16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 07:38


avenir-png.png

   Not' ptit' coin d'paradis à nous...


Bonjour amis Lecteurs,

Etant donné les circonstances,

étant donné le monde qu'on nous prépare,
au mieux totalitaire et inhumain,
au pire ravagé par une guerre mondiale,

je vous propose de passer à la vitesse supérieure,
de nous préparer, d'oser créer ensemble du nouveau.


petit-prince-copie-4.jpg


Il est parmi vous des citoyens conscients de tout ce qui se prépare, avertis,
des citoyens pour qui l'idole n'est pas Mâmon, le Dieu Argent,  ou encore
la compétition entre tous, le consumérisme, le quantitatif, la rivalité, 
l'égoïsme, et qui rêvent d'un retour en arrière, de simplicité de vie,
de qualitatif, de fraternité, de coopération, d'entraide.

Je leur propose, surtout s'ils sont sans trop d'attaches familiales,
s'ils sont libres et prêts à vivre autre chose,
je leur propose, donc, de se concerter
et ensemble, de trouver une terre à acheter, à partager, 
une terre éloignée de la ville, une terre dans la nature, 
campagne, mer, ou aux pieds des montagnes,
mais préservée, et ensuite de s'y installer,
une caravane suffit (ça vaut mille euros), un mobil-home
(il y en a de beaux, confortables, spacieux),
ou un bungalow, ou une maisonnette, 
et puis des espaces de vie communs, 
quelque chose de chatoyant, de convivial, 
de simple, de réellement fraternel et communautaire,
vivant un peu comme les premiers chrétiens (Actes 3),
"n'ayant qu'un seul coeur et une seule âme, 
partageant tout entre tous, à chacun selon ses besoins", 
et sans aller jusqu'à cette communion des biens, au moins avoir
une communion des compétences et des coeurs,
basée sur deux ou trois choses:
L'éthique, l'idéalisme, la simplicité de vie... 


paysage-campagne-copie-1.jpg


Partager un petit coin de terre préservé, loin des turbulences,
des rejets, des mesquineries, des égoïsmes, des cupidités,
un petit bout de terre où la délaissée et le divorcé bougon, désenchanté,
pourront se sentir aussi bien que les jeunes couples partageant un amour ardent,
un petit coin de paradis où l'ancien et l'enfant pourront échanger, communier,
et révéler au monde alentour la joie du partage, de la communion, de la fraternité en actes.

Alors, on esquisse quelque chose ? Prêts à vendre votre lopin de terre,
votre appart', ou à placer vos économies, dans un bout de rêve à cultiver ?

Moi, Eva, je coordonnerai cette initiative tendre et douce


evaresis@yahoo.fr

Cordialement, eva



Reçu:

 
Pourquoi pas une rubrique spécifique pour cette création d'une nouvelle réalité, d'un nouveau monde, d'un nouveau paradiglme ?
 

Connaissez-vous ce site ?

www.nouveau-paradigme.com et spécialement son forum ?

Bien cordialement
(suite sous l'image, un des projets en cours de réalisation au Canada, comme la Cité Radieuse à Marseille de Le Corbusier))


                         
                                        http://www.bioperfection.com/arc-en-ciel/


Le monde actuel est notre reflet. Il est tel que nous sommes, perdu et dégénéré, se sentant victime d'une oppression grandissante qui l'accable. Il a perdu sa connexion avec la nature, avec la vie véritable. Il se sent faible, impuissant et prisonnier (..) Les humains...
doivent cesser de créer des victimes et d’être des victimes


"On ne change jamais les choses en combattant la réalité existante. Pour changer quelque chose, construisez un nouveau modèle qui rendra inutile l'ancien."

Richard Buckminster Fuller

"Pour survivre en tant
qu'espèce, nous devons nous rassembler : il nous faut nous abandonner à la vie exaltante que fait naître la communauté."

Hunter "Patch" Adams


Voici quelques-uns des concepts qui façonnent les généralisations à l’heure actuelle :

  • Le pouvoir et la permission sont entre les mains d'une divinité extérieure.

  • La violence est la façon de résoudre les différends.

  • Les êtres humains sont plus différents qu'ils ne sont semblables.

  • Avoir raison est plus important que comprendre.

  • Le passé contrôle le futur.

  • Le luxe et les plaisirs sont indispensables pour être heureux.

  • La complexité est plus satisfaisante que la simplicité.

  • La raison du plus fort est toujours la meilleure.

  • Le service et le sacrifice sont les cadeaux ultimes qu'une personne peut offrir aux générations futures.

  • Il n'y a pas assez de ressources et, pour les posséder, on doit les dérober aux autres.

  • Si quelque chose « cloche », les lois et les règlements peuvent régler la question ou la solution se trouve dans un contrôle accru.

La liste est sans fin. 
extrait de http://www.nouveau-paradigme.com/situation.htm
Vivre en accord avec les simples lois universelles




                                                       Unite-et-paix.jpg


               Grippe A : Pétition Nationale 
                            pour une enquête  parlementaire !


                                 Nous citoyennes et citoyens français,

demandons la création d'une commission d'enquête parlementaire sur l'attitude et les actes du gouvernement durant la pandémie de grippe A-H1N1, notamment sur les directives contradictoires données par Mme Bachelot, Ministre de la Santé, concernant l'achat massif puis la revente d'un stock important de vaccins, à l'efficacité par ailleurs contestée.

Nous demandons notamment que toute la lumière soit faite sur les raisons de l'importante campagne médiatique de sensibilisation et de vaccination, dont l'ampleur nous parait plus qu'exagérée.

[Pétition lancée par le Mouvement Agir pour l'Avenir - Réagissons, Maintenant, Ensemble - www.agir-pour-lavenir.org]

Signer la Pétition Nationale :
http://www.ipetitions.com/petition/gouv-grippe-a/


                                                  Grippe A : Pétition Nationale pour une enquête parlementaire !

                       A lire sur mon blog sos-crise :


 

Lettre ouverte d'Eva
à Ted Anspach, réalisateur d'Arte
 

 

 

 9 février 2010. Sur Arte, triste soirée pour l'info et pour la démocratie ! Tout est inversé. Les journalistes citoyens chercheurs de vérité, indépendants, sont qualifiés d'effroyables imposteurs, dérapant, désinformant. Et les (effroyables) journaleux qui, quotidiennement, déversent leurs mensonges à la radio, à la télévision, dans la presse écrite, sont qualifiés de journalistes, informant - et donc garants de la démocratie !


L'information ? La démocratie ? Les voici :


- http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-le-journaleux-yves-calvi-krettly-declare-la-guerre-a-l-iran-sur-c-dans-l-air-44960903.html


- http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-journee-ordinaire-de-desinformation-et-de-propagande-a-la-tv-l-joffrin-44564443.html


Et nous les journalistes citoyens (en l'occurrence moi-même professionnelle du journalisme, ayant eu la carte de presse lorsque j'étais en activité), nous les chercheurs de vérité, nous sommes traités d'imposteurs !


A Ted (qui m'avait...

suite ici :
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/post/7667268/lettre-ouverte-a-ted-anspach-leffroyable-impo



 

Alerte ! La guerre froide est de retour.
Contre la Russie ... et la Chine.
L'OTAN menace la paix et le monde !



EXTRAIT:

La nouvelle Doctrine Militaire Russe (en russe à http://News.Kremlin.RU/ref_notes/461) a répertorié sous le titre de «Principales menaces externes de guerre» les préoccupations suivantes, avec la plus urgente en premier :

-L'objectif qu'a l'OTAN de s'arroger l'exercice de fonctions mondiales en violation du droit international, et d'étendre l'infrastructure militaire de l'OTAN jusqu'aux frontières de la Russie, y compris par le biais de l'élargissement du bloc

- vise à déstabiliser la situation dans les différents États et régions et à affaiblir la stabilité stratégique

-Le déploiement de contingents militaires d'états (et blocs) étrangers sur les territoires voisins de la Russie et de ses alliés, ainsi que dans des eaux adjacentes

-L'établissement et le déploiement de systèmes de défense anti-missiles stratégiques qui sapent la stabilité mondiale et violent l'équilibre des forces dans le domaine nucléaire, ainsi que la militarisation de l'espace extra-terrestre et le déploiement d'armes de précision des systèmes non nucléaires stratégiques

- Les revendications territoriales à l'encontre de la Russie et de ses alliés et l'ingérence dans leurs affaires intérieures

-La prolifération des armes de destruction massive , de missiles et de la technologie de missile, augmentant le nombre d'états possédant des armes nucléaires

-La violation par un état des accords internationaux, et l'échec à ratifier et à mettre en œuvre les traités internationaux précédemment signés sur la limitation et la réduction des armes

-Le recours à la force militaire dans les territoires des états riverains de la Russie en violation de la Charte des Nations Unies et aux autres normes du droit international

-L'escalade des conflits armés sur les territoires voisins de la Russie et des nations alliées

À la 46ème Conférence de Sécurité annuelle  de Munich qui s'est tenue les 6 et 7 février, le secrétaire général Anders Fogh Rasmussen a dit "Je dois dire que cette nouvelle doctrine ne reflète pas le monde réel", bien que toute lecture impartiale des neuf points précédents qu'elle traite confirmerait qu'elle dépeint le monde exactement tel qu'il est. Malheureusement.

Par exemple, après que le Président de la Roumanie ait révélé que les missiles U.S. devraient être déployés dans le pays, une déclaration du ministère des affaires étrangères du pays a dit "La Roumanie a été et continue d'être un promoteur cohérent au sein de l'OTAN du projet concernant le développement progressif et adapté du système de défense antimissile en Europe... La décision de prendre part au système US est entièrement en accord avec ce qui a été  décidé à cet égard aux sommets de l'OTAN de Bucarest en 2008 et de Strasbourg-Kehl en 2009." [7]

Le premier jour de la Conférence de Sécurité de Munich, le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov a déclaré dans son discours que "Avec la désintégration de l'Union Soviétique et de l'Organisation du Traité de Varsovie une réelle opportunité a émergé pour faire de l'OSCE [Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe] une organisation à part entière offrant une sécurité égale à tous les états de la région euro-atlantique. Toutefois, cette occasion a été manquée, parce que le choix a été fait en faveur de la stratégie d'expansion de l'OTAN, qui signifie non seulement préserver les lignes séparant Europe au cours de la guerre froide en des zones ayant des niveaux de sécurité différents, mais également déplacer ces lignes vers l'est. Le rôle de l'OSCE était, en fait, réduit au service de cette politique par le biais de la supervision des questions humanitaires dans l'espace
post-soviétique."

Il a continué avec un examen de l'échec des mesures de sécurité post-Guerre Froide en Europe :

(..)

L'OTAN n'est pas le fournisseur de sécurité internationale auquel il tente maintenant de prétendre. Il n'est pas un partenaire de l'organisation des Nations Unies, qu'Il a éclipsé et rendu édenté et pathétique, ni d'aucune autre organisation internationale ou régionale. Il n'est pas le fondement d'une  "alliance de démocraties" mondiale.

L'OTAN est un axe de combat meurtrier, sans loi, qui se réserve unilatéralement le droit de repéter son agression armée dans les Balkans et en Asie du Sud sur une échelle mondiale. C'est un affront et une menace pour l'humanité.

http://sos-crise.over-blog.com/article-nouvelle-guerre-froide-contre-russie-et-chine-otan-menace-pour-le-monde-45037076.html (article de www.mondialisation.ca)

 
                          NS-retraites-j.jpg

                Changements politiques en France ?



(...) Si Sarkozy tient encore les médias, il a perdu les relais d’influence de deuxième niveau que constituent les professions libérales et la classe moyenne-supérieure, « leaders d’opinion » dans leur entourage ou au niveau local. Après avoir contribué à la victoire de Sarkozy en 2007, ils sont aujourd’hui écœurés, dépités, et ne se laissent plus abuser par les tours de passe-passe de la communication élyséenne.
  
La volonté de changer existe donc mais, dans l’immédiat, l’opposition n’est pas suffisamment crédible pour transformer cette volonté en action. Le PS est perçu comme divisé et incapable, le MoDem est inexistant et peu crédible et, à l’occasion des élections régionales, il est fort probable que ce soient les Verts – ou des listes apparentées – qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Mais ces succès régionaux ne créeront vraisemblablement pas les conditions d’une alternative politique crédible au niveau national. Or, c’est ce qu’attendent les Français.
  
C’est donc probablement de l’intérieur du camp de la droite que viendra la plus grande menace pour Sarkozy (voir notre billet
Le faux-pas de Catilina). Si on ne peut que se réjouir de le voir ainsi contesté dans son propre camp, il faut cependant rester lucide. Les lobbies ont déjà anticipé cette évolution et leur plan de bataille en tient compte. Celui-ci se décline en effet selon trois axes :


– « flinguer » l’Éducation nationale. L’objectif est, sinon atteint, du moins en bonne voie de l’être (voir
La faillite programmée du système éducatif). C’était d’ailleurs la « feuille de route » de Luc Chatel lors de son entrée au gouvernement en juin 2009 (voir Derrière l’écran de fumée). En supprimant ou en prévoyant de supprimer 11 à 15 000 postes par an, il s’acquitte avec zèle de cette mission ;

– « flinguer » le système de retraite basé sur la répartition pour mettre en place un système de capitalisation. C’est l’objectif n° 1 du lobby des assurances, lequel ne lorgne que les salariés « intéressants » - financièrement s’entend bien entendu. Comme pour l’école publique qui n’accueillera bientôt plus que les enfants des « pauvres », le système public des retraites ne concernera que les bas salaires. Le « gras » sera pour les compagnies d’assurance. Sur ce dossier, Sarkozy est l’agent zélé de ce lobby : il a promis de faire voter une loi « avant la fin de l’année » ;

–  « flinguer » la Sécurité sociale selon les mêmes méthodes : une médecine à deux vitesses, à l’américaine, objectif poursuivi à la fois par les compagnies d’assurance et les laboratoires pharmaceutiques. La recette sera identique à celle qui pourrait être mise en place pour les retraites : une bonne couverture médicale pour les salariés qui pourront – ou que l’employeur acceptera de – prendre financièrement en charge une telle dépense, le minimum minimorum pour les autres (bas salaires, intérimaires, stagiaires, etc.).


Il importe donc d’être lucide dans la recherche d’une alternative politique à Sarkozy et de ne pas se précipiter dans les bras du premier venu dont l’arrivée aura été préparée par ceux qui ont intérêt à ce que ce programme de « triple flinguage » se réalise. Attention à ce qu’une alternative à droite, ou avec un candidat centriste ou de gauche « libéral-compatible », ne soit pas un miroir aux alouettes. Pour conclure dans le registre aviaire, une hirondelle, c’est-à-dire le sondage du 11 février, ne fait pas le printemps.


http://lalettredulundi.fr/2010/02/14/une-hirondelle-ne-fait-pas-le-printemps/


Resister-CNR.jpg

Appel lancé en 2004

par les anciens du CNR de 1944...
auxquels il est bien temps de répondre!



Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu
et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.


Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :

Nous appelons d’abord
les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15mars1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des " féodalités économiques", droit à la culture et à l’éducation pour tous, une presse délivrée de l’argent et de la corruption, des lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales,alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’ Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

Nous appelons ensuite
les mouvements, partis, associations,institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau "Programme de Résistance " pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

Nous appelons enfin
les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous.
Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : " Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ".
 
 
Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.


Signer la pétition   -   Voir les signataires 

resister.jpgresister.jpgresister.jpg
 


Scène surréaliste en Haïti. Au beau milieu des décombres de l’ambassade de France, les secouristes dépêchés sur place ont mené à bien une mission périlleuse : sauver le champagne de notre beau pays.

Des déplacements fort onéreux pour des fonctionnaires ou agents de l'Etat, bien obligés d'obtempérer à des ordres débiles et scandaleux !
1) récupérer en Haïti le champagne de l'ambassadeur;
2) et y récupérer le chat de ...?


...pendant que de pauvres gens dorment dans la rue et n'ont rien à bouffer, ici et là-bas !« Comment expliquerions-nous à des familles que leur fils ou époux est mort en sauvant du vin, du champagne ou du whisky ? » Le 29 janvier, devant le regard indigné des médecins et infirmiers du Samu 21 de Dijon détachés à Port-au-Prince, une dizaine de sapeurs-pompiers « spéléos » spécialistes des décombres, ont mené une dernière opération de sauvetage avant de regagner leurs pénates. Objectif : la cave de monsieur l’ambassadeur français ! (..)

La cave de l’ambassadeur Didier Bret abritait des dizaines de caisses de champagne, cognac, whisky et grands vins.
L’État français ne perd pas une occasion de choyer ses représentants. Dans son dernier numéro, Le Canard Enchaîné (10/02) décrit une autre mission de sauvetage réussie, cette fois par Arno Klarsfeld.

chat perché

Envoyé par Matignon en Haïti pour « identifier les problèmes prioritaires à résoudre », l’avocat est rentré au bout de quinze jours avec Voltaire, le chat du numéro deux de l’ambassade, Christophe Quentel. Le haut fonctionnaire et sa famille avaient dû quitter l’île à la hâte, en laissant le félin.

http://www.bakchich.info/Des-bulles-pour-l-ambassadeur-en,10037.html



avenir-png.png


Commentaire reçu sur cet article, et ma réponse :


Bonjour Eva,

Je n'ai pas le temps de lire tous tes articlles, mais le coup du petit coin de paradis m'a interpellé.

Question désinformation politique, je crois qu'aujourd'hui il est vain, voire impossible de connaître la vérité factuelle de certaines situations.

Défendre des thèses que certains qualifient bêtement de complotistes ne me semble pas "productif". Cela amène encore plus d'angoisse, de violence et de luttes entre partisans et opposants de thèses différentes.

En ce qui concerne le projet de vie que tu proposes, il me trotte souvent dans la tête, entre autre parce qu'il correspond à une expérience de vie communautaire assez dépouillée en Ardèche au début des années 80.

Je ne sais pas si c'est le système dans lequel nous vivons qui est seulement responsable des souffrances que beaucoup endurent aujord'hui. Je crois que la majorité d'entre nous en sont responsables, ne fut-ce que par un complicité tacite.

D'où la tendance prédominante de vouloir à tout prix faire partie d'un camp. Pour lutter contre ce qu'on considère comme injuste. Et chacun peut trouver des injustices. L'ouvrier peut trouver injuste qu'un pdg gagne des années de smig en un an, un Pdg trouvera injuste qu'un homme sans ressources puisse toucher le RSA sans être obligé de rendre service à la société par exemple.

Ta proposition ressemble à une sorte de vie monastique. Et dans les monastères, on trouve de tout. Certains y rentrent pour fuir leur angoisse, d'autres par tradition familiale, d'autres parce qu'ils sont persuadés que c'est leur devoir, que leur Dieu est l'Unique. D'autres enfin sont de véritables spirituels qui ont de loin dépassé les divisions religieuses et sont totalement ouverts à l'inconnu, à l'autre.

Mais il est de plus en plus difficile de pouvoir se poser dans de tels lieux sans devoir faire allégeance à la religion.

Se mettre en retrait de la société n'est -il pas une forme de fuite du combat, de l'affrontement, de l'opposition ?

Je précise que je trouve le combat stérile en toute situation. Et que lorsque j'utilise le terme de fuite, je ne l'utilise pas dans un sens péjoratif, puisque de fait je ne pense pas qu'il faille "en premier lieu" s'opposer.

La phrase de Richard Buckminster Faller est très juste à ce titre.

Tout ceci pour dire que bien que ton idée me séduise énormément, je me demande si c'est la solution dont le monde a besoin.

Il va de soi que nous vivons dans un monde qui marche sur la tête. C'est tellement fort qu'il n'y a en réalité pratiquement plus d'alternative poitique. Or de l'Economie de Marché (béni soit son saint nom), point de salut.

C'est passé inaperçu, mais notre petit président l'a lui-même reconnu en dézinguant la décroissance. C'est tellement dans l'air du temps que le moral des Français est évalué en fonction de leur consommation. Personnelement, lorsque je consomme au delà de mes besoins, je sais que je suis dans une forme d'angoisse et que je compense ainsi.

Aujourd'hui donc, même si je n'arrive pas à incarner cette vison des choses, je pense que c'est en étant capable de vivre d'une autre manière, sans être doctrinaire, mais en laissant aux autres le temps qu'il leur faut pour découvrir qu'une autre réalité est possible.

Et je ne crois pas qu'il faille aller vivre isolément pour cela. C'est de témoins proches dont nous manquons cruellement, et non d'oasis. Qu'il en faille, c'est certain, mais en temps que lieu de ressourcement avant tout.

Pour le reste, la décroissance, un autre mode de vie qui n'est pas basé sur l'échange commercial devrait pouvoir se vivre sur le terrain. Si l'on base sa vie avant tout sur la relation, on peut être tellement comblé qu'on quitte sans douleur le schéma de la société de consommation.

Je la verrais plutôt comme ça la première résistance. Une non résistance en fait. Une sortie d'un mode de vie sociétal qui ne se fasse pas en opposition, qui ne se fasse pas via une lutte contre.

Le capitalisme se nourrit de notre angoisse tout en l'entretenant. Mais encore une fois, le capitalisme ne peut rien sans l'homme.

Je crois illusoire de croire qu'en se retirant du monde, l'homme deviendrait bon. Je pense que la première démarche vitale pour tout le monde est d'abord d'accepter l'idée qu'il va mourir, et que c'est dans l'ordre des choses. Tant que ce problème fondamental ne sera pas résolu, quel que soit le cadre de vie, les conflits entre individus subsisteront.

On ne peut "permettre" à chacun de se réaliser qu'en l'acceptant tel qu'il ;paraît. Et on ne peut réaliser quelqu'un à sa place.

Et pour cela, pas forcément besoin d'un lieu à part, mais surtpout être de manière "à part".

Je crois que c'est dans la mesure où la majorité de la population choisira d'elle-même un autre mode de vie que ce système politico économique disparaîtra de lui-même.

Via le chemin de la démocratie réelle, telle que je la définis sur mon blog.

Ceci dit, je suis toujours ravi de te lire et de réfléchir ainsi plus en profondeur sur ma manière d'appréhender les choses aujourd'hui.

Cordialement,

Olivier
Commentaire n°1 posté par Olivier aujourd'hui à 07h58


Réponse d' Eva :


Bonjour Olivier

ravie de te lire, moi aussi

Et j'aime te lire, mais quel dommage que ton blog soit si dur à lire, car touffu - de mon point de vue

Ne te méprends pas: Je ne prône pas la fuite, la mise à l'écart

Je plaide pour un mode de vie comme avant les individus le connaissaient, c'est à dire que dans une même maison il y avait les différentes générations ensemble, avec pièce commune où se retrouver, échanger

En somme, comme j'ai vu le long de la route près de la frontière espagnole, un terrain, et dessus, une maison, un bungalow, une caravane, un petit immeuble etc tout ça dans le même "enclos", je le rêve chacun s'appropriant le terrain pour y vivre selon ses moyens et goûts, mais en ayant une pièce commune, conviviale, comme la Cité radieuse Le corbusier à Marseille - bref mode de vie plus convivial, moins replié sur soi

Je crois que notre société souffre aussi de son individualisme, société éclatée chacun seul de son côté, ce n'est pas humain

Pas de vie monastique, mais vivante

Je verrai bien des gens de toutes origines, races, confessions, pour partager la diversité, s'enrichir mutuellement

Ce n'est pas une fuite, c'est constructif, humain, vivant, être ensemble pour être mieux ensuite dans le monde

En période de guerre, il y a échange de compétences, entraide, amitié

Quant au mode de vie non basé sur l'échange commercial, c'est le rêve!

Heureuse de ta participation, merci, cordialement eva

Tu vis de quel côté ?  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eva R-sistons 27/02/2010 13:51


Merci Olivier,

personnellement je suis à la frontière espagnole, mais s'il y en a dans ton coin, qu'ils prennent contact avec toi. J'ai eu des contacts plus près, par courriel

cordialement eva


Olivier 26/02/2010 07:30


Je vis dans le Gard, à une quinzaine de bornes à l'ouest de Nîmes...

Et mon blog est certainement aussi touffu que mon esprit :0)


Eva R-sistons 25/02/2010 15:54


Bonjour Olivier

ravie de te lire, moi aussi

Et j'aime te lire, mais quel dommage que ton blog soit si dur à lire, car touffu - de mon point de vue

Ne te méprends pas: Je ne prône pas la fuite, la mise à l'écart

Je plaide pour un mode de vie comme avant les individus le connaissaient, c'est à dire que dans une même maison il y avait les différentes générations ensemble, avec pièce commune où se retrouver,
échanger

En somme, comme j'ai vu le long de la route près de la frontière espagnole, un terrain, et dessus, une maison, un bungalow, une caravane, un petit immeuble etc tout ça dans le même "enclos", je le
rêve chacun s'appropriant le terrain pour y vivre selon ses moyens et goûts, mais en ayant une pièce commune, conviviale, comme la Cité radieuse Le corbusier à Marseille - bref mode de vie plus
convivial, moins replié sur soi

Je crois que notre société souffre aussi de son individualisme, société éclatée chacun seul de son côté, ce n'est pas humain

Pas de vie monastique, mais vivante

Je verrai bien des gens de toutes origines, races, confessions, pour partager la diversité, s'enrichir mutuellement

Ce n'est pas une fuite, c'est constructif, humain, vivant, être ensemble pour être mieux ensuite dans le monde

en période de guerre, il y a échange de compéences, entraide, amitié

Quant au mode de vie non basé sur l'échange commercial, c'es le rêve!

heureuse de ta participation, merci, cordialement eva

Tu vis de quel côté ?  


Olivier 25/02/2010 07:58


Bonjour Eva,

Je n'ai pas le temps de lire tous tes articlles, mais le coup du petit coin de paradis m'a interpellé.
Question désinformation politique, je crois qu'aujourd'hui il est vain, voire impossible de connaître la vérité factuelle de certaines situations.

Défendre des thèses que certains qualifient bêtement de complotistes ne me semble pas "productif". Cela amène encore plus d'angoisse, de violence et de luttes entre partisans et opposants de thèses
différentes.

En ce qui concerne le projet de vie que tu proposes, il me trotte souvent dans la tête, entre autre parce qu'il correspond à une expérience de vie communautaire assez dépouillée en Ardèche au début
des années 80.

Je ne sais pas si c'est le système dans lequel nous vivons qui est seulement responsable des souffrances que beaucoup endurent aujord'hui. Je crois que la majorité d'entre nous en sont
responsables, ne fut-ce que par un complicité tacite.

D'où la tendance prédominante de vouloir à tout prix faire partie d'un camp. Pour lutter contre ce qu'on considère comme injuste. Et chacun peut trouver des injustices. L'ouvrier peut trouver
injuste qu'un pdg gagne des années de smig en un an, un Pdg trouvera injuste qu'un homme sans ressources puisse toucher le RSA sans être obligé de rendre service à la société par exemple.

Ta proposition ressemble à une sorte de vie monastique. Et dans les monastères, on trouve de tout. Certains y rentrent pour fuir leur angoisse, d'autres par tradition familiale, d'autres parce
qu'ils sont persuadés que c'est leur devoir, que leur Dieu est l'Unique. D'autres enfin sont de véritables spirituels qui ont de loin dépassé les divisions religieuses et sont totalement ouverts à
l'inconnu, à l'autre.

Mais il est de plus en plus difficile de pouvoir se poser dans de tels lieux sans devoir faire allégeance à la religion.

Se mettre en retrait de la société n'est -il pas une forme de fuite du combat, de l'affrontement, de l'opposition ?

Je précise que je trouve le combat stérile en toute situation. Et que lorsque j'utilise le terme de fuite, je ne l'utilise pas dans un sens péjoratif, puisque de fait je ne pense pas qu'il faille
"en premier lieu" s'opposer.

La phrase de Richard Buckminster Faller est très juste à ce titre.

Tout ceci pour dire que bien que ton idée me séduise énormément, je me demande si c'est la solution dont le monde a besoin.

Il va de soi que nous vivons dans un monde qui marche sur la tête. C'est tellement fort qu'il n'y a en réalité pratiquement plus d'alternative poitique. Or de l'Economie de Marché (béni soit son
saint nom), point de salut.

C'est passé inaperçu, mais notre petit président l'a lui-même reconnu en dézinguant la décroissance. C'est tellement dans l'air du temps que le moral des Français est évalué en fonction de leur
consommation. Personnelement, lorsque je consomme au delà de mes besoins, je sais que je suis dans une forme d'angoisse et que je compense ainsi.

Aujourd'hui donc, même si je n'arrive pas à incarner cette vison des choses, je pense que c'est en étant capable de vivre d'une autre manière, sans être doctrinaire, mais en laissant aux autres le
temps qu'il leur faut pour découvrir qu'une autre réalité est possible.

Et je ne crois pas qu'il faille aller vivre isolément pour cela. C'est de témoins proches dont nous manquons cruellement, et non d'oasis. Qu'il en faille, c'est certain, mais en temps que lieu de
ressourcement avant tout.

Pour le reste, la décroissance, un autre mode de vie qui n'est pas basé sur l'échange commercial devrait pouvoir se vivre sur le terrain. Si l'on base sa vie avant tout sur la relation, on peut
être tellement comblé qu'on quitte sans douleur le schéma de la société de consommation.

Je la verrais plutôt comme ça la première résistance. Une non résistance en fait. Une sortie d'un mode de vie sociétal qui ne se fasse pas en opposition, qui ne se fasse pas via une lutte
contre.

Le capitalisme se nourrit de notre angoisse tout en l'entretenant. Mais encore une fois, le capitalisme ne peut rien sans l'homme.

Je crois illusoire de croire qu'en se retirant du monde, l'homme deviendrait bon. Je pense que la première démarche vitale pour tout le monde est d'abord d'accepter l'idée qu'il va mourir, et que
c'est dans l'ordre des choses. Tant que ce problème fondamental ne sera pas résolu, quel que soit le cadre de vie, les conflits entre individus subsisteront.

On ne peut "permettre" à chacun de se réaliser qu'en l'acceptant tel qu'il ;paraît. Et on ne peut réaliser quelqu'un à sa place.

Et pour cela, pas forcément besoin d'un lieu à part, mais surtpout être de manière "à part".

Je crois que c'est dans la mesure où la majorité de la population choisira d'elle-même un autre mode de vie que ce système politico économique disparaîtra de lui-même.

Via le chemin de la démocratie réelle, telle que je la définis sur mon blog.

Ceci dit, je suis toujours ravi de te lire et de réfléchir ainsi plus en profondeur sur ma manière d'appréhender les choses aujourd'hui.

Cordialement,

Olivier


R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages