8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 05:20
UE-elections--partis-dr-g.jpg
 
L'Union Européenne totalitaire
et Nigel Farage,
ou le courage d'un seul face
à l'intolérable.
Par eva R-sistons
 
Le visage de l'Union européenne ? Son vrai visage ? Totalitaire, passant par-dessus la volonté des peuples, et leurs besoins ! On ment aux citoyens sur le contenu d'un traité les concernant directement - par exemple sait-on que la peine de mort est rétablie dans le Traité de Lisbonne, et pour... les émeutiers, c'est-à-dire ceux qui, légitimement, sainement, contesteraient la politique monstrueuse de dirigeants psychopathes prêts à tout pour s'enrichir, même à sacrifier les peuples ? § 1 ! Ensuite on ment, via les Médias criminels, en présentant le Traité pour ce qu'il n'est pas ou en fermant la bouche de ceux qui veulent mettre en garde contre ses effets - comme le courageux Nicolas Dupont-Aignan qui d'ailleurs a été empêché de se présenter à la Présidentielle -; enfin on organise des consultations bidons à travers une information tronquée, partisane, ou pire encore, lorsque le vote des peuples est clairement non, on contourne ce vote en présentant un pseudo-traité différent, voté celui-là par ceux qui sont d'accord, en général les Elus vendus au Grand Capital international qui emprisonne les peuples et les réduit à la pauvreté §2 !
 
Et qui a orchestré ce véritable coup de force contre les Nations, contre les citoyens ? Le Président de la France, qui pour le malheur de tous les Européens, présidait alors au destin de cette Union, une union d'ailleurs de pure forme, car la solidarité en est bannie ! 
 
Avons-nous réalisé que nous avons tous été victimes d'un véritable coup de force, sans précédent ? Et ceux qui l'ont organisé et qui, hypocritement, ont toujours le mot de démocratie à la bouche, ceux-là devraient être dénoncés pour haute trahison envers les peuples et traduits en Justice ! 
 
Jusqu'à quand allons-nous nous laisser conduire à l'abattoir ? Ceux qui exercent de hautes responsabilités, au Parlement censé nous représenter, ou dans les Banques ou dans les Médias ou à la tête des conglomérats industriels, ne sont que des traîtres à la cause humaine, des imposteurs, des sangsues, des reptiles, des criminels vendant leur conscience et notre confiance, pour le plat de lentilles du pouvoir ou de coffres-forts scandaleusement remplis...  Il n'y a donc plus d'éthique au sommet ? Seulement des vampires ? 
 
Alors, quand un Elu comme Nigel Farage ose mettre tous ces vendus au Grand Capital en face de leurs responsabilités, de leur mépris du peuple, de leurs trahisons successives, il est victime d'un accident inexplicable ? Les "Elites" ont-elles à ce point perdu la raison qu'elles piétinent impunément toutes les lois de la démocratie bien sûr, mais aussi humaines du vivre ensemble et même éthiques les plus élémentaires ? Qu'est-ce que ce ramassis d'Elus bleus, blancs, rouges, roses, verts, toutes tendances confondues, qui couvrent la parole d'un Elu  représentant la voix du bon sens ? Un cloaque infect ! Et nous leur avons fait confiance ? Regardez cette vidéo, et vous verrez comme le courageux Nigel est bien seul au milieu d'un réceptacle de minables avachis, complices du Désordre planétaire infernal, et regardez donc aussi ce Manuel Barroso, la canaille ne peut s'empêcher de rire en entendant toutes les paroles de vérité de l'Elu européen qui défend, lui, les intérêts de ceux qui lui ont fait confance !  Regardez à quoi ressemble cette Assemblée qui se substitue aux Nations souveraines pour imposer aux citoyens la loi du Grand capital broyeur de vies humaines ! Regardez, et vomissez ! Que plus jamais une voix n'aille à ces imposteurs en col blanc, vivant confortablement sur notre dos, toujours mieux rémunérés alors que nous le sommes toujours moins (et se votant des avantages insensés), s'engraissant de nos souffrances quotidiennes, de nos restrictions, de nos sacrifices, exigeant qu'on mette la main à la poche pour faire des cadeaux aux banquiers et à leurs valets, tout en nous soumettant via des organismes comme le FMI (aux mains de faux socialistes et d'authentiques bandits, comme ce DSK qui plaît tant aux Français parce que les Médias traîtres lui font une pub éhontée) à des restrictions toujours plus insupportables de nos droits, de nos protections sociales, de nos services publics, de nos libertés, et de surcroît s'apprêtant à nous mettre à nouveau à contribution pour encore et toujours pallier les folies des spéculateurs, et même à nous enrôler pour leurs guerres meurtrières contre des ennemis fabriqués de toutes pièces à coups de campagnes médiatiques mensongères et grotesques (comme celle de la burqa portée par quelques femmes qu'on ne rencontre jamais) ! 
 
Est-ce que nous devons accepter de nous faire hari-kiri pour les banquiers et leurs représentants ? Est-ce que nous devons nous coucher devant le Nouveau Désordre Mondial assassin qu'on tente de nous imposer comme le Traité de Lisbonne liberticide et générateur d'appauvrissement ? Est-ce que nous devons remercier les salauds qui programment pandémies, crises ou guerres pour s'enrichir, ou est-ce que nous devons les envoyer en enfer, là où justement ils veulent nous conduire pour augmenter la taille de leurs yachts, le nombre de leurs palais, la quantité de festins aux Fouquet's ? Ces gens-là trahissent notre confiance, nos intérêts, la cause humaine ! Leur place est en prison, où ils pourront méditer sur leurs folies, se morfondre, tourner comme des fauves en cage ! L'enfer qu'ils nous programment, renvoyons-le leur comme un boomerang, et qu'ils croupissent en cellule, la seule place qu'ils méritent ! Trop c'est trop ! Ils nous ont promis la démocratie, la paix, la justice, le bonheur, avec l'UE ? Imposture ! Bientôt les technocrates de Bruxelles feront de chacun de nous des captifs de lois iniques ! Alors, basta ! Exigeons que ceux qui piétinent les besoins, les désirs, les intérêts des peuples, soient traduits en Justice pour haute trahison ! 
 
Nigel Farage nous a montré le chemin, au péril de sa vie. Le seul possible: Celui du refus de l'intolérable ! Et tant pis si notre avion doit s'écraser comme le sien, notre train dérailler, notre bateau couler, notre moto s'encastrer contre un camion comme celui de Coluche, ou notre voiture exploser à la face de nos bourreaux ! Notre existence vaut mieux que leurs coffre-forts gonflés à en éclater ! Et qu'ils sachent que si la Justice humaine ne remplit pas son rôle, le Juge suprême, lui, ne faillira pas ! Et là, ils auront l'éternité pour regretter leur trahison, leurs forfaits, leurs crimes !    
 
Eva R-sistons à l'imposture de l'Union Européenne
 
 
§2:  Savez-vous, par exemple, que la classe moyenne, la plus conscientisée, la mieux organisée, est en voie d'extinction, sa mort est programmée, comme je l'ai entendu aujourd'hui de la bouche d'une écrivaine commentant, en direct, les Elections anglaises: Il n'y a déjà plus de classe moyenne en Angleterre, seulement les très riches et les très pauvres; Blair n'était pas un socialiste, il poursuivait la politique menée par Margareth Thatcher, sous une appellation travailliste. 
Nos Elus se moquent de nous, la Gauche n'est plus de gauche, la Droite et la Gauche sont les deux faces d'une même politique au service du Marché castrateur, des Grandes Banques voraces, des Industriels de Mort... Tout n'est qu'imposture et manipulation pour mieux réduire au servage ce qui restera de la population. Tout cela est une honte, une infâmie, et le devoir de tout citoyen sain d'esprit est non seulement de s'opposer à l'intolérable Système qui fait de la vie de tous, peu à peu, un véritable enfer, mais d'informer tous ses concitoyens, ce que je fais à ma façon, moi, journaliste ayant ouvert les yeux, sur mes blogs... Nous sommes rentrés dans une période de barbarie telle que l'humanité n'en a jamais connue auparavant, et ne serait-ce que pour les générations futures, nous avons le devoir de dire non ! eva R-sistons  
 
L ' Europe au bord du chaos,
l'article qui complète celui-ci. Décapant !
par eva R-sistons
 
 
(video) Nigel Farage blessé dans un accident d'avion
 
Excellente vidéo de BlueMan trouvé sur Ubest1, à chacun de choisir son camp: ou subir ce monde de désinformation, de pensée unique,de corruption et crise orchestrée par les élites financières malades mentales et dangereuses; Ou réagir, dénoncer, ouvrir sa conscience et réfléchir aux actions pour un avenir proche... soit on reste un mouton, et l'abattoir vous attend, soit on est un être conscient et la vie n'est pas une fatalité. Les médias ne sont que les prostitués des politiques, éteignez votre télé, elle vous détruit et vous conditionne.
   
 
 
 
Nigel Farage of UKIP.jpg

 

En 2004, il demande la démission de Jacques Barrot de son poste à la Commission européenne parce que celui-ci a tu une condamnation pénale qu'il a encourue pour financement illégal de parti. José Manuel Barroso déclare tout ignorer de cette condamnation, et l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe se joignent au UKIP pour demander la démission de Barrot. Celui-ci se justifie alors par le fait qu'une amnistie présidentielle couvre cette condamnation que nul, même pas lui, ne peut dès lors mentionner en vertu du droit français. L'ALDE re nonce alors à sa demande [3]

Nigel Farage est connu pour diverses déclarations politiques où, tout en se prononçant en faveur d'une vraie démocratie et du respect de la voix des peuples, il exprime son euroscepticisme avec une verve qui lui vaut des réactions fortes et parfois des remontrances.

Ainsi, en février 2008, après un discours du Prince Charles devant le Parlement européen, au cours duquel il appelle à un leadership européen pour les question liées aux Changements climatiques, Farage reste ostensiblement assis tandis que le prince reçoit une ovation debout du parlement. Farage explique ensuite que le prince a été mal conseillé de tenir un tel discours alors que le débat sur l'approbation du traité de Lisbonne fait rage dans son pays. Gary Titley, leader des travaillistes au Parlement européen, a estimé que Farage avait montré de la déloyauté et manqué de courtoisie à l'égard de la famille royale, et a demandé qu'il présente ses excuses au peuple britannique.

En novembre 2009, il prononce un discours à l'occasion duquel il critique notamment durement Catherine Ashton, la nouvelle Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, discours qui lui vaut une remontrance du président de séance qui lui demande de « baisser d'un ton » [4].

En février 2010, Farage prononce au Parlement européen un discours dans lequel il critique violemment le président européen Herman Van Rompuy, lui attribuant « le charisme d'une serpillière humide et l'aspect d'un petit employé de banque » tout en lui attribuant l'intention d'être « l'assassin de la démocratie européenne et de toutes les nations européennes ». Cette attaque surprenante autant par le ton que par le contenu, et la mention de la Belgique comme étant un « non-pays », a provoqué une levée de boucliers à la fois au Parlement européen et en Belgique [5][6].

   

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nigel_Farage

 

 

photo-2193581-M.jpg

 

Vers un boycott du sommet de Madrid ?

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12623#12623

 

 

scrutin.jpg

 

                     Les futures élections sous Sarkozy 1er ? Une imposture !

 

 

Sur le blog sos-crise d' eva :

 

 

 

Communiqué d'Attac France

Adopté par l’Union européenne et le FMI, le plan « d’aide » à la Grèce ne va faire qu’enfoncer encore celle-ci. Baisse de 15% des salaires des fonctionnaires, réforme et diminution brutale des retraites, hausse de 4 points de la TVA, libéralisation des licenciements dans le secteur privé... : en fait d’aide, il s’agit d’un « plan d’ajustement structurel » qui dépasse en férocité ceux que le FMI a l’habitude d’imposer aux pays en difficulté.

Car la dévaluation de la monnaie aide généralement ces pays à rétablir leur situation financière, même avec des dégâts sociaux. Sans pouvoir dévaluer sa monnaie nationale (puisqu’elle n’en a plus), la Grèce va essayer de payer sa dette et de rétablir sa compétitivité par la seule déflation salariale et sociale, au prix d’une récession d’autant plus violente. Chômage, baisse des salaires et des retraites, précarité, insécurité : le coût en sera exorbitant pour la population. Pire encore : les marchés financiers, qui ont profité largement de cette crise, préparent déjà la prochaine. Rien n’ayant été fait pour les désarmer, ils vont maintenant s’attaquer à une prochaine victime - Portugal, Espagne ou Irlande pour commencer. C’est une question de jours, de semaines ou de mois avant qu’une nouvelle crise, plus violente encore, ne secoue la zone euro. Et à nouveau, les mêmes « solutions » absurdes seront avancées par des dirigeants européens incapables de questionner les fondements néolibéraux de l’Union européenne. La résistance des peuples européens est le seul espoir d’imposer un changement de logique

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12625

 

Logo_jeneveuxplus.jpg

 

Annuler la dette grecque,

poursuivre les spéculateurs,

banqueroutiers et pseudo agences de notation

 

Pas touche au peuple grec,

libérer le peuple otage

engagez des procédures contres les banquiers spéculateurs,

ouvrez des enquêtes contre les charlatans des pseudo agences de notation

que les auteurs du hold up insupportable contre la Grèce soient recherchés et jugés pour crime économique

que la BCE assure la dette à 1 % ou que la dette soit annulée,


Prise d’otages

Aujourd’hui, les salariés grecs
Demain, les salariés français !

 

Le gouvernement, le Medef, les grands médias toujours aussi prompts à dénoncer les « prises d’otages » lors de chaque grève à la SNCF n’ont pas un seul mot pour condamner la gigantesque prise d’otages des salariés grecs par les spéculateurs, habillés du nom plus aimable d’ « investisseurs » ou de « marchés financiers ».
Tout y est pourtant : depuis la prise d’otages de gens innocents jusqu’au chantage sans cesse plus pressant pour augmenter le montant de la rançon.

Chronologie d’une prise d’otage avec demande de rançon


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12627 

 

  

Traité de Lisbonne, article 123: Le coup d'Etat de la Finance

 

Comme chacun sait, la Grèce est actuellement en première ligne des pays attaqués par la finance sur son point faible : la dette souveraine.
Cette situation est cependant valable pour la plupart des pays occidentaux endettés, y compris la France, la seule différence étant que les plus vulnérables subissent en premiers les coups de boutoir de ladite finance. Les suivants sur la liste commencent d’ailleurs également à être touchés (Portugal, Espagne) à travers les agences de notation.

 

Dessin JP Petit

Cet article va évoquer une question fondamentale que personne ou presque ne se pose, à savoir pourquoi les états en sont arrivés à se financer sur le marché privé.
Cette question en apparence anodine est en fait lourde de conséquences sur les finances publiques et surtout pour les contribuables que nous sommes tous.

C'est bien la finance qui coule la Grèce : démonstration

La dette d'un état
Comme tous les pays en déficit, la Grèce doit lever régulièrement sur le marché mondial des fonds pour financer son déficit.
A ce niveau, on doit bien distinguer le déficit annuel de l'état (du à un niveau de dépenses supérieur aux recettes) de la dette qui est grosso modo le cumul du solde des déficits annuels passés.
Qu’un prêt corresponde à une création monétaire ou pas reste une question philosophique, dans tous les cas un prêt correspond à une avance de fonds devant être remboursée à l’aide d’argent qui sera en principe obtenu dans le futur, il y a donc un risque associé lors de l’émission d’un prêt.

Toute dette comprend 2 parties :
- cumul des déficits antérieurs ou capital
- charge de la dette ou intérêts financiers

La situation de la Grèce
En 2009, la situation de la Grèce est la suivante :
- dette = environ 100% du PNB
- déficit = 13% du PNB incluant les intérêts annuels de la dette.

En 2010, la dette sera donc au moins égale à 113% du PNB, les intérêts de cette dette si les taux restaient à 3% devraient donc passer à 113*3% = 3.39%.

Directement de votre poche dans celle des banquiers
Cette partie des dépenses de l’état ne correspond à aucun investissement collectif, ces intérêts prélevés sur les impôts directs ou indirects des citoyens correspondent donc à une partie du fruit de leur travail qui va directement dans la poche des banquiers sans aucun service en échange.

Une question que peu de gens se posent est de savoir s’il est normal que les banquiers privés s’enrichissent sur le dos des états.
Réponse : cette question est éludée car les médias nous parlent sans cesse des taux d’intérêts « du marché » et de leurs variations comme si cela représentait une vérité universelle, le battage médiatico/politique nous a habitué à cet état de fait depuis une trentaine d’années.

Endettement court terme
Le plus grave problème de la Grèce est que cette dernière est endettée à partir de prêts courts termes de l'ordre de 2 ans, cela revient à dire que la majeure partie de sa dette [100% du PIB] doit être renouvelée sur les marchés financiers grosso modo tous les 2 ans.
Et si jamais les taux d'intérêts consentis varient, alors le déficit vient mécaniquement augmenter également.

Un taux qui passe de 3 à 7% associé à un renouvellement des emprunts obligataires sur 2 ans environ vient mécaniquement augmenter les dépenses de l’état de +4% de la dette au bout de ces 2 ans.
Cela augmente très vite et devient donc également très rapidement insupportable.

La finance a lancé une guerre aux états
Comme vu dans l'article
"La spéculation attaque notre (R)UE" les spéculateurs attaquent la Grèce à l'aide du marché opaque des CDS dits à "nue position", c'est à dire achetés par des gens qui n'ont pas prêté un euro à la Grèce.
C'est le principe du "Je prends une assurance incendie sur la maison de mon voisin".

La finance joue avec les taux d’intérêts
Puisque le nombre de CDS pris sur la Grèce augmente fortement,
les agences de notation en déduisent que "le marché" croit de plus en plus à un défaut de paiement de la Grèce et baissent leur note.
Du coup les taux d'intérêts consentis à la Grèce explosent, ils sont de l'ordre de 6/7% pour les taux courts termes contre 3/3.5% pour les pays en dont la note est AAA. Le temps que je termine cet article, ils pourraient facilement dépasser les 10% ou bien plus si rien n'est fait pour enrayer cette spéculation.

Les taux d’intérêts sont donc une redoutable arme de destruction massive.

Un cercle vicieux
La séquence de guerre lancée par la finance sur la Grèce est donc :
1. Achats massifs de CDS « nus » sur la Grèce
2. Prise en considération de ces achats par les acteurs économiques en particulier les agences de notation
3. Les agences baissent leurs notes de confiance sur l’état attaqué
4. Conséquence : les taux d’intérêts augmentent pour compenser le risque de défaut de paiement
5. L’augmentation des taux enfonce encore plus la Grèce dans le marasme
6. Retour à 1.

Une Europe elle-même au bord du gouffre va-t-elle pouvoir stopper la finance avec son plan d’aide à la Grèce de 80 Milliards auxquels s’ajoutent les 30 Milliards du FMI ? Car derrière la Grèce, il faudra bientôt sauver le Portugal, l’Espagne, L’Italie, etc…

Revenons maintenant sur la question posée précédemment.

L’article 123 du traité de Lisbonne
L’article 123 du Traité de Lisbonne stipule que : « 1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales des instruments de leur dette est également interdite »

En clair les états signataires s’interdisent de se financer directement à taux zéro auprès de leur banque centrale ou de la BCE. Ils sont obligés de s’adresser aux banques privées qui leur proposent les taux qu’elles décident tout en se finançant actuellement elles mêmes à un taux quasi nul auprès de la BCE.

Cette situation est identique pour tous les pays du monde occidental et dure en France depuis 1973.
Il s’agit d’un véritable coup d’état.

Un coup d’état financier et politique en 4 actes

1ier acte : La France privatise la création monétaire
En 1973, le ministre des finances Valery Giscard D’Estaing (sous la Présidence de
Pompidou, ancien directeur général de la banque Rothschild) modifie les statuts de la Banque de France à travers la loi 73-7 pour lui interdire de faire des avance ou des prêts à l'Etat.

2ième acte : On Européanise cette règle
En 1992, l’article 104 du traité de Maastricht interdit à la BCE et aux Banques Centrales Nationales de consentir des avances ou des prêts aux États ou aux Collectivités Publiques.
Cette loi s’étend donc à toute l’Europe.

3ième acte : La règle passe dans la proposition de constitution Européenne
L'article 123 du traité de Lisbonne reprend mot pour mot le libellé de l'article 104 de traité de Maastricht.

4ième acte : Sarkozy bafoue 200 ans de démocratie Française
Le traité de Lisbonne a été adopté en France par Mr Sarkozy le 04 février 2008 alors que le
référendum sur la constitution européenne avait été rejeté en 2005 par 53% des Français.

Et la France dans tout ça ?

suite ici :http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12680  

Source : http://french-revolution-2.blog.fr/2010/05/02/traite-de-lisbonne-article-123-le-coup-d-etat-de-la-finance-8486601 

 

 Photo de profil de zevengeurNotre ami Zevengeur (depuis plus de deux ans) est ingénieur. Un blogueur qui sort rarement un article, mais toujours un événement ! Visitez son blog, il est édifiant... Eva

http://french-revolution-2.blog.fr/2010/05/02/traite-de-lisbonne-article-123-le-coup-d-etat-de-la-finance-8486601/.

 

 

publication non terminée

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrice, tu écris bien (chatoie...), cordialement evaEva R-sistons 14/05/2010 08:45



Patrice, tu écris bien (chatoie..), cordialement, eva



Eva R-sistons 14/05/2010 08:44



Pas de quoi. eva



Patrice Hénin 09/05/2010 10:50



Bravo.


Merci.


Lorsque la vérité guide la plume, elle chatoie, brille.


Patrice Hénin



LL 08/05/2010 14:11



Merci EVA



R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages