27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 17:24



Intégration de la Russie dans l'Europe,
ou désintégration de l'Europe
dans une guerre mondiale ?
Il faut choisir. Rapidement.

Nous devons dénoncer
le prétendu choc Occident-Russie
dans lequel le NOM carnivore
veut nous entraîner pour son
seul bénéfice : Elimination d'une
partie de la population en surnombre
par la guerre, guerre par procuration
contre la puissance émergente russe
par l'Europe sur son sol, à ses frais,
juteux bénéfices pour les industriels
de l'armement (essais et ventes d'armes),
du pétrole, de la reconstruction.

La Russie attise les convoitises du NOM :
Celui-ci  rêve de faire main-basse sur ses ressources
en installant des gouvernements-fantoches,
au service des multinationales occidentales.
La Russie défend son territoire, son indépendance,
ses ressources - et son dernier pré-carré
que lui disputent les Occidentaux, notamment
dans le Caucase, après l'avoir dépecée sous
Eltsine. Elle est donc affaiblie, à leur avantage.
Mais elle redresse la tête, aujourd'hui.
Ce que ne peuvent supporter les Occidentaux,
qui refusent de voir leur suprématie partagée.

La région est une zone stratégique,
particulièrement pour l'or noir.
Israël, en particulier, veille au grain. Avec
son allié turc, pour le transport du pétrole.
L'Empire veut étendre sa domination sur
le monde, avoir une tête de pont en Europe.
La Russie veut s'affirmer à nouveau,
ne pas se laisser encercler ou menacer
par les boucliers anti-missiles qui
hypothèquent sa défense.

Les uns, les Occidentaux, veulent étendre
leur domination, affermir encore un peu plus
leur hégémonie. Les autres, les Russes,
tentent de défendre leur pré-carré, et de
consolider leur puissance renaissante.
Choc de deux types d'intérêts. Les uns
impérialistes, les autres de préservation.

Alors, les Médias s'acharnent contre la
puissance russe émergente. En nous
dressant jour après jour contre elle,
insidieusement. Pour nous préparer
au grand affrontement contre le futur
rival, avec la Chine, du NOM., de l'
Empire, de l'Occident. Artificiellement !
Car ce n'est pas notre intérêt. Soyons
vigilants !


La Russie n'est pas notre ennemie,
c'est nous, à cause des médias,
qui le décidons arbitrairement. 
La Russie a sa place en Europe, pleinement.
Dans son prolongement géographique,
historique, culturel, économique, géo-stratégique.

Pour une grande Europe,
indépendante, forte économiquement.
Pour un monde multipolaire, équilibré.
Et pour la paix
.




Par curiosité, j'ai voulu découvrir le pays de ma mère, voici une trentaine d'années. Je suis partie pleine de préjugés contre la Russie communiste, ceux qu'on vous plante dans la tête à longueur de désinformation : Pas de liberté, la dictature, la pauvreté pour tous...

Au risque de décevoir tous les grincheux, j'ai pu circuler partout à Moscou et dans les alentours, ouvrir toutes les portes. Peut-être avais-je derrière moi un agent du KGB, en tous cas il a été très discret puisque je ne m'en suis pas aperçue. Et j'ai vu un pays où il n'y avait pas de chômage, pas de délinquance, pas de clochards, pas de misère. Tout le monde avait un toit, certes exigu, mais pour le prix d'une voiture, parce que les Russes considéraient que c'était l'équipement le plus nécessaire. Oui, pas l'automobile ! 

Le métro ne coûtait presque rien, et chaque citoyen pouvait bénéficier de la crèche, de l'école, de l'université, des soins, des équipements de loisirs, gratuitement. Les produits de première nécessité étaient subventionnés. Cerise sur le gâteau, les écrivains étaient rémunérés, à condition de ne pas critiquer le gouvernement. Normal, non ?

L'Occident a tout fait pour contenir le communisme - et la Russie. Victorieusement. Et la puissance russe s'est désintégrée, avec Eltsine au pouvoir. Les vampires des pays  "démocratiques" se sont emparés, à bas prix, des richesses des Russes.  Ainsi, le centre de Moscou s'est vidé de ses habitants, relégués à la périphérie et surtout à la rue, au profit des oligarchies du monde "libre". Le pays a été pillé. La mafia s'est installée, des grosses fortunes sont nées, souvent fruits de la pire corruption, et la pauvreté a gangréné le pays. Des hordes d'enfants ont pris possession de la rue, partageant le bithume avec les retraités privés de leurs pensions, bientôt rejoints par les fonctionnaires sans fonction. La Russie a dévalué sa monnaie et s'est retrouvée en rupture de paiement. Ses habitants se sont consolés avec la Wodka, et la durée de vie a décliné dangereusement. L'ogre américain jubilait : L'ancien rival communiste était exsangue.

Et Poutine est arrivé, Poutine, la coqueluche des Russes, leur idole ! On les comprend. Joueur d'échec, sportif, musclé, une volonté de fer et une détermination sans faille, le nouveau maître du Kremlin se moque des honneurs, de l'argent, des prébendes. Il a accepté le pouvoir par amour pour son pays, pour redresser la Russie, pour servir son peuple. Une denrée rare, aujourd'hui, où l'on se saisit du pouvoir à des fins personnelles, pour accroître sa fortune ou son prestige, sinon les deux. En s'aplatissant à qui mieux mieux devant les Américains.

Et la Russie s'est redressée, et la Russie a reconquis sa place dans le monde. Au premier rang. Désormais, il faut compter avec elle, avec ses compétences scientifiques et techniques, une croissance économique forte, une armée réorganisée et modernisée, une assurance et un dynamisme retrouvés, une parfaite maîtrise spatiale, et bien sûr des ressources minières à rendre jaloux ceux qui sont moins gâtés - comme les Américains, justement. Terriblement dépités.

Le terrain d'affrontement est moins idéologique, aujourd'hui, bien qu'on reproche à la Russie son autoritarisme centralisateur aux relents totalitaires, son absence de goût pour la démocratie selon les critères occidentaux : Il s'est déplacé. Les Etats-Unis ne tolèrent pas d'autre puissance que la leur. Le monde, pour eux, doit rester unipolaire, dominé, bien peu démocratiquement, par eux, encore eux, toujours eux, et personne d'autre. Les prétentions hégémoniques n'ont pas changé. Les Russes doivent être contenus - c'est ce que l'on appelle la politique de "containment", d'encerclement : Géographiquement, bien sûr, car la Russie, une par la culture et la langue, a la taille d'un Empire; militairement, en installant des bases américaines sur sa périphérie; économiquement, en la privant, notamment, de son monopole du transport du gaz et du pétrole. 

L'arrogante Amérique a provoqué le chaos georgien. Ce pays du Caucase, en réalité dirigé par Washington, et en partie formé militairement par Israël, a attaqué l'Ossétie, au mépris des lois internationales, en bombardant des civils, et même un hôpital, et en tuant des Casques bleus russes.

Les médias occidentaux ont fustigé la barbarie russe. La guerre de propagande a pris le relais. Le nouvel ennemi des Européens, c'est désormais la Russie. Comme au temps de la guerre froide. Et tant pis pour le ridicule. Un ridicule qui peut tuer....

Mais la Russie a triomphé. Par sa rapidité, par son efficacité, par sa retenue, par sa maîtrise parfaite des événements. On sent la main de Poutine. Oui, désormais il faut compter avec la Russie. Elle a retrouvé sa place, la première, dans le concert des grandes nations.  Et c'est une bonne chose, pour l'équilibre du monde. Un monde unipolaire, dominé par l'hégémonique Amérique, est dangereux. Inhumain. Condamné, à terme.

Alors, doit-on craindre la bouillonnante Russie ? Personnellement, je dis non. Un non franc et massif. Et motivé.

La Russie peut-être une chance pour le monde, et pas seulement pour son équilibre. Mais aussi pour la paix. A condition qu'on n'entretienne pas l'idée, artificielle et pernicieuse, du choc de civilisations. Du choc Est-Ouest, et plus seulement barbarie (arabe, ou musulmane) - civilisation (occidentale) comme on le prétend.

Si la guerre contre la terreur hitlérienne a été gagnée, contrairement à ce qu'on laisse croire, ce n'est pas à cause des Américains. C'est essentiellement grâce à la Russie, qui a marqué un coup d'arrêt à l'expansion nazie. Historiquemeent, comme culturellement d'ailleurs, la Russie est liée à l'Europe.

Cet Etat, contrairement aux Américains, ne menace personne, et surtout pas les Européens; Il défend son dernier pré-carré, ses débouchés, ses voies de communication, son indépendance stratégique, sans cesse amputés par l'agressivité jalouse des Américains et par la menace que constitue l'installation de boucliers anti-missiles à sa lisière, l'empêchant, le cas échéant, de protéger ses propres intérêts.

Gardons-nous de tomber dans le bellicisme des anciens pays satellites de l'URSS, hélas membres de l'Union européenne. Leur esprit de revanche ne peut être que source de problèmes.

Gardons-nous des mauvaises intentions des Etats-Unis, pétris de jalousie envers la puissance retrouvée de la Russie, et du désir, infiniment malsain, de dominer la planète.

Gardons-nous de nos faux amis, et vrais dirigeants européens, viscéralement, fondamentalement, soumis à Washington. Ils nous conduisent à une pente fatale. Celle de l'affrontement, tôt ou tard, avec la Russie. Pour le seul profit des Américains, et de leurs multinationales de mort ou de la reconstruction.

Nous avons mieux à faire : Pour affermir nos intérêts économiques (la Russie est grand fournisseur de matières premières dont nous avons tant besoin, et elle est appelée à constituer un puissant débouché pour nos produits), pour consolider la vocation de puissance européenne dans le monde, pour assurer la paix sur la planète, pour ces trois grandes raisons, nous devons impérativement coopérer avec la Russie, au lieu de chercher à la contourner, à l'encercler, ou pire encore à l'affronter comme on souhaiterait nous y conduire. Mieux, nous devons l'intégrer à l'Union européenne.

En accomplissant une telle intégration, nous ferions un immense pas vers la consolidation de notre propre puissance, l'indépendance de l'Union Européenne et sa spécificité, et la paix dans le monde qui passe, inévitablement, par le refus de l'unilatéralisme et par l'équilibre des intérêts et des pouvoirs.

L'occasion peut nous en être fournie le Ier septembre prochain, lors du sommet européen qui aura lieu à Bruxelles sous l'égide de Nicolas Sarkozy, consacré à l'avenir de l'Europe... et de la Russie.

Ensemble, pour un avenir commun complémentaire, serein, fort, indépendant, multipolaire, et de paix.

Il est temps de faire prévaloir l'intérêt des peuples, l'audace de la pensée, et la Sagesse.

Alors, l'humanité aura fait un grand pas... pour l'accomplissement du meilleur. Pour une fois !





wikipedia.org

TAGS :

Russie, URSS, Union Européennne, Poutine, Etats-Unis, choc est-ouest, choc barbarie-civilisation, Ossétie, Caucase, wodka, Ukraine, pays satellites de l'URSS, hégémonie américaine, Eltsine, médias, désinformation, occident...



Les vrais terroristes

Comparons, les besoins humains - listés dans la Pyramide de MASLOW avec ce que cherche a nous IMPOSER l'idéologie ultra libérale et conservatrice dont sont adeptes les technocrates EUROPEENS soutenus par les gouvernements Nationaux... Européens....

N'y-a-t-il, pas dans cette comparaison comme un hiatus ?

De nombreuses contradictions impossibles a relier en elles parce trop antinomiques; entre les besoins réels, indiscutable de l'être humain et, les intérêts financiers et de »puissance » prônés et mis en œuvre par la minorité « possédante » ?

Un RAPIDE RAPPEL DES CONSEQUENCES DE L'IDEOLOGIE ULTRALIBERALE ET CONSERVATRICE MADE IN USA :

Liste non exhaustive et dans le desordre  :

Famine, pauvreté, absence de soins, stress - insécurités psychologique, physique,  guerres, retour des cadavres de soldats français, chômage, fichage, emprisonnement arbritraire, l'institution judiciaire et les medias aux bottes du pouvoir politique qui, lui-même est  sous la tutelle de la HAUTE FINANCE , qui lui-même fonctionne dans l'opacité totale avec à sa tête de nombreux incompétents (Crise des surbrimes, faillites de banques, fermetures d'entreprises égale licenciements etc...

Les dangereux et VERITABLES terroristes ne sont ni Ben LADEN et ses "poulains", ni les talibans et leurs adeptes, ni le Hezbollah et ses Kamikazes suicidaires

Mais certainement :

les gouvernants des pays Occidentaux et leur amis de la Haute finance
Qui, sans fléchir sacrifient - dans l'opacité totale - l'avenir de milliers d'individus -

 
Dés qu'il s'agit de nommer, qualifier les forfaitures de leurs amis , les  -auto-affirmés- democrates, qui sont, comme chacun le sait d'une  pudeur extrême- désignent ces comportements DICTATORIAUX, aux seuls service d'intérêts particuliers et partisans - du terme de  lobbing-

Ces Necrophiles, qui aiment tant jongler, jouer avec la vies de nombreux habitants de cette planéte, confortablement installés à  l'ombre et sous la haute protection de nombreux politiciens, élus du peuple ne sont, en fait que  :


"les Chefs d'un gang Maffieux - d'un systéme bancaire qu'ils ont organisé de telle maniére, qu'ils en sont et en resteront  toujours les seuls bénficiaires

De véritables sangsues

Ils sont là, les TERRORISTES !!!!

http://hadria.riviere.over-blog.com/article-22287481.html


  __________________________________________________________________________________________

 

Ne leur reste-t-il plus que la guerre face à leur
crise économique et de civilisation ?

Bush, Merkel, Barak poursuivent dans leur logique de guerre
http://socio13.wordpress.com/2008/08/26/barak-bush-et-merkel-poursuivent-
dans-leur-logique-de-
guerre/


L'OTAN, une alliance de papier
il devient parfaitement évident que la Géorgie n’adhérera jamais à l’OTAN et que le rapport des forces dans le monde a radicalement changé à la suite de cette petite guerre de cinq jours.
http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/lotan-une-alliance-de-papier-par-john-laughland/


Une révolution ne peut naître que de la culture et des idées -
Castro

Extraits : Il faudra continuer de livrer une bataille plus difficile contre cet empire si puissant:
la bataille idéologique
Nous avons accompli de dignes missions internationalistes. Plus d’un demi-million de nos compatriotes ont participé à des missions de ce genre, dures et difficiles, des enfants de ce peuple qui ne savait pas lire ni écrire et qui a atteint un degré de conscience si élevé qu’il est capable de verser son sueur et jusqu’à son sang pour d’autres peuples
On parle de blocus économique. Non, il s’agit d’une vraie guerre économique,
Il est démentiel, et même chaotique et absurde, le modèle de consommation que ces gens-là sont en train d’imposer au monde
http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/une-revolution-ne-peut-naitre-que-de-la-culture-et-des-idees/


Ce qu'on n'a pas dit de Cuba

http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/reflexions-du-companero-fidel-ce-qu%e2%80%99on-n%e2%80%99a-pas-dit-de-cuba/


Russie : Déclaration officielle
concernant la reconnaissance  de l'Abakhazie et de l'Ossétie

http://socio13.wordpress.com/2008/08/27/declaration-officielle-du-ministere-des-relations-exterieures-de-russie-a-propos-de-la-reconnaissance-de-l%e2%80%99abakhazie-et-de-l%e2%80%99ossetie-du-sud/


Au bord d'un conflit majeur :
Les USA auraient testé une intervention contre l'Iran, en Georgie

MOSCOU, 27 août - RIA Novosti. Les E.U. ont armé la Géorgie et l'ont poussée à un conflit en Ossétie du Sud pour tester un projet d'opération militaire contre l'Iran, a estimé jeudi le général Leonid Ivachov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, lors d'une conférence de presse à Moscou.

"Nous sommes au bord d'un conflit majeur: les Etats-Unis et les pays de l'OTAN préparent une offensive stratégique. L'opération menée par l'OTAN sur le territoire géorgien a été dirigée contre la Russie, et les Sud-Ossètes en sont des otages. Nous la considérons comme une répétition de frappes sur l'Iran. Il y a beaucoup de "nouveautés" qui sont testées aujourd'hui dans cette région", a-t-il indiqué.

Selon M. Ivachov, la probabilité d'une guerre contre l'Iran se renforce de jour en jour. "Finalement, la situation sera entièrement bouleversée dans la région. Le chaos et l'instabilité deviennent les objectifs de la politique officielle de Washington", a-t-il estimé.
http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2008/aug/20/usforeig
En substance, l'auteur pense que la claque que vient de subir les USA en Géorgie va pousser le régime Bush à bombarder l'Iran, pour ne pas quitter sur cet échec.
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-22291909.html




L'énigme russe :

Extraits : Les Russes ne rechignent certainement pas à élargir la crise, à l’aggraver...(“la puissance russe est de retour”) .

• Les Russes élargissent la crise à l’Afghanistan, en activant leur position menaçante de la rupture de la voie de renforcement des forces de l’OTAN en Afghanistan par la Russie. C’est plus qu’une mesure de rétorsion, c’est une mesure offensive d’élargissement de la crise.

• Le Parlement russe demande, à l’unanimité, la reconnaissance de l’indépendance des territoires de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie.

…Certes, les Russes sont habiles. Ils n’ont pas été complètement intoxiqués par les coutumes occidentales, l’espèce de paralysie des esprits et des volontés produite par le virtualisme, le médiatisme, l’abdication complète des autorités politiques devant les conditions imposées par la crise systémique et ainsi de suite. Pour autant, la Russie n’est pas exempte de conceptions et perceptions qu’on jugerait irrationnelles

L’on peut d’autre part avancer l’hypothèse que les Russes sont arrivés à une appréciation de la crise plus fondamentale, plus radicale que la coutume, et nécessitant plus qu’une “tactique habile”.

les USA sont aujourd’hui dans une situation structurelle similaire à celle de l’URSS avant son effondrement. Certaines remarques, notamment de Zogorine, l’ambassadeur russe à l’OTAN, montrent que la Russie a bien une analyse radicale et assez originale du phénomène américaniste, bien plus qu’aucune des directions des peuples “évolués” de notre Occident qui s’en tiennent aux analyses des dîners en ville.

Poutine, après Chirac (et avant le Turc
Gür), est l’un des rares hommes politiques à avoir conclu qu’un système unipolaire n’était plus possible, – et, ajouterions-nous, plus tenable, lorsque le détenteur de l’unipolarité peut être observé comme irresponsable et erratique dans son comportement, et conduisant le reste à l’abîme. Les Russes ont-ils conclu que le système international ne peut plus continuer d’une façon cohérente avec les USA dans leur position d’influence actuelle et ont-ils commencé à agir pour tenter de briser sa structuration actuelle dans le chef du système américaniste? L’hypothèse est à retenir pour suivre la crise telle qu’elle va se développer
http://www.dedefensa.org/article-l_enigme_russe.html



Afghanistan : Discours hypocrites et réalité sociale :

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-22291118.html


Le site du ministère des Affaires Etrangères piraté par une équipe russe
http://www.limmediat.com/article/international/00237-le-site-du-ministere-affaires-etrangeres-pirate-une-equipe-russe


Effet domino séparatiste
pouvant menacer la Fédération de Russie ?


MOSCOU (Reuters) - La décision russe de reconnaître l'indépendance des provinces géorgiennes séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud pourrait réveiller des velléités indépendantistes sur le propre territoire de la fédération de Russie et créer un effet domino. (..)

La Tchétchénie. En Ingouchie et au Daguestan voisins.. En Ossétie du Nord (..)

Le traitement intransigeant de la crise géorgienne par Moscou devrait cependant refroidir toute tentative de suivre les exemples abkhaze et sud-ossète.

Il est devenu évident que la Russie est forte
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080827/twl-russie-georgie-separatisme-bd5ae06.html



Du Sud au Nord, la crise bascule
25 août 2008 — Décidément, l’affaire géorgienne apparaît d’une importance considérable. Rien ni personne dans le monde des autorités politiques, notamment en Occident, ne semble capable d’en prendre la mesure, a fortiori d’envisager une initiative ou l’autre qui puisse relancer la marche des choses vers une matière plus constructive. Effectivement, comme l’écrivait d’une plume angoissé le Britannique Michael Binyon du Times (le 16 août), la crise n’évolue nullement comme font d’habitude les crises lorsqu’on est parvenu à les contenir sur le terrain et sa tension reste plus que jamais active et proliférante («This conflict threatens to trigger a struggle that, if badly handled, could consume an entire continent», dit Binyon). Simon Jenkins a publié une remarquable tribune, hier dans le Times également, qui se termine par ses observations sur la situation et, précisément, sur les dirigeants européens: «Yet history shows that “going to war” is never an intention. It is rather the result of weak, shortsighted leaders entrapped by a series of mistakes. For the West’s leaders at present, mistake has become second nature.»

L’“Ouest”, c’est-à-dire les USA principalement puisque les autres ne font que courir derrière en se donnant ainsi l’impression d’exister, n’a strictement aucune politique pour cette circonstance extraordinaire qu’il a pourtant tout fait, depuis 17 ans, pour susciter. L’“Ouest” a prévu les JO de Pékin, la visite du Dalaï Lama en France, les débats pompeux sur l’adhésion de la Géorgie à l’OTAN, l’installation du BMDE en Pologne et toute cette sorte de choses, mais pas de politique qui prenne en compte la réaction de la Russie. La Russie est soumise depuis 17 ans à un traitement qui aurait dû suggérer, ou pour le moins faire envisager qu’elle réagirait un jour ou l’autre; rien de cela mais beaucoup de gémissements et de jérémiades. Dans cet article qui devrait devenir fameux de l’International Herald Tribune sur le thème “oh là là, nous avons beaucoup à perdre avec la Russie”, un Strobe Talbott, vétéran des rapports avec la Russie de la fin des années 1980 et des années 1990, s’insurge contre les réactions de Washington qui semblent se réduire justement à ces gémissements et à ces jérémiades:
http://www.dedefensa.org/article-du_sud_au_nord_la_crise_bascule.html



Les guerres de l’opium
ou l’écrasement de la Chine.
Génocides coloniaux :
la face cachée du
négationnisme occidental

par Michel Tibon-Cornillot, écrivain

L'étendue des désastres liés aux guerres de l'opium, et plus généralement, à la destruction des institutions impériales chinoises est massivement ignorée par la plupart des chercheurs et des hommes politiques français. Ces pillages, famines, répressions, durèrent un siècle, de 1840, la défaite chinoise devant les troupes anglaises, à 1949, l'arrivée des communistes au pouvoir. Les chercheurs anglo-saxons, bien meilleurs connaisseurs de cette période, évaluent le nombre des victimes dans une fourchette oscillant entre 120 et 150 millions en un siècle.

Cette ignorance cynique est à l'origine de la déroute française lors du passage de la flamme olympique à Paris, le 7 avril 2008. On en connaît les grandes lignes :

• L'alignement du président Sarkozy sur les consignes de Robert Ménard, président de l'ONG Reporter Sans Frontières, créée avec l'argent des contras de Miami et le soutien de la CIA.  (..)
http://www.dedefensa.org/article-les_guerres_de_l_opium_ou_l_ecrasement_de_la_chine_10_08_2008.html



Qui veut tuer la SS solidaire ?

http://socio13.wordpress.com/2008/08/26/qui-veut-tuer-la-securite-sociale-
solidairepar-nicolas-pomies/




Visiter l'excellent site
Solidariteetprogres :


27 août 2008   

Afghanistan : comment les britanniques et Cheney protègent l’opium

 
Géorgie, Pologne, Pakistan, Xinjiang... :
L’Empire britannique lance la guerre

« La guerre au terrorisme ne peut être gagnée que par des initiatives économiques recréant les conditions d’une croissance mondiale partagée et en tarissant la source des provocations qui se trouve dans les allées du pouvoir anglo-américain et en particulier dans les officines de l’oligarchie financière installée à Londres »

Jacques Cheminade, 21 août 2008
Retirons les combattants français d’Afghanistan















Mais que se passe t-il ?

  • Pourquoi Gordon est en boule : L’EMPIRE S’ECROULE
  • La ruse géorgienne des britanniques : Ainsi Hitler envahit la Pologne
  • Poutine a infligé une défaite décisive à l’Empire britannique



  • L’Empire britannique,
    comment ça marche ?


    La défaite de l’Empire britannique :

    • La conférence internationale de Kiedrich de septembre 2007
    • Asie du Sud-Ouest : La doctrine LaRouche
    • Rabelais et l’art de la guerre
    • http://www.solidariteetprogres.org/sp_HP-Aout.php3



    • Vers une 3e guerre mondiale ?


      26 août 2008 (Nouvelle Solidarité) — Dans un article rédigé le 22 août, Helga Zepp-LaRouche analyse la gravité de la situation stratégique :

      « Soit on arrête immédiatement les provocations géopolitiques contre la Russie (comme l’attaque menée contre l’Ossétie du Sud par le régime britannique fantoche en Géorgie ou l’accord américano-polonais sur l’installation de systèmes de défense anti-missiles et d’une base américaine en Pologne), soit la situation stratégique risque d’évoluer très rapidement vers une Troisième Guerre mondiale. Face à la désintégration progressive du système financier mondial, la tentative de la faction impériale d’encercler la Russie et la Chine pour les obliger à capituler revient à jouer avec le feu. C’est un jeu dangereux de risque-tout qui pourrait mener à la destruction de la civilisation humaine. Cette politique, conçue à Londres et exécutée avec l’aide américaine, comprend une éventuelle frappe militaire contre l’Iran, et ce danger reste réel.

      « Lorsqu’on pense à la destruction et aux horreurs monstrueuses provoquées les deux guerres mondiales du XXe siècle, il est incompréhensible que nos dirigeants politiques fassent preuve de si peu de courage face ce danger. (...)

      « L’ambassadeur russe auprès de l’OTAN, Dmitri Rogozine, a bien posé le problème lorsqu’il a demandé aux journalistes, à Bruxelles : "Etes-vous prêts à risquer votre richesse, votre vie et celle de vos enfants pour Saakachvili ?" Il aurait pu l’appeler par son surnom, "Sorosvili", car George Soros et Mark Malloch Brown (son partenaire au sein du Quantum Fund pendant des années, et actuel ministre britannique chargé de l’Afrique, l’Asie et l’ONU) ont financé en Géorgie chaque membre du gouvernement, depuis les ministres jusqu’aux fonctionnaires de police, depuis la Révolution des Roses. »

      Après avoir évoqué le danger d’une crise des missiles de Cuba en Europe centrale, Helga Zepp-LaRouche insiste sur la nécessité de stopper l’expansion de l’OTAN. « Aujourd’hui, nous serions déjà en guerre contre la Russie, si la Géorgie et l’Ukraine avaient pu adhérer à l’OTAN lors du sommet de cette année à Bucarest, et ce constat devrait suffire en lui-même à renoncer définitivement à toute expansion future de l’OTAN en Europe de l’Est. Il est utile aussi de se rappeler pourquoi la Russie (et la Chine) sont devenues si soudainement le grand ennemi.


      « C’est lorsque le président Poutine parvint à réduire l’influence des structures mafieuses, renforçant la Russie sur les plans économique et politique et défendant les intérêts souverains de la nation, que la Russie a été déclarée l’ennemi. Par sa réaction déterminée contre la Géorgie, le gouvernement russe a montré que l’ère de la mondialisation, c’est-à-dire de l’empire anglo-américain, était terminée. »

      « Après la dissolution de l’Union soviétique, on a manqué la chance d’asseoir les relations Est-Ouest sur une nouvelle base, la politique occidentale consistant, pour des raisons géopolitiques, à transformer la Russie en pays du tiers monde producteur de matières premières, grâce à la thérapie de choc. A l’époque, les oligarques occidentaux éprouvaient une grande sympathie pour leurs partenaires russes et le clan Eltsine ; ensemble, ils pillaient le pays. Une Russie fournissant indéfiniment des matières premières pour l’Occident et pleinement intégrée dans la mondialisation, ne posait pas de problème. A Moscou, on n’a jamais oublié le rôle de George Soros.

                          http://www.solidariteetprogres.org/article4487.html

Les investisseurs étrangers n'ont pas l'intention de quitter la Russie
http://www.marcfievet.com/article-22297421.html

Uribe devant la Cour Pénale Internationale ?
http://www.marcfievet.com/article-22293907.html

Partager cet article

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Russie - Pays de l'Est..
commenter cet article

commentaires

eva 11/11/2008 17:06

Lercoul Bonjour.  Que veux-tu dire ? Que le mal qu'on a dit du communisme était  faux ? Que le mal qu'on a dit du capitalisme était vrai ??? Merci de préciser !  Bien à toi Eva

lercoul 11/11/2008 16:00

« Tout ce qu’on nous a dit sur le communisme était faux, mais tout ce qu’on nous a dit sur le capitalisme était vrai. »

eva 28/08/2008 00:21

Bonjour ! Le Dalai Lama est pour l'intégration de la Russie dans l'OTAN, là je parle dans l'UE. De toutes façons, c'est un peu pareil aujourd'hui !!!A quoi sert l'Europe, l'UE si on trouve des raisons de l'entraîner dans un conflit ?je t'embrasse Eva

Marie-Eve 27/08/2008 23:30

Tu es du même avis que le Dalai Lama,Bonne nuit!

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages