31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 08:08

Je voulais écrire un article sur le voyage de Sarkozy aux Etats-Unis, sur l'alignement décrété par le Président, contre le désir des Français et contre les intérêts de notre pays... et puis j'ai eu la nausée... Lorsqu'on est attaché à l'indépendance toute gaullienne de la France, lorsqu'on est imprégné des idéaux de Gauche, pleinement de Gauche, alors les bouleversements infligés à notre pays sont insupportables. Bref, j'ai voulu marquer une pause. Etre moi-même. Partager avec vous quelques bribes d'enfance, quelques pensées, m'offrir une parenthèse, une ode à la Vie. Vous le savez, j'ai grandi dans un certain milieu, que je n'ai pas choisi. Mais l'ancrage à la terre m'est resté - et je crois que c'est la valeur la plus sûre qui nous soit donnée. Plongeons ensemble, voulez-vous, dans la "vraie vie"...  Celle qui n'est pas frelatée, celle qui est aux antipodes de la direction que notre Président donne à la douce terre de France.... eva   

   

paysage-campagne.jpg 

 

Mes amis,

 

Dans un courrier que je reçois, il y a une invitation à participer à un Colloque sur le retour à la terre. Quel beau sujet ! A l'heure de l'urbanisation folle, à l'heure de la deshumanisation insensée, je crois qu'il est temps d'alerter nos concitoyens sur les vraies valeurs, celles qui sont éprouvées par le temps, celles qui fondent une vie sur des bases solides - oserais-je le mot ? Sur des racines solides.

 

Quoi ? On laisserait, sans réagir, nos campagnes devenir des déserts ? Et on laisserait nos agriculteurs se suicider ? Et on laisserait nos villages se dépeupler, se vider, se désespérer ?

 

epis.jpg    

 

Petit retour en arrière. La terre, j'y suis née. Dans la bonne terre de Normandie, chaude, rurale, rustique, accueillante. Mes parents y avaient une maison de maître, devenue avant le débarquement le quartier général des officiers de l'Armée allemande. Pendant que les quatre domestiques et le palefrenier se terraient dans l'abri, ma mère s'occupait des bêtes, en plein bombardements, trayant les vaches, bravant tous les dangers - et même les officiers, qui ignoraient qu'elle comprenait l'Allemand. Il fallait nourrir les animaux. J'ai encore le tableau du poulailler de la résidence secondaire familiale en Normandie. Et ce tableau montre les poules en liberté, heureuses de vivre - et un poulailler sur pilotis, plus grand que mon logement, car aujourd'hui tout est petit, tout est mesuré, tout est mesquin. 

 

groupe2.jpg 

 

Inutile de dire que je suis scandalisée par le sort qui est réservé aux bêtes, aujourd'hui. Privées de liberté, d'espace, d'herbe, de lumière, entassées comme du bétail que l'on conduit à l'abattoir. Le traitement que nous infligeons aux animaux est révélateur: Notre sociétée est malade. Barbare. Elle va droit dans le mur ! Car elle ne respecte plus rien, que l'argent, conduisant les individus à se battre les uns contre les autres. Vous avez dit compétition - modernité ?

 

 

250px-Industrial-Chicken-Coop.JPGpoulailler%20_landais.jpg

Wikipedia - aujourd'hui  ... et hier (poulailler sur pilotis, http://poules.landaises.free.fr/elevage.htm)

 

Née en Normandie, en pleine terre, avec une mère prenant soin des animaux, et au milieu d'eux, comment ne pas être imprégnée des vraies valeurs ? Comme Tarah, dans Autant en emporte le Vent: "La terre, la terre ! Il n'y a que cela qui compte !" Et de surcroît, je suis Capricorne. La terre, encore. Je rêvais d'épouser un pêcheur - car j'ai la passion de la mer, de la voile - ou un agriculteur - car je suis imprégnée de la terre, façonnée par elle. Et des vraies valeurs, celles qui défient le temps, et que des hommes comme Sarkozy piétinent allègrement, ne respectant que l'argent, affamés qu'ils sont de pouvoir, de lucre et de renommée ...

 

chat-et-souris-j.jpg

 

Alors, ne vous étonnez pas si je suis pétrie par la terre, comme un chêne jaillissant du sol, solide, défendant les vraies valeurs, la vie simple, les choses simples, au contact de la nature, des bêtes, des gens simples, prônant un retour à la terre... Il y a quelques années, lorsque j'accueillais chez moi les coeurs brisés, les malmenés par la vie, clochards, sortants de prison, prostituées, jeunes à la dérive, Compagnons d'Emmaüs en rupture, drogués..., je leur conseillais de s'installer à la campagne, de sortir de leurs cités ou du béton, pour redécouvrir les pierres, l'herbe, un rythme de vie naturel, les bêtes, les odeurs de la campagne, le goût de la vie, tout simplement... d'une vie qui n'est plus artificielle et même virtuelle !

   

250px-Charles_Deas_A_group_of_Sioux.jpg

wikipedia 

 

Et ne vous étonnez pas si j'aime tant les Amerindiens, choyant par-dessus tout la terre, respectueux de tout ce qui vit, attachés aux vraies valeurs, à l'authenticité, à la sincérité, au partage.... Et ne vous étonnez pas si je suis une amoureuse de la vie, et de tout ce qui vit, et si je malheureuse quand on piétine la terre, le terrien, quand on inocule du poison au sol ou à l'eau, quand on rend impropres à la culture les terres en les bombardant, quand on méprise l'humain, quand on marchandise le vivant, et même quand on vend la terre, qui appartient à tous, finalement - y a-t-on pensé ?

   

agric-ancienne-copie-1.jpg  

 

Où sont nos villages d'antan, nos petits lopins de terre qu'on cultivait avec amour, qui nous nourrissaient tous, où sont les grandes maisons où toutes les générations se mêlaient, s'entraidaient, s'entrelacaient, où sont les petits commerces si charmants, nos herboristes, nos merceries, nos ferronniers, les repriseuses de chaussettes, le rempailleur, l'affûteur de couteaux, le garde-champêtre, le remplaceur de vitres cassées, et tous nos marchands-ambulants - et par-dessus tous nos agriculteurs, heureux de cultiver la terre, assurés d'en vivre... 

  

 

fete-voisins.jpg

 

Où sont nos bals-musettes, nos anciens discutant sur le pas de la porte, nos rues fleuries, nos bons feux de cheminée, nos fêtes champêtres, nos braconniers, même... où sont-ils ? Les enfants montaient dans les cerisiers, ils jouaient à la marelle et à la balle aux prisonniers, ou aux gendarmes et aux voleurs, ils pouvaient se battre sans que la Maréchaussée ne soit alertée, et quand ils n'étaient pas sages, la maîtresse leur tapait sur les doigts...

   

tsiganes-vue-j.jpg

 http://www.westimpact.com/Solet-Tsiganes-1.JPG

 

Ne vous étonnez pas si je regarde avec envie passer les roulottes, pardon, les caravanes, des Gitans, des nomades, eux qui vivent ensemble, autour d'un feu, n'ayant que le ciel pour toit et la terre qui appartient à ceux qui s'y allongent, eux qui ne sont pas attachés à l'argent, qui ne savent même pas compter, et qui ne font jamais de guerre... Allez les voir comme je l'ai toujours fait: Ils partageront le peu qu'ils ont, et ils sortiront leurs guitares et leurs tambourins !

 

Indien-Amazonie.jpg

 

Ne vous étonnez pas si en Amazonie ou dans les longhouses de Bornéo, en pleine jungle, j'ai partagé avec délices la vie simple de ceux qui font corps avec la terre, l'eau, l'air, se baissant pour cueillir les fruits, se redressant pour chasser, n'ayant nul besoin d'argent ou de commerces, vivant en osmose avec la nature, une nature si généreuse qu'elle fournit tout ce dont l'individu a besoin, même les plantes pour soigner ou les peaux de bêtes pour se vêtir... Peuples premiers... Et nous, que sommes-nous ? Peuples derniers, vraiment derniers ? Et si nous cessions de courir après le travail, les heures supplémentaires, l'argent, les rencontres virtuelles... et si nous partagions la terre, et si nous la cultivions en toute simplicité, et si nous nous rendions service entre voisins, et si nous échangions nos connaissances, et si nous nous accueillions tous, sans chercher à savoir si nous sommes blancs, jaunes ou noirs, chrétiens, juifs ou musulmans, handicapés ou gâtés par la vie.... et si on redécouvrait le goût des choses toutes simples, le plaisir  d'une tartine de confiture, la joie des farandoles, le bonheur de la vie au grand air, le bonheur du partage, le bonheur du réel vraiment réel ?

   

champ.jpg 

 

Et si nous disions non au virtuel, et si nous refusions toutes les peurs qu'on veut nous insuffler pour mieux nous asservir, et si nous retrouvions nos âmes d'enfants pour nous émerveiller, pour ré-enchanter le monde ? Et si nous refusions tous les jeux frelatés auxquels on nous demande de participer ?    Distribution.jpg

http://legardechampetre.over-blog.com/ 

 

Et si, et si, et si...

 

Demain est un autre jour, et il peut être beau si nous le voyons beau, si nous le faisons beau, nous, tous ensemble !

 

Joie.jpg 

 

Laissons les jongleurs de chiffres, de dollars, de crises, de pandémies, de guerres, ne nous occupons plus d'eux, rions d'eux, et puis retournons à la terre, cultivons-la, et la fraternité, et la simplicité de vie, alors oui, tout deviendra beau, car lorsqu'on sait regarder, le monde est si beau, si généreux, il nous suffit de cueillir à pleines mains, le bonheur est à notre portée ! Mais sortons des villes, sortons de la compétition, sortons de l'accumulation, sortons du frelaté, sortons de l'égoïsme, sortons de toutes les modernités qu'on veut nous imposer et qui ne sont que régression, seulement cela... la vie nous tend les bras ! Sans "eux", sans leurs fausses valeurs, sans leurs chaînes, sans leurs bourbiers...

 

Chiche ! On retrouve la vraie vie ?

 

Eva R-sistons

 

 

Champ de coquelicots

 

Clin d'oeil sur un personnage pittoresque,

surgi du passé pour nous le faire aimer...

 

Quel-accueil-.jpg 
 

Le Garde Champêtre va à la rencontre du public,accompagné de sa musique et de ses dégustations surprises, annonce les événements, conduit les défilés, maintient le contact avec le public de façon débonnaire et inspirée et entraîne la foule précisément là où vous désirez qu’elle se rende.

Avec sa bonne humeur et sa poésie burlesque le Garde Champêtre maintient le contact avec le public et entraîne la foule dans son sillon. Grâce à lui les passants deviennent les acteurs de leur lieu de vie. 

Le Garde Champêtre poète burlesque et pittoresque, jamais à court d’un bon mot, est le fil rouge de la manifestation, un Monsieur Loyal à la gouaille intarissable, à l’aise avec toutes les générations ; c’est un passeur de paroles et d’émotions. 

Le Garde Champêtre est un poète au grand coeur ; il fait naître des émotions en investissant les lieux stratégiques d'une ville (quartiers, marchés, foires, places...), il est le lien entre les différents spectacles ou animations et n'oublie jamais un petit geste de tendresse...


Pendant un festival : Le Garde Champêtre tel un ludion intervient, allant d’un spectacle à l’autre, d’une partie de la ville à l’autre, pour faire le lien entre les différents spectacles que vous avez choisis.


N'hésitez pas à le contacter par mail:
ciebalsamo@wanadoo.fr

ou par téléphone au 06.16.67.66.31 

icon_arrow.gif C'est le moment ou jamais: Il fête cette année ses 10 ans de tour des mondes de France icon_exclaim.gif

  

http://legardechampetre.over-blog.com/

 

tsiganes-roulotte-j.jpg  

 

Remettre l'éthique

au centre des décisions stratégiques...

 mains.jpg

 

L'entreprise et le chrétien

 

Philippe de Woot, Lettre ouverte aux décideurs chrétiens en temps d’urgence, Lethielleux/DDB Desclée de Brouwer, 2009.

Lors de la conférence organisée par l’ADIC (Association chrétienne des dirigeants et cadres) le 4 février 2010 à l’église Saint-Etienne de Froidmont, Philippe de Woot (professeur émérite de l’UCL) a repris les principaux thèmes de son livre et a complété un certain nombre de ceux-ci en lançant des pistes de réflexion que nous reprenons ci-dessous.

« Je crois que nous sommes entrés dans une phase où la folie nous guette et la barbarie nous menace et c’est là que le cri prophétique devrait être poussé . »

« Un auteur récent disait que le Barbare est celui qui oublie son humanité. Notre système oublie son humanité. Notre système est un système mécanique. C’est un système froid, rationnel, sans cœur. »

« Je voudrais proposer l’idée que les dirigeants d’entreprise devraient avoir une vision nouvelle. Pour moi, l’entreprise nouvelle, ce serait trois choses :

  • redéfinir sa finalité.   Ce qu’on enseigne dans les écoles, c’est la pensée de Milton Friedman :   le rôle social de l’entreprise et l’enrichissement de l’actionnaire.   Définir la finalité de l’entreprise en termes financiers alors qu’on   crée des produits, des biens, des services, un progrès, c’est une   folie et c’est malheureusement ce que toutes nos business schools   continuent à enseigner ;
  • remettre l’éthique   au centre du débat et au centre des décisions stratégiques ;
  • élargir la concertation :   les patrons éclairés font des partenariats avec des ONG, s’engagent   dans la construction européenne, dans les réseaux de responsabilité   sociale. »

La nouvelle entreprise serait celle qui rééquilibrerait autrement l’esprit d’entreprise, le leadership éthique et l’engagement politique au sens grec du terme, l’entreprise participant au débat public.

Dans le derrnier chapitre de son livre, qui s’ouvre par deux citations, l’une d’Ezechiel et l’autre d’Isaïe, l’ouvrage de Ph. De woot prend une dimension prophétique. N’est-il pas dans la droite  ligne des textes évangéliques quand il dit : « La transformation de notre système économique ne se fera durablement que si les hommes et les femmes qui l’animent se sont eux-mêmes transformés », lorsqu’il interpelle les chefs d’entreprise : « Allons-nous nous laisser tenter par la démesure et l’orgueil prométhéen… ou resterons-nous conscients de notre fragilité, d’une fraternité à partager, compatissants, à l’écoute des autres… ? » ou lorsqu’il s’adresse à chacun d’entre nous : « Si l’on est chrétien, comment ne pas vouloir transformer notre système économique ? ».  Et le livre se termine par un très beau texte de Dom Helder Camara, ce prophète des temps modernes qui, en paraphrasant le credo, dit ceci : « J’ose croire au rêve de Dieu même : un ciel nouveau, une terre nouvelle où la justice habitera. »

Geo REGNIER ? L’Entreprise et l’homme, année 2010, premier trimestre, 87e année, pp.28-29.

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-remettre-l-ethique...  

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/03/31...  

  

interieur--fe-enfants-chat.jpg

Lire aussi :

http://sos-crise.over-blog.com/article-l-ancien-et-le-nou...

 

interieur-naturel.jpg

 

Liens actualité :

 

 

Pour la Campagne Boycott désinvestissement sanctions (BDS) à l'égard d'Israël, l'heure est semble-t-il en France à la criminalisation et aux attaques diffamatoires. La tribune publiée par Me Michaël Ghnassia sur Le Monde.fr du 24 mars n'en est qu'un exemple. La rhétorique déployée par ce dernier renvoie un geste citoyen pour obtenir l'application du droit international, le boycott, à une "hérésie morale". Le boycott a pourtant une histoire en forme d'arme des sans-armes, que Me Ghnassia semble bien oublier : boycott des bus de Montgomery en 1955 à l'appel de Martin Luther King, boycott de l'Afrique du Sud contre l'apartheid à la fin des années 1970… A une échelle plus modeste, en janvier 2001, des ouvriers de Calais et Ris-Orangis menacés de licenciements appelaient à boycotter leur propre compagnie, Danone.

 

 

35633861373365353462396535616630
Aujourd'hui, la Campagne internationale BDS, dont des dizaines d'associations, de syndicats et de partis politiques sont signataires, relaie l'appel de la société civile palestinienne lancé en 2005, enjoignant aux "hommes et femmes de conscience du monde entier [d']imposer de larges boycotts et [de] mettre en application des initiatives de retrait d'investissements contre Israël tels que ceux appliqués à l'Afrique du Sud à l'époque de l'apartheid". Un appel repris depuis en France et dans le monde, et qui s'inscrit d'abord dans un contexte politique dont Me Ghnassia ne saurait ignorer les derniers développements les plus tragiques : lorsqu'Israël proclame il y a trois semaines la construction de 1 600 logements supplémentaires à Jérusalem-Est, continuant ainsi à coloniser et à expulser des familles palestiniennes, il s'agit d'une violation totale de la résolution onusienne 242. Le rapport de la commission Goldstone, accusant Israël de "crimes de guerre" et de possibles "crimes contre l'humanité" lors de la guerre contre Gaza en janvier 2009, et qui a fait plus de 1 400 morts palestiniens, a été adopté par le Conseil des droits de l'homme et l'Assemblée générale de l'ONU, sans que pourtant rien ne soit fait par les grandes institutions internationales pour mettre fin au blocus imposé à l'ensemble de la bande de Gaza.

 

Or toute l'essence et l'éthique de la Campagne BDS se situe à ce point précis : à l'heure où ni la communauté internationale, ni l'Union européenne et encore moins la France, ne jouent leurs rôles dans l'application des résolutions internationales votées par l'ONU, il s'agit bien de construire un mouvement citoyen, "par le bas", exerçant des pressions économiques et politiques sur Israël afin qu'il applique les résolutions votées par les Nations unies. C'est cela, la Campagne BDS, et rien que cela : l'exigence du droit, et de tout le droit, à l'heure où les puissances internationales abandonnent justement ces "sans-droits" que sont aujourd'hui les Palestiniens.

Michaël Ghnassia écrit à juste titre que "la justice des hommes s'est construite sur ce principe de la responsabilité individuelle, qui est aujourd'hui un droit fondamental à valeur constitutionnelle, consacré par la Déclaration des droits de l'homme et l'ensemble des conventions internationales". Or c'est justement à cette notion de responsabilité individuelle que nous appelons. Responsabilité individuelle de citoyens, qui s'interrogent sur les Accords d'associations entre Israël et l'Union européenne qui ne valent, comme l'indique leur article 2, que si Israël "respecte les droits de l'homme". Responsabilité de consommateurs également : lorsque l'entreprise israélienne Agrexco/Carmel, exportant fleurs, fruits et légumes, compte s'installer dans le port de Sète, nous sommes en droit de dénoncer le fait que cette entreprise exporte 70 % des productions des colonies israéliennes installées dans les territoires de Cisjordanie (en toute illégalité, selon les normes du droit international), et de refuser d'en consommer les produits.

Me Michaël Ghnassia écrit encore que "l'objet de cette campagne-propagande n'a finalement pour but que de réduire une nation, composée d'individus aux opinions et aux engagements aussi différents que ceux qui peuvent exister en France, en un unique ennemi désincarné et sans humanité : l''Israélien' ou le 'sioniste'". Or, faut-il aussi le rappeler, la campagne de boycott, de désinvestissement et de sanctions, lancée à l'initiative d'acteurs politiques, syndicaux et associatifs palestiniens, a été reprise et soutenue en Israël même par des mouvements pacifistes et anticolonialistes israéliens, qui, comme la Coalition des femmes pour la paix alimente depuis quelques années un site nommé "A qui profite l'occupation" (Who Profit from the Occupation?), permet de cibler les entreprises israéliennes et étrangères impliquées dans la colonisation. C'est cela qu'omet de dire Me Michaël Ghnassia : la Campagne BDS n'a justement aucune couleur confessionnelle. Elle s'étend de la société civile palestinienne aux mouvements anticolonialistes israéliens, des syndicats britanniques au Conseil des étudiants de Berkeley (Californie) demandant à leur université de se désinvestir de sociétés américaines impliquées dans la fabrication d'armes israéliennes. C'est peut-être ce caractère pluriel, internationalisé et antiraciste de la Campagne BDS qui fait peur aujourd'hui à un gouvernement israélien dans lequel l'extrême droite tient plusieurs ministères, dont celui des affaires étrangères. Et qui explique le déferlement de dénégations et de mensonges à l'encontre d'une campagne internationale de boycott n'ayant qu'un seul objectif reconnu : l'application du droit.

Signataires :

Ivar Ekeland est ancien président de l'université Paris-Dauphine et président de l'Aurdip (Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine),

Annick Coupé est porte-parole de Solidaires,

Nahla Chahal est coordinatrice de la Campagne civile pour la protection du peuple palestinien,

Michèle Sibony est co-présidente de l'Union juive française pour la paix,

tous sont membres de la Campagne BDS France.


 

LEMONDE.FR | 31.03.10 | 17h54
 
 
"'Boycott, désinvestissement, sanctions', une campagne pour la justice", par Ivar Ekeland, Annick Coupé, Nahla Chahal et Michèle Sibony
 
 
               Là où croit le péril, croit aussi ce qui sauve...
 

CIMG7237

 

                             Vers une Métamorphose ?
            
        Tout est à transformer pour créer de nouvelles raisons d'espérer.

 

Quand un système est incapable de traiter ses problèmes vitaux il se dégrade, se désintègre ou il se transforme, se métamorphose. Le système terre est incapable de s'organiser pour traiter ses problèmes vitaux : la dégradation de la biosphère, le péril nucléaire, l'économie mondiale sans vraie régulation, le retour des famines, les conflits ethno-politico-religieux se développent dans de nombreux pays.

Le probable est la désintégration, l'improbable mais possible est la métamorphose. La métamorphose telle la chenille qui devient papillon passe par un processus à la fois d'autodestruction et d'autoreconstruction.

Des sociétés historiques au Moyen-Orient, en Inde, en Chine, au Mexique, au Pérou... ont réussi une métamorphose en partant de sociétés archaïques vers des sociétés développées : les sociétés historiquement construites disposent d'armes d'anéantissement qui peuvent entraîner la destruction de l'humanité. Les capacités créatrices de l'évolution humaine semblent épuisées avec la démocratie représentative et l'économie libérale.

 

L'idée de métamorphose est plus riche que l'idée de révolution, elle est transformatrice et dans la continuité et la conservation de la vie, de l'héritage des cultures.

 

Pour aller vers la métamorphose comment changer de direction. Est-il possible de freiner le déferlement techno-scientifico-économico-civilisationnel qui conduit la planète au désastre. L'histoire humaine a souvent changé de voie. Tout commence toujours par une innovation, un nouveau message marginal, modeste, souvent invisible aux contemporains. Ainsi ont commencé les grandes religions : Bouddhisme, Christianisme, Islam ... Le capitalisme s'est développé avec la société industrielle en désintégrant les royautés.

La science moderne s'est développée à partir de quelques esprits déviants : Galilée, Descartes… Le socialisme est né de quelques esprits autodidactes... Aujourd'hui tout est à repenser. Tout est à recommencer. Tout recommence sans qu'on le sache. Il existe sur tous les continents un bouillonnement créatif, une multitude d'initiatives locales dans le sens de la régénération économique, sociale, politique, cognitive, éthique ... Il existe une pluralité de chemins réformateurs.

Il faut à la fois mondialiser et démondialiser, croître et décroître, développer et envelopper.                              

- Mondialiser et démondialiser c'est multiplier les processus de communication tout en gardant une appartenance à une Terre-Patrie, promouvoir de façon démondialisée l’alimentation de proximité, les artisanats de proximité, des commerces, des services de proximité, des communautés locales et régionales.

- Croître et décroître signifie qu'il faut augmenter les services, les énergies vertes les transports publics, l'économie plurielle dont l'économie sociale et solidaire, les aménagements d'humanisation des mégapoles les agriculteurs biologiques en décroissant les intoxications, les pesticides, la nourriture industrialisée la production d'objets jetables, non réparables, le trafic automobile, le trafic camion.

- Développer et envelopper signifie que l'objectif n'est plus fondamentalement le développement des biens matériels, de la rentabilité, du calculable mais aussi le retour de chacun sur ses besoins intérieurs, sa vie intérieure, le lien avec autrui, la fraternité, l'amitié...

Il ne suffit pas de dénoncer, il faut maintenant construire les raisons d'espérer ?

L'improbable peut surgir, l'inattendu peut arriver car la résistance s'organise et la créativité est à l'oeuvre. De même qu'il existe dans tout organisme humain des cellules souches dotées d'aptitudes polyvalentes de même il existe en tout être humain, en toute société humaine des possibilités génératrices, régénératrices.

 

"Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve", la chance suprême est inséparable du risque suprême.

L'aspiration multimillénaire de l'humanité à l'harmonie (paradis, utopie, idéologie, aspirations, révoltes, résistances...), ces aspirations renaissent dans le grouillement des initiatives multiples qui pourront nourrir des voies réformatrices.                                                                                      

Aujourd'hui la cause est sublime : il s'agit de sauver l'humanité. C'est une espérance en un monde meilleur.

L'origine est devant nous, disait Heidegger, la métamorphose peut être une nouvelle création.      

 

Les Réseaux du Parvis    

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/04/03/17460852.html

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-ou-croit-le-peril-croit-aussi-ce-qui-sauve-vers-une-nouvelle-creation-47969609.html

 

 

 

Nicolas Sarkozy vers une dissolution de l’Assemblée nationale ?

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkZppZlVFlAOYYbtgg.shtml

 

 

Sur mon blog sos-crise,

(cliquer sur les liens)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kinou 07/06/2013 11:12


Bonjour, je suis tombé sur votre blog et je suis ravie de voir que je ne suis pas "presque" seul au monde a penser la même choses sur la vie et ses valeurs. Tout simplement merci.

eva R-sistons 07/04/2010 02:28



La terre tourne, mais nous, nous ne tournons pas rond ! eva



eva R-sistons 07/04/2010 02:27



Chère Yog,


On a envie de vivre en ce temps-là, n'est-ce pas... La technique est glaciale, la productivité aussi, etc etc Je t'embrasse amicalement eva



Pierre BLANC 01/04/2010 17:43



texte du billet radiophonique que j'ai assuré le 23 mars dernier sur une radio isèroise 


 


                   Je me fais un peu de soucis pour elle. On la dit en colère, prompte à nous secouer très fort, à cracher le feu, à faire fondre les glaces, monter les
eaux, briser les digues, générer des catastrophes.


 Pourtant, à la voir nous offrir à nouveau le printemps, je n’arrive pas à croire qu’elle veuille se venger de toutes
les crasses qu’on lui fait, sauf à remettre les pendules à l’heure.  


                   Pourtant, elle
tourne. Des vitesses folles : 1200 km/h de rotation sur nous-mêmes, 30 kms par seconde autour du soleil, 220 km/s dans la galaxie…et tout ça pour nous déposer avec constance et en douceur le
printemps, bien que son satellite la lune nous ralentisse, tenez-vous bien ! d’une seconde tous les 600 ans…


           Veut-elle rappeler aux moustiques que nous sommes, nous les
prétendus maîtres de l’univers, les tire-toi-de-là-que-je-m’y-mette, que sa constance et sa vitesse combinées nous maintiennent tout simplement en vie.


           Veut elle rappeler à notre suffisance éhontée, notre assurance
à tout va, qu’elle garde la capacité de s’affranchir, inopinément, de nos prévisions, de notre Cac 40, de nos plans d’aménagements et même d’urgence.


           Veut-elle rappeler qu’on est dans le vrai dans la décroissance
de nos besoins, l’économie de nos énergies, la modestie de nos projets, la sagesse de quelques anciens, l’utopie de fraternité, le besoin d’âme et d’intériorité.


           Veut-elle nous rappeler que les crimes  perpétrés contre nos semblables, contre les animaux, contre les végétaux, contre le minéral, contre la mer, commencent à infléchir sérieusement notre centre de
gravité.


           Veut-elle nous rappeler que pourtant elle tourne, puisqu’elle
vient de nous amener le printemps : le temps du neuf, du possible, d’une nouvelle chance à saisir.


                    
Tiens ! Il parait qu’on va encore changer d’heure, histoire de s’en prendre deux d’avance sur notre méridien et donc se farcir un retour en arrière de dix semaines. La fameuse heure d’été qui
dérègle notre horloge biologique, fatigue nos enfants entre autres, augmente la consommation de somnifère, bref, nuit à la santé puisqu’elle est contre Nature.


                    
Pourtant elle tourne ; et nous, de nous plaindre le jour où elle remettra les pendules à l’heure.


 


Pierre BLANC



Yog' La Vie 01/04/2010 12:19



Magnifique! Admirable! Irrésistible!



R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages