13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 14:32
 petite-rose1-copie-4.JPGBonjour,

J'ai reçu l'appel dans ma boîte mails, je vous le transmets ausitôt afin que vous puissiez le signer. J'en ai profité pour regarder ce qu'il y avait sur le site http://sego.dom.over-blog.com,  j'ai trouvé ces interventions très pertinentes sur les franchises, à faire circuler également. Lisez aussi, à la fin de mon dernier article, l'intervention de Ségolène concernant le journal les Echos, - et la désinformation en général.

Ainsi, pendant que d'autres sont inactifs, ou peu actifs, ou en train de se chamailler, il y en a une qui occupe le terrain, et c'est très bien ainsi. C'est en dénonçant la politique ultra-réactionnaire de Sarkozy - qui remet en cause tout le modèle social français et l'indépendance nationale - et en proposant des solutions intelligentes, qu'on avance. Dénoncer la désinformation ou la casse sociale, c'est exactement ce qu'il faut faire. 

J'attends que le P.S. reprenne l'initiative, comme Ségolène le fait actuellement, et de façon unitaire s'il vous plaît. 

J'attends de Ségolène et de tous les dirigeants de Gauche qu'ils dénoncent sans cesse la politique anti-sociale de Sarkozy, qu'ils expliquent très clairement aux Français ce qui doit être fait dans l'intérêt de tous, et aussi qu'ils interviennent très concrètement contre la politique extérieure de Sarkozy qui risque de conduire à une catastrophe, peut-être même nucléaire et mondiale. 

La France ne doit pas aligner sa politique intérieure et extérieure sur celle de Washington, c'est une erreur effroyable qui risque de nous coûter cher à tous, - et aussi, ne l'oublions jamais, aux générations futures. Car la politique de Sarkozy risque d'être scellée dans le marbre !

Alors oui, comme Ségolène, mettez-vous tous en marche pour dénoncer de manière claire, précise, concise, offensive, la politique néo-conservatrice à l'américaine de Sarkozy. Cette politique est contraire aux intérêts de la France, des générations futures, et du monde. 

Le Parti Communiste a aussi un très grand rôle à jouer, uni avec toutes les forces de gauche allant jusqu'à Besancenot : Il est le garant de la prise en compte des intérêts des classes populaires.

J'appelle toue la gauche, rassemblée comme au temps du programme commun, à mettre en place 

UNE UNION SACREE CONTRE SARKOZY !
 
Il y va de l'avenir de notre modèle social, de l'exception française, de l'indépendance nationale, de la paix, et de notre image dans le monde !

En marche, citoyens de gauche, sympathisants, républicains, démocrates ou gaullistes progressistes, hommes et femmes épris de liberté, de justice, de solidarité, ou jeunes menacés par la privatisation de tout le secteur scolaire et universitaire, retraités spoliés, citoyens désireux de conserver un système de santé public, un droit du Travail protecteur, des services publics, ou le maintien voire l'accroissement de leur pouvoir d'achat, mais aussi étrangers traités comme des pestiférés,  sans logis ou mal-logés karchérisés, - oui, en avant pour la reconquête de vos droits menacés par Sarkozy l'Américain ! En avant, avec énergie et détermination !

Votre Eva, à la pointe du combat pour la démocratie, la justice sociale, la paix, l'indépendance de la nation.

Rendez-vous sur le Forum pour la Paix, vous trouverez cela sur la présentation du blog, à droite, comme la newsletters pour vous abonner gratuitement à mon blog, ou la rubrique "recommander".

Lisez mon article "Des fous préparent  l'apocalypse" (appel à rentrer en guerre contre la guerre qui se prépare, et vite, il y a urgence !), ou encore "des femmes en guerre contre la guerre", "Douce france" - trois articles sur la politique dévastatrice de Sarkozy, comme "un casseur nommé Sarkozy", lisez aussi tout ce qui concerne la désinformation comme "FR2  télé- propagande", mais également "Lettre ouverteà la gauche", ainsi que "Lettre ouverte à Bernard Kouchner" Dr Jekyll and M. Hyde, etc, etc !!

TAGS : Guerre, social, services publics, Ségolène Royal, Gauche, P.S., P.C., Besancenot, Etats-Unis, Bush, karcher, étrangers, sans-logis, paix, femmes, Sarkozy...

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
En adoptant la loi relative à l’immigration, l’intégration, l’asile, le parlement a modifié la loi Informatique et Liberté en autorisant la collecte de « statistiques ethniques » dans le cadre d’« études  sur la mesure de la diversité des origines des personnes, de la discrimination et de l’intégration ». Dès 2008, une grande enquête publique, portant sur les revenus, le niveau d’étude, etc… prévoit de demander à 24 000 personnes de répondre à des questions comme « De quelle origine vous diriez-vous ? », «et de quelle couleur de peau vous diriez-vous ? » et « Avez-vous une religion ? Si oui, laquelle ? » etc..

Il est urgent de se mobiliser devant ce renoncement aux principes fondateurs de notre République. Aujourd’hui, un appel est lancé :

Je refuse que quiconque me demande ma couleur de peau, mon origine et ma rel
igion. Je refuse que l’on puisse faire de même avec mon conjoint, mes enfants, mes parents. Je refuse que mon identité soit réduite à des critères d’un autre temps, celui de la France coloniale, ou de Vichy.

Je refuse l’idée que la lutte contre les discriminations et l’effort pour l’intégration supposent la création de catégories ethnoraciales. Le prétendre est une manipulation intellectuelle et politique. Je refuse d’accepter que le regard et l’investigation se posent sur les victimes plutôt que sur les auteurs des discriminations. La nécessaire connaissance de la réalité des discriminations doit passer par d’autres moyens comme par exemple, le testing. Je souhaite que l’on cherche à diagnostiquer réellement les pratiques discriminantes pour les sanctionner plus sévèrement. Je refuse qu’une prétendue caution scientifique consolide des stéréotypes racistes qui continuent malheureusement à travailler de l’intérieur la société française.

Je refuse que l’Etat réhabilite un référent racial ethnique ou religieux pour établir des « statistiques ethniques ».

Je refuse de modifier les fondements de notre République, et demande au Conseil Constitutionnel de ne pas valider l’article 63 de la loi sur l’immigration.

Refusez les statistiques ethniques en signant l’appel sur « Fiche pas mon pote » :

>>>>>
SIGNEZ L'APPEL <<<<< 



§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Invitée vendredi dans un cabinet médical du XVIIIe arrondissement de Paris, Ségolène Royal a exigé le retrait des franchises, en cours de discussion au Parlement dans le cadre du budget 2008 de la "Sécu". « Je demande au gouvernement, au président Nicolas Sarkozy de réaliser que cette réforme est mauvaise. C'est une faute sociale, puisque les gens vont payer quels que soient leurs revenus, les riches comme les pauvres », citant « les graves difficultés liées à la baisse du pouvoir d'achat ».

De plus, les personnes souffrant de maladies chroniques, d'un cancer ou d'Alzheimer « 
n'ont pas le choix » et risquent « parfois de ne pas se faire soigner » ou de devoir « aller à l'hôpital ». Plutôt que les franchises, qui doivent rapporter 850 millions d'euros par an, elle a proposé « de faire des économies » sur les aides économiques aux entreprises « qui ne sont pas justifiées ».

« Je voudrais m'étonner que Martin Hirsch accepte cela. Il ne peut pas accepter la remise en cause de l'accès aux soins des Français les plus modestes et des personnes âgées ou très âgées, des personnes handicapées ou des personnes cancéreuses, c'est le début de la fin de la Sécurité sociale »
. Ségolène Royal s'était inspirée du rapport de Martin Hirsch de 2005 pour proposer un revenu de solidarité active (RSA).

Les franchises médicales s'appliqueront au 1er janvier à 45 millions d'assurés sociaux, qui prendront en charge 50 centimes par boîte de médicaments et par acte paramédical. Quinze millions de personnes en seront exclues, dont les bénéficiaires de la CMU.
 
 
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
 
Pour financer nous dit Nicolas Sarkozy, les programmes de recherche sur des maladies graves, faisons appel au porte-monnaie des malades y compris des plus modestes. Plutôt que de porter remède aux lacunes de notre système. Il y a là une triple faute : insécurité sociale, erreur sanitaires, inefficacité économique.

1/ Insécurité sociale, tout d'abord.

C'est une aberration de faire financer les programmes de recherche utiles pour les malades de demain par les malades d'aujourd'hui. Même si des exonérations sont prévues, la contribution va peser de manière uniforme sur tous ceux qui doivent prendre des médicaments ou recourir à des soins, alors même que la contribution de chacun à l'assurance-maladie est proportionnelle aux revenus. De manière insidieuse, on revient sur les principes de la sécurité sociale chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins), illustrant une fois de plus la volonté de la droite de remettre en cause les assurances publiques universelles, pour favoriser la marchandisation de la santé. Une fois de plus, ce sont les personnes âgées à faible revenu et les salariés les plus faiblement rémunérés qui vont consacrer une part plus importante de leurs revenus à leur protection sociale. On pourrait objecter que les montants sont faibles mais nous savons d'expérience qu'une fois que le principe est acquis, ce genre de prélèvements augmente au fil des ans, sous la pression du déficit des comptes sociaux.

La fixation de son montant par un simple décret et non son inscription dans la loi renforce cette perspective. En outre, ils viennent d'ajouter à une série de mesures déjà très sensibles pour les ménages : forfait de 1 à 4 euros par consultation, autre forfait de 18 euros à l'hôpital, déremboursements de toutes sortes. Lors de l'instauration de la franchise sur les consultations médicales, ses inspirateurs avaient indiqué qu'il s'agissait d'une mesure exceptionnelle. A quand la franchise sur tous les actes ? A quand de nouveaux déremboursements déguisés par la hausse de ces franchises ? En vérité, les classes modestes et moyennes sont celles qui vont être progressivement orientées vers les assurances privées, pour couvrir toutes ces charges nouvelles, laissant au bord de la santé tous ceux qui n'ont pas les moyens de financer une couverture complémentaire et l’accès au soin doit rester une sécurité de base.

2/ Erreur sanitaire ensuite.

Ces franchises s'appuient sur l'idée que l'on pourrait, étant malades, faire le choix de consommer moins de soins dès lors qu'on serait sensibilisé aux coûts. Outre que c'est le médecin qui prescrit et non le malade qui décide, allez expliquer aux personnes qui ont été jugées suffisamment malades pour être prises en charge à 100 % (les diabétiques, les cancéreux, les personnes atteintes par le VIH…, tous ceux qui souffrent d'une maladie longue et coûteuse, y compris comble de l’ironie les patients atteints de maladie d’Alzheimer) que c'est à elles que reviendra en priorité la charge de financer les dépenses d’assurance-maladie. L’affectation de cette nouvelle contribution à la recherche sur une autre maladie est un leurre, comme en témoignent les comptes présentés par le Gouvernement.. Toutes les études montrent que l'on doit donner la priorité à la prévention, au traitement et au dépistage précoce des affections, au bon suivi des traitements. C'est un enjeu de santé publique fondamental, car se soigner tôt évite le plus souvent des dépenses plus lourdes ultérieurement. Inviter le malade à peser sur le choix des prescriptions en le faisant payer est donc un contresens qui pourrait se révéler très dommageable pour la santé des Français à moyen terme. C’est d’autant plus pernicieux que déjà 13 % des Français restreignent leurs soins pour des raisons financières. Il est donc absurde de faire payer une franchise aux malades chroniques alors que même les petites dépenses sont indispensables.

3/ Inefficacité économique enfin.

Toutes les études sur la compétitivité et l'attractivité de notre pays, montrent que l'un des points forts de la France est précisément la qualité de son système de santé et les conditions d'accès aux soins, malgré les attaques dont il est l’objet. S'il existe des rigidités dans certains domaines, que j'avais moi-même soulignées en proposant que le dialogue social accorde plus d'agilité aux entreprises exposées à la concurrence, il est économiquement contre-productif de s'attaquer à l'un des points forts de notre compétitivité par une approche erronée. Ce dont notre pays a besoin, c'est de travailleurs bien formés, motivés par une juste rémunération et rassurés par l'existence d'une sécurité sociale qui leur permet de se concentrer sur leur vie professionnelle et leur épanouissement. Il est donc primordial que des mesures soient prises pour restaurer l’équilibre des comptes sociaux pour conserver cet acquis économique du pays.

C’est d’autant plus vrai qu’il existe d’autres solutions. Le produit de cette nouvelle taxe sur les malades (800 millions d'euros) aurait pu être trouvé en faisant des économies. Je propose comme je l’avais déjà fait une réduction des 60 milliards d'aides aux entreprises, dont chacun sait qu'une grande partie bénéficie à des secteurs protégés qui n'en ont pas besoin et dont la Cour des Comptes a très justement souligné les manques de justification. Il est surtout nécessaire d’engager une réforme sur l’offre de soins, la meilleure coordination entre médecine de ville et hospitalière, le renforcement de toutes les actions de précautions et le lancement de programmes de recherche européens pour faire baisser le coût des soins.

signature.gif
 
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Souffrances des Palestiniens, suite : (NB PARRAINEZ TOUS UN PETIT PALESTINIEN ! Voir ici, et racontez !)

NB : FR2 télé-propagande : Ce 13.11.2007, entendu sur FR2 au 20 h : "La méthode Sarkozy a fait ses preuves"; interviews de Français exaspérés par la grève, et d'étudiants exaspérés par le blocus : on drese les Français les uns contre les autres. Et enfin 2mn sur la Palestine, sans Enderlin maintenant ! Sujet "une prison où règne désormais l'ordre islamique", (lecture du Coran) : on dresse les Français contre les Islamiques pour les préparer à la guerre contre l'Iran ! 
Au fait, à quand un sujet sur les prisons évangéliques américaines, à Guantanamo par ex ? Chut ! On ne souffle mot contre les amis Américains et Israéliens de Sarkozy, ni sur la souffrance des Palestiniens. Merci Mme Chabot, M. Darmon and Co !


Lettre d'info n° 165 de l'AFPS du 12 au 18 novembre 2007


Le site de l'AFPS fait peau neuve! Merci de nous faire part de vos remarques et suggestions : afps@france-palestine.org

A la Une

"Halte au siège de Gaza". Campagne palestinienne et internationale pour mettre fin au siège de Gaza
Le 25 octobre 2007, un malade palestinien est mort au point de passage d’ Erez, alors qu’il attendait l’autorisation israélienne d’aller dans un hôpital israélien. Il y a une semaine, une femme et son nouveau né sont morts dans un hôpital de Gaza, alors qu’elle attendait l’autorisation d’être transférée en Israël pour suivre un traitement médical.
Lire la site :
http://www.france-palestine.org/article7305.html

Action

Mission cueillette de l’Afps en Palestine occupée. Dernières nouvelles. AFPS

Des militants de l’AFPS sont actuellement en Palestine, près d’Hébron, pour participer à la cueillette des olives qui est entravée systématiquement par les colons et les soldats israéliens. La présence de volontaires internationaux permet aux fermiers d’accéder plus facilement à leurs oliveraies et restreint la violence des colons.
Lire les rapports :
http://www.france-palestine.org/article7342.html
http://www.france-palestine.org/article7307.html
http://www.france-palestine.org/article7304.html
http://www.france-palestine.org/article7284.html
http://www.france-palestine.org/article7273.html
http://www.france-palestine.org/article7264.html

L’olivier : un moyen de survie. l’Association France Palestine Solidarité et l’Union des Fermiers Palestiniens
Symbole fort de l’enracinement de son peuple à sa terre, l’olivier est au coeur de la vie et de la société palestinienne.
Il représente 75 % des arbres fruitiers en Cisjordanie. L’huile d’olive fait vivre 70 000 familles (25 % de la population).
La production moyenne annuelle est de 15 000 tonnes (avec une importante variation pouvant aller de 5 000 tonnes/an à plus de 30 000 tonnes), soit 4 fois la production française, mais à peine 0,8 % de la production mondiale.
La consommation locale étant de 7 000 à 10 000 tonnes, les olives et l’huile d’olive constituent un des principaux produits d’exportation de l’agriculture palestinienne.
L’occupation génère l’appauvrissement
Lire la suite :
http://www.france-palestine.org/article7255.html

Parrainez un enfant palestinien. AFPS

Vous aidez une famille palestinienne dans le besoin
Vous exprimez votre soutien à tout un peuple
Cet enfant dont vous aurez le dossier, vit dans une famille choisie par nos partenaires sur place.
Lire la suite :
http://www.france-palestine.org/article7334.html

Liberté pour Salah Hamouri, franco- palestinien détenu en Israël. F. Leroux
Accusé par l’occupant israélien de préparation d’un enlèvement, sans l’ombre d’une preuve, un jeune franco-palestinien est détenu sans jugement en Israël depuis 2 ans et demi. Depuis plusieurs mois l’A.F.P.S, par ses démarches et interpellations, a voulu faire connaître cette détention illégale qui a trop duré.
Lire la suite :
http://www.france-palestine.org/article7266.html

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§J'ai trouvé ça sur le site "lesogres.infos", ils m'ont mis parmi leurs blogs anti-intégrismes, anti-désinformation, MERCI  A  EUX !  (13.11.2007)

 


FAQ
Accueil
Fil-Info Chrono
Fil-Info Manchettes
ANTI LOBBYING
JOURNALISTIQUE
MARCHAND

Sarko Tricheur
Médias Menteurs
Ouvertures Géographique Religieuse Ethnique Sociale
Dialogue critique légal avec les intégristes contre l'intégrisme
| Accueil | iG iE iY |   Accueil   Derniers messages et reactions   Tout le site par rubriques   Redaction et Admin (mot de passe)
LesOgres.Info TeleScriptOgres
Navigateur sans iframe TeleScripteur inaccessible ici
 
Blogs OGRES   Non Classé   Mouvement   Hiérarchies TV   Frontières Ethniques   Frontières Géographiques   Frontières idéologiques   Frontières Religieuses   Frontières Sociales   Histoire   _BVH_   _EARR_
... Blog de Gélinotte
Blog de Cismigiu
Blog de Milton
Blog de Robert Gros
Blog de Blogs OGRES
Blog de Béatrice PAULEAU
Blog de Eva Résistance





Blogs OGRES

 



[Blog de Béatrice PAULEAU]

Imaginez .....
Terrorisme lunaire


[Blog de Blogs OGRES]

Lancement des Blogs OGRES (embeded)


[Blog de Cismigiu]

Dray futur ministre de l’intérieur de Sarkozy ? Après Kouchner, causa nostra continue


[Blog de Eva Résistance]

Alerte ! TELEVISION COMMUNAUTARISTE !


[Blog de Gélinotte]

Banlieues, agents provocateurs, Sarkozy.


[Blog de Milton]

L’Analyse de Milton - Malgré ses roses blanches, la gauche est dans les choux !


[Blog de Robert Gros]

Dallas sur Seine

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
Une frappe israélienne contre l’Iran est à l’ordre du jour
publié le vendredi 9 novembre 2007

Yediot Aharonot
 
Après les déclarations de Téhéran affirmant qu’il possédait 3 000 centrifugeuses opérationnelles pour l’enrichissement de l’uranium, Yediot Aharonot souligne qu’une frappe israélienne sur des sites nucléaires iraniens est de plus en plus probable.

Le mercredi 7 novembre, le président Mahmoud Ahmadinejad a annoncé que l’Iran disposait de 3 000 centrifugeuses opérationnelles pour l’enrichissement de l’uranium. D’après The Times de Londres, des sources militaires américaines auraient alors assuré que cela pourrait déclencher une frappe aérienne israélienne sur les installations nucléaires iraniennes. Selon ces sources, citées jeudi 8 novembre par le quotidien britannique, le chiffre de 3 000 centrifugeuses constitue un "seuil" qui pousserait Israël à agir.

En dépit des sévères avertissements émis par Washington ces dernières semaines, l’article du Times souligne que le Pentagone hésite pour l’instant à attaquer l’Iran, mais que pour Israël c’est "une autre histoire". D’ailleurs, ajoute The Times, avant même la déclaration d’Ahmadinejad, un responsable américain aurait dit : "Israël pourrait faire quelque chose quand les Iraniens atteindront le chiffre de 3 000 centrifugeuses opérationnelles. Le Pentagone est plutôt d’avis d’attendre un peu plus longtemps."

Mercredi soir, le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak a précisé : "Nous n’écartons aucune possibilité, et il nous faut nous pencher sur les aspects opérationnels." Le ministre de la Défense a également appelé à de nouvelles sanctions économiques et diplomatiques. Le président iranien venait de faire cette annonce devant une foule de plusieurs milliers d’Iraniens à Birjand, dans l’est de l’Iran. Il s’agissait d’une démonstration de force face aux exigences de la communauté internationale, qui réclame l’arrêt du programme nucléaire iranien, soupçonné de dissimuler les efforts du pays pour se doter de l’arme atomique.

Par le passé, Ahmadinejad a déjà prétendu que l’Iran avait réussi à installer les 3 000 centrifugeuses dans son site d’enrichissement de l’uranium à Natanz. Le 7 novembre, il a pour la première fois annoncé officiellement qu’elles étaient désormais tout à fait opérationnelles. Elles servent à enrichir l’uranium, processus qui peut produire soit du combustible pour un réacteur nucléaire, soit la matière première pour confectionner une bombe. Plus tôt dans la semaine, Yossi Baidatz, directeur du renseignement militaire israélien, a expliqué que le régime iranien actuel n’était pas menacé d’effondrement et qu’il pourrait être nucléarisé d’ici fin 2009.


Dans le même temps, selon l’Orient le Jour, L’État hébreu réclame le renvoi du chef de l’AIEA : El-Baradei met « en danger la paix dans le monde », accuse Israël

Pour la première fois depuis le début de la crise nucléaire iranienne, Israël a réclamé hier le renvoi du chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Mohammad el-Baradei, accusé de « mettre en danger la paix dans le monde ».

Israël, qui milite pour de nouvelles sanctions internationales contre Téhéran qu’il soupçonne de chercher à se doter de l’arme atomique, a durci sa campagne contre M. Baradei depuis ses déclarations en octobre affirmant ne pas avoir de preuves que Téhéran fabriquait la bombe nucléaire.

« La politique suivie par el-Baradei met en danger la paix dans le monde. Son attitude irresponsable qui consiste à enfouir sa tête dans le sable en ce qui concerne le programme nucléaire iranien doit amener à son renvoi », a affirmé le vice-Premier ministre israélien Shaoul Mofaz à la radio israélienne. M. Mofaz conduit actuellement à Washington une équipe chargée du dialogue stratégique avec les États-Unis sur le dossier nucléaire de l’Iran et a rencontré mercredi la secrétaire d’État Condoleezza Rice. « El-Baradei affirme ne pas avoir de preuves concernant le programme nucléaire iranien alors qu’il dispose sur sa table de renseignements recueillis dans plusieurs pays et qu’il est à la tête d’une organisation chargée précisément d’exploiter ce genre d’informations », a souligné M. Mofaz. Cet ancien chef d’état-major a cependant estimé que l’Iran n’était pas encore parvenu au point de non-retour. « Le développement des infrastructures nécessaires à l’enrichissement de l’uranium est plus lent que ne le disent les responsables iraniens. » La radio publique, citant des responsables israéliens, a indiqué que la délégation à Washington avait fourni des renseignements très précis et « d’une grande résolution » aux États-Unis, faisant ainsi allusion à des photos satellite...  [1]

 [1] article complet http://www.lorientlejour.com/page.aspx ?page=article&id=357095
publié par Courrier international
http://www.courrierinternational.com/article.asp ?obj_id=79556

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
 

Le vrai Sarkozy: la vidéo la plus vue sur Dailymotion

Posted: 12 Nov 2007 04:09 PM CST

Cette vidéo est tout simplement la vidéo la plus vue sur Dailymotion. Elle a été consultée plus de 2 millions de fois par les internautes ! Un record absolu, pour ce montage, censé dépeindre le vrai visage de notre président Nicolas Sarkozy. On se doute bien que le concepteur de cette vidéo ne...
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 01:18

lunettes.JPGBonjour,

Je suis décidée à aller au fond des choses, à tenter de découvrir les ressorts profonds qui expliquent les événements majeurs de la politique mondiale. Ainsi, l'élection de Sarkozy est absolument inexplicable: Les Français, d'instinct, et ils ont raison, sont allergiques à la mondialisation, au libéralisme, aujourd'hui camouflé sous le charmant nom de "modernité" - quelle hypocrisie ! 

Le Général de Gaulle est leur personnalité préférée : Nul mieux que quiconque, et avec une autorité que personne ne lui a contestée, il a su défendre la France, sa spécificité, sa grandeur, son indépendance, son originalité, son... "exception". Il a su, aussi, préserver le modèle social français, auxquels ses compatriotes sont si attachés. Enfin, il s'est toujours méfié de l'Argent, de l'Amérique, et d'Israël - menant, comme vous le savez, une politique pro-arabe. 

Or, Sarkozy a été élu, et avec lui tout est remis en question. Sarkozy, c'est l'anti-Général de Gaulle, c'est la fin du modèle social français qui fait l'admiration, et l'envie, de tous ; c'est enfin la soumission de notre pays aux diktats américano-israéliens. Mais aussi, hélas, le règne, pour ne pas dire la vénération, du Dieu Argent, l'incitation au désir effréné, réellement
névrotique, de s'enrichir. Avec Sarkozy, la France perd son âme, sa spécificité, son originalité. A-t-on réalisé à quel point la situation est grave ? Pire que cela : dramatique.  

SARKOZY  ASSASSINE  LA  FRANCE !  Voilà la réalité.

Nous ne pouvons pas nous résigner à une telle entreprise de destruction. Il faut commencer par prendre conscience de la dangerosité du bonhomme, pour pouvoir, ensuite, agir. Et c'est cet homme-là qui apporte son soutien à un Bush désavoué par tous, pire, qui fait de la surenchère contre l'Iran. La situation est explosive ! Nous sommes au bord de l'abîme !

NOUS SOMMES A UN TOURNANT HISTORIQUE : nous assistons à la conjonction de deux facteurs hautement pathologiques, à la rencontre de deux individus extrêmement dangereux : Une personnalité fragile, stupide, influençable, fanatique et illuminée, acoquinée pour le malheur de l'humanité à un être diaboliquement intelligent, maladif, à la personnalité hautement pathologique, fasciné par l'Amérique des parvenus et totalement sous influence des Sionistes - eux-mêmes ennemis des Juifs, et plus généralement de l'humanité. Le mélange de ces deux ingrédients étant explosif ! Et la gauche ne bouge pas, à un moment historique ! Sa passivité est inadmissible; Je n'hésite pas à le dire, elle est criminelle. On n'entend plus que la voix de Ségolène Royal....

Comme d'habitude, avant de me coucher,  je regarde une dernière fois ma boîte mails. Et je tombe sur la dépêche ci-jointe, envoyée par un de mes correspondants du bout du monde. Je visite le site à laquelle elle me renvoie : c'est celui des Français farouchement opposés à Sarkozy.  En lisant la profession de foi des fondateurs du site en question, je tombe sur le texte que je vous joins aussitôt. J'ai moi-même souligné en gras ce qui me semble particulièrement décisif. L'idée centrale, pour moi, est la fin de l'exception française. Je tiens à attirer votre attention sur cette donnée !

Je souscris totalement à cette analyse. Et donc, je la partage avec vous.
En vous souhaitant une bonne lecture ! Bonne journée, Eva

N'oubliez pas à visiter le Forum pour la Paix, à vous abonner (newslettters) si ce n'est déjà fait, à recommander ce blog. Tout est à droite de l'écran (présentation blog).

TAGS : Sarkozy, S. Royal, paix, Gl de Gaulle, mondialisation, E.U., Israël, gauche, P.S., France, Argent, sionistes, Iran...
______________________________________________________________

 
inv 

Tue, 13 Nov 2007 06:41:14 +0700
De:  <m.........@inbox.lv> 
À: evaresis@yahoo.fr
Objet:  Paillé
  
 <http://www.infolive.tv/fr/infolive.tv-13850-israelnews-scoop-sarkozy-en-isr ael-dans-les-semaines-venir> 




_________________________________________________________________________________________

QUI SOMMES-NOUS ? TOUT SAUF SARKOZY





http://www.toutsaufSarkozy.com/site/quisommes.shtml
Comme cela apparaît clairement dans le titre de notre site, nous sommes des Français radicalement opposés à Nicolas Sarkozy pour la raison fondamentale qu'il s'agit d'un homme soucieux avant tout de représenter et de défendre au plus haut poste de l'Etat français les intérêts à la fois de l'empire américain et de son appendice israélien.


Sa victoire à l'élection présidentielle, où l'apport de nombreuses voix du pseudo « patriote » Le Pen fut un apport décisif, signe la prise de contrôle momentanée de notre Nation par les forces mondialistes. Notre site est avant tout un site de résistance aux forces destructrices de la France et à ceux qui entendent s'opposer par tous les moyens à la création d'une Europe-puissance, de Dublin à Vladivostok, articulée autour d'un axe stratégique Paris-Berlin-Moscou.


De gauche, de droite ou de nulle part, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues dans ce combat essentiel.


Soutenu par un grand patronat toujours plus avide de gains financiers et moralement totalement dégénéré, Sarkozy a pu disposer des media et se livrer à une entreprise totalitaire de sidération d'une majorité d'électeurs crédules et sous-informés.
Son élection fut en apparence « légale », mais en réalité parfaitement illégitime. La « bonne foi » de beaucoup de Français fut surprise par l'usage monopolistique des moyens de communication et d'assujettissement des esprits.



Une bête immonde a pu ainsi s'arroger tous les pouvoirs qui lui ont été abandonnés par de pseudo-élites financiarisées. Comme nous vous en avions prévenus, Sarkozy tente donc de mettre en oeuvre, avec l'aide de ses commanditaires étrangers et de ses « collaborateurs » en France, sa vaste entreprise de destruction de « l'exception française » et du pays. Toute son équipe est composée de gens soit à la solde des Américains, soit d'Israël et le plus souvent des deux. Notre site vous donne régulièrement toutes les informations et références à ce sujet. Nomination du fou furieux Kouchner aux Affaires étrangères pour achever la réintégration de la France dans l'Otan et nous entraîner dans une guerre contre l'Iran, Morin, homme des Américains à la Défense, Lagarde, femme des Etats-Unis à l'Economie, Strauss-Kahn, homme d'Israël au FMI etc...etc...la liste des liquidateurs est longue!


Combien de temps les Français vont-ils tolérer ce « casse », national et social, d'une ampleur jamais vu dans notre histoire? A l'évidence, la résistance est un devoir sacré pour tous les patriotes afin de mettre un terme rapide à cette équipée qui ne peut déboucher que sur des lendemains sanglants, à l'intérieur comme à l'extérieur.
inv
Mearsheimer et Stephen M. Walt : Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine  http://lesogres.info
16 septembre 2007
Pourquoi les États-Unis fournissent-ils un soutien matériel et diplomatique aussi considérable et aussi constant à Israël ? Telle est la question à laquelle entendent répondre John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt, deux universitaires américains réputés. Ils démontrent, dans ce livre précis et extrêmement bien documenté, que ce soutien ne peut s’expliquer par des intérêts stratégiques communs ni par des impératifs moraux : il est surtout dû à l’influence politique d’un lobby qui travaille activement à l’orientation de la politique étrangère américaine dans un sens pro-israélien. Editions La Découverte.

Présentation de l’éditeur
Depuis ces dernières décennies, la pièce maîtresse de la politique moyen-orientale des Etats-Unis a été sa relation avec Israël. Les États-Unis viennent à la rescousse d’Israël en temps de guerre et prennent son parti dans les négociations de paix, au point qu’un participant américain à Camp David en 2000 a pu affirmer : " Beaucoup trop souvent, nous agissions... en tant qu’avocat d’Israël. " De fait, depuis 1982, les États-Unis ont mis leur veto à 32 résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU critiquant la politique israélienne. Et chaque année, Israël continue de recevoir trois milliards de dollars d’aide américaine - un cinquième de l’aide étrangère des États-Unis.
Pourquoi les États-Unis fournissent-ils un soutien matériel et diplomatique aussi considérable et aussi constant à Israël ? Telle est la question à laquelle entendent répondre John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt, deux universitaires américains réputés. Ils démontrent, dans ce livre précis et extrêmement bien documenté, que ce soutien ne peut s’expliquer par des intérêts stratégiques communs ni par des impératifs moraux : il est surtout dû à l’influence politique d’un lobby qui travaille activement à l’orientation de la politique étrangère américaine dans un sens pro-israélien. Même s’il est  loin de faire l’unanimité parmi les Juifs américains, ce lobby poursuit notamment une stratégie de pression sur le Congrès par le biais de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), l’une de ses principales organisations. Il exerce également une influence considérable sur l’administration, l’université et les médias américains

Le lobby pro-israélien a ainsi joué un rôle clé dans la politique américaine au Moyen-Orient sous l’administration Bush au nom de la " lutte contre le terrorisme ", comme en témoignent la désastreuse invasion de l’Irak, la confrontation avec l’Iran et la récente guerre au Liban. John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt montrent que cette politique n’était ni dans l’intérêt national des États-Unis, ni dans celui d’Israël sur le long terme. Ils ouvrent un débat nécessaire pour l’avenir de la paix dans cette région du monde

Des personnalités sérieuses commençaient à admettre que l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) et d’autres groupes radicaux du lobby - dont les actifs « sionistes chrétiens » - ne représentaient pas l’opinion dominante au sein de la communauté juive américaine et, plus largement, aux États-Unis. En conséquence, un certain nombre de groupes pro-israéliens ont commencé à évoquer ouvertement le besoin d’adopter une position plus équilibrée, et des articles publiés dans des journaux importants tels que The Economist et le New York Times ont suggéré qu’il était temps que s’établisse une nouvelle relation entre Israël et les États-Unis, pour le bien des deux pays.
 
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Guilhot, Laure Manceau, Nadia Marzouki et Marc Saint-Upéry
Lire l’Avant Propos et l’Introduction sur le site de La Découverte (pdf).

Voir sur le site de La Découverte le dossier de presentation

Lire aussi
Les auteurs de l’étude sur le « Lobby Israelien » répondent à leurs critiques 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Ségolène Royal occupe le terrain laissé vacant par le P.S. voir toutes ses interventions : http://sego-dom.over-blog.com (sur les Echos, la casse sociale....)

Ségolène Royal à propos des Echos

Ce qui est en train de se passer aux Echos est grave. Voilà un journal dont l’indépendance fonde la crédibilité, un journal qui gagne de l’argent, un journal dont le lectorat augmente.

Il vient de tomber aux mains de Bernard Arnault, la première fortune de France contre l’avis de sa rédaction qui s’est mobilisée pendant quatre mois en dénonçant des risques sérieux de conflits d’intérêt.
Car, comment parler sereinement des activités des multiples filiales du groupe LVMH ? Comment traiter sereinement les résultats des groupes concurrents ? Comment rester politiquement libres alors que Bernard Arnault est un ami intime de Nicolas Sarkozy ?

Parfaitement cynique, l’Elysée a non seulement couvert l’opération mais s’en est réjoui publiquement. C’est une formidable nouvelle pour un  journal  qu’un industriel achète 240 millions d’euros, c’est un prix très très important s’est réjoui George Marc Benamou le conseiller culture et audiovisuel de Nicolas Sarkozy en reconnaissant, mais sans s’en émouvoir, que oui, il risquait d’y avoir des conflits d’intérêt rédactionnels et éditoriaux.

En même temps qu’il rachète Les Echos, Bernard Arnault vend La Tribune... La première fortune de France s’arroge le droit de restructurer à son avantage le marché de la presse économique. Et le gouvernement ne trouve rien à redire. Quand on lui demande s’il va saisir le conseil de la concurrence pour s’assurer de la transparence de toute cette opération, il élude la réponse.

Quand l’argent, le pouvoir et la presse sont à ce point mélangés, il y a danger pour la démocratie.

signature.gif
  §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Date: Tue, 13 Nov 2007 04:48:43 -0500
À: evaresis@yahoo.fr
Objet: [LesOgres.Info] [forum] Stratégie de la dévalorisation ciblée
De: contact@lesogres.info  Ajouter au carnet d'adressesAjouter au carnet d'adresses
  (ceci est un message automatique) Message poste par Phil a la suite de votre article. Ne repondez pas a ce mail mais sur le forum a l'adresse suivante : http://lesogres.info/article.php3?id_article=3578 Stratégie de la dévalorisation ciblée C'est vrai que ca continue, après la campagne des présidentielles, cette minimisation de la parole des politiques qui critiquent Sarkozy ou qui à terme pourraient représenter un danger ou un recours. Pour preuve avec Ségolène Royal, car qu'on apprécie ou pas, elle représente un recours ( encore une fois bon ou mauvais ca n'est pas le problème dans la stratégie médiatique de lavage de cerveau qui se passe en France), recours électorale que ne peuvent se permettre les puissances soutenant leur pantin Sarkozy, car elle, ils ne la contrôlent pas à 100°/° ; c'est d'ailleurs toute la différence à mes yeux entre Sarko et Ségo, le Petit n'est finalement qu'une pute de luxe. Ca peut vous paraitre anodin dit comme ca, mais c'est par toute cette Micro-stratégie de survalorisation du Petit des Puissants Sarko, et la dévalorisation de la parole des adversaires comme Ségolène, que les puissants sont arrivés à contrer le système du suffrage universel ; système qui les embète de plus en plus car derniere possibilité pour que le Peuple s'exprime et puisse, tant soit peu,ralentir la marche vers une prise de pouvoir total de la République Francaise. Alors exemple de microstratégie de dévalorisation dans les médias : le voyage de Ségolène au Chili et en Argentine : dans les médias : RIEN, mais vraiment RIEN. la visite de Ségolène chez un médecin contre les franchises médicales : Dans les médias, des insinuations D'EMBLEE sur un montage possible de cette visite. Avec un commentaire du journaliste du style : " au prochain coup médiatique" !. encore ce matin sur France Inter : le livre à sortir de Ségolène : un ricanement du journaliste Cohen sur le titre " ma plus belle histoire " . Encore une fois, ca peut sembler peu important ; he bien je dis que dans notre système médiatique de journalistes aux ordres, c'est pour moi du point de vue tactique, ce qui fait la différence : La survalorisation de Sarkozy, et l'OMERTA sur ses "GAFFES" ; et la dévalorisation de Ségolène Royal, et la FOCALISATION sur ses erreurs supposées. Pourquoi Ségolène en particulier, parce-que je pense profondément qu'elle possède ces tripes spécifiques des gens qui ne vont pas à la soupe, ces gens chez qui il est impossible d'aller se viander et se pourrir l'âme dans le camp adverse ; encore une fois qu'elle fasse mieux ou pas pour les Francais si elle était aux affaires. Quand je dis journalites aux ordres, je me trompe, c'était du temps de l'Ortf de De Gaulle, mais au moins ces journalistes n'étaient pas des imposteurs, ils s'affichaient comme défendant le Pouvoir ; actuellement ce sont des journalistes qui sont dans un camp, celui du Sarkozysme ; et là c'est de l'Imposture vis à vis de leur statut d'informateurs, car ils s'affichent comme neutre ; et n'allez surtout pas les accuser de partialité et de connivence ma pauv'dame, vous serez lynchée en direct comme stalinienne, fachiste ou antisémite.



§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
Commentaire les Ogres.info (suite):
"Hier les allemands,non pardons les nazis voulaient dominer le
monde,aujourd'hui les Sionistes " , bien envoyé visiteur car le mec est
TERRIFIE par notre haine . Que ne faut il pas entendre 'ou plutot lire
,comme si aprés la chute du Mur de Berlin les néo cons et le groupe de
BILDERBERG
n'avaient pas décidé de réaliser le projet "A new order for
the
21 th century ",remarque du dit visiteur empreinte donc d'ignorance ou
de
duplicité .Ce projet incluant l'apport des gens détenant le plus de
pognon
,tous les grands banquiers et marchands d'armes....









§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 16:09

Chersgitane-dance.JPG amis,

 

Je voudrais vous dire ma reconnaissance, pour plusieurs raisons. Je viens d’apprendre ce matin que le nombre de mes lecteurs vient de faire un joli bond ; avec les abonnés et ceux qui viennent par les moteurs de recherche, par exemple, je dépasse désormais le seuil de 400 visiteurs par jour.  Ces lecteurs s’ajoutent à ceux qui me rejoignent sur d’autres sites que j’ai mis en place, entre autres sur Yahoo ou Le Monde. Comme je collabore à des sites tels que Come4news, et que plusieurs blogs reprennent mes articles pour leurs lecteurs – et on peut reproduire tout ce que l’on veut, je n’ai pas d’orgueil d’auteur, seulement un esprit militant -, on peut dire que j’arrive désormais à un bon millier de lecteurs par jour. Il y a encore deux mois – mon blog est récent - , la diffusion n’était que familiale et amicale. Vous voyez le chemin parcouru. Et c’est à vous tous que je le dois.

 

Je voudrais vous remercier, parce que vous êtes fidèles, vos abonnements le prouvent, ou vos commentaires, ou vos courriers dans ma boîte mails. Ce sont des messages fraternels, ou d’encouragements, et quand il y a débat, celui-ci est toujours de haute tenue, chacun exprimant son point de vue sans animosité mais avec le plus souvent des arguments très enrichissants.

 

Je voudrais vous remercier parce que vous me faites l’amitié de dire dans vos mails vos préoccupations, ou bien vous faites part de vos talents, de vos engagements, de vos expériences,  par exemple ce journaliste congédié parce qu’il mettait en cause le monolithisme actuel des médias, la désinformation, l’absence de pluralisme. Le courant passe entre nous tous, vous savez que comme vous je me bats pour un monde meilleur, tout simplement.

 

Je mets ma plume, mes connaissances, mon expérience, au service de l’idéal humaniste et républicain de liberté, d’égalité, de fraternité. Vous avez compris que j’étais quelqu’un de sincère. Vous le savez maintenant, je suis seulement une chercheuse de vérité, quel que soit le prix à payer – vous saluez mon courage, je vous en remercie, il en faut, car malheureusement je risque de déplaire à certains, ce n’est pas mon but – mais aussi une personne éprise de justice, notamment sur le plan social, de paix, de tolérance, de liberté, de communion entre les individus, de fraternité partagée, de solidarité, surtout envers les plus défavorisés, tous les exclus de la mondialisation carnassière et prédatrice. Mon souci sera toujours l’intérêt général plutôt que l’intérêt particulier. Et je voudrais que vous sachiez que je suis totalement indépendante, je n’appartiens à aucun parti, aucun groupe, aucun clan, aucune chapelle, aucun clocher. Une femme libre, soucieuse de bâtir des ponts entre les individus, les croyances, les races, les idées. D’ailleurs, je porte en moi la conciliation et la réconciliation, en effet, si je vote à gauche j’admire le Général de Gaulle, son ouverture, son prophétisme, son indépendance, son éthique, sa probité, son courage ; si je suis croyante protestante par choix, j’ai dans la famille des catholiques, des orthodoxes, des Juifs, mon amie préférée est musulmane, et je suis fascinée par la foi Bahia’s syncrétiste dont le credo est  « la terre n’est qu’un seul pays et nous en sommes tous les citoyens ».

 

Oui, je me proclame citoyenne du monde, d’un monde sans frontières, sans haines, sans injustices, sans guerres, sans fanatismes, sans crispations identitaires. Pure utopie, j’en ai conscience. Mais pour autant les convictions doivent-elles  se taire ?

 

R-sistons à l’intolérable que les maîtres du monde préparent sur le dos des peuples n’est pas un blog partisan. II veut conscientiser, impulser, vivifier, proposer, inciter à l’engagement, faire réfléchir, donner des clefs de compréhension et d’action. Quitte à déplaire  à certains. Parce que la vérité n’est pas facile à dire, parce qu’il est plus facile de se compromettre, de s’incliner, d’aller à la soupe. Moi, je serai toujours debout, sans attaches, insensible aux sirènes fallacieuses des compromissions, mais en revanche toujours sensible aux cris de ceux qui souffrent, - et par exemple hier victimes de la Shoah, aujourd’hui d’une occupation barbare -, de ceux qui sont opprimés, de ceux qui sont mis à l’écart, de ceux qui sont rejetés – tels mes chers Tziganes, avec qui j’ai partagé un mois de ma jeune vie, dans la joie, dans la danse, dans l’amitié chatoyante - , ou encore des sans voix, des humiliés, de ceux que l’on appelle des « étrangers » et qui sont nos frères et sœurs en humanité. Moi qui suis croyante, j’aimerais vous dire que nous sommes TOUS enfants du même père d’Amour, et moi qui suis humaniste, j’aimerais vous dire que nous sommes tous  frères et sœurs en humanité, une humanité riche de sa diversité.

 

Je fais un rêve : Que les citoyens de ce monde qui a été créé pour nous apporter toute sa beauté et ses ressources, cessent de s’étriper parce qu’ils sont blancs, noirs, jaunes,  rouges, chrétiens, juifs ou musulmans ; qu’ils puissent se concerter, collaborer (c’est un mot que Chavez, Moralès et Castro ont employé, préférant  la collaboration des Etats à la compétition - que peut-on trouver à y redire ?) pour mettre en valeur équitablement cet univers, le rendre viable pour tous au lieu de laisser une minorité accaparer toutes les richesses, tous les pouvoirs, tous les médias à des fins partisanes, égoïstes et cupides.

 

J’ai horreur de l’arrogance et des privilèges. Alors oui, je rêve d’un gouvernement mondial de citoyens choisis pour leur probité, leur sagesse et un grand sens de l’équité, responsables, tolérants, soucieux de l’intérêt bien compris de tous, de la paix, de la sauvegarde de la création. Pour reprendre le credo des Bahia’s, et l’illustrer, je dirai que nous sommes tous membres d’un seul corps, la terre, le monde, et que nous avons le devoir de collaborer ensemble au bien-être commun, ne laissant personne sur le bord de la route, opprimé, maltraité, déconsidéré, humilié.

 

C’est vrai, j’ai identifié un axe du Mal qui n’est pas celui que les Médias tentent de nous faire croire, Iran-Corée-je ne sais quoi (cela change au gré des circonstances, des dirigeants ou des intérêts) ; et sincèrement, j’aurais tellement préféré que tous travaillent au bien commun plutôt qu’à alimenter leurs fantasmes destructeurs, leurs appétits insatiables, leur soif de domination. Lorsque je dénonce des faits, des situations, des privilèges, ce n’est pas par parti-pris, mais toujours par souci du bien commun, de l’intérêt général dans le meilleur sens du terme. Et par exemple, des médias partisans, au service d’une Pensée unique ultra-libérale et des intérêts d’ue minorité, ce n’est pas tolérable et je ne le tolère pas.

 

Je pourrai vous parler pendant des heures. Je pense que vous avez compris l’essentiel, et d’abord que je suis quelqu’un de vraiment sincère, de généreux, d’ouvert, de courageux, de libre, ayant une éthique très forte, le goût de la paix et un sens de la justice très prononcé. Pour ces idéaux, je me battrai toujours, quel qu’en soit le prix, je ne me coucherai devant personne et personne ne me fera taire. Je suis une vraie intellectuelle, totalement indépendante d’esprit. Hélas, par les temps qui courent, c’est de plus en plus rare…

 

Sans doute avez-vous compris que j’avais une âme forte, un idéal élevé, et un goût prononcé pour l’action. Je les mets à votre service, avec énergie, et je vous remercie de m’accepter comme je suis, rebelle, indomptable, vivante, chaleureuse, prophétique. J’ai la passion de la vie, et votre amitié, votre fidélité, me sont précieuses, si précieuses….ce sont des perles ! 

Je vous recommande de vous rendre sur le Forum de la paix, (voir liens à droite présentation blog), de découvrir les sites que je propose en liens, surout le
http://syti.net (les maîtres du monde). Si vous n'êtes pas abonné (c'est gratuit), vous pouvez le faire en cliquant sur "newsletters", et "recommander" ce blog . La photo, c'est naturellement moi en Tzigane, dansant la rumba gitane avec mes amis du Sacro-Monte à Grenade, quand j'avais 20 ans. 

Je vous embrasse tous et je vous dis à bientôt - j'espère que l'actualité, ou les circonstaces, me permettront enfin de publier ma lettre ouverte à G. Bush, entre autres. Ca me démange d'en faire aussi une à Robert Ménard, le Président de Reporters sans Frontières, car il ne se sent jamais concerné par la désinformation quand il s'agit de son propre pays, dirigé par ses amis. C'est scandaleux. Votre Eva.

P.S.  : Je vous joins un article sur Gaza qu'on ne trouve pas dans la presse bien mal pensante, mais sur le site http://lesogres.info . Je le dédie à M. Ménard, pour qu'il ouvre un peu les yeux sur la réalité des médias dans le monde. Ce n'est pas surtout à Cuba qu'il y a des problèmes, Monsieur, comme vous le prétendez. En France, la presse est très mal lotie, et vous vous en moquez. Honte à vous. 

Les Journalistes français, en manifestant le 5 novembre dernier pour l'indépendance de la presse comme ils l'ont fait, à l'insu de  nos  concitoyens car les médias le leur ont caché, sont mieux informés que vous, Monsieur, pourtant le soi-disant spécialiste des problèmes en matière d'information. Prenez en acte; c'est une journaliste qui vous parle. Encore une fois, honte à vous.
 ______________________________________________________________

TAGS :
Medias, Axe du Mal, Pensée unique, Iran, Corée, Foi Bahia's, résister, Reporters sans Frontières, Ménard, Bush, paix, guerre, Noirs, Blancs, Musulmans, Juifs, Chrétiens, de Gaulle, Grenade, Gitans, Tziganes, Yahoo, le Monde, Argentine, Castro, Chavez, Morales...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 ENTENDU MOTS CROISES   le 12.10.2007  :  J.Frs Giannesini, expert    pétrolier, " on n'échappera pas à la 3e guerre mondiale pour le pétrole ".

******************************************************************************************************

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
Gaza cadenassée

Article publié le 27. 10. 2007 par Michel Bôle-Richard, source LE MONDE

Extrait : Le blocus imposé par Israël est devenu totalement hermétique depuis que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza, à la mi-juin. Aujourd'hui, 1,5 million de personnes vivent cloîtrées dans ce réduit. Dans le paysage dévasté de la bande de Gaza, un nouvel élément a fait son apparition. D'énormes buttes de sable coupent partiellement les rues, obligeant les voitures à zigzaguer. Ces obstacles sont censés empêcher l'avancée des blindés israéliens en cas d'incursion profonde. Les Palestiniens mettraient alors des explosifs à l'intérieur de ces remparts qui font aujourd'hui partie du décor.
Gaza, terre fantôme des médias israéliens
LE MONDE | 09.11.07 | 15h14  •  Mis à jour le 09.11.07 | 15h14
JÉRUSALEM CORRESPONDANCE
Augmentez la taille du texte
Diminuez la taille du texte
Imprimez cet article
Envoyez cet article par e-mail
Recommandez cet article
Citez cet article sur votre blog
Classez cet article
Pour les journalistes israéliens, la bande de Gaza n'a jamais été un territoire aussi lointain. Qu'ils soient juifs ou arabes, l'armée israélienne les empêche, depuis un an, d'y pénétrer, pour des raisons de "sécurité". La poignée de courageux qui, en dépit de l'Intifada et de l'anarchie locale, persistaient à franchir le terminal d'Erez, portail de la bande côtière palestinienne, sont désormais interdits de "terrain". La mesure concerne aussi une cinquantaine de correspondants de médias étrangers qui disposent également de la nationalité israélienne.
 
 
Gaza, déclarée "entité hostile" par l'Etat juif, est devenue une entité fantôme. "En novembre 2006, quand l'armée m'a refoulé pour la première fois, le porte-parole évoquait des risques d'enlèvement", explique le journaliste Gideon Levy, qui signe chaque semaine, dans le quotidien Haaretz, un reportage "coup de poing" sur la vie dans les territoires occupés. "Cette mesure, qui devait être temporaire, est en train de devenir permanente. Et, le pire, c'est que la profession ne s'en émeut même pas", ajoute-t-il.
De fait, le syndicat des journalistes israéliens ne trouve rien à redire à cet embargo médiatique. "Dans la période actuelle, les journalistes doivent obéir aux forces de sécurité, assure Yossi Barmucha, un responsable du syndicat. Si je lance une campagne de protestation au nom de la liberté de la presse et que, dans les jours qui suivent, un confrère est kidnappé à Gaza, vous imaginez ma situation ?" Shlomi Eldar, le reporter casse-cou de la chaîne de télévision 10, se refuse, lui aussi, à critiquer l'armée. "Je désapprouve cette décision, mais je peux la comprendre, dit-il. Depuis mon premier reportage à Gaza, en 1991, je m'y suis toujours senti en sécurité. Les seuls problèmes que j'ai rencontrés sont d'ailleurs venus de l'armée, qui, en 2003, a blessé par balle mon cameraman. Mais, aujourd'hui, la situation est beaucoup plus compliquée. C'est le balagan (chaos), comme on dit chez nous. Entre le Fatah, le Hamas, le Djihad islamique et les clans armés jusqu'aux dents, il n'est pas déraisonnable d'imaginer qu'un Israélien puisse se faire enlever."
Gideon Levy, franc-tireur patenté de la presse israélienne, est d'un avis rigoureusement contraire. Il estime que la prise du pouvoir par le Mouvement de la résistance islamique (Hamas), en juin, a obligé les gangs qui semaient le chaos à rentrer dans le rang et que, de ce fait, les risques y sont bien moindres qu'au printemps. Comme Shlomi Eldar, il doit à l'armée israélienne le seul moment véritablement dangereux de sa carrière : quand une balle a traversé le pare-brise de sa voiture à Tulkarem, en Cisjordanie, en 2003. "Personne ne m'a empêché d'aller couvrir la guerre à Sarajevo parce que c'était risqué, dit-il. Il y a des dangers à Gaza, c'est évident, mais cela fait partie de notre travail. Et d'ailleurs, avant de rentrer là-bas, nous signions toujours une décharge qui exemptait l'armée de toute responsabilité."
Selon Gideon Levy, le veto de l'armée israélienne, inchangé depuis un an, relève de la censure déguisée. "Cette décision fait l'affaire des généraux, du gouvernement, des patrons de journaux et même des lecteurs, qui n'ont aucune envie d'entendre parler de la misère qui règne à Gaza", affirme-t-il.
Suleiman Al-Shafi, journaliste pour la chaîne 2, partage ce point de vue. "Je connais chaque pierre de Gaza, où je me sens parfaitement en sécurité. L'armée cherche à contrôler les médias pour mieux faire passer "sa" vérité", juge-t-il.
De son côté, Amira Hass, l'autre expert ès affaires palestiniennes du quotidien Haaretz, impute le blocage à l'attitude de la presse en général. Dès le début de l'Intifada, en 2000, elle a eu besoin des coups de téléphone de sa hiérarchie à l'état-major pour obtenir le droit de traverser le point de contrôle d'Erez. Un soutien qui, aujourd'hui, lui fait défaut. "Le problème tient moins aux ordres de l'armée qu'au manque de volonté des médias de s'y opposer et de couvrir la réalité de Gaza, affirme-t-elle. Ils se comportent comme si ce territoire n'existait pas, comme si, depuis le désengagement (israélien de 2005), l'occupation en avait disparu."
Les reporters israéliens couvrent donc Gaza à distance : par téléphone, à l'aide des dépêches d'agences et grâce aux images envoyées par leurs collaborateurs palestiniens. Un traitement par défaut qui les frustre d'autant plus que, entre le coup de force du Hamas et le blocus économique imposé par Israël, la situation sur place n'a jamais été aussi critique. "Le Hamas est en train de créer un Etat, un Etat stupide qui va dans le sens des plans de l'armée, visant à couper Gaza de la Cisjordanie, et nous sommes incapables de couvrir cette histoire", soupire Amira Hass.
Si Israël, comme le ministre de la défense Ehoud Barak l'a évoqué, met à exécution sa menace d'offensive contre Gaza, la presse israélienne risque de rater une autre histoire. Ou presque : les seuls témoins seront les correspondants militaires "embedded" (embarqués) dans les blindés de l'armée.
Benjamin Barthe
Article paru dans l'édition du 10.11.07.
Gaza cadenassée

Article publié le 27 Octobre 2007 - par Michel Bôle-Richard source LE MONDE

Extrait : Le blocus imposé par Israël est devenu totalement hermétique depuis que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza, à la mi-juin. Aujourd'hui, 1,5 million de personnes vivent cloîtrées dans ce réduit. Dans le paysage dévasté de la bande de Gaza, un nouvel élément a fait son apparition. D'énormes buttes de sable coupent partiellement les rues, obligeant les voitures à zigzaguer. Ces obstacles sont censés empêcher l'avancée des blindés israéliens en cas d'incursion profonde. Les Palestiniens mettraient alors des explosifs à l'intérieur de ces remparts qui font aujourd'hui partie du décor.
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Reçu un courrier, auquel j'ai répondu, et à nouveau ceci, je le reproduis en illustration de l'article, et pour ceux que cela intéresse: Une information différente : La voix du peuple ! Lisez : (reçu ce 12.11.2007)

"charly dupuis" <charly.dupuis@wanadoo.fr>  Ajouter au carnet d'adressesAjouter au carnet d'adresses
Objet:  
Date: Mon, 12 Nov 2007 11:38:19 +0100
À: "eva" <evaresis@yahoo.fr>
 Bonjour, et merci de t'intéresser à notre démarche. Nous avons créé notre site au printemps dernier pour être moins dépendants des portails en vogue. Réalisateurs pros, nous agissons ici par conviction (nécessité?) : conviction que les médias dominants ne sont plus capables de refléter la diversité des opinions et sensibilités qui font la richesse de nos vies, que leur intérêt se limite aux lignes de chiffres fournies par les conseils d'administration des multinationales, et que l'illustration de la différence ne peut plus guère désormais se trouver que sur l'internet. Soit ! Nous tentons d'inventer une écriture qui dynamise le genre, faite de sincérité, d'images et de sons travaillés, montés, pensés. Si ça peut être drôle, ou rageur, ou utile, ou sensuel, ça nous va. Nous tâtonnons, nous doutons de toutes les certitudes énoncées, nous sommes ouverts. Tout ceci appelle le partage : d'idées, de combats, d'expériences. Si tu trouves ces dispositions honorables, libre à toi (et merci d'avance…) de les faire connaître à ceux qui te semblent pouvoir s'y intéresser. Notre démarche est pour l'heure entièrement bénévole. Pas doués pour le masochisme, nous accueillerons tous les partenaires potentiels avec bienveillance…tout en restant fermes sur les principes! Et nous répondons au téléphone, là : 01 48 44 10 98 06 81 71 52 67 A bientôt, Charly
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
  Mon, 12 Nov 2007 08:46:44 +0100
De: "290505" <290505@free.fr>  Ajouter au carnet d'adressesAjouter au carnet d'adresses
À: "evaresis" <evaresis@yahoo.fr>
Objet: Chats chiens
      
 Bonjour ! On peut signer là : http://www.30millionsdamis.fr/petitions/index.php?petition_id=21  C'est vrai : on se laisserait aller à adopter tous les animaux qu'on trouve, et c'est pas possible. D'ailleurs on se laisserait aller à héberger tous les sans-abris qu'on croise et, malheureusement, ce n'est pas possible. Même chose pour les immigrants clandestins : Refouler tout le monde est inacceptable mais, malheureusement, accueillir tout le monde n'est pas possible d'un point de vue pratique. Toute la question est : comment faire le "tri" (mot horrible quand on parle d'humains). Ceux qui "nous sont utiles" comme dit Hortefeux alias Boutefeu ? Certainement pas ! Ceux qui sont en danger dans leur pays ? Certainement ! Mais la notion de danger pose problème. Au début de cette année, nous avons participé à une action concernant la famille Hadzikic parce que ma femme avait la plus jeune comme élève et que le jour de la rentrée de janvier, la chaise... était vide. Les élèves (de 5ème) ont été très perturbés. Certains dont les parents étaient très favorables aux expulsions se sont engueulés avec leurs parents! Car il se trouvait que la petite était reconnue par TOUS (profs et élèves) comme TRES GENTILLE et TRES BIEN INTEGREE. (De même que sa soeur plus âgée qui avait fréquenté l'établissement avant.) L'action et des interventions tout azimut ont permis de les libérer du centre de "rétention" . L'élément (secret) de leur libération a été l'intervention directe d'un "personnalité nationale" (amie intime d'un collègue de ma femme, et ami à moi) qui a demandé à Sarkozy soi-même, à titre de service "personnel" de ne pas expulser ces gens, Mais la situation singulière de cette famille est horrible car ils ont été "libérés" mais TOUTES les décisions administratives exigeant leur expulsion n'ont PAS été rapportées et ils ne sont pas régularisés ! Ils vivent dans l'angoisse permanente qu'on viennent les cueillir au saut du lit le matin. J'ai écrit à Kouchner quand il est devenu ministre, "pour voir". Il m'a fait répondre par l'OFPRA (http://www.ofpra.gouv.fr/) que la Bosnie était un "pays sûr" ! Il y avait eu un excellent papier dans... ELLE (si! si!) au sujet de la famille RABA, des Kosocars expulsés à grand frais et grand tappage il y a un an - et qui sont revenus clandestinement depuis en France. J'ai l'article quelque part (double page avec photo couleur). (Voir liens divers ci-dessous). http://aging.over-blog.net/article-5189320.html http://aging.over-blog.net/article-5442826.html http://aging.over-blog.net/article-5299558.html http://resf89.over-blog.com/article-5258748.html http://resf89.over-blog.com/article-5173937.html http://pcf.sudardeche.over-blog.fr/article-12016687.html  J'espère que tu trouveras une solution pour tes chatons. Sur le traitement des animaux (chats, chiens, mais aussi ours pour leur bile, phoques, etc.) et leur transport, il y a ceci : http://www.richardcorbett.org.uk/assets/docs/briefing/Animal%20Newsletter1.pdf Je ne sais pas quel député européen s'en occupe parmi les Français. Bonne journée !
 §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
salut eva, genial ton texte, merci, continue le combat. moi aussi j'etais journaliste à radio france et apres une conf de redac houleuse ou j'ai eu le malheur de m'elever contre le pouvoir des juifs, j'ai plus ou moins été viré......("PROTEGE PAR EVA"), c'est un pseudo, envoie moi un mail si tu veux. bon courage.
(La liberté d'expression, ce n'est pas facile aujourd' hui !)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Tout ceci en illustration de ce que je peux trouver dans ma boîte mail ! (envois récents)
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 04:40
34-ans2-copie-1.JPGMes amis,

 

Je sais, maintenant, pourquoi cette guerre est inéluctable, si les peuples du monde entier ne se mobilisent pas immédiatement et énergiquement . Je viens de lire un article sur le « syndrome de stress pré- traumatique »,  publié sur le site http://www.quebecogres.info. Intuitivement,  j’ai compris que l’apocalypse était en route, relayée par des cerveaux perturbés ou fanatiques ( le couple Sarkozy-Kouchner, empêtré dans des obsessions maladives), des affairistes véreux (comme Dick  Chesney), ou des intégristes fragiles et influençables (Bush, par exemple). Vous pouvez toujours me rétorquer : «  les Américains n’ont plus assez de soldats », je vous répondrai : « qu’importe, ils largueront les bombes ».

 

Il était un peu plus de minuit, et j’allais me coucher. Une dernière fois, je regarde ma boîte mail. Et là, j’apprends que mon article  « T.V. communautariste », publié en première page du site http://lesogres.info,  m’a valu plusieurs commentaires. Je les lis rapidement, or le dernier me renvoie à un article, écrit par Mehr Lich - un Juif à l’esprit très clairvoyant - ,  intitulé « le syndrome de stress pré-traumatique – un aperçu de la psychose collective israélienne ». Tout de suite, j’ai compris l’importance majeure de ce texte. Il explique tout. Et il sonne l’heure de la guerre, implicitement !

 

En tête du site lesogres.info, il est écrit : «  Ouvertures Géographique Religieuse Ethique Sociale – Dialogue critique légal avec les intégristes contre l’intégrisme », « anti-lobbying journalistique marchand Sarko Tricheur  Médias Menteurs ».  Ces orientations rejoignent totalement les miennes : la dénonciation des intégrismes, quels qu’ils soient, politiques comme religieux ; l’opposition à Sarkozy, qui est, entre autres, un fieffé hypocrite  (exemple, la TVA anti-sociale présentée comme sociale, ou ses orientations pro-américaines et sionistes soigneusement dissimulées) ;  le refus de la désinformation. J’ai donc un a-priori très favorable pour ce site. Et l’article en question est décisif pour la compréhension des événements actuels, qui sont d’une gravité extrême. Bientôt, en effet, il sera trop tard pour réagir.  Je décide de commencer l’article immédiatement.

 

Quelques confidences, d’abord : Je suis une artiste, une intellectuelle, une sportive, tout ce que vous voulez,  mais surtout pas une technicienne. C’est pourquoi je me suis mise à Internet au mois de mars de cette année, presque à contre cœur. D’ailleurs, je me méfie du monde virtuel. Mais je ressentais le besoin de faire quelque chose pour dénoncer la désinformation galopante. C’est ainsi qu’est né le projet de mon blog. Mon premier article, d’ailleurs, est révélateur : Appel à résister contre les médias complaisants. Que voulez-vous, mon métier, c’est le journalisme, et ce métier, je l’aime par-dessus tout : Parce qu’il permet des rencontres multiples, des découvertes extraordinaires ! Quand on a l’esprit curieux, la passion de la vie, le sens de l’universel, bref beaucoup d’ouverture, on est comblé.

 

Puis j’ai eu envie d’analyser l’actualité. De dénoncer Sarkozy.  De révéler l’imposture, de démasquer l’homme et sa politique, le tout avec une plume incisive, légère, souvent teintée d’humour. La suite, vous la connaissez : Les bruits de guerre, la casse sociale accélérée. C’en était trop.

 

L’orientation de mon blog a changé. De la politique, je suis passée subrepticement à la géo-politique. Et la plume primesautière a fait place à la dénonciation grave.

 

Mes amis, nous allons tout droit vers l’abîme, comme en 39-44 ! La rhétorique belliqueuse du Président iranien, ce sont des mots, et si le pays veut se doter de l’arme nucléaire, c’est à des fins seulement défensives ! Comment ne pas comprendre l’Iran, entouré d’ennemis dont les deux principaux, les Etats-Unis et Israël, sont tout puissants ? Les peuples doivent pouvoir se protéger ! Pourquoi reconnaîtrait-on à Israël le droit de se protéger, et pas à ses voisins ? Et pour assurer  la sécurité de six millions d’individus, doit-on transformer TOUTE la région, peu à peu, en un immense champ de ruines - l’Afghanistan, l’Irak, la Palestine, le Liban, la Syrie…. ?  Pour assurer une paix réelle, rien ne remplace des accords justes ! C’est la sagesse même ! Mais les dirigeants ne sont pas sages…. Et surtout, comme le magnifique article ci-joint – écrit par un Juif, je le répète –  le montre, de nombreux Israéliens souffrent d’une véritable paranoïa qui peut les conduire aux pires excès, comparable à la peur des Américains pour le communisme pendant la guerre froide. Tout le monde se souvient du mac-carthysme, qui a entraîné  des débordements incroyables.

 

Les Européens ont connu la guerre, ils n’en veulent plus. Mais la perspective d’un Iran nucléaire entraîne dans le mental de nombreux Israéliens une peur telle, qu’elle défie la raison : C’est l’angoisse d’une nouvelle Shoah, si profonde, si pathologique, que ceux qui en sont affectés, très nombreux, sont prêts à tout pour éviter de risquer de revivre les mêmes atrocités : « C’est précisément cette forme de méditation mortelle qui fait d’ Israël, des Israéliens, des sionistes et des néo-conservateurs  du monde entier les plus dangereux qui soient, pour la paix mondiale ».  Mehr Licht ajoute : " Un pays capable de détruire son voisin (Libanais) et de transformer un tiers de ses civils en réfugiés à seule fin de récupérer deux prisonniers de guerre est, fondamentalement, capable de tout. … Le seul axe du mal qui ait jamais existé est l’axe du sionisme et du néo-conservatisme planétaire…. Nous avons affaire ici à un cas de démence sévère  (le SSPT, voir l’article) d’un pays à la veille d’atteindre le sommet de sa phase  psychotique collective.  Pour ceux qui auraient tendance à l’oublier, cette entité nationale mentalement atteinte détient un énorme arsenal nucléaire, et elle est grosse d’intentions mortelles. Nous sommes horrifiés, et il y a de quoi : ne sommes-nous pas en train de les voir brutaliser la totalité du Moyen-Orient ? " 

 

Mes amis, la peur est mauvaise conseillère, comme le dit la sagesse populaire. Elle s’avère d’autant plus dangereuse qu’elle est relayée par toutes sortes de fanatiques illuminés plus ou moins perturbés, par des intégristes évangéliques et sionistes prêts à tout pour assouvir leurs fantasmes, par des individus plus ou moins cow-boys ou Rambo, et de surcroît disposant du droit de vie et de mort sur les peuples du monde entier, concentrant en  quelques mains l’ensemble des moyens financiers et militaires de la planète ! Autant dire que c’est maintenant, et je dis bien maintenant, que les citoyens du monde entier doivent se mobiliser,  via Internet, afin de faire échouer l’entreprise monstrueuse d’extermination d’une partie de la population mondiale pour des raisons de peur maladive, de sécurité, ou pire encore, pour des motifs d’hégémonie affairiste. Des dirigeants fous exploitent des peurs légitimes à des fins personnelles peu avouables, comme Dick Chesney, lié aux milieux du pétrole, du militaire et de la reconstruction, un cocktail particulièrement explosif. Oui, chers lecteurs, Hitler n’est pas mort ! Ce n’est pas un personnage unique dans l’histoire de l’humanité ! Il y en a partout, des névrosés exaltés, et j’en ai l’intime conviction, Sarkozy en est un ! Ce n’est pas le Journal Marianne qui me contredira, lui qui a fait une analyse si intelligente, si fine, de la personnalité névrotique de l’actuel Président français ! Et qui récidive dans son dernier numéro.

 

Oui, c’est une certitude, nous approchons de l’heure fatidique.  Bush est pressé d’intervenir  par les industriels de la mort et du pétrole, par son entourage de fanatiques illuminés, -évangéliques ou sionistes-,  par la présence du bouillonnant et impatient Sarkozy. Et les prochaines élections le contraignent  à agir vite.

 

Nous sommes à un tournant. Je le répète : Le compte à rebours a commencé. Il faut manifester contre la casse sociale, certes ; mais le plus urgent des combats, c’est contre la guerre que nous devons le mener. Alors, tous en route, chacun avec ses moyens,  alertons les internautes du monde entier, et paralysons les apprentis sorciers, empêchons-les de provoquer une catastrophe d’une ampleur inégalée ! Il y va de la survie de la civilisation !

 

C’était votre Eva, frémissante d’émotion. Allez, en avant,  arrêtons les bras fous et meurtriers !

 

Abonnez-vous à ma prose, voyez newsletters, c’est gratuit, et recommandez ce blog militant et humaniste.

__________________________________________________________________________

 

TAGS , Guerre, paix, Etats-Unis, israël, Sarkozy, Bush, Mehr Licht, évangéliques, sionistes, Juifs, Kouchner, D. Chesney, pétrole, Hitler Moyen-Orient, Liban, Syrie, Iran, Afghanistan, Palestine, Irak, Européens, le journal Marianne…

 

:__________________________________________________________________________

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§







Le syndrome de stress pré-traumatique - Un aperçu de la psychose collective israélienne

jeudi 8 novembre 2007 , par Mehr Licht




dans la meme rubrique...

Les défis du mouvement social dans le débat sur l’immigration
Bush et son instinct animal
Chine : corromp-us et coutumes.
Où va le Pakistan ?
La supercherie : Reporters sans frontières
La démocratie existe-t-elle à Cuba ?
Israël : Un comité de soutien pour l’assassin d’Yitzhak Rabin
La dette du Venezuela à l’égard de Cuba
Justice de classe pour Georges Ibrahim Abdallah
Dominique Strauss-Kahn, l’homme de Condoleezza Rice au FMI
Échec d’une politique cruelle et irrationnelle contre Cuba
Cinq Dreyfus. Multiplions Emile Zola au XXIème siècle
« Le Hamas : une histoire vue de l’intérieur »
Gilad Atzmon : Il faut dire NON aux chasseurs de Goliath
Sans honte : le gouvernement israëlien et les survivants de l’Holocauste.

Préface

Je pense qu’il est tout à fait d’actualité de publier ce texte de Gilad Atzmon, afin de démontrer avec quelle sorte d’individus Nicolas Sarkozy s’associe. Nous peuple de France, sommes devant un fait accompli. Dorénavent, nous ne nous poserons plus aucune question quant aux accointances de notre président avec qui il désire mener sa politique extérieure, même au drétriment d’autres populations continuellement agressées par ses nouveaux partenaires. Mehr Licht

Notre président de la République, monsieur Nicolas Sarkozy a définitivement choisi son camp. Lors de son voyage aux États-Unis les 6 et 7 novembre, il invite à le suivre le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) Richard Prasquier. Mercredi 7 novembre au matin, le président français rencontrera également les organisations juives américaines, conduites par Richard Sideman et David Harris, respectivement président et directeur exécutif de l’American Jewish Committee, qui lui remettront le prix « Light Unto The Nation ». On ne remet pas un tel prix à un type qui manifesterait une saine indépendance vis à vis le monde sioniste.

Pour certains, cette prise de position de la part de Nicolas Sarkozy pourra paraître anodyne, pour d’autres cela sera une réjouissance à n’en pas douter, pour nous cela représente un danger dont on risque de reparler plus tard. Il sera peut-être trop tard !


En attendant le Grand Schlepping*

AUTEUR : Gilad Atzmon

« C’est difficile à admettre, mais seulement soixante ans après l’Holocauste, le peuple juif est, une nouvelle fois, en danger d’être détruit - tout du moins dans son propre pays, où 40 % des juifs du monde sont concentrés. Des preuves de la gravité du danger peuvent être trouvées non seulement dans les menaces explicites du président de l’Iran, étayées par un programme d’armements qui pourrait lui fournir les moyens de mettre ces menaces en exécution ; on peut aussi les trouver dans des articles publiés récemment dans la presse européenne, qui débattent de la possibilité qu’Israël « disparaisse », présentée comme une « hypothèse de travail raisonnable ». Des preuves supplémentaires concernant le niveau de cette menace existent dans le fait que non seulement Israël soit non seulement le seul pays menacé de destruction au monde, mais aussi le seul dont le droit à l’existence fasse l’objet de sondages d’opinion internationaux, auxquels nombreux sont les répondants à répondre par la négative. C’est là un honneur que même l’Iran, la Corée du Nord et l’Afrique du Sud soumis au régime de l’apartheid ne s’étaient vus décerner. » Yair Sheleg, in Haaretz

Même si beaucoup de gens pourraient trouver réconfortant, ou amusant, que même un Israélien de droite n’aperçoive pas le moindre rai de lumière à l’extrémité du tunnel sioniste, il est assez déconcertant de lire que les Israéliens sont d’ores et déjà en train d’envisager très sérieusement leur prochaine Shoah. Je démontrerai ici que c’est précisément cette forme de méditation mortelle qui fait d’Israël, des Israéliens, des sionistes et des néoconservateurs du monde entier les plus dangereux qui soient, pour la paix mondiale.

Certes, les gens qui souhaitent voir disparaître Israël, le JOS, le « Jew Only State » [État des seuls juifs], sont de plus en plus nombreux. Pourtant, personne ne se répand en projets meurtriers ou « finaux » visant la juiverie mondiale, ni même son cher État juif. Dans les sphères médiatique ou politique, personne n’en appelle à un homicide visant les juifs, voire même simplement l’État juif. Partant, la tendance judéocentrique bien établie consistant à interpréter quasiment toute critique politique et idéologique légitime comme la perpétration d’un judéocide à venir doit être interprétée comme une forme aiguë de paranoïa proche de la psychose collective, que je définis comme le syndrome du stress pré-traumatique [SSPT] [Pre-Traumatic Stress Disorder ; Pre-TSD] [© Gilad Atzmon].

En présence du SSPT, le stress résulte d’un événement fantasmatique, d’un épisode imaginaire situé dans le futur - bref, d’un événement qui ne s’est jamais produit. A la différence du SSpT [syndrome du stress post-traumatique], dans lequel le stress est la réaction directe à un événement ayant pu [ou non, parfois...] se produire dans le passé, dans l’état de SSPT, le stress est de toute évidence la manifestation d’un événement potentiel imaginaire. Dans le cas du SSPT, c’est une illusion qui préempte la réalité et le contexte dans lequel le fantasme de terreur est focalisé devient lui-même une réalité dangereuse. Poussé à l’extrême, y compris un projet de guerre totale contre le reste du monde est une réaction qu’on ne saurait totalement écarter.

A ce stade, il est loisible de se demander si le SSPT ne serait pas, tout simplement, un énième avatar de la paranoïa. J’avancerai pour ma part que la différence entre les deux est évidente. En effet, dans la paranoïa, le patient nous incite à ressentir de la sympathie pour lui. En présence d’un cas de SSPT, en revanche, c’est nous qui sommes incités à prendre pitié de nous-mêmes. Contrairement à la paranoïa, où le patient est la victime de ses propres symptômes, dans le SSPT, le patient met, de fait, en scène ses propres symptômes, l’entourage se voyant assigner le rôle du public. Concernant la paranoïa, nous pouvons établir clairement que le patient est trompé et enfermé dans un univers fantasmatique. Dans le cas du SSPT, en revanche, les gens « supposés indemnes » ne sont « plus tellement sûrs que cela » de l’être et ils en viennent, eux aussi, à perdre la maîtrise du réel. Bien souvent, nous finissons par accorder foi au patient souffrant de SSPT, quand il affirme être réellement la victime d’un « crime fantasmatique futur » : d’une certaine manière, nous sommes amenés à participer au fantasme. Toutefois, nous ne demeurons un auditoire compatissant que pour autant que nous gardins le silence. En effet, dès que nous élevons la voix, dès que nous faisons observer que le crime futur ne s’est pas encore produit - et même qu’il pourrait fort bien, en réalité, ne jamais se produire -, nous voilà immédiatement nous-mêmes impliqués dans le crime !

Projection et syndrome de stress pré-traumatique [SSPT]

 

REFAIRE LE MÊME PATTERN SANS CESSE - 45.3 ko
REFAIRE LE MÊME PATTERN SANS CESSE
C’est l’identité israélienne elle-même qui s’avère un cas de psychose pathologique

« Nous avons balancé plus d’un millions de bombes à sous-munitions au Liban... Ce que nous avons fait, c’est dingue, c’est monstrueux ; nous avons recouvert des villes entières de sous-munitions » [le chef d’une unité d’artillerie de l’armée israélienne au Liban. Source : ICI

Regardons les choses en face, une bonne fois pour toutes : dès lors que personne ne formule d’appel à (au choix) jeter les Israéliens à la mer (ou à les vitrifier), on peut penser que l’inclination des Israéliens à accuser les musulmans et les Arabes de réchauffer en leur sein de telles tendances meurtrières doit être analysée en termes de projection. Les gens qui ont saupoudré généreusement le Liban « plus d’un million de bombes à sous-munitions » sont en train de projeter leur zèle meurtrier sur leurs victimes - voire, même pire : sur leurs futures victimes !

Ainsi, Sheleg, par exemple, projette ses propres tendances perverses sur le monde musulman, et en particulier l’Iran. Sheleg, en tant que sioniste zélé prônant des mesures violentes contre à peu près tous ceux qui n’ont pas l’heur d’être juifs est condamné à projeter sur les Arabes et sur les musulmans son propre zèle assassin. A l’évidence, Sheleg n’est pas seul dans son cas ; le Comité juif américain [American Jewish Committee - AJC] fait exactement la même chose. Au cours d’une récente campagne de relations publiques, ce comité a mis en garde l’Europe contre les missiles à longue portée de l’Iran. A l’évidence, dans leur univers judéocentrique, une guerre contre l’Islam est un intérêt « judéo-chrétien ». Toutefois, les Européens ont tendance à se marrer lorsqu’ils sont confrontés à l’idéologie outrageusement agressive de l’AJC : de toute évidence, ils n’ont pas peur, quant à eux, de l’Iran. Mais alors, pas peur du tout ! Contrairement aux membres du Comité juif américain, qui, comme par hasard, prônent la violence, les Européens rêvent de paix ; apparemment, les Européens en ont leur claque des guerres (clairement, l’AJC, lui, n’en a pas encore eu assez, c’est sans doute pourquoi il en redemande...). Les Européens se rendent compte également que, pour peu qu’ils n’agressent pas l’Iran, les capacités balistiques de ce pays n’ont strictement aucun impact négatif sur leur sécurité. Autrement dit : si les Européens ne voient pas en l’Iran une entité meurtrière, c’est précisément parce que, contrairement à l’AJC, ils sont dépourvus d’un zèle agressif dont les membres de l’AJC sont plus que saturés. C’est exactement là qu’un abysse croissant est en train de se creuser entre l’univers assoiffé de sang suprêmement fantasmatique des sionistes et le reste de l’humanité.

Qui a encore besoin d’un arsenal nucléaire : des roquettes Katyusha ne suffisent-elles pas amplement ? L’ambiance générale en Israël, que traduit si éloquemment Sheleg et qui trouve son reflet dans le scénario catastrophe de l’AJC, révèle une forme collective, particulièrement sévère, de SSPT : les Israéliens et les lobbies qui les soutiennent sont en train d’envisager publiquement leur Shoah nucléaire annoncée. Cette manifestation pathologique est plutôt bizarre, au vu du fait que l’audacieux Hezbollah a réussi à battre la puissante armée israélienne en recourant uniquement à de l’armement léger. Le Hezbollah a réussi également à vaincre la société israélienne avec rien de plus que de misèrables roquettes Katyusha à courte portée. De fait, un ennemi potentiel d’Israël n’a absolument pas besoin de le « vitrifier » avec ses bombes atomiques. Tout ce qu’il doit faire, c’est envoyer aux juifs le message suivant : « Israël, c’est tout ce que vous voudrez, sauf un abri ». Ce faisant, ils contraindront les Israéliens àprendre conscience du fait qu’une fois de plus, ils ont échoué au test de l’amour du voisin. C’est autour de cette question que tourne la résistance arabe : il s’agit d’un message métaphysique, et absolument pas d’un appel à je ne sais trop quel judéocide.

Toutefois, il semble bien que les Israéliens soient incapables de déchiffrer le message inscrit en lettres de feu sur le mur. Plutôt que se regarder dans la glace et repérer leurs défauts évidents, qui ont d’ores et déjà dégénéré en faillite morale, les Israéliens préfèrent se soumettre totalement au fantasme matérialiste du judéocide nucléaire. Au lieu de penser en termes éthiques, les Israéliens succombent au discours matérialiste le plus superficiel qui soit - un discours uniquement centré sur la « destruction du moi ». Les Israéliens ont succombé à une Shoah fantasmatique imaginaire, dans laquelle ils se font nucléariser quotidiennement. Ce qui est très préoccupant, c’est qu’ils en sont pas les seuls dans ce cas, puisqu’en matière de terreur hallucinatoire, Blair et Bush sont atteints d’exactement la même maladie mentale.

Avec un psittacisme lassant, Sheleg, l’AJC et Bush attribuent des tendances meurtrières au président iranien, mais est-ce bien réellement le cas ? En détiennent-ils un commencement de preuve ? Le président iranien a-t-il jamais parlé de la destruction du peuple juif, des Israéliens, ou de qui que ce soit d’autre ? Prenons les faits : le président Ahmadinejad a certes dit qu’Israël devrait être « effacé de la carte ». Toutefois, le président iranien n’a jamais dit que les juifs, en tant que personnes, devraient être assassinés. Manifestement, c’est d’Israël, du JOS, du « Jew Only State » raciste qu’il parlait. C’est là une critique légitime, tout aussi légitime que l’était la dénonciation de l’apartheid sud-africain. Mais Ahmadinejad ne s’en tient pas là : il élabore, sur cette question. Intelligemment, et plutôt raisonnablement, il défie l’Occident : « Si vous (les Occidentaux) avez brûlé les juifs, pourquoi ne leur donnez-vous pas une partie de l’Europe, des USA, du Canada ou de l’Alaska pour qu’ils y fondent Israël ?... La question que nous posons est celle-ci : si vous avez commis cet énorme crime, pourquoi est-ce la nation palestinienne, alors qu’elle est totalement innocente, qui devrait en payer le prix ? » C’est bien là, en effet, la question la plus seyante qui se puisse concevoir et, partant, il n’existe pas le moindre indice que cet homme ait le moindre projet d’annihiler les juifs ou leur État. Au pire, Ahmadinejad fait de son mieux pour trouver aux juifs une nouvelle villégiature. Clairement, le rêve sioniste d’un foyer juif en Terre sainte a tourné au désastre grave. Et Ahmadinejad ne fait rien d’autre qu’observer hic et nunc que les errants risquent d’avoir à schléper* [dégager] une nouvelle fois. Puis-je suggérer qu’un coup d’œil à la liste d’attente interminable des citoyens israéliens demandant la citoyenneté polonaise ou d’autres citoyennetés européennes révèle qu’un nombre croissant d’entre eux ont d’ores et déjà intégré l’idée que le schlepping* est probablement la prochaine étape de leur existence de juif ?

Le véritable Axe du Mal

A la lecture de l’édito de Sheleg dans Haaretz, on est fondé à s’interroger : « qui, exactement, envisage la liquidation de l’État juif ? » Il est évident que l’Iran prépare son entrée dans le club nucléaire. Toutefois, même si l’Iran avait l’intention de développer un arsenal d’armes nucléaires meurtrières, ce ne serait certainement pas le premier pays de la région à le faire. Il se contenterait de marcher dans les brisées de l’État juif, qui, lui, est un pays qui a démontré au-delà de tout doute possible que son sport favori est l’assassinat de civils innocents. Partant, la phobie israélienne (et sionocentrique) d’une agression nucléaire iranienne doit être prise pour ce qu’elle est, à savoir une pure et simple projection. Israël étant engagé quotidiennement dans l’assassinat de civils innocents, les Israéliens et les sionistes sont condamnés à voir une inclination meurtrière dans le comportement d’autrui, quelle qu’en soit la nature .

 

LE VÉRITABLE AXE DU MAL - 46.7 ko
LE VÉRITABLE AXE DU MAL

C’est certes regrettable, mais loin d’être unique : le cas de la paranoïa américaine, durant la guerre froide, ne diffère pas beaucoup du cas israélien. L’Amérique ayant été le premier - et jusqu’ici, fort heureusement, le seul - pays à avoir eu recours à la bombe atomique contre un autre peuple, ce sont les Américains qui, curieusement, furent en proie à un SSPT, à l’époque de la guerre froide. C’est qu’ils projetaient, tout simplement, leurs propres tendances meurtrières collectives sur les Soviétiques. Il va sans dire que, contrairement aux Américains, les « Communistes » n’ont jamais balancé la moindre bombe atomique sur qui que ce soit, et il ne semble pas non plus qu’ils aient eu la moindre intention d’agir ainsi. D’une certaine manière, il semble évident que plus on est cruel, plus on est sujet à la terreur fantasmatique. S’ajoute à cela le fait que plus cruelles sont les pratiques d’une nation, plus cette nation est susceptible d’être assujettie à des politiques de la peur. Cette formule toute simple peut éclairer quelque peu le lien, émergeant dans les consciences, entre l’Amérique et Israël. En appliquant des tactiques expansionnistes retorses, ces deux pays sont en train de plonger dans une pensée obscurantiste mortelle, bien proche de la paranoïa. Et c’est cette paranoïa collective qui maintient l’hégémonie du seul axe du mal qui ait jamais existé : l’axe du sionisme et du néoconservatisme planétaires.

Soulagement par le rire

Voici un télégramme juif : « Peux commencer te ronger sangs. Stop. Détails suivent. Stop. » Cette blague, en réalité, est plus ancienne qu’Israël ; elle a probablement l’âge du télégraphe lui-même. De fait, elle fait référence à une réalité dévastatrice, où la dialectique de la peur domine l’existence ainsi que la mentalité juives. Apparemment, la peur a été exploitée politiquement par les dirigeants communautaires juifs dès les premiers jours de l’émancipation de leurs ouailles. Il est possible qu’au cours du processus de laïcisation et d’émancipation des juifs initié par le siècle des Lumières et la révolution française, la peur d’une réalité fantasmatique imaginaire ait remplacé celle du Dieu tout-puissant, ce Dieu qui tue sans merci et sans pitié, oui (car vous l’avez reconnu) : le Dieu de Sodome et Gomorrhe. Si tel est bien le cas, la « peur » doit être comprise comme le Dieu juif moderne et le SPPT se définit plus justement comme la pratique juive contemporaine par excellence. La judaïsation de Blair et de Bush peut être interprétée comme l’émergence de la « Politique de la Peur ». ( Permettez-moi de rajouter à ce duo Nicolas Sarkozy, qui vient juste d’aller cirer les pompes à Bush et aux sionistes franco-américains.) Apparemment, cette pratique politique est très efficace en Amérique. En revanche, en Grande-Bretagne, c’est un flop retentissant...

Toutefois, il convient de noter que le SPPT n’est absolument pas une invention israélienne. Les façonneurs juifs d’opinion ainsi que les pionniers ethniques juifs étaient spécialisés dans l’entretien de l’anxiété juive bien avant qu’Israël n’eût vu le jour. Les premiers sionistes étaient particulièrement habiles à terroriser leurs frères juifs. Herzl avait été terriblement inspiré par l’affaire Dreyfus [comme le fait observer Lenni Brenner, Herzl n’a pas compris la signification de ce procès ni ses implications : en réalité, avec la réhabilitation de Dreyfus, les juifs avaient remporté leur première bataille contre l’antisémitisme et la xénophobie). D’autres pionniers du sionisme furent stimulés par certaines émeutes et pogroms anti-juifs en Europe de l’Est. De manière générale, le sionisme peut être compris comme une pulsion à formuler un agenda politique général fondé sur une terreur auto-infligée. C’est probablement la raison pour laquelle le sionisme doit entretenir la terreur, afin de pérenniser son pouvoir. Il est évident que Bush et les néocons recourent exactement à la même tactique.

 

L’INTERVENTION DIVINE SERAIT-ELLE ARMÉE ? - 66.6 ko
L’INTERVENTION DIVINE SERAIT-ELLE ARMÉE ?
Un pays capable de détruire son voisin et de transformer un tiers de ses civils en réfugiés à seule fin de récupérer deux prisonniers de guerre est, fondamentalement, capable de tout.

Intervention divine

Me permettrez-vous de suggérer, à ce sujet, qu’il est plus que probable que de nombreux dirigeants, de par le monde, soient alarmés par le programme nucléaire iranien, non pas parce qu’ils redouteraient une agression iranienne, mais bien plutôt parce que, désormais, ces dirigeants sont tous parfaitement au courant de la psychose collective israélienne ? Même en ignorant ce qu’est le SSPT, les dirigeants occidentaux pigent parfaitement qu’Israël n’hésiterait certainement pas à lancer une guerre nucléaire, exactement de la même manière qu’il n’a pas hésité à recouvrir les villes libanaises de plus d’un million de bombes à sous-munitions. Un pays capable de détruire son voisin et de transformer un tiers de ses civils en réfugiés à seule fin de récupérer deux prisonniers de guerre est, fondamentalement, capable de tout.

Je ne suis pas psychiatre, je ne suis même pas psychologue pratiquant, je ne sais pas s’il existe un divan d’analyste assez grand pour inviter tout le peuple israélien à s’y étendre, en compagnie de leurs nombreux frères sionistes du monde. Je ne suis pas convaincu qu’il existe dans les parages un professionnel susceptible de soigner et d’aider les Israéliens à surmonter leur phase actuelle de SSPT. Tout ce que je puis moi-même faire, c’est simplement suggérer un diagnostic de malaise très sévère. Alors que nous sommes nombreux à être convaincus que le comportement d’Israël serait le résultat d’une faillite morale, j’y insiste : lc’est ’identité israélienne elle-même qui s’avère un cas de psychose pathologique. La banqueroute morale, n’est par conséquent que le symptôme d’un désordre mental profondément préoccupant.

En raison de l’état psychotique qui est le leur, les Israéliens jouissent en réalité de leurs symptômes. La seule chose dont ils aient besoin, de notre part, c’est simplement d’un bref moment d’attention. Fondamentalement, ils ont besoin de notre approbation. Quand ils rayent de la carte la banlieue Sud de Beyrouth, leur porte-parole insiste à nous convaincre qu’ils étaient en réalité en train de livrer une guerre sainte occidentale. Ils voudraient vraiment nous faire croire qu’ils ont fait tout ça à notre intention et en notre nom. Nous devons bien admettre qu’excepté deux cas démocratiquement élus de SSPT (Bush & Blair) à avoir approuvé les atrocités israéliennes, le reste de l’humanité ressentait, en assistant au carnage en cours à Beyrouth, une détestation croissante à l’encontre de l’État juif et, plus généralement, de l’aventure sioniste.

Pour ceux qui ne le verraient toujours pas, nous avons affaire ici à un cas de démence sévère d’un pays à la veille d’atteindre le sommet de sa phase psychotique collective. Pour ceux qui auraient tendance à l’oublier, cette entité nationale mentalement atteinte détient un énorme arsenal nucléaire, et elle est grosse d’intention mortelles.

Nous sommes horrifiés, et il y a de quoi : ne sommes-nous pas en train de les voir brutaliser la totalité du Moyen-Orient ?

Cernés par leur hédonisme et leur pharisaïsme impitoyables, nous ne pouvons faire guère plus que prier, afin de demander une intervention divine.

 

SCHLEPPING - 35.8 ko
SCHLEPPING

* Schlepp, schlepping : mot d’argot new -yorkais dérivé du yiddish shlepn (tirer) ayant plusieurs sens, dont celui de... shopping. Ici, il a le sens de "transfert", "grand voyage" avec une notion de pénibilité. Un schlepp est aussi un idiot...(NdT)


Original : ICI

Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft : elle est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.

Source : http://www.tlaxcala.es/pp.asp ?reference=1152&lg=fr

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Je vous conseille de lire le dernier Mehr Licht   :  "progression intentionnelle vers une catastrophe mondiale" ,  http://lesogres.info/article.php3?id_article=3581 . Petit détail : Israël a demandé le 4 novembre dernier des masques à gaz pour la population.... Va-t-on vers la dernière guerre mondiale ? (il ne pourra plus y en avoir d'autre, ensuite. En tous cas, la France sera bien placée... avec Sarkozy-Kouchner !)
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 22:54


302.jpgBonjour,

Jamais une telle menace n'a pesé sur les hommes. Et pourtant, d'ici quelques semaines, il sera trop tard. Des fous, tant évangéliques que sionistes, comme Bush, Dick Chesney, Sarkozy ou Kouchner, s'apprêtent à allumer la mèche qui va embraser la planète entière. Lisez ces articles, et vous comprendrez quelles menaces pèsent sur le monde. 

Bush, interviewé par Patrick Poivre-d'Arvor, ose dire que l' Iran représente une menace pour la paix dans le monde. Pourtant, qui va faire la guerre ? Sincèrement, je vous pose la question : Est-ce que cet homme a toute sa raison ? De hauts responsables du Renseignement et de l'Armée lui déconseillent de se lancer dans une nouvelle aventure. Et il s'entête, avec la cohorte d'illuminés autour de lui, grossie du renfort du tandem Sarkozy-Kouchner.
 
Est-ce que nous pouvons faire confiance à ces Rambos pour diriger les affaires du monde ? Sarkozy et Bush ne pensent qu'à montrer leurs muscles; la diplomatie, pour eux, n'existe pas. Il y a un problème ? On sort son colt. On dégaine le premier. Tant pis pour les dégâts, ils s'en foutent éperdûment. Savez-vous ce que je viens de lire ? " En cas de sanctions internationales, l' Iran ne pourra pas tenir longtemps. C'est pourquoi, beaucoup d'observateurs pensent que les dirigeants de la République Islamique cherchent un affrontement qui leur donnerait une nouvelle popularité et qui justifierait les sacrifices dans la population. Ils préfèrent un affrontement ouvert plutôt que des sanctions qui les affaiblissent " .(http://abonnes.lemonde.fr) Eux aussi s'en foutent; Le bonheur des peuples dont ils assument la charge, c'est bien le moindre de leurs soucis ! Tout le monde n'est pas Chavez et Kichner. Honte à tous ces dirigeants !

Et à Guantanamo, on continue à détenir des prisonniers sans inculpation ni procès, même des journalistes ! Les Américains sont des hors-la-loi, comme d'ailleurs leurs amis Israéliens;  Ce sont les bourreaux des peuples ! Quand
seront-ils poursuivis pour leurs innombrables crimes ? Plus de tapis rouge pour eux, l'opprobe ! Et l'opprobe aussi pour les médias complices !

Mes amis, il est encore temps d'arrêter la main des illuminés et des irresponsables qui ont droit de vie et de mort sur les peuples ! Si nous nous taisons, si nous ne faisons rien, nous serons complices de l'apocalypse prévue (toutes les analyses vont dans le même sens) fin décembre ou début janvier.

Alerte ! Nous sommes au bord de l'abîme !

J' exhorte tous les Internautes à lancer un appel pour que les citoyens du monde entier, le même jour, défilent en exigeant la destitution de ces fous, et leur jugement devant un tribunal. Ils ont assez sévi ! Maintenant, ils parlent sans état d'âme de guerre mondiale ; eh bien, déclarons-leur la guerre !

Il faut que la révolte des citoyens éclate comme un coup de tonnerre, il faut que l'on voie leur détermination à empêcher la boucherie qui se prépare. Les peuples ont leur mot à dire ! Ils ne peuvent se laisser égorger impunément ! Sortons tous en même temps avec des pancartes " Jugeons les criminels de guerre " ! Refusons de fabriquer et de transporter les armes qui vont déclencher la solution finale ! Nous avons pour nous le nombre ! Levons-nous, et crions notre fureur ! N'attendons pas que le monde soit un immense champ de ruines !!!

Alerte ! Le compte à rebours a commencé ! 

Eva
---------------------------------------------------------------------------------------------------
TAGS: Guerre, Bush, Sarkozy, République  islamique, Chavez, Kirchner, Dick Chesney, Guantanamo, Amérique., Patrick Poivre-d'Arvor..

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Daniel Ellsberg : aux USA un coup d’état a eu lieu - http://abonnes.lemonde.fr

17 octobre 2007

Daniel Ellsberg est l’homme qui a révélé à l’Amérique les Dossiers Secrets du Pentagone, durant la guerre du Vietnam. 35 ans plus tard, il s’inquiète des dérives autoritaires de l’exécutif, et appelle ses concitoyens à faire barrage à la coterie qui s’est saisi des leviers de l’état et s’apprête à nouveau à entrainer le pays dans une guerre catastrophique contre l’Iran.

Daniel Ellsberg, 20 septembre 2007

Discours prononcé à l’American University.

Je pense qu’il n’y a pas de priorité plus urgente que de prévenir une attaque contre l’Iran qui s’accompagnerait, je le crois, d’un nouveau changement dans l’exercice du pouvoir aux USA ayant pour effet de nous conduire vers ce que j’appellerai un état policier.

S’il se produit un nouveau 11 septembre sous ce gouvernement, cela signifiera qu’ils utiliseront à plein l’appareil policier qui a été patiemment construit, largement en secret tout d’abord, mais finalement révélé, connu et accepté par les élus Démocrates du Congrès et par les Républicain (..).

Restera t-il un domaine où la surveillance de la NSA sur les citoyens pourrait encore s’accroître ? Ils peuvent ou pas avoir atteint les limites de leurs capacités technologiques aujourd’hui. Mais si ce n’est pas le cas, cela le deviendra après un nouveau 11 septembre (..)

.

Il m’est assez difficile de dissocier ces deux circonstances. Elles pourraient advenir ensemble : soit un autre 11 septembre ou une attaque contre l’Iran dont les réactions contre Israël, nos navires, nos troupes en Irak, et peut-être dans ce pays, justifieraient l’entière panoplie de mesures qui ont été préparées, légitimées, et jusqu’à un certain point promulguées sous la forme de lois.

Nous avons à faire au gouvernement à une équipe malfaisante très particulière, même du point de vue des Républicains.

Le Prochain coup d’état

Permettez moi d’être direct et de ne pas faire de phrases. Un coup d’état à eu lieu. Je me suis réveillé l’autre matin en me rendant compte qu’un coup d’état avait eu lieu (...)

Durant les cinq dernières années, nous avons assisté à un assaut soutenu sur tous les fondements de notre constitution, que le reste du monde regardait comme une expérience modèle depuis 200 ans, grâce à ses procédures de contrôle, au rôle limité du gouvernement, à son Acte des Droits fondamentaux, à la protection des droits de l’individu par le Congrès, sa justice indépendante, la possibilité de révoquer un président.

Par le passé, ces principes ont été violés par de nombreux présidents.(...)

Mais je crois qu’aucun de ces présidents n’était du genre de ce qui décrit selon moi ce gouvernement : un ennemi intérieur de la constitution (..)

Je pense qu’aucun de ces présidents, malgré toutes ces violations de la loi qui auraient provoqué leur empêchement si elles avaient été connues - mais elles n’ont été révélées qu’après leurs mandats - ne représentait un défi comparable à celui d’aujourd’hui.

C’était le cas en ce qui concerne le premier mandat de Nixon, et certainement de Johnson, de Kennedy et d’autres. Ils méritaient d’être destitués, même s’ils n’ont pas été découverts à temps, mais je pense qu’il n’était pas dans leurs intentions, lors des crises qui ont motivé leurs actes, de transformer la nature de notre gouvernement.

Il devient de plus en plus clair, après chaque nouvel ouvrage publié, chaque indiscrétion, que Richard Cheney et son actuel chef de cabinet David Addington ont eu précisément ce projet à l’esprit dès le début des années 1970, et non pas depuis 1992, non pas depuis 2001. Il ont cru à la prééminence du pouvoir exécutif, sous un président - élu ou pas - bénéficiant de pouvoirs sans contrainte. Ils ne croient pas à la contrainte (...)

Ce qu’ils imaginent comme le meilleur est directement en contradiction avec la pensée des Pères Fondateurs et de la constitution.


Les Fondateurs avaient raison 

Il ne s’agit pas seulement de « notre façon d’agir » qui serait en cause. Les fondateurs de la république avaient une compréhension aiguë de la force corruptrice du pouvoir pour quiconque, y compris les américains. Ils voulaient des procédures et des institutions qui puissent instaurer un contrôle du pouvoir, car en leur absence, l’alternative c’est ce que nous avons vécu ; des guerres comme le Vietnam, des guerres comme l’Irak, des guerres comme celle qui vient.

Ceci m’amène à mon second argument. Ce pouvoir exécutif, dirigé par Bush et Cheney, malgré l’opposition de la plupart des membres du gouvernement, même ceux des ministères, veut clairement une guerre contre l’Iran, qui se justifie selon les critères habituels de l’impérialisme. Critères acceptés non seulement par quasiment l’ensemble des membres de l’exécutif, mais aussi par la plupart des dirigeants du Congrès. Critères qui sont les intérêts de l’empire, la nécessité de préserver l’hégémonie américaine, notre droit et notre besoin de contrôler les ressources pétrolières du Moyen Orient et ailleurs. Il y a là un consensus dans les cercles dirigeants (...).

Mais même selon ces critères, une attaque de l’Iran est une folie. Je dis cela tranquillement. Il ne s’agit pas de rhétorique. Bien sûr, c’est non seulement une agression, une violation des lois internationales, un crime majeur, mais c’est aussi, en terme de pouvoir impérial, une folie à cause de ses conséquences (...).

Cela rend-t-il cette attaque impossible ? Non, évidemment. Plus encore, cela ne la rend même pas invraisemblable.

Deux raisons concourent à cela en dehors d’une acceptation pour diverses raisons par le Congrès - Démocrates et Républicains confondus - par l’opinion, par les médias.

Tout d’abord nous avons libéré la Maison Blanche - Président et Vice Président - de potentiellement toute limitation posée par le Congrès, la justice, les médias et autres.

Ensuite, les hommes à la tête du gouvernement qui jouissent de ces pouvoirs sans limites sont des fous. Pas complètement certes, mais ils n’en reste pas moins qu’ils ont des croyances folles.

La question devient alors, que pouvons nous faire ? (..)

Ce dont je parle, cette dérive vers un état policier, vers une attaque contre l’Iran, n’est pas acquis. Mais je pense que c’est probable, plus vraisemblable qu’invraisemblable, que dans les 15 ou 16 mois qui restent à ce gouvernement, nous assisterons à une attaque de l’Iran Et quoi que nous fassions (...)

Et nous ne parviendrons sans doute pas à influencer le Congrès. Et le Congrès n’empêchera sans doute pas le président de le faire. Voilà vers quoi nous nous dirigeons, et c’est une perspective très dangereuse (...).

 

Restaurer la République

Réinstaurer un gouvernement constitutionnel et l’améliorer prendra du temps. Je pense que si nous n’entreprenons pas ce travail aujourd’hui, il ne débutera pas sous le prochain gouvernement(...)

Sortir d’Irak prendra beaucoup de temps. Mais prévenir une action contre l’Iran, prévenir un nouveau coup d’état après un 11 septembre, une autre attaque, ce sont les tâches pour aujourd’hui, qui ne peuvent être différées. Cela nécessitera un courage moral et politique que nous n’avons que peu vu se manifester jusqu’à présent (...).

 

 Quel genre de pressions, quel genre d’influences devront être mises en œuvre pour amener le Congrès à faire son travail ? Il ne s’agit pas d’ailleurs seulement de les faire travailler. Il s’agit de les faire respecter le serment qu’ils ont prêté en prenant leur fonction (...)

Ce serment engage à protéger et défendre la constitution des Etats-Unis.

Ce serment je l’ai violé chaque jour durant des années au Département de la Défense, sans m’en rendre compte, lorsque je me taisais, lorsque je savais que l’on mentait à l’opinion publique au sujet de la guerre, comme on lui a menti pour l’Irak, et comme on lui ment pour la guerre contre l’Iran (...)

Je savais que j’avais les preuves de ces mensonges, et je ne les ai pas produites. Je ne respectais pas alors mon serment - ce que j’ai fait plus tard (...)

J’ai souvent dit que le Lieutenant Ehren Watada, qui est aujourd’hui poursuivi pour avoir refusé les ordres de déploiement en Irak qu’il jugeait à raison inconstitutionnel et relevant d’une guerre d’agression, est le seul officier de l’armée des Etats-Unis qui a pris au sérieux son serment(...)

Le président viole clairement ce serment. Tous ceux qui sont sous ses ordres et qui comprennent de quoi il s’agit - ils sont très nombreux - violent leurs serments. Voilà les exigences que nous devrions poser (...)

Courage parlementaire

Sur le plan politique, en ce qui concerne les Démocrates, je crois que nous devrions demander aux dirigeants à la Chambre et au Sénat - et également aux Républicains - que leur unique priorité ne soit plus d’être réélus ou de conserver une majorité Démocrate pour que Pélosi soit maintenue en fonction au Parlement et Reid au Sénat.

 

 

Je suis choqué de lire aujourd’hui que les Républicains menacent de faire de l’obstruction si nous restaurons l’Habeas Corpus. La remise en cause de l’Habeas Corpus avec l’aide des Démocrates ne nous a pas ramené à l’époque de la domination anglaise sur la colonie américaine. C’est une contre-révolution qui nous a ramené 700 ans en arrière (...)

Je crois que nous devons trouver le moyen de leur faire respecter leur serment de préserver la constitution, qui mérite d’être défendue, car c’est à travers le pouvoir que cette constitution donne au Congrès que nous pouvons protéger le monde des fous qui sont au pouvoir à la Maison Blanche et qui ont l’intention d’attaquer l’Iran (..)

Les généraux qui ont compris que ce serait une catastrophe ne se sont pas non plus pas manifestés. Il peut s’agir de gens qui ont par le passé risqué leur vie au Vietnam ou ailleurs comme Collin Powell, et ne risqueraient pas leurs carrières ou leur accointances avec la présidence (..)
.

Tout ceci doit changer. Et c’est l’exemple de gens comme ceux qui sont rassemblés ici, qui d’une certaine façon rappellent à nos élus qu’ils ont, en tant qu’humains et en tant que citoyens, le pouvoir d’agir et de trouver en eux-mêmes le courage de protéger ce pays et le monde.

 


Publication originale Consortium News, traduction Contre Info

Sur le web : l’affaire des Dossiers Secrets du Pentagone

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§!

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Mis à Jour le : 6 novembre 2007  12:35

Préparatifs américains contre l’Iran -Extraits

http://contreinfo.info  


6 novembre 2007

Peter Symonds fait le point sur les derniers développements dans la confrontation entre l’administration américaine et l’Iran. Il résume également un article remarquable du magazine Esquire, qui s’est entretenu avec deux hauts fonctionnaires de la diplomatie américaine. Flynt Leverett et Hillary Mann, qui furent experts auprès du Conseil National de Sécurité, ont participé à des négociations secrètes avec l’Iran de 2001 à 2003. Ils ont raconté à Esquire comment l’aile dure néoconservatrice avait à l’époque choisi d’ignorer délibérément les ouvertures diplomatiques de Téhéran.

Par Peter Symonds, WSWS, 5 novembre 2007

La décision sans précédent de l’administration Bush d’accuser le CGRI iranien (Corps des gardes révolutionnaires islamiques) d’être un agent de prolifération d’armes et sa force al-Quds d’être un « soutien du terrorisme » a exacerbé les tensions avec Téhéran et sapé les efforts des pays européens en vue de négociations, créant les conditions d’une attaque américaine contre l’Iran.

Bien que la Maison-Blanche prétende toujours chercher une solution diplomatique à l’actuelle confrontation, une suite d’articles de presse, constatant la nature de plus en plus belliqueuse du ton employé par Washington, ont averti de ce que les Etats-Unis semblaient s’être décidés à une action militaire contre l’Iran.

 

Le chroniqueur du Financial Times, Philip Stevens notait : « Si M. Bush a l’intention d’agir, il faut qu’il se dépêche. Le moment propice d’une attaque, comme le veut la sagesse conventionnelle, sera passé l’année prochaine. Même ce président-là ne pourra pas entraîner la nation dans une autre guerre de son choix une fois la campagne électorale de 2008 commencée. Ce compte à rebours coïncide avec l’affermissement, à Washington et dans une ou deux capitales européennes, de la conception que la diplomatie de la coercition n’a rien fait pour ébranler la résolution de l’Iran à se donner les moyens de produire une bombe. »

Les affirmations répétées de Washington selon lesquelles l’Iran aurait un programme de production de l’arme nucléaire furent contredites par le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei dans un commentaire fait dimanche à CNN. On lui avait demandé s’il avait une preuve quelconque que l’Iran cherchait à produire une bombe atomique. ElBaradei déclara : « Je n’ai reçu aucune information sur un programme d’arme nucléaire concret réalisé à ce moment précis. »

Craignant de toute évidence que l’administration Bush n’entende fabriquer un prétexte pour une guerre, ElBaradei ajouta : « J’ai de grandes inquiétudes pour ce qui est d’une confrontation, du fait qu’on organise une confrontation, parce que cela conduirait absolument à un désastre. Je ne vois pas de solution militaire. La seule solution durable est à travers des négociations et des inspections... Ma crainte est que si nous continuons l’escalade des deux côtés, nous finirons dans un précipice, nous irons finalement dans l’abîme. »

Parlant à la station de radio australienne ABC ce matin, il a dit aussi : « J’espère que nous allons arrêter de gonfler et de déformer la question iranienne » parce que cela pourrait conduire à un « embrasement de proportions majeures... non seulement au niveau régional, mais encore au niveau de la planète ».

Un net signe que l’administration Bush n’a aucun intérêt à une résolution pacifique de l’affrontement avec l’Iran fut son hostilité à un accord passé au mois d’août entre l’AIEA et Téhéran pour répondre systématiquement aux questions non résolues sur le programme nucléaire iranien. D’un côté, la Maison-Blanche insiste pour que l’Iran ferme ses usines d’enrichissement d’uranium comme préalable à toute négociation, se réclamant de questions non résolues quant à ses activités nucléaires passées. De l’autre, lorsqu’un processus a été établi pour répondre à ces questions, les Etats-Unis réprimandent ElBaradei, lui reprochant d’outrepasser ses pouvoirs.

Un article paru dans le Sunday Times britannique et intitulé « Bush va-t-il vraiment bombarder l’Iran ? » remarquait que l’aviation américaine avait fait une demande de financement au Congrès pour un « besoin opérationnel urgent de la part du commandement militaire sur le terrain » de 88 millions de dollars afin d’équiper des bombardiers « B2 Stealth » d’une bombe de plus de 6 tonnes connue sous le nom de MOP (Massive ordinance penetrator). Cette bombe est un « casseur de bunker » sophistiqué, destiné à détruire des cibles se trouvant à une grande profondeur sous la terre. Il n’y a pas de sites en Irak ou en Afghanistan qui justifierait la commande « urgente » d’une telle bombe. La cible évidente sont les sites nucléaires iraniens, en particulier l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, située dans une énorme caverne souterraine.

Le Sunday Times répéta les commentaires de Bush il y a une semaine mettant en garde contre les dangers d’une troisième guerre mondiale si l’Iran arrivait « à savoir comment fabriquer une arme nucléaire ». Comme l’observait l’article : « Ceux qui observent l’Iran ont relevé avec intérêt l’utilisation du mot "savoir". Il semble que Bush ait résolu d’agir bien avant que les mullahs n’arrivent même à envisager la production d’une véritable bombe... Une source de haut rang du Pentagone qui se souvient des roulements de tambours d’avant l’invasion de l’Irak, pense que Bush prépare une action militaire avant de quitter ses fonctions en janvier 2009. "C’est pour de bon maintenant. Je pense qu’il signale qu’il va le faire", dit cette source. »(...)

Bush peut décider de lancer une attaque comme un des actes finaux de sa présidence ».

Des préparatifs de guerre bien avancés

Une des indications les plus effrayantes que l’administration Bush prépare de longue date une guerre contre l’Iran est venue de deux ex-initiés de l’administration, Flynt Leverett et Hillary Mann, qui travaillèrent en tant que spécialistes du Moyen-Orient au Conseil national de sécurité. Dans une longue interview publiée la semaine dernière dans le magazine Esquire, Leverett et Mann ont non seulement souligné le danger d’une attaque immédiate, mais ont fait encore remarquer que l’administration Bush n’avait jamais voulu sérieusement négocier avec Téhéran. 

Esquire explique : « Ils ont quitté la Maison-Blanche, car ils étaient devenus de plus en plus inquiets, l’administration Bush non seulement se dirigeait tout droit vers une guerre avec l’Iran, mais elle poursuivait ce cours depuis des années. C’est ce que les gens ne réalisaient pas. C’était exactement comme pour l’Irak ; la Maison-Blanche avait alors montré un tel zèle pour la guerre qu’elle ne pouvait cacher son impatience à voir les inspecteurs de l’ONU quitter le pays. Il y eut beaucoup de pas franchis de façon persistante et ils conduisaient tous dans la même direction. Et à présent la situation est pire. On se rapproche de plus en plus de la guerre. »

 

Selon Leverett et Mann un échec à obtenir de nouvelles sanctions par l’ONU plus une poursuite de l’enrichissement d’uranium et une « ingérence » iranienne en Irak, déclencheraient une réaction militaire de la part de la Maison-Blanche. « Si tous ces éléments sont réunis, disons dans la première moitié de 2008, que va faire le président ? Je pense que le risque qu’il décide d’ordonner une attaque des équipements nucléaires iraniens et probablement une attaque de plus grande envergure, est très réel » dit Leverett.

« Si l’Irak est un désastre, une attaque de l’Iran pourrait, elle, précipiter l’Amérique dans une guerre avec l’ensemble du monde musulman » ajouta Man (..).

 

Loin d’offrir en retour un relâchement des tensions, l’administration Bush bloqua toute négociation avec l’Iran et son allié syrien (..)

La réponse de Bush à l’aide fournie par l’Iran fut de dénoncer celui-ci, avec l’Irak et la Corée du Nord, comme une partie de « l’Axe du mal » dans son discours sur l’état de l’Union en 2002. Comme l’explique Mann, le discours avait profondément choqué Téhéran qui avait néanmoins poursuivi, pendant un an encore, les discussions mensuelles. Bien que cela ne soit pas rapporté dans l’article d’Esquire, le régime iranien a fourni de l’aide à l’armée américaine au cours de son invasion criminelle de l’Irak en 2003.

Un an après le début de l’invasion de l’Irak, Téhéran avait offert aux Etats-Unis, via l’ambassadeur de Suisse, des négociations pour une résolution définitive de tous les problèmes existant entre les deux pays. Un mémoire fut envoyé par fax comprenant des propositions sur toutes les questions régulièrement évoquées par la Maison-Blanche comme raisons pour traiter l’Etat iranien en paria : ce mémoire contenait des offres d’« action décisive » contre tous les terroristes en Iran, de mettre fin au soutien des organisations palestiniennes Hamas et Djihad islamique, de cessation des programmes nucléaires et d’accord en vue d’une reconnaissance d’Israël (..)

L’administration Bush écarta cependant d’emblée l’offre iranienne. Un mémoire rédigé par Mann et conseillant l’envoi d’une réponse rapide et positive par les Etats-Unis fut bloqué. (...) On a réagi par la censure et la menace aux tentatives de Leverett et Mann de rendre l’offre iranienne publique après avoir quitté leurs emplois  (..)

Le refus catégorique de l’administration Bush d’approuver des négociations avec l’Iran donne certes du poids aux avertissements de Leverett et Mann sur les dangers d’une nouvelle guerre américaine avec l’Iran. Mais bien qu’ils considèrent une telle attaque comme de la folie, ces deux anciens responsables du gouvernement Bush ne peuvent pas expliquer pourquoi la Maison-Blanche est résolue à poursuivre une telle ligne d’action. Comme pour les occupations de l’Irak et de l’Afghanistan, les Etats-Unis cherchent à imposer leur domination absolue sur les régions riches en énergie du Moyen-Orient et de l’Asie centrale. L’Iran qui, avec ses énormes réserves de pétrole et de gaz, se trouve dans une position stratégique, est une cible évidente pour ces plans irresponsables.

Lire aussi Esquire


Publication originale WSWS

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

UNE BONNE  NOUVELLE ! (qui en a parlé, dans les médias ?) http://www.re-so.net 

 Victoire de la gauche au Guatémala

Alvaro Colom, en devenant le premier président de gauche (Union nationale pour l'espoir) depuis 50 ans au Guatemala, place son pays dans la continuité d'autres démocraties d'Amérique latine comme le Brésil, l'Argentine ou le Chili.

Lire le portrait d'Alvaro Colom

 A lire aussi : Les derniers portraits des grandes figures de la Gauche 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Dernières infos sociales : (http://fr.f267.mail.yahooo.com

"lucien jallamion" lucien.jallamion@libertysurf.fr         site  Résistance sociale
:  
   

 Les cheminots thaïlandais obtiennent satisfaction après une grève massive    ....Lire la suite
  • Sept fédérations syndicales de fonctionnaires appellent à faire grève et à manifester le 20 novembre pour obtenir l’ouverture de véritables négociations salariales, pour dénoncer la situation de l’emploi public et pour riposter aux propositions du Président de la République visant à dynamiter le statut général des fonctionnaires. Le SNUI s’inscrit totalement dans cette mobilisation ; il appelle tous   ....Voir la suite
  • Pour retrouver notre journal du mois d'octobre en PDF et en Word
  • Le Gouvernement amende sa réforme des régimes spéciaux de retraite     .....voir la suite
  • Union Départementale des Syndicats Confédérés Force  Ouvrière de Guyane. Le paradis des employeurs: Zones franches : territoires offerts aux patrons !      ....Voir la suite
  • Guyane: Analyse commune des zones franches globales d'activités de la  CDTG-CFDT, LA CFE-CGC, LA CFTC, LA CGT-FO, L’UNSA ET L’UTG   .....Lire la suite
  • Contribution de l’Union Départementale des syndicats confédérés Force Ouvrière de Guyane aux travaux du Conseil Économique et Social Régional     .....Lire la suite
  • SNCF: sept syndicats appellent à un rassemblement le 12 Novembre devant le siège   ....Lire la suite
  • Puissant débrayage en Aquitaine pour l’emploi chez Ford Automobile.     ....Lire la suite

Ink - Encre pour votre imprimante. Une ink cartouche à 0 €! Cliquez ici

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 19:13

Bonjour,BALCON-CHIEN-copie-2.jpg

Mon blog a été créé pour dénoncer l'intolérable, et appeler à résister quand c'est nécessaire. En navigant sur le net, j'avais découvert un article sur les Juifs, et plus généralement les citoyens, otages du néosionisme, particulièrement dans les "médias" -  un domaine qui est naturellement cher à la journaliste que je suis. A la suite de cet article, j'ai rédigé, comme vous le savez, un papier sur la télévision française aux mains d'un groupe particulièrement influent, surreprésenté. A l'issue de cette publication, le site lesogres m'a envoyé un commentaire pour me recommander la lecture d'un article. Et je me suis retrouvée à évoluer sur ce site.... si vous faites comme moi, je vous promets beaucoup de découvertes ! http://lesogres.infos .

 D'abord, j'ai trouvé l'article qui me manquait pour illustrer mon papier sur la télévision communautaire - ce qui m'a obligée, si vous vous en souvenez, à recopier moi-même une partie de l'article que j'avais en ma possession. Or, je suis désormais en mesure de vous fournir la référence : c'est http://lesogres.tv/article.php3?id_article=62 .

Ensuite, j'ai trouvé tout à l'heure l'article que je vous joins, et qui prolonge le débat au sujet de la surreprésentation  - plus politique que religieuse - d'une communauté. Comme je suis une républicaine attachée à l'équité, il m'a semblé nécessaire d'illustrer à nouveau ce délicat sujet - inadmissible puisqu'il constitue une grave atteinte au pluralisme de l'information cher au coeur de tous les journalistes. Que les choses soient bien claires : dans mon blog, je dénonce l'injustice, la guerre, les privilèges et les privilégiés, mais pas seulement : également les intégrismes, les fanatismes, les communautarismes - quels qu'ils soient, et tant religieux que politiques.

Or là, dans un domaine qui m'est particulièrement cher, les médias, je constate qu'un groupe - et s'il s'agissait de néo-conservateurs évangéliques ou d'islamistes, j'aurais également pris ma plume - s'arroge le droit de monopoliser un service public pour défendre ses intérêts. Cela, je ne l'admets pas. Je le répète : La télévision, la radio, la presse, doivent permettre à tous de s'exprimer, et non pas à une minorité particulièrement influente, agissante. Le pluralisme n'est pas seulement souhaitable, il est nécessaire. Au nom de la liberté, au nom de la démocratie, ces biens si précieux. 

Oui, je sais, on me l'a dit, il faut du courage pour dénoncer cette main mise scandaleuse, il faut du courage pour dénoncer cet intolérable - comme tous les autres. Mais je ne cherche pas à plaire : je suis là pour susciter le débat, puis l'action, au nom de valeurs qui me semblent précieuses, la vérité, la paix, la liberté, la justice - et d'abord sociale -, la fraternité, la tolérance, la solidarité, la communion, le partage, la démocratie, la laïcité - et pourtant, je suis croyante. Mais je déteste l'esprit partisan, l'esprit de clocher, - permettez-moi, cher lecteur, de le rappeler : je suis citoyenne du monde, je n'appartiens à aucun groupe, aucun clan, aucune chapelle, je suis une femme libre, et mes choix sont toujours faits en fonction de ce qui me semble juste, sage, bon, non pour un groupe donné, mais pour l'humanité toute entière, particulièrement la partie qui souffre. C'est pourquoi la cause palestinienne m'est si chère : voyez l'article que je joins, sur les pauvres d'entre les pauvres, obligés, pour survivre, de se contenter des détritus. Oui, mes amis, cela me fait mal; j'ai envie d'un autre monde que celui-là, où chacun trouverait une place honorable, et je me bats pour cet objectif. Encore et toujours. Et pour la paix, le bien le plus précieux. A ce sujet, je vous invite à vous exprimer sur le forum pour la paix, que j'ai mis en liens.

Bonne lecture, et à bientôt, fraternellement à TOUS, qui que vous soyez. Eva.

TAGS :
Palestine, médias, démocratie, Juifs, sionistes, néoconservateurs, évangéliques, islamistes, guerre, paix, tolérance, injustice, solidarité, communautarisme, justice, intégrismes, fanatismes, presse, télévision...

_____________________________________________




dans la meme rubrique...

Comme un néosioniste impérialement raciste en France avec ’ses propres Juifs’ - Dieudonné référencé par les quasi-nazis sur France 3
LE CAMP DE CONCENTRATION DE GAZA : LE GHETTO DE VARSOVIE DE NOTRE ÉPOQUE
Pourquoi laissons-nous faire ça ?
Le nouveau président d’Israël : un criminel de guerre par excellence
Critiquer Israël bientôt raciste... L’Etat d’une race ? La liste de l’UPJF et son projet fou néonazi
TERRORISME : UN RESPONSABLE ISRAÉLIEN APPELLE PUBLIQUEMENT À ASSASSINER LE PRÉSIDENT IRANIEN AHMADINEJAD
Anti-Sarkos... ’Vers la grève générale ?’ - Le Mague
France 2007 : Bienvenue en dictature médiatique !
Mai 2007 Les médias mentent encore - Front des Réseaux d’Informations Citoyennes Anti-Sarko - Coordination universités lycées
Sarkozy : Le discours et la méthode... La France et Le CaCa Clan
Au service de l’État juif (Haaretz)
SARKOSY ’FRANCO-NEGATIONNISTE’ DE LA SHOAH, ET IMPUNI SAUF AU ZAPPING - NEGATIONNISTE DE LA TRAITE...
L’armée d’Israël utilise des enfants boucliers humains - preuves VIDEOS et silence médiatique néonazi
Israël accusé d’apartheid par l’ONU, comme en Afrique du Sud - romandie.com
SCANDALE INTOX : Jacques Attali : ’Euthanasie - instrument essentiel’... contre ’l’allongement de la vie’

 

 

 

Le lobby juif, les médias égémonisés en vue de la guerre ? - 20.10.2007 - http://lesogres.info

Par Foued Zaouche

Nous sommes tous des Dieudonné, du nom de cet humoriste français qui a subi la vindicte du lobby juif, l’interdisant d’antenne et le présentant comme un affreux fasciste parce qu’il avait eu l’outrecuidance de plaisanter sur l’existence de ce lobby, démontrant en cela même la puissance d’influence de cette organisation dont il faut taire l’existence sous peine d’en subir les foudres. D’autres, plus prestigieux, en avaient subi les nuisances et notamment, pour ne prendre que les personnages les plus emblématiques, le général De Gaulle déclarant après la Guerre des Six jours : « ...le peuple juif, sûr de lui et dominateur », déclaration dont il faudra un jour mesurer le prix qu’il a payé pour l’avoir osée, ou le pauvre abbé Pierre, pourtant régulièrement cité comme la personne la plus populaire de France, qui a été traîné dans la boue pour les marques d’amitié qu’il avait démontrées à Roger Garaudy, présenté lui aussi comme un révisionniste ou encore, Raymond Barre, attaqué honteusement pour avoir reconnu l’existence d’un lobby juif...

Il est extraordinairement révélateur qu’en France, le pays des Droits de l’Homme, le pays de la Liberté, de l’Egalité, et de la Fraternité, on ne puisse pas évoquer l’existence du lobby juif sans être taxé d’antisémitisme, de révisionnisme et autres monstruosités, susceptibles de tomber sous les fourches caudines de la Loi Gayssot, une loi unique en son genre qui démontre la puissance de cette organisation. Pourtant, toutes les sociétés sont traversées par des courants de solidarités sélectives entre des entités qui peuvent être tribales, régionales, religieuses, communautaires ou professionnelles, des groupements d’intérêts obéissant à une communauté d’appartenance basée sur un engagement qui peut être moral, religieux, spirituel ou intellectuel, on a bien diabolisé la franc-maçonnerie, soupçonnée d’influences occultes, réelles ou imaginées, sans que cela ne soit sanctionné par un quelconque effet... Les collectivités, de même, sont traversées par des groupements criminels obéissant à des logiques régionales comme les mafias sicilienne, calabraise ou sarde... Clans, fratries, groupes divers fracturant le corps social, chacun attaché à ses privilèges et militant pour la défense de ses intérêts bien compris et l’on peut dire, presque toujours, au détriment de l’intérêt général.

Alors pourquoi en France la reconnaissance de l’existence d’un lobby juif serait-elle une incongruité, voire un délit, alors qu’aux Etats-Unis les lobbies sont reconnus, officialisés et ont pignon sur rue, exerçant leur activité d’influence au grand jour ? Le lobby juif, aux Etats-Unis, revendique son influence et son importance, finance ouvertement les campagnes électorales des candidats qui déclarent leur militantisme pour la cause sioniste, ce qui revient à dire que, pour la majorité des représentants du peuple américain, on ne peut pas être élu si on ne fait pas allégeance à la puissance du lobby sioniste, c’est ce qui explique le soutien inconditionnel de toutes les administrations américaines, démocrate comme républicaine, au profit d’Israël, au détriment parfois de toute logique.

Comment expliquer autrement l’impunité scandaleuse dont dispose un Etat impérialiste, en l’occurrence Israël, annexionniste et assassin ? Comment expliquer la sémantique utilisée par les médias français qui font d’une muraille en béton de huit mètres de haut une simple « clôture de sécurité » ou expliquer que des colons, présentés comme tels, s’expriment dans ces mêmes médias en toute légitimité au détriment d’une population palestinienne spoliée, volée, martyrisée, assassinée depuis quarante ans ? Ces colons revendiquent leur présence sous le prétexte que Dieu leur a promis cette terre et Dieudonné a bien le droit d’ironiser sur ce prétendu droit de propriété car on peut, à juste titre, s’interroger sur l’absurdité de tels arguments.

Il y a dans la société française un vice de forme qui corrompt le fonctionnement du système démocratique, ce sont toutes ces complicités qui se définissent par l’appartenance à des communautés ou à des castes de pouvoir comme par exemple les énarques, soupçonnés d’entretenir des alliances d’intérêts qui dépassent les fractures des partis. Il me semble que la plus profitable et la plus rentable est l’appartenance à la communauté juive.

On peut constater l’existence de ce phénomène, la puissance du lobby juif, dans ce qu’on peut appeler la face visible de l’iceberg, présente dans les médias et plus précisément à travers la télévision où, sans faire un listing inapproprié, on est saisi par l’appartenance à la communauté juive des présentateurs, journalistes, commentateurs, responsables d’émissions ou intervenants. On ne peut qu’être saisi par la généralisation de ce phénomène et on est sincèrement surpris que cela ne fasse pas l’objet de débats, voire de polémiques car cela semble incompréhensible pour un observateur étranger. Comment expliquer que cette communauté truste tous les postes de pouvoir avec cette redoutable efficacité, sinon par une complicité d’intérêts. Reconnaître la puissance des lobbies et leur influence sur la vie politique, économique et intellectuelle serait un pas salvateur et significatif pour moraliser la vie politique française, ambition déclarée et si chère au président Sarkozy, nous lui souhaitons bon courage.

Je sais bien que ce que j’écris en ce moment ne pourrait jamais l’être dans aucun journal français, même dans une rubrique de « libre opinion », et c’est cela qui interpelle de bonne foi et sans aucune autre considération que le bon sens ou la simple justice.

Foued Zaouche

redaction@realites.com.tn

11-10-2007

SOURCE : http://www.realites.com.tn/index1.p...


Une réaction d’un lecteur du texte ci-dessus...

Avant l’élection de Sarkozy, les personnalités juives, dans les principaux médias français, représentaient environ 50% des personnalités, (pour 1% de Juifs en France), et les néosionistes (Juifs et non-Juifs) représentaient environ 80% des personnalités. Depuis, on peut constater encore une augmentation de la surreprésentation des Juifs et des Sionistes dans les médias : Environ 70% de Juifs et 90% de néosionistes ! Il suffit d’écouter, ils ne cachent presque plus leur idéologie sioniste, et encore moins leur "judaïté" (qu’ils disent), et la plupart se disent "Juifs Athée" (ce qui ne veut strictement rien dire).
90% d’intégristes pro-israéliens aux commandes des médias et de l’information, et qui nous fabriquent une image pour la France. Fausse... Les choses ne s’arrangent donc pas, bien au contraire. L’hégémonie est désormais évidente, et assumée ouvertement, comme si plus rien ne pouvait contester cette suprématie dite communautaire mais surtout idéologique... La communauté n’est pas impliquée, si ce n’est par une certaine passivité, compréhensible. La quasi-totalité des Juifs n’y est donc absolument pour rien ! Ils subissent aussi leur propre instrumentalisation !
"Merci" Hitler et les sionistes ! Plus personne n’ose contester ouvertement, mais qu’en pensent les gens ? Et de quoi seront-ils alors capables demain si tout continue d’aller de plus en plus mal ? Et le pouvoir Sarko-sioniste en face ? Envoyer les Tanks israéliens ?... Quel châtiment jamais assouvi avant de "l’idéologie française" vue par certains ce serait non ? Un 1945 idéologique TOTAL-itaire ? La lettre de Mocquet aux lycées ne prépare-t-elle pas nos jeunes dès lundi prochain à savoir mourir, à la guerre...

 

 

__________________________________________________________________________________________________________
PALESTINE :


Cet article publié par l’IRIN, un service d’informations humanitaires de l’ONU ne reflète pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Le matériel d’IRIN peut être rediffusé ou a réimprimé libre-de-droit ; se référer à la page de copyright pour les conditions d’utilisation. IRIN est un projet du Bureau de Coordination aux Affaires Humanitaires de l’ONU. NDLR

Par IRIN

Pour certains Palestiniens de Cisjordanie, les détritus sont devenus non seulement un moyen d’existence mais la seule méthode de survie qu’ils connaissent. Plusieurs dizaines de Palestiniens à travers le territoire, y compris des enfants, travaillent dans des déclarges publiques, pour tenter de gagner maigrement leur vie.

"C’est un travail très dur ici. Mes mains sont toutes coupées, ça pue. Mais qu’est-ce que je peux faire ? Il n’y a pas de travail à Ramallah," dit Muhammad, d’Al-Bireh, une ville voisine.

 

Photo Shabtai Gold/IRIN : Des Palestiniens recherchent des matériaux réutilisables, en particulier des métaux, dans le dépotoir de Psagot, près de Ramallah.

Agé de 43 ans, il a travaillé pendant ces 30 dernières années - en dehors d’une période passée en prison -- dans le dépotoir de Psagot, à fouiller les détritus à la recherche de ferraille.

Muhammed, tout comme les 40 autres ouvriers, dont 20 enfants, n’est pas officiellement employé par quelqu’un, mais il vend ce qu’il peut aux revendeurs qu’il connaît.

Un autre homme, Akram, âgé de 32 ans, conduit le tracteur qui transporte la ferraille chez les revendeurs. Lui, comme les autres, travaille sur le site de l’aurore au crépuscule.

"Avant, j’étais chauffeur de camion. Puis j’ai perdu mon travail. C’est le seul travail que j’ai pu trouver, travailler dans les ordures," a-t-il déclaré à IRIN tout en faisant monter le régime de son moteur pour emmener un ventilateur industriel et des poutres qui restaient d’un projet de construction

Travail d’enfants, analphabétisme

Deux enfants, ravis de leur chance, ont trouvé le ventilateur, qui venait d’arriver dans une benne à ordures, et il l’ont traîné jusqu’à Akram.

 

LES ENFANTS AUSSI FOUILLENT DANS LES ORDURES

"Aucun des enfants ici ne sait écrire. Ils ne savent pas lire. Ils n’ont jamais été à l’école", dit Muhammad.

Shadi, qui a dit d’abord qu’il avait 16 ans et a ensuite avoué qu’il avait 12 ans, s’est mis en colère suite à l’accusation de Muhammad

"Je sais écrire", a-t’il crié, et il a commencé à esquisser son nom, en arabe, dans le sable. Cependant, il est devenu vite clair que c’était le seul mot qu’il connaissait et qu’il ne pouvait pas reconnaitre différents caractères. Les autres enfants n’ont même pas essayé.

Quand on lui a demandé pourquoi il n’allait pas à l’école, Shadi a répondu : "Mon père est malade. J’ai une grande famille et quelqu’un doit les soutenir. J’ai quitté l’école au bout d’un an pour travailler ici."

Questions juridiques

Le site de Psagot est baptisé du nom de la colonie israélienne voisine sur les périphéries de Ramallah. La plupart du temps, la décharge est utilisée par des camions israéliens qui amènent des ordures des colonies ou des villes à l’intérieur d’Israel.

"Il y a beaucoup plus d’ordures israéliennes que palestiniennes. Beaucoup, beaucoup plus", dit Muhammad.

Dangers pour la santé

Des vautours planent au-dessus de leurs têtes, en attendant d’attraper ce que les ouvriers ne prendront pas.

En été, la chaleur cuit les ordures, répandant une odeur ignoble dans l’air, qui colle aux ouvriers. Tandis que certains ont des familles, d’autres réalisent que leur genre de travail n’aide peut-être pas leurs vies personnelles.

"Je pense que je ne me marierai pas", dit Ahmed, âgé de 20 ans. Il dit que l’odeur ne s’en va jamais.

En hiver, les ouvriers se battent contre le froid, la pluie, le vent et le gel pour effectuer leur travail. C’est particulièrement dur puisque les métaux qu’ils récupèrent sont très froids. Certains vivent dans des cabanes sur le site, parce qu’ils n’ont nulle part où aller.

A côté des éléments, les ouvriers font face à d’autres dangers.

"Les enfants souffrent considérablement," dit Ahmed Qunnam, un expert en matière de santé publique et médecin, qui est volontaire au Croissant Rouge Palestinien.

"Psychologiquement parlant, ils n’ont aucun réseau social normal. De plus, ils ne mangent pas bien et ils ne se développent pas correctement. Ils travaillent toute la journée, surexcités. Et les sites sont extrêmement peu hygiéniques."

Par exemple, sur le site de Psagot, les ouvriers ont trouvé une boite d’olives. Elle a été immédiatement ouverte et dévorée, bien que la date de limite de consommation était dépassée depuis longtemps et pour les manger, ils ont utilisé leurs mains avec lesquelles ils venaient de fouiller les ordures.

"Tout ça, ça les détruit pour le reste de leur vie. Ils perdent leur enfance", dit Qunnam. "C’est facile pour eux de tomber dans la drogue."

Les ouvriers sont également menacés par l’utilisation de drogue des autres. Quand ils fouillent les ordures, il n’est pas rare pour eux de trouver des seringues. Ils peuvent attraper le SIDA ou l’hépatite", ajoute Qunnam.

Il pense que l’Autorité Palestinienne devrait faire plus pour les enfants, mais il ajoute qu’il est difficile pour l’Autorité Palestinienne de contrôler le secteur C -- là où se trouvent les sites - qui sont restés sous le contrôle de la sécurité israélienne, selon les Accords d’Oslo.

Ibrahim Atieh, au Ministère palestinien de la Santé, a expliqué que le nombre d’enfants dans les dépotoirs était proportionnellement bien moins élevé que dans les pays voisins. "Mais, c’est une question très difficile, douloureuse. Qui sait quelles maladies ils peuvent attraper."

"En ce moment, il n’y a aucun programme de l’Autorité Palestinienne pour arrêter ce phénomène, mais peut-être à l'avenir, " a-t-il dit.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
- Arrêt sur Images :

Si vous voulez lire vous-même les « petits caractères » que les 20 Heures se sont bien gardés de lire, c'est ici (1).

Vous avez certainement suivi à la télévision le feuilleton de « l'Arche de Zoé ». Peut-être vous êtes vous demandés pourquoi les JT évoquaient parfois deux journalistes, et parfois trois. Problème de comptage ? Pas du tout. La réponse est là (2).

Enfin, nous venons de prendre une décision capitale pour notre site définitif. Nous venons de décider de ne pas faire appel à la publicité. Pas du tout. Nous vous en expliquons les raisons ici (3)

Autant dire que nous ne dépendons donc que de votre soutien. Si vous souhaitez nous aider à être totalement indépendants, abonnez-vous dès aujourd'hui (4).

Daniel Schneidermann

Certains clients de courrier électronique bloquent l'accès direct aux liens. Aussi, vous trouverez ci dessous et en clair l'ensemble des adresses web de ce présent message :
(1)
http://arretsurimages.net/post/2007/10/31/Grenelle-de-lenvironnement
(2) http://arretsurimages.net/post/2007/11/02/Journalistes-detenus-au-Tchad:-deux-ou-trois
(3) http://arretsurimages.net/post/2007/10/23/Pas-de-pub
(4) http://arretsurimages.net/abonnement


§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Conférence de paix pour le Proche-Orient :

Annapolis : Ce n’est pas une réunion de paix, mais un conseil de guerre
vendredi 9 novembre 2007 par passagere

 par Michel Warschawski
"...Le contexte stratégique de la conférence d’Annapolis est tracé par la stratégie néo-conservatrice de « guerre préventive » globale et sans fin contre la « menace islamiste » que les fondamentalistes chrétiens de droite des Etats-Unis ont élaboré. Une stratégie que les conseillers du président Bush appellent entre eux simplement et sans euphémisme, « la guerre contre l’Islam... » (suite à http://lesogres.info/article.php3?id_article=3570 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Bruits de bottes : Bernard Kouchner et Nicolas Sarkozy s'en vont en guerre contre l'Iran.

On sait désormais que Ehud Olmert et George W. Bush ont trouvé leurs meilleur alliés en Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner pour aller bombarder l'Iran. Tous prennent argument du programme nucléaire civil développé par le pays de Mahmoud Ahmadinejad, présenté très exagérément aux yeux du monde comme une usine à bombe nucléaire, pour accentuer les pressions et proposer des sanctions internationales de plus en plus lourdes contre lui. Les arguments -- de soi-disant armes de destruction massive -- et la fin ultime -- la guerre pour détruire un pays islamique soi-disant "terroriste" -- sont sensiblement de même ordre que ceux déjà employés en 2003 par les Etats-Unis de George W. Bush contre l'Irak de Saddam Hussein. Chacun peut aujourd'hui mesurer l'étendue du désastre causé par cette guerre inutile, à la fois sur le plan stratégique: renforcement de la haine anti-occidentale et du terrorisme dans le monde arabo-musulman, déstabilisation de l'équilibre régional; sur le plan politique: où est la nouvelle démocratie promise par les américains ?; et évidemment sur le plan humanitaire: des milliers de morts de tous côtés et l'Irak à feu et à sang. Mais pour ces Dr Folamour il n'y a pas lieu de tirer leçon des erreurs passées. Dans le cas de l'Iran, le risque de provoquer une nouvelle guerre aux conséquences encore incalculables est pourtant autrement plus élevé que pour l'Irak et peut s'étendre au monde entier, la France de Nicolas Sarkozy se plaçant bien inconsidérément et plus que légèrement en première ligne de ce futur et terrifiant conflit.
Ehud Olmert (le premier ministre israélien toujours aux commandes de son pays après sa calamiteuse guerre -- perdue -- contre le Hezbollah au Liban et sa toute aussi désastreuse guerre contre le Hamas en Palestine) désigne depuis longtemps l'existence d'une bombe nucléaire iranienne comme "une menace existentielle" pour Israël. George W. Bush, sous influence des groupes de pression israéliens en matière de politique étrangère, a brandi pour sa part à plusieurs reprises l'option militaire contre Téhéran. Totalement discrédité, y compris auprès des citoyens américains, pour son aventure guerrière contre Bagdad, il ne cesse néanmoins d'appeler de la même façon à punir Téhéran, utilisant une méthode et une rhétorique identiques à celles qui lui ont servi à justifier l'invasion de l'Irak. Il y a deux semaines, discourant sur l'Iran devant l'American Legion, il n'hésitait pas à agiter de nouveau le spectre d'un "holocauste nucléaire". On ne change pas une méthode anxiogène qui gagne.
En France, si Jacques Chirac et Dominique de Villepin avaient su s'opposer avec un certain courage aux volontés de domination et aux mensonges éhontés de George W. Bush devant la communauté internationale, Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner opérent eux un virage à 180 degrés en matière de positions diplomatico-stratégiques. L'heure est désormais à la soumission, ou plutôt à un soutien zélé à la politique étrangère menée par le plus mauvais président de toute l'histoire des Etats-Unis, qui est également l'homme sans doute le plus dangereux et le plus haï du monde contemporain. Le nouveau locataire de l'Elysée et son ministre des affaires étrangères croupion, qui ne cachent pas leur atlantisme invétéré et leur amitié indéfectible avec l'Etat juif (comme ils le prouvent avec leur nouvelle politique toute en faveur d'Israël concernant le Liban, la Syrie ou la Palestine), multiplient les déclarations et les discours "bushistes" aux étranges accents guerriers sous-jacents dont le but est à l'évidence de préparer l'opinion publique française à un conflit militaire avec l'Iran. "La démarche des sanctions croissantes est la seule permettant d'échapper à l'alternative la bombe iranienne ou le bombardement de l'Iran", a martelé récemment Nicolas Sarkozy devant le corps diplomatique français, tandis que Bernard Kouchner se répand dans les médias en affirmant qu'"Il faut se préparer au pire, et le pire, c'est la guerre", ajoutant même que les états-majors militaires se préparent déjà à "mettre des plans au point". Dans les organismes internationaux où elle est en mesure de peser, l'administration sarkozyste s'emploie également activement à convaincre ses partenaires de la pertinence d'une telle politique contre le régime du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, y compris hors cadre de l'ONU et de l'Union Européenne. Mieux, Nicolas Sarkozy, outre sa décision d'aligner purement et simplement l'ensemble de la politique étrangère de Paris sur celle de Washington, et rompant sans complexe avec la règle d'or en vigueur depuis le Général de Gaulle en matière de défense du pays, envisage carrément un retour de la France au sein de la structure militaire de l'OTAN. C'est-à-dire en gros de brader l'indépendance militaire de la France -- voire de l'Europe si c'est possible -- pour se mettre aux ordres des armées de l'Empire; de faire en sorte que Paris et l'ensemble des capitales occidentales parlent désormais toutes d'une seule voix, notamment lorsqu'il s'agit de ces causes on ne peut plus nobles de la "défense d'Israël", de la propagation de "la Démocratie" en terre arabe et de la lutte "contre le terrorisme", surtout lorsque cela concerne des pays arabo-musulmans qui montent en puissance ou font preuve de trop d'indépendance. "L'Iran ne cessera son programme d'armement nucléaire que lorsqu'il aura compris que la communauté internationale est sérieuse, unie et déterminée dans son opposition", a d'ailleurs jugé déclaré le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères en saluant les dernières déclarations de Bernard Kouchner.
Tout à leurs discours va-t-en guerre, George W. Bush, Nicolas Sarkozy, Ehud Olmert et Bernard Kouchner oublient toutefois comme d'habitude de mentionner quelques détails que les médias complaisants oublient eux aussi de signaler: tout d'abord que l'escalade militaire nucléaire qu'ils dénoncent haut et fort a été initiée par leur pays -- Israël s'étant même doté de l'arme nucléaire en toute illégalité au regard du Droit international, et ce sans aucune sanction --, ensuite que rien jusqu'à présent, malgré les enquêtes et inspections menées par l'ONU via l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA), ne démontre que l'actuel programme iranien d'enrichissement de l'uranium est mené à des fins militaires, et enfin qu'avant d'engager la France et l'Europe dans une guerre contre ce pays, il serait peut-être utile que George W. Bush veuille bien faire l'effort de poursuivre un minimum les négociations directes avec Mahmoud Ahmadinejad, comme ce dernier le souhaite. Mais pour le Dr Folamour américain comme pour son nouveau caniche français qui s'imaginent ou du moins tentent de faire croire qu'ils luttent contre Adolf Hitler, il vaut sans doute mieux provoquer une guerre mondiale que négocier intelligement avec un islamiste dont le pays ne fait que suivre l'exemple fourni par Israël et les grandes nations occidentales.
L'Iran, via un communiqué de l'agence de presse officielle Irna diffusé lundi 17 septembre, estime pour sa part que Bernard Kouchner et Nicolas Sarkozy sont des "traducteurs de la volonté de la Maison Blanche", des "extrêmistes de droite" qui imitent "les hurlements" des Etats-Unis en adoptant "un ton encore plus dur, plus enflammé et plus illogique que celui de Washington".

La République des Lettres, lundi 17 septembre 2007
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

J'ai envoyé ça à Nicolas Domenach, Directeur adjoint de MARIANNE, en commentaire à son article peu combatif cette fois-ci.  Eva

36. Posté par eva journaliste-résistante le 09/11/2007
Bonjour !
On dirait presque de la complicité avec Sarkozy ! En tous cas, une curiosité amusée pour la suite... Or, c'est une tragédie qui se prépare... avec Sarkozy la marionnette des oligarchies ! En attendant,
La CFDT trahit les travailleurs
Les Français sont manipulés par les médias aux ordres
Le personnage plaît
Et pendant ce temps, tout est cassé, conquêtes sociales, service public, droit du travail, toutes les protections, le modèle social, l'indépendance nationale, l'image de la France... Sans retour. La loi du plus fort, de l'argent, des ptits malins et des gros financiers.
Sommes-nous devenus fous ? On reste spectateur ?
Il ne manque plus que la guerre, que Sarkozy est allé préparer avec Bush.
Là, oui c'est là que le type va se faire avoir... son point faible....la soumission à l'axe du Mal américano-sioniste ! C'est peut-être là que l'opinion va le lâcher - à moins que les médias de propagade n'arrangent la chose ? Ou qu'une bombe rase tout...
Plus sérieusement, secoue-toi, secouez-vous tous, partons au combat contre Sarkozy, maintenant, pas demain ! Je résiste avec colère et acharnement dans mon blog http://r-sistons.over-blog.com, et il faut tous se mobiliser contre la casse sociale ET contre la guerre.
Que fait la gauche, elle dort ??? L'Histoire jugera notre apathie, nos connivences, nos renoncements !
Et R. Ménard, il est toujours à Cuba à dénoncer la désinformation ? C'est ici, d'abord, qu'il faut réagir, mais non, il est complice !
En marche, peuple de France, combat le Diktator et le va-t-en guerre ! Ne lâche pas prise ! Nos enfants ne nous le pardonneront pas, ni le monde, ni l'Histoire ! Il faut un nouveau 1789 contre les maitres du monde (http://syti.net) qui prennent en otages les peuples pour assouvir leur soif de puissance, de domination, de contrôle, d'argent, de luxe ! Cessons de nous laisser plumer, refusons la boucherie qui se prépare ! Ou exigeons que les fauteurs de guerre, tous ceux qui ont le droit de vie et de mort sur les peuples, soient sur le terrain, pas dans leur ranch quatre étoiles ou leur yacht doré !
Utilisons Internet pour mener les batailles contre celui qui va faire de la France un nouvel état américain ! La première étant celle d'exiger une presse libre, indépendante ! Elle conditionne tout !
Et toi, ami, qu'attends-tu pour publier ma lettre ouverte à la gauche ?
Qu'attends-tu pour "booster" mon blog de résistance à l'intolérable, guerres, néoconservatisme, ultra-libéralisme, totalitarismes, fondamentalismes religieux ... Il est offensif, prophétique, chaleureux, original ! Il est tonique !
Bonne journée, Eva journaliste-resistante
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Commentaire envoyé à JEAN DANIEL, Réd. en chef  Nouvel Observateur

Bonjour Jean,
C'est une toute jeune retraitée du journalisme qui te parle, et sans doute as-tu lu certains de mes livres. Peu importe.
Oui, des pays, la France de Sarkozy en tête, sont prêts à rayer de la carte... l'Iran.
L'Iran n'attaquera pas. C'est l'axe du Mal d'aujourd'hui EU-Israël-France de Sarkozy qui attaquera, ce sont eux les fauteurs de troubles. L'Iran a une rhétorique fâcheuse, les trois pays nommés ont un comportement pour le moins belliqueux. Ces individus devraient être traduits devant un Tribunal des peuples pour leurs crimes présents, passés ou à venir. L'Iran, son seul "crime" tient dans sa parole. C'est moins grave.
La guerre ne solutionne rien, elle multiplie les poblèmes; notre devoir est de nous y opposer résolument; on n'a pas comris, avec 39-44 ?
Jean, ce sont des paroles fortes contre la guerre que tu devrais avoir, pas ce discours ambigu ! Honte à nous tous de ne pas nous opposer par tous les moyens, écrits, paroles, manifs non seulement à la casse de la France que prépare le Diktator (il a déjà cassé les médias, ils ne sont plus libres, nous ne sommes plus en démocratie !), mais aussi à la guerre terrifiante qu'il prépare contre les peuples, en restant comme ses amis dans leurs bunkers dorés, et pour ensuite se partager le marché de la reconstruction et le contrôle du pétrole !
C'est d'un de Gaulle dont on a besoin aujourd'hui, d'une voix forte, prophétique ! Lis ma lettre ouverte à la gauche, et remuez-vous tous, bon sang, au lieu de tout comprendre, de tout exonérer ! Les maîtres du monde (http://syti.net) sont des assassins, et des gens comme toi qui ont le pouvoir devraient s'y opposer résolument et vigoureusement !J'attends tes commentaires sur mon blog.http://r-sistons.over-blog.com
Fraternellement, "Eva"

Ecrit par : eva journaliste-résistante | 09.11.2007

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 22:48

301-copie-1.jpgBonjour,

Il y a plusieurs semaines, je vous annonçais, sous le titre "apocalypse now", des articles sur les scénarios apocalyptiques que les maîtres du monde préparent pour transformer en champs de ruines l' Iran,  et d'autres pays arabes ,
puisqu'ils sont déterminés à contrôler à leur profit les richesses minières du Moyen-Orient, ainsi que leur transport. 

La guerre va bientôt être déclenchée
sous les prétextes les plus variés, démocratie à exporter, menaces verbales ("rhétorique belliqueuse du Président iranien"), ou nucléaires (soi-disant armes menaçant la sécurité) . Mais comme je l'annonçais il y a deux mois, en citant les préparatifs au large du golfe arabo-persique, elle aura lieu. Parce qu' aux yeux de tous les Rambos irresponsables et cupides qui décident du sort des peuples, la surpopulation doit être enrayée et la pollution aussi. 

Pourquoi la visite de Sarkozy à Bush ? Pour étudier les dernières modalités de l' attaque. Et pour faire de beaux discours sur l' Amérique, et les liens historiques qui l'unissent à la France, abondamment relayés par les médias complaisants. Les Français doivent être préparés psychologiquement à accepter de bon coeur les folies imaginées par leur Président.

Je lance un solennel appel à la Gauche : Qu'attend-elle pour se mobiliser ? Demain, il sera trop tard ! L'occasion est historique ! On ne lui pardonnera jamais de s'être tue alors que peut-être une nouvelle guerre mondiale se profile à l' horizon.  Secouez-vous tous,  amis de gauche,  pacifistes, croyants, écologistes, citoyens du monde, vétérans de guerres, femmes de tous les pays, redressez-vous, en route, combattons par la voix et les rassemblements l'ennemi intérieur présidentiel ! Ne tolérons plus que les dirigeants déclarent des guerres contre les peuples, contre leur gré et contre leurs intérêts ! Amis, levons-nous tous maintenant, soyons offensifs, résolus, et pugnaces ! L'heure est grave ! Partons TOUS en guerre contre la guerre, et boutons dehors les criminels qui jouent avec la vie des peuples ! Et de surcroît, en osant invoquer Dieu !

Voici un article sur la guerre imminente, http://www.legrandsoir.info  . Ensuite, je joins, selon la place dont le disposerai, des extraits contre la désinformation et contre la nouvelle mouture de la constitution qu'on ne soumet pas à l'approbation des Français !

A bientôt, votre Eva, abonnez-vous à mon blog (voir newsletters) et recommandez- le. Surtout, mettez-vous tous en marche, l'heure est grave, le péril proche !

TAGS : Guerre, Iran, Moyen-Orient, Sarkozy, Bush, Gauche...


 
Iran : des scientifiques britanniques avertissent que les Etats-Unis préparent une attaque terrifiante, par Peter Symonds.
Imprimer cet article
 
24 septembre 2007

 

 

 

 

WSWS, 24 septembre 2007.

 

Une étude de quatre-vingt pages publiée le 28 août dernier par deux analystes en matière de sécurité britanniques fait une estimation à glacer le sang de la violence destructrice que les Etats-Unis emploieraient lors d’une attaque contre l’Iran. « Les Etats-Unis ont fait des préparatifs dans le but de détruire les armes de destruction massive de l’Iran, son énergie nucléaire, son régime, ses forces armées, son appareil d’Etat et son infrastructure économique dans les quelques jours, sinon les quelques heures qui suivraient un ordre donné par le président George W. Bush » dit cette étude.

Les auteurs de cette étude, Dan Plesch et Martin Butcher, tirent, en s’appuyant sur des sources accessibles au public, cette conclusion que « Les bombardiers et les missiles à longue portée américains sont d’ores et déjà prêts à détruire en quelques heures 10.000 cibles à l’intérieur de l’Iran. Les troupes d’infanterie, de l’armée de l’air et de la marine déjà présentes dans le Golfe Persique, en Iraq et en Afghanistan ont la capacité de détruire en peu de temps les forces armées iraniennes, le régime du pays et son Etat. »

Plesch et Butcher ont écrit abondement sur les relations et la sécurité internationale. Plesch est directeur du Centre for International Studies and Diplomacy à la prestigieuse School of Oriental and African Studies de Londres. L’étude intitulée « Envisager une guerre avec l’Iran : un mémoire pour une discussion sur les ADM [Armes de destruction massive] au Moyen-Orient » ne fait pas d’évaluation du programme nucléaire iranien, le prétexte d’une guerre des Etats-Unis contre l’Iran, ni ne tire de conclusion sur la probabilité d’une attaque. Mais elle décrit les vastes préparatifs du Pentagone et examine les stratégies militaires probables des Etats-Unis.

Plesch et Butcher estiment qu’une attaque américaine quelle qu’elle soit ne se limiterait pas aux installations nucléaires iraniennes mais aurait aussi pour objectif d’éliminer sa capacité de réplique par la destruction de ses capacités militaires et de son infrastructure économique. « Toute attaque aura vraisemblablement lieu à une très grande échelle, sur plusieurs fronts, évitant toutefois une invasion terrestre. Une attaque qui se concentrerait sur les armes de destruction massive, laisserait à l’Iran trop d’options en matière de contre-attaque, permettrait que le président Bush soit accusé de n’avoir pas utilisé une force suffisante et laisserait le régime intact » déclarent-ils.

Le mémoire examine les plans de « Frappe planétaire » (Global Strike) du Pentagone, développés sous l’égide de l’administration Bush et destinés à rendre l’armée américaine capable de frapper à brève échéance n’importe où dans le monde. Depuis 2001 en particulier, on a modifié le rôle de STRATCOM (US Strategic Command), un moyen de dissuasion nucléaire contre l’Union soviétique dans le passé, afin de « permettre l’obtention d’effets sur mesure partout et à tout moment dans le monde entier...Les Etats-Unis ont des forces stratégiques prêtes à lancer des attaques massives contre l’Iran en l’espace de quelques heures après que l’ordre en sera donné. »

Plesch and Butcher analysent les types de bombardiers et de bombes conventionnelles disponibles et calculent que cent bombardiers stratégiques, armés chacun de cent « bombes intelligentes », suffiraient à frapper 10.000 cibles individuelles. « Cette force de frappe est à elle seule suffisante pour détruire toutes les capacités politiques, militaires, économiques importantes de l’Iran ainsi que ses capacités de transport » concluent les auteurs. « L’emploi d’une telle force amènerait la technique "choc et épouvante" (shock and awe) à un stade supérieur et ne laisserait à l’Iran que peu ou pas de capacités militaires conventionnelles pour bloquer le détroit d’Hormuz ou pour fournir un soutien militaire conventionnel à des insurgés en Irak ».

Le mémoire exclut dans une bonne mesure l’usage d’armes nucléaires par les Etats-Unis, déclarant que « les conséquences humaines, politiques et environnementales serait dévastatrices tandis que leur valeur militaire resterait limitée ». Mais les auteurs reconnaissent aussi qu’il existe « de nets indices qu’ [aux Etats-Unis] on considère sérieusement une telle utilisation d’armes atomiques [contre l’Iran] ». Et tout en déclarant qu’une attaque nucléaire américaine ou britannique contre l’Iran était « très improbable », Plesch et Butcher ne la tenaient pas pour impossible. Ils calculent que près de trois millions de « morts soudaines » se produiraient au cas où l’on jetterait des bombes nucléaires de 300 kilotonnes sur ne serait-ce qu’onze sites censés abriter des armes de destruction massive.

Une bonne partie de cette étude traite des options diverses qu’ont les Etats-Unis dans l’utilisation des forces présentes dans la région pour contrer une riposte iranienne à leur attaque. « L’Iran a une armée de l’air et des capacités de défense antiaérienne faibles, la plupart vieilles de vingt ou trente ans et ne possède pas de système de communications moderne et intégré. Non seulement ses forces seront-elles rapidement détruites par la puissance de l’aviation américaine, mais l’armée de l’air et l’infanterie iraniennes devront encore lutter sans protection devant une attaque aérienne » écrivent les auteurs.

L’étude évoque l’existence de plans américains pour contrer tout blocus du détroit stratégique d’Hormuz, dans le Golfe persique et pour se saisir de la province iranienne occidentale de Khuzestân, où s’effectue la plus grande partie de la production pétrolière du pays. Elle décrit en détail la capacité de l’armée américaine, stationnée non loin, en Irak et en Afghanistan, à détruire l’armée et les bases militaires iraniennes, même si elles se trouvent à des centaines de kilomètres des frontières et ce, sans invasion terrestre. Elle cite diverses sources faisant état d’opérations américaines secrètes ayant d’ores et déjà lieu à l’intérieur de l’Iran dans le but d’identifier des cibles et de fomenter une rébellion armée parmi les minorités ethniques et religieuses.

Examinant la question « dans quelle mesure peut-on considérer qu’une attaque est probable ? » les auteurs font remarquer : « L’administration [américaine] a constamment refusé de renoncer à l’option militaire et elle a continué de préparer une guerre. Le Congrès a rejeté une motion exigeant du président qu’il le consulte avant d’aller en guerre contre l’Iran ». L’étude cite un certain nombre de commentaires menaçants faits cette année par des membres de l’administration Bush, ainsi que des déclarations anti iraniennes belliqueuses par des candidats républicains et démocrates à l’élection présidentielle. Elle énonce aussi les mesures prises par le Congrès en vue d’imposer des mesures plus sévères contre Téhéran.

Les auteurs de l’étude réfutent de nombreux arguments généralement avancés pour expliquer pourquoi les Etats-Unis n’attaqueraient pas l’Iran. Ils estiment que la probabilité d’un compromis sur le programme nucléaire iranien est « extrêmement faible » étant donné que « les Etats-Unis refusent d’offrir toute garantie de sécurité à l’Iran et s’emploient effectivement et de façon active à affaiblir les autorités iraniennes. » Quant à la tentative de l’Union européenne de servir d’intermédiaire dans un marché avec l’Iran « les responsables américains...se moquent, tant en privé que de façon moins privée, des efforts de l’UE, qu’ils jugent futiles ».

Répondant à ceux qui font remarquer que l’armée américaine est enlisée en Irak et manque de troupes, l’étude déclare : « Le déploiement de l’armée aux limites de sa capacité, dû à de longs tours de service en Irak est un problème sérieux, mais fournir des forces pour une guerre de courte durée (suivant le modèle de l’invasion initiale de l’Irak) constituerait un bien moindre problème. L’Iran n’a guère la capacité de conduire une attaque militaire conventionnelle en dehors de son propre territoire, donnant aux Etats-Unis de bonnes possibilités de se retirer et d’attendre la suite événements dans le pays après une attaque du genre de celle décrite dans cette étude. »

Le mémoire explore également la capacité de l’Iran à répondre d’autre manière, soit directement contre un allié des Etats-Unis comme Israël ou contre des bases américaines, soit indirectement par l’encouragement d’une sédition parmi les Chiites irakiens. Les auteurs considèrent que de tels arguments renforcent la proposition d’une attaque massive plutôt que celle d’une attaque limitée. Ils font aussi observer que l’Iran conservait l’option de contre-frappes à l’aide de missiles et avait observé de très près les opérations militaires américaines autour de ses frontières. « En même temps, les forces armées américaines se sont préparées à cette éventualité pendant de nombreuses années et il sera difficile d’être le général qui dira au président Bush qu’attaquer l’Iran n’est pas ‘faisable’. »

Plesch et Butcher ne font aucune prédiction quant à une guerre, mais ils notent que le manque de publicité autour des préparatifs militaires américains ne constitue pas une garantie qu’une attaque n’aurait pas lieu. « L’état de préparation militaire, sinon politique, des Américains pour une guerre utilisant des forces d’invasion minimum, indique que leur inaction apparente vis-à-vis de l’Iran est trompeuse. La capacité des Etats-Unis de mener une opération militaire de grande envergure contre l’Iran est intacte. Quant à savoir s’il existe une volonté politique de poursuivre une telle ligne, cela n’est connu que de quelques personnalités dirigeantes de l’administration Bush ».

Plesch et Butcher n’ont pas essayé d’analyser les raisons économiques et stratégiques sous-jacentes d’une attaque américaine de l’Iran ou d’examiner en détail le potentiel qu’une telle action avait de déclencher une guerre plus étendue. Leur étude ne contredit en rien la campagne de propagande de plus en plus importante sur les prétendus programmes nucléaire iraniens. La réelle motivation d’une nouvelle guerre irresponsable des Etats-Unis contre l’Iran réside dans la tentative de l’administration Bush d’établir une domination sans partage des Etats-Unis sur les régions riches en ressources minérales du Moyen-Orient et d’Asie centrale. Tout ce qui aurait pour conséquence de permettre à des rivaux européens et asiatiques de renforcer leur influence dans ces régions clés est tout simplement intolérable pour l’élite dirigeante américaine.

L’optique plutôt limitée de l’étude ne fait que rendre sa conclusion plus troublante : les préparatifs militaires qui permettraient à l’administration Bush de faire, en peu de temps, d’une grande partie de l’Iran un champ de ruines, sont déjà terminés.

Peter Symonds

Pourquoi Bush peut déclencher une attaque contre l’Iran, par Jean Bricmont.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
En ordre de bataille pour la liberté de la presse

Article publié le 14 Juillet 2007
Par Dominique Candille, Jean-François Cullafroz, Michel Eicher, Alain Girard, Tristan Malle et Friedrich Wulz
Source : LE MONDE
Taille de l'article : 631 mots

Extrait : L'ensemble des syndicats de journalistes se mobilisent pour défendre l'indépendance des rédactions. Une information malade, c'est une démocratie en danger. Parce qu'une presse libre et pluraliste constitue un des piliers fondamentaux de la démocratie, les syndicats de journalistes ont décidé d'unir leurs forces pour défendre son indépendance vis-à-vis de tous les pouvoirs. Depuis des mois, les syndicats dénoncent l'accumulation de faits alarmants qui représentent une menace fondamentale pour l'indépendance et le pluralisme de l'information en France. Dernier exemple emblématique, Les Echos et La Tribune sont transformés en enjeux d'une vaste partie de Monopoly entre les propriétaires des groupes de médias.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  "Gauche Avenir" <contact@gaucheavenir.org>  Ajouter au carnet d'adressesAjouter au carnet d'adresses
Traité européen : ce n’est pas un « traité simplifié », c’est un traité maquillé
Tout est fait pour que les citoyens n’y comprennent rien, ne lisent pas le texte et croient sur parole les bonimenteurs qui veulent leur faire croire que le texte issu du dernier sommet européen est différent du projet de Constitution rejeté par les Français.
Tel n’est pas le cas. Lorsqu’il y a des changements, c’est pour faire reculer l’Europe, sans stopper la généralisation de la concurrence ou réorienter les politiques dans un sens plus social, plus favorable à la croissance et à l’emploi.

- On nous dit: « le traité est « simplifié », il ne comporte plus que des aspects institutionnels, des méthodes de décisions ; l’ancienne partie III de la Constitution qui fixe les politiques européennes a été enlevée »………. C’est faux !

Lire la suite...
On peut imposer le référendum que demandent les Français !
Une fois signé par le président de la République, le 13 décembre, à Lisbonne, le nouveau traité européen devra être ratifié par la France.

Cette ratification peut se faire de deux façons : par référendum ou par voie parlementaire. Mais, dans tous les cas, il faut d’abord modifier la Constitution française pour que le nouveau traité soit compatible avec elle.

Ainsi, pour que le Traité de Lisbonne s’applique, il faut passer par deux étapes successives:

- 1ère étape : modification de la Constitution française
- 2ème étape : ratification du texte du nouveau traité européen
Lire la suite...
Comment imposer un référendum sur le mini-traité ?
Dans cet article du 2 novembre, l'humanité fait écho de la campagne de Gauche Avenir pour un référendum.

Europe. L’association Gauche Avenir invite tous les parlementaires de gauche à voter contre la révision constitutionnelle.

La position vers laquelle chemine la direction du PS vis-à-vis du traité de Lisbonne jette le trouble chez les militants socialistes qui avaient voté « non » à la constitution Giscard, comme 55 % des Français. Au cours de la campagne de l’élection présidentielle, Ségolène Royal, exprimant en la matière l’opinion du parti, avait déclaré qu’il fallait respecter le vote du 29 mai 2005 et que tout autre projet susceptible de remplacer le traité constitutionnel ne pourrait être soumis à ratification que par un nouveau référendum. Le revirement de François Hollande abandonnant la revendication du référendum puis souhaitant « laisser passer » le traité dans la forme voulue par Nicolas Sarkozy - la voie parlementaire - a été perçu comme un reniement et un déni de démocratie par les militants socialistes qui participaient mardi soir à Paris à une réunion de l’association Gauche avenir, cet espace de dialogue et de réflexion entre militants de gauche, socialistes et communistes principalement. « La parole politique est ridiculisée », s’emportait un militant PS.
Lire la suite...
Signer l'appel pour un référendum
Le dernier Conseil européen de Bruxelles du 23 juin 2007 a décidé de confier à une Conférence intergouvernementale le soin de travailler d'ici à la fin de l'année à la rédaction d'un nouveau Traité européen « simplifié », suite au rejet par les peuples hollandais et français du Traité constitutionnel.

Le Président de la République française, puis son ministre des Affaires étrangères, ont néanmoins explicité les grandes lignes de ce nouveau traité « simplifié ».

Il ressort qu'il concernera le système et le mode de décisions européens, les questions sociales, les valeurs constitutives de l'Union et des mesures significatives concernant la lisibilité de l'Union.

Ce nouveau Traité « simplifié » aura des conséquences majeures et directes pour la vie de nos concitoyens et de nos institutions.

Cela implique donc qu'il soit soumis à referendum.

Tout d'abord, conformément à la Constitution française, dès lors que ce nouveau Traité modifiera le fonctionnement de nos institutions il devrait être soumis à approbation populaire.

En second lieu, si le besoin existe absolument de réconcilier l'Union européenne et les peuples européens alors ce Traité doit être aussi leur affaire.

Le précédent Traité, dit constitutionnel, a montré que la voie parlementaire n'était pas la voie par laquelle les peuples pouvaient se reconnaître. Et si ce nouveau Traité fait la synthèse entre les tenants du « non » et du « oui », ainsi que le dit le Président de la République , alors que peut-il craindre d'un referendum ? Les arguments du ministre des Affaires étrangères selon lesquels la ratification par la voie parlementaire évitera les inconvénients précédemment constatés ne peuvent être recevables.

La démocratie n'est pas négociable. Elle ne peut souffrir d'une mise à l'écart, d'un manque d'appropriation par les peuples européens de la construction européenne. Le retour de la politique suppose que notre peuple soit consulté. Il a défait le précédent Traité. Il doit s'exprimer sur ce nouveau Traité. C'est une double exigence : nationale et européenne.

En conséquence, nous appelons solennellement le Président de la République Française à soumettre le nouveau Traité à la ratification de notre peuple et à décider de l'organisation d'un referendum.

Que l'on soit pour ou contre ce nouveau Traité, l'Europe ne se fera pas contre les peuples. Elle ne se fera pas sans eux. Elle se fera nécessairement avec eux !

Premiers signataires

Clémentine Autain , Maire adjointe de Paris ; Robert Bret , Sénateur ; André Chassaigne , Député, Président de l'ANECR ; François Delapierre , Délégué général de PRS ; Jean Desessard , Sénateur ; Christian Favier , Président du Conseil général du Val-de-Marne ; Jean-Claude Gayssot , ancien ministre, Conseiller régional ; Dominique Grador , Conseillère régionale ; Jacqueline Fraysse , Députée ; André Laignel , Député européen ; Jérôme Lambert , Député ; Marie-Noëlle Lienemann , Députée européenne ; Jean-Claude Lefort , Député honoraire ; Jean-Luc Mélenchon , Sénateur, Président de PRS ; Jean-Claude Sandrier , Député, Président du Groupe de la gauche démocrate et républicaine à l'Assemblée nationale ; Noël Mamère , Député-maire ; Paul Quilès , ancien ministre, Marie-Pierre Vieu , Conseillère régionale

Consulter la liste des signataires (voir l'ensemble des signataires sur le site de l'appel)

Je signe la pétition
Lire la suite...
Lettre aux parlementaires
Gauche Avenir invite l'ensemble de ses signataires à envoyer la lettre ci-dessous à leurs parlementaires.
Trouver les coordonnées de mon député
Trouver les coordonnées de mon sénateur



Madame la députée, Monsieur le député
Madame la sénatrice, Monsieur le sénateur


Vous êtes certainement conscient(e) de l’importance que représente pour notre pays l’adoption du nouveau traité européen qui sera prochainement signé à Lisbonne par les chefs d’Etat avant d’être soumis aux processus nationaux de ratification.
Même s’il ne s’agit pas d’une Constitution pour l’Europe, ce traité aura une répercussion sur la vie économique, sociale et politique de la France et de chacun de ses citoyens. Sa ratification exige préalablement une révision de la Constitution française.
Lors du précédent référendum sur le projet de traité constitutionnel, certains ont voté oui, d’autres ont voté non, mais en France, la démocratie a joué pleinement, ce qui est tout à l’honneur de notre pays.
Comme sans doute beaucoup de nos concitoyens, je considère que le nouveau traité doit également être soumis à référendum. Et cela dépend de vous.
En effet, pour que ce traité s’applique, il faut passer par deux étapes successives, dont la première concerne la révision de notre Constitution, avant celle concernant l’adoption proprement dite du traité. Si cette première étape ne recueillait pas la majorité requise des 3/5 des membres du Congrès, il faudrait, pour ratifier le traité, passer par la voie référendaire et non parlementaire. Beaucoup de voix, dans la majorité et dans l’opposition, se sont élevées pour qu’il en soit ainsi.
Quelle que soit votre opinion sur ce traité, je vous demande donc solennellement de voter contre la révision constitutionnelle lors de ce premier vote, puisque c’est la seule façon d’obtenir que le peuple français tout entier puisse s’exprimer à nouveau. L’Europe et la France en sortiront renforcées, car on ne rapproche pas l’Europe du citoyen sans le faire pleinement participer aux débats sur notre avenir commun
Comptant sur votre accord, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes respectueuses salutations.

Signature

J’apprécierais tout particulièrement d’avoir une réponse à ce courrier. Je vous en remercie par avance.
Lire la suite...
Traité européen : Gauche Avenir écrit au Président de la République

Dans une lettre adressée le 30 octobre, Gauche Avenir demande au Président de la République de bien vouloir faire mettre à disposition de tous nos concitoyens le texte des traités existants en y intégrant de façon visible les amendements apportés par le Traité de Lisbonne.

Paris, le 30 octobre 2007

Monsieur le Président de la République,

La France aura prochainement à se prononcer sur le nouveau traité institutionnel européen, dit « Traité de Lisbonne ».
Il nous semble indispensable qu’avant toute ratification, les Français, qui ont montré leur vif intérêt pour les questions européennes, puissent être informés clairement du contenu de ce traité.
A cet égard, la récente analyse de Valéry Giscard d’Estaing , ancien président de la Convention, qui rédigea le projet de Constitution européenne, mérite considération. Celui-ci déclare en effet que le traité de Lisbonne est « illisible pour les citoyens, qui doivent constamment se reporter aux textes des traités de Rome et de Maastricht, auxquels s’appliquent ces amendements ».
Nous avons, nous aussi, lu le traité et nous partageons cette opinion.
C’est pourquoi, nous vous demandons de bien vouloir faire mettre à disposition de tous nos concitoyens le texte des traités existants en y intégrant de façon visible les amendements apportés par le Traité de Lisbonne.
Nous espérons que vous tiendrez compte de notre demande, car, sans cette indispensable transparence, le risque serait grand que la confusion –que personne ne peut ou ne doit souhaiter- vienne obscurcir la compréhension des enjeux et empêche la nécessaire mobilisation des Français en faveur de la construction européenne.
Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de nos sentiments respectueux.

Pour Gauche Avenir

Télécharger la lettre au format PDF
Lire la suite...
Europe: "On peut contraindre Sarkozy au référendum"

de lancement de la campagne pour exiger un référendum sur le traité européen.

"Les parlementaires ont la capacité politique de faire barrage à Nicolas Sarkozy." Marie-Noëlle Lienemann ne veut pas entendre parler de la ratification parlementaire du Traité de Lisbonne -ou traité simplifié- prévue par Nicolas Sarkozy. Selon la députée européenne PS, il faut organiser un référendum et "on peut contraindre Sarkozy" à le faire.

Marie-Noëlle Lienemann, l'ancien ministre socialiste Paul Quilès et leur club de réflexion Gauche Avenir -qui réunit des politiques de gauche, des chercheurs et des journalistes- ont analysé pour ce faire le processus de ratification parlementaire:

"Pour que le Traité de Lisbonne s'applique, il faut passer par deux étapes successives. Première étape: la modification de la Constitution française [les articles 88-1 à 88-7 doivent être adaptés, ndlr]. Deuxième étape: la ratification du texte du nouveau traité européen."

Lire la suite...
A méditer
05-11-2007

Tous les jours un clin d’œil sur l’actu, un coup de gueule, une idée neuve pour la gauche, une citation utile...
Rendez-vous dans la rubrique "Au fil des jours"

Pierre Mendès France, prenant position, le 18 janvier 1957, à l' Assemblée nationale contre le traité de Rome, déclara : "L'abdication d'une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d'une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique au sens le plus large du mot nationale et internationale."

Le même Pierre Mendes France disait diriger c’est prévoir.
Lire la suite...
Le double discours de Sarkozy
02-11-2007

Tous les jours un clin d’œil sur l’actu, un coup de gueule, une idée neuve pour la gauche, une citation utile...
Rendez-vous dans la rubrique "Au fil des jours"

1er exemple :
- Pendant la campagne présidentielle, Sarkozy vante la préférence communautaire.
- Aujourd’hui, il soutient le nouveau traité Européen, qui interdit la préférence communautaire (amendement 157) et va plus loin que les actuels traités dans la libéralisation sans règles au niveau mondial.

2ème exemple :
- Au Grenelle de l’environnement, Sarkozy demande au Président de la Commission européenne, M. Barroso, que les produits importés en Europe respectent les normes sociales et environnementales européennes.
- Aujourd’hui, il soutient le nouveau traité Européen, qui précise que l’Union Européenne ne pourra pas imposer de telles normes pour les produits entrant sur son territoire.

La preuve par les textes.
Voici l’amendement 157 du traité de Lisbonne:

« Un article 188 B est inséré, avec le libellé de l'article 131; il est modifié comme suit:
(a) le premier alinéa est remplacé par le texte suivant:
"Par l'établissement d'une union douanière conformément aux articles 23 à 27, l'Union contribue, dans l’intérêt commun, au développement harmonieux du commerce mondial, à la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux et aux investissements étrangers directs, ainsi qu'à la réduction des barrières douanières et autres."
»
- L’ajout de « investissements étrangers directs » ne permet pas de s’opposer à l’invasion des « hedge funds » ou autres « fonds souverains ».
- L’ajout de l’expression « et autres » après les barrières douanières fait référence aux normes sociales et environnementales, qui ne pourront pas être édictées par l’Europe pour les produits entrant sur son territoire.

Lire la suite...
Signer la pétition contre la statistique ethnique
05-11-2007

Tous les jours un clin d’œil sur l’actu, un coup de gueule, une idée neuve pour la gauche, une citation utile...
Rendez-vous dans la rubrique "Au fil des jours"

SOS Racisme a lancé un appel contre la statistique ethnique. Béatrice, signataire de Gauche Avenir, appelle à signer massivement cette pétition.

" Le ministère de l'identité nationale prend une mesure pour distinguer les individus en fonction de leur couleur de peau, en fonction de leur religion et en fonction de leur origine : la statistique ethnique...

Cette disposition de la loi hortefeux a fait l'objet d'un recours devant le conseil constitutionnel.

Une mobilisation massive est necessaire pour empécher une telle pratique."

Signez la pétition sur http://www.fichepasmonpote.com/
Lire la suite...
Débat sur le traité européen

Le 30 octobre 2007, les signataires de Gauche Avenir se sont retrouvés à Paris pour débattre du nouveau traité européen et lancer la campagne de Gauche Avenir pour un référendum.

Quelques images de la soirée  

Les premières vidéos des échanges
Lire la suite...

___________________________________________________________
Vous recevez cette lettre d'information car vous êtes inscrit
sur http://s188942346.onlinehome.fr/gaucheavenir.
Pour annuler votre abonnement cliquez ici : http://s188942346.onlinehome.fr/gaucheavenir/index.php?option=com_letterman&task=unsubscribe&Itemid=1

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dimanche 04 Novembre 2007    http://poly.tics.over-blog.com

Après avoir présenté, le 4 octobre dernier, ses propositions pour renforcer l’indépendance de la presse française, l’intersyndicale des journalistes a appellé la profession et les citoyens à se mobiliser pour la journée européenne de la liberté de la presse " Debout pour le journalisme " , le 5 novembre.

Organisée par la Fédération européenne des journalistes (FEJ), cette journée, dans la droite ligne de laquelle s’inscrit le mouvement des syndicats de journalistes français, a pour objectif de faire prendre conscience aux citoyens européens que le journalisme est actuellement en danger.

En France comme ailleurs la situation est grave comme le souligne Aidan White, le Secrétaire général de la FEJ. " Nous voyons se rejoindre les démons de l’ingérence politique, de l’autocensure, de la concentration des médias et de la précarité dans la profession pour aboutir à un journalisme véritablement malade ".
Des rassemblements ont eu lieu dans les grands villes de France, à Paris, Marseille, Toulouse, Lyon, etc

  •   A Paris, un rassemblement a eu lieu à 13 h 30 devant l’Assemblée Nationale. A cette occasion, les syndicats de journalistes ont remis leurs propositions aux députés avec la pétition (www.intersj.info) qu’ils ont lancé sur la toile après le rassemblement du 4 octobre.

  Si vous avez des question, n’hésitez pas à contacter le secrétariat FIJ/FEJ au +32 2 235 2200ou par courriel: efj@ifj.org

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rassemblement pour la démocratie à la télévision
(RDT)
(Association loi 1901, J.O. du 07/07/2007)


Communiqué de presse du 7 novembre 2007

Jean-François Kahn,
président du conseil d’administration de Marianne, s’engage en faveur de la
« Journée sans Sarkozy dans les médias »

Lors d’un récent entretien, Jean-François Kahn nous a transmis le texte suivant :
 
« Je trouve que c’est une très bonne idée. Si on arrivait à instaurer une Journée sans Sarkozy, elle deviendrait une journée historique, impatiemment attendue comme le 14 juillet, qui serait vécue, et de plus en plus, comme un moment de jouissance et de félicité. Une Journée sans Sarkozy, ce serait un peu comme un vendredi soir sans bouchons, comme un bulletin d’information sans attentat en Irak et, au restaurant, une addition sans TVA. Je suis convaincu qu’une Journée sans Sarkozy finirait par s’institutionnaliser comme la Fête de la Musique de Jack Lang et que, comme elle, elle finirait par s’internationaliser. Et les Russes finiraient par créer une Journée sans Poutine, les Vénézuéliens une Journée sans Chavez, et le monde entier une Journée sans Bush ni Ben Laden. En plus, je suis certain qu’au moment où les médias audiovisuels traversent une crise, ça ferait remonter les audimats et les médiamétries. »
 
Jean-François Kahn

 Rassemblement pour la démocratie à la télévision (RDT)
28, rue d’Entraigues 37000 Tours
Tél. 02 47 39 58 30 (de 14h à 18h) / 06 71 08 96 45
Courriel : rasdemtv@orange.fr

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Non à une Constitution « bis » !
Tribune de Jean-Pierre Chevènement parue dans Le Monde, édition du 8 novembre 2007.
A défaut de refuser le traité de Lisbonne, le PS devrait au moins s'abstenir de le cautionner.  http://www.chevenement.fr

 
Non à une Constitution « bis » !
 
Ecrasée par son "surmoi" européiste, Elisabeth Guigou n'envisage pas d'autres solutions pour les socialistes que de voter oui au traité de Lisbonne (Le Monde du 1er novembre) et de faire ainsi la courte échelle à M. Sarkozy pour imposer par la voie parlementaire une Constitution bis.

Elisabeth Guigou n'oublie qu'une chose : le 29 mai 2005, le peuple français a rejeté à 55 % des voix un projet de Constitution dont le traité de Lisbonne reprend toute la substance. M. Sarkozy a certes annoncé pendant la campagne présidentielle qu'il ferait ratifier par la voie parlementaire un "mini-traité" ou un "traité simplifié". Mais ce n'est absolument pas de cela qu'il s'agit !

Avec 256 pages empilant les articles qui modifient les traités existants, le traité de Lisbonne n'est nullement un "mini-traité", encore moins un "traité simplifié". C'est d'abord une mystification. On comprend la frustration de M. Giscard d'Estaing, qui, certes, retrouve intégralement son oeuvre dans le traité de Lisbonne, mais brisée en mille morceaux que seuls des juristes besogneux pourront laborieusement recoller. Ce n'est pas ainsi qu'on comblera le déficit démocratique de l'Europe !
 

 
Sur le fond, le traité de Lisbonne est surtout un "maxi-traité" qui ne mérite aucune des circonstances atténuantes que lui trouve Elisabeth Guigou. Celle-ci a-t-elle lu l'article 17 bis : "Avant d'entreprendre toute action sur la scène internationale... chaque Etat membre consulte les autres au sein du Conseil européen ou du Conseil" ? Et l'article 19 : "Lorsque l'Union a défini une position sur un thème à l'ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations unies, les Etats-membres qui y siègent (la France et la Grande-Bretagne) demandent que le Haut Représentant de l'Union pour la politique extérieure soit invité à présenter la position de l'Union" ?

Chacun peut comprendre que si de telles dispositions avaient été en vigueur en 2003, la France, ne pouvant s'opposer à la fois aux Etats-Unis et à l'Union européenne, dont la majorité des Etats membres sont alignés sur eux, n'aurait pu se dissocier de l'invasion de l'Irak, pas plus que demain elle ne pourra éviter de cautionner des frappes militaires sur l'Iran, si les Etats-Unis, déjà engagés dans la campagne présidentielle de 2008, venaient à les décider !

L'article 27 réitère que l'OTAN reste pour les Etats qui en sont membres (la quasi-totalité) le cadre de leur défense. Exit la défense européenne ! Cela est tout à fait conforme à la politique d'alignement de M. Sarkozy, mais Elizabeth Guigou, qui se déclare "internationaliste" et prétend lutter pour une Europe capable de "peser" en faveur de la paix et de "tirer la rive Sud de la Méditerranée", peut-elle approuver ce texte que seule l'unanimité des Vingt-Sept permettra de modifier ?

Elisabeth Guigou prétend "maîtriser les effets pervers de la mondialisation". Peut-elle ignorer que le protocole no 6 réintroduit par la fenêtre le principe de la "concurrence libre et non faussée" que M. Sarkozy se vante d'avoir fait supprimer de la liste des objectifs de l'Union ? Les statuts de la Banque centrale européenne demeurent inchangés : avec un euro à 1,50 voire 1,60 dollar, Don Trichet continuera à batailler contre les moulins de l'inflation ! Pendant ce temps-là, aux termes du protocole n° 3, l'Eurogroupe "se réunira de manière informelle". Bonjour les dégâts !

Les socialistes pourront-ils assumer les délocalisations qui se poursuivent et le saccage de notre tissu industriel ? Pensent-ils qu'après avoir approuvé le traité de Lisbonne, ils pourront se défausser sur le gouvernement de choix qui résulteront des "contraintes européennes" qu'ils auront eux-mêmes acceptées ?

La vérité est que le Parti socialiste, s'il pouvait compter sur ses dirigeants, aurait un boulevard devant lui : ce qui avait été rejeté par référendum ne peut être adopté que par la même voie. Tel était l'engagement du "projet socialiste" adopté à l'unanimité en 2006, et celui de la candidate socialiste en 2007.

En refusant au moins de prendre part au vote, à défaut de dire non (compte tenu de ses antécédents), le Parti socialiste resterait fidèle à ses engagements. Il éviterait de cautionner l'immense reculade dont M. Sarkozy se targue comme d'un succès diplomatique. Il pourrait alors s'appuyer sur la volonté démocratiquement exprimée du peuple français pour exiger demain une réorientation économique, sociale et politique de la construction européenne. Le Parti socialiste ne pourrait sans doute pas empêcher M. Sarkozy de faire voter son "maxi-traité complexifié". Au moins ne servirait-il pas de marchepied !

Le PS s'isolerait-il à l'égard de la gauche européenne ? Il suffit de voir les difficultés des gauches allemande et italienne pour comprendre qu'un rôle historique incomberait au Parti socialiste français : celui de tracer le chemin pour sortir l'Europe de l'ornière où elle s'enfonce, inféodée qu'elle est aux orientations monétaires ou diplomatiques des Etats-Unis. Dire non à la Constitution bis serait le choix de l'intelligence historique, celui du courage et de l'inventivité. Il n'est en tout cas pas trop tard pour sauver l'honneur, car c'est sur cette base-là seulement qu'on pourra demain reconstruire.
Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen.
L'article est également en ligne sur le site du Monde.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Sur un autre site, où j'ai également  publié mon article "télévision communautariste", on m'a fait un commentaire, que je joins, en le précédant du titre du blog de l'auteur du commentaire :

Le blog du livre La judéomanie

"La judéomanie" est un livre d'analyse politique sur la discrimination positive dont la communauté juive est l'objet en France depuis 25 ans, une entorse au princpe républicain d'égalité qui crée un effet pervers : de l'antisémitisme." (Eva : l'antisémitisme est une abomination, en voilà une des racines : "la discrimination positive") 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Commentaire: Vous avez raison de dénoncer comme Jean Robin dans son
livre "La judéomanie" ( http://judeomanie.blogspot.com/ ) cette
descrimination positive faite à l'égard de la communauté juive. Cette
instrumentalisation politico-médiatique qui favorise la victimisation à
outrance de cette communauté est la source même de l'antisémitisme et
du communautarisme. Un politique de 2 poids, 2 mesures à l'égard des
différentes communautés qui vivent en France ne peut être que la
source d'injustice et de haine. Bravo pour avoir le courage de le dire.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 23:45
Bonjour, 

La liberté est confisquée par Sarkozy; sa démocratie n'est pas irréprochable
comme il le prétend abusivement. Au contraire, jamais elle n'a été aussi
menacée, car, entre autres, les médias lui sont soumis. C'est un sujet que j'aborde sans cesse dans mon blog, depuis le premier article , "Appel à résister", jusqu'au "FR2 vous manipule", en passant pas "FR2 télé propagande" ou "Alerte, les journalistes se mobilisent". Encore il y a quelques jours, je citais l'émission C. dans l'Air en disant qu'elle était sous influence, comme tant d'autres; Les débats qui y sont annoncés sont truqués : ce sont des libéraux qui discutent entre eux pour, en définitive, faire l'apologie de la "modernité" chère à Sarkozy, et dévastatrice pour les peuples. Je vous joins un article publié par Acrimed, l'Observatoire des Médias. Il sera précédé par "Sarkozy, menace pour l'information et le service public de l'audiovisuel".

Aujourd'hui, qui a parlé dans les médias de la manifestation des journalistes, le 5 novembre, pour une presse libre ? Qui, pouvez-vous me le dire ? Et le 30 novembre, je vous rappelle qu'aura lieu "la journée sans Sarkozy dans les médias". Nous verrons qui en parlera !

Bonne lecture, votre Eva

PS : QUESTION POSEE  A OVER-BLOG : POURQUOI LA LISTE DE MES ARTICLES N'EST-ELLE PLUS VISIBLE DEPUIS PEU ???? Pas les autres !

TAGS : Liberté, démocratie, résister, FR2, médias, C. dans l'Air, Sarkozy.
N'oubliez pas d'aller dans le FORUM DE LA PAIX,voir Liens !

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Sarkozy … une menace pour l’information et le service public de l’audiovisuel (SNJ-CGT)
 
imprimer   poster

Nous reproduisons ci-dessous un communiqué du SNJ-CGT (Acrimed).

La lettre de mission adressée, en plein cœur de l’été, par Nicolas Sarkozy à la Ministre de la culture et de la communication, Christine Albanel, porte en elle de multiples dangers pour l’information, le service public de l’audiovisuel et les journalistes.

Pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté, la lettre précise « les points qui, parmi ces engagements » (électoraux du candidat Sarkozy) « nous paraissent prioritaires ». Il est demandé à la Ministre d’obtenir « rapidement des résultats » ; un bilan étant prévu dans un an. C’est dire, pour le président de la République, l’urgence des réformes prévues !

Le libéral Sarkozy entend favoriser l’émergence de grands groupes privés.

Il écrit précisément : « A l’issue d’une réflexion stratégique associant tous les acteurs et couvrant tous les sujets, vous nous proposerez, avec la ministre de l’Economie, des finances et de l’emploi, une remise à plat des dispositions législatives et réglementaires qui s’appliquent au secteur de l’audiovisuel. En tenant compte de la nouvelle donne du marché comme des exigences de la création, l’objectif doit être de supprimer les incohérences croissantes de la législation actuelle et de permettre l’émergence de groupes de communication audiovisuelle français de premier plan, capables de structurer une industrie française puissante des contenus et d’affronter les nouveaux défis liés à la multiplication des canaux de distribution. »

La lettre de mission fait peser de lourdes menaces sur le service public de l’audiovisuel.
La diminution des impôts, mesure emblématique de la politique de l’Elysée, n’est pas sans effet sur les politiques publiques et sur leur financement.
Le service public de l’audiovisuel est le premier visé. Rien dans la lettre de mission n’est prévu pour amener la redevance au niveau moyen européen ; aucune mention du non-remboursement par l’état des exonérations de redevance…

Au prétexte de voir France Télévisions afficher « une offre culturelle plus dense, plus créative, plus audacieuse  », Sarkozy exige de revoir son cahier des charges « pour encadrer les activités  » !!!
Comme il n’est pas question de dégager des moyens supplémentaires, la lettre prévoit qu’ « un certain nombre de synergies importantes, qui n’ont été que trop longtemps différées, doivent être mises en œuvre. Pour les permettre vous proposerez les modifications souhaitables de structures » !

La rédaction nationale de France 3 pourrait être la première visée par des mesures permettant de dégager des crédits, en limitant par exemple les reportages à l’étranger que France 2 pourrait effectuer, voire dans les DOM-TOM avec RFO. Il n’est pas interdit d’envisager un plan social à France Télévisions, une restriction de son périmètre d’intervention, voire à terme la privatisation d’une chaîne.

Radio France, très peu évoquée, pourrait être soumise au même régime.

Quant à l’audiovisuel extérieur, il fait l’objet d’un traitement particulier. Les chaînes TV5, CFI , France 24 (caprice de Chirac et cadeau à Bouygues) pour la télévision, RFI et RMC Moyen-Orient pour la radio, sont visées. Christine Albanel est sommée d’élaborer « un schéma de réorganisation et de rationalisation des instruments de l’audiovisuel extérieur » dans les meilleurs délais.

On peut se prêter dès aujourd’hui au jeu des pronostics : quelles sont les chaînes appelées à disparaître et/ou celles qui vont fusionner, après la mise en place demandée « d’indicateurs de résultats » ?

Peut-on être plus clair ? Les mesures envisagées pour le service public par la ministre devront permettre l’émergence des groupes privés. En tout cas, elles ne devront pas y faire obstacle.

La presse écrite n’est pas oubliée. La ministre de la communication est invitée à prendre « les dispositions nécessaires pour permettre à la presse quotidienne de sortir de la crise qu’elle traverse depuis des années, en particulier en ce qui concerne le régime de distribution et son adaptation à l’univers numérique ».

Nicolas Sarkozy ajoute que « la chronologie des médias doit poursuivre son adaptation  » et il demande une révision de la fameuse loi DADVSI (Droits d’auteur et droits voisins dans la société de l’information). Pour y faire figurer les mesures souhaitées par son ami Lagardère écartées par le Parlement ? Les droits d’auteurs des journalistes sont à nouveau menacés au nom de la « chronologie des médias  ».

Dans cet inventaire, on notera l’absence de toute référence à l’AFP. Toutefois, si l’agence n’est pas citée, elle n’est pas oubliée pour autant. Elle est visée par les mesures touchant la presse écrite. Les éditeurs demandent en effet une diminution du montant de leurs abonnements et la négociation du nouveau Contrat d’objectifs et de moyens (COM) en cours va permettre de les satisfaire. Avant de porter un coup fatal à son statut sur lequel travaillent déjà les services gouvernementaux.

Le SNJ-CGT n’est pas étonné outre mesure ; les mesures exigées par Nicolas Sarkozy sont fidèles à son programme largement exposé durant la campagne électorale. Ces mesures sont dangereuses. La volonté affichée de privilégier la constitution de groupes de premier plan ne vise qu’à mieux encadrer l’information et les pratiques culturelles des citoyens.

Le SNJ-CGT va multiplier les contacts pour permettre la convergence des oppositions à cette politique de régression sociale. Il appelle les journalistes à se rassembler pour la mettre en échec et à participer aux initiatives syndicales.

Montreuil le 22 août 2007
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
RAPPEL :       UNE  JOURNEE  SANS  SARKOZY  A  LA  TELEVISION !         

faire du 30 novembre 2007
une grande journée de la démocratie
et de la liberté de la presse !

 
Rassemblement pour la démocratie à la télévision (RDT)
28, rue d’Entraigues 37000 Tours
Tél. 02 47 39 58 30 (de 14h à 18h) / 06 71 08 96 45
Courriel : rasdemtv@orange
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


29/10/2007 - Les chiffres du CSA sont tombés. Temps de parole sarkozyste, pluralisme politique à la télévision : le constat est encore plus affligeant que d’habitude. > Lire l'article

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
« C dans l’air » se charge de « réformer » la France
Marie-Anne Boutoleau                                              - http://www.acrimed.org
imprimer   poster

Le 4 juillet 2007, l’émission « C dans l’air » diffusée sur France 5 – alors présentée par Thierry Guerrier, le double estival d’Yves Calvi – nous a livré un grand cru en matière de « débats faussement vrais et vraiment faux », avec une émission intitulée « Les réformes au banc de l’Assemblée ». Ce fut une nouvelle fois l’occasion pour les protagonistes présents sur le plateau – éditorialistes multimédias et intellectuels multicartes – de faire œuvre de « pédagogie » afin de promouvoir les « réformes » du gouvernement auprès du téléspectateur, tout en affichant morgue et mépris à l’égard des mobilisations et des luttes sociales.

Le dispositif d’encadrement du « débat » … et du consensus

« C dans l’air », émission phare de « débats » de France 5, est mise en scène de telle manière que jamais le « débat » ne sorte des limites définies – de manière certes informelle mais néanmoins très efficace – par les gardiens médiatiques de l’ordre libéral. Intitulés aguicheurs, casting d’invités (toujours les mêmes) garantissant un pluralisme de façade ; accord entre eux sur le fond et divergences à la marge garantissant une impression de « débat » ; présentateur « pédagogue » et inquisiteur pour ses adversaires (ou supposés tels [1]) ; thématiques pré-définies et introduites par de courts reportages-prétexte ; mascarade de démocratie avec la séquence des « questions SMS » par le biais desquelles les téléspectateurs peuvent – modestement – prendre part au « débat » (voir en Annexe) : tout ceci permet d’escamoter le « débat » tout en donnant l’impression qu’il a lieu. Le 4 juillet dernier, l’émission nous a offert un cas d’école en la matière.

Encore une fois, l’équipe de « C dans l’air » a en effet constitué un plateau dans lequel le « pluralisme » était garanti. Il suffit pour en juger de dresser la liste des invités : René Silvestre, un patron de presse (PDG du groupe L’Etudiant) ; Jacques Marseille, sarkozyste patenté, qui se présente comme un « historien économiste » ; Pascal Perrineau, un « politologue » de droite et directeur du CEVIPOF (un centre de recherches de Sciences-Po) et Laurent Joffrin, lui aussi patron de presse (PDG de Libération). Dès lors, le « débat » peut commencer, entre « libéraux de droite » et « libéraux de gauche », tous soucieux de « ne pas juger » mais d’« expliquer » (Laurent Joffrin).

Les seules divergences qu’il y a entre Laurent Joffrin et ses comparses n’occupent que les marges du « débat » sur les « réformes », par exemple sur les « modalités » (Joffrin) d’application des « réformes » et la « méthode » [2] utilisée pour les faire passer, et nullement sur leur bien-fondé.

Les « divergences » entre eux sont si grandes que pendant le premier quart d’heure de l’émission, nos éminents « intellectuels » s’écharpent – avec virulence – sur la question de savoir si le gouvernement mène des « réformes de riches […] ou pour les riches » (Thierry Guerrier). Question subversive s’il en est, puisque Perrineau juge utile de répondre par une pirouette : « Oui, non, enfin ça n’a pas de sens de dire ça comme ça ! La réforme des universités une réforme de riches alors nos enfants, les étudiants, les étudiantes qui peuplent les universités seraient des gosses de riches, voyons ça ne… ça n’a pas… ça n’a pas de sens […] [3] » Comme si une « réforme de riches » ne devait concerner que les « riches » et ne pas avoir de conséquences sur les autres classes sociales !

A peine le débat a-t-il commencé que nos zélateurs du libéralisme envisagent déjà de le clore. René Silvestre s’empresse donc de renchérir, à propos de la « réforme » des universités : « Ce n’est pas une réforme de riches bien sûr, pour moi ! […] On ne peut pas dire qu’au niveau de l’Université elle favorise les riches… Bon heu, évidemment pas. » C’est si « évident » qu’il hésite à le dire… Quant à Jacques Marseille, il juge dès le départ que « plutôt que de se balancer des riches ou des pauvres à la tête », mieux valait s’intéresser à une « vraie question » [4] : « comment on fait pour sortir ce pays de son mal-être dans lequel il est englué depuis une vingtaine d’années » ? Face à un « débat » d’une telle vivacité, Thierry Guerrier finit par s’écrier à un quart d’heure environ de la fin : « enfin vous dites tous la même chose, quoi ! » Quelle lucidité !

La thèse : des réformes « nécessaires », « symboliques » et « modernes »

Pour les « débatteurs », ce qui compte n’est pas tant le fond que la forme des « réformes ». Ce n’est donc pas tant leur « efficacité » ou non qu’il convient ici de discuter, mais bien plutôt leur caractère « symbolique » (ou « psychologique »). Car toute l’« efficacité » est dans le « symbole », et vice-versa [5] !

D’ailleurs, comme l’explique avec conviction René Silvestre, l’exonération d’« un certain nombre de choses » [des droits de succession] « c’est pas une mesure économique directe. Faut pas y voir une mesure sur les droits de succession. (sic) Faut y voir une mesure de… C’est pour attirer la confiance, en fait des gens. C’est une mesure psychologique, là. Elle n’est pas économique, elle est purement psychologique. » Et de renchérir (suivez bien le raisonnement) : « Mais il ne faut pas oublier ce qu’est la France. La France c’est un pays de culture – je n’ai pas dit d’"économie" aujourd’hui – mais de "culture" paysanne. C’est-à-dire de culture de la terre. […] Nous on est cette culture. […] Donc on a cette culture. Et la culture, c’est quelque chose de fort. Et quand on prend des décisions politiques […] on prend des décisions qui ne sont pas toujours bonnes économiquement mais qui sont bonnes psychologiquement et qui vont entraîner un réflexe. Je ne suis pas sûr que les droits de succession soient bons ou justes économiquement, mais je pense que c’est une notion, ça correspond à notre État français. »

« Symboles », « psychologie », « pédagogie » et même « culture »… autant de poncifs bien utiles pour camoufler des « réformes » régressives sous le masque vertueux de la « modernité ». Des réformes fiscales destinée aux riches ? Pas du tout, puisqu’il s’agit, en favorisant les riches, de venir en aide aux pauvres : en effet, qui va leur venir en aide si les riches s’appauvrissent ? Thèses banalement libérales que personne - c’est là que le bât blesse – n’était présent pour contredire réellement.

La preuve par les sondages

Il serait cependant absurde de considérer que parce que le « débat » est vide, les « débatteurs » n’ont pas d’idées à défendre. Au contraire : il s’agit pour tous de montrer que les « réformes » sont « nécessaires » et qu’elles servent l’intérêt général. Une fois ceci admis (mais il faut le dire et le redire au peuple-téléspectateur ignorant), plusieurs méthodes peuvent servir à justifier cette thèse : en appeler aux sondages, montrer que même vos adversaires sont d’accord avec vous, faire référence à des exemples douteux, retourner les arguments négatifs en arguments positifs, etc.

Les sondages, tout d’abord. Marseille sait les utiliser quand il s’agit de ridiculiser ses adversaires politiques en montrant que finalement, ils sont d’accord avec lui. Sourire en coin, il explique : « Quand vous faites des sondages – alors je sais bien que ce ne sont jamais que des sondages mais vous avez en moyenne 70 à 80 % de la population française qui dit “on est d’accord”. … Je vais prendre l’exemple du service minimum, sur le service minimum c’est encore plus drôle il y a 51% des électeurs communistes qui disent "on est d’accord avec le service minimum". » Et il ajoute : « Nicolas Sarkozy a déclaré le 24 avril que le service minimum ça voulait dire trois heures de transport en continu le matin – en gros 6h-9h du matin – et trois heures de transport en continu le soir : 17 heures à 20 heures. Ill y a 53% des Français qui ont dit… ont voté pour lui en faisant ce… cette promesse, 75% des Français sont d’accord, et 51% des électeurs communistes. » Ainsi, résultats électoraux et sondologie ont la même valeur aux yeux de Marseille, pour prouver que les Français soutiennent largement les réformes libérales de Nicolas Sarkozy. Et il conclut : « donc la question c’est : est-ce qu’ on peut se permettre, est-ce que le gouvernement peut se permettre, de louvoyer sur cette question qui a la… l’adhésion d’une immense majorité de Français. » « On » ? « Le gouvernement » ? Apparemment aucune différence dans l’esprit de notre « économiste ».

Quant à Pascal Perrineau, il va plus loin. Inutile de s’encombrer de chiffres : le « politologue » de Sciences-Po prétend connaître les attentes et les « angoisses » des Français dans leur ensemble. Ainsi, selon lui, la « réforme des universités » et celle sur les « droits de succession » répondent à « cette angoisse des Français sur l’intergénérationnel », « c’est-à-dire des Français qu’ont intériorisé la crise pour eux mais qui se disent pour nos enfants, il faut que ça s’améliore. » Et de préciser : « Je crois qu’il y a là, je crois qu’il y a là … quelque chose de très symbolique, et qui répond aux angoisses des Français tels qu’ils se sont exprimés pendant des mois et des mois dans la campagne de l’élection présidentielle. » « Les Français […] se sont exprimés » ? N’est-ce pas plutôt les sondomanes du CEVIPOF (et d’ailleurs) qui se sont exprimés en faisant croire que leur parole reflétait l’opinion des Français ?

La preuve par les mandarins

Vous êtes encore sceptique ? Les intellectuels médiatiques présents sur le plateau de « C dans l’air » se chargent de vous convaincre en vous montrant leur propre bonne volonté et en se donnant en exemple, ce qui est d’autant plus aisé qu’eux-mêmes ne sont pas menacés par les réformes en cours, ou que l’application des mesures qu’ils proposent ne leur coûtera rien tout en leur apportant un surcroît de bonne conscience.

Ainsi, René Silvestre qui, pour prouver qu’il n’est pas élitiste, propose de faire payer 500 euros de frais d’inscription à tous les étudiants, explique, avec tout le mépris de classe dont il est capable : « Je trouve scandaleux politiquement et socialement qu’on ne fasse pas payer mon fils, si vous voulez ! C’est scandaleux ! C’est scandaleux ! Alors (inaudible : « c’est proprement » ?) scandaleux, et… et parce que qui paye ? Et bien c’est… Monsieur et Madame Michu qui n’y a pas droit pour des tas de raisons d’ailleurs. Hein, y a pas… Y a pas droit socialement ! » Vous avez bien lu : au lieu de permettre aux enfants de « Monsieur et Madame Michu » d’accéder comme les autres aux études supérieures, il suffit de se contenter de dispenser leur parents de payer les études des « riches » (ou supposés tels, des origines sociales aisées n’empêchant la précarité) au motif qu’il n’ y ont « pas droit socialement », sans que cette « interdiction » pose en soi problème.

Promu par Thierry Guerrier au rang de « sociologue », le patron de presse René Silvestre ne craint pas de déclarer plus tard dans l’émission : « Mais un autre problème beaucoup plus important et politiquement très important ! Parce qu’on oublie… Pourquoi on fait pas payer les universités ? Selon un grand principe qui est Jules Ferry : l’école est gratuite et obligatoire ! C’est ça, Jules Ferry ! Et laïque. Mais, l’Université, enfin l’enseignement supérieur à ma connaissance n’est pas obligatoire. Donc déjà y a un problème. Pourquoi serait-il gratuit ? Mais le deuxième problème c’est que qui paye ? Alors là le problème est grave ! On parlait tout à l’heure de… les riches, les pauvres, etc. Mais aujourd’hui, qui paye l’enseignement supérieur français ? C’est l’ensemble des Français ! Avec entres autres la TVA ! On nous a beaucoup parlé de la TVA sociale, et bien y a une TVA universitaire ou une TVA de l’enseignement supérieur qui finance l’enseignement supérieur de qui ? De 30% d’une population qui est composée essentiellement je dirais pas de « riches » comme dit… Joffrin, mais quand même de classes aisées puisque on sait très bien que dans l’enseignement supérieur universités comprises il y a très peu de fils d’ouvriers, une petite classe moyenne, et plutôt des gens aisés. Donc en définitive c’est l’ensemble de Français plutôt de classe moyenne qui paie pour une classe plutôt riche. Donc faire payer des droits d’inscription serait justice sociale !  » [6].

Quant au modèle de financement qu’il convient de retenir, c’est celui des « grandes écoles de gestion » (Silvestre) et de « Sciences-Po » (Guerrier) – deux types d’écoles que nos « élites » connaissent bien – que les entreprises financent en partie. Pour Laurent Joffrin, rien de « choquant » à cela, du moment qu’ « il y a une sorte de muraille de Chine entre les bailleurs de fonds et puis l’organisation de l’élite de l’enseignement, dès lors qu’on a définit un projet global. »

Et le même de tancer les profs : « je voyais le reportage sur la Grande-Bretagne alors on souriait entre nous en disant mais les profs sont jugés comme d’autres catégories. Moi ça ne me choque pas. Dans ma profession de journaliste quand on fait un mauvais article … c’est un problème. Le rédacteur en chef il le corrige, ou bien il demande qu’il soit refait. Et puis si les articles sont toujours, toujours mauvais, ça finit par poser un vrai problème. Je ne vois pas pourquoi les professeurs seraient abstraits de ce genre de jugements. » Heureusement pour lui, Joffrin est son propre rédacteur en chef… Et de citer de nouveau Sciences-Po en exemple : « Moi j’ai enseigné par exemple à l’Institut d’Etudes Politiques, que Perrineau connaît bien. Enfin j’étais maître de conférences. À la fin de l’année, on faisait passer un questionnaire chez mes étudiants et ils me mettaient une note. Ca ne m’a jamais choqué, moi je trouve ça normal. » D’autant plus normal et facile à accepter qu’à notre connaissance l’avis des élèves n’a, en pratique, aucune incidence sur le contenu des cours ou sur la composition du corps enseignant.

Et Pascal Perrineau d’ajouter que dans « le système anglais que l’on voyait tout à l’heure il y a une autorité administrative totalement indépendante qui évalue à la fois l’enseignement et qui évalue la recherche, et qui met comme disait notre jeune collègue allemande tout à l’heure, "la pression" ! La pression en effet sur les enseignants et les chercheurs ! Mais c’est tout de même assez normal, hein qu’on mette la pression. » CQFD ! [7]

Convaincus d’être d’excellents professeurs, Jacques Marseille et Pascal Perrineau attendent tous deux avec impatience la mise en place d’un système d’évaluation des enseignants, afin de gagner plus sans travailler plus. Laissons-les à leurs rêves…

- Marseille : - Non ce qui serait moderne ce n’est pas d’évaluer les universités sur les pourcentages de reçus aux examens c’est sur le pourcentage de leurs étudiants qui ont une formation par la suite et qui trouvent un métier par la suite. C’est ça qui serait moderne.
- Guerrier : - Et évaluer les profs vous dites hein.
- Marseille ( ?) : - Bien sûr ! Mais absolument !
- Guerrier : - Alors on change de sujet, une autre question SMS…
- Perrineau : - Et ensuite rémunérés de manière différente. Vous savez le système britannique, pour un même poste selon que vous êtes dans une… une université de pointe ou non le salaire peut varier de un à trois !
- Guerrier (outré ?) : - Alors qu’en France tous les profs d’Université ont les mêmes salaires !

La preuve par les absents

Certains ayant l’outrecuidance de critiquer – voire de refuser – ces thèses mal argumentées, il convient de désamorcer toute velléité protestataire en jetant le discrédit sur l’adversaire. Chose d’autant plus aisée qu’aucun « contestataire » n’est présent sur le plateau : Laurent Joffrin, sommé d’y représenter la voix de la « gauche », étant d’accord sur presque tout avec ses comparses de droite, et allant même parfois au-delà de leurs propres espérances en matière de « réformisme » [8]. Car s’il est une chose qui fait horreur aux gardiens du consensus, c’est bien les mouvements sociaux !

Pour tenter de discréditer les absents, tous les moyens sont bons. On peut par exemple, comme Jacques Marseille, toujours souriant, prendre un malin plaisir à souligner le manque de représentativité des syndicats français tout en ayant l’air de s’en désoler, « parce qu’ils ne représentent que 8% de la population… des populations salariées. Et que c’est 5% dans le secteur privé. C’est-à-dire que, en France, il y a un million quatre-vingts mille syndiqués – je rappelle d’ailleurs qu’y a un million huit cent quatre-vingt mille patrons, si on fait l’équilibre. » [9] On peut aussi, toujours dans la même veine et avec le même personnage, noter malignement que les syndicats volent l’argent public : « Vous avez en France des syndicats qui sont peu représentatifs et qui ne vivent que de l’argent public en plus ! Ils n’ont aucune ressource propre. Donc … C’est quand même un peu gênant, quoi, pour faire des négociations. » Mensonge éhonté, mais qu’importe ! [10]…

On peut enfin, comme Thierry Guerrier, se moquer des échecs électoraux de certains partis de « gauche » (ici, des Verts et du Parti communiste), ou comme Laurent Joffrin insister sur leur inutilité, par une fine analyse politique : « Je pense que la division… historique du mouvement ouvrier n’a plus lieu d’être dès lors que l’U.R.S.S. a disparu c’est-à-dire il y a un certain temps déjà, et que donc le congrès de Tours ayant consacré une scission entre socialistes et communistes à cause des conditions posées par Lénine – vous voyez que ça remonte à longtemps. Je pense qu’il y a plus besoin de ça et que le parti communiste ne sert à rien ! Et qu’on ferait mieux… qu’’il ferait mieux de fusionner avec le parti socialiste : comme ça y aura un peu plus d’ouvriers au parti socialiste, ça lui ferait pas de mal. Et… donc voilà, voilà ma thèse sur le mouvement …sur la gauche française ! »

Dès lors, il ne reste plus qu’une chose à faire : haro sur les mouvements sociaux ! Et en particulier sur les mouvements étudiants, qui terrorisent Silvestre et pour lesquels il affiche le plus grand mépris :

- Silvestre : - Si y a un domaine où c’est totalement incontrôlable, c’est les étudiants. Parce que le dialogue avec les étudiants – il existe aujourd’hui, il a existé d’ailleurs avant !
- Guerrier :- Il a reçu toutes les centrales syndicales étudiantes [11].
- Silvestre : - Ah il les a reçues, il les invite même à bouffer, donc c’est pour vous dire ! (Guerrier ricane) Ils sont très contents. Ils vont peut-être …
- Guerrier : - C’est pas interdit, hein !
- Silvestre : - … Peut-être que Bruno Julliard va s’acheter un costard... J’en sais rien mais bon. Quoi qu’il en soit, … Je veux dire, c’est très bien ! Il y a le dialogue. Et il y a même le compromis puisqu’il a lâché les deux choses que demandaient les syndicats on y reviendra tout à l’heure. Mais… C’est pas les syndicats… C’est pas l’UNEF qui fait les manifs, hein.
- Guerrier : - Ah bon.
- Silvestre : - Ah non !… Ils ne les contrôlent pas non plus. Sinon ça se saurait ! Les manifs elles démarrent toujours par … l’extrême-gauche qui…
- Guerrier (qui est journaliste, il faut le rappeler) : - Oui mais elles sont entretenues par des responsables syndicaux quand même, on sait bien que tout ça…
- Silvestre : - Ah non ! Elle est rattrapée ! Elle est rattrapée ! Elle est rattrapée ! La CGT, la CFDT, les syndicats je dirais… classiques peuvent arrêter un mouvement, le contrôler, le rattraper, pas dans le milieu étudiant sinon encore une fois ça se saurait ! Tous les mouvements qui se sont développés en milieu les étudiant, les autres ont suivi les mouvements et…
- Guerrier : - Bon ça c’est une marmite après on va y revenir mais …
- Silvestre : - Regardez l’an dernier au CPE c’est parti de Rennes, de l’université de Rennes II, complètement incontrôlé !
- Guerrier : - Attendez. On va revenir aux étudiants parce que on a l’impression que la culture du compromis n’est pas possible dans ce secteur…
- Silvestre (en même temps) : - Je ne dis pas que ça va se passer. Je ne dis pas que ce n’est pas possible, mais je dis qu’il faut faire attention. D’ailleurs la Cinquième République depuis De Gaulle on sait très bien que… Tous les gouvernements ont été mis en danger uniquement par les mouvements étudiants et sur l’école. Uniquement, hein ! Trois millions de chômeurs ça ne vous a jamais viré un ministre du travail…
- Guerrier : - Culture…
- Silvestre : - …10000 morts avec la canicule, il n’y a pas eu un ministre de la santé viré, par contre les mouvements étudiants et les mouvements sur l’école ont été les seuls qui en ont viré.

... Et Thierry Guerrier de s’écrier : « c’est 95 qu’on ne veut pas revoir, hein, c’est décembre 95 ! » « On » ?

Mais heureusement, le « sociologue » de service, René Silvestre, nous rassure : « Mais on est dans une logique de compromis. Et ce qui est très intéressant c’est de voir qu’en ce moment les Français considèrent de plus en plus que l’espace de l’affrontement devient marginal et que l’espace du compromis doit être privilégié. Dans un sondage qui va sortir demain de la Sofres c’est très net le mouvement, la pédagogie du compromis, de la négociation… Alors parfois plus rapide, parfois plus longue – la négociation avec les syndicats jusqu’à la fin de l’année – est en train de passer dans l’opinion et les Français commencent à aimer une France qui substituerait le compromis à l’affrontement. C’est une nouveauté. Parce qu’on est plutôt dans une culture qui clive, dans une culture de l’affrontement, dans une culture des rodomontades où gauche et droite s’affrontent comme des petits coqs dans la cour [12]… Là il y a une nette évolution depuis un mois. » Enfin les Français vont devenir des Allemands comme les autres [13] ! Manière élégante d’enterrer le « débat » en réduisant, à l’instar de Marseille, toute contestation aux symptômes d’un « mal-être » qu’il convient se soigner à grands coups de mesures « psychologiques ».

D’autres voix se sont-elles fait entendre ? Non. Auraient-elles été audibles ? Rien n’est moins sûr.

Marie-Anne Boutoleau


- Annexe : Du bon usage des SMS

Comme il serait dommage de priver le citoyen-téléspectateur de l’honneur d’interroger lui-même les « lumières » en présence, l’émission a mis en place le système des « questions SMS », simulacre d’agora démocratique où le peuple peut interroger les « élites » qui prétendent « penser » pour lui. Ce procédé présente au moins un avantage : il permet tout d’abord d’éviter les questions pièges que pourraient poser à l’antenne des téléspectateurs indisciplinés. D’autre part, il participe du « racisme de l’intelligence » dont font généralement preuve les « élites » médiatiques à l’égard du peuple-enfant. C’est d’ailleurs une constante chez Guerrier : par les formules « je voudrais comprendre » ou « j’arrive pas à comprendre », il fait mine de se mettre à la place du téléspectateur supposé ignorant des « arguments » développés. Il est même tellement soucieux de donner la parole aux téléspectateurs, qu’il lui arrive de reformuler leurs questions s’il ne les juge pas assez explicites.

Ainsi de cette question à destination de Joffrin : « "L’UNEF refuse-t-elle – c’est la question SMS – l’UNEF refuse-t-elle les réformes universitaires par conservatisme ou par divergence d’opinions politiques", c’est-à-dire par idéologie ? » Car tout « refus » des « réformes » est « idéologie », les « réformes » elles-mêmes étant forcément idéologiquement neutres… Une autre « question SMS » suscite l’étonnement de Guerrier, qui remarque, comme si ce n’était pas fait pour : « C’est… C’est… La question est dans la droite ligne de ce que vous venez de nous dire. »

Quelques minutes plus tard, il a, à ce sujet, un échange croustillant avec Laurent Joffrin :
- Joffrin : - Oui, je veux… Oui justement c’est une bonne question en fait, parce …
- Guerrier : - Toutes les questions SMS sont bonnes.
- Joffrin : - Elles sont toutes très bonnes, oui. (rires)
- Guerrier : - Non, non ! Mais oui parce que parce que… C’est les questions qui se posent quand on nous écoute, quand on vous écoute.
- Joffrin : - Si je dis le contraire ça va faire baisser l’audimat alors c’est emmerdant. (rires)
- Guerrier : - Pas du tout, pas du tout.

Flatter le peuple-téléspectateur sur la forme, tout en le méprisant sur le fond : voilà le principe même la « pédagogie » de « C dans l’air ».



_________________________________________________

[1] Ici Laurent Joffrin, officieusement promu porte-parole de la « gauche » et des « syndicats » par Guerrier.

[2] Joffrin explique ainsi au cours de l’émission : « Il faut espérer effectivement que le gouvernement ne passe pas trop en force et qu‘il fasse celles des réformes pour lesquelles il a été mandaté, même si je les critique pour certaines, mais du point de vue de la méthode démocratique il vaut mieux que ça se passe comme ça c’est clair. »

[3] Cela a si peu de sens que Silvestre dira précisément le contraire plus tard dans l’émission : soutenant que les étudiants sont en majorité d’origine « aisée » - et donc, sous-entendu, aisés eux-mêmes – et qu’il serait quand même normal qu’ils paient pour étudier…

[4] Marseille est obsédé par les « vraies questions ». En un peu plus d’une heure d’émission, il prononce le terme « question » pas moins de vingt-neuf fois, dont huit occurrences de « la vraie question » et une de « la véritable question ».

[5] Les termes « symbole(s) » et « symbolique » reviennent pas moins de sept fois pendant la première demi-heure d’émission, dans les bouches de Joffrin (deux fois), Perrineau (deux fois), Marseille (une fois), Silvestre (une fois) et Guerrier (une fois) : un bel exemple de pluralisme ! De plus, pour Perrineau et Silvestre, le(s) « symbole(s) » est/sont « important(s) », et pour le premier, il y a même dans les « réformes » gouvernementales et en particulier celle concernant les droits de succession « quelque chose de très symbolique ».

[6] En gras, ici comme dans la suite : souligné par nous. On a bien noté au passage « ensemble des Français » = « plutôt de classe moyenne »  : sic ! Concernant l’origine sociale des étudiants, le syndicat SUD-Etudiant note dans sa brochure 2004-2005 : « on compte seulement 13% d’enfants d’ouvrier-es en première année, qui ne sont plus que 5% en troisième cycle » (voir sur le site de SUD-Etudiant). Quand on sait que cet « écrémage » est en partie dû au coût des études (en particulier longues) et au fait que les étudiants les plus modestes sont contraints de travailler pour financer leurs études (ce qui entraîne chez eux un taux d’échec aux examens bien plus important que dans le reste de la population estudiantine), on mesure le caractère odieux des « propositions » de Silvestre et de Marseille, pour qui au contraire ce qui se passe à l’étranger, les droits d’inscription en France ne sont pas « décents ». Au sujet de la difficulté à concilier études et vie professionnelle, lire le rapport de l’Observatoire de la Vie Etudiante (OVE) sur la précarité et la pauvreté en milieu étudiant dirigé par C. CRIGNON et datant de 2003, p.14-15, sur le site de l’OVE.

[7] Le reportage diffusé pendant l’émission sur l’ « autonomie » des universités montre pourtant les limites et les effets pervers de cette « autonomie ». Le commentaire explique : « d’ailleurs, les universités sont des entreprises. Les professeurs sont recrutés par des chasseurs de têtes. […] Les professeurs ont la pression dans une culture du résultat où l’étudiant est d’abord un client ». Une professeure allemande y déclare même que les profs sont soumis à des « exercices » pour les évaluer qui lui rappelle « franchement les exercices d’autocritique dans les systèmes communistes ». Selon elle, on ne donne que des bonnes et des très bonnes notes aux « clients ». Qu’à cela ne tienne, nos chantres de la privatisation des universités françaises réussissent le tour de force de retourner cela en points positifs.

[8] S’il lui arrive de contester la volonté gouvernementale de favoriser les « riches » par son « paquet fiscal », Joffrin, quand il ne joue pas au conseiller stratégique du gouvernement, soutient en revanche contre Marseille que l’« autonomie des universités » est souhaitable pour favoriser une meilleure « gestion », alors que Marseille nie qu’il existe un lien de cause à effet entre les deux choses. Il se défend d’autre part à plusieurs reprises de vouloir donner raison aux syndicats, étudiants notamment.

[9] La comparaison – et non « l’équilibre » - exige que l’on compare ce qui est comparable : autrement dit, le taux de syndicalisation chez les salariés et chez les patrons, ou le nombre de salariés et le nombre de patrons (ce qui aurait permis à Marseille de constater qu’à l’échelle de la population française, les premiers étaient plus « représentatifs » que les seconds).

[10] Ce que dit Marseille est en effet mensonger, car les syndicats ont aussi des ressources provenant des cotisations de leurs adhérents ou de dons divers. Mais cela n’a aucune importance.

[11] « Il » ? Nicolas Sarkozy serait-il à ce point omnipotent que ses zélateurs ne prennent même plus la peine de citer son nom quand ils parlent de Ses actions ?

[12] Plus loin, ce sont les syndicats du CNRS qui se « dressent sur leurs ergots », dixit Thierry Guerrier.

[13] Thierry Guerrier a en effet répliqué à cette remarque : « Je voudrais comprendre. Est-ce qu’on est en train d’inventer une culture du compromis à la française ou est-ce qu’on est en train de plaquer la culture du compromis à l’allemande par exemple ? »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------> Lire l'article
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Appel à l’intersyndicale des journalistes : Jean-Michel Aphatie vous cherche... (Vidéo)
 
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 17:45

Bonjour,

 

Entre deux articles sur « l’extermination des peuples programmée pour le confort d’une minorité » ou pour envoyer « une lettre ouverte à G.W Bush »,  je me propose de retrouver mon blog blagueur ; oui, j’ai envie de laisser de côté, aujourd’hui, les comptes-rendus sur les marionnettes au service des oligarchies qui font le malheur de l’humanité, qu’il s’agisse de Sarkozy le fasciste-libéral ou de Bush le libéral-fasciste et de leurs compères Kouchner et autres Schwarzenegger l’Autrichien, comme celui qui a sévi dans les années 40 – et qui risque de devenir le prochain Président des Etats-Unis pour poursuivre la politique dictée en haut lieu par une poignée de fous. Donc, on laisse tomber tout ça un moment et on fait le blog buissonnière. D’accord ?

 

J’adore ces petites choses qui servent à illustrer les courriers ou les articles, je crois qu’on appelle ça des « smileys ». Je vais les décrypter pour vous. Donc,

 

 Ca, c'est parce que je suis contente de me retrouver en votre compagnie

 Ca, c'est moi quand je suis coquette ( ça m'arrive! )

 Ca, c'est la complicité avec mes lecteurs  le plaisir de se retrouver

 Ca, c'est quand vous vous demandez ce que je vais encore publier. Alors, moi je vais vous le dire : Bientôt une lettre ouverte au merveilleux chrétien qu' est Bush...

 Ca, c'est le vrai Bush.. Mais c'est aussi  "El diablo", un très bon blog de résistance à Sarkozy, que je vous recommande. Découvrez-le... http://eldiablo.over-blog.org

 Dans la foulée, je salue mes blogueurs préférés, vous les trouverez en liens :    Adriana,  Chahid, Robocup555, Segodom (tenue par une humaniste, plein d'infos sur la France d'aujourd'hui, et un look terrible, avec la même couleur "pin-up" que mon blog - c'est le nom de la couleur qu'on a choisie toutes les deux sur over-blog.com), Joke, commentateur intermitent... je vous recommande Syti.net (que vous devez TOUS lire) ou El Avisor International, et Oulala.net. Pour les infos, voyez également Come4news, etc etc regardez les Liens; N'oubliez pas le  FORUM POUR LA PAIX , vous le trouverez en lien, vous cliquez dessus et vous pouvez intervenir aussitôt, apporter votre contribution. Et à côté, j'ai mis le blog (non aligné) armée.com, comme ça vous avez tout sous la main pour juger...

 N'oubliez pas le blog de la SPA, un animal vous y attend pour vous rendre heureux, c'est à Liens aussi

 Ca c'est moi quand j'oublie d'être sage

 et là quand je souris, avec le dentifrice perlinpinpin, un sourire de star !

 Ca, ce sont les fleurs que m'envoient mes lecteurs-admirateurs

 Et ça, c'est quand mes lecteurs sont mécontents, ou quand ils ont la fibre écolo

 Ca, c'est moi à Carnaval

 Et ça ,c'est mon ex mari, chauve-souris sauf sur le côté

 Et ça, c'est mon futur...

Ca, c'est quand je baîlle d'ennui en lisant certains blogs, je ne vous dirai pas lesquels. Secret Défense !

 Ca, ce sont mes lecteurs mécontents, par ex les100 % Sarko (il y en a encore, ils n'ont pas compris)

 Les mêmes, furieux, tous les néo quelque chose, je les malmène dans mon blog (cf les néo-cons)

 Faut pas pleurer ! J'arrive bientôt, avec un nouvel article !

  Allez, aimons-nous les uns les autres, et bâtissons ensemble un monde où tout le monde ...

 ...sera heureux , quelles que soient origine, race, religion.....

 cela vous rend perplexe ? Lisez mon blog, et vous serez (encore) plus intelligent

 A bientôt pour de nouvelles aventures ensemble

 Et surtout regardez bien "la newsletters" sur la présentation, c'est pour vous abonner à mon blog gratuitement...

 Pour rire ensemble...

 Pour analyser

 ou pour ce que vous voulez... mais d'abord pour RESISTER à l'intolérable qu'on nous prépare !

 

 Comme je me préoccupe beaucoup de l’opinion de mes lecteurs, je vais leur demander de me faire des commentaires. S’ils aiment mon blog,  ils peuvent dire ici pourquoi : 

 

 

 

 

S’ils ne l’aiment pas, ils peuvent exprimer leur avis ici, en toute liberté, voilà c'est là : 

Est-ce que vous trouvez ma frimousse sympa ? Voici ma photo, au cas où vous ne l’ayez pas encore vue, sait-on jamais ? :  GRANDE-ROSE.jpg

 

La petite rose est charmante, elle rappelle les danseuses flamenca d’Espagne,  les belles Tziganes avec lesquelles j’ai appris la rumba, ça fait très exotique, on se croirait au Sacro Monte ou à Tahiti. La rose sur les cheveux et… le poing tendu  contre les vampires de la planète, de Wall-Street ou du Texas ! Il y a des mélanges décapants…

 

A propos, j’ai mis dans la pub sur mon blog qu’il était décapant. Vous êtes d’accord ? En tous cas, il décoiffe…. celui qui n’est pas chauve, bien entendu.

 

Est-ce que vous savez si le néo-con faucon Kouchner a lu ma « Lettre ouverte à B.Kouchner, Dr Jekyl and M. Hyde » ? Ca lui ferait les pattes. Quant à la gauche, à qui j’ai adressé aussi une lettre ouverte, elle ferait bien d’être moins frileuse, de rentrer dans le lard de Sarkozy, de le contrer chaque jour – par des déclarations, des manifs, ce qu’elle veut – et de se rapprocher un peu moins du Libéralisme dévoreur de vies. Comme je l’ai écrit dans cette lettre, à force de vouloir ressembler à la droite, elle finira par perdre sa spécificité, son âme, et…sa raison d’être. Elle n’aura plus d’électeurs, car on préfère l’original à la copie, il n’y aura plus qu’un parti unique, le totalitarisme complet, avec un Président omnipotent, le culte du chef, et des médias aux ordres. Pendant ce temps-là, la télévision abêtit toujours plus les Français avec ses jeux stupides, ses séries américaine débiles, et ses débats qui n’en sont pas. A la place d’Arrêt sur Images, on a une émission creuse, qui se garde bien d’égratigner le Diktator français. Bigre ! Ca ne s'arrange pas, dans la "démocratie irréprochable" !

 

De ma terrasse, je contemple la mer, d’un bleu superbe comme le ciel, et je me dis que le Big Boss là-haut a fait un monde magnifique, mais qu’il a raté son coup en créant les petits humains pour l’habiter. Il nous a donné la terre en partage pour que nous la gérions avec sagesse et que nous aimions notre prochain comme nous-mêmes, eh bien je crois qu’on ne doit pas s’aimer beaucoup pour traiter une partie de nos semblables, les plus fragiles, comme nous le faisons.

 

Quand la terre ne sera qu’un immense tas de ruines fumantes et que les apprentis-sorciers sortiront de leurs bunkers quatre-étoiles, ils regretteront peut-être leurs folies, mais il sera trop tard. Et puis, il n’y aura plus personne pour écrire des petits blogs blagueurs, pas trop blagueurs quand même, car l’actualité est triste, très triste, surtout avec Sarkozy qui va rencontrer bientôt Bush, ces deux-là ensemble, cela ne présage rien de bon pour les peuples. Si le Petit Prince de Saint Exupéry venait sur terre, aujourd’hui, que dirait-il ?

 

Pardon, cher lecteur, mon blog blagueur n’arrive plus à rire…. Il n’aime pas les conflits, de religions ou économiques, il n’a pas envie de voir les frères et sœurs du monde entier se déchirer, surtout pour faire plaisir à tous les profiteurs de guerre repus d’insouciance, de confort, de luxe, d’arrogance… 

 

Amis, que vous soyez pauvres ou riches, athées, Chrétiens, Musulmans ou Juifs,  blancs, noirs, jaunes ou rouges, tendons-nous tous la main, ne prêtons pas l’oreille aux semeurs de haine, de divisions, de violence. Oui, tendons-nous la main pour bâtir ensemble un monde où chacun pourra vivre décemment et dans le respect, un monde sans guerre, sans prédateurs, sans excès. Nous le devons à nos enfants. Et résistons à tous ceux qui veulent nous entraîner sous de faux prétextes vers l’abîme ! Résistons avec détermination, efficacité, courage – ensemble, quoiqu’il arrive ! Nos ennemis ne sont pas les Musulmans ou les Juifs, ils ne sont pas Russes ou Américains, nos ennemis, ce sont ces dirigeants infâmes qui exécutent les ordres des oligarchies de la Haute Finance, des multinationales, des grandes familles. Ne leur faisons pas confiance, ils nous mentent, ils nous veulent du mal. Faisons leur comprendre que c’est aux peuples à décider s’il doit y avoir guerre ou non, que c’est aux peuples à décider quelle politique est réellement bonne pour eux, et pour cela qu’il est prioritaire d’avoir des médias libres.

 

A partir du 5 novembre, les journalistes épris de liberté vont se faire entendre. Soyons à leur côté pour exiger la Démocratie, ce bien si précieux. Gageons que la Télé fera silence sur leur colère !

 

Et encore et toujours, RESISTONS à l’intolérable qu’on veut imposer aux peuples malgré eux.

 

Votre Eva, votre sœur à tous qui que vous soyez, dans le respect et la tendresse.

 

Abonnez-vous à ma prose, elle est décapante. Pour cela, donnez votre adresse mail à « newsletters », à gauche de l’écran pour l’instant, c’est gratuit. Et recommandez mon blog.

 

TAGS : Résister, Guerre, Paix, Démocratie, Liberté, droits de l’Homme, Sarkozy, Bush, Chrétiens, Musulman, Juifs, Athées, multinationales, Tziganes, Tahiti, Sacro-Monte, Kouchner, St Exupéry, le Petit Prince, Médias, Finance, Wall-Street, fascisme, Autriche, Schwarzenegger, libéralisme, Etats-Unis …
                 §§§      N'oubliez pas de visiter le  FORUM POUR LA PAIX ! (voir Liens)


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dimanche 04 Novembre 2007    HTTP://POLY-TICS.OVER-BLOG.COM  (journalistes en colère, suite)

Après avoir présenté, le 4 octobre dernier, ses propositions pour renforcer l’indépendance de la presse française, l’intersyndicale des journalistes appelle la profession et les citoyens à se mobiliser pour la journée européenne de la liberté de la presse " Debout pour le journalisme " , le 5 novembre.

Organisée par la Fédération européenne des journalistes (FEJ), cette journée, dans la droite ligne de laquelle s’inscrit le mouvement des syndicats de journalistes français, a pour objectif de faire prendre conscience aux citoyens européens que le journalisme est actuellement en danger.

En France comme ailleurs la situation est grave comme le souligne Aidan White, le Secrétaire général de la FEJ. " Nous voyons se rejoindre les démons de l’ingérence politique, de l’autocensure, de la concentration des médias et de la précarité dans la profession pour aboutir à un journalisme véritablement malade ".

  • A Paris, un rassemblement aura lieu à 13 h 30 devant l’Assemblée Nationale. A cette occasion, les syndicats de journalistes remettront leurs propositions aux députés avec la pétition (www.intersj.info) qu’ils ont lancé sur la toile après le rassemblement du 4 octobre.

 - A Marseille, 12h30 sur le Vieux Port, un rassemblement de journalistes, si possible équipés de leurs attirails professionnels : appareils photo, magnétos, blocs notes et autres caméras. Une minute de silence sera observée en hommage aux journalistes morts dans l’exercice de leur mission d’information et en mémoire des dangers qui pèsent sur cette mission d’information.

-  A Toulouse, en association avec l’Acrimed et Attac, une réunion est organisé à 17 h 30 à la Bourse du travail.

-  A Lyon, rassemblement à 10h30 au pied de la stèle commémorant le sabordage du Progrès en 1942

-  Des débats devraient également avoir lieu dans les écoles de journalisme afin de rappeler à nos futurs consœurs et confrères l’importance de l’indépendance et de la déontologie :

-  Des cafés citoyens seront organisés dans différentes villes de province. • Les clubs de la presse régionaux organiseront, eux aussi, différentes manifestations. ETC.... 

 Si vous avez des question, n’hésitez pas à contacter le secrétariat FIJ/FEJ au +32 2 235 2200ou par courriel: efj@ifj.org

Intersyndicale des Journalistes

Proposition pour une presse libre

Signez la pétition et faites circuler l’adresse du site.

 

CHAQUE TITRE (écrit, audiovisuel, multimédia) devra disposer d’une équipe rédactionnelle permanente et autonome composée de journalistes professionnels au sens de l’article L 761-2 du Code du travail (dans sa version actuelle).Le recours à des journalistes non permanents (CDD ou pigistes) ne sera autorisé que dans le cas de remplacements prévus par la législation en vigueur ou pour renforcer la qualité d’expertise de la rédaction dans un domaine particulier.

LA LOI FERA OBLIGATION à l’éditeur de remettre chaque année aux institutions représentatives du personnel, en même temps que ses comptes annuels, la composition de cette équipe rédactionnelle en y faisant apparaître le nombre de journalistes précaires et de correspondants locaux de presse. En cas de non-respect de tout ou partie de ces dispositions, les diverses aides publiques dont bénéficie l’entreprise de presse fautive seront suspendues.

QUELLE QUE SOIT la forme juridique du titre, quelle que soit la forme juridique de l’équipe rédactionnelle, cette dernière sera obligatoirement consultée par la direction sur tout changement de politique éditoriale ou rédactionnelle.

CETTE ÉQUIPE RÉDACTIONNELLE sera également obligatoirement consultée par l’employeur avant et lors de la nomination du responsable de la rédaction, quel que soit l’intitulé de sa fonction (directeur de l’information, directeur de la rédaction, rédacteur en chef…). Celui-ci devra présenter son projet éditorial à l’équipe rédactionnelle, qui pourra s’opposer à sa nomination ou à son projet.

PAR LA SUITE, si la gravité de la situation l’exige, l’équipe rédactionnelle pourra prendre l’initiative d’un scrutin de défiance. La rédaction aura la faculté de saisir le comité d’entreprise. Celui-ci pourra agir dans le cadre d’un droit d’alerte aménagé et spécifique. Là encore, en cas de non-respect de tout ou partie de ces dispositions, les diverses aides publiques dont bénéficie l’entreprise de presse fautive seront suspendues jusqu’à ce que cesse ce manquement. Cette sanction sera publiée et diffusée par l’entreprise de presse.

 

En outre, sans prétendre apporter aujourd’hui de réponse au débat relatif au statut des entreprises de presse, nous rappelons qu’à tout le moins ces entreprises ont, du fait de leur activité, une responsabilité sociale particulière.

Il découle de celle-ci que ces entreprises doivent être soumises à des obligations accrues de transparence :

ELLES DEVRONT PUBLIER et diffuser chaque année toutes les informations relatives à la composition de leur capital et de leurs organes dirigeants, l’identité et la part d’actions de chacun des actionnaires, personnes physiques ou morales. Elles devront porter ces informations à la connaissance du public.

CETTE OBLIGATION DE PUBLICATION et de diffusion devra également s’appliquer dès qu’un changement est intervenu dans le statut, l’organigramme ou la composition du capital de la société éditrice et/ou propriétaire.

LES NOMS DES PRINCIPAUX DIRIGEANTS et des principaux actionnaires (plus de 15 % du capital) devront également être mentionnés dans chaque numéro de la publication concernée.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

B. H. LEVY, suite avec cet article de C. Lorne que je vous propose maintenant.  Cet homme ambitionne un jour de représenter la gauche ! En réalité, c'est un libéral néo-conservateur américain, un néo-sioniste, et un faucon. Peu de différences avec Sarkozy, sinon dans la forme ! Et il reconnaît lui-même ne pas avoir la fibre sociale. Que fait-il à gauche ? C'est une imposture qu'il faut dénoncer, car il déteint sur une frange de la gauche pour l'orienter toujous plus à droite ! C'est avant tout un opportuniste. (Eva)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
Chronique d’une imposture cosmopolite


par Claude Lorne


IL EST PARTOUT! Qui ? Celui que d’aucuns décrivent en “prince des
philosophes, entrant avec sa suite dans une salle debout l’acclamant.
Grand, élancé, légendaire chemise blanche ouverte deux boutons, à
la fois élégant et un rien désinvolte dans un costume noir
impeccable” (cf. Bernard Drai, journaliste à Guysen Israel News, dans
un reportage sur une conférence donnée le 20 mai 2003 à
l’université Hebraïca de Jérusalem), et d’autres comme un
“prince de l’esbroufe, satrape cupide et maître à tancer
falsificateur”, tel René Hamm sur le site <alterinfo> dans un article
décapant auquel il sera beaucoup emprunté.


Prince et/ou madone ?

Il est vrai que, nul ne peut l’ignorer, Bernard-Henri Lévy — c’est
bien sûr de lui qu’on vous cause —, vient de sortir un nouveau
chef-d’œuvre: “Un grand cadavre à la renverse” (référence à
une attaque de Sartre contre la gauche dans sa préface à Aden Arabie de
Paul Nizan). Un livre définitif sur la gauche en général et le parti
socialiste en particulier que son éditeur, Grasset, présente ainsi:
“Comment ne pas s’attrister de l’état de crise, voire de
décomposition, du progressisme contemporain ? Et comment ne pas
s’inquiéter de ce que les héritiers du dreyfusisme et des combats
antifascistes ont fait de leurs valeurs et du souffle qui inspira leurs
aînés ? Trente ans après ses débuts, Bernard-Henri Lévy retrouve
ici l’esprit de ses premiers livres. Et, pour qualifier la nouvelle
pathologie qui menace, il propose une hypothèse provocante et féconde:
la gauche n’a triomphé de sa première tentation totalitaire (le
communisme) que pour verser dans une autre dont les sources sont à
l’autre bord de l’échiquier politique (c’est-à-dire, bien
souvent, à l’extrême droite). Elle n’est sortie de la “barbarie
à visage humain” que pour retomber dans l’“idéologie
française”. Au rendez-vous de cette “critique de la nouvelle raison
progressiste” […] Il est moins que jamais question de quitter la
“vieille maison” [le Parti socialiste] squattée par de mauvais
fantômes — mais elle est, hélas, à reconstruire de fond en
comble.”

Avec BHL comme génial architecte, bien entendu, et Ségolène Royal
pour gâcher le ciment et coltiner les moellons.

Impossible donc, depuis quelques jours, d’ouvrir un journal sans tomber
sur un portrait ou une interview de Lévy Bernard-Henri, de se brancher
sur une radio ou d’actionner sa télécommande sans entendre vaticiner
le ténébreux époux de Mme Dombasle ou se heurter à son “visage
couleur (sic) de madone (resic) sortie tout droit d’un tableau du
quattrocento italien”, pour citer encore M. Drai, intarissable sur la
star chez laquelle “tout est finesse (…), sa délicate et peut-être
même fragile stature, son brillant esprit”.


Métissage et repentance: tout pour plaire!

Côté finesse du brillant esprit, justement, voulez-vous quelques
échantillons ? Puisés dans le débat de BHL avec Alain Finkielkraut
(Nouvel Observateur du 4 octobre) et dont on appréciera l’infinie
subtilité et la hauteur de vues:

— “Il y a trois sujets clés pour un Français d’aujourd’hui.
Vichy, la colonisation (1) et, aussi, Mai-68.”

— “Je n’ai aucune tendresse pour ces générations amnésiques qui
décident de se laver les mains de ces blessures dont Levinas disait
qu’elles saignent jusqu’à la fin des temps. Je suis pour la
repentance. Pour le devoir de mémoire (2)… Ce sont les gens ayant en
tête la honte des crimes des générations antérieures qui captent
tout de suite le parfum caractéristique des crimes de masse”.

— “Je suis un cosmopolite résolu. J’aime le métissage et je
déteste le nationalisme… J’espère que le cadre national sera un
jour dépassé. Et [quel aveu!] l’un des principaux mérites de
l’Europe, à mes yeux, est de fonctionner comme une machine à
refroidir cette passion nationale.”

— Un dernier pour la route ? “L’antiaméricanisme est une
métaphore de l’antisémitisme.”


L’anti-Bushisme est-il un antisémitisme ?

Avis donc à ceux qui déplorent de voir des bistrots aveyronnais (ou
même kabyles!) céder la place à des MacDo ou à des Fried Kentucky
Chicken (chaîne n’utilisant que des poulets halal, soit dit en
passant), froncent le nez devant les monstrueux prétextes (armes de
destruction massive, collusion avec Ben Laden, etc) avancés par la
Maison-Blanche pour légitimer l’invasion de l’Irak et se désolent
de la sanglante anarchie où trois ans d’occupation démocratique ont
plongé ce malheureux pays (où, dans la région nord, l’armée
américaine a reconnu le 12 octobre avoir tué six femmes et neuf enfants
lors d’un raid aérien visant de présumés insurgés sunnites
censés appartenir à Al-Qaïda): ils ne sont que des nazis
exterminateurs camouflés en bouffeurs de Yankees.

Inscrit d’office dans cette catégorie pour avoir claqué la porte du
ministère de la Défense quand se déchaîna “Tempête du
Désert” en janvier 1991, Jean-Pierre Chevènement est donc pour M.
Lévy “un nouveau Marcel Déat” et, issu du sérail séguiniste,
Henri Guaino, actuel nègre de Sarkoz,y est “un type terrifiant”, un
“mec raciste” qui tient un discours “ignoble” (3). Avec eux, avec
les souverainistes et les socialistes refusant de voir dans New York
leur
terre promise et dans la littérature neo-conservative des States le
credo
des temps à venir, “une nouvelle tentation totalitaire est en train de
s’installer sur les ruines de l’ancienne”, “c’est-à-dire de
l’extrême droite”.

Abomination de la désolation, on en conviendra, dont BHL, invité le 9
octobre de France Inter, a tenté de convaincre les auditeurs de la
tranche matutinale. Y sera-t-il parvenu ou aura-t-il simplement fait la
preuve que sa vulgarité intrinsèque égale sa niaiserie, quand il
adjura par exemple Sarkozy de radier Poutine de la Légion d’Honneur ?
Comme si le tsar de toutes les Russies accordait la moindre importance
à
la “Rouge” — et à BHL…


Lévy et Cie, une malchance pour l’Afrique

Dans Libération où, la veille, son compère Eric Aeschimann avait
consacré une page entière au “roi de l’arène”, le prince ainsi
promu monarque avait avoué s’être “plus intéressé à la
misère bosniaque qu’à la misère du coin de la rue”, ajoutant avec
coquetterie: “Je suis un peu sourd à la question sociale. Que
voulez-vous, on écrit avec son intelligence et son inconscient.” Mais,
sur les ondes publiques, il a abordé un autre registre, nous bassinant
avec sa fibre populaire, logique chez le fils d’un “homme très
pauvre”, “ayant combattu en Espagne dans les Brigades
internationales”.

De Lévy père, on pourrait dire ce que Mitterrand disait de
Roger-Patrice Pelat, son ami (et complice dans le délit d’initiés
Pechiney-American Can): “Il a été très, très, très pauvre et
puis il est devenu très, très, très riche.”

Car ce ne sont pas ses livres, si bien se soient-ils vendus grâce au
tam-tam médiaticommunautaire, qui ont valu à notre Bernard-Henri sa
fortune actuellement évaluée à 180 millions d’euros, mais la Becob
fondée par son géniteur: une entreprise spécialisée dans le
commerce de bois précieux et que lui-même dirigea de 1995 à 1997
avant de la vendre, à l’insu des actionnaires et pour 750 millions de
francs, au milliardaire chiraquien François Pinault.

Rien de mal à cela ? Certes, sauf que la déforestation massive
pratiquée par la Becob, qui obligeait ses cadres européens à faire
suer le boubou, aboutit à la destruction de nombreux écosystèmes
africains, particulièrement dans l’immense concession (170 000
hectares) de Mboumi, au Gabon. Et tant pis pour la couche d’ozone!

Mais, en affaires, le ci-devant nouveau philosophe ne se vante-t-il pas
d’”essayer d’être plus malin que les malins, plus voyou que les
voyous” ? Et puis, il lui fallait bien exploiter terres et gens pour
entretenir le gigantesque appartement de 378 mètres carrés (prix: 2,7
millions d’euros) qu’il possède à Saint-Germain-des-Prés, tout
près de la brasserie Lipp, plus l’immense riad, le plus beau de
Marrakech, qu’il s’est offert à deux pas du palais de Mohammed VI,
plus la splendide bâtisse maure qu’il a acquise à Tanger. Avec vue
imprenable sur la Grande Bleue… et mur de la honte qu’il a fait
ériger en toute illégalité, à la grande fureur des indigènes,
pour préserver sa précieuse intimité.


Industriel du vide

Tout cela, qui le prédestinait sans doute à frayer avec Nicolas Sarkozy
jusqu’à passer avec lui des heures au téléphone et même des
vacances “au ski” (et sûrement pas dans quelque obscure station
vosgienne), ne nous regarderait nullement si le ploutocrate naguère
esclavagiste sur les bords ne se présentait aussi en bienfaiteur de
l’humanité immigrée. Parrain de SOS-Racisme, il sanglota des
annnées durant sur les pauv’ Afwicains dont la Becob avait contribué
à faire des réfugiés de la faim. L’odieuse imposture n’ayant pas
été démasquée, pourquoi se gênerait-il ? Aujourd’hui, non
content de signer avec son ami Villepin la pétition lancée par Charlie
Hebdo — et qu’ont également paraphée le footballeur Thuram et la
cabotine Adjani — pour exiger, par “pur esprit républicain”, le
retrait du scélérat “amendement ADN”, Bernard-Henri-Lévy a
profité de son passage sur France Inter pour convoquer les auditeurs au
meeting où toutes ces belles âmes, à commencer par lui, se sont
exhibées le 14 octobre au Zénith de Paris à l’appel de
Charlie-Hebdo, de Libération et de SOS-Racisme, rivalisant dans
l’humanitarisme le plus lacrymatoire .

Vous avez dit vomitif ? D’accord, mais quand on a sorti un bouquin, et
qu’on veut qu’il marche du feu de Dieu, il faut bien assurer le service
après-vente. C’est à quoi, bon chien chasse de race, se plie le
commerçant BHL. Mais nul n’est obligé d’acheter sa camelote que,
dès 1979, son coreligionnaire et confrère en philosophie Cornelius
Castoriadis qualifiait d’”industrie du vide”. Ce qui n’empêcha
pas le fabricant de vide de faire le plein… de gogos.

<http://www.rivarol.com/>

<claude.lorne@yahoo.fr>.

_____

(1) A l’exclusion évidemment de la colonisation des territoires
palestiniens par Israël, sujet dont le Français d’aujourd’hui est
à l’inverse sommé de ne pas se mêler.

(2) A quoi Finkielkraut réplique vertement que “les Français
d’aujourd’hui qui font le procès de Vichy, de l’esclavage, de la
décolonisation, ne se repentent pas, ils se gargarisent, ils
s’applaudissent de leur victoire imaginaire sur la bête immonde”.

(3) Ainsi interpellé, le “raciste” a répondu sobrement qu’il
n’avait rien à cirer de “ce petit con prétentieux”. La querelle
entre Vadius et Trissotin avait tout de même une autre allure.
--------------------------------------------------------------------------------------
Eva: Je viens de recevoir cette coupure. Je suis sûre que si Israel n'avait pas une politique comme la sienne actuellement, les esprits s'apaiseraient et il y aurait moins d'animosité et de dérives. En signant enfin une paix juste pour tous (au lieu de poursuivre la politique de colonisation, d'occupation, de détournernement de l'eau à son profit, etc), en ne menaçant pas tous ses voisins, Israêl aurait tout à gagner : La sympathie, le respect, la paix, la sécurité, la diminution notoire du terrorisme, une amélioration du niveau de vie des Israéliens (le bien-être des citoyens plutôt que le sur-armement), etc. Une autre politique s'impose. C'est l'intérêt de toute la région - et du monde.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le 2 octobre, la chaîne 4 de la télévision suédoise a ouvert son
journal vespéral sur une nouvelle très “alarmante” en provenance de
Gränna bien que cette localité, située dans la province de Smaaland,
sur le lac Vättern, ne compte que 3 000 habitants. Pensez donc! A en
croire un sondage pratiqué au sein du lycée local, une majorité
écrasante des élèves familiers d’Internet estiment les sites
révisionnistes plus crédibles et convaincants que
<levandehistoria.se>*, le site “holocaustique” officiel géré par
deux propagandistes juifs au nom du gouvernement suédois et financé par
des fonds d’Etat.
Les professeurs du lycée de Gränna ont reçu l’ordre de mettre tout
en œuvre pour faire renoncer leurs élèves à cet avis hérétique.

http://www.rivarol.com/

*http://www.levandehistoria.se/kommunistiskaregimer
____________________________________________________________________
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 18:27

2.JPGBonjour,

 

La France n’est plus un pays libre ; c’est un état totalitaire. En effet, un groupe a fait main basse sur la télévision, et sur de nombreux médias, les accaparant au détriment de la pluralité républicaine. En clair, cela signifie que les Français ne peuvent plus se faire leur opinion librement sur une question donnée. A leur insu, la réponse leur est imposée, à sens unique. Ce scandale, il faut le dénoncer, j’appelle les internautes à faire circuler cet article, ou mieux, à le reproduire dans leur blog ou sur leur site. Il y va de la liberté, de la démocratie. L’enjeu, finalement, n’est pas seulement national, il est mondial. Internautes, mobilisons-nous pour sauver la liberté d’information et donc la démocratie.

 

Notre société est très malade ; nous allons léguer à nos enfants un monde qui n’est plus viable. En effet, depuis quelques années, la dette de l’Etat a augmenté d’une manière préoccupante, et le phénomène ira en s’amplifiant avec les cadeaux que M. de Sarkozy accorde à ses amis les plus nantis; le pillage des ressources s’intensifie au détriment des générations futures ; la course aux armements, notamment nucléaires, crée un immense danger pour la survie de l’espèce humaine ; les déchets, surtout radioactifs, seront un lourd fardeau à gérer ; nos modes de vie sont un contre-exemple, et ils entraînent une pollution démentielle. Enfin, la démocratie recule partout dans le monde, pire, en dépit des belles paroles, elle est en train de mourir, sous les coups de butoir des oligarchies financières, médiatiques, militaires.

 

Aujourd’hui, je voudrais vous entretenir des médias totalitaires, accaparés par un seul groupe pour imposer ses vues au service d’intérêts très particuliers et au détriment de la liberté - et de l’intérêt général.

 

A vrai dire, j’ai commencé à me poser des questions voici plus de dix ans, en remarquant que les émissions religieuses accordaient à Judaïca une place qui ne correspondait pas du tout au nombre de Juifs en France (plus ou moins 600.000). Moi dont le seul critère est l’équité, le souci de justice, je ne comprenais pas pourquoi les Musulmans qui étaient presque dix fois plus nombreux, ne disposaient que de trente minutes de temps d’antenne alors que la communauté juive en avait quarante-cinq, ainsi qu’une meilleure heure de programmation, plus tardive. L’injustice était si criante, et les récriminations certainement si fortes, que Judaïca dut partager son temps d’antenne avec les Orthodoxes.

 

Plus je regardais les émissions, plus je me demandais pourquoi on voyait surtout des Juifs à la télévision, journalistes, invités, etc. Quant aux prétendus intellectuels, ce sont presque toujours les mêmes qui défilent à l’écran, copinage oblige, et toujours pour refaire le monde à leur façon, bien peu intellectuelle justement, puisque partisane. Pour moi, un authentique intellectuel a non seulement des positions fortes, à contre-courant même, en tous cas souvent dérangeantes et surtout libres de toute appartenance. Dans l’un de mes articles, intitulé «  Il reste au moins une intellectuelle », j’expliquais que je ne me coucherai jamais devant le Pouvoir ou l’Argent, et que je ferai toujours preuve d’indépendance d’esprit, quitte à en subir les conséquences. Portant en moi des influences multiples, notamment religieuses, je ne peux que travailler au rapprochement des peuples, des cultures, des religions : ce qui me convient, c’est d’être un pont, un facteur de conciliation et de réconciliation. Je déteste l’esprit partisan, de clocher, de chapelle. Et nos intellectuels, aujourd’hui, n’en sont pas vraiment ; à longueur d’antenne, ils défendent les mêmes idées, les mêmes engagements, les mêmes causes. En dépit de leur universalisme affiché,  ils se désintéressent toujours du sort des Palestiniens, pourtant les plus opprimés et principal enjeu de la paix dans le monde. Ainsi, B.H. Lévy est un faux intellectuel, toujours prompt à pérorer sur la libération des peuples, en oubliant de mentionner les Palestiniens pourtant les premières victimes de l’injustice.

 

Au fur et à mesure que les années passaient, j’ai constaté une aggravation de la situation.  Dans C. dans l’Air, par exemple ce sont toujours les mêmes invités qui défilent, débattant entre gens de bonne compagnie qui pensent exactement la même chose, à quelques nuances près, et toujours pour défendre le libéralisme et ne piper mot  sur les souffrances des Palestiniens ou des Libanais. L’émission de débat se réduit à un échange entre partisans de plus de libéralisme ou d’un peu moins, lorsqu’on interviewe un policier en pleine élection, c’est afin de lui permettre de faire l’éloge du Ministre de l’Intérieur Sarkozy, quand on parle de la situation au Liban attaqué par Israël,  c’est en invitant les pourfendeurs du Hezbollah et les défenseurs des positions de l’attaquant. Belle neutralité !

 

Quant à la V, on assiste à un défilé des mêmes amis, du Point ou du Figaro ; les adversaires sont réduits à la portion très congrue, ou on s’arrange pour les priver de leur liberté en détournant leurs propos dès qu’ils deviennent critiques envers Sarkozy, quand on ne se contente pas purement et simplement de leur faire parler de la pluie ou du beau temps. Le temps de parole de l’opposition est respecté, mais le contenu est privé de signification.

 

Le pire, c’est FR2, encore et toujours elle. Il y a quelques années encore, la chaîne accordait une place non négligeable aux excellents reportages de Charles Enderlin, qui faisait un vrai travail de journaliste, professionnel, varié,  neutre. Aujourd’hui, les temps ont bien changé, avec l’arrivée d’hommes comme M. Darmon à des postes importants, lui-même chargé de suivre Sarkozy dans le moindre de ses déplacements. Même chose pour Jeff Wittenberg (orthographe non garantie). Désormais, la souffrance des Palestiniens est devenue tabou ; si un Israélien décède lors d’un attentat, on en fait tout un plat, mais si plusieurs petits Palestiniens sont tués, ça n’a aucune importance, la vie n’a pas la même valeur suivant que l’on se place d’un côté ou l’autre de la frontière. Ce n’est plus du journalisme, c’est de la propagande pure et simple. Finis le pluralisme, le débat, la neutralité, l’objectivité. J’ai longuement parlé des médias complaisants dans certains articles comme « FR2 télé propagande », « Appel à résister » (mon premier article), « Alerte, on vous ment, les journalistes se mobilisent », pour ne citer que ceux-là (voyez la catégorie de publication, selon le cas politique, médias, ou pas de catégorie).

 

Si les médias ne respectent pas la neutralité, s’ils donnent la parole toujours aux mêmes qui  défendent des points de vue identiques, s’ils masquent la réalité, la travestissent ou la déforment, s’ils manipulent l’opinion, s’ils taisent les informations gênantes comme les coups de sang de Sarkozy ou les critiques qui lui sont faites, s’ils n’accordent aucune place aux approches contraires ou contradictoires,… ce n’est plus de l’information, c’est de la propagande comme dans l’Italie de Berlusconi. Et c’est tragique pour la liberté et donc la démocratie.

 

J’aime mettre les pieds dans le plat, tant pis pour les conséquences. Lorsque j’étais journaliste pour une grande chaîne de télévision française, à l’époque où celles-ci étaient encore libres, une seule de mes émissions a été censurée, l’interview de la Présidente de l’Association internationale des Femmes pour la paix. Comme vous le savez, ce sont les marchands de mort – d’armes – qui sont derrière les plus grands médias ; on comprend mieux pourquoi la télévision préfère diffuser des films de guerre plutôt que des documentaires sur les initiatives en  matière de paix. L’emprise d’un seul groupe d’intérêts ou d’individus est contraire à la démocratie. Et cette influence est occulte, méconnue du grand public, et elle exerce des ravages à l’insu des citoyens.

 

Jamais une émission sur les méfaits du libéralisme – ou alors quand tout le monde dort, ainsi FR2 s’est risquée à diffuser un remarquable (pardonnez-moi, je ne me souviens plus du titre exact) « dans les coulisses de la spéculation », à cinq heures du matin ; objectif, réaliste fracassant – on sortait de ce documentaire traumatisé ! Si tous les citoyens pouvaient connaître la vérité comme dans ce remarquable reportage, ils deviendraient les adversaires de la malfaisante Pensée unique. Mais non, soit on travestit ou on dénature le réel, soit on l’embellit, soit on s’évertue, comme sur FR2, à citer des exemples à l’étranger qui confortent la démonstration.

 

La télévision, comme la plupart des médias, est pour l’essentiel aux mains d’un même groupe d’individus, orientés de la même façon : la défense du libéralisme et d’Israël. Ce groupe est crispé sur son identité, ses origines, et comme il accapare tous les leviers, l’uniformisation est complète, au grand dam de l’égalité républicaine. Le communautarisme est intolérable, qu’il vienne des Juifs, des Musulmans, ou des Evangéliques. Aux commandes, et à l’œuvre, pourtant, ce sont les mêmes, toujours de parti pris, distillant les mêmes discours, véhiculant les mêmes idées, argumentant de manière identique. Finis l’équilibre, l’ouverture, le pluralisme.

 

En d‘autres termes, les Juifs qui représentent une toute petite partie de la population mondiale, 12 millions d’habitants - c’est si peu – , sont surreprésentés dans les médias, au détriment de la diversité, des Noirs, des Asiatiques, des athées, des Musulmans, des Chrétiens… Jour après jour, ils tissent leur toile d’araignée,  excluant peu à peu tous les autres, régnant en maîtres, décidant de tout, supervisant tout, petite minorité qui impose ses vues à la majorité. L’information est orientée, elle est monolithique, parce que concentrée entre les MEMES mains. A-t-on vraiment réalisé à quel point la liberté est en danger ? Nous ne pouvons plus nous prévaloir de la démocratie. Elle est en train de mourir, sous les coups de butoir d’un groupe, d’un parti unique - bientôt -, et d’un seul homme, Sarkozy, décidant à lui seul de tout. La France devient sans qu’on n’y prenne garde un pays totalitaire. Qu’en pense M. Robert Ménard, le patron de Reporters Sans Frontières ? Rien. Et c’est scandaleux ; Quand on lui parle des dérives des médias, il esquive, il est ambigu. En fait, il protège ses petits copains. Vous voulez mon avis ? Il n’est pas digne de représenter une association censée défendre la liberté de l’information. Qu’il soit démis de se fonctions, c’est une œuvre de salut public. Et le CSA est une imposture.

Qui finance cette imposture, au fait ? Nous, les citoyens ? Nous acceptons cela ? Sommes-nous à ce point aveugles ?

 

Je vous laisse l’article ci-joint à méditer ; je l’ai trouvé par hasard, et j’ai tout de suite su qu’il était dans la vérité, et que cette vérité-là devait être mieux répandue. A vous, amis connus ou inconnus d’Internet, à prendre la relève. Mon blog est né du désir de résister à l’intolérable. Entrons en résistance face à ce monde abject qu’on nous prépare ! C’est un devoir moral.

 

Je vous rappelle que vous devez absolument visiter le site  http://syti.net, comme plus de sept millions de personnes avant vous : pour savoir ce que les maîtres du monde trament contre vous, contre nous tous – impunément. J’appelle de mes vœux une nouvelle prise de la Bastille des privilèges, mais cette fois à l’échelle mondiale.

 

Rendez-vous aussi au Forum de la paix, vous avez tous les renseignements sur le site de http://Robocup555.blogs.nouvelobs.com , il a consacré un article récent au Forum.  Vous pouvez aussi cliquer sur  "forum de la paix",  il est en LIEN (présentation blog)

 

Je vous renvoie aussi à mon article sur le projet d’extermination d’une partie de la population mondiale pour le confort d’une minorité, c’est juste avant « B.H.Lévy communautariste, Israël et le nucléaire et tragédie palestinienne », l’avant-dernier article. Faites circuler cette article, reproduisez-le, et passez à l’action contre l’intolérable qu’on nous prépare, comme dans mon « femmes en guerre contre la guerre », ou « insurrection des peuples contre l’intolérable », etc

 

Je vous dis à bientôt, avec des articles à venir comme « douce Amérique» ou « douce terre d’Israël » (suite des trois  « Douce France » de Sarkozy le casseur), ou « La France en 2010 », un nouveau  «déshumanisons, déshumanisons… » ou encore une sélection d’articles à lire pour comprendre le monde infernal que les maîtres du monde nous préparent. 

Votre Eva. Abonnez-vous à ma prose, gratuitement, voyez newsletters, et recommandez mon blog, c'est celui de l'indépendance totale d'esprit.

TAGS : Déshumanisation, paix, médias, totalitarisme, démocratie, liberté, FR2, la V, C. dans l’Air, Jeff Wittenberg, Mickaël Darmon, B.H. Lévy, Israël, Palestine, résister, France, Noirs, Asiatiques, Musulmans, Chrétiens, Evangéliques, CSA, M. Ménard, Reporters sans frontières, Pensée Unique, Libéralisme, Arabes,  Sarkozy, Berlusconi, Charles Enderlin, Le Point, le Figaro, Judaïca, Internet, Juif, femmes, communautarisme… 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je vous avais promis cet article, qui m'a donné l'idée d'écrire le mien ; impossible de le trouver , il s'est envolé ! Voici la référence que javais notée...

http://lesogres.tv/article.php3?id_article=62 ; 
Je l’avais imprimé en découvrant le site il y a quelques semaines, parce qu’il concernait les médias, auxquels bien entendu je m’intéresse en tant que journaliste professionnelle. Je vous en reproduis une partie.

 ----------------------------------------------

Une petite parenthèse concernant l’Actualité : Sarkozy va voir Bush (FR2 télé propagande dit à l’instant qu’ils vont « se rencontrer dans un lieu où souffle l’histoire »… comme c’est beau ! La réalité doit l’être beaucoup moins : envisager les modalités de la guerre contre l’Iran - pour commencer -, et sous n’importe quel prétexte fallacieux, afin, entre autres, de prendre le contrôle de la production et du transport du pétrole. Voyez mon article « guerre d’extermination des peuples pour le confort d’une minorité »), on verra ce que les médias complaisants en diront ; ensuite, l‘état d’urgence au Pakistan. Tout est lié. A mon avis, il s’agit d’une reprise en mains avant la guerre contre l’Iran et les pays arabes, afin de ligoter le Pakistan au cas où il souhaiterait défendre les Musulmans agressés injustement. Le Pakistan possède la bombe atomique, ne l’oublions pas ; alors, on neutralise les opposants éventuels à la guerre d’extermination d’une partie des Musulmans. Pour moi, les criminels qui engagent les peuples dans des guerres effroyables pour leur seul profit, financier ou de confort, devraient être traduits devant la Justice, et empêchés de nuire. En somme, incarcération préventive, en réponse aux guerres préventives décidées unilatéralement par une poignée d’illuminés comme Bush, Sarkozy, Kouchner – ou soutenues par leurs copains plus ou moins intellectuels comme B.H. Lévy.

 

Voici des extraits de l’article :                           

------------------------------------------------ 

«  La communauté juive française, composée paraît-il de 600.000 personnes, est aujourd’hui prise en otage au plan politique par

-          l’idéologie sioniste : Israël à tous prix et intégrisme communautariste carriériste juif, et

-          l’idéologie néo-sioniste : Avoir raison et dominer en instrumentalisant les Juifs et les Nazis, la Shoah et israël.

-          Les deux pouvant être ensemble et globalement qualifiées d’idéologie néo-sioniste, puisque le sionisme d’origine visant la création d’un Etat israélien n’a plus aucun sens à exister, le but étant atteint.

 

La plus grande arnaque mondiale de l’idéologie sioniste a été de faire croire via les mass-médias ultra-libéraux, aux ordres des vendeurs d’armes et de pétrole, au  concept de « GUERRE CONTRE LE TERRORISME » (indispensable à la poursuite de la politique coloniale d’extrême droite israélienne), une expression qui n’a aucun sens puisque par essence on ne peut combattre le terrorisme que par des actions secrètes de renseignement, ce qui se faisait bien avant le 11 septembre 2001.

 

L’idéologie néo-sioniste met en œuvre des outils sémantiques et des manipulations mentales et politiques qui permettent d’asseoir son pouvoir et d’avoir raison, presque quel que soit le sujet dont on parle. Et pas seulement comme beaucoup le croient au sujet du seul conflit israélo-palestinien, ou de sujets liés à la communauté juive.

 

Ainsi, on instrumentalise les Juifs, la Shoah, et surtout les clichés antisémites, pour développer tous les pouvoirs ultra-libéraux et museler toutes les résistances anti-libérales, voire même simplement « gauchistes » ou « sociales ».

 

Par exemple, toute critique des plus riches ou même de la richesse, deviendra antisémite dans une société corrompue par le néo-sionisme.

 

Ou aussi, tout autre communautarisme que le Juif deviendra antisémite, directement ou indirectement.

 

Le néo-sionisme est une insulte au judaïsme, une perversion politico-religieuse, une insulte à tous les Juifs qui veulent simplement  un respect de leurs croyances, de leurs pratiques, et de leur histoire.

 

Si la répartition des gens dans les médias était fonction des compétences, elle serait proportionnelle en fonction des religions et communautés.

 

C'est-à-dire que sur 100 personnes qui défilent à l’écran par ex,  vous devriez voir un Juif, 10 Noirs, 10 Arabes, 5 Asiatiques, et 74 % qui ne sont ni l’un ni l’autre.

 

Ou si l’on ne parle que religion, 1 Judaïque, 5 Musulmans, 5 divers,  40 chrétiens et 50 athées.

Or, la répartition constatée n’est pas du tout celle-là. Il existe une sous représentation alarmante des Noirs, des Jaunes, des Arabes, mais aussi des Musulmans.

 

Par contre, sur 100 personnes, vous voyez à l’écran près de 50 Juifs là où vous devriez en voir un seul, et vous voyez 50 non Juifs là où vous devriez normalement en voir 99.

 

Mais sur 100 personnes qui défilent à l’écran, vous voyez aussi 50 sionistes juifs et 30 néo-sionistes non Juifs, et 20 personnes « diverses » seulement.

 

Le communautarisme juif n’explique pas seul cette surreprésentation. Les autres communautarismes, noir, arabe, ou musulman ou catholique ou protestant, devraient également avoir placé leurs lobbyistes, or ce n’est pas le cas.

 

C’est bien le lobbying politique néo-sioniste qui amène une très forte proportion de Juifs à condition qu’ils soient sionistes, mais aussi donc la quasi-inexistence  médiatique de Juifs non sionistes. C’est aussi le lobbying  politique néo-sioniste qui impose dans les médias une grande proportion de néo-sionistes non Juifs, et le rejet de non sionistes ou de personnes simplement indifférentes à cette idéologie.

 

Les débats ne sont pas équilibrés. Dans la plupart des débats de société, vous trouverez au moins un représentant de la communauté juive, ce n’est pas le cas pour les autres communautés minoritaires. Vous y trouverez toujours plusieurs idéologues néo-sionistes. Souvent même, sur des sujets très sensibles comme Israël ou Bush ou les payas arabes, vous trouverez 100% de débatteurs juifs, qui ne diront pas la plupart du temps leur partialité dans le débat.

Imagine-t-on un débat sur les Noirs sans Noir ? Un débat sur les Noirs avec uniquement des Noirs ? Quel équilibre de débat ? Quand un débat comporte un anti-sioniste, vous trouverez toujours pour l’encadrer une forte majorité et des « calibres » néo-sionistes. (Eva : Tout cela, je l’ai moi-même constaté, et déploré, au nom de l’équité la plus élémentaire, républicaine).

 

Des émissions se font une spécialité de ce genre de manipulation. Il s’agit de C. dans l’Air… Chez Fog.. (etc).

 

 Les chaînes les plus idéologues néo-sionistes sont Direct 8, BFM, i Télévision, LCI, France 2, France 5, M6.  (Eva : Je ne regarde pas les chaînes pré citées, sauf France 2  et France 5. Et concernant ces deux chaînes, je l’ai évidemment remarqué, car cela saute aux yeux de tout observateur).

 

Les réseaux néo-sionistes sont particulièrement visibles dans l’axe du bien américano-sioniste, dominé par les évangéliques faucons américains, pas Juifs, puisque chrétiens-protestants, mais plus sionistes même que les Israéliens.((Eva : Tout à fait vrai. J’ai fréquenté longtemps les évangéliques, même américains, et j’ai constaté que les chrétiens protestants-évangéliques étaient fanatiquement sionistes – avec les répercussions que l’on sait sur la politique au Proche-Orient -, le meilleur exemple étant une personne de ma famille convertie à ma suite, et devenue d’une intolérance totale depuis qu’elle fréquente les Assemblées de Dieu pentecôtistes. Pour elle, la priorité c’est le soutien INCONDITIONNEL à Israël. Cela pose de graves problèmes, puisque ce fanatisme peut diviser les familles et, à terme, favoriser une guerre dans la région qui peut rapidement dégénérer en guerre mondiale – Bush l’a lui-même dit, envisagé, et probablement a-t-il déjà conçu tous les plans pour atteindre ce but, souhaité par la minorité opulente de notre monde qui d’une part n’estime plus viable une planète remplie d’improductifs à prendre en charge, d’autre part de trop gros consommateurs d’une énergie qui ne sera pas illimitée. Voyez mon article « guerre d’extermination des peuples… », ou le site Syti.net. Naturellement, les salopards qui souhaitent une nouvelle guerre seront les premiers à s’en protéger, comme je l’ai déjà dit, dans leurs bunkers dorés quatre étoiles.))

 

En France, … la mise au jour de ces réseaux (néo-sionistes), contrairement à d’autres réseaux moins fermés et moins complotistes, est rendue difficile par la chape de culpabilité et de diabolisation liée au crime contre l’humanité perpétré par les Nazis sur des Juifs et d’autres minorités.

 

…. Il est devenu impossible à un Juif non sioniste, ou pire, anti-sioniste, d’apparaître à la télévision française, et ceci uniquement pour raison politique et idéologique ! … Les sionistes sont surreprésentés dans les médias : Plus de 50 % des gens qui y ont accès.

 

Ces personnes ne sont en réalité plus juives au sens religieux du mot. Elles sont sionistes, au sens exclusivement politique. ( et donc ultra-libérales, voir à C. Dans l’Air, où des ultra-libéraux « débattent » avec des libéraux qui le sont un peu moins).

 

L’idéologie néo-sioniste est pourtant contraire aux fondements de la République et aux droits de l’homme. " ( L'article continue avec une liste de néo-sionistes que je ne reproduirai pas - Eva).

 

Dans l’un de mes très prochains articles, j’écrirai une Lettre ouverte à G.W. Bush (néo-conservateur chrétien évangélique, lui ; les fanatismes religieux se ressemblent ! Toujours aussi hideux, instrumentalisant à leur profit une religion digne de respect).

____________________________________________________________________________

Sur http://laviedesidees.fr/La-polémique-sur-le-lobby-pro.html , voici un article où l’on parle entre autres des lobbies qui manipulent les médias. Faute de place, l'article ne paraît pas en entier. Cliquez sur la référence que je viens de donner pour la suite de l'article ( Eva)


Idées du monde > La polémique sur le « lobby pro-israélien » Israël autrement

La polémique sur le « lobby pro-israélien »
 
Augmenter police Diminuer police Version imprimable /* Open Centered Popup Window Script- ? DHTMLShock (www.dhtmlshock.com) To add more shock to your site, visit www.DHTMLShock.com */ function centrarVentana(theURL,winName,features, myWidth, myHeight, isCenter) { //v3.0 if(window.screen)if(isCenter)if(isCenter=="true"){ var myLeft = (screen.width-myWidth)/2; var myTop = (screen.height-myHeight)/2; features+=(features!='')?',':''; features+=',left='+myLeft+',top='+myTop; } window.open(theURL,winName,features+((features!='')?',':'')+'width='+myWidth+',height='+myHeight); } envoyer l'article par mail title=

Rédigé par deux spécialistes des relations internationales, le rapport sur le « lobby israélien » a suscité une très vive controverse aux États-Unis. Au cœur de la polémique, le rôle du « lobby » dans la politique étrangère américaine, notamment au Proche et au Moyen-Orient.

 
Recensés

John Mearsheimer et Stephen Walt, « The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy », étude accessible sur le site de la Harvard University : http://ksgnotes1.harvard.edu/Resear...
Le débat public « The Israel Lobby : Does it Have too much Power on U.S. Foreign Policy ? » organisé par la London Review of Books à Cooper Union (New York) le 11 octobre 2006, à consulter en ligne : http://www.scribemedia.org/2006/10/....

Comment expliquer la relation spéciale unissant l’Amérique à Israël ? Deux spécialistes des relations internationales, John Mearsheimer (professeur à l’université de Chicago) et Stephen Walt (professeur à la Kennedy School of Government de Harvard), ont suscité la polémique en répondant à cette question délicate. Dans une étude de 83 pages présentant tous les gages du sérieux académique, mise en ligne sur le site de l’université de Harvard en mars 2006 et publiée simultanément par la London Review of Books (LRB) dans une version abrégée, ils ont défendu leur interprétation de cette relation : le choix américain d’un soutien quasi inconditionnel à Israël s’expliquerait par une influence disproportionnée du « lobby israélien ».

Si c’est la première fois qu’elle est proposée dans une version apparemment aussi rigoureuse, cette explication n’est pas nouvelle. Dans des versions polémiques et quelquefois paranoïaques, elle a été régulièrement avancée depuis la guerre du Liban (celle de 1982) et le soutien américain à Israël dans ce conflit, qui ont coïncidé avec la montée en puissance du lobby. En 1985, Paul Findley, un représentant républicain de l’Illinois vaincu aux élections de 1982 après avoir siégé vingt-deux ans au Congrès, a alimenté la théorie du complot en imputant sa défaite aux tractations du « lobby juif ». Dans un livre intitulé They Dare to Speak Out [1], il a accusé celui-ci d’empêcher toute discussion sur la politique étrangère des Etats-Unis au Moyen-Orient et a mis en garde contre un prétendu contrôle du Capitole par le lobby. D’autres auteurs ont considéré après lui le soutien de Washington à Tel-Aviv comme contraire aux intérêts politiques américains et ont également tenu le lobby pour responsable de ce choix politique, jugé au mieux mal inspiré et, au pire, nuisible [2].

Moins suspecte a été l’attaque de George W. Ball, parce qu’elle émanait d’un acteur respecté de la politique étrangère américaine. Selon cet ancien ambassadeur aux Nations unies, son pays se serait égaré dans un « attachement passionné » pour Israël, dont les coûts financiers, politiques et moraux seraient considérables [3]. Puis, dans le sillage du 11-Septembre, la polémique a été relancée par un débat sur la prétendue double allégeance des Juifs américains. Lorsqu’en 2004 deux anciens responsables de l’AIPAC, l’organisation en charge du lobby en faveur d’Israël, sont condamnés pour avoir aidé un employé du Pentagone à transmettre des informations secrètes à Israël, la théorie de la conspiration renaît.

Une alliance mise en doute

Il faut créditer Mearsheimer et Walt d’avoir tenté de relancer le débat sur des bases sérieuses et d’avoir voulu prendre leur distance à l’égard des études plus ou moins douteuses qui les ont précédés. Un examen rigoureux de l’influence du « lobby juif » avait rarement été entrepris jusqu’alors [4]. Leur rapport a pourtant suscité, à en croire Michael Massing, la plus grande controverse intellectuelle depuis l’article que Samuel Huntington avait consacré au choc des civilisations dans Foreign Affairs en 1994 [5]. Si Mearsheimer et Walt ont été soutenus par des progressistes satisfaits que l’influence du lobby pro-israélien soit enfin soumise à examen, les critiques se sont abattues sur leur étude, venant non seulement des défenseurs habituels d’Israël, mais aussi de la gauche et de personnalités ouvertement hostiles aux objectifs de ce lobby et d’Israël [6]. En réponse à ces attaques extrêmement nombreuses et, pour certaines, d’une grande violence, les auteurs ont nuancé certains de leurs propos dans un court article publié par Foreign Policy [7] puis à l’occasion du débat organisé par la London Review of Books [8] en octobre 2006. Pour comprendre cette controverse, c’est cependant à la version originale de l’étude qu’il convient de revenir.

Cette étude part d’un constat largement consensuel : le caractère exceptionnel de la relation unissant Tel-Aviv et Washington, fondé selon les auteurs sur un soutien américain d’un niveau « unique ». Mearsheimer et Walt rappellent des faits bien établis. Israël est depuis 1976 le plus important bénéficiaire de l’aide économique et militaire américaine – entre 1949 et 2005, l’aide totale des Etats-Unis à Israël s’est élevée à 153 milliards de dollars [9]. Israël jouit également d’un soutien diplomatique hors du commun de la part de Washington. Les auteurs rappellent que, depuis 1982, les Etats-Unis ont voté contre toutes les résolutions du Conseil de sécurité condamnant Israël. Il faut préciser pourtant que le soutien américain n’a jamais été systématique : il est arrivé que Washington prenne ses distances à l’égard d’Israël lorsque ses actions ou ses demandes l’ont embarrassé. Mentionnons également le délai, critique pour Tel-Aviv, avec lequel Washington mit en œuvre le pont aérien assurant le ravitaillement en armes lors de la guerre du Kippour, ou encore l’injonction adressée à Israël en 1989 par le secrétaire d’Etat James A. Baker III de mettre un terme à la colonisation dans les territoires occupés. Ces exemples ne sauraient cependant remettre en cause l’exceptionnel soutien américain à Israël.

Pour Mearsheimer et Walt, tous deux partisans d’une politique étrangère américaine faisant primer l’intérêt national, ce soutien est irrationnel et incompréhensible car Israël serait devenu un « handicap stratégique » pour Washington. Depuis la fin de la Guerre froide, pendant laquelle l’Etat hébreu a joué le rôle de substitut stratégique des Etats-Unis au Moyen-Orient, l’avantage d’avoir Israël comme ami n’est plus aussi évident qu’auparavant. Ce soutien vaut à Washington un blâme embarrassant de la part des démocraties soucieuses du respect des droits de l’homme dans le monde, et fragilise ses relations avec les pays du Golfe. Pour les deux auteurs, il accroît également le risque terroriste pour les Etats-Unis. Pourtant, chacune des guerres dans lesquelles Israël a été engagé a servi de terrain d’essai pour les armes que Tel-Aviv avait achetées à Washington, et la coopération stratégique entre le Mossad et la CIA continue à représenter des avantages pour les Etats-Unis.

Pour Mearsheimer et Walt, la relation spéciale entre les deux pays ne peut plus non plus être justifiée par des considérations morales : Israël n’est plus menacé comme il a pu l’être jadis, il n’est plus la démocratie respectueuse des droits qu’il a longtemps prétendu être et la réparation des souffrances infligées dans le passé aux Juifs se fait désormais aux dépens du peuple palestinien. D’où la question posée par les auteurs : si la relation spéciale liant les Etats-Unis à Israël est en contradiction avec les deux explications classiques de la politique étrangère que sont le réalisme et la moralité, comment en rendre compte ? Pour Mearsheimer et Walt, l’explication est simple : elle « réside dans le pouvoir inégalé du “lobby israélien” », qui serait le seul lobby « à avoir emmené la politique étrangère américaine aussi loin de la direction que l’intérêt national aurait conseillé d’emprunter ». On retrouve là une analyse qu’on a pu déjà lire ailleurs.

Une influence exagérée

L’originalité de l’étude est pourtant de proposer une définition nouvelle de ce lobby comme « coalition lâche d’individus et d’organisations activement mobilisés pour orienter la politique étrangère des Etats-Unis dans un sens pro-israélien », incluant non seulement les organisations juives actives en faveur d’Israël, mais aussi les chrétiens évangéliques et les néo-conservateurs. Dans la suite de leur étude cependant (dès la page 18), les deux auteurs perdent totalement de vue cette définition large : les exemples qu’ils fournissent à l’appui de leur démonstration sont quasiment tous des cas d’influence juive, comme si les Juifs étaient les uniques responsables de la politique américaine à l’égard du Moyen-Orient. Il s’agit là d’une erreur de raisonnement, qui remet en cause le sérieux de la démonstration et conduit à s’interroger sur les intentions réelles des auteurs. Lorsqu’ils écrivent « lobby israélien », c’est en fait le « lobby juif » qu’ils désignent, et plus particulièrement l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), la seule organisation juive à être dûment accréditée auprès du Congrès pour y défendre les intérêts d’Israël.

L’AIPAC (voir l’encadré p. 78) est en effet un lobby très puissant – le deuxième en terme d’influence, après celui des retraités, selon le classement effectué par le magazine Fortune en 1997. Il dispose de très nombreux membres, d’un personnel extrêmement compétent et compte beaucoup d’amis haut placés à la Maison Blanche et au Congrès, mais aussi parmi les syndicats et les leaders évangéliques. Il bénéficie également de l’hyperactivité politique des Juifs, de leurs contributions élevées aux financements des campagnes (d’autant plus efficaces qu’elles sont coordonnées et bien ciblées) et de la prévisibilité de leur comportement électoral. L’AIPAC a également la chance d’être en concurrence avec un lobby arabe qui est bien loin d’avoir son degré d’organisation et son efficacité. Pour Walt et Mearsheimer, tous ces atouts permettent à l’AIPAC de « dominer le Congrès américain ».

Selon eux, la force du « lobby israélien » (en fait des organisations juives pro-Israël) résiderait également dans sa capacité à faire taire les critiques à l’encontre de Tel-Aviv. Grâce à des think tanks extrêmement actifs, tels le Washington Institute for Near East Policy (WINEP) créé en 1985 pour peser sur la politique américaine à l’égard du Moyen-Orient [10] ou le Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) qui plaide pour la coopération des deux pays dans le domaine de la défense, grâce aussi à un certain nombre d’experts et d’intellectuels soucieux de l’intérêt israélien, le « Lobby » parvient en effet à monopoliser largement le débat sur le bien-fondé de la relation avec l’Etat hébreu. Assurément aussi, l’accusation d’antisémitisme est très rapidement brandie. Mais, en accusant le lobby de « manipuler » les médias et de « faire la police sur les campus » (ils pensent notamment à la liste établie par le site Campus Watch [11]), Mearshei-mer et Walt oublient qu’il existe des lieux (telle la Brookings Institution) et des personnes (Noam Chomsky par exemple) qui n’ont pas totalement perdu leur liberté d’expression.

Si l’analyse de l’influence des organisations juives pro-Israël sur le Congrès et les médias est relativement convaincante, celle de leur contrôle de la Maison Blanche l’est beaucoup moins. Il est vrai que, dans certaines conditions, les Juifs peuvent être des « faiseurs de roi » – leur concentration dans les Etats qui comptent pour l’emporter au collège électoral et leur taux de participation record peuvent faire basculer des élections serrées –, mais leur fidélité presque systématique au Parti démocrate ne leur permet pas d’influencer une Maison Blanche républicaine. En outre, même lorsque celle-ci est occupée par un ami de Tel-Aviv, démocrate ou républicain, la cause israélienne peut essuyer de cuisants échecs, ce qu’omettent de mentionner Mearsheimer et Walt. En 1981, l’AIPAC ne parvint pas à empêcher les Etats-Unis de vendre le système de défense antiaérienne AWACS à l’Arabie Saoudite. Toujours sous l’administration Reagan, il ne sut pas éviter la reconnaissance de l’OLP par la Maison Blanche. Plus tard, le lobby pro-israélien tenta à plusieurs reprises d’obtenir le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, mais en vain. Il ne réussit pas non plus à empêcher l’administration Clinton de concevoir un plan de paix qui devait conduire à la division de Jérusalem.

Mais ce qui préoccupe tout particulièrement les deux auteurs est l’influence du « lobby israélien » (en fait de l’AIPAC) sur l’administration Bush – nous arrivons à l’argument central de l’étude qui est aussi celui qui a fait couler le plus d’encre. Pour Mearsheimer et Walt, l’incapacité dans laquelle serait l’exécutif actuel d’imposer des limites aux actions israéliennes dans les territoires occupés et de contraindre les Israéliens à négocier avec les Palestiniens serait à

Partager cet article
Repost0

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages