4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 19:30

 

mde-captif.jpg

Alex Jones sur le mythe Obama

 

Voici quelques notes sur le nouveau documentaire d'Alex Jones, pour les lecteurs non-anglophones

 

Rahm Emanuel, chef de cabinet de la Maison Blanche l'exprime très clairement dans le documentaire d'Alex Jones : "On doit savoir profiter d'une crise de cette ampleur - Nous avons là une opportunité de faire des choses qu'on ne pouvait réaliser auparavant.".

 

Henry Kissinger précise ensuite : "Cette crise doit permettre d'établir le Nouvel Ordre Mondial. Barack Obama est la personne idéale pour réaliser cet objectif."

 

Alex Jones montre qu'en juin 2008, le candidat Obama, accompagné de Hillary Clinton, a esquivé la presse qui suivait sa tournée, et s'est rendu au Westfiel Marriott, à l'extérieur de Washington DC, que les 125 Bilderberg avaient réservé pour le week-end. Webster Tarpley* rappelle que le groupe avait été fondé "par l'ancien nazi, le Prince Bernhard de Hollande".

 

diable-US.jpg

 

C'est ensuite la Commission Trilatérale qui se charge de mettre les directives en application dans les parties concernées du monde. Enfin, le CFR (Council on Foreign Relations) déploie ses efforts pour contrôler les gouvernements successifs : les présidents changent, mais les structures à peine occultes restent en place. Passant en revue la composition de l'entourage de Barack Obama, Alex Jones constate que la plupart de ses hommes de confiance sont affiliés à ces trois puissantes organisations.

Alex Jones : "Même si Obama avait les meilleures dispositions du monde, il a en fait été porté au pouvoir par ces groupes, afin de réaliser leurs objectifs."**

 

Gerald Celente s'insurge : "Rendez-vous compte... Timothy Geitner, ancien Président de la FED de New York est maintenant Secrétaire au Trésor ! C'est lui qui avait annulé les mesures qui auraient empêché les banquiers de Wall Street de devenir les Banksters d'aujourd'hui..."

 

La réalisation du documentaire semble intervenir un peu tôt. Mais l'auteur démontre qu'on ne peut attendre aucun réel changement de ceux dont Obama s'est entouré - ou qu'il s'est laissé convaincre de recruter. Pour le réalisateur et son panel d'invités, l'affaire était entendue dès la mise en place de l'équipe présidentielle.

Un exemple : la promesse électorale de retirer les troupes d'Irak "immédiatement" a en fait été remplacée par un plan de 23 mois.

 

Le film expose aussi les évènements de la fin 2008, quand le prétendu plan de sauvetage des banques a été imposé aux sénateurs aussi bien par Bush que par Obama, comme s'il n'y avait aucune autre alternative. Aussitôt après, on avait constaté que les 700 milliards de dollars demandés par Henry Paulson n'avaient pas servi à alléger l'endettement des familles américaines, mais à permettre aux banques de racheter leurs concurrents.

Par la suite, quand les sénateurs durent voter le plan d'urgence proposé par Obama, ils n'avaient eu qu'une heure pour étudier un texte qui comportait 1.070 pages. "Désormais, les banquiers auront les moyens de racheter tout ce qu'ils ne possédaient pas encore."

Alex Jones ne manque pas de dénoncer la fraude permanente que constitue l'appellation "Réserve Fédérale", quand il s'agit d'une institution privée, fondée en 1913. Webster Tarpley* : "Ils aimeraient faire croire que la FED est une émanation du gouvernement, alors qu'elle est aux mains de banquiers privés, qui n'ont jamais été élus ni même supervisés par le Congrès."

 

FED.gif

 

En fait, le président n'a aucun pouvoir pour réguler l'économie en Amérique, c'est du ressort du Secrétaire au Trésor, selon le bon vouloir des hommes de la FED. Mais Timothy Geitner est précisément l'ancien Président de la FED de New York. Alan Greenspan a par ailleurs réaffirmé récemment que la FED est de toutes façons au-dessus des lois.

 

Le sénateur démocrate Dennis Kucinich explique : "En 1913, le pouvoir financier a été retiré des mains des citoyens, et confié à la FED. Mais on ne doit pas être abusé par cet intitulé, ils ne représentent pas les intérêts du peuple. Nous devons replacer la FED sous le contrôle du Trésor."

 

L'historien Webster Tarpley* estime indispensable de nationaliser la FED et de procéder à un audit, ce qui serait une première, afin de découvrir comment l'argent s'est évaporé.

   

CLIMAT-cht-sn0w-dees.jpg

 

Par ailleurs, Webster Tarpley* affirme que le réchauffement climatique est une fraude gigantesque, destinée à faire accepter une taxe-carbone sur la plupart des activités humaines : "Le Soleil est la principale cause de cette situation, d'ailleurs les autres planètes du système sont également affectées." 

 

La directive 1404.10 du Ministère de la Défense nationale vient d'instituer la formation d'un corps expéditionnaire de 1 million d'hommes, qui devront appuyer les troupes militaires, ainsi pour Obama : "nous donnerons davantage de crédibilité à notre politique de sécurité nationale.". Chaque citoyen américain de 18 à 25 ans se verra imposer un service de défense civile d'une durée de trois mois. Cette disposition peut aussi concerner tous les hommes âgés de moins de 64 ans. Les auteurs du documentaire veulent y voir la naissance d'un régime fasciste, en expliquant qu'il avait suffit de dix ans au régime d'Hitler pour établir sa dictature.

 

fascisme-luke_dees.jpg

 

"Barack Obama ne se contente pas de poursuivre les objectifs de George Bush, ses premières décisions montrent qu'il souhaite les amplifier." - "La ferveur populaire et le culte de la personnalité ont été orchestrés et encouragés par les medias. Obama donne l'impression que chacun a maintenant sa part de responsabilités, mais tout cela n'est bien sûr qu'une illusion.

Les exemples sont nombreux dans l'histoire, avec Staline ou Mao, et on sait ce qui se passe ensuite."

 

arme-faim-dees.jpgarme-faim-dees.jpg

 

En conclusion, le documentaire invite chaque citoyen à relire la Constitution et se préparer à défendre ses libertés.

 

Le journaliste Alex Jones est animateur de shows radiophoniques et réalisateur entre autres de "The Endgame" (2007) ou "9/11: The Road to Tyranny" (2002).

"Il est connu en particulier pour son point de vue critique concernant l'attaque du 11 septembre 2001, son exposé sur le Bohemian Grove et ses informations régulières sur le Nouvel ordre mondial." -

 

Il n'aura pas attendu le terme des Cent premiers jours de la nouvelle présidence, puisqu'il préparait déjà depuis janvier son nouveau documentaire ultra-polémique, diffusé depuis le 15 mars 2009 : "The Obama Deception" - ("Comment Obama vous trompe").
Le texte de lancement situe le niveau de l'offensive :

"Alex Jones vise à détruire le mythe selon lequel Obama consacrerait ses efforts à servir au mieux les intérêts du peuple américain."

  

obama-NOM-fasciste.jpg 

 

"Le phénomène Obama est une fraude, soigneusement élaborée par les tenants du Nouvel Ordre Mondial**. Son image de sauveur a été façonnée pour tromper le peuple, afin qu'il accepte sa mise en esclavage à grande échelle.

 

Nous avons atteint un stade critique dans la réalisation du Nouvel Ordre Mondial. Ça ne concerne pas spécifiquement la Gauche ou la Droite : il s'agit d'établir un Gouvernement mondial. Le cartel mondial des banques projette de piller le peuple américain et de le réduire en esclavage au service de la Grande Plantation.

 

Pour qui Obama travaille-t-il, quels sont les mensonges qu'il a proférés, et quelle est la vraie nature de son programme ? Ce film vous apprendra notamment :

 

- Comment Obama poursuit le processus de transformation de l'Amérique, afin de lui imposer un régime tel que celui de l'Allemagne nazie. Ça suppose la mise en place d'un enrôlement obligatoire dans le Service National, l'encouragement à la délation, l'espionnage des communications, la suppression du Second Amendement, l'ouverture des camps d'internement de la FEMA et l'instauration de la Loi Martiale.

 

- Ceux qui manipulent Obama annoncent déjà ouvertement la création d'une nouvelle Banque Mondiale qui contrôlera toutes les nations du monde grâce à la taxe-carbone et le recourt aux forces armées.

 

fascsme-US-j.jpg 

 

- L'internationale des banques a orchestré et planifié la faillite financière généralisée pour mettre en place un Gouvernement Mondial.

 

- Obama a pour objectif de piller les classes moyennes, supprimer les retraites et imposer son contrôle sur les états d'Amérique, de sorte que la population soit totalement dépendante du Gouvernement Central.

 

- Les Elites utilisent Obama pour endormir le public, afin de réaliser l'Union Nord-Américaine par surprise, initier une nouvelle Guerre froide, et poursuivre l'occupation de l'Irak et l'Afghanistan.

 

L'information que nous présentons dans ce film est vitale pour l'avenir de la République et la défense des libertés partout dans le monde. Le Président Barack Obama n'est qu'un instrument** dans un plan concerté. A moins que nous en prenions conscience, l'humanité restera sous la coupe des maîtres du Nouvel Ordre Mondial." –

 

barky_dees-pauvres-et-Obama-guerre.jpg

 

*Webster G. TARPLEY

 

Historien spécialisé dans le terrorisme après la seconde guerre mondiale, journaliste, Webster G. TARPLEY, s’est fait connaître en 1978 par son enquête sur l’assassinat d’Aldo Moro, à la demande de parlementaires italiens. Sa biographie de George W. Bush père et ses essais sur les dérives fascistes du gouvernement américain en font un opposant farouche du gouvernement actuel des États-Unis.

 

Il travaille sur les formes modernes d’ingérence, en particulier sur l’exploitation de la menace terroriste :

« On ne peut pas comprendre la politique actuelle des États-Unis si l’on mésestime la portée réelle du 11 septembre. Les attentats du 11 septembre ont été un coup d’État. La guerre contre le terrorisme est basée sur un mythe et est devenue une religion d’État obligatoire depuis ces évènements. La seule façon de lutter contre les néo-conservateurs est de détruire ce mythe. L’ouverture d’une commission de vérité comme celle de Russell après la guerre du Vietnam pourrait contribuer à le détruire. ». Son dernier ouvrage "La terreur fabriquée" est disponible en France.

Il y démontre que le terrorisme est "toujours" organisé par les Etats eux-mêmes.

 

**Selon Me Berg, Obama n’est pas né le 4 août 1961 à l’hôpital Kapi’olani pour enfants d’Honolulu (Hawaï), mais au Coast Province Hospital de Mombosa (Kenya), alors territoire de la Couronne britannique. Après le remariage de son père avec une Indonésienne, Lolo Soetoro, et leur installation en Indonésie, en 1967, Barack Obama a obtenu la nationalité indonésienne. Il a été enregistré comme tel, sous le nom de Barry Soetoro, à l’école Saint-François d’Assise de Jakarta.

 

À l’âge de 20 ans, il a effectué un voyage au Pakistan, alors interdit d’accès aux ressortissants états-uniens, et y est entré avec son passeport indonésien.

Or l’article 11, section I, de la Constitution des États-Unis stipule que seuls les citoyens nés sur le territoire US sont éligibles à la présidence.

 

Au regard du Code électoral US, le contrôle de l’éligibilité s’effectue a posteriori, rien n’interdisait donc à M. Obama de se présenter au suffrage des États, même si son élection pouvait être invalidée.

 

Selon Me Berg, M. Obama est en réalité né au Kenya et a acquis la nationalité indonésienne lors du remariage de sa mère. De ce double fait, il n’était pas éligible à la présidence des États-Unis. Alors que les grands médias ont longtemps ignoré cette affaire, l’opinion publique commence à s’y intéresser depuis la parution d’un appel (publié au tarif publicitaire) dans le Washington Times du 17 novembre 2008. L’évêque anabaptiste Ron McRae a piégé la grand-mère de Barack Obama en l’interviewant par téléphone pour une émission de radio. Cette dame, qui n’a jamais quitté le Kenya, a déclaré avoir assisté à la naissance d’Obama.

 


Notre commentaire : Nous vous avons déjà expliqué que les maîtres du "jeu", mettent en place des gens qui ont une "casserole" avec eux, pour pouvoir les "tenir" (par ailleurs, l’oligarchie majoritairement blanche préfère laisser à un "noir" la responsabilité d’annoncer la faillite du pays et d’affronter les inévitables révoltes sociales qui suivront...).

On voit (en partie) ce qui était prévu pour "tenir" Obama... Il est pieds et poings liés et devra faire ce que les "autres" attendent de lui, ayant au-dessus de lui cette épée de Damoclès (son invalidation).

Rappelons que Brzezinski, son conseiller est un spécialiste des opérations secrètes sordides, des coups d’États, des sabotages divers et d’autres actions criminelles.

 

 NOM-tete-mort.jpg

  

Plus d'infos sur : artemisia-college.org 

 

 

Le capitalisme,

un système économique condamné par la science

  

Par Gilles Bonafi

  

Lorsque l’on parle de la crise actuelle, on entend tout et n’importe quoi, mais de nombreuses voix s’élèvent et commencent à soulever le problème posé par un système économique qui conduit l’humanité à la catastrophe, un système économique

 

18477.jpg

 

J’avais déjà affirmé que ce système n’était que le reflet de nous-mêmes illustré par la loi de puissance (loi de Pareto) et les fractales. Les pires d'entre nous (et non les meilleurs) réussissant donc, ceux qui sont sans scrupules et dont l'ego est le plus développé, de supers prédateurs en quelque sorte. Quel que soit le système mis en place, la loi de puissance et les fractales s'appliquent (communisme ou capitalisme), or, ne l’oublions pas, la loi de Pareto est une exponentielle, c’est à dire une courbe tendant vers l’infini ce qui est impossible dans un monde fini, notre biosphère.

 

Pourtant, ce fonctionnement de notre système ne peut échapper à l’un des principes fondamentaux de la science : l’entropie.

 

 Principe d’équilibre 

25view.large1.jpg
 

Pour comprendre, il faut reprendre tout dès le début et bien comprendre ce que l’on nomme le principe d’équilibre, un principe qui s’applique aussi à notre système économique.

Les mathématiques sont la clé, mais malheureusement nos chers professeurs oublient l’essentiel, la spiritualité ou plutôt la conscience et l’on finit par être dégoûté d’une matière qui est la clé de tout.

 

Commençons par le zéro et observons-le : 0. Le mot chiffre nous vient de l’arabe « sifr » qui veut dire le vide. Il représente le vide délimité par un cercle, le serpent qui se mord la queue (Ouroboros) symbole de l’équilibre que l’on retrouve partout dans l’univers à l’exemple de l’atome, la cellule, l’œuf, la terre, et dans toutes les religions.   
 

Une exponentielle tend vers l’infini à l’exemple de la droite. Vous voyez où je veux en venir, tracer une droite à l’intérieur d’un cercle est impossible, on finit par se heurter à la limite de ce cercle. Pour l’anecdote, ce rapport de l’infini, le chaos (l’exponentielle, la droite) et du fini, l’ordo (le cercle) se nomme pi.

 

Les sages anciens l’avaient très bien compris et définissaient le principe d’équilibre par la succession des phases de désordre, d’expansion et de contraction, d’ordo ab chao illustré par la théorie du Tsimtsoum.

En effet, rien ne peut se développer à l’infini, et la contraction (le tsimtsoum) finit toujours par se produire. On le retrouve au niveau de l’homme avec la respiration, des étoiles qui deviennent géantes rouges (expansion) puis  naines blanches (contraction) mais aussi dans la fameuse histoire de la grenouille qui voulait devenir aussi grosse que le bœuf, un conte qui s’applique à merveille à nos « élites » et à ce qu’il se passe aujourd’hui.

 

La crise économique actuelle doit être analysée sous cet angle. Notre économie est en phase de destruction, de repli sur elle même, le principe fondamental d’équilibre et surtout d’entropie.

 

 

Entropie et crise économique

 

Einstein expliquait sans cesse qu’à ses yeux la loi la plus importante de la physique était « le second principe de la thermodynamique », c’est à dire la notion d’entropie.

 

Pour comprendre, ce qu’est la notion d’entropie il faut se référer aux lois de la thermodynamique. Etudier l’entropie d’un système revient en fait à mesurer le degré de désordre d’un système. Selon ces lois, lorsque l’entropie d’un système augmente, il finit par produire du désordre (le chaos) et finit par gaspiller de façon incohérente son énergie, ce qui s’applique à merveille à nous mêmes et donc à notre système économique.

 

En effet, l’homme, en consommant de l’énergie de façon incohérente (nourriture, énergies fossiles) augmente le désordre, le chaos (la pollution, la destruction des autres espèces).

D’ailleurs, les mathématiciens Arnaud Chéritat et Xavier Buff viennent de démontrer que le chaos est omniprésent dans les systèmes dynamiques, ce qui s’applique à notre système économique.

Or, ceci est une révolution majeure car ils prouvent mathématiquement l’impossibilité de prédire à long terme le comportement de notre système économique.


Pour ceux qui veulent approfondir il s’agit de l’affirmation par ces deux remarquables mathématiciens qu’« il existe des ensembles de Julia d’aire strictement positive ».

 

L’argumentaire de Paul Jorion sur la nécessaire mise en place d’une interdiction des paris sur les fluctuations de prix vient de trouver un allié de poids, la science !


Vous comprenez donc les implications majeures de cette découverte.
La finance ne devrait tout simplement plus exister car elle introduit du chaos dans le système.

 

 

Les solutions

 

Jusqu’à présent, peu de solutions ont été proposées pour résoudre ce dysfonctionnement profond, ce hiatus fondamental entre le fonctionnement de l’homme (microcosme) qui fonctionne en circuit ouvert dans un monde fini (le macrocosme). Or, la vie sur le long terme ne peut perdurer sans l’union des deux, le principe d’équilibre et d’harmonie qui est notre base spirituelle (conscience) commune et qui était la base de la vie chez les peuples dits primitifs.

 

Frédéric Lordon chercheur au CNRS critiquait l’idéologie néolibérale en affirmant :

« Alain Minc n'est pas capable de bâtir un « argument » économique sans invoquer la loi de la pesanteur. »


Et pourtant, sur le fond Alain Minc a raison, mais seulement il a choisi le pire (loi de la jungle) et non le meilleur (loi de Pareto, entropie et fractales) pour justifier un système économique qui ne résiste pas à trois minutes d’analyse et désormais aux mathématiques. Car pour l’idéologie néolibérale tout est résumé par la loi de la jungle, la loi du plus fort qui devient la loi de puissance (loi de Pareto). « Le côté obscur de la force » donc.

 

Cependant, Frédéric Lordon ne fait pas que critiquer et il nous laisse une proposition qu’aucun média ne relaie : fermer la bourse. Voilà une idée intéressante car la finance est au cœur du système et c’est elle qui favorise l’évolution exponentielle des dettes et le chaos. De plus, on sait aujourd’hui que 5 banques US contrôlent près de la moitié des produits dérivés (plus de 200 000 milliards de dollars) et ont instauré un gigantesque délit d’initié à l’aide d’algorithmes financiers qui permet de gagner à chaque fois  et, bien sûr, ceci déconnecté de toute réalité économique.J’affirmais dans mon article

"Pourquoi l'économie mondiale ne s'est pas effondrée en 2009" :

« Il faut bien comprendre que la bourse n'a qu'une seule utilité sociale, celle de fournir des capitaux aux entreprises. Or, c'est l'inverse qui se produit actuellement et c'est l'ensemble de la société qui est prise en otage et se dépouille de ses richesses au profit de quelques-uns. »

 

Nous sommes de plus en plus nombreux à le crier haut et fort comme Omar Aktouf  professeur à HEC Montréal  ou Paul Jorion.


Désormais, Frédéric Lordon enfonce le clou sur le vrai fonctionnement de la finance :

« les entreprises vont moins s'approvisionner en capital à la Bourse qu'elles n'y vont s'en faire dépouiller, puisque ce que les actionnaires leur extorquent (en dividendes et en rachat d'actions) finit par l'emporter sur ce qu'ils leur apportent, de sorte que ce n'est plus la Bourse qui finance les entreprises mais les entreprises qui financent la Bourse ».

 

La finance est donc l’endroit où se concentrent « les métastases » d’un corps malade qu’il faut amputer avant qu’elles ne se propagent.

 

Cependant, il faut être clair, cela ne serait qu’une étape, la nécessaire remise en cause du capitalisme devant être au cœur des débats. Imaginer un système économique fonctionnant en circuit fermé et dont l’homme et non l’argent serait le cœur. Criminaliser l'excès de richesses en plafonnant le patrimoine personnel. Un système distributif (et non redistributif) qui remette la connaissance à sa juste place et qui élève l’homme au lieu de le transformer en animal (mythe de Circé), en esclave, une constitution pour l’économie.

 

« Pour comprendre, apprenons à rêver! » August Kekulé.

Gilles Bonafi est professeur et analyste économique.

 

http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18477

 

 

obama-guerre.jpg

   

Daniel Ellsberg :

« Comment Obama trompe l’Amérique »

 

Donc le président français a cru bon d’utiliser un ton de donneur de leçon face aux étudiants américains de l’université Columbia. Selon ses propos, l'Amérique vient [enfin presque…] de rejoindre le camp des pays qui ne laissent pas tomber les malades, mais elle ne devrait pas se replier sur elle-même et écouter enfin l’Europe !

 

Le propos est un peu surprenant, mais le monde sera rassuré, Barack Obama a la confiance de Nicolas Sarkozy : « Quan’t’y’dit [telle chose], moi je le crois ». Pour le reste, les Américains rigolent encore.

C’est vrai, le président Obama inspire la confiance hors des États-Unis. La confiance du comité norvégien Nobel pour la Paix tout d’abord. C’était avant l’effort d’intensification de la guerre en Afghanistan (la « contre-offensive » de la province d’Helmand) et la décision d’envoyer 30 000 hommes en renfort des 70 000 déjà en place

« Face au terrorisme, nous ne pouvons pas nous diviser » assure encore M. Sarkozy à l’université Columbia. Mais qu'est-ce que le terrorisme au juste ? Voilà ce que déclarait récemment (voir The New York Times du 26 mars 2010) le général McChrystal chef des opérations de l’OTAN en Afghanistan, à propos des victimes civiles des opérations de l’OTAN :

« Nous avons tué un nombre incroyable de gens dont aucun, à ma connaissance, ne s’est avéré être une menace »

Ne mesurera-t-on jamais la portée d'une telle déclaration ? Imaginez votre famille se mettant « à l'abri » dans sa maison, mais recevant une roquette mettant fin aussi bien à la maison qu'à la famille. Et pourtant, votre famille avait juste suivi la recommandation qu'une armée occupante – mais qui répète sans arrêt être votre amie – lui avait faite.

« Nous avons été attaqué le 11/09 de manière particulièrement brutale ».

Ce rappel des attentats de New York à l'avion détourné fait partie du discours de Barack Obama aux soldats américains lors de la visite éclair de leur président le dimanche 28 mars. Certes, mais est-on encore sûr que l'Amérique a été attaquée par les talibans actuels qu'elle entend continuer à combattre jusque, au moins, fin 2011 (pouvoir donner une échéance, les militaires en avaient rêvés, Obama l'a fait) ? En tout cas, le seul rescapé de votre famille qui vient de rejoindre un groupe de résistants à l'occupant, lui, vous le savez bien, n'était pas en Amérique en septembre 2001.

Et puis lutter contre le terrorisme passe aussi par soutenir un gouvernement (islamique, soit dit en passant) à la corruption avérée et reconnue par ses alliés, et dont les revenus sont de plus en plus liés à la narco-économie. Soutenir ce gouvernement c'est aussi le rendre complètement dépendant du soutien militaire américain.

Alors, augmenter aujourd'hui les troupes en Afghanistan et partir fin 2011 ? Non, c'est irréaliste, ils y seront encore en 2015 et peut-être toujours en Irak également.

Et qui dit cela ? C'est l'ambassadeur américain en Afghanistan, Karl Eikenberry, précédemment général-chef des opérations Américaines dans ce pays, qui l'a écrit dans un rapport secret à Barak Obama en novembre 2009. Rapport très confidentiel qui a cependant « fui » dans le New York Times en janvier dernier dû à l'indélicatesse d'un officiel américain.
Mais, hélas pour le Congrès américain qui autorisa les crédits à Barak Obama pour intensifier les combats en Afghanistan, les parlementaires américains ont pris leur décision sans avoir eu connaissance du rapport de l'ambassadeur Eikenberry

D'après Daniel Ellsberg en personne, les analyses contenues dans ce rapport sont aussi défavorables à la guerre (qui dévient petit à petit la guerre d'Obama — ce sont les termes de D. Ellsberg) que les documents militaires secrets américains que Daniel Ellsberg révéla à la presse en 1971 (The Pentagon Papers), révélation qui participa à la décision de retrait américain du Vietnam l'année suivante.

L'interview de Daniel Ellsberg par la journaliste Amy Goodman(*) est disponible sur le site Democracy Now ! (www.democracynow.org : the war and peace report), édition du 30 mars 2010 : Our President Is Deceiving the American Public.

(*) Amy Goodman est fondatrice de la chaîne d'information indépendante Democracy Now ! Après avoir réchappé d'un massacre, avec un autre journaliste américain, au Timor-Oriental en 1992 où elle avait tenté de s'interposer, elle révéla à l‘Amérique les tueries perpétrées par l'armée indonésienne, avec soutien des États-Unis, de la population timoraise (200 000 morts, soit le tiers de la population de la partie est de l'île, anciennement colonie portugaise).

Depuis elle n'a de cesse de dénoncer les dégâts causés par la politique extérieure américaine et déclare que Henry Kissinger, autre Prix Nobel de la Paix, devrait être traduit devant la justice internationale

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/ext/http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2010/04/01/daniel-ellsberg-comment-obama-trompe-l-amerique_1327127_3232.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eva R-sistons 10/04/2010 01:51



Que veux-tu dire ?


"Le "Kourks", on sait maintenant qui et comment, mais au fait, c'était pourquoi "


et le reste... bien énigmatique... Du coup je n'ai pas inséré cette partie de ton excellent commentaire sur le post


As-tu des liens pour ce que tu avances (crédible) ?


eva



Alain 10/04/2010 00:43



Le "réchauffement climatique" n'est pas une fraude, c'est une une énorme supercherie.


Le N.O.M utilise sont réseau mondial d'antennes paraboliques et de satellites pour déplacer des masses d'air chaud de l'équateur vers les pôles afin de pouvoir y entreprendre l'exploitation des
énormes ressources naturelles qui s'y trouvent et qui se tarissent ailleurs.


Des masses d'air chaud et humide sont remontées du large de la Californie vers l'Alaska afin, par exemple, d'entreprendre l'exploitation des gisements pétrolier de la mer de Beaufort.


Idem en Europe où des masses d'air chaud sont déviées par des champs de micro-ondes émis par des satellites et remontées vers le cap Nord pour pouvoir exploiter les gisements de la mer de
Barentz.


Le "Kourks", on sait maintenant qui et comment, mais au fait, c'était pourquoi ?


Et le drapeau Russe planté sur le prolongement sous-marin du plateau continental Russe par un mini sous-marin Russe, suivi d'une visite de Vladimir Poutine largement médiatisée ?


Mais non, tout cela n'est pas de la géopolitique, ce ne sont que des élucubrations fumeuses...



R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages