1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 19:11


Un empire américain mondial constitué de bases militaires 
http://aipas.over-blog.org


Mes amis,

Il y a quelques mois, j'écrivais dans ce blog (article sur les fondamentalismes religieux, fin sept.2007):

"Nous vivons dans un monde terriblement dangereux, coincés entre les prétentions d’Etats hégémoniques et prédateurs, les appétits de l’ogre libéral, les projets de dirigeants irresponsables, et les fanatismes religieux. Pour réagir, il faut d’abord comprendre ce monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Il est explosif !"

Etudier les rapports de la religion avec la politique, c'est comprendre une partie des  enjeux d'aujourd'hui. Car le néo-libéralisme n'explique pas tout. En effet, notre société est menacée, dans ses fondements, par la lutte sans merci que les extrémismes religieux se livrent pour la domination du monde. Les Islamistes veulent imposer la charia au monde entier, les évangélistes envoient leurs missionnaires partout pour convertir les peuples à leur foi et les rendre dociles, les sionistes ne souhaitent pas seulement la création du Grand Israël, mais aussi établir leur suprématie financière et idéologique sur le monde. Et si les évangélistes et les sionistes sont provisoirement alliés, c'est circonstanciel, le moment venu chacun ne pensera plus qu'à absorber l'autre.  Pour reprendre un mot célèbre, ce sera "la lutte finale" pour le Pouvoir. La domination totale du monde, le IVe Reich. Hitler n'est pas mort !

Alors, pourquoi ce sujet aujourd'hui ? Figurez-vous que j'ai trouvé tout à l'heure ce message dans ma boîte mails :

Chère Eva


Tout d'abord, moi aussi je m'appelle Eva et j'ai lu un peu sur le blog ce que vous avez écrit sur vous, sur Israël et la notion du "Peuple Elu"...

Je vous sens sincère et vous avez des questions auxquelles vous cherchez des réponses.

Je vous encourage à consulter un site qui m'a fait beaucoup de bien et qui a répondu à toutes les questions que je me posais moi-même.
  www.pierre2.org

 Bonne chance dans votre recherche dans la Justice
 
 Eva
 



Or, comme vous le savez, j'ai eu la
surprise de faire un jour l'expérience de la foi, dans les milieux évangéliques, ceux-là mêmes qui, lorsqu'ils dérivent vers le sectarisme fanatique, sont qualifiés d'évangélistes : Comme les Musulmans deviennent des Islamistes, et les Juifs des sionistes, ou plus exactement, des néo-sionistes.

Aujourd'hui, de cette expérience il me reste la foi, vivante, profonde, en Dieu, mais je ne suis membre d'aucune Eglise, et cela me permet d'être ouverte à toutes les dénominations, en songeant, tout simplement, que les êtres humains sont tous enfants du même Créateur, d'un même Dieu d'Amour, et frères et soeurs en humanité, citoyens du même monde. En pensant cela, vous considérez automatiquement l'autre comme un ami, quelles que soient sa croyance, sa culture, sa philosophie. Et vous le respectez en tant que tel. Concrètement, vous ne pouvez pas supporter l'idée d'abord d'une guerre, ensuite d'un choc et d'un conflit de civilisation. La fraternité est universelle.




 C'est pourquoi, aujourd'hui, je rejette le prosélytisme, j'appelle au respect de toutes les croyances en considérant que tous les chemins mènent au Dieu d'Amour, au Dieu Père-Créateur, et au Bien, à l'amour du prochain. Et je dénonce tous les sectarismes, les fanatismes, les excès, les crispations, les intégrismes, les communautarismes identitaires ou religieux qui, aujourd'hui, de plus en plus, gangrènent la planète. Et pour ne citer qu'un exemple, Bertrand Delanoë ne souhaite-t-il pas devenir le premier Président homosexuel ? A sa place, je saluerai plutôt le désir de devenir le Président de tous les Français. Et c'est avec plaisir que j'ai appris la candidature de Martine Aubry, que je préfère à celle de ce socialo-libéral, diluant le socialisme dans le libéralisme si préjudiciable aux intérêts de tous. Et pour refermer la parenthèse, voilà qui serait inédit, le cas échéant : Un duel Martine Aubry-Ségolène Royal pour la tête du P.S.. Deux femmes. Quant à moi, mon coeur va plutôt à celui qui pourrait être le recours idéal, dans la conjoncture actuelle : Jean-Pierre Chevènement, homme d'Etat, d'autorité, de conviction, courageux, indépendant, laïc (et donc de rassemblement), très à gauche sur le plan social et économique, et capable de tenir tête à la mafia anglo-usraélienne. Une voix forte, comme celle du Général de Gaulle, qui aurait porté très haut la France dans le concert des nations couchées devant l'ogre néo-libéral, dominateur, prédateur, carnassier, criminel. Il n'y a pas beaucoup d'individus, aujourd'hui, capables de tenir tête aux ennemis de la France - et de l'humanité.

Ceci étant dit (eu égard à l'entrée en scène de Martine Aubry), je reviens à mon sujet. Celui de l'universalisme de la foi en Dieu. Seule capable de réunir les individus, au lieu de les opposer les uns aux autres. Bref, le rêve d'une humanité réconciliée, célébrant le même Dieu (ou ne le reconnaissant pas), au lieu de laisser les hommes et les femmes se dresser les uns contre les autres au nom de vérités absolues et contradictoires.  Bannissant l'intolérance, le monolithisme, l'unilatéralisme, le fanatisme, le sectarisme, les guerres qui font le malheur de l'humanité.   


En ces temps  abominables, lourds de menaces, où l'on brandit l'idéal de la liberté, de la démocratie, et même de Dieu - d'un Dieu aux couleurs provisoirement évangélistes et néo-sionistes -, contre le Dieu des islamistes, alors que l'on cherche seulement à imposer sa suprématie, à faire main-basse, aussi, sur les ressources des autres tout en amoindrissant les puissances émergentes, en ces temps-là, donc, n'est-il pas temps de plaider pour la raison, la sagesse, l'unicité du genre humain, et, selon le cas, la laïcité de consensus ou la foi en l'Unique, le Père d'Amour gage de Paix et d'harmonie ?




Ce post, je l'ai écrit parce que j'ai lu le texte que je joins, dans le blog conseillé par cette autre Eva, soeur inconnue mais si tendrement fraternelle et, comme moi, tournée vers la quête de la vérité, d'une Vérité qui rassemblerait tous les individus au lieu de les dissocier, de les opposer, de les conduire à se dresser les uns contre les autres.

Mes amis, vous savez combien le politique m'interpelle, puisque ce blog est un blog politique d'alerte, de dénonciation, de combat des atrocités qu'on nous prépare, comme la domination de quelques-uns sur les autres, la destruction de toutes les solidarités humaines, les guerres infâmes qui ne profitent qu'à une petite minorité de prédateurs, au nom d'un choc de civilisations en réalité seulement destiné à masquer les vrais problèmes et à détourner notre attention des vrais coupables, au sommet, relayés par des médias bien serviles.

Notre époque hyper-technique est cruelle, brutale, égoïste. Raison de plus pour découvrir, ou redécouvrir, l'unité du genre humain, et, pourquoi pas, de la foi. Ce serait aussi une manière de combattre ceux qui ne songent qu'à nous diviser - pour leur seul profit.

Eva.

                       


Attention
! Sauf information urgente (dont je prendrai connaissance, grâce à mon réseau de relations, avant que les médias ne s'en emparent), je serai en congé pendant au moins 15 jours.


En attendant, vous pouvez vous abonner, c'est gratuit (à droite de l'écran, présentation du blog), recommander à vos amis mon blog, leur offrir un abonnement (cadeau gratuit si vous êtes fauchés) à R-sistons, ou aux supporters des néo-cons ou du libéralisme, afin qu'ils entendent une voix différente.



 

Unité en Abraham

Juifs, Chrétiens et Musulmans sont tous les enfants d’Abraham. Les Juifs et les Chrétiens par Isaac, fils de Sara la femme d'Abraham.. Les Musulmans par Ismaël, fils d'Agar, sa servante....
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html


_______________________________________________________________________________________



Voici comment
le site se présente :

 Les fanatiques n'ont pas d'amis dans ce site


Notre mission est d'injecter l'amour de l'Inspiration biblico-coranique dans les cœurs purs de tous rites, religions et confessions, sans fanatisme ni bigoterie, afin que l'Amour règne sur terre entre l'homme et l'homme son frère
.

Découvrons la vraie foi par la connaissance des Saintes Ecritures ! Car cette connaissance seule est capable d'affranchir les cœurs purs des pièges de l'ignorance et des chaînes de certains cultes et diverses traditions hérités d'une foi aveugle, et pratiqués par simple habitude.

Dieu ne désire pas ces pratiques. Il nous demande simplement de Le connaître et de L'aimer (Osée 6,6 / Jean 4,23-24 / Jean 17,3 ;
Coran XXII ; Le Pèlerinage, 37).


http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com
/article-18863741.html




Le texte à l'origine de ce post :
(http://www.pierre2.org/fr/drame.htm) :



Judaïsme, Sionisme, Jésus, Universalité
Le sionisme politique trahit le judaïsme


Peu de personnes comprennent le drame de Jésus et la raison pour laquelle les Juifs refusèrent de reconnaître en Lui le Messie attendu : Il refusa de restaurer un Royaume juif car, avait-il révélé, le Royaume de Dieu "n'est pas de ce monde" (Jean 18,36).

Ainsi, un Etat juif est aussi condamnable par Dieu qu'un Etat chrétien ou musulman.

En effet, Dieu est pour tous les croyants, mais les Etats appartiennent chacun à ses citoyens, croyants et incroyants.


Sionisme contre Judaïsme
 

Le drame de Jésus c'est le sionisme, la politisation du judaïsme. Tout le problème est là ! L'essence du judaïsme est spirituelle. Cette foi en Dieu débuta avec Abraham, il y a 4000 ans, à qui le Créateur se révéla en vue de Se faire connaître par lui à tous les hommes. L'intention divine n'était pas de créer un courant politique juif restreint mais de répandre la connaissance du Dieu unique.

Durant les siècles, le sionisme a étouffé le judaïsme au point de le réduire à un nationalisme juif. Les Hébreux crurent qu'ils devaient traduire leur foi en créant un Etat national. Le judaïsme, est-il une foi ou un Etat ? Dans l'optique de Dieu, les deux ne sont pas compatibles. Tout le drame est là !


Histoire de la politisation du Judaïsme
 

Le Judaïsme prit une tournure politique au XIe siècle av.J.-C., après l'entrée des Israélites en Palestine. Dès cette époque, la communauté juive voulut se transformer en royaume : "Les gens d'Israël dirent à Gédéon : "Règne sur nous, toi, ton fils et ton petit-fils..." ; Gédéon leur répondit : "Ce n'est pas moi qui régnerai sur vous, ni mon fils non plus, car c'est Dieu qui doit être votre Roi" (Juges 8,22-23). Gédéon, avait compris le danger d'une telle dynastie politique et rejeta le projet, comme Jésus après lui, en déclarant que Dieu est l'unique Roi.

Un second essai fut tenté un siècle plus tard sous Samuel. Cette fois, un royaume juif fut établi avec Saül comme premier roi, mais contrairement à la volonté explicite de Dieu et du Prophète Samuel. En effet, Dieu se considéra détrôné par les Juifs et déclara à Samuel : "...C'est Moi qu'ils ont rejeté ne voulant plus que je règne sur eux" (1 Samuel 8,7).

Après l'intronisation de Saül, Samuel invita la communauté israélite au repentir et à reconnaître son tort d'avoir choisi un homme comme roi : "Reconnaissez clairement combien grave est le mal que vous avez commis au regard de Dieu en demandant pour vous un roi" (1 Samuel 12,17). Et les Juifs d'avouer : "Nous avons mis le comble à tous nos péchés en demandant pour nous un roi" (1 Samuel 12,19). La politisation du judaïsme est ainsi condamnée, dès l'origine, par ceux-là mêmes qui l'ont instituée.

Des siècles plus tard, les prophètes rappelèrent aux Juifs leur déviation vers la politique. Dieu dit par le prophète Osée : "Ils (les Israéliens) ont fait des rois, mais sans mon aveu ; ils ont établi des chefs mais à mon insu….(Osée 8,4). ...Tu t'es détruit, Israël ! En Moi seul est ton secours ! Où donc est-il ton roi ? Qu'il te sauve ! Tes chefs, qu'ils te protègent ! Ceux-là dont tu disais : 'Donne-moi un roi et des chefs'. Un roi, Je te l'ai donné dans ma colère et dans ma fureur je te l'enlève" (Osée 13,9-11).

Effectivement, le royaume fut enlevé d'Israël après l'invasion babylonienne sous Nabuchodonosor, en 586 av.J.-C.. Le Temple de Salomon fut détruit, les Juifs furent déportés en Babylonie et la royauté, la dynastie de David, cessa en Israël depuis (2 Rois 25,8-12 / 2 Chroniques 36,17-21).

Dès lors, les Israéliens eurent la nostalgie de ce royaume davidique, oubliant totalement que le seul Roi est Dieu. Durant les siècles qui suivirent l'invasion babylonienne, ils tentèrent souvent de rétablir leur royaume en Israël. Ils voyaient dans le Messie la seule personne capable de rétablir ce royaume davidique. Ce royaume terrestre devint leur obsession. Comme les vieux Siméon et Anne, ils attendaient de toutes leurs forces cette "consolation d'Israël", cette "délivrance de Jérusalem" (Luc 2,25-38).

Au premier siècle av.J.-C., sous l'Empire Romain, les Juifs parvinrent à rétablir un royaume avec l'aide des Romains. Le premier roi fut Hérode le grand. Celui-ci n'obtint pas le consentement du peuple, n'étant pas de la lignée de David, mais un descendant des Maccabées (de la tribu de Lévi).

Or les Juifs voulaient un royaume autonome dirigé par une dynastie issue de David. Ils cherchaient donc à se soulever, à la fois, contre Hérode et contre les Romains pour rétablir ce royaume. Mais ils croyaient qu'il fallait qu'apparaisse d'abord le Messie pour rassembler le peuple au combat contre les Romains.

Cette nostalgie croissante d'un royaume israélien éclipsa totalement la dimension spirituelle du judaïsme. Le Messie n'était attendu que pour "sauver" Israël militairement, en vue de restaurer un vaste empire juif, un "Grand Israël" semblable à celui de Salomon
.


Jean-Baptiste
 

Voyant Jean-Baptiste attaquer Hérode, les nationalistes le prirent pour le Messie et le suivirent en foules nombreuses. Mais lui disait aux foules qu'un autre, plus puissant et plus important que lui, devait apparaître (Matthieu 3,11 / Jean 1,26-37). Mais pour Jean-Baptiste, ce Messie qui devait le suivre ne pouvait être qu'un guerrier libérateur. Lui-même ne comprenait pas le comportement de Jésus et, "ayant entendu, dans sa prison, parler des œuvres du Christ, il lui envoya certains de ses disciples pour lui dire : 'Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre' ?" (Matthieu 11,2-3). Il s'attendait à ce que Jésus rassemble le peuple au combat. Or "ces œuvres" du Christ dont il entendait parler, étaient celles d'un miséricordieux qui pardonne et d'un guérisseur, non d'un révolutionnaire juif. Ces œuvres spirituelles ne pouvaient satisfaire les nationalistes, dont Jean faisait partie.

C'est pourquoi, sans douter de Jésus comme envoyé divin, Jean envoya des disciples Lui demander s'il était le Messie attendu, ou bien "fallait-il en attendre un autre" comme Messie pour mener la révolte ? Il n'avait pas encore saisi la dimension spirituelle de la Libération. C'est la raison pour laquelle Jésus avait dit que Jean-Baptiste est, à cause de sa conception matérialiste du royaume, plus petit que le plus petit dans le Royaume des Cieux, ce dernier ayant compris que ce Royaume est intérieur, dans l'âme. Jean-Baptiste lui-même ne l'avait pas compris (Matthieu 11,2-11).

Aujourd'hui encore, tous ceux qui ne saisissent pas cette dimension, attendent de même cet "autre Messie" pour restaurer le royaume politique en Israël.


Jésus
 

A l'époque de Jésus, les Juifs avaient déjà perdu la notion spirituelle du salut. Les meilleurs parmi eux comprenaient ce fait politiquement. Pour eux, le Messie devait naître d'une famille de haut rang ou riche et puissante de Jérusalem, capable de mobiliser le peuple au combat. Paradoxalement, Jésus sortit d'une modeste famille du village lointain de Nazareth : "De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ?" (Jean 1,46).

Un pauvre charpentier n'a pas convaincu l'orgueilleuse attente des Israéliens. Sa mission principale était de rétablir le judaïsme dans sa pureté originelle, spirituelle, le libérant de la politique : "Mon royaume n'est pas de ce monde" avait dit Jésus. (Jean 18,36). Par Jésus, Dieu devait reconquérir son Trône dans le cœur des croyants. Ce Royaume ne devait pas se limiter aux seuls Juifs, mais à tous les hommes de bonne volonté du monde entier.

Jésus apparut parlant du Royaume de Dieu. Les Juifs crurent en Lui en Le voyant opérer des miracles, mais ils voyaient en Lui le libérateur politique et militant. Au lieu de répondre à son invitation au repentir, leur réaction devant ses miracles était nationaliste.

Ils voulurent Le forcer à être le roi politique d'Israël, à rétablir le royaume de David, Lui qui était issu de la lignée de David. En effet, Jean, dans son Evangile, nous dit que les Juifs, après le miracle de la multiplication des pains, crurent en Jésus, puisqu'ils dirent : "C’est vraiment Lui le Prophète qui doit venir dans le monde". Mais leur réaction devant ce miracle ne fut pas spirituelle, vu que Jean ajoute :

"Jésus se rendit compte qu'ils allaient venir L'enlever pour le faire roi ; alors Il s'enfuit de nouveau dans la montagne tout seul" (Jean 6,14-15).

Il faut souligner ce fait qui passe ici inaperçu : "Ils allaient venir L'enlever pour le faire roi... et Jésus s'enfuit". Les Juifs ne venaient pas "solliciter" Jésus, ni Lui "offrir" le royaume israélien, mais le Lui imposer. Il n'avait d'autre choix que la fuite devant ce qui faisait la trahison de sa mission. N'avait-Il pas déjà repoussé l'offre de l'empire israélien de la main du diable ? (Matthieu 4,8-10).

Dans ces versets paraît le drame de Jésus car, devant sa persistance à renier le royaume d'Israël, les Juifs finirent par le renier, à leur tour, comme Messie.

Les nationalistes en voulurent à Jésus et le jugèrent non patriotique parce qu'Il n'avait pas mis sa puissance miraculeuse au service de la nation et du trône. C'est pourquoi ils l'accusèrent de "tromper le peuple" (Jean 7,12). C'est que les Juifs nourrissaient, en Le voyant agir et parler, de faux espoirs de restauration nationale : "Nous espérions, nous, que c'était Lui qui délivrerait Israël" dirent deux de ses disciples après Sa mort (Luc 24,21). Voyant que Jésus ne satisfaisait pas leurs espoirs politiques, les chefs juifs conclurent que Ses miracles étaient faits par la puissance du diable (Jean 10,20 / Matthieu 12,24-28). Ils obtinrent enfin que Jésus soit crucifié car, par son messianisme spirituel qui galvanisait les foules, Il était devenu un obstacle à la réalisation de leurs buts politiques et nationalistes (Jean 7,37-52 / 12,10-11).

Pourtant, Jésus n'est pas le premier Juif à avoir refusé d'établir un royaume israélien, sachant que cela était contraire à la volonté de Dieu.

Gédéon, Samuel et Dieu Lui-même ne s'étaient-ils pas prononcés contre la réalisation d'un tel royaume, "Dieu étant l'unique Roi" ?

Jésus eut beaucoup de mal à expliquer à ses amis les plus intimes son Royaume spirituel. A plusieurs reprises Il préparait ses Apôtres à sa mise en croix, non au combat contre Hérode et les Romains. Le Royaume dont Il leur parlait n'avait rien de politique et son langage n'a jamais été celui d'un nationaliste. Il ne parlait jamais du royaume de David mais du Royaume des Cieux. Eux s'attendaient à l'entendre dire par exemple : "Enfants d'Israël, vous les fiers descendants de Jacob et les héritiers de la Terre, suivez-moi, n'hésitez pas à prendre les armes et à libérer la terre de vos ancêtres etc…". Or, Ses discours étaient du genre : "Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux, heureux les doux… heureux les miséricordieux… (Matthieu 5,1-12)… Aimez vos ennemis, priez pour vos persécuteurs...(Matthieu 5,43-45)".

Aux Pharisiens qui lui demandaient "quand devait arriver le Royaume de Dieu" (d'après eux, le royaume davidique), Jésus répondit : "La venue du Royaume de Dieu ne se laisse pas observer et l'on ne saurait dire : 'Le voici ! Le voilà !'. Car sachez-le, le Royaume de Dieu est en vous" (Luc 17,20-21). Ce Royaume étant intérieur, il ne fallait donc plus en attendre un autre à l'extérieur. Nul en Israël ne s'attendait à ce genre de Royaume ni à ce messianisme. Le courant nationaliste avait séduit tous les Juifs, les Apôtres inclusivement.

Afin d'instituer ce Royaume divin, il fallait briser l'idole qu'était le Messie politique. Jésus savait qu'il n'y parviendrait qu'au prix de son sang. Il prépara donc ses Apôtres à ce dénouement dramatique : "Le fils de l'homme doit être livré aux mains des hommes et ils Le tueront". A ces mots, "ils furent tout consternés" (Matthieu 17,22-23), car, ne voyant encore en Lui qu'un Messie nationaliste, ils n'imaginaient pas que Jésus soit vaincu, mis à mort, sans rétablir le trône et la dynastie de David.

Les Apôtres eurent beaucoup de mal à saisir la dimension spirituelle du Royaume quoique Jésus demeurât avec eux durant trois années. Ils continuaient de croire que ce Royaume était politique et lui demandèrent, juste avant l'Ascension : "Seigneur est-ce en ce temps-ci que tu vas restaurer la royauté en Israël ?" (Actes 1,6). Ce n'est qu'après avoir reçu l'Esprit Saint, qu'ils commencèrent à comprendre l'intention du Maître (Actes 1,7-8 / 11,15-18 / 15,7-11).

Jésus devait remplacer, dans la mentalité de ses Apôtres, la notion du messie sioniste par celle du Messie spirituel et universel. C'est un subtil exorcisme qu'il fallait opérer. Il attendit deux ans avant d'entamer cette délicate opération. D'abord, Il devait s'assurer que ses Apôtres croyaient indéfectiblement en Lui comme Messie. Il fallait qu'Il manifestât sa puissance par les miracles pour donner aux disciples confiance en Lui. C'est ainsi, en effet, qu'ils crurent en Lui (Jean 2,11 / Jean 6,14). C'est alors seulement qu'Il leur demanda : "Pour vous qui suis-Je ?". Et Pierre, lui seul, eut le courage de répondre : "Tu es le Messie".  Néanmoins, pour Pierre et les Apôtres, le messianisme de Jésus ne pouvait être que nationaliste ; Il est le Messie, oui, mais le messie guerrier ! Pierre portait encore son épée lors de l'arrestation de Jésus ! (Jean 18,10-11).

Le deuxième pas à franchir, le plus délicat, était la révélation de son messianisme spirituel ; les Apôtres ne pouvaient même pas l'imaginer. Jésus, après avoir obtenu de ses disciples, pour la première fois, la reconnaissance de sa qualité de Messie, pouvait franchir ce deuxième pas qui consistait à leur présenter son vrai visage de Messie spirituel, non nationaliste. C'est ce qu'Il fit en leur annonçant, pour la première fois, sa prochaine mise à mort. Il leur déclara cela "à dater de ce jour" où ils Le reconnurent comme Messie, non pas avant, précise Matthieu (Matthieu 16,21). C'était leur dire : Je suis le Messie, oui ! Mais Je ne restaurerai pas de royaume politique. Pour que vous le compreniez, je serai livré à la mort.

La réaction spontanée de Pierre était de rejeter cette annonce inattendue : "Dieu t'en préserve Seigneur ! Cela lui a valu une sévère réprimande du Christ : "Eloigne-toi de moi, Satan. Tu m'es un scandale, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes" (Matthieu 16,21-23). La réaction de Pierre est due, justement, au fait que les disciples ne pouvaient pas, à ce moment, concevoir que le Messie, le futur roi d'Israël et le sauveur de la nation, finisse sur une croix, comme un vulgaire criminel, eux qui L'imaginaient déjà sur le trône d'Israël, inaugurant la nouvelle dynastie davidique. Le Messie, le roi d'Israël, mourir sur une croix ?! Jamais ! Lui qui doit détrôner Hérode et chasser les Romains ! Les Apôtres "ne comprenaient pas cette parole : elle leur demeurait voilée" (Luc 9,44-45).

Il fallait que les Apôtres subissent de la part du Maître un réel lavage de cerveau, un "baptême". Il ne pouvait changer leur mentalité que sur la croix. Il fallait que meure le concept du messie sioniste auquel ils croyaient. Il fallait que Jésus meure sans restaurer de royaume israélien. Alors, leur foi en Lui comme Messie -non plus nationaliste, mais spirituel et universel- devait continuer à vivre en eux ; ce qu'ils ne comprirent, en effet, que plus tard, après la crucifixion de Jésus.

Ainsi, par la mort de Jésus, s'écroule, dans l'esprit de ses disciples, l'idole sioniste. Par sa mort, Jésus triompha de la mort qu'est ce nationalisme : "J'ai vaincu le monde", dit Jésus la veille de sa crucifixion (Jean 16,33).

Après la mort de Jésus, en effet, les Apôtres continuèrent à croire en Lui comme Messie. Ils découvrirent ainsi la dimension spirituelle et universelle du salut. Dieu n'est plus le monopole des Juifs, Il appartient au monde entier : "Dieu est-il le Dieu des Juifs seulement, et non point des Païens. Certes, également des Païens" (Romains 3,29). Par contre, les nationalistes endurcis, ceux pour qui Jésus était "une occasion de chute" (Matthieu 11,6), et une "pierre d'achoppement" (Romains 9,30-33), furent choqués par son manque de "patriotisme" et Le renièrent.

Il y a lieu de distinguer entre un nationalisme religieux coupable, créé au nom d'une foi -celui-ci est condamné par Dieu- et un patriotisme légal indépendant de la foi.

A noter que le messie sioniste représente tout esprit matérialiste et dominateur.

Cet esprit a séduit d'innombrables Chrétiens le long des siècles. Ceux-ci n'ont rien compris à la Croix du Christ. Tous les matérialistes suivent l'esprit du messie sioniste et meurent dans leurs péchés. C'est le cas des Juifs qui refusèrent, par le passé, et qui refusent encore aujourd'hui, de croire en Jésus (Jean 8, 21-24). Jésus répète encore aujourd'hui à tous : "Si vous ne croyez pas que Je Suis (le Messie) vous mourrez dans vos péchés" (Jean 8,21-24).




Judas


Quant à Judas Iscariote, le prétendu apôtre qui trahit le Christ, il n'a jamais suivi Jésus par conviction spirituelle, mais par intérêt matériel.

Judas croyait que Jésus était le Messie nationaliste.  Les miracles de Jésus et ses discours spirituels le laissaient spirituellement indifférent. Il n'y voyait qu'un moyen pour rétablir le royaume politique et réaliser ses propres ambitions matérielles.

(..) Quand Judas eut la certitude que Jésus ne comptait pas établir un règne politique, et qu'il ne pouvait plus rien tirer de Lui, il décida de Le livrer (Jean 13,2).

L'intérêt matériel de Judas primait sur toute autre considération, cela se voit dans son désir de livrer Jésus en en tirant, au moins, un certain profit pécuniaire ...





Les Apôtres après la Croix


Les pèlerins d'Emmaüs étaient consternés après la crucifixion de Jésus, déçus de sa mort car, dirent-ils : "Nous espérions, nous, que c'était Lui qui délivrerait Israël" (Luc 24,21). C'est qu'ils s'attendaient à une délivrance politique.

Lors de l'Ascension, les Apôtres, "quand ils Le virent, ils se prosternèrent ; d'aucuns cependant doutèrent" (Matthieu 28,17). Quelle était la nature de ce doute ? Ils doutèrent de Lui comme Messie vu qu'Il n'avait pas restauré le Royaume en Israël. C'est pourquoi, à ce moment, ils Lui demandèrent de nouveau : "Est-ce en ce temps-ci que tu vas restaurer la royauté en Israël ?" (Actes 1,6).


Les Juifs d'aujourd'hui


Aujourd'hui, le drame de Jésus se renouvelle par la résurgence du nationalisme juif incarné dans l'Etat d'Israël. Cet Etat a séduit des foules de Chrétiens menées à le soutenir aveuglément.


Et ceci, malgré la mise en garde de Jésus : "Prenez garde qu'on ne vous abuse… lorsque vous verrez l'Abomination de la Désolation installée dans le Saint Lieu (Terre Sainte, Jérusalem)… Ne vous mettez pas à leur suite…" (Matthieu 24,4-15 / Luc 21,7-8). Et pourtant, ils se mirent à leur suite !!

Comment est-il possible de convaincre les Juifs -et particulièrement les Sionistes parmi eux- que Jésus de Nazareth est le Messie qu'ils attendent ?

Comment les convaincre que le règne auquel ils aspirent est spirituel et en faveur de toute l'humanité ? Comment les convaincre de renoncer à un Etat politique sioniste à travers lequel ils veulent régner sur le monde ?

Heureux ceux d'entre eux qui entendront la voix du Messie crucifié, l'Unique capable de donner la  vraie paix.

http://www.pierre2.org/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18747126.html

http://le-jardin.over-blog.net/ -
La spiritualité universaliste, humaniste, fraternelle...


________________________________________________________________________________________

Mes autres blogs :

- R-sistons à la désinformation

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 


- R-sistons à l'actualité

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/


- Coups de coeur blogs, d' Eva
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com


Une video à écouter absolument :
http://www.dailymotion.com/related/80692/
video/x4n042_docle-gouvernement
-mondialle-grand_politics



________________________________________________________________________________________


Preuve Illuminati :



http://www.dailymotion.com/video/x5ivck_une-preuve-illuminati_webcam

http://www.dailymotion.com/related/x5ivck_une-preuve-illuminati_webcam/video/x38pea_le-plan-des-illuminati_politics?from=rss

http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/06/01/une-preuve-illuminati-4253766


________________________________________________________________________________________


 Sélection :

- La France et l'Iran, les R.V. manqués
- Pourquoi l' Iran dérange-t-il l'Occident ? etc


 Extraits : 

Les milieux financiers américains, non liés à l’industrie militaro- pétrolière, seraient- ils prêts à supporter une nouvelle aventure militaire, néfaste à l’image et à l’économie des Etats-Unis dans le monde?

L’analyse du «compte à rebours» convenait à la période d’avant le 07 novembre 2007, époque où l’«unilatéralisme» bushien dictait sa loi. «Le monde multipolaire se développe sans nous demander notre avis et sans correspondre à notre schéma! (…)

Les pays émergeants peuvent nouer des liens entre eux, en se passant des Européens et même des États-Unis
(Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères- Le Monde du 22-23/04/07).


 Il est vrai que l’aide aux mouvements armés à base ethnique- Azéri, Baloutche, Arabe, Kurde- fait partie des panoplies de complots des puissances étrangères qui ont toujours voulu décomposer l’Iran. Les Iraniens ont l’habitude de l’ingérence étrangère et y sont préparés. Après la deuxième guerre mondiale, les Soviétiques ont même créé des «républiques soviétiques» fantoches azéri et kurde, qui se sont effondrées après le départ des Soviétiques. Le «nationalisme iranien» a toujours servi de ciment à la cohésion nationale et la collusion avec l’«ennemi étranger» a toujours été fatale aux opposants imprudents.

 Il reste l’embargo économique et technologique de l’Occident. Il est à souligner qu’aucun système, même cubain, ne s’est effondré suite à l’embargo économique. Le monde entier exporte vers l’Iran, via les Emirats arabes unis, qui sont devenus les premiers partenaires économiques de l’Iran avec des échanges commerciaux d’environ 11 milliards USD en 2006. Pourtant, il ne faut pas sous-estimer les effets néfastes d’un embargo économique sur le développement de l’Iran. Ce pays a décidé de rationner l’essence à partir du premier Khordad (21 mai). L’argent manque à l’industrie civile, car la recherche et l’industrie militaires absorbent une part importante des investissements.

«Assurer l’ouverture du Détroit d’Ormuz», soutenir les «régimes arabes amis» et contenir la «menace iranienne», sont autant de motifs avancés par l’armée américaine pour justifier sa présence dans le Golfe persique.

 Ceci n’empêchera pas les Américains de fomenter des complots contre la souveraineté iranienne par l’intermédiaire des «fronts de libération» azéri, kurde, baloutche bidons, aux quatre coins de l’Iran.

 La pression exercée par les Etats-Unis sur le programme nucléaire de l’Iran est une autre tentative pour faire plier l’Iran. Or le programme nucléaire est considéré par l’Iran comme une prérogative de sa souveraineté, alors qu’il est entouré de têtes nucléaires «amies» des Etats-Unis. De son côté, l’Iran vient d’annoncer la mise en place de plusieurs milliers de centrifugeuses. Une chose est sûre : la pression extérieure aura pour conséquence de radicaliser l’Iran et ceci indépendamment de la nature de son gouvernement. Face à l’agressivité des puissances occidentales qui se croient les maîtres du monde, un gouvernement iranien qu’il soit laïc, communiste ou nationaliste adopterait la même attitude.

 Le chant du cygne de l’unilatéralisme sera-t-il celui du colonialiste américain?

http://iran-geopolitique.blogspot.com/

Blog de  : Ali RASTEGAR  Professeur, cofondateur de "Paix et Justice au Moyen-Orient"


Joschka Fischer, ancien ministre des AE allemand, déclare que les Etats Unis et Israël attaqueront l'Iran en 2008

Joschka
Fischer,
ancien ministre
des AE allemand,
déclare que les
Etats Unis et Israël
attaqueront l'Iran en 2008
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkEkFupEyyLlhBKWUO.shtml

Syrie-Israël : Les dessous des négociations
http://www.marcfievet.com/article-20090807.html

Tzipi Livni (grande amie de Sarkozy): Une terroriste à Paris dans les années 80.

Tzipi Livni : Une terroriste à Paris dans les années 80.
(c'est une grande amie de Sarkozy) :


Pressentie pour être le prochain premier ministre israélien, Tzipi Livni, a été à Paris un agent du Mossad, au début des années 1980 où elle a sans nul doute participé à la planification d'une série d'assassinats visant des palestiniens réfugiés en Europe
.

Le père de Livni, Eitan, immigré d'origine polonaise n'est pas en reste. Il fut le chef des opérations de la même organisation terroriste. il a été condamné à 15 ans de prison pour avoir organisé l'attentat de l'hotel King David qui fera 91 victimes britaniques, arabes et... juives.

Livni, ne sera pas très tendre comme premier ministre, elle est du coté des faucons hystériques en ce qui concerne la Syrie et l'Iran»

«Elle est farouchement contre un retrait du Golan, et une fois premier ministre, elle est favorable au bombardement nucléaire de l'Iran”.

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkEkFFVVZAeVFqtMwn.shtml

Témoignages de soldats israéliens sur les crimes qu'ils commettent en Palestine
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkEkFEFFVkwBKmkOtx.shtml
Extrait : Il faut que les Israéliens comprennent que leur tranquillité a un coût moral exorbitant, dit-il. Actuellement, ce sont les jeunes appelés qui le paient. Mais bientôt, c’est toute la société qui sera corrompue."


Témoignages de soldats israéliens sur les crimes qu'ils commettent régulièrement en Palestine.

Sarkozy et l'argent roi , Sarko VRP de V. bolloré...
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkEkkVkVyFhqIHLkJH.shtml

Triste mois de mai pour la politique étrangère française.

La politique extérieure de la France est dictée par Israël ! Extrait :
FILLON est venu confirmer et justifier devant le lobby sioniste mondial qui s’en délecte, l’alignement ferme et définitif (on verra !) de la France sur la politique internationale des Etats-Unis en particulier au Moyen-Orient. FILLON, avec moins de tapage, a repris à son compte les menaces de KOUCHNER sur l’Iran
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkEkkuypyFVoYylsru.shtml
(Voir à commentaires)


Charles enderlin prend la parole
http://lesogres.info/article.php3?id_article=3973

Superbe texte, à lire par tous !
http://hadria.riviere.over-blog.com/article-20099746.html


Conseils et directives de la CIA
à ses agents d'influence en France


http://www.dieguez-philosophe.com

 

 

Dans le Monde du 22.5.8, M. Casanova a exprimé la position officielle que prendra ce quotidien concernant la politique que M. Nicolas Sarkozy inaugurera au cours de la présidence française de l'Union européenne et qui visera à replacer notre pays sous commandement militaire américain en temps de paix. Il est largement admis que M. Jean-Claude Casanova est un " agent d'influence " des Etats-Unis ... Son exposé est tellement limpide qu'on y lit en filigrane les instructions des services secrets du Pentagone ; et pourtant, il est d'ores et déjà devenu bien évident que la question du statut des "agents d'influence" français va débarquer  suite :

http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/defis_europe/cia.htm


Faute de place,
j'ai mis toutes sortes
d'informations en
commentaires, ici :

 

Partager cet article

Repost 0
Published by R-sistons à l'intolérable - dans Communautarismes
commenter cet article

commentaires

eva journaliste-resistante a l'intolerable 02/06/2008 16:05

Voici le lien de ce magnifique texte, oublié, pardon !http://hadria.riviere.over-blog.com/article-20099746.html

eva journaliste-resistante a l'intolerable 02/06/2008 16:02

Très beau texte, dommage qu'il soit en caractères si grands ! Eva_AUJOURD'HUI ...LES TRAVAILLEURS DE L’ABSURDE…
 
 
… »Les pêcheurs ne veulent pas se noyer dans le bassin d’emploi
 
PAR LE COLLECTIF RTO
 
POUR EN SAVOIR PLUS -- LIEN SOURCE :
 
 
http://www.collectif-rto.org/spip.php?article646
 
..."Les pêcheurs ne veulent pas se noyer dans le bassin d’emploi
 
Drôles de types ces pêcheurs.
 
On leur propose 140 millions d’euros et ils répondent à Sarkozy “Nous ne voulons pas être des assistés.”
 
Drôle de France.
Le Président de la valeur Travail confronté à des travailleurs qui veulent travailler plus.
 
Et si le Président était l’ennemi du travail ?
 
Que propose Sarkozy aux pêcheurs ? D’aller en mer, de remonter des filets pleins de poisson, puis d’en rejeter la moitié à la mer, parce qu’il y a les quotas.
 
Les poissons rejetés à la mer flotteront morts à la surface le lendemain :
la pêche au filet les tue de toute façon.
 
Les quotas ne peuvent protéger les poissons, mais on fait comme si.
 
Les poissons pêchés seront revendus à la grande distribution, à un prix tellement bas qu’il ne permet pas au pêcheur de vivre.
 
Ce qui lui permettra de survivre, ce sera l’aide de l’Etat.
 
Le pêcheur, à ce compte là pourrait aussi bien rester chez lui, ce n’est pas la vente de sa force de travail qui remplit son assiette.
 
Mais il faut faire comme si, se lever à quatre heures pour rejeter des poissons morts à la mer.
 
 
Pour faire comme si, il faut acheter de l’essence.
Qui est chère, parce que la demande est forte, parait-il.
 
Le poisson aussi est cher.
 
Pas quand la grande distribution l’achète au pêcheur, mais quand elle le vend au supermarché.
 
D’ailleurs il y a beaucoup d’invendus, et une partie des poissons morts finit javellisée dans les poubelles du supermarché.
 
Les pêcheurs travaillent assez pour nourrir tout le monde, mais il faut faire comme si ce n’était pas le cas, sinon la grande distribution ne fait pas de profits.
 
Et licencie les employés payés à jeter le poisson à la poubelle.
 
Si mal payés que qu’ils ne peuvent pas s’acheter de poisson.
 
Le travail de pêcheur, c’est aller pêcher du poisson pour que d’autres puissent s’en nourrir.
 
L’emploi de pêcheur c’est faire des gestes absurdes, au milieu d’une mer de poissons morts et de marées noires.
 
C’est devoir utiliser des filets pour être compétitif sur le marché mais rejeter des cadavres à la mer.
 
C’est devoir aller faire le con en mer pour des queues de cerise, regarder les milliers de poissons morts flotter sur l’océan, ou compter les piécettes après avoir vendu la part autorisée à la grande distribution.
 
Et se taper le soir les reportages à la télé sur le poisson trop cher, les émeutes de la faim et la pénurie de bouffe aux restos du Cœur.
 
 
Pêcheur dans la France d’après, c’est un emploi valable, comme employé de supermarché, mais c’est un travail de cochon.
 
D’ailleurs hier des paysans ont rejoint les pêcheurs.
 
Parce que la mer est pleine de poissons morts, le monde plein de gens qui ont faim : mais aussi leur têtes pleines de souvenirs de millions de litres de lait déversés dans les poubelles juste après des heures de traite éreintantes.
 
Le travail de paysan, c’est peut-être éreintant, mais c’est faire pousser des légumes ou traire des vaches pour que d’autres gens puissent boire du lait.
 
 
L’emploi de paysan, aujourd’hui, c’est s’épuiser et vendre les légumes et la viande pour rien à la grande distribution.
 
Sur les étals des supermarchés, les légumes à prix cassés se sont transformés en or vert, et les fils de paysans devenus conditionneurs de choux fleur en barquette vapeur n’ont pas les moyens d’en bouffer.
 
Ni les uns, ni les autres ne peuvent refuser ces emplois. Ce sont des emplois valables, et celui qui refuse de faire conditionneur de choux fleur en barquette, perdra ses quelques centaines d’euros de salaire ou d’allocation.
 
Et le paysan doit continuer de se lever à cinq heures pour traire les vaches pour toucher une aide de l’Etat, et en utiliser la plus grande partie pour acheter de l’essence et de nouvelles machines à traire, mais pas de poisson, c’est trop cher et il ne lui reste pas assez de fric.
 
Ces derniers jours, des pêcheurs, des paysans ont décidé de reprendre leur travail.
 
En bloquant les dépôts d’essence, les ports, ils bloquent une machine qui les condamne, eux et tant d’autres à des emplois inutiles, nuisibles et dénués de sens.
 
Certains, ensemble ont repris des tonnes de viande et de poisson à la grande distribution, et les ont distribués.
 
Un tas de gens ont enfin pu profiter du travail bien fait des pêcheurs et des paysans.
 
 
La valeur travail profitera à tous le jour ou l’emploi sera détruit.
 

 

Les pêcheurs l’ont compris et passent à l’action, contre les quelques uns, qui s’enrichissent et nous condamnent à nous épuiser, à détruire la planète en n’étant même plus sûrs de bouffer à notre faim en échange d’une vie qui a perdu tout son sens…"

eva journaliste-resistante a l'intolerable 02/06/2008 04:03

Tout sauf Sarkozy



Triste mois de mai pour la politique étrangère française.






Si Mais 68 a bien marqué la mort politique du gaullisme, le pouvoir du général lui-même n’y ayant survécu qu’un an, Mai 2008 pourra être retenu comme date symbolique de la seconde mort du gaullisme , celle de son héritage en politique étrangère.En effet le Premier Mai 2008, à l’heure même de la traditionnelle manifestation des syndicats français, se tenait à Washington la grande réunion annuelle de l’AMERICAN JEWISH COMMITTEE (en abrégé AJC, mot à mot : Comité Juif américain) .L’AJC peut être considéré comme le noyau dur du lobby sioniste mondial, comme son ministère des affaires étrangères, faisant pendant à l’AIPC qui organise les pressions, aux Etats-Unis même, sur la classe politique et les médias nationaux.En effet après avoir remis en Novembre 2007 à SARKOZY DE NAGY BOCSA le « Prix de la Lumière parmi les Nations », l’AJC avait deux hôtes de marque le Premier Mai 2008 : FRANCOIS FILLON d’une part et l’Amiral MIKE MULLEN chef d’Etat-major de l’Armée Us d’autre part.C’était la première visite d’un Premier Ministre français aux Etats-Unis depuis 10 ans et il s’est rendu dans un des lieux où s’élabore dans la durée, quel que soit l’équipe présidentielle au pouvoir, la politique extérieure des USA.FILLON était accompagné de deux ministres : CHRISTINE LAGARDE et MICHEL BARNIER et de l’incontournable Président du CRIF, poisson pilote et commissaire politique. DSK, venu du FMI en voisin, était également présent (On mesure là tout l’intérêt et la force de l’alliance entre le PS, très majoritairement sioniste, et l’UMP de Sarkozy/Devedjian).Parlant après l’amiral MULLEN, lequel a repris tout le discours guerrier et impérialiste du gouvernement BUSH sans y apporter un iota de personnel, FILLON est venu confirmer et justifier devant le lobby sioniste mondial qui s’en délecte, l’alignement ferme (c’est certain !) et définitif (on verra !) de la France sur la politique internationale des Etats-Unis en particulier au Moyen-Orient. Au passage, FILLON, avec moins de tapage, a repris à son compte les menaces de KOUCHNER su l’Iran. Les aviateurs français, qui réalisaient la semaine dernière sur le porte-avions USS TRUMAN au large des côtes de Provence des exercices d’appontage avec leur RAFALE, tout à l’excitation technicienne de la mission, ne pensaient peut-être pas qu’il pourraient, un jour, recevoir depuis l’Elysée l’ordre de tirer des missiles sur Téhéran !Cette intervention de FILLON est une nouvelle illustration de l’actuel exercice du pouvoir en France. SARKOZY, créature médiatique, donne à voir, dans l’éclat et l’à peu prés d’une pensée politique sommaire et à l’expression débridée, les orientations de sa politique, FILLON, lui, concrétise. La vidéo intégrale de la réunion est visible sur le site Internet de l’AJC http://www.ajc.org sur le canal FORA.TV

eva journaliste-resistante a l'intolerable 02/06/2008 03:49

sur tout sauf Sarkozy



Témoignages de soldats israéliens sur les crimes qu'ils commettent régulièrement en Palestine.






*Le Monde (31-05-08) publie des exemples d’exactions de l’armée israélienne, bien connus en Israël, mais généralement occultés en France, sauf par ceux qui "enfreignent" le "devoir de réserve"...D’anciens soldats israéliens racontent les dérives de l’occupation à Hébron."Alangui à la terrasse d’un café branché de Tel-Aviv, vêtu d’un tee-shirt à fleurs, d’un pantalon de toile et d’une paire de sandales, Doron Efrati, 23 ans, n’a pas véritablement l’allure du bidasse sans scrupule capable de tirer du lit une famille entière de Palestiniens à la pointe de son fusil.C’est pourtant ce qu’il a fait à l’occasion de son service militaire effectué entre 2003 et 2006 en Cisjordanie. "On débarque en douce dans un quartier, on jette des pierres ou une grenade assourdissante contre la porte d’une maison et on hurle : "C’est l’armée, ouvrez !". Ensuite, on fait sortir tout le monde dehors et on fouille de fond en comble l’intérieur. Une fois qu’on a fini, on passe à une autre maison et ainsi de suite pendant une bonne partie de la nuit. L’idée, c’est de saisir des armes ou du matériel de propagande, mais surtout de maintenir la population palestinienne dans un état de peur permanente. Comme disent les chefs, "il s’agit de manifester notre présence".Dégoûté par ce qu’il a vu et vécu, Doron a décidé de parler, à l’inverse de la plupart des conscrits israéliens, qui s’empressent de partir sous les tropiques pour mieux oublier. Son témoignage figure avec une centaine d’autres dans un livret publié il y a quelques semaines par l’organisation Breaking the Silence (Rompre le silence). Depuis sa création en 2004, cette association, financée par l’Union européenne, a récolté les témoignages d’environ cinq cents anciens soldats, témoins des abus, petits ou grands, vicieux ou criminels, perpétrés par les troupes d’occupation israéliennes dans la région d’Hébron. Des exactions encouragées par le statut très particulier de cette cité qui abrite le tombeau d’Abraham et dont le centre est noyauté par 800 colons juifs, barricadés derrière un dédale de barrages militaires qui pourrit la vie des 160 000 autres habitants de la ville, tous Palestiniens."Ça m’est souvent arrivé de prendre la relève de collègues affectés à un barrage et de découvrir que des Palestiniens y sont bloqués et menottés depuis des heures, parce qu’ils ont soi-disant manqué de respect aux soldats", dit Iftakh Arbel, 23 ans, une autre recrue de Breaking the Silence.Des humiliations, qui à la lecture du fascicule de l’association, apparaissent comme routinières. Il y a, par exemple, ce marchand d’accessoires automobiles chez lequel des soldats viennent se servir sans payer et dont ils menacent de fermer le magasin s’il ose déposer plainte. Il y a aussi cette unité qui, un jour de désoeuvrement, décide de casser les vitres d’une mosquée pour déclencher une émeute et s’offrir une tranche d’"action". Et puis ce "jeu" que décrit l’un des témoins, consistant à arrêter quelques passants dans la rue et à les étrangler à tour de rôle tout en surveillant sa montre. "Le gagnant est celui qui met le plus de temps à s’évanouir."Mais il y a plus grave. Le témoignage numéro 49, donné par un soldat qui entend conserver l’anonymat, décrit en détail le passage à tabac d’un jeune lanceur de pierres par un officier israélien. "Il l’a démonté, il l’a mis en pièces, raconte le témoin. Le gamin ne pouvait plus tenir sur ses jambes. Nous, on regardait, indifférents. C’est le genre de truc que l’on faisait tous les jours (...). A la fin, le commandant a mis le canon de son arme dans la bouche du gosse, juste devant sa mère, et a déclaré que la prochaine fois qu’il l’attrapait avec une pierre à la main, il le tuerait."Iftakh Arbel a touché de près ce processus d’aliénation qui transforme un bon gars en butor. "Tu alternes huit heures de garde et huit heures de repos pendant dix-huit jours. Ça t’épuise, tu t’ennuies à mourir. Tu te mets à haïr les colons à cause de toutes les horreurs qu’ils commettent et les Palestiniens aussi, parce que leur existence est la raison même de ta présence à Hébron. Alors tu essaies de t’occuper. Tu contrôles un Palestinien sans raison. Et s’il ose protester, tu te retrouves à le frapper, juste parce que tu as le pouvoir."Parfois le défouloir se solde par la mort d’un Palestinien. "C’était dans le camp de réfugiés d’Al-Fawwar, au début de l’année 2004, raconte Doron Efrati. Un gamin avait balancé un cocktail Molotov sur nos Jeep. Dans une situation pareille, la consigne c’est de viser le haut du corps, c’est-à-dire de tirer pour tuer, même si ce n’est pas dit explicitement. Le temps que l’on sorte de nos Jeep, le gamin avait disparu. Sur ordre de notre chef, une embuscade a été tendue. Le gamin a finalement été abattu par un sniper, plus de quarante minutes après avoir lancé son cocktail Molotov. Le commandant de la brigade a voulu ouvrir une enquête, mais l’un de ses supérieurs l’en a dissuadé."En réaction à la sortie du livret de Breaking the Silence, l’armée israélienne a parlé de "brebis galeuses", "de témoignages anonymes invérifiables" et insiste sur son souci de juger tous les forfaits dont elle a connaissance. Fin avril, deux gardes frontières qui avaient tué un Palestinien en 2002, en le projetant hors de leur Jeep qui roulait à 80 km/h dans les rues de Hébron, ont été condamnés à six et quatre ans de prison ferme. Une sanction tardive, excessivement légère et surtout trop rare, selon Iftakh. "Il faut que les Israéliens comprennent que leur tranquillité a un coût moral exorbitant, dit-il. Actuellement, ce sont les jeunes appelés qui le paient. Mais bientôt, c’est toute la société qui sera corrompue."

eva journaliste-resistante a l'intolerable 02/06/2008 03:33

T. Livni



Tzipi Livni (grande amie de Sarkozy): Une terroriste à Paris dans les années 80.






Pressentie pour être le prochain premier ministre israélien, Tzipi Livni, a été à Paris un agent du Mossad, au début des années 1980 où elle a sans nul doute participé à la planification d'une série d'assassinats visant des palestiniens réfugiés en Europe.Selon l'un de ses anciens complices, Livni, maintenant ministre des Affaires étrangères, a été en service actif lorsque Meraish Mamoun, un haut fonctionnaire officiel de l'Organisation de libération de la Palestine, a été abattu par une équipe d'assassins du Mossad à Athènes le 21 août 1983. Elle est évidement impliquée dans ce meurtre dans lequel deux hommes à moto ont ouvert le feu sur la voiture de Meraish Mamoun. Mais son rôle dans les activités terroristes du Mossad reste pour le moment mystérieux.Peu de temps après Livni a démissionné et est retournée en Israël achever ses études de droit, invoquant de trop fortes pressions liées à ses activités terroristes.Un quart de siècle plus tard, Livni, 49 ans, est en passe de devenir premier ministre après les accusations selon lesquelles Ehud Olmert, qui a dirigé Israël pendant 2 ans et demi, a accepté des pots-de-vin d'un spéculateur israelo-américain agé de 75 ans, Morris Talansky, surnommé “le blanchisseur”, “elevé dans une famille trés sioniste”, selon ses propres dires, accessoirement actrionaire entre autres de la societe ImageSat détenue par i.A.I. qui envoie des satellites espions israeliens.Un sondage d'opinion vendredi dernier a montré que Livni avait deux fois plus de soutien dans le parti Kadima que Shaul Mofaz, ancien ministre de la Défense qui est son principal rival. Les commentateurs politiques estiment que Olmert devra bientôt démissionner.Livni a rejoint le Mossad après avoir quitté l'armée sioniste avec le grade de lieutenant et après avoir passé une année à la faculté de droit. Depuis une base secrète à Paris, elle s'est rendue dans toute l'Europe dans le but d'assassiner des membres de la résistance palestinienne à l'occupation illégale de leur pays."Tzipi n'était pas une fille de bureau”, a déclaré l'une de ses connaissances (sous-entendant par là qu'elle faisait partie du service action). Sous de fausses couvertures, elle a infiltré plusieurs capitales européennes, en collaboration avec les agents du terrorisme juif, la plupart des ex-commandos, spécialises dans la poursuite de résistants arabes. "Livni n'a jamais parlé de ses années avec le Mossad, mais un aperçu sur la nature de ses activités secrètes a été donné par son plus proche complice lors de ses équipées sanglantes en Europe. "Les risques étaient tangibles», a déclaré Mira Gal, qui est devenu chef de son bureau ministériel. "A la moindre erreur le résultat pouvait être catastrophique et une arrestation aurait eu des implications politiques pour Israël."Livni, a connu une ascension fulgurante dans la politique israélienne depuis qu'elle est devenue députée en 1999.Sa carrière a été forgée dans la violence de la création de l'entité sioniste. Ses deux parents ont été arrêtés pour des crimes terroristes dans les années 1940. Sa mère Sarah, qui est morte récemment à 85 ans, a été un chef de l'Irgun, le groupe terroriste sioniste qui opéraient en Palestine au moment du mandat britannique et dont les activités consistaient à commettre des attentats dans les lieux publics pour faire le plus grand nombres de victimes parmi la population civile palestinienne; dont les plus sanglants, entre autres, furent les attentats du marché arabe de Haïfa et celui du souk de Jaffa qui causa respectivement la mort de 70 et 24 personnes. En trois ans cette organisation fera plus 300 victimes civiles. On voit que cette femme a de qui tenir. Elle a certainement reçu une très bonne éducation!“J'étais déguisé en femme enceinte et j'ai attaqué un train transportant 35000 £”, a dit sa mère Sara dans une interview peu de temps avant sa mort. "Ensuite, j'ai fait sauter un autre train qui faisait la navette entre Jérusalem et Tel-Aviv."Le père de Livni, Eitan, immigré d'origine polonaise n'est pas en reste. Il fut le chef des opérations de la même organisation terroriste. il a été condamné à 15 ans de prison pour avoir organisé l'attentat de l'hotel King David qui fera 91 victimes britaniques, arabes et... juives.“Livni, ne sera pas très tendre comme premier ministre, elle est du coté des faucons hystériques en ce qui concerne la Syrie et l'Iran», a déclaré un commentateur politique israélien.«Elle est farouchement contre un retrait du Golan, et une fois premier ministre, elle est favorable au bombardement nucléaire de l'Iran”.

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages