26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 07:09
 
Infos provisoires :

Pensons à lui, exigeons sa liberté ! 
Il est franco-Palestinien,
fils d'enseignante en France.
Il est détenu arbitrairement,
envoyons-lui des livres de poche
écrivons-lui
http://france-palestine.org/article8302.html


Reçu à l'instant ce mail,
d'une militante JUIVE à Strasbourg,
militante pour la Justice.
Le 2 poids, 2 mesures, ça suffit !
A relayer, merci !  Eva


Bonjour:
 
 
Suite à la lettre que nous avons envoyée à Mr le Maire et à Mmes et Mrs les Conseillers municipaux pour protester contre la demande faite par Mme Keller d'accrocher le portrait de Gilad Shalit au fronton de l'hôtel de ville, un article citant notre lettre est paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace  du  24 septembre 2008. Nous avions envoyé une copie de notre lettre aux DNA.  Voici le texte de l' article des DNA,  paru en dernière page , de façon bien visible:
 
MOYEN-ORIENT: CHACUN SES OTAGES

Le 29 août dernier, Fabienne Keller demandait, par voie de communiqué, à Roland Ries, d'accrocher un portrait de Gilad Shalit "otage du Hamas depuis plus de 2 ans", au fronton de l'hôtel de ville-le portrait d'Ingrid Betancourt a longtemps orné la façade de l'édifice de la place Broglie,ndlr. "Strasbourg, capitale des droits de l'homme doit être le fer de lance de la mobilisation pour tous  ceux qui sont privés de liberté", ajoutait la conseillère municipale.
Le Collectif judéo-arabe et citoyen pour la paix réagit à cette demande et " rappelle que le caporal franco-israélien Gilad Shalit a été capturé en uniforme israélien à l'occasion d'une opération de guerre de l'armée israélienne à  Gaza" Le collectif ajoute que "les prisonniers de guerre ne sont pas considérés comme des otages". A ce titre, il estime que "la demande de libération du seul soldat Shalit est injustifiable".

Et les signataires, Perrine Olff-Rastegar et Jacques Lewkowicz,  de rappeler que "fin janvier 2008, Israël détenait dans ses prisons 11000 Palestiniens(...)". Parmi eux, le "franco-palestinien Salah Hamouri" condamné à 7 ans de prison "sans preuves et par un tribunal d'exception" parce qu'il a "voulu commettre un attentat" (*)
contre le rablbin Yossef Ovadia, dirigeant du parti Shaas.
 
(*) un mot a été oublié dans l'article: "accusé d'avoir voulu commettre un attentat"
 
Nous continuons   notre action en faveur de la libération des prisonniers palestiniens, et de celle de Salah Hamouri  en particulier.
 
 
Amicalement,
Perrine


_________________________________________________________________________________________



Le Président iranien
rencontre des Juifs à l'ONU


Au lendemain de propos antisémites tenus à la tribune des Nations unies, le président iranien a rencontré mercredi des membres d'un groupe ultra-orthodoxe juif, qui lui même appelle au démantèlement de l'Etat d'Israël. "Le sionisme s'est nettement affaibli et, si Dieu le veut, il sera prochainement détruit et alors, tous les juifs, musulmans et chrétiens pourront vivre en paix les uns avec les autres", a déclaré Ahmadinejad mercredi à New York à une dizaine de rabbins du groupe Neturei Karta International.

http://www.juif.org/go-news-67359.php


_________________________________________________________________________________________



Pratique : iodure de potassium


Bombardement centrale nucléaire en Iran ?
Vous prenez préventivement de l'iode ?
Voici un message d'information qu'on m'a envoyé :



bonjour Eva,
attention à la posologie de l'iodure de potassium !
Amitiés
isabelle
 

IODURE DE POTASSIUM PCA 130 mg Comprimé sécable Boîte de 10

Classe thérapeutique : 

 

Toxicologie

Principes actifs : 

 

Iodure de potassium

Statut : 

 

Médicament non soumis à prescription médicale

Laboratoire : 

 

Pharmacie Centrale Armees

 


Sommaire

·                                 Précautions

·                                 Posologie

·                                 Grossesse et Allaitement

·                                 Comment ça marche

·                                 Retour aux indications



Précautions d'emploi


MISES EN GARDE :
Le traitement doit être pris dès l'alerte donnée, l'efficacité étant très diminuée si l'administration est débutée à partir d'1 heure après la radio contamination.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Le risque carcino-génétique de la contamination de la thyroïde par l'iode radioactif est tel que la protection par l'iodure de potassium est d'autant plus indispensable que les sujets sont plus jeunes. C'est pourquoi la population cible de la distribution d'iode est constituée, en priorité, de tous les sujets de moins de 45-50 ans.
- Chez les sujets porteurs de goitres anciens, surtout s'il s'agit de goitres volumineux ou autonomes ("prétoxiques", à TSH freinée), l'administration d'une quantité forte d'iodure, même en dose unique, peut induire une hyperthyroïdie. Un avis médical préalable est donc souhaitable chez ces patients au moment de la distribution de comprimés d'iodure de potassium.
- Il est recommandé de consulter un médecin aussitôt que possible après la prise d'iodure dans les situations suivantes :
. personne porteuses d'un antécédent ou d'une pathologie thyroïdienne évolutive,
. femmes enceintes ou allaitantes,
. nourrissons et enfants de moins de un an.
- Grossesse : les femmes enceintes sont prioritaires quel que soit l'âge de la grossesse, dans le but de préserver la thyroïde de la mère et, à partir du deuxième trimestre, celle du foetus qui commence à concentrer l'iode à partir de la 10ème-12ème semaine. Au cours du troisième trimestre, une dose massive d'iode peut induire un blocage de la fonction thyroïdienne du foetus avec apparition d'un goitre. Il convient donc, le cas échéant, de programmer dès que possible un examen obstétrical avec échographie foetale et de suivre particulièrement le nouveau-né sur le plan thyroïdien.
- Allaitement : l'iodure est concentré dans le lait. Le traitement des mères allaitantes doit être le plus court possible, ce qui ne soulève pas de problème dans le cas d'une administration unique.
- Associations nécessitant une précaution d'emploi : anti-acides.


Posologie


REMARQUES PRELIMINAIRES :
- Pour entraîner une réduction de plus de 90% de la fixation de l'iode radioactif, les doses nécessaires sont :
. dans les régions où l'apport alimentaire en iode est ''normal'' : une dose supérieure ou égale à 30 mg d'iode,
. dans les régions où il existe une carence relative en iode alimentaire (cas de la France) 50 à 100 mg d'iode.
- Pour être pleinement efficace, l'administration d'iode doit avoir lieu dès l'alerte donnée, au mieux avant la propagation du nuage radioactif et au pire 1 heure après la radio-contamination. Après 4 h de retard, elle n'a presque plus d'efficacité.
- La durée du traitement est limitée à une prise unique à prendre dès l'alerte donnée, sur instruction des autorités compétentes. Le traitement est renouvelé, si nécessaire, pour les personnes restant sur le lieu de contamination et sur instructions des Autorités compétentes.
- L'augmentation de la posologie au-dessus de celle recommandée par les autorités compétentes est inutile. Il en va de même de la poursuite du traitement.
. l'émission radioactive peut être prolongée et non ponctuelle. Des mesures de confinement et d'évacuation de la population sont alors prises par les pouvoirs publics.
Ce traitement s'inscrit donc dans un dispositif global défini au niveau ministériel.
. Une contamination retardée est possible par les aliments selon le schéma :
pâturage -> lait -> viande
POSOLOGIE USUELLE :
Des remarques précitées découle le protocole d'administration, en conformité avec les recommandations faites par I'OMS en 1989 :
- ADULTE (au-dessus de 12 ans) :
Dosage unique quelle que soit la région, 130 mg d'iodure de potassium en une prise unique soit : 1 comprimé à dissoudre dans une boisson (eau, lait ou jus de fruit),
- ENFANT (de 36 mois à 12 ans) :
Une prise unique de 65 mg d'iodure de potassium soit 1/2 comprimé à dissoudre dans une boisson (lait ou jus de fruit),
- NOURRISSON (jusqu'à 36 mois) :
Une prise unique de 32,5 mg d'iodure de potassium soit 1/4 de comprimé à dissoudre dans une boisson (biberon de lait ou de jus de fruit par exemple).
- Après dissolution dans une boisson, la solution obtenue ne peut être conservée et doit être prise immédiatement.
- La dissolution du médicament dans du lait ou dans du jus de fruit permet de diminuer le goût métallique passager qui peut être ressenti aux posologies préconisées.



Grossesse et allaitement


Grossesse :
Les femmes enceintes sont prioritaires quel que soit l'âge de la grossesse, dans le but de préserver la thyroïde de la mère et, à partir du deuxième trimestre, celle du foetus qui commence à concentrer l'iode à partir de la 10ème-12ème semaine.
Au cours du troisième trimestre, une dose massive d'iode peut induire un blocage de la fonction thyroïdienne du foetus avec apparition d'un goitre. Il convient donc, le cas échéant, de programmer dès que possible un examen obstétrical avec échographie foetale et de suivre particulièrement le nouveau-né sur le plan thyroïdien.
Allaitement :
L'iodure est concentré dans le lait. Le traitement des mères allaitantes doit être le plus court possible, ce qui ne soulève pas de problème dans le cas d'une administration unique.


Comment ça marche ?


ABSORPTION :
L'iodure libéré par le comprimé est résorbé dans le tube digestif.
DISTRIBUTION :
En dehors de la période postprandiale et pour un apport alimentaire de 70 à 100 µg, l'iodurémie est inférieure à 0,20 µg/100 ml. L'iodure circulant est concentré par la thyroïde et les reins.
METABOLISME :
- La clairance rénale est de 35 ml/minute ; elle est indépendante de l'apport iodé.
La clairance thyroïdienne de l'iode est corrélée directement à l'état fonctionnel de la glande et inversement à son contenu en iode, habituellement comprise entre 10 et 35 ml/minutes. Elle peut dépasser 2000 ml/min en cas d'hyperstimulation.
La muqueuse gastrique et les glandes salivaires captent également l'iodure mais le sécrètent aussitôt.
- L'iodure est capté au pôle basal des cellules thyroïdiennes (étape limitante du métabolisme intrathyroïdien de l'iode) sous la dépendance d'un transporteur spécifique ''pompe à iodure'' avec :
. transport compétitif avec les ions thiocyanate, perchlorate et pertechnétate,
. inhibition par les inhibiteurs de la NaKATPase,
- L'iodure est incorporé à la thyroglobuline pour conduire à la tétra et tri-iodothyronine après son oxydation en iode.
ELIMINATION :
- L'iodure est éliminé rapidement avec une clairance rénale à 35 ml/min (indépendamment de l'apport iodé) et une demi-vie de 6 heures environ. Au bout de 48 à 72 heures, la majeure partie de l'iode non organifiée sera éliminée.
- Par ailleurs, une faible partie des 100 mg d'iode sera fixée par la thyroïde et organifiée, pour suivre par la suite, le lent métabolisme des hormones thyroïdiennes qui subissent des désiodations séquentielles redonnant des ions iodures.



___________________________________________________


Guerre Iran : Israël prêt




Par Jean Tsadik
Barak
© Metula News Agency







On parle tous de la même chose (info # 012209/8)








Il s’agirait en fait d’un gouvernement quasi bicéphale, Livni expédiant les affaires civiles et Barak s’occupant des questions stratégiques




 

Au conseil des ministres d’hier, le général de brigade Yossi Baïdatz, patron de l’AMAN (Agaf ha-modiin) "département du renseignement"), le service d’information de l’armée, a fait un rapport au gouvernement de l’état d’avancement du projet nucléaire iranien.


24 heures exactement après l’article Refus de nouvelles sanctions contre l'Iran : Israël poussée par Poutine à agir, dans lequel Stéphane Juffa expliquait, entre autres, que l’échec de la réunion des six à Manhattan, vendredi, signifiait la clôture de la voie diplomatique pour solutionner le problème perse, nous avons eu la satisfaction de constater que Tsahal avait parfaitement interprété l’échec de New York.

 

Le général Baïdatz a commencé son exposé aux ministres en les mettant au courant du fait que les divergences entre les positions russes et chinoise et celle des Etats-Unis et de l’Union Européenne sur l’Iran s’étaient accentuées. L’assurance des Iraniens croît dans une mesure équivalente, car ils se rendent compte que le reste du monde est trop faible  pour les arrêter.

 

Les sanctions, a ajouté l’officier supérieur, ont et auront une influence négligeable, très loin de fabriquer la masse de pression critique.

 

"Le rôle du dialogue diplomatique, pour Téhéran, est limité à gagner du temps, et il est parvenu à approfondir les crevasses entre les Occidentaux".

 

L’intervenant a affirmé que le récent rapport de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique était en concordance avec l’observation israélienne, d’après laquelle l’Iran concentre ses moyens sur l’amélioration de l’enrichissement de l’uranium.

 

"L’Iran galope en direction de la bombe atomique" a conclu Yossi Baïdatz, avertissant solennellement les ministres que "le point de non retour – le moment où il ne sera plus possible d’empêcher les ayatollahs de fabriquer l’arme suprême -  se rapprochait à grandes enjambées".

 

Le chef de l’AMAN a ensuite communiqué des données concrètes aux membres du conseil, les informant que, depuis le début 2008, la République Islamique a mis à contribution quelque 4 000 centrifugeuses, autour de son usine d’enrichissement située dans la ville de Kashan [1], en plein désert.

 

Ces centrifugeuses (des unités de taille discrète, disséminées dans une multitude de sites divers. Ndlr.) produisent 60 grammes de gaz UF-6 à l’heure, un gaz servant à enrichir l’uranium pour un usage militaire.

 

Selon Tsahal, Téhéran aurait déjà réuni environ 480 kilos d’uranium faiblement enrichi, quantité correspondant à entre un tiers et la moitié du matériel fissible nécessaire pour confectionner une bombe.

 

C’est hier également que l’ex-chef d’état-major Moshé (Boogie) Yaalon a déclaré, en écho à Baïdatz et à la Ména, "qu’Israël ne pourra pas éviter une confrontation avec l’Iran". Yaalon en appelé à la communauté internationale afin qu’elle "se dresse contre le président Mahmoud Ahmadinejad, de la même façon qu’elle s’était opposée à Adolf Hitler et à l’Allemagne nazie".

 

Cet autre général a encore stigmatisé "notre manque de résolution en Occident", face à un danger qui n’est pas moindre que celui posé par Hitler en 1939.

 

Ces diverses interventions donnent une idée de la situation d’urgence contre les visées de la République Islamique, qui s’accentue de jour en jour. Cette fébrilité, que le grand public, en Israël et ailleurs, ne saisit certainement pas est encore augmentée par l’instabilité politique régnant à Washington et à Jérusalem.

 

L’état-major de Tsahal distingue, comme Juffa l’a démontré, qu’à cause de la situation de fin de mandat dans laquelle se trouve George Bush, Israël devra porter seule le premier coup de glaive. Ici, on est sûr qu’en cas de réplique iranienne dépassant des actes de stricte défense sur son territoire, les USA interviendraient aux côtés des Hébreux. Bush ne pourrait pas faire autrement.

 

En cas de contre-attaque visant les bases US en Irak, ce qu’a promis Ahmadinejad, l’entrée en guerre de l’Amérique serait même automatique.

 

En Israël, au sein de l’armée, tout est prêt pour agir. Comme nous l’avons déjà précisé, il s’agira d’une opération de longue durée – de deux à trois semaines -, lancée à partir de positions situées sur le pourtour immédiat de la République Islamique, et qui ne prendra fin qu’avec la destruction totale de la capacité nucléaire de Téhéran, ainsi que des armes destinées à les véhiculer et des centres de recherche voués à leur conception.

 

Car dans le cas où ces deux potentiels demeureraient ne serait-ce que partiellement utilisables après l’attaque, celle-ci devrait être considérée comme un échec : la situation postérieure à l’opération devenant plus périlleuse pour Israël et l’Occident que celle que nous connaissons actuellement.

 

L’une des questions dont nous ignorons la réponse, tient à savoir si l’Etat hébreu s’en prendra aussi aux infrastructures civiles, voies de communications, installations pétrolifères, raffineries (dont l’Iran manque cruellement), usines électriques, bâtiments officiels du régime, ports, etc.

 

La probabilité stratégique la plus vraisemblable est que les assaillants se contenteront, dans un premier temps, de détruire les installations non-militaires qui gênent directement leur engagement. La mise à plat d’infrastructures supplémentaires serait entreprise dans le cas d’une riposte (ou d’une tentative de riposte) iranienne hors de ses frontières.


 http://www.juif.org/go-news-67405.php



Sur le même site, un article sur la Russsie :


Scoop Analyse Réinformation Pamphlet
Le molosse aux pieds d’argile (info # 012309/8)
Par Laurent Murawiec à Washington
Poutine
© Metula News Agency





Russie : le molosse
aux pieds d'argile







La Grandeur, toujours l’obsession de la grandeur, le possède


 

La situation actuelle de la Russie poutinienne me fait penser au grand méchant loup et aux trois petits cochons. Le loup n’a pas eu trop de mal à balayer les maisons de paille et de branchages, mais il est voué à se casser le nez sur la maison de brique. Comme l’écrivait le Wall Street Journal du 17 septembre, la chute de 55% enregistrée par la Bourse de Moscou depuis quatre mois, « c’est la facture de huit ans de poutinisme qui est présentée au paiement ». Cela tient à la fois de l’invasion de la Géorgie, où s’est manifesté, même aux plus obtus, le sens de la politique étrangère russe, et à la chute des cours du pétrole : à 150 dollars le baril, Poutine est riche ; à 95 dollars, sa position est branlante.

 

Le régime a utilisé les sommes gigantesques, dégagées par les exportations d’hydrocarbures, pour engager des dépenses inconsidérées en matière d’urbanisme de prestige et d’immobilier de luxe à Moscou et à Saint Petersburg, villes-façades du village de Potemkine, de dépenses somptuaires à l’usage des oligarques, de matériels de défense, de la reconstruction d’un Etat de contrôle et de répression. Des « plans » utopiques de redéveloppement de la Sibérie avalent les fonds sans créer de rapport présent ou avenir. Tous ces débours ont été financés en projetant des prix très élevés pour le pétrole et le gaz naturel. Les recettes engrangées pour chaque baril de pétrole et chaque mètre cube de gaz ayant baissé de près de 40 pour cent, la Russie est surengagée, même en prenant en compte les quelques cinq cent milliards de dollars de réserves monétaires que lui a valu l’orgie des prix surévalués.

 

suite à

Mardi 23 septembre [11:27:00 UTC]
l'article...
 http://www.juif.org/go-news-67405.php



Refus de nouvelles sanctions contre l'Iran : Israël poussée par Poutine à agir
(info # 012009/8)
Par Stéphane Juffa
TzipiGeorge
© Metula News Agency








Dans l'hypothèse où Tzipi Livni parviendra à former rapidement une coalition et à remplacer Ehoud Olmert au poste de 1er ministre, on ne peut imaginer une première décision plus difficile à prendre.


 

Une réunion cruciale pour une solution pacifique de la crise du nucléaire iranien s'est tenue hier à New York et s'est soldée par un cuisant échec. Les membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU, ainsi que l'Allemagne y participaient.

 

A l'agenda de cette rencontre, organisée en marge de l'assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies, qui s'ouvrira la semaine prochaine à Manhattan, la nécessité d'imposer un quatrième train de sanctions à la République Islamique.

 

Démarche obligée, après que l'Iran n'a pas obtempéré aux exigences de la communauté internationale, en dépit des mesures déjà décidées par le Conseil de Sécurité et appliquées en vain. Elle est rendue encore plus urgente après le refus des autorités de Téhéran de collaborer avec les inspecteurs de l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique, qui a mené au gel de l'activité de l'AIEA dans ce pays.

 

A ce sujet, le conseiller du président Bush à la sécurité nationale, Stephen Hadley, a observé que "puisqu'ils (les Iraniens) n'ont pas fait le (bon) choix stratégique et semblent encore moins coopératifs, je pense que nous allons assister, lors des prochaines semaines, à une augmentation de la pression appliquée à l'Iran".

 

Quant à la position des principaux intéressés, elle a le mérite de la clarté, Ahmadinejad ayant, la veille de la réunion de New York, répété que la République Islamique ne suspendrait pas son programme d'enrichissement de l'uranium, et négligé la menace de nouvelles sanctions.

 

En dépit de ces signaux alarmants pour la paix du monde, la Russie, suivie par la Chine, s'est opposée à l'option d'un nouveau train de sanctions. Les seuls dénominateurs communs que les six participants à la réunion ont admis concernent l'appel à Téhéran d'accepter les compensations positives, qui lui ont été présentées en juin dernier en contrepartie de l'arrêt de l'enrichissement de l'uranium.

 

Les six ont ainsi réaffirmé cette proposition de troc et se sont engagés à "explorer de possibles mesures additionnelles attenantes aux compensations (la seconde voie, celle de la carotte, oubliant le bâton)".

 

Si, en théorie, la Russie n'a pas totalement repoussé l'idée de nouvelles sanctions, elle a fait part de son opposition à leur application immédiate. En pratique, au vu de l'expérience récente, cela signifie que Moscou n'envisage pas d'imposer de nouvelles mesures coercitives avant trois ou quatre mois.

 

Même dans l'éventualité où elle se joindrait finalement à une telle décision – conditionnalité incontournable, la Russie disposant d'un droit de veto au Conseil de Sécurité -  Moscou exigera d'analyser le texte de la résolution au microscope et le purgera de toute sanction de nature à obliger les Perses à obtempérer.

 

En fait, la réunion d'hier a été marquée par la tension qui règne entre le régime de Poutine et les USA. Repousser de nouvelles sanctions pendant une durée de quatre mois signifiant que George W. Bush ne sera plus président lorsqu'elles seront rediscutées.

 

Préalablement à la réunion, le porte-parole du Département d'Etat américain (l'équivalent de nos ministères des Affaires Etrangères), Sean McCormack, avait instamment invité les Russes à mettre de côté tous les sujets de disputes entre l'Occident et Moscou à propos de la Géorgie, afin de collaborer positivement sur une solution du problème iranien.

 

Non seulement McCormack n'a pas été entendu, mais les positions affichées d'entrée de jeu par Moscou et Pékin ont obligé les autres participants à se rencontrer sans leurs représentants, vendredi matin, au Département d'Etat. C'est uniquement à partir du déjeuner que toutes les délégations se sont retrouvées.

 

Pour les Européens, seule une résolution anémique et sans conséquence pour le règlement du contentieux pourrait résulter, à terme, de la réunion tenue dans une véritable atmosphère de Guerre Froide.

http://www.juif.org/go-news-67405.php

Partager cet article

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Proche et Moyen Orient
commenter cet article

commentaires

eva 26/09/2008 17:35

Merci Hadria de ta visiteJ'ai donné ces infos sur les préparatifs guerre Iran, pour cela, et les articles sur la Russie et Israël étaient sur le même site, un site plus proche des USA que de la Russie tu t'en doutes !Ainsi, les points de vue de tous sont respectés, moi ma position est claire : se détacher des USA, se rapprocher de la Russiebien à toi Eva

Hadria RIVIERE 26/09/2008 11:31

Les auteurs des derniers articles sur Israêl et Poutine sont partisans, ils rendent comptent d'une vision sous-tendue par l'idéologie des néoconservateurs Américano/SionisteS/européens.Ils qualifient  le Présdient Iranien de GENOCIDAIRE et, absout Israêl, de toutes responsabilités dans la hargne actuelle du Président Iranien. Depuis plus de 60 longues années à quoi s'adonnent les gouvernants successifs d'Israêl avec la complicité de leur peuple ?Je ni n'excuse ni n'absous le Président Iranien mais si, la situation est celle d'aujourd'hui c'est bien parce que depuis 60 longues années, Israêl a refuser d'écouter, d'entendre la plainte du peuple de Palestine et libanaisAu contraire elle a accentuée le serrage de la corde avec laquelle elle cherche à détruire, gommer de la surface de la terre le peuple de Palestine...Poutine, il défend son pays et son peuple...Les auteurs oublient volontairement- étonnant n'est-ce pas - de citer le nom de l'agresseur..Mais s'acharnent à démontrer ce qui motive le démoniaque Poutine..Tréve  de balivernes, je suis une personne rationnelle, et de fait, j'estime la démarche de Poutine - celle qui, consiste à gagner du temps pour permettre à l'Iran de terminer ses travaux - est une excellente stratégie.Je n'aime pas la guerre - j'étais sous les tirs et les coups de fusils des soldats français en Algérie et je ne souhaite à personne de vivre ce genre d'expérience. Pourtant depuis, des decennies que font Israel et la sangsue Américano-Européenne ?Ils organisent la destabilisation, générent des conflits et divisent les  peuples, tuent, massacrassent, violent, détruisent des civilisation millénaires, se débarrassent des dirigeants qui, ne partagent pas leur idéologie... etcCombien ont-il ainsi de cadavres d'innoncents sur la conscience ?Alors, je suggére à ces auteurs de faire montre d'un peu plus de retenue et d'honnêteté  intllectuelle quant ils affirment  vouloir informer.Une seule certitude : la sangsue Américano/sioniste/européenne ne comprend qu'un seul et unique langage : LA FORCE.Maintenant de nombreux dirigeants le savent et n'ont pas l'intention de se laisser impressionner et c'est tant mieux.Pourquoi l'Iran n'aurait-elle pas sa "Bombe" alors qu'Isarêl, le Pakistan, l'Inde, la FRANCE ETC.. L'ONT ?LE "DEUX POIDS DEUX MESURES" m'insupporte, et le trouve révoltant...D'une part, certains "peuples ELUS" ont le droit de tuer, massacrer, envahir, coloniser, etc.) et de l'autre vous avez les peuples de "sauvages" arriérés parce que musulmans  qui n'auraient eux, comme seul droit que de se laisser envahir, dominer, et spolier des richesses de leur sol..GENOCIDAIRE DU COTE IRANIEN, MAIS QUAND ISRAEL TUE, VOL, SPOLIE LE PEUPLE PALESTINIEN "ILS", NOMMENT CELA : LEGITIME DEFENSE !!!Pitoyable ET HONTEUX !!!!Mais, qu'est-ce que ces ANERIES RACISTES ?Hadria RIVIEREhttp://hadria.riviere.over-blog.com/

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages