27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 11:37

A relayer partout. Contre les empoisonnements aux chemtrails

chemtrails poisons

Les chemtrails font partie intégrante
des oeuvres criminelles
de la secte du Nouvel Ordre Mondial !

le N.O.M - New World Order - N.W.O

http://dormrf.free.fr/endofline/index.php/2010/05/21/301-empoisonnement-aux-chemtrails

 


 

La démosophie lance la

journée mondiale contre les chemtrails

 

 

Tout au long de l’année il y a des “journées mondiales » : celle de la femme, de l’enfance, journée contre le cancer, contre la faim, etc. (« Journés » dont l’utilité est plus que discutable).

 

Face à ces journées mondiales célébrées par les politiciens, la démosophie propose une « Journée mondiale sans chemtrails ».

 

Une multitude d’enfants nés au début de ce siècle n’ont encore jamais vu la vraie couleur du ciel, sinon seulement la brume blanche que laissent les produits de gazage des populations (chemtrails). La plupart n’ont jamais vu non plus un vrai ciel étoilé.

 

Au nom du droit de tous les enfants de la terre à connaître leur univers, la démosophie propose « une journée sans chemtrails ».

 

Les politiciens n’acceptent de donner satisfaction à leurs sujets que lorsque ceux-ci manifestent en masse leur désir, c’est pourquoi la date choisie, le 3 juin, tous ceux qui souhaitent participer à manifester ce désir pour leurs enfants, sont invités à sortir ce jour là munis d’un masque de protection, (genre masque chirurgical qu’on trouve dans toutes les pharmacies). Par ailleurs, s’il reste quelques personnes dans la complète ignorance de ce gazage, cela participera à une prise de conscience générale.

 

3 juin : Journée mondiale

sans chemtrails,

ne sortez pas sans un masque ! 

 

 

..

L\

http://www.demosophie.com/  link

(Mouvement planétaire des citoyens contre le Nouvel Ordre Mondial)

Médias au service

du NWO militaro-financier.

L'exemple de FR2

Samedi 27 mars 2011 à 13 h 15,

et dimanche 28 mars à 13 h 15.

Par eva R-sistons

 

Jolies, jolies guerres !

Vilain, vilain Iran !

 

Les Grands Médias sont souvent pilotés, je le rappelle, par les Marchands d'Armes, une spécificité bien française. Lorsque j'étais journaliste pour une grande Chaîne de télévision française, ma seule émission censurée concernait le Mouvement international des Femmes pour la Paix. Par contre, une Marie Drucker chantera la guerre : "Mourir pour la Patrie", afin de nous inciter à accepter et même à aimer la guerre. A l'époque, voici 2 ans, se profilait l'intervention contre l'Iran, avec un Bush aficionado, comme son pote Sarkozy, de bastons musclés que d'ailleurs ils ne feront jamais eux-mêmes. Or, l'objectif des Médias comme FR2  (occupé, rappelons-le, par les amis du CRIF fervents supporters de la politique d'Israël)  est de nous faire apprivoiser les guerres, de ne pas les redouter en tous cas, de les banaliser même, et pourquoi pas, de nous les faire aimer, suprême cynisme. Le but étant que nous acceptions d'envoyer nos enfants mourir pour les multinationales apatrides, soi-disant pour la Patrie-France. 

 

Samedi 27 mars, au 13 h 15 de Delahousse, comme d'habitude on tourne en dérision les événements les plus graves pour désamorcer les colères contre les politiques anti-populaires, : La crise devient donc aimable, les pandémies attractives si elles s'assortissent de vaccins protecteurs,  les dirigeants comme Sarkozy sont "super",  et les guerres, nécessaires contre le terrorisme. En oubliant de rappeler que les premiers à avoir utilisé ces méthodes tuant des civils innocents, sont, justement, les Israéliens, avec en particulier l'Irgoun se servant des attentats pour faire avancer ses causes.  Mais on ne peut pas demander à un Média comme FR2, juge et partie, d'informer honnêtement. Et en particulier de dire que la plupart des attentats terroristes, aujourd'hui, sont le fait des Services Secrets de l'Occident, surtout pour dresser l'Opinion contre les Arabes rendus responsables de tous les maux, au lieu des vrais auteurs des politiques sacrifiant les intérêts des citoyens à ceux d'une Mafia planétaire de la Haute Finance et de la Grande Industrie. 

 

Or donc, voici comment FR2 présente samedi la guerre en Libye au Journal de 13 h de Delahousse : "Le parti d'en rire... C'est joli la guerre... toutes ces lumières "(les images montrent de jolis feux d'artifice)... "Le Printemps reprend ses droits" (avec les jolis feux d'artifice)... et pour conclure, quand même, "la peur de mourir sans avoir ri". Une prouesse incroyable : réussir à nous faire rire de la guerre et même à la trouver belle ! Quand nous montrera-t-on les membres déchiquetés, les vies broyées, les familles en deuil ? Et les larmes des victimes, on ne les verra que lorsqu'il s'agit d'Israéliens. Rien n'est dû au hasard sur FR2 orchestrée par les tenants de l'Extrême-Droite israélienne.

 

Dimanche 28 mars, la Chaîne récidive, à l'instant, sur le 13 h 15 du même Delahousse. L'assassinat de M. Besse, patron de Renault, devient le prétexte - en pleine crise nucléaire - d'une attaque subtile contre l'Iran. Le but est toujours le même : Nous faire peur, non des politiques criminelles menées par les Occidentaux, mais des Arabes et surtout de l'Iran nucléaire. Pour arriver, un jour d'élection, à raviver la crainte de l'Extrême-Gauche 'terroriste' (donc de la Gauche élue avec les voix de certains 'Gauchistes'), et en pleine catastrophe nucléaire, à nous faire redouter un Iran ayant "pour but de construire la bombe atomique" (13 h 15),  il faut sans doute avoir cogité beaucoup.  Citoyens, si l'on écoute FR2, ce n'est pas le Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon, l'Occident ultra-libéral qu'il faut craindre (toute la semaine, on nous en a fait la promotion, à travers des reportages sur une soi-disant attrayante GB, en oubliant le rôle de la City dans les malheurs de l'humanité, crises ou guerres mondiales), mais l'Extrême-Gauche (message subliminal : La Gauche), le terrorisme, et... l'Iran. Tant que les Israéliens n'auront pas détruit l'Iran - pays n'ayant JAMAIS attaqué personne mais coupable d'être puissant, et non-aligné sur les diktats de l'Empire - , leur bonheur ne sera pas parfait. Après l'Irak, et l'Afghanistan, voici donc venir l'Iran, et ensuite, direction la Syrie, le Pakistan, le Liban, la Palestine occupée, puis, plus tard, le Vénézuela, la Chine, la Russie... etc, c'est-à-dire tout ce qui de près ou de loin cherche à garder sa souveraineté, son indépendance - crime impardonnable pour les 'démocrates' de l'occident.

 

Nous avons donc droit, au 13 h 15, à l'agitation de toutes les terreurs : "Le but de l'Iran ? Construire la bombe atomique (ils ont raison, elle seule garantit à un pays de ne pas être attaqué, comme en Corée du Nord, note d'eva), la France lui a octroyé la licence d'exportation de l'uranium (Tremblez, bonnes gens ! Note d'eva), Mitterrand a promis de fournir l'Iran en uranium enrichi, Rocard a honoré la parole de la France, Roland Dumas a signé l'accord final avec l'Iran (message subliminal en ce jour d'Elections : Ne votez pas pour la Gauche - Note d'eva), un accord en partie secret "(quand parle-t-on des Affaires de l'UMP, de toutes ses casseroles ? Note d'eva), bref l'Iran devient "un des pays pouvant fabriquer la bombe", et cerise sur le gâteau, "l'Iran est toujours actionnaire de Renault" ! La boucle est bouclée, tour de force de FR2 de désigner aux peurs et à la vindicte populaire à la fois les terroristes, les Gauchistes (donc, indirectement, la Gauche, en pleine Cantonales), et l'Iran. Elle est pas jolie, l' "information" sur FR2 aux mains des inconditionnels du CRIF et d'Israël ?

 

Citoyens, aujourd'hui l'information, la vraie, passe par Internet. Et votre devoir est de le faire savoir partout....

 

eva R-sistons à la désinformation et à la propagande

 

a-medias-menteurs.jpg 

 

 

"Internet ne peut pas être contrôlé,

autant s'y faire"

.

Reçu aujourd'hui ce message : 

 

Bonjour Eva,

 

  Article très intéressant de PCInpact, cela va t’intéresser !

 

Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

 

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

 

Conseil Constitutionnel

 

"Le droit de recevoir et diffuser de l’information est inaliénable.
Internet est à ce jour l’unique moyen d’exercer ce droit.

Donc tout contrôle d’Internet risque d’être contraire aux droits de l’homme".

 

(ctrl et click sur l’image)

 

 

"Internet ne peut pas être contrôlé,

autant s’y faire"
 Vers l'auto-civilisation


Hadopi

Un livre à ne pas manquer vient d’arriver dans les rayons d’InLibroVeritas, collection Framabook. Tapoté sous LibreOffice et licence Creative Commons By-Sa, ses auteurs sont Chantal Bernard-Putz et Benjamin Sonntag et son titre : « AlternC Comme si vous y étiez ».

framabook alternc comme si vous y étiez


Les pages sont enrichies de contributions de trois "noms" : Valentin Lacambre (cofondateur de Gandi, Altern.org, affaire Estelle Halliday…), le juriste Sébastien Canevet et Laurent Chemla (« confession d’un voleur », et premier à être inculpé puis relaxé pour piratage depuis un minitel).

Le livre sera présenté le 28 mars prochain à la Cantine à 19h, à l’occasion des 10 ans d’AlternC. On pourra alors le télécharger gratuitement (licence libre) mais aussi l’acheter en version papier. Un détail : ses auteurs ont décidé de reverser leurs droits à La Quadrature du Net, vigie bien connue des libertés numériques.

Si nous évoquons en quelques lignes cet ouvrage, c’est aussi pour signaler l’article qu’on y trouve dès les premières pages. Il est signé Laurent Chemla. Inédit, il date de 2010. Et il tombe au mieux puisqu’il apporte un son de cloche un poil différent de la radioactive tribune Riguidel publiée par le Monde, disséquée ici.

La prose est toujours sous licence Creative Common. Après Framablog.org, nous la reproduisons à notre tour.

* *
 *

Internet ne peut pas être contrôlé, autant s’y faire
Laurent Chemla - juillet 2010 - Licence Creative Commons By-Sa

Plus que jamais, à l’heure où j’écris ces lignes, Internet est la cible des critiques du pouvoir. Il serait responsable de toutes les dérives, de toutes les ignominies, il nous ramènerait aux pires heures de notre histoire et serait le lieu de toutes les turpitudes.

Bon. Depuis longtemps, je dis qu’il est normal - de la part de ceux qui disposaient de l’exclusivité de la parole publique - de s’inquiéter de l’avènement d’un outil qui permet à tout un chacun de s’exprimer. Pas de quoi s’étonner, dès lors, des attaques furieuses que subit le réseau.

Tant qu’il ne s’agit que de mots…

Oh bien sûr, le législateur étant ce qu’il est, il tente souvent d’aller au delà des mots. Il fait aussi des lois. C’est son métier.

Or donc - sans volonté d’exhaustivité - nous avons vu depuis 1995 un certain nombre de tentatives de « régulation », de « contrôle », voire même de « domestication ». Il y a eu la loi Fillon, la commission Beaussant, la LCEN, la DADVSI, la LSI, la LSQ, et plus récemment HADOPI et LOPPSI. Beaucoup d’acronymes et de travail législatif pour un résultat plus que mince : ce qui n’a pas été retoqué par le Conseil Constitutionnel s’est toujours avéré inapplicable.

La seule chose qui reste, c’est le principe d’irresponsabilité pénale des intermédiaires techniques (LCEN). Grand succès !

On pourrait imaginer que le pouvoir apprendrait quelque chose d’une telle suite d’échecs. On pourrait penser, par exemple, qu’il mesurerait le risque de vouloir créer des lois d’exceptions selon qu’on s’exprime sur Internet ou ailleurs. Que nenni : aujourd’hui encore, j’apprends qu’une député vient de se ridiculiser en proposant d’encadrer le journalisme « en ligne ».

J’ai hâte. On en rigole d’avance.

Mais qu’est qui rend Internet si imperméable à ces tentatives réitérées de contrôle ? J’y vois (au moins) quatre raisons majeures :

La première (dans tous les sens du terme) est historique. À la demande de l’armée américaine, qui souhaitait trouver une parade au risque d’une attaque nucléaire contre son réseau de télécommunication, Internet a été inventé à la fin des années 1960 (dans l’Amérique de Woodstock et de la lutte contre la guerre du Vietnam) par de jeunes universitaires qui rêvaient d’un monde dans lequel l’accès à un réseau mondial de communication serait un droit pour tous (pour que son impact social soit positif)[1].

À l’époque de Mac Luhan, les bases théoriques du futur réseau sont toutes influencées par l’utopie du « village global » et teintées d’idéologie libertaire. Le principe selon lequel la rédaction d’une RFC (texte définissant un des standards d’Internet) doit être ouverte à tous, scientifique ou non - et son contenu libre de droit - est adopté en avril 1969.

Quoi d’étonnant dès lors si le résultat est un réseau presque entièrement décentralisé et non hiérarchique ? Après tout, c’est bien ce que l’armée américaine avait demandé à ses jeunes ingénieurs : un réseau centralisé est facile à détruire (il suffit d’attaquer le centre).


"Tout ce qui est facile à contrôler est facile à détruire.
Internet est difficile à détruire.

Donc Internet est difficile à contrôler."


Il faudrait, pour qu’Internet soit plus aisément « domestiquable », que ses bases théoriques mêmes soient revues (à l’exemple du Minitel pour lequel l’émission de contenus était soumise à l’approbation préalable de France Telecom). Mais comment démanteler l’existant et interdire l’utilisation d’une technologie ayant fait ses preuves à tous ceux qui l’ont adoptée depuis des années ?

Et surtout - c’est la seconde raison qui fait d’Internet un bastion dont la prise semble bien difficile - le réseau est international.

On peut, même si c’est difficile à envisager, imaginer qu’un pays impose à ses citoyens l’usage d’une technologie « contrôlée » plutôt qu’une autre, trop permissive. Mais quel pouvoir pourrait faire de même à l’échelle du monde ?

Et comment, dès lors qu’il existerait ne serait-ce qu’un seul endroit dans le monde qui protège la liberté totale de communication (comme c’est le cas depuis peu de l’Islande), empêcher les citoyens et les entreprises du monde entier d’exporter dans ce lieu une communication désormais dématérialisée ?

Pour y parvenir, il faudra non seulement pouvoir contrôler tel ou tel réseau imaginaire, mais aussi réussir à interdire toute communication internationale… Mission impossible. Et puis, comment imaginer la fin des « paradis numériques » dans un monde qui n’a jamais réussi à obtenir celle des paradis fiscaux ?


"Internet est supranational.
Il existera toujours des paradis numériques.

Donc l’information ne pourra jamais être contrôlée."


D’autant plus - et c’est la troisième raison majeure qui rend dangereuse toute tentative de contrôle des réseaux - qu’Internet est devenu désormais une source de croissance non négligeable. Une croissance qui dépend d’une législation pérenne et qui surtout va faire l’objet d’une concurrence effrénée entre les pays.

On n’imagine pas aujourd’hui une grande entreprise, telle que Google ou Facebook, avoir son siège social dans un pays dont la fiscalité n’est pas, disons, encourageante. Comment imaginer que demain une entreprise innovante, source d’emplois et d’impôts, se créera dans un pays dont la législation imposerait un contrôle trop strict de l’information diffusée ?

Tout contrôle nécessite une infrastructure plus chère, tant humaine que technique. Il va de soi qu’une entreprise capitaliste choisira plutôt, si elle a le choix, le pays d’accueil dont la législation numérique sera la plus laxiste, qui récupérera du coup les emplois et les impôts (et je ne dis pas que c’est bien : je dis juste que c’est dans ce monde là qu’on vit).

Et même avant d’en arriver là : imaginons qu’un pays impose le filtrage à la source de tout contenu illégal (en passant outre la difficulté technique inhérente). Quel entrepreneur de ce pays osera se lancer dans un nouveau projet novateur, sachant qu’il sera immédiatement copié par un concurrent vivant, lui, dans un paradis numérique et qui ne sera pas soumis aux mêmes contraintes ?

Internet est solide, c’est vrai, mais l’innovation reste fragile, et est souvent l’oeuvre de petites structures très réactives et pécuniairement défavorisées. Les lois votées à l’emporte-pièces sans tenir compte de cette fragilité-là sont autant de balles tirées dans le pied de la société toute entière.

"La concurrence est mondialisée.
Une législation de contrôle coûte cher.

Donc les lois de contrôle d’Internet sont source de délocalisation".

Malgré tout il existe bel et bien des règles de vie supranationales et qui s’imposent à tout pays se voulant un tant soit peu démocratique. Mais si.

Je vais citer ici l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Lisez-la bien :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

Elle a été rédigée en 1948. Bien avant Internet, même si à la lire on a l’impression qu’elle a été écrite spécialement pour lui. Car en effet, il n’existait pas grand chose, avant Internet, pour « recevoir et répandre sans considération de frontière les informations et les idées ». Il faut croire que ses rédacteurs étaient visionnaires…

Comment s’étonner, à la lecture de cet article, du nombre de censures que notre Conseil Constitutionnel a opposé aux diverses velléités de contrôle que le pouvoir a tenté d’imposer

depuis 15 ans ?


"Le droit de recevoir et diffuser de l’information est inaliénable.
Internet est à ce jour l’unique moyen d’exercer ce droit.

Donc tout contrôle d’Internet risque d’être contraire aux droits de l’homme".


Sauf à s’exonérer des grands principes fondamentaux, et donc à vivre dans une société totalitaire, le contrôle ou le filtrage d’Internet se heurtera toujours à la liberté d’expression. Les états peuvent l’accepter, et à l’instar de l’Islande décider d’en profiter, ou refuser de le voir et, à l’instar de la France, se heurter sans cesse à un mur en essayant encore et encore de réguler ce qui ne peut l’être.

Historiquement, techniquement, économiquement et moralement, Internet ne peut pas être contrôlé.

Autant s’y faire.

[1] J.C.R Licklider et Robert Taylor, The Computer as a Communication Device in Science and Technology, April 1968.

Rédigée par Marc Rees le samedi 26 mars 2011 à 09h42 (18024 lectures)


  

Internet-Censorship-Guardian-428x270.jpg

.

LA LIBYE SOUS LES BOMBES « HUMANITAIRES » DE L’ONU

Les vraies raisons de l’« Alliance entre égaux »

Et les civils de Gaza, qui les protège ? Appel désespéré à une communauté internationale impuissante

 

 

Toute les nouvelles diffusées par les médias ne sont que de la propagande organisée par le pouvoir 

par Alain Corvez mardi 22 mars 2011, par Comité Valmy

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1294

 

 

 

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eva R-sistons 31/03/2011 03:42



Eprise d'unité, d'union, de cmmunion, j'ai parfois été tentée par un Roi fédérateur, mais quand je vois ce qu'ils font partout, ça me dissuade, à part Juan Carlos pour défendre la démocratie
menacée par les tenants de la dictature (depuis, qu'est-il devenu ? Par ex, il déteste Chavez..). Son père, c'est vrai, était à gauche, et le Comte de Pars aussi. Mais encore ?


eva



eva R-sistons 31/03/2011 03:39



Je vais relayer ce texte, Plume


René Balme d'Oulala.net ? Il est Maire ? Je ne savais pas


bises eva



eva R-sistons 31/03/2011 03:37



Les électeurs du FN sont souvent des gens pauvres, bien malmenés par le capitalisme, ils se réfugient dans ce qu'ils peuvent... hélas !


je t'embrasse eva



eva R-sistons 31/03/2011 03:35



On est bien d'accord, Lock, sur tout, et notamment sur l'axe Paris-Berlin-Moscou voulu par le grand Charles, eva



eva R-sistons 31/03/2011 03:33



Bonjour Lock,


Dieu existe, pour moi,


mais les hommes se sont détournés de Lui et de ses Principes de Vie - ils en paient les conséquences


cordialement eva



R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages