18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 02:20
Une guerre mondiale prenant
sa source à l'Est plutôt qu'en Iran ??





 Vladimir Poutine, un homme d'envergure

"Les Etats-Unis sortent de leurs frontières nationales dans tous les domaines
et cela est très dangereux. Personne ne se sent plus en sécurité
parce que personne ne peut plus trouver refuge derrière le droit international"

"L’usage de la force n’est légitime que sur la base d’un mandat des Nations unies, pas de l’OTAN ou de l’Union européenne"

"Un monde unipolaire ne signifie en pratique qu'une chose, un centre de pouvoir, un centre de force, un centre de décision agissant comme un maître unique, un souverain unique, qui s'effondrera de l'intérieur.
Cela n'a rien de commun avec la démocratie."

Propos de Vladimir Poutine à la Conférence de Munich

Signez la pétition
L'indépendance du Kosovo est illégitime


http://vladimir-poutine.activblog.com/album-15400.html

Poutine, un dirigeant adulé par son peuple !
Un dirigeant qui aime son peuple,
et qui travaille pour lui !


SPECIAL  EUROPE DE  L' EST 

  Photo : 37 Photo : 48 Photo : 49 Photo : 125-2000-plisetskaya Photo : 124-2000-medalist Photo : 211
 

Bonjour

Spécial Europe de l'Est-Russie.
Pourquoi ? Parce que pour l'Europe, pour nous donc,
parler de la Russie et de l'Europe de l'Est,
c'est aborder un sujet chaud,
 qui va devenir brûlant à mon avis,
et qui peut-être même sera l'étincelle
qui va déclencher une nouvelle guerre mondiale.


Il faut savoir que les Etats-Unis vont mal, très mal,
ils sont en proie à toutes les crises, et d'abord
vous le savez financières, avec le risque de voir
d'autres monnaies plus solides supplanter le dollar.
Crises aussi sur le plan militaire, car toutes
leurs interventions se soldent par de graves échecs,
en Afghanistan comme en Irak, où ils s'enlisent lamentablement.
On peut posséder les armes les plus sophistiquées et, sur le terrain,
Israël l'a expérimenté au Liban, être mis en échec
par des autochtones nationalistes, mobiles, déterminés  et exaspérés
par les interventions prédatrices de puissances étrangères.
Par ailleurs, les USA souffrent d'un déficit de crédit dans le monde entier,
leur image s'est considérablement détériorée,
et ce n'est pas la popularité du sympathique Obama qui pourra
changer le cours des choses. Elu, il sera sûrement assassiné, et la situation
est telle, aujourd'hui, que les Américains, au dernier moment,
préfèreront confier leur sort à un homme qui leur semblera
plus fiable, plus expérimenté, un vétéran de la guerre.
On en reparlera. Car Mac Cain est encore plus dangereux
que ce pauvre Bush, parce qu'il est viscéralement
anti-arabe et pire encore pour nous Européens, anti-Russe.
Là, nous arrivons dans une zone de hautes turbulences.
Mc Cain représente aujourd'hui un immense danger
pour la paix dans le monde, pour sa stabilité.


Or, les USA ne laisseront pas d'autres nations
leur disputer la direction du monde.
Le géant ne se laissera pas détrôner.
Quitte à dévaster la terre entière.

De son côté, son meilleur allié, Israël,
des observateurs réputés ne cessent de le dire, et de le dénoncer,
Israël, donc, est devenu le principal inspirateur de la politique américaine.
Ce pays, de par sa situation, a de gros intérêts dans la région du Caucase,
d'abord pétroliers, ensuite géo-stratégiques.
Je vous l'ai expliqué récemment, en évoquant les interventions
en Ukraine,  Israël est le vrai instigateur des Révolutions Orange,
et sans doute aussi du démembrement de la Yougoslavie fatal aux peuples,
révolutions qui ont redessiné la carte de la région,
et modifié les donnes géo-stratégiques.
Génératrices de tensions futures.

Je pense pour ma part que cet Etat est aussi derrière
la chute du mur de Berlin, et le démantèlement de la Russie,
mais la diplomatie du Vatican, pour d'autres intérêts,
plus spirituels ceux-là, a apporté un appui décisif.
Ce qui est d'ailleurs un scandale, car le spirituel
ne doit pas s'occuper du temporel. Il y a là,
certainement, un abus caractérisé, et pour ma part,
bien que croyante, mais indépendante, je dénonce
une immixtion intolérable. Le Vatican, on ne le répètera
jamais assez, intervient en sous-mains, comme
n'importe quelle puissance, et ses visées, bien que déterminées
par d'autres motifs, sont elles aussi hégémoniques,
surtout avec le nouveau Pape, qui rêve de voir
l'Eglise catholique mener une vaste croisade
pour retrouver la place d'antan.
Croisades des chrétiens évangéliques ou des catholiques crispés
pour modeler le monde à leur façon,
croisades des islamistes en faveur de l'établissement d'une charia universelle,  croisades hégémoniques des sionistes.
Le monde est mal barré avec tous ces fanatiques !

Ceci étant posé, Israël comme les USA sont directement impliqués
dans la nouvelle redistribution des cartes qui s'opère à nouveau,
grâce à une Russie enfin redevenue efficace, sûre d'elle,
crédible, et pas du tout décidée à se laisser
davantage déposséder, pire encore, à se laisser
encercler par des puissances hostiles à sa puissance retrouvée.

Les USA n'ont pas l'intention de permettre à la Russie
de jouer un rôle majeur sur l'échiquier international,
et ils sont décidés à tout faire pour l'en empêcher.
Israël, en coulisses, y travaille, en envoyant armes et experts,
et en minant de l'intérieur certains pays à l'aide
de sous-marins associatifs, ces fameuses ONG qui sont
de moins en moins au service des peuples, et de plus en plus
au service d'intérêts financiers peu avouables, en tous cas
préjudiciables au destin des citoyens.

Aujourd'hui, les USA ne peuvent occuper tous les terrains militaires
à la fois, c'est pourquoi des ONG prennent le relais pour destabiliser
les pays, comme en Ukraine ou en Georgie, et les offrir
à des pantins obséquieux, dûment formés aux Etats-Unis,
coulés dans le moule néo-libéral, pire encore néo-conservateur,
et prêts à servir les intérêts de l'Occident plutôt que ceux
de leur pays.
Les Révolutions Orange ne représentent
pas une victoire pour les peuples, mais une défaite.
Car les pays qui en ont été victimes, sont passés de l'Europe
au giron atlantiste. Ils ont changé de camp, de servitude,

exactement comme la France gaullienne est en train
de passer de l'indépendance, à la dépendance vis-à-vis
de puissances étrangères, via Sarkozy.

Alerte ! Danger !
Via l'action de l'Empire
dûment relayée par les
ex-Etats de l'Est,
l'Europe cesse d'être une Union de pays Européens,
elle est en train de devenir un avant-poste de Washington,
son pré-carré, le 51 e Etat américain.

Au détriment de ses citoyens, jamais consultés,
au détriment de l' indépendance de l'Europe,
de sa spécificité, de son Histoire.
Surtout avec des dirigeants comme Sarkozy,
inconditionnel de la culture américaine si étrangère à la France,
ou Angela Merckel, farouche adversaire de l'Allemagne de l'Est,
du temps de l'ancienne URSS.


Et l'une des raisons qui font que nous entrons
dans une grave zone de turbulences, imprévisible,
est que nous avons introduit
le loup anti-soviétique dans la bergerie européenne.

 
Le loup, vous l'avez compris, ce sont les ex-pays de l'Est,
ceux qui sont viscéralement anti-communistes, comme les USA,
prêts à se réfugier sous n'importe quel bouclier américain,
par peur de voir la Russie retrouver la puissance perdue. 
En acceptant ces pays au sein de l'Europe historique,
nous avons pris un très grave risque.
L'Europe est minée de l'intérieur !

Et aujourd'hui, alors que les USA et Israël ne sont pas décidés à lâcher
le morceau caucasien, ni même à accorder l'autonomie
aux "provinces" russes comme l'Ossétie,
alors qu'ils se sont empressés de reconnaître l'indépendance
de l'Etat mafieux kosovar (un précédent dangereux,
et un cadeau, finalement, pour la Russie, qui pourra exiger
la même chose pour le Caucase), les USA et Israël, donc
veilleront au grain. Et la Russie aussi.

Dans un contexte aussi tendu, alors que les USA vont être occupés en Iran
 avec les Israéliens décidés à en découdre, coûte que coûte,
au risque de provoquer une nouvelle guerre mondiale
(comment ce peuple obsédé par "sa" Shoah peut-il
manquer à ce point de Sagesse !),
dans ce contexte de surcroît de crise financière,
grande sera la tentation d'ouvrir un nouveau foyer de guerre
en Europe, ce qui permettra de faire d'une pierre,
deux coups : D'abord, affaiblir la Russie en plein renaissance,
ensuite affaiblir l'allié concurrent par la santé éclatante, l'Europe.

Si l'Europe se laisse entraîner contre la Russie
par les anciens pays soviétiques
qu'elle a acceptés en son sein, cela risque de lui être fatal.
Comme Israël contre l'Iran, eux aussi sont prêts à en découdre,
pour éviter à tout prix de voir la Russie redevenir puissante.
Ainsi, ces pays risquent de devenir un piège pour l'Europe.
En d'autres mots, les USA peuvent être tentés de se servir
de ces pays européens, et du Caucase, pour engager l'Europe
à leur place dans un conflit contre la Russie. Nécessairement,
l'Europe et la Russie sortiront affaiblis d'une guerre. 
Et les USA (et leurs alliés) verront leur puissance renforcée.

Une situation de guerre - le coût humain et matériel  ne compte pas pour
les salauds qui sont à la tête des grands Etats - est hautement
bénéfique pour les USA, en proie à une grave crise financière,
et au risque de voir un démocrate élu,
alors que les Républicains, fort peu démocratiquement
(sauf en paroles) ne sont pas prêts à lâcher le pouvoir. 
Au final, une situation de guerre ne peut que renforcer, à terme,
la puissance des USA protégés sur leur propre territoire, 
et affaiblir la Russie, l'Europe, l'Iran seul Etat fort du Moyen Orient, 
et ensuite, la  voie sera libre pour affronter la Chine.

Tandis que de son côté Israël, cet Etat nain, 
mais furieusement ambitieux (comme on est loin
du Livre dont ils se réclament, de ses préceptes,
de ses commandements, de sa vocation réelle),  Israël, donc,
pourra dans l'indifférence générale des Etats exsangues
disséquer complètement les territoires palestiniens,
anéantir définitivement ses voisins,
et former un grand Israël sur les territoires arabes
arrachés à leurs propriétaires et annexés
dans l'illégalité complète.

Ainsi, le triomphe du cynisme, de l'égoïsme, de l'immoralité,
sera total, un Etat usraélien se partagera le grand gâteau
du monde, pour en faire un vaste Empire libéral, 
où les citoyens, nous tous, du moins les rescapés des guerres,
auront le choix entre devenir des serfs, des esclaves modernes,
ou être enfermés dans d'immenses prisons
comme celles que le pays de la liberté, de la démocratie proclamée, 
les Etats-Unis, prépare pour ses citoyens récalcitrants
au nouveau totalitarisme et à la précarité
juteuse pour ses promoteurs et leurs valets.

Science-fiction ? Non, réalisme.
Les Usraéliens sont prêts à tout pour servir leurs desseins, 
et les Russes comme les Chinois, eux, ne sont pas disposés
à se laisser faire. Ce qui nous vaudra, au final, 
un embrasement général, dont se protègeront les nantis dans
leurs bunkers quatre étoiles, et qui verra sans doute l'extinction
sinon de la race humaine, du moins de la civilisation. 

Quant à nous, profitons de la vie, chaque instant est précieux,
achetons des pastilles d'iode, et troquons nos économies
contre des lingots d'or. Que faire d'autre ? Les médias menteurs
et criminels ne laissent ni l'information circuler,
ni les vrais débats se mettre en place. Tout est verrouillé. 
Au service de la caste qui s'apprête à nous projeter tous
dans un enfer que l'humanité n'a encore jamais connu.

Ma seule consolation, à moi qui suis croyante, 
c'est de savoir que Justice (divine) sera un jour faite.
Et là, comme dit la Bible, il y aura des pleurs et des grincements
de dents. Pour l'éternité ! Le châtiment sera exemplaire
pour ces ennemis de l'humanité, qui nous privent toujours
du bonheur auquel nous avons droit. 

Pour finir, je vous conseille, si vous êtes Européens, 
de suivre attentivement la situation dans le Caucase,
d'étudier les réactions des uns - Etats-Unis et leurs alliés - 
et des autres, Russes, Européens, mais peut-être
surtout, en ce moment, celles des ex-Etats de l'Est.
Elles seront, soyons-en sûrs, déterminantes.
Les circonstances, les lieux, nous ramènent étrangement
à la situation d'avant 39. Je sais en tous cas une chose,
c'est que je ne supporterai plus jamais, désormais,
d'entendre parler de commémoration de la Shoah passée.
Question de cohérence entre les paroles et les actes !
Car ses victimes risquent fort de nous précipiter, avec les USA,
et via l'Iran comme le Caucase, dans une "shoah" universelle,
une catastrophe à nulle autre pareille pour l'humanité.

Et je suis triste de voir qu'aucune voix reconnue ne s'élève,
fortement, prophétiquement, pour dénoncer
l'innommable qui se prépare. Pire encore :

Des prix Nobel de la Paix comme Elie Wiesel, souhaitent
ouvertement une guerre contre l'Iran ! 

Le monde est devenu fou, personne ne crie,
tout le monde se tait, l'irréparable est en marche.
Pauvre humanité.
Moi, je ne me résignerai jamais.
Jusqu'à mon dernier souffle.
Parce que j'aime, envers et contre tout, passionnément la vie.
Et jusqu'au bout, je crierai contre l'intolérable.

C'est la vocation de ce blog, justement, 
de dénoncer l'intolérable, qu'on nous prépare
derrière notre dos, et sur notre dos.

Bon courage à tous,
et la seule chose que nous puissions vraiment faire d'utile,
outre le fait de militer pour une union Europe-Russie
(voir
http://r-sistons.over-blog.com/article-21998358.html),
c'est d'aimer notre prochain comme nous-mêmes, 
de lui tendre la main en toutes circonstances,
quel qu'il soit, même prétendu adversaire
(créé de toutes pièces d'ailleurs).

Liberté, Egalité, Fraternité.
Pardon : Fraternité, liberté, égalité.

Fraternellement à vous tous, Eva




Tags : Europe, Europe de l'Est, Russie, URSS, Etats-Unis, Israël, Caucase, Iran, guerre, totalitarisme,  Elie Wiesel, Shoah, Chine, Bible, Kosovar, ONG, Ukraine, Georgie, Mac Cain, Obama, Sarkozy, paix, Berlin, Merckel, libéralisme, Vatican, Pape, Musulmans, sionistes, islamistes, charia, croisades, Bush, catholiques, évangéliques


de l'Atlantique au Caucase
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7027


L'Europe de l'Est cherche
à se protéger de la Russie


VARSOVIE - La Pologne se place sous le bouclier antimissile américain, l'Ukraine tente de limiter les mouvements de la flotte russe en mer Noire et la République tchèque dit craindre d'être aspirée à nouveau dans l'orbite russe. L'intervention russe en Géorgie n'en finit pas d'inquiéter les anciens satellites d'Europe de l'Est, qui s'efforcent de consolider leurs liens avec l'Ouest.

Le général russe Anatoli Nogovitsine, chef d'état-major adjoint, a alimenté les peurs de la région vendredi en menaçant d'attaquer la Pologne, au lendemain de la signature d'un impopulaire accord de défense antimissile avec Washington.

Condoleeza Rice se rend en Europe ce lundi et ira à Varsovie, où elle signera l'accord formel pour l'installation d'une partie du bouclier antimissiles américain en Pologne.

Au moment où la République tchèque s'apprête à commémorer mercredi le 40e anniversaire de l'invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968, qui écrasa le mouvement réformateur du Printemps de Prague, l'intervention russe en Géorgie a un air de déjà-vu. "Les chars russes dans les rues des villes géorgiennes nous rappellent (...) l'invasion de 1968, mais ce n'est pas que de l'histoire. La question de savoir si nous appartenons ou pas à la sphère d'influence russe reste d'actualité", écrit ainsi le Premier ministre polonais Mirek Topolanek dans le quotidien "Mlada Fronta Dnes".

Dans toute l'Europe de l'Est, le conflit russo-géorgien fait la "Une" et déclenche des manifestations de soutien à la Géorgie. Mardi, le président polonais Lech Kaczynski et ses homologues lituanien, estonien, ukrainien et letton ont manifesté à Tbilissi la solidarité de Varsovie et de ces anciennes républiques soviétiques avec la Géorgie.

"L'Etat russe a une fois de plus montré son vrai visage, ce visage que nous avons connu pendant des siècles", a lancé Lech Kaczynski. L'Allemagne et l'URSS alliées s'étaient partagé la Pologne au début de la Seconde Guerre mondiale, puis après la guerre elle est devenue l'un des pays satellites de l'Union soviétique en Europe de l'Est.

Moscou a ravivé les peurs ces dernières années en employant l'arme de l'énergie contre ses anciens vassaux. Juste après la Révolution orange pro-occidentale, à l'hiver 2004, la Russie a par exemple coupé le gaz à l'Ukraine.

"J'ai peur de ce qui se passe en Géorgie en ce moment", confiait Juste Viaciulyte, un étudiant de 23 ans en manifestant jeudi à Vilnius, la capitale lituanienne. Et de noter que l'enclave russe de Kaliningrad, coincée entre son pays et la Pologne, "est bourrée de soldats russes, de missiles et de chars". "Il ne leur faudrait que quelques heures pour déclencher un cauchemar semblable en Lituanie si les choses tournaient vraiment mal".

Mais de toutes les nouvelles démocraties d'Europe de l'Est, l'Ukraine, bloquée entre la Russie et des Etats membres de l'OTAN qu'elle aimerait rejoindre, est probablement la plus vulnérable, d'autant plus qu'elle n'appartient pas encore à l'Union européenne et l'Alliance atlantique, souligne Eugeniusz Smolar, directeur du Centre des relations internationales à Varsovie. L'Ukraine "est politiquement très instable, il y a une forte composante politique pro-russe, et le renseignement russe y est très actif", analyse-t-il.

L'Ukraine est stratégiquement importante pour la Russie car le pétrole et le gaz russes destinés à l'Ouest y transitent, et que Sébastopol est le port d'attache de la flotte russe de la mer Noire. A l'expiration de l'accord en 2017, Kiev ne veut plus des bâtiments russes. Le gouvernement a d'ailleurs manifesté son soutien à Tbilissi en restreignant les mouvements de la flotte russe participant à l'intervention millitaire en Géorgie.

Le lien émotionnel entre l'Ukraine, qui abrite une vaste population russophone dans l'Est et le Sud de son territoire, et la Russie reste puissant, et Moscou n'a toujours pas digéré les efforts de Kiev pour intégrer l'OTAN, considéré comme l'ennemi. Dans ce contexte, Kiev craint que sa candidature à l'Alliance atlantique ne soit refusée par peur de la réaction de la Russie.

Et même l'appartenance à l'OTAN n'apparaît pas comme une protection suffisante à certains pays d'Europe de l'Est. L'accord de défense conclu jeudi à Varsovie comprend ainsi une garantie d'intervention américaine rapide. "Rien ne sert de prêter assistance à des morts. La Pologne veut appartenir à des alliances où l'aide arrive dans les toutes premières heures" d'un éventuel conflit, a expliqué le Premier ministre Donald Tusk.

Les Etats baltes, qui abritent d'importantes minorités russes, redoutent pour leur part que Moscou ne répète le scénario de l'Ossétie du Sud, en accordant des passeports russes à la population et en intervenant ensuite au nom de la protection de ses ressortissants.

Choisir son camp n'est cependant pas facile pour les anciens satellites de Moscou, qui se demandent si le principal effet du renforcement des liens militaires avec les puissances occidentales consiste à les protéger, ou à nourrir les tensions avec la Russie (AP)

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080818/twl-europe-est-russie-091cf94.html

 

Russie-USA-Europe : une nouvelle donne

 
http://mrc53.over-blog.com/

 

 

- Bernard Guetta, Rebonds Libération, 14 août La vraie raison de cette guerre

 

- Charles Urjewicz, rebonds Libération, 14 août La route de l’Ossétie du Sud passe par le Kosovo

 

- Hélène Carrère d’Encausse, Le Figaro, 13 août Le président géorgien a rendu, malgré lui, un grand service à la Russie

- Malakine, Marianne, 14 août Medvedev offre une victoire diplomatique au «président de l'Europe»


17.08.2008 19:06 A. Merkel est allée à Tbilissi apporter son soutien à la Géorgie. La chancelière allemande a appelé au retrait russe. Elle a promis que la Géorgie avait vocation d'intégrer l'OTAN, ce qui hérisse Moscou. La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a quant à elle jugé que la Russie n'honorait pour le moment pas ses engagements pris en signant l'accord. L'OTAN doit tenir mardi une réunion sur le conflit russo-géorgien, alors que l'OSCE se retrouve lundi pour parler de l'envoi d'observateurs internationaux. (SWISS TXT)   http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200002&sid=9547745&cKey=1218992771000



BERLIN, 16 août - RIA Novosti. Les hostilités qui ont éclaté le 8 août dernier dans le Caucase ont été provoquées par "l'invasion géorgienne de l'Ossétie du Sud", a estimé l'ex-chancelier allemand, Gerhard Schröder, chef du conseil des actionnaires du consortium Nord Stream, dans une interview que le journal allemand Spiegel publiera lundi prochain. M. Schröder a qualifié le président géorgien Mikhaïl Saakachvili de "joueur frénétique" et a mis en garde contre l'admission rapide de la Géorgie à l'OTAN, lit-on samedi dans l'annonce de l'interview dans Spiegel online. Selon l'ex-chancelier allemand, "les chances de Tbilissi d'adhérer à l'Alliance de l'Atlantique Nord ont été repoussées par les derniers événements".. [...]


   [...]



Ossétie du Sud: Paris oeuvre pour que la Géorgie signe les principes de règlement des conflits (Kouchner)  MOSCOU, . Le Kazakhstan et la Biélorussie ont décidé de venir au secours des victimes du conflit osséto-géorgien dans le cadre du Conseil [...]



Pour l’humanité et pour l’occident, conspuons tous l’occidentalisme ! Ossétie, authenticité géopolitique des Russes.     La réplique (russe) est admirable par son ironie : faire sécession au cœur des sécessionnistes et leur montrer le goût amer et contre-nature de leur choix de mésalliance avec l’ennemi de leur allié naturel, trahi pour des miettes. L’actualité de cette semaine nous met, dans l’occurrence du conflit russo-géorgien en Ossétie, face à un casus belli (cas de guerre) que nous considérons néanmoins comme une justus causam (juste cause) russe. Malgré les braiements du baudet de la Maison Blanche qui, éhonté, ose encore parler de paix au monde, le soutien russe à l’Ossétie rebelle demeure géopolitiquement et géostratégiquement légitime. En effet, au nom de quel principe, la Russie - que l’Occident a voulu émietter après les difficultés du socialisme dénaturé du kremlin et surtout, sa sinistre « gestion » par [...]


      BRUXELLES, 13 août - RIA Novosti. Washington a demandé la convocation d'une réunion extraordinaire des chefs de diplomatie des 26 pays membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord, par jalousie pour le rôle politique actif de Paris  [...]


Nouvelle attaque de l’internationale noire
 
COMAGUER
Après le « latino » URIBE, l’internationale noire a mandaté le « caucasien » SAAKASHVILI pour franchir une nouvelle étape dans la préparation du grand assaut contre le bloc « eurasiatique » constitué autour de la Russie et de la Chine.
La question ossète est bien connue de tous les diplomates. Dans la mosaïque ethnique caucasienne, elle occupe une place particulière en ce sens que le peuple ossète – unifié autour d'une langue voisine du persan et qui n'a rien de commun avec le géorgien, majoritairement de confession orthodoxe contrairement aux géorgiens chrétiens « indépendants » - est installé des deux côtés de la barrière caucasienne et il est le seul groupe caucasien dans ce cas. Tant que l'Ossétie du Nord et l'Ossétie du Sud n'étaient que deux divisions administratives de l'URSS, les Ossètes ne se sentaient pas étrangers les uns aux autres. La disparition de l'URSS les a séparés politiquement, l'Ossétie du Nord devenant une république de la fédération de Russie et l'Ossétie du Sud se voyant ravalée au (...) Lire la suite »

 http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7003

 

Les provinces séparatistes de Géorgie, comme le Kosovo

 

Poutine avait prévenu : il ne laisserait pas passer le précédent kosovar sans agir en Géorgie. La Russie a préparé son intervention militaire et attendu les circonstances favorables.

 

Le président géorgien Saakachvili, de son côté, s’étant engagé à reconquérir les provinces dissidentes, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, ne pouvait plus accepter les provocations qui minaient son autorité politique. Il comptait sur ses alliés américains et européens pour renégocier le statut de ces territoires.

La Russie va se servir de ses positions de force pour renforcer son influence sur les territoires qui ne sont pas intégrés à l’Alliance atlantique et à l’Union européenne.

Son objectif principal est de neutraliser l’Ukraine et la Géorgie (voir l’article paru sur ce blog le 9 août Guerre en Ossétie du sud : la fracture est-ouest passe en Géorgie). Elle veut reconquérir une partie de la puissance passée de l’URSS.

 

Je propose des liens avec des articles de presse, qui permettent de mieux comprendre les évènements de Géorgie.

 

D’abord, Le Monde, le 11 août :

 

Les dates-clés d'un conflit latent depuis 1989 

 

Cinq questions sur le conflit en Géorgie 

 

Géorgie, OTAN, Kosovo : la revanche russe, par Nathalie Nougayrède 

 

Puis, Marianne, le 11 août (la conclusion d’Eric Dupin) :

Les vraies raisons de la guerre en Géorgie 

 Ce pays fait des pieds et des mains pour intégrer l'OTAN. Une perspective insupportable pour Vladimir Poutine. Une Géorgie déstabilisée serait, à coup sûr, dans l'incapacité de rejoindre l'alliance atlantique. Or Moscou cherche à réaffirmer son influence sur ce Caucase qui faisait partie de son empire à l'époque soviétique.


Restent de triviales considérations économiques qu'on ne saurait oublier. De par sa situation géographique, la Géorgie permet de contourner la Russie par voie d'oléoduc ou de gazoduc. Ce pays est devenu un axe de transport pétrolier avec l'inauguration de l'oléoduc Bakou (Azerbaïdjan)-Tbilissi (Géorgie)-Ceyhan (Turquie). La trop fameuse société russe Gazprom s'intéresse de très près à ce qui se trame sur le territoire géorgien…

 

 

Et, enfin, Rue89, le 11 août :

 

Guerre en Ossétie: Moscou tente de rompre son encerclement

 

 

Voir articles sur La Russie parus sur ce blog.

Bernard Guetta, dans Libération, le 23 avril 2008 :

Pour empêcher l’entrée de l’Ukraine et de la Géorgie dans l’Otan, la Russie menace de favoriser leur éclatement
. Elle en aurait tous les moyens. Une crise couve en Europe, grave, mais parfaitement évitable. Une crise, une vraie, politique et potentiellement militaire. On peut la circonscrire, mais le temps presse car un engrenage s’est enclenché, mercredi dernier, quand la Russie a annoncé sa décision de «coopérer avec les autorités de fait» de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, les régions sécessionnistes de Géorgie.

C’était un message aux Occidentaux. La Russie vient de leur dire que, s’ils n’abandonnaient pas l’idée de faire entrer l’Ukraine et la Géorgie dans l’Otan, elle favoriserait l’éclatement de ces deux anciennes républiques soviétiques qui bordent ses frontières. Ce n’est pas une menace en l’air. (..)

http://mrc53.over-blog.com/article-21856148.html


______________________________________________________________





Georges Soros: portrait par Wikipedia


La guerre secrète du misanthrope George Soros

Brésil : George Soros veut légaliser la drogue

L'ancien évêque Fernando Lugo investi à la présidence du Paraguay

Partager cet article

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Russie - Pays de l'Est..
commenter cet article

commentaires

eva 09/10/2008 16:59

Bonjour Chère Corrineje vais reprendre des infos de ton blogle voyage a été mouvementé, mon train avait été supprimé, j'en ai pris un autre, un tortillard.... c'était le 7 !!! Et guichets fermés, train gratuit !!!Prenons les choses du bon côté; par de la famille j'apprends que les banques françaises devraient tenir le coup.... bon à savoir !!Je t'embrasse Eva

Corinne 09/10/2008 01:15

Bonjour chère Eva!!!Quel travail tu fait c'est super en plus tu es sympas,, oui la Russie est notre amie, bon voyage à toi Dieu soit avec nousGros bisous Corinne

eva 27/08/2008 19:22

Merci "sans importance,tu as dit qq chose d'important de vérifié de réel :Oui les Juifs contrôlent l'Amérique, c'est une réalité incontournable.Bien à toi Eva

sans importance 25/08/2008 14:00

 Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela …Je vais vous dire quelque chose de très clair :Ne vous préoccupez pas de la pression de l’Amérique sur Israël, nous, les juifs, contrôlons l’Amérique, et les américains le savent ».Le premier ministre israélien Ariel Sharon, 3 octobre 2001, à Shimon Péres, cité sur la radio Kol Yisrael.

eva 20/08/2008 20:50

Merci, Joke, tu es un père pour moi ! Je salue l'ami des chats... Miaou, je t'embrasse EvaComment va ton chat malade ?

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages