30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 16:25


http://www.acontresens.com/contrepoints/bavures/annexe02.jpg


Reçu ce commentaire d'un lecteur, Naradamuni,
qui a déjà eu l'occasion de poster des commentaires,
fort appréciés.
Eva


Bonjour Éva,

Hors sujet mais je me permets de te faire passer cet appel lu sur :

http://vigicitoyen.canalblog.com/archives/2008/08/27/10368190.html#comments


– J'écris vite, dans la 1ere rubrique venue (excusez-moi). Ce matin les flics sont venus frapper , très fort et longtemps, à ma porte , et ont dit qu'ils reviendraient. Le motif: peut-être notre blog http://assrenseignements-généreux.hautetfort.com , le dernier article "CRS - SS". Voyez ce que vous pouvez faire , le mieux étant , si je plonge , de harceler les flics au téléphone, très nombreux ... c 'est souvent efficace. Et bien sûr de médiatiser. J' essaie de vous tenir au courant. Mes amis RG sont en vacances, l' un à l' hopital , bref il ne me reste que quelques copains "mous" ici, désemparés . les revoilà
Posté par Les RG, 29 août 2008 à 09:26

il sont là j' ai bloqué la porte je compte sur vous pour diffuser ! Josiane Ballato 0466671686 Nîmes
Posté par Les RG, 29 août 2008 à 09:32

Mon mail
assrg@neuf.fr
Posté par Les RG, 29 août 2008 à 09:41

Merci à tous


Eva : J'ai cliqué sur le blog vigicitoyen, je tombe sur ceci :

27 août 2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Russes ont compris la manoeuvre  mis en place par l' administration Bush !

Ce conflit dans le Caucase , n est qu une diversion , une repetition comme nous vous l indiquons depuis le 08 aout en vu d un conflit majeur au proche - orient , une confrontation soutenue par l AIPAC americaine!

Sly

MOSCOU, 27 août - RIA Novosti. Les Etats-Unis ont armé la Géorgie et l'ont poussée à un conflit en Ossétie du Sud pour tester un projet d'opération militaire contre l'Iran, a estimé jeudi le général Leonid Ivachov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, lors d'une conférence de presse à Moscou.

"Nous sommes au bord d'un conflit majeur: les Etats-Unis et les pays de l'OTAN préparent une offensive stratégique. L'opération menée par l'OTAN sur le territoire géorgien a été dirigée contre la Russie, et les Sud-Ossètes en sont des otages. Nous la considérons comme une répétition de frappes sur l'Iran. Il y a beaucoup de "nouveautés" qui sont testées aujourd'hui dans cette région", a-t-il indiqué.

Selon M. Ivachov, la probabilité d'une guerre contre l'Iran se renforce de jour en jour. "Finalement, la situation sera entièrement bouleversée dans la région. Le chaos et l'instabilité deviennent les objectifs de la politique officielle de Washington", a-t-il estimé.

S'agissant du conflit osséto-géorgien, M. Ivachov considère que cette "opération géopolitique" de l'OTAN avait pour objectif d'évincer la Russie de l'arène des "grands".

(..)

 Posté par citoyen_sly à 18:00 - Commentaires [3] - Rétroliens [0] - Permalien [#]

Commentaires

J'écris vite, dans la 1ere rubrique venue (excusez-moi). Ce matin les flics sont venus frapper , très fort et longtemps, à ma porte , et ont dit qu' ils reviendraient. Le motif: peut-être notre blog http://assrenseignements-généreux.hautetfort.com , le dernier article "CRS - SS". Voyez ce que vous pouvez faire , le mieux étant , si je plonge , de harceler les flics au téléphone, très nombreux ... c 'est souvent efficace. Et bien sûr de médiatiser. J' essaie de vous tenir au courant. Mes amis RG sont en vacances, l' un à l' hopital , bref il ne me reste que quelques copains "mous" ici, désemparés . les revoilà

Posté par Les RG, 29 août 2008 à 09:26

il sont là j' ai bloqué la porte je compte sur vous pour diffuser ! Josiane Ballato 0466671686 Nîmes

Posté par Les RG, 29 août 2008 à 09:32

Mon mail assrg@neuf.fr

Posté par Les RG, 29 août 2008 à 09:41


Puis je vais comme indiqué sur http://assrenseignements-généreux.hautetfort.com, je trouve un article que je ne comprends pas bien, intitulé CRS SS.

Je ne m'associe pas à une telle formule, s'il y a des abus dans la police - et ils sont à dénoncer, c'est pourquoi je reproduis l'article suivant, sur le même blog -  on ne peut mettre dans un même sac tous les fonctionnaires de la police, tous ne sont pas des Rambo imbus de leur force et en abusant, ou encore des Ripoux, et c'est heureux, il y a au sein de la Police des individus qui, tout simplement, ne veulent pas rester au chômage et malheureusement la Sécurité est devenue une obsession majeure des gouvernements, au lieu d'avoir une politique JUSTE, de BIEN PUBLIC, au service des citoyens. Et il y a aussi des fonctionnaires qui accomplissent leur difficile métier le mieux possible, en respectant les droits de l'individu.  Donc, je ne publierai pas cet article, ne serait-ce qu'en raison du titre.

Je vous laisse le soin de découvrir ces événements que moi, je ne suis pas à même de juger, par contre le témoignage ci-joint de Patrick est éloquent. Ces faits sont inadmissibles et à dénoncer. D'autant plus que ce comportement doit être encore aggravé vis-à-vis des ressortissants étrangers. La Police, pour moi, doit maintenir l'ordre, mais pas en donnant l'exemple elle-même du désordre. C'est incompatible.

Parce que je suis journaliste et citoyenne, je dois informer. A vous de faire la part des choses, et le cas échéant, d'agir en connaissance de cause. Je connais mes lecteurs, ils ne se laissent pas manipuler, ils ne se laissent pas avoir par la Pensée Unique; Ils pensent par eux-mêmes, lucidement, intelligemment.

Voici le témoignage de Patrick, acteur, metteur en scène, auteur. A RELAYER ! :

NB En tant que garant du maintien de l'ordre, je le répète, le comportement du fonctionnaire de la police doit être irréprochable. Je tiens à le dire à Mme Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur. On ne bâtit pas une maison sur des fondations malsaines. Celui qui est chargé du maintien de l'ordre doit avoir un comportement exemplaire. La République l'exige, sous peine de tomber dans une République bananière, ou de devenir un Etat totalitaire; La France des Droits de l'Homme mérite mieux que ce qu'on peut lire ci-dessous, et les citoyens sont en droit d'exiger l'exemplarité de la part de ceux qui sont chargés de veiller sur eux. Les bavures ne doivent pas être tolérées, mais rigoureusement sanctionnées. Et surtout pas être érigées en politique ! Soyons tous vigilants. Eva



Afficher l image en taille réelleannexe06.jpg750 x 1243 | 333kB
www.acontresens.com


========================================


Sur internet, à "Patrick Mohr", j'ai trouvé:
René


Je m’appelle Patrick Mohr.

Je suis né le 18 septembre 1962 à Genève.

Je suis acteur, metteur en scène et auteur.

A Genève je dirige une compagnie, le théâtre Spirale, je co-dirige le
théâtre de la Parfumerie et m’occupe également du festival « De bouche à
oreille.

Dans le cadre de mes activités artistiques, je viens régulièrement au
festival d’Avignon pour y découvrir des spectacles du « in » et du « off
». Notre compagnie s’y est d’ailleurs produite à trois reprises. Cette
année, je suis arrivé dans la région depuis le 10 juillet et j’ai
assisté à de nombreux spectacles.

Le Lundi 21 juillet, je sors avec mon amie, ma fille et trois de ses
camarades d’une représentation d’une pièce très dure sur la guerre en
ex-Yougoslavie et nous prenons le frais à l’ombre du Palais des Papes,
en assistant avec plaisir à un spectacle donné par un couple d’acrobates.

A la fin de leur numéro, je m’avance pour mettre une pièce dans leur
chapeau lorsque j’entends le son d’un Djembé (tambour africain) derrière
moi. Etant passionné par la culture africaine. (J’y ai monté plusieurs
spectacles et ai eu l’occasion d’y faire des tournées.) Je m’apprête à
écouter les musiciens. Le percussionniste est rejoint par un joueur de
Kamele Ngoni. (Sorte de contrebasse surtout utilisée par les chasseurs
en Afrique de l’Ouest.)

A peine commencent-ils à jouer qu’un groupe de C.R.S se dirige vers eux
pour les interrompre et contrôler leur identité. Contrarié, je me décide
à intervenir. Ayant déjà subit des violences policières dans le même
type de circonstances il y a une vingtaine d’année à Paris, je me suis
adressé à eux avec calme et politesse. Le souvenir de ma précédente
mésaventure bien en tête. Mais je me suis dit que j’étais plus âgé, que
l’on se trouvait dans un haut lieu culturel et touristique, dans une
démocratie et que j’avais le droit de m’exprimer face à ce qui me
semblait une injustice. J’aborde donc un des C.R.S et lui demande :

« Pourquoi contrôler vous ces artistes en particulier et pas tous ceux
qui se trouvent sur la place? » Réponse immédiate.

« Ta gueule, mêle-toi de ce qui te regardes!

« Justement ça me regarde. Je trouve votre attitude discriminatoire. »

Regard incrédule. « Tes papiers ! »

« Je ne les ai pas sur moi, mais on peut aller les chercher dans la
voiture. »

« Mets-lui les menottes ! »

« Mais vous n’avez pas le droit de… »

Ces mots semblent avoir mis le feu aux poudres.

« Tu vas voir si on n’a pas le droit.»

Et brusquement la scène a dérapé.

Ils se sont jetés sur moi avec une sauvagerie inouïe. Mon amie, ma
fille, ses camarades et les curieux qui assistaient à la scène ont
reculé choqués alors qu’ils me projetaient au sol, me plaquaient la tête
contre les pavés, me tiraient de toutes leurs forces les bras en arrière
comme un poulet désarticulé et m’enfilaient des menottes. Les bras dans
le dos, ils m’ont relevé et m’ont jeté en avant en me retenant par la
chaîne. La menotte gauche m’a tordu le poignet et a pénétré profondément
mes chairs. J’ai hurlé :

« Vous n’avez pas le droit, arrêtez, vous me cassez le bras ! »

« Tu vas voir ce que tu vas voir espèce de tapette. Sur le dos ! Sur le
ventre ! Sur le dos je te dis, plus vite, arrête de gémir ! »

Et ils me frottent la tête contre les pavés me tordent et me frappent,
me traînent, me re-plaquent à terre.

La foule horrifiée s’écarte sur notre passage. Mon amie essaie de me
venir en aide et se fait violemment repousser. Des gens s’indignent,
sifflent, mais personne n’ose interrompre cette interpellation d’une
violence inouïe. Je suis traîné au sol et malmené jusqu’à leur
fourgonnette qui se trouve à la place de l’horloge 500 m . plus bas. Là.
Ils me jettent dans le véhicule, je tente de m’asseoir et le plus grand
de mes agresseurs (je ne peux pas les appeler autrement), me donne un
coup pour me faire tomber entre les sièges, face contre terre, il me
plaque un pied sur les côtes et l’autre sur la cheville il appuie de
tout son poids contre une barre de fer.

« S’il vous plait, n’appuyez pas comme ça, vous me coupez la circulation. »

« C’est pour ma sécurité. »

Et toute leur compagnie de rire de ce bon mot. Jusqu’au commissariat de
St Roch

Le trajet est court mais il me semble interminable. Tout mon corps est
meurtri, j’ai l’impression d’avoir le poignet brisé, les épaules
démises, je mange la poussière.

On m’extrait du fourgon toujours avec autant de délicatesse.

Je vous passe les détails de l’interrogatoire que j’ai subi dans un état
lamentable.

Je me souviens seulement du maquillage bleu sur les paupières de la
femme qui posait les questions.

« Vous êtes de quelle nationalité ? » « Suisse. »

« Vous êtes un sacré fouteur de merde »

« Vous n’avez pas le droit de m’insulter »

« C’est pas une insulte, la merde » (Petit rire.)

C’est fou comme la mémoire fonctionne bien quand on subit de pareilles
agressions.

Toutes les paroles, tout les détails de cette arrestation et de ma garde
à vue resterons gravés à vie dans mes souvenirs, comme la douleur des
coups subits dans ma chair.

Je remarque que l’on me vouvoie depuis que je ne suis plus entre les
griffes des CRS.

Mais la violence physique a seulement fait place au mépris et à une
forme d’inhumanité plus sournoise. Je demande que l’on m’ôte les
menottes qui m’ont douloureusement entaillé les poignets et que l’on
appelle un docteur. On me dit de cesser de pleurnicher et que j’aurais
mieux fait de réfléchir avant de faire un scandale. Je tente de
protester, on me coupe immédiatement la parole. Je comprends qu’ici on
ne peut pas s’exprimer librement. Ils font volontairement traîner avant
de m’enlever les menottes. Font semblant de ne pas trouver les clés. Je
ne sens plus ma main droite.

Fouille intégrale. On me retire ce que j’ai, bref inventaire, le tout
est mis dans une petite boîte.

« Enlevez vos vêtements ! » J’ai tellement mal que je n’y arrive presque
pas.

« Dépêchez-vous, on n'a pas que ça à faire. La boucle d’oreille ! »

J’essaye de l’ôter sans y parvenir.

« Je ne l’ai pas enlevée depuis des années. Elle n’a plus de fermoir. »

« Ma patience à des limites vous vous débrouillez pour l’enlever, c’est
tout ! »

Je force en tirant sur le lob de l’oreille, la boucle lâche.

« Baissez la culotte ! »

Je m’exécute. Après la fouille ils m’amènent dans une petite cellule de
garde à vue.

4m de long par 2m de large. Une petite couchette beige vissée au mur.

Les parois sont taguées, grattées par les inscriptions griffonnées à la
hâte par les détenus de passage. Au briquet ou gravé avec les ongles
dans le crépis. Momo de Monclar, Ibrahim, Rachid…… chacun laisse sa marque


L’attente commence. Pas d’eau, pas de nourriture. Je réclame en vain de
la glace pour faire désenfler mon bras.
Les murs et le sol sont souillés
de tâches de sang, d’urine et d’excréments
. Un méchant néon est allumé
en permanence. Le temps s’étire. Rien ici qui permette de distinguer le
jour de la nuit. La douleur lancinante m’empêche de dormir. J’ai
l’impression d’avoir le cœur qui pulse dans ma main. D’ailleurs alors
que j’écris ces lignes une semaine plus tard, je ne parviens toujours
pas à dormir normalement.

J’écris tout cela en détails, non pas pour me lamenter sur mon sort. Je
suis malheureusement bien conscient que ce qui m’est arrivé est
tristement
banal, que plusieurs fois par jours et par nuits dans chaque
ville de France des dizaines de personnes subissent des traitements
bien
pires que ce que j’ai enduré. Je sais aussi que si j’étais noir ou arabe
je me serais fait cogner avec encore moins de retenue.
C’est pour cela
que j’écris et porte plainte.
Car j’estime que dans la police française
et dans les CRS en particulier il existe de dangereux individus qui sous
le couvert de l’uniforme laissent libre cour à leurs plus bas instincts.

(Evidement il y a aussi des arrestations justifiées, et la police ne
fait pas que des interventions abusives. Mais je parle des dérapages qui
me semblent beaucoup trop fréquents.)

Que ces dangers publics sévissent en toute impunité au sein d’un service
public qui serait censé protéger les citoyens est inadmissible dans un
état de droit.

J’ai un casier judiciaire vierge et suis quelqu’un de profondément non
violent, par conviction, ce type de mésaventure me renforce encore dans
mes convictions, mais si je ne disposais pas des outils pour analyser la
situation je pourrais aisément basculer dans la violence et l’envie de
vengeance. Je suis persuadé que ce type d’action de la police nationale
visant à instaurer la peur ne fait qu’augmenter l’insécurité en France
et stimuler la suspicion et la haine d’une partie de la population (Des
jeunes en particulier.) face à la Police. En polarisant ainsi la
population on crée une tension perpétuelle extrêmement perverse.

Comme je suis un homme de culture et de communication je réponds à cette
violence avec mes armes. L’écriture et la parole. Durant les 16h qu’a
duré ma détention. (Avec les nouvelles lois, on aurait même
pu me garder
48h
en garde à vue.) Je n’ai vu dans les cellules que des gens d’origine
africaine et des gitans. Nous étions tous traité avec un mépris
hallucinant. Un exemple, mon voisin de cellule avait besoin d’aller aux
toilettes. Il appelait sans relâche depuis près d’une demi heure,
personne ne venait. Il c’est mit à taper contre la porte pour se faire
entendre, personne. Il cognait de plus en plus fort, finalement un
gardien exaspéré surgit. »Qu’est ce qu’il y a ? » « J’ai besoin d’aller
aux chiottes. » « Y a une coupure d’eau. » Mais j’ai besoin. » « Y a pas
d’eau dans tout le commissariat, alors tu te la coince pigé. »

Mon voisin qui n’est pas seul dans sa cellule continue de se plaindre,
disant qu’il est malade, qu’il va faire ses besoins dans la cellule.

« Si tu fais ça on te fait essuyer avec ton t-shirt. »

Les coups redoublent. Une voix féminine lance d’un air moqueur. « Vas-y
avec la tête pendant que tu y es. Ca nous en fera un de moins. » Eclats
de rire dans le couloir comme si elle avait fait une bonne plaisanterie.

Après une nuit blanche vers 9h du matin on vient me chercher pour
prendre mon empreinte et faire ma photo. Face, profil, avec un petit
écriteau, comme dans les films. La dame qui s’occupe de cela est la
première personne qui me parle avec humanité et un peu de compassion
depuis le début de ce cauchemar. « Hee bien, ils vous ont pas raté.
C’est les CRS, ha bien sur. Faut dire qu’on a aussi des sacrés cas
sociaux chez nous. Mais ils sont pas tous comme ça. »

J’aimerais la croire.

Un officier vient me chercher pour que je dépose ma version des faits et
me faire connaître celle de ceux qui m’ont interpellé. J’apprends que je
suis poursuivi pour : outrage, incitation à l’émeute et violence envers
des dépositaires de l’autorité publique. C’est vraiment le comble. Je
les aurais soi disant agressés verbalement et physiquement. Comment ces
fonctionnaires assermentés peuvent ils mentiraussi éhontement ? Je
raconte ma version des faits à l’officier. Je sens que sans vouloir
l’admettre devant moi, il se rend compte qu’ils ont commis une gaffe. Ma
déposition est transmise au procureur et vers midi je suis finalement
libéré. J’erre dans la ville comme un boxeur sonné. (..)  Dans la salle
d’attente, je lis un journal qui m’apprend que le gouvernement veut
supprimer 200 hôpitaux dans le pays, on parle de couper 6000 emplois
dans l’éducation. Sur la façade du commissariat de St Roch j’ai pu lire
qu’il allait être rénové pour 19 millions d’Euros. Les budgets de la
sécurité sont à la hausse, on diminue la santé, le social et
l’éducation. Pas de commentaires.

Je n’écris pas ces lignes pour me faire mousser,
mais pour clamer mon
indignation
face à un système qui tolère ce type de violence. Sans doute
suis-je naïf de m’indigner. La plupart des Français auxquels j’ai
raconté cette histoire ne semblaient pas du tout surpris, et avaient
connaissance de nombreuses anecdotes du genre. Cela me semble d’autant
plus choquant. Ma naïveté, je la revendique, comme je revendique le
droit de m’indigner face à l’injustice. Même si cela peut paraître de
petites injustices. C’est la somme de nos petits silences et de nos
petites lâchetés qui peut conduire à une démission collective et en
dernier recours aux pires systèmes totalitaires. (Nous n’en sommes bien
évidement heureusement pas encore là.) Depuis ma sortie, nous sommes
retournés sur la place de papes et nous avons réussi à trouver
une
douzaine de témoins qui ont accepté d’écrire leur version des faits qui
corroborent tous ce que j’ai dis. Ils certifient tous que je n’ai
proféré aucunes insultes ni n’ai commis aucune violence
. Les témoignages
soulignent l’incroyable brutalité de l’intervention des CRS et la totale
disproportion de leur réaction face à mon intervention. J’ai essayé de
retrouver des images des faits, mais malheureusement les caméras qui
surveillent la place sont gérées par la police et, comme par hasard
elles sont en panne depuis début juillet. Il y avait des centaines de
personnes sur la place qui auraient pu témoigner, mais le temps de
sortir de garde à vue, de me faire soigner et de récupérer suffisamment
d’énergie pour pouvoir tenter de les retrouver. Je n’ai pu en rassembler
qu’une douzaine.
J’espère toujours que peut être quelqu’un ait
photographié ou même filmé la scène et que je parvienne à récupérer ces
images
qui prouveraient de manière définitive ce qui c’est passé.

Après 5 jours soudain, un monsieur africain m’a abordé, c’était l’un des
musiciens qui avait été interpellé. Il était tout content de me
retrouver car il me cherchait depuis plusieurs jours. Il se sentait mal
de n’avoir rien pu faire et de ne pas avoir pu me remercier d’être
intervenu en leur faveur. Il était profondément touché et surpris par
mon intervention et m’a dit qu’il habitait Grenoble, qu’il avait 3
enfants et qu’il était français. Qu’il viendrait témoigner pour moi.
Qu’il s’appelait Moussa Sanou.

« Sanou , c’est un nom de l’ethnie Bobo. Vous êtes de Bobo-Dioulasso ? »
« Oui. » Nous nous sommes sourit et je l’ai salué dans sa langue en Dioula.

Il se trouve que je vais justement créer un spectacle prochainement à
Bobo-Dioulasso au Burkina-faso. La pièce qui est une adaptation de
nouvelles de l’auteur Mozambicain Mia Couto s’appellera « Chaque homme
est une race » et un des artistes avec lequel je vais collaborer se
nomme justement Sanou.

Coïncidence ? Je ne crois pas.

Je suis content d’avoir défendu un ami, même si je ne le connaissais pas
encore.

La pièce commence par ce dialogue prémonitoire.

Quand on lui demanda de quelle race il était, il répondit : « Ma race
c’est moi. »

Invité à s’expliquer il ajouta

« Ma race c’est celui que je suis. Toute personne est à elle seule une
humanité.

Chaque homme est une race, monsieur le policier. »

Patrick Mohr 28 juillet 2008

http://assrenseignements-genereux.hautetfort.com/archive/2008/08/25/c-r-s-s-s.html


Voici l'appel lancé à la suite de l'affaire dont parle le lecteur à l'origine du mail cité plus haut. (Ce qui est en rouge dans le texte de Patrick Mohr a été souligné dans le blog) :


"AMIS ,  LA  MEILLEURE  FAçON  DE  NOUS  DEFENDRE  C ' EST  DE  DIFFUSER  L' INFO   VITE  VITE  VITE  ET  DE  VENIR  NOMBREUX  SUR  NOTRE  BLOG  CES  PROCHAINS  JOURS . Nous  avons déjà  beaucoup  de  lecteurs  , en  réaction  à  nos  appels :  merci !  

ET  DE  TELEPHONER  AU  COMMISSARIAT  DE  NÎMES  04 66 27 30 00  POUR  PROTESTER :  PAS  D ' INSULTES  NI  D ' APPELS  REPETES  ,  JUSTE  LEUR DIRE QU' ON N' EST  PAS  EN  CHINE , ET  DEMANDER  CE  QUI  SE  PASSE ,  SURTOUT  POUR  NOTRE  PRESIDENTE  ET  AMIE  COURAGEUSE  JOSIANE  BALLATO ,  BENEFICIAIRE  D' UN  ABONNEMENT  LONGUE  DUREE  CHEZ  LES  RIPOUX  . EN  PRINCIPE  LES  APPELS  NOMBREUX  LES  CALMENT" .


Je porte à la connaissance du public des faits, j'informe.  A vous de relayer ce qui doit l'être. Mon rôle se termine là. Bonne journée Eva



Egalement reçu à l'instant, ce mail :

Entre les 2 pièces jointes reçues ce jour par   
www.vieuxauchomage.com  , ya plus qu'à faire le choix le plus utile ou le moin futile pour sa "fin" ou plutôt "faim" voire sa soif .  Bon appétit à vous. JT

Quelle FIN pour les retraités ?
Euthanasie pour tous (NB sauf les nantis), comme Jacques Attali en parle ?
La faim ???
A méditer... Eva


blog http://vieuxauchomage.com


__________________________________________________________________________________________________________________________


Suite Union U.E. - Russie.
Reçu ce commentaire :


De Gaulle disait : "l' Europe,
de l'Atlantique à l'Oural"

et il avait parfaitement raison, là aussi. bravo pour cet article, une bouffée de
vérité dans un océan de propagande à la goebbels. un énorme coup de geule
contre les dernières menace de l'invraisemeble koucher, partant pour
toutes les guerre israélo-américaine et dont la place n'est décidement pas
en europe mais bien à telaviv ou aux usa,( ce qui est pratiquement la même
chose)

Il n'y a pas d'autre solution !  Eva


__________________________________________________________________________________________________________________________


Le monde est tombé sur la tête (1)

Mc Cain est malade, cette beauté inexpérimentée sera-t-elle Présidente des USA ??? Sérieux, non ?

Sandra (So)palin

Sarah Palin
État Alaska
parti républicain
mandat depuis le 4 décembre 2006

La désignation de la gouverneure de l'Alaska en tant que colistière du candidat républicain à la Maison Blanche John McCain laisse les médias plutôt sceptiques.

Cette stratégie, qui a pris de court les observateurs, pourrait bien se retourner contre lui.
"Avec ce choix, McCain retrouve son image rebelle", affirmait le Washington Post, après l'annonce de John McCain. S'il est élu, la gouverneure d'Alaska, qu'il n'a rencontrée qu'une fois auparavant sera sa vice-présidente.
Cette option "aide McCain à consolider la base conservatrice de son parti, qui a été tout au mieux tiède quant à sa candidature", poursuivait le quotidien, notant que Sarah Palin, située à la droite du parti républicain, pourrait apaiser les inquiétudes suscitées par certaines positions plus "centristes" de John McCain.

Un choix risqué

"Le choix de Palin par McCain est risqué", titrait le
Los Angeles Times, s'interrogeant sur les objectifs politiques d'un tel choix, ainsi que sur la capacité de Sarah Palin à séduire les femmes plutôt classées à gauche qui ont soutenu Hillary Clinton.
Dans sa volonté d'"attirer les électrices et de susciter un 'buzz' médiatique à la Obama, il sape le thème central de sa candidature, qui mettait 'le pays en premier', au dessus des calculs politiques", estimait le quotidien de la côte Ouest.
Le LA Times cite un stratège républicain qui estime que ce choix est une "décision hyperpolitique. Manifestement, il n'a aucune histoire commune avec Sarah Palin. Il ne la connaît pas. Cela semble être un coup calculé pour gagner des voix féminines".

En accord avec les électrices d'Hillary Clinton?

Mais le
New York Times doutait fortement de la capacité de Sarah Palin, mère de cinq enfants qui va à la chasse, soutient le lobby des armes à feu et s'oppose au droit à l'avortement, à être en accord avec les inconditionnelles d'Hillary Clinton.
(..)

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/la_presidentielle_americaine_
2008/20080830.OBS9451/pour_la_presse_americaine_sarah_palin_represente_un_ris.html



Le mode de vie de Sarah Palin, typique de l'Alaska, a contribué à son image : elle mange des hamburgers d'élan, vit sur un lac, pratique la pêche de glace, fait de la motoneige, chasse, est membre de la NRA et possède un hydravion[13 Wikipedia.org

_
Lors d’une première interview, premier dérapage : "Pour répondre à votre question : quel est le rôle d’un vice président ? je vous le dis, je ne peux toujours pas répondre à cette question jusqu’à ce que quelqu’un y réponde à ma place. Que fait donc exactement un vice président toute la journée ...

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=43835
_______________________________________________________________________________________________________


Le monde est tombé sur la tête (2)

Sarkozy promu champion...

... des droits de l'homme, sociaux, humanitaires, et pour ses actions en faveur de la démocratie, de la tolérance, de la défense de l'environnement... et avec des criminels comme parrains.... Et qui va honorer notre "grand" homme ? Un Rabbin et la fondation Elie Wiesel (vous savez, le Prix Nobel de la Paix qui appelle, en toute impartialité, à la guerre contre l'Iran....). Hé, hé.... Ca paie, la vassalisation à l'idéologie néo-sioniste ! (Eva)

Nicolas Sarkozy va définitivement rentrer dans la cour des Grands, ce mois de septembre à New York. Une double consécration l’y attend. Nul n’est prophète en son pays, dit la Bible. Sarko l’Américain verra donc ses nombreuses vertus reconnues et saluées de l’autre côté de l’Atlantique.

On aurait pu croire à un poisson d’avril en plein mois d’août, mais non... L’information semble sérieuse : Nicolas Sarkozy va se voir décerner le "prix mondial de l’homme d’Etat 2008" par la Fondation Appel de la conscience (ACF), une puissante organisation non gouvernementale américaine.

Ce prix lui sera décerné au cours du dîner de gala annuel de l’organisation, le 23 septembre à New York. "Nicolas Sarkozy a fait preuve de détermination et persévérance dès qu’il est apparu dans l’arène internationale où il s’est attaqué aux défis politiques, sociaux et humanitaires d’aujourd’hui", explique le président et fondateur de l’ACF, le rabbin Arthur Schneier. "C’est de façon exemplaire qu’il s’est fait le champion des droits de l’Homme, de la démocratie et de la tolérance, tout comme de la défense de l’environnement. C’est un homme d’Etat de stature mondiale", a ajouté Schneier.

Nicolas Sarkozy ne fera pas le voyage à New York pour rien, puisque la veille, le 22 septembre, il recevra un "Humanitarian Award" de la Fondation Elie Wiesel. Ce prix récompense “des êtres exceptionnels qui ont consacré leur vie à combattre l’indifférence, l’intolérance et l’injustice”. Quelle revanche pour cet homme qui confiait avant son élection de 2007 à la journaliste Catherine Nay : "J’étais égoïste, dépourvu de toute humanité, inattentif aux autres, dur, brutal... Mais j’ai changé !"

Sarkozy sera honoré "pour son action humanitaire dans divers domaines, particulièrement dans les conflits internationaux et dans la mobilisation de millions de dollars pour l’Afghanistan et les pays africains." Remporter un prix humanitaire pour faire la guerre semble curieux... pour celui qui n’a pas compris qu’en Afghanistan la France ne fait pas la guerre à proprement parler, mais du "peace making" (c’est déjà beaucoup plus sympa), selon l’expression du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

Des parrains exemplaires

Pour revenir à la soirée de gala du 23 septembre, qui fera de notre président l’homme d’Etat de l’année 2008, en raison de ses actions en faveur des droits de l’Homme, de la démocratie et de la tolérance, deux détails sont à relever, qui ne manquent pas de sel. D’abord, Nicolas Sarkozy sera présenté à l’assistance par l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger.

Voici, pour rappel, les actions "humanitaires" d’Henry Kissinger, telles que présentées par Christopher Hitchens dans Les Crimes de monsieur Kissinger (on peut en lire davantage ici) :

« Henry Kissinger doit-il être déféré devant le Tribunal international de La Haye pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, et pour conspiration impliquant le meurtre, l’enlèvement et la torture ? Oui, répond clairement l’écrivain, journaliste et essayiste anglais, Christopher Hitchens, à travers une enquête serrée, fondée sur des documents secrets, et récemment déclassifiés par les autorités américaines. On apprend comment le Prix Nobel de la paix 1973 a cyniquement organisé les bombardements de populations civiles au Laos et au Cambodge, comment il a fait assassiner le général chilien Schneider pour tenter de barrer la route à Allende, comment il a installé le général Pinochet, comment il a soutenu secrètement la tentative d’assassinat de Mgr Makarios à Chypre, comment il a ruiné l’expérience d’un régime démocratique au Bangladesh. En fait, ce livre montre, d’une manière exceptionnelle et précise, comment un pouvoir démocratique comme celui des États-Unis peut organiser des crimes à l’échelle mondiale, et révèle également les vraies motivations d’Henry Kissinger : cynisme, argent, pouvoir... » (présentation de l’éditeur).

Seconde curiosité de ce dîner de gala "humanitaire" : il sera présidé entre autres par Serge Dassault, sénateur UMP, propriétaire du Figaro, ami de Nicolas Sarkozy, qui, le 10 juillet 2008, a mis en évidence son humanisme, dans une interview surréaliste sur i>télé, dans laquelle il qualifiait la grève de "cancer", prônait l’inderdiction des grèves politiques, et vantait le modèle chinois (à imiter en France), avec des travailleurs bossant 45 heures par semaine pour fabriquer des produits pas chers, et dormant dans leurs usines...

Le 19 juin, il stigmatisait déjà les chômeurs "fainéants" : (..) On réduirait carrément les aides aux chômeurs, ce serait quand même plus efficace si on veut les faire travailler que de vouloir donner de l’argent sur denier de l’Etat".

L’intransigeance sur les droits de l’homme

Nicolas Sarkozy sera donc honoré par deux hautes figures de l’humanisme, comme on le voit. Mais lui-même, est-il bien le "champion des droits de l’Homme, de la démocratie et de la tolérance" qu’on nous vante ?

C’est en tout cas ce qu’il avait promis d’être avant son élection.
suite à

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=43824



________________________________________________________________________________________________________

Le monde est tombé sur la tête (3)

La diplomatie du 2 poids 2 mesures

Oui, mais voilà : et le Kosovo ? En reconnaissant l’indépendance de cet État il y a six mois, ceux qui poussent aujourd’hui des cris d’orfraie ont-ils respecté la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Serbie ? Aussi le président russe Dimitri Medvedev a-t-il beau jeu d’observer : "En matière de relations internationales, on ne peut appliquer une règle aux uns et une différente aux autres. Nous avons pourtant constamment expliqué qu’il serait impossible après la reconnaissance de la déclaration illégale d’indépendance du Kosovo de dire aux Abkhazes et aux Ossètes que ce qui était possible pour les Albanais du Kosovo ne l’était pas pour eux".(..)
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=43839

____________________________________________________________________________________________________

Toutsaufsarkozy
Quand Christine Ockrent passe RFI au kärcher: l'affaire Labévière


Le monde est tombé sur la tête (4)

Licencié pour avoir fait honnêtement son travail
:
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-22302993.html



SIGNEZ LA PÉTITION POUR LA CAMPAGNE DE SOUTIEN A RICHARD LABÉVIÈRE :
/
http://french-revolution-2.blog.fr/2008/08/26/rfi-vient-de-faire-taire-un-grand-reporter-4641734  

Partager cet article

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Violence - non-violence
commenter cet article

commentaires

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages