7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 12:37






Mes amis

Je suis en pleine écriture d'un article annoncé depuis 6 semaines,

et longuement réfléchi dans le climat de chasse aux sorcières actuel,

si malsain, si contraire à nos valeurs.


Pas le temps de m'étendre aujourd'hui.

Juste un mot pour vous dire que je viens d'entendre

sur Revu et Corrigé ( la V )

ce qui me semble en effet être la bonne réponse

à la question fondamentale :

Pourquoi ce changement de cap américain

envers les Arabes, les Musulmans ?


" Il faut apaiser le monde arabo-musulman

pour pouvoir éventuellement, un jour,

mener une opération contre l' Iran ".

M. Frédéric Encel, géopoliticien.


Calmer des Musulmans

pour pouvoir mieux en tuer d'autres, en quelque sorte,

en toute tranquillité. Quel cynisme !

Les Arabo-Musulsmans seront-ils dupes longtemps ?

Eva R-sistons à l'intolérable

TAGS : Fr. Encel, Arabes, Musulmans,
Obama, Revu et Corrigé, la V, Iran. 


 


                                                                                   Hommage à Dees



Merci aux blogueurs de relayer mon appel pour la vérité,

http://r-sistons.over-blog.com/article-32339347.html

pour une commémoration de la Libération du Nazisme

par les Russes, car ce sont eux,

au prix de plus de vingt millions de morts,

qui nous ont débarrassés de l'abomination nazie,

en partie élaborée avec le concours

des Multinationales américaines de la Chimie.

Savez-vous qu'un de ces laboratoires siégeait

juste à côté d'un camp de concentration ?

Les vrais libérateurs, ce sont les Russes !

Les vrais opportunistes et profiteurs de guerre,

ce sont les Américains !

La vérité doit éclater,

merci de relayer mon précédent post !

Je compte sur vous tous,

amis blogueurs !

Eva R-sistons à l'intolérable

N.B.: Je vais prendre contact avec l'Ambassade Russe

pour que la vérité soit reconnue.

Légitimement, enfin.


Medvedev ordonne la création d'une commission
contre la falsification de l'histoire


MOSCOU, 19 mai - RIA Novosti. Le président russe Dimitri Medvedev
a signé le decret "Sur la Commission auprès du
président de la Fédération de Russie de lutte 
contre toute tentative de falsifier l'histoire
au détriment des intérêts de la Russie",
rapporte mardi le service de presse du Kremlin.

Le chef de l'Etat a plus d'une fois insisté
sur l'inadmissibilité de toute falsification de l'histoire,
notamment de celle de la Grande Guerre patriotique (1941-1945, ndlr).
Le 8 mai dernier, le président a fait remarquer dans son blog-video
que les tentatives de falsification
"devenaient de plus en plus cruelles, méchantes et agressives".

A lire ici:

http://fr.rian.ru/russia/20090519/121653822.html
http://chiron.over-blog.org/article-31627430.html




Et en ce jour d'élections,

 pas une voix pour Sarkozy et Con-Bandit svp !

Pas d'absentéisme ambigu non plus !

Vous êtes à Droite,

vous votez Bayrou ou Dupont-Aignan.

Vous êtes à Gauche,

vous votez Melenchon-Buffet,

pour une vraie Gauche de Gouvernement.

Vous êtes écologiste, 

mieux vaut Francis Lalanne que Con-Bandit.

Vous voulez que la vérité se sache,

vous votez Dieudonné-Soral.

Mais ne vous abstenez pas !

Eva R-sistons

 





Notes

[1] Je ne l’ai pas trouvé en kiosque.

[2] Vous pouvez le télécharger ici.

[3] C’est les Verts qui vont être contents. Ils détestent tellement le nucléaire qu’ils veulent tuer EDF avec.

                                              
STRASBOURG, le 07 juin 2009

 

                                                            cpjmo@yahoo.fr

 

           Publiée sur http://geopolitiquedumoyen-orient.blogspot.com

             

Discours du Caire
de Barack Obama


 

Débutée mercredi 03 juin 2009, la tournée moyen-orientale d’Obama en dit long sur l’image désastreuse des Etats-Unis et son isolement international. Pour comprendre le sens des soi-disant «ton apaisant et volonté de réconciliation» d’Obama, un rappel des huit années Bush est nécessaire.

 

Dans l’analyse 11 du 04 mai 2008, intitulée : «La diplomatie américaine au Moyen-Orient est un champ de ruines», nous avons écrit : «La politique qui a permis à l’administration Bush d’asseoir l’autorité musclée des Etats-Unis dans le monde, a plusieurs composantes : «une hyperutilisation de la force, presque sans limite»*, «des actions unilatérales et souvent illégitimes»*, «un mépris toujours grand»* du droit international, l’ingérence dans les affaires intérieures des nations souveraines, des menaces d’interventions militaires et de bombardement, le développement général de la torture, de la corruption et de la gabegie dans des pays occupés par les Etats-Unis et leurs alliés, etc.»

 

Par ailleurs, aux yeux des peuples arabo-musulmans, la campagne militaire agressive de l’administration Bush et de ses alliés «judéo-chrétiens» ressemblait, à s’y méprendre, à une nouvelle croisade: conquête de deux pays musulmans (Afghanistan et Irak), guerre d’Israël contre le Liban en 2006, guerre d’Israël contre la bande de Gaza en décembre 2008- janvier 2009, bombardement d’un site en Syrie, intervention militaire de l’Ethiopie en Somalie, menace permanente de bombardement nucléaire contre l’Iran, vassalisation des pays arabes (Arabie saoudite, Egypte, Jordanie, etc.).

 

Suite à l’impasse de l’unilatéralisme, au discrédit américain, au développement de la résistance anticolonialiste, à l’extension de la guerre au Pakistan, à la fragilisation des «amis» régionaux des Etats-Unis et à la crise économique, la campagne électorale du candidat Barack Obama s’est construite sur la critique de la politique de l’administration Bush. Barack Obama élu président, sa politique étrangère se veut l’antithèse de celle de Bush à l’échelle internationale en général et moyen-orientale en particulier. Le 04 juin, fidèle à son engagement, il a prononcé un discours à l’université du Caire, invitant à un «nouveau départ» entre l’Amérique et le monde arabo-musulman(1).

 

Faut-il rappeler que ce sont les Etats-Unis qui sont en guerre contre le monde entier et non pas l’inverse. Leurs centaines de bases militaires disséminées au Moyen-Orient et en Asie centrale hébergent des centaines de milliers de militaires. Leurs nombreux porte-avions, sous-marins et autres navires de guerre, emportant des milliers de tonnes d’armes classiques et nucléaires sophistiquées, patrouillent au large des pays du Moyen-Orient, en Méditerranée, en mer Noire, en Océan indien. Cette armada planétaire révèle l’appétit conquérant et hégémonique du colonialisme américain qui a mis une vaste région du monde à feu et à sang.

 

Réconciliation, c’est l’action de rétablir l’amitié. C’est donc mettre fin à l’hostilité. C’est donc quitter immédiatement les pays envahis et colonisés (l’Irak et l’Afghanistan) et les dédommager. Réconciliation, c’est fermer définitivement ses bases militaires au Moyen-Orient et en Asie centrale, rapatrier les centaines de milliers de militaires américains. Réconciliation, c’est retirer ses navires de guerre et ses sous marins nucléaires des eaux territoriales des pays souverains du Proche et du Moyen-Orient et cesser d’être une menace permanente pour leur sécurité et souveraineté. Réconciliation, c’est arrêter immédiatement l’ingérence dans les affaires intérieures des pays souverains et mettre fin à trente années d’embargo contre l’Iran.

 

Or, il y a un fossé monumental entre les déclarations «apaisantes» et soporifiques d’Obama et la réalité du terrain. En effet, renforçant le potentiel militaire des colonialistes et militaristes occidentaux dans la région, Nicolas Sarkozy vient d’inaugurer la nouvelle base militaire française à Abu Dhabi, à 250 km des côtes iraniennes. Il est à souligner que cette base navale ne pouvait se construire sans l’accord des Etats-Unis. Est-ce cela la «main tendue»?

 

Depuis deux siècles, les peuples de la vaste région du Moyen-Orient et de l’Asie centrale mènent une vie cauchemardesque sous les bottes des militaires américano-britanniques et des états fantoches à leur solde et ne se laisseront pas impressionner par quelques discours soporifiques.

 

Sceptique, la «rue arabe» n’a pas tardé à réagir au discours du Caire d’Obama. Patrice Claude, journaliste au Monde, écrit ainsi dans Le Monde du 04 juin 2009: «Dans le pays arabe le plus peuplé (80 millions d’âmes), il serait erroné de croire que M.Obama est attendu comme le messie». Il rapporte les propos d’un jeune fonctionnaire de 27 ans: «Il est d’abord le chef des Américains. Il s’en prendra aux musulmans si cela fait l’affaire d’Israël…»

 

En occident, certains pensent que la politique de la «main tendue» ou celle de «nouveau départ» signifie le changement radical de la politique étrangère américaine. Comme si l’armée israélienne allait se retirer de tous les territoires occupés et l’Etat palestinien se constituer par un claquement des doigts d’Obama !

 

Robert Gates, le secrétaire à la défense américaine, utilisant le même vocabulaire, dit: «Je suis venu à la conviction qu’un regard nouveau est dans notre meilleur intérêt». Le «regard nouveau» du secrétaire à la défense consiste à remplacer le général McKierman, un militaire qualifié d’assez classique, par un expert des forces spéciales, épaulé par le général David Rodriguez, décrit comme un bulldozer(2). Le massacre des civils continuera plus efficacement en Afghanistan et les demandes répétées d’Hamid Karzaï pour la suspension des opérations aériennes, causes des «dégâts collatéraux» contre les civils, sont rejetées par la partie américaine(2).

 

L’expérience montre que le «nouveau départ» d’Obama décevra rapidement et, face à l’intransigeance des Américano-israéliens, la résistance anticolonialiste ira crescendo. Les risques d’une nouvelle déflagration au Moyen-Orient sont toujours d’actualité.

 

*Termes prononcés par Poutine, le 10 février 2007 à la Conférence de Munich- Courrier international du 22 au 28 février 2007. On peut détester Poutine, mais son analyse est pertinente.

 

1- Le Monde du 06/06/09.

2- LM du 13/05/09.

__________________________________________________________________________






Barack Obama en Egypte (Suite)


http://www.dieguez-philosophe.com/


                                

A propos du discours prononcé par le "vrai" Barack Obama le 4 juin 2009


Puisque les grands historiens du passé ont mis dans la bouche de Périclès ou de Scipion l'Africain des discours imaginaires, mais qui répondaient, dans leur esprit, à ce que la situation attendait de leur génie politique, j'ai tenté bien modestement de mettre sur mon site, le 1er juin 2009, un discours fictif de M. Obama réputé préfigurer celui qu'il allait prononcer au Caire le 4 juin.

(…)

Il aura suffi de deux jours pour que l'AIPAC obtienne de la Chambre des représentants et du Congrès réunis la remise urgente d'une "motion" entre les mains de M. Barack Obama pour qu'il propose des négociations directes entre Israël et la Palestine, afin d'exclure Washington de la négociation et de garantir l'enlisement du dossier selon une méthode éprouvée.

(…)

Mais le fond du divorce entre l'anthropologie politique et l'approche panculturaliste de l'Amérique n'est autre que la semi logique de l'homme d'Etat d'aujourd'hui au chapitre de la nature même de la dissuasion nucléaire. Car si cette dissuasion est réelle, l'atome n'est plus une arme de guerre, puisqu'elle l'interdit radicalement ; et si elle est incapable d'assurer la paix, son échec même confirme le raisonnement précédent, puisqu'un suicide à deux n'est pas une victoire militaire, à moins qu'on n'imagine la signature d'un traité de paix entre deux anges vaporisés dans la stratosphère. Or, l'Israël de la déraison nucléaire a absolument besoin des simagrées de la déraison politique du reste de l'humanité pour détourner l'attention du monde entier de son expansion territoriale continue en Judée et en Samarie.

C'est pourquoi, comme je l'ai signalé dans le discours fictif de M. Obama du 1er juin, Israël a procédé, dès le 2 juin, à une extraordinaire démonstration de la faiblesse cérébrale des autres nations du monde et de son avance sur elles en consacrant quatre journées entières à un exercice militaire fantasmagorique selon lequel il se trouverait attaqué à la fois et de tous côtés par des ennemis imaginaires.

La logique de M. Barack Obama se révèle donc d'une cohérence mentale insuffisante : elle ne répond ni à la question des moyens de ce bas-monde de ramener l'Etat d'Israël à ses frontières de 1967, ni à celles d'une démythification anthropologique de l'arme nucléaire sans laquelle il sera bien impossible de jamais résoudre le problème de l'existence même de l'Etat juif dans des frontières fixes et intangibles.

 (…)

suite ici :

http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/decodage/assassine2.htm


__________________________________________________________________________________________________


Le point de vue de notre ami d'Afrique, Zodo :
Une belle voix pour la paix !



       

Il se veut un homme de paix. Barack Hussein Obama est un homme de parole. Il avait promis la paix aux Américains et au monde entier. Aujourd’hui, il est en train de faire son va-tout pour aider le monde à avoir une paix définitive. L’Irak et l’Afghanistan, Obama veut en faire une page à tourner, et vite. Comme celle des années Bush. « Je suis venu ici pour rechercher un nouveau départ entre les Etats-Unis et les musulmans du monde entier, fondé sur l’intérêt commun et le respect mutuel », a-t-il déclaré avant d’ajouter « que l’Amérique et l’Islam ne doivent pas s’exclure, ne doivent pas être en compétition ». Le chef de la Maison blanche tenait ce discours devant un grand monde à l’Université du Caire, alors qu’il effectuait jeudi, une visite en Egypte.
On ne pouvait attendre mieux du nouveau locataire de la Maison blanche. Il veut se démarquer de son prédécesseur, jugé plus belliqueux et extrémiste. Lui Obama par contre, marque la différence par sa propension au dialogue et à l’ouverture, mais aussi à la vérité. C’est d’ailleurs pourquoi Obama persiste et signe qu’il ne prendra pas fait et cause pour Israël qui veut contraindre la Palestine à un joug. Il a là aussi condamné les colonies juives et milité en faveur de la création d’un Etat palestinien.
Pour ce qui est de l’Irak et de l’Afghanistan, il a indiqué que son intention n’est pas de maintenir de façon définitive les troupes américaines dans ces pays où il règne de graves violences. Se fixant pour objectif de « laisser l’Irak aux Irakiens ».
Il a reconnu le droit de l’Iran à se doter du nucléaire civil, « s’il assume ses responsabilités dans le cadre du traité de non-prolifération nucléaire », estimant tout de même qu’une course aux armements nucléaires au Proche-Orient entraînerait la région dans « une voie extrêmement dangereuse ».
 
                                   La hauteur d’esprit d’Obama

Le Président américain, dans ses différentes déclarations, n’a jamais voulu faire cas des arabes ou du monde arabe. Il s’est tout le temps exprimé sur les musulmans. Obama a évité de faire les amalgames de certains dirigeants. En effet, Obama sait que l’Islam est une religion à laquelle tout être humain peut appartenir. Qu’on soit Noir, Blanc, Rouge, Jaune, on peut appartenir à la religion de son choix. On peut être d’une même famille et appartenir à différentes religions. Ça, nous l’avons ici en Côte d’Ivoire, où des frères sont chrétiens, quand d’autres sont musulmans. On a également des couples où, l’homme et la femme sont de religions différentes. C’est ce qui fait que les uns et les autres pourront certes s’appuyer sur les religions pour prétendre assouvir leurs intérêts politiciens, mais jamais, elles ne serviront au prétexte de la guerre.
L’essentiel est d’accepter de vivre ensemble dans la cohésion et l’amour, malgré les différences religieuses.
Cela, Obama l’a compris. Il a su s’élever au dessus des considérations raciales pour mettre dans le même sac, tous ceux qui pratiquent la même religion. Il n’a pas, au regard de son attitude, affaire, particulièrement aux Arabes.
C’est la preuve qu’il comprend l’origine des crises actuelles.
Alors que son prédécesseur se hasardait à tenir des propos offensant les musulmans dans leur entièreté, Obama se garde de mettre tout le monde dans le même tas.
Il tient à ne pas écorcher qui que ce soit. Même si le chef d’Al Qaida, Oussama Ben Laden, met en garde les musulmans contre une éventuelle alliance avec les chrétiens et les juifs, ce, dans un document audio, diffusé sur le net, au moment de l’intervention fortement appréciée et applaudie d’Obama au Caire. Dans ce document de 25 minutes, Ben Laden a demandé aux musulmans du monde entier de « se préparer à une longue guerre contre les infidèles du monde entier et leurs agents ».

Finalement, on ne comprend plus Ben Laden. La suite ici
http://www.blogdeniszodo.com/article-32353049-6.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Guerre
commenter cet article

commentaires

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages