15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 21:45

Vache folle, veau aux hormones, poulet à la dioxyne, porcs contaminés... Et si, là aussi, à travers les animaux sacrifiés, abattus en masse (le génocide des animaux, la "Shoah" animale !), on visait la faim dans le monde, on visait à affamer les peuples privés de ravitaillement, d'animaux à manger et bientôt de terres agricoles et d'agriculteurs - bref la dépopulation ?
Eva R-sistons


 
paysage-campagne-copie-1.jpgpaysage-campagne-copie-1.jpg

L'agriculture en perdition,
la civilisation en danger,
dépopulation programmée
par... la faim ! 
par Eva R-sistons


Mes amis,

Une fois de plus, je tire la sonnette d'alarme. Nos agriculteurs sont en danger, eux la mamelle de la France !!!! C'est dramatique non seulement pour cette profession, si essentielle et si belle, mais c'est aussi très dangereux pour l'alimentation de la population, et pour la vie de nos provinces !

Pour mémoire, je rappelle quelques dates : On commence par remplacer l'agriculture familiale, de subsistance, par la monoculture, l'agriculture intensive - juteuse pour les multinationales, et dévastatrice en particulier pour les pays pauvres, dépendant de l'agriculture -, puis les bureaucrates de Bruxelles asphyxient les paysans, ensuite on favorise les "bio-carburants" au lieu de la production alimentaire et on impose les OGM à l'origine de la ruine de centaines de milliers d'agriculteurs notamment en Inde (avec à la clef de nombreux suicides), et maintenant on envisage, comme aux USA, d'interdire les jardins potagers ! Si on voulait affamer les peuples, on ne s'y prendrait pas autrement !

monsanto.jpg
US: Monsanto propose une loi interdisant les potagers des particuliers
à lire sur mon blog sos-crise (cliquer sur le lien ci-dessus, "US: Monsanto peopose..")

A la tête des Affaires du monde, une mafia cupide et sans scrupules décide de sacrifier l'alimentation humaine et, ce faisant, la vie humaine sur terre, au profit d'une minorité de parvenus et de la population, en nombre limité et soumise, dont elle a besoin ! Oui, ce scandale, il faut AUSSI le dénoncer !!!! Un de plus... Tout est fait pour réduire la population, par des attaques sur la production agricole, par la ruine des agriculteurs, par les conditions de travail conduisant au suicide de plus en plus d'employés, par la compétition si stressante, par la précarisation, par la destruction des solidarités et des protections sociales, par la deshumanisation des sociétés, par des crises à répétition, par des pandémies fabriquées de toutes pièces (sur les humains, sur les animaux), par d'innombrables conflits et guerres...

Mais s'en prendre aux agriculteurs, ce n'est pas seulement s'en prendre à une catégorie de travailleurs et provoquer, à terme, l'insuffisance alimentaire, c'est aussi travailler à la dépopulation des campagnes et à la désertification. Tout le paysage rural est modifié, en profondeur, et puis les modes de vie, urbanisés, sont bouleversés, enfin la désertification menace, avec la disparition des exploitations agricoles. Les écoles ferment, les services publics se raréfient, les équipements sont supprimés, la population déserte... Et on pourrait parler à l'infini des conséquences.

Avec la disparition de nos agriculteurs, c'est toute une civilisation qui disparaît, l'âme - oserais-je le mot d'identité ? - de la France, et peut-être l'avenir de la vie humaime...

On ne le répétera jamais assez: Derrière les chiffres bruts en matière d'agriculture (baisse des revenus, disparition d'exploitations..), se cachent des drames humains effroyables, et par-delà, la mort de modes de vie humains, adaptés à la condition humaine, vous voyez j'ai repris intentionnellement trois fois le mot humain. Quel enjeu !

En deshumanisant la société, le capitalisme et, par-delà, le Nouvel Ordre Mondial, révèlent toujours plus leur vrai visage. Barbare ! Au moment où on nous abreuve de mots, il faut avoir le courage de le dire: La civilisation occidentale, qu'on tente d'imposer à la planète entière, confine à la barbarie. 

Eva R-sistons à l'intolérable  



agriculteurs-j.jpg



Copenhague : derrière l’humanisme vert,
un régime planétaire brun ?



Selon le Guardian de Londres, le projet de Traité rédigé en coulisse par le Danemark, la Grande-Betagne et les Etats-Unis, prévoit de fixer à l’horizon 2050 le taux d’émission de CO2 à 1,44 tonne par habitant pour les pays pauvres et 2,67 tonnes pour les pays riches. Il prévoit aussi que la gestion de l’aide aux pays pauvres échappe à l’Onu pour passer aux mains de la très humaniste Banque Mondiale. Pour Lord Christopher Monckton, un des rares à avoir parcouru les 180 pages du Taité, cet accord établirai de fait un régime mondial non élu, doté de plus de pouvoir que n’importe quel gouvernement au monde.


Détracteur du réchauffement climatique depuis des années, Monckton n’a eu accès à ce document qu’après avoir menacé de déclencher un incident diplomatique retentissant s’il ne l’obtenait pas. S’il est adopté en l’état, dit-il, nous aurons de facto un gouvernement mondial autorisé à lever des impôts, abolir les droits de brevet, décider des politiques économique et environnementale, etc. Si le mot « gouvernement » n’apparaît pas dans le texte, le processus de centralisation dans des institutions internationales qu’il prévoit revient au même. Selon lui, ces institutions internationales pourront prélever jusqu’à 2% des PIB et des transactions financières internationales pour financer une nouvelle bureaucratie composée de 700 administrations. Ce projet de Traité prévoit une taxe de 2 dollars sur chaque tonne de CO2 émise par des énergies fossiles et conditionne les droits d’émissions à l’achat de droits sur un marché mondial du carbone. Il est aussi question de sanctions et d’amendes pour les pays qui ne respectera pas le Traité, et même de créer une force de police internationale pour les mettre en application.


Ce n’est plus un secret, le sommet de Copenhague vise à mettre à l’ordre du jour une politique impérialiste de dépopulation encore plus drastique que le simple effondrement du système mondialisé. L’intervention massive de l’oligarchie britannique, tant financière que la monarchie, dans le façonnement du débat, est criante. Aujourd’hui à Copenhague, c’est le Prince Charles qui ouvrira le sommet officiel. Dans toutes les initiatives on retrouve le WWF créé par son père, le Prince Philip, dans le but explicite de réduire la population. Dimanche, c’est Tony Blair qui est intervenu dans la capitale danoise pour exiger une guerre climatique préventive.


De nombreux organismes et personnalités sont à Copenhague pour promouvoir la dépopulation, comme l’Optimum Population Trust sponsorisé par la London School of Economics, qui demande l’élimination de 3 milliards de personnes, ou des représentants de Windsor2009, qui prêchent dans leurs présentations la « bonté » de la famille royale britannique et les thèses malthusiennes de la surpopulation.
 

Mais nous y sommes aussi pour exposer les véritables objectifs de ce sommet et faire émerger une résistance capable de torpiller les plans de l'oligarchie. Restez donc branché et n'hésitez pas à nous soutenir dans ce combat

http://www.solidariteetprogres.org/article6114.html

arton6114.jpg



 

Recette britannique : pour dépeupler la planète, commençons par les agriculteurs

15 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – La dérégulation des marchés agricoles, imposée par les mêmes cartels financiers qui promeuvent, sous prétexte d’une lutte contre le « réchauffement climatique », une forte réduction démographique, finit par créer les conditions où faute de producteurs dans le domaine agro-alimentaire, les pénuries alimentaires « feront le sale boulot ».


Selon les comptes prévisionnels de la nation, publiés par l’INSEE, le revenu des agriculteurs opère une chute de 32% en 2009 après avoir reculé de 20% en 2008, revenant ainsi à son niveau de 1993. Parlant de cette Annus Horribilis, Bruno Le Maire reconnaît qu’il s’agit « de la crise la plus grave que l’agriculture ait connue depuis une trentaine d’années ».


De façon unanime, les acteurs du secteur ont fait part lundi de leur inquiétude. Le syndicat majoritaire, la FNSEA, fait état d’une « situation désespérée », tandis que les Chambres d’agriculture évoquent « un effondrement annoncé ». Pour la Confédération paysanne, « les paysans sont au bord du gouffre » et la Coordination Rurale (CR) parle d’un « bilan consternant ».

Pourtant, à l’exception des engrais, les charges étaient à la baisse. Cependant, ni la baisse de 35% du fioul domestique, ni le maintien des 2,5 milliards d’euros de subventions aux produits n’ont pu compenser l’effondrement des prix de vente. Toutes les productions sont concernées. Au premier rang les éleveurs laitiers, qui voient leur revenus nets chuter de 54%, les producteurs de fruits (-53%), les céréaliers (-51%), les éleveurs de bovins (-42%), les horticulteurs (-34%) et les maraîchers (-32%) sans oublier les vins AOC (-8%). « Cette situation se retrouve dans tous les grands pays agricoles, dans l’UE comme aux Etats-Unis » souligne le ministère de l’Agriculture.

Comme conséquence, si n’est rien n’est fait pour changer la donne, un tiers des exploitations agricoles risquent de mettre la clef sous la porte. « Avec 14600 euros de revenu moyen par exploitation contre 22 500 euros en 2007, cela veut dire qu’il existe des situations encore plus catastrophiques, où le revenu est nul voire négatif. Cela concerne un tiers des exploitations », déplore Guy Vasseur, vice-président de l’Association permanente des chambres d’agriculture.


« La dégradation du revenu agricole est insupportable pour les agriculteurs et incompréhensible pour les consommateurs. Cette situation n’est plus tenable, elle démontre une fois de plus l’impérieuse nécessité d’une politique agricole et alimentaire forte et régulatrice. L’agriculture ne trouvera pas son salut dans l’OMC. Il faut sortir de cette impasse et bâtir une nouvelle régulation alimentaire mondiale », a déclaré pour sa part Luc Guyau, Président des Chambres d’agriculture.


Dans ce sens, Bruno Le Maire vient de réunir à Paris, le 10 décembre, un « G-22 » réunissant tous les ministres de l’Agriculture des pays membres de l’UE (sauf les maniaques du libre-échange : Grande-Bretagne, Danemark, Suède, Pays-Bas et Malte). Il s’agissait de discuter de l’avenir de la Politique agricole commune (PAC) avant sa révision en 2013.


Sans briser avec le paradigme frauduleux d’une écologie anti-humaine, les participants affirment dans « l’Appel de Paris » que « Face au changement climatique, à l’insécurité politique et alimentaire mondiale, à la volatilité des cours mondiaux et à la recrudescence des crises sanitaires, seule une politique publique ambitieuse, conduite à l’échelle du continent et avec des ressources adaptées peut garantir l’indépendance de l’Europe ».


Bruno Le Maire, qui présidait le sommet, a précisé que le groupe s’opposait aux coupes drastiques de la PAC exigées par la Commission européenne. Cette dernière veut réduire le budget de la PAC au profit de « l’innovation, le climat et l’énergie » (c’est-à-dire : au profit de l’énergie solaire et l’éolien dont la rentabilité se résume à la spéculation boursière). « Nous ne pouvons pas prendre comme idée du départ de réduire le budget de la PAC de 30 à 40% » affirmait Le Maire en référence au document de la Commission.


En son temps, le général De Gaulle l’avait parfaitement compris : le choix de l’Europe se résume en gros à choisir entre mourir de faim, où expulser les Britanniques et leur Commonwealth de l’UE.

http://www.solidariteetprogres.org/article6116.html



MRC 61 : Michel Sorin présente
les réflexions du MRC sur l'agriculture


Réorienter et refonder la PAC sur la sécurité alimentaire. Comme prévu, la réunion publique organisée par le MRC de l’Orne, le 26 novembre, à Alençon, a surtout intéressé les militants, qui ont pris…

Pour lire la suite cliquez ici


Michel Sorin

Eva: Michel Sorin (ingénieur agronome, je crois - je le connais personnellement) est spécialiste des questions agricoles au MRC (Chevènement). Voici les articles qu'il a publiés sur ce thème sur son blog :


AGRICULTURE et PAC (152)


Les paysans doivent pouvoir vivre de leur travail

http://mrc53.over-blog.com/article-3305832.html


Reçu ce commentaire,
si réaliste et sincère :

Bonsoir EVA
Merci d'avoir parlé de la condition des agriculteurs aujourd'hui
J'ai été agricultrice en association et j'ai du partir car j'avais un associé qui usait ses associés les uns derrière les autres ,( mais visiblement cela ne géné pas certaines instances ) .
Depuis que je suis partie , j'ai essayé a plusieurs reprises de me réinstaller , mais je crois que c'est plus qu'un parcours du combattant , en ce moment je suis en contact avec une jeune femme qui essaye aussi de s'installer et cela a l'air bien difficile pour elle aussi .
Pourtant cela serait tellement bien de pouvoir redeveloper l'agriculture familiale avec : production ,transformation et vente directe .
Je sais qu'un certains nombres d'agriculteurs se bougent pour le faire .
Amitiés et merci d'être là
Chantal

Chère Chantal
Tu touches là un point sensible: Notre société n'est plus humaine. Tout est accompli pour permettre à une minorité de faire toujours plus de profit, et TOUT (et TOUS) est SACRIFIE à cet objectif scandaleux: La nature, les individus, les animaux, les générations futures.
Or,  une société humaine, viable, c'est justement ce dont tu parles: Une agriculture familiale (et j'ajoute respectueuse des équilibres naturels et de la santé des consommateurs)  avec consommation et vente ditrecte.
On n'est pas plus heureux dans une société hyper technique, matérialiste, individualiste. Au contraire ! Il est temps de revenir aux valeurs éprouvées dans le temps... Eva


Navajos.jpg


Le destin des Indiens d'Amérique annonçait celui de l'ensemble des habitants de la planète qui assistent impuissants à la destruction de leur environnement, après la confiscation de leur espace et de leurs ressources.
vide.gif
Le message des Indiens est aussi une source de sagesse, fondée sur le respect de la nature et la compréhension de "l'Esprit qui est en toute chose"...

vide.gif
"Nous avons toujours eu beaucoup; nos enfants n'ont jamais pleuré de faim, notre peuple n'a jamais manqué de rien... Les rapides de Rock River nous fournissaient un excellent poisson, et la terre très fertile a toujours porté de bonnes récoltes de maïs, de haricots, ce citrouilles, de courges... Ici était notre village depuis plus de 100 ans pendant lesquels nous avons tenu la vallée sans qu'elle nous fût jamais disputée. Si un prophète était venu à notre village en ce temps-là nous prédire ce qui allait advenir, et ce qui est advenu, personne dans le village ne l'aurait cru."

Black Hawk, chef indien

 
"Nous aimons la tranquillité; nous laissons la souris jouer en paix; quand les bois frémissent sous le vent, nous n'avons pas peur."

Chef indien au gouverneur de Pennsylvanie en 1796


village-amerindien.jpg 
"Nous le savons: la terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre. Nous le savons: toutes choses sont liées. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre.

L'homme n'a pas tissé la toile de la vie, il n'est qu'un fil de tissu. Tout ce qu'il fait à la toile, il le fait à lui-même."

Seattle, chef indien Suquamish


ChefIndien1.jpg 
"Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la nature, et son attachement grandissait avec l'âge. (...) C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement. Ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le coeur de l'homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l'oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l'homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature."

Standing Bear, chef Lakota (Sioux)


http://www.syti.net/MessageIndiens.html


"Nous voyons la main du Grand Esprit dans presque tout: le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes; parfois nous l'approchons par leur intermédiaire. (...) Nous croyons en l'Etre Suprême, d'une foi bien plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traité de païens... Les Indiens vivant près de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas d'ans l'obscurité.

Saviez-vous que les arbres parlent? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous écoutez. L'ennui avec les Blancs, c'est qu'ils n'écoutent pas ! Ils n'ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu'ils n'écouteront pas non plus les autres voix de la nature. Pourtant, les arbres m'ont beaucoup appris: tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit."

Tatanga Mani (ou Walking Buffalo), indien Stoney (Canada)


IndianCeremonySunset.jpg


"Les Blancs se moquent de la terre, du daim ou de l'ours. Lorsque nous, Indiens, cherchons les racines, nous faisons de petits trous. Lorsque nous édifions nos tipis, nous faisons de petits trous. Nous n'utilisons que le bois mort.

L'homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. L'arbre dit « Arrête, je suis blessé, ne me fais pas mal ». Mais il l'abat et le débite. L'esprit de la terre le hait. Il arrache les arbres et les ébranle jusqu'à leurs racines. Il scie les arbres. Cela leur fait mal. Les Indiens ne font jamais de mal, alors que l'homme blanc démolit tout. Il fait exploser les rochers et les laisse épars sur le sol. La roche dit « Arrête, tu me fais mal ». Mais l'homme blanc n'y fait pas attention. Quand les Indiens utilisent les pierres, ils les prennent petites et rondes pour y faire leur feu... Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc?... Partout où il la touche, il y laisse une plaie."

Vieille sage Wintu (Indiens de Californie)

 
"Je peux me rappeler l'époque où les bisons étaient si nombreux qu'on ne pouvait les compter, mais les Wasichus (hommes blancs) les ont tués tant et tant qu'il ne reste que des carcasses là où ils venaient paître auparavant. Les Wasichus ne les tuaient pas pour manger; ils les tuaient pour le métal qui les rend fous et ils ne gardaient que la peau pour la vendre. Parfois ils ne les dépeçaient même pas. Ils ne prenaient que les langues et j'ai entendu parler de bateaux-de-feu descendant le Missouri chargés de langues de bison séchées. Parfois ils ne prenaient même pas les langues; ils les tuaient simplement pour le plaisir de tuer. Ceux qui ont fait cela étaient des fous. Quand nous chassions le bison, nous ne le faisions que selon nos besoins."

Hehaka Sapa, grand chef Sioux


copie-1-indienaiglefond1.jpg
                              http://www.culture-amerindiens.com/article-2423928.html


"Vous avez remarqué que toute chose faite par un indien est dans un cercle. Nos tipis étaient ronds comme des nids d'oiseaux et toujours disposés en cercle. Il en est ainsi parce que le pouvoir de l'Univers agit selon des cercles et que toute chose tend à être ronde. Dans l'ancien temps, lorsque nous étions un peuple fort et heureux, tout notre pouvoir venait du cercle sacré de la nation, et tant qu'il ne fut pas brisé.

Tout ce que fait le pouvoir de l'Univers se fait dans un cercle. Le ciel est rond et j'ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle et que toutes les étoiles le sont aussi. Les oiseaux font leur nid en cercle parce qu'ils ont la même religion que nous. Le soleil s'élève et redescend dans un cercle, la lune fait de même, et tous deux sont rond.

Même les saisons forment un grand cercle dans leur changements et reviennent toujours là où elles étaient. La vie de l'homme est dans un cercle de l'enfance jusqu'à l'enfance, et ainsi en est-il pour chaque chose où l'énergie se meut."

Hehaka Sapa, ou Black Elk, indien Oglala, branche des Dakotas (Sioux)

 
Tepee.jpg"La vie dans un tipi est bien meilleure. Il est toujours propre, chaud en hiver, frais en été, et facile à déplacer. L'homme blanc construit une grande maison, qui coûte beaucoup d'argent, ressemble à une grande cage, ne laisse pas entrer le soleil, et ne peut être déplacée; elle est toujours malsaine. Les Indiens et les animaux savent mieux vivre que l'homme blanc. Personne ne peut être en bonne santé sans avoir en permanence de l'air frais, du soleil, de la bonne eau. Si le Grand Esprit avait voulu que les hommes restassent à un endroit, il aurait fait le monde immobile; mais il a fait qu'il change toujours, afin que les oiseaux et les animaux puissent se déplacer et trouver toujours de l'herbe verte et des baies mures.

L'homme blanc n'obéit pas au Grand Esprit. C'est pourquoi nous ne pouvons être d'accord avec lui."

Flying Hawk, chef Sioux du clan des Oglalas

 
"Les vastes plaines ouvertes, les belles collines et les eaux qui serpentent en méandres compliqués n'étaient pas « sauvages » à nos yeux. Seul l'homme blanc trouvait la nature sauvage, et pour lui seul la terre était « infestée » d'animaux « sauvages » et de peuplades « sauvages ». A nous, la terre paraissait douce, et nous vivions comblés des bienfaits du Grand Mystère. Elle ne nous devint hostile qu'à l'arrivée de l'homme barbu de l'Est qui nous accable d'injustices insensées et brutales."

Standing Bear, chef Lakota (Sioux)


m.gif 
"Notre terre vaut mieux que de l'argent. Elle sera toujours là. Elle ne périra pas, même dans les flammes d'un feu. Aussi longtemps que le soleil brillera et que l'eau coulera, cette terre sera ici pour donner vie aux hommes et aux animaux. Nous ne pouvons vendre la vie des hommes et des animaux. C'est pourquoi nous ne pouvons vendre cette terre. Elle fut placée ici par le Grand Esprit et nous ne pouvons la vendre parce qu'elle ne nous appartient pas."

Chef indien Blackfeet (Pieds-Noirs)


 MonumentValley2.jpg


"Mes jeunes gens ne travailleront jamais.
Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver. Et la sagesse nous vient des rêves."

Smohalla, chef indien Sokulls

 
"Le Grand Esprit nous a donné une vaste terre pour y vivre, et des bisons, des daims, des antilopes et autres gibier. Mais vous êtes venus et vous m'avez volé ma terre. Vous tuez mon gibier. Il devient dur alors pour nous de vivre.
Maintenant vous nous dites que pour vivre, il faut travailler. Or le Grand Esprit ne nous a pas fait pour travailler, mais pour vivre de la chasse.

Vous autres, hommes blancs, vous pouvez travailler si vous le voulez. Nous ne vous gênons nullement. Mais à nouveau vous nous dites « pourquoi ne devenez-vous pas civilisés? » Nous ne voulons pas de votre civilisation ! Nous voulons vivre comme le faisaient nos pères et leurs pères avant eux."

Crazy Horse, grand chef Sioux du clan Oglalas


"Vous êtes déjà si misérables que vous ne pouvez le devenir plus. Quels genre d'homme doivent être les Européens? Quelle espèce de créature choisissent-ils d'être, forcés de faire le bien et n'ayant pour éviter le mal d'autre inspiration que la peur de la punition? (...) L'homme n'est pas seulement celui qui marche debout sur ses jambes, qui sait la lecture et l'écriture et montrer mille exemples de son industrie...

En vérité mon cher frère, je te plains du plus profond de mon âme. Suis mon conseil et devient Huron. Je vois clairement la profonde différence entre ma condition et la tienne. Je suis le maître de ma condition. Je suis le maître de mon corps, j'ai l'entière disposition de moi-même, je fais ce qui me plaît, je suis le premier et le dernier de ma nation, je ne crains absolument aucun homme, je dépends seulement du Grand Esprit.

Il n'en est pas de même pour toi. Ton corps aussi bien que ton âme sont condamnés à dépendre de ton grand capitaine, ton vice-roi dispose de toi. Tu n'as pas la liberté de faire ce que tu as dans l'esprit. Tu as peur des voleurs, des assassins, des faux-témoins, etc. Et tu dépends d'une infinité de personne dont la place est située au-dessus de la tienne. N'est-ce pas vrai ?"

Kondiarionk, chef Huron, s'adressant au baron de Lahontan, lieutenant français en Terre-Neuve


hutte_gif_indien.gif              


"Les hommes blancs annonçaient bien haut que leurs lois étaient faites pour tout le monde, mais il devint tout de suite clair que, tout en espérant nous les faire adopter, ils ne se gênaient pas pour les briser eux-mêmes.

Leurs sages nous conseillaient d'adopter leur religion mais nous découvrîmes vite qu'il en existant un grand nombre. Nous ne pouvions les comprendre, et deux hommes blancs étaient rarement d'accord sur celle qu'il fallait prendre. Cela nous gêna beaucoup jusqu'au jour où nous comprîmes que l'homme blanc ne prenait pas plus sa religion au sérieux que ses lois. Ils les gardait à portée de la main, comme des instruments, pour les employer à sa guise dans ses rapports avec les étrangers."

Pachgantschilhilas, chef des Delawares

 
"Chaque année notre envahisseur blanc devient plus avide, exigeant, oppressif et autoritaire... La misère et l'oppression, tel est le lot qui nous échoit... Ne sommes-nous pas dépouillés jour après jour du peu de liberté qui nous reste ?

A moins que les tribus ne se liguent unanimement pour modérer les ambitions et l'avidité des Blancs, ils nous auront bientôt tous conquis et désunis, nous serons chassés de notre pays natal et éparpillés comme les feuilles d'automne par le vent."

Tecumseh, chef Shawnee, en 1812

 
"Nous ne voulons pas des chariots de feu qui font du bruit (trains à vapeur) sur les terrains de chasse au bisons. Si les Visages Pâles s'avancent encore sur nos terres, les scalps de vos frères seront dans les wigwams des Cheyennes. J'ai dit !"

Roman Nose, chef-guerrier des Cheyennes, s'adressant au général Palmer en 1866 dans le Kansas


banniereblogmoucheronnette1.jpg
         
http://www.culture-amerindiens.com/article-2423928.html


"Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C'est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C'est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu'à nous d'habiter cette terre.

Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l'ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd'hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l'esprit la volonté de cultiver le sol, et l'amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage."

Tatanka Yotanka, ou Sitting Bull, grand chef Sioux

 
"Frère, notre territoire était grand et le vôtre était petit. Vous êtes maintenant devenus un grand peuple, et il nous reste à peine l'espace pour étendre nos couvertures. Vous avez notre pays, mais cela ne vous suffit pas. Vous voulez nous forcer à épouser votre religion.

Frère, continue à écouter. Tu te dis envoyé ici pour nous apprendre à rendre le culte au Grand Esprit d'une manière qui lui soit agréable. Et tu prétends que si nous n'adoptons pas la religion que vous les Blancs vous prêchez, nous seront malheureux ici-bas. Tu dis être dans le vrai et que nous sommes perdus. Comment pourrions-nous vérifier la vérité de tes paroles? (...)

Frère, tu dis qu'il n'y a qu'une seule façon d'adorer et de servir le Grand Esprit. Si il n'y a qu'une religion, pourquoi le peuple blanc est-il si partagé à ce sujet? Nous savons que votre religion est écrite dans un livre. Pourquoi n'êtes-vous pas tous d'accord, si vous pouvez tous lire le livre?

Frère, nous ne comprenons pas ces choses. On nous dit que ta religion a été donnée à tes ancêtres, et s'est transmise de père en fils. Nous aussi nous avons une religion que nos ancêtres ont reçue et nous ont transmise, à nous, leurs enfants. Nous rendons le culte de cette manière. Il nous apprend à être reconnaissants pour toutes les faveurs que nous recevons, à nous aimer les uns les autres et à être unis. Nous ne nous querellons jamais à propos de religion parce que c'est un sujet qui concerne chaque homme devant le Grand Esprit."

Sa-go-ye-wat-ha, ou Red Jacket, chef Seneca (Iroquois) et grand orateur des Six Nations


"J'assiste avec tristesse au déclin de notre noble race. Nos pères étaient forts et leur pouvoir s'étendait sur tout le continent américain. Mais nous avons été réduits et brisés par la ruse et la rapacité de la race à peau blanche. Nous sommes maintenant obligés de solliciter, comme une aumône, le droit de vivre sur notre propre terre, de cultiver nos propres terres, de boire nos propres sources.

Il y a de nombreux hivers, nos sages ancêtres ont prédit qu'un grand monstre aux yeux blancs viendrait de l'Est, et qu'eu fur et à mesure qu'il avancerait il dévorerait la terre. Ce monstre, c'est la race blanche, et la prédiction est proche de son accomplissement."


O-no'-sa, chef indien


IndiansCeremony1.jpg


suite ici : http://www.syti.net/MessageIndiens.html


amerindiens-9.jpgclan-indien.jpgcouple-indien-2.jpg

chevauche-indien.jpgeclair-indien.jpgcanoe-idniens.jpeg

chaman-indian.jpg

chef-indien.jpg

  
(..) Si vous preniez tous vos livres et les étendez sous le soleil, en laissant pendant quelque temps la pluie, la neige et les insectes accomplir leur oeuvre, il n'en restera plus rien. Mais le Grand Esprit nous a fourni la possibilité, à vous et à moi, d'étudier à l'université de la nature les forêts, les rivières, les montagnes, et les animaux dont nous faisons partie."

Tatanga Mani (ou Walking Buffalo), indien Stoney (Canada)

"L'homme blanc, dans son indifférence pour la signification de la nature, a profané la face de notre Mère la Terre. L'avance technologique de l'homme blanc s'est révélée comme une conséquence de son manque d'intérêt pour la voie spirituelle, et pour la signification de tout ce qui vit. L'appétit de l'homme blanc pour la possession matérielle et le pouvoir l'a aveuglé sur le mal qu'il a causé à notre Mère la Terre, dans sa recherche de ce qu'il appelle les ressources naturelles. Et la voie du Grand Esprit est devenue difficile à voir pour presque tous les hommes, et même pour beaucoup d'Indiens qui ont choisi de suivre la voie de l'homme blanc.

Aujourd'hui, les terres sacrées où vivent les Hopis sont profanées par des hommes qui cherchent du charbon et de l'eau dans notre sol, afin de créer plus d'énergie pour les villes de l'homme blanc. On ne doit pas permettre que cela continue. Sans quoi notre Mère la Nature réagirait de telle manière que presque tous les hommes auraient à subir la fin qui a déjà commencé. Le Grand Esprit a dit qu'on ne devait pas laisser cela arriver, même si la prédiction en a été faite à nos ancêtres. Le Grand Esprit a dit de ne pas prendre à la terre, de ne pas détruire les choses vivantes.


Aujourd'hui, presque toutes les
prophéties se sont réalisées. Des routes grandes comme des rivières traversent le paysage; l'homme parle à travers un réseau de téléphone et il voyage dans le ciel avec ses avions. Deux grandes guerres ont été faites par ceux qui arborent le swastika ou le soleil levant.

Le Grand Esprit a dit que si une gourde de cendres était renversée sur la terre, beaucoup d'hommes mourraient, et que la fin de cette manière de vivre était proche. Nous interprétons cela comme les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki. Nous ne voulons pas que cela se reproduise dans aucun autre pays pour aucun autre peuple; cette énergie devrait servir à des fins pacifiques, non pour la guerre.

Nous, les chefs religieux et porte-parole légitimes du peuple indépendant des Hopis, avons été chargés par le Grand Esprit d'envoyer au président des Etats-Unis et à tous les chefs spirituels une invitation à nous rencontrer pour discuter du salut de l'humanité, afin que la Paix, l'Unité et la Fraternité règnent partout où il y a des hommes."

Lettre des Indiens Hopis au président Nixon en 1970

                                                                                                 Suite ici : http://www.syti.net/MessageIndiens.html

         26.jpgwhite-medicine-indian-buffalo.jpg 


                                                             livres_PiedsNusTerreSacree.jpg



Ces textes sont extraits du livre de T.C.Mac Luhan, " Pieds nus sur la terre sacrée", une anthologie de la philosophie, du mode de vie et de la destinée des Indiens d'Amérique du Nord

.


                                   poisson.jpg 
     http://www.culture-amerindiens.com/article-10590510.html  (vidéo, honneur aux Indiens)



LA PIEUVRE du NOUVEL ORDRE MONDIAL ATTAQUE !:
"Le site VoltaireNet qui expérimente déjà beaucoup de problèmes
a subi une attaque de piratage de base de données et la page
d’accueil a été effacé, et le contenu semble vidé à part pour
quelques articles.
Il semblerait que la base de données a subi une lourde attaque
à en croire quelques articles qui ont survécu, il y a du grabuge.
Le problème que Voltaire Net fait face à l’heure actuelle n’est
pas d’avoir perdu toutes ces données, les données sont certainement
sauvegardées et peuvent être re-uploadées en ligne à tout instant.
Mais le risque de piratage est élevé, car si la CIA ou je ne sais
quelle organisation s’en prend à Voltaire Net, ça va être chaud
pour les esquiver."


La blogosphère est-elle en danger ?

Si pour l’instant, il n’y a pas péril en la demeure,
les blogueurs devraient néanmoins se pencher sur un
article du magazine bulgare Kapital, et traduit par
Courrier International.

D’après cet article, le Parlement européen
« considère la blogosphère comme dangereuse et envisage
de voter une mesure encadrant cet espace de libre expression ».



"Google
Champion incontesté de l’Internet, le moteur de recherche fondé en 1998, ambitionne « d’organiser l’information à l’échelle mondiale et de la rendre universellement accessible et utile ».

http://www.come4news.com/la-pieuvre-maconnique-et-le-nom-268588#comment-99567



Pour une finance globale, une régulation globale

arton163243-e6a0d.jpg
En 2008, c’est l’Europe qui a montré la voie face à la crise financière mondiale et qui la première s’est attelée à la restructuration de notre système bancaire et au renforcement du (...)

Discours de Barack Obama lors de la réception du Prix Nobel de la Paix

arton163262-01d1a.jpg
Vos Majestés, vos Altesses royales, Membres distingués du Comité Nobel de Norvège, citoyens des États-Unis et citoyens du monde : Je reçois cet honneur avec une profonde (...)

Tribune libre de Nicolas Sarkozy

arton163237-7dc78.jpg
Respecter ceux qui arrivent, respecter ceux qui accueillent Principale affiche de campagne de l’UDC lors du référendum suisse contre la construction de minarets. Par (...)


Un nouvel abandon de la souveraineté européenne

Le piège : Afghanistan 1979-2009

Le document Kairos de Palestine

Que pensent réellement les élites US à propos d’Israël ?

La situation de la Suisse

Les éleveurs suisses et le « plan loup »  (cliquer)



Extraits d'un courriel reçu :


Des prières et des chants Amérindiens revus pour le bon goût des occidentaux, heureusement que la beauté reste la même !!*

Peuples Amérindiens du nord au sud du continent américain qui se battent encore et toujours pour prouver la légitimité de leur terre et existence. Ils avancent dans leur revendication mais beaucoup de travail reste à faire.   

Leur combat rejoint le Peuple de la Palestine , qui eux encore au 21ème siècle se font massacrer dans l’indifférence totale du monde, comme les Amérindiens au moment de la conquête de leur terre. Seulement au 21ème siècle on ne peut plus dire « je ne savais  pas » !!


Un Etre humain quelque soit sa couleur, sa croyance sa culture et tradition, a le droit de vivre en paix. C’est possible de vivre les uns avec les autres, il suffit simplement de le vouloir, d’accepter et de comprendre l’autre ! Voilà un grand débat qui fait rage, et pas seulement dans ce monde mais à plus petite échelle !!
     

Aimer les amérindiens c’est aussi aimer leur croyance, culture et tradition, sans aucune arrière pensée. Alors si on se sent proche d’eux, comme beaucoup dans ce 21ème siècle, on cautionne aussi leur philosophie de vie, c'est-à-dire que nous sommes tous égaux, et que nous aimons Dieu !!

« Je crois en Dieu » grand débat !! Quelque soit le nom que nous lui donnons, et quelque soit la façon dont nous le respectons, Dieu est le même pour tous, s’il a choisi d’accepter différent nom et différente religion, c’est un choix que nous avons le devoir de respecter !  

 

Voilà le grand danger pour tous peuples qui SE SONT FAITS massacrer ou SE FONT ENCORE massacrer, c’est l’IGNORANCE et l’INCOMPREHENSION dans tous les sens du terme, pour bon nombre d’entre vous.

 

C’est le devoir de chacun, de se sentir concerné, se renseigner, se documenter,  nous ne sommes plus en 1700 mais au 21ème siècle !! Quand chacun se sentira concerné peut-être que le monde pourra avancer.

La vérité historique, enfin ! (Russie-Occident....)
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-offensive-revisionniste-globale-66210#formulaire_forum


Racisme: Arieh King, agent immobilier de la colonisation à Jérusalem :«Je ne veux pas me mélanger avec des non-Juifs» - Cet activiste rachète des maisons palestiniennes avec l'argent d'un milliardaire américain.

http://www.marcfievet.com/article-edito-de-k-e-g-n-007-l-emprunt-d-argent-sale-du-15-12-2009-41200755.html


Jordanie et Maroc, agents CIA et Israël
L’ancien confident du président égyptien Gamal Abdel Nasser relate, dans une série d’entretiens diffusés en Août 2009, sur la chaîne transarabe «Al Jazira» que le Roi Hussein de Jordanie a fait office pendant 17 ans, de 1957 à 1975, d’agent de la CIA, (Central Intelligence Agency), l’agence centrale de renseignement des Etats-Unis, sous le pseudonyme de «NO BEEF» pour un salaire annuel de un million de dollars
Le journal Libre Belgique a fait paraître en date du 25 janvier 2008 une recension d’un livre d’un journaliste israélien dans lequel l’écrivain détaille les liens très étroits entre Israël et le Maroc, notamment la collaboration entre le Maroc et le Mossad, le service israélien des renseignements, dans l’enlèvement et la disparition de l’opposant marocain Mehdi Ben Barka
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16544


OMS: Une vraie mafia !
http://www.financialsense.com/editorials/engdahl/2009/1208.html

Puçons-nous !

L’article du Sun du 1er août 1989

Extrait :

"Top-level national security agents are trying to convince sources in the Bush Administration to begin the project in which every man, woman and child will be implanted with a tiny transmitter," claims Davis Milerand..." 



Je ne sais pas si vous avez entendu au zapping cette histoire comme quoi en moyenne les prix aux agriculteurs ont baissé de 25% et ceux des consommateurs ont augmenté d’autant !

Double niquage !!!!
Pour affamer les gens ou les rendre dépendants des industries agrochimiques, il faut détruire les paysans. Et c’est quasiment chose faite.


9782916275062.jpg?w=400&h=651 


Fascisme écologique : D’ici une dizaine d’années, tous les résidents britanniques pourraient se voir doter d’une carte de « crédit personnel de carbone », l’équivalent d’un « permis à points » de droits d’émission de gaz à effet de serre.



 
La Catalogne débat de la corrida, jugée trop « espagnole » & préfère les hamburgers, les joints & les godemichets

La farce de Copenhague - la kermesse accouche d'une souris verte

Grand Paris /Groß Paris: une affaire d’Etat .& de blé ce qui va sans dire .

AFGHANISTAN: explications pour tenter de comprendre la situation

          Wikipedia.org
180px-Patrick_Le_Hyaric_Front_de_Gauche_

  Patrick Le Hyaric

Face au Ministre de l’Emploi suédois : Non à ce modèle d’Europe Sociale !
Vidéo de mon intervention au Parlement Européen. 
Pour lire la suite et voir la vidéo cliquez là...

 

 

Google, « un quasi monopole mondial qui tente de s’approprier le patrimoine culturel, littéraire et journalistique mondial »
Pour voir la vidéo ou lire le texte de mon intervention, cliquez ici... 

 

 

Il faut favoriser l'emploi et non la spéculation ! 
Pour lire la suite et voir la vidéo, cliquez ici... 



Les cadeaux de Sarkozy :




Extraits. Lorsque l’on sait que P’tit Louis (le dernier enfant de Sarkozy) est scolarisé depuis septembre à Dubaï. l’article s’éclaire d’un jour nouveau !

Pendant que le gouvernement ratiboise les effectifs des profs, Sarkozy veut imposer une réforme géniale. Il a décidé d’offrir aux expatriés la gratuité des écoles et lycées français de l’étranger. Un cadeau sympa, non ? Sauf qu’il va surtout profiter aux plus aisés, et que l’addition, pour l’Etat, s’annonce carabinée. Ces écoles, très cotées étaient jusqu’à présent payantes. Certains lycées sont des établissements publics, d’autres, privés sous contrat. En tout 160 000 élèves y sont scolarisés, dont 80 000 français.

Sous la tutelle du Quai d’Orsay, chaque établissement fixe assez librement ses tarifs et ça atteint des sommets: 5 500 euros l’année à Tokyo, 6 500 à Londres, 15 000 à New York et 17 000 euros -le record- à San Francisco.
A New York, par exemple, il faut gagner moins de 65 000 euros par an pour décrocher 4 500 euros d’aide. Environ un quart des élèves français bénéficient d’une bourse. Mais pour Sarko, ce n’était pas assez. Depuis l’an dernier et à la demande express de l’Elysée, l’Etat prend en charge l’intégralité des frais de scolarité des élèves français de terminale… quels que soient les revenus des parents. Plus besoin de bourse ! A la rentrée de septembre, ce sera le tour des premières, puis des secondes l’an prochain, et ainsi de suite.
http://www.amiel-donat.com/?cat=9   (25.3.9, rappel)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eva r-sistons 21/12/2009 20:50


Quel beau texte, merci Marie, texte à savourer, à déguster !!!!

Le métier le plus noble ? Travailler la terre...

J'aime la terre, j'aime le paysan. Toi aussi. Nous avons raison !

je t'embrasse, eva


Marie 21/12/2009 16:45


Séquence nostalgie:

La terre ne se presse pas

Temps préhistoriques?

Enfin, il y a le rythme de la terre, auquel les laboureurs se sont pliés depuis des siècles par une sorte de mimétisme si parfait que leurs attitudes, leurs gestes les plus anodins dénoncent l'un
des plus vieux métiers du monde. Et cette curieuse noblesse dans le comportement physique, ce temps qu'ils prennent pour négocier avec l'espace, cette harmonie naturelle les font paraître de plus
en plus balourds à mesure que l'énervement gagne le commun des mortels.

Je connais des gens irrités par la lenteur des paysans qui circulent dans leur ville. Peut-être feraient-ils mieux de s'irriter de leur propre hâte. Nous arriveront à Noël
ensemble.En ville, le paysan marche à son pas, c'est à dire au rythme de sa vie quotidienne, la vie
des champs. Les chemins creux, les terres labourées, les prés même ne s'arpentent pas comme un trottoir de rue. Et il faut d'autres chaussures que des escarpins vernis, d'autres talons que des
aiguilles.

Sauf le cas de foire ou de marché, et encore! Le paysan en ville est un flâneur, une espèce de touriste. Il marche, il s'arrête, il observe comme un touriste sérieux. Le spectacle de la ville est
son délassement et son étude à la fois. Et soyez sur qu'il n'y voit pas les mêmes choses que vous. C'est qu'il n'a pas les mêmes yeux. Les siens sont plus neufs. Toujours.

Cette lenteur paysanne, cette admirable économie du corps qui n'est ni lourdeur ni gaucherie, est imposée par le rythme des travaux. Et ce rythme est celui du temps lui-même. L'unité de mesure est
le jour, non pas l'heure. On voir rarement un paysan tirer sa montre. Il se lève avec le soleil, il finit son travail avec lui. Je sais encore des fermes où les moments des repas sont marqués par
l'angélus. J'en ai fréquenté une, autrefois, où la fermière appelait les hommes à la galette ou à la bouillie en soufflant dans une corne. Les hommes revenaient sans se presser. Quand on se presse,
c'est qu'il y a nécessité, urgence grave, un orage qui se prépare ou quelque chose qui brûle quelque part. Il y a trois sonneries de cloche avant la grand'messe pour donner le temps de se préparer,
de se mettre en route, et d'arriver sans cette hâte qui compromettrait le recueillement dominical.

Et puis, l'essentiel est ailleurs. L'essentiel est que la terre ne se presse pas. Il lui faut son temps. On lui confie des semences et on attend qu'elles lèvent, fassent des tiges, nouent des
fruits. On attend l'août pour moissonner. Peut-être, un jour, les hommes de science trouveront-ils le moyen de faire produire dix récoltes par an. Alors les femmes feront des enfants en six
semaines. En attendant, attendons!
Attendre, le maître mot.On ne saurait sans injustice reprocher aux paysans d'être restés en arrière
délibérément par mauvaise volonté, étroitesse d'esprit ou incapacité de s'adapter. C'est qu'ils travaillent sur le vif, eux. La terre est vivante et fragile comme un ventre de femme. Les animaux,
les végétaux sont vivants. Il est relativement facile de tirer, de plus en plus vite, une automobile d'un bloc de métal. Le métal se laisse faire par plus fort que lui. Mais essayez donc de
transformer un porcelet en cochon gras sous huit jours! Ce n'est que lorsqu'il est engraissé et tué que vous pouvez le débiter sous trente-six formes dans une chaîne électromécanique. Mais à quand
votre usine à faire des porcs? Et quand remplacera-t-on le pain, avec quoi?

Ensuite, la plupart des techniques de progrès ont été trouvées par les gens des villes et pour leur usage. Il y a fort peu de temps que les ingénieurs se sont attaqués aux problèmes des paysans. Le
moins qu'on puisse dire, c'est que leurs réussites ne sont pas éclatantes. Ils font ce qu'ils peuvent bien sur. Mais il est apparemment plus facile de creuser un tunnel sous la Manche que de
normaliser l'agriculture. Et plus facile peut-être de construire un radôme à Pleumeur-Bodou que de mettre en valeur les Monts d'Arrée.

Mais aujourd'hui déjà, l'avez-vous remarqué! les jeunes paysans ne marchent plus comme leurs pères. C'est qu'ils ont d'autres chaussures, des routes goudronnées, moins de talus. Ils ne se tiennent
plus comme des vieux. C'est qu'ils travaillent avec d'autres outils. Ils vont plus vite parce que les tracteurs ont changé leur rythme millénaire et que le temps, désormais, pour eux aussi, c'est
de l'argent. Ils ont des montres au poignet et ils savent être à l'heure. Leurs pères étaient toujours en avance et en retard.





Pierre-Jakez Hélias 1975
Tiré de "Autrement" La patience, passion d'une durée
consentie



eva r-sistons 17/12/2009 23:06


Lu :

Le gouvernement australien a confirmé cette semaine qu'il mettrait en place un système de filtrage du Web, conçu pour interdire l'accès à une "liste noire" de sites
depuis le territoire national. Ce sont les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) qui seront chargés de bloquer l'accès aux sites incriminés. Initialement présenté comme un moyen de lutter contre
les sites pédopornographiques, le projet mené par Stephen Conroy, le ministre des télécommunications, a évolué
pour embrasser un spectre plus large, englobant notamment la
pornographie "classique", voire plus.



Les FAI devront en effet bloquer l'accès à tous les contenus notés "RC" (refused classification, ou "classification refusée"). Cette classification, propre à l'Australie, était à
l'origine attribuée aux films jugés particulièrement violents ou faisant l'apologie de la drogue ou de la violence, qui sont alors interdits à la vente et à la distribution, ce qui fut le cas
pour Baise-moi ou Ken Park. Le gouvernement mettra en place une liste de sites classés "RC",
maintenue à jour par des fonctionnaires et par un système de signalement accessible au grand public.


Les associations de défense des droits civiques australiennes se sont vivement opposées au projet, arguant qu'il allait mettre en place un mécanisme de censure d'Etat qui pourrait aisément être
détourné de son but originel. En mars dernier, la première liste noire préparée par le gouvernement australien, censée rester secrète mais publiée sur le site Wikileaks, a en partie donné raison aux associations : sur le millier de
sites que contenait la liste, seule une partie concernait effectivement des sites pédopornographiques. Le reste comportait des sites pornographiques légaux ou consacrés au poker, mais aussi des
pages consacrées à l'euthanasie, au satanisme ou à l'anorexie.


"Depuis les dernières élections [en 2007, ndlr], le but du plan de 'cybersécurité' du gouvernement est passé de la fourniture d'outils pour protéger les mineurs sur Internet
au blocage de contenus qui sont par nature destinés aux adultes", estime la division australienne de l'Electronic Frontier Foundation.


Sur le plan technique, la faisabilité du système proposé par le gouvernement avait également fait l'objet de critiques, les FAI estimant que la mise en place de la liste ralentirait notablement
le trafic. Avec plusieurs mois de retard, le gouvernement a finalement accepté de publier les
résultats d'un premier test effectué cette année, que le ministère juge concluant. Les FAI jugent cependant que le test portait sur une échelle trop petite, et que le système serait de
plus inefficace. Le filtrage ne portera en effet que sur les pages Web, et n'inclura pas les réseaux P2P ("pair à pair") ou Usenet.


Le moteur de recherche Google a également fait part de son
"inquiétude" après l'annonce de la mise en place de ce filtrage, "le premier filtrage obligatoire décidé par une démocratie occidentale", et des limitations qu'il imposera à
la liberté d'expression. Le gouvernement australien affirme que le choix des sites bloqués sera particulièrement surveillé pour éviter toute dérive, mais le fait que le contenu de la liste noire
soit secret rendra toute procédure de contrôle difficile, préviennent les associations.



Le Monde.fr

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/12/17/l-australie-confirme-son-projet-de-filtrage-du-web_1282276_651865.html#ens_id=1277368&xtor=AL-32280151




eva r-sistons 17/12/2009 23:03


Chère Chantalouette,

merci de prendre contact avec moi ici

evaresis@yahoo.fr

eva


eva r-sistons 17/12/2009 22:41


Merci pour ce commentaire qui respire l'authenticité, chère Chantal

J'ai répondu dans le texte lui-même, sur le post, en insérant ton intervention

je t'embrasse, toi qui exerce la profession la plus noble qui soit, de travail de la terre, mère nourricière,

eva 


R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages