18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 22:04

show_dees.jpgDees

L'éditorial d'Eva :
Le déclin de l'Occident a commencé.
L'Iran mène une lutte exemplaire pour la Liberté
contre les puissances impérialistes

Bonjour,

j'en ai assez des média-mensonges sur l'Iran, alors je vous envoie les textes suivants qui expliquent très clairement comment on fabrique des événements, comme en Iran, selon toujours les mêmes techniques éprouvées.  En réalité, nous assistons comme je l'ai ici-même annoncé, aux derniers soubresauts d'un Occident en perte de vitesse, en faillite matérielle avec la crise, financière et économique, et donc sociale, mais aussi environnementale, morale (il est déconsidéré)... Son objectif est plus que jamais hégémonique, impérialiste, et à défaut de gagner les guerres qu'il provoque après avoir destabilisé des régions entières, uniquement pour faire davantage de profit, il cherche à agir de l'INTERIEUR, au moyen de ses officines privées, CIA et MOSSAD naturellement, mais aussi ONG, ambassades, étudiants manipulés, etc. Ainsi, le ver est dans le fruit, avec succès comme dans le Caucase, en Yougoslavie, dans l'Est, dans le Chili d'Allende... ou pour l'instant, maintenu en échec, comme en Bolivie et au Vénézuela. Objectif ? Diviser pour régner. Au profit des multinationales. En pillant les ressources, en flouant, au mieux, les peuples, au pire en les passant par l'épée, ou plutôt par les bombes. Et avec des millions de réfugiés, de déracinés, à la clef.

Et on appelle ça la démocratie !

Or, les peuples ouvrent les yeux dans le monde entier. L'Occident est haïssable, il est donc haï. Et un peu partout, naissent des ententes, pour se protéger, ou de combat. Ainsi, les Accords de Shangaï, ou les pactes bolivariens. L'Occident a perdu son prestige, il a perdu sa légitimité, il perd de l'influence, il n'inspire plus confiance, et pour cause, il est rejeté de plus en plus... A l'ONU, par exemple, il est de plus en plus décrié, et parfois même hué !

Ainsi, comme je l'ai déjà dit, nous allons directement vers la constitution de deux grands blocs, comme du temps de la guerre froide, les pays alignés à l'axe Washington-Londres-Paris-Tel Aviv, ou les pays réfractaires à la la pseudo démocratie imposée par la force et au bénéfice des financiers de l'Occident.

En Iran, se joue une partie serrée entre les tenants de l'Empire, et les citoyens qui veulent rester libres. Cette lutte est exemplaire, nous devons la soutenir: Car elle est celle des peuples en lutte contre les Puissances impérialistes, de l'Argent, et pour la Liberté, la vraie. En Iran comme à Gaza ou au Liban, des peuples sont à l'avant-garde de la résistance au Nouvel Ordre Mondial que l'Oligarchie veut instituer par la force. 

Ils sont un exemple pour nous tous. 

Eva R-sistons à l'intolérable programmé contre les peuples par une poignée de prédateurs cyniques et dégénérés.

TAGS :Iran, ONG, CIA, MOSSAD, Gaza, Nouvel Ordre Mondial, Occident, Washington, Londres, Paris, Tel-Aviv, ONU, Pacte bolivarien, Accords de Shangaï, Chili, Allende, Yougoslavie, Est, Bolivi, Vénézuela, ONG, démocratie...

soleilvert.jpg

Syndicats félons,
et enseignement à distance pour tous ?
Par Eva R-sistons

Concernant les Syndicats, je l'ai souvent dit : Ils trahissent les intérêts des syndiqués; Ils sont des courroies de transmission des Pouvoirs en place, chargés seulement d'amortir les chocs pour les populations, de les préserver des pires (et seulement cela) conséquences de politiques de plus en plus brutales. Les Nicole Notat se voient ensuite récompensées pour leurs bons et loyaux services. Et le Gouvernement, ainsi que le Medef, repèrent vite les meneurs (comme ceux de la résistance au CPE de de Villepin) pour les amadouer et leur offrir des postes suffisamment gratifiants pour qu'ils changent définitivement de camp. En quelque sorte, les moutons, on les tond et on les conduit ensuite à l'abattoir, prématurément usés; L'Elite, les meneurs, sont repérés et désamorcés, par l'intégration au sein même des grandes instances. C'est ce qui s'est passé avec la jeune meneuse de la contestation étudiante anti-CPE, Julie Coudry. "Au mois d'août 2006, elle a participé à l'Université d'été du MEDEF dans le cadre thématique de « Concilier l'inconciliable[10] ». Elle est aujourd'hui dirigeante d'entreprise ". (Wikipedia.org)

Je ne cesse de le dire : Nous ne pouvons pas compter sur la plupart des Syndicats, vendus comme la Presse aux Pouvoirs en place. Ils freinent les légitimes contestations. Le Responsable de FO a raison de demander la prolongation des journées d'actions, de manifestations: C'est la seule manière d'obtenir un résultat. On ne gagne rien en battant les pavés un jour tous les deux mois. C'est une supercherie ! L'article que je joins est très explicite.

Enfin, j'attire votre attention sur la préparation des esprits aux cours à distance, encouragée par le Gouvernement en cas de pandémie. Vous le savez, les élus du NOM sont à la recherche d'économies tous azimuts. Un jour, il n'y aura plus d'écoles, vous verrez, car trop coûteuses. Le même enseignement sera dispensé à tous, à distance, chez soi comme le télé-travail. Et avec des livres écrits par des personnes non pas neutres, impartialles, mais bien décidées à formater nos chères têtes blondes dans le sens souhaité par elles.  Suivez mon regard : En faveur de l'Occident, contre l'émancipation des peuples. Avec bien sûr un éclairage tout particulier sur l'événement décrété central de l'humanité: La Shoah. Des seuls Juifs, évidemment ! Elèves isolés, futurs robots ou esclaves... Même manipulation qu'au travers des Médias !

Il est temps que l'humanité, comme en Iran, se libère des jougs pesant sur elle.... Sinon, il ne lui restera plus qu'à assumer un avenir comme celui de Soleil Vert :  Avec deux camps bien tranchés, les dominants, et les dominés, promis à la misère absolue... Eva R-sistons

Syndicats_Chereque_Thibault_Sarkozy.jpg

Syndicalisme jaune citron ou bleu marial avec des étoiles jaunes ?
Par Jean Lévy

Quelques heures avant que ne débute le défilé syndical, à Paris, le 13 juin, Bernard Thibault, au nom du Bureau confédéral, tirait déjà le rideau de la saison revendicative. S’exprimant sur France Inter, le secrétaire-général de la CGT annonçait une manifestation « moins forte, voire beaucoup moins forte que celle du 1er mai dernier ».

Il ne s’est pas trompé : l’échec a été total.

C’est le résultat d’une stratégie mûrement réfléchie de la CGT, visant à empêcher l’affrontement de classe que les salariés espéraient.

En effet, depuis le début de l’année, la mobilisation du monde du travail allait crescendo et, le 19 mars, des millions de manifestants dans toute la France, étaient descendus dans la rue. En écho à cette colère, les travailleurs, dans de multiples entreprises, passaient à l’action contre leurs patrons. Ce fut l’époque des « Conti », des salariés de Caterpillar, de Molex et de bien d’autres, le temps des hauts cadres « séquestrés », de manif’s offensives et violentes.

Le Médef et le pouvoir sarkozyen s’inquiétaient de cette poussée de fièvre, qui enflait au long des jours.

Allait on assister à un nouveau « mai 68 » ?

Mais Bernard Thibault veillait.

Au lieu d’accélérer le mouvement, de proposer des modes d’action répondant à la situation, le secrétaire général de la CGT, soutenu par les instances confédérales, freinait des quatre fers, remettant à six semaines la prochaine démonstration, la plaçant le 1er mai « pour éviter les grèves », s’en tenant à un programme revendicatif, vide de tout mot d’ordre rassembleur, sans objectifs chiffrés, vague à souhait pour démoraliser les plus actifs des militants. Thibault s’en tenait – et s’en tient toujours – à l’unité au sommet entre les huit organisations syndicales, formule magique à ses yeux, permettant de remettre toujours à plus tard, une véritable mobilisation populaire.

Ce qui devait arriver arriva le 13 juin : des cortèges squelettiques, sans mots d’ordre et sans illusions.

Thibault pouvait ainsi tirer complètement le rideau revendicatif : « rendez-vous après les vacances ». On connaît la musique : réunion des huit centrales, programmée fin septembre, remise en octobre pour appeler, en novembre, à une nouvelle et grande manifestation, choisie de préférence, un jour de congé (le 11 novembre, par exemple, pour décréter un « armistice social » ?).

La comédie, la tragédie devrait-on dire, va-t-elle durer encore longtemps ?

Le chômage atteint, semaine après semaine, des sommets. Les fins de mois deviennent un casse-tête pour des millions de familles. La violence de l’exploitation patronale explose dans les entreprises. Les patrons font régner la terreur dans l’industrie comme dans les services. Le vent de la spéculation souffle à nouveau sur toutes les bourses. Le CAC 40 reprend des couleurs. Les profits s’entassent pour une petite minorité de privilégiés. Le fossé s’accroît entre les riches, qui deviennent encore plus riches et les pauvres, de plus en plus pauvres.

Serions-nous, sinon « à la fin de tout », du moins à la ‘fin de l’histoire …sociale ?

Nous ne le croyons pas.

Au contraire, peut-être, nous sommes au commencement d’un affrontement de classe d’une ampleur jusqu’ici, inconnue. Les contradictions n’ont jamais été si vives entre ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent rien. Certes, l’attitude totalement négative des confédérations syndicales, celles de la CGT et de la FSU, en particulier, compliquent la tâche, contrarie le développement des luttes. Mais celles-ci, non seulement vont se poursuivre, mais, compte tenu du contexte social, vont s’amplifier. Sans les Etats-majors confédéraux, englués dans la collaboration de classe, et contre eux certainement, car leur orientation et leur comportement constituent un obstacle de taille à la bataille de classe qui s’annonce.

La CGT tient son congrès confédéral en décembre prochain.

La FSU réunit le sien début 2010.

C’est l’occasion rêver de rassembler tous les militants pour changer la donne.

Il faut que les Centrales syndicales se positionnent clairement en faveur d’un changement de société et qu’elles adoptent une stratégie d’affrontement avec le Capital et les forces politiques qui en sont l’expression.

Cela suppose un changement d’équipe à la tête des Confédérations, de la CGT comme de la FSU.

C’est l’enjeu la bataille interne qui s’ouvre au sein de ces organisations.

« C’est la lute finale qui commence… »

PS. Le bureau confédéral de la CGT s’est immergé totalement dans la campagne européenne en préconisant un vote massif des syndiqués et des salariés. On sait ce qu’il en est advenu !

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article298


Collectif National
pour un Front Syndical de Classe

mis en place par les initiateurs CGT et FSU de la «
 lettre ouverte aux Etats-majors syndicaux »


Casse de l'emploi en masse dans le privé et le public, compression des salaires, changement de statut de la Poste en juillet, travail du dimanche, retraite à 67 ans (harmonisation européenne oblige) d'après Hortefeux, sécu en danger de mort, répression qui frappe les militants et travailleurs combatifs.... le gouvernement, le MEDEF et l'UE ne font pas de pause dans leur guerre sociale.

Si la résistance ne désarme pas la base face à cette régression tous azimuts, ce n'est pas la même musique "au sommet" où, après avoir organisé manifestations séparées de plusieurs mois et manque de soutien aux secteurs en lutte, on se prépare désormais à se précipiter au "sommet social" convoqué par Sarkozy au début du mois de Juillet. En attendant une "rentrée chaude" comme le dit Chérèque sans rire (la même que l'année dernière dont le point d'orgue fut la manifestation bien sûr "unitaire" du 7 octobre sur le scandaleux mot d'ordre du "travail décent" cher aux institutions internationales du capitalisme ?).
                              
                                                        http://eldiablo.over-blog.org/article-32791861.html

 


CIA--OTAN.jpg

IRAN : CIA, MOSSAD ET NED (National Endowment for democracy) ENTRE TULIPES, ROSES, JEANS ET AUTRES COULEURS

Pietro Ancona le 14 Juin 2009 - http://eurasia.splinder.com    -

mercredi 17 juin 2009, par Comité Valmy


Traduction COMAGUER

 

Qui sait quel nom de code et quelle couleur a donné la Cia à la « révolution » iranienne. En Géorgie, pour chasser Chevardnadze et mettre à sa place un Saakashvili beaucoup plus servile que l’orgueilleux ex-Ministre des Affaires Etrangères de Gorbatchev, on donna vie à une opération dénommée "Révolution des Roses". En Ukraine, l’opération Cia s’appela " révolution orange" et on voyait à la télé d’énormes campements de couleur des « oranges », habités de manifestants vêtus d’orange, qui agitaient des étendards orange.

Ici, comme en Géorgie, la mayonnaise a pris et le candidat pro-occidental a obtenu de nouvelles élections et la victoire. Il y a eu une révolution des " tulipes" au Kirghizstan, elle-même couronnée du succès du pro-occidental lequel s’est ensuite installé au pouvoir avec quatre-vingt-dix pour cent des votes (non contrôlé par personne). Cependant la mayonnaise n’a pas pris en Birmanie où les moines bouddhistes ont été encadrés et mobilisés contre un régime qui ne permet pas la pénétration des intérêts américains.

Nous avons aussi eu la répétition du même scénario en Biélorussie avec la révolution des « Jeans » en Mongolie et en Serbie, partout où les américains et leurs alliés se sont fait un devoir de déstabiliser des gouvernements et des nations considérés non pas comme de véritables états-voyous mais tout au moins pas assez favorables à la domination impériale. En Chine l’an passé à l’occasion des Jeux Olympiques la mobilisation des disciples de la Dallai Lama fut très intense pour priver la Chine d’un succès international et pour déstabiliser le Tibet qui fut le théâtre de pogroms de moines armés par la Cia contre les civils chinois.


Les théories et les manuels sur cette stratégie adoptée par les Usa comme alternative aux bombardements et aux occupations militaires qui parfois se révèlent trop coûteuses, existent. Des théoriciens comme Gene Sharp ont écrit des manuels qui proposent et analysent les séquences d’une déstabilisation qui va de la dénonciation des fraudes à la désobéissance civile et à des manifestations de rue devant les sièges des Parlements et des Gouvernements. La justification des mouvements de refus du verdict électoral et de dénonciations des fraudes et de la demande soit de nouvelles élections soit de l’immédiate reconnaissance du leader de la " révolution" est toujours la même : défense de la démocratie et de la liberté, lutte contre le ou les tyrans, renouvellement dans un sens pro-occidental de l’État.
Si nous analysons les conséquences de la réussite de ces mouvements nous y voyons d’une part la pénétration massive de multinationales et d’intérêts étrangers et d’autre part la vente des ressources locales au marché oligopolistique.


En Iran l’opération CIA-Mossad a été exécutée maladroitement par Moussavi. Celui—ci, les urnes encore ouvertes, s’est autoproclamé victorieux et a donné le signal d’une violente agitation de ses disciples qui ont attaqué des magasins, des banques et mis le feu sur les places publiques. Une véritable insurrection contre le verdict électoral, insurrection manquée mais qui sera largement exploitée par le très puissant appareil mass médiatique occidental pour crier haro contre le régime qui a du sang sur les mains de sang et qui organise la répression. Les protestations contre la fraude électorale ne sont pas convaincantes et les fraudes ne sont pas invoquées par un grand nombre de journalistes occidentaux qui se limitent à souligner la déception voire la déconfiture d’Obama face à la réélection d’Ahmadinejad et combien cette réélection peut porter tort au régime iranien. Israël a déjà réaffirmé au monde entier sa proposition de détruire l’Iran avant qu’il puisse se doter d’un armement nucléaire et beaucoup incitent l’Occident à passer aux actes et à liquider l’autonomie de la nation persane.


Je crois que cette " révolution", résultat de méthodes de pénétration et de renversement très éprouvées et très sophistiqués ne réussira pas du fait qu’elle ne pourra pas exploiter des situations comme celles alimentées par les sentiments antisoviétiques dans les républiques du Caucase et que l’ Occident est sans cesse plus nu et démasqué dans son envie de puissance et de violence dominatrice. (souligné par COMAGUER)


http://www.comite-valmy.org/spip.php?article304


Iran-encercl--carte.jpg


Jean Lévy : Les élections en Iran :
Une lourde défaite de l’impérialisme


« ILS » attendaient, la mine réjouie, la défaite de Mahmoud Ahmadinejad. Depuis des jours, les médias, télés, radios, journaux, les porte-paroles du CAC 40 - Bernard Guetta et Le Monde, en premier - annonçaient le « désamour » des Iraniens pour leur président. Celui-ci aurait déçu ses propres supporters, les « pauvres » se seraient détournés de lui, faute d’avoir touché des « dividendes du pétrole », les « femmes » attendaient les élections pour gagner leur « libération », les « jeunes » n’en finissaient pas de manifester contre Ahmadinejad.


C’est du moins ce que les journalistes, « experts » et autres « spécialistes » de l’Iran nous contaient jusqu’à la veille des élections. Les « correspondants sur place » confirmaient ces heureuses prédictions. .


Les ennemis de Mahmoud Ahmadinejad s’étaient mis à rêver, pris au piège de leur parti pris et de leurs mensonges.


En fait, comme à l’accoutumée, méprisant et ignorant le peuple – celui-là et les autres - les médias, dans leurs reportages, n’interrogeaient que « l’élite » iranienne, la bourgeoisie citadine. Ils ne recueillaient ainsi que des témoignages « unanimes », hostiles au président sortant. Et de prétendre qu’il s’agissait de l’opinion générale de la population. De « ceux qui comptent » parmi celle-ci, évidemment.


Interroger les « pauvres », quelle idée « populiste » ! Depuis quand, en France, interviewe-t-on les « Contis » à Compiègne, les ouvriers de Caterpilar, les étudiants de Censier ou de Nanterre, les pêcheurs de thon rouge ou les petits producteurs de lait, à la veille d’élections ?


Et samedi matin, à Téhéran, la « nouvelle », tant redoutée, leur est tombée sur la tête.


Voici le président sortant élu, dès le premier tour avec 63% des suffrages sur 85% de votants. Mir Hussein Moussavi, le candidat « rassembleur », pour reprendre une formule du Monde…ne « rassemblait » que 33% des suffrages.

Le coup asséné, il fallait bien en expliquer les raisons.


D’abord, les journalistes retrouvaient leurs arguments habituels : « Ahmadinejad, avec l’argent du pétrole, a favorisé les couches populaires les plus défavorisées ». Les médias prétendaient le contraire, la veille… Peu importe, le président, plus « populiste » que jamais, prouvait par là, non seulement sa démagogie, mais son inculture économique : au lieu d’enrichir les plus riches, comme il se doit dans un pays civilisé, grâce à un « bouclier fiscal », il privilégiait le peuple !


A-t-on vue chose pareille préconisée par le FMI ?


Justement celui-ci et sa maison-mère, les Etats-Unis, marquent leur désapprobation vis-à-vis du vote des Iraniens. Ils avaient misé sur le perdant. Ce n’est pas de jeu. Aussi, les manifestations violentes à Téhéran, « de centaines » de partisans de Mir Hussein Moussavi, contestant la défaite de leur poulain, tombe à pic. Et si les élections avaient été truquées, comme celui-ci le prétend ?

En effet, on a du mal à croire qu’un peuple fasse, démocratiquement, la loi chez lui, alors que cette loi est contraire aux intérêts étasuniens et européens.

« L’opinion occidentale » peut elle accepter, sans réagir, un verdict populaire qui contrarie les objectifs de Washington, de Paris et de Bruxelles ? Les violences qui se déroulent dans la capitale iranienne viennent à point nommé pour délégitimer la réélection de Mahmoud Ahmadinejad. Et servir de justification à une nouvelle politique de sanctions à l’égard de l’Iran.


En clair, le peuple d’Iran, le 12 juin, a marqué sa volonté d’exercer sa pleine souveraineté face aux appétits des capitalistes US et européens, et son souci de défendre son indépendance nationale contre les interventions étrangères.


Le choix des Iraniens leur appartient.


C’est la défaite de l’impérialisme que nous saluons ici.


http://www.comite-valmy.org/spip.php?article297


Iran-passeport.jpg


Iran: Une élection démocratique

 La présidentielle du 12 juin dernier en Iran remportée par le président sortant Mahmoud Ahmadinejad a été absolument démocratique, a estimé mercredi lors d’une conférence de presse à RIA Novosti Pavel Zarifoulline, rédacteur en chef du portail analytique Geopolitika (Russie).

" A titre d’observateur, j’ai participé à bien des élections, notamment en Biélorussie et en Moldavie, mais je n’ai vu nulle part d’élections aussi démocratiques qu’en Iran", a dit l’expert qui a suivi parmi les observateurs russes la dernière élection présidentielle en Iran.

Et d’expliquer qu’au cours de la campagne électorale en Iran, les journaux d’opposition se vendaient librement, alors que la télévision locale transmettait les meetings de contestataires du régime en place.

Selon M.Zarifoulline, l’ampleur des heurts éclatés dans la capitale iranienne à l’annonce samedi dernier de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad a été excessivement "exagérée" par les médias occidentaux.

"Les troubles étaient plutôt localisés et n’avaient principalement lieu que dans deux quartiers de Téhéran, alors que le reste de la capitale continuait à vivre tranquillement", a-t-il dit.

Le calme régnait aussi dans les provinces iraniennes, ce qui s’explique, selon l’expert, par le fait que toute la province soutient Mahmoud Ahmadinejad, et c’est seulement dans la capitale que son principal rival Mir Hossein Moussavi a des positions solides.

"Dans les régions du pays, on ne voyait que des portraits de Mahmoud Ahmadinejad, alors que ceux de Mir Hossein Moussavi étaient arrachés à peine accrochés", a indiqué M.Zarifoulline.

Le président sortant Mahmoud Ahmadinejad a remporté l’élection présidentielle avec 62,63% des voix au 1er tour. Son principal rival Mir Hossein Moussavi a clamé sa victoire même avant l’annonce officielle des résultats du scrutin et a crié à la fraude.

Les sympathisants de Mir Hossein Moussavi ont contesté la victoire du président sortant et sont descendus dans la rue. Des milliers de manifestants ont participé à des accrochages avec la police, en saccageant des magasins et en se livrant à d’autres excès.

Le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, qui a qualifié la réélection de M.Ahmadinejad de "grande fête", a concédé ensuite qu’un recomptage partiel des résultats sujets à caution pourrait être nécessaire.
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article302

NS_a_Abu_Dhabi_26_5.jpg
 
Moyen-Orient : la France se donne les moyens de riposter - Isabelle Lasserre

lundi 15 juin 2009, par Comité Valmy

Les implications stratégiques de cet accord sont énormes. Cela veut dire qu’on met notre dissuasion nucléaire à la disposition des Émirats" Au moment où une révolution colorée typique est tentée contre Ahmadinejab, le Figaro semble très fier que la France soit prête à utiliser l’arme nucléaire contre l’Iran - pour lutter bien sûr contre la prolifération nucléaire. A partir du "Camp de la Paix" (ou camp Orwell)


Nicolas Sarkozy a inauguré à Abu Dhabi, le 26 mai dernier, la première base militaire française dans le golfe Persique. 


Le Figaro révèle le contenu du nouvel accord de défense signé par Nicolas Sarkozy avec les Émirats arabes unis. Un accord qui place Paris au premier rang en cas de conflit avec l’Iran.


Le containment (l’« encerclement ») de l’Iran a commencé. Alors que Téhéran n’a pas donné suite aux propositions de négociations faites par Washington, les grandes capitales se préparent désormais à tous les scénarios. À Tel Aviv, les pilotes de chasse de Tsahal participent depuis un an et demi à des entraînements simulant des frappes contre les installations nucléaires iraniennes. Les États-Unis consolident la ceinture dissuasive formée autour de l’Iran par leurs bases militaires dans la région : Qatar, Irak, Afghanistan, Koweït… Quant à la France, en inaugurant une nouvelle base militaire à Abu Dhabi le mois dernier, puis en signant un nouvel accord de défense avec les Émirats arabes unis, Nicolas Sarkozy l’a placée au premier rang d’un éventuel conflit avec l’Iran.


Selon les clauses secrètes de l’accord renégocié entre Paris et Abu Dhabi, la France s’engage à utiliser tous les moyens militaires dont elle dispose pour défendre les Émirats arabes unis s’ils venaient à être agressés. Tous les moyens militaires, c’est-à-dire également l’arme nucléaire, s’il le faut.


Le mot « nucléaire » en lui-même n’apparaît pas, bien sûr, dans le texte. « Ce serait contraire à la philosophie de la dissuasion, qui consiste à en dire le moins possible sur la doctrine d’emploi », explique au Figaro un diplomate qui a pu consulter l’accord. Mais les moyens militaires, s’ils sont déclenchés, devront être définis en commun par la France et les Émirats. Extrêmement contraignant, plus encore, selon ceux qui l’ont lu, que l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord, qui engage les membres de l’Otan à se porter au secours - y compris par la force armée - d’un autre membre qui aurait été attaqué, le nouvel accord de défense n’offre pas une garantie nucléaire sans limite aux Émirats. Juste un petit parapluie, dont le manche, bien sûr, reste dans les mains françaises. Mais il fait franchir à la France un pas supplémentaire dans son alliance avec un petit pays qui se situe au cœur du nouvel arc stratégique définit par le livre blanc sur la défense en mai 2008.


Mise à disposition de « notre dissuasion nucléaire »


L’ancien accord, qui avait été signé en 1995 et devait bientôt expirer, évoquait lui aussi un engagement français au spectre très large en cas d’attaque contre les Émirats arabes unis. Mais le vieux texte, entièrement secret car relevant de la législature précédente, maintenait, selon le diplomate, la décision d’intervenir dans « une ambiguïté et une incertitude ». Ce qui a changé depuis le 25 mai, c’est que l’installation d’une base française à Abu Dhabi augmente de manière considérable le déclenchement automatique de l’accord bilatéral, puisqu’une attaque de l’Iran pourrait être considérée comme portant atteinte aux intérêts vitaux de Paris. Lesquels sont déterminés par le président de la République.

Quelle différence, alors, avec les accords de défense qui lient Paris à de nombreux États africains, qui hébergent eux aussi des bases militaires françaises ? « En Afrique, nous ne sommes pas dans un environnement nucléarisé », commente le député Pierre Lellouche, représentant de la France en Afghanistan. « Les implications stratégiques de cet accord sont énormes. Cela veut dire qu’on met notre dissuasion nucléaire à la disposition des Émirats », affirme un officier proche du dossier.


La base d’Abu Dhabi en elle-même n’est pas « nucléarisée ». Mais la dissuasion française, toujours basée sur deux composantes, garde à sa disposition des SNLE, sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, qui patrouillent en permanence au fond des mers, ainsi que des avions de chasse pouvant se poser sur le porte-avions Charles-de-Gaulle avec des bombes nucléaires.


Promesse de transparence


Dans la région du Golfe, la perspective d’avoir un jour pour voisin un Iran nucléaire est considérée comme l’une des principales menaces. Pour y faire face, les Émirats arabes unis ont renforcé leur outil de dissuasion conventionnelle, afin de se doter d’une capacité de frappe en profondeur. En demandant à Nicolas Sarkozy d’installer une base française à Abu Dhabi, ils cherchent également à diversifier leurs alliances, afin de ne plus dépendre uniquement de leur allié américain.

Lorsqu’il avait été élu, Nicolas Sarkozy avait promis de revoir les accords de défense qui lient la France à ses alliés, afin de les adapter à la nouvelle posture stratégique. Il avait aussi promis de les rendre transparents en les faisant approuver par le Parlement et en les rendant publics. Ce processus est désormais largement engagé. L’accord avec les Émirats est le troisième à avoir été renégocié depuis la publication du livre blanc sur la défense. Deux nouveaux textes ont été signés avec le Cameroun et le Togo. Un qua­trième est en cours de renégociation avec le Gabon. Mais en raison de la lenteur des processus parlementaires, leur publication n’est pas annoncée avant de longs mois…

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article299

_________________________________________________________


Bongo mort depuis le 7 mai ???
http://lintelligentdeyaounde.net/index.php?option=com_content&view=article&id=112:bongo-mort-de-puis-le-7-mai-&catid=34:politique&Itemid=27


Solidarité avec Cuba
    Vendredi 19 juin de 18 à 20 heures, rassemblement de soutien aux cinq patriotes cubains emprisonnés aux Etats-Unis
     Place de la Concorde à Paris. ( A l'angle de la Rue de Rivoli ) Le Comité Valmy soutient cette initiative.

 
L'Appel du 18 juin 1940 
 http://www.comite-valmy.org/spip.php?article303

L’un des mérites historiques du Général de Gaulle fut de ne pas suivre ceux qui comme Jean Monnet, déjà anglo-américanisé, préconisaient le renoncement national, voulaient intégrer la Résistance militaire extérieure naissante à l’armée anglaise et proposaient la « fusion définitive » de la France et de l’Angleterre


     Guantanamo: D'autres révélations - Source Radio Canada
    
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article301 


TAREK AZIZ EN DANGER -
Une lettre de son fils à un ami étranger

lundi 15 juin 2009

 

Depuis 6 ans, Tarek Aziz est prisonnier des troupes impérialistes d’occupation en Irak auxquelles il s’est rendu en 2003. Il est incarcéré en violation du droit international. Deux anciens coordinateurs des Nations-Unies en Irak ont demandé en 2008, la libération de Tarek Aziz.

Lettre de Ziad Aziz à un ami vivant à l’étranger.

Les dirigeants étatsuniens, dont la barbarie ne s’exerce pas uniquement à Guantanamo, refusent cependant toujours à l’ancien vice-Premier ministre de Saddam Hussein, le bénéfice des conventions de Genève.

Comité Valmy

Cher...,

En ce qui concerne votre réponse à notre lettre, j’ai le triste devoir de vous apprendre que vous êtes mal informé de cette affaire. Mon père, Tarek Aziz, est depuis 6 ans en détention provisoire au Camp Cropper américain et souffre de plusieurs maladies potentiellement mortelles qui nécessitent des soins médicaux de pointe et rapides.

Le Camp Cropper est, comme vous le savez sans doute, avant tout un centre où des personnes de haut rang se trouvent en détention provisoire. Il est absolument faux de prétendre qu’un tel établissement, c’est-à-dire une prison, puisse assurer de quelque manière que ce soit des « soins médicaux appropriés », adaptés à toutes sortes de situations ou de maladies.

Ainsi, il y a deux ans, mon père a fait une chute lorsqu’il prenait sa douche et comme on craignait qu’il ait été victime d’une attaque, on l’a transporté sur la base aérienne de Balad (à 200 kilomètres au nord de Bagdad) pour le soumettre à une tomodensitométrie.

Je suis certain – c’est évident pour un profane – que lorsque quelqu’un a fait une attaque, il ne peut pas attendre d’être transporté dans un hôpital situé à 200 kilomètres. Mon père, qui a 72 ans, risque de faire une attaque et souffre de plusieurs autres maladies.

L’assistance médicale à laquelle vous faites allusion consiste en un médecin qui va voir les prisonniers de temps en temps, les ausculte (tension, taux de sucre sanguin) et leur administre des médicaments. Or mon père a beaucoup maigri pendant sa captivité, ce qui signifie que les doses de médicaments devraient être régulièrement adaptées à son poids, mais cela ne s’est jamais produit.

En ce qui concerne son droit à recevoir des visites d’un avocat et de sa famille, l’Armée américaine exige que les avocats, notamment celui de mon père, quittent la Zone verte dans laquelle ils habitaient. Cela empêche pratiquement l’avocat d’aller voir mon père et même de participer aux audiences du tribunal car il craint pour sa vie.

Comme vous le savez sans doute, la vie des avocats qui défendent des hauts fonctionnaires comme mon père est constamment menacée et beaucoup d’entre eux ont été assassinés, certains même dans leur bureau placé sous la protection des autorités américaines. Je vous prie d’imaginer leur situation, maintenant qu’ils ne sont plus sous la protection des Américains et qu’ils ont dû quitter la Zone verte.

Quant au procès, je vous invite à voir les audiences telles que les montre la télévision irakienne. Je vous invite à constater cette parodie de justice où des juges indépendants montrent sans ambiguïté ou avouent leur hostilité à l’égard des accusés. Dans tout pays civilisé et vraiment démocratique, dans tout tribunal qui respecte le droit, on dessaisirait immédiatement ces juges de leur dossier et on les déférerait à un comité d’éthique.

A cela s’ajoutent de fréquents sévices corporels et des insultes et le fait que l’on dénie aux accusés le droit de se défendre contre les accusations portées contre eux et de mettre en cause les preuves invoquées.

Veuillez m’excuser pour la longueur de cette réponse, mais la situation est extrêmement grave et l’état de santé de mon père empire de jour en jour.

Source : AFI n° 93, juin 2009, Gilles Munier


extrait du journal de Cathy De Broeder et Marc Lemaire
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve80


Indien-Amazonie.jpg

3 HEURES  POUR EXPRIMER LE REFUS DU MASSACRE DES INDIGENES EN AMAZONIE,
 LE RESPECT DE LEURS DROITS, DE LEUR MODE DE VIE ET DE LEUR TERRITOIRE

3 HEURES POUR EXIGER LA FIN DE LA DEFORESTATION,DE LA SUREXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA DESTRUCTION DU PATRIMOINE NATUREL DE L’HUMANITE

 SAMEDI 20 DE JUIN

15 a 18 horas

PLACE DU TROCADERO

ACTE POLITICO-CULTUREL DE

SOLIDARITE AVEC LES PEUPLES DE L’AMAZONIE

ET DE CONDAMNATION  DU MASSACRE DES INDIGENES PAR

LE GOUVERNEMENT D’ ALAN GARCIA

MUSIQUE DANSES THEATRE POESIE
http://cbparis.over-blog.com/article-32772343.html


liste complète



On est dix fois moins libre en France qu'en Syrie - si !

Censure, répression en France -  VIDEO à regarder

Le problème est que les gens refusent encre de se rendre compte, d'où, une mal-être grandissant, qu'il sont dans un régimes totalitaire et policier, plus subtil et sournois encore que ne l'était le système soviétique mais pas moins opressant.


HABITUDE = DANGER

Mais pour cela, la répression physique ne suffit pas. Il leur faut une population soumise, asservie, pire habituée, comme disait Charles Péguy.

L’habitude est notre pire ennemi. La plupart des médias sont là pour nous habituer, justement.

http://miiraslimake.over-blog.com/article-30831028-6.html#comment42758227

Un sondage pré-électoral montrait un fort soutien à Ahmadinejad

http://www.lemonde.fr/international/article/2009/06/15/un-sondage-pre-electoral-montrait-un-fort-soutien-a-ahmadinejad_1207178_3210.html

Source : Le Figaro du 15 juin 2009


Les sujets du jour, par Eva :
Conseil Régional. Manif au Trocadéro en faveur des opposants au régime iranien légalement, démocratiquement élu. La réaction de l'Iran face aux provocations de l'Etranger. Port de la burqa.

Conseil Régional, liste Verte: Le ver est dans le fruit. L'UNION fait la force (voir l'UMP). Or Cohn-Bandit en faisant son OPA sur le parti écologiste, va semer la zizanie, au profit de Sarkozy. La Gauche n'a pas besoin de divisions, mais d'unité. Et maintenant, après son show médiatique (et vain) contre Barroso, après les divisions, Cohn-Bandit va  changer le rouge et le vert des écologistes, en rose pâle, bien libéral, et en vert pâle, en capitalisme vert. Oui, le ver est dans le fruit. Le rouquin est un saboteur agent de l'Etranger, au bénéfice, finalement, de Sarkozy.

On trouve toujours les mêmes ! Intellectuels, disent les Médias. Non, un intellectuel n'a pas un esprit partisan, il cherche ce qui est juste, universel. Or ces intellectuels-là, BHL ou Lang en tête, sont de faux intellectuels : Communautaristes. Esprit partisan, et donc discrédités. Leur combat est celui d'Israël, du MOSSAD. Ce n'est pas celui de l'intérêt général, de la démocratie ! L'Iran a raison de refuser de voir l'Etranger s'immiscer dans ses affaires, contester le résultat du vote et souhaiter renverser le Pouvoir élu démocratiquement (même s'il y a pu avoir des irrégularités, elles ne font pas le poids face à la volonté populaire). Et il a raison de prôner la fermeté, désormais. Sinon, cela se terminera comme dans le Caucase, au bénéfice exclusif des multinationales de l'Occident !
Il est insupportable de voir l'Occident "démocratique" remettre en cause une élection démocratique lorsqu'elle n'est pas favorable à SES intérêts.

Eva R-sistons


rvfete2009.jpg 

andr--gerin.jpg 
INTERVIEW - André Gerin, député communiste de Vénissieux (Rhône) demande la création d'une commission d'enquête parlementaire sur cette question...

Désormais, 70 députés sont derrière lui, de tout bord politique. André Gérin, député (PCF) à Vénissieux (Rhône), a demandé le 8 juin la création d'une commission d'enquête parlementaire sur le port de la burqa en France. Il explique à 20minutes.fr sa démarche.


suite ici :

http://eldiablo.over-blog.org/article-32830602-6.html

Ma position: Je suis plutôt pour la liberté, totale, en matière de port du voile, et plutôt contre le port de la burqa. Mais je ne détiens pas la vérité, et je n'ai pas de position tranchée. Sujet difficile ! Eva


burqa2.jpghttp://eldiablo.over-blog.org/article-32830602-6.html



Iran: Commentaire :


Encore un indice que cette campagne médiatique sur l'Iran était préparée à l'avance (avril 2009), cette émission de F. Taddieu, avec l'ignoble Alexandre Alder :


http://www.dailymotion.com/video/x95fuq_alexandre-adler-rony-brauman-jean-b_news


A la fin de la vidéo, il présuppose que si Ahmadinejad est élu, c'est en bourrant les urnes (parmis les innombrables bétises qui sortent de sa bouche). Les faucons de son expèce avaient déjà scénarisé ce "bourrage d"urne". Il se peut qu'effectivement des partisans de Moussavi aient bourré les urnes en faveur de... Ahmadinejad (dans les villes acquises à Moussavi), afin de rendre suspecte son élection.

Heureusement qu'il existe des gens comme Rony Brauman et Bricmont (j'adore son très sec : "si vous représentiez au moins une petite communauté d'intellectuels, ce serait déjà bien" à Alder ^^).

http://r-sistons.over-blog.com/article-32827201-6.html#anchorComment


webiran-the-next.jpg

L'Iran est une vieille histoire de la manipulation américaine. Déjà, le renversement du Docteur Mossadegh était une entourloupe de fort honorable gabarit.
Il s'en est suivie une dictature militaire-pipole qui finit en 1979, et dont les américains n'ont jamais accepté le résultat.
Les manifestations, les accusations de fraudes, le nombre de morts, tout cela, c'est de la manipulation d'un appareil qui dysfonctionne. Le boss Obama est inquiet, pendant que des officines subventionnées (à surnommer pathé marconi : "la voix de son maitre") à visages angéliques "droa-de-l'ôme", coassent sur ces sauvages pas bien civilisés, pas capable d'organiser une élection honnête,


Suite ici : http://bridge.over-blog.org/article-32882331.html







Pourquoi devrais-je mépriser le choix des Iraniens ?
par Thierry Meyssan*


l’Iran n’est pas un État comme les autres. À l’instar de la France de 1789 et de l’URSS de 1917, l’Iran de 1979 a lancé un processus révolutionnaire qui conteste des aspects fondamentaux du modèle « occidental » triomphant ; et il l’a fait à partir d’une foi religieuse. Trente ans plus tard, nous, « Occidentaux », continuons à ressentir la parole du Peuple iranien comme une condamnation morale de notre mode de vie, c’est-à-dire de la société de consommation et de l’impérialisme.

Suite à http://bridge.over-blog.org/article-32921428.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans L'Empire
commenter cet article

commentaires

Eva R-sistons 21/06/2009 17:03

Chère Annie, j'ai mis ton commentaire 2 sur le post, comme promis, je vais ESSAYER d'y penser pour le blog désinfoje t'embrasse eva

Eva R-sistons 20/06/2009 21:56

Aucune confiance dans les syndicats, les dirigeants veulent leur sucette à la fin de leur mandat comme Notat ! Dégoût...! Eva 

Eva R-sistons 20/06/2009 21:53

2je vais le faire savoir ! Très pénétrant...Comme toi j'aime Brauman et Bricmont, quel contraste avec ce faux intellectuel partisan et servile.... pouah ! eva

Eva R-sistons 20/06/2009 21:49

Annie, c'est tjrs le 2 poids 2 mesures ! eva

Annie 20/06/2009 11:45

Encore un indice de la manipulation médicatique occidentale :http://whatreallyhappened.com/WRHARTICLES/iranprop.php?q=WRHARTICLES/iranprop.phpareles gens de la BBC vraiment tordus, ils ont pris une photo avec Ahmadinejad acclamé par la foule, ont effacé Mahmoud, et ont titré une "foule supportant Moussavi" ! Un peu comme l'effacement de la bague de Rachida Dati !Sinon, je suis totalement d'accord avec ton impression des syndicats félons, qui ne font que contenir le mécontentement des français au lieu de lancer la grève générale comme en 68 ! Ce pouvoir ne comprendra pas tant qu'on aura pas pris des mesures de grande envergure telles que grève générale, retrait de tout notr eargent des banques le même jour, occupation, reprise et autogestion des usines (cmme l'avaient fait des ouvriers argentins), etc.

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages