6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 19:03
Dossier Evénéments du controversé  3 avril

fwoim0.jpg 
Un rapport d'Amnesty International épingle la Police française - http://laplote.over-blog.fr/article-29800875.html

Cette publication est partie
d'un courriel reçu :

Bonjour Eva,

Je vous suis depuis quelques mois seulement mais j'apprécie grandement
votre travail de collecte d'informations alternatives, qui me donnent
enfin de véritables clés de compréhension de la géopolitique et des
méthodes de contrôle des masses. J'écoute en ce moment même l'émission
C dans l'air, qui s'avère être sur ce sujet tout au moins un monument
de désinformation (cf. intervention du syndicaliste policier). Je
viens de leur envoyer ce message (130 caractères uniquement...) : "La
désinformation règne. Présent samedi, je vous certifie que la police,
omniprésente, n'a pas filtré les black blocks à l'entrée." Sans
illusion de la voir passer à l'écran !

Ci-dessous le message que j'ai envoyé à mes amis ce matin, avant de
constater avec soulagement qu'un emballement médiatique (sauf à la
télévision) prend naissance pour tirer les choses au clair sur ces
événements du port du Rhin, notamment dans le journal Le Monde daté de
demain. Je vous autorise bien entendu à publier ces propos.

Un Strasbourgeois de 27 ans, professeur, proche du MoDem

(Eva) Voici la suite :

______________________________________________________________


UMPpolice-68.jpg


La vérité,

je vous la livre toute crue : la police a délibérément
laissé les Black Blocks (les fameux casseurs cagoulés et tout habillés
de noir, organisés, ultra-violents, dits anarchistes , armés de barres
de fer et dont les sacs à dos étaient remplis de grosses pierres)
entrer sur les lieux de la manif, infiltrer les manifestants
pacifistes, causer de lourds dégâts matériels, monter sur les voies
ferrées pour caillasser sans restriction. Les incendies allumés
(notamment de l'hôtel Ibis) dès le début d'après-midi (13h) n'étaient
toujours pas éteints en fin d'après-midi (17h), fournissant un motif
officiel pour ne pas laisser la manifestation se poursuivre. C'est là
que le piège s'est refermé : tous les côtés étaient cernés, l'étau se
resserrait,

- nous étions casseurs (5%)
- et pacifistes (95%) mélangés,

et lorsque plus aucune dispersion n'était possible, les CRS en ont profité pour nous canarder au flashball et lancer des bombes lacrymogènes en quantités industrielles (dont le but normal est de disperser les manifestants, cherchez
l'erreur...). Des mouvements de foule étaient sur le point de
démarrer, mais la majorité a su conserver son sang-froid et convaincre
tout le monde de rester immobile, en chaîne, en prenant son mal en
patience, yeux fermés et mouchoirs ou foulards sur le nez. C'est un
miracle qu'il n'y ait eu aucun mort tant j'ai pu voir de gens paniquer
(et il y avait de quoi, dans cette souricière) ; mais 50 blessés au
total cependant. Il faut bien noter qu'il y avait environ 10.000
policiers uniquement pour entourer le cortège... Mais ils n'ont su ni
empêcher les actes violents, ni isoler les casseurs, ni intervenir
autrement qu'en gazant tout le monde de façon indifférenciée.
Bizarre non ?

Jamais je n'ai connu un climat aussi oppressant, avec une dizaine d'hélicos volant au-dessus de nos têtes dans un bourdonnement permanent, la sensation d'être pris au piège, mis en danger par des ultra-violents, excités qui plus est par un camion émettant de la musique hardcore à pleins tubes (qui l'a
autorisé à passer, celui-là ?), l'inexistence d'un service d'ordre, la
désorganisation la plus totale. J'arrête là mes lithanies.

Les questions soulevées par les Jeunes Verts sont légitimes.

Il n'y a plus qu'à souhaiter, et ce ne serait que justice, qu'une commission
d'enquête soit ouverte et un procès intenté. Mais je crois qu'il
s'agit là de raison d'Etat, les consignes venaient de très haut pour
que la situation dégénère, afin de décrédibiliser les pacifistes et de
créer l'amalgame aux yeux de la population avec l'aide de médias
vassaux (ahh les belles images de saccage au JT : y faut plus de flics
ma bonne dame). Un scandale de plus dans cette République décidément
de plus en plus bananière, où manifester son opposition à la politique
gouvernementale sera bientôt assimilé à un acte délictueux.

En ces temps obscurs, il faut surtout ne pas lâcher. Résister, rester
solidaires et savoir à quel camp l'on appartient : à l'oligarchie
résidente de la République, ou bien au peuple. Et ce n'est pas une
question de droite ou de gauche : il n'y a qu'à écouter Dominique de
Villepin, François Bayrou ou Nicolas Dupont-Aignan.

Non, l'acte de Résistance n'est pas cantonné à la période de la
Seconde Guerre Mondiale. Il doit être de tous les instants et exige
courage et clairvoyance.

___________________________________________________________


Laplote-b-b--ter.jpg
La protection des citoyens,
version UMP.

Un formidable dessin du grand caricaturiste Laplote,
en exclusivité pour ce blog,
- les banquiers criminels impunis,
- et les jeunes délinquants en prison.

Http://laplote.over-blog.fr,

Sur son blog, les moyens de vous procurer
ses ouvrages.

Le Nouvel Ordre Mondial version UMP,

la "démocratie irréprochable" version Sarkozy.

Eva


Manif anti-OTAN
du 4 avril 2009

Les Jeunes Verts Alsace tiennent à dénoncer le très mauvais déroulement de la manifestation anti-OTAN à Strasbourg ce 4 avril...

12h : nous arrivons au lieu de rassemblement, un grand parking, tout se passe bien pour ceux qui sont passés par le pont d'Anvers mais d'ores et déjà des affrontements ont lieu dans le coin de l'avenue Aristide Briand entre des Black Blocks et les CRS mais nos camarades PACIFISTES sont aussi enfermés entre deux barrières de CRS qui déjà utilisent des bombes lacrymogènes.


14h30 : après avoir incendié l'ancien poste de douane, une pharmacie et un hotel, les black blocks se replient vers le parking où des élus font des discours sur la paix, accompagnés de musique. Les CRS lancent des bombes lacrymogènes par-dessus les murs entourant le parking et les manifestants se regroupent pour faire démarrer pacifiquement la manifestation. Au bout du parking : deux chemins - le pont ferroviaire où les "casseurs" s'agglutinent et la route qui passe en-dessous. Lorsque nous nous trouvons sous le pont, la situation dégénère : des camionettes de CRS se frayent un chemin à travers les manifestants, les Blacks Blocks leur lancent des pierres, viennent de tous les cotés et lancent des pierres sur tout ce qui bouge (dont les manifestants collés contre les cotés du pont pour laisser passer les CRS). Les cris de colère des pacifistes permettent de faire redescendre la tension. (pour quelques temps)


La manif se dirige à peu près tranquillement vers le port du Rhin, toutes les rues qui partent sont barrées par des barrages en fer d'au moins 2 mètres. C'est lorsque nous approchons de la fin que la manif est stoppée par un barrage de CRS. Il y a des affrontements en fin de manif au barrage du pont d'Anvers. Les pacifistes sont énervés mais on s'asseoit tranquillement en attendant la suite. Pique nique improvisé, c'est bête on a oublié les cartes à jouer !


Les policiers annoncent l'ouverture du barrage devant dans 5 minutes, déjà des dizaines de cagoulés noirs rejoignent le devant de la manif. Certains lancent des pierres en cassant des vitres d'une usine. Les manifestants les huent. Ils arrivent à s'installer sur le pont ferroviaire au niveau du barrage de policiers. La tension remonte. D'un coup je me prends une douille de flashball sur le bras (aïe). Et ça y est c'est reparti.


On se fait bombarder par des bombes lacrymogèn es (yen a partout!!!), c'est la panique. J'ouvre les yeux, devant moi c'est vide et ça fume, des gens cagoulés noirs se dirigent vers nous en courant. On court, on cherche une issue mais il y a des barrages de policiers des deux cotés, on entend les tirs de flashballs. c'est le BORDEL, on trouve une petite porte, on entre dans la cour d'une usine.

Quand ça semble à nouveau plus calme on ressort : un barrage de policiers, on peut passer en levant les mains. Ensuite, REBELOTE, les casseurs ont mis des wagons sur les rails, la route est barrée. On arrive quand même à passer et encore un barrage de CRS, pareil, on passe les mains levées.


Ensuite, c'est le grand voyage jusqu'à trouver un point pour retourner au centre-ville. Des CRS barrent le passage à chaque issue. On se dépêche : aucune envie de se retrouver à nouveau au milieu d'affrontements. Au Neuhof, ça y est on peut passer, mais ATTENTION ! il faut enlever nos autocollants Verts et Europe Ecologie et enlever tous nos drapeaux Verts, Jeunes Verts et Peace et finalement aussi laisser les batons pour les drapeaux ici. (c'est malin...)


Deux d'entre nous se sont fait refuser l'entrée dans la ville car ils avaient un vélo. Ils ont du marcher 8 km jusqu'à arriver à un poste de contrôle les laissant passer.


Les questions qui restent : - Pourquoi les CRS ont du passer au milieu de la manif au début alors que grace aux hélicos ils savaient très bien qu'on était là ?


- Pourquoi lacrymogéner les pacifistes alors qu'on voyait très bien où étaient les casseurs? (on était à coté de la camionette : mouvement pour la paix...)

- Qu'est-ce qui justifie l'attitude suivante : une dame agée s'est retrouvée au milieu des bombes lacrymogènes et n'en pouvait plus. elle a demandé au policiers de la laisser sortir et ils ont refusé alors qu'ils voyaient très bien qu'elle n'était pas dangereuse?

- Pourquoi les CRS ont-ils barrés toutes les issues, cloitrant ainsi pacifistes et Black Blocks dans un même endroit?

- Comment se fait-il que les Black Blocks aient pu arriver jusque la et ne soient pas dérangés lorsqu'ils incendiaient les batiments?

- Pourquoi avons-nous du enlever tous ces autocollants, qui ne faisaient rien de mal?

- Pourquoi les gens à vélo n'avaient pas le droit de passer?


Les Jeunes Verts Alsace remercient tous les pacifistes présents et expriment leur soutien à tous les éventuels blessés pacifistes ! Nous restons bouche bée face à une telle violence et espérons que les responsables subiront des conséquences !

http://jeunesverts.org/alsace/index.php/post/2009/04/05/Manif-anti-OTAN-du-4-avril-2009


____________________________________________________________________________



Port du Rhin :
Le scénario du pire…


 

Alors que des milliers de pacifistes européens  voulaient  manifester dans le calme pour exprimer leur volonté de construire la paix en Europe et exiger la  dissolution de l’OTAN, le scénario du pire s’est produit au Port du Rhin à Strasbourg.

Le PCF du Bas-Rhin apporte son soutien à la population du quartier du Port du Rhin qui depuis trois jours a vécu en état de siège et n’a vraiment pas mérité les dégradations de ce jour.

Le PCF du Bas-Rhin condamne avec la plus grande fermeté les violences gratuites des groupes venus au nom de prétextes fallacieux  pour  casser. Ces gens là n’ont rien à voir avec les mouvements démocratiques qui organisaient le Contre-sommet de l’OTAN. Ces groupes font le jeu des  Sarkozy, Merkel, Berlusconi,  Brown etc…  qui dominent l’Europe et qui l’ont conduite dans l’ornière de la crise économique et sociale d’aujourd’hui…

Le PCF déplore l’attitude du Préfet du Bas-Rhin aux ordres de Sarkozy qui depuis des mois a créé les conditions d’une criminalisation du mouvement pacifiste et qui a installé dans notre ville un climat d’insécurité jamais connu.  Contrairement à sa promesse faite aux organisateurs le Pont de l’Europe a été fermé, empêchant ainsi l’accès des pacifistes allemands au Jardin des Deux-Rives.

Le PCF condamne la position du Maire de Strasbourg qui a tout fait pour reléguer la manifestation pacifiste dans  la périphérie de la Ville en organisant un véritable piège à manifestants. La suspension des transports en commun a aggravé la situation en retardant considérablement l’accès des manifestants. La multiplication des barrages et des contrôles créant une atmosphère insupportable !

Quelle image de la Ville de Strasbourg au lendemain du sommet de l’Otan ? Une nouvelle fois le tapis rouge est déroulé  pour les puissants et les citoyens sont méprisés et humiliés. Strasbourg méritait mieux que cela ! Elle reste à nos yeux une capitale de la Paix et de la Démocratie et les peuples continueront à s’y faire entendre !

 

A Strasbourg, le samedi 4 avril 2009. (18h20)

 

Jean-Baptiste Metz   

http://www.pcf-bas-rhin.com/article-29879990.html 


_________________________________________________________________________________________




Une vidéo des DNA qui illustre bien
la réalité que l'on a vécue "inside" :

http://www.dailymotion.com/search/otan+dna/video/x8vnfb_la-recit-de-la-manifestation_news



________________________________________________________________________________________


casseuse.jpg

Le Monde

Strasbourg,
lendemain d'émeutes

5 avril 2009
21 h 08

Découvrez les réactions des abonnés du Monde.fr à la lecture de cette information.


Kouliteu

L'Elysée souffle sur les braises et ramessara les cendres au moment venu. Les français crieront bêtement : merci Nicolas, tu nous a sauvé.


araignee_du_soir

Que la police intervienne ou pas, elle a tort. Cette attitude porte un nom : le harcèlement moral. A bon entendeur ...


Lecteur X

Quand la police intervient on crie à la répression, quand la police n'intervient pas on crie au laxisme !


CHRISTIAN B.

Le prefet du Bas-Rhin va changer d'affectation (promotion prevue le mois dernier ...) cette semaine ! Lorsque la prochaine campagne presidentielle sera abordee, n'oublions pas les questions securitaires : l'etat protege les puissants et delaisse les quartiers


Samuel T.

Comme malgré ces destructions le discours de Sarkozy n'a pas été sifflé, le préfet ne sera pas sanctionné.


D. B.

Le devenir des batiments incendiés faisait débat avant ce samedi. Les "casseurs" ont étrangement rendu service aux urbanisateurs. Mais où donc étaient les 9 à 15 000 (selon les sources)forces de l'ordre.


Emmanuel

Il semble que les "violences et dégradations" soient à la police ce "qu'échec scolaire" est à l'éducation nationale. En suivant votre raisonnement monsieur le Président, selon lequel plus de profs n’ont pas amené de meilleurs résultats, je vous invite à commencer à dégraisser le poulailler ...


Nicolas

Mais que fait le préfet ?! Il faut destituer au plus vite ce bon à rien !


alexandra r.

Bah, avec un peu d'humour noir, on peut dire que les casseurs auront "avancé" la démolition du bâtiment désaffecté de la douane... et on sait qu'une démolition coûte très cher... quant à avoir peur... Tous ces flics, armés et bardés de défenses, où donc étaient ils quand on y mettait le feu? A garder les ponts de l'Ill qui ne risquaient rien. Et dieu sait s'il y en avait... On nous prend pour des gogos, juste bons à payer...


provocation.

La ministre de l'intérieur a concentré toutes les forces de police autour des dirigeants, empêché les manifestants pacifiques de défiler contre l'OTAN et laissé le champ libre pendant une heure et demie aux manifestants violents. Maintenant on ne s'étonne pas que le pouvoir cherche à criminaliser toute opposition à sa politique. D'où filmage et fichage comme de vulgaires délinquants de ceux qui étaient venus là pour dire non à la politique de l'OTAN et à l'adhésion de Sarkozy à cette politique.

  1|2|suivant fl-rg.gif

http://www.lemonde.fr/societe/reactions/2009/04/05/strasbourg-lendemain-d-emeutes_1176971_3224.html


__________________________________________________________________________________________


Ça y est, la machine médiatique se met enfin en quête de vérité. A
quelques nuances près bien sûr... L'émission C dans l'air de ce soir a
été un monument de contre-vérités et de désinformation, la seule
personne ayant quelque chose à dire sur le sujet étant un leader
syndicaliste policier : propagande pro-gouvernementale à l'état pur,
arguments similaires à ceux de Guéant, de MAM et du préfet de région.
C'est dire...

Alors voici une petite revue de presse du soir, et rassurez-vous je
m'arrêterai là.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/04/06/manifestation-anti-otan-a-strasbourg-les-crs-ont-laisse-faire-les-casseurs_1177415_3224.html#ens_id=1177002

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=54164

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=54168


Bref, la mayonnaise prend forme. Le puzzle continue de se mettre en place sans protestation. Que personne ne soit étonné le jour où les libertés individuelles seront supprimées !



Fin du courriel.
Merci à l'expéditeur de ce courriel pour tous les renseignements communiqués, eva

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Très beau commentaire
reçu sur mon blog R-sistons à la désinformation :
Nous sommes les  GOUTTES  D'EAU  d'un  LONG  FLEUVE
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-29845118-6.html#anchorComment


« Une goutte d’eau dans la mer », me disaient-ils et je répondais : « Bien sûr, et la mer est faite de gouttes d’eau » Aujourd’hui, nous sommes les gouttes d’eau, les ruisseaux, les rivières de courants qui vont dans le même sens, sans parvenir (encore ?) à nous rejoindre pour former le fleuve « d’un autre monde possible » qui balaiera les miasmes et marasmes du « Nouvel Ordre Mondial », entropie en action. Une guerre dont l’issue reste incertaine.

Cuvée 57, en deuil d’un futur antérieur illusoire, bercée de fausses promesses, de mensonges et de leurres : nous serions les bâtisseurs de ce monde meilleur de paix et d’harmonie :la Terre un grand jardin apprivoisé par ses habitants. Utopie quand tu nous tiens ! Mon enfance aussi fut bercée des échos des résistances qui nous avait ouvert ce chemin de liberté que les prédateurs, les guetteurs de l’ombre veulent confisquer et j’ai moi aussi des nausées de désespoir qui menacent de me jeter au fond du gouffre du renoncement. Il est trop tard, « ils » sont trop fort, tant d’irréversibles destructions déjà…Mais renoncer c’est mourir et l’heure n’est pas venue.

Ce qui me fait mal aujourd’hui : des médias qui relaient le bruit des bottes de la répression en action, les débordements des « provocateurs » et font l’impasse sur toute cette belle jeunesse, consciente, lucide et désemparée qui prend le risque de relever le flambeau de la résistance en toute connaissance des périls qui guettent ceux qui ne sont pas des moutons dans le monde de la peste brune. Qui peut se prétendre journaliste et ne pas se faire l’écho des légitimes questions de ces jeunes qui nous interpellent. Car ce sont eux qui auront à solutionner les problèmes de cet héritage hypothéqué que nous laissons derrière nous.

Perdue dans les ténèbres, Bruxelles, ventre de l’hydre, ville fantôme depuis qu’elle est colonisée par les valets des prédateurs psychopathes, je cherche mes propres chemins de résistance à travers le rhizome et je te remercie Eva, toi et quelques autres chercheurs de « vérité » et d’issues vers cet autre possible que le silence des médias officiels assassine. C’est grâce à votre précieux travail que la flamme de l’espoir s’entretient dans nos cœurs : peut-être un jour adviendra un monde plus doux. Un monde de lumière et d’intelligence construit par et pour les tendres, les gentils, les généreux, les solidaires, les créateurs de beauté.

Anne
Commentaire n° 1 posté par Anne hier à 06h43


__________________________________________________________________________________________



On termine avec Laplote,
en humour ?


laplote-police-chien.jpg
http://laplote.over-blog.fr

____________________________________________________


grande-rose1.jpg301.jpg

Et mon message à moi, Eva,
Citoyenne du monde, humaniste,
gaullienne (indépendance nationale,
rassemblement des citoyens)
de  gauche, engagée aujourd'hui, 
comme hier à trente ans,
pour un autre monde,
pour un monde meilleur,
où chacun trouverait sa place,

et appelant les peuples à mettre
hors d'état de nuire les prédateurs
de l'humanité, usurpateurs
auto-proclamés Maîtres du monde,
et qui se sont octroyés
le Droit de vie et de mort,
sans mandat, sur nous TOUS,
pour des motifs purement égoïstes.

Nul n'a le droit de confisquer
la planète à son profit !

Non au Système militaro-libéral,
Non au capitalisme financier,
et va-t-en guerre,
qui dévaste la planète
pour la satisfaction égoïste
de quelques-uns.

POUR
un  combat
fraternel,
déterminé,
pacifiste,
universel,
un combat
qui doit être      
celui de tous :
 
Unité des peuples contre la petite Oligarchie
qui sème inustices, guerres, ruines, malheurs,
souffrances et larmes sur toute la planète,
 
Pour un avenir de
paix et de solidarité.

UIPLogoSmall.jpg

Reçu à l'instant, de marcfievet.com :
Collaboration


La France soutient actuellement l’adhésion se l’entité sioniste à l’Organisation internationale de la francophonie.

“L’entrée d’Israël dans l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) reste un objectif pour la France”, a affirmé lundi l’ambassadeur de France en Israël, Jean-Michel Casa, en marge d’un colloque consacré à la francophonie à Tel-Aviv.

*******************

Combattre l’anti-israélisme

Dêpèches :: Dimanche, 5 avril 2009 . 9:18 t.u. ::    

Les USA ont décidé de briguer un siège au Conseil onusien des droits de l’homme pour ”combattre l’anti-israélisme”. L’ambassadrice américaine à l’Onu, Susan Rice, a expliqué que son pays souhaitait regagner le Conseil des droits de l’homme à Genève après des années d’absence notamment pour ”réduire l’obsession du Conseil à isoler systématiquement Israël”.

********************************** 

Juge et partie

Dêpèches :: Dimanche, 5 avril 2009 . 9:12 t.u. ::   

Les Nations unies ont annoncé vendredi qu’un juge sud-africain de confession juive mènera la mission chargée d’enquêter sur les crimes de guerre présumés, commis par l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

L’ancien procureur des tribunaux pénaux internationaux pour juger les crimes de guerre commis en ex-Yougoslavie et au Rwanda, Richard Goldstone, dirigera l’enquête ordonnée par le conseil des droits de l’homme en janvier.

Son mandat prévoit que l’enquête se concentrera uniquement sur les victimes palestiniennes de l’offensive de trois semaines, menée par Israël contre le Hamas. Israël a refusé la coopération avec d’autres commissions d’enquête, les qualifiant de biaisées.

Richard Goldstone sera accompagné du professeur spécialiste des droits de l’homme Christine Chinkin, l’avocat pakistanais Hina Jilani et l’ancien colonel de l’armée irlandaise Desmond Travers. 


*******************************************

Dis moi qui tu fréquentes…

Dêpèches :: Vendredi, 20 mars 2009 . 8:22 t.u. ::   
Les indiscrets de l’Express du 12 mars 2009 relatent que lorsque Nicolas Sarkozy s’est rendu à la conférence de Charm el-Cheikh, le 2 mars dernier, il était accompagné, entre autres invités personnels, de Valérie Hoffenberg, représentante en France de l’American Jewish Committee. 
liste complète


Parenthèse libertine (politique ?) sur ce blog :
Trouvé sur marcfievet.com

Les deux Dames de Strasbourg: quelques réflexions sur la
 



Michelle Obama et Carla Bruni, accompagnées pour la circonstance par leurs époux, se sont retrouvées comme convenu devant la cathédrale de Strasbourg.
Afin d'offrir à ces deux Souveraines toute latitude pour leurs aménités et mignardises, Strasbourg fut expurgée de ses indigènes, qui ont fui ou sont restés terrés chez eux.
Tant mieux pour la Première Dame de France, la ci-devant maitresse d'Arno Klarsfel, de Vincent Perez, de Raphaël Enthoven et de Laurent Fabius qui juge les français "minables" et "négatifs" et toujours de mauvaise humeur.


Afin d'ôter de Sa vue, la présence odieuse des autochtones, la Grande Cité d'Alsace se retrouva "Barricadée par 10.000 barrières de sécurité, Strasbourg était ville morte vendredi matin, alors que les accès par la route et la circulation des bus étaient été neutralisés, et de nombreux commerces, écoles et bureaux fermés."AFP.
On ne vit plus dès lors, par les rues désertes que des argousins à matraques, les flics, et des argousins à badges, les journalistes, et dans le ciel des hélicoptères vrombissant.


"Je ne suis pas Française du tout" expliqua un jour cette pharisienne très parisienne qui habite en Hexagonie depuis l'âge de 5 ans, dans une interviouve au Daily Mail.
On ne voit rien de si ordinaire dans la racaille dorée que cette aversion pour les françois de souche et rien de si rare chez ceux qui la professent que de pratiquer des mariages hors consanguinité.


La ci-devant Première Dame, Cécilia Sarkozy, désormais Cécilia Attias, revendiquait fièrement de n'avoir "pas une goutte de sang français".

la suite ici : Les deux Dames de Strasbourg: quelques réflexions


Alerte !
La CPI, une guerre secrète
pour dépecer et piller l’Afrique

Afrique :: Dimanche, 5 avril 2009 . 10:33 t.u. :: Keith Harmon Snow   Envoyer   Imprimer
La CPI, une guerre secrète pour dépecer et piller l’Afrique

J´ai reçu récemment un coup de téléphone d´un Australien qui m´a expliqué qu´il enquêtait pour le compte du procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) à la Haye, aux Pays Bas. L´enquêteur et son collègue avaient lu mon livre (”Merchant´s of Death: Exposing Corporate Financed Holocaust in Africa” Death: Exposing Corporate Financed Holocaust in Africa” ) et voulaient que je leur donne davantage d´informations sur les seigneurs de guerre responsables des massacres de Bogoro au Congo que j´avais brièvement décrits dans mon livre. Au bout de quelques semaines d´échanges où je reprenais mes notes et les photos que j´avais, pour rassembler les informations en ma possession, je leur ai envoyé un mail au moment même où il était prévu qu´ils recevraient de ma part une brève documentation sur l´affaire en question (qui, m´avaient-ils assuré, “avait soulevé beaucoup d´intérêt” à la CPI). Je leur ai alors avoué que je n´étais plus sûr qu´il soit éthiquement correct de ma part de collaborer avec une cour de justice internationale qui ne poursuivait que des noirs africains.

J´ai fait part de mes inquiétudes pour “Sandrine”, une jeune fille dont je parlais dans mon livre qui avait livré les noms de chefs de guerre, les dates des exécutions, et qui avait, elle-même, manié la machette au cours d´un massacre ethnique et avait été violée par des miliciens. Je leur ai fait remarquer que les témoins cités à comparaître devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda avaient été assassinés ou avaient disparu mystérieusement, précisé que j´avais conscience de l´injustice qu´avaient constituée les Tribunaux pour l´ex-Yougoslavie et le Rwanda, et exprimé ma consternation devant la ligne que la CPI avait choisie. Je leur ai dit que je ne pouvais pas en conscience collaborer avec eux si la CPI n´arrêtait pas les criminels de guerre en col blanc qui s´égayaient en toute liberté aux quatre coins de la planète. > > J´ai compris que j´avais pris la bonne décision quand j´ai appris qu´ils avaient à nouveau porté des accusations contre un noir, et arabe, avec ça. C´était un choix d´orientation fort stupide, faisait remarquer quelqu´un.

Le 4 mars 2009, le procureur général de la CPI annonçait qu´ils avaient enfin pris la décision de poursuivre al-Bashir, le président arabe du Soudan, une inculpation que la cour avait longtemps menacé de mettre à exécution, et une première à l´encontre un chef d´état en exercice. Dans la même période, des “pirates” somaliens au large de l´Afrique orientale libéraient un navire ukrainien immatriculé au Panama, avec un équipage ukrainien et sous pavillon du Belize. Le cargo, qui transportait des tanks, des roquettes et des munitions destinées au Darfour, appartient à Vadim Alperin, `homme d´affaires” israélien, et agent du Mossad reconnu. Il est difficile de comprendre ce qui se passe au Darfour - surtout si on part de l´idée qu´il s´agit d´un “génocide” unilatéral commis actuellement par des Arabes sur des Noirs par le régime d´al-Bashir - mais ainsi va la propagande de l´establishment. La véritable version de l´histoire est bien plus longue et bien plus complexe que cela, et tourne autour de personnages plus ou moins connus mais troubles. Ce qui suit est un résumé bref mais imparfait des réalités géopolitiques bien plus profondes qui sous-tendent la lutte pour le Soudan.

La politique de crimes de guerre En préambule, je dirai que la CPI peut désormais être considérée comme un agent de la politique étrangère hégémonique des Etats-Unis, où les armes employées par les USA et leurs alliés peuvent aller jusqu´à des accusations ou des poursuites pour violations des droits humains, crimes de guerre et crimes contre l´humanité. Pour comprendre cela, il faut se demander pourquoi aucun Blanc n´a encore jamais été déféré, pour ces crimes-là ou d´autres, devant la CPI, qui a, à ce jour, déjà fait incarcérer cinq “seigneurs de la guerre” noirs africains et compte mettre sous les verrous et juger un autre Noir, arabe, de surcroît, Omar Bashir. Pourquoi donc George Bush n´a-t-il pas été poursuivi? Et Donald Rumsfeld? Et Dick Cheney? Et Henry Kissinger? Et Ehud Olmert? Et Tony Blair? Et Vadim Alperin? Et John Bredenkamp? Juste après l´annonce que la CPI, ayant retenu 7 chefs d´inculpation, poursuivait al-Bashir pour crimes de guerre, était aussitôt diffusé un communiqué par tous les médias occidentaux, entrant dans chaque foyer aux Etats-Unis avant la fin de la journée, que le président Bashir ordonnait l´expulsion de dix ONG internationales sur place au Darfour qui prétendaient agir par pur souci “humanitaire”.

Ce qui n´a été dit nulle part dans la presse anglophone, c´est que les Etats-Unis viennent d´intensifier les opérations militaires actuelles pour s´assurer le contrôle du Soudan et de ses ressources: le pétrole, le cuivre, l´or, l´uranium, les terres fertiles pour planter de la canne à sucre et de la gomme arabique (indispensable à Coca, Pepsi et à Ben & Jerry´s). Cette guerre se joue sur le terrain au Darfour par l´intermédiaire de soi-disant ONG “humanitaires”, de sociétés paramilitaires privées, d´opérations de “maintien de la paix” et d´opérations militaires secrètes soutenues par les US et ses proches alliés. Cependant cette guerre des Etats-Unis destinée à prendre le contrôle du Soudan a toujours tourné autour d´opérations “humanitaires” (présentées comme étant neutres et uniquement soucieuses de protéger les vies de personnes innocentes) qui fournissent souvent une couverture à des activités et des interventions clandestines en vue de déstabiliser le régime. Il faut que les Américains prennent conscience que le choix du gouvernement d´Obama d´intensifier cette guerre pour placer le Soudan sous contrôle des Etats-Unis s´inscrit en droite ligne du programme permanent établi à la fois par les Républicains et les Démocrates sur les guerres à mener dans le monde. La déstabilisation actuelle du Soudan reflète la guérilla clandestine illégale qui avait été menée au Rwanda (également lancée et armée depuis l´Ouganda entre octobre 1990 et juillet 94). Les Forces Armées Rwandaises (appelées alors “Armée Patriotique Rwandaise”), dirigées par le commandant en chef Paul Kagamé, atteignaient ainsi l´objectif des US de réaliser un coup d´état au Rwanda grâce à cette campagne, et le président Paul Kagamé est devenu depuis un interlocuteur privilégié dans le conflit obscur qui a actuellement lieu au Darfour, Soudan. Au cours du mandat présidentiel de George Bush, le gouvernement américain faisait partie de l´appareil des services secrets du gouvernement soudanais. En même temps, d´autres groupes financiers et politiques américains poussaient à faire accuser le gouvernement soudanais de génocide. Actuellement, avec le changement de gouvernement aux Etats-Unis et la nomination de hauts responsables par Hillary Clinton qui ont été impliqués dans les opérations secrètes au Rwanda, en Ouganda, au Congo et au Soudan pendant les années Clinton (Bill), la pression s´est intensifiée pour déstabiliser le gouvernement soudanais, qualifié de régime arabe “terroriste”, mais il s´agit d´une entité qui opère en dehors du système bancaire US. La précédente opération avait consisté en des actions militaires secrètes où des missiles avaient été lancés par l´armée américaine contre l´usine pharmaceutique au Soudan (1998); c´était un crime de guerre international perpétré par le gouvernement Clinton et auquel avaient participé les hauts responsables actuellement au pouvoir.

La lutte géopolitique complexe pour prendre le contrôle du Soudan se manifeste à travers la situation explosive au Darfour où sont engagées des factions aussi diverses que la Lord´s Resistance Army (LRA - ou Armée de Résistance du Seigneur ), soutenue par Khartoum, qui est également impliquée dans les guerres au Congo et au nord de l´Ouganda. Sont également impliqués le Tchad, l´Erythrée, et l´Ethiopie, l´Allemagne, la République Centrafricaine, la Libye, la France, Israël, la Chine, Taiwan, l´Afrique du Sud et le Rwanda. Il y a des forces spéciales américaines sur le terrain des pays limitrophes, le Tchad, l´Ouganda, l´Ethiopie et le Kenya et les deux grandes questions qui se posent sont: 1) Combien de ces massacres imputables aux forces américaines de substitution ont été attribués à Al-Bashir et au gouvernement soudanais? 2) Qui finance, arme et entraîne les rebelles? L´agence américaine pour la destruction du monde. Des rebelles? Des insurgés? Le matraquage de la propagande occidentale présente le conflit comme une action unilatérale: une contre-insurrection à objectif génocidaire du gouvernement soudanais (selon les propres termes d´Eric Reeves) contre les bons samaritains de la communauté des ONG “humanitaires” … plus, quelques rebelles (indéfinis). “Le Soudan a ordonné mercredi qu´au moins 10 organisations humanitaires soient expulsées du Darfour à la suite du mandat d´arrestation émis par la CPI a émis à l´encontre du président” écrit Ellen M. Lederer reporter de l´AP. Selon Marie Okabe, porte-parole adjointe de l´ONU, “le secrétaire général de l´ONU, M. Ban Ki-moon, a déclaré que cette action `représente un grave revers pour les opérations humanitaires au Darfour´ et a enjoint le Soudan de revenir sur sa décision.” Cependant, quand, récemment, Ban Ki-moon a rencontré Paul Kagamé, l´homme fort du Rwanda, il n´a pas réclamé l´arrestation de Kagamé, malgré les conclusions de deux cours pénales internationales qui ont émis des mandats contre les hauts responsables de la République du Rwanda. Au lieu de cela, Ban Ki-moon a fait les éloges de Kagamé, et appelé les pays africains à pourchasser et arrêter les Hutus censés avoir participé au pseudo “génocide” rwandais en 1994.

Les organisations non gouvernementales qui ont été chassées du Darfour par le président al-Bashir le 4 mars sont: Oxfam, CARE, MSF-Holland, Mercy Corps, Save the Children, the Norwegian Refugee Council, the International Rescue Committee, Action Contre la Faim, Solidarités et CHF International. Evidemment, les medias occidentaux sont en émoi depuis l´annonce des expulsions du Darfour de ces organisations “humanitaires” lucratives. Les ONG, et les médias qui vendent leurs images poignantes de malheureux bébés, geignent que maintenant des centaines de milliers de réfugiés innocents seront désormais à la merci de tragédies atroces sans pouvoir être secourus - contrairement aux tragédies d´avant où ils pouvaient être secourus - mais ne se soucient pas de savoir, avec un tant soit peu de sérieux et d´honnêteté, pourquoi et comment ces personnes déplacées et ces réfugiés en sont venus au départ à être déplacés ou à se retrouver sans toit. De même qu´ils ne se soucient pas de tout cet argent qui est dépensé, des coopérations entre services secrets, des contrats, et de la collaboration avec des agences militaires privées ou gouvernementales. Les grandes ONG “humanitaires” (ainsi que les ONG pour la “préservation de la nature”) fonctionnent exactement comme des multinationales axées sur les profits privés massifs et la souffrance humaine. Dans des pays comme la République Démocratique du Congo, l´Ouganda et le Darfour, ces ONG collaborent activement également, au niveau des infrastructures, de la logistique et des renseignements, au programme gouvernemental et militaire des Etats-Unis dans la région. La plupart sont affiliées aux grandes fondations, à des sponsors privés et à USAID - association qui elle même collabore étroitement et depuis longtemps aux opérations menées par AFRICOM et le Pentagone.

Les réfugiés et les populations déplacées sont des outils stratégiques des gouvernements et des politiques des affaires étrangères, de même que les ONG “humanitaires” se servent constamment de la nourriture comme arme et des populations comme boucliers humains. L´histoire de la guerre secrète des Etats-Unis au Sud-Soudan fourmille d´exemples où l´Armée populaire de libération du Soudan (la SPLA) et ses alliés “humanitaires”, en particulier les organisations “caritatives” chrétiennes, ont commis ces crimes de guerre et ces crimes contre l´humanité (*). Care International a reçu des dons de la part de Lockheed Martin Corporation , le premier producteur mondial d´armes de destruction massive et le plus secret, et “Care” et “Save the Children” sont toutes deux liées par d´autres biais aux industries de l´armement et d´extraction de minerai. Si on jette un coup d´oeil sur le conseil d´administration de “Save the Children”, on comprend pourquoi les médias américains mentent autant sur le Darfour. De la même façon l´International Rescue Committee (IRC) ne travaille pas avec les réfugiés mais sert de groupe de pression pour faire revenir en occident les fonds privés investis par l´occident. L´IRC a également été cité pour avoir participé à des interventions militaires en RDC et il est très lié à des gens comme Henry Kissinger. L´industrie de l´aide (lisez: “du malheur”) humanitaire au Soudan était représentée au milieu des années 90 par Operation Lifeline Sudan (OLS) .org/wiki/Operation_Lifeline_Sudan> , le regroupement d´associations soi-disant “humanitaires” le plus important au monde, figurant une forme d´inégalités organisées, un système temporaire et mobile de privilèges de Blancs, de l´aventurisme et bien sûr de la bonne volonté (sic). L´industrie du malheur s´est désintéressée du Sud Soudan pour s´occuper du Darfour à la suite de l´organisation de la signature d´un pseudo “traité” de paix mettant un terme à la guerre qui durait depuis des dizaines d´années entre la SPLA (Armée populaire de libération du Soudan) et le gouvernement soudanais; les Etats-Unis et Israël soutiennent la SPLA depuis 1990. Ces 12 ans de conflit de faible intensité secret et illégal au Soudan se sont terminés par la création de l´état souverain indépendant du Sud-Soudan vers 2005 - un état sous contrôle de groupes religieux chrétiens et juifs et de multinationales occidentales. Une grande partie des infrastructures de l´aide humanitaire au Soudan a, à un moment ou à un autre, été utilisée comme arme grâce à l´utilisation de boucliers humains, la distribution de vivres aux réfugiés inséparables des rebelles, et l´acheminement d´armes effectués par les ONG “humanitaires”. C´est une politique à la fois de circonstance et calculée.

Les ONG d´obédience chrétienne ont joué un rôle considérable dans le soutien à l´insurrection secrète menée par les occidentaux au Soudan. Par exemple, la Norwegian People´s Aid (Organisme humanitaire connu sur le terrain sous le gentil sobriquet de “Armée du peuple norvégien”) est une importante ONG qui a été impliquée dans les livraisons d´armes. Au Darfour, le programme du gouvernement américain est de prendre le contrôle des ressources naturelles et d´acculer le gouvernement arabe pour mettre enfin en place un gouvernement plus “conciliant” qui correspondra aux intérêts privés des Etats-Unis, du Canada, de l´Europe, de l´Australie et d´Israël. Parmi les groupes de réflexion (entendez: de propagande, de lobbying et de pression) qui tirent les ficelles pour déstabiliser le Soudan, il y a: Foundation for the Defense of Democracy, Center for American Progress, Center for Security Policy, International Rescue Committee et International Crises Group. Ce sont des personnes apparemment d´horizons politiques et idéologiques divers qui sont à la tête de ces organismes, des groupes capitalistes ultranationalistes avec pour objectif la domination militaro-économique mondiale. Parmi les anciens hauts responsables de Bill Clinton qui se sont évertués à déstabiliser le Soudan, il y a Susan Rice, Madeleine Albright, Roger Winter, Prudence Bushnell, Hillary Clinton, John Podesta, Anthony Lake et John Prendergast. Samantha Power la cofondatrice de Carr Center for Human Rights (*), actuellement au conseil de sécurité nationale d´Obama, a, quant à elle, contribué à couvrir l´engagement militaire clandestin au Soudan. John Prendergast, lui, organisait la désinformation sous couvert de préoccupations humanitaires grâce à l´”International Crisis Group” (ICG), et à ses nombreux clones comme “ENOUGH”, “ONE” et “RAISE HOPE FOR CONGO”. Prendergast est un des principaux responsables de l´opération de détournement d´attention de l´opinion publique grâce au mouvement hypocrite (aujourd´hui discrédité) “Save Darfur” (”Urgence Darfour”). Parmi les importants agents de désinformation sur le Soudan, on trouve également Alex de Waal et le professeur Eric Reeves de Smith College. C´est par leur intermédiaire et par celui d´autres informateurs des grands médias privés que l´histoire du “génocide” au Soudan est colportée comme étant un problème entre Noirs et Arabes qui n´a rien à voir avec les intérêts occidentaux. En 1992, Rakiya Omaar et Alex de Waal, deux enquêteurs sur les droits humains fondaient à Londres l´ONG African Rights. En août 1995, African Rights publiait: “le Rwanda: la mort, le désespoir, et la provocation”, un de ces nombreux articles fondamentaux sur les “droits de l´homme” qui mentaient sur la situation au Rwanda, préparaient le terrain pour la justice de vainqueur au tribunal pénal international sur le Rwanda et commençaient le processus de déshumanisation de millions de Hutus destiné à couvrir les véritables terroristes: Yoweri Museveni, Paul Kagamé, l´Armée patriotique Rwandaise et leurs soutiens occidentaux.

L´homme de la situation pour un nouveau Soudan: l´atout majeur des services secrets qui oeuvrait sur le terrain au Soudan à déstabiliser et renverser le gouvernement du Soudan, c´est Roger Winter, dont est paru le portrait mensonger dans un reportage de 7 pages du New York Times Magazine du 15 juin 2008. Il est intéressant de noter que l´article “l´homme de la situation pour un nouveau Soudan”, oeuvre de mystification de l´establishment destinée à camoufler l´engagement du duo armée /services secrets américains au Soudan, a été écrit par Eliza Griswold, membre deNew America Foundation, groupe de réflexion de gauche et lobby à l´idéologie mal définie mais de tendance nationaliste militariste, toutefois. (la NAF, qui dépend, de toute évidence, des crédits alloués aux fondations, n´a apparemment pas de programme tangible sur les Grands Lacs africains ou la Corne d´Afrique, des conflits dont l´association ne parle absolument pas). “Quand, le jour de Pâques, le Cessna de Roger Winter s´est posé près de la ville soudanaise d´ Abyei, une foule d´hommes désespérés ont envahi l´avion”, raconte Griswold. “Certains arrivaient en courant sur la piste d´atterrissage rouge et cahoteuse. D´autres s´entassaient dans un minibus qui fonçait vers Winter, cet homme de 65 ans, au moment où il descendait la passerelle de l´avion. Certains Soudanais appellent Winter “Tonton” d´autres “Commandant”. Le poste spécial de Winter au Département d´Etat avait été créé exprès pour lui et pour son “travail” au Soudan. Pourquoi les Soudanais l´appelaient-ils donc “Commandant”? Roger Winter est l´intermédiaire principal servant à la déstabilisation secrète en cours au Soudan. Ses opérations sont essentiellement menées depuis l´Ouganda, le gouvernement terroriste d´Yoweri Museveni qui apporte son soutien grâce à l”alliance des “Forces de Défense ougandaises” (l´UPDF, Uganda Peoples Defence Force) avec l´Armée populaire de libération du Soudan - la SPLA). La SPLA est de fait la clé de voûte de l´Armée de Libération du Soudan, une des prétendues factions principales engagées au

Darfour; la SPLA fournit l´aide militaire et logistique du Pentagone à l´Ouganda par le biais de différentes filières secrètes, mais qui très vraisemblablement, passe par les états voisins clients du Pentagone tels l´Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie, le Tchad et l´Erythrée. Les principaux agents ougandais qui soutiennent la guerre US au Darfour ont toujours été et sont encore le Brigadier Général James Kazini, neveu du dictateur ougandais Museveni et commandant en chef de l´UPDF, le général Salim Saleh, demi-frère de Museveni, et le président Yoweri Museveni lui-même. Un des principaux protagonistes dans le conflit du Darfour est l´actuel régime militaire du Rwanda, dont les troupes ont été engagées au Darfour sous couvert d´une opération “indépendante” de “maintien de la paix” chapeautée par l´Union Africaine, l´organisme de “maintien de la paix” - et soutenue par l´OTAN et les des sociétés militaires privées. Peu connu et souvent très mal compris est le rôle qu´ont joué les Etats-Unis et leurs armées par procuration, l´UPDF et l´Armée patriotique Rwandaise (APR), dans les innombrables crimes contre l´humanité, les crimes de guerre et le génocide au Rwanda entre 1990 et 1994. Avant l´invasion du Rwanda par l´APR (venu de l´Ouganda) en octobre 1990, l´APR et la Diaspora Tutsi Rwandaise diffusaient des périodiques comme “Impuruza” imprimés aux Etats-Unis entre 1984 et 1994 (date à laquelle était renversé par l´APR Habyarimana, le président rwandais, à la suite d´un coup d´état). Les réfugiés Tutsis s´en remettaient à Roger Winter, qui était à l´époque directeur du comité américain pour les réfugiés (United States Committee for Refugees), pour recevoir des aides pour financer leur journal. Le rédacteur en chef, Alexander Kimenyi, est un ressortissant rwandais qui enseigne à l´université d´état de Californie. Comme la plupart des publications de l´APR, Impuruza circulait sous le manteau au Rwanda parmi les élites Hutus et Tutsis et préconisait une idéologie génocidaire à l´encontre des Hutus. L´”Association of Banyarwanda in Diaspora USA”, soutenue par Roger Winter, avait organisé à Washington en 1988 la Conférence Internationale sur le Statut des Réfugiés (Tutsis) Banyarwanda”, et c´est à cette occasion qu´il avait été opté pour une solution militaire au problème des Tutsis. C´est le comité américain pour les réfugiés qui aurait, dit-on, fourni l´hébergement et le transport. Roger Winter a été l´un des principaux architectes de la guérilla menée par l´APR, et organisée depuis Washington en 1989, et qui s´est soldée, à partir de 1990, par la mort de plus de 10-12 millions de personnes dans la région des Grands Lacs d´Afrique. Winter servait de porte-parole à l´Armée Patriotique Rwandaise et à ses alliés, et, à ce titre, passait dans les grands médias télévisés américains comme PBS ou CNN. Philip Gourevitch, l´écrivain new-yorkais, et Roger Winter avaient pris contact, au nom de l´APR, avec les grands journaux américains, en particulier le Washington Post, le New York Times et Time magazine. Winter circulait au Rwanda au cours de l´invasion de l´APR, faisant le tour des différents fronts de la guerre secrète en qualité d´émissaire prépondérant du Pentagone et du Département d´Etat américain en collaboration avec l´alliance terroriste Kagamé-APR. Entre 1990 et 1994, Winter avait effectué des allers-retours entre la zone contrôlée par l´APR et Washington, où il rendait compte des actions qui avaient été menées et coordonnait les opérations avec les hauts responsables de l´armée, des services secrets et du gouvernement américains. Roger Winter est proche d´USAID, et collabore depuis longtemps avec Susan Rice, ancienne assistante du Sous Secrétaire d´état aux affaires africaines (1997-2001), assistante spéciale du Président Clinton (1995-1997), et membre du Conseil de Sécurité nationale (1993-1997). Susan Rice est aujourd´hui ambassadrice du gouvernement Obama aux Nations Unies et ennemie jurée d´Omar al-Bashir. Roger Winter est également un fervent partisan du député Donald Payne, un des principaux démocrates qui poussent à “mettre un terme au génocide au Darfour”. C´est Payne qui avait présenté au Congrès le projet de loi “Darfur Genocide Accountability Act” (projet non adopté, qui visait, entre autres, à imposer des sanctions contre les auteurs de crimes contre l´humanité et le génocide au Darfur, Soudan, NDT) et qui avait été arrêté en 2001, en même temps que John Eibner, directeur de Christian Solidarity International (”association internationale de solidarité chrétienne”), pour avoir manifesté contre le gouvernement soudanais. Christian Solidarity International a un rapport très spécieux à la “paix” et à la “religion” au Soudan, et elle a fait partie, en particulier, des principales organisations à accuser le gouvernement d´al-Bashir d´esclavagisme, une question vivement contestée et controversée qui avait été montée en épingle et orchestrée par les ONG chrétiennes et juives et les organisations missionnaires comme Christian Solidarity International, Samaritan´s Purse, Servant´s Heart, and Freedom Quest International qui opèrent au Soudan. “Roger Winter dirigeait les services de logistique des Tutsis (de l´APR) dès le milieu des années 90´´, explique Remigius Kintu, spécialiste des droits de l´homme en Ouganda, “et jusqu´à leur victoire en 1994, ils opéraient depuis le 1,717 Massachusetts Avenue NW à Washington. Roger Winter a annoncé à un exilé (nom supprimé) du Sud Soudan à l´époque (en 1994): “Maintenant que j´ai stabilisé le Rwanda, je vais maintenant m´occuper sérieusement du Soudan”. A la suite de cela, Winter a baissé le rideau au Rwanda pour s´installer à Kampala afin de s”occuper du Soudan”.

Quelques années plus tard, le Darfour explosait et grâce aux manigances de Winter, c´est le Rwanda qui a été le premier à envoyer des troupes dans cette zone perturbée. D´après mes sources, les Forces de Défense rwandaises (chapeautées par l´ Union Africaine) ont assassiné des civils et fait venir leurs spécialistes des médias pour faire porter le chapeau aux troupes gouvernementales soudanaises. C´est le même procédé qui a été employé dans la campagne de terreur de Kagamé et de Museveni en Ouganda, au Rwanda et en RDC. La majorité des campagnes de terreur lancées par les forces armées alliées (Forces de Défense ougandaises / APR) au Rwanda en 1990 ont été étouffées par les conseillers spéciaux de Human Rights Watch, Alison Des Forges .org/wiki/Alison_Des_Forges> (décédée en février 2009) et Timothy Longman, maître de conférences en études africaines et sciences politiques au Vassar College (état de New York). De la même façon, pendant toute la durée de la longue guerre au Sud Soudan et maintenant au Darfour, les atrocités commises par les factions soutenues par les US ont été minimisées, rejetées ou tues, alors que celles qui étaient commises par les factions adverses étaient amplifiées et faisaient la une des médias. Egalement, si on considère la stratégie des activités criminelles de l´alliance Forces de Défense ougandaises (UPDF) / APR (tels que les massacres commis secrètement et / ou attribués à l´ennemi) pour lesquelles il y a actuellement toute une documentation, et en l´absence d´enquête vraiment indépendante, on ne peut pas affirmer qui sont les véritables auteurs de ces massacres toujours attribués au gouvernement soudanais ou aux milices “Janjawid”. Un expert soudanais du sud m´a récemment expliqué que ce n´était pas le gouvernement soudanais mais, en fait, l´UPDF et la SPLA qui armaient les Janjawid -ces prétendues “milices arabes” accusées d´avoir perpétré le génocide “arabes contre noirs” (génocide qui a largement été dénigré depuis). C´est le professeur Timothy Longman et Alison Des Forges qui ont rédigé ensemble l´énorme traité sur le “génocide” au Rwanda, “Ne laisser à personne le soin de raconter l´histoire”, publié en 1999. Longman et Des Forges ont produit de nombreux documents, fondés sur des enquêtes de terrain réalisées au Congo (Zaïre), au Rwanda et au Burundi entre 1995 et 2008, présentés triomphalement comme un rapport sur les droits humains indépendant et objectif, mais toujours faussés par des intérêts occultes. Longman et Des Forges entretenaient tous deux des relations avec le Département d´état américain, Le Conseil de sécurité national et le Pentagone, tous deux étaient conseillers à USAID, et ont sans aucun doute travaillé avec Roger Winter, l´arme secrète du Pentagone au Soudan.

Le 25 septembre 2008, un cargo ukrainien était capturé par des “pirates” au large des côtes de la Somalie et était retenu jusqu´à ce que soit versée, le 5 février 2009, une rançon d´un montant de 3,2 millions de dollars (les pêcheurs somaliens, privés de leurs droits à cause des déchets toxiques - peut-être même nucléaires - déversés par les compagnies internationales au large de la Somalie sont qualifiés de “pirates” quand ils luttent pour leurs droits et leurs libertés). Le cargo MV Faina, enregistré au Belize, appartenant à une société enregistrée au Panama, avec à son bord un équipage ukrainien. Le Faina, qui transportait 33 chars d´assaut T-72 de conception soviétique, mais aussi 150 lance-roquettes RPG-7, des batteries anti-aériennes, des lance-roquettes multiples et des munitions, faisait route vers le port kényan de Mombasa, la principale base américaine sur la côte orientale africaine. La 5° Flotte de la marine américaine a surveillé le cargo ukrainien pendant les quatre mois d´impasse, le cargo MV Faima .fr/actualite/monde/afrique/le-mv-faina-libere-par-les-pirates-somaliens_739180.html?xtor=RSS-186> ayant été immobilisé par au moins six navires de guerres américains et 4 européens. Le propriétaire du bateau est le ressortissant israélien Vadim Alperin (alias Vadim Oltrena Alperin), qui serait, dit-on, un agent du Mossad impliqué dans des activités souterraines grâce à des sociétés de façade dans des paradis fiscaux et au blanchiment d´argent sale. La cargaison du navire a été déchargée à Mombassa le 12 février et les armes sont destinées à Juba, au Sud-Soudan. Certains disent que l´armement comprenait également des têtes de munitions à l´uranium appauvri pour tanks et qu´ils auraient pour destination finale les “rebelles” du Darfour du mouvement “Mouvement pour la Justice et l´Egalité” (JEM) soutenu par Israël. Le Soudan avait précédemment accusé Israël d´aider les “rebelles” dans la guerre au Darfour. Les marchands d´armes internationaux font passer régulièrement des armes de l´”époque soviétique” destiné au crime organisé international, dont, entre autres, les opérations militaires secrètes où participent des armées mercenaires et des gouvernements nationaux au Soudan, en Uganda, au Congo, en Somalie, en Ethiopie, au Kenya et au Rwanda.

Source : Africom´s Covert War in Sudan -Dissident Voice - 6 mars 2009.

http://www.geostrategie.com/1510/la-cpi-une-guerre-secrete-pour-depecer-et-piller-lafrique

Merci Marc (Fievet)


________________________________________________________________________________________


article_photo_1236529922140-1-0.jpgAider les banques....


Le secrétaire au Trésor des États-Unis, Tim Geithner, a révélé son plan tant attendu d’assainissement du système bancaire étatsunien, mais il a refusé de divulguer le « terrible secret » de la crise financière actuelle. En agissant de la sorte, il tente de sauver des banques étatsuniennes de facto en faillite, lesquelles menacent de faire tomber le système mondial dans une nouvelle phase encore plus dévastatrice de destruction de la richesse.

 

Nous l’avons déjà mentionné, le plan Geithner, son soi-disant Programme d’investissement en partenariat public-privé ou PPPIP, n’est pas dédié à restaurer un système de prêt salutaire donnant du crédit aux entreprises et aux consommateurs. Il s’agit plutôt d’une autre manigance complexe servant à verser davantage de centaines de milliards de dollars directement aux banques dominantes et aux firmes de Wall Street, responsables du présent bourbier dans les marchés mondiaux du crédit, sans toutefois leur demander de changer leur modèle opérationnel. Pourtant, on pourrait se dire que ce plan, en assainissant les banques, aidera tôt ou tard à surmonter le problème.

 

Il ne le fera pas si l’administration Obama procède comme elle le fait en ce moment. En  (suite sur :

 

http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13066


En ce moment, l’Azerbaïdjan étudie une entente sur le gaz avec la Russie qui pourrait miner le projet de pipeline de Nabucco (une initiative occidentale visant à réduire la dépendance actuelle au gaz russe transitant par l’Ukraine).

800px-Nabucco_Gas_Pipeline-en.svg.png2-nabucco-pipeline.jpg

 
Au carrefour des corridors de pipelines stratégiques :
le conflit du Haut-Karabagh
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13076


Fin des discussions
sur les retraites complémentaires

Les « partenaires sociaux » viennent de terminer les discussions sur l'avenir des retraites complémentaires. La principale revendication patronale, porter l'âge officiel de la retraite de la...

Pour lire la suite cliquez ici



Lellouche provoque en duel
Mélenchon !

«On serait au XIXe siècle, je vous provoquerais en duel et je vous flinguerais! Et ce serait mérité!» Sur le plateau de Ripostes, le patron du PG et le député UMP à l’atlantisme affirmé se sont violemment affrontés sur l’Otan.

http://www.marianne2.fr/Lellouche-provoque-en-duel-Melenchon!_a177959.html?com#last_comment 



OTAN :
L'article 5 qui nous engage... à la guerre !


Jean-Luc Mélenchon se trompe effectivement en évoquant l’article 2 (dans la vidéo ci-dessus). C’est bien l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord  qui aborde la question de la riposte en cas d’attaque d’un de ses pays membres. En revanche, sur le fond du problème, c’est Pierre Lellouche qui botte en touche. Même si le terme « automaticité » n’est pas utilisé, « automaticité » de la réplique il y a. Et cette réplique peut se faire, notamment, par « l’emploi de la force armée ».  La preuve :


Article 5 : 

Les parties conviennent qu'une attaque armée contre l'une ou plusieurs d'entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d'elles, dans l'exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l'article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d'accord avec les autres parties, telle action qu'elle jugera nécessaire, y compris l'emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l'Atlantique Nord.

Toute attaque armée de cette nature et toute mesure prise en conséquence seront immédiatement portées à la connaissance du Conseil de Sécurité. Ces mesures prendront fin quand le Conseil de Sécurité aura pris les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales.

http://www.marianne2.fr/Lellouche-provoque-en-duel-Melenchon!_a177959.html?com#last_comment

_______________________________________________________________________________________


11

Strasbourg, une ville livrée à l’Otan par Alain Girard


liste complète



 C O M M E N T A I R E S  :  I C I



Partager cet article

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Résister - militer - libérer
commenter cet article

commentaires

Un Africain 30/12/2011 14:57


Je voulais juste dire grand merci à EVA pour ce genial blog. Dès les premieres lectures, je me suis rendu compte tout de suite que ce site est puissant outil pour nous sortir de cette sous
information menée par les medias du monde et une veritable prise de conscience. Je suis un africain qui se soucie tant de l'etat actuel du monde et surtout de cette polique Françafrique qui est
entrain de ravager mon pays(Burkina Faso), mon continent. Encore une fois, grand merci pour ce site.

Eva R-sistons 10/04/2009 00:26

Bonjour Marie AnneJ'ai mis ton commentaire en post spécial, cordialement, evaNB C'est une pièce précieuse, un témoignage à ajouter au dossier

Marie-Anne 09/04/2009 23:12

Bonsoir,

Je suis journaliste et j'ai couvert la manif pour CQFD. Il y a une chose que personne ne souligne : c'est que parmi les Black blocs, il y avait très probablement de nombreux flics.

Ce ne sont pas les Black Blocs qui ont incendié l'hôtel : ils étaient déjà sortis quand le feu est parti, dans les étages. L'hôtel venait d'être évacué par la BAC. Je suis en train de receuillir des témoignages à ce sujet, mais il semblerait que les pompiers aient retrouvé à l'intérieur des vêtements noirs mêlés à des jambières de flics. Idem pour la pharmacie : soit c'est un dégât collatéral (elle collait à l'office de tourisme), soit le feu y a été mis par les flics, mais aucun Black Bloc ne l'a saccagée. Par ailleurs, des militants du NPA qui ont empêché des soi-disant Black Blocs de brûler des palettes au milieu de la manif (ce qui aurait interdit tout repli en cas d'attaque venue de face) témoignent que parmi eux, il y avait des flics.
A plusieurs reprises au cours du week-end, les Black Blocs (les vrais) sont sortis en réaction à des provocations policières, par exemple le vendredi après-midi pour libérer les clowns injustement gazés avec des ados du Neuhof venus les soutenir ; ou le samedi matin : quand les premiers cailloux ont volé vers 10 heures contre les CRS au niveau de la place de l'Etoile puis de la route menant au pont de l'Europe, les flics gazaient depuis 4 heures du matin un rassemblement parfaitement pacifique de manifestants anti-OTAN au sein de laquelle se trouvaient des Black-Blocs, eux aussi pacifiques.
Enfin, pour avoir des amis au sein des Black Blocs et pour avoir par le passé suivi ou soutenu leur action, je peux certifier que ce n'est pas dans la philosophie du mouvement que de s'en prendre à des civils ou à des infrastructures comme des pharmacies. D'ailleurs, la plupart d'entre eux ont porté secours aux blessés pendant la manif quand ils l'ont pu.
En revanche, une chose est sûre : ces mouvements, qui se forment par réunions de plusieurs groupes formés sur la base d'affinités électives, sont très perméables à des infiltration policières.

Il est dommage que des mouvements comme les Verts, le mouvement de la Paix et d'autres condamnent indifféremment les violences policières et celles des Black Blocs, parlant d'"éléments violents", de "casseurs", etc., sans prendre en compte ces faits. Cela contribue à entretenir un discours médiatico-policier qui ne peut que desservir leur volonté de faire toute la lumière sur les événements de ce week-end.

Bien cordialement,
Marie-Anne.

Eva R-sistons 08/04/2009 00:46

Fred, tu as raison sur le fond,mais attention aux mots employés, le dernier qualificatif peut être gênant...bonne soirée, eva

Eva R-sistons 08/04/2009 00:43

Merci, Fred, pour le lien... je vais l'ajouter à mon post, eva

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages