30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 23:18
 

04w99.jpghttp://chahids.over-blog.com

04w99.jpg



















On vient de m'envoyer ça, c'est trop beau, je le mets en tête de cette parution :


Quand le dernier arbre aura été coupé,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été attrapé,
Seulement alors, l'Homme se rendra compte que l'argent ne se mange pas...
Prophétie indienne
.



Bonjour

Etant donné la situation actuelle, lourde de menaces et d'incertitudes, je choisis de soumettre à votre réflexion quelques textes qui illustrent d'une manière originale l'actualité. Et par exemple, qui cite les déclarations du Président Syrien au sommet de la Ligue Arabe ? Comment peut-on juger ce pays, son dirigeant, sans même savoir ce que dit celui qui, actuellement, dans l'indifférence médiatique générale, anime le sommet de la Ligue Arabe à Damas ?

Et que penser de l'intervention, pour moi colonialiste, impérialiste, de la France en Afghanistan, qui s'aligne ainsi sur la position des néocons américains désavoués partout ?  Intervention d'ailleurs décidée unilatéralement, sans concertation avec les élus - qui n'auront même pas le droit de voter -, de façon anti-démocratique !

Intervention, aussi, qui met notre pays au premier rang des nations engagées dans des guerres de civilisation, préventives, contraires aux intérêts français et à la tradition gaullienne d'indépendance !  Les Arabes sont, à juste titre, étonnés et scandalisés. 

Notons d'ailleurs que cette politique étrangère n'a jamais été présentée aux Français pendant la campagne électorale, ce qui est une imposture de plus. Ajoutons aussi que les médias aux ordres évitent consciencieusement d'aborder la question, préférant nous divertir avec les tenues de Carla Bruni à Londres plutôt que de nous entretenir des sujets qui engagent l'avenir de notre pays et, étant donné l'influence de la France, l'avenir du monde, aussi !  Honte à cette télévision qui nous abêtit au lieu de proposer des sujets susceptibles d'alimenter notre réflexion pour qu'ensuite, nous puissions faire des choix en connaissance de cause.

Chine-Tibet encore, mais cette fois avec un point de vue que l'on n'entend guère, celui des communistes, traditionnellement engagés pour la paix,  amis de la Chine et réservés quant à l'évolution de son  pseudo communisme flirtant allègrement avec le capitalisme. Ensuite, le témoignage d'un correspondant très critique envers ce pseudo communisme chinois, et pour cause. Enfin,  pour corser le tout, quelques liens afin d'évoquer des financiers plus soucieux, semble-t-il, du but que des moyens !

Je vous rappelle que je mets souvent en commentaires (à la fin des parutions), d'excellents articles - faute de place. Par exemple, vous pourrez lire un papier remarquable sur la crise financière dans les commentaires du précédent article : Simple, clair, limpide, pour comprendre le marasme actuel. Aux Etats-Unis, les banques n'ont plus d'argent !!! Un comble, pour ce pays grand donneur de leçons et obsédé par Mâmon.  Au final, la crise nous guette tous... Et certains peuvent être tentés de trouver un exutoire dans la guerre !

Bonne lecture,  Eva

Je tiens à souligner que pour les EU, la Chine représente le danger majeur (population, Finances saines etc). Donc à combattre en priorité.


__________________________________________________________________________________________



Le discours du Président syrien, au Sommet de la Ligue arabe‎ Version imprimable Suggérer par mail
L'IRIB   
30 Mars 2008




IRIB- Les déclarations du Président syrien, Bachar al-Assad, ‎
lors des cérémonies d'ouverture du 20ème Sommet de la Ligue ‎arabe,
à Damas, ont eu de vastes répercussions dans les milieux ‎
politiques et médiatiques internationaux. Dans des propos ‎fermes
et clairs, Assad a rappelé que la sécurité du Moyen-‎Orient ne
pourrait être assurée que dans un climat de paix et que ‎les occupations
ne menaient en rien à la sécurité. "Il n'est pas ‎exagéré de dire, a-t-il
ajouté, que nous ne faisons plus face au ‎danger, mais que nous y
sommes en plein dedans." Le Président ‎syrien n'a pas oublié
d'insister sur la nécessité de déployer ‎davantage d'efforts pour
résoudre les crises, libanaise, irakienne, ‎soudanaise, et l'affaire
palestinienne, souhaitant qu'un consensus ‎se crée dans le
monde arabe.

Il a, également, fait part de la ‎volonté de son pays de voir
l'établissement d'une paix juste et ‎équitable, dans toute la
région, avant de s'adresser à Washington ‎et à Tel-Aviv en
ces termes: « La paix ne s'instaurera que ‎lorsque le Golan nous
sera restitué dans le même état où il était ‎avant le 4 juin 1967.»
Il n'y a pas l'ombre d'un doute que les ‎politiques moyen-orientales
des Etats-Unis ont porté, ‎sérieusement, préjudice au monde arabe.
Malgré l'échec lourd et ‎historique de l'armée du régime sioniste,
face à la résistance du ‎Hezbollah libanais, en été 2006, son allié
américain n'hésite pas ‎à déployer tous ses efforts et à tramer des
complots, afin de ‎dresser les pays arabes les uns contre les autres
et de ‎compromettre la sécurité nationale du monde arabe.

Qu'a donc ‎fait le monde arabe, malgré tous les leviers dont il
dispose, dans ‎la région? Ou bien, il est resté muet ou bien il s'est
aligné sur les ‎politiques américaines. Nombre d'analystes politiques
estiment ‎que, dans la situation délicate actuelle de la région, seule,
l'union ‎pourra sauvegarder le monde arabe devant les complots
‎américains. En effet, deux tendances prévalent, actuellement,
‎dans le monde arabe: les tendances pro-américaines et celles, ‎
pro-arabes. C'est la réalité indéniable du Moyen-Orient.

Le ‎Sommet arabe s'avère important, car il pourrait permettre
aux ‎Arabes de laisser de côté leurs différends. La Syrie a été
rangée, ‎en 2006, sur la liste noire de la sécurité nationale américaine ‎
parce qu'elle s'oppose aux politiques régionales des Etats-Unis.
‎Washington nie le danger évident qu"Israël représente pour
le ‎Moyen-Orient, mais range la Syrie sur l'axe de mal. Elle a tout ‎
fait pour que Damas n'arrive pas à réunir les Arabes et qu'il ne ‎
puisse pas présider la Ligue arabe. Cependant, le Sommet arabe
‎s'est tenu et ce sera une grande victoire pour les ‎Syriens.

 ‎
http://french.irib.ir/index.php?option=com_content&task=view&id=7730

___________________________________________________________________________________________________


http://www.geostrategie.com/637/dieudonne-en-syrie>




______________________________________________________________________________________________________




http://www.unregardifferent.net/



La France en Afghanistan :
http://www.decapactu.com/spip/article.php3?id_article=440

C’est de toute la classe politique que l’annonce d’un engagement renforcé de la France en Afghanistan suscite des interrogations ou des condamnations.

Si les positions claires et nettes de l’Union Populaire Républicaine ou du Comité Valmy ne surprendront personne, celle du député UMP Jacques Myard montre que dans la majorité même, cet engagement ne passe pas. 



SUR  LE  SITE  DE  L' UNION  POPULAIRE  REPUBLICAINE :
  

Sarkozy se trompe de Parlement
D’après l’article 35 de la Constitution, on aurait pu croire que l’exécutif devait consulter le Parlement pour déclarer la guerre.

Mais c’était sans connaître les astuces des anglo-américains et de leurs serviteurs. Il suffit de mettre en place des "terroristes", puis de faire la guerre au "terrorisme", sans jamais déclarer la guerre à personne, donc sans consulter les parlementaires.

C’est très exactement ainsi que nos forces armées se trouvent engagées en Afghanistan. Initialement, seuls des troupes d’élites censés arrêter Ben Laden devaient intervenir. Mais quand elles ont eu l’ennemi public n°1 des USA dans le viseur, elles ont demandé la permission de faire feu, ce qui a permis au fameux terroriste de s’enfuir.

Nicolas Sarkozy devait estimer que la France n’avait pas été suffisamment ridiculisée dans ce bourbier : pour renvoyer quelques milliers de soldats supplémentaires, il ignore superbement le Parlement français et va l’annoncer aux Parlementaires... britanniques !

Doit-on comprendre qu’on pourrait faire des économies en supprimant le Parlement français ? Non, bien sûr.

Je pense plutôt que si le Président se trompe de Parlement, c’est qu’il s’est trompé de pays.



COMMUNIQUE DU COMITE VALMY

- Pas de troupes françaises en Afghanistan
- Retirer la France de l’Otan outil, américain d’agression et de guerre

Répondant aux exigences répétées de Bush, Sarkozy a décidé unilatéralement et sans consultation préalable du Parlement, d’envoyer 1000 militaires français en Afghanistan, lesquels viendraient s’ajouter aux 1900 qui déjà combattent le peuple Afghan dans une guerre américaine illégitime, sous les ordres directs de l’Administration des Etats-Unis qui contrôle l’Otan globalement.

En s’installant dans cette logique de guerre, Sarkozy confirme qu’il n’est que le Président d’une République Française qui, sous son influence, s’enfonce toujours davantage dans l’engrenage de la souveraineté limitée inhérente au carcan euro-atlantiste. Sous sa pratique d’un pouvoir personnel apparent, la réalité est une fuite en avant dans l’approfondissement de la vassalisation de la France. L’armée française est en passe de devenir une structure supplétive de la politique d’agression et de guerre de l’impérialisme américain. Face à celle-ci, une politique étrangère conforme à l’intérêt national, nécessiterait au contraire, une volonté d’endiguement de la menace américaine et de défense de la paix mondiale, dans le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


http://www.amazon.fr/gp/product/images/2213620806/ref=dp_image_0?ie=UTF8&n=301061&s=books



En Europe, le bellicisme de notre Président représentant de la bourgeoisie compradore, n’est pas isolé notamment en Grande-Bretagne et en Allemagne. Dans ce pays l’ancien ministre de la défense Joseph Fischer est inquiet devant l’incapacité des troupes de l’Otan de gagner la guerre voulue par les stratèges américains en Afghanistan. Dans ce pays, les combats s’intensifient. Le bilan des pertes américaines s’accroît et s’ajoute à celles de la guerre coloniale en Irak. Cela fait progresser la prise de conscience du peuple américain et son refus de ces guerres. Devant cette réalité Fischer, homme de « gauche » n’hésite pas : ce qui est en jeu en Afghanistan « c’est une victoire ou une défaite sur le terrain » et donc « l’avenir même de l’Otan ».

 L’impérialisme allemand est à la fois complice et concurrent par rapport à la politique des dirigeants américains.

Cette guerre américaine en Afghanistan, comme d’autres, est menée au nom de la lutte « contre le terrorisme » Mais les services de renseignements US eux -mêmes, confirment que ces guerres peuvent exacerber -et nous considérons que c’est l’un de leurs objectifs- des contradictions au sein des peuples, entre les cultures et les civilisations.

Sarkozy dans sa logique et sa volonté de guerre n’est pas représentatif du peuple français qui était avec raison, quasiment unanime sur le refus de la guerre américaine contre l’Irak exprimé à l’époque par Jacques Chirac et Dominique de Villepin.

Les Français doivent exiger que la France officielle renonce à la politique de guerre de Sarkozy et à transformer les soldats qui agissent au nom de la France, en supplétifs d’une guerre américaine injuste, illégitime et illégale.

Les militaires français doivent quitter l’Afghanistan et il est de l’intérêt de la France de se retirer de l’Otan.

 Cet appareil d’agression et de guerre sous contrôle absolu des USA doit être dissous dans l’intérêt de la paix dans le monde qu’il menace en permanence.

La France s’inspirant de l’exemple donné par de Gaulle, doit refuser toute participation à une guerre qu’elle n’aurait pas elle-même décidée. Il convient de rétablir une politique de défense nationale souveraine, dans le cadre d’une indépendance nationale réaffirmée.

La République française devrait rétablir la conscription. L’armée française doit redevenir l’armée de la nation et celle de notre peuple, au service de sa défense. La souveraineté populaire et nationale ainsi que la démocratie, détruites par le totalitarisme néolibéral et atlantiste de l’Union européenne, doivent être rétablies.

Déplacement en famille
http://photos.linternaute.com/pays/231/afghanistan/

COMMUNIQUE DE JACQUES MYARD

Député UMP - Président du Cercle Nation et République
A/S : France-Afghanistan

L’annonce du Président de la République à Londres de renforcer le dispositif militaire en Afghanistan par l’envoi de 1000 hommes supplémentaires ne peut que susciter des doutes sérieux et de fortes interrogations.


-  Des doutes sérieux car il n’y a pas de solution militaire en Afghanistan. Plus les forces étrangères se substitueront aux forces afghanes, plus elles renforceront la rébellion talibanique et s’alièneront le soutien des populations. C’est une loi de l’histoire particulièrement avérée en Afghanistan. Si les forces de l’OTAN doivent concourir à mettre sur pied une armée afghane - il est regrettable que l’aide économique internationale se fasse rare - elles ne doivent pas se substituer à leur combat dans ce qui apparaît aujourd’hui comme un véritable guêpier.


-  De fortes interrogations : cette décision apparaît à l’évidence comme un alignement atlantiste sur les positions américaines alors même que la politique étrangère de Washington est un échec quasi-total. La France n’a rien à gagner dans un tel alignement. Elle doit plus que jamais conserver son indépendance diplomatique et militaire. Son retour annoncé par certains dans l’organisation intégrée de l’OTAN serait une faute sans appel.

En tout état de cause, cette réorientation de la politique étrangère française commande impérativement un débat au Parlement, afin que les Français et le Président  lui-même connaissent les réserves du Parlement, voire son opposition à cette inflexion radicale de la politique étrangère française, laquelle n’a pas été débattue lors de la campagne présidentielle
.


________________________________________________________________________________________


www.makara.us/04mdr/01writing/03tg/bios/14_dalai_lama_files/DalaiLama.jpg www.korubo.com/TIBETDOC/aagyantsetemple.JPG  
         
http://fr.search.yahoo.com/search?p=Tibet+photos+DalaiLama&yhdr_submit_button=Recherche+Web&fr=ush1-mail




Non à l’hypocrite campagne anti-chinoise à propos du Tibet, oui à une Chine multinationale unie et socialiste !

Deux poids, deux mesures : les Ménard, Glucksmann, Lévy et Cie n’ont pas dit un mot pour condamner les USA et réclamer le boycott des JO d’Atlanta et de Los Angeles au moment où l’Empire états-unien semaient la mort de masse en Irak, au Panama ou en Yougoslavie.

Pas un mot non plus contre cette grande “démocratie” qui torture officiellement à Guantanamo et qui a le plus fort taux au monde, très loin devant la Chine, pour le nombre de citoyens emprisonnés par rapport à la population globale.

Pas un mot de protestation non plus contre la dédicace sciemment politique du Salon parisien du livre à l’Etat d’Israël avec visite à la clé du président d’Israël, présentement occupé à massacrer sans pitié civils et enfants palestiniens. Pour ce qui concerne la fausse gauche, pas un mot non plus, , sauf quand il s’agit de boycotter un pays se réclamant du socialisme, pour condamner les J.O. en tant que vitrine du sport commercial et professionnel (un débat approfondi serait nécessaire à ce sujet). Pas un mot non plus, tout simplement, pour condamner les atteintes aux droits de l’homme, en France même, du régime sarkozyste, sa traque aux ouvriers immigrés, ses atteintes répétées au droit de grève, sa mainmise sur les médias (n’est ce pas, Messieurs de “Reporters sans frontières” !), sa construction d’un Etat policier chargé de fliquer les manifs populaire, son viol grossier de la souveraineté du peuple auquel Sarkozy et la fausse gauche viennent d’imposer la constitution européenne bis en annihilant le vote démocratique du 29 mai 2005.

En réalité, à l’approche des JO, il faut s’attendre à une multitude de provocations pour tenter d’isoler la Chine, d’y semer la division sur des bases “ethniques”, non seulement de la part des classes féodales privilégiées expropriées par la République populaire chinoise en 1959, non seulement de la part du prétendu “gouvernement tibétain en exil”, mais de la part des Etats impérialistes qui feignent d’oublier dans quel état épouvantable de famine et d’humiliation les USA, l’Allemagne, la France et l’Angleterre capitalistes avaient plongé la Chine à l’époque des guerres de l’opium et des “concessions” ; qui oublient les quelque 10 millions de morts civils et militaires dont la Chine à souffert pour se libérer de l’occupation du japon fasciste lors du dernier conflit mondial. Le fait que ces Etats prédateurs qui affament la moitié de la planète avec leur OMC, leur FMI, leurs guerres impérialistes et leurs blocus, appellent au respect des droits de l’homme au Tibet, est pour le moins suspect ; de plus, c’est volontairement oublier qu’avant 1959, le Tibet était plongé dans le servage, que les “gentils” dirigeants de monastères bouddhistes avaient droit de vie et de mort sur les serfs (90% des gens), que 90% des habitants étaient analphabètes, qu’un Tibétain de base était décapité si ses yeux se posaient sur le Dalaï-Lama ! Ces mêmes Etats impérialistes osent parler d’indépendance nationale du Tibet alors que ce pays fait partie de la Chine multinationale depuis le 13ème siècle (bien avant que la corse ou Nice n’appartiennent à la France !), et qu’eux-mêmes foulent aux pieds les droits nationaux du peuple palestinien, du peuple irakien, du peuple yougoslave, du peuple ivoirien, du peuple tchadien, et de tant d’autres !

De fait, l’intégration du Tibet à la République populaire chinoise a, malgré les soubresauts de la prétendue “révolution culturelle” (qui affectèrent toute la Chine) constitué un immense pas en avant pour les masses rurales et urbaines du Tibet. C’est seulement à partir de cette date que la masse de la jeunesse a été scolarisée, que les Tibétains ont pu apprendre leur langue écrite à l’école, l’entendre parler dans les médias, disposer d’un enseignement bilingue où le tibétain tient tout naturellement la 1ère place. Quant à la spiritualité du Tibet, qui fait tant rêver les petits bourgeois consuméristes d’ici, elle existe bel et bien mais n’a jamais été qu’un phénomène très élitiste dans l’ancien Tibet féodal : c’est ce que révélait Alexandra David-Neel qui dans ses carnets de voyage, indiquait à la fois la beauté de la PHILOSOPHIE bouddhiste pratiquée par quelques-uns, et l’arriération profonde et les superstitions dans lesquelles étaient maintenue la masse de la population.

En outre, les pyromanes des Etats impérialistes et leurs relais médiatiques se comportent en vrais irresponsables. On a vu en Yougoslavie ce qu’a donné la volonté occidentale d’encourager les séparatismes Croate, Slovène, Kosovar, dans le seul but de démanteler la République socialiste fédérative de Yougoslavie : une guerre terrible qui a ravagé un pays, mais qui a permis que depuis les USA et l’UE occupent militairement les Balkans. Le projet, d’ailleurs hors de portée des impérialistes, de balkaniser la Chine et son plus qu’1 milliard d’hommes est à la fois odieux et terriblement dangereux pour la paix mondiale.

Enfin, le prétendu “boycott” des JO par l’autoproclamée “communauté internationale” est une pure insulte à l’humanisme et au bon sens. On est d’avance certain que l’Inde, la Russie, l’Afrique, l’Amérique latine, le Vietnam, l’Iran, etc. ne boycotteront à aucun prix les JO : dans ces conditions que signifie pour la “communauté internationale” (c’est-à-dire les Etats riches regroupant au plus 600 millions de personnes) un ensemble d’Etats groupant de trois à quatre milliards d’individus ? Quel racisme à l’égard du grand peuple chinois, et plus généralement, des “pays émergents” dont la Chine est le symbole !

Cela ne signifie nullement que le PRCF soit indifférent au besoin de progrès de la démocratie socialiste en Chine et à l’essor de la culture nationale du peuple du Tibet et des autres provinces de Chine. Mais d’abord, le PRCF, fidèle à la l’exigence universelle de laïcité et de pensée dégagée des dogmes de toutes natures”, ne considère nullement que les cléricaux tibétains, organisateurs de pogroms contre les commerçants chinois, soient en quoi que ce soit une force de libération ! Comme dans tout le reste de la Chine, le progrès de la société repose sur les masses populaires, sur les ouvriers, sur les paysans, sur tous ceux qui en Chine restent fidèles aux idéaux socialistes de la Révolution de 1949, sur les communistes qui, de Pékin à Lhassa, défendent les acquis du socialisme et le principe d’un développement socialiste du pays, seul à même de stopper le creusement des inégalités sociales que comporterait un mode de développement subordonné au capitalisme mondialisé. La voie socialiste est seule à même de permettre à long terme le développement harmonieux des nationalités de la RPC. C’est d’ailleurs dans ce sens que s’est exprimée la conférence nationale du PRCF en 2006 non pour dénigrer la République populaire, mais pour défendre ses acquis et son rayonnement international.

En résumé, oui à l’amélioration des droits du peuple au Tibet et dans le reste de la Chine, non à la campagne impérialiste contre les JO de Pékin, non aux tentatives impérialistes de déstabiliser la Chine et de la plonger dans des conflits interethniques dans le but d’en saboter le développement indépendant, non aux pires ennemis de toute spiritualité, des peuples du Tibet et du reste de la Chine, l’impérialisme et le capitalisme.

Le 23 mars 2008

  1. art13 le Samedi, 29 mars 2008 à 1:29 :

    Déçu…

    Je pensais être le seul bipède intelligent dans l’Hexagone et je me rend compte que nous sommes au moins deux..
    Cet article est magistral et décoiffe les CNN, REUTERS et autres vaches communicantes comme l’AFP ou les “media” français transporteurs de désinformation.
    A l’excellente dialectique de cet article, j’ajouterai que Mao est mort.
    M. Deng Xiaopoing a conseillé aux chinois de s’enrichir, sonnan donc la mort de fait donc du vilain communiste mangeur de brochettes de petites filles.
    Je vis en Chine depuis 5 ans.. parmi de gentils arnaqueurs il est vrai, qui rêvent tous de la réussite à l’américaine tout en en haissant les effêts de bords politiques et géostratégiques.
    Comme disait Je Sais Plus Qui: il a fallut 2 siècles à la Révolution française pour enfanter de quelquechose qui ressemble à une démocrassie.alors laissons du temps au temps. Et pour conclure en retournant au sujet principal: pourquoi ne pas donner à Alsace, la Lorraine, les Basques ou autres Auvergnats, leur autonomie?

  2. art13 le Samedi, 29 mars 2008 à 20:26 :

    Les pages qui ont un honnête degré de réflexion sur cet état voyou qu’est la Chine sont rares, j’en profite donc pour conforter mon précédent post.

    Contrairement à ce que distille CNN, c’est une infime minorité d’habitants du Tibet qui réclameraient l’autonomie.. même le Dalai-lama -pas fou- n’en veut pas!
    C’est surtout la CIA qui, par personnes interposées, aimerait bien casser la Chine pour mieux la contrôler. Pouvoir installer, comme en Pologne, une base “Echelon” au Tibet, le rêve!

    Le Xingjiang est aussi une région contestataire mais les Ricains sont bien embêtés pour la sponsoriser car ses habitants sont musulmans, ce serait délicat de demander à Ben Laden de faire le sale boulot !

    On le comprend mal de l’Occident, mais le Tibet est déjà une région autonome, à statut particulier, préservant [bien que le mandarin soit obligatoire – comme le français aux alsaciens] sa langue et ses particularités culturelles, comme d’autres régions d’ailleurs dont la province de Taiwan qui se rapproche sérieusement du continent depuis la chute de Cheng.

    S’il fallait une preuve que ce sont les US qui oeuvrent, voyez: c’est toujours à cause d’un incident qu’arrivent des manifestations furieuses (petite palestinienne tuée par ex.) mais dans le cas de Lassah, il n’y a pas eut d’incident, pas plus que dans la région voisine qui a prit feu en même temps sans raison objective, comme ça, spontanément. On a donc bien a faire à un calcul pour mettre à profit la médiatisation des Jeux mais pas pour des raisons humanitaires comme on le croit, mais bien géostratégiques. Troublant aussi le mutisme des US pendant près de 15 jours, eux qui sont si enclins à répandre leur démocratie.

    Les tibétains ne se plaignent pas de l’apport logistique de la Chine, les communications, le tourisme. .de nombreuses chaînes de télé diffusent souvent des émissions sur le Tibet comme sur toutes autres régions.

    Ce qui est amusant, dans tout ça, c’est que les nations qui souvent ont gagné la liberté contre la monarchie, protègent un théocrate personnel, un roitelet agité par les US.

    D’où vient cette sensibilité occidentale pour ce pauvre théocrate de Dalai-lama? Dans la foulée de Gandhi, de la mode du yoga et de la frénésie orientaliste des années 70, et au contre-pieds des âneries de Mao et de la Bande des Quatre qui n’étaient pas des saints, on a sanctifié cet auto proclamé demi dieu. Les dames qui prennent leur thé à cinq heures aiment ce genre de “position” intellectuelle voir “philosophique”.

    Comprendre la Chine est difficile pour nous occidentaux: la Chine, c’est pas comme la France (département de l’Etat européen). Disons que: si Sarko avait a piloter une carriole avec un cheval, M. Hu piloterait 21 chevaux, voila bien le problème. En Chine, la moindre malversation peut retomber sur la tête de dizaines de millions de personnes: pas de pitié pour les nuisibles.

    Et pour en finir: pour les chinois d’aujourd’hui, le communisme, Mao, c’est un peu comme nous Napoléon: on l’aime bien, mais les temps ont changés. Le PRCF m’excusera mais en Chine, si on se réclame du socialisme, les marteaux et faucilles sont bien tombés du drapeau ; s’il est d’un beau rouge, c’est surtout parce que c’est la couleur porte bonheur en Chine.

    Les âmes indépendantes et qui comptent bien le rester ont tout intérêt à défendre la Chine qui est, comme la Russie, un garde fou à l’hégémonie US

Tibet : Déclaration de La commission exécutive du PRCF


_________________________________________________________________________________________


Reçu des responsables du site http://verites.org  ! On ne parle plus que de la Chine et du Tibet, dans un silence assourdissant concernant tout le reste du monde (USA, mais aussi Blair, qu'ils veulent placer à la tête de l'Europe pour mieux transposer les lois US liberticides en droit européen...).

LA CARTE TIBÉTAINE… AVEC L’IRAN DANS LE VISEUR !

[Soraya Sepahpour-Ulrich - Information Clearing House - 24/03/2008]

Pour la chercheuse en sciences politiques Soraya Sepahpour (USC-LA), les Etats-unis et leurs alliés idéologiques font pression sur la Chine avant les Jeux Olympiques afin de “punir” un pays qui refuse de s’associer à leur campagne contre l’Iran et bloque les sanctions contre ce pays.

Cela permet aussi de contrecarrer les efforts diplomatiques chinois qui profitent de la mauvaise image des Etats-unis depuis l’élection de G.W. Bush pour prendre pied dans les anciens pré-carrés étatsuniens, comme l’Amérique du Sud ou l’Afrique.

La CIA a utilisé le Dalaï-lama comme “carte” anti-chinoise depuis les années 1950 pour des opérations de propagande et de déstabilisation anti-Chinoise, mais les Etats-unis n’ont aucune intention de soutenir une quelconque “révolution” au Tibet. Si les Tibétains s’avancent trop, comptant sur un vrai soutien extérieur, ils connaîtront le même sort que les Chiites d’Irak après la première Guerre du Golfe en 1990. Appelés à se soulever contre Saddam Hussein, ils avaient été massacrés par l’armée irakienne tandis que les soldats U.S. stationnés à quelque kilomètres de là regardaient sans bouger.

La soudaine sollicitude de l’appareil médiatique et politique pour les Tibétains - qui n’a pas un mot pour Israël qui massacre les Gazaouis et les USA qui écrasent l’Irak sous les bombes - n’est rien d’autre qu’une nouvelle opération de manipulation de l’opinion… et un autre mouvement de pion sur l’échiquier néo-con en vue d’une attaque contre le véritable objectif : l’Iran.

http://www.informationclearinghouse.info/article19626.htm

Source : http://libertesinternets.wordpress.com/2008/03/29/la-carte-tibetaine-avec-liran-dans-le-viseur/


_______________________________________________________________________________________


Reçu :


" Cette histoire de "surprimes" n'est que l'épiphénomène.

Le problème a deux épicentres.

 Le premier est celui des délocalisations. Ma femme est Chinoise, je connais que trop bien la mentalité des asiatiques. Les Chinois veulent sortir de leur misère, c'est compréhensible. Mais il le font dans le style d'un capitalisme style révolution industrielle, avec 10 % de riches et 90 % de prolétaires.

 Attirés par les faibles coûts salariaux les occidentaux ""délocalisent" en s'imaginant ( les inconscients !! ) conserver les secteurs Hi-Tech. Mais la Chine ne leur laissera rien. Sa puissance de feu technico-scientifiques est sans limite. L'enseignements chinois est de très haute qualité et les étudiants travaillent d'arrache pied en se disant que leurs bagage de connaissances leur permettra pmeut être de bien se placer.

 A l'inverse les étudiants occidentaux se démobilisent. Dans les années soixante un étudiant d'une Grande Ecole trouvait un emploi avant sa sortie. Maintenant il doit compter avec x mois de chômage..

 Les secteurs financiers son privilégiés au détriment des secteurs techniques.

 La marabunta chinoise est en action depuis 20 ans et ça ne fera que s'accélérer. Comme indiqué par Craig les Etats Unis paient les chinois en papier, pratiquent une politique inflationnaiste, aggravée par le coût de leurs guerres ( qui ne profitent qu'au secteur militaro-industriel ).

 Avec ce papier les Chinois achètent de plus en plus de biens à l'étranger, avec des circuits d'argent qui défient l'imagination et que peu de gens connaissent.

 Le matérialisme chinois est méprisant et impitoyable, leur nationalisme, servi par une thnie monolithique ( les hans ) est un buldozer. Ils sourient devant les convulsions qu'ils créent.

 Mais le colosse a des pieds d'argile. Ses avoirs en dollars son une menace, en cas de dévaluation.

 La solution serait que la Chine augmente les salaires de ses travailleurs, donc le niveau de vie des plus pauvres. Mais alors elle casserait la dynamique agressive, résolument capitaliste de ses nouveaux riches.

 Si la Chine lâche sur le front des salaires, les renvendications monteront et sa dynamique économiquement agressive pourrait s'en ressentir.

 Les Américains ne comprennent rien à ce qui arrivent, ne voient pas les nuages s'amonceler. 
 

JPP

(Attention aux « fausses mobilisations » type « indépendance du Tibet », c'est l'écran de fumée qui cache les vraies menaces).


__________________________________________________________________________________________


Vous voulez savoir où en sont les préparatifs de guerre, rumeurs, etc ? Tonkin, en Asie, m'a conseillé ces sites :

http://french.irib.ir/
http://www.irna.ir/fr/frontpage/menu-305/
http://www.ruvr.ru/index.php?lng=fre
http://fr.ljbc.net/


Les sites arabes sont bien renseignés, les russes également.  Sites en langue  française.


_________________________________________________________________________________________


(NB Eva : je n'ai pas lu tous ces textes)

Les Clinton " culbutos ".... Hillary candidate....
<
http://www.denistouret.net/constit/Hillary.html#Roger%20Clinton>

Notre pouvoir d'achat va diminuer toujours plus : à cause du système monétaire !
http://www.verites.org/article-18260958.html

scandales financiers

en Russie,  et ailleurs
( envoyé par Igor correspondant de presse )
http://www.denistouret.net/constit/Goussinski.html>


Attali épinglé par un juge russe
http://www.denistouret.net/constit/Attali.html>

Encore un autre scandale, en France, l'affaire du sentier
http://www.denistouret.net/constit/Sentier.html


________________________________________________________________________________________



AUTRES  BLOGS  d' Eva,  R-sistons :

- R-sistons à la désinformation

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 


- R-sistons à l'actualité

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

: " La morale préside aux destinées du monde "


N'oubliez pas de regarder la partie commentaires : Faute de place, j'y glisse toutes sortes d'articles !



__________________________________________________________________________________________


C O M M E N T A I R E S  :  I C I

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Découvert dans la foulée du précédent, même site alterinfo.http://www.alterinfo.net/Un-peuple-elu-de-Dieu_a3127.html____________________________________________Un peuple élu de Dieu<br /> <br /> « Israël appartient désormais à l'histoire. Nous ne reconnaissons plus l'Etat d'Israël. C'est une décision sans appel. L'État d'Israël a violé la reconnaissance du monde, et il n'obtiendra pas la paix tant qu'il ne déposera pas ses armes. L'État d'Israël, sous sa forme actuelle, appartient au passé » Jostein Gaarder<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Traduit par Marcel Charbonnier Le philosophe Jostein Gaarder est l' auteur du best-seller « Le Monde de Sophie », vendu à vingt-cinq millions d'exemplaires en cinquante-trois langues dans le monde entier. Son article a suscité des réactions violentes en Israël, en Allemagne et en Norvège de la part d'organisations sionistes l'accusant d'antisémitisme, ce dont il s'est évidemment défendu. "Pour la première fois de ma vie, j'ai commencé à regarder derrière mon épaule", a depuis confié l'auteur, qui regrette "avoir offensé" des gens. Il se considère, dit-il, comme "un ami des juifs" qui a voulu "réveiller Israël" en dénonçant l'abus de la religion à des fins politique en Israël. Selon lui, beaucoup d'Israéliens "pensent que leur pays leur a été donné par Dieu. C'est naïf et dangereux". Il n'y aura pas d'appel. Il est temps de retenir une nouvelle leçon : nous ne reconnaissons plus l'Etat d'Israël. Nous n'avons pas reconnu le régime d' apartheid en Afrique du Sud, et nous n'avons pas non plus reconnu le régime des Taliban en Afghanistan. Puis il y eut beaucoup de gens qui ne reconnurent pas le régime de Saddam Hussein en Irak, ou l'épuration ethnique perpétrée par les Serbes. Il faut nous habituer à cette idée : l 'Etat d'Israël, sous sa forme historique, appartient désormais au passé. Nous n'adhérons pas à la notion d'un peuple « élu de Dieu ». Le caprice de ce peuple nous fait marrer, mais nous pleurons devons ses méfaits. Se comporter en « peuple élu de Dieu », c'est être non seulement stupides et arrogants, mais c'est commettre un crime contre l'humanité. Cela s'appelle le racisme. La tolérance a des limites Notre patience atteint ses limites, et notre tolérance n'est pas infinie. Nous ne croyons pas aux promesses divines en tant que prétextes pour occuper le territoire d'autrui et pratiquer la discrimination raciale. Nous avons laissé le Moyen Âge derrière nous. Ceux qui croient que le dieu [qui a créé] la flore, la faune et les galaxies aurait choisi un peuple, entre mille, pour en faire son chouchou et [lui] aurait remis ses idioties de tables, de buissons ardents et de permis de tuer nous font marrer, mais pas vraiment de gaîté de coeur. Nous appelons un massacreur de bébés « massacreur de bébés », et nous n' accepterons jamais qu'un peuple tel celui-ci ait reçu on ne sait trop quel mandat divin, ou même [simplement] historique, qui excuserait ses exactions. Nous disons, simplement : toute forme d'apartheid, toute forme d'épuration ethnique et toute forme de frappe terroriste contre des civils, que ce soit par le Hamas, le Hezbollah ou l'Etat d'Israël sont honteux ! Un art de la guerre dénué de tout scrupule Nous reconnaissons et nous assumons la profonde responsabilité de l'Europe dans le calvaire des juifs, avec notamment le harcèlement pitoyable, les pogromes et l'Holocauste dont ils ont été les victimes. Il était nécessaire, historiquement et moralement, que les juifs obtiennent leur propre pays. Toutefois, l'Etat d'Israël, avec son art de la guerre dénué de tout scrupule et ses armes atroces, a massacré sa propre légitimité. Cet Etat a constamment violé le droit international, les conventions internationales et d'innombrables résolutions de l'Onu, dont il ne peut par conséquent plus escompter que cette organisation continuera à le protéger. Il a bombardé en tapis la reconnaissance du monde entier. Mais ne craignez plus ! Les Tribulations vont bientôt prendre fin. L'Etat d'Israël a désormais connu son Soweto. Nous sommes aujourd'hui arrivés au bord de la chute d'eau. Impossible de retourner en arrière. L'Etat d'Israël a violé la reconnaissance mondiale, et il ne connaîtra aucune paix, tant qu'il n'aura pas déposé les armes. Sans aucune défense, dénudé y compris de sa peau Puissent l'esprit et le logos faire tomber les murs d'apartheid d'Israël. L' Etat d'Israël n'existe pas. Il est aujourd'hui sans défense, il est dénué y compris de sa peau. Puisse maintenant le monde avoir pitié de la population civile ; car notre prophétie de désolation ne bien entendu nullement les civils en tant qu'individus. Nous souhaitons le bien au peuple d'Israël, rien d'autre que le bien. Mais nous nous réservons le droit de ne pas manger d'oranges provenant de Jaffa aussi longtemps qu'elles auront un goût de sang et qu'elles seront empoisonnées. On s'est abstenu, durant quelques années, de déguster les raisins bleus de l'apartheid, et nous avons survécu. Ils célèbrent leurs triomphes Nous ne pensons pas qu'Israël se lamente autant pour les quarante enfants libanais tués qu'il le fait au sujet des quarante années passées dans le désert, voici trois mille ans. Nous relevons que beaucoup d'Israéliens célèbrent ce genre de triomphes de la même manière qu'ils fêtèrent jadis les plaies [envoyées par le] Seigneur en guise de « punition méritée » du peuple d'Egypte (dans ce récit, le Seigneur Dieu d'Israël s'avère un sadique insatiable.) Nous nous interrogeons : la plupart des Israéliens pensent-ils vraiment qu'une vie israélienne vaut plus que quarante vies palestiniennes, ou libanaises ? En effet, nous avons vu les photos de petites filles israéliennes inscrivant des messages de haine sur les bombes qui allaient être déversées sur les populations civiles du Liban et de la Palestine. Ces petites filles israéliennes ne sont pas mignonnes, quand elles ont les yeux brillants de haine sadique en pensant à la mort et à la torture que déverse leur pays de l'autre côté des deux fronts. Omar Pérez, Espagne, août 2006. Source : http://www.irancartoon.com Représailles et vengeances sanglantes Nous ne reconnaissons pas le discours de l'Etat d'Israël. Nous ne reconnaissons pas la spirale des représailles et des vengeance sanglantes dans la lignée de l'adage « oil pour oil, et dent pour dent ». Nous ne reconnaissons pas le principe de dix ou mille yeux arabes pour un oil israélien. Nous ne reconnaissons pas les punitions collectives, ni l' éclaircissement des populations en guise d'armes politiques. Deux mille ans se sont écoulés, depuis qu'un rabbin juif a critiqué la doctrine archaïque « oil pour oil, et dent pour dent ». Ce rabbin juif a dit : « Faites à autrui ce que vous voudriez qu'ils vous fît. » Nous en reconnaissons pas un Etat fondé sur des principes anti-humanistes et sur les ruines d'une religion archaïque nationaliste et belliqueuse. Ou, comme l'a dit Albert Schweitzer : « L'humanitarisme consiste à ne jamais sacrifier un être humain pour une quelconque cause. » Compassion et pardon Nous ne reconnaissons pas l'antique Royaume de David comme modèle pour la carte du Moyen-Orient au vingt-et-unième siècle. Le rabbin évoqué plus haut a affirmé, voici deux mille ans, que le Royaume de Dieu n'est pas la restauration manu militari du Royaume de David ; le Royaume de Dieu est en nous, et au milieu de nous. Le Royaume de Dieu est compassion et pardon. Deux mille ans ont passé, depuis que le rabbin juif a désarmé et totalement humanisé la vieille rhétorique guerrière. Mais, déjà de son temps, les premiers terroristes sionistes étaient agissants. Israël n'écoute pas Depuis deux mille ans, nous avons révisé l'abécédaire de l'humanisme, mais Israël n'écoute pas. Ce ne sont pas les Pharisiens, qui ont aidé cet homme abandonné au bord du chemin, après avoir été la victime de voleurs. Non. C' était un Samaritain. Aujourd'hui, nous dirions : un Palestinien. Nous sommes hommes, en premier. Ce n'est qu'en second lieu que nous sommes chrétiens, musulmans, ou juifs. Mais, comme l'a dit notre rabbin juif : « Mais si vous n'honorez que vos frères, alors, que faites-vous de plus (de mieux) que les autres ? » Nous n'acceptons pas que l'on kidnappe des soldats. Mais nous n' acceptons pas, non plus, la déportation de populations entières ou l' enlèvement de parlementaires démocratiquement élus et de ministres. Nous reconnaissons l'Etat d'Israël de 1948. Pas celui de 1967. C'est l'Etat d'Israël lui-même, qui ne reconnaît pas, qui ne respecte pas, qui ne se conforme pas à l'Etat internationalement reconnu qu'est l'Israël de 1948. Israël veut plus - plus d'eau, et plus de terres. Pour obtenir cela, il en est qui envisage, avec l'assistance de Dieu, prétendent-ils, une solution finale au « problème palestinien ». « Les Palestiniens disposent déjà de si nombreux pays », ont osé arguer certains hommes politiques israéliens ; « or nous, nous n'en avons qu'un. » Les Etats-Unis, ou le monde entier ? Ou, comme le dit le principal protecteur de l'Etat d'Israël : « Puisse Dieu continuer à bénir l'Amérique ! ». Une petite fille remarqua ceci. Elle alla voir sa mère et lui demanda : « Pourquoi le Président termine toujours ses discours en disant : « Que Dieu bénisse l'Amérique ! » ? Pourquoi ne dit-il pas : « Que Dieu bénisse le monde ! » ? » Et puis, il y avait aussi un poète norvégien qui avait laissé échapper ce cri du cour apparemment enfantin : « Pourquoi l'Humanité est-elle si lente à progresser ? » C'est ce même poète qui a écrit magnifiquement sur le thème de l'Homme juif et de la Femme juive. Mais il a rejeté la notion du peuple élu de Dieu. Personnellement, il aimait se qualifier lui-même de musulman. Sérénité et miséricorde Nous ne reconnaissons pas l'Etat d'Israël. Pas aujourd'hui, pas en écrivant ceci, pas à l'heure du deuil et de l'affliction. Si la nation israélienne toute entière doit un jour tomber, victime de ses propres procédés, et si une partie de sa population doit fuir ses territoires occupés vers une nouvelle diaspora, alors, nous dirons : « Puissent leurs nouveaux pays demeurer sereins et faire montre de miséricorde à leur égard. C'est un crime éternel, sans aucune circonstances atténuantes, que de porter la main sur un des réfugiés apatrides. Paix et libre circulation, pour les évacués, pour les civils ne bénéficiant plus de la protection d'un Etat. Ne tirez pas sur les fugitifs ! Ne les prenez pas pour cibles ! Ils sont désormais totalement vulnérables - comme des escargots sans coquille. Ils sont vulnérables, comme les lentes caravanes des réfugiés palestiniens et libanais, aussi désarmés que les femmes, les enfants et les vieillards de Cana, de Gaza, de Sabra et de Chatila. Donnez un abri aux réfugiés israéliens ; donnez-leur du lait et du miel ! Qu'aucun enfant israélien ne paie [les crimes de l'Etat sioniste] de sa vie. Car trop d'enfants et de civils ont d'ores et déjà été assassinés. Original : http://www.aftenposten.no ___________________________________ Traduit de l'anglais par Marcel Charbonnier, membre de Tlaxcala<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Samedi 26 Août 2006<br /> <br /> <br /> Jostein Gaarder<br /> <br />
E
Lien du précédent texte (fiance)http://www.rushes.yi.org<br /> Souces LEAP<br /> http://www.leap2020.eu/
E
FINANCES  SuiteCRISE FINANCIÈRE, effondrement final en été 2008 <br /> <br /> Tandis que l'on batifole au milieu des jolis parcs royaux, un dernier et fatal cataclysme boursier se prépare à frapper l'Europe de plein fouet. Les experts indépendants du LEAP/E2020 avaient prévu depuis janvier 2007 la crise des subprimes et son aspect SYSTÉMIQUE. Ils envisagent maintenant l'effondrement final du système pour novembre 2008 avec la gangrène fatale des fonds de pension et les conséquences directes pour des dizaines de millions de baby-boomers retraités....et ruinés. L'Europe va déguster un maximum parce que ses banques sont mouillées à fond dans le système et toutes dépendantes des fonds de pension. Les chercheurs économistes du LEAP ont le flair, leurs communiqués précédant le krach d'aout 2007 sont un gage de la validité de leurs modèles qui n'ont rien de commun avec ceux proposés par les boursicoteurs professionnels. Attention aux dégâts ! Les plus pauvres iront direct aux soupes populaires, les classes moyennes salariées ou non vont se retrouver étranglées par l'inflation des denrées et de l'énergie conjuguées au racket des assurances et autres babioles bureaucratiques obligatoires et ruineuses. En octobre il sera trop tard pour organiser une riposte de gauche au serrage de vis terrible qui accompagne généralement les périodes de grave récession....<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> CRISE FINANCIÈRE, effondrement final en été 2008 ?<br />  <br /> Voici en substance dernier communiqué public du GEAB http://www.leap2020.eu/qui publie régulièrement sur ce sujet explosif . On aimerait pouvoir les considérer comme des agents manipulés par Novosti pour casser le moral des spéculateurs européens, mais il n’en est rien. Ils travaillent sur des modèles informatiques beaucoup plus intelligents et sont indépendants<br /> des groupes bancaires qui animent les sites et revues d’analyses boursières...EXTRAITS : Crise systémique globale - Fin 2008 : Déroute des fonds de pension<br /> "Selon LEAP/E2020, d’ici la fin de 2008, nous allons assister à une formidable déroute de l’ensemble des fonds de pension de la planète, mettant en péril tout le système des retraites par capitalisation. Ce cataclysme financier aura une dimension humaine dramatique puisqu’il correspond à l’arrivée à la retraite de la première vague des baby-boomers aux Etats-Unis, en Europe et au Japon : les revenus des fonds de pension s’effondrent au moment même où ils doivent commencer à effectuer leur première grande série de versements aux retraités...<br /> Gare au Krach final... Parallèlement, LEAP/E2020 anticipe les prochains mois de cette crise systémique globale qui est désormais une évidence pour tous, s’attachant à anticiper les effets pervers des prêts de la Réserve fédérale américaine qui sont en train de fragiliser encore plus l’ensemble du système financier américain, et analysant les risques à venir qui pèsent sur les établissements bancaires aux Etats-Unis et dans certains pays européens particulièrement exposés. Parallèlement notre équipe analyse l’impact de la crise économique et financière US actuelle sur les probabilités et les conséquences d’une attaque de l’Iran par Israël et les Etats-Unis avant les prochaines élections présidentielles américaines.<br /> Simultanément... tous les fondements de l’ordre économico-financier de ces dernières décennies s’écroulent sous nos yeux, à un rythme de plus en plus rapide. Ce sont bien tous les signes d’une crise systémique (3).<br /> <br /> Evolution du Dollar Index (panier de monnaies références (5)) au 14/03/2008 / Source FxStreet<br /> Devant l’ampleur de la Très Grande Dépression US désormais en plein développement (6), LEAP/E2020 se félicite de constater que les autorités américaines, suite aux nombreuses protestations (7), ont finalement décidé de maintenir la parution synthétique des indicateurs économiques US sur le site EconomicIndicators.Gov. Dans une période aussi troublée, il est en effet important que l’information statistique sur l’économie des Etats-Unis reste aisément et largement disponible. Les finances d’une multitude d’acteurs privés et publics, individuels et collectifs en dépendent.<br /> Dans cette même logique, la Réserve fédérale d’Atlanta fait oeuvre utile en diffusant gratuitement un DVD intitulé « Se préparer à la crise : reconnecter son flux financier vital » (« Crisis Preparedness : Reconnecting the Financial Lifeline »), qui permet aux opérateurs de toute nature d’anticiper la crise, et donc de mieux s’y préparer (8). Dans la perspective de la phase d’effondrement de l’économie réelle aux Etats-Unis, ces conseils officiels prennent tout leur sens.....<br /> Effondrement des réserves fédérales US Effondrement des réserves fédérales en 2008 ?<br /> Réserves propres des établissements de dépôts américains (1950 - 02/2008) / Source Réserve fédérale de Saint Louis<br /> Pour finir, des courbes comme celle ci-dessus illustrent de manière frappante combien la situation est infiniment plus grave que ne peuvent même l’imaginer les dirigeants les plus intelligents (et ils sont peu nombreux). Elle montre à quel point le système financier américain, et derrière lui celui d’une grande partie de la planète, est atteint mortellement. Les banques US n’ont plus d’argent ; c’est aussi simple et dramatique que cela. La contagion va maintenant entrer dans une seconde étape de son développement et va donc bien générer une nouvelle série de faillites bancaires d’ici l’été...<br /> FIN D’EXTRAIT<br /> Comme on peut le constater, cela ne présage rien de bon pour les droits des citoyens de la forteresse-prison Shengen qui vont se retrouver paupérisés comme en 1929 et enfermés derrières leurs murs, quadrillés de patrouilles et de caméras. Le dispositif de maintien de l’ordre est en place, laissez entrer la Grande Misère<br /> Envoyé par :<br /> <br /> <br /> <br />
E
DESTITUTION  DU  Pt  DE LA REUBLIQUE :_____________________________________________________________<br /> <br /> Philosophie politique<br /> <br /> <br /> LETTRES A LA GENERATION DE LA LIBERTE: Réflexions sur la destitution du Président de la République en vertu de l'art. 67 de la Constitution du 23 février 2007<br /> <br /> <br /> <br /> I - Une révolution du droit international public Réflexions sur la destitution du Président de la République en vertu de l'art. 67 de la Constitution du 23 février 2007 II - A partir du jeudi 18 III - A partir du lundi 22<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> 1 - La renaissance de la " Raison " 2 - Comment peser la notion " d'inaptitude politique " ? 3 - Une révolution philosophique du droit constitutionnel 4 - Qu'est-ce qu'un chef d'Etat ? 5 - Des Etats et des hommes 6 - L'art. 67 de la Constitution française et la souveraineté de l'Etat 7 - L' " inaptitude " d'un Président de la République sur le champ de bataille de l'histoire 8 - De la profondeur d'esprit des chefs d'Etat 9 - La vassalisation du cerveau du monde 10 - La pesée du cerveau des chefs d'Etat <br /> * <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> 1 - La renaissance de la " Raison " <br /> Par deux fois déjà, je vous ai entretenus de l'étendue, de la nouveauté et de la fécondité du champ non seulement ouvert, mais imposé à la pensée philosophique, politique, anthropologique , psychologique, historique et même psychanalytique par la nécessité, pour les juristes internationaux de demain, d'approfondir leur réflexion sur l'art. 67 introduit le 23 février 2007 dans la Constitution française par le biais d'une procédure de destitution pure et simple pour cause " d'inaptitude manifeste " d'un Président de la République pourtant régulièrement élu par le verdict du suffrage universel ; car, vous le savez, dans toutes les grandes démocraties, le vote populaire fonde une souveraineté de la raison politique supposée avoir pris légitimement la relève de l'infaillibilité doctrinale des théologies traditionnellement tenues pour bénéficiaires de l'autorité qu'une " révélation " du ciel leur confère. <br /> <br /> <br /> La Constitution modifiée le 23 février 2007 et la défense de la souveraineté nationale , 14 mars 2007 <br /> <br /> <br /> A ce seul titre, il s'agit d'une révolution philosophique considérable et qui mérite d'autant plus de susciter votre réflexion anthropologique sur les fondements de la " vérité " gouvernementale dans les démocraties que la France de la raison politique est également la théoricienne de la substitution des décisions lucides d'une nation supposée devenue logicienne à celles des oracles du sacré. Depuis Joseph de Maistre , la démocratie mondiale cherche à se donner l'autorité d'une souveraineté à la fois réputée immanente à l'opinion du plus grand nombre des citoyens et néanmoins inspirée par une manière de finalité confusément gravée d'avance dans " l'esprit de liberté " de l'humanité tout entière, donc habilitée à conduire le monde en qualité de remplaçante attitrée et assermentée d'un mythe religieux fatigué. Je rappelle que depuis vingt-quatre siècles, la philosophie oppose les verdicts de la raison à ceux de la simple opinion publique, donc le jugement de Socrate à l'irréflexion de la multitude. Mais la raison, elle aussi, a une histoire. <br /> 2 - Comment peser la notion " d'inaptitude politique " ? <br /> Dans ces conditions, comment réfuter ou valider l'hypothèse catéchétique de l'infaillibilité native de la majorité des votants ? Par le relais de quelle autorité qu'exercerait une Raison réputée souveraine et dont la solitude serait supposée plus légitime que celle de la nation tout entière armerons-nous le droit constitutionnel d'une intelligence de la politique supposée transcendante à la sottise des Etats et des peuples et qui fonderait les Constitutions sur la sagesse des " lois non écrites " qu'évoquait Antigone ?<br /> <br /> <br /> EXISTE-T-IL UNE ETHIQUE DE L'HISTOIRE ? Lettres à la génération de demain IV - Quel est le contenu de souveraineté du peuple français ? 13 septembre 2007 <br /> <br /> <br /> Mais qu'en serat-il de cette raison supérieure et comment argumenterait-elle afin de donner la substance d'un corps doctrinal irréfutable à la démonstration de l'inaptitude politique du Président de la République? Laisserez-vous la notion d'inaptitude tomber dans le rachitisme, ce qui ferait mourir de consomption toute la Constitution française, tellement il est décisif que vous sachiez si le chef de l'Etat est à la hauteur de sa fonction ? Pour emprunter un chemin de la réflexion ausssi indispensable à tracer, il convient, en tout premier lieu, que vous insistiez sur le fait que le substantif " inaptitude ", même qualifié de "manifeste ", est demeuré d'usage exclusivement juridique jusqu'au XVè siècle. Cette notion n'est donc en aucun cas végétative , mais strictement politique. Par conséquent, il est expressément demandé aux élus de la nation réunis à Versailles de juger de l'incapacité intellectuelle et psychologique du Président de la République française d'exercer dignement et efficacement les hautes responsabilités dont il a été investi par une volonté nécessairement sacralisée dans l'inconscient de la nation - celle dont l'autorité est censée exprimer la droiture du jugement de la moitié des électeurs plus un. Il ne vous échappera pas que l'accusateur socratique d'un suffrage populaire subrepticement sanctifié par un ego collectif que les psychanalystes appellent un surmoi devra se montrer plus convaincant que l'accusé dans son box, parce que le peuple que vous aurez à guider ne pourra se réfuter lui-même par la voie de l'art. 67 de la Constitution que s'il confie à quelques cerveaux bien choisis le sceptre d'une raison qu'il jugera supérieure à la sienne.<br /> Mais puisque les élus du peuple ne sont pas non plus des Phénix, seuls des constitutionnalistes à la recherche d'un approfondissement abyssal de leur propre discipline se révèleront en mesure de donner corps au concept d'inaptitude politique et d'en enseigner la logique aux simples députés. Comment le droit public de demain s'informera-t-il auprès de Sophia et de Périclès réunis de la nature et des qualités des vrais chefs d'Etat ? Comment précisera-t-il la spécificité des aptitudes dont bénéficie ou des carences dont souffre tel ou tel d'entre eux ? Comment mesurera-t-il les forces intellectuelles et l'éthique que requerra l'exercice des hautes compétences que le Président de la République française sera appelé à démontrer ? Comment prouvera-t-il, par exemple, que M. Nicolas Sarkozy s'en trouvait " manifestement " dépourvu ? <br /> 3 - Une révolution philosophique du droit constitutionnel <br /> Je ne sais si les constitutionnalistes cicéroniens qui ont eu le courage moral et philosophique d'attribuer à la science française du droit public une portée civilisatrice que le régime démocratique moderne attend depuis 1789 ont aussitôt compris l'immensité de la tâche à laquelle ils s'attelaient , qui n'est autre que la nécessité politique de ne pas substituer à l'infaillibilité de droit divin des monarchies d'autrefois l'infaillibilité non moins mythologique d'un peuple-roi. Constatez donc d'emblée avec moi qu'il n'est pas de coup d'Etat plus philosophique que d'introduire dans la politique contemporaine la question des fondements de toute autorité publique légitime et de se demander comment une interrogation aussi soupçonneuse se placera au cœur des grandes démocraties d'aujourd'hui. <br /> Tenter de donner au pouvoir d'une espèce en évolution, donc inachevée, sa véritable rationalité et faire respirer l'air des hauteurs au droit constitutionnel de votre génération est assurément une belle et noble ambition, même si elle doit effaroucher le monde entier d'aujourd'hui; car, encore une fois, une civilisation française dont l'esprit ne poserait pas au chef de l'Etat la question du "Connais-toi" dont l'Occident tâtonnant nourrit sa marche vers la raison depuis vingt-quatre siècles et dont les démocraties modernes sont censées porter le flambeau, une civilisation française qui refuserait de peser de siècle en siècle l'intelligence et l'éthique de ses élites, une civilisation française qui entendrait s'aveugler sur la qualité du pouvoir qu'elle exerce, une telle civilisation, dis-je, courrait le risque de tomber entre les mains d'un démagogue supérieurement doué dans son ordre. Vous devrez donc éduquer une magistrature suprême qui ne soustrairait pas ses décisions à la critique philosophique des fausses certitudes dont l'entendement de l'espèce humaine se nourrit ; sinon, vous mettriez en place une cité dans laquelle les décisions des tribunaux de première instance seraient proclamées sans appel . <br /> Donnons ensemble acte à la France de ses chances de faire prendre un tournant décisif à la politologie mondiale à la suite de la décision mémorable qu'elle a prise le 23 février 2007 d'introduire dans sa Constitution un appel pressant à peser la faiblesse ou la solidité de l'encéphale du Président de la République, donc à juger souverainement du degré de raison dont disposent les pilotes de l'histoire de la planète. Mais qu'est-il advenu de la " déesse Raison " à l'aube du XXI siècle ? <br /> 4 - Qu'est-ce qu'un chef d'Etat ? <br /> Pour tenter de donner à l'article 67 de la Constitution française toute sa portée intellectuelle et éthique il convient que vous précisiez les contours de la vocation dont les vrais chefs d'Etat sont compénétrés et de la distinguer de celle des hommes politiques ordinaires, dont la fonction, naturellement timide et craintive, est celle des simples gestionnaires des affaires courantes. Aux yeux de ceux-là, la notion "d' inaptitude manifeste " demeure tout administrative, donc fort aisée à constater. En revanche, la notion " d'inaptitude manifeste " du Président de la République française ou des Etats-Unis d'Amérique demandera de vous un examen critique armé d'une pénétration d'esprit et d'un esprit politique d'avant-garde, et cela non seulement parce que la France est l'héritière d'une monarchie sacrée, comme je vous l'ai déjà rappelé, mais parce que le cerveau actuel de l'espèce qualifiée d'humaine par anticipation est demeuré théologique sur la plus grande surface du globe. Un chef d'Etat échappe donc nécessairement à l'inaptitude spectaculaire, superficielle et banalisée du pouvoir bureaucratique. Son destin teste sa capacité de se colleter avec le tragique de son époque, qui n'est autre que celui de l'infirmité cérébrale du simianthrope de son temps. De quelle avance intellectuelle doit-il disposer sur son siècle ? Que pensaient Marc-Aurèle ou Trajan des hosties offertes aux dieux à chaque débordement du Tibre ?<br /> Un vrai chef d'Etat est donc appelé à contourner la définition même de la raison politique de ses congénères; et c'est à ce titre qu'il doit s'armer d'une intelligence visionnaire - aptitude qui n'est précisément pas " manifeste " aux yeux des esprits bureaucratiques. Les grands juristes de votre génération seront investis de la mission d'élever le droit constitutionnel français à la capacité de peser l'âme et le cerveau des chefs d'Etat des grandes démocraties sur la balance qu'on appelle l'histoire ; et ils devront se demander au premier chef comment l'Europe d'aujourd'hui devra définir la politique afin de bien séparer la gestion municipale des affaires publiques de la connaissance prophétique du destin temporel et intemporel des civilisations . <br /> 5 - Des Etats et des hommes <br /> Les juristes internationaux qu'attend votre époque auront pour tâche première de formuler les lois qui commandent l'expansion des grands empires, ce qui leur demandera rien moins qu'une plongée dans les entrailles simiohumaines de l'histoire. Mme Yasmina Reza rapporte qu'en septembre 2006, M. Lévitte, alors ambassadeur de France à Washington, a exposé à M. Sarkozy, avant sa réception par le Comité juif mondial de New-York, que le Président Bush est un Texan de souche et qu'à ce titre, il est très sensible à l'amitié, de sorte que ce grand sentimental s'est senti vilainement trahi par Siegfried, dont le Chancelier Schröder portait alors l'armure. Pour les interprètes d'élite de l'article 67 de la Constitution française, la question à traiter sera celle de " l'inaptitude manifeste " du chef d'un grand Etat étranger qui s'imagine sincèrement - ou auquel on aura réussi à faire croire - que les relations entre les nations démocratiques seraient celles que leurs dirigeants entretiennent entre eux. <br /> Pourquoi, depuis 1945, tous les Présidents des Etats-Unis, même Jimmy CarterMBA-Presidents Sep-07 , ont-ils usé du pouvoir dont disposent les souverains du monde de décider des droits qu'ils accorderont ou refuseront à leurs vassaux d'exercer? Pourquoi, depuis soixante ans, les Présidents des Etats-Unis ont-ils interdit sans exception à une Europe occupée par les garnisons du Nouveau Monde de renaître en qualité d'Etats véritables , donc d'user de la liberté, pourtant consubstantielle à la définition de la souveraineté, de lever des armées nationales, dont il serait risible de soumettre le commandement à un général étranger? Les empires n'ont pas d'amis, mais seulement des serviteurs ; et s'ils qualifient parfois leurs valets d'alliés, c'est exclusivement afin de les faire mieux obéir. Un chef d'Etat européen qui s'imaginerait fonder la politique de son pays sur son " amitié " et sur celle de la majorité de ses concitoyens ou des députés de son parti pour le " peuple américain " ferait preuve d'une inaptitude politique manifeste, donc spectaculaire, mais exclusivement aux yeux des futurs connaisseurs de la politique et de l'histoire que votre génération portera dans son sein; car depuis qu'il existe des Etats et des nations, les faux chefs d'Etat se reconnaissent toujours à leur incapacité naturelle à connaître la vraie nature du genre humain, ce qui les empêche de prendre figure dans l'arène du monde et d'y jouer le rôle d'acteurs réels, mais seulement celui de poupées mécaniques mues par des ressorts. Qui se souvient de M. de Cano, ce chef d'Etat allemand qui croyait que la France quitterait la Ruhr après la première guerre mondiale à la suite d'une grève des mineurs qu'il avait mise sur pied avec l'aide des syndicats ? Qui se souvient de M. Joseph Laniel , Président du Conseil sous la IVè République ? Les hommes d'Etat ne sont pas des figurants, mais des timoniers. A ce titre, ils savent qu'ils sont responsables du navire dont ils commandent la navigation dans les eaux de l'histoire.<br /> Sachez donc que les élites politiques actuelles ignorent la nature même de l'histoire du monde. M. Poutine ayant conseillé à Mme Rice d'installer sur la lune les boucliers antimissiles censés protéger l'empire américain et l'Europe d'un péril imaginaire, les journaux rapportent gravement que la Secrétaire d'Etat du Nouveau Monde a gardé un silence glacial, et même la presse russe a seulement relevé que l'humour russe lui est étranger, parce que personne ne sait et ne voit que tout empire est né pour s'étendre d'instinct et irrésistiblement, comme toute entreprise est faite pour conquérir des marchés et qu'il est vain de feindre de croire qu'il existerait une menace iranienne. Le seul examen réaliste de la situation repose sur la pesée du degré de vassalité de l'Europe , qui se fissure quelque peu sur ce point. Mais l'irréalisme politique est toujours théologique : les vassaux s'interrogent sur la sagesse du père et se disent qu'il doit avoir ses raisons. Les secrets de sa sagesse sont impénétrables. <br /> Le premier conquérant qui a cru devoir masquer le droit naturel de l'empire romain de s'étendre est Jules César, qui a commencé par invoquer son devoir moral de secourir les Gaulois chez lesquels les Helvètes entendaient s'établir, puis contre le Germain Arioviste ; mais sitôt qu'il les eût vaincus , il entreprit la conquête de la Gaule, qui se termina par la prise d'Uxellodunum , dont le libérateur de l'époque fit couper le poing droit à six mille de ses défenseurs par indignation à leur égard. De nos jours, les prétextes du " délivreur " pour asservir les " délivrés ", pour se fâcher de leur résistance et pour s'étendre davantage à partir de la base de lancement de leur territoire sont devenus catéchétiques et messianiques sous le dernier heaume du christianisme de croisade - la démocratie apostolique. Simplement le nouveau César ne se heurte plus aux barrières du Rhin et de la Manche, mais de la Russie.<br /> 6 - L'art. 67 de la Constitution française et la souveraineté de l'Etat <br /> Comment les grands constitutionnalistes de votre génération deviendront-ils des interprètes avertis du destin politique de l'Europe, sinon en approfondissant la notion " d'inaptitude manifeste " applicable à la personne de M. Nicolas Sarkozy ? Certes, il leur appartiendra nécessairement de fonder une science du droit public dont l'argumentation logique sera en mesure d'invalider les décisions fautives du suffrage universel ; certes, cette proposition paraîtra sacrilège à tout le monde. Mais pour réfuter une accusation de lèse-majesté de ce calibre, il faudra que vous preniez conscience de ce que le véritable esprit des démocraties modernes attend votre examen, et cela du seul fait que la Révolution de 1789 a inventé une civilisation d'un type entièrement inconnu de la Grèce et de Rome, dans laquelle, je vous le redis, l'infaillibilité du sacré monarchique a fait place à l'infaillibilité d'un tribunal mondial en mesure de peser la liberté et la servitude des peuples et des nations sur la balance d'une philosophie de la liberté, d'une philosophie de la justice et d'une philosophie de la personne. Comment légitimerez-vous un tribunal de visionnaires d'une raison toujours future, sinon en demandant aux philosophes, aux anthropologues , aux historiens d'avant-garde de votre génération de servir de maïeuticiens aux juristes sommés d'accoucher d'une raison politique encore dans les limbes? <br /> Une démocratie qui refuserait de désigner les juges appelés à citer la démocratie elle-même à la barre du tribunal d'une raison de précurseurs se priverait de toute possibilité de jamais concrétiser le principe réputé la fonder, donc de la mettre à l'école et à l'épreuve de l'histoire réelle du monde, parce qu'on ne saurait prétendre fonder un Etat sur les verdicts des obstétriciens de l'intelligence et refuser, dans le même temps, tout examen critique de la nature de l'espèce de raison dont devra jouir un gouvernement soustrait aux aléas du suffrage universel . Ne faudra-t-il pas que les candidats à la Présidence de la République aient été présélectionnés parmi les vrais hommes d'Etat ? <br /> La question de l'invalidation intellectuelle et morale du Président de la République actuelle n'est donc autre que celle de savoir si, n'ayant pas subi d'examen préalable, il concourra à la vassalisation de son pays et du Continent de Copernic au profit d'un empire étranger ou s'il se formera après coup et consacrera tous ses efforts à leur redonner leur souveraineté. C'est pourquoi il est significatif que le seul Etat qui ait donné à ses concitoyens les moyens constitutionnels de destituer son Président soit celui dont le territoire se trouve libéré de l'occupation étrangère depuis 1966 et qui se trouverait donc menacé de retomber dans les chaînes de l'OTAN si, par malheur, il avait élu un magistrat suprême incompétent et prêt à aliéner l'indépendance de la nation, tandis que les autres Etats européens ne sauraient choir dans la servitude, puisqu'ils s'y trouvent déjà à un degré tellement ahurissant que, non seulement ils ne songent nullement à recouvrer leur souveraineté, mais qu'ils ont oublié ce que ce terme veut dire et qu'ils n'ouvrent jamais un dictionnaire de leur langue pour en retrouver la définition. C'est donc par la force des choses que l'art. 67 de la Constitution française présente un aspect surréel, parce que les bras vous en tombent de constater que l'Allemagne d'Arioviste à Wagner a perdu la mémoire de ce qu'elle se trouve occupée par quatre-vingt-dix-huit garnisons américaines et que l'Italie ne songe même pas à réoccuper le port de Naples que Rome avait volé à la Grèce en 327 avant notre ère . C'est que les démocraties n'ont pas d'école de formation des chefs d'Etat. <br /> 7 - L' " inaptitude " d'un Président de la République sur le champ de bataille de l'histoire <br /> Deux balances différentes vous permettront de peser la notion d'inaptitude d'un Etat à se présenter sur la scène internationale. La première s'imaginera ébranler le sceptre de César et même le lui arracher des mains en se faisant accorder des droits particuliers par un effet de sa bienveillance, à la manière des majordomes dont l'ambition dorée se réduit à monter en grade et à passer du sous-sol ou des cuisines dans l'antichambre de leur maître et protecteur, comme si une livrée plus rutilante pouvait vous faire monter plus haut que les grands affranchis sous Tibère. Dans ce cas, l'inaptitude du Président de la République serait celle d'un enfant de chœur de la politique. La seconde balance pèserait la politique à l'école du bon sens et demanderait purement et simplement à l'occupant de lever le camp . Dans ce cas, l'inaptitude du Président de la République résulterait non point de ce que la France se serait trompée de champ de bataille, mais de ce qu'elle n'aurait pas de stratégie pour gagner la guerre, non point de ce qu'elle se serait trompée de chantier, mais de ce qu'elle n'aurait pas accumulé les matériaux nécessaires à la construction de l'édifice, non point de ce qu'elle aurait manqué de bravoure, mais de ce qu'elle aurait négligé de peser le poids de la vassalité viscérale de l'Europe actuelle, de sorte qu'elle se lancerait à corps perdu dans une tactique superficielle, irréfléchie et inadaptée à une guerre de tranchée afin de tenter de vaincre la longue accoutumance des nations à porter le harnais de leur servitude. <br /> Supposons qu'un Président de la République du moins décidé à croiser le fer avec l'histoire réelle de l'Europe s'adresserait en premier lieu aux petits Etats, parce que, se dirait-il, leur petitesse leur fait ressentir moins lourdement de se trouver occupés par des bases américaines ; dans ce cas, son inaptitude politique manifeste serait l'expression de sa méconnaissance de ce que l'on n'a jamais vu les petits peuples précéder les grands sur les chemins de l'histoire, parce que la minusculité des territoires enfante celle des esprits et des âmes . <br /> Examinez maintenant l'hypothèse opposée selon laquelle un Président de la République plus réaliste s'adresserait en premier lieu à l'Allemagne, à l'Italie et à l'Espagne afin de les convaincre de se changer en fers de lance et en saintes phalanges de la reconquête de leur souveraineté, à la manière dont l'Espagne a mis plusieurs siècles à chasser les Maures. Dans ce cas, il faudrait le créditer d'avoir compris que le départ précipité de l'occupant ne saurait précéder les retrouvailles de ces vieilles nations avec leur dignité et leur fierté, parce que leur liberté trop subitement retrouvée leur paraîtrait bien trop lourde à porter. Craignez qu'elles en soient rendues plus craintives qu'auparavant, craignez que des esclaves accoutumés à leur sort en viennent à se pelotonner davantage sous le sceptre de l'étranger, craignez pour une Pologne, par exemple, qui demande d'ores et déjà à l'occupant de signer avec lui un traité d'assujettissement plus étroit que celui auquel les autres membres de l'OTAN se trouvent assujettis. <br /> Mais, dans ce cas, l'art 67 de la Constitution permettra à votre tribunal d'observer à la loupe la sagesse et l'audace d'un Président qui saurait expliquer à une Europe asservie qu'un remède de cheval la rendrait plus malade encore, mais qu'elle ne sera pas vraiment respectée par la Russie, la Chine, l'Inde, l'Amérique du Sud et même l'Afrique aussi longtemps qu'elle comparaîtra devant eux en tenue de valet et que le combat d'adulte qui l'attend dans le monde de demain exige le courage d'endosser tout de suite l'armure de sa souveraineté. On ne libère pas des esclaves-nés, mais seulement de vrais hommes cachés sous une tenue d'esclaves. Alors seulement le départ des troupes américaines sera fécond, parce qu'il sera le fruit de la maturité politique d'une civilisation sauvée de la peur. Mais de quel génie politique ne faudra-t-il pas faire preuve pour que les retards de la liberté ne fortifient pas le joug qu'elle voudrait secouer ! L'accoutumance à l'esclavage peut courir plus vite qu'une souveraineté en attente de ses ailes. <br /> 8 - De la profondeur d'esprit des chefs d'Etat <br /> Les interprètes d'élite de la Constitution française du 27 février 2007 ne deviendront donc des juristes d'un type entièrement nouveau que s'ils apprennent à peser la politique et l'histoire des démocraties sur une balance encore à construire, parce que l'Europe d'aujourd'hui se trouve soumise à un genre de tyrannie ignoré de l'antiquité, et qui s'apparente derechef à celle qu'exerçait le christianisme au Moyen-Age. Alors que les maîtres de l'empire qui ont succédé à Jules César ne se trompaient pas de chantier et se consacraient à leur fonction de secouristes chargés de conjurer le déclin de Rome sur les champs de bataille du monde; alors que les derniers souverains de l'univers de l'époque se sont attachés de tout leur cœur et de toute leur énergie à une tâche naturelle à leurs yeux ; alors que Galba, Marc Aurèle, Trajan, Hadrien, et même Tibère, Claude, Domitien n'ont rien fait d'autre que d'exorciser le naufrage imminent d'une civilisation des " armes et des lois " héritée des Titus et des Vespasien ; alors qu'il n'est que de lire L'histoire des douze Césars pour se convaincre de la tragique inanité de tous leurs efforts; alors qu'aucun empereur n'est donc allé jusqu'à ignorer le devoir auquel, hélas, le destin l'avait inutilement appelé, les dirigeants d'aujourd'hui tiennent la décadence du Vieux Continent pour légitime et pour définitivement acquise à la suite de l'installation non point momentanée , mais perpétuelle - et inscrite dans leur constitution - de troupes étrangères sur leur territoire ; et ils tombent sincèrement des nues quand on tente d'attirer leur attention sur une question anachronique, incompréhensible et incongrue à leurs yeux . Car ils ont perdu à tel point la conscience de leur vassalité qu'ils se croient demeurés souverains, les pauvres. Ce phénomène extraordinaire ne devient compréhensible qu'à la lumière d'un approfondissement vertigineux de la connaissance anthropologique de l'esprit religieux , parce que l'adepte d'une religion ignore qu'il est nécessairement dédoublé par le tartuffisme insconscient de sa foi et qu'il ne saurait le savoir , à la manière des Dorzé, cette tribu d'Ethiopie qui croit que le léopard est chrétien et qu'il jeûne le vendredi, mais qui n'en protègent pas moins leurs troupeaux ce jour-là. * <br /> C'est pourquoi la réflexion sur la définition des Etats tartuffiques à laquelle l'art 67 de la Constitution française appelle les juristes du monde entier ne peut conduire qu'à une spectrographie moliéresque de la " fausse bonne foi " dont témoigne le droit international simiohumain actuel - ce qui exige une connaissance psychobiologique post-darwinienne et port-freudienne de la notion " d'inaptitude " politique appliquée à un chef d'Etat dont la " Liberté " même se fait l'apôtre de sa servitude. Un siècle et demi après la parution de L'Evolution des espèces et quatre-vingts ans après celle de L'Avenir d'une illusion, l'humanisme occidental ne peut continuer de se fier aux définitions ambiguës ou contrefaites de la Liberté, de la Justice et de l'Egalité - il lui faut entrer dans la postérité moderne d'un certain Discours de la servitude volontaire, dont je vous ai déjà rappelé que son auteur l'avait rédigé à votre âge et qu'il n'a pu paraître qu'à la génération suivante . <br /> 9 - La vassalisation du cerveau du monde <br /> C'est que la profondeur de jugement que réclame la politique et l'éthique des démocraties modernes est d'une tout autre nature que celle qui assurait la prospérité et l'expansion territoriale des nations rudimentaires d'autrefois . C'est dire que les maîtres de la conduite du monde en ce début du IIIe millénaire devront s'initier notamment à la connaissance des armes imaginaires de la terreur que le sacré a mises sur pied depuis les origines, parce que toute vassalité commence par signer un pacte avec la peur et qu'elle revendique expressément ce pacte à répéter, depuis les Grecs, que " la sagesse commence par la crainte des dieux ". <br /> Je vous ai exposé à plusieurs reprises que l'arme thermonucléaire n'est réelle que sur le théâtre des songes religieux dont se nourrit une humanité encore inconsciemment fascinée par le type d'épouvante qu'illustre l'apocalypse faussement attribuée à Saint Jean. Le catastrophisme théologique alimente encore de nos jours la politique des trois religions fondées sur la fureur d'un démiurge. Aussi un Etat thermonucléaire est-il un dieu armé du sceptre revigoré du Déluge. Mais que devient cette vaticination longtemps monopolisée par le monothéisme quand elle passe des mains d'un seul monstre cosmique à celles d'autant de " dieux uniques " que de propriétaires de l'atome souverain ? Un chef d'Etat moderne devra se révéler un anthropologue et un psychanalyste capable de scanner le cerveau matamoresque du simianthrope dichotomisé sur le même modèle que son exterminateur onirique. Les peuples sont aussi tartuffiques que leurs divinités, donc nullement suicidaires. Du reste, leur créateur est follement intéressé à la survie de la créature qui lui donne la réplique : vous remarquerez que ce Tartuffe du cosmos a pris le plus grand soin de se conserver un survivant en la personne du premier prophète en météorologie, un certain Noé. C'est une grande sécurité tartuffique, donc politique que celle dont bénéficient à nouveaux frais les huit dirigeants contemporains de l'apocalypse atomique; car ils se regardent peints en pied dans le miroir de leur foudre et ils voient s'effriter leur règne sur l'imagination, certes délirante, mais désormais prudemment neutralisée de leurs peuples . Un mythe du Déluge coupé en huit tranches n'est qu'un infirme de la politique internationale .<br /> On sait que Marc-Aurèle, rude guerrier aux frontières de l'empire, a dû défendre sa politique intérieure irénique face à des adversaires qui lui reprochaient son culte excessif pour la philosophie des stoïciens, dont ils craignaient qu'elle conduisît un souverain trop méditatif à l'irréalisme militaire; mais aux yeux de l'auteur des Pensées, une morale sévère et héroïque était la clé de tout Etat solide et durable . De nos jours, le vrai réalisme n'est plus dans la parade ostentatoire d'un nucléaire qui ne devrait plus tromper personne. On l'a bien vu à l'occasion de la crise iranienne: c'est faute de réalisme politique que Nicolas Sarkozy est tombé dans le piège d'une politique gesticulatoire, donc privée d'un vrai recul à l'égard du thermonucléaire tartuffique. Mais il faut une anthropologie nouvelle pour peser la faiblesse cérébrale d'un faux réalisme ; car cette illusion politique peut conduire un chef d'Etat à défendre aveuglément les intérêts d'un empire étranger dont le tartuffisme brandira en connaissance de cause une menace qu'il saura toute théologique - celle dont M. Amadinejad a pu dire à l'ONU , quarante ans après les Raymond Aron, les de Gaulle et tant d'autres que la bombe atomique ne sert à rien . " Dans les relations politiques aujourd'hui, la bombe nucléaire n'est d'aucune utilité. Si elle était utile, elle aurait empêché la chute de l'Union Soviétique. Si elle était utile, elle aurait résolu les problèmes que les Américains ont en Irak. Le temps de la bombe est dépassé. " ** <br /> <br /> <br /> - L'anthropologie logique et la bombe thermo nucléaire iranienne, 10 mai 2006 - Le savoir et l'action. L'Europe vassalisée face à l'Iran révolté, ler septembre 2005 <br /> <br /> <br /> 10 - La pesée du cerveau des chefs d'Etat <br /> Un chef d'Etat européen mal instruit des ressorts et des ressources de l'épouvante semi animale qui sous-tend le monothéisme hébreu, chrétien et musulman, ne pourra que se rendre l'otage d'un machiavélisme théologique dont l'apocalypse nucléaire présente un fidèle décalque. La raison politique des démocraties modernes se fondera donc désormais sur la définition nouvelle du réalisme politique qu'appellera votre anthropologie critique. Il en résultera que si le droit constitutionnel de la Vème République dont vous serez responsables ne conduisait pas votre génération à une réflexion philosophique sur la capacité ou sur l'incapacité intellectuelle du locataire actuel de l'Elysée à accéder à la connaissance spectrographique du cerveau schizoïde simiohumain , l'" inaptitude manifeste " de ce dernier le conduirait à l'irréalisme tragique d'un Moyen-Age aussi dichotomique que le précédent - celui de se laisser tromper à la fois " sincèrement " et tartuffiquement par une gigantesque diabolisation du thermonucléaire, ce qui conduirait le cerveau biphasé des Etats démocratiques à croire en l'existence réelle d'un nouveau Lucifer - un Terrorisme mythifié à l'échelle de la planète .<br /> En vérité, M. Sarkozy est d'ores et déjà tombé dans la trappe de l'irréalisme politique ambigu dont son siècle feint de s'épouvanter ; car son manque de recul anthropologique à l'égard du cerveau simiohumain a entraîné la France du Discours de la méthode à menacer l'Iran d'une foudre dont M. Sarkozy ignore tout en n'ignorant pas qu'elle est inutilisable par nature, parce qu'elle répond à un modèle de construction aussi tartuffique que celui d'une théologie. Si l'intoxication malencontreuse du cerveau des descendants actuels du chimpanzé - ils demeurent majoritairement piégés par une apocalypse inspirée par les mentalités théologiques bipolaires du simianthrope - si cette intoxication, dis-je, n'était pas interprétée par les juristes que vous chargerez de peser le contenu politique semi simien de la notion " d'inaptitude manifeste " d'un chef d'Etat du XXIe siècle, autrement dit, si vous n'armiez pas le droit international public du regard des anthropologues de demain sur l'inintelligence spécifique dont souffre l'étiage moyen du simianthrope du XXIe siècle, la Constitution française serait condamnée à demeurer dans les eaux troubles de la définition classique du réalisme , celui qui demeurait inconscient de sa bancalité religieuse; et, dans ce cas, loin de faire de la pensée française la balance transthéologique de la politologie du IIIe millénaire, la notion rudimentaire " d'inaptitude manifeste " continuerait de jeter l'ancre dans l'obscurantisme moderne, qui demeure privé de toute science du tartuffisme psychogénétique dont les héritiers actuels du chimpanzé demeurent affligés et qui les rend encore incapables de peser l'encéphale d'une espèce flottante entre le réel et le songe. <br /> Mais le prix à payer pour la sacralisation politique du thermonucléaire tartuffique d'aujourd'hui sera tellement exorbitant que même le petit personnel dirigeant des Etats se trouvera contraint de citer M. Nicolas Sarkozy à comparaître non seulement en accusé , mais la corde au cou devant le vieux tribunal du réalisme des Romains ; car la connaissance anthropologique des fondements mythologiques, donc théologiques de l'arme apocalyptique est devenue vitale pour l'action diplomatique de la France ; sinon, comment conduirait-elle l'Europe asservie à secouer le joug de l'OTAN - donc à dissoudre purement et simplement cette gigantesque organisation militaire ? Comment saurait-elle que le terrorisme qui l'inspire se fonde entièrement sur la fascination qu'exerce le mythe nucléaire - donc sur la vassalisation parareligieuse du cerveau européen et du cerveau du monde ? Comment découvrirait-elle qu'il s'agit d'une vassalisation comparable à celle dont disposait la foudre de l'excommunication majeure dont l'Eglise du Moyen-Age avait fait l'arme de la dissuasion nucléaire de l'époque? <br /> Jeudi, je vous exposerai comment la pesée de l'aptitude cérébrale d'un chef d'Etat moderne à exercer les responsabilités attachées à ses hautes fonctions passe par l'examen du degré de recul intellectuel que son cerveau est capable de prendre ; et comment ce recul exigera de vous un regard sur le pétard mouillé dont seule la mèche d'une folie feinte l'allume dans l'imagination du simianthrope . <br /> * Voir Paul Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes, Le Seuil, 1983 ** Voir : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1267 <br /> le 15 octobre 2007<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Lundi 15 Octobre 2007<br /> <br /> <br /> Manuel de Diéguez<br /> <br /> <br /> http://perso.orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/europolitique/generation1.htm <br /> <br /> <br /> Dans la même rubrique:<br /> <br /> <br /> Maroc : L'autocensure ou l'autoesclavage ? - 15/02/2008<br /> <br /> <br /> Le mystère du temps et la politique - 25/03/2008<br /> <br /> <br /> Le décervellement de l'Occident et la trahison des élites - 17/03/2008<br /> <br /> <br /> Le naufrage de la culture française - 02/01/2008<br /> <br /> <br /> Comment définir la vérité ? L'Europe et l'avenir de la raison - 05/11/2007<br /> <br /> <br /> La pesée du cerveau du Président de la République conduit au coeur de l'histoire du monde - 22/10/2007<br /> <br /> <br /> Serge Portelli, Ruptures, Introduction : La force sans justice est tyrannie - 13/10/2007<br /> <br /> <br /> RÉFLEXIONS DE FIDEL CASTRO : Le silence complice - 13/10/2007<br /> <br /> <br /> RÉFLEXIONS DE FIDEL CASTRO; Le Che - 09/10/2007<br /> <br /> <br /> Norman Finkielstein, un homme libre : interview de CAPJPO-EuroPalestine - 09/10/2007<br /> <br /> <br /> EXISTE-T-IL UNE ETHIQUE DE L'HISTOIRE ? Lettres à la génération de demain - 05/10/2007<br /> <br /> <br /> 'L'empire américain s'est déjà effondré ...' Manuel de Diéguez est interviewé par l'Ambassade d'Iran le 17 mars 2007 - 26/09/2007<br /> <br /> <br /> RÉFLEXIONS DE FIDEL CASTRO: MENSONGES DÉLIBÉRÉS, ÉTRANGES DÉCÈS ET AGRESSION À L'ÉCONOMIE MONDIALE - 22/09/2007<br /> <br /> <br /> Un Président de la République qui vous parlerait de l'avenir de la France, de son esprit, de sa place et de sa vocation dans le monde - 17/09/2007<br /> <br /> <br /> Athènes ou Jérusalem, ou l'histoire de Cain et Abel revisitée - 11/08/2007<br /> <br /> <br /> Détachement et aliénation : de la liberté de choix à la promesse de l'élection - 11/08/2007<br /> <br /> <br /> Le temps est venu pour nous de proclamer notre indépendance d'Israël - 05/07/2007<br /> <br /> <br /> RÉFLEXIONS DE FIDEL CASTRO: En manque d'affection - 15/06/2007<br /> <br /> <br /> Le christianisme et la lâcheté politique - 13/06/2007<br /> <br /> <br /> Les malheurs de la laïcité - 11/06/2007<br /> <br /> <br /> Radiographie de la vassalisation - 31/05/2007<br /> <br /> <br /> Je suis pour le terrorisme - 07/04/2007<br /> <br /> <br /> REFLEXIONS DE FIDEL CASTRO: L'internacionalisation du génocide - 05/04/2007<br /> <br /> <br /> «Il n'y a pas de paix sans justice» - 04/04/2007<br /> <br /> <br /> Réflexions du président Fidel Castro Plus de trois milliards de personnes condamnées à mourir prématurément de faim ou de soif dans le monde - 02/04/2007<br /> <br /> <br /> Le philosophe français Jean Baudrillard s'éteint à Paris - 27/03/2007<br /> <br /> <br /> Erasme et la campagne présidentielle française - 22/03/2007<br /> <br /> <br /> Grande polémique entre des personnalités juives au monde et l'entité sioniste - 24/02/2007<br /> <br /> <br /> L'histoire du poème maudit d' Aharon Shabtai - 29/09/2006<br /> <br /> <br /> Le Pape et le Persan silencieux; Le Pontife européen au miroir de l'étranger - 26/09/2006<br /> <br /> <br /> Trotskystes à 20 ans, libéraux à 40, conservateurs à 60... Les idiots utiles de Bush – A propos de l'étrange disparition du libéralisme américain - 23/09/2006<br /> <br /> <br /> Le retour en force d'une vieille marotte: Le mythe du « Destin manifeste », rebelote - 04/09/2006<br /> <br /> <br /> Un peuple élu de Dieu - 26/08/2006 <br />
E
Bonjour Evavous trouverez ci-dessous la lettre de soutien à Bruno Guigue . AmicalementIsabelle<br />  <br /> Cher Bruno<br />   <br /> Il faut croire que le gouvernement sarkosyste est tombé bien bas pour ne pas imaginer qu’en lançant un tel pavé dans la mare, il n’allait pas en subir quelques éclaboussures. Ils ont tendu le bâton pour se faire battre . A nous de savoir saisir cette opportunité pour  infliger à ces imposteurs une leçon d’Humanisme dont ils ont manifestement grand besoin, en « enfonçant le clou » pour reprendre la formule de ton « ami » Marc Edouard Nabe . Que ton « limogeage » serve une cause plus large, car grâce à toi, il est enfin donné à tous les chercheurs de vérité, l’occasion de dénoncer, ne serait-ce qu’au nom de la liberté d’expression (à géométrie très variable ces derniers temps), le danger que représente le sionisme en Palestine, au Proche-Orient , pour le monde entier mais aussi pour les juifs, car ils risquent bien de subir, par assimilation le renouveau d’un véritable « antisémitisme » .<br /> En France, depuis l’élection de Sarkosy, notre politique étrangère bascule très dangereusement et nous entraîne vers une dépendance totale à la politique US-israélienne va t’en guerre . La France est devenu un territoire occupé . Il va nous falloir entrer en résistance pour sortir notre pays de l’étau du triumvirat américano-anglo-israélien …<br /> Ton injuste traitement ( puisque tu n’as fait que dire la vérité en tant que citoyen ) a soulevé l’indignation générale . Cela apparaît nettement sur internet . Daniel Mermet, dans son émission « là-bas, si j’y suis » t’a aussi soutenu . Cette prise de position en ta faveur, si elle ne te conduit pas à une réhabilitation dans tes fonctions ( quoique, en haut lieu, on doive se rendre compte de l’ampleur de l’incendie allumé ), risque bien de déstabiliser ce gouvernement burlesque qui a agit sans la moindre réflexion, occultant même la loi de cause à effet en obéissant docilement au lobby pro israélien . <br /> A moins que ce plan ne cache autre chose, comme la mise en vigueur d’une loi visant à museler la parole sur le sujet …<br /> Que reste t-il du libre arbitre de la France ?<br /> A la Réunion déjà, nous avions envisagé la création d’une Assemblée politique Humaniste qui visait à replacer l’homme au centre du débat et qui soutenait l’idée de souveraineté et d’indépendance  de la France . Il nous est très difficile de supporter l’image de cette France anéantie par le bulldozer sioniste . Nous ne sommes ni de droite, ni de gauche . Nous nous sentons simplement humanistes et sommes désireux d’ôter le masque grimaçant de cette France sous contrôle .<br /> C’est en voulant trouver une place au mouvement politique alternatif naissant que l’idée nous est venue d’un parti, mouvement d’extrême centre, en dehors de tous les partis traditionnels, fondé sur les besoins fondamentaux de tous les êtres humains, rassemblant un large spectre des sensibilités . Cette idée nous a été inspirée par la pensée Boudhiste  pour qui « tout naît du centre » .<br /> A ce propos, une anecdote, ce concept  nous a été « dérobé »par une personne de notre connaissance, qui avait fait campagne pour François Bayrou …<br /> Nous avions fait campagne pour José Bové qui représentait à nos yeux le seul mouvement alternatif à la mondialisation ultra libérale, tout en écrivant à Mr. Chirac, qui nous semblait être le seul à pouvoir tenir le gouvernail de la France en ces périodes troubles, obscurantistes . Nous soutenions, au travers de cette initiative, la politique étrangère menée par Mrs. Chirac et de Villepin, car nous nous sentons profondément gaullistes .<br /> Sachant que la politique extérieure d’un pays détermine la direction de sa politique intérieure , nous connaissions le danger que représentait Sarkosy pour l’indépendance de la France . C’est pourquoi il nous semble important de lutter contre la volonté du gouvernement de réincorporer le commandement intégré de l’OTAN et d’envisager la création de nouvelles alliances, tout en protégeant notre indépendance .<br /> L’Homme doit devenir le centre de toute réflexion ; seule une société fraternelle, humaniste saura nous apporter la Paix dont les peuples ont tant besoin .<br /> Il nous faudra reconduire Sarkosy et sa cours aux frontières de l’Humanisme …<br /> Et s’il y a un peuple élu, c’est bien celui de la communauté humaine, une et indivisible .<br />   <br /> Amitiés .<br />   <br /> Isabelle et Jean<br /> Association Imagine la Paix

R-Sistons

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable
  • : Eva à 60 ans.Blog d'une journaliste-écrivain.Analyse des faits marquants de l'Actualité,non-alignée,originale,prophétique,irrévérencieuse. Buts: Alerter sur les menaces,interpeller,dénoncer l'intolérable,inciter à résister. Alternance articles Eva et liens infos non officielles. Ici,pensée et parole libres. Blog dénaturé par over-blog le 1.2.15,il sera transféré sur Eklablog
  • Contact

Recherche

Archives

Pages