5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 22:05

                            

                Alerte, société criminelle !


Notre société est abjecte. Notre Ministre de la Culture raconte dans un livre autobiographique des faits qui devraient le conduire devant un Tribunal, un Cohn-Bendit est encensé par les Médias alors qu'il s'est vanté d'attouchements passibles de poursuites, des Ministres prennent la défense d'un Cinéaste violeur... "selon que vous serez puissant ou misérable"... deux poids deux mesures intolérable !
 Et voici un texte qui doit être relayé partout, il dévoile des pratiques indignes d'un Etat de Droit, d'une démocratie, d'un monde se disant civilisé. Non seulement se soigner de façon naturelle deviendra bientôt un délit, non seulement l'industrie pharmaceutique et l'industrie agro-alimentaire nous empoisonnent toujours plus, mais ceux qui osent dire la vérité sont ostracisés, persécutés et même éliminés ! Nous sommes tombés sur la tête ! Il est temps de revenir aux valeurs anciennes, éprouvées, il est temps de faire preuve de bon sens et d'éthique, il est temps d'oser le courage de dire non à l'intolérable ! Aujourd'hui, des chercheurs, des biologistes (comme les deux jeunes Français en Angleterre), des universitaires, des scientifiques, sont assassinés parce qu'ils s'élèvent contre des pratiques honteuses, indignes d'une société dite civilisée ! L'humanité, dans tous les domaines, est sacrifiée pour le bénéfice d'une petite poignée d'individus, c'est parfaitement scandaleux !  Et l'UE, présentée comme une entité nécessaire, incontournable, s'apprête à condamner à mort ceux qui osent se rebeller contre les crimes de l'Oligarchie crapuleuse ! Est-on devenus fous ?  Quand une société
atteint un tel degré de barbarie, elle se condamne elle-même à la mort...

                                   
                                     Eva R-sistons à l'intolérable 
                  

                           

            Mercx avait la liste des médecins à neutraliser

Natural News, Mike Adams, 28 septembre 2009


                                 A relayer partout !

Des documents jusque-là secrets, apparus au procès de l’affaire Vioxx en avril de cette année, révèlent que le géant du médicament Merck conservait la liste de médecins devant être neutralisés pour avoir dénoncé le Vioxx. Bien que cette histoire ait été rapportée sur Natura lNews et d'autres sites en avril, la participation de Merck à la dernière campagne vaccinale contre la grippe du cochon soulève de nouvelles questions quant à son comportement envers ses détracteurs.

      
Comme l’a signalé The Australian, les documents apparus à la Cour fédérale de Melbourne révèlent l'intention coupable de membres du personnel de
Mercx qui ont admis avoir l'intention « d'arrêter le financement d’établissements » et « d’interférer dans les nominations à des postes universitaires. » (À propos, ces agissements sont tout à fait illégaux.)


Selon le témoignage officiel à ce procès australien, un employé de Merck a déclaré, en se référant aux médecins cités sur la liste de cibles, « Nous pouvons avoir besoin de les chercher et de les neutraliser là où ils vivent... »


Ça ressemble un peu à un chef de gang ordonnant un mauvais coup contre un voyou de rue concurrent, pas vrai ?


Selon le témoignage entendu au procès, au moins huit spécialistes en recherche clinique ont été menacés ou intimidés par Merck. Ça s’accorde bien avec les nombreux comptes-rendus, déjà publiés par Natural News et d’autres supports d’informations, sur Merck intimidant des universitaires. Émergeant de ces révélations, l’image de Mercx montre une compagnie dirigée par des assassins, qui s’occupent d’opinion en cherchant à détruire la vie et la carrière des universitaires qui osent dire la vérité sur ses dangereuses spécialités.

 

Une culture de criminalité


Merck est une compagnie imprégnée d'une culture de criminalité. Parmi ses nombreux agissements malhonnêtes, elle a volontairement caché les
effets dangereux pour le foie de son médicament anti-cholestérol ; a intentionnellement bloqué la diffusion de données d'essais cliniques montrant le fiasco d'une autre spécialité anti-cholestérol ; a déversé des déchets de vaccins et de produits chimiques industriels dans des réserves d’eau ; a installé ses comptes bancaires à l’étranger pour éviter des milliards de dollars d'impôts aux États-Unis ; et a été prise dans une énorme magouille de supercherie scientifique, quand il a été révélé que la société utilisait sur place des scribes pour rédiger secrètement les études scientifiques « indépendantes » publiées dans des revues médicales.

     
On peut lire ici d’autres informations ahurissantes sur les intrigues de cette compagnie :
www.naturalnews.com/merck.html


On ne peut guère douter que Merck soit mue par une mentalité criminelle. Elle recourt à des tactiques de mystification et d'intimidation pour accomplir ce qu'elle ne peut réaliser par des moyens honnêtes : la multiplication des ventes de ses spécialités pharmaceutiques.

      
Alors qu'est-ce que cela a à voir avec le
vaccin contre la grippe du cochon ? Juste ça : quasiment personne dans le secteur médical moderne ne s'est prononcé contre le vaccin de la grippe du cochon [ça se passe aux USA, au moins un médecin affilié à Big Pharma s’est élevé contre la vaccination sur la Cinq en France, ndt].

      
Seraient-ils intimidés par Merck et les autres fabriquants de vaccins pour leur faire garder le silence ?

 

L’intimidation des scientifiques


Beaucoup de ceux qui osent parler contre les produits de Merck voient rapidement leur crédibilité attaquée. S’ils appartiennent à un établissement universitaire, ils voient rapidement se tarir leurs ressources de recherche, et certains finissent bannis par l'industrie pharmaceutique. Ce que Merck a rendu parfaitement clair ces dernières années, c’est que, oser parler contre ses produits, équivaut à un hara-kiri de la carrière universitaire.

      
Dans ces conditions, quel est le degré d’honnêteté des scientifiques ou des médecins censés compétents à soulever des doutes sur les vaccins contre la grippe charcutière fabriqués par Merck et les autres compagnies ? En voyant l’actualité, ils savent déjà que mettre publiquement en question l’innocuité de ce vaccin pourrait leur coûter leur carrière.

      
La « science » (si l’on peut l'appeler ainsi) moderne en est-elle arrivé là ? Une bande apeurée de scientifiques intimidés craignent trop de parler et de remettre en question la sécurité des produits pharmaceutiques ? Et si c’est le cas, comment, pour commencer, peut-on appeler ça de la « science médicale « ? C'est plus de la médecine sous la contrainte des armes, dans laquelle vous racontez ce que vous êtes censé dire parce que les acteurs de la grande corporation vous braquent un fusil (métaphorique) sur la tête.

      
Pour parler du vaccin contre la grippe du cochon lui-même, Big Pharma est déjà en train de gonfler les grands médias avec plein d’histoires de « défenses préventives, » clamant que tout effet secondaire suite à ce vaccin se serait produit de toute façon et ne doit pas lui être attribué. Notez que cette histoire est présentée avant même que le vaccin soit largement utilisé ! Typiquement, ils sont déjà en train de prédire une vague d’effets secondaires scrogneugneux, et tentent de laver le cerveau du public en écartant ce genre d’affaires comme de simples coïncidences.

      
C’est l’étonnante mentalité chicanière de Big Pharma : Quand un patient chope quelque calamité en absorbant ses remèdes, c'est juste une coïncidence. Mais si quelque mieux survient et que la
santé s’améliore, Big Pharma prétend toujours que c'est uniquement grâce à ses panacées. C'est précisément ce genre de pensée sélective, non scientifique, qui est la raison de l’anéantissement total de la crédibilité du secteur pharmaceutique (et des apologistes de médicaments et vaccins). La science a purement et simplement disparu, remplacée par le marketing habile, l’arme financière tortueuse et l'intimidation flagrante de toute personne marchant en dehors des clous.

 

Le bien-fondé ne craint pas les questions honnêtes

      
Ne trouvez-vous pas étrange que pratiquement personne dans la communauté médicale moderne n'ait soulevé de questions quant à l’innocuité des vaccins contre la grippe du porc ? N'est-il pas étrange que des vaccins n’ayant pas du tout été testés sur le long terme, soient soudainement homologués par la FDA, tous le même jour, et sont maintenant préconisés partout par des médecins sans une seule question quant à leur innocuité ?

      
Maintenant vous savez pourquoi ce procès de Merck en Australie est pertinent : Sachant comment Merck exerce son sacerdoce, il n'est pas tiré par les cheveux de penser que les médecins ont été contraints au silence sur le vaccin. La remise en cause de ce vaccin équivaut à un suicide professionnel.

      
Les vaccins sont la partie centrale du mythe de la médecine moderne, vous savez. Remettre en cause leur innocuité ou efficacité est considéré sacrilège dans la communauté médicale.

La mythologie de la médecine occidentale repose sur la croyance (bidon) en la supériorité du recours à des produits chimiques sur l'autoguérison, et le vaccin est le pivot central sur lequel s’articule cette argumentation. Si le vaccin disparaît, la façade philosophique entière derrière laquelle se cache aujourd’hui la médecine occidentale s’abattra en même temps.

      
Garder la rentabilité de la médecine occidentale nécessite de perpétuer le mythe vaccinal. Et, puisque ce mythe ne peut être certifié uniquement sur une base scientifique pure (car aucune science véritable ne l’avalise), il doit être entretenu par des tactiques d'intimidation et de corruption du genre mafieux. C'est pourquoi la corruption des médecins par des compagnies pharmaceutiques est désormais banale. C'est par ce moyen que se propage la « science » du produit pharmaceutique à travers les mécanismes de notre complexe médico-industriel moderne. L'argent achète ce que la vraie science ne peut étayer : L'idée que le système médical mondial doit reposer sur l’intervention chimique (qui ne profite financièrement qu’aux compagnies pharmaceutiques qui perpétuent ce mythe).

 

Effilochage de la fiction

      
Les révélations sur Merck menacent la mythologie de la médecine moderne dont dépendent tant de milliards de dollars du revenu des remèdes. Même les médecins ne veulent guère parler de Merck. Pourquoi ? Parce qu'ils réalisent que, en tant que l'une des plus grandes compagnies pharmaceutiques du monde, l'éthique de Merck reflète celle de la médecine occidentale dans son entier.

      
Après tout, une grande partie de la médecine occidentale repose sur les produits pharmaceutiques. Et croire qu’ils rendent sain exige de croire également que les compagnies pharmaceutiques sont intègres dans leurs méthodes et cherchent le bien-être des gens. Mais croire en cette mythologie féerique exige des compagnies pharmaceutiques qu’elles appartiennent à une corporation bienveillante et compatissante, qui n'aurait jamais recours à des tactiques contraires à l'éthique, déloyales ou illégales, pour atteindre ses objectifs.

      
Le panorama d’ensemble de la fiction pharmaceutique commence à se délabrer rapidement quand on commence à voir la vérité sur ce qui se passe vraiment chez Merck ; et c'est ce qui a été vu à maintes et maintes reprises, grâce à des documents jusque-là secrets qui émergent lors d’affaires judiciaires ou autrement. La culture de Merck serait qualifiée par la plupart des gens raisonnables d’« assassine » ou de « criminelle » en soi. Une compagnie qui essaye de faire du trafic de médicaments grâce à la publicité dans les grands médias, n’a pratiquement aucun rapport avec la compassion.

      
D'ailleurs, si les produits de Merck sont vraiment si favorables, en premier lieu, pourquoi serait-il nécessaire d’intimider et de menacer les chercheurs ? Si ses médicaments étaient vraiment aussi bénéfiques et aussi sûrs, la science ne plaiderait-elle pas en leur faveur ?

      
De toute évidence, l'intimidation des universitaires n'est nécessaire que lorsque la vraie science trouve des réponses qu’on ne veut pas entendre. L'intimidation est donc appelée à remplacer la science par la peur.

      
Oui mon vieux, c'est sur quoi notre système pharmaceutique entier repose aujourd'hui : la PEUR. Les médias ne disent pas la vérité sur les remèdes, parce qu'ils ont peur de perdre leurs revenus publicitaires. Les chercheurs ne disent pas la vérité scientifique sur les médicaments, parce qu'ils ont peur de perdre leur carrière. Les médecins ne disent pas la vérité sur les remèdes, parce qu’ils ont peur d’être rayés de l’ordre. Le système entier est tenu par la peur et l'intimidation plutôt que par la science honnête.

      
Un système de croyances dans lequel des questions sont supprimées et des « vérités » sont étayées par la manière forte est appelé « dogme. » Il ne peut pas, par définition, être qualifié de « scientifique. » Quiconque pensant que les médicaments ou les vaccins modernes reposent sur de la « science » rigoureuse ne comprend pas le sens de cette expression.

      
Gardez cela à l'esprit lorsque vous décidez de vous faire vacciner. Rappelez-vous que les chercheurs qui ont exprimé des doutes sur l’innocuité de ce vaccin pourraient avoir été déjà « neutralisés » ou « discrédités, » pour reprendre les termes exacts des propres employés de Merck.

      
Et il se pourrait bien que les conclusions « scientifiques » des chercheurs en pharmacie d'aujourd'hui ne soient pas plus crédibles que le témoignage d'un soldat capturé et torturé par des terroristes, quand il est sommé de parler à la caméra avec un fusil braqué sur la tête.

 

Original : www.naturalnews.com/027116_Merck_doctors_vaccines.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard
http://www.lepost.fr/article/2009/09/29/1717978_mercx-avaient-la-liste-des-medecins-a-neutraliser.html




Selon un sondage IFOP pour le Quotidien du médecin, seuls 52% des médecins libéraux seraient prêts à se faire vacciner contre le virus H1N1. C’est toujours deux fois plus que les infirmières, qui ne sont que 26% à y être favorables...

http://www.lepost.fr/article/2009/10/02/1723335_medecins-et-infirmieres-refusent-le-vaccin.html


Si ce n'est pas de la collaboration,qu'est-ce donc ? Est-il plus important de demander la clémence pour les pédophiles artistes reconnus tels, ou de refuser toute aide aux criminels israéliens, reconnus tels ou ? Question apparemment totalement… Pour lire la suite cliquez ici



Scandale ! Les "dictateurs" à la TV : 

Nos chaînes parlementaires consacrent actuellement une série à des dictateurs, avec celui de la Corée, Bokassa... et Castro !!!! 
Castro un dictateur ? Lorsqu'il y a un typhon à Cuba, le "dictateur", malgré son âge, organise lui-même la protection des Cubains, sans discontinuer, 24 h de suite ! Résultat: Pas un mort ! Et Bush à la Nouvelle Orléans ???? Il a laissé les habitants se débrouiller eux-mêmes ! Qui est dictateur ? Et c'est Cuba qui envoie, à ses frais, des médecins dans le monde entier, pour rendre la vue aux aveugles ! Tandis que Bush, lui, tue aux quatre coins de la planète !  
Honte à nos Médias, classant un dirigeant dévoué à son peuple parmi les dictateurs, et déroulant un tapis rouge devant les criminels ! Révoltant, scandaleux ! Eva R-sistons aux Médias menteurs et criminels ! 


Mahmoud Ahmadinejad : un diabolisé parmi d'autresIl fait donc partie des diabolisés. De ceux dont l'intensité mise à noircir leur image semble souligner en creux tout autre chose. Un moment on se laisse aller, à ne savoir que penser, puis peu à… Pour lire la suite cliquez ici

_______________________________________________________________________________

 

La voix du peuple doit être entendue !


Alors qu’ils se sont félicités samedi du référendum irlandais approuvant le traité de Lisbonne, les responsables de la majorité dénient aujourd’hui toute valeur à la votation sur La Poste qui a mobilisé plus de deux millions de nos concitoyens. Cette conception d’une démocratie à plusieurs vitesses n’est pas acceptable : en France, comme en Irlande, la voix du peuple doit être entendue.


Cette votation confirme que les Français, à juste titre, ne croient pas à la promesse du gouvernement de maintenir le capital 100% public de La Poste après sa transformation en SA.


De deux choses l’une : soit le gouvernement retire son projet, soit il laisse s’exprimer la démocratie en relevant le défi du référendum, qu’il soit ou non d’initiative populaire. A cet égard, je me battrai au Parlement pour que la loi organique établissant cette réforme, présentée l’année dernière comme « majeure » par le président de la République, soit adoptée dans les plus brefs délais.


Enfin, Debout la République rappelle sa proposition de taxation des futurs opérateurs qui interviendront sur le marché postal français, ce afin de financer le FPNPT (Fonds postal national de péréquation territoriale) et garantir ainsi effectivement le maintien d’un réseau dense d’agences et de points de contact partout en France.


Nicolas DUPONT-AIGNAN

Député de l’Essonne

Président du rassemblement gaulliste

Debout la République

SOURCE : http://www.debout-la-republique.fr/Un-referendum-sur-La-Poste.html



LA ROUTE DE GAKONA
 
Seuil
Thriller, à lire !

Pensez-vous que des ondes puissent bouleverser notre climat, modifier le comportement des populations ou devenir des armes invisibles plus terribles que la bombe atomique ?
Ou croyez-vous qu'il s'agit seulement de science-fiction ?
Reprenant les personnages de La position du missionnaire (Grand Prix du Festival de Cognac), l'auteur nous emmène cette fois encore dans une traque haletante.
Lancé à la poursuite d'un mystérieux brevet qui semble tuer toux ceux qui l'approchent, son enquêteur Kinscoff affronte les services secrets français et américains qui veulent le réduire au silence.
Dans les pas de Kinscoff, le lecteur traverse le Grand nord norvégien, le Canada, puis l'Alaska, où se réalise en secret à Gakona le programme HAARP.
Basé sur des faits réels, un thriller vertigineux.
http://jeanpaul.jody.free.fr/LaRouteDeGakona/index.html

___________________________________________________________________________________________


dominiquedevillepin 

Selon Maitre Metzner
rien ne permettait de dire que l'ex-Premier ministre savait que les listings étaient faux, avant juillet 2004, ce qui exclurait toute dénonciation calomnieuse de sa part.
L'accusation contre DDV tombe !
http://dominiquedevillepin.over-blog.com/article-37026199.html

_______________________________________________________________


L"élite (bilderberg) ...vaccin,puce rfid et dépopulation.

_______________________________________________________________


Pousse-au-crime
   
En sous-traitant la pharmacovigilance aux firmes pharmaceutiques, la Commission européenne, et ceux qui la laissent faire, poussent les firmes au crime.

Les effets indésirables des médicaments sont dérangeants.


Ils dérangent évidemment les patients, qui attendent un traitement raisonnablement efficace et sans danger disproportionné. Et qui, au lieu de cela, se retrouvent souvent victimes d'effets collatéraux, parfois sans aucun bénéfice. Jusqu'à en mourir.

Ils dérangent les professionnels de santé, qui comptent souvent sur les médicaments pour assurer l'efficacité de leur action. Et qui se retrouvent confrontés à des dégâts qu'ils n'ont dans certains cas pas su éviter, voire qu'ils ont provoqués.

Ils dérangent les firmes pharmaceutiques, dont la santé économique est menacée par la mévente de leurs médicaments.

Ils dérangent les assureurs maladie, qui doivent prendre en charge des dépenses qu'ils n'ont pas su ou pu éviter.

Et ils dérangent les pouvoirs publics, qui ont pour mission d'assurer le bien-être et la sécurité sanitaire de la population.

De sorte qu'on parle finalement peu des effets indésirables des médicaments. Le sujet n'est pas valorisé par la formation professionnelle des soignants, ni initiale ni continue. La discipline Pharmacovigilance n'est pas valorisée dans le cursus universitaire ni hospitalier. Ses concepts et ses techniques sont méconnus. La notification des observations n'est pas vraiment encouragée.

Face à ce problème de société profond, la Commission européenne propose une directive et un règlement nouveaux.

Mais avec l'intention de déranger le moins possible. En dépensant le moins possible de deniers publics. En oubliant les causes du problème. Quitte à aggraver largement les dégâts, et à mépriser l'intérêt général à long terme. Car la Commission propose froidement de confier le problème à ceux qui ont le plus directement intérêt à l'enterrer : les firmes pharmaceutiques.

Les firmes sont déjà chargées d'évaluer elles-mêmes, avant mise sur le marché, les médicaments qui doivent assurer leur fortune, au risque de cacher des informations cruciales. Au lieu de réduire ce conflit d'intérêts, la Commission propose de charger aussi les firmes de l'évaluation après mise sur le marché.

Au lieu de renforcer le réseau existant de centres de pharmacovigilance indépendants, la Commission propose de le court-circuiter.

Au lieu d'améliorer l'information des patients et des soignants, la Commission propose l'anesthésie générale en donnant aux firmes la mainmise sur toutes les données sensibles.

En sous-traitant la pharmacovigilance aux firmes pharmaceutiques, la Commission européenne, et ceux qui la laissent faire, poussent les firmes au crime.

©Prescrire 1er septembre 2009
Rev Prescrire 2009 ; 29 (311) : 641.

 

Source

 

Pharmacovigilance : la Commission européenne
oublie l'intérêt général
   
Sous-traitance d'une mission d'intérêt public aux firmes, confusion des genres et conflits d'intérêts susceptibles de retarder des décisions en santé publique.

 


En décembre 2008, la Commission européenne a publié des propositions de Directive et de Règlement concernant la pharmacovigilance.

Malgré de récents désastres de santé publique dus à des effets indésirables de médicaments, de nombreuses mesures proposées sont de nature à affaiblir le système de pharmacovigilance européen, au lieu de le renforcer : généralisation d’autorisations de mise sur le marché (AMM) prématurées ; fin de l’obligation du financement public des activités de pharmacovigilance ; renforcement de la mainmise des firmes sur l’interprétation des données mais aussi sur leur recueil, menaçant de disparition les systèmes publics de pharmacovigilance des États membres ; organisation de la dilution des données, centralisées au niveau européen dans une "mégabase" inexploitable ; etc.

Les propositions de la Commission doivent être fortement amendées pour être réorientées au service de l’intérêt général.

©Prescrire 1er septembre 2009
Rev Prescrire 2009 ; 29 (311) : 696-702.

 

Source

 


Prescrire-critique-sur-pharmacovigilance.pdf

http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-prescrire-sur-la-phamacovigilance-37205866.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

R-sistons à l'intolérable 11/10/2009 18:18


Oui, Laurence, j'ai pris tardivement conscience de la réalité de la mafia pharmaceutique... mais maintenant, je sais, et je dénonce ! Bien à toi, eva


laurence 06/10/2009 10:59



Merci pour cet article on ne peut plus explicite, ce qui rejoint ce que met en avant Ghislaine Lanctôt depuis pas mal de temps... du temps où elle était médecin et où peu à peu le voile des
illusions s'est levé sur toutes les magouilles et les manipulations. Elle a écrit la mafia médicale... à voir après chacun se fait son idée...
à bientôt et merci à Jean Paul pour l'info :)


R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages