2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 23:07
Ingrid Betancourt
Reuters


Victoire... médiatique,
pour Sarkozy,
pour Uribe le Président narco-trafiquant
allié de Bush le Grand Destabilisateur,
et au final, pour les USA et leurs complices
qui complotent en sous-mains ! 


Bonjour,

Libération d' Ingrid !
Scandaleuse récupération par Sarkozy d'une opération qu'il n'a pas menée !
La famille d'Ingrid congratule Sarkozy en le louant comme un héros !
Le héros qu'il n'est pas.... C'est l'armée colombienne qui a agi
Sarkozy a essayé, chaque fois, de tirer profit de cet événement,
surtout à des moments difficiles pour lui,
et la vérité impose de dire qu'il était prêt à sacrifier l'otage
pour des raisons géo-stratégiques, en liaison avec l'Empire.

Une fois de plus, la presse va désinformer,
et même une certaine presse, une certaine télévision,  vont se saisir de l'occasion pour faire de la propagande pour Sarkozy en baisse dans les sondages,
une propagande éhontée en mettant l'événement en scène pour la gloire de celui qui ne le mérite pas,
une propagande qui est une honte pour un pays comme le nôtre, attaché à la Défense des Droits de l'Homme,
faisant de la démocratie, et même depuis l'élection de Sarkozy, quelle imposture ! La caractéristique de notre pays, "démocratie irréprochable", n'est-ce pas,
alors que peu à peu la France sombre dans un régime personnel, anti-démocratique, aux relents de plus en plus totalitaires, Sarkozy n'est-il pas l'ami de Bush et de Berlusconi ?

Oui, l'Europe sombre aussi, des Mussolini, des Franco, des Pétain se dressent un peu partout, une Europe colonisée par l'Amérique des néo-cons, une Europe qui, sans consulter sa population, place désormais Israël, de quel droit ? pour quels buts ? Au coeur de son dispositif ... Une Europe de la paix et des peuples, à l'origine, de plus en plus tirée vers le néo-libéralisme, vers les multinationales et par voie de conséquence, vers le bas, et bientôt... vers des guerres impériales !
Et dans cette Europe, dans cette France, on se mobilise pour Ingrid, d'une famille de la grande bourgeoisie, et on oublie, par exemple,  un jeune Franco-Palestinien, Salah Hamouri, parce que Sarkozy est le défenseur des nantis, ou encore Michael, à Bali... deux poids, deux mesures ! Des choix qui creusent un peu plus le fossé entre les peuples et leurs gouvernements.


attachment.jpg









Pensez à lui ! Exigeons sa liberté !
Il est Franco-Palestinien,

détenu arbitrairement
Sa vie est aussi précieuse que celle d' Ingrid !
Sarkozy s'en fout parce qu'il est à moitié
Palestinien, ce n'est pas juste !
Sa vie est aussi précieuse que celle
d' Ingrid !

Ecrivez-lui ! Signez la pétition !

Campagne livres de poche pour Salah

http://www.france-palestine.org/article8302.html

http://www.michelcollon.info/articles.php?
dateaccess=2008-03-19%2014:27:36&log=invites



DENONCIATION.com - La dénonciation sans calomnie ni délation. 

Réjouissons-nous pour la courageuse, et téméraire, Ingrid, saluons sa libération, mais n'oublions pas qu'elle a bénéficié d'un traitement de faveur indigne des valeurs de notre pays. Et que le Président de Colombie est un narco-trafiquant.

Voilà, en apprenant la libération d'Ingrid, ce que j'avais envie de dire, comme ça a jailli, spontanément. Des tripes. Des tripes excédées par l'injustice, encore et toujours.

Je ne supporte pas de voir Sarkozy et Uribe, ces deux gangsters (une expression employée par de nombreux observateurs, même du PS !), tirer la couverture à eux, alors qu'ils ne le méritent pas. On a libéré une sacrée femme, mais que cela ne devienne pas une occasion de célébrer deux individus indignes de notre confiance et de nos louanges. Uribe, en particulier, est une pièce maîtresse dans la stratégie de Washington de récupérer l'Amérique Latine au profit de ses multinationales §. En sous-mains, en effet, les USA tirent les ficelles et, soyons-en sûrs, les Américains, et leur frères siamois israéliens, spécialistes des opérations hasardeuses, ont soigneusement planifié la libération d'Ingrid, non pas pour elle, dont ils se moquent éperdûment, mais pour utiliser ces événements à leur profit. A un moment crucial pour leur allié criminel, Uribe.

Une fois de plus, les peuples feront les frais de ces événements soi-disant radieux. Avec l'appui des médias gangsters.

Eva

§ En réalité, que se passe-t-il, derrière le décor ? Et si tout cela était une opération pour rendre populaire Uribe au moment même où il songe, ce qui est anti-constitutionnel, à se représenter aux élections présidentielles, une troisième fois, avec l'aide de son allié américain, qui a derrière la tête des projets comme en Yougoslavie, comme au Proche-Orient... Colombie, Israël de l'Amérique Latine, soutenue par les USA afin de déstabiliser toute la région, l'ôter, bien peu démocratiquement, à la volonté des peuples, et l'offrir aux multinationales carnassières....  Ce qui apparaît comme une victoire, est en réalité une défaite pour les peuples. Car l'Empire, une fois de plus, va tirer parti des événements... à sa façon. Bien peu démocratique, et très criminelle.

L'information, la vraie, continue. Eva


Betancourt explique les circonstances de sa ...Lire la vidéo Betancourt explique les circonstances de sa ...
http://fr.news.yahoo.com/afp/20080702/video/vfr-betancourt-explique-les-circonstance-3837155.html

Betancourt : fin de six années de calvaireLire la vidéo Betancourt : fin de six années de calvaire http://fr.news.yahoo.com/afp/20080702/video/vwl-betancourt-fin-de-six-annes-de-calva-acb3f14.html

Sarkozy exprime Lire la vidéo Sarkozy exprime "la joie immense" de la FranceAFP - Mercredi 2 juillet, 22h56
http://fr.news.yahoo.com/afp/20080702/video/vfr-sarkozy-exprime-la-joie-immense-de-l-3837155.html

La Colombie d' Uribe,
sur Michel Collon infos

Des associations paysannes font appel
à votre solidarité pour les protéger


Les médias ne parlent en général que des FARC. Oubliant de dire que le régime en place a déplacé quatre millions de paysans colombiens. Dont les terres sont convoitées par NOS multinationales.

A Bogota, fin juillet, le tribunal des peuples jugera Nestlé, Coca Cola, Anglo American, Repsol, Carrefour, Santander, Rio Tinto, etc.

Des délégations de paysans colombiens viennent de nous rendre visite en Europe. Elles vous invitent et font appel à votre solidarité pour les protéger. Voici pourquoi...


MICHEL COLLON & INVESTIG'ACTION


Teofilo Acuña
- « Les multinationales minières chassent nos paysans de leurs terres »

Mais il n'y a pas que les sociétés minières : « Quand vous donnez de l'argent à Coca Cola, il faut savoir que les milices de cette société tuent des paysans. »
Vous êtes invités à rencontrer les associations paysannes et assister au Tribunal des peuples qui jugera les multinationales. Vous contribuerez à protéger ces paysans.
VIDEO DE VANESSA STOJILKOVIC:

http://fr.youtube.com/watch?v=FdzigiDBWPU

Edgar Páez - Nestlé : des parapoliciers suisses aux paramilitaires colombiens
En Suisse, Nestlé espionne attaque. En Colombie, elle pourchasse et tue des syndicalistes.

Nestlé

Paysans de Rio Cimitarra - « Uribe criminalise les associations paysannes »
Paysans criminalisés


José Gregorio
- Réservoirs pleins, assiettes vides
Un film qui lance le débat concret sur les agissements de nos multinationales

Manger ou conduire ?

José Gregorio - Manger ou conduire ? Les agrocarburants déplacent des millions de Colombiens
"Partez, sinon nous traiterons avec vos veuves!" Signé Monsanto etc...

Agrocarburants

TROIS TEXTES DE REFERENCE POUR COMPRENDRE LA COLOMBIE :
François Houtart -
N'oublions pas les quatre millions de personnes déplacées en Colombie
Le cofondateur du Forum Social Mondial a été enquêter sur place

Quatre millions

Hernando Calvez Ospina -
Portrait du président Uribe
Passé de drogue,
présent de terreur,
futur de guerre ?

Uribe

Jean - Luc Melenchon - Bruit de bottes et rideau de fumée en Amérique latine
Ce que nos médias ne disent pas sur "notre ami"

Rideau de fumée


pou


 Un Président narco-trafiquant !

Portrait du président Uribe

Hernando Calvez Ospina

Extrait du nouveau livre d'Hernando Calvez Ospina

Colombie, derrière le rideau de fumée -
Histoire du terrorisme d’Etat

Aux éditions du Temps des cerises
Contact : Karine Alvarez : karine_tdc@yahoo.fr
 
Chapitre 16 Portrait du Président

1. Le narco- paramilitarisme entre au Parlement.

Ce fut un véritable « bulletin de guerre triomphal ». Les élections législatives du 10 mars 2002 venaient de se dérouler quand le narco-paramilitaire Salvatore Mancuso se félicita sur Internet du fort pourcentage de candidats élus qui communiaient avec les « idéaux » paramilitaires. « Nous pouvons affirmer, chiffres en main, que notre objectif des 30 % a été largement dépassé, ce qui constitue une date marquante de l’histoire des AUC […] C’est pour nous un motif d’immense satisfaction que les candidats ayant nos préférences, issus dans leur majorité de nos bases sociales et politiques et donc fruits du vaste et solide travail de formation réalisé par les Autodéfenses, aient obtenu le soutien massif des électeurs ».

Le dirigeant libéral Carlos Lemos Simmons, qui pourtant ne s’était jamais fermement opposé au paramilitarisme, a déclaré face à de tels résultats électoraux: « Cela veut dire qu’aujourd’hui les Autodéfenses forment la majeure partie du Congrès et y sont la force la plus importante […] Mais ce qui est le plus effrayant dans cette affaire, c’est l’indifférence avec laquelle le pays a reçu l’annonce de tels résultats. Un événement de cette gravité n’a pas soulevé la plus minime réaction de la part des médias, des syndicats patronaux, du gouvernement, de l’Eglise, de la dite société civile ou de la communauté internationale […] Des considérations électorales indignes ont fait que ce qui était tenu pour haïssable et mauvais hier est devenu avantageux et bon aujourd’hui » (1).

Le ministre de l’Intérieur d’alors, Armando Estrada Villa, a confirmé les paroles de Mancuso sans toutefois annoncer de quelconques mesures à cet égard: « L’analyse qui a été faite de ces personnes, leur élection, les circonscriptions où ils furent élus se trouvant être des endroits où les paramilitaires sont influent, ,tout cela permet d’arriver à la conclusion que les paramilitaires ont donné l’ordre de voter pour ces candidats ou qu’ils sont arrivés à s’entendre pour que des pressions soient exercées sur les communautés afin qu’elles portent leurs voix sur les noms qu’ils avaient choisis » (2).
 
Tout le monde savait que dans les régions où les paramilitaires commandaient, les hommes politiques leur avaient versé 100 millions de pesos pour l’obtention d’un fauteuil au Sénat. « Comme monnaie d’échange, les seigneurs de la guerre garantissaient à leurs protégés qu’ils n’auraient pas de compétiteurs dans leurs circonscriptions et que le peuple voterait massivement pour eux le jour du scrutin. Les élus, en échange de leur « aval », fermèrent les yeux sur leurs activités et allèrent même jusqu’à adjudiquer à leurs sociétés des contrats publics » (3).

L’establishment savait que ces élections allaient être la concrétisation d’une avancée décisive de la paramilitarisation de l’Etat vu qu’on avait tout préparé pour cela. Le jour même du scrutin, Francisco Santos Calderon, qui allait être élu vice-président de la Colombie quelques mois plus tard, avait écrit dans son journal El Tiempo: « […] ce qui est certain, c’est que le Congrès que nous allons élire sera encore pire que celui que nous avons aujourd’hui. Il va être, à quelques exceptions près, un Congrès à la solde des caciques politiques traditionnels, des « narcos » et des paramilitaires ». Il ne s’agissait pas d’une prophétie mais de paroles prononcées en connaissance de cause.

On n’a pas même ouvert la plus modeste enquête officielle pour vérifier le genre de relations que certains parlementaires auraient entretenu avec les paramilitaires. Et, à l’inverse des élus de l’Union Patriotique et d’autres partis politiques de gauche ou de formations simplement critiques à l’égard du système, ces paramilitaires n’ont pas été les victimes d’un plan d’extermination. Les défenseurs du système se tuent rarement entre eux!

2. Uribe Velez, un passé qui sent le trafic de drogue.

Après la publication d’une série d’enquêtes qu’il avait menées sur les connections pouvant exister entre le narcotrafic, le paramilitarisme et le candidat de l’époque à la présidence, Alvaro Uribe Velez, Fernando Garavito Pardo, chroniqueur à El Espectador, a reçu des menaces de mort qui l’ont contraint à s’exiler en mars 2002 (4).

Ses révélations ont coïncidé avec celles d’Ignacio Gomez Gomez qui a dû, lui aussi, quitter la Colombie pour des raisons identiques. Lorsqu’il reçut, en 2002, le Prix International de la Liberté de la Presse attribué par le Comité Mondial pour la Protection des Journalistes, CPJ, il a expliqué qu’il devait cette récompense au « travail sur les antécédents qui relient Alvaro Uribe Velez au Cartel de Medellin. Il s’agissait d’une enquête divisée en cinq parties. L’une d’elles se rapportait à la coïncidence qui fit qu’au moment où Pablo Escobar siégeait au parlement et s’occupait énormément d’activités politiques ou de prosélytisme dans les quartiers pauvres de Medellin, Alvaro Uribe en était le maire et y réalisait des programmes forts parallèles à ceux de Pablo Escobar. Ensuite, Alvaro Uribe fut directeur de l’Aviation Civile. Avant lui, de 1954 à 1981, 2 339 licences avaient été accordées par l’Etat, alors qu’en 28 mois d’exercice, il réussit, lui, à en concéder 2 242, soit presque autant que pendant les 35 années précédentes, avec la circonstance aggravante qu’un très grand nombre de licences, 200 environ, est tombé aux mains du Cartel de Medellin […] On a trouvé l’hélicoptère [du père] au moment de l’héritage de ce dernier dans le laboratoire extrêmement fameux de Pablo Escobar appelé Tranquilandia. L’hélicoptère appartenait à [Alvaro] Uribe et à son frère. Il y avait aussi une relation étroite entre le père d’Uribe et le clan Ochoa, une famille très importante du Cartel de Medellin. Et la dernière partie [de la série] a été le moment où Pablo Escobar s’est évadé de prison et a essayé de passer un nouvel accord avec le gouvernement et où la personne chargée d’arriver à cet accord a été Alvaro Uribe Velez […] Sur les cinq enquêtes, nous n’avons réussi à en publier qu’une, celle qui se rapporte à l’hélicoptère. Et le jour où nous l’avons publiée, le président s’est mis excessivement en colère, il m’a insulté à la radio… ».

Les menaces commencèrent alors contre lui, contre le directeur du journal télévisé et contre leurs familles. La série fut arrêtée et plus aucune télévision n’accepta de la diffuser ni en Colombie ni à l’étranger…
C’est de cette manière que l’on apprit que l’actuel président de la Colombie avait passé les premières années de sa vie au sein d’une famille de la classe moyenne qui avait régulièrement des problèmes d’argent. Cette situation changea radicalement un beau jour, quand le père, Alberto Uribe Sierra, se mit à faire des affaires comme agioteur ou, pour utiliser une expression plus appropriée selon les investigateurs, comme homme de paille. C’est-à-dire qu’il fut le propriétaire factice de biens appartenant à des trafiquants de drogue, activité qu’il inaugura pour les caïds du clan Ochoa, des parents de son épouse. Les Uribe commencèrent à accumuler leur propre fortune ainsi que leurs propres grandes exploitations rurales. « Uribe Sierra était tellement plongé dans un monde de trafics hallucinants que, racontait un de ses amis, il pouvait s’endormir un jour à la tête de 23 propriétés ou de 10 et se réveiller le lendemain en en ayant 41 » (5). Un vrai tour de magie! Et, quel hasard, en Colombie on surnomme les « narcos » des « magiciens »!

Malgré ses hautes responsabilités, le président Uribe Velez ne s’est jamais expliqué avec objectivité sur l’origine de sa grande fortune. Les fois où il fut contraint d’aborder cette question, il le fit avec des phrases creuses sans rien dire de précis. Dès qu’un journaliste le presse de questions, il fait preuve d’agressivité. Aucune autorité ne s’est décidée à enquêter.

Le père du président est mort en juin 1983, au cour de l’attaque de son hacienda par les FARC. Les Uribe disent que les guérilleros voulaient le kidnapper et qu’il s’était retranché chez lui pour les en empêcher. Nous avons lancé cette attaque pour flanquer par terre le camp d’entraînement militaire qui s’y trouvait, assurèrent les guérilleros. Voici la partie dramatique de l’histoire. Après avoir appris l’attaque, Alvaro Uribe Velez décida de se rendre sur les lieux en hélicoptère pour tenter de sauver son père et ses frères. Interrogé à ce sujet, il répondit: « Je suis monté dans le premier hélicoptère qu’ils se sont procurés, la nuit étant presque tombée […] L’autre jour, le journal El Mundo a dit que l’hélicoptère appartenait au richissime Pablo Escobar » (6). Selon les informations parues dans la presse, l’appareil était l’un des plus modernes du pays pour la haute technologie de ses instruments de navigation et, de ce fait, le « richissime » ne le prêtait pas à n’importe qui.

Quand il était maire de Medellin, Uribe Velez présenta à Bogota, dans un grand concert médiatique, le programme « Medellin sans taudis ». Tout juste après, l’on sut qu’il s’agissait d’un plan doté d’un un sens civique évident financé par Escobar Gaviria qui recherchait la solidarité sociale et l’acceptation politique. Ledit programme consistait à construire mille maisons pour les donner aux familles qui dormaient dans des bicoques près d’une décharge d’ordures.

Les étranges « concours de circonstances » qui relient le président Uribe Velez à certains caïds du trafic de stupéfiants ne se sont pas arrêtés là. En mars 1984, la police arriva au laboratoire du traitement de cocaïne, considéré le plus grand et le plus moderne au monde, connu sous le nom de Tranquilandia, dont le propriétaire majoritaire était Escobar Gaviria. S’y trouvaient plusieurs appareils d’aviation dont trois avaient des licences de vol délivrées par l’Aéronautique Civile du temps où son directeur était Alvaro Uribe Velez (mars 1980, août 1982). On découvrit aussi un hélicoptère dont les frères Uribe Velez avaient hérité…
 
En dépit de tous ces faits, le président affirma avec insistance: « Je n’ai pas eu de relations avec Escobar, pas même à l’époque où il était fréquentable » (7).

Après avoir quitté la direction de l’Aéronautique, le futur président colombien fut élu gouverneur du département d’Antioquia. Du haut de cette charge, il devint le promoteur et l’incitateur principal des Coopératives de Sécurité Rurales, « Vivre ensemble ». Carlos Castaño Gil, chef paramilitaire, devait dire qu’Uribe Velez réussit à « faire prospérer des coopératives de Sécurité avec lesquelles je n’avais jamais été d’accord. Je ne vais pas nier qu’elles rendaient service aux Autodéfenses, mais avec elles, on n’a pas tellement avancé. Ce sont les trafiquants de drogue qui en ont profité lorsqu’ils se sont occupés de monter de petites « Vivre ensemble » sur leurs terres » (8).

Le 30 juillet 2004, le Président de la Colombie réfuta publiquement un document émanant de la Defense Intelligence Agency (DIA), une dépendance du Pentagone qui est un des services de sécurité les plus secrets et les plus puissants des Etats-Unis. Ce rapport qui avait été déclassifié au mois de mai précédent, disait dans l’alinéa 82: « Alvaro Uribe Velez – un politicien et sénateur colombien qui se consacre à la collaboration avec le cartel de Medellin à un haut niveau gouvernemental. Uribe était lié à une entreprise impliquée dans des activités de narcotrafic aux Etats-Unis. Son père a été assassiné en Colombie, en raison de ses liens avec les narcotrafiquants. Uribe a travaillé pour le cartel de Medellin et c’est un ami proche de Pablo Escobar Gaviria » (9).

Le communiqué de la Présidence n’a présenté aucun argument capable de démentir de façon catégorique une révélation d’une telle gravité. Par contre, il a essayé de faire débouter le rapport de la DIA sous prétexte qu’« il s’agit d’une information qui n’a pas été vérifiée », ce que dit effectivement le texte: « Not finally evaluated ». Ce qui est frappant, c’est que cette information a bel et bien été utilisée au cours d’enquêtes et de procès afin de mettre en cause de nombreux narcotrafiquants dont la description figurait dans ses pages…
 

3. Les parents du président…

« Je n’en ai pas la moindre idée, je n’en ai rien su », a répondu le président Uribe Velez au journaliste qui le questionnait. Pas un mot de plus. La veille, le 21 juin 2005, au cours d’une session du parlement, le congressiste Gustavo Petro Urrego avait affirmé que, Santiago, le frère du président colombien avait été mis en examen par la justice pénale pour création d’un groupe paramilitaire et assassinats de plusieurs paysans. « Dans des procédures judiciaires anciennes, le frère du président de la république fait figure d’accusé pour avoir autorisé, protégé et établi des groupes paramilitaires » soutenait Petro Urrego.
 
Un groupe paramilitaire appelé « Les douze apôtres » avait été basé dans l’hacienda « La Carolina », dans le département d’Antioquia, dont les frères Uribe Velez sont les copropriétaires. En 1997, le ministère Public avait interrogé le frère du président au sujet de délits criminels, d’enlèvements de personnes, d’extorsion de fonds et assassinats commis entre 1993 et 1994 par « Les douze apôtres ». Le groupe paramilitaire avait été accusé d’avoir assassiné 50 personnes et d’avoir perpétré le massacre d’un groupe de six personnes dont deux sont toujours portées « disparues » alors que les corps des quatre autres ont été retrouvés. Sur ce cas, une plainte a été déposée auprès de la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme.

Le soir même de la dénonciation faite par le parlementaire, le procureur Luis Camilo Osorio confirmait que le frère du président avait fait l’objet d’une instruction en 1999 mais en indiquant qu’un « arrêt inhibitif [avait été rendu] en faveur de Monsieur Uribe Velez et qu’on avait ordonné le classement définitif » de l’affaire, la même année.

Petro Urrego mit l’accent sur le fait qu’il est du devoir d’Alvaro Uribe Velez, en tant que président, « d’expliquer à toute la Colombie ce qui s’est passé pendant la procédure judiciaire ouverte contre son frère et ce qui le reliait directement au paramilitarisme et à des crimes contre l’humanité… ».

Le parlementaire dénonça aussi le fait que trois parents du président colombien, dont deux de ses cousins germains, avaient commandé une autre bande paramilitaire connue sous le nom de « Los Erre » et soupçonnée d’avoir assassiné une cinquantaine de personnes dans plusieurs communes du département d’Antioquia. Ces parents furent condamnés en première instance et furent incarcérés pendant près d’une année, jusqu’à ce qu’un juge d’appel les remette en liberté et archive le dossier pour insuffisance de preuves. Les parents du président, Carlos Alberto Velez Ochoa, Juan Diego Velez Ochoa et Mario Velez Ochoa, sont aussi de la famille des caïds Ochoa…

« Je proteste contre Uribe qui a l’audace de défendre une loi qui réclame l’impunité des paramilitaires alors qu’il sait que ses proches parents sont poursuivis pour paramilitarisme… ». Telles ont été les paroles accusatrices que Petro Urrego lança pendant la fameuse session du Parlement colombien, couronnée par le vote de la dénommée « Loi de Justice et de Paix » qui confère un statut politique aux narco-paramilitaires qui sont en « négociation » avec le gouvernement du président Uribe Velez. Une loi qui devrait profiter à sa famille…

Notes du chapitre 16
1) El Tiempo. Bogota, 28 mars 2002.
2) El Colombiano. Medellín, 24 avril 2002.
3) « Los tentáculos de las AUC ». Semana. Bogota, 10 juillet 2005.
4) Garavito et le correspondant pour l’Amérique Latine de la revue étasunienne Newsweek, Joseph Contreras, ont publié Biografía no autorizada de Alvaro Uribe Velez. (El señor de las Sombras). Ed. Oveja Negra. Bogota, 2002. Cet ouvrage est disponible gratuitement en espagnol sur le site: www.arlac.be/2007/biografia_auv.pdf
5) El Mundo. Medellín, 16 juin 1983.
6) El Tiempo. Bogota, 21 avril 2002.
7) El Tiempo. Bogota, 21 avril 2002.
8) Aranguren Molina, Mauricio. Op.cit.
9) L’information complète est disponible sur le site:
http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB131/index.htm 
 


Iran-Israël :
Encore une rumeur anonyme de frappe



Hier matin, la chaîne d’informations ABC News a annoncé que selon un responsable du Pentagone, une frappe israélienne de l’Iran avait été autorisée par le Département d’Etat d’ici la fin de l’année 2008. Cette autorisation serait assujettie à deux conditions : la poursuite de l’enrichissement et l’acquisition par Téhéran d’un système anti-missiles russe. Malgré ses incohérences quant aux conditions et à son calendrier, l’annonce a enflammé les esprits.

En effet, les deux lignes rouges que Téhéran ne devrait pas franchir pour déclencher l’attaque ressemblent à un canular : les services secrets américains ont reconnu les faibles capacités du programme nucléaire iranien et cela fait plus d’un an que Moscou a livré à l’Iran 27 systèmes défensifs TOR-M1 dont les missiles ne peuvent remettre en cause la sécurité d’Israël en raison de leur très faible portée. De plus, la date avancée pour l’attaque correspond à l’élection présidentielle américaine et la fin de mandat de Bush.

Il se passa plusieurs heures avant que le Département d’Etat ne démente cette annonce en la qualifiant presque d’élucubration ! " Je n’ai aucune information qui viendrait étayer cela et je pense que c’est assez insensé de la part de personnes qui souvent ne savent rien de ce dont elles parlent d’affirmer des choses et de ne même pas avoir la courtoisie de le faire en déclinant leur identité », a déclaré Tom Casey le porte-parole du Département d’Etat.

C’est désormais un classique américain que de relancer la rumeur d’une frappe israélienne avant de la démentir d’un air agacé quelques heures plus tard. Ces rumeurs si opportunément anonymes contribuent à maintenir la pression sur l’Iran tout en influant sur les prix du pétrole, prix très élevés (143 dollars) qui nuisent énormément à l’économie chinoise et diminuent ses performances en cette année où ses dépenses vont atteindre des records olympiques.

http://iran-resist.org/article4595


Le discours dualiste de Sarkozy en Israël - extraits


Mais, quand on connaît les capacités militaires de la France, on peut penser que sa solidarité ne pourra pas dépasser beaucoup le niveau verbal des déclarations d’amitié. Israël sait bien qu’il est le seul véritable gardien de sa sécurité et nul ne l’ignore.

Dire à la face de ses représentants que le peuple juif doit partager Jérusalem, sa capitale, relève d’une forme de hardiesse difficilement conciliable avec l’amitié proclamée et constitue surtout, en fait, un geste envers les dirigeants du monde arabo-musulman.

Les déclarations pro-palestiniennes, y compris à un degré moindre celle sur Jérusalem, ont recueilli des applaudissements, certes mitigés, de la Knesset. Ceux-ci montrent, avant tout, le désarroi et la confusion qui règnent dans une partie de la classe politique israélienne, de plus en plus déconnectée de la masse du peuple israélien. Admirablement, ce peuple résiste mieux que nombre de ses dirigeants à la contamination des esprits. Avec ses amis de France, il comprendra que, malgré le versant du discours dualiste de M. Sarkozy, incontestablement chargé d’amitié, de noblesse et de courage, l’autre versant, en opposition irréductible, ajoute aux dangers qui assaillent Israël.

http://www.juif.org/go-news-58498.php

Vu, sur le blog de la star du net, Mamie Sceptix ! panier-de-crabes

Question : Pour réaliser l'objectif annuel de 25 000 reconductions aux frontières de personnes sans-papiers, à combien d'arrestations est-il nécessaire de procéder ?

Si la question semble à ce point embarrassante pour un Nicolas Sarkozy qui pour une fois peine à s'engouffrer dans la langue de bois, c'est que la réponse n'est pas de ces vérités bonnes à dire, tant elle est choquante. Il faut procéder à 2 millions de contrôles d'identité et d'arrestations pour que la police parvienne à tenir cet objectif annuel de 25 000 expulsions d'étrangers que Nicolas Sarkozy leur a arbitrairement fixé.

- Mais que fait la police ?
- Elle passe tout son temps à contrôler les papiers.
- Mais moi je n'ai jamais été arrêté ?
- C'est que vous n'avez pas la tête d'un étranger...


Un grand bravo chère Madame. Enfin une vraie journaliste  !! Le futur patron de France Télévision doit vous en vouloir "à mort" de lui avoir fait perdre pied  devant X millions de téléspectateurs. (non pas 10 millions : ixe millions)


Visionnez-la vite avant qu'elle ne disparaisse !!
Voici le lien pour la voir sur youtube :  http://fr.youtube.com/watch?v=VsEIhBeK1EM&eurl=http://hypos.over-blog.com/article-20910584.html


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20941443.html


___________________________________________________________________________________________________________________________



Dernières publications d' ATTAC
:
speculand, seminaire stop-finance, la PAC etc
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20923319.html



Irak : Les chrétiens ne veulent pas de la protection américaine

Mgr G. Casmoussa : Nous ne voulons pas de leur protection, parce qu’elle représente un danger pour nous et parce que je n’y crois pas.

L’armée américaine ne nous apporté que du gâchis et du terrorisme. Où est la démocratie que George Bush prétendait importer ici? Je préfère la protection des Irakiens musulmans qui vivent à nos côtés. Un occupant, quel qu’il soit, doit finir par rentrer chez lui.

http://marcfievet.com/article-20914931.html


http://uhec.net/b/images/2007/09/07.jpg 

Nouveaux visages à la télé : voilés. Ca se passe à Bruxelles !


Depuis novembre dernier, Télé Bruxelles donne l’occasion à ses téléspectateurs de présenter eux-mêmes la météo. suite à

http://www.marcfievet.com/article-20942731.html

Eva : Je parie que Drzz va mettre ça sur son blog ! Zzzzzz !



Liste communautaire aux élections : La vie en bleu.
Ca se passe à Sarcelles...

http://www.marcfievet.com/article-20942645.html


Antisémitisme. Après l'orage...
http://www.marcfievet.com/article-20942645.html


Inde-israël : Pourquoi, maintenant, de si tendres liens ?
http://www.marcfievet.com/article-20942804.html

Et ça, c'est mon petit commentaire, que j'ai mis sur l' Aviseur. Je suis en verve, vous voyez ??? Eva

Jolis duos désintéressés...
Israël séduit tout le monde, maintenant... même l'Europe, puisque sans rien nous dire, les voici peu à peu aux commandes comme s'ils étaient Européens...

Il est vrai que l'Europe leur doit bien ça, avec la Shoah dont on ne fait que de nous parler, plus que jamais, + de 60 ans après ! Il  faut bien réparer ça, comme ils nous le demandent, ces chers amis Israéliens... alors, les postes de commandes, c'est pas mal, non ?

Au fait, qu'en pensent les peuples ? Sans doute rien, car on ne leur a rien dit... C'est beau, l' Europe, quand même, non ? Eva

PS :  Et les Pères fondateurs, qu'en pensent-ils ???



Tentative d'assassinat de Morales (Bolivie)
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6827



Parution préparée à partir de 21 h, publiée à 1 heure environ.





Publication non terminée

Partager cet article

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Amérique Latine
commenter cet article

commentaires

eva journaliste-resistante a l'intolerable 03/07/2008 23:52

Merci Rita de ta visite, qui malheureusement se fait rareOui, les deux dimensions sont nécessaires :La force intérieure, reliée au Père-CréateurLa soif de justice, notamment socialeBonne soirée Eva

eva journaliste-resistante a l'intolerable 03/07/2008 23:47

Oui, Charlotte, tu as raison, et j'ai parlé de ce qui se passe à l'Assemblée pendant ce temps. Chaque fois, c'est pareil : On nous divertit pendant que passent les pires mesures. Ce sont des salopards !Oui, moi aussi j'ai envisagé de partir, de quitter la France de Sarkozy, mais je venais de déménager. Sinon, je serais partie réaliser mon rêve, au Vénézuela par ex . En mettant en place une maison pour los gamines (gosses des rues).toutes ces politiques donnent la nauséeje t'embrasseeva

ritapitton 03/07/2008 23:45

Bonsoir à tous ,Oui le premier geste d'Ingrid Betancourt à son arrivée à Bogota a été de remercier Dieu pour sa libération . Bravo .Elle a été sauvée de l'enfer de la jungle par sa force intérieure J'ai lu son livre et quand j'y ai vu qu'elle priait j'ai envoyé un message à Lorenzo et Mélanie accompagné d'une prière spéciale qui fait retrouver ce qu'on a perdu .Et le petit livre émouvant je l'avais posé sur mon autel éclairé comme un rappel au Très Haut .La prière est la clé .Espérons qu'elle compatira désormais au sort des paysans qui sont chassés de leurs terres pour faire de la place aux multinationales et qu'elle combattra l'injustice comme le réclamait le CHE .

charlotte 03/07/2008 21:54

Très bonne analyse sur les tenants et aboutissants de la libération d'I.Bettencourt; Eva, cette libération dont les médias nous abreuvent depuis cette nuit sans pratiquement discontinuer. Et pendant ce temps on ne nous informe pas de ce qui se discute en ce moment à l'assemblée : le DETRICOTAGE des 35 heures savamment orchestré par l'horrible Bertrand (le "maçon" de la paupérisation de la France des pauvres et des classes moyennes, il avait déjà commencé lorsqu'il était à la "santé" sousChirac, en déremboursant des médocs ce qui a permis aux assurances (dont il est le valet) d'augmenter leurs tarifs mutuelle. Si j'étais plus jeune, je me casserais de cette Europe et de cette France dont les valeurs me deviennet de plus n plus étrangères. Je t'embrasse

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages