dans le monde du risque souverain. Toutefois, là, les agences se prononcent sur la gestion des économies de peuples libres et souverains. Pourtant, le problème dans le monde de la dette souveraine est aussi, sous certains aspects, une version surdimensionnée du problème que connaît le monde de l’économie personnelle.

Tout comme la dette personnelle, alimentée par le crédit, est partie en vrille parce que l’on ne trouvait plus de grands banquiers qui connaissaient les gens et le coin, capables de prendre des décisions intelligentes sur des cas particuliers, le monde de la dette souveraine a aujourd’hui perdu tout sens commun et toute équité dans ses relations avec les nations.

L'assaut des marchés contre les nations et les peuples

Dans la vraie vie, l’histoire est affaire d’êtres vivants. Dans le monde illusoire des agences de notation, l’histoire est une question de chiffres. Au-dessus de la ligne : bien. En dessous : pas bien.

Quand on conçoit l’histoire comme une aventure humaine, on ne peut que partager la douleur de l’Irlande humiliée par les marchés. Mais il est scandaleux d’imaginer qu’une grande nation comme l’Espagne — pour la liberté de laquelle des amis de mes parents se sont battus et sont morts — puisse être mise à genoux par le caprice d’une poignée de directeurs trop payés devant leurs écrans d’ordinateur. Comment osent-ils ?

Les agences de notation ont pris la tête d’un assaut des marchés contre les nations et les peuples. Nous devons les faire plier sans pitié si nous le pouvons. C’est ce que prévoit entre autres le nouveau plan de l’Allemagne pour la zone euro. C’est pourquoi, quels que soient ses défauts, nous devrions à chaque fois soutenir Frau Merkel contre Frau Muehlbronner.

Martin Kettle - Guardian - Presseurop
http://minuit-1.blogspot.com/2010/12/les-agences-de-notation-ont-pris-la.html

 

 

 

La crise des dettes souveraines passe l'Atlantique

 

La nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre hier soir : l’agence de notation Standard & Poors a abaissé à négative la perspective de la note des Etats-Unis. Les bourses mondiales ont immédiatement réagi à ce nouveau développement de la crise des dettes souveraines.


dettes-c10ac.jpg

 

D’Athènes et Dublin à Washington


Cette crise a commencé l’an dernier avec l’explosion des taux auxquels empruntent les Etats de la périphérie de la zone euro, Grèce, l’Irlande le Portugal. Pour éviter qu’ils ne se trouvent dans l’incapacité de financer leurs échéances, l’Union Européenne a créé un fonds leur permettant de se financer à un taux inférieur aux marchés. Mais cette « aide » est assortie de plans d’austérité sauvages qui accentuent la crise et ne résolvent finalement rien au problème de dettes.

 

Un an après, on constate que ces plans de « soutien » sont un échec : il suffit de regarder à Athènes pour le comprendre. La situation est intenable. L’austérité casse la croissance, qui limite les recettes de l’Etat, fait augmenter les dépenses et donc plombe les efforts de redressement des finances publiques faisant d’autant plus exploser la dette que le PIB recule. La situation de la Grèce est aujourd’hui désespérée et la question n’est pas de savoir si Athènes restructurera mais quand.


Alors qu’on s’attendait à ce que la crise touche l’Espagne, c’est au tour des Etats-Unis d’être touchés. Il faut dire que la victoire des républicains aux élections de cet automne a produit un accord budgétaire où les baisses d’impôt décidées par Georges Bush ont été prolongées contre un maintien de certaines dépenses  : résultat, le déficit budgétaire devrait atteindre 10% du PIB en 2011. Alors que les déficits baissent partout, ils restent abyssaux à Washington.

 

C’est grave docteur ?

 

C’est dans ce contexte que la révision de la note des Etats-Unis est particulièrement inquiétante. En effet, la crise de 2008 a montré la capacité auto-réalisatrice du système financier actuel. L’éventuel abaissement de la note pourrait provoquer une hausse des taux, déséquilibrant plus encore les finances publiques du pays, provoquant une baisse de la note. Le cercle vicieux qui avait conduit à l’explosion de la bulle des subprimes pourrait également avoir lieu sur les dettes publiques.


S’agit-il d’un simple avertissement ou d’un prélude à une grave crise, le véritable effondrement du système financier comme le pronostique depuis longtemps le GEAB  ? La crise pourrait-elle avoir lieu dès 2011 ou faudra-t-il attendre plusieurs années ? Il y a un peu plus de deux ans, j’avais pronostiqué comme point de départ d’une nouvelle crise financière un défaut de l’Italie suite à une augmentation des taux consécutive à une hausse de l’inflation, mais c’était en 2016…

 

suite ici :

 

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-crise-des-dettes-souveraines-92555

 

http://www.esprit-public.fr/IMG/jpg/AMF_02.jpg

http://www.esprit-public.fr/IMG/jpg/AMF_02.jpg -Autorité des Marchés Financiers

.

 

Reçu ce courriel :

 

 

Bonjour, Un sujet intéressant qui présentera certainement un intérêt pour vous : la tromperie des banques et leur manipulation sur les marchés. La récente obligation de l’AMF de déclarer les positions de vente à découvert sur des titres cotées en bourse permet de mieux distinguer la duplicité de certaines banques sur les marchés d’action. Illustration :

Depuis le 07/04/2011, la BNP est « short » sur le titre SOITEC. "Short" signifie qu'elle a initié une position de vente à découvert sur ce titre (Cf ci-dessous l’un des communiqués de l’AMF, autorité des marchés financiers). Autrement  dit, elle mise sur une chute du cours : plus celui-ci chutera, plus elle engrangera d’argent.

Dans le même temps, quelques jours après avoir initié sa position « short », elle déclare dans un communiqué qu’elle relève son objectif de cours à 13,5 €. Etonnant pour une banque qui mise sur la chute d’un titre, non ?

Le principe de la manipulation est le suivant : Le VADeur vend sur le marché un nombre important d'actions qu'il devra racheter a un prix inférieur  ultérieurement : il empoche ainsi la différence.

Quand BNP « vade », elle vend des actions (qu’elle n’a pas, mais qu’elle devra acheter un jour), donc elle augmente l'offre de vente. Plus il y a d'actions à acheter, plus le montant de celles-ci baissent. Inversement plus elle cherche a en acheter , plus le prix augmente..

 

BNP gagne pratiquement à tous les coups !

.

 

Ségolène Royal dénonce les sondages-bidons

 

 

bandeau_sr2012.jpg

 

Note d'eva : On sait que les Instituts de Sondage sont au service du Gouvernement. Et que Sondeurs comme Médias sont utilisés pour "imposer" les candidatures agréables à l'Oligarchie, pour favoriser les plans des concepteurs du Nouvel Ordre Mondial. Les Français veulent le "changement" ? On propulse une alternative, D. Strauss-Kahn... mais qui fera exactement la même politique que Sarkozy, au service des intérêts de l'Oligarchie, sous une autre étiquette ! eva R-sistons

 


 

Chers amis, Le précédent message décortiquait les manipulations sondagières de la dernière enquête « Opinionway » / Le Figaro / LCI.


Cette enquête vient de faire l’objet d’une vérification par l’Observatoire des sondages et la réalité dépasse la fiction ! . ( A lire en cliquant ICI )


Qu’on en juge. L’échantillon soi-disant représentatif est en fait constitué de 171 sympathisants de gauche déclarant qu’ils iront voter aux primaires, c’est à dire 18% du panel total des sympathisants de gauche ( voir analyse complète).

Et ce sondage a été abusivement repris sur les médias nationaux pour expliquer, entre autre, que j’étais hors jeu.


Je remercie chaleureusement ces 17 personnes qui , malgré le matraquage, tiennent bon contre vents et marées . Passer de 17 millions de voix à 17 personnes, çà surprend !


Au delà de cette note d’humour, il s’agit d’une atteinte grave à la démocratie et je suis satisfaite d’apprendre qu’un groupe d’internautes a décidé de saisir la Commission Nationale des Sondages .

 

Très amicalement, Ségolène Royal

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-segolene-royal-a-raison-de-denoncer-les-sondages-bidons-72252071.html

 

L'imposture de la Cour Pénale Internationale : J'en parlerai une autre fois (note d'eva)

 

 

http://aid97400.lautre.net/IMG/jpg/JohannaSigurdadottirVictoire20090425.jpg

Le Premier Ministre islandais

aid97400.lautre.net

 

 

 

 

Résister à l'intolérable comme l'Islande:

 

Fin de l' euro: islande qui rit, irlande qui pleure

Quand l'islande réinvente la démocratie, fait sa révolution totale

L'islande contre la finance mondiale: un exemple à suivre !

Le président islandais en appelle au peuple

Le message de l’islande au portugal

Les médias célèbrent la france en guerre, et oublient l'islande. Fiers d'être français ?

Islande: révolution,référendum,constituante,capitalisme rejeté,nationalisations

Les basculements politiques: islande, tunisie, liban, egypte (delorca)

Mourir pour les banques ? Non merci ! - l'exemple islandais

 

 

 

NOM-Capital-j-copie-2.jpg

  Liens d'actualité

 

Une commission du Sénat US réclame une enquête criminelle contre les banques d’affaires

 

Révolutions arabes: Pas spontanées, mais orchestrées par le cartel bancaire

 

Grâce au Gouvernement français, les bonus des banquiers restent gras

 

Au secours, la bulle Internet revient ! - Cycles - Consommation des ménages US

 

L'Europe des mobilisations sociales dont les Médias ne parlent pas

 

Chavez: Mesures pour protéger les locataires. Réquisitions de terrains

 

Vers un vol total de la souveraineté. En route vers la dictature !

 

Rapport du WBGU: Génocide, mode d’emploi. Etat fort et manipulations

 

Le Portugal, dernière victime en date du modèle néolibéral

 

Russie : Vladimir et Dimitri: Sont-ils interchangeables ? Adversaires ?

 

Ben Laden: Les évidences de la supercherie - Les Américains vivent "1984"

 

La Syrie face à une rébellion armée financée par les USA

 

L’Assemblée Nationale a vendu la France !

 

Les salades de l'actualité. La crédulité est la chose la mieux répartie !

 

La Contre-révolution au Proche-Orient lancée par Etats-Unis et Israël

 

Le gouvernement des USA impliqué dans les attentats du 11 septembre ?

 

Qu'est devenu Kadhafi ? Envolé ? Liquidation extra-territoriale ?

 

Plongée au coeur du Hezbollah - Reportage sur la résistance libanaise à israël

 

Entretien sur le blocus de Gaza avec Ch. Oberlin (vidéo, blog de Serge Adam)

 

Mort de Ben Laden : Est-ce la fin de l’Histoire ? (Prof. Chems Eddine Chitour)

 

Trente ans de mensonges nucléaires

 

Mort de Ben Laden: On nous prend pour des cons, des complotistes, même ?

 

Nucléaire Europe: Comment nous avons échappé à un accident majeur

 

  http://img.over-blog.com/300x236/1/18/15/06/D-10--23-11-9/NOM-bilderberg-j.jpg

 

 

 

Une vidéo (1mn30) que j'aime beaucoup, très signifiante,

je la partage avec vous, votre eva

 

 

Additif :

 

Chevènement et les Agences de notation :

 

 

  • Il faut mettre l'esprit public à la hauteur des défis, et en particulier de la crise de l'euro que nous voyons devant nous
  • Quand je lis M. Sarkozy qui dit que toute sa politique d'austérité est fondée sur le triple A que la France doit conserver dans les notes de Standard & Poors, comment mieux avouer qu'il n'y a plus de souveraineté nationale ?
  • C'est Standard & Poors qui fait la politique de la France aujourd'hui.
  • En 2002, je disais déjà : "ce ne sont pas les marchés financiers qui sont l'horizon de l'humanité, ce sont les peuples et les nations". Je dis toujours la même chose !

suite ici :

 

.

Partager cet article

Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages