24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 01:17

depressionq.jpg

 

La mondialisation criminelle

par eva R-sistons

 

Misère et famine en Grèce

 

L'appel de Mikis Théodorakis

 

Vidéos MES, UE et la guerre, Mondialisation américaine 

 

Sarkozy fait de la propagande de guerre


pieuvre.jpg

 

.

La mondialisation criminelle

par eva R-sistons


 

Le monde dérive lentement... Les Elus corrompus et vendus sont les ennemis des peuples, ils ne les représentent pas, ils trahissent leur mandat. Mais il y a pire maintenant, dans l'UE dessinée par les Américains pour l'asservir, la piller et l'utiliser pour leurs  guerres comme avec Sarkozy de plus en plus : Afghanistan, Côte d'Ivoire, Libye, Syrie, mais aussi Somalie, Mali etc sans parler des actions de déstabilisation un peu partout pour aligner le monde sur les visées diaboliques des Anglo-Saxons.

.

Et le pire dans cette Europe "tremplin du Nouvel Ordre Mondial" (comme je l'écrivais prophétiquement voici 2 ans environ), ce sont les banquiers Non-Elus qui dessinent maintenant ses contours, en s'appropriant sans vergogne les richesses des peuples, leur travail, leurs biens publics, leurs économies, leurs maisons, leur dignité, tout... Leur vie, aussi. On commence à mourir de faim en Grèce, labo de ce qui se prépare. Aussi l'Appel de Mikis Théodorakis nous concerne-t-il tous.

.

Parmi les atrocités décrétées par l'UE anglo-saxonne au service des banksters psychopathes (horreurs non relayées par des Médias infâmes, ou bien édulcorées ou présentées sous leur meilleur jour), il y a l'Eurocorps, le MES, le racket planétaire et les guerres de l'OTAN...

.

L'Europe, c'est... la guerre !!! Via l'OTAN dont il faut impérativement sortir...


.

 

La Haute Finance a pris le contrôle de l'UE, d'abord en Grèce et en Italie, ou sous vernis démocratique avec des dirigeants sans scrupules comme Merckel ou Sarkozy, et elle impose peu à peu, pas après pas (en tuant les Etats souverains), un racket planétaire de tout, comme je l'ai analysé sur mon blog R-sistons voici un certain temps : Entreprises ou services publics, protections sociales, salaires et droits (réduits), taxes supplémentaires, biens des personnes et des Etats, patrimoines etc, tout y passe.

.

Les Banksters vampires sucent le sang des peuples comme en Grèce martyrisée laboratoire de ce qui nous attend. Et les dirigeants sont au service de ces criminels : Qu'attend-on pour les traduire en Justice ? Ils trahissent leur mandat...  grâce à la propagande éhontée, mensongère, des Médias au service de l'Oligarchie militaire et financière. Tout se tient.

 

http://fonzibrain.files.wordpress.com/2009/10/bankster-chess.jpg

http://fonzibrain.files.wordpress.com/2009/10/bankster-chess.jpg

.

En gros, comme en Grèce, les recettes publiques sont injectées non dans l'Economie réelle créatrice d'emplois, mais dans des "intérêts privés" ainsi que consentent à le dire certains Médias plus honnêtes. Comprenez : Dans les coffre-forts des crapules du Cartel bancaire. En fait, peu à peu, tout sur terre passe dans leur escarcelle; en clair, les peuples sont sacrifiés aux intérêts de quelques-uns ! C'est tout simplement MONSTRUEUX ! Car ces gens-là, comme ceux qui les servent dans les Institutions internationales (voyez le rôle de DSK en Grèce, par exemple) ou au sommet des Etats ou encore dans les Médias aux ordres, sont si corrompus, si sans scrupules, qu'ils n'ont plus rien d'humain, ce sont des monstres qui relèvent d'un tribunal international pour crimes contre les peuples. Et que dire de leurs bras armés, dans l'industrie militaire, à l'OTAN ? La tête des dirigeants des Etats, des multinationales de l'armement, des grands groupes bancaires ou médiatiques, etc, devrait être exigée par les peuples comme une mesure d'intérêt public, afin de les empêcher de nuire - et avant que ces fous, ces monstres, ne déclenchent l'apocalypse nucléaire planétaire. Stratégie du Choc, du Chaos, mise en place par des criminels de haut vol, indifférents au sort des populations...

.

  La mondialisation ? L'américanisation du monde !

 

.

 

Encore un exemple ? Pour servir le Dieu-Marché de la mondialisation (comprenez "l'américanisation du monde" à marche forcée, voir la vidéo de François Asselineau), ceux qui auront la chance d'avoir encore un emploi seront désormais taillables et corvéables à merci: Salaires en berne pour réduire le coût du travail - un jour, on viendra au 1euro/heure, vous verrez; en Grèce, c'est déjà 4,80 euros -, flexibilité totale (être prêt à aller n'importe où, à travailler n'importe quand - même le dimanche ! Bref, famille disloquée, projet immobilier impossible), licenciements toujours plus faciles avec toujours moins d'indemnités, etc. Monti le pieux catholique ne dit-il pas avec cynisme : "Un job pour la vie, c'est trop ennuyeux !"  ? C'est ce qui s'appelle sortir des rigidités, ou encore, je déteste ce mot, "moderniser". Et les Médias prostitués nous font croire qu'il n'y a pas d'alternative à ce monde infâme !

.

.

 

 

 

 

Une machine implacable


Ces déchets humains osent parler de "démocratie", alors qu'ils ne cessent de la piétiner. L'UE a été imposée aux peuples alors qu'ils n'en voulaient pas. Et maintenant, tant qu'à faire, "démocratie irréprochable" exige, ils ne sont même plus consultés: On impose les bandits du Cartel bancaire à la tête des Etats, carrément, et puis on oblige ceux-ci à accepter un carcan abominable, un pseudo Mécanisme européen de stabilité, dont les effrayantes caractéristiques sont les suivantes :

.

- Opacité totale, mise en place sans concertation des peuples ni information des Médias collabos.

- Les Etats perdent leur souveraineté.

- Les Etats doivent se plier à toutes les demandes du Cartel bancaire, même les plus folles, même les plus indues. A tous leurs diktats ! Le MES, c'est la dictature des Grandes banques. Elles ont des problèmes de trésorerie notamment suite à leurs spéculations insensées (sur le dos des peuples, d'ailleurs, sur le dos des biens vitaux de l'humanité, même alimentaires, créant de la famine partout avec l'augmentation du prix des denrées), eh bien les Etats, ou ce qu'il en reste, doivent passer à la caisse, comme lors de la crise des subprimes. Pour payer, les dirigeants, ou ce qu'il en reste - réduits à l'état de marionnettes -, doivent imposer l'austérité pour tous. En clair, les peuples doivent toujours plus se serrer la ceinture, gagner moins - quand ils ont la chance d'avoir un emploi -, payer plus, renoncer à leurs conquêtes sociales acquises de haute lutte par leurs aïeux (souvent au prix de leur vie), renoncer à leurs services publics, à leur or, à leur patrimoine etc... jusqu'à ce qu'ils n'aient plus rien à donner : Travail, logement (comme aux USA ou en Grèce maintenant), économies, écoles, hôpitaux (privatisés eux aussi), biens communs etc. Un Fonds sera dévolu aux caprices des banksters: Dès qu'ils auront un besoin, un problème, ils savent que le MES le satisfera; Ils veulent des sous, les peuples passeront à la caisse jusqu'à ce qu'ils n'aient plus rien à donner. Si, ils pourront encore servir de chair à canons pour les guerres de prédation et de domination des Sarkozy (le Bush français) ou des Cameron. 

- Le MES pourra décider du montant des contributions de chaque Etat. Les dirigeants, dans cette optique, seront de simples exécutants. Et ils feront tirer sur tous ceux qui refusent de se laisser plumer (voyez par ex ici : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fillon-autorise-le-tir-a-balle-98955. Je rappelle d'ailleurs que le Traité de Lisbonne refusé par les peules, a rétabli subrepticement la peine de mort pour les insurgés, c'est-à-dire pour ceux qui s'insurgeraient contre leur mort programmée !).

- Immunité totale pour les Décideurs.

- Les Etats seront engagés de manière irrévocable et inconditionnelle. Vous comprenez pourquoi, dans notre pays, on s'est empressé d'accélérer les choses, avant les Elections, pour être sûrs, avec Sarkozy qui "aime" tant la France, que le processus de destruction de notre pays soit irrévocable ! Il faut noter les noms des Elus qui ont accepté ce forfait, et réclamer leur traduction en justice pour haute trahison !

- Le MES s'impose donc. Les peuples deviendront alors la propriété des banksters, qui pourront en faire ce qu'ils veulent (comme en Grèce), les racketter, les piller, les voler, les réduire à la misère, à la famine... en toute impunité ! Jusqu'à ce qu'ils règnent sur un monde dévasté !

 

http://19.img.v4.skyrock.net/194/bettembourg/pics/3068264351_1_3_7PndQqXV.jpghttp://19.img.v4.skyrock.net/194/bettembourg/pics/3068264351_1_3_7PndQqXV.jpg*

.

Savez-vous que le fonctionnement du MES est totalement contraire à l'Article XIV de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen ?

.

En d'autres termes, devons-nous tout accepter, même d'être sacrifiés aux appétits monstrueux de l'OIigarchie et de ses laquais à la tête des Etats, des Institutions internationales, ou des Grands Médias ? Les prophètes de notre temps ont disparu. De Gaulle ou l'Abbé Pierre, Philippe Séguin ou Harold Pinter ne sont plus là pour tonner. Mais il nous reste un Stéphane Hessel, toujours indigné, ou... Mikis Théodorakis qui appelle à la résistance. Ecoutons cette voix forte, et comme lui, levons-nous ! Dans le monde entier, tous en même temps, pour former un rempart planétaire à l'horreur mondialement programmée par les tenants du NOM assassin !

.

Eva R-sistons

.

http://r-sistons.over-blog.com

 

 

austerite

 

 

Avec la crise, de plus en plus de Grecs ne parviennent plus à nourrir leurs enfants et décident de les abandonner pour qu’ils puissent manger à leur faim. Un reportage du Courrier International.

.

enfant.jpg

 

La crise frappe l’Europe de plein fouet. La Grèce est particulièrement touchée. De plus en plus de familles prennent la décision, toujours douloureuse, d’abandonner leur(s) enfant(s). La plupart d’entre elles sont des familles monoparentales, des mères seules, qui ont perdu leur travail dans le sillage de la crise de l’euro. Sombrant dans une pauvreté extrême, elles espèrent qu’en abandonnant leurs petits, ils pourront manger à leur faim.

Des familles monoparentales

"Il y a encore deux ans, 95 % des admissions dans nos centres d'accueil concernaient des cas de mineurs maltraités", explique Marine, qui travaille depuis dix-neuf ans dans un centre d'accueil pour enfants en détresse à nos confrères du site internet Courrier International. "Alors qu'aujourd'hui, la moitié des demandes vient de parents très pauvres. Huit fois sur dix, ce sont des familles monoparentales qui n'ont pas de parents autour d'eux", a-t-elle continué.

Les parents les conduisent au centre ou les abandonnent sans rien dire

Certains parents n’ont pas le courage de dire à leurs enfants qu’ils vont s’en défaire et laissent simplement un petit mot dans leur cartable. D’autres expliquent à leurs enfants qu’ils les aiment et que c’est pour qu’ils soient biens qu’ils vont les abandonner. "Un jour, j'ai trouvé une femme à l'entrée du foyer, tenant sa fille par la main. Elle lui disait : 'Ne crois pas que maman ne t'aime pas. Elle t'adore, mais elle n'a pas de quoi te nourrir. Ici, les gens sont gentils, tu verras'", a-t-elle raconté à nos collègues du Courrier Internationa l.

Les cœurs d’enfants brisés

Des situations déchirantes dont Marine a fait son quotidien. "Le plus souvent, les enfants viennent avec leur mère. Elle leur montre la chambre, le lit et me présente. Puis elle s'en va en disant 'je t'aime' et l'enfant reste collé à la porte en voyant sa mère s'éloigner", a-t-elle encore raconté, les yeux baignés de larmes. "Ces enfants ne crient pas, ne pleurent pas. Ils restent plantés devant la porte jusqu'à ce que l'ombre de leur maman disparaisse. Quand il y a des frères et sœurs, on ne peut pas les séparer immédiatement. Surtout le premier soir. On les met dans des lits séparés puis on les retrouve dans le même quelques instants plus tard, enlacés, pour être certains de ne pas se perdre…", a-t-elle terminé.


mikis théodorakis

 

" La démocratie est née à Athènes

quand Solon a annulé les dettes des pauvres

envers les riches."


 

Un appel de Mikis Theodorakis

à l’opinion publique internationale :

Les peuples européens

doivent rejeter cette politique

 

 

Un complot international est en cours, visant à mener à terme la destruction de mon pays. Les assaillants ont commencé en 1975, avec comme cible la culture grecque moderne, puis ils ont poursuivi la décomposition de notre histoire récente et de notre identité nationale et aujourd’hui ils essaient de nous exterminer physiquement par le chômage, la famine et la misère. Si le peuple grec ne se soulève pas pour les arrêter, le risque de disparition de la Grèce est bien réel. Je la vois arriver dans les dix prochaines années. Le seul élément qui va survivre de notre pays sera la mémoire de notre civilisation et de nos luttes pour la liberté. 

 

Jusqu’en 2009, la situation économique de la Grèce n’avait rien de très grave. Les grandes plaies de notre économie étaient les dépenses immodérées pour l’achat du matériel de guerre et la corruption d’une partie du monde politique, financier et médiatique. Mais une part de responsabilité appartient aussi aux Etats étrangers, parmi eux l’Allemagne, la France, L’Angleterre et les Etats-Unis qui gagnaient des milliards d’euros au dépens de notre richesse nationale par la vente annuelle de matériel de guerre. Ce saignement constant nous a écrasés et ne nous permettait plus d’aller de l’avant, alors qu’il était la source d’enrichissement d’autres pays. On peut dire la même chose pour le problème de la corruption. Par exemple, l’entreprise allemande Siemens avait une branche spéciale pour corrompre des Grecs, afin de mieux placer ses produits sur le marché grec. Ainsi le peuple grec a été victime de ce duo des prédateurs allemands et grecs qui s’enrichissaient au dépens de la Grèce.


Il est évident que ces deux grandes plaies auraient pu être évitées si les dirigeants des deux parties politiques pro-américains n’avaient pas été infiltrés par la corruption. Cette richesse, produit du travail du peuple grec, était ainsi drainée vers les coffres-forts de pays étrangers. Les politiciens ont essayé de compenser cette fuite d’argent par un recours à des emprunts excessifs qui résultaient en une dette publique de 300 milliards d’euros, soit 130% du PNB (Produit National Brut).


Par cette arnaque, les étrangers gagnaient doublement: d’une part, par la vente d’armes et de leurs produits et d’autre part, par les intérêts sur l’argent prêté au gouvernement (et non pas au peuple). Comme nous l’avons vu, le peuple grec était la principale victime dans les deux cas. Un seul exemple suffira pour vous convaincre: en 1986, Andreas Papandreou a emprunté un milliard de dollars à une banque d’un grand pays européen. Les intérêts de cet emprunt n’ont été remboursés qu’en 2010 et ils s’élevaient à 54 milliards d’euros.


L’année passée, M. Juncker a déclaré qu’il avait remarqué lui-même l’hémorragie financière massive de la Grèce qui était due aux dépenses excessives (et forcées) pour l’achat de matériel de guerre – de l’Allemagne et la France en particulier. Et il a conclu que ces vendeurs nous conduisaient à un désastre certain. Hélas, il a avoué qu’il n’a rien fait pour contrecarrer cela, afin de ne pas nuire aux intérêts des pays amis!


En 2008, la grande crise économique est arrivée en Europe. L’économie grecque n’a pas été épargnée. Cependant, le niveau de vie qui était jusque-là assez haut (la Grèce se classait parmi les 30 pays les plus riches du monde), est resté pratiquement inchangé, malgré une augmentation de la dette publique. La dette publique ne se traduit pas nécessairement par une crise économique. La dette des grands pays tels que les États-Unis et l’Allemagne sont estimées à des milliers de milliards d’euros. Les facteurs déterminants sont la croissance économique et la production. Si ces deux facteurs sont positifs, il est possible d’emprunter auprès des grandes banques à un taux d’intérêt inférieur à 5%, jusqu’à ce que la crise soit passée.


En 2009, (en novembre), au moment de l’arrivée de G. Papandréou au pouvoir, nous étions exactement dans cette position. Pour faire comprendre ce que le peuple grec pense aujourd’hui de sa politique désastreuse, je cite deux chiffres: aux élections de 2009 PASOK – le parti politique de G. Papandreou – a remporté 44% des voix. Aujourd’hui, les sondages ne lui donnent plus que 6%.


M. Papandréou aurait pu faire face à la crise économique (qui reflétait celle de l’Europe) avec des prêts de banques étrangères au taux habituel, c’est-à-dire inférieur à 5%. S’il l’avait fait, notre pays n’aurait pas eu de problème. Comme nous étions dans une phase de croissance économique, notre niveau de vie se serait amélioré.


Mais M. Papandréou avait déjà commencé sa conspiration contre le peuple grec en été 2009, lorsqu’il a rencontré secrètement M. Strauss-Kahn, dans le but de passer la Grèce sous la tutelle du FMI. Cette révélation a été divulguée par l’ancien président du FMI.

 

Pour y arriver, la situation économique de notre pays devait être déformée, afin que les banques étrangères aient peur et augmentent les taux d’intérêt de prêt à des montants prohibitifs. Cette opération onéreuse a commencé avec l’augmentation artificielle du déficit publique de 12% à 15% pour l’année 2009 (n.d.t : M. Andreas Georgiou, président du conseil d’administration de l’Institut National de Statistique, ELSTAT, a subitement décidé en 2009, sans demander l’accord, ni informer son conseil d’administration, de comptabiliser dans le calcul du déficit public certains organismes et entreprises publiques qui ne l’avaient jamais été auparavant dans aucun autre pays européen, excepté la Norvège. L’objectif était de faire passer le déficit de la Grèce au-dessus de celui de l’Irlande (14%), afin que ce soit elle qui joue le rôle de maillon faible de l’Europe.)


Pour ce forfait, le procureur M. Pepònis a déféré M. Papandréou et M. Papakonstantinou (ministre des Finances) à la justice, il y a 20 jours.


Ensuite, M. Papandréou et le ministre des finances ont mené une campagne de discrédit pendant 5 mois, au cours de laquelle ils ont essayé de persuader les étrangers que la Grèce est, comme le Titanic, en train de couler, que les Grecs sont corrompus, paresseux et donc incapables de faire face aux besoins du pays. Après chacune de leurs déclarations, les taux d’intérêt montaient, afin que la Grèce ne puisse plus faire des emprunts et afin de donner un caractère de sauvetage à notre adhésion au FMI et à la Banque Centrale Européenne. En réalité, c’était le début de notre fin.


En mai 2010, un ministre, celui des finances, a signé le fameux Mémorandum (Mnimònio, en grec), c’est-à-dire notre soumission à nos prêteurs. D’après le Droit grec, l’adoption d’un tel accord nécessite d’être mis aux voix et d’être approuvé par les trois cinquièmes des députés. Donc, le Mémorandum et la Troïka qui nous gouvernent, fonctionnent illégalement – non seulement par rapport au Droit grec, mais aussi au Droit européen.


Depuis lors, en supposant que notre parcours vers la mort soit représenté par un escalier de 20 marches, nous avons déjà parcouru plus de la moitié du chemin. Imaginez que le Mémorandum accorde aux étrangers notre indépendance nationale et le trésor publique, à savoir: nos ports, nos aéroports, le réseau routier, l’électricité, l’eau, toute la richesse naturelle (souterraine et sous-marine) etc. Même nos monuments historiques, comme l’Acropole, Delphes, Olympie, Epidaure etc. après avoir renoncé à tous nos droits.


La production a été freinée, le taux de chômage a grimpé à 18%, 80’000 magasins ont fermé, tout comme des milliers d’usines et des centaines d’artisanats. Un total de 432’000 entreprises ont déposé leur bilan. Des dizaines de milliers de jeunes scientifiques quittent notre pays qui s’enfonce de plus en plus dans les ténèbres du Moyen Age. Des milliers de personnes qui étaient aisés jusqu’à un temps récent, sont maintenant à la recherche de nourriture dans les ordures et dorment sur le trottoir.


Entre temps, nous sommes censés vivre grâce à la générosité de nos prêteurs d’argent, les banques européennes et le FMI. En fait, l’intégralité du paquet de dizaines de milliards d’euros versé pour la Grèce, retourne à son expéditeur, tandis que nous sommes de plus en plus endettés à cause des intérêts insupportables. Et parce qu’il est nécessaire de maintenir en fonction l’Etat, les hôpitaux et les écoles, la Troïka charge la classe moyenne et inférieure de notre société de taxes exorbitantes qui mènent directement à la famine.

 

La dernière fois que nous avons vécu une situation de famine généralisée dans notre pays était au début de l’occupation allemande, en 1941, avec près de 300’000 morts en six mois seulement. De nos jours, le spectre de la famine revient dans notre pays infortuné et calomnié.


Si vous pensez que l’occupation allemande nous a coûté un million de morts et la destruction complète de notre pays, comment pouvons-nous accepter, nous les Grecs, les menaces de Mme Merkel et l’intention des allemands de nous imposer un nouveau Gauleiter… mais cette fois-ci, il sera porteur d’une cravate…


La période de l’occupation allemande, de 1941 jusqu’à octobre 1944, prouve à quel point la Grèce est un pays riche, et à quel point les Grecs sont travailleurs et conscients (conscience du devoir de liberté et de l’amour pour la patrie).


Lorsque les SS et la famine tuaient un million de personnes et la Wehrmacht détruisait notre pays, confisquait toute la production agricole et l’or de nos banques, les Grecs ont pu survivre grâce à la création du Mouvement de Solidarité Nationale et d’une armée de partisans comptant 100’000 soldats, – ce qui a retenu 20 divisions allemandes dans notre pays.


En même temps, non seulement les Grecs ont-ils survécu grâce à leur application au travail, mais il y a eu lieu, dans des conditions d’occupation, un grand développement de l’art grec moderne, en particulier dans le domaine de la littérature et de la musique.


La Grèce a choisi la voie du sacrifice pour la liberté et la survie en même temps.


Nous avons été attaqués, nous avons répondu avec Solidarité et Résistance et nous avons survécu. Nous faisons maintenant exactement la même chose, avec la certitude que le peuple grec sera finalement vainqueur. Ce message est envoyé à Mme Merkel et M. Schäuble, en soulignant que je reste un ami du peuple allemand et un admirateur de sa grande contribution à la science, la philosophie, l’art et la musique en particulier. La meilleure preuve de cela est le fait que j’ai confié l’intégralité de mon œuvre musicale à deux éditeurs allemands, Schott et Breitkopf, qui sont parmi les plus grands éditeurs dans le monde, et ma collaboration avec eux est très amicale.


Ils menacent de nous expulser de l’Europe. S’ils ne veulent une fois pas de nous, c’est dix fois que nous ne voulons pas faire partie de l’Europe de Merkel – Sarkozy.


Aujourd’hui, dimanche 12 février, moi et Manolis Glezos – le héros qui a arraché la croix gammée de l’Acropole, donnant ainsi le signal du début, non seulement de la résistance grecque, mais aussi de la résistance européenne contre Hitler – nous nous préparons à participer à une manifestation à Athènes. Nos rues et nos places vont être remplies de centaines de milliers de personnes qui manifesteront leur colère contre le gouvernement et la Troïka.


J’ai entendu hier le premier ministre-banquier dire, en s’adressant au peuple grec, que nous avons presque touché le fond. Mais qui nous a amené à ce point en deux ans? Ce sont les mêmes qui, au lieu d’être en prison, menacent les députés, afin qu’ils votent pour le nouveau Mémorandum pire que le premier, qui sera appliqué par les mêmes personnes qui nous ont amenés là où nous sommes. Pourquoi? Parce que c’est ce que le FMI et l’Eurogroup nous obligent à faire, en nous menaçant que, si nous n’obéissons pas, c’est la faillite… Ici l’on joue du théâtre de l’absurde. Les cercles qui nous haïssent (grecs et étrangers) et qui sont les seuls responsables de la situation dramatique de notre pays, nous menacent et nous font du chantage, afin de pouvoir poursuivre leur œuvre destructrice, jusqu’à notre extinction définitive.


Au cours des siècles, nous avons survécu dans des conditions très difficiles. Il est certain que, non seulement les grecs vont survivre, mais ils vont aussi revivre s’ils nous amènent de force à l’avant-dernière marche de l’escalier avant la mort.


A présent je consacre toutes mes forces à unir le peuple grec. J’essaie de le convaincre que la Troïka et le FMI ne sont pas une route à sens unique. Qu’il y a une autre solution: changer l’orientation de notre nation. Se tourner vers la Russie pour une coopération économique et la formation de partenariats qui nous aideront à mettre en valeur la richesse de notre pays en des termes favorables à notre intérêt national.


Je propose de ne plus acheter du matériel militaire des Allemands et des Français. Nous allons tout faire pour que l’Allemagne nous paie les réparations de guerre dues. Ces réparations s’élèvent, avec les intérêts, à 500 milliards d’euros.


La seule force capable de faire ces changements révolutionnaires, c’est le peuple grec uni en un Front de Résistance et de Solidarité pour que la Troïka (FMI et banques européennes) soit chassée du pays. En parallèle, il faut considérer comme nuls tous ses actes illégaux (prêts, dettes, intérêts, impôts, achats de la richesse publique). Bien sûr, leurs partenaires grecs – qui ont déjà été condamnés dans l’esprit de notre peuple en tant que traîtres –, doivent être punis.


Je suis entièrement concentré sur ce but (l’Union du peuple en un Front) et je suis persuadé que nous l’atteindrons. Je me suis battu les armes à la main contre l’occupation hitlérienne. J’ai vu les cachots de la Gestapo. J’ai été condamné à mort par les Allemands et j’ai miraculeusement survécu. En 1967, j’ai fondé PAM (Patriotikò Mètopo – front patriotique), la première organisation de résistance contre la junte militaire. Je me suis battu dans la clandestinité. J’ai été arrêté et emprisonné dans «l’abattoir» de la police de la junte.

Finalement, j’ai encore survécu.


Aujourd’hui, j’ai 87 ans, et il est très probable que je ne serai pas vivant le jour du sauvetage de ma patrie bien-aimée. Mais je vais mourir la conscience tranquille, parce que je continuerai jusqu’à la fin de faire mon Devoir envers les idéaux de Liberté et de Droit.

Athènes, 12.02.2012

Mikis Theodorakis

David CABAS

A propos de ce blog

 

Un appel de Mikis Theodorakis à l’opinion publique internationale 

Face au fascisme financier, nouvelle résistance née en Grèce (avec Mikis Theodorakis)

Comment Solon d’Athènes vint à bout d’une montagne de dettes

Theodorakis : Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme

La tragédie sociale et humaine grecque vue de grèce

Euro-dictature franco-allemande, suite : athènes, provocation organisée

Peuples d’europe appelés à se soulever contre les marchés financiers

Qui veut détruire la grèce ? Par míkis theodorákis. Washington, fmi ?

Grèce: les événements vus de grèce + entretien avec mikis theodorakis

.

http://storage.canalblog.com/74/08/237369/48914972.jpg

http://storage.canalblog.com/74/08/237369/48914972.jpg

 

Rappel : En plein chaos,

des Grecs créent d'autres façons de vivre !

 

 

Cette recherche d' un monde différent n'est pas seulement une question de rage, bien que la rage en fasse partie. Cela implique nécessairement la construction patiente d'une manière différente de faire les choses, la création de différentes formes de cohésion sociale et de soutien mutuel.

 

Derrière le spectacle des banques qui brûlent en Grèce, il y a processus plus profond, un mouvement plus calme de personnes qui refusent de payer les tickets de bus, les factures d'électricité, les péages autoroutiers, les dettes bancaires, un mouvement, né de la nécessité et de convictions, de personnes organisant leur vie d'un manière différente, en créant des communautés de réseaux de soutien et en partageant de la nourriture, occupant des bâtiments vides et des terres, créant des jardins communautaires, retournant à la campagne, en tournant le dos aux politiciens (qui ont maintenant peur de se montrer dans les rues) et créant des formules de démocratie directe pour prendre des décisions sociales.

 

C'est peut-être encore insuffisant, encore au stade expérimental, mais c'est crucial. Derrière les flammes spectaculaires, c'est cette recherche et cette création d'une autre façon de vivre qui va déterminer l'avenir de la Grèce, et du monde.

En plein chaos, des grecs créent d'autres façons de vivre - et mieux !

 
sarkozy_crif-41f3e.jpg

Alerte ! Sarkozy

fait de la propagande de guerre


Du discours de Nicolas Sarkozy au CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) prononcé le mercredi 8 février, les médias et les commentateurs n'auront retenu que deux phrases absurdes, deux phrases choc : « Israël est un miracle », et « l'Europe a eu l'idée folle de la Shoah. La France et l'Allemagne ».

 

Toute personne qui s'intéresse à la Géopolitique et à l'Histoire sait qu'Israël n'est pas miracle, mais un problème pour la paix et la stabilité régionale. Elle sait également que l'Europe dans son ensemble et la France en particulier n'ont pas eu l'idée de la Shoah. C'est absurde, c'est dit pour choquer. Une analyse rapide peut conduire à penser qu'il s'agit pour Sarkozy de draguer un certain électorat juif, et de faire culpabiliser au passage les français. En réalité, il s'agit de dévier l'attention de l'essentiel.

C'est la technique dite de l'écran de fumée.

Car dans ce discours, la phrase réellement importante, c'est un mensonge préparatoire à la guerre  :

Sarkozy_Prasquier_150-2-1dddc.jpg« Lorsque Ahmadinejad ou M. Khomeynei parlent de rayer Israël de la carte, Israël doit savoir qu'elle ne sera pas seul dans ce combat pour la sécurité, que la France ne permettra jamais que l'on remette en cause la sécurité d'Israël. »

Une étude même rapide de l'actualité internationale permet de se rendre compte que l'Iran est dans la ligne de mire d'Israël et de l'occident. Avec lucidité, on peut craindre que le conflit à venir se transforme en véritable 3ème guerre mondiale. Dans ce contexte, la petite phrase de Sarkozy résonne comme une justification préliminaire au positionnement guerrier et agressif de la France.

J'avais expliqué assez longuement, dans un article sur le sujet, que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad n'avait jamais dit qu'il souhaitait rayer Israël de la carte. A ma connaissance, et jusqu'à présent, ce mensonge n'a été répété que par des journalistes, jamais par un chef d'État. Le colportage par Nicolas Sarkozy de ce mensonge constitue donc une première.

YakoMRabkin_150-2-91b8d.jpgCe mensonge digne de la pire propagande a été orchestré et propagé par le lobby sioniste à partir de 2006 aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Israël : l'AIPAC, le JCPA, mais aussi l'Israel Project et le B'nai B'rith. Sur ce sujet, je vous recommande l'article « La campagne contre l'Iran : le lobby sioniste et l'opinion juive » de Yakov M. Rabkin professeur d'histoire à l'Université de Montréal, paru dans le n°70 de la Revue Internationale et Stratégique.

En réalité, le président iranien parle du régime sioniste qu'il souhaite voir disparaitre des pages du temps ; afin qu'il n'y ait pas de doute sur ses propos quand il parle d'Israël (le régime sioniste), il fait la comparaison avec l'URSS (le régime soviétique), qui a disparu, sans que ne disparaisse la Russie. Il faut vraiment être d'une mauvaise foi évidente pour traduire ses propos par "rayer Israël de la carte"...

Voici ce que dit l'historien du sionisme Boaz Efron à propos de la nature temporelle de toutes les organisations politiques :

« L'État d'Israël, et tous les États du monde, apparaissent et disparaissent. L'État d'Israël aussi, bien évidemment, disparaîtra dans cent, trois cents, cinq cents ans. Mais je suppose que le peuple juif existera aussi longtemps que la religion juive existera, peut-être pour des milliers d'années encore. L'existence de cet État ne représente aucune importance pour celle du peuple juif... Les juifs dans le monde peuvent très bien vivre sans lui. »

Pour contredire l'analyse de Nicolas Sarkozy sur la menace que l'Iran ferait planer sur Israël, je citerai à nouveau l'article de Yakov M. Rabkin :

« L'ancien chef du Mossad Efraïm Halévy et l'expert en affaires militaires à l'Université hébraïque de Jérusalem Martin van Creveld s'entendent pour dire que l'Iran ne représente pas véritablement une menace pour la sécurité d'Israël. »

Et vous, qu'en pensez-vous ? Partagez-vous les craintes de Nicolas Sarkozy, ou bien l'analyse d'Efraïm Halévy, Martin van Creveld et de Yakov M. Rabkin ?

 

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/sarkozy-fait-de-la-propagande-de-110090

.

.

 

Attentats sous faux drapeau :

 

 


.

C O M M E N T A I R E S  :  I C I


.

Partager cet article

commentaires

Eva R-sistons 04/03/2012 20:03


Non, il y en a 2, tu oublies Marine le Pen, eva

Eva R-sistons 04/03/2012 19:59


Ton souci de l'autre, Eddie, t'honore ! Cordialement eva

HenryG.L. 01/03/2012 02:39


OK, merci pour tes liens.


 


Mais j'espère que quand même asselinau aura ses signatures sinon je pense voter FN ou je verrais, on verra....je réfléchis

Eddie 29/02/2012 19:20


Eva, je travaille pour mon compte depuis 18 ans. Je n'ai pas de problème de ce côté là. Mais cela m'attriste de voir tous ces jeunes et moins jeunes sans emplois et sans avenir.

Eddie 29/02/2012 15:16


La campagne présidentielle est conforme à la situation catastrophique de la France, gouvernée en sous-main par les lobbies possédant tous les médias qui comptent. On ne voit pratiquement que les
deux bobines de leurs chouchoux UMPS dans les médias complices. Les autres candidats sont relégués au rang de seconds couteaux. Et pour que les deux chouchoux puissent arriver tranquillement à la
fin de la campagne présidentielle sans être inquiétés sur la responsabilité de l'UMPS dans la misère du peuple français, le déclin et la faillite de la France, on envoie un pitbull décimer les
seconds couteaux. Le rôle de pitbull tueur est dévolu à Mélenchon.

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages