4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 02:10
                                                                                                  Photo : Palestine Telegraph   Nicolas Sarkozy et Richard Pasquier lors du dîner du Crif l'année dernière
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090302.OBS6902/sarkozy_passera_quelques_instants_a
u_diner_du_crif.html

http://www.alterinfo.net/Effets-des-armes-israeliennes-les-malformations-a-la-naissance-en-augmentation-a-Gaza_a42201.html


Télescopage malformations à Gaza
et dîner mondain du Crif.
Deux ou trois réflexions d'Eva r-sistons

Télescopage édifiant, le même jour: Un article sur l'excellent support d'information "Alterinfo" concernant les malformations frappant les nouveaux-nés à Gaza, suite aux bombardement d'Israël avec des armes interdites - bref sur l'incommensurable souffrance des innocents Palestinens. Et le dîner mondain des donneurs de leçons du Crif, rendez-vous annuel obligé de tous les ambitieux, de tous ceux qui rêvent de pouvoir, d'argent et d'honneurs. Au menu, d'après vous ? L'antisémitisme ! Et lors de ce dîner annuel du Conseil Représentatif des Institutions Juives, le Pt du Crif, Richard Prasquier, a insisté sur les valeurs républicaines françaises. On croit rêver ! Pendant que les Palestiniens souffrent le martyre, les grands de ce monde pérorent, sablent le champagne, et se congratulent.

Liberté, égalité, fraternité. Soit. Mais quelle liberté pour les Palestiniens ? Quelle liberté pour les chercheurs (sur la Shoah) ? Quelle liberté de critiquer Israël bientôt, sur Internet, puisque Prasquier l'a dénoncé en tant qu'espace... de liberté ? Quelle liberté pour les Palestiniens de sortir de leur pays, d'aller en fac à l'étranger, par ex ? 

Egalité ? Pas pour les Palestiniens, emprisonnés, spoliés et bombardés à vie (punition collective, pourtant interdite par les lois de la guerre) ! Ni pour les Tsiganes, qui ont souffert en plus grand nombre de la Shoah que les Juifs, et sans la moindre réparation, eux... La France a indemnisé les descendants des victimes juives, mais toujours rien pour les Tsiganes. Et les autres ? Car dans les camps, il n'y avait pas seulement des Juifs (dont on parle exclusivement), et des Tsiganes, mais aussi des handicapés, des homosexuels, des résistants, des communistes, des Russes, des Polonais....

Quant à la fraternité, elle est à sens unique ! Elle doit être pour les Juifs seulement (qui n'hésitent pas à dire partout qu'ils sont haïs, mais que cette haine est leur fond de commerce, voir "Un oeil sur la Planète", 2003), pas pour les Palestiniens, et apparemment pas non plus pour les Musulmans, constamment fustigés à cause de quelques brebis galeuses ! La burqa ? Elle est aussi "folklorique" que la tenue de certains Juifs orthodoxes encore aujourd'hui en France ! Ainsi, dans mon ancienne résidence à Marseille, il y en avait qui se promenaient en tenue au moins le jour du Shabbat, et ils étaient eux aussi tellement "folkloriques", que mon chien aboyait en les voyant passer !

Monsieur Prasquier, le deux poids deux mesures, ça suffit ! Ne demandez pas aux autres ce que vous, vous ne pouvez pas faire ! 

Et le Gouvernement français s'apprête à édicter de nouvelles mesures spécialement pour ses amis du CRIF, comme justement hier au Parlement, afin que le procès de Fofana soit public ! Désormais, il y aura une loi sur mesure contre les mineurs, afin de complaire aux membres du CRIF qui réclament la publicité des débats pour mieux les instrumentaliser et ainsi, s'exonérer eux-mêmes de leur soutien à Israël, exonérer Israël de ses crimes ! Quand le CRIF décrète, le Gouvernement exécute. Qu'est devenue l'indépendance nationale si chère au coeur des Français, gaulliens au fond d'eux-mêmes ?

Nous allons bientôt avoir l'Affaire Fofana à la Une, pour masquer le fait qu'en coulisses toute l'identité de la France est massacrée ! Casse sociale, casse des Institutions, casse des libertés, etc... Au menu de nos Médias, demain, en gros: "Pauvres Juifs victimes de la Shoah ! Méchants Musulmans terroristes (alors qu'il y a environ deux mille membres d'Al Quaïda dans le monde, d'après des spécialistes du terrorisme) ! Alerte, obésité" ! Oui, on trouve toujours un sujet pour détourner le "bon peuple" de tout ce qui se trame à l'Assemblée nationale ! Ca suffit, cette désinformation - et le deux poids deux mesures scandaleux !

Les Verts et les Communistes (
http://sarkozyisraeletlesjuifs.blogspot.com/2010/02/le-parti-communiste-et-les-verts.html) n'étaient pas invités à la pantomine du dîner annuel de l'Institution communautariste du CRIF, où il est de bon ton de se montrer et de faire sa révérence:  Bravo à eux, cela prouve qu'il existe encore des gens, en France, qui ont des convictions, qui font passer la Justice, les Droits humains, avant le Pouvoir !

Ce dîner annuel où d'ailleurs se pavane le Recteur de la Mosquée de Paris, est un nouveau tremplin pour le monstrueux choc de civilisations auquel les Médias aux ordres des multinationales de mort nous préparent ! La caution musulmane était là: Pour permettre au CRIF d'attaquer plus "librement" les adeptes de la 2e religion de France (après les chrétiens) !  Bref, cette sauterie mondaine a servi de prétexte, encore et toujours, à fustiger les Musulmans (la plupart sont Arabes, et donc sémites eux aussi § ): Antisémitisme garanti ! C'était justement le sujet du jour, comme d'habitude... Mais inversé !

Je suis révulsée. Après l'antisémitisme anti-Juifs pendant des siècles, voici à nouveau l'antisémitisme, mais cette fois anti-Musulmans ! Pourtant, les Juifs devraient être vaccinés contre l'antisémitisme ! Mais non, la bête resurgit toujours, sous une forme ou une autre ! 

Quand nous débarrassera-t-on une fois pour toutes de l'antisémitisme ? Si c'est pour remplacer l'anti-juif par son alter-ego mususlman, tout est à refaire ! 

J'appelle les citoyens à la vigilance. Le CRIF représente la frange extrémiste des Juifs, il n'a plus rien à voir avec le club fondé par Théo Klein, ce Sage qu'on aimerait entendre plus souvent. Et l'antisémitisme n'est pas celui qu'on croit: Il a migré, des Juifs vers leurs frères de sang Musulmans. Ca suffit ! Quel qu'il soit, le racisme est une abomination, et surtout s'il s'achève dans un bain de sang planétaire, via le choc de civilisations juteux pour les multinationales !

Lors de ce dîner mondain, Prasquier a réclamé l'entrée d'Israël (partout, donc. Pour mieux tout phagocyter, contrôler, diriger ?) dans le club très fermé des pays de la francophonie.
Vous voulez mon avis ? Moi je trouve qu'Israël, aujourd'hui, a plus sa place devant un tribunal comme celui de Nuremberg, pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, qu'au sein de la paisible confrérie des pays francophones. 

Avant de réclamer, encore et toujours, de nouveaux droits, Israël devrait plutôt penser à ses devoirs: Ceux, précisément, que Yahvé a confiés à Abraham, le Père des croyants. Sous peine de se renier, de désobéir à Dieu, d'enfreindre les Lois qui lui ont été données. Et d'encourir le châtiment éternel ! 

Il est temps de remettre les pendules à l'heure...

Eva R-sistons

§ "Juifs et arabes sont fondamentalement considérés comme frères. On y évoque à plusieurs reprises leur origine commune, les uns et les autres étant des sémites, c’est-à-dire des descendants de Sem, fils de Noé. Selon la tradition biblique, les arabes se seraient ensuite détachés à partir d’Ismaël, fils d’Abraham, et les juifs à partir d’Israël (autre nom de Jacob), petit-fils d’Abraham" (blog d'Anne Kling).


Photo : Palestine Telegraph  Photo : Palestine Telegraph

Effets des armes israéliennes :
les malformations à la naissance
en augmentation à Gaza


Bien qu’israël ait interrompu son « Opération « Cast Lead » fin Janvier 2009, ses effets sont encore apparents et se feront encore sentir pendant les décennies à venir.  

Les médecins de la ville de Gaza font état d’une augmentation alarmante des malformations congénitales chez les femmes ayant été exposées au phosphore blanc et à d’autres produits chimiques utilisées dans les armes israéliennes.
Dalal Al-Agh, une femme habitant le quartier Al-Tofah dans la ville de Gaza, a récemment donné naissance à un bébé malformé à l’hôpital Al-Shifa. Le nourrisson a des difficultés à respirer, ses bras sont trop courts, et ses pieds et son nez sont plats. Il pèse à peine quatre livres et il a été pris en charge par l’unité néonatale de soins intensifs.

Les médecins ont observé que la mère du nourrisson malformé vivait dans le quartier d’Al-Tofah dans Gaza, lequel a été attaqué par les Israéliens avec des bombes au phosphore blanc pendant la dernière guerre. Ils en déduisent que les défauts à la naissance sont la conséquence directe de l’exposition à ce produit chimique, qui selon les groupes de défense des droits humains, ne devraient pas être utilisés dans des zones densément peuplées de civils.

Le docteur Thabet Al-Masri, chef du Département des soins intensifs néonatals à Al-Shifa, a fourni les statistiques de son unité, montrant une augmentation des malformations congénitales depuis l’invasion israélienne de l’an dernier. Malheureusement, il n’existe pas de statistiques disponibles pour l’ensemble des hôpitaux de la bande de Gaza ou même de la ville de Gaza, a-t-il ajouté.

Environ 40 000 bébés naissent chaque année dans la bande de Gaza, dont 12 à 13 000 voient le jour à l’hôpital Al-Shifa.

Le tableau ci-dessous montre le pourcentage d’enfants nés à Al-Shifa avec des malformations congénitales au cours de la période Juillet-Septembre 2009, comparé à 2008. De toute évidence, il y a eu une augmentation des malformations :

Juillet-août 2008 : 0,7 %
Septembre 2008 : 0,8 %
Juillet 2009 : 1 %
Août 2009 : 1,2 %
Septembre 2009 : 1,2 %

Le nombre d’enfants malformés morts dans les services de soins intensifs a également sensiblement augmenté de 2008 à 2009.

En ce qui concerne les raisons de cette augmentation des anomalies congénitales chez les nourrissons de Gaza, le Dr Thabet accusent des agents à la fois à la fois génétiques et environnementaux. Outre l’exposition de la mère au phosphore blanc pendant les premiers mois de la grossesse, d’autres facteurs environnementaux comprennent les radiations et les gaz utilisés dans les armes employées par Israël dans sa guerre contre Gaza.

Un des enfants difformes, dont le nom n’a pas été divulgué, a quitté les soins intensifs après une opération chirurgicale, mais il y est ensuite retourné en raison d’un dysfonctionnement respiratoire.

En Décembre, l’association Al Dameer de défense des droits de l’homme a publié un document intitulé : « La santé et les problèmes environnementaux dans la bande de Gaza conduisent à une augmentation du nombre de bébés nés avec des malformations congénitales, à des avortements et à des maladies cancéreuses dues à l’utilisation par l’armée israélienne de produits radioactifs et de matières toxiques au cours de sa dernière offensive contre le territoire. »

Montrant la forte augmentation des malformations à la naissance, le document conclut qu’Israël est responsable d’une catastrophe écologique et sanitaire dans la Bande de Gaza.

Selon un responsable au ministère de la Santé à Gaza, une étude sera lancée prochainement pour analyser l’augmentation des défauts à la naissance à partir de 2005 (année où les premières données sont disponibles) jusqu’à 2009, juste après la dernière guerre israélienne contre Gaza. Il a ajouté que les résultats de la recherche pourraient être publiés d’ici la fin février.

The Palestine Telegraph - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.paltelegraph.com/palesti...
Traduction : Info-Palestine.net

http://www.alterinfo.net/Effets-des-armes-israeliennes-les-malformations-a-la-naissance-en-augmentation-a-Gaza_a42201.html


______________________________________________________________________


(Eva) Alerte Ukraine:
Risque de recrudescence Révolution Orange,
de destabilisation de l'Ukraine par l'Occident 
pour contester un résultat ne convenant pas
(destabilisation au détriment de la Russie)  


Ioulia Timochenko menace d'en appeler à la rue une nouvelle fois si Victor Ianoukovitch, son concurrent au second tour de l'élection présidentielle de dimanche en Ukraine, tente de truquer les résultats du scrutin.

L' actuelle Premier ministre a joué un rôle de premier plan dans la "révolution orange" qui avait contesté à Ianoukovitch sa victoire à la présidentielle de 2004 et elle a évoqué l'hypothèse d'une nouvelle révolte populaire.

Le scrutin de dimanche, qui met aux prises l'ancienne égérie de la "révolution orange", âgée de 49 ans, et Ianoukovitch, de dix ans son aîné, est crucial pour l'avenir de l'ancienne république soviétique, écartelée entre ses tentations européennes et celles d'un retour dans le giron de Moscou.

"Si Ianoukovitch veut un combat à la loyale, nous y sommes prêts, mais s'il cherche à tricher, nous serons en mesure de le contrer comme il ne l'a jamais vu, y compris en 2004", a prévenu Timochenko.

L'intéressé a interprété cette menace comme "un signe de faiblesse" de la part du chef du gouvernement et de "prise de conscience qu'elle est en train de perdre".

Ioulia Timochenko a déclaré que si la volonté populaire n'était pas respectée elle en appellerait au peuple.

"Les seules personnes qui se rassembleront place de l'Indépendance seront ceux qui aiment les mêmes plats que Timochenko, la saleté, les mensonges et la diffamation", a rétorqué son adversaire.


DES POLITIQUES ANALOGUES


Victor Ianoukovitch, qui dispose d'une forte implantation dans l'Est et le Sud industriels et russophone, a devancé de dix points au premier tour son adversaire, mieux placée dans le centre et l'ouest, ukrainophones.

Le durcissement du ton de celle-ci indique apparemment qu'elle a senti le vent du boulet lors de ce premier tour, le 17 janvier.

"Elle cherche la confrontation, soit pour obtenir une sorte de compromis en sa faveur au lendemain des élections, soit pour se ménager une porte de sortie honorable sans se sentir totalement battue", estime l'analyste Vladimir Fessenko.

"Il n'y aura pas de seconde révolution orange", ce dernier, faisant allusion au "troisième tour" imposé par la justice ukrainienne en 2004 et remporté par le président occidental sortant Victor Ioutchenko.

Le Parti des régions de Ianoukovitch a présenté mercredi au parlement un amendement à la loi électorale abrogeant une disposition aux termes de laquelle des représentants des deux candidats doivent être présents dans chaque bureau de vote pour approuver le dépouillement.

Timochenko y a aussitôt vu une volonté de trucage. Elle a appelé Ioutchenko, son ancien allié, a bloquer cette disposition, mais celui-ci l'a promulguée.

En dépit de leurs personnalités contrastées, Ianoukovitch et Timochenko défendent des politiques analogues - rapprochement avec l'Europe, amélioration des relations avec Moscou et renégociation du contrat de fourniture du gaz russe.

Mais Ianoukovith a exclu en cas de victoire une alliance avec son adversaire.


Version française Marc Delteil
http://fr.news.yahoo.com/4/20100204/twl-ukraine-election-bd5ae06.html



http://artdevivresain.over-blog.com/article-vaccinations-abusives-le-parlement-europeen-enquete--42217534.html
 .


"Ghettos" de riches...
 Adresses secrètes des riches ...

les grandes fortunes aiment s'y reposer et améliorer leur swing.

Les grandes fortunes aiment s'y reposer et améliorer leur swing. ©  Nicole Carlotti

 


Le golf de Sperone : les grands dirigeants et les peoples, surtout les fans de la petite balle blanche, connaissent bien l'adresse. Cette résidence privée et sécurisée est un véritable refuge pour riches. Ce petit coin de paradis, à côté de Bonifacio, comprend 180 villas posées dans le maquis face à la mer.

Si les vigiles laissent pénétrer un quidam, il ne croisera que du beau monde. Les banquiers y côtoient des dirigeants du Cac 40 et quelques célébrités médiatiques ou politiques comme Christine Ockrent et Bernard Kouchner. Comme dans la plupart de ces résidences privées, certaines maisons sont parfois à louer. Les heureux élus doivent au minimum débourser 7 000 euros la semaine.


plus chic qu'un riad, acquérir un palais proximité  de marrakech, comme richard



La Ville Ocre est à la mode et les fortunes du monde entier s'y précipitent pour mettre la main sur l'un de ses 28 000 riads, ces maisons de notables organisées autour d'un patio à ciel ouvert. Plus d'un millier aurait été vendu pour être restaurés par des occidentaux. Et si le centre-ville ne convient pas, les riches se font construire des maisons à l'extérieur de la ville à la décoration andalou-mauresque, mosaïques au sol avec piscine.

Les Français ont débarqué en premier (parmi eux Pierre Bergé, Anne Sainclair, BHL) mais on y croise aussi de plus en plus de Belges, d'Anglais et d'Italiens. Le prix des riad a été multiplié par cinq.

 

Plus chic qu'un riad, acquérir un palais proximité  de Marrakech, comme Richard Branson. ©  Gildas Lepiller - Fotolia.com

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/adresse-des-riches/?f_id_newsletter=2405



L' Euro: Implosion, ou sursaut ?

En lançant l’idée de monnaie unique,  les entrepreneurs politiques européens sont passés de la haute couture au prêt à porter. Les monnaies nationales étaient  jadis  le reflet du vécu d’un peuple et d’une culture. L’histoire de ces monnaies avec leurs hauts et leurs bas, avec les variations de leurs qualités : niveau de convertibilité, espace de circulation, taux de l’intérêt, taux de change, inflation  etc., était aussi l’histoire de leur  peuple utilisateur. Le DM correspondait bien à l’histoire tumultueuse allemande. Le franc  correspondait bien à l’histoire toute aussi tumultueuse de la France, etc. Bref la monnaie nationale était le vêtement haute couture d’un peuple ou d’une nation.

Haute couture et prêt à porter.

Le passage à l’euro devait changer la donne puisqu’il s’agira de construire un vêtement acceptable par des peuples et nations fort dissemblables : Désormais le « grand mince » se devra de porter le même vêtement que le « petit un peu rond ». La haute couture disparait.

C’est cette question fondamentale du vêtement commun qui va envahir la littérature économique sous la rubrique thématique  de « zone monétaire optimale ». Et il est vrai que les différences entre le « grand mince » et le « petit un peu rond », s’énoncent en termes de régimes démographiques, de niveaux de développement, de fiscalité, de dépenses publiques, de structures industrielles, de poids des échanges extérieurs, d’inflation, de gains de productivité, de dépenses de recherche, de systèmes politiques, de caractéristiques culturelles, etc. Et évidemment la liste des spécificités n’est pas limitative….Encore plus de différences que celles séparant le « grand mince » du « petit un peu rond »

Et puisque les entrepreneurs politiques ne disposaient pas d’une zone monétaire optimale lors de l’ouverture du chantier, le pari était que cette optimalité devait plus ou moins s’auto construire, auto construction résultant des bienfaits évidents de la monnaie unique. Avec le premier d’entre eux : une accélération de la croissance économique de la zone. Mais comment courir plus vite, avec un vêtement qui comprime le corps et les membres du « grand mince », et fait trébucher le « petit un peu rond » ?

La suite est davantage connue : croissance durablement plus faible que partout dans le monde, et surtout maintien, mais davantage encore,  aggravation de la plupart des hétérogénéités. Plus récemment, sous l’impulsion de la crise, le spread de taux sur la dette souveraine qui avait quasiment disparu est devenu fort problématique. Prés de 3% disions-nous dans un article du printemps dernier, plus de 3% aujourd’hui.

Parce qu’il existe naturellement des « grands minces » et des « petits un peu ronds », il existe naturellement des taux d’intérêts – assez bons indices rassemblant toutes les disparités -  qui sont eux mêmes différents. La monnaie unique, introduit la fin du taux sur mesure, pour introduire le prêt à porter : désormais existera un taux moyen, celui fixé par la BCE.

Le « petit un peu rond » , déjà peu adapté à la course, se rattrapait- au moins partiellement-  par la légèreté de sa monnaie qu’il dévaluait en permanence, ce qui permettait le maintien relatif de son industrie. La faiblesse des gains de productivité, était compensée par une monnaie fondante .Il restait pourtant  moins performant que le « grand mince », car la monnaie fondante était naturellement associée à un taux d’intérêt plus élevé. Le « grand mince »,  bénéficiant  de son adaptation à la course,  pouvait maintenir un taux de change élevé associé à un taux d’intérêt bas. La  gêne procurée  par les dévaluations de ses partenaires, restant dans les limites du supportable.

Avec un taux d’intérêt désormais unique- donc  taux moyen qui est une baisse  pour le « petit un peu rond », et une hausse  pour le « grand mince »- et un taux de change qui n’est plus individuellement manipulable, les choses vont changer.

Et tous  devinrent  passagers clandestins.

 Taux de l’intérêt plus faible, et taux de change bloqué, voila  ce qui attend le « petit un peu rond » qui sera désormais victime croissante de sa sous- productivité. La balance commerciale, va rapidement se dégrader sous la poussée de l’une et de l’autre cause : le crédit peu cher, gonfle  l’endettement et  la consommation de produits importés eux-mêmes peu onéreux. Quant à l’investissement,   ses flux sans doute croissants, se porteront plus volontiers sur l’immobilier à débouchés internes, que l’industrie, à débouchés externes limités par la sous –productivité et le taux de change devenu inadapté. Bref, le « petit un peu rond » s’offre une véritable monnaie de réserve à l’américaine : il peut dépenser sans compter, c'est-à-dire sans la menace de la dévaluation de jadis…

Ce qui attend le « grand mince » est fort différent. Son taux de l’intérêt est plus élevé, ce qui ne facilitera ni la consommation ni l’investissement : il risque de courir moins vite. Sauf qu’il reste très compétitif par ses gains de productivité. Il peut, par conséquent, bénéficier pleinement de la croissance du marché mondial impulsée par celle des émergents. Les profits normalement diminués de la rente de l’intérêt sur les marchés nationaux, seront moins pénalisés  à l’exportation : la croissance des exportations, est plus rapide que la croissance domestique. A  l’interne, moins de crédits à la consommation et moins de spéculation immobilière. Le prix du logement évolue peu. Le vrai gain du « grand mince » -que la nature n’avait pourtant pas mal doté- est surtout la garantie qu’il a maintenant, de ne plus être gêné par les « petits un peu ronds » qui avaient la mauvaise habitude de compenser leurs inefficacités par des dévaluations  peu coopératives.

Le nouveau vêtement monétaire est inadapté pour tous les partenaires…. qui pourtant ne vont pas s’en trouver plus mal en temps  de non- crise : si le vêtement n’est pas adapté au corps, les corps vont s’adapter au vêtement. Le « petit un peu rond » se désindustrialise, s’endette, se trouve livré à la spéculation immobilière, mais encore une fois, il vit le rêve de la monnaie de réserve à l’Américaine.

Le « grand mince » ne se désindustrialise pas, développe son hyper-compétitivité -d’autant plus vite que « les petits un peu ronds » ne peuvent plus opposer la barrière de la dévaluation- et connait un environnement immobilier non spéculatif.

Tout ceci revient à dire que la monnaie unique-le vêtement unique -ne rapproche pas les acteurs, mais les éloigne dans des postures creusant les différences. Depuis 10 années, les spécialistes scrutateurs des signes de convergences économiques, constatent et répètent  que de nouveaux  efforts  doivent être  consentis,  pour aboutir à ce qui ferait de la zone euro une « zone monétaire optimale ».  Convergence impossible puisqu’aussi bien, le « grand mince » et le « petit un peu rond » se sont faits passagers clandestins de la zone. Le « petit un peu rond » aime le navire en ce qu’il voit dans l’euro une drogue bien douce. Le « grand mince » aime le navire qui confirme chaque jour une hyper- compétitivité qui n’est plus menacée par les risques monétaires : les exportations dans la zone sont garanties. Les deux sont sur le même navire,  ne se disent rien- les économistes parlent de stratégies non coopératives- en ce qu’ils sont tous passagers clandestins. Le pari de l’euro était de construire une zone modèle. En exacerbant les différences, on affirme, voire on crée, et on enkyste des différences : modèle Rhénan pour l’Allemagne; modèle anglo saxon pour l’Irlande ou l’Espagne, etc.

Lorsque la crise financière devient crise économique, et que les Etats s’épuisent à maintenir les demandes globales en creusant de façon historique les déficits publics, c’est le navire tout entier qui est menacé par l’élargissement  des spreads de taux. Le taux moyen était celui fixé administrativement  par la BCE. Les taux d’intérêt sur les dettes souveraines sont, elles,  fixées par le marché . Là où il y avait bulle spéculative, notamment immobilière, les  choses seront plus graves que là où les bulles étaient relativement inexistantes : la crise sera plus grave chez le « petit un peu rond », relativement moins grave chez le «  grand mince ». Le premier  verra son déficit public augmenter beaucoup plus rapidement que le second. D’où les écarts qui mesurent l’inégalité des soutenabilités de la dette.

 La suite de l’histoire qui s’écrit présentement, ne peut toutefois  être comprise sans la compréhension préalable des mécanismes qui ont engendré l’euro.

Passagers clandestins ou entrepreneurs politiques ?

On ne rappellera pas ici que les groupes, exigeant la libération complète des échanges et du mouvement des capitaux, se sont partout manifestés  très tôt, vis-à-vis des entrepreneurs politiques nationaux. A peine de marginalisation sinon de non- reconduction au pouvoir, les entrepreneurs politiques français furent amenés- dès la fin de la période de reconstruction- à libéraliser et à entrer dans la mondialisation. Il est même possible de dater l’entrée officielle de la France dans cette dernière,  puisque c’est le 15 mars 1983 qu’est décidé le maintien du franc dans le «serpent » et   le renoncement par le groupe au pouvoir,  à toute autonomisation du pays vis-à-vis des forces du marché. Nous avons également vu, que ce renoncement était aussi un renoncement monétaire (cf l’article :http://www.lacrisedesannees2010.com/article-la-crise-scenario-pour-2010-42124131.html).

Lorsque tout fût libéralisé (début des années 80), les entrepreneurs politiques français ont pris conscience des risques potentiels liés au retour de la Grande Allemagne. Jusque là, les déficits budgétaires, qui représentaient le coût de l’achat des voix sur le marché politique, s’évaporaient facilement par l’inflation, ce que nous appelions la répudiation douce de la dette dans l’article précité. Libéraliser était un moyen d’acheter des voix, mais les conséquences de la libéralisation et d’une Allemagne réunifiée et sur- puissante sur le  marché des changes et le taux de l’intérêt, voient le coût de cet achat augmenter dangereusement. La répudiation douce (inflation), se trouve combattue par des taux d’intérêts « durs », que l’on ne peut plus maitriser comme par le passé en raison de la perte de contrôle monétaire. La dépréciation traditionnelle du taux de change, difficile à évaluer en termes de gains et de pertes de voix sur les marchés politiques, est compensée par des taux d’intérêt qui accroissent considérablement le coût de la dette souveraine. Le DM, en devenant  la monnaie phare de l’Europe, va gêner la pérennisation du modèle keynésien inflationniste de cette variante du « petit un peu rond » qu’est la France. Plus clairement encore, l’achat de voix par déficit budgétaire devient une opération qui n’est plus sans contre partie.

L’euro est donc une construction politique, ou  un navire pour passagers  clandestins. L’euro, en offrant un taux de l’intérêt autrement plus faible, permet de pérenniser les déficits budgétaires à coût réduit pour les entrepreneurs politiques. Sans doute les  voix achetées sur les marché politiques ne sont- elles pas  semblables, les entrepreneurs dits de « droite » achetant plutôt avec une monnaie appelée   « mesures fiscales », et ceux dits de « gauche » avec une monnaie appelée  « avantages sociaux » ; elles correspondent néanmoins à un déficit budgétaire.  Cette donnée fondamentale explique qu’il y a eu historiquement, cartellisation des grandes entreprises politiques françaises vantant d’une même voix les mérites de l’Euro. Cartellisation d’un côté, et barrières à l’entrée très élevées sur le marché politique, devaient assurer le succès de la construction.

Bien évidemment, les entrepreneurs politiques allemands, n’ont pu accepter l’euro que sur des bases ne mettant pas en cause le consensus politique du moment. D’où les fameux critères de Mastricht qui théoriquement annulent les avantages de l’euro pour les entreprises politiques françaises. Les marchés politiques étant de court terme, la dépréciation du futur y est forte. Les « petits un peu ronds »,  et leurs entrepreneurs politiques,  ont bien perçu les avantages immédiats …tout en se disant que les inconvénients des critères de convergence, pourraient être un jour renégociés, voire oubliés. Et effectivement, l’histoire devait montrer que les fameux  critères deviendront vite un objectif éloigné, avec des contrevenants qui seront rapidement majoritaires à l’intérieur de la zone.

Sans doute ce « grand mince » qu’est l’Allemagne, connaitra-il l’inconvénient d’un taux de l’intérêt sur l’euro  plus élevé – parce que pollué par les « petits un peu ronds »-que le taux sur lequel rayonnait le DM, mais offrir une monnaie de réserve à l’américaine, à des clients importateurs avides, n’est pas dénué d’avantages.

Les entrepreneurs politiques peuvent-ils quitter le navire ?

Il est inutile de revenir sur l’élargissement des spreads qui résultent des coups de boutoir de la crise. Globalement les « petits un peu ronds » sont très malmenés, et plus encore les variantes les plus consommatrices des bienfaits de la monnaie de réserve à l’Américaine, ceux  qu’on appelle parfois les pays du « club med ». Les spreads lourds qui frappent ces « petits un peu ronds » signifient la relative disparition de la rente monétaire : La monnaie de réserve n’est plus ce qu’elle était, et les taux qui s’élèvent sont le fantôme de la monnaie nationale qui bien que disparue rôde encore. Plus clairement : la valeur électorale de l’euro diminue. Et il devient de plus en plus difficile d’acheter des voix avec des déficits accrus.

Les entrepreneurs politiques au pouvoir en Grèce, présentent des plans d’assainissement qui ne jouissent d’aucune crédibilité : passer d’un déficit public de 12,7% du PIB en 2009 à 3% en 2012, compte tenu des effets récessifs de la diminution de la dépense publique, de la hausse de la fiscalité, de la sous compétitivité industrielle, de la faiblesse de la croissance des économies partenaires, et surtout de l’envolée extrême  du coût de la dette, est rigoureusement impossible. Sans changement des règles du jeu, la Grèce, mais aussi sans doute nombre de « petits un peu ronds », sont définitivement plongés dans la trappe à dettes. Cela signifie par conséquent, que l’actuel bon fonctionnement du marché de la dette souveraine grecque, repose sur l’hypothèse  de l’aléa moral. Par exemple l’apport potentiel de garanties par les autres pays de la zone, ou l’hypothèse de centralisation de la gestion de la dette, au niveau de l’ensemble de la zone, voire l’intervention du FMI.

C’est qu’il sera très difficile aux entrepreneurs politiques de prendre la décision de quitter le navire, même si  la valeur électorale de l’euro est en très forte baisse. Tout d’abord pour les entrepreneurs politiques grecs, qui ne peuvent répudier activement la dette, par exemple en donnant un ordre impossible à la banque centrale grecque, d’acheter des titres publics en euros. Ou en donnant un ordre impossible aux autres banques, de se substituer à la banque centrale. Il y aurait là une rupture de contrat avec l’ensemble de la zone, et des risques majeurs d’essaimage. Cette forme de répudiation serait aussi une imposture puisque le pays en question fabriquerait une monnaie, l’euro, qui n’est plus la sienne.

Une autre possibilité, serait le  « sauve- qui- peut »  des entrepreneurs politiques grecs  renouant avec la Dracme. Là aussi, situation très difficile, car comment rembourser les dettes antérieures libellées en Euros ? Que deviennent les actifs internationaux incorporant de la dette souveraine grecque ? par exemple, que devient l’assurance vie d’un épargnant français dont le fonds obligataire support, est lourdement chargé en dette Grecque ? Là aussi, risque majeur d’essaimage à tout le moins gigantesque et hautement dangereux. Comme quoi, l’association du libéralisme financier et du constructivisme politique, est potentiellement un mélange détonnant.

Quitter le navire, pour les entrepreneurs politiques grecs, n’est donc a priori pensable que sous la pression d’une crise sociale, devenue  incontrôlable par les entreprises politiques traditionnelles. Perspective peu réjouissante. Un raisonnement semblable peut évidemment s’appliquer aux autres « petits un peu ronds ». C’est dire que les marchés politiques, ne vont pas facilement se retourner contre l’euro, et la cartellisation, même fissurée, risque de tenir. Et ce d’autant que l’extrême jeunesse de l’euro, ferait que ce serait les mêmes entrepreneurs qui  au cours de leur carrière, auraient d’abord vendu sur les marchés politiques les vertus de la monnaie unique, pour- 15 années plus tard - en exposer  les insurmontables inconvénients. Les entrepreneurs politiques peuvent-ils se décrédibiliser à ce point ? Vendre de l’équilibre budgétaire- au moins  en tant que promesse- est peut-être aujourd’hui électoralement plus rentable.

Cela signifie t-il pour autant que,  si naguère, en résultante des abandons monétaires, les marchés politiques se sont assez spontanément dirigés vers la création d’une zone monétaire largement artificielle, ils vont à la faveur de la crise, poursuivre la construction européenne et arrimer la monnaie à un grand Etat européen ?

Sur le papier  des croyants du constructivisme, les choses sont simples : il n’y a plus de « grands minces » ni de « petits un peu ronds ». Il existe désormais un seul Etat, sans doute hétérogène, mais disposant d’une monnaie souveraine. Cet Etat serait donc monétairement armé selon la grande tradition des Etats. Peut-être même « Etat non édenté » pour reprendre une expression de l’article précité.  Il n’y a plus de dettes souveraines au pluriel mais une dette souveraine au singulier. L’idée de haute couture peut enfin renaitre.

Cela signifie que les passagers clandestins prennent conscience, qu’en temps de crise majeure,  la clandestinité, désormais électoralement démonétisée,  est moins avantageuse que les stratégies coopératives : Le navire euro ne peut plus être peuplé de passagers clandestins.

La stratégie coopérative,  est plutôt celle du modèle keynésien inflationniste, permettant d’extirper l’Europe du double étau des taux de change trop élevés, et des montagnes de dettes publiques produites  par la gestion de la crise. Cela renvoie à un problème classique de théorie des jeux. Question dont la difficulté est lisible dans le très laborieux fonctionnement quotidien de l’Eurogroupe aujourd’hui.

C’est que le modèle keynésien inflationniste au niveau d’un  grand  Etat suppose désormais une politique économique supranationale, avec en particulier des ressources budgétaires importantes, donc une fiscalité dénationalisée. Or l’arme fiscale et les dépenses correspondantes sont la combinaison productive qui assure l’existence des entreprises politiques nationales.

Le couple monnaie unique/ grand Etat  suppose donc d’énormes changements, qui se ramènent tous à la question de l’évaporation progressive  des  marchés politiques nationaux, au profit de la naissance  de marchés politiques européens. Faire évoluer le navire peuplé de passagers clandestins, vers un navire peuplé de passagers en accord sur la direction  et la gestion du gouvernail, dépend de la capacité à faire naitre des entreprises politiques nouvelles, marginalisant les vieilles entreprises politiques nationales. Les énormes coûts d’une implosion de l’euro pourraient faciliter cette perspective.

L’ambition du présent texte était dépourvue de connotations prédictives plus ou moins prétentieuses. Il s’agissait simplement de repérer le  jeu  complexe des forces  qui dessinent le paysage de l’euro et ses trajectoires possibles.

http://www.lacrisedesannees2010.com/article-l-euro-implosion-ou-sursaut--43801089.html

liste complète



180px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.
Alexandre le Grand, wikipedia


Grèce: Attention aux interprétations faciles

Les décisions récentes: stratégie de remise en ordre des finances publiques avec les programmes sectoriels correspondants, notamment au niveau de la fonction publique; placement du pays sous la tutelle de l'union; lancement d'une procédure en infraction; changement du statut d'Eurostat; etc, donnent lieu aux analyses les plus diverses qui pour autant renouent presque toutes avec la vieille idée du complot.
Bien évidemment ces analyses, partent de l'idée peu contestable, que le plan de rétablissement est irréaliste. Il est vrai qu'en Grèce plus qu'ailleurs les entrepreneurs politiques fonctionnent sur la base d'un clientélisme gourmand en déficit public, l'achat de voix se faisant plus facilement qu'ailleurs en termes de créations d'emplois publics. le plan est simplement politiquement irréaliste. Ce fait n'est guère contestable.
Par contre les analyses qui évoquent l'idée d'un complot financier ou d'un complot bruxellois ne semblent guère résister à l'analyse.

Complot financier tout d'abord.

On entend que les marchés se seraient attaqués à la dette grecque en sous entendant que derrière ces marchés il y aurait de gros acteurs décideurs...les quels seraient en connivence avec les agences de notation qui auraient données le signal de l'attaque. Ces attaques permettant aussi à certains de tirer avantage de la montée du spread. Pour être juste, cette thèse devrait aussi devoir démontrer que ces quelques gros décideurs (mégabanques ou mégahedge funds) disposeraient d'un bilan coûts/avantages très favorables à la sortie de la Grèce de l'eurozone, voire à l'implosion de la zone elle-même. Or ce bilan est impossible à réaliser tant les externalités issues de la stratégie de l'attaque, sont nombreuses et surtout inconnues. C'est que la sortie de la Grèce ressemblerait fort à l'insolvabilité des ménages américains qui dès 2007 vont - sans le vouloir- par le jeu de la titrisation, contaminer nombre d'actifs et déboucher, par mimétisme, sur la crise financière. La dette grecque se trouve comme les crédits hypothécaires, partout dans les produits financiers. Les méga banques américaines ont d'autres soucis aujourd'hui, et vont éviter l'histoire de l'arroseur arrosé.

Complot bruxellois ensuite.
 
On entend ici une affaire plus complexe, certains pays souhaitant la sortie de la Grèce, ou d'autres souhaitant donner l'exemple par la contemplation du supplicié. Là aussi, il faudrait apporter des démonstrations convaincantes. Bruxelles n'est pas une entité homogène. Si tous les pays bénéficient d'un affaissement de l'euro vis à vis du dollar, aucun ne souhaite sérieusement voire la Grèce quitter la zone. Non pas par solidarité avec la Grèce, mais tout simplement par peur de voir redémarrer une crise financière de grande ampleur qui sonnerait aussi le glas de l'euro, et probablement de nombre d'entrepreneurs politiques. Et même si aujourd'hui, les coûts associés au statut si enviable de passager clandestin, sont devenus très élevés, le temps n'est pas encore venu, chez les entrepreneurs politiques, de prendre la décision de quitter le navire. Le navire prend l'eau, mais il vaut mieux encore colmater les fissures et déchirures. D'où la création du statut de supplicié, que l'on met en place, tout en le redoutant, en ce qu'il pourrait entrainer la mort de celui que l'on veut conserver en vie, au moins pour quelque temps encore.

La Grèce n'est pas victime d'un complot clairement organisé.

L'attaque, celle des marchés, est le fait de comportements individuels- bien sûrs intéressés- mais très probablement sans cartellisation. Le statut présent de la grèce, en proie avec le spread considérable de sa dette douveraine est un fait social émergent qui n'est voulu par aucun acteur.
La mise sous tutelle par Bruxelles, n'est pas un complot, mais bien plutôt le produit d'une panique- non pas pour quitter le navire- mais pout tenter de le maintenir à flot, tant que cela est encore politiquement jouable. Les acteurs de l'eurogroupe et de la BCE marchent ainsi sur la pointe des pieds.

http://www.lacrisedesannees2010.com/pages/grece-attention-aux-interpretations-faciles-2508079.html


Je signale aussi 2 ouvrages parmi les publications de janvier:
"Le monde a-t-il encore besoin de la finance"-  Cahiers du cercle des économistes- PUF.119 pages. Et "Les Hedge Funds"- Michel Aglietta et ses doctorants Sabrina Khanniche et Sanda Rigot- Perrin. 363 pages

Jean Claude werrebrouck.


Infos d' www.artemisia-college.org

Concernant l'économie, il se passe de drôles de choses pas "catholiques", comme diraient certains, et d'aucun voudrait bien savoir où l'on va et quand... Tout est maintenu artificiellement et a déjà virtuellement "lâché", mais la fuite en avant est encore la règle...


Grippe H1N1, enfin la vérité : il n'y a jamais eu de pandémie

Le Dr Wofgang Wodarg, épidémiologiste allemand, souligne :

 « Nos enfants ont été vaccinés inutilement, l'OMS a fait une erreur grave et ne mérite pas notre confiance. Les laboratoires n'attendaient que cela alors que la maladie était relativement peu sévère. Ils ont utilisé des substances aux effets mal connus faisant courir d'éventuels risques de santé aux personnes vaccinées : "on ne peut exclure une éventualité de cas de cancer*". 
http://www.come4news.com/grippe-h1n1-enfin-la-verite,-il-ny-a-jamais-eu-de-pandemie-752366

 

 

Fox News annonce une monnaie mondiale et un "Nouvel Ordre Mondial"(rappel)
http://rutube.ru/tracks/2873417.html?v=17f94bf18a8fe4d7aceb60ed2841cd69 (2 mn 30)



Banques Centrales, il se passe des choses étranges

Un exemple : "La permission de Tricher"

C’est très exactement ce que vient de demander le très bien nommé Jean-Claude Trichet à la Commission européenne : la permission de tricher avec l’argent public européen dont les réserves ne sont constituées que par dotations et souscriptions des banques nationales. Cette demande est révélatrice d’une perte de sens commun des plus hautes instances européennes, qui réclament ni plus ni moins que de disposer des fonds confiés par les états-membres sans la transparence indispensable à la légalité de ces opérations.

L’idée de Jean-Claude Trichet est simple : profiter de l’angoisse actuelle causée par la perspective de l’effondrement généralisé du système financier pour donner ou prêter à qui bon lui semble, sans avoir de compte à rendre à personne, sans même que ça ne se sache.

lire la suite de l'article

 

240.000 $, c’est la toute nouvelle offre, on ne peut plus sérieuse, qui est faite par Jock Doubleday, directeur du Natural Woman, Natural Man, association californienne à but non lucratif, au premier médecin ou responsable d’un groupe pharmaceutique, qui acceptera de boire en public, un mélange composé des ingrédients qui se trouvent dans les vaccins administrés aux enfants de 6 ans, d’après les recommandations du CDC des USA
Et alors même que la mixture ne contiendra pas les bactéries ou virus, vivants ou tués, mais seulement leurs additifs, et qu’il s’agit de la boire, pas de se l’injecter (pas comme pour les vaccins aux enfants donc) !
Depuis le début de cette offre, qui à l'origine en janvier 2001, était de 20.000 $, 14 médecins ont contacté Doubleday (l'offre est sur 300 sites internet), mais aucun n'a donné suite...
 

HARRY TEMBENIS, père d’Elias 7 ans

 

« J’ajouterai personnellement  10.000 $ - somme que j’ai dépensée pour les funérailles de mon fils* – si un officiel de la santé accepte la proposition de M. Doubleday ».

Harry TEMBENIS, Worcester, Mass. 20 déc. 2007

 

 

*Suite à la campagne de vaccination forcée au Maryland, en novembre 2007, et dont nous avons fait état dans Floraison n° 57.

Le procureur du Maryland avait distribué des citations à comparaître à plus de 1600 parents d'enfants qui n'ont pas fourni de certificat de vaccination.

 

Puis il a fait rassembler les enfants comme du bétail dans un palais de "justice", pour des vaccinations forcées, pendant que la police montait la garde avec des fusils d'assaut et des chiens d'attaque. À l'intérieur, les enfants ont été vaccinés de force.

 
Rappel : UNE RÉCOMPENSE DE 10.000 $ EST OFFERTE A TOUTE PERSONNE, COMPAGNI
E OU INSTITUTION QUI POURRA FOURNIR LES PREUVES SCIENTIFIQUES DÉMONTRANT QUE LES VACCINS H1N1 APPROUVÉS PAR LA FDA ET DESTINÉS AUX AMERICAINS, SONT A LA FOIS SANS DANGER ET EFFICACES
Les promoteurs de vaccins maintiennent que leur "science" prétend que les vaccins H1N1 sont sûrs et efficaces.
Le CWC et Natural News qui ont lancé le défi posent une simple question : OÙ SE TROUVE CETTE SCIENCE ?
http://www.naturalnews.com/027985_H1N1_vaccines_safety.html


 

 


Haïti, un élément à considérer
Pour apporter de l’eau au moulin de la version "séisme provoqué", voici un site très intéressant !
Le site de HAARP, avec les enregistrements, 24h sur 24h des variations du champ géomagnétique dans le spectre des ULF.
Cliquer sur « next day » plusieurs fois. Vous verrez ce qui se passe le 10, le 11 et le 12 janvier, puis plus rien jusqu’au 20 janvier (date de la forte réplique).
Les données du 9 janvier 2010, à partir desquelles vous pouvez avancer dans le temps (ou reculer) :
http://137.229.36.30/cgi-bin/scmag/disp-scmag.cgi?date=20100109&Bx=on

www.artemisia-college.org


DisplayMedia.aspx?MediaID=1000000000724&


Israël et Palestine: Une guerre d'images et de mots
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=17356



DSK : Alerte !

Sarkozy est de plus en plus impopulaire. Depuis que j'ai écrit mon article sur lui, Strauss-Kahn a clairement affirmé qu'il était prêt, si les Français le souhaitaient, à briguer la charge présidentielle. Au nom de la Gauche ? Quelle imposture ! Cet homme est la roue de secours du capitalisme dévastateur, décrié, aux abois. Sarkozy ou DSK, on ne choisit pas entre la peste de droite, et le choléra soi-disant de gauche ! Eva r-sistons aux impostures


liste complète 



http://www.alterinfo.net/Petraeus-une-attaque-contre-l-Iran-pourrait-provoquer-l-effet-inverse-escompte_a42259.html



Aux SOURCES du chaos mondial actuel
(Aline de Dieguez):


- 1 - Une éminence grise, le Colonel House
-
2 - Pourquoi s'intéresser au Colonel House ?
- 3 - La source des informations sur le Colonel House
- 4 - Biographie du Colonel House
-
5 - Les amis et les soutiens
-
6 - Les banquiers de la City repartent à l'assaut de l'Amérique
- 7 - La réunion secrète des banquiers dans la propriété du Sénateur Aldrich dans l'île Jekyll et ses conséquences
- 8 - Le Colonel House : de la FED au sionisme et vice versa
-
9 - Le second mandat du Président Wilson
-
10 - La Première guerre mondiale
- 11 - Le Colonel House à Versailles
-
12 - La disgrâce
-
13 - Le Colonel House et Edith Wilson: une inimitié réciproque
-
14 - Les dernières années du Colonel House
-
15- Comprendre les raisons de l'influence du Colonel House sur le Président Wilson : la parole est à Freud
- 16 - Conclusion

" La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n'importe quelle idée jusqu'à sa source. " ( Edward Mandell HOUSE )
1ère Partie
Du Système de la Réserve fédérale au camp de concentration de Gaz
Le rôle d'une éminence grise: le Colonel House

(...à suivre)

2ème Partie : Aux sources du sionisme : De Massada à Netanyahou

3ème Partie : Ultime remontée du courant : De l'East India Company à l'empire des Rothschild …et retour au camp de concentration de Gaza.


http://www.alterinfo.net/AUX-SOURCES-DU-CHAOS-MONDIAL-ACTUEL_a42229.html



Coup de coeur pour ces tableaux :



LE MARABOUT DE LA PLAGE 



Le blog de AY MOUSSAOUI 

Copie-de-Le-fant-me-de-Mogador.jpg


Copie de A l'heure de la sieste






Dédale


DSCN6147-copie-4

http://aymoussaoui.over-blog.com




Découvrez mes autres blogs :


Eva coups de coeur
a-coups-de-coeur.over-blog.com


R-sistons à la crise
http://sos-crise.over-blog.com

R-sistons à la désinformation
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 

R-sistons au choc de civilisations
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

R-sistons à l'actualité
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

R-sistons actu : Cliquer sur le papillon :

Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article... Lettre ouverte d'un médecin à Nicolas Sarkozy (et à la Justice)


Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article... La "Pax Americana", armée et sanglante
(liste des interventions américaines jusque 1990)


Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article... M. Elkabbach, de qui vous moquez-vous ?


Un aliment de base menacé : l'Union Européenne ne doit pas autoriser le riz génétiquement modifié de Bayer

Egor Gaidar (1956-2009) : l'architecte de la restauration capitaliste en Russie

Le Hamas dément " les fausses versions" israéliennes sur l'assassinat de Mabhouh

Nucléaire iranien: Les Etats-Unis et la France soufflent de nouveau le chaud

Lieberman: Assad perdra le pouvoir si Damas déclenche une guerre

Le dossier des crimes de guerre du régime sioniste sur la table du TPI

La BCE souhaite le secret pour certains sauvetages de banques!!!

Altermondialisme ou barbarie ?

Qui combat la politique colonialiste de l’Etat d’Israël, ses crimes, l’oppression du peuple palestinien n’a pas sa place au dîner du Conseil « représentatif » des institutions juives de France !

Le CRIF n’a d’ailleurs de représentatif que sa prétention à tenir ses positions réactionnaires au nom de toutes les personnes d’origine juive, à tenter de les enrôler derrière son soutien indéfectible à la politique des gouvernements israéliens. L’Union juive française pour la paix, entre autres organisations et personnalités, le dénonce régulièrement.
http://www.alterinfo.net/Diner-du-CRIF-il-y-a-des-invitations-que-les-communistes-peuvent-s-honorer-de-ne-pas-recevoir-!_a42223.html


Partager cet article

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Communautarismes
commenter cet article

commentaires

R-sistons à l'intolérable 11/02/2010 07:18


Chère Rita,

plus le temps de dormir, à peine de manger, j'ai les yeux rouges et enflés... c'est impensable ! Je ne peux plus continuer comme ça !

je t'embrasse très fort, eva

Je ne fais pas à moitié les choses, j'ai un caractère entier, slave !!!


ritapitton 06/02/2010 18:43


Bonsoir Eva,
A part la petite confusion entre musulmans et arabes sémites que tu as d'ailleurs rectifiée ton texte véridique, direct , ouvre les yeux de tes nombreux lecteurs sur les manigances honteuses du
Crif sioniste !!  N'arrête pas ce blog car il est utile .Merci Eva .
Bises .Rita .


Eva R-sistons 05/02/2010 14:10


Je vais bientôt arrêter ce blog, je suis saturée de toutes ces atrocités, je vais souffler, j'ai dit ce que j'avais à dire, tant pis si vous préférez défendre VOTRE clocher

Les occidentaux, avides de profit toujours plus importants pour une minorité, détruisent tout et nous préparent l'apocalypse nucléaire dans leurs guerres totales, préventives, nucléaires... pour
faire travailleur leur maudite industrie militaire, la City, Wall-Street, les multinationales de mort.

Les problèmes au Darfour ou au Congo ? Ils sont liés aux destabilisations à des fins de profit de vos amis occidentaux, anglo-saxons, israéliens, européens maintenant

La Chine a raison de garder le Tibet, bravo à elle d'avoir aboli la féroce société féodale, les Occidentaux se servent du Dalaï-Lama financé par la CIA, pour essayer d'affaiblir la puissante
(tant mieux !) Chine en l'amputant d'un tiers de son territoire

Je ne suis pas gauchiste, mais Gaullienne de gauche
Les morts provoqués par Israël: Il y a bien pire, les vies brisées; l'extermination (hypocrite - cf malformations) des Palestiniens dans la plus grande prison du monde (tout un
peuple!) constitue le plus grand scandale de l'histoire de l'humanité, conçu par une société faussement démocratique, violant toutes les lois humaines, de la guerre, internationales- c'est à vomir
!

les 2000 activistes d'Al Quaïda, instrumentalisés par les Occidentaux, ne me font pas peur, mais l'apocalypse quotidienne (cf aujourd'hui la mort de nos collectivités territoriales, la mobilité des
travailleurs, les chômeurs en fin de droits etc, en qq jours, qui vont détruire la démocratie locale et l'emploi, apocalypse dont vos amis qui colonisent les Médias français pour en faire les
pires d'Europe, ne parlent jamais) et future, planétaire, shoah planétaire de l'humanité via la guerre mondiale en préparation. Pauvre humanité victime d'une poignée de salopards ! 

La politique militaro-financière de vos amis occidentaux est monstrueuse, elle détruit tout et nous mène à l'apocalypse décrite par la Bible. Les derniers temps sont proches, tant mieux, la vie
telle que vos amis la programment sur terre, est IRRESPIRABLE, mortifère, invivable

Yahvé châtiera pour l'éternité les fauteurs de troubles adorateurs du Veau d'Or (encore, plus que jamais),

eva  


gw29 05/02/2010 13:23


"Je déteste la politique d'Israël"

Outre que la détestation est un sentiment irrationnel et que l'affirmer de la sorte nourrit un sérieux doute quant l'objectivité de vos analyses, je trouve pour ma part que vous avez
l'indignation sélective.

Vouv vous focalisez sur le conflit israëlo-arabe qui à fait à peux près 10.000 depuis 1947.

Mais où est donc votre indignation concernant les 300.000 morts et 2,7 millions de réfugiés du Darfour?
Des musulmans arabes qui masacrent d'autre musulmans noirs, n'y aurait il pas quelques relents de racisme derrière tout çelà?

Que pensez vous également des millions de victimes de conflit en RDC où se déroule dans l'indifférence générale le plus grand génocide depuis la fin de la seconde guerre mondiale.?

Et le génocide des tibétains par les chinois?

Avec un peu d'honnêté intellectuelle, vous pourriez même vous inquiéter de la décroissance rapide des populations juives des pays arabes (contrairement aux palestiniens dont la démographie se porte
très bien).

En juxtaposant certaines cartes, vous pourriez aussi vous rendre compte que l'islam et les musulmans sont impliqués dans plus de 80% des conflits dans le monde, principalement là où leur
sphère d'influence rencontre  celle d'autres cultures (excepté en europe où nous les acceuillons à bras ouverts), et que l'islam est une doctrine expansionniste bien plus aggressive que
celle que vous vilipendez sans cesse dans vons colonnes.

Mais non, il est tellement plus simple de penser que tous les malheurs du monde sont le fait de 7.5 millions d'israëliens (les affreux sionisss).
Celà permet à tous les mouvement gauchisant de se persuader qu'il luttent pour un monde meilleur en participant aux cotés des thuriféraires du Hamas et du Hezbolah (institutions démocratiques et
respectueuses des droits de l'homme s'il en est) à des manifestations pro-palestinienne où l'on brule des étoiles de David en criant "mort aux juifs" (et celà se passe en France).

L' antisionisme est décidément le cache-sexe de l'antisémitisme (ou anti-judaisme si vous préférez).

Il est curieux que parmis ces gauchistes il n'y en ai pas un d'assez intelligent pour méditer sur le sort des communistes iraniens.
Ceux-ci s'étaient alliés aux islamistes pour renverser le Shas.
Sauf qu'un fois au pouvoir, les ayatollahs sse sont promptement débarrasé d'eux (couic!).
La doctrine d'extrème gauche est matérialiste et athée, pourquoi diable cet alliance avec les islamistes?
Vous devriez les combattre de toutes vos forces.

Pour rappel, Israël n'a jamais déclenché de guerre contre ses voisins, mais à riposté contre l'aggression de ceux-ci, y compris lors de l'opération Plomb Durci, pendant laquelle l'utilisation dui
phosphore blanc n'a pas été avéré, contrairement à ce que la propagande arabe que vous relayez fidèlement affirme.
Il nait des enfant malformé partout et pour des tas de raisons dont la moindre n'est pas les saletés que nous mangeons, buvons et respirons.

En 2006, les israëliens se sont retirés unilatéralement de Gaza,en chassant par la force leurs colons.
Les palestiniens auraient pus valoriser cet accès à la mer pour développer leur économie.
Mais non, ce qu'ils ont fait c'est porter le Hamas au pouvoir, qui à transformé Gaza pas de tir pour roquette Katioucha à seule fin de harceler les population du sud d'Israël.
De préférence en installant ces pas de tir dans des écoles ou des hopitaux afin que tout riposte israëlienne s'accompagne inévitablement de dommage collatéraux horribles.

C'est celà aussi l'islamisme, des gens prêt à sacrifier leurs enfants et leurs malades sur l'autel de leur antisémitisme (judaisme...) forcené.

L'anisémistisme est consubstanciel à l'islam, en voici un petit apperçu:

http://www.youtube.com/watch?v=HsoCF-G_hmk&feature=player_embedded

Mais vous allez certainement ranger ce personnage parmis les "quelques brebis galeuses"...


Eva R-sistons 04/02/2010 17:26


GW, tu as tout à fait raison, j'ai en écrivant si vite cette nuit, commis un impair, je le répare:

Musulmans, la plupart du temps arabes et donc sémites - est plus précis et juste

Je déteste la POLITIQUE criminelle d'Israël - ce sont les politiques que je dénonce, pas les gens eva


R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages